Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 3/4)) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques
Author: Dussieux, Louis
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 3/4)) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.

    EXTRAITS
    DES CHRONIQUES, DES MÉMOIRES ET DES DOCUMENTS
    ORIGINAUX,

    AVEC DES SOMMAIRES ET DES RÉSUMÉS CHRONOLOGIQUES,

    PAR

    L. DUSSIEUX,

    PROFESSEUR D'HISTOIRE A L'ÉCOLE DE SAINT-CYR.


    TOME TROISIÈME.


    PARIS,
    FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET CIE, LIBRAIRES,

    IMPRIMEURS DE L'INSTITUT, RUE JACOB, 56.

    1861.

    Tous droits réservés.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.



    TYPOGRAPHIE DE H. FIRMIN DIDOT.--MESNIL (EURE).



RÉSUMÉ CHRONOLOGIQUE

DES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS DE LA PÉRIODE DE L'HISTOIRE DE FRANCE
CONTENUE DANS CE TROISIÈME VOLUME.

1285-1364.


PHILIPPE LE BEL, 1285-1314.

  1291. Traité de Tarascon. Fin de la guerre avec l'Aragon. Charles
        de Valois renonce à la couronne d'Aragon; la maison d'Anjou
        conserve le royaume de Naples, mais cède la Sicile à
        l'Aragon.

  1292. Rupture avec l'Angleterre; elle commence par des rixes entre
        des matelots anglais et normands à la Rochelle, à la suite
        desquelles des corsaires anglais pillent la Rochelle.

  1293. Édouard Ier est cité devant la cour des pairs; son refus de
        comparaître est suivi de la confiscation du duché de Guyenne
        et du commencement de la guerre.


_Cinquième guerre avec l'Angleterre, 1293-1303._

  1295-1296. Philippe le Bel a pour allié le roi d'Écosse Jean
        Baillol, qui occupe Édouard Ier en Angleterre. Pendant ce
        temps Philippe le Bel fait la conquête de la Guyenne.

  1298. Trêve de Montreuil. Les deux rois resteront maîtres de ce
        qu'ils possèdent en Guyenne jusqu'à la paix.--Édouard (II),
        fils du roi d'Angleterre, épouse Isabelle, fille de Philippe
        le Bel.--De ce mariage viennent les prétentions des rois
        d'Angleterre à la couronne de France.

  1303. Traité de Paris. La Guyenne est rendue tout entière aux
        Anglais.


_Lutte de Philippe le Bel contre Boniface VIII._

  1296. Boniface VIII, qui a pris Grégoire VII pour modèle et veut
        soumettre toutes les couronnes à la tiare, somme les deux
        rois de France et d'Angleterre de faire la paix.--Philippe
        le Bel continue la guerre et établit un impôt sur le
        clergé. Boniface VIII lance la bulle _Clericis laicos_, par
        laquelle il défend aux ecclésiastiques de payer aucun impôt
        aux laïques.--Philippe le Bel riposte en défendant
        qu'aucunes sommes d'argent ne sortent de ses États; ce qui
        privait la papauté des revenus qu'elle tirait de la France.

  1297. La lutte finit pour un moment. Le pape canonise Louis IX.

  1301. Les démêlés entre le pape et le roi de France recommencent à
        propos de quelques empiétements de Philippe le Bel sur les
        droits de l'Église.--Le pape envoie auprès du roi, comme
        légat, Bernard de Saisset, évêque de Pamiers, qui traite
        Philippe le Bel avec hauteur et conspire contre le roi en
        voulant faire soulever le Languedoc contre la domination
        française.--Philippe le Bel fait arrêter le légat et le fait
        juger par le parlement.--Le pape défend au roi de faire
        juger le légat et lance la bulle _Ausculta fili_, dans
        laquelle il dénonce et flétrit justement tous les abus et
        toutes les iniquités du gouvernement de Philippe le Bel.

  1302. Le roi fait brûler publiquement la bulle du pape. Il
        assemble les premiers états généraux, et maintient
        l'indépendance du temporel contre le pouvoir spirituel,
        pendant que le pape publie la fameuse décrétale _Unam
        sanctam_, qui proclame la soumission de la puissance
        temporelle à l'autorité spirituelle.

  1303. Philippe le Bel lance un acte d'accusation contre le pape,
        qu'il appelle _Maleface_, dans lequel il l'accuse de
        plusieurs crimes.--Le pape est attaqué, pris et souffleté
        dans Anagni, par Guillaume de Nogaret, aidé de Sciarra
        Colonna, chef des Gibelins.--Boniface VIII est délivré par
        le peuple d'Anagni, et meurt.--Benoît XI est élu et meurt en
        1304.

  1305. Bertrand de Goth, archevêque de Bordeaux, est élu pape par
        l'influence de Philippe le Bel; il prend le nom de Clément
        V, et réside à Avignon.


_Guerre de Flandre, 1297-1305._

  1297. Le comte de Flandre, Guy, allié du roi d'Angleterre, est
        vaincu à Furnes par les Français, et la Flandre est réunie
        à la France en 1299.--Jacques de Châtillon en est nommé
        gouverneur.--Les exactions et la tyrannie des Français
        soulèvent les Flamands.

  1302. Les Français sont massacrés à Bruges et battus à Courtray.
        Robert comte d'Artois est tué dans cette bataille.--La
        bataille de Courtray est la première grande victoire gagnée
        sur la chevalerie par des milices et des troupes de pied.

  1303. La flotte de Philippe le Bel, composée de vaisseaux génois,
        gagne la bataille de Zirickzée.

  1304. Philippe le Bel gagne la bataille de Mons-en-Puelle.

  1305. Philippe le Bel signe la paix avec les Flamands; il rend la
        Flandre au fils du comte Guy, et garde seulement la Flandre
        française (Lille).


  1306. Révolte des Parisiens occasionnée par l'altération
        continuelle des monnaies et par les exactions de tous
        genres.

  1307. Arrestation des Templiers. Ils sont jugés par l'inquisition;
        54 sont brûlés.

  1311. L'ordre est détruit par le concile de Vienne.

  1314. Le grand maître et les dignitaires de l'ordre sont brûlés à
        Paris.--Soulèvement général contre Philippe le Bel,
        occasionné par ses violences de toutes espèces.


LOUIS X, 1314-1316.

  1315. Le supplice d'Enguerrand de Marigny, premier ministre de
        Philippe le Bel, et les concessions faites à la noblesse
        apaisent le soulèvement occasionné par la tyrannie de
        Philippe le Bel.

  1316. Affranchissement des serfs du domaine royal.


PHILIPPE V, 1316-1322.

  1316. Les états généraux proclament Philippe V, frère de Louis X,
        et excluent du trône la fille de Louis X, parce que «les
        lys ne filent pas».--Première application de la loi
        salique.


CHARLES IV, 1322-1328.

PHILIPPE VI, 1328-1350.

  1328. Les états généraux donnent la couronne à Philippe VI, fils
        de Charles de Valois, second fils de Philippe III, à
        l'exclusion de Charles le Mauvais, roi de Navarre, et
        d'Édouard III, roi d'Angleterre, qui descendent de Philippe
        le Bel, mais par les femmes.--Seconde application de la loi
        salique.

  1328. Les Flamands, révoltés contre leur comte Louis de Nevers,
        sont vaincus à Cassel par Philippe VI, qui rétablit le comte
        Louis.

  1329. Édouard III, roi d'Angleterre, fait hommage à Philippe VI, à
        Amiens, pour ses fiefs du Ponthieu et de la Guyenne; il
        reconnaît ainsi la loi salique.

  1330-1332. Procès de Robert d'Artois.--Robert II, comte d'Artois,
        tué à la bataille de Courtray, avait eu pour successeur sa
        fille cadette Mahaud, à qui le parlement, en 1297, avait
        adjugé l'Artois. Robert II avait eu aussi d'un premier
        mariage un fils appelé Philippe, duquel était né Robert
        d'Artois (petit-fils de Robert II), qui disputa en 1330 le
        comté d'Artois à sa tante Mahaud, et le revendiqua devant le
        parlement. Robert produisit de faux actes et fit empoisonner
        la comtesse Mahaud. Assigné par le parlement, Robert se
        sauva en Angleterre, fut condamné à mort, et excita dès lors
        Édouard III à faire la guerre contre la France.


_Sixième guerre avec l'Angleterre_, appelée _la guerre de cent ans,
1337-1453_.

_Première partie de la guerre de cent ans, 1337-1360._

  1337. Édouard III déclare la guerre à Philippe VI et s'allie avec
        les Flamands.

  1339. Édouard III, sur le conseil de J. Artevelt, prend le titre
        et les armes de roi de France.--Les rois d'Angleterre
        renonceront au titre de roi de France en 1802, à la paix
        d'Amiens; mais ils conserveront encore les armes de la
        maison royale de France dans leur écusson.

  1340. Bataille de l'Écluse. La flotte de Philippe VI est
        détruite.--La mer est aux Anglais, et le passage
        d'Angleterre en France leur est assuré.


_Guerre de Bretagne, 1341-1365._

  1341. Mort de Jean III, duc de Bretagne. Sa succession est
        disputée entre Jean comte de Montfort, son frère
        consanguin, et Charles de Blois, mari de Jeanne sa
        nièce.--Édouard III soutient le comte de Montfort; Philippe
        VI soutient Charles de Blois.

  1342. Siége d'Hennebon, défendu par Jeanne de Montfort.

  1345. Le dauphin de Vienne, Humbert V, cède le Dauphiné à la
        France.--Les Gantois massacrent Artevelt.--La Flandre est
        perdue pour les Anglais, qui font les plus grands efforts
        pour s'assurer de la Bretagne et avoir ainsi en France même
        une base d'opérations.

  1346. Bataille de Crécy.--Édouard III débarque en Normandie;
        poursuivi par Philippe VI, il bat en retraite, passe la
        Somme et se retranche à Crécy après une marche de
        quarante-cinq jours. Les fautes de Philippe VI lui font
        perdre la bataille.--Les Anglais ont quelques canons à
        Crécy; c'est le premier emploi de l'artillerie dans une
        grande bataille.--On constate l'existence de canons dès 1326
        à Florence, et en 1338 en France. En 1346, l'artillerie de
        Philippe VI était employée au siége d'Aiguillon.

  1347. Prise de Calais par Édouard III.


JEAN LE BON, 1350-1364.

  1350. Combat des Trente. Victoire de Beaumanoir.

  1354. Le connétable de la Cerda, favori du roi, est assassiné par
        Charles le Mauvais.

  1355. Ravages des Anglais dans le Languedoc.--La noblesse exige
        une solde pour faire la guerre.--Dès lors nécessité de
        nouveaux impôts et de convoquer les états généraux pour
        consentir ces impôts.

        Convocation des états généraux. Ils réforment et s'attribuent
        l'administration des finances, en proie aux désordres et aux
        dilapidations de toutes sortes. Sous l'influence d'Étienne
        Marcel, prévôt des marchands de Paris, les états généraux
        décident que les impôts seront levés sur toutes les classes
        de la société; qu'eux seuls ont le droit de voter les
        impôts; que le roi ne peut faire la guerre ni la paix, ni
        publier aucune loi sans leur consentement.--Le gouvernement
        représentatif était fondé en France, par cette déclaration,
        de même qu'en Angleterre, où il s'établissait à cette
        époque. Mais ces premiers essais de gouvernement
        représentatif ne durent que jusqu'en 1358.

  1356. Le roi Jean arrête et emprisonne Charles le Mauvais.

        Bataille de Poitiers. Le roi est prisonnier.--La France est
        épuisée par les rançons qu'elle paye pour la délivrance des
        chevaliers pris à Poitiers.--Le mécontentement est général
        contre la noblesse, qui s'est fait battre par une poignée
        d'archers anglais et gascons, et qui en dix ans a perdu deux
        batailles désastreuses.

        Convocation des états généraux.--Luttes entre le Dauphin et
        Étienne Marcel.

  1357. Le Dauphin prend le titre de régent.--Étienne-Marcel et
        Charles le Mauvais, délivré de prison, enlèvent tout pouvoir
        au régent.

  1358. Toute-puissance d'Étienne Marcel; il se propose de donner la
        couronne à Charles le Mauvais.

        Pendant ce temps, les paysans, écrasés par la guerre, dépouillés
        et foulés par leurs seigneurs, qui ont besoin d'argent pour
        les rançons de Poitiers, se soulèvent en masse et se livrent
        à d'atroces représailles. Cette révolte ou _jacquerie_ est
        terminée par le massacre en masse des paysans révoltés.

        Étienne-Marcel est tué à Paris.--Le Dauphin redevient le maître.

  1359. Paix de Pontoise entre le Dauphin et Charles le Mauvais.
        Traité de Londres signé entre Jean et Édouard III; il est
        rejeté par le Dauphin et par les états généraux.

  1360. Invasion d'Édouard III; il arrive devant Paris; le Dauphin
        refuse de lui livrer bataille. La paix est signée à
        Bretigny. Le roi d'Angleterre possédera en toute
        souveraineté et sans aucune condition d'hommage: Calais, le
        Ponthieu et l'Aquitaine, comprenant le Poitou, l'Aunis, la
        Saintonge, l'Angoumois, le Périgord, le Limousin, le Quercy,
        le Rouergue, la Guyenne ou Bordelais, et la suzeraineté de
        toute la noblesse d'Aquitaine et de Gascogne.--Le roi payera
        une rançon d'au moins 250 millions de francs.

  1362. Les Malandrins, Tard-Venus, Routiers, soldats licenciés
        après la paix de Bretigny, se forment en grandes compagnies
        ou armées, et ravagent la France à outrance. En 1362 elles
        gagnent la bataille de Brignais sur le duc de Bourbon.

  1363. Jean donne en apanage à son fils Philippe le Hardi le duché
        de Bourgogne.

  1364. Le duc d'Anjou, laissé par le roi Jean en Angleterre comme
        otage, s'enfuit; le roi retourne à Londres prendre la place
        de son fils et y meurt.



LISTE CHRONOLOGIQUE

DES ROIS DE FRANCE ET D'ANGLETERRE QUI ONT RÉGNÉ PENDANT CETTE
PÉRIODE.


ROIS DE FRANCE.

    _Suite des Capétiens directs._

    Philippe IV, dit le Bel      1285-1314
    Louis X, dit le Hutin        1314-1316
    Philippe V, dit le Long      1316-1322
    Charles IV, dit le Bel       1322-1328

    _Maison de Valois._

    Philippe VI                  1328-1350
    Jean le Bon                  1350-1364


ROIS D'ANGLETERRE.

    Édouard I,   1272-1307.
    Édouard II,  1307-1327.
    Édouard III, 1327-1377.



LES GRANDS FAITS

DE

L'HISTOIRE DE FRANCE

RACONTÉS PAR LES CONTEMPORAINS.

COMMENCEMENT DE LA LUTTE DE PHILIPPE LE BEL ET DU PAPE BONIFACE.

Coment l'évesque de Pamiés fu mis en prison.

1301.


Et aussi en icest an, le premier évesque de Pamiés[1], qui du roy de
France paroles contumelieuses[2] et plaines de blasme et de diffame en
moult de lieux avoit semé, et pluseurs, si comme l'en disoit, avoit
fait esmouvoir contre sa majesté, pour ce fu appellé à la court le
roy, et jusques à tant que il se fust espurgié, sous le nom de
l'archevesque de Nerbonne, de sa volenté, fu en sa garde détenu. Et
jasoit que[3] contre cel évesque les amis du roy de France fussent
griefment esmeus, toutesvoies le roy de sa bénignité ne souffri pas
icelui évesque en aucune chose estre molesté né[4] malmis, sachant et
entendant de grant courage estre injurié en la souveraine poesté et
le souffrir, né en seurquetout le prince estre blescié, aucun estre
blescié, glorieux[5]. Et en icest an ensement[6], au moys de février,
l'archédiacre de Nerbonne envoié de par le pape Boniface, vint en
France dénonçant de par ice pape au roy de France qu'il rendist icelui
évesque sans delay; et luy monstra les lettres ès quelles le pape de
Rome mandoit au roy de France que il vouloit qu'il sceut, tant ès
temporelles choses comme ès spirituelles, estre soumis en la
jurisdiction du pape de Rome, et ensement au roy dist, si comme ès
lettres estoit contenu, que des églyses des ore mais en avant[7] né
des provendes vacans en son royaume, jasoit ce qu'il eust la garde de
eux, les usufruits, les profis ou les rentes à luy, ne préist né
présumast détenir, et que tout ce gardast le roy aux successeurs des
mors; et, avec tout ce, rappelloit celui souverain pape de Rome toutes
les faveurs, graces et indulgences lesquelles pour l'aide du royaume
de France au roy avoit ottroié, pour la raison de la guerre, en
dénéant luy que aucune collacion de provendes ou de bénéfices ne
entreprist à lui usurper, tenir et poursuir[8]; laquelle chose des ore
en avant sé faisoit, le pape tout ce vain et faux tenoit, et luy et
ceux qui à ce seroient consentans, hérites les réputoit. Et lors
icelui archédiacre devant dit, message du pape Boniface, semont[9]
tous les prélas du royaume de France, avecques aucuns abbés et
maistres en théologie et de droit canon et civil, à venir à Rome ès
kalendes de novembre prochain venant, personelment pour eux devant le
pape comparoir. Et en icest an ensement, au moys de janvier, l'éclipse
de la lune du tout en tout horriblement fu faicte. Et après ce,
Phelippe roy de France rendi au message le pape l'évesque de Pamiés,
et leur commenda que hastivement de son royaume départissent. Et après
ce, en la mi-caresme ensuivant, icelui roy de France Phelippe le Biau
assembla à Paris tous les barons et chevaliers nobles, tous les
prélas, les frères Meneurs, les maistres et le clergié de tout le
royaume de France, auxquels il commanda que il déissent et
demandassent vraiement et privéement[10] aux personnes ecclésiastiques
de qui il tenoient leur temporel ecclésiastique, et aux barons et
chevaliers de qui leur fiés appelloient né disoient à tenir: car
adecertes[11] la magesté royale doubtoit, pour ce que le pape luy
avoit mandé tant des temporels comme des espirituels à luy estre
sousmis, que ne voulsist le pape de Rome dire que le royaume de France
fust tenu de l'églyse de Rome. Et comme tous les prélas et
ecclésiastiques déissent avoir tenu du royaume de France, lors le roy
leur en rendi graces, et promist que son corps et toutes les choses
qu'il avoit exposeroit et mettroit, pour la liberté et franchise du
royaume en toute manière garder. Les barons et les chevaliers, par la
bouche du noble conte d'Artois, après ce respondirent, disans que de
toutes leur forces estoient près et appareilliés pour la couronne de
France, encontre tous adversaires, estriver[12] et deffendre. Et ainsi
quant celui concile fu deslié et finé, fist lors crier la magesté
royale que or né argent né quelconque marchandise du royaume de
France ne fussent transportés; et cil qui contre ce feroit tout
perdroit, et toutes-voies à tout le moins en grant amende ou en grant
paine de corps seroit puni. Et dès lors en avant fist le roy les
issues et les pas et les contrées du royaume de France très-sagement
garder.

  [1] Bernard de Saisset, évêque de Pamiers.

  [2] Offensantes.

  [3] _Jaçoit que_ ou _jasois que_, quoique.

  [4] Ni.--_Sé_, pour si; _finé_, pour fini.

  [5] C'est-à-dire: Sachant et comprenant que c'était le fait d'un
  grand cœur de souffrir des injures, quand on était
  tout-puissant; et que surtout il était glorieux à un prince de ne
  laisser blesser nul autre que lui-même. (_Note de M. Paulin
  Pâris._)

  [6] Pareillement, en même temps, ensemble.

  [7] _Des ore mais en avant_, désormais, dorénavant, à l'avenir.

  [8] Poursuivre.

  [9] _Semondre_, commander.

  [10] Secrètement, en particulier.

  [11] _Adecertes_, _acertes_, certainement, assurément.

  [12] Combattre.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



BATAILLE DE COURTRAY.

De l'occision de Bruges et de la fuite Jacques de Saint-Pol.

1302.

Et en icest an ensement, à Bruges un chastel en Flandres, par les
exactions non deues qu'il appellent maletoute, les gens du pays, par
le gardien de Flandres, Jacques de Saint-Pol chevalier, contre le
commandement du roy et la coustume de ce pays, estoient contrains et
grevés. Et comme ne peust la clameur du peuple souventes fois estre
oïe envers le roy de France, pour le très haut linage du devant dit
Jacques, si en advint que le menu peuple s'esmut pour celle cause
envers les grans et esleva, dont il y ot grant plenté[13] de sanc
espandu; et tant de povres gens comme de riches furent occis les uns
des autres. Desquiels aspretés et mouvemens fais, sé il peust estre
fait apaisier, comme Phelippe le Biau roy de France, eust destiné et
envoié nobles hommes mil et plus, appareilliés de toutes armes, avec
Jacques de Saint-Pol; et fussent de ceux de Bruges, à grant révérence,
dedens la ville paisiblement introduis; et disoient les Flamens de
Bruges eux vouloir de toutes choses au commandement du roy de France
pour bonne volenté et courage obéir: hélas! en icelle nuit du jour
ensuivant que nos François estoient venus, comme il se reposassent et
dormissent seurement, et ceux qui leur armes avoient ostées, furent
tous traîtreusement occis. Car adecertes, si comme l'en dit, ceux de
Bruges, en ce soir, avoient entendu Jacques de Saint-Pol de Flandres
soi avoir vanté que l'endemain il devoit pluseurs de eux faire pendre
au gibet. Pour ceci ainsi comme tous desespérés de très-grant paour,
presumèrent et entrepristrent à faire telle desloyale felonnie: et
toutes fois s'en eschapa le dit Jacques, par qui celle rage estoit
esmeue, avec pou[14] de compaignie, céléement et occultement, fuiant
hors de la ville. Et lors ainsi ceux de Bruges reprenant l'esprit du
rebellement, la gent d'un port de mer prochain (que l'en appelle Dam)
à eux tantost s'accordèrent, et de maintenant degastèrent et
chacièrent d'avec eux les gens du roy vilainement qui députés estoient
et establis à la garde du port. Et lors après ce fait, les Flamens de
Bruges, et aucuns autres Flamens, Guy de Namur, fils Guy conte de
Flandres, qui en France tenoit prison, appellèrent pour venir en leur
aide, et icelui comme deffendeur et seigneur receurent; lequel
enforcié de grant multitude de soudoiers Alemens et Tyois[15] venans à
eux, les encouragea à eux plus fort rebeller; et en toutes les
manières qu'il pot les esmut et atisa et donna conseil à eux
esmouvoir.

  [13] Beaucoup.

  [14] Peu.

  [15] Allemands et Allemands.


   De la bataille de Courtray.

Adoncques endementiers[16], comme ceux de Bruges s'appareilloient à
deffendre, querans de toutes pars aides et soudoiers, Robert noble
conte d'Artois fu envoié du roy de France avec moult grant chevalerie
des francs hommes et grant multitude de gent à pié, et vint en
Flandres, et entre Bruges et Courtray tendirent paveillons et
trés[17]; car adecertes il ne pooient passer, pour l'yaue du fleuve
près d'ilec courant, sur laquelle yaue les Flamens avoient rompu un
pont. Et lors endementiers comme les François entendissent à
appareillier le pont, ceux de Bruges, souventes fois à bataille
ordenée encontre courans à l'euvre, si comme il pooient,
destourbans[18] tous les jours, les François appelloient à bataille;
et lors, voulsissent ou non, le pont après ce rappareillié, à un
mercredi septiesme jour du mois de juillet, de l'accort de l'une
partie et de l'autre, venir à bataille deussent. Ceux de Bruges, si
comme l'en dit, estudians et cuidans mourir pour la justice,
libéralité et franchise du pays, premièrement confessèrent leur
péchiés humblement et dévotement, le corps de Nostre-Seigneur
Jhésucrist reçurent, portant avec eux ensement aucunes reliques de
sains, et à glaives, à lances, espées bonnes, haches et
goudendars[19], serréement et espessement ordenés vindrent au champ à
pié par un pou tous. Adoncques les chevaliers françois, qui trop en
leur force se fioient, voiant contre eux iceux Flamens du tout en tout
venir, si les orent en despit, si comme foulons, tisserans et hommes
ouvrans d'aucuns autres mestiers; et lors les devant dis François
chevaliers contredaignans[20], leur gent de pié[21] qui devant eux
estoient et aloient, et qui viguereusement les assailloient et moult
bien se contenoient, firent retraire, et ès Flamens pompeusement et
sans ordre s'embatirent. Lesquiels chevaliers gentils François, ceux
de Bruges, à lances aguës, forment empaignans et deboutans, gettèrent
et abatirent à terre du tout en tout ceux qui à celle empointe furent
à l'encontre. Desquels la ruine tant soudaine voiant le noble conte
d'Artois Robert, qui oncques n'avoit accoustumé à fuir, avec la
compaignie des nobles fors et viguereux, ainsi comme lyon rungent[22]
et esragié, se plonga ès Flamens. Mais pour la multitude des lances
que les Flamens espessement et serréement tenoient, ne le pot le
gentil conte Robert tresforer[23] né trespercier. Et lors adecertes
ceux de Bruges, ainsi comme s'il fussent convertis et mués en tigres,
nulle ame n'espargnièrent, né haut né bas ne deportèrent, mais aux
lances aguës bien ancorées[24] que l'en appelle bouteshaches et
godendars, les chevaliers des chevaux faisoient trébuchier; et ainsi
comme il chéoient comme brebis, les acraventoient sus la terre. Adonc
le bon conte Robert d'Artois, vaillant et enforcié de toutes gens,
jasoit ce qu'il fust navré de moult de plaies, toutes voies se
combati-il forment et viguereusement, mieux voullant gesir mort avec
les nobles hommes qu'il voioit devant luy mourir, que à ce vil et
villain peuple rendre soy vif enchaitivé. Et lors, quant les autres
compaignies qui estoient en l'ost des François, tant à cheval comme à
pié, virent ce, à par un pou deux mille haubers avec le conte de
Saint-Pol et le conte de Bouloigne, et Loys fils Robert de Clermont,
pristrent la fuite très-laide et très-honteuse, laissans le conte
d'Artois avec les autres honnorables et nobles batailleurs, Dieu quel
dommage et quel doleur! ès mains des villains estre détrenchiés mors
et acraventés. Des quiels la fuie non esperée voians les Flamens
adversaires, lors pour ce leur courages enforciés reculèrent, et ceus
qui par un pou vaincus s'en vouloient fuir, requerans et venans aux
tentes des fuians, trestout ravirent et pristrent. Et adecertes ilec
avoit grant copie[25] d'armes et grant appareil batailleur. Par les
quiels les Flamens enrichis et des corps occis, quant il les orent
tous desnués de leur armes et de leur vestemens, et la bataille du
tout en tout vaincue, à grant joie à Bruges s'en revindrent. Et ainsi
à grant doleur tous les corps desnués, et tant de nobles hommes
demourans en la place du champ, comme il ne fust qui les baillast à
sépulture, les corps de eux les bestes des champs, les chiens et les
oysiaux mengièrent; laquelle chose en dérision et escharnissement et
moquerie tourna au roy de France et à tout le lignage des mors en
reproche perpétuel en tous les jours. Et adecertes y gisoient mors et
acraventés[26] moult de nobles hommes, dieux quel dommage! c'est à
savoir: le gentil conte d'Artois Robert, et Godefroy de Breban, son
cousin, avec son fils le seigneur de Virson, Adam le conte de
Aubemarle, Jehan fils au conte de Haynaut, Raoul le seigneur de Nelle,
connestable de France, et Guy son frère, mareschal de l'ost, Regnaut
de Trie, chevalier esmeré[27], le chambellanc de Tancarville, Pierre
Flotte, chevalier, et Jacques de Saint-Pol, chevalier, monseigneur
Jean de Bruillas, maistre de arbalestriers, et jusques au nombre de
deux cents, et moult d'escuiers vaillans et preux. Toutes voies au
tiers jour après ce fait, à ice lieu vint le gardien des frères
Meneurs d'Arras, et recueilli le corps du très-noble conte d'Artois,
desnué de vesteures et navré de trente plaies. Lequel gentil conte
icelui gardien en une chapelle prochaine d'ilecques de femmes de
religion nonains, de petit édifiement, si comme il pot, quant il ot le
service célébré, mist le corps en sépulture. Et vraiement iceste
instance et démollicion et male aventure à François à venir, icelle
comete qui à la fin du moys de septembre devant passé à l'anuitier par
pluseurs jours fu veue par le royaume de France, et l'éclipse au mois
de janvier faite, si comme dient aucuns, le segnifièrent et
demonstrèrent.

  [16] Pendant ce temps-là.--Formé de _Inde_ et _interim_.

  [17] Tentes.

  [18] Troublant, inquiétant.

  [19] Sorte de lances.

  [20] Ripostant.

  [21] L'infanterie française était toujours chargée de commencer
  le combat. C'est à cette retraite qu'il fallut s'en prendre de la
  perte de la bataille. (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [22] Rugissant.

  [23] Percer.

  [24] Terminées en forme d'_ancres_, à peu près comme des
  hallebardes.

  [25] Abondance.--_Copia_, d'où _copieux_.

  [26] Écrasés, brisés.

  [27] Éprouvé. _Emeritus_, émérite.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



SUITE DE LA LUTTE DE PHILIPPE LE BEL CONTRE LE PAPE BONIFACE.

Des prélas de France qui envoièrent à court de Rome.

1302.

En ce meisme temps les prélas du royaume de France qui en l'an devant
prochain estoient appellés et semons de venir à court de Rome, si
orent conseil ensemble, et regardèrent qu'il n'i pooient aler, tant
pour la guerre de Flandres comme pour ce que par les maistres du
royaume de France estoit dévée porter or et argent; mais pour ce qu'il
ne peussent estre repris de désobéissance envoièrent pour eux trois
évesques, qui denoncièrent pour eux au pape Boniface la cause de leur
demourance. Et à ce pape ensement envoia le roy de France l'évesque
d'Aucuerre Pierre, et luy pria que pour s'amour il regardast de la
besoigne pour laquelle les dis évesques vouloient assembler jusques à
un temps miex convenable.

   Du cardinal Le Moine qui vint en France en message.

Et adecertes en cest an ensement les prélas du royaume de France,
delès le mandement en l'an devant passé, aux kalendes de novembre non
comparans né venans, Boniface riens n'ordena de ce qu'il avoit empensé
à faire: et pour ce que à profit venir ne povoient, si comme devant
avoient segnefié et mandé, lors à eux le pape de Rome Jehan Le Moine,
prestre et cardinal de l'églyse de Rome, en France envoia et destina,
qui à Paris au commencement du mois de quaresme vint. Quant le concile
fu assemblé, il orent secret conseil avec eux, et au pape par lettres
closes ce qu'il avoit oï de eux manda; et tant longuement demoura en
France jusques à tant que sur ces choses le pape luy mandast sa
volenté et son plaisir.

Et en cest an ensement, en Gascoigne, ceux de Bourdiaux qui jusques à
maintenant sous le povoir du roy de France paisiblement et à repos
s'estoient tenus, quant il oïrent son repaire de Flandres sans riens
faire, tous ses gens et les François déboutèrent et chacièrent hors de
Bourdiaux, la seigneurie d'icelle cité à eux, par folle présompcion,
usurpans et prenans. Car adecertes il doubtoient, si comme pluseurs
affermoient, que sé la paix du roy de France et du roy d'Angleterre
estoit du tout en tout faite, que il de maintenant au povoir du roy
d'Angleterre ne fussent sousmis, et que tantost après il ne leur fist
ainsi comme il avoit fait jadis à la cité de Londres. Car l'en dit
luy avoir fait pendre les bourgeois à leur portes.


   De l'accusement le pape de Rome.

   1303.

En ce temps, les barons et les prélas du royaume de France, par le
commandement du roy, à Paris au concile se assemblèrent[28], et ilec
fu traitié devant tous: c'est assavoir d'aucuns agravemens du royaume
et du roy et des prélas que à eux, si comme l'opinion de moult de gens
estoit veu affirmer, le pape de Rome en prochain entendoit faire[29].
Et fu ensement icelui pape d'aucuns chevaliers devant les prélas et la
royale majesté de moult de crimes blasmé, diffamé et accusé: c'est
assavoir de hérésie, de symonie et d'omicide, et de moult d'autres
vilains mesfais droitement sur luy mis et tous vrais, si comme aucuns
disoient. Et pour ce que à pape et à prélas hérites[30] selon ce que
l'en treuve ès sains canons, ne doit pas estre paiée obédience, fu
ilec du commun conseil de tous appellé jusques à tant que le pape de
ces crimes et de ces cas que l'en luy avoit mis sus s'espurgast, et
qu'il en fust de tout en tout purgié. Et ainsi à la parfin, ce
parlement deslié, l'abbé de Cistiaux seul à eux non assentant avec
indignacion et desdaing de moult tant du roy comme des prélas, s'en
revint à son propre lieu. Et lors le cardinal de Rome Jehan Le Moine,
qui un pou devant ce avoit esté envoié en France, et lors en
pélerinage estoit allé à Saint-Martin-de-Tours, quant il oï nouvelles
du pape, au plus tost qu'il pot issir du royaume de France s'en issi.
Et en cest an ensement Robert fils le conte de Bouloigne et
d'Auvergne, Blanche la fille Robert de Clermont, fils du saint roy de
France Loys, espousa.

  [28] Il s'agit dans ce conseil (concile) de la première tenue des
  états généraux.

  [29] C'est-à-dire: de beaucoup d'injures graves que le pape, si
  comme on voyait beaucoup de gens l'affirmer, se proposait de leur
  faire prochainement. (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [30] Hérétiques.

   Coment le message de pape Boniface fu mis en la prison le roy.

En icest an ensement un archédiacre de Constance, nommé Nicole de
Bonnefaite, message du pape Boniface et de luy en France envoyé pour
ce que le royaume supposast à entredit, si comme pluseurs
l'estimoient, à Troies, une cité de Champagne, au royaume de France,
fu pris et mis en la prison le roy de France. En cest an ensement
Phelippe fils le conte de Flandres Gui, qui par pluseurs ans avec le
roy de Secile Charles le secont avoit demouré, et de maintenant usant,
si comme l'en disoit, de la pecune pape Boniface et de son aide, avec
grant compaignie de Tyois et d'Alemans soudoiers, environ la
Saint-Jean-Baptiste, appliqua en Flandres; duquel le peuple des
Flamens accréu moult et enorgueilli, la terre du roy de France prist
plus aigrement à envaïr que devant, et lors le chastel de Saint-Omer,
en la conté d'Artois, dès maintenant voullurent asseoir. Et comme non
pas sagement passoient et aloient entour le chastel, des leur en
occistrent ceux du chastel trois mille: de la quelle chose les Flamens
trop iriés et courrouciés, comme il ne pussent ilec profiter pour la
forteresse du lieu, vers Terouanne, une cité du royaume de France,
menèrent leur ost; laquelle au mois de juillet assistrent et
consommèrent par embrasement.

   De la mort le pape Boniface.

Et en icest an ensement, quant le pape Boniface entendi les félonnies
et les crimes de luy dis au concile des François, et l'appel qui fu
proposé et fait des prélas, si proposa à faire un concile pour
remédier à ces choses. Et pour ce qu'il ne luy fust fait injure de
pluseurs qu'il avoit courrouciés et meismement des cardinals de la
Colompne qu'il avoit déposés, si se douta et lors s'en ala à la cité
d'Anaigne[31], dont traioit origine[32] et naissance, et sous la garde
de ceux de la cité se reçut, en atraiant à lui par jour les cardinals
dehors les murs, et au vespre revenant, les portes de la cité closes.
Chascun jour pourchaçoit et délibéroit quelle chose seroit mieux à
faire en si grant tourbe de choses: mais comme il cuidast ilec trouver
seur refuge et reconfort, si fu ilec de ses adversaires maintenant
assis. Et quant ceux de la cité virent ce, si mandèrent aux Romains
que il receussent leur pape, aux quiels quant il furent venus, il fu
tantost rendu et pris: et eust été d'un des chevaliers de la Colompne
deux fois parmi le corps féru d'un glaive sé un autre chevalier de
France ne l'eust contresté: mais toutes fois de ce chevalier de la
Colompne en retraiant fu féru au visage, si que il en fu ensanglanté.
Et comme il fu mené à Rome d'un chevalier le roy de France nommé
monseigneur Guillaume de Nogaret, il le suivi humblement et
dévotement, auquiel pape l'en dit lui avoir reprouvé et dit en telle
manière: «O toi chaitif pape, voy et considère et regarde de
monseigneur le roy de France la bonté, qui tant loing de son royaume
te garde par moi et deffent.» Duquiel les paroles ice pape après ce
ramenant à mémoire, comme il fu à Rome establi en son consistoire, la
besoigne du roy de France et de son royaume commist à Mahy-le-Rous,
diacre-cardinal, qui, selon ce qu'il seroit expédient et avenant, de
la devant dite besoigne à sa pleine volenté ordeneroit. Et quant il ot
ce dit, au chastel de Saint-Ange dedens Rome s'en ala et se reçut; et
par le flux de ventre, si comme l'en dit, chéi en frenaisie, si qu'il
mengeoit ses mains; et furent oïes de toutes pars par le chastel les
tonnerres et veues les foudres non acoustumées et non apparans ès
contrées voisines. Celui pape Boniface sans devocion et profession de
foy mourut. Après laquelle chose, fu pape en l'églyse de Rome le cent
quatre-vingt et dix-huitiesme, Benedic l'onziesme, de la nacion de
Lombardie, de l'ordre des frères Prescheurs que l'en appelle Jacobins.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._

  [31] Anagni.

  [32] Il tirait (_extrahebat_).



LA BATAILE DE MONS EN PUELLE.

1304.

   De la bataille de Mons en Peure: coment les Flamens furent
   desconfis.

En ce meisme an ensuivant Phelippe le Biau, roy de France, tierce fois
après le rebellement de ceux de Flandres, à Mons en Peure au moys
d'aoust assembla contre eux grant ost. Adonc, comme à un jour du moys
dessus dit, de convenance et d'acort fait de l'une partie à
l'autre[33] déussent venir à bataille, ceux de Bruges et les autres
Flamens, dès maintenant leur armes prises, toutes leur charrètes, leur
charios et leur autre appareil bataillereux tout entour eux
espessement et ordenéement mistrent, pour ce que nul ne les peust
trespercier né envaïr sans grant péril. Et lors de toute pars les
François comme il deussent entrer en bataille, je ne sai par quel
parlement, eux ainsi avironnés, sans bataille et sans aucun assaut
jusques vers vespres se tindrent. Et adecertes pluseurs cuidoient,
pour les messages d'une part et d'autre entrevenans, que paix fust du
tout faicte et fermée; et pour ce se départirent et espandirent çà et
là en aucune manière, non cuidans en ce jour plus avoir bataille. Lors
les Flamens ce apercevans soudainement s'esmurent, et vindrent jusques
aux tentes du roy; et fu le roy si près pris que à paines pot-il estre
armé à point; et ainsois que il peust estre monté sur son cheval,
pot-il véoir occire devant luy messire Hue de Bouville, chevalier, et
deux bourgeois de Paris, Pierre et Jaques Gencien, les quiels pour le
bien qui estoit en eux estoient prochains du roy; mais quant il fu
monté, très-fier et très-hardi semblant monstra à ses anemis.

  [33] D'un commun accord.

Adonc le roy ainsi noblement soy contenant, François ce aprenans qui
jà ainsi comme d'une paour se vouloient dessambler et départir, pour
le roy secourre isnelement se hastèrent, et du tout en tout à la
bataille s'abandonnèrent, et crièrent ensamble: _Le roy se combat! le
roy se combat!_ et ainsi la bataille constraingnant et de toutes pars
croissant, Charles conte de Valois, Loys conte d'Evreux, frères
Phelippe le roy de France, Gui conte de Sainct-Pol, Jehan conte de
Dammartin, nobles chevaliers et autres grans maistres, pluseurs
contes, ducs et barons et chevaliers, avec les autres nobles
compaignies à pié et à cheval, ès Flamens lors isnelement se
plungièrent et embatirent, et vers le roy se traistrent. Lors adonc
iceux nobles, estant avec leur noble et forte compaignie à pié et à
cheval, la bataille entre eux merveilleuse, forte et aspre fu faicte;
mais les Flamens du tout en tout furent rués jus et acraventés, et de
eux fu faicte grant occision et mortalité, et si grant abatéis, qu'il
ne porent plus arrester. Mais la fuite commencièrent très-laide et
très-honteuse, délaissans charrètes et charios et tout leur appareil
bataillereux. Et adecertes, pour voir, sé la nuit oscure venant n'eust
la bataille empeschiée, pou de si grant nombre de Flamens en fust
eschapé que mors du tout en tout ne fussent. Et ainsi, la bataille
parfaicte et fenie, notre roy Phelippe, noble batailleur, à torches de
cire alumées, de la bataille s'en revint aux tentes avec sa noble
chevalerie. Et ainsi comme il fut dit pour voir, sé cil roy de France
Phelippe le Biau ne se fust contenu si noblement ou si vertueusement,
ou sé en aucune manière il eust montré la queue de son cheval aux
Flamens pour soy en retourner, tout l'ost des François eust ramené
ainsi comme à néant ou, par aventure, desconfit. Adecertes en celle
bataille des Flamens fu occis un noble chevalier et le chief ot copé
Guillaume de Juilliers, noble chevalier, et luy copa Jehan de
Dammartin, et pluseurs autres grans Flamens, et de menu peuple grent
multitude y furent occis, à par un pou jusques à trente six mille. Et
aussi en celle bataille, le conte d'Aucuerre, noble chevalier
françois, par la très-grant chaleur qui ilec estoit, fu estaint de
soif. Et ainsi Phelippe le Biau, roy de France, en l'an de son règne
dix-huit, à Mons en Peure en Flandres, usant de l'aide de Dieu, de ces
Flamens, sans grant péril, de luy meisme loable victoire en rapporta;
et à Paris environ la Sainct-Denis, à grant joie et inestimable
revint.

Et en cest an, au moys de décembre, les os de Robert jadis conte
d'Artois, lequel avoit esté tué en Flandres, furent aportés à
Pontoise, et en l'églyse de Maubuisson près Pontoise furent enterrés.

Et en ce meisme an, après Noël, l'en commença à traictier en parlement
à Paris de la paix des Flamens, mais il n'i ot rien consommé né
parfait.

  _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées et annotées par M.
    Paulin Pâris.



RÉVOLTE DES PARISIENS,

1306.

Coment le commun de Paris s'esmut.


Et adcertes en cest an meisme à Paris, pour les louages des maisons
des bourgeois de Paris qui vouloient prendre du peuple bonne monnoie
et forte, qui alo étoit appelée[34], grant dissencion et descort mut
et esleva. Et lors s'esmurent pluseurs du menu peuple, si comme
espoir[35] foulons et tisserans, taverniers et pluseurs autres
ouvriers d'autres mestiers; et firent aliance ensemble, et alèrent et
coururent sus un bourgeois de Paris appelé Estienne Barbète[36],
duquel conseil, si comme il estoit dit les louages des dites maisons
etoient pris à la bonne et forte monnoie, pour laquelle chose le
peuple estoit esmeu et grevé. Et lors le premier jeudi devant la
Tiphaine envaïrent et assaillirent un manoir du devant dit bourgeois
Estienne, qui estoit nommé la Courtilles Barbète, et par feu mis le
dégastèrent et destruirent; et les arbres du jardin du tout en tout
corrompirent, froissièrent et débrissièrent. Et après eux départans, à
tout grant multitude d'alans à fust et à bastons, revindrent en la rue
Saint-Martin et rompirent l'ostel du devant dit bourgeois, et
entrèrent ens efforciement, et tantost les toniaux de vin qui au
celier estoient froissièrent, et le vin espandirent par places; et
aucuns d'eux d'icelui vin tant burent qu'il furent enyvrés. Et après
ce, les biens meubles de la dite maison, c'est asavoir coutes,
coissins, coffres, huches, et autres biens froissièrent et débrisans
par la rue en la boue les espandirent, et aux coutiaux ouvrirent les
coutes, et les orilliers traiant contre le vent despitement getèrent,
et la maison en aucuns lieux descouvrirent, et moult d'autres dommages
y firent. Et ice fait, d'ilec se partirent et retournèrent traiant
vers le Temple au manoir des Templiers, où le roy de France estoit
lors avec aucuns de ses barons, et ilec le roy assistrent si[37] que
nul n'osoit seurement entrer né issir hors du Temple; et les viandes
que l'en aportoit pour le roy getèrent en la boue, laquelle chose leur
tourna au dernier à honte et à dommage et à destruiment de corps.
Après ce, par le prévost de Paris, si comme l'en dist, et par aucuns
barons, par soueves paroles et blandissements apaisiés, à leur maisons
paisiblement retournèrent; des quiex par le commandement le roy
pluseurs, le jour ensuivant, furent pris et mis en diverses prisons.
Et en la vigile de la Tiphaine, par le commandement du roy,
espéciaument pour sa viande que il luy avoient espandue et gettée en
la boue, et pour le fait du dit Estienne, vingt-huit hommes, aux
quatre entrées de Paris, c'est assavoir: à l'orme[38] par devers
Saint-Denis faisant entrée, furent sept pendus; et sept devers la
porte Saint-Antoine faisant entrée, et six à l'entrée devers le Roule
vers les quinze vint aveugles faisant entrée, et huit en la partie de
Nostre-Dame-des-Champs faisant entrée, furent pendus. Les quiex, un
pou après ce, des ormes remués et ostés, en gibés nouviaux fais, en
chacune partie et entrée, de rechief furent tous pendus et mors;
laquelle chose envers le menu peuple de Paris chei en grant doleur.

  [34] _Qui alors estoit appelée._ Ainsi portent tous les manuscrits,
  excepté le no 218 du Sup. fr., où on lit: _Qui alo estoit appelée._
  Et je crois que c'est la seule bonne. _Alo_ pour _aloi_, monnoie
  d'_aloi_. Il faut savoir que Philippe le Bel avoit depuis onze ans
  laissé déprécier les monnoies, et permis à ceux qui en
  affermoient l'entreprise d'en altérer le titre. L'abus devint si
  grand, qu'il fallut songer à y remédier: il fit donc rétablir
  l'ancien titre de la monnoie publique, qu'il appella d'_aloi_, mais
  sans retirer de la circulation la monnoie altérée. Dès lors on
  conçoit que les créanciers voulussent tous être payés en forte
  monnoie, et que les débiteurs réclamassent le droit d'acquitter
  en mauvaises pièces les obligations qu'ils avoient contractées
  sous l'influence de ces mauvaises pièces. De là la querelle.
  (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [35] _Espoir_, vraisemblablement.

  [36] Dans la Vieille-Rue-du-Temple.

  [37] Assiégèrent, bloquèrent tellement que.

  [38] De cet usage de pendre aux ormes qui ombrageaient l'entrée
  des portes ne peut-on pas tirer l'origine du proverbe:
  _Attendez-moi sous l'orme?_ Pour moi, je n'en fais aucun doute.
  (_Note de M. Paulin Pâris._)

    _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



LES TEMPLIERS.

1306-1310.

   Des Templiers qui furent pris par tout le royaume de France.


En cest an ensement, tous les Templiers du royaume de France, du
commandement de celui meisme roy de France Phelippe le Bel, et de
l'ottroi et assentement du souverain évesque pape Climent, le jour
d'un vendredi après la feste Saint-Denis, ainsi comme sus le mouvement
d'une heure, soupçonnés de détestables et horribles et diffamables
crimes, furent pris par tout le royaume de France, et en diverses
prisons mis et emprisonnés.

L'an de grace mil trois cent et sept dessus dit ensuivant, le roy de
France Phelippe se parti environ la Penthecouste pour aler à Poitiers
parler au pape et aux cardinals: et là furent moult de choses ordenées
par le pape et par le roy, et especiaument de la prise des Templiers.
Et manda le pape aux maistres de l'Ospital et du Temple, qui
souverains estoient en la terre d'Oultre-mer, expressement, qu'il se
comparussent personnellement à certain temps à Poitiers devant luy.
Lequiel mandement le maistre du Temple accompli; mais le maistre de
l'Ospital fu empeschié en l'isle de Rodes des Sarrasins, si ne pot
venir au terme qui luy estoit mandé; mais il envoia certains messages
pour luy excuser. Si avint assez tost après que la dite isle de Rodes
fu recouvrée, et adonc le maistre de l'Ospital vint à Poitiers parler
au pape.


De la condampnacion des Templiers.

1310.

En l'an de Nostre-Seigneur mil trois cent et dix, pluseurs Templiers,
à Paris vers le moulin Saint-Antoine, comme à Senlis, après les
conciles provinciaux sur ces choses ilec célébrées et faites, furent
ars, et les chars et les os en poudre ramenés: des quiels Templiers
dessus dis cinquante-quatre, le mardi après la feste de la
Saint-Nicolas en may, vers le dit moulin à vent, si comme il est
dessusdit, furent ars. Mais iceux, tant eussent à souffrir de douleur,
oncques en leur destruction ne vouldrent aucune chose recognoistre.
Pour la quielle chose leur ames, si comme on disoit, en porent avoir
perpétuel dampnement, car il mistrent le menu peuple en très grant
erreur. Et pour voir après ce ensuivant, la veille de l'Ascencion
Nostre-Seigneur Jhésucrist, les autres Templiers en ce lieu meisme
furent ars et les chars et les os ramenés en poudre; des quiels l'un
estoit l'aumosnier du roy de France, qui tant de honneur avoit en ce
monde; mais oncques de ses forfais n'ot aucune recognoissance. Et le
lundi ensuivant, fu arse, au lieu devant dit[39], une béguine
clergesse qui estoit appellée Marguerite la Porete, qui avoit
trespassée et transcendée l'escripture divine et ès articles de la foy
avoit erré, et du sacrement de l'autel avoit dit paroles contraires et
préjudiciables; et, pour ce, des maistres expers de théologie avoit
esté condampnée.

  [39] A la place de Grève.

Les cas et forfais pour quoy les Templiers furent pris et condampnés à
morir et encontre eux aprouvés, si comme l'en dit, et d'aucuns en
prison recogneus, ensuivent ci-après:

Le premier article du forfait est tel: Car en Dieu ne créoient pas
fermement, et quant il faisoient un nouvel Templier, si n'estoit-il de
nulluy sceu coment il le sacroient, mais bien estoit veu que il luy
donnoient les draps[40].

  [40] L'habit.

Le secont article: Car quant icelui nouvel Templier avoit vestu les
draps de l'ordre, tantost estoit mené en une chambre oscure; adecertes
le nouvel Templier renioit Dieu par sa male aventure, et aloit et
passoit par-dessus la croix, et en sa douce figure crachoit.

Le tiers article est tel: Après ce, il aloient tantost aourer une
fausse ydole. Adecertes icelle ydole estoit un viel pel[41] d'homme
embasmée et de toile polie[42], et certes ilec le Templier nouveau
mettoit sa très vile foy et créance, et en luy très-fermement croioit:
et en icelle avoit ès fosses des ieux escharboucles reluisans ainsi
comme la clarté du ciel; et pour voir, toute leur foy estoit en
icelle, et estoit leur dieu souverain, et chascun en icelle s'affioit
et meismement de bon cuer. Et en celle pel avoit barbe au visage; et
pour certain ilec convenoit le nouvel Templier faire hommage ainsi
comme à Dieu, et tout ce estoit pour despit de Nostre-Seigneur
Jhésucrist, Nostre Sauveur.

  [41] Une vieille peau d'homme.

  [42] C'étoit sans doute une momie égyptienne recueillie par les
  Templiers, et qu'on les accusa d'adorer. (_Note de M. Paulin
  Pâris._)

Le quart: Car il cognurent ensement la traïson que saint Loys ot ès
parties d'Oultre-mer, quant il fu pris et mis en prison. Acre, une
cité d'Oultre-mer, traïsrent-il aussi par leur grant mesprison.

Le quint article est tel: Que si le peuple crestien en ce temps fust
prochainement alé ès parties d'Oultre-mer, il avoient fait telles
convenances et telle ordenance au soudan de Babiloine, qu'il leur
avoient par leur mauvaistié appertement les crestiens vendus.

Le sixième article est tel: Qu'il congnurent eux du trésor le roy à
aucun avoir donné qui au roy avoit fait contraire, laquelle chose
estoit domageuse au royaume de France.

Le septième est tel: Que, si comme l'en dit, il cognurent le péchié de
hérésie; pour quoy c'estoit merveilles que Dieu souffroit tels crimes
et félonnies détestables estre fais! mais Dieu, par sa pitié, souffre
moult de félonnies estre faites!

Le huitième est tel: Si nul Templier, en leur ydolatrie bien affermé,
mouroit en son malice, aucune fois il le faisoient ardoir, et de la
poudre de luy en donnoient à mengier aux nouviaux Templiers; et ainsi
plus fermement leur créance et leur ydolatrie tenoient; et du tout en
tout despisoient le vray corps Nostre-Seigneur Jhésucrist.

Le neuviesme est tel: Si nul Templier eust entour luy çainte ou liée
une corroie, laquelle estoit en leur mahommerie, après ce jamais leur
loy par luy pour morir ne fust recognue; tant avoit ilec sa foy
affermée et affichiée.

Le disiesme est tel: Car encore faisoient-il pis, car un enfant nouvel
engendré d'un Templier en une pucelle, estoit cuit et rosti au feu, et
toute la gresse ostée, et de celle estoit sacrée et ointe leur ydole.

Le onziesme est tel: Que leur ordre ne doit aucun enfant baptisier ni
lever des saincts fons, tant comme il s'en puisse abstenir; ni sur
femme gisant d'enfant[43] seurvenir ne doivent, si du tout en tout ne
se veullent issir à reculons, laquelle chose est détestable à
raconter. Et ainsi pour iceux forfais, crimes et félonnies détestables
furent du souverain évesque pape Climent et de pluseurs évesques, et
arcevesques et cardinaux condampnés.

  [43] Étant en couches.

    _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, édité
    et annotées par M. Paulin Pâris.



LES TROIS MOINES ROUGES.

Ballade Bretonne.

   Les Bretons appellent les Templiers les moines rouges. Cruels,
   impies et débauchés, les Templiers étaient partout détestés. On
   voit, dit M. de la Villemarqué, aux portes de Quimper, les ruines
   d'une antique commanderie de Templiers. C'est probablement là que
   se passa le fait consigné dans la ballade suivante. Il y a lieu
   de croire que ce crime fut commis sous l'épiscopat d'Alain Morel,
   évêque de Quimper, de 1290 à 1321.


Je frémis de tous mes membres, je frémis de douleur, en voyant les
malheurs qui frappent la terre.

En songeant à l'événement horrible qui vient d'arriver aux environs de
la ville de Quimper, il y a un an.

Katelik Moal cheminait en disant son chapelet, quand trois moines,
armés de toutes pièces, la joignirent.

Trois moines sur leurs grands chevaux bardés de fer de la tête aux
pieds, au milieu du chemin, trois moines rouges.

Venez avec nous au couvent, venez avec nous, belle jeune fille; là, ni
or ni argent, en vérité, ne vous manquera.

Sauf votre grâce, messeigneurs, ce n'est pas moi qui irai avec vous,
j'ai peur de vos épées qui pendent à votre côté.

Venez avec nous, jeune fille, il ne vous arrivera aucun mal.--Je
n'irai pas, messeigneurs; on entend dire de vilaines choses!

On entend dire assez de vilaines choses aux méchants! que mille fois
maudites soient toutes les mauvaises langues!

Venez avec nous, jeune fille, n'ayez pas peur!--Non vraiment! je
n'irai point avec vous! j'aimerais mieux être brûlée!

Venez avec nous au couvent, nous vous mettrons à l'aise.--Je n'irai
point au couvent, j'aime mieux rester dehors.

Sept jeunes filles de la campagne y sont allées, dit-on, sept belles
jeunes filles à fiancer, et elles n'en sont point sorties.

S'il y est entré sept jeunes filles, vous serez la huitième! Et eux de
la jeter à cheval, et de s'enfuir au galop;

De s'enfuir vers leur demeure, de s'enfuir rapidement avec la jeune
fille en travers, à cheval, un bandeau sur la bouche.

Et au bout de sept ou huit mois, ou quelque chose de plus, ils furent
bien déconcertés en cette commanderie[44];

Au bout de sept ou huit mois, ou quelque chose de plus: que
ferons-nous, mes frères, de cette fille-ci maintenant?

  [44] Couvent de Templiers.

Mettons-la dans un trou de terre.--Mieux vaudrait sous la croix. Mieux
vaudrait encore qu'elle fût enterrée sous le maître autel.

Et bien! enterrons-là ce soir sous le maître autel, où personne de sa
famille ne viendra la chercher.

Vers la chute du jour, voilà que tout le ciel se fend! De la pluie, du
vent, de la grêle, le tonnerre le plus épouvantable.

Or, un pauvre chevalier, les habits trempés par la pluie, voyageait
tard, battu de l'orage;

Il voyageait par là, et cherchait quelque part un asile, quand il
arriva devant l'église de la commanderie.

Et lui de regarder par le trou de la serrure, et de voir briller dans
l'église une petite lumière;

Et les trois moines à gauche qui creusaient sous le maître autel; et
la jeune fille sur le côté, ses petits pieds nus attachés.

La pauvre jeune fille se lamentait et demandait grâce: Laissez-moi ma
vie, messeigneurs, au nom de Dieu!

Messeigneurs, au nom de Dieu, laissez-moi ma vie. Je me promènerai la
nuit et me cacherai le jour.

