Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 2/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques
Author: Dussieux, Louis
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 2/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.

    EXTRAITS

    DES CHRONIQUES, DES MÉMOIRES ET DES DOCUMENTS

    ORIGINAUX,

    AVEC DES SOMMAIRES ET DES RÉSUMÉS CHRONOLOGIQUES,

    PAR

    L. DUSSIEUX,

    PROFESSEUR D'HISTOIRE A L'ÉCOLE DE SAINT-CYR.

    TOME SECOND.

    PARIS,

    FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET Cie, LIBRAIRES,

    IMPRIMEURS DE L'INSTITUT, RUE JACOB, 56.

    1861.

    Tous droits réservés.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.



TYPOGRAPHIE DE H. FIRMIN DIDOT.--MESNIL (EURE).



    LES GRANDS FAITS
    DE
    L'HISTOIRE DE FRANCE
    RACONTÉS PAR LES CONTEMPORAINS.



ORIGINES DE LA LANGUE FRANÇAISE.


Le celtique fut la première langue parlée en deçà de la Loire, dans
cette portion de pays où se forma plus tard la _langue d'oil_, dont
l'un des dialectes, celui de l'île de France, est enfin devenu notre
langue française..... Après la conquête de la Gaule par César,.....
l'empereur Auguste fit une nouvelle division de la Gaule, lui donna
une administration et une organisation toutes romaines. Dès lors le
latin s'introduisit et se répandit insensiblement dans les Gaules pour
l'administration, la justice, les lois, les institutions politiques,
civiles et militaires, la religion, le commerce, la littérature, le
théâtre et tous les autres moyens dont Rome savait si habilement se
servir pour imposer sa langue aux nations, comme elle leur imposait le
joug de sa domination. Déjà, du vivant de Cicéron, ainsi qu'il nous
l'apprend lui-même, la Gaule était pleine de marchands romains; et il
ne se faisait pas une affaire que quelque Romain n'y participât. Mais
ce qui dut le plus puissamment contribuer à la propagation de la
langue latine, ce fut le besoin où se trouvèrent les Gaulois de
recourir au magistrat romain pour obtenir justice; car toutes les
causes se plaidaient en latin, et une loi expresse défendait au
préteur de promulguer un décret en aucune autre langue qu'en langue
latine.

L'empereur Claude, né à Lyon, élevé dans les Gaules, affectionna
toujours la province où il avait passé son enfance, et c'est à lui que
toutes les villes gauloises durent le droit de cité, qui rendait leurs
citoyens aptes à tous les emplois et à toutes les dignités de
l'empire. Ainsi l'ambition, l'intérêt, la nécessité des relations
journalières avec l'administration romaine, tout porta les Gaulois à
se livrer à l'étude de la langue latine, surtout avec un protecteur
tel que Claude, qui n'admettait pas qu'on pût être citoyen romain si
l'on ignorait la langue des Romains: au point qu'un illustre Grec,
magistrat dans sa province, s'étant présenté devant lui et ne pouvant
s'expliquer en latin, non-seulement Claude le fit rayer de la liste
des magistrats, mais il lui enleva jusqu'à son droit de citoyen. A
partir du règne de ce prince, la langue latine fit de tels progrès
dans les Gaules que, peu d'années après, Martial se félicitait d'être
lu à Vienne, même par les enfants. Déjà, dès le temps de Strabon, les
Gaulois n'étaient plus considérés comme des _Barbares_, attendu que la
plupart d'entre eux avaient adopté la langue et la manière de vivre
des Romains.

Bientôt des écoles de grammaire et de rhétorique s'établirent de
toutes parts. Je dois citer parmi les plus célèbres celles de
Toulouse, de Bordeaux, d'Autun, de Trèves et de Reims. Ces écoles ne
tardèrent pas à obtenir une réputation telle que des empereurs même y
envoyèrent étudier leurs enfants. Crispe, fils aîné de Constantin,
ainsi que Gratien, firent leurs études à Trèves; Dalmace et
Annibalien, petit-fils de Constance Chlore, vinrent suivre un cours
d'éloquence à Toulouse. De ces académies latines sortirent des
écrivains remarquables, dont purent se glorifier à la fois et la Gaule
qui les avait vus naître, et Rome dont ils enrichirent la littérature.
Tels furent Cornélius Gallus, Trogue Pompée, Pétrone, Lactance,
Ausone, Sidoine Apollinaire et Sulpice Sévère.

Les lieux où un peuple nombreux se réunissait pour assister aux
représentations de la scène étaient encore autant d'écoles où les
Gaulois venaient se familiariser avec la langue et les chefs-d'œuvre
de la littérature latine. Partout s'élevèrent des théâtres, des
cirques, des amphithéâtres, dont quelques-uns, à moitié détruits, font
encore aujourd'hui l'objet de notre admiration.

Enfin, l'établissement du christianisme contribua puissamment à
répandre l'usage du latin; la religion naissante l'avait adopté comme
étant la langue littéraire dominante dans tout l'Occident; elle y
devint l'interprète naturel des nouvelles doctrines et un moyen
efficace d'assurer leur propagation. Aussi l'invasion des Barbares
n'arrêta pas la diffusion de la langue des Romains; ses progrès
continuèrent même après la chute de leur empire, et Rome chrétienne
acheva par les prédications de la foi ce que Rome païenne avait
commencé par ses lois, par ses institutions, par la puissante
influence de sa littérature et de sa civilisation.

Tels furent les moyens par lesquels la langue latine se répandit
non-seulement dans l'Italie et dans les Gaules, mais encore en
Espagne, en Illyrie, dans le nord de l'Afrique, et, plus ou moins,
dans toutes les provinces de l'Empire. Ce ne furent donc point
quelques troupes romaines qui implantèrent le latin dans notre pays,
comme certains auteurs se le sont imaginé. Nous devons toutefois
reconnaître que l'incorporation des soldats gaulois dans les légions
romaines ne dut pas être, à cet effet, une des moins heureuses
combinaisons de la politique des empereurs. C'est, du reste, par de
semblables moyens que notre langue française se propage chaque jour de
plus en plus dans nos provinces méridionales, dans la Bretagne et dans
l'Alsace.

Avant la fin du quatrième siècle, le latin était, surtout dans les
villes, la langue usuelle des hautes classes de la société, et des
femmes elles-mêmes. C'est en latin que saint Hilaire de Poitiers
entretenait correspondance avec Albra, sa fille; Sulpice Sévère avec
Claudia, sa sœur, et Bassule, sa belle-mère; c'est également en latin
que saint Jérôme correspondait avec deux dames gauloises, Hédébie et
Algasie. Ce même saint Jérôme nous donne à entendre que les Gaulois
surpassaient les Romains eux-mêmes dans leur propre langue par la
fécondité et le brillant du style.

Le peuple, et particulièrement celui des campagnes, n'eut pas d'abord
le même intérêt que les classes supérieures à rechercher la
connaissance du latin; il lui était d'ailleurs fort difficile
d'apprendre une langue aussi différente de la sienne; pour lui, il n'y
avait ni maîtres, ni écoles de grammaire et de rhétorique. Ce ne fut
que lorsqu'il entendit parler de toutes parts autour de lui la langue
de Rome, qu'il s'avisa d'essayer à la bégayer, stimulé dans cette
entreprise par ce désir vaniteux qui pousse toujours les gens des
classes inférieures à vouloir imiter ceux qu'ils voient au-dessus
d'eux; à ce mobile vint s'en joindre un autre encore puissant, leur
intérêt, qui enfin se trouvait en jeu, par la nécessité de communiquer
journellement avec les puissants et les riches qui avaient laissé le
celtique dans un dédaigneux oubli, et ne connaissaient plus d'autre
langue que celle qui convenait à un citoyen romain.

Les paysans gaulois firent alors pour le latin ce que font aujourd'hui
pour le français les paysans de l'Alsace, de la Bretagne et ceux de
nos provinces méridionales, qui, de jour en jour et de plus en plus,
s'évertuent à comprendre et à parler notre langue littéraire.....
L'histoire vient à l'appui des inductions tirées de la nature des
circonstances. Dans la seconde moitié du deuxième siècle, saint Irénée
est forcé d'apprendre le celtique pour faire entendre la parole
évangélique au peuple de Lyon. Dans le troisième, une druidesse,
voulant adresser à l'empereur Alexandre Sévère quelques paroles
prophétiques, en est réduite à s'exprimer en celtique, au risque de
voir sa prédiction frapper inutilement les oreilles de l'empereur,
s'il ne se trouve auprès de lui quelque Gaulois pour la lui traduire.
Mais dès la fin du quatrième siècle, l'homme du peuple n'a plus besoin
d'interprète, il parle lui-même le latin, et ce qu'il en sait lui
suffit pour se faire comprendre. On ne peut exiger de lui ni un style
fort correct, ni une prononciation bien pure, car l'usage fut son seul
précepteur, et chez lui l'attention a continuellement à lutter contre
les habitudes de sa langue maternelle. Sulpice Sévère, qui écrivait à
cette époque, introduit dans un de ses dialogues un homme d'assez
humble condition, né dans le nord de la Gaule; cet homme, interrogé
sur les vertus de saint Martin, hésite à parler latin, de crainte que
son langage rustique ne blesse les oreilles délicates de ses
auditeurs, habitants de l'Aquitaine, pays où la langue latine était en
usage depuis plus longtemps qu'elle ne l'était dans la Celtique et
dans la Belgique. Un des interlocuteurs, nommé Posthumianus,
impatienté des hésitations du personnage, s'écrie avec humeur:
«Parle-nous celtique ou gaulois, pourvu que tu nous parles de saint
Martin»[1]. Ce passage remarquable nous montre un homme du peuple qui
parle le latin; mais comme, d'après son propre aveu, il l'estropie à
la façon des gens de la campagne, Posthumianus est porté à penser
qu'il s'expliquera plus aisément en se servant du celtique, qu'il juge
devoir être sa langue habituelle. Le même passage prouve qu'au
quatrième siècle le celtique était encore en usage dans certaines
contrées de la Gaule, du moins parmi le peuple. Le témoignage de
Sulpice Sévère se trouve confirmé par ceux d'Ausone[2], de
Claudien[3], et de saint Jérôme[4]; ce dernier assure avoir trouvé
chez les Trévires à peu près la même langue que celle qui était parlée
parmi les Gaulois établis en Galatie.

  [1] _Sulpice Sévère_, dialogue 1er, chap. 26.

  [2] _Ausone_, De claris urbibus, 14; collect. Pisaur., t. V, p.
  123.

  [3] _Claudien_, épigr. De mulabus Gallicis; éd. Panckoucke, t.
  II, p. 418.

  [4] _Saint Jérôme_, Comm. epist. ad Galatas, liv. II, Proem.

Au cinquième siècle, nous retrouvons encore la vieille langue des
Gaulois, mais c'est dans les montagnes de l'Auvergne, et, là même,
elle est abandonnée par la haute classe de la société et réduite à
n'être plus qu'un patois populaire. C'est ce qu'on est en droit de
conclure d'une lettre de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont[5].
Je suis loin de prétendre que le celtique eût disparu de toutes les
autres contrées de la Gaule, mais je pense qu'à cette époque il se
trouvait relégué dans les pays montagneux ou dans ceux qui étaient
éloignés des principaux centres de population et des grandes voies de
communication des Romains.

  [5] Dans cette lettre Sidoine félicite Ecdicius de ce que, grâce
  à lui, l'aristocratie de l'Auvergne se débarrasse enfin de la
  rudesse du langage celtique. (Lib. III, epist. 3.)

Tel était l'état du langage dans la Gaule, lorsque, de toutes parts,
elle fut envahie par les nations germaniques: au midi par les
Wisigoths, à l'est par les Burgondes et au nord par les Franks. Ces
derniers, les seuls dont nous ayons à nous occuper, apportèrent une
troisième langue dans les provinces situées en deçà de la Loire. Cette
langue était le _tudesque_ ou _téotisque_, mots dérivés de _teut_,
_teod_, dénomination collective par laquelle se désignaient eux-mêmes
tous les peuples de race germanique. On devrait donc comprendre, sous
le nom de _tudesque_, tous les idiomes de la Germanie; mais cette
désignation, restreinte par un usage fort ancien, ne s'applique qu'aux
idiomes des _Teuts_ occidentaux, c'est-à-dire au _francique_, usité
chez les Franks, et à l'_allémanique_, usité chez les Allémans.

Avant de passer le Rhin, les Franks étaient une confédération de
diverses tribus occupant le territoire compris entre l'Elbe, le Rhin,
le Mein et la mer du Nord. Le _francique_ devait se composer à cette
époque d'autant de dialectes qu'il y avait de tribus confédérées; mais
dans la Gaule, tous ces dialectes paraissent s'être fondus dans trois
dialectes principaux, usités parmi les conquérants entre le Rhin et la
Loire. Au nord était le _ripuaire_, à l'ouest le _neustrien_, et à
l'est l'_ostrasien_.

Les Ripuaires et les Ostrasiens se trouvaient sur les confins de la
Germanie, dont ils n'étaient séparés que par le Rhin, et leur
population se grossissait sans cesse de nouvelles bandes germaniques
qui passaient le fleuve pour venir s'associer à leur fortune. Dans
l'un et l'autre pays, le latin disparut entièrement comme langue
usuelle, soit que les Gallo-Romains eussent été exterminés en grand
nombre par les barbares, soit, ce qui est plus probable, qu'ils
eussent été refoulés par eux dans l'ouest et dans le midi. Au latin
succéda le tudesque, qui, diversement modifié, s'est perpétué jusqu'à
nos jours dans les patois de la rive gauche du Rhin, chez les
descendants des Ripuaires et des Ostrasiens.

Il n'en fut pas de même dans la Neustrie, ou du moins dans la plus
grande partie, celle qui s'étendait de la Scarpe à la Loire, et de la
Meuse à l'Océan. Les Franks Saliens qui s'établirent dans cette
contrée étaient les plus éloignés du Rhin, et n'avaient que peu de
relations avec les peuples germaniques qui habitaient de l'autre côté
du fleuve, tandis qu'ils se trouvaient mêlés aux populations
gallo-romaines, de beaucoup supérieures en nombre aussi bien qu'en
civilisation et en culture intellectuelle de tout genre. Aussi, quoi
qu'il pût en coûter à l'orgueil et à l'insouciante rudesse des
vainqueurs, ils se virent contraints par la force des circonstances à
apprendre la langue des vaincus, dont ils adoptèrent également la
religion et l'administration. Le poëte Fortunat, profitant sans doute
du privilége poétique de l'hyperbole, loue Charibert, roi de Paris, de
ce qu'il parle le latin mieux que les Romains eux-mêmes, et il
s'émerveille de l'éloquence qu'il lui suppose dans sa langue
maternelle[6]. Le même poëte attribue également à Chilpéric une
connaissance toute particulière de la langue latine[7]; mais Grégoire
de Tours se montre moins flatteur à son égard. Ce prince avait composé
un ouvrage en prose sur la Trinité et deux livres de poésie. L'évêque
historien condamne sa théologie comme hérétique et sa poésie comme
transgressant toutes les règles de la versification latine. «Ses
vers, dit-il, ne sauraient se tenir sur leurs pieds; des syllabes
brèves il en a fait des longues, et des longues il en a fait des
brèves»[8]. Si ce roi frank, malgré ses prétentions d'écrivain, ne fut
point un habile latiniste, on peut se figurer ce que devait être le
gros de la nation. Les Germains avaient conservé dans les Gaules
l'amour de la vie indépendante qu'ils menaient en Germanie; ils se
trouvaient mal à l'aise dans l'enceinte des villes, et préféraient le
séjour de la campagne. Ils construisirent à la façon germanique, et
principalement sur le bord des forêts, des espèces de hameau dont les
uns étaient nommés _fara_ et les autres étaient appelés _ham_. Avec de
telles habitations et une pareille manière de vivre, les Franks se
trouvèrent nécessairement dans un contact journalier et dans des
relations habituelles avec les campagnards gallo-romains. Ceux-ci
furent les seuls professeurs de langue qu'eurent tous ces barbares,
bien moins amoureux d'études laborieuses et de culture intellectuelle
que de pillage, de jeu, de chasse, de bonne chère et de débauches de
toute sorte. Ils apprirent de pareils maîtres un latin mêlé de
celtique que, de leur côté, ils altérèrent encore davantage par
l'introduction d'un grand nombre de mots tudesques. Les habitants des
villes, qui se piquaient encore de parler le latin avec quelque
pureté, dédaignaient ce jargon né dans les campagnes, qu'ils
désignaient sous le nom de _langue rustique_.

  [6] Fortunat, lib. VI, carm. 4; Hist. Franc. Script. t. II, p.
  506.

  [7] Fortunat, lib. IX, ad Chilpericum regem; même recueil, p.
  520.

  [8] Grég. de Tours, liv. VI, ch. 46.

Cependant les Franks de la Neustrie conservèrent longtemps entre eux
l'usage du francique dans leurs familles, dans les camps, dans les
armées, dans les assemblées où les vainqueurs décidaient du sort des
vaincus. Aussi cette langue fut-elle parlée non-seulement par Clovis
et par ses fils, mais encore par plusieurs de ses successeurs.
Toutefois le tudesque disparut peu à peu de la Neustrie par la fusion
des Franks avec les Gallo-Romains. Les ténèbres qui couvrent
l'histoire de cette époque ne me permettent guère de préciser le temps
où cette fusion s'est opérée; cependant on peut conjecturer avec assez
de vraisemblance qu'elle était déjà fort avancée dès les commencements
du septième siècle. Elle se manifeste dans le siècle suivant par
l'antagonisme des Ostrasiens et des Neustriens: les premiers
représentaient l'élément germanique, les seconds représentaient
l'élément gallo-romain. Les Neustriens eurent d'abord l'avantage dans
cette lutte; mais les Ostrasiens, conduits par Charles Martel,
l'emportèrent enfin. La Neustrie eut à subir une nouvelle invasion
germanique qui eut pour conséquence, quelques années après,
l'avénement de la dynastie ostrasienne des Carolingiens.

Charlemagne, le héros de la race carolingienne, avait appris plusieurs
langues étrangères, et parlait le latin avec facilité, ainsi que le
rapporte son historien Éginhard; mais le francique était sa langue
maternelle. Il eut toujours une prédilection toute particulière pour
le rude mais énergique idiome de ses pères, au point qu'il entreprit
de composer lui-même une grammaire francique. Il donna des noms
tudesques aux vents et aux mois, et voulut qu'on recueillît
soigneusement tous les chants populaires et toutes les anciennes
poésies qui célébraient les exploits des guerriers germaniques dans
leur langue nationale. Le francique fut également la langue usuelle de
Louis le Débonnaire, bien qu'il parlât le latin avec autant de
facilité. Il ordonna de traduire les Évangiles en tudesque, et c'est
probablement à lui que nous devons la version du moine Otfrid, qui est
parvenue jusqu'à nous.

Le _latin rustique_, ainsi que je l'ai dit, était, dans la Neustrie,
l'idiome qui servait aux relations des Gallo-Romains avec les Franks;
il fut un moyen de rapprochement entre les deux races, et devint peu à
peu la langue générale de la nation. Son extension se trouva favorisée
par l'abandon complet où étaient tombées les études, et par
l'insouciance des esprits pour les chefs-d'œuvre déjà langue latine.
Le clergé lui-même contribua puissamment à le propager; car beaucoup
d'ecclésiastiques ne connaissaient que ce latin vulgaire, et tous
étaient obligés de s'en servir pour faire entendre leurs instructions
au peuple. Au commencement du septième siècle nous trouvons le latin
rustique employé à composer des chants populaires; il nous est même
parvenu quelques vers d'une de ces chansons qui célébrait la victoire
remportée par Clotaire II sur les Saxons. Ce latin était si bien
devenu la langue usuelle du peuple, que cette chanson volait de bouche
en bouche, et que les femmes s'en servaient pour exécuter des
danses[9].

  [9] Hildegar, _Vie de saint Fraron_; in Mabillon, Acta SS.
  Ordinis S. Bened. sœculum II, p. 617.

    De Clotaire il faut chanter, le roi des Franks,
    Qui alla combattre la nation des Saxons, etc.

La rime remplace la mesure; les solécismes sont nombreux; le latin
est transformé:

    De Chlothario est canere, rege Francorum,
    Qui ivit pugnare, in gentem Saxonum....

    (L. D.)

Dans l'origine, le latin rustique ne différait guère du latin
littéraire que par la violation de quelques règles grammaticales, par
quelques vices de prononciation, par le mélange d'un certain nombre de
mots et de tournures celtiques et tudesques. Mais des altérations
plus profondes et plus radicales décomposèrent insensiblement ce latin
populaire, au point qu'au septième siècle il put être considéré comme
un nouvel idiome, entièrement distinct de l'ancienne langue latine à
laquelle il devait son origine. La nouvelle langue fut appelée
_romane_, parce qu'elle était l'idiome propre des vaincus, à qui l'on
donnait le nom de Romains par opposition aux conquérants issus de _la
noble race des Franks_.

La première mention de la langue romane que l'histoire nous ait
conservée remonte au milieu du septième siècle; elle nous a été
transmise par l'auteur anonyme de la vie de saint Mummolin, qui
succéda à saint Éloi comme évêque de Noyon, honneur qu'il dut
principalement à la connaissance toute particulière qu'il avait de la
langue romane et de la langue tudesque. Il était, en effet, fort
important à cette époque qu'un évêque sût parler l'un et l'autre de
ces idiomes, afin de pouvoir lui-même instruire, dans leur propre
langue, les populations appartenant aux deux races différentes qui
occupaient les Gaules, ainsi que le prescrivit formellement plus tard
le troisième concile de Tours. Aussi voyons-nous que plusieurs
ministres de la religion se rendirent capables de s'acquitter de ce
double devoir. On peut citer entre autres saint Adalard, abbé de
Corbie, qui vivait vers la fin du huitième siècle. Gérard, abbé de
Sauve-Majeure, qui fut son disciple, dit en parlant de lui: «S'il
employait la langue vulgaire, c'est-à-dire la romane, vous eussiez cru
qu'il n'en savait pas d'autre; si c'était le tudesque, son discours
avait plus d'éclat; mais dans aucune langue sa parole n'était aussi
facile que lorsqu'il s'exprimait en latin.»

Il nous reste quelques vestiges de la langue romane de la fin du
huitième siècle; on les trouve dans les litanies qui se chantaient à
cette époque dans le diocèse de Soissons[10].

  [10] Après avoir récité les litanies, le chœur invoquait la
  protection du ciel en faveur du pape Adrien Ier et de l'empereur
  Charlemagne; à chaque invocation, le peuple qui se trouvait dans
  l'église, répondait: TU LO JUVA, _aide-le_.

Le milieu du siècle suivant nous offre le premier monument important
de cette langue qui soit parvenu jusqu'à nous; c'est le serment que
Louis le Germanique fit à Charles le Chauve en 842. La langue du
dixième siècle nous est connue par une _cantilène_ en l'honneur de
sainte Eulalie, et celle du onzième, par les lois que Guillaume le
Conquérant donna aux Anglais, après avoir soumis leur pays[11]. Ce
n'est qu'à partir du douzième siècle que les productions littéraires
de la langue romane du nord devinrent assez nombreuses et assez
considérables.

  [11] Et par la chanson de Roland, de Théroulde. (L. D.)

Avant de prononcer le serment dont je viens de parler, Louis le
Germanique et Charles le Chauve haranguèrent leur armée, chacun dans
l'idiome particulier usité chez son peuple, Louis en tudesque, et
Charles en langue romane. Voilà donc un fils de Louis le Débonnaire,
c'est-à-dire un petit-fils de Charlemagne, obligé de parler la langue
des vaincus pour se faire entendre de ses sujets. C'est que la
position dans laquelle il se trouvait était bien différente de celle
de son père et de son aïeul. Ces deux princes commandant à la
Germanie, à la Gaule et à l'Italie, résidaient sur les bords du Rhin,
au milieu des Germains, leurs compatriotes, auxquels leur maison
devait son élévation et sa gloire. Ainsi, leur origine, le pays qu'ils
habitaient, les gens qui les entouraient, tout concourait à ce que le
tudesque fût la langue usuelle des empereurs. Mais Charles le Chauve,
réduit à la possession de la Neustrie, se trouva jeté au milieu de
populations qui ne parlaient, qui ne comprenaient que le roman, et qui
avaient le tudesque en aversion[12]; aussi fut-il contraint d'adopter
la langue romane, la seule qui pût le mettre en rapport avec la nation
à laquelle il commandait. A plus forte raison cette langue dut-elle
être parlée par les rois qui lui succédèrent[13].

  [12] Cette aversion était telle que la seule différence de
  langage occasionnait parfois des rixes sanglantes entre les gens
  de langue romane et ceux de langue tudesque. Charles le Simple,
  petit-fils de Charles le Chauve, s'étant rendu sur les bords du
  Rhin pour avoir une conférence avec Henri l'Oiseleur, des jeunes
  gens qui étaient à la suite des deux princes furent, _selon
  l'habitude de ceux des deux pays_, tellement choqués de
  s'entendre parler les uns roman, les autres tudesque, qu'ils
  commencèrent par s'insulter de la manière la plus violente, et
  finirent par fondre les uns sur les autres, l'épée à la main, si
  bien qu'il y en eut plusieurs de tués. (_Richer_, éd. de M. J.
  Guadet, t. I, p. 48.)

  [13] La différence de langue qui existait entre les Neustriens et
  les Ostrasiens était tellement marquée au neuvième siècle (888),
  que les premiers étaient appelés Franks latins, et les seconds
  Franks Teutons (_Chronique anonyme_, dans le recueil des Histor.
  de France, t. VIII, p. 231).

Toutefois le tudesque ne disparut pas complétement de la cour; les
Carolingiens en perpétuèrent, sinon l'usage habituel, du moins
l'intelligence parmi les principaux officiers de leur maison[14]. Tout
semblait leur en faire à la fois un devoir et une nécessité, les
traditions, le souvenir de leur origine, leurs mariages fréquents avec
des princesses de sang germanique, leur résidence habituelle à Laon,
ville située dans le voisinage des pays allemands de la Lorraine
inférieure, et enfin la participation active et continuelle que les
princes germaniques prirent sous cette dynastie à tous les troubles,
à tous les démêlés, à toutes les guerres, à tous les traités qui
eurent lieu dans le royaume. Aussi, ceux qui s'adonnaient au maniement
des affaires publiques attachaient-ils une grande importance à la
connaissance du tudesque. Mais, dès le milieu du neuvième siècle, les
personnes qui possédaient pleinement l'usage de cet idiome étaient
devenues si rares dans le royaume, que Loup, abbé de Ferrière, l'un
des principaux ministres de Charles le Chauve, fut obligé d'envoyer en
Allemagne des jeunes gens de son monastère, auxquels il jugeait à
propos de faire apprendre la langue qui était la plus nécessaire aux
relations politiques[15].

  [14] Les rois carolingiens étaient étrangers à la France, et
  parlaient une langue étrangère; on comprend très-bien ce que nous
  dit Richer, qu'on les chassa comme étrangers, en 987, quand on
  donna la couronne à un roi national, français, Hugues Capet. (L.
  D.)

  [15] _Loup de Ferrière_, epist. XII, 844. Dans le recueil de dom
  Bouquet, VII, 488.

On ne sera donc pas étonné de voir que, dans le siècle suivant, Louis
d'Outre-Mer comprenait le tudesque beaucoup mieux que le latin. Au
synode d'Engelheim, où ce roi et l'empereur Othon Ier se trouvaient
réunis, on produisit une lettre du pape Agapet, relative aux disputes
qui s'étaient élevées entre Artalde, archevêque de Reims, et Hugues,
son compétiteur; comme cette lettre était écrite en langue latine, on
fut obligé de la traduire en tudesque, afin d'en donner connaissance
aux deux princes.

Mais les circonstances qui avaient maintenu l'intelligence de l'idiome
des Franks dans la maison royale des Carolingiens avaient cessé
d'exister sous les rois de la troisième race, et Hugues Capet, le
premier d'entre eux, bien qu'issu du sang germanique, était tout aussi
complétement ignorant du langage de Charlemagne qu'il l'était de celui
d'Auguste. Les gens qui l'entouraient n'entendaient pas plus que
lui-même l'idiome de la Germanie. Aussi, à partir de cette époque, les
princes d'Allemagne qui désiraient entretenir des relations avec la
cour de France furent obligés d'avoir recours à des ambassadeurs qui
connussent la langue romane[16].

  [16] _Chron. monast. S. Michaelis_, dans le recueil de D.
  Bouquet, X, 286.

Le roman dut principalement sa formation aux altérations successives
que le peuple fit subir à la langue latine[17]. Ces altérations,
partout les mêmes quant aux procédés généraux, durent néanmoins, dès
l'origine, différer par certaines nuances, selon le pays où se forma
le nouvel idiome. Dans la suite, ces différences, accrues et
multipliées par le temps, en vinrent à se dessiner plus nettement, et
à se circonscrire avec plus de précision, à la faveur du
fractionnement que le système féodal fit éprouver à tout le territoire
du royaume.

  [17] Le français est donc né du latin défiguré d'abord par les
  idiomes celtiques et plus tard pénétré d'éléments germaniques.
  (L. D.)

Si dans le douzième, le treizième et le quatorzième siècle on eût
voulu tenir compte de toutes les variétés que présentait la _langue
d'oil_[18], selon les divers pays où elle était en usage, on eût pu
diviser cette langue en autant de dialectes qu'il y avait de
bailliages dans la France septentrionale; mais, en ne tenant compte
que des caractères généraux les plus marqués, on arrivait à
reconnaître autant de dialectes différents que l'on comptait de
provinces en deçà de la Loire. Chacune des capitales de ces provinces
devenait un centre dont l'influence se faisait sentir sur tout le
pays qui en dépendait, et les habitants de la même province se
piquaient plus ou moins de modeler leur langage sur celui que l'on
parlait à la cour du duc ou du comte qui les gouvernait. De la sorte,
chaque idiome provincial tendait à une certaine uniformité, et la
_langue d'oil_ pouvait se diviser en dialecte de la Picardie, de
l'Artois, de la Flandre, de la Champagne, de la Lorraine, de la
Franche-Comté, de la Bourgogne, du Nivernais, de l'Orléanais, de la
Touraine, de l'Anjou, du Maine, de la Haute-Bretagne, de la Normandie
et de l'Ile-de-France. Il est important de remarquer que celui-ci
était spécialement désigné sous le nom de _français_, par opposition
au picard, au normand, au bourguignon, etc.

  [18] L'idiome roman du nord de la France reçut le nom de _langue
  d'oil_, et l'idiome roman du midi celui de _langue d'oc_. On
  pense que la _langue d'oil_ et la _langue d'oc_ ont été ainsi
  appelées de la manière d'énoncer l'affirmation. En effet, on se
  servait pour cela de _oil_ (oui) dans le nord, et de _oc_ dans le
  midi.

Par l'avénement de la maison des ducs de France à la couronne des
Carolingiens, le _dialecte français_ partagea la fortune de cette
maison, et prit de jour en jour une supériorité marquée sur les autres
dialectes, comme la nouvelle royauté ne tarda pas à établir sa
suprématie sur tous les feudataires du royaume. La cour de France
était devenue, pour les seigneurs du Nord, le modèle et l'école de la
galanterie, de la courtoisie et des belles manières; la langue parlée
dans la maison royale était l'expression naturelle de ces débuts de la
civilisation et de la politesse. Aussi, dès le douzième siècle, il
n'était plus permis à un seigneur normand, picard ou bourguignon, de
se présenter à la cour de France sans qu'il sût s'exprimer en
_français_, non plus qu'à un trouvère, désireux de quelque célébrité,
de composer ses ouvrages en un autre dialecte[19]. A partir de cette
époque, l'idiome de l'Ile-de-France se propagea de plus en plus, à
l'aide des circonstances qui ne cessèrent de lui être favorables et
des moyens puissants que surent employer les rois pour fonder l'unité
française. Au treizième siècle, ce fut par l'extension du domaine de
la couronne; au quatorzième, par l'accroissement de l'autorité des
Capétiens, l'organisation de la justice royale, celle du parlement de
Paris et de la grande chancellerie; au quinzième, par l'établissement
d'une administration fiscale, d'une organisation militaire, par
plusieurs autres institutions, ainsi que par la faveur accordée à
l'imprimerie naissante; au seizième siècle enfin, par des ordonnances
formelles prescrivant l'usage exclusif du _français_ dans tous les
actes publics ou privés, de quelque nature qu'ils pussent être[20].

  [19] Romans ne histoire ne plaît
  Aux Françoys, se ilz ne l'ont fait.

    (_Aymon de Varennes_, trouvère du XIIe siècle.)

  [20] François Ier prescrivit l'usage exclusif du français dans
  les actes publics et les actes privés, par trois ordonnances
  successives.

Dès lors le français acquit une telle importance et obtint une telle
prééminence sur les autres dialectes de la langue d'oil, que ceux-ci,
réduits à l'état de patois[21] dédaignés, furent relégués dans les
campagnes, où ils s'éteignent de nos jours dans les derniers rangs de
la population, semblables à de faibles rejetons étouffés par les
vigoureuses racines d'un arbre puissant qui naquit avec eux au pied du
même tronc.

  [21] Langages de pays, _linguæ patrienses_. (L. D.)

    A. DE CHEVALLET, _Origine et formation de la langue française_,
    t. 1, prolégomènes.

   Albin d'Abel de Chevallet naquit en 1812 et est mort en 1858. Son
   excellent ouvrage, qui forme 3 volumes in-8º, a eu deux éditions;
   la première lui a valu, en 1850, un prix à l'Institut; et la
   seconde en a obtenu un autre en 1858.



SERMENT DE LOUIS LE GERMANIQUE[22].


Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament, d'ist
di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai-eo
cist meon fradre Karlo, et in adjudha, et in cadhuna cosa, si cum om
per dreit son fradra salvar dist, in o quid il mi altresi fazet; et ab
Ludher nul plaid nunquam prindrai qui, meon vol, cist meon fradre
Karle in damno sit.

   Pour l'amour de Dieu, et pour notre commun salut et celui du
   peuple chrétien, de ce jour en avant, autant que Dieu me donnera
   savoir et pouvoir, ainsi sauverai-je ce mien frère Charles, et en
   aide et en chacune chose, ainsi comme on doit par devoir sauver
   son frère, pourvu qu'il en fasse de même pour moi; et de Lothaire
   je ne prendrai jamais aucun accord qui, de ma volonté, soit au
   préjudice de ce mien frère Charles.

  [22] Ce serment fut prononcé quand Charles le Chauve et Louis le
  Germanique s'allièrent contre Lothaire, en 842.


SERMENT DES SOLDATS DE CHARLES LE CHAUVE.

Si Lodhwigs sagrament quæ son fradre Karlo jurat, conservat, et Karlus
meos sendra, de suo part, non lostanit, si io returnar non l'int pois,
ne io, ne ceuls cui eo returnar int pois, in nulla ajudha contra
Lodhuwig nun li vi er.

   Si Louis conserve le serment qu'il jure à son frère Charles, et
   si Charles mon seigneur, de sa part, ne le tient pas, si je ne
   puis l'en détourner, ni moi, ni aucun que je pourrai en
   détourner, en nulle aide contre Louis je ne lui serai.



CANTILÈNE EN L'HONNEUR DE SAINTE EULALIE[23].


    Buona pulcella fut Eulalia,
    Bel avret corps, bellezour anima.
    Voldrent la veintre li Deo inimi,
    Voldrent la faire diavle servir.
    Elle n'out eskoltet les mals conseillers,
    Qu'elle Deo raneiet chi maent sus en ciel,
    Ne por or, ned argent, ne paramenz,
    Por manatce regiel ne preiemen;
    Ne ule cose non la pouret oncque pleier.
    La polle sempre non amast lo Deo menestier;
    E por o fut presente de Maximiien,
    Chi rex eret a cels dis sovre pagiens.
    El li enortet dont lei nonque chielt,
    Qued elle fuiet lo nom christien.
    Ell' ent adunet lo suon element,
    Melz sostendreiet les empedementz,
    Qu'elle perdesse sa virginitet.
    Por o s' furet morte a grand honestet.
    Enz en l'fou la getterent com arde tost.
    Elle colpes non avret, por o no s' coist.
    A ezo ne s' voldret concreidre li rex pagiens;
    Ad une spede li roveret tolir lo chief.
    La domnizelle celle kose non contredist;
    Volt lo seule lazsier si ruovet Krist.
    In figure de colomb volat a ciel.
    Tuit oram que por nos degnet preier
    Qued avuisset de nos Christus mercit
    Post la mort, et a lui nos laist venir,
    Par souue clementia.


_Traduction littérale._

    Eulalie[24] fut une bonne jeune fille,
    Beau corps avait, plus belle âme.
    Veulent la vaincre les ennemis de Dieu,
    Veulent la faire servir le diable.
    Elle n'eût écouté les mauvais conseillers (_qui lui disaient_)
    Qu'elle reniât Dieu qui demeure là-haut au ciel,
    Ni pour or, ni argent, ni parures,
    Par menaces royales, ni prières;
    Ni aucune chose ne la pourrait jamais ployer.
    Le gouvernement n'aima pas toujours le service de Dieu;
    Et pour cela fut présentée à Maximien,
    Qui était roi, à ces jours, sur les païens.
    Il l'exhorte à ce dont elle ne se soucie jamais,
    Qu'elle fuie le nom chrétien.
    Avant qu'elle abandonne le sien élément (_principe_),
    Mieux soutiendrait les tortures,
    Qu'elle perdit sa virginité.
    Pour cela elle est morte à grand honneur.
    Dedans le feu la jetèrent, afin qu'elle brûlât vite.
    Elle n'avait pas de péchés, pour cela elle ne cuit (_brûla_) pas.
    A cela ne se voulut fier le roi païen;
    Avec une épée il ordonna de lui enlever la tête.
    La demoiselle cette chose ne contredit;
    Veut le siècle (_le monde_) laisser si le Christ l'ordonne.
    En forme de colombe vole au ciel.
    Tous nous prions que pour nous elle daigne prier
    Qu'ait merci (_pitié_) de nous le Christ
    Après la mort, et à lui nous laisse venir
    Par sa clémence.

  [23] C'est la plus ancienne pièce de vers en langue d'oil que
  l'on connaisse. Elle est du dixième siècle.

  [24] Sainte Eulalie, vierge de Barcelone, fut martyrisée à
  Barcelone au troisième siècle, par les ordres du gouverneur
  Dacien.



LA RELIGION D'ODIN

(_Religion des Franks, des Saxons et des Northmans_).


La religion du Nord est d'origine asiatique. Les travaux de la science
moderne sur les antiquités religieuses des peuples septentrionaux, et
sur celle des Indiens et des Perses, ont enfin mis dans tout son jour
cette importante vérité, sur la trace de laquelle on s'était trouvé
amené depuis longtemps. Désormais il n'y a plus à cet égard aucun
doute. La mythologie d'Odin est un retentissement lointain des
mythologies savantes de l'Orient. Mais, bien que le fond de cette
mythologie soit incontestablement asiatique, sa forme altérée par
l'effet d'une longue indépendance, par les variations du génie
instinctif des peuples, par les changements de résidence, par les
événements particuliers de l'histoire, est profondément empreinte
d'une originalité toute septentrionale et véritablement autochthone.
Il faut dire aussi que cette religion ne nous est connue par aucun
système suivi, et que l'on est obligé, pour la comprendre, d'en
recomposer la métaphysique d'après des récits et des chants, dans
lesquels cette métaphysique est presque complétement effacée par
l'exubérance du symbole poétique, et qui ne sont eux-mêmes que des
fragments. Ces monuments nous représentent peut-être fidèlement les
croyances scandinaves, telles qu'elles se peignaient dans l'esprit du
vulgaire; mais il est certain qu'ici comme chez tous les peuples, il
faut percer l'enveloppe fabuleuse pour pénétrer jusqu'à la pensée
initiative des instituteurs de la religion.

L'Edda de Snorron[25], résumé authentique de traditions dont nous ne
possédons plus textuellement qu'un petit nombre, sera notre guide
principal dans l'exposé que nous allons entreprendre. L'auteur suppose
que Gylfé, roi des anciens Goths, frappé de ce que l'on raconte de la
grandeur des Ases, se rend, sous un nom supposé, à Asgard, pour en
juger par lui-même; là, dans un palais magique, au milieu d'une cour
nombreuse, il aperçoit, assis sur des trônes, trois princes, nommés,
le premier Har, ce qui signifie le Sublime; le second Jafnhar, l'Égal
du Sublime; le dernier Thridie, le Troisième: il les interroge.

  [25] On distingue les Eddas en: Edda poëtique et Edda prosaïque
  ou de Snorron. L'Edda poëtique est un recueil d'anciens chants
  scandinaves, rassemblés à la fin du onzième siècle, en Islande,
  par Sœmund Sigfusson; le recueil contient une quarantaine de
  poëmes, dont la Volu-Spa et le Hava-Mal sont les plus
  importants.--L'Edda de Snorron a été composée en Islande, au
  commencement du treizième siècle; c'est un traité de mythologie
  et de science poétique divisé en trois parties: les légendes
  (commentaire très précieux des anciens mythes scandinaves); le
  vocabulaire poétique; les règles de la prosodie scandinave.

Gangler commença ainsi son discours: «Quel est le plus ancien et le
premier des Dieux? Har répond: Nous l'appelons ici Alfader; mais dans
l'ancienne Asgard il a douze noms: Alfader (le Père universel),
Hervian (le Seigneur), Nikar (le Sombre), Nikuder (le dieu de l'Océan),
Fiolner (celui qui fait beaucoup), Ome (le Bruyant), Biflid (l'Agile);
Vidrer (le Magnifique), Svidrer (celui qui extermine), Svider (celui
qui cause l'incendie), Oske (le Maître des morts), Falker
(l'Heureux)--Gangler demande: Quel est ce dieu? Quel est son pouvoir?
Qu'a-t-il fait pour manifester sa gloire? Har répond: Il vit toujours;
il gouverne l'univers, et les petites choses comme les grandes.
Jafnhar ajoute: Il a créé le ciel et la terre. Thridie poursuit: Il a
fait plus; il a fait les hommes et leur a donné une âme qui doit
vivre, et qui ne s'anéantira pas, même quand le corps se sera dissous:
tous les bons habiteront avec lui dans un lieu nommé l'Ancien; mais
les mauvais iront vers Héla, et de là dans le Niflheim.»

Ce passage est extrêmement important par l'idée claire et élevée qu'il
nous donne en un instant du principe suprême de la religion
Scandinave. Voilà bien le père et le destructeur, celui qui crée et
celui qui extermine, l'auteur unique des hommes et des dieux,
l'éternel Brahma: c'est ce dieu excellent de la Germanie, dont parle
Tacite: «Regnator omnium Deus, cætera subjecta atque parentia.» Comme
dans la mythologie orientale, il paraît au commencement, puis il
s'efface, laissant agir ce qui procède de lui, et ne reparaît plus
qu'à l'heure de la consommation du monde.

Il est assez difficile de décider avec certitude si ce dieu suprême
tire absolument l'univers du néant, car aucun des chants qui nous sont
restés ne s'explique sur ce point d'une manière précise. La première
chose qui se découvre dans l'histoire de la création, selon les
Scandinaves, est un immense abîme, peut-être co-éternel à Dieu, dans
lequel les principes contraires sont disposés chacun dans une région
distincte: les uns, que l'on pourrait regarder comme les principes
passifs, l'eau, le froid, l'inerte, l'obscur, sont au Nord; les
autres, qui sont les principes actifs, le feu, le mouvement, la
chaleur, la lumière, sont au Sud. La première de ces deux régions est
nommée le Niflheim, la seconde le Muspelheim: l'une est l'enfer,
l'autre le paradis. A la frontière de ces deux régions, et par la
combinaison des effluves contraires que la vertu divine en fait
sortir, se produit la masse habitable de l'univers, figurée dans le
langage poétique par un géant nommé Ymer. De cette masse, par des
causes qu'il serait peut-être téméraire de prétendre analyser sous le
voile épais dont la mythologie scandinave les enveloppe, naissent de
bons et de mauvais génies, auxquels le Créateur suprême semble
abandonner, sans s'en occuper davantage, l'administration de
l'univers. C'est à ces dieux secondaires, que remonte directement la
création de Aske et de Emla, principe sacré du genre humain, et ce
sont eux qui composent, pour ainsi dire, à eux seuls toute la
religion. Chacun peut aisément reconnaître les intimes rapports de
cette cosmogonie avec la cosmogonie de l'Inde, mais plus
particulièrement encore avec celle de la Perse. Il n'est pas besoin
d'insister ici là-dessus; et il vaut mieux rentrer dans notre sujet
spécial en essayant de donner par quelques citations une idée plus
étendue de l'esprit particulier de la mythologie scandinave. Voici le
début de l'une des odes antiques les plus précieuses que le Nord nous
ait conservées: elle est connue dans la tradition sous le nom de
Volu-Spa ou chant de la prophétesse, et paraît composée d'une suite
de lambeaux empruntés à des poëmes cosmogoniques encore plus anciens;
ce qui explique son obscurité.

«Que toutes les divines créatures, grandes et petites, fassent
silence! Vous voulez que je récite les éloges antiques du fils de
Heimdall, et ce que je sais de plus ancien sur les hommes de Valfodur.
Je me souviens des géants nés au matin, chez lesquels je me suis
instruite autrefois. On était au matin des siècles lorsque Ymer parut:
il n'y avait ni sable, ni mer, ni vents rafraîchissants; la terre ne
se trouvait nulle part, et le ciel n'existait point dans la hauteur.
Un abîme immense était dans l'espace, et la verdure n'existait point.
Avant que les fils de Bore qui bâtirent Midgard eussent élevé les
tables, le soleil éclairait du côté du midi les pierres du palais. Le
soleil ignorait où était sa demeure; les étoiles ignoraient où elles
devaient établir leur siége; la lune ignorait le lieu de sa force:
Mais alors les dieux prirent place au suprême tribunal et
considérèrent ces choses. Ils donnèrent des noms à la nuit et à la
lune décroissante; ils en donnèrent au matin, au midi, et au soir,
afin que l'on comptât la suite des années.--Enfin, les Ases puissants
et dignes d'amour, quittant cette troupe, vinrent en un lieu, et là
ils trouvèrent sur le rivage les deux malheureux, Aske et Emla, privés
de toute force, n'ayant pas d'âme, n'ayant pas de raison: ils
n'avaient ni sang, ni parole, ni beauté. Odin leur donna l'âme, Honer
la raison, Lodur le sang et la beauté.»

Voilà avec ce majestueux laconisme, si ordinaire dans tout ce qui
porte le cachet de la poésie sacerdotale, le récit de l'enfantement du
monde. Les mots, dans ces vers mystérieux, ne sont pour ainsi dire que
les éclairs par lesquels les idées ensevelies dans la nuageuse
profondeur trahissent leur présence. Les fables recueillies par
Snorron et qui composent le fond de la seconde Edda sont heureusement
plus explicites, et nous permettront de pénétrer plus avant dans le
détail de ces mythes. «Gangler demande où habitait le géant Ymer, et
quelle était sa nourriture; Har lui répond: «Après que le souffle qui
venait du Midi eut fondu les exhalaisons de la glace et en eut formé
des gouttes (le principe de Ymer), il en forma une vache. Quatre
fleuves de lait coulaient de ses mamelles, et elle nourrissait Ymer.
La vache se nourrissait à son tour en léchant les pierres couvertes de
sel et de gelée. Le premier jour qu'elle lécha ces pierres, il en
sortit des cheveux d'homme; le second jour, une tête; le troisième, un
homme entier, qui était doué de beauté, de force et de puissance. On
le nomma Bure; c'est le père de Bore qui épousa Byzla, fille du géant
Baldorn. De ce mariage sont nés trois fils, Odin, Vili et Vé. Et c'est
notre croyance qu'Odin gouverne avec ses frères le ciel et la terre,
que le nom d'Odin est son vrai nom, et qu'il est le plus puissant de
tous les dieux.» Gangler demande si les deux races vivaient entre
elles avec amitié. Har répond: «Bien au contraire; les fils de Bore
tuèrent Ymer, et il coula tant de sang de ses blessures, que tous les
géants y furent noyés à l'exception d'un seul nommé Bergelmer, qui se
sauva avec tous les siens. C'est par lui que s'est conservée la race
des puissances de la Gelée.» Gangler demande: «Que firent alors les
fils de Bore que vous nommez les dieux?» Har répond: «Ce n'est pas une
petite chose à dire. Ils traînèrent le corps de Ymer au milieu de
l'abîme et ils en firent la terre; l'eau et la mer furent formées de
son sang, les montagnes de ses os, les pierres de ses dents. Ayant
fait le ciel de son crâne, ils le posèrent sur la terre. Après cela
ils allèrent prendre des feux dans le Muspelheim, et les placèrent
dans l'abîme, afin qu'ils éclairassent la terre. De là les jours
furent distingués et les années comptées.» Gangler s'écrie: «Voilà
certainement de grandes œuvres et une vaste entreprise!» Har
continue, et dit: «La terre est ronde, et autour d'elle est placée la
profonde mer. Les rivages ont été donnés aux géants, et sont leur
demeure. Mais plus avant sur la terre, dans un espace également
éloigné de tous côtés de la mer, les Dieux ont bâti un rempart contre
les géants, avec les sourcils d'Ymer, et ils ont nommé cette enceinte,
Midgard.» «Mais, dit Gangler, d'où viennent les hommes qui habitent à
présent le monde? Har répond: «Les fils de Bore, se promenant un jour
sur le rivage, trouvèrent deux morceaux de bois flottant. Ils les
prirent et en firent un homme et une femme. Le premier leur donna
l'âme et la vie; le second, la raison; le troisième, l'ouïe, la vue,
la voix, des habillements et un nom. On appelle l'homme Aske et la
femme Emla. C'est d'eux qu'est descendu le genre humain, à qui une
demeure a été donnée près de Midgard. Les fils de Bore bâtirent
ensuite dans le milieu la ville d'Asgard où demeurent les dieux et
leurs familles. C'est là qu'est situé le palais d'Odin, nommé la
terreur des peuples. Lorsque Odin s'y assied sur son trône sublime, il
découvre tous les pays, voit les actions des hommes et comprend tout
ce qu'il voit. Sa femme est Frigga, fille de Fiorgun. De ce mariage
est descendue la famille des Dieux. C'est pourquoi Odin est appelé le
père universel. La terre est sa fille et sa femme. Il a eu d'elle
Asa-Thor, son premier né. La force et la valeur suivent ce dieu: c'est
pourquoi il triomphe de tout ce qui vit.»

Il me semble que l'on ne peut guère douter qu'Ymer ne représente dans
cette fable les forces désordonnées du chaos, _rudis indigestaque
moles_. La vache produite par le souffle de l'éternel Midi est le
principe de la fécondité qui, tout en nourrissant le chaos, fait
naître le principe créateur désigné sous le nom de Bore. De l'union de
ce principe avec une fille de la race d'Ymer, emblème de la matière,
sort enfin la trinité scandinave, Odin, Vili et Vé. Et remarquons ici
comme un point de la plus haute importance le trait décisif, confirmé
par l'Edda de Snorron, que la Volu-Spa nous donne de cette trinité, à
l'endroit de la création du genre humain: c'est la première personne
ou Odin qui confère l'âme, la seconde qui confère la raison, la
troisième qui confère la forme et l'existence du corps. A cette
trinité appartient le gouvernement immédiat du ciel et de la terre.
Près de ces divers principes subsiste, comme les mauvais anges dans la
mythologie des Perses ou les Titans dans celles des Grecs, la race des
géants. C'est par un combat contre ces puissances fatales, dans lequel
Odin et ses frères demeurent vainqueurs, que commence l'histoire du
monde. Les géants sont repoussés aux confins de la terre habitable; un
rempart est élevé contre leurs efforts destructeurs; le genre humain
prend naissance.

On ne s'attend point que nous entrions ici dans le détail de la
généalogie et des attributs de toutes les divinités du ciel
scandinave. Snorron y place, comme dans l'Olympe grec, douze divinités
principales.

Ce sont des personnifications analogues à celles que l'on rencontre
dans toutes les mythologies. Thor, le premier né d'Odin, est le dieu
de la guerre; Balder, le second, est le dieu de la bonté et de la
miséricorde; Brage préside à l'éloquence; Tyr à la prudence militaire;
Hoder à la richesse; Niord, de la race des géants, mais élevé dès son
enfance chez Odin, est le maître de la mer; de lui sont nés Frey, le
dieu de la pluie, et Freya, déesse de l'amour, bien différente de
Frigga, épouse d'Odin et déesse de la terre, la _herta_ germanique.
Les autres déesses sont Saga, l'histoire; Eyra, la médecine; Géfyone,
la chasteté; Nossa, fille de Freya, la parure; Vara, la bonne foi,
spécialement en ce qui concerne l'amour; Snotra, la prudence; enfin,
nous mentionnerons encore les Walkyries, qu'Odin envoie dans les
combats pour choisir les héros et les amener à sa table: ce sont elles
qui président aux coupes et aux festins. Quant aux mauvais génies,
nous nous contenterons de dire un mot de Loki, qui est l'Ahrimane du
Nord et le père des principes qui doivent finir par triompher du
monde: Héla, la mort; Fenris, la destruction; le serpent de Midgard,
qui enserre le monde, et qui est peut-être la corruption. «Loki, dit
l'Edda, est appelé le calomniateur des dieux, l'artisan de la fraude,
l'opprobre des dieux et des hommes. Il est fils du géant Farbante et
de Laufeya. Loki est beau et bien fait, mais il a l'esprit méchant,
léger, infidèle. Il surpasse tous les hommes dans l'art de la ruse et
de la tromperie. Sa femme se nomme Signie; il a eu d'elle Nare et
plusieurs autres fils. Il a eu de la géante Angerbode trois autres
enfants: l'un est le loup Fenris; le second le grand serpent de
Midgard; le troisième la Mort.»--La lutte continuelle des dieux et de
Loki, et les ruses innombrables de ce dernier, sont le sujet sur
lequel l'inépuisable imagination des Skaldes s'est le plus exercée. De
toutes ces fables, la seule qui nous paraisse importante est celle qui
nous représente Balder, le dieu de la charité et de la miséricorde,
tué par mégarde, sur les instigations perfides de Loki, par l'aveugle
Hothur. Loki, malgré ses subterfuges finit par être vaincu et
enchaîné dans une caverne d'où il ne sortira qu'au dernier jour. Au
surplus toutes ces fables, excepté peut-être cette dernière, sont
évidemment postérieures à l'époque primitive de la théologie, et le
caprice des poëtes y a eu bien plus de part que la métaphysique.

Enfin le dernier jour arrive. L'équilibre qui subsistait dans la
création entre les principes contraires est rompu. Le dieu supérieur
lui-même, comme dans la théologie orientale, rentre en scène pour
prêter main-forte à la destruction. Les principes secondaires sont
tués les uns par les autres. Tout s'anéantit, mais bientôt aussi tout
renaît sous une forme nouvelle. _Magnus ab integro sæclorum nascitur
ordo._ D'effroyables désordres qui se manifestent sur la terre où
l'harmonie des sociétés et celle de la nature commencent à se
troubler, sont le signal de la venue de ces jours terribles, et après
la tuerie des hommes arrive celle des dieux. Les derniers restes de la
création se dissipent dans les flammes envoyées du midi par Surtur (le
Noir), le Brahm scandinave. Afin de donner une idée plus précise de
cette grande et sublime prophétie, nous citerons en les traduisant
littéralement, d'après le latin de Résénius, les propres paroles de la
Volu-Spa:

«Au delà de nos jours, moi, fille puissante d'Odin, j'aperçois le
crépuscule des Dieux.

«Garm aboie devant l'antre horrible de Gnip; les chaînes sont rompues;
Fréco se précipite. Les frères combattent et se tuent les uns les
autres; on crache sur la parenté. Il fait dur dans le monde: grands
adultères: âge de décadence: âge d'épée: les boucliers se brisent: âge
de tempête, âge de férocité. Jusqu'à ce que le monde soit détruit,
aucun homme n'épargnera un autre homme.

«Les fils de Mimir (les flots de l'Océan) jouent entre eux. Les
rameaux s'enflamment. Heimdall sonne à grand bruit dans sa trompe.
Odin consulte la tête de Mimir. L'arbre antique résonne. Les géants
sont délivrés. Le frêne d'Igdrasil (le symbole du monde) frémit
d'horreur. Garm aboie devant l'antre horrible de Gnip; les chaînes
sont rompues; Fréco se précipite.

«Que se passe-t-il chez les Ases? Que se passe-t-il chez les Alfes? Le
monde des géants est plein de bruit. Les Ases tiennent conseil. Les
nains gémissent devant les ouvertures des rochers. Surtur (le Noir)
vient du Midi avec son glaive; l'épée est éblouissante comme le
soleil. Les rochers se brisent; les dieux sont épouvantés; les hommes
foulent le chemin de Héla (de la mort); le ciel se fend.

«Odin engage le combat avec le loup, et la blanche Freya s'oppose à
Surtur. Mais le mari de Frigga succombe. Alors Vidar, le puissant fils
d'Odin, prêt à combattre l'animal funèbre, de sa main étendue le
frappe au cœur de son épée, vengeant ainsi la mort de son père. Il
s'avance, le fils gracieux de Hlodymia, et il renverse vaillamment le
serpent de Midgard; mais il recule de neuf pas, empoisonné par le
funeste serpent.

«Le soleil devient noir; la terre entre dans la mer; les brillantes
étoiles se détachent du ciel; le feu se répand sur l'antique édifice;
la flamme dévorante s'élève jusqu'au ciel. Garm aboie devant l'antre
de Gnip; les chaînes seront rompues; Fréco se précipitera.»

Mais la consommation suprême à peine terminée, une nouvelle création
recommence: les diverses puissances qui avaient présidé à la création
antérieure, tout en se résorbant dans la puissance éternelle, ont
laissé après elles des germes qui reprennent vie à leur place.
Écoutons encore la Vola.

«Elle voit enfin sortir du sein de la mer une terre entièrement
couverte de verdure. Elle voit les cascades se précipiter, et
au-dessus d'elles planer l'aigle qui guette les poissons dans les
montagnes. Les Ases se réunissent dans les plaines d'Ida, et
conversent ensemble sur la destruction du monde et les anciens runes
d'Odin.

«On retrouve dans le gazon les antiques tables d'or. Les champs
produisent d'eux-mêmes les fruits. L'adversité disparaît. Balder
revient. Balder et Hotker s'établissent en paix dans le palais d'Odin.
Comprenez-vous? Sais-je encore quelque chose? Un palais couvert d'or,
plus brillant que le soleil, s'élève sur le Gimlé: les bons y font
leur demeure et y jouissent pendant les siècles du bien
suprême.»............ Pour prendre idée en un instant de la morale
particulière à un peuple, il suffit d'examiner quelles sont, chez ce
peuple, les conditions du paradis et celles de l'enfer. En jugeant les
Scandinaves d'après cette maxime, il n'est pas difficile de
reconnaître que la valeur militaire formait chez eux le fond essentiel
de la vertu: «La valeur, comme le dit un guerrier germain dans Tacite,
est le seul bien de l'homme: Dieu se range du côté du plus fort.» Le
palais d'Odin s'ouvrait à tous les guerriers morts avec courage sur le
champ de bataille. Conduits par les Walkyries, les brillantes déesses
de la mêlée, et enlevés sur des chevaux rapides, ces glorieux
trépassés venaient aussitôt s'installer parmi les immortels du
Valhalla. Cinq cent quarante portes spacieuses suffisaient à peine au
mouvement continuel des héros, se pressant pour entrer ou pour sortir,
aux abords de cette ruche céleste. Il ne pouvait donc y avoir qu'une
seule crainte pour l'homme intrépide: la crainte de ne pas mourir sur
le champ de bataille. Cette mort sur le champ de bataille était la
plus précieuse récompense qu'un noble cœur pût attendre. Loin
d'interrompre la vie, elle la prolongeait en la couronnant. Voyons
dans le chant de mort de Haquin, fils de Harald, de quelle manière se
peignait la mort aux yeux des combattants, et nous comprendrons
combien, loin de la redouter, ils devaient y aspirer avec énergie:

«Allons, dit la Walkyrie au héros, poussons nos chevaux au travers de
ces mondes tapissés de verdure, qui sont la demeure des dieux. Allons
annoncer à Odin qu'un roi va le visiter dans son palais.--Enfin, le
roi Haquin s'approche, et sortant du combat, il est encore dégouttant
de sang. A la vue d'Odin, il s'écrie: Ah! que ce dieu me paraît sévère
et terrible!--Le dieu Brage répond: Venez, vous qui fûtes l'effroi des
plus illustres, venez vous réunir à vos huit frères: les héros qui
habitent ici seront en paix avec vous, et vous vous abreuverez de
bière dans la compagnie des immortels.--Mais le prince valeureux
s'écrie: Je veux toujours garder mon armure: il faut qu'un guerrier
conserve avec soin sa cuirasse et son casque, et il est dangereux de
quitter sa lance un instant!»

Quel aplomb dans la mort! Il suffisait, chez les Scandinaves, pour
avoir le droit de redresser ainsi la tête en entrant dans l'empire
funèbre, de s'y trouver convoqué par le fer sanglant des batailles. On
conçoit aisément tout ce qu'une aussi vive persuasion devait inspirer
d'intrépidité et d'indomptable valeur. La mort conférée par la main
d'un ennemi constituait pour ces fanatiques adorateurs d'Odin un
sacrement suprême: elle était à leurs yeux comme un autre baptême de
sang, mais ayant seul qualité pour ravir les âmes dans les félicités
du Valhalla, et quiconque était sorti pacifiquement de la vie, quelque
éclat que cette vie en son temps eût jeté dans la guerre, les portes
du céleste palais demeuraient inexorablement fermées par la loi du
destin. D'autres mondes, les mondes mélancoliques de Héla, s'ouvraient
pour ces infortunées victimes de la mort. La croyance à cet égard
était si formelle, qu'au dire des poëtes, c'était dans un de ces
mondes que le dieu Balder lui-même, après sa mort, avait été contraint
de descendre. Quant aux lâches, l'affreux séjour du Nifflheim était
pour eux. Frappés d'infamie pendant leur vie, souvent même, comme le
rapporte Tacite au sujet des Germains, étouffés dans la boue par leurs
frères d'armes, ils allaient, leur dernière heure venue, expier leur
crime dans un enfer de glace et de venin. Lâcheté, courage, voilà
quels étaient, chez les Scandinaves, les deux pôles fondamentaux du
vice et de la vertu; et chez un peuple où la guerre semblait être la
fin essentielle de l'individu comme de la société, cela ne pouvait
manquer d'être ainsi.

On ne saurait croire à quel point cette morale, toute dirigée vers la
guerre, avait porté chez les Scandinaves le mépris de la mort.
L'instinct naturel avait été complétement anéanti. Au lieu de redouter
la mort comme un mal, on la désirait et on la recevait comme un bien.
Cet héroïsme inspiré aux Scandinaves par le sentiment de
l'immortalité, paraît avoir profondément étonné les Romains, qui ne
connaissaient que celui qui provient du dévouement à la chose
publique. Ce courage était pour eux une énigme ainsi que celui des
premiers chrétiens. «Ils tressaillent de joie dans un combat, dit
Valère-Maxime, en pensant qu'ils vont sortir de la vie d'une manière
si glorieuse; ils se lamentent dans les maladies de la crainte d'une
fin honteuse et misérable.» Il s'agissait pour ces guerriers de bien
plus grandes choses encore que la gloire et la honte: il s'agissait de
peines ou de récompenses éternelles. Lucain avait mieux compris le
secret de leur valeur. «La mort, disait-il, est pour eux le passage à
une longue vie dans un autre univers. Ils sont heureux de leur erreur
ces peuples que regarde le pôle! Ils ignorent la plus redoutable de
toutes les craintes, celle de la mort. De là, cette hardiesse à se
précipiter sur les piques; de là ces âmes toujours prêtes à la mort,
et cette persuasion qu'on ne saurait avoir que de lâches ménagements
pour la vie, puisqu'elle doit renaître.» Il me paraît hors de doute
que c'est cette croyance si forte qui a décidé la ruine de l'empire
romain. Des armées où il n'y a que l'honneur militaire, quelque
puissant qu'on l'y suppose, peuvent-elles résister à des armées mises
en mouvement par la religion? Ce sont vraiment là les épées du
Seigneur; leur mobile est souverain. Aussi me semble-t-il tout à fait
superficiel de chercher à expliquer, comme on le fait ordinairement,
par des considérations toutes temporelles, le démembrement de l'empire
romain. La religion y a joué un plus grand rôle peut-être que la
politique et la stratégie. C'est elle qui a décidé toutes les
victoires en jetant dans les balances du combat ses palmes
immortelles.

Ce point est, à mon avis, si important, que je crois pouvoir y
insister, en citant ici, d'après une ancienne chronique du Nord, la
_Jomswikinga Saga_, un exemple qui montre, mieux qu'aucun discours ne
pourrait le faire, combien la crainte qu'inspire naturellement la mort
à tous les hommes était complétement abolie chez les guerriers
scandinaves. Sept jeunes guerriers, appartenant à la colonie de
Jomsburg, fondée par Harald à la dent bleue, sur la côte méridionale
de la Baltique, accablés par le nombre dans un combat, et saisis
malgré leurs efforts désespérés, furent condamnés par leur vainqueur à
avoir la tête coupée. Cette condamnation fut reçue par eux avec la
même joie qu'une délivrance. Le premier qui fut mené au supplice se
contenta de dire avec un calme parfait: «Pourquoi ne m'arriverait-il
pas la même chose qu'à mon père? Il est mort; je mourrai.» Le guerrier
qui devait trancher la tête au second lui ayant demandé ce qu'il
pensait à la vue de la mort, il répondit: «qu'il connaissait trop bien
les lois de son pays pour qu'aucune parole marquant la crainte pût
sortir de sa bouche.» A cette même question, le troisième répliqua:
«Je me réjouis de mourir glorieusement, et je préfère cette mort à une
vie infâme comme la tienne.» Le quatrième fit une réponse plus longue:
«Je reçois, dit-il, la mort de bon cœur, et ce moment m'est agréable.
Je te prie seulement de me trancher la tête le plus promptement que tu
pourras, car c'est une question que nous avons souvent agitée à
Jomsburg que de savoir si l'on conserve encore quelque sentiment quand
la tête est coupée. C'est pourquoi je vais prendre ce couteau dans ma
main: après avoir été décapité, si je le porte contre toi, ce sera un
signe que je n'ai pas entièrement perdu le sentiment; si je le laisse
tomber, ce sera une preuve du contraire. Ainsi hâte-toi de terminer ce
différend.» Le cinquième mourut en raillant les ennemis. Le sixième
pria le bourreau de le frapper de face: «Je me tiendrai immobile,
dit-il, et tu observeras si je donne quelque signe de frayeur, si je
cligne seulement les yeux; car nous sommes faits à ne pas remuer, même
quand on nous donne le coup de la mort.» Le septième était un jeune
homme dans la fleur de l'âge et d'une rare beauté. Interrogé sur ce
qu'il pensait de la mort: «Je la reçois volontiers, répondit-il avec
noblesse; j'ai rempli les plus grands devoirs de la vie, et j'ai vu
mourir tous ceux à qui il ne m'est plus permis de survivre.» Toutes
ces réponses sont admirables.

On conçoit qu'avec de pareilles idées de la mort il ne pouvait guère y
avoir chez les Scandinaves d'obstacle au suicide. Il était naturel que
les guerriers, empêchés par leurs blessures ou par leur âge d'aller
quêter dans les combats une mort bienheureuse, cherchassent à se
frayer par quelque fin intrépide un autre chemin vers le ciel. Odin
lui-même, en s'ouvrant la poitrine, dans sa vieillesse, avec le fer de
sa lance, leur avait donné l'exemple. Aussi le suicide était-il
généralement en honneur chez eux. Il existait en Suède une montagne
escarpée du haut de laquelle se précipitaient ceux qui voulaient
terminer leur vie; on la nommait, dit Mallet, la salle d'Odin, parce
qu'elle était en quelque sorte le vestibule du palais de ce dieu. En
Islande, il y en avait également une destinée au même usage. «C'est là
qu'on se rend, dit une ancienne saga, quand on est affligé et
malheureux. Nos ancêtres, même sans attendre les maladies, partaient
de là pour aller chez Odin.»

Enfin, sans vouloir entrer dans l'histoire du culte des Scandinaves,
j'ajouterai seulement que les sacrifices humains se trouvaient en
harmonie parfaite avec cette morale sanguinaire, et en étaient en
quelque sorte la conséquence. Puisque la mort était une chose si
agréable aux dieux, on ne pouvait manquer de la faire intervenir,
comme un élément essentiel, dans les hommages qu'on leur rendait. Dans
les derniers temps cet abus, augmentant sans cesse, était devenu
excessif. Les temples s'étaient transformés en boucheries humaines. On
immolait, selon ce que rapporte l'évêque de Merseburg dans sa
chronique, jusqu'à quatre-vingt-dix-neuf victimes à la fois. On
baignait de sang le temple et les idoles, et on en arrosait même le
peuple. Pour plaire aux Dieux, avec de si abominables principes, on ne
reculait pas même devant le crime. Tantôt les rois immolaient leurs
sujets, tantôt les sujets leurs rois. Le premier roi de Vermelande fut
brûlé en l'honneur d'Odin à cause d'une disette. Plusieurs fois, selon
le témoignage des chroniques, des rois, pour obtenir la victoire,
offrirent à Odin le sang de leurs enfants. Dès que l'inhumanité a mis
le pied dans la morale, elle y renverse tout.

Les lâches n'étaient cependant pas les seuls habitants du Nifflheim,
On y trouvait aussi, et la Volu-Spa est parfaitement explicite sur ce
point, tous les autres morts qui s'étaient rendus coupables envers la
société durant leur vie: les parjures qui détruisent le principe de la
confiance entre les hommes; les adultères qui y détruisent celui du
mariage; les assassins qui détruisent celui de la paix entre les
enfants de la même patrie. Mais le domaine de la criminalité ne
s'étendait point au delà de ces bornes. La dureté de cœur et
l'horrible férocité ne poussaient pas plus vers l'enfer que le
dévouement et la mansuétude n'élevaient vers le ciel. N'était-ce pas
chez les Scandinaves qu'avait été inventé ce dogme étrange, et dont on
chercherait vainement ailleurs l'analogue, la mort de Balder, dieu de
la miséricorde, tué par Honer, dieu, selon toute vraisemblance, de la
force brutale, entraîné, malgré les efforts impuissants d'Odin et de
Frigga, dans la profondeur des enfers, et destiné à renaître un jour
pour établir sur la terre renouvelée son éclatant royaume?

Quelle éloquente prophétie de l'avenir, et chez un peuple duquel on se
serait si peu cru en droit de l'attendre! Mais aussi quel dur symbole
de l'impitoyable morale du présent! Ni charité, ni humanité, ni
merci; la miséricorde avait disparu même du sein des Dieux! Nations
terribles, sans avoir besoin de connaître les secrets de votre
histoire, j'assignerais volontiers l'époque à laquelle ce Balder a
quitté votre Olympe pour s'éclipser dans l'obscurité des enfers.
N'est-ce point à celle où Dieu, voulant façonner de longue main contre
Rome un glaive bien trempé, enleva votre germe à la terre d'Asie pour
l'endurcir et l'adapter à l'exécution de ses sanglants décrets, en le
développant par une éducation sévère dans les contrées inhospitalières
du Nord? On vit, à l'heure du jugement, ce que valait ce glaive,
fabriqué parmi les glaces du Septentrion, loin de toutes les saintes
tiédeurs que le souffle de la charité met dans l'âme des hommes,
aiguisé par l'ange exterminateur sur les pierres du tombeau où vous
aviez fait descendre le dieu de la pitié. Mais dans ce même temps, au
midi, par d'incroyables moyens, la Providence vous préparait aussi la
résurrection de ce divin Balder, afin de vous le rendre, sous le nom
de Christ, votre mission achevée, alors qu'il conviendrait à ses plans
d'arrêter le torrent de vos colères, et de vous appeler à de nouveaux
services. Quelle grandeur dans ce dogme sauvage de la mort et de la
résurrection de Balder; et quel trait de lumière fait tomber sur la
moralité du destin le rapprochement du mythe et de l'histoire!

    J. REYNAUD, _Encyclopédie nouvelle_, article _Scandinaves_.



CHANT DE MORT DE LODBROG[26].

865.


Nous avons frappé de nos épées, dans le temps où, jeune encore,
j'allais vers l'Orient apprêter aux loups un repas sanglant, et dans
ce grand combat où j'envoyai au palais d'Odin tout le peuple de
Helsinghie. De là nos vaisseaux nous portèrent à Yfa, où nos lances
entamèrent les cuirasses, où nos épées rompirent les boucliers.

  [26] Pirate Northman pris et mis à mort par Ælla, roi de
  Northumberland.

Nous avons frappé de nos épées, le jour où j'ai vu des centaines
d'hommes couchés sur le sable, près d'un promontoire anglais; une
rosée de sang dégouttait des épées; les flèches sifflaient en allant
chercher les casques: c'était pour moi un plaisir égal à celui de
tenir une belle fille à mes côtés sur le même siége.

Nous avons frappé de nos épées, le jour où j'abattis ce jeune homme,
si fier de sa chevelure, qui dès le matin poursuivait les jeunes
filles et recherchait l'entretien des veuves. Quel est le sort d'un
homme brave, si ce n'est de tomber des premiers? Celui qui n'est
jamais blessé mène une vie ennuyeuse, et il faut que l'homme attaque
l'homme ou lui résiste au jeu des combats.

Nous avons frappé de nos épées. Maintenant j'éprouve que les hommes
sont esclaves du destin et obéissent aux décrets des fées qui
président à leur naissance. Jamais je n'aurais cru que la mort dût me
venir de cet Ælla, quand je poussais mes planches si loin à travers
les flots et donnais de tels festins aux bêtes carnassières. Mais je
suis plein de joie en songeant qu'une place m'est réservée dans les
salles d'Odin, et que là bientôt, assis au grand banquet, nous boirons
la bière dans de larges crânes.

Nous avons frappé de nos épées. Si les fils d'Asslanga[27] savaient
les angoisses que j'éprouve, s'ils savaient que des serpents venimeux
m'enlacent et me couvrent de morsures, ils tressailliraient tous et
voudraient courir au combat; car la mère que je leur laisse leur a
donné des cœurs vaillants. Une vipère m'ouvre la poitrine et pénètre
jusqu'à mon cœur; je suis vaincu; mais bientôt, j'espère, la lance
d'un de mes fils traversera les flancs d'Ælla.

  [27] Asslanga était la femme de Lodbrog.

Nous avons frappé de nos épées dans cinquante et un combats. Je doute
qu'il y ait parmi les hommes un roi plus fameux que moi. Dès ma
jeunesse j'ai versé le sang et désiré une pareille fin. Envoyées vers
moi par Odin, les déesses m'appellent et m'invitent. Je vais, assis
aux premières places, boire la bière avec les Dieux. Les heures de ma
vie s'écoulent mais c'est en riant que je mourrai[28].

  [28] _Aug. Thierry_, Histoire de la conquête de l'Angleterre par
  les Normands, t. I, p. 112, d'après _Mallet_, Hist. du Danemark.



FRAGMENT DU POÈME D'ABBON, LE SIÉGE DE PARIS PAR LES NORTHMANS.

(_Siége de la tour du Châtelet_).

885.


Établie sur le milieu du cours de la Seine et au centre du riche
royaume des Franks, Lutèce, tu t'es proclamée toi-même la grande
ville, en disant: Je suis la cité qui, comme une reine, brille
au-dessus de toutes les autres. Tu frappes, en effet, les regards par
un port plus beau qu'aucun autre. Quiconque porte un œil d'envie sur
les richesses des Franks te redoute; une île charmante te possède; le
fleuve entoure tes murailles, il t'enveloppe de ses deux bras, et ses
douces ondes coulent sous les ponts qui te terminent à droite et à
gauche; des deux côtés de ces ponts, et au delà du fleuve, des tours
protectrices te gardent. Dis-le donc toi-même, superbe cité, de
quelles funérailles ne t'ont pas remplie les Danois, cette race amie
de Pluton, dans le temps où le pontife du Seigneur, le grand et cher
Gozlin, ton bienfaisant pasteur, gouvernait ton église!......

Des libations de ton sang furent répandues par ces barbares montés sur
sept cents vaisseaux à voiles et d'autres plus petits navires,
tellement nombreux qu'on ne pouvait les compter; ceux-ci le vulgaire
les nomme barques. Le gouffre profond de la Seine en était tellement
rempli, que ses ondes disparaissaient sous ces bâtiments dans un
espace de plus de deux lieues; on cherchait avec étonnement dans quel
antre se cachait le fleuve; il ne paraissait plus; le sapin, le chêne,
l'orme et l'aune humide couvraient entièrement sa surface.

Le lendemain du jour où ces vaisseaux touchèrent le pied de la ville,
l'illustre pasteur de Paris voit arriver dans son palais Sigefroi,
roi, mais de nom seulement; celui-ci cependant commandait à ses
compagnons. Fléchissant la tête devant le pontife, il lui parla en ces
termes: «Gozlin, prends pitié de toi-même et de ton troupeau; si tu ne
veux périr, prête, nous t'en conjurons, une oreille favorable à nos
paroles. Permets que nous puissions seulement traverser cette cité;
nous ne toucherons nullement à ta ville; nous nous efforcerons de
conserver à toi et à Eudes tous vos biens.» A cet Eudes, comte
respecté, roi futur, et qui bientôt allait devenir le père du royaume,
était remise la garde de Paris. Cependant le pontife du Seigneur
répond à Sigefroi par ces paroles, où respire la plus entière
fidélité: «Cette cité nous a été confiée par l'empereur Charles, qui,
après Dieu, le roi et le dominateur des puissances de la terre, tient
sous ses lois le monde presque tout entier. Il nous l'a confiée, non
pour qu'elle causât la perte du royaume, mais pour qu'elle le sauvât
et lui assurât une inaltérable tranquillité; que si par hasard la
défense de ces murs eût été commise à ta foi, comme ils l'ont été à la
mienne, ferais-tu ce que tu prétends juste de t'accorder, et
qu'ordonnerais-tu de faire?--Si je le fais, que ma tête, répliqua
Sigefroi, soit condamnée à périr sous le glaive et à servir enfin de
pâture aux chiens! Cependant si tu ne cèdes à nos prières, nos camps
lanceront sur toi leurs traits et leurs dards empoisonnés dès que le
soleil commencera son cours; quand cet astre le finira, ils te
livreront à toutes les horreurs de la faim; et cela, ils le feront
chaque année.»

Il dit, part, et presse la marche de ses compagnons. A peine l'aurore
se dissipe que ce chef les entraîne au combat. Tous se jettent hors de
leurs navires, courent vers la tour[29], l'ébranlent violemment par
leurs coups jusque dans ses fondements, et font pleuvoir sur elle une
grêle de traits. La ville retentit de cris; les citoyens se
précipitent; les ponts tremblent sous leurs pas; tous volent et
s'empressent de porter secours à la tour. Ici brillent par leur valeur
le comte Eudes, son frère Robert, et le comte Ragenaire; là se fait
remarquer le vaillant abbé Ebble, neveu de l'évêque. Le prélat est
légèrement atteint d'une flèche aiguë; Frédéric, guerrier à son
service, dans la fleur de l'âge, est frappé du glaive; le jeune soldat
périt; le vieillard, au contraire, guéri de la main de Dieu, revient à
la santé. Beaucoup des nôtres voient alors leur dernier jour; mais
eux, de leur côté, font aux ennemis de cruelles blessures. Ils se
retirent enfin, emportant une foule de Danois à qui reste à peine un
souffle de vie....... La tour ne présentait plus rien de sa forme
primitive et complète; il ne lui restait que des fondements bien
construits et des créneaux assez bas; mais, pendant la nuit même qui
suivit le combat, cette tour, revêtue dans toute sa circonférence de
fortes planches, s'éleva beaucoup plus haut, et une nouvelle citadelle
en bois, d'une fois et demie plus grande, fut pour ainsi dire posée
sur l'ancienne. Le soleil donc et les Danois saluent en même temps et
de nouveau la tour. Ceux-ci livrent aux fidèles d'horribles et cruels
combats. De toutes parts les traits volent, le sang ruisselle; du haut
des airs, les frondes et les pierriers déchirants mêlent leurs coups
aux javelots. On ne voit rien autre chose que des traits et des
pierres voler entre le ciel et la terre. Les dards percent et font
gémir la tour, enfant de la nuit, car, comme je l'ai dit plus haut,
c'est la nuit qui lui donna naissance. La ville s'épouvante; les
citoyens poussent de grands cris; les clairons les appellent à venir
tous sans retard secourir la tour tremblante. Les Chrétiens combattent
et s'efforcent de résister par la force des armes. Parmi nos
guerriers, deux, plus courageux que les autres, se font remarquer:
l'un est comte, l'autre abbé. Le premier, le victorieux Eudes, qui
jamais ne fut vaincu dans aucun combat, ranime l'ardeur des siens et
rappelle leurs forces épuisées; sans cesse il parcourt la tour et
écrase les ennemis. Ceux-ci tâchent de couper le mur à l'aide de la
sape; mais lui les inonde d'huile, de cire, de poix mêlées ensemble;
elles coulent en torrents d'un feu liquide, dévorent, brûlent et
enlèvent les cheveux de la tête des Danois, en tuent plusieurs et en
forcent d'autres à chercher un secours dans les ondes du fleuve. Les
nôtres alors s'écrient tout d'une voix: «Malheureux brûlés, courez
vers les flots de la Seine; tâchez qu'ils vous fassent repousser une
autre chevelure mieux peignée.» Le vaillant Eudes extermina un grand
nombre de ces barbares.

  [29] Sans doute la tour du Grand-Châtelet, construction romaine.

Mais le second de ces braves, quel était-il? C'était l'abbé Ebble, le
compagnon et le rival en courage de Eudes. D'un seul javelot il perce
sept Danois à la fois, et ordonne, par raillerie, de les porter à la
cuisine. Nul ne devance ces guerriers au combat, nul n'ose se placer
au milieu d'eux, nul même ne les approche et n'est à leur côté; tous
les autres cependant méprisent la mort et se conduisent vaillamment.
Mais que peut une seule goutte d'eau contre des milliers de feux? Les
braves fidèles étaient à peine forts de deux cents hommes, et les
ennemis, au nombre de quarante mille, car il est constant qu'on en
comptait quarante mille, renouvelant les uns après les autres leurs
attaques sur la tour.....


    ABBON, _Siége de Paris_, livre I, traduction de M. Guizot.

   Abbon, témoin oculaire du siége de Paris, était moine de l'abbaye
   de Saint-Germain des Prés. Son poëme est une histoire fort exacte
   de ce siége mémorable; il le rédigea entre les années 896 et 898
   et mourut en 922 ou 923. (Extrait de la notice sur Abbon par M.
   Guizot.)



LA FÉODALITÉ.

_La justice et le fief.--Exposé historique de la justice
seigneuriale._


_L'origine de la justice seigneuriale[30] remonte aux institutions
romaines._--Les feudistes sont fort divisés d'opinion sur l'origine
des institutions seigneuriales; les uns les rattachent à la
législation romaine, les autres les font découler des usages
introduits par les peuples de race germanique. Les premiers n'ont
considéré que les droits de justice; les seconds se sont préoccupés du
régime des fiefs; le plus grand nombre a perdu de vue la distinction
qui sépare ces deux espèces d'institutions. On reconnaîtra par ce qui
va suivre que si l'organisation féodale doit la naissance à des
événements et à des besoins nés de la conquête et postérieurs à
l'établissement de la domination des peuples germains, d'un autre côté
l'origine des justices seigneuriales et de leurs attributions est
toute romaine.

  [30] La justice seigneuriale ne consistait pas dans le droit de
  juger. On verra qu'il s'agit d'autre chose, et qu'il faut prendre
  garde de se laisser tromper par la ressemblance des noms.

_Assujettissements du territoire des Gaules; divisions des produits:
census, reditus._ Après une résistance longue et opiniâtre à la
puissance et à l'habileté des généraux de Rome, la Gaule avait été
subjuguée, réduite à l'état de pays conquis et soumise à
l'organisation provinciale, qui n'était elle-même que la conquête
exploitée, réglée et systématisée. Cet état de choses a duré près de
cinq siècles, et, pendant cette époque d'oppression et de spoliation
régulière, le peuple vaincu n'a pas cessé de manifester, par ses
révoltes, ses plaintes et sa haine contre ses maîtres, l'existence
d'un joug étranger pesant sur sa tête. Vainement honoré du nom de
citoyen romain, l'habitant des Gaules fut toujours asservi; les
théories légales qui concernaient la propriété provinciale sont
profondément empreintes du caractère de sujétion et d'infériorité.

Le système auquel la propriété du sol fut soumise n'est pas nettement
déterminé dans les lois qui le régissaient. Nous savons cependant que
le territoire de la Gaule était divisé en deux portions, dont les
éléments étaient épars et dont nous ne connaissons pas exactement la
topographie. L'une de ces portions était plus particulièrement
appropriée au peuple romain, et portait le nom de terres fiscales;
l'autre était laissée à la propriété privée; les terres de cette
dernière espèce se nommaient _agri_, _prædia_ (champs), et leurs
propriétaires _possessores_ (possesseurs).

Quel que fût le principe du droit attribué à ces derniers, soit qu'on
les considérât comme de simples fermiers de la République, soit que
l'énormité des redevances ait fait supposer ce caractère à la
propriété qui leur était laissée, toujours est-il certain que les
produits de la terre étaient divisés en deux parts: l'une dévolue au
trésor public, sous le nom de _tributum_ ou _census_ (tribut ou cens),
l'autre appartenant au possesseur et nommée _reditus_ (revenu, rente).

La double redevance imposée aux produits de la culture était
naturellement exigée du cultivateur, qui en était le premier
détenteur; celui-ci, sous le nom général de _colon_, avait aussi sur
le sol un droit mal défini et qu'il nous est difficile d'apprécier; ce
n'était pas précisément la propriété, mais assurément c'était un des
éléments de ce droit; dont la plus grande part appartenait au
_possesseur_. Les conditions des colons étaient d'ailleurs variées, et
leurs espèces fort diverses.

_Des judices_ (juges) _et de leur administration_.--La perception des
redevances était confiée à une foule d'officiers publics nommés
_comites_ (comtes), _vicarii_ (vicaires), _exactores_ (exacteurs),
_procuratores_ (procureurs), tous ayant en même temps quelque part à
l'administration générale de la province, et même à celle de la
justice; ces officiers étaient désignés sous la dénomination générique
de _judices_ (justiciers ou juges); leur pouvoir s'appelait
_judiciaria potestas_ (pouvoir justicier); l'ensemble des redevances
qu'ils faisaient acquitter s'appela plus tard _justiciæ_ (justices).

Les _judices_ percevaient la redevance fiscale et en rendaient compte
au trésor; cependant les obligations des cultivateurs étaient telles
qu'elles ne pouvaient pas toutes être versées dans une caisse. De ce
nombre étaient une multitude de services corporels, ou de fournitures
de travaux, d'entretien, de réparations, de transports et autres de
cette nature, qui ne devaient être employés que pour le service
public, mais que le _judex_ (justicier) exploitait à son usage, et
dont il n'avait point de compte à rendre.

L'administration des officiers chargés du recouvrement des
contributions était, en conséquence, une source de déplorables abus;
les lois sont remplies de dispositions dont l'objet est de les
réprimer, et qui servent aujourd'hui à nous en révéler l'existence.
Dans tous les temps, le gouvernement des proconsuls n'avait été qu'une
odieuse déprédation. Depuis Cicéron jusqu'aux Pères de l'Église, tous
les écrivains tiennent à cet égard le même langage. La perception des
redevances provinciales n'est pour la plupart des _exacteurs_ qu'une
occasion de fortune; aux charges publiques ils ajoutent une multitude
d'obligations dans leur intérêt privé. C'est dans le tableau de leur
administration qu'on reconnaît clairement le caractère de la
domination romaine; il est impossible d'y voir autre chose que
l'exploitation de la conquête et la spoliation successive des peuples
vaincus.

Aussi l'histoire de ces temps désastreux, qui pendant tant d'années
ont pesé sur le malheureux sol de la Gaule, n'est qu'un long récit de
luttes et d'intrigues dans lesquelles les plus puissants mettent leur
force au service de leur avidité, pour arracher au pouvoir des
fonctions qui leur permettront le pillage à l'aide des lois et de
l'autorité. La cause de toutes les guerres intestines, le moyen des
ambitieux, c'est la convoitise et la distribution des places
auxquelles toujours une part des recouvrements de l'impôt se trouve
attachée.

_Premiers effets de la conquête barbare; continuation des judices
(justiciers); de la part royale._--Avant l'avénement des rois de race
germaine, l'administration romaine était depuis longtemps livrée aux
mains des barbares; l'Italie n'était plus seule à fournir les
exacteurs des provinces, la plupart d'entre eux étaient possesseurs
dans les lieux mêmes qu'ils exploitaient; pour ceux-ci l'action
fiscale était bien plus profitable et les abus bien plus faciles. Ce
sont encore les lois qui nous l'apprennent en s'efforçant d'empêcher
les _judices_ (justiciers) d'appliquer à la culture de leurs terres, à
la construction de leurs édifices, au transport et à la vente de leurs
denrées, les redevances et les obligations établies dans l'intérêt
public.

Aussi, lorsque le pouvoir suprême tomba aux mains des rois franks, ce
fut à peine si les populations s'en aperçurent. Les excès des
gouverneurs étaient portés aux dernières limites de la tyrannie. Les
supplices les plus atroces étaient devenus les moyens légaux et
accoutumés de leurs perceptions. L'esclavage et la fuite chez les
Barbares étaient les dernières ressources auxquelles les
_possesseurs_ s'efforçaient d'avoir recours, et les lois non moins que
les préposés du fisc employaient toute leur puissance pour y mettre
obstacle.

Au surplus, rien ne fut changé dans l'administration publique; les
officiers reçurent les mêmes noms et les mêmes fonctions; les
_comites_, les _vicarii_, les _judices_ (comtes, vicaires, justiciers)
continuèrent à se répandre sur le territoire et à poursuivre les
habitants de leurs exactions.

Sous Clovis et ses successeurs, comme sous Théodose et ses
successeurs, la législation qui régit le sol et ses produits en divisa
les bénéfices en deux grandes parts, l'une qui fut autrefois celle du
peuple romain, perçue depuis par les empereurs, et conservant la
dénomination de _census_ (cens), _fonctiones publicæ_ (revenus
publics); l'autre, désignée sous le nom de _reditus_ (rente),
appartenant à la propriété privée. La première livrée à l'exploitation
des officiers publics, l'autre souvent violée et anéantie par
l'avidité fiscale, au profit de ces mêmes officiers.

Dans ce système, il existait deux sortes de biens ou deux éléments de
richesse. La première[31] se rattachait au droit de conquête, au droit
du plus fort, c'était le _præmium belli_ (la récompense de la guerre).
La seconde[32] était le bénéfice de la possession du sol. Ces deux
espèces de fortune existaient simultanément, bien distinctes,
profondément séparées par une législation essentiellement
systématique, et plus encore par une habitude de cinq siècles,
énergiquement introduite dans les idées du droit et de son exercice.

  [31] Les revenus publics.

  [32] La rente.

Le premier objet de la convoitise des chefs de bandes qui envahirent
le territoire des provinces gauloises fut la _part fiscale_. C'était
la plus nette, la plus facilement saisissable, et peut-être aussi la
plus voisine de leurs idées qui ne comportaient que la propriété
mobilière. C'était aussi celle dont l'appropriation était la plus
aisée. Son propriétaire légal, le fisc romain, était détruit; c'était
le bien du vaincu, et le pouvoir public passant aux mains des
vainqueurs entraînait naturellement avec lui la disposition de tout ce
qui lui appartenait.

D'ailleurs la plupart des chefs germains avaient appris, soit en
servant dans l'armée romaine, soit par leur contact avec les officiers
de cette armée, quel devait être l'objet de leur ambition et quels
bénéfices pouvait produire l'exploitation des charges de comtes,
d'exacteurs, et de toutes les fonctions de _judices_ (justiciers).

Ce fut donc principalement dans la distribution des charges de cette
espèce que consista la part de la conquête et les lots de butin que se
firent les chefs de bandes germaines, ou qu'ils attribuèrent à leurs
principaux inférieurs.

L'attribution des fonctions était une véritable dévolution de produits
et de bénéfices matériels; outre les abus au moyen desquels les
fonctionnaires s'enrichissaient, ils recevaient une forte part des
redevances qu'ils étaient chargés de toucher; cette part s'élevait
ordinairement au tiers; ils ne devaient compte que des deux autres
tiers au fisc royal; c'est cette dernière portion que les lois de
l'époque appelaient _pars regia_ (la part royale).

_Disparition de la part royale; immunités; ventes de terres censuelles
aux immunistes._--Les premiers efforts des comtes tendirent à
conserver leurs fonctions essentiellement amovibles; dans les premiers
temps de la conquête, de nouveaux comtes succèdent à chaque instant
aux précédents, soit pour mauvaise gestion, soit par suite des
changements dans la personne des rois et des distributeurs des
charges.

A mesure que le pouvoir royal s'affaiblit, leurs fonctions avancent
vers l'inamovibilité. La puissance de Charlemagne suspend leur
progrès, qui reprend bientôt sa marche sous ses successeurs et atteint
rapidement l'hérédité. En même temps, la part du fisc s'amoindrit et
finit par disparaître avec le pouvoir royal.

Cette extinction du droit fiscal dans les produits qui lui
appartenaient se rattache à plusieurs causes.

La première consiste dans les _immunités_. Sous la domination romaine,
les militaires, les anciens magistrats, les grands et puissants
propriétaires (_potentes_), étaient affranchis de certaines
obligations publiques, sinon de toutes. Déjà les lois des empereurs
nous apprennent qu'il était fait de ces exemptions de graves abus au
préjudice du trésor impérial. D'abord la faveur et l'intrigue en
multipliaient singulièrement le nombre. Ensuite les petits
propriétaires parvinrent à profiter de l'immunité en vendant leur
domaine à l'immuniste, qui le leur restituait immédiatement à titre de
fermage perpétuel ou d'usufruit héréditaire[33]. Pour prix de sa
protection, l'acheteur se réservait une redevance moindre que la part
fiscale. Il gagnait à cette convention, le possesseur aussi; le trésor
seul y perdait, puisque la terre censuelle passait dans la catégorie
des possessions affranchies.

  [33] C'était là le but des _patrocinia_. Voy. t. 1, p. 207 et
  223.

Cet usage se perpétua sous les rois germains. Le nombre des immunistes
devint de jour en jour plus grand; presque tous les établissements
ecclésiastiques jouirent d'une immunité plus ou moins étendue, et la
part fiscale leur fut expressément donnée pour l'entretien des églises
ou de leurs couvents. La vente des propriétés censuelles aux
possesseurs d'immunités fut de plus en plus usuelle et prit le nom de
_recommandation_. Il semble, à voir le nombre immense de conventions
de cette espèce qui nous ont été conservées, que les terres soumises
au cens fiscal durent promptement disparaître.

_Des honores (honneurs) et de la conversion des produits fiscaux en
biens de cette nature._--A cette cause d'appauvrissement du trésor
s'en joignait une autre. Sous la domination romaine, certaines
fonctions étaient accompagnées ou suivies de l'attribution viagère
d'une portion des produits fiscaux. Les cens de telle localité, ou les
produits de tel tribut, par exemple, le péage d'un pont ou les
redevances d'un village, soit en travaux corporels, soit en fruits, en
nature, étaient abandonnés à celui qui sortait de charge, ou au
particulier que l'empereur voulait récompenser. Les personnes pourvues
de cette délégation des revenus fiscaux s'appelaient _honorati_
(honorés).

L'attribution partielle du cens public se multiplia sous les rois
germains; il paraît même que de nombreux éléments du fisc reçurent
cette destination perpétuelle. On les retrouve à chaque instant dans
les monuments de cette époque, sous le nom de _fiscus_ (fisc), _munus_
(récompense), _honor_ (honneur).

Celui qui jouissait d'un _honor_ (honneur) en percevait tout le cens
et n'en rendait rien _ad partem regiam_ (à la part royale).

Les comtes, les _judices_ (justiciers) et autres collecteurs du tribut
tendirent constamment à convertir leur perception émolumentée en une
perception absolue, c'est-à-dire que les fonctions devinrent entre
leurs mains des _honneurs_, dans le sens qui vient d'être expliqué.
Déjà cette révolution était à peu près complète, lorsqu'ils obtinrent
des derniers rois de la seconde race l'hérédité de ces charges
devenues des _honneurs_. Alors l'autorité royale dépouillée,
non-seulement des revenus de la part fiscale, mais encore du pouvoir
d'en disposer, se trouva réduite aux seuls produits dont elle s'était
réservé la perception directe. Ce ne fut plus qu'une puissance de même
nature que celle des comtes inférieurs, et, pour dominer plus tard sur
cette dernière, elle dut exploiter d'autres causes et d'autres
événements.

_Esprit de la conquête barbare; son accomplissement._--La révolution
qui remplaça les rois de la première race par ceux de la seconde, et
celle qui fit tomber ceux-ci devant l'immense anarchie des dixième et
onzième siècles, que l'on est convenu d'appeler institutions féodales,
ont été diversement expliquées et caractérisées. Il n'entre pas dans
mon sujet d'essayer la critique des systèmes successivement adoptés;
je ferai seulement observer que, dans la plupart, on n'a pas assez
tenu compte de l'état légal des pays soumis à la domination nouvelle
des hommes du Nord, et du caractère même de cette domination.

Il ne faut pas perdre de vue que les Gaules, depuis l'envahissement de
César jusqu'à celui de Clovis, n'ont pas cessé d'exister à l'état de
pays conquis. Sous le nouveau gouvernement, les choses n'ont pas
changé; le sol gaulois, tributaire d'une puissance étrangère, a
continué de l'être; vaincu sous la domination romaine, il a encore été
vaincu sous la domination des Barbares; pillé sous la première, il a
été pillé sous la seconde; du premier au dixième siècle, il n'a pas
cessé d'avoir d'autres maîtres que les propriétaires légitimes, et de
satisfaire à des exactions spoliatrices, dans un intérêt qui n'était
pas le sien.

Mais entre la première et la seconde conquête il existe une différence
essentielle: l'une a été accomplie au nom et au profit d'un maître
unique, le peuple romain et plus tard l'empereur; l'autre a été
exécutée par des bandes armées, commandées par des chefs divers, sans
lien commun autre que l'intérêt du moment, ou l'influence toute
matérielle du plus puissant.

Ainsi, tandis que les résultats de la conquête romaine convergeaient
vers un même objet et tendaient à se réunir dans une même main, ceux
de la conquête barbare devaient, par la nature même de leur cause, se
diviser et s'éparpiller comme les éléments qui les produisaient.

Aussi lorsque les rois de la première race s'attribuaient la puissance
impériale et s'efforçaient d'en maintenir les institutions
traditionnelles, ils se plaçaient en dehors des événements auxquels
ils devaient leur position. C'était une lutte qu'ils élevaient contre
la réalité et dans laquelle ils devaient succomber.

L'objet de la conquête barbare, comme celui de la conquête romaine,
était le butin, la richesse, les biens de ce monde; mais le barbare
agissait individuellement; le chef de bande pillait et envahissait
pour lui et pour les siens; l'appropriation personnelle, et non
l'accroissement de son pays ou l'honneur de sa patrie, était son but,
et ce but de toutes les intentions actives devait être atteint.

Lors donc qu'après avoir triomphé des résistances rattachées à
l'impulsion que la domination romaine avait imprimée aux événements,
les chefs d'arimanie, les hommes puissants par le nombre de leurs
vassaux, parvinrent à réaliser l'esprit de l'envahissement et à lui
rendre son caractère véritable et primitif, le butin se trouva divisé
comme l'armée victorieuse; il devint patrimoine et propriété privée,
comme il devait l'être; les cens, les tributs, les obligations
imposées aux vaincus, les redevances et les vexations de toutes
sortes, créées par l'avidité romaine et le génie fiscal de la plus
rapace des nations, eurent le sort du vase de Soissons; cette richesse
saisissable, et depuis longtemps dévolue au conquérant étranger, se
fixa dans les mains de maîtres héréditaires et la conquête fut
accomplie.

_L'impôt romain, tombé dans le domaine privé des comtes barbares, a
formé la justice seigneuriale._--Une fois tombée dans le domaine
privé, cette portion des revenus du sol n'en sortit plus; elle
s'accrut ou diminua suivant que celui auquel elle se trouva dévolue
fut puissant ou faible; mais jamais elle ne cessa d'être distincte de
la part du propriétaire; en un mot, l'appropriation particulière du
census (_cens_), loin d'opérer sa confusion avec le _reditus_
(revenu), l'en sépara plus profondément.

Ainsi la part de la conquête, de l'envahissement et de la force,
constituée par l'invasion romaine, recueillie et patrimonialisée par
l'invasion barbare, a formé dans la richesse particulière un élément
propre et permanent; cet élément, maintenu par la puissance et
l'énergie de l'intérêt privé, a duré jusqu'à la grande révolution de
1789 qui, après dix-huit siècles d'oppression, a rendu au sol sa
liberté première.

Le système de droits et de produits dont l'historique vient d'être
sommairement tracé, constituait ce que sous le régime seigneurial on
nommait la _justice_, expression dont le sens est bien éloigné de
celui qu'on lui prête aujourd'hui.


_Exposé historique du fief._

_Des potentes (puissants) sous la domination romaine._--A côté du
_census_ (cens) et des _fonctiones publicæ_ (fonctions publiques)
recueillis par l'agent du fisc romain, puis par la justice barbare,
étaient les _reditus_, les revenus, profits de la propriété du sol et
attribués au _possessor_ (propriétaire). Ces droits ont aussi leur
histoire. On a vu les premiers engendrer la _justice_; ceux-ci ont
formé le _fief_.

Les lois de Théodose et de Justinien distinguent deux espèces de
_possesseurs_, les petits et les grands. Les premiers sont
_exercés_[34] par les curiales, les seconds le sont par les _præsides_
(présidents) des provinces, et même en certains cas par l'empereur,
lorsque leur résistance est à craindre pour le præses ( président)
lui-même[35].

  [34] C'est-à-dire que: l'impôt est levé sur eux par...., ou bien
  qu'il est soumis à l'exaction de tel exacteur.--L'exaction est la
  levée de l'impôt. Aujourd'hui le sens de ce mot a changé et veut
  dire: abus, violence dans la levée de l'impôt.

  [35] Code Théodosien, liv. 12.

Ces grands propriétaires, dont la puissance peut balancer celle des
grands officiers, et contre laquelle vient se briser celle du curiale,
sont désignés sous le nom de _potentes, potentiores_ (puissants).

Leur influence est indiquée, sous un autre rapport, comme également
redoutable à l'autorité publique.

Les empereurs ont dû, par des édits répétés, défendre que les
_puissants_ prissent des plaideurs sous leur _protection_ ou
plaçassent sous leur nom des propriétés qui ne leur appartenaient
pas[36]. Ces lois et les monuments de cette époque nous montrent les
petits propriétaires se réfugiant à l'abri des grands, plaçant leurs
biens et leurs personnes sous leur nom et sous leur autorité; c'est ce
que nous avons déjà vu à l'égard des _immunités_. Le possesseur d'un
petit domaine, incapable de résister aux exactions des officiers
publics, le livrait à l'_immuniste_, pour partager les avantages de
l'immunité, ou au riche, pour profiter de sa puissance.

  [36] Code Justinien, liv. 2, tit. 14 et 15.

_De l'influence des potentes sous les rois germains._--L'influence des
_potentes_ (puissants), loin de diminuer sous la domination barbare,
dut s'accroître, car la cause en était dans la faiblesse du pouvoir
suprême, plus chancelant encore aux mains des rois germains que dans
celles des empereurs. Aussi, non-seulement les _potentes_
continuent-ils de figurer dans les actes législatifs, mais encore leur
puissance paraît légitimée; il semble que c'est un fait auquel le
pouvoir public se résigne; l'autorité les accepte, et les ordres des
rois barbares, s'adressant à ceux qui gouvernent, comprennent parmi
eux les _potentes_, sans autre désignation[37].

  [37] Mais les évêques ou les _potentes_ qui possèdent dans
  d'autres régions....--Si quelqu'un a spolié un puissant....

Quelle que soit la puissance de Charlemagne et la force des
institutions qu'il établit, l'autorité de ses officiers doit fléchir
comme celle des empereurs romains devant l'influence des _potentes_,
et c'est à lui qu'il doit réserver le jugement des affaires dans
lesquelles ils sont intéressés: «Que le comte de notre palais sache
bien qu'il ne doit pas s'immiscer sans notre ordre dans les causes des
_potentes_ (puissants), et qu'il ne doit se mêler que des affaires
judiciaires des pauvres et des gens peu puissants[38].» Il redoute
leur indépendance à ce point qu'il refuse de leur confier même
l'administration de ses biens personnels; en parlant du choix des
intendants de ses domaines, il dit: «Ne faites pas des maires ou
intendants des _potentes_ (puissants), mais choisissez plutôt des
hommes de médiocre importance parce qu'ils seront fidèles[39].»

  [38] Capitulaire de 812.

  [39] Capitulaire _de villis_, 812.

_Du patrociniat et de la recommandation._--C'était à la propriété que
les _potentes_ (puissants) devaient leur puissance sous la domination
romaine. «Les _potentes_, dit Cujas, sont ceux qui sont puissants par
leurs richesses et leur influence, et qui sont difficiles à attaquer
en justice.» Dans toute organisation sociale, celui qui peut disposer
d'une grande richesse jouira toujours d'une influence et d'une
autorité devant lesquelles le principe d'égalité devra fléchir,
quelques attentives que soient les lois, à en préserver
l'administration de la justice. Sous le gouvernement des rois
barbares, la richesse territoriale perdit de l'influence morale
qu'elle est naturellement appelée à exercer dans des institutions
régulières, mais elle regagna sous un autre rapport et pour une autre
cause.

Les historiens nous représentent les nations germaines constituées en
bandes armées, sous le commandement d'un chef élu; les liens qui
rattachent les membres de la bande à son chef sont des présents, des
dons, qui servent de cause à la fidélité et au service du premier
envers le second.

Le commandant reçoit, dans les écrits romains, le nom de _senior_
(seigneur); son droit sur ses affidés celui de _senioratus_
(séniorat); ceux-ci sont nommés _arimanni vassi_ (vassaux arimans).

Cette organisation de la bande rencontra sur le territoire romain
l'usage ou la tendance du _patrociniat_; une grande similitude de
moyens et d'objet dut bientôt confondre ces deux modes d'associations.

Les lois des Visigoths, dans la rédaction desquelles la langue latine
subit moins que dans le nord l'influence des expressions teutoniques,
rendit le mot _séniorat_ par le mot _patrocinium_ (patronage,
patrociniat); le _senior_ (seigneur) fut à ses yeux le _patronus_
(patron). «Si quelqu'un a donné des armes à celui qu'il a sous son
patronage, qu'elles restent entre les mains de celui à qui elles ont
été données; mais si celui-ci se choisit un autre patron, il aura la
liberté de le faire, mais il devra rendre au patron qu'il quitte tout
ce qu'il aura reçu de lui[40].»

  [40] Loi des Wisigoths, V, tit. 3, 1.

Le séniorat ou le patrociniat eut donc deux moyens: le premier,
dérivant des usages germaniques, consista dans la donation que fit le
puissant (_potens_) de terres dépendantes de son domaine; cette
donation se fit à titre de _bénéfice_ (_jure beneficio_); moyennant
cette attribution, le donataire fit partie de la bande; il eut droit à
la protection du _senior_, du _patronus_ (seigneur, patron); il dut à
celui-ci la fidélité et le service[41].

  [41] Il devenait _vassus_, vassal, c'est-à-dire homme de guerre
  dans la bande, dans l'arimannie.

Le second fut la _recommandation_ et la continuation de la mesure
vainement interdite par les empereurs romains[42]. Le petit
propriétaire, incapable de se défendre contre le double pillage des
exacteurs publics et des _potentes_ voisins, fit choix de l'un d'eux
et le constitua son _patron_, lui livrant sa _propriété_ pour la
recevoir immédiatement à titre de _bénéfice_, aux mêmes charges et
conditions que le _vassus_ (vassal).

  [42] Le patrociniat.

_Du séniorat; de ses conditions; du fief._--Je ne suivrai point ici
les diverses vicissitudes au travers desquelles le séniorat s'établit
et comment se constitua le pouvoir féodal; il me suffira de rappeler
que la constitution du _patrocinium_ (patronage) comportait deux
éléments: d'abord la richesse qu'il avait pour condition essentielle
de maintenir et d'accroître; ensuite, et surtout lorsque la puissance
publique s'évanouit, la force armée. Le seigneur devait donc s'assurer
du produit et des soldats.

Ce fut le double objet des concessions ou des retenues bénéficiaires:
toutes comportent de la part du bénéficier, soit qu'il tienne sa terre
d'une attribution gratuite et directe, soit qu'elle lui soit retournée
par la voie de recommandation, l'obligation ou d'un cens en argent, en
nature, ou en travaux, ou celle d'un service personnel, le plus
souvent militaire. Les terres de la première condition furent
qualifiées _in censu_ (à cens), celles de la seconde furent dites _in
feodo_ (à fief). Plus tard, la charge détermina le nom de la
concession; les terres données _in censu_ (à cens) furent dites
_censives_ ou _terres censuelles_; celles qui furent assujetties au
service militaire furent nommées _feuda_ (fiefs), possessions
féodales. Le terme de _bénéfice_[43] fut supprimé dans les actes et
remplacé par celui qui désignait la catégorie particulière de la
possession.

  [43] L'expression _beneficia militaria_ (bénéfices militaires) a
  servi d'intermédiaire au terme _feuda_ (fiefs) qui ne se trouve
  pour la première fois que dans les actes du neuvième siècle.

   CHAMPIONNÈRE, _De la Propriété des Eaux courantes_..... ouvrage
   contenant l'exposé complet des institutions seigneuriales, 1 vol.
   in-8º. Paris, 1846[44].

  [44] Nous ne saurions trop recommander à ceux de nos lecteurs
  désireux de pénétrer dans la constitution du moyen âge, curieux
  de se rendre compte de l'état de la France avant la révolution,
  et des causes de cette révolution, nous ne saurions trop leur
  recommander la lecture et l'étude du livre de Championnière, qui
  le premier a compris les origines de la féodalité, son
  organisation, la lutte des rois du moyen âge contre les
  _Justiciers_, enfin qui a vraiment éclairé de la plus vive
  lumière toutes ces parties si obscures de notre histoire.



LE PLAID[45] DE KIERZY.

877.


Décidé à sa seconde descente en Italie, ce fut dans la vue d'assurer
en son absence le maintien de son pouvoir et le repos de ses États,
que Charles le Chauve tint au mois de juillet de l'année 877 ce fameux
plaid de Kierzy, où l'on croit généralement que fut décidée et admise
comme loi l'hérédité des dignités, des offices publics, ou de ce qui
fut depuis nommé les fiefs...

  [45] Plaid, _placitum_; assemblée.

L'objet du plaid était d'arrêter toutes les mesures que l'absence de
l'empereur allait rendre nécessaires pour le bon ordre de ses États.
Il s'agissait:

1º De désigner ceux de ses leudes, comtes, évêques ou abbés, qui
assisteraient son fils dans le gouvernement du pays;

2º D'exécuter certaines mesures déjà convenues pour l'expulsion des
Normands et pour empêcher leur retour;

3º De prévenir ou de faire cesser toute guerre qui viendrait à éclater
dans quelque partie du royaume;

4º De régler divers cas généraux d'administration et de police;

5º D'établir le mode d'après lequel il serait pourvu aux offices qui
viendraient à vaquer durant l'expédition;

6º De recommander ce qui se recommandait toujours pour la forme, mais
au fait toujours en vain, c'est-à-dire le maintien des honneurs et des
priviléges des églises.

Les articles relatifs à ces divers objets sont au nombre de 33 en
tout, et susceptibles d'être divises en deux séries.

La première série comprend les neuf premiers articles, rédigés tous
sous forme de propositions faites par le roi à ses leudes
ecclésiastiques et laïques. Ils sont tous accompagnés d'une réponse
des leudes énonçant leur acceptation, leur refus ou leur opinion sur
la chose proposée.

La deuxième série est composée des vingt-quatre articles subséquents,
lesquels n'étant point formellement soumis à l'acceptation des leudes,
ne sont accompagnés d'aucune réponse, d'aucune observation de ceux-ci,
et sont censés avoir force de loi par le seul fait de la volonté
royale dont ils sont l'expression.

Parmi les articles de cette dernière série, quelques-uns portent des
traces si vives encore des mœurs et des passions primitives des
Franks ou des Germains, qu'ils ont plutôt l'air d'avoir été écrits le
lendemain de la conquête franque que la veille d'une expédition
religieuse et politique en Italie. Tels sont, par exemple, le
trente-deuxième et le trente-troisième; ils sont tous les deux
relatifs à la chasse. Le premier détermine avec précision quelles sont
celles des forêts royales où le fils et le successeur désigné de
Charles le Chauve ne pourra chasser d'aucune manière; celles où il ne
pourra chasser qu'en passant et où il lui est interdit de chasser des
sangliers; celles, au contraire, où il ne chassera que des sangliers;
celles enfin où il pourra tout chasser, bêtes fauves et sangliers. Le
deuxième est peut-être plus curieux encore: il prescrit au garde ou
chef des forêts royales de tenir un compte exact de toutes les bêtes
fauves et de tous les sangliers que son fils aura pris ou tués à la
chasse.

Après ces observations générales préliminaires, il me sera plus facile
de donner une idée de ceux des articles de ce fameux plaid qui, ayant
le plus de rapport avec la situation de la Gaule franque à cette
époque, peuvent aider le plus à s'en faire une idée.

ART. 3. Le roi, qui a déjà désigné et choisi ceux de ses leudes qu'il
désire avoir pour conseillers dans son expédition, propose aux leudes
présents au plaid de vouloir bien, à ces conseillers choisis par lui,
en adjoindre quelques autres de leur propre choix.

A cette proposition, les leudes, déclinant toute responsabilité sur le
fait de l'expédition, répondent qu'ils n'ont rien à ajouter ni à
changer à ce que le roi a fait de son chef à cet égard.

ART. 4. Cet article consiste tout en questions sur divers points
délicats relatifs (dans la pensée du roi) aux troubles et aux
défections du passé, et sur lesquels le roi réclame des garanties pour
le temps de son absence. Voici ces questions en résumé:

Comment, durant notre absence, pouvons-nous être sûr que notre royaume
ne sera troublé par personne?

Comment être sûr de notre fils et de vous?

Enfin quelles garanties notre fils obtiendra-t-il de vous, et vous de
lui, pour que vous puissiez vous fier les uns aux autres?

A ces questions les leudes font de longues réponses, toutes plus ou
moins évasives, dont je ne puis donner que la substance.

Et d'abord, pour les garanties que le roi paraît désirer sur le compte
de son fils: «C'est vous, disent-ils au roi, qui avez élevé votre fils
et devez savoir jusqu'à quel point vous pouvez compter sur lui: nous
n'y pouvons rien et n'avons rien à y voir.»

Quant aux garanties exigées des leudes, ceux-ci répondent qu'il existe
entre eux et le roi, sur tous les faits passés, des arrangements, des
conventions, des promesses auxquelles ils sont résolus à s'en tenir,
et qui sont une garantie suffisante de leur conduite ultérieure.

Enfin, ils promettent d'être fidèles à son fils, pourvu que celui-ci
maintienne les engagements de son père envers eux.

ART. 7. Dans le cas, dit le roi, où nos neveux, imitant les exemples
de leur père[46], viendraient nous assaillir durant notre voyage ou
notre retour, ou machineraient quelque chose de funeste contre notre
royaume ou contre nous, comment sera-t-il levé des troupes pour leur
résister?

  [46] Il veut parler des trois fils de Louis le Germanique.

_Réponse des leudes._--Si quelqu'un de vos neveux vous attaque en
chemin ou vous suscite quelque obstacle en Italie, il dépend de vous
d'avoir des troupes et des secours qui vous accompagnent dans ce
royaume, ou qui aillent, après votre départ, à votre aide[47].

  [47] Les réponses des leudes sont en général empreintes d'un
  caractère de mécontentement. Dès l'époque du plaid de Kierzy, ou
  bien peu de temps après, les leudes qui y avaient assisté
  entraient dans la conspiration qui fit revenir d'Italie Charles
  le Chauve.

Viennent maintenant les articles que j'ai eus particulièrement en vue,
ceux relatifs aux offices et aux honneurs. Sur ceux-là je dois
m'étendre davantage et tout regarder de plus près. Voici d'abord
l'article 8 fidèlement traduit:

«Si avant notre retour quelques honneurs viennent à vaquer, comment en
sera-t-il disposé?»

Avant de rapporter la réponse des leudes sur cette question, il y a
quelques observations à faire.

Cette question est simple, précise et générale; elle s'applique
indistinctement à toutes les espèces d'honneurs ou d'offices, à ceux
de l'ordre civil comme à ceux de l'ordre ecclésiastique. C'est dans
ces termes généraux que la question est soumise aux leudes.
Maintenant, il est peut-être assez étrange que la réponse de ceux-ci
soit une réponse particulière, restreinte aux cas de vacance des
archevêchés, évêchés et abbayes; réponse prescrivant le mode de
pourvoir au remplacement provisoire du dignitaire décédé jusqu'au
retour du roi, auquel est réservé le pourvoi définitif.

Ne pourrait-on pas soupçonner qu'à une question générale les leudes
avaient fait une réponse générale aussi, mais qu'ils avaient proposé,
sur la manière de pourvoir aux offices vacants de l'ordre civil et
politique, quelque mesure qui n'était point dans les vues de Charles,
et qu'elle avait été rejetée. Quoi qu'il en soit, ce n'est que dans
l'article 9 de la première série du capitulaire de Kierzy qu'il s'agit
de la manière de pourvoir aux comtés qui viendraient à vaquer durant
l'absence du roi.

Je crois devoir donner de cet article, non un simple résumé, mais une
traduction exacte; on en sentira facilement la raison.

«Si (durant notre absence) il vient à mourir un comte dont le fils
soit avec nous (dans notre expédition), que notre fils, conjointement
avec nos autres fidèles, choisisse parmi les amis et les proches (du
décédé) quelqu'un qui de concert avec les officiers du comté et
l'évêque, administre le comté jusqu'à ce que le fait nous soit
annoncé.--Si ce comte décédé a un fils encore petit, que ce fils,
conjointement avec les officiers du comté et l'évêque dans le diocèse
duquel il demeure, gouverne le comté (vacant) jusqu'à ce que nous
soyons informés.--Si le comte décédé n'a point de fils, que notre fils
à nous, avec nos leudes, désigne quelqu'un qui, conjointement avec les
officiers du comté, gouverne ce comté jusqu'à ce que nous en
ordonnions.--Et que personne ne se fâche s'il nous plaît de donner ce
même comté à quelque autre que celui qui l'aura jusque-là
administré.--Il sera fait de même pour nos vassaux.»

Cet article est le dernier de la première série, c'est-à-dire de ceux
qui ayant été rédigés sous forme de propositions présentées aux
leudes, sont suivis de la réponse et des observations de ceux-ci. Or,
voici l'apostille qui vient à la suite de ce neuvième article: «Les
autres articles (subséquents) n'ont pas besoin de réponse, parce
qu'ils ont été réglés et décidés par votre sagesse.» Cette apostille
semble impliquer qu'il fut fait par les leudes à ce neuvième article,
tout comme aux précédents, une réponse qui aurait été supprimée,
probablement parce qu'elle ne convenait pas au roi.

Voici encore l'article 10 littéralement traduit:

«Si, après notre décès, quelqu'un de nos fidèles voulant, pour l'amour
de Dieu et de nous, renoncer au monde, avait un fils ou tel autre de
ses proches, capable de service public, qu'il lui soit permis de lui
transmettre ses honneurs de la manière qui lui conviendra le mieux.»

Maintenant, y a-t-il, dans les dispositions citées ou indiquées du
capitulaire de Kierzy, quelque chose qui puisse être pris pour une
concession de l'hérédité des offices, des dignités politiques? Il n'y
a pas moyen de l'affirmer; il y a plus, le contraire y est clairement
énoncé: dans tous les cas prévus comme exigeant ou comportant le
remplacement provisoire d'un comte décédé, le roi se réserve
expressément la nomination définitive; et pour prévenir toute
surprise, toute incertitude à cet égard, il déclare et justifie
d'avance la liberté qu'il se réserve de nommer définitivement aux
comtés vacants d'autres hommes que ceux qui y auraient été nommés
provisoirement.

La question n'est pourtant pas tout à fait décidée par là. Dans tout
ce que j'ai dit des capitulaires de Kierzy, j'ai suivi le texte
généralement accrédité de ces capitulaires[48], surtout quant à ce qui
concerne l'article 9, article fondamental dans la question dont il
s'agit ici; mais il existe de cet article 9 un autre texte qui,
rapproché de celui que j'ai suivi, présente des variantes remarquables
et se prêtant mieux à l'opinion accréditée qui prétend voir dans le
capitulaire de Kierzy le principe de l'hérédité des grands offices.
Voici de quoi il s'agit.

  [48] _Baluze_, Capit. II, p. 259.

Dans le texte des capitulaires de Baluze, les trente-trois articles du
plaid de Kierzy sont suivis d'un appendice qui en est un extrait
sommaire, un abrégé en quatre articles seulement. Ce fut (d'après les
renseignements des anciens éditeurs des capitulaires) Charles le
Chauve lui-même qui fit extraire ces quatre articles des trente-trois
autres dont ils faisaient partie, et qui, les tenant pour les plus
importants de tous, voulut qu'il en fût donné au plaid une seconde
lecture et comme une notification à part. Or, l'article 9 de l'acte
entier du plaid de Kierzy est l'un des quatre (le 3e) répétés dans
l'appendice dont il s'agit; et il y est répété avec des variantes que
je ne puis me dispenser de faire connaître. Voici donc ce second texte
de ce même article 9, traduit en entier aussi fidèlement que possible:

«S'il vient à mourir (durant notre absence) un comte de ce royaume,
dont le fils soit avec nous (dans notre expédition), que notre fils,
conjointement avec nos fidèles, choisisse parmi les plus amis ou les
plus proches du comte, quelques personnes qui, de concert avec les
officiers du comté et avec l'évêque dans le diocèse duquel se trouvera
le comté vacant, administrent ce comté jusqu'à ce que nous soyons
informés du fait, afin que nous fassions honneur au fils du comte
décédé, qui se trouvera avec nous, des honneurs de son père.»

«Si le comte défunt a un fils encore petit, que ce fils, conjointement
avec les officiers du comté et l'évêque du diocèse dans lequel est
situé le comté, administre le comté jusqu'à ce que la nouvelle de la
mort du comte nous parvienne, et qu'en vertu de notre concession, son
fils soit honoré de ses honneurs.»

