Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Diderot et le Curé de Montchauvet - Une mystification littéraire chez le baron d'Holbach, 1754
Author: Gasté, Armand
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Diderot et le Curé de Montchauvet - Une mystification littéraire chez le baron d'Holbach, 1754" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



    DIDEROT
    ET LE CURÉ DE MONTCHAUVET



    Armand Gasté

    DIDEROT
    ET LE
    CURÉ DE MONTCHAUVET

    --UNE MYSTIFICATION LITTÉRAIRE CHEZ
    LE BARON D'HOLBACH, 1754--

    [Illustration]

    PARIS
    ALPHONSE LEMERRE, ÉDITEUR
    _23-31, passage Choiseul, 23-31_

    M. DCCC. XCVIII



DIDEROT

ET LE CURÉ DE MONTCHAUVET[1]


Au milieu du XVIIIe siècle vivait, ou plutôt végétait tristement dans
l'humble presbytère de Montchauvet, en plein Bocage normand[2], un
curé poète qui doit aux Encyclopédistes l'immortalité du ridicule, et
dont les vers extravagants furent,--qui le croirait?--une des causes
de la rupture de Jean-Jacques Rousseau avec ses bons amis, les
Philosophes.

  [1] Voir à l'_Appendice_.

  [2] _Ibid._



I


L'abbé Le Petit[3],--c'est le nom de notre curé,--s'ennuyait à mourir
dans le village où l'avait enterré son évêque[4]. Il avait beau monter
sur les âpres rochers qui dominent le presbytère et interroger
l'horizon, il ne voyait venir personne qui fût digne de le comprendre
et sût goûter les vers qu'il composait dans sa morne solitude. Et
laissant tomber ses regards sur les masures de ses paroissiens: «Ici,
il n'y a que moi d'homme d'esprit, se disait-il. Point de société!...
Pour toute ressource, le magister, c'est-à-dire un paysan habillé de
noir!»

  [3] Voir à l'_Appendice_.

  [4] _Ibid._

Un beau jour, l'abbé Le Petit, n'y pouvant plus tenir, boucla sa
valise et partit pour Paris. A Paris, en effet, il trouverait un de
ses anciens camarades de séminaire, l'abbé Basset[5], professeur de
philosophie au collège d'Harcourt. L'abbé Basset avait de belles
relations: il procurerait certainement un éditeur à son confrère.
L'éditeur trouvé, le livre prôné par les gazettes s'enlevait en un
clin d'œil; les salons se disputaient l'illustre compatriote de
Malherbe et de Pierre Corneille; et qui sait? l'Académie ne se faisait
pas trop prier pour lui offrir un de ses quarante fauteuils.

  [5] _Ibid._

Tels étaient les beaux rêves que le curé de Montchauvet confiait à
l'abbé Basset, et que celui-ci, en se promenant avec lui, au
Luxembourg, par une belle matinée d'hiver, écoutait d'une oreille trop
indulgente.

Au détour d'une allée, on rencontre Diderot. Diderot, qui demeurait à
quelques pas de là, sur la hauteur d'où il avait tiré son surnom de
_Philosophe de la Montagne_, aimait à se promener le matin au
Luxembourg. L'abbé Basset, qui était fort lié avec lui, connaissait
ses habitudes. Ce n'était pas sans intention, peut-être, qu'il
conduisit, ce jour-là, sur le chemin du philosophe, le curé de
Montchauvet, avide de connaître les grands esprits du siècle, avide
surtout d'en être connu. L'abbé Basset présente son ami à Diderot. Le
curé nage dans la joie; il pâlit d'aise, et son nez,--un nez
extrêmement long, dit la chronique,--est dans un mouvement perpétuel.
La conversation est bientôt liée. L'abbé Le Petit raconte d'un trait
ses infortunes: «Je m'étiolais à Montchauvet, le plus triste lieu du
monde; mes talents y étaient enfouis. Mais, Dieu merci! j'en suis
hors, et je me réjouis, monsieur, d'avoir fait connaissance avec un
homme de votre réputation, afin de vous demander votre avis.

--Mon avis, dit le philosophe, et sur quoi, monsieur l'abbé?

--Sur un madrigal de sept cents vers, que j'ai fait dernièrement.

--Un madrigal de sept cents vers! Et sur quel sujet, je vous prie?

--Voici la chose, dit le curé en souriant d'un air malin: mon valet a
eu le malheur de faire un enfant à ma servante, et cela m'a donné un
assez beau champ, comme vous allez voir.

Et, disant cela, il tire de la poche de sa soutane un grand cahier de
papier. Diderot recule épouvanté; puis se ravisant:

--Monsieur le curé, dit-il, je vous trouve bien blâmable d'employer
vos loisirs à de pareils sujets.

L'abbé Le Petit commençait à rougir de colère; son nez s'agitait,
menaçant...

--Quand on a un génie aussi sûr que le vôtre, poursuivit Diderot, on
doit faire des tragédies, et non pas s'amuser à des madrigaux.

Le curé de Montchauvet, agréablement flatté de ce compliment
inattendu, devint radieux: ses yeux brillaient d'un éclat
inaccoutumé, son grand nez se dilatait pour mieux aspirer l'encens.
Il voulait remercier Diderot; celui-ci ne lui en laissa pas le
temps:--Permettez-moi de vous dire que je n'écouterai pas un seul vers
de votre façon, avant que vous ne nous ayez apporté une
tragédie.--Vous avez raison, répliqua le curé;.... je suis trop
timide. Puis, remettant dans la vaste poche de sa soutane son long
poème, il salua poliment Diderot. Le philosophe, en s'en allant,
échangea avec l'abbé Basset un sourire que le bon curé n'aperçut pas,
ou dont il ne comprit pas la signification.

C'était un sourire de contentement. Diderot s'était débarrassé du même
coup, (il le croyait du moins), d'un madrigal de sept cents vers et
d'un importun.

Quelques mois se passent. Diderot, bien tranquille dans son cabinet,
travaillait, sans doute à ses _Pensées sur l'interprétation de la
nature_, lorsque, sans se faire annoncer, l'abbé Le Petit se présente
avec un énorme manuscrit sous le bras. Qu'on juge de la surprise de
Diderot.--Comment, monsieur le curé, c'est bien vous que je vois! Je
vous croyais depuis longtemps en Normandie.--On ne peut vivre qu'à
Paris, monsieur; j'y suis donc resté, et, suivant vos conseils, je me
suis mis avec ardeur au travail. Je vous apporte...--Encore un
madrigal? s'écria Diderot; non, monsieur le curé, vous savez nos
conventions. Je n'écoute pas un vers de vous, que vous ne m'ayez
apporté une tragédie.--C'est justement...--Quoi! C'est une
tragédie?--Oui, monsieur, _David et Bethsabée_....

Diderot faillit tomber à la renverse.

--Avez-vous le loisir de m'écouter? poursuivit l'abbé, impitoyable.

Il n'y avait pas à reculer, il fallait bien essuyer cette lecture.

--Monsieur le curé, répondit le philosophe, que diriez-vous si,
dimanche, je vous présentais à nos amis, et si je vous donnais pour
juges les plus grands esprits dont notre siècle s'honore?... Allons,
c'est entendu, je vous mènerai dans le salon de M. le baron d'Holbach.
Vous y entrerez inconnu; mais, je vous le jure, vous en sortirez
célèbre.

--Monsieur, balbutia l'abbé, que de grâces...

--Trève de compliments! C'est moi qui suis votre obligé. Ne pas
produire au grand jour un poète de votre force, mais ce serait un
crime!... Allons, adieu, monsieur le curé, ou plutôt, au revoir... A
dimanche! Je vous attends chez moi.

Le curé fut exact au rendez-vous. Diderot avait prévenu ses amis, les
Encyclopédistes. On sait que le baron d'Holbach les recevait à dîner
deux fois par semaine, ce qui le faisait appeler par l'abbé Galiani
«_le maître d'hôtel de la philosophie_».