Et la lumière s'éteignit, et il restait à la porte sans bouger,
stupéfait,

Quand il entendit la jeune fille se plaindre au fond de son
tombeau:--Je voudrais pour ma créature l'huile et le baptème;

Puis l'extrême-onction pour moi-même, et je mourrai contente et de
grand cœur après.

Monseigneur l'évêque de Cornouailles[45], éveillez-vous,
éveillez-vous, vous êtes là dans votre lit, couché sur la plume molle;

Vous êtes là dans votre lit, sur la plume bien molle, et il y a une
jeune fille qui gémit au fond d'un trou de terre dure,

Demandant pour sa créature l'huile et le baptême, et l'extrême-onction
pour elle-même.

  [45] La Cornouailles est le diocèse de Quimper, c'est-à-dire
  l'extrémité de la Bretagne. (_Cornu Galliæ_).

On creusa sous le maître autel par ordre du seigneur comte (de
Quimper), et on retira la pauvre fille au moment où l'évêque arrivait;

On retira la pauvre jeune fille de sa fosse profonde, avec son petit
enfant, endormi sur son sein;

Elle avait rongé ses deux bras, elle avait déchiré sa poitrine; elle
avait déchiré sa blanche poitrine jusqu'à son cœur.

Et le seigneur évêque, quand il vit cela, se jeta à deux genoux, en
pleurant, sur la tombe;

Il passa trois jours et trois nuits les genoux dans la terre froide,
vêtu d'une robe de crin et nu-pieds.

Et au bout de la troisième nuit, tous les moines étant là, l'enfant
vint à bouger entre les deux lumières (placées à ses côtés);

Il ouvrit les yeux, il marcha droit, droit aux trois moines
rouges:--Ce sont ceux-ci!

Ils ont été brûlés vifs, et leurs cendres jetées au vent; leur corps a
été puni à cause de leur crime.

    DE LA VILLEMARQUÉ, _Chants populaires  de la Bretagne_,
    2 vol. in-12, 1846, t. 1, p. 305.



LETTRES DE PHILIPPE IV

  _par lesquelles il confirme celle de Charles comte de Valois,
    portant affranchissement des habitants du comté de Valois._

1311.


Philippe, par la grâce de Dieu roi des Français, faisons savoir à tous
tant présents qu'à venir, que nous avons confirmé et revêtu de notre
sceau les lettres suivantes de notre très-cher cousin germain et
fidèle Charles comte de Valois et d'Alençon, et rédigées de la manière
suivante[46].

  [46] Nous ne donnons ici que le préambule et les trois premiers
  articles de ces lettres si importantes et si peu connues de
  Charles de Valois.

Au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit.

Charles, fils de roi de France, comte de Valois et d'Alençon, de
Chartres et d'Anjou, à tous ceux qui ces lettres verront et
entendront, salut en celui qui est le vrai salut de tous. Comme toute
créature humaine, formée qui est à l'image de Notre-Seigneur, doit
généralement être franche[47] par droit naturel, et qu'en aucuns pays
cette naturelle liberté ou franchise, par le jeu de servitude, qui
tant est haïssable, est si effacée et obscurcie, que les hommes et les
femmes qui habitent ès lieux et pays dessusdits en leur vivant sont
réputés ainsi comme morts, et à la fin de leur douloureuse et chétive
vie si étroitement liés que des biens que Dieu leur a prêtés en ce
siècle[48] et qu'ils ont acquis par leur propre labeur, et accrus et
conservés par leur prévoyance, ils ne peuvent en leur dernière volonté
disposer ni ordonner, ni accroître en leurs propres fils, filles et
leurs autres proches. Nous, mus de pitié, pour le remède et salut de
notre âme et pour considération d'humanité et de commun profit,

1. Donnons et octroyons très-plénière franchise et liberté perpétuelle
à toutes personnes, de quelque sexe elles soient, nées et à naître, en
mariage ou dehors, de notre comté de Valois et de son ressort, en
quelque état ils se voudront porter, et aux personnes et aux héritiers
et successeurs des personnes dessusdites, réservé toutefois à nous et
à nos héritiers la succession des bâtards qui mourront sans héritiers
de leur corps.

  [47] Libre.

  [48] Monde.

2. De rechef, il est à savoir que les personnes devant dites et leurs
héritiers, en quelques lieux que ils demeurent en ladite comté ou
ressort ou hors, demeureront franchement et en paix, sans main
morte[49] ou formariage[50], ou autre espèce de servitude quelle
qu'elle soit; au contraire, peuvent et pourront dorénavant franchement
et en paix demeurer en ladite comté et ressort, et dans le royaume de
France et ses appartenances, et hors du royaume; et en quelque partie
que les personnes dessusdites se transporteront, et en quelque état
qu'ils soient, vivront ou mourront, Nous, nos héritiers ou
successeurs, ou chacune autre personne, de quelque dignité qu'elle
soit, ne pourrons lever ou prendre, ou lever ou faire prendre des
personnes dessusdites, ou de leurs hoirs ou successeurs, ou de ceux
qui ont ou auront cause d'eux morte main, formariage ou autres
redevances serves, pour l'occasion des choses susdites, ou occasion
d'espèce de servitude quelle qu'elle soit.

  [49] _Main morte_, servitude. _Main mortables_ se disait des serfs
  dont les biens appartenaient au seigneur après leur mort; les
  serfs ne pouvaient tester que jusqu'à cinq sols sans la
  permission de leur seigneur. Quand un serf mourait sans laisser
  de bien, on lui coupait la main droite, qu'on donnait à son
  seigneur; de là les noms de _main morte_ et _main mortable_.

  [50] _Formariage_, somme que payait un serf à son seigneur pour
  pouvoir épouser une femme de condition libre ou une femme serve
  appartenant à un autre seigneur.

3. Les personnes dessusdites peuvent et pourront par le temps à venir
prendre tonsure de clerc quand ils voudront, faire mariage, entrer
religieux et élire[51] états et se mettre là où ils voudront et
pourront...; et si aucune des personnes dessusdites, mâles ou
femelles, prennent priviléges de tonsure de clerc, ou entrent en
religion, ou acquièrent aucune autre franchise ou liberté quelle
qu'elle soit, nous voulons que dorénavant ils en usent et en jouissent
pleinement et en paix...

  [51] Choisir.

Fait en l'an de grâce 1311, le 9 avril.

    _Ordonnances des Rois de France_, t. XII, p. 387.



AFFRANCHISSEMENT DES SERFS.

_Lettres de Louis X portant que les serfs du domaine du roi seront
affranchis moyennant finance._

A Paris, le 3 Juillet 1315.


Louis, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, à nos améz et
féaus maître Saince de Chaumont et maître Nicolle de Braye, salut et
dilection.

Comme selon le droit de nature chacun doit naistre franc[52], et par
aucuns usages ou coustumes, qui de grant ancienneté ont esté
entroduites et gardées jusques cy en nostre royaume, et par avanture
pour le meffet de leurs prédecesseurs, moult de personnes de nostre
commun pueple soient encheües en liens de servitude et de diverses
conditions, qui moult nous desplaît, Nous considérants que notre
royaume est dit et nommé le royaume des Francs, et voullants que la
chose en vérité soit accordant au nom, et que la condition des gens
amende de nous en la venue de nostre nouvel gouvernement; par
délibération de nostre grant conseil avons ordené et ordenons, que
généraument, par tout nostre royaume, de tant comme il peut appartenir
à nous et à nos successeurs, telles servitudes soient ramenées à
franchises, et à tous ceux qui de ourine[53] ou ancienneté, ou de
nouvel par mariage, ou par résidence de lieux de serve condition, sont
encheües ou pourroient eschoir au lien de servitudes, franchise soit
donnée aux bonnes et convenables conditions. Et pour ce, et
spécialement que nostre commun pueple qui par les collecteurs,
sergents et autres officiaux, qui au temps passé ont été députez sur
le fait des mains mortes et formariages, ne soient plus grevez, ni
domagiez pour ces choses, si comme ils ont esté jusques icy, laquelle
chose nous déplaît, et pour ce que les autres seigneurs qui ont des
_hommes de corps_[54] prennent exemple à nous de eux ramener à
franchise. Nous qui de vostre léauté et aprouvée discrétion nous fions
tout à plain, vous commettons et mandons, par la teneur de ces
lettres, que vous alliez dans la baillie[55] de Senlis et ès ressorts
d'icelle, et à tous les lieux, villes et communautéz, et personnes
singulières[56] qui ladite franchise vous requerront, traitez et
accordez avec eux de certaines compositions, par lesquelles suffisante
recompensation nous soit faite des émoluments qui desdites servitudes
pouvoient venir à nous et à nos successeurs, et à eux donnez de tant
comme il peut toucher nous et nos successeurs générales et
perpétuelles franchises, en la manière que dessus est dite, et selon
ce que plus plainement le vous avons dit, déclaré et commis de bouche.
Et nous promettons en bonne foy que nous, pour nous et nos
successeurs, ratifierons et approuverons, tiendrons et ferons tenir et
garder tout ce que vous ferez et accorderez sur les choses dessus
dites, et les lettres que vous donnerez sur nos traités, compositions
et accords de franchises à villes, communautés, lieux ou personnes
singulières, nous les agréons dès-ors endroit, et leur en donnerons
les nôtres sur ce, toutefois que nous en serons requis. Et donnons en
mandement à tous nos justiciers et sujets, que en toutes ces choses
ils obéissent à vous et entendent diligemment.

  [52] _Franc_, libre; _franchise_, liberté; _affranchir_, mettre en
  liberté.

  [53] Origine.

  [54] Serfs.

  [55] Le bailliage.

  [56] Personne isolée, particulière.



LES PASTOUREAUX.

De la muette[57] des pastouriaux.

1320.


En cest an, commença en France une muette sans nulle discrétion: car
aucuns truffeurs publièrent que il estoit révélé que les pastouriaux
devoient conquerre la Saincte Terre, si s'assemblèrent en très grant
nombre; et acouroient les pastouriaux des champs, et laissoient leur
bestes; et sans prendre congié à père ne à mère, s'ajoustoient aux
autres, sans denier et sans maille. Et quant cestui qui les gouvernoit
vit qu'il estoient si fors, si commencièrent à faire maintes injures,
et se aucun de eux pour ce estoit pris, il brisoient les prisons et
les en traoient à force, dont il firent grant vilenie au prévost de
Chastelet de Paris, car il le trébuchièrent par un degré, et n'en fu
plus fait[58]. Si se partirent de Paris robant les bonnes gens, et les
villes les laissoient aler, puisque Paris n'i avoit mis nul conseil;
et s'en vindrent jusques en la terre de Langue d'Oc; et tous les juis
qu'il trouvoient il occioient sans merci; ne les baillis ne les
povoient garantir, car le peuple crestien ne se vouloit mesler contre
les crestiens pour les Juis. Dont il avint qu'il s'en fuirent en une
tour bien cinq cens, que hommes, que femmes, que enfans; et les
pastouriaux les assaillirent, et iceux se deffendirent à pierre et à
fust; et quant ce leur failli, si leur gettèrent leur enfans. Adonc
mistrent les pastouriaux le feu en la porte, et les juis virent que il
ne poroient eschaper, si s'occistrent eux-meismes. Les pastouriaux
s'en alèrent vers Carcassonne pour faire autel, mais ceux qui
gardoient le pays assemblèrent grant ost et alèrent contre eux, et il
se dispersèrent et fuirent çà et là, et les pluseurs furent pris et
pendus par les chemins, ci dix, ci vingt, ci trente; et ainsi failli
celle folle assemblée.

  [57] Muette, meute (_émeute_), de _motus_, sédition.

  [58] Et ils n'en eurent aucune punition. _Et il n'en fut rien._

_Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



LES LÉPREUX.

De la condampnacion des mesiaux[59].

1321.


En l'an mil trois cent vingt et un, le roy estoit en Poitou, et luy
aporta l'en nouvelle que en la Langue d'Oc tous les mesiaux estoient
ars, car il avoient confessé que tous les puis et les fontaines il
avoient ou vouloient empoisonner, pour tous les crestiens occire et
conchier de messellerie; si que le seigneur de Partenai luy envoia
sous son seel la confession d'un mesel de grant renon qui luy avoit
esté accusé sur ce qu'il recognut que un grant Juis et riche l'avoit à
ce incliné, et donné douze livres et baillé les poisons pour ce faire;
et luy avoit promis que se il povoit les autres mesiaux amener à ce
faire, que il leur administreroit deniers et poisons. Et comme l'en
luy mandast la recepte de ces poisons, il dist qu'il estoit de sanc
d'homme et de pissast, et de trois manières de herbes, lesquielles il
ne sot nommer ou ne voult, et si y metoit-on le corps Jhésucrist; et
puis, tout ce on séchoit, et en faisoit-on poudre que l'en metoit en
sachets que l'en lyoit à pierres ou à autre chose pesant, et la
getoit-on en iaue; et quant le sachet rompoit si espandoit le venin.

  [59] Lépreux.--Mesellerie, variété de la lèpre.

Et tantost le roy Phelippe manda par tout le royaume que les mesiaux
fussent tous pris et examinés; desquiels pluseurs recognurent que les
Juis leur avoient ce fait faire par deniers et par promesses, et
avoient fait quatre conciles en divers pays, si que il n'avoit
meselerie au monde, fors que deux en Angleterre, dont aucuns n'i fust
en l'un[60], et en emportoient les poisons. Et leur donnoit-on à
entendre que quant les grans seigneurs seroient mors, qu'il auroient
leur terres, dont il avoient jà devisé les royaumes, les contés et les
éveschiés. Et disoit-on que le roy de Garnate, que les crestiens
avoient pluseurs fois desconfit, parla aux Juis que il voulsissent
emprendre celle malefaçon, et il leur donroit assez deniers et leur
administreroit les poisons; et il distrent que il ne le pourroient
faire par eux; car se les crestiens les véoient approuchier de leur
puis, si les auroient tantost souppeçonneux; mais par les mesiaux qui
estoient en vilté pourroit estre fait; et ainsi par dons et par
promesses les Juis les enclinoient à ce: et pluseurs renioient la foy
et metoient le corps de Jhésucrist en poisons, par quoy moult de
mesiaux et de Juis furent ars; et fu ordené de par le roy que ceux qui
seroient coupables fussent ars, et les autres mesiaux fussent enclos
en maladreries sans jamais issir; et les Juis furent bannis du
royaume; mais depuis y sont-il demourés pour une grant somme d'argent.

  [60] _En l'un._ Dans l'une de ces assemblées.

En cest an meisme avint-il un cas à Vitri qui estoit tel, que comme
quarante Juis fussent emprisonnés pour la cause devant dite des
mesiaux, et il sentissent que briefment les convendroit mourir, si
commencièrent à traitier entre eux en telle manière que l'un d'eux
tueroit tous les autres, afin que il ne fussent mis à mort par la main
des incirconcis: et lors fu ordené et acordé de la volenté de tous que
un qui estoit ancien et de bonne vie en leur loy les metroit tous à
mort; le quiel ne s'i voult acorder s'il n'avoit avec luy un jeune
homme; et adonc ces deux les tuèrent tous, et ne demoura que ces deux:
et lors commença une question entre eux deux, le quiel metroit l'autre
à mort? Toute fois l'ancien fist tant par devers le jeune que il le
mist à mort; et ainsi demoura le jeune tout seul, et prist l'or et
l'argent de ceux qui estoient mors, et commença à penser coment il
pourroit eschaper de celle tour où il estoit. Si prist des draps et en
fist des cordes, et se mis à paine pour descendre: mais sa corde si fu
trop courte, et si pesoit moult pour l'avoir qu'il avoit entour luy,
si chéi ès fossé et se rompi la jambe; le quiel quant il fu là trouvé,
si fu mené à la justice, et confessa tout ce que devant est dit; et
lors fu-il condampné à mourir avec ceux que il avoit tué.

_Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



PHILIPPE LE LONG DÉCRÈTE L'UNITÉ DES POIDS ET MESURES.

1321.


Et en ce meisme an, conçut le roy et ot en pensée de ordener que par
tout son royaume n'auroit que une mesure et une aune. Mais maladie le
prist, si ne pot accomplir ce que il avoit conceu; et si avoit eu en
propos que toutes les monnoies du royaume fussent venues à une. Et
cette chose le roy avoit intention de faire.

_Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



FÉODALITÉ, CHEVALERIE, ÉDUCATION, MOEURS GÉNÉRALES DES XIIe, XIIIe et
XIVe SIÈCLES.


Lorsque les Franks s'établirent en Gaule, ce pays pouvait contenir de
dix-sept à dix-huit millions d'hommes, sur lesquels cinq cent mille
chefs de famille tout au plus étaient de condition à payer la
capitation: cela veut dire que plus des deux tiers des habitants
étaient de condition servile. L'esclavage portait sa peine en soi: les
invasions étaient faciles chez des peuples dont les deux tiers,
désarmés et opprimés, n'avaient aucun intérêt à défendre la patrie. Le
même terrain qui fournirait maintenant plus de quinze mille hommes en
état de résister n'avait pas deux mille citoyens à opposer à la
conquête.

Les esclaves chez les Romains et chez les Grecs étaient de deux sortes
principales; les uns attachés à la maison et à la personne du maître,
les autres plantés sur le sol qu'ils cultivaient. Les Germains ne
connaissaient que ce dernier genre d'esclaves; ils les traitaient avec
douceur, et en faisaient des colons plutôt que des serfs.

Les Franks multiplièrent ces esclaves de la terre dans les Gaules; peu
à peu l'_esclavage_ se changea en _servage_, lequel servage se convertit
en _salaire_, lequel salaire se modifiera à son tour: nouveau
perfectionnement qui signalera la troisième ère et le troisième grand
combat du christianisme.

Si la moyenne propriété industrielle recommença par la bourgeoisie, la
petite propriété agricole recommença par les serfs affranchis, devenus
fermiers propriétaires moyennant une redevance, quand la servitude
germanique eut prévalu sur la servitude romaine. Celle-ci paraît même
avoir été complétement abolie sous les rois de la seconde race. On ne
voit plus, en effet, sous cette race, de _serfs de corps_ ou
_d'esclaves domestiques_ dans les maisons[61]. Il en résulta ce bel
axiome de jurisprudence nationale: Tout esclave qui met le pied sur
terre de France est libre.

  [61] L'esclavage de corps ne cessa pas partout à la fois: il se
  prolongea surtout en Angleterre, par trois causes: le dur esprit
  des habitants; l'invasion normande, qui ranima le droit de
  conquête; l'usage du pays, qui n'admet l'abolition formelle
  d'aucune loi. En 1283, les annales du prieuré de Dunstale
  fournissent cette note: «Au mois de juillet de la présente année,
  nous avons vendu Guillaume PYKE, notre esclave, et reçu un marc
  du marchand.» C'était moins que le prix d'un cheval. Jusqu'au
  milieu du dix-septième siècle, dans ces guerres que les Anglais
  faisaient à Charles Ier pour la _liberté des hommes_, on voit ces
  fameux niveleurs vendre comme esclaves des royalistes faits
  prisonniers sur le champ de bataille.

C'est donc un fait étrange, mais certain, que la féodalité a
puissamment contribué à l'abolition de l'esclavage par l'établissement
du servage. Elle y contribua encore d'une autre manière, en mettant
les armes à la main du vassal: elle fit du serf attaché à la glèbe un
soldat sous la bannière de sa paroisse; si on le vendait encore quand
et quand la terre, on ne le vendait plus comme individu avec les
autres bestiaux. Le serf sur les murs de Jérusalem escaladée, ou
vainqueur des Anglais avec du Guesclin, ne portait plus le fer qui
enchaîne, mais le fer qui délivre. Le paysan serf, demi-soldat,
demi-laboureur, demi-berger du moyen âge, était peut-être moins
opprimé, moins ignorant, moins grossier que le paysan libre des
derniers temps de la monarchie absolue.

On doit néanmoins faire une remarque qui expliquera la lenteur de
l'affranchissement complet dans le régime féodal. L'affranchissement
chez les Romains ne causait presque aucun préjudice au maître de
l'affranchi; il n'était privé que d'un _individu_. Le serf constituait
une partie du _fief_; en l'affranchissant on _abrégeait_ le fief,
c'est-à-dire qu'on le diminuait, qu'on amoindrissait à la fois la
_qualité_, le _droit_ et la _fortune_ du possesseur. Or, il était
difficile à un homme d'avoir le courage de se dépouiller, de
s'abaisser, de se réduire soi-même à une espèce de servitude, pour
donner la liberté à un autre homme.

Voyons maintenant quelle était la classe d'hommes qui dominait les
serfs, les gens de _poueste_, les vilains, _taillables à merci de la
teste jusqu'aux pieds_.

L'égalité régnait dans l'origine parmi les Franks. Leurs dignités
militaires étaient électives. Le chef ou le roi se donnait des
_fidèles_ ou compagnons, des _leudes_, des _antrustions_. Ce titre de
leude était personnel; l'hérédité en tout était inconnue. Le leude se
trouvait de droit membre du grand conseil national et de l'espèce de
cour d'appel de justice que le roi présidait: je me sers des locutions
modernes pour me faire comprendre.

J'ai dit que cette première noblesse des Franks, si c'était une
noblesse, périt en grande partie à la bataille de Fontenay. D'autres
chefs franks prirent la place de ces premiers chefs, usurpèrent ou
reçurent en don les provinces et les châteaux confiés à leur garde: de
cette seconde noblesse franke personnelle sortit la première noblesse
française héréditaire.

Celle-ci, selon la qualité et l'importance des fiefs, se divisa en
quatre branches: 1º les grands vassaux de la couronne et les autres
seigneurs qui, sans être au nombre des grands vassaux, possédaient des
fiefs à grande mouvance; 2º les possesseurs de fief de bannière; 3º
les possesseurs de fief de haubert; 4º les possesseurs de fief de
simple écuyer.

De là quatre degrés de noblesse: noblesse du sang royal, haute
noblesse, noblesse ordinaire, noblesse par anoblissement.

Le service militaire introduisit chez la noblesse la distinction du
chevalier, _miles_, et de l'écuyer, _servitium scuti_. Les nobles
abandonnèrent dans la suite une de leurs plus belles prérogatives,
celle de juger. On comptait en France quatre mille familles d'ancienne
noblesse, et quatre-vingt-dix mille familles nobles pouvant fournir
cent mille combattants. C'était, à proprement parler, la population
militaire libre.

Les noms des nobles dans les premiers temps n'étaient point
héréditaires, quoique le sang, le privilége et la propriété le fussent
déjà. On voit dans la loi salique que les parents s'assemblaient la
neuvième nuit pour donner un nom à l'enfant nouveau-né. Bernard le
Danois fut père de Torfe, père de Turchtil, père d'Anchtil, père de
Robert d'_Harcourt_. Le nom héréditaire ne paraît ici qu'à la cinquième
génération.

Les armes conféraient la noblesse; la noblesse se perdait par la
lâcheté; elle dormait seulement quand le noble exerçait une profession
roturière non dégradante; quelques charges la communiquaient; mais la
haute charge même de chancelier resta long-temps en roture. Dans
certaines provinces _le ventre anoblissait_, c'est-à-dire que la
noblesse était transmise par la mère.

Les échevins de plusieurs villes recevaient la noblesse; on l'appelait
_noblesse de la cloche_, parce que les échevins s'assemblaient au son
d'une cloche. L'étranger noble, naturalisé en France, demeurait noble.

Les nobles prirent des titres selon la qualité de leurs fiefs (ces
titres, à l'exception de ceux de baron et de marquis, étaient
d'origine romaine); ils furent ducs, barons, marquis, comtes,
vicomtes, vidames, chevaliers, quand ils possédèrent des duchés, des
marquisats, des comtés, des vicomtés, des baronnies. Quelques titres
appartenaient à des noms, sans être inhérents à des fiefs; cas
extrêmement rare.

Le gentilhomme ne payait point la taille personnelle, tant qu'il ne
faisait valoir de ses propres mains qu'une seule métairie; il ne
logeait point les gens de guerre: les coutumes particulières lui
accordaient une foule d'autres priviléges.

Les nobles se distinguaient par leurs armoiries, qui commencèrent à se
multiplier au temps des croisades. Ils portaient ordinairement un
oiseau sur le poing, même en voyage et au combat: lorsque les Normands
assaillirent Paris, sous le roi Eudes, les Franks qui défendaient le
Petit-Pont, ne l'espérant pas pouvoir garder, donnèrent la liberté à
leurs faucons. Les tournois dans les villes, les chasses dans les
châteaux, étaient les principaux amusements de la noblesse.

On ne se peut faire une idée de la fierté qu'imprima au caractère le
régime féodal; le plus mince aleutier s'estimait à l'égal d'un roi.
L'empereur Frédéric Ier traversait la ville de Thongue; le baron de
Krenkingen, seigneur du lieu, ne se leva pas devant lui, et remua
seulement son chaperon, en signe de courtoisie. Le corps
aristocratique était à la fois oppresseur de la liberté commune et
ennemi du pouvoir royal; fidèle à la personne du monarque alors même
que ce monarque était criminel, et rebelle à sa puissance alors même
que cette puissance était juste. De cette fidélité naquit l'honneur
des temps modernes: vertu qui consiste souvent à sacrifier les autres
vertus; vertu qui peut trahir la prospérité, jamais le malheur; vertu
implacable quand elle se croit offensée; vertu égoïste et la plus
noble des personnalités; vertu, enfin, qui se prête à elle-même
serment, et qui est sa propre fatalité, son propre destin. Un
chevalier du Nord tombe sous son ennemi; le vainqueur manquant d'arme
pour achever sa victoire, convient avec le vaincu qu'il ira chercher
son épée; le vaincu demeure religieusement dans la même attitude
jusqu'à ce que le vainqueur revienne l'égorger: voilà l'honneur,
premier-né de la société barbare. (MALLET, _Introduction à l'Histoire
du Danemarck_.)

De l'état des hommes passons à l'état des propriétés.

Le fief, qui naquit à l'époque où le servage germanique débouta la
servitude romaine, constitua la féodalité. Dans les temps de
révolutions et d'invasions successives, les petits possesseurs,
n'étant plus protégés par la loi, donnèrent leur champ à ceux qui le
pouvaient défendre: c'est ce que nous avons appris de Salvien. De cet
état de choses à la création du fief, il n'y avait qu'un pas, et ce
pas fut fait par les barbares: ils avaient déjà l'exemple du bénéfice
militaire, c'est-à-dire de la concession d'un terrain à charge d'un
service, bien que les _fe-ods_ ne soient pas exactement les _prædia
militaria_. Il arriva que le roi et les autres chefs ne voulurent plus
accepter des immeubles, en installant le propriétaire donateur comme
fermier de son ancienne propriété; mais ils la lui rendirent, à
condition de prendre les armes pour ses protecteurs: ils s'engageaient
de leur côté à secourir cette espèce de sujet volontaire. Voilà le
vasselage et la seigneurie.

Toutes les propriétés, dans la féodalité, se divisent en deux grandes
classes: l'aleu ou le franc-aleu, le fief et l'arrière-fief. «Tenir en
aleu, dit la _Somme rurale_, si est tenir terre de Dieu tant seulement,
et ne doivent cens, rente, ne relief, ne autre redevance à vie ne à
mort.»

Cujas fait venir le mot _aleu_ (_alodium_) d'un possesseur des terres
_sine lode_. Il est plus naturel de le tirer de la terre du _leude_,
fidèle, ou de _drude_, ami: _drudi et_ _vassalli_ sont souvent réunis
dans les actes. Leude est le _compagnon_ de Tacite, l'_homme de la
foi_ du roi dans la loi salique, et l'_antrustion du roi_ des formules
de Marculfe.

L'aleu fut dans l'origine inaliénable sans le consentement de
l'héritier. Il y eut deux sortes de franc-aleu: le noble et le
roturier. Le noble était celui qui entraînait justice, censive ou
mouvance; le roturier, celui auquel toutes ces conditions manquaient:
ce dernier, le plus ancien des deux, représentait le faible reste de
la propriété romaine.

Les parlements différaient de principes sur le maintien du franc-aleu.
Les pays coutumiers et de droit écrit, dans le ressort des parlements
de Paris et de Normandie, ne reconnaissaient le franc-aleu que par
_titres_, titres qu'il était presque toujours impossible de produire.
La coutume de Bretagne, sous le parlement de la même province,
rejetait absolument le franc-aleu. Les quatre parlements de droit
écrit, Bordeaux, Toulouse, Aix et Grenoble, variaient dans leurs _us_,
et rendaient des arrêts en sens divers: le parlement de Provence ne
recevait que le franc-aleu, et le parlement de Dauphiné l'admettait
dans quelques dépendances sur titres. Le Languedoc prétendait jouir du
franc-aleu avant les _Établissements_ de Simon de Montfort, qui
transporta dans le comté de Toulouse la coutume de Paris. «Après ce
grand progrès d'armes, Simon, comte de Montfort, se voyant seigneur de
tant de terres, de mesnagement ennuyeux et pénible, il les departit
entre les gentilshommes tant françois qu'autres. . . . . . . . Pour
contenir l'esprit de ses vassaux et assurer ses droits, il establit
des loix generales en ses terres, par advis de huit archevesques ou
evesques et autres grands personnages.» _Tam inter barones ac milites,
quam inter burgences et rurales, seu succedant hæredes, in
hæreditatibus_ _suis, secundum morem et usum Franciæ, circa
Parisiis._

Les coutumes de Troyes, de Vitry et de Chaumont, réputaient toute
terre franche ou alodiale. Le fief et l'aleu étaient la lutte et la
coexistence de la propriété selon l'ancienne société, et de la
propriété selon la société nouvelle.

Quelquefois le fief se changea en aleu, mais l'aleu finit presque
généralement par se perdre dans le fief. _Nulle terre sans seigneur_
devint l'adage des légistes. L'esprit du fief s'empara à un tel point
de la communauté, qu'une pension accordée, une charge conférée, un
titre reçu, la concession d'une chasse ou d'une pêche, le don d'une
ruche d'abeilles, l'air même qu'on respirait, s'inféoda; d'où cette
locution: _Fief en l'air, fief volant sans terre, sans domaine._

Fief, _feudum_, _feodum_, _foedum_, _fochundum_, _fedum_, _fedium_,
_fenum_, vient d'_a fide_, latin, ou plutôt de _fehod_, (saxon) prix.
La formule de la vassalité remonte au temps de Charlemagne: _Juro ad
hæc sancta Dei Evangelia, . . . . . . . . ut vassalum domino._

Le fief était la confusion de la propriété et de la souveraineté: on
retournait de la sorte au berceau de la société, au temps patriarcal,
à cette époque où le père de famille était roi dans l'espace que
paissaient ses troupeaux, mais avec une notable différence: la
propriété féodale avait conservé le caractère de son possesseur; elle
était conquérante; elle asservissait les propriétés voisines. Les
champs autour desquels le seigneur avait pu tracer un cercle avec son
épée relevaient de son propre champ. C'est le premier âge de la
féodalité.

Le mot _vassal_, qui a prévalu pour signifier homme de fief, ne paraît
cependant dans les actes que depuis le treizième siècle. _Vassus_ ou
_vassallus_, vient de l'ancien mot franc _gessell_, compagnon;
conversion de lettres fréquente dans les auteurs latins: _wacta_,
guet; _wadium_, gage; _wanti_, gants, etc.

Il y avait des fiefs de trois espèces générales: fief de bannière,
fief de haubert, fief de simple écuyer.

Le fief banneret fournissait dix ou vingt-cinq vassaux sous bannière.

Le fief de haubert devait un cavalier armé de toutes pièces, bien
monté et accompagné de deux ou trois valets.

Le fief de simple écuyer ne devait qu'un vassal armé à la légère.

Tous les fiefs et arrière-fiefs ressortissaient au manoir des
seigneurs, comme à la tente du capitaine: la grosse tour du Louvre
était le _fief dominant_ ou le pavillon du général. Le terrain sur
lequel Philippe-Auguste l'avait bâtie, il l'avait acheté du prieuré de
Saint-Denis de la Chartre, pour une rente de trente sous parisis:
ainsi, ce donjon majeur, d'où relevaient tous les fiefs, grands et
petits, de la couronne, relevait lui-même du prieuré de Saint-Denis.

Quand le roi possédait des terres dans la mouvance d'une seigneurie,
il devenait vassal du possesseur de cette seigneurie; mais alors il se
faisait _représenter_ pour prêter, comme vassal, foi et hommage à son
propre vassal; on voulait bien user de cette indulgence envers lui,
sans qu'il se pût néanmoins soustraire à la loi générale de la
féodalité. Philippe III rend, en 1284, hommage à l'abbaye de Moissac.
En 1350, le grand-chambellan rend hommage, au nom du roi Jean, à
l'évêque de Paris, pour les châtellenies de Tournant et de Torcy:
_Joannes, Dei gratia, Francorum rex. . . . . ., Robertus de Loriaco,
de præcepto nostro, homagium fecit._ On citera encore un exemple,
parce qu'il est rare dans son espèce, et qu'il affectera les lecteurs
français comme l'historien qui le rappelle. Henri VI, _roi
d'Angleterre_, rend hommage à des _bourgeois de Paris_.

«Henry, par la grâce de Dieu, roi _de France et d'Angleterre_, à tous
ceux qui ces présentes lettres verront, salut. Savoir faisons que
comme autrefois a fait nostre très-cher seigneur et ayeul feu le roi
Charles (Charles VI), dernier trespassé, à qui Dieu _pardoînt_, par ses
lettres sur ce faictes, données le 21e jour de mai, dernier passé,
nous avons deputé et deputons Me Jean le Roy, nostre procureur au
Chastelet de Paris, pour, et en lieu de nous, à homme et vassal, de
ceux de qui sont mouvants et tenus en fiefs les terres, possessions et
seigneuries, à nous advenues en la ville et vicomté de Paris depuis
quatre ans en ça; et en faire les debvoirs, tels qu'il appartient. . .
. . . . Donné à Paris, le 15e jour de mai 1423, et de notre règne le
premier. Ainsi signé par le roi, à la relation du conseil tenu par
l'ordonnance de monseigneur le régent de France, duc de Betfort.»

Paris était un composé de fiefs; neuf d'entre eux relevaient de
l'évêché: le Roule, la Grange-Batelière, l'outre Petit-Pont, etc. Les
autres fiefs de la ville de Paris appartenaient aux abbayes de
Sainte-Geneviève, de Saint-Germain des Prés, de Saint-Victor, du
grand-prieuré de France, et du prieuré de Saint-Martin des Champs. On
comptait en France soixante-dix mille fiefs ou arrière-fiefs, dont
trois mille étaient titrés. Le vassal prêtait hommage tête nue, sans
épée, sans éperons, à genoux, les mains dans celles du seigneur, qui
était assis et la tête couverte; on disait: «_Je deviens vostre homme
de ce jour en avant, de vie, de membre, de terrestre honneur; et à
vous serai feal et loyal, et foi à vous porterai des tenements que je
recognois tenir de vous, sauf la foi que je dois à nostre seigneur le
roi._» Quand cette formule était prononcée par un tiers, le vassal
répondait. _Voire: oui je le jure._ Alors le vassal était reçu par le
seigneur _audit hommage à la foi et à la bouche_, c'est-à-dire au
baiser, pourvu que ce vassal ne fût pas un _vilain_. «Quelquefois un
gentilhomme de bon lieu est contrainct de se mettre à genoux devant un
moindre que lui; de mettre ses mains fortes et genereuses dans celles
d'un lasche et effeminé.» (_Traité des Fiefs._)

Quand l'hommage était rendu par une femme, elle ne pouvait pas dire:
«_Jeo deveigne vostre feme, pur ceo que n'est convienent que feme dira
que el deviendra feme à aucun home, fors que à sa baron, quand ele est
espouse_;» mais elle disait, etc.

Main, fils de Gualon, du consentement de son fils Eudon, et de Viete
sa bru, donne à Dieu et à Saint-Albin en Anjou la terre de Brilchiot;
en foi de quoi le père et le fils baisèrent le moine Gaultier; mais
comme c'était chose inusitée qu'une femme baisât un moine, Lambert,
avoué de Saint-Albin, est délégué pour recevoir le baiser de la
donatrice, avec la permission du moine Gaultier: _jubente Walterio
monacho_.

Robert d'Artois, comte de Beaumont, ayant à recevoir deux hommages de
son _amée cousine madame Marie de Brebant, dame d'Arschot et de
Vierzon_, ordonna: «Que nous et la dame de Vierzon devons estre à
cheval, et nostre cheval les deux pieds devant en l'eau du gué de
Noies, et les deux pieds derriere à terre seche, par devant nostre
terre de Meun; et le cheval à ladite dame de Vierzon les deux pieds
derriere en l'eau dudit gué, et les devant à terre seche par devers
nostre terre de Meun.»

L'hommage était _lige_ ou _simple_; l'hommage _ordinaire_ ne se doit
pas compter. L'homme lige (il y avait six espèces d'hommes dans
l'antiquité franke) s'engageait à servir en _personne_ son seigneur
_envers et contre_ _toute créature qui peut vivre et mourir_. Le
vassal simple pouvait fournir un remplaçant. On fait venir _lige_ ou
du latin _ligare_, _liga_, _ligamen_, etc., ou du frank _leude_: Vous
êtes de _Tournay, laquelle est toute lige au roi de France_.

Tantôt le vassal était obligé à _plège_ ou _plejure_, tantôt à service
_de son propre corps_, à devenir caution ou champion pour son
seigneur: c'était la continuation de la clientèle franke et de
l'inscription au rôle _Vassaticum_.

Quand les rois _semonaient_ pour le service du fief militaire leurs
vassaux _direct_, les ducs, comtes, barons, chevaliers, châtelains,
cela s'appelait le _ban_; quand ils _semonaient_ leurs vassaux directs
et leurs vassaux _indirects_, c'est-à-dire les seigneurs et les
vassaux des seigneurs, les possesseurs d'arrière-fief, cela s'appelait
l'_arrière-ban_. Ce mot est composé de deux mots de la vieille langue:
_har_, camp, et _ban_, appel, d'où le mot de basse latinité
_heribannum_. Il n'est pas vrai que l'arrière-ban soit le réitératif
du ban.

«Les vassaux, hommes et cavaliers, estoient comme des digues, des
remparts, des murs d'airain, opposez aux ennemis; victimes devouez à
la fortune de l'Estat, possedants une vie flottante, incertaine, le
plus souvent ensevelie dans les ruines communes.» (_Du Franc-Aleu._)

Les vassaux devaient aide en monnaie à leur seigneur en trois cas:
lorsqu'il partait pour la Terre Sainte, lorsqu'il mariait sa sœur ou
son fils aîné, lorsque ce fils recevait les éperons de la chevalerie.

Il y avait des fiefs _rendables_ et _receptables_: le fief était
_rendable_ quand le vassal, en certain cas, remettait les châteaux du
fief au seigneur, en sortait avec toute sa famille, et n'y rentrait
que quarante jours après la guerre finie; le fief était _receptable_
quand le feudataire, sans sortir des châteaux qu'il tenait, était
obligé d'y donner asile à son seigneur. L'un et l'autre de ces fiefs
étaient _jurables_, à cause du serment réciproque.

L'investiture, qui remonte à l'origine de la monarchie, se faisait
pour le royaume, sous la première race, par la franciske, le hang ou
angon; sous la seconde race, par la couronne et le manteau; sous la
troisième, par le glaive, le sceptre et la main de justice.

L'investiture ou saisine du fief avait lieu au moyen de quelque marque
extérieure et symbolique, suivant la nature du fief ecclésiastique ou
militaire, titré ou simple: on jurait sur une crosse, sur un calice,
sur un anneau, sur un missel, sur des clefs, sur quelques grains
d'encens, sur une lance, sur un heaume, sur un étendard, sur une épée,
sur une cape, sur un marteau, sur un arc, sur une flèche, sur un gant,
sur une étrille, sur une courroie, sur des éperons, sur des cheveux,
sur une branche de laurier, sur un bâton, sur une bourse, sur un
denier, sur un couteau, sur une broche, sur une coupe, sur une cruche
remplie d'eau de mer, sur une paille, sur un fétu noué, sur un peu
d'herbe, sur un morceau de bois, sur une poignée de terre. On trouve
encore de vieux actes dans les plis desquels ces fragiles symboles
sont conservés; le gage n'était rien, parce que la foi était tout.
«_Le seigneur est tenu à son homme comme l'homme à son seigneur, fors
que seulement en reverence._» Une société à la fois libre et opprimée,
innocente et corrompue, raisonnable et absurde, naïve, capricieuse,
attachée au passé comme la vieillesse, forte, féconde, avide d'avenir
comme la jeunesse; une société entière reposa sur de simples
engagements, et n'eut d'autre loi d'existence qu'une parole.

La création des terres nobles dans le régime féodal était une idée
politique, la plus extraordinaire et en même temps la plus profonde:
la terre ne meurt point comme l'homme; elle n'a point de passions;
elle n'est point sujette aux changements, aux révolutions; en lui
attribuant des droits, c'était communiquer aux institutions la fixité
du sol: aussi la féodalité a-t-elle duré huit cents ans, et dure
encore dans une partie de l'Europe. Supposez que certaines terres
eussent conféré la liberté au lieu de donner la noblesse, vous auriez
eu une république de huit siècles. Encore faut-il remarquer que la
noblesse féodale était, pour celui qui la possédait, une véritable
liberté.

Le roturier ne put d'abord acquérir un fief, parce qu'il ne pouvait
porter la _lance_ et l'_éperon_, marques du service militaire; ensuite
on se relâcha de cette coutume: le roi dont les trésors s'épuisaient,
le seigneur accablé de dettes, furent aises de laisser vendre et de
vendre des terres nobles à de riches bourgeois; la terre transmit le
privilége, et le roturier, investi du fief, fut à la troisième
génération _demené_ comme gentilhomme.

Tout feudataire pouvait prendre les armes contre son seigneur, pour
déni de justice et pour vengeance de famille; traditions de
l'indépendance et des mœurs des Franks. La querelle se pouvait
terminer par le duel, par l'_assurement_ (caution), ou par une
sentence enregistrée à la justice seigneuriale du suzerain. «C'est la
paix de Raolin d'Argées, de ses enfants et de leur lignage, d'une
part; et de l'ermite de Stenay, de ses enfants, de leur lignage et de
tous leurs consorts, d'autre part. L'ermite a juré sur les saints, lui
huitième de ses amis, que bien ne lui fut de la mort de Raolin, mais
beaucoup d'angoisse; a donné cent livres pour fonder une chapelle où
l'on chantera pour le repos de l'âme du defunct; s'est engagé
d'envoyer incessamment un de ses fils en Palestine.»

On peut remarquer, dans ce traité, de la fin du treizième siècle, les
co-jurants des lois ripuaire et saxonne.

Si une veuve noble mariait sa fille orpheline sans le consentement du
seigneur suzerain, ses meubles étaient confisqués: on lui laissait
deux robes, une pour les jours ouvrables, l'autre pour le dimanche, un
lit, un palefroi, une charrette et deux roussins.

Une héritière de haut lignage était obligée de se marier pour
desservir le fief, comme on voit aujourd'hui les marchandes qui
perdent leur mari épouser leur premier commis pour faire aller
l'établissement. Si cette héritière avait plus de soixante ans, elle
était dispensée du mariage.

Les droits seigneuriaux ont été puisés dans les entrailles mêmes du
fief. Dans l'origine ils étaient appelés _honneurs_, _faveurs_, comme
reconnaissances faites au seigneur, par le vassal, des aliénations et
transmissions des fiefs d'une personne à l'autre. C'est ce que veut
dire _lods_ et ventes: _laudimia_, _laudæ_, _laudationes_, _lausus_,
de louer, complaire, agréer. Ces droits étaient ou militaires, ou
fiscaux, ou honorifiques.

Non-seulement le roi, grand chef féodal qui se sustentait du revenu de
ses domaines, levait encore des taxes; mais tous les seigneurs
suzerains et non suzerains, ecclésiastiques ou laïques, en levaient
aussi de leur côté. Les droits de quint et requint, de lods et ventes,
my-lods, de ventrolles, de reventes, de reventons, de sixièmes,
huitièmes, treizièmes, de resixièmes, de rachats et reliefs, de plait,
de morte-main, de rettiers, de pellage, de coutelage, d'affouage, de
cambage, de cottage, de péage, de vilainage, de chevage, d'aubain,
d'ostize, de champart, de mouture, de fours banaux, s'étaient venus
joindre aux droits de justice, au casuel ecclésiastique, aux
cotisations des jurandes, maîtrises et confréries, et aux anciennes
taxes romaines: en inventions financières nous sommes fort inférieurs
à nos pères. Il est probable que la masse entière du numéraire passait
chaque année dans les mains du fisc royal et particulier; car les
marchands et les ouvriers, serfs encore, appartenaient à des
corporations de villes ou à des maîtres; ils ne formaient pas une
classe généralement indépendante; ils touchaient à peine un bas
salaire; le prix de leurs denrées et le travail de leurs journées
souvent n'étaient pas à eux.

Quant aux droits _honorifiques_, ils servaient de marques à une
souveraineté locale: tels fiefs, par exemple, allouaient la faculté de
prendre le cheval du roi, lorsque le roi passait sur les terres du
possesseur de ces fiefs. D'autres droits n'étaient que des
divertissements rustiques, que la philosophie a pris assez
ridiculement pour des abus de la force: lorsqu'on apportait un œuf
garrotté dans une charrette traînée par quatre bœufs; lorsque les
poissonniers, en l'honneur de la dame du lieu, sautaient dans un
vivier à la Saint-Jean; lorsqu'on courait la _quintaine_ avec une lance
de bois; lorsque, pour l'investiture d'un fief, il fallait venir
baiser la serrure, le cliquet ou le verrou d'un manoir, marcher comme
un ivrogne, faire trois cabrioles accompagnées d'un bruit ignoble et
impur, c'étaient là des plaisirs grossiers, des fêtes dignes du
seigneur et du vassal, des jeux inventés dans l'ennui des châteaux et
des camps de paroisse, mais qui n'avaient aucune origine oppressive.
Nous voyons tous les jours sur nos petits théâtres, dans ce siècle
poli, des joies qui ne sont pas plus élégantes.

Si, ailleurs, les serfs étaient obligés de battre l'eau des étangs
quand la châtelaine était en couches; si le châtelain se réservait le
droit de markette (_cullagium, marcheta_); si des curés même
réclamaient ce droit, et si des évêques le convertissaient en argent,
c'est à la _servitude grecque et romaine_ qu'il faut restituer ces
abus: les rescrits des empereurs défendent aux maîtres de forcer leurs
esclaves à des _choses infâmes_. Soit ignorance, soit défaut de
réflexion, on n'a pas vu, ou on n'a pas voulu voir, ce que
l'_esclavage_ avait laissé dans le _servage_. Quant à la multitude et
à la diversité des coutumes, elles s'expliquent naturellement par les
règlements des différents chefs de cette nation armée, cantonnée sur
le sol de la France.

Au milieu de la propriété mobile du fief s'élevait une propriété
immobile, comme un rocher au milieu des vagues, et qui grossissait par
de quotidiennes adhérences: l'amortissement était la faculté
d'acquérir accordée à des gens de mainmorte. Une fois l'acquêt
consommé au moyen d'un dédommagement ou d'un rachat pour la seigneurie
dont l'acquêt relevait, la propriété _mourait_, c'est-à-dire qu'elle
était retirée de la circulation, et que tous les droits de mutation se
perdaient. Une terre ainsi tombée à des églises, à des abbayes, à des
hôpitaux, à des ordres de chevalerie, représentait, pour le fisc et
pour le maître du fief, un capital enfoui et sans intérêts. De sorte
qu'avec la mainmortable, le domaine inaliénable de la couronne, les
substitutions, le retrait lignager féodal (c'est-à-dire le droit de
retirer un bien de famille ou une terre mouvante d'un fief), il serait
résulté à la longue un fait incroyable dans la nature, déjà si
extraordinaire, de la possession territoriale du moyen âge: toutes les
propriétés se seraient fixées sous la main de propriétaires
héréditaires; et comme ces propriétés étaient privilégiées, l'impôt
direct et foncier eût péri; l'État se serait trouvé réduit aux dons
gratuits, la plus casuelle des taxes.

Le droit de justice tenait une haute place dans la féodalité.

Chez les Grecs et les Romains la justice émanait du peuple: ce peuple
étant tombé sous le joug, la justice resta faible dans les tribunaux,
où, souveraine détrônée, elle put à peine cacher la liberté qui se
réfugia auprès d'elle. Il ne s'éleva point au sein de ces tribunaux un
grand corps de magistrature indépendante, appelé à prendre part aux
affaires du gouvernement.

La justice, au contraire, parmi les nations de race germanique découla
de trois sources: la royauté, la propriété et la religion. Les rois
chez les Franks comme chez les Germains, leurs pères, étaient les
premiers magistrats: _Principes qui jura per pagos reddunt._ Quand donc
saint Louis et Louis XII rendaient la justice au pied d'un chêne, ils
ne faisaient que siéger au tribunal de leurs aïeux. La justice prit
dans son air quelque chose d'auguste, comme les générations royales
qui la portaient dans leur sein et la faisaient régner.

Par la raison que les Franks lièrent la souveraineté et la noblesse au
sol, ils y attachèrent la justice: fille de la terre, elle devint
immuable comme elle. Tout seigneur qui possédait des _propres_ avait
droit de justice. L'axiome de l'ancien droit français était: «La
justice est patrimoniale.» Pourquoi cela? Parce que le patrimoine
était la souveraineté.

La religion ajouta une nouvelle grandeur à notre magistrature: la loi
ecclésiastique mit la justice sur l'autel. Au défaut du public, un
crucifix assistait dans la salle d'audience à la défense de l'accusé
et à l'arrêt du juge: ce témoin était à la fois le Dieu, le souverain
arbitre et l'innocent condamné.

Née du sol, appuyée sur le sceptre, l'épée et la croix, la justice
régla tout. Chez les nations antiques, le droit civil dériva du droit
politique; chez les Français, le droit politique découla du droit
civil: la justice était pour nous la liberté.

La justice seigneuriale se divisait en deux degrés, haute et basse
justice; toutes deux étaient du ressort du seigneur de trois
châtellenies et d'une ville close, ayant droit de marché, de péage, de
lige-estage, c'est-à-dire du seigneur qui pouvait obliger ses vassaux
à faire la garde de son chastel.

_Sénéchal_ et _bailli_, noms attribués aux juges: on appelait
_sénéchal au duc_ un grand officier des ducs de Normandie, chargé de
l'expédition des affaires litigieuses dans l'intervalle des sessions
de l'échiquier.

Le baron ne pouvait être jugé que par ses pairs: il y avait des pairs
bourgeois pour les bourgeois. Saint Louis voulut que les hommes du
baron ne fussent responsables ni des dettes qu'il avait contractées ni
des crimes qu'il avait commis. Même alors il y avait des suicides, car
les meubles revenaient par confiscation au seigneur sur les terres
duquel l'homme s'était donné la mort. Un trésor trouvé appartient au
seigneur de la terre, s'il est en argent; en or, il va au roi: «_Nul
n'a la fortune d'or, s'il n'est roi._»

La veuve noble avait le _bail_ et la garde de ses enfants: le bail était
la jouissance des biens du mineur jusqu'à sa majorité: «_En vilenage il
n'y a point de bail de droit._»

Le douaire se réglait à la porte du _moustier_ où se contractait le
mariage: c'était le mariage _solennel_, un de ces actes que les Romains
appelaient _légitimes_.

L'abominable législation sur les épaves et les deux espèces d'aubains,
_les mescrus et les meconnus_, consistait à s'emparer des choses
égarées, de la dépouille et de la succession des étrangers.

Par le droit de _bâtardise_, quand les bâtards mouraient sans
héritiers, les biens échéaient au seigneur, sous la condition
d'acquitter les legs et de payer le douaire à la femme.

Mais ceci doit être entendu des bâtards roturiers, serfs ou
mainmortables de corps, incapables de succéder, ne pouvant ni se
marier, ni acquérir, ni aliéner, sans le congé du seigneur. Quant aux
bâtards des nobles, il n'y avait aucune différence entre eux et les
enfants légitimes, lorsque le père les avait reconnus: ils en étaient
quittes pour croiser les armes paternelles d'une barre diagonale, qui
perpétuait le souvenir du malheur ou de la honte de leur mère. Les
bâtards étaient presque toujours des hommes remarquables, parce qu'ils
avaient eu à lutter contre l'obstacle de leur berceau.

Dans quelques lieux, le nouveau marié ne pouvait avoir de commerce
avec sa femme pendant les trois premières nuits de ses noces, à moins
qu'il n'en eût obtenu la permission de son évêque. On tirait la raison
de cette coutume de l'histoire du jeune Tobie: on en aurait pu
retrouver quelque chose dans les institutions de Lycurgue, si ce
nom-là eût été connu des barons.

Les _déconfès_ ou _intestats_, ceux qui mouraient sans confession ou
sans faire de testament, avaient leurs biens envahis par le seigneur.
La mort subite amenait la même confiscation: l'homme mort soudainement
ne s'était point confessé, donc Dieu l'avait jugé à lui seul, l'avait
atteint tout vivant de sa réprobation éternelle. Les _Établissements
de saint Louis_ remédiaient à cette absurde iniquité: ils ordonnaient
que les biens d'un _déconfès_, frappé assez vite pour n'avoir pu
appeler un prêtre, passeraient à ses enfants. On sait à quel point le
clergé poussa les abus et la captation à l'égard des testaments: il
fallait en mourant laisser quelque chose à l'église, même un dixième
de sa fortune, sous peine de damnation et de non-inhumation: une
pauvre femme offrit un petit chat pour racheter son âme.

La procédure civile et criminelle se réglait sur l'état des personnes.
L'assignation avait un terme de quinze jours. Les preuves étaient au
nombre de huit, parmi lesquelles figurait le combat judiciaire.

La déposition des témoins devait être secrète; mais saint Louis avait
voulu que cette déposition fût à l'instant communiquée aux parties.

L'appel aux justices royales était permis, non de droit, mais de
_doléance_. Cet appel allait directement au roi, qui était supplié de
_dépiécer_ le jugement. La pénalité était placée auprès du faux jugement
ou de la non-exécution de la loi.

La multiplication des cas de mort montre qu'on était déjà loin de
l'esprit des temps barbares.

La cause de ce changement fut l'introduction de l'ordre moral dans
l'ordre légal: la morale va au-devant de l'action; la loi l'attend:
dans l'ordre moral, la mort saisit le crime; dans l'ordre légal, c'est
le crime qui saisit la mort.

La sentence se prononçait par la bouche de certains jurés nommés
_jugeurs_. Ces jugeurs ne pouvaient être tirés de la classe des
_vilains_ et _coutumiers_. Toutefois on voit des bourgeois jugeurs
dans quelques procès de gentilshommes; l'accusé puisait dans cet
incident un moyen d'appel, pour incapacité de juges.

L'accusation de meurtre, de trahison, ou de rapt, amenait un cas
extraordinaire: il était loisible à l'accusé de récriminer contre
l'accusateur; tous les deux allaient en prison, deux procès
commençaient pour un même fait, les deux parties étant à la fois
plaignantes et demanderesses.

La caution était admise, excepté pour crime méritant peine capitale.

Le vol équipollait l'assassinat; la maison du coupable était rasée,
ses blés étaient ravagés, ses foins incendiés, ses vignes arrachées:
on ne coupait pas ses arbres; on les dépouillait de leur écorce. Tuer
un homme, ravir une femme, trahir son seigneur et son pays, ne
constituait pas un plus grand crime aux yeux de la loi que d'embler
(voler) un cheval ou une jument. On arrachait les yeux aux voleurs
d'église et aux faux-monnayeurs. En _menues choses_ le vol postulait
le retranchement d'une oreille ou d'un pied; le caractère des lois
salique et ripuaire se retrouve dans ces dispositions. Le premier
infanticide d'une mère impétrait au renvoi de cette malheureuse devant
le tribunal de pénitence; si elle le commettait une seconde fois, on
la brûlait morte. La volonté n'était point punie, lorsqu'il n'y avait
point eu commencement d'exécution: c'est aujourd'hui le principe
universel.

Le prisonnier, même innocent, était pendu quand il forçait la porte de
sa prison, parce que la société entière reposait sur la parole baillée
ou reçue. Le clerc, le croisé et le moine compétaient des cours
ecclésiastiques, qui ne condamnaient jamais à mort; on sent combien ce
titre de _croisé_ favorisait alors la classe du servage et de la
bourgeoisie. L'hérétique, le sorcier, le _maléficier_, étaient jetés
aux fagots; la saisie des meubles punissait l'usurier. Si une bête
rétive ou méchante tuait une femme ou un homme, et que le propriétaire
de cette bête avouât l'avoir connue vicieuse, on le pendait: la bête
était quelquefois attachée auprès de son maître. Un cochon, atteint et
convaincu d'avoir mangé un enfant, eut son procès fait; après quoi il
fut exécuté par la main du bourreau: la loi s'efforçait de montrer
son horreur pour le meurtre, dans ces temps de meurtre. L'enfant
coupable subissait la peine capitale comme l'homme en âge de raison:
on lui accordait dispense d'âge pour mourir.

A la porte de chaque chef-lieu des seigneuries s'élevait un gibet
composé de quatre piliers de pierre, d'où pendaient des squelettes
cliquetants.

Tout ce qui concerne la famille, dot, tutelle, partage, donation,
douaire, s'enchevêtrait, dans l'ancienne jurisprudence du moyen âge,
de l'état des hommes et des choses. A cette complication, que l'on
retrouve en partie dans les lois romaines en raison de la clientèle et
de l'esclavage, se joignait la confusion introduite par la féodalité,
à savoir, le franc-aleu, le fief et l'arrière-fief, les terres nobles
et non nobles, les biens de mainmorte, les diverses mouvances, les
droits seigneuriaux et ecclésiastiques, les coutumes non-seulement des
provinces, mais encore des cantons. Les mariages dans les familles
royales et princières produisaient des compositions et des
décompositions de fiefs; le sol, changeant sans cesse de limites,
avait la mobilité de la vie et de la fortune des hommes.