Dans le reste de l'article les deux textes sont exactement conformes,
et je n'ai aucun besoin d'y revenir; mais il faut bien, bon gré mal
gré, revenir un instant à la question qui semblait tout à l'heure
décidée à l'aide du premier texte; elle ne l'est plus, ou paraît
devoir l'être en sens inverse d'après le nouveau texte. Il faut
d'abord reconnaître que ce second texte, formant un sens plus complet
et plus logique que le premier, semble devoir lui être préféré. Or
cela reconnu, il est certain que dans l'article cité, Charles le
Chauve semble manifester l'intention d'élire aux comtés vacants les
fils à la place des pères. Mais il n'y a, dans cette intention, dans
cette disposition, rien qui puisse être pris pour une loi nouvelle,
absolue, générale; rien qui puisse être considéré comme un principe
nouveau d'action politique. La prétendue loi de Charles le Chauve
n'est autre chose que la reconnaissance, que l'expression pure et
simple d'un fait dès lors très-commun et qui tendait à devenir
général. Partout où les comtes avaient été favorisés par les localités
ou s'étaient trouvés être des hommes de capacité et d'énergie,
partout, dis-je, ces comtes s'étaient approprié leurs comtés. Il est
vrai que ceux de leurs fils qui leur succédaient leur succédaient
parfois en vertu d'une élection, d'une confirmation, d'une concession
royale; mais il est vrai aussi qu'en général cette concession, cette
confirmation était de pure forme, d'autant plus aisément accordée par
les rois que ceux auxquels ils l'accordaient en avaient réellement
moins besoin. L'article cité du plaid de Kierzy, de quelque manière
qu'on l'entende et dans quelque texte qu'on le prenne, ne faisait que
reconnaître ce qui existait à cet égard, sans rien changer dans le
présent, sans rien empêcher dans l'avenir. Ce n'était certes pas une
disposition si vague, jetée comme par incident entre une multitude de
dispositions accidentelles relatives à une expédition imprudente, qui
pouvait régir la dislocation des conquêtes carlovingiennes. Cette
dislocation commencée d'une manière violente, devait continuer et
s'achever de même, à mesure que la force politique née de ces
conquêtes achèverait de se perdre.

    FAURIEL, _Histoire de la Gaule Méridionale_, t. IV, p. 374.



LES SARRASINS EN PROVENCE.

889-975.


Vingt pirates partis d'Espagne sur un frêle bâtiment, et se dirigeant
sur les côtes de Provence, furent poussés par la tempête dans le golfe
de Grimaud, autrement appelé golfe de Saint-Tropez, et débarquèrent au
fond du golfe sans être aperçus. Autour de ce bras de mer s'étendait
au loin une forêt qui subsiste en partie, et qui était tellement
épaisse que les hommes les plus hardis avaient de la peine à y
pénétrer. Vers le nord était une suite de montagnes s'élevant les unes
au-dessus des autres, et qui, arrivées à une distance de quelques
lieues, dominaient une grande partie de la basse Provence. Les
Sarrasins envahirent pendant la nuit le village le plus rapproché de
la côte, et, massacrant les habitants, se répandirent dans les
environs. Quand ils furent arrivés sur les hauteurs qui couronnent le
golfe du côté du nord, et que de là leur regard s'étendit d'un côté
vers la mer et de l'autre vers les Alpes, ils comprirent tout de suite
la facilité qu'un tel lieu devait leur offrir pour un établissement
fixe. La mer leur ouvrait son sein pour recevoir tous les secours dont
ils auraient besoin; la terre leur livrait passage dans des contrées
qui n'avaient pas encore été pillées et où il n'avait été pris aucune
mesure de défense. L'immense forêt qui environnait les hauteurs et le
golfe leur assurait une retraite au besoin.

Les pirates firent un appel à tous leurs compagnons qui parcouraient
les parages voisins; ils envoyèrent demander du secours en Espagne et
en Afrique; en même temps ils se mirent à l'ouvrage, et en peu
d'années les hauteurs furent couvertes de châteaux et de forteresses.
Le principal de ces châteaux est nommé par les écrivains du temps
_Fraxinetum_, du nom des frênes qui probablement occupaient les
environs. On croit que _Fraxinetum_ répond au village actuel de la
Garde-Frainet, qui est situé au pied de la montagne la plus avancée du
côté des Alpes..... Quand les travaux furent terminés, les Sarrasins
commencèrent à faire des courses dans le voisinage. Ils n'eurent garde
d'abord de s'éloigner du centre de leurs forces; mais bientôt les
seigneurs les associèrent à leurs querelles particulières. Ils
aidèrent à abattre les hommes puissants; ensuite, se débarrassant de
ceux qui les avaient appelés, ils se déclarèrent les maîtres du pays;
en peu de temps une grande partie de la Provence se trouva exposée à
leurs ravages. La terreur devint bientôt générale; le plat pays étant
dévasté, les Sarrasins s'avancèrent vers la chaîne des Alpes[49].....

  [49] Nous ne pouvons reproduire la totalité de ce savant et
  curieux mémoire: nous dirons donc en résumé que les Sarrasins
  occupèrent le mont Cenis et le mont Saint-Bernard, devinrent les
  maîtres de tous les passages des Alpes, et de là pillèrent le
  Dauphiné, le Piémont, le Montferrat, le Valais, la Suisse, les
  Grisons, la Savoie, la Maurienne, la Ligurie; qu'ils prirent et
  saccagèrent Turin, Marseille, Aix, Sisteron, Gap, Embrun, Gênes,
  Fréjus, Toulon, Grenoble, etc., égorgeant, écorchant vifs les
  habitants, et dévastant tellement le pays, que les loups en
  devinrent à peu près les maîtres.

Hugues, devenu comte de Provence, s'était rendu en Italie pour y
disputer la couronne du royaume de Lombardie. Les cris de ses sujets
l'ayant enfin rappelé de ce côté des Alpes, il annonça l'intention de
chasser entièrement les Sarrasins. Il s'agissait de s'emparer d'abord
du château Fraxinet, à l'aide duquel les Sarrasins se maintenaient en
relation avec l'Espagne et l'Afrique, et d'où ils dirigeaient leurs
expéditions dans l'intérieur des terres. Comme il fallait que ce
château fût attaqué par mer et par terre, Hugues envoya demander une
flotte à l'empereur de Constantinople, son beau-frère; il demandait
aussi du feu grégeois, l'arme alors la plus efficace pour combattre
les flottes sarrasines.

En 942, la flotte grecque jeta l'ancre dans le golfe de Saint-Tropez;
en même temps Hugues accourut avec une armée. Les Sarrasins furent
attaqués avec la plus grande vigueur; leurs navires et tous leurs
ouvrages du côté de la mer furent détruits par les Grecs. De son côté,
Hugues força l'entrée du château et obligea les barbares à se retirer
sur les hauteurs voisines. C'en était fait de la puissance des
Sarrasins en France; mais tout à coup Hugues apprit que Béranger, son
rival à la couronne d'Italie, qui s'était enfui en Allemagne, se
disposait à venir lui disputer le trône. Alors, ne songeant plus aux
maux qui pesaient sur ses malheureux sujets, il renvoya la flotte
grecque, et maintint les Sarrasins dans toutes les positions qu'ils
occupaient, à la seule condition que, s'établissant au haut du grand
Saint-Bernard et sur les principaux sommets des Alpes, ils fermeraient
le passage de l'Italie à son rival..... Dès ce moment les Sarrasins
montrèrent encore plus de hardiesse qu'auparavant, et l'on dut croire
qu'ils étaient établis pour toujours dans le cœur de l'Europe.
Non-seulement ils épousèrent les femmes du pays, mais ils commencèrent
à s'adonner à la culture des terres. Les princes de la contrée se
contentèrent d'exiger d'eux un léger tribut; ils les recherchaient
même quelquefois. Quant à ceux qui occupaient les hauteurs, ils
donnaient la mort aux voyageurs qui leur déplaisaient, et exigeaient
des autres une forte rançon. «Le nombre des chrétiens qu'ils tuèrent
fut si grand, dit Liutprand, que celui-là seul peut s'en faire une
idée, qui a inscrit leurs noms dans le livre de vie.».....

Vers l'an 960, les Sarrasins furent chassés du mont Saint-Bernard.
L'histoire ne nous a pas conservé les détails de cet événement.......
En 965, ils furent chassés du diocèse de Grenoble. Les évêques de
cette ville s'étaient retirés à Saint-Donat, du côté de Valence. Cette
année, Isarn, impatient de reprendre possession de son siége, fit un
appel aux nobles, aux guerriers et aux paysans de la contrée; et,
comme les Sarrasins occupaient les cantons les plus fertiles et les
plus riches, il fut convenu que chaque guerrier aurait sa part des
terres conquises, à proportion de sa bravoure et de ses services.
Après l'expulsion des Sarrasins de Grenoble et de la vallée du
Graisivaudan, le partage eut lieu, et certaines familles du Dauphiné,
telles que celle des Aynard ou Montaynard, font remonter l'origine de
leur fortune à cette espèce de croisade...... Tous ces succès
annonçaient que les affaires des Sarrasins allaient en déclinant, et
ne faisaient qu'irriter davantage le désir qui se manifestait de tous
les côtés d'en être tout à fait délivré. En 968, l'empereur Othon
annonça l'intention de se dévouer à une entreprise si patriotique;
mais il mourut sans avoir rempli sa promesse, et il fallut que les
Sarrasins se portassent à un nouvel attentat, pour que les peuples se
décidassent à en faire eux-mêmes justice.

Un homme s'était rencontré, qui jouissait d'une considération
universelle; il suffisait de le nommer pour attirer le respect des
nations et des rois. C'est saint Mayeul, abbé de Cluny, en Bourgogne.
Telle était la réputation qu'il avait acquise par ses vertus, qu'on
songea un moment à le faire pape. Mayeul s'était rendu à Rome pour
satisfaire sa dévotion aux églises des saints et pour visiter
quelques couvents de son ordre. A son retour, il s'avança par le
Piémont, et résolut de rentrer dans son monastère par le mont Genèvre
et les vallées du Dauphiné. En ce moment, les Sarrasins étaient
établis entre Gap et Embrun, sur une hauteur qui domine la vallée du
Drac, en face du pont d'Orcières. A l'arrivée du saint au pied de la
chaîne des Alpes, un grand nombre de pèlerins et de voyageurs, qui
depuis longtemps attendaient une occasion favorable pour franchir le
passage, crurent qu'il ne pouvait pas s'en présenter de plus heureuse.
La caravane se met donc en route; mais, parvenue sur les bords du
Drac, dans un lieu resserré entre la rivière et les montagnes, les
barbares, au nombre de mille, qui occupaient les hauteurs, lui lancent
une grêle de traits. En vain les chrétiens, pressés de toutes parts,
essaient de fuir; la plupart sont pris, entre autres le saint;
celui-ci est même blessé à la main en voulant garantir la personne
d'un de ses compagnons.

Les prisonniers furent conduits dans un lieu écarté; la plupart étant
de pauvres pèlerins, les barbares s'adressèrent au saint, comme au
personnage le plus important, et lui demandèrent quels étaient ses
moyens de fortune. Le saint répondit ingénument que, bien que né de
parents fort riches, il ne possédait rien en propre, parce qu'il avait
abandonné toutes ses possessions pour se vouer au service de Dieu;
mais qu'il était abbé d'un monastère qui avait dans sa dépendance des
terres et des biens considérables. Là-dessus, les Sarrasins, qui
voulaient avoir chacun leur part, fixèrent la rançon de lui et du
reste des prisonniers à 1,000 livres d'argent, ce qui faisait environ
80,000 francs de notre monnaie actuelle. En même temps, le saint fut
invité à envoyer le moine qui l'accompagnait à Cluny, pour apporter
la somme convenue. Ils fixèrent un terme passé lequel tous les
prisonniers seraient mis à mort.

Au départ du moine, le saint lui remit une lettre commençant par ces
mots: «Aux Seigneurs et aux frères de Cluny, Mayeul, malheureux captif
et chargé de chaînes; les torrents de Bélial m'ont entouré, et les
lacets de la mort m'ont saisi[50].» A la lecture de cette lettre,
toute l'abbaye fondit en larmes. On se hâta de recueillir l'argent qui
se trouvait dans le monastère; on dépouilla l'église du couvent de ses
ornements; enfin l'on fit un appel à la générosité des personnes
pieuses du pays, et on parvint à réunir la somme exigée. Elle fut
remise aux barbares un peu avant le terme fixé, et tous les
prisonniers furent mis en liberté...... La prise de saint Mayeul eut
lieu en 972. Cet événement causa une sensation extraordinaire; de
toutes parts les chrétiens, grands et petits, se levèrent pour
demander vengeance d'un pareil attentat.

  [50] 2e Livre des _Rois_, ch. 22, v. 5.

Il y avait alors aux environs de Sisteron, dans le village des Noyers,
un gentilhomme appelé Bobon ou Beuvon, qui déjà plus d'une fois avait
signalé son zèle pour l'affranchissement du pays. Profitant de
l'enthousiasme général, et ralliant à lui les paysans, les bourgeois,
en un mot tous les hommes amis de la religion et de la patrie, qui
voulaient prendre part à la gloire de l'entreprise, il fit construire
non loin de Sisteron, un château situé en face d'une forteresse
occupée par les Sarrasins. Son intention était d'observer de là tous
leurs mouvements et de profiter de la première occasion pour les
exterminer. Dans l'ardeur de son zèle pieux, il avait fait vœu à
Dieu, s'il venait à bout de chasser les barbares, de consacrer le
reste de sa vie à la défense des veuves et des orphelins. En vain les
Sarrasins essayèrent de le troubler dans ses efforts; toutes leurs
tentatives furent inutiles. La montagne où s'élevait le château occupé
par les Sarrasins se nommait _Petra impia_, et s'appelle encore dans
le langage du pays _Peyro impio_. Peu de temps après, le chef des
Sarrasins de la forteresse ayant enlevé la femme de l'homme préposé à
la garde de la porte, celui-ci, pour se venger, offrit à Bobon de lui
en faciliter l'entrée. Une nuit, Bobon se présenta avec ses guerriers
et entra sans obstacle. Tous les Sarrasins qui voulurent résister,
furent passés au fil de l'épée; les autres, y compris le chef,
demandèrent le baptême.......

Le Dauphiné était libre; la Provence ne pouvait tarder à l'être aussi.
Il est bien à regretter que l'histoire ne nous ait presque rien
transmis sur un événement aussi intéressant. On sait seulement qu'à la
tête de l'entreprise était Guillaume, comte de Provence.....Guillaume
se faisait chérir de ses sujets par son amour de la justice et de la
religion. Faisant un appel aux guerriers de la Provence, du
Bas-Dauphiné et du comté de Nice, il se disposa à attaquer les
Sarrasins, jusque dans Fraxinet. De leur côté, les Sarrasins qui se
voyaient poursuivis dans leurs derniers retranchements, réunirent
toutes leurs forces et descendirent de leurs montagnes en bataillons
serrés. Il paraît qu'un premier combat fut livré aux environs de
Draguignan, dans le lieu appelé Tourtour, là où il existe encore une
tour qu'on dit avoir été élevée en mémoire de la bataille. Les
Sarrasins ayant été battus, se réfugièrent dans le château fort. Les
chrétiens se mirent à leur poursuite. En vain les barbares opposèrent
la plus vive résistance; les chrétiens renversèrent tous les
obstacles. A la fin, les barbares, étant pressés de toutes parts,
sortirent du château pendant la nuit et essayèrent de se sauver dans
la forêt voisine. Poursuivis avec vigueur, la plupart furent tués ou
faits prisonniers, le reste mit bas les armes.

    REINAUD, _Invasions des Sarrasins en France_, p. 158.



ROLLON.

912-931.

L'archevêque de Rouen Francon porte à Rollon les propositions de paix
du roi Charles le Simple.


Rollon, dit-il, Dieu veut accroître tes honneurs et ton baronnage. En
peines et en malice tu as usé ta vie; et tu as vécu des larmes
d'autrui et du pillage d'autrui; maint homme tu as ruiné et réduit en
servage, et réduit par pauvreté mainte femme à la débauche, et enlevé
châteaux et légitime héritage. Tu ne prends souci de ton âme pas plus
qu'une bête sauvage; tu iras en enfer en triste compagnie voué aux
peines éternelles, qui n'ont jamais de soulagement; de vivre
longuement, tu n'as aucune sûreté; change ta méchante vie, donne un
autre cours à ton courage, entre dans la chrétienté et fais hommage au
roi. Apprends à vivre en paix, et laisse reposer ta rage; ne détruis
pas son royaume, car tu lui fais grand outrage. Il a une fille jolie,
qui est de haut parage; il te la veut donner en mariage, et tu auras
pour dot tout le pays maritime depuis l'Eure jusqu'à la mer. Ainsi tu
vivras de tes rentes sans brigandage; tu auras maint bon château fort
et maint bon manoir; il n'en sera que mieux pour ton lignage[51].
Accorde une trêve de trois mois, sans faire de dommage; mais tu n'iras
plus piller, ni à la voile ni à la rame; on te donnera de bons otages
pour la sûreté du traité; Auras-tu honte d'épouser la fille du roi?

  [51] Postérité.

       *       *       *       *       *

Rollon entendit ce discours, qui lui fit beaucoup de plaisir. Par le
conseil de ses vassaux, il accorda la trêve; Rollon entendit le
traité; chacun le garantit. Au terme fixé, Rollon assembla son monde
et le Roi manda à Saint-Clair tous ses barons. Rollon fut en deçà de
l'Epte, et le Roi au delà, et avec lui le duc Robert, qui désirait la
paix. Le plaid fut mené à bien et l'affaire se termina. Rollon devint
l'homme (le vassal) du Roi et ses mains lui donna. Quand il dut baiser
le pied, il ne voulut pas se baisser; il tendit la main en bas, leva
le pied au Roi, à sa bouche le tira et renversa le Roi; tous en rirent
assez, et le Roi se releva. Il lui donna sa fille et la Normandie
devant tout le monde; il voulut lui donner encore la Flandre, mais
Rollon refusa; c'est pauvre terre, dit-il, jamais il n'y aura
abondance. Il demanda la Bretagne, et le Roi la lui donna, et ordonna
à Bérenger et à Alain[52] de lui faire hommage; chacun, sans mensonge,
lui jura fidélité. Le Roi partit alors, et Rollon s'en alla, le duc
Robert avec lui, qui conduisit la dame.

  [52] Comtes de Bretagne.

       *       *       *       *       *

Francon, l'archevêque, baptisa le duc Rollon; le duc Robert fut son
parrain et l'appela Robert. Quand Rollon fut baptisé il épousa sa
femme, la fille au roi de France, ce qui confirma la paix. Grande fut
la joie et longtemps elle dura. Neuf cent et douze ans étaient
accomplis et passés depuis que Dieu naquit de la Vierge en Bethléem,
quand Francon régénéra Rollon par le baptême, et qu'il traita avec le
roi de France à Saint-Clair. Les noces furent splendides; quand ils
furent mariés, splendides furent les fêtes qui furent préparées. Qui
voulut venir aux noces y fut bien traité. Rollon pria et sermona tous
ses hommes, les fit tous baptiser et les combla d'honneurs; à
plusieurs il donna villages, châteaux et cités, donna champs, donna
rentes, donna moulins et prés, donna bois, donna terres, donna grands
héritages, selon leurs bons services et selon leur mérite, selon leur
noblesse et selon leur âge. Tous en Normandie fixés et possesseurs de
fiefs, ils sont tous récompensés selon leur volonté; Rollon les a
élevés et les a beaucoup aimés; il les a bien récompensés selon leurs
désirs, pour l'avoir suivi et avoir quitté leur patrie. Rollon se fit
servir avec honneur et richesse, et dans sa maison il sut vivre
grandement.

       *       *       *       *       *

Il aima la paix, la chercha et la fit établir. Par toute la Normandie
il fit crier et publier qu'il n'y ait homme si hardi qui osât en
attaquer un autre, brûler maison ou ville, ni voler, ni piller, ni
blesser un homme, ni tuer, ni assassiner, ni battre, ni frapper
quelqu'un debout ni par terre, trahir un autre homme par embûche ou
guet-apens; ni qu'on ose voler, ni être complice d'un voleur. Car le
complice doit être puni avec le voleur; le supplice de l'un, l'autre
le doit partager. Celui qui fera félonie, s'il le peut prendre, il n'y
aura gentilhomme qui tienne, il le fera honnir et expier son crime par
le feu ou la potence. Rollon fut grand justicier, il fit parler
beaucoup de lui. Il faisait rompre larrons et voleurs, crever les
yeux, brûler ou couper les pieds et les poings; selon le crime il
faisait punir chacun. Il fit crier dans les bourgs, dans les villes et
dans les marchés, que tout homme qui a charrue et veut cultiver la
terre ait la sécurité et la paix pour labourer; il n'aura pas besoin
d'ôter le fer de sa charrue ni de le cacher sous le sillon, ni de
l'emporter chez lui, par crainte de larron, ni par crainte d'être
volé; il n'aura besoin d'enlever ni son soc, ni son coutre, ni ses
harnois, car il n'y aura personne qui les ose toucher. Et si on les
lui a volés et qu'il ne les puisse retrouver, le duc, de ses deniers,
lui en fera donner le prix, et le paysan pourra bien racheter soc et
coutre.

A Longueville il y avait un paysan qui avait six beaux bœufs en avant
de sa charrue. Femme avait épousé; ne sais s'il avait un enfant. Mais
la femme avait les mains crochues[53]; elle eût pris un chaperon
rabattu, si on ne l'eût bien gardé; si bien alla ce métier, qu'elle
faisait follement, que la fin en fut mauvaise, et voici ce qui arriva.
Un jour, comme d'habitude, le paysan laboura, et à l'heure de dîner à
la maison rentra; à la charrue il laissa harnois, soc et couteau. Ne
veut rien emporter, se fiant en la paix et à ce que le duc, s'il les
perd, les rendra. La femme au paysan, pendant qu'il mangeait, vint à
la charrue, prit les fers et les cacha. Quand celui-ci revint au champ
et les fers ne trouva, de tous côtés il les chercha. Il fit venir sa
femme, et la pressa vivement, si elle n'a pas les fers, de dire qui
les a. La femme était avide, elle cacha et nia. Le paysan vint à
Rouen, et réclama ses fers; Rollon en eut pitié, et lui donna cinq
sols. Celui-ci revint à la maison apportant ses deniers. Bénie soit,
dit la femme, la main qui nous a fait gagner cela; vous avez vos cinq
sols, et voyez vos fers là. Elle se baissa vers lui et les lui montra
sous le banc. Folle fut qui vola, et folle qui cacha. C'est la vérité,
et Dieu le dit, et la chose est prouvée: «N'est chose si cachée qui ne
soit révélée, ni action si secrète qui ne soit découverte.» Chaque
bonne action doit être récompensée, et toute félonie doit être punie.
Tant furent les fers cherchés et tant demandés, tant furent tourmentés
les hommes de la contrée, et par l'épreuve du feu et par l'épreuve de
l'eau, que l'on connut la vérité. Ne peut la félonie être longtemps
cachée. La paysanne fut prise et au duc Rollon menée. Elle avoua tout,
et fut convaincue. Il fit prendre et amener devant lui le paysan.
Quand il fut devant lui: «Sais-tu, dit-il, dis-moi, si ta femme ne
vola rien depuis qu'elle est avec toi, et si elle est coutumière
d'être de mauvaise foi?--Oui, sire, dit-il, je ne dois pas
mentir.--Par ma foi, dit Rollon, je te crois bien; par ta bouche même
tu as prononcé ta sentence; avec elle tu seras pendu; assez tu as dit
pourquoi; toi-même, as fait ton jugement; égale loi, égale peine, égal
mal vous attend.» Egal jugement ont le voleur et le complice. La femme
fut pendue et son mari pareillement.

  [53] Elle vous aurait volé votre chapeau sur la tête.

Par cet acte et par d'autres Rollon fut craint fortement. A honneur et
à joie il vécut bien longuement. Il n'eut pas d'enfant de Gisèle,
qu'il épousa premièrement; la dame mourut sans enfants. Alors Rollon
épousa Pope[54], qu'il garda longtemps. Longue-Épée, son fils, était
de belle jeunesse; il était d'une belle venue et de bon jugement; il
pouvait porter des armes et ne doutait de rien. Rollon le fit son
héritier, par le conseil des siens. Bérenger et Alain, de qui dépend
la Bretagne, et les riches Normands, il manda secrètement; à chacun il
donna tant et promit tant d'avantages, qu'ils devinrent sans
difficulté les hommes[55] de son fils; chacun fit à Guillaume hommage
et serment. Depuis que le duc Guillaume a recueilli le duché, et
depuis qu'il a eu les hommages des barons que j'ai dit, Rollon
gouverna encore cinq ans et maintint la paix. Les hommes de son duché
qui l'avaient servi, il les amena et les convertit au service de Dieu.
Ainsi vint à sa fin, comme tout homme qui vieillit de labeur et de
peines qui l'ont affaibli. Mais jamais sa mémoire ni son jugement ne
lui firent défaut. A Rouen il tomba malade, et à Rouen il mourut. En
bon chrétien il sortit de ce monde, bien confessé et ayant avoué ses
péchés. Dans l'église Notre-Dame[56], du côté du midi, les clercs et
les laïques ont enseveli son corps; le tombeau y est et l'épitaphe
aussi qui raconte ses faits et comment il vécut.

  [54] Fille de Bérenger, comte de Bessin.

  [55] Vassaux.

  [56] La cathédrale de Rouen.

   ROBERT WACE, _le roman de Rou_ (Rollon), _et des ducs de
   Normandie_. (Vers 1869 à 2061.) Trad. par L. Dussieux.

   Robert Wace naquit dans l'île de Jersey au commencement du
   douzième siècle et mourut en Angleterre vers 1184. Il termina, en
   1160, son _Roman de Rou_, pour la composition duquel il suivit
   les chroniques de Dudon de Saint-Quentin et de Guillaume de
   Jumiéges pour les temps anciens. Le roman s'arrête en 1106. Ce
   poëme compte 16,547 vers. C'est le monument le plus curieux qui
   nous reste de la langue et de l'histoire des Normands sous la
   domination de leurs ducs. On en doit une bonne édition à M. Fr.
   Pluquet, 2 vol. in-8º, Rouen, 1827.



ÉLECTION DE HUGUES CAPET.

987.


Sur ces entrefaites, Charles, qui était frère de Lothaire et oncle
paternel de Louis, alla à Reims trouver le métropolitain, et lui parla
ainsi de ses droits au trône: «Tout le monde sait, vénérable père,
que, par droit héréditaire, je dois succéder à mon frère et à mon
neveu. Car bien que j'aie été écarté du trône par mon frère, cependant
la nature ne m'a refusé rien de ce qui constitue l'homme; je suis né
avec tous les membres sans lesquels on ne saurait être promu à une
dignité quelconque. Il ne me manque rien de ce qu'on a coutume
d'exiger avant tout de ceux qui doivent régner, la naissance et le
courage qui fait oser. Pourquoi donc, puisque mon frère n'est plus,
puisque mon neveu est mort et qu'ils n'ont laissé aucune descendance,
pourquoi suis-je repoussé du territoire que tout le monde sait avoir
été possédé par mes ancêtres? Mon frère et moi avons survécu à notre
père; mon frère posséda tout le royaume et ne me laissa rien. Sujet de
mon frère, je n'ai point combattu avec moins de fidélité que les
autres; je n'ai rien eu, je puis le dire, de plus cher que son salut.
Maintenant, repoussé et malheureux, à qui puis-je mieux m'adresser
qu'à vous, lorsque tous les appuis de ma race sont éteints? A qui
aurai-je recours, privé d'une protection honorable, si ce n'est à
vous? Par qui, sinon par vous, serai-je réintégré dans les honneurs
paternels? Plaise au ciel que les choses se passent d'une manière
convenable pour moi et pour ma fortune! Repoussé, que pourrais-je être
autre chose qu'un spectacle pour ceux qui me verraient? Laissez-vous
toucher par un sentiment d'humanité, soyez compatissant pour un homme
éprouvé par tant de revers.»

Lorsque Charles eut terminé ses plaintes, le métropolitain, ferme dans
sa résolution, lui répondit ce peu de mots: «Tu t'es toujours associé
à des parjures, à des sacriléges, à des méchants de toute espèce, et
maintenant encore tu ne veux pas t'en séparer; comment peux-tu, avec
de tels hommes et par de tels hommes, chercher à arriver au souverain
pouvoir?» Et comme Charles répondait qu'il ne fallait pas abandonner
ses amis, mais plutôt en acquérir d'autres, l'évêque se dit en
lui-même: «Maintenant qu'il ne possède aucune dignité, il s'est lié
avec des méchants dont il ne veut en aucune façon abandonner la
société; quel malheur ce serait pour les bons s'il était élu au
trône!» Enfin, il répondit à Charles qu'il ne ferait rien sans le
consentement des princes, et il le quitta.

Charles perdant l'espoir de régner, s'en retourna en Belgique, en
proie au découragement. Au temps fixé, les grands de la Gaule, qui
s'étaient liés par serment, se réunirent à Senlis. Lorsqu'ils se
furent formés en assemblée, l'archevêque, de l'assentiment du duc,
leur parla ainsi: «Louis, de divine mémoire, ayant été enlevé au monde
sans laisser d'enfants, il a fallu s'occuper sérieusement de chercher
qui pourrait le remplacer sur le trône, pour que la chose publique ne
restât pas en péril, abandonnée et sans chef. Voilà pourquoi
dernièrement nous avons cru utile de différer cette affaire, afin que
chacun de vous pût venir ici soumettre à l'assemblée l'avis que Dieu
lui aurait inspiré, et que de tous ces sentiments divers on pût
induire quelle est la volonté générale. Nous voici réunis; sachons
éviter par notre prudence, par notre bonne foi, que la haine n'étouffe
la raison, que l'affection n'altère la vérité. Nous n'ignorons pas
que Charles a ses partisans, lesquels soutiennent qu'il doit arriver
au trône que lui transmettent ses parents. Mais si l'on examine cette
question, le trône ne s'acquiert point par droit héréditaire, et l'on
ne doit mettre à la tête du royaume que celui qui se distingue
non-seulement par la noblesse corporelle, mais encore par les qualités
de l'esprit, celui que l'honneur recommande, qu'appuie la magnanimité.
Nous lisons dans les annales, qu'à des empereurs de race illustre
que leur lâcheté précipita du pouvoir, il en succéda d'autres tantôt
semblables, tantôt différents; mais quelle dignité pouvons-nous
conférer à Charles, que ne guide point l'honneur, que l'engourdissement
énerve, enfin qui a perdu la tête au point de servir un roi étranger, et
de se mésallier à une femme prise dans l'ordre des vassaux? Comment le
puissant duc souffrirait-il qu'une femme sortie d'une famille de ses
vassaux devînt reine et dominât sur lui? Comment marcherait-il après
celle dont les pères et même les supérieurs baissent le genou devant lui
et posent les mains sous ses pieds? Examinez soigneusement la chose et
considérez que Charles a été rejeté plus par sa faute que par celle des
autres. Décidez-vous plutôt pour le bonheur que pour le malheur de la
république. Si vous voulez son malheur, créez Charles souverain; si
vous tenez à sa prospérité, couronnez Hugues, l'illustre duc. Que
l'attachement pour Charles ne séduise personne; que la haine pour le duc
ne détourne personne de l'utilité commune; car si vous avez des blâmes
pour le bon, comment louerez-vous le méchant? Si vous louez le méchant,
comment mépriserez-vous le bon? Eh! quels sont ceux que menace la
Divinité elle-même, par ces paroles: Malheur à vous qui dites que le
mal est bien; qui donnez aux ténèbres le nom de lumière et à la lumière
le nom de ténèbres.--Donnez-vous donc pour chef le duc, recommandable
par ses actions, par sa noblesse et par ses troupes, le duc en qui vous
trouverez un défenseur non-seulement de la chose publique, mais de vos
intérêts privés. Grâce à sa bienveillance, vous aurez en lui un père.
Qui en effet a mis en lui son recours et n'y a point trouvé protection?
Qui, enlevé aux soins des siens, ne leur a pas été rendu par lui?»

Cette opinion proclamée et accueillie, le duc fut, d'un consentement
unanime, porté au trône, couronné à Noyon le 1er juin par le
métropolitain et les autres évêques, et reconnu pour roi par les
Gaulois, les Bretons, les Normands, les Aquitains, les Goths, les
Espagnols et les Gascons. Entouré des grands du royaume, il fit des
décrets et porta des lois selon la coutume royale, réglant avec succès
et disposant toutes choses. Pour mériter tant de bonheur, et excité
par tant d'événements prospères, il se livra à une grande piété.
Voulant laisser avec certitude après sa mort un héritier au trône, il
voulut se concerter avec les princes, et lorsqu'il eut tenu conseil
avec eux, il envoya d'abord des députés au métropolitain de Reims,
alors à Orléans, et lui-même alla le trouver ensuite pour faire
associer au trône son fils Robert. L'archevêque lui ayant dit qu'on ne
pouvait régulièrement créer deux rois dans la même année, il montra
aussitôt une lettre envoyée par Borel, duc de l'Espagne citérieure,
prouvant que ce duc demandait du secours contre les Barbares. Il
assurait que déjà une partie de l'Espagne était ravagée par l'ennemi,
et que si dans l'espace de dix mois elle ne recevait des troupes de la
Gaule, elle passerait tout entière sous la domination des Barbares.
Il demandait donc qu'on créât un second roi, afin que si l'un des deux
périssait en combattant, l'armée pût toujours compter sur un chef. Il
disait encore que si le roi était tué et le pays ravagé, la division
pourrait se mettre parmi les grands, les méchants opprimer les bons,
et par suite la nation entière tomber en captivité.

   RICHER, _Histoire_, liv. 4. (Trad. de M. Guadet, dans la
   collection des documents publiés par la Société de l'histoire de
   France.)

   Richer, moine de Reims, écrivit son histoire de 995 à 998; elle
   comprend la période de temps qui s'écoule de 888 à 998. Richer
   avait étudié aux écoles de Reims, les plus importantes de la
   France à cette époque; il y fit de fortes études et devint un
   homme très-savant. Son histoire est un des ouvrages les plus
   remarquables parmi ceux de nos anciens annalistes. Le manuscrit
   autographe de Richer a été découvert en 1833, dans la
   bibliothèque de Bamberg, par M. Pertz, qui en a donné une
   très-bonne édition. M. Guadet l'a reproduite dans l'édition qu'il
   a publiée pour le compte de la Société de l'histoire de France;
   mais il y a ajouté une excellente traduction et de
   très-précieuses notes et dissertations.



ARRESTATION DE CHARLES DE LORRAINE PAR ADALBÉRON.

991.


Lorsque Adalbéron connut parfaitement les habitudes de Charles et des
siens, et qu'il fut sûr de n'être soupçonné de personne, il machina
diverses ruses, et pour rentrer en possession de la ville et pour
livrer au roi Charles captif. Il avait souvent des entretiens avec
celui-ci, l'assurant toujours plus de son dévouement; il offrit même
de se lier par un serment formel, s'il le fallait. Il employa tant
d'astuce et d'adresse qu'il jeta un voile épais sur sa dissimulation,
au point qu'une nuit, dans un souper où il se montrait très-gai,
Charles, qui tenait une coupe d'or où il avait fait tremper dans du
vin, du pain coupé en morceaux, la lui présenta après y avoir bien
réfléchi, et lui dit: «Puisque, d'après les décrets des pères, vous
avez sanctifié aujourd'hui des rameaux verts; puisque vous avez
consacré le peuple par vos saintes bénédictions; que vous nous avez
offert à nous-mêmes l'eucharistie; comme le jour de la passion de
Notre-Seigneur et sauveur Jésus-Christ approche, je vous offre,
méprisant les propos de ceux qui nient qu'on doive se fier à vous, ce
vase convenable à votre dignité, avec le vin et le pain en morceaux.
Buvez ce qu'il contient, en signe de fidélité à ma personne; mais s'il
n'est pas dans vos résolutions de garder votre foi, abstenez-vous, de
crainte de rappeler l'horrible personnage du traître Judas.» Adalbéron
répondit: «Je recevrai la coupe, et je boirai volontiers ce qu'elle
contient!» Charles poursuivit aussitôt, en disant: «Vous devez
ajouter: «et je garderai fidélité.» Il but et ajouta: «Et je garderai
fidélité; qu'autrement je périsse avec Judas!» Il proféra encore
devant les convives plusieurs autres imprécations semblables. La nuit
approchait qui devait voir les larmes et la trahison. On se disposa à
aller prendre du repos et à dormir pendant la matinée. Adalbéron, qui
nourrissait son projet, enleva du chevet de Charles et d'Arnoul,
pendant qu'ils dormaient, leurs épées et leurs armes, et les cacha
dans des lieux secrets; puis, appelant l'huissier, qui ignorait son
stratagème, il lui ordonna de courir vite chercher quelqu'un des
siens, promettant de garder la porte pendant ce temps. Lorsque
l'huissier fut sorti, Adalbéron se plaça lui-même sur le milieu de la
porte, tenant son épée sous son vêtement. Bientôt, aidé des siens,
complices de son crime, il fit entrer tout son monde. Charles et
Arnoul reposaient alourdis par le sommeil du matin. Lorsqu'en se
réveillant ils aperçurent leurs ennemis réunis en troupe autour d'eux,
ils sautent du lit et cherchent à se saisir de leurs armes, qu'ils ne
trouvent pas. Ils se demandent ce que signifie cet événement matinal.
Mais Adalbéron leur dit: «Vous m'avez récemment enlevé cette place, et
m'avez forcé de m'en exiler; maintenant, nous vous chassons à votre
tour, mais d'une autre manière, car je suis resté mon maître, mais
vous, vous passerez au pouvoir d'autrui.» Charles répondit: «O évêque,
je me demande avec étonnement si tu te souviens du souper d'hier!
Est-ce que le respect de la divinité ne t'arrêtera pas? N'est-ce donc
rien que la force du serment? n'est-ce rien que l'imprécation du
souper d'hier?» Et disant cela, il se précipite sur l'évêque: mais les
soldats armés enchaînent sa furie, le poussent sur son lit et l'y
retiennent; ils s'emparent aussi d'Arnoul, et confinent les deux
prisonniers dans la même tour, qu'ils ferment avec des clous, des
serrures et des barres de bois, et où ils placent des gardes. Les cris
des femmes et des enfants, les gémissements des serviteurs, frappent
le ciel, épouvantent et réveillent les citoyens dans toute la ville.
Tous les partisans de Charles se hâtent de s'enfuir, ce qu'à peine
même ils peuvent exécuter; car tout au plus étaient-ils sortis,
lorsque Adalbéron ordonna de s'assurer à l'instant de toute la ville,
afin de saisir tous ceux qu'il regardait comme opposés à son parti. On
les chercha, mais on ne put les trouver. Il fut fait une exception en
faveur d'un fils de Charles, âgé de deux ans, de même nom que son
père, lequel fut excepté de la captivité. Adalbéron envoya promptement
des députés au roi, alors à Senlis, pour lui mander que la ville
naguère perdue était reconquise, que Charles était pris avec sa femme
et ses enfants, ainsi qu'Arnoul, qui s'était trouvé parmi les ennemis;
il l'engage à venir à l'instant avec tous ceux qu'il pourra réunir;
qu'il ne mette aucun retard à rassembler son armée; qu'il envoie des
députés à tous ceux de ses voisins auxquels il a confiance, afin
qu'ils viennent au plus tôt; qu'il se hâte d'arriver même avec peu de
monde.

   RICHER, _Histoire_, liv. 4. (Traduction de M. Guadet.)



RÉVOLTE DES PAYSANS DE NORMANDIE.

997.


Le duc Richard II, dit le Bon, n'avait encore guère régné, quand dans
le pays s'éleva une guerre qui dut faire grand mal à la terre. Les
paysans et les vilains, ceux des bocages et ceux des champs, poussés
par je ne sais quelle mauvaise idée, par vingt, par trente et par
cent, tinrent plusieurs conciliabules. Ils ont pourparlé en secret et
plusieurs l'ont juré entre eux que jamais par leur volonté ils
n'auront seigneur ou avoué. Les seigneurs ne leur font que du mal, ils
ne peuvent avoir avec eux raison, ni profit de leurs labeurs; chaque
jour est jour de grandes douleurs, de peine et de fatigue; l'an
dernier était mauvais, et pire encore est cette année. Tous les jours
leurs bêtes sont prises pour les aides et les corvées; il y a tant de
plaintes contre eux et de procès, et impôts nouveaux et anciens,
qu'ils ne peuvent avoir la paix pendant une heure; tous les jours ils
sont cités en justice; il y a tant de prévôts[57] et de bedeaux[58],
et tant de baillis vieux et nouveaux, qu'ils ne peuvent avoir la paix
une heure; on les impose plus qu'ils n'en peuvent; ils ne peuvent se
défendre en justice; chacun veut avoir cependant son salaire. De force
on prend leurs bêtes, ils ne peuvent ni se tenir ni se défendre, ils
ne peuvent s'en garantir; il leur faut déguerpir de leurs terres. Ils
ne peuvent avoir nulle garantie contre les seigneurs et leurs
sergents[59]; ils ne respectent aucune convention; et souvent encore
on les appelle fils de chienne. Pourquoi nous laissons-nous faire du
mal? Mettons-nous à l'abri de leur méchanceté; nous sommes hommes
comme ils sont; tels membres avons comme ils ont; et nous avons le
corps aussi grand, et nous pouvons souffrir autant; il ne nous faut
que du cœur seulement. Allions-nous par serment, et défendons nos
biens et nos personnes, et tous ensemble tenons-nous bien; et s'ils
nous veulent guerroyer, nous avons bien contre un chevalier trente ou
quarante paysans, dispos et bons au combat. Ils seraient bien faibles,
si à vingt ou trente garçons de belle jeunesse, ils ne pouvaient se
défendre contre un en l'attaquant tous ensemble, avec massues et
grands pieux, et flèches et gourdins, et arcs, et haches et
hallebardes; et avec des pierres, celui qui n'aura pas d'armes. Avec
le grand nombre que nous avons, contre les chevaliers nous nous
défendrons. Alors nous pourrons aller aux bois, couper des arbres et
prendre à notre choix; prendre dans les viviers le poisson, et dans
les forêts la venaison. En tout nous ferons nos volontés, dans les
bois, sur l'eau et dans les prés. Par ces dires et par ces paroles, et
par autres encore plus folles, ils ont tous approuvé ce projet, et
ils se sont tous juré que tous ensemble se soutiendront et ensemble se
défendront. Ils ont élu, je ne sais qui ni quand, des plus habiles et
des mieux parlants, qui partout le pays iront et les serments
recevront. Ne peut être longtemps cachée parole à tant de gens portée,
soit par homme, ou par sergent, soit par femme ou par enfant, soit par
ivresse, ou par colère; assez tôt le duc Richard ouït dire que les
vilains faisaient commune, et voulaient détruire les justices[60], à
lui et aux autres seigneurs qui ont vilains et vavasseurs. Auprès de
Raoul, son oncle[61], il envoya, et cette affaire lui raconta. Le
comte d'Évreux était très-vaillant, et savait beaucoup de choses.
Sire, dit-il, soyez en paix, laissez-moi les paysans, et n'en remuez
jamais les pieds; mais envoyez-moi vos troupes, envoyez-moi vos
chevaliers. Et Richard lui dit: «Volontiers.» Donc il envoya en
plusieurs lieux ses espions et ses courriers. Raoul alla si bien
épiant, et par espions s'enquérant, qu'il atteignit et surprit les
vilains qui tenaient leurs parlements et prenaient les serments[62].
Raoul fut fort en colère; il ne veut pas les mettre en jugement; il
les rendit tous tristes et dolents. A plusieurs il fit arracher les
dents; les autres il les fit empaler, arracher les yeux, les poings
couper, à tous il fit brûler les jarrets; il lui importe peu qu'ils
s'en plaignent. Il en fit brûler d'autres tout vifs, et d'autres
furent arrosés de plomb fondu; il les traita tous ainsi. Ils étaient
hideux à regarder. Depuis ils ne furent vus dans aucun lieu qu'ils ne
fussent bien connus. La commune en demeura là; depuis les vilains ne
firent rien de semblable; ils se séparèrent tous de ceux qui l'avaient
organisée, par la peur de leurs amis qu'ils virent défaits et
maltraités. Et les plus riches d'entre eux le payèrent, et par leur
bourse s'acquittèrent. On ne laissa rien à prendre de tout ce qu'on
put les rançonner. Et les seigneurs leur firent autant de procès
qu'ils purent.

  [57] Chargés par le seigneur de recouvrer les droits.

  [58] Agents inférieurs chargés de la police.

  [59] Valets, serviteurs.

  [60] Droits et abus seigneuriaux.

  [61] Raoul comte d'Evreux.

  [62] «Les paysans des divers comtés de la Normandie s'entendirent
  pour former des conventicules, dans lesquels ils décidèrent
  qu'ils vivraient à leur guise et qu'ils se gouverneraient selon
  leurs propres lois, soit dans les forêts, soit auprès des eaux,
  et sans tenir compte des droits anciens. Pour faire ratifier ces
  décisions, chacune des assemblées de ce peuple en fureur nomma
  deux députés chargés de se rendre à une assemblée générale tenue
  au milieu du pays et qui devait tout confirmer. Dès que le duc
  fut informé de ces événements, il envoya aussi le comte Raoul et
  un grand nombre de chevaliers, afin de combattre la férocité des
  paysans et de dissoudre leur assemblée. Raoul accomplit sa
  mission, s'empara de tous les députés et de quelques autres
  hommes, leur fit couper les pieds et les mains et les renvoya
  ainsi mutilés chez eux, afin que la vue de ce qui leur était
  arrivé détournât les autres de pareilles entreprises. Ayant vu
  cela, les paysans renoncèrent à leurs assemblées et retournèrent
  à leurs charrues.» (_Guillaume de Jumiéges._)

    ROBERT WACE, _le Roman de Rou_. (Traduit par L. Dussieux.)



GRANDE FAMINE EN EUROPE. ANTHROPOPHAGES.

1027-1029.


La famine commença à désoler la terre, et le genre humain fut menacé
d'une prochaine destruction[63]. Le temps devint si mauvais que l'on
ne put trouver le moment pour faire les semailles ou pour faire la
moisson, surtout à cause des eaux qui inondaient les champs. Il
semblait que les éléments bouleversés se faisaient la guerre, et
cependant ils ne faisaient qu'obéir à la vengeance de Dieu, qui
punissait la méchanceté des hommes. Toute la terre fut inondée par
des pluies continuelles, à ce point que pendant trois ans on ne
trouva pas un sillon bon à ensemencer. Au moment de la moisson, les
mauvaises herbes et l'ivraie couvraient les champs. Le boisseau de
grains, dans les terres où il avait le mieux réussi, ne produisait que
le sixième de cette mesure. Ce fléau vengeur commença d'abord en
Orient, ravagea la Grèce, puis l'Italie, se répandit dans les Gaules,
puis dans l'Angleterre. Tous les hommes en ressentirent également les
atteintes. Les grands, les hommes de condition moyenne et les pauvres,
tous avaient la bouche affamée et la pâleur sur le front. Car la
violence des grands avait enfin cédé à la disette générale. Quiconque
avait à vendre quelque chose pour manger pouvait en demander le prix
le plus excessif et était toujours sûr de le recevoir sans difficulté.
Presque partout on vendait le boisseau de grain 60 sous d'or;
quelquefois le sixième de boisseau s'achetait 15 sous d'or. Quand on
eut mangé les bêtes et les oiseaux et que cette ressource fut épuisée,
la faim continua à se faire sentir, et pour l'apaiser, il fallut
dévorer des cadavres ou toute autre nourriture aussi horrible; ou bien
encore, pour échapper à la mort, on déracinait les arbres dans les
bois, on arrachait l'herbe des ruisseaux; mais tout était inutile, car
Dieu seul est le refuge contre la colère de Dieu. Hélas, le
croira-t-on, les fureurs de la faim firent reparaître ces exemples de
férocité, si rares dans l'histoire, et les hommes mangèrent la chair
des hommes. Le voyageur, attaqué sur la route, tombait sous les coups
des assaillants qui déchiraient ses membres, les rôtissaient et les
dévoraient. D'autres, fuyant leur pays pour fuir aussi la famine,
recevaient l'hospitalité, et leurs hôtes les égorgeaient la nuit pour
les manger. Quelques-uns présentaient à des enfants un œuf, un fruit,
et les attiraient à l'écart pour les dévorer. En beaucoup d'endroits
on déterra les cadavres pour servir à ces tristes repas. Enfin ce
délire, cette rage, alla au point que la bête était plus en sûreté que
l'homme, car il semblait que ce fût une coutume désormais établie de
manger de la chair humaine. Un scélérat osa même en étaler au marché
de Tournus[64], pour la vendre cuite, comme celle des animaux. Il fut
arrêté et ne nia point; on le garrotta et on le brûla. Un autre alla
pendant la nuit voler cette même chair qu'on avait enterrée; il la
mangea et fut brûlé de même.

  [63] De 987 à 1066, il y eut quarante et un ans de famine et
  d'épidémies.

  [64] Sur la Saône, près de Mâcon.

Il y a, près de Mâcon dans la forêt de Châtenay, une église isolée,
consacrée à saint Jean. Un misérable avait bâti près de là une
chaumière où il égorgeait la nuit ceux qui lui demandaient
l'hospitalité. Un homme y vint un jour avec sa femme et s'y reposa;
mais en regardant dans les coins de la chaumière il vit des têtes
d'hommes, de femmes et d'enfants. Troublé et pâle, il veut sortir,
quoique son hôte cruel s'y oppose et s'efforce de le retenir; mais la
crainte de mourir lui donnant des forces, le voyageur parvient à se
sauver avec sa femme et court en toute hâte à la ville. Il fait
connaître au comte Othon et à tous les autres habitants cette horrible
découverte. Aussitôt on envoie un grand nombre d'hommes pour s'assurer
du fait; ils s'y rendent en toute hâte et trouvent cette bête féroce
dans son repaire avec quarante-huit têtes d'hommes qu'il avait égorgés
et dévorés. Conduit à la ville, il fut jeté au feu. Nous avons assisté
nous-même à son supplice.

On essaya, dans cette province, d'un moyen auquel nous ne croyons pas
qu'on ait jamais pensé ailleurs. Bien des gens mélangeaient avec ce
qu'ils avaient de farine ou de son une terre blanche semblable à
l'argile, et en faisaient du pain pour calmer leur faim cruelle.
C'était le seul espoir qu'ils eussent d'échapper à la mort, et le
succès ne répondait pas à leurs vœux. Les visages étaient pâles et
décharnés, la peau se tendait et s'enflait, la voix devenait faible et
imitait le cri plaintif des oiseaux expirants. Il y avait tant de
morts qu'on ne pouvait plus les enterrer, et les loups, alléchés
depuis longtemps par l'odeur des cadavres, commencèrent à s'attaquer
aux hommes. Comme on ne pouvait donner à chaque mort une fosse
particulière, à cause de leur grand nombre, alors les gens craignant
Dieu se mirent à ouvrir des fosses, appelées communément charniers, où
l'on jetait cinq cents cadavres, et quelquefois plus quand la fosse
était assez grande. Ils gisaient là, confondus et mêlés, demi-nus,
souvent même sans aucun linceul. Les carrefours, les fossés dans les
champs, servaient aussi de cimetières.

D'autres fois, des malheureux ayant entendu dire que certaines
provinces étaient moins rigoureusement traitées, quittaient leur pays,
mais ils mouraient sur les routes. Cette terrible famine sévit pendant
trois ans, en punition des péchés des hommes. On sacrifia aux besoins
des pauvres les ornements des églises et les trésors qui étaient
destinés à cet emploi; mais la juste vengeance du ciel n'était pas
encore satisfaite, et dans beaucoup d'endroits les trésors des églises
furent insuffisants pour le secours des pauvres. Souvent aussi, quand
ces malheureux, épuisés par la faim, trouvaient de quoi manger, ils
enflaient aussitôt et mouraient.

    RAOUL GLABER, _Chronique_. (Traduit par L. Dussieux.)

   Raoul Glaber ou le Chauve, moine de mœurs assez mauvaises,
   mourut probablement dans le monastère de Cluny; il dédia au
   célèbre abbé de Cluny, Odilon, sa chronique, qu'il paraît avoir
   composée en 1047.



CONQUÊTE DE L'ANGLETERRE PAR LES NORMANDS.

1066.


I. _Édouard roi d'Angleterre désire léguer son royaume à son parent
Guillaume duc de Normandie._

Le roi Édouard avait bien vécu, et son règne fut long; mais, et cela
l'affligeait, il n'avait pas d'enfant, ni de proche parent, qui après
lui pût avoir son royaume et le conserver. Il pensa à part lui, quand
il mourrait qui de son royaume hériterait. Il pensa et dit souvent
qu'au duc Guillaume, son parent, qui était le meilleur de sa famille,
il voudrait donner son héritage. Robert son père l'avait nourri[65] et
Guillaume l'a bien servi. Tout le bien qu'il a reçu, il le doit à
cette famille. Quelque beau semblant qu'il fît aux autres, il n'aime
nul homme autant. Pour l'honneur d'une bonne parenté, avec laquelle il
a été élevé, et à cause de la valeur de Guillaume, il le veut faire
héritier de son royaume. Il y avait en sa terre un sénéchal qui
s'appelait Harold; c'était un noble vassal; pour sa valeur et sa
bonté, il avait dans le royaume grande puissance; c'était l'homme le
plus fort du pays. Il était puissant par ses vassaux et par ses amis;
il avait l'Angleterre en sa garde, comme doit l'avoir un sénéchal. Par
son père il était Anglais, et par sa mère, Danois. Githa, sa mère
était Danoise; elle était très-noble dame; sa sœur fut la mère du roi
Kanut; la mère de Harold était la femme de Godwin, et sa fille Édith
fut reine. Harold était le favori de son roi qui avait sa sœur pour
femme.

  [65] Édouard le Confesseur était fils du roi Ethelred, pendant le
  règne duquel les Danois avaient conquis l'Angleterre en 1013.
  Chassé d'Angleterre, Édouard s'était réfugié en Normandie et y
  avait vécu jusqu'en 1041 que la domination danoise fut détruite.


II. _Harold va en Normandie._

Quand son père fut mort, il voulut passer en Normandie pour délivrer
les otages[66], dont il avait très-grand pitié. Il prit congé du roi
Édouard, et le roi Édouard le détourna bien et lui défendit et le
conjura de ne pas aller en Normandie et de ne pas parler au duc
Guillaume, parce qu'il pourrait être facilement pris au piége, car
Guillaume était très-rusé. S'il voulait avoir ses otages, qu'il y
envoyât d'autres messagers. J'ai trouvé cela écrit; mais un autre
livre me dit que le Roi lui ordonna d'aller auprès du duc Guillaume,
son cousin, pour lui assurer qu'il aura le royaume d'Angleterre après
sa mort.

  [66] Godwin, puissant seigneur et redouté du roi Edouard, avait
  été obligé, en 1052, de livrer son neveu et un de ses fils en
  otages à Edouard, et celui-ci les avait confiés à Guillaume.

Je ne sais pas cette circonstance; mais nous trouvons l'une et l'autre
écrite. Quelque besogne qu'il cherchât, quelque chose qu'il voulût
faire, Harold se mit en chemin, quoi qu'il pût lui en arriver après.
Aventure qui doit être, on ne peut empêcher qu'elle ne soit; et chose
qui doit advenir ne peut manquer, quoi qu'on fasse. Harold fit
préparer deux nefs, et à Bodeham[67] entra en mer. Je ne saurais vous
dire qui se trompa, ou qui gouvernait sur la mer, ou si le vent
tourna trop, mais je sais bien qu'il alla mal; jusqu'en Ponthieu il
lui fallut cingler; il ne put retourner en arrière et il ne put pas se
cacher là. Un pêcheur du pays qui avait été en Angleterre, et avait
souvent vu Harold, l'a épié et reconnu au visage et à la parole. Au
comte de Ponthieu Guy il alla dire en particulier qu'il le fera
beaucoup gagner s'il le veut accompagner; qu'il lui donne vingt livres
seulement, il lui en fera gagner cent; car tel prisonnier il lui
livrera qui lui donnera pour rançon cent livres ou plus. Le comte l'a
assuré qu'il fera à sa volonté; et celui qui a désiré le gain lui
montre Harold. Ils le mènent à Abbeville. Harold, par un affidé manda
au duc de Normandie comment il est arrivé en Ponthieu, lui qui venait
d'Angleterre vers lui, mais qui n'a pu venir droit au port. Il devait
venir auprès de lui en ambassade, mais il ne prit pas le bon chemin.
Le comte de Ponthieu l'avait pris et sans raison l'a mis en prison; il
le priait de le délivrer, s'il le pouvait, et lui promettait de faire
tout ce qu'il voudrait. Guy garda Harold avec grand soin; à
Beaurain[68] il l'envoya pour l'éloigner du duc Guillaume.

  [67] Bosham, village près de Chichester; c'était alors un port
  très-fréquenté.

  [68] Ville sur la Canche.

Le duc pensa que s'il le tenait, il en ferait bien son affaire. Il
promit et offrit tant au comte, il le menaça tant et tant le flatta,
que Guy rendit Harold au duc et que le duc se saisit de Harold. Et le
duc lui a fait avoir le long de la rivière d'Eaulne un beau manoir.
Guillaume tint Harold plusieurs jours, comme il devait, à grand
honneur, à maint beau tournois il le fit aller très-noblement; chevaux
et armes lui donna, et en Bretagne le mena quand il dut combattre les
Bretons. Pendant ce temps le duc lui a parlé si bien, que Harold lui
a promis de lui livrer l'Angleterre quand le roi Édouard mourra; et,
s'il veut, il prendra pour femme Adèle, une fille qu'il a, et il s'y
engagera par serment si le duc le demande. Guillaume y consentit. Pour
recevoir ce serment Guillaume fit assembler un parlement. A Bayeux, on
a coutume de dire qu'il fit assembler un grand conseil; il fit
demander toutes les reliques et les réunit en un endroit; il en
remplit toute une cuve, puis d'un drap de soie les fit couvrir afin
que Harold ne le sût et ne les vît pas; on ne les lui montra pas et on
ne lui en parla pas. Dessus, on mit un reliquaire, le meilleur qu'il
put choisir et le plus précieux qu'il put trouver; je l'ai entendu
nommer œil de bœuf[69]. Quand Harold tendit la main dessus, la main
trembla, la chair frémit, puis il jura et promit, comme un homme qui
affirme, qu'il prendra Adèle, la fille du duc, et qu'il cédera
l'Angleterre au duc. En cela il fera tout son pouvoir, selon sa force
et son savoir, après la mort d'Édouard, s'il vit encore. Que vraiment
Dieu lui aide, et les reliques qui sont là! Plusieurs disent: que Dieu
lui octroie d'accomplir son serment! Quand Harold eut baisé le
reliquaire, et qu'il se fut levé sur ses pieds, vers la cuve le duc le
mène, et le fait rester le long de la cuve; on ôte le drap qui avait
tout caché, et il montre à Harold sur quels corps saints il a juré.
Harold s'épouvanta beaucoup des reliques qu'il lui montra.

  [69] Petite boîte en forme d'œil de bœuf.

Quand Harold eut préparé son voyage, il prit congé du duc Guillaume;
et Guillaume l'a invité et prié de tenir sa parole. Puis au départ il
l'a baisé au nom de la foi et de l'amitié qui les unit. Harold repassa
la mer facilement, et vint sans encombre en Angleterre.


III. _Mort d'Édouard; il choisit Harold pour successeur._

Le jour vint qui ne peut manquer où chacun doit finir par mourir; le
roi Édouard mourut. Il eût été bien aise que Guillaume eût son
royaume; mais Guillaume est trop loin et tarde trop à venir, et
Édouard ne peut reculer son trépas. Édouard était malade du mal dont
il devait mourir; il était près de mourir et déjà bien affaibli.
Harold assembla ses parents, manda amis et autres gens, dans la
chambre du roi entra et avec lui mena ceux qui lui convinrent. Un
Anglais parla d'abord, comme Harold le lui avait commandé: «Sire,
dit-il, nous avons grand deuil[70] de ce que nous allons vous perdre;
de cela nous sommes effrayés, nous craignons fort d'en devenir fous.
Nous ne pouvons prolonger votre vie ni échanger votre mort contre une
autre, chacun doit mourir pour soi, un homme ne peut mourir pour un
autre. Nous ne pouvons vous sauver de la mort; vous ne pouvez échapper
à la mort; à la poussière doit la poussière revenir. Il ne nous reste
après vous nul héritier de vous qui nous soutienne. Vieil homme
êtes-vous déjà;..... vous avez vécu une pose[71], et vous n'avez pas
eu d'enfant, fils ou fille, ni autre héritier qui puisse vous
remplacer, qui nous garde et nous maintienne, et devienne roi par
descendance. Partout le pays les Anglais pleurent et crient que si
vous leur faites défaut, ils sont perdus; ils croient ne plus avoir
jamais la paix et je crois qu'ils disent vrai; car certes sans roi
nous n'aurons la paix, et nous n'aurons de roi que par vous. Donnez
votre royaume de votre vivant à tel qui assurera la paix après vous.
Que Dieu ne permette, et qu'il ne lui plaise jamais, que nous ayons un
roi qui ne nous maintienne pas en paix. Un royaume est mauvais et vaut
peu dès que justice et paix y manquent... Ceux-ci[72] sont les
meilleurs de votre royaume, tous les meilleurs de vos amis; tous vous
sont venus prier, et vous devez bien leur accorder leur demande. Nous
vous voyons partir sitôt avec peine, sauf que vous allez posséder
Dieu. Ici tous viennent aujourd'hui vous demander que Harold soit roi
de ce pays. Nous ne savons mieux vous conseiller et vous ne pouvez
mieux faire.» Dès qu'il eut nommé Harold, par la chambre les Anglais
crient qu'il a bien parlé et bien dit, et que le roi le devait croire.
«Sire, disent-ils, si tu ne le fais, plus de notre vie n'aurons la
paix.» Alors le roi s'est assis sur son lit et a tourné vers les
Anglais son visage: «Seigneurs, dit-il, vous savez bien que j'ai donné
mon royaume après ma mort au duc de Normandie; et ce que je lui ai
donné, l'ont aucuns de vous juré. Donc, dit Harold qui était debout,
quoique vous ayez fait, sire, octroyez-moi que je sois roi et que
votre terre soit mienne. Harold, dit le roi, tu l'auras, mais je sais
bien que tu mourras; si j'ai jamais bien connu le duc et les barons
qui sont avec lui et le grand nombre de guerriers qu'il peut lever,
rien, fors Dieu, ne t'en pourra garder. Harold dit que, quoi qu'en
dise le roi, il en fait son affaire et qu'il ne craint ni Normand ni
autre.» Alors se tourna le Roi et dit (je ne sais s'il le fit de bon
cœur): «Maintenant fassent les Anglais duc ou roi Harold ou un autre,
je l'octroie.»

  [70] Douleur.

  [71] Longtemps.

  [72] Il montre les assistants.

    ROBERT WACE, _Roman de Rou_. (Traduit par L. Dussieux.)


IV. _Expédition de Guillaume en Angleterre._

Tout à coup on apprit d'une manière certaine la nouvelle que
l'Angleterre venait de perdre son roi Édouard et que Harold avait pris
sa couronne. Avant que le peuple ait rien décidé par l'élection, et le
jour même où l'on ensevelissait le roi, pendant que tout le peuple
était plongé dans la douleur, ce cruel Anglais, ce traître s'empara du
trône aux applaudissements de quelques amis, et Stigand[73], privé du
saint ministère par les anathèmes du pape, lui donna un sacre
illusoire. Guillaume tint conseil avec les siens et résolut de venger
son injure par les armes; malgré l'avis de plusieurs qui lui
objectaient que l'entreprise était trop difficile et au-dessus des
forces de la Normandie, il voulut reprendre de force l'héritage dont
on le dépouillait.

  [73] L'archevêque de Cantorbéry.

Il serait trop long de dire de quelle manière on s'y prit pour
construire et armer les vaisseaux, pour les fournir de vivres et de
tout ce qui est nécessaire à la guerre, et quel zèle les Normands
déployèrent en faisant ces préparatifs. Guillaume apporta aussi tous
ses soins à assurer le gouvernement et la sécurité de la Normandie
pendant son absence. Un grand nombre de chevaliers étrangers vinrent
grossir son armée, attirés par la réputation de générosité du duc et
par la justice de sa cause. Il avait défendu le pillage et il nourrit
à ses frais 50,000 soldats et chevaliers pendant un mois qu'il fut
retenu par les vents à l'embouchure de la Dive; il satisfit à toutes
les dépenses de son armée, mais il ne permit pas de prendre la plus
petite chose. Les troupeaux des paysans continuèrent à paître dans les
champs avec autant de sûreté que si ces champs eussent été sacrés;
les blés attendaient la faucille du moissonneur, respectés par
l'orgueilleux dédain du chevalier et par les fourrageurs. L'homme
faible et désarmé voyageait librement en chantant sur son cheval, et
voyait sans peur toutes ces bandes armées.

Alors siégeait sur la chaire de Saint-Pierre de Rome le pape
Alexandre, le plus digne d'être obéi et consulté par l'Église
catholique, car ses réponses étaient toujours justes et utiles. Le duc
demanda au Pape sa protection; et lui ayant donné avis de l'expédition
qu'il préparait, le Pape lui donna la bannière et l'approbation de
Saint-Pierre, afin qu'il attaquât son ennemi avec toute confiance....

Enfin la flotte entière, rassemblée avec tant de soins, fut poussée
par le vent, de l'embouchure de la Dive et des ports voisins, où elle
avait si longtemps attendu un vent favorable, vers le port de
Saint-Valery. Ni le retard occasionné par les vents, ni les naufrages,
ni la retraite de beaucoup d'hommes timides qui lui avaient juré
fidélité, ne purent abattre le duc; plein de confiance dans le succès,
il s'abandonna à la protection divine, et lui adressa ses vœux, ses
prières et ses offrandes. Voulant lutter contre l'adversité par la
prudence, il cacha autant qu'il le put la mort de ceux qui avaient
péri dans les tempêtes, et les fit enterrer secrètement, et il vint au
secours de la misère des autres en augmentant les distributions de
vivres. Il sut par ses discours ranimer ceux qui désespéraient ou qui
avaient peur. Toujours retenu par des vents contraires, il supplia le
ciel de lui en accorder de favorables, et il fit porter hors de
l'église le corps du bienheureux Valery, très-aimé de Dieu. Toute son
armée assista à cette pieuse cérémonie. Enfin, le vent si longtemps
attendu souffla, et tous, de la voix et du geste remercièrent le
ciel, et tous, s'excitant à l'envi et en tumulte, quittent la terre
avec hâte et se préparent avec ardeur à commencer leur voyage
dangereux. Il y a une si grande précipitation, que l'un appelle un
soldat, l'autre son compagnon, et que la plupart, oubliant vassaux,
compagnons et tout ce qui peut leur être nécessaire, ne songent qu'à
partir au plus vite pour ne pas rester sur le rivage. Le duc, plus
empressé que les autres encourage et blâme ceux qui se hâtent le
moins. Craignant qu'ils n'abordent avant le jour au rivage et dans un
port ennemi ou peu connu, Guillaume ordonna par la voix du héraut que
quand les vaisseaux seront en pleine mer, ils s'arrêtent pendant la
nuit et jettent l'ancre jusqu'à ce que l'on voie un fanal au haut de
son mât; alors le son de la trompette donnera le signal du départ...
Dans la nuit, après cette halte, les vaisseaux levèrent l'ancre. Le
navire que montait le duc, courant avec plus d'ardeur à la victoire,
eut bientôt, par sa rapidité, dépassé le reste de la flotte, répondant
par la vitesse de sa marche à l'impatience de son chef. Au lever du
soleil, un rameur reçut l'ordre de regarder du haut du mât s'il voyait
venir les autres vaisseaux; il répondit qu'il ne voyait rien autre
chose que le ciel et la mer. Le duc fit alors jeter l'ancre, et pour
empêcher que ses gens ne s'abandonnassent à la crainte et à la
tristesse, plein de courage et de gaîté, comme dans une salle de son
palais, il prit un repas abondant où le vin ne manquait pas, et assura
que bientôt le reste de la flotte rejoindrait, conduit par la main de
Dieu, sous la protection de qui il s'était placé... Le rameur ayant
regardé une seconde fois dit qu'il voyait venir quatre vaisseaux; et
la troisième fois, il annonça qu'il en voyait un si grand nombre, que
les mâts innombrables et pressés les uns contre les autres,
semblaient une forêt. Nous laissons à deviner en quelle joie se
changea l'espérance du duc, et combien il remercia du fond du cœur la
bonté de Dieu. Poussée par un bon vent, la flotte entra sans
rencontrer d'obstacle dans le port de Pevensey.

   GUILLAUME DE POITIERS, _Vie de Guillaume le Conquérant_. (Traduit
   par L. Dussieux.)

   Guillaume de Poitiers, chapelain de Guillaume le Conquérant et
   l'un des hommes les plus instruits de son temps, est aussi l'un
   des meilleurs historiens du moyen âge; il a écrit en latin la vie
   de Guillaume le Conquérant, qui se trouve traduite dans la
   collection Guizot.


V. _Bataille d'Hastings._

Des deux côtés on se dispose à la bataille. Les Anglais avaient passé
toute la nuit à chanter et à boire. Encore ivres le matin, ils
marchent cependant à l'ennemi sans hésiter; tous, à pied, armés de
leur hache à deux tranchants, défendus par un rempart de boucliers,
serrés les uns contre les autres, ils forment un mur impénétrable.
Dans cette journée, cet ordre de bataille les aurait sauvés, si les
Normands, selon leur coutume, n'avaient par une fuite simulée disjoint
ces masses compactes. Le roi Harold, aussi à pied, se tenait avec ses
frères auprès de son étendard, afin que dans ce péril commun et égal
pour tous, personne ne pût penser à fuir.

Au contraire, les Normands avaient consacré toute la nuit à se
confesser de leurs fautes; le matin ils s'étaient fortifiés en
recevant le corps et le sang du Sauveur. Ils attendirent de pied ferme
le choc des ennemis. Guillaume avait armé d'arcs et de traits le
premier corps de bataille composé de fantassins; les cavaliers
venaient après, disposés en ailes séparées. Le duc, avec un visage
serein, s'écria d'une voix haute que Dieu favoriserait sa cause comme
la plus juste. Comme il demandait ses armes, ses serviteurs, dans leur
empressement, lui mirent sa cuirasse de travers; il la replaça en
riant: «Ainsi, dit-il, votre valeur redressera mon duché en royaume.»
Puis, il entonna la chanson de Roland pour enflammer les cœurs des
guerriers, et la mêlée commença aux cris de: Dieu aide[74]; on se
battait avec acharnement, nul ne cédait des deux côtés, et la journée
s'avançait. Guillaume s'en aperçut, et fit signe aux siens de lâcher
pied par une fuite simulée. A la vue de cette feinte déroute, les
Anglais rompirent leurs rangs; ils crurent qu'ils égorgeraient
aisément ces fuyards, et coururent à leur perte. Les Normands font
volte-face, chargent les Anglais, et les mettent en fuite à leur tour.
Ceux-ci réussissent à s'emparer d'une hauteur, et tandis que les
Normands, accablés de chaleur, gravissent opiniâtrément la colline,
ils les rejettent dans le terrain creux, leur relancent sans se
fatiguer leurs propres traits, les accablent de pierres, et en font un
grand carnage. Un retranchement, poste favorable et vivement souhaité,
est emporté par eux, et là ils massacrent tant de Normands, que le
fossé, comblé par les cadavres, était de niveau avec la plaine. La
victoire hésita à se décider pour l'un ou l'autre parti, tant que
l'âme et le corps d'Harold ne furent point séparés. Celui-ci, non
content d'animer les siens, faisait bravement l'office de chevalier;
il frappait les ennemis qui venaient à sa portée: nul ne l'approchait
impunément; fantassin ou cavalier, il l'abattait d'un seul coup. Quant
à Guillaume, il encourageait ses soldats par ses cris, courait au
premier rang et ne cessait de se jeter au plus épais de la mêlée. Dans
cette journée, pendant qu'il se portait partout, furieux et les dents
serrées, il eut trois chevaux de choix tués sous lui. Ceux qui
veillaient sur sa personne avaient beau l'engager tout bas à se
ménager, son courage magnanime fut infatigable, jusqu'à ce que Harold,
percé à la tête d'un coup de flèche, eut succombé et eut livré par sa
mort la victoire aux Normands. Il gisait étendu à terre, quand un
Normand lui mutila la cuisse avec son épée; acte de lâcheté pour
lequel Guillaume nota cet homme d'infamie, et le dégrada du rang de
chevalier. La déroute des Anglais dura jusqu'à la nuit. La nuit venue,
les Normands, comme nous l'avons montré, purent se dire complétement
vainqueurs. Dans ce combat, sans aucun doute, la main de Dieu protégea
le duc Guillaume; exposé ce jour-là à tant de périls, il ne perdit pas
une goutte de sang. Après cet heureux succès, Guillaume eut soin de
faire ensevelir ses morts avec honneur, et permit aux ennemis de
rendre aux leurs les mêmes devoirs, sans être inquiétés. La mère
d'Harold ayant redemandé le corps de son fils, il le rendit sans
rançon, quoiqu'elle lui eût fait offrir une forte somme. Le cadavre
fut enseveli dans l'abbaye de Waltham, qu'Harold avait construite sur
ses propres biens, en l'honneur de la sainte croix, et où il avait des
chanoines séculiers. Cette journée, qui changea la face de
l'Angleterre et où tant de sang fut versé, avait été annoncée par une
grande comète d'un rouge sanglant et à longue queue, qui apparut au
commencement de cette année-là.

  [74] Le cri de guerre des Normands était _Diex aïe!_ Dieu aide!

    MATTHIEU PARIS, _Grande Chronique_. (Trad. par Huillard-Bréholles.)

   La célèbre chronique appelée _Historia Major Anglorum_, est
   l'œuvre de plusieurs moines de Saint-Albans, en Angleterre.
   Roger de Wendover est l'auteur présumé de la chronique jusqu'en
   1234; Matthieu Paris, moine de Saint-Albans, homme fort instruit
   et jouissant d'une grande considération, rédigea la chronique de
   1235 à 1259. Il est aussi l'auteur d'un grand nombre d'autres
   ouvrages. M. Huillard-Bréholles a publié, en 1840, une excellente
   traduction de la grande chronique, en 9 vol. in-8º, précédées
   d'une introduction de M. le duc de Luynes.


VI. _Couronnement de Guillaume; conquête de l'Angleterre._

L'an du Seigneur 1067, le duc de Normandie, Guillaume, entra à Londres
au milieu de l'enthousiasme du clergé et du peuple et des acclamations
de la foule qui le saluait roi. Il fut couronné le jour de la Nativité
de N. S. per Eldred, archevêque d'York; car il ne voulut pas être
consacré par l'archevêque de Cantorbéry Stigand, qui ne tenait pas
légitimement cette haute dignité. Puis les seigneurs lui prêtèrent
hommage, lui jurèrent fidélité; et après avoir reçu des otages, il se
vit bien assuré sur son trône et redouté de tous ceux qui avaient eu
des prétentions au souverain pouvoir. Il réduisit villes et châteaux,
leur imposa des gouverneurs de sa main, et fit voile vers la Normandie
avec les otages et d'immenses trésors. Otages et trésors furent
renfermés dans des forteresses et sous bonne garde. Puis, il revint
promptement en Angleterre pour récompenser ses compagnons normands,
ceux qui l'avaient aidé dans la plaine d'Hastings à conquérir le
territoire, et pour leur distribuer largement les terres et les
possessions des Anglais dépouillés; le peu qui resterait à ceux-ci
devait être frappé d'un servage éternel. Ce partage irrita les nobles
du pays. Les uns se réfugièrent auprès du roi d'Écosse Malcolm; les
autres gagnèrent les lieux déserts et les forêts, et dans la vie
farouche qu'ils y menaient troublèrent maintes fois la sécurité des
Normands.... Dans ce même temps, le roi Guillaume mit le siége devant
la ville d'Oxford, qui lui résistait. Ce fut là que du haut des murs,
un des assiégés mettant à l'air la partie inférieure de son corps, fit
entendre en dérision des Normands un sale bruit. Cet affront
transporta de colère Guillaume, qui s'empara facilement de la ville.
De là il marcha sur York, qu'il détruisit presque entièrement, après
en avoir fait périr les habitants par le fer ou dans les flammes. Ceux
qui purent échapper à ce désastre se réfugièrent en Écosse auprès du
roi Malcolm, qui accueillait volontiers tous les Anglais proscrits, à
cause de Marguerite, sœur d'Edgar[75], qu'il avait épousée. Il
s'autorisait de cette union pour dévaster par le pillage et l'incendie
les provinces qui bornent l'Angleterre. C'est pourquoi Guillaume
rassembla un corps nombreux de gens de guerre et de fantassins, se
dirigea vers les comtés du Nord, fit raser champs, villes, bourgades,
lieux fortifiés, livra au feu toute plantation, et cela surtout dans
les provinces maritimes, tant à cause de sa colère, que parce que le
bruit courait que le roi danois Knut allait arriver; il voulait que
sur le bord de la mer ce brigand et ce pirate ne pût trouver aucune
subsistance. Le roi Malcolm vint alors se mettre sous la main de
Guillaume et faire sa soumission. Ensuite Guillaume, ayant réduit les
villes et les châteaux, et leur ayant donné des gouverneurs à lui,
passa en Normandie, emmenant les otages anglais et un immense butin;
mais revenu peu de temps après en Angleterre, il distribua largement
les possessions et les terres des Anglais à ses compagnons d'armes,
et à ceux qui avaient combattu avec lui à la bataille d'Hastings. Le
peu qui resta aux nationaux fut soumis à un éternel servage. Alors
Edgar, neveu d'Édouard et légitime héritier du trône, quitta
l'Angleterre; il serait trop long d'énumérer par leur nom les évêques,
les clercs et tous les autres gens illustres qui partagèrent cette
fuite.

  [75] Edgar était neveu d'Édouard et légitime héritier du trône
  d'Angleterre.

    MATTHIEU PARIS, _Grande Chronique_. (Trad. par Huillard-Bréholles.)


VII. _Violences des Normands en Angleterre._

Guillaume donna de grandes richesses et de grands honneurs à Eustache
de Boulogne, Robert de Mortain, Guillaume d'Évreux, Robert d'Eu,
Geoffroy fils de Rotrou comte de Mortagne, et à bien d'autres
seigneurs que je ne puis nommer individuellement. Ce fut ainsi que les
étrangers devenaient les maîtres des biens des Anglais, dont on tuait
cruellement les fils, ou qui étaient obligés de s'enfuir pour toujours
dans les pays voisins. On dit que le roi recevait chaque jour, des
seuls revenus qu'il tirait de l'Angleterre, la somme de 1060 livres
sterling, 30 sous et 3 oboles, sans compter ce qu'il recevait en
présent ou pour le rachat des crimes, et les nombreuses taxes qui
grossissaient sans cesse son trésor. Guillaume fit faire des
recherches exactes dans son royaume, pour savoir au juste de quoi se
composait le fisc au temps du roi Édouard. Il donna des terres à ses
chevaliers, et s'arrangea de telle sorte qu'il devait y en avoir
toujours 60,000 dans le royaume prêts à exécuter rapidement les ordres
du roi. Les Normands, devenus les maîtres d'immenses richesses
rassemblées par d'autres, perdaient toute mesure, et devenus
prodigieusement orgueilleux, tuaient sans pitié les gens du pays que
la justice de Dieu avait punis de leurs crimes. Les filles les plus
nobles devenaient le jouet des écuyers les plus méprisables. Les
femmes de la plus haute naissance étaient plongées dans l'affliction,
et, privées des consolations de leurs maris ou de leurs amies,
aimaient mieux mourir que de supporter une pareille existence. De
misérables parasites, gonflés d'orgueil, s'étonnaient de leur nouvelle
puissance et croyaient avoir le droit de faire tout ce qu'ils
pouvaient vouloir.

    ORDERIC VITAL, _Histoire de Normandie_, liv. IV.

   Orderic Vital, né en 1075 en Angleterre, mourut vers 1150 à
   l'abbaye de Saint-Evroul en Ouche, en Normandie. Son histoire
   commence à l'ère chrétienne et finit en 1141. Cette chronique a
   été traduite en entier par M. Dubois dans la collection Guizot.


VIII. _Même sujet._

L'an du Seigneur 1085, alors que les Normands avaient accompli sur la
nation des Anglais les terribles décrets de Dieu, alors qu'on aurait
eu peine à trouver dans tout le royaume un seul homme puissant qui fût
de race anglaise; que tous étaient plongés dans l'effroi et courbés
sous l'esclavage, et que le nom d'Anglais était devenu un titre
humiliant, le royaume d'Angleterre eut à souffrir une foule d'impôts
injustes et de coutumes exécrables. Plus les principaux indigènes
s'efforçaient de faire triompher le bon droit, plus la violence
s'appesantissait. Ceux qu'on appelait les justiciers étaient les
premiers auteurs de toutes les injustices. Celui qui s'emparait d'un
cerf ou d'un chevreuil avait les yeux crevés, et on ne trouvait
personne qui s'opposât à de pareilles lois; car ce roi farouche aimait
les bêtes sauvages comme un père aime ses enfants. Enfin, par un
caprice tyrannique, il exigea qu'on rasât des bourgades où vivaient
des familles, des églises où l'on se livrait à la prière, afin de
donner libre carrière aux cerfs et au gibier. La tradition raconte que
trente milles et plus de terrain labourable furent réduits en forêt
pour servir d'asile aux bêtes fauves[76].

  [76] Guillaume créa une immense garenne entre Salisbury et la
  mer. Le mot _garenne_, dérivé du germain _waren_, défense, avait
  la même signification que _forêt_ (de _foresta_, _forestella_);
  au lieu de garenne on employait le mot _defens_. On désignait
  sous ces noms divers: garenne, défens, forêt, rivières en garenne
  ou défensables, les lieux où le seigneur s'était réservé le droit
  de chasse ou de pêche, aussi bien sur ses terres que sur celles
  de ses sujets. D'immenses régions furent réservées à la chasse et
  à la pêche du roi et de ses officiers, comme pour la chasse des
  seigneurs; ces régions étaient peuplées d'animaux sauvages, avec
  défense, sous les peines les plus dures, de les tuer. Bientôt
  toute culture disparaissait, le sol devenait stérile, se couvrait
  de bois et de broussailles, bref devenait forêt ou garenne. Les
  grands espaces peuplés de loups, ours, buffles, cerfs, et
  destinés aux chasses royales étaient des forêts; les petits
  espaces peuplés de chevreuils, lièvres, lapins, et plus faciles à
  établir sur les terres seigneuriales, étaient les garennes. Pour
  l'établissement des unes ou des autres, on chassait des
  populations entières de leurs terres. Saint Louis et ses
  successeurs défendirent par leurs ordonnances l'établissement de
  garennes nouvelles. (_Voy._ CHAMPIONNIÈRE, _des Eaux courantes et
  des Institutions seigneuriales_.)

   MATTHIEU PARIS, _la Grande-Chronique_, traduction de M.
   Huillard-Bréholles, t. I, p. 46.



PHILIPPE 1er ÉPOUSE BERTRADE, FEMME DU COMTE D'ANJOU.

1092.


Vers cette époque, des désordres honteux éclatèrent dans le royaume de
France. Bertrade, comtesse d'Anjou[77], craignait que son mari ne la
traitât comme il avait traité les deux précédentes et redoutait de se
voir répudiée comme une vile concubine. Pleine de confiance dans sa
noblesse et dans sa beauté, elle dépêcha à Philippe, roi des Français,
un fidèle serviteur pour lui faire connaître ses projets; elle ne
voulait pas être répudiée et devenir un objet de mépris; pour cela,
elle était résolue à abandonner la première son mari et à en prendre
un autre. Le roi voluptueux, averti des projets de cette femme
coquette, consentit au crime et la reçut avec joie lorsqu'elle vint en
France après avoir quitté son mari. Alors il répudia sa pieuse
femme[78], qui lui avait donné deux enfants, Louis et Constance, et il
épousa Bertrade, qui avait demeuré environ quatre ans avec Foulques,
comte d'Anjou. Odon, évêque de Bayeux, consacra cette détestable
union; et le roi adultère lui donna en récompense de ce funeste
service les églises de la ville de Mantes, qu'il posséda quelque
temps.

  [77] Femme du comte Foulques le Réchin. Ce surnom signifie d'une
  humeur difficile. Foulques avait épousé, avant Bertrade, deux
  femmes dont il se sépara sous prétexte de parenté.

  [78] Berthe, fille de Florent Ier duc de Hollande ou des Frisons.

Aucun autre évêque de France n'avait voulu faire cette consécration
impie. Tous, voulant suivre rigoureusement les règles ecclésiastiques,
préférèrent plaire à Dieu qu'aux hommes, et tous, ayant horreur de
cette honteuse union, la frappèrent d'anathème d'un commun accord.
Ainsi l'impudente courtisane abandonna le comte adultère pour vivre
jusqu'à la mort avec le roi adultère. O douleur! L'horrible crime de
l'adultère fut consommé sur le trône du royaume de France. Ainsi
furent produites entre deux puissants rivaux des causes de trouble et
de guerre. Mais Bertrade, par son adresse apaisa leur ressentiment,
et sut par son esprit les réconcilier et les faire asseoir à la même
table dans un splendide banquet, où elle les servit l'un et l'autre
avec grâce et à leur satisfaction.

Le pape Urbain envoya en France des légats du siége des apôtres. Il
tança le roi perverti; il le blâma d'avoir répudié son épouse légitime
et de s'être uni, malgré la défense de Dieu, à une femme adultère.
Mais Philippe, endurci dans le crime, repoussa les avis des prélats
qui l'exhortaient à changer de vie, et resta plongé dans les impuretés
de l'adultère, et eut de sa concubine deux fils, Philippe et Florus.
Durant près de quinze ans, pendant les pontificats d'Urbain et de
Pascal, le roi fut interdit, ne porta jamais la couronne et ne célébra
aucune cérémonie royale; partout où il arrivait, aussitôt que le
clergé en était informé, les cloches cessaient de sonner et les clercs
de chanter; le deuil était public et le culte n'était plus célébré
qu'en particulier tant que le roi excommunié restait dans le diocèse.
Cependant les évêques dont il était suzerain lui avaient permis, à
cause de sa dignité royale, d'avoir un chapelain qui lui disait la
messe en particulier ainsi qu'à ses gens.

    ORDERIC VITAL, _Histoire de Normandie_, liv. 8.



POURQUOI PIERRE L'ERMITE PRÊCHA LA CROISADE.

1095.


Un prêtre nommé Pierre, qui était né à Amiens et avait d'abord été
ermite, entreprit de persuader les chrétiens d'aller au secours de
Jérusalem; il prêcha d'abord la croisade dans le Berry et fit entendre
ensuite par toute la France ses discours pleins d'ardeur. Entraîné
par sa parole, évêques, abbés, clercs et moines, laïques les plus
nobles, princes de divers royaumes, tout le peuple, les purs aussi
bien que les impurs, les assassins, les voleurs, les parjures, enfin
tous ceux qui étaient chrétiens, les femmes même, tous poussés par la
volonté de faire pénitence résolurent d'aller en terre sainte. Il faut
dire pourquoi Pierre l'ermite se mit à prêcher ce voyage et comment il
devint le chef des pèlerins.

Pierre s'était rendu, quelques années auparavant, à Jérusalem pour y
faire ses prières. Il avait vu s'accomplir dans le sépulcre du Sauveur
des faits tellement abominables qu'il fut rempli d'horreur et de
tristesse et qu'il supplia Dieu de punir les auteurs de ces impiétés.
Indigné de ces crimes, il demanda au patriarche de Jérusalem comment
il laissait souiller les lieux saints par les païens et les impies;
pourquoi il leur permettait de dérober les offrandes des fidèles;
pourquoi il tolérait que le saint sépulcre fût changé en un lieu de
scandale, que les chrétiens fussent battus, les pèlerins dépouillés et
vexés de toutes façons. A ce discours, le vénérable patriarche
répondit pieusement: «O chrétien fidèle, tu brises par tes paroles
notre cœur paternel; ma force et ma puissance ne sont pas plus
grandes que celles d'une fourmi devant la force de nos ennemis. Il
faut sans cesse racheter la vie par des tributs ou périr dans les
supplices; nos dangers deviendront plus grands si les chrétiens, grâce
à toi, ne viennent nous délivrer.» Pierre lui répondit: «Père
vénérable, je comprends et je reconnais maintenant combien sont
faibles les chrétiens qui habitent ici et quelles persécutions vous
font subir les païens. Aussi, pour vous délivrer et purifier les lieux
saints, j'irai, avec l'aide de Dieu, s'il veut m'accorder un retour
heureux, j'irai parler au Pape, aux plus puissants rois, aux ducs, aux
comtes, aux seigneurs; je leur dirai quel est votre esclavage et
quels maux vous supportez. Le temps est venu de leur faire connaître
tout cela.»

Puis, la nuit venue, Pierre retourna prier au saint sépulcre, et
s'endormit, fatigué de ses veilles et de ses prières. Il vit en songe
J.-C. dans toute sa majesté, qui parla ainsi à l'humble créature:
«Pierre, lève-toi, et va trouver le patriarche; il te donnera comme
signe de notre alliance des lettres scellées du sceau de la sainte
croix. Va au plus vite dans ton pays; fais-y connaître les
humiliations qui affligent notre peuple et les lieux saints; excite
les fidèles à venir purifier Jérusalem et à y rétablir les saints
offices. Les portes du paradis seront ouvertes aux élus.»

La vision disparut après cette révélation digne du Seigneur, et Pierre
se réveilla. Au point du jour, après être sorti du temple, il alla
raconter au patriarche l'apparition du Seigneur, et le pria de lui
donner, comme signe de sa mission divine, des lettres scellées du
sceau de la croix. Le patriarche y consentit, et en les préparant lui
rendit des actions de grâces. Pierre se hâta de revenir dans son pays
pour remplir sa mission. Il traversa la mer, non sans crainte,
débarqua à Bari et se rendit à Rome. Il fit connaître à l'Apostole[79]
la mission que Dieu et le patriarche lui avaient donnée et les
insultes que les païens commettaient envers les lieux saints et les
pèlerins. L'Apostole écouta ce discours avec attention et bonne
volonté, et promit d'obéir aux ordres et aux volontés de Dieu.

  [79] Au Pape.

    ALBERT D'AIX, _Histoire des Croisades_, livre Ier.

   Albert d'Aix, chanoine d'Aix-la-Chapelle, contemporain de la
   première croisade, ne fit pas partie de l'expédition, mais
   recueillit avec beaucoup de soins tous les éléments de son
   histoire, qui est la meilleure relation que l'on ait de la
   première croisade. Son histoire s'arrête en 1120.



CONCILE DE CLERMONT.

1095.


Aussitôt que le pape Urbain fut arrivé sur le sol de notre pays, les
habitants des villes, des bourgs et des campagnes l'accueillirent avec
joie et se portèrent en foule à sa rencontre, car personne ne se
souvenait d'avoir entendu dire que le Pape fût jamais venu visiter ces
contrées. L'année 1095 s'approchait de sa fin, lorsque le Pape
convoqua un concile, en fixant le lieu de sa réunion dans la ville des
Arvernes, qui a changé de nom et qui s'appelle maintenant Clermont,
illustrée par Sidoine, le plus éloquent des évêques. Ce concile fut
d'autant plus populaire que chacun était désireux de contempler le
visage et d'écouter les paroles d'un aussi grand personnage et qu'on
n'avait pas l'habitude de voir; aussi, indépendamment des évêques et
des abbés qui siégèrent sur les bancs les plus élevés, au nombre de
quatre cents environ, selon quelques personnes qui les comptèrent,
tous les hommes lettrés de la France entière et des comtés qui en font
partie arrivèrent à Clermont, et l'on vit ce pape tout intelligent
présider l'assemblée avec une gravité calme, une politesse mesurée,
et, pour parler comme Sidoine, répondre avec une éloquence persuasive
à toutes les objections qu'on lui faisait. Cet homme très-illustre
écouta avec une grande bonté, qui fut bien remarquée, les
interminables discours de ceux qui soutenaient devant lui leurs
procès, et il eut toujours soin de traiter tout le monde également et
de ne faire d'autres distinctions que celles exigées par la loi de
Dieu.

Le roi Philippe (Ier) était alors dans la trente-septième année de son
règne; il avait répudié Berthe, sa femme légitime, pour épouser
Bertrade, femme du comte d'Anjou. Le Pape n'hésita pas à excommunier
le roi des Français, repoussa les sollicitations des grands aussi bien
que les plus riches présents, et ne se laissa point intimider par la
considération qu'il se trouvait en ce moment dans l'intérieur du
royaume. Comme il l'avait résolu avant de venir en France, et parce
que c'était le principal but de son voyage, le Pape fit à tous ceux
qui assistaient au concile[80] un long discours dans lequel il fit
connaître ses projets, mais dont aucun de ceux qui l'entendirent ne
conserva le souvenir complet. Son éloquence était aidée par sa science
littéraire, et il parlait en latin[81] avec la facilité d'un avocat
qui parle sa langue maternelle[82]. Lorsque le Pape eut fini son
discours, il donna l'absolution, par le pouvoir de saint Pierre, à
tous ceux qui feraient le vœu d'aller en terre sainte, et la confirma
en vertu de son autorité apostolique. Il établit ensuite un signe qui
devait faire connaître ceux qui auraient pris cette bonne résolution,
et qui leur servirait en quelque sorte comme de ceinture de
chevaliers. Il voulait marquer ceux qui allaient combattre pour Dieu
du sceau de la Passion du Seigneur, et il leur ordonna de coudre sur
leurs habits ou leurs manteaux, un morceau d'étoffe coupé en forme de
croix. Le Pape décida en outre que, si après avoir pris cette marque
distinctive, ou après avoir fait son vœu publiquement, quelqu'un
renonçait à cette bonne intention en cédant à de coupables regrets ou
aux prières de ses parents, il serait excommunié pour toujours, à
moins que, se repentant, il n'accomplît le vœu qu'il aurait
honteusement refusé d'accomplir. En même temps le Pape menaça de
l'excommunication tous ceux qui pendant trois ans seraient assez
impies pour faire du mal aux femmes, aux enfants, et aux biens de ceux
qui feraient partie de l'expédition. Enfin le Pape confia le soin de
diriger l'entreprise à un homme digne des plus grands éloges, l'évèque
du Puy (Adhémar de Monteil).

  [80] Après avoir terminé les affaires ecclésiastiques, le Pape
  alla sur une grande place, car aucun édifice n'aurait pu contenir
  tous ceux qui venaient l'écouter. (_Robert le moine._)

  [81] Il est bien peu probable cependant que le Pape ait fait son
  discours en latin.

  [82] Nous supprimons le long discours du Pape, qui est rapporté
  d'une manière différente par chaque auteur du temps.

    GUIBERT DE NOGENT, _Histoire de la Croisade_, livre II.

   Guibert de Nogent, abbé de N.-D. de Nogent-sous-Coucy, dans le
   diocèse de Laon, naquit en 1053 et mourut en 1124. Il a écrit une
   histoire de la première croisade sous le titre de: _Gesta Dei per
   Francos_, des mémoires sur sa vie, et divers ouvrages religieux.



LA TRÊVE DE DIEU.

1096.

   L'archevêque de Rouen, Guillaume, réunit en concile, à Rouen, ses
   suffragants qui adoptèrent unanimement les décisions du concile de
   Clermont, et laissèrent à la postérité l'acte suivant.


Le saint concile a ordonné que la trêve de Dieu sera strictement
observée depuis le dimanche avant le commencement du jeûne jusqu'à la
seconde férie[83] au lever du soleil, après l'octave de la Pentecôte,
et depuis la quatrième férie avant l'Avent du Seigneur, au coucher du
soleil, jusqu'à l'octave de l'Épiphanie; et pendant toutes les
semaines de l'année, depuis la quatrième férie, au coucher du soleil,
jusqu'à la seconde férie au lever du soleil; il en sera de même
pendant toutes les fêtes de la Vierge Marie et leurs vigiles, et
pendant toutes les fêtes des Apôtres et leurs vigiles; de sorte que
nul homme ne pourra en attaquer un autre, ni le blesser, ni le tuer,
ni prendre bétail ou butin.

  [83] _Férie_, de _feria_, fête; _jours fériés_, jours de fête,
  jours sacrés. Autrefois toute la semaine de Pâques était fêtée
  par une ordonnance de Constantin; ainsi on appela chacun de ces
  jours _féries_. Le Dimanche était la première férie; le lundi la
  seconde, etc. On s'accoutuma à appeler les jours des autres
  semaines 1re, 2e, 3e férie, etc.

Il a été de plus ordonné que toutes les églises et leurs dépendances,
les moines et les clercs, les religieuses et les femmes, les pèlerins
et les marchands, et leurs serviteurs, les bœufs et les chevaux de
labour, les laboureurs conduisant charrue ou herse et les chevaux qui
leur servent à herser, les hommes se réfugiant auprès de leurs
charrues, les terres des saints et le revenu des clercs, jouiraient
d'une paix perpétuelle, afin que jamais, quel que soit le jour, on ne
vienne les attaquer, les prendre, les dépouiller ou leur faire aucun
dommage.

Il a été de plus ordonné que tous hommes âgés de douze ans et
au-dessus feraient le serment suivant et qu'ils observeraient en
entier la trêve de Dieu, telle qu'elle est déterminée précédemment.
«Je jure qu'à l'avenir je garderai fidèlement cet établissement de la
trêve de Dieu, comme elle est indiquée ici, et que j'assisterai mon
évêque ou mon archidiacre contre tous ceux qui ne voudraient pas la
jurer ou l'observer; de sorte que si l'un ou l'autre me disent de
marcher contre ces hommes, je ne me sauverai pas et je ne me cacherai
pas; au contraire, je le suivrai avec des armes et je l'aiderai contre
eux de tout mon pouvoir, de bonne foi, sans mauvais dessein et selon
ma conscience: que Dieu et les saints me soient donc en aide!»

Le saint concile a encore décidé que l'excommunication serait lancée
contre tous ceux qui refuseraient de faire ce serment ou qui
enfreindraient la trêve de Dieu, et contre ceux qui communiqueraient
avec eux, aussi bien que contre les prêtres qui les admettraient à la
communion ou à la sainte messe. On a frappé de la même peine les
faussaires, les voleurs, les recéleurs et ceux qui se réunissent dans
les châteaux pour se livrer au brigandage, aussi bien que les
seigneurs qui leur donneraient asile. En vertu de l'autorité
apostolique et de la nôtre, nous défendons que l'on fasse aucun
service chrétien dans les domaines de ces seigneurs.

    ORDERIC VITAL, _Histoire de Normandie_, liv. 9.



PRÉPARATIFS ET DÉPART DES PREMIERS CROISÉS.


Aussitôt que fut terminé le concile de Clermont, qui s'était tenu dans
le mois de novembre, vers l'octave de la Saint-Martin, il s'éleva un
grand mouvement par toute la France; quand quelqu'un avait
connaissance des ordres du Pape, aussitôt il allait prier ses voisins
et ses parents d'aller dans _la voie de Dieu_, car on désignait ainsi
l'expédition projetée. Les comtes et les chevaliers étaient désireux
de faire ce voyage, mais les pauvres eux-mêmes furent bientôt
enflammés d'un zèle si ardent que, sans examiner leur pauvreté ou la
convenance de quitter maison, vignes et champs, ils se mirent à
vendre leurs biens à vil prix comme s'il se fût agi de se racheter de
la plus dure captivité le plus vite possible. Il régnait à cette
époque une disette générale, et les riches eux-mêmes manquaient de
blé; quelques-uns d'entre eux ne pouvaient pas en acheter. Les pauvres
gens essayaient de manger la racine des herbes sauvages, et le pain
étant très-cher, tâchaient de trouver de nouveaux aliments pour le
remplacer. Les hommes les plus puissants étaient menacés de la misère
qui frappait tout le monde....; les avares, toujours insatiables, se
réjouissaient de circonstances qui donnaient satisfaction à leur
cruelle avidité, et en regardant leur blé conservé depuis longtemps,
ils supputaient ce qu'ils allaient gagner à vendre ces grains...
Chacun conservait précieusement ses provisions pendant cette famine;
mais lorsque le Christ inspira à ces multitudes innombrables le désir
de partir volontairement pour l'exil, l'argent du plus grand nombre
reparut aussitôt, et ce qui se vendait très-cher quand tous restaient
en repos, se vendit à vil prix quand tous voulurent entreprendre ce
voyage. On se hâtait tellement pour achever ses préparatifs, que l'on
vit vendre sept brebis pour cinq deniers, et cela peut servir
d'exemple de la diminution subite et inattendue de toutes les
marchandises. Le manque de grains se changea aussi en abondance, et
chacun, tout occupé de rassembler de l'argent, vendait ce qu'il
pouvait, non pas à sa valeur, mais au prix qu'en offrait l'acheteur,
afin de n'être pas le dernier à aller dans la voie de Dieu. On vit
alors ce fait extraordinaire que chacun achetait cher et vendait bon
marché; en effet, dans cet empressement, on achetait cher ce qu'il
fallait emporter pour les besoins du voyage, et on vendait à vil prix
tout ce qui devait fournir l'argent nécessaire à ces dépenses. Ce
qu'ils n'auraient pas livré malgré la prison et la torture, ils le
donnaient maintenant pour quelques écus.

Mais voici une chose aussi étonnante. Quelques-uns de ceux qui
n'avaient pas encore résolu de prendre part au voyage se moquaient
d'abord de ceux qui vendaient ainsi leurs biens à vil prix, et
disaient qu'ils seraient malheureux pendant le voyage et encore bien
plus en revenant; puis le lendemain, saisis à leur tour par la même
idée, ils vendaient pour quelques écus leurs biens, et s'en allaient
avec ceux dont ils s'étaient moqués. Les enfants, les vieilles femmes
se préparaient aussi pour partir, et les jeunes filles et les
vieillards les plus cassés. Ils savaient bien qu'ils ne combattraient
pas, mais ils espéraient être martyrs; et ils couraient avec joie
au-devant de la mort. Ils disaient aux jeunes gens: Vous combattrez
avec l'épée, nous gagnerons le Christ par nos souffrances. Ils étaient
si ardents de posséder Dieu, que Dieu, qui favorise quelquefois les
plus vaines entreprises, sauva beaucoup de ces simples d'esprit, à
cause de leurs bonnes intentions.

On voyait alors des choses bien extraordinaires et fort risibles: des
pauvres ferraient leurs bœufs comme des chevaux, les attelaient à des
chariots sur lesquels ils mettaient quelques provisions et leurs
enfants, qu'ils emmenaient ainsi avec eux; et ces petits, quand ils
apercevaient un château ou une ville, de demander aussitôt si c'était
Jérusalem......

Pendant que les grands, obligés d'employer beaucoup de monde pour
préparer leur départ, perdaient ainsi beaucoup de temps, les pauvres
suivaient en grand nombre Pierre l'ermite et lui obéissaient comme à
un maître. J'ai su que cet homme, né à Amiens, je crois, avait d'abord
été ermite; nous le vîmes plus tard parcourant les villes et les
bourgs et prêchant partout, entouré par le peuple, accablé de
présents et entendant célébrer sa sainteté par de si grandes louanges,
que je ne crois pas que personne ait jamais reçu de pareils honneurs.
Il était fort généreux et distribuait volontiers ce qu'on lui avait
donné. Il rétablissait la paix dans les ménages désunis et entre tous
ceux qui étaient brouillés. Il paraissait quelque chose de divin dans
tous ses actes et dans toutes ses paroles, et il excitait une telle
admiration qu'on allait jusqu'à arracher les poils de son mulet pour
les conserver comme des reliques. Il était vêtu d'une tunique de laine
qu'il recouvrait d'un long manteau de bure; il avait les bras et les
pieds nus; il ne mangeait presque pas de pain; il se nourrissait de
poisson et buvait du vin.

    GUIBERT DE NOGENT, _Histoire des Croisades_, livre II.



DÉPART DES CROISÉS.


Quelle douleur, que de soupirs, que de lamentations dans la famille,
lorsqu'un mari quittait sa femme qui lui était chère, ses enfants, ses
biens, un père, une mère, des frères, des parents! Mais ceux qui
répandaient tant de larmes sur des amis qui allaient s'éloigner,
sentaient leur douleur s'adoucir, en pensant que c'était pour Dieu que
les pèlerins renonçaient à leurs biens, et que ces biens leur seraient
rendus au centuple. Alors, le mari fixait à son épouse l'époque du
retour. Il lui promettait de revenir dans trois ans, s'il vivait, et
la recommandant à Dieu, il l'embrassait tendrement. Mais celle-ci
craignait de ne plus revoir son époux, et succombant sous le poids de
sa douleur, elle tombait à terre presque sans vie; elle pleurait son
ami qu'elle perdait vivant, comme s'il était déjà mort. Mais lui,
semblable à un homme qui n'aurait pas connu la pitié, quoique son
cœur en fût plein, ne se laissait pas toucher par les larmes de sa
femme ou de ses enfants, et malgré sa profonde émotion, il montrait
une âme ferme, et partait. La tristesse était pour ceux qui restaient,
et la joie pour ceux qui partaient.

    FOUCHER DE CHARTRES, _Histoire des Croisades_.

   Foucher de Chartres, chapelain de Baudoin comte d'Edesse et roi
   de Jérusalem, puis chanoine du Saint-Sépulcre, vivait encore en
   1127. Il assista à la première croisade.



CHANT COMPOSÉ A L'OCCASION DE LA 1ère CROISADE PAR GUILLAUME IX, COMTE
DE POITIERS[84].


J'ai la volonté de faire un chant, et je choisirai le sujet qui cause
ma peine. Je ne serai plus attaché au Poitou ni au Limousin.

  [84] Né en 1071, mort en 1122. Guillaume de Poitiers est le plus
  ancien troubadour dont les œuvres nous soient parvenues.

Je m'en irai en exil outre-mer; je laisserai mon fils en guerre, en
grande crainte et en péril, et ses voisins l'inquiéteront.

Mon éloignement de la seigneurie du Poitou m'est très-pénible; je
laisse à la garde de Foulques d'Anjou ma terre et son cousin.

Si Foulques d'Anjou et le Roi, de qui je relève, ne lui prêtent
assistance, la plupart des seigneurs qui verront un faible jouvenceau
ne manqueront pas de lui nuire.

S'il n'est très-sage et vaillant, les traîtres Gascons et les
Angevins l'auront bientôt renversé quand je serai éloigné de vous.

Fidèle à l'honneur et à la bravoure, je me sépare de vous; je vais
outre-mer aux lieux où les pèlerins implorent leur pardon.

Adieu brillants tournois, adieu grandeur et magnificence, et tout ce
qui attachait mon cœur; rien ne m'arrête, je vais aux champs où Dieu
promet la rémission des péchés.

Pardonnez-moi, vous tous, mes compagnons, si je vous ai offensés;
j'implore mon pardon; j'offre mon repentir à Jésus, maître du ciel; je
lui adresse à la fois ma prière et en roman et en latin.

Trop longtemps je me suis abandonné aux distractions mondaines, mais
la voix du Seigneur se fait entendre; il faut comparaître à son
tribunal; je succombe sous le poids de mes iniquités.

O mes amis! quand je serai en présence de la mort, venez tous auprès
de moi, accordez-moi vos regrets et vos encouragements. Hélas! J'aimai
toujours la joie et les plaisirs, soit quand j'étais chez moi, soit
quand j'en étais éloigné.

J'abandonne donc joie et plaisirs, le vair, le gris et le
sembellin[85].

  [85] Habillement des barons.



MASSACRE DES JUIFS.


La même année que Pierre l'ermite et Godescalc étaient partis avec
leurs armées, des troupes innombrables de pèlerins partirent de
France, d'Angleterre, de Flandre et de Lorraine. Entraînés par
l'amour de Dieu, et portant le signe de la croix, ces pèlerins
arrivaient de tous côtés, chargés d'armes, de vivres et d'objets de
toute sorte qui leur étaient nécessaires pour faire le voyage de
Jérusalem; ces bandes venues de tous les pays et de toutes les villes
se réunissaient et formaient de grandes troupes parmi lesquelles on se
livrait à tous les excès; des femmes et des filles parties pour le
voyage de Jérusalem commettaient aussi les mêmes désordres.

Je ne sais si ce fut par la volonté de Dieu ou par une erreur de leur
esprit que ces pèlerins se conduisirent si cruellement contre les
juifs établis dans toutes les villes, et qu'ils les massacrèrent,
surtout en Lotharingie[86], disant qu'il fallait commencer par là leur
expédition et la guerre contre les ennemis de la religion. Le massacre
commença d'abord à Cologne; on attaqua les quelques juifs qui y
demeuraient; on les blessa et on les tua sans pitié; on détruisit
leurs maisons et leurs synagogues, puis les pèlerins se partagèrent le
butin. Deux cents juifs, effrayés de ces cruautés, se sauvèrent
pendant la nuit et arrivèrent à Neuss en bateau; mais des pèlerins les
rencontrèrent, les massacrèrent tous, et s'emparèrent de tout ce
qu'ils emportaient.

  [86] Le royaume de Lotharingie ou de Lorraine, s'étendait entre
  le Rhin et la Meuse.

Après, les pèlerins, en nombre considérable, se remirent en route,
selon leur vœu, et arrivèrent à Mayence. Un seigneur très-considérable
de ce pays, le comte Émicon, était dans cette ville avec une nombreuse
troupe d'Allemands et attendait l'arrivée des autres pèlerins. Les juifs
de Mayence, ayant appris le massacre de ceux de Cologne et craignant le
même sort, essayèrent de se sauver en se réfugiant auprès de l'évêque
Rothard, et confièrent à sa garde leurs trésors, comptant que sa
protection leur serait utile puisqu'il était évêque de la ville.
L'évêque cacha avec soin l'argent que les juifs lui donnèrent à garder;
il les plaça sur une grande terrasse pour les empêcher d'être vus par le
comte Émicon et par sa troupe et les sauver, son palais étant l'asile le
plus sûr pour eux. Mais Émicon et les siens se décidèrent à aller
attaquer le lendemain matin les juifs qui étaient enfermés dans ce lieu
élevé et découvert; ils enfoncèrent les portes, assaillirent les juifs à
coups de flèches et de lances, en tuèrent sept cents qui ne purent se
défendre contre un ennemi trop nombreux; ils massacrèrent les femmes et
les enfants. Les juifs voyant que les chrétiens égorgeaient jusqu'à
leurs enfants, sans pitié pour leur âge, prirent les armes, mais pour
massacrer eux-mêmes leurs femmes, leurs mères et leurs sœurs, et, ce
qui est horrible à dire, les mères coupaient la gorge à leurs enfants,
aimant mieux les tuer que de les laisser massacrer par les chrétiens.

Un petit nombre de juifs échappa au massacre en se faisant donner le
baptême, bien plus pour ne pas être tués que par le désir de devenir
chrétien; puis Émicon et toute cette bande innombrable d'hommes et de
femmes, chargés de butin, continuèrent leur voyage pour Jérusalem, se
dirigeant vers la Hongrie.

    ALBERT D'AIX, _Histoire des Croisades_, livre I.



PRISE DE JÉRUSALEM.

1099.


Le jour fixé pour combattre étant arrivé, on commença l'assaut. Avant
de raconter ce qui se passa, je veux cependant mentionner ce fait.
Beaucoup de personnes et moi-même pensons qu'il y avait dans la ville
au moins 60,000 hommes en état de combattre, sans compter les femmes
et les enfants, dont le nombre était extraordinaire. Les nôtres, à
notre avis, n'étaient pas plus de 12,000 hommes en état de combattre;
notre armée comptait encore beaucoup d'hommes faibles et pauvres, mais
ne renfermait pas, je crois, 1,300 chevaliers. Nous disons cela afin
que vous sachiez que quand on entreprend au nom du Seigneur une grande
ou une petite affaire, on ne l'entreprend pas en vain, et la suite de
ce récit le prouvera clairement.

Aussitôt que les nôtres attaquèrent les murs et les tours de
Jérusalem, ils reçurent une grêle de pierres et de flèches lancées par
les machines et les pierriers. Les serviteurs de Dieu ne se
découragèrent pas, parce qu'ils avaient résolu de mourir ou de se
venger en ce jour de leurs ennemis. Rien n'annonçait encore que la
victoire se décidât. Pendant que les nôtres approchaient des murs
leurs machines, les assiégés lancèrent, outre les pierres et les
flèches, du bois et de la paille avec du feu; puis ils jetèrent sur
les machines des matières enflammées, afin d'arrêter par le feu ceux
que le fer des assiégés ou les hautes murailles ou les fossés profonds
de la ville n'arrêteraient pas. On se battit ce jour-là depuis le
lever jusqu'au coucher du soleil, et si vigoureusement que je ne crois
pas qu'on ait jamais mieux fait. Nous prions encore le Dieu
tout-puissant, notre maître et notre guide, lorsque la nuit vint
augmenter nos craintes et celles de l'ennemi. Les Sarrasins
craignaient que les chrétiens ne s'emparassent de la ville pendant la
nuit, ou tout au moins ne comblassent les fossés, ce qui leur
permettrait de s'emparer plus facilement le lendemain des murailles;
les nôtres craignaient que les Sarrasins ne parvinssent à brûler les
machines qu'on avait approchées au pied des murs. Aussi veilla-t-on de
part et d'autre, et le travail comme l'inquiétude empêchèrent de
dormir les combattants..... Des deux côtés on fit les plus grands
efforts pendant cette nuit. Le matin venu, les nôtres, pleins
d'ardeur, poussèrent leurs machines au pied des murailles; mais les
Sarrasins en avaient un si grand nombre qu'ils en opposaient neuf ou
dix à chacune des nôtres et que nos attaques étaient sans
résultat...... Nos machines brisées par les pierres lancées par
l'ennemi, et nos soldats succombant aux fatigues, il ne nous restait
que la miséricorde de Dieu, toujours invincible et qui se manifeste
toujours au moment nécessaire. Vers midi, les nôtres étaient en
désordre, tant étaient grands et leur fatigue et leur désespoir;
quelques-uns disaient déjà qu'il fallait enlever les machines qui
étaient en partie brûlées ou brisées, lorsqu'un chevalier, arrivant de
la montagne des oliviers et couvert d'un bouclier, accourut et appela
les nôtres pour entrer dans la ville. Nous n'avons jamais pu savoir
quel était ce chevalier. Alors les nôtres sortant de leur langueur,
courent aux murailles avec des échelles et des cordes; quelques-uns
lancent des flèches embrasées sur les matelas remplis de coton qui
recouvraient les retranchements que les Sarrasins avaient élevés
devant la tour en bois du duc de Lorraine; le feu prit à ces matelas
et fit sauver les défenseurs du retranchement. Alors Godefroi et les
siens firent tomber sur la muraille la claie qui recouvrait la partie
antérieure et supérieure de la tour, et s'en servant comme d'un pont
ils s'élancèrent avec audace pour entrer dans la ville. Tancrède et
Godefroi entrèrent les premiers dans Jérusalem et y versèrent une
prodigieuse quantité de sang; les autres montèrent à leur suite, et
les Sarrasins ne purent les empêcher.

Il faut encore que je raconte une chose étonnante. Pendant que
Jérusalem était prise par les Français, les Sarrasins combattaient
encore contre les gens du comte de Toulouse, comme si la victoire
n'était pas douteuse pour eux. Mais comme les nôtres étaient maîtres
des murailles et des tours, on put voir dès lors un admirable
spectacle. Des Sarrasins étaient frappés de mort, ce qui était pour
eux le sort le plus doux; d'autres percés de flèches étaient obligés
de se jeter du haut des tours; d'autres encore, après de longues
souffrances, étaient jetés dans le feu et brûlés. Les rues et les
places de la ville étaient couvertes de monceaux de têtes, de pieds et
de mains. Les fantassins et les chevaliers ne marchaient que sur des
cadavres. Tout cela n'est rien auprès de ce qui se passa dans le
temple de Salomon[87], où les Sarrasins célébraient les cérémonies de
leur culte; si nous disions la vérité sur ce qui s'y passa on ne
voudrait pas nous croire. Nous dirons seulement que dans le temple et
dans le portique de Salomon, on marchait à cheval dans le sang
jusqu'aux genoux du cavalier et jusqu'à la bride du cheval[88]. Juste
et admirable jugement de Dieu, qui voulut que ce lieu fût lavé par le
sang de ceux qui si longtemps l'avaient sali par leurs blasphèmes. La
ville étant ainsi pleine de cadavres et de sang, quelques Sarrasins se
réfugièrent dans la tour de David, et ayant obtenu la vie sauve du
comte de Toulouse, ils lui rendirent cette citadelle[89].

  [87] La mosquée d'Omar.

  [88] On versa une si grande quantité de sang humain que les mains
  et les bras, séparés des corps, nageaient dans le temple, et
  portés par le sang çà et là allaient s'unir à d'autres corps, de
  sorte qu'on ne savait pas à quel cadavre appartenaient les
  membres qui venaient se joindre à un cadavre mutilé. (_Robert le
  moine_, Hist. de la 1ère croisade, liv. IX.)

  [89] L'humanité du comte de Toulouse parut si étrange aux croisés
  qu'ils l'accusèrent de s'être laissé gagner à prix d'or par les
  malheureux qu'il avait sauvés.

Après la prise de la ville, il fut beau de voir avec quelle dévotion
les pèlerins allaient au sépulcre du Seigneur, applaudissant, pleins
de joie et chantant un cantique d'allégresse. Ils adressaient à Dieu
vainqueur et triomphant des louanges que l'on ne peut raconter. Ce
jour nouveau, cette joie nouvelle et éternelle, l'achèvement de cette
entreprise et l'accomplissement des vœux du peuple, donnaient lieu à
des paroles nouvelles et à un cantique nouveau. Ce jour, à jamais
célèbre dans les siècles à venir, transforma notre douleur et nos
fatigues en joie et en transports d'allégresse.

    RAIMOND D'AGILES, _Histoire des Francs qui ont pris Jérusalem_.

   Raimond d'Agiles était chanoine du Puy en Velay; il suivit à la
   croisade son évêque, le fameux Adhémar, et devint pendant
   l'expédition le chapelain du comte de Toulouse. Il mourut
   probablement en terre sainte vers 1099.



MÊME SUJET.


Le duc Godefroi et ceux qui étaient avec lui sur la partie supérieure
de la machine jetaient de grandes quantités de traits et de pierres
sur les assiégés et repoussaient ceux qui essayaient de défendre
encore la muraille. D'autres chrétiens, à l'aide de trois mangonneaux,
frappaient sans relâche ceux qui venaient défendre la muraille.
Pendant ce temps, deux frères, nommés Ludolf et Engilbert,
s'aperçurent que les ennemis commençaient à faiblir et à reculer
devant la grêle de pierres qui les accablait de tous côtés; comme ils
étaient près du mur, dans l'étage du milieu de la machine, ils en
sortirent, lancèrent des arbres en avant sur le mur, et s'élancèrent
les premiers dans la ville, et repoussèrent ceux qui étaient encore
sur les murailles. Voyant cela, Godefroi et son frère Eustache se
hâtèrent de descendre de l'étage supérieur de la machine et de courir
au secours de Ludolf et d'Engilbert. Alors, tous les pèlerins,
transportés de joie du triomphe de leurs chefs, dressèrent leurs
échelles contre les murs, et s'élancèrent pour pénétrer dans la ville.

Les Sarrasins, voyant les murailles occupées et les chrétiens se
répandre dans la ville, furent saisis d'épouvante et se sauvèrent, la
plupart cherchant un refuge dans le palais de Salomon, très-grand et
solide édifice. Mais les Français les poussèrent vigoureusement la
lance et l'épée dans les reins et arrivèrent avec les fuyards aux
portes du palais, massacrant sans relâche les païens. Quatre cents
chevaliers envoyés par le roi de Babylone[90] avaient longtemps
parcouru la ville, appelant les habitants aux armes ou les secourant à
l'occasion; voyant les Sarrasins en pleine déroute, ils se sauvèrent
au plus vite vers la tour de David. Les chrétiens les poursuivirent si
vivement que les Sarrasins eurent à peine le temps d'entrer dans la
tour, laissant leurs chevaux tout bridés et sellés à la porte; les
chrétiens s'en emparèrent. Pendant ce temps, des pèlerins s'avancèrent
contre une des portes de Jérusalem, et ayant brisé les serrures et
fait sauter les barres de fer, ouvrirent un passage à la foule des
chrétiens. On se pressa si violemment à cette porte pour entrer, que
les chevaux, dit-on, étouffés et inondés de sueur, mordaient ceux qui
les entouraient, malgré les efforts de leurs cavaliers. Seize hommes
furent renversés et écrasés sous les pieds des chevaux; des mulets et
des hommes périrent dans cette presse. Une autre colonne de pèlerins
pénétra par la brèche que le bélier avait faite dans la muraille avec
sa tête de fer, s'élança en poussant de grands cris, vers le palais de
Salomon, et arrivant au secours de ceux qui s'y étaient portés les
premiers, massacra sans pitié tous les Sarrasins qui se trouvaient
dans cet immense palais. Le sang coula en si grande quantité qu'il
forma des ruisseaux dans la cour royale, et que les hommes y
trempaient leurs pieds jusqu'aux talons. Les Sarrasins essayèrent en
vain d'échapper au massacre et de repousser les chrétiens; ils en
tuèrent cependant une assez grande quantité.

  [90] D'Égypte.

En avant des portes du palais, on trouve la citerne royale, si grande
et si profonde qu'elle ressemble à un lac; elle est couverte d'une
toiture soutenue par des colonnes de marbre. Beaucoup de Sarrasins
s'étaient réfugiés sous l'escalier qui conduit au bord de l'eau; les
uns furent jetés à l'eau et noyés, les autres furent tués sur
l'escalier en combattant les chrétiens...... Les chrétiens sortirent
du palais après y avoir massacré 10,000 Sarrasins; ils passèrent
ensuite au fil de l'épée les troupes de païens qu'ils rencontrèrent se
sauvant dans les rues; on tuait les femmes qui s'étaient réfugiées
dans les tours du palais ou sur d'autres points élevés; les enfants,
enlevés au sein de leurs mères ou dans leurs berceaux, étaient pris
par les pieds et lancés, de sorte que leurs têtes se brisaient contre
les murailles ou sur le seuil des portes. D'un côté, on tuait les
Sarrasins à coups d'épée; d'un autre à coups de pierres; ni l'âge, ni
le rang ne leur faisait éviter la mort. Si un chrétien occupait le
premier une maison ou un palais, il en devenait le maître et de tout
ce qui y était renfermé, meubles, grains, huile, vin, argent, habits;
bientôt la ville tout entière fut à eux.