Ce jour-là--c'était justement le dimanche gras--les convives du baron
d'Holbach étaient quinze à vingt. Dans le riche cabinet, où le
richissime philosophe venait de faire placer sa récente acquisition,
la _Chienne allaitant ses petits_, un des chefs-d'œuvre du peintre
Oudry, on voyait réunis, sans compter Diderot et le maître de la
maison, J.-J. Rousseau, d'Alembert, Duclos, Marmontel, Helvétius, de
Jaucourt, Raynal, Morellet, de la Condamine, M. de Gauffecourt, M. de
Margency, etc.[6].

  [6] Voir à l'_Appendice_.

Le curé de Montchauvet est introduit. On lui fait fête; on l'invite à
s'asseoir. Il promène ses regards de tous côtés: il ne voit que des
visages riants; cela l'encourage. Pourtant, il aperçoit dans un coin
du salon une figure renfrognée. C'était J.-J. Rousseau, qui flairait
une mystification, et qui, avec sa probité à toute épreuve, était
résolu à faire le rôle d'honnête homme.--C'est un jaloux, se dit
l'abbé; mais qu'importe?... Et il déroule lentement son
manuscrit.--D'abord, messieurs, leur dit-il, je dois vous lire
l'épître que je me permets d'adresser à Madame de Pompadour.

Cette épître commençait par un vers assez singulier:

    Rentrez dans le néant, race de mendiants...

C'était pour flétrir les poètes qui font des dédicaces en vue de
gagner de l'argent.--Oh! oh! Monsieur le curé, lui dit-on de toutes
parts, l'épithète n'est-elle pas un peu violente?--Non, messieurs,

    Point d'enfant d'Apollon, s'il ne rime gratis.

Et, continuant sa lecture, il déclame avec emphase ces deux vers:

    Tout ainsi comme Icare, parcourant la lumière,
    Dans un rayon brûlant vit fondre sa carrière...

--Voilà, lui dit Marmontel, un vers admirable! mais ces sortes de vers
doivent être bien difficiles à trouver.--Cela est vrai, répondit le
curé en pâlissant de joie et de vanité; mais aussi est-on bien content
quand on a trouvé.

L'épître finie, le curé, avant de commencer la lecture de sa tragédie,
pria la société de lui permettre d'exposer rapidement sa théorie du
poème dramatique. Corneille l'a fait, ajouta-t-il: compatriote de
Corneille, ne puis-je pas faire comme lui?--Sans aucun doute, monsieur
l'abbé, s'écrièrent en chœur tous les convives.--Vils flatteurs,
murmurait dans son coin le citoyen de Genève.--Ma théorie est bien
simple, messieurs. Donnez-moi un sujet quelconque.

--_Balthazar_, dit une voix.

--_Balthazar_, soit! Eh bien! vous savez, messieurs, que, pendant le
souper de ce roi impie, on vit une main écrire sur les murs les mots:
_Mané, Thécel, Pharès_. Il s'agit donc de savoir si le roi soupera ou
non; car, s'il ne soupe pas, la main n'écrira pas. Or je n'ai qu'à
inventer deux acteurs. Le premier veut que le roi soupe, le second ne
le veut pas, et cela alternativement. Si moi, poète tragique, je veux
que le roi soupe, celui-là parlera le premier. Ainsi:

Ier acte: _Le roi soupera_;

2e acte: _Il ne soupera pas_;

3e acte: _Il soupera_;

4e acte: _Il ne soupera pas_;

5e acte: _Il soupera_.

Si, au contraire, je ne veux pas que le roi soupe, voici quel sera mon
plan:

Ier acte: _Il ne soupera pas_;

2e acte: _Il soupera_;

3e acte: _Il ne soupera pas_;

4e acte: _Il soupera_;

5e acte: _Il ne soupera pas_.

Voilà, messieurs, tout le mystère.

Un murmure approbateur accueillit ces paroles. Le poète commença alors
la lecture de sa tragédie. Tous les philosophes, rangés en cercle,
écoutaient attentivement. M. de la Condamine, entre autres, avait tiré
le coton de ses oreilles pour mieux entendre[7]; mais, dès la première
scène, sa patience était à bout. Dans la seconde, David paraît; il se
plaint que l'amour le tourmente jour et nuit et l'empêche de dormir.
Il a cependant de quoi s'occuper; il a de nouveaux ennemis, dit-il:

    Quatre rois, vive Dieu! ci-devant mes amis...

  [7] Voir à l'_Appendice_.

--_Vive Dieu_! s'écria M. de la Condamine, et pourquoi pas _Ventre
Dieu_? Et, remettant le coton dans ses oreilles, il sortit
brusquement.

--Voilà, dit le curé froidement, un homme qui ne sait pas que _Vive
Dieu_! est le serment des Hébreux.

Ces quatre rois, «ci-devant les amis» de David, ont embrassé la
querelle du barbare Hanon...

A ce mot malencontreux, cinq ou six auditeurs se récrient.

--Ah! messieurs, dit le curé d'un air de profonde pitié, ce nom sonne
mal à vos oreilles, apparemment à cause de la ridicule équivoque de
celui d'_ânon_, animal si connu et si commun. Pour moi, je pense qu'un
nom, par lui-même, n'a rien qui doive offenser. L'Écriture s'en est
servie; elle a bien les oreilles aussi délicates que les nôtres.

--Mais, lui dit Duclos, ajoutez une lettre à ce nom, et l'équivoque
cessera.

--Monsieur, répartit le curé, vous voulez sans doute que je fasse de
ce personnage un Carthaginois?

Dans un autre endroit, Bethsabée, pressée par David «de le rendre
heureux», veut le piquer d'honneur, et lui rappelant ses grandes
actions passées, elle dit:

    Vous sûtes arracher Saül à ses furies,
    Où ce prince, vainqueur de mille incirconcis,
    Frémissait que David en eût dix mille occis.

--Ah! Dieu! quels vers! s'écria le citoyen de Genève; et pourquoi
_occis_? pourquoi pas _tués_?

--Je pourrais, riposta sèchement le curé, vous répondre que _tués_ ne
rime pas à _incirconcis_; mais apparemment que vous imaginez que _tué_
et _occis_ sont des synonymes. Apprenez, monsieur, que cela n'est pas.
On dit tous les jours: Cet homme me _tue_ par ses discours, et l'on
n'en est pas _occis_ pour cela.

--J'avoue, reprit le citoyen, qu'il doit être fort fâcheux d'être
_occis_; mais je ne me soucierais pas même d'être _tué_.

Le curé de Montchauvet poursuivit sa lecture, sans s'arrêter plus
qu'il ne convenait à cette misérable querelle de mots.

Arrivé à un passage où il faisait rimer _angoisse_ et _tristesse_,
Rousseau l'interrompit de nouveau:

--_Angoisse_ et _tristesse_ ne riment pas; vous êtes trop hardi,
monsieur le curé.

--Trop hardi, monsieur? Cette rime est neuve; voilà tout.

--Dites étrange, monsieur le curé.

--Étrange, monsieur? Mais, vous, savez-vous bien ce que c'est que la
rime?

--J'ose le croire, monsieur le curé.

--On ne s'en douterait guère, et...

La dispute allait s'envenimer: un geste de d'Holbach rétablit la paix.

--Continuez, dit-il au curé de Montchauvet, nous vous écoutons.

Vers le milieu du deuxième acte, Bethsabée dit à sa confidente:

    Le roi ne m'offre plus que d'_innocentes_ charmes.

--Pardon, monsieur le curé, interrompit un des auditeurs, _charme_ est
du masculin.

--Ah! vous le prenez comme cela, messieurs, répondit l'abbé; eh bien,
dans la scène suivante, vous le trouverez masculin; j'ai tâché de
contenter tout le monde.

Plus loin, il faisait rimer _superflu_ et _plus_.

--Cette rime n'est pas exacte, dit Marmontel.

--Ah! vraiment; et pourquoi cela?

--C'est que _superflu_, étant au singulier, n'a point d's, et par
conséquent ne peut rimer avec _plus_.

Point d'_s_, reprit vivement le curé en mettant son manuscrit sous le
nez de Marmontel, point d'_s_! Mais je vous prie de remarquer,
monsieur, que j'en ai mis une[8].

  [8] Voir à l'_Appendice_.

Et il continua intrépidement sa lecture.