Indépendamment des raisons d'ambition, de jalousie, d'intérêts
commerciaux et politiques, il suffisait du service d'un fief pour
mettre à deux nations le fer à la main. Un homme lige du roi refusait
de rendre hommage; cet homme lige était ou Allemand, ou Flamand, ou
Savoyard, ou Catalan, ou Navarrais, ou Anglais: on saisissait ses
biens, et l'Europe était en feu. Un procès civil ou criminel
engendrait un procès politique, qui se plaidait et se jugeait entre
deux armées sur un champ de bataille. Jean, roi d'Angleterre, voit ses
États confisqués par un arrêt de la cour des pairs de France; le
prince Noir est sommé de comparaître devant Charles V, afin de
répondre aux accusations des barons de Gascogne: un huissier à verge
est chargé d'appréhender au corps le vainqueur de Poitiers, et de
signifier un exploit à la gloire.

Il me resterait beaucoup à dire sur la féodalité, mais peut-être en
ai-je déjà parlé trop longtemps: je viens à la chevalerie.


CHEVALERIE.

La chevalerie, dont on place ordinairement l'institution à l'époque de
la première croisade, remonte à une date fort antérieure. Elle est née
du mélange des nations arabes et des peuples septentrionaux, lorsque
les deux grandes invasions du nord et du midi se heurtèrent sur les
rivages de la Sicile, de l'Italie, de l'Espagne, de la Provence, et
dans le centre de la Gaule: cela nous donne une époque à peu près
certaine, comprise entre l'année 700 et l'année 753.

Le caractère de la chevalerie se forma parmi nous de la nature
sentimentale et fidèle du Teuton et de la nature galante et
merveilleuse du Maure, l'une et l'autre nature pénétrées de l'esprit
et enveloppées de la forme du christianisme. L'opinion exaltée qui a
tant contribué à l'émancipation du sexe féminin chez les nations
modernes nous vient des barbares du Nord: les Germains reconnaissaient
dans les femmes quelque chose de divin (_inesse quin etiam sanctum
aliquid et providum putant_). La mythologie de l'_Edda_ et les poésies
des scaldes décèlent le même enthousiasme chez les Scandinaves;
jusqu'au soleil, dans ces poésies, est une femme, la brillente
_Sunna_. Les lois gardent ces impressions délicates: quiconque a coupé
la chevelure d'une jeune fille est condamné à payer soixante-deux sous
d'or et demi; l'ingénu qui a pressé la main ou le doigt d'une femme
de condition libre est frappé d'une amende de quinze sous d'or, de
trente s'il lui a pressé l'avant-bras, de trente-cinq s'il lui a
pressé le bras au-dessus du coude, de quarante-cinq s'il lui a pressé
le sein (_si mamillam strinxerit_).

De leur côté, les premiers Arabes professaient un grand respect pour
les femmes, à en juger par le roman ou le poëme d'_Antar_, écrit ou
recueilli par Asmaï le grammairien, sous le règne du kalife Aroun al
Raschild. Antar, comme les chevaliers, est soumis à des épreuves; il
aime constamment et timidement la belle Ibla; il court mainte aventure
et fait des prouesses dignes de Roland; il a un cheval nommé Abjir,
une épée appelée Dhamy. Mais les mœurs arabes sont conservées: les
femmes boivent du lait de chamelle; et Antar, qui souffre qu'on le
_frappe_, paît souvent les troupeaux[62]. Saladin était un chevalier
tout aussi brave et moins cruel que Richard. On connaît les tournois,
les combats et les amours des Maures de Cordoue et de Grenade.

  [62] Voyez dans la _Revue française_ de juillet 1830 un article
  très-ingénieux de M. Delécluse, sur _Antar_.

Mais si Asmaï écrivait l'histoire d'Antar pour le kalife
Aroun-al-Raschild, contemporain de Charlemagne, Charlemagne n'a point
attendu, comme on l'a cru, le faux Turpin pour être transformé en
chevalier, lui et ses pairs.

Le roman publié sous le nom de Turpin, archevêque de Reims, fut
composé par un certain moine Robert, sur la fin du onzième siècle, au
moment de la première croisade. Ce moine se proposait d'animer les
chrétiens à la guerre contre les infidèles, par l'exemple de
Charlemagne et de ses douze pairs. C'est sur cette chronique que les
Anglais ont calqué l'histoire de leur roi Artus et des chevaliers de
la Table ronde.

Le prétendu Turpin n'était lui-même qu'un imitateur; fait qui me
semble avoir échappé jusque ici à tous les historiens. Soixante-dix
ans après la mort de Charlemagne, le moine de Saint-Gall écrivit la
vie de Karle le Grand, véritable roman du genre de celui d'_Antar_.
N'est-ce pas une chose curieuse de trouver la chevalerie tout juste à
la même époque chez les Franks et les Arabes? Le moine de Saint-Gall
tenait ses autorités, pour la législation ecclésiastique, de Wernbert,
célèbre abbé de Saint-Gall, et pour les actions militaires, du père de
ce même Wernbert. Le père de l'abbé Wernbert se nommait Adalbert, et
avait suivi son seigneur Gherold à la guerre contre les Huns (Avares),
les Saxons et les Esclavons. Le romancier dit naïvement: «Adalbert
était déjà vieux; il m'éleva quand j'étais encore très-petit; et
souvent, malgré mes efforts pour lui échapper, il me ramenait et me
contraignait d'écouter ses récits.»

Le vieux soldat raconte donc au futur jeune moine que les Huns
habitaient un pays entouré de neuf cercles. Le premier renfermait un
espace aussi grand que la distance de Constance à Tours: ce cercle
était construit en troncs de chênes, de hêtres, de sapins, et de
pierres très-dures; il avait vingt pieds de largeur et autant de
hauteur: il en était ainsi des autres cercles. Le terrible Charlemagne
renverse tout cela; ensuite il marche contre des barbares qui
ravageaient la France orientale; il les extermine et fait couper la
tête à tous les enfants qui dépassaient la hauteur de son épée.
Charlemagne est trahi par un de ses bâtards, petit nain bossu, confiné
au monastère de Saint-Gall. Karle avait dans ses armées des héros à
la manière de Roland: Cisher valait à lui seul une armée; on l'eût pu
croire de la race Enachim, tant il était grand; il montait un énorme
cheval, et quand le cheval refusait de passer la Doire enflée par les
torrents des Alpes, il le traînait après lui dans les flots, en lui
disant: «Par monseigneur Gall, de gré ou de force, tu me suivras.»
Cisher fauchait les Bohémiens comme l'herbe d'une prairie. «Que
m'importent, s'écriait-il, les Wenèdes, ces grenouillettes? J'en porte
sept, huit et même neuf enfilés au bout de ma lance, en murmurant je
ne sais quoi.»

Karle attaque Didier en Italie. Didier demande à Ogger si Karle est
dans l'armée qu'il aperçoit: «Non, dit Ogger; quand vous verrez les
moissons s'agiter d'horreur dans les champs, le sombre Pô et le Tésin
inonder les murs de la ville de leurs flots noircis par le fer, vous
pourrez croire à l'arrivée de Karle.» Alors s'élève au couchant un
nuage qui change le jour en ténèbres: Karle, cet homme de fer, avait
la tête couverte d'un casque de fer, et les mains garnies de gantelets
de fer; sa poitrine de fer et ses épaules étaient couvertes d'une
armure de fer; sa main gauche élevait en l'air une lance de fer, sa
main droite était posée sur son invincible épée; ses cuissards étaient
de fer, ses bottines de fer, son bouclier de fer: son cheval avait la
couleur et la force du fer; le fer couvrait les champs et les chemins;
et ce fer, si dur, était porté par un peuple dont le cœur était plus
dur que le fer. Et tout le peuple de la cité de Didier de s'écrier: «O
fer! Ah! que de fer!» _O ferrum! Heu ferrum!_

Une autre fois, Karle, accoutré d'une casaque de peau de brebis, va à
la chasse avec les grands de Pavie, vêtus de robes faites de peaux
d'oiseaux de Phénicie, de plumes de coucous, de queues de paons mêlées
à la pourpre de Tyr, et ornées de franges d'écorce de cèdre. On voit
Charlemagne, dans l'histoire, armer son second fils Louis chevalier,
en lui ceignant l'épée.

Le moine de Saint-Gall, qui se dit bégayant et édenté, mentionne aussi
le lion tué par Peppin le Bref. Le vétéran Adalbert, redisant les
exploits de Charlemagne à un enfant qui devait les écrire lorsqu'à son
tour il serait devenu vieux, ne ressemble pas mal à quelque grenadier
de Napoléon, racontant la campagne d'Égypte à un conscrit: tant la
fable et l'histoire sont mêlées dans la vie des hommes extraordinaires!

Ernold Nigel ou le Noir, dans son poëme sur Hlovigh le Débonnaire,
décrit le siége de Barcelone; et c'est encore un ouvrage de
chevalerie. Hlovigh ceint l'épée que Karle le Grand portait à son
côté. Les Maures, rangés sur les remparts, défendent la ville; Zadun,
leur chef, se dévoue pour les sauver; il se glisse le long des
murailles pour aller hâter les secours des Sarrasins de Cordoue: il
est pris. Mené à Louis, il crie aux siens: «Ouvrez vos portes!» et
leur fait en même temps un signe convenu pour les engager à se
défendre. La ville est forcée: dans le butin envoyé à Karle se
trouvent des cuirasses, de riches habits, des casques ornés de
crinières, un cheval parthe avec son harnois et son frein d'or.
L'armure de fer des chevaliers n'est point (comme on l'a cru encore
mal à propos) du onzième siècle; elle ne vient ni des Franks ni des
Arabes; elle vient des Perses, de qui les Romains l'empruntèrent: on a
vu la description qu'en fait Ammien Marcellin en parlant du triomphe
de Constance à Rome; on retrouve pareillement cette armure dans
l'escadron de grosse cavalerie que Constantin culbuta lorsqu'il
descendit des Alpes pour aller attaquer Maxence.

Les combats singuliers et les fêtes chevaleresques, la construction
de ces monuments appelés _gothiques_, qui virent prier les chevaliers
des croisades, coïncident aussi avec l'avénement des rois de la
seconde race. Hlovigh le Débonnaire envoie l'évêque Ebbon prêcher la
foi chez les Danois. Ebbon amène à Hlovigh Hérold, roi de ces peuples.
Hlovigh se rend à Ingelheim, aux bords du Rhin: «Là s'élève sur cent
colonnes un palais superbe........ Non loin du palais est une île que
le Rhin environne de ses eaux profondes, retraite tapissée d'une herbe
toujours verte, et que couvre une sombre forêt;» chasse superbe, où
Judith, femme de Hlovigh, magnifiquement parée, monte un noble
palefroi.

Béro et Samilon, deux guerriers de nation gothique, combattent en
champ clos devant Hlovigh, auprès du château d'Aix, dans un lieu
entouré de murailles de nacre, orné de terrasses gazonnées et plantées
d'arbres. «Les champions, d'une haute taille, sont montés sur des
coursiers rapides; tous deux attendent le signal qui doit être donné
par le roi. Dans l'arène paraît Gundold, qui se fait accompagner d'un
cercueil, selon son usage dans ces occasions.» Béro est vaincu; les
jeunes Franks l'arrachent à la mort, et Gundold renvoie son cercueil
sous l'appentis d'où il l'avait tiré.

    Miratur Gundoldus enim, feretrumque remittit
    Absque onere tectis, venerat unde, suum[63].

  [63] Les savants bénédictins ne peuvent s'empêcher de s'écrier
  dans une note, avec toute la joie naïve de l'érudition: «Gratiæ
  sint Nigello, qui veterum ritus nobis ediscerit!»

L'architecture dite lombarde, de l'époque des Karlovingiens, en
Italie, n'était que l'invasion de l'architecture orientale ou
néogrecque dans l'architecture romaine. Hakem, au huitième siècle,
bâtit la mosquée de Cordoue, type primitif de l'architecture sarrasine
occidentale. Au commencement du neuvième siècle, le palais d'Ingelheim
avait des centaines de colonnes, des toitures de formes variées, des
milliers de réduits, d'ouvertures et de portes: _centum perfixa
columnis... tectaque multimoda: mille aditus, reditus, millenaque
claustra domorum_. L'église présentait de grandes portes d'airain, et
de plus petites enrichies d'or: _Templa Dei..... ærati postes, aurea
ostiola_. Hérold, sa femme, ses enfants et ses compagnons,
contemplaient avec étonnement le dôme immense de l'église: _miratur
Herold, conjunx miratur, et omnes proles et socii culmina tanta Dei_.
Voilà donc clairement aux huitième et neuvième siècles les mœurs, les
aventures, les chants, les récits, les champions, les nains, les
fêtes, les armes, l'architecture de l'époque vulgaire de la
chevalerie; les voilà en même temps et à la fois d'une manière
spontanée chez les Maures et chez les chrétiens: voilà Charlemagne et
le kalife Aroun, Cisher et Antar, et leurs historiens contemporains,
Asmaï et le moine de Saint-Gall.

Les romanciers du douzième siècle qui ont pris Charlemagne, Roland et
Ogier pour leurs héros, ne se sont donc point trompés historiquement;
mais on a eu tort de vouloir faire des chevaliers un _corps_ de
chevalerie. Les cérémonies de la réception du chevalier, l'éperon,
l'épée, l'accolade, la veille des armes, les grades de page, de
damoiseau, de poursuivant, d'écuyer, sont des usages et des
institutions militaires qui remplaçaient d'autres usages et d'autres
institutions tombés en désuétude; mais ils ne constituaient pas un
corps de troupes homogène, discipliné, agissant sous un même chef dans
une même subordination.

Les ordres religieux chevaleresques ont été la cause de cette
confusion d'idées; ils ont fait supposer une chevalerie historique
_collective_, lorsqu'il n'existait qu'une chevalerie historique
_individuelle_. Au surplus, cette chevalerie individuelle fut délicate,
vaillante, généreuse, et garda l'empreinte des deux climats qui la
virent éclore; elle eut le vague et la rêverie du ciel noyé des
Scandinaves, l'éclat et l'ardeur du ciel pur de l'Arabie. La
chevalerie historique produisit en outre une chevalerie romanesque,
qui se mêla aux réalités, retentit par un extrême écho jusque dans le
règne de François Ier, où elle donna naissance à Bayard, comme elle
avait enfanté du Guesclin auprès du trône de Charles V. Le héros de
Cervantes fut le dernier des chevaliers: tel est l'attrait de ces
mœurs du moyen âge et le prestige du talent, que la satire de la
chevalerie en est devenue le panégyrique immortel.

Pour être reçu chevalier dans l'origine, il fallait être noble de père
et de mère, et âgé de vingt-et-un ans. Si un gentilhomme qui n'était
pas de _parage_ se faisait armer chevalier, _on lui tranchait les
éperons dorés sur le fumier_. Les fils des rois de France étaient
chevaliers sur les fonts de baptême: saint Louis arma ses frères
chevaliers; du Guesclin, second parrain du second fils de Charles V,
le duc d'Orléans, tira son épée, et la mit nue dans la main de
l'enfant nu: _Nudo tradidit ensem nudum_. Bayard, _sans paour et sans
reprouche_, conféra la chevalerie à François Ier. Le roi lui dit:
«Bayard, mon ami, je veux qu'aujourd'hui sois fait chevalier par vos
mains..... Avez vertueusement, en plusieurs royaumes et provinces,
combattu contre plusieurs nations..... Je delaisse la France, en
laquelle on vous connoist assez........ Depeschez-vous.» Alors prit
son épée Bayard, et dit: «Sire, autant vaille que si estois Roland, ou
Olivier, Gaudefroy ou Baudouyn son frère.» «Et puis après si cria
haultement, l'espée en la main dextre: Tu es bien heureuse d'avoir
aujourd'huy à un si beau et puissant roy donné l'ordre de la
chevalerie. Certes, ma bonne espée, vous serez moult bien comme
relique gardée, et sur toutes aultres honorée; et ne vous porteray
jamais, si ce n'est contre Turcs, Sarrasins ou Mores.» «Et puis feit
deux saults, et après remit au fourreau son espée.»

Les chevaliers prenaient les titres de _don_, de _sire_, de _messire_
et de _monseigneur_. Ils pouvaient manger à la table du roi; eux seuls
avaient le droit de porter la lance, le haubert, la double cotte de
mailles, la cotte d'armes, l'or, le vair, l'hermine, le petit-gris, le
velours, l'écarlate: ils mettaient une girouette sur leur donjon;
cette girouette était en pointe comme les pennons pour les simples
chevaliers, carrée comme les bannières pour les chevaliers bannerets.
On reconnaissait de loin le chevalier à son armure: les barrières des
lices, les ponts des châteaux s'abaissaient devant lui; les hôtes qui
le recevaient poussaient quelquefois le dévouement et le respect
jusqu'à lui abandonner leurs femmes.

La dégradation du chevalier félon était affreuse: on le faisait monter
sur un échafaud; on y brisait à ses yeux les pièces de son armure; son
écu, le blason effacé, était attaché et traîné à la queue d'une
cavale, monture dérogeante: le héraut d'armes accablait d'injures
l'ignoble chevalier. Après avoir récité les vigiles funèbres, le
clergé prononçait les malédictions du psaume 108. Trois fois on
demandait le nom du dégradé, trois fois le héraut d'armes répondait
qu'il ignorait ce nom, et n'avait devant lui qu'une foi mentie. On
répandait alors sur la tête du patient un bassin d'eau chaude; on le
tirait en bas de l'échafaud par une corde; il était mis sur une
civière, transporté à l'église, couvert d'un drap mortuaire, et les
prêtres psalmodiaient sur lui les prières des morts.

La chevalerie se conférait sur la brèche, dans la mine et la tranchée
d'une ville assiégée, sur un champ de bataille au moment d'en venir
aux mains. Le besoin de soldats s'accroissant à mesure que les nobles
périssaient, le serf fut admis à la chevalerie; des lettres de
Philippe de Valois déclarent gentilhomme le fils d'un serf qui avait
été armé chevalier: les Français ont toujours attribué la noblesse à
la charrue et à l'épée, et placé au même rang le laboureur et le
soldat. Dans la suite, au milieu des grandes guerres contre les
Anglais, on créa tant de chevaliers que ce titre s'avilit. François
Ier ajouta aux deux classes de chevaliers _bannerets_ et _bacheliers_
une troisième classe, composée de magistrats et de gens de lettres;
ils furent appelés _chevaliers ès lois_. Enfin, il ne resta de la
chevalerie qu'un nom honorifique, écrit dans les actes, ou porté par
les cadets de famille.

L'éducation militaire m'amène maintenant à parler de l'éducation
civile dans les siècles dont nous nous occupons.


ÉDUCATION.

L'éducation chez les Perses, les Grecs et les Romains, était persane,
grecque et romaine; je veux dire qu'on enseignait aux enfants ce qui
regarde la patrie; on ne les instruisait que des lois, des mœurs, de
l'histoire et de la langue de leurs aïeux. Lorsqu'à l'époque d'une
civilisation avancée les Romains se prirent d'admiration pour la Grèce
et vinrent aux écoles d'Athènes, ce n'était que la louable curiosité
de quelques patriciens oisifs.

Le monde moderne a présenté un phénomène dont il n'y a aucun exemple
dans le monde ancien: les enfants des barbares se séparèrent de leur
race par l'éducation: confinés dans des colléges, ils apprirent des
langues que leurs pères ne parlaient point, et qui cessaient d'être
parlées sur terre; ils étudièrent des lois qui n'étaient pas celles de
leur nation; ils ne s'occupèrent que d'une société morte, sans rapport
avec la société vivante de leur temps. Les vaincus, sortis d'un autre
sang et perpétuant le souvenir de ce qu'ils avaient été, renfermèrent
avec eux les fils de leurs vainqueurs comme des otages.

Il se forma au milieu des générations brutes un peuple d'intelligence
hors de la sphère où se mouvait la communauté matérielle, guerrière et
politique. Plus l'esprit autour des écoles était simple, grossier,
naturel, illettré, plus dans l'intérieur de ces écoles il était
raffiné, subtil, métaphysique et savant. Les barbares avaient commencé
par égorger les prêtres et les moines; devenus chrétiens, ils
tombèrent à leurs pieds. Ils s'empressèrent de contribuer à la
fondation des colléges et des universités: admirant ce qu'ils ne
comprenaient pas, ils crurent ne pouvoir accorder aux étudiants trop
de priviléges. Une véritable république, ayant ses tribunaux, ses
coutumes et ses libertés, s'établit pour les enfants au centre même de
la monarchie des pères.

L'université de Paris, fille aînée de nos rois, bien qu'elle ne
descendît pas de Charlemagne, n'était pas la seule en France; vingt
autres existaient sur son modèle. Celle de Montpellier devint célèbre;
on y professa le droit romain aussitôt que les exemplaires des
_Pandectes_ furent devenus moins rares par la découverte et les copies
du manuscrit d'Amalfi. L'Angleterre, l'Écosse, l'Irlande, l'Allemagne,
l'Italie, l'Espagne, le Portugal, possédaient les mêmes corps
enseignants. On voit dans les hagiographes et les chroniqueurs que le
même écolier, afin d'embrasser les diverses branches des sciences,
étudiait successivement à Paris, à Oxford, à Mayence, à Padoue, à
Salamanque, à Coïmbre. L'université de Paris avait une poste à son
usage, longtemps avant que Louis XI eût fait un pareil établissement.

On sent quelle activité les institutions universitaires, dégagées des
lois nationales, devaient donner aux esprits; combien elles devaient
accroître le trésor commun des idées: or, tout arrive par les idées;
elles produisent les faits, qui ne leur servent que d'enveloppe.

Une multitude de colléges s'élevèrent auprès des universités. Sous
Philippe le Bel, qui fonda l'université d'Orléans, on vit s'établir le
collége de la reine de Navarre, celui du cardinal Le Moyne, et celui
de Montaigu, archevêque de Narbonne. Depuis le règne de Philippe de
Valois jusqu'à la fin du règne de Charles V, on compte l'érection du
collége des Lombards pour les écoliers italiens, des colléges de
Tours, de Lisieux, d'Autun, de l'_Ave Maria_, de Mignon ou Grandmont,
de Saint-Michel, de Cambrai, d'Aubusson, de Bonnecourt, de Tournai, de
Bayeux, des Allemands, de Boissy, de Dainville, de Maître Gervais, de
Beauvais (_Hist. de l'Univ._, tom. III, liv. III; _Antiq. de Paris_;
_Trés. des Ch._). A François Ier est dû l'établissement du Collége
Royal, avec les trois chaires de langues hébraïque, grecque et latine:
on avait commencé à enseigner le grec dans l'université de Paris sous
Charles VIII; on y expliquait alors les dialogues de Platon. Henri II,
Charles IX, Henri III, augmentèrent les chaires savantes d'une chaire
de philosophie grecque et latine, d'une chaire de langue arabe et
d'une chaire de chirurgie. Louis XIII, Louis XIV et Louis XV
ajoutèrent au Collége Royal des chaires pour l'étude du droit canon,
pour celle des langues syriaque, turque et persane, pour
l'enseignement de la littérature française, de l'astronomie, de la
mécanique, de la chimie, de l'anatomie, de l'histoire naturelle, du
droit de la nature et des gens. Le collége des Quatre-Nations rappelle
le nom de Mazarin. Tout se formait par grandes masses ou par grands
corps dans l'ancienne monarchie: clergé, noblesse, tiers état,
magistrature, éducation.

Ces universités et ces colléges furent autant de foyers où
s'allumèrent comme des flambeaux les génies dont la lumière pénétra
les ténèbres du moyen âge: nuit féconde, puissant chaos, dont les
flancs portaient un nouvel univers. Lorsque la barbarie envahit la
civilisation, elle la fertilise par sa vigueur et sa jeunesse; quand,
au contraire, la civilisation envahit la barbarie, elle la laisse
stérile; c'est un vieillard auprès d'une jeune épouse: les peuples
civilisés de l'ancienne Europe se sont renouvelés dans le lit des
sauvages de la Germanie; les peuples sauvages de l'Amérique se sont
éteints dans les bras des peuples civilisés de l'Europe.

Saint Bernard, Abeilard, Scott, Thomas d'Aquin, Bonaventure, Albert,
Roger Bacon, Henri de Gand, Hugues de Saint-Cher, Alexandre de
Hallays, Alain de l'Ille, Yves de Triguer, Jacques de Voragines,
Guillaume de Nangis, Jean de Meun, Guillaume Duranty, Jean Adam,
Guillaume Pelletier, Barthélemi Glaunwil et Pierre Bercheur, Albert de
Saxe, Froissart, Nicolas Oresme, Jacques de Dondis, Nicolas Flamel,
Accurse, Barthole, Gratien, Pierre d'Ailly, Nicolas Clémengis, Gerson,
Thomas Connecte, Benoît Gentian, Jean de Courtecuisse, Vincent
Ferrier, Juvénal des Ursins, Pic de la Mirandole, Chartier, Martial
d'Auvergne, François Villon et Robert Gaguin forment la chaîne de ces
hommes qui nous amènent des premiers jours du moyen âge au temps de
la renaissance des lettres. Leur célébrité fut grande, et les surnoms
par lesquels on les distingua prouvent l'admiration naïve de leurs
siècles. Albert fut surnommé le Grand; Thomas d'Aquin, l'Ange de
l'école; Roger Bacon, le Docteur admirable; Henri de Gand, le Docteur
solennel; Henri de Suze, la Splendeur du droit; Alexandre de Hallays,
le Docteur irréfragable, Alain de l'Ille, le Docteur universel;
Bonaventure, le Docteur séraphique; Scott, le Docteur subtil; Gilles
de Rome, le Docteur très-fondé.

Ces hommes, avec des talents divers, formaient des écoles, avaient des
disciples, comme les anciens philosophes de la Grèce. Albert inventa
une machine parlante; Roger Bacon découvrit peut-être la poudre[64],
le télescope et le microscope; Jacques de Dondis composa une horloge
céleste ou une sphère mouvante. Saint Thomas d'Aquin est un génie tout
à fait comparable aux plus rares génies philosophiques des temps
anciens et modernes; il tient de Platon et de Malebranche pour la
spiritualité, d'Aristote et de Descartes pour la clarté et la logique.
Les scottistes et les thomistes, les réalistes et les nominaux,
ressuscitèrent les deux sectes de la forme et de l'idée. Vers l'an
1050, les écrits d'Aristote avaient été apportés par les Arabes en
Espagne, et de l'Espagne ils passèrent en France. Bérenger, Abeilard,
Gilbert de la Porée, firent revivre la doctrine du Stagirite; mais les
Pères grecs et latins ayant depuis longtemps frappé d'anathème cette
doctrine, un concile tenu à Paris, en 1209, condamna au feu les écrits
dans lesquels elle était renfermée. L'interdiction dura plus de
quatre-vingts ans: on se relâcha ensuite, et en 1447 le triomphe
d'Aristote fut tel, qu'on n'enseigna plus d'autre philosophie que la
sienne. Un siècle après, Ramus, qui osa s'élever contre sa logique,
fut la victime du fanatisme scolastique. Il fallut attendre Gassendi
et Descartes pour triompher du précepteur d'Alexandre.

  [64] Connue d'ailleurs à la Chine, ainsi que la boussole,
  l'imprimerie, le gaz, etc. Ces découvertes matérielles devaient
  naturellement avoir lieu chez une société à longue vie, comme
  celle des Chinois.

Duranti, Barthole, Alciat, et plus tard Cujas furent les lumières du
droit.

On se fera une idée de l'influence que ces hommes exerçaient sur leur
temps, en rappelant les effets de leurs leçons: la classe où Albert le
Grand enseignait ne suffisant plus à la multitude des auditeurs, il se
vit obligé de professer en plein air, sur la place qui prit le nom de
_Maître-Albert_. Foulques écrit à Abeilard: «Rome t'envoyait ses enfants
à instruire; et celle qu'on avait entendue enseigner toutes les
sciences montrait, en te passant ses disciples, que ton savoir était
encore supérieur au sien. Ni la distance, ni la hauteur des montagnes,
ni la profondeur des vallées, ni la difficulté des chemins parsemés de
dangers et de brigands ne pouvaient retenir ceux qui s'empressaient
vers toi. La jeunesse anglaise ne se laissait effrayer ni par la mer
placée entre elle et toi, ni par la terreur des tempêtes; et à ton nom
seul, méprisant les périls, elle se précipitait en foule. La Bretagne
reculée t'envoyait ses habitants pour les instruire; ceux de l'Anjou
venaient te soumettre leur férocité adoucie. Le Poitou, la Gascogne,
l'Ibérie, la Normandie, la Flandre, les Teutons, les Suédois, ardents
à te célébrer, vantaient et proclamaient sans relâche ton génie. Et je
ne dis rien des habitants de la ville de Paris et des parties de la
France les plus éloignées comme les plus rapprochées, tous avides de
recevoir tes leçons, comme si près de toi seul ils eussent pu trouver
l'enseignement[65].»

  [65] Cette élégante traduction est d'une femme (_OEuvres de madame
  Guizot_).

La foule des maîtres et des écoliers de l'université était telle quand
ils allaient en procession à Saint-Denis, que les premiers rangs du
cortége entraient dans la basilique de l'abbaye, lorsque les derniers
sortaient de l'église des Mathurins de Paris. Appelée à donner son
vote sur la question de l'extinction du schisme, l'université fournit
dix mille suffrages; elle proposa d'envoyer à un enterrement
vingt-cinq mille écoliers pour en augmenter la pompe. On voit ce grand
corps figurer dans toutes les crises politiques de la monarchie, et
particulièrement sous les règnes de Charles V, de Charles VI et de
Charles VII. Factieux ou fidèle, il lâchait ou retenait les flots
populaires, tandis que des esprits novateurs élevés à ses leçons
agitaient les questions religieuses, poussaient, par la hardiesse de
leurs doctrines, par leurs déclamations contre les vices du clergé et
des grands, à ces réformes dont Arnaud de Brescia avait donné
l'exemple en Italie et Wickleff en Angleterre.

Cette vie des universités et des colléges occupe une place
considérable dans le tableau des mœurs générales, qui me reste à
peindre.


MOEURS GÉNÉRALES DES XIIe, XIIIe ET XIVe SIÈCLES.

L'histoire moderne doit prendre soin de détruire un mensonge, non des
chroniqueurs, qui sont unanimes sur la corruption des bas siècles,
mais de l'ignorance et de l'esprit de parti des temps où nous vivons:
on s'est figuré que si le moyen âge était barbare, du moins la morale
et la religion faisaient le contre-poids de sa barbarie; on se
représente les anciennes familles, grossières sans doute, mais assises
dans une sainte union à l'âtre domestique, avec toute la simplicité de
l'âge d'or. Rien de plus contraire à la vérité.

Les barbares s'établirent au milieu de la société romaine dépravée par
le luxe, dégradée par l'esclavage, pervertie par l'idolâtrie. Les
Franks, très-peu nombreux, relativement à la population gallo-romaine,
ne purent assainir les mœurs; ils étaient eux-mêmes fort corrompus
quand ils entrèrent en Gaule.

C'est une grande erreur que d'attribuer l'innocence à l'état sauvage;
tous les appétits de la nature se développent sans contrôle dans cet
état: la civilisation seule enseigne les qualités morales. La
profession des armes, qui inspire certaines vertus, ne produit point
la tempérance: Sainte-Palaye est obligé de convenir que les chevaliers
ne se recommandaient guère par la rigidité des mœurs.

De la société romaine et de la société barbare résulta une double
corruption; on reconnaît très-bien les vices de l'une et de l'autre
société, comme on distingue à leur confluent les eaux de deux fleuves
qui s'unissent: la rapine, la cruauté, la brutalité, la luxure
animale, étaient frankes; la bassesse, la lâcheté, la ruse, la
turpitude de l'esprit, la débauche raffinée, étaient romaines.

Et ces remarques ne se doivent pas entendre de quelques années, de
quelques règnes: elles s'appliquent aux siècles qui précèdent le moyen
âge, depuis le règne de Khlovigh jusqu'à celui de Hugues Capet: et aux
siècles du moyen âge, depuis le règne de Hugues Capet jusqu'à celui de
François Ier.

Le christianisme chercha, autant qu'il le put, à guérir la gangrène
des temps barbares; mais l'esprit de la religion était moins suivi
que la lettre; on croyait plus à la croix qu'à la parole du Christ; on
adorait au Calvaire, on n'assistait point au sermon de la Montagne. Le
clergé se déprava comme la foule. Si l'on veut pénétrer à fond l'état
intérieur de cette époque, il faut lire les conciles et les chartes
d'abolition (lettres de grâce accordées par les rois); là se montrent
à nu les plaies de la société. Les conciles reproduisent sans cesse
les plaintes contre la licence des mœurs et la recherche des remèdes
à y apporter; les chartes d'abolition gardent les détails des
jugements et des crimes qui motivaient les lettres royaux. Les
capitulaires de Charlemagne et de ses successeurs sont remplis de
dispositions pour la réformation du clergé.

On connaît l'épouvantable histoire du prêtre Anastase enfermé vivant
avec un cadavre, par la vengeance de l'évêque Caulin (GRÉGOIRE DE
TOURS). Dans les canons ajoutés au premier concile de Tours, sous
l'épiscopat de saint Perpert, on lit: «Il nous a été rapporté que des
prêtres, ce qui est horrible (_quod nefas_), établissaient des auberges
dans les églises, et que le lieu où l'on ne doit entendre que des
prières et des louanges de Dieu retentit du bruit des festins, de
paroles obscènes, de débats et de querelles.»

Baronius, si favorable à la cour de Rome, nomme le dixième siècle le
siècle de fer, tant il voit de désordres dans l'Église. L'illustre et
savant Gherbert, avant d'être pape sous le nom de Sylvestre II, et
n'étant encore qu'archevêque de Reims, disait: «Déplorable Rome, tu
donnas à nos ancêtres les lumières les plus éclatantes, et maintenant
tu n'as plus que d'horribles ténèbres....... Nous avons vu Jean
Octavien conspirer, au milieu de mille prostituées, contre le même
Othon qu'il avait proclamé empereur. Il est renversé, et Léon le
Néophyte lui succède. Othon s'éloigne de Rome, et Octavien y rentre;
il chasse Léon, coupe les doigts, les mains et le nez au diacre Jean;
et, après avoir ôté la vie à beaucoup de personnages distingués, il
périt bientôt lui-même..... Sera-t-il possible de soutenir encore
qu'une si grande quantité de prêtres de Dieu, dignes par leur vie et
leur mérite d'éclairer l'univers, se doivent soumettre à de tels
monstres, dénués de toute connaissance des sciences divines et
humaines?»

Il nous reste une satire d'Adalbéron, évêque de Laon; c'est un
dialogue entre le poëte et le roi Robert. «Adalbéron représente les
juges obligés de porter le capuchon, les évêques dépouillés, réduits à
suivre la charrue; et les siéges épiscopaux, quand ils viennent à
vaquer, occupés par des mariniers et des pâtres. Un moine est
transformé en soldat; il porte un bonnet de peau d'ours; sa robe,
naguère longue, est écourtée, fendue par devant et par derrière; à sa
ceinture étroite est suspendu un arc, un carquois, des tenailles, une
épée. Il n'y avait autrefois parmi les ministres du Seigneur ni
bourreaux, ni aubergistes, ni gardeurs de cochons et de boucs; ils
n'allaient point au marché public; ils ne faisaient point blanchir les
étoffes.»

Adalbéron, étendant son sujet, remarque que le noble et le serf ne
sont pas soumis à la même loi; que le noble est entièrement libre. Le
roi prend la défense de la condition servile: «Cette classe, dit-il,
ne possède rien sans l'acheter par un dur travail. Qui pourrait
compter les peines, les courses et les fatigues qu'ont à supporter les
serfs? Il n'y a aucune fin à leurs larmes.» Adalbéron répond que «la
famille du Seigneur est divisée en trois classes: l'une prie, l'autre
combat, la troisième travaille.»

Adalbéron avait vu finir la seconde race et commencer la troisième; il
avait joué un rôle dans les trahisons qui se pratiquent à la chute et
au renouvellement des empires. Peut-être avait-il été lié intimement
avec Emma, femme de Lother, quoiqu'il fût évêque; il était d'une
grande famille de Lorraine, il avait étudié sous Gherbert; il n'aimait
pas les moines, et il entrait dans la querelle des évêques nobles
contre les religieux plébéiens. On retrouve en lui cette partie de la
société intelligente qui ne fut jamais barbare.

Saint Bernard ne montre pas plus d'indulgence aux vices de son siècle;
saint Louis fut obligé de fermer les yeux sur les prostitutions et les
désordres qui régnaient dans son armée. Pendant le règne de Philippe
le Bel, un concile est convoqué exprès pour remédier au débordement
des mœurs. L'an 1351, les prélats et les ordres mendiants exposent
leurs mutuels griefs à Avignon, devant Clément VII. Ce pape, favorable
aux moines, apostrophe les prélats: «Parlerez-vous d'humilité, vous si
vains et si pompeux dans vos montures et vos équipages? Parlerez-vous
de pauvreté, vous si avides que tous les bénéfices du monde ne vous
suffiraient pas? Que dirai-je de votre chasteté?... Vous haïssez les
mendiants, vous leur fermez vos portes; et vos maisons sont ouvertes à
des sycophantes et à des infâmes (_lenonibus et truffatoribus_).»

La simonie était générale: les prêtres violaient presque partout la
règle du célibat; ils vivaient avec des femmes perdues, des concubines
et des chambrières; un abbé de Noréis avait dix-huit enfants. En
Biscaye on ne voulait que des prêtres qui eussent des _commères_,
c'est-à-dire des femmes supposées légitimes.

Pétrarque écrit à l'un de ses amis: «Avignon est devenu un enfer, la
sentine de toutes les abominations. Les maisons, les palais, les
églises, les chaires du pontife et des cardinaux, l'air et la terre,
tout est imprégné de mensonge; on traite le monde futur, le jugement
dernier, les peines de l'enfer, les joies du paradis, de fables
absurdes et puériles.» Pétrarque cite à l'appui de ses assertions des
anecdotes scandaleuses sur les débauches des cardinaux. Et lui-même,
abbé chaste et fidèle amant de Laure, était entouré de bâtards.

Dans un sermon prononcé devant le pape en 1364, le docteur Nicolas
Oresme prouva que l'Antechrist ne tarderait pas à paraître, par six
raisons tirées de la perte de la doctrine, de l'orgueil des prélats,
de la tyrannie des chefs de l'Église, et de leur aversion pour la
vérité.

Les sirventes, qui n'épargnaient ni les papes, ni les rois, ni les
nobles, ne ménageaient pas plus le clergé que les sermons: «Dis donc,
seigneur évêque, tu ne seras jamais sage qu'on ne t'ait rendu
eunuque.--Ah! faux clergé, traître, menteur, parjure, débauché! saint
Pierre n'eut jamais rentes, ni châteaux, ni domaines; jamais il ne
prononça excommunication. Il y a des gens d'Église qui ne brillent que
par leur magnificence, et qui marient à leurs neveux les filles qu'ils
ont eues de leur mie.» (RAYNOUARD, _Troubadours_.)

«Une vile multitude, qui ne combattit jamais, enlève aux nobles leur
tour et leur chastel: le bouc attaque le loup.»--«Notre évêque vend
une bière mille sous à ses amis décédés.»--«C'est le pape qui règne;
il rampe aux pieds du monarque puissant, il accable le roi
malheureux.»

Toute la terre féodale se ressemblait; mêmes censures en Angleterre:

«Auprès d'une abbaye se trouve un couvent de nonnes, au bord d'une
rivière douce comme du lait. Aux jours d'été, les jeunes nonnes
remontent cette rivière en bateau; et quand elles sont loin de
l'abbaye, le diable se met tout nu, se couche sur le rivage, et se
prépare à nager. Agile, il enlève les jeunes moines, et revient
chercher les nonnes. Il enseigne à celles-ci une oraison: le moine,
bien disposé, aura douze femmes à l'année, et il deviendra bientôt le
père abbé.» Je supprime de grossières obscénités en vieux anglais.

Le _Credo_ de Pierre Laboureur (Piter Plowman) est une satire amère
contre les moines mendiants:

«J'ai rencontré, assis sur un banc, un frère affreux; il était gros
comme un tonneau; son visage était si plein, qu'il avait l'air d'une
vessie remplie de vent, ou d'un sac suspendu à ses deux joues et à son
menton. C'était une véritable oie grasse, qui faisait remuer sa chair
comme une boue tremblante.»

Les châtelains et les châtelaines chantaient, aimaient, se
gaudissaient, et par moments ne croyaient pas trop en Dieu. Le vicomte
de Beaucaire menace son fils Aucassin de l'enfer, s'il ne se sépare de
Nicolette, sa mie. Le damoiseau répond qu'il se soucie fort peu du
paradis, rempli de moines fainéants demi-nus, de vieux prêtres
crasseux et d'ermites en haillons. Il veut aller en enfer, où les
grands rois, les paladins, les barons, tiennent leur cour plénière; il
y trouvera de belles femmes qui ont aimé des ménestriers et des
jongleurs, amis du vin et de la joie. (LE GRAND D'AUSSY, RAYNOUARD;
_Hist. de Phil.-Auguste_, CAPEFIGUE, etc.)

On voit un comte d'Armagnac, Jean V, épouser publiquement sa sœur, et
vivre avec elle dans son château, en tout honneur de baronnage.

Ces nobles de la gaie science n'étaient pas toujours si courtois et si
damoiseaux qu'ils ne se transformassent en brigands sur les grands
chemins et dans les forêts. Les bourgeois de Laon appelèrent à leur
secours Thomas de Coucy, seigneur du château de Marne. Thomas, tout
jeune encore, pillait les pauvres et les pèlerins qui se rendaient à
Jérusalem, et qui revenaient de la Terre Sainte. Afin d'obtenir de
l'argent de ces captifs, il les pendait par les pouces, et leur
mettait de grosses-pierres sur les épaules pour ajouter à leur
pesanteur naturelle; il se promenait en dessous de ces gibets vivants,
et achevait à coups de bâton les victimes qui ne possédaient rien ou
qui refusaient de payer. Ayant un jour jeté un lépreux au fond d'un
cachot, le nouveau Cacus fut assiégé dans son antre par tous les
lépreux de la contrée[66].

  [66] GUIBERTI, _De vita sua_.

Un seigneur de Tournemine, assigné dans son manoir d'Auvergne par un
huissier appelé _Loup_, lui fit couper le poing, disant que jamais loup
ne s'était présenté à son château sans qu'il n'eût laissé sa patte
clouée à la porte.

Regnault de Pressigny, seigneur de Marans près de La Rochelle,
rançonneur de bourgeois, voleur de grands chemins, détrousseur de
passants, se plaisait à crever un œil et à arracher la barbe à tout
moine traversant les terres de sa seigneurie. Quand il envoyait au
supplice les malheureux qui refusaient de se racheter, et que ceux-ci
en appelaient à la justice du roi, Pressigny, qui apparemment savait
le latin, leur répondait, en équivoquant sur les mots, qu'ils se
plaignaient à tort de ne pas mourir dans les règles; qu'ils mouraient
_jure aut injuria_.

Le moyen âge offre un tableau bizarre, qui semble être le produit
d'une imagination puissante, mais déréglée. Dans l'antiquité, chaque
nation sort pour ainsi dire de sa propre source; un esprit primitif,
qui pénètre tout et se fait sentir partout, rend homogènes les
institutions et les mœurs. La société du moyen âge était composée des
débris de mille autres sociétés: la civilisation romaine, le paganisme
même, y avaient laissé des traces; la religion chrétienne y apportait
ses croyances et ses solennités; les barbares franks, goths,
bourguignons, anglo-saxons, danois, normands, retenaient les usages et
le caractère propres à leurs races. Tous les genres de propriété se
mêlaient, toutes les espèces de lois se confondaient: l'aleu, le fief,
la mainmortable, le Code, le Digeste, les lois salique, gombette,
wisigothe, le droit coutumier. Toutes les formes de liberté et de
servitude se rencontraient: la liberté monarchique du roi, la liberté
aristocratique du noble, la liberté individuelle du prêtre, la liberté
collective des communes, la liberté privilégiée des villes, de la
magistrature, des corps de métiers et des marchands; la liberté
représentative de la nation; l'esclavage romain, le servage barbare,
la servitude de l'aubain. De là ces spectacles incohérents, ces usages
qui se paraissent contredire, qui ne se tiennent que par le lien de la
religion. On dirait des peuples divers n'ayant aucun rapport les uns
avec les autres, étant seulement convenus de vivre sous un commun
maître autour d'un même autel.

Jusque dans son apparence extérieure, la France offrait alors un
tableau plus pittoresque et plus national qu'elle ne le présente
aujourd'hui. Aux monuments nés de notre religion et de nos mœurs,
nous avons substitué, par une déplorable affectation de l'architecture
bâtarde romaine, des monuments qui ne sont ni en harmonie avec notre
ciel ni appropriés à nos besoins; froide et servile copie, laquelle a
porté le mensonge dans nos arts, comme le calque de la littérature
latine a détruit dans notre littérature l'originalité du génie frank.
Ce n'était pas ainsi qu'imitait le moyen âge; les esprits de ce
temps-là admiraient aussi les Grecs et les Romains, ils recherchaient
et étudiaient leurs ouvrages; mais, au lieu de s'en laisser dominer,
ils les maîtrisaient, les façonnaient à leur guise, les rendaient
français, et ajoutaient à leur beauté par cette métamorphose pleine de
création et d'indépendance.

Les premières églises chrétiennes dans l'Occident ne furent que des
temples retournés: le culte païen était extérieur, la décoration du
temple fut extérieure; le culte chrétien était intérieur, la
décoration de l'église fut intérieure. Les colonnes passèrent du
dehors au dedans de l'édifice, comme dans les basiliques, où se
tinrent les assemblées des fidèles quand ils sortirent des cryptes et
des catacombes. Les proportions de l'église surpassèrent en étendue
celles du temple, parce que la foule chrétienne s'entassait sous la
voûte de l'église, et que la foule païenne était répandue sous le
péristyle du temple. Mais lorsque les chrétiens devinrent les maîtres,
ils changèrent cette économie, et ornèrent aussi du côté du paysage et
du ciel leurs édifices.

L'architecture néogrecque, par une même émancipation de l'esprit
humain, se montra en Orient avec le néoplatonisme; il était naturel
que les arts suivissent les idées, et surtout les idées religieuses,
auxquelles ils sont appliqués de préférence chez les peuples. Les
premiers essais, ou plutôt les premiers jeux de cette architecture, se
firent remarquer dans les temples de Daphné, de Balbek et de Palmyre:
elle se développa en Syrie dans les monuments de sainte Hélène; elle
devenait chrétienne à Jérusalem, à l'époque où le néoplatonisme
devenait chrétien au concile de Nicée. Justinien la fit régner en
bâtissant sur les fondements de la Sainte-Sophie romaine de Constance
la Sainte-Sophie néogrecque d'Isidore de Milet. De là elle passa en
Italie, et déploya son art dans l'église octogone de Saint-Vital à
Ravenne: Charlemagne, au huitième siècle, reproduisit ce mouvement
agrandi à Aix-la-Chapelle. «Il edifia eglises et abbayes en divers
lieux, en l'honneur de Dieu et au proufit de son ame. Aucunes en
commença et aucunes en parfit. Entre les autres fonda l'eglise de
Aix-la-Chapelle, d'œuvre merveilleuse, en l'honneur de Nostre-Dame
Sainte-Marie... Divers palais commença en divers lieux, d'œuvre
cousteuse: un en fit auprès de la cité de Mayence, de lez une ville
qui a nom Ingelheim; un autre en la cité, sur le fleuve de Vahalam. Si
commanda dans tout son royaume, à tous les evesques et à tous ceux à
qui les cures appartenoient, que toutes les eglises et toutes les
abbayes qui estoient dechues par vieillesse fussent refaictes et
restaurées: et pour ce que cette chose ne fust mise en nonchaloir, il
leur mandoit expressement par ses messages qu'ils accomplissent ses
commandements.»

Trois siècles plus tard, l'architectonique nouvelle aborda une seconde
fois aux rivages latins, et annonça son retour par l'édification de la
cathédrale de Pise. Il y a des erreurs que la voix populaire consacre,
et auxquelles la science est obligée de se soumettre: le néogrec, en
Italie, fut appelé l'_architecture lombarde_, et en France,
l'_architecture gothique_; et ni les Lombards ni les Goths n'y avaient
mis la main; Théodoric même se contenta d'imiter ou de réparer les
masses du Forum et du Champ de Mars.

Tandis que l'architecture néogrecque, infidèle au Parthénon abandonné,
s'emparait des édifices chrétiens, elle envahissait aussi les édifices
mahométans. Les Arabes l'_orientalisèrent_ pour le calife Aroun et les
_Mille et une Nuits_; ils l'emmenèrent avec eux dans leurs conquêtes;
elle arriva de la mosquée du Kaire en Égypte à celle de Cordoue en
Espagne, à peu près au moment où les exarques de Ravenne
l'introduisaient en Italie. Ainsi la puînée de l'Ionie parut dans
l'Europe occidentale, portant d'une main l'étendard du prophète, et de
l'autre celui du Christ: l'Alhambrah à Grenade, et Saint-Marc à
Venise, témoignent de son inconstance et des merveilles de ses
caprices. Plus d'ordres distincts, plus d'architraves ou architraves
brisées: au lieu de portique, un portail; au lieu de fronton, une
façade; au lieu de frise, de corniche et d'entablement, une
balustrade.

Enfin, avec le treizième siècle rayonna cette architecture à ogives,
qui se plut surtout dans les pays de la domination franke, saxonne et
germanique; au delà des Pyrénées et des Alpes, elle rencontra les
préjugés et les chefs-d'œuvre de l'architecture mozarabique, du style
bâtard romain, et du primitif dorique de la Grande Grèce.
L'architecture à ogives fut une conquête des croisades de
Philippe-Auguste et de saint Louis.

A la colonnette écourtée, aux grosses colonnes à chapiteaux historiés,
succédèrent les minces et longues colonnes en faisceaux, ramifiées à
leurs sommets, s'épanouissant en fusées, projetant dans les airs leurs
délicates nervures, qui devenaient comme la fragile charpente des
combles. Au plein cintre des arches, aux voussures en anse de panier,
se substituèrent les ogives, arceaux en forme d'arête, dont l'origine
est peut-être persane, et le patron la feuille du mûrier indien, si
toutefois l'ogive n'est pas le simple tracé d'un crayon facile.
L'ogive ne se sépare pas tellement du néogrec qu'on ne l'y retrouve
comme cent autres traits.

Le cercle, figure géométrique rigoureuse, ne laisse rien à
l'arbitraire; l'ellipse, courbe flexible, se renfle ou se redresse au
gré de celui qui l'emploie: l'ogive, dont le foyer n'est que la
rencontre des deux ellipses d'un triangle curviligne, se pouvait donc
élargir et rétrécir depuis le plus court diamètre jusqu'au diamètre le
plus long; propriété qui laissait un jeu immense au goût de l'artiste,
et qui explique la variété du gothique. Pas un seul monument dans cet
ordre ne ressemble à l'autre, et dans chaque monument aucun détail
n'est invinciblement symétrique; l'ornement même est quelquefois
calculé pour ne pas produire son effet naturel: de petites figures
logées dans des niches, ou dans les moulures concentriques des portes,
y sont arrangées de manière qu'on les prendrait pour des arabesques,
des volutes, des enroulements, des astragales, et non pour des
dispositions de la statuaire.

En imitant les constructions sarrasines, les architectes chrétiens les
exhaussèrent et les dilatèrent; ils plantèrent mosquées sur mosquées,
colonnes sur colonnes, galeries sur galeries; ils attachèrent des
ailes aux deux côtés du chœur, et des chapelles aux ailes. Partout la
ligne spirale remplaça la ligne droite; au lieu du toit plat ou bombé,
se creusa une voûte étroite fermée en cercueil ou en carène de
vaisseau; les tours ouvragées dépassèrent en hauteur les minarets.

La chrétienté élevait à frais communs, au moyen des quêtes et des
aumônes, ces cathédrales dont, chaque État en particulier n'était pas
assez riche pour payer la main d'œuvre, et dont aucune n'est achevée.
Dans ces vastes et mystérieux édifices se gravaient en relief ou en
creux, comme avec un emporte-pièce, les parures de l'autel, les
monogrammes sacrés, les vêtements et les choses à l'usage des
ministres: les bannières, les croix de divers agencements, les
calices, les ostensoirs, les dais, les chapes, les capuchons, les
crosses, les mitres, dont les formes se retrouvent dans le gothique,
conservaient les symboles du culte, en produisant des effets d'art
inattendus; assez souvent les gouttières étaient taillées en figures
de démons obscènes ou de moines vomissants. Cette architecture du
moyen âge offrait un mélange du tragique et du bouffon, du gigantesque
et du gracieux, comme les poëmes et les romans de la même époque.

Les plantes de notre sol, les arbres de nos bois, le trèfle et le
chêne, décoraient aussi les églises, de même que l'acanthe et le
palmier avaient embelli les temples du pays et du siècle de Périclès.
Au dedans une cathédrale était une forêt, un labyrinthe dont les mille
arcades, à chaque mouvement du spectateur, s'intersectaient, se
séparaient, s'enlaçaient de nouveau en chiffres, en cerceaux, en
méandres; cette forêt était éclairée par des rosaces à jour incrustées
de vitraux peints, qui ressemblaient à des soleils brillants de mille
couleurs sous la feuillée: en dehors, cette même cathédrale avait
l'air d'un monument auquel on aurait laissé sa cage, ses arcs-boutants
et ses échafauds; et, afin que les appuis de la nef aérienne n'en
déparassent pas la structure, le ciseau les avait tailladés: on n'y
voyait plus que des arches de pont, des pyramides, des aiguilles et
des statues.

Les ornements qui n'adhéraient pas à l'édifice se mariaient à son
style: les tombeaux étaient de forme gothique; et la basilique, qui
s'élevait comme un grand catafalque au-dessus d'eux, semblait s'être
moulée sur leur forme. On admire encore à Auch un de ces chœurs en
bois de chêne si communs dans les abbayes, et qui répétaient les
ornements de l'architecture. Tous les arts du dessin participaient de
ce goût fleuri et composite: sur les murs et sur les vitraux étaient
peints des paysages, des scènes de la religion et de l'histoire
nationale.

Dans les châteaux, les armoiries coloriées, encadrées dans des
losanges d'or, formaient des plafonds semblables à ceux des beaux
palais du _cinque cento_ de l'Italie. L'écriture même était dessinée;
l'hiéroglyphe germanique, substitué au jambage rectiligne romain,
s'harmoniait avec les écussons et les pierres sépulcrales. Les tours
isolées qui servaient de vedettes sur les hauteurs; les donjons
enserrés dans les bois, ou suspendus sur la cime des rochers comme
l'aire des vautours; les ponts pointus et étroits jetés hardiment sur
les torrents; les villes fortifiées que l'on rencontrait à chaque pas,
et dont les créneaux étaient à la fois des remparts et des ornements;
les chapelles, les oratoires, les ermitages placés dans les lieux les
plus pittoresques au bord des chemins et des eaux; les beffrois, les
flèches des paroisses de campagne, les abbayes, les monastères, les
cathédrales; tous ces édifices que nous ne voyons plus qu'en petit
nombre, et dont le temps a noirci, obstrué, brisé les dentelles; tous
ces édifices avaient alors l'éclat de la jeunesse; ils sortaient des
mains de l'ouvrier; l'œil, dans la blancheur de leurs pierres, ne
perdait rien de la légèreté de leurs détails, de l'élégance de leurs
réseaux, la variété de leurs guillochis, de leurs gravures, de leurs
ciselures, de leurs découpures, et de toutes les fantaisies d'une
imagination libre et inépuisable.

Veut-on savoir à quel point la France était couverte de ces monuments?
Les treize volumes de la _Gallia christiana_, qui n'est pas achevée,
donnent mille cinq cents abbayes ou fondations monastiques. Le
pouillé général fournit un total de trente mille quatre cent dix-neuf
cures, dix-huit mille cinq cent trente-sept chapelles, quatre cent
vingt chapitres ayant église, deux mille huit cent soixante-douze
prieurés, neuf-cent trente-et-une maladreries; et le pouillé est fort
incomplet. Jacques Cœur comptait dix-sept cent mille clochers en
France, et la _Satire Ménippée_ reproduit le même calcul.

Ce n'est pas trop de donner un château, chastel, ou chastillon, par
douze clochers. Tout seigneur qui possédait trois châtellenies et une
_ville close_ avait droit de justice: or on comptait en France
soixante-dix mille fiefs ou arrière-fiefs, dont trois mille étaient
titrés. Une moyenne proportionnelle fournit, sur ces soixante-dix
mille fiefs, sept mille justices hautes ou basses, et suppose par
conséquent sept mille _villes closes_ ou fortifiées; somme totale
approximative des monuments (tant églises que chapelles, villes,
châteaux, etc.), un million huit cent soixante-douze mille neuf cent
vingt-six, sans parler des basiliques, des monastères renfermés dans
les cités, des palais royaux et épiscopaux, des hôtels de ville, des
halles publiques, des ponts, des fontaines, des amphithéâtres,
aqueducs et temples romains encore existants dans le midi de la
France. Voilà, certes, un sol bien autrement orné qu'il ne l'est
aujourd'hui. L'architecture religieuse, civile et militaire gothique,
pyramidait, et attirait de loin les yeux; la moderne architecture
civile et la nouvelle architecture militaire, appropriée aux nouvelles
armes, ont tout rasé: nos monuments se sont abaissés et nivelés comme
nos rangs.