Pendant que les chrétiens entraient dans la ville, et donnaient
carrière à toute leur fureur en massacrant les païens dans le palais
et dans les rues et en pillant les maisons, Tancrède se dirigeait
vivement vers le temple et y entrait après avoir brisé les serrures.
Aidé par ceux qui l'avaient suivi, il arracha une prodigieuse quantité
d'or et d'argent qui recouvrait les colonnes et les murailles de
l'enceinte intérieure, et employa deux jours à enlever les trésors que
les Turcs avaient rassemblés pour décorer le temple. On dit que deux
Sarrasins, sortis de la ville pendant le siége, avaient révélé à
Tancrède, pour obtenir la vie sauve, la place où il trouverait ce
trésor. Au bout de deux jours, Tancrède sortit du temple avec ses
richesses, et les partagea avec Godefroi. Ceux qui ont vu ce monceau
d'or et d'argent disent que six chameaux ou mulets auraient à peine
suffi pour le porter..... Pendant que Tancrède, dominé par l'avarice,
allait piller le temple, pendant que tous les princes dépouillaient
les Sarrasins et s'emparaient de leurs demeures, et pendant que le
peuple faisait au palais de Salomon un affreux massacre des païens, le
duc Godefroi, ne prenant part à aucun massacre, déposait ses armes, se
couvrait d'un vêtement de laine, et, accompagné de trois de ses
compagnons, Baudry, Adelbold et Stabulon, sortait hors de la ville,
les pieds nus, suivait humblement l'enceinte extérieure, rentrait par
la porte qui est devant la montagne des Olives, et venait au sépulcre
de N.S.J.C., fils du Dieu vivant, pleurer, prier et rendre grâces à
Dieu qui lui avait permis de voir se réaliser ses plus ardents désirs.
.....Le duc sortit ensuite du sanctuaire du sépulcre du Seigneur,
plein de joie de la victoire qu'il venait de gagner, et rentra dans
son logement pour s'y reposer. Toute l'armée se reposait aussi du
carnage; et pendant cette nuit, Jérusalem, la cité du Dieu vivant et
notre mère, ayant été rendue à ses enfants par une grande victoire,
les chrétiens accablés de fatigue se livrèrent à un profond sommeil.

Le sixième jour de la semaine, le 15 juillet, le comte Raimond de
Toulouse, entraîné par l'avarice, reçut une grande somme d'argent et
laissa partir sans leur faire de mal les chevaliers sarrasins qu'il
assiégeait dans la tour de David, où ils s'étaient retirés; mais il
s'empara de leurs armes, de leurs vivres, de leurs dépouilles, et
garda pour lui la forteresse elle-même. Le lendemain matin, jour du
sabbat, trois cents Sarrasins qui s'étaient retirés pour échapper au
massacre, sur la partie la plus élevée du palais de Salomon,
supplièrent qu'on leur accordât la vie; n'osant se fier à personne et
se voyant exposés à toute sorte de dangers, ils ne se décidèrent à
quitter leur retraite que quand ils virent la bannière de Tancrède
élevée devant eux comme gage de la protection qu'ils imploraient. Ce
gage ne les sauva pas cependant; des chrétiens indignés de ce pardon,
entrèrent en fureur et les massacrèrent tous. Tancrède, qui était
plein d'orgueil, fut irrité de l'affront qu'il venait de recevoir, et
sa colère ne se serait pas calmée sans une vengeance terrible qui
risquait de jeter la discorde dans l'armée, si les hommes sages ne
fussent parvenus à le calmer par leurs conseils. Jérusalem, lui
dirent-ils, a été conquise malgré les plus grandes difficultés et
malgré la mort d'un grand nombre des nôtres; aujourd'hui elle est
arrachée au joug du roi de Babylone et des Turcs; gardons-nous de la
perdre par cupidité, par mollesse ou par pitié pour l'ennemi; il ne
faut pas épargner les prisonniers et les païens qui sont encore dans
la ville. Car si le roi de Babylone venait nous attaquer avec une
forte armée, nous serions attaqués au dedans comme au dehors, et nous
serions vaincus. Il est nécessaire aujourd'hui de tuer sans retard
tous les Sarrasins et païens prisonniers qui doivent être rachetés ou
qui sont déjà rachetés à prix d'or, de peur que leurs machinations et
leurs complots ne nous attirent quelques malheurs.

On approuva cet avis, et le troisième jour après la victoire les chefs
de l'armée firent connaître leur résolution. Aussitôt les chrétiens
s'arment et se préparent à anéantir la race misérable des païens qui
avaient survécu aux premiers événements. Les uns furent tirés de
prison et eurent la tête coupée; les autres furent égorgés dans les
rues ou sur les places, à mesure qu'on les rencontrait, et tous après
avoir racheté leur vie en donnant une rançon ou en obtenant grâce de
la pitié des chrétiens. Les jeunes filles et les femmes étaient tuées
ou lapidées, et les pèlerins n'épargnaient ni l'âge ni le rang ni même
les femmes enceintes. Craignant la mort et frappées de terreur à la
vue de cette boucherie, les femmes et les filles se jetaient vers les
pèlerins pendant qu'ils massacraient, les serraient dans leurs bras
pour sauver leur vie ou se roulaient par terre en les suppliant de les
épargner, en pleurant et en se lamentant. Les petits enfants, voyant
la triste fin de leurs parents, augmentaient l'horreur de ces scènes
par leurs cris horribles et leurs larmes amères. Mais c'était
inutilement qu'on implorait la pitié et la miséricorde des chrétiens;
leur âme était si complétement livrée à la passion du carnage, qu'ils
tuèrent tout et que pas un enfant à la mamelle, de l'un ou de l'autre
sexe, ne fut épargné. On dit que toutes les places de Jérusalem furent
couvertes de monceaux de cadavres d'hommes, de femmes et
d'enfants[91].

  [91] Orderic Vital (liv. IX) nous apprend que les croisés firent
  brûler cette masse de cadavres, dont l'aspect était horrible et
  l'odeur insupportable, et qu'ils purgèrent ainsi Jérusalem par le
  feu.

    ALBERT D'AIX, _Histoire des Croisades_, livre VI.



LOUIS LE GROS.

1101.


Louis, ce jeune héros, gai, gagnant tous les cœurs par une bonté que
quelques-uns prenaient pour simplicité, était à peine arrivé à
l'adolescence, qu'il était déjà pour le royaume de son père un
défenseur redoutable et courageux; il pourvoyait aux besoins des
églises, et, ce qu'on avait négligé longtemps, il protégeait la
sécurité des laboureurs, des ouvriers et des pauvres.

Vers cette époque, il s'éleva entre le vénérable Adam, abbé de
Saint-Denis, et le seigneur de Montmorency, Bouchard, des discussions
qui s'envenimèrent et arrivèrent à un tel degré d'irritation que,
l'esprit de révolte rompant tous les liens de la foi et de l'hommage,
les deux partis en vinrent aux armes et se combattirent par la guerre
et l'incendie. Le seigneur Louis ayant appris ce qui se passait, en
fut indigné, et contraignit Bouchard à comparaître au château de
Poissy devant le roi son père, pour s'en remettre à son jugement.
Bouchard ayant été condamné ne voulut pas se soumettre à la
condamnation prononcée contre lui, et se retira en liberté; mais il
eut bientôt à subir tous les maux que la majesté royale a droit
d'infliger à des sujets rebelles. En effet, le jeune et beau prince
l'attaqua aussitôt lui et ses adhérents, Mathieu, comte de Beaumont,
et Drogon, seigneur de Mouchy-le-Château, hommes violents et
belliqueux qu'il avait gagnés à sa cause. Louis dévasta les terres de
Bouchard, détruisant les maisons et les petits forts, à l'exception du
château, ravagea le pays par le feu, la famine et le fer, et comme les
rebelles persistaient à vouloir se défendre dans le château, il en fit
le siége avec ses troupes et les Flamands de son oncle Robert, comte
de Flandre. Il contraignit ainsi Bouchard à se soumettre, le courba
sous le joug de sa volonté, et termina tout à son avantage la querelle
qui avait causé ces troubles.

Louis attaqua aussi Drogon, seigneur de Mouchy-le-Château, parce qu'il
avait pris part à cette guerre et pour d'autres raisons, surtout à
cause des dommages qu'il avait fait éprouver à l'église de Beauvais.
Drogon avait quitté son château, sans toutefois s'en éloigner
beaucoup, afin de pouvoir s'y réfugier promptement en cas de besoin.
Il marcha avec des archers et des arbalétriers à la rencontre du
prince; mais le jeune guerrier l'attaqua et le battit si complétement
qu'il ne lui fut pas possible de fuir et de se renfermer dans son
château sans être suivi de près. Louis se jeta vers la porte au milieu
des gens de Drogon, reçut et donna mille coups de l'épée qu'il maniait
habilement, entra dans le château, s'y maintint malgré les efforts de
l'ennemi, et ne s'en retira qu'après l'avoir entièrement brûlé avec
les approvisionnements de tout genre qu'il contenait. Le héros était
animé d'une telle ardeur qu'il ne pensa pas à se garantir de
l'incendie, qui fit courir un grand danger à son armée et à sa
personne, et qui lui laissa pendant longtemps un grand enrouement.

    SUGER, _Vie de Louis le Gros_, traduit par L. Dussieux.

   Suger, abbé de Saint-Denis, ministre de Louis VI et de Louis VII,
   naquit en 1081, et mourut en 1151. Son ouvrage principal est la
   vie de Louis le Gros, remarquable morceau d'histoire; il a encore
   composé un traité sur son administration du monastère de
   Saint-Denis, une histoire de Louis VII, restée inachevée; on a
   aussi de lui un certain nombre de lettres.



BATAILLE DE BRENNEVILLE OU BRENMULE.

1119.

   Louis le Gros soutenait Guillaume Cliton, fils du duc de
   Normandie, Robert Courte-Heuse; il voulait lui rendre son
   héritage, la Normandie, dont il avait été dépouillé par Henri, roi
   d'Angleterre.


Le roi Louis était revenu à la hâte en Normandie, avec quelques braves
chevaliers. Le 20 août, le roi Henri, après avoir entendu la messe à
Noyon sur Andelle, commença une expédition, ne sachant pas que le roi
de France se trouvât alors aux Andelys; il s'avançait donc avec une
belle armée, faisant couper les moissons par les mains barbares de ses
soldats et ordonnant de transporter les monceaux de gerbes, à l'aide
des chevaux, au château de Lions. Le roi avait placé quatre chevaliers
en observation sur la montagne de Verclive pour avertir des dangers
qui pouvaient se présenter. Ils virent des chevaliers avec leurs
casques et leurs bannières se dirigeant vers Noyon, et ils en
prévinrent aussitôt le roi.

Pendant ce temps-là, le roi Louis sortait des Andelys avec son armée;
il se plaignit à ses chevaliers, et à plusieurs reprises, de ce qu'il
ne pouvait rencontrer le roi d'Angleterre en rase campagne. Il ne
savait pas que son adversaire était si près; aussi marchait-il à la
hâte sur Noyon avec une brillante compagnie de chevaliers, espérant
entrer le jour même dans ce château par suite d'une trahison. Mais les
événements furent bien différents, et la victoire ne se montra pas
favorable aux orgueilleux qui désiraient la guerre; elle trompa et mit
en fuite celui qui espérait jouir des gloires du triomphe....

Près de la montagne de Verclive, le pays est sans obstacle et offre
une grande plaine, appelée par les habitants plaine de Brenmule[92].
Le roi Henri y vint avec 500 chevaliers anglais, revêtit son armure et
plaça ses escadrons bardés de fer. Leurs rangs comptaient ses deux
fils Robert et Richard, illustres chevaliers, trois comtes, Henri
d'Eu, Guillaume de Varennes et Gautier Giffard. Plusieurs seigneurs
accompagnaient le belliqueux roi; on peut les comparer aux Scipions,
aux Marius et aux Catons, parce que, comme l'a prouvé la suite de
l'affaire, ils étaient aussi distingués par leur prudence que par leur
prouesse. L'étendard était confié à Édouard de Salisbury, brave
chevalier qui avait déjà fourni de nombreuses preuves de sa valeur et
d'un courage indomptable. Aussitôt que le roi Louis aperçut l'ennemi,
qu'il désirait rencontrer depuis si longtemps, il appela auprès de sa
personne 400 chevaliers qui se trouvaient à sa portée, et leur ordonna
de combattre bravement pour l'indépendance de la France et la justice,
et aussi pour ne pas laisser déchoir la gloire des Français. Guillaume
Cliton se prépara à combattre pour délivrer son père, Robert, de la
dure captivité qu'il subissait et pour reprendre son héritage. Mathieu
comte de Beaumont, Osmond de Chaumont, Guillaume de Garlande, chef de
l'armée française, Pierre de Maulle, Philippe de Monbray et Bouchard
de Montmorency se préparèrent au combat. Quelques Normands, parmi
lesquels se trouvaient Guillaume Orépin et Baudry de Bray, s'étaient
joints aux Français. Tous, pleins d'une orgueilleuse confiance, se
rassemblèrent dans la plaine de Brenmule et se disposèrent à se battre
bravement contre les Normands.

  [92] Et non pas de Brenneville, comme on le dit toujours.

Les Français engagèrent l'action et donnèrent avec vigueur les
premiers coups; mais chargeant en désordre, ils furent bientôt rompus,
vaincus et obligés de tourner le dos. Richard, fils du roi Henri,
combattait avec cent chevaliers bien montés; le reste de l'armée,
composé de gens de pied, combattait dans la plaine sous le
commandement du roi. Quatre-vingts chevaliers aux ordres de Guillaume
Crépin chargèrent d'abord les Normands; mais leurs chevaux ayant été
tués, ils furent entourés et pris. Ensuite, Godefroy de Sérans et les
autres seigneurs du Vexin attaquèrent avec vigueur et forcèrent à
reculer tout le corps de bataille; mais bientôt, les hommes de Henri,
éprouvés par de nombreux combats, reprirent courage et firent
prisonniers Bouchard, Osmond, Aubry de Mareuil et bien d'autres qui
avaient été jetés à bas de leurs chevaux. Alors les Français dirent à
leur roi: Quatre-vingts de nos chevaliers qui ont commencé le combat,
ne reviendront pas; les ennemis sont plus forts et plus nombreux que
nous. Bouchard, Osmond et bien d'autres vaillants chevaliers sont
pris; nos bataillons, rompus, ont perdu beaucoup de monde.
Retirez-vous, Sire, nous vous en prions, car il pourrait nous arriver
un malheur irréparable.

Louis se décida alors à la retraite, et prit le galop accompagné de
Baudry Dubois. Pendant ce temps, les Anglais, vainqueurs, s'emparèrent
de cent quarante chevaliers, et poursuivirent les autres jusqu'aux
Andelys. Ceux qui s'étaient avancés sur une seule route avec orgueil
se sauvèrent avec confusion par plusieurs chemins détournés. Guillaume
Crépin était, comme nous l'avons dit, cerné avec les siens; il aperçut
le roi Henri, pour lequel il avait une grande haine; il fondit sur lui
au milieu des combattants et lui déchargea sur la tête un rude coup
d'épée. Le casque garantit la tête du prince, et aussitôt Roger, fils
de Richard, attaqua et renversa l'agresseur audacieux, le prit, et,
tout en le tenant sous lui, empêcha que les amis du roi ne le
tuassent, car ils l'entouraient et voulaient venger leur roi. Beaucoup
de gens le menacèrent, et Roger eut fort à faire pour le sauver.
C'était un acte audacieux et criminel que de lever le bras et de
frapper avec l'épée sur une tête que le saint chrême avait sacrée et
qui portait la couronne pour le plus grand bien des peuples, qui
chantaient la louange de Dieu pour lui témoigner leur reconnaissance.

Dans cette bataille livrée entre deux rois, et où combattirent près de
neuf cents chevaliers, j'ai remarqué qu'il n'y en eut que trois de
tués. En effet, ils étaient entièrement couverts de fer, et ils
s'épargnaient les uns les autres, soit par la crainte de Dieu, soit à
cause de la fraternité d'armes; aussi cherchaient-ils bien plus à
prendre les fuyards qu'à les tuer. Il est vrai que les guerriers
chrétiens n'étaient pas altérés du sang de leurs frères, et qu'ils se
contentaient de se réjouir de la juste victoire que Dieu leur
accordait, et de combattre pour le bien de l'Église et le repos des
fidèles.

Le brave Guy, Osmond, Bouchard, Guillaume Crépin et beaucoup d'autres
furent faits prisonniers; les chevaliers qui retournaient à
Noyon-sur-Andelle les y conduisirent. Noyon est à trois lieues des
Andelys. Dans ce temps-là, tout ce pays était désert, à cause de la
violence de la guerre. Tout à coup les princes se rassemblent au
milieu de cette plaine, puis on entendit les cris effrayants des
combattants, le bruit des armes qui s'entrechoquaient, et on vit
tomber les plus nobles barons.

Le roi des Français, fuyant seul, se perdit dans la forêt, et
rencontra par hasard un paysan qui ne le connaissait pas. Le roi le
pria avec instance de lui enseigner le chemin qui conduisait aux
Andelys, et lui fit, sur la foi du serment, la promesse des plus
grandes récompenses pour l'engager à lui servir de guide. Déterminé
par l'appât de cette récompense, le paysan conduisit aux Andelys le
roi, très-effrayé, soit de rencontrer des voyageurs qui pouvaient le
trahir, soit d'être poursuivi par l'ennemi et d'être fait prisonnier.
Enfin le paysan, ayant vu venir des Andelys, au-devant du roi, la
garde de ce prince, méprisa la somme qu'on lui donna, maudit sa
bêtise, et s'affligea beaucoup de voir combien il perdait pour ne pas
avoir su quel était celui qu'il avait sauvé.

Le roi Henri acheta vingt marcs d'argent l'étendard du roi Louis, au
soldat qui l'avait pris, et le conserva comme témoignage de la
victoire que Dieu lui avait accordée; mais il renvoya au roi Louis son
cheval avec sa selle, son mors et tout son harnais, comme il convenait
à un roi.

    ORDERIC VITAL, _Histoire de Normandie_, liv. XII.



LE COMTE DE FLANDRE EST ASSASSINÉ. LOUIS LE GROS PUNIT LES MEURTRIERS.

1127-1128.


Je me propose de raconter ici l'acte le plus noble que le seigneur
Louis ait fait depuis sa jeunesse jusqu'à la fin de sa vie; mais, pour
ne pas fatiguer le lecteur, j'en ferai un court récit, bien qu'il fût
nécessaire d'entrer dans de longs détails, et je dirai ce qu'il a
fait, sinon comment il l'a fait. Le fameux et très-puissant comte
Charles, fils du roi de Danemark[93] et de la sœur de la grand'mère
du roi Louis[94], avait succédé, par suite de sa parenté, au brave
comte Baudouin[95]; il gouvernait le comté populeux de Flandre avec
fermeté et habileté, et se montrait le protecteur de l'église de Dieu,
libéral, charitable et ami de la justice. Quelques hommes puissants
par leurs richesses, quoique d'une naissance obscure et même servile,
voulaient lui ravir la dignité qu'il possédait selon le droit, et
chasser la branche de la maison de Flandre, à laquelle il appartenait.
Il les avait cités en jugement devant sa cour, comme il devait le
faire; mais ces hommes, c'est-à-dire le prévôt de l'église de Bruges
et les siens, orgueilleux et traîtres, avaient ourdi de noirs complots
contre lui. Un jour que le comte était à Bruges, il alla le matin à
l'église de Dieu, et, prosterné sur le pavé, il priait tenant un livre
de prières. Soudain, Bouchard, neveu du prévôt et vrai assassin, entre
avec des scélérats de son espèce et d'autres complices de son crime
détestable, et vient traîtreusement se placer derrière le comte, qui
priait et adressait à Dieu toutes ses pensées. Le misérable tire sans
bruit son épée du fourreau et en touche légèrement le cou du comte,
qui était alors prosterné, afin de le faire redresser, et qu'ainsi il
s'offrît sans défense à l'épée de l'assassin; puis, l'impie frappe
l'homme pieux, et ce serf criminel tranche d'un seul coup la tête de
son seigneur. Tous les complices de ce crime exécrable, altérés du
sang du comte, se jettent sur son corps comme des chiens enragés, et
déchirent avec une joie atroce le cadavre de cette victime innocente;
ils se vantent audacieusement d'avoir pris part au crime; puis,
ajoutant encore à leur scélératesse, et aveuglés par leur méchanceté,
ils assassinèrent tous ceux des châtelains et des plus nobles barons
du comte qu'ils purent surprendre, soit dans l'église, soit dans le
château, les tuant sans qu'ils fussent prêts à mourir, ni confessés.
Je crois toutefois qu'il a été utile à ces malheureux d'avoir été
ainsi tués, à cause de leur fidélité à leur seigneur et pendant qu'ils
priaient dans l'église, parce qu'il est écrit: «Où je te trouverai, je
te jugerai.» Cependant les cruels assassins du comte l'enterrèrent
dans l'église même, de peur qu'on ne le pleurât et qu'on ne
l'ensevelît au dehors avec honneur, et que sa vie glorieuse et sa
mort, plus glorieuse encore, ne portassent ses peuples fidèles à le
venger. Puis, transformant la maison de Dieu en une caverne de
voleurs, ces misérables s'y retranchèrent, ainsi que dans le palais du
comte, qui touchait l'église; ils y rassemblèrent des vivres et s'y
préparèrent à se défendre et à dominer de là tout le pays.

  [93] Canut IV.

  [94] Adèle, fille de Robert le Frison.

  [95] Le comte Charles le Bon était neveu du comte Baudouin.

En apprenant un crime si odieux, les barons flamands, qui n'y avaient
pas pris part, furent saisis d'horreur; ils firent à leur seigneur des
obsèques où leurs larmes écartèrent tout soupçon de trahison, et
dénoncèrent le crime au roi Louis, et non pas seulement au roi, mais
à tout l'univers, où ils en répandirent la nouvelle. Conduit par son
amour pour la justice et par son amitié pour un prince de son sang, à
punir cette horrible perfidie, Louis, sans se laisser arrêter par la
guerre que lui faisaient le roi d'Angleterre et le comte Thibaut,
entra furieux dans la Flandre, et fit les plus grands efforts de
courage et d'activité pour détruire avec la dernière rigueur les
exécrables auteurs du meurtre.

Il établit d'abord Guillaume le Normand, fils du comte Robert de
Normandie, comte de Flandre, parce que ce pays lui revenait par les
droits du sang; puis, arrivé à Bruges, sans se laisser arrêter par la
crainte de s'avancer dans ce pays si plein de cruautés, ni par celle
d'avoir à combattre contre la branche de la maison de Flandre qui
s'était souillée par une telle félonie, il enferma et assiégea les
assassins dans l'église et la tour; il empêcha qu'ils ne reçussent des
vivres, il les réduisit à ceux qu'ils avaient rassemblés, mais que
déjà la main de Dieu frappait de corruption et dont ils n'osaient se
servir. Après avoir souffert pendant quelque temps de la faim, des
maladies et du fer des assiégeants, ces misérables abandonnèrent
l'église et ne conservèrent que la tour, espérant qu'elle les
sauverait; mais bientôt ils désespérèrent de sauver leur vie, et leurs
chants de victoire se changèrent en cris de douleur, et leurs voix,
d'abord si hautes, ne firent plus entendre que des soupirs. Alors le
plus coupable de la bande, Bouchard, se sauva, du consentement de ses
compagnons; il espérait quitter le pays, mais il ne réussit pas, à
cause de l'énormité de son crime; arrivé dans le château de l'un de
ses amis, il y fut arrêté sur l'ordre du roi. On lui infligea un
supplice rigoureux; lié sur une roue élevée, il fut livré à la
voracité des corbeaux et des oiseaux de proie; ses yeux furent
arrachés; on le perça d'un millier de flèches et de javelots, et après
sa mort on le jeta dans un égout.

Berthold, le chef du crime commis sur le comte, essaya aussi de
s'enfuir; il erra quelque temps sans être trop poursuivi; puis il
revint poussé par son orgueil, et dit: «Qui suis-je donc et qu'ai-je
donc fait?» Pris et livré au roi, il fut condamné à une mort horrible;
on le pendit à une fourche avec un chien; quand on frappait le chien,
l'animal furieux lui mordait la figure, et quelquefois même, ce qui
fait horreur à dire, le couvrait de ses ordures. Ainsi termina sa
honteuse vie, ce Berthold, le plus misérable des misérables. Tous les
autres, que le seigneur Louis bloquait dans la tour, furent contraints
de se rendre après avoir beaucoup souffert, et furent jetés les uns
après les autres du haut de la tour, et devant leurs parents, se
brisèrent la tête. Un d'eux, Isaac, s'était caché dans un monastère et
s'était fait tondre pour éviter la mort: on le dégrada de sa qualité
de moine, et on le pendit.

Après son triomphe à Bourges, le roi se porta rapidement sur Ypres,
château très-fort, pour punir aussi Guillaume le Bâtard, fauteur de ce
perfide complot. Guillaume le Bâtard envoya des messagers aux gens de
Bruges, et les gagna à son parti par ses menaces et ses caresses; mais
pendant qu'il marchait contre le seigneur Louis avec trois cents
hommes d'armes, une partie de l'armée du roi l'attaqua, et l'autre
partie, se dirigeant par un chemin de traverse, entra dans le château
par une autre porte, et s'en empara. Maître de ce château fort, le roi
enleva ses biens à Guillaume, l'exila de Flandre, et condamna
justement à ne rien posséder en Flandre l'homme qui avait cherché à
devenir le maître de la Flandre par un crime. Ce pays ainsi lavé et en
quelque sorte rebaptisé par ces divers châtiments et par une copieuse
effusion de sang, et le comte Guillaume le Normand bien établi, le roi
revint en France, victorieux par l'aide de Dieu.

    SUGER, _Vie de Louis le Gros_.



SUGER.


En même temps que Suger gouvernait son abbaye il commandait aussi dans
le palais du roi, et remplissait ces doubles fonctions de manière que
les affaires ne l'empêchaient pas d'accomplir les devoirs du
monastère, et que le monastère ne l'empêchait jamais d'assister aux
conseils du prince. Celui-ci avait pour lui la vénération que l'on a
pour un père et le respectait comme un maître, à cause de l'élévation
et de la sagesse de ses conseils. Quand il arrivait, les prélats se
levaient par respect et lui donnaient la première place. Chaque fois
qu'à la prière du roi les évêques s'assemblaient pour délibérer sur
des affaires importantes de l'État, c'était toujours à lui qu'ils
remettaient le soin de parler en leur nom; ils n'avaient garde
d'ajouter quelque chose à ses paroles, comme dit Job, quand les flots
de son éloquence étaient tombés sur eux goutte à goutte. Les cris des
orphelins et les plaintes des veuves arrivaient par lui aux oreilles
du roi; il intervenait toujours, et commandait quelquefois pour eux.
Quel est l'opprimé ou l'homme ayant à se plaindre d'une injustice qui
n'ait pas trouvé en lui un protecteur, si toutefois sa cause était
juste. Chaque fois qu'il rendit un jugement, il ne s'écarta jamais de
l'équité, ne tint jamais compte des personnes, ne se laissa pas
séduire par des présents et ne se fit pas donner toujours la
rétribution qui lui était due. Qui ne serait pas plein d'admiration
pour son esprit, inaccessible à la cupidité, humble dans la
prospérité, calme au milieu des agitations du monde et devant les
périls, et à coup sur bien plus ferme qu'un si faible corps ne
semblait pouvoir le supporter?

Les ennemis de ce grand homme lui ont fait reproche de la bassesse de
sa naissance; mais ces aveugles et ces insensés ne pensent donc pas
que c'est un plus grand éloge, et qu'il est plus glorieux pour lui
d'avoir anobli les siens que d'être issu de parents nobles.... C'est
l'âme qui fait les nobles, et chez Suger l'âme était évidemment telle.

Quand le poids des affaires de l'État reposait sur lui, jamais une
affaire, publique ou privée, ne lui fit négliger le service de Dieu.
Soit qu'il célébrât l'office au milieu de ses religieux ou avec ses
domestiques, il ne se contentait pas, comme font certaines gens,
d'entendre chanter les psaumes, mais il était le premier à psalmodier
à haute voix où à réciter les leçons. J'ai souvent admiré en lui que
sa mémoire conservait si bien tout ce qu'il avait appris dans sa
jeunesse, que personne ne pouvait lui être comparé pour les pratiques
et les prières monastiques; on aurait cru qu'il ne savait et qu'il
n'avait jamais appris autre chose: cependant il était si instruit dans
les études libérales, que quelquefois il dissertait avec une
prodigieuse subtilité sur des sujets de dialectique ou de rhétorique,
et plus volontiers sur des questions de théologie qu'il avait tout
spécialement étudiées. Il était en effet si versé dans la connaissance
des Saintes Écritures, que jamais il n'hésitait à faire une réponse
précise, quel que fût le point sur lequel on l'interrogeait. La sûreté
de sa mémoire ne lui avait pas permis d'oublier même les poëtes
profanes; aussi récitait-il vingt et trente vers d'Horace, pourvu
qu'ils continssent quelque chose d'utile. Avec une telle finesse
d'esprit et une si bonne mémoire, ce qu'il avait une fois saisi ne
pouvait plus lui échapper.

Est-il besoin de rappeler ce que chacun sait, que de son temps il n'y
eut pas un plus grand orateur? Dans le fait, Suger était, suivant le
mot de Caton, un homme de bien habile à bien parler. Il avait une
telle grâce d'élocution en latin et dans sa langue maternelle, que
quand on l'entendait, on croyait qu'il lisait et non pas qu'il parlait
d'abondance. Il était si familier avec l'histoire, que pour quelque
roi ou prince des Français qu'on lui nommât, il en racontait tous les
actes avec rapidité et sans hésiter. Il a écrit dans un bel ouvrage
l'histoire du roi Louis le Gros; il commença aussi la vie du fils de
ce même Louis, mais la mort l'empêcha de terminer ce dernier ouvrage.
Personne ne connaissait mieux et ne pouvait raconter plus exactement
tous les faits de ces deux règnes, que celui qui avait vécu dans
l'intimité de ces deux rois, qui n'eurent rien de secret pour lui, et
sans l'avis duquel ils ne firent aucune entreprise, et en l'absence de
qui leur palais semblait vide. Il est constant qu'à partir du moment
où Suger fut admis dans les conseils du prince jusqu'à sa mort le
royaume fut dans une prospérité continuelle, étendit largement ses
limites, triompha de ses ennemis et parvint à un haut degré de
splendeur. Mais à peine fut-il mort que le sceptre de la France
ressentit gravement les inconvénients d'une telle perte; et on le voit
aujourd'hui, que ce grand conseiller manque, privé du duché
d'Aquitaine[96], l'une de ses plus importantes provinces.

  [96] Par le divorce de Louis VII, le duché d'Aquitaine resta
  entre les mains d'Eléonore, duchesse d'Aquitaine.

    GUILLAUME, _Vie de Suger_.

   Guillaume, moine de Saint-Denis, avait été le secrétaire et le
   confident de Suger. Quelques années après la mort de Suger,
   Guillaume composa, à la prière d'un autre moine, nommé Geoffroy,
   une biographie très-curieuse du grand abbé.



LA COMMUNE DE LAON.

1112.


La ville de Laon depuis longtemps était accablée d'un si grand
malheur, que personne n'y craignait Dieu ni aucun maître, et que
chacun, selon sa puissance et son caprice, remplissait la république
de meurtres et de brigandages. Les choses en étaient venues à ce point
que si le roi venait à Laon, lui qui, comme souverain, avait le droit
d'exiger le respect dû à sa dignité, lui-même était aussitôt vexé dans
ce qui lui appartenait; quand on conduisait, matin et soir, ses
chevaux à l'abreuvoir, on les enlevait violemment après avoir accablé
ses gens de coups. On avait pris l'habitude de traiter les clercs
eux-mêmes avec mépris; on n'épargnait ni leurs personnes, ni leurs
biens. Mais que dire du sort des gens du peuple? Aucun laboureur ne
pouvait entrer dans la ville ou même en approcher, sans être, à moins
d'un sauf-conduit bien en règle, jeté en prison et obligé de payer
rançon, ou bien cité en jugement sans raison.

Citons pour exemple un fait que l'on regarderait comme impie s'il se
fût passé chez les barbares, et cela au jugement même de ceux qui ne
reconnaissent aucune loi. Le samedi les paysans quittaient leur
campagne, et venaient à Laon pour acheter au marché; les gens de la
ville faisaient alors le tour de la place, portant dans des corbeilles
ou dans des écuelles des échantillons de légumes, de grains ou de
toute autre denrée, comme s'ils eussent voulu en vendre. Ils les
offraient à celui qui avait envie d'acheter de tels objets. Après que
l'acheteur s'était engagé à payer le prix convenu, le vendeur lui
disait: «Viens chez moi voir et examiner ce que je te vends. L'autre
allait, et quand ils étaient arrivés jusqu'au coffre où était la
marchandise, l'honnête vendeur levait le couvercle, disant à
l'acheteur: «Mets la tête et les bras dans le coffre, et tu verras que
toute cette marchandise est bien semblable à l'échantillon que je t'ai
montré sur la place.» Lorsque l'acheteur avait sauté sur le bord du
coffre et qu'il y était suspendu sur le ventre, la tête et les épaules
dans le coffre, l'honnête vendeur, qui était derrière, soulevait
l'imprudent paysan par les pieds, le lançait dans le coffre, et,
laissant tomber le couvercle aussitôt, le tenait dans cette prison
jusqu'à ce qu'il ait payé sa rançon. Ces actes et bien d'autres du
même genre se passaient dans la ville. Les grands et leurs gens
volaient et faisaient le brigandage publiquement et à main armée; il
n'y avait de sécurité pour quiconque se trouvait dans les rues pendant
la nuit; on était arrêté, fait prisonnier ou égorgé.

Le clergé et les grands voyant ce qui se passait et tâchant par tous
les moyens d'extorquer de l'argent aux hommes du peuple, leur firent
offrir par des députés de leur octroyer, moyennant une bonne somme, la
permission d'établir une commune. Or, voici ce qu'on entendait par ce
nom exécrable et nouveau. Tous les habitants soumis à l'obligation de
payer un certain cens devaient une seule fois dans l'année payer à
leur seigneur les obligations ordinaires de la servitude; et s'ils
commettaient quelque acte contraire à la loi, ils pouvaient se
racheter par une amende légalement fixée. A cette condition, ils
étaient entièrement affranchis de toutes les autres exactions qu'on a
coutume d'imposer aux serfs.

Les hommes du peuple saisirent cette occasion de se racheter d'une
foule de vexations, et donnèrent de grandes sommes d'argent à ces
avares, dont les mains étaient comme autant de gouffres qu'il fallait
toujours remplir; devenus plus accommodants par cette pluie d'or, ils
promirent aux gens du peuple, par serment, de respecter les
conventions que l'on venait de faire. Après que le clergé, les grands
et le peuple se furent ainsi associés pour la protection commune,
l'évêque de Laon, Gaudry[97], revint d'Angleterre apportant beaucoup
d'argent; furieux contre ceux qui avaient établi un tel changement
dans le gouvernement de la ville, il ne voulut pas d'abord y rentrer;
mais on lui offrit bientôt de fortes sommes d'or et d'argent; ses
discours emportés se calmèrent, il jura de respecter les droits de la
commune qui avait été établie sur le modèle de celles de Noyon et de
Saint-Quentin. Des dons considérables faits par les gens du peuple
engagèrent aussi le roi à confirmer et à jurer la commune par serment.

  [97] Ce Gaudry venait d'être nommé évêque, à la sollicitation du
  roi d'Angleterre; il n'était pas dans les ordres, et avait
  jusqu'alors mené la vie de soldat.

Mais qui pourra raconter les dissensions qui s'élevèrent lorsque,
après avoir reçu les présents du peuple et fait tant de serments, ces
mêmes hommes s'efforcèrent de renverser ce qu'ils avaient juré de
maintenir et essayèrent de réduire à leur condition primitive les
serfs émancipés et affranchis de toutes les violences du joug. Les
grands et l'évêque étaient pleins d'envie contre les bourgeois; si un
homme du peuple était cité en jugement, non par la volonté de Dieu,
mais par le caprice du juge, pour dire le vrai, et condamné, on lui
ravissait tout son avoir jusqu'à la ruine complète.

Les hommes chargés de frapper les monnaies, sachant bien qu'en donnant
de l'argent ils se feraient facilement pardonner leurs prévarications,
altérèrent les monnaies à tel point, qu'une foule de personnes furent
réduites à la dernière misère. Ils fabriquèrent en effet avec du
cuivre le plus vil des pièces qu'à force d'artifices ils faisaient
paraître, pour un moment, plus brillantes que l'argent. Le peuple,
ignorant et trompé, échangeait contre ces pièces ce qu'il avait de
précieux ou quelque chose ayant de la valeur. Quant au seigneur
évêque, des présents le décidaient à supporter patiemment de tels
excès; il s'ensuivit que non-seulement dans le pays de Laon, mais bien
plus loin encore, beaucoup de gens furent ruinés. L'évêque se trouva
enfin dans l'impuissance bien méritée de conserver ou de réformer sa
monnaie, dont il avait si méchamment favorisé l'altération; alors il
ordonna que les oboles d'Amiens, autre monnaie très-corrompue,
auraient cours dans la ville de Laon. Ne parvenant pas davantage à
obtenir que les bourgeois conservassent ces espèces, il ordonna enfin
que l'on frapperait de nouvelles pièces, sur lesquelles on
représenterait un bâton pastoral, pour remplacer son effigie. Mais on
se moqua de ces pièces, en secret cependant, et on les rejeta, car
elles étaient au-dessous de la monnaie la plus détestable. Chaque fois
que l'on émettait de nouvelles espèces, on rendait des édits par
lesquels il était défendu de décrier les monnaies à l'effigie de
l'évêque; il résultait de ces défenses des occasions continuelles de
traîner devant la justice les gens du peuple accusés d'avoir mal parlé
des actes de l'évêque; cette opposition servait de prétexte pour
augmenter le cens et pour multiplier les exactions. Le principal
agent de cette affaire était un moine, complétement déshonoré, nommé
Thierry et venu de Tournay, où il était né. Il avait apporté de
Flandre des lingots d'argent avec lesquels il faisait de mauvaise
monnaie de Laon, qu'il faisait circuler dans tout le pays. A l'aide de
présents, il captait la bienveillance des riches; il introduisit dans
le pays mensonge, parjure et pauvreté, et en chassa vérité, justice et
richesse. Aucune guerre, aucun pillage, aucun incendie ne firent plus
de ravages dans cette province, et cela dans le temps même où Rome
aimait le plus à se gorger de la bonne et ancienne monnaie de Laon.

L'évêque recommença bientôt contre un autre Gérard ce qu'il avait fait
en secret contre Gérard de Crécy[98], et donna alors une preuve
publique de sa cruauté. Ce Gérard était maire ou dixainier, je ne sais
pas au juste lequel des deux, de paysans appartenant à l'évêque;
l'évêque le haïssait plus que tout autre[99]; il parvint à s'emparer
de lui, le jeta dans une prison du palais épiscopal, et pendant la
nuit il lui fit arracher les yeux par un nègre de sa domesticité. Ce
crime le couvrit de honte et fit renaître les bruits sur l'assassinat
du premier Gérard. Et cependant tout le monde, clergé et peuple,
savait que les canons du concile de Toulouse, si je ne me trompe,
ordonnent aux évêques, comme aux prêtres, de s'abstenir de donner la
mort et de prononcer un jugement emportant la peine de mort ou la
perte d'un membre. Le roi apprit la nouvelle de ce crime; je ne sais
si le saint-siége en eut connaissance, mais ce qui est sûr, c'est que
le pape suspendit l'évêque de ses fonctions, et je crois que ce fut
pour cette raison. Cependant, quoique suspendu, il poussa l'iniquité
jusqu'à faire la dédicace d'une église, puis il partit pour Rome,
apaisa le pape par ses paroles et par d'autres moyens de persuasion,
et revint ayant recouvré tout son pouvoir sur nous.

  [98] Gérard, seigneur de Crécy, que l'évêque avait fait
  assassiner.

  [99] Parce qu'il était favorable à un ennemi de l'évêque.

Dieu, voyant que maîtres et sujets étaient tous coupables de la même
scélératesse, laissa éclater ses jugements; il permit que les
mauvaises passions qui se développaient depuis longtemps fissent
explosion. L'évêque fit donc venir auprès de lui quelques clercs et
quelques grands de la ville, et résolut de détruire, à la fin du
carême et pendant les saints jours de la passion de Notre-Seigneur, la
commune qu'il avait jurée et qu'il avait fait jurer au roi par ses
présents. Il pria le roi de venir pour les offices de ce temps, et la
veille du vendredi-saint, c'est-à-dire le jour de la Cène du Seigneur,
il excita le roi à se parjurer. Dans ce jour où Gaudry devait
consacrer le très-glorieux chrême, avec lequel sont oints les évêques,
il n'entra même pas dans l'église; il complotait avec les gens du roi
les moyens de décider le prince à détruire la commune et à rétablir
les choses dans l'état primitif. Les bourgeois, qui craignaient leur
ruine, promirent au roi et à ses gens 400 livres ou plus, je ne sais
pas au juste; mais l'évêque et les grands engagèrent le roi à se
mettre de leur côté, et lui promirent 700 livres. Le roi Louis (le
Gros), fils de Philippe, était tellement remarquable de sa personne
qu'il semblait créé pour la majesté du trône; brave à la guerre,
prompt en affaires, inébranlable dans l'adversité, bon en toute autre
chose, il mérite le blâme parce qu'il était trop accessible aux hommes
vils et corrompus par l'amour de l'or. La cupidité du roi le fit
s'entendre avec ceux qui lui promettaient la plus forte somme. Il
consentit, malgré ce qu'il devait à Dieu, à ce que ses serments et
ceux de l'évêque et des grands fussent violés et déclarés nuls, sans
respecter ni l'honneur ni la solennité des jours saints. Cette même
nuit le roi, redoutant le trouble que son injustice soulevait dans le
peuple, voulut coucher dans l'intérieur du palais épiscopal, et partit
au point du jour. Alors l'évêque déclara aux grands qu'ils pouvaient
se regarder comme dégagés de l'engagement de payer au roi une si forte
somme, et qu'il les délivrerait de toutes leurs promesses: «Jetez-moi,
leur dit-il, dans la prison royale si je ne tiens pas la parole que je
vous donne, et forcez-moi de payer rançon.»

La violation des traités qui avaient établi la commune de Laon
exaspéra les bourgeois; tous ceux qui avaient des fonctions cessèrent
de les remplir: savetiers et cordonniers fermèrent leurs échoppes; les
aubergistes et les cabaretiers n'exposèrent aucune marchandise; tous
savaient que dorénavant l'ardeur des maîtres pour le pillage ne
respecterait plus aucune propriété. En effet, l'évêque et les grands
se mirent à rechercher la fortune d'un chacun; et ils voulurent que
chaque bourgeois payât pour la destruction de la commune, autant qu'il
avait payé pour son établissement. Tout ce que je viens de raconter se
passa le vendredi saint; ce qui suit eut lieu le samedi saint; et
c'est ainsi que les âmes se disposèrent par l'homicide ou le parjure à
recevoir le corps et le sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ. L'évêque
et les grands pendant les jours saints n'étaient occupés que des
moyens à l'aide desquels ils pourraient enlever au peuple tout ce
qu'il possédait. Du côté du peuple, une rage de bête féroce, et non
pas la colère, soulevait les petites gens, et ils résolurent et
jurèrent tous ensemble de tuer l'évêque et ses complices. Quarante
d'entre eux, dit-on, firent ce redoutable serment; mais leur projet
transpira. Maître Anselme[100] en eut connaissance, et le soir du
samedi saint, il fit dire à l'évêque, qui allait se coucher, de ne pas
venir aux matines, parce qu'on le tuerait si on le voyait; mais
l'évêque, stupide plus qu'on ne peut le dire, s'écria: «Fi donc, de
telles gens me tueraient!» Cependant, tout en parlant de ces gens avec
un mépris affecté, il n'osa pas aller aux matines ni venir dans
l'église.

  [100] Homme, dit Guibert de Nogent, qui par sa science dans les
  lettres et par la pureté de ses mœurs était la lumière de toute
  la France. Il s'était opposé à l'élection de Gaudry.

Le lendemain il donna ordre à ses gens et à quelques soldats de cacher
des épées sous leurs vêtements et de marcher derrière lui lorsqu'il
suivrait son clergé à la procession. Pendant qu'elle défilait, il y
eut un peu de désordre, comme cela arrive quand il y a beaucoup de
foule; en ce moment, un bourgeois, sortant de dessous une voûte et
croyant que l'on commençait à exécuter le meurtre juré, se mit à crier
à plusieurs reprises, comme pour donner le signal: «Commune, commune!»
Mais parce que c'était une bonne fête, ces cris restèrent sans effet,
mais ils donnèrent des soupçons au parti opposé. Aussi, quand l'évêque
eut célébré l'office de la messe, il fit venir des terres de l'évêché
un grand nombre de paysans; les uns furent chargés de défendre les
tours de l'église, les autres de bien garder le palais; il devait
cependant bien peu compter sur ces hommes, car ils savaient bien que
l'argent promis au roi par l'évêque serait certainement payé par eux.

La coutume à Laon est que le second jour après Pâques le clergé aille
en procession faire une station à l'église de Saint-Vincent. Les
bourgeois résolurent de mettre à exécution ce jour-là leurs projets,
qui avaient été découverts la veille; mais ils ne le firent pas,
parce qu'ils ne savaient pas que tous les grands étaient avec
l'évêque. Comme on était déjà arrivé au troisième jour après Pâques,
l'évêque, rassuré, renvoya les paysans qu'il avait chargés de défendre
les tours et son palais et qu'il avait forcés d'y vivre à leurs frais.

Le cinquième jour après Pâques, dans l'après-midi, l'évêque
s'occupait, avec l'archidiacre Gauthier, de fixer les sommes qu'il
voulait faire payer aux bourgeois, quand tout à coup il se fait un
grand bruit dans la ville, où le peuple criait: «Commune, commune!»
Des bandes de bourgeois armés d'épées, de haches à deux tranchants,
d'arcs, de cognées, de massues et de lances, envahissent l'église de
la sainte Vierge-Marie, et entrent dans le palais épiscopal. A cette
nouvelle, les grands, qui avaient promis à l'évêque de venir le
secourir en cas de besoin, arrivèrent de tous côtés. Le châtelain
Guinimar, noble vieillard, de belle tournure et de mœurs pures,
s'empressa d'accourir, et traversa l'église en courant, n'ayant pour
toutes armes que sa pique et son bouclier. A peine fut-il entré dans
le vestibule du palais, qu'il reçut à la tête un coup de hache, qui
lui fut lancé par Raimbert, qui avait été son compère; il fut le
premier des grands qui fut tué. Quelque temps après, Raynier, qui
avait épousé une de mes cousines, arriva au palais; et au moment où il
cherchait à pénétrer dans la chapelle épiscopale, il reçut un coup de
lance par derrière, et tomba; son corps fut brûlé peu après, depuis la
ceinture jusqu'aux pieds, dans l'incendie du palais. Un troisième,
Adon, ardent en paroles et à l'action, mais qui à lui seul ne pouvait
lutter contre la foule des assaillants, fut attaqué au moment où il
allait entrer dans le palais; il se défendit avec vigueur, de la lance
et de l'épée, tua trois de ceux qui l'attaquaient, et monta sur une
table qui se trouvait dans la cour; mais comme il était couvert de
blessures, et surtout aux genoux, il tomba sur la table et se défendit
encore longtemps, donnant de rudes coups à ceux qui l'assiégeaient en
quelque sorte. A la fin, son corps épuisé fut traversé d'une flèche
lancée par un homme du peuple, et bientôt après réduit en cendres
pendant l'incendie qui détruisit le palais épiscopal.

La populace insolente attaquait l'évêque au milieu des clameurs les
plus affreuses. Le prélat, aidé de quelques soldats, se défendit de
son mieux en jetant des pierres et des flèches sur les assaillants;
comme autrefois, il se montrait brave et ardent au combat. Ne pouvant
espérer de repousser l'attaque du peuple, il prit les habits de l'un
de ses domestiques, se sauva dans le cellier, et s'y cacha dans un
tonneau dont un fidèle serviteur boucha l'ouverture; Gaudry s'y
croyait en sûreté. Les bourgeois courant partout cherchaient où il
pouvait être, l'appelant coquin et non pas évêque; ils saisirent un de
ses domestiques, mais ils ne purent rien en savoir; un autre leur
indiqua par un perfide signe de tête où était son maître; alors, se
ruant dans le cellier, ils firent des trous partout et découvrirent
enfin leur victime.

Il y avait un certain Teudegaud, scélérat consommé, serf de l'église
de Saint-Vincent; il avait été longtemps préposé par Enguerrand de
Coucy à la recette du péage au pont de Sourdes; il pillait souvent les
malheureux voyageurs, les dépouillait et les jetait ensuite dans la
rivière, afin de ne pas avoir à craindre leurs plaintes. Dieu seul
sait combien il commit de pareils crimes. Compter ses vols et ses
brigandages n'est possible à personne. Il portait sur son ignoble
visage, si je puis m'exprimer ainsi, l'empreinte des iniquités sans
nombre de son cœur. Disgracié par Enguerrand, il s'était jeté
aveuglément dans le parti de la commune de Laon; et comme autrefois
il n'avait eu pitié ni pour moine, ni pour clerc, ni pour étranger, ni
pour l'âge, ni pour le sexe, il prit pour lui le soin de tuer
l'évêque. Chef du complot qui s'exécutait, il s'efforçait de découvrir
la retraite du prélat, pour lequel il avait une haine qui dépassait
celle de tous ses complices.

Ces gens cherchaient donc l'évêque dans chaque tonneau, Teudegaud
s'étant arrêté devant la tonne où s'était réfugié le malheureux
Gaudry, il en fit enlever l'ouverture. Tous demandèrent qui était
caché là, et Teudegaud le frappa d'un bâton; mais le malheureux évêque
ne pouvait desserrer ses lèvres glacées de terreur, et à peine put-il
répondre: «C'est un malheureux prisonnier.» L'évêque avait coutume
d'appeler Teudegaud, en se moquant et à cause de sa figure de loup,
Isengrin, nom que quelques gens donnent ordinairement au loup; aussi
le brigand dit à l'évêque: «Ah! c'est donc le seigneur Isengrin qui
est caché dans ce tonneau.» Gaudry, qui, bien que pécheur, était
cependant l'oint du Seigneur, fut tiré du tonneau par les cheveux,
accablé de coups et traîné au grand jour dans le cul de sac du cloître
des clercs, devant la maison du chapelain Godefroi. Le malheureux
supplia ces furieux d'avoir pitié de lui; il leur promet qu'il ne sera
plus leur évêque; il s'engage à leur donner de grosses sommes d'argent
et à quitter le pays; on ne lui répond que par des injures. Un d'eux,
nommé Bernard de Bruyères, lève sa hache et fait sauter la cervelle de
la tête de cet homme sacré, quoique pécheur; avant qu'il soit tombé,
un autre conjuré lui assène un coup qui lui coupe la figure en
travers; alors il rend l'âme. Mais, non assouvis, ses meurtriers lui
brisent les os des jambes et le criblent de blessures. Teudegaud,
voyant l'anneau pastoral au doigt de celui qui tout à l'heure était
encore évêque, essaye de le prendre, et y trouvant difficulté, il
coupe avec l'épée le doigt du pauvre mort et prend l'anneau. Enfin, le
cadavre de Gaudry est dépouillé de ses vêtements et jeté nu dans un
coin, devant la maison de son chapelain; les passants lancent
d'ignobles railleries sur ce corps étendu dans la rue, et le couvrent
de terre, de pierres et de boue.

Une partie de la populace furieuse se précipita vers la maison de
Raoul, maître d'hôtel de l'évêque; c'était un homme petit, mais d'une
âme héroïque. Il avait revêtu son casque et une bonne armure, et se
préparait à résister avec énergie; mais quand il vit ses ennemis si
nombreux, il eut peur qu'ils ne missent le feu à sa maison, alors il
jeta ses armes, s'avança désarmé au milieu d'eux, et implora leur
pitié au nom de la croix; mais Dieu s'était retiré de lui: aussi on le
renversa et on le tua sans pitié.

Ce fut de la maison du trésorier, qui, par une simonie évidente, était
en même temps archidiacre, que le feu de l'incendie s'étendit en
rampant jusque sur l'église. Les murs de la cathédrale avaient été
splendidement décorés de tentures et de tapisseries en l'honneur des
fêtes qu'on célébrait en ce moment; aussitôt qu'elles furent atteintes
par le feu, des voleurs s'emparèrent de quelques-unes des tentures de
drap; les tapisseries furent brûlées. Les plaques d'or qui décoraient
l'autel, les tombeaux des saints, l'espèce de cintre qui les recouvre
et qu'on appelle couvercle, tout devint la proie des flammes. Un des
plus nobles clercs, qui s'était caché sous un de ces couvercles et
n'osait en sortir de peur de tomber au milieu des bourgeois, se vit
bientôt entouré par les flammes; il courut alors vers le siége
épiscopal, cassa avec le pied le châssis vitré qui l'entourait, sauta
en bas et s'échappa.

Le crucifix de Notre-Seigneur, richement doré et orné de pierreries,
et accompagné d'un vase de saphir placé sous les pieds de la sainte
image, fut complétement fondu; il avait beaucoup perdu de sa valeur
quand on le retira des décombres.

Il est utile de raconter ce qui arriva aux femmes des grands pendant
cette horrible sédition. L'épouse d'Adon, voyant son mari qui se
préparait à marcher au secours de l'évêque, au premier signe de la
révolte, comprit qu'une mort prochaine menaçait son mari; elle le pria
de la pardonner si par hasard il avait à se plaindre d'elle. Tous deux
se tinrent longtemps serrés dans les bras l'un de l'autre, en
sanglotant, et se donnèrent le triste baiser d'un dernier adieu, cette
femme disant à son mari: «Pourquoi m'abandonnes-tu ainsi à la fureur
des bourgeois?» Adon lui prit la main, et la passa sous son bras
gauche, tenant toujours sa lance de l'autre côté; il ordonna à son
intendant de l'accompagner et de porter son bouclier; mais celui-ci,
qui était du nombre des conjurés, non-seulement ne suivit pas son
maître, mais le poussa rudement par derrière, en l'injuriant et en
méconnaissant l'autorité de celui dont il était le serf et qu'il
venait de servir à table quelques instants auparavant. Adon parvint
cependant à protéger sa femme contre les séditieux, et la cacha dans
la demeure d'un portier de l'évêque; mais cette malheureuse femme,
quand le palais épiscopal fut attaqué et incendié, se sauva sans
savoir où elle se réfugierait. Des femmes de bourgeois, qu'elle avait
offensées, la prirent, la battirent et lui enlevèrent ses vêtements;
elle prit alors un habit de religieuse, et se sauva à l'aide de ce
déguisement dans le monastère de Saint-Vincent.

Quant à ma cousine, après le départ de son mari, abandonnant tout le
mobilier de sa maison et n'emportant que la robe qui la couvrait, elle
escalada le mur qui entourait son verger, et se réfugia dans la cabane
d'une pauvre femme qui lui fit bon accueil. Bientôt après, voyant
l'incendie se développer, cette infortunée se jeta sur la porte que la
vieille avait fermée par dehors, brisa à coups de pierre la serrure,
se revêtit de l'habit de religieuse d'une de ses parentes, s'enveloppa
d'un voile, et crut qu'elle pourrait trouver un asile dans le
monastère; mais, s'apercevant que le feu était à ce couvent, elle
revint sur ses pas, et se cacha dans une maison encore plus éloignée
du centre de la ville. Ayant appris le lendemain que ses parents la
cherchaient, elle alla vers eux, mais elle apprit alors la mort de son
mari, et son désespoir se changea en une véritable fureur. D'autres
femmes, par exemple l'épouse et les filles de Guinimar, se cachèrent
dans les retraites les plus misérables; plusieurs autres firent de
même.

L'archidiacre Gautier était, avons-nous dit, avec l'évêque lorsqu'on
attaqua le palais; comme il avait toujours jeté de l'huile sur le feu,
il sauta par une fenêtre dans le verger, escalada le mur, se sauva par
des chemins de traverse au milieu des vignes, la tête nue, et gagna le
château de Montaigu. Les bourgeois, qui ne le trouvaient pas, disaient
en se moquant de lui, que la peur l'avait fait sauver dans les égouts.
L'épouse de Roger, seigneur de Montaigu, qui se nommait Hermengarde,
était ce jour-là à la ville, parce que son mari avait succédé, je
crois, à Gérard dans les fonctions de châtelain de l'abbaye;
Hermengarde et la femme de Raoul, maître d'hôtel de l'évêque, se
couvrirent d'habits de religieuse, et se réfugièrent dans le monastère
de Saint-Vincent. Le fils de Raoul, à peine âgé de six ans, ne fut
pas si heureux: un homme l'emportait sous son manteau pour le sauver,
lorsqu'un de ces méchants rebelles le rencontra, le força de lui
montrer ce qu'il tenait caché sous sa cape et tua le pauvre enfant
dans les bras mêmes du fidèle serviteur.

Pendant le jour de la rébellion, et toute la nuit qui suivit, clercs,
femmes et tous autres fuyards s'échappèrent au travers des vignes; on
n'hésitait pas à revêtir les hommes d'habits de femme, et les femmes
d'habits d'homme. Le feu faisait de tels progrès et le vent jetait les
flammes avec tant de force sur le monastère de Saint-Vincent, que les
moines craignaient avec raison de voir l'incendie consumer tout ce
qu'ils possédaient. Pour ceux qui s'étaient réfugiés dans le
monastère, ils étaient pleins de terreur, comme si les épées fussent
déjà sur leur tête.

Gui, l'archidiacre et trésorier, ne se trouva pas par bonheur à Laon
quand éclata la révolte; il était allé, avant les fêtes de Pâques, à
Sainte-Marie de Versigny, pour y faire ses dévotions; aussi les
meurtriers déploraient spécialement son absence.

L'évêque et les principaux seigneurs massacrés, les bourgeois
attaquèrent les maisons de tous ceux qui vivaient encore. Pendant
toute la nuit ils bloquèrent la maison de Guillaume, fils de cet
Haduin qui, loin de comploter la mort de Gérard, avait été dès le
matin prier à l'église avec ce malheureux qu'on allait assassiner. Les
rebelles employaient toutes leurs forces à jeter bas les murs de sa
maison, en se servant du feu, de pioches, de haches et de crocs; les
assiégés résistaient énergiquement, mais enfin Guillaume fut obligé de
se rendre. Par un miracle du Tout-Puissant, les bourgeois ne lui
firent aucun mal, et se contentèrent de le mettre aux fers, et
cependant ils le haïssaient plus que tout autre. Ils se conduisirent
de même avec le fils de ce châtelain. Il y avait chez ce Guillaume un
jeune homme, appelé aussi Guillaume, qui était domestique de l'évêque
et qui prit une part active à la défense de cette maison. Quand les
bourgeois l'eurent prise, quelques-uns lui demandèrent s'il savait si
l'évêque était mort ou non; il leur dit qu'il ne le savait pas; enfin,
une partie des insurgés avait massacré l'évêque, les autres avaient
enlevé d'assaut le palais et ne savaient pas ce qui s'était passé
ailleurs. En allant çà et là, ils rencontrèrent enfin le cadavre de
Gaudry, et ordonnèrent à Guillaume de leur dire à quel signe ils
pourraient reconnaître si le corps qui était étendu par terre était
celui de l'évêque. La tête et le visage de ce malheureux étaient
tellement criblés de blessures et défigurés, qu'on ne distinguait plus
aucun de ses traits. Le jeune Guillaume leur dit: «Quand l'évêque
vivait, il me souvient qu'il se plaisait à raconter des faits de
guerre, pour lesquels il eut toujours trop de penchant, pour son
malheur; il disait souvent qu'un jour, dans un simulacre de combat, au
moment où monté sur son cheval il attaquait en plaisantant un
chevalier, celui-ci le blessa avec sa pique au dessous du cou, vers le
gosier.» Ils cherchèrent alors, et trouvèrent en effet la cicatrice.

L'abbé de Saint-Vincent, Adalbéron, ayant appris la mort de l'évêque,
voulut aller à l'endroit où l'on avait commis le crime; il renonça à
ce projet, parce qu'on l'assura que s'il osait se montrer au peuple
furieux, il serait infailliblement tué comme l'évêque. Tous ceux qui
furent témoins de ces troubles assurent que le jour où ils
commencèrent ne fit qu'un avec le jour suivant, qu'il n'y eut pas de
nuit entre les deux journées, et que nulle apparence d'obscurité ne
fit croire que le soleil s'était couché. Quand je leur disais que
c'était la clarté des flammes qui en avait été la cause, ils
affirmaient, ce qui était vrai, que dès le premier jour l'incendie
avait été arrêté. Un fait certain, c'est que le feu fit de tels
ravages dans le monastère des filles du Seigneur, que plusieurs
religieuses furent entièrement brûlées.

Tous ceux qui passaient près du cadavre de l'évêque, étendu par terre,
ne manquaient pas de jeter dessus quelque ordure et de l'accabler
d'injures et de malédictions; personne ne pensait à l'enterrer. Maître
Anselme, qui le jour de l'émeute s'était bien caché, supplia le
lendemain les rebelles de permettre qu'on donnât la sépulture à
Gaudry, qui, après tout, avait porté le titre et les insignes
d'évêque. Ils y consentirent, mais avec peine. Le corps de l'évêque,
traité avec autant de mépris qu'on en aurait eu pour un chien, était
resté étendu dans la poussière et tout nu. Anselme le fit relever,
couvrir d'un drap et porter à Saint-Vincent. On ne saurait dire
quelles insultes et quelles menaces on prodigua à ceux qui firent les
funérailles de l'évêque, et quelles injures outrageantes furent
adressées à son corps. Quand le corps fut arrivé à l'église, on ne fit
aucune des prières et des cérémonies prescrites pour l'enterrement,
non pas d'un évêque, mais du dernier des chrétiens. On jeta son
cadavre dans une fosse à moitié creusée; on le pressa tellement sous
une planche si étroite que le ventre faillit crever. Ceux qui lui
donnaient la sépulture n'étaient pas bien disposés pour lui, et les
assistants les poussaient encore par leurs discours à traiter ces
restes aussi indignement que possible. Le jour de son enterrement, les
moines de Saint-Vincent ne célébrèrent pour lui aucune messe dans leur
église; que dis-je ce jour-là? il en fut de même pendant longtemps, et
ces religieux tremblaient pour ceux qui étaient venus leur demander
un asile aussi bien que pour eux-mêmes.

On vit peu de temps après, ce qui est bien triste à raconter, la femme
et les filles du châtelain Guinimar, malgré leur grande naissance,
obligées d'emporter elles-mêmes son cadavre dans une charrette, que
les unes traînaient et que les autres poussaient. Quelque temps après,
on retrouva dans quelque coin la partie inférieure du corps de
Raynier, dont le feu avait détruit la partie supérieure; ces débris
furent mis sur une planche entre deux roues, et emmenés ainsi par un
paysan de ses terres et une jeune fille noble de sa famille. On montra
à l'enterrement de ces deux hommes beaucoup plus de compassion qu'à
celui de l'évêque; ainsi, comme le dit le livre des Rois, le jugement
de Dieu leur fut favorable, afin que leur mort fût un objet de pitié
pour tous les hommes honnêtes. En effet, ils ne s'étaient jamais
montrés méchants dans aucune circonstance, et ils n'avaient pas
pactisé avec les assassins de Gérard. On ne parvint que longtemps
après ces journées de révolte et d'incendie à retrouver quelques
débris du corps d'Adon, et on les enveloppa dans un petit morceau de
drap jusqu'au moment où l'archevêque de Reims vint à Laon pour
purifier l'église. Ce prélat étant allé au monastère de Saint-Vincent,
célébra d'abord une messe solennelle pour la mémoire de l'évêque et de
ceux de son parti qui avaient été tués. Ce même jour, on enterra
plusieurs victimes de l'insurrection, et la vieille mère du maître
d'hôtel Raoul apporta son corps et celui de son fils, tué encore
enfant; on plaça sur la poitrine du père le cadavre de l'enfant, on
leur donna sans beaucoup de cérémonie la sépulture.

Le sage et vénérable archevêque, après avoir fait placer plus
convenablement les restes de quelques-uns des morts, et célébré la
messe en mémoire de tous, et au milieu des sanglots de leurs parents,
suspendit un instant l'office divin pour parler sur ces abominables
institutions de communes, où l'on voit, contre toute justice et tout
droit, les serfs secouer la légitime autorité de leurs seigneurs.
«Serviteurs, dit l'archevêque, l'apôtre[101] a écrit que vous soyez
soumis respectueusement à vos maîtres;» et pour que les serviteurs ne
puissent justifier leurs révoltes par la dureté et l'avarice de leurs
maîtres, écoutez encore ces autres paroles de l'apôtre: «Soyez soumis
non-seulement aux maîtres bons et doux, mais même à ceux qui sont durs
et méchants.» Aussi les canons lancent-ils l'anathème contre ceux qui,
sous prétexte de religion, excitent les serviteurs à désobéir à leurs
maîtres ou à s'enfuir en quelque lieu que ce soit, et à plus forte
raison à leur résister par la force. Aussi c'est ce principe qui fait
qu'on ne doit recevoir ni dans la cléricature, ni dans les ordres
sacrés, ni dans aucun ordre de moines, que des hommes libres; et si on
reçoit par hasard un serf, on ne doit pas le garder contre la volonté
de son maître lorsqu'il le réclame.» L'archevêque fit valoir souvent
ces raisons dans les discussions qui eurent lieu soit devant le roi,
soit dans les assemblées publiques. Mais en parlant de ces faits nous
avons dérangé l'ordre du récit; il faut revenir maintenant à la suite
des événements.

  [101] Épître de Saint-Pierre, ch. 2, v. 18.

Les bourgeois avaient enfin réfléchi sur le nombre et l'horreur des
crimes qu'on venait de commettre; ils commençaient à avoir peur, et
craignaient le jugement du roi. Cela produisit que ces hommes, au lieu
de chercher un remède à leurs malheurs, ajoutèrent un nouveau mal à
leurs maux anciens; ils se décidèrent d'appeler à leur secours, pour
les défendre contre la vengeance du roi, Thomas de Coucy[102]. Ce
Thomas dès sa jeunesse détroussait les pauvres et les pélerins; il
avait contracté plusieurs mariages incestueux, et il était parvenu à
une grande puissance, bien dangereuse pour tous les faibles. La
férocité de ce Thomas est tellement incroyable dans notre siècle, que
quelques gens même des plus cruels sont plus avares du sang de vils
bestiaux que Thomas ne l'est du sang des hommes. Il n'est pas
satisfait de tuer avec l'épée et de commettre son crime tout d'un
coup, comme font les autres; il soumet ses victimes à d'horribles
supplices. S'il voulait forcer les prisonniers, de quelque rang qu'il
fussent, à se racheter, il les pendait par les pouces ou par d'autres
parties du corps, et leur chargeait les épaules d'une grosse pierre
pour augmenter encore leur poids; et se promenant au-dessous de ces
malheureux, s'ils refusaient de payer ce qu'il exigeait, il les
frappait avec fureur à coups de bâton jusqu'à ce qu'ils cédassent ou
qu'ils mourussent dans d'affreuses souffrances.

  [102] Seigneur de Marle.

Personne ne sait combien il a fait mourir de gens dans ses cachots par
la faim, la pourriture et les tortures. Il y a deux ans, il allait sur
la montagne de Soissons secourir quelqu'un contre les paysans
révoltés; trois de ces paysans se cachèrent dans une caverne; il
arriva à l'entrée, enfonça sa lance dans la bouche de l'un de ces
hommes, et le fer traversant le corps tout entier sortit par le
fondement. Il tua ensuite les deux autres. Un jour, un de ses
prisonniers ne pouvant marcher, à cause d'une blessure, Thomas lui
demanda pourquoi il ne s'en allait pas; et sur sa réponse qu'il ne
pouvait pas le faire, attends, dit Thomas, tu vas marcher plus vite.
Alors il saute à bas de son cheval, et coupe les pieds à ce pauvre
homme, qui en mourut incontinent. A quoi sert-il d'ailleurs de
raconter de pareilles abominations? Nous allons avoir à en raconter
bien d'autres. Revenons donc à notre sujet.

Tel était l'homme que les bourgeois, pour compléter leurs malheurs,
mirent à leur tête, et dont ils implorèrent la protection pour les
défendre contre le roi, et auquel ils firent un joyeux accueil quand
il entra dans la ville. Après qu'il eut écouté leurs demandes, il tint
conseil avec les siens sur ce qu'il devait faire, et tous lui
répondirent qu'il n'avait pas assez de forces pour défendre une telle
ville contre le roi. Thomas lui-même n'osa pas annoncer cette décision
à ces bourgeois frénétiques, tant qu'il était dans la ville; il les
engagea donc à sortir et à venir dans un champ, et il leur dit que
quand ils seraient là, il leur ferait connaître sa décision. A un
mille de la ville, il leur dit: «Laon est la tête du royaume; je ne
suis pas en état de défendre cette ville contre le roi; si vous le
redoutez, suivez-moi dans ma terre, vous trouverez en moi un
défenseur.» Consternés par ces paroles, mais troublés par le souvenir
de leurs crimes, les bourgeois, croyant voir déjà le roi à leurs
trousses, suivirent Thomas. Teudegaud, l'assassin de l'évêque, qui
quelque temps auparavant frappait de l'épée les lambris et les voûtes
de l'église de Saint-Vincent et sondait les cellules des moines pour y
trouver quelque fugitif à tuer, et qui, portant à son doigt l'anneau
de l'évêque, se posait comme le chef de la ville, Teudegaud n'osa
revenir en ville avec ses complices, et alla aussi dans la seigneurie
de Thomas. On doit dire cependant que Thomas délivra plusieurs
prisonniers, entre autres Guillaume fils de Haduin, qui était resté
étranger au meurtre de Gérard.

Cependant la renommée répandit bientôt parmi les serfs et les paysans
du voisinage de Laon la nouvelle que la ville était presque déserte;
aussitôt ils se soulèvent, envahissent cette ville abandonnée, et
s'emparent des maisons que l'on ne défend point. Gui[103] et
Enguerrand[104] apprirent bientôt que Thomas avait abandonné Laon et
emmené le peuple avec lui; ils allèrent à la ville, et trouvèrent les
maisons vides d'habitants, mais non de richesses; ils pillèrent
l'argent, les vêtements et les provisions de toutes espèces qu'ils
trouvèrent. Les paysans de Montaigu, de Pierrepont, de La Fère étaient
arrivés avant les gens de Coucy et avaient déjà mis la ville au
pillage; ils avaient emporté des masses de butin, et cependant ceux
qui vinrent après se vantaient qu'ils avaient tout trouvé intact. Le
vin et le blé ne valaient pas plus à leurs yeux qu'une de ces choses
que l'on trouve par terre par hasard; ces pillards n'avaient pas
l'idée d'emporter ces denrées; ils les gaspillaient à tort et à
travers. Puis des querelles éclatèrent entre eux pour le partage du
butin; tout ce que les petits avaient pris leur fut enlevé par les
grands; si deux hommes en rencontraient un troisième isolé, ils le
dépouillaient; enfin l'état de la ville était vraiment lamentable. Les
bourgeois qui avaient suivi Thomas avaient, avant de partir, détruit
et brûlé les maisons des clercs et des grands qui étaient leurs
ennemis. Maintenant c'était le tour des grands échappés au massacre;
ils enlevaient des maisons des bourgeois émigrés vivres, meubles,
gonds et verroux.

  [103] Gendre du suivant.

  [104] Seigneur de Coucy et père de Thomas de Coucy.

Il n'y avait pas de sûreté même pour un moine; s'il voulait entrer ou
sortir de la ville, il courait le risque qu'on lui volât son cheval,
qu'on le dépouillât de ses vêtements et de rester absolument nu. Les
innocents et les coupables s'étaient réfugiés au monastère de
Saint-Vincent avec leurs richesses. Combien de fois, ô mon Dieu, ceux
qui en voulaient à la personne de ces malheureux, plus encore qu'à
leurs trésors, menacèrent-ils les religieux de leurs épées! C'est ce
que fit Guillaume, fils de Haduin. Dans ce moment, il trouva un homme,
son compère, auquel il avait promis sûreté pour sa vie et ses membres,
et qui sur cela s'était livré à lui de bonne foi. Mais Guillaume,
oubliant que le Seigneur l'avait sauvé de la mort, permit aux
serviteurs de Guinimar et de Raynier, que l'on avait tués dans
l'insurrection, de prendre cet homme et de le faire périr; le fils du
susdit châtelain fit alors attacher le malheureux par les pieds à la
queue d'un cheval, et bientôt sa cervelle s'échappa de toutes parts;
puis on le porta au gibet. Il s'appelait Robert, surnommé le mangeur;
il était riche, mais honnête homme. On pendit l'intendant d'Adon, dont
j'ai parlé plus haut, qui s'appelait, je crois, Éverard, et qui,
mauvais serviteur, trahit son maître le jour même où il venait de
manger avec lui. Beaucoup d'autres périrent dans les supplices. Il
serait d'ailleurs impossible de raconter en détail les violences
cruelles que l'on exerça des deux côtés sur les auteurs comme sur les
victimes de cette sédition.

    GUIBERT DE NOGENT, _Mémoires sur sa vie_.



CHARTE DE LA COMMUNE DE LAON.

_Établissement de la paix._

1128.


Au nom de la sainte et indivisible Trinité, Amen. Louis, par la grâce
de Dieu, roi des Français[105], voulons faire connaître à tous nos
fidèles, tant futurs que présents, le suivant établissement de paix
que, de l'avis et du consentement de nos grands et des citoyens de
Laon, nous avons institué à Laon, lequel s'étend depuis l'Ardon
jusqu'à la Futaie, de telle sorte que le village de Luilly et toute
l'étendue des vignes et de la montagne soient compris dans ces
limites:

1º Nul ne pourra sans l'intervention du juge arrêter quelqu'un pour
quelque méfait, soit libre, soit serf. S'il n'y a point de juge
présent, on pourra sans forfaiture retenir (le prévenu) jusqu'à ce
qu'un juge vienne, ou le conduire à la maison du justicier, et
recevoir satisfaction du méfait selon qu'il sera jugé.

2º Si quelqu'un a fait, de quelque façon que ce soit, quelque injure à
quelque clerc, chevalier ou marchand, et si celui qui a fait l'injure
est de la ville même, qu'il soit cité dans l'intervalle de quatre
jours, vienne en justice devant le maire et les jurés, et se justifie
du tort qui lui est imputé, ou le répare selon qu'il sera jugé. S'il
ne veut pas le réparer, qu'il soit chassé de la ville, avec tous ceux
qui sont de sa famille propre (sauf les mercenaires, qui ne seront pas
forcés de s'en aller avec lui, s'ils ne le veulent pas), et qu'on ne
lui permette pas de revenir avant d'avoir réparé le méfait par une
satisfaction convenable.

  [105] Louis VI.

S'il a des possessions, en maisons ou en vignes, dans le territoire de
la cité, que le maire et les jurés demandent justice de ce malfaiteur
ou aux seigneurs (s'il y en a plusieurs) dans le district desquels
sont situées ses possessions, ou bien à l'évêque, s'il possède un
alleu; et si, assigné par les seigneurs ou l'évêque, il ne veut pas
réparer sa faute dans la quinzaine, et qu'on ne puisse avoir justice
de lui, soit par l'évêque, soit par le seigneur dans le district
duquel sont ses possessions, qu'il soit permis aux jurés de dévaster
et de détruire tous les biens de ce malfaiteur.

Si le malfaiteur n'est pas de la cité, que l'affaire soit rapportée à
l'évêque; et si, sommé par l'évêque, il n'a pas réparé son méfait dans
la quinzaine, qu'il soit permis au maire et aux jurés de poursuivre
vengeance de lui comme ils le pourront.

3º Si quelqu'un amène sans le savoir dans le territoire de
l'établissement de paix un malfaiteur chassé de la cité, et s'il
prouve par serment son ignorance, qu'il remmène librement le dit
malfaiteur, pour cette seule fois; s'il ne prouve pas son ignorance,
que le malfaiteur soit retenu jusqu'à pleine satisfaction.

4º Si par hasard, comme il arrive souvent, au milieu d'une rixe entre
quelques hommes, l'un frappe l'autre du poing ou de la paume de la
main, ou lui dit quelque honteuse injure, qu'après avoir été convaincu
par de légitimes témoignages, il répare son tort envers celui qu'il a
offensé, selon la loi sous laquelle il vit, et qu'il fasse
satisfaction au maire et aux jurés pour avoir violé la paix.

Si l'offensé refuse de recevoir la réparation, qu'il ne lui soit plus
permis de poursuivre aucune vengeance contre le prévenu, soit dans le
territoire de l'établissement de paix, soit en dehors; et s'il vient à
le blesser, qu'il paye au blessé les frais de médecin pour guérir la
blessure.

5º Si quelqu'un a contre un autre une haine mortelle, qu'il ne lui
soit pas permis de le poursuivre quand il sortira de la cité, ni de
lui tendre des embûches quand il y rentrera. Que si, à la sortie ou à
la rentrée, il le tue ou lui coupe quelque membre, et qu'il soit
assigné pour cause de poursuite ou d'embûches, qu'il se justifie par
le jugement de Dieu. S'il l'a battu ou blessé hors du territoire de
l'établissement de paix, de telle sorte que la poursuite ou les
embûches ne puissent être prouvées par le témoignage d'hommes dudit
territoire, il lui sera permis de se justifier par serment. S'il est
trouvé coupable, qu'il donne tête pour tête et membre pour membre, ou
qu'il paye pour sa tête ou selon la qualité du membre un rachat
convenable à l'arbritage du maire et des jurés.

6º Si quelqu'un veut intenter contre quelque autre une plainte
capitale, qu'il porte d'abord sa plainte devant le juge dans le
district duquel sera trouvé le prévenu. S'il ne peut en avoir justice
par le juge, qu'il porte au seigneur dudit prévenu, s'il habite dans
la cité, ou à l'officier dudit seigneur, si celui-ci habite hors de la
cité, plainte contre son homme. S'il ne peut en avoir justice ni par
le seigneur ni par son officier, qu'il aille trouver les jurés de la
paix, et leur montre qu'il n'a pu avoir justice de cet homme, ni par
son seigneur ni par l'officier de celui-ci; que les jurés aillent
trouver le seigneur, s'il est dans la cité, et sinon son officier, et
qu'ils lui demandent instamment de faire justice à celui qui se plaint
de son homme; et si le seigneur ou son officier ne peuvent en faire
justice ou le négligent, que les jurés cherchent un moyen pour que le
plaignant ne perde pas son droit.

7º Si quelque voleur est arrêté, qu'il soit conduit à celui dans la
terre de qui il a été pris; et si le seigneur de la terre n'en fait
pas justice, que les jurés la fassent.

8º Les anciens méfaits qui ont eu lieu avant la destruction de la
ville, ou l'institution de cette paix, sont absolument pardonnés, sauf
treize personnes, dont voici les noms: Foulques, fils de Bomard; Raoul
de Capricion; Hamon, homme de Lebert; Payen Seille; Robert; Remy Bunt;
Maynard Dray; Raimbauld de Soissons; Payen Hosteloup; Anselle
Quatre-Mains; Raoul Gastines; Jean de Molriem; Anselle, gendre de
Lebert. Excepté ceux-ci, si quelqu'un de la cité, chassé pour
d'anciens méfaits, veut revenir, qu'il soit remis en possession de
tout ce qui lui appartient et qu'il prouvera avoir possédé et n'avoir
ni vendu ni mis en gage.

9º Nous ordonnons aussi que les hommes de condition tributaire payent
le cens, et rien de plus, à leurs seigneurs, et s'ils ne le payent pas
au temps convenu, qu'ils soient soumis à l'amende suivant la loi sous
laquelle ils vivent. Qu'ils n'accordent que volontairement quelque
autre chose à la demande de leurs seigneurs; mais qu'il appartienne à
leurs seigneurs de les mettre en cause pour leurs forfaitures et de
tirer d'eux ce qui sera jugé.

10º Que les hommes de la paix, sauf les serviteurs des églises et des
grands qui sont de la paix, prennent des femmes dans toute condition
où ils pourront. Quant aux serviteurs des églises qui sont hors des
limites de cette paix, ou des grands qui sont de la paix, il ne leur
est pas permis de prendre des épouses sans le consentement de leurs
seigneurs.

11º Si quelque personne vile et déshonnête insulte, par des injures
grossières, un homme ou une femme honnête, qu'il soit permis à tout
prud'homme de la paix, qui surviendrait, de la tancer, et de réprimer,
sans méfait, son importunité par un, deux ou trois soufflets. S'il est
accusé de l'avoir frappé par vieille haine, qu'il lui soit accordé de
se purger, en prêtant serment, qu'il ne l'a point fait par haine, mais
au contraire pour l'observation de la paix et de la concorde.

12º Nous abolissons complétement la mainmorte[106].

  [106] Droit féodal en vertu duquel les serfs ne pouvaient pas
  disposer de leurs biens.

13º Si quelqu'un de la paix, en mariant sa fille, ou sa petite-fille,
ou sa parente, lui a donné de la terre ou de l'argent, et si elle
meurt sans héritier, que tout ce qui restera de la terre ou de
l'argent à elle donné retourne à ceux qui l'ont donné ou à leurs
héritiers. De même si un mari meurt sans héritier, que tout son bien
retourne à ses parents, sauf la dot qu'il avait donnée à sa femme.
Celle-ci gardera cette dot pendant sa vie, et après sa mort la dot
même retournera aux parents de son mari. Si le mari ni la femme ne
possèdent de biens immeubles, et si, gagnant par le négoce, ils ont
fait fortune et n'ont point d'héritiers, à la mort de l'un toute la
fortune restera à l'autre. Et si ensuite ils n'ont points de parents,
ils donneront deux tiers de leur fortune en aumônes pour le salut de
leurs âmes, et l'autre tiers sera dépensé pour la construction des
murs de la cité.

14º En outre, que nul étranger, parmi les tributaires des églises ou
des chevaliers de la cité, ne soit reçu dans la présente paix sans le
consentement de son seigneur. Que si par ignorance quelqu'un est reçu
sans le consentement de son seigneur, que dans l'espace de quinze
jours il lui soit permis d'aller sain et sauf, sans forfaiture, où il
lui plaira, avec tout son avoir.

15º Quiconque sera reçu dans cette paix, devra, dans l'espace d'un an,
se bâtir une maison ou acheter des vignes, ou apporter dans la cité
une quantité suffisante de son avoir mobilier, pour pouvoir satisfaire
à la justice, s'il y avait par hasard quelque sujet de plainte contre
lui.

16º Si quelqu'un nie avoir entendu le ban de la cité, qu'il le prouve
par le témoignage des échevins, ou se purge en élevant la main en
serment.

17º Quant aux droits et coutumes que le châtelain prétend avoir dans
la cité, s'il peut prouver légitimement, devant la cour de l'évêque,
que ses prédécesseurs les ont eues anciennement, qu'il les obtienne de
bon gré; s'il ne le peut, non.

18º Nous avons réformé ainsi qu'il suit les coutumes par rapport aux
tailles[107]. Que chaque homme qui doit les tailles paye, aux époques
où il les doit, quatre deniers; mais qu'il ne paye en outre aucune
autre taille; à moins cependant qu'il n'ait hors des limites de cette
paix quelque autre terre devant taille, à laquelle il tienne assez
pour payer la taille à raison de la dite possession.

  [107] Impôts levés par les seigneurs sur les biens des serfs.

19º Les hommes de la paix ne seront point contraints à aller au
plaid[108] hors de la cité. Que si nous avions quelque sujet de
plainte contre quelques-uns d'eux, justice nous serait rendue par le
jugement des jurés. Que si nous avions sujet de plainte contre tous,
justice nous serait rendue par le jugement de la cour de l'évêque.

  [108] En latin, _placitum_, assises, tribunal; d'où _plaider_ et
  ses dérivés.

20º Que si quelque clerc commet un méfait dans les limites de la
paix, s'il est chanoine, que la plainte soit portée au doyen et qu'il
rende justice. S'il n'est pas chanoine, justice doit être rendue par
l'évêque, l'archidiacre ou leurs officiers.

21º Si quelque grand du pays fait tort aux hommes de la paix, et,
sommé, ne veut pas leur rendre justice, si ces hommes sont trouvés
dans les limites de la paix, qu'eux et leurs biens soient saisis, en
réparation de cette injure, par le juge dans le territoire de qui ils
auront été pris, afin que les hommes de la paix conservent ainsi leurs
droits et que le juge lui-même ne soit pas privé des siens.

22º Pour ces bienfaits donc et d'autres encore, que par une bénignité
royale nous avons accordée à ces citoyens, les hommes de cette paix
ont fait avec nous cette convention, savoir: que, sans compter notre
cour royale, les expéditions et le service à cheval qu'ils nous
doivent, ils nous fourniront trois fois dans l'année un gîte, si nous
venons dans la cité; et que si nous n'y venons pas, ils nous payeront
en place 20 livres.

23º Nous avons donc établi toute cette constitution, sauf notre droit,
le droit épiscopal et ecclésiastique, et celui des grands qui ont
leurs droits légitimes et distincts dans les confins de cette paix; et
si les hommes de cette paix enfreignaient en quelque chose notre
droit, celui de l'évêque, des églises et des grands de la cité, ils
pourraient racheter sans forfaiture, par une amende, dans l'espace de
quinze jours, leur infraction.

   _Ordonnance de Louis VI_, traduite du latin par M. GUIZOT, dans
   son _Cours de l'histoire de la civilisation en France_.



PRISE D'ÉDESSE PAR ZENGUI, SULTAN DE MOSSOUL.

1145.


Zengui parut devant Édesse[109] un mardi 28 de novembre. Son camp fut
dressé près de la porte des Heures, vers l'église des Confesseurs.
Sept machines furent élevées contre la ville. Dans ce danger, les
habitants, grands et petits, sans excepter les moines, accoururent sur
les remparts, et combattirent avec courage; les femmes mêmes s'y
rendirent, apportant aux guerriers des pierres, de l'eau et des
vivres. Cependant l'ennemi avait creusé sous terre jusqu'à la ville;
les assiégés creusèrent aussi de leur côté, et pénétrant dans la mine
opposée, y tuèrent les travailleurs. Mais déjà deux tours étaient
entièrement minées. Comme elles étaient près de s'écrouler, Zengui le
fit savoir aux assiégés en disant: «Prenez deux hommes d'entre nous en
otage; vous enverrez deux des vôtres, et ils se convaincront par
eux-mêmes de l'état des choses. Il vaut mieux vous rendre, et ne pas
attendre d'être soumis de force et d'être exterminés.» Cet avis fut
méprisé. Celui qui commandait dans Édesse pour les Francs, attendant
d'un moment à l'autre l'arrivée de Josselin et du roi de Jérusalem,
rejeta avec dédain la proposition de Zengui. Alors l'ennemi mit le
feu aux poutres qui soutenaient les tours, et elles s'écroulèrent. Au
bruit qui en retentit, les habitants et les évêques accoururent sur la
brèche pour arrêter l'ennemi. Mais pendant qu'ils défendaient cet
endroit, les Turcs trouvèrent les remparts dégarnis et forcèrent la
ville. Alors les habitants quittèrent la brèche et coururent à la
citadelle. A partir de ce moment, quelle bouche ne se fermerait,
quelle main ne reculerait d'effroi, si elle voulait raconter ou
décrire les malheurs qui durant trois heures accablèrent Édesse. On
était au samedi 3 de janvier. Le glaive des Turcs s'abreuva du sang
des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des prêtres, des
diacres, des religieux, des religieuses, des vierges, des époux, des
épouses. Hélas! chose horrible à dire, la ville d'Abgare, ami du
Messie[110], fut foulée aux pieds pour nos péchés! O déplorable
condition humaine! Les pères restèrent sans pitié pour leurs enfants,
les enfants pour leurs pères; les mères furent insensibles pour le
fruit de leurs entrailles; tous couraient au haut de la montagne vers
la citadelle. Quand les prêtres en cheveux blancs, qui portaient les
châsses des saints martyrs, virent luire les signes du jour de colère,
du jour dont un prophète a dit: J'éprouverai le courroux céleste parce
que j'ai péché, ils s'arrêtèrent tout court, et ne cessèrent
d'adresser leurs voix à Dieu jusqu'à ce que le glaive des Turcs leur
eût ôté la parole. Plus tard, on retrouva leurs corps en habits
sacerdotaux teints de sang. Il y eut cependant quelques mères qui
rassemblèrent leurs enfants autour d'elles, comme la poule appelle ses
petits, et qui attendirent de périr tous ensemble par l'épée, ou
d'être à la fois menés en servitude. Ceux qui avaient couru vers la
citadelle n'y purent entrer. Les Francs qui la gardaient refusèrent
d'ouvrir les portes, et attendirent que leur chef, qui était à la
brèche, fût revenu. Il arriva enfin, mais trop tard, et lorsque des
milliers de personnes avaient été étouffées aux portes. En vain
voulut-il s'ouvrir un chemin; il ne put passer outre, à cause des
cadavres entassés sur son passage, et fut tué à la porte même d'un
coup de flèche. Enfin Zengui, touché des maux qui accablaient Édesse,
ordonna de remettre l'épée dans le fourreau. L'évêque Basile avait été
garrotté par les Turcs, traîné nu et sans chaussure. Zengui le vit, et
se sentit du respect pour lui; il lui demanda qui il était. Quand il
sut que c'était le métropolitain, il lui fit donner des habits, et le
conduisit à sa tente. Ensuite, il lui fit des reproches de ce qu'on
n'avait point, par une prompte soumission, sauvé ce peuple infortuné.
L'évêque répondit: «C'est la divine Providence qui te réservait une si
grande conquête, afin de rendre ton nom grand et illustre parmi les
rois, et pour que nous autres misérables nous pussions contempler la
face de notre maître, sans crainte, car nous n'avons point violé de
parole, nous n'avons point enfreint de serment.» Zengui fut touché de
ces paroles, et reprit: «C'est bien répondu, ô métropolite! oui, Dieu
et les hommes honorent ceux qui gardent leurs serments et qui sont
fidèles à leur foi jusqu'à la mort.» La garnison de la citadelle se
rendit deux jours après, et se retira la vie sauve. Les Turcs
massacrèrent tous les Francs qu'ils purent atteindre, mais ils
respectèrent les Syriens et les Arméniens.

  [109] Édesse, comme le remarque Ibn-Alatir (l'historien de
  Zengui), avait acquis sous la domination des Francs une grande
  puissance. Les chrétiens avaient envahi presque tout le nord de
  la Mésopotamie, portant leurs courses dans les lieux éloignés
  comme dans les lieux proches..... Tout ce pays appartenait à
  Josselin. C'est par ses conseils que les Francs se dirigeaient;
  ils l'avaient choisi pour chef de leurs armées, à cause de son
  courage et de son adresse. Depuis longtemps, Zengui voulait
  prendre Édesse; il fit mine de se porter d'un autre côté;
  Josselin sortit de la ville pour l'attaquer; alors Zengui se
  porta aussitôt contre la ville. (_Bibliothèque des Croisades_, t.
  4; _Chroniques arabes_, traduites par M. Reinaud.)

  [110] Abgare, roi d'Édesse, qui, à ce que rapporte Eusèbe, se
  trouvant infirme, écrivit à Jésus-Christ, et en reçut une réponse
  favorable. (_Note de M. Reinaud._)

   ABOULFARAGE, traduit par M. Reinaud, dans le 4e vol. de la
   _Bibliothèque des Croisades_, p. 73.

   Alboulfarage, célèbre historien et médecin, de la secte des
   chrétiens jacobites, naquit à Malatia, en Arménie, en 1226, et
   mourut en 1286. Il est auteur d'une chronique universelle, qu'il
   écrivit d'abord en langue syriaque et qu'il refit ensuite, avec
   d'importants changements, en langue arabe.



LOUIS VII PREND LA CROIX[111].

1146.

   Coment le roy Loys fist parlement à Vezelay et fist preschier la
   croiserie de la Saincte Terre. Et comment il prist la croix, et à
   l'exemple de luy la prisrent plusieurs barons et prélas, et mains
   autres.


En celluy an mesme avint trop grant meschief à toute crestienté, en la
terre d'oultre-mer, au royaume de Jhérusalem; car les Turcs
s'esmeurent à trop grant force et prisrent une noble cité qui a nom
Roches[112], qui estoit en la main des crestiens. Mais ce ne fut pas
sans grant perte et sans grant dommaige et occision de leurs gens. Et
pour la prise de celle cité s'enorgueillirent à merveilles et
menacièrent à occire tous les crestiens de celle contrée. La nouvelle
de celle douleur vint en France jusques au roy Loys. Et pour l'amour
du saint Esperit, dont il estoit inspiré, eut moult grant douleur de
ceste mésaventure, si comme il monstra depuis; car pour cette besongne
assembla-il en cest an grant parlement au chasteau de Vezelay. Là fit
venir les archevesques, les évesques et les abbés et grant partie des
barons de son royaume; là fu saint Bernard abbé de Clervaux et
prescha-il, luy et les évesques, de la croiserie de la Saincte Terre
de promission, où Jhésucrist conversa corporellement, tant comme il
fu en ce monde et y receupt mort au gibet de la croix pour la
rédemption de son peuple.

  [111] La traduction des mots difficiles à comprendre qui se
  rencontrent dans ces documents en vieux français, se trouvera
  dans le Glossaire à la fin du volume.

  [112] _Edesse_, en latin _Rohes_.

Lors se croisa le roy tout le premier, et après luy la royne Aliénor
sa femme. Et quant les barons qui là estoient assemblés virent ce, si
se croisèrent tous ceulx qui cy sont nommés: Alphons le conte de
Saint-Gille, Thierry le conte de Flandres, Henri fils le conte
Thibault de Blois, qui lors vivoit, le conte Guy de Nevers, Regnault
son frère, le conte de Tonnoire, le conte Robert, frère du roy, Yves
le conte de Soissons, Guillaume le conte de Pontieu, et Guillaume le
conte de Garente, Archambault de Bourbon, Enguerrant de Coucy,
Geuffroy de Rencon, Hue de Lisignien, Guillaume de Courtenay, Régnault
de Montargis, Ytier de Toucy, Ganchier de Monjay, Érard de Bretueil,
Dreue de Moncy, Manassiers de Buglies, Anseau du Tresnel, Garin son
frère, Guillaume le Bouteiller, Guillaume Agillons de Trie, et
plusieurs autres chevaliers et merveilles de menues gens. Des prélas,
se croisèrent Symon évesque de Noyon, Godeffroy évesque de Lengres,
Arnoul évesque de Lisieux, Hébert l'abbé de Saint-Père-le-Vif-de-Sens,
Thibault l'abbé de Saincte-Coulombe, et maintes autres personnes de
saincte églyse.

En ce mesme termine se croisa Conrat l'empereur d'Allemaigne et son
nepveu Ferry duc de Saissongne, qui depuis fu empereur, quant il
oïrent la mésaventure de la terre d'oultre-mer. Et Amés se croisa, le
conte de Morienne, oncle du roy Loys, et plusieurs autres nobles
barons de grant renommée.

Après ces choses ainsi faites, Ponce l'honorable abbé de Vezelay fonda
une églyse en l'honneur de saincte croix, au lieu de celle saincte
prédicacion, pour l'honneur et pour la révérence de la croix que le
roy et les barons avoient illec prise, tout droit au pendant du
tertre, entre Ecuen et Vezelay, en laquelle Nostre-Seigneur a depuis
monstré mains appers miracles. Tout l'an entier porta le roy la croix,
de l'une Pasques jusques à l'autre et oultre jusques à la
Penthecouste, ainsi qu'il meust oultre-mer.

    _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._

   C'est sous le règne de Philippe le Bel que l'on commença à
   rédiger en Français, d'après les vieilles chroniques latines
   rassemblées et conservées à l'abbaye de saint Denis, l'histoire
   de France connue sous le nom de _Grandes Chroniques de France,
   selon que elles sont conservées en l'église de Saint-Denis_. On
   en donna une nouvelle édition pendant le règne de Charles V, et
   on les continua jusqu'à la fin de la vie de ce roi, qui prit une
   part importante à la rédaction de l'histoire de son règne et de
   celui de son père. C'est à cette époque que fut fixé le texte des
   Grandes Chroniques, que les copies s'en multiplièrent et que ce
   livre devint un monument historique national. Les Grandes
   Chroniques s'arrêtent à la fin du règne de Charles VII. M. Paulin
   Paris a donné en 1836 une excellente édition des _Grandes
   Chroniques_ (6 vol. in-12), d'après le beau manuscrit de Charles
   V, que possède la Bibliothèque impériale.



CROISADE DE LOUIS VII.

_Bataille du Méandre._

1148.


La route que le Roi devait prendre pour aller d'Éphèse à Laodicée suit
le fleuve du Méandre, qui coule entre des montagnes escarpées; il est
large et profond, même quand il n'y a pas de crue, et en ce moment il
était fort grossi par des pluies abondantes. Le Méandre arrose une
vallée assez large, et ses deux rives présentent l'une et l'autre un
chemin facile à une troupe nombreuse. Les Turcs s'établirent sur ces
deux rives, espérant accabler de flèches notre armée, inquiéter sa
marche et défendre les gués du fleuve; s'ils étaient battus, ils
savaient qu'ils pouvaient se retirer dans les montagnes. Quand nous
arrivâmes en ces lieux, nous vîmes que les Turcs occupaient les
montagnes, que d'autres qui étaient dans la plaine se préparaient à
harceler l'armée, et que d'autres enfin étaient rassemblés sur l'autre
rive, pour nous disputer le passage du fleuve. Le roi mit alors les
bagages et les malades au centre de l'armée, plaça les hommes d'armes
en avant, en arrière et sur les flancs, s'avança ainsi en sûreté, mais
ne fit que peu de chemin en deux jours; les Turcs nous suivaient sur
notre flanc, et retardaient notre marche en nous harcelant bien plus
qu'en combattant, car ils se hâtaient de fuir, mais ils étaient
ardents à nous poursuivre. Comme nous étions continuellement et
insolemment harcelés par eux et qu'ils nous échappaient sans cesse en
fuyant promptement, le roi, ne pouvant les obliger ni à le laisser en
repos ni à combattre, se décida à passer le Méandre. Comme il ne
connaissait pas les gués et que les Turcs gardaient les passages,
c'était une entreprise pleine de dangers. Le second jour de la marche,
vers midi, une partie des Turcs se porta à la suite de notre armée, et
le reste sur le fleuve, à un point où nous pouvions facilement entrer
dans l'eau, mais où nous devions trouver des difficultés pour en
sortir et les attaquer. Alors, ils envoyèrent trois des leurs lancer
des flèches sur les nôtres, et au moment où nous tirions nos arcs, les
deux troupes ennemies poussèrent de grands cris, et leurs émissaires
s'enfuirent. Aussitôt les illustres comtes Thierry de Flandre et
Guillaume de Mâcon se jetèrent à leur poursuite, franchirent une rive
escarpée, au milieu d'une grêle de flèches, et mirent en déroute les
Turcs plus vite que je ne puis le dire; pendant ce temps, et tout
aussi heureusement, le roi se lançant de toute la vitesse de son
cheval contre les Turcs qui attaquaient l'arrière-garde, les
dispersa, et obligea de fuir dans les gorges des montagnes ceux qui
avaient d'assez bons chevaux pour échapper à sa poursuite. Nos deux
attaques avaient complétement réussi; les deux rives du fleuve et les
montagnes étaient couvertes de morts. Un émir fut pris et amené au
roi, qui l'interrogea et le fit tuer... En continuant la route que
nous suivions, nous approchions des limites des territoires des Grecs
et des Turcs, mais les uns et les autres étaient nos ennemis. Les
Turcs, pleurant leurs morts, firent appel aux peuples des environs
pour venir se venger de nous et nous attaquer en plus grand nombre;
mais nous entrâmes le troisième jour à Laodicée, ne craignant pas
leurs insolents projets... Le gouverneur de Laodicée, soit qu'il eût
peur du roi à cause du crime qu'il avoit commis[113], soit qu'il
voulût nous nuire d'une autre manière, fit sortir de la ville tout ce
qui pouvait nous être utile, et ne voulant pas employer une ruse déjà
connue, il prépara une autre trahison aussi funeste. Ce misérable
savait que de Laodicée à Satalie, où nous ne parvînmes qu'après quinze
jours de marche, il ne nous serait pas possible de trouver des vivres,
et que nous devions dès lors mourir de faim si nous ne parvenions pas
à nous en procurer à Laodicée; il fit donc enlever de la ville toutes
les provisions qui s'y trouvaient et obligea les habitants à en
sortir... On résolut d'aller à la recherche des habitants qui
s'étaient enfuis dans les gorges des montagnes, de faire la paix avec
eux et de les ramener ainsi que leurs provisions; mais ce projet ne
put s'exécuter qu'en partie. On trouva bien les habitants, mais ils ne
voulurent pas revenir, et, après avoir perdu toute une journée, on
sortit de Laodicée, ayant toujours les Grecs et les Turcs près de nous
en avant et en arrière de l'armée. Les montagnes que nous traversions
étaient encore couvertes du sang des Allemands[114], et nous avions
devant nous les mêmes ennemis qui les avaient massacrés. Le roi,
éclairé par le sort de ceux qui l'avaient précédé, et dont il voyait
les cadavres, mit son armée en bataille.

  [113] Il avait livré une partie de l'armée de l'empereur Conrad
  aux Turcs, et avait partagé les dépouilles avec les Turcs.

  [114] L'armée de Conrad avait péri presque tout entière en Asie
  Mineure par les coups des Turcs, par la trahison des Grecs et par
  la faim.

Vers le milieu de notre seconde journée de marche, nous arrivâmes
devant une montagne très-haute et bien difficile à franchir. Le roi
voulait employer toute la journée à la traverser et était décidé à ne
pas s'y arrêter pour dresser ses tentes. Ceux qui arrivèrent les
premiers, Geoffroy de Rancogne et l'oncle du roi, Jean de Maurienne,
ne trouvant pas d'obstacles et oubliant le roi, qui veillait sur
l'arrière-garde, franchirent la montagne et dressèrent leurs tentes de
l'autre côté, pendant que le reste de l'armée était encore loin. Cette
montagne était escarpée et rocheuse; il fallait la gravir par une
pente très-roide; sa cime semblait toucher les cieux, et un torrent
qui coulait dans le fond de la vallée semblait toucher l'enfer. Tout
le monde s'amoncela sur le même point, se pressant, s'arrêtant et
oubliant les chevaliers qui étaient en avant; les bêtes de somme
tombaient du haut des rochers et entraînaient dans leur chute jusqu'au
fond de l'abîme tous ceux qu'elles rencontraient. Des blocs de rocher
qui se déplaçaient occasionnaient aussi de grands malheurs, et ceux
des nôtres qui se dispersaient pour trouver de meilleurs chemins
couraient le risque de tomber ou d'être entraînés par les autres.

Les Turcs et les Grecs lançaient des flèches pour empêcher ceux qui
étaient tombés de se relever; puis ils se réunirent pour attaquer
cette foule en désordre, se réjouissant de ce qu'ils voyaient, car ils
espéraient en tirer un grand avantage avant la nuit. Le jour
finissait, et le défilé se remplissait de plus en plus des débris de
notre armée. Excités par ces premiers succès, nos ennemis, plus
audacieux, attaquent notre corps d'armée, car ils ne craignent plus
l'avant-garde et ne voient pas encore l'arrière-garde. Ils frappent
donc et tuent, et le pauvre peuple, sans armes, tombe ou fuit comme un
troupeau de moutons. L'immense clameur qui s'éleva jusqu'aux cieux
arriva aussi aux oreilles du roi; il fit alors tout ce qu'il pouvait,
mais le ciel ne lui envoya d'autre secours que la nuit, qui mit
quelque terme à nos maux. Pendant ce temps, en ma qualité de moine, je
ne pouvais que prier Dieu ou encourager les autres à se bien battre;
on m'envoya auprès de l'avant-garde: je dis ce qui se passait. Tous,
consternés, coururent à leurs armes, et voulurent revenir en arrière;
mais l'âpreté des lieux et les ennemis qui s'étaient portés au devant
d'eux les empêchaient d'avancer. Pendant ce temps, le roi était seul
au milieu de ce danger avec quelques barons; il n'avait auprès de lui
ni chevaliers soldés ni écuyers armés d'arcs, car il ne s'était pas
préparé pour traverser ces défilés, et il avait été convenu qu'on ne
les passerait que le lendemain. Le roi, oubliant sa propre vie pour
sauver ceux que l'ennemi tuait en foule, franchit les derniers rangs,
et lutta vigoureusement contre les Turcs, qui attaquaient avec
acharnement le corps du milieu; il combattit avec la plus grande
témérité contre ces infidèles, cent fois plus forts que lui et qui de
plus avaient tout l'avantage du terrain; les chevaux en effet, sur ce
terrain en pente ne pouvaient pas courir, et comme il était
impossible de charger vivement, les coups étaient moins assurés; les
nôtres frappaient de leurs lances avec vigueur, mais sans être aidés
par la course de leurs chevaux, et pendant ce temps l'ennemi lançait
ses flèches à l'abri des arbres et des rochers.

Cependant les nôtres, dégagés par le roi, se retiraient avec leurs
bagages, abandonnant le roi et les barons, exposés à tout le danger.
Si Dieu ne nous en avait donné l'exemple, nous déplorerions que les
maîtres se fissent tuer pour sauver leurs serviteurs. Les plus belles
fleurs de la France périrent dans ce combat avant d'avoir porté leurs
fruits dans la ville de Damas. Ce récit me fait pleurer amèrement et
gémir du plus profond de mon cœur. Un homme sage trouvera cependant
une consolation en pensant que le souvenir de leur courage durera
autant que le monde, et qu'étant morts avec une foi ardente et
purifiés de leurs erreurs, ils ont obtenu la couronne du martyre. Ils
combattent donc, et chacun d'eux, pour venger au moins sa mort, tue
tout autour de lui des masses d'ennemis; mais les Turcs reviennent
sans cesse et toujours plus nombreux; ils tuent les chevaux, qui
aidaient au moins les chevaliers à supporter le poids de leur armure.
Obligés ainsi de combattre à pied, les chevaliers revêtus de leur
armure se précipitent au plus épais de l'ennemi, où ils se noient
comme dans la mer; puis, séparés les uns des autres, ils sont bientôt
tués et dépouillés.

Au milieu de cette mêlée, l'escorte du roi, peu nombreuse, mais
illustre, se sépara de sa personne; quant à lui, il conserva son
courage de roi, et, agile et vigoureux, il saisit les branches d'un
arbre que Dieu avait mis là pour son salut, et s'élança sur le haut
d'un rocher. Les ennemis, en grand nombre, coururent à sa poursuite
pour le faire prisonnier; d'autres, plus éloignés, l'accablaient de
leurs flèches. Mais Dieu permit que sa cuirasse résistât aux flèches,
et il put défendre son rocher, avec son épée rouge de sang, en coupant
les mains et les têtes d'un grand nombre de Turcs. Convaincus qu'il
serait difficile de le prendre et ne sachant pas à qui ils avaient
affaire, craignant aussi que de nouveaux combattants n'arrivassent à
son secours, les Turcs renoncèrent à attaquer le roi, et allèrent
enlever les dépouilles du champ de bataille.

Le gros de l'armée, qui s'avançait avec les bagages, n'avait pas fait
beaucoup de chemin, car plus il arrivait de monde, plus la marche de
cette foule, au milieu des défilés, devenait difficile et lente. Le
roi, après avoir cheminé quelque temps à pied, rejoignit l'armée,
remonta à cheval, et continua sa route par une soirée obscure. Enfin,
les chevaliers de l'avant-garde arrivèrent tout haletants; lorsqu'ils
virent le roi seul, couvert de sang et harassé de fatigue, ils
gémirent, comprenant ce qui s'était passé sans avoir besoin de le
demander, et pleurèrent amèrement la mort des compagnons du roi, qui
étaient plus de quarante. Cependant ceux qui survivaient étaient
encore nombreux et pleins de courage; mais la nuit était venue, et
l'autre coté de la profonde vallée était couvert d'ennemis, de sorte
qu'il n'était pas possible de les attaquer. Les chevaliers se
réunirent vers la tente du roi, et au milieu de leur douleur ils
avaient la consolation de voir leur seigneur sain et sauf. Personne ne
dormit pendant cette nuit, chacun attendant quelqu'un des siens, qu'il
ne devait plus revoir, ou accueillant avec joie ceux qui revenaient
dépouillés et ne s'affligeant pas de ce qu'ils avaient perdu. Tout le
peuple disait que Geoffroy de Rancogne devait être pendu pour ne pas
avoir suivi les ordres du roi; le peuple aurait voulu que l'on pendît
également l'oncle du roi, qui était aussi coupable que Geoffroy; mais
Jean de Maurienne le sauva: tous deux étaient coupables, mais comme on
ne pouvait punir l'oncle du roi, il était impossible de condamner
l'autre.

Le jour du lendemain ayant paru, sans dissiper toutefois les ténèbres
de notre tristesse, nous permit de voir les Turcs joyeux, couverts de
nos dépouilles et occupant les montagnes avec des forces
considérables. Les nôtres, dépouillés de leurs biens et pleurant leurs
compagnons morts, devinrent prudents, mais trop tard, se rangèrent en
bon ordre et se tinrent sur leurs gardes... Déjà la faim tourmentait
les chevaux qui n'avaient plus à manger depuis quelques jours qu'un
peu d'herbe; les vivres commençaient aussi à manquer aux hommes, et
nous avions à faire douze journées de marche. Les Turcs, comme les
bêtes féroces dont la cruauté augmente quand elles ont goûté le sang,
nous harcelaient avec plus d'ardeur depuis qu'ils avaient commencé à
nous enlever du butin. Le maître du Temple, Éverard des Barres, d'une
grande piété et d'un courage qui servait de modèle aux chevaliers,
résistait avec ses frères à l'ennemi, défendant vigoureusement ce qui
appartenait à eux et aux autres.

Le roi les imitait volontiers et voulait que toute l'armée suivît ce
noble exemple, parce qu'il savait que si les forces sont abattues par
la faim, le courage ranime les cœurs. Il fut donc décidé que, dans ce
péril, tout le monde s'unirait fraternellement avec les frères du
Temple, riches et pauvres jurant de ne point abandonner le camp et
d'obéir ponctuellement aux maîtres qu'on leur donnerait. On reconnut
pour maître un nommé Gilbert, auquel on donna des adjoints, et Gilbert
mit sous les ordres de chacun d'eux cinquante chevaliers. Il leur fut
ordonné de résister aux attaques des Turcs, qui nous harcelaient sans
relâche, et d'obéir à l'ordre de revenir sur-le-champ en arrière quand
ils auraient fait une certaine résistance et qu'on les rappellerait.
On leur assigna la place qu'ils devaient occuper, afin que celui qui
devait être au premier rang ne se trouvât pas au second, et qu'il n'y
eût pas de désordre. Ceux que la nature ou la mauvaise fortune de la
guerre avait mis à pied, beaucoup de nobles en effet ayant perdu leur
argent et leurs chevaux marchaient contre leur usage avec la
piétaille, furent placés à l'arrière-garde et armés d'arcs afin de
pouvoir riposter aux flèches de l'ennemi. Le roi voulait se soumettre
à cette loi générale d'obéissance; mais personne n'osa lui donner un
autre ordre que celui d'avoir avec lui un corps nombreux de
chevaliers, et, en sa qualité de maître et protecteur de tous, de se
porter avec ce corps au secours des points les plus faibles.

Nous marchâmes en avant, suivant la règle établie; nous descendîmes
des montagnes, joyeux d'entrer dans la plaine, et protégés par nos
défenseurs, nous supportions sans éprouver de perte les attaques de
nos insolents ennemis. Nous arrivâmes à deux rivières éloignées d'un
mille l'une de l'autre et très-difficiles à traverser à cause des
marais profonds au milieu desquels elles coulaient. La première étant
franchie, on attendit sur l'autre rive que l'arrière-garde eût passé,
et pendant ce temps nous tirions de la vase les pauvres bêtes de somme
qui s'y enfonçaient. Enfin les derniers chevaliers et la piétaille
passèrent pêle-mêle avec les Turcs, mais sans éprouver de perte, parce
qu'on se défendait mutuellement et avec beaucoup de courage.

On se dirigea vers la seconde rivière, et il fallait passer entre deux
rochers, du haut desquels nous pouvions être criblés de flèches. Les
Turcs s'élancèrent vers ces rochers, mais nos chevaliers s'établirent
avant eux sur l'un des deux; les Turcs occupèrent l'autre, mais notre
piétaille les en chassa tout de suite. Pendant qu'ils étaient ainsi
jetés en bas du rocher, quelques chevaliers pensèrent qu'on pouvait
les tourner entre les deux rivières et leur couper la retraite. Le
maître leur en donna la permission, et ils attaquèrent les Turcs; un
grand nombre poussés dans les marais y trouva à la fois la mort et un
tombeau. Pendant que les nôtres, furieux, massacraient les fuyards et
les poursuivaient sans relâche, la faim leur semblait moins vive et la
journée plus heureuse.

Les Turcs et les Grecs s'y prenaient de plusieurs manières pour nous
anéantir, et, autrefois ennemis, ils s'étaient réunis dans ce but. Ils
emmenaient leur bétail, brûlaient et détruisaient tout ce qu'ils ne
pouvaient pas emporter. Aussi nos chevaux, épuisés de faim et de
fatigue, tombaient sur le chemin avec ce qu'ils portaient, tentes,
vêtements, armes; nous brûlions tous ces objets afin que l'ennemi ne
s'en emparât point; on ne conservait que ce que les pauvres pouvaient
emporter. L'armée se nourrissait de chair de cheval et n'en manquait
pas; les chevaux qui ne pouvaient plus servir au transport servaient à
nourrir les hommes, et tous mangeaient de la chair de cheval, même les
riches, qui y ajoutaient de la farine cuite sous la cendre. C'est
ainsi que les souffrances de la faim furent apaisées, et grâce à notre
association fraternelle, nous battîmes quatre fois les Turcs; enfin à
force de soins et de prudence nous pûmes arriver à Sattalie.

   ODON DE DEUIL, _Histoire de la Croisade de Louis VII_; traduit
   par L. Dussieux.

   Odon de Deuil, chapelain de Louis VII, accompagna le roi en
   Orient, et écrivit l'histoire de son expédition. A son retour,
   il fut nommé abbé de Saint-Denis, après la mort de Suger.



SIÉGE DE DAMAS.

1149.

   Coment la noble baronie des crestiens assegièrent la cité de
   Damas par les jardins, dont il orent moult à faire.

Damas est la greigneur cité d'une terre qui a nom la Mendre Surie, qui
est appellée par autre nom la Fenice de Libane, dont le prophète dit:
Le chief de Surie, Damas, un sergent d'Abraham la fonda, qui estoit
appelé Damas; de luy fu elle ainsi nommée. Elle siet en un plain de
quoy la terre est are[115], stérile et brehaigne, sé ce n'est tant
comme les gaigneurs[116] la font fertille et plentureuse, par un
fleuve qui descent de la montaigne, qu'il mènent par conduis et par
chaneaus, là où mestier est, devers la partie d'orient. Ès deux rives
de ce fleuve croist moult grant plenté d'arbres qui portent fruit de
toutes manières. Si comme il fu jour et l'ost des crestiens fu armé
ainsi comme il estoit devisé, de toutes leur gens ne firent que trois
batailles. Le roy d'oultremer (Baudouin) avoit la première, pour ce
que ses gens sçavoient mieux le pays que les pellerins estranges qui y
estoient venus. La seconde fist le roy de France pour secourre, sé
mestier fust, à ceux qui les premiers alloient. L'arrière garde fist
l'empereur et ceux qui de sa terre estoient. En celle manière s'en
allèrent vers la cité, et estoit vers le soleil couchant celle part
dont nos gens venoient. Les jardins estoient devers bise qui durent
bien quatre lieues ou cinq, tous plains d'arbres si grans et si espés
que ce sembloit une grant forest, selon ce que chascun y a son jardin
clos de murs de terre: car en ce pays n'a mie plenté de pierres. Les
sentiers y sont moult estrois d'un vergier à autre; mais il y a une
commune voye qui va à la cité où va à paine un homme atout son cheval
chargié de fruit. De celle part est la cité trop forte pour les murs
de pierres dont il y a tant et pour les ruisseaux qui cueurent par
trestous les jardins et pour les estroictes voyes qui sont bien
clouses deçà et delà. Accordé fu que par là s'en iroit tout l'ost vers
la cité pour deux choses: l'une ce fu que sé les jardins estoient
pris, la ville seroit ainsi comme desclose et demie prise; l'autre si
fu qu'il y avoit là grant plenté de fruis tous meurs par les arbres
qui grant mestier aroient en l'ost, et pour les eaues qui celle part
couroient, dont l'ost avoit bien mestier et pour les hommes et pour
les chevaux.

  [115] Aride.

  [116] Laboureurs.

Le roy Baudoin commanda que ses gens se missent dedens les jardins:
mais trop y eut grant force à aller par là; car derrière les murs de
terre, deçà et delà des sentiers, y avoit grant plenté de Turcs qui ne
finoient de traire par archières qu'il avoient faictes espesséement,
et à ceux ne povoient avenir les nostres. Si en y avoit assez de ceux
qui se mettoient appertement en la voye contre eux et leur
deffendoient le pas, car tous ceux qui povoient armes porter
s'estoient mis hors et deffendoient à leur povoir que nos gens ne
guaignassent les jardins. Il y avoit de lieux en lieux bonnes
tournelles et haultes que les riches hommes de Damas y avoient fait
faire pour eux logier, sé mestier estoit, quant il faisoient cueillir
leurs fruis; ycelles tours estoient lors moult bien garnies d'archiers
qui grant mal faisoient à nos gens. Et quant on passoit près de ces
tournelles, on gettoit sur eux de grosses pierres; moult estoient à
grant meschief: souvent les féroit-on de glaives par les archières des
murs de terre qui estoient deçà et delà. Assez en occirent en celle
manière et hommes et chevaux, si que maintes fois se repentirent les
barons de ce que il avoient empris asseoir la ville, de celle part.

   Coment les nos gaaignièrent les jardins et le fleuve à grant
   paine et chacièrent les Turcs dedens la cité.

Grant despit en prist sur soy le roy Baudouin et tous les barons. Bien
virent qu'il ne pourroient en telle manière passer jusques à la ville,
sans trop grant dommaige. Lors se tournèrent ès costés de la voye et
commencièrent à dérompre et à abattre les murs de terre. Les Turcs
qu'il trouvèrent dedens la closture de ces murs sourprisrent, si qu'il
ne les laissèrent mie passer outre les autres murs, ainçois en
occirent assez et mains en retindrent pris. Ainsi le firent les
nostres ne sçay en quans lieux.

Quant les Turcs, qui estoient espandus par les jardins, virent que les
nostres alloient ainsi abattant les murs et occiant la gent, trop
furent espovantés; si s'en fouirent vers la ville. Les jardins
laissièrent et s'en fouirent à grans routes dedens la cité. Lors
allèrent les nostres tout à bandon[117] parmi les sentiers; mais les
Turcs s'estoient bien pensés que les nostres auroient mestier de venir
au fleuve pour abreuver eux-mesmes et leurs chevaux: et pour ce, si
tost comme il s'apperceurent que la cité seroit assiégée de celle
partie, il garnirent moult bien la rive du fleuve d'archiers et
d'arbalestriers. De chevaliers y misrent assez pour garder que les
nostres n'approchassent du fleuve. Quant la bataille du roy Baudouin
eut presque passé tous les jardins, grant talent eut de venir au
fleuve qui couroit près des murs de la cité; mais quant il
approchèrent, bien leur fu contredicte l'eaue, et furent par force les
nostres reboutés arrière. Après se rallièrent et emprisrent à gaigner
l'eaue; aux Turcs assemblèrent et fu l'assault aspre et fier; mais les
nostres furent reboutés arrière. Le roy de France chevauchoit après à
tout sa bataille et attendoit pour secourre aux premiers quant mestier
en seroit et qu'il seroient las. L'empereur, qui venoit derrière,
demanda pourquoi il estoient arrestés; et l'on luy dist que la
première bataille s'estoit assemblée aux Turcs qu'ils avoient trouvé
hors de la ville.

  [117] _A bandon._ A qui mieux mieux.

Quant les Thiois oïrent ce, tantost se désordonnèrent et coururent
tous à desroy; et l'empereur mesme y fu; parmi la bataille le roy de
France passèrent tous sans conroy jusques à tant qu'il vindrent aux
poignéis sur l'eaue. Lors descendirent tous de sus leur chevaux et
misrent les escus devant eux, et tindrent les longues espées,
asprement coururent sus aux Turcs, si que il ne leur peurent résister
et ne demoura guères qu'il laissièrent l'eaue et se misrent dedens la
ville. L'empereur fist à celle venue un coup de quoy l'on doit à
toujours-mais parler; car un Turc le tenoit moult de près qui estoit
armé de haubert. L'empereur fu à pié et tenoit en sa main une moult
bonne espée. Il féri le Turc entre le col et la senestre espaule, si
que le coup descendi parmi le pis au destre costé. La pièce chéi qui
emporta le col et la teste et le senestre bras. Les Turcs qui ce
virent ne s'arrestèrent plus illec, ainçois s'en fouirent en la ville.
Quant il racomptèrent aux autres le coup qu'il avoient veu, il n'y eut
si hardi qui n'eust paour, si que tous furent désespérés qu'il ne se
peussent tenir contre telles gens.

   Coment l'ost fu délogié des jardins par le conseil d'aucuns
   princes desloyaux et traitres de Surie, qui firent entendant
   (entendre) qu'il prendroient la cité de l'autre part, dont elle
   n'avoit garde de assaut.