On lui avait fait croire que M. de Margency était un poète de
profession, et qu'il aurait en lui un dangereux concurrent. Il n'est
sorte de bassesse que ne lui fit le curé de Montchauvet. M. de
Margency, comme on en était convenu auparavant, se fit le champion à
outrance du poète bas-normand. Aussi, c'était vers lui qu'il se
tournait de préférence.

Au milieu d'une des plus pompeuses tirades, il entend un léger bruit.
C'était M. de Gauffecourt qui riait tout bas dans ses mains.

--Vous riez, monsieur, lui dit le curé du ton dont il aurait
apostrophé un bambin au catéchisme?

--Non, monsieur, répondit M. de Gauffecourt avec un grand sérieux; je
n'ai ri de ma vie.

On arrive, sans autre incident, au quatrième acte. Tout le monde se
lève. On prie le curé de Montchauvet d'arrêter là sa lecture. Il doit
être épuisé de fatigue; on lui donnera une nouvelle séance pour
achever sa tragédie; on n'en veut pas perdre un seul vers.

Chacun s'empresse autour de lui, et lui serre les mains: «Vous
surpassez Racine, et vous égalez Corneille!»

Le curé absorbe avec intrépidité ces louanges ironiques; il se
rengorge; son nez s'agite, se dilate de plus en plus. Tout à coup,
J.-J. Rousseau se précipite vers lui, lui arrache son manuscrit et le
jette à terre:

--Votre tragédie est absurde, mon cher curé; ces messieurs,--vous ne
le voyez donc pas?--se moquent de vous. Retournez vicarier dans votre
village.

L'abbé, rouge de colère, fond sur Rousseau; en vrai poète tragique, il
veut l'_occire_. On sépare à grand'peine les deux combattants.
Rousseau sort furieux, pour ne plus remettre les pieds chez le baron
d'Holbach. On arrête le curé, qui le menace du poing et veut courir
après lui dans la rue. On réussit à le calmer un peu, en lui peignant
Rousseau comme un poète jaloux de sa gloire naissante.

On peut bien penser que Diderot ne fut pas l'un des moins empressés à
verser du baume sur la blessure faite par Rousseau à la vanité du
poète.

--Votre pièce est excellente, monsieur le curé, lui dit-il; je m'y
connais: elle aura le plus grand succès au théâtre, si toutefois vous
y apportez quelques modifications que je crois indispensables... Me
permettez-vous, monsieur le curé, de vous faire une légère critique?

--Parlez, monsieur, dit le curé, pris par le ton bienveillant que
Diderot donnait à ses paroles. Je ne puis recevoir que des conseils
judicieux d'un esprit aussi éminent.

--Eh bien, monsieur l'abbé, puisque vous m'autorisez à vous dire toute
ma pensée, je vous avouerai que votre pièce ne me semble pas assez
chargée d'incidents; que la plupart des incidents ne se passant pas
sur la scène, je trouve,--excusez ma franchise,--la scène un peu trop
muette. Il est vrai que votre pièce est une pièce sainte; mais ce n'en
est pas moins un défaut, à mon humble avis.

Tout le monde s'attendait à une explosion de colère; il n'en fut rien.
Le curé répondit d'un air suffisant:

--Je l'avais senti, monsieur, mais je n'ai pu faire autrement;
d'ailleurs, ces sortes de pièces sont sujettes à ce défaut...
Toutefois, vous conviendrez avec moi que j'ai suppléé à la sécheresse
des récitatifs par une versification assez heureuse.

--Cela est vrai, dit M. de Margency, celui des auditeurs qui s'était
fait le champion du curé. A mon tour, ajouta-t-il, je reprendrai
l'objection faite par M. Diderot, et je demanderai à monsieur le curé
pourquoi il n'a pas placé sur la scène la baignoire de Bethsabée? Son
récit est plein de beaux vers, je le proclame bien haut, mais Horace a
dit:

    _Segnius irritant animos demissa per aurem
    Quant quæ sunt oculis subjecta fidelibus, et quæ
    Ipse sibi tradit spectator._

--Sans doute, monsieur; mais Horace n'ajoute-t-il pas:

                            _Non tamen intus
    Digna geri promes in scenam; multaque tolles
    Ex oculis, quæ mox narret facundia præsens..._

--Je suis battu, dit M. de Margency.

Puis, se tournant vers ses amis:

--Quoi qu'en dise Horace, messieurs, ne regrettez-vous pas, comme moi
que M. le curé n'ait pu mettre sur la scène la baignoire de Bethsabée?
Vive Dieu! comme Mlle Clairon...[9]

  [9] Voir à l'_Appendice_.

--Pardon, monsieur, interrompit le curé, la rougeur au front; mais
vous oubliez que ma tragédie est une tragédie sainte, et que rien n'y
doit offenser les oreilles ou les yeux des spectateurs chrétiens.

--_Omnia sancta sanctis_, monsieur le curé; je tiens à la baignoire.
Et vous, messieurs?

--Oui, oui, il nous faut la baignoire, s'écrièrent ensemble les
convives de d'Holbach.

--Messieurs, je ne puis vous l'accorder. N'insistez pas, je vous prie.

--Nous respectons vos scrupules, dit M. de Margency; qu'il soit fait
selon votre désir... Mais, poursuivit-il, qu'il me soit permis, avant
de nous séparer, d'ajouter un mot encore...

Le curé dressa l'oreille.

--Vous êtes du pays du grand Corneille, monsieur le curé; nous ne le
saurions pas, que votre style nous l'aurait bien vite appris. Comment
avez-vous fait pour arriver du premier coup à cette mâle vigueur,
dont l'auteur de _Polyeucte_ et vous avez seuls le secret?

--Messieurs, répondit l'abbé, si mon style a quelque ressemblance avec
celui de Corneille, je le dois à la lecture approfondie que j'ai faite
de ce grand poète; mais qu'on ne m'accuse d'aucun plagiat: j'affirme
solennellement que mon style est à moi, et bien à moi... Je vois,
monsieur, continua le curé, en s'approchant de M. de Margency, que
vous êtes, comme on dit, un homme du métier, et je ne doute pas que
vos pièces n'aient obtenu sur la scène un légitime succès.

--Monsieur le curé, dit de Margency, mes amis veulent bien m'accorder
quelque talent; mais, malgré leurs conseils, je dirai plus, malgré
leurs instantes prières, je n'ai jamais consenti à laisser jouer mes
pièces. Vous l'avouerai-je, monsieur le curé? j'ai peur...

--Et de quoi, monsieur, je vous prie?

--D'être sifflé.

Puis, faisant un geste tragique: je crois que j'en mourrais!

--Mon ami, lui dit Diderot, ayez plus de confiance en vous-même.
Osez, et je vous prédis le succès, comme je le prédis à M. le curé de
Montchauvet.

--Ne me comparez pas, je vous prie, avec le rival de Pierre Corneille!

--Que du moins son exemple vous enflamme, et, puisque vous travaillez
actuellement à une tragédie de _Nabuchodonosor_, soumettez-la au
jugement de M. le curé... Puis, s'adressant à l'abbé: Si nous osions,
monsieur, vous prier de traiter le même sujet, voudriez-vous nous
refuser, dans l'intérêt de notre ami qui brûle de marcher sur vos
traces?

--Monsieur, dit d'Holbach qui, pendant toute cette scène, avait gardé
le plus grand sérieux, mes amis et moi nous vous attendons dimanche
prochain. Vous achèverez la lecture de votre tragédie, et vous nous
lirez, n'est-ce pas? la première scène de _Nabuchodonosor_; c'est un
sujet extrêmement difficile et délicat. Nous ne doutons nullement que
vous ne vous en tiriez avec l'habileté dont vous avez fait preuve dans
votre tragédie de _Bethsabée_. Pour vous, dit d'Holbach à de Margency,
vous saurez dimanche si vous devez affronter la scène ou brûler vos
manuscrits. Vous connaissez notre franchise. Nous vous promettons un
jugement sincère. A dimanche donc, monsieur le curé!

Le curé promit de se rendre à cette aimable invitation.

On se sépara. La vanité du curé de Montchauvet était aussi énorme que
son talent était mince; aussi était-il loin de se douter qu'il venait
de servir de bouffon aux convives habituels du baron d'Holbach.
Cependant, malgré le plaisir que lui avaient causé les éloges de
Diderot, de d'Holbach et de Margency, il était mécontent: il aurait
voulu plus d'éloges encore; et il était indigné que l'on ne se fût pas
montré plus sévère à l'égard de cet impertinent de Rousseau.