Notre temps laissera-t-il des témoins aussi multipliés de son passage
que le temps de nos pères? Qui bâtirait maintenant des églises et des
palais dans tous les coins de la France? Nous n'avons plus la royauté
de race, l'aristocratie héréditaire, les grands corps civils et
marchands, la grande propriété territoriale, et la foi qui a remué
tant de pierres. Une liberté d'industrie et de raison ne peut élever
que des bourses, des magasins, des manufactures, des bazars, des
cafés, des guinguettes; dans les villes, des maisons économiques; dans
les campagnes, des chaumières; et partout, de petits tombeaux. Dans
cinq ou six siècles, lorsque la religion et la philosophie solderont
leurs comptes, lorsqu'elles supputeront les jours qui leur auront
appartenu, que l'une et l'autre dresseront le pouillé de leurs ruines,
de quel côté sera la plus large part de vie écoulée, la plus grosse
somme de souvenirs?

La population en mouvement autour des édifices du moyen âge est
décrite dans les chroniques et peinte dans les vignettes; elle égalait
presque la population d'aujourd'hui. J'estime, d'après des calculs
dont je ne puis insérer les preuves dans une analyse, que la surface
du sol français, tel qu'il existe maintenant, était couverte par
vingt-cinq millions d'hommes: ce chiffre se déduit des rôles de
l'impôt, de la levée des hommes d'armes, du recensement des habitants
des villes, et du dénombrement des masses communales quand elles
étaient appelées sous leurs bannières.

Le pays était riche et bien cultivé; c'est ce que démontrent
l'immensité et la variété des taxes royales et seigneuriales que j'ai
sommairement indiquées.

Lorsque Édouard III, après avoir rendu hommage à Philippe de Valois,
retourna en Angleterre, «la reine Philippe de Hainaut le reçut, disent
les chroniques, moult joyeusement, et lui demanda des nouvelles du roi
Philippe son oncle, et de son grand lignage de France: le roi son mari
lui en recorda assez, et du grand estat qu'il avoit trouvé, et des
honneurs qui estoient en France, auxquels de faire, ni de
l'entreprendre à faire, nul autre pays ne s'accomparaige.» Il est
certain que la guerre, quand elle n'extermine pas totalement les
peuples, les multiplie: elle influe sur les institutions plus que sur
les hommes: la féodalité, qui dut sa naissance et son pouvoir à la
guerre, fut renversée par elle sous le règne de Philippe de Valois, du
roi Jean, de Charles V, de Charles VI et de Charles VII.

Les diverses classes de la société et les différentes provinces, dans
le moyen âge, se distinguaient les unes par la forme des habits, les
autres par des modes locales: les populations n'avaient pas cet aspect
uniforme qu'une même manière de se vêtir donne à cette heure aux
habitants de nos villes et de nos campagnes. La noblesse, les
chevaliers, les magistrats, les évêques, le clergé séculier, les
religieux de tous les ordres, les pèlerins, les pénitents gris, noirs
et blancs, les ermites, les confréries, les corps de métiers, les
bourgeois, les paysans, offraient une variété infinie des costumes;
nous voyons encore quelque chose de cela en Italie. Sur ce point il
s'en faut rapporter aux arts: que peut faire le peintre de notre
vêtement étriqué, de notre petit chapeau à trois cornes?

Du douzième au quatorzième siècle, le paysan et l'homme du peuple
portèrent la jaquette ou la casaque grise, liée aux flancs par un
ceinturon. Le sayon de peau ou le _péliçon_, dont est venu le surplis,
était commun à tous les états. La pelisse fourrée et la robe longue
orientale enveloppaient le chevalier quand il quittait son armure; les
manches de cette robe couvraient les mains; elle ressemblait au
cafetan turc d'aujourd'hui: la toque ornée de plumes, le capuchon ou
chaperon, tenaient lieu du turban. De la robe ample on passa à
l'habit étroit, puis on revint à la robe, qui fut blasonnée sous
Charles V. Les hauts-de-chausses, si courts et si serrés qu'ils en
étaient indécents, s'arrêtaient au milieu de la cuisse; les deux
bas-de-chausses étaient dissemblables; on avait une jambe d'une
couleur, et une jambe de l'autre. Il en était de même du hoqueton,
mi-parti noir et blanc, et du chaperon, mi-parti bleu et rouge. «Et si
estoient leurs robes si estroites à vestir et à despouiller, qu'il
sembloit qu'on les ecorchast. Les autres avoient leurs robes relevées
sur les reins, comme femmes: si avoient leurs chaperons découpés
menuement tout entour. Et si avoient leurs chausses d'un drap, et
l'autre de l'autre. Et leur venoient leurs cornettes et leurs manches
près de terre, et sembloient mieux estre jongleurs qu'autres gens. Et
pour ce, ne fut pas merveilles si Dieu voulut corriger les mefaits des
François par son fleau.» L'étalage du luxe est odieux sans doute au
milieu de la misère publique; mais le goût de la parure distingua
notre nation alors même qu'elle était encore sauvage dans les bois de
la Germanie. Un Français met ses plus beaux habits pour marcher à
l'échafaud ou à l'ennemi, comme pour aller au festin; ce qui l'excuse,
c'est qu'il ne tient pas plus à sa vie qu'à son vêtement.

Par-dessus la robe, dans les jours de cérémonie, on attachait un
manteau tantôt court, tantôt long. Le manteau de Richard Ier était
fait d'une étoffe à raies, semé de globes et de demi-lunes d'argent, à
l'imitation du système céleste. (WINISAUF.) Des colliers pendants
servaient également de parure aux hommes et aux femmes.

Les souliers pointus et rembourrés à la _poulaine_ furent longtemps en
vogue. L'ouvrier en découpait le dessus comme des fenêtres d'église;
ils étaient longs de deux pieds pour le noble, ornés à l'extrémité de
cornes, de griffes ou de figures grotesques; ils s'allongèrent encore,
de sorte qu'il devint impossible de marcher sans en relever la pointe
et l'attacher au genou avec une chaîne d'or ou d'argent. Les évêques
excommunièrent les souliers à la poulaine, et les traitèrent de _péché
contre nature_; Charles V déclara qu'ils étaient _contre les bonnes
mœurs_, et _inventés en dérision du Créateur_. En Angleterre, un acte du
parlement défendit aux cordonniers de fabriquer des souliers ou des
bottines dont la pointe excédât deux pouces. Les larges babouches
carrées par le bout remplacèrent la chaussure à bec. Les modes
variaient autant que de nos jours; on connaissait le chevalier ou la
dame qui le premier ou la première avait imaginé une _haligote_ (mode)
nouvelle: l'inventeur des souliers à la poulaine était le chevalier
Robert le Cornu. (W. MALMESBURY.)

Les gentilfemmes usaient sur la peau d'un linge très-fin; elles
étaient vêtues de tuniques montantes enveloppant la gorge, armoriées à
droite de l'écu de leur mari, à gauche de celui de leur famille.
Tantôt elles portaient leurs cheveux ras, lissés sur le front, et
recouverts d'un petit bonnet entrelacé de rubans; tantôt elles les
bâtissaient en pyramide haute de trois pieds; elles y suspendaient ou
des barbettes, ou de longs voiles, ou des banderoles de soie tombant
jusqu'à terre, et voltigeant au gré du vent: au temps de la reine
Isabeau, on fut obligé d'élever et d'élargir les portes, pour donner
passage aux coiffures des châtelaines. (MONSTRELET.) Ces coiffures
étaient soutenues par deux cornes recourbées, charpente de l'édifice:
du haut de la corne, du côté droit, descendait un tissu léger que la
jeune femme laissait flotter, ou qu'elle ramenait sur son sein comme
une guimpe, en l'entortillant à son bras gauche. Une femme en plein
_esbatement_ étalait des colliers, des bracelets et des bagues; à sa
ceinture enrichie d'or, de perles et de pierres précieuses,
s'attachait une escarcelle brodée: elle galopait sur un palefroi,
portait un oiseau sur le poing, ou une canne à la main. «Quoi de plus
ridicule,» dit Pétrarque dans une lettre adressée au pape en 1366,
«que de voir les hommes le ventre sanglé! en bas, de longs souliers
pointus; en haut, des toques chargées de plumes; cheveux tressés
allant de ci de là, par derrière, comme la queue d'un animal, retapés
sur le front avec des épingles à tête d'ivoire!» Pierre de Blois
ajoute qu'il était du bel usage de parler avec affectation. Et quelle
langue parlait-on ainsi? La langue de Wallace et du roman de Rou, de
Ville-Hardouin, de Joinville et de Froissart.

Le luxe des habits et des fêtes passait toute croyance; nous sommes de
mesquins personnages auprès de ces barbares des treizième et
quatorzième siècles. On vit dans un tournoi mille chevaliers vêtus
d'une robe uniforme de soie nommée _cointise_, et le lendemain ils
parurent avec un accoutrement nouveau, aussi magnifique. (MATTH.
PARIS.) Un des habits de Richard II, roi d'Angleterre, lui coûta
trente mille marcs d'argent. (KNYGHTON.) Jean Arundel avait
cinquante-deux habits complets d'étoffe d'or. (HOLLINGSHED CHRON.)

Une autre fois, dans un autre tournoi, défilèrent d'abord un à un
soixante superbes chevaux richement caparaçonnés, conduits chacun par
un écuyer d'honneur, et précédés de trompettes et de ménestriers;
vinrent ensuite soixante jeunes dames montées sur des palefrois,
superbement vêtues, chacune menant en laisse, avec une chaîne
d'argent, un chevalier armé de toutes pièces. La danse et la musique
faisaient partie de ces _bandors_ (réjouissances). Le roi, les prélats,
les barons, les chevaliers, sautaient au son des vielles, des musettes
et des _chiffonies_.

Aux fêtes de Noël arrivaient de grandes mascarades: l'infortuné
Charles VI, déguisé en sauvage et enveloppé dans un linceul imprégné
de poix, pensa devenir victime d'une de ces folies: quatre chevaliers
masqués comme lui furent brûlés.

Les représentations théâtrales commençaient partout: en Angleterre,
des marchands drapiers représentèrent la Création; Adam et Ève étaient
tout nus. Des teinturiers jouèrent le Déluge: la femme de Noé, qui
refusait d'entrer dans l'arche, donnait un soufflet à son mari.
(_Histoire de la Poésie anglaise_, WHARTON.)

La balle, le mail, le palet, les quilles, les dés, affolaient tous les
esprits: il reste un compte d'Édouard II pour payer à son barbier une
somme de cinq schellings, laquelle somme il avait empruntée de lui
pour jouer il croix ou pile.

La chasse était le grand déduit de la noblesse: on citait des meutes
de seize cents chiens. On sait que les Gaulois dressaient les chiens à
la guerre, et qu'ils les couronnaient de fleurs. On abandonnait aux
roturiers l'usage des filets. Les chasses royales coûtaient autant que
les tournois: une de ces chasses se lie tristement à notre histoire.

Le prince Noir était descendu en Angleterre, menant avec lui le roi
Jean son prisonnier. Édouard avait fait préparer à Londres une
réception magnifique, telle qu'il l'eût ordonnée pour un potentat
puissant qui le fût venu visiter. Lui-même, au milieu des princes de
son sang, de ses grands barons, de ses chevaliers, de ses veneurs, de
ses fauconniers, de ses pages, des officiers de sa couronne, des
hérauts d'armes, des meneurs de destriers, se mit à la tête d'une
chasse brillante dans une forêt qui se trouvait sur le chemin du roi
captif.

Aussitôt que les piqueurs envoyés à la découverte lui annoncèrent
l'approche de Jean, il s'avança vers lui à cheval, baissa son
chaperon, et saluant son hôte malheureux: «Cher cousin, lui dit-il,
soyez le bien venu dans l'île d'Angleterre.» Jean baissa son chaperon
à son tour, et rendit à Édouard son salut. «Le roi d'Angleterre,
disent les chroniques, fist au roi de France moult grand honneur et
reverence, l'invita au vol d'epervier, à chasser, à déduire et à
prendre tous ses esbattements.» Jean refusa ces plaisirs avec gravité,
mais avec courtoisie; sur quoi Édouard, le saluant de nouveau, lui
dit: «Adieu, beau cousin!» et, faisant sonner du cor, il s'enfonça
avec la chasse dans la forêt. Cette générosité un peu fastueuse ne
consolait pas plus le roi Jean que l'humble petit cheval du prince de
Galles; en faisant trop voir la prospérité d'un monarque, elle
montrait trop la misère de l'autre.

Quant au repas, on l'annonçait au son du cor chez les nobles; cela
s'appelait _corner l'eau_, parce qu'on se lavait les mains avant de se
mettre à table. On dînait à neuf heures du matin, et l'on soupait à
cinq heures du soir. On était assis sur des _banques_ ou bancs, tantôt
élevés, tantôt assez bas, et la table montait et descendait en
proportion. Du banc est venu le mot _banquet_. Il y avait des tables
d'or et d'argent ciselées; les tables de bois étaient couvertes de
nappes doubles, appelées _doubliers_; on les plissait comme _rivière
ondoyante qu'un petit vent frais fait doucement soulever_. Les
serviettes sont plus modernes. Les fourchettes, que ne connaissaient
point les Romains, furent aussi inconnues des Français jusque vers la
fin du quatorzième siècle; on ne les trouve que sous Charles V.

On mangeait à peu près tout ce que nous mangeons, et même avec des
raffinements que nous ignorons aujourd'hui; la civilisation romaine
n'avait point péri dans la cuisine. Parmi les mets recherchés je
trouve le _dellegrout_, le _maupigyrnum_, le _karumpie_. Qu'était-ce?

On usait en abondance de bière, de cidre et de vins de toutes les
sortes. Il est fait mention du cidre sous la seconde race. Le clairet
était du vin clarifié, mêlé à des épiceries; l'hypocras, du vin adouci
avec du miel. Un festin donné par un abbé, en 1310, réunit six mille
convives devant trois mille plats.

Les repas royaux étaient mêlés d'intermèdes. Au banquet que Charles V
offrit à l'empereur Charles IV, s'avança un vaisseau mû par des
ressorts cachés: Godefroi de Bouillon se tenait sur le pont, entouré
de ses chevaliers. Au vaisseau succéda la cité de Jérusalem, avec ses
tours chargées de Sarrasins; les chrétiens débarquèrent, plantèrent
les échelles aux murailles, et la ville sainte fut emportée d'assaut.

Froissart va nous faire encore mieux assister au repas d'un haut baron
de son siècle.

«En cet estat que je vous dis le comte de Foix vivoit. Et quand de sa
chambre à minuit venoit pour souper en la salle, devant lui avoit
douze torches allumées que douze varlets portoient, et icelles douze
torches estoient tenues devant sa table, qui donnoient grand clarté en
la salle, laquelle salle estoit pleine de chevaliers et de escuyers;
et tousjours estoient à foison tables dressées pour souper qui souper
vouloit. Nul ne parloit à lui à sa table, si il ne l'appeloit. Il
mangeoit par coustume foison de volaille, et en special les ailes et
les cuisses tant seulement, et guere aussi ne buvoit. Il prenoit en
toute menestrandie (musique) grand esbattement, car bien s'y
connoissoit. Il faisoit devant lui ses clercs volontiers chanter
chansons, rondeaux et virelais. Il séoit à table environ deux heures,
et aussi il véoit volontiers estranges entremets; et iceux vus, tantôt
les faisoit envoyer par les tables des chevaliers et des escuyers.

«Briefvement et ce tout consideré et avisé, avant que je vinsse en sa
cour, je avois esté en moult de cours de rois, de ducs, de princes, de
comtes et de hautes dames; mais je n'en fus oncques en nulle qui mieux
me plust, ni qui fust sur le fait d'armes plus resjouïe comme celle du
comte de Foix estoit. On véoit en la salle et ès chambres et en la
cour chevaliers et escuyers d'honneur aller et marcher, et d'armes et
d'amour les oyoit-on parler. Toute honneur estoit là-dedans trouvée.
Nouvelles dequel royaume ni dequel pays que ce fust là-dedans on y
apprenoit; car de tous pays, pour la vaillance du seigneur, elles y
appleuvoient et venoient.»

Ce comte, si célèbre par sa courtoisie, n'en avait pas moins tué de sa
propre main son fils unique: «Le comte s'enfelonna (s'irrita), et,
sans mot dire, il se partit de sa chambre et s'en vint vers la prison
où son fils estoit; et tenoit à la male heure un petit long coutel, et
dont il appareilloit ses ongles et nettoyoit. Il fit ouvrir l'huis de
la prison, et vint à son fils, et ce tenoit l'alemelle (lame) de son
coutel par la pointe, que il n'y en avoit pas hors de ses doigts la
longueur de l'espaisseur d'un gros tournois. Par mautalent (malheur),
en boutant ce tant de pointe dans la gorge de son fils, il l'assena ne
sçais en quelle veine, et lui dit: «Ha traitour (traître)! pourquoi ne
manges-tu point?» Et tantost s'en partit le comte sans plus rien dire
ni faire, et rentra en sa chambre. L'enfès (enfant) fut sang mué et
effrayé de la venue de son père, avecques ce que il estoit foible de
jeusner, et qu'il vit ou sentit la pointe du coutel qui le toucha à la
gorge, comme petit fut en une veine, il se tourna d'autre part, et là
mourut.»

Froissart est à la peine pour excuser le crime de son hôte, et ne
réussit qu'à faire un tableau pathétique.

On avait été obligé de frapper la table de lois somptuaires: ces lois
n'accordaient aux riches que deux services et deux sortes de viande, à
l'exception des prélats et des barons, qui mangeaient de tout en toute
liberté; elles ne permettaient la viande aux négociants et aux
artisans qu'à un seul repas; pour les autres repas, ils se devaient
sustenter de lait, de beurre et de légumes.

Le carême, d'une rigueur excessive, n'empêchait pas les réfections
clandestines. Une femme avait assisté nu-pieds à une procession, et
_faisoit la marmiteuse plus que dix. Au sortir de là, l'hypocrite alla
disner avec son amant, d'un quartier d'agneau et d'un jambon. La
senteur en vint jusqu'à la rue. On monta en haut. Elle fut prise, et
condamnée à se promener par la ville avec son quartier à la broche,
sur l'épaule, et le jambon pendu au col._ (BRANTÔME.)

Les voyageurs trouvaient partout des hôtelleries. Chevauchant avec
messire Espaing de Lyon, maître Jehan Froissart va d'auberge en
auberge, s'enquérant de l'histoire des châteaux qu'il aperçoit le long
de la route, et que lui raconte le bon chevalier son compagnon. «Et
nous vinsmes à Tarbes, et nous fusmes tout aises à l'hostel de
l'Estoile, et y séjournasmes tout sejour; car c'est une ville trop
bien aisée pour sejourner chevaux: de bons foins, de bonnes avoines et
de belles rivieres... Puis vinsmes à Orthez. Le chevalier descendit à
son hostel, et je descendis à l'hostel de la Lune.»

On rencontrait sur les chemins des basternes ou litières, des mules,
des palefrois et des voitures à bœufs: les roues des charrettes
étaient à l'antique. Les chemins se distinguaient en chemins
_péageaux_ et en _sentiers_; des lois en réglaient la largeur: le
chemin péageau devait avoir quatorze pieds (MSS. SAINTE-PALAYE); les
sentiers pouvaient être ombragés, mais il fallait élaguer les arbres
le long des voies royales, excepté les _arbres d'abris_
(_Capitulaires_). Le service des fiefs creusa cette multitude infinie
de chemins de traverse dont nos campagnes sont sillonnées.

Les bains chauds étaient d'un usage commun, et portaient le nom
d'étuves: les Romains nous avaient laissé cet usage, qui ne se perdit
guère que sous la monarchie absolue, époque où la France devint sale.
On criait dans les rues de Paris, sous Philippe-Auguste:

    Seigneur, voulez-vous vous baigner?
      Entrez donc sans deslaïer;
    Les bains sont chauds, c'est sans mentir.

C'était le temps du merveilleux en toute chose: l'aumônier, le moine,
le pèlerin, le chevalier, le troubadour, avaient toujours à dire ou à
chanter des aventures. Le soir, autour du foyer à bancs, on écoutait
ou le roman de Lancelot du Lac, ou l'histoire lamentable du châtelain
de Coucy, ou l'histoire moins triste de la reine Pédauque, «largement
pattée, comme sont les oies, et comme jadis à Toulouse les portoit
(les pattes) la reine Pédauque» (RABELAIS); ou l'histoire du _gobelin_
Orton, grand nouvelliste qui venait dans le vent, et qui fut tué dans
une grosse truie noire. (FROISSART.)

La belle Mélusine était condamnée à être moitié serpent tous les
samedis, et fée les autres jours, à moins qu'un chevalier ne consentît
à l'épouser en renonçant à la voir le samedi. Raimondin, comte de
Forez, ayant trouvé Mélusine dans un bois, en fit sa femme; elle eut
plusieurs enfants, entre autres un fils qui avait un œil rouge et un
œil bleu: Mélusine bâtit le château de Lusignan. Mais enfin Raimondin
s'étant mis en tête de voir sa femme un samedi, lorsqu'elle était
demi-serpent, elle s'envola par une fenêtre, et elle demeurera fée
jusqu'au jour du jugement dernier. Lorsque le manoir de Lusignan
change de maître, ou qu'il doit mourir quelqu'un de la famille
seigneuriale, Mélusine paraît trois jours sur les tours du château, et
pousse de grands cris. Tels étaient la Psyché du moyen âge et ce
château de Lusignan que Charles Quint admira et dont Brantôme déplore
la ruine.

Avec ces contes on écoutait encore ou le sirvente du trouvère contre
un chevalier félon, ou la vie d'un pieux personnage. Ces vies de
saints recueillies par les Bollandistes n'étaient pas d'une
imagination moins brillante que les relations profanes: incantations
de sorciers, tours de lutins et de farfadets, courses de loups-garous,
esclaves rachetés, attaque de brigands; voyageurs sauvés, et qui, à
cause de leur beauté, épousent les filles de leurs hôtes (_Saint
Maxime_); lumières qui pendant la nuit révèlent au milieu des buissons
le tombeau de quelque vierge; châteaux qui paraissent soudainement
illuminés. (_Saint Viventius, Maure et Brista._)

Saint Déicole s'était égaré; il rencontre un berger, et le prie de lui
enseigner un gîte: «Je n'en connais pas, dit le berger, si ce n'est
dans un lieu arrosé de fontaines, au domaine du puissant vassal
Weissart.--«Peux-tu m'y conduire?» répondit le saint. «Je ne puis
quitter mon troupeau,» répliqua le pâtre. Déicole fiche son bâton en
terre; et quand le pâtre revint après avoir conduit le saint, il
trouva son troupeau couché paisiblement autour du bâton miraculeux.
Weissart, terrible châtelain, menace de faire mutiler Déicole; mais
Berthilde, femme de Weissart, a une grande vénération pour le prêtre
de Dieu. Déicole entre dans la forteresse; les serfs empressés le
veulent débarrasser de son manteau; il les remercie, et suspend ce
manteau à un rayon de soleil qui passait à travers la lucarne d'une
tour. (BOLL., tome II, page 202.)

Chercher à dérouler avec méthode le tableau des mœurs de ce temps
serait à la fois tenter l'impossible et mentir à la confusion de ces
mœurs. Il faut jeter pêle-mêle toutes ces scènes telles qu'elles se
succédaient sans ordre ou s'enchevêtraient dans une commune action,
dans un même moment; il n'y avait d'unité que dans le mouvement
général qui entraînait la société vers un perfectionnement éloigné,
par la loi naturelle de l'existence humaine.

D'un côté la chevalerie, de l'autre le soulèvement des masses
rustiques; tous les déréglements de la vie dans le clergé, et toute
l'ardeur de la foi. Les _Galois_ et _Galoises_, sorte de pénitents
d'amour, se chauffaient l'été à de grands feux, et se couvraient de
fourrures; l'hiver, ils ne portaient qu'une _cotte simple_, et ne
mettaient dans leurs cheminées que des verdures. _Plusieurs
transissoient de pur froid, et mouroient tout roydes de lez leurs
amyes, et aussi leurs amyes de lez eulz, en parlant de leurs
amourettes[67]._ Lors de la _Vaudoisie d'Arras_, les hommes et les
femmes, retirés dans les bois, après avoir retrouvé un certain démon,
se livraient à une prostitution générale. Les turlupins pratiquaient
les mêmes désordres.

  [67] LATOUR, _Hist. du Poitou_; SAINTE-PALAYE, _Mém. sur l'anc.
  chev._, Ve partie, dans les notes, pag. 387.

Des moines libertins se veulent venger d'un évêque réformateur qui
venait de mourir: pendant la nuit ils tirent du cercueil le cadavre du
prélat, le dépouillent de son linceul, le fouettent, et en sont
quittes pour payer chaque année quarante sous d'amende. Les cordeliers
avaient renoncé à _toute espèce de propriété_: le pain quotidien
qu'ils mangeaient était-il une propriété? Oui, disaient les religieux
d'une autre robe; donc le cordelier qui mange viole la constitution de
son ordre; donc il est en état de péché mortel, par la seule raison
qu'il vit, et qu'il faut manger pour vivre. L'empereur et les Gibelins
se déclarèrent pour les cordeliers, le pape et les Guelfes contre les
cordeliers. De là une guerre de cent ans; et le comte du Mans, qui fut
depuis Philippe de Valois, passe les Alpes pour défendre l'Église
contre les Visconti et les cordeliers[68].

  [68] _Spicil._, tom. 1, pag. 73. _Hist. des ouvr. des sav._, an 1700,
  pag. 72. _Lettre sur le péché imaginaire_, pag. 22 et suiv.

On courait au bout du monde, et l'on osait à peine, dans le nord de la
France, hasarder un voyage d'un monastère à un autre, tant la route de
quelques lieues paraissait longue et périlleuse! Des gyrovagues ou
moines errants (pendants des chevaliers errants), cheminant à pied ou
chevauchant sur une petite mule, prêchaient contre tous les scandales;
ils se faisaient brûler vifs par les papes, auxquels ils reprochaient
leurs désordres, et noyer par les princes, dont ils attaquaient la
tyrannie. Des gentilshommes s'embusquaient sur les chemins et
dévalisaient les passants, tandis que d'autres gentilshommes
devenaient en Espagne, en Grèce, en Dalmatie, seigneurs des
immortelles cités dont ils ignoraient l'histoire. Cours d'amour où
l'on raisonnait d'après toutes les règles du scottisme, et dont les
chanoines étaient membres; troubadours et ménestrels vaguant de
château en château, déchirant les hommes dans des satires, louant les
dames dans des ballades; bourgeois divisés en corps de métier,
célébrant des solennités patronales où les saints du paradis étaient
mêlés aux divinités de la Fable; représentations théâtrales; fêtes des
fous ou des cornards, messes sacriléges; soupes grasses mangées sur
l'autel; l'_Ite missa_ répondu par trois braiements d'âne; barons et
chevaliers s'engageant dans des repas mystérieux à porter la guerre
dans un pays, faisant vœu sur un paon ou sur un héron d'accomplir des
faits d'armes pour leurs mies; juifs massacrés et se massacrant entre
eux, conspirant avec les lépreux pour empoisonner les puits et les
fontaines; tribunaux de toutes les sortes, condamnant, en vertu de
toutes les espèces de lois, à toutes les sortes de supplices, des
accusés de toutes les catégories, depuis l'hérésiarque, écorché et
brûlé vif, jusqu'aux adultères, attachés nus l'un à l'autre, et
promenés au milieu du peuple; le juge prévaricateur substituant à
l'homicide riche condamné un prisonnier innocent; des hommes de loi
commençant cette magistrature qui rappela, au milieu d'un peuple léger
et frivole, la gravité du sénat romain: pour dernière confusion, pour
dernier contraste, la vieille société civilisée à la manière des
anciens, se perpétuant dans les abbayes; les étudiants des universités
faisant renaître les disputes philosophiques de la Grèce; le tumulte
des écoles d'Athènes et d'Alexandrie se mêlant au bruit des tournois,
des carrousels et des pas d'armes. Placez enfin, au-dessus et en
dehors de cette société si agitée, un autre principe de mouvement, un
tombeau, objet de toutes les tendresses, de tous les regrets, de
toutes les espérances, qui attirait sans cesse au delà des mers les
rois et les sujets, les vaillants et les coupables: les premiers pour
chercher des ennemis, des royaumes, des aventures; les seconds pour
accomplir des vœux, expier des crimes, apaiser des remords.

L'Orient, malgré le mauvais succès des croisades, resta longtemps pour
les Français le pays de la religion et de la gloire; ils tournaient
sans cesse les yeux vers ce beau soleil, vers ces palmes de l'Idumée,
vers ces plaines de Rama, où les infidèles se reposaient à l'ombre des
oliviers plantés par Baudouin; vers ces champs d'Ascalon qui gardaient
encore les traces de Godefroi de Bouillon et de Tancrède, de
Philippe-Auguste et de Couci, de saint Louis et de Sargines; vers
cette Jérusalem un moment délivrée, puis retombée dans ses fers, et
qui se montrait à eux, comme à Jérémie, insultée des passants, noyée
dans ses pleurs, privée de son peuple, assise dans la solitude.

Tels furent ces siècles d'imagination et de force qui marchaient avec
tout cet attirail au milieu des événements historiques les plus
variés, au milieu des hérésies, des schismes, des guerres féodales,
civiles et étrangères; ces siècles doublement favorables au génie, ou
par la solitude des cloîtres quand on la recherchait, ou par le monde
le plus étrange et le plus divers quand on le préférait à la solitude.
Pas un seul point de la France où il ne se passât quelque fait
nouveau; car chaque seigneurie laïque ou ecclésiastique était un petit
État qui gravitait dans son orbite et avait ses phases: à dix lieues
de distance, les coutumes ne se ressemblaient plus. Cet ordre de
choses, extrêmement nuisible à la civilisation générale, imprimait à
l'esprit particulier un mouvement extraordinaire: aussi toutes les
grandes découvertes appartiennent-elles à ces siècles. Jamais
l'individu n'a tant vécu: le roi rêvait l'agrandissement de son
empire; le seigneur, la conquête du fief de son voisin; le bourgeois,
l'augmentation de ses priviléges; le marchand, de nouvelles routes à
son commerce. On ne connaissait le fond de rien; on n'avait rien
épuisé; on avait foi à tout; on était à l'entrée et comme au bord de
toutes les espérances, de même qu'un voyageur sur une montagne attend
le lever du jour dont il aperçoit l'aurore. On fouillait le passé
ainsi que l'avenir; on découvrait avec la même joie un vieux manuscrit
et un nouveau monde; on marchait à grands pas vers des destinées
ignorées, mais dont on avait l'instinct, comme on a toute sa vie
devant soi dans la jeunesse. L'enfance de ces siècles fut barbare;
leur virilité, pleine de passion et d'énergie; et ils ont laissé leur
riche héritage aux âges civilisés qu'ils portèrent dans leur sein
fécond.

    CHATEAUBRIANT, _Analyse raisonnée de l'Histoire de France_.



LA LOI SALIQUE.

Cause de la guerre de Cent Ans.


Pour quelle achoison la guerre mut entre le roi de France et le roi
d'Angleterre.

Or, dit le conte que le beau roi Philippe de France eut trois fils
avec cette belle fille Isabelle[69] qui fut mariée en Angleterre au
roi Édouard dont j'ai parlé ci-dessus; et furent ces trois fils moult
beaux; desquels l'aîné eut nom Louis, qui fut au vivant de son père,
roi de Navarre, et l'appeloit-on le roi Hutin. Le second né eut nom
Philippe le Long; et le tiers eut nom Charles; et furent tous trois
rois de France après la mort du roi Philippe leur père, par droite
succession, l'un après l'autre, sans avoir hoir mâle de leur corps
engendré par voie de mariage. Si que, après la mort du dernier roi
Charles, les douze pairs et les barons de France ne donnèrent point le
royaume à la sœur qui étoit roine d'Angleterre, pourtant qu'ils
vouloient dire et maintenir, et encore veulent, que le royaume de
France est bien si noble qu'il ne doit mie aller à femelle, ni par
conséquent au roi d'Angleterre son ains-né fils. Car, ainsi comme ils
veulent dire, le fils de la femme ne peut avoir droit ni succession de
par sa mère, là où sa mère n'y a point de droit: si que, par ces
raisons, les douze pairs et les barons de France donnèrent, de leur
commun accord, le royaume de France à monseigneur Philippe, fils jadis
à monseigneur Charles de Valois, frère jadis de ce beau roi Philippe
dessus dit, et en ôtèrent la roine d'Angleterre et son fils, qui étoit
hoir mâle et fils de la sœur du dernier roi Charles.

  [69] Isabelle, mère d'Édouard III, était fille de Philippe IV, et
  Philippe de Valois était petit-fils de Philippe, par Charles de
  Valois, frère de Philippe IV. Louis X avait laissé une fille
  nommée Jeanne, qui vivait encore à l'époque de la mort de Charles
  VI, en 1328. (_Note de M. Buchon._)

Ainsi alla le dit royaume hors de la droite ligne, ce semble à moult
de gens; parquoi grands guerres en sont nées et venues, et grand
destruction de gens et de pays au royaume de France et ailleurs, si
comme vous pourrez ouïr ci-après; car c'est la vraie fondation de
cette histoire pour raconter les grands entreprises et les grands
faits d'armes qui avenus en sont: car, puis le temps du bon roi
Charlemagne, qui fut empereur d'Allemagne et roi de France, n'avinrent
si grands aventures de guerre au royaume de France qu'elles sont
avenues pour ce fait-ci, ainsi que vous orrez au livre, mais que j'aie
temps et loisir du faire et vous du lire. Or me veux retraire à la
droite matière commencée, et taire de cette, tant que temps et lieu
venront que j'en devrai parler.


  Comment le roi Charles de France mourut sans hoir mâle, et
    comment les douze pairs et les barons élurent à roi monseigneur
    Philippe de Valois; et comment il déconfit les Flamands qui
    s'étoient rebellés contre leur seigneur.

1328.

Le roi Charles de France, fils au beau roi Philippe, fut trois fois
marié, et si mourut sans hoir mâle de son corps, dont ce fut grand
dommage pour le royaume, si comme vous orrez ci-après. La première de
ses femmes fut l'une des plus belles dames du monde; et fut fille de
la comtesse d'Artois[70]. Celle garda mal son mariage et se forfit,
parquoi elle en demeura longtemps au Châtel Gaillard en prison et à
grand meschef, ainçois que son mari fût roi. Quand le royaume lui fut
échu et il fut couronné, les douze pairs et les barons de France ne
voulurent mie, s'ils eussent pu, que le royaume demeurât sans hoir
mâle. Si quistrent sens et avis par quoi le roi fût remarié; et le fut
à la fille de l'empereur Henry de Lucembourc[71] et sœur au gentil
roi de Behaigne[72]; et parquoi le premier mariage fut défait et
annulé de cette dame qui en prison étoit, et tout par la déclaration
du Pape, notre saint-père, qui adonc étoit. De cette seconde dame de
Lucembourc, qui étoit moult humble et prude femme, eut le roi un fils
qui mourut moult jeune, assez tôt la mère après, à Yssoldun en Berry;
et moururent tous deux moult soupçonneusement, de quoi aucunes gens
furent incoulpés en derrière couvertement. Après, ce roi Charles fut
remarié tierce fois à la fille de son oncle de remariage[73], la fille
de monseigneur Louis comte d'Évreux, la reine Jeanne et sœur au roi
de Navarre qui adonc étoit. Puis avint que cette dame fut enceinte, et
le roi son mari s'accoucha malade au lit de la mort.

  [70] Blanche de Bourgogne, fille d'Othon IV, palatin de
  Bourgogne.

  [71] Marie de Luxembourg, fille de l'empereur Henri VII et de
  Marguerite de Brabant.

  [72] Jean de Luxembourg, roi de Bohême.

  [73] Froissart veut apparemment faire entendre, par l'expression
  _son oncle de remariage_, que Louis comte d'Évreux, frère du roi
  Philippe le Bel, était issu du second mariage de Philippe le
  Hardi, leur père commun, avec Marie de Brabant. (_Note de M.
  Buchon._)

Quant il aperçut que mourir le convenoit, il devisa que s'il avenoit
que la roine s'accouchât d'un fils, il vouloit que messire Philippe de
Valois, son cousin germain, en fût mainbour, et régent du royaume,
jusques adonc que son fils seroit en âge d'être roi; et s'il avenoit
que ce fût une fille, que les douze pairs et les hauts barons de
France eussent conseil et avis entre eux d'en ordonner, et donnassent
le royaume à celui qui avoir le devroit. Sur ce, le roi Charles alla
mourir environ la Chandeleur, l'an de grâce mil trois cent vingt
sept[74].

  [74] Charles le Bel mourut à Vincennes, dans la nuit du 31
  janvier au 1er février 1327, en commençant l'année à Pâques
  suivant l'usage d'alors, et 1328, suivant notre manière actuelle
  de la commencer au 1er janvier.

Ne demeura mie grandement après ce que la reine Jeanne accoucha d'une
fille[75], de quoi le plus du royaume en furent durement troublés et
courroucés.

  [75] Cette fille, nommée Blanche, vint au monde le 1er avril
  1328.

Quand les douze pairs et les hauts barons de France surent ce, ils
s'assemblèrent à Paris le plustôt qu'ils purent, et donnèrent le
royaume, de commun accord, à monseigneur Philippe de Valois, fils
jadis au comte de Valois, et en ôtèrent la roine d'Angleterre et le
roi son fils, qui étoit demeurée, sœur germaine du roi Charles
dernier trépassé; pour raison de ce qu'ils dient que le royaume de
France est de si grand'noblesse qu'il ne doit mie par succession aller
à femelle, ni par conséquent à fils de femelle, ainsi que vous avez
ouï ça devant au commencement de ce livre. Et firent celui monseigneur
Philippe couronner à Rains, l'an de grâce mil trois cent vingt huit,
le jour de la Trinité[76], dont puis ce di grand guerre et grand
désolation avint au royaume de France et en plusieurs pays, si comme
vous pourrez ouïr en cette histoire.

  [76] Le dimanche de la Trinité était cette année le 29 mai.

    CHRONIQUES DE FROISSART, éditées par M. Buchon.

   Jean Froissart naquit à Valenciennes, en 1333. Ce fut à l'âge de
   vingt-ans qu'il commença ses Chroniques. Il se borna d'abord à
   reproduire, pour les événements qui s'étaient accomplis de 1325 à
   1356, les récits des autres chroniqueurs, et surtout la relation
   de monseigneur Jean le Bel, chanoine de Saint-Lambert de Liége.
   En 1361, il présenta la première partie de son travail à la reine
   d'Angleterre, Philippe de Hainaut. Jusqu'à la fin de sa vie il
   eut souvenir de cette noble dame, «Car elle me fit et créa»
   dit-il; et il rappelle en plusieurs endroits, non sans une vive
   émotion, qu'elle l'avait accueilli gracieusement à ses débuts;
   qu'elle l'avait encouragé par ses conseils et aidé de ses
   largesses.

   A partir de cette époque commencèrent les voyages du chroniqueur.
   Nous nous bornerons ici à donner une sèche énumération des lieux
   où il s'arrêta pour voir, interroger et raconter. Il fit
   plusieurs fois le voyage d'Angleterre. Ce fut pendant son premier
   séjour, qui dura cinq ans, qu'il visita l'Écosse. Il parcourut
   toutes les parties de la France. En 1366 il était à Bordeaux. En
   1367, il accompagna jusqu'à Dax le prince de Galles, qui partait
   pour l'Espagne. Il revint dans les provinces qui avoisinent les
   Pyrénées en 1388; ce fut alors qu'il se rendit à la cour de
   Gaston de Foix, et vit Carcassonne, Orthez et Pamiers. En 1389 il
   était à Avignon; de là, en traversant le Lyonnais et le
   Bourbonnais, il courut en Auvergne, où il assista, à Riom, au
   mariage du duc de Berri avec Jeanne de Boulogne. Nous n'avons pas
   besoin de dire que Froissart connut la Flandre et tout le nord de
   la France et qu'il vint souvent à Paris. En 1394, il visita une
   dernière fois l'Angleterre, où il resta trois mois à la cour du
   roi Richard. N'oublions pas le plus beau des voyages de
   Froissart: en 1368, il assista, à Milan, au mariage de Lionel,
   duc de Clarence, avec la fille de Galeas Visconti. C'est là
   qu'il devait rencontrer Chaucer et Pétrarque. Il parcourut alors
   la Savoie; il vit Bologne, Ferrare, une grande partie de
   l'Italie, et il revint en Flandre par l'Allemagne.

   Ce fut pendant ce perpétuel voyage que Froissart rassembla tous
   les matériaux de sa Chronique. Pendant la chevauchée, à table, le
   soir à l'heure des gais propos, il interrogeait avec une avide
   curiosité ses compagnons de route ou ses nobles hôtes, et il
   recueillait précieusement, pour les écrire, quelquefois sous la
   forme même de la conversation, les histoires qu'on lui racontait.
   Il ne se souciait point des livres, et, comme on dirait
   aujourd'hui, des documents officiels; il lui suffisait, pour
   accepter un fait et pour l'affirmer, du témoignage des _anciens
   chevaliers et écuyers qui avoient été en faits d'armes, et qui
   proprement en savoient parler_. Aussi, il pénétrait dans toutes
   les cours et il entrait dans tous les châteaux: «Au temps,
   dit-il, que j'ai travellé par le monde, j'ai vu deux cents hauts
   princes.»

   Certains critiques ont cherché à se rendre compte du travail de
   Froissart; ils ont voulu savoir comment le chroniqueur composait
   son œuvre. Nul ne l'a dit mieux que lui-même: «Or, considérez,
   entre vous qui me lisez ou me lirez, ou m'avez lu, ou orrez lire,
   comment je puis avoir su ni rassemblé tant de faits desquels je
   traite et propose en tant de parties. Et pour vous informer de la
   vérité, je commençai jeune, dès l'âge de vingt ans; et si suis
   venu au monde avec les faits et les aventures; et si y ai
   toujours pris grand plaisance plus que à autre chose; et si m'a
   Dieu donné tant de grâces que je ai été bien de toutes les
   parties, et des hôtels des rois, et par espécial de l'hôtel du
   roi Édouard d'Angleterre et de la noble roine sa femme, madame
   Philippe de Hainaut, roine d'Angleterre, dame d'Irlande et
   d'Aquitaine, à laquelle en ma jeunesse je fus clerc, et la
   servois de beaux dits et traités amoureux: et pour l'amour du
   service de la noble et vaillante dame à qui j'étois, tous autres
   seigneurs, rois, ducs, comtes, barons et chevaliers, de quelque
   nation qu'ils fussent, me aimoient, oyoient et voyoient
   volontiers, et me faisoient grand profit. Ainsi, au titre de la
   bonne dame et à ses coutages et aux coutages des hauts seigneurs
   en mon temps, je cherchai la plus grand partie de la chrétienté;
   et partout où je venois, je faisois enquête aux anciens
   chevaliers et écuyers qui avoient été en faits d'armes et qui
   proprement en savoient parler, et aussi à aucuns hérauts de
   crédence, pour vérifier et justifier toutes matières. Ainsi ai-je
   rassemblé la haute et noble histoire et matière, et le gentil
   comte de Blois dessus nommé y a rendu grand peine[77]; et tant
   comme je vivrai, par la grâce de Dieu je la continuerai; car
   comme plus y suis et plus y laboure, et plus me plaît; car ainsi
   comme le gentil chevalier et écuyer qui aime les armes, et en
   persévérant et continuant il s'y nourrit parfait, ainsi, en
   labourant et ouvrant sur cette matière, je m'habilite et
   délecte[78].»

  [77] Il s'agit de Gui de Châtillon, comte de Blois. Froissart
  l'appelle plus haut _mon très-cher seigneur et maître_. Le
  chroniqueur s'était attaché à lui en 1384, après la mort de
  Wenceslas, duc de Brabant.

  [78] Chroniques, IV, ch. 1.

   Si Froissart a fait ses Chroniques, s'il se plaît à raconter les
   _honorables entreprises, nobles aventures et faits d'armes_, c'est
   pour que les _preux aient exemple d'eux encourager en bien
   faisant_. C'est là le seul but moral auquel il tende; tout, dans
   ses mille récits, est subordonné à cette maxime qu'il a placée au
   début de l'Épinette amoureuse:

    Que toute joie et toute honours
    Viennent et d'armes et d'amours.

   A son retour d'Italie, Froissart avait été nommé curé de
   Lestines. Plus tard, comme il nous l'apprend, il devint _trésorier
   et chanoine de Chimay et de Lille en Flandre_. On croit qu'il
   passa les dernières années de sa vie dans la ville où il était
   né, à Valenciennes. Il mourut vers 1410, suivant M. Buchon. Le
   savant éditeur de Froissart a recueilli sur ce fait des
   témoignages qui nous semblent incontestables, et nous n'hésitons
   pas à adopter son opinion[79].

  [79] Extrait de la Notice sur Froissart, publiée par M. Yanoski,
  dans les Extraits de Froissart (1 vol. in-12, dans la collection
  des chefs-d'œuvre de la littérature française, publiée par MM.
  Didot).



BATAILLE DE CASSEL.

1328.


Assez tôt après ce que ce roi Philippe fut couronné à Rains, il manda
ses princes, ses barons et toutes ses gens d'armes, et alla atout son
pouvoir loger en la ville[80] de Cassel pour guerroyer les Flamands,
qui étoient rebelles à leur seigneur[81], mêmement ceux de Bruges,
d'Ypre et ceux du Franc[82]; et ne vouloient obéir au dit comte de
Flandre, mais l'avoient enchassé; et ne pouvoit adonc nulle part
demeurer en son pays, fors tant seulement à Gand, et encore assez
escharsement. Si déconfit adonc le roi Philippe bien seize mille
Flamands, qui avoient fait un capitaine qui s'appeloit Colin
Dennekins[83], hardi homme et outrageux durement; et avoient les
dessusdits Flamands fait leur garnison de Cassel, au commandement et
aux gages des villes de Flandre, pour garder ces frontières là en
droit. Et vous dirai comment ces Flamands furent déconfits, et tout
par leur outrage.

  [80] C'est-à-dire, sans doute, _auprès de Cassel_; car les Flamands
  étaient maîtres de la ville, comme Froissart le dira plus bas.

  [81] Le comte Louis dit de Crécy.

  [82] Le Franc, _Franconatus, terra franca_. C'est une partie de la
  Flandre française qui fut cédée à la France par la paix des
  Pyrénées. Elle comprend les bailliages de Bourbourg, Bergues,
  Saint-Winox et Furnes, et outre les chefs-lieux de ces
  bailliages, les villes de Dunkerque et de Gravelines.

  [83] Les historiens flamands le nomment Nicolas Zonnekins.

Ils se partirent un jour, sur l'heure de souper, du mont de
Cassel[84], en intention de déconfire le roi et tout son ost, et
s'envinrent tout paisiblement, sans point de noise, ordonnés en trois
batailles, desquelles l'une alla droit aux tentes du roi, et eurent
près soupris le roi qui séoit à souper et toutes ses gens. L'autre
bataille s'en alla droit aux tentes du roi de Behaigne, et le
trouvèrent près en tel point; et la tierce bataille s'en alla droit
aux tentes du comte de Hainaut, et l'eurent aussi près soupris, et le
hâtèrent si que à grand peine purent ses gens être armés, ni les gens
monseigneur de Beaumont son frère. Et vinrent tantôt ces trois
batailles si paisiblement jusques aux tentes, que à grand meschef
furent les seigneurs armés et leurs gens assemblés. Et eussent tous
les seigneurs et leurs gens été morts si Dieu ne les eût, ainsi comme
par droit miracle, secourus et aidés; mais, par la grâce et volonté de
Dieu, chacun de ces seigneurs déconfit sa bataille si entièrement, et
tous à une heure et à un point, qu'oncques de ces seize mille Flamands
nul n'en échappa; et fut leur capitaine tué[85]. Et si ne sut oncques
nul de ces seigneurs nouvelles l'un de l'autre, jusques adonc qu'ils
eurent tout fait; et oncques des seize mille Flamands qui morts y
demeurèrent n'en recula un seul, que tous ne fussent morts et tués en
trois monceaux l'un sur l'autre, sans issir de la place là où chacune
bataille commença, qui fut l'an de grâce mil trois cent vingt huit, le
jour de la Saint Barthélemy. Adonc, après cette déconfiture, vinrent
les Français à Cassel et y mirent les bannières de France, et se
rendit la ville au roi; et puis Poperingue, et après Ypre, et tous
ceux de la châtellenie de Bergues, et ceux de Bruges en suivant, et
reçurent le comte Louis, leur seigneur, amiablement adonc et
paisiblement, et lui jurèrent foi et loyauté à toujours mais.

  [84] Ils s'étaient retranchés sur une éminence à la vue de Cassel
  dont ils étaient en possession et qui leur servait comme de place
  forte. Ils firent arborer sur les murs des tours de Cassel une
  espèce d'étendard sur lequel ils avaient fait peindre un coq avec
  ces mots:

    Quand ce coq ici chantera,
    Le _roi trouvé_ ci entrera.

  Ils appelaient Philippe le _roi trouvé_, parce qu'il n'avait pas dû
  espérer d'être roi. Après la victoire, Philippe fit mettre Cassel
  à feu et à sang.

  [85] Zonnekins.

Quand le roi Philippe de France eut remis le comte de Flandre en son
pays, et que tous lui eurent juré féauté et hommage, il départit ses
gens, et retourna chacun en son lieu; et il même s'en vint en France
et séjourner à Paris et là environ. Si fut durement prisé et honoré de
cette emprise qu'il avoit faite sur les Flamands, et aussi du beau
service qu'il avoit fait au comte Louis, son cousin. Si demeura en
grand'honneur, et accrut grandement l'état royal, et n'y avoit oncques
mais eu en France roi, si comme on disoit, qui eût tenu l'état pareil
au roi Philippe; et faisoit faire tournois, joutes et ébatements moult
et à grand plenté.

Or nous tairons-nous un petit de lui et parlerons des ordonnances
d'Angleterre et du gouvernement du roi.

    CHRONIQUES DE FROISSART, éditées et annotées par Buchon.



ÉDOUARD III FAIT HOMMAGE AU ROI DE FRANCE.

1329.


Le jeune roi d'Angleterre ne mit mie en oubli le voyage qu'il devoit
faire au royaume de France, et s'appareilla bien et suffisamment,
ainsi que à lui appartenoit et à son état. Si se partit d'Angleterre
quand jour fut du partir[86]. En sa compagnie avoit deux évêques,
celui de Londres et celui de Lincolle, et quatre comtes, monseigneur
Henry comte de Derby, son cousin germain, fils messire Thomas de
Lancastre au tort Col; son oncle, le comte de Salebrin, le comte de
Warvich et le comte de Herfort; six barons, monseigneur Regnaut de
Cobeham, monseigneur Thomas Wage, maréchal d'Angleterre, monseigneur
Richard de Stanford, le seigneur de Percy, le seigneur de Manne[87],
et le seigneur de Moutbray, et plus de quarante autres chevaliers.

  [86] Édouard s'embarqua à Douvres, le vendredi 26 mai 1329, vers
  midi.

  [87] Man.

Si étoient en la route et à la délivrance du roi d'Angleterre plus de
mille chevaux; et mirent deux jours à passer entre Douvres et Wissant.
Quand ils furent outre, et leurs chevaux traits hors des nefs et des
vaissiaulx, le roi monta à cheval, accompagné ainsi que je vous ai
dit, et chevaucha tant qu'il vint à Boulogne; et là fut-il un jour.
Tantôt nouvelles vinrent au roi Philippe de France et aux seigneurs
de France, qui jà étoient à Amiens, que le roi d'Angleterre étoit
arrivé et venu à Boulogne. De ces nouvelles eut le roi Philippe
grand'joie, et envoya tantôt son connétable[88] et grand foison de
chevaliers devers le roi d'Angleterre, qu'ils trouvèrent à Monstreuil
sur la mer; et eut grands reconnaissances et approchemens d'amour.
Depuis, chevaucha le jeune roi d'Angleterre en la compagnie du
connétable de France; et fit tant avec sa route qu'il vint en la cité
d'Amiens, où le roi Philippe étoit tout appareillé et pourvu de le
recevoir, le roi de Behaigne, le roi de Navarre et le roi de
Maillogres[89] de-lez lui, et si grand foison de ducs, de comtes et de
barons que merveilles seroit à penser: car là étoient tous les douze
pairs de France pour le roi d'Angleterre fêter, et aussi pour être
personnellement et faire témoin à son hommage.

  [88] Comme la date précise de la mort de Gaucher de Chatillon,
  connétable de France, arrivée dans le cours de cette année 1329,
  n'est pas connue, on ignore si c'est de lui qu'il s'agit ici,
  ainsi que l'a pensé du Chesne, ou de Raoul de Brienne, comte
  d'Eu, qui lui succéda dans la dignité de connétable.

  [89] Dom Jayme II d'Aragon, roi de Majorque et seigneur de
  Montpellier.

Si le roi Philippe de France reçut honorablement et grandement le
jeune roi d'Angleterre, ce ne fait mie à demander; et aussi firent
tous les rois, les ducs et les comtes qui là étoient; et furent tous
iceux seigneurs adonc en la cité d'Amiens, jusqu'à quinze jours. Là
eut maintes paroles et ordonnances faites et devisées; et me semble
que le roi Édouard fit adonc hommage de bouche et de parole tant
seulement, sans les mains mettre entre les mains du roi de France, ou
aucun prince ou prélat de par lui député; et n'en voulut adonc le dit
roi d'Angleterre, par le conseil qu'il eut, dudit hommage plus avant
procéder, si seroit retourné en Angleterre et auroit vu, lu et
examiné les priviléges de jadis, qui devoient éclaircir le dit
hommage, et montrer comment et de quoi le roi d'Angleterre devoit être
homme du roi de France. Le roi de France qui véoit le roi
d'Angleterre, son cousin, jeune, entendit bien toutes ces paroles, et
ne le voult adonc de rien presser; car il savoit assez que bien y
recouvreroit quand il voudroit, et lui dit: «Mon cousin, nous ne vous
voulons pas decevoir, et nous plaît bien ce que vous en avez fait à
présent, jusques à tant que vous soyez retourné en votre pays et vu,
par les scellés de vos prédécesseurs, quelle chose vous en devez
faire.» Le roi d'Angleterre et son conseil répondirent: «Cher sire,
grands mercis.»

Depuis se joua, ébatit, et demeura le roi d'Angleterre avec le roi de
France en la cité d'Amiens: et quand tant y eut été que bien dût
suffire par raison, il prit congé et se partit du roi moult
amiablement et de tous les autres princes qui là étoient, et se mit au
retour pour revenir en Angleterre, et repassa la mer; et fit tant par
ses journées qu'il vint à Windesore, où il trouva la roine Philippe sa
femme, qui le reçut liement, et lui demanda nouvelles du roi Philippe
son oncle et de son grand lignage de France. Le roi son mari lui en
recorda assez, et du grand état qu'il avoit trouvé, et comment on
l'avoit recueilli et festoyé grandement, et des honneurs qui étoient
en France, auxquelles faire ni de les entreprendre à faire, nul autre
pays ne s'accomparage.

    CHRONIQUES DE FROISSART, éditées et annotées par Buchon.



ROBERT D'ARTOIS.

1331.

   Comment le roi de France prit en haine messire Robert d'Artois,
   dont il lui convint s'enfuir hors du royaume; et comment il fit
   mettre sa femme et ses enfants en prison, qui oncques puis n'en
   issirent.


L'homme du monde qui plus aida le roi Philippe à parvenir à la
couronne de France et à l'héritage, ce fut messire Robert d'Artois,
qui étoit l'un des plus hauts barons de France et le mieux enlignagé,
et trait des royaux[90]; et avoit à femme la sœur germaine du roi
Philippe[91], et avoit été toudis son plus espécial compagnon et ami
en tous états; et fut bien l'espace de trois ans que en France tout
étoit fait par lui, et sans lui n'étoit rien fait. Après advint que le
roi Philippe emprit et acueillit ce messire Robert en si grand haine,
pour occasion d'un plaid qui ému étoit devant lui, dont le comte
d'Artois étoit cause, que le dit messire Robert vouloit avoir gagné,
par vertu d'une lettre que messire Robert mit avant, qui n'étoit mie
bien vraie[92], si comme on disoit, que si le roi l'eût tenu en son
ire[93] il l'eût fait mourir sans nul remède. Et combien que le dit
messire Robert fût le plus prochain du lignage à tous les hauts barons
de France, et serourge[94] au dit roi, si lui convint-il vider
France[95] et venir à Namur devers le jeune comte Jean, son neveu et
ses frères, qui étoient enfans de sa sœur[96].

  [90] Cette expression signifie qu'il était issu du sang royal; il
  descendait en effet du roi Louis VIII, au 4e degré.

  [91] Il avait épousé Jeanne de Valois, sœur du roi.

  [92] Froissart veut parler des pièces fausses fabriquées par la
  demoiselle de Divion.--Voyez le chapitre suivant.

  [93] Colère.

  [94] Beau-frère.

  [95] Il paraît, par les dépositions des témoins, qu'il se retira
  d'abord à Bruxelles vers la fin d'août ou le commencement de
  septembre 1331, environ six mois avant l'arrêt par lequel il fut
  condamné au bannissement. Cet arrêt fut rendu le 8 avril 1332 et
  ne fut publié que le 19 mai suivant. (_Mém. de Lancelot_, t. 8 du
  Recueil de l'Académie des Inscriptions, p. 617 et 621.)