Le fleuve et les jardins eurent nos gens gaignés tout à délivre[118].
Lors tendirent leur pavillons entour la cité. Grant doutance eurent
les Sarrasins en toutes manières; si montèrent sus les murs et
regardèrent l'ost qui trop estoit beau, quant il fu logié. Bien se
pensèrent que si grans gens avoient bien povoir de conquerre leur
ville. Paour eurent moult grant qu'il ne fissent aucune saillie
soudainement par quoy il entrassent dedens et les occissent tous. Pour
ce prisrent conseil entre eux, et fu accordé que par toutes les rues
de la ville de celle partie où le siège estoit, l'en mist de bonnes
barres de gros bois en plusieurs lieux. Pour ce le firent que sé les
nostres se mettoient dedens, tandis comme il entendroient à copper les
barres, que les Turcs s'en peussent aller par les portes et mener à
sauveté leur femmes et leur enfans. Bien sembloit qu'il n'eussent mie
couraige de la ville deffendre moult longuement, s'il estoient à
meschief, quant il s'atournoient jà à fouir. Assez estoit légière
chose de faire si grant fait que de prendre la cité de Damas, sé
Nostre-Seigneur y eust voulu ouvrer. Mais pour les péchés de la
crestienté et pour ce, par aventure, qu'il destinast celle grant chose
à faire et acomplir par autres gens en aucun temps, souffrit que la
malice au déable, qui cueurt tousjours et est preste à mal, destourba
celle haute besongne. Mains Sarrasins y avoit jà qui avoient troussé
toutes les choses qu'il prétendoient à emporter quant il
s'enfuiroient. Mais les plus saiges de la cité se pourpensèrent que
des barons de la terre[119] y avoit mains qui estoient de trop grant
convoitise; bien cogneurent que les cuers des crestiens qui là
estoient assemblés ne vaincroient-il mie par bataille; pour ce
voulurent essayer à vaincre les cuers d'aucuns par avarice. Si
envoyèrent à ces gens leur avoir, qui est moult grant, et leur
promisrent et bien leur asseurèrent que ainsi le feroient comme il
leur promettoient, s'il povoient tant faire que le siège se partist
d'illec. Bien est vrai que ces barons furent de la terre de Surie;
mais leur lignaiges, né leur noms, né les terres que il tenoient ne
nomme pas l'ystoire[120], espoir, pour ce qu'il y avoit encore de leur
hoirs qui pour rien ne l'ussent souffert. Ces barons qui avoient
empris le mestier Judas de pourchascier la traïson contre
Nostre-Seigneur vindrent à l'empereur et au roy de France et au roy de
Jhérusalem, qui moult les créoient, et leur disrent que ce n'avoit pas
esté bon conseil d'assiéger la cité par devers les jardins, car elle y
estoit plus forte à prendre que de nulle autre partie: pour ce disrent
qu'il requeroient à ces grans seigneurs et leur louoient en bonne foy
que avant qu'il gastassent là leurs peines et perdissent leur temps,
il feroient l'ost remuer et asseoir la cité en ce costé qui estoit
tout droit contre celluy qu'il avoient assis. Car, si comme il
disoient, ès parties de la ville qui sont contre orient et contre midi
n'avoit né jardin né arbre qui destourber les péust à venir là, le
fleuve n'y couroit mie qui fust fort à gaigner. Les murs estoient
illec bas et fèbles, si qu'il n'y convenoit jà engins à drecier,
ainçois pourroit bien estre pris de venue.

  [118] Sans réserve aucune.

  [119] Des barons du royaume de Jérusalem.

  [120] L'histoire des croisades par Guillaume de Tyr, dont les
  chroniques de saint-Denis suivent le récit.

Quant les princes et les autres barons les oïrent ainsi parler, bien
cuidièrent qu'il le déissent en bonne foy et en bonne entencion. Si
les creurent et firent crier parmi l'ost que tous se deslogeassent et
suivissent les barons qu'il leur nommèrent. Les traitres se misrent
devant; tout l'ost menèrent près de la ville jusques à tant qu'il
furent en la partie de quoy il sçavoient de vray qu'elle n'avoit garde
d'assaut, et où l'ost avoit plus grant souffrete de toutes choses, si
qu'ils ne pourroient illec longuement demourer. Là demourèrent les
barons et les princes, et firent l'ost logier tout entour. Si n'eurent
guères demouré en celle place qu'il s'apperceurent certainement que
trahis estoient et que par grant malice les avoit-on fait illec venir:
car il avoient perdu le fleuve, de quoy si grant plenté de gens ne se
povoient passer, et aussi les fruis des jardins dont il avoient assez
aise et délit.


Coment l'ost des Crestiens, vilainement traï, laissa le siège de Damas
pour la grant souffraite qu'il orent de vivres.

Viande commença du tout à faillir en l'ost, si que tous en eurent
grant souffrete, et mesmement les pélerins des estranges terres: car
il n'en povoit point venir de Surie, et ceux en estoient povrement
garnis pour ce que on leur avoit fait entendant que la cité seroit
prise où il en trouveroient assez. Car elle ne se pourroit tenir en
nulle maniere, ce disoit-on: pour ce ne se voulurent-il guère chargier
de viandes. Quant il se virent en tel point que toutes choses leur
failloient qui mestier leur avoient, trop furent courroucés et
esbahis, né ne s'entremirent oncques d'assaillir la ville, car ce eust
esté paine perdue, et aussi de retourner en la place où il se
logièrent premièrement n'eust pas esté légière chose: car sitost comme
il furent partis, les Turcs issirent hors hastivement illec, et tant
y firent de barres de fors bois espès et longs, où ils misrent si
grant plenté d'archiers et d'arbalestriers que ce eust esté plus
légière chose de prendre une fort cité que de demourer illec. Du
demourer en la place sçavoient-il de voir que ce ne povoit estre, car
il ne povoient avoir né à boire né à mengier. Pour ce parlèrent
ensemble le roy de France et l'empereur, et dirent que ceux de la
terre en la foy desquels et en la loyauté il avoient mis leur corps et
leur hommes pour la besongne Jhésucrist, les avoient trahis très
desloyaument et les avoient amenés en ce lieu où il ne povoient faire
le profit de crestienté né leur honneur. Pour ce s'accordèrent tous
qu'il s'en retournassent d'illec et bien se gardassent désormais de
traïson.

En telle manière s'en partirent les deux plus haulx hommes et les plus
puissans de crestienté qui riens n'y firent à celle fois qui fust
proffitable né honnorable à Dieu né au siècle. Moult commencièrent à
desplaire à ces grans hommes les besongnes de la Saincte Terre, né
riens ne vouldent puis entreprendre. La menue gent de France disoient
tout en appert aux Suriens que ce ne seroit bonne chose de conquerre
les cités; car néis les Turcs y valoient mieux qu'il ne faisoient.
Jusques au temps que celle chose fust ainsi avenue demouroient
volentiers les gens de France et assez légièrement au royaume de
Jhérusalem et mains grans biens y avoient fais. Mais depuis ce temps
ne peurent estre si d'accord à ceux du pays comme il estoient devant;
et quant il venoient aucunes fois en pellerinage si s'en
retournoient-il au plus tost qu'il povoient.

   Coment il fu enquis diligeamment par qui ceste traïson fu faite;
   et coment toute la baronie fu mal encouragié vers ceux de Surie
   qui ceste grant félonnie avoient pourchacié.

Pluseurs gens se misrent maintes fois en enqueste de demander aux
saiges hommes qui avoient esté à celle besongne pour savoir
certainement coment et par qui celle traïson avoit esté faicte et
pourparlée. Celluy mesmes qui ceste hystoire fist[121] le demanda
plusieurs fois à maintes gens du pays: diverses raisons en rendoit-on.
Les uns disoient que le conte de Flandres fut plus achoisonné[122] de
ceste chose que nul autre, non pas pour ce qu'il en sceust rien né
qu'il consentist la traïson, car si tost comme il vit que les jardins
de Damas estoient gaingnés et le fleuve pris par force, bien luy fu
avis que la cité ne se tendroit pas longuement. Lors vint à l'empereur
et au roy de France et au roy Baudouin, et leur pria moult doucement
qu'il luy donnassent celle cité de Damas quant elle seroit prise et
conquise. Ce mesme requist-il aux barons de France et d'Allemaigne qui
bien s'y accordèrent, car bien leur promettoit que bien la garderoit
et loyaument et bien guerroieroit leur ennemis.

  [121] Guillaume de Tyr.

  [122] _Achoisonné_, inculpé, soupçonné.

Quant les barons de Surie l'oïrent dire, grans courroux en eurent et
grant desdaing de ce que le haut prince qui tant de terre avoit en son
pays et estoit là venu en pellerinage vouloit ores gaingner en celle
manière l'un des plus nobles et riches membres du royaume de Surie.
Mieux leur sembloit, sé le roy Baudouin ne la retenoit en son demaine
que l'un d'eux la déust avoir. Car il sont tousjours en contens et en
plais aux Sarrasins, et quant les autres barons retournent en leurs
pays, il ne se meuvent, car il n'ont riens ailleurs. Et pour ce qu'il
leur sembloit que celluy voulsist tollir le fruit de leur travail,
plus bel leur estoit que les Turcs la tenissent encore qu'elle fust
donnée au conte de Flandres. Pour ce destourber s'accordèrent à la
traïson faire. Les autres disoient que le prince Raymont d'Antioche,
qui trop estoit malicieux, puisque le roy de France se fu parti de luy
par mal[123], ne cessa de pourchascier à son povoir coment lui
rendroit ennui et destourbier de son honneur. Pour ce manda aux barons
de Surie qui estoient ses acointes, et leur pria de cuer qu'il missent
toute la paine qu'il pourroient à destourber la louenge et le pris du
roy, si qu'il ne fist chose qui honnorable fust. Par sa prière
avoient-il ce pourchascié.

  [123] Raimond était l'oncle de la reine Éléonore, femme de Louis
  VII, qui accompagna le roi en Terre Sainte; il fut soupçonné
  d'avoir pour sa nièce un amour qui fut la première cause du
  divorce de Louis VII.

Les tiers dient la chose ainsi comme vous oïstes premièrement, que par
grant avoir que les Turcs donnèrent aux barons fu celle desloyauté
faicte.

Grant joye eut en la cité de Damas quant virent ainsi en aller si
grant gent qui contre eux estoient assemblés. Encontre ce tout le
royaume de Jhérusalem en fu courroucié et desconforté. Et quant ces
grans hommes s'en furent partis, si fu assigné un grant parlement où
assemblèrent tous les haus barons et les meneurs. Là fu dit que bonne
chose seroit qu'il fissent un grant fait dont Nostre-Seigneur fust
honnouré et par quoy l'on parlast d'eux à toujours-mais en bien. Illec
fu ramentu que la cité d'Escalonne (Ascalon) estoit encore au pouvoir
des mescréans, qui séoit au milieu du royaume, si que sé l'on la
vouloit assiéger, de toutes pars pourroient venir viandes en l'ost,
pour quoy ce seroit légère chose de prendre la ville, qui longuement
ne se pourroit tenir contre si grans gens. Assez fu parlé entre eux de
celle chose. Mais rien n'en fu accordé, pour ce qu'il y avoit
destourbeurs qui mieux s'en amoient retourner que assiéger cités en
Surie. Si n'estoit mie de merveilles sé les estranges pellerins de
France et d'Allemaigne avoient perdu le talent de bien faire en la
terre, quant il véoient ceux du pays mesme qui Dieu et eux-mesmes
avoient trahi, et le commun proffit destourbé et empeschié, si comme
il apparut devant Damas. Il sembloit que Nostre-Seigneur ne voulsist
rien faire de sa besongne par ses gens, et se départist le parlement
ains que nulle riens y eut empris.

   _Les grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées par M. Paulin
   Paris.



PHILIPPE-AUGUSTE CHASSE LES JUIFS DE FRANCE.

1181-1182.


Il y avait alors un grand nombre de juifs qui demeuraient en France.
Depuis bien des années la libéralité, des Français et la longue paix
du royaume les y avaient attirés en foule de toutes les parties du
monde. Ils avaient entendu vanter la valeur de nos rois contre leurs
ennemis, et leur douceur envers leurs sujets; et sur la foi de la
renommée, ceux d'entre les juifs qui, par leur âge et par leurs
connaissances des lois de Moïse, méritaient de porter le titre de
docteurs résolurent de venir à Paris. Après un assez long séjour, ils
se trouvèrent tellement enrichis, qu'ils s'étaient approprié près de
la moitié de la ville, et qu'au mépris des volontés de Dieu et de la
règle ecclésiastique, ils avaient dans leurs maisons un grand nombre
de serviteurs et de servantes nés dans la foi chrétienne, mais qui
s'écartaient ouvertement des lois de la religion du Christ, pour
judaïser avec les juifs. Et comme le Seigneur avait dit par la bouche
de Moïse, dans le Deutéronome[124]: «Tu ne prêteras pas à usure à ton
frère, mais à l'étranger,» les juifs, comprenant méchamment tous les
chrétiens sous le nom d'étrangers, leur prêtèrent de l'argent à usure;
et bientôt dans les bourgs, dans les faubourgs et dans les villes,
chevaliers, paysans, bourgeois, tous furent tellement accablés de
dettes, qu'ils se virent souvent expropriés de leurs biens. D'autres
encore étaient gardés sur parole dans les maisons des juifs à Paris,
et détenus comme dans une prison. Philippe, roi très-chrétien, en
étant informé, avant de prendre une résolution, fut ému de pitié; il
consulta un ermite nommé Bernard: c'était un saint homme, un bon
religieux, qui vivait dans le bois de Vincennes; et c'est d'après son
conseil que le roi libéra tous les chrétiens de son royaume des dettes
qu'ils avaient contractées envers les juifs, à l'exception d'un
cinquième qu'il se réserva.

  [124] Chap. XXIII, v. 19, 20.

Enfin, pour comble de profanation, toutes les fois que des vases
ecclésiastiques consacrés à Dieu, comme des calices ou des croix d'or
et d'argent, portant l'image de Notre Seigneur Jésus-Christ crucifié,
avaient été déposés entre leurs mains par les églises, à titre de
caution, dans des moments d'une nécessité pressante, ces impies les
traitaient avec si peu de respect, que ces mêmes calices, destinés à
recevoir le corps et le sang de Notre Seigneur Jesus-Christ, servaient
à leurs enfants pour y tremper des gâteaux dans le vin et pour y boire
avec eux... Comme les juifs craignaient alors que les officiers du roi
ne vinssent fouiller leurs maisons, un d'entre eux qui demeurait à
Paris, et qui avait reçu en nantissement quelques meubles d'église,
tels qu'une croix d'or enrichie de pierreries, un livre d'évangiles
orné avec un art infini des pierres les plus précieuses, quelques
coupes d'argent et autres, cacha tout cela dans un sac, et poussa
l'impureté jusqu'à le jeter (ô douleur!) dans le fond d'une fosse où
il déchargeait tous les jours son ventre. Bientôt une révélation
divine en donna connaissance aux chrétiens, qui les trouvèrent dans
cet endroit; et après avoir payé au roi, leur seigneur, le cinquième
de la dette, ils allèrent pleins de joie reporter avec honneur ces
ornements sacrés à l'église qui les avait engagés. On pourrait donner
avec raison à cette année le nom de jubilé; car de même que dans
l'ancienne loi tout retournait librement à son premier maître l'année
du jubilé, et que toutes les dettes étaient acquittées, de même aussi,
grâce à l'édit du roi très-chrétien, qui abolit les créances, tous les
chrétiens du royaume de France se virent à jamais libres des dettes
qu'ils avaient contractées envers les juifs.

L'an 1182 de l'incarnation de Notre Seigneur, dans le mois d'avril, le
sérénissime roi Philippe-Auguste rendit un édit qui donnait aux juifs
jusqu'à la Saint-Jean suivante pour se préparer à sortir du royaume.
Le roi leur laissa aussi le droit de vendre leur mobilier jusqu'à
l'époque fixée, c'est-à-dire la fête de saint Jean. Quant à leurs
domaines, tels que maisons, champs, vignes, granges, pressoirs, et
autres immeubles, il s'en réserva la propriété, pour lui et ses
successeurs au trône de France. Quand les perfides juifs eurent appris
la résolution du monarque, quelques-uns d'entre eux, régénérés par les
eaux du baptême et par la grâce du Saint-Esprit, se convertirent à
Dieu et persévérèrent dans la foi de Notre Seigneur Jésus-Christ. Le
roi, par respect pour la religion chrétienne, fit rendre à ces
néophytes tous leurs biens, et leur accorda une entière liberté.
D'autres, fidèles à leur ancien aveuglement et contents dans leur
perfidie, cherchèrent à séduire par de riches présents et par de
belles promesses les princes de la terre, les comtes, barons,
archevêques et évêques, voulant essayer si à force de conseils, de
remontrances et de promesses brillantes, leurs protecteurs ne
pourraient pas ébranler les volontés irrévocables de Philippe. Mais le
Dieu de bonté et de miséricorde, qui n'abandonne jamais ceux qui
espèrent en lui, et qui se plaît à humilier ceux qui présument trop de
leur puissance, avait versé du haut du ciel les trésors de sa grâce
dans l'âme du roi, l'avait éclairée des lumières du Saint-Esprit,
échauffée de son amour, et fortifiée contre toutes les séductions des
prières et des promesses de ce monde... Les juifs infidèles, voyant le
peu de succès de leurs démarches, et ne pouvant plus compter sur
l'influence des grands, qui leur avait toujours servi jusque alors à
disposer à leur gré de la volonté des rois, ne virent pas sans
étonnement la magnanimité et l'inébranlable fermeté du roi Philippe,
et en furent interdits et comme stupéfaits. Ils s'écrièrent dans leur
admiration: _Scema, Israel_; c'est-à-dire: Écoute, Israel, et
commencèrent à vendre tout leur mobilier, car le temps approchait où
ils allaient être contraints à sortir de toute la France, et ils
savaient que rien ne pouvait reculer le terme qui leur était prescrit
par l'édit royal. Ils se mirent donc, en exécution de cet édit, à
vendre leur mobilier avec une promptitude surprenante, car pour leurs
propriétés foncières, elles furent toutes dévolues au domaine royal.
Les juifs ayant donc vendu leurs effets, en emportèrent le prix pour
payer les frais de leur voyage, sortirent du pays avec leurs femmes,
leurs enfants et tout leur train, l'an du Seigneur 1182, au mois de
juillet, la troisième année du règne de Philippe-Auguste.

   RIGORD, _Vie de Philippe-Auguste_, traduite par M. Guizot, dans
   la Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France depuis
   la fondation de la monarchie française jusqu'au treizième siècle.

   Rigord, moine de Saint-Denis et historien assez habile, commença
   en 1190 à écrire l'histoire de Philippe-Auguste; il n'a conduit
   son ouvrage que jusqu'à l'année 1207. Il eut pour continuateur
   Guillaume le Breton.



BATAILLE DE TIBÉRIADE OU DE HITTIN.

4 juillet 1187.

Saladin bat les chrétiens et fait prisonnier le roi de Jérusalem, Guy
de Lusignan.


Le samedi matin les musulmans sortirent de leur camp en ordre de
bataille; les Francs s'avançaient aussi, mais déjà affaiblis par la
soif qui les tourmentait. De part et d'autre l'action commença avec
fureur. La première ligne musulmane lança une nuée de flèches
semblable à une nuée de sauterelles. Les flèches firent un grand
ravage parmi les cavaliers chrétiens. L'infanterie chrétienne, s'était
ébranlée pour se porter vers le lac et y faire de l'eau; aussitôt
Saladin courut se placer sur son passage, animant les musulmans de la
voix et du geste. Tout à coup un des jeunes mameloucks du sultan,
emporté par son ardeur, s'élança sur les chrétiens, et fut tué après
des prodiges de bravoure. Les musulmans s'avancèrent pour venger sa
mort, et firent un grand carnage des infidèles. Bientôt il n'y eut
plus pour les chrétiens d'espoir de salut. Le comte de Tripoli essaya
de se frayer un passage. Taki-Eddin, neveu du sultan, était placé en
face; quand il vit le comte s'avancer en désespéré, il fit ouvrir les
rangs, et le comte se sauva avec sa suite[125]. L'armée chrétienne
était alors dans une situation horrible. Comme le sol où elle
combattait était couvert de bruyères et d'herbes sèches, les musulmans
y mirent le feu et allumèrent un vaste incendie. Ainsi la fumée, la
chaleur du feu, celle du jour et celle du combat, tout se réunit
contre les chrétiens. Ils furent si consternés, que peu s'en fallut
qu'ils ne demandassent quartier. A la fin, voyant qu'il n'y avait plus
de salut, ils fondirent sur les musulmans avec tant d'impétuosité, que
sans le secours de Dieu on n'aurait pu leur résister. Cependant à
chaque attaque ils perdaient du monde et s'affaiblissaient; enfin, ils
furent entourés de toutes parts et repoussés jusqu'à une colline
voisine, près du hameau de Hittin. Là ils essayèrent de dresser
quelques tentes et de se défendre. Tout l'effort du combat se porta de
ce côté. Les musulmans s'emparèrent de la grande croix que les
chrétiens appellent la vraie croix, et dans laquelle se trouve un
morceau de celle sur laquelle ils prétendent que fut attaché le
Messie[126]. La perte de cette croix leur fut plus sensible que tout
le reste; dès lors ils se regardèrent comme perdus. Le roi n'eût
bientôt plus autour de lui sur la colline que 150 cavaliers des plus
braves. Afdal était alors auprès du sultan son père. «J'étais,
disait-il lui-même dans la suite, à côté de mon père quand le roi des
Francs se fut retiré sur la colline; les braves qui étaient autour de
lui fondirent sur nous et repoussèrent les musulmans jusqu'au bas de
la colline. Je regardai alors mon père, et j'aperçus la tristesse sur
son visage. «Faites mentir le diable!» cria-t-il aux soldats en se
prenant la barbe. A ces mots, notre armé se précipita sur l'ennemi, et
lui fit regagner le haut de la colline; et moi de m'écrier: «Ils
fuient, ils fuient!» Mais les Francs revinrent à la charge, et
s'avancèrent de nouveau jusqu'au pied de la colline, puis furent
repoussés encore une fois; et moi de m'écrier derechef: «Ils fuient,
ils fuient!» Alors mon père me regarda, et me dit: «Tais-toi, ils ne
seront vraiment défaits que lorsque le pavillon du roi tombera.» Or,
il finissait à peine de parler que le pavillon tomba. Alors mon père
descendit de cheval, se prosterna devant Dieu, et lui rendit grâces en
versant des larmes de joie.»

  [125] Les auteurs chrétiens disent que la fuite du comte Raymond
  était concertée avec l'ennemi.

  [126] Les musulmans ne veulent pas croire que Jésus-Christ soit
  mort sur la croix. Ils disent qu'au moment où les Juifs allaient
  le faire mourir, Dieu envoya un de ses anges pour l'appeler au
  ciel, et mit à sa place un homme du commun, qui fut crucifié pour
  lui (Cf. REINAUD, _Description du Cabinet de M. le duc de
  Blacas_, t. I, p. 181).

  Voici comment Emad-Eddin, qui se trouvait présent à la bataille,
  raconte la prise de la vraie croix. «La grande croix fut prise
  avant le roi, et beaucoup d'impies (de chrétiens) se firent tuer
  autour d'elle. Quand on la tenait levée, les infidèles (les
  chrétiens) fléchissaient les genoux et inclinaient la tête. Ils
  disent que c'est le véritable bois où fut attaché le Dieu qu'ils
  adorent. Ils l'avaient enrichie d'or fin et de pierres brillantes;
  ils la portaient les jours de grande solennité, et lorsque leurs
  prêtres et leurs évêques la montraient au peuple, tous
  s'inclinaient avec respect. Ils regardaient comme leur premier
  devoir de la défendre; celui qui l'aurait abandonnée ne pouvait
  plus jouir de la paix de l'âme. La prise de cette croix leur fut
  plus douloureuse que la captivité de leur roi. Rien ne put les
  consoler de cette perte. Ils l'adorent; elle est leur Dieu; ils se
  prosternent devant elle, et l'exaltent dans leurs cantiques. En la
  possédant, ils croient jouir de tous les biens de la terre; ils la
  rachèteraient volontiers de leur propre sang; ils espéraient par
  son moyen obtenir la victoire.» (_Note de M. Reinaud_).

Voici comment le pavillon du roi tomba. Quand les Francs retirés sur
la colline attaquèrent les musulmans avec tant de furie, c'est qu'ils
souffraient horriblement de la soif et qu'il voulaient s'ouvrir un
passage. Se voyant repoussés, ils descendirent de cheval, et
s'assirent par terre. Alors les musulmans montèrent sur la colline,
et renversèrent la tente du roi. Tous les chrétiens qui s'y trouvaient
furent faits prisonniers. On remarquait dans le nombre, outre le roi,
le prince Geoffroy, son frère, Renaud, seigneur de Carac, le seigneur
de Gébail, le fils de Honfroi, le grand-maître des Templiers, et
plusieurs Hospitaliers et Templiers. En voyant le nombre des morts on
ne croyait pas qu'il y eût des prisonniers; et en voyant les
prisonniers, on ne croyait pas qu'il y eût des morts. Jamais les
Francs, depuis leur invasion en Palestine, n'avaient essuyé une telle
défaite. Moi-même, un an après, je passai sur le champ de bataille, et
j'y vis les ossements amoncelés; il y en avait aussi d'épars çà et là,
sans compter ce que les torrents et les animaux carnassiers avaient
emporté sur les montagnes et dans les vallées.

   IBN-ALATIR, traduit par M. Reinaud dans la _Bibliothèque des
   Croisades_, t. IV, p. 194.

   Ibn-Alatir, historien arabe fort distingué, naquit en 1160 et
   mourut en 1233. Il fut attaché à Zengui, prince de Mossoul et
   d'Alep, et à Saladin; il a vu les événements qu'il raconte.
   Ibn-Alatir est auteur d'une _Histoire des Atabeks_ et d'une
   _Chronique complète_.



AUTRE RÉCIT DE LA BATAILLE DE TIBÉRIADE.


L'historien Emad-Eddin[127], qui se trouva à cette bataille, remarque
avec étonnement que tant que les cavaliers chrétiens purent se tenir à
cheval ils restèrent intacts; car ils étaient couverts de la tête aux
pieds d'une sorte de cuirasse tissue d'anneaux de fer qui les mettait
à l'abri des coups; mais dès que le cheval tombait, le cavalier était
perdu. «Cette bataille, ajoute l'auteur, se livra un samedi. Les
chrétiens étaient des lions au commencement du combat, et ne furent
plus à la fin que des brebis dispersées. De tant de milliers d'hommes,
il ne s'en sauva qu'un petit nombre. Le champ de bataille était
couvert de morts et de mourants. Je traversai moi-même le mont Hittin;
il m'offrit un horrible spectacle. Je vis tout ce qu'une nation
heureuse avait fait à un peuple malheureux. Je vis l'état de ses
chefs: qui pourrait le décrire? Je vis des têtes tranchées, des yeux
éteints ou crevés, des corps couverts de poussière, des membres
disloqués, des bras séparés, des os fendus, des cous taillés, des
lombes brisés, des pieds qui ne tenaient plus à la jambe, des corps
partagés en deux, des lèvres déchirées, des fronts fracassés. En
voyant ces visages attachés à la terre et couverts de sang et de
blessures, je me rappelai ces paroles de l'Alcoran: l'infidèle dira:
«Que ne suis-je poussière? Quelle odeur suave s'exhalait de cette
terrible victoire!»

  [127] Emad-Eddin ou Imad-Eddin, secrétaire de Saladin et
  historien fort important, naquit à Ispahan, en 1125, et mourut en
  1201. Il a composé une histoire des guerres de Saladin, sous le
  titre de: _Éclair de Syrie_, et un ouvrage sur la prise de
  Jérusalem par Saladin.

Après ces réflexions qui montrent le goût arabe, l'auteur présente un
autre tableau: «Les cordes des tentes, dit-il, ne suffirent pas pour
lier les prisonniers. J'ai vu trente à quarante cavaliers attachés à
la même corde; j'en ai vu cent ou deux cents mis ensemble et gardés
par un seul homme. Ces guerriers, qui naguère montraient une force
extraordinaire et qui jouissaient de la grandeur et du pouvoir,
maintenant le front baissé, le corps nu, n'offraient plus qu'un aspect
misérable. Les comtes et les seigneurs chrétiens étaient devenus la
proie du chasseur, et les chevaliers celle du lion. Ceux qui avaient
humilié les autres l'étaient à leur tour; l'homme libre était dans
les fers; ceux qui accusaient la vérité de mensonge et qui traitaient
l'Alcoran d'imposture étaient tombés au pouvoir des vrais croyants.»

Après la bataille, Saladin se retira dans sa tente, et fit venir
auprès de lui le roi Guy avec les principaux prisonniers. Il voulut
que le roi s'assît à ses côtés; et comme ce prince était pressé par la
soif, il lui fit apporter de l'eau de neige. Le roi, après avoir bu,
présenta le vase à Renaud; aussitôt Saladin s'écria: «Ce n'est pas moi
qui ai dit à ce misérable de boire; je ne suis pas lié envers lui.» En
effet, suivant la remarque de Kemal-Eddin, la coutume était chez les
Arabes de ne jamais tuer un prisonnier auquel on avait offert à boire
et à manger. Or, déjà deux fois Saladin avait fait vœu de tuer
Renaud, s'il l'avait jamais entre ses mains; la première, lorsque
celui-ci fit mine d'attaquer La Mecque et Médine; la seconde, quand il
enleva la caravane en pleine paix. Le sultan se tourna donc vers
Renaud, et lui reprocha d'un air terrible ses attentats; puis,
s'avançant vers lui, il lui déchargea un coup d'épée. A son exemple,
les émirs se jetèrent sur Renaud, et lui coupèrent la tête. Le tronc
alla tomber aux pieds du roi. A cette vue, le roi devint tout
tremblant; mais Saladin se hâta de le rassurer, et promit de respecter
sa vie.

Kemal-Eddin rapporte que ce qui avait le plus irrité Saladin contre
Renaud, c'est que quand ce dernier enleva injustement la caravane
musulmane, il disait à ces malheureux, par forme de raillerie,
d'invoquer Mahomet pour voir s'il viendrait à leur secours, et que le
sultan lui dit en cette occasion: «Eh bien! que t'en semble? n'ai-je
pas assez vengé Mahomet de tes outrages?» Ensuite, ajoute Kemal-Eddin,
il proposa à Renaud de se faire musulman; celui-ci s'y refusa, disant
qu'il aimait mieux mourir.

Ensuite le sultan fit conduire à Damas le roi et les seigneurs qui
étaient captifs avec lui. A l'égard des Templiers et des Hospitaliers,
Ibn-Alatir rapporte que le prince réunit tous ceux qu'il avait entre
les mains, et leur fit couper la tête. Il ordonna aussi à tous ceux de
son armée qui avaient de ces religieux entre les mains de les faire
mourir; puis, jugeant que les soldats ne seraient pas assez généreux
pour faire ce sacrifice, il promit cinquante pièces d'or pour chaque
Templier et Hospitalier qu'on lui céderait. Deux cents de ces
guerriers qu'on lui amena furent aussitôt décapités. Ce qui le porta à
cette exécution, c'est que les Templiers et les Hospitaliers faisaient
comme par état la guerre à l'islamisme, et qu'ils étaient ses plus
cruels ennemis. Aussi Aboulfarage dans sa chronique syriaque, met-il
en cette occasion ces paroles dans la bouche de Saladin: «Puisque
l'homicide, quand il peut tourner au bien de la religion, leur paraît
une chose si douce, faisons-les mourir à leur tour.» Saladin manda
également à son lieutenant à Damas de faire mettre à mort tous les
chevaliers qui seraient dans cette ville, qu'ils lui appartinssent ou
qu'ils appartinssent à des particuliers. Ce qui fut exécuté.

On lit dans Emad-Eddin, témoin oculaire, que pendant le massacre des
chevaliers, Saladin était assis le visage riant, et que les chevaliers
avaient l'air abattu. L'armée musulmane était rangée en ordre de
bataille et les émirs placés sur deux rangs. Quelques-uns des
exécuteurs, ajoute l'auteur, coupèrent la tête des prisonniers avec
une adresse qui leur mérita des éloges; plusieurs cependant se
refusèrent à ce ministère, d'autres en chargèrent leurs voisins. Avant
de les égorger, on leur proposait d'embrasser l'islamisme, ce qui fut
accepté par un très-petit nombre.

Telle est la manière dont les auteurs arabes racontent la bataille de
Tibériade. Le compilateur des _Deux Jardins_ rapporte plusieurs
lettres qui furent écrites en cette occasion. On lisait dans une de
ces lettres, envoyée à Bagdad, que sur 45,000 hommes dont se composait
l'armée chrétienne, il en avait échappé à peine mille; et qu'un pauvre
soldat musulman, ayant un prisonnier entre les mains, l'échangea
contre une paire de sandales, afin, disait-il, qu'on sût dans la suite
que le nombre des prisonniers avait été si grand qu'on les vendait
pour une chaussure.

Une autre de ces lettres commençait ainsi: «Quand nous passerions le
reste de notre vie à remercier Dieu de ce bienfait, nous ne pourrions
nous acquitter dignement.» Une troisième s'exprimait de la sorte:
«Non, la victoire que je vous annonce n'a point eu de pareille. Je
vais vous en retracer succinctement une petite partie; car de vouloir
vous en dire seulement la moitié, cela serait impossible.» L'auteur de
la lettre, poursuivant son récit, raconte avec le plus grand
sang-froid les détails les plus horribles. Après avoir dit qu'à Damas
les prisonniers chrétiens se vendaient au marché à trois pièces d'or
l'un, et que vu leur trop grand nombre on avait pris le parti de
joindre ensemble les maris, les femmes et les enfants, il ajoute qu'il
n'était pas rare de rencontrer dans les rues des têtes de chrétiens
exposées en guise de melons. C'est qu'en Syrie, comme dans certaines
villes d'Italie, on est dans l'usage d'exposer les melons coupés par
le milieu, sur des espèces de chevalets, en forme de pyramides, et il
paraît que les dévots musulmans avaient imaginé d'acheter des
prisonniers pour leur couper la tête, et de donner ainsi ces têtes en
spectacle.

    REINAUD, _Bibliothèque des Croisades_, t. IV, p. 196.



PHILIPPE-AUGUSTE FAIT PAVER LA CITÉ DE PARIS.

1186.


Après ce que le roy fu retourné en la cité de Paris, il séjourna ne
sçai quans jours. Une heure alloit par son palais pensant à ses
besongnes, comme celluy qui estoit curieux de son royaume maintenir et
amender. Il s'appuya à une des fenestres de la sale à la quelle il
s'appuyoit aucune fois pour Saine regarder et pour avoir récréacion de
l'air: si avint en ce point que charrettes que l'en charioit parmi les
rues esmeurent et touillèrent si la boue et l'ordure dont elles
estoient plaines que une pueur en yssi si grant qu'à paine la povoit
nul souffrir; si monta jusques à la fenestre où le roy estoit appuié.
Quant il senti celle pueur qui estoit si corrompue, il s'en tourna de
celle fenestre en grant abominacion de cuer.

Pour celle raison conçut-il en son courage à faire une euvre grant et
somptueuse, mais moult nécessaire, et telle que tous ses devanciers ne
l'osèrent oncques emprendre né commencier, pour les grans cousts qui à
celle euvre aferoient. Lors fist mander le prévost et les bourgeois de
Paris, et leur commanda que toutes les rues et les voies de la cité
feussent pavées de grés gros et fors, soigneusement et bien. Pour ce
le fist le roy qu'il vouloit oster la matière du nom de la cité
qu'elle avoit eu anciennement de ceux qui la fondèrent; car elle fu
appelée en ce temps par son premier nom Lutesce, qui vaut autant à
dire comme ville plaine de boue et boueuse. Et pour ce que les
habitans qui en ce temps estoient avoient horreur du nom, qui estoit
lais, luy changièrent ce nom et l'appellèrent ville de Paris, en
l'honneur de Paris l'ainsné fils le roy Priant de Troye; car, si
comme l'en treuve, il estoient descendus de celle lignée. Il ostèrent
le nom tant seulement, mais le bon roy osta la cause et la matière du
nom, quant il la fist atourner si que pueur né corruption n'y péust
demourer.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées par M. Paulin
   Paris.



SALADIN PREND JÉRUSALEM.

1187.


«Jérusalem, dit Ibn-Alatir, était alors une ville très-forte.
L'attaque eut lieu par le côté du nord, vers la porte d'Amoud ou de la
Colonne. C'est là qu'était le quartier du sultan. Les machines furent
dressées pendant la nuit, et l'attaque eut lieu le lendemain (20
régeb). Les Francs montrèrent d'abord une grande bravoure. De part et
d'autre cette guerre était regardée comme une affaire de religion. Il
n'était pas besoin de l'ordre des chefs pour exciter les soldats; tous
défendaient leur poste sans crainte; tous attaquaient sans regarder en
arrière. Les assiégés faisaient chaque jour des sorties et
descendaient dans la plaine. Dans une de ces attaques, un émir de
distinction ayant été tué, les musulmans s'avancèrent tous à la fois,
et comme un seul homme, pour venger sa mort, et mirent les chrétiens
en fuite; ensuite ils s'approchèrent des fossés de la place, et
ouvrirent la brèche. Des archers postés dans le voisinage repoussaient
à coups de traits les chrétiens de dessus les remparts, et
protégeaient les travailleurs. En même temps on creusait la mine;
quand la mine fut ouverte, on y plaça du bois; il ne restait qu'à y
mettre le feu. Dans ce danger, les chefs des chrétiens furent d'avis
de capituler[128]. On députa les principaux habitants à Saladin, qui
répondit: «J'en userai envers vous comme les chrétiens en usèrent avec
les musulmans quand ils prirent la ville sainte, c'est-à-dire que je
passerai les hommes au fil de l'épée, et je réduirai le reste en
servitude; en un mot je rendrai le mal pour le mal.» A cette réponse,
Balian[129], qui commandait dans Jérusalem, demanda un sauf-conduit
pour traiter lui-même avec le sultan. Sa demande fut accordée; il se
présenta à Saladin, et lui fit des représentations. Saladin se
montrant inflexible; il s'abaissa aux supplications et aux prières.
Saladin demeurant inexorable, il ne garda plus de ménagement et dit:
«Sachez, ô sultan, que nous sommes en nombre infini, et que Dieu seul
peut se faire une idée de notre nombre. Les habitants répugnent à se
battre parce qu'ils s'attendent à une capitulation, ainsi que vous
l'avez accordée à tant d'autres. Ils redoutent la mort et tiennent à
la vie, mais si une fois la mort est inévitable, j'en jure par le Dieu
qui nous entend, nous tuerons nos femmes et nos enfants, nous
brûlerons nos richesses, nous ne vous laisserons pas un écu. Vous ne
trouverez plus de femmes à réduire en esclavage, d'hommes à mettre
dans les fers. Nous détruirons la chapelle de la Sacra et la mosquée
Alacsa, avec tous les lieux saints. Nous égorgerons tous les
musulmans, au nombre de 5,000, qui sont captifs dans nos murs. Nous ne
laisserons pas une seule bête de somme en vie. Nous sortirons contre
vous, nous nous battrons en gens qui défendent leur vie. Pour un de
nous qui périra, il en tombera plusieurs des vôtres. Nous mourrons
libres ou nous triompherons avec gloire.» A ces mots, Saladin consulta
ses émirs, qui furent d'avis d'accorder la capitulation. «Les
chrétiens, dirent-ils, sortiront à pied, et n'emporteront rien sans
nous le montrer. Nous les traiterons comme des captifs qui sont à
notre discrétion, et ils se rachèteront à un prix qui sera déterminé.»
Ces paroles satisfirent entièrement Saladin. Il fut convenu avec les
chrétiens que chaque homme de la ville, riche ou pauvre, payerait pour
sa rançon 10 pièces d'or, les femmes 5, et les enfants de l'un et
l'autre sexe 2. Un délai de quarante jours fut accordé pour le
payement de ce tribut. Passé ce terme, tous ceux qui ne se seraient
pas acquittés seraient considérés comme esclaves. Au contraire, en
payant le tribut on était libre sur-le-champ et l'on pouvait se
retirer où l'on voulait. A l'égard des pauvres de la ville, dont le
nombre fut fixé par approximation à 18,000, Balian s'obligea à payer
pour eux 30,000 pièces d'or. Tout étant ainsi convenu, la ville sainte
ouvrit ses portes, et l'étendard musulman fut arboré sur ses murs. On
était alors au vendredi 24 de régeb (commencement d'octobre
1187)[130].»

  [128] La capitulation fut hâtée par la découverte d'une
  conspiration dans l'intérieur de la ville. Les chrétiens grecs,
  appelés _melkites_, ou royalistes, qui formaient la plus grande
  partie de la population de Jérusalem, s'entendirent avec Saladin
  pour lui livrer la ville et massacrer les Francs. Ils furent
  très-fâchés d'avoir été prévenus dans l'accomplissement de leurs
  projets par la capitulation. Les melkites ou royalistes portaient
  ce nom parce que leur doctrine était celle des empereurs de
  Constantinople, leurs anciens rois; leur religion était presque
  semblable à celle des Latins; mais la haine des races en faisait
  deux peuples ennemis. (_Note rédigée d'après une savante note de
  M. Reinaud._)

  [129] Balian, fils de Basran, seigneur de Ramlah, patriarche de
  Jérusalem.

  [130] Il résulte de là que Jérusalem fut prise en quatre jours.
  On ne peut s'expliquer un fait si singulier que par ce qui a été
  dit de la conspiration des chrétiens Melkites. (_Note de M.
  Reinaud._)

Saladin fit ensuite, avec ses troupes, son entrée dans Jérusalem.
Emad-Eddin rapporte que «ce jour fut pour les musulmans comme un jour
de fête. Le sultan fit dresser hors de la ville une tente pour y
recevoir les félicitations des grands, des émirs, des sophis et des
docteurs de la loi. Il s'y assit d'un air modeste et avec un maintien
grave. La joie brillait sur son visage, car il espérait tirer un grand
honneur de la conquête de la ville sainte. Les portes de sa tente
restèrent ouvertes à tout le monde, et il fit de grandes largesses.
Autour de lui étaient les lecteurs, qui récitent les préceptes de la
loi, les poëtes qui chantent des vers et des hymnes. On lisait les
lettres du prince qui annonçaient cet heureux événement; les
trompettes les publiaient; tous les yeux versaient des larmes de joie;
tous les cœurs rapportaient humblement ces succès à Dieu; toutes les
bouches célébraient les louanges du Seigneur.»

Une foule de savants et de dévots étaient accourus des contrées
voisines pour être témoins de la prise de Jérusalem. L'historien
Emad-Eddin, qui depuis quelque temps était malade à Damas, rapporte
lui-même qu'à la première nouvelle du siége de Jérusalem, il ne se
sentit plus de mal et accourut en toute hâte pour prendre part à la
joie commune. Il arriva le lendemain de la capitulation. Comme il
passait pour être fort éloquent, ses amis se pressèrent autour de lui
pour lui demander des lettres qu'ils voulaient envoyer à leurs parents
et à leurs amis. Le premier jour il en écrivit soixante-dix[131].

  [131] Une chose qui, suivant les auteurs arabes, contribua
  beaucoup à augmenter l'enthousiasme des musulmans, c'est que le
  jour où Jérusalem se rendit était justement l'anniversaire de
  celui où, à les en croire, Mahomet monta miraculeusement au ciel,
  conduit par l'ange Gabriel. (_Note de M. Reinaud._)

Pendant ce temps, les chefs des chrétiens évacuaient la ville.
Ibn-Alatir cite d'abord une princesse grecque, qui menait dans
Jérusalem la vie monastique, et à qui Saladin permit de se retirer
avec sa suite et ses richesses. Telle était sa douleur, suivant
l'expression d'Emad-Eddin, que les larmes coulaient de ses yeux comme
les pluies descendent des nuages. On vit ensuite paraître la reine de
Jérusalem, dont le mari était alors captif entre les mains du sultan,
et qui alla le rejoindre à Naplouse; puis s'avança la veuve de Renaud,
seigneur de Carac, dont le fils était aussi prisonnier. La mère en se
retirant demanda la liberté de son fils; le sultan y mit pour
condition qu'on lui livrerait Carac. Comme cette condition ne fut pas
remplie, sa demande fut rejetée. Enfin, on vit sortir le patriarche,
emportant avec lui les richesses des églises et des mosquées.

Le patriarche avait enlevé tous les ornements d'or et d'argent qui
couvraient le tombeau du Messie. Voyant qu'il emportait ces richesses,
l'historien Emad-Eddin dit au sultan: «Voilà des objets pour plus de
200,000 pièces d'or; vous avez accordé sûreté aux chrétiens pour leurs
effets, mais non pour les ornements des églises. Laissons-les faire,
répondit le sultan; autrement ils nous accuseraient de mauvaise foi.
Ils ne connaissent pas le véritable sens du traité. Donnons-leur lieu
de se louer de la bonté de notre religion.» En conséquence, on
n'exigea du patriarche que 10 pièces d'or, comme pour tous les autres.

Les chrétiens qui étaient en état de payer sortirent successivement de
la ville. On avait placé aux portes des gens chargés de recevoir le
tribut. Ibn-Alatir se plaint de la cupidité des émirs et de leurs
subalternes, qui, au lieu de remettre cet argent au sultan, en
détournèrent une partie à leur profit. «S'ils s'étaient conduits
fidèlement, dit-il, le trésor eût été rempli. On avait estimé le
nombre des chrétiens de la ville en état de porter les armes à
60,000, sans compter les femmes et les enfants. En effet, la ville
était grande et la population s'était accrue des habitants d'Ascalon,
de Ramla et des autres villes du voisinage. La foule encombrait les
rues et les églises, et l'on avait peine à se faire place. Une preuve
de cette multitude, c'est qu'un très-grand nombre payèrent le tribut
et furent renvoyés libres. Il sortit aussi 18,000 pauvres, pour
lesquels Balian avait donné 30,000 pièces d'or; et pourtant il resta
encore 16,000 chrétiens qui faute de rançon furent faits esclaves.
C'est un fait qui résulte des registres publics et sur lequel il ne
peut pas rester d'incertitude. Ajoutez à cela qu'un grand nombre
d'habitants sortirent par fraude, sans payer le tribut. Les uns se
glissèrent furtivement du haut des murailles à l'aide de cordes;
d'autres empruntèrent à prix d'argent des habits musulmans, et
sortirent sans rien payer. Enfin, quelques émirs réclamèrent un
certain nombre de chrétiens comme leur appartenant, et touchèrent
eux-mêmes le prix de leur rançon[132]. En un mot, ce ne fut que la
moindre partie de cet argent qui entra au trésor.»

  [132] Pour entendre ce fait, il faut savoir que les chrétiens
  d'Orient de toutes les communions étaient et sont encore en usage
  d'aller en pèlerinage à Jérusalem. Il était donc facile à ceux
  des émirs qui possédaient des fiefs de dire que certains
  chrétiens étaient de leurs sujets, et que c'était par hasard
  qu'ils se trouvaient à Jérusalem. Emad-Eddin cite le prince de
  Haram et d'Édesse qui sous ce prétexte se fit remettre jusqu'à
  mille chrétiens, qu'il disait être des Arméniens d'Edesse. Le
  prince d'Élbiré sur l'Euphrate en réclama pour sa part cinq
  cents. (_Note de M. Reinaud._)

Il avait été stipulé que les chrétiens laisseraient en sortant leurs
chevaux et leurs armes; aussi la ville s'en trouva remplie. Emad-Eddin
rapporte sur ce même sujet que les chrétiens vendirent en partant
leurs meubles et leurs effets; mais ce fut à si bas prix qu'ils
semblaient les donner. Les chrétiens en sortant avaient la liberté
d'aller où ils voulaient; les uns se rendirent à Antioche et à
Tripoli, d'autres à Tyr; quelques-uns en Égypte, où ils s'embarquèrent
à Alexandrie pour les pays d'Occident. Au rapport de l'historien des
patriarches d'Alexandrie, Saladin montra en cette occasion les égards
et les sentiments les plus généreux. Il donna aux fugitifs une escorte
qui les protégea sur toute la route; ceux, entre autres, au nombre de
cinq cents, qui se rendirent à Alexandrie furent défrayés de toute
dépense. Comme en ce moment il ne se trouvait pas à Alexandrie de
navire qui pût les emmener, ils attendirent une occasion favorable.
Leur séjour en Égypte fut de plus de six mois. Saladin voulut qu'on
fournît à tous leurs besoins, et paya même le prix de leur voyage,
afin, disait-il, qu'ils s'en allassent contents. D'après son ordre, le
gouverneur d'Alexandrie et ses agents se montrèrent pleins d'attention
pour eux et en eurent soin jusqu'à leur entier embarquement[133].

  [133] Ces détails, si honorables pour Saladin, se trouvent
  presque mot pour mot dans la chronique de Bernard le trésorier.
  (_Note de M. Reinaud._)

A l'égard des chrétiens qui restèrent à Jérusalem, particulièrement de
ceux du rite grec, qui ne furent nullement inquiétés, on lit dans
Emad-Eddin qu'ils conservèrent leurs biens à condition de payer, outre
la rançon commune à tous, un tribut annuel. Quatre prêtres latins
seulement eurent la faculté de demeurer pour desservir l'église du
Saint-Sépulcre et furent exemptés du tribut. «Quelques zélés
musulmans, poursuit l'auteur, avaient conseillé à Saladin de détruire
cette église, prétendant qu'une fois que le tombeau du Messie serait
comblé et que la charrue aurait passé sur le sol de l'église, il n'y
aurait plus de motif pour les chrétiens d'y venir en pèlerinage; mais
d'autres jugèrent plus convenable d'épargner ce monument religieux,
parce que ce n'était pas l'église, mais le calvaire et le tombeau qui
excitaient la dévotion des chrétiens, et que lors même que la terre
eût été jointe au ciel, les nations chrétiennes n'auraient pas cessé
d'affluer à Jérusalem.»

    REINAUD, _Bibliothèque des Croisades_, t. 4, p. 206.



SIÉGE ET PRISE DE SAINT-JEAN D'ACRE PAR LES CROISÉS.

1191.

   Saladin s'était emparé de Saint-Jean d'Acre en 1187; en 1189, les
   chrétiens vinrent mettre le siége devant la ville; au printemps
   de 1191, Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion vinrent se
   réunir aux assiégeants.


«La saison devint favorable; la mer fut praticable, et de part et
d'autre les guerriers se mirent en mouvement. Saladin vit
successivement arriver ses troupes de leurs quartiers d'hiver. Les
chrétiens reçurent aussi de grands secours, entre autres le roi de
France, dont ils nous menaçaient depuis longtemps; il arriva un samedi
20 avril. C'était un roi grand en dignité, très-considéré, et des
premiers parmi les princes francs; en arrivant il prit le commandement
de l'armée. Il n'amena dans cette expédition que six gros vaisseaux
chargés d'hommes et de vivres. Il avait avec lui un grand faucon
blanc, d'un aspect terrible et rare dans son espèce; je n'en ai jamais
vu de plus beau. Le roi aimait beaucoup ce faucon, et lui faisait des
caresses; mais un jour cet oiseau s'étant envolé de sa main, s'enfuit
dans la ville, d'où on l'envoya au sultan; en vain le roi offrit 1,000
pièces d'or pour le racheter; sa demande fut refusée. Cet événement
nous parut de bon augure, et nous causa beaucoup de joie. Peu de temps
après, l'armée chrétienne reçut le comte de Flandre, appelé Philippe,
un des plus puissants seigneurs d'Occident. Dès lors les attaques
recommencèrent avec fureur. Le mardi 9 de gioumadi premier, pendant
que le sultan était encore à Karouba, dans ses quartiers d'hiver, les
chrétiens s'avancèrent contre la ville. Saladin accourut avec toutes
ses forces pour faire diversion; ensuite il renvoya ses troupes dans
leurs quartiers; pour lui, il s'arrêta dans la plaine, sous une tente,
où il fit le soir sa prière et où il se reposa. J'étais en ce moment
auprès de lui. Tout à coup on vient lui dire que l'ennemi était
retourné à l'assaut: alors il fait revenir son armée, et lui fait
passer la nuit sous les armes; il resta lui-même avec elle, et ne la
quitta pas de toute la nuit. Cependant l'attaque ne discontinuait pas;
Saladin se décida à faire camper de nouveau son armée sur la colline
d'Aïadia, en face de la ville. Le lendemain, il harcela les chrétiens,
marchant lui-même à la tête de ses braves. Quand l'ennemi vit une
telle ardeur, il craignit d'être forcé dans ses retranchements, et
cessa ses attaques contre la ville.

«Cependant la garnison était dans un état pitoyable; l'ennemi ne lui
laissait pas de repos, et visait surtout à combler les fossés: dans
cette vue, il y jetait tout ce qui lui tombait sous la main, sans
excepter les cadavres et les charognes; on assure même qu'il y jetait
ses malades avant qu'ils eussent expiré. La garnison, pour faire face
à tant d'attaques diverses, était obligée de se partager en plusieurs
corps: les uns descendaient dans les fossés, où ils dépeçaient avec un
couteau les cadavres; d'autres enlevaient avec des crocs ces membres
déchirés et les remettaient à une troisième division, qui allait les
jeter dans la mer; une autre partie était occupée du service des
machines, une autre de la garde des remparts. La vérité est que la
garnison eut à supporter tous les genres de fatigue. Les chefs ne
cessaient de nous écrire pour se plaindre de leurs maux, qui étaient
tels qu'il n'en existe peut-être pas d'autre exemple, et qui semblent
d'abord au-dessus des forces humaines; cependant, ils se résignaient à
leur sort persuadés que Dieu est propice aux patients. La guerre ne
discontinuait ni de jour ni de nuit. Les chrétiens attaquaient la
ville, et le sultan attaquait les chrétiens; autant les chrétiens
mettaient d'ardeur à tourmenter la garnison, autant il en mettait à
les tourmenter eux-mêmes. Il montra en cette occasion une constance
extraordinaire. Un jour, un député s'étant présenté au nom des Francs
pour entrer en pourparler, il lui fit répondre que les Francs eussent
à dire ce qu'ils voulaient, que pour lui il n'avait besoin de rien.
Tel était l'état des choses quand le roi d'Angleterre arriva.

«Ce roi était d'une force terrible, d'une valeur éprouvée, d'un
caractère indomptable; déjà il s'était fait une grande réputation par
ses guerres passées; il était inférieur pour la dignité et la
puissance au roi de France, mais il était plus riche que lui, plus
brave, et d'une plus grande expérience dans la guerre. Sa flotte se
composait de vingt-cinq gros navires remplis de guerriers et de
munitions. Il s'empara en chemin de l'île de Cypre. Il arriva devant
Acre un samedi 8 de juin.

«Ce nouveau renfort inspira une grande joie à l'ennemi. Les Francs se
livrèrent en cette occasion à de bruyantes réjouissances, et la nuit
ils allumèrent de grands feux. Ces feux étaient faits pour nous
effrayer, car ils montraient par leur grand nombre celui de nos
ennemis. Depuis longtemps les chrétiens attendaient le roi
d'Angleterre, mais nous savions par les transfuges qu'ils suspendaient
leurs projets d'attaque jusqu'à son arrivée, tant ils estimaient son
habileté et son courage. Le fait est que sa présence fit une vive
sensation chez les musulmans; dès lors ils commencèrent à être remplis
de frayeur et de crainte. Cependant, le sultan reçut encore ce coup
avec résignation; il se soumit avec religion à la volonté de Dieu; et
d'ailleurs celui qui met sa confiance en Dieu, qu'a-t-il à redouter?
Dieu ne lui suffit-il pas, et ne peut-il pas se passer de tout le
reste?

«La flotte anglaise rencontra sur son passage un gros navire musulman
chargé de vivres et de provisions, et se rendant de Béryte au port
d'Acre; ce vaisseau, quoique cerné de toutes parts, fit une longue
résistance, et parvint même à brûler un navire chrétien; mais enfin,
ne pouvant lutter plus longtemps ni se sauver à force de voiles, vu
que le vent était tombé, le commandant, nommé Yacoub ou Jacques, homme
brave et bon guerrier, fit ouvrir le vaisseau à grands coups de hache,
et tout fut englouti; il ne se sauva de l'équipage qu'un seul homme,
que les chrétiens envoyèrent à la garnison d'Acre pour l'instruire de
ce désastre. Cette nouvelle nous causa à tous une grande tristesse;
pour le sultan, il reçut cette épreuve avec sa patience ordinaire, et
se résigna à la volonté de Dieu, persuadé que Dieu ne laisse pas sans
récompense ceux qui lui sont fidèles. Heureusement, le jour même, Dieu
nous envoya un sujet de consolation. L'armée chrétienne avait
construit une machine à quatre étages, dont le premier était en bois,
le second en plomb, le troisième en fer et le quatrième en airain;
cette machine dominait par sa hauteur les remparts d'Acre; déjà elle
était à une distance d'environ cinq coudées des murs, du moins à en
juger à la simple vue. La garnison était dans l'abattement; tous
pensaient à se rendre, lorsque Dieu permit que cette machine prît feu.
A ce spectacle nous nous livrâmes à la joie, et nous rendîmes à Dieu
de vives actions de grâces.

«Cependant les assauts ne discontinuaient pas. A mesure que la
garnison se voyait attaquée, elle frappait du tambour, et les nôtres y
répondaient; c'était le signal de l'assaut; l'armée montait aussitôt à
cheval et faisait diversion. Au milieu de juin, elle força les
retranchements des chrétiens, ce qui procura quelque repos à la ville.
Il se livra alors un combat terrible, qui dura jusqu'à midi, et les
deux armées ne se retirèrent que de lassitude. En ce moment le soleil
était ardent et la chaleur si forte que plusieurs en eurent le
vertige.

«Quatre jours après, nous entendîmes de nouveau le bruit du tambour;
les soldats prirent les armes, et se précipitèrent sur le camp des
chrétiens; aussitôt les Francs revinrent défendre leur camp, en
poussant de grands cris, et surprirent quelques musulmans dans leurs
tentes. Cependant l'ennemi, furieux qu'on eût osé forcer son camp,
sent son ardeur s'allumer; il sort avec impétuosité, cavalerie et
infanterie, et s'avance contre nous comme un seul homme. Heureusement,
les musulmans tinrent bon. Cette journée fut épouvantable; les
musulmans firent preuve d'une constance inouïe. Enfin l'ennemi, étonné
de tant de bravoure, arrêté par une résistance dont l'idée seule fait
frémir, envoya demander à traiter. Il vint de sa part un député qui
fut mené à Malek-Adel[134]; il était chargé d'une lettre du roi
d'Angleterre, par laquelle ce roi sollicitait une entrevue avec le
sultan; mais Saladin fit répondre que les rois ne s'abouchaient pas si
légèrement; qu'il fallait d'abord se mettre d'accord; qu'il serait
indécent, après avoir eu une entrevue et avoir bu et mangé ensemble,
de rompre de nouveau et de recommencer la guerre. «S'il veut avoir une
entrevue avec moi, ajouta-t-il, il faut avant tout que la paix soit
faite. Rien n'empêche en attendant qu'un interprète ne nous serve de
médiateur et transmette les paroles de l'un et de l'autre. Une fois
d'accord, il nous sera, s'il plaît à Dieu, très-facile de nous
aboucher ensemble.» Les jours suivants la guerre continua. A tout
instant nous recevions des lettres de la garnison qui se plaignait des
travaux et des horribles fatigues qu'elle avait à supporter depuis
l'arrivée du roi d'Angleterre. Sur ces entrefaites, ce roi tomba
malade, et pensa mourir. Vers le même temps, le roi de France fut
blessé; cet accident procura quelque relâche à la ville.»

  [134] Frère et successeur de Saladin.

   BOHA-EDDIN, traduit par M. Reinaud, dans la _Bibliothèque des
   Croisades_, t. IV, p. 302[135].


_Suite du même sujet._


Une autre cause qui favorisa les musulmans, ce furent les divisions
qui s'élevèrent dans l'armée chrétienne. Il y avait alors deux
prétendants au royaume de Jérusalem; l'un était le roi Guy, fait
prisonnier à la bataille de Tibériade; l'autre le marquis de Tyr[136].
La femme du roi Guy[137], laquelle était fille aînée d'Amaury, ancien
roi de Jérusalem, et était censée réunir en sa personne l'autorité
royale, étant morte, la querelle s'aigrit davantage. Cet événement est
ainsi raconté par Emad-Eddin: «Il était d'usage chez les Francs de la
Palestine qu'à la mort du roi le trône passât à son fils, ou, à
défaut d'enfant mâle, à ses filles, par ordre de primogéniture; or, à
la mort du dernier roi, le trône s'étant trouvé vacant, l'autorité
avait passé à la femme de Guy, fille aînée du roi Amaury; c'est en
qualité de mari de la princesse que Guy avait été reconnu roi. La
reine étant morte sans enfants, le trône devait appartenir à sa sœur
cadette[138], épouse de Honfroy[139], mais sur ces entrefaites le
marquis de Tyr, qui convoitait le trône, enleva la femme de Honfroy,
sous prétexte qu'un tel mari n'était pas digne du trône, et l'épousa
lui-même. Cette union fut consacrée par les prêtres, bien que la
princesse fût alors enceinte; dès lors le marquis de Tyr fut reconnu
roi de la Palestine. Le roi d'Angleterre seul fit des difficultés.
Honfroy et le roi Guy le mirent dans leurs intérêts; et alors le
marquis, effrayé, s'enfuit à Tyr. En vain les chrétiens, qui faisaient
beaucoup de cas des talents du marquis, lui écrivirent pour l'engager
à revenir; il s'y refusa.»

  [135] Boha-Eddin, historien arabe, né à Mossoul, en 1145, mort en
  1232. Il fut attaché à Saladin, qui le nomma cadi de Jérusalem.
  Boha-Eddin est auteur d'une _Histoire de la vie de Saladin_.

  [136] Conrad de Montferrat, qui devint roi de Jérusalem en 1192.

  [137] Sibylle.

  [138] Isabelle.

  [139] Honfroy, seigneur de Montreal, connétable du royaume de
  Jérusalem.

Cependant le roi d'Angleterre était toujours malade. Boha-Eddin
remarque que cette maladie du roi fut une grande faveur de Dieu; car
la brèche était alors considérable et la ville à toute extrémité.
L'armée et la garnison étaient dans l'abattement; tous les jours les
chrétiens imaginaient quelque nouveau genre d'attaque; tous les jours
ils essayaient de quelque nouveau piège; aussi Saladin, était-il en
proie à une grande inquiétude. Dans ce danger, il se hâta d'écrire de
tous côtés pour solliciter du secours. Depuis quelque temps il n'avait
plus écrit au calife de Bagdad, soit qu'il eût reconnu l'inutilité de
ses démarches précédentes, soit qu'il se crût désormais hors de
danger; il rompit alors le silence, et adressa au calife la lettre
suivante, qui nous a été conservée par le compilateur des
_Deux-Jardins_.

«Votre serviteur a toujours le même respect pour vous, mais il se
lasse et s'ennuie d'avoir à tout instant à vous écrire sur nos
ennemis, dont la puissance s'accroît sans cesse et dont la méchanceté
n'a plus de bornes. Non! jamais les hommes n'avaient vu ni entendu un
tel ennemi qui assiège et est assiégé, qui resserre et est resserré,
qui à l'abri de ses retranchements ferme l'accès à ceux qui voudraient
s'approcher, et fait manquer l'occasion à ceux qui la cherchent. En ce
moment, les Francs ne sont guère au dessous de 5,000 cavaliers et de
100,000 fantassins; le carnage et la captivité les ont anéantis, la
guerre les a dévorés, la victoire les a délaissés; mais la mer est
pour eux, la mer s'est déclarée pour les enfants du feu[140]. De
vouloir définir le nombre des peuples qui composent l'armée chrétienne
et les langues barbares qu'ils parlent, cela serait impossible;
l'imagination même ne saurait se le représenter. On dirait que c'est
pour eux que Motenabbi a fait ce vers:

   «Là sont rassemblés tous les peuples avec leurs langues diverses;
   aux interprètes seuls est donné de converser avec eux.»

  [140] Ceci s'adresse aux chrétiens, qui dans l'opinion de Saladin
  étaient nécessairement prédestinés au feu de l'enfer, et pour
  lesquels cependant la mer se montrait secourable, malgré l'ancien
  proverbe qui dit que _le feu et l'eau ne vont point ensemble_.
  (_Note de M. Reinaud._)

C'est au point que lorsque nous faisons un prisonnier, ou qu'un
d'entre eux passe de notre côté, nous manquons d'interprètes pour les
entendre; souvent l'interprète à qui on s'adresse renvoie à un autre,
celui-ci à un troisième, et ainsi de suite. La vérité est que nos
troupes sont lassées et dégoûtées; elles ont vainement tenu bon
jusqu'à l'épuisement des forces; elles sont demeurées fermes jusqu'à
l'affaiblissement des organes. Malheureusement les guerriers qu'on
nous envoie, venant de fort loin, arrivent le dos brisé, en moins
grand nombre qu'ils ne sont partis, et la poitrine oppressée par ennui
de cette guerre; en arrivant, ils voudraient partir, et ils ne parlent
que de leur retour. Tant de faiblesse inspire une nouvelle audace à
nos détestables ennemis; ces ennemis de Dieu imaginent tous les jours
quelque nouvelle malice. Tantôt ils nous attaquent avec des tours,
tantôt avec des pierres; un jour c'est avec les débabés[141], un autre
avec les béliers; quelques fois ils sapent les murs; d'autres fois ils
s'avancent sous des chemins couverts, ou bien ils essayent de combler
nos fossés, ou bien encore ils escaladent les remparts. Quelques fois
ils montent à l'assaut, soit de jour, soit de nuit; d'autres fois ils
attaquent par mer, montés sur leurs vaisseaux. Enfin voilà qu'à
présent, non contents d'avoir élevé dans leur camp un mur de terre,
ils se sont mis en tête de construire des collines rondes en forme de
tours, qu'ils ont étayées de bois et de pierres; et lorsque cet
ouvrage a été conduit à sa perfection, ils ont creusé la terre par
derrière et l'ont jetée en avant, l'amoncelant peu à peu, et
s'avançant vers la ville les uns à la suite des autres, jusqu'à ce
qu'ils se trouvent maintenant à une demi-portée de trait. Jusqu'ici le
feu et les pierres avaient prise sur leurs tours et leurs palissades
de bois; mais à présent comment entamer avec les pierres ou consumer
avec le feu ces collines de terre qui sont à la fois un rempart pour
les hommes et un abri pour les machines.»

  [141] Grand édifice de bois, qui pouvait contenir un grand nombre
  de guerriers; il était revêtu de grandes plaques de fer et
  marchait sur des roues, recevant le mouvement de l'intérieur;
  cette machine était munie d'un bélier. (_Bibl. des Croisades_, t.
  4, p. 291.)

Les lettres de Saladin ne produisirent pas de grands effets, et les
musulmans ne se montrèrent pas fort zélés à le seconder. A cet égard,
le trait qui lui fut le plus sensible lui vint de son neveu
Taki-Eddin. On lit dans Emad-Eddin que ce prince, ayant reçu en fief
quelques villes de Mésopotamie, essaya d'agrandir ses domaines aux
dépens de ses voisins; ce qui obligea les princes de la contrée à se
tenir sur leurs gardes, et ce qui fut cause qu'ils n'envoyèrent pas
cette année au Sultan autant de troupes que par le passé. Saladin fut
très-indigné de cet excès d'ambition; il lui parut étrange que tandis
que les chrétiens se montraient si acharnés contre l'islamisme son
neveu songeât à ses intérêts particuliers. Aussi quand il reçut la
nouvelle de cette conduite, il la traita d'œuvre du diable.

Sur ces entrefaites, il arriva au camp un nouveau député chrétien,
demandant à parler à Saladin. Boha-Eddin rapporte que Malek-Adel et
Afdal, fils du sultan, eurent une entrevue avec le député: «N'a pas
qui veut, lui dirent-ils, la faculté d'approcher du sultan; il faut
avant tout solliciter son agrément.» Cependant Saladin y consentant;
on lui présenta le député, qui lui donna le salut du roi d'Angleterre,
et dit: «Mon maître désire avoir une entrevue avec vous; si vous
voulez lui accorder un sauf-conduit, il viendra vous trouver et vous
instruire lui-même de ses volontés; à moins que vous n'aimiez mieux
choisir dans la plaine un lieu situé entre les deux armées, où vous
puissiez traiter ensemble de vos intérêts.» Le sultan répondit: «Si
nous avons une conférence, il ne comprendra pas mon langage, ni moi le
sien; autant vaut recourir à l'intermédiaire d'un ambassadeur.»
Cependant le député insistant, il fut convenu que l'entrevue aurait
lieu entre le roi et Malek-Adel; mais les jours suivants le député ne
parut plus. Le bruit courut que le roi d'Angleterre avait été dissuadé
par les princes chrétiens d'aller au rendez-vous, sous prétexte qu'il
se compromettrait; on ajoutait même que le roi de France, qui avait de
l'autorité sur le prince, lui en avait fait défense expresse. Ce ne
fut que quelque temps après que le député du roi d'Angleterre revint
pour démentir ces bruits; il avait ordre de déclarer que le roi se
conduisait par ses volontés, et non d'après celles des autres. «Je
gouverne, disait le roi, et ne suis pas gouverné; si j'ai manqué au
rendez-vous, c'est à cause de ma maladie.» Ensuite le député, qui au
fond venait pour demander différentes choses dont son maître avait
besoin dans sa maladie, poursuivit ainsi: «C'est la coutume entre nos
rois de se faire des présents, même en temps de guerre; mon maître est
en état d'en faire qui sont dignes du sultan: me permettez-vous de les
apporter? Vous seront-ils agréables, venant par l'entremise d'un
député?» A quoi Malek-Adel répondit: «Le présent sera bien reçu,
pourvu qu'il nous soit permis d'en offrir d'autres en retour.» Le
député reprit: «Nous avons amené ici des faucons et d'autres oiseaux
de proie qui ont beaucoup souffert dans le voyage et qui se meurent de
besoin; vous plaira-t-il de nous donner des poules et des poulets pour
les nourrir? Dès qu'ils seront rétablis, nous en ferons hommage au
sultan.--Dites plutôt, repartit Malek-Adel, que votre maître est
malade, et qu'il a besoin de poulets pour se remettre. Au reste, qu'à
cela ne tienne; il en aura tant qu'il voudra; parlons d'autre chose.»
Mais l'entretien n'alla pas plus loin. Quelques jours après, le roi
d'Angleterre renvoya au sultan un prisonnier musulman, et Saladin
remit au député une robe d'honneur. Ensuite le roi envoya demander des
fruits et de la neige, qui lui furent accordés.

Boha-Eddin rapporte que le but de ces fréquentes ambassades de la part
du roi était surtout de connaître l'état et les dispositions des
troupes musulmanes, et que le sultan n'en était pas fâché, afin de
savoir aussi ce que pensaient les chrétiens. «Pendant ce temps,
poursuit Boha-Eddin, les machines de l'ennemi ne cessaient de battre
la ville; bientôt la garnison ne suffit plus à la défense des
remparts; quelquefois les soldats passaient plusieurs jours et
plusieurs nuits de suite sans dormir et sans prendre de repos; les
chrétiens au contraire, se relevaient les uns les autres. Le Ier
juillet, ils tentèrent un assaut général; dans cette vue, ils se
partagèrent en plusieurs corps, et s'ébranlèrent, cavalerie et
infanterie. Aussitôt le sultan fit prendre les armes à ses troupes, et
se porta contre le camp ennemi pour faire diversion. Ce jour-là il y
eut un engagement terrible; le sultan courait à cheval d'un rang à
l'autre, semblable à une lionne qui a perdu ses petits, en criant: «O
musulmans, musulmans!» et ayant les yeux mouillés de larmes. Toutes
les fois que ses regards venaient à tomber sur la ville, il se
représentait les maux qui accablaient la garnison; il pensait aux
souffrances des soldats; à cette idée, son ardeur s'allumait, et il
renouvelait le combat. Il passa toute cette journée sans manger et ne
prit qu'une potion qu'avait ordonnée le médecin. Pour moi, remarque
Boha-Eddin, je ne pus résister à tant de fatigues, et je quittai le
sultan pour m'enfermer dans ma tente sur la colline d'Aïadia, d'où je
pouvais tout voir. Le combat ne cessa qu'à la nuit.»

«Sur ces entrefaites, continue Boha-Eddin, nous reçûmes de la
garnison une lettre ainsi conçue: «Nous sommes dans le dernier état de
faiblesse; nous ne pouvons tenir plus longtemps; demain 2 juillet, si
vous ne venez à notre secours, nous négocierons pour nos vies; nous
abandonnerons la ville; nous tâcherons de sauver nos têtes.» Cette
nouvelle, poursuit Boha-Eddin, était la plus fâcheuse possible; nous
en fûmes tous accablés. Il y avait alors dans Acre l'élite des
guerriers de la Palestine, de la Syrie, de l'Égypte et de tous les
pays musulmans; on y remarquait les plus braves émirs de l'armée et
les plus illustres héros de l'islamisme. A la lecture de cette lettre,
le sultan ressentit une affliction qu'il n'avait jamais éprouvée; on
craignit même pour sa vie; et cependant il ne cessait de louer Dieu et
de tout prendre en patience. Dans ce danger, il se décida, pour
procurer du repos à la ville, à attaquer le camp ennemi. Au point du
jour, il fit battre le tambour; toute l'armée prit les armes,
cavalerie et infanterie, et l'assaut commença; mais le sultan fut mal
secondé. Une partie de l'infanterie chrétienne s'était placée derrière
ses retranchements, ferme comme un mur, et il ne fut jamais possible
de l'entamer. J'ai ouï dire à l'un de ceux qui parvinrent jusqu'au
camp ennemi, qu'il vit un chrétien, lequel du haut des retranchements,
et ayant à ses côtés des hommes qui lui fournissaient des traits et
des pierres, repoussait les assaillants; sa constance était
extraordinaire; déjà il était atteint de plus de cinquante traits ou
coups de pierre, sans que rien pût lui faire lâcher pied; nous n'en
fûmes délivrés que par un pot de naphte qui le brûla entièrement. Un
autre m'a assuré avoir vu une femme qui se battait comme les hommes.
Le combat dura jusqu'à la nuit.

«Pendant cette attaque, il s'en livrait une autre du côté de la ville.
Déjà les chrétiens étaient parvenus jusque sur l'avant-mur, et ils
allaient forcer la dernière barrière, lorsqu'ils perdirent six de
leurs braves les plus illustres. Cet accident ralentit leur courage,
et Saïf-Eddin-Maschtoub, commandant de la ville, en profita pour
négocier. Il se présenta au roi de France, et lui dit: «Vous savez que
la plupart des villes de ce pays que nous occupons, nous les avons
prises sur vous; nous les pressions de toutes nos forces, mais du
moment que les habitants demandaient la vie, nous la leur accordions,
et nous les laissions aller en liberté; accordez-nous à votre tour les
mêmes conditions, et nous abandonnerons Acre.» Le roi répondit: «Ceux
dont vous me parlez, aussi bien que vous, vous êtes mes esclaves et
mes serviteurs; commencez par vous rendre, et je verrai ce que j'ai à
faire.» A ces mots, Maschtoub ne put retenir son indignation. «Nous ne
rendrons pas la ville, s'écria-t-il, vous n'entrerez pas que nous ne
soyons tués, et aucun de nous ne périra qu'il n'ait tué cinquante des
vôtres.» En disant ces mots, il se retira.

Mais quand il fut de retour dans la ville, la frayeur s'empara des
esprits; plusieurs s'enfuirent la nuit dans une barque. Ibn-Alatir dit
que les uns périrent dans la traversée et s'en allèrent à la _demeure
éternelle_; les autres arrivèrent sains et saufs auprès du sultan.
Saladin fut très-irrité de cette désertion; si l'on en croit
Emad-Eddin, il ôta, dans sa colère, à ces lâches émirs, les terres et
les bénéfices militaires qu'il leur avait donnés, et par cette
sévérité il en engagea quelques-uns à retourner à leur poste. Mais
déjà l'effet était produit; les habitants se trouvaient au dernier
degré de l'abattement, et la même crainte se communiqua à l'armée.
Aussi le lendemain, quand le sultan ramena ses troupes au combat,
elles refusèrent d'en venir aux mains, prétendant que c'était
inutilement compromettre l'honneur de l'islamisme. Cependant le roi
d'Angleterre, ayant envoyé trois hommes pour demander de la neige et
des fruits, obtint ce qu'il désirait.

Tout-à-coup, dans la nuit du samedi 5 du mois, les Francs, au rapport
de Boha-Eddin, entendirent un grand bruit qui leur fit croire qu'une
nouvelle armée venait d'entrer dans la ville; là-dessus ils prirent
les armes, comme pour marcher au combat. Le même bruit fut entendu de
l'armée musulmane, et les soldats s'ébranlèrent aussi. C'était une
fausse alerte, et ce bruit extraordinaire avait été occasionné par
l'arrivée subite de quelques cavaliers habillés de vert dans la ville.
Un chrétien s'avançant sous les remparts, cria à un soldat de la
garnison qui était en sentinelle: «Par ta foi, dis-moi combien il en
est entré. Je les ai vus; ils étaient à cheval et habillés de vert;
ils n'étaient guère au-dessous de mille[142].»

«Le lendemain, poursuit Boha-Eddin, nous reçûmes une nouvelle lettre
de la garnison, ainsi conçue: «Nous avons tous juré de mourir; nous
nous ferons tuer plutôt que de nous rendre; ils n'entreront pas tant
que nous serons en vie; seulement faites diversion et empêchez
l'ennemi de nous attaquer. Telle est notre résolution. Gardez-vous de
céder; pour nous, notre parti est pris.»

  [142] L'auteur arabe veut parler d'une légion d'anges qui étaient
  descendus du ciel pour venir au secours de la ville.

«Le fait est que les jours suivants les chrétiens n'attaquèrent pas la
ville; ils envoyèrent faire de nouvelles propositions, aimant mieux,
disaient-ils, entrer sans effusion de sang, et demandant que tous les
prisonniers chrétiens fussent mis en liberté, et que toutes les villes
de la Palestine et de la Phénicie qu'ils avaient perdues leur fussent
rendues. Mais Saladin ne voulut pas accepter ces conditions; il
offrit la ville seule avec ce qu'elle contenait, non compris la
garnison; il offrit encore de rendre le bois du crucifiement (la vraie
croix), ce qui fut refusé.»

Ibn-Alatir dit de plus que Saladin proposa de rendre un prisonnier
chrétien pour chaque musulman qui se trouverait dans la ville. «Sur le
refus des Francs, ajoute-t-il, le sultan écrivit aux soldats de la
garnison de sortir le lendemain tous ensemble, et de s'ouvrir un
passage à travers l'armée chrétienne; il leur enjoignit de suivre les
bords de la mer et de se charger de tout ce qu'ils pourraient
emporter, promettant de son côté d'aller à leur rencontre avec ses
troupes et de favoriser leur retraite. Les assiégés se disposèrent à
évacuer la ville; chacun mit à part ce qu'il voulait sauver.
Malheureusement ces préparatifs durèrent jusqu'au jour; et les
chrétiens, prévenus du projet, occupèrent toutes les issues. Quelques
soldats montèrent sur les remparts et agitèrent un drapeau; c'était le
signal de l'attaque. Saladin se précipita aussitôt sur le camp des
chrétiens pour faire diversion, mais tout fut inutile; les chrétiens
firent à la fois face à la garnison et à l'armée du sultan. Tous les
musulmans étaient en larmes; Saladin allait et venait, animant ses
guerriers; peu s'en fallut même qu'il ne forçât le camp ennemi; à la
fin, il fut repoussé par le nombre.»

La ville était alors ouverte de toutes parts et réduite à la dernière
extrémité. Le vendredi suivant, 17 du mois, la garnison, au rapport de
Boha-Eddin, envoya un nageur au sultan, avec une lettre qui annonçait
l'état horrible où elle se trouvait et l'impossibilité de tenir plus
longtemps. Aussitôt Saladin se disposa à tenter un dernier effort; il
assembla son conseil, et après lui avoir exposé le malheureux état de
la ville, il proposa de renouveler le combat. Les avis furent
partagés; mais pendant qu'on délibérait, on vit tout-à-coup arborer
sur les murs l'étendard et les bannières des Francs; en même temps, un
grand cri s'éleva du côté de l'armée chrétienne. On était alors vers
l'heure de midi. Les musulmans en furent accablés; ils demeurèrent un
instant comme frappés de stupeur; on eût dit qu'ils avaient l'esprit
égaré; ensuite ils éclatèrent en gémissements et en sanglots; tous les
cœurs prirent part à la douleur commune, à proportion de leur foi et
de leur piété; tous les musulmans s'affligèrent de cette perte par
esprit de religion. «Pour moi, poursuit Boha-Eddin, je restai tout ce
temps là auprès de Saladin; il paraissait plus affecté qu'une mère qui
a perdu son fils unique et fondait en larmes; je lui offris des
consolations analogues à la circonstance; je l'exhortai à songer
plutôt aux moyens de sauver Jérusalem et la Palestine.»

L'historien Emad-Eddin, qui était aussi à l'armée, témoigne également
que les musulmans lorsqu'ils virent planter l'étendard des chrétiens
sur les remparts furent tous dans l'affliction. «Nous ignorions
encore, dit-il, comment la ville avait été prise et à quelles
conditions. Ainsi le décret de Dieu eut son effet. Les consolations
étaient faibles et l'espérance fuyait loin de nous. Quand la nuit fut
venue, le sultan s'enferma dans sa tente, livré à de noires pensées.
Le lendemain nous allâmes le trouver; il était triste et inquiet de
l'avenir; nous essayâmes de le consoler; nous lui dîmes: Cette ville
était une de celles que Dieu avait prises, et elle est retombée au
pouvoir de ses ennemis. J'ajoutai: La loi n'a pas péri pour une ville
perdue; il faut avoir en Dieu la même confiance.»

Voici comment Ibn-Alatir raconte la prise d'Acre. «Quand Maschtoub,
dit-il, vit l'état désespéré de la ville et l'impossibilité de la
défendre, il alla traiter avec les Francs. Il fut convenu que les
habitants et la garnison sortiraient en liberté avec leurs biens,
moyennant la somme de 200,000 pièces d'or, la liberté de 2,500
prisonniers chrétiens, dont 500 d'un rang élevé, et la restitution de
la croix du crucifiement; de plus, Maschtoub promit 10,000 pièces d'or
pour le marquis de Tyr, et 4,000 pour ses gens; il fut accordé un
certain délai pour le payement de l'argent et la remise des
prisonniers. Tout étant ainsi convenu, les deux partis jurèrent
l'exécution du traité, et les Francs entrèrent dans la ville.»

    REINAUD, _Bibliothèque des Croisades_, t. 4, p. 302.



LA QUATRIÈME CROISADE.

_Foulques de Neuilly prêche la croisade._

1198.

Sachez que 1198 ans après l'incarnation de Notre-Seigneur, au temps
d'Innocent III, apostole de Rome, de Philippe roi de France et de
Richard roi d'Angleterre, il y eut un saint homme en France qui avait
nom Foulques de Neuilly. Ce Neuilly est situé entre Lagny-sur-Marne et
Paris; et il était prêtre et tenait la paroisse de la ville. Et ce
Foulques, dont je vous parle, commença à parler de Dieu par toute la
France et les autres pays d'alentour, et Notre-Seigneur fit maints
miracles en sa faveur. Sachez que la renommée de ce saint homme alla
si loin qu'elle vint à l'apostole de Rome Innocent; et l'apostole
envoya en France et ordonna à cet homme de bien qu'il prêchât la
croisade sous son autorité; et après il envoya un de ses cardinaux,
maître Pierre de Capoue croisé, et fit savoir par lui l'indulgence
telle que je vous la dirai. Tous ceux qui se croiseraient et feraient
le service de Dieu pendant un an à l'armée seraient quittes de tous
les péchés qu'ils avaient faits et dont ils se seraient confessés.
Parce que ces indulgences étaient aussi grandes, beaucoup s'en émut le
cœur des gens, et beaucoup se croisèrent parce que l'indulgence était
si grande[143].

  [143] Nous donnons ici comme spécimen du langage du commencement
  du treizième siècle un chapitre de Ville-Hardouin non traduit:

  Sachiez que mille cent quatre vinz et dix-huit ans après
  l'incarnation nostre seingnor Jésus-Christ, al tens Innocent III,
  apostoille de Rome, et Philippe roy de France, et Richart roy
  d'Engleterre, ot un saint home en France, qui ot nom Folques de
  Nuillis. Cil Nuillis siest entre Lagny sor Marne et Paris; et il
  ère prestre, et tenoit la parroiche de la ville. Et cil Folques
  dont je vous di comença à parler de Dieu par France et par les
  autres terres entor, et nostre sires fist maint miracles por luy.
  Sachiez que la renomée de cil saint home alla tant, qu'elle vint à
  l'apostoille de Rome Innocent; et l'apostoille envoya en France,
  et manda al prod'om que il empreschast des croiz par s'autorité;
  et après y envoya un suen chardonal, maistre Ferron de Chappes
  croisié; et manda par luy le pardon tel come vos dirai. Tuit cil
  qui se croiseroient et feroient le service Dieu un an en l'ost
  seroient quittes de toz les pechiez qu'ils avoient faiz, dont il
  seroient confés. Porceque cil pardons fu issi granz, si s'en
  esmeurent mult le cuers des genz, et mult s'en croisièrent
  porceque le pardons ère si grans.


_Les croisés français envoient des députés à Venise._

1201.

Les barons tinrent un parlement à Soissons pour savoir quand ils
voudraient partir et quel chemin ils devraient suivre. Pour cette fois
ils ne purent s'accorder, parce qu'il leur sembla qu'il n'y avait pas
encore assez de croisés. Mais dans le second mois de l'année ils
tinrent une nouvelle assemblée à Compiègne, à laquelle furent tous
les comtes et les barons qui avaient pris la croix. Maint conseil y
fut pris et donné. Mais la résolution fut qu'ils enverraient les
meilleurs messagers qu'ils pourraient trouver et auxquels ils
donneraient plein pouvoir de faire toutes choses.

De ces messagers, Thibaut le comte de Champagne et de Brie en envoya
deux; et Baudouin le comte de Flandre et Hainaut, deux; et Louis le
comte de Blois, deux. Les messagers du comte Thibaut furent Geoffroy
de Ville-Hardoin, le maréchal de Champagne, et Miles de Brabant; et
les messagers du comte Baudouin furent Conon de Béthune et Alard
Macquereau; et les messagers du comte Louis, Jean de Friaise et
Gautier de Gandonville. A ces six les barons remirent entièrement
leurs affaires; et on convint qu'ils leur donneraient bonnes chartes
scellées de leurs sceaux, qu'ils tiendraient ferme toutes les
conventions que les six feraient par tous les ports de mer ou autres
lieux où ils iraient. Alors partirent les six messagers, comme vous
avez entendu, et ils prirent conseil entre eux, et ils s'accordèrent
qu'ils croyaient trouver à Venise plus grande quantité de vaisseaux
que dans nul autre port. Et ils chevauchèrent à si grande journée
qu'ils y arrivèrent la première semaine de carême.

Le duc de Venise, qui s'appelait Henri Dandole et était sage et preux,
les reçut avec honneur, lui et les autres gens. Et quand ils
baillèrent les lettres de leurs seigneurs, ils s'émerveillèrent
beaucoup de l'affaire pour laquelle ils étaient venus en ce pays. Les
lettres étaient de créance, et les comtes disaient qu'on crût leurs
messagers comme eux-mêmes et qu'ils tiendraient ce qu'ils feraient. Et
le duc leur répond: «Seigneurs, j'ai vu vos lettres. Nous avons bien
reconnu que vos seigneurs sont les plus hauts princes qui soient sans
couronne; et ils nous mandent que nous croyions ce que vous nous
direz et que nous tenions pour ferme ce que vous ferez. Or, dites ce
qui vous plaira.» Alors les messagers répondirent: «Sire, nous voulons
que vous réunissiez votre conseil, et devant lui nous vous dirons ce
que vous mandent nos seigneurs, demain, s'il vous plaît.» Et le duc
leur répondit qu'il leur accordait répit jusqu'au quatrième jour,
qu'alors il aurait assemblé son conseil et qu'ils pourraient dire ce
qu'ils demandaient.

Ils attendirent que fût venu le quatrième jour qu'il leur avait dit.
Ils entrèrent au palais, qui était très-riche et beau, et trouvèrent
le duc et son conseil dans une chambre, et les messagers dirent de la
manière qui suit: «Sire, nous sommes venus à toi de la part des hauts
barons de France, qui ont pris le signe de la croix pour venger
l'injure de Jésus-Christ et pour conquérir Jérusalem, si Dieu le veut
permettre; et parce qu'ils savent qu'aucuns peuples n'ont autant de
puissance que vous et votre nation, ils vous prient, pour Dieu, que
vous ayez pitié de la terre d'outre-mer, et que pour venger l'injure
de Jésus-Christ vous leur fournissiez des vaisseaux.--En quelle
manière? fait le duc.--En toutes les manières, font les messagers, que
vous leur voudrez proposer ou conseiller, pourvu qu'ils y puissent
satisfaire.--Certes, fait le duc, ils nous ont demandé une grande
chose, et il semble qu'ils entreprennent une grosse affaire; nous vous
répondrons d'aujourd'hui en huit jours, et ne vous étonnez pas si le
terme est long, car il est convenable de bien réfléchir à une si
grande chose.»

Au terme que le duc leur avait donné, ils revinrent au palais. Je ne
puis vous raconter toutes les paroles qui furent dites alors, mais la
fin de cette discussion fut telle: «Seigneurs, fit le duc, nous vous
dirons ce que nous avons décidé, si nous pouvons le faire accepter
par notre conseil et le peuple du pays, et vous examinerez si vous
pouvez l'accepter. Nous vous fournirons de bateaux plats pour passer
quatre mille cinq cents chevaux et neuf mille écuyers, et de navires
pour quatre mille cinq cents chevaliers et vingt mille sergents à
pied; et pour tous ces chevaux et ces hommes, il sera convenu que la
flotte portera des vivres pour neuf mois, à la condition que l'on
donnera pour le cheval quatre marcs d'argent, et pour l'homme deux. Et
toutes les conventions que nous devisons, nous les tiendrons pendant
un an à compter du jour que nous partirons du port de Venise pour
faire le service de Dieu et de la chrétienté, en quelque lieu que ce
soit. La somme totale que vous aurez à payer se monte à 85,000 marcs.
Et nous vous promettons que nous mettrons en mer cinquante galères
pour l'amour de Dieu, en convenant que, tant que durera notre
association, de toutes les conquêtes que nous ferons par mer ou par
terre, nous en aurons la moitié et vous l'autre. Or, consultez-vous,
et voyez si vous pouvez accepter ces propositions.»

Les messagers s'en vont, et disent qu'ils parleraient ensemble et
qu'ils feront réponse le lendemain. Ils se consultèrent et parlèrent
entre eux pendant la nuit; ils s'accordèrent pour accepter les
propositions, et le lendemain ils vinrent devant le duc, et dirent:
«Sire, nous sommes prêts à accepter votre convention.» Et le duc dit
qu'il en parlerait à son peuple, et que ce qui serait décidé il le
leur ferait savoir. Le lendemain, qui était le troisième jour, le duc,
qui était très-sage et preux, manda son grand conseil, et le conseil
était de quarante hommes des plus sages du pays. Par son bon sens et
son esprit, qui était net et bon, il les amena à louer et à vouloir
l'arrangement. Puis il en fit venir cent, puis deux cents, puis
mille, tant que tous l'approuvèrent et consentirent; puis il en
assembla au moins dix mille dans la chapelle de Saint-Marc, la plus
belle qui soit, et il leur dit d'entendre la messe du Saint-Esprit et
qu'ils prient Dieu pour qu'ils les conseillât sur la demande que les
messagers venaient faire; et ils le firent bien volontiers.

Quand la messe fut dite, le duc fit dire aux messagers qu'ils
demandassent humblement à tout le peuple s'il voulait faire cette
convention. Les messagers vinrent à l'église; ils y furent beaucoup
regardés par maintes gens qui ne les avaient pas encore vus. Geoffroy
de Ville-Hardouin, le maréchal de Champagne, prit la parole, du
consentement et de la volonté des autres messagers; il leur dit:
«Seigneurs, les barons de France les plus hauts et les plus puissants
nous ont envoyés auprès de vous; ils vous crient miséricorde: prenez
pitié de Jérusalem, qui est en servage de Turcs; et pour Dieu veuillez
les accompagner pour venger l'injure de Jésus-Christ; ils vous ont
choisis parce qu'ils savent que nulle nation n'a autant de puissance
sur mer que vous; ils nous ont commandé de nous jeter à vos pieds et
de ne nous relever que quand vous aurez promis d'avoir pitié de la
terre sainte d'outre-mer.»

Alors les six messagers s'agenouillent à leurs pieds, pleurant
beaucoup; et le duc et tous les autres s'écrièrent tous à une voix,
levant leurs mains en l'air, et dirent: «Nous l'octroyons, nous
l'octroyons!» Il y eut alors si grand bruit et si grande noise qu'il
semblait que la terre s'écroulait. Et quand cette grande noise fut
apaisée, le bon duc de Venise, qui était très-sage et preux, monta au
pupitre, parla au peuple, et leur dit: «Seigneurs, voyez l'honneur que
Dieu vous a fait, qui est que la meilleure nation du monde a laissé
toutes les autres pour venir requérir votre compagnie et accomplir
cette importante entreprise d'aller au secours de Notre-Seigneur.»
Des paroles bonnes et belles que dit le duc, je ne puis tout raconter.
Ainsi finit la chose, et les chartes furent dressées le lendemain.


_Les croisés arrivent à Venise._

1202.

Une grande partie des pèlerins était déjà arrivée à Venise. Le comte
de Flandre Baudouin y était déjà arrivé et beaucoup d'autres; mais la
nouvelle leur vint que beaucoup de pèlerins s'en allaient par d'autres
chemins vers d'autres ports; ils en furent très-contrariés, parce
qu'ils ne pourraient plus exécuter la convention ni payer la somme
qu'ils devaient aux Vénitiens. Après avoir tenu conseil entre eux, ils
envoyèrent de bons messagers au-devant des pèlerins et de Louis comte
de Blois et de Chartres, qui n'étaient pas encore arrivés, pour les
exhorter, leur crier miséricorde et leur dire qu'ils eussent pitié de
la terre sainte d'outre-mer, et que nul preux ne pouvait prendre un
autre passage que celui de Venise.

A ce message furent élus le comte Hugues de Saint-Pol et Geoffroy de
Ville-Hardouin, le maréchal de Champagne, qui chevauchèrent jusqu'à
Pavie. Ils y trouvèrent le comte Louis en grande compagnie de bons
chevaliers et de braves gens. Par leurs remontrances et leurs prières,
ils décidèrent assez de gens de venir à Venise qui s'en allaient à
d'autres ports par d'autres chemins. Pourtant beaucoup de bonnes gens
partirent de Plaisance qui s'en allèrent en Pouille par d'autres
chemins. De ceux-là furent Villain de Neuilly, qui était un des bons
chevaliers du monde, Henri d'Ardillières, Renard de Dampierre, Henri
de Longchamp, Gilles de Trasegnies, homme-lige de Baudouin comte de
Flandre, qui lui avait donné cinq cents livres du sien pour aller avec
lui au voyage. Avec eux s'en allèrent grande compagnie[144] de
chevaliers et de sergents, dont les noms ne sont pas écrits. Grand fut
le décroissement de ceux de l'armée qui allaient à Venise, et il
advint grande mésaventure, ainsi que vous pourrez le voir plus loin.

  [144] Grant planté.

Mais le comte Louis et d'autres barons s'en allèrent à Venise, et
furent reçus à grand'fête et à grand'joie; ils se logèrent dans l'île
Saint-Nicolas avec les autres croisés. L'armée était bien belle et de
braves gens; jamais nul homme n'en vit une plus belle et plus
nombreuse. Les Vénitiens leur donnèrent abondamment, comme on était
convenu, tout ce qui était nécessaire aux chevaux et aux hommes; et
les navires qu'ils appareillèrent étaient si beaux et si riches, que
jamais nul chrétien n'en vit de plus beaux et de plus riches; et il y
avait de vaisseaux, de galères et de vissiers (bateaux plats) trois
fois plus qu'il n'en fallait pour ce qu'il y avait d'hommes en
l'armée. Ha! quel grand dommage ce fut quand les autres qui allèrent
aux autres ports ne vinrent pas ici! La chrétienté eût été bien
rehaussée et la terre des Turcs abaissée! Les Vénitiens accomplirent
très-bien toutes leurs conventions et firent mieux encore; et ils
sommèrent les comtes et les barons de tenir leurs engagements et de
payer l'argent convenu, étant prêts de faire voile.

On chercha dans l'armée le prix du transport, et il y avait assez de
gens qui disaient qu'ils ne pouvaient pas payer leur passage, et les
barons en recevaient ce qu'ils pouvaient donner. Quand ils eurent
demandé et quêté, il se trouva qu'on était bien loin de la somme
nécessaire; alors les barons les réunirent, et leur dirent:
«Seigneurs, les Vénitiens ont fort bien accompli leurs engagements, et
même au delà; mais nous ne sommes pas assez de monde pour pouvoir
payer le passage, et cela par l'absence de ceux qui sont allés aux
autres ports. Pour Dieu! que chacun donne de son bien autant qu'il
faudra pour que nous puissions payer le prix convenu; en tout il vaut
mieux que nous donnions tout notre avoir que de faire manquer
l'entreprise et de perdre ce que nous y avons déjà dépensé et de
manquer à nos conventions; et si cette armée retourne en arrière, le
secours d'outre-mer est perdu.» Alors il y eut grande discorde parmi
la plupart des barons et des autres pèlerins, qui disaient: «Nous
avons payé notre passage; s'ils veulent nous mener, nous nous en irons
volontiers; et s'ils ne le veulent pas, nous nous disperserons et nous
irons à d'autres ports.» Ils parlaient ainsi parce qu'ils auraient
voulu que l'armée se dispersât. Les autres disaient: «Mieux
aimons-nous y dépenser tout notre avoir et aller pauvres à l'armée que
de la laisser rompre, car Dieu nous le rendra bien quand il lui
plaira.»

Alors le comte de Flandre commença à bailler tout ce qu'il avait et
tout ce qu'il put emprunter, et le comte Louis, et le marquis de
Montferrat, et le comte Hugues de Saint-Pol, et ceux qui se tenaient
de leur parti; alors vous eussiez vu porter beaucoup de belle
vaisselle d'or et d'argent à l'hôtel du duc pour faire le payement. Et
quand ils eurent payé, il manqua du prix convenu 34,000 marcs
d'argent. Et de cela furent très-joyeux ceux qui les avaient mis en
défaut, en ne voulant rien donner; ils croyaient bien alors que
l'armée allait se rompre et se dépecer. Mais Dieu, qui conseille ceux
qui sont privés de conseils, ne le veut pas permettre.

Alors le duc parla à son peuple, et leur dit: «Seigneurs, ces gens ne
nous peuvent plus payer, et tout ce qu'ils nous ont payé, nous l'avons
gagné en vertu des conventions qu'ils ne peuvent plus tenir; mais
notre droit ne saurait aller jusque là: nous et notre pays en
recevrions grand blâme. Demandons-leur plutôt un service. Le roi de
Hongrie nous a pris Zara en Dalmatie, qui est une des plus fortes
villes du monde; jamais elle ne sera reprise par les forces que nous
avons, si ces gens ne nous aident. Demandons leur qu'ils aient à la
conquérir, et nous leur donnerons pour les 30,000 marcs d'argent
qu'ils nous doivent un répit jusqu'à ce que Dieu nous permette de les
conquérir ensemble eux et nous.» Ainsi fut ce service demandé aux
barons, et très-contrariés furent ceux qui auraient voulu que l'armée
se rompît; cependant on accorda ce que demandaient les Vénitiens.

Alors on tint une assemblée, un dimanche, dans l'église Saint-Marc.
C'était une grande fête; y fut le peuple du pays, et la plupart des
barons et des pèlerins. Avant que la grand'messe commençât, le duc de
Venise, qui s'appelait Henri Dandole, monta au pupitre, parla au
peuple, et leur dit: «Seigneurs, vous êtes associés avec la plus brave
nation du monde et pour la plus grande affaire que jamais on
entreprit: Je suis vieux et faible, j'aurais besoin de repos et je
suis embarrassé de mon corps; mais je vois que nul ne vous saurait
gouverner et conduire comme moi, qui suis votre seigneur. Si vous
vouliez permettre que je prisse le signe de la croix pour aller avec
vous et vous conduire, et que mon fils demeurât à ma place pour
conserver l'État, j'irais vivre ou mourir avec vous et avec les
pèlerins.» Quand ceux-ci entendirent ces paroles, ils s'écrièrent tout
d'une voix: «Nous vous prions pour Dieu que vous l'accordiez et que
vous le fassiez et que vous vous en veniez avec nous.»

Il y eut alors grande compassion dans le peuple du pays et chez les
pèlerins, et mainte larme pleurée, de ce que cet homme de bien, qui
avait si belle occasion de rester à Venise, montrait tant de courage;
car il était vieux, et quoiqu'il eût les yeux encore beaux, il n'y
voyait goutte, parce qu'il avait perdu la vue par une plaie qu'il
reçut à la tête. Ah! combien lui ressemblaient peu ceux qui étaient
allés dans d'autres ports pour esquiver le péril. Alors le duc
descendit du pupitre, alla devant l'autel, et se mit à genoux en
pleurant, et ils lui cousirent la croix sur un grand chapeau de coton,
parce qu'il voulait que le peuple la vît. Et les Vénitiens
commencèrent à se croiser à foison en ce jour. Nos pèlerins eurent
bien grande joie et bien grande compassion de cette croix, à cause du
bon sens et de la prouesse que le duc avait en lui. Ainsi fut croisé
le duc, comme vous l'avez entendu. Alors il commença à livrer les
navires, les galères et les vissiers aux barons pour s'embarquer.


_Alexis demande du secours aux Vénitiens._

Maintenant écoutez une des plus grandes merveilles et des plus grandes
aventures que vous ayez jamais entendues. A ce temps, il y eut un
empereur à Constantinople qui s'appelait Isaac, et qui avait un frère
appelé Alexis, qu'il avait racheté de prison des Turcs. Icelui Alexis
s'empara de son frère l'empereur, et lui arracha les yeux de la tête,
et se fit empereur par la trahison que vous venez d'entendre. Il le
tint longtemps en prison et un sien fils qui s'appelait Alexis. Ce
fils s'échappa de prison et s'enfuit sur un vaisseau jusque dans une
ville sur la mer qui s'appelle Ancône. De là il alla auprès de
Philippe d'Allemagne, qui avait épousé sa sœur. De là il vint à
Vérone en Lombardie, et hébergea dans la ville, et trouva assez de
pèlerins qui s'en venaient à l'armée. Ceux qui l'avaient aidé à
s'échapper et qui étaient avec lui lui dirent: «Sire, voici une armée
à Venise près de nous, composée de la plus brave nation et des
meilleurs chevaliers du monde qui vont outre-mer. Va leur crier
miséricorde; qu'ils aient pitié de toi, de ton père, qui êtes
déshérités si injustement; et s'ils te voulaient aider, tu feras tout
ce qu'ils demanderont. J'ai espoir qu'il leur en prendra pitié.» Et il
dit qu'il le fera bien volontiers et que ce conseil est bon.

Il envoya donc ses messagers; il en envoya au marquis Boniface de
Montferrat, qui était le sire de l'armée, et aux autres barons. Et
quand les barons les virent, ils en furent très-étonnés, et leur
répondirent: «Nous entendons bien ce que vous dites. Nous enverrons
quelques-uns de nous au roi Philippe avec votre maître, qui va vers
lui. S'il nous veut aider à recouvrer la terre d'outre-mer, nous
l'aiderons à conquérir son royaume, que nous savons avoir été enlevé à
tort à lui et à son père.»


_Les croisés à Zara._

1202.

On répartit les navires et les bateaux entre les barons. Ha Dieu! que
de bons destriers on y mit! et quand les navires furent chargés
d'armes et de viandes, et de chevaliers et de sergents, les écus
furent rangés le long des bords des navires et sur les poupes, ainsi
que les bannières, dont il y en avait tant de belles. Et sachez qu'ils
portèrent sur les vaisseaux plus de trois cents pierriers, et
mangonneaux, et quantité d'engins qui sont nécessaires pour prendre
villes. Jamais plus belle flotte ne partit d'aucun port.

La veille de la Saint-Martin ils arrivèrent devant Zara en Dalmatie,
et virent la cité fermée de hauts murs et de hautes tours; malaisément
on demanderait ville plus belle, plus forte et plus riche. Quand les
pèlerins la virent, ils s'émerveillèrent beaucoup, et se dirent les
uns aux autres: Comment pourrait être prise de force pareille ville,
si Dieu lui-même ne le fait? Les premiers vaisseaux vinrent devant la
ville, y jetèrent l'ancre, et attendirent les autres. Le lendemain
matin, par un jour beau et très-clair, arrivèrent toutes les galères,
et les bateaux et les autres navires qui étaient arriérés. Ils prirent
le port par force, rompirent la chaîne, qui était très-forte, et
descendirent à terre, si bien que le port fut entre eux et la ville.
Alors vous eussiez vu sortir des vaisseaux maints chevaliers et maints
sergents, tirer des bateaux maints bons destriers, et mainte riche
tente, et maint pavillon. Ainsi se logea l'armée, et Zara fut assiégé
le jour de la Saint-Martin. A ce moment n'étaient pas encore arrivés
tous les barons, car encore n'était pas venu le marquis de Montferrat,
qui était resté en arrière pour affaire qu'il avait. Étienne du Perche
demeura malade à Venise, ainsi que Matthieu de Montmorency. Quand ils
furent guéris, Matthieu de Montmorency s'en vint auprès de l'armée à
Zara; mais Étienne du Perche ne fit pas si bien, car il déguerpit de
l'armée, et s'en alla séjourner en Pouille. Avec lui s'en alla Rotrou
de Montfort, et Ives de la Valle, et maints autres qui en furent
beaucoup blâmés et qui passèrent au printemps en Syrie.

Le lendemain de la Saint-Martin, ceux de Zara sortirent, et vinrent
parler au duc de Venise, qui était en sa tente; ils lui dirent qu'ils
rendraient la ville et tous leurs biens à discrétion, leur vie
restant sauve. Le duc leur dit qu'il ne ferait ce traité, ni un autre,
sans se consulter avec les comtes et les barons, et qu'il irait leur
en parler. Pendant que le duc conférait avec eux, ceux dont on vous a
parlé précédemment, qui voulaient rompre l'armée, dirent aux
messagers: «Pourquoi voulez-vous rendre votre ville? Les pèlerins ne
vous attaqueront pas, vous n'avez rien à craindre d'eux; si vous
pouvez vous défendre des Vénitiens, vous êtes sauvés.» Là-dessus ils
envoyèrent l'un d'entre eux, qui s'appelait Robert de Boves, qui alla
aux murs de la ville et leur parla de la même manière. Alors
rentrèrent les messagers dans la ville, et le traité en demeura là.

Pendant ce temps le duc de Venise était venu vers les comtes et les
barons, et leur avait dit: «Seigneur, les habitants veulent rendre
leur ville à discrétion, en conservant la vie sauve; je ne veux faire
ce traité ni un autre, sinon par votre avis.» Les barons lui
répondirent: «Sire, nous vous approuvons, et même nous vous prions de
faire ce traité.» Et il dit qu'il le ferait. Puis ils s'en
retournèrent tous ensemble au pavillon du duc pour faire le traité, et
ils trouvèrent que les messagers s'en étaient allés par les conseils
de ceux qui voulaient rompre l'armée. Et alors se leva un abbé des
Vaux de Cernay, de l'ordre de Citeaux, qui leur dit: «Seigneurs, je
vous défends, de par l'apostole de Rome, d'attaquer cette ville, car
elle est peuplée de chrétiens, et vous êtes pèlerins.» Et quand le duc
entendit cela il en fut très-irrité, et dit aux comtes et aux barons:
«Seigneurs, je tenais cette ville à ma discrétion, et vos gens me
l'ont enlevée, et vous étiez convenu que vous m'aideriez à la prendre,
et je vous somme de le faire.»

Alors les comtes et les barons et ceux qui étaient de leur parti se
réunirent, et dirent: «Ceux qui ont empêché de conclure le traité ont
fait un grand outrage, et il ne se passe pas jour qu'ils ne se donnent
beaucoup de peine pour dissoudre l'armée. Or, nous serons honnis si
nous n'aidons pas à la prendre.» Ils vinrent vers le duc, et lui
dirent: «Sire, nous vous aiderons à prendre la ville en dépit de ceux
qui vous ont empêché de l'avoir.» Ainsi fut prise la résolution. Et au
matin ils allèrent s'établir devant les portes de la ville, et y
dressèrent leurs pierriers, leurs mangonneaux et les autres engins,
dont ils avaient grand nombre; du côté de la mer, ils dressèrent les
échelles sur les vaisseaux. Alors ils commencèrent à lancer des
pierres contre les murs et les tours de là ville. Cette attaque dura
bien cinq jours, après quoi ils mirent leurs trancheurs à une tour, et
ceux-ci commencèrent à trancher le mur. Quand ceux de dedans virent
cela, ils demandèrent un traité, tout semblable à celui qu'ils avaient
refusé par le conseil de ceux qui voulaient rompre l'armée.

Ainsi la ville se rendit à discrétion au duc de Venise, la vie sauve
assurée aux habitants. Alors vint le duc auprès des comtes et des
barons, et leur dit: «Seigneurs, nous avons conquis cette ville par la
grâce de Dieu et par la vôtre. L'hiver est venu, et nous ne pouvons
partir d'ici avant Pâques, car nous ne trouverions pas à vivre autre
part, tandis que cette ville est riche et garnie de tous biens.
Partageons-la entre nous; nous en prendrons la moitié, et vous
l'autre.» Ainsi comme il fut dit, il fut fait. Les Vénitiens eurent la
partie vers le port où étaient les navires, et les Français eurent
l'autre.


_Le prince de Constantinople envoie des députés à Zara._

Des messagers du roi Philippe et du prince de Constantinople étant
arrivés d'Allemagne, les barons et le duc s'assemblèrent dans un
palais où le duc était logé. Alors les messagers dirent: «Seigneurs,
le roi Philippe et le fils de l'empereur de Constantinople, qui est le
frère de sa femme, nous envoient vers vous. Le roi vous dit: Je vous
enverrai le frère de ma femme, et je le mets en la main de Dieu, qui
le garde de la mort, et en la vôtre. Puisque vous vous êtes consacrés
au service de Dieu, du droit et de la justice, vous devez rendre leur
héritage, si vous le pouvez, à ceux qui en sont privés injustement. Le
prince vous fera le traité le plus avantageux qui fut jamais, et vous
donnera la plus grande aide pour conquérir la terre d'outre-mer. Tout
d'abord, si Dieu permet que vous le remettiez en son héritage, il
mettra tout l'empire de Romanie[145] sous l'obédience de Rome, dont il
faisait partie jadis. Après, il sait que vous avez mis votre bien dans
cette guerre et que vous êtes pauvres; aussi il vous donnera 200,000
marcs d'argent, et la nourriture à tous ceux de l'armée, petits et
grands. Il ira en personne avec vous en Égypte, ou enverra, si vous
croyez que cela sera mieux, dix mille hommes à sa solde. Et il vous
fera ce service pendant un an; et pendant toute sa vie il tiendra cinq
cents chevaliers en terre d'outre-mer qui la garderont, et ceux-ci
seront encore à sa solde. Seigneurs, font les messagers, nous avons
plein pouvoir pour traiter sur ces conditions, si vous voulez garantir
celles qu'on vous demande. Et sachez que jamais on n'offrit à personne
traité si avantageux. Hé! n'aurait pas grande envie de conquêter qui
refuserait cela.» Les barons répondirent qu'ils en parleraient entre
eux, et une assemblée fut convoquée pour le lendemain. Quand ils
furent ensemble, on s'occupa de ces propositions.

  [145] L'empire romain d'Orient, l'empire grec.

Là on parla de part et d'autre. L'abbé des Vaux de Cernay, qui était
de l'ordre de Cîteaux, et ceux qui voulaient rompre l'armée dirent
qu'ils n'accepteraient pas la proposition; que ce serait faire la
guerre à des chrétiens, et qu'ils n'étaient pas disposés à cela; mais
qu'ils voulaient aller en Syrie. L'autre partie leur répondit: «Beaux
Seigneurs, en Syrie vous ne pouvez rien faire, et vous le voyez bien
par ceux mêmes qui nous ont déguerpis et se sont en allés par d'autres
ports. Sachez que ce sera par l'Egypte ou par la Grèce que la terre
sainte sera recouvrée, si jamais elle l'est. Et si nous refusons ce
traité, nous serons honnis à toujours.»

Ainsi était en discorde l'armée; et ne vous étonnez pas si les laïques
étaient en querelle, puisque les moines blancs de Cîteaux étaient
aussi en discorde. L'abbé de Los, qui était un saint homme et fort
sage, et les autres abbés qui étaient de son avis, priaient et
suppliaient pour que, par l'amour de Dieu, l'armée ne se rompît pas et
qu'on acceptât la proposition, car c'était le meilleur moyen pour
recouvrer la terre d'outre-mer. L'abbé des Vaux, au contraire, et ceux
de son parti prêchaient aussi souvent, et disaient que c'était
mauvais, qu'il fallait aller en Syrie et y faire ce qu'on pourrait.

Alors Boniface, le marquis de Montferrat, et Baudouin le comte de
Flandres, et le comte Louis, et le comte Hugues de Saint-Pol, et ceux
de leur parti, vinrent, et dirent qu'ils feraient cette convention,
parce qu'ils seraient honnis s'ils ne la faisaient pas. Ils s'en
allèrent à l'hôtel du duc, et furent alors mandés les messagers, et
jurèrent le traité tel que vous l'avez vu précédemment, et par serment
et par chartes scellées...... et on fixa l'époque de l'arrivée du
prince de Constantinople, et ce fut à la quinzaine après Pâques.


_Les croisés envoient des députés au Pape._

Les barons consultèrent ensemble, et décidèrent qu'ils enverraient à
Rome des messagers auprès de l'apostole, parce qu'il leur savait
mauvais gré de la prise de Zara. Ils choisirent pour messagers deux
chevaliers et deux clercs, qu'ils savaient être bons pour ce message.
Des deux clercs, l'un fut Nivelon l'évêque de Soissons, et maître Jean
de Noyon, qui était chancelier du comte de Flandre; les deux
chevaliers furent Jean de Friaise et Robert de Boves. Les messagers
jurèrent sur les saints livres qu'ils feraient le message loyalement
et en bonne foi et qu'ils reviendraient à l'armée.

Trois d'entre eux tinrent bien leur serment, et le quatrième mal, et
ce fut Robert de Boves; car il fit le message du plus mal qu'il put,
se parjura et s'en alla en Syrie auprès des autres de son parti. Mais
les autres firent bien, dirent leur message comme l'avaient ordonné
les barons, et dirent à l'apostole: «Les barons vous demandent pardon
de la prise de Zara, l'ayant fait comme ce qu'ils pouvaient faire de
mieux par la faute de ceux qui étaient allés à d'autres ports, et sans
quoi ils n'auraient pu rester réunis; et sur cela, ils vous demandent
comme à leur bon père que vous leur donniez vos commandements, qu'ils
sont prêts à exécuter.» L'apostole répondit aux messagers qu'il savait
bien que par la faute des autres ils avaient été obligés de mal faire,
qu'il en avait compassion; après, il donna aux barons et aux pèlerins
la bénédiction et l'absolution comme à ses enfants, et leur commanda
et les pria de conserver l'armée réunie, car il savait bien que sans
cette armée ne pouvait être fait le service de Dieu. Il donna plein
pouvoir à Nivelon, l'évêque de Soissons, et à maître Jean de Noyon de
lier et délier les pèlerins jusqu'à ce qu'un cardinal fût venu joindre
l'armée.


_Les croisés vont à Corfou._

Le carême étant venu, les pèlerins préparèrent leurs vaisseaux pour
partir à la Pâque. Quand les nefs furent chargées, le lendemain de la
Pâque, les pèlerins se logèrent hors de la ville sur le port, et les
Vénitiens firent abattre la ville, et les tours et les murs........
Alors commencèrent à partir les vaisseaux et les bateaux, et il fut
convenu qu'ils iraient prendre port à Corfou, qui est une île de
Romanie, et que les premiers attendraient les derniers jusqu'à ce
qu'ils fussent tous réunis; et ainsi firent-ils. Mais avant que le duc
et le marquis partissent du port de Zara, arriva Alexis, le fils de
l'empereur Isaac de Constantinople, que Philippe, roi d'Allemagne,
leur avait envoyé, et il fut reçu avec grande joie et beaucoup
d'honneurs. Le duc lui donna galères et vaisseaux, tant qu'il en
voulut; puis ils partirent du port de Zara, eurent bon vent, et
arrivèrent à Durazzo, dont les habitants rendirent volontiers la ville
à leur seigneur, quand ils le virent, et lui firent serment de
fidélité. Partis de là, ils vinrent à Corfou, et trouvèrent l'armée
qui était campée devant la ville et qui avait tendu tentes et
pavillons, et qui avait sorti les chevaux des bateaux pour les
reposer. Après qu'ils eurent appris que le fils de l'empereur de
Constantinople était arrivé, vous eussiez vu maint brave chevalier et
maint bon sergent aller à sa rencontre et conduire maint beau
destrier. Ils l'accueillirent avec beaucoup de joie et d'honneurs,
puis il fit tendre sa tente au milieu de l'armée, à côté de celle du
marquis de Montferrat, à la garde de qui le roi Philippe l'avait
confié. Ils séjournèrent pendant trois semaines en cette île, qui est
très-riche et plantureuse.


_Les croisés arrivent à Constantinople._

   Après avoir relâché à Andros et à Abydos, les croisés se dirigent
   sur Constantinople.

Ils partirent tous ensemble du port d'Abydos. Vous eussiez pu voir
alors le bras de Saint-Georges[146] couvert et comme fleuri de nefs et
de galères, et c'était merveille de regarder ce beau spectacle. Ils
remontèrent le bras de Saint-Georges jusqu'à Saint-Étienne, abbaye qui
est à trois lieues de Constantinople, et alors ils virent cette ville
dans tout son ensemble. Les matelots jetèrent l'ancre. Vous pouvez
savoir que beaucoup admirèrent Constantinople, qui ne l'avaient jamais
vue et qui ne pouvaient pas croire qu'une si grande ville pût se
trouver dans tout le monde. Quand ils virent ces murs élevés, et ces
belles tours dont la ville était enclose tout autour à la ronde, et
ces riches palais, et ces hautes églises dont le nombre était tel
qu'on ne pourrait le croire si on ne les voyait pas de ses yeux, et la
longueur et la largeur de la ville, on vit bien que de toutes les
autres elle était la souveraine. Et sachez qu'il n'y avait homme si
hardi à qui le cœur ne frémit, et ce ne fut pas sans raison, car
jamais si grande affaire n'avait été entreprise depuis que le monde
était créé.

  [146] Les Dardanelles.

Alors descendirent à terre les comtes et les barons et le duc de
Venise, et ils tinrent leur assemblée à l'abbaye de Saint-Étienne. Là
fut donné et pris maint avis. Toutes les paroles qui furent dites
alors, ce livre ne vous les contera pas, mais à la fin du conseil le
duc de Venise se leva, et dit: «Seigneurs, je connais mieux que vous
l'état de ce pays, car j'y ai été autrefois. Vous avez entrepris
l'affaire la plus difficile et la plus périlleuse qu'on ait jamais
entreprise; aussi convient-il que l'on aille sagement. Sachez que si
nous débarquons, le pays est grand et étendu, et que nos gens sont
pauvres et privés de vivres; alors ils se répandront par le pays pour
chercher de la nourriture; or, le pays est très-peuplé; quoi que nous
fassions, nous perdrions de nos hommes, et nous n'avons pas besoin
d'en perdre, car nous avons bien peu de soldats pour ce que nous
voulons faire. Il y a ici près des îles[147] que vous pouvez voir
d'ici, qui sont habitées, cultivées en blé et remplies de vivres.
Allons y prendre port, et recueillons les blés et les vivres du pays.
Et quand nous les aurons recueillis, allons devant la ville, et nous
ferons ce que Dieu nous inspirera. Car plus sûrement guerroie celui
qui a vivres que celui qui n'en a pas.»

  [147] Les îles des Princes.

Les comtes et les barons s'accordèrent à cet avis, et tous s'en
allèrent à leurs vaisseaux et s'y reposèrent cette nuit. Et au matin,
qui était le jour de la fête de monseigneur saint Jean-Baptiste en
juin, on hissa les bannières et les gonfanons sur les châteaux de
poupe des vaisseaux, et les écus furent disposés sur le bord des
navires; chacun regardait ses armes, dont il allait avoir bientôt
besoin pour se défendre.

Les mariniers lèvent les ancres et laissent les voiles au vent aller,
et Dieu leur donna bon vent, tel qu'il leur convenait; aussi
passèrent-ils devant Constantinople et si près des murs et des tours
qu'on tira sur plus d'un vaisseau. Il y avait tant de gens sur les
murs et sur les tours, qu'il semblait qu'il n'y eût rien autre chose.
Ainsi Dieu empêcha de suivre la résolution qui avait été prise le soir
précédent d'aller aux îles, comme si chacun n'en avait jamais entendu
parler. Et maintenant ils filent sur la terre ferme aussi droit qu'ils
peuvent, et ils prirent terre devant un palais de l'empereur
Alexis[148], dans un lieu appelé Chalcédoine, vis-à-vis
Constantinople, sur l'autre rive du bras, du côté de la Turquie. Ce
palais était un des plus beaux et des plus agréables que les yeux
puissent regarder, à cause de toutes les délices qui conviennent à un
homme et qu'il doit y avoir en maison de prince.

  [148] Alexis III, dit l'Ange, frère d'Isaac l'Ange, auquel il
  avait fait crever les yeux.

Les comtes et les barons descendirent à terre, et s'hébergèrent dans
le palais et autour de la ville, et plusieurs dressèrent leurs tentes.
Alors on sortit les chevaux hors des bateaux, et les chevaliers et les
sergents furent mis à terre avec toutes les armes, si bien qu'il ne
resta sur les vaisseaux que les mariniers. La contrée était belle et
riche et plantureuse en tous biens, et couverte de meules de blé qui
avaient été moissonnées dans les champs; tant que chacun en voulut
prendre, il en prit. Ils séjournèrent encore le lendemain en ce
palais; et le troisième jour Dieu leur donna bon vent, et les
mariniers levèrent l'ancre et dressèrent les voiles au vent. Ils
allèrent ainsi à une lieue au-dessus de Constantinople, à un autre
palais de l'empereur Alexis, qui était appelé le Scutaire[149]; là on
ancra tous les bâtiments de la flotte. La chevalerie qui était
hébergée au palais de Chalcédoine marcha par terre, côtoyant
Constantinople, et alla aussi camper à Scutari.

  [149] Scutari.