Le lendemain, il rencontra M. de Margency et se plaignit beaucoup.--Si
je fréquentais ces messieurs, lui dit-il, je finirais par soupçonner
mes vers d'être plats: cependant, je suis bien sûr du contraire; et
ils n'ont qu'à examiner leurs observations avec autant de sévérité que
ma tragédie, ils verront ce qu'il y aura plat. Au demeurant, ce n'est
pas que leur critique m'effraie: je ne tiens pas à ma pièce en auteur
servile; j'en ai fait chaque vers triple, et je puis, comme vous
voyez, sacrifier tout ce qu'on veut, sans que j'en sois plus mal à mon
aise.

M. de Margency l'assura fort qu'il avait laissé la société dans une
grande admiration de ses talents; mais il n'en voulut rien croire: «Je
les ai vus rire souvent pendant la lecture, répondit-il, et on ne rit
pas dans une tragédie, quand on est de bonne foi... Enfin, je vois ce
que c'est. Ces messieurs redoutent les ouvrages d'une certaine trempe
et qui pourraient fixer l'attention du public, ils n'ont que leur
_Encyclopédie_ dans la tête: ils craignent que mes succès ne fassent
tort aux leurs. Mais le public saura bien rendre justice à chacun.»



II


C'est dans ces sentiments que le curé de Montchauvet reprit, trois
jours après cette mémorable séance, le chemin de la basse Normandie.
Pour se consoler de l'injustice des Philosophes, il fit imprimer à
Rouen sa tragédie, qui parut sous ce titre: _David et Bethsabée_,
tragédie par M. l'abbé ***. Prix, 36 sols.--A Londres [Rouen], aux
dépens de la Compagnie, 1754.

Lorsque l'imprimeur lui eut envoyé son ballot, l'abbé prit la plume et
adressa à l'abbé Basset une longue lettre, que celui-ci s'empressa de
communiquer à Diderot et que le philosophe lut à ses amis. En voici
quelques extraits:

    «De Montchauvet.

«Je suis parti, monsieur et cher abbé, plein du souvenir de vos
bontés. Je me suis hâté de quitter un séjour où je commençais à goûter
quelque satisfaction, mais où je devenais à charge à quelques-uns.
Disons-le: ils ont pris de l'ombrage d'une pièce où ils ont cru
reconnaître des beautés que le public n'y reconnaîtra peut-être pas:
ils m'ont envié un je ne sais quoi que la nature ou le hasard m'a
prodigué... On m'apprit, avant de partir, que ce qui les avait
irrités, c'était la pièce adressée à Mme la marquise. Ils ont rugi à
ces mots de _vils mendiants_, et ils ont mis le curé de Montchauvet à
toutes sauces... Quoi qu'il en soit, dans le procédé qu'ils ont tenu
avec moi, ils ont cru me faire leur dupe. Ils y ont réussi jusqu'à un
certain point, parce qu'ils ont abusé de ma franchise. Qu'ai-je perdu,
sinon de ne pas croire que ma pièce était plus digne de voir le jour
que je ne l'espérais? Elle le voit actuellement en beau papier et en
caractères bien nets[10]: elle se vendra trente-six sous... Voilà donc
le moment de sa mort ou de sa vie. Le public, qui voit toujours avec
de bons yeux, du moins pour l'ordinaire, la disséquera comme il
l'entendra bien. Si elle ne lui plaît pas, je n'aurai garde d'en
appeler; mais je ne me rebuterai pas, je m'étudierai à faire mieux.
Tant que ma veine voudra couler, je vous proteste, mon cher abbé, que
rien ne sera capable de l'arrêter... J'ai déjà commencé une seconde
pièce. Lorsqu'elle sera faite, j'en ferai sévèrement la critique,
ainsi que de cette première. Comme l'honneur du théâtre ni l'intérêt
ne me guident point, ne travaillant qu'à braver l'ennui de ma
solitude, j'apporterai avec moi cette seconde tout imprimée, au moyen
de quoi je ne me verrai plus exposé à lire mon manuscrit sur la
sellette, devant des gens surtout qui vous rient dans leurs mains, au
lieu d'être touchés, ou qui feignent d'applaudir, sans savoir
seulement ce que c'est qu'enchaînement de scènes, ni peut-être qu'une
rime... Maintenant, mon cher abbé, j'ai l'honneur de vous prévenir que
je vous en enverrai un exemplaire et plusieurs en pur don pour les
personnes à qui je vous prierai d'avoir la bonté de les remettre. Je
compte que vous les recevrez la semaine prochaine avec une lettre
d'avis: ce seront deux ports de lettre que je vous ferai coûter. Ayez
pour agréable de me mander, au reçu de la présente, à Montchauvet, par
Aunay, à la Plumaudière, si vous voulez vous donner la peine de m'en
débiter. Dans le cas où vous pourriez vous en défaire, ce serait à
l'acquit de ce que mon frère et moi nous vous devons. Excusez-moi de
la longueur de ma lettre, je l'attends de votre indulgence. J'écris à
M. l'abbé Fréron, et je lui envoie deux exemplaires, un pour lui, et
l'autre pour Mme son épouse, en pur don[11]; vous voyez que je fais
les choses libéralement et que je ne regarde pas à trente-six sous,
lorsqu'il le faut. Adieu, mon cher abbé, etc.»

  [10] Voir à l'_Appendice_.

  [11] Voir à l'_Appendice_.

       *       *       *       *       *

Nous avouerons sans peine, avec Grimm, que quelques centaines de
pareilles lettres feraient un excellent recueil.

Toutefois, il est à remarquer que le curé de Montchauvet ne parle pas,
dans cette lettre, d'un envoi que dut lui faire M. de Margency,
quelques jours après son départ pour la Normandie.

M. de Margency lui avait dit, on s'en souvient, qu'il lui soumettrait,
le dimanche suivant, la première scène de sa tragédie de
_Nabuchodonosor_. L'abbé devait, de son côté, apporter une scène sur
le même sujet. De Margency, ayant appris le départ inopiné du curé,
lui envoya son travail, accompagné d'une épître dédicatoire. Voici ces
deux bouffonneries:

_Épître à M. l'abbé Petit, curé du Mont Chauvet_.

    Corneille du Chauvet, rimeur alexandrin,
    Crois-moi, laisse-les dire, et va toujours ton train.
    Ne t'aperçois-tu pas qu'envieux de ta gloire,
    Tes ennemis font tout pour t'empêcher de boire
    Au ruisseau d'Hippocrène, où Sophocle buvoit
    Les chefs-d'œuvre qu'il fit, les beautés qu'il trouvoit?
    Presque semblable à lui, quand tu touches la rime,
    Tu te sers du rabot et jamais de la lime;
    C'est-à-dire que, loin de coudre bout à bout
    Des mots cherchés longtemps, tu fais bien tout d'un coup;
    Voilà ce qui s'appelle un esprit bien facile,
    Tu scandes en Homère et rimes en Virgile,
    Et c'est ce qui déplaît à ces auteurs jaloux;
    Va, moque-toi d'iceux, et ris de leur courroux.
    Ils ont bu comme toi des eaux hippocréniques:
    Bientôt tu les verras crever en hydropiques,
    Et, tombant à tes pieds, poussifs et crevassés,
    Ils _moureront_ tués, occis et trépassés.

«Mon poétique cheval, Monsieur, qui se déferre en ce moment, m'oblige
de descendre de la rime à la prose; permettez-moi donc de vous dire
en son langage que votre immortelle et jolie pièce vous a fait bien
des jaloux; mais n'en redoutez rien. Je viens de vous annoncer dans
mes épiques vers et leur sort et le vôtre. D'ailleurs, consolez-vous
avec les admirateurs qui vous restent. Comme j'y touche aussi
quelquefois, à cette poésie, permettez-moi de vous consulter sur la
tragédie que j'ai entreprise et dont je vous envoie une scène pour
échantillon. Le sujet est, comme vous le savez, le fameux
_Nabuchodonosor_. Je suis bien étonné que ce grand homme ait échappé à
tant de célèbres auteurs. J'imagine qu'apparemment ils ne l'auront
regardé que comme une grande bête, comme vous avez pu le regarder
vous-même. Quoi qu'il en soit, voici ma scène. Nabuchodonosor
entretient Isabelle avant de l'épouser.»