  [96] Ils étaient fils de Marie d'Artois, sœur de Robert.

Quand il fut parti de France et le roi vit qu'il ne le pourroit tenir,
pour mieux montrer que la besogne lui touchoit, il fit prendre sa
sœur, qui étoit femme au dit messire Robert, et ses deux fils et
neveux, Jean et Charles[97], et les fit mettre en prison bien
étroitement, et jura que jamais n'en issiroient tant qu'il vivroit; et
bien tint son serment, car oncques depuis, pour personne qui en
parlât, ils n'en vidèrent; dont il en fut depuis moult blâmé en
derrière.

  [97] Froissart se trompe: on n'attenta point à la liberté de _Jean_
  et de _Charles d'Artois_, mais leurs frères, nommés _Jacques_ et
  _Robert_, furent arrêtés en 1334 et enfermés au château de Nemours,
  puis au Château-Gaillard d'Andelys, où ils étaient encore le 1er
  mai 1347, sous la garde de Gauthier du Ru, écuyer, qui fournit à
  cette époque un compte de leur dépense et de celle de vingt
  personnes attachées à leur service.

Quand le dit roi de France sçut de certain et fut informé que le dit
messire Robert étoit arrêté de-lez sa sœur et ses neveux, il en fut
moult courroucé; et envoya chaudement devers l'évêque Aoul[98] de
Liége, en priant qu'il défiât et guerroyât le comte de Namur, s'il ne
mettoit messire Robert d'Artois hors de sa compagnie. Cet évêque, qui
moult aimoit le roi de France et qui petit aimoit ses voisins, manda
au jeune comte de Namur qu'il mît son oncle messire Robert d'Artois
hors de son pays et de sa terre, autrement il lui feroit guerre. Le
comte de Namur fut si conseillé qu'il mit hors de sa terre son oncle;
ce fut moult ennuis, mais faire lui convenoit ou pis attendre.

  [98] _Aoul_ ou _Adolphe de La Marck_, évêque de Liége.

Quand messire Robert se vit en ce parti, si fut moult angoisseux de
cœur, et s'avisa qu'il iroit en Brabant, pourtant que le duc son
cousin étoit si puissant que bien le soutiendroit. Si vint devers le
duc, son cousin, qui le reçut moult liement et le reconforta assez de
ses détourbiers. Le roi le sçut; si envoya tantôt messages au dit duc,
et lui manda que s'il le soutenoit ou souffroit demeurer ou repairer
en sa terre, il n'auroit pire ennemi de lui et le grèveroit en toutes
les guises qu'il pourroit. Le duc ne le voulut ou n'osa plus tenir
ouvertement en son pays, pour doute d'acquérir la haine du dit roi de
France; ains l'envoya couvertement tenir en Argenteau[99] jusques à
tant que on verroit comment le roi se maintiendroit. Le roi le sçut,
qui partout avoit ses espies; si en eut grand dépit; si pourchassa
tant et en moult bref temps après, par son or et par son argent, que
le roi de Behaigne, qui étoit cousin germain au dit roi, l'évêque de
Liége, l'archevêque de Coulogne, le duc de Guerles, le marquis de
Juliers, le comte de Bar, le comte de Los, le sire de Fauquemont et
plusieurs autres seigneurs furent alliés encontre le dit duc, et le
défièrent tous, au pourchas et requête du dessus dit roi. Et entrèrent
tantôt en son pays parmi Hesbaing, et allèrent droit à Hanut[100], et
ardirent tout à leur volonté par deux fois, eux demeurans au pays,
tant que bon leur sembla. Et envoya avec eux le comte d'Eu son
connétable, atout grand compagnie de gens d'armes, pour mieux montrer
que la besogne étoit sienne, et faite à son pourchas; et tout ardoient
son pays. Si en convint le comte Guillaume de Hainaut ensonnier; et
envoya madame sa femme, sœur du roi Philippe, et le seigneur de
Beaumont, son frère, en France pardevers le dit roi, pour impétrer une
souffrance et une trêve de lui d'une part, et du duc de Brabant
d'autre. Trop ennuis et à dureté y descendit le roi de France, tant
avoit-il pris la chose en grand dépit. Toute fois, à la prière du
comte de Hainaut son serourge, le roi s'humilia, et donna et accorda
trèves au duc de Brabant, parmi ce que le duc se mit du tout au dit et
en l'ordonnance du propre roi de France et de son conseil, de tout ce
qu'il avoit à faire au roi et à chacun de ces seigneurs qui défié
l'avoient; et devoit mettre, dedans un certain jour qui nommé y étoit,
monseigneur Robert d'Artois hors de sa terre et de son pouvoir, si
comme il fit moult ennuis; mais faire lui convint, ou autrement il eût
eu trop forte guerre de tous côtés, si comme il étoit apparant. Si
que, entrementes que ce toullement et ces besognes se portoient, ainsi
que vous oyez recorder, le roi anglois eut nouveau conseil de
guerroyer le roi d'Escosse son serourge: je vous dirai à quel titre.

  [99] Château sur la Meuse, près de Liége.

  [100] Hannut ou Hannuye, petite ville située sur la Ghète dans le
  district de Louvain.

    CHRONIQUES DE FROISSART, éditées et annotées par Buchon.



MÊME SUJET.

   Comment messire Robert d'Artois voult posséder la conté d'Artois
   par fausses lettres que la damoiselle de Divion avoit fait
   escrire et sceller.

1329.


L'an mil trois cens vint-neuf, commença messire Robert d'Artois le
plait contre la devant dite Mahaut, contesse d'Artois, si comme il
avoit fait l'an dix-sept, de quoy procès avoit esté fait autre fois.
Mais ledit messire Robert maintenoit que les lettres de mariage entre
messire Phelippe d'Artois, son père, et madame Blanche de Bretaigne,
sa mère, par lesquelles ledit conté luy appartenoit, si comme il
disoit, avoient esté par fraude muciées et repostées; si les avoit
trouvées. Et assez tost après, assambla ledit messire Robert d'Artois,
le conte d'Alençon, le duc de Bretaigne et tout plein d'autres haus
hommes de son lignage; et vint au roi Phelippe et luy requist que
droit luy fust fait de la conté d'Artois. Tantost le roy fist ajourner
la contesse à jour nommé contre ledit messire Robert, à laquelle
journée elle vint, et amena avec luy Eudon, le duc de Bourgoigne, et
Loys, le conte de Flandre. Là monstra messire Robert unes lettres
scellées du scel au conte Robert d'Artois, contenant que, quant le
mariage fu fait de monseigneur Phelippe d'Artois, père monseigneur
Robert, et de madame Blanche fille le conte Pierre de Bretaigne, le
conte les mist en la vesteure[101] de la conté d'Artois, si comme il
estoit contenu ès dites lettres. Quant la contesse vit les lettres, si
requist au roy que pour Dieu il en voulsist estre saisi, car elle
entendoit à proposer à l'encontre. Tantost fu dit par arrest que les
lettres demourroient devers le roy; et fu remise une autre journée à
laquelle la contesse devoit respondre.

  [101] _Investiture._

Or vous dirai comment ces lettres vindrent à messire Robert d'Artois.
Il avoit une damoiselle gentil-femme qui fu fille le seigneur de
Divion de la chastellerie de Béthune. Celle damoiselle s'entremettoit
des choses à venir et jugeoit à regarder la phisionomie des gens, et à
la fois disoit voir et à la fois mentoit. Elle avoit tant fait, par
aucuns des familliers messire Robert d'Artois, que elle emprist une
forte chose à faire, si comme vous orrez. Il avoit un bourgeois à
Arras qui avoit rente à vie sus le conte d'Artois, et en avoit lettres
scellées du scelle conte d'Artois. Quant il fu trespassé, la
damoiselle fist tant, par devers les hoirs dudit bourgeois, que elle
eust celles lettres; et puis fist escrire unes lettres de l'envesture
monseigneur Robert, si comme vous avez oï; puis, prist le scel de la
vieille lettre et le dessevra du parchemin à un chaut fer qui tout
propre avoit esté fait, si que l'emprainte du scel demeura toute
entière; puis la mist à la lettre nouvelle, et avoit une manière de
ciment qui attacha le scel à la lettre, ainsi comme devant; et puis
vint à messire Robert d'Artois, et luy dit que une telle lettre avoit
trouvée en sa maison, à Arras, en une vielle armoire. Quant messire
Robert vit les lettres, si en fu moult joians, et luy dist que jamais
ne luy faudroit, et l'envoia demourer à Paris.


   Comment sentence fu donnée contre messire Robert d'Artois,
   de[102] la conté d'Artois; et comment la damoiselle de Divion fu
   arse; et comment ledit Robert fu appelé à droit, pour soy purger
   des crimes devant dis.

   1331.

  [102] _De_, relativement à.

L'an mil trois cens trente et un, fu sentence donnée en parlement à
Paris pour le duc de Bourgoigne, pour la conté d'Artois, contre
messire Robert d'Artois, conte de Biaumont en Normendie. Car la
contesse d'Artois devant dite, qui estoit moult sage, fist tant que
elle ot le clerc qui avoit escrit les lettres, et le mena par devers
le roy; et cognut que la damoiselle de Divion luy avoit fait escrire
unes lettres, environ avoit un an. Puis luy furent monstrées et
recognut qu'il les avoit escrites de sa main. Puis manda le roy
messire Robert d'Artois et luy dist qu'il estoit enformé que la
lettre n'estoit pas vraie et qu'il se déportast de la demande qu'il
faisoit de la conté d'Artois. Et il respondi que si aucun vouloit dire
que elle ne fust bonne, il l'en vouldroit combatre et que jà ne se
déporteroit de la demande. Pourquoy le roy se courrouça si à luy, que
à la journée il fist porter les lettres en présence du parlement et
les fist descrier, et fist prendre la damoiselle de Divion et fist
mettre en prison en Chastellet à Paris; et fu messire Robert d'Artois
débouté de la conté d'Artois, comme devant est dit. Dont il dist si
grosses paroles du roy et de la royne que le roy le fist appeller à
ses dis; mais il ne daigna oncques aler ni luy excuser. Lors fist le
roy mettre la dite damoiselle de Divion, laquelle estoit en
Chastellet, en gehenne, laquelle confessa tout le fait, tel comme
devant est escript, et si dist plusieurs choses. Assez tost après fu
pris un autre qui estoit confesseur dudit messire Robert d'Artois; et
en après envoia le roy certains messages pour querir l'abbé de
Vezelai, lequel estoit souppeçonné de celle mauvaistié et de plusieurs
autres mauvaistiés; mais quant il sot que l'en le faisoit querir, il
se départi et s'en fui; et ainsi se sauva. Quant Robert d'Artois vit
comment les choses aloient, si se départi moult confusément.

Item, environ le mi-moys de septembre de l'an mil trois cens trente et
un, la damoiselle dessus dite qui avoit plaquié le scel ès lettres de
messire Robert d'Artois, en faisant fausseté, fu arse en la place aux
Pourciaux, à Paris; et recognut moult d'autres mauvaistiés. Quant
messire Robert d'Artois vit par quelle manière les choses aloient, si
se doubta, et fu moult courroucié de ce que le roy procédoit par telle
manière contre luy. Si dust dire ces paroles: «Par moy a esté roy et
par moy en sera demis, si je puis.» Et lors fist mener tous ses
destriers qu'il avoit biaux et nobles, et son trésor qu'il avoit
moult grant, à Bourdiaux sus Gironde, et là fist tout mettre en mer et
mener en Angleterre. Et depuis se retraist ledit messire Robert vers
son cousin le duc de Breban[103], qui le reçut en son pays, et le mit
une pièce de temps avec luy. Tantost que le roy ot oï ces nouvelles,
il fist mettre en sa main la terre dudit messire Robert, et luy manda
par certains messages qu'il comparust devant luy et devant les pers
personnellement, à certain jour, pour soy deffendre des crimes qui luy
estoient mis sus.

  [103] Tout ce récit est beaucoup plus exact que celui de
  Froissart. (_Note de M. Paulin Pâris._)

Item, en ce meisme temps, le confesseur de messire Robert d'Artois,
qui estoit prisonnier, fu appelé en la présence d'aucuns du conseil du
roy, et luy fu demandé quelle chose et quoy il povoit savoir des
fausses lettres dessus dites. Lequel respondoit et disoit qu'il n'en
savoit riens fors en confession, ni il ne le povoit bonnement révéler
sans péril de conscience. Mais à l'énortement de maistre Pierre de la
Palu, patriarche de Jhérusalem, avecques autres maistres en théologie
et aucuns secrétaires du roy, lesquels se consentoient et disoient
qu'il le povoit bien révéler selon ce que l'en dit,--mais c'est doubte
grant,--si le révéla, et le confesseur fu arrière mis en prison. Mais
ce qu'il devint à la fin le commun ne le sceut.

Item, en ce meisme an, l'an mil trois cens trente et un, le roy tenant
le siège de juge au Louvre, et avec luy plusieurs barons et prélas,
messire Robert d'Artois devant dit, lequel avoit esté la tierce fois
appelé à certain jour à respondre aux articles que l'en avoit proposés
contre luy, ne s'i comparut point si comme il devoit: mais envoia un
abbé de l'ordre de Saint-Benoist et avec luy plusieurs chevaliers,
lesquels n'avoient point de procuracion, mais estoient venus pour
prier au roy et aux barons du royaume que l'en luy voulsist ottroier
jusques à la quarte dilacion, en promettant que à icelle il viendroit
personnellement, et de tout ce que l'en luy avoit mis sus il se
purgeroit bonnement. Et après ce qu'il orent ainsi fait le message, le
roy de Behaigne et Jehan l'ainsné fils du roy de France et duc de
Normendie, avec moult d'autres barons, s'agenouillèrent devant le roy
et luy demandèrent qu'il luy pleust à ottroier audit messire Robert
jusques à la quarte dilacion et que ses biens ne fussent pas
confisqués durant ledit terme. Laquelle requeste le roy ottroia de
grace espéciale jusques au moys de mai. Et lors vint une damoiselle,
laquelle dit, en la présence du roy, que la femme messire Robert
d'Artois[104], laquelle estoit suer du roy de France, estoit plus
coupable que son mari.

  [104] Jeanne de Valois, sœur du roi de France.


   Comment messire Robert d'Artois fu bani, et du mariage Jehan,
   ainsné fils du roy de France et duc de Normandie.

L'an de grace mil trois cens trente-deux, Robert d'Artois fu bani du
royaume de France par les barons, et furent tous ses biens confisqués
au roy. Mais encore, et aux prières d'aucuns grans seigneurs, voult le
roy que les solempnés bannissemens fussent différés jusques au moys
d'après Pasques; et aussi, si il venoit dedens le terme et qu'il se
méist à la volenté du roy, du tout le roy luy feroit telle grace qui
luy sembleroit à estre convenable; et s'il ne venoit, le bannissement
seroit exécuté tout entièrement. Quant le roy vit que le terme qu'il
avoit donné gracieusement au devant du dit Robert d'Artois fu passé,
et il n'ot envoié né contremandé, si comme l'en l'avoit promis au roy
en la présence des barons, si commanda qu'il fu bani à trompes par
tous les principaux quarrefours de Paris. Et avec ce avoit certaines
personnes qui crioient en audience toutes les causes pour lesquelles
le dit messire Robert estoit bani. Et fu fait le dit bannissement le
trentiesme jour de may, l'an dessus dit.

    LES GRANDES CHRONIQUES DE SAINT-DENIS.



JACQUEMART D'ARTEVELT.

1337.


En ce temps avoit grand dissension entre le comte Louis de Flandre et
les Flamands[105]; car ils ne vouloient point obéir à lui, ni à peine
s'osoit-il tenir en Flandre, fors à grand péril. Et avoit adonc à Gand
un homme qui avoit été brasseur de miel; celui étoit entré en si grand
fortune et en si grand grâce à tous les Flamands, que c'étoit tout
fait et bien fait quant qu'il vouloit deviser et commander par tout
Flandre, de l'un des côtés jusques à l'autre; et n'y avoit aucun,
comme grand qu'il fût, qui de rien osât trépasser son commandement, ni
contredire. Il avoit toujours après lui, allant aval la ville de Gand,
soixante ou quatre vingts varlets armés, entre lesquels il en y avoit
deux ou trois qui savoient aucuns de ses secrets; et quand il
encontroit un homme qu'il héoit ou qu'il avoit en soupçon, il étoit
tantôt tué; car il avoit commandé à ses secrets varlets et dit: «Sitôt
que j'encontrerai un homme, et je vous fais un tel signe, si le tuez
sans deport, comme grand, ni comme haut qu'il soit, sans attendre
autre parole.» Ainsi avenoit souvent; et en fit en cette manière
plusieurs grands maîtres tuer: par quoi il étoit si douté que nul
n'osoit parler contre chose qu'il voulût faire, ni à peine penser de
le contredire. Et tantôt que ces soixante varlets l'avoient reconduit
en son hôtel, chacun alloit dîner en sa maison; et sitôt après dîner
ils revenoient devant son hôtel, et béoient en la rue, jusques adonc
qu'il vouloit aller aval la rue, jouer et ébattre parmi la ville; et
ainsi le conduisoient jusques au souper. Et sachez que chacun de ces
soudoyés avoit chacun jour quatre compagnons ou gros de Flandre pour
ses frais et pour ses gages; et les faisoit bien payer de semaine en
semaine. Et aussi avoit-il, par toutes les villes de Flandre et les
châtellenies, sergens et soudoyés à ses gages, pour faire tous ses
commandemens, et épier s'il avoit nulle part personne qui fût rebelle
à lui, ni qui dît ou informât aucun contre ses volontés. Et sitôt
qu'il en savoit aucun en une ville, il ne cessoit jamais tant qu'il
l'eût banni ou fait tuer sans deport; jà cil ne s'en pût garder. Et
mêmement tous les plus puissans de Flandre, chevaliers, écuyers et les
bourgeois des bonnes villes, qu'il pensoit qui fussent favorables au
comte de Flandre en aucune manière, il les bannissoit de Flandre, et
levoit la moitié de leurs revenus, et laissoit l'autre moitié pour le
douaire et le gouvernement de leurs femmes et de leurs enfans. Et ceux
qui étoient ainsi bannis, desquels il étoit grand foison, se tenoient
à Saint-Omer le plus, et les appeloit-on les avolés et les
outre-avolés. Brièvement à parler, il n'eut oncques en Flandre ni en
autre pays duc, comte, prince ni autre qui pût avoir un pays si à sa
volonté comme cil l'eut longuement; et étoit appelé Jaquemart
Artevelle. Il faisoit lever les rentes, les tonnieux[106], les
vinages, les droitures et toutes les revenues que le comte devoit
avoir et qui à lui appartenoient, quelque part que ce fût parmi
Flandre, et toutes les maletôtes: si les dépendoit à sa volonté et en
donnoit sans rendre aucun compte; et quand il vouloit dire que argent
lui falloit, on l'en croyoit; et croire l'en convenoit, car nul
n'osoit dire encontre, pour doute de perdre la vie: et quand il en
vouloit emprunter de aucuns bourgeois sur son payement, il n'étoit nul
qui lui osât escondire à prêter.

  [105] Louis de Cressy, comte de Flandre, fut en guerre
  continuelle avec ses sujets. A cette époque, il se tenait
  rarement en son pays de Flandre, à cause de ses querelles avec
  les Flamands et parce que les trois villes de Gand, Bruges et
  Ypres _gouvernoient le pays à leur plaisir_. Louis s'était brouillé
  avec ses sujets pour s'être dirigé uniquement par les conseils
  d'un abbé de Vézelai qui n'entendait rien à l'administration et
  ne cherchait qu'à s'enrichir.

  [106] _Tonnieu_ ou _tonlieu_, droit que quelques seigneurs levaient
  sur certaines marchandises, dans l'étendue de leur seigneurie.

  Le _vinage_ était pareillement un droit ou un impôt qui se levait
  sur le vin.

    _Chroniques de Froissart._



ÉDOUARD III PREND LE TITRE ET LES ARMES DE ROI DE FRANCE.

1340.

  Comment le roi d'Angleterre tint un grand parlement à Bruxelles,
    et de la requête qu'il y fit aux Flamands.


Or, parlerons-nous un petit du roi anglois, et comment il persévéra en
avant. Depuis qu'il fut parti de la Flamengerie et revenu en Brabant,
il s'en vint droit à Bruxelles: là le reconvoyèrent le duc de
Guerles, le marquis de Juliers, le marquis de Brankebourch, le comte
de Mons, messire Jean de Hainaut, le sire de Fauquemont et tous les
barons de l'Empire, qui s'étoient alliés à lui; car ils vouloient
aviser l'un contre l'autre comment ils se maintiendroient de cette
guerre où ils s'étoient boutés. Et pour avoir certaine expédition, ils
ordonnèrent un grand parlement à être en la dite ville de Bruxelles;
et y fut prié et mandé Jacques d'Artevelle, lequel y vint liement et
en grand arroy, et amena avec lui tous les conseils des villes de
Flandre. A ce parlement, qui fut à Bruxelles, eut plusieurs paroles
dites et devisées; et me semble, à ce qui m'en fut recordé, que le roi
anglois fut si conseillé de ses amis de l'Empire, qu'il fit une
requête à ceux de Flandre qu'ils lui voulussent aider à parmaintenir
sa guerre, et défier le roi de France, et aller avec lui partout où il
les voudroit mener; et si ils vouloient, il leur aideroit à recouvrer
Lille, Douay et Béthune. Cette parole entendirent les Flamands
volontiers; mais de la requête que le roi leur faisoit demandèrent-ils
à avoir conseil entre eux tant seulement, et tantôt répondre. Le roi
leur accorda. Si se conseillèrent à grand loisir; et quand ils se
furent conseillés, ils répondirent et dirent: «Cher sire, autrefois
nous avez-vous fait telles requêtes; et sachez voirement que si nous
le pouvions nullement faire, par notre honneur et notre foi garder,
nous le ferions; mais nous sommes obligés, par foi et serment, et sur
deux millions de florins à la chambre du pape, que nous ne pouvons
émouvoir guerre au roi de France, quiconque le soit, sans être
encourus en cette somme, et écheoir en sentence d'excommuniement; mais
si vous voulez faire une chose que nous vous dirons, vous y pouverriez
bien de remède et de conseil, c'est que vous veuilliez encharger les
armes de France et équarteler d'Angleterre, et vous appeler roi de
France; et nous vous tiendrons pour droit roi de France, et obéirons à
vous comme au roi de France, et vous demanderons quittance de notre
foi; et vous la nous donnerez comme roi de France: par ainsi
serons-nous absous et dispensés, et irons partout là où voudrez et
ordonnerez.»


  Comment le roi d'Angleterre enchargea les armes et le nom de roi
    de France par l'ennortement des Flamands.

Quand le roi anglois eut ouï ce point et la requête des Flamands, il
eut besoin d'avoir bon conseil et sûr avis, car pesant lui étoit de
prendre le nom et les armes de ce dont il n'avoit encore rien conquis;
et ne savoit quelle chose l'en aviendroit, ni si conquerre le
pourroit. Et, d'autre part, il refusoit envi le confort et aide des
Flamands, qui plus le pouvoient aider à sa besogne que tout le
remenant du siècle. Si se conseilla ledit roi au duc de Brabant, au
duc de Guerles, au marquis de Juliers, à messire Jean de Hainaut, à
messire Robert d'Artois, et à ses plus secrets et espéciaux amis: si
que finalement tout pesé, le bien contre le mal, il répondit aux
Flamands, par l'information des seigneurs dessusdits: que si ils lui
vouloient jurer et sceller qu'ils lui aideroient à parmaintenir sa
guerre, il emprendroit tout ce de bonne volonté, et aussi il leur
aideroit à ravoir Lille, Douay et Béthune. Et ils répondirent: «Oil.»
Donc fut pris et assigné un certain jour à être à Gand. Lequel jour se
tint; et y fut le roi d'Angleterre et la plus grand partie des
seigneurs de l'Empire dessus nommés, alliés avec lui; et là furent
tous les conseils de Flandre généralement et espécialement. Là furent
toutes les paroles au devant dites, relatées et proposées, entendues,
accordées, écrites et scellées; et enchargea le roi d'Angleterre les
armes de France, et les équartela d'Angleterre, et en prit en avant le
nom de roi de France[107].

  [107] Les rois d'Angleterre ont conservé jusqu'à la paix d'Amiens
  (1802) le titre de rois de France. En signant ce traité, le
  premier consul exigea que le roi d'Angleterre renonçât à ce
  titre. Les rois de la Grande-Bretagne ont cependant conservé dans
  leur écusson les armes de France.

    _Chroniques de Froissart._



BATAILLE DE L'ÉCLUSE.

1340.


Nous parlerons du roi d'Angleterre, qui s'étoit mis sur mer pour venir
et arriver, selon son intention, en Flandre, et puis venir en Hainaut
aider à guerroyer le comte de Hainaut son serourge contre les
François. Ce fut le jour devant la veille Saint Jean-Baptiste[108],
l'an mil trois cent quarante, qu'il nageoit par mer, à grand et belle
charge de nefs et de vaisseaux; et étoit toute sa navie partie du
havre de Tamise, et s'en venoit droitement à l'Escluse. Et adonc se
tenoient entre Blankeberghe et l'Escluse et sur la mer messire Hue
Kieret et messire Pierre Bahuchet et Barbevoire, à plus de sept vingt
gros vaisseaux sans les hokebos; et étoient bien, Normands, bidaux,
Gennevois[109] et Picards, quarante mille; et étoient là ancrés et
arrêtés, au commandement du roi de France, pour attendre la revenue du
roi d'Angleterre, car bien savoient qu'il devoit par là passer. Si lui
vouloient dénéer et défendre le passage, ainsi qu'ils firent bien et
hardiment, tant comme ils purent, si comme vous orrez recorder.

  [108] Ce fut en effet le 22 juin, avant-veille de la fête de
  saint Jean-Baptiste, qu'Édouard s'embarqua; et le combat dont
  Froissart va faire le récit se donna le jour même de la fête.
  (_Note de Buchon._)

  [109] Génois.

Le roi d'Angleterre et les siens, qui s'en venoient singlant,
regardèrent et virent devers l'Escluse si grand quantité de vaisseaux
que des mâts ce sembloit droitement un bois: si en fut fortement
émerveillé, et demanda au patron de sa navie quelles gens ce pouvoient
être: il répondit qu'il cuidoit bien que ce fût l'armée des Normands
que le roi de France tenoit sur mer, et qui plusieurs fois lui avoient
fait grand dommage, et tant que ars et robé la bonne ville de Hantonne
et conquis Cristofle, son grand vaisseau, et occis ceux qui le
gardoient et conduisoient. Donc répondit le roi anglois: «J'ai de
longtemps désiré que je les pusse combattre; si les combattrons, s'il
plaît à Dieu et à saint Georges; car voirement m'ont-ils fait tant de
contraires, que j'en veuil prendre la vengeance, si je y puis avenir.»
Lors fit le roi ordonner tous ses vaisseaux et mettre les plus forts
devant, et fit frontière à tous côtés de ses archers; et entre deux
nefs d'archers en y avoit une de gens d'armes; et encore fit-il une
bataille surcôtière, toute pure d'archers, pour réconforter, si
mestier étoit, les plus lassés. Là il y avoit grand foison de dames
d'Angleterre, de comtesses, baronnesses, chevaleresses et bourgeoises
de Londres, qui venoient voir la reine d'Angleterre à Gand, que vue
n'avoient un grand temps, et ces dames fit le roi anglois bien garder
et soigneusement, à trois cents hommes d'armes; et puis pria le roi à
tous qu'ils voulsissent penser de bien faire et garder son honneur; et
chacun lui enconvenança.


  Comment le roi d'Angleterre et les Normands et autres se
    combattirent durement; et comment Cristofle, le grand vaisseau,
    fut reconquis des Anglois.

Quand le roi d'Angleterre et son maréchal eurent ordonné les batailles
et leurs navies bien et sagement, ils firent tendre et traire les
voiles contre mont, et vinrent au vent, de quartier, sur destre, pour
avoir l'avantage du soleil, qui en venant leur étoit au visage. Si
s'avisèrent et regardèrent que ce leur pouvoit trop nuire, et
détrièrent un petit, et tournoyèrent tant qu'ils eurent vent à
volonté. Les Normands qui les véoient tournoyer s'émerveilloient trop
pourquoi ils le faisoient et disoient: «Ils ressoignent et reculent,
car ils ne sont pas gens pour combattre à nous.» Bien véoient entre
eux les Normands, par les bannières, que le roi d'Angleterre y étoit
personnellement: si en étoient moult joyeux, car trop le désiroient à
combattre. Si mirent leurs vaisseaux en bon état, car ils étoient
sages de mer et bons combattans; et ordonnèrent Cristofle, le grand
vaisseau que conquis avoient sur les Anglois en cette même année, tout
devant, et grand foison d'arbalétriers gennevois dedans pour le garder
et traire et escarmoucher aux Anglois, et puis s'arroutèrent grand
foison de trompes et de trompettes et de plusieurs autres instrumens,
et s'en vinrent requerre leurs ennemis. Là se commença bataille dure
et forte de tous côtés, et archers et arbalétriers à traire et à
lancer l'un contre l'autre diversement et roidement, et gens d'armes à
approcher et à combattre main à main asprement et hardiment; et
parquoi ils pussent mieux avenir l'un à l'autre, ils avoient grands
crocs et havets de fer tenans à chaînes; si les jetoient dedans les
nefs de l'un à l'autre et les accrochoient ensemble, afin qu'ils
pussent mieux aherdre et plus fièrement combattre. Là eut une
très-dure et forte bataille et maintes appertises d'armes faites,
mainte lutte, mainte prise, mainte rescousse. Là fut Cristofle, le
grand vaisseau, auques de commencement reconquis des Anglois, et tous
ceux morts et pris qui le gardoient et défendoient. Et adonc y eut
grand huée et grand noise, et approchèrent durement les Anglois, et
repourvurent incontinent Cristofle, ce bel et grand vaisseau, de purs
archers qu'ils firent passer tout devant et combattre aux Gennevois.


  Comment les Anglois déconfirent les Normands qu'oncques n'en
    échappa pied que tous ne fussent mis à mort.

Cette bataille dont je vous parle fut félonneuse et très-horrible; car
bataille et assaut sur mer sont plus durs et plus forts que sur terre:
car là ne peut-on reculer ni fuir; mais se faut vendre et combattre et
attendre l'aventure, et chacun en droit soi montrer sa hardiesse et sa
prouesse. Bien est voir que messire Hue Kieret étoit bon chevalier et
hardi, et aussi messires Pierre Bahuchet et Barbevoire, qui au temps
passé avoient fait maint meschef sur mer et mis à fin maint Anglois.
Si dura la bataille et la pestillence de l'heure de prime jusques à
haute nonne[110]. Si pouvez bien croire que ce terme durant il y eut
maintes appertises d'armes faites; et convint là les Anglois souffrir
et endurer grand'peine, car leurs ennemis étoient quatre contre un et
toutes gens de fait et de mer; de quoi les Anglois, pour ce qu'il le
convenoit, se pénoient moult de bien faire. Là fut le roi d'Angleterre
de sa main très bon chevalier, car il étoit adonc en la fleur de sa
jeunesse, et aussi furent le comte Derby, le comte de Penbroche, le
comte de Herfort, le comte de Hostidonne, le comte de Northantonne et
de Glocestre, messire Regnault de Cobeham, messire Richard Stanford,
le sire de Persy, messire Gautier de Mauny, messire Henry de Flandre,
messire Jean de Beauchamp, le sire de Felleton, le sire de Brasseton,
messire Jean Chandos, le sire de la Ware, le sire de Multon, et
messire Robert d'Artois, et étoit de lez le roi en grand arroy et en
bonne étoffe, et plusieurs autres barons et chevaliers pleins
d'honneur et de prouesse, desquels je ne puis mie de tous parler, ni
leurs bienfaits ramentevoir. Mais ils s'éprouvèrent si bien et si
vassalement, parmi un secours de Bruges et du pays voisin qui leur
vint, qu'ils obtinrent la place et l'eau, et furent les Normands et
tous ceux qui là étoient encontre eux, morts et déconfits, péris et
noyés, ni oncques pied n'en échappa que tous ne fussent mis à
mort[111]. Cette avenue fut moult tôt sçue parmi Flandre et puis en
Hainaut; et en vinrent les certaines nouvelles dedans les deux osts
devant Thun-l'Évêque. Si en furent Hainuyers, Flamands et Brabançois
moult réjouis et les François tout courroucés.

  [110] Depuis six heures du matin jusqu'après midi.

  [111] Les historiens attribuent unanimement la défaite des
  Français à la division des chefs et au peu de talent de Bahuchet.
  Barbevaire voulait que la flotte quittât la côte et allât à la
  rencontre des Anglais; mais les amiraux français s'obstinèrent à
  rester près de la terre, resserrés dans une anse. Par cette
  mauvaise disposition, ils rendirent inutile la supériorité de
  leurs forces; elle leur devint même nuisible, parce que les
  vaisseaux, n'ayant pas assez d'espace pour manœuvrer,
  s'embarrassaient les uns les autres et ne pouvaient se prêter de
  secours. Barbevaire, qui avait gagné le large avec sa division,
  eut seul le bonheur d'échapper; les deux amiraux français furent
  battus et perdirent la vie. Hugues Quieret fut assassiné de
  sang-froid, après avoir été fait prisonnier, et Bahuchet fut
  pendu au mât de son vaisseau. On évalue la perte totale à 30,000
  hommes, dont plus des trois quarts étaient Français. Le roi
  d'Angleterre fut légèrement blessé à la cuisse. (_Note de
  Buchon._)

    _Chroniques de Froissart._



LA BATAILLE DE L'ÉCLUSE.

1340.

  De la grant desconfiture qui fu en mer entre la navie du roy de
    France et du roy d'Angletterre; et coment Buchet[112] fut pris
    et pendu au mat d'une nef.


En ce meisme an, l'en porta nouvelles au roy de France que le roy
d'Angleterre, qui longuement s'étoit absenté, appareilloit très grant
navie et vouloit venir en l'aide des Flamens. Quant le roy ot oï ces
nouvelles, car autrefois en avoit oï parler, si fist tantost assambler
toute la navie qu'il pot avoir tant en Normendie comme en Piquardie,
et institua deux souverains amiraux, lesquels ordonneroient et
commenderoient ladite navie, afin que le roy anglois et messire Robert
d'Artois qui estoit avecques luy fussent empeschiés de prendre port.

  [112] Bahuchet, trésorier de la couronne.

Et lors furent institués souverains de toute la navie messire Hues
Quieret, messire Nichole Buchet et Barbevaire, lesquels assemblèrent
bien quatre cens nefs de par le roy de France, et entrèrent dedans eux
et leur gens avecques leur garnisons. Si avint que Buchet, qui estoit
un des souverains, ne voult recevoir gentil gent avecques soy pour ce
qu'il vouloient avoir trop grans gages; mais retint povres
poissonniers et mariniers, pour ce qu'il en avoit grant marchié; et de
tieux gens fist-il l'armée. Puis murent et passèrent pardevant Calais
et se traistrent vers l'Escluse, tant qu'ils furent devant; ilec se
tindrent tous quois, et par telle manière que nul ne povoit entrer né
issir. Si avint que le roy d'Angleterre qui avoit ses espies sceut que
la navie au roy de France estoit passée vers Flandres. Tantost se
mist en mer, et messire Robert d'Artois avecques luy et moult grant
foison de gentilhommes d'Angleterre, et grant plenté d'archiers. Quant
ledit roy anglois et toute sa gent furent près, si tendirent leur
voiles en haut, et siglèrent grant aleure vers l'Escluse, et ne
tardèrent guères, par le bon vent que il orent, qu'il approchièrent de
la navie au roy de France et se mistrent tantost en conroy. Quant
Barbevaire les aperçut, qui estoit en ses galies, si dist à l'amiraut
et à Nichole Buchet: «Seigneurs, vez-ci le roy d'Angleterre à toute sa
navie qui vient sus nous; sé vous voulez croire mon conseil, vous vous
trairez en haute mer: car sé vous demourez ici, parmi ce qu'il ont le
vent, le souleil et le flot de l'yaue, il vous tendront si court que
vous ne vous pourrés aidier.»--Adonc respondit Nichole Buchet, qui
miex se saroit[113] meller d'un compte faire que de guerroier en mer:
«Honnis soit qui se partira de ci, car ici les attendrons et prendrons
notre aventure.»--Tantost leur dit Barbevaire: «Seigneurs, puisque
vous ne voulez croire mon conseil, je ne me veulx mie perdre, je me
mettrai avecques mes quatre galies hors de ce trou.» Et tantost se
mist hors du hale[114] à toutes ses galies, et virent venir la grant
flote du roy d'Angleterre. Et vint une nef devant qui estoit garnie
d'escuiers qui devoient estre chevaliers, et ala assambler à une nef
que on appelloit la Riche de l'Eure: mais les Anglois n'orent durée à
celle grant nef, si furent tantost desconfis et la nef acravantée et
tous ceux qui dedens estoient mis à mort, et orent nos gens belle
victoire. Mais tantost après vint le roy d'Angleterre assambler aux
gens de France à toute sa navie, et commença ilec la bataille moult
cruelle; mais quant il se furent combatus depuis prime jusques à haute
nonne, si ne pot plus la navie du roy de France endurer né porter le
fès de la bataille; car il estoient si entassés l'un en l'autre qu'il
ne se povoient aidier; et si n'osoient venir vers terre pour les
Flamens qui sus terre les espioient; et avecques ce, les gens que l'en
avoit mis ès nefs du roy de France n'estoient pas si duis d'armes
comme les Anglois estoient, qui estoient presque tous gentilshommes.
Ilec ot tant de gens mors que ce fut grant pitié à voir; et
estimoit-on bien le nombre des mors jusques près de trente mille
hommes, tant d'une part que d'autre. Là fut mort messire Hues Quieret,
nonobstant qu'il fust pris tout vif, si comme aucuns disoient, et
messire Nichole Buchet, lequel fut pendu au mat de la nef, en despit
du roy de France. Et lorsque Barbevaire vit que la chose aloit à
desconfiture, si se retrait à Gant; et furent les nefs au roy de
France perdues; et avecques ce, les deux grans nefs au roy
d'Angleterre, Christofle et Edouarde, que le roy anglois avoit par
avant perdues, luy furent restituées. Et ainsi furent nos gens
desconfis par le roy d'Angleterre et par les Flamens, et nos nefs
perdues, exceptées aucunes petites nefs qui s'en eschappèrent. Et
avint cette desconfiture par l'orgueil des deux amiraux; car l'un ne
povoit souffrir de l'autre, et tout par envie, et si ne vouldrent
avoir le conseil de Barbevaire, comme devant est dit: si leur en vint
mal, ainsi comme pluseurs le témoignoient.

  [113] Se saurait.

  [114] Havre.

Quant la chose fut finée, et que le roy d'Angleterre ot eu celle grant
victoire, lequel roy fu navré en la cuisse, mais onques n'en voult
issir de la nef pour celle navreure; et toutes voies messire Robert
d'Artois et les autres barons d'Angleterre pristrent terre à l'Ecluse
et se reposèrent ilecques. Ceste bataille fut faite la veille de la
nativité monseigneur saint Jehan-Baptiste, l'an de grace mil trois
cent quarante[115].

  [115] Le 23 juin.

Quant la royne d'Angleterre, qui estoit à Gant, sceut que le roy son
mari estoit arrivé, tantost se mist à la voie vers l'Escluse, et le
roy se gisoit en sa nef; car il avoit esté blescié en la cuisse, et
tenoit son parlement avec ses barons sus le fait de sa guerre. Quant
le conseil fut départi, si se mist la royne en un batel et vint à la
nef du roy et Jacques de Arthevelt avec luy.

Quant la royne ot veu le roy et qu'il orent parlé ensemble, si se
reparti la royne et s'en ala vers Gant. Assez tost après que le roy
fust amendé de la blesceure qu'il avoit eue, il se mist à terre et
s'en ala en pélerinage à pié à Nostre-Dame d'Hardenbourc[116], et
envoia ses gens d'armes et son harnois et ses chevaux et ses archiers
vers Gant.

  [116] Ville forte près de l'Écluse.

Quant il ot fait son pélerinage, si s'en vint à Bruges, et puis prist
avec luy les mestiers de la ville et s'en ala à Gant où il fut reçu à
moult grant joie. Puis fist mander tous les Alemans qui estoient de
s'aliance, qu'il vinssent à luy pour avoir conseil avecques eux sur ce
qu'il avoit à faire.

    _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis._



GUERRE DE BRETAGNE.


(Arthur II, duc de Bretagne, mort en 1312, avait laissé trois fils,
_Jean_ III, qui lui succéda, _Guy_ comte de Penthièvre, mort en 1331,
_Jean_ comte de Montfort. Jean III mourut en 1341, sans enfants,
laissant la couronne de Bretagne à Jeanne la boiteuse, sa nièce, fille
de Guy, qui avait épousé Charles de Blois. Jeanne et Charles prirent
possession du duché; mais Jean de Montfort prit aussi le titre de duc
de Bretagne, leur fit la guerre et s'allia avec le roi d'Angleterre.
La guerre de la succession de Bretagne ne se termina qu'en 1365, après
la bataille d'Auray, par le traité de Guérande, qui laissa le duché de
Bretagne à Jean V, fils de Jean comte de Montfort.)


  Comment le comte de Montfort s'en alla en Angleterre et fit
    hommage au roi d'Angleterre de la duché de Bretagne.

Pourquoi vous ferois-je long conte? En telle manière conquit le dit
comte de Montfort tout ce pays que vous avez ouï, et se fit partout
appeler duc de Bretagne; puis s'en alla à un port de mer que on
appelle Gredo[117], et départit toutes ses gens, et les envoya en ses
cités et forteresses pour elles aider à garder; puis se mit en mer
atout vingt chevaliers, et nagea tant qu'il vint en Cornuaille et
arriva à un port que on dit Cepsée[118]. Si enquit là du roi anglois
où il le trouveroit; et lui fut dit que le plus de temps il se tenoit
à Windesore. Adonc chevaucha-t-il cette part et toute sa route; et fit
tant par ses journées qu'il vint à Windesore, où il fut reçu à
grand'joie du roi, de madame la roine, et de tous les barons qui là
étoient; et fut grandement fêté et honoré, quand on sçut pourquoi il
étoit là venu.

  [117] _Coredon,_ village sur le bord d'une petite anse, à l'ouest
  de Saint-Pol de Léon. (_Note de Buchon._)

  [118] Chertsey. (_Idem._)

Premièrement il montra au roi anglois, à messire Robert d'Artois et
à tout le conseil du roi ses besognes, et dit comment il s'étoit mis
en saisine et possession de la duché de Bretagne, qui échue lui étoit
par la possession du duc son frère, dernièrement trépassé. Or
faisoit-il doute que messire Charles de Blois ne l'empêchât, et le roi
de France ne lui voulsist r'ôter par puissance; par quoi il s'étoit là
traist pour relever la dite duché et tenir en foi et hommage du roi
d'Angleterre à toujours, mais qu'il l'en fît sûr contre le roi de
France et contre tous autres qui empêcher le voudroient.

Quand le roi anglois eut ouï ces paroles, il y entendit volontiers,
car il regarda et imagina que sa guerre du roi de France en seroit
embellie, et qu'il ne pouvoit avoir plus belle entrée au royaume ni
plus profitable que par Bretagne; et que tant qu'il avoit guerroyé par
les Allemands et les Flamands et les Brabançons, il n'avoit rien fait,
fors que frayé et dépendu grandement et grossement; et l'avoient mené
et demené les seigneurs de l'Empire, qui avoient pris son or et son
argent, ainsi qu'ils avoient voulu, et rien n'avoit fait. Si descendit
à la requête du comte de Montfort liement et légèrement, et prit
hommage de la dite duché, par la main du comte de Monfort, qui se
tenoit et appeloit duc; et là lui convenança le roi anglois, présens
les barons et les chevaliers d'Angleterre et ceux qu'il avoit amenés
avec lui de Bretagne, qu'il l'aideroit et défendroit et garderoit
comme son homme, contre tout homme, fût le roi de France ou autres,
selon son loyal pouvoir.

De ces paroles et de cet hommage furent écrites et lues lettres et
scellées, dont chacune des parties eut les copies. Avec tout ce le roi
et la roine donnèrent au comte de Montfort et à ses gens grands dons
et beaux joyaux, car bien le savoient faire, et tant qu'ils en furent
tous contens, et qu'ils dirent que c'étoit un noble roi et vaillant,
et une noble roine, et qu'ils étoient bien taillés de régner encore
en grand prospérité. Après toutes ces choses faites et accomplies, le
comte de Montfort prit congé et se partit d'eux et passa Angleterre,
et entra en mer en ce même port où il étoit arrivé; et nagea tant
qu'il vint à Gredo, en la Basse-Bretagne; et puis s'en vint en la cité
de Nantes, où il trouva la comtesse sa femme, à qui il recorda comment
il avoit exploité. De ce fut-elle toute joyeuse, et lui dit qu'il
avoit très-bien ouvré et par bon conseil. Si me tairai un petit d'eux
et parlerai de messire Charles, qui devoit avoir la duché de Bretagne
de par sa femme, ainsi que vous avez ouï déterminer ci-devant.....


  Comment, par le conseil des douze pairs de France, le comte de
    Montfort fut ajourné à Paris, et comment il y vint et puis s'en
    partit sans le congé du roi.

Quand messire Charles de Blois, qui se tenoit, à cause de sa femme,
être droit hoir de Bretagne, entendit que le comte de Montfort
conquéroit ainsi par force le pays et les forteresses qui être
devoient siennes par droit et par raison, il s'en vint à Paris
complaindre au roi Philippe, son oncle. Le roi Philippe eut conseil à
ses douze pairs quelle chose il en feroit. Ses douze pairs lui
conseillèrent qu'il appartenoit bien que le dit comte fût mandé et
ajourné par suffisans messages à être un certain jour à Paris, pour
ouïr ce qu'il en voudroit répondre. Ainsi fut fait: le dit comte fut
mandé et ajourné suffisamment; et fut trouvé en la cité de Nantes
grand fête démenant. Il fit grand chère et grand fête aux messages;
mais il eut plusieurs diverses pensées ainçois qu'il ottriât la voie
d'aller au mandement du roi à Paris. Toutes voies au dernier, il
répondit qu'il vouloit être obéissant au roi et qu'il iroit volontiers
à son mandement. Si s'ordonna et appareilla moult grandement et
richement, et se partit en grand arroy et bien accompagné de
chevaliers et d'écuyers, et fit tant par ses journées qu'il entra à
Paris avec plus de quatre cents chevaux, et se traist en son hôtel
moult ordonnément, et fut là tout le jour et la nuit aussi.
L'endemain, à heure de tierce[119], il monta à cheval, et grand foison
de chevaliers et écuyers avec lui, et chevaucha vers le palais, et fit
tant qu'il y vint. Là l'attendoit le roi Philippe et tous les douze
pairs et grand plenté des barons de France avec messire Charles de
Blois.

  [119] Avant midi.

Quand le comte de Montfort sçut quelle part il trouveroit le roi et
les barons, il se traist vers eux en une chambre où ils étoient tous
assemblés. Si fut moult durement regardé et salué de tous les barons;
puis s'en vint incliner devant le roi moult humblement, et dit: «Sire,
je suis ci venu à votre mandement et à votre plaisir.» Le roi lui
répondit, et dit: «Comte de Montfort, de ce vous sais-je bon gré; mais
je m'émerveille durement pourquoi ni comment vous avez osé
entreprendre de votre volonté la duché de Bretagne, où vous n'avez
aucun droit; car il y a plus prochain de vous que vous en voulez
déshériter; et pour vous mieux efforcer, vous êtes allé à mon
adversaire d'Angleterre, et l'avez de lui relevée, ainsi comme on le
m'a conté.» Le comte répondit, et dit: «Ha! cher sire, ne le croyez
pas, car vraiment vous êtes de ce mal informé: je le ferois moult
ennuis; mais la prochaineté dont vous me parlez, m'est avis, sire,
sauve la grâce de vous, que vous en méprenez; car je ne sçais nul si
prochain du duc mon frère, dernièrement mort, comme moi; et si jugé et
déclaré étoit par droit que autre fût plus prochain de moi, je ne
serois jà rebelle ni honteux de m'en déporter.»

Quand le roi entendit ce, il répondit, et dit: «Sire comte, vous en
dites assez; mais je vous commande, sur quant que vous tenez de moi et
que tenir en devez, que vous ne vous partiez de la cité de Paris
jusques à quinze jours, que les barons et les douze pairs jugeront de
cette prochaineté: si saurez adonc quel droit vous y avez; et si vous
le faites autrement, sachez que vous me courroucerez.» Le comte
répondit, et dit: «Sire, à votre volonté.» Si se partit adonc du roi,
et vint à son hôtel pour dîner.

Quand il fut en son hôtel venu, il entra en sa chambre et se commença
à aviser et penser que s'il attendoit le jugement des barons et des
pairs de France, le jugement pourroit bien tourner contre lui; car
bien lui sembloit que le roi seroit plus volontiers partie pour
messire Charles de Blois, son neveu, que pour lui; et véoit bien que
s'il avoit jugement contre lui, que le roi le feroit arrêter jusques à
ce qu'il auroit tout rendu, cités, villes et châteaux, dont lors il
tenoit la saisine et possession; et avec tout ce tout le grand trésor
qu'il avoit trouvé et dépendu. Si lui fut avis, pour le moins mauvais,
qu'il lui valoit mieux qu'il courrouçât le roi et s'en rallât
paisiblement devers Bretagne, que il demeurât à Paris en danger et en
si périlleuse aventure. Ainsi qu'il pensa ainsi fut fait: si monta à
cheval paisiblement et ouvertement, et se partit, à si peu de
compagnie, qu'il fut ainçois en Bretagne revenu que le roi ni autres,
fors ceux de son conseil, sçussent rien de son département; mais
pensoit chacun qu'il fût dehaité en son hôtel.

Quand il fut revenu de lez la comtesse sa femme, qui étoit à Nantes,
il lui conta son aventure; puis s'en alla, par le conseil de sa femme,
qui avoit bien cœur de lion et d'homme, par toutes les cités,
châteaux et bonnes villes qui étoient à lui rendues, et établit
partout bons capitaines, et si grand plenté de soudoyers à pied et à
cheval qu'il y convenoit, et grands pourvéances de vivres à l'avenant;
et paya si bien tous soudoyers à pied et à cheval que chacun le
servoit volontiers. Quand il eut tout ordonné, ainsi qu'il
appartenoit, il s'en revint à Nantes de lez sa femme et de lez les
bourgeois de la cité, qui durement l'aimoient, par semblant, pour les
grands courtoisies qu'il leur faisoit. Or me tairai un petit de lui et
retournerai au roi de France, et à son neveu messire Charles de Blois.


  Comment les douze pairs et les barons de France jugèrent que
    messire Charles de Blois devoit être duc de Bretagne; et
    comment ledit messire Charles les prie qu'ils lui veuillent
    aider.

Chacun doit savoir que le roi de France fut durement courroucé, aussi
fut messire Charles de Blois, quand ils sçurent que le comte de
Montfort leur fût ainsi échappé, et s'en étoit allé, ainsi que vous
avez ouï. Toutes voies ils attendirent jusques à la quinzaine que les
pairs et les barons de France devoient rendre leur jugement de la
duché de Bretagne. Si l'adjugèrent à messire Charles de Blois, et en
ôtèrent le comte de Montfort par deux raisons; l'une pourtant que la
femme de messire Charles de Blois, qui étoit fille du frère germain du
duc qui mort étoit, de par le père dont la duché venoit, étoit plus
prochaine que n'étoit le comte de Montfort, qui étoit d'un autre père,
qui oncques n'avoit été duc de Bretagne: l'autre raison si étoit que,
s'il fût ainsi que le comte de Montfort y eût aucun droit, si
l'avoit-il forfait par deux raisons; l'une pourtant qu'il l'avoit
relevée d'autre seigneur que du roi de France, de qui on la devoit
tenir en fief; l'autre raison, pour ce qu'il avoit trépassé le
commandement de son seigneur le roi et brisé son arrêt et sa prison,
et s'en étoit parti sans congé.

Quand ce jugement fut rendu par pleine sentence de tous les barons, le
roi appela messire Charles de Blois, et lui dit: «Beau neveu, vous
avez jugement pour vous de bel héritage et grand; or vous hâtez et
pénez de le reconquérir sur celui qui le tient à tort; et priez tous
vos amis qu'ils vous veuillent aider à ce besoin; et je ne vous y
faudrai mie: ains vous prêterai or et argent, et dirai à mon fils le
duc de Normandie qu'il se fasse chef avec vous; et vous prie et
commande que vous vous hâtiez, car si le roi anglois, notre
adversaire, de qui le comte de Montfort a relevé la duché de Bretagne,
y venoit, il nous pourroit porter grand dommage, et ne pourroit avoir
plus belle entrée pour venir par deçà, mêmement quand il auroit le
pays et les forteresses de Bretagne de son accord.»

Adonc messire Charles de Blois s'inclina devant son oncle, en le
remerciant durement de ce qu'il disoit et promettoit. Si pria tantôt
le duc de Normandie son cousin, le comte d'Alençon son oncle, le duc
de Bourgogne, le comte de Blois son frère, le duc de Bourbon, messire
Louis d'Espaigne, messire Jacques de Bourbon, le comte d'Eu connétable
de France, et le comte de Ghines son fils, le vicomte de Rohan, et en
après, tous les comtes et les princes et les barons qui là étoient,
qui tous lui convenancèrent qu'ils iroient volontiers avec lui et avec
leur seigneur de Normandie, chacun à tant de gens et de compagnie
qu'il pourroit avoir. Puis se partirent tous les princes et les barons
de deçà et de partout, pour eux appareiller et pour faire leurs
pourvéances, ainsi qu'il leur besognoit, pour aller en si lointain
pays et en si diverses marches; et bien pensoient qu'ils ne
pourroient avenir à leur entente sans grand contraire.


  Comment les seigneurs de France se partirent de Paris pour aller
    en Bretagne, et comment ceux de Chastonceaux se rendirent à
    eux.

Quand tous ces seigneurs, le duc de Normandie, le comte d'Alençon, le
duc de Bourgogne, le duc de Bourbon et les autres seigneurs, barons et
chevaliers qui devoient aller avec messire Charles de Blois pour lui
aider à reconquérir la duché de Bretagne, ainsi que vous avez ouï,
furent prêts et leurs gens appareillés, ils se partirent de Paris les
aucuns et les autres de leurs lieux, et s'en allèrent les uns après
les autres, et s'assemblèrent en la cité d'Angiers; puis s'en allèrent
jusques à Ancenis, qui est la fin du royaume à ce côté de là; et
séjournèrent là endroit trois jours pour mieux ordonner leur conroy et
leur charroi. Quand ils eurent ce fait, ils issirent hors pour entrer
au pays de Bretagne. Quand ils furent aux champs, ils considérèrent
leur pouvoir et estimèrent leur ost à cinq mille armures de fer, sans
les Gennevois, qui étoient là trois mille, si comme j'ai ouï recorder;
et les conduisoient deux chevaliers de Gennes; si avoit nom l'un
messire Othes Dorie[120] et l'autre messire Charles Grimaut; et si y
avoit grand plenté de bidaux et d'arbalétriers que conduisoit messire
le Gallois de la Baume. Quand toutes ses gens furent issues d'Ancenis,
ils se trairent par devant un très-fort châtel séant haut sur une
montagne par-dessus une rivière[121], et l'appelle-t-on Chastonceaux,
et est la clef et l'entrée de Bretagne; et étoit bien garni et bien
fourni de gens d'armes, auquel avoit deux vaillants chevaliers qui en
étoient capitaines, dont l'un avoit nom messire Mille et l'autre
messire Walran; et étoient de Lorraine.

  [120] Son nom est Antonio Doria. Il était un des chefs des
  Gibelins de Gênes, tandis que Charles Grimaldi était du parti des
  Guelfes. Philippe de Valois avait pris en 1338 à son service
  vingt galères armées par les Gibelins de Gênes et vingt autres
  armées par les Guelfes de Monaco. Antonio Doria commandait les
  quarante galères. Il fut créé amiral de France en 1339. (_Note de
  Buchon._)

  [121] La Loire.

Quand le duc de Normandie et les autres seigneurs que vous avez ouï
nommer, virent le châtel si fort, ils eurent conseil qu'ils
l'assiégeroient; car si ils passoient avant et ils laissoient une
telle garnison derrière eux, ce leur pourroit tourner à grand dommage
et à ennui. Si l'assiégèrent tout autour, et y firent plusieurs
assauts, mêmement les Gennevois, qui s'abandonnèrent durement et
follement pour eux mieux montrer à ce commencement. Si y perdirent de
leurs compagnons par plusieurs fois, car ceux du châtel se défendirent
durement et sagement; si que les seigneurs demeurèrent grand pièce
devant, ainçois qu'ils le pussent avoir. Mais au dernier, ils firent
grand attrait de merriens et de velourdes, et les firent mener par
force de gens jusques aux fossés du châtel, et puis firent assaillir
trop fortement; si que, tout en assaillant, ils firent emplir ces
fossés de ces merriens, tant que on pouvoit bien, qui vouloit et qui
étoit couvert, aller jusques aux murs du châtel, combien que ceux du
châtel se défendissent si bien et si vassalement que on ne pourroit
mieux deviser, comme de traire, de jeter pierres, chaux et feu ardent
à grand foison; et ceux de dehors avoient fait chas[122] et
instruments par quoi on piquoit les murs, tout à couvert. Que vous en
ferois-je long conte? Ceux du châtel virent bien qu'ils n'auroient
point de secours et qu'ils ne se pourroient longuement tenir, puisque
on pertuisoit les murs; et si savoient bien qu'ils n'auroient point de
merci s'ils étoient pris par force. Si eurent conseil ensemble qu'ils
se rendroient, sauves leurs vies et leurs membres, ainsi qu'ils
firent; et les prirent les seigneurs à merci. Ainsi fut gagné par ces
seigneurs françois ce premier châtel, que on appelle Chastonceaux,
dont ils eurent moult grand'joie, car il leur sembla que ce fût bon
commencement de leur entreprise.