Quand l'empereur Alexis vit cela, il fit aussi sortir son armée de
Constantinople et la campa sur l'autre rive du bras, en face des
croisés; il fit dresser les tentes, afin qu'ils ne puissent débarquer
malgré lui. L'armée des Français séjourna là pendant neuf jours,
durant lesquels ceux qui avaient besoin de vivres en firent provision,
et c'étaient tous ceux de l'armée. Pendant ce séjour, une compagnie de
braves gens sortit du camp pour garder l'armée et empêcher qu'on ne
vînt la surprendre, et les fourriers explorèrent le pays. De cette
compagnie fut Eudes le Champenois de Champlite, Guillaume son frère,
Ogier de Saint-Chéron, Manassès de Lille, et un comte de Lombardie qui
était de la maison du marquis de Montferrat; ils avaient bien avec eux
quatre-vingts braves chevaliers. Ils aperçurent des tentes au pied
d'une montagne, au moins à trois lieues du camp; c'était le grand-duc
de l'empereur de Constantinople, qui avait avec lui au moins cinq
cents chevaliers grecs. Quand les nôtres les virent, ils se
partagèrent en quatre batailles et décidèrent qu'ils les iraient
attaquer. Quand les Grecs les aperçurent, ils disposèrent leurs gens
et leurs batailles, se rangèrent devant les tentes, et nous
attendirent; mais les nôtres les chargèrent vigoureusement. Grâce à
Dieu, notre Seigneur, cette mêlée ne dura qu'un peu; les Grecs
tournèrent le dos, et furent ainsi déconfits à la première rencontre.
Les nôtres leur donnèrent la chasse pendant une grande lieue. Ils
gagnèrent là assez de chevaux, roussins, palefrois et mulets, tentes
et pavillons et bien d'autres objets; puis ils revinrent au camp, où
ils furent bien accueillis, et partagèrent le butin comme ils
devaient.


_Les croisés assiègent Constantinople et rétablissent Isaac._

1203.

   L'empereur ayant fait sommer les croisés d'avoir à se retirer,
   les croisés le somment à leur tour de rendre le trône à son
   neveu. Puis ils font leurs préparatifs pour attaquer
   Constantinople.

Le jour fut arrêté auquel ils devaient remonter sur les vaisseaux pour
ensuite débarquer, et vivre ou mourir. Et sachez que ce fut
l'entreprise la plus incertaine qui fut jamais. Alors les évêques et
les clercs parlèrent au peuple, l'engagèrent à se confesser et à faire
leur testament, car ils ne savaient pas quand Dieu les appellerait à
lui; et on le fit par toute l'armée bien volontiers et avec beaucoup
de piété. Le jour fixé arriva; alors les chevaliers sortirent des
vaisseaux tout armés, les heaumes lacés et les chevaux scellés; les
autres gens, qui n'avaient pas tant d'importance pour le combat,
restèrent à bord, et les vaisseaux furent disposés pour l'attaque. La
matinée fut belle un peu après le lever du soleil.

L'empereur Alexis nous attendait sur l'autre rive avec une grande
armée. On sonna les trompettes, et chaque galère remorqua un bateau
pour que le passage se fît plus vite. Personne ne demande qui doit
aller le premier, mais qui peut arriver arrive. Les chevaliers sortent
des bateaux, se jettent à la mer jusqu'à la ceinture, tout armés et
l'épée à la main, ainsi que les braves archers, les braves sergents et
les braves arbalétriers. Les Grecs firent grand semblant de vouloir
combattre; mais quand ce vint aux lances baissées, ils tournent le
dos, s'enfuient et nous abandonnent le rivage, et sachez que jamais on
ne débarqua plus bravement. Alors on commence à ouvrir les portes des
palandres et à jeter les ponts dehors, à faire sortir les chevaux, et
les chevaliers commencent à monter à cheval, et les batailles
commencent à se ranger comme elles devaient le faire.

Le comte de Flandre chevaucha à la tête de l'avant-garde, les autres
batailles après lui, chacune à son rang; ils allèrent jusqu'au camp de
l'empereur Alexis, qui s'en était retourné à Constantinople,
abandonnant tentes et pavillons, et là nos gens firent assez de
butin. L'avis de nos barons fut de camper sur le port, devant la
tour de Galata, où venait s'attacher la chaîne qui partait de
Constantinople[150]; et sachez que cette chaîne fermait l'entrée du
port de Constantinople. Les barons virent bien que s'ils ne prenaient
la tour de Galata et s'ils ne rompaient cette chaîne, ils étaient
perdus. Aussi pendant la nuit ils établirent leur camp devant la tour,
dans la Juiverie[151], où il y avait ville bonne et riche. Ils firent
faire bonne garde pendant la nuit. Le lendemain, ceux de la tour de
Galata et ceux de Constantinople qui arrivaient à leur secours sur des
barques attaquèrent les nôtres; ils coururent aux armes. Jacques
d'Avesnes accourut avec sa compagnie à pied; il fut rudement attaqué
et frappé au visage d'un coup d'épée qui le mit en danger de mourir;
un sien chevalier monté à cheval, qui s'appelait Nicolas de Jaulain,
vint bravement au secours de son seigneur, et sa belle conduite fut
très-approuvée. Les cris se firent entendre dans le camp, et nos gens
arrivant de tous côtés, repoussèrent si vivement les Grecs, qu'il y en
eut pas mal de tués et de pris, et que beaucoup, au lieu de rentrer
dans la tour, se sauvèrent dans les barques, et là il y en eut assez
de noyés. Ceux qui se sauvèrent vers la tour furent poursuivis de si
près par les nôtres qu'ils ne purent refermer la porte; il y eut à
cette porte une grande mêlée; on enleva la tour après avoir pris et
tué beaucoup des leurs.

  [150] Cette chaîne, tendue entre Constantinople et la tour de
  Galata, fermait entièrement l'entrée du port de Constantinople.

  [151] Le quartier des Juifs.

Ainsi furent pris le château de Galata et le port de Constantinople.
Fort réjouis en furent ceux de l'armée, et ils en louèrent Notre-Dame,
et ceux de la ville fort abattus. Le lendemain on fit entrer dans le
port les vaisseaux, les nefs, les galères et les palandres. Alors ceux
de l'armée tinrent conseil pour savoir quelle chose ils pourraient
faire, s'ils attaqueraient la ville par mer ou par terre. Les
Vénitiens furent d'avis que l'on dressât les échelles sur les
vaisseaux et que l'assaut fût donné par mer. Les Français dirent que
sur mer ils ne pourraient pas si bien faire comme ils savaient, et
qu'ils s'en acquitteraient bien mieux par terre quand ils auraient
leurs chevaux et leurs armes. On décida à la fin que les Vénitiens
attaqueraient par mer et les Français par terre. Ils séjournèrent là
quatre jours.

Le cinquième jour toute l'armée prit les armes, et les batailles
chevauchèrent, suivant l'ordre convenu, jusqu'en face du palais de
Blaquerne; et la flotte s'avança jusqu'au fond du port, là où un
fleuve se jette en la mer, que l'on ne peut passer que sur un pont de
pierre. Les Grecs avaient coupé le pont, mais les barons firent
travailler l'armée tout le jour et toute la nuit pour rétablir le
pont. Ainsi le pont fut remis en état dès le matin, et les batailles
sous les armes. Elles chevauchèrent les unes après les autres, selon
l'ordre donné; elles s'avancèrent contre la ville, et pas un de la
ville n'en sortit pour marcher à leur rencontre. Et ce fut
grand'merveille, car pour un qu'il y avait dans l'armée, il y en avait
bien deux cents dans la ville.

Alors les barons décidèrent que l'on camperait entre le palais de
Blaquerne et le château de Bohémond[152], qui était une abbaye close
de murs, et l'on tendit les tentes et les pavillons. Et ce fut une
fière chose à voir, que l'armée ne put assiéger qu'une seule des
portes de Constantinople, qui avait bien trois lieues de front du côté
de la terre! Les Vénitiens, qui étaient sur la mer, dans les
vaisseaux, dressèrent les échelles, les mangonneaux et les pierriers,
et disposèrent très-bien leur attaque; et les barons commencèrent la
leur du côté de terre, avec pierriers et mangonneaux. Sachez qu'ils
n'étaient guère en repos, qu'il n'y avait heure de nuit ou de jour que
l'une des batailles ne fût sous les armes, devant la porte, pour
garder les machines et repousser les sorties. Les assiégés ne
cessaient d'attaquer ou par cette porte ou par d'autres; et ils nous
tenaient si serrés que, six ou sept fois par jour, il fallait que
toute l'armée prît les armes, et que l'on ne pouvait pas aller
chercher des vivres à plus de quatre portées d'arbalète du camp; ils
étaient peu approvisionnés, si ce n'est de farine. Ils avaient peu de
chair salée et de sel, et point de viande fraîche, si ce n'est celle
des chevaux que l'on tuait. Sachez que toute l'armée n'avait de vivres
que pour trois semaines, et qu'elle était en grand danger, car jamais
tant de gens ne furent assiégés par un si petit nombre.

  [152] _Le Cosmidium_, abbaye de Saint-Côme et Saint-Damien.

Ils s'avisèrent alors d'une bonne invention, qui était d'entourer le
camp de fortes barrières et de bonnes palissades; dès lors ils furent
plus forts et plus en sûreté. Les Grecs leur faisaient de si
nombreuses attaques, qu'ils ne leur laissaient aucun repos; ceux de
l'armée les remettaient en arrière vertement; et chaque fois que les
Grecs faisaient une sortie ils étaient battus...

Ce péril et ces efforts durèrent près de dix jours, jusqu'à ce qu'un
jeudi matin tout fut prêt pour l'assaut; les Vénitiens se préparèrent
aussi du côté de la mer. On divisa ainsi les attaques: trois des
batailles devaient garder le camp, et quatre iraient à l'assaut. Le
marquis Boniface de Montferrat garda le camp, du côté de la campagne,
avec la bataille des Champenois et des Bourguignons et Matthieu de
Montmorency; le comte Baudouin de Flandre alla à l'assaut avec ses
gens, Henri son frère, le comte Louis de Blois, le comte de Saint-Pol
et les leurs, et ils dressèrent deux échelles contre une barbacane
auprès de la mer. Le mur était garni d'Anglais et de Danois[153];
l'assaut fut fort, bon et dur; de vive force les chevaliers montèrent
sur les échelles et les sergents, et s'emparèrent du mur; ils
n'étaient montés que quinze sur le mur et combattaient de la hache et
de l'épée; ceux du dedans reprirent courage, les repoussèrent fort
laidement et en prirent deux qui furent conduits devant l'empereur
Alexis, qui en fut très-joyeux. Ainsi finit l'assaut du côté des
Français, et il y en eut assez de blessés et de navrés, ce qui les
rendit furieux. De son côté, le duc de Venise ne s'oubliait pas, car
tous ses vaisseaux avaient été rangés sur une seule ligne, longue de
trois arbalétrées; ils s'approchèrent du rivage à toucher les murs et
les tours; alors vous eussiez vu les mangonneaux lancer des pierres,
et les traits d'arbalète voler, et ceux de dedans défendre
vigoureusement les murs et les tours; et les échelles qui étaient sur
les vaisseaux s'approcher si près des murs qu'en plusieurs endroits on
se frappait à coups de lance et d'épée, et le vacarme était si grand
qu'il semblait que la terre et la mer se fondaient. Mais les galères
ne savaient où aborder.

  [153] Qui composaient la garde varangue des empereurs grecs.

Vous auriez pu voir l'incroyable prouesse du duc de Venise, qui était
un vieillard et qui n'y voyait goutte, et qui cependant était tout
armé sur la proue de sa galère, avec le gonfanon de Saint-Marc
par-devant lui, et criait aux siens qu'ils le missent à terre ou bien
qu'il en ferait justice; si bien qu'ils firent aborder la galère et
portèrent par-devant lui le gonfanon de Saint-Marc à terre. Quand les
Vénitiens voient le gonfanon de Saint-Marc à terre et la galère de
leur seigneur qui avait abordé devant eux, chacun se tint pour
déshonoré, et tous courent au rivage, sortent des vaisseaux, vont à
terre à qui mieux mieux; alors vous eussiez vu assaut merveilleux. Et
Geoffroy de Ville-Hardouin le maréchal de Champagne, qui a écrit ce
livre, atteste ce que plus de quarante lui ont affirmé, qu'ils virent
le gonfanon de Saint-Marc de Venise flotter sur l'une des tours, sans
que l'on sût qui l'y avait planté; or, voyez l'étrange miracle! Ceux
de dedans s'enfuirent, et déguerpirent des murs; et les assiégeants
entrent dans la ville à qui mieux mieux, si bien qu'ils prennent
vingt-cinq tours et les garnissent de leurs gens. Alors le duc prend
un bateau et envoie un message aux barons de l'armée pour leur faire
assavoir qu'il avait pris vingt-cinq tours, et qu'ils fissent ce qu'il
fallait pour qu'on ne les reprît pas.

Les barons étaient si joyeux qu'ils ne pouvaient croire que ce fût
vrai; les Vénitiens commencent à leur envoyer chevaux et palefrois, de
ceux qu'ils avaient pris dans la ville. Mais quand l'empereur Alexis
vit qu'ils étaient entrés dans la ville, il commença à envoyer contre
eux ses gens à grand'foison; les Vénitiens voyant qu'ils ne pourront
résister, mirent le feu entre eux et les Grecs; le vent soufflait
contre eux, et le feu devint si grand que les Grecs ne pouvaient voir
les nôtres; alors ils se retirèrent dans les tours qu'ils avaient
prises.

Alors l'empereur Alexis de Constantinople sortit de la ville, avec
toutes ses forces, par d'autres portes, à une lieue au moins de notre
armée. Et il sortait tant de gens qu'il semblait que ce fût tout le
monde. Il ordonna ses batailles, et chevaucha vers notre armée; quand
les Français les virent, ils sautent sur leurs armes de toutes parts.
Henri, frère du comte Baudouin de Flandre, faisait le guet ce jour-là,
avec Matthieu de Valincourt et Baudouin de Beauvoir et leurs troupes.
A l'endroit où ils étaient campés, l'empereur Alexis avait rassemblé
force troupes qui sortaient par trois portes pour attaquer, pendant
qu'il attaquerait le camp d'un autre côté. Alors sortirent les six
batailles qui avaient été ordonnées; elles se rangèrent devant les
barrières, les sergents et les écuyers, à pied, derrière les croupes
des chevaux, les archers et les arbalétriers devant eux; et ils
formèrent une bataille de leurs chevaliers à pied, dont il y avait
bien deux cents qui n'avaient plus de cheval; et ils se tinrent ferme
devant les barrières, et ce fut affaire de bon sens plutôt que d'aller
attaquer dans la plaine ceux qui avaient si grand foison de soldats,
qu'ils auraient été noyés au milieu d'eux.

Il semblait que toute la campagne fût couverte de batailles, et les
Grecs venaient à petits pas et bien en ordre. Ce paraissait bien
téméraire d'attendre avec six batailles les soixante batailles des
Grecs, dont la plus petite était bien plus forte que pas une des
nôtres. Mais les nôtres étaient rangées de telle manière que l'on ne
pouvait venir les attaquer que par devant. L'empereur Alexis
s'approcha si près que l'on tirait les uns sur les autres. Quand le
duc de Venise apprit ce qui se passait, il fit retirer ses gens des
tours qu'il avait prises, et dit qu'il voulait vivre ou mourir avec
les pèlerins; il s'en vint donc au camp avec tout ce qu'il put
rassembler de troupes, et descendit lui-même tout des premiers à
terre. Les batailles des pèlerins et des Grecs restèrent longtemps en
face les unes des autres, les Grecs n'osant pas les attaquer, et les
pèlerins ne voulant pas s'éloigner des barrières. Quand l'empereur
Alexis vit cela, il commença à retirer ses gens, puis il les rallia et
s'en alla. Alors l'armée des pèlerins chevaucha à petits pas à leur
suite, et les batailles des Grecs se retirèrent jusqu'à un palais
appelé Philopas. Sachez que jamais Dieu ne tira personne d'un plus
grand danger, comme il fit ceux de notre armée en ce jour; sachez
aussi qu'il n'y avait homme si hardi qui n'eût grand'joie. L'empereur
Alexis rentra dans la ville, et ceux de l'armée rentrèrent dans leur
camp, où ils se désarmèrent, las et fatigués; et ils mangèrent un peu,
et burent un peu, car ils avaient peu de vivres.

Or, écoutez les miracles de Notre-Seigneur! Cette nuit, l'empereur
Alexis prit dans son trésor tout ce qu'il put emporter, et s'enfuit
avec ceux qui voulurent le suivre et abandonna la ville. Ceux de la
ville furent d'abord tout ébahis, puis ils allèrent à la prison où
était l'empereur Isaac, qui avait les yeux arrachés; ils le revêtirent
des ornements impériaux, l'emportèrent au palais de Blaquerne, le
firent asseoir sur le trône, et lui obéirent comme à leur seigneur.
Puis ils envoyèrent, de l'avis de l'empereur Isaac, des messagers à
l'armée qui apprirent au fils de l'empereur Isaac et aux barons que
l'empereur Alexis s'était enfui et qu'ils avaient rétabli sur le trône
l'empereur Isaac. Quand le prince eut appris cette nouvelle, il en
informa le marquis de Montferrat, qui convoqua les barons; quand ils
furent rassemblés dans le pavillon du fils de l'empereur Isaac, il
leur raconta cette nouvelle. Quand ils l'apprirent, il n'est pas
nécessaire de dire quelle fut leur joie, car jamais plus grande joie
ne fut donnée à personne, et tous remercièrent pieusement Dieu, qui
les avait si tôt secourus, et de si bas où étaient leurs affaires les
avait relevées si haut. Et pour cela peut-on bien dire que à qui Dieu
veut venir en aide, nul homme ne peut nuire.

Alors on commença à se préparer et à s'armer par toute l'armée, parce
qu'ils n'avaient pas grande confiance dans les Grecs. Cependant les
messagers commencèrent à sortir, un ou deux ensemble, qui racontaient
la même nouvelle. L'avis des barons, des comtes et du duc de Venise
fut d'envoyer des messagers savoir l'état des affaires, et si ce qu'on
leur avait dit était vrai, pour requérir le père de garantir les
promesses que son fils avait faites, sans quoi ils ne laisseraient pas
le fils entrer dans ville. On choisit pour messagers: Matthieu de
Montmorency, Geoffroy de Ville-Hardouin le maréchal de Champagne et
deux Vénitiens. Les messagers furent conduits jusqu'à la porte,
laquelle leur fut ouverte; ils mirent pied à terre. Les Grecs avaient
rangé les Anglais et les Danois avec leurs haches depuis la porte
jusqu'au palais de Blaquerne. Là, les messagers trouvèrent l'empereur
Isaac si richement vêtu, qu'en vain on demanderait un homme plus
richement vêtu; et l'impératrice sa femme, sœur du roi de Hongrie,
qui était très-belle, était à côté de lui; il y avait tant de
seigneurs et de dames qu'on ne pouvait remuer le pied, si richement
parés qu'on ne peut l'être davantage; et tous ceux qui avaient été le
jour d'avant contre lui étaient le lendemain à sa volonté.

Les messagers vinrent devant l'empereur. L'impératrice et tous les
autres seigneurs leur firent de grands honneurs. Les messagers dirent
qu'ils voulaient parler à l'empereur en particulier, de la part de son
fils et des barons de l'armée; il se leva et entra dans une chambre où
il ne mena avec lui que l'impératrice, son chambellan, son drogman et
les quatre messagers. Du consentement des autres messagers, Geoffroy
de Ville-Hardouin le maréchal de Champagne parla à l'empereur Isaac:
«Sire, tu vois le service que nous avons fait à ton fils et comme nous
avons tenu nos conventions; il ne peut entrer dans cette ville avant
qu'il ne se soit acquitté des conventions qu'il a avec nous. Il vous
mande, comme votre fils, que vous donniez garantie au traité, selon la
forme et la manière qu'il l'a fait avec nous.»

«Quel est le traité? fit l'empereur.--Tel que je vais vous le dire,
répondit le messager: Tout au premier chef, remettre tout l'empire de
Romanie sous l'obéissance de Rome, dont il s'est séparé jadis;
ensuite, donner 200,000 marcs d'argent à ceux de l'armée, et vivres
pour un an aux petits et aux grands; mener dix mille hommes sur ses
vaisseaux et à ses frais pendant un an; et entretenir dans la Terre
Sainte, à ses frais et pendant toute sa vie, cinq cents chevaliers qui
garderont le pays. Telle est la convention que votre fils a faite avec
nous, par serment et par chartes scellées, et sous la garantie du roi
Philippe d'Allemagne, votre gendre. Nous voulons que vous confirmiez
ce traité.»

«Certes, fit l'empereur, la convention est importante, et je ne vois
pas comment on pourra l'exécuter. Pourtant, vous l'avez si bien servi,
et moi et lui, que si on vous donnait tout l'empire vous l'auriez bien
gagné.» Après bien des paroles, la fin fut que le père donna la
garantie par serment et charte à sceau d'or, laquelle fut remise aux
messagers. Alors ils prirent congé d'Isaac, retournèrent à l'armée et
dirent aux barons qu'ils avaient fait la besogne.

Alors les barons montèrent à cheval, et amenèrent à grand'joie le
prince à son père; les Grecs ouvrirent la porte de la ville, et le
reçurent à grand'joie et à grand'fête. La joie du père et du fils fut
grande parce qu'ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps, et parce
que d'une si grande pauvreté et d'un si grand exil ils étaient relevés
si haut, d'abord par la grâce de Dieu, ensuite par le secours des
pèlerins. La joie fut grande aussi dans Constantinople et dans l'armée
des pèlerins, de l'honneur et de la victoire que Dieu leur avait
donnés. Le lendemain, l'empereur pria les comtes et les barons, et son
fils même, d'aller camper au delà du port, vers le Sténon, parce que
s'ils demeuraient en la ville, ce serait cause de mêlée entre eux et
les Grecs, et que la cité pourrait bien en être détruite; et ils lui
dirent qu'ils l'avaient si bien servi de mainte manière, qu'ils ne lui
refuseraient aucune chose dont il les prierait. Ils s'en allèrent donc
camper autre part, et séjournèrent en repos dans un pays abondant en
bonnes vivres.

Vous pouvez croire que beaucoup de pèlerins allèrent voir
Constantinople, et ses riches palais, et ses hautes églises, et les
grandes richesses qu'elle renferme en si grande quantité. Des
reliques, il est inutile d'en parler, parce qu'il y en avait alors
dans la ville autant que dans le reste du monde. Les Grecs et les
Français étaient très-unis, et échangeaient marchandises et autres
biens. Il fut décidé, du commun avis des Français et des Grecs, que le
nouvel empereur serait couronné à la fête de monseigneur saint Pierre;
ainsi fut dit et ainsi fut fait. Il fut couronné avec magnificence,
comme l'on faisait pour les empereurs à cette époque. Après, il
commença à payer ce qu'il devait aux croisés, et ils le répartirent
entre ceux de l'armée; on rendit à chacun ce qu'il avait payé aux
Vénitiens pour son passage. Le nouvel empereur alla voir souvent les
barons à l'armée, et les honora autant qu'il le pouvait faire; et il
devait bien le faire, car ils l'avaient assez bien servi.

Un jour l'empereur vint secrètement au logis du comte Baudouin de
Flandre, où furent mandés le duc de Venise et les principaux
seigneurs, et il leur dit: «Seigneurs, je suis empereur par Dieu et
par vous, et vous m'avez rendu plus grand service que jamais gens
aient rendu à un chrétien. Sachez que beaucoup de gens me font beau
visage qui ne m'aiment guère, et les Grecs ont grand dépit de ce que
par votre aide je suis rentré dans mon héritage. Le temps approche que
vous devez vous en aller, et votre association avec les Vénitiens ne
dure que jusqu'à la fête de Saint-Michel. Pendant ce peu de temps, je
ne puis exécuter le traité. Sachez que si vous m'abandonnez, les
Grecs, qui me haïssent à cause de vous, m'enlèveront l'empire et me
tueront. Mais faites une chose que je vais vous dire: demeurez
jusqu'au mois de mars, et je prolongerai d'un an votre association, je
payerai aux Vénitiens ce qu'elle vous coûtera, et je vous donnerai ce
dont vous aurez besoin jusqu'aux pâques prochaines. A l'aide de ce
délai, j'aurai mis mes affaires au point que je ne pourrai reperdre
l'empire; je payerais ce que je vous dois, au moyen du revenu de
toutes mes provinces, j'aurais préparé ma flotte pour partir avec
vous, selon le traité, et vous auriez tout l'été pour camper à votre
loisir.

Les barons lui dirent qu'ils en parleraient sans lui; ils savaient
bien que ce qu'il disait était vrai, et que c'était ce qu'il y avait
de mieux à faire pour l'empereur et pour eux; mais ils répondirent
qu'ils ne pouvaient rien faire sans le consentement de toute l'armée,
qu'ils en parleraient à ceux de l'armée et lui feraient savoir ce
qu'ils auraient résolu. L'empereur s'en retourna à Constantinople, et
ils convoquèrent pour le lendemain une assemblée à laquelle furent
mandés tous les barons, tous les capitaines de l'armée et la plus
grande partie des chevaliers; on leur transmit la proposition de
l'empereur, telle qu'elle avait été faite.

Il y eut alors une grande discussion dans l'armée, comme il y en avait
eu maintes fois entre ceux qui voulaient que l'armée se rompît, parce
qu'il leur semblait que l'expédition durait trop longtemps. Ceux qui
avaient voulu, à Corfou, rompre l'armée, sommèrent les autres de tenir
leur serment: «Donnez-nous, dirent-ils, les vaisseaux comme vous
l'avez juré, car nous voulons aller en Syrie.» Et les autres leur
criaient merci, et disaient: «Seigneur, pour l'amour de Dieu, ne
détruisez pas l'honneur que Dieu nous a fait. Si nous attendons
jusqu'en mars, nous laisserons cet empire en bon état, et nous nous en
irons pourvus d'argent et de vivres; alors nous irons en Syrie, nous
courrons en Égypte; notre association avec les Vénitiens durera
jusqu'à la Saint-Michel et de la Saint-Michel jusqu'à Pâques, et parce
qu'ils ne pourront pas nous quitter pendant l'hiver, la conquête de la
Terre Sainte sera facilitée.» Il n'importait à ceux qui voulaient
rompre l'armée ni du meilleur ni du pire, mais de rompre l'armée. Mais
ceux qui voulaient la conserver travaillèrent tant qu'avec l'aide de
Dieu l'affaire fut menée à bien, que les Vénitiens prolongèrent d'un
an leur association, et que l'empereur leur donna tout ce qu'ils
demandèrent. Les pèlerins renouvelèrent aussi l'association avec eux
pour un an, comme ils l'avaient fait autrefois; et ainsi fut la
concorde et la paix rétablie dans l'armée.


_Incendie de Constantinople._

Après, par le conseil des Grecs et des Français, l'empereur sortit de
Constantinople avec une grande armée pour soumettre à sa domination le
reste de l'empire. Une partie des barons alla avec lui; les autres
restèrent pour garder le camp... Pendant que l'empereur Alexis était à
cette expédition, il arriva une grande mésaventure à Constantinople;
une mêlée commença entre les Grecs et les Latins, et je ne sais
lesquels mirent méchamment le feu dans la ville. Le feu fut si grand
et si horrible que l'on ne put l'éteindre ni l'apaiser. Quand les
barons de l'armée qui étaient de l'autre côté du port virent le feu,
ils furent tout dolents et en eurent grand'pitié, car ils voyaient ces
hautes églises et ces riches palais s'écrouler, et ces rues marchandes
livrées aux flammes, et ils n'y pouvaient rien faire. L'incendie
commença au quartier qui est près le port et s'étendit à travers le
plus épais de la ville jusqu'à l'église de Sainte-Sophie, et dura huit
jours, sans qu'on puisse l'éteindre; et le feu avait bien une lieue de
front.

De la perte des biens et des richesses qui furent détruites je ne
pourrais vous dire, ni des hommes, femmes et enfants dont il y eut
grand nombre de brûlés. Tous les Latins qui demeuraient à
Constantinople, de quelque pays qu'ils fussent, n'osèrent plus y
rester; ils prirent leurs femmes et leurs enfants et tout ce qu'ils
purent sauver; ils montèrent sur des barques et des vaisseaux, et
traversèrent le port devant les pèlerins; ils n'étaient pas peu, car
il y en avait bien quinze mille, grands et petits. Alors les Français
et les Grecs se brouillèrent, et ils ne furent plus si unis comme ils
l'avaient été auparavant. Ne sachant à qui s'en prendre, ils
s'accusaient les uns les autres.


_La guerre recommence contre les Grecs après le retour d'Alexis._

L'empereur croyant avoir bien rétabli ses affaires, et n'avoir plus
besoin des pèlerins, devint orgueilleux avec les barons et avec ceux
qui lui avaient fait tant de bien. Il n'allait plus les voir à
l'armée, comme il avait eu coutume de le faire. Les barons envoyèrent
auprès de lui pour le prier de faire le payement de ce qu'il leur
devait d'après les conventions; il les mena de répit en répit, et leur
faisait de temps en temps de petits payements tout chétifs, puis à la
fin il ne paya plus rien. Le marquis Boniface de Montferrat, qui
l'avait servi plus que les autres et qui était bien avec lui, allait
le voir souvent, le blâmait des torts qu'il avait, et lui rappelait
les grands services qu'on lui avait rendus. L'empereur le menait par
répit, et ne tenait aucune de ses promesses. Enfin, les barons virent
clairement qu'il n'avait que mauvaise volonté; alors ils tinrent une
assemblée avec le duc de Venise, et dirent qu'ils voyaient bien que
l'empereur ne tiendrait aucune de ses conventions, qu'il ne leur
disait jamais la vérité, et qu'il fallait envoyer bons messagers pour
le sommer d'exécuter les traités et lui rappeler les services qu'on
lui avait rendus; que s'il promettait de tenir ses engagements, on
devait accepter sa parole, sinon, les messagers devaient le
défier[154].

  [154] Lui déclarer la guerre.

On nomma pour ce message Conon de Béthune, Geoffroy de Ville-Hardouin
et Miles de Provins; le duc de Venise envoya trois barons de son
conseil. Les messagers montèrent sur leurs chevaux, l'épée ceinte, et
chevauchèrent ensemble jusqu'au palais de Blaquerne. Sachez qu'ils
allaient à grand péril et à grande aventure, à cause de la trahison
qui est ordinaire aux Grecs. Ils descendirent de cheval à la porte,
entrèrent dans le palais et trouvèrent l'empereur Alexis et l'empereur
Isaac assis sur deux trônes, à côté l'un de l'autre; près d'eux était
l'impératrice, qui était femme de l'un, belle-mère de l'autre et sœur
du roi de Hongrie, belle dame et bonne. Il y avait grande compagnie de
seigneurs, et la cour leur sembla bien être celle d'un riche prince.

De l'avis des autres messagers, Conon de Béthune, qui était très-sage
et savait bien parler, prit la parole. «Sire, nous sommes venus vers
toi de par les barons de l'armée et de par le duc de Venise, afin de
te dire qu'ils te rappellent qu'ils t'ont fait empereur, comme ton
peuple le sait et comme l'évidence le montre. Vous leur avez juré, ton
père et toi, d'exécuter un traité que vous avez fait avec eux et que
vous avez scellé de vos sceaux. Vous ne l'avez pas exécuté comme vous
l'auriez dû. Ils vous ont sommé maintes fois, et nous vous sommons
devant tous vos barons, que vous teniez la convention qui est entre
vous et eux. Si vous le faites, tant mieux. Et si vous ne le faites
pas, sachez que dorénavant ils ne vous tiennent plus pour seigneur, ni
pour ami, mais qu'ils prendront ce que vous leur devez par toutes les
manières qu'ils pourront; et ils vous mandent qu'ils ne feront de mal
à vous et aux autres tant qu'ils ne vous auront pas défié, qu'ils ne
feront pas de trahison, parce qu'on n'a pas coutume d'en faire dans
leur pays. Entendez bien ce que nous vous avons dit, et vous vous
déciderez comme il vous plaira.»

Les Grecs furent prodigieusement surpris de ce défi, qu'ils tenaient
pour un grand outrage, et dirent que jamais nul n'avait été si hardi
d'oser venir défier l'empereur de Constantinople dans son palais.
L'empereur Alexis fit mauvais semblant aux messagers, et bien d'autres
qui maintes fois leur avaient fait bon visage. Le bruit fut très-grand
dans le palais pendant que les messagers s'en retournèrent, arrivèrent
à la porte et remontèrent sur leurs chevaux. Quand ils furent en
dehors de la porte, il n'y eut aucun d'eux qui ne fût fort joyeux et
fort surpris d'avoir échappé à un grand danger; car il s'en fallut de
peu qu'ils ne fussent tous pris et tués.

Ils revinrent à l'armée, et racontèrent aux barons ce qu'ils avaient
fait. Alors la guerre commença, et forfit qui put forfaire, et par
terre et par mer. En maintes occasions se combattirent les Francs et
les Grecs; mais jamais, Dieu merci, ils ne combattirent, que les Grecs
n'y perdissent plus que les Francs. Cette guerre dura longtemps jusque
dans le cœur de l'hiver. Alors les Grecs imaginèrent une grande ruse;
ils prirent dix-sept grands navires, les emplirent de bois, de fagots,
d'étoupes, de poix et de tonneaux, et attendirent que le vent fût
favorable. Une nuit, à minuit, ils mirent le feu aux vaisseaux,
laissent les voiles aller au vent, et le feu montait si haut qu'il
semblait que toute la terre brûlât. Le vent poussa ces vaisseaux sur
ceux des pèlerins; alors l'alarme se répand dans le camp, et de toutes
parts on court aux armes.

Les Vénitiens courent à leurs vaisseaux et tous ceux qui en avaient,
et on commence à les mettre vivement en sûreté; et Geoffroy le
maréchal de Champagne, qui dicta cet ouvrage, témoigne que jamais
personne ne fit mieux sur mer que les Vénitiens firent en cette
occasion; ils sautèrent sur leurs galères et dans les barques des
vaisseaux, prenant avec des crocs les vaisseaux enflammés et les
tirant de vive force hors du port; et les lançant dans le courant du
détroit, ils les laissaient aller brûler emportés par le courant. Il
était venu tant de Grecs sur le rivage qu'on ne put les compter; leurs
cris étaient si grands qu'il semblait que terre et mer s'abîmaient; et
ils montaient dans des barques et tiraient sur ceux des nôtres qui se
garantissaient du feu, et il y en eut de blessés.

Aussitôt que les chevaliers de l'armée entendirent le cri d'alarme,
ils s'armèrent tous, et les batailles sortirent du camp, chacune selon
l'ordre, craignant que les Grecs ne les vinssent attaquer, et ils
demeurèrent dans cette angoisse jusqu'au jour. Mais par l'aide de
Dieu, les nôtres ne perdirent rien autre qu'un vaisseau pisan qui
était plein de marchandises et qui fut brûlé. Le reste des vaisseaux
fut en grand péril cette nuit d'être brûlé; les nôtres alors auraient
tout perdu, ne pouvant plus s'en aller ni par terre, ni par mer.


_Les Grecs renversent Alexis._

Sur ces entrefaites, les Grecs, qui étaient en guerre avec les Francs,
voyant que la paix était rompue pour longtemps, résolurent de trahir
Alexis. Il y avait un Grec qui était mieux avec lui que tous les
autres et qui l'avait engagé à faire la guerre plus que tout autre. Ce
Grec s'appelait Murzuphle[155]. De l'avis et du consentement des
conjurés, un soir, à minuit, que l'empereur Alexis dormait en sa
chambre, ceux qui devaient le garder, parmi lesquels était Murzuphle,
le prirent dans son lit et le jetèrent en prison. Murzuphle chaussa
les brodequins de pourpre, de l'avis des autres, et se fit empereur;
après ils le couronnèrent à Sainte-Sophie. Voyez donc si jamais plus
horrible trahison a été faite par aucunes gens.

  [155] [Greek: Mourzouphlos], dont les sourcils ne sont pas
  séparés.

Quand l'empereur Isaac apprit que son fils était pris et Murzuphle
couronné, il eut si grand'peur qu'il lui prit une maladie qui ne dura
pas longtemps, et il mourut. L'empereur Murzuphle fit deux ou trois
fois empoisonner le fils qu'il tenait en prison, mais il ne plut pas à
Dieu qu'il mourût; après, il le fit étrangler; et quand il eut été
étranglé, il fit dire partout qu'il était mort de sa bonne mort, et le
fit ensevelir honorablement, comme empereur, et mettre en terre, et
fit grand semblant qu'il en avait déplaisir. Mais meurtre ne peut être
caché. Bientôt il fut su clairement des Grecs et des Français que le
meurtre avait été fait comme je viens de vous le raconter; alors les
barons et le duc de Venise tinrent une assemblée, à laquelle
assistèrent les évêques, tout le clergé et les légats de l'apostole.
Ils remontrèrent aux barons et au peuple que celui qui avait commis
pareil meurtre n'avait pas droit de posséder l'empire, et que tous
ceux qui étaient d'accord avec lui étaient aussi coupables que lui;
qu'outre cela ils s'étaient soustraits à l'obéissance de Rome. C'est
pourquoi nous vous disons, fit le clergé, que la guerre est juste; et
si vous avez bonne intention de conquérir le pays et de le mettre sous
l'obéissance de Rome, auront les indulgences que l'apostole a
accordées tous ceux qui mourront après s'être confessés. Sachez que
cette chose fut d'un grand confort aux barons et aux pèlerins. Grande
fut la guerre entre les Francs et les Grecs; et elle ne diminua pas,
augmenta au contraire, et il y avait peu de jours que l'on ne
combattît par terre ou par mer...


_Prise de Constantinople._

1204

Ceux de l'armée s'étant assemblés tinrent conseil pour savoir ce qu'il
y avait à faire; les avis débattus, on décida que si Dieu leur
accordait d'entrer dans la ville de force, que tout le butin qu'ils
feraient serait apporté et partagé en commun; et que s'ils devenaient
maîtres de la ville, ils nommeraient six Français et six Vénitiens qui
jureraient sur les Saintes Écritures de choisir pour empereur celui
qu'ils croiraient être le plus capable de bien gouverner. Celui qui
serait nommé empereur aurait le quart de toute la conquête, en dedans
de la ville et en dehors, avec les palais de Blaquerne et de Bucoléon;
les trois autres quarts devaient être répartis, une moitié aux
Vénitiens, et l'autre moitié aux Français. Alors on prendrait douze
des plus sages de l'armée des pèlerins et douze des Vénitiens,
lesquels répartiraient les fiefs et les honneurs[156] entre les
barons, et fixeraient quel service[157] ils devraient à l'empereur
pour leurs terres. On jura cette convention, et qu'à la fin de mars
dans un an, pourrait s'en aller qui voudrait, et que ceux qui
resteraient dans le pays seraient tenus de servir l'empereur. Ainsi
fut faite la convention et jurée, et excommuniés tous ceux qui la
violeraient.

  [156] Les revenus, les impôts.

  [157] Service militaire; nombre d'hommes à fournir, et nombre de
  jours de service par an.

Cela fait, les vaisseaux furent préparés et remplis de vivres. Le
jeudi d'après la mi-carême, toute l'armée monta sur les vaisseaux, et
les chevaux furent mis dans les palandres. Chaque bataille eut sa
flottille, et toutes furent rangées à côté l'une de l'autre; on
sépara les vaisseaux d'avec les galères et les palandres, et ce fut
merveilleux à voir. La ligne des assaillants avait bien demi-lieue de
long. Le vendredi matin, la flotte bien rangée s'approcha de la ville
et commença l'attaque avec vigueur. On débarqua en maint endroit, et
on alla jusqu'aux murs de la ville; en maint endroit aussi, les
échelles et les vaisseaux s'approchèrent de si près des murailles que
ceux qui étaient sur les murailles et les tours s'entre-frappaient à
coups d'épée avec ceux qui étaient sur les échelles.

Cet assaut rude et vigoureux dura bien jusque vers l'heure de
none[158]; mais, pour nos péchés, les pèlerins furent repoussés, et
ceux qui avaient débarqué furent obligés de remonter sur les
vaisseaux. Sachez bien que les pèlerins perdirent plus ce jour-là que
les Grecs, et les Grecs en furent tout joyeux. Une partie des
vaisseaux se retira du lieu de l'attaque; d'autres jetèrent l'ancre si
près de la ville qu'ils continuèrent à se servir de leurs pierriers et
de leurs mangonneaux.

  [158] Trois heures après midi.

Sur le soir, les barons et le duc de Venise s'assemblèrent dans une
église, au delà du lieu où ils étaient campés.... Ils décidèrent que
le lendemain, qui était un samedi, et pendant toute la journée du
dimanche, ils prépareraient tout pour un nouvel assaut, qui serait
livré le lundi; il fut résolu qu'on accouplerait deux par deux les
navires sur lesquels seraient placées les échelles, afin que deux
vaisseaux pussent attaquer une tour, et cela parce qu'ils avaient vu
qu'un vaisseau attaquant seul une tour, ceux qui la défendaient
étaient plus nombreux que ceux du vaisseau. Aussi était-ce un bon avis
que deux échelles feraient beaucoup plus d'effet contre une tour
qu'une seule. Comme il fut convenu, il fut fait; et ils se préparèrent
pendant le samedi et le dimanche.

L'empereur Murzuphle était venu camper avec toutes ses forces devant
la partie de la ville attaquée, et avait tendu ses tentes écarlates.
Le lundi étant arrivé, les nôtres qui étaient sur les vaisseaux
prirent les armes; ceux de la ville commencèrent à les craindre plus
que devant; les nôtres s'étonnèrent aussi de voir tant de monde sur
les murs et sur les tours. Cependant l'assaut commença rude et
furieux; chaque vaisseau attaquait devant lui. Le cri de la bataille
fut si grand qu'il semblait que la terre s'abîmât. L'attaque durait
depuis longtemps, lorsque Notre-Seigneur fit lever le vent qu'on
appelle Borée, qui bouta les vaisseaux sur le rivage plus qu'ils
n'étaient auparavant. Alors deux nefs qui étaient liées ensemble, dont
l'une avait nom _La Pèlerine_, et l'autre _Le Paradis_, approchèrent
si près d'une tour, l'une d'un côté, l'autre de l'autre, si comme Dieu
et le vent les menèrent, que l'échelle de _La Pèlerine_ s'alla joindre
contre la tour. Aussitôt un Vénitien et un Français, nommé André
d'Urboise, entrèrent dans la tour, suivis de beaucoup d'autres, et
ceux de la tour sont battus et se sauvent.

Quand les chevaliers qui étaient sur les palandres virent cela, ils
débarquent, dressent leurs échelles au pied du mur, et montent de vive
force; ils s'emparèrent bien de quatre tours; d'autres, sur les
vaisseaux, attaquent à qui mieux mieux, enfoncent trois portes,
entrent dans la ville et montent à cheval. Ils chevauchent droit sur
le camp de l'empereur Murzuphle, qui avait rangé ses batailles devant
ses tentes. Lorsque les Grecs virent venir les chevaliers, ils se
sauvèrent, et l'empereur s'enfuit par les rues jusqu'au château de
Bucoléon. Alors vous auriez vu tuer les Grecs, prendre chevaux,
palefrois, mules et mulets, et toute espèce de butin. Il y eut là tant
de morts et de blessés qu'il n'était guère possible de les compter.
Une grande partie des seigneurs grecs se réfugièrent à la porte de
Blaquerne. La nuit commençait à tomber, et les nôtres, fatigués de la
bataille et de l'occision, se réunirent dans une grande place qui
était dans Constantinople; ils décidèrent qu'ils camperaient au pied
des tours et des murs qu'ils avaient conquis, ne croyant point avoir
raison de la ville avant un mois, tant il y avait de fortes églises,
de palais et de peuple.

Ils campèrent donc devant les murs et devant les tours, près de leurs
vaisseaux; le comte de Flandre Baudouin s'hébergea dans les tentes
écarlates de l'empereur Murzuphle, qu'il avait abandonnées toutes
tendues; son frère Henri alla devant le palais de Blaquerne, et
Boniface le marquis de Montferrat, avec ses gens alla s'établir devant
le plus épais de la ville. Ainsi fut campée l'armée, comme vous l'avez
entendu, et Constantinople prise le lundi de Pâques fleuries. Cette
nuit, les nôtres, qui étaient très-fatigués, se reposèrent; mais
l'empereur Murzuphle ne se reposa guère. Il rassembla son monde en
disant qu'il allait attaquer les Francs, mais il ne le fit pas; au
contraire, il chevaucha par d'autres rues le plus loin des Français
qu'il put, arriva à la porte Dorée, par où il se sauva et déguerpit de
la ville. Après lui, s'enfuirent tous ceux qui purent; et de tout cela
ne savaient rien ceux de l'armée.

Pendant cette nuit, du côté où campait Boniface le marquis de
Montferrat, je ne sais quelles gens, craignant que les Grecs ne les
vinssent attaquer, mirent le feu entre eux et les Grecs, et la ville
commença à s'allumer durement; elle brûla toute cette nuit et le
lendemain jusqu'au soir. Ce fut le troisième feu en Constantinople
depuis que les Francs étaient venus dans ce pays; et il brûla plus de
maisons qu'il n'y en a dans les trois plus grandes villes du royaume
de France. La nuit achevée, vint le jour, qui était le mardi matin;
alors tous les nôtres s'armèrent, chevaliers et sergents, et chacun se
rendit à sa bataille, croyant avoir à livrer plus grand combat que les
précédents, parce qu'ils ne savaient pas le premier mot de la fuite de
l'empereur; et ce jour ils ne trouvèrent personne qui leur fût opposé.

Le marquis de Montferrat Boniface chevaucha toute la matinée droit
vers Bucoléon; quand il y fut arrivé, on le lui rendit, à condition de
la vie sauve pour ceux qui étaient dedans. Là on trouva les plus
grandes dames du monde, qui s'étaient retirées dans ce château; c'est
là qu'on trouva la sœur du roi de France qui avait été
impératrice[159], et la sœur du roi de Hongrie, qui avait été aussi
impératrice, et quantité de princesses. Du trésor qui était en ce
palais, il n'est pas à propos de parler, car il y avait tant de
richesses qu'on ne pouvait ni en voir la fin ni les compter. En même
temps que ce palais était rendu au marquis Boniface de Montferrat, on
rendait celui de Blaquerne à Henri, frère de Baudouin, comte de
Flandre, la vie sauve aussi à ceux qui étaient dedans; on y trouva un
trésor qui n'était pas moins grand que celui de Bucoléon.

  [159] Agnès, sœur de Philippe-Auguste, qui avait été femme des
  empereurs Alexis le jeune, Andronic Comnène et Théodore Branas.

Chacun fit occuper par sa troupe le château qu'on lui avait rendu et
fit garder le butin. Les autres, qui s'étaient répandus dans la ville,
pillèrent et firent un tel butin que nul ne vous pourrait dire la
quantité d'or et d'argent, de vaisselle, de pierres précieuses, de
velours, de draps de soie, de fourrures d'hermine, et de toutes les
autres richesses qui furent prises, et bien assure Geoffroy de
Ville-Hardouin, le maréchal de Champagne, que depuis la création du
monde on ne gagna tant à la prise d'une ville.

Chacun prit le logement qui lui plut, il y en avait assez pour cela;
ainsi s'hébergea l'armée des pèlerins et des Vénitiens, et grande fut
la joie de la victoire que Dieu leur avait donnée, au moyen de
laquelle ceux qui étaient en pauvreté étaient maintenant en richesse
et en délices. Ils fêtèrent la Pâque fleurie et la grande Pâque après,
dans cette joie que Dieu leur avait donnée. Et bien ils en durent
louer Notre-Seigneur, car ils n'avaient pas plus de 20,000 hommes dans
toute l'armée, et par son aide ils avaient pris une grande ville,
peuplée de 400,000 hommes ou plus, et la mieux fortifiée. Alors on
fit crier par toute l'armée, de par le marquis de Montferrat, qui en
était le chef, et de par les barons et le duc de Venise, d'apporter
et de réunir tout le butin, comme on l'avait juré sous peine
d'excommunication; et on choisit trois églises pour le déposer, et on
y mit bonne garde de Français et de Vénitiens, des plus loyaux que
l'on put trouver. Alors chacun commença à apporter le butin et à le
mettre en commun.

Les uns apportèrent bien, et mal les autres, poussés par convoitise
qui est la racine de tous maux, et les convoiteux commencèrent dès
lors à retenir bien des choses, et Notre-Seigneur commença à les moins
aimer.... Le butin fut donc réuni et partagé par moitié entre les
Français et les Vénitiens, comme cela avait été convenu. Sachez que
quand ils eurent fait les parts, les Français payèrent de la leur
50,000 marcs aux Vénitiens, et qu'ils se partagèrent entre eux plus de
100,000 marcs. Jamais on n'aurait rien vu de si glorieux, si on eût
fait ce que l'on avait dit et qu'on n'eût rien détourné; sachez aussi
que l'on fit justice de ceux qui furent convaincus d'avoir retenu
quelque chose, et qu'il y en eut pas mal de pendus. Le comte de
Saint-Pol fit pendre un sien chevalier, l'écu au col, convaincu
d'avoir retenu quelque chose. Beaucoup d'autres de l'armée, petits ou
grands, détournèrent une partie du butin, mais ce fut mal acquis. Vous
pourrez bien savoir que grand fut le butin, car sans la part des
Vénitiens et sans ce qui fut détourné, les nôtres eurent plus de
500,000 marcs d'argent et plus de 10,000 chevaux. Ainsi fut donc
réparti le butin de Constantinople, comme vous l'avez entendu.


_Baudouin, comte de Flandre, nommé empereur._

1204.

Ensuite les barons tinrent une assemblée, et demandèrent à toute
l'armée ce qu'elle voulait faire touchant ce qui avait été décidé
entre eux; ils parlèrent tant qu'ils furent obligés de se réunir une
seconde fois, pour élire les douze qui devaient faire l'élection. Et
comme c'était un grand honneur que d'être nommé à l'empire de
Constantinople, il y eut beaucoup de prétendants; mais la grande lutte
fut entre le comte de Flandre Baudouin et le marquis de Montferrat
Boniface; de ces deux, toute l'armée disait que l'un serait empereur.
Quand les gens sages de l'armée, qui tenaient autant à l'un qu'à
l'autre, virent cela, ils parlèrent entre eux, et dirent: «Seigneurs,
si on élit l'un de ces deux puissants hommes, l'autre aura un tel
dépit qu'il emmènera toute l'armée, et ainsi se pourra perdre la
conquête, aussi bien que manqua se perdre celle de Jérusalem quand ils
élurent Godefroi de Bouillon, le comte de Toulouse ayant eu un tel
dépit qu'il sollicita les barons et tous ceux de l'armée d'abandonner
la Terre Sainte; il s'en alla tant de monde qu'ils restèrent bien peu,
et que si Dieu ne les eût soutenus, la Terre Sainte eût été perdue.
Nous devons nous garder que chose pareille ne nous advienne; tâchons
de les retenir tous les deux, et que Dieu ayant donné l'empire à l'un,
l'autre en soit content. Pour cela, que l'empereur donne à l'autre
toute la terre qui est en Asie de l'autre côté du canal avec l'île de
Crète, dont il lui fera foi et hommage; ainsi nous pourrons les
retenir tous les deux.» Comme il fut dit, il fut fait, et les deux
prétendants y consentirent volontiers. Vint le jour que le parlement
élut les douze, six d'une part, et six de l'autre, qui jurèrent sur
les Évangiles qu'ils éliraient à bien et à bonne foi celui qui aurait
le plus de droit et qui serait le meilleur pour gouverner l'empire.
Les douze élus se rassemblèrent au jour convenu dans le riche palais
où logeait le duc de Venise, l'un des plus beaux du monde.

Là il y eut si grande réunion de gens que c'était merveille, chacun
voulant voir qui serait élu. Les douze qui devaient faire l'élection
ayant été mandés, furent mis en une belle chapelle qui était dans le
palais; leur conseil dura jusqu'à ce qu'ils furent tombés d'accord, et
ils chargèrent de porter la parole Nivelon, l'évêque de Soissons, qui
était l'un des douze; ils sortirent, et vinrent là où étaient tous les
barons et le duc de Venise. Or vous pouvez savoir qu'il fut regardé
par beaucoup d'hommes désireux de connaître l'élection. L'évêque leur
dit: «Seigneurs, nous nous sommes accordés, par la permission de Dieu,
à faire un empereur, et vous avez tous juré que vous tiendriez pour
empereur celui que nous aurions choisi, et que si quelqu'un voulait y
contredire vous lui viendriez en aide; nous vous nommerons l'élu, à
l'heure que Jésus-Christ est né; c'est le comte Baudouin de Flandre et
de Hainaut.» Il s'éleva un cri de joie dans le palais, et on l'emmena
à l'église, le marquis de Montferrat avant tous les autres, et qui lui
rendit tout l'honneur qu'il put. Ainsi fut élu empereur le comte
Baudouin de Flandre et de Hainaut, et le jour de son couronnement fixé
à trois semaines après Pâques.

   GEOFFROY DE VILLE-HARDOUIN, _De la Conquête de Constantinople_.
   (Trad. par L. Dussieux.)

   Geoffroy de Ville-Hardouin, maréchal de Champagne, et l'un des
   principaux acteurs de la quatrième croisade, mourut vers 1213.
   Ses mémoires, une des plus charmantes œuvres d'histoire de notre
   littérature, s'étendent de 1198 à 1207.



LA PRISE DE CONSTANTINOPLE RACONTÉE PAR LES GRECS.


Mais parce que la reine des villes devait subir le joug de la
servitude et que Dieu nous voulait retenir avec le frein et le mors,
nous qui nous étions échappés de notre devoir, deux soldats qui
étaient sur une échelle vis-à-vis du Pétrion, s'abandonnèrent à la
fortune et se hasardèrent de sauter dans une tour, d'où ayant chassé
la garnison, ils levèrent la main en signe de joie et de confiance
pour animer leurs compagnons. A l'heure même, un cavalier nommé Pierre
qui avait une taille de géant, dont le casque paraissait aussi grand
qu'une tour, et qui semblait capable de mettre seul en fuite toute une
armée, entra par la porte qui était au même endroit. Tout ce qu'il y
avait de personnes de qualité autour de l'empereur, et à leur exemple
toute l'armée, ne purent supporter la présence ni les regards de ce
seul cavalier, et eurent recours à une fuite honteuse, comme à
l'unique asile de leur lâcheté. Étant donc sortis par la porte Dorée,
qui est du côté de terre, ils se retirèrent chacun où ils purent, et
plût à Dieu qu'ils se fussent précipités au fond de l'enfer.

Les ennemis, ne trouvant plus de résistance, firent tout passer au fil
de l'épée, sans distinction d'âge ni de sexe. Ne gardant plus de rang,
et courant de tous côtés en désordre, ils remplirent la ville de
terreur et de désespoir. Ayant mis le feu, sur le soir, au quartier
qui est du côté d'orient, ils brûlèrent toutes les maisons qui étaient
depuis le monastère d'Évergète jusqu'au quartier du Drungaire, et se
campèrent auprès du monastère de Pantepopte, après avoir pillé la
tente de l'empereur et avoir pris le palais de Blaquerne.

Murzuphle, courant par les rues, fit son possible pour rallier ses
gens; mais comme ils étaient emportés par le tourbillon du désespoir,
ils n'eurent point d'oreilles pour écouter ses ordres ni ses
remontrances. Pour achever le récit de cette triste aventure, les
habitants employèrent le reste du jour, et toute la nuit suivante, à
serrer sous terre leurs richesses, et il y en avait quelques-uns qui
étaient d'avis de s'enfuir.

Quand l'empereur vit que la peine qu'il prenait ne servait de rien, il
eut peur d'être pris et d'être mis comme un excellent mets sur la
table des Italiens, et s'étant enfermé dans le grand palais, il mit
sur une barque Euphrosine, veuve de l'empereur Alexis, et sa fille
Eudocie, de laquelle il était éperdument amoureux, et se retira
lui-même, après avoir régné deux mois et seize jours.

Après son départ, deux jeunes princes fort sages et fort courageux,
Théodore Ducas et Théodore Lascaris, disputèrent ensemble de la
possession de l'empire comme d'un vaisseau battu par la tempête et qui
servoit de jouet à la fortune. Ils entrèrent tous deux dans la grande
église, où ils parurent égaux, parce qu'il n'y avoit personne pour
juger de leur mérite. Lascaris ayant été néanmoins préféré par le
clergé, il refusa les marques de la dignité impériale, et étant venu
avec le patriarche au Milion, il anima le peuple par ses promesses et
par ses caresses à faire quelque résistance, et exhorta les gardes à
prendre les armes, en leur remontrant que si l'empire passait à une
nation étrangère ils ne recevraient pas un plus favorable traitement
que les habitants, et que bien loin de conserver leur solde ni leur
rang, ils seraient réduits à la condition de simples soldats. Mais le
peuple n'étant point touché de ses remontrances, et les gardes ne
promettant de servir qu'autant qu'ils seraient payés, et les Italiens
ayant paru à l'heure même, en armes, il fut contraint de se sauver.

Lorsque les ennemis virent que personne ne se présentait pour les
combattre, que les chemins s'aplanissaient sous leurs pieds, que les
rues s'élargissaient pour leur donner passage, que la guerre était
sans danger et les Romains sans résistance, que par un bonheur
extraordinaire on venait au-devant d'eux avec la croix et les images
du Sauveur pour les recevoir comme en triomphe, la vue de cette troupe
suppliante n'amollit point leur dureté et n'apaisa point leur fureur.
Au contraire, tenant leurs chevaux, qui étaient accoutumés au tumulte
de la guerre et au son de la trompette, et ayant leurs épées nues, ils
se mirent à piller les maisons et les églises. Je ne sais quel ordre
je dois tenir dans mon récit, ni par où je dois commencer, continuer
et achever le récit des impiétés que ces scélérats commirent. Ils
brisèrent les saintes images qui méritent l'adoration des fidèles; ils
jetèrent les reliques sacrées des martyrs en des lieux que j'ai honte
de nommer; ils répandirent le corps et le sang du Sauveur. Ces
précurseurs de l'Antéchrist, ces auteurs des profanations qui doivent
précéder son arrivée, prirent les calices et les ciboires, et après en
avoir arraché les pierreries et les autres ornements, ils en firent
des coupes à boire. Ils dépouillèrent Jésus-Christ, et jetèrent ses
vêtements au sort, comme les Juifs les y avaient jetés autrefois. Il
ne manqua rien à leur cruauté que de lui percer le côté pour en tirer
du sang. On ne saurait songer sans horreur à la profanation qu'ils
firent de la grande église; ils rompirent l'autel qui était composé de
diverses matières très-précieuses et qui était le sujet de
l'admiration de toutes les nations, et en partagèrent entre eux les
pièces; ils firent entrer dans l'église des mulets et des chevaux pour
emporter les vases sacrés, l'argent ciselé et doré qu'ils avaient
arraché de la chaire, du pupitre et des portes, et une infinité
d'autres meubles; et quelques-unes de ces bêtes étant tombées sur le
pavé qui était fort glissant, ils les percèrent à coups d'épée et
souillèrent l'église de leur sang et de leurs ordures.

Une femme chargée de péchés, une servante des démons, une prêtresse
des furies, une boutique d'enchantements et de sortiléges, s'assit
dans la chaire patriarcale, pour insulter insolemment à Jésus-Christ,
elle y entonna une chanson impudique et dansa dans l'église. On
commettait toutes ces impiétés avec le dernier emportement, sans que
personne fit paraître la moindre modération.

Après avoir exercé une rage si détestable contre Dieu, ils n'avaient
garde d'épargner les femmes honnêtes, les filles innocentes et les
vierges qui lui étaient consacrées. Il n'y avait rien de si difficile
que d'adoucir l'humeur farouche de ces barbares, que d'apaiser leur
colère, que de gagner leur affection. Leur bile était si échauffée
qu'il ne fallait qu'un mot pour la mettre en feu; c'était une
entreprise ridicule que de vouloir les rendre traitables, et une folie
que de leur parler avec raison. Ils tiraient quelquefois le poignard
contre ceux qui résistaient à leurs volontés. On n'entendait que cris,
pleurs, gémissements, dans les rues, dans les maisons et dans les
églises. Les personnes illustres par leur naissance paraissaient dans
l'infamie; les vieillards vénérables par leur âge, dans le mépris; les
riches, dans la pauvreté. Il n'y avait point de lieu qui ne fût sujet
à une rigoureuse recherche, ni qui pût servir d'asile.

O Dieu, que d'affliction, que de misère! Quand est-ce que ces malheurs
nous avaient été prédits par le frémissement de la mer, par
l'obscurcissement du soleil, par le changement de la lune en sang, par
le déréglement du cours des astres? Nous avons vu l'abomination de la
désolation dans le lieu saint, nous y avons entendu des paroles
artificieuses de la prostituée, et nous y avons été témoin des autres
profanations si contraires à la sainteté de notre religion. Voilà une
partie des crimes que les nations d'Occident ont commis contre le
peuple de Jésus-Christ. Ces barbares n'ont usé d'humanité envers
personne; ils n'ont rien épargné, ils ont tout pris et tout enlevé.
Voilà donc ce que nous promettait ce hausse-col doré, cette humeur
fière, ces sourcils élevés, cette barbe rase, cette main prête à
répandre le sang, ces narines qui ne respirent que la colère, cet œil
superbe, cet esprit cruel, cette prononciation prompte et précipitée.
Ou plutôt, c'est ce que vous nous promettiez, vous qui voulez passer
pour savants, pour sages, pour fidèles, pour sincères, pour justes,
pour vertueux, et pour plus pieux et religieux observateurs des
commandements de Dieu que nous autres Grecs. Je parle sérieusement et
sans railler. Car quel commerce y a-t-il entre la lumière et les
ténèbres? Ce que j'ai à ajouter est encore plus important. Vous vous
étiez chargés de la croix, et vous nous aviez juré, et sur elle et sur
les saints Évangiles, que vous passeriez sur les terres des chrétiens
sans y répandre de sang. Vous nous aviez dit que vous n'aviez pris les
armes que contre les Sarrasins, et que vous ne les vouliez tremper que
dans leur sang. Vous aviez promis de demeurer chastes pendant le temps
que vous porteriez la croix, comme des soldats enrôlés sous les
enseignes du Sauveur. Il est évident cependant que bien loin de
défendre son tombeau, vous outragez les fidèles qui sont ses membres.
Bien loin de porter la croix, vous la profanez et vous la foulez aux
pieds. Pendant que vous faites profession d'aller chercher une perle
précieuse, vous jetez dans la boue la perle précieuse du corps
adorable de notre Dieu. Les Sarrasins en ont usé avec moins d'impiété.
Quand ils étaient maîtres de Jérusalem, ils traitaient les Latins avec
quelque sorte de douceur, ils ne violaient point la pudeur de leurs
femmes, ils n'emplissaient point de corps morts le sépulcre du
Sauveur, ils ne changeaient point cette source de résurrection et de
vie en une cause de chute et de mort. Ils ne leur faisaient ressentir
ni le fer, ni le feu, ni la faim, ni la nudité, et se contentant d'un
léger impôt qu'ils levaient par tête, ils les laissaient dans la
jouissance paisible de tout le reste de leurs biens. Mais ces peuples
si affectionnés à la gloire du Sauveur et qui font profession de notre
religion, nous ont traité, de la manière que j'ai rapportée, bien que
nous ne leur eussions fait aucune injure...

Le jour de la prise de la ville, ces brigands ayant pillé les maisons
où ils étaient logés, demandèrent aux maîtres où ils avoient caché
leur argent, usant de violences envers les uns, de caresses envers les
autres, et de menaces envers tous, pour les obliger à les découvrir.
Ceux qui étaient si simples que d'apporter ce qu'ils avaient caché
n'étaient pas traités avec plus de douceur que les autres. Ils
ressentaient les mêmes effets de l'orgueil et de la cruauté de leurs
hôtes. Ceux qui commandaient parmi nous ayant laissé la liberté de
sortir à ceux qui le désireraient, on voyait des troupes d'habitants
qui s'en allaient enveloppés de méchants manteaux, avec des visages
pâles et défigurés, avec des yeux rouges, et qui versaient plutôt du
sang que des larmes. Les uns regrettaient leur argent, les autres ne
croyant pas que leur argent méritât d'être regretté, pleurèrent
l'enlèvement de leurs filles, la mort de leurs femmes, ou quelque
autre perte semblable.

Pour dire quelque chose de ce qui m'arriva en cette triste journée,
plusieurs de mes amis se retirèrent en ma maison, parce qu'elle était
bâtie sous une galerie qui la rendait fort sombre. Ma grande maison du
quartier de Storacius, qui était enrichie d'une infinité d'ornements,
avait été consumée par le second incendie. L'autre, où je demeurais
alors, avait une entrée secrète dans la grande église; mais il n'y
avoit point de secret qui pût échapper à la curiosité de nos ennemis,
et la sainteté du lieu ne nous servit de rien pour nous garantir de
leur fureur. En quelque endroit qu'on se cachât, on étoit pris et
emmené. J'avais retiré un Vénitien avec sa femme et ses enfants, qui
me servit fort utilement. Bien qu'il ne fût que marchand, il prit les
armes comme un soldat, et feignant d'être des ennemis et parlant avec
eux en leur langue, il défendit longtemps ma porte. Mais enfin ne
pouvant plus résister à la multitude, qui entrait en foule, et
principalement aux Français, qui se vantaient de ne rien craindre que
la chute du ciel, il nous conseilla de nous sauver, de peur d'être
chargés de chaînes et d'avoir le déplaisir de voir nos filles violées
en notre présence. Marchant donc sous la conduite de ce fidèle
défenseur, comme si nous eussions été ses prisonniers, nous allâmes
vers les maisons des Vénitiens qui étaient de nos amis. Lorsque nous
fûmes arrivés au quartier qui étoit échu aux Français, nous fûmes
abandonnés par nos valets, qui s'écartèrent lâchement de côté et
d'autre, et obligés de porter nous-mêmes nos enfants, qui ne pouvaient
encore marcher. Nous partîmes un samedi, cinquième jour de la prise.
L'hiver approchait et ma femme était grosse, de sorte qu'il me
semblait que c'était un accomplissement de la parole par laquelle le
Sauveur nous avertit de prier Dieu que notre fuite n'arrive point en
hiver, ni au jour du sabbat, et de la prédiction par laquelle il
prononce malheur sur les femmes qui seront enceintes ou nourrices.
Plusieurs de nos parents et de nos amis s'étant joints à nous aussitôt
qu'ils nous eurent aperçus, nous marchâmes tous ensemble, et nous
rencontrâmes des gens de guerre assez mal armés. Les uns avaient de
longues épées pendues à leurs chevaux, les autres des poignards
attachés à leur ceinture. Les uns étaient chargés de butin, les autres
fouillaient leurs prisonniers pour voir s'ils ne cachaient point un
bon habit sous un méchant, ou s'ils n'avaient point d'argent. D'autres
regardaient de belles femmes avec les mêmes yeux que s'ils eussent dû
en jouir à l'heure même. Nous mîmes celles que nous avions au milieu
de nous, comme au milieu d'une bergerie, et nous les avertîmes de
salir avec de la terre ces visages qu'elles embellissaient autrefois
avec du fard, de peur que l'éclat de leur teint n'attirât les yeux des
spectateurs curieux, n'allumât le désir et n'excitât la fureur des
ravisseurs cruels qui croyaient avoir le droit de faire tout ce que
permet la licence de la guerre. Ayant le cœur serré de douleur, nous
levions les mains au ciel, nous frappions nos poitrines et nous
priions Dieu qu'il lui plût de nous préserver de la violence de ces
bêtes cruelles. Comme nous étions près de passer par la porte Dorée,
un barbare impie et violent enleva, proche l'église de Saint-Mocius
martyr, la fille d'un magistrat, comme un loup enlève une brebis. Le
père, accablé de vieillesse et de maladie, fit en même temps un faux
pas et tomba dans la boue, d'où se tournant vers moi, qui ne lui
pouvais servir que d'un appui aussi faible que celui du figuier, et
m'appelant par mon nom, il me conjura de l'assister. Je suivis donc le
ravisseur, m'écriant contre sa violence, et joignant à mes cris des
gémissements lamentables et des gestes propres à exciter la pitié.
J'implorai le secours des soldats qui passaient et qui pouvaient
entendre quelques mots de notre langue; je leur pris les mains et leur
fis des caresses. Enfin j'en touchai si fort quelques-uns qu'ils me
promirent de venger ce rapt. Je les menai donc à la maison où le
ravisseur avait enfermé la fille et où il se tenait à la porte pour
repousser ceux qui auraient envie d'y entrer. Je leur dis, en le leur
montrant avec le doigt: Voilà le coupable qui a violé en plein jour
l'ordonnance par laquelle vous avez défendu de toucher aux femmes
mariées, aux jeunes filles, aux vierges consacrées à Dieu, et que vous
avez fait le serment d'observer. Défendez-nous contre cette violence,
par l'autorité de vos lois et par la force de vos armes. Soyez
sensibles aux larmes, qui coulent de mes yeux, puisque Dieu même s'y
laisse toucher, et que la nature nous les a données pour exciter de
la compassion et pour obtenir de l'assistance. Que si vous avez des
enfants, je vous conjure par ces précieux gages de vos mariages, par
le tombeau du Sauveur, et par le respect que vous avez pour ses
commandements qui défendent aux chrétiens de faire aux autres ce
qu'ils ne voudraient pas qu'on leur fît, de ne pas mépriser ma prière.
J'animai de telle sorte ces gens de guerre par ces paroles qui
m'étaient venues sur-le-champ à la bouche, qu'ils me promirent de me
rendre la fille qui avait été enlevée. Le ravisseur, transporté
d'amour et de colère, se moquait d'abord de leur demande; mais quand
il vit qu'ils agissaient sérieusement et qu'ils le menaçaient de le
faire pendre, il rendit la fille, que le père fut ravi de revoir.
S'étant donc levé, il continua avec nous le voyage. Dès que nous fûmes
hors de la ville, chacun commença à remercier Dieu de sa protection,
ou à déplorer son malheur, comme il le trouva à propos. Pour moi, je
me prosternai à terre, et je me plaignis aux murailles de ce qu'elles
demeuraient seules insensibles aux calamités publiques et de ce
qu'elles se tenaient debout, au lieu de se fondre en larmes. Qu'est-il
besoin, leur disois-je, que vous subsistiez, depuis que toutes les
choses pour la conservation et la défense desquelles vous avez été
bâties ont été détruites par le fer et par le feu[160]?... Après avoir
tiré ces paroles du fond d'un cœur inondé de douleur, nous
continuâmes notre chemin, et en marchant nous répandîmes nos larmes
comme une semence... Les paysans et les derniers du peuple nous
chargeaient de confusion et d'opprobre, et au lieu de tirer de
l'exemple de notre disgrâce une instruction de modération et de
sagesse, ils se réjouissaient de notre malheur, et ils disaient, par
un horrible renversement d'esprit, que la pauvreté et la nudité où
nous étions réduits étoient une égalité pleine d'équité et de justice.

  [160] Nous supprimons presque tout ce discours de Nicétas aux
  murailles; c'est une œuvre de rhéteur, pleine de mauvais goût,
  et écrite après coup.

Quelques-uns d'entre eux ayant racheté à vil prix le bien qu'ils
savaient que les étrangers avaient volé à leurs concitoyens, disaient,
en levant les mains et les yeux au ciel: Dieu soit loué de nous avoir
fourni un moyen si aisé et si commode de nous enrichir. Ils n'avaient
pas encore logé les Latins dans leurs maisons, et ils ne savoient pas
que ces peuples répandent autant de vin que de bile, et qu'ils
traitent les Grecs avec le dernier mépris. Ils s'enrichissaient
encore, par un commerce impie des choses saintes, en achetant, en
revendant les vases et les ornements, comme s'ils eussent cessé
d'appartenir à Dieu depuis qu'ils avaient été arrachés de ses temples
par des mains sacriléges.

Les ennemis ne songeaient qu'à se divertir, mais d'un divertissement
grossier et injurieux, qui ne tendoit qu'à tourner en ridicule nos
façons d'agir. Ils se revêtaient, non par nécessité, mais par
bouffonnerie, de robes peintes, et les portaient dans les rues. Ils
mettaient nos coiffures de toile sur la tête de leurs chevaux, et leur
attachaient au cou les cordons que nous laissons pendre le long du
dos. Quelques-uns tenaient en leurs mains du papier, de l'encre et des
écritoires, pour nous railler, comme si nous n'eussions été que des
scribes et des copistes. Ils passaient des jours entiers à table, où
les uns se traitoient fort poliment, et les autres ne mangeaient,
selon la coutume de leur pays, que du bœuf bouilli, du lard salé avec
de l'ail, de la farine de fèves, et une sauce fort piquante. En
partageant le butin, ils ne mirent point de différence entre les
choses sacrées et les profanes; mais ils les employèrent également à
tous leurs usages, jusqu'à s'asseoir sur les images du Seigneur.

   NICÉTAS, _Annales_.--Traduites par le président Cousin dans son
   _Histoire de Constantinople_, 1673.

   Nicétas, surnommé Choniate parce qu'il était né à Chone en
   Phrygie, occupa de hautes fonctions à Constantinople; il mourut
   en 1218. Les Annales qu'il a écrites s'étendent de 1118 à 1204.
   Malgré le mauvais goût et l'emphase qui caractérisent les œuvres
   des écrivains du Bas-Empire, les Annales de Nicétas, en ce qui
   concerne l'histoire de la quatrième croisade, sont un document
   fort utile et exact.



_Discours de Nicétas sur les monuments détruits ou mutilés par les
croisés en 1204._


Les Latins ouvrirent les tombeaux des empereurs qui ornaient le grand
temple; ils enlevèrent avec une avidité effrénée les richesses qui s'y
trouvaient, les perles, les pierres précieuses, les diamants, trésors
respectés depuis tant de siècles; il outragèrent le corps de
l'empereur Justinien, que le temps avait épargné, et le dépouillèrent
de ses vêtements funèbres. Ainsi, ils ne firent grâce ni aux vivants
ni aux morts; ils déchirèrent en lambeaux le magnifique voile du grand
temple, tissu d'or et d'argent pur, estimé plusieurs millions. A ce
brigandage succédèrent bientôt de nouveaux désordres; l'avidité des
Latins les fit recourir aux statues de bronze, qu'ils firent fondre
pour les convertir en monnaies; la Junon d'airain, statue colossale
qui ornait le forum de Constantin, fut brisée et fondue la première:
un char attelé de quatre chevaux put à peine en transporter la tête
jusqu'au palais de l'empereur. Le beau Pâris qui présentait à Vénus la
pomme, source d'une fatale discorde, fut renversé de sa base. Ils
n'épargnèrent pas davantage cette pyramide élevée qui dominait sur
toutes les colonnes dispersées de la ville. Qui n'eût admiré les
bas-reliefs dont cette pyramide était ornée! L'artiste y avait
représenté tous les oiseaux qui saluent le printemps de leurs chants
harmonieux. On y voyait tous les travaux du cultivateur, les
instruments du labourage, les meubles simples de la ferme, les brebis
bêlantes, les agneaux bondissants; une mer immense s'étendait au loin;
elle était peuplée d'une foule innombrable de poissons, dont les uns
tombaient dans les filets des pêcheurs; d'autres échappaient de leurs
mains, et, se précipitant dans les flots, recouvraient leur liberté.
Des Amours nus deux à deux, trois à trois, exprimaient la joie
folâtre, en luttant ou en se jetant des pommes. Sur le sommet élevé de
cette pyramide était une statue de femme que les vents faisaient
tourner dans tous les sens, et qui pour cette raison, était appelée
_Anémodulion_. On condamna aussi aux fourneaux la statue héroïque et
colossale du _Taurum_, que quelques-uns croyaient être celle de Josué,
parce que le cavalier, étendant la main vers le soleil à son couchant,
semblait lui ordonner de s'arrêter. D'autres disent que c'était
Bellérophon, car, libre comme Pégase, du cavalier qu'il portait, le
cheval volait sans frein dans la plaine, battant l'air de ses ailes,
en même temps qu'il frappait la terre de ses pieds. Une tradition
fabuleuse rapportait que sous l'ongle du pied gauche était cachée la
figure d'un homme de la faction verte, ou d'un habitant de l'Occident,
ou d'un Bulgare. Du reste, il était impossible de voir l'objet qu'il
cachait, tant ce pied était étroitement uni à la base; quand on eut
mis le cheval en pièces pour le fondre, on ne trouva qu'un cachet
enveloppé d'un drap de laine. Les Latins, sans chercher à connaître
le sens des caractères qu'il portait, le jetèrent au feu avec les
autres débris de la statue.

Les Latins, qui n'appréciaient pas ce qui était beau, n'épargnèrent
pas davantage les autres statues de l'hippodrome; tous les autres
monuments de l'antiquité furent détruits; les médailles, que leurs
inscriptions rendaient précieuses, furent vendues; et ils se
distribuèrent comme des pièces de monnaie les pièces rares qu'on avait
recueillies à grands frais.

Dans ce grand désastre périt l'Hercule Trihespérus, ce colosse,
chef-d'œuvre de sculpture, qu'on voyait dans le Cophius; il était
couvert de la peau d'un lion; l'immobilité de l'airain n'empêchait pas
qu'on ne vît ses yeux animés par la fureur; ses épaules n'étaient
point chargées d'un carquois; il n'avait plus dans ses mains ni son
arc ni sa massue; mais, fléchissant la jambe gauche jusqu'aux genoux,
il appuyait sur son coude sa main gauche, qu'il tenait élevée pour
soutenir sa tête, oppressée par la douleur; le fils de Jupiter
déplorait sa destinée, il maudissait les travaux qu'Eurystée, abusant
des dons de la fortune, lui imposait dans sa fureur jalouse; sa large
poitrine, ses fortes épaules, sa chevelure épaisse, ses bras nerveux,
les muscles qui dessinaient ses reins, sa haute stature, tout était
fait, je le pense, d'après la vraie mesure attribuée à Hercule par
Lysimaque. Cette statue de bronze fut son premier et son dernier
ouvrage dans ce genre. Telle était l'immensité de cette statue, que le
cordon qui mesurait un de ses pouces pouvait facilement ceindre un
homme, et que la taille des hommes les plus grands égalait à peine la
circonférence de la cuisse du colosse. Les Latins ne respectèrent pas
ce symbole de la force humaine, eux qui cependant se l'attribuent par
excellence et qui mettent la force au-dessus de tout.

Ils firent fondre encore l'âne chargé qui marchait en ruant, et le
conducteur qui le suivait; ce groupe avait été placé par Auguste dans
la ville d'Actium (que les Grecs appellent Nicopolis) en mémoire d'une
aventure arrivée au monarque. On rapporte que ce prince allant
reconnaître l'armée d'Antoine, rencontra un paysan avec son âne, qui
lui indiqua le camp de son compétiteur; Auguste l'ayant interrogé sur
son nom, le paysan répondit qu'il s'appelait _Nicon_ (heureux), et son
âne _Nicandre_ (vainqueur), et qu'il portait des provisions à l'armée
de César. Les Latins livrèrent encore aux flammes la truie ou la louve
qui allaita Rémus et Romulus. Ainsi furent détruits les monuments les
plus vénérables de l'antiquité et transformés en viles pièces de
monnaie. Il en est de même de l'homme qui combattait un lion; de
l'hippopotame dont le derrière se terminait en queue écailleuse; de
l'éléphant qui agitait sa trompe; des sphinx dont la forme est tout à
la fois celle d'une femme gracieuse et d'un monstre horrible;
quelques-uns de ces monstres, déployant leurs ailes, semblaient défier
les oiseaux au vol rapide. Je n'oublierai point le cheval indompté,
dont l'oreille droite, la bouche frémissante et les bonds, signes de
sa joie et de sa fierté, annonçaient l'indépendance; l'horrible
Scylla, femme gigantesque, dont l'attitude menaçante exprimait la
force et la férocité; de ses flancs entr'ouverts sortaient les
monstres qui se précipitèrent sur le vaisseau d'Ulysse, pour dévorer
ses compagnons infortunés. On voyait encore dans l'hippodrome un aigle
d'airain, ouvrage d'Apollonius de Thyane, et le plus bel instrument de
ses prestiges. Quand cet homme célèbre vint à Byzance, les Grecs, dont
le territoire était infesté de serpents, le prièrent de les délivrer
de ce fléau. Le philosophe, ayant invoqué les plus puissants démons
dans une orgie, fit placer au haut d'une colonne, après la
célébration de ses mystères sacriléges, un aigle dont l'aspect,
semblable au chant des sirènes, enchaînait tous ceux qui jetaient les
yeux sur lui. Un serpent que cet aigle tenait dans ses serres
s'efforçait vainement d'arrêter son essor, en l'enveloppant des replis
de son corps tortueux, et en s'élançant pour atteindre les ailes du
roi des airs; serré dans les griffes de l'oiseau, le monstre, gonflé
de venin, semblait moins lutter contre lui que s'assoupir de
lassitude, tandis que l'aigle, avant de célébrer sa victoire par des
cris de triomphe, faisait un dernier effort pour enlever son ennemi
dans les airs; la joie qui brillait dans ses yeux et l'agonie du
monstre annonçaient aux spectateurs étonnés quelle serait l'issue du
combat; en voyant le serpent ainsi abattu, on espérait que l'aigle,
dédaignant de se repaître de cette vile proie, laisserait tomber le
cadavre du monstre, qu'il effrayerait ainsi ceux qui désolaient
Byzance et les forcerait de fuir dans leurs antres secrets. Cet
ouvrage offrait encore une merveille; on voyait sur les plumes de
l'aigle un cadran qui, lorsque le ciel n'était pas couvert de nuages,
indiquait les heures du jour à ceux qui connaissaient ces caractères.

Que dirai-je de la statue d'Hélène, de la perfection de sa taille, de
l'albâtre de ses bras et de son sein, de sa jambe parfaite, de cette
Hélène qui conduisit toute la Grèce sous les murs de Troie?
N'avait-elle pas adouci les féroces habitants de la Laconie? Tout
était possible à celle dont les regards enchaînaient tous les cœurs;
ses vêtements étaient sans apprêt, mais si ingénieusement arrangés
qu'ils laissaient voir ses belles formes au travers d'une tunique
légère, de son voile, de sa couronne et des tresses de ses cheveux. Sa
chevelure, attachée seulement à la hauteur du cou, flottait au gré
des vents, et retombait jusqu'aux pieds en tresses ondoyantes. Sa
bouche, entr'ouverte comme le calice d'une jeune fleur, semblait
offrir un passage aux tendres accents de sa voix, et le doux sourire
de ses lèvres remplissait d'une émotion délicieuse l'âme du
spectateur. Jamais il ne sera possible d'exprimer et la postérité
cherchera vainement à sentir et à peindre la grâce répandue dans cette
statue divine. Mais, ô fille de Tindare, chef-d'œuvre des amours,
émule de Vénus, où est la toute-puissance de tes charmes? Pourquoi
n'en fais-tu pas sur ces barbares l'aimable usage que tu en faisais
autrefois? Les destins t'ont-ils condamnée «à brûler du feu dont tu
consumas tant de cœurs?» Les descendants d'Énée ont-ils voulu te
condamner aux flammes que tu allumas dans Ilion?.... On voyait sur le
piédestal une jeune femme d'une taille admirable, dont la chevelure
était relevée sur le front avec beaucoup de grâce; elle était placée
de manière qu'on pouvait y atteindre avec la main; la sienne, d'une
blancheur d'albâtre, soutenait un cheval par un de ses pieds avec
autant d'aisance que si c'eût été un fuseau; le cavalier était robuste
et dans une attitude guerrière; le cheval dressait ses oreilles comme
s'il eût entendu le son de la trompette; il semblait se précipiter en
avant avec fureur; ses pieds suspendus en l'air, ses yeux pleins de
feu, son col élevé, annonçaient l'ardeur des combats.

Au delà de cette statue, proche de la borne orientale des courses, on
voyait des statues, trophées des vainqueurs. D'un signe de la main,
ils commandaient au conducteur de ne pas lâcher les rênes auprès de la
borne, mais de faire tourner les chevaux et de les presser de
l'éperon, afin que, se trouvant plus tôt au delà du terme, ils
obligeassent leurs rivaux à prendre un plus grand détour; alors
ceux-ci, malgré la rapidité de leurs coursiers, devaient rester en
arrière et perdre la couronne.

Un spectacle plus intéressant, et le plus curieux de tous par sa
perfection, car je n'ai pas l'intention de tout décrire, s'offrait
encore dans l'hippodrome: c'était un animal en forme de bœuf placé
sur un énorme piédestal; il était difficile d'assigner la race de cet
immense animal; il en étouffait entre ses dents un autre, dont le
corps était si couvert d'écailles, qu'on ne pouvait le toucher
impunément. On croyait que l'un de ces monstres était un basilic et
l'autre un aspic; quelques uns pensaient que l'un était un hippopotame
et l'autre un crocodile; tous les deux, vaincu et vainqueur, se
donnaient mutuellement la mort; celui qu'on prenait pour un basilic,
infecté de la tête aux pieds du venin de son adversaire, était d'un
vert livide, couleur que donnait à son sang la fermentation du poison
qui s'y était mélangé; ses genoux ne pouvaient plus le supporter, et
l'on voyait bien qu'il se serait étendu à terre si les jambes qui lui
servaient d'appui ne l'eussent soutenu par leur masse. L'autre animal,
brisé sous la dent de son ennemi, remuait à peine sa queue venimeuse;
il ouvrait sa gueule et marquait les terribles efforts qu'il faisait
pour échapper de cette horrible prison; mais c'était vainement, car
ses pieds, son dos et la partie de son corps à laquelle tenait sa
queue étaient absolument enfermés dans l'énorme mâchoire du vainqueur;
l'avantage était donc égal de part et d'autre; ils combattaient avec
autant de succès et périssaient ensemble.

   NICÉTAS, _Discours sur les monuments détruits ou mutilés par les
   croisés_.--Trad. par Michaud dans la _Bibliothèque des
   Croisades_, 3e vol., p. 425.



LA CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

1208.


Vous avez tous entendu comment l'hérésie, que le Seigneur maudisse!
s'était si fort propagée qu'elle avait en son pouvoir tout
l'Albigeois, le Carcassais, le Lauraguais, et dans la plus grande
partie du pays, de Béziers à Bordeaux, tant que va le chemin, il y
avait une multitude d'hommes de cette croyance et de cette secte; et
qui dirait plus ne mentirait pas. Lorsque le saint pape de Rome et le
reste du clergé virent cette grande folie se répandre plus fort que de
coutume et croître de jour en jour, chaque ordre y envoya prêcher
quelqu'un des siens; et l'ordre de Cîteaux, qui eut la seigneurie de
cette mission, y manda à diverses fois de ses hommes. L'évêque d'Osma
en tint concile; et les autres légats conférèrent avec ceux de
Bulgarie, là-bas, à Carcassonne, où il y eut grande assemblée. Avec
tous ses barons s'y trouva le roi d'Aragon, lequel en sortit aussitôt
qu'il eut entendu et reconnu le fait de l'hérésie, et il en envoya ses
lettres à Rome. Mais, Dieu me bénisse! je ne puis autrement dire,
sinon que les hérétiques ne font pas plus de cas des sermons que d'une
pomme gâtée. Cinq ans, ou je ne sais combien, cette gent égarée se
conduisit de même, ne voulant pas se convertir, de quoi sont morts
maints grands personnages, et ont péri des foules de peuple, et bien
d'autres encore en périront avant que la guerre finisse. Il n'en peut
être autrement.

Il y avait dans l'ordre de Cîteaux une abbaye voisine de Lerida, et
que l'on nommait le Poblet, et dans cette abbaye un digne homme qui en
était abbé, lequel pour son savoir, montant de grade en grade, d'une
autre abbaye nommée Granselve, où il avait été d'abord, fut amené au
Poblet, en fut élu abbé, et puis en troisième lieu fut fait abbé de
Cîteaux, tant Dieu l'aima! Ce saint homme s'en alla avec les autres,
par la terre des hérétiques, leur prêchant de se convertir; mais plus
il les priait, plus ils se raillaient de lui et le tenaient pour sot.
Ce fut là le légat auquel le pape donna tout pouvoir d'abattre partout
la gent mécréante.

Cet abbé de Cîteaux, que Dieu aimait tant et qui avait nom frère
Arnaud, le premier en tête des autres, tantôt à pied, tantôt à cheval,
s'en va disputant contre les félons mécréants d'hérétiques. Il s'en va
les pressant vivement de ses paroles; mais ceux-ci ne prennent aucun
souci des prêcheurs et n'en font pas le moindre cas. Cependant Pierre
de Châteauneuf[161] est aussi venu vers Saint-Gilles en Provence, sur
son mulet amblant; il excommunie le comte de Toulouse, parce qu'il
soutient les routiers, qui vont pillant le pays. Et voilà qu'un des
écuyers du comte, qui en avait grande rancune et voulait se rendre
désormais agréable à son seigneur, tue le légat en trahison; passant
derrière lui, il le frappe au dos de son tranchant épieu et s'enfuit
sur son cheval courant vers Beaucaire, d'où il était et où il avait
ses parents. Mais avant de rendre l'âme, levant les mains au ciel,
Pierre prie Dieu, en présence de tous, de pardonner à ce félon écuyer
son péché. Il rendit l'âme après cela à l'aube paraissant, et l'âme
s'en alla au Père tout-puissant. On ensevelit le corps à Saint-Gilles
avec maints cierges allumés et maints _Kyrie eleison_ que les clercs
chantèrent.

  [161] Légat du pape Innocent III, assassiné à Saint-Gilles, en
  1208.

Quand le pape sut, quand lui fut dite la nouvelle que son légat avait
été tué, sachez qu'elle lui fut dure. De la colère qu'il en eut, il
se tint la mâchoire, et se mit à prier saint Jacques, celui de
Compostelle, et saint Pierre, qui est enseveli dans la chapelle de
Rome. Quand il eut fait son oraison, il éteignit le cierge. Et là
devant lui viennent alors frère Arnaud, l'abbé de Cîteaux, maître
Milon, parlant latin, et les douze cardinaux, tous en un cercle. Là
fut prise la résolution qui excita cette bourrasque dont tant d'hommes
devaient périr fendus par les entrailles, dont mainte belle demoiselle
et mainte noble dame devaient rester sans robe ni manteau. De par delà
Montpellier jusqu'à Bordeaux, le concile ordonne de détruire tout ce
qui lui désobéira.

Cependant l'abbé de Cîteaux, qui tenait la tête penchée, s'est levé
sur ses pieds contre un pilier de marbre, et dit au pape: «Seigneur,
par saint Martin! nous faisons de tout cela trop de paroles et trop
grand bruit; faites faire et écrire vos lettres en latin, comme bon
vous semblera, et je me mets aussitôt en route pour les porter en
France et partout le Limousin, en Poitou, en Auvergne et jusqu'en
Périgord. Proclamez les indulgences ici, dans les confins de ce pays
jusqu'à Constantinople et dans tout pays chrétien: qu'à celui qui ne
se croisera pas il soit interdit de boire du vin, de manger sur nappe,
matin ni soir, et de vêtir tissu de chanvre ou de lin; et que s'il
meurt, il ne soit pas enseveli autrement qu'un chien. Tous finissent
par s'accorder à ces paroles et au conseil qui leur est donné.

Quand l'abbé de Cîteaux, l'honorable personnage, qui fut ensuite élu
archevêque de Narbonne, le meilleur et le plus honnête clerc qui porta
jamais tonsure, a donné ce conseil, nul ne profère un mot, si ce n'est
le pape, qui, faisant marri visage, dit à l'abbé: «Frère, va-t'en à
Carcassonne et à Toulouse la Grande, qui est assise sur la Garonne;
tu mèneras l'host[162] des croisés contre la félonne gent. Pardonne
aux fidèles leurs péchés, au nom de Jésus-Christ, et prie-les,
exhorte-les de ma part à chasser les hérétiques d'entre ceux dont la
foi est saine.» Et voilà que l'abbé s'apprête à partir sur l'heure de
none; il sort de la ville chevauchant et éperonnant. Avec lui partent
l'archevêque de Tarragone, l'évêque de Lerida et celui de Barcelone,
celui de Maguelone, devers Montpellier, et d'autres encore d'outre les
ports d'Espagne, celui de Pampelune, ceux de Burgos et de Terrasone;
tous ceux-là s'en vont avec l'abbé.

  [162] L'armée.

L'abbé est monté à cheval aussitôt qu'ils ont pris congé. Il s'en va à
Cîteaux, où, selon la coutume, tous les moines blancs portant tonsure
étaient réunis en chapitre général, à la Sainte-Croix, qui se fête là
en été. Voyant tout le monastère, il chante la messe; et la messe
finie, il se met à prêcher. Il dit, il rapporte les paroles du
concile, et montre à chacun sa bulle scellée, comme lui et les autres
l'ont çà et là partout montrée. Cependant, aussi loin que s'étend la
sainte chrétienté, en France et dans tous les autres royaumes, les
peuples se croisent dès qu'ils apprennent le pardon de leurs péchés,
et jamais, je pense, ne fut fait si grand host que celui fait alors
contre les hérétiques et les ensabbatés. Alors se croisèrent le duc de
Bourgogne, le comte de Nevers et maints autres seigneurs. Je ne
parlerai point de ce que coûtèrent d'orfroi et de soie les croix
qu'ils se mirent du côté droit sur la poitrine; je ne tiens pas compte
de leurs armures, de leurs montures, de leurs enseignes, ni de leurs
chevaux vêtus de fer. Dieu ne fit jamais latiniste ou clerc si lettré,
qui de tout cela pût raconter la moitié ni le tiers, ou écrire les
noms des prêtres et abbés assemblés dans l'host qui va camper sous
Béziers, hors des murs, dans la campagne.

Quand le comte de Toulouse, les autres barons et le vicomte de Béziers
ont appris que la croisade se prêche et que les Français se croisent,
ne pensez pas qu'ils s'en réjouissent. Ils en sont forts dolents,
comme dit la chanson.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, écrite en vers
   provençaux par un poëte contemporain, traduite et publiée par
   Fauriel, 1 vol. in-4º, 1837. (Collection des documents inédits
   sur l'histoire de France)[163]

  [163] Cet important poëme historique a été composé de 1208 à
  1219, par un troubadour demeuré inconnu. L'auteur raconte les dix
  années de la croisade; orthodoxe et hostile aux hérétiques, il
  décrit en gémissant les violences des croisés et la destruction
  de la nationalité provençale, dont il fait connaître les mœurs,
  les institutions et la civilisation.



LA PRISE DE BÉZIERS.

1209.


Le vicomte de Béziers ne cesse, nuit ni jour, de fortifier sa terre.
Il était homme de grand cœur; aussi loin que s'étende le monde, il
n'y avait point de meilleur chevalier, plus preux, plus libéral, plus
courtois, ni plus avenant. Il était le neveu du comte Raymond[164], le
fils de sa sœur, et bon catholique; je vous en donne pour garants
maint clerc et maint chanoine mangeant en réfectoire, et beaucoup
d'autres. Il était tout jeune, bien voulu de tous, et les hommes de sa
terre, ceux dont il était le seigneur, n'avaient de lui défiance ni
crainte; ils jouaient avec lui, comme s'il eût été leur égal; mais
ses chevaliers et ses autres vassaux, qui en tour, qui en château,
maintenaient les hérétiques. Ils furent pour cela exterminés et occis
avec déshonneur, et le vicomte lui-même en mourut en grande douleur,
et par cruelle méprise, dont ce fut grand dommage. Je ne le vis jamais
qu'une seule fois, alors que le comte de Toulouse épousa dame
Éléonore, la meilleure et la plus belle reine qu'il y ait en terre
chrétienne ou païenne, et dans le monde entier, si loin qu'il
s'étende, jusqu'à la grande mer. Je n'en dirais jamais tant de bien,
ni tant de louange, qu'il n'y ait en elle encore plus de mérite et de
valeur; et je reviens à mon sujet.

  [164] Comte de Toulouse.

Lorsque le bruit arrive au vicomte de Béziers que l'host des croisés
est en deçà de Montpellier, il monte sur son cheval de guerre, et il
entre à Béziers, un matin, à l'aube, quand il n'était pas encore jour.
Les bourgeois de la ville, les jeunes et les vieux, les petits et les
grands, apprenant qu'il est arrivé, tôt et vite s'en viennent à lui.
Il leur recommande de se défendre avec force et bravoure, et leur
promet qu'ils seront bientôt secourus. «Je m'en irai, dit-il, par la
route battue, là-haut à Carcassonne, où je suis attendu.» Sur ces
paroles il est sorti en grande hâte; les juifs de la ville l'ont suivi
de près; les autres demeurent marris et dolents. Là-dessus l'évêque de
Béziers, ce grand prud'homme, entra dans la ville, et aussitôt qu'il
fut descendu à l'église cathédrale, où sont maintes reliques, il fit
assembler tous les habitants; et quand ils sont assis, il leur conte
que l'host des croisés est en marche, et les exhorte à se soumettre
avant qu'ils ne soient vaincus, pris ou tués, et qu'ils n'aient perdu
leur bien et leur avoir. S'ils se soumettent, tout ce qu'ils ont pu
perdre leur sera sur-le-champ rendu; s'ils ne veulent le faire, ils
resteront dépouillés à nu, et de glaive d'acier émoulu taillés, sans
autre demeure.

Quand l'évêque a expliqué sa raison, quand il leur a dit et expliqué
sa mission, il les prie de nouveau de s'accorder avec le clergé et les
croisés, avant d'être passés au fil de l'épée. Mais ce parti, sachez,
n'agrée point à la majorité du peuple. Ils se laisseront, disent-ils,
noyer dans la mer salée avant d'accepter cette proposition; et
personne n'aura du leur un denier vaillant, pour qu'ils changent leur
bonne seigneurie pour une autre. Ils ne s'imaginent pas que l'host des
croisés puisse durer au siége, et qu'avant quinze jours il ne soit pas
tout parti; car il occupe bien une grande lieue de long, et tient à
peine dans les grands chemins et les sentiers. Et quant à leur ville,
ils se la figurent si forte, si bien fermée et close tout à l'entour,
qu'en un mois entier les assiégeants ne l'auraient pas forcée. Mais,
comme dit Salomon à la sage reine d'Orient, de ce qu'a projeté un fou,
il se fait trop en une fois. Quand l'évêque voit que la croisade est
en mouvement, et que ceux de Béziers ne prisent pas plus son sermon
qu'une pomme pelée, il est remonté sur la mule qu'il avait amenée, et
s'en va à la rencontre de l'host qui est en marche. Ceux qui sortirent
avec lui sauvèrent leur vie, et ceux qui restèrent dans la ville le
payèrent cher. Aussi vite qu'il peut, sans demeure aucune, l'évêque
rend compte de sa mission à l'abbé de Cîteaux et aux autres barons de
l'armée, qui l'écoutent attentivement. Ils tiennent ceux de Béziers
pour gent folle et forcenée, et voient bien que pour eux s'apprêtent
les douleurs, les tourments et la mort.

C'était la fête que l'on nomme la Madeleine, quand l'abbé de Cîteaux
amène le grand host des Croisés, qui tout entier campe à l'entour de
Béziers, sur le sable. C'est alors que redoublent pour ceux de dedans
le mal et le péril; car jamais l'host de Ménélas, à qui Pâris enleva
Hélène, ne dressa tentes si nombreuses à Mycènes, devant le port, ni
si riches pavillons, de nuit, par le serein, que celui des Français et
du comte de Braine, là sous Béziers. Il n'y eut baron en France qui
n'y fît sa quarantaine. Oh! la mauvaise étrenne qu'il fit aux
habitants de la ville, celui qui leur donna le conseil de sortir en
plein jour et d'escarmoucher fréquemment toute la semaine! Car sachez
ce que faisait cette gent chétive, cette gent ignare et folle plus que
baleine. Avec les bannières de grosse toile blanche qu'ils portaient,
ils allaient courant devant les croisés, criant à toute haleine; ils
pensaient leur faire épouvantail, comme on fait à des oiseaux en champ
d'avoine, en huant, en braillant, en agitant leurs enseignes, le
matin, dès qu'il fait clair.

Quand le roi des ribauds les vit ainsi escarmoucher, braire et crier
contre l'host de France, et mettre en pièces et à mort un croisé
français, après l'avoir de force précipité d'un pont, il appelle tous
ses truands, il les rassemble en criant à haute voix: «Allons les
assaillir!» Aussitôt qu'il a parlé, les ribauds courent s'armer chacun
d'une masse, sans autre armure. Ils sont plus de quinze mille, tous
sans chaussure; tous, en chemise et en braies, ils se mettent en
marche, tout autour de la ville, pour abattre les murs; ils se jettent
dans les fossés, et se prennent les uns à travailler du pic, les
autres à briser, à fracasser les portes. Voyant cela, les bourgeois
commencent à s'effrayer; et de leur côté, ceux de l'host crient: «Aux
armes, tous!» Vous les auriez vus alors s'avancer en foule contre la
ville, et de force repousser des remparts les habitants, qui,
emportant leurs enfants et leurs femmes, se retirent à l'église et
font sonner les cloches, n'ayant plus d'autre refuge.

Les bourgeois de Béziers voient contre eux venir, et en grande hâte
s'armer les Français de l'host, tandis que le roi des ribauds les
assaille, et que ses truands de toutes parts remplissent les fossés,
brisent les murs et forcent les portes; ils sentent bien en eux-mêmes
qu'ils ne peuvent résister, et se réfugient au plus vite dans la
cathédrale. Les prêtres et les clercs vont se vêtir de leurs
ornements, font sonner les cloches comme s'ils allaient chanter la
messe des morts, pour ensevelir corps de trépassés; mais ils ne
pourront empêcher qu'avant la messe dite les truands n'entrent dans
l'église; ils sont déjà entrés dans les maisons; ils forcent celles
qu'ils veulent; ils en ont large choix, et chacun d'eux s'empare
librement de ce qui lui plaît. Les ribauds sont ardents au pillage;
ils n'ont point peur de la mort; ils tuent, ils égorgent tout ce
qu'ils rencontrent. Ils amassent et font de tous côtés grand butin;
ils en seraient riches à jamais, s'ils pouvaient le garder; mais il
leur faut bientôt l'abandonner; les barons de France s'en emparent sur
eux, qui l'ont fait.

Les barons de France, ceux de vers Paris, clercs et laïques, marquis
et princes, entre eux sont convenus qu'en tout château devant lequel
l'host se présenterait, et qui ne voudrait point se rendre avant
d'être pris, les habitants fussent livrés à l'épée et tués, se
figurant qu'après cela ils ne trouveraient plus personne qui tînt
contre eux, à cause de la peur que l'on aurait pour avoir vu ce qui en
advint à Montréal, à Fanjeaux et aux environs. Et si ce n'eût été
cette peur, jamais, je vous en donne ma parole, les hérétiques
n'auraient été soumis par la force des croisés. C'est pour cela que
ceux de Béziers furent si cruellement traités. On ne pouvait leur
faire pis, on les égorgea tous; on égorgea jusqu'à ceux qui s'étaient
réfugiés dans la cathédrale; rien ne put les sauver, ni croix, ni
crucifix, ni autel. Les ribauds, ces fous, ces misérables, tuèrent
les clercs, les femmes, les enfants; il n'en échappa, je crois, pas un
seul. Que Dieu reçoive leurs âmes, s'il lui plaît, en paradis, car
jamais, depuis le temps des Sarrasins, si fier carnage ne fut, je
pense, résolu ni exécuté. Après cela, les goujats se répandent par les
maisons, qu'ils trouvent pleines et regorgeant de richesses. Mais peu
s'en faut que, voyant cela, les Français n'étouffent de rage; ils
chassent les ribauds à coups de bâton, comme mâtins, et chargent le
butin sur les chevaux et les roussins qui sont là, dehors, à paître
l'herbe.

Le roi des ribauds et les siens, qui se tenaient pour fortunés et
riches à jamais de l'avoir qu'ils avaient pillé, se mettent à
vociférer quand les Français les en dépouillent. «A feu! à feu!»
s'écrient-ils, les sales bandits. Et voilà qu'ils apportent de grandes
torches allumées; ils mettent le feu à la ville, et le fléau se
répand. La ville brûle tout entière en long et en travers. Sitôt que
l'on s'aperçoit du feu, chacun fuit à l'écart; tout brûle alors, les
maisons et les palais; et dans les palais, les armures, mainte cotte,
maint heaume et maint jambard, qui avaient été faits à Chartres, à
Blaye, à Édesse. Il y périt force riche bagage qu'il fallut
abandonner. Brûlée aussi fut la cathédrale, bâtie par maître Gervais;
de l'ardeur de la flamme elle éclata et se fendit par le milieu, et il
en tomba deux pans.

Grand et merveilleux eût été, seigneurs, le butin qu'auraient eu de
Béziers les Français et les Normands; et ils en auraient été pour
toute leur vie enrichis, si ce n'eût été le roi des ribauds et les
chétifs vagabonds qui brûlèrent la ville et y massacrèrent les femmes,
les enfants, les vieux, les jeunes, et les prêtres messe chantants,
vêtus de leurs ornements, là haut, dans la cathédrale. Les croisés
sont restés trois jours dans les prés verdoyants, et le quatrième ils
partent tous, sergents et chevaliers, par la plaine, où rien ne les
arrête, et les enseignes levées qui flottent au vent.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



LE VICOMTE DE BÉZIERS PRIS PAR TRAHISON.

   Après la destruction de Béziers, les croisés marchent sur
   Carcassonne, où était le vicomte de Béziers; mais ils sont
   repoussés dans plusieurs assauts.


Le légat voyant qu'il ne pouvait s'emparer de Carcassonne par assaut
ou autrement, imagina une grande ruse, qui était d'envoyer un des
siens vers le vicomte, pour traiter avec lui de quelque arrangement et
aussi pour prendre connaissance de l'état dans lequel était la ville;
ce qui fut fait. L'homme qu'on envoya au vicomte était adroit, et sa
parole était propre à accomplir de pareils actes. Il s'en alla à
Carcassonne, demandant une entrevue avec le vicomte pour affaire qui
lui devait être avantageuse. Aussitôt que le vicomte apprit qu'il y
avait à la porte de la ville un gentilhomme accompagné d'au moins
trente autres, de noble mine, il vint et sortit escorté de trois cents
hommes bien armés. Le seigneur envoyé par le légat et ses gens lui
firent bon accueil et force salutations; et les saluts terminés, ledit
seigneur dit au vicomte qu'il déplorait beaucoup ce qui lui arrivait;
qu'il était son parent et très-proche, que c'était la vérité et qu'il
le jurait; qu'en conséquence il était très-fâché de son infortune, et
qu'il voudrait qu'il conclût un accommodement avec le légat; que
toutefois il lui donnait le conseil, s'il pouvait avoir du secours,
qu'il se hâtât de le faire venir sans délai, car le légat et les
barons étaient pleins de mauvais vouloir contre lui et ne désiraient
que sa destruction; il promettait cependant de faire tout ce qu'il
pourrait pour rétablir la paix. Ainsi parla avec ruse ledit seigneur
gentilhomme. Le vicomte y ajouta une foi entière, comme je vais le
raconter, et ce fut une folie.

Or, l'histoire dit que le gentilhomme sut persuader le vicomte par ses
discours pleins de ruse et de fourberie, à ce point que le vicomte lui
dit que s'il voulait en prendre le soin, il lui remettrait la conduite
de son affaire et qu'il lui donnerait carte blanche; car le vicomte
était très-affecté de voir l'état auquel était réduite la cité. «Si
les seigneurs et princes, dit-il, veulent me donner sûreté pour que je
puisse aller dans leur camp leur parler et leur exposer les choses
telles qu'elles sont, je crois que nous tomberons d'accord.» Et
l'autre lui répondit: «Seigneur vicomte, quoique je ne sois pas
autorisé, je vous promets et jure par ma foi d'homme noble, que si
vous voulez venir dans le camp, comme vous me le disiez, je vous
mènerai et ramènerai sain et sauf, si vous ne vous accommodez pas, et
que votre personne et vos biens ne courront aucun danger.» Il le
promit et le jura de cette manière, et le vicomte y consentit, ce qui
fut une grande folie, et pour l'autre une grande perfidie que cette
trahison.

Ainsi donc et sans plus de délibération, le vicomte, après avoir parlé
à ses gens, partit en belle et noble compagnie, arriva au camp et
entra dans la tente du légat, où étaient en ce moment rassemblés tous
les princes et seigneurs. Tous furent bien étonnés de le voir. Le
vicomte les salua, comme il le savait faire, et les salutations
rendues, il exposa son affaire, dit qu'il n'avait jamais été, pas plus
que ses prédécesseurs, du parti des hérétiques, que jamais ni lui ni
les siens ne les avaient protégés et ne s'étaient associés à leur
folie, mais qu'ils avaient toujours obéi à la sainte Église et à ses
ordres; que s'il y avait en ce moment quelques infractions, la faute
en était à ses officiers, auxquels son père avait, à sa mort, laissé
la garde et le gouvernement du pays; qu'il ne savait pas pourquoi on
voulait le déposséder de son héritage et lui faire une guerre aussi
acharnée; enfin qu'il consentait à se remettre, lui et sa terre, entre
les mains de l'Église, et qu'il demandait à être entendu dans une
défense contradictoire.

Quand le vicomte eut parlé, le légat prit à part les seigneurs et les
princes, qui étaient innocents et ignoraient toutes ces perfidies. Ils
convinrent ensemble que le vicomte resterait prisonnier jusqu'à ce que
la ville fût en leur pouvoir, dont le vicomte et les gens de sa suite
furent bien attristés, et non sans raison.

  [165] Cette chronique, imprimée dans le t. 3 de l'Histoire du
  Languedoc de Dom Vaissette, s'étend de 1202 à 1219.

   _Chronique languedocienne sur la guerre des Albigeois_[165],
   traduite par L. Dussieux.



SIMON DE MONTFORT DEVIENT COMTE DE BÉZIERS.

1209.

   Après la conquête de la vicomté de Béziers, les croisés se
   rassemblent pour se donner un chef.


L'abbé de Cîteaux n'oublie point, sachez, ce qu'il doit faire; il leur
a chanté la messe du Saint-Esprit, et prêché comment Jésus-Christ vint
au monde; puis il leur dit que dans la contrée par les croisés
conquise il veut qu'il y ait tout de suite pour gouverneur un
seigneur d'élite. Il propose au comte de Nevers de l'être; mais
celui-ci n'y veut à aucun prix consentir; le comte de Saint-Pol non
plus, qui fut élu ensuite. Ils disent que si longtemps qu'ils puissent
vivre, ils ont assez de terre, dans le royaume de France, où naquirent
leurs pères, et n'ont aucune envie de la terre d'autrui. Et l'on
croirait que dans tout l'ost il n'y a pas un baron qui ne se tienne
pour trahi s'il accepte cette terre.

Mais là, dans ce conseil, dans ce parlement, il y avait un puissant
seigneur, vaillant et preux, hardi, bon guerrier, sage et bien appris,
bon chevalier, libéral, brave et avenant, doux, franc, affable et de
bonne intention. Il était resté longtemps là-bas, outre-mer[166], dans
un fort château, distingué là comme partout. Il était seigneur de
Montfort et de la terre qui en dépend, et comte de Leicester, si la
geste ne ment pas. C'est lui que tous se mettent à prier de prendre la
vicomté tout entière, et tout le surplus du pays de la gent mécréante.
«Seigneur, lui dit l'abbé de Cîteaux, pour Dieu le tout puissant,
acceptez la seigneurie qui vous est offerte; bons garants vous en
seront Dieu et le pape, et après eux, nous et tout le monde. Nous
vous serons en aide toute notre vie.»--«Ainsi ferai-je, dit le
comte, à cette condition que les barons qui sont ici me jureront
qu'en besoin urgent de défense ils viendront tous, à mon appel, me
secourir.»--«Nous vous le promettons loyalement,» disent tous les
barons; et là-dessus, le comte vite et résolûment accepte la vicomté,
la terre et le pays.

  [166] En Angleterre.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



PORTRAIT DE SIMON DE MONTFORT.


Nous mettrons ici ce que nous avons reconnu nous-même dans le noble
comte de Montfort. Et d'abord nous dirons qu'il était d'illustre
naissance, d'un grand courage et très-habile à manier les armes. De
plus, et pour faire connaître son extérieur, il était de haute taille;
sa chevelure était belle, sa figure noble, son aspect imposant; il
était haut d'épaules, large de poitrine, gracieux, agile et ferme, vif
et léger dans ses mouvements, tel enfin que personne, même un ennemi,
n'aurait pu trouver quelque chose, même de minime, à reprocher à sa
personne. Pour parler de choses plus importantes, il était éloquent,
affable et doux, de relations agréables, d'une grande austérité de
mœurs, modeste, sage, ferme en ses desseins, prévoyant dans le
conseil, juste, persévérant dans les affaires de la guerre, prudent,
et cependant ardent pour entreprendre et infatigable pour achever,
tout entier voué au service de Dieu.

O sage élection des princes, acclamations judicieuses des pèlerins,
qui ont chargé un homme si fidèle de défendre la foi et qui ont donné
le premier rang à un homme si bien fait pour soutenir la république
universelle et la très-sainte affaire de Jésus-Christ contre les
hérétiques pestiférés. Il fallait, en effet, que l'ost du Dieu des
armées fût commandé par un homme comme celui-ci, orné de la noblesse
de la naissance, de la pureté des mœurs et des vertus de la
chevalerie, tel enfin que ce fût un bonheur qu'on le plaçât à la tête
de tous les autres pour la défense de l'Église menacée, afin que par
sa protection s'affermît l'innocence chrétienne, et que la témérité de
la méchante hérésie ne pût espérer que son erreur exécrable resterait
impunie. Bref, ce Simon de Montfort fut envoyé par le Christ, vraie
montagne de force, au secours de son Église, qui menaçait de faire
naufrage, pour la sauver de l'acharnement de ses ennemis.

   PIERRE DES VAUX DE CERNAY, _Histoire des Albigeois_, trad. par L.
   Dussieux.

   Pierre des Vaux de Cernay était moine dans l'abbaye des Vaux de
   Cernay et neveu de Gui, abbé de cette abbaye, puis évêque de
   Carcassonne. Il suivit son oncle à la croisade contre les
   Albigeois à laquelle il prit part comme prédicateur. Il fut
   très-dévoué à Simon de Montfort, pour lequel il est plus que
   partial. La chronique de Pierre des Vaux de Cernay est un
   document fort curieux pour l'histoire, et peint vivement les
   mœurs et l'esprit des croisés.



PRISE DE LAVAUR.

1211.


Les croisés ont pris la ville. Il y eut bien quatre cents hérétiques
de la race impure de brûlés en un bûcher, qui jeta grandes flammes.
Don Amérigatz fût pendu avec maints autres chevaliers; on en pendit
quatre-vingts comme on fait les larrons, et on les exposa sur des
fourches, l'un d'un côté, l'autre de l'autre. Dame Giraude fut prise
criant, pleurant, braillant, et jetée dans un puits, où elle fut
couverte de pierres, chose dont on eut grande horreur. Mais les autres
dames, un Français courtois et gai les fit délivrer toutes en
véritable preux. Dans la ville fut capturé maint destrier noir et bai,
mainte riche armure de fer qui échoit aux croisés, grande quantité de
blé, de vin, de drap, de beaux vêtements, dont ils sont joyeux.

A Raymond de Salvagnac, un riche marchand, natif de Cahors, puissant
et opulent bourgeois, le comte de Montfort doit l'immense butin.
C'était lui qui maintenait la croisade et lui avait prêté l'argent
nécessaire[167], recevant ensuite en payement du drap, du vin et du
blé. Tout le butin de Lavaur lui fut mis devant et donné.

  [167] Pour payer la solde de l'armée permanente que Montfort
  avait organisée et avec laquelle, bien plus qu'avec l'aide des
  pèlerins et des croisés, il fit la conquête du midi.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



SIÉGE ET BATAILLE DE MURET.--SIMON DEVIENT COMTE DE TOULOUSE.

1213-1215.


Le bon roi d'Aragon, sur son bon cheval de guerre, est venu sous
Muret, y a planté son oriflamme et y a mis le siége avec maints
puissants vavasseurs, qu'il a amenés et tirés de leurs fiefs. Il y a
amené la fleur des braves de Catalogne, et une foule de puissants
guerroyeurs de l'Aragon, qui pensent bien ne trouver nulle part de
résistance, ni aucun homme de guerre qui ose s'attaquer à eux. Il
envoie à Toulouse dire au mari de sa sœur[168] de venir le joindre
avec tous ses barons, avec son ost et ses hommes de guerre. Il annonce
qu'il est prêt à rendre au comte de Comminges ou à ses parents tous
leurs fiefs; après quoi, il marchera rapidement et de force sur
Béziers; et de Montpellier à Rocamador, il ne laissera pas, en château
ou en tour, un seul croisé qu'il ne fasse mourir de triste et male
mort. Le preux comte de Toulouse, quand il apprend cela, ne diffère
point; il va droit au Capitole.

  [168] Pierre II avait donné une de ses filles au jeune Raymond,
  fils du comte de Toulouse.

Au Capitole s'en va le comte, duc et marquis. Il dit et annonce que le
roi d'Aragon est arrivé; qu'il a amené ses forces, et déjà entrepris
un siége; que là-bas devant Muret ses tentes sont dressées, et qu'il
a, avec son ost, resserré les Français dans la ville. «Portons-y nos
pierriers, dit-il, et tous nos arcs turquois; quand Muret sera pris,
nous marcherons en Carcassais, et si Dieu le permet, nous reprendrons
le pays.»--«Seigneur comte, lui répondent les capitouls, tout est bien
si nos amis peuvent terminer l'entreprise comme ils l'ont commencée.
Mais les Français sont en toutes choses durs et terribles; ils ont de
fiers courages, des cœurs de lion, et sont fortement courroucés de ce
qu'il soit si mal advenu de ceux de Pujols, que nous leur avons
maltraités et tués. Conduisons-nous donc de manière à n'être point
trompés.» Là-dessus les courtois corneurs de la ville s'en vont
cornant l'ost; ils crient: «Que tous aient à sortir en armes et munis
de tout, pour aller tout droit à Muret, où se trouve le roi d'Aragon.»
Et voilà sortir, par les ponts, tout le peuple de la ville, chevaliers
et bourgeois. Rapidement et d'un trait, ils sont arrivés devant Muret,
où ils devaient perdre leur bagage, tant de belles armures et tant
d'hommes courtois, dont ce fut grand dommage, si Dieu et ma foi me
sont en aide; et le monde entier en valut moins.

Le monde entier en valut moins, sachez-le de vrai; exilé et détruit en
fut le paradis, honnie et déchue toute la chrétienté. Mais écoutez,
seigneurs, et entendez comment la chose se passa. A Muret, en bon
point, sont le roi d'Aragon, le comte de Saint-Gilles avec tous ses
barons, avec les bourgeois et la communauté de Toulouse. Ceux-ci
ajustent et dressent les pierriers et battent Muret tout alentour et
de tous côtés, si fort que dans la ville neuve ils sont entrés tous
ensemble, et ont pressé de telle sorte les Français qui s'y
trouvaient, qu'ils sont tous entrés dans le château. Et voilà un
messager qui arrive, qui s'avance vers le roi: «Seigneur roi d'Aragon,
sachez pour vrai que les hommes de Toulouse ont si bien fait qu'ils
ont, si vous le permettez, pris la ville; ils ont assailli les
maisons, abattu les étages; et de telle sorte pourchassé les Français,
qu'ils se sont tous réfugiés dans le château.» Quand le roi entend la
nouvelle, il n'en est pas content. Vite il se rend auprès des consuls
de Toulouse, et leur recommande en personne de laisser en paix les
hommes de Muret. «Nous ferions, dit-il, à les prendre, grande folie;
car il m'est venu des lettres, lettres scellées, m'annonçant que don
Simon de Montfort doit entrer demain en armes dans Muret; et quand il
y sera entré et enfermé, et que mon cousin Nugnez sera arrivé ici,
nous assiégerons alors la ville de tous côtés, et prendrons les
Français et tous les croisés, à leur grand dommage, qui ne sera plus
réparé; et le paradis alors sera partout remis en splendeur. Mais si
nous prenions maintenant ceux qui sont dans Muret, Simon s'enfuirait
par les autres comtés, et les délais seraient doublés à le poursuivre.
Ainsi donc, le mieux est de nous accorder tous et de les laisser
entrer; après cela, les dés sont à nous, et nous ne les lâcherons
point que la partie ne soit gagnée. Faites dire cela aux vôtres.»

Et là dessus les damoiseaux des Capitouls vont dire au conseil
principal de la milice de faire à l'instant de Muret sortir l'ost
communal, de ne plus y trancher palissade ni barrière, mais d'y
laisser toute chose entière et debout; d'enjoindre à chacun par tout
ce qu'il y a de cher de retourner aux tentes, parce qu'ainsi
l'ordonne le bon roi d'Aragon au cœur impérial. «Don Simon,
disent-ils, doit arriver à Muret avant le soir, et il aime mieux le
prendre là qu'ailleurs.» Les hommes de Toulouse, quand ils entendent
cet ordre, sortent tous ensemble et s'en vont à travers les tentes,
chacun à son poste; là, ils se mettent tous à manger et à boire, les
petits et les grands; et à peine avaient-ils mangé qu'ils virent le
long d'un coteau le comte de Montfort venir avec sa bannière, lui et
beaucoup d'autres Français tous à cheval. La rivière resplendit des
épées et des heaumes, comme s'ils étaient de cristal; et je vous dis,
par Saint-Marceau! que jamais en si petite troupe l'on ne vit tant de
braves. Ils entrent à Muret à travers le marché, et s'en vont, en
vrais barons, à leurs albergues[169], où ils trouvent du pain, du vin
et de la viande. Le lendemain, dès qu'ils aperçurent le jour, le bon
roi d'Aragon et tous les autres chefs se rassemblent en parlement,
hors des tentes, dans un pré. Là se trouvent le comte de Toulouse et
celui de Foix, le comte de Comminges au cœur bon et loyal, Hugues le
Sénéchal, avec beaucoup d'autres barons, les bourgeois de Toulouse et
tous leurs officiers. Le roi parle le premier.

  [169] Auberges.