SCÈNE

NABUCHODONOSOR, ISABELLE

    NABUCHODONOSOR.

    Avant qu'à vos pieds beaux je mette ma couronne,
    Écoutez-moi, princesse, et charmante personne;
    Je n'allongerai pas, et je vous en répond,
    Car, de mon naturel, je ne suis pas fort long

    ISABELLE

    Ah! grand prince, tant pis! ..Mais qu'avez-vous à dire?

    NABUCHODONOSOR.

    Reine, asseyez-vous là, je vais vous en instruire.
    Je fus jeune autrefois, et même fort bien fait;
    J'avois l'air d'un amour, du moins on le disoit.
    Vous ne l'auriez pas cru?

    ISABELLE.

                            Il est vrai, cher grand prince,
    Qu'il vous reste à présent une mine assez mince.

    NABUCHODONOSOR.

    Pas tant... Mais il n'importe ..Écoutant mes désirs,
    Je me divertissois dans les plus grands plaisirs;
    Ma cour, modèle en tout de faste et d'élégance,
    Réunissoit encor la joie et l'opulence;
    Mille jeunes beautés, qui ne vous valoient pas,
    Pleines de mes bienfaits, me prêtoient leurs appas;
    Je vantois en tout lieu mon pouvoir, mes richesses,
    Ma taille, mes bons mots, mes chiens et mes maîtresses.
    Hélas! pour mon malheur je me vantai trop bien.
    Le jaloux ciel piqué rabaissa mon maintien;
    Il m'en punit, ce ciel: sa céleste colère
    Donna dans mon endroit un exemple à la terre;
    Je perdis dans un jour mon sceptre, mes États;
    Une nuit je me vis velu comme les chats;
    Sur mon corps tout courbé tous mes poils s'allongèrent,
    De mon front menaçant deux cornes s'élevèrent,
    Les seules, Dieu merci, que l'on m'ait vu porter...
    Madame, en cet état, il fallut décamper.
    Enfin je descendis du trône à quatre pattes.
    (Où vas-tu nous fourrer, orgueil, quand tu nous flattes!)
    Pour vous le couper court, et soit dit entre nous,
    Je fus bête sept ans avant que d'être à vous.

    ISABELLE.

    Prince, que dites-vous?... Mais peut-être qu'encore...

    NABUCHODONOSOR.

    Je crois que vous raillez, madame la pécore!
    Taisez-vous, reine en herbe; écoutez jusqu'au bout.
    Galeux donc comme un braque, et velu comme un loup,
    Je gagnai les forêts, les vallons, les montagnes;
    La nuit j'allois brouter dans les vertes campagnes.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


(_Ici doit être un magnifique morceau poétique de la vie que
Nabuchodonosor menoit à la campagne, comme une bête._)

    Enfin le ciel touché mit fin à son courroux.
    «Quittez les bois, dit-il, allez-vous-en chez vous;
    Vous aviez, mon ami, la tête trop superbe:
    Pour vous la rafraîchir, il vous falloit de l'herbe;
    Le ciel est toujours ciel, et l'on s'en moque en vain.
    Vous vous croyiez un Dieu: vous n'êtes qu'un faquin;
    Tournez-moi les talons...» Aussitôt, sans trompette,
    Je quittai dans la nuit ma champêtre retraite.
    Enfin, au point du jour, je me rendis chez moi.
    Mon peuple me reçut et reconnut son roi.
    Je fus un peu malade après cette aventure:
    L'estomac, tout farci de foin et de verdure,
    Me donna des hoquets et des indigestions;
    Il fallut recourir aux évacuations.
    Mon premier médecin m'ordonna la rhubarbe;
    Le lendemain, ce fut un furieux jour de barbe.[12]

  [12] Voir à l'_Appendice_.



III


Le _Club holbachique_ s'était proposé d'achever de rendre fou le curé
de Montchauvet, s'il y manquait quelque chose. Ils y réussirent; car,
l'année suivante, le curé revint à Paris et n'hésita pas un seul
instant à soumettre aux encyclopédistes la nouvelle pièce qu'il avait
rimaillée au fond de son village. C'était la tragédie de _Baltazard_,
dans laquelle, pendant quatre mortels actes, il s'agit de
savoir,--selon la fameuse théorie inventée par l'abbé Le Petit,--si le
roi soupera ou s'il ne soupera pas.

On voit d'abord paraître les deux mages, Hyrcan et Arbate. Baltazard
vient d'être vaincu. Sans aucun doute, la défaite du roi les affecte
profondément; mais ce qui les tourmente par-dessus tout, c'est la
crainte de ne pas souper.

Pendant qu'ils délibèrent, sans rire, sur cette grave question,
survient Aristée, femme du roi et fille d'Abradate, roi de la Susiane;
elle vient (elle ne s'en cache pas) pour faire un monologue; mais
comme la présence des deux mages la gêne: «Éloignez-vous...» leur
dit-elle. Alors elle demande aux Dieux, qu'elle appelle «puissants
moteurs», de lui rendre compte de l'indigne sort de son époux: «Que
vais-je devenir?» s'écrie-t-elle:

    Où fuir et dans quels lieux, quelle obscure contrée,
    Dérober aux humains une reine éplorée?

Mais, tout bien réfléchi, elle ne veut pas se risquer

                            Chez un peuple farouche,
    Sans espoir d'y fléchir des cœurs que rien ne touche.

Mieux vaut aller trouver Baltazard et périr avec lui. Baltazard lui
épargne cette peine. Il vient,

                      Non pas brillant de gloire,
    Et tel qu'à son départ il vantait sa victoire...

Il est vaincu, mais il n'est pas découragé. A l'entendre faire le
récit de la bataille qu'il a perdue, on croirait presque qu'il l'a
gagnée:

    Je m'avance à grands pas dans le sein de la gloire;
    Tout nage dans le sang; une grêle de dards
    Fait du jour une nuit; ce n'est de toutes parts
    Qu'un spectacle effrayant d'hommes qui s'embarrassent,
    De chevaux renversés, de chars qui se fracassent.

Qu'allez-vous faire? lui demande Aristée. Tâchez de fléchir notre
vainqueur:

    S'il en est temps encor, proposez-lui la paix,
    Et cherchez dans lui-même un ami pour jamais.

Non, répond Baltazard, je veux souper, et

    Dans ces vases sacrés qu'à Sion on regrette
    J'éteindrai mes chagrins, ma honte et ma défaite;
    Et, dût vomir le Juif mille imprécations,
    Je les ferai servir à mes libations.

Cette impiété donne le frisson à la reine.--Ne soupez pas, seigneur,
lui dit elle, ou du moins ne soupez que si les mages l'ordonnent.

Baltazard est bien contrarié de voir que l'_indifférence_ de la reine

    Refuse à ses malheurs la moindre déférence.

Mais enfin il cède: il consultera les devins. Hyrcan et Arbate
accourent. _Secourez-moi_, leur crie Baltazard du plus loin qu'il les
voit. Dois-je souper ou ne pas souper? Et il a soin d'ajouter, afin de
leur dicter leur réponse:

    Parlez, et, consolant mon esprit agité,
    Songez qu'un jour si beau flatte ma volonté

Les mages ont compris: _Seigneur, il faut souper_. Telle est leur
réponse. Mais l'allégresse du roi est de courte durée. Survient
Nitocris, sa mère, qui ne veut pas qu'on soupe.

--Y songez-vous, lui dit-elle,

    Insensible à l'État, votre cœur le néglige,
    Et vous n'allez au temple, où rien ne vous oblige,
    Que pour sacrifier, au gré de vos désirs,
    Moins à l'amour des dieux qu'à l'attrait des plaisirs,
    Occupé d'une fête, où, parmi la crapule,
    La nuit ne connaîtra ni remords ni scrupule!

Le roi n'écoute pas. Bien décidé à souper, il s'en va et laisse sa
mère exhaler sa douleur dans un monologue. Il pousse l'audace encore
plus loin: il dépêche vers elle les deux mages, qui la prient
respectueusement de venir souper. Nitocris, comme on le pense bien,
refuse énergiquement. Baltazard, ennuyé, vient la chercher lui-même.