  [122] Espèce de galerie couverte faite de pièces de bois, sous
  laquelle on approchait, sans danger, des murs d'une place
  assiégée. (_Note de Buchon._)


  Comment les seigneurs de France assiégèrent Nantes, où le comte
    Montfort étoit; et là eut maintes escarmouches le siége durant.

Quand le duc de Normandie et les autres seigneurs eurent conquis
Chastonceaux, si comme vous avez ouï, le duc de Normandie, qui étoit
souverain de tous, le livra tantôt à messire Charles de Blois, comme
sien; et y mit dedans bon châtelain et grand foison de gens d'armes
pour garder l'entrée du pays et pour conduire ceux qui viendroient
après eux. Puis se délogèrent les seigneurs et vinrent par devers
Nantes, là où ils tenoient que le comte de Montfort, leur ennemi,
étoit. Si leur avint que les maréchaux de l'ost et les coureurs
trouvèrent entre voies une bonne ville, et grosse et bien fermée de
fossés et de palis: si l'assaillirent fortement. Ceux de dedans
étoient peu de gens et petitement armés: si ne se purent défendre
contre les assaillants, mêmement contre les arbalétriers gennevois. Si
fut tantôt la ville gagnée, toute robée, et bien la moitié arse, et
toutes les gens mis à l'épée; et appelle-on la ville Quarquefoue; et
siéd à quatre ou à cinq lieues près de Nantes. Les seigneurs se
logèrent cette nuit-là entour. L'endemain ils se délogèrent et se
trairent vers la cité de Nantes. Si l'assiégèrent tout autour et
firent tendre tentes et pavillons si bellement et si ordonnément que
vous savez que François savent faire. Et ceux qui étoient dedans pour
la garder, dont il y avoit grand foison de gens d'armes avec les
bourgeois, si allèrent tous armer, et se maintinrent ce jour moult
bellement, chacun à sa defense, ainsi qu'il étoit ordonné. Celui jour
entendirent ceux de l'ost à eux loger et aller fourrager; et aucuns
bidaux et Gennevois allèrent près des barrières pour escarmoucher et
paleter: et aucuns des soudoyers et des jeunes bourgeois issirent hors
encontre eux: si que il y eut trait et lancé, et des morts et des
navrés d'un côté et d'autre, si comme il y a souvent en telles
besognes.

Ainsi eut là des escarmouches par deux ou par trois fois, tant comme
l'ost demeura là. Au dernier, il y avint une aventure assez sauvage,
ainsi que j'ai ouï recorder à ceux qui y furent; car aucuns des
soudoyers de la cité et des bourgeois issirent hors une matinée, à
l'aventure, et trouvèrent jusques à quinze chars chargés de vivres et
de pourvéances qui s'en alloient vers l'ost; et gens qui les
conduisoient jusques à soixante; et ceux de la cité étoient bien deux
cents: si leur coururent sus et les déconfirent, et en tuèrent les
aucuns et firent les chars charrier pardevers la cité. Le cri et le hu
en vint jusques en l'ost: si s'alla chacun armer le plus tôt qu'il
put, et courut chacun après les chars pour rescourre la proie; et les
aconsuirent assez près des barrières de la cité. Là multiplia le hutin
très-durement; car ceux de l'ost y vinrent à si grand foison que les
soudoyers en eurent trop grand faix. Toutes voies ils firent dételer
les chevaux et les chassèrent dedans la porte, afin que, s'il avenoit
que ceux de l'ost obtinssent la place, qu'ils ne pussent r'emmener les
chars et les provéances si légèrement. Quand les autres soudoyers de
la cité virent le hutin et que leurs compagnons avoient trop grand
faix, aucuns issirent dehors pour eux aider: aussi firent des autres
bourgeois pour aider leurs parents. Ainsi multiplia très-durement le
hutin; et en y eut tout plein de morts et de navrés d'un côté et
d'autre, et grand foison de bien défendants et assaillants. Et dura ce
hutin moult longuement, car toudis croissoit la force de ceux de l'ost
et survenoient toudis nouvelles gens. Tant avint que au dernier
messire Hervey de Léon, qui étoit l'un des maîtres conseillers du
comte de Montfort et aussi de toute la cité, et qui moult bien s'étoit
maintenu et moult avoit réconforté ses gens, quand il vit qu'il étoit
point de retraire et qu'ils pouvoient plus perdre à demeurer que
gagner, il fit ses gens retraire au mieux qu'il put; et les défendoit
en retraiant et garantissoit le mieux qu'il pouvoit. Si leur avint
qu'ils furent si près suivis au retraire, qu'il en y eut grand foison
de morts, et pris bien deux cents et plus des bourgeois de la cité,
dont leurs pères, leurs mères et leurs amis furent durement courroucés
et dolents. Aussi fut le comte de Montfort, qui en blâma durement
messire Hervey, par courroux de ce qu'il les avoit fait sitôt
retraire; et lui sembloit que par le retraire ses gens étoient perdus:
de quoi messire Hervey fut durement merencolieux, et ne voulut oncques
depuis venir au conseil du comte, si petit non. Si s'émerveilloient
durement les gens pour quoi il le faisoit.


  Comment les bourgeois de Nantes livrèrent la cité aux seigneurs
    de France; et comment le comte de Montfort y fut pris et amené
    à Paris et comment il y mourut.

Or avint, si comme j'ai ouï recorder, que aucuns des bourgeois de la
cité qui véoient leurs biens détruire dedans la cité et dehors, et
avoient leurs enfants et amis en prison, et doutoient encore pis
avenir, s'avisèrent et parlèrent ensemble tant qu'ils eurent entre
eux accord de traiter à ces seigneurs de France couvertement, par quoi
ils pussent venir à paix et ravoir leurs enfants et leurs amis quittes
et délivrés, qui étoient en prison[123]. Si traitèrent si paisiblement
et couvertement, que accordé fut: qu'ils rauroient les prisonniers
tous quittes, et ils devoient livrer une des portes ouverte, pour les
seigneurs entrer en la cité et aller prendre le comte de Montfort
dedans le châtel, sans rien forfaire ailleurs en la cité ni à corps ni
à biens. Ainsi que accordé et traité fut, fut fait; et entrèrent les
seigneurs et ceux qu'ils voulurent avec eux, en une matinée, en la
cité de Nantes, par l'accord des bourgeois; et allèrent droit au
châtel ou palais. Si brisèrent les huis et prirent le comte de
Montfort, et l'enmenèrent hors de la cité à leurs tentes, si
paisiblement qu'ils ne forfirent rien aux corps ni aux biens de la
cité. Et voulurent bien dire aucunes gens que ce fut fait assez de
l'accord et pourchas ou consentement de messire Hervey de Léon,
pourtant que le comte l'avait rampsoné, si comme vous avez ouï. Or ne
sais-je pas, combien qu'il en fût soupçonné d'aucunes gens, si ce fut
voir ou non; mais bien apparut en ce que après ce fait il fut toujours
de l'accord et conseil de messire Charles. Ainsi que vous avez ouï et
que j'ai ouï recorder, fut pris le comte de Montfort en la cité de
Nantes, l'an de grâce mil trois cent quarante-un, entour la Toussaint.

  [123] Il paraît que le comte de Montfort, voyant qu'il ne pouvait
  compter sur la fidélité des Nantais, traita lui-même avec le duc
  de Normandie, auquel il se rendit, sauve la vie. Guillaume de
  Saint-André, auteur contemporain, prétend que le traité fut
  beaucoup moins désavantageux pour le comte de Montfort; qu'il ne
  rendit Nantes au duc de Normandie que comme un dépôt que celui-ci
  devait lui remettre dans l'état où il l'avait reçu; mais qu'il
  fut trompé par le duc et retenu prisonnier, malgré les
  saufs-conduits en bonne forme dont il était muni de sa part.
  (_Note de Buchon._)

Tantôt après ce que le comte de Montfort fut pris et mené ès tentes,
les seigneurs de France entrèrent en la cité tous désarmés, à moult
grand'fêtes; et firent les bourgeois et tous ceux du pays d'entour
féauté et hommage à messire Charles de Blois, comme à leur droit
seigneur. Si demeurèrent les dits seigneurs par l'espace de trois
jours en la cité, à grand fête, pour eux aiser et pour avoir conseil
entre eux qu'ils pourroient faire de là en avant. Si s'accordèrent à
ce pour le meilleur, qu'ils s'en retourneroient pardevers France et
pardevers le roi, et lui livreroient le comte de Montfort prisonnier;
car ils avoient moult grandement bien exploité, ce leur sembloit. Et
pourtant aussi qu'ils ne pouvoient bonnement plus avant hostoyer, ni
guerroyer, pour l'hiver, temps qui entré étoit, fors par garnisons et
forteresses, ce leur sembloit, si conseillèrent à messire Charles de
Blois qu'il se tînt en la cité de Nantes et là entour, jusques au
nouvel temps d'été, et fît ce qu'il pourroit par ses soudoyers et par
ses forteresses qu'il avoit reconquises; puis se partirent tous les
seigneurs sur ce propos, et firent tant par leurs journées qu'ils
vinrent à Paris là où le roi étoit, et lui livrèrent le comte de
Montfort pour prisonnier. Le roi le reçut à grand joie, et le fit
emprisonner en la tour du Louvre à Paris, où il demeura longuement; et
au dernier y mourut[124], ainsi que j'ai oy recorder la vérité.

  [124] Le comte de Montfort ne mourut point en prison. Dès le 1er
  septembre 1343 le parlement avait ordonné qu'il fût élargi à
  certaines conditions, ainsi que le rapporte du Tillet. Cet arrêt
  ne fut point mis à exécution; mais le comte de Montfort trouva
  moyen de s'évader vers la fin d'avril ou le commencement de mai
  1345, déguisé en marchand. Il passa aussitôt en Angleterre, où il
  fit hommage à Édouard, pour le duché de Bretagne, le 20 mai,
  comme on l'a remarqué ci-dessus, et, toujours poursuivi par la
  mauvaise fortune, il revint mourir au château de Hennebon en
  Bretagne, le 26 septembre de la même année. (_Note de Buchon._)


  Comment la comtesse de Montfort conforte ses soudoyers, et
    comment elle mit bonnes garnisons par toutes ses forteresses.

Or veux-je retourner à la comtesse de Montfort, qui bien avoit courage
d'homme et cœur de lion, et étoit en la cité de Rennes quand elle
entendit que son sire étoit pris, en la manière que vous avez ouï. Si
elle en fut dolente et courroucée, ce peut chacun et doit savoir et
penser; car elle pensa mieux que on dût mettre son seigneur à mort que
en prison. Et combien qu'elle eût grand deuil au cœur, si ne fit-elle
mie comme femme déconfortée, mais comme homme fier et hardi, en
reconfortant vaillamment ses amis et ses soudoyers; et leur montroit
un petit fils qu'elle avoit, qu'on appeloit Jean, ainsi que le père,
et leur disoit: «Ha! seigneurs, ne vous déconfortez mie, ni ébahissez
pour monseigneur que nous avons perdu; ce n'étoit qu'un seul homme:
véez ci mon petit enfant qui sera, si Dieu plaît, son restorier, et
qui vous fera des biens assez. Et j'ai de l'avoir en plenté: si vous
en donnerai assez, et vous pourchasserai tel capitaine et tel mainbour
par qui vous serez tous bien reconfortés.»

Quand la dessus dite comtesse eut ainsi reconforté ses amis et ses
soudoyers qui étoient à Rennes, elle alla par toutes ses bonnes villes
et forteresses, et menoit son jeune fils avec elle, et les sermonnoit
et reconfortoit en telle manière que elle avoit fait de ceux de
Rennes; et renforçoit les garnisons de gens et de quant que il leur
falloit; et paya largement partout, et donna assez abondamment partout
où elle pensoit qu'il étoit bien employé. Puis s'en vint en Hainebon
sur la mer, qui étoit forte ville et grosse et fort châtel; et là se
tint, et son fils avec li, tout cet hiver. Souvent envoyoit visiter
ses garnisons et reconforter ses gens, et payoit moult largement
leurs gages. Si me tairai atant de cette matière, et retournerai au
roi Édouard d'Angleterre; et conterai quels choses lui avinrent après
le département du siége de Tournay.......


  Comment les seigneurs de France retournèrent en Bretagne par
    devers monseigneur Charles de Blois et comment ils assiégèrent
    la cité de Rennes, que la comtesse de Montfort avoit bien
    garnie.

Vous devez savoir que quand le duc de Normandie, le duc de Bourgogne,
le comte d'Alençon, le duc de Bourbon, le comte de Blois, le
connétable de France, le comte de Ghines son fils, messire Jacques de
Bourbon, messire Louis d'Espaigne, et les comtes et barons de France,
se furent partis de Bretagne, qu'ils eurent conquis le fort châtel de
Chastonceaux, et puis après la cité de Nantes, et pris le comte de
Montfort, et livré au roi Philippe de France, et il l'eut fait mettre
en prison au Louvre à Paris, ainsi comme vous avez ouï, et comment
messire Charles de Blois étoit demeuré tout coi en la cité de Nantes
et au pays d'entour, qui obéissoit à lui, pour attendre la saison
d'été, en laquelle il fait meilleur guerroyer qu'il ne fait en la
saison d'hiver, et cette douce saison fut revenue, tous ces seigneurs
dessus nommés, et grand foison de gens avec eux, s'en rallèrent devers
Bretagne à grand puissance, pour aider à messire Charles de Blois à
conquérir le remenant de la duché de Bretagne, dont avinrent de grands
et merveilleux faits d'armes, ainsi comme vous pourrez ouïr. Quand ils
furent venus à Nantes, où ils trouvèrent messire Charles de Blois, ils
eurent conseil qu'ils assiégeroient la cité de Rennes. Si issirent de
Nantes et allèrent assiéger Rennes tout autour.

La comtesse de Montfort par avant l'avoit si fort garnie et rafraîchie
de gens d'armes et de tout ce qu'il afféroit, que rien n'y failloit;
et y avoit établi un vaillant chevalier et hardi pour capitaine, qu'on
appeloit messire Guillaume Quadudal, gentilhomme durement, du pays de
Bretagne. Aussi avoit la dite comtesse mis grands garnisons par toutes
les autres cités, châteaux et bonnes villes qui à li obéissoient; et
partout bons capitaines, des gentilshommes du pays, qui à li se
tenoient et obéissoient, lesquels avoit tous acquis par beau parler,
par promettre et par donner, car elle n'y vouloit rien épargner.
Desquels l'évêque de Léon, messire Almaury de Cliçon, messire Yvain de
Treseguidi, le sire de Landernaux, le châtelain de Guingamp, messire
Henry et messire Olivier de Pennefort, messire Geffroy de Malestroit,
messire Guillaume de Quadudal, les deux frères de Quintin, messire
Geoffroy de Maillechat, messire Robert de Guiche, messire Jean de
Kerriec y étoient, et plusieurs autres chevaliers et écuyers que je ne
sais mie tous nommer. Aussi en y avoit de l'accord messire Charles de
Blois, grand foison, qui à lui se tenoient, avec messire Hervey de
Léon, qui fut de premier de l'accord du comte de Montfort et maître de
son conseil, jusques à tant que la cité de Nantes fut rendue, et le
comte de Montfort pris, ainsi que vous avez ouï. De quoi le dit
messire Hervey fut durement blâmé; car on vouloit dire qu'il avait
trait les bourgeois à ce et pourchassé la prise du comte de Montfort.
Ce apparoît à ce que depuis ce fait ce fut celui qui plus se pénoit de
grever la comtesse de Montfort et ses aidans.


  Comment les seigneurs de France firent plusieurs assauts devant
    Rennes; et comment la comtesse de Montfort envoya au roi
    d'Angleterre querre secours; et sur quelle condition ce fut.

Messire Charles de Blois et les seigneurs dessus nommés sirent assez
longuement devant la cité de Rennes et y firent grands dommages et
plusieurs assauts par les Espaignols et par les Gennevois; et ceux de
dedans se défendirent aussi fortement et vaillamment, par le conseil
du seigneur de Quadudal, et si sagement que ceux du dehors y perdirent
plus souvent qu'ils n'y gagnèrent. En icelui temps, sitôt que la dite
comtesse sçut que ces seigneurs de France étoient venus en Bretagne à
si grand puissance, elle envoya messire Almaury de Cliçon en
Angleterre parler au roi Édouard et pour prier et requérir secours et
aide, par telle condition que le jeune enfant, fils du comte de
Montfort et de la dite comtesse, prendroit à femme l'une des jeunes
filles du roi d'Angleterre, et s'appelleroit duchesse de Bretagne. Le
roi Édouard étoit adonc à Londres, et fêtoit tant qu'il pouvoit le
comte de Salebrin, qui tantôt étoit revenu de sa prison. Si fit moult
grand fête et honneur à messire Almaury de Cliçon, quand il fut à lui
venu; car il étoit moult gentilhomme; et lui octroya toute sa requête
assez brièvement, car il y véoit son avantage en deux manières. Car il
lui fut avis que c'étoit grand chose et noble de la duché de Bretagne,
s'il la pouvoit conquérir; et si étoit la plus belle entrée qu'il
pouvoit avoir pour conquérir le royaume de France, à quoi il tendoit.
Si commanda à messire Gautier de Mauny qu'il aimoit moult, car moult
l'avoit bien servi et loyalement en plusieurs besognes périlleuses,
qu'il prît tant de gens d'armes que le dit messire Almaury deviseroit
et qu'il lui suffiroit, et s'appareillât le plus tôt qu'il pourroit
pour aller aider à la comtesse de Montfort, et prît jusques à trois ou
quatre mille archers des meilleurs d'Angleterre. Le dit messire
Gautier fit moult volontiers le commandement son seigneur: si
s'appareilla le plus tôt qu'il put, et se mit en mer avec ledit
messire Almaury. Avec lui allèrent les deux frères de Leyndehale,
messire Louis et messire Jean, le Haze de Brabant, messire Hubert de
Frenay, messire Alain de Sirehonde et plusieurs autres que je ne sais
mie nommer, et avec eux six mille archers. Mais un grand tourment et
vent contraire les prit en mer, parquoi il les convint demeurer sur la
mer par le terme de soixante jours, ainçois qu'ils pussent venir à
Hainebon, où la comtesse de Montfort les attendoit de jour en jour, à
grand'mésaise de cœur, pour le grand meschef qu'elle savoit que ses
gens soutenoient, qui étoient dedans la cité de Rennes, où vaillamment
ils se tenoient.


  Comment les bourgeois de Rennes rendirent la cité à monseigneur
    de Blois.

Or est à savoir que messire Charles de Blois et ces seigneurs de
France sirent longuement devant la cité de Rennes, et tant qu'ils y
firent très-grand dommage, par quoi les bourgeois en furent durement
ennuyés; et volontiers se fussent accordés à rendre la cité, s'ils
eussent osé; mais messire Guillaume de Quadudal ne s'y vouloit
accorder nullement. Quand les bourgeois et le commun de la cité eurent
assez souffert, et qu'ils ne véoient aucun secours de nulle part
venir, ils se voulurent rendre; mais le dit messire Guillaume ne s'y
voulut accorder. Au dernier, ils prirent le dit messire Guillaume et
le mirent en prison; et puis eurent en convenant à messire Charles
qu'ils se rendroient l'endemain, par telle condition que tous ceux de
la partie de la comtesse de Montfort s'en pouvoient aller sauvement
quel part qu'ils voudroient. Le dit messire Charles de Blois leur
accorda. Ainsi fut la cité de Rennes rendue à messire Charles de
Blois, l'an de grâce mil trois cent quarante-deux, à l'entrée de mai.
Et messire Guillaume de Quadudal ne voulut point demeurer de l'accord
messire Charles de Blois; ains s'en alla tantôt devers Hainebon, où
la comtesse de Montfort étoit, qui fut moult dolente quand elle sçut
que la cité de Rennes étoit rendue. Et si n'oyoit aucune nouvelle de
messire Almaury de Cliçon ni de sa compagnie.


  Comment les seigneurs de France se partirent de Rennes et
    allèrent assiéger Hainebon, où la comtesse de Montfort étoit.

Quand la cité de Rennes fut rendue, ainsi que vous avez ouï, et les
bourgeois eurent fait féauté à messire Charles de Blois, messire
Charles eut conseil quel part il pourroit aller atout son ost, pour
mieux avant exploiter de conquérir le remenant. Le conseil se tourna à
ce que il se traist pardevers Hainebon, où la comtesse étoit; car
puisque le sire étoit en prison, s'il pouvoit prendre la ville, le
châtel, la comtesse et son fils, il auroit tôt sa guerre affinée.
Ainsi fut fait: si se trairent tous vers Hainebon et assiégèrent la
ville et le châtel tout autour tant qu'ils purent par terre. La
comtesse étoit si bien pourvue de bons chevaliers et d'autres
suffisans gens d'armes qu'il convenoit pour défendre la ville et le
châtel; et toudis étoit en grand soupçon du secours d'Angleterre
qu'elle attendoit; et si n'en oyoit aucunes nouvelles: mais avoit
doute que grand meschef ne leur fût avenu, ou par fortune de mer, ou
par rencontre d'ennemis.

Avec elle étoit en Hainebon l'évêque de Léon en Bretagne, dont messire
Hervey de Léon étoit neveu, qui étoit de la partie messire Charles, et
si y étoit messire Yves de Treseguidy, le sire de Landernaux, le
châtelain de Guingamp, les deux frères de Kerriec, messire Henry et
messire Olivier de Pennefort et plusieurs autres. Quand la comtesse et
ces chevaliers entendirent que ces seigneurs de France venoient pour
eux assiéger, et qu'ils étoient assez près de là, ils firent commander
que on sonnât la ban-cloche, et que chacun s'allât armer et allât à sa
défense, ainsi que ordonné étoit. Ainsi fut fait sans contredit. Quand
messire Charles de Blois et les seigneurs de France furent approchés
de la ville de Hainebon, et ils la virent forte, ils firent leurs gens
loger ainsi que pour faire siége. Aucuns jeunes compagnons gennevois,
espaignols et françois allèrent jusques aux barrières pour paleter et
escarmoucher; et aucuns de ceux de dedans issirent encontre eux, ainsi
que on fait souvent en tels besognes. Là eut plusieurs hutins; et
perdirent plus les Gennevois qu'ils n'y gagnèrent, ainsi qu'il avient
souvent en soi trop follement abandonnant. Quand le vespre approcha,
chacun se restraist à sa loge. L'endemain, les seigneurs eurent
conseil qu'ils feroient assaillir les barrières fortement, pour voir
la contenance de ceux de dedans, et pour voir s'ils y pourroient rien
conquêter, ainsi qu'ils firent; car au tiers jour y assaillirent au
matin, entour heure de prime, aux barrières très-fort; et ceux de
dedans issirent hors, les aucuns les plus suffisans, et se défendirent
si vaillamment que ils firent l'assaut durer jusques à heure de nonne,
que les assaillants se retrairent un petit arrière, et ils laissèrent
foison de morts, et en ramenèrent plenté de blessés. Quand les
seigneurs virent leurs gens retraire, ils en furent durement
courroucés; si firent recommencer l'assaut plus fort que devant; et
aussi ceux de Hainebon s'efforcèrent d'eux très-bien défendre; et la
comtesse, qui étoit armée de corps, et étoit montée sur un bon
coursier, chevauchoit de rue en rue par la ville, et sémonnoit ses
gens de bien défendre, et faisoit les femmes, dames, damoiselles et
autres, défaire les chaussées et porter les pierres aux créneaux pour
jeter aux ennemis, et faisoit apporter bombardes et pots pleins de
chaux vive pour jeter sur les assaillants.


  Comment la comtesse de Montfort ardit les tentes des seigneurs de
    France tandis qu'ils se combattoient aux barrières.

Encore fit cette comtesse de Montfort une très-hardie emprise, qui ne
fait mie à oublier, et que on doit bien recorder à hardi et outrageux
fait d'armes. La dite comtesse montoit aucune fois en une tour tout
haut pour voir mieux comment ses gens se maintenoient. Si regarda, et
vit que tous ceux de l'ost, seigneurs et autres, avoient laissé leurs
logis et étoient presque tous allés voir l'assaut. Elle s'avisa d'un
grand fait, et remonta sur son coursier, ainsi armée comme elle étoit,
et fit monter environ trois cents hommes d'armes avec elle à cheval,
qui gardoient une porte que on n'assailloit point. Si issit de cette
porte à toute sa compagnie, et se férit très-vassalement en ces tentes
et en ces logis des seigneurs de France, qui tantôt furent toutes
arses, tentes et loges, qui n'étoient gardées fors de garçons et de
varlets, qui s'enfuirent sitôt qu'ils virent bouter le feu, et la
comtesse et ses gens entrer. Quand ces seigneurs virent leurs logis
ardoir et ouïrent le hu et le cri qui en venoit, ils furent tous
ébahis, et coururent tous vers leurs logis, criant: «Trahis! trahis!»
Et ne demeura adonc nul à l'assaut. Quand la comtesse vit l'ost
émouvoir, et gens courir de toutes parts, elle rassembla toutes ses
gens et vit bien qu'elle ne pourroit rentrer en la ville sans trop
grand dommage: si s'en alla un autre chemin, droit pardevers le châtel
de Brest, qui sied à trois lieues près de là[125].

  [125] Brest est beaucoup plus éloigné de Hennebon: aussi, suivant
  les historiens de Bretagne, ce fut dans le château d'Auray et non
  dans celui de Brest que la comtesse de Montfort se réfugia. (_Note
  de Buchon._)

Quand messire Louis d'Espaigne, qui étoit maréchal de tout l'ost, fut
venu aux logis qui ardoient, et vit la comtesse et ses gens qui s'en
alloient tant qu'ils pouvoient, il se mit à aller après pour les
raconsuir s'il eût pu, et grand foison de gens d'armes avec lui; si
les enchassa, et fit tant qu'il en tua et meshaigna aucuns, qui
étoient mal montés et qui ne pouvoient suivre les bien montés. Toutes
voies la dite comtesse chevaucha tant et si bien, qu'elle et la plus
grand'partie de ses gens vinrent assez à point au bon châtel de Brest,
où elle fut reçue et fêtée à grand joie, de ceux de la ville et du
châtel très-grandement. Quand messire Louis d'Espaigne sçut par les
prisonniers qu'il avoit pris que c'étoit la comtesse qui tel fait
avoit fait et qui échappée lui étoit, il s'en retourna en l'ost, et
conta son aventure aux seigneurs et aux autres, qui grand'merveille en
eurent. Aussi eurent ceux qui étoient dedans Hainebon; et ne pouvoient
penser ni imaginer comment leur dame avoit ce imaginé, ni osé
entreprendre; mais ils furent toute la nuit en grand cuisançon de ce
que la dame ni nul des compagnons ne revenoit. Si n'en savoient que
penser ni que aviser; et ce n'étoit pas grand merveille.


  Comment les François assaillirent Hainebon moult asprement, et
    comment messire Charles de Blois alla assiéger Auroy.

Lendemain les seigneurs de France, qui avoient perdu leurs tentes et
leurs pourvéances, eurent conseil qu'ils se logeroient d'arbres et de
feuilles plus près de la ville, et qu'ils se maintiendroient plus
sagement. Si s'allèrent loger à grand'peine plus près de la ville, et
disoient souvent à ceux de la ville ainsi: «Allez, seigneurs, allez
querre votre comtesse; certes elle est perdue; vous ne la trouverez
mie de pié-çà.» Quand ceux de la ville, gens d'armes et autres,
ouïrent telles paroles, ils furent ébahis et eurent grand peur que ce
grand meschef ne fût avenu à leur dame; si n'en savoient que croire,
pourtant qu'elle ne revenoit point, et n'en oyoient nulles nouvelles.
Si demeurèrent en tel peur par l'espace de cinq jours. Et la comtesse
qui bien pensoit que ses gens étoient en grand meschef pour li, et en
grand doutance, se pourchassa tant qu'elle eut bien cinq cents
compagnons armés et bien montés; puis se partit de Brest entour
mie-nuit, et s'en vint, à soleil levant, et chevauchant, droit à l'un
des côtés de l'ost, et fit ouvrir la porte du châtel de Hainebon, et
entra dedans à grand joie et à grand son de trompettes et de nacaires;
de quoi l'ost des François fut durement estourmi. Si se firent tous
armer et coururent devers la ville pour assaillir; et ceux dedans aux
fenêtres pour défendre. Là commença grand assaut et fort, qui dura
jusques à haute nonne[126]; et plus y perdirent les assaillants que
les défendants. Environ heure de nonne les seigneurs firent cesser
l'assaut, car leurs gens se faisoient tuer et navrer sans raison; et
retrairent à leur logis. Si eurent conseil et accord que messire
Charles de Blois iroit assiéger le châtel d'Auroy, que le roi Artus
fit faire et fermer, et iroient avec lui le duc de Bourbon, le comte
de Blois son frère, le maréchal de France messire Robert Bertrand, et
messire Hervey de Léon, et partie des Gennevois; et messire Louis
d'Espaigne, le vicomte de Rohan, et tout le remenant des Gennevois et
Espaignols demeureroient devant Hainebon, et manderoient douze grands
engins qu'ils avoient laissés à Rennes pour jeter à la ville et au
châtel de Hainebon; car ils véoient bien qu'ils ne pouvoient gagner ni
rien profiter à l'assaillir. Si que ils firent deux osts; si en
demeura l'un devant Hainebon, et l'autre alla assiéger le châtel
d'Auroy, qui étoit assez près de là: duquel nous parlerons, et nous
souffrirons un petit des autres.

  [126] Jusques après midi.


  Comment messire Charles de Blois se logea devant Auroy; et
    comment messire Amaury de Cliçon amena à la comtesse grand
    secours d'Angleterre.

Messire Charles de Blois se mit devant le châtel d'Auroy à toute sa
compagnie, et se logea, et tout son ost environ; et y fit assaillir et
escarmoucher, car ceux du châtel étoient bien pourvus et bien garnis
de bonnes gens d'armes pour tel siége soutenir. Si ne se voulurent
rendre ni laisser le service de la comtesse, qui grands biens leur
avoit faits, pour obéir au dit messire Charles, pour promesses. Dedans
la forteresse avoit deux cents compagnons aidables, uns et autres,
desquels étoient maîtres et capitaines deux chevaliers du pays,
vaillants hommes et hardis durement, messire Henry de Pennefort et
Olivier, son frère. A quatre lieues près de ce château sied la bonne
cité de Vennes, qui fermement se tenoit à la comtesse; et en étoit
messire Geoffroy de Malestroit capitaine, gentilhomme et vaillant
durement. D'autre part sied la bonne ville de Dignant[127] en
Bretagne, qui adonc n'étoit fermée, fors de fossés et de palis: si en
étoit capitaine, de par la comtesse, un durement vaillant homme que on
appeloit le châtelain de Guingamp: mais il étoit adonc dedans
Hainebon avec la comtesse; mais il avoit laissé à Dignant en son hôtel
sa femme et ses filles, et avoit laissé capitaine, en lieu de lui,
messire Regnault, son fils, vaillant chevalier et hardi durement.

  [127] La manière dont Froissart parle de ce lieu et la situation
  qu'il lui assigne ne peuvent convenir ni à la ville de Dinant
  dans le diocèse de Saint-Malo ni à celle de Guingamp dans le
  diocèse de Tréguier, que quelques manuscrits et les imprimés
  nomment au lieu de Dinant: l'une et l'autre sont trop éloignées
  de Vannes et d'Auray. Peut-être faudrait-il changer le _d_ en _b_, et
  lire Bignant au lieu de Dignant. Bignant est un gros village ou
  bourg assez près de Vannes et d'Auray, et très-bien placé pour
  être le théâtre des faits que Froissart va raconter. Peut-être
  aussi l'historien connaissait-il mal la géographie de la Bretagne
  et s'est-il trompé sur la position de Dinant. (_Note de Buchon._)

Entre ces deux bonnes villes sied un fort châtel qui se tenoit adonc à
messire Charles de Blois, et l'avoit garni de gens d'armes et de
soudoyers qui tous étoient Bourguignons. Si en étoit souverain et
maître un bon écuyer, assez jeune, que on appelait Girard de Maulain;
et avoit avec lui un hardi chevalier, qu'on appeloit messire Pierre
Portebeuf. Ces deux avec leurs compagnons honnissoient et gâtoient
tout le pays de là entour, et contraignoient si ouniment la cité de
Vennes et la bonne ville de Dignant que nulles pourvéances ni
marchandises ne pouvoient entrer ni venir, fors en grand péril et en
grand aventure; car ils chevauchoient l'un jour pardevers Vennes,
l'autre jour par devers Dignant.

Tant chevauchèrent ainsi les dessus dits Bourguignons et leurs routes,
que le jeune bachelier, messire Regnault de Guingamp, prit, à un
embuchement qu'il avoit établi, le dit Girart de Maulain à toute sa
compagnie, qui étoient eux vingt-cinq compagnons, et rescouit jusques
à quinze marchands à tout leur avoir qu'ils avoient pris, et les
emmenoient pardevers leurs garnisons, qu'on appelle Roche-Périou. Mais
le jeune bachelier, messire Regnault de Guingamp, les conquit tous par
son sens et par sa prouesse, et les emmena à Dignant tous en prison,
dont tout le pays d'entour eut grand joie; et en fut grandement ledit
messire Regnault loué et prisé.

Si me tairai un petit à parler des gens de Vennes, de Dignant et de
Roche-Périou, et reviendrai à la comtesse de Montfort, qui étoit
dedans Hainebon, et à messire Louis d'Espaigne, qui tenoit le siége
devant, et avoit si débrisé et si froissé la ville par les engins, que
ceux de dedans se commencèrent à ébahir et avoir volonté de faire
accord; car ils ne véoient nul secours venir, ni n'en oyoient
nouvelles. Dont il avint que l'évêque messire Guy de Léon, qui étoit
oncle de messire Hervey de Léon, par qui pourchas et conseil le comte
de Montfort avoit été pris, si comme on disoit, dedans la cité de
Nantes, parla un jour audit messire Hervey son neveu, sur assurément,
par longtemps ensemble d'une chose et d'autres; et tant que le dit
évêque devoit pourchasser accord à ses compagnons, pourquoi la ville
de Hainebon seroit rendue à messire Charles de Blois; et ledit messire
Hervey devoit pourchasser d'autre part que ceux de dedans seroient
apaisés envers messire Charles, quittes et délivrés, et ne perdroient
rien de leur avoir. Ainsi se départit ce parlement. Le dit évêque
entra en la ville pour parler aux autres seigneurs. La comtesse se
douta tantôt de mauvais pourchas: si pria à ces seigneurs de Bretagne,
pour l'amour de Dieu, qu'ils ne fissent nulle défaute et que elle
auroit grand secours dedans trois jours. Mais le dit évêque parla tant
et montra tant de raisons à ces seigneurs qu'il les mit en grand
effroi cette nuit. L'endemain il recommença, et leur dit tant de
raisons d'une et d'autres qu'ils étoient tous de son accord ou assez
près. Et jà étoit le dit messire Hervey venu assez près de la ville
pour la prendre de leur accord, quand la comtesse qui regardoit aval
la mer, par une fenêtre du châtel, commença à crier et à faire grand
joie; et disoit tant comme elle pouvoit: «Je vois venir le secours que
j'ai tant désiré.» Deux fois le dit. Chacun de la ville courut tantôt,
qui mieux mieux, aux fenêtres et aux créneaux des murs pour voir que
c'étoit; et virent grand foison de naves, petites et grandes, bien
bastillées, venir pardevers Hainebon: dont chacun fut durement
reconforté, car bien tenoient que c'étoit messire Almaury de Cliçon
qui amenoit ce secours d'Angleterre, dont vous avez par deçà devant
ouï parler, qui par soixante jours avoient eu vent contraire sur mer.


  Comment l'évêque de Léon se tourna de la partie messire Charles
    de Blois: et comment messire Gautier de Mauny et ceux de
    Hainebon abattirent les engins des François qui moult les
    grevoient.

Quand le châtelain de Guingamp, messire Yves de Treseguidy, messire
Galeran de Landerneaux et les autres chevaliers virent ce secours
venir, ils dirent à l'évêque qu'il pouvoit bien contremander son
parlement; car point n'étoient conseillés de faire ce qu'il leur
ennortoit. L'évêque, messire Guy de Léon, en fut durement courroucé,
et dit: «Seigneurs, donc départira notre compagnie, car vous
demeurerez deçà vers madame, et je m'en irai par delà pardevers celui
qui plus grand droit y a, ce me semble.» Lors se partit l'évêque de
Hainebon, et défia la dame et tous ses aidans, et s'en alla dénoncer
audit messire Hervey et dire la besogne, ainsi comme elle se portoit.
Ledit messire Hervey fut durement courroucé: si fit tantôt dresser les
plus grands engins qu'ils avoient, au plus près du châtel qu'on put,
et commanda que on ne cessât de jeter par jour et par nuit; puis se
partit de là. Si emmena son oncle, le dit évêque, à messire Louis
d'Espaigne, qui le reçut à bon gré et liement; et aussi fit messire
Charles de Blois quand il fut à lui venu. La comtesse fit à liée chère
appareiller salles et chambres et hôtels pour herberger aisément ces
seigneurs d'Angleterre qui là venoient, et envoya contre eux moult
noblement. Quand ils furent venus et descendus, elle-même vint contre
eux à grand révérence; et si elle les fêta et gracia grandement, ce
n'est pas de merveilles, car elle avoit bien mestier de leur venue, si
comme vous avez ouï.

Si en fit adonc, et depuis aussi, tant comme elle en put faire; et les
emmena adonc tous, chevaliers et écuyers, au châtel herberger et en la
ville à leur aise; et leur donna l'endemain à dîner moult grandement.
Toute la nuit ne cessèrent les engins de jeter, ni l'endemain aussi.
Quand ce vint après dîner que la dame eut fêté ces seigneurs, messire
Gautier de Mauny, qui étoit maître et souverain des Anglois, demanda
de l'état de ceux de la ville et de leur convenant, et de ceux de
l'ost aussi; puis regarda et dit qu'il avoit grand volonté d'aller
abattre ce grand engin, qui si près leur étoit assis et qui si grand
ennui leur faisoit; mais que on le voulût suivre. Messire Yves de
Treseguidy dit qu'il ne lui en faudroit mie à cette première envaye.
Aussi dit le sire de Landerneaux. Adonc s'alla tantôt armer le gentil
chevalier messire Gautier de Mauny; aussi firent tous ses compagnons
quand ils le sçurent; et aussi firent tous les chevaliers bretons et
écuyers qui laiens étoient: puis issirent hors paisiblement par la
porte, et firent aller avec eux trois cents archers. Tant allèrent
traiant les archers qu'il firent fuir ceux qui gardoient le dit engin;
et les gens d'armes qui venoient après les archers en occirent aucuns,
et abattirent ce grand engin, et le détaillèrent tout par pièces. Puis
coururent de randon jusques aux tentes et aux logis, et boutèrent le
feu dedans. Si tuèrent et navrèrent plusieurs de leurs ennemis,
ainçois que l'ost fût estourmi; et puis se retrairent bellement
arrière. Quand l'ost fut estourmi et armé, ils vinrent accourant après
eux comme gens tous forcenés; et quand messire Gautier vit ses gens
accourir et estourmir en démenant grands hus et grands cris, il dit
tout haut: «Jamais ne sois-je salué de ma chère amie, si je rentre en
châtel ni en forteresse jusques à ce que j'aurai l'un de ses venans
versé à terre, ou je y serai versé.» Lors se retourna-t-il le glaive
au poing, devers ses ennemis: aussi firent les deux frères de
Laindehalle, le Haze de Brabant, messire Yves de Treseguidy, messire
Galeran de Landerneaux, et plusieurs autres compagnons, et brochèrent
aux premiers venans. Si en firent plusieurs verser, les jambes contre
mont; aussi en y eut des leurs versés. Là commença un très-fort hutin;
car toujours venoient avant ceux de l'ost. Si monteplioit leur effort;
par quoi il convenoit les Anglois et les Bretons retraire tout
bellement devers leur forteresse. Là put-on voir d'une part et d'autre
belles envayes, belles rescousses, beaux faits d'armes et belles
prouesses, grand foison. Sur tous les autres le faisoit bien, et en
avoit la huée, le gentil chevalier messire Gautier de Mauny; et aussi
moult vaillamment s'y maintinrent ses compagnons et s'y combattirent
très-bien. Quand ils virent que temps fut de retraire, ils se
retrairent bellement et sagement jusques à leurs fossés; et là
rendirent estal tous les chevaliers, combattant jusques à tant que
leurs gens furent entrés à sauveté. Mais sachez que les autres
archers, qui point n'avoient été à abattre les engins, étoient issus
de la ville et rangés sur les fossés, et traioient si fortement qu'ils
firent tous ceux de l'ost reculer, qui eurent grand foison d'hommes et
de chevaux morts et navrés. Quand ceux de l'ost virent que leurs gens
étoient en bersail, et qu'ils perdoient sans rien conquêter, ils
firent leurs gens retraire à leurs logis; et quand ils furent tous
retraits, ceux de la ville se retrairent aussi chacun en son hôtel.
Qui adonc vit la comtesse descendre du châtel à grand chère, et
baiser messire Gautier de Mauny et ses compagnons les uns après les
autres deux ou trois fois, bien put dire que c'étoit une vaillant
dame.


  Comment messire Louis d'Espaigne se délogea de devant Hainebon;
    et comment messire Charles de Blois l'envoya à Dignant; et
    comment il prit le châtel de Conquest.

A l'endemain, messire Louis d'Espaigne appela le vicomte de Rohan,
l'évêque de Léon, messire Hervey de Léon, et le maître des Gennevois,
pour avoir avis et conseil qu'ils feroient et comment ils se
maintiendroient; car ils véoient la ville de Hainebon forte, et le
secours qui venu y étoit; mêmement les archers qui tous les
déconfisoient; parquoi ils perdoient le temps pour néant, et alenoient
à demeurer là, et ne véoient tour ni voie par quoi ils pussent rien
conquêter. Si se accordèrent tous à ce qu'ils se délogeroient
l'endemain et se trairoient vers le châtel d'Auroy, là où messire
Charles de Blois étoit à siége fait, et les autres seigneurs de
France. L'endemain bien matin ils défirent leurs logis et se trairent
celle part, si comme ordonné étoit. Ceux de la ville firent grand huy
après eux, quand ils les virent déloger; et aucuns issirent après eux
pour aventure trouver: mais ils furent rechassés arrière, et perdirent
de leurs compagnons, ainçois qu'ils pussent être retraits à la ville.

Quand messire Louis d'Espaigne et toute sa charge de gens d'armes
furent venus en l'ost messire Charles de Blois, il lui conta la raison
pourquoi ils avoient laissé le siége de devant Hainebon. Adonc
ordonnèrent-ils entre eux par grand délibération de conseil, que le
dit messire Louis et ceux qui étoient venus avec lui iroient assiéger
la bonne ville de Dignant, qui n'étoit fermée fors d'eau et de palis.
Ainsi demeura la ville de Hainebon en paix une grand pièce, et fut
renforcée et rafraîchie moult grandement. Le dit messire Louis s'en
alla atout son ost assiéger Dignant. Ainsi qu'il s'en alloit, il passa
assez près d'un vieux châtel qu'on appeloit Conquest[128]; et en étoit
châtelain, de par la comtesse, un chevalier de Lombardie, bon
guerroyeur et hardi, qui s'appeloit messire Mansion, et avoit
plusieurs soudoyers avec lui. Quand le dit messire Louis entendit que
le châtel étoit de l'accord de la comtesse, si fit traire son ost
cette part et assaillir fortement. Ceux de dedans se défendirent si
bien que l'assaut dura jusques à la nuit; et se logea l'ost là
endroit. L'endemain il fit l'assaut recommencer; les assaillans
approchèrent si près des murs qu'ils y firent un grand trou, car les
fossés n'étoient mie moult parfons. Si entrèrent dedans par force, et
mirent à mort tous ceux du châtel, excepté le chevalier qu'ils prirent
prisonnier; et y établirent un autre châtelain bon et sûr, et soixante
compagnons avec lui pour garder le châtel. Puis se partit le dit
messire Louis, et s'en alla assiéger la bonne ville de Dignant.

  [128] Il n'est guère possible que Louis d'Espagne ait rencontré
  sur sa route en allant d'Auray, soit à Bignan, qui est au nord de
  cette place, soit à Dinant, qui est à l'orient, à une assez
  grande distance, le château de Conquêt, situé à la pointe
  occidentale de la Bretagne. Il n'est guère plus possible que
  Gautier de Mauny se soit transporté avec une troupe nombreuse, en
  une matinée, de Hennebon au _Conquêt de Brest_, c'est-à-dire à plus
  de trente lieues. L'historien ignorait donc la position des lieux
  dont il a parlé, à moins qu'on ne suppose, ce qui n'est pas
  très-vraisemblable, qu'il existait un autre château de Conquêt
  que celui que nous connaissons. (_Note de Buchon._)

La comtesse de Montfort et messire Gautier de Mauny entendirent ces
nouvelles, que messire Louis d'Espaigne et son ost étoient arrêtés
devant le châtel de Conquest; si appela le dit messire Gautier tous
les compagnons soudoyers, et leur dit que ce seroit trop noble
aventure pour eux tous, si ils pouvoient dessiéger le dit châtel et
déconfire le dit messire Louis et tout son ost; et que oncques si
grand honneur n'avint à gens d'armes qu'il leur aviendroit. Tous s'y
accordèrent, et partirent l'endemain au matin de Hainebon, et s'en
allèrent celle part de si grand volonté que peu en demeura en la
ville. Tant chevauchèrent qu'ils vinrent environ nonne au châtel de
Conquest; et trouvèrent qu'il avoit été conquis le jour devant, et
ceux de dedans tous occis, excepté le chevalier messire Mansion, qui
le gardoit; et l'avoient les dits François pourvu et rafraîchi de tous
points et de nouvelles gens. Quand messire Gautier de Mauny entendit
ce, et que messire Louis étoit allé assiéger la ville de Dignant, il
en eut grand deuil, pourtant qu'il ne se pouvoit combattre à lui. Si
dit à ses compagnons qu'il ne partiroit de là, si sauroit quels gens
il avoit au dit châtel, et comment il avoit été perdu. Si
s'appareillèrent lui et ses compagnons pour assaillir le châtel, et
montèrent tous chargés contre mont. Quand les Espaignols qui dedans
étoient les virent en telle manière venir, ils se défendirent tant
qu'ils purent; et ceux de dehors les assaillirent si fortement et
tinrent si près de traire qu'ils approchèrent les murs, malgré ceux du
châtel, et trouvèrent le trou du mur parquoi ils avoient le jour
devant gagné le châtel. Si entrèrent dedans par ce trou même, et
tuèrent tous les Espaignols, excepté dix que aucuns chevaliers prirent
à mercy. Puis se retrairent les Anglois et les Bretons pardevers
Hainebon; car ils ne l'osoient mie grandement éloigner; et laissèrent
le châtel de Conquest tout seul et sans garde, car ils virent bien
qu'il n'étoit mie à tenir.


  Comment ceux de Dignant se rendirent à messire Louis d'Espaigne,
    et comment il prit la ville de Guerrande; et comment il entra
    en mer avec partie de ses gens pour aller à l'aventure.

Or, reviendrai-je à messire Louis d'Espaigne, qui fit loger son ost
hâtivement tout autour de la ville de Dignant en Bretagne, et fit
tantôt faire petits bateaux et nacelles pour assaillir la ville, de
toutes parts, par terre et par yaue. Quand les bourgeois de la ville
virent ce, et bien savoient que leur ville n'étoit fermée que de
palis, ils eurent peur, grands et petits, de perdre corps et avoir: si
s'accordèrent communément qu'ils se rendroient, sauf leur corps et
leur avoir; ce qu'ils firent le quart jour que l'ost fut venu là,
malgré leur capitaine, messire Regnault de Guingant; et le tuèrent en
my le marché, pourtant qu'il ne s'y vouloit accorder. Quand messire
Louis d'Espaigne eut été en la ville de Dignant par deux jours, et eut
pris la féauté des bourgeois, il leur donna pour capitaine celui
Girard de Maulain, écuyer, qu'il trouva laiens prisonnier, et messire
Pierre Portebœuf avec lui: puis s'en alla atout son ost devers une
moult grosse ville séant sur la mer que on appeloit Guerrande, et
l'assiégea par terre; et trouva assez près grand foison de naves et
vaisseaux pleins de vins que marchands y avoient là menés de Poitou et
de la Rochelle pour vendre. Si eurent tantôt vendu les marchands leurs
vins, et furent mal payés. Et puis fit le dit messire Louis prendre
toutes les naves, et monter gens d'armes dedans, et partie des
Espaignols et des Gennevois, et puis fit l'endemain assaillir la ville
par terre et par mer, qui ne se put longuement défendre: ains fut
assez tôt gagnée par force, et tantôt robée, et mis à l'épée, sans
merci, hommes et femmes et enfants; et cinq églises arses et violées,
dont messire Louis fut durement courroucé. Si fit tantôt pour ce
pendre vingt-quatre de ceux qui ce avoient fait. Là fut gagné grand
trésor, si que chacun en eut tant qu'il put porter; car la ville étoit
grande, riche et marchande.

Quand cette grosse ville, qui Guerrande étoit appelée, fut ainsi
gagnée, robée et exilliée, ils ne sçurent plus avant où aller pour
gagner. Si se mit le dit messire Louis en ces vaisseaux qu'il avoit
trouvés sur mer en la compagnie de messire Othon Dorie et d'aucuns
Gennevois et Espaignols pour aller aucune part, pour aventurer sur la
marine; et le vicomte de Rohan, l'évêque de Léon, messire Hervey son
neveu, et tous les autres s'en revinrent en l'ost messire Charles de
Blois, qui encore séoit devant le châtel d'Auroy. Si trouvèrent grand
foison de seigneurs et de chevaliers de France, qui nouvellement
étoient là venus; tels que messire Louis de Poitiers comte de
Valentine, le comte d'Aucerre, le comte de Porcien, le comte de
Joigny, le comte de Boulogne, et plusieurs autres que le roi Philippe
y avoit envoyés pour reconforter son neveu; et aucuns y étoient venus
de leur volonté, pour venir voir et servir messire Charles de Blois.
Et encore n'étoit le fort châtel d'Auroy gagné; mais ceux de dedans
étoient si près menés et si oppressés de famine, qu'ils avoient mangé
par huit jours tous leurs chevaux; et ne les voulut-on prendre à mercy
s'ils ne se rendoient simplement. Quand ils virent que mourir les
convenoit, ils issirent hors couvertement par nuit et se mirent en la
volonté de Dieu, et passèrent tout parmi l'ost, à l'un des côtés, dont
aucuns furent aperçus et tués. Messire Henry de Penefort et messire
Olivier son frère et plusieurs autres se sauvèrent et échappèrent par
un boschet qui là étoit, et s'en allèrent droit à Hainebon devers la
comtesse et les compagnons chevaliers anglois et bretons qui les
reçurent liement.


  Comment, après la prise d'Auroy, messire Charles de Blois alla
    assiéger Vennes, laquelle se rendit à lui.

Ainsi reconquit messire Charles de Blois le fort châtel d'Auroy, par
affamer ceux qui le gardoient, où il avoit sis par l'espace de dix
semaines et plus. Si le fit refaire et rappareiller, et bien garnir de
gens d'armes et de toutes pourvéances, et puis s'en partit et alla à
tout son ost assiéger la cité de Vennes, dont messire Geffroy de
Malestroit étoit capitaine, et se logea tout autour. L'endemain,
aucuns compagnons bretons et soudoyers qui gisoient en une ville qu'on
appelle Ployermel, issirent hors et se mirent en aventure pour gagner:
si vinrent assaillir l'ost messire Charles, et se férirent en l'un des
côtés secrètement, mais ils furent enclos, quand l'ost fut estourmi,
et perdirent de leurs gens grossement: les autres s'enfuirent, et
furent suivis jusques assez près de Ployermel, qui étoit assez près de
Vennes. Quand ceux de l'ost qui étoient armés furent revenus de la
chasse, ils allèrent, de ce retour même, assaillir la ville de Vennes
fortement et roidement, et gagnèrent par force les barrières jusques à
la porte de la cité.

Là eut très-fort assaut, et plusieurs morts et navrés d'une part et
d'autre, et dura jusques à la nuit. Adonc fut accordé un répit qui
devoit durer l'endemain tout le jour, pour les bourgeois conseiller,
s'ils se voudroient rendre ou non. L'endemain ils furent si conseillés
qu'ils se rendirent, mau-gré messire Geoffroy de Malestroit, leur
capitaine; et quand il vit ce, il se mit hors de la cité
descongnuement, entrementes qu'on parlementoit, et s'en alla devers
Hainebon. Et le parlement se fit ainsi, que messire Charles de Blois
et tous les seigneurs de France entrèrent en la cité et prirent la
féauté des bourgeois, et se reposèrent en la cité par cinq jours; puis
s'en partirent, et allèrent assiéger une autre forte cité, que on
appelle Craais. Or lairai à parler un petit d'eux, et retournerai à
messire Louis d'Espaigne.


  Comment messire Gautier de Mauny et messire Almaury de Cliçon
    déconfirent messire Louis d'Espaigne et sa route, et gagnèrent
    tout l'avoir qu'il avoit conquis; et comment il échappa.

Sachez que quand messire Louis d'Espaigne fut monté au port de
Guerrande-sur-Mer, il et sa compagnie allèrent tant nageant
par mer qu'ils arrivèrent en la Bretagne bretonnante[129],
au port de Kemperlé, et assez près de Kemper-Corentin et de
Saint-Mathieu-de-Fine-Poterne[130]; et issirent des naves et allèrent
ardoir et rober tout le pays; et trouvèrent si grand avoir que
merveilles seroit à raconter. Si l'apportoient tout en leurs naves et
puis ralloient d'autre part rober; et ne trouvoient nullui qui leur
défendît. Quand messire Gautier de Mauny et messire Almaury de Cliçon
sçurent les nouvelles de messire Louis d'Espaigne et de ses
compagnons, ils eurent conseil qu'ils iroient celle part: puis le
découvrirent à messire Yvon de Treseguidy, au châtelain de Guingamp,
au seigneur de Landernaux, à messire Guillaume de Quadoudal, aux deux
frères de Penefort, et à tous les chevaliers qui là étoient dedans
Hainebon, qui tous s'y accordèrent de bonne volonté. Lors se mirent
tous en leurs vaisseaux, et prirent trois mille archers avec eux, et
ne cessèrent de nager jusques à tant qu'ils vinrent droit au port où
les naves messire Louis étoient ancrées. Si entrèrent dedans, et
tuèrent tous ceux qui les naves gardoient; et trouvèrent dedans si
grand avoir qu'ils s'en émerveillèrent durement, que les Espaignols
avoient là dedans apporté: puis se mirent à terre et se mirent en
plusieurs lieux à maisons ardoir et villes. Si se partirent en trois
batailles, par grand sens, pour plus tôt trouver leurs ennemis, et
laissèrent trois cents archers pour garder leur navie et l'avoir
qu'ils avoient gagné, puis se mirent à la voye par plusieurs chemins.

  [129] On appelait ainsi la basse Bretagne; la haute se nommait
  Bretagne Galot.

  [130] Saint-Mathieu-Fin-de-Terre, cap situé à la pointe
  occidentale de la Bretagne, près du Conquêt.

Ces nouvelles vinrent à messire Louis d'Espaigne que les Anglois
étoient arrivés efforcément et le quéroient: si rassembla toutes ses
gens, et se mit au retour devers ses naves, pour entrer dedans. Ainsi
qu'il s'en revenoit, tous ceux du pays le poursuivoient, hommes et
femmes, qui avoient perdu leur avoir; et il se hâtoit tant qu'il
pouvoit. Si encontra l'une des trois batailles, et vit bien que
combattre le convenoit: si se mit en bon convenant, car il étoit hardi
chevalier et conforté durement, et fit là aucuns chevaliers nouveaux,
espécialement un sien neveu, que on appeloit Alphonse. Si se férirent
en cette première bataille si roidement qu'ils en ruèrent maint par
terre; et eût été tantôt toute déconfite et sans remède, si n'eussent
été les deux autres batailles qui y survinrent, par le cri et par le
hu qu'ils avoient ouï des gens du pays. Lors commença le hutin à
renforcer et les archers si fort à traire que Gennevois et Espaignols
furent déconfits et presque tous morts et tués à grand meschef; car
ceux du pays, qui les suivoient à bourlets et à piques, y survinrent,
qui les partuèrent tous, et rescouoient ce qu'ils pouvoient de leur
perte. Si que à grand meschef le dit messire Louis se partit de la
bataille, durement navré en plusieurs lieux, et s'en affuit pardevers
ses naves tout déconfit, et ne remmena, de bien sept mille hommes
qu'il avoit avec lui, plus haut de trois cents, et y laissa mort son
neveu, que moult aimoit, messire Alphonse d'Espaigne; dont il étoit en
cœur, et fut depuis ce moult destroit et courroucé, mais amender ne
le put.