Le roi parle le premier, car il sait bien parler. «Seigneurs, leur
a-t-il dit, écoutez ce que je veux vous apprendre. Simon vient
d'entrer là, et ne peut échapper. Je n'ai besoin de vous informer
d'autre chose sinon qu'il y aura bataille avant le soir; ainsi donc,
songez tous à bien commander, et sachez donner et frapper les grands
coups; et quand les Français seraient dix fois plus nombreux, nous les
feront reculer.» Le comte de Toulouse se prit ensuite à discourir:
«Seigneur roi d'Aragon, si vous voulez m'écouter, je vous dirai mon
sentiment de ce qu'il faut faire. Faisons autour des tentes dresser
des barrières, de sorte que nul homme à cheval n'y puisse entrer. Et
si les Français viennent pour nous assaillir, nous les ferons navrer
par nos arbalètes; et quand ils tourneront la face, nous pourrons les
poursuivre, et de la sorte les déconfire tous.»--«Cela ne me paraît
déjà point bien, dit Michel de Luzian, que le roi d'Aragon ait ouvert
cette triste délibération; mais vous faites pis, seigneur comte, vous
qui, ayant de vastes terres, vous laissez par couardise déshériter.»
«Seigneur, dit alors le comte, je ne propose plus rien. Faites ce que
vous voulez; et avant qu'il ne fasse nuit, nous verrons bien qui sera
le dernier à lever le camp.» Là-dessus on crie aux armes, et tous se
vont armer; ils s'en vont éperonnant jusqu'aux portes de la ville,
contraignent tous les Français à s'y enfermer, et lancent leurs épieux
à travers la porte. De sorte que ceux de dedans et ceux de dehors
bataillent sur le seuil, se jettent lances et dards, et
s'entrefrappent à grands coups, qui des deux côtés font couler le sang
tellement que vous en verriez la porte devenue toute vermeille. Ceux
de dehors ne pouvant entrer dans la ville, s'en retournent tout droit
à leur tentes; et les voilà tous ensemble assis à dîner. Mais Simon de
Montfort fait alors, dans Muret, crier par toutes les albergues de
seller les chevaux et de leur mettre leur bardes[170] sur le dos, afin
de voir s'ils pourront prendre au piége ceux de dehors. Il ordonne que
tout le monde se réunisse à la porte de Salas; et quant ils sont tous
dehors, il se prend à discourir: «Seigneurs barons de France, je ne
sais vous dire autre chose, sinon que nous sommes tous venus ici nous
mettre en péril. Je n'ai fait, toute cette nuit, que réfléchir; et mes
yeux n'ont pu ni dormir ni reposer. Or, voici ce qu'en réfléchissant
j'ai trouvé: Il nous faut suivre ce chemin, et marcher droit aux
tentes, comme pour livrer bataille. S'ils sortent, résolus à nous
tenir tête, et si nous ne pouvons les chasser de leurs tentes, il ne
nous reste qu'à nous enfuir tout droit à Hautvillar.»--«Faisons-en
l'essai, dit le comte Baudouin; et si l'ennemi sort, pensons à bien
tailler; mieux vaut mourir glorieusement que vivre en mendiant.»
Là-dessus, l'évêque Folquet se prend à leur donner la bénédiction, et
Guillaume de la Barre se met à leur tête. Il en fait trois corps de
bataille, l'un à l'autre échelonnés; il fait avec le premier corps
marcher toutes les bannières, et ils vont droit aux tentes.

  [170] Ornements de cheval, bâts.

Ils s'en vont droit aux tentes, à travers le marais, bannières
déployées et pennons flottants; d'écus, de heaumes dorés à or battu,
de hauberts et d'épées reluit toute la prairie. Quand le bon roi
d'Aragon les aperçoit, il les attend avec un petit nombre de
compagnons; mais tous accourent aussi les hommes de Toulouse, sans
écouter nullement le roi ni le comte, sans savoir de quoi il s'agit,
jusqu'au moment où les Français sont là, qui s'élancent tous là où le
roi était inconnu. «Je suis le roi!» s'écrie-t-il; mais on ne l'entend
pas; il est si cruellement frappé et blessé, que son sang a coulé
jusqu'à terre et qu'il tombe là étendu mort. Les autres, qui le
voient, se tiennent pour perdus. Qui fuit çà, qui fuit là; personne ne
se défend; les Français les poursuivent, les exterminent et leur font
si rude guerre, que celui qui leur échappe vivant se croit sauvé par
miracle. Le carnage dura jusqu'au Rivet. Ceux de l'ost de Toulouse
restés aux tentes étaient là tous ensemble, comme hommes éperdus,
lorsque don Dalmace d'Entoisel s'est lancé dans l'eau en criant: «Au
secours! grand mal nous est arrivé, le bon roi d'Aragon est abattu et
mort! et avec lui sont morts tant d'autres barons que jamais perte si
grande ne sera réparée.» Parlant ainsi, il est sorti de l'eau de la
Garonne; et aussitôt tous les hommes de Toulouse, les principaux, les
moindres, ont couru tous ensemble vers la rivière; ceux-là la passent
qui peuvent; mais beaucoup restent en deçà, et l'eau, qui roule comme
torrent, en a englouti plusieurs. Dans le camp est resté tout le
bagage, et grande en retentit la perte par le monde; et ce fut aussi,
de maint homme, qui resta là mort étendu, grand dommage.

Grands furent le dommage, la douleur et la perte, lorsque le roi
d'Aragon resta sous Muret mort et sanglant, avec grand nombre d'autres
barons; et grande fut la honte qui en revint à toute la chrétienté et
à tout le monde. Les hommes de Toulouse, ceux qui se sont sauvés de là
où sont restés tant d'autres, tristes et dolents, rentrent à Toulouse
dans leurs maisons. Mais Simon de Montfort, allègre et joyeux, s'est
emparé du camp, où il a trouvé force dépouilles, dont il va dictant et
assignant les diverses parts. Quant au comte de Toulouse, triste et
soucieux, il dit secrètement à ceux du Capitole de faire aussi bien
qu'ils pourront, et qu'il s'en ira, lui, se plaindre au pape que Simon
de Montfort, par ses menées discourtoises, l'a chassé de sa terre et
accablé de douleurs poignantes comme glaive. Et là dessus, il sort de
sa terre avec son fils. Les hommes de Toulouse, chétifs et contraints,
s'accordent avec don Simon, lui jurent fidélité, et se soumettent
loyalement à l'Église. Le cardinal envoya alors à Paris dire au fils
du roi de France de venir en toute hâte. Et le prince est venu
allègrement et empressé; ils entrent, les croisés et lui, à Toulouse,
occupent la ville et les albergues, et s'établissent joyeusement dans
les cours. «Supportons cela, disent les hommes de la ville, supportons
en paix tout ce que Dieu veut; car Dieu, qui est notre sauveur, pourra
nous secourir.» Cependant le fils du roi de France, qui consent à mal,
don Simon, le cardinal et Folquet tous ensemble, proposent en secret
de saccager toute la ville, puis d'y mettre le feu ardent. Mais don
Simon réfléchit que le parti est dur et terrible; que s'il détruit la
ville, ce sera à son dommage; qu'il vaut mieux pour lui en avoir tout
l'or et tout l'argent. Ils s'arrêtent enfin à ce parti, que les fossés
de la ville soient comblés, et que tout homme pouvant la défendre
n'ait pour cela ni arme ni armure; que toutes les tours, les
fortifications et les murs soient abattus et rasés jusqu'aux
fondements. Cela fut convenu, et la sentence en fut portée. Don Simon
de Montfort resta en possession du pays et de toutes les autres terres
qui en dépendaient. Ainsi à force de fausses prédications sont
dépouillés de leurs héritages le comte de Toulouse et ses amis, et le
fils du roi retourne en France.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



LE COMTE DE TOULOUSE RENTRE DANS TOULOUSE.--MASSACRE DES FRANÇAIS.

1217.

   A la suite d'un complot contre Simon, le comte de Toulouse est
   rappelé par les habitants de Toulouse; il sort de sa retraite, et
   se dirige sur cette ville accompagné de quelques chevaliers.


Quand ils aperçoivent la ville, il n'y en a pas un d'eux de si ferme
courage que l'eau du cœur ne lui remplisse les yeux. «Vierge,
impératrice du ciel, dit en lui-même chacun d'eux, rendez-moi le lieu
où j'ai été élevé. Vivant ou enseveli, j'aime mieux être là que
d'aller plus longtemps par le monde honni et persécuté.» Au sortir de
l'eau, ils sont entrés dans les prairies, enseignes déployées, pennons
flottants. Aussitôt que ceux de la ville ont entendu le signal
convenu, ils accourent tous au comte, comme si c'était un ressuscité;
et, quand il entre sous les portes voûtées, tout le peuple y arrive,
les grands et les petits, les hommes et les femmes, les épouses et les
maris; chacun s'agenouille devant lui, et lui baise les vêtements, les
pieds, les jambes, les bras, les mains, avec des larmes de joie
joyeusement accueillies; c'est la joie elle-même qui revient en graine
et en fleur. «Nous l'avons maintenant, se disent-ils l'un à l'autre;
nous avons Jésus-Christ, nous avons notre étoile du matin revenue en
splendeur; nous avons notre bon et sage seigneur. Parage et courtoisie
étaient morts; les voilà restaurés, vivants et florissants, et notre
lignage à jamais remonté en puissance.» Ils se sentent le cœur si
brave et si animé, que chacun d'eux s'arme de bâton ou de pierre, de
lance ou de dard poli, de couteaux fourbis; et tous se répandent par
les rues, tailladant, tranchant et faisant boucherie des Français
qu'ils peuvent atteindre dans la ville, criant: «Toulouse!» Le jour
est venu où de Toulouse sera chassé son faux seigneur avec toute son
espèce, et où sera extirpée sa méchante racine! Dieu protège enfin
droiture; le comte, qui avait été trahi, a repris tant de cœur
qu'avec peu de compagnons il a recouvré Toulouse.

Le comte a recouvré Toulouse, sa ville tant désirée. Mais il n'y a
plus dans cette ville ni tour, ni salle, ni galerie, ni haut mur, ni
bretêche, ni créneau, ni porte, ni portier, ni guette, ni clôture, ni
haubert, ni armure, ni une arme entière. Cependant ses habitants ont
reçu le comte avec tant d'allégresse que chacun, dans son cœur, croit
avoir reçu olivier. «Toulouse! crient-ils, nous vaincrons maintenant
que Dieu nous a rendu notre vrai seigneur, et si nous manquons d'armes
et d'argent, nous n'en conquerrons pas moins le pays et son loyal
héritier. C'est par l'audace, le courage et la fortune que chacun se
doit défendre dans cette guerre décisive.» Ils s'arment, qui de pique
ou de masse, qui de bâton de pommier; et dans toutes les rues s'élève
un cri, un signal de mort. De ceux des Français qu'il rencontrent ils
font boucherie et carnage; les autres s'enfuient précipitamment au
château Narbonnais[171], poursuivis de clameurs et de coups. Du
château sortent alors maints vaillants chevaliers, en armure complète
et en cotte à double maille; mais ils ont telle frayeur de ceux de la
ville, que pas un d'eux n'éperonne et ne donne ni ne reçoit un coup.

  [171] Château des comtes de Toulouse.

La comtesse de Montfort, pleine de souci, était pour lors hors de la
salle, sous la voûte du noble palais. Elle appelle don Gervais, don
Lucas, don Garnier, don Thibaut de Neuville, et d'eux s'enquiert en
hâte de ce qui arrive. «Barons, dit-elle, quels sont donc ces routiers
qui m'enlèvent la ville? qui a commis ce méfait?»--«Dame, dit don
Gervais, qui est-ce, sinon le comte Raymond qui reprend Toulouse?
Celui que je vois s'avancer le premier, c'est Bernard de Comminges; je
connais bien son enseigne et celui qui la porte. Avec eux sont aussi
Roger Bernard, le fils de Raymond Roger; don Raymond d'Aspel, le fils
de don Fortaner; les chevaliers faidits, les légitimes seigneurs du
pays, et tant d'autres, plus de mille autres encore. Puisque Toulouse
les aime, les désire et les accueille, ils vont troubler tout le pays,
et nous allons recevoir la récompense et le salaire du misérable état
où nous les avons réduits.» La comtesse, quand elle l'entend, bat ses
deux mains l'une contre l'autre. «Quoi! dit-elle, et j'étais si
heureuse hier!» Dame, dit Lucas, ne perdons pas le temps; envoyons
tout de suite au comte une lettre par un messager qui puisse lui
expliquer ce péril mortel, afin que, s'il se peut, il fasse sa paix
avec la Provence et vienne tout de suite à notre secours, lui et ses
compagnons, prenant à tout prix des hommes de guerre et des servants à
la solde; que le messager lui dise que pour peu qu'il tarde, il n'y
aura plus de remède, car il est arrivé ici tout nouvellement un
nouveau seigneur, qui de toute sa terre ne lui laissera pas un
recoin.» La comtesse appelle aussitôt un servant expert, qui va plus
vite trottant que nul autre homme. «Ami, va-t'en porter au comte de
cuisantes paroles; va lui dire qu'il est en danger de perdre Toulouse,
son fils et sa femme; et que s'il tarde tant soit peu à repasser par
deçà Montpellier, il ne trouvera plus son fils ni moi vivants; que si,
perdant Toulouse ici, il cherche là-bas à conquérir la Provence, il
fait œuvre d'araignée, œuvre de moins d'un denier.» Le servant a
recueilli les paroles, et s'est mis en chemin.

Cependant les hommes de Toulouse ont occupé la ville, et sur la grande
place, près du mur batailler, ils élèvent des lices, des barrières,
des murs de traverse, des échafauds, des postes d'archers, des
ouvertures obliques, derrière lesquels on puisse être à l'abri des
flèches lancées par les archers du château. Et jamais, dans aucune
ville, on ne vit si nobles ouvriers; car là travaillent les comtes et
tous les chevaliers, les bourgeois, les bourgeoises, les riches
marchands, les hommes et les femmes, les changeurs, les petits
garçons, les petites filles, les servants et les courtiers. Qui porte
pic ou pelle, et qui poëlon léger; chacun a le cœur empressé à
l'œuvre, et tous prennent part aux guets de nuit. Il y a dans toutes
les rues des lumières aux chandeliers. Les tambours accompagnent les
éclats des trompettes. Transportées de vraie joie, les femmes et les
filles font des ballades et des danses sur des airs allègres.
Cependant le comte et les autres chefs délibèrent ensemble; ils ont
nommé des capitouls, dont il y a grand besoin pour gouverner la ville
et rétablir les affaires; et pour défendre les droits du comte, ils
ont élu un viguier, bon, vaillant, sage et d'agréables façons. L'abbé
et le prévôt ont rendu chacun leur église, dont la façade et le
clocher ont été bien fortifiés. Mais, tandis que le comte s'établit de
la sorte dans son lieu natal, voici ses pires ennemis, don Guyot[172],
don Guy son oncle[173], et les autres chefs qui chevauchent pour
batailler contre lui, le vendredi de bon matin, au tranchant du fer et
de l'acier. Dieu veuille le défendre!

  [172] Fils de Simon.

  [173] Frère de Simon.

Dieu veuille défendre le comte! car le temps est venu où il est
accueilli avec amour à Toulouse, et où parage et courtoisie doivent
être à jamais restaurés. Mais don Guyot et don Guy arrivent
courroucés, avec leurs belles compagnies de guerre, suivies de leurs
bagages. Don Alard et don Foucault, sur leurs chevaux à beaux crins,
bannières déployées et gonfanons dressés, marchent sur Toulouse par
les chemins fréquentés; derrière eux viennent des heaumes, des écus
ornés d'or battu, aussi nombreux, aussi serrés que s'il en était
tombé une pluie, et toute la plaine reluit de hauberts et d'enseignes.
Au val de Montolieu, là où les murs sont abattus, Guy de Montfort crie
aux siens, qui bien l'entendent: «A terre! francs chevaliers!» Et il
est obéi. Au son des trompettes, chaque cavalier a mis pied à terre,
et tous, rangés en bataille et les épées nues, se sont violemment
jetés dans les rues, brisant et forçant tous les obstacles. Les hommes
de ville, jeunes et vieux, chevaliers et bourgeois, ont soutenu leur
attaque. Le vaillant et bon peuple, le peuple aimé et bien voulu de
son chef, a durement combattu pour les repousser; et les servants, les
archers, ont tendu leurs arcs contre eux, et se sont entremêlés à eux,
donnant et recevant des coups. Mais les Français ont redoublé de
hardiesse, et ils enlèvent d'abord les barrières et les barricades,
pénètrent en combattant dans l'intérieur de la ville et y mettent le
feu en un instant. Mais ceux de Toulouse l'éteignent avant qu'il ne se
soit étendu. Là-dessus accourt, à travers la foule, Roger Bernard avec
toute sa troupe, qu'il commande et conduit, ranimant les courages
partout où il est reconnu. Don Pierre de Durban, à qui appartient
Montagut, lui porte sa bannière, dont la vue les enflamme. Il descend
de cheval, et se place sur un lieu élevé, criant et nommant Toulouse
et Foix! Et là où ils se montrent, là tombent, poignent et taillent
les épieux, les masses et les épées émoulues, les dards, les flèches
menues, les pierres, drus et serrés comme si c'était une pluie. Du
haut des maisons sont lancées des tuiles tranchantes qui brisent les
heaumes, les panaches et les écus, les mains et les bras, les jambes
et les poitrines. Ceux de la ville ont de tant de manières attaqué les
autres, ils les ont si fortement assaillis de coups, de cris, de
vacarme, qu'ils les ont faits, de courageux, éperdus et craintifs. Ils
leur ont coupé toute entrée et tout passage, et les mènent tous à la
fois, fuyant, vaincus, battus, se défendant mal et ne sachant où
recourir. Enfin, ceux de Toulouse ont tellement redoublé de courage et
de vigueur, qu'ils les ont hors de la ville jetés, recrus[174] et
accablés, montant et se réfugiant tous droit au jardin de
Saint-Jacques, derrière lequel ils se sont retirés. Mais il est resté
dans la ville des Français étendus morts; il y est resté deux des
corps d'hommes et de chevaux, de quoi faire longtemps vermeils la
terre et le marais. Bernard de Comminges a fait œuvre de bon
capitaine; c'est lui qui, avec sa bonne compagnie de braves avisés, a
tenu et défendu les débouchés et les passages du côté du château où se
trouvait le bagage de l'ennemi. Louange et gloire lui en soient
rendues! «Seigneurs, se prend à dire don Alard aux Français, je vous
vois accablés. Qui a pu, bons chevaliers, nous malmener de la sorte?
Oh! comme voilà la France honnie et notre renom perdu! Nous voici
vaincus par des vaincus! Il vaudrait mieux, pour nous, être morts ou
n'être pas nés, que d'avoir été ainsi traités par des gens désarmés.»
Ainsi se sont retirés les Français, excepté ceux qui sont restés
traînés ou pendus dans la ville, aux cris de te Vive Toulouse! notre
salut est arrivé! notre bonheur a commencé!»

  [174] Harassés.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



SIÉGE DE TOULOUSE, MORT DE SIMON DE MONTFORT, LES CROISÉS LÈVENT LE
SIÉGE.

1218.

   Simon de Montfort, à son arrivée à Toulouse, a commencé le siége
   de la ville, que les habitants ont fortifiée. Après un an
   d'efforts, Simon tente un dernier assaut; il a construit une
   machine de guerre appelée gate, que les Toulousains veulent
   brûler.


«Jamais pour gate qu'il y ait au monde vous ne perdrez la ville, dit
Roger Bernard, et si on l'amène ici, ici vous la détruirez; car il y
aura entre les ennemis et nous une mêlée où il sera tellement frappé
d'épées, de masses et de tranchants, que de sang et de cervelles nous
nous ferons des gants aux mains.»--«Ainsi ferez-vous, seigneur, dit
Bernard de Casnac; pour le moment, ne vous effrayez de chose aucune
que vous voyiez. Laissez venir la gate, sa tour et ses flèches; plus
ils la pousseront, plus sûrement vous la leur prendrez, et si elle
vient jusqu'aux lices, vous la brûlerez elle et eux.»--«Seigneurs, dit
Estoul de Linar, croyez-moi en ceci, et si vous m'en croyez, vous n'y
faillirez pas. Faisons dans cette lice de bonnes murailles, qui soient
longues, hautes et avec de grands créneaux, tels qu'ils battent les
fossés et les palissades; résistez-leur alors de toutes parts; de
quelques stratagèmes qu'ils usent, vous ne craindrez rien; et s'ils
viennent vous attaquer, vous les occirez tous.»--«Vous suivrez ce
conseil, dit Dalmace de Creissil, il est bon et sage; et vous n'y
faillirez point. Mais il y a grand et urgent besoin de vous mettre
tous ensemble à l'œuvre.» Là-dessus les clairons et les cors sonnent
leurs fanfares; et chacun court aux cordes, chacun tend les
trébuchets. Les serviteurs des Capitouls, portant leurs bâtonnets,
font délivrer les vivres, les présents, les largesses. La foule
apporte force pelles, pics et outils, et rien ne reste en arrière, ni
levier, ni coin, ni marteau, ni pieu, ni poële, ni chaudière, ni cuve.
On commence les ouvrages, les portes et les guichets; les chevaliers
et les bourgeois apportent les briques; les dames et les demoiselles,
les petits garçons, les petites filles, les petits et les grands, vont
et viennent chantant ballades, chansons et versets. Mais de dehors
contre eux tirent fréquemment les pierriers, les arcs et les frondes;
ils lancent des pierres et des carreaux, qui de dessus leur tête
abattent cruches et gréaux, leur déchirent manches et coiffures, et
leur passent entre les jambes, les pieds et les mains; mais ils ont le
cœur si vaillant et si brave, que nul ne s'épouvante.

Cependant le comte de Montfort a rassemblé ses cavaliers, les plus
vaillants et les mieux éprouvés du siége; il a muni sa gate de bonnes
défenses à fortes clefs, et là il a logé ses compagnies de cavaliers,
bien couverts de leurs armures, et les heaumes lacés, tandis que fort
et vite on pousse la gate. Mais ceux de la ville sont bien appris de
guerre; ils tendent, ils montent les trébuchets, placent sur les
frondes les grands blocs de roche taillés, qui, les cordes lâchées,
volent impétueux et frappent tellement la gate sur le devant et sur
les flancs, aux portes, aux voûtes, aux cerceaux entaillés dans le
bois, que les éclats en volent de tous côtés, et que maints de ceux
qui la poussent en sont renversés. Et par toute la ville les habitants
s'écrient d'une voix: «Par Dieu! dame fausse gate, vous ne prendrez
pas souris ici.» Et le comte de Montfort est si dolent et courroucé,
qu'à haute voix il s'écrie: «Dieu! pourquoi me haïssez-vous? Seigneurs
et cavaliers, poursuit-il, considérez cette mésaventure, et comme je
suis enchanté en ce moment, que ni l'Église ni tout le savoir des
lettrés ne me servent de rien, que l'évêque ne peut m'aider, ni le
légat me seconder, que vaillance m'est inutile, ma bravoure chose
vaine, et que ni armes, ni sens, ni largesse ne me préservent d'être
par le bois ou la pierre accablé. Je me croyais assez sûr de bonne
aventure pour prendre la ville avec cette gate; mais je ne sais
maintenant plus quoi dire ni quoi faire.»--«Seigneur comte, dit
Foulques, pourvoyez-vous d'autre chose, car cette gate ne vaut
désormais pas trois dés; et je ne vous tiens point pour sage de la
pousser si avant, car je crains fort que vous ne la perdiez avant
qu'elle s'en retourne en arrière.»--«Don Foulques, répond le comte,
croyez-moi en cela, que par sainte Marie dont Jésus-Christ est né, ou
je prendrai Toulouse avant que huit jours ne se passent, ou je serai,
à la prendre, occis et martyrisé.»

Cependant dans Toulouse est convoqué le conseil des hommes de la ville
et des magistrats, des chevaliers et des bourgeois prudents et
discrets. Là l'un dit à l'autre: «Il est désormais bien temps que
cette ville soit la nôtre ou celle de nos adversaires.» Alors, du
milieu des assistants, car il est gracieux parleur, parle, discourt et
raisonne maître Bernard, qui est né à Toulouse et des bien
endoctrinés: «Seigneurs, francs chevaliers, dit-il, écoutez-moi s'il
vous plaît: Je suis du Capitole, et notre consulat se tient le jour et
la nuit prêt et disposé à exécuter et à remplir vos volontés......
Nous serons d'accord sur cela, que puisque la partie est engagée entre
le dedans et le dehors, elle ne peut finir que l'un des joueurs ne
soit maté, et qu'au gré de la Sainte Vierge, fleur de chasteté, nôtres
ou leurs ne soient la terre et le comté. Par la très-sainte Croix! et
sage ou folle que soit la chose, nous marcherons contre la gate, si
vous marchez les premiers. Si vous ne le faites point, le bourg et la
cité sont résolus d'y aller ensemble; et il sera sur la gate frappé
tant de coups, que la place restera de sang et de cervelles jonchée.
Ou nous mourrons tous ensemble, ou nous vivrons avec honneur. Car
mieux vaut mort honorée que lâche vie.»--«Nous voici prêts, répondent
les barons. Que le fait soit en bonne aventure entrepris, de façon
que, s'il plaît à Jésus-Christ, vous et nous ensemble allions brûler
la gate. Nous irons attaquer la gate, c'est là ce qu'il nous faut
faire; et nous la prendrons ensemble, vous et nous également, car de
tout temps parage[175] et Toulouse furent pairs entre eux.»

Pendant toute la nuit leur croît le désir de combattre, et à l'aube du
jour ils descendent tous par les escaliers des murs. Arnaud de
Vilamur, le redoutable guerrier, fait armer et disposer les meilleurs
chevaliers, les bonnes compagnies de guerre, les braves à la solde,
qui garnissent les lices, les fossés, les soliers[176], de bons arcs
de main, et d'arbalètes tournoyées, de traits, de flèches et de pieux
aigus. Don Escot de Linar, à la tête des travailleurs, en dehors des
murs, à gauche de la ville, fait mettre en défense les escaliers, les
galeries, les embrasures, les passages et les chemins d'entrée. Les
hommes de la ville et les seigneurs auxiliaires, quand ils sont
ensemble, conviennent qu'ils attaqueront la gate de concert.

  [175] Noblesse.

  [176] Le haut des maisons; lieu haut, vu du soleil.

Don Bernard de Casnac, qui est vaillant et beau parleur, les exhorte,
les enseigne et leur parle sciemment: «Hommes de Toulouse, voici vos
adversaires, ceux qui ont tué vos frères, vos fils, et vous ont donné
tant de soucis. Si vous les détruisez, vous serez heureux. Je sais
les coutumes des Français fanfarons; ils ont le corps couvert de
cottes et de fins doubliers, mais ils n'ont aux jambes rien de plus
que leurs chaussiers. Si donc vous les visez et les frappez là fort et
dru, au départir de la mêlée, il y restera de leur chair.»--«Et ce
sera bonne justice, répondent-ils.--Nous avons de nombreux compagnons,
se disent-ils ensuite l'un à l'autre.»--«Nous en avons de reste ici,
répond Hugues de la Motte, mais c'est à recevoir et à rendre les coups
que le compte doit être entier.» Et les voilà qui descendent dehors,
par les escaliers, qui entrent dans les places, qui occupent le
terrain autour des fossés, criant: Toulouse! Le brasier de la guerre
est allumé! Mort, Mort! il n'en peut être autrement.

Du côté opposé, les reçoivent les Français criant: «Montfort,
Montfort! vous en aurez menti cette fois.» Là où ils se rencontrent,
là taillent largement les épées, les lances et les armes d'acier
tranchant; là s'entrechoquent et se combattent les heaumes de Bavière.
A ceux de la ville Armand de Homagne adresse un propos: «Frappez,
nobles enfants; songez à la délivrance, songez que parage doit être
aujourd'hui affranchi du pouvoir de ses adversaires.»--«Vous aurez dit
vrai,» lui répondent-ils. Et là-dessus redoublent le bruit, les cris
et les coups tranchants des bourgeois de la ville et de ceux du
Capitole... Mais ceux de la ville ont le dessus. De l'intérieur des
palissades, ils tiennent ferme contre ceux de dehors, les blessent,
rabattent leurs aigrettes, leurs ornements d'or; et telle de ceux-ci
devient la détresse, qu'ils n'en peuvent plus souffrir le péril ni le
tourment. Ils abandonnent l'attaque des fortifications; mais plus
loin, sur les destriers, recommence le combat mortel avec un tel jeu
d'épées, que les pieds, les poings et les bras volent par quartiers,
et que de sang et de cervelles la terre est vermeille.

Sur la rivière combattent de même les servants et les nautonniers, et
dans la plaine, à Montolieu, le carnage est complet. Don Bartas a
piqué de l'éperon jusque sous la voûte de la porte, lorsque arrive au
comte un écuyer criant: «Seigneur comte de Montfort, vous semblez par
trop endurant, par trop bonhomme de saint; de quoi vous recevez
aujourd'hui grand dommage. Les hommes de Toulouse ont défait vos
chevaliers, vos bonnes troupes, vos meilleurs guerriers à la solde.
Là-bas sont morts Guillaume, Thomas, Garnier, don Simonet du Caire, et
blessé y est Gautier. Don Pierre de Voisin, don Aymar, don Raynier
tiennent encore à la bataille et protègent les hommes armés de targes.
Mais pour peu que durent pour nous la détresse et la mort, vous
n'aurez jamais la seigneurie de cette terre.» A ces paroles le comte
soupire et tremble, il devient triste et noir, et dit: «Mon sacrifice
est fait. O Jésus, roi de droiture, faites de moi aujourd'hui un mort
en terre, ou que je sois vainqueur!» Cela dit, il envoie à ses hommes
de guerre, aux barons de France et à ceux à sa solde l'ordre de venir
tous ensemble sur leurs coursiers arabes vers Montolieu; et il en
arrive bien soixante mille, en tête desquels tous le comte s'élance le
premier impétueusement avec son porte-enseigne, don Sicard de Montaut,
don Jean de Berzy, don Foulques, don Riquier, après lesquels vient la
grande foule des porte-bourdons[177]. Les cris, le signal des
trompettes et des cors, le sifflement des frondes, le choc des
pierriers, ressemblent à un ouragan, à une tempête, à des tonnerres,
dont tremblent la ville, la rivière et la grève. Ceux de Toulouse sont
pris alors d'une telle épouvante, que plusieurs sont abattus dans les
fossés du chemin. Mais ils ont bientôt repris courage; ils sortent de
nouveau à travers les jardins et les vergers; les servants et les
archers ressaisissent la place; et là des flèches menues et des gros
traits, des pierres arrondies et des grands coups à plein, telle des
deux côtés est la chute qu'elle semble vent, pluie ou cours de
torrent. De l'amban gauche, un archer lance une flèche qui frappe à la
tête le destrier du comte Guy si fort qu'elle lui entre à moitié dans
la cervelle. Et quand le cheval se retourne, un autre archer, de son
arc garni de corne, lance une autre flèche, qui atteint don Guy au
côté gauche, tellement que l'acier lui est resté dans la chair nue, et
que son flanc et son braguier[178] sont vermeils de sang. Le comte de
Montfort vient alors à son frère, qu'il aimait fort; il descend à
terre proférant des paroles amères: «Beau-frère, fait-il, mes
compagnons et moi, Dieu nous a pris en haine, il protège les routiers;
et pour votre blessure, je me ferai frère de l'Hôpital.» Tandis que
don Guy converse et se lamente, il y a dans la ville un pierrier,
œuvre de charpentier, qui de Saint-Sernin, de là où est le cormier,
va tirer sa pierre. Il est tendu par les femmes, les filles et les
épouses. La pierre part, elle vient tout droit où il fallait; elle
frappe le comte Simon sur son heaume d'acier d'un tel coup, que les
yeux, la cervelle, le haut du crâne, le front et les mâchoires en sont
écrasés et mis en pièces. Le comte tombe à terre mort, sanglant et
noir.

  [177] Pèlerins.

  [178] Haut de chausses.

    _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par Fauriel.



AMAURY, FILS DE SIMON DE MONTFORT, EST NOMMÉ COMTE.

1218.


A Toulouse est entré un messager qui leur a raconté la nouvelle de la
mort de Simon; et par toute la ville est alors telle allégresse, que
tous courent aux églises, allument les cierges sur tous les
candélabres, et s'écrient de joie que Dieu est miséricordieux; qu'il a
remis parage en clarté et le fera désormais triompher; que le comte,
qui était pervers et tueur d'hommes, est mort sans pénitence, parce
qu'il frappait du glaive. Mais les cors, les trompettes, les cris de
la joie commune, les carillons, les volées et le chant des cloches,
les tambours, les tympans, les grêles clairons, font retentir la ville
et les places. Dès lors par tous les sentiers est levé le siége qui
avait été mis outre l'eau et qui occupait toute la grève; mais les
assiégeants y laissèrent néanmoins sommiers et bagages, pavillons et
tentes, harnais et deniers; et les hommes de la ville en eurent
plusieurs de prisonniers.

A tous ceux de la ville, la mort de Simon fut une heureuse aventure,
qui éclaira ce qui était obscur, qui fit renaître la lumière, restaura
parage et mit orgueil en terre. Les trompettes, les clairons, les
cors, le son des cloches, et la joie causée par cette pierre qui a
frappé le comte, enhardissent les cœurs, les volontés et les forces.
Chacun se rend avec ses armes sur la place, et tous vont faire de la
gate un feu que rien n'éteignit. Toute la nuit et tout le jour la
ville est en réjouissance; et dehors, ceux au siége frémirent et
soupirèrent.

Mais dès que le jour devient clair et l'air riant, le cardinal de Rome
et les autres puissants barons, l'évêque[179] et l'abbé[180] portant
crucifix, délibérèrent ensemble dans la vieille salle. Le cardinal
parle le premier, de manière que chacun l'entend: «Seigneurs barons de
France, écoutez ce que j'ai à vous dire: grand mal et grand dommage,
grand chagrin et grande détresse nous sont venus de cette ville et de
nos ennemis. Nous voici par la mort du comte en tel embarras, que nous
avons perdu toute vigueur; je m'émerveille fort que Dieu ait consenti
à telle chose, et ne nous ait point laissé le vaillant comte, à
l'Église et à nous. Mais, puisque le comte est mort, que personne ne
perde le temps; faisons tout de suite comte son fils, don Amaury, qui
est homme pieux et sage, portant bon et noble cœur. Donnons-lui la
terre que son père a conquise. Que par tous pays aillent les
prédicateurs et les sermons s'il le faut ici tous ensemble, comme le
comte y est mort. Nous manderons aussi en France au bon roi notre ami
de nous envoyer l'an prochain son fils Louis, afin de détruire la
ville et qu'il n'y soit jamais plus bâti.»--«Seigneurs, dit
l'évêque[181], je ne vous contredirai en rien. Que le seigneur pape,
qui aimait notre comte et l'avait élu, le mette en la même sépulture
où saint Paul est enseveli, et qu'il le proclame corps saint, car il a
obéi à l'Église, car il est vraiment saint et martyr, j'en suis
garant. Jamais, en ce monde, comte ne faillit moins que lui; et depuis
que Dieu endura le martyre et fut mis en croix, il ne voulut et ne
souffrit jamais une aussi grande mort que celle du comte; jamais Dieu
ni sainte Église n'auront meilleur ami que lui.»--«Seigneur, dit le
comte de Soissons, je vous reprends à bon droit, pour que la sainte
Eglise n'ait pas de votre dire mauvais renom; ne le nommez pas
sanctissime, car nul ne mentit jamais si fort que celui qui l'appelle
saint, lui qui est mort sans confession. Mais s'il aima et servit bien
la sainte Église, priez Dieu et Jésus-Christ de ne point châtier l'âme
du défunt.» Chacun dans son cœur approuva le discours. Don Amaury est
mis en possession de toute la terre, le cardinal la lui livra, et le
bénit ensuite.

  [179] Folquet, évêque de Toulouse.

  [180] De Saint-Sernin.

  [181] De Toulouse.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



LEVÉE DU SIÉGE DE TOULOUSE.

1218.

   Après avoir nommé Amaury comte de Toulouse, les croisés ont
   encore tenté de s'emparer de Toulouse et ont été repoussés avec
   perte.


Ils restèrent après cela quelques jours si paisibles, qu'il n'y eut
entre eux ni combat ni victoire. Mais il ne tarde pas à être pris un
autre parti; le cardinal de Rome, l'évêque présent et les autres
seigneurs s'assemblent secrètement. Là, Guy de Montfort parle, et dit
en confidence: «Seigneurs barons, ce siége n'est pour nous que
dommage, et cette entreprise ne me plaît ni ne me convient plus
désormais. Nous y perdons tous, corps, parents et chevaux, comme y est
déjà mort mon frère, qui seul tenait la ville en crainte. Si nous
n'abandonnons pas ce siége, notre savoir y faillira.» «Seigneurs, dit
Amaury, ayez égard à moi, que vous avez fait comte tout récemment. Si
j'abandonne ainsi honteusement ce siége, l'Église en vaudra moins et
moi je ne serai rien; l'on dira par tout pays que plein de vie je
suis las de guerroyer, et que la mort de mon père m'est sortie de
l'esprit.»--«Amaury, dit don Alard, vous ne songez pas maintenant que
toute votre milice est d'avis et pense que si vous poursuivez ce
siége, la honte sera plus grande. Vous pouvez bien le savoir: ceux qui
étaient vaincus sont victorieux; et jamais vous ne vîtes une autre
ville gagner après avoir perdu. Les habitants reçoivent chaque jour
des blés et du froment, de la viande et du bois qui les maintiennent
gais et joyeux, tandis que vont croissant pour nous le chagrin, le
péril et la détresse: et il ne semble pas que vous soyez si riche que
vous puissiez tenir ce siége encore longtemps.»--«Seigneurs, dit
l'évêque, je suis à cette heure si dolent, que jamais du reste de ma
vie je ne pourrai être joyeux.» Le cardinal répond avec chagrin et
colère: «Seigneurs, levons donc le siége; mais je vous suis bon garant
que partout sera prêchée la croisade, et qu'à la Pentecôte viendra
infailliblement ici le fils du roi du France; et nous aurons alors
tant d'hommes, que les fruits, les feuilles et les herbes des champs
ne suffiront pas à les nourrir, et que l'eau de Garonne leur semblera
piment. Nous détruirons la ville; et ceux qui sont dedans seront tous
livrés à l'épée; telle est ma sentence.» Alors le siége est levé
précipitamment; et le jour de Saint-Jacques, qui est clair, sain et
beau, ils mettent le feu et la flamme à toutes leurs constructions et
au merveilleux château; mais soudain et sur l'heure par les hommes de
la ville il fut éteint. Les Français partent, mais ils laissent là
étendus maints morts; d'autres sont perdus et leur comte leur manque;
et au lieu d'autre butin, ils emportent son corps à Carcassonne.

   _Histoire de la Croisade contre les Albigeois_, traduite par
   Fauriel.



MORT DU COMTE DE TOULOUSE.--AMAURY DE MONTFORT CÈDE SES DOMAINES AU
ROI DE FRANCE.

1222-1224.


En 1222, le comte de Toulouse mourut, de mort subite, sans pouvoir
parler; mais, conservant encore sa mémoire et sa connaissance, il
tendit les mains vers l'abbé de Saint-Sernin, dom Jourdain, qui
accourait vers lui, et fit un geste de dévotion; puis, les frères
hospitaliers de Saint-Jean étant arrivés et posant sur lui un poêle
avec la croix, il l'embrassa, et mourut aussitôt. On porta son corps
dans leur maison, mais il ne fut point enseveli, parce qu'il était
excommunié, et encore aujourd'hui le garde-t-on privé de sépulture,
comme on le voit. Son fils, après avoir fait la paix avec l'Église et
le roi de France, produisit vainement des témoins devant le pape, afin
de prouver qu'il avait donné des signes de repentir; il ne put obtenir
la permission d'ensevelir son père...

Le comte Amaury ne pouvait pas maintenir le pays, n'ayant pas assez
d'argent pour solder des hommes de guerre et les retenir; de sorte que
soixante chevaliers français le quittèrent pour revenir en France. Or,
le comte de Toulouse ayant été à leur rencontre au delà de Béziers,
ceux-ci lui livrèrent armes et chevaux de guerre à la condition de
pouvoir se retirer sur leurs palefrois en toute sûreté et sans autre
rançon. Mais le comte de Toulouse, les regardant déjà comme en son
pouvoir, ne voulut point consentir à cet arrangement. Alors, nos
Français aimèrent mieux tenter la fortune que de se laisser vaincre
honteusement et garrotter; ils coururent aux armes, nommèrent l'un
d'eux comme chef du combat, auquel ils devaient obéir en tout; et
sachant bien qu'un choc donné d'ensemble procure la victoire, ils ne
forment qu'une seule troupe, et faisant filer devant les valets et les
bêtes de somme, ils résistent aux attaques acharnées de l'ennemi;
puis, saisissant le moment, ils se retournent, chargent les
assaillants, les mettent en déroute, les poursuivent avec vigueur, en
tuent un grand nombre, parmi lesquels Bernard d'Audiguier, brave
chevalier du comtat d'Avignon, qui portait les armes du comte de
Toulouse. Vainqueurs de leurs nombreux ennemis et croyant avoir tué le
comte lui-même, nos chevaliers revinrent glorieusement en France,
faisant honneur aux armes françaises et bien dignes en effet d'honneur
et de gloire.

Deux ans s'étant passés au milieu des alternatives de la guerre, le
comte Amaury, voyant l'inconstance des gens de ses terres et que peu à
peu ils passaient tous à l'ennemi, céda ses domaines à l'illustre roi
de France Louis VIII, et le fit son successeur à tous ses droits.

   _Chronique de Guillaume de Puy-Laurens_, traduite par L.
   Dussieux.

   Guillaume de Puy-Laurens vivait à la fin du treizième siècle, et
   fut chapelain du comte Raymond VII. Sa chronique va du
   commencement de la croisade jusqu'en 1272; elle est imprimée dans
   le t. V. de la Collection des historiens français de Duchesne.



_Traité de Paix entre saint Louis et Raymond VII, comte de Toulouse._

12 avril 1229.


Dans ce traité, Raymond déclare d'abord qu'ayant soutenu la guerre
pendant longtemps contre l'Église romaine et contre son très-cher
seigneur le roi de France, et que désirant de tout son cœur d'être
réconcilié à l'Église et de demeurer dans la fidélité et le service du
roi, il avait fait tous ses efforts, soit par lui-même, soit par des
personnes interposées, pour parvenir à la paix; qu'elle avait été
conclue de la manière suivante, et qu'il promet entre les mains de
Romain, cardinal de Saint-Ange, légat du saint-siége apostolique, qui
reçoit sa promesse au nom de l'Église romaine, d'en observer
fidèlement tous les articles.

Raymond promet ensuite: 1º d'être fidèle et obéissant au roi et à
l'Église, et de leur demeurer attaché jusqu'à la mort; de combattre
les hérétiques, leurs croyants, fauteurs et recéleurs, dans les terres
que lui et les siens possédaient et posséderaient, sans épargner ses
proches, ses parents, ses vassaux, ses amis; de purger entièrement le
pays d'hérésie, et d'aider à purger celui qui appartiendrait au roi;

2º De faire une prompte justice des hérétiques manifestes, et de les
faire rechercher exactement, ainsi que leurs fauteurs, par ses
baillis, suivant l'ordre du légat; et pour faciliter cette recherche,
de payer pendant deux ans deux marcs d'argent, et dans la suite un
marc, à chacun de ceux qui prendraient un hérétique condamné comme
coupable par l'évêque diocésain, ou par ceux qui auraient pouvoir de
le juger; et quant à ceux qui n'étaient pas hérétiques manifestes, ou
leurs fauteurs, de suivre les ordres de l'Église et du légat;

3º De garder la paix et de la faire garder dans tous ses domaines,
d'en chasser les routiers et de les punir; de protéger les églises et
les ecclésiastiques; de les maintenir dans leurs droits, immunités et
priviléges; de faire respecter par ses sujets le pouvoir des chefs; de
garder et faire garder les sentences d'excommunication; d'éviter les
excommuniés de la manière qu'il est marqué dans les canons; de
contraindre ceux qui demeureraient un an excommuniés à rentrer dans
l'Église par la confiscation de leurs biens jusqu'à ce qu'ils eussent
fait une satisfaction convenable; de faire observer toutes ces choses
par ses baillis; de punir ces officiers s'ils étaient négligents; de
n'en instituer aucun qui ne fût catholique; d'exclure les juifs et
ceux qui étaient notés d'hérésie des charges publiques;

4º De restituer présentement les biens et les droits des églises et
des ecclésiastiques; savoir, ceux qu'ils possédaient avant l'arrivée
des croisés et dont il paraîtrait qu'ils avaient été dépouillés; et
quant aux autres, d'ester à droit[182] soit devant les ordinaires,
soit devant le légat, ses délégués et ceux du saint-siége.

5º De payer ou faire payer les dîmes à l'avenir; de ne pas permettre
que les chevaliers et autres laïques en possédassent, mais de les
faire rendre aux églises, et de remettre entre les mains de personnes
sûres la somme de 10,000 marcs d'argent pour réparer les maux qui
avaient été causés aux églises et aux ecclésiastiques, laquelle somme
serait distribuée proportionnellement par ceux que le légat
commettrait;

6º De payer outre cela à l'abbaye de Cîteaux 2,000 marcs d'argent, qui
seraient employés en fonds de terre pour servir à l'entretien des
abbés et des frères durant le chapitre général; 500 marcs à l'abbaye
de Clairvaux; 1,000 marcs à celle de Grandselve; 300 à celle de
Belleperche, et autant à celle de Candeil, tant pour leurs bâtiments
et en réparation des dommages qu'il leur avait causés, que pour le
salut de son âme; de payer de plus 6,000 marcs d'argent pour être
employés aux fortifications et à la garde du château Narbonnais de
Toulouse et des autres places qu'il remettra au roi et que le roi
gardera pendant dix ans pour sa sûreté et celle de l'Église; et enfin
de payer ces 20,000 marcs d'argent dans l'espace de quatre ans, 5,000
marcs tous les ans;

7º De payer encore quatre autres mille marcs d'argent pour entretenir
pendant dix ans quatre maîtres en théologie, deux en droit canonique,
six maîtres ès arts et deux régents de grammaire qui professeraient
ces sciences à Toulouse;

8º De prendre la croix des mains du légat, aussitôt que ce prélat lui
aurait donné l'absolution, d'aller servir ensuite outre-mer pendant
cinq années consécutives contre les Sarrasins, pour l'expiation de ses
péchés, et de partir pour ce pèlerinage dans l'intervalle du passage
qui devoit se faire depuis le mois d'août prochain jusqu'au mois
d'août de l'année suivante;

9º De traiter en amis et de ne pas inquiéter ceux de ses sujets qui
s'étaient déclarés pour l'Église, pour le roi et pour les comtes de
Montfort et leurs adhérents, à moins qu'ils ne fussent hérétiques; à
condition que l'Église et le roi traiteraient de même ceux qui
s'étaient déclarés contre eux en sa faveur, excepté ceux qui ne
consentiraient pas à ce traité;

10º Le roi faisant attention à notre humiliation, dit ensuite le comte
Raymond, et espérant que je persévérerai constamment dans la dévotion
envers l'Église et dans la fidélité envers lui, voulant me faire
grâce, donnera en mariage, avec la dispense de l'Église, ma fille, que
je lui remettrai, à l'un de ses frères[183]; et il me laissera tout
le diocèse de Toulouse, excepté la terre du maréchal (de Lévis), que
ce dernier tiendra en fief du roi. Après ma mort, Toulouse et son
diocèse appartiendront au frère du roi qui aura épousé ma fille et à
leurs enfants, et s'il n'y en avait pas de ce mariage, ou si ma fille
meurt sans enfants, ils appartiendront au roi et à ses successeurs, à
l'exclusion de mes autres enfants, en sorte qu'il n'y aura que les
enfants du frère du roi et de ma fille qui y auront droit.

  [182] Comparaître en justice personnellement. (_Stare in
  judicio._)

  [183] Jeanne, fille de Raymond VII, épousa en effet, en 1241,
  Alfonse, comte de Poitiers, frère de saint Louis; elle succéda en
  1249 à son père; son mari mourut en 1271; elle même mourut en
  1272 sans enfants; en vertu des conventions imposées à son père,
  ses États, c'est-à-dire le comté de Toulouse, furent réunis à la
  couronne de France.

11º Le roi me laissera l'Agénois, le Rouergue, la partie de
l'Albigeois qui est en deçà du Tarn, du côté de Gaillac, jusqu'au
milieu de la rivière, et le Quercy, excepté la ville de Cahors, les
fiefs et les autres domaines que le roi Philippe, son aïeul, possédait
dans ce dernier pays au temps de sa mort. Si je meurs sans enfants nés
d'un légitime mariage, tous ces pays appartiendront à ma fille qui
épousera l'un des frères du roi et à leurs héritiers; de telle sorte
cependant que j'exercerai mon autorité de plein droit, comme un
véritable seigneur, sauf les conditions susdites; tant sur la ville et
le diocèse de Toulouse que sur les autres pays dont on vient de
parler, et que je pourrai à ma mort faire des legs pieux suivant les
usages et les coutumes des autres barons de France. Le roi me laissera
toutes ces choses, sauf le droit des églises et des ecclésiastiques.

12º Je laisse Vrefeil et le village de Las Bordes avec leurs
dépendances à l'évêque de Toulouse et au fils d'Odon de Lyliers,
conformément au don que le feu roi Louis, de bonne mémoire, père du
roi, et le comte de Montfort leur en ont fait; à condition toutefois
que l'évêque de Toulouse me rendra les devoirs auxquels il étoit tenu
envers le comte de Montfort, et l'autre ceux auxquels il s'étoit
obligé envers le feu roi. Toutes les autres donations faites soit par
le roi, soit par le feu roi son père, soit par les comtes de Montfort,
seront nulles et n'auront aucun effet dans les pays qui me resteront.

13º J'ai fait hommage-lige et prêté serment de fidélité au roi,
suivant la coutume des barons du royaume de France, pour tous les pays
qui me sont laissés. J'ai cédé précisément au roi et à ses héritiers à
perpétuité tous mes autres pays et domaines situés en deçà du Rhône,
dans le royaume de France, avec tous les droits que j'y ai. Quant aux
pays et domaines qui sont au-delà du Rhône dans l'Empire[184], avec
tous les droits qui peuvent m'y appartenir, je les ai cédés
précisément et absolument à perpétuité à l'Église romaine entre les
mains du légat.

  [184] Le marquisat de Provence, qui comprenait le comtat
  Venaissin.

14º Tous les habitants de ces pays qui en ont été chassés par
l'Église, par le roi et par les comtes de Montfort, ou qui se sont
retirés d'eux-mêmes, seront rétablis dans leurs biens, à moins qu'ils
ne soient hérétiques condamnés par l'Église, excepté néanmoins dans
les biens qui peuvent leur avoir été donnés par le roi, par le feu roi
son père et par les comtes de Montfort. Que si quelques-uns de ceux
qui demeureront dans les pays qui me sont laissés, spécialement le
comte de Foix et les autres, ne veulent pas se soumettre aux ordres de
l'Église et du roi, je leur ferai une guerre continuelle, et je ne
conclurai avec eux ni paix ni trêve sans le consentement de l'Église
et du roi. Les domaines qu'on prendra sur eux me resteront, après que
j'aurai rasé toutes les places fortes, à moins que le roi ne voulût
les garder lui-même pendant dix ans, pour sa sûreté et celle de
l'Église, après l'acquisition que j'en aurai faite; et il les
retiendra alors pendant ce temps-là avec leurs revenus.

15º Je ferai détruire entièrement les murs de la ville de Toulouse et
combler les fossés, suivant les ordres et la volonté du légat.

16º J'en ferai de même de trente villes ou châteaux, savoir: de
Fanjaux, Castelnau d'Arri, Bécède, Avignonet, Puylaurens, Saint-Paul
et Lavaur (dans le Toulousain); de Rabastens, Gaillac, Montaigu et
Puycelsi (en Albigeois); de Verdun et Castelsarrasin (dans le
Toulousain); de Moissac, Mautauban et Montcuc (en Quercy); d'Agen et
Condom (en Agénois); de Saverdun et d'Hauterive (dans le Toulousain);
de Casseneuil, Pujol et Auvillar (en Agénois); de Peyrusse (en
Rouergue); de Laurac (dans le Toulousain) et de cinq autres, suivant
la volonté du légat. Les murailles et les fortifications de ces places
ne pourront être rétablies sans la permission du roi. Je ne pourrai
élever ailleurs de nouvelles forteresses, mais il me sera permis de
bâtir de nouvelles villes non fortifiées dans les domaines qui me
resteront, si je le juge à propos. Que si quelqu'une des places dont
on doit abattre les murs appartient à mes vassaux, et s'ils s'opposent
à leur démolition, je leur déclarerai la guerre, et je ne ferai ni
paix ni trêve avec eux sans le consentement de l'Église et du roi,
jusqu'à ce que ces murs soient entièrement détruits et les fossés
comblés.

17º J'ai juré et promis au légat et au roi d'observer de bonne foi
toutes ces choses et de les faire observer par mes vassaux et sujets.
J'obligerai les habitants de Toulouse et tous ceux des pays qui me
sont laissés à jurer de les garder soigneusement, et on ajoutera dans
leur serment qu'ils s'emploieront efficacement pour m'obliger à les
garder; en sorte que si je contreviens à tous ou à quelqu'un de ces
articles, ils seront aussitôt déliés du serment de fidélité qu'ils
m'ont prêté, que je les délie dès maintenant de la fidélité et de
l'hommage qu'ils me doivent et de toute autre obligation, et qu'ils
adhéreront à l'Église et au roi. Si je ne me corrige dans l'espace de
quarante jours, depuis que j'aurai été averti, et si je refuse de
subir le jugement de l'Église dans les matières qui la regardent, et
celui du roi dans celles qui le concernent, tous les pays qu'on me
laisse tomberont en commise[185] en faveur du roi; et je serai dans le
même état que je suis maintenant par rapport à l'excommunication et
soumis à tout ce qui a été statué contre moi et contre mon père dans
le concile général de Latran et depuis.

  [185] _Commise_, confiscation.

18º Mes sujets et vassaux ajouteront encore dans leurs serments,
qu'ils aideront l'Église contre les hérétiques, leurs croyants, leurs
fauteurs et leurs recéleurs, et contre tous ceux qui seront contraires
à l'Église, pour l'hérésie et le mépris de l'excommunication, dans les
pays qui me sont laissés; qu'ils serviront le roi contre tous ses
ennemis; et qu'ils ne cesseront de leur faire la guerre jusqu'à ce
qu'ils soient soumis à l'Église et au roi.

19º Ces serments seront renouvelés de cinq ans en cinq ans, suivant
l'ordre du roi.

20º Pour l'exécution de tous ces articles je remettrai entre les mains
du roi le château Narbonnais, qu'il gardera pendant dix ans, et qu'il
pourra fortifier s'il le juge à propos. Je lui remettrai aussi les
châteaux de Castelnau d'Arri, de Lavaur, de Montcuc, de Penne
d'Agénois, de Cordes, de Peyrusse, de Verdun et de Villemur; il les
gardera pendant dix ans; et je payerai tous les ans 1,500 livres
tournois pour la garde pendant les cinq premières années,
indépendamment des 6,000 marcs dont on a déjà parlé. Les autres cinq
années, le roi les fera garder à ses dépens, s'il juge à propos de les
tenir encore en sa main durant ce temps-là. Le roi pourra détruire les
fortifications de quatre de ces châteaux, savoir: de Castelnau d'Arri,
Lavaur, Villemur et Verdun, si cela lui plaît et à l'Église, sans
préjudice de la somme marquée pour la garde. Mais les rentes et les
revenus, et tout ce qui dépend du domaine dans ces châteaux,
m'appartiendront; et le roi en fera garder les forteresses à ses
dépens avec le château de Cordes. J'y tiendrai des baillis qui ne
soient pas suspects à l'Église et au roi, pour rendre la justice et
faire la recette de mes revenus. Au bout de dix ans, le roi me rendra
les forteresses de ces châteaux et celui de Cordes, sauf les
conditions susdites, et supposé que j'aie rempli mes obligations
envers l'Église et le roi. Je livrerai au roi le château de Penne
d'Albigeois, d'ici au 1er d'août, pour qu'il le garde pendant dix ans
avec tous les autres; et si je ne puis le lui remettre dans cet
intervalle, je l'assiégerai et ne cesserai de faire la guerre à ceux
qui l'occupent jusqu'à ce que je l'ai soumis, sans que cela retarde
mon départ pour le pays d'outre-mer; et si je ne puis le prendre dans
un an, j'en ferai donation ou aux Templiers, ou aux Hospitaliers, ou
enfin à d'autres religieux; et si on ne trouve aucuns religieux qui
veuillent en accepter la donation, il sera entièrement détruit.

21º Le roi décharge les habitants de Toulouse et tous les peuples du
pays qui m'est laissé de tous les engagements qu'ils avaient
contractés soit envers lui et envers le roi son père, soit envers les
comtes de Montfort, ou autres pour eux, des peines et de la commise
auxquelles ils s'étaient soumis, s'ils revenaient jamais sous mon
obéissance ou celle de mon père; et il les délie, autant qu'il est en
lui, du serment qu'ils lui avaient prêté.

   Raymond ayant fait serment d'observer fidèlement tous ces
   articles, fut introduit dans l'église de Notre-Dame de Paris, par
   le légat, qui, l'ayant conduit au pied du grand autel, lui donna
   l'absolution de son excommunication, et à tous ceux de ses alliés
   qui étoient présents. «C'étoit un spectacle digne de compassion,
   dit Guillaume de Puylaurens, de voir un si grand homme, après
   avoir résisté à tant de nations, être conduit jusqu'à l'autel, en
   chemise, en haut de chausses et nu-pieds.»

   DOM VAISSETTE, _Histoire générale de Languedoc_, in-folio, 1737,
   t. 3, p. 370.



L'INQUISITION ÉTABLIE A TOULOUSE.

1229.


Innocent III fut à peine monté sur la chaire de saint Pierre, que
l'archevêque d'Auch l'ayant informé des progrès que les hérétiques
faisaient dans la Gascogne et les pays voisins, il exhorta ce prélat,
le 1er d'avril de l'an 1198, à agir vivement de concert avec ses
suffragants pour les faire chasser du pays, de crainte qu'ils
n'achevassent de l'infecter, et à recourir pour cela, s'il était
nécessaire, aux armes des princes et des peuples. Il écrivit, le 21 du
même mois, une lettre circulaire aux archevêques d'Aix, Narbonne,
Auch, Vienne, Arles, Embrun, Tarragone et Lyon, à leurs suffragants,
et aux princes, barons, comtes et peuples du pays, pour leur notifier
qu'ayant appris que les Vaudois, Cathares, Patarins et autres
hérétiques, répandaient leur venin dans ces provinces, il avait nommé
frère Raynier, personnage d'une vie exemplaire, puissant en œuvres et
en paroles, et frère Guy, homme craignant Dieu et appliqué aux œuvres
de charité, pour commissaires contre ces hérétiques. Il les prie de
procurer à ces deux religieux tous les secours dont ils auraient
besoin, et de les aider de tout leur pouvoir, soit à ramener les
sectaires, soit à les chasser s'ils refusaient de se convertir. Il
enjoint en même temps à ces prélats de recevoir et d'observer
inviolablement tous les statuts que frère Raynier ferait contre les
hérétiques, avec promesse de les confirmer lui-même. Il leur ordonne
enfin de faire garder les sentences d'excommunication que ce
commissaire prononcerait contre les contumaces. «Outre cela, ajoute
Innocent, nous ordonnons aux princes, aux comtes et à tous les barons
et grands de vos provinces, et nous leur enjoignons, pour la rémission
de leurs pêchés, de traiter favorablement ces envoyés et de les
assister de toute leur autorité contre les hérétiques; de proscrire
ceux que frère Raynier aura excommuniés; de confisquer leurs biens, et
d'user envers eux d'une plus grande rigueur s'ils persistent à vouloir
demeurer dans le pays après leur excommunication. Nous lui avons donné
plein pouvoir de contraindre les seigneurs à agir de la sorte soit par
l'excommunication, soit en jetant l'interdit sur leurs terres. Nous
enjoignons aussi à tous les peuples de s'armer contre les hérétiques
lorsque frère Raynier et frère Guy jugeront à propos de le leur
ordonner; et nous accordons à ceux qui prendront part à cette
expédition pour la conservation de la foi la même indulgence que
gagnent ceux qui visitent l'église de Saint-Pierre de Rome ou celle de
Saint-Jacques. Enfin nous avons chargé frère Raynier d'excommunier
solennellement tous ceux qui favoriseront les hérétiques dénoncés, qui
leur procureront le moindre secours, ou qui habiteront avec eux, et de
leur infliger les mêmes peines.»

Frère Raynier et frère Guy étaient deux religieux, de l'ordre de
Cîteaux. Ils furent les premiers qui exercèrent dans la province les
fonctions de ceux qu'on nomma depuis inquisiteurs. Ainsi c'est
proprement à cette commission qu'on doit rapporter l'origine de
l'inquisition qui fut établie dans le pays contre les Albigeois, et
qui passa dans la suite dans les provinces voisines et dans les pays
étrangers...

Le légat Pierre de Colmieu célébra à Toulouse, au mois de novembre
1229, un concile auquel se trouvèrent les archevêques de Narbonne, de
Bordeaux et d'Auch et un grand nombre d'évêques et d'autres prélats,
le comte de Toulouse, les autres comtes et barons du pays, le sénéchal
de Carcassonne, et deux consuls de Toulouse, l'un de la cité et
l'autre du bourg. Ces derniers ayant fait serment sur _l'âme de toute
la communauté_ d'observer les articles de la paix, le comte Raymond et
les seigneurs l'approuvèrent, en prêtèrent un semblable, et tout le
pays suivit leur exemple. On fit ensuite quarante-cinq canons, dans le
préambule desquels le cardinal de Saint-Ange s'exprime de la manière
suivante: «Quoique divers légats du saint-siége aient fait plusieurs
statuts contre les hérétiques, leurs fauteurs ou recéleurs, pour
conserver la paix dans le diocèse de Toulouse, la province de Narbonne
et les diocèses et les pays voisins, et pour le bien du pays; faisant
cependant attention que ces provinces, après avoir été longtemps
désolées, sont actuellement pacifiées, comme par miracle, par le
consentement et la volonté des grands, nous avons jugé à propos
d'ordonner, du conseil des archevêques, des évêques, des prélats, des
barons et des chevaliers, ce que nous avons jugé nécessaire pour
purger du venin de l'hérésie un pays qui est _comme néophyte_, et pour
y conserver la paix.» Ce concile de Toulouse fut donc une assemblée
mixte, et les canons qu'on y dressa émanèrent de l'autorité des deux
puissances.

Plusieurs de ces canons regardent l'établissement de l'inquisition
dans le pays pour la recherche des hérétiques. On y ordonna, en effet,
que les évêques députeraient dans chaque paroisse un prêtre et deux ou
trois laïques de bonne réputation, lesquels feraient serment de
rechercher exactement tous les hérétiques et leurs fauteurs, de
visiter pour cela toutes les maisons depuis le grenier jusqu'à la
cave, et tous les souterrains où ils pouvaient se cacher, et de les
dénoncer ensuite aux ordinaires[186], aux seigneurs des lieux et à
leurs officiers pour les punir sévèrement. On ordonne ensuite la
confiscation des biens, et on statue d'autres peines contre ceux qui
leur permettraient dorénavant d'habiter dans leurs terres. Pour ne pas
confondre cependant l'innocent avec le coupable, on défendit de punir
personne comme hérétique, à moins qu'il n'eût été jugé tel par
l'évêque ou par un ecclésiastique qui en eût le pouvoir. On permet à
toute sorte de personnes de faire partout la recherche des hérétiques,
et on donne ordre aux baillis des lieux de prêter main forte pour
cette recherche; avec autorité au bailli du roi de procéder dans les
domaines du comte de Toulouse, et au comte et aux autres, dans les
domaines du roi. On statue que les hérétiques _revêtus_, qui s'étaient
convertis, n'habiteraient pas les lieux suspects d'hérésie où ils
demeuraient auparavant, mais dans des villes catholiques; que, pour
preuve qu'ils détestaient leurs anciennes erreurs, ils porteraient
deux croix sur la poitrine, l'une à droite, l'autre à gauche, d'une
couleur différente de celle de leurs habits, et qu'ils ne pourraient
être admis aux charges publiques, ni être capables des effets civils,
sans une dispense particulière du pape ou de son légat _a latere_. On
appelait croisés pour le fait d'hérésie ceux qui étaient ainsi
condamnés à porter des croix. Il est ordonné ensuite que les autres
hérétiques qui ne se seraient pas convertis de leur propre mouvement,
mais par la crainte des peines, seroient renfermés et nourris aux
dépens de ceux qui posséderaient leurs biens, avec ordre à l'évêque,
s'ils n'avaient rien, de pourvoir à leur subsistance. Il est enjoint
aux hommes depuis quatorze ans et au-dessus, et aux femmes depuis
l'âge de douze ans, de renoncer par serment à toutes sortes d'erreurs,
de promettre de garder la foi catholique, de dénoncer et de poursuivre
les hérétiques, et de renouveler ce serment tous les deux ans. On
déclara suspects d'hérésie tous ceux qui ne se confesseraient pas et
ne communieraient pas trois fois l'an. On défendit aux laïques d'avoir
chez eux des livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, excepté le
Psautier, le Bréviaire ou les Heures pour l'office divin, qu'il
n'était pas même permis de garder traduits en langue vulgaire; on fut
obligé de faire cette défense, qu'on trouve ici pour la première fois,
afin d'empêcher l'abus que les hérétiques faisaient des livres saints.

  [186] _Ordinaire_, en jurisprudence canonique, signifie
  l'archevêque, évêque ou autre prélat qui a la juridiction
  ecclésiastique dans un territoire.

Les canons suivants prescrivent d'autres mesures pour extirper
l'hérésie du pays, y entretenir la paix et pourvoir à la sûreté
publique; ils défendent de construire de nouvelles forteresses et de
relever celles qui étaient détruites; ils maintiennent les églises et
les ecclésiastiques dans leurs immunités et priviléges; font défense
de payer la taille aux clercs, excepté à ceux qui étoient marchands ou
mariés, et de lever de nouveaux péages. On ordonna de plus de se
liguer actuellement par serment contre les ennemis de la foi et de la
paix, nommément contre Guillaume seigneur de Pierre-Pertuse, qui
occupait le château de Puylaurens dans le pays de Fenouillèdes, et
Nairaut d'Aniort, qu'on déclara excommuniés s'ils ne se soumettaient
quinze jours après l'expiration de la trêve qui leur avait été
accordée. On défendit aux barons, châtelains, chevaliers, citoyens ou
bourgeois et paysans, de s'engager par serment dans aucune autre
ligue, sous peine d'une amende proportionnée à leur condition. Enfin
il est ordonné à tous les juges de rendre la justice gratis, et de
publier tous les ans ces statuts dans les provinces aux Quatre-Temps
de l'année. Ce sont là les principaux canons de ce concile de
Toulouse, durant lequel l'évêque de cette ville défraya la plupart des
prélats qui y assistèrent.

C'est donc à ce concile qu'il faut attribuer l'établissement fixe et
permanent du tribunal de l'inquisition. On en commença aussitôt les
procédures, et le cardinal-légat fit examiner durant l'assemblée tous
ceux qui étaient les plus suspects. Pour y mieux réussir, il fit
réhabiliter par le concile Guillaume de Solier, hérétique revêtu, qui
s'était converti volontairement, afin de se servir de son témoignage
contre ses complices. Cette recherche, ou _inquisition_, fut établie
en telle sorte que les évêques entendirent chacun séparément un
certain nombre de témoins, que Foulques, évêque de Toulouse, leur
administra; et après avoir reçu leurs dépositions, ils en remirent les
actes entre les mains de ce prélat, pour les conserver et y avoir
recours en cas de besoin; ils expédièrent ainsi cette affaire beaucoup
plus vite. On entendit d'abord ceux qui étaient réputés catholiques,
et ensuite ceux dont la foi était plus suspecte; mais ces derniers
convinrent ensemble de ne rien révéler qui pût leur causer du
préjudice; aussi cette procédure fut-elle entièrement inutile.
Quelques-uns, plus prudents, prévoyant qu'ils seraient dénoncés,
prévinrent les informations, s'avouèrent coupables, et demandèrent
pardon au légat, qui leur fit grâce. Il la refusa aux autres, et les
ayant forcés à comparaître, ils furent traités durement. Enfin,
quelques autres eurent recours aux voies de droit, et demandèrent
qu'on leur déclarât les noms de ceux qui avaient déposé contre eux,
afin d'examiner s'ils n'avoient pas quelque sujet de récusation et
s'ils n'étaient pas de leurs ennemis. Ils suivirent le légat jusqu'à
Montpellier pour l'engager à leur accorder cette demande; mais ce
prélat, craignant que les accusés n'entreprissent sur la vie de leurs
délateurs, éluda leurs instances et leur fit voir seulement en général
la liste de tous les témoins; or, comme ils ignoraient ceux qui les
avaient chargés, ils n'osèrent en récuser aucun en particulier, se
désistèrent de leurs poursuites et se soumirent enfin à ses ordres.

1232. Le pape Grégoire IX informé que plusieurs hérétiques de la
province, après avoir abjuré leurs erreurs, les avoient reprises,
écrivit au roi et le pria d'avertir Raymond, comte de Toulouse, de
n'avoir aucun commerce avec eux; et sous prétexte que les évêques
étaient détournés par diverses occupations, il commit, au mois
d'avril de l'an 1233, aux frères Prêcheurs[187] l'exercice de
l'inquisition contre les hérétiques, dans le Toulousain et le reste du
royaume, et spécialement dans les provinces de Bourges, Bordeaux,
Narbonne, Auch, Vienne, Arles, Aix et Embrun, avec pouvoir de procéder
par sentence contre les accusés. Il recommanda les frères Prêcheurs à
tous les prélats du royaume, aux comtes de Toulouse et de Foix et à
tous les autres comtes, vicomtes, barons et sénéchaux de France, et à
tous les barons d'Aquitaine, les priant de favoriser ces religieux
dans l'exécution de leur commission. En conséquence, l'évêque de
Tournay, légat du saint-siége, établit à Toulouse deux religieux de
l'ordre de Saint-Dominique, savoir: frère Pierre Cellani et frère
Guillaume Arnaldi, qui furent les premiers inquisiteurs de leur ordre
dans cette ville. Il en établit de même dans chacune des principales
villes où ils avaient des couvents, comme à Montpellier, Carcassonne,
Cahors, Alby, etc. Depuis ce temps-là, ces religieux érigèrent en
France, mais surtout à Toulouse et à Carcassonne, un tribunal, qui a
duré pendant plusieurs siècles, et auquel ils firent citer
non-seulement tous ceux qui leur furent dénoncés comme hérétiques ou
suspects d'hérésie, mais encore tous ceux qui étoient accusés de
sortilége, de magie, de maléfice, de judaïsme, etc. Ils suivirent une
procédure qui leur étoit propre dans les divers jugements qu'ils
rendirent; et ou ils livrèrent les accusés au bras séculier pour être
brûlés vifs, ou ils les condamnèrent à être renfermés pour toujours
dans des prisons particulières, ou, enfin, ils se contentèrent de leur
imposer des pénitences laborieuses, suivant qu'ils étoient plus ou
moins coupables. L'usage de renfermer dans une prison perpétuelle
ceux qui étoient convaincus d'hérésie ou les relaps fut alors établi
dans le pays. Entre les hérétiques qui furent pris à Toulouse, on se
saisit de leur principal chef, nommé _Vigorosus de Baconia_, qui fut
brûlé vif.

  [187] Ou Dominicains.

   DOM VAISSETTE, _Histoire générale de Languedoc_, t. 3, p. 395.



LA CROISADE D'ENFANTS.

1212-1213.


L'expédition d'outre-mer entreprise vers 1212, et composée d'enfants,
si elle n'est pas un des événements les plus marquants de l'histoire
des croisades, n'en paraît pas un des moins extraordinaires...

Il paraît que les croisés appartenaient à deux nations et formèrent
deux troupes qui suivirent une route opposée. Les uns, partis de
l'Allemagne, traversèrent la Saxe, les Alpes, et arrivèrent jusqu'aux
bords de la mer Adriatique; la France fournit les autres; et ceux-ci,
rassemblés aux environs de Paris, traversèrent la Bourgogne et
arrivèrent à Marseille, lieu de leur embarquement.

Les prestiges, les fascinations, l'annonce de prodiges, furent
employés pour soulever cette jeunesse et la mettre en mouvement. On
rapportait, selon Vincent de Beauvais[188], que le Vieux de la
Montagne, qui avait coutume d'élever des _Arsacides_ depuis l'âge le
plus tendre, retenait deux clercs captifs, et ne leur accorda la
liberté que lorsqu'ils lui eurent promis de lui ramener de jeunes
garçons de la France. L'opinion était donc que ces enfants, trompés
par de fausses visions et séduits par les promesses des deux clercs,
se revêtirent du signe de la croix.

  [188] _Speculum historicum._

Le promoteur de la croisade en Allemagne était un certain Nicolas,
Allemand de nation. Cette multitude d'enfants s'était persuadée, dit
Bizarre[189], à l'aide d'une fausse révélation, que la sécheresse
serait telle cette année que les abîmes de la mer se trouveraient à
sec; et elle était venue à Gênes dans l'intention de se rendre à
Jérusalem en suivant le lit aride de la Méditerranée.

  [189] _Hist. Genuens._

La composition de ces troupes répondait parfaitement à ces moyens de
séduction. On y voyait des enfants de tout âge, de toute condition,
même de tout sexe; quelques-uns n'avaient pas plus de douze ans; ils
se mettaient en route des villes et des villages, sans chefs, sans
guides, sans aucune provision, ayant la bourse vide. En vain leurs
parents, leurs amis, cherchaient à les retenir, en leur montrant la
folie d'une telle expédition; la captivité dans laquelle on les
condamnait redoublait leur ardeur; brisant les portes, ou s'ouvrant
une issue à travers les murs, ils parvenaient à s'échapper et allaient
rejoindre leurs bandes respectives. Si on les interrogeait sur le but
de leur voyage, ils répondaient qu'ils allaient visiter les lieux
saints[190]. Quoiqu'un pèlerinage commencé sous de semblables
auspices, marqué de toutes sortes d'excès, dût être un objet de
scandale plutôt que d'édification, il y eut des gens assez peu sensés
pour y voir un effet de la toute-puissance de Dieu; des hommes, des
femmes quittèrent leurs maisons et leurs champs, et se joignirent aux
troupes vagabondes, croyant suivre la voie du salut; d'autres leur
fournirent de l'argent et des vivres, pensant aider des âmes inspirées
de Dieu et guidées par les sentiments d'une vive piété. Le pape,
instruit de leur marche, dit en gémissant: «Ces enfants nous
reprochent d'être plongés dans le sommeil, tandis qu'ils volent à la
défense de la Terre Sainte.» Si des hommes prévoyants, parmi le
clergé, blâmaient ouvertement cette expédition, on donnait
l'incrédulité et l'avarice pour motif de leurs censures; et afin
d'éviter le mépris public, la sagesse était condamnée au silence.

  [190] Le nombre de ces enfants s'éleva à plus de 50,000.

Cependant l'événement fit voir que tout ce que l'homme entreprend sans
raison n'obtient point une heureuse issue; et bientôt, dit l'évêque
Sicard[191], cette multitude disparut tout entière. Mais il faut
soigneusement distinguer ici le sort des croisés allemands et
français; quoiqu'une partie de ceux-ci ait pu se diriger vers
l'Italie.

  [191] _Chronic._, apud Muratori, t. 7.

Il suffisait de porter le signe de la croix pour être admis dans la
croisade; si la surveillance des princes et des prélats, dans les
expéditions dirigées par la puissance ecclésiastique et séculière, ne
parvenait point à en écarter les hommes de mauvaises mœurs, quelle
espèce, de gens ne devait point recéler une réunion formée sans aucun
soin, et dont la plupart des membres fuyaient, comme l'enfant
prodigue, la maison paternelle, pour se livrer sans contrainte à leurs
penchants vicieux? Aussi, le récit de Godefroi le Moine[192] ne
doit-il point nous étonner, lorsqu'il rapporte que des voleurs se
mêlèrent parmi les pèlerins allemands et disparurent après les avoir
dépouillés de leurs bagages et des dons que les fidèles leur
distribuaient. Un de ces voleurs ayant été reconnu à Cologne, termina
ses jours sur la potence. A ce premier malheur se joignit une foule de
maux, résultat nécessaire de l'imprévoyance des croisés. La fatigue
d'une longue route, la chaleur, le besoin, en moissonnèrent une grande
partie. De ceux qui arrivèrent en Italie, les uns se dispersèrent dans
les campagnes, et, dépouillés par les habitants, ils furent réduits en
servitude; d'autres, au nombre de sept mille, se présentèrent devant
Gênes. D'abord le sénat leur permit de séjourner six ou sept jours
dans la ville; mais, réfléchissant ensuite sur l'inutilité de leur
entreprise, craignant qu'une telle multitude n'apportât la disette,
appréhendant surtout que Frédéric, qui était alors en rébellion contre
le saint-siége et en guerre avec Gênes, ne profitât de cette
circonstance pour exciter quelque tumulte, il ordonna aux croisés de
s'éloigner de la ville. Cependant une opinion reçue du temps de
Bizarre était que la république accorda le droit de cité à plusieurs
de ces jeunes Allemands, distingués par l'éclat de leur naissance; ils
acquirent par la suite une telle considération qu'ils entrèrent dans
l'ordre des patriciens; et c'est d'eux, ajoute le même historien, que
tirent leur origine plusieurs familles encore existantes de nos jours,
parmi lesquelles on distingue la maison des Vivaldi. Les autres,
reconnaissant trop tard leur erreur, reprirent la route de leur pays;
et ces croisés, qu'on avait vus s'avancer par troupes nombreuses, en
répétant des chants propres à les animer, revinrent isolément,
dépouillés de tout, marchant les pieds nus, éprouvant les angoisses de
la faim, et servant de dérision à la population des villes et des
campagnes.

  [192] _Annales_, apud Freh. collect.

Les croisés de France éprouvèrent un sort à peu près semblable: une
faible partie revint; le reste périt dans les flots ou devint un objet
de spéculation pour deux négociants de Marseille. Hugues de Fer et
Guillaume Porc, c'étaient leurs noms, faisaient avec les Sarrasins un
grand commerce, dont la vente des jeunes garçons formait une branche
considérable. L'occasion d'un trafic avantageux ne pouvait être plus
favorable; ils offrirent donc aux pèlerins qui arrivèrent à Marseille
de les transporter en Orient, sans aucune rétribution, donnant à cet
acte de générosité la piété pour motif. Cette proposition fut acceptée
avec joie, et sept vaisseaux chargés de ces pèlerins voguèrent vers
les côtes de Syrie. Au bout de deux jours de navigation, lorsque les
bâtiments étaient parvenus en face de l'île Saint-Pierre, près la
Roche-du-Reclus, une tempête violente s'éleva, et la mer engloutit
deux de ces navires et tous les passagers qu'ils portaient. Les cinq
autres parvinrent à Alexandrie, et les jeunes croisés furent tous
vendus aux Sarrasins ou à des marchands d'esclaves[193]. Le calife en
acheta quarante pour sa part, qui tous étaient dans les ordres, et les
fit élever avec soin, dans un lieu séparé; douze autres périrent
martyrs, n'ayant point voulu renoncer à la religion. Aucun d'eux, au
dire d'un des clercs élevés par le calife, et qui recouvra par la
suite sa liberté, n'embrassa le culte de Mahomet; tous, fidèles à la
religion de leurs pères, la pratiquèrent constamment dans les larmes
et dans la servitude. Hugues et Guillaume, ayant formé plus tard le
projet d'assassiner Frédéric, furent découverts, et périrent d'une
mort honteuse, ainsi que trois Sarrasins leurs complices, trouvant
dans cette fin misérable le juste salaire de leur trahison.

  [193] _Chronique_ d'Albert des Trois-Fontaines.--Thomas de
  Champré, _Lib. de Apibus_, lib. 2, c. 3.--Roger Bacon, _Opus
  majus_.--Jacob de Vorag., _Chronic. Genuens._, ap. Muratori, t.
  9.--Albert de Stade, etc. Le commerce des enfants était pratiqué
  ouvertement par les Grecs et les Vénitiens.

Par la suite, le pape Grégoire IX fit élever une église dans l'île de
Saint-Pierre, en l'honneur des naufragés, et institua douze canonicats
pour la desservir. On montrait encore du temps d'Albéric le lieu où
avaient été ensevelis les cadavres que la mer avait rejetés sur ses
bords.

Quant aux croisés qui survécurent à tant de calamités et restèrent en
Europe, le pape ne voulut pas les relever de leurs vœux, à
l'exception toutefois de quelques vieillards ou infirmes; le reste fut
obligé de s'acquitter du pèlerinage dans l'âge de maturité, ou le
racheta par des aumônes.

   JOURDAIN, _Lettre à M. Michaud_, dans _l'Histoire des Croisades_,
   t. 3, p. 605.



MÊME SUJET.

1213.


Dans le cours de cette même année, pendant l'été qui suivit, une chose
étrange et inouïe se passa en France. Possédé par l'ennemi du genre
humain, un enfant, véritablement enfant par son âge, et d'une
naissance tout à fait obscure, se mit à parcourir les villes et les
châteaux du royaume de France, comme s'il eût été inspiré de Dieu; il
chantait en mesure dans le langage français: «Seigneur Jésus-Christ,
rends-nous ta sainte croix;» et il ajoutait plusieurs autres
invocations. Lorsque les autres enfants de son âge le voyaient et
l'entendaient, ils le suivaient en foule. On eût dit que les prestiges
du diable leur faisaient perdre la tête; ils abandonnaient pères,
mères, nourrices et amis, et se mettaient à chanter la même chose, et
sur le même ton que leur chef. On ne pouvait les garder sous clef (ce
qui est étonnant à dire), et les prières de leurs parents n'avaient
aucun effet sur eux; rien ne réussissait à les empêcher de suivre leur
guide vers la mer Méditerranée, comme s'ils allaient la traverser; ils
s'avançaient processionnellement en chantant et en modulant leur
refrain; aucune ville ne pouvait les contenir, tant ils étaient
nombreux. Leur chef était placé sur un char orné de draperies; il
était entouré de ses compagnons armés et psalmodiant. La multitude de
ces enfants était telle, qu'ils s'écrasaient les uns les autres en se
pressant. Celui d'entre eux qui pouvait emporter quelques brins ou
quelques fils arrachés aux vêtements de leur chef, se regardait comme
heureux. Mais enfin, le vieil imposteur, Satan, fit si bien, qu'ils
périrent tous sur la terre ou sur la mer.

   MATTHIEU PARIS, _Grande Chronique_, traduite par M.
   Huillard-Bréholles, t. 2, p. 483.



BATAILLE DE BOUVINES.

Récit d'un historien Français.

1214.


L'an de l'Incarnation du Seigneur 1214, pendant que le roi Jean
exerçait ses fureurs dans le pays de l'Anjou, l'empereur Othon, gagné
par argent au parti du roi Jean, rassembla une armée dans le comté de
Hainaut, dans un village appelé Valenciennes, dans le territoire du
comte Ferrand. Le roi Jean envoya avec lui, à ses frais, le comte de
Boulogne, le comte de Salisbury, Ferrand lui-même, le duc de Limbourg,
le duc de Brabant, dont ledit Othon avait épousé la fille, et beaucoup
d'autres grands et comtes d'Allemagne, de Hainaut, de Brabant et de
Flandre. Dans le même temps, le roi Philippe, quoique son fils eût
avec lui dans le Poitou la plus grande partie de ses troupes,
rassembla une armée, se mit en marche, le lendemain de la fête de
sainte Marie-Madeleine, d'un château appelé Péronne, entra de vive
force sur le territoire de Ferrand, le traversa en le dévastant à
droite et à gauche par des incendies et des ravages, et s'avança ainsi
jusqu'à la ville de Tournay, que les Flamands avaient, l'année
précédente, prise par fourberie et considérablement endommagée. Mais
le roi, y ayant envoyé une armée avec frère Garin et le comte de
Saint-Paul, l'avait promptement recouvrée.

Othon vint avec son armée vers un château appelé Mortain (ou
Mortagne), éloigné de six milles de Tournay, et qui, après que cette
ville eut été recouvrée, avait été pris d'assaut et détruit par ladite
armée du roi. Le samedi après la fête de saint Jacques, apôtre et
martyr du Christ, le roi proposa de les attaquer; mais les barons l'en
dissuadèrent, car ils n'avaient d'autre route pour arriver vers eux
qu'un passage étroit et difficile. Ils changèrent donc de dessein, et
résolurent de retourner sur leurs pas et d'envahir les frontières du
Hainaut par un chemin plus uni et de ravager entièrement cette terre.
Le lendemain donc, c'est-à-dire le 27 juillet, le roi quitta Tournay
pour se diriger vers un château appelé Lille, où il se proposait de
prendre du repos avec son armée pendant cette nuit-là. Le même matin,
Othon s'éloigna avec son armée de Mortain. Le roi ne savait pas et ne
pouvait croire qu'ils vinssent derrière lui. C'est pourquoi le vicomte
de Melun s'écarta de l'armée du roi avec quelques cavaliers armés à la
légère, et s'avança vers le côté d'où venait Othon. Il fut suivi d'un
homme très-brave, d'un conseil sage et admirable, prévoyant avec une
grande habileté ce qui peut arriver, Garin, l'élu de Senlis, que j'ai
nommé plus haut le frère Garin, car il était frère profès de l'hôpital
de Jérusalem, et alors, quoique évêque de Senlis, n'avait pas cessé de
porter comme auparavant son habit de religieux. Ils s'éloignèrent donc
de plus de trois milles de l'armée du roi jusqu'à ce qu'ils fussent
arrivés dans un lieu élevé, d'où ils purent voir clairement les
bataillons des ennemis s'avancer prêts à combattre. Le vicomte restant
quelque temps en cet endroit, l'évêque se rendit promptement vers le
roi, lui dit que les ennemis venaient rangés et prêts à combattre, et
lui rapporta ce qu'il avait vu, les chevaux couverts de chevaliers et
les hommes d'armes à pied marchant en avant, ce qui marquait
évidemment qu'il y aurait combat. Le roi ordonna aux bataillons de
s'arrêter; et ayant convoqué les grands, les consulta sur ce qu'il y
avait à faire. Ils ne lui conseillèrent pas beaucoup de combattre,
mais plutôt de s'avancer toujours.

Les ennemis étant arrivés à un ruisseau qu'on ne pouvait facilement
traverser, le passèrent peu à peu, et feignirent, ainsi que le crurent
quelques-uns des nôtres, de vouloir marcher vers Tournay. Le bruit
courut donc parmi nos chevaliers que les ennemis se dirigeaient vers
Tournay. L'évêque était d'un avis contraire, proclamant et affirmant
qu'il fallait nécessairement combattre ou se retirer avec honte et
dommage. Cependant les cris et les assertions du plus grand nombre
prévalurent. Nous nous avançâmes vers un pont nommé Bouvines, placé
entre un endroit appelé Sanghin et la ville de Cisoing. Déjà la plus
grande partie de l'armée avait passé le pont, et le roi avait quitté
ses armes; mais il n'avait pas encore traversé le pont, ainsi que le
pensaient les ennemis, dont l'intention était, s'il l'eût traversé, ou
de tuer sans pitié ou de vaincre, comme ils l'auraient voulu, ceux
qu'ils auraient trouvés en deçà du pont. Pendant que le roi, un peu
fatigué des armes et du chemin, prenait un léger repos sous l'ombre
d'un frêne, près d'une église fondée en l'honneur de saint Pierre,
voilà que des messagers envoyés par ceux qui étaient aux derniers
rangs, et se hâtant d'accourir promptement vers lui, annoncèrent avec
de grands cris que les ennemis arrivaient et que déjà le combat était
presque engagé aux derniers rangs; que le vicomte [de Melun] et les
archers, les cavaliers et hommes de pied armés à la légère, ne
soutenaient leur attaque qu'avec la plus grande difficulté et de
grands dangers, et qu'ils pouvaient à peine arrêter plus longtemps
leur fureur et leur impétuosité. A cette nouvelle, le roi entra dans
l'église, et adressant au Seigneur une courte prière, il ressortit
pour revêtir de nouveau ses armes, et le visage animé, et avec une
joie aussi vive que si on l'eût appelé à une noce, il saute sur son
cheval. Le cri de: Aux armes, hommes de guerre! aux armes! retentit
partout dans les champs, et les trompettes résonnent; les cohortes qui
avaient déjà passé le pont reviennent sur leurs pas. On rappelle
l'étendard de Saint-Denis, qui devait dans les combats marcher à la
tête de tous; et comme il ne revient pas assez vite, on ne l'attend
pas. Le roi, d'une course rapide, se précipite vers les derniers
rangs et se place sur le premier front de la bataille, où personne ne
s'élance entre lui et les ennemis.

Les ennemis voyant le roi, contre leur espérance, revenu sur ses pas,
frappés, je crois, comme de stupeur et d'épouvante, se détournèrent
vers le côté droit du chemin par lequel ils venaient, et, s'étendant
vers l'occident, s'emparèrent de la partie la plus élevée de la
plaine, et se tinrent du côté du nord, ayant devant les yeux le
soleil, plus ardent ce jour-là qu'à l'ordinaire. Le roi déploya ses
ailes du côté contraire, et se tint du côté du midi avec son armée qui
s'étendait sur une ligne dans l'espace immense de la plaine, en sorte
qu'ils avaient le soleil à dos. Les deux armées se tinrent ainsi
occupant à peu près une même étendue, et séparées l'une de l'autre par
un espace peu considérable. Au milieu de cette disposition, au premier
rang était le roi Philippe, aux côtés duquel se tenaient Guillaume des
Barres, la fleur des chevaliers; Barthélémy de Roye, homme sage et
d'un âge avancé; Gautier le jeune, homme prudent et valeureux et sage
conseiller; Pierre de Mauvoisin, Gérard Scropha, Étienne de Longchamp,
Guillaume de Mortemar, Jean de Rouvray, Guillaume de Garlande, Henri
comte de Bar, jeune d'âge, vieux d'esprit, distingué par son courage
et sa beauté, qui avait succédé en la dignité et en la charge de comte
à son père, cousin germain du roi récemment mort, et un grand nombre
d'autres, dont il serait trop long de rapporter les noms, tous hommes
remarquables par leur courage, depuis longtemps exercés à la guerre,
et qui pour ces raisons avaient été spécialement placés pour la garde
du roi dans ce combat. Du côté opposé se tenait Othon au milieu des
rangs épais de son armée, qui portait pour bannière un aigle doré
au-dessus d'un dragon attaché à une très-longue perche dressée sur un
char.

Le roi, avant d'en venir aux mains, adressa à ses chevaliers cette
courte et modeste harangue: «Tout notre espoir, toute notre confiance
sont placés en Dieu. Le roi Othon et son armée, qui sont les ennemis
et les destructeurs des biens de la sainte Église, ont été excommuniés
par le seigneur Pape; l'argent qu'ils emploient pour leur solde est le
produit des larmes des pauvres et du pillage des églises de Dieu et
des clercs. Mais nous, nous sommes chrétiens; nous jouissons de la
communion et de la paix de la sainte Église; et quoique pécheurs, nous
sommes réunis à l'église de Dieu, et nous défendons selon notre
pouvoir les libertés du clergé. Nous devons donc avec confiance nous
attendre à la miséricorde de Dieu, qui malgré nos péchés nous
accordera la victoire sur ses ennemis et les nôtres.» A ces mots, les
chevaliers demandèrent au roi sa bénédiction; ayant élevé la main, il
invoqua pour eux la bénédiction du Seigneur; aussitôt les trompettes
sonnèrent, et ils fondirent avec ardeur sur les ennemis, et
combattirent avec un courage et une impétuosité extrêmes.

En ce moment se tenaient en arrière du roi, non loin de lui, le
chapelain qui a écrit ces choses et un clerc. Ayant entendu le son de
la trompette, ils entonnèrent le psaume: _Béni soit le Seigneur qui
est ma force, qui instruit mes mains aux combats_, jusqu'à la fin;
ensuite: _O Dieu, élevez-vous_, jusqu'à la fin; et: _Seigneur, le roi
se réjouira dans votre force_, jusqu'à la fin; et ils les chantèrent
comme ils purent, car les larmes s'échappaient de leurs yeux, et les
sanglots se mêlaient à leurs chants. Ils rappelaient à Dieu, avec une
sincère dévotion, l'honneur et la liberté dont jouissait son Église
par le pouvoir du roi Philippe, et le déshonneur et les outrages
qu'elle souffrait et souffre encore de la part d'Othon et du roi Jean,
par les dons duquel tous ces ennemis, excités contre le roi[194],
osaient dans son royaume attaquer leur Seigneur. Le premier choc ne
fut pas du côté où se trouvait le roi; car avant qu'il en vînt aux
mains on combattait à l'aile droite, à droite du roi, sans qu'il le
sût, je crois, contre Ferrand et les siens. Le premier front des
combattants était, comme nous l'avons dit, étendu en ligne droite, et
occupait dans la plaine un espace de quarante mille pas. L'évêque
était dans cet endroit, non pour combattre, mais pour exhorter les
hommes d'armes et les animer pour l'honneur de Dieu, du royaume et du
roi, et pour leur propre salut; il voulait exciter surtout le
très-noble Eudes duc de Bourgogne, Gaucher comte de Saint-Paul, que
quelques-uns soupçonnaient d'avoir quelquefois favorisé les ennemis, à
raison de quoi il dit lui-même à l'évêque que ce jour-là il serait un
bon traître. Matthieu de Montmorency, chevalier plein de valeur, Jean
comte de Beaumont, beaucoup d'autres braves chevaliers, et en outre
cent quatre-vingts chevaliers de la Champagne, tous ces combattants
avaient été rangés dans un seul bataillon par l'évêque, qui mit aux
derniers rangs quelques-uns qui étaient à la tête et qu'il savait de
peu de courage et d'ardeur. Il plaça sur un seul et premier rang ceux
de la bravoure et de l'ardeur desquels il était sûr, et leur dit: «Le
champ est vaste, étendez-vous en ligne droite à travers la plaine, de
peur que les ennemis ne vous enveloppent. Il ne faut pas qu'un
chevalier se fasse un bouclier d'un autre chevalier, mais tenez-vous
de manière que vous puissiez tous combattre comme d'un seul front.» A
ces mots, ledit évêque, d'après le conseil du comte de Saint-Paul,
lança en avant cent cinquante hommes d'armes à cheval pour commencer
le combat, afin qu'ensuite les nobles chevaliers trouvassent les
ennemis un peu troublés et en désordre.

  [194] La coalition vaincue à Bouvines est la première coalition
  organisée et soldée par l'Angleterre contre la France. On voit
  que cette pratique des Anglais n'est pas nouvelle (L. D.).

Les Flamands, qui étaient les plus ardents au combat, s'indignèrent
d'être attaqués d'abord par des hommes d'armes et non par des
chevaliers. Ils ne bougèrent pas de leur place; mais les ayant
attendus, ils les reçurent vigoureusement, tuèrent les chevaux de
presque tous, les accablèrent d'un grand nombre de blessures, mais
n'en blessèrent que deux à mort, car c'étaient de très-braves hommes
d'armes de la vallée de Soissons, et ils combattaient aussi bien à
pied qu'à cheval.

Gautier de Ghistelle et Buridan, d'un merveilleux courage et comme
incapables de crainte, rappelaient aux chevaliers les faits de leurs
compagnons, aussi peu troublés que s'il se fût agi de quelque jeu
guerrier. Après avoir renversé quelques-uns de ces hommes d'armes, ils
les laissèrent de côté et s'avancèrent en plaine, ne voulant, comme
s'il se fût agi de quelque exercice d'été, combattre qu'avec des
chevaliers. Quelques chevaliers de la troupe de Champagne, d'une
valeur aussi grande que la leur, en vinrent aux mains avec eux. Leurs
lances brisées, ils tirèrent leurs épées et redoublèrent les coups;
mais Pierre de Remi étant survenu avec ceux qui étaient dans le même
bataillon, Gautier de Ghistelle et Buridan furent emmenés par force
prisonniers. Ils avaient avec eux un chevalier nommé Eustache de
Maquilin, qui vociférait avec un grand orgueil: _Mort aux Français!
Mort aux Français!_ Les Français l'entourèrent, et l'un d'eux l'ayant
saisi, et prenant sa tête entre son coude et sa poitrine, arracha son
casque de sa tête; un autre lui fourrant un couteau entre le menton et
la cuirasse par le gosier et la poitrine, le força de subir avec
horreur la mort dont il menaçait à grands cris les Français. Sa mort
et la prise de Gautier et Buridan accrurent l'audace des Français; et
comme certains de la victoire, rejetant toute crainte, ils firent
usage de toutes leurs forces.

Gaucher, comte de Saint-Paul, avec une légèreté égale à celle d'un
aigle qui fond sur des colombes, suivit les hommes d'armes envoyés,
comme nous l'avons dit, par l'évêque. A la tête de ses chevaliers
qu'il avait choisis excellents, il pénétra au milieu des ennemis et
traversa leurs rangs avec une agilité merveilleuse, donnant et
recevant un grand nombre de coups, tuant et abattant indifféremment
hommes et chevaux, et ne prenant personne; il revint ainsi à travers
une autre troupe d'ennemis et en enveloppa un très-grand nombre comme
dans un filet. Il fut suivi avec une aussi grande impétuosité par le
comte de Beaumont, Matthieu de Montmorency avec les siens, le duc de
Bourgogne lui-même, entouré d'un grand nombre de braves chevaliers, et
la troupe de Champagne. Là s'engagea des deux côtés un combat
admirable. Le duc de Bourgogne, très-corpulent et d'une complexion
flegmatique, fut jeté à terre, et son cheval fut tué par les ennemis.
On se pressa autour de lui, et les bataillons des Bourguignons
l'entourèrent. On lui amena un autre cheval; le duc, relevé de terre
par les mains des siens, monte sur son cheval, agite son épée dans sa
main, dit qu'il veut venger sa chute, et se précipite avec fureur sur
les ennemis. Il n'examine pas qui se présente à lui, mais il venge sa
chute sur tous ceux qu'il rencontre, comme si chacun d'eux avait tué
son cheval. Là combattait le vicomte de Melun, qui faisait des
prodiges de valeur, ayant dans son bataillon de très-braves
chevaliers. De même que le comte de Saint-Paul, il attaqua les ennemis
d'un côté, les enfonça, et revint à travers leurs rangs par un autre
côté. Là, Michel de Harmes, dans un autre bataillon, eut son bouclier,
sa cuirasse et sa cuisse transpercés par la lance d'un Flamand, et
demeura cloué à sa selle et à son cheval, en sorte que lui et le
cheval tombèrent à terre. Hugues de Malaunaye fut renversé à terre,
ainsi que beaucoup d'autres dont les chevaux furent tués, et qui se
relevant avec force, combattirent aussi vigoureusement à pied qu'à
cheval.

Le comte de Saint-Paul, fatigué des coups qu'il avait reçus comme de
ceux qu'il avait portés, s'éloigna un peu de ce carnage, et prit un
léger repos. Ayant le visage tourné vers les ennemis, il vit un de ses
chevaliers entouré par eux. Comme il n'y avait aucun accès vers lui
pour le délivrer, quoiqu'il n'eût pas encore repris haleine, pour
pouvoir traverser avec moins de danger le bataillon serré des ennemis,
il se courba sur le cou de son cheval, qu'il embrassa de ses deux
bras, et, pressant son cheval des éperons, il fondit sur le bataillon
des ennemis et parvint à travers leurs rangs jusqu'à son chevalier.
Là, se redressant, il tira son épée, dispersa merveilleusement tous
les ennemis qui l'entouraient; et ainsi par une audace ou une témérité
admirable, et à son grand péril, il délivra son chevalier de la mort,
et s'échappant des mains des ennemis, il se retira dans son bataillon.
Ceux qui en avaient été témoins affirmèrent qu'il avait été un moment
en un tel danger que douze lances à la fois l'avaient frappé sans
pouvoir cependant ni abattre son cheval ni l'enlever de dessus la
selle. Après s'être un peu reposé, il se précipita de nouveau au
milieu des ennemis avec ses chevaliers, qui avaient pris haleine
pendant ce temps-là.

La victoire ayant pendant quelque temps voltigé d'une aile douteuse
d'un côté à l'autre, comme ce combat si animé durait déjà depuis
trois heures, tout le poids de la bataille tourna enfin contre Ferrand
et les siens; alors, accablé de blessures et renversé à terre, il fut
emmené prisonnier avec un grand nombre de ses chevaliers. Presque
expirant de la fatigue d'un si long combat, il se rendit
principalement à Hugues de Maroil et à Jean son frère; tous les autres
qui combattaient dans cette partie de la plaine furent tués ou pris,
ou échappèrent par une honteuse fuite aux Français qui les
poursuivaient.

Pendant ce temps arrivèrent avec la bannière de Saint-Denis les
légions des communes[195], qui s'étaient avancées presque jusqu'aux
maisons. Elles accoururent le plus promptement possible vers l'armée
du roi, où elles voyaient la bannière royale, qui se distinguait par
les fleurs de lis et que portait ce jour-là Galon de Montigny,
chevalier très-valeureux, mais peu fortuné. Les communes étant donc
arrivées, principalement celles de Corbeil, d'Amiens, de Beauvais, de
Compiègne et d'Arras, pénétrèrent dans les bataillons des chevaliers
et se placèrent devant le roi lui-même. Mais ceux de l'armée d'Othon,
qui étaient des hommes d'un courage et d'une audace extrêmes, les
repoussèrent incontinent vers le roi, et les ayant un peu dispersées
parvinrent presque jusqu'au roi. A cette vue, les chevaliers qui
étaient dans l'armée du roi marchèrent en avant, et laissant derrière
eux le roi, pour lequel ils concevaient quelque crainte, s'opposèrent
à Othon et aux siens, qui, dans leur fureur teutonique, ne cherchaient
que le roi seul. Pendant qu'ils étaient devant et arrêtaient par leur
admirable courage la fureur des Teutons, des hommes de pied
entourèrent le roi et le jetèrent à bas de son cheval avec des
crochets et des lances minces; et s'il n'eût été protégé par la main
de Dieu et par une armure incomparable, ils l'eussent certainement
tué. Un petit nombre de chevaliers qui étaient restés avec lui, ledit
Galon, qui abaissant souvent sa bannière demandait du secours, et
surtout Pierre Tristan, qui descendant lui-même de son cheval se jeta
au-devant des coups qui menaçaient le roi, renversèrent, dispersèrent
et tuèrent ces hommes de pied; et le roi lui-même se relevant plus
vite qu'on ne l'espérait, sauta sur un cheval avec une étonnante
légèreté.

  [195] Les communes qui avaient leurs milices à Bouvines sont
  celles de: Noyon, Montdidier, Montreuil, Soissons, Bruyères,
  Hesdin, Cerny, Crépy en Laonnais, Craonne, Vesly, Corbie,
  Compiègne, Roye, Amiens, Beauvais, Corbeil, Arras.

On combattit donc des deux côtés avec un courage admirable, et un
grand nombre d'hommes de guerre furent renversés. Devant les yeux
mêmes du roi fut tué Étienne de Longchamp, chevalier valeureux et
d'une fidélité intacte, qui reçut un coup de couteau dans la tête par
la visière de son casque; car les ennemis se servaient d'une espèce
d'arme étonnante et inconnue jusqu'à présent; ils avaient de longs
couteaux minces et à trois tranchants, qui coupaient également de
chaque tranchant depuis la pointe jusqu'à la poignée, et ils s'en
servaient en guise d'épée. Mais, par l'aide de Dieu, les épées des
Français et leur infatigable courage l'emportèrent. Ils repoussèrent
toute l'armée d'Othon, et parvinrent jusqu'à lui, au point que Pierre
de Mauvoisin, chevalier plus puissant par les armes, en quoi il
surpassait tous les autres, que par la sagesse, saisit son cheval par
la bride; mais comme il ne pouvait le tirer delà foule dans laquelle
il était pressé, Gérard Scropha lui frappa la poitrine d'un couteau
qu'il tenait nu dans la main. N'ayant pu le blesser, à cause de
l'épaisseur des armures impénétrables qui défendent les chevaliers de
notre temps, il réitéra son coup; mais ce second coup porta sur la
tête du cheval, qui la portait droite et élevée. Le couteau, poussé
avec une force merveilleuse, entra par l'œil du cheval dans sa
cervelle. Le cheval blessé à mort se cabra et tourna la tête vers le
côté d'où il était venu. Ainsi l'empereur montra le dos à nos
chevaliers et s'éloigna de la plaine, quittant et abandonnant au
pillage l'aigle avec le char. A cette vue, le roi dit aux siens: «Vous
ne verrez plus sa figure d'aujourd'hui.» Il était déjà un peu en
avant, lorsque son cheval s'abbatit; on lui amena aussitôt un cheval
frais; il le monta et se mit à fuir promptement. Déjà en effet il ne
pouvait plus soutenir davantage la valeur de nos chevaliers, car deux
fois le chevalier des Barres l'avait tenu par le cou; mais il lui
avait échappé par la vitesse de son cheval et par le grand nombre de
ses chevaliers qui pendant que leur empereur fuyait combattaient
merveilleusement, au point qu'ils renversèrent à terre le chevalier
des Barres, qui s'était avancé plus que les autres. Gautier le jeune,
Guillaume de Garlande, Barthélemy de Roye, et d'autres qui étaient
avec eux, dont les lances brisées et les épées toutes sanglantes
attestaient la bravoure, étant, dit-on, des hommes prudents, ne
jugèrent pas bon de laisser loin d'eux le roi, qui les suivait d'un
pas égal; c'est pourquoi ils ne s'étaient pas autant avancés que le
chevalier des Barres, qui, démonté et entouré d'ennemis, se défendait
selon sa coutume avec une admirable valeur. Cependant, comme un homme
seul ne peut résister à une multitude, il eût été pris ou tué si
Thomas de Saint-Valery, homme brave et fort à la guerre, ne fut
survenu avec sa troupe, composée de cinquante chevaliers et deux mille
hommes de pied. Il délivra le chevalier des Barres des mains des
ennemis, ainsi que me l'a raconté quelqu'un qui y était.

Le combat se ranima. Bernard de Hostemale, très-brave chevalier, le
comte Othon de Tecklenbourg, le comte Conrad de Dortmund et Gérard de
Randeradt, avec d'autres chevaliers très-valeureux, que l'empereur
avait choisis spécialement, à cause de leur éminente bravoure, pour
être à ses côtés dans le combat, combattaient pendant que l'empereur
fuyait, et renversaient et blessaient les nôtres. Cependant les nôtres
l'emportèrent, car les deux comtes ci-dessus nommés furent pris, ainsi
que Bernard et Gérard; le char fut mis en pièces, le dragon brisé, et
l'aigle, les ailes arrachées et rompues, fut porté au roi. Le comte de
Boulogne ne cessa pas de combattre depuis le commencement de la
bataille, et personne ne put le vaincre. Ledit comte avait employé un
artifice admirable; il s'était fait comme un rempart d'hommes d'armes
très-serrés sur deux rangs, en forme de tour, à l'instar d'un château
assiégé, où il y avait une entrée comme une porte par laquelle il
entrait toutes les fois qu'il voulait reprendre haleine ou quand il
était pressé par les ennemis; et il eut souvent recours à ce moyen.

Le comte Ferrand et l'empereur lui-même, comme nous l'avons ensuite
appris des prisonniers, avaient juré de négliger tous les autres
bataillons pour s'avancer vers celui du roi Philippe, et de ne point
détourner leurs chevaux qu'il ne fussent parvenus vers lui et ne
l'eussent tué, parce que si le roi (Dieu nous en préserve) eût été tué
ils espéraient triompher plus facilement du reste de l'armée. C'est à
cause de ce serment qu'Othon et son bataillon ne combattirent qu'avec
le roi et son bataillon. Ferrand voulut commencer à s'avancer vers
lui; mais il ne le put, parce que, comme on l'a dit, les Champenois
lui fermèrent le chemin. Renaud comte de Boulogne, négligeant tous les
autres, parvint au commencement du combat jusqu'au roi; mais comme il
était près de lui, respectant, je crois, son seigneur, il s'éloigna et
combattit avec Robert comte de Dreux, qui n'était pas loin du roi,
dans un bataillon très-épais. Mais Pierre comte d'Autun, parent du
roi, combattait vigoureusement pour lui, quoique son fils Philippe, ô
douleur! parent, du côté de sa mère, de la femme de Ferrand, fût dans
le parti des ennemis du roi; car les yeux de ces ennemis étaient
aveuglés à un tel point qu'un grand nombre d'entre eux, quoiqu'ils
eussent dans notre parti leurs frères, leurs beaux-frères, leurs
beaux-pères et leurs parents, sans respect pour leur seigneur séculier
et sans crainte de Dieu, n'en osaient pas moins, dans une guerre
injuste, attaquer ceux qu'ils étaient tenus, au moins par le droit
naturel, de respecter et de chérir.

Ce comte de Boulogne, quoiqu'il se battît ainsi avec bravoure, avait
beaucoup conseillé de ne pas combattre, connaissant l'impétuosité et
la valeur des Français. C'est pourquoi l'empereur et les siens le
regardaient comme traître, et l'eussent mis dans les fers s'il n'eût
consenti au combat. Comme ce combat s'engageait, on rapporte qu'il dit
à Hugues de Boves: «Voilà ce combat que tu conseillais et dont je
dissuadais. Tu fuiras comme un lâche, tandis que moi, je combattrai,
au péril de ma tête, et je serai pris ou tué.» A ces mots, il s'avança
vers le lieu du combat qui lui était destiné, et se battit, ainsi
qu'on l'a dit, plus longtemps et plus vaillamment qu'aucun de ceux qui
étaient présents.

Cependant les rangs du parti d'Othon s'éclaircissaient, pendant que
lui-même, et un des premiers, était en fuite. Le duc de Louvain, le
duc de Limbourg, Hugues de Boves, et d'autres, par centaines, par
cinquantaines et par troupes de différents nombres, s'abandonnèrent à
une honteuse déroute. Cependant le comte de Boulogne, combattant
encore, ne pouvait s'arracher du champ de bataille quoiqu'il ne fût
aidé que de six chevaliers qui ne voulant pas l'abandonner
combattirent avec lui jusqu'à ce qu'un homme d'armes, Pierre de
Tourrelle, d'une bravoure extraordinaire, dont le cheval avait été tué
par les ennemis et qui combattait à pied, s'approcha dudit comte, et
levant la couverture du cheval, lui enfonça son épée dans le ventre
jusqu'à la garde. Ce qu'ayant vu un chevalier du comte, il saisit la
bride et l'entraîna malgré lui hors du combat. Ils furent poursuivis
par les deux frères Quenon et Jean de Condune, braves chevaliers, qui
renversèrent le chevalier du comte, dont le cheval tomba aussitôt en
cet endroit. Le comte demeura ainsi renversé, ayant la cuisse droite
sous le cou de son cheval déjà mort, position dont on ne put qu'à
grand'peine le tirer. Survinrent Hugues et Gautier Desfontaines et
Jean de Rouvray. Pendant qu'ils se disputaient entre eux pour savoir à
qui appartiendrait la prise du comte, arriva Jean de Nivelle avec ses
chevaliers. C'était un chevalier haut de taille, très-beau de figure,
mais en qui le courage et le cœur ne répondaient nullement à la
beauté du corps, car dans cette bataille il n'avait encore de tout le
jour combattu avec personne. Cependant il se disputait avec les autres
qui retenaient le comte prisonnier, voulant par cette proie s'attirer
quelque louange; et il l'eût emporté si l'évêque ne fût arrivé. Le
comte l'ayant reconnu se rendit à lui, et le pria seulement de lui
sauver la vie. Un certain garçon, fort de corps et d'un grand courage,
nommé Comot, étant en cet endroit, avait tiré son épée, et enlevant au
comte son casque, lui avait fait une très-forte blessure à la tête, et
pendant que les chevaliers se disputaient, comme on l'a dit, il voulut
lui plonger son couteau dans les parties inférieures; mais comme ses
bottes étaient cousues à la cotte de sa cuirasse, il ne put trouver
d'endroit pour le blesser. Le comte s'efforça de se relever, mais
ayant vu non loin de là Arnoul d'Oudenarde, chevalier très-valeureux,
se hâter avec quelques cavaliers de venir à son secours, il feignit de
ne pouvoir se soutenir sur ses pieds, et retombant de lui-même par
terre, il attendit qu'on vînt le délivrer. Mais ceux qui étaient là,
le frappant de coups à plusieurs reprises, le forcèrent, bon gré mal
gré, de monter sur un roussin. Arnoul et ceux qui l'accompagnaient
furent pris.

Pendant que tous les cavaliers ou s'étaient échappés par la fuite du
champ de bataille, ou étaient pris ou tués, et qu'ainsi les flancs de
l'armée d'Othon demeuraient à nu au milieu de la plaine, restaient
encore de très-valeureux hommes d'armes à pied, les Brabançons et
d'autres, au nombre de sept cents, que les ennemis avaient placés
devant eux comme un rempart. Le roi Philippe le Magnanime, voyant
qu'ils tenaient encore, envoya contre eux Thomas de Saint-Valery,
homme noble, recommandable pour sa vertu et tant soit peu lettré.
Étant bien monté, quoiqu'il fût déjà un peu fatigué de combattre à la
tête des fidèles hommes de sa terre, montant au nombre de cinquante
cavaliers et de deux mille hommes de pied, il fondit sur eux avec une
grande impétuosité et les massacra presque tous. Chose merveilleuse,
lorsque après cette victoire Thomas compta le nombre des siens, il
n'en trouva de moins qu'un seul, qu'on chercha aussitôt et qu'on
trouva au milieu des morts. Il fut porté dans le camp. Dans l'espace
de peu de jours, des médecins guérirent ses blessures et le rendirent
à la santé. Le roi ne voulut pas que les siens poursuivissent les
fuyards pendant plus d'un mille, à cause du peu de connaissance qu'ils
avaient des lieux et de l'approche de la nuit, et de peur que par
quelque hasard les hommes puissants retenus prisonniers ne
s'échappassent ou ne fussent arrachés des mains de leurs gardes.
C'était surtout cette crainte qui le tourmentait. Ayant donc donné le
signal, les trompettes sonnèrent le rappel, et les bataillons
retournèrent au camp remplis d'une grand joie.

   GUILLAUME LE BRETON, _Vie de Philippe-Auguste_, traduite par M.
   Guizot, dans la Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de
   France depuis la fondation de la monarchie française jusqu'au
   treizième siècle, 30 vol. in-8º.

   Guillaume Le Breton, chapelain de Philippe-Auguste, est un
   historien de quelque mérite, qui continua l'histoire de
   Philippe-Auguste par Rigord. Il est aussi l'auteur d'une
   chronique en vers latins, _La Philippide_, consacrée à l'histoire
   de Philippe-Auguste. Guillaume Le Breton naquit de 1165 à 1170 et
   mourut après 1226.



BATAILLE DE BOUVINES.

Récit d'un historien anglais.


A cette époque, l'armée du roi d'Angleterre, qui guerroyait en
Flandre, se livrait à ses dévastations avec tant de succès, qu'après
avoir ravagé plusieurs provinces elle pénétra sur le territoire du
Ponthieu et le désola avec une fureur impitoyable. Ceux qui faisaient
partie de cette expédition étaient de vaillants hommes, fort
expérimentés dans la guerre, tels que Guillaume comte de Hollande,
Regnauld ancien comte de Boulogne, Ferrand comte de Flandre, et Hugues
de Boves, intrépide chevalier, mais cruel et superbe, qui sévissait
contre ce malheureux pays avec tant de rage qu'il n'épargnait ni la
faiblesse des femmes ni l'innocence des petits enfants. Le roi Jean
avait établi pour maréchal de cette armée Guillaume comte de
Salisbury; les chevaliers anglais qui l'accompagnaient devaient
combattre sous ses ordres et les autres hommes d'armes recevoir une
solde prise sur le fisc. Cette armée était renforcée par Othon,
empereur des Romains, qui lui donnait aide et faveur, et par les
troupes que le duc de Louvain et de Brabant avait pu rassembler; tous
ensemble s'acharnaient sur les Français avec une égale fureur. Lorsque
la nouvelle de ces désastres fut parvenue aux oreilles de Philippe roi
de France, il fut saisi de douleur; car il craignait de n'avoir pas
assez de troupes pour suffire à la défense de cette partie du
territoire, ayant envoyé récemment en Poitou, avec une armée
nombreuse, son fils Louis pour réprimer les incursions hostiles du roi
d'Angleterre. Cependant, quoiqu'il se répétât souvent à lui-même ce
proverbe vulgaire: «Celui qui s'occupe à la fois de plusieurs choses a
le jugement moins net pour chacune», il n'en réunit pas moins une
grande armée, composée de comtes, de barons, de chevaliers et
sergents, de cavaliers et fantassins, et des communes[196] de ses
villes et cités. Accompagné de ces forces, il se prépara à marcher à
la rencontre de ses adversaires. En même temps il recommanda aux
évêques, aux moines, aux clercs et aux religieuses de répandre les
aumônes, d'adresser des prières à Dieu et de célébrer les divins
mystères pour la conservation de son royaume. Ces dispositions étant
prises, il partit avec son armée pour combattre ses ennemis.

  [196] _Communes_ pour milices des communes.

Le dit roi ayant appris que ses adversaires s'étaient avancés à main
armée jusqu'au pont de Bouvines, sur le territoire du Ponthieu,
dirigea de ce côté ses armes et ses étendards. Lorsqu'il fut arrivé au
pont susdit, il passa la rivière (de Marque) avec toute son armée, et
se décida à camper dans ce lieu. En effet, la chaleur était extrême,
car le soleil est très-ardent au mois de juillet. Aussi les Français
prirent-ils position près de la rivière, dont le voisinage était
précieux pour les hommes et pour les chevaux. Ils arrivèrent audit
fleuve un jour de samedi, vers le soir; et après avoir disposé sur la
droite et sur la gauche les chariots à deux et à quatre chevaux, ainsi
que les autres véhicules qui avaient transporté les vivres, les armes,
les machines et tous les instruments de guerre, cette armée plaça de
tous côtés ses sentinelles et passa la nuit en ce lieu.

Le lendemain matin, lorsque les chefs de l'armée du roi d'Angleterre
furent instruits de l'arrivée du roi de France, ils s'empressèrent de
tenir conseil, et décidèrent unanimement qu'une bataille en plaine
serait livrée aux ennemis; mais comme ce jour-là était un dimanche,
les plus sages de l'armée et surtout Regnauld ancien comte de
Boulogne, déclarèrent qu'il était peu séant de livrer bataille dans
une si grande solennité, et de souiller un si grand jour par
l'homicide et l'effusion de sang humain. L'empereur Othon se rangea à
cet avis, et dit aussi qu'il ne se réjouirait jamais de remporter la
victoire un dimanche. A ces paroles, Hugues de Boves s'emporta en
imprécations, appela le comte Regnault exécrable traître, et lui
reprocha les terres et les vastes possessions qu'il avait reçues de la
munificence du roi d'Angleterre. Il ajouta que si l'on différait de
livrer bataille ce jour-là, ce serait un dommage irréparable, qui
retomberait sur le roi Jean, et qu'on avait toujours lieu de se
repentir quand on n'avait pas saisi l'occasion favorable. Le comte
Regnauld répondit à Hugues, en lui disant d'un air indigné: «Le jour
d'aujourd'hui prouvera que c'est moi qui suis fidèle et que c'est toi
qui es un traître; car en ce jour de dimanche je combattrai pour le
roi jusqu'à la mort, si besoin en est, tandis qu'en ce même jour tu
montreras, en prenant la fuite à la vue de toute l'armée, que tu n'es
qu'un exécrable traître.» Ces paroles injurieuses provoquées par les
paroles semblables de Hugues de Boves aigrirent les esprits et
rendirent la bataille inévitable. L'armée courut aux armes, et se
rangea audacieusement en bataille. Lorsque tous se furent armés, les
alliés se divisèrent en trois corps: le premier avait pour chefs le
comte de Flandre Ferrand, le comte de Boulogne Regnauld et le comte de
Salisbury Guillaume[197]; le second était conduit par Guillaume comte
de Hollande et par Hugues de Boves avec ses Brabançons; le troisième
corps de bataille se composait des soldats allemands, commandés par
l'empereur romain Othon. Dans cet ordre de bataille, ils marchèrent
lentement à l'ennemi, et parvinrent jusqu'aux bataillons français.

  [197] Frère naturel du roi Jean.

Le roi Philippe voyant que ses adversaires déployaient leurs troupes
pour une bataille en plaine, fit briser le pont qui était sur les
derrières de son armée, afin que si par hasard quelques-uns de ses
soldats essayaient de prendre la fuite, ils ne pussent s'ouvrir un
passage qu'à travers les ennemis eux-mêmes. Le roi resta dans ses
lignes, après avoir rangé ses troupes dans l'espace resserré entre les
chariots et les bagages, et là il attendit le choc de ses adversaires.
Enfin les trompettes sonnèrent des deux côtés, et le premier corps de
bataille, où étaient les comtes dont nous avons parlé, se précipita
avec tant de violence sur les Français qu'en un moment il rompit leurs
rangs et pénétra jusqu'à l'endroit où se tenait le roi de France. Le
comte Regnauld, qui avait été déshérité et chassé par lui de son
comté, l'ayant aperçu, dirigea sa lance contre lui, le jeta à terre et
s'efforça de le tuer en le frappant de son épée. Mais un chevalier,
qui avec beaucoup d'autres avait été commis à la garde du roi, se jeta
entre lui et le comte, et reçut le coup mortel. Les Français voyant
leur roi dans ce péril accoururent promptement à son secours, et une
troupe nombreuse de chevaliers le replaça, quoique avec peine, sur son
cheval. Alors la bataille s'engagea de tous côtés; les épées
brillèrent en tombant comme la foudre sur les têtes couvertes de
casques, et la mêlée devint furieuse. Cependant les comtes dont nous
avons parlé, ainsi que le corps de bataille qu'ils commandaient, se
trouvant trop éloignés de leurs compagnons, s'aperçurent qu'ils
avaient perdu tout moyen de se dégager; d'où il advint qu'une partie
de leurs soldats, ne pouvant supporter les forces supérieures des
Français, fut accablée sous le nombre, et que les comtes susdits, avec
la plupart des leurs, furent pris et chargés de chaînes, après avoir
déployé la plus louable valeur et tué un grand nombre d'ennemis.

Pendant que ces choses se passaient autour du roi Philippe, les comtes
de Champagne, du Perche et de Saint-Paul, ainsi que beaucoup d'autres
seigneurs du royaume de France, attaquèrent à leur tour les deux
autres corps de bataille, et mirent en fuite Hugues de Boves ainsi que
tous ses mercenaires rassemblés de côté et d'autre. Tandis qu'ils
prenaient lâchement la fuite, les Français les poursuivirent à la
pointe de l'épée jusqu'au poste qu'occupait l'empereur. Alors tout
l'effort de la bataille se concentra sur ce point. Les chevaliers
français l'entourèrent, et tâchèrent ou de le tuer ou de le forcer à
se rendre. Mais lui, armé d'une sorte d'épée aiguisée d'un seul côté,
et en forme de grand couteau, qu'il brandissait à deux mains,
assénait sur les ennemis des coups terribles. Tous ceux qu'il
atteignait restaient étourdis ou tombaient sur le sol eux et leurs
chevaux. Les ennemis, craignant de s'approcher de trop près, tuèrent
sous lui trois chevaux à coups de lance. Mais toujours le louable
courage de ses compagnons le replaçait sur un nouveau cheval, et il
reparaissait plus animé encore à bien se défendre. Enfin les Français
le laissèrent aller sans l'avoir vaincu, et il se retira avec les
siens du champ de bataille sain et sauf comme ses soldats.