Nitocris et son fils s'accablent mutuellement de reproches:

    A quoi bon (dit Baltazard) m'opposer ce beau titre de mère
    S'il ne devient pour moi qu'une loi trop amère,
    Si vous me refusez jusqu'à de saints plaisirs,
    Et ne me rappelez que peines et soupirs?...
    Ah! comment osez-vous, après ce caractère,
    Me nommer votre fils et vous dire ma mère?
    --Ingrat! (répond Nitocris) puis-je oublier l'excès de cet amour
    Qui, quoi que vous disiez, vous mérita le jour?
    Et pouvois-je empêcher que le ciel vous fît naître
    Dans le sein qu'il choisit pour vous procurer l'être?
    Mais si vous le devez, ce jour, à Nitocris,
    Montrez donc désormais que vous êtes son fils;
    Commencez à briser cette chaîne fatale
    Dont vous chérissez tant le poids qui vous ravale,
    Ce joug empoisonné, que d'indignes flatteurs
    Savent, pour vous séduire, orner de tant de fleurs...

L'hypocrite Baltazard feint de se rendre aux conseils de sa mère:

    Je vais joindre Cyrus (lui dit-il) et, sans le moindre effroi,
    Lui montrer que je sais vaincre et mourir en roi.

A peine Nitocris a-t-elle le dos tourné: «Allons souper»,
s'écrie-t-il.

Ainsi finit le troisième acte. Le quatrième s'ouvre par un monologue.
Baltazard a changé d'idée: il ne soupera pas; il ne veut pas que sa
mère regrette

    De n'avoir enfanté qu'un fils pusillanime.

Mais il a compté sans les mages, Hyrcan et Arbate, qui viennent le
relancer jusque dans son palais. Il se sent faiblir: aussi, pour se
donner du courage, il se dit à lui-même:

    ..... Soutiens-toi, Baltazard!

Les mages sont les plus forts: ils n'ont qu'à faire un signe, le
tonnerre gronde, et le pauvre roi ne sait où se cacher:

    Qu'entends-je, malheureux! Quelle indignation!
    Ah! mages, détournez votre imprécation!
    Un feu secret et prompt, qui déjà me dévore,
    Me prouve que le ciel ordonne qu'on l'honore.
    C'en est fait. Je me rends et n'écoute que lui,
    Heureux si sa bonté me secoure (_sic_) aujourd'hui!
    Allez donc, qu'au banquet toute ma cour s'empresse
    De noyer pour jamais son deuil et sa tristesse!

On soupera donc, enfin! La table du festin est dressée: on la couvre
des coupes sacrées du temple de Jérusalem.

Au moment où Baltazard demande à boire aux mages, Nitocris se présente
et reproche à son fils de _perdre le sentiment_. (L'auteur voulait
sans aucun doute dire _le sens_.)

Baltazard daigne à peine répondre:

    Madame, jusqu'à quand votre importune voix!...
    Donnez, mages, donnez; c'est trop me faire attendre.

Mais à peine les mages ont-ils présenté la coupe au roi, qu'on voit
une main écrire sur la muraille les fameux mots: MANÉ, THÉCEL, PHARÈS.

    Que vois-je, mes amis (s'écrie Baltazard), et quel spectre nouveau
    Crayonne sur ces murs un effrayant tableau?
    Voyez-vous, comme moi, cette main qui nous trace
    Certains mots, où mon sang dans mes veines se glace?
    Ma coupe malgré moi s'échappe de mes doigts,
    Et je sens peu à peu se dérober ma voix.
    Mes yeux sont chancelants; mes genoux s'entrechoquent,
    Et toutes les horreurs à la fois me suffoquent.

Inutile d'ajouter que Baltazard est vaincu de nouveau et tué par
Cyrus. Mais ce qu'il faut dire (car on ne s'en douterait guère), c'est
que Cyrus, à peine entré dans Babylone, fait une déclaration des plus
galantes à la reine Aristée. Celle-ci, comme on le pense bien, est
furieuse:

    Dois-je donc respecter (lui dit-elle) un bras qui n'a servi
    Qu'à renverser un roi qu'il a trop poursuivi?
    Taire tant de forfaits qu'un tyran autorise,
    Et briser un pinceau qui te caractérise?
    Barbare! je ne puis assez t'humilier!

Cyrus n'est pas très flatté de ces dédains; car, si on l'en croit,
sans Aristée, le trône où il monte n'est plus

    ...... qu'un redoutable ennui.

Mais il n'est pas au bout de ses peines. Nitocris vient lui reprocher
la mort de son fils, et se tue presque sous ses yeux. Aristée veut en
faire autant. Cyrus l'arrête. «Laisse-moi mourir,» lui crie-t-elle:

    ..... Accorde au moins cette grâce dernière
    Au reste infortuné d'une famille entière

Cyrus tient bon, l'empêche de s'_occire_, et met fin à la tragédie par
ces vers mémorables, mais bien peu en situation, puisque Nitocris est
morte:

    Secourons Nitocris, et demandons aux dieux
    Qu'ils fassent de ce jour un jour moins odieux!

Il est fâcheux que Grimm ne nous ait pas noté les divers incidents
auxquels a dû donner lieu la lecture de ce chef-d'œuvre. Il se
contente de dire: «Le curé nous a tenu parole; il est revenu avec une
seconde tragédie, intitulée _Baltazard_, tout aussi bonne que la
première. Je crois qu'il n'a pas pu trouver d'imprimeur. Mais il est
reparti pour sa cure un peu plus content de nous.»

Dans la préface de _Baltazard_, le curé de Montchauvet nous en dira
plus long: «Le peu de succès de ma première pièce m'avoit presque
déterminé à n'en pas entreprendre une seconde. Cependant, je pensois
que si Racine avoit été découragé par la médiocrité des _Frères
ennemis_, nous n'aurions jamais eu ni _Yphigénie_ (_sic_), ni
_Phèdre_; et je repris la plume que la critique m'avoit presque fait
tomber des mains. Je composai donc mon _Baltazard_ après ma
_Bethsabée_, à qui je donnai un frère, comme M. de Boissy l'a dit
également du _Méchant_ de M. Gresset. J'apportai à Paris cette seconde
production de ma verve échauffée et de mon génie irrité par les
difficultés, bien résolu de la sacrifier, si je ne me trouvois pas
autant au-dessus de moi-même que je le désirois, et que Racine et
Corneille s'étoient montrés supérieurs à eux-mêmes, à mesure qu'ils se
familiarisoient davantage avec le génie dramatique. Il ne s'agissoit
plus que de rencontrer des juges équitables qui m'éclairassent ou sur
ma médiocrité ou sur mes progrès. Mais où trouver ces juges équitables
dans une ville fausse comme celle-ci, où l'on semble prendre à tâche
de décourager ceux qui donnent quelque espérance? Heureusement, un
homme distingué par sa naissance, son goût, sa probité, et surtout par
l'accueil qu'il daigne faire aux talents naissants, s'offrit à
rassembler chez lui cinq ou six des meilleurs esprits, qui la
jugeroient avec la dernière sévérité, et qui m'apprendroient par le
jugement qu'ils en porteroient, celui que j'en devois porter moi-même.
L'avouerai-je? L'examen fut sanglant, et je laissai mes critiques bien
convaincus qu'ils avoient rempli le projet, que peut-être ils avoient
formé, de me ramener à des fonctions que je reconnaîtrai sans peine
avec eux très supérieures à l'occupation d'un poète, ce poète fût-il
plus grand que Racine et Corneille. Mais je réfléchis sur leurs
observations; je vis bientôt qu'il n'y avoit aucune pièce au monde sur
laquelle on n'en pût faire d'aussi solides; et je parvins à me
démontrer évidemment que ma seconde tentative dramatique m'avoit
beaucoup mieux réussi que je n'aurois osé le penser, sans le
_suffrage_ de tous mes censeurs. Je dis le _suffrage_, car ce fut le
véritable jour sous lequel je ne tardai pas à voir leur critique. Je
me dis à moi-même: Comment! Voilà donc à quoi se réduit tout ce que
les hommes de Paris, qui passent pour avoir le plus d'esprit, trouvent
de répréhensible dans mon ouvrage? En vérité, il faut qu'il soit mieux
que bien: je ne risque donc rien à le publier; et j'eus tout
l'empressement que donne l'espoir du succès, de le porter à mon
imprimeur. C'est donc à ces Messieurs plutôt encore qu'à moi que le
lecteur en doit la publicité... J'en vais méditer une troisième. Je
suis jeune, j'ai du courage, et pour peu que je m'élève à chaque
essort (_sic_) que je prendrai, j'espère me voir enfin à une hauteur
suffisante pour contenter la vanité d'un auteur qui n'en a pas
beaucoup. Ainsi soit-il!»