  Comment messire Gautier de Mauny poursuivit messire Louis
    d'Espaigne jusques bien près de Rennes, et comment il assaillit
    la Roche-Périou.

Quand il fut revenu à ses naves, il cuida entrer dedans; mais il les
trouva si bien gardées qu'il ne put entrer dedans; si se mit dans un
vaisseau qu'on appelle lique, à grand meschef et en grand'hâte, atout
ce de gens qu'il avoit échappés, et se mit fortement à nager. Quand
ces chevaliers d'Angleterre et de Bretagne dessus nommés eurent
déconfit leurs ennemis, et ils aperçurent que le dit messire Louis
s'en étoit parti et allé devers les vaisseaux, ils se mirent tous à
aller après lui, tant qu'ils purent, et laissèrent les gens du pays
convenir du remenant et eux venger, et reprendre partie de ce qu'on
leur avoit robé. Quand ils furent venus à leurs vaisseaux, ils
trouvèrent que le dit messire Louis étoit entré en une lique qu'il
avoit trouvée, et s'en alloit fuyant tant qu'il pouvoit.

Ils entrèrent tantôt ès plus appareillés vaisseaux qu'ils trouvèrent
là, et dressèrent leurs voiles, et nagèrent tant qu'ils purent après
le dit messire Louis; car il leur étoit avis qu'ils n'avoient rien
fait, si le dit messire Louis leur échappoit. Ils eurent bon vent à
souhait, et le véoient toudis nager si fortement qu'ils ne le
pouvoient raconsuir. Tant nagèrent à force de bras les marroniers
messire Louis, qu'ils vinrent à un port qu'on appelle Redon. Là
descendit le dit messire Louis et ceux qui échappés étoient avec lui,
et entrèrent en la ville de Redon. Ils ne furent mie grandement
arrêtés en la dite ville quand ils ouïrent dire que les Anglois
étoient arrivés, et qu'ils descendoient pour eux combattre. Adonc se
hâta le dit messire Louis, qui ne se vit mie pareil contre eux, et
monta sur petits chevaux qu'il emprunta en la ville; et s'en alla
droit vers la cité de Rennes, qui est assez près de là; et montèrent
aussi ses gens qui purent recouvrer de chevaux; et qui ne purent, se
partirent tout à pied, suivant leur maître. Si en y eut plusieurs de
laissés et mal montés r'atteints, qui eurent mal finé quand ils
chéirent ès mains de leurs ennemis. Toute fois le dit messire Louis se
sauva, et ne le purent les Anglois aconsuir; et s'en vint à petite
menée en la cité de Rennes; et les Anglois et les Bretons s'en
retournèrent et vinrent à Redon, et là se reposèrent cette nuit.

L'endemain ils se remirent à chemin par mer, pour venir à Hainebon par
devers la comtesse leur dame, mais ils eurent vent contraire; si leur
convint prendre port trois lieues près de Dignant; puis se mirent à
chemin par terre, ainsi qu'ils purent, et gâtèrent le pays d'entour
Dignant; et prenoient chevaux tels que chacun purent trouver, l'un à
selle, l'autre sans selle, et allèrent tant qu'ils vinrent une nuit
assez près de Roche-Périou. Quand ils furent là venus, messire Gautier
de Mauny dit à ses compagnons: «Certainement, seigneurs, je irois
volontiers assaillir ce fort châtel, si j'avois compagnie, comme
travaillé que je sois, pour essayer si nous y pourrions rien
conquêter.» Les autres chevaliers répondirent tous: «Sire, allez-y
hardiment, nous vous suivrons jusques à la mort.»

Adonc se mirent tous à monter contre mont la montagne, tous prêts et
appareillés d'assaillir. A ce point étoit cel écuyer qu'on appeloit
Girard de Maulain, comme châtelain, qui avoit été prisonnier à
Dignant, si comme vous avez ouï; lequel fit armer appertement toutes
ses gens et aller aux guérites et défenses; et ne se mit point
derrière, mais vint à toutes ses gens pour défendre le châtel. Là eut
un fort assaut, dur et périlleux, et y eut plusieurs chevaliers et
écuyers navrés, entre lesquels messire Jean le Bouteiller et messire
Mathieu de Fresnay furent durement blessés, et tant qu'il les convint
rapporter à val, et mettre gésir ès prés avec les autres navrés.


  Comment ceux de Hainebon se partirent de la Roche-Périou et
    allèrent devant Faouet, un autre fort châtel, pour l'assaillir.

Cil Girard de Maulain avoit un frère, hardi écuyer et conforté
durement, que on clamoit Régnier de Maulain, et étoit châtelain d'un
autre petit fort que on appeloit Faouet, qui sied à moins d'une lieue
près de Roche-Périou. Quand ce Régnier entendit que Bretons et Anglois
assailloient son frère, il fit armer de ses compagnons jusques à
quarante; si issit hors, et chevaucha par devers Roche-Périou pour
aventures, et pour voir s'il pourroit en aucune manière à son frère
valoir ni aider. Si lui avint si bien qu'il survint sur ces chevaliers
et écuyers navrés et sur leur menée, qui gissoient dessous le châtel
en un pré: si leur coururent sus, et prirent les deux chevaliers et
les écuyers navrés; et les fit porter et emmener pardevers Faouet en
prison, ainsi blessés qu'ils étoient. Aucuns de leur menée s'en
affuirent à messire Gautier de Mauny et les autres chevaliers, qui
étoient grandement intentifs d'assaillir, et leur dirent l'aventure
comment on emmenoit ces chevaliers et écuyers pardevers Faouet en
prison, et comment ils avoient été pris. Quand les chevaliers
entendirent ces nouvelles, ils furent trop durement courroucés, et
firent cesser l'assaut, et se mirent à aller tant qu'ils purent, qui
mieux mieux, devers Faouet, pour raconsuir s'ils pussent ceux qui
emmenoient ces prisonniers; mais ils ne se purent tant hâter que le
dit Régnier de Maulain ne fût jà rentré en son châtel atout ses
prisonniers, avant qu'ils fussent venus là. Quand ils furent là venus,
l'un devant, l'autre après, ils commencèrent à assaillir, ainsi
travaillés qu'ils étoient; mais petit y firent adonc; car le dit
Régnier et ses compagnons se défendirent vassalement. Et jà étoit
tard, et tous étoient travaillés durement; si eurent conseil qu'ils se
logeroient et reposeroient celle nuit pour assaillir l'endemain.


  Comment ceux de Hainebon se partirent de Faouet sans rien faire;
    et comment ils prirent Goy-la-Forêt et tuèrent tous ceux qui
    dedans étoient.

Girard de Maulain sçut, tantôt que ces seigneurs se furent partis de
là, le beau fait que son frère Régnier avoit fait pour lui secourir;
si en eut grand joie. Et sçut que ces seigneurs étoient, pour ce,
traits devant Faouet, et le conquerroient s'ils pouvoient. Si se
appensa qu'il feroit aussi beau service à son frère, s'il pouvoit,
comme son frère lui avoit fait: si monta par nuit sur son cheval, et
vint un petit devant le jour à Dignant; et fit tant qu'il parla tantôt
à messire Pierre Portebeuf, son bon compagnon, qui étoit capitaine et
souverain de Dignant avec lui, si comme vous avez ouï, et lui conta
l'aventure, et pourquoi il étoit là venu. Si eurent conseil que sitôt
que jour seroit il assembleroit tous les bourgeois de la ville, et
leur démontreroit la besogne, et les feroit armer s'il pouvoit pour
aller desassiéger le châtel de Faouet.

Quand grand jour fut et tous les bourgeois furent assemblés en la
halle de la ville, Girard de Maulain leur démontra la besogne si
bellement que les bourgeois et les soudoyers furent d'accord d'eux
armer, et de partir tantôt, et d'aller où l'on les voudroit mener; et
firent sonner le ban-cloche, et s'armèrent toutes gens: puis issirent
hors, et se mirent en voie tant qu'ils purent pardevers Faouet; et
étoient bien six mille hommes, que uns que autres. Messire Gautier de
Mauny et les autres seigneurs le sçurent tantôt par une espie. Si
eurent conseil ensemble pour regarder et aviser quelle chose leur
seroit bonne à faire; si que, tout considéré, le bien et le mal, ils
s'accordèrent à ce qu'ils se partiroient ainsi qu'ils pourroient
pardevers Hainebon, car grand meschef leur pourroit avenir s'ils
demeuroient longuement là; car si ceux de Dignant leur venoient d'une
part, et l'ost messire Charles de Blois et des seigneurs de France
d'autre part, ils seroient enclos et tous pris et morts, à la volonté
de leurs ennemis. Si s'accordèrent à ce que le meilleur point étoit de
laisser leurs compagnons en prison que tout perdre, jusques adonc
qu'ils le pourroient amender. Lors se partirent de là et se mirent à
voie pour revenir à Hainebon. Ainsi qu'ils revenoient vers Hainebon,
ils vinrent passant pardevant un châtel que on appeloit Goy-la-Forêt,
qui quinze jours devant étoit rendu à messire Charles de Blois; et
l'avoit le dit messire Charles livré à garder à messire Hervey de Léon
et à messire Guy de Goy, qui paravant le tenoit; lesquels deux
chevaliers n'étoient point laiens quand ces seigneurs bretons et
anglois vinrent là passant, mais étoient en l'ost messire Charles,
avec les seigneurs de France devant la ville de Craais, qu'ils avoient
assiégée. Quand messire Gautier de Mauny vit le château de
Goy-la-Forêt, qui étoit merveilleusement fort, il dit à ces seigneurs
et chevaliers de Bretagne qui étoient avec lui qu'il n'iroit plus
avant et ne se partiroit de là, comme travaillé qu'il fût, si auroit
assailli ce fort châtel, et vu le convenant de ceux de dedans. Si
commanda tantôt aux archers que chacun le suist, et à ses compagnons
aussi; puis prit sa targe à son col, et monta contre mont jusques aux
barrières et aux fossés du châtel; et tous les autres Bretons et
Anglois le suirent. Lors commencèrent fort à assaillir, et ceux de
dedans fortement à eux défendre, combien qu'ils n'eussent pas leur
capitaine. Là eut très-fort assaut et grand foison de bien faisans
dedans et dehors; et dura jusques à basses vespres; et ce bon
chevalier, messire Gautier de Mauny, semonnoit fortement les
assaillans, et se mettoit toujours au devant des autres au plus grand
péril; et les archers traioient si ouniement que ceux du châtel ne
s'osoient montrer, si petit non.

Si firent tant le dit messire Gautier et ses compagnons, que les
fossés furent emplis de l'un des côtés d'estrain et de bois, parquoi
ils vinrent jusques aux murs et piquèrent tant de grands mails et pics
de fer et de marteaux, que le mur fut troué une toise de large: si
entrèrent les dits Anglois et Bretons dedans ce châtel par force, et
tuèrent tous ceux qu'ils y trouvèrent et se logèrent là endroit.
L'endemain ils se mirent à chemin, et allèrent par telle manière
qu'ils vinrent à Hainebon. Et d'autre part Girart de Maulain, qui
étoit à Dignant venu querir le secours, et qui l'emmenoit devers
Faouet exploita tant, avec ceux qu'il emmenoit, qu'ils vinrent à
Faouet, et trouvèrent que les Anglois et les Bretons s'en étoient
partis. Si issit Régnier de Maulain contre eux, et les reçut liement,
puis après dîner s'en retournèrent à Dignant.


  Comment la comtesse de Montfort reçut liement messire Gautier de
    Mauny et ses compagnons; et comment la ville de Craais se
    rendit à messire Charles de Blois.

Quand la comtesse de Monfort sçut les nouvelles de la revenue des
dessus dits Anglois et Bretons, elle en fut grandement réjouie; si
alla contre eux, et les fêta liement et baisa et accola chacun de
grand cœur; et avoit fait appareiller au châtel pour mieux eux fêter,
et donna à dîner moult noblement à tous les chevaliers et écuyers de
renom, et leur demanda moult intentivement de leurs aventures, combien
qu'elle en sçût jà grand partie. Chacun lui conta ce qu'il en savoit,
et des bien faisans ce que chacun en avoit vu. Là endroit furent
ramentues maintes prouesses et plusieurs travaux, maint grand fait
d'armes et périlleux, et maintes hardies entreprises faites par ceux
qui là furent; ce peut et doit savoir chacun qui a été souvent en
armes, et les doit-on tenir et réputer pour preux: mais sur tous
emportoit la huée et le chapelet[131] messire Gautier de Mauny.

  [131] En avait la principale gloire et le chapeau, ou la
  couronne.

A ce point que ces seigneurs anglois et bretons furent revenus à
Hainebon, messire Charles de Blois avoit conquis la bonne cité de
Vennes, et avoit assiégé la ville que on appelle Craais. La comtesse
de Montfort et messire Gautier de Mauny envoyèrent tantôt grands
messages au roi Édouard pour lui signifier comment messire Charles de
Blois et les autres seigneurs de France et leurs aidans avoient
reconquis les cités de Rennes, Vennes et les autres bonnes villes et
châteaux de Bretagne; et qu'ils conquerroient tout le remenant s'il ne
les venoit secourir brièvement. Ces messages se partirent de Hainebon,
et s'en allèrent en Angleterre tant qu'ils purent, et arrivèrent en
Cornuaille, et enquirent et demandèrent là du roi où ils le
trouveroient. Si leur fut dit qu'il étoit à Windesore. Si
chevauchèrent celle part à grand exploit.

Or nous souffrirons-nous un petit de ces messagers à parler, et
retournerons à messire Charles de Blois et à ceux de son côté, qui
avoit assiégé la ville de Craais; et tant l'estraignirent et
contraignirent par assauts et par engins, qu'ils ne se purent plus
tenir et se rendirent à messire Charles de Blois, sauf leurs corps et
leur avoir: lequel messire Charles les prit à mercy; et ceux de Craais
lui jurèrent féauté et hommage et le reconnurent à seigneur. Si y mit
le dit messire Charles nouveaux officiers et un bon chevalier à
capitaine; et séjournèrent là les dits seigneurs, pour eux et leurs
gens rafraîchir, bien quinze jours. Là en dedans eurent conseil et
avis qu'ils se trairoient devant Hainebon.


  Comment messire Charles de Blois se partit de Craais et vint
    mettre le siége devant Hainebon, et comment messire Louis
    d'Espaigne y vint.

Adonc se partirent les dessus dits seigneurs et chevaliers de France
de Craais, et se trairent moult arréement devant la forte ville de
Hainebon, qui grandement étoit rafraîchie et renforcée, ravitaillée et
pourvue de toute artillerie. Si l'assiégèrent tout autour si avant
comme assiéger la purent. Le quatrième jour après que ces seigneurs se
furent mis et traits à siége, y vint messire Louis d'Espaigne, qui
s'étoit tenu en la cité de Rennes bien six semaines, et là fait curer
et médeciner ses plaies. Si le virent tous les seigneurs moult
volontiers et le reçurent à grand joie; car il étoit moult honoré et
aimé entre eux, et tenu pour très-bon homme d'armes et vaillant
chevalier; et tel étoit-il vraiment; et aussi il avoit bien cause
qu'ils le fêtassent, car ils ne l'avoient vu puis la bataille dessus
dite. La compagnie des seigneurs de France étoit grandement
multipliée, et accroissoit tous les jours; car grand'foison de
seigneurs de France revenoient de jour en jour du roi d'Espaigne[132],
qui faisoit guerre adonc au roi de Grenade et aux Sarrasins: si que
quand ils passoient par Poitou, et ils oyoient nouvelles des guerres
qui étoient en Bretagne, ils s'en alloient celle part. Le dit messire
Charles avoit fait dresser quinze ou seize engins qui jetoient
ouniement aux murs de Hainebon et à la ville: mais ceux de dedans n'y
accomptoient mie grandement, car ils étoient fort pavaissés et
guérités à l'encontre; et venoient aucunes fois aux murs et aux
créneaux et les frottoient et passoient de leurs chaperons par dépit,
et puis crioient tant qu'ils pouvoient en disant: «Allez, allez
requerre et rapporter vos compagnons qui se reposent au champ de
Kemperlé.» De quoi messire Louis d'Espaigne et les Gennevois eurent
grand yreur et grand dépit.

  [132] Alphonse XI, roi de Castille.


  Comment messire Louis d'Espaigne requit à messire Charles de
    Blois qu'il lui donnât messire Jean le Bouteiller et messire
    Hubert du Fresnay pour en faire sa volonté: lequel les lui
    donna moult ennuis.

Un jour vint le dit messire Louis d'Espaigne en la tente messire
Charles de Blois et lui demanda un don, présens grand foison de grands
seigneurs de France qui là étoient, en guerdon de tous les services
que faits lui avoit. Le dit messire Charles ne savoit mie quel don il
vouloit demander; car si il l'eût sçu, jamais ne lui eût accordé; si
lui octroya légèrement, pourtant qu'il se sentoit moult tenu à lui.
Quand le don lui fut octroyé, messire Louis dit: «Monseigneur, grands
mercis. Je vous prie donc et requiers que vous fassiez cy venir
tantôt les deux chevaliers qui sont en votre prison à Faouet, dedans
le châtel, messire Jean le Bouteiller et messire Hubert de Fresnay, et
les me donnez pour faire ma volonté; c'est le don que je vous demande.
Ils m'ont chassé, déconfit et navré, et tué messire Alphonse mon
neveu, que je tant aimois: si ne m'en sais autrement venger que je
leur ferai couper les têtes, pardevant leurs compagnons qui laiens
sont enfermés.»

Le dit messire Charles fut tout ébahi quand il ouït messire Louis
ainsi parler; si lui dit moult courtoisement: «Certes, sire, les
prisonniers vous donnerai-je volontiers, puisque demandés les avez;
mais ce seroit grand cruauté et peu d'honneur à vous, et grand blâme
pour nous tous, si vous faisiez de deux si vaillans hommes comme ce
sont, ainsi comme vous avez dit; et nous seroit ce toujours reproché,
et auroient nos ennemis bien cause des nôtres faire ainsi, quand tenir
les pourroient; et nous ne savons que avenir nous est de jour en jour:
pourquoi, cher sire et beau cousin, vous veuillez mieux aviser.»
Messire Louis d'Espaigne répondit, et dit brièvement qu'il n'en seroit
autrement si tous les seigneurs du monde l'en prioient: «Et si vous ne
me tenez convent, sachez que je me partirai, et ne vous servirai ni
aimerai jamais tant que je vive.»

Messire Charles vit bien et aperçut que c'étoit acertes; si n'osa
courroucer plus avant le dit messire Louis, ains envoya tantôt
certains messages au châtelain de Faouet, pour les dessus dits
chevaliers amener en son ost. Ainsi que commandé fut, ainsi fut fait:
les deux chevaliers furent amenés un jour assez matin en la tente
messire Charles de Blois. Quand messire Louis d'Espaigne les sçut
venus, il les alla tantôt voir; aussi firent plusieurs des seigneurs
et chevaliers de France qui les sçurent venus. Quand le dit messire
Louis les vit, il dit: «Ha! seigneurs chevaliers, vous m'avez blessé
du corps et ôté de vie mon cher neveu, que je tant aimois; si convient
que votre vie vous soit ôtée aussi; de ce ne vous peut nul garantir.
Si, vous pouvez confesser s'il vous plaît et prier mercy à Notre
Seigneur, car votre dernier jour est venu.» Les deux chevaliers furent
durement ébahis, ce fut bien raison, et dirent qu'ils ne pouvoient
croire que vaillans hommes ni gens d'armes dussent faire ni consentir
telle cruauté que de mettre à mort chevaliers pris en faits d'armes,
pour guerres de seigneurs; et si fait étoit par outrage, autres gens,
plusieurs chevaliers et écuyers, le pourroient bien comparer en
semblable cas. Les autres seigneurs qui là étoient et oyoient ces
paroles en eurent grand pitié, mais pour prières ni pour plusieurs
bonnes raisons qu'ils pussent faire ni montrer au dit messire Louis,
ils ne le purent ôter de son propos qu'il ne convînt que les dits deux
chevaliers ne fussent décolés après dîner: tant étoit le dit messire
Louis courroucé et ayré sur eux.


  Comment messire Gautier de Mauny et messire Almaury de Cliçon
    rescouirent les deux dessus dits chevaliers et les emmenèrent à
    Hainebon.

Toutes les paroles, demandes et réponses qui premiers furent dites
entre messire Charles et messire Louis, pour occasion de ces deux
chevaliers, sçurent tantôt messire Gautier de Mauny et messire Almaury
de Cliçon par espies, qui toujours alloient couvertement d'un ost en
l'autre; et aussi sçurent toutes ces paroles dernièrement dites, quand
les deux chevaliers furent amenés en la tente messire Charles. Et
quand messire Gautier et messire Almaury de Cliçon ouïrent ces
nouvelles et entendirent que c'étoit acertes, ils en eurent grand
pitié: si appellèrent aucuns de leurs compagnons et leur montrèrent le
meschef des deux chevaliers leurs compagnons, pour avoir conseil
comment ils se maintiendroient et quelle chose ils pourroient faire:
puis commencèrent à penser, l'un çà, l'autre là, et n'en savoient
qu'aviser. Au dernier commença à parler le preux chevalier messire
Gautier de Mauny, et dit: «Seigneurs compagnons, ce seroit grand
honneur pour nous si nous pouvions ces deux chevaliers sauver; et si
nous en mettons en peine et en aventure et nous faillissons, si nous
en sauroit le roi Édouard notre sire gré: aussi feroient tous
prud'hommes qui au temps à venir en pourroient ouïr parler, puisque
nous en aurions fait notre pouvoir. Si vous en dirai mon avis, si vous
avez volonté de l'entreprendre; car il me semble que on doit bien le
corps aventurer, pour les vies de deux si vaillans chevaliers sauver.
J'ai avisé, s'il vous plaît, que nous nous armerons et partirons en
deux parts, dont l'une des parts istra maintenant que on dînera, par
cette porte, et s'en iront les compagnons ranger et montrer sur ces
fossés, pour émouvoir l'ost et pour escarmoucher; bien crois que tous
ceux de l'ost accourront cette part tantôt: vous, messire Almaury, en
serez capitaine, s'il vous plaît, et aurez avec vous mille bons
archers pour les survenans détrier et faire reculer; et je prendrai
cent de mes compagnons et cinq cents archers, et istrons par celle
porterne couvertement, et viendrons par derrière férir en leurs logis
que nous trouveront vuis. J'ai bien avec moi tels gens qui savent bien
la voie aux tentes messire Charles où les deux chevaliers sont; si me
trairai celle part; et je vous promets que je et mes compagnons ferons
notre pouvoir d'eux délivrer, et les amènerons à sauveté, s'il plaît à
Dieu.»

Ce conseil et avis plut bien à tous; et s'en allèrent armer et
appareiller incontinent. Et se partit droit sur l'heure du dîner
messire Almaury de Cliçon à trois cents armures de fer et mille
archers, et fit ouvrir la maître porte de la ville de Hainebon, dont
le chemin alloit droit en l'ost. Si coururent les Anglois et les
Bretons, qui à cheval étoient, jusques en l'ost, en demenant grands
cris et grands hus; et commencèrent à abattre et renverser tentes et
trefs, et à tuer et découper gens où ils les trouvoient. L'ost qui fut
tout effrayé se commença à émouvoir, et s'armèrent toutes manières de
gens le plus tôt qu'ils purent, et se trairent devers les Anglois et
Bretons qui les recueilloient vitement. Là eut dure escarmouche et
forte, et maint homme reversé d'un côté et d'autre. Quand messire
Almaury de Cliçon vit que l'ost s'émouvoit et que près étoient tous
armés et traits sur les champs, il retrait ses gens tout bellement en
combattant, jusques devers les barrières de la ville. Adonc
s'arrêtèrent-ils là tous cois; et les archers étoient tous rangés sur
le chemin d'un côté et d'autre, qui traioient sagettes à pouvoir; et
Gennevois retraioient aussi efforcément contre eux. Là commença le
hutin grand et fort, et y accoururent tous ceux de l'ost que oncques
nul ne demeura, fors les varlets. Entrementes messire Gautier de Mauny
et sa route issirent par une poterne couvertement, et vinrent par
derrière l'ost ès tentes et logis des seigneurs de France. Oncques ne
trouvèrent homme qui leur véast, car tous étoient à l'escarmouche
devant les fossés; et s'en vint le dit messire Gautier de Mauny tout
droit, car bien avoit qui le menoit, en la tente messire Charles de
Blois, et trouva les deux chevaliers, messire Hubert de Fresnay et
messire Jean le Bouteiller, qui n'étoient mie à leur aise: mais ils le
furent sitôt qu'ils virent messire Gautier et sa route: ce fut bien
raison. Si furent tantôt montés sur bons coursiers qu'on leur avoit
amenés: si se partirent et furent ainsi rescous; et rentrèrent dedans
Hainebon par la poterne même par où ils étoient issus; et vint la
comtesse de Montfort contre eux, qui les reçut à grand joie.


  Comment le sire de Landernaux et le châtelain de Guingamp furent
    pris à l'assaut de Hainebon, qui puis se tournèrent de la
    partie messire Charles de Blois.

Encore se combattirent les Anglois et les Bretons qui étoient devant
les barrières et ensonnioient de fait avisé ceux de l'ost, tant que
les deux chevaliers fussent rescous, qui jà l'étoient, quand les
nouvelles en vinrent aux seigneurs de France qui se tenoient à
l'escarmouche, et leur fut dit: «Seigneurs, seigneurs, vous gardez mal
vos prisonniers; jà les ont rescous ceux de Hainebon et remis en leur
forteresse.»

Quand messire Louis d'Espaigne, qui là étoit à l'assaut, entendit ce,
si fut durement courroucé et se tint ainsi que pour déçu, et demanda
quel part les Anglois et les Bretons étoient qui rescous les avoient.
On lui répondit qu'ils étoient jà presque retraits en leur forteresse
et en leur garnison. Dont se retrait messire Louis d'Espaigne vers les
logis tout mautalentif, et laissa la bataille, si comme par ennui.
Aussi se commencèrent à retraire toutes manières de gens. En ce
retrait furent pris deux chevaliers bretons de la partie de la
comtesse, qui trop s'avancèrent; ce fut le sire de Landernaux et le
châtelain de Guingamp, dont messire Charles de Blois eut grand joie.
Depuis que ceux de Hainebon furent retraits, et ceux de l'ost aussi,
menèrent grand joie les Anglois et grand revel de leurs deux
chevaliers qu'ils avoient, et en louèrent grandement messire Gautier
de Mauny, et dirent bien que par son sens et sa hardie entreprise ils
avoient été rescous. Ainsi se portèrent eux d'une part et d'autre.
Celle même nuit furent en la tente messire Charles de Blois tant
prêchés et si bien les deux chevaliers bretons prisonniers, qu'ils se
tournèrent de la partie messire Charles de Blois, et lui firent féauté
et hommage, et relenquirent la comtesse, qui maint bien leur avoit
fait et plusieurs dons donnés: de quoi on parla moult et murmura sur
leur affaire dedans la ville de Hainebon.

Trois jours après cette avenue, tous ces seigneurs de France qui là
étoient devant Hainebon s'assemblèrent devant la tente messire Charles
de Blois, pour avoir conseil qu'ils feroient; car ils véoient bien que
la ville et le châtel de Hainebon étoient si forts qu'ils n'étoient
mie à gagner, tant avoit dedans bonnes gens d'armes qui moult petit
les doutoient, ainsi qu'il étoit apparu; et leur venoient tous les
jours pourvéances et vitailles par la mer. D'autre part, le pays
d'entour étoit si gâté qu'ils ne savoient mais où aller fourrer; et si
leur étoit l'hiver prochain, pourquoi ils ne pouvoient là longuement
demeurer: si que, tous ces points considérés, ils s'accordèrent qu'ils
se partiroient de là, et conseillèrent en bonne foi à messire Charles
de Blois qu'il mît par toutes les cités, les bonnes villes et les
forteresses qu'il avoit conquises, bonnes garnisons et fortes, et si
vaillans capitaines qu'il se pût fier en leur garde; par quoi ses
ennemis ne les pussent reconquérir; et aussi, si aucun vaillant homme
se vouloit entremettre de prendre et donner trève jusques à la
Pentecôte, qu'il s'y accordât légèrement.


  Comment messire Charles se partit de Hainebon et s'en vint à
    Craais; et comment il prit la ville de Jugon; et comment il eut
    trêves entre lui et la comtesse; et comment elle s'en alla en
    Angleterre.

A ce conseil se tinrent tous ceux qui là étoient; car c'étoit entre la
Saint-Remy et la Toussaint, l'an de grâce MCCCXLII, que l'hiver
approchoit[133]. Si se partirent tous ces seigneurs de l'ost et
autres, et s'en ralla chacun en sa contrée; et le dit messire Charles
s'en alla droit vers Craais atout ses barons et nobles seigneurs de
Bretagne qu'il avoit là de sa partie. Si retint avec lui plusieurs
seigneurs et chevaliers de France pour lui aider à conseiller. Quand
il fut revenu à Craais, entrementes qu'il entendoit à ordonner de ses
besognes et de ses garnisons, il avint que un riche bourgeois et grand
marchand, qui étoit de la ville que on appelle Jugon, fut encontré de
son maréchal messire Robert de Beaumanoir, et fut pris et amené à
Craais devant messire Charles de Blois. Ce bourgeois faisoit toutes
les pourvéances de madame la comtesse de Montfort à Jugon et autre
part, et étoit moult aimé et cru en la ville de Jugon, qui est moult
fortement fermée et sied très noblement. Aussi fait le châtel qui est
bel et fort; et étoit de la partie de la comtesse dessus dite; et en
étoit châtelain adonc, de par la comtesse, un chevalier moult
gentilhomme que on appeloit messire Girard de Rochefort. Ce bourgeois
qui ainsi fut pris eut moult grand'paour de mourir; si pria que on le
laissât aller par rançon. Messire Charles, brièvement à parler, le fit
tant examiner et enquérir d'une chose et d'autre, qu'il enconvenança
à rendre et à trahir la forte ville de Jugon; et se fit fort qu'il
livreroit l'une des portes par nuit, à certaine heure, car il étoit
tant cru en la ville qu'il en gardoit les clefs; et pour ce mieux
assurer, il en mit son fils en otage. Et ledit messire Charles lui en
devoit et avoit promis à donner cinq cents livres de terre
héréditablement. Ce jour vint; les portes furent ouvertes à minuit;
messire Charles de Blois et ses gens entrèrent en la ville de Jugon à
cette heure, à grand puissance. La guette du châtel s'en aperçut: si
commença à crier: «Alarme, alarme! trahi, trahi!» Les bourgeois, qui
de ce ne se donnoient garde, se commencèrent à émouvoir; et quand ils
virent leur ville perdue, ils se mirent à fuir derrière le châtel par
troupeaux; et le bourgeois qui trahis les avoit se mit à fuir par
couverture[134] avec eux.

  [133] Le récit des événements de la guerre de Bretagne est en
  général assez exact; il s'accorde si bien avec les chartes et
  autres pièces originales, que les historiens de la province
  l'adoptent presque sans restriction. Mais il n'en est pas de même
  de la chronologie; les faits ne sont pas toujours placés dans
  l'ordre ni sous les dates qui leur conviennent, comme nous le
  remarquerons à mesure que l'occasion s'en présentera. Ici, par
  exemple, Froissart suppose l'année 1342 près de finir, de sorte
  qu'en suivant son calcul l'arrivée de Robert d'Artois en
  Bretagne, celle du roi d'Angleterre et la plupart des autres
  faits qu'il va raconter se seraient passés dans le cours de
  l'année 1343; tandis qu'il est constant, par le récit des autres
  historiens et par les actes publiés dans le recueil de Rymer et
  dans le volume des _Preuves de l'Histoire de Bretagne_, que ces
  événements appartiennent à l'année 1342. (_Note de Buchon._)

  [134] Afin de couvrir sa trahison.

Quand le jour fut venu, messire Charles et ses gens entrèrent ès
maisons des bourgeois pour eux herberger, et prirent tout ce qu'ils
trouvèrent; et quand messire Charles vit le châtel si fort et si empli
de bourgeois, il dit qu'il ne se partiroit de là jusques adonc qu'il
auroit le châtel à sa volonté. Le châtelain et les bourgeois
aperçurent tantôt que ce bourgeois les avoit trahis: si le prirent et
le pendirent tantôt aux créneaux et aux murs du château. Et pour ce ne
s'en partirent mie messire Charles et ses gens; mais s'ordonnèrent et
appareillèrent fortement et durement. Quand ceux qui dedans le châtel
se tenoient virent que messire Charles ne s'en partiroit point ainsi,
jusques adonc qu'il auroit le châtel, ainsi qu'il avoit dit, et
sentoient qu'ils n'avoient mie pourvéances assez pour eux tenir plus
haut de dix jours, ils s'accordèrent à ce qu'ils se rendroient. Si en
commencèrent à traiter; et se porta le traité entre eux et messire
Charles: qu'ils se rendroient quittement et purement, sauf leurs corps
et leurs biens qui demeurés leur étoient; et firent féauté et hommage
au dit messire Charles de Blois, et le reconnurent à seigneur, et
devinrent tous ses hommes. Ainsi eut messire Charles et le fort châtel
et la bonne ville de Jugon, et en fit une bonne garnison, et y laissa
messire Girard de Rochefort à capitaine, et la rafraîchit d'autres
gens d'armes et de pourvéances.

De ces nouvelles furent la comtesse de Montfort et ceux de sa partie
tous courroucés; mais amender ne le purent: si leur convint porter
leur ennui. Entrementes que ces choses avinrent, s'ensonnièrent aucuns
prud'hommes de Bretagne de parlementer une trève entre le dit messire
Charles et ladite comtesse, laquelle s'y accorda légèrement[135]; et
aussi firent tous ses aidans, car le roi d'Angleterre leur avoit ainsi
mandé par les messages que la dite comtesse et messire Gautier de
Mauny y avoient envoyés. Et tantôt que les dites trèves furent
affermées, la comtesse se mit en mer, en intention d'arriver en
Angleterre, ainsi qu'elle fit, pour parler au roi anglois et lui
montrer toutes ses besognes[136].

  [135] Il n'est fait à cette époque, dans les autres historiens
  contemporains ni dans les monuments, aucune mention de trêve
  entre Charles de Blois et la comtesse de Montfort. Je soupçonne
  que Froissart veut parler de celle qui fut conclue entre les deux
  parties au commencement de cette année 1342 pour durer jusqu'à la
  belle saison. (_Note de Buchon._)

  [136] Il est absolument possible que la comtesse ait été alors en
  Angleterre; mais le silence des monuments et des historiens,
  excepté l'auteur anonyme de la chronique de Flandre, rend ce
  voyage très-douteux. On peut soupçonner avec assez de
  vraisemblance que Froissart a placé mal à propos sous cette année
  un voyage qui n'eut lieu qu'à la fin de juin ou au commencement
  de juillet de l'année 1344. (_Note de Buchon._)

    FROISSART, _Chroniques_.



JEANNE LA FLAMME.

_Ballade Bretonne._

Épisode du siége d'Hennebon, pendant la guerre de Bretagne.

1341.

  Charles de Blois, compétiteur de Jean de Montfort à la couronne
    ducale de Bretagne, assiégea le château d'Hennebon après que
    son rival eut été fait prisonnier. Jeanne de Flandre, femme de
    Jean, défendit Hennebon avec courage, et força les Français à
    lever le siége. Elle alla elle-même incendier le camp de
    Charles de Blois, et fut à cause de ce fait surnommée Jeanne la
    Flamme.


I.

    Qu'est-ce qui gravit la montagne? C'est un troupeau de moutons
    noirs, je crois.

    Ce n'est point un troupeau de moutons noirs; une armée, je ne
    dis pas,

    Une armée française qui vient mettre le siége devant Hennebon.


II.

    Tandis que la duchesse faisait processionnellement le tour de la
    ville, toutes les cloches étaient en branle;

    Tandis qu'elle chevauchait sur son palefroi blanc, avec son enfant
    sur les genoux,

    Partout sur son passage les habitants d'Hennebon poussaient des
    cris de joie:

    Dieu aide le fils et la mère; et qu'il confonde les Français!

    Comme la procession finissait, on entendit les Français crier:

    C'est maintenant que nous allons prendre tout vivants, dans leur
    gîte, la biche et son faon!

    Nous avons des chaînes d'or pour les attacher l'un à l'autre.

    Jeanne la Flamme leur répondit alors du haut des tours:

    Ce n'est pas la biche qui sera prise; le méchant loup[137], je ne
    dis pas.

    S'il a froid cette nuit, on lui chauffera son trou.

    En achevant ces mots, elle descendit furieuse.

    Et elle se revêtit d'un corset de fer, et elle se coiffa d'un
    casque noir,

    Et elle s'arma d'une épée d'acier tranchant, et elle choisit trois
    cents soldats,

    Et un tison rouge à la main, elle sortit de la ville par un des
    angles.

  [137] Charles de Blois. Le loup se dit _bleiz_ en bas-breton. Le
  poëte fait un jeu de mots entre blois et bleiz.


III.

    Or, les Français chantaient gaiement, assis en ce moment à table;

    Réunis dans leurs tentes fermées, les Français chantaient dans la
    nuit,

    Lorsque l'on entendit, au loin, déchanter une voix singulière:

    «Plus d'un qui rit ce soir pleurera avant qu'il soit jour;

    Plus d'un qui mange du pain blanc mangera de la terre noire et
    froide.

    Plus d'un qui verse du vin rouge versera bientôt du sang gras;

    Plus d'un qui fera de la cendre fait maintenant le fanfaron.»

    Plus d'un penchait la tête sur la table, ivre-mort,

    Quand retentit ce cri de détresse:--Le feu! Amis, le feu! le feu!

    Le feu! le feu! amis, fuyons! c'est Jeanne la Flamme qui l'a mis!

    Jeanne la Flamme est la plus intrépide qu'il y ait sur la terre,
    vraiment!

    Jeanne la Flamme avait mis le feu aux quatre coins du camp;

    Et le vent avait propagé l'incendie et illuminé la nuit noire;

    Et les tentes étaient brûlées, et les Français grillés,

    Et trois mille d'entre eux en cendre, et il n'en échappa que cent.


IV.

    Or, Jeanne la Flamme souriait le lendemain, à sa fenêtre,

    En jetant ses regards sur la campagne, et en voyant le camp détruit,

    Et la fumée qui s'élevait des tentes toutes réduites en petits monceaux
    de cendre;

    Jeanne la Flamme souriait: «Quelle belle écobue, mon Dieu!

    «Mon Dieu! quelle belle écobue! pour un grain nous en aurons dix!»

    Les anciens disaient vrai: «Il n'est rien tel que des os de
    Gaulois[138];

    Que des os de Gaulois, broyés, pour faire pousser le blé.»

  [138] De Français.

  _Chants populaires de la Bretagne_, recueillis et traduits par M.
    de la Villemarqué.



MEURTRE D'ARTEVELT.

1345.


Quand le conseil de Gand fut retourné arrière, en l'absence
d'Artevelle, ils firent assembler au marché, grands et petits; et là
démontra le plus sage d'eux tous par avis, sur quel état le parlement
avoit été à l'Escluse, et quelle chose le roi d'Angleterre requéroit,
par l'aide et information d'Artevelle. Dont commencèrent toutes gens à
murmurer sur lui; et ne leur vint mie bien à plaisir cette requête; et
dirent que, s'il plaisoit à Dieu, ils ne seroient jà sçus ni trouvés
en telle déloyauté que de vouloir déshériter leur naturel seigneur,
pour hériter un étranger; et se partirent tous du marché, ainsi comme
tous mal contens et en grand haine sur d'Artevelle. Or regardez
comment les choses aviennent: car si il fût là aussi bien premièrement
venu comme il alla à Bruges et à Ypres remontrer et prêcher la
querelle du roi d'Angleterre, il leur eût tant dit d'une chose et
d'autres, qu'ils se fussent tous accordés à son opinion, ainsi que
ceux des dessus dites villes étoient: mais il s'affioit tant en sa
puissance et prospérité et grandeur, que il y pensoit bien à retourner
assez à temps. Quand il eut fait son tour, il revint à Gand et entra
en la ville, ainsi comme à heure de midi. Ceux de la ville, qui bien
savoient sa revenue, étoient assemblés sur la rue par où il devoit
chevaucher en son hôtel. Sitôt qu'ils le virent, ils commencèrent à
murmurer et à bouter trois têtes en un chaperon, et dirent: «Voici
celui qui est trop grand maître et qui veut ordonner de la comté de
Flandre à sa volonté; ce ne fait mie à souffrir.» Encore, avec tout
ce, on avoit semé paroles parmi la ville que le grand trésor de
Flandre, que Jaquemart d'Artevelle avoit assemblé, par l'espace de
neuf ans et plus qu'il avoit eu le gouvernement de Flandre, car des
rentes du comté il n'allouoit nulles, mais les mettoit et avoit mises
toudis arrière en dépôt, et tenoit son état et avoit tenu le terme
dessus dit sus l'amende des forfaitures de Flandre tant seulement, que
ce grand trésor, où il avoit deniers sans nombre, il avoit envoyé
secrètement en Angleterre. Ce fut une chose qui moult engrigny et
enflamma ceux de Gand.

Ainsi que Jacques d'Artevelle chevauchoit par la rue, il se aperçut
tantôt qu'il y avoit aucune chose de nouvel contre lui; car ceux qui
se souloient incliner et ôter leurs chaperons contre lui, lui
tournoient l'épaule, et rentroient en leurs maisons. Si se commença à
douter; et sitôt qu'il fut descendu en son hôtel, il fit fermer et
barrer portes et huis et fenêtres. A peine eurent ses varlets ce fait,
quand la rue où il demeuroit fut toute couverte, devant et derrière,
de gens, espécialement de menues gens de métier.

Là fut son hôtel environné et assailli devant et derrière, et rompu
par force. Bien est voir que ceux de dedans se défendirent moult
longuement et en atterrèrent et blessèrent plusieurs; mais finablement
ils ne purent durer, car ils étoient assaillis si roide que presque
les trois parts de la ville étoient à cet assaut. Quand Jacques
d'Artevelle vit l'effort, et comment il étoit appressé, il vint à une
fenêtre sur la rue, et se commença à humilier et dire, par trop beau
langage et à nu chef: «Bonnes gens, que vous faut? Qui vous meut?
Pourquoi êtes-vous si troublés sur moi? En quelle manière vous puis-je
avoir courroucé? Dites-le-moi, et je l'amenderai pleinement à votre
volonté.» Donc répondirent-ils, à une voix, ceux qui ouï l'avoient:
«Nous voulons avoir compte du grand trésor de Flandre que vous avez
dévoyé sans titre de raison.» Donc répondit Artevelle moult doucement:
«Certes, seigneurs, au trésor de Flandre ne pris-je oncques denier. Or
vous retraiez bellement en vos maisons, je vous en prie, et revenez
demain au matin; et je serai si pourvu de vous faire et rendre bon
compte que par raison il vous devra suffire.» Donc répondirent-ils,
d'une voix: «Nennin, nennin, nous le voulons tantôt avoir; vous ne
nous échapperez mie ainsi: nous savons de vérité que vous l'avez vidé
de pièça, et envoyé en Angleterre, sans notre sçu, pour laquelle cause
il vous faut mourir.» Quand Artevelle ouït ce mot, il joignit ses
mains et commença à pleurer moult tendrement, et dit: «Seigneurs, tel
que je suis vous m'avez fait; et me jurâtes jadis que contre tous
hommes vous me défendriez et garderiez; et maintenant vous me voulez
occire et sans raison. Faire le pouvez, si vous voulez, car je ne suis
que un seul homme contre vous tous, à point de défense. Avisez pour
Dieu, et retournez au temps passé. Si considérez les grâces et les
grands courtoisies que jadis vous ai faites. Vous me voulez rendre
petit guerredon des grands biens que au temps passé je vous ai faits.
Ne savez-vous comment toute marchandise étoit périe en ce pays? Je la
vous recouvrai. En après, je vous ai gouvernés en si grand paix, que
vous avez eu du temps de mon gouvernement toutes choses à volonté,
blés, laines, avoir, et toutes marchandises, dont vous êtes recouvrés
et en bon point.» Adonc commencèrent eux à crier tous à une voix:
«Descendez, et ne nous sermonnez plus de si haut; car nous voulons
avoir compte et raison tantôt du grand trésor de Flandre que vous avez
gouverné trop longuement, sans rendre compte; ce qu'il n'appartient
mie à nul officier qu'il reçoive les biens d'un seigneur et d'un pays,
sans rendre compte.» Quand Artevelle vit que point ne se
refrederoient ni refrèneroient, il recloui la fenêtre, et s'avisa
qu'il videroit par derrière, et s'en iroit en une église qui joignoit
près de son hôtel. Mais son hôtel étoit jà rompu et effondré par
derrière, et y avoit plus de quatre cents personnes qui tous tiroient
à l'avoir. Finablement il fut pris entre eux, et là occis sans merci,
et lui donna le coup de la mort un tellier qui s'appelloit Thomas
Denis. Ainsi fina Artevelle, qui en son temps fut si grand maître en
Flandre: povres gens l'amontèrent premièrement, et méchans gens le
tuèrent en la parfin.

Ces nouvelles s'épandirent tantôt en plusieurs lieux. Si fut plaint
d'aucuns, et plusieurs en furent bien lies. Adonc se tenoit le comte
Louis à Tenremonde: si fut moult joyeux quand il ouït dire que Jacques
d'Artevelle étoit occis; car il lui avoit été trop contraire en toutes
ses besognes. Nonobstant ce, ne s'osa-t-il encore affier sur ceux de
Flandre, pour revenir en la ville de Gand.


  Comment le roi d'Angleterre se partit de l'Escluse moult dolent
    de la mort d'Artevelle; et comment ceux de Flandre s'en
    excusèrent par devers lui.

Quand le roi d'Angleterre, qui se tenoit à l'Escluse et s'étoit tenu
tout le temps, attendant la relation des Flamands, entendit que ceux
de Gand avoient occis Jacques d'Artevelle, son grand ami et son cher
compère, si en fut si courroucé et ému, que merveille seroit à dire.
Et se partit tantôt de l'Escluse, et rentra en mer[139], en menaçant
grandement les Flamands et le pays de Flandre; et dit que cette mort
seroit trop chèrement comparée. Les consaulx des bonnes villes de
Flandre qui sentirent et entendirent bien et imaginèrent tantôt que le
roi d'Angleterre étoit trop durement courroucé sur eux, s'avisèrent
que de la mort d'Artevelle ils se iroient excuser, espécialement ceux
de Bruges, d'Ypre, de Courtray, d'Audenarde, et du Franc de Bruges. Si
envoyèrent devant en Angleterre devers le roi et son conseil, pour
impétrer un sauf conduit, afin que sûrement ils se pussent venir
excuser. Le roi, qui étoit un peu refroidi de son aïr, leur accorda.
Et vinrent gens d'état de toutes les bonnes villes de Flandre, excepté
de Gand, en Angleterre devers le roi, environ la Saint-Michel; et se
tenoit à Wesmoustier dehors Londres. Là s'excusèrent-ils si bel de la
mort d'Artevelle, et jurèrent solennellement que nulle chose n'en
savoient, et si ils l'eussent sçu, c'étoient ceux qui défendu et gardé
l'en eussent à leur pouvoir; mais étoient de la mort de lui durement
courroucés et désolés; et le plaignoient et regrettoient grandement,
car ils reconnoissoient bien qu'il leur avoit été moult propice et
nécessaire à tous leurs besoins, et avoit régné et gouverné le pays de
Flandre bellement et sagement; et si ceux de Gand, par leur outrage,
l'avoient tué, on leur feroit amender si grossement qu'il devroit bien
suffire. Et remontrèrent encore au roi et à son conseil que si
Artevelle étoit mort, pour ce n'étoit-il mie éloigné de la grâce et de
l'amour des Flamands; sauf et excepté qu'il n'avoit que faire de
tendre à l'héritage de Flandre, que ils le dussent tollir au comte
Louis de Flandre, leur naturel seigneur, combien qu'il fût François,
ni à son fils son droit hoir, pour lui en hériter, ni son fils le
prince de Galles; car ceux de Flandre ne s'y consentiroient jamais.
«Mais, cher sire, vous avez de beaux enfans, fils et filles: le prince
votre ains-né fils ne peut faillir qu'il ne soit encore grand sire
durement sans l'héritage de Flandre, et vous avez une fille puis-née,
et nous avons un jeune damoisel que nous nourrissons et gardons, qui
est héritier de Flandre: si se pourroit bien encore faire un mariage
d'eux deux. Ainsi demeureroit toujours la comté de Flandre à l'un de
vos enfans.» Ces paroles et autres ramollirent et adoucirent
grandement le courage et le mautalent du roi d'Angleterre; et se tint
finablement assez bien content des Flamands, et les Flamands de lui.
Ainsi fut entr'oubliée petit à petit la mort Jacques d'Artevelle.

  [139] Édouard débarqua dans le port de Sandwich le 26 juillet.

    FROISSART, _Chroniques_.



INVASION D'ÉDOUARD III.

1346.


  Coment le roy d'Angleterre vint par Normendie, et prist Caen, et
    vint par Lisieux, par Thorigny et Vernon et à Poissi. Et coment
    le roy de France le poursuivoit tousjours de l'autre part de
    Saine, et vint à Paris logier à Saint-Germain-des-Prés. Et
    coment les Anglois passèrent le pont de Poissi.

En celuy an, proposa le roy de France faire grant armée en mer de nefs
pour passer en Angleterre, lesquelles il envoia querre à Gennes à
grant despens; mais ceux qui les alèrent querre en firent petite
diligence, et tardèrent moult à venir. Par espécial une grant nef que
le roy faisoit faire à Harefleur en Normendie, de laquelle on disoit
que onques mais si belle n'avoit esté armée ni mise en mer, demoura
tant que le roy d'Angleterre, à tout grant force de gent et grant
multitude de nefs que l'on estimoit bien à douze cens grosses nefs,
sans les petites nefs et autres vaissiaux, descendit en Normendie au
lieu que l'on dit la Hogue-St-Waast[140]; et fut le mercredi
douziesme jour de juillet; et dès lors s'appelloit roy de France et
d'Angleterre. Et à l'instance de Geffroy de Harecourt[141], qui le
menoit et conduisoit, il commença à gaster et à ardoir le pays. Et
premièrement vint à la ville de Neuilli-l'Evesque[142], à laquelle il
ne pot mal faire, pour la force du chastel. Si s'en partit, et vint
d'ilec à Montebourg[143], où il s'arresta par aucun temps; et
endementres, Geffroy de Harecourt faisoit tout le dommage qu'il povoit
par tout le pays de Coustantin[144]. Après, le roy d'Angleterre vint à
la ville de Carentan, et prist la ville et le chastel; et tous les
biens qu'il y prist fist mener en Angleterre, et bailla le chastel en
garde à monseigneur de Groussi et à monseigneur Rollant de Verdun,
chevaliers.

  [140] _La Hogue._ «Assez près de Saint-Sauveur-le-Viconte,
  l'héritage de messire Geoffroi de Harcourt.» (Froissart.)

  [141] Geoffroy d'Harcourt avait remplacé Robert d'Artois dans les
  conseils du roi d'Angleterre. (_Note de M. Paulin Paris._)

  [142] _Neuilly-l'Évesque_, entre _Saint-Lô_ et _Carentan_.

  [143] _Montebourg_, à deux lieues de Valognes.

  [144] Le Cotentin; chef-lieu Coutances.

Et quant le roy d'Angleterre se partit de Carentan, aucuns Normans,
avecques messire Phelippe le Despencier, chevalier, s'assemblèrent et
recouvrèrent, à force d'armes, la ville et le chastel, et les deux
chevaliers dessus nommés pristrent et les envoièrent à Paris.

Entre ces choses, le roy d'Angleterre vint à St-Lo en Coustantin, et
fist enterrer solempnellement les testes de trois chevaliers[145] qui
pour leur démérite avoient esté occis à Paris, et prist et pilla la
ville, qui estoit toute plaine de biens et garnie. D'ilec s'en passa
par la ville de Thorigny[146], ardant et gastant le pays; et manda
par ses coursiers et par ses lettres, si comme l'en disoit
communément, aux bourgeois de Caen, que s'il vouloient laissier le roy
de France et estre sous le roy d'Angleterre, qu'il les garderoit
loyaument et leur donroit plusieurs grans libertés, et, en la fin des
lettres leues, menaçoit, s'il ne faisoient ce qu'il leur mandoit, que
bien briefment il les assaudroit et qu'il en fussent tous certains.
Mais ceux de Caen luy contredirent tous d'une volenté et d'un courage,
en disant que au roy d'Angleterre il n'obéiroient point. Et quant il
oït la response des bourgeois de Caen, si leur assigna jour de
bataille au juesdi ensuivant; et ceci il fist traîtreusement, car dès
le jour par avant au matin, qui estoit le mercredi après la Magdaleine
vingt-deuxiesme jour de juillet, il vint devant Caen, là où estoient
capitaines establis de par le roy, monseigneur Guillaume Bertran,
évesque de Baieux et jadis frère de monseigneur Robert Bertran
chevalier, le seigneur de Tournebu, le conte d'Eu et de Guines, lors
connestable de France, et monseigneur Jehan de Meleun, lors chambellan
de Tanquarville. Et quant les Anglois vindrent devant Caen, si
assaillirent la ville par quatre lieux, et traioient sajettes par leur
archiers aussi menu que si ce fust grelle. Et le peuple se deffendoit
tant qu'il povoit, meismement ès prés, sus la boucherie et au pont
aussi, pour ce que ilec estoit le plus grant péril. Et les femmes, si
comme l'on dit, pour faire secours, portoient à leurs maris les huis
et les fenestres des maisons et le vin avecques, afin qu'il fussent
plus fors à eux combattre. Toutes voies, pour ce que les archiers
avoient grant quantité de sajettes, il firent le peuple de soy
retraire en la ville et se combattirent du matin jusques aux vespres.
Lors, le connestable de France et le chambellan de Tanquarville
issirent hors du chastel et du fort en la ville, et ne sçai pourquoy
c'estoit, et tantost il furent pris des Anglois et envoiés en
Angleterre.

  [145] Guillaume Bacon, le seigneur de la Roche-Taisson et Richard
  de Persy. (_Note de M. Paulin Paris._)

  [146] _Thorigny_, à trois lieues de _Saint-Lô_.

Mais quant l'évesque de Baieux, le seigneur de Tournebu, le bailli de
Roen et plusieurs autres avecques eux virent qu'il istroient pour
noient, et que leur issue pourroit plus nuire que profiter, si se
retraistrent au chastel comme sages, et se tenoient aux quarniaux.
Entre deux, les Anglois cherchoient[147] moult diligeamment la ville
de Caen et pilloient tout; et les biens qu'il avoient pillés à Caen et
ès autres villes le roy d'Angleterre envoia par sa navire tantost en
Angleterre, et ardit grant partie de la ville de Caen en soy issant;
mais au fort de la ville ne fist-il oncques mal ni n'y arresta point,
car il ne vouloit mie perdre ses gens. Si s'en partit tantost, et s'en
ala vers Lisieux. Et tousjours Geffroy de Harecourt aloit devant, qui
tout le pays ardoit et gastoit.

  [147] Parcouroient.

Après, il vindrent vers Falaise, mais il trouvèrent qui leur résista
viguereusement. Si se tournèrent vers Roen. Et quant il oïrent que le
roy de France assembloit ilec son ost, si s'en alèrent au
Pont-de-l'Arche; toutes voies le roy de France y ala avant eux. Et
quant il fut entré en la ville, si manda au roy d'Angleterre, s'il
vouloit avoir bataille à luy, qu'il luy assignast jour à son plaisir;
lequel respondit que devant Paris il se combatroit au roy de France.

Quant le roy de France oït ce, si s'en retourna à Paris, et s'en vint
mettre et logier en l'abbaye Saint-Germain-des-Prés. Ainsi, comme le
roy d'Angleterre s'approchoit de Paris, si vint à Vernon et cuida
prendre la ville, mais l'on luy résista viguereusement. Si s'en
partirent les Anglois et ardirent aucuns des forbours. D'ilec vindrent
à Mantes, et quant il oït dire qu'il estoient bons guerroiers, si n'y
voult faire point de demeure, mais s'en vint à Meullenc, là où il
perdit de ses gens; pour laquelle chose il fut tant irié que, en la
plus prochaine ville d'ilec, qui est appellée Muriaux[148], il fist
mettre le feu et la fist tout ardoir.

  [148] Les _Mureaux_, village près de Meulan.