Le roi de France, joyeux d'une victoire si inespérée, rendit grâces à
Dieu, qui lui avait accordé de remporter sur ses adversaires un si
grand triomphe. Il emmena avec lui, chargés de chaînes et destinés à
être enfermés dans de bonnes prisons, les trois comtes plus haut
nommés, ainsi qu'une foule nombreuse de chevaliers et autres. A
l'arrivée du roi, toute la ville de Paris fut illuminée de flambeaux
et de lanternes, retentit de chants, d'applaudissements, de fanfares
et de louanges, le jour et la nuit qui suivit. Des tapisseries et des
étoffes de soie furent suspendues aux maisons; enfin ce fut un
enthousiasme général.

   MATTHIEU PARIS, _Grande Chronique_, traduite par M.
   Huillard-Bréholles, t. 2, p. 516.



RÉVOLTE DES BARONS CONTRE LA REINE BLANCHE.

1226.


Coment les barons de France murmurèrent contre le saint roy.

En celluy an meisme que l'enfant fut couronné, Hue le conte de la
Marche, et Pierre Mauclerc duc de Bretaingne, et Thibaut le conte de
Champaigne parlèrent ensemble et commencièrent à murmurer contre le
jeune roy; et distrent que tel enfant ne devoit pas tenir royaume, et
que celluy seroit moult fol qui à luy obéiroit, tant comme il fust si
jeune. Lors firent aliances ensemble et promistrent que il
n'obéiroient né à luy né à son commandement. Tantost qu'il se furent
départis, le duc de Bretaingne fist garnir deux fors chastiaux et
deffensables: l'un a nom Saint-Jacques de Buiron[198], et l'autre
Belesme. Le père saint Loys les bailla à garder au duc de Bretaingne,
pour ce qu'il estoit fort et deffensable, quant il ala sur les
Albigeois.

  [198] Sans doute _Saint-James_, dans l'Avranchin, à quelques
  lieues de Pontorson. (_Note de M. Paulin Pâris._)

Nouvelles vindrent au roy que le duc garnissoit ses forteresces et ses
chastiaux, et qu'il avoit en son aide le conte de la Marche et Thibaut
de Champaigne pour aler contre luy et pour luy grever. Si se conseilla
à sa mère et à ses barons: si luy fu loé qu'il alast hastivement
contre le duc, pour ce qu'il avoit premier garni ses chastiaux. Lors
manda chevaliers et sergens d'armes, et assembla grant ost pour aler
là, et se mistrent à voie pour aler droit à la charière de
Charcoy[199].

  [199] Je crois que c'est aujourd'hui le village de _Charcé_, dans
  le _Saumurois_, près de _Brissac_. (_Note de M. Paulin Pâris._)

Avec le jeune roy estoit un cardinal de Rome qui estoit venu en France
de par le pape, et Phelippe conte de Bouloingne, oncle le roy, et
Robert conte de Dreux, qui estoit frère au duc[200]. Quant Thibaut le
conte de Champaigne vit l'ost de France venir là où il avoit[201] tant
bonne chevalerie et tant bonne gent, si se pensa que s'il se tenoit
longuement contre le roy que il luy en pourroit bien mescheoir; si se
parti de ses compagnons au point du jour, pour ce qu'il ne
l'apperceurent, et s'en vint au roy, et le pria qu'il luy voulsist
pardonner son mautalent, et que plus ne seroit contre luy.

  [200] Au duc de Bretagne.

  [201] Où il se trouvait.

Le roy, qui estoit enfant et débonnaire, le receut en grace et luy
pardonna son mautalent. Après il manda au duc et au conte de la Marche
qu'il venissent à son commandement ou qu'il venissent contre luy à
bataille: et il luy mandèrent que volentiers feroient paix à luy, mais
que il leur donnast jour et lieu là où il pourroient parler de paix et
de concorde. Quant le roy eut oï les messages, si leur assigna jour au
chastel de Chinon, et fist retourner son ost en France; et puis s'en
ala à Chinon, et là les attendit au jour qui estoit establi. Mais il
ne vindrent né ne contremandèrent; si les fist semondre derechief;
oncques pour ce ne vindrent. La tierce fois furent semons et sommés.
Lors parlèrent ensemble le conte et le duc, et distrent que à ceste
fois ne pourroient venir à chief[202] du roy; si luy envoyèrent
messages, et distrent que volentiers venroient parler à luy à
Vendosme, mais qu'il eussent saufaler et sauf-venir. Le roy leur
octroya; lors vindrent à Vendosme, et amendèrent au roy de leur
outrage et de leur meffait, tout à sa volenté. Le roy, qui fu jeune et
débonnaire, leur octroya paix et amour; mais qu'il se gardassent de
mesprendre.

  [202] _Venir à chief._ Nous disons aujourd'hui: _venir à bout_.


Du descord qui fu entre les barons et le roy de France.

L'an après ensuivant, par le conseil Pierre Mauclerc, duc de
Bretaingne, et Hue le conte de la Marche, descort mut entre le roy et
les barons de France. Et maintenoient les barons contre le roy, que
la royne Blanche, sa mère, ne devoit point gouverner si grant chose
comme le royaume de France, et qu'il n'appartenoit pas à femme de
telle chose faire. Et le roy maintenoit contre ses barons qu'il estoit
assez puissant de son royaume gouverner, avec l'aide des bonnes gens
qui estoient de son conseil. Pour ceste chose murmurèrent les barons,
et se mistrent en aguait comme il pourroient avoir le roy par devers
eux, et tenir en leur garde et en leur seigneurie.

Si comme le roy chevauchoit parmi la contrée d'Orlians, il luy fut
annoncié que les barons le faisoient espier pour prendre. Si se hasta
moult d'aler à Paris, et chevaucha tant qu'il vint à Montlehery.
D'illec ne se voult départir pour la doubtance des barons; si manda à
la royne, sa mère, que elle lui envoyast secours et aide
prochainement. Quant la royne oï ces nouvelles, si manda tuit les plus
puissans hommes de Paris, et leur pria qu'il voulsissent aidier à leur
jeune roy: et il respondirent qu'il estoient aprestés du faire, et que
ce seroit bon de mander les communes de France, si que il fussent tant
de bonnes gens que il peussent le roy jetter hors de péril. La royne
envoya tantost ses lettres par tout le pays, et si manda que l'on
venist en l'aide à ceux de Paris, pour délivrer son fils de ses
ennemis. Et s'assemblèrent de toutes pars à Paris les chevaliers
d'entour la contrée et les autres bonnes gens.

Quant il furent tous assemblés, il s'armèrent et issirent de Paris à
banières desployées, et se mistrent au chemin droit à Montlehery. Si
tost comme il furent acheminés, nouvelles en vindrent aux barons: si
se doubtèrent forment de la venue de ces gens, et distrent entr'eux
qu'il n'avoient pas tel force de gent qu'il se peussent combatre à
eux. Si se départirent et s'en alèrent chascun en sa contrée. Et cil
de Paris vindrent au chastel de Montlehery; là trouvèrent le jeune
roy, si l'en amenèrent à Paris, tout rengiés et serrés et appareilliés
de combatre, s'il en fust mestier.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



COMMENT LA SAINTE COURONNE D'ÉPINES ET GRANDE PARTIE DE LA SAINTE CROIX
ET LE FER DE LA LANCE VINRENT EN FRANCE.

1239.


Leroy vit que Dieu luy avoit donné paix en son royaume par l'espace de
quatre ans et de plus, et le laissoient ses anemis en repos. Si
n'oublia point les biens et les honneurs que Nostre-Seigneur luy fist:
car il fist et pourchascia tant vers l'empereur de Constantinoble, qui
lors estoit venu en France pour avoir secours contre ceux de Grèce,
que il luy donna et octroya la saincte couronne d'espines[203] dont
Nostre-Seigneur fu couronné en sa passion et en son tourment.

  [203] Il ne faut pas, comme de pieux historiens même l'ont fait,
  confondre la _couronne d'épines_ avec la tige qui l'avait
  fournie. Cette tige, ou _fust_, était depuis longtemps gardée à
  Saint-Denis, et passait pour un don des empereurs Charlemagne et
  Charles-le-Chauve. (_Note de M. Paulin Pâris_)

Le roy envoya messages certains et sollempniex avec l'empereur de
Constantinoble, et fist aporter la saincte couronne en France. Quant
il sceut bien certainement qu'elle fu en son royaume, il ala encontre
jusques à la cité de Sens; là la receut à moult grant joie et en grant
dévocion, et la fist aporter jusques au bois de Vinciennes delès
Paris.

En l'an de grâce mil deux cens trente et neuf, le vendredi après
l'Assumpcion Nostre-Dame, le roy vint tout nus piés et desceint, en sa
cote pure[204], et ses trois frères Robert, Alphons et Charles, et
aportèrent les sainctes reliques honnourablement, à grant compaignie
de clergie et du peuple et des gens de religion, faisant grans
mélodies de doux chans et piteux. Et puis vindrent à procession
jusques à Nostre-Dame de Paris. A celle procession vindrent l'abbé de
Saint-Denys et tout son couvent, revestus en chappes de soye, tenant
chascun un cierge ardent en sa main. Ainsi vindrent toutes les
processions chantans de Nostre-Dame jusques au palais le roy[205], et
entrèrent en la chapelle où la saincte couronne fu mise.

  [204] _En sa cote pure_, c'est-à-dire sans manteau et sans armes.

  [205] Le palais du roi était alors où est actuellement le palais
  de justice.

Après un petit de temps le roy entendi que l'empereur de
Constantinoble estoit en si grant povreté qu'il avoit baillé pour une
somme d'argent grant partie de la croix du fust où Nostre-Seigneur fu
crucifié et l'esponge en quoy il fu abreuvé, et le fer de la lance de
quoy Longis le feri au costé. Si se doubta forment que telles reliques
ne fussent perdues par défaut de paiement, si donna tant et promist à
l'empereur Baudouin que il s'accorda que le roy les délivrast de là où
il estoient. Adont envoya le roy propres messages et fist tant que il
les délivra de son trésor sans aide d'autrui; et les fist aporter
moult honnourablement en France, à grans processions d'archevesques,
d'évesques et de religieux, à Paris en sa chapelle; et les fist mettre
en une merveilleuse chasse d'or et d'argent et de pièces précieuses
ouvrée tout entour, avec les autres reliques. En celle chapelle
establi le roy chanoines, chapelains et clers, qui jour et nuit font
le service Jhésucrist; et establi et ordena rentes et possessions dont
il peuvent estre souffisamment soustenus.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



GUERRE DE SAINT LOUIS CONTRE LE COMTE DE LA MARCHE ET HENRI III, ROI
D'ANGLETERRE.

1241-42.


Coment le conte de la Marche fu contre le roy.

Messire Hue conte de la Marche pensa bien que le roy mouveroit guerre
contre luy: si se mist en mer, et passa outre, et fist entendant au
roy Henry d'Angleterre que le roy de France le vouloit déshériter et
luy tollir la terre à tort et sans raison. Le roy manda tous ses
barons et tous les riches hommes qui tenoient de luy, et leur fist
monstrer par un frère meneur qui estoit sire et maistre de la court,
que on devoit mieux aler sus le roy de France que sus les Sarrasins en
la Terre Saincte, qui ainsi mauvaisement vouloit tollir la terre au
conte de la Marche sans cause et sans raison: et dist que par telle
manière et par telle mauvestié avoit le roy Jehan perdu Normandie, et
les barons d'Angleterre les forteresces et chastiaux qu'il y avoient;
et que moult devroient les barons d'Angleterre metre paine à recouvrer
la terre que leur devanciers tenoient ou avoient tenue.

Quant les barons et les chevaliers orent oï la requeste le roy, si
distrent qu'il estoient tous près de luy aidier, et que jà ne luy
faudroient tant comme il pourroient durer. Le roy Henry fist faire ses
garnisons pour passer la mer et manda souldoiers en Allemaigne, en
Norvée et en Danemarce; et manda à tous les barons qui luy
appartenoient qu'il venissent à lui et en son aide, et fist faire
grans garnisons de vins et de viandes et d'armes et de chevaux pour
passer oultre, et entra en mer à grant compaignie de chevaliers, et
eut bon vent qui le porta assez tost oultre. Quant il fu au port
arrivé, la contesse sa mère ala encontre, et le baisa moult doucement
et luy dist: «Biau doux fils, vous estes de bonne nature qui venez
secourre vostre mère et vos frères que les fils Blanche d'Espaigne
veullent trop malement défouler et tenir soubs piés; mais sé Dieu
plaist il n'ira pas si comme il pensent.»

Ainsi demourèrent une pièce de temps ensemble. Le roy de France
assembla grant gent de son royaume, et tint grant parlement à Paris. A
ce parlement furent les pers de France; si leur demanda le roy que on
devoit faire de vassal qui vouloit tenir terre sans seigneur, et qui
aloit Contre la foy et contre l'ommage qu'il avoit tenu, luy et ses
devanciers? Et il respondirent que le seigneur devoit assener à son
fié comme à la seue chose. «En nom de moy, dist le roy, le conte de la
Marche vuelt en celle manière terre tenir, laquelle est des fiés de
France dès le temps au fort roy Clovis qui conquist toute Aquitaine
contre le roy Alaric, qui estoit païen, sans foy et sans créance, et
toute la contrée jusques aux mons de Pirene.»

Quant le roy ot tenu son parlement, il manda ceux qui savoient faire
engins pour jetter pierres et mangonniaux; et si manda charpentiers
pour faire chastiaux et barbacannes, pour plus près traire et lancier
à ceux qui sont ès chastiaux et ès forteresces et ès deffenses. Quant
le roy fu garni de tels gens, il assembla grant ost, et entra en la
terre au conte de la Marche, à si grant multitude à pié et à cheval
que la terre en estoit couverte.

Il assist premièrement un chastel que l'en nomme Monstereul en
Gastine[206], et le prist par force en pou de temps. Puis s'en
retourna en la tour de Bergue[207], qui estoit forte de murs et bien
garnie de gent; ses tentes fist fichier, ses paveillons tendre; ses
perrières fist drecier, et après moult d'autres engins environ la
tour. Ceux qui dedens estoient se deffendirent forment et soustindrent
longuement l'assaut. Quant François virent qu'il se deffendoient si
bien et si longuement, si commencièrent l'endemain plus fort à
assaillir et à lancier pierres et mangonniaux. Tant firent qu'il
conquirent la tour et grant plenté d'armes et de vitaille dont elle
estoit moult bien garnie.

  [206] _La Gastine_, petite contrée du Poitou.

  [207] _Bergue_, et mieux _Beruge_, à deux lieues de Poitiers. (
  _Note de M. Paulin Pâris._)

Quant la tour fu prise, si se pourpensa le roy qu'elle avoit fait
moult de mal à sa gent et que encore les pourroit-elle bien grever et
nuire; si la fist abattre et jetter à terre jusques aux fondemens.
Tantost comme Monstereul et la tour de Bergue furent pris, le roy s'en
ala à un chastel que l'en appelle Fontenay[208]; si le tenoit Geffroy,
le sire de Lesignen, qui estoit en l'aide le conte de la Marche. Le
roy le fist asseoir, et fist traire et lancier à ceux qui dedens
estoient. Si fu pris par force avec un autre chastel que on appelle
Vovent[209].

  [208] Ce doit être le _Fontenay_ plus tard surnommé l'_Abbatu_,
  et aujourd'hui seulement désigné sous le nom de _Rohan-Rohan_. Il
  est à deux lieues de _Fontenay-le-Comte_, au delà de Niort.
  (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [209] Dans le Poitou, sur la rivière de Vendée.


Coment l'en voult empoisonner le roy de France.

La femme au conte de la Marche[210] bien vit et apperçut que le roi
avoit greigneur force que son baron. Si appella deux hommes qui
estoient ses sers, et leur dist en conseil et pria que en toutes
manières il féissent que il empoisonnassent le roy et tous ses frères;
et se il povoient ce faire, elle les feroit riches et leur donroit
grant terre. Cil s'accordèrent à ce faire, et luy promistrent qu'il en
feroient tout leur povoir. Pour ce faire elle leur bailla venin tout
appareillié, que il ne convenoit que mettre en vin et en viandes, pour
tantost mettre à mort celluy qui en mengeroit.

  [210] Isabelle, veuve de Jean sans Terre.

Les sers se misrent à la voie, et vindrent en l'ost le roy de France;
si se commencièrent à traire vers la cuisine du roy, et approuchièrent
des viandes tant que ceux qui gardoient les viandes les orent pour
souspeçonneux, si espièrent qu'il vouloient faire et les prisrent tous
prouvés, si comme il vouloient jecter le venin ès viandes du roy.

Quant il furent pris, on demanda que on en feroit, et le roy dist
qu'il eussent le guerredon et la desserte de leur présent qu'il
apportoient; si furent menés aux fourches et pendus. Nouvelles
vindrent à la comtesse que ses deux sers estoient pris et avoient esté
pendus, et qu'il avoient esté pris tous prouvés de leur mauvaistié; si
qu'elle en fu moult courouciée, et prist un coutel et s'en vouloit
férir parmi le corps, quant sa gent lui ostèrent; et quant elle vit
que elle ne povoit point faire sa volenté, elle desrompi sa guimple et
ses cheveux, et mena tel deuil qu'elle en fu longuement au lit sans
soy reconforter.


Coment le roy prist pluseurs chasteaux.

Le roy de France vit que son ost estoit grant et bel et que gens luy
venoient de toutes pars en aide; si s'en ala à un chastel que on
appelle Fontenay, enclos de deux eaues[211], et si estoit avironné de
deux paires de murs et de hautes tours deffensables et bien garnies.
Il fist avironner et assaillir le dit chastel forment; mais ceux qui
dedens estoient se deffendirent vaillamment, et furent de si grant
prouesce que les François ne leur porent faire mal né de riens
empirier. Quant le roy vit la force du chastel et la prouesce d'eux,
si fist drécier une tour si haute de fust que ceux qui dedens estoient
povoient véoir la contenance et la manière des gens du chastel; et
puis commencièrent à lancier et à traire à eux, si qu'il en occistrent
assez.

  [211] Probablement _Fontenay-le-Comte_.

Quant ceux du chastel virent que ceux de la tour les grevoient si
forment, si se tindrent loing et jectèrent feu gréjois, si que ceux
qui dedens estoient s'en fouirent pour le péril où il estoient, car
toute la tour estoit embrasée; et commencièrent François à reculer. En
ce butin et assaut avint que un arbalestrier à tour trait un quarrel
et féry le conte de Poitiers au pié et le navra forment. Quant le roy
vit le coup, si fu moult forment courroucié et fist tantost l'assaut
recommencier plus fort que devant.

Lors alèrent à l'assaut chevaliers et sergens, et assaillirent de
toutes pars, et boutèrent le feu en la porte; et les autres montèrent
sur les murs à eschieles, et les autres y montèrent à cordes; si ne
porent plus ceux du chastel endurer, et fu le chastel pris et ceux qui
dedens estoient. Le fils au conte de la Marche fu pris, qui estoit
bastart, et quarante-et-un chevaliers et quatre-vingt sergens, et
pluseurs autres dont il y avoit assez. Grant partie des prisonniers
envoia le roy à Paris et les autres en prisons diverses parmi son
royaume, et fist abatre toute la forteresce du chastel et les murs
tresbuchier jusques en terre.

Après ce que Fontenay fu pris et conquis, le roy vint devant un autre
chastel qui est nommé Villiers[212]. Tantost que ceux de dedens se
virent avironnés de ceux de l'ost, il furent esbahis si que il ne
porent mectre conseil en eux deffendre; si furent tous pris: iceluy
chastel estoit à Guy de Rochefort, qui estoit de l'aide au conte de la
Marche; pour ce le roy le fist tout abatre et jecter en un mont[213].

  [212] _Villers_, à deux lieues de Niort.

  [213] Monceau.

D'illec se parti le roy, et s'en ala à un autre chastel, que on
appelle Prée[214]. Ceux de dedens ne se mistrent oncques à deffense,
ains se rendirent tantost. D'illec s'en ala le roy à un autre chastel
que on nomme Saint-Jelas[215]; si comme l'en vouloit tendre tentes et
paveillons tout entour, ceux du chastel mandèrent au roy qu'il les
prist à mercy, et il li rendroient le chastel; le roy le fist
volentiers, et les prist à mercy. Le roy retourna vers un chastel que
on nomme Betonne[216]; et tantost qu'il furent devant, il
commencièrent à paleter et à lancier; si fu tantost pris. Moult fu le
roy lie de ce qu'il défouloit ainsi ses anemis à sa volenté, et luy
estoit bien avis que Nostre-Seigneur conduisoit son ost. Il se départi
de Betonne, et vint à un autre chastel, que on appelle Mautal[217].
Ceux du chastel commencièrent à lancier et à eux deffendre; mais pou
leur valut, car les François les avironnèrent de toutes pars, si que
ceux du chastel ne sorent auxquels aler. Quant il se virent si
sourpris, si se rendirent sauves leur vies. Il avoit emmy le chastel
une forte tour bien deffensable, le roy commanda qu'elle fust abatue:
les mineurs alèrent tant environ qu'elle fu enversée et menée au
néant. Le roy chevaucha oultre, et vint au chastel de Thori[218], qui
fu à Eblon de Rochefort: ceux qui au chastel estoient virent l'ost,
qui estoit plain de nobles combateurs, si sorent bien qu'il ne
pourroient longuement durer né soustenir la puissance le roy: si s'en
vindrent tous nus, sans armes encontre le roy et lui rendirent le
chastel, et tantôt le roy le fist garnir de sa gent.

  [214] _Prée_ ou _Prahecq_, entre Niort et Melle.

  [215] _Saint-Jelas_ ou _Saint-Gelais_, village à deux lieues de
  Niort.

  [216] _Tonnay-Bautonne_, sur la rivière de ce nom, entre
  Rochefort et Saint-Jean-d'Angely.

  [217] _Matha_, sur la rivière d'Anteine, au sud de
  Saint-Jean-d'Angely.

  [218] _Thori_ ou _Thors_, village de Saintonge, près de Matha.

D'illec se parti, et vint à un autre chastel que on appelle
Aucere[219], et y fist jecter pierres et mangonniaux, et le fist tout
raser à terre et tresbuchier. Et puis après chevaucha avant à tout son
ost tant qu'il fu près d'un marais, et fist lever un pont: car l'ost
au roy d'Angleterre estoit illec près, et estoit enclos et avironné de
grans fossés larges et parfons. Quant le pont fu drécié, si cuidèrent
passer François oultre; mais les anemis furent d'autre part qui leur
véerent[220] l'entrée. Si commencièrent à paleter les uns contre les
autres. Le roy s'en tourna d'autre part vers Taillebourc, droit au
chastel Geffroy de Ranconne, qui siet sus une rivière que on nomme
Carente[221]. On ne loa pas au roy qu'il passast le pont qu'il avoit
fait faire et drécier; le roy fist tendre ses paveillons et drécier
sur la rivière. Quant le roy d'Angleterre vit l'ost le roy de France,
si se retraist arrières, luy et sa gent, le trait de deux arbalestres,
pour ce qu'il se doubta d'assembler au roy à celle fois; et si avoit
avecques luy le conte de Cornouaille et le conte de Lincestre, et le
prince de Gales, à tout grant plenté de chevaliers et d'autre gent
appareilliés à bataille.

  [219] _Aucere_ ou _Saint-Asserre_, en Saintonge, à deux lieues de
  Saintes.

  [220] _Véer_, défendre, refuser.--Qui leur refusèrent le passage.

  [221] Charente.

Quant les François apperçurent l'ost des Anglois retraire arrières, si
envoièrent cinq cens sergens hastivement pour passer au pont que le
roy avoit fait drécier, et avecques eux grant plenté d'arbalestriers
et d'autres gens de pié. Le conte Richart vit que les François
passoient le pont sans contredit, si mist jus[222] ses armes, et s'en
vint vers eux, et leur monstra signe de paix, et leur pria qu'il le
féissent parler au conte d'Artois, pour les deux roys accorder
ensemble sans faire bataille. Mais le conte d'Artois n'y voult point
aler devant ce qu'il en eust congié de son frère le roy: quant le
conte Richart vit qu'il ne pourroit parler au conte d'Artois, il s'en
retourna vers l'ost au roy d'Angleterre.

  [222] _Mist jus_, mit bas.


De la bataille au roy de France contre le roy d'Angleterre.

Droitement le jour de la Magdaleine, le roy et son ost passèrent la
rivière de Carente par le pont que le roy ot fait faire, et s'en
retourna arrières de Taillebourc par le conseil de sa gent. Tantost
comme il fu passé, les fourriers coururent vers Saintes en dégastant
tout ce que il trouvèrent. Si comme les fourriers dégastoient tout
avant eux, un espie vint au conte de la Marche qui luy dit que les
fourriers au roy de France dégastoient tout le pays. Quant le conte
oï ces nouvelles, il commanda à ses fils qu'il s'armassent et à tous
ses chevaliers, et ala contre les fourriers isnelement pour eux
desconfire. Le conte de Bouloigne[223] oï dire que le conte de la
Marche venoit sur les fourriers; si se hasta moult de eux secourre, et
s'en vint droit au conte de la Marche: là fu le poingnéis fort et
aspre, et l'abatéis d'hommes à pié et à cheval. A ce premier poingnéis
fu occis le chastelain de Saintes, qui portoit l'enseigne au conte de
la Marche. François, qui bien sorent que le conte de Bouloigne se
combatoit, se hastèrent moult de luy aidier, et orent grant despit de
ce que le conte de la Marche les avoit premiers envaïs, si luy
coururent sus. Illec entrèrent en champ les deux roys l'un contre
l'autre à tout leur povoir.

  [223] Alphonse, depuis roi de Portugal.

Lors fu l'occision grant et la bataille aspre et dure, si ne porent
plus les Anglois souffrir né endurer le fait de la bataille. Quant le
roy Henry vit sa gent fouir et apeticier, si fu trop durement
couroucié et esbahi, si s'en tourna vers la cité de Saintes. Les
François virent les Anglois fouir et desrouter, si les enchacièrent
moult asprement, et en occistrent en fuiant grant plenté.

En cest estour furent pris vingt-et-deux chevaliers et trois clers
moult riches hommes et de grant renom, et furent pris cinq cents
sergents d'armes, sans la piétaille. Quant le roy ot eue victoire, il
fit rappeler sa gent qui trop asprement enchaçoit les Anglois; lors
s'en retournèrent les chevaliers par le commandement le roy.

Quant vint entour mienuit que tout le peuple se reposoit, le roy
d'Angleterre et le conte de la Marche s'en issirent de Saintes à tout
le remenant de leur gent, et firent entendant à ceux de la ville qu'il
aloient faire assaut aux François qui se reposoient; mais il
tournèrent leur chemin droit à Blaives. L'endemain par matin que le
jour parut cler, ceux de Saintes virent que ceux qui leur devoient
aidier s'en estoient fouis, si s'en vindrent au roy, et luy rendirent
la cité de Saintes. En telle manière comme nous avons devisé con quist
le roy grant partie de la terre au conte de la Marche, mais il y perdi
de bonnes gens et de bons chevaliers pour la grant chaleur du temps et
pour le soleil, qui moult estoit chaut. Regnaut le sire de Pons fu
tout espoventé de la force le roy et de la victoire que Dieu luy ot
donnée, si vint à luy en la ville de Coulombiers qui siet à un mille
de Pons, et fist hommage au conte de Poitiers devant les barons de
France.

En ce meisme jour vint à luy l'ainsné fils au conte de la Marche, et
s'agenouilla devant le roy et luy requist paix, qui fu faite en la
manière qui s'ensuit: C'est assavoir que toute la terre que le roy
avoit conquise sur le conte de la Marche demourast paisiblement au
conte de Poitiers, frère le roy, et du demourant le conte et sa femme
et ses enfants se mettroient du tout en tout en la mercy le roy; et
délivreroit le conte trois chastiaux fors et bien garnis en ostage;
c'est assavoir Merplin[224], Crotay et Hascart, esquiels le roy avoit
ses garnisons et ses souldoiers aux cous dudit[225] conte. Pour ce
que ledit conte n'estoit point présent à ces convenances entériner, le
roy reçut son fils en ostage jusques à l'endemain que le dit conte
devoit venir.

  [224] _Merplin_ ou _Merpins_, auprès de Cognac, en Angoumois,
  aujourd'hui village au confluent du Né et de la
  Charente.--_Crotay_. Le latin dit: «_Crosantum._» Ce doit être
  _Crosant_, sur la _Creuse_, à de peu distance de
  Guéret.--_Hascart_ ou _Chastel-Achard_, comme le dit Guillaume de
  Nangis, à quatre lieues de Poitiers, et à deux de Vivonne. Ces
  trois châteaux, situés le premier dans le Poitou, le second dans
  la Saintonge et le troisième dans la Marche, permettaient au roy
  de France de tenir en échec les grands vassaux, qui de ce côté là
  étaient toujours secrètement attachés à l'Angleterre. (_Note de
  M. Paulin Pâris._)

  [225] _Coust_ (_Custus_), frais, dépens.

Quant le conte de la Marche sot comment le roy s'estoit accordé, si
vint l'endemain faire ferme et estable ce que son fils avoit promis,
et amena avecques luy sa femme et ses enfans. Eux se agenouillèrent
devant le roy, et luy crièrent mercy, plains de souspirs et de larmes,
et luy commencièrent à dire: «Très-doux roy débonnaire, pardonne-nous
ton ire et ton mautalent, et ayes mercy de nous; car nous avons
mauvaisement ouvré et par orgueil, à l'encontre de toy; sire, selon la
grant franchise et la grant miséricorde qui est en toy, pardonne-nous
nostre mesfait.»

Le roy, qui vit le conte de la Marche si humblement crier mercy, ne
pot tenir son cuer en félonnie[226], ains fu tantost mué en pitié. Si
fist lever le conte son cousin, et luy pardonna débonnairement ce
qu'il avoit mesfait; et le conte de la Marche quicta au conte de
Poitiers tous les chastiaux et forteresces que le roy ayoit conquises
sur luy; et pour tenir les convenances, le roy tint les trois
chastiaux dessus dis en sa main; et le conte et sa femme et ses
enfants jurèrent que il tiendroient les convenances sans jamais aler
encontre.

  [226] _Félonnie_, fiel, mauvais vouloir.

Quant la paix fu accordée, le roy retint l'ommage Regnaut sire de Pons
par devers soy, et l'ommage Geffroy de Lesignen et de Geffroy de
Ranconne. Ces choses furent acordées le jour de la Saint-Pierre,
premier jour d'aoust, que le roy jut ès près de Pons et tout son ost.
L'endemain par matin vindrent en l'ost le sire de Mirabel et le sire
de Mortaigne, qui avoient hostelé et soustenu le roy d'Angleterre et
toute sa gent en sa première venue quant il fu arrivé. Ces deux
barons si firent hommage au roy de France et au conte de Poitiers, et
tous les autres barons du pays et toute la terre jusques à la rivière
de Gironde. Le roy d'Angleterre oï dire à Blaives, où il estoit, que
le roy venoit sur luy; si fu si espoventé qu'il s'en alèrent luy et le
conte Richart à Bordeaux; car s'il feussent demourés, il eussent esté
pris: mais aucuns leur firent assavoir qui estoient du conseil au roy
de France. Lors se pourpensa le roy d'Angleterre coment il pourroit
faire paix au roy de France; si luy envoia messages et requist trêves:
mais le roy ne luy voult point de legier octroier, devant qu'il en
fust prié des plus haus hommes de sa court qui aimoient moult le conte
Richart, pour ce que il leur avoit fait bonté en la terre d'oultre
mer.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



SAINT-LOUIS PREND LA CROIX.

1243.

Coment le roy fu malade à Pontoise.


Tantost comme le roy ot nouvelles du pape et il voult mouvoir pour
aler à luy, une fort maladie le prist que les physiciens appellent
dissentere. Si fu le roy longuement malade de celle maladie en la
ville de Pontoise. La nouvelle ala par le pays que le roy estoit moult
griefment malade; si en furent tous courouciés, grans et petis. Les
prélas et les barons vindrent hastivement à Pontoise, et orent grant
pitié du roy, qu'il trouvèrent en si povre point. Il demourèrent illec
une pièce pour savoir que nostre sire en feroit; car il virent que la
maladie lui enforçoit de jour en jour plus forment. Si ordenèrent que
l'en priast Nostre-Seigneur, qui tout puet, qu'il voulsist donner
santé au roy. L'en fist mander par tous les églyses cathédraux que
l'en amonnestast le peuple de faire aumosnes; et fist-l'en (_fit-on_)
prières et processions. Oncques la maladie ne cessa d'enforcier tant
que on cuida certainement que le roy fust mort, et furent tous esmeus
parmi le pays et le palais, et commencièrent tous à crier et à plourer
et à regreter leur seigneur, qui tant estoit preudomme et tant aimoit
les povres, et deffendoit le menu peuple des grans que nul outrage ne
leur fust fait, et vouloit que ainsi bien fust fait droit et raison
aux povres comme aux riches.

Nul ne pourroit penser comme le menu peuple de Paris en estoit
couroucié forment; et disoient entr'eux: «Sire Dieu, que voulez-vous
faire à votre peuple? pourquoy nous tollez-vous celuy qui nous gardoit
et deffendoit en paix, le souverain prince de toute bonne justice?»
Lors laissièrent tous les menestreus besoingnes à faire, et coururent
et hommes et femmes aux églyses et firent prières et oroisons, et
donnèrent aumosnes aux povres en grant dévocion, que Nostre-Seigneur
voulsist ramener le roy en santé.

Ceste nouvelle courut par tout le pays tant que le pape Innocent le
sot (_le sut_), qui estoit à Lyon sur le Rosne, et luy dist-on aussi
comme certainement qu'il estoit trespassé; si en fu moult dolent et
moult couroucié; et n'estoit point merveille, car l'églyse de Rome
n'avoit autre deffendeur en la tempeste et en la douleur où elle
estoit contre l'empereur Federic.

Si comme ceste dolente nouvelle couroit parmi le pays, celuy qui
commande aux vens et à la mer et aux élémens, et les tourne quelle
part qu'il veut, fu esmeu de pitié; car il voult que le roy fust
assouagié[227] de sa maladie, et si luy revint l'esperit. Ceux qui
estoient entour luy dirent que son esperit avoit esté ravi. Quant il
fu revenu et il pot parler, il requist tantost la croix pour aler
oultre mer, et la prist dévotement. Le roy commença à assouagier, tant
que Nostre-Seigneur le mist en parfaicte santé. Moult devint aumosnier
et religieux après ceste maladie, et fu en moult grant dévocion de
secourre la terre d'oultre mer[228].

  [227] _Assouagier_, guérir, se calmer.

  [228] Il advint, ainsi que Dieu voulut, qu'une grande maladie
  prit le roi à Paris, dont il fut en tel danger, comme il le
  disait, que l'une des dames qui le gardaient voulait lui tirer le
  drap sur le visage et disait qu'il était mort. Et une autre dame
  qui était de l'autre côté du lit ne le voulut pas, mais disait
  qu'il avait encore l'âme au corps. Pendant qu'il entendait la
  dispute de ces deux dames, Notre-Seigneur travailla en lui et lui
  envoya aussitôt la santé, et il put parler. Il demanda qu'on lui
  donnât la croix; ainsi fit-on. Alors la reine sa mère entendit
  dire que la parole lui était revenue et elle en eut la plus
  grande joie; mais quand elle sut qu'il s'était croisé, ainsi
  qu'il le contait lui-même, elle eut autant de chagrin que si elle
  l'avait vu mort. (_Joinville._)

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



CROISADE DE SAINT LOUIS EN ÉGYPTE.

1248-1250.

Prise de Damiette par saint Louis, 1249.


Saint Louis, au rapport de Gémal-Eddin, était un des plus puissants
princes de l'Occident; il était roi de France. «Le peuple de France,
ajoute-t-il, s'est rendu célèbre entre toutes les nations des Francs.
Ce roi était très-religieux observateur de la foi chrétienne. Il
voulait conquérir la Palestine, et soumettre d'abord l'Égypte. Il
était accompagné de cinquante mille guerriers, et venait de passer
l'hiver dans l'île de Chypre. Il se présenta sur la côte, près de
l'embouchure de la branche du Nil qui passe à Damiette, un vendredi 4
juin 1249. Le sultan[229] était alors campé à Aschmoun-Thenab, sur le
canal d'Aschmoun, non loin de Mansourah; c'est delà qu'il avait
ordonné les préparatifs nécessaires. Il avait fourni Damiette de tout
ce qui pouvait mettre la place en état de faire une longue résistance;
des vivres et des provisions y avaient été amassés pour plus d'une
année; une forte garnison en avait la défense; on distinguait entre
autres les arabes Kénamites, guerriers fameux par leur bravoure. De
plus, le lit du fleuve était gardé par des vaisseaux envoyés du Caire.
Enfin, une armée formidable, sous la conduite de l'émir Fakr-Eddin,
occupait la côte où les chrétiens devaient aborder.....

  [229] Malek-Saleh-Neym-Eddin (ou l'étoile de la religion).

«Le roi de France, continue Gémal-Eddin, se mit en devoir d'aborder
sur la côte. On était alors au samedi 5 juin. Il débarqua avec toutes
ses troupes, et dressa son camp sur le rivage. La tente du roi était
rouge. Il y eut ce jour-là un engagement entre les Francs et les
Égyptiens, où plusieurs émirs musulmans furent tués. Le soir,
Fakr-Eddin repassa le Nil avec son armée, sur le pont qui était en
face de Damiette; et sans s'arrêter, il se rendit sur le canal
d'Aschmoun, auprès du sultan. Il régnait alors une extrême
insubordination dans l'armée, à cause de la maladie du prince;
personne ne pouvait plus contenir les soldats. Les Kénamites chargés
de défendre Damiette, se voyant abandonnés, quittèrent précipitamment
la ville, et se dirigèrent aussi vers le canal d'Aschmoun; les
habitants suivirent cet exemple. Hommes, femmes, enfants, tous
s'enfuirent dans le plus grand désordre, abandonnant les vivres et
les provisions; car ils se trouvaient sans défense, et ils craignaient
d'éprouver le même sort que trente ans auparavant[230], sous le sultan
Malek-Kamel. En un moment Damiette se trouva déserte. Le lendemain
dimanche, les chrétiens ne voyant plus d'ennemis, passèrent aussi le
Nil, et entrèrent sans résistance. Il n'y avait pas d'exemple d'un
événement aussi désastreux. A cette époque, ajoute Gémal-Eddin,
j'étais au Caire, chez l'émir Hossam-Eddin, gouverneur de la ville.
Nous apprîmes le jour même, par un pigeon, la prise de Damiette. Ce
malheur nous pénétra tous de crainte et d'horreur; il nous sembla que
c'en était fait de l'Égypte, surtout à cause de la maladie du sultan.
La conduite de Fakr-Eddin et de la garnison fut en cette occasion
inexcusable; car la ville eût pu tenir très-longtemps. Dans l'invasion
précédente, sous Malek-Kamel, Damiette était sans garnison, sans
approvisionnements; et pourtant elle avait résisté pendant un an;
encore fallut-il pour la réduire le concours de la famine et de la
peste. Sa situation dans la guerre présente était bien plus favorable;
même après la retraite de Fakr-Eddin, si les Kénamites et les
habitants étaient restés, s'ils avaient seulement tenu leurs portes
fermées, ils auraient arrêté tous les efforts des Francs. Pendant ce
temps, l'armée serait revenue, et les Francs auraient été repoussés.
Mais quand Dieu veut une chose, on ne peut l'empêcher.»

  [230] Lorsque la ville avait été prise par les Croisés, en 1219.

Le sultan fut si indigné contre les Kénamites, qu'il fit pendre tous
les chefs. Vainement, suivant Makrizi, ils firent des représentations;
vainement, dirent-ils: «En quoi sommes-nous coupables? que
pouvions-nous faire, étant abandonnés des émirs et de toute l'armée?»
on n'écouta pas leurs excuses; les chefs furent pendus, au nombre de
cinquante.

    REINAUD, _Bibliothèque des Croisades_, t. 4, p. 448.



LETTRE DU COMTE D'ARTOIS SUR LA PRISE DE DAMIETTE.

1249.


A sa très excellente et très-chère mère Blanche, illustre reine de
France par la grâce de Dieu, Robert comte d'Artois, son fils dévoué,
salut, piété filiale et volonté toujours soumise à la sienne.

Comme vous prenez beaucoup de part à notre prospérité, à celle des
nôtres et aux bons succès du peuple chrétien, lorsque vous les
apprenez avec certitude, votre excellence se réjouira sans doute de
savoir que le seigneur notre frère et roi, la reine et sa sœur, et
nous aussi, jouissons, grâce à Dieu, d'une parfaite santé. Nous
désirons vivement que vous en ayez une semblable. Notre cher frère le
comte d'Anjou a encore sa fièvre quarte, mais elle est moins forte
qu'auparavant. Le seigneur notre frère, les barons et les pèlerins,
qui ont passé l'hiver dans l'île de Chypre, montèrent sur leurs
vaisseaux le soir de l'Ascension, au port de Limisso, afin de se
diriger contre les ennemis de la foi chrétienne. Après beaucoup de
travaux et de contrariétés de la part des vents, ils arrivèrent, sous
la garde de Dieu, le vendredi d'après la Trinité, et vers midi, sur la
côte, où ayant jeté l'ancre, ils se rassemblèrent sur le vaisseau du
roi pour délibérer sur ce qu'il y avoit à faire. Comme ils virent
devant eux Damiette et le port gardés par une grande multitude de
barbares, tant à pied qu'à cheval, et l'embouchure du fleuve couverte
d'un grand nombre de vaisseaux armés, il fut résolu que le lendemain
chacun débarquerait avec le seigneur roi.

Le lendemain, l'armée chrétienne, abandonnant ses grands vaisseaux,
descendit sur ses galères et ses autres petits bâtiments. Pleins de
confiance dans la miséricorde de Dieu et dans le secours de la croix
que le légat portait auprès du roi, ils se portèrent vers la terre
contre les ennemis, qui lançaient sur eux beaucoup de traits.
Cependant, comme les petits bâtiments, à cause du trop peu de
profondeur de la mer, ne pouvaient atteindre jusqu'au rivage, l'armée
chrétienne, laissant ses bâtiments sous la garde de Dieu, se jeta dans
les flots et prit terre, couverte de ses armes. Quoique la multitude
des Turcs défendit le rivage contre les chrétiens, cependant, grâce à
Notre-Seigneur Jésus-Christ, ceux-ci s'en rendirent maîtres sans
aucune perte et tuèrent un grand nombre de cavaliers et de piétons, et
quelques uns, dit-on, d'un grand nom. Les Sarrasins se retirèrent dans
la ville, qui était très-fortifiée par le fleuve, par ses murs et par
de fortes tours; mais le Seigneur tout-puissant la livra le lendemain,
qui était l'octave de la Trinité, à l'armée chrétienne, les Sarrasins
s'étant enfuis après l'avoir abandonnée. Cela s'est fait par la seule
faveur de Dieu. Apprenez que ces mêmes Sarrasins ont laissé cette
ville remplie de provisions de toutes espèces et de machines de
guerre. L'armée chrétienne, après s'en être abondamment pourvue, en a
encore laissé la moitié pour l'approvisionnement de la ville. Le roi,
notre seigneur, y a séjourné avec son armée, et pendant son séjour a
fait retirer des vaisseaux tout ce qui lui était nécessaire. Nous
avons cru que nous resterions jusqu'à la retraite des eaux du Nil, qui
devaient, disait-on, inonder le pays et qui auraient fait éprouver des
pertes à l'armée chrétienne.

La comtesse d'Anjou a accouché dans l'île de Chypre, d'un beau garçon
bien constitué, qu'elle y a laissé en nourrice.

Donné au camp de Jamas, l'an du Seigneur 1249, au mois de juin, la
veille de la Saint-Jean-Baptiste.

    Traduite par Michaud, dans l'_Histoire des Croisades_, t. 4, p. 552.



BATAILLE DE MANSOURAH.

1250.


Suivant Gémal-Eddin, «les chrétiens étaient restés (depuis juin 1249
jusqu'à la fin de novembre) à Damiette occupés à s'y fortifier.
Apprenant enfin la mort du sultan[231], ils se hâtèrent d'avancer,
cavalerie et infanterie, et se mirent en marche vers Mansourah. On
était alors à la fin de novembre. Leur flotte remonta le Nil, et
suivit tous leurs mouvements. Ils arrivèrent d'abord à Farescour. A
cette nouvelle, l'émir Fakr-Eddin écrivit au Caire pour appeler tous
les musulmans aux armes; la lettre contenait, entre autres choses, ces
paroles de l'Alcoran: «Accourez, grands et petits, et venez combattre
pour le service de Dieu. Sacrifiez-lui vos biens, vos personnes; c'est
tout ce qui peut vous arriver de plus heureux.» Cette lettre, ajoute
Gémal-Eddin, était fort éloquente; on y remarquait plusieurs passages
propres à encourager les musulmans à la guerre sacrée. Les Francs, que
Dieu maudisse, y était-il dit, sont venus envahir notre patrie; ils
désirent s'en rendre maîtres. Il est du devoir des vrais croyants de
marcher tous contre eux et de les repousser. Cette lettre fut lue en
chaire, le vendredi suivant, en présence de tout le peuple, et arracha
des larmes à tous les assistants. Bientôt on vit arriver à Mansourah
une multitude innombrable de musulmans de la capitale et des
provinces. La mort du sultan et l'invasion de l'ennemi avaient répandu
une terreur universelle. On tenait pour certain que si l'armée
égyptienne reculait seulement d'une journée, c'en était fait de toute
l'Égypte.

  [231] Malek-Saleh.

«Au commencement de ramadan (3 décembre) il s'engagea un premier
combat entre l'armée chrétienne et les avant-postes musulmans; un émir
et plusieurs soldats y souffrirent le martyre. Les Francs arrivèrent
ensuite au lieu appelé Scharmesah, quelques jours après à Baramoun, et
enfin sur le canal d'Aschmoun, en face de Mansourah. On était alors au
13 de ramadan, et la consternation était générale. Les chrétiens
campèrent au même endroit où ils s'étaient placés trente ans
auparavant[232]; de son côté, l'armée musulmane était rassemblée à
Mansourah, occupant les deux rives du Nil; elle n'était séparée de
l'ennemi que par le canal d'Aschmoun. Les Francs s'entourèrent d'abord
de fossés, de murs et de palissades; ils dressèrent aussi leurs
machines, et les firent jouer contre ceux qui défendaient la rive
opposée. Ils avaient leur flotte à portée sur le Nil. Pour la flotte
musulmane, elle était aussi sur le Nil et avait jeté l'ancre sous les
murs de Mansourah. On commença par s'attaquer à coups de traits et de
pierres, tant sur terre que sur le fleuve. Il ne se passait presque
pas de jours sans quelque combat; chaque fois un certain nombre de
chrétiens étaient tués ou faits prisonniers; des braves de l'armée
musulmane allaient jusque dans leur camp et les enlevaient dans leurs
tentes; quand ils étaient aperçus, ils se jetaient à l'eau et se
sauvaient à la nage. Il n'y avait pas de ruse qu'ils ne missent en
œuvre pour surprendre les chrétiens. J'ai ouï dire que l'un d'eux
imagina de creuser un melon vert et d'y cacher sa tête; de manière
que, pendant qu'il nageait, un chrétien s'étant avancé pour prendre le
melon, il se jeta sur lui et l'emmena prisonnier. Vers le même temps,
la flotte musulmane s'empara d'un navire chrétien monté par deux cents
guerriers. Un autre jour, dans le mois de janvier 1250, les musulmans
traversèrent le canal, et attaquèrent les chrétiens dans leur propre
camp; plusieurs d'entre les Francs perdirent la vie, d'autres furent
faits prisonniers; le lendemain il en arriva soixante-sept au Caire,
entre lesquels on remarquait trois templiers. Un autre jour, la flotte
musulmane brûla un vaisseau chrétien.

  [232] En 1219.

«Cependant le canal qui séparait les deux armées n'était pas large, et
encore il offrait plusieurs gués faciles. Un mardi 8 février, la
cavalerie chrétienne, conduite par un perfide musulman, passa à gué à
l'endroit nommé Salman, et se déploya sur l'autre rive. Ce mouvement
fut si subit, qu'on ne s'en aperçut pas à temps; les musulmans furent
surpris dans leurs propres tentes. L'émir Fakr-Eddin était alors au
bain. Aux cris qu'il entendit, il sortit précipitamment et monta à
cheval; mais déjà le camp était forcé, et Fakr-Eddin s'étant avancé
imprudemment, fut tué[233]. Dieu ait pitié de son âme! sa fin ne
pouvait être plus belle. Il avait joui de l'autorité un peu plus de
deux mois[234].

  [233] On lit dans Makrizi un trait qui montre quel désordre
  effroyable régnait alors dans l'armée musulmane. Le bruit de la
  mort de Fakr-Eddin n'ayant pas tardé à se répandre, les
  mameloucks et une partie des émirs se débandèrent pour courir à
  sa maison et la piller. Ses coffres furent brisés, l'argent fut
  enlevé, les meubles et les chevaux emportés; après quoi la maison
  fut livrée aux flammes. (_Note de M. Reinaud._)

  [234] Fakr-Eddin avait été nommé régent, après la mort du Sultan,
  en attendant l'arrivée de son fils, qui était gouverneur
  d'Edesse.

«Cependant le frère du roi de France avait pénétré en personne dans
Mansourah. Il s'avança jusque sur les bords du Nil, au palais du
sultan. Les chrétiens s'étaient répandus dans la ville. Telle était la
terreur générale, que les musulmans, soldats et bourgeois, couraient à
droite et à gauche dans le plus grand tumulte; peu s'en fallut que
toute l'armée ne fût mise en déroute. Déjà les Francs se croyaient
assurés de la victoire, lorsque les mameloucks appelés _giamdarites_
et _baharites_, lions des combats et cavaliers habiles à manier la
lance et l'épée, fondant tous ensemble et comme un seul homme sur eux,
rompirent leurs colonnes et renversèrent leurs croix. En un moment ils
furent moissonnés par le glaive ou écrasés par la massue des Turcs;
quinze cents d'entre les plus braves et les plus distingués couvrirent
la terre de leurs cadavres. Ce succès fut si prompt, que l'infanterie
chrétienne, qui déjà était parvenue au canal, ne put arriver à temps.
Un pont avait été jeté sur le canal. Si la cavalerie avait tenu plus
longtemps, ou si toute l'infanterie chrétienne avait pu prendre part
au combat, c'en était fait de l'islamisme; mais déjà cette cavalerie
était presque anéantie; une partie seulement parvint à sortir de
Mansourah, et se réfugia sur une colline nommée Gédilé, où elle se
retrancha. Enfin, la nuit sépara les combattants. Cette journée devint
la source des bénédictions de l'islamisme et la clef de son
allégresse. Lorsque l'action commença, un pigeon en apporta la
nouvelle au Caire. On était alors dans l'après-midi. Le billet était
adressé à l'émir Hossam-Eddin, qui me le donna à lire; il était ainsi
conçu: «Au moment où ce billet est écrit, l'ennemi fond sur Mansourah;
on en est aux mains.» Il ne contenait rien de plus. Ces paroles nous
frappèrent tous de terreur; on regardait généralement l'islamisme
comme perdu. A la fin du jour les fuyards commencèrent à arriver du
camp; la porte de la Victoire, tournée de ce côté, resta toute la nuit
ouverte pour leur donner asile. Enfin, le lendemain, au lever du
soleil, nous reçûmes l'heureuse nouvelle de la victoire des musulmans.
Aussitôt le Caire et le vieux Caire se couvrirent de tapisseries; les
rues retentirent des marques de la joie publique; les cœurs se
livrèrent à l'allégresse, et l'on commença à se rassurer sur l'issue
de cette guerre.»

   GÉMAL EDDIN, traduit par Reinaud, dans la _Bibliothèque des
   Croisades_, t. 4, p. 457.



SAINT LOUIS EST FAIT PRISONNIER.


Or je vous dirai comment le roi fut pris, ainsi que lui-même me le
conta. Il me dit qu'il avait laissé sa bataille[235] et s'était mis
lui et monseigneur Geoffroy de Sargines dans la bataille de
monseigneur Gauthier de Châtillon, qui faisait l'arrière-garde; et me
conta le roi qu'il était monté sur un petit roncin[236], couvert d'une
housse de soie, et dit que derrière lui il ne demeura de tous
chevaliers et sergents que monseigneur Geoffroy de Sargines, lequel
mena le roi jusqu'à Casel[237], là où le roi fut pris. Le roi me
conta que monseigneur Geoffroy de Sargines le défendait contre les
Sarrasins, comme le bon valet défend contre les mouches la coupe de
son seigneur; car toutes les fois que les Sarrasins l'approchaient, il
prenait son épée, qu'il avait mise entre lui et l'arçon de sa selle,
la mettait sous son aisselle, et leur courait sus et les chassait d'à
côté le roi; il mena ainsi le roi jusqu'à Casel, où on le descendit en
une maison et où on le coucha au giron d'une bourgeoise de Paris,
comme tout mort, et ils croyaient que il ne devait pas voir le
soir[238]. Là vint monseigneur Philippe de Montfort, qui dit au roi
qu'il avait vu l'émir[239], avec lequel il avait traité de la trêve;
que s'il voulait, il irait vers lui pour refaire la trêve de la
manière que les Sarrasins voudraient. Le roi le pria qu'il y allât et
qu'il le voulait bien. Il alla au Sarrasin; le Sarrasin avait ôté son
turban de sa tête et ôta son anneau de son doigt pour assurer qu'il
tiendrait la trêve. Pendant ce temps il advint un grand malheur à nos
gens; un traître sergent, qui avait nom Marcel, commença à crier à nos
gens: «Seigneurs chevaliers, rendez-vous, le roi vous le mande[240],
et ne faites pas occire le roi.» Tous crurent que le roi leur avait
mandé, et rendirent leurs épées aux Sarrasins. L'émir vit que les
Sarrasins amenaient nos gens prisonniers; il dit à monseigneur
Philippe qu'il ne convenait pas qu'il donnât trêve à nos gens, car il
voyait bien qu'ils étaient pris.

  [235] Corps d'armée, bataillon.

  [236] Petit cheval de selle pour les domestiques.

  [237] MM. Michaud et Poujoulat, dans leur édition de Joinville
  (_Collection des Mémoires pour servir à l'histoire de France
  depuis le treizième siècle jusqu'à la fin du dix-huitième_)
  disent (t. I, p. 237) que les croisés appelaient tout village
  Casel; et que ce Casel doit être le village de Baramoun, bâti sur
  la rive droite du Nil, à trois ou quatre lieues de Mansourah.

  [238] Saint Louis était alors très-malade de l'épidémie qui avait
  détruit son armée, et qui était le scorbut et la dyssenterie.

  [239] L'amiral.

  [240] Ordonne; mandement, ordre.

    JOINVILLE, _Histoire de saint Louis_, traduite par L. Dussieux.



GAUTHIER DE CHATILLON.


Je ne veux pas oublier aucunes choses qui advinrent en Égypte pendant
que nous y étions. Tout d'abord je vous dirai de monseigneur Gauthier
de Châtillon, qu'un chevalier, qui avait nom monseigneur Jean de
Monson, me conta qu'il vit monseigneur de Châtillon en une rue qui
était au casel où le roi fut pris, et cette rue traversait tout droit
le casel; de sorte qu'on voyait les champs des deux extrémités. Dans
cette rue était monseigneur Gauthier de Châtillon, l'épée au poing
toute nue; quand il voyait que les Turcs se mettaient dans cette rue,
il leur courait sus, l'épée au poing, et les chassait hors du casel;
et pendant la fuite que les Turcs faisaient devant lui, eux qui
tiraient aussi bien devant que derrière, ils le couvraient de flèches.
Quand il les avait chassés hors du casel, il arrachait ces traits
qu'il avait sur lui, remettait sa cotte d'armes, levait les bras avec
son épée et criait: Châtillon! chevalier! où sont mes hommes? Quand il
se retournait, il voyait que les Turcs étaient entrés par l'autre bout
du casel; il leur recourait sus, l'épée au poing, et les en chassait;
et ainsi fit par trois fois de la manière dessus dite.

Quand l'amiral des galères m'eut amené vers ceux qui avaient été pris
à terre, je m'enquis de monseigneur Gauthier à ceux qui avaient été
autour de lui; je ne trouvai personne qui pût me dire comment il avait
été pris, excepté monseigneur Jean Foninons, le bon chevalier, qui me
dit que pendant qu'on l'amenait prisonnier vers la Mansoure, il trouva
un Turc qui était monté sur le cheval de monseigneur Gauthier de
Châtillon, et la croupière du cheval était toute sanglante; il lui
demanda ce qu'il avait fait de celui à qui le cheval appartenait, et
le Turc lui répondit qu'il lui avait coupé la gorge, tout à cheval,
comme il paraissait à la croupière qui était rougie de son sang.

    JOINVILLE, _Histoire de saint Louis_, traduite par L. Dussieux.



LETTRE DE SAINT LOUIS

_Sur sa captivité et sa délivrance._

1250.


Louis, par la grâce de Dieu, roi des Français, à ses chers et fidèles
prélats, barons, guerriers, citoyens, bourgeois, et à tous les autres
habitants de son royaume à qui ces présentes lettres parviendront,
salut.

Pour l'honneur et la gloire du nom de Dieu, désirant de toute notre
âme poursuivre l'entreprise de la croisade, nous avons jugé convenable
de vous informer tous qu'après la prise de Damiette, que
Notre-Seigneur Jésus-Christ, par sa miséricorde ineffable, avait comme
par miracle livrée au pouvoir des chrétiens, ainsi que vous l'avez
sans doute appris, de l'avis de notre conseil, nous partîmes de cette
ville le 20 du mois de novembre dernier. Nos armées de terre et de mer
étant réunies, nous marchâmes contre celle des Sarrasins, qui était
rassemblée et campée dans un lieu qu'on nomme vulgairement Massoure.
Pendant notre marche, nous soutînmes les attaques des ennemis, qui
éprouvèrent constamment quelque perte assez considérable. Un jour,
entre autres, plusieurs de l'armée d'Égypte, qui étaient venus
attaquer les nôtres, furent tous tués. Nous apprîmes en chemin que le
soudan du Caire venait de terminer sa vie malheureuse; qu'avant de
mourir il avait envoyé chercher son fils, qui restait dans les
provinces de l'Orient, et avait fait prêter serment de fidélité en
faveur de ce prince à tous les principaux officiers de son armée, et
qu'il avait laissé le commandement de toutes ses troupes à un de ses
émirs, Fakr-Eddin. A notre arrivée au lieu que nous venons de nommer,
nous trouvâmes ces nouvelles vraies. Ce fut le mardi d'avant la fête
de Noël que nous y arrivâmes; mais nous ne pûmes approcher des
Sarrasins, à cause d'un courant d'eau qui se trouvait entre les deux
armées, et qu'on appelle le fleuve Thanis, courant qui se sépare en
cet endroit du grand fleuve du Nil. Nous plaçâmes notre camp entre ces
deux fleuves, nous étendant depuis le grand jusqu'au petit. Nous eûmes
là quelques engagements avec les Sarrasins, qui eurent plusieurs des
leurs tués par l'épée des nôtres, mais dont un grand nombre fut noyé
dans les eaux. Comme le Thanis n'était pas guéable, à cause de la
profondeur de ses eaux et de la hauteur de ses rives, nous commençâmes
à y jeter une chaussée pour ouvrir un passage à l'armée chrétienne;
nous y travaillâmes pendant plusieurs jours avec des peines, des
dangers et des dépenses infinies. Les Sarrasins s'opposèrent de tous
leurs efforts à nos travaux; ils élevèrent des machines contre nos
machines; ils brisèrent avec des pierres et brûlèrent avec leur feu
grégeois les tours en bois que nous dressions sur la chaussée. Nous
avions presque perdu tout espoir de passer sur cette chaussée,
lorsqu'un transfuge sarrasin nous fit connaître un gué par où l'armée
chrétienne pourrait traverser le fleuve. Ayant rassemblé nos barons et
les principaux de notre armée le lundi d'avant les Cendres, il fut
convenu que le lendemain, c'est-à-dire le jour de Carême-prenant, on
se rendrait de grand matin au lieu indiqué pour passer le fleuve, et
qu'on laisserait une petite partie de l'armée à la garde du camp. Le
lendemain, ayant rangé nos troupes en ordre de bataille, nous nous
rendîmes au gué, nous traversâmes le fleuve, non sans courir de grands
dangers, car le gué était plus profond et plus périlleux qu'on ne
l'avait annoncé. Nos chevaux furent obligés de passer à la nage, et il
n'était pas aisé de sortir du fleuve, à cause de l'élévation de la
rive, qui était toute limoneuse.

Lorsque nous eûmes traversé le fleuve, nous arrivâmes au lieu où
étaient dressées les machines des Sarrasins, en face de notre
chaussée. Notre avant-garde ayant attaqué l'ennemi lui tua du monde,
et n'épargna ni le sexe ni l'âge. Dans le nombre, les Sarrasins
perdirent un chef et quelques émirs. Nos troupes s'étant ensuite
dispersées, quelques-uns de nos soldats traversèrent le camp des
ennemis, et arrivèrent au village nommé Massoure, tuant tout ce qu'ils
rencontraient d'ennemis; mais les Sarrasins s'étant aperçus de
l'imprudence des nôtres, reprirent courage et fondirent sur eux; ils
les entourèrent de toutes parts et les accablèrent. Il se fit là un
grand carnage de nos barons et de nos guerriers religieux et autres,
dont nous avons avec raison déploré et dont nous déplorons encore la
perte. Là nous avons perdu aussi notre brave et illustre frère le
comte d'Artois, digne d'éternelle mémoire. C'est dans l'amertume de
notre cœur que nous rappelons cette perte douloureuse, quoique nous
dussions plutôt nous en réjouir, car nous croyons et espérons qu'ayant
reçu la couronne du martyre, il est allé dans la céleste patrie et
qu'il y jouit de la récompense accordée aux saints martyrs. Ce
jour-là, les Sarrasins fondant sur nous de toutes parts et nous
accablant d'une grêle de flèches, nous soutînmes leurs rudes assauts
jusqu'à la neuvième heure, où le secours de nos balistes nous manqua
tout à fait. Enfin, après avoir eu un grand nombre de nos guerriers et
de nos chevaux blessés ou tués, avec le secours de Notre-Seigneur nous
conservâmes notre position, et nous y étant ralliés, nous allâmes le
même jour placer notre camp tout près des machines des Sarrasins. Nous
y restâmes avec un petit nombre des nôtres, et nous y fîmes un pont de
bateaux pour que ceux qui étaient au delà du fleuve pussent venir à
nous. Le lendemain il en passa plusieurs qui campèrent auprès de nous.
Alors les machines des Sarrasins ayant été détruites, nos soldats
purent aller et venir librement et en sûreté, d'une armée à l'autre,
en passant le pont de bateaux. Le vendredi suivant, les enfants de
perdition ayant réuni leurs forces de toutes parts, dans l'intention
d'exterminer l'armée chrétienne, vinrent attaquer nos lignes avec
beaucoup d'audace et en nombre infini; le choc fut si terrible de part
et d'autre, qu'il ne s'en était jamais vu, disait-on, de pareil dans
ces parages. Avec le secours de Dieu, nous résistâmes de tous côtés,
nous repoussâmes les ennemis, et nous en fîmes tomber un grand nombre
sous nos coups. Au bout de quelques jours, le fils du sultan, venant
des provinces orientales, arriva à Massoure. Les Égyptiens le reçurent
comme leur maître et avec des transports de joie. Son arrivée redoubla
leur courage; mais depuis ce moment, nous ne savons par quel jugement
de Dieu, tout alla de notre côté contre nos désirs. Une maladie
contagieuse se mit dans notre armée, et enleva les hommes et les
animaux, de telle sorte qu'il y en avait très-peu qui n'eussent à
regretter des compagnons ou à soigner des malades. L'armée chrétienne
fut en peu de temps très-diminuée. Il y eut une si grande disette que
plusieurs tombaient de besoin et de faim, car les bateaux de Damiette
ne pouvaient apporter à l'armée les provisions qu'on y avait
embarquées sur le fleuve, parce que les bâtiments et les pirates
ennemis leur coupaient le passage. Ils s'emparèrent même de plusieurs
de nos bateaux, et prirent ensuite successivement deux caravanes qui
nous apportaient des vivres et des provisions, et tuèrent un grand
nombre de marins et autres qui en faisaient partie. La disette absolue
de vivres et de fourrages jeta la désolation et l'effroi dans l'armée,
et nous força, ainsi que les pertes que nous venions de faire, de
quitter notre position et de retourner à Damiette; telle était la
volonté de Dieu.

Mais comme les voies de l'homme ne sont pas dans lui-même, mais dans
celui qui dirige ses pas et dispose tout selon sa volonté, pendant que
nous étions en chemin, c'est-à-dire le 5 du mois d'avril, les
Sarrasins, ayant réuni toutes leurs forces, attaquèrent l'armée
chrétienne, et par la permission de Dieu, à cause de nos péchés, nous
tombâmes au pouvoir de l'ennemi. Nous et nos chers frères les comtes
de Poitiers et d'Anjou, et les autres qui retournaient avec nous par
terre, fûmes tous faits prisonniers, non sans un grand carnage et une
grande effusion de sang chrétien. La plupart de ceux qui s'en
retournaient par le fleuve furent de même faits prisonniers ou tués.
Les bâtiments qui les portaient furent en grande partie brûlés avec
les malades qui s'y trouvaient. Quelques jours après notre captivité,
le soudan nous fit proposer une trêve; il demandait avec instance,
mais aussi avec menaces, qu'on lui rendît sans retard Damiette et tout
ce qu'on y avait trouvé, et qu'on le dédommageât de toutes les pertes
et de toutes les dépenses qu'il avait faites jusqu'à ce jour, depuis
le moment où les chrétiens étaient entrés dans Damiette. Après
plusieurs conférences, nous conclûmes une trêve pour dix ans, aux
conditions suivantes.

Le soudan délivrerait de prison, et laisserait aller où ils
voudraient, nous et tous ceux qui avaient été faits captifs par les
Sarrasins depuis notre arrivée en Égypte, et tous les autres
chrétiens, de quelque pays qu'ils fussent, qui avaient été faits
prisonniers depuis que le soudan Kamel, aïeul du soudan actuel, avait
conclu une trêve avec l'empereur. Les chrétiens conserveraient en paix
toutes les terres qu'ils possédaient dans le royaume de Jérusalem au
moment de notre arrivée. Pour nous, nous nous obligions à rendre
Damiette, et 800,000 besants[241] sarrasins pour la liberté des
prisonniers et pour les pertes et dépenses dont il vient d'être parlé
(nous en avons déjà payé 400), et à délivrer tous les prisonniers
sarrasins que les chrétiens avaient faits en Egypte depuis que nous y
étions venus, ainsi que ceux qui avaient été faits captifs dans le
royaume de Jérusalem, depuis la trêve conclue entre le même empereur
et le même soudan. Tous nos biens et ceux de tous les autres qui
étaient à Damiette seraient, après notre départ, sous la garde et la
défense du soudan et transportés dans le pays des chrétiens lorsque
l'occasion s'en présenterait. Tous les chrétiens malades et ceux qui
resteraient à Damiette pour vendre ce qu'ils y posséderaient auraient
une égale sûreté, et se retireraient par mer et par terre quand ils
voudraient, sans éprouver aucun obstacle ou contradiction. Le soudan
était tenu de donner un sauf-conduit jusqu'au pays des chrétiens à
tous ceux qui voudraient se retirer par terre.

  [241] Le besant valait 9 fr. 50.

Cette trêve, conclue avec le soudan, venait d'être jurée de part et
d'autre, et déjà le soudan s'était mis en marche avec son armée pour
se rendre à Damiette et remplir les conditions qui venaient d'être
stipulées, lorsque, par le jugement de Dieu, quelques guerriers
sarrasins, sans doute de connivence avec la majeure partie de l'armée,
se précipitèrent sur le soudan, au moment où il se levait de table, et
le blessèrent cruellement. Le soudan, malgré cela, sortit de sa tente,
espérant pouvoir se soustraire par la fuite; mais il fut tué à coups
d'épée en présence de presque tous les émirs et de la multitude des
autres Sarrasins. Après cela, plusieurs Sarrasins, dans le premier
moment de leur fureur, vinrent les armes à la main à notre tente,
comme s'ils eussent voulu, et comme plusieurs d'entre nous le
craignirent, nous égorger nous et les chrétiens; mais la clémence
divine ayant calmé leur furie, ils nous pressèrent d'exécuter les
conditions de la trêve. Toutefois, leurs paroles et leurs instances
furent mêlées de menaces terribles; enfin, par la volonté de Dieu, qui
est le père des miséricordes, le consolateur des affligés, et qui
écoute les gémissements de ses serviteurs, nous confirmâmes par un
nouveau serment la trêve que nous venions de faire avec le soudan.
Nous reçûmes de tous, et de chacun d'eux en particulier, un serment
semblable, d'après leur loi, d'observer les conditions de la trêve. On
fixa le temps où l'on rendrait les prisonniers et la ville de
Damiette. Ce n'était point sans difficulté que nous étions convenus
avec le soudan de la reddition de cette place; ce ne fut pas encore
sans difficulté que nous en convînmes de nouveau avec les émirs. Comme
nous n'avions aucun espoir de la retenir, d'après ce que nous dirent
ceux qui revinrent de Damiette, et qui connaissaient le véritable état
des choses, de l'avis des barons de France et de plusieurs autres,
nous jugeâmes qu'il valait mieux pour la chrétienté que nous et les
autres prisonniers fussions délivrés au moyen d'une trêve, que de
retenir cette ville avec le reste des chrétiens qui s'y trouvaient, en
demeurant nous et les autres prisonniers exposés à tous les dangers
d'une pareille captivité. C'est pourquoi au jour fixé les émirs
reçurent la ville de Damiette; après quoi, ils nous mirent en liberté
nous et nos frères, et les comtes de Flandre, de Bretagne et de
Soissons, et plusieurs autres barons et guerriers de France, de
Jérusalem et de Chypre. Nous eûmes alors une ferme espérance qu'ils
rendraient et délivreraient tous les autres chrétiens, et que suivant
la teneur du traité ils tiendraient leur serment.

Cela fait, nous quittâmes l'Egypte, après y avoir laissé des personnes
chargées de recevoir les prisonniers des mains des Sarrasins et de
garder les choses que nous ne pouvions emporter, faute de bâtiments de
transport suffisants. Arrivés ici, nous avons envoyé en Égypte des
vaisseaux et des commissaires pour en ramener les prisonniers, car la
délivrance de ces prisonniers fait toute notre sollicitude, et les
autres choses que nous y avions laissées, telles que des machines, des
armes, des tentes, une certaine quantité de chevaux et plusieurs
autres objets; mais les émirs ont retenu très-longtemps au Caire ces
commissaires, auxquels ils n'ont enfin remis que quatre cents
prisonniers, de douze mille qu'il y a en Égypte. Quelques-uns encore
ne sont sortis de prison qu'en donnant de l'argent. Quant aux autres
choses, les émirs n'ont rien voulu rendre. Mais ce qui est plus odieux
après la trêve conclue et jurée, c'est qu'au rapport de nos
commissaires et des captifs dignes de foi qui sont revenus de ce pays,
ils ont choisi parmi leurs prisonniers des jeunes gens, qu'ils ont
forcés, l'épée levée sur leur tête, d'abjurer la foi catholique et
d'embrasser la loi de Mahomet, ce que plusieurs ont eu la faiblesse
de faire; mais les autres, comme des athlètes courageux, enracinés
dans leur foi et persistant constamment dans leur ferme résolution,
n'ont pu être ébranlés par les menaces ou par les coups des ennemis,
et ils ont reçu la couronne du martyre. Leur sang, nous n'en doutons
pas, crie au Seigneur pour le peuple chrétien; ils seront dans la cour
céleste nos avocats devant le souverain juge, et ils nous seront plus
utiles dans cette patrie que si nous les eussions conservés sur cette
terre. Les musulmans ont aussi égorgé plusieurs chrétiens qui étaient
restés malades à Damiette. Quoique nous eussions observé les
conditions du traité que nous avions fait avec eux et que nous
fussions toujours prêts à les observer encore, nous n'avions aucune
certitude de voir délivrer les prisonniers chrétiens ni restituer ce
qui nous appartenait.

Lorsqu'après la trêve conclue et notre délivrance, nous avions la
ferme confiance que le pays d'outre-mer occupé par les chrétiens
resterait dans un état de paix jusqu'à l'expiration de la trêve, nous
eûmes la volonté et le projet de retourner en France. Déjà nous nous
disposions aux préparatifs de notre passage; mais quand nous vîmes
clairement, par ce que nous venons de raconter, que les émirs
violaient ouvertement la trêve et, au mépris de leur serment, ne
craignaient point de se jouer de nous et de la chrétienté, nous
assemblâmes les barons de France, les chevaliers du Temple, de
l'Hôpital, de l'ordre Teutonique, et les barons de Jérusalem; nous les
consultâmes sur ce qu'il y avait à faire. Le plus grand nombre jugea
que si nous nous retirions dans ce moment et abandonnions ce pays, que
nous étions sur le point de perdre, ce serait l'exposer entièrement
aux Sarrasins, surtout dans l'état de misère et de faiblesse où il
était réduit, et nous pouvions regarder comme perdus et sans espoir de
délivrance les prisonniers chrétiens qui étaient au pouvoir de
l'ennemi. Si nous restions, au contraire, nous avions l'espoir que le
temps amènerait quelque chose de bon, tel que la délivrance des
captifs, la conservation des châteaux et forteresses du royaume de
Jérusalem, et autres avantages pour la chrétienté, surtout depuis que
la discorde s'était élevée entre le soudan d'Alep et ceux qui
gouvernaient au Caire. Déjà ce soudan, après avoir réuni ses armées,
s'est emparé de Damas et de quelques châteaux appartenant au souverain
du Caire. On dit qu'il doit venir en Égypte pour venger la mort du
soudan que les émirs ont tué, et se rendre maître s'il le peut de tout
le pays.

D'après ces considérations, et compatissant aux misères et aux
tourments de la Terre Sainte, nous qui étions venus à son secours,
plaignant la captivité et les douleurs de nos prisonniers, quoique
plusieurs nous dissuadassent de rester plus longtemps outre-mer, nous
avons mieux aimé différer notre passage et rester encore quelque temps
en Syrie, que d'abandonner entièrement la cause du Christ et de
laisser nos prisonniers exposés à de si grands dangers. Mais nous
avons décidé de renvoyer en France nos chers frères les comtes de
Poitiers et d'Anjou, pour la consolation de notre très-chère dame et
mère et de tout le royaume.

Comme tous ceux qui portent le nom de chrétien doivent être pleins de
zèle pour l'entreprise que nous avons formée, et vous en particulier,
qui descendez du sang de ceux que le Seigneur choisit comme un peuple
privilégié pour la conquête de la Terre Sainte, que vous devez
regarder comme votre propriété, nous vous invitons tous à servir celui
qui vous servit sur la croix en répandant son sang pour votre salut;
car cette nation criminelle, outre les blasphèmes qu'elle vomissait
en présence du peuple chrétien contre le Créateur, battait de verges
la croix, crachait dessus et la foulait aux pieds en haine de la foi
chrétienne. Courage donc, soldats du Christ! armez-vous et soyez prêts
à venger ces outrages et ces affronts. Prenez exemple sur vos
devanciers qui se distinguèrent entre les autres nations par leur
dévotion, par la sincérité de leur foi, et remplirent l'univers du
bruit de leurs belles actions. Nous vous avons précédés dans le
service de Dieu; venez vous joindre à nous. Quoique vous arriviez plus
tard, vous recevrez du Seigneur la récompense que le père de famille
de l'Évangile accorda indistinctement aux ouvriers qui vinrent
travailler à sa vigne à la fin du jour, comme aux ouvriers qui étaient
venus au commencement. Ceux qui viendront ou qui enverront du secours
pendant que nous serons ici obtiendront, outre les indulgences
promises aux croisés, la faveur de Dieu et celle des hommes. Faites
donc vos préparatifs, et que ceux à qui la vertu du Très-Haut
inspirera de venir ou d'envoyer du secours soient prêts pour le mois
d'avril ou de mai prochain. Quant à ceux qui ne pourront être prêts
pour ce premier passage, qu'ils soient du moins en état de faire celui
qui aura lieu à la Saint-Jean. La nature de l'entreprise exige de la
célérité, et tout retard deviendrait funeste. Pour vous, prélats et
autres fidèles du Christ, aidez-nous auprès du Très-Haut par la faveur
de vos prières; ordonnez qu'on en fasse dans tous les lieux qui vous
sont soumis, afin qu'elles obtiennent pour nous de la clémence divine
les biens dont nos péchés nous rendent indignes.

Fait à Acre, l'an du Seigneur 1250, au mois d'août.

   Traduit par Michaud, dans l'_Histoire des Croisades_, t. IV, p.
   559.



DOULEUR DE LA FRANCE EN APPRENANT CES NOUVELLES.


Lorsque ces funestes nouvelles furent parvenues à la connaissance de
la reine Blanche et des seigneurs de France, par le rapport de
quelques personnes qui revenaient des pays d'Orient, ceux-ci, ne
pouvant ni ne voulant y croire, ordonnèrent que ces messagers fussent
pendus. Or, nous croyons que ce sont des martyrs manifestes. Mais
lorsqu'ils virent que ces rapports se multipliaient par de nouveaux
messagers, qu'ils n'osaient plus traiter de diseurs de rien,
lorsqu'ils virent des écrits relatifs à tout cela, munis de sceaux et
signes convenus, à n'en pas douter, la France entière fut plongée dans
la douleur et dans la confusion; les hommes d'Eglise aussi bien que
les chevaliers se plaignaient, séchaient de chagrin et ne voulaient
pas recevoir de consolation. De toutes parts, les pères et les mères
pleuraient la mort de leurs fils; les pupilles et les orphelins, de
ceux qui leur avaient donné la vie; les parents, de leurs parents; les
amis, de leurs amis. La beauté des femmes était changée par le
chagrin; les guirlandes de fleurs étaient rejetées au loin; on
n'entendait plus de chansons; les instruments de musique étaient
défendus. Toutes les marques extérieures de la joie avaient fait place
au deuil et aux lamentations. Ce qui est pis encore, les hommes,
accusant le Seigneur d'injustice, semblaient perdre la raison dans
l'amertume de leur âme et l'immensité de leur douleur, et
s'emportaient en paroles de blasphème qui sentaient l'apostasie ou
l'hérésie. Et la foi de plusieurs commença à vaciller. Venise, ville
très-fameuse, et beaucoup de cités d'Italie, qui sont habitées par des
demi-chrétiens, seraient tombées dans l'apostasie si elles n'eussent
été fortifiées par les consolations de leurs évêques et des saints
religieux, lesquels leur assuraient en vérité que ceux qui avaient été
tués régnaient déjà dans le ciel à titre de martyrs et ne voudraient
plus pour tout l'or du monde revenir dans la vallée ténébreuse de
cette vie. Or, leurs paroles apaisaient l'emportement de quelques-uns,
mais non de tous.

   MATTHIEU PARIS, _Grande chronique_, traduction de M.
   Huillard-Bréholles.



CHANT ARABE.

Composé après le départ de saint Louis.


Quand tu verras le Français[242], dis-lui ces paroles d'un ami
sincère:

Puisses-tu recevoir de Dieu la récompense qui t'est dire pour avoir
causé la mort de tant de serviteurs du Messie.

Tu venais en Égypte: tu en convoitais les richesses; tu croyais,
insensé, que ses forces se réduiraient en fumée.

Vois maintenant ton armée; vois comme ton imprudente conduite l'a
précipitée dans le sein du tombeau.

Cinquante mille hommes! et pas un qui ne soit tué, prisonnier ou
criblé de blessures!

Puisse le Seigneur t'inspirer souvent de pareilles idées! Peut-être
Jésus veut-il se débarrasser de vous!

Peut-être le Pape est-il bien aise de ce désastre; car souvent un
prétendu ami donne des conseils perfides.

En ce cas, prenez-le comme votre devin; faites comme s'il méritait
encore plus de confiance que Schak et Satih[243].

Et si le roi était tenté de venir venger sa défaite, si quelque motif
le ramenait en ces lieux,

Dis-lui qu'on lui réserve la maison du fils de Lokman[244], qu'il y
trouvera encore et ses chaînes et l'eunuque Sabih[245].

  [242] Le roi.--Le poëte s'adresse à un ami qui est censé chargé
  de remettre le chant à saint Louis.

  [243] Célèbres devins arabes.

  [244] Qui lui avait servi de prison.

  [245] Qui avait été son geôlier.

   Traduit par M. Reinaud, dans la _Bibliothèque des Croisades_, t.
   IV, p. 474.



LA REINE A DAMIETTE.


Vous avez entendu les grandes persécutions que le roi et nous
souffrîmes, auxquelles persécutions la reine n'échappa pas, ainsi que
vous l'entendrez ci-après. Car trois jours avant qu'elle accouchât lui
vinrent les nouvelles que le roi était pris; desquelles nouvelles elle
fut si effrayée, que toutes les fois qu'elle dormait en son lit, il
lui semblait que toute sa chambre fût pleine de Sarrasins, et elle
criait: Au secours! au secours! Et pour que l'enfant dont elle était
grosse ne pérît pas, elle faisait coucher devant son lit un vieux
chevalier, de l'âge de quatre-vingts ans, qui la tenait par la main.
Toutes les fois que la reine criait, il disait: «Madame, n'ayez garde,
car je suis ici.» Avant d'accoucher, elle fit sortir tout le monde,
excepté le chevalier, et s'agenouilla devant lui et lui requit un don,
et le chevalier le lui octroya par son serment; et elle lui dit: «Je
vous demande, fit-elle, par la foi que vous m'avez donnée, que si les
Sarrasins prennent cette ville, que vous me coupiez la tête avant
qu'ils me prennent.» Et le chevalier répondit: «Soyez certaine que je
le ferai volontiers, car je l'avais déjà bien pensé que je vous
tuerais avant qu'ils nous aient pris.»

La reine accoucha d'un fils, qui eut nom Jean; et l'appelait-on
Tristan pour la grande douleur pendant laquelle il était né.

    JOINVILLE, _Histoire de saint Louis_, traduite par L. Dussieux.



LA REINE BLANCHE.


A Sayette[246] vinrent au roi les nouvelles que sa mère était morte.
Il en mena si grand deuil que de deux jours on ne put lui parler.
Après cela, il m'envoya querir par un valet de sa chambre. Quand je
vins devant lui en sa chambre, où il était tout seul, et qu'il me vit,
il étendit ses bras, et me dit: «Ah! sénéchal, j'ai perdu ma
mère.»--«Sire, répondis-je, je ne m'en étonne pas, car elle devait
mourir; mais je m'étonne que vous, qui êtes un sage homme, ayez mené
si grand deuil, car vous savez que le sage dit que la tristesse que
l'homme a au cœur ne lui doit point paraître au visage; car celui qui
le fait rend ses ennemis joyeux et ses amis malheureux.» Il lui fit
faire de très-beaux services en Terre Sainte; et après il envoya en
France un courrier chargé de lettres de prières aux églises, pour
qu'on priât pour elle.

  [246] Ville de la Terre Sainte.

Madame Marie de Vertus, bien bonne dame et très-sainte femme, me vint
dire que la reine avait beaucoup de chagrin, et me pria que j'allasse
vers elle pour la consoler. Et quand je vins là, je trouvai qu'elle
pleurait, et je lui dis que vérité dit celui qui dit qu'on ne doit pas
croire femme, car c'était la femme que vous haïssiez le plus, et vous
en avez tel chagrin! Et elle me dit que ce n'était pas pour elle
qu'elle pleurait, mais pour le chagrin que le roi avait.

Les duretés que la reine Blanche fit à la reine Marguerite furent
telles, que la reine Blanche ne voulait pas permettre que son fils fût
en la compagnie de sa femme, sinon le soir quand ils allaient coucher.
L'hôtel où le roi et la reine se plaisaient le plus à demeurer était à
Pontoise, parce que la chambre du roi était au-dessus de la chambre de
la reine. Ils avaient ainsi arrangé leur affaire qu'ils allaient
causer dans un escalier qui descendait d'une chambre à l'autre; et ils
avaient si bien disposé leurs arrangements que, quand les huissiers
voyaient venir la reine dans la chambre du roi son fils, ils battaient
les portes avec leurs verges, et le roi s'en venait courant dans sa
chambre pour que sa mère l'y trouvât. Ainsi faisaient les huissiers de
la chambre de la reine Marguerite quand la reine Blanche y venait,
afin qu'elle y trouvât la reine Marguerite.

Une fois le roi était à côté de la reine sa femme, qui était en trop
grand danger de mort, parce qu'elle s'était blessée d'un enfant
qu'elle avait eu. La reine Blanche vint là et prit son fils par la
main, et lui dit: «Venez vous-en, vous ne faites rien ici.» Quand la
reine Marguerite vit que la mère emmenait le roi, elle s'écria:
«Hélas, vous ne me laisserez donc voir mon seigneur ni morte ni vive!»
Et alors elle se pâma, et l'on crut qu'elle était morte; et le roi,
qui crut qu'elle se mourait, revint, et à grand'peine on la fit
revenir.

    JOINVILLE, _Histoire de saint Louis_, traduite par L. Dussieux.



LES PASTOUREAUX.

1251.

De la croiserie des Pastouriaus.


Une autre aventure avint en l'an de grâce mil deux cens cinquante et
un au royaume de France. Car un maistre qui savoit art magique fist
convenant au soudan de Babiloine que il luy amenroit par force d'art
tous les jouvenceaux de l'aage de vingt et cinq ans, ou de trente ou
de seize, par tel convenant qu'il auroit de chascune teste quatre
besans d'or; et ces convenances furent faites au temps que le roy
estoit en Chipre; et fist au soudan entendant qu'il avoit trouvé un
sort que le roy de France seroit desconfit, et seroit tenu et mis ès
mains des Sarrasins.

Le soudan fu moult durement lie de ce qu'il luy disoit; car trop
durement doubtoit la venue du roy de France. Si luy pria moult qu'il
se penast d'accomplir ce qu'il promettoit, et luy donna or et argent à
grant foison, et le baisa en la bouche[247] en signe de moult grant
amour.

  [247] _Le baiser sur la bouche_ impliquait, dans le moyen âge,
  communauté de religion. (_Note de M. Paulin Pâris._)

Ce maistre s'en parti de la terre d'oultre-mer et s'en vint en France.
Quant il fu en l'entrée, si se pourpensa où et en quel partie il
jeteroit son sort; si s'en ala droit en Picardie, et prist une poudre
qu'il tenoit et la jecta contremont en l'air parmi les champs, en nom
de sacrifice que il faisoit au déable. Quand il ot ce fait, il s'en
vint aux pastouriaux et aux enfans qui gardoient les bestes, et leur
dist qu'il estoit homme de Dieu: «Par vous, mes doux enfans, sera la
terre d'oultre-mer délivrée des anemis de la foy crestienne.» Si tost
comme il oïrent sa voix, il alèrent après luy et le commencièrent à
suivir par tout où il vouloit aler; et tous ceux que il trouvoit se
metoient à la voie après les autres, si que sa compaignie fu si grant
que en moins de huit jours il furent plus de trente mille, et vindrent
en la cité d'Amiens, et fu la ville toute plaine de pastouriaux.

Ceux de la ville leur habandonnèrent vins et viandes et quanqu'il
demandèrent; et leur estoit avis que nulle plus sainte gent ne porroit
estre. Si leur demandèrent qui estoit le maistre d'eux, et il leur
monstrèrent et vint devant eux à tout une grant barbe, ainsi comme sé
il fust homme de pénitence, et avoit le visage maigre et pasle.

Quant il le virent de telle contenance, si le prièrent qu'il prist
hostieulx et leur biens tout à sa volenté, et s'agenoillèrent aucuns
devant lui tout ainsi comme sé ce fust un corps saint; et luy
donnèrent quanqu'il voult demander. D'illec se parti, et commença à
avironner tout le pays et à pourprendre tous les enfans de la contrée,
tant qu'il furent plus de quarante mille.

Quant il se vit en si grant estat, si commença à préeschier et à
despecier mariages, et reffaire tout à sa volenté; et disoit qu'il
avoit povoir de absoudre de toutes manières de péchiés. Quant les
clers et les prestres entendirent leur affaire, si leur furent
contraires, et leur monstrèrent qu'il ne povoient ce faire; pour ceste
achoison les ot le maistre en si grant haine qu'il commanda aux
pastouriaux qu'il tuassent tous les prestres et les clers qu'il
pourroient trouver: ainsi s'en ala parmi la contrée tant qu'il
vindrent à Paris.

La royne Blanche qui bien sot leur venue, commanda que nul ne fust si
hardi qui les contredéist de riens; car elle cuidoit, ainsi comme
cuidoient les autres, que ce fussent bonnes gens de par
Nostre-Seigneur; et fist venir le grant maistre devant ly, et ly
demanda coment il avoit à nom: et il respondi que on l'appeloit le
maistre de Hongrie. La royne le fit moult honnourer et luy dona grans
dons. De la royne se parti, et s'en vint à ses compaingnons, qui bien
savoient sa mauvaistié, et si leur pria qu'il pensassent d'occire
prestres et clers quanqu'il en pourroient trouver; car il avoit la
royne si enchantée et toute sa gent qu'elle tenoit moult bien à fait
quanqu'il feroient.

Tant monta le maistre en grant orgueil que il se revesti comme évesque
en l'églyse de Saint-Eustache de Paris, et préescha la mitre en la
teste comme évesque, et se fist moult honnourer et servir. Les autres
pastouriaux si alèrent par tout Paris, et occirent tous les clers
qu'il y trouvèrent; et convint que les portes de Petit pont fussent
fermées, pour la doubtance qu'il n'occissent les escoliers qui
estoient venus de pluseurs contrées pour aprendre.

Quant ce maistre de Hongrie ot Paris plumé de quanqu'il pot, si s'en
parti, et divisa ses pastouriaux en trois parties; car il estoient
tant qu'il n'eussent pas peu trouver ville qui les peust tous
hébergier né soustenir. Si en envoia une partie droit à Bourges, et
commanda à ceux qui les devoient conduire que quanqu'il pourroient
prendre et lever du pays, que il le préissent; et quant il auroient ce
fait, que il retournassent à luy au port de Marseille où il les
attendroit. Si se départirent en telle manière, et s'en ala une partie
droit à Bourges, et l'autre partie à Marseille.

Quant les clers de Bourges entendirent leur venue, si se doubtèrent,
car l'en avoit bien raconté qu'il faisoient moult de maux. Si alèrent
parler à la justice et à ceux qui devoient la ville garder, et leur
dirent que telle esmeute et telle allée d'enfans et de pastouriaux
estoit trouvée par grant malice, et par art de diable et par
enchantement; et se il vouloient mettre paine, il prendroient les
maistres des pastouriaux tous prouvés en mauvaistié et en cas de
larrecin.

Le prévost et le bailli s'accordèrent à ce qu'il disoient, et furent
tous avisés de la besoingne. Les pastouriaux entrèrent en Bourges et
s'espandirent parmi la ville; mais il n'y trouvèrent oncques né clerc
né prestre; si commencièrent à mener leur maitrises, ainsi comme il
avoient fait à Paris et ès autres bonnes villes où il leur fu tout
abandonné à faire leur volenté.

Quant les maistres des pastouriaux virent la gent obéir à leur
volenté, il commencièrent à brisier coffres et huches, et à prendre or
et argent; et avec ce, il prisrent les jeunes dames et les pucelles,
et les vouldrent couchier avec eux. Tant firent que la justice qui
estoit en aguait de congnoistre leur contenance, apperceurent leur
mauvaistié. Si les prisrent et leur firent confesser toute leur
mauvaistié, et coment il avoient tout le pays enfantosmé par leur
enchantemens. Si furent tous les grans maistres jugiés et pendus, et
les enfans s'en retournèrent tous esbahis, chascun en sa contrée.

Le baillif de Bourges envoia deux messages et leur commanda qu'il
alassent de nuit et de jour à Marseille; qui portèrent lettres au
viguier, èsquelles toute la mauvaistié au maistre de Hongrie estoit
contenue. Si fu tantost pris le maistre et pendus à unes hautes
fourches; et les pastouriaux qui aloient après luy s'en retournèrent
povres et mandians.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, publiées et annotées par
   M. _Paulin Pâris_.



LE ROI D'ANGLETERRE A PARIS.

1254.


Le roi d'Angleterre Henri III étant venu à la noble maison de
religieuses qu'on appelle Fontevrault[248], s'y mit en prière sur les
tombes de ses prédécesseurs qui y avaient été enterrés. Puis, étant
venu au sépulcre de sa mère, Isabelle, qui était dans le cimetière, il
fit transférer le corps dans l'église, fit élever par-dessus un
mausolée, et offrit, en ce lieu et en d'autres lieux de la même
église, de précieuses étoffes de soie, accomplissant ainsi ce
commandement du Seigneur: «Honore ton père et ta mère...»

  [248] Célèbre abbaye dans l'Anjou, près de Saumur.

Se sentant malade, il alla semblablement à Pontigny, se mit pieusement
en prière sur la tombe et sur la châsse de saint Edmond, et recouvra
le bienfait de la santé. Il offrit donc en ce lieu des tapis et des
présents précieux et dignes d'un roi.

A la même époque, comme le seigneur roi d'Angleterre désirait
ardemment depuis longtemps voir le royaume de France, le seigneur roi
son beau-frère[249], la dame reine de France, sœur de la dame reine
d'Angleterre, les cités et les églises de France, les mœurs et
l'intérieur des Français, et la très noble chapelle du roi de France,
qui est à Paris, ainsi que les incomparables reliques qui y sont
gardées, il envoya au roi de France des députés solennels et quand il
eut obtenu passage en toute bienveillance et sécurité, il rassembla
son escorte et sa très-noble compagnie, puis dirigea sa marche vers la
ville d'Orléans.

  [249] Saint Louis avait épousé Marguerite de Provence, sœur
  d'Éléonore de Provence, femme de Henri III.

Le très-pieux roi de France ordonna formellement aux seigneurs de sa
terre et aux citoyens des cités par lesquelles le roi d'Angleterre
devait passer de faire déblayer les rues des immondices, des souches
de bois et de tout ce qui pourrait blesser la vue, de suspendre
partout des tapis, des feuillages et des fleurs; de parer avec tous
les ornements qu'ils pourraient trouver les façades des églises et des
maisons; de le recevoir avec respect et allégresse, au bruit des
cantiques et des cloches, à la lueur des cierges, et revêtus de leurs
habits de fête; d'aller à sa rencontre quand il viendrait, et de le
servir avec empressement pendant son séjour.

Or, le seigneur roi de France, instruit de l'arrivée du seigneur roi
d'Angleterre, alla au devant de lui jusqu'à Chartres. En se voyant ils
se précipitèrent dans les bras l'un de l'autre et se donnèrent le
baiser. Ils se témoignèrent leur amitié par des salutations mutuelles
et par un échange de paroles affables. Le seigneur roi de France
ordonna qu'on fournît libéralement à ses frais des procurations[250]
opulentes et splendides au seigneur roi d'Angleterre, tant qu'il
serait dans son royaume; ce que le seigneur roi d'Angleterre accepta
volontiers en partie. Le roi avait en sa compagnie propre mille
chevaux magnifiques, montés par des personnages de marque, sans
compter les chariots et les bêtes de somme, ainsi que les chevaux
d'élite; le tout formant une multitude si nombreuse, que les Français
étaient stupéfaits de cette nouveauté imprévue. En outre, pendant
toute la journée, et de jour en jour, la compagnie des deux rois
s'accrut immensément et merveilleusement, comme a coutume de le faire
un fleuve grossi par les torrents. En effet, la reine de France, avec
sa sœur la comtesse d'Anjou et de Provence, vint au-devant d'eux pour
trouver ses autres sœurs, la reine d'Angleterre et la comtesse de
Cornouailles, ainsi que le seigneur roi d'Angleterre, pour se
féliciter, se consoler mutuellement et se témoigner leur amitié par
des salutations et des entretiens familiers. Or, leur mère, la
comtesse de Provence, nommée Béatrix, était présente et pouvait se
glorifier, comme une autre Niobé, en considérant ses enfants, car il
n'y avait pas dans le sexe féminin une seule mère au monde qui pût se
glorifier et se féliciter des nobles fruits de son ventre, comme elle
de ses filles.

  [250] _Procuration_, dans les titres ecclésiastiques, se dit des
  repas qu'on donne aux officiers qui viennent en visite dans les
  églises ou monastères, soit évêques, archidiacres ou visiteurs.
  (_Dict. de Trévoux._)

Cependant les écoliers de Paris, surtout ceux qui étaient anglais de
nation[251], étant instruits de l'arrivée de si grands rois et de si
grandes reines, et d'une foule de seigneurs incomparables,
suspendirent pour le moment leurs lectures et leurs disputations,
parce que c'était une époque entièrement consacrée à la joie,
retranchèrent quelque chose sur les portions communes de la semaine,
achetèrent des cierges et des habits de fête, qu'on appelle
vulgairement cointises, se procurèrent tout ce qui pouvait servir à
témoigner leur joie, et allèrent au-devant des nobles visiteurs, en
chantant, en portant des rameaux et des fleurs, des guirlandes et des
couronnes, et au son des instruments de musique. Or, le nombre de ceux
qui arrivaient et de ceux qui venaient à leur rencontre était immense.
Jamais dans les temps passés on n'avait vu en France une aussi belle
fête, ni un si grand ou si solennel rassemblement que celui qui se
portait à la rencontre des arrivants. Les écoliers et les citoyens
passèrent tout ce jour-là, et la nuit et les jours suivants, dans la
joie, parcourant la ville, merveilleusement tapissée; ce n'étaient que
chansons, que flambeaux, que fleurs, que cris d'allégresse, enfin
toutes les pompes de ce monde.

  [251] L'université de Paris était la plus célèbre et la plus
  fréquentée de l'Europe; des écoliers de toutes les nations
  venaient y étudier.

Lorsque les rois et ceux qui les servaient et les accompagnaient,
cortége dont le nombre aurait pu former une copieuse armée, furent
arrivés à Paris, et qu'une telle et si grande noblesse de l'Université
de Paris fut venue au-devant d'eux, le roi de France se réjouit
beaucoup et rendit grâces aux clercs des honneurs de toutes espèces
qu'ils rendaient à ses hôtes. Puis le seigneur roi de France dit au
seigneur roi d'Angleterre: «Ami, voici que la ville de Paris est à ta
disposition; où te plaît-il de prendre ton logis? Là est mon palais,
au milieu de la ville: s'il t'agrée de t'y arrêter, que ta volonté
soit faite. Si tu préfères le Vieux-Temple, qui est hors la ville et
où le local est plus spacieux, ou bien tout autre endroit qui te
plaise davantage, tu n'as qu'à vouloir.» Le seigneur roi d'Angleterre
choisit pour hôtel le Vieux-Temple, parce que sa compagnie était
nombreuse et qu'il y a dans ce même Vieux-Temple des bâtiments
suffisants et convenables pour une nombreuse armée. En effet, quand
tous les Templiers d'en deça des monts se rendent aux époques et aux
termes fixés à leur chapitre général, ils trouvent là des logements
convenables. Or, il faut qu'ils reposent tous dans un seul palais, car
ils traitent de nuit leurs affaires dans le chapitre. Cependant,
quoiqu'il y eût tant de logements dans l'intérieur du palais, la
compagnie du roi était tellement nombreuse, que beaucoup furent forcés
de dormir à la belle étoile, sans que les maisons voisines qui
s'étendaient du côté de la place qu'on appelle la Grève pussent
suffire à cette foule. Les chevaux furent placés hors des bâtiments,
dans les lieux qui parurent les plus propres à devenir des étables.

Le roi d'Angleterre ayant donc choisi le Vieux-Temple pour son logis,
ordonna que le lendemain de grand matin toutes les maisons du même
palais, c'est-à-dire du même Temple, fussent remplies de pauvres que
l'on ferait manger. Chacun de ces pauvres, quoique leur nombre fût
considérable, fut abondamment servi en viandes et en poissons avec le
pain et le vin.

Ce même lendemain, tandis que les pauvres étaient restaurés à la
première et à la troisième heure, le seigneur roi d'Angleterre,
conduit par le roi de France, visita la très-magnifique chapelle qui
est dans le palais même du roi de France[252], ainsi que les reliques
qui s'y trouvent et qu'il honora par des prières et par des offrandes
royales. Il visita semblablement les autres lieux honorables de la
ville, pour y prier dévotement avec vénération, et il y laissa des
offrandes.

  [252] Aujourd'hui le Palais de Justice; il ne reste plus que la
  sainte chapelle et quelques parties de cet ancien édifice.

Ce même jour, le seigneur roi de France, comme il en était convenu
d'avance, dîna avec le seigneur roi d'Angleterre au susdit
Vieux-Temple, dans la grande salle royale, avec la nombreuse suite des
deux rois. Toutes les cours du palais étaient remplies de gens qui
mangeaient, et il n'y avait ni à la porte principale, ni à aucune
entrée, des huissiers ou des gardes pour écarter ceux qui voulaient
prendre place; il y avait libre accès et repas abondant pour tous ceux
qui se présentaient. Or, la multiplicité des mets de toutes espèces
allait jusqu'à pouvoir faire naître le dégoût parmi les convives.
Après le festin, le seigneur roi d'Angleterre envoya aux seigneurs
français, dans leurs hôtels, de superbes coupes en argent, des
fermoirs en or, des ceintures de soie, et d'autres présents tels qu'il
convenait à un si grand roi d'en donner, et à de si nobles seigneurs
d'en recevoir gracieusement.

Jamais, à aucune époque dans les temps passés, même du vivant
d'Assuérus, d'Arthur ou de Charles, ne fut célébré un repas si
splendide et si nombreux; car on y remarqua d'une manière éclatante la
fertile variété des mets, la délicieuse fécondité des boissons,
l'empressement joyeux des serviteurs, le bel ordre des convives,
l'abondante libéralité des présents. Or, il y avait là des personnages
vénérables qui non-seulement n'ont pas de supérieurs dans le monde,
mais encore dont on ne pourrait trouver les égaux.

Or, le repas fut donné dans la grande salle royale du Temple, où l'on
avait suspendu de tous côtés, selon la coutume d'outre-mer, autant de
boucliers qu'il en fallait pour couvrir les quatre murailles, et parmi
eux se trouvait le bouclier de Richard roi d'Angleterre. Aussi un
certain plaisant dit au seigneur roi d'Angleterre: «Messire, pourquoi
avez-vous invité les Français à venir dîner et se réjouir avec vous
dans cette salle? Voici le bouclier du roi d'Angleterre Richard au
Grand-Cœur. Ils ne pourront manger sans avoir peur et sans trembler.»
Mais laissons cela. Voici l'ordre dans lequel les convives étaient
disposés. Le seigneur roi de France, qui est le roi des rois de la
terre[253], tant à cause de l'huile céleste dont il a été oint qu'à
cause de son pouvoir et de sa prééminence en chevalerie, s'assit au
milieu, ayant à sa droite le seigneur roi d'Angleterre et le seigneur
roi de Navarre[254] à sa gauche. Comme le seigneur roi de France
s'efforçait de régler les places autrement, de telle sorte que le roi
d'Angleterre fût assis au milieu et à la place la plus élevée, le
seigneur roi d'Angleterre lui dit: «Non pas, messire roi, prenez le
lieu le plus honorable, c'est-à-dire la place du milieu et la plus
élevée; car vous êtes mon seigneur et le serez, et vous en savez la
cause[255].» Alors le pieux roi de France reprit, mais à voix basse:
«Plût à Dieu que chacun obtînt son droit sans être lésé; mais
l'orgueil des Français ne le souffrirait pas.» Or, laissons ce sujet.
Ensuite les ducs prirent place à la même table, selon leurs dignités
et prééminences; ils étaient au nombre de vingt-cinq, et les personnes
qui étaient assises aux places les plus élevées se trouvaient
cependant mêlées aux ducs susdits. De plus, douze évêques assistèrent
à ce festin; ils étaient placés avant certains ducs, et se trouvaient
cependant mêlés aux barons. On ne peut fixer le nombre des chevaliers
de renom qui prirent place à leur tour. Les comtesses étaient au
nombre de dix-huit, parmi lesquelles il y avait deux sœurs des deux
reines susdites, savoir: la comtesse de Cornouailes, la comtesse
d'Anjou et de Provence, qui étaient comparables à des reines, ainsi
que la comtesse Béatrix, mère de toutes. Après le repas, qui fut
abondant et splendide, quoique ce fût un jour à poisson, le roi
d'Angleterre vint loger cette nuit-là dans le grand palais du seigneur
roi de France, qui est au milieu de la ville de Paris. En effet, le
seigneur roi de France l'exigea formellement, et dit en plaisantant:
«Laissez-moi faire, car il convient que j'accomplisse tout ce qui est
courtoisie et justice;» puis il ajouta en souriant: «Je suis seigneur
et roi dans mon royaume, je veux donc être le maître chez moi.» Le roi
d'Angleterre alors se laissa conduire.

  [253] Comme on le voit, la supériorité des rois de France n'est
  pas contestée par l'historien anglais.

  [254] Thibaut V, dit le jeune, comte de Champagne et roi de
  Navarre; il avait épousé Isabelle, fille de saint Louis.

  [255] Allusion à la paix que projetaient les deux rois, et en
  vertu de laquelle le roi d'Angleterre se reconnut vassal de saint
  Louis pour ses fiefs de Guyenne.

Quand le roi d'Angleterre eut traversé un faubourg qu'on appelle la
Grève et ensuite un faubourg du côté de Saint-Germain l'Auxerrois,
puis après un grand pont[256], il considéra l'élégance des bâtiments
qui dans la ville de Paris sont faits en chaux cuite, c'est-à-dire en
plâtre, ainsi que les maisons à trois arceaux et à quatre étages ou
même plus, aux fenêtres desquelles apparaissait une multitude infinie
de personnes des deux sexes; et une foule serrée s'agglomérait et se
pressait à l'envi pour voir le roi d'Angleterre à Paris. Sa renommée
brilla du plus grand éclat et fut portée aux nues par les Français, à
cause de ses largesses et de ses présents, de la libéralité qui
convenait à ce jour-là, de l'abondance de ses aumônes, de la belle
ordonnance de sa compagnie, et enfin parce que le seigneur roi de
France s'était uni par mariage à une sœur et le seigneur roi
d'Angleterre à l'autre sœur.

  [256] Sans doute le pont au Change.

Les rois de France et d'Angleterre restèrent ensemble pendant huit
jours, se récréant mutuellement par des entretiens longtemps désirés.
Or, le pieux roi de France disait: «N'avons-nous pas épousé les deux
sœurs et nos frères[257] les deux autres? Tous les enfants, filles ou
garçons, qui ont tiré ou qui tireront naissance d'icelles seront comme
frères et sœurs. Oh! s'il y avait entre pauvres hommes pareille
affinité ou consanguinité, combien ils se chériraient mutuellement,
combien ils seraient unis du fond du cœur! Je m'afflige, le Seigneur
le sait, de ce que notre affection réciproque ne puisse être
parfaitement d'accord en tout. Mais l'opiniâtreté de mes barons ne se
soumet pas à ma volonté; car ils disent que les Normands ne sauraient
pas observer pacifiquement leurs bornes ou leurs limites sans les
violer; et par ainsi tu ne peux recouvrer tes droits[258].» Mais
laissons ce sujet. Le seigneur roi d'Angleterre, en se séparant de la
présence dudit roi de France, fut reconduit par lui l'espace d'une
journée de marche. Or, il fut reconnu, par un calcul certain, qu'il
avait répandu en dépenses faites à Paris 1,000 livres d'argent, sans
compter les présents inappréciables qu'il avait tirés de son trésor,
non sans le diminuer beaucoup. Cependant l'honneur du seigneur roi
d'Angleterre et de tous les Anglais ne fut pas médiocrement exalté ni
faiblement augmenté.

  [257] Les comtes d'Anjou et de Cornouailles.

  [258] C'est-à-dire la Normandie, confisquée par Philippe-Auguste.
  Saint Louis doutait de la justice de cette confiscation.

Un jour, tandis que les deux rois s'entretenaient, le roi de France
dit au roi d'Angleterre: «Ami, combien douces tes paroles sont à mes
oreilles; réjouissons-nous en conversant ensemble, car peut-être ne
jouirons-nous jamais une autre fois à l'avenir d'un entretien mutuel.»
Puis il ajouta: «Mon ami roi, il n'est pas facile de te démontrer
quelle grande et douloureuse amertume de corps et d'âme j'ai éprouvée,
par amour pour le Christ, dans mon pèlerinage; quoique tout ait tourné
contre moi, je n'en rends pas moins grâces au Très-Haut; car en
revenant à moi-même, et en entrant et rentrant dans mon cœur, je me
réjouis plus de la patience que le Seigneur m'a donnée par sa faveur
spéciale, que s'il m'eût accordé l'empire du monde entier.»

Lorsque les deux rois se furent avancés l'espace d'environ une journée
de marche, ils se séparèrent l'un de l'autre, et, s'étant détournés
quelque peu à l'écart sur le bord de la route, ils se dirent des
paroles secrètes et amicales. Le roi de France dit alors en soupirant:
«Plût à Dieu que les douze pairs de France et le baronnage
consentissent à mon désir[259]; nous serions certes des amis
indissolubles. Notre discorde est pour les Romains une excitation à se
déchaîner et un sujet de s'enorgueillir.» S'étant donc baisés et
embrassés réciproquement, ils se quittèrent.

  [259] Qui était de rendre au roi d'Angleterre une partie des
  conquêtes de Philippe-Auguste, que saint Louis regardait comme
  injustement faites.

   MATTHIEU PARIS, _la Grande Chronique_, traduite par M.
   Huillard-Bréholles.



DE CELUI QUI JURA VILAIN SERMENT.

1256.


Une fois avint que le roi chevauchoit parmi Paris; si oï et entendi un
homme qui jura trop villainement de Dieu: si en fu le roy moult
courroucié en son cuer et commanda que il feust pris, et le fist
signer d'un fer bien chaut et ardant parmi la lèvre de sa bouche, pour
ce que il eust perdurable mémoire de son péchié et que les autres
doubtassent à jurer villainement de leur créateur. Moult de gens
murmurèrent contre le roy pour ce que cil estoit si laidement signé.
Le roy, qui bien entendit leur murmurement, ne s'en esmut de rien
contre eux, ainsois fu remembrant de l'Escripture, qui dit: «Sire
Dieu, il te maudiront et tu les béniras.» Si dist une parole qui bien
fu escoutée: «Je voudroie estre ainsi signé et en telle manière comme
celluy est, et jamais villain serement ne feust juré en mon royaume.»
La sepmaine emprès que cil fu signé le roy donna aux povres femmes
lingières qui vendent viez peufres[260] et viez chemises, et aux
povres ferrons qui ne pevent avoir maisons la place d'entour les murs
des Innocents pour Dieu et en aumosne. Si en fu moult bénéi du
peuple[261].

  [260] Vieilles fripperies.

  [261] De là sans doute l'origine du nom des rues de la _Grande
  Fripperie et de la Ferronnerie_. (_Note de M. Paulin Pâris._)

   _Les Grands Chroniques de Saint Denis_, publiées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



LA PRAGMATIQUE SANCTION.

1269.


Malgré la bulle d'Alexandre IV qui défendait toute sentence
d'excommunication ou d'interdit sur les terres de France, l'exemple de
l'Angleterre ne rassurait point entièrement Louis IX sur la paix de
l'Église du royaume; car des événements imprévus pouvaient pousser un
autre pontife à changer cette disposition. Le monarque résolut donc de
fixer lui-même par des statuts réguliers les limites de l'autorité
papale quant au temporel, et de proclamer à ce sujet son indépendance
absolue. Sa présence en France et l'attitude de son parlement avaient
suffi jusque alors; mais ce frein échappait avec lui, et il sentit
encore plus la nécessité d'une manifestation énergique, quand Clément
IV, avant sa mort, décida que tous les bénéfices ecclésiastiques
seraient désormais, comme toujours, à la disposition du saint-siége,
qui pourrait les conférer, vacants ou non vacants.

Ces sortes d'empiétements de juridiction s'étaient successivement
augmentés à chaque nouvelle croisade entreprise sons l'influence
papale, et Louis, le plus pieux des princes, mais aussi l'un des plus
éclairés, en redoutait surtout l'abus à la veille d'une longue
absence[262]. Aussi, après de mûres réflexions et avoir pris les
conseils de ses prud'hommes et l'avis du parlement, dont la plupart
des prélats du royaume faisaient partie, il se décida à promulguer
l'ordonnance appelée Pragmatique sanction. Cette ordonnance a été
considérée depuis comme le premier acte fondateur des libertés de
l'Église gallicane, titre inconnu jusque alors, en les déclarant et
les expliquant. Elle était ainsi conçue:

  [262] Il allait partir pour la croisade de Tunis.

«Louis, par la grâce de Dieu, roi des Français, à la perpétuelle
mémoire de la chose;

«Voulant pourvoir à la tranquillité des églises du royaume, à
l'augmentation du culte divin, au salut des âmes, et désirant obtenir
la grâce et le secours du Tout-Puissant, sous la protection duquel
nous mettons notre royaume, avons par le présent édit perpétuel,
ordonné et ordonnons:

«Premièrement: que les prélats des églises de notre royaume, patrons
et collateurs ordinaires de bénéfices jouiront pleinement de leurs
droits et conserveront leur juridiction, sans que Rome y puisse donner
aucune atteinte par ses réserves, par ses grâces expectatives ou par
ses mandats;

«Secondement: que les églises cathédrales ou abbatiales et autres
pourront faire librement leurs élections, qui sortiront leur plein et
entier effet;

«Troisièmement: que le crime de simonie, qui infecte l'Église, soit
entièrement banni du royaume, comme une peste préjudiciable à la
religion;

«Quatrièmement: nous voulons que les promotions, collations,
provisions et dispositions des prélatures, dignités et autres
bénéfices et offices ecclésiastiques de notre royaume se fassent
suivant la disposition du droit commun des sacrés conciles et les
ordonnances des anciens pères de l'Église;

«Cinquièmement: voulant empêcher les exactions insupportables de la
cour romaine, qui se trouve malheureusement appauvrie, nous défendons
de lever les sommes qu'elle a accoutumé d'imposer sur les églises du
royaume, si ce n'est pour une cause pieuse, raisonnable et pressante,
et de notre exprès commandement et de celui des églises de France;

«Sixièmement, enfin: approuvons et confirmons par les présentes les
libertés françaises, immunités, prérogatives, droits et priviléges
accordés par les rois de France nos prédécesseurs, ou par nous, aux
églises, monastères, et aux personnes religieuses de notre royaume.

«En témoignage de quoi avons fait apposer notre sceau aux présentes
lettres. Donné à Paris, en mars, l'an de Notre-Seigneur Jésus-Christ
1269.

   _Histoire de saint Louis_, par le marquis de Villeneuve-Trans, 3
   vol. in-8º, 1839.--T. III, p. 361.



LETTRE DE SAINT LOUIS A MATHIEU, ABBÉ DE SAINT-DENIS.

1270.


Louis, par la grâce de Dieu, roi des Français, à son cher et fidèle
Mathieu, abbé de Saint-Denis, salut et affection.

Nous vous avons annoncé que nous nous étions embarqué à Aigues-Mortes
le 1er juillet, et que le lendemain nous avions mis à la voile pour
Tunis. Ayant abordé en Sardaigne, sous la conduite de Dieu, nous
sommes restés quelques jours sur nos vaisseaux au port de Cagliari,
attendant les vaisseaux de nos barons et des autres croisés qui nous
suivaient. Après leur arrivée, nous avons tenu conseil et résolu de
nous diriger vers Tunis. Nous avons en conséquence remis à la voile,
et nous avons abordé au port de Tunis le jeudi d'avant la fête de
sainte Marie-Madeleine; le vendredi, nous avons pris terre sans aucun
obstacle. Après avoir fait débarquer nos chevaux, nous nous sommes
avancés jusqu'à l'ancienne ville qu'on nomme Carthage, et nous avons
dressé notre camp devant cette ville. Nous avons avec nous notre frère
Alfonse, comte de Poitiers et de Toulouse, et nos enfants Philippe,
Jean et Pierre, notre neveu Robert comte d'Artois et nos autres
barons. Notre fille la reine de Navarre, les femmes des autres
princes, les enfants de Philippe et du comte d'Artois sont sur les
vaisseaux près de nous; nous jouissons tous, grâce à Dieu, d'une santé
parfaite. Nous vous annonçons qu'après avoir pourvu à tout ce qui
était nécessaire, nous avons, avec le secours de Dieu, emporté
d'assaut la ville de Carthage, où plusieurs Sarrasins ont été passés
au fil de l'épée.

Donné au camp devant cette ville, le jour de la fête de saint Jacques
apôtre, 1270 (25 juillet).

   Traduit par Michaud, _Histoire des Croisades_, t. 5, p. 537.



INSTRUCTIONS DE SAINT-LOUIS AU LIT DE MORT, ADRESSÉES A SON FILS
PHILIPPE LE HARDI[263].

1270.


Cher fils, pour ce que je désire de tout mon cœur que tu sois bien
enseigné en toutes choses, j'ai pensé que tu recevrais plusieurs
enseignements de cet écrit, car je t'ai ouï dire aucunes fois que tu
retiendrais plus de moi que de tout autre.

  [263] Ces instructions ont été inscrites dans un registre de la
  Chambre des Comptes. Pour en faciliter la lecture, quelques
  expressions ont été rajeunies. (_Note de M. Michaud_). Nous
  reproduisons ici le texte donné par M. Michaud dans son _Histoire
  des Croisades_, t. V, p. 549.

Cher fils, je t'enseigne premièrement que tu aimes Dieu de tout ton
cœur et de tout ton pouvoir, car sans cela nul ne peut rien valoir;
tu te dois garder de toutes choses que tu penseras devoir lui
déplaire, et qui sont en ton pouvoir, et spécialement tu dois avoir
cette volonté que tu ne fasses péché mortel pour nulle chose qui
puisse arriver, et qu'avant tu souffrirais tous tes membres être
hachés et ta vie enlevée par le plus cruel martyre plutôt que tu ne
fasses péché mortel avec connaissance.

Si Notre-Seigneur t'envoie aucune persécution ou maladie ou autre
chose, tu la dois souffrir débonnairement, et l'en dois remercier et
savoir bon gré; car tu dois penser qu'il l'a fait pour ton bien, et tu
dois encore penser que tu l'as bien mérité, et plus encore s'il le
veut, pour ce que tu l'as peu aimé et peu servi et pour ce que tu as
fait maintes choses contre sa volonté.

Si Notre-Seigneur t'envoie aucune prospérité ou de santé de corps ou
d'autre chose, tu l'en dois remercier humblement, et tu dois prendre
garde que de ce tu ne te décries, ni par orgueil, ni par autre tort,
car c'est grand péché que de guerroyer Notre-Seigneur de ses dons.

Cher fils, je t'enseigne que tu choisisses toujours confesseur de
sainte vie et suffisante science, par quoi tu sois enseigné des choses
que tu dois éviter et des choses que tu dois faire; et aies telle
manière en toi par laquelle tes confesseurs et amis t'osent hardiment
enseigner et reprendre.

Cher fils, je t'enseigne que tu entendes volontiers le service de
sainte Église; et quand tu seras à la chapelle, garde-toi d'oser
parler vaines paroles. Tes oraisons dis avec recueillement ou par
bouche ou de pensée, et spécialement sois plus attentif à l'oraison
quand le corps de Notre-Seigneur sera présent à la messe.

Cher fils, aie le cœur compatissant envers les pauvres et envers tous
ceux que tu penseras qui ont souffrance de cœur ou de corps, et
suivant ton pouvoir, soulage-les volontiers de consolations ou
d'aumônes; si tu as malaise de cœur, dis-le à ton confesseur ou à
tout autre que tu penses qui soit loyal ou qui te sache bien garder
secret; pour ce que tu sois plus en paix, ne fais que choses que tu
puisses dire.

Cher fils, aie volontiers la compagnie des bonnes gens avec toi, soit
de religion, soit du siècle, et esquive la compagnie des mauvais; aie
volontiers bons parlements avec les bons, et écoute volontiers parler
de Notre-Seigneur en sermons; et en privé pourchasse volontiers les
pardons. Aime le bien en autrui et hais le mal, et ne souffre pas que
l'on dise devant toi paroles qui puissent attirer gens à péché.
N'écoute pas volontiers médire d'autrui ni nulle parole qui tourne à
mépris de Notre-Seigneur, ou de Notre-Dame, ou des saints. Telle
parole ne souffre sans en prendre vengeance; que si elle venoit de
clerc ou de si grande personne que tu ne puisses punir, fais-le dire à
celui qui pourrait en faire justice.

Cher fils, prends garde que tu sois si bon en toutes choses, que par
là il appert que tu reconnaisses les bontés et les honneurs que
Notre-Seigneur t'a faits, en telle manière que s'il plaisoit à
Notre-Seigneur que tu vinsses à l'honneur de gouverner le royaume, tu
fusses digne de recevoir la sainte onction dont les rois de France
sont sacrés.

Cher fils, s'il advient que tu parviennes au royaume, prends soin
d'avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c'est-à-dire que tu
sois si juste que tu ne t'écartes de la justice, quelque chose qui
puisse arriver. S'il advient qu'il y ait querelle entre un pauvre et
un riche, soutiens de préférence le pauvre au riche, jusqu'à ce que tu
saches vérité; et quand tu la connaîtras, fais justice. S'il advient
que tu aies querelle contre autrui, soutiens la querelle de l'étranger
devant ton conseil; ne fais pas semblant d'aimer trop ta querelle,
jusqu'à ce que tu connaisses la vérité; car ceux de ton conseil
pourraient craindre de parler contre toi, ce que tu ne dois pas
vouloir.

Cher fils, si tu apprends que tu possèdes quelque chose à tort ou de
ton temps ou de celui de tes ancêtres, aussitôt rends-le, toute grande
que soit la chose, en terre, deniers ou autre chose. Si la chose est
obscure, par quoi tu n'en puisses savoir la vérité, fais telle paix
par conseil de prud'hommes par quoi ton âme et celle de tes ancêtres
soient du tout délivrées; et si jamais tu entends dire que tes
ancêtres aient restitué, mets toujours soin à savoir si rien ne reste
encore à rendre, et si tu le trouves, fais-le rendre aussitôt pour la
délivrance de ton âme et de celle de tes ancêtres.