       *       *       *       *       *

Quoi qu'en dise Grimm, le curé de Montchauvet trouva, nous le voyons,
un imprimeur. Sa pièce parut sous ce titre: BALTAZAR, _tragédie_,
_par M. l'abbé ***_. _Prix vingt-quatre sols_, 1755 [sans lieu ni nom
d'imprimeur].

En lisant ce titre, on éprouve une certaine surprise. On se rappelle
que la tragédie de _Bethsabée_ se vendait (quand elle se vendait!)
_trente-six sous_. Puisque le curé de Montchauvet trouve la tragédie
de _Baltazard_ supérieure à celle de _Bethsabée_, comment se fait-il
qu'il ne l'estime que _vingt-quatre sous_?

La troisième tragédie annoncée ne parut pas. L'abbé Le Petit s'en tint
à ses deux chefs-d'œuvre, et il fit bien[13].

  [13] Voir à l'_Appendice_.



APPENDICE.


_Page 3, note 1._

Si invraisemblable que puisse paraître cette mystification littéraire,
je dois dire que je n'ai rien inventé: je me suis contenté de
suivre,--en l'arrangeant un peu,--le récit que nous en ont laissé
Grimm (_Correspondance litt. philosoph. et crit._, lettres du 1er
mars, du 1er août et du 15 septembre 1755), et Fréron (_Année litt._
1754, tome IV, p. 307, et 1755, tome VIII, p. 342).

_Page 3, note 2._

Montchauvet, aujourd'hui dans l'arrondissement de Vire, canton de
Bény-Bocage (Calvados).

_Page 4, note 3._

Le curé de Montchauvet, la victime de Diderot et de ses amis, se
nommait, non pas Petit, comme l'appelle Grimm, mais Le Petit. Grâce à
l'obligeance de M. Lair, instituteur à Montchauvet, qui a bien voulu
me communiquer les vieux registres conservés dans les archives de la
mairie, j'ai pu constater que l'abbé Le Petit (Jean-Baptiste) a dû
arriver à Montchauvet au mois d'avril 1751. Le premier acte signé de
lui, comme successeur du curé Moussard, est du 14 avril 1751. Deux
fois seulement (14 août et 15 septembre 1752), l'abbé Le Petit, assez
souvent appelé dans le corps des actes (baptêmes, mariages ou
inhumations), Le Petit Dequesnay ou de Quesnay, a signé Le Petit
Dequesnay. Partout ailleurs il signe tout simplement Le Petit.

Le dernier acte, non pas écrit, mais signé par le curé Le Petit, d'une
écriture tremblée, est un baptême en date du 30 mai 1786.

Devenu infirme, sans doute, il fut remplacé, de son vivant, par son
vicaire Lemarchand[14]. L'abbé Le Petit mourut le 16 décembre 1788.
Voici l'acte d'inhumation du pauvre poète:

   «Le dix-sept décembre 1788 a été par moi curé de Montami
   soussigné inhumé dans le cimetière de Montchauvet le corps de
   maistre Jean-Baptiste Le Petit ancien curé de Montchauvet décédé
   d'hier âgé d'environ soixante-huit ans présence de Mrs le curé et
   vicaire actuels.

   (Ont signé) Lemarchand [curé], Jouenne [vicaire] et G. Liot [curé
   de Montamy].

  [14] A partir du 30 mai 1786, les actes sont signés par Jouenne
  ou Le Marchand, vicaires. Le premier acte que nous ayons trouvé,
  signé par Le Marchand, _curé_, est du 9 janvier 1788; mais nous
  devons ajouter que le registre de 1787 manque aux archives de
  Montchauvet.

Jean-Baptiste Le Petit, âgé de 68 ans environ, quand il mourut en
1788, a donc dû naître (où ??) vers 1720. Il avait trente quatre ans
lorsqu'il sentit s'éveiller son génie poétique et qu'il vint lire,
pour son malheur, à Diderot et à ses amis, l'«immortelle» tragédie de
_David et Bethsabée_.

D'après les signatures des vicaires Tourgis ou Duhamel, que nous avons
relevées au bas des actes des registres paroissiaux de Montchauvet, et
qui constatent l'absence du curé, l'abbé Le Petit dut quitter ses
sauvages bruyères pour aller à Paris, vers la fin d'août 1753, et ne
rentrer dans son village qu'au mois d'avril 1754. Ces dates concordent
bien avec celles que donnent les lettres de Grimm.

Le fait le plus saillant de la vie du curé de Montchauvet est
assurément sa lecture chez le baron d'Holbach; mais je dois aussi
rappeler qu'il eut à soutenir un long procès contre Jacques-François
Mercier, prieur commendataire du prieuré royal du Plessis-Grimoult,
chanoine de la Sainte-Chapelle du Palais à Paris[15]. Ce procès, qui
dura au moins dix ans, fut gagné par le curé Le Petit, non seulement
devant le bailliage de Vire (3 juillet 1762), mais encore devant le
Parlement de Normandie (19 juin 1771). Le curé de Montchauvet
réclamait contre le prieur du Plessis-Grimoult «le tiers des dîmes de
la paroisse et la qualité de curé, au lieu de celle de vicaire
perpétuel, la seule qu'on voulût lui reconnaître.» Détail intéressant
et qui a été relevé par M. Ch. de Beaurepaire, le savant archiviste de
la Seine-Inférieure[16], l'arrêt du Parlement de Normandie qui termine
le procès intenté par l'abbé Le Petit au prieur du Plessis-Grimoult,
nous apprend qu'en une semblable circonstance, Bossuet, le grand
Bossuet, «malgré le droit de _committimus_ dont il avait usé, malgré
le recours à des juges certainement prévenus en sa faveur», avait
succombé, d'abord au bailliage de Vire, en second lieu et
définitivement aux Requêtes du Palais à Paris, dans sa contestation
avec Mathieu Roger, curé de Montchauvet, un des prédécesseurs du curé
Le Petit.

  [15] La cure de Montchauvet dépendait du Prieuré du
  Plessis-Grimoult.

  [16] _Bulletin historique et philologique_, 1896. «Procès entre
  Bossuet, prieur du Plessis-Grimoult, et le curé de Montchauvet en
  Normandie, en 1674.»

_Page 4, note 4._

J'ajouterai «et le prieur du Plessis-Grimoult», car Montchauvet était
une des 39 cures (ou bénéfices) qui dépendaient de ce prieuré.--Voir
notre étude sur _Bossuet en Normandie_, p. 43.

_Page 5, note 5._

L'abbé Gilles Basset des Rosiers enseigna la philosophie au collège
d'Harcourt (aujourd'hui lycée St-Louis) vers 1750. Il devint recteur
de l'Université en 1779. C'était un homme aimable, instruit, en
relation avec les écrivains les plus renommés. (Voir BOUQUET,
_L'ancien collège d'Harcourt et le lycée Saint-Louis_, p. 414.)

_Page 10, note 6._

Grimm n'assistait pas à cette mémorable séance; sa chaise de poste
s'étant brisée à Soissons, il ne put arriver à Paris que le lundi de
carnaval. «C'est ce contre-temps, nous dit-il, qui m'attira l'honneur
d'être l'historien du curé de Montchauvet.»

_Page 13, note 7._

M. de la Condamine est bien connu par ses voyages scientifiques et par
ses _Mémoires sur l'inoculation de la petite vérole_.

Sa surdité donna lieu, lorsqu'il fut reçu à l'Académie française
(1760) au quatrain suivant. (On dit même qu'il en est l'auteur).