Sois bien diligent de faire garder en ta terre toutes manières de
gens, et spécialement les personnes de sainte Église; défends qu'on ne
leur fasse tort ni violence en leurs personnes ou en leurs biens, et
je veux te rappeler une parole que dit le roi Philippe, un de mes
aïeux, comme un de son conseil m'a dit l'avoir entendu. Le roi était
un jour avec son conseil privé, et disaient ceux de son conseil que
les clers lui faisaient grand tort, et que l'on s'émerveillait comment
il le souffrait. Il répondit: Je crois bien qu'ils me font grand tort;
mais quand je pense aux honneurs que Notre-Seigneur me fait, je
préfère de beaucoup souffrir mon dommage que faire chose par laquelle
il arrive esclandre entre moi et sainte Église. Je te remémore ceci
pour que tu ne sois pas léger à croire autrui contre les personnes de
sainte Église. De telle façon les dois honorer et garder qu'ils
puissent faire le service de Notre-Seigneur en paix; ainsi
t'enseigné-je que tu aimes principalement les gens de religion, et les
secoures volontiers dans leurs besoins; et ceux que tu penseras par
lesquels Notre-Seigneur est le plus honoré et servi, ceux-là aime-les
plus que les autres.

Cher fils, je t'enseigne que tu aimes et honores ta mère, et que tu
retiennes volontiers et observes ses bons enseignements, et sois
enclin à croire ses bons conseils; aime tes frères et veuille toujours
leur bien et avancement, et leur tiens lieu de père pour les enseigner
à tous biens; et prends garde que par amour pour qui que ce soit tu ne
déclines de bien faire ni ne fasses chose que tu ne doives.

Cher fils, je t'enseigne que tous les bénéfices de sainte Église que
tu auras à donner, tu les donnes à bonnes personnes par grand conseil
de prud'hommes, et il me semble qu'il vaut mieux que tu donnes à ceux
qui n'ont rien et qui en feront bon emploi; si les cherche bien.

Cher fils, je t'enseigne que tu te défendes, autant que cela te sera
possible, d'avoir guerre avec nul chrétien, et si l'on te fait tort,
essaye plusieurs voies pour savoir si tu ne pourras trouver moyen de
recouvrer ton droit avant de faire guerre, et aie attention que ce
soit pour éviter les péchés qui se font en guerre. Et s'il advient
qu'il te la convienne faire, commande diligemment que les pauvres gens
qui n'ont fautes ou forfaits soient gardés, que dommage ne leur vienne
ni par incendie ni par autre chose; car il te vaudrait encore mieux
que tu aies à craindre le malfaiteur, pour prendre ses villes ou ses
châteaux par force de siége; et garde que tu sois bien conseillé avant
que tu meuves nulle guerre, que la cause soit beaucoup raisonnable et
que tu aies bien sommé le malfaiteur et autant attendu comme tu le
devras.

Cher fils, je t'enseigne que les guerres et débats qui seront en ta
terre ou entre tes hommes, tu te mettes en peine, autant que tu le
pourras, de les apaiser; car c'est une chose qui plaît beaucoup à
Notre-Seigneur; et messire saint Martin nous a donné très-grand
exemple, car il alla pour mettre concorde entre les clercs qui étaient
en l'archevêché, au temps qu'il savait par Notre-Seigneur qu'il devait
mourir; et il lui sembla que par là il mettait bonne fin à sa vie.

Cher fils, prends garde qu'il y ait bons baillis et bons prévôts en ta
terre, et fais souvent prendre garde qu'ils fassent bien justice et
qu'ils ne fassent à autrui tort ni chose qu'ils ne doivent; de même
ceux qui sont en ton hôtel, fais prendre garde qu'ils ne fassent
aucune injustice; car combien que tu dois haïr tout mal fait à autrui,
tu dois plus haïr le mal qui viendrait de ceux qui de toi reçoivent le
pouvoir, que tu ne dois des autres; et plus dois garder et défendre
que cela n'advienne.

Cher fils, je t'enseigne que tu sois toujours dévoué à l'Église de
Rome et à notre saint père le Pape, et lui portes respect et honneur,
comme tu le dois à ton père spirituel.

Cher fils, donne volontiers pouvoir à gens de bonne volonté qui en
sachent bien user, et mets grande peine à ce que les péchés soient
ôtés en ta terre, c'est-à-dire le vilain serment[264] en toutes choses
qui se fait ou dit à mépris de Dieu ou de Notre-Dame et des saints,
péchés de corps, jeux de dés, taverniers et autres péchés. Fais
abattre en ta terre, sagement et en bonne manière, les traîtres à ton
pouvoir; fais-les chasser de ta terre et les autres mauvaises gens,
tant qu'elle en soit bien purgée. Lorsque, par sage conseil de bonnes
gens, tu entendras quelque chose à bien faire, avance-les par tout ton
pouvoir; mets grand soin à ce que tu fasses reconnaître les bontés que
Notre-Seigneur t'aura faites et que tu l'en saches remercier.

  [264] Le blasphème.

Cher fils, je t'enseigne que tu mettes grande entente à ce que les
deniers que tu dépenseras soient en bon usage dépensés, et qu'ils
soient levés justement; c'est un sens que je voudrais que tu eusses
beaucoup, c'est-à-dire que tu te gardasses de folles dépenses et de
mauvaises prises, et que tous les deniers fussent bien pris et bien
employés; et ce sens t'enseigne Notre-Seigneur, avec les autres sens
qui te sont profitables et convenables.

Cher fils, je te prie que, s'il plaît à Notre-Seigneur que je trépasse
de cette vie avant toi, que tu me fasses aider par messes et oraisons,
et que tu envoies par les congrégations du royaume de France pour leur
faire demander prière pour mon âme, et que tu entendes à tous les
biens que tu feras, que Notre-Seigneur m'y donne part.

Cher fils, je te donne toute la bénédiction que le père peut et doit
donner à son fils, et prie Notre-Seigneur Dieu Jésus-Christ que par sa
grande miséricorde et par les prières et par les mérites de sa
bienheureuse mère la vierge Marie, et des anges et des archanges, et
de tous saints et de toutes saintes, qu'il te garde et défende que tu
ne fasses chose qui soit contre sa volonté, et qu'il te donne grâce de
faire sa volonté, et qu'il soit servi et honoré par toi; et
puisse-t-il accorder à toi et à moi, par sa grande générosité,
qu'après cette mortelle vie nous puissions venir à lui pour la vie
éternelle, là où nous puissions le voir, aimer et louer sans fin.
_Amen._

A lui soit gloire, honneur et louange, qui est un Dieu avec le Père et
le Saint-Esprit, sans commencement et sans fin. _Amen._



SAINT LOUIS.

_Ses saintes paroles et ses bons enseignements._


Au nom de Dieu le Tout-puissant, moi Jean, sire de Joinville, sénéchal
de Champagne, fais écrire la vie de notre saint Louis, ce que je vis
et entendis par l'espace de six ans que je fus en sa compagnie au
pèlerinage d'outre-mer et depuis que nous revînmes. Et avant que je
vous conte de ses grands faits et de sa chevalerie, je vous conterai
d'abord ce que je vis et entendis de ses saintes paroles et de ses
bons enseignements, pour qu'ils soient placés dans un ordre convenable
et pour édifier ceux qui les entendront.

Ce saint homme aima Dieu de tout son cœur, et agit en conséquence. Il
y parut bien en ce que, de même que Dieu mourut pour l'amour qu'il
avait pour son peuple, il mit son corps en aventure de mort par
plusieurs fois pour l'amour qu'il avait pour son peuple, ce qu'il
pouvait bien éviter s'il eût voulu, comme vous l'entendrez ci-après.
L'amour qu'il avait pour son peuple parut à ce qu'il dit à son fils
aîné pendant une grave maladie qu'il eut à Fontainebleau: «Beau fils,
fit-il, je te prie que tu te fasses aimer du peuple de ton royaume;
car vraiment j'aimerais mieux qu'un Écossais vînt d'Écosse et
gouvernât bien et loyalement le royaume, que tu le gouvernasses mal et
au su de tout le monde.» Le saint aima tant la vérité, que même aux
Sarrasins ne voulut-il pas mentir de ce qu'il était convenu, ainsi que
vous l'entendrez ci-après. De la bouche il fut si sobre, que nul jour
de ma vie je ne l'ai entendu parler d'aucunes nourritures, comme font
maintes personnes riches; au contraire, il mangeait patiemment ce que
ses cuisiniers servaient devant lui. Il était modéré dans ses paroles;
car nul jour de ma vie je ne lui ai entendu mal dire de quelqu'un, ni
jamais nommer le diable, dont le nom est bien répandu dans le royaume,
ce qui, je crois, ne plaît pas à Dieu. Il trempait son vin par
modération, selon ce qu'il voyait que le vin le pouvait supporter. Il
me demanda en Chypre pourquoi je ne mettais pas de l'eau dans mon vin;
et je lui dis que les physiciens[265] me le faisaient faire, parce que
j'avais une grosse tête et un estomac froid et que je ne pouvais pas
m'enivrer. Et il me dit qu'ils me trompaient; car si je ne le trempais
dans ma jeunesse et si je le voulais faire dans ma vieillesse, les
gouttes et les maladies d'estomac me prendraient, et que jamais je
n'aurais santé; et si je buvais le vin tout pur en ma vieillesse, je
m'enivrerais tous les soirs, et que c'était trop laide chose pour un
vaillant homme de s'enivrer.

  [265] Médecins.

Il me demanda si je voulais être honoré en ce monde et avoir paradis à
la mort, et je lui dis oui, et il me dit: Donc, gardez-vous de ne
faire ni de dire à votre escient quelque chose que si tout le monde le
savait vous ne puissiez avouer et dire: J'ai fait cela, j'ai dit cela.

Il me dit que je me gardasse de démentir ni de dédire quelqu'un de ce
qu'il dirait devant moi, à moins que je n'eusse péché ou dommage à en
souffrir; parce que des dures paroles naissent les mêlées dont mille
hommes peuvent mourir.

Il disait que l'on devait vêtir et armer son corps de telle manière
que les prud'hommes de ce siècle ne pussent dire qu'on en fît trop et
les jeunes gens qu'on n'en fît pas assez. Il m'appela une fois, et me
dit: Je n'ose vous parler, à cause de l'esprit subtil que vous avez,
de chose qui touche à Dieu; et pour cela j'ai appelé ces frères qui
sont ici, car je vous veux faire une demande. La demande fut telle.
Sénéchal, fit-il, quelle chose est Dieu? Et je lui dis: Sire, c'est si
bonne chose que meilleure ne peut être. Vraiment, fit-il, c'est bien
répondu; cette réponse que vous avez faite est écrite dans ce livre
que je tiens en ma main. Or, vous demandé-je, fit-il, lequel vous
aimeriez mieux, ou que vous fussiez lépreux ou que vous eussiez fait
un péché mortel? Et moi, qui jamais ne lui mentis, lui répondis que
j'en aimerais mieux avoir fait trente qu'être lépreux. Et quand les
frères s'en furent partis, il m'appela tout seul et me fit asseoir à
ses pieds, et me dit: Comment m'avez-vous dit hier? Et je lui dis que
je lui disais encore, et il me dit: Vous parlez comme un étourdi
emporté; car il n'y a si vilaine lèpre comme d'être en péché mortel,
parce que l'âme qui est en péché mortel est semblable au diable; par
quoi nulle lèpre aussi laide ne peut être. Et bien est vrai que quand
l'homme meurt, il est guéri de la lèpre du corps; mais, quand l'homme
qui a fait le péché mortel meurt, il ne sait pas et n'est pas certain
qu'il ait eu assez de repentir pour que Dieu lui ait pardonné; c'est
pourquoi il doit avoir grand'peur que cette lèpre lui dure autant que
Dieu sera en paradis. Aussi, je vous prie, fit-il, autant que je puis,
que vous ayez à cœur, pour l'amour de Dieu et de moi, d'aimer mieux
que tout malheur arrive au corps, lèpre ou toute autre maladie, que le
péché mortel vienne à votre âme.

Il me demanda si je lavais les pieds aux pauvres le jour du grand
jeudi[266]. Sire, dis-je, en malheur, les pieds de ces vilains ne
laverai-je jamais. Vraiment, fit-il, ce fut mal dit; car vous ne devez
pas avoir en dédain ce que Dieu fit pour notre enseignement. Aussi, je
vous prie, pour l'amour de Dieu d'abord et pour l'amour de moi, que
vous vous accoutumiez à les laver.

  [266] Le jeudi saint.

Il aima tant toutes sortes de gens qui croyaient en Dieu et qui
l'aimaient, qu'il donna la connétable de France à monseigneur Gilles
le Brun, qui n'était pas du royaume de France, parce qu'il avait
grande renommée de croire en Dieu et de l'aimer. Et je crois vraiment
que tel il était.

Il faisait manger à sa table maître Robert de Sorbonne pour la grande
renommée qu'il avait d'être prud'homme. Il arriva un jour qu'il
mangeait à côté de moi, et que nous parlions l'un à l'autre. Parlez
haut, fit-il; car vos compagnons croient que vous médisez d'eux. Si
vous parlez, en mangeant, de choses qui doivent plaire, alors dites
haut; sinon, taisez-vous. Un jour que le roi était en joie, il me dit:
Sénéchal, or dites-moi les raisons pourquoi prud'homme[267] vaut
mieux que béguin[268]? Alors commença la discussion de moi et de
maître Robert. Quand nous eûmes longtemps disputé, il rendit sa
sentence, et dit ainsi: Maître Robert, je voudrais avoir le nom de
prud'homme et que je le fusse, et que tout le reste vous demeurât; car
prud'homme est si grande et si bonne chose, que même au nommer il
emplit la bouche. Au contraire; disait-il, c'était mauvaise chose de
prendre le bien d'autrui; car le mot rendre est si rude, que rien que
le nom écorche la gorge par les R qui y sont, lesquels signifient les
rentes du diable, qui tire toujours en arrière vers lui ceux qui
veulent rendre le bien d'autrui. Et le diable le fait subtilement, car
il séduit tellement les grands usuriers et les grands voleurs, qu'il
leur fait donner à Dieu ce qu'ils devraient rendre. Il me dit ensuite,
que je disse au roi Thibaut, de sa part, qu'il prît garde à ce qu'il
faisait et qu'il n'encombrât son âme pour les grandes sommes qu'il
donnait à la maison des frères prêcheurs de Provins. Car les hommes
sages, tandis qu'ils vivent, doivent faire comme les bons exécuteurs
de testament, qui d'abord réparent les torts faits par le défunt et
rendent le bien d'autrui, et du reste du bien du mort font des
aumônes.

  [267] Homme sage et instruit.

  [268] Dévôt.

Le saint roi fut à Corbeil à une Pentecôte, et il y eut bien
quatre-vingts chevaliers. Le roi descendit après manger au pré qui est
au bas de la chapelle, et parlait à l'entrée de la porte au comte de
Bretagne, le père du duc d'aujourd'hui, que Dieu garde. Là me vint
querir maître Robert de Sorbonne, et me prit par le corps de mon
manteau et me mena au roi, et tous les autres chevaliers vinrent après
nous. Alors je demandai à maître Robert: Maître Robert, que me
voulez-vous? Et il me dit: Je vous veux demander si le roi s'asseyait
en ce pré, et que vous alliez vous asseoir sur son banc plus haut que
lui, si on devrait vous en bien blâmer? Et je lui dis que oui. Et il
me dit: Alors, vous êtes donc à blâmer quand vous êtes plus noblement
vêtu que le roi, car vous vous vêtez de riches étoffes, ce que le roi
ne fait pas. Et je lui dis: Maître Robert, sauf votre grâce, je ne
suis pas à blâmer si je me vêtis de riches étoffes; car cet habit
m'ont laissé mon père et ma mère; mais vous faites à blâmer vous, car
vous êtes fils de vilain et de vilaine, et vous avez laissé l'habit de
votre père et de votre mère, et vous êtes vêtu de plus riche camelin
que le roi ne l'est. Et alors je pris le pan de son surtout et celui
du roi, et je lui dis: Or, regardez si je dis vrai. Et alors le roi,
entreprit de défendre maître Robert de paroles, de tout son pouvoir.

Après ces choses, mon seigneur le roi appela monseigneur Philippe son
fils[269], le père du roi d'aujourd'hui[270], et le roi Thibaut, et
s'assit à la porte de son oratoire, et mit la main à terre, et dit:
Asseyez-vous ici bien près de moi, pour que l'on ne nous entende pas.
Ah! Sire, firent-ils, nous n'oserions nous asseoir si près, de vous,
et il me dit: Sénéchal, asseyez-vous ici. Et ainsi je fis, si près de
lui, que ma robe touchait à la sienne; et il les fit asseoir après
moi, et leur dit: Évidemment vous avez fait grand mal quand vous, qui
êtes mes fils, n'avez fait du premier coup tout ce que je vous ai
commandé; et gardez-vous que cela vous arrive jamais. Et ils dirent
que plus ils ne le feraient. Et alors il me dit qu'il nous avait
appelés pour se confesser à moi de ce qu'à tort il avait défendu
Maître Robert contre moi. Mais, fit-il, je le vis si ébahi qu'il avait
bien besoin que je l'aidasse; et toutefois ne vous en tenez pas à ce
que j'ai dit pour défendre maître Robert; car, comme dit le sénéchal,
vous devez vous bien vêtir et proprement, parce que vos femmes vous en
aimeront mieux et vos gens vous en priseront plus. Car, dit le sage,
on doit se parer en robes et en armes de telle manière que les
prud'hommes de ce siècle ne disent pas qu'on en fait trop, ni les
jeunes gens de ce siècle ne disent qu'on en fait peu.

  [269] Philippe III.

  [270] Philippe IV, le Bel.

Vous entendrez ci-après un enseignement qu'il me fit en mer, quand
nous revenions d'Outre-mer. Il advint que notre nef heurta devant
l'île de Chypre par un vent qui a nom _guerbin_, qui n'est pas un des
quatre maîtres vents[271]; et de ce coup que notre nef prit, les
nautoniers furent si désespérés, qu'ils arrachaient leurs robes et
leur barbe. Le roi sortit de son lit tout déchaussé, car c'était la
nuit; sans autre vêtement qu'une tunique, il alla se mettre en croix
devant le corps de Notre-Seigneur, comme quelqu'un qui n'attendait que
la mort. Le lendemain que cela nous arriva, le roi m'appela tout seul,
et me dit: Sénéchal, maintenant Dieu nous a montré une partie de son
pouvoir; car un de ses petits vents, dont on connaît à peine le nom, a
failli noyer le roi de France, ses enfants, et sa femme et ses gens.
Or, saint Anselme dit que «ce sont des menaces de Notre Seigneur,
comme si Dieu voulait dire: Je vous aurais bien fait mourir, si je
l'avais voulu. Sire Dieu, fait le saint, pourquoi nous menaces-tu? car
les menaces que tu nous fais, ce n'est pas pour ton profit ni pour ton
avantage; car si tu nous avais tous perdus, tu ne serais ni plus
pauvre ni plus riche. Donc ce n'est pas pour ton profit que tu nous as
fait cette menace, mais pour le nôtre si nous savons en tirer
avantage.» Nous devons donc, dit le roi, mettre à profit cette menace
que Dieu nous a faite, de telle manière que si nous sentons dans nos
cœurs et dans nos corps quelque chose qui déplaise à Dieu, nous
devons nous hâter de l'ôter, et nous devons nous efforcer de même de
faire tout ce que nous croirons qui lui plaise; et si nous agissons
ainsi, Notre-Seigneur nous donnera plus de bien en ce siècle et en
l'autre que nous ne saurions dire. Et si nous ne le faisons ainsi, il
fera aussi comme le bon maître doit faire à son mauvais serviteur;
car, après la menace, quand le mauvais serviteur ne se veut amender,
le maître le frappe ou de mort ou d'autres peines graves qui sont
pires que la mort.--Ainsi y prenne garde le roi d'aujourd'hui[272],
car il a échappé à un danger aussi grand ou plus grand[273] que celui
où nous étions; qu'il s'amende de ses méfaits de telle sorte que Dieu
ne le frappe cruellement en sa personne ou en ses choses.

  [271] Les quatre maîtres vents sont ceux du nord, du sud, de
  l'est et de l'ouest. Le guerbin est le vent du sud-ouest.

  [272] Philippe le Bel.

  [273] A la bataille de Mons en Puelle.

Le saint roi s'efforça de tout son pouvoir, par ses paroles, de me
faire croire fermement en la loi chrétienne que Dieu nous a donnée,
ainsi que vous l'entendrez ci-après. Il disait que nous devions croire
si fermement les articles de la foi, que pour mort ou pour mal qui
arrivât au corps, nous n'ayons nulle volonté d'aller à l'encontre par
parole ou par action. Et il disoit que l'ennemi[274] est si subtil que
quand les gens se meurent, il se travaille tant comme il peut pour les
faire mourir en quelque doute des points de la foi; car il voit qu'il
ne peut enlever à l'homme les bonnes œuvres qu'il a faites, et que
s'il meurt dans la vraie foi, c'est une âme perdue pour lui. Et pour
cela on doit se garder et se défendre de ce piége et dire à l'ennemi,
quand il envoie telle tentation: Va-t'en, tu ne me tenteras pas au
point que je ne croie fermement tous les articles de la foi; et quand
tu me ferais trancher tous les membres, je voudrais vivre et mourir
dans cette croyance. Et celui qui fait ainsi triomphe de l'ennemi avec
le bâton et les épées dont l'ennemi le voulait occire.

  [274] Le démon.

Il disait que foi et croyance étaient choses auxquelles nous devions
être fermement attachés, encore que nous n'en fussions certains que
par ouï-dire. Là-dessus il me demanda comment mon père s'appelait; et
je lui dis qu'il avait nom Simon. Et il me demanda comment je le
savais; et je lui répondis que je croyais en être certain et que je le
croyais fermement, parce que ma mère me l'avait témoigné. Donc,
reprit-il, vous devez croire fermement tous les articles de la foi,
desquels nous témoignent les apôtres, ainsi que vous l'entendez
chanter le dimanche au Credo.....

Le gouvernement du roi fut tel que tous les jours il entendait ses
heures chantées et une messe basse de _requiem_, et puis la messe du
jour ou des saints chantée, s'il y avait lieu.

Tous les jours, après manger, il se reposait sur son lit, et quand il
avait dormi et reposé, il priait dans sa chambre pour les morts avec
un de ses chapelains, avant d'entendre les vêpres. Le soir il
entendait complies.

Un cordelier vint à lui au château d'Hyères, là où nous
abordâmes[275]; et pour enseigner le roi, il dit en son sermon qu'il
avait lu la Bible et les livres qui parlent des princes
mécréants[276], et qu'il n'avait jamais trouvé, soit chez les
chrétiens, soit chez les infidèles, qu'aucun royaume se fût perdu ou
ait changé de maître autrement que par défaut de justice. «Or, fit-il,
que le roi qui s'en va en France y prenne garde, qu'il rende bonne et
prompte justice à son peuple; et que pour cela Notre Seigneur lui
permette de conserver son royaume en paix tout le cours de sa vie.» On
dit que celui qui enseignait ainsi le roi est enterré à Marseille, où
Notre-Seigneur fait pour lui maint beau miracle. Il ne voulut demeurer
avec le roi, quelque prière qu'il lui fît, qu'une seule journée.

  [275] En revenant d'Égypte.

Le roi n'oublia pas cet enseignement; il gouverna sa terre bien et
loyalement et selon Dieu, ainsi que vous l'entendrez ci-après. Il
avait réglé sa besogne de telle sorte que monseigneur de Nesle et le
bon comte de Soissons et nous autres qui étions autour de lui, quand
nous avions entendu nos messes, nous allions entendre les plaids[277]
de la porte, que l'on appelle maintenant les requêtes. Et quand il
revenait de l'église, il nous envoyait querir et s'asseyait au pied de
son lit, et nous faisait tous asseoir autour de lui, et nous demandait
s'il y avait quelqu'un à juger qu'on ne pût juger sans lui; nous les
lui nommions, et il les envoyait querir, et il leur demandait:
Pourquoi ne prenez-vous pas ce que nos gens vous offrent? Et ils
disoient: Sire, parce qu'ils nous offrent peu. Et le roi leur
répondait: Vous devriez bien vous contenter de ce que l'on voudra
faire pour vous. Ainsi travaillait le saint homme de tout son pouvoir
comment il les mettrait en voie droite et raisonnable.

  [276] Non chrétiens.

  [277] Débats, procès; plaidoyers.

Maintes fois il advint qu'en été il allait s'asseoir au bois de
Vincennes, après sa messe, et s'accotait à un chêne et nous faisait
asseoir autour de lui. Et tous ceux qui avaient affaire venaient à
lui, sans empêchement d'huissier ni d'autres. Alors il leur demandait
de sa bouche: Y a-t-il ici quelqu'un qui ait procès? Et ceux qui
avaient procès se levaient, et alors il disait: Taisez-vous tous, et
on vous jugera l'un après l'autre. Alors il appelait monseigneur
Pierre de Fontaines[278] et monseigneur Geoffroy de Villette[279], et
disait à l'un d'eux: Jugez-moi cette partie. Et quand il voyait
quelque chose à reprendre dans le discours de ceux qui parlaient pour
autrui, il le reprenait lui-même. Je le vis plusieurs fois en été,
pour juger ses gens, venir au jardin de Paris, vêtu d'une tunique de
camelot, d'un surtout de tirtaine[280] sans manches, un manteau de
cendal[281] noir autour du cou, très bien peigné, sans bonnet, et un
chapeau orné de plumes de paon blanc sur sa tête; et il faisait
étendre un tapis pour nous faire asseoir autour de lui. Et tout le
peuple qui avait affaire par devant lui se tenait debout autour de
lui, et alors il les faisait juger de la manière que je vous ai dit
qu'il faisait au bois de Vincennes.

  [278] Célèbre jurisconsulte, qui fut bailli de Vermandois, puis
  conseiller au parlement.

  [279] Bailli de Tours eu 1261 et ambassadeur de France à Venise
  en 1268.

  [280] Tartan.

  [281] Étoffe de soie.

Je le revis une autre fois à Paris, là où tous les prélats de France
lui mandèrent qu'ils voulaient lui parler, et le roi alla au palais
pour les entendre. Là était l'évêque Gui d'Auxerre, fils de
monseigneur Guillaume de Mello; il parla au roi pour tous les prélats
en ces termes: Sire, ces seigneurs qui sont ici, archevêques et
évêques, m'ont dit que je vous dise que la chrétienté se périt entre
vos mains. Le roi se signa, et dit: Or, dites-moi comment cela est?
Sire, fit-il, c'est parce qu'on prise si peu les excommunications
aujourd'hui, que les gens se laissent mourir excommuniés et sans
absolution, et ne veulent pas faire satisfaction à l'Église. Ils vous
requièrent, Sire, pour Dieu et parce que vous le devez faire, de
commander à vos prévôts et à vos baillis que tous ceux qui demeureront
excommuniés un an et un jour soient contraints par la confiscation de
leurs biens à se faire absoudre. A cela le roi répondit qu'il
l'ordonnerait volontiers contre tous ceux dont on le ferait certain
qu'ils avaient tort. L'évêque dit qu'il ne lui appartenait pas de
connaître de leurs causes. Et le roi lui répondit qu'il ne les ferait
pas autrement, car ce serait contre Dieu et contre raison de
contraindre les gens à se faire absoudre quand les clercs leur
feraient tort. Et de cela, fit le roi, je vous en donne en exemple le
comte de Bretagne, qui étant excommunié a plaidé sept ans contre les
prélats de Bretagne, et a tant fait que le pape les a condamnés tous.
Donc, si j'avais contraint la première année le comté de Bretagne, à
se faire absoudre, j'aurais méfait envers Dieu et envers lui. Alors se
résignèrent les prélats; et oncques depuis n'ai entendu dire que
demande ait été faite des choses dessus dites.

La paix qu'il fit avec le roi d'Angleterre[282], il la fit contre la
volonté de son conseil, lequel lui disait: Sire, il nous semble que
vous perdez la terre que vous donnez au roi d'Angleterre[283], parce
qu'il n'y a pas droit, car son père l'a perdue par jugement. Et à cela
le roi répondit qu'il savait bien que le roi d'Angleterre n'y avait
pas droit, mais qu'il avait raison pour la lui donner: «car nos
femmes sont sœurs et nos enfants cousins germains; c'est pourquoi il
convient que la paix existe. Il y a grand honneur pour moi dans la
paix que je fais avec le roi d'Angleterre, parce qu'il est mon vassal,
ce qu'il n'était pas auparavant.»

  [282] En 1258, à Abbeville.

  [283] Une partie de l'Aquitaine.

La loyauté du roi put être vue au fait de monseigneur de Trie, qui
remit au saint roi des lettres, lesquelles disaient que le roi avait
donné aux héritiers de la comtesse de Boulogne, qui était morte
récemment, le comté de Dammartin. Le sceau de la lettre était brisé,
si bien qu'il ne restait plus que la moitié des jambes de la figure du
sceau du roi et le marche-pied sur lequel le roi tenoit ses pieds. Il
nous le montra à tous qui étions de son conseil, pour que nous
l'aidassions de nos avis. Nous dîmes tous, sans nul débat, qu'il
n'était pas tenu de mettre la lettre à exécution. Alors il dit à Jean
Sarrasin, son chambellan, qu'il lui donnât la lettre qu'il lui avait
commandée. Quand il tint là lettre, il nous dit: Seigneurs, voici le
sceau dont je me servais avant que j'allasse outre-mer, et voit-on
clair par ce sceau que l'empreinte du sceau brisée est semblable au
sceau entier; pour quoi je n'oserais en bonne conscience retenir la
dite comté. Alors il appela monseigneur de Trie, et lui dit: Je vous
rends la comté.

    JOINVILLE, _Histoire de saint Louis_ (Traduite par L. Dussieux).



SAINT LOUIS.


De la grant sapience le roy de France.

Quant les barons de France entendirent le grant sens et la droicte
justice qui estoit au bon roy, si le doubtèrent moult forment et luy
portèrent honneur et révérence, pour ce qu'il estoit de moult saincte
vie. Si ne fu puis nul homme qui osast aler contre luy en son royaume;
et sé aucun estoit rebelle, tantost estoit humilié son orgueil. En
ceste manière tint le roy son royaume en pais tout le cours de sa vie,
puis qu'il fu repairié de la terre d'Oultre-mer. Quant le roy savoit
aucun haut prince qui eust aucune indignation ou aucune male volenté
contre luy, laquelle il n'osoit appertement monstrer, luy par son bon
sens le traioit à paix charitablement pour débonnaireté, et faisoit
amis de ses anemis en concorde et en paix. Et si comme l'escripture
dit: _Miséricorde et pitié gardent le roy, et débonnaireté ferme son
trône_, tout ainsi le royaume de France fu gardé fermement et en pitié
au temps du bon roy; car miséricorde et vérité qu'il avoit tousjours
amies le gardèrent. Es causes qui estoient tournées contre luy de ses
hommes et de ses subgiés, le bon roy aleguoit tousjours contre luy.
Pour ce le faisoit que tous ceux qui estoient de son conseil et qui
devoient faire droit jugement pour luy ou contre luy, ès causes menées
contre ses subgiés, ne se declinassent de faire droit jugement, pour
la paour de luy. Il envoioit souvent enquesteurs sus ses prevosts et
sus ses baillis parmi le royaume, et quant l'en trouvoit chose qui
faisoit à amender, il faisoit tantost restablir le deffaut qui faisoit
à amender. Icel meisme faisoit-il souvent faire sus la mesnie de son
hostel, et faisoit punir ceux que l'en trouvoit coupables, selon ce
qu'il avoient desservi. Il se gardoit moult de dire vilaines paroles,
meismement de détractions et de mençonges. Pou ou néant maudissoit, né
jà ne déist villenie à homme, tant fust de petit estat. Especiaulment
le roy se tenoit de jurer du tout en tout, en quelque manière que ce
fust: et quant il juroit, si disoit-il: _Au nom de moy_; mais un frère
meneur l'en reprist, si s'en garda du tout en tout, et ne jura
autrement fors tant qu'il disoit: _si est_, ou _non est_. L'en ne
povoit trouver homme, tant fust sage né lettré, qui si bien jugeast
une cause comme il faisoit, né qui donnast meilleure sentence né plus
vraie.


Coment le roy servoit les povres.

Chascun samedi avoit le roy acoustumé de laver les piés aux povres en
secret lieu. Et estoit par nombre quatre les plus anciens et les plus
desfais que on peust trouver; si les servoit dévotement à genoux, et
leur essuyoit les piés d'une touaille, et puis les baisoit et leur
donnoit l'eaue pour laver leurs mains, et les faisoit asseoir au
mengier, et en propre personne il les servoit de boire et de mengier,
et souvent s'agenouilloit devant eux.

Après ce qu'il avoient mengié, il donnoit à chascun quatre sous. Et
s'il avenoit que aucune essoigne[284] le presist, qu'il ne peust faire
le service aux povres, il vouloit que son confesseur le fist ainsi
comme il le faisoit. Grant honneur portoit le roy à ses confesseurs,
dont il avenoit souvent que quant le roy se séoit devant son
confesseur, et fenestre ou huis se débatoient ou ouvroient pour la
force du vent, hastivement se levoit et l'aloit fermer, ou mettre en
tel point qu'elle ne fist noise à son confesseur. Si luy dist son
confesseur que il se souffrist de ce faire. Et il luy dist: «Vous
estes mon chier père, et je suy votre fils; par quoy je le doy faire.»

  [284] Besoin, nécessité, affaire.

Coment le roy faisoit abstinence de son corps.

Le roy, du consentement la royne sa femme, se tenoit par tout l'avent
et par tout caresme, et par toutes les hautes vigiles, de couchier en
son lit. Et, après ce qu'il avoit receu le précieux corps de
Nostre-Seigneur Jhésucrist, il s'en tenoit par trois jours. Il
vouloit que ses enfans qui estoient parcreus et en aage oïssent
chacune journée matines, la messe et vespres, et compile hautement à
note, et vouloit qu'il fussent au sermon pour entendre la parole de
Dieu, et que il déissent chascun jour le service Notre-Dame, et qu'il
scéussent lettre pour entendre les escriptures.

Quant il avoit souppé, il faisoit chanter complie, et puis retornoit
en sa chambre et faisoit ses enfans séoir devant luy, et leur
monstroit bonnes exemples des princes anciens qui par convoitise
avoient esté décéus, et les autres qui par luxure et par orgueil et
par tels vices avoient perdu les royaumes et leur seigneuries. Il
faisoit porter à ses enfans chapeaux de roses ou d'autres fleurs au
vendredi, en remembrance de la saincte couronne d'espines dont
Jhésucrist fu couronné le jour de sa saincte passion.


Coment le roy se confessoit.

A coustume avoit le roy de soy confesser tous les vendredis de l'an
dévotement et secretement. Tousjours après sa confession recevoit
discipline par la main de son confesseur de cinq petites chaiennes de
fer jointes ensemble que il portoit en une petite boiste d'ivoire en
une aumonière de soie. Telles boistes atout telles chaiennes
donnoit-il aucunes fois à ses privés amis pour recevoir autelle
discipline comme il faisoit. S'il avenoit que son confesseur luy
donnast trop petis cous, il luy faisoit signe qu'il ferist plus
asprement. Pour une haute feste il ne laissoit à prendre sa discipline
dessus dicte[285].

  [285] Guillaume de Nangis, que notre auteur traduit dans tous ces
  pieux détails, ajoute ici: «Né ce ne fait pas à trespasser coment
  uns confessors que li rois ot devant frère Gefroi de Baulieu, il
  donnoit aspres et dures disciplines, en tele manière que sa char,
  qui tendre estoit, en estoit moult grevée. Mais oncques li bons
  rois, tant come il vesqui, ne le voult dire; ainsois le dist
  après sa mort tout en jouant et en riant a frère Gefroi.»

Longtemps porta le roy la haire à sa char toute nue; mais il la laissa
par le commandement de son confesseur, et pour ce qu'elle luy étoit
trop griève: et portoit une couroie de haire: et pour ce qu'il la
laissa à porter, il commanda que son confesseur donnast chascun jour
aux povres quarante sous. A coustume avoit le roy de jeuner tous les
vendredis de l'an, né ne mangeoit char né sain[286] au mercredi. Et
toutes les vigiles de Nostre-Dame il jeunoit en pain et en eaue, et
aussi faisoit-il le vendredi benoist. Il ne goustoit de poisson né de
fruit les vendredis de caresme, et metoit tant d'eaue en son vin qu'il
ne sentoit que pou ou néant de vin.

  [286] _Sain_, Graisse.--Conservé dans _saindoux_.


Coment le roy fist plusieurs religions en France.

Dès le temps de s'enfance fu le roy piteux des povres et des
souffraiteux: il avoit acoustumé par tout là où il estoit que six-vins
povres fussent péus[287] en son hostel; chascun jour en caresme
croissoit le nombre, et souvent estoit que le roy les servoit, et
metoit la viande devant eux, meismement[288] aux hautes vigiles des
festes sollempnels. Avec tout ce, il donna moult grans aumosnes et
larges aux povres hospitaux, aux povres maladeries et aux autres
povres collièges et aux povres qui plus ne povoient labourer par
viellesce ou par maladie: si que à paine povoit estre raconté le
nombre des povres qu'il soustenoit. Dont nous poons bien dire que il
fu plus beneuré que Titus l'empereur de Rome, dont l'istoire raconte
qu'il estoit tout forment couroucié, le jour qu'il n'avoit largement
donné aux povres.

  [287] Repus, restaurés.

  [288] Surtout.

Dès le commencement que il vint à son royaume tenir, et il le sot
appercevoir, commença-il à édifier plusieurs moustiers et maisons de
religions, entre lesquelles Royaumont fu l'une des belles et des
nobles. Il fist édifier pluseurs maisons de frères Prescheurs et
Meneurs en pluseurs cités et chastiaux de son royaume; il fist
parfaire la maison Dieu de Paris[289], et celle de Pontoise, et celle
de Compiègne et de Vernon, et leur donna grans rentes. Il fonda
l'abbaye Saint-Mahieu de Rouen, et fonda l'abbaye de Longchamp, où il
mist femmes de l'ordre des frères Meneurs. Il donna plain povoir à la
royne Blanche, sa mère, de fonder l'abbaye du Lis delès Meleun sur
Seine, et celle delès Pontoise que on nomme Maubuisson. Il fist faire
la maison des avugles delès Paris, pour mettre tous les povres avugles
de la ville, et leur fist faire une chapelle où il oient le service
Nostre-Seigneur. Il fist faire la maison de Chartreuse delès Paris, et
donna aux frères qui servoient ilec le souverain Créateur, rentes
souffisans. Et si fist faire une maison au chemin de Saint-Denys en
France qui fut nommée la maison des Filles Dieu. En celle maison fist
mettre une grant quantité de femmes qui par povreté s'estoient mises
et abandonnées au péchié de luxure; et donna à la maison Dieu quatre
cens livres de rente pour la maison soustenir. Avec ce, il fist faire
pluseurs maisons de Beguines parmi son royaume, et leur fist moult de
graces pour leur vivre, et commanda que nulle n'en fust esconduite qui
vouldroit vivre chastement. Aucunes gens de son hostel murmurèrent que
il faisoit si grans aumosnes, et luy distrent, car il ne s'en porent
tenir. Et il respondi: «Je aime mieux que grans despens soient fais en
aumosnes pour l'amour de Dieu, que ès vaines gloires de ce monde.» Né
jà pour les grans despens que le roy faisoit en aumosmes, ne
laissoit-il à faire grans despens en son hostel chascun jour.
Largement et liement se contenoit le roy au parlement, et estoit sa
cour aussi largement servie comme elle fu oncques au temps de ses
devanciers.

  [289] L'Hôtel-Dieu.

Le roy amoit toutes gens qui entendoient à Dieu servir et qui
portaient habit de religion. Il fit grace aux frères Nostre-Dame du
Carme, et leur fist faire une maison sus Saine[290], et acheta la
place d'entour pour eux eslargir, et leur donna revestemens et
galices[291] et toutes choses qui sont convenables à Dieu servir et à
faire son office.

  [290] Sur la Seine.

  [291] Calices.

Après, il acheta la granche à un bourgeois de Paris et toutes les
appartenances et leur en fist faire un moustier dehors la porte de
Montmartre. Les frères des Sacs furent hébergiés en une place sus
Saine par devers Saint-Germain-des-Prés qu'il leur donna; mais pou y
demourèrent, car il furent quassés et abatus. Après qu'il furent
abatus, les frères de Saint-Augustin vindrent demourer en icelle place
pour ce qu'il estoient trop estroitement hébergiés. Une autre manière
de frères vindrent au roy qui disoient qu'il estoient de l'ordre des
Blans Mantiaux, et luy requistrent qu'il leur aidast à ce qu'il
peussent avoir une place où il peussent demourer à Paris: et le roy
leur acheta une maison et la place entour delès la vielle porte du
Temple, assez près des Tisserans, mais il furent abattus au concille
de Lyon, que Grégoire dizième fist.

Après revint une autre manière de frères qui se faisoient nommer les
Frères Saincte-Croix, et requistrent au roy qu'il leur aidast, et le
roy le fist moult volentiers; en une rue les hébergea qui estoit
appelée le Quarrefour du Temple, et qui ores est nommée la rue
Saincte-Croix.

En ceste manière comme nous avons dit avironna le roy tout Paris de
gent de religion. Les congrégations de religieux visita souvent, et
leur requeroit en chapitre humblement à genoux que il priassent pour
luy et pour ses amis. Lesquelles humbles prières esmouvoient souvent
les gens qui entour luy estoient à faire bonnes œuvres et de vivre
sainctement.


Coment le roy donnoit ses prouvendes[292].

Quant le roy donnoit aucuns bénéfices qui appartenoient à sa
collacion, il faisoit enquerre s'il estoient bonnes personnes et de
dévote vie, sans luxure et sans orgueil et sans arrogance;
espéciaulment quant évesque ou archevesque mouroit, là où il avoit sa
régale, par le chancelier de Paris et par autres bonnes gens; et ceux
qui avoient bon renom avoient les prouvendes. Il ne donnoit nul
bénéfice à clerc nul, tant fust lettré, qui eust autre bénéfice et
autre prouvende, s'il ne résignoit avant ceux que il tenoit; né ne
voult oncques donner né octroier bénéfices né prouvendes, sé il ne
eust certains tesmoins que il fust vague, et que celuy qui le
possédoit estoit mort. Tous les jours disoit le roy les Heures de
Nostre-Dame entre luy et son chapelain, et tout le service des Mors.
Et quand il disoit ses heures, si se gardoit de parler, se ne fust
aucun pour qui il ne le peust bien refuser[293].

  [292] Prébendes, bénéfices.

  [293] A moins que ce ne fût pour quelqu'un à qui il ne pouvait
  refuser de parler.


Coment le roy envoioit ses lettres privéement.

Une chose de mémoire digne devons bien raconter: il avint que le roy
estoit à Poissy secrètement avec ses amis; si dist que le greigneur
bien et la plus haulte honneur qu'il eust oncques en ce monde luy
estoit avenue à Poissy. Quant la gent l'oïrent ainsi parler, si se
merveillèrent moult de quelle honneur il disoit, car il cuidoient
qu'il deust mieux dire que telle honneur luy fust avenue en la cité de
Rains, là où il fu couronné du royaume de France.

Lors commença le roy à sousrire, et leur dist que à Poissy lui estoit
avenue celle grant honneur; car il y avoit receu baptesme, qui est la
plus haulte honneur sus toutes autres. Quant le roy envoioit ses
lettres à ses amis secrètement, il metoit: _Loys de Poissy à son chier
ami, salut_. Né ne se nommoit point roy de France. Si l'en reprist un
sien ami, et il respondi: «Biaus ami, je suis ainsi comme le roy de la
fève, qui au soir fait feste de sa royauté, et l'endemain, par matin,
si n'a plus de royauté.»

Le roy avoit une coustume que quant il estoit près des malades, il
s'agenouilloit et leur donnoit sa bénéiçon, et prioit Notre-Seigneur
que il leur en voulsist donner garison; et puis si les touchoit de ses
dois là où la maladie estoit, et faisoit le signe de la croix, en
disant les paroles de la puissance Nostre-Seigneur et de sa digne
vertu, après ce qu'il les avoit tenu et baisié. Selonc ce qu'il
appartient à la dignité royal, il les faisoit mengier à sa court et
leur faisoit à chascun donner de l'argent pour râler en leur contrée.

   _Les Grandes Chroniques de saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



INFLUENCE DE LA LITTÉRATURE ET DES ARTS DE LA FRANCE EN EUROPE AU
MOYEN AGE.


Littérature.

Lorsqu'au treizième siècle la littérature et l'art français
débordèrent sur l'Europe, il semble en vérité que la France soit trop
petite pour contenir toute sa grandeur; et à ce moment la politique
française avec saint Louis avait autant de gloire et d'influence à
l'extérieur que nos architectes et nos poëtes. Alors aussi des
dynasties françaises régnaient sur presque toute l'Europe, en
Portugal, en Castille, en Hongrie, en Pologne, à Constantinople, en
Morée, à Athènes, en Chypre, en Syrie, à Naples, c'est-à-dire dans
presque tous les États du bassin de la Méditerranée, qui fut vraiment
alors un lac français. Ces dynasties répandaient dans leurs royaumes
les usages, les arts et la langue de la mère-patrie.

Parmi les causes si diverses qui contribuèrent à augmenter alors
l'influence de la France, il faut mentionner la renommée des grandes
abbayes et des écoles de Cluny, de Clairvaux, de Prémontré, etc., où
les étrangers venaient s'instruire dans les sciences sacrées et puiser
le goût de l'art gothique: la célébrité de l'université de Paris[294],
école suprême de toute l'Europe, où affluaient de tous les pays des
milliers d'étudiants, qui remportaient ensuite chez eux la
connaissance de notre littérature, de nos poëmes de chevalerie et de
notre langue, qu'on appelait au temps de saint Louis _la parleure
commune à tous_.

  [294] Le chevaleresque Jean, roi de Bohême, mort si glorieusement
  à Crécy (1346), avait envoyé à Paris son fils, Charles, depuis
  empereur sous le nom de Charles IV, et cet enfant avait été élevé
  à la cour du roi de France, Charles le Bel, beau-frère de Jean.
  En 1347, Charles IV établit l'université de Prague sur le modèle
  de celle de Paris; tous les savants qui en furent les premiers
  professeurs avaient fait leurs études à Paris.--_Schœll_, Cours
  d'hist. des États européens, t. VIII, p. 79.

  Les universités de Vienne (1365), de Heidelberg (1386) et de
  Cologne (1389) furent également établies et organisées sur le
  modèle de l'université de Paris. (_Schœll._)

Le français, la langue d'oïl, était en effet parlé dans toute l'Europe
et dans tout l'Orient, où il s'est conservé sous le nom de langue
franque[295]. Au treizième siècle, les seigneurs allemands avaient
autour d'eux «gent françoise pour apprendre françois leurs fils et
leurs filles». Brunetto Latini, le maître du Dante, qui avait étudié à
Paris, composa en français son «Trésor», espèce d'encyclopédie du
treizième siècle, parce que cette langue, disait-il, était plus
commune à toutes gens que les autres.

  [295] Le français se répandit en Syrie pendant les croisades. Un
  grand nombre de Syriens apprirent cette langue «parleure plus
  délitable et plus commune de tos langaeges». (_Schœll_, ouvrage
  cité, t. III, p. 348).

Dante pensa d'abord à écrire la Divine Comédie en français, afin
qu'elle fût plus universellement connue. Il avait longtemps résidé à
Paris; il avait lu nos poésies nationales, et s'en était fort inspiré.
M. Rathery[296], après une patiente comparaison des poëmes de Dante et
du Roman de la Rose, de Jean de Meung, établit que le poëte florentin
a souvent imité et traduit quelquefois les vers du poëte français.

  [296] _Rathery_, Influence de l'Italie sur les lettres françaises
  depuis le treizième siècle jusqu'au siècle de Louis XIV, 1 vol.
  in-8º, 1853, p. 25.

«Une longue insouciance pour notre vieille gloire littéraire nous a
laissé beaucoup d'erreurs à combattre et de droits à revendiquer. On
ne saurait croire avec quelle légèreté des écrivains du dernier
siècle, et même du nôtre, ont abandonné et trahi la cause de
l'originalité nationale dans un genre où il est si rare de créer.
Peut-être s'imaginaient-ils avoir tout dit quand ils avaient répété,
sans examen, quelque dicton puéril contre la stérilité française; et
ils oubliaient que la France avait fourni de sujets d'épopées
l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, l'Angleterre, sans compter les
versions de nos poëmes dans presque toutes les langues du nord et de
l'orient de l'Europe. De prétendus critiques, moins justes en France
pour nos poëtes qu'on ne l'était hors de France, nous donnaient pour
des traducteurs, tandis que c'est nous qui étions traduits[297].»

  [297] Instructions du Comité de la langue, de l'histoire et des
  arts de la France, par J.-V. Leclerc.

Notre vieille poésie nationale, si goûtée des étrangers au treizième
siècle, continua d'exercer son influence sur les littératures de
l'Europe pendant longtemps encore, jusqu'au moment où la France, au
seizième siècle, dédaigna son propre fonds littéraire et rejeta ses
traditions; et à ce moment-là même les grands poëtes de l'Italie
faisaient avec nos légendes chevaleresques, l'Arioste son Roland
furieux, et le Tasse sa Jérusalem délivrée.

La langue et la littérature de la France ne furent pas seules adoptées
par les peuples étrangers; il en fut de même de nos usages, de nos
modes. Au milieu du onzième siècle, Sigefroi, abbé de Gœrz, déplorait
que la décadence des anciens temps ait fait place à l'usage
ignominieux des Français de se faire la barbe et de porter des habits
courts. Presque en même temps, Godefroy de Bouillon recommandait aux
chevaliers allemands la société des Français pour polir leurs mœurs
et adoucir leur rudesse.


Architecture.

En même temps que la langue, les poésies, les mœurs et les modes même
de la France étaient universellement acceptées, l'architecture
française l'était pareillement. Les étrangers, qui venaient en si
grand nombre à l'université de Paris, puisaient en France le goût de
l'architecture française, qu'on appelle si improprement gothique.
Entre autres faits, il faut parler de ces étudiants suédois qui, en
1287, envoyaient en Suède ÉTIENNE BONNEUIL, tailleur de pierre de
Paris, avec dix compagnons, pour aller «faire» la cathédrale d'Upsal,
et lui fournissaient l'argent nécessaire à son voyage.

Sans vouloir écrire ici l'histoire de l'architecture gothique[298], il
est peut-être utile de faire connaître les résultats des travaux les
plus récents sur l'origine de cette architecture. Il est parfaitement
certain aujourd'hui que l'architecture gothique a pris naissance en
France, dans l'ancienne Neustrie[299], qu'elle y a acquis son
développement, et que de la France elle s'est répandue dans les pays
voisins. En effet, l'art gothique procède de l'art roman; or,
certains monuments de l'Ile-de-France, de la Picardie et de la
Champagne, présentent la transition entre les deux styles; on y
remarque un mélange, une fusion des deux systèmes, tandis que partout
ailleurs, au contraire, il y a une brusque substitution d'un style à
l'autre. A coup sûr, il ne faudrait pas d'autres preuves de l'origine
française, de la naissance en France de l'architecture gothique ou
ogivale; eh bien, ces monuments de transition de la France du nord
sont les plus anciens monuments à ogive, ce sont les plus
incontestablement déterminés, et leurs dates indiquent qu'ils sont
tous antérieurs à tous les autres monuments de style ogival construits
dans les autres pays de l'Europe.

  [298] Que la France ait inventé l'ogive ou qu'elle l'ait
  empruntée à l'Orient, peu importe. Je n'ai pas à discuter ici
  cette question. L'ogive n'est qu'un détail dans le monument
  gothique; et quand nous disons que le système général de
  l'architecture des cathédrales de Paris et de Chartres est
  français, personne ne soutiendra que c'est une copie d'un
  monument arabe.

  Les caractères généraux de l'art gothique sont: l'emploi de
  l'arcade en ogive; le développement des façades, des tours et des
  flèches; l'agrandissement considérable des proportions de l'église
  romane, dont le plan est modifié dans ses détails, mais conservé
  dans l'ensemble; une ornementation toute particulière, d'une
  excessive richesse et d'une grande variété. La légèreté et
  l'élévation des églises ogivales sont dues à un nouveau système de
  voûtes, dans la construction desquelles les architectes du
  treizième siècle ont montré une habileté et une science
  très-grandes, et à l'invention des contre-forts et des
  arcs-boutants.

  [299] Ile de France, Picardie, Champagne, Pays Chartrain,
  Sénonais.

Le portail de Saint-Denis est de 1140; celui de Chartres est de 1145;
le chœur de Saint-Germain-des-Prés est de 1163, et celui de
Notre-Dame de Paris, de 1182. Hors de France, aux mêmes dates, on
chercherait en vain des monuments aussi avancés dans ce style. C'est
seulement en France que règne sans partage l'art ogival primitif[300],
et c'est là qu'ont été construits les plus anciens et les plus beaux
monuments gothiques, tels que les cathédrales de Soissons, de Laon, de
Noyon, de Sens, de Reims, d'Amiens, de Paris, de Chartres, de
Beauvais, etc., modèles du genre, qui ont été imités dans tout le
reste de la France et en Europe. Les archéologues et les architectes
anglais et allemands les plus instruits reconnaissent franchement que
l'architecture gothique est d'origine française. Il est actuellement
démontré pour tous les esprits au courant de la science archéologique
que les monuments gothiques de l'Allemagne, d'ailleurs si peu
nombreux, bien loin d'avoir servi de type à ceux de la France, sont
d'une époque postérieure à ceux-ci, qu'ils ont été copiés d'après les
nôtres, ou bien qu'ils ont été bâtis par des architectes
français[301].

  [300] Le style gothique se subdivise en trois styles, qui
  correspondent à trois époques:

  Le style gothique primitif, ou ogival primitif, ou à lancettes, de
  1140 à 1300;

  Le style gothique rayonnant, de 1300 à 1400;

  Le style gothique fleuri ou flamboyant, de 1400 à 1550.

  Les monuments religieux les plus remarquables de la première
  époque sont: les cathédrales de Paris, Reims, Chartres, Rouen,
  Amiens, Bourges, Beauvais, Noyon, Soissons, Laon, Sens, la
  Sainte-Chapelle de Paris, la basilique de Saint-Denis; c'est la
  plus belle période de l'art ogival.

  Ceux de la seconde époque sont: Saint-Ouen de Rouen, Saint-Urbain
  de Troyes, le portail de l'église de Saint-Antoine (Isère), etc.

  Ceux de la troisième époque sont: l'église de
  Notre-Dame-de-l'Épine, chef-d'œuvre de l'architecture des
  quatorzième et quinzième siècles; le portail principal de la
  cathédrale de Rouen; la flèche de la cathédrale de Strasbourg; la
  nef de la cathédrale de Nantes, etc.

  [301] Les plus grands et les plus connus parmi les architectes du
  treizième siècle, les maîtres de l'art, sont: ROBERT DE COUCY et
  JEAN D'ORBAIS, architectes de la cathédrale de Reims; PIERRE DE
  MONTEREAU, architecte de la Sainte-Chapelle de Paris; HUGUES
  LIBERGIER, architecte de Saint Nicaise de Reims; ROBERT DE
  LUZARCHES et THOMAS DE CORMONT, architectes de la cathédrale
  d'Amiens; JEAN DE CHELLES, architecte et sculpteur du portail
  méridional de Notre-Dame de Paris; JEAN LANGLOIS, architecte de
  Saint-Urbain de Troyes; ENGUERRAND LE RICHE, architecte de la
  cathédrale de Beauvais.

L'un de nos plus savants archéologues, M. Félix de Verneilh, a mis
hors de doute ce point d'histoire fort important[302], que la
cathédrale de Cologne, bien loin d'être le premier monument construit
en style gothique, le monument modèle de tous les autres, est, au
contraire, un édifice copié sur Notre-Dame d'Amiens et sur la
Sainte-Chapelle de Paris. Le dôme de Cologne en effet n'a été commencé
qu'en 1248, tandis que Notre-Dame d'Amiens a été construite de 1220 à
1288, et la Sainte-Chapelle de 1245 à 1248; voilà pour les dates. Les
deux plans d'Amiens et de Cologne sont si ressemblants qu'on peut les
confondre; ils se couvrent l'un l'autre, et lorsque le plan de Cologne
s'éloigne par hasard du plan d'Amiens, c'est pour suivre celui de
Beauvais. Le style, les détails, les fenêtres, les contre-forts de
Cologne sont empruntés aux cathédrales d'Amiens, de Beauvais et à la
Sainte-Chapelle. Les faits sont tellement évidents, que presque tous
les archéologues allemands les admettent et rejettent les théories
teutoniques de M. S. Boisserée.

  [302] Dans le t. VII des _Annales archéologiques_.

Il faut encore ajouter que parmi les preuves de l'origine allemande de
l'architecture gothique on a longtemps reproduit celle-ci. Il y avait,
soutenaient de profonds érudits allemands, à Notre-Dame-de-l'Épine (en
Champagne) une inscription latine ainsi conçue:

    Guichart Antonis. Col. Sacer. Nor. Actee;

et l'on en tirait la conséquence qu'un prêtre de Cologne, _Coloniensis
Sacerdos_, avait construit cette belle église, et en outre que le dôme
de Cologne était le type du gothique. Il a été démontré depuis, par M.
Didron, que l'inscription latine est une inscription en patois
champenois ainsi conçue:

    Guichart Anthoine tos catre nos at fet,

et s'applique aux quatre piliers du rond-point de l'église que ce
maçon champenois réédifia _tous les quatre_ au quinzième siècle.

L'Allemagne, qui a prétendu un moment avoir inventé le style ogival,
n'a que huit monuments gothiques, tous d'une époque postérieure aux
premiers monuments français de ce style. L'église de Wimpfen en Val,
bâtie de 1263 à 1278, est due à un architecte français, auquel le
doyen de cette collégiale avait recommandé de la construire en
ouvrage français (_opere francigeno_). MATHIEU D'ARRAS commença en
1343 la cathédrale de Prague, qui fut achevée par un autre Français,
PIERRE DE BOULOGNE, en 1386. Les deux tours occidentales de la
cathédrale de Bamberg, qui sont du second tiers du treizième siècle,
sont évidemment copiées sur celles de Notre-Dame de Laon, dont la date
est la fin du douzième siècle. La ressemblance est frappante; c'est le
même style, ce sont les mêmes étages et les mêmes contreforts[303].

  [303] Je dois cette importante communication à mon ami M. Didron.

Les savants anglais les plus estimables reconnaissent eux-mêmes,
disions-nous, que leur pays doit l'architecture gothique à la
France[304]. En effet, le premier édifice de style ogival élevé en
Angleterre est la cathédrale de Cantorbéry (1174), et c'est un
architecte français, célèbre par ses travaux antérieurs, GUILLAUME DE
SENS, qui, après avoir été choisi au concours, construisit le chœur
de cette église, absolument semblable par son plan, son style et son
ornementation aux églises gothiques de l'Ile-de-France[305].

  [304] Depuis le septième siècle l'Angleterre se servait de nos
  ouvriers; l'histoire de saint Benoît, abbé de Wirmouth et de
  Jarrow, dans le diocèse de Durham, écrite par Bède le Vénérable,
  nous apprend les faits suivants. Saint Benoît, qui d'abord avait
  été moine à l'abbaye de Lérins, fit construire l'abbaye de
  Wirmouth; il vint lui-même, en 675, chercher en Gaule des maçons
  pour lui élever une église de pierre, à la manière des Romains.
  Quand l'édifice fut à peu près terminé, il fit venir des
  vitriers, ouvriers inconnus jusque alors en Angleterre; ils
  mirent des vitres aux fenêtres, et apprirent aux Anglais à faire
  des lampes et des vases en verre de toutes natures.

  [305] _Bulletin monumental_, t. XV, p. 303.

Le plus ancien monument construit dans le style appelé par les Anglais
_early english_, la cathédrale de Lincoln, est encore l'œuvre d'un
architecte français[306]. Cette église, rebâtie de 1195 à 1200 par
les soins de l'évêque saint Hugues de Bourgogne, a été construite par
un architecte de Blois, sur le modèle de Saint-Nicolas de Blois,
incontestablement commencé en 1138.

  [306] Voyez _Parker_, Introduction to the study of the gothic
  architecture; Oxford et London, 1849, in-12, p. 101 et 211.

Ces églises, bâties par nos «maçons» ont servi de modèles aux
architectes anglais pour le plan, le style et l'ornementation des
édifices qu'ils ont élevés plus tard, parmi lesquels l'abbaye de
Westminster (1264) a un aspect plus français encore qu'aucun
autre[307].

  [307] Westminster a inspiré à Walpole un curieux parallèle de
  l'architecture gothique avec «l'architecture régulière».

  «C'est une question, dit Walpole, qui n'est pas encore bien
  décidée de sçavoir si la noble ordonnance du plus magnifique
  temple de la Grèce seroit capable de produire sur l'âme la moitié
  de l'impression qu'y pourroient faire les beautés d'une superbe
  église dans le goût gothique?... En entrant dans l'église de
  Saint-Pierre on est émerveillé de la grandeur de la dépense, et
  l'on se dit à soi-même qu'elle n'a pu être faite que par des
  princes puissants. En visitant celle de l'abbaye de Westminster,
  on n'est nullement occupé de celui qui l'a fait bâtir; la sainteté
  du lieu fait seule impression, et quoiqu'on n'y voye plus ni
  autels ni reliquaires, un catholique romain y trouveroit plustot
  un motif de conversion que dans tout cet appareil fastueux de
  dômes réguliers qu'on voit à Rome. Les églises gothiques sont
  faites pour inspirer la piété, les autres provoquent seulement
  l'admiration. Les Papes ont amassé leurs richesses dans les
  grandes églises gothiques et les étalent dans des temples à la
  grecque.

  «Je n'eus certainement jamais dessein, en mettant ainsi les deux
  manières en opposition, de faire aucune comparaison des beautés
  raisonnées de l'architecture régulière avec les licences effrénées
  de celle qu'on appelle gothique. Je crois néanmoins m'apercevoir
  que ceux qui ont bâti dans ce dernier goût étoient plus versés
  dans la connoissance de leur art, qu'ils avoient un génie plus
  étendu, plus de discernement et qu'ils sçavoient mieux garder les
  convenances que nous ne voulons l'imaginer....»--_Walpole_,
  traduction manuscrite par Mariette; Bibl. impér. Mss. S. F., No
  1846: 3 vol. in-4º. T. I, p. 126.

Le style ogival alla également de France en Espagne. A la cathédrale
de Burgos, architecture et sculpture, tout est français.

«Une preuve qu'on imitait dans le quatorzième siècle, à Barcelone,
l'architecture du midi de la France, se retrouve dans l'église de
Santa-Maria-del-Mar, dont la façade, élevée en 1328, offre une
ressemblance surprenante dans ses principales dispositions avec la
façade de la cathédrale d'Arles en Provence.... L'architecture
mauresque n'eut aucune influence sur l'architecture religieuse de
l'Espagne, tandis que celle de la France se trouve partout[308].»

  [308] Sur la marche de l'architecture en Espagne, par M.
  Passavent, dans _Deutsches Kunstblatt_, janvier 1852, nos 4 à 17.

M. Viollet-Leduc[309] cite un curieux document qui nous fait connaître
d'une manière précise quelles étaient les fonctions d'un architecte,
comment nos Français s'y prenaient pour travailler à l'étranger et
comment ils étaient traités. «Le chapitre de la cathédrale de Gérone
se décida, en 1312, à remplacer la vieille église romane par une
nouvelle, plus grande et plus digne. Les travaux ne commencèrent pas
immédiatement, et on nomma les administrateurs de l'œuvre, Raymond de
Viloric et Arnauld de Montredon. En 1316, les travaux étaient en
activité, et on voit apparaître, en février 1320, sur les registres
capitulaires, un architecte désigné sous le nom de Maître HENRY DE
NARBONNE. Maître Henri mourut, et sa place fut occupée par un autre
architecte, son compatriote, nommé JACQUES DE FAVARIIS; celui-ci
s'engagea à venir à Gérone six fois l'an, et le chapitre lui assura un
traitement de 250 sous par trimestre.»

  [309] Page 112 du T. I de son Dictionnaire raisonné de
  l'Architecture française.

La maison d'Anjou établie à Naples fit pénétrer l'architecture
française dans ses nouveaux domaines. Ce n'est pas seulement dans le
royaume des Deux-Siciles que l'on retrouve les traces de notre style,
mais bien aussi dans tout le reste de l'Italie. En 1300, HARDOUIN,
Français de nation, commença l'église de Sainte-Pétrone, à Bologne. Le
plus bel édifice gothique de l'Italie, le dôme de Milan, a été élevé
par des Français, PHILIPPE BONAVENTURE de Paris, JEAN MIGNOT et JEAN
CAMPANOSEN de Normandie (1388-1402); et à la fin du seizième siècle,
en pleine Renaissance, NICOLAS BONAVENTURE obtenait _au concours_ de
faire dans cette église l'une des trois belles fenêtres du fond du
chœur. A Rome, un grand nombre d'édifices sont construits dans un
style gothique italianisé. La seule église de style ogival pur est
Santa-Maria-sopra-Minerva; les grandes basiliques de Saint-Jean de
Latran, de Sainte-Marie-Majeure, de Saint-Pierre et de Saint-Paul[310]
appartiennent à ce style franco-italien dont nous venons de
parler[311].

  [310] Aujourd'hui détruite.

  [311] Ces renseignements nous ont été communiqués par M. Didron.

La ville de Sienne tout entière, églises, palais, maisons, est
construite en style ogival pur. A Florence, à Viterbe, à Tivoli, le
nombre des édifices gothiques est très-considérable, et témoigne de
l'influence que l'art français exerça alors en Italie.

L'Orient adopta aussi notre architecture après avoir été conquis par
nos armes.

«Dans les années 1204 et 1205, des Bourguignons, des Champenois, des
Flamands se détournent de leur pèlerinage armé vers Jérusalem,
arrivent sous les murs de Constantinople, renversent un empire, en
fondent un autre, se distribuent en royaumes, en principautés, en
seigneuries de tout nom, les vastes lambeaux de ce monde ancien qui a
porté la première civilisation sur tous les rivages de la
Méditerranée, y introduisent nos mœurs rudes et honnêtes, notre
langue, nos lois; renversés sur un point, ces États se recomposent
sur un autre, et pendant près de deux siècles une nouvelle France
cherche son point d'appui dans les belles régions de la Méditerranée;
la plus glorieuse partie de ce monde antique, le Péloponnèse, devient
la propriété d'une famille de Champagne, les Ville-Hardouin, qui
donnent des codes, fondent des villes, maintiennent la tolérance entre
deux cultes jaloux, frappent monnaie[312].»

  [312] _Buchon_, Recherches et matériaux pour servir à une
  histoire de la domination française aux treizième, quatorzième et
  quinzième siècles dans les provinces démembrées de l'empire grec,
  2 vol. grand in-8, 1840.

La Grèce vit alors s'élever sur les points de son sol un grand nombre
d'édifices gothiques ou en style byzantin modifié par le goût
français; on voit encore les ruines de ces églises ou de ces châteaux,
à Athènes, à Chalcis, à Bodonitza, en Morée. Chypre, l'ancien royaume
des Lusignan, est couverte de palais, de châteaux-forts et d'églises
gothiques, mais dont le style a été approprié, sur ce point comme
partout ailleurs, aux usages des hommes et aux exigences du climat.
Beyrouth, Sidon, Saint-Jean-d'Acre et les autres villes syriennes de
Ramla, d'Abou-Gosh et de Jérusalem conservent des monuments gothiques
que les Francs y ont bâtis aux temps glorieux de leur domination.

La ville de Rhodes est tout entière française. «J'entrai, dit le
maréchal de Raguse[313], avec une émotion profonde dans cette ville,
dont les souvenirs sont faits pour toucher si vivement. Elle rappelle
à l'esprit des services rendus à la religion, à l'humanité, à la
civilisation; elle fut comme le boulevard de l'Europe, et tint en
échec les forces des barbares qui menaçaient les plus beaux pays de la
chrétienté. La gloire acquise par les chevaliers de Saint-Jean, au nom
de la religion, au nom de la patrie, fut une gloire tout européenne,
et surtout une gloire française, car le plus grand nombre des
chevaliers et les grands-maîtres dont les noms ont traversé les
siècles avec le plus d'éclat étaient français. Il y a trois cent
quinze ans que la fortune devint contraire à cet ordre illustre, et
qu'il fut obligé d'abandonner la conquête qu'il avait faite, après
l'avoir possédée pendant deux cent douze ans (1308-1520). Les
souvenirs qu'il a laissés sont encore si présents, qu'on pourrait
croire que c'est hier seulement qu'a cessé sa puissance. La rue des
Chevaliers est intacte; la porte de chaque maison est ornée des
écussons de ceux qui les ont habitées les derniers. Cette rue est
silencieuse; quoique conservées, les maisons sont désertes, et l'on se
croirait entouré des ombres de ces héros. Les armes de France, les
nobles fleurs de lys se voient partout. C'est que la gloire et la
puissance de la France sont de tous les temps et de tous les lieux:
quelque lointain que soit le pays que parcourt un voyageur, quelle que
soit l'époque du moyen âge dont il étudie l'histoire, le nom de France
et ses souvenirs s'y trouvent toujours mêlés. Je parcourus cette rue
des Chevaliers avec un saint recueillement. Je reconnus les armes des
Clermont-Tonnerre et d'autres de nos plus anciennes et plus illustres
maisons.»

  [313] Voyage du duc de Raguse, t. II, p. 245.

   L. DUSSIEUX, _Les Artistes français à l'étranger_. (Ouvrage
   couronné par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en
   1859).



GUERRE DE PHILIPPE III EN ARAGON.

1285.


Coment le roy Phelippe de France assembla grant ost pour aler au
royaume d'Arragon.

Assez tost après, en l'an de grace mil deux cens quatre vings et cinq,
Phelippe le roy de France assembla environ la Penthecouste à Thoulouse
si grant multitude de gent que c'estoit merveille à veoir; pour ce
qu'il vouloit entrer en Arragon, qui avoit été donné à Charles son
fils et octroie. S'entente estoit d'avoir tantost besoignié au royaume
d'Arragon, et puis de passer tout oultre au royaume d'Espaigne, pour
la grant injure que le roy Alphons, roy d'Espaigne, luy avoit faicte
de Blanche sa suer. Avec le roy ala messire Jehan Colet[314], cardinal
de Rome, et toute la noble chevalerie de France. Si fu l'ost moult
bien garnie par devers la mer de galies et de vitailles et de toutes
autres choses qui mestier leur avoient. Le roy laissa la royne Marie,
sa femme, à Carcassonne avec grant foison de nobles dames qui aloient
avec leur barons; si s'en ala à Narbonne, illec atendi tant que toute
sa gent fust assemblée. Si fu commandé que tous ississent de Narbonne
et alassent tous armés à bannières desploiées tous prests de combatre.
Si entrèrent premièrement en la terre au roy de Maillorgues, le frère
Pierre le roy d'Arragon, qui se tenoit à la partie au roy de France et
saincte églyse.

  [314] Cholet.

Si tost qu'il sot sa venue, si s'en vint contre le roy au plus
honnourablement qu'il pot, et envoia ses deux nepveus en la ville de
Perpignan, et leur fist feste et honneur. Au roy d'Arragon vindrent
messages en Secile où il estoit, et lui dénoncièrent que le roy de
France venoit en son royaume d'Arragon à si grant gent que nul ne les
povoit nombrer né esmer; si dist à Constance qu'elle gardast bien le
prince de Salerne et sa terre, et il iroit deffendre son royaume
contre le roy de France. Il se mist en mer, si ot bon vent; si entra
en sa terre, et garni les entrées par devers ses adversaires au mieux
qu'il pot. Quant Constance fu demourée, si se mist en moult grant
paine de garder la terre et le pays et de savoir la volenté et le
couvine de ceux de Secile; si s'apparçut bien que ceux de Secile se
réconciliassent volentiers à leur seigneur; lors se pourpensa qu'il
estoient plains de faulseté et qu'il n'estoient point estables; si
fist metre le prince en une galie et l'envoia en Arragon où il fu
estroictement gardé une pièce de temps.


Coment la cité d'Elne fu destruicte.

Tant ala l'ost de France qu'il vindrent à Perpignan; si se conseilla
le roy par quelle part il entreroit mieux en Arragon. Si luy fu
conseillé que son ost alast droit à Elne l'orgueilleuse, pour ce que
elle se tenoit à Pierre d'Arragon, et elle estoit et elle devoit estre
au roy de Maillorgues, et que l'en tournast celle part. Celle terre
est assise en la terre de Roussillon et en la contrée. Quant le roy de
France sot que le roy d'Arragon avoit ainsi tollu et soustrait à son
frère celle terre, si commanda que l'on alast celle part. Ceux d'Elne
virent bien et aperceurent que l'ost venoit vers eux, si se traistent
aux portes et coururent aux murs et aux deffenses, et monstrèrent
qu'il la vouloient tenir et deffendre. Tantost que le roy fu venu, il
fist faire commandement que l'en alast à l'assaut; ceux de dedens se
deffendirent bien et viguereusement, si que riens n'y perdirent celle
journée; mais l'endemain par matin les François coururent à l'assaut.
Quant ceux de la ville virent ce, si requistrent et demandèrent au roy
qu'il leur donnast repis jusques à trois jours, tant qu'il eussent
parlé ensemble, et qu'il fussent tous d'un accort: et puis si
livreroient la ville au roy et à son commandement. Le roy leur octroia
volentiers. Endementres que les trièves duroient et qu'ils ne furent
point assaillis, il se mistrent au plus haut de la ville et mistrent
le feu sur une tour, si que le roy d'Arragon le peust veoir qui
n'estoit pas moult loing d'ilec; car il avoient espérance qu'il les
venroit secourir. Quant le roy apperceut leur barat, si commanda
tantost que on alast à l'assaut; le légat sermonna et prescha aux
François et prist tous leur péchiés sur luy qu'il avoient oncques fais
en toute leur vie, mais que il alassent sus les ennemis de la
crestienté, bien et hardiement, et que il n'y espargnassent riens,
comme ceux qui estoient escommeniés et dampnés de la foy crestienne.

Quant les François oïrent ce, si crièrent à l'assaut à pié et à
cheval, et jettèrent et lancièrent à ceux de dedens. Tant
approchièrent des murs qu'il y furent: si drecièrent les eschieles
contre mont, et hurtèrent aux murs tant qu'il en firent tresbuchier
une grant pièce et un grant quartier. Il brisièrent les portes et
abatirent les murs en pluseurs lieux, si se boutèrent ens de toutes
pars, et si commencièrent à crier: _A mort!_ et à occire hommes et
femmes sans espargnier.

Quant le peuple de la cité se vit ainsi surpris, si commencièrent à
courre vers la maistre tour ou églyse, où il cuidèrent avoir garant:
mais riens ne leur valut, car les portes furent tantost brisiées. Si
se férirent en eux les François et n'y espargnièrent hommes né femmes,
né viel né jeune, que tout ne missent à mort, fors que un tout seul
escuier qui estoit nommé le bastart de Roussillon, qui monta haut sus
le clocher du moustier. Avec luy avoit ne scay quans compaignons qui
se deffendoient merveilleusement bien et asprement. Tantost commanda
le roy que il fust espargnié, sé il se vouloit rendre. Tantost il se
rendi et pria que l'en luy sauvast la vie. En celle manière fu la cité
destruicte, et le peuple afolé et mort. Bien estoient ceux d'Elne
deceus et engignés qui s'estoient apuyés à la art de seu[315] qui
faut[316] au besoing, et s'estoient en riens fiés au roy d'Arragon.

  [315] A la branche de sureau.--On dit encore une _Hart_, pour
  indiquer la branche d'osier qui sert à lier un fagot.

  [316] Manque.


Coment François passèrent les mons de Pirène.

Sitost comme la cité d'Elne fu destruicte, le roy et son ost se
mistrent tantost à la voie[317] pour aler vers les mons de
Pirène[318]. Adonc se conseillèrent les barons là où il pourroient
plus légièrement passer les montaignes et à moins de péril: car les
montaignes estoient si hautes qu'il sembloit qu'elles se tenissent au
ciel; né au pas de l'Écluse ne povoient-il riens faire né passer, qui
estoit le droit chemin qui peust entrer ens. Mais les Arragonnois
avoient mis au devant tonniaux tous plains de sablon et de gravelle et
de pierres grosses, si que en nulle manière les gens n'y povoient
passer fors en péril de mort. Et avec tout ce, ceux d'Arragon avoient
toutes leur tentes et leur paveillons tendus sus les montaignes, dont
il povoient appertement veoir l'ost des François: et moult bien
cuidèrent que les François deussent passer par ce pas de l'Ecluse qui
tant est périlleux.

  [317] En route.

  [318] Les Pyrénées.

Si comme il estoient en grant pensée qu'il feroient, le devant dit
bastart dist qu'il savoit bien un passage un pou loing de l'Ecluse par
où tout l'ost pourroit seurement passer sans nul péril. Le roy le sot:
si fist faire semblant à sa gent qu'il voulsissent passer par le pas,
si que ceux d'Arragon qui estoient sus les montaignes les peussent
véoir: le roy prist avec luy de ses chevaliers et de ses gens d'armes,
et se mist au chemin avecques le bastart de Roussillon, et vindrent au
lieu que le bastart avoit nommé; si n'estoit l'ost que par une mille
loing.

Le bastart ala devant et le roy après, par une voie si estrange,
plaine d'espines et de ronces, qu'il sembloit que oncques homme n'y
eust alé. Tant alèrent à grant paine et à grans travaux qu'il vindrent
par dessus les montaignes, et par ilec firent passer tout l'ost sans
nul dommage, que ce sembloit bien que ce fust impossible. Ceux
d'Arragon qui le pas de l'Ecluse gardoient, regardèrent par devers les
montaignes, si apperceurent l'ost de France qui jà estoit au dessus,
si furent tous esbahis et orent si grant paour que il tournèrent en
fuie, né n'en porent riens porter, tant se hastèrent. Les François
vindrent à leur paveillons et prindrent quanqu'il trouvèrent, et puis
tendirent leur tentes et leur paveillons au plus haut des montaignes;
mais de boire et de mengier orent-il assez pou. Si se tindrent illec
trois jours et se reposèrent pour le grant travail qu'il avoient eu.
Si comme il orent passé ce pas et il se furent reposés, le roy
commanda que on alast droit à une ville que l'en nomme Pierre-Late. Il
approchièrent de la ville; ceux qui bien les virent fermèrent les
portes et firent semblant que il avoient grant volenté de tenir contre
les François.

Tantost fu la ville assise et tendirent leur tentes le soir.
L'endemain fu accordé qu'il assaillissent, pour ce que l'en disoit que
le roy d'Arragon estoit en la ville. Quant ceux de Pierre-Late virent
la grant puissance, si leur fu avis qu'il ne se pourroient tenir né
deffendre: si attendirent tant que l'ost des François fu acoisié, si
s'en issirent par devers les courtils environ mie nuit, et boutèrent
le feu en la ville, pour ce qu'il vouloient que les biens qui
demouroient en la ville si fussent perdus et ars, et que les François
n'en peussent avoir prouffit né aucun amendement.

Les François virent le feu de leur tentes, si s'armèrent dès
maintenant et vindrent courant là où le feu estoit. Si ne trouvèrent
qui de riens leur fust à l'encontre: si prisdrent la ville et la
mistrent en la seigneurie et en la puissance du roy de France.
Endementres qu'il se contenoient ainsi, le roy de Navarre, le premier
fils au roy de France, assailli bien et asprement une ville qui a nom
Figuières, et la tint si court qu'il vindrent à sa mercy, et il les
envoia à son père le roy de France pour en faire sa volenté.


Coment le roy de France assist Gironne.

Quant Pierre-Late fu prise et Figuières, si fu commandé que on
chevauchast droit à une ville qui estoit nommée Gironne. L'ost
s'arrouta et errèrent tant que il vindrent à un petit fleuve. Si ne
porent passer pour ce qu'il estoit creu des iaues qui descendoient des
montaignes. Si s'arrestèrent ilec et demourèrent trois jours. Quant il
fu descreu et apeticié, si approchièrent tant comme il porent de la
cité de Gironne. Quant ceux de la cité virent les François, si
boutèrent le feu ès forbours, et ardirent tout; pour ce le firent que
la cité fust plus fort et mieux deffensable contre ses ennemis. Les
François s'approchièrent de la cité, et tendirent tentes et
paveillons, et avironnèrent la ville de toutes pars. Par maintes fois
assaillirent la ville et souvent, et si n'y fourfirent oncques la
montance d'un festu, car la ville estoit trop merveilleusement fort,
et la gent qui dedens estoient se deffendoient trop merveilleusement
bien. Le chevetaine estoit nommé Raimon de Cerdonne, qui estoit
chevalier au conte de Foix et parent au chevalier du roy Raimon
Rogier. Cil deffendoit la ville si bien que tous les François le
tenoient à bon chevalier et à vaillant.

Le conte de Foix et Raimon Rogier aloient souvent parler en la cité à
Raimon de Cerdonne, et faisoient semblant qu'il y aloient pour le
prouffit le roy; mais ce ne pot-on savoir certainement, ains disoit le
commun de l'ost qu'il y aloient pour le prouffit de la ville. Le roy
de France vit bien que tous les assaus que l'en faisoit ne povoient de
riens empirier la ville, si fist aprester un engin si subtil et si bon
que il peust abatre les murs de la cité.

Quant l'engin fu fait, ceux de la ville espièrent tant qu'il fu nuit,
et issirent de la cité et vindrent à l'engin et boutèrent le feu
dedens. Quant l'engin fu embrasé, il jectèrent dedens le maistre qui
l'avoit fait, pour ce qu'il ne vouloient mie qu'il en fist jamais un
autre tel. Quant le roy oï ce, il en fu si très-couroucié qu'il jura
que jamais ne laisseroit le siége jusques à tant qu'il eust prins la
ville. Si comme il estoit devant la cité, laquelle il cuida affamer,
son ost commença à empirier, et à soustenir labour de chaut et de
pueur des charoignes parmi les champs mortes, et les mousches qui les
mordoient toutes plainnes de venin: si commencièrent à mourir en l'ost
et hommes et enfans, et femmes et chevaulx; et l'air y devint si
corrompu que à paine y demouroit nul homme sain.

Pierre d'Arragon estoit en aguait repostément coment et en quelle
manière il porroit grever ceux qui aportoient le sommage[319] en
l'ost. Si advenoit souvent qu'il en venoit sans conduit, et tantost il
les prenoient et les metoient à mort et emportoient le sommage. Le
port de Rose estoit à trois milles de l'ost; là avoit le roy sa navie,
qui administroit l'ost de quanque il falloit pour vivre.

  [319] Les provisions.--Ce gui s'apporte à l'aide des bêtes de
  somme.


De la mort Pierre d'Arragon la veille de l'Assumption Nostre-Dame.

Pierre le roy d'Arragon estoit en moult grant aguait par quelle
manière et coment il peust soustraire et oster la vitaille qui venoit
du port de Rose au roy de France. Si avint un jour qu'il assembla sa
gent à pié et à cheval; et furent bien trois cens à cheval et deux
mille à pié, et s'en vint celle part où il cuidoit mieulx trouver le
sommage. Et se tint ilec repostément tant que il peust trouver ou
attendre ce que il queroit. Une espie apperceut bien tout son affaire
et son contenement, et s'en vint hastivement au connestable de France
qui avoit à nom Raoul d'Eu, et à Jehan de Harecourt, qui estoit
mareschal de l'ost, et leur dist la place et le lieu où il estoit en
aguait.

Quant il orent ce oï, si prisrent avec eux le conte de la Marche et
bien jusques à cinq cens hommes armés de fer, et vindrent là où le roy
d'Arragon estoit en aguait. Quant il furent près, si congnurent bien
que le roy d'Arragon avoit trop greigneur nombre de gent que il
n'estoient; et avec tout ce il ne cuidoient point né ne savoient que
le roy d'Arragon fust en la compaignie. Si ne sorent que faire, ou de
combatre ou de laissier, quant Mahieu de Roye, chevalier preux et
sage, leur dist: «Seigneur, véez-là nos ennemis que nous avons
trouvés, et il est veille de l'Assumption Nostre-Dame, la doulce
vierge pucelle Marie, qui à la journée d'huy nous aidera; prenez bon
cuer en vous, car il sont escommeniés et dessevrés de la compaignie de
saincte Églyse; il ne nous convient point aler Oultremer pour sauver
nos âmes, car cy les poons-nous sauver.»

Adonc s'accordèrent tous à ce qu'il disoit, et coururent sus à leur
ennemis moult fièrement. Si commença la besoigne fort et aspre, et
s'entredonnèrent moult de grans colées. Le fais de la bataille chéy
sur les Arragonnois; il tournèrent en fuye; mais les François les
tindrent court et les enchacièrent de près: si en navrèrent moult, et
en demoura au champ jusques à cent de mors, sans ceux qui furent
navrés en fuiant. Le roy Pierre fu navré à mort et ne pot estre prins
né retenu; car luy-meisme coupa les resnes de son cheval et se mist à
la fuie. Ne demoura guaires qu'il mourut de la plaie qui luy fu faite.
Les François se partirent du champ et s'en vindrent à leur tentes et
gardèrent combien il leur failloit de leur gent; si trouvèrent qu'il
n'en y avoit occis que deux tant seulement.

De ce furent-il moult lies et contèrent au roy la manière et coment il
avoient ouvré, et quelle manière de gent il avoient trouvé. Le roy en
fu moult merveilleusement lie, et mercia la doulce dame de l'onneur et
de la victoire que Nostre-Seigneur luy avoit donnée à luy et à sa
gent; encore eust-il esté plus lie sé il eust sceu que le roy Pierre
eust esté navré à mort.


Coment Gironne fu rendue.

Si comme le siége estoit devant Gironne, viande commença à apeticier à
ceux de la cité. Le conte de Foix et Raimon Rogier savoient bien tout
leur couvine et coment il leur estoit, et que il ne se povoient plus
tenir né durer. Si s'en vindrent au roy et luy distrent que, s'il luy
plaisoit, que on parlast à ceux de la cité et aux chevetains, savoir
mon sé il se vouldroient rendre né venir à mercy. Le roy leur octroia
par le conseil de ses barons: si s'en alèrent en la cité et entrèrent
ens et contèrent leur raison et qu'il queroient. Quant il orent parlé
ensemble, le conte de Foix et Raimon Rogier vindrent au roy et luy
distrent de par ceux de la cité qu'il leur donnast trièves jusques à
tant qu'il eussent mandé au roy d'Arragon s'il les vendroit secourre
né deffendre; et sé il ne leur vouloit aidier ou ne povoit, il luy
rendroient volentiers la cité, et se mettroient de tout en son
commandement. Le roy leur donna trièves moult volentiers, et il
envoièrent tantost au roy d'Arragon qu'il les venist secourre et
aidier, ou il les convenoit rendre la cité, né ne la povoient plus
tenir contre le roy de France, car il n'avoient de quoy vivre né de
quoy il feussent soustenus. Les messages trouvèrent que le roy Pierre
estoit mort et pluseurs autres de ses nobles hommes; si en furent
moult esbahis et moult courouciés: arrière s'en retournèrent et
contèrent à Raimon de Cerdonne et à autres pluseurs barons, coment le
roy leur seigneur estoit mort, et de la bataille qu'il avoit faicte
contre les François, et avoit perdu tous les meilleurs chevaliers
qu'il eust jusques à cent.

Quant ceux de la cité sorent ces nouvelles, si mandèrent au roy que
volentiers se rendroient sauves leurs vies, mais que ce fust en telle
manière qu'il emportassent tous leurs biens seurement et tous les
harnois et toutes leurs choses. Le roy, qui pas ne savoit la povreté
de la vitaille qu'il avoient, s'i accorda par le conseil au conte de
Foix et Raimon Rogier.

Tantost comme la paix fu faicte et ordennée, les François entrèrent
ens et regardèrent à mont et à val coment il leur estoit: si ne
trouvèrent point vitaille laiens dont il peussent vivre trois mois.
Par ce peut-on veoir appertement que le roy de France fu deceu et
trahy, dont le conte de Foix et Raimon Rogier furent très faulx et
très mauvais; car il savoient bien tout l'estat de la cité et coment
il leur estoit.


Du trépassement le roy Phelippe de France et de sa sépulture.

Après ce que la cité fu rendue, le roy commanda que elle fust garnie
et enforciée de gent d'armes et de vitaille, car il avoit en propos de
soi yverner ès parties de Thoulouse. Cecy fu loé au roy d'aucuns qui
guaires n'amoient son profit; et que il donnast congié à la greigneur
partie de sa navie qui estoit au port de Rose. Si comme pluseurs des
galies se furent parties, la gent et ceux d'environ coururent sus à
celles qui leur estoient demourées, et prisrent armes et quanqu'il y
avoit dedens, et firent grant bataille et fort contre les autres. Si
occistrent grant foison de François, et prisrent à force l'amirant des
galies, qui estoit nommé Enguerran de Baiole, noble chevalier et
vaillant; et Aubert de Longueval fu occis, chevalier esprové en armes
qui se mist trop avant sus les Arragonnois; car il se fioit ès autres
chevaliers qui assés près de luy estoient; mais le seigneur de
Harecourt, qui estoit mareschal de l'ost, le laissa occire pour ce
qu'il le haïoit.

Quant la gent le roy virent et apperceurent qu'il ne pourroient pas
ilec longuement demourer, si rachatèrent Enguerran une somme d'argent,
et puis boutèrent le feu ès garnisons, et embrasèrent toute la ville
de Rose. Si comme il estoient au chemin et si comme il s'en aloient,
si grant ravine de pluie les prist que à paines se povoient-il
soustenir né à pié né à cheval, n'en leur paveillons ne povoient-il
demourer, tant estoient grevés. Le roy fu moult dolent et moult
courroucié de ce qu'il avoit pou ou noient fait en Arragon; car il luy
estoit bien advis qu'il deust avoir pris tout Arragon et toute
Espaigne, à ce qu'il avoit tant de bonne chevalerie et si avoit grant
peuple mené avec luy: si fu moult pensis dont ce povoit venir, ou par
aventure, par mauvais conseil ou par fortune.

Ainsi qu'il estoit en telle pensée, si chéy en une fièvre, si qu'il ne
pot chevauchier; et convint qu'il fust porté en une litière. La fièvre
crut et mouteplia si que pour l'air qui tant estoit desatrempé et
plain de pluie, il luy engregea, et puis devint plus fort malade. Tant
alèrent et chevauchièrent qu'il vindrent au pas de l'Ecluse qui est
avironnée toute de montaignes qui sont nommées les mons de Pirène.
Haut au dessus des montaignes estoient les Arragonnois qui estoient en
aguait coment il pourroient grever les François: quant aucun pou se
esloingnoient de l'ost ou dix ou douze, tantost leur couroient sus et
les occioient et ravissoient tout quanqu'il povoient tollir ou
trouver.

A grant douleur et à grant paine vindrent jusques à Perpignan; ilec
s'arrestèrent pour reposer. Le roy Phelippe fu moult forment malade et
enferme; si ne voult point tant attendre qu'il perdist son sens et son
avis, si fist son testament comme bon chrestien et ordenna: après il
receut en grant devocion le sacrement de saincte Églyse. Tantost comme
il ot eu toutes ses droictures, il rendi la vie et s'acquita du treu
de nature qui est une commune debte à toute créature. Les barons de
France furent moult dolens et moult courouciés de sa mort, car de jour
en jour courage et volenté luy mouteplioit de bien faire et grever ses
ennemis. Nul ne pourroit penser la douleur que la royne sa femme ot
au cuer, né les plains né les larmes que elle rendi; tant mena grant
dueil et si longuement que à paine pot avoir remède de sa vie.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par
   M. Paulin Pâris.



PRISE DE SAINT-JEAN-D'ACRE PAR LES MUSULMANS.--DESTRUCTION DES
COLONIES CHRÉTIENNES.--FIN DES CROISADES.


1291.


Le siége d'Acre, dit Aboulmahassen, commença un jeudi au commencement
d'avril. On y vit combattre des guerriers de tous les pays. Tel était
l'enthousiasme des musulmans que le nombre des volontaires surpassait
de beaucoup celui des troupes réglées. Plusieurs machines furent
dressées contre la ville; une partie provenait de celles qui avaient
été prises auparavant sur les Francs; il y en avait de si grandes,
qu'elles lançaient des pierres pesant un quintal et même davantage.
Les musulmans firent des brèches en différents endroits. Pendant le
siége, le roi de Chypre[320] vint au secours de la ville; la nuit de
son arrivée, les assiégés allumèrent de grands feux en signe de joie;
mais il ne resta dans la place que trois jours; ayant vu l'état
désespéré des assiégés, il craignit de partager leurs périls, et se
retira. Cependant l'attaque ne discontinuait pas. Bientôt les
chrétiens perdirent toute espérance; vers le même temps, ils se
divisèrent, et dès lors se trouvèrent faibles. Pendant ce temps le
siége faisait toujours de nouveaux progrès; enfin, le vendredi 17 de
gioumadi premier (milieu de mai), au point du jour, tout étant prêt
pour un assaut général, le sultan[321] monta à cheval avec ses
troupes; on entendit le bruit du tambour mêlé à des cris horribles.
L'attaque commença dès avant le lever du soleil; bientôt les chrétiens
prirent la fuite et les musulmans entrèrent l'épée à la main. On était
alors vers la troisième heure du jour. Les chrétiens couraient vers le
port; les musulmans les poursuivaient, tuant et faisant des
prisonniers; bien peu se sauvèrent. La ville fut livrée au pillage;
tous les habitants furent massacrés ou réduits en servitude.

  [320] Henri II.

  [321] Kelaoun Sefeddin, sultan d'Égypte et de Syrie.

Au milieu d'Acre s'élevaient quatre tours appartenant aux Templiers,
aux Hospitaliers et aux Chevaliers Teutoniques; les guerriers
chrétiens se disposèrent à s'y défendre. Cependant, le lendemain
samedi, quelques soldats et volontaires musulmans s'étant portés
contre la maison des Templiers et une de leurs tours, ceux-ci
offrirent d'eux-mêmes de se rendre. Leur demande fut accueillie; le
sultan leur promit sûreté; un drapeau leur fut donné comme sauvegarde,
et ils l'arborèrent au haut de la tour; mais lorsque les portes furent
ouvertes, les musulmans, s'y jetant en désordre, se disposèrent à
piller la tour et à faire violence aux femmes qui s'y étaient
réfugiées; alors les Templiers refermèrent les portes, et, tombant sur
les musulmans qui étaient dans la tour, les massacrèrent. Le drapeau
du sultan fut abattu, la guerre recommença. La tour fut assiégée en
règle; on combattit tout le samedi. Le lendemain dimanche, les
Templiers ayant de nouveau demandé à capituler, le sultan leur promit
la vie et la faculté de se retirer où ils voudraient; ils descendirent
donc, et furent égorgés, au nombre de plus de deux mille; un égal
nombre fut retenu prisonnier; quant aux femmes et aux enfants qui
étaient avec les Templiers, on les conduisit au pavillon du sultan. Ce
qui porta le sultan à ne point exécuter sa parole, c'est que les
Templiers, non contents d'avoir d'abord massacré les musulmans qui
étaient entrés dans la tour, avaient tué un émir chargé d'aller
apaiser le tumulte, et coupé les jarrets à toutes les bêtes de somme
qui étaient dans la tour afin de les mettre hors de service; voilà ce
qui avoit allumé la colère du sultan. Cependant, ceux d'entre les
chrétiens qui tenaient encore, ayant appris le traitement fait à leurs
frères, résolurent de mourir les armes à la main et ne voulurent plus
entendre parler de capitulation. Leur acharnement fut tel, que cinq
musulmans étant tombés entre leurs mains, ils les précipitèrent du
haut d'une des tours; enfin, lorsque la tour fut entièrement minée et
que les chrétiens eurent été admis à se rendre, avec promesse de la
vie, les musulmans s'étant approchés pour en prendre possession, la
tour s'écroula tout à coup, et ils furent tous ensevelis sous ses
ruines.

Quand le combat eut cessé, le sultan fit mettre à part les hommes qui
avaient échappé au massacre, et on les tua tous jusqu'au dernier; le
nombre en était fort grand. Ce qu'il y eut de plus admirable, c'est
que le Dieu très-haut voulut que la ville fût prise un vendredi, à la
troisième heure, au même instant où les chrétiens y étaient entrés
sous le sultan Saladin.

   ABOULMAHASSEN, traduit par M. Reinaud dans la _Bibliothèque des
   Croisades_, t. IV, p. 570.



GLOSSAIRE.


A.

   ABATÉIS, massacre, tuerie.

   ACHOISON, raison, motif.

   ACOINTES, familiers, qui sont en relation.

   ACOISIÉ, en repos, endormi (_quietus_).

   ADONT, alors.

   AFÉROIENT (de _Aférir_), appartenaient, revenaient.

   AFOLÉ, blessé.

   AGUAIT, aguet, conspiration.--_Se mistrent en aguait_,
     conspirèrent, complotèrent.

   AINÇOIS, AINSOIS, mais, au contraire.

   AINS, avant.

   ALÉGUOIT CONTRE LUI, tournait la loi contre lui.

   ALER, aller, marcher, se soulever.

   AMENDEMENT, réparation, amélioration.

   AMOIT (de _amer_), aimait.

   ANEMI, pour ennemi.

   APETICIER, apetisser, diminuer.

   APPERS, apparents, évidents (_apertus_).

   APPERT (TOUT EN), tout haut, tout ouvertement.

   APPERTEMENT, ouvertement.

   ARCHIÈRE, meurtrière, créneau.

   ARDIRENT (de _ardre_, brûler), brûlèrent (_ardere_).

   ARE, aride.

   AROIENT, auraient.

   ARROUTER (S'), se mettre en marche, se mettre en route.

   ARS (de _ardre_), brûlé.

   ASSEMBLER À QUELQU'UN, engager le combat avec quelqu'un.

   ASSÉNER À, confisquer, saisir.--_Asséner à son fié comme à la
     seue chose_; confisquer son fief comme chose sienne (au roi).

   ASSEOIR, assiéger.

   ASSIS, ASSISE, assiégé, assiégée.

   ASSIST, assiégea.

   ASSOUAGIER, soulager, guérir, se calmer.

   ATOURNER, préparer, disposer.

   ATOUT, avec.

   AUTELLE, telle, pareille.

   AVIRONNER, entourer, environner.


B.

   BABILOINE, Babylone (Le Caire).

   BARAT, trahison.

   BÉGUINES, espèce de religieuses.

   BENEURÉ, heureux.

   BENOIST, saint, béni.

   BOUTER, mettre.

   BREHAIGNE, impuissant pour reproduire.

   BUTIN (p. 411), lisez _Hutin_.


C.

   CELLE, cette.

   CHAIENNE, chaîne.

   CHANEAUX, pluriel de chanel, canaux.

   CHAR, chair.

   CHARIÈRE, CARRIÈRE, route, chemin où passe un char.

   CHÉY (de _cheoir_), tomba.

   CHEVETAINE, capitaine (même racine que le mot suivant).

   CHIEF, capitale (la tête, le chef, _caput_).

   COLÉE, coup sur le col.

   CONDUIT, escorte, conduite.

   CONROY, ordre, rang.

   CONTENEMENT, conduite.

   CONTENS, contestation, dispute.

   CONTREMONT, en haut, en remontant.

   CONVENANCE, CONVENANT, convention.

   CONVERSER, demeurer, habiter.

   COURTIL, jardin, verger.

   COUSTS, dépenses, frais, dépens (_custus_).

   COUVINE, disposition.

   CUER, cœur.

   CUEURT, court.

   CUEURENT, courent.

   CUIDA (de _cuider_, croire), il crut.

   CUIDIÈRENT, ils crurent.

   CUIDOIENT, ils croyaient.


D.

   DAMPNÉS, damnés, rejetés.

   DE, cette préposition, qui marque aujourd'hui le génitif, ne
     s'employait pas autrefois: on disait _l'hôtel Dieu_, pour l'hôtel
     de Dieu;--_les fils Blanche_, pour les fils de Blanche;--_le
     service Jésus-Christ_, pour le service de Jésus-Christ;--_le père
     saint Loys_, pour le père de saint Louis;--_le palais le roy_,
     _l'oncle le roy_, _l'ost le roy_, pour le palais, l'oncle,
     l'armée du roi;--_le service Nostre-Seigneur_, pour le service de
     Notre-Seigneur;--_le consentement la royne_, pour le consentement
     de la reine;--_le frère Pierre_, le frère de Pierre, etc.

   DÉCEU, déçu, trompé, séduit.

   DÉCLINASSENT (NE SE), ne se détournassent de.

   DEFFAUT, faute, défaut, vice, abus.

   DÉFOULER, mépriser, jeter sous les pieds, abattre.

   DEISSENT (de dire), dissent.

   DÉIST (de _dire_), dit.

   DELÈS, à côté de.

   DÉLIT, joie.

   DÉLIVRE (TOUT À), complétement.

   DEMAINE, domaine.

   DÉSATREMPÉ, malsain, désorganisé (_qui non habet temperantiam
     suam_).

   DESCEINT, qui a ôté sa ceinture (_decinctus_).

   DESCORD, DESCORT, différend, désaccord, discorde.

   DESPECIER, rompre.

   DESPENS, dépenses.

   DESROY (A) en désordre, en désarroi, avec précipitation.

   DESROMPI, arracha, déchira.

   DESROUTER, quitter la route, être en déroute.

   DESSERTE, récompense, salaire.

   DESSEVRER, séparer.

   DESTOURBER, troubler, déranger, empêcher.

   DESTOURBIER, dérangement, trouble.

   DESTRE, droite (_dextra_).

   DÉTRACTION, médisance, calomnie.

   DÉUST (de devoir), dût.

   DEVANT, avant.

   DEVERS (PAR), du côté de.

   DIENT (de dire), disent.

   DISTRENT (de dire), dirent.

   DONROIT (de donner), donnerait.

   DOUBTANCE, crainte, ce qu'on redoute.

   DOUBTER, redouter, craindre.

   DRECIER, dresser.

   DROICTURES, sacrements.

   DUREMENT, beaucoup, extrêmement.


E.

   EMMY, EMMI, dedans, parmi.

   EMPIRIER, endommager, nuire.

   EMPRENDRE, entreprendre.

   EMPRIS, entrepris.

   EMPRISRENT, entreprirent.

   EN, on.

   ENCHACIER, ENCHASSIER, poursuivre.

   ENCONTRE, vers, à la rencontre.

   ENDEMENTRES, pendant que.

   ENFANTOSMER, ensorceler.

   ENFERME, malade, infirme.

   ENGIN, machine de guerre (_ingenium_).

   ENGIGNÉ, trompé.

   ENGREGER, augmenter.

   ENQUESTEUR, inspecteur (_inquisitor_).

   ENS, dedans.

   ENTENDANT, _fit ou firent entendant_, fit ou firent entendre; le
     participe présent est employé pour l'infinitif.

   ENTENTE, intention.--_S'entente_, son intention.

   ENTÉRINER, approuver, mettre à exécution (_atum habere_).
     Approuver ces conventions (p. 417).

   ENTOUR, environ.

   ENVIRON, autour.

   ERRER, marcher, s'acheminer.

   ÈS, dans les.

   ESMER, estimer, évaluer (_Existimare_).

   ESPÉCIAULMENT, principalement, spécialement.

   ESPIE, espion.

   ESPOIR, peut-être, vraisemblablement.

   ESSOIGNE, affaire (p. 486). _Que aucune essoigne le presist_,
     qu'une affaire l'empêchât.

   ESTABLE, stable, sur qui on peut compter.

   ESTOUR, combat.

   ESTRANGES, étrangers.


F.

   FAILLIR, manquer.

   FAILLOIT, manquait.

   FAIS, faix, poids, force.

   FEISSENT, fissent.

   FÉRI, FÉRY, frappa (de férir, _ferire_).

   FERIST (de _férir_), frappa.

   FERMEMENT, en sécurité (_firmiter_).

   FERMER, affermir, assurer.

   FÉROIT (de _férir_), frappait.

   FICHIER, ficher, planter.

   FIÉ, FIÉS, fief, fiefs.

   FIST-L-EN, fit-on--(pour: _l'on fit_).

   FORBOUR, faubourg.

   FORMENT, beaucoup, avec vigueur.

   FORS TANT, excepté, si ce n'est.

   FOURFIRENT (de _fourfaire_, forfaire), firent.

   FU, était ou fut.

   FUIE, FUYE, fuite.

   FUST, fût, bois.


G.

   GAIGNEURS, laboureurs.

   GALIE, GALÉE, galère.

   GARANT, protection, garantie.

   GARNISONS, provisions.

   GENT, gens, personnes.

   GREIGNEUR, plus grand, plus grande.

   GREVÉE, meurtrie, froissée.

   GREVER, être hostile.

   GRIÈVE, rude, pénible.

   GUERREDON, récompense, salaire.

   GUIMPLE, guimpe.


H.

   HAIRE, cilice en crin ou en poil de chèvre.

   HAUBERT, cotte de mailles.

   HAUTEMENT À NOTE, à haute voix et en musique.

   HOMME, vassal, qui a fait hommage.

   HOSTELER, loger, recevoir dans sa maison, dans son hôtel.

   HOSTIEULX, mesures de grains.

   HUE, Hugues.

   HUIS, porte.

   HUTIN, bagarre, tapage.

   HUY (_hodie_), aujourd'hui.


I.

   ICEL, ce, cela.

   ILEC, ILLEC, là.

   INDIGNATION, dédain, mépris.

   IRE, colère (_ira_).

   ISNELEMENT, promptement.

   ISSIRENT (de _issir_), sortirent.

   ISSISSENT (de _issir_), sortissent.


J.

   JÀ, déjà, jamais.

   JUT, était campé (_jacebat_).--_Jut ès prés_, était campé dans
     les prés.


L.

   LABOUR, travail, fatigue (_labor_).

   LAIENS, LÉANS, là-dedans;--opposé à _céans_, ici.

   LARGEMENT, volontairement.

   LEGIER (DE), facilement, légèrement.

   LESIGNEN, Lusignan.

   LIE, joyeux.

   LIEMENT, avec plaisir.

   LIGNAGE, LIGNAIGE, famille, parenté.

   LOA (de _loer_), conseilla.

   LOÉ (de _loer_), conseillé.

   LOER, conseiller (_laudare_).

   LOGIÉ, campé, établi, logé.


M.

   MAILLORGUES, Mayorque.

   MALADERIE, maladrerie, hôpital pour les lépreux.

   MALE, mauvais, mauvaise.

   MAUTALENT, mauvais vouloir, mécontentement.

   MAUVESTIÉ, malice, méchanceté.

   MEISME, même.

   MEISMEMENT, mèmement, surtout.

   MENDRE, moindre, petite, (p. 199), la petite Syrie (_Syria
     minor_).

   MENEUR, mineur.

   MERVEILLES, quantité étonnante, merveilleuse.

   MESCHEOIR, arriver malheur.

   MESCHIEF, malheur, mésaventure.

   MESNIE, officiers, domestiques qui composent la maison d'un roi,
     la maison.

   MESPRENDRE, faire tort à quelqu'un, l'offenser.

   MESTIER, besoin.

   MEUST (de _mouvoir_, se mettre en mouvement pour aller faire la
     guerre), se mit en campagne.

   MISTRENT, mirent.

   MONTANCE, la valeur.

   MORT, mort, tué.

   MOULT, beaucoup (_multum_).

   MOUTEPLIER, augmenter, multiplier.

   MOUVEROIT (de _mouvoir_). _Voy._ MEUST.

   MUT, s'éleva.


N.

   NAVIE, flotte.

   NAVRER, blesser.

   NÉ, ni. (_Ne_ est une meilleure leçon que _né_.)

   NÉANT, point.

   NÉIS, même.

   NOIENT, NIENT, rien.

   NOISE, ennui, importunité, gêne.


O.

   OCCIANT, tuant.--(de _occire_, tuer; _occidere_).

   OCCISTRENT, tuèrent.

   OCTROIER, octroyer, permettre, accorder.

   OÏ (de oïr, ouïr, entendre; _audire_), entendit.

   OÏRENT, entendirent.

   OÏSSENT, entendissent.

   ONCQUES, jamais (_unquam_).

   ORDENER, ordonner, prescrire.

   ORENT, eurent.

   ORES, ORE, à présent, maintenant.

   OST, armée (_hostis_).

   OT, eu.--_ot eu_, eut eu.

   OULTRE, au delà, (p. 408) traverser la mer.

   OUVRÉ, travaillé.


P.

   PALETER, escarmoucher.

   PAOUR, peur.

   PARCRÉU, grand, développé.

   PARDONNE, (p. 417). _Pardonne-nous ton ire et ton
     mautalent._--_Pardonner_ est pris ici dans un sens actif. La
     phrase signifie: Fais-nous grâce de ta colère et de ton mauvais
     vouloir.

   PARFONS, profonds.

   PARLEMENT, assemblée, conférence.

   PART, partie, côté (_pars_).--_Que l'on tournast celle part_, que
     l'on se dirigeât de ce côté.--_Que l'on alast celle part_, que
     l'on allât de ce côté.

   PAVILLON, tente.

   PENDANT.--_Tout droit au pendant du tertre_, sur le penchant du
   côteau.

   PENER (SE), s'efforcer.

   PERRIÈRE, pierrier, machine de guerre pour lancer des pierres.

   PERS, les pairs.

   PEUST (de _pouvoir_), pût.

   PHYSICIEN, médecin.

   PIÈCE (LA), le morceau, la pièce (p. 202); toute cette partie,
     tout ce morceau du corps tomba.

   PIÈCE (UNE), UNE PIÈCE DE TEMPS, quelque temps, un instant.

   PIÉTAILLE, troupes de pied.--La terminaison _aille_ est
     collective et exprime le peu de valeur des choses assemblées et
     le mépris que l'on a pour elles: _valetaille_, _ferraille_,
     _canaille_.

   PIS, poitrine.

   PITEUX, pieux; plein de pitié, compatissant, miséricordieux;
     digne de pitié, pitoyable.

   _Plain_, plaine.

   PLANTÉ, PLENTÉ, abondance, quantité.

   PLAIS, procès, assemblée où l'on juge les procès.

   PLUMÉ, pillé.

   POIGNÉIS, POINGNÉIS, coups, combat, empoigne.

   POONS (de _pouvoir_), pouvons.

   PORENT (de _pouvoir_), purent.

   POT (de _pouvoir_), put (_potuit_).

   POU, peu.

   POURCHACIÉ, machiné, médité, (p. 207).

   POURCHASCIÉ À SON POUVOIR (p. 208), ne cessa de chercher autant
     qu'il était en son pouvoir.

   POVOIENT (de _pouvoir_), pouvaient.

   POVOIR, pouvoir.

   POVRE, pauvre.

   PRESIST, empêchât.

   PRINS, PRINSE, pris, prise.

   PRIS, réputation.

   PRISDRENT (de _prendre_), prirent.

   PRIVÉEMENT, en particulier, secrètement.

   PROMISTRENT, promirent.

   PROUESCE, valeur, courage, promesse.

   PUET, orthographe ancienne de peut; (_pueple_, peuple, _muette_,
     meutte).

   PUEUR (de _puer_), puanteur.

   PUIS, depuis.


Q.

   QUANQUE, autant que (_quantum_).

   QUANS, combien de (_quantos_).

   QUARREL, trait d'arbalète.


R.

   RALER, retourner, s'en aller.

   RAMEMTU, participe de _ramentevoir_, rappeler à la mémoire.

   RAVINE, déluge, grande quantité.

   RELIGIONS, couvents.

   REMÈDE, salut.

   REMEMBRANCE, souvenir.

   REMEMBRANT, se souvenant.

   REMENANT, le restant, le surplus.

   REPAIRIÉ, revenu.

   REPOSTÉMENT, secrètement, en cachette.

   REQUISTRENT (de _requérir_), demandèrent.

   S'EN RETOURNER EN, se retourner contre.

   RETRAIRE, retirer.

   RÉVÉRENCE, respect (_reverentia_).

   RIENS, chose (_res_).

   ROUTES, bandes.--_S'enfouirent à grans routes_; s'enfuirent par
     grandes troupes, par grandes bandes.


S.

   S. Cette lettre fut d'abord le signe constant du singulier; à
     l'époque où furent rédigées les Chroniques de Saint-Denis, l's au
     singulier n'est plus conservé que quelquefois et commence à
     devenir le signe du pluriel.

   SACS (FRÈRES DES), religieux vêtus d'un habit grossier.

   SAILLIE, attaque.

   SAISSONGNE, Saxe (_Saxonia_).

   SAPIENCE, sagesse.

   SAVOIR MON, c'est-à-dire.

   SCÉUSSENT (de _savoir_), sussent.

   SÉ, si. (_Se_ est une meilleure leçon que _sé_).

   SEMONDRE, assigner, convoquer.

   SEMONS (de _semondre_), assigné, convoqué.

   SENESTRE, gauche.

   S'ENFANCE, pour: sa enfance, son enfance.

   SÉOIT, était assis (_sedere_).

   SERS, serfs (_servus_).

   SEUE, sienne (_sua_).

   SIET, est placé, est situé (_sedet_).

   SIGNER, marquer.

   SIX-VINS, cent vingt (six fois vingt).

   SOLLEMPNIEX, solennels.

   SORENT (de _savoir_), surent.

   SOT (de _savoir_), sut.

   SOUFFRETE, SOUFFRETÉ, SOUFFRAITE, disette; d'où _souffraiteux_,
     malheureux.

   SOULDOIER, SOUDOIER, mercenaire, soudard; homme de guerre à la
     solde de quelqu'un.

   SUBGIÉS, sujets.

   SURIE, Syrie.


T.

   TALENT, désir, volonté, résolution.

   TENISSENT (de _tenir_), tinssent.

   TERMINE, terme, temps fixé.

   THIOIS, TIOIS, Allemands, Teutons (_Theotisci_).

   TOLLIR, enlever. _Tollu_ (part. passé), enlevé.

   TOUAILLE, serviette, essuie-mains.

   A TOUJOURS MAIS, à toujours.

   TRAIOIT (de _traire_), tirait.

   TRAIRE, tirer, lancer (_trahere_).

   TRAISTENT (SE) (de _se traire_, se rendre), se rendent.

   TRAIT (de _traire_), lança.

   TRESBUCHIER, TRÉBUCHER, renverser, détruire.

   TRESPASSER, passer, omettre.

   TRESTOUS, tous, sans qu'il en manque.

   TREU, tribut.

   TUIT, tout, toute, tous, toutes (_Totus_).


V.

   VAGUE, vacant (_vacuus_).

   VASSAL, homme de guerre (_vassus_).

   VÉER, défendre (_vetare_).

   VÉNISSENT (de _venir_), vinssent.

   VENIST (de _venir_), vint.

   VENROIENT, VENROIT (de _venir_), viendraient, viendrait.

   VENUE, rencontre.

   VÉOIR, voir.

   VESQUI (de _vivre_), vécut.

   VILLENIE, parole injurieuse.

   VITAILLE, vivres, victuaille.

   VOIR, vrai (de _verus_.) On prononçait _veir_.

   VOLENTÉ, volonté.

   VOULDENT (de _vouloir_), veulent.

   VOULSIST (de _vouloir_), voulût.

   VOULSISSENT (de _vouloir_), voulussent.

   VOULT, VULLT (de _vouloir_), veut (_vult_).



TABLE

DES MATIÈRES DU SECOND VOLUME.

LE MOYEN AGE.


                                                                  Pages.

    Origines de la langue française (_A. de Chevallet_)                1

    Serment de Louis le Germanique et des soldats de Charles
      le Chauve, 842                                                  19

    Cantilène en l'honneur de sainte Eulalie                          19

    La religion d'Odin (_J. Reynaud_)                                 21

    Chant de mort de Lodbrog, 865                                     40

    Le siége de Paris par les Normands, 885 (_Fragment du poëme
      d'Abbon_)                                                       41

    La féodalité (_Championnière_)                                    46

    Le plaid de Kierzy, 877 (_Fauriel_)                               62

    Les Sarrasins en Provence, 889-975 (_Reinaud_)                    71

    Rollon, 912-931 (_Robert Wace_)                                   78

    Élection de Hugues-Capet, 987 (_Richer_)                          84

    Arrestation de Charles de Lorraine, 991 (_Richer_)                88

    Révolte des paysans de Normandie, 997 (_Robert Wace_)             91

    Grande famine en Europe.--Anthropophages, 1027-1029
      (_Raoul Glaber_)                                                94

    Conquête de l'Angleterre par les Normands, 1066
      (_Robert Wace_),

      _Guillaume de Poitiers_, _Matthieu Pâris_,
      (_Ordéric Vital_)                                               98

    Philippe Ier épouse Bertrade, 1092 (_Ordéric Vital_)             114

    Pourquoi Pierre l'Ermite prêcha la Croisade, 1095
      (_Albert d'Aix_)                                               116

    Concile de Clermont, 1095 (_Guibert de Nogent_)                  119

    La Trêve de Dieu, 1096 (_Ordéric Vital_)                         121

    Préparatifs et départ des premiers croisés
      (_Guibert de Nogent_)                                          123

    Départ des croisés (_Faucher de Chartres_)                       126

    Chant composé à l'occasion de la croisade
      (_Guillaume, comte de Poitiers_)                               127

    Massacre des juifs (_Albert d'Aix_)                              128

    Prise de Jérusalem, 1099 (_Raimond d'Agiles_)                    131

    Même sujet (_Albert d'Aix_)                                      134

    Louis le Gros, 1101 (_Suger_)                                    140

    Bataille de Brenneville, 1119 (_Ordéric Vital_)                  142

    Louis le Gros punit les assassins du comte de Flandre,
      1127-1128 (_Suger_)                                            147

    Suger (_Guillaume_)                                              151

    La commune de Laon, 1112 (_Guibert de Nogent_)                   154

    Charte de la commune de Laon, 1128                               177

    Prise d'Édesse par Zengui, 1145
      (_Aboulfarage_)                                                184

    Louis VII prend la croix, 1146
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  187

    Bataille du Méandre, 1148 (_Odon de Deuil_)                      189

    Siége de Damas, 1149 (_Chroniques de Saint-Denis_)               199

    Philippe-Auguste chasse les juifs de France, 1181-1182
      (_Rigord_)                                                     209

    Bataille de Tibériade, 1187 (_Ibn-Alatir_)                       213

    Même sujet (_Reinaud_, d'après les historiens arabes)            216

    Philippe-Auguste fait paver la cité de Paris, 1186
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  221

    Saladin prend Jérusalem, 1187 (_Reinaud_,
      d'après les historiens arabes)                                 222

    Siége et prise de Saint-Jean-d'Acre par les croisés, 1191
      (_Boha Eddin_ et autres historiens arabes)                     229

    La quatrième croisade, 1198-1204
      (_Geoffroy de Ville-Hardouin_)                                 246

    La prise de Constantinople (_Nicétas_)                           296

    Monuments détruits par les croisés (_Nicétas_)                   307

    La croisade contre les Albigeois, 1208
      (_Chronique provençale_)                                       314

    La prise de Béziers, 1209 (_Idem_)                               318

    Le vicomte de Béziers pris par trahison
      (_Chronique languedocienne_)                                   324

    Simon de Montfort devient comte de Béziers, 1209
      (_Chronique provençale_)                                       326

    Portrait de Simon de Montfort (_Pierre des Vaux de Cernay_)      328

    Prise de Lavaur, 1211 (_Chronique provençale_)                   329

    Bataille de Muret; Simon de Montfort devient comte de
      Toulouse, 1213-15 (_Idem_)                                     330

    Le comte de Toulouse rentre dans Toulouse; massacre des
      Français, 1217 (_Idem_)                                        337

    Siége de Toulouse. Mort de Simon de Montfort. Les croisés
      lèvent le siége de Toulouse, 1218 (_Idem_)                     344

    Amaury de Montfort nommé comte de Toulouse, 1218 (_Idem_)        351

    Levée du siége de Toulouse, 1218 (_Idem_)                        353

    Mort du comte de Toulouse. Amaury cède ses domaines au roi de
      France, 1222-1224 (_Guillaume de Puy-Laurens_)                 355

    Traité de paix entre saint Louis et Raymond VII, comte de
      Toulouse, 1229 (_Dom Vaissette_)                               356

    L'inquisition établie à Toulouse, 1229 (_Dom Vaissette_)         365

    La croisade d'enfants, 1212-13 (_Jourdain_)                      373

    Même sujet, 1213 (_Matthieu Pâris_)                              378

    Bataille de Bouvines, 1214 (_Guillaume le Breton_)               379

    Même sujet (_Matthieu Pâris_)                                    396

    Révolte des barons contre la reine Blanche, 1226
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  401

    Comment la sainte couronne d'épines et grande partie de la
      sainte croix et le fer de la lance vinrent en France, 1239
     (_Chroniques de Saint-Denis_)                                   405

    Guerre de saint Louis contre le comte de la Marche et
      Henri III, roi d'Angleterre, 1241-1242
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  407

    Saint Louis prend la croix, 1243 (_Idem_)                        418

    Croisade de saint Louis en Égypte, 1248-1250 (_Reinaud_,
      d'après les historiens arabes)                                 420

    Lettre du comte d'Artois à la reine Blanche, sur la prise
      de Damiette, 1249                                              423

    Bataille de Mansourah, 1250 (_Gemal Eddin_)                      425

    Saint Louis est fait prisonnier, 1250 (_Joinville_)              429

    Gauthier de Châtillon (_idem_)                                   431

    Lettre de saint Louis sur sa captivité et sa délivrance,
      1250                                                           432

    Douleur de la France en apprenant ces nouvelles
      (_Matthieu Pâris_)                                             443

    Chant arabe sur la défaite des Français                          444

    La reine à Damiette (_Joinville_)                                445

    La reine Blanche (_Idem_)                                        446

    Les pastoureaux, 1251 (_Chroniques de Saint-Denis_)              448

    Le roi d'Angleterre à Paris, 1254 (_Matthieu Pâris_)             452

    De celui qui jura vilain serment, 1256
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  461

    La Pragmatique-sanction, 1269 (_Villeneuve-Trans_)               462

    Lettre de saint Louis à l'abbé de Saint-Denis,
      sur la prise de Carthage, 1270                                 464

    Instructions de saint Louis à son fils, 1270                     466

    Saint Louis.--Ses saintes paroles et ses bons enseignements
      (_Joinville_)                                                  472

    Saint Louis (_Chroniques de Saint-Denis_)                        484

    Influence de la littérature et des arts de la France en Europe
      au moyen âge (_L. Dussieux_)                                   493

    Guerre de Philippe III en Aragon, 1285
      (_Chroniques de Saint-Denis_)                                  506

    Prise de Saint-Jean-d'Acre par les Musulmans. Fin des
      croisades, 1291 (_Aboulmahassen_)                              518

    Glossaire                                                        521

    TABLE DES MATIÈRES                                               529


FIN DE LA TABLE DU SECOND VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 2/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home