    La Condamine est aujourd'hui
    Reçu dans la troupe immortelle:
    Il est bien sourd, tant mieux pour lui,
    Mais non muet, tant pis pour elle.

Trois ans auparavant (1757),--n'étant plus de la première jeunesse,
puisqu'il était né en 1701,--il épousa sa nièce. Le madrigal qu'il fit
à sa jeune femme, pendant la première nuit de ses noces, fit beaucoup
d'honneur à son esprit:

    D'Aurore et de Titon vous connaissez l'histoire.
    Notre hymen en retrace aujourd'hui la mémoire;
    Mais Titon de mon sort pourrait être jaloux.
      Que ses liens sont différents des nôtres!
    L'Aurore entre ses bras vit vieillir son époux,
      Et je rajeunis dans les vôtres.

Après avoir lu ce joli madrigal, M. de Luxemont, secrétaire des
commandements de M. le comte de Charolais, envoya le huitain suivant à
M. de la Condamine:

    D'Aurore et de Titon nous connaissons l'histoire.
    L'infortuné vieillit où vous rajeunissez.
    Vous le dites du moins, et pour nous c'est assez:
    Véridique et modeste, il faut bien vous en croire;
    Mais lorsque de l'Amour, dans le lit nuptial,
    Vous empruntez la voix pour peindre sa puissance,
    Ne peut-on soupçonner, sans vous faire une offense,
    Qu'il n'y fit rien de mieux que votre madrigal?

Piqué au jeu, M. de la Condamine répondit:

    Mon madrigal fut donc, à ce que vous pensez,
    La nuit de mon hymen, ma plus grande prouesse?
    Monsieur, sont-ce mes vers que vous applaudissez,
      Ou pensez-vous déplorer ma faiblesse?
    Hélas! dans mon printemps, pour tribut conjugal,
      J'eusse achevé ma neuvaine à Cythère.
    Aujourd'hui, moins fervent, pour me tirer d'affaire,
    J'en remplis les deux tiers avec un madrigal.

M. de Luxemont répliqua à son tour:

        Ce sont vos vers que j'applaudis,
        Sans déplorer votre faiblesse;
        L'Amour n'en est pas moins surpris
        Que l'objet de votre tendresse
        (Dont lui-même serait épris)
    Ne vous ait pas rendu tel qu'en votre jeunesse.
    Toutefois, n'en déplaise au dieu de l'Hélicon,
        Seul garant de cette neuvaine
    Que commencent souvent, que finissent à peine
        Les vrais élus de Cupidon,
    Tout homme sur ce point, dit le bon La Fontaine,
        Est d'ordinaire un peu gascon;
        Et l'on croit qu'il avait raison.
    Mais pour n'être jamais contredit de personne,
    Rimez toujours, rimez: vos vers vainqueurs du Temps,
    Prouvent qu'en vos pareils les fruits de leur automne
    Conservent la saveur de ceux de leur printemps.

Si l'abbé Basset a envoyé ces agréables jeux d'esprit au curé de
Montchauvet, l'auteur de _Baltazar_ a dû se dire: «Je comprends que ce
M. de la Condamine n'ait pas voulu écouter mes vers; ce n'est pas un
poète sérieux.»

_Page 17, note 8._

Le curé tint compte de l'observation. On lit (acte III, sc. 3):

    Le temps vous vengera des soupirs _superflus_,
    Et je sçauray moi-même enfin n'y songer plus.

_Page 21, note 9._

C'est l'année suivante (dans l'_Orphelin de la Chine_, de Voltaire)
que Mlle Clairon et les artistes du Théâtre Français renoncèrent à
jouer avec paniers.

C'est aussi à cette date (1755) que le marquis de Ximenès se brouilla
avec Mlle Clairon. La grande actrice lui redemanda son portrait, et le
marquis eut le mauvais goût de le lui renvoyer, avec ce quatrain...
cruel:

    Tout s'use, tout périt; tu le prouves, Clairon.
      Ce pastel, dont tu m'as fait don,
      Du temps a ressenti l'outrage:
      Il t'en ressemble davantage.

_Page 29, note 10._

Le curé de Montchauvet n'est pas difficile. Sa tragédie est très mal
imprimée; il y a deux grandes pages de _fautes à corriger_.

_Page 29, note 11._

M. et Mme Fréron ne furent guère sensibles à cette générosité, car
dans l'_Année littéraire_ de 1754 (tome IV), le curé et sa tragédie
sont arrangés de la belle façon.

_Page 34, note 12._

M. de Margency ne faisait pas que des vers burlesques. Voici une
chanson, citée par Grimm (15 novembre 1757), qui nous prouve qu'il
avait, quand il le voulait, l'esprit aussi ingénieux que délicat.

    J'entends dans ces forêts
    Gémir la tourterelle;
    Hélas! si je voulais,
    Je me plaindrais comme elle.

    Notre sort est égal;
    L'amour seul fait sa peine:
    Chez moi c'est même mal,
    L'amour cause la mienne.

    Ce qui fait nos douleurs,
    Ce n'est pas l'inconstance;
    Mais l'on verse des pleurs
    De même pour l'absence.

    Un cœur qui n'aime rien
    N'a point de ces alarmes,
    C'est pourtant un grand bien
    De répandre des larmes.

_Page 46, note 13._

Cette étude a déjà paru dans la _Nouvelle Revue_, 4e année, tome XIX,
1re livraison, 1er mars 1882, pages 117 et suivantes.

--Dans la première livraison de la _Revue franco-américaine_ (juin
1894), Alphonse Daudet a consacré deux pages à l'abbé Le Petit, qu'il
appelle «un raté littéraire au XVIIIe siècle».

--Les deux tragédies de _David et Bethsabée_ et de _Baltazard_ sont
devenues excessivement rares. J'ai pu acheter la première à la vente
du baron Taylor.--Elles se trouvent à la Bibliothèque de Caen, Ch 5/4.
_Baltazard_ se morfond, très peu lu, à la Bibliothèque de Vire. «Nul
n'est prophète en son pays.»

       *       *       *       *       *

La paroisse de Montchauvet a connu un autre curé-poète de la même
force que l'abbé Le Petit.

En 1828, le curé Laumonier fit paraître[17]: _L'oraison funèbre ou
complainte sur le renversement d'un très bel if qui a existé dans le
cimetière de Montchauvet jusqu'à l'éradication qui en fut faite le 12
janvier 1828_. (Ouf, quel titre!).

  [17] A Vire, chez Adam, imprimeur du roi. L'abbé Laumonnier avait
  déguisé son nom sous l'anagramme de NUMA LEROI.

Voici quelques couplets de cette complainte:

    Ici vivait depuis mille ans,
    A quelques pas du sanctuaire,
    Athlète contre les autans,
    Un If,... un arbre tutélaire.
    . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Il était l'arbre du pays,
    L'expression n'est pas outrée,
    Où s'assembloient le plus d'amis,
    D'enfans... de toute la contrée.

    Il était aussi le plus beau
    Qui fût connu du voisinage:
    Là s'unissaient près du tombeau
    L'enfance avec le moyen âge.

    Il aurait pu rester debout:
    C'était l'avis du commissaire...
    Mille ans n'auraient pas vu le bout
    De sa présence salutaire.
    . . . . . . . . . . . . . . . . .

    De la demeure funéraire
    Il était le triste ornement.
    Faut-il qu'un désir de déplaire
    Ait causé son renversement?

    Il me servait de paravent
    Quand j'allais à la sacristie;
    Il me saluait en passant,
    Me protégeant à la sortie.
    . . . . . . . . . . . . . . . . .

«La fin couronne l'œuvre», c'est le cas de le dire:

    Adieu bel arbre, adieu bel If...
    Adieu, ton tronc, ta forte branche;
    En dépit de mon cri plaintif,
    Tu meurs la veille d'un dimanche.

«Au haut des cieux, _leur demeure dernière_», (du moins j'aime à le
supposer), les deux curés de Montchauvet, Le Petit et Laumonier,
doivent rimailler de conserve et maudire les méchants critiques, qui
«tâchent de décourager ceux qui donnent quelque espérance».


IMPRIMERIE HENRI DELESQUES, A CAEN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Diderot et le Curé de Montchauvet - Une mystification littéraire chez le baron d'Holbach, 1754" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home