Après ce, vint à Poissi, le samedi douziesme jour d'aoust; et toujours
le roy de France le poursuivoit continuellement de l'autre partie de
Saine, tellement que en plusieurs fois l'ost de l'un povoit voir
l'autre; et par l'espace de six jours que le roy d'Angleterre fut à
Poissi et que son fils aussi estoit à Saint-Germain-en-Laye, les
coureurs qui aloient devant boutèrent les feux en toutes les villes
d'environ, meismement jusques à St-Cloust, près de Paris; tellement
que ceux de Paris povoient voir clèrement, de Paris meisme, les feux
et les fumées, de quoy il estoient moult effraiés et non mie sans
cause. Et combien que en notre maison de Rueil, laquelle
Charles-le-Chauve, roy empereur, donna à nostre églyse, il boutassent
le feu par plusieurs fois, toutes voies par les mérites de monseigneur
saint Denis, si comme nous avions en bonne foy, elle demoura sans
estre point dommagiée. Et afin que je escrive vérité à nos
successeurs, les lieux où le roy d'Angleterre et son fils estoient, si
estoient lors tenus et réputés les principaux domiciles et singuliers
soulas du roy de France; parquoy c'estoit plus grant deshonneur au
royaume de France, et aussi comme traïson évident, comme nul des
nobles de France ne bouta hors le roy d'Angleterre estant et résidant
par l'espace de six jours ès propres maisons du roy, et ainsi comme au
milieu de France, si comme est Poissi, Saint-Germain-en-Laye et
Montjoie[149], là où il dissipoit, gastoit et despendoit les vins du
roy et ses autres biens. Et autre chose encore plus merveilleuse, car
les nobles faisoient afondrer les basteaux et rompre les pons par tous
les lieux où le roy d'Angleterre passoit, comme il deussent tout au
contraire faire passer à luy par sur les pons et parmi les basteaux,
pour la deffense du pays. Entretant, comme le roy d'Angleterre estoit
à Poissi, le roy de France chevaucha par Paris le dimanche et s'en
vint logier à tout son ost en l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés pour
estre à l'encontre du roy d'Angleterre qui le devoit guerroier devant
Paris, si comme dit est.

  [149] _Montjoie._ C'était le château féodal de l'abbaye de
  Saint-Denis, et c'est à cause de lui que le cri de guerre du roi
  de France, porteur de l'oriflamme, fut _Montjoie-Saint-Denis!_ Ce
  château fort était situé au-dessous de Saint-Germain, vers
  _Joyenval_. (_Extrait d'une note de M. Paulin Pâris._)

Et comme le roy eust grant désir et eust ordené d'aler l'endemain
contre luy jusques à Poissi, il luy fut donné à entendre que le roy
d'Angleterre s'estoit parti de Poissi, et qu'il avoit fait refaire le
pont qui avoit esté rompu, laquelle roupture avoit esté faite, si
comme Dieu scet, afin que le roy d'Angleterre ne peust eschaper sans
soy combatre contre le roy de France. Et quant le roy oït les
nouvelles du pont de Poissi qui estoit réparé et de son anemi qui
s'en estoit fui, si en fut moult dolent et s'en partit de Paris,
et vint à Saint-Denis à tout son ost, la vigile de l'Assomption
Nostre-Dame: et n'estoit mémoire d'homme qui vit, que depuis le temps
Charles-le-Chauve qui fut roy et empereur, le roy de France venist à
Saint-Denis-en-France en armes et tant prest pour batailler.

Quant le roy fut à Saint-Denis, si célébra ilec la feste de
l'Assomption moult humblement et très-dévotement, et manda au roy
d'Angleterre, par l'archevesque de Besançon, pourquoy il n'avoit
acompli ce qu'il avoit promis. Lequel respondit frauduleusement, si
comme il apparut par après, car quant il se vouldroit partir il
adresecroit son chemin par devers Montfort. Oïe la response
frauduleuse du roy d'Angleterre, si ot le roy conseil qui n'estoit mie
bien sain; car en vérité il n'est nulle pestilence plus puissant de
gréver et de nuire qu'est celuy qui est anemi et se fait ami familier.

Si s'en partit le roy de Saint-Denis, et passa de rechief par Paris
dolent et angoisseux, et s'en vint à Antongny, oultre le
Bourc-la-Royne, et ilec se logea le mercredi; et endementres le roy
d'Angleterre faisoit refaire le pont de Poissi qui estoit rompu, et
cil qui l'avoit oï et veu si le tesmoigna; car nous véismes à l'églyse
de Saint-Denis, et en la salle où le roy estoit, un homme qui se
disoit avoir esté pris des anemis et puis rançonné, lequel disoit
apertement et publiquement, pour l'honneur du roy et du royaume, que
le roy d'Angleterre faisoit faire moult diligeamment le pont de
Poissi, et vouloit celuy homme recevoir mort s'il ne disoit vérité.
Mais les nobles et les chevaliers les plus prochains du roy luy
disoient qu'il mentoit apertement, et se moquièrent de luy comme d'un
povre homme. Hélas! adonques fut bien vérifiée celle parole qui dist
ainsi: «Le povre a parlé, et l'on luy dit: Qui est cestui? par
moquerie. Le riche a parlé et chascun se teust, par révérence de luy.»

Finablement, quant il fut sceu véritablement que l'on refaisoit le
pont, l'on y envoia la commune d'Amiens pour empeschier la besoigne,
laquelle ne pot résister à la grant multitude des sajettes que les
Anglois traioient, et fut toute mise à mort. Et tandis que le roy
estoit à Antongny, en icelle nuit luy vindrent nouvelles que les
Anglois, pour certain, avoient refait le pont de Poissi, et que le roy
d'Angleterre s'en devoit aler et passer par ilec.


  Coment le roy d'Angleterre se partit de Poissi et mist le feu par
    tous les manoirs royaux et s'enfuit vers Picardie. Et coment le
    roy de France s'en retourna d'Antongny et passa par Paris,
    disant à grans soupirs qu'il estoit traï. Et poursuivit
    toujours à grant diligence son anemi le roy d'Angleterre.

Adonques, le vendredi après l'Assomption Nostre-Dame, environ tierce,
le roy d'Angleterre à tout son ost, à armes descouvertes et banières
desploiées, s'en alla sans ce que nul ne le poursuist; dont grant
doleur fut à France; et à sa despartie mist le feu à Poissi à l'ostel
du roy, sans faire mal à l'églyse des nonnains, laquelle
Phelippe-le-Bel, père à la mère audit roy d'Angleterre, avoit fait
édifier. Et si fut aussi mis le feu à St-Germain-en-Laye, à Rays, à
Montjoie, et briefment furent destruis et ars tous les lieux où le roy
de France avoit acoustumé à soy soulacier. Et quant il vint à la
cognoissance du roy de France que son anemi le roy d'Angleterre
s'estoit de Poissi si soudainement parti, si fut touchié de grant
doleur, jusques dedens le cœur, et moult irié se parti d'Antongny et
s'en retourna à Paris; et en alant par la grant rue n'avoit pas honte
de dire à tous ceux qui le vouloient oïr qu'il estoit traï; et se
doubtoit le roy que autrement que bien il n'eust esté ainsi mené et
ramené. Aussi murmuroit le peuple, et disoit que ceste manière d'aler
et de retourner n'estoit mie sans traïson, pourquoy plusieurs
plouroient et non mie sans cause. Ainsi le roy se partit de Paris et
vint de rechief logier à Saint-Denis, avec tout son ost.

En celui an, le duc de Normendie, qui estoit alé en Gascoigne asségier
le chastel d'Aguillon et rien n'y avoit fait, oït des nouvelles que
le roy d'Angleterre guerroioit son père, le roy de France, et avoit
ars les maisons du roy; si en fut moult troublé et laissa toute la
besoigne et s'en partit. Et quant le roy d'Angleterre se partit de
Poissi si s'en vint à Beauvais la cité. Et pour ce que ceux de
Beauvais se deffendoient noblement, et qu'il ne pot entrer en la cité,
les Anglois, plains de mauvais esperit, ardirent aucuns des forbours
de la cité et toute l'abbaye de Saint-Lucien, qui tant estoit belle et
noble, sans y laisser riens du tout en tout; et d'ilec entrèrent en
Picardie.

Après ce, le roy de France se partit de Saint-Denis, ensuivant son
anemi le roy d'Angleterre jusques à Abbeville en Picardie moult
courageusement. Et le juesdi, feste saint Barthélemi, le roy
d'Angleterre, à tout son ost, devoit disner à Araines[150]; mais le
roy de France, qui moult désiroit de toute sa force ensuivre son
adversaire, chevaucha ceste journée dix lieues, afin qu'il péust
trouver son adversaire en disnant. Adonques, le roy d'Angleterre,
quant il ot oï ces nouvelles, par lettres des traîtres qui estoient en
la court du roy, que le roy de France estoit près et que hastivement
il venoit contre luy, il laissa son disner et s'en despartit et s'en
ala à Saigneville[151], au lieu qui est dit Blanche-Tache[152], et
ilec passa la rivière de Somme avecques tout son ost; et emprès une
forest qui est appellée Crécy se logea. Et les François mengièrent et
burent les viandes que les Anglois avoient appareilliées pour le
disner. Après ce, s'en retourna le roy comme dolent à Abbeville pour
assembler son ost et pour fortifier les pons de la dite ville, afin
que son ost peust seurement passer par dessus, car il estoient moult
foibles et moult anciens. Le roy demoura toute celle journée de
vendredi à Abbeville, pour la révérence de monseigneur saint Loys,
duquel le jour estoit. L'endemain à matin, le roy vint à la
Braye[153], une ville assez près de la forest de Crécy, et ilec luy
fut dit que l'ost des Anglois estoit bien à quatre ou cinq lieues de
luy, dont ceux mentoient faussement qui telles paroles luy disoient,
car il n'avoit pas plus d'une lieue entre la ville et la forest, ou
environ. A la parfin, environ heure de vespres, le roy vit l'ost des
Anglois, lequel fut espris de grant hardiesse et de courroux, désirant
de tout son cuer combattre à son anemi. Si fist tantost crier: _A
l'arme!_ et ne voult croire au conseil de quelconque qui loyaument le
conseillast, dont ce fut grant doleur; car l'on luy conseilloit que
celle nuit luy et son ost se reposassent: mais il n'en voult rien
faire. Ains s'en ala à toute sa gent assembler aux Anglois, lesquels
Anglois giettèrent trois canons[154]: dont il avint que les Génevois
arbalestriers qui estoient au premier front tournèrent les dos et
laissièrent à traire; si ne scet l'on si ce fut par traïson, mais Dieu
le scet. Toutes voies l'on disoit communément que la pluie qui chéoit
avoit si moilliées les cordes de leur arbalestes que nullement il ne
les povoient tendre; si s'en commencièrent les Génevois à enfuir et
moult d'autres, nobles et non nobles. Et si tost qu'il virent le roy
en péril, si le laissièrent et s'enfuirent.

  [150] Entre _Amiens_ et _Abbeville_.

  [151] A trois lieues au delà d'Abbeville.

  [152] Blanchetache est près du Crotoy; il y avait un gué.

  [153] Bray-les-Mareuil, à deux lieues d'Abbeville.

  [154] Firent tirer trois canons. Voilà cette fameuse mention de
  l'artillerie de Crécy. L'historien ne remarque pas que ces canons
  fussent une chose nouvelle, tout en attribuant à leur effet la
  déroute des archers génois, et par conséquent la perte de la
  bataille. Le continuateur français de Nangis ajoute: «Si que
  lesdis arbalestriers furent espouventés.» (_Note de M. Paulin
  Pâris._)


  De la dolente bataille de Crécy.

Quant le roy vit ainsi faussement sa gent ressortir et aler, et
meismement[155] les Genevois, le roy commanda que l'en descendist sur
eux. Adonques, les nostres qui les cuidoient estre traitres les
assaillirent moult cruellement et en mistrent plusieurs à mort. Et le
roy désiroit moult à soy combatre main à main au roy d'Angleterre;
mais bonnement il ne povoit, car les autres batailles qui estoient
devant se combatoient aux archiers, lesquels archiers navrèrent moult
de leur chevaux et leur firent moult d'autres dommages, en tant que
c'est pitié et doleur du recorder, et dura ladite bataille jusques à
soleil couchant. Finablement tout le fais de la bataille chéit sus les
nostres et fut contre eux.

  [155] Surtout.

En icelle journée, toute France ot confusion telle qu'elle n'avoit
onques mais par le roy d'Angleterre soufferte, dont il soit mémoire à
présent; car par peu de gens, et gens de nulle value, c'est assavoir
archiers, furent tués le roy de Boesme, fils de Henri jadis empereur;
le conte d'Alençon, frère du roi de France; le duc de Lorraine, le
conte de Bloys, le conte de Flandres, le conte de Harecourt[156], le
conte de Sancerre, le conte de Samines et moult d'autres nobles
compaignies de barons et de chevaliers, desquels Dieu veuille avoir
merci! En celui lieu de Crécy, la fleur de la chevalerie chéit.

  [156] Jean, frère de Geoffroi de Harcourt.

La nuit venant[157], le roy, par le conseil de monseigneur Jehan de
Haynau, chevalier, s'en ala gésir à la ville de la Braye[158]. Le
dimanche matin, les Anglois ne se départirent pas, mais le roy,
avecques ceux qu'il pot avoir en sa compaignie, s'en ala hastivement à
la cité d'Amiens et ilec se tint. Iceluy meisme matin, plusieurs des
nostres, tant de pié comme de cheval, pour ce qu'il véoient les
banières du roy, si cuidoient que le roy y fust et se boutèrent dedens
les Anglois; dont il avint que, en iceluy meisme dimanche, les Anglois
en tuèrent greigneur nombre qu'il n'avoient fait le samedi devant,
pourquoy nous devons croire que Dieu a souffert ceste chose par les
desertes de nos péchiés, jasoit ce que à nous n'aparteigne pas de en
jugier. Mais ce que nous voions, nous tesmoignons; car l'orgueil
estoit moult grant en France, et meismement ès nobles et en aucuns
autres; c'est assavoir: en orgueil de seigneurie et en convoitise de
richesses et en deshonnesteté de vesteure et de divers habis qui
couroient communément par le royaume de France, car les uns avoient
robes si courtes qu'il ne leur venoient que aux nasches[159], et quant
il se baissoient pour servir un seigneur, il monstroient leur
braies[160] et ce qui estoit dedens à ceux qui estoient derrière eux;
et si estoient si étroites qu'il leur falloit aide à eux vestir et au
despoillier, et sembloit que l'on les escorchoit quant l'on les
despoilloit. Et les autres avoient robes fronciées sus les rains comme
femmes, et si avoient leurs chaperons destrenchiés menuement tout en
tour; et si avoient une chauce[161] d'un drap et l'autre d'autre; et
si leur venoient leur cornettes[162] et leur manches près de terre, et
sembloient mieux jugleurs[163] que autres gens. Et pour ce, ce ne fut
pas merveille si Dieu voult corriger les excès des François par son
flael[164], le roy d'Angleterre.

  [157] «Et le roy fut toujours en son rang et en sa bataille,
  combien que peu de gens d'armes fussent demourés avecque luy. Et
  receut maintes trais de sajettes de ses ennemis. Et quant vint
  vers l'anuitier, par le conseil, etc.» (_Continuateur français de
  Nangis._)

  [158] Nos historiens modernes, d'après une leçon mal lue de
  Froissart, ont fait tenir ici un _bon mot_ à Philippe de Valois,
  demandant l'entrée du château de La Bray: _Ouvrez, ouvrez, c'est
  la fortune de la France_. Au lieu de cela, il y a dans tous les
  manuscrits de Froissart, comme l'avoit remarqué M. Dacier,
  _Ouvrez, c'est l'infortuné roi de France_. Ce qui est plus touchant
  et plus clair. (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [159] Fesses.

  [160] Hauts-de-chausses; le haut du pantalon.

  [161] Vêtement qui couvre la jambe; le bas du pantalon.

  [162] Vêtement et ornement de tête.

  [163] Jongleurs.

  [164] Fléau.

Après ces choses, se départit le roy anglois moult joieux de la grant
victoire qu'il avoit eue, et s'en ala passer à Monstereul et
Bouloigne, et vint jusques à Calais sus la mer. En celle ville de
Calais estoit un vaillant chevalier, de par le roy de France
capitaine, lequel avoit à nom Jehan de Vienne, né de Bourgoigne. Et
pour ce que le roy d'Angleterre ne pot pas sitost entrer en la ville
de Calais comme il voult, il la fist fermer de siége, et si fist
eslever habitations assez près de ladite ville pour hébergier luy et
son ost. Quant ceux de Calais virent qu'il estoient ainsi avironnés de
leur anemis, tant par terre comme par mer, il ne s'en espoventèrent
onques. Adonques jura le roy d'Angleterre qu'il ne se partiroit
jusques à tant qu'il eust pris ladite ville de Calais, et appella le
lieu où luy et son ost estoient, là où il avoit fait édifier,
Villeneuve-la-Hardie; et là fut tout yver; et luy admenistroient les
Flamens vivres par paiant l'argent.

    _Grandes Chroniques de Saint-Denis._



BATAILLE DE CRÉCY.

1346.


  Comment le roi d'Angleterre fit aviser par ses maréchaux la place
    où il ordonneroit ses batailles.

Bien étoit informé le roi d'Angleterre que son adversaire le roi de
France le suivoit à tout son grand effort, et avoit grand désir de
combattre à lui, si comme il apparoît; car il l'avoit vitement
poursuivi jusques bien près du passage de Blanche-Tache, et étoit
retourné jusques à Abbeville: si dit adonc le roi d'Angleterre à ses
gens: «Prenons ci place de terre, car je n'irai plus avant, si aurai
vu nos ennemis; et bien y a cause que je les attende, car je suis sur
le droit héritage de madame ma mère, qui lui fut donné en mariage: si
le veux défendre et calenger contre mon adversaire Philippe de
Valois.»

Ses gens obéirent tous à son intention, et n'allèrent adonc plus
avant. Si se logea le roi en pleins champs, et toutes ses gens aussi;
et pour ce qu'il savoit bien qu'il n'avoit pas tant de gens, de la
huitième partie, que le roy de France avoit, et si vouloit attendre
l'aventure et la fortune, et combattre, il avoit mestier que il
entendît à ses besognes. Si fit aviser et regarder par ses deux
maréchaux, le comte de Warvich et messire Godefroy de Harecourt, et
messire Regnault de Cobehen avec eux, vaillant chevalier durement, le
lieu et la place où ils ordonneroient leurs batailles. Les dessus dits
chevauchèrent autour des champs, et imaginèrent et considérèrent bien
le pays et leur avantage: si firent le roi traire celle part et toutes
manières de gens; et avoient envoyé leurs coureurs courir par devers
Abbeville, pour ce qu'ils savoient bien que le roi de France y étoit
et passeroit là la Somme, à savoir si ce vendredi ils se trairoient
sur les champs et istroient d'Abbeville. Ils rapportèrent qu'il n'en
étoit nul apparant.

Adonc donna le roi congé à toutes ses gens d'eux traire à leurs logis
pour ce jour, et l'endemain bien matin, au son des trompettes, être
tous appareillés; ainsi que pour tantôt combattre en ladite place. Si
se traït chacun, à cette ordonnance, en son logis, et entendirent à
mettre à point et refourbir leurs armures. Or parlerons-nous un petit
du roi Philippe, qui étoit le jeudi au soir venu en Abbeville.


  Comment le roi de France envoya ses maréchaux pour savoir le
    convenant des Anglois; et comment il donna à souper à tous les
    seigneurs qui avecques lui étoient, et leur pria qu'ils fussent
    amis ensemble.

Le vendredi[165], tout le jour, se tint le roi de France dedans la
bonne ville d'Abbeville, attendant ses gens qui toudis lui venoient de
tous côtés; et faisoit aussi les aucuns passer outre ladite ville et
traire aux champs, pour être plus appareillés l'endemain; car c'étoit
son intention d'issir hors et combattre ses ennemis, comment qu'il
fût. Et envoya ledit roi ce vendredi ses maréchaux, le sire de
Saint-Venant et messire Charles de Montmorency, hors d'Abbeville,
découvrir sur le pays, pour apprendre et savoir la vérité des Anglois.
Si rapportèrent les dessus dits au roy, à heure de vespres, que les
Anglois étoient logés sur les champs, assez près de Crécy en Ponthieu,
et montroient, selon leur ordonnance et leur convenant, qu'ils
attendoient là leurs ennemis. De ce rapport fut le roy de France moult
lie, et dit que, s'il plaisoit à Dieu, l'endemain ils seroient
combattus. Si pria le dit roy au souper, ce vendredi, de lès lui,
tous les hauts princes qui adonc étoient dedans Abbeville; le roy de
Behaigne premièrement, le comte d'Alençon son frère, le comte de Blois
son neveu, le comte de Flandre, le duc de Lorraine, le comte
d'Aucerre, le comte de Sancerre, le comte de Harecourt, messire Jean
de Hainaut et foison d'autres; et fut ce soir en grand récréation et
en grand parlement d'armes, et pria après souper à tous les seigneurs
qu'ils fussent l'un à l'autre amis et courtois, sans envie, sans haine
et sans orgueil: et chacun lui enconvenança. Encore attendoit ledit
roy le comte de Savoie et messire Louis de Savoie son frère, qui
devoient venir à bien mille lances de Savoyens et du Dauphiné; car
ainsi étoient eux mandés et retenus et payés de leurs gages à Troyes
en Champagne, pour trois mois. Or retournerons-nous au roy
d'Angleterre, et vous conterons une partie de son convenant.

  [165] Le 25 du mois d'août.


  Comment le roi d'Angleterre donna à souper à ses comtes et
    barons, puis au matin, la messe ouïe, lui et son fils et
    plusieurs autres reçurent le corps de Notre-Seigneur; et
    comment il fit ordonner ses batailles.

Ce vendredi, si comme je vous ai dit, se logea le roy d'Angleterre à
pleins champs à tout son ost, et se aisèrent de ce qu'ils avoient: ils
avoient bien de quoi, car ils trouvèrent le pays gras et plantureux de
tous vivres, de vins et de viandes, et aussi, pour les défautes qui
pouvoient avenir, grands pourvéances à charroi les suivoient. Si donna
ledit roi à souper aux comtes et barons de son ost, leur fit moult
grand chère, et puis leur donna congé d'aller reposer, si comme ils
firent. Cette même nuit, si comme je l'ai depuis ouï recorder, quand
toutes ses gens furent partis de lui, et qu'il fut demeuré de lès ses
chevaliers de son corps et de sa chambre, il entra en son oratoire, et
fut là à genoux et en oraison devant son autel, en priant dévotement
Dieu qu'il le laissât l'endemain, s'il se combattoit, issir de la
besogne à son honneur. Après ses oraisons, environ mie nuit, il alla
coucher; et l'endemain se leva assez matin par raison, et ouït messe,
et le prince de Galles, son fils; et s'accommunièrent; et en telle
manière la plus grand partie de ses gens se confessèrent et mirent en
bon état.

Après les messes, le roy commanda à toutes gens eux armer, et issir
hors de leurs logis et traire sur les champs en la propre place qu'ils
avoient le jour devant avisée; et fit faire ledit roi un grand parc
près d'un bois derrière son ost, et là mettre et retraire tous chars
et charrettes; et fit entrer dedans ce parc tous les chevaux, et
demeura chacun homme d'armes et archer à pied, et n'y avait en ce parc
qu'une seule entrée.

En après, il fit faire et ordonner par son connétable et ses maréchaux
trois batailles: si fut mis et ordonné en la première son jeune fils
le prince de Galles, et de lès ledit prince furent élus pour demeurer,
le comte de Warvich, le comte de Kenfort, messire Godefroy de
Harecourt, messire Regnault de Cobehen, messire Thomas de Hollande,
messire Richard de Stanfort, le sire de Manne, le sire de la Ware,
messire Jean Chandos, messire Barthelemy de Brubbes, messire Robert de
Neufville, messire Thomas Cliford, le sire de Bourchier, le sire
Latimer et plusieurs autres bons chevaliers et écuyers, lesquels je ne
sais mie tous nommer: si pouvoient être en la bataille du prince
environ huit cents hommes d'armes et deux mille archers et mille
brigands parmi les Gallois. Si se traït moult ordonnément cette
bataille sur les champs, chacun sire dessous sa bannière ou son
pennon, ou entre ses gens.

En la seconde bataille furent le comte de Norhantonne, le comte
d'Arondel, le sire de Ros, le sire de Lucy, le sire de Villebi, le
sire de Basset, le sire de Saint-Aubin, messire Louis Tueton, le sire
de Multon, le sire de la Selle et plusieurs autres; et étoient en
cette bataille environ cinq cents hommes d'armes et douze cents
archers.

La tierce bataille eut le roi, pour son corps, et grand foison, selon
l'aisement où il étoit, de bons chevaliers et écuyers; si pouvoient
être en sa route et arroi environ sept cents hommes d'armes et deux
mille archers. Quand ces trois batailles furent ordonnées, et que
chacun comte, baron et chevalier sçut quelle chose il devoit faire, le
roy d'Angleterre monta sur un petit palefroi, un blanc bâton en sa
main, adextré de ses maréchaux, et puis alla tout le pas, de rang en
rang, et admonestant et priant les comtes, les barons et les
chevaliers qu'ils voulussent entendre et penser pour son honneur
garder, et défendre son droit; et leur disoit ces langages en riant si
doucement et de si liée chère, que qui fût tout déconforté si se
pût-il reconforter en lui oyant et regardant. Et quand il eut ainsi
visité toutes ses batailles, et ses gens admonestés et priés de bien
faire la besogne, il fut heure de haute tierce (_midi_); si se retraït
en sa bataille, et ordonna que toutes gens mangeassent à leur aise et
bussent un coup. Ainsi fut fait comme il l'ordonna; et mangèrent et
burent tout à loisir; et puis retroussèrent pots, barrils et leurs
pourvéances sur leurs charriots, et revinrent en leurs batailles,
ainsi que ordonnés étoient par les maréchaux; et s'assirent tous à
terre, leurs bassinets et leurs arcs devant eux, en eux reposant pour
être plus frais et plus nouveaux quand leurs ennemis viendroient; car
telle étoit l'intention du roi d'Angleterre que là il attendroit son
adversaire le roy de France, et se combattroit à lui et à sa
puissance.


  Comment le roi de France, la messe ouïe, se partit d'Abbeville à
    tout son ost; et comment il envoya quatre de ses chevaliers
    pour aviser le conroi des Anglais.

Le samedi[166] au matin, se leva le roy de France assez matin, et ouït
messe en son hôtel dedans Abbeville, en l'abbaye Saint-Pierre où il
étoit logé; et aussi firent tous les seigneurs, le roi de Behaigne, le
comte d'Alençon, le comte de Blois, le comte de Flandre, et tous les
chefs des grands seigneurs qui dedans Abbeville étoient arrêtés. Et
sachez que le vendredi ils ne logèrent mie tous dedans Abbeville, car
ils n'eussent pu, mais ès villages d'environ; et grand foison en y eut
à Saint-Riquier, qui est une bonne ville fermée. Après soleil levant,
ce samedi, se partit le roy de France d'Abbeville, et issit des
portes; et y avoit si grandfoison de gens d'armes que merveille seroit
à penser. Si chevaucha ledit roy tout souef pour suratendre ses gens,
le roy de Behaigne et messire Jean de Hainaut, en sa compagnie.

  [166] Le 26 du mois d'août.

Quand le roy et sa grosse route furent éloignés de la ville
d'Abbeville environ deux lieues, en approchant les ennemis, si lui fut
dit: «Sire, ce seroit bon que vous fissiez entendre à ordonner vos
batailles et fissiez toutes manières de gens de pied passer devant,
parquoi ils ne soient point foulés de ceux de cheval; et que vous
envoyiez trois ou quatre de vos chevaliers devant chevaucher, pour
aviser vos ennemis, ni en quel état ils sont.» Ces paroles plurent
bien audit roy; et y envoya quatre moult vaillans chevaliers, le Moine
de Basele (_Bâle_), le seigneur de Noyers, le seigneur de Beaujeu, et le
seigneur d'Aubigny. Ces quatre chevaliers chevauchèrent si avant
qu'ils approchèrent de moult près les Anglois, et que ils purent bien
aviser et imaginer une grand partie de leur affaire. Et bien virent
les Anglois qu'ils étoient là venus pour eux voir: mais ils n'en
firent semblant, et les laissèrent en paix tout bellement revenir.

Or retournèrent arrière ces quatre chevaliers devers le roy de France
et les seigneurs de son conseil, qui chevauchoient le petit pas, en
eux surattendant; si s'arrêtèrent sur les champs sitôt qu'ils les
virent venir. Les dessus dits rompirent la presse, et vinrent jusques
au roy. Adonc leur demanda le roy tout haut: «Seigneurs, quelles
nouvelles?» Ils regardèrent tous l'un à l'autre, sans mot sonner; car
nul ne vouloit parler devant son compagnon, et disoient l'un à
l'autre: «Sire, parlez au roy; je ne parlerai point devant vous.» Là
furent-ils en estrif une espace que nul ne vouloit, par honneur, soi
avancer de parler. Finablement issit de la bouche du roy l'ordonnance
qu'il commanda au Moine de Basele, que on tenoit ce jour l'un des plus
chevalereux et vaillants chevaliers du monde, qui plus avoit travaillé
de son corps, qu'il en dît son entente; et étoit ce chevalier au roy
de Behaigne, qui s'en tenoit pour bien paré quand il l'avoit de lès
lui.


  Comment le Moine de Basele conseilla au roi de France faire
    arrêter ses gens emmi les champs et ordonner ses batailles.

«Sire, ce dit le Moine de Basele, je parlerai puisqu'il vous plaît,
sous la correction de mes compagnons. Nous avons chevauché; si avons
vu et considéré le convenant des Anglois. Sachez qu'ils sont mis et
arrêtés en trois batailles, bien et faiticement, et ne font nul
semblant qu'ils doivent fuir, mais vous attendent, à ce qu'ils
montrent. Si conseille, de ma partie, sauf toujours le meilleur
conseil, que vous fassiez toutes vos gens-ci arrêter sur les champs et
loger pour cette journée; car ainçois que les derniers puissent venir
jusques à eux, et que vos batailles soient ordonnées, il sera tard; si
seront vos gens lassés et travaillés et sans arroi, et vous trouverez
vos ennemis frais et nouveaux, et tous pourvus de savoir quelle chose
ils doivent faire; si pourrez le matin vos batailles ordonner plus
mûrement et mieux, et par plus grand loisir aviser vos ennemis par
lequel lès on les pourra combattre; car soyez tout sûr qu'ils vous
attendront.»

Ce conseil et avis plut grandement bien au roy de France; et commanda
que ainsi fût fait que ledit moine avoit parlé. Si chevauchèrent les
deux maréchaux, l'un devant, l'autre derrière, en disant et commandant
aux bannerets: «Arrêtez bannières, de par le roi, au nom de Dieu et de
monseigneur saint Denis!» Ceux qui étoient premiers à cette première
ordonnance s'arrêtèrent, et les derniers non, mais chevauchèrent
toujours avant; et disoient qu'ils ne s'arrêteroient point, jusques à
ce qu'ils fussent aussi avant que les premiers étoient. Et quand les
premiers véoient qu'ils les approchaient, ils chevauchoient avant.
Ainsi par grand orgueil et par grand boubant fut demenée cette chose,
car chacun vouloit surpasser son compagnon; et ne put être crue ni
ouïe la parole du vaillant chevalier: dont il leur en meschéy si
grandement, comme vous orrez recorder assez brièvement. Ni aussi le
roi ni ses maréchaux ne purent adonc être maîtres de leurs gens, car
il y avoit si grands gens et si grand nombre de grands seigneurs, que
chacun vouloit là montrer sa puissance.

Si chevauchèrent en cel état, sans arroi et sans ordonnance, si avant
qu'ils approchèrent leurs ennemis, et qu'ils les véoient en leur
présence. Or fut moult grand blâme pour les premiers, et mieux leur
valsist être ordonnés à l'ordonnance du vaillant chevalier que ce
qu'ils firent; car sitôt qu'ils virent leurs ennemis, ils reculèrent
tout à un faix, si désordonnément que ceux qui derrière étoient s'en
ébahirent, et cuidèrent que les premiers se combatissent et qu'ils
fussent jà déconfits; et eurent adonc bien espace d'aller devant s'ils
vouldrent; de quoi aucuns y allèrent, et aucuns se tinrent tous cois.

Là y avoit sur les champs si grand peuple de communauté que sans
nombre, et en étoient les chemins tous couverts entre Abbeville et
Crécy; et quand ils durent approcher leurs ennemis, à trois lieues
près ils sachèrent leurs épées, et écrièrent: «A la mort, à la mort!»
Et si ne véoient nullui.


  Comment le roi de France commanda à ses maréchaux faire commencer
    la bataille par les Gennevois; et comment lesdits Gennevois
    furent tous déconfits.

Il n'est nul homme, tant fut présent à celle journée, ni eut bon
loisir d'aviser et imaginer toute la besogne ainsi qu'elle alla, qui
en sçût ni pût imaginer, ni recorder la vérité, espécialement de la
partie des François, tant y eut povre arroi et ordonnance en leurs
conrois; et ce que j'en sais, je l'ai sçu le plus par les Anglois, qui
imaginèrent bien leur convenant, et aussi par les gens messire Jean de
Hainaut, qui fut toujours de lès le roi de France.

Les Anglois qui ordonnés étoient en trois batailles, et qui séoient
jus à terre tout bellement, sitôt qu'ils virent les François
approcher, ils se levèrent moult ordonnément sans nul effroi, et se
rangèrent en leurs batailles, celle du prince tout devant, leurs
archers mis en manière d'une herse, et les gens d'armes au fond de la
bataille. Le comte de Norhantonne et le comte d'Arondel et leur
bataille, qui faisoient la seconde, se tenoient sur aile bien
ordonnément, et avisés et pourvus pour conforter le prince, si besoin
étoit. Vous devez savoir que ces seigneurs, rois, ducs, comtes, barons
françois ne vinrent mie jusques là tous ensemble, mais l'un devant,
l'autre derrière, sans arroi et sans ordonnance. Quand le roi Philippe
vint jusques sur la place où les Anglois étoient près de là arrêtés et
ordonnés, et il les vit, le sang lui mua, car il les héoit; et ne se
fut adonc nullement refrené ni abstenu d'eux combattre; et dit à ses
maréchaux: «Faites passer nos Gennevois devant et commencer la
bataille, au nom de Dieu et de monseigneur saint Denis.» Là avoit de
cesdits Gennevois arbalétriers environ quinze mille, qui eussent eu
aussi cher néant que commencer adonc la bataille; car ils étoient
durement las et travaillés d'aller à pied ce jour plus de six lieues,
tous armés, et de leurs arbalètres porter; et dirent adonc à leurs
connétables qu'ils n'étoient mie adonc ordonnés de faire grand exploit
de bataille. Ces paroles volèrent jusques au comte d'Alençon, qui en
fut durement courroucé, et dit: «On se doit bien charger de telle
ribaudaille, qui faillent au besoin!»

Entrementes que ces paroles couroient et que ces Gennevois se
reculoient et se détrioient, descendit une pluie du ciel si grosse et
si épaisse que merveilles, et un tonnerre et un esclistre moult grand
et moult horrible. Paravant cette pluie, pardessus les batailles,
autant d'un côté que d'autre, avoit volé si grand foison de corbeaux
que sans nombre, et demené le plus grand tempêtis du monde. Là
disoient aucuns sages chevaliers que c'étoit un signe de grand
bataille et de grand effusion de sang.

Après toutes ces choses, se commença l'air à éclaircir et le soleil à
luire bel et clair. Si l'avoient les François droit en l'œil, et les
Anglois par derrière. Quand les Gennevois furent tous recueillis et
mis ensemble, et ils durent approcher leurs ennemis, ils commencèrent
à crier si très haut que ce fut merveilles, et le firent pour ébahir
les Anglois; mais les Anglois se tinrent tous cois, ni oncques n'en
firent semblant. Secondement encore crièrent eux ainsi, et puis
allèrent un petit pas avant; et les Anglois restoient tous cois, sans
eux mouvoir de leur pas. Tiercement encore crièrent moult haut et
moult clair, et passèrent avant, et tendirent leurs arbalètres et
commencèrent à traire. Et ces archers d'Angleterre, quand ils virent
cette ordonnance, passèrent un pas en avant, et puis firent voler ces
sagettes de grand façon, qui entrèrent et descendirent si ouniement
sur ces Gennevois que ce sembloit neige. Les Gennevois, qui n'avoient
pas appris à trouver tels archers que sont ceux d'Angleterre, quand
ils sentirent ces sagettes qui leur perçaient bras, têtes et
ban-lèvre, furent tantôt déconfits; et coupèrent les plusieurs les
cordes de leurs arcs, et les aucuns les jetoient jus: si se mirent
ainsi au retour.

Entre eux et les François avoit une grand haie de gens d'armes, montés
et parés moult richement, qui regardoient le convenant des Gennevois;
si que quand ils cuidèrent retourner, ils ne purent; car le roi de
France, par grand mautalent, quand il vit leur povre arroi, et qu'ils
déconfisoient ainsi, commanda et dit: «Or tôt, tuez toute cette
ribaudaille, car ils nous empêchent la voie sans raison.» Là vissiez
gens d'armes en tous les entre eux férir et frapper sur eux, et les
plusieurs trébucher et chéoir parmi eux, qui oncques ne se relevèrent.
Et toujours trayoient les Anglois en la plus grand presse, qui rien ne
perdoient de leur trait; car ils empalloient et féroient parmi le
corps ou parmi les membres gens et chevaux qui là chéoient et
trébuchoient à grand meschef; et ne pouvoient être relevés, si ce
n'étoit par force et par grand aide de gens. Ainsi ce commença la
bataille entre la Broye et Crécy en Ponthieu, ce samedi à heure de
vespres.


  Comment le roi de Behaigne, qui goute n'y véoit, se fit mener en
    la bataille et y fut mort lui et les siens; et comment son fils
    le roi d'Allemaigne s'enfuit.

Le vaillant et gentil roi de Behaigne[167], qui s'appeloit messire
Jean de Lucembourc, car il fut fils de l'empereur Henry de Lucembourc,
entendit par ses gens que la bataille étoit commencée; car quoiqu'il
fût là armé et en grand arroi, si ne véoit-il goute et étoit aveugle.
Si demanda aux chevaliers qui de lès lui étoient comment l'ordonnance
de leurs gens se portoit. Cils lui en recordèrent la vérité, et lui
dirent: «Monseigneur, ainsi est; tous les Gennevois sont déconfits, et
a commandé le roi eux tous tuer; et toutes fois entre nos gens et eux
a si grand toullis que merveille, car ils chéent et trébuchent l'un
sur l'autre, et nous empêchent trop grandement.»--«Ha! répondit le roi
de Behaigne, c'est un petit signe pour nous.» Lors demanda-t-il après
le roi d'Allemaigne, son fils, et dit: «Où est messire Charles, mon
fils?» Cils répondirent: «Monseigneur, nous ne savons; nous créons
bien qu'il soit d'autre part, et qu'il se combatte.» Adonc, dit le roi
à ses gens une grand vaillance: «Seigneurs, vous êtes mes hommes, mes
amis et mes compagnons; à la journée d'huy je vous prie et requiers
très-espécialement que vous me meniez si avant que je puisse férir un
coup d'épée.» Et ceux qui de lès lui étoient, et qui son honneur et
leur avancement aimoient, lui accordèrent. Là étoit le moine de Basele
à son frein, qui envis l'eût laissé; et aussi eussent plusieurs bons
chevaliers de la comté de Lucembourc qui étoient tous de lès lui: si
que, pour eux acquitter et qu'ils ne le perdissent en la presse, ils
se lièrent par les freins de leurs chevaux tous ensemble, et mirent le
roi leur seigneur tout devant, pour mieux accomplir son désir; et
ainsi s'en allèrent sur leurs ennemis.

  [167] Bohême.

Bien est vérité que de si grands gens d'armes et de si noble
chevalerie et tel foison que le roi de France avoit là, il issit trop
peu de grands faits d'armes, car la bataille commença tard; et si
étoient les François fort las et travaillés, ainsi qu'ils venoient.
Toutes fois les vaillants hommes et les bons chevaliers, pour leur
honneur, chevauchoient toujours avant, et avoient plus cher à mourir
que fuite vilaine leur fût reprochée. Là étoient le comte d'Alençon,
le comte de Blois, le comte de Flandre, le duc de Lorraine, le comte
de Harecourt, le comte de Saint-Pol, le comte de Namur, le comte
d'Aucerre, le comte d'Aumale, le comte de Sancerre, le comte de
Salebruche, et tant de comtes, de barons et de chevaliers que sans
nombre.

Là étoit messire Charles de Behaigne, qui s'appeloit et escrisoit jà
roi d'Allemaigne et en portoit les armes, qui vint moult ordonnément
jusques à la bataille; mais quand il vit que la chose alloit mal pour
eux, il s'en partit: je ne sais pas quel chemin il prit. Ce ne fit mie
le bon roi son père, car il alla si avant sur ses ennemis que il férit
un coup d'épée, voire trois, voire quatre, et se combattit moult
vaillamment; et aussi firent tous ceux qui avec lui étoient pour
l'accompagner; et si bien le servirent, et si avant se boutèrent sur
les Anglois, que tous y demeurèrent, ni oncques nul ne s'en partit;
et furent trouvés l'endemain sur la place autour de leur seigneur, et
leurs chevaux, tous alloyés ensemble.


  Comment messire Jean de Hainaut conseille au roi Philippe qu'il
    se retraie; et comment le comte d'Alençon et le comte de
    Flandre se combattirent longuement et vaillamment.

Vous devez savoir que le roi de France avoit grand angoisse au cœur
quand il véoit ses gens ainsi déconfire et fondre l'un sur l'autre,
par une poignée de gens que les Anglois étoient: si en demanda conseil
à messire Jean de Hainaut, qui de lès lui étoit. Ledit messire Jean de
Hainaut lui répondit, et dit: «Certes, sire, je ne vous saurois
conseiller le meilleur pour vous, si ce n'étoit que vous vous
retraissiez et missiez à sauveté, car je n'y vois point de recouvrer;
il sera tantôt tard: si pourriez aussi bien chevaucher sur vos ennemis
et être perdu, que entre vos amis.»

Le roi, qui tout frémissoit d'ire et de mautalent, ne répondit point
adonc, mais chevaucha encore un petit plus avant; et lui sembla qu'il
se vouloit adresser devers son frère le comte d'Alençon, dont il véoit
les bannières sur une petite montagne; lequel comte d'Alençon
descendit moult ordonnément sur les Anglois et les vint combattre, et
le comte de Flandre d'autre part. Si vous dis que ces deux seigneurs
et leurs routes, en costiant les archers, s'en vinrent jusques à la
bataille du prince, et là se combattirent moult longuement et moult
vaillamment; et volontiers y fût le roi venu, s'il eût pu: mais il y
avoit une si grand haie d'archers et de gens d'armes au-devant que
jamais ne put passer, car tant plus venoit et plus éclaircissoit son
conroi.

Ce jour, au matin, avoit donné le roi Philippe audit messire Jean de
Hainaut un noir coursier, durement grand et bel, lequel messire Jean
l'avoit baillé à un sien chevalier, messire Thierry de Senseilles, qui
portoit sa bannière: dont il avint que le chevalier monté sur le
coursier, la bannière messire Jean de Hainaut devant lui, transperça
tous les conrois des Anglois; et quand il fut hors et outre, au
prendre son retour il trébucha parmi un fossé, car il étoit durement
blessé, et y eût été mort sans remède: mais son page, sur son
coursier, autour des batailles l'avoit poursui; et le trouva si à
point qu'il gissoit là et ne se pouvoit ravoir. Il n'avoit autre
empêchement que du cheval; car les Anglois n'issoient point de leurs
batailles pour nullui prendre ni grever. Lors descendit le page, et
fit tant que son maître fut relevé et remonté: ce beau service lui
fit-il. Et sachez que le sire Jean de Senseilles ne revint mie arrière
par le chemin qu'il avoit fait; et aussi, au voir dire, il n'eût pu.


  Comment ceux de la bataille au prince de Galles envoyèrent au roi
    d'Angleterre pour avoir secours; et comment le roi leur
    répondit.

Cette bataille, faite ce samedi, entre la Broye et Crécy, fut moult
félonneuse et très horrible; et y advinrent plusieurs grands faits
d'armes qui ne vinrent mie tous à connoissance; car quand la bataille
commença il étoit jà moult tard. Ce greva plus les François que autre
chose, car plusieurs gens d'armes, chevaliers et écuyers, sur la nuit,
perdoient leurs maîtres et leurs seigneurs: si vaucroient parmi les
champs et s'embattoient souvent, à petite ordonnance, entre les
Anglois, où tantôt ils étoient envahis et occis, ni nul étoit pris à
rançon ni à merci, car entre eux ils l'avoient ainsi au matin ordonné,
pour le grand nombre de peuple dont ils étoient informés qui les
suivoit. Le comte Louis de Blois, neveu du roi Philippe et du comte
d'Alençon, s'en vint avec ses gens, dessous sa bannière, combattre
aux Anglois, et là se porta-t-il moult vaillamment, et aussi fit le
duc de Lorraine. Et dirent les plusieurs que si la bataille eût aussi
bien été commencée au matin qu'elle fut sur le vespre, il y eût eu
entre les François plusieurs grands recouvrances et grands appertises
d'armes, qui point n'y furent. Si y eut aucuns chevaliers et écuyers
françois et de leur côté, tant Allemands comme Savoisiens, qui par
force d'armes rompirent la bataille des archers du prince, et vinrent
jusques aux gens d'armes combattre aux épées, main à main, moult
vaillamment, et là eut fait plusieurs grands appertises d'armes; et y
furent, du côté des Anglois, très bons chevaliers, messire Regnault de
Cobehen et messire Jean Chandos; et aussi furent plusieurs autres,
lesquels je ne puis mie tous nommer, car là de lès le prince étoit
toute la fleur de chevalerie d'Angleterre.

Et adonc le comte de Norhantonne et le comte d'Arondel, qui
gouvernoient la seconde bataille et se tenoient sur aile, vinrent
rafraîchir la bataille dudit prince; et bien en étoit besoin, car
autrement elle eût eu à faire; et pour le péril où ceux qui
gouvernoient et servoient le prince se véoient, ils envoyèrent un
chevalier de leur conroi devers le roi d'Angleterre, qui se tenoit
plus à mont sur la motte d'un moulin à vent, pour avoir aide.

Si dit le chevalier, quand il fut venu jusques au roi: «Monseigneur,
le comte de Warvich, le comte de Kenfort et messire Regnault de
Cobehen, qui sont de lès le prince votre fils, ont grandement à faire,
et les combattent les François moult aigrement; pourquoi ils vous
prient que vous et votre bataille les veniez conforter et aider à ôter
de ce péril; car si cet effort monteplie et s'efforce ainsi, ils se
doutent que votre fils n'ait beaucoup à faire.» Lors répondit le roi,
et demanda au chevalier, qui s'appeloit messire Thomas de Norvich:
«Messire Thomas, mon fils est-il mort, ou aterré, ou si blessé qu'il
ne se puisse aider?» Cil répondit: «Nennin, monseigneur, si Dieu
plaît; mais il est en dur parti d'armes; si auroit bien mestier de
votre aide.»--«Messire Thomas, dit le roi, or retournez devers lui et
devers ceux qui ci vous ont envoyé, et leur dites, de par moi, qu'ils
ne m'envoient mes huy requerre, pour aventure qui leur avienne, tant
que mon fils soit en vie; et leur dites que je leur mande qu'ils
laissent à l'enfant gagner ses éperons, car je veux, si Dieu l'a
ordonné, que la journée soit sienne, et que l'honneur lui en demeure
et à ceux en quelle charge je l'ai baillé.» Sur ces paroles retourna
le chevalier à ses maîtres, et leur recorda tout ce que vous avez ouï;
laquelle réponse les encouragea grandement, et se reprirent en
eux-mêmes de ce qu'ils l'avoient là envoyé: si furent meilleurs
chevaliers que devant; et y firent plusieurs grands appertises
d'armes, ainsi qu'il apparut, car la place leur demeura à leur
honneur.


  Comment le comte de Harecourt, le comte d'Alençon, le comte de
    Flandre, le comte de Blois, le duc de Lorraine et plusieurs
    autres grands seigneurs furent déconfits et morts.

On doit bien croire et supposer que là où il y avoit tant de vaillans
hommes et si grand multitude de peuple, et où tant et tel foison de la
partie des François en demeurèrent sur la place, qu'il y eut fait ce
soir plusieurs grands appertises d'armes, qui ne vinrent mie toutes à
connoissance. Il est bien vrai que messire Godefroy de Harecourt, qui
étoit de lès le prince et en sa bataille, eut volontiers mis peine et
entendu à ce que le comte de Harecourt son frère eût été sauvé; car il
avoit ouï recorder à aucuns Anglois que on avoit vu sa bannière, et
qu'il étoit avec ses gens venu combattre aux Anglois. Mais le dit
messire Godefroy n'y put venir à temps; et fut là mort sur la place le
dit comte, et aussi fut le comte d'Aumale, son neveu. D'autre part, le
comte d'Alençon et le comte de Flandre se combattoient moult
vaillamment aux Anglois, chacun dessous sa bannière et entre ses gens;
mais ils ne purent durer ni résister à la puissance des Anglois, et
furent là occis sur la place, et grand foison de bons chevaliers et
écuyers de lès eux, dont ils étoient servis et accompagnés. Le comte
Louis de Blois et le duc de Lorraine son serourge, avec leurs gens et
leurs bannières, se combattoient d'autre part moult vaillamment, et
étoient enclos d'une route d'Anglois et de Gallois, qui nullui ne
prenoient à merci. Là firent eux de leurs corps plusieurs grands
appertises d'armes, car ils étoient moult vaillans chevaliers et bien
combattans; mais toutes fois leur prouesse ne leur valut rien, car ils
demeurèrent sur la place, et tous ceux qui de lès eux étoient. Aussi
fut le comte d'Aucerre, qui étoit moult vaillant chevalier, et le
comte de Saint-Pol, et tant d'autres, que merveilles seroit à
recorder.


  Comment le roi de France se partit, lui cinquième de barons tant
    seulement, de la bataille de Crécy, en lamentant et
    complaignant de ses gens.

Sur le vespre tout tard, ainsi que à jour faillant, se partit le roi
Philippe tout déconforté, il y avoit bien raison, lui cinquième de
barons tant-seulement. C'étoient messire Jean de Hainaut, le premier
et le plus prochain de lui, le sire de Montmorency, le sire de
Beaujeu, le sire d'Aubigny et le sire de Montsault. Si chevaucha le
dit roi tout lamentant et complaignant ses gens, jusques au châtel de
la Broye. Quand il vint à la porte, il la trouva fermée et le pont
levé, car il étoit toute nuit, et faisoit moult brun et moult épais.
Adonc fit le roi appeller le châtelain, car il vouloit entrer dedans.
Si fut appelé, et vint avant sur les guérites, et demanda tout haut:
«Qui est là qui heurte à cette heure?» Le roi Philippe, qui entendit
la voix, répondit et dit: «Ouvrez, ouvrez, châtelain, c'est
l'infortuné roi de France.» Le châtelain saillit tantôt avant, qui
reconnut la parole du roi de France, et qui bien savoit que jà les
leurs étoient déconfits, par aucuns fuyans qui étoient passés dessous
le châtel. Si abaissa le pont et ouvrit la porte. Lors entra le roi
dedans, et toute sa route. Si furent là jusques à mi nuit; et n'eut
mie le roi conseil qu'il y demeurât ni s'enserrât là-dedans. Si but un
coup, et aussi firent ceux qui avec lui étoient, et puis s'en
partirent, et issirent du châtel, et montèrent à cheval, et prirent
guides pour eux mener, qui connaissoient le pays: si entrèrent à
chemin environ mie nuit, et chevauchèrent tant que, au point du jour,
ils entrèrent en la bonne ville d'Amiens. Là s'arrêta le roi, et se
logea en une abbaye, et dit qu'il n'iroit plus avant tant qu'il sçût
la vérité de ses gens, lesquels y étoient demeurés et lesquels étoient
échappés. Or, retournerons à la déconfiture de Crécy et à l'ordonnance
des Anglois, et comment, ce samedi que la bataille fut, et le dimanche
au matin, ils persévérèrent.


  Ci dit comment messire Jean de Hainaut fit partir le roi de
    France de la bataille, ainsi comme par force.

Vous devez savoir que la déconfiture et la perte pour les François fut
moult grand et moult horrible, et que trop y demeurèrent sur les
champs de nobles et vaillans hommes, ducs, comtes, barons et
chevaliers, par lesquels le royaume de France fut depuis moult
affaibli d'honneur, de puissance et de conseil. Et sachez que si les
Anglois eussent chassé, ainsi qu'ils firent à Poitiers, encore en fût
trop plus demeuré, et le roi de France même: mais nennin; car le
samedi oncques ne se partirent de leurs conrois pour chasser après
hommes, et se tenoient sur leurs pas, gardans leur place, et se
défendoient à ceux qui les assailloient. Et tout ce sauva le roi de
France d'être pris, car le dit roi demeura tant sur la place, assez
près de ses ennemis, si comme dessus est dit, qu'il fut moult tard; et
n'avoit à son département pas plus de soixante hommes, uns et autres.
Et adonc le prit messire Jean de Hainaut par le frein, qui l'avoit à
garder et à conseiller, et qui jà l'avoit remonté une fois, car du
trait on avoit occis le coursier du roi, et lui dit: «Sire,
venez-vous-en, il est temps; ne vous perdez mie si simplement: si vous
avez perdu cette fois, vous recouvrerez une autre.» Et l'emmena le dit
messire Jean de Hainaut comme par force. Si vous dis que ce jour les
archers d'Angleterre portèrent grand confort à leur partie; car par
leur trait les plusieurs disent que la besogne se parfit, combien
qu'il y eût bien aucuns vaillans chevaliers de leur côté qui
vaillamment se combattirent de la main, et qui moult y firent de
belles appertises d'armes et de grands recouvrances. Mais on doit bien
sentir et connoître que les archers y firent un grand fait; car par
leur trait, de commencement, furent les Gennevois déconfits, qui
étoient bien quinze mille, ce qui leur fut un grand avantage; car trop
grand foison de gens d'armes richement armés et parés et bien montés,
ainsi que on se montoit adonc, furent déconfits et perdus par les
Gennevois, qui trébuchoient parmi eux, et s'entoulloient tellement
qu'ils ne se pouvoient lever ni ravoir. Et là, entre les Anglois,
avoit pillards et ribaux, Gallois et Cornouaillois, qui poursuivoient
gens d'armes et archers, qui portoient grands coutilles, et venoient
entre leurs gens d'armes et leurs archers qui leur faisoient voie, et
trouvoient ces gens en ce danger, comtes, barons, chevaliers et
écuyers; si les occioient sans merci, comme grand sire qu'il fût. Par
cet état en y eut ce soir plusieurs perdus et murdris, dont ce fut
pitié et dommage, et dont le roi d'Angleterre fut depuis courroucé que
on ne les avoit pris à rançon, car il y eut grand quantité de
seigneurs morts.


  Comment le dimanche au matin, après la déconfiture de Crécy, les
    Anglois déconfirent ceux de Rouen et de Beauvais.

Quand la nuit, ce samedi, fut toute venue, et que on n'oyoit mais ni
crier, ni jupper, ni renommer aucune enseigne ni aucun seigneur, si
tinrent les Anglois à avoir la place pour eux, et leurs ennemis
déconfits. Adonc allumèrent-ils en leur ost grand foison de fallots et
de tortis, pour ce qu'il faisoit moult brun; et lors s'avala le roi
Édouard, qui encore tout ce jour n'avoit mis son bassinet, et s'en
vint, à toute sa bataille, moult ordonnément devers le prince son
fils; si l'accolla et baisa, et lui dit: «Beau fils, Dieu vous doint
bonne persévérance! vous êtes mon fils, car loyalement vous vous êtes
hui acquitté; si êtes digne de tenir terre.» Le prince, à cette
parole, s'inclina tout bas et se humilia en honorant le roi son père;
ce fut raison.

Vous devez savoir que grand liesse de cœur et grand joie fut là entre
les Anglois, quand ils virent et sentirent que la place leur étoit
demeurée et que la journée avoit été pour eux: si tinrent cette
aventure pour belle et à grand gloire, et en louèrent et regracièrent
les seigneurs et les sages hommes moult grandement, et par plusieurs
fois cette nuit Notre Seigneur, qui telle grâce leur avoit envoyée.

Ainsi passèrent celle nuit sans nul bobant: car le roi d'Angleterre ne
vouloit mie que aucun s'en fesist. Quand vint au dimanche au matin, il
fit grand bruine, et tel que à peine pouvoit-on voir loin un arpent de
terre: donc se partirent de l'ost, par l'ordonnance du roi et de ses
maréchaux, environ cinq cents hommes d'armes et deux mille archers,
pour chevaucher, à savoir si ils trouveroient nullui ni aucun François
qui se fussent recueillis. Ce dimanche au matin, s'étoient partis
d'Abbeville et de Saint-Riquier en Ponthieu les communautés de Rouen
et de Beauvais, qui rien ne savoient de la déconfiture qui avoit été
faite le samedi: si trouvèrent à male étreine pour eux; en leur
encontre, ces Anglois qui chevauchoient, et se boutèrent entre eux, et
cuidèrent de premier que ce fût de leurs gens. Sitôt que les Anglois
les ravisèrent, ils leur coururent sus de grand manière; et là de
rechef eut grand bataille et dure; et furent tantôt ces François
déconfits et mis en chasse; et ne tinrent nul conroi. Si en y eut
morts sur les champs, que par haies, que par buissons, ainsi qu'ils
fuyoient, plus de sept mille; et si eût fait clair, il n'en eût jà
pied échappé. Assez tôt après, en une autre route, furent rencontrés
de ces Anglois l'archevêque de Rouen et le grand prieur de France, qui
rien ne savoient aussi de la déconfiture, et avoient entendu que le
roi ne se combattroit jusques à ce dimanche; et cuidèrent des Anglois
que ce fussent leurs gens: si s'adressèrent devers eux, et tantôt les
Anglois les envahirent et assaillirent de grand volonté. Et là eut de
rechef grand bataille et dure, car ces deux seigneurs étoient pourvus
de bonnes gens d'armes; mais ils ne purent durer longuement aux
Anglois, ainçois furent tantôt déconfits et presque tous morts. Peu se
sauvèrent; et y furent morts les deux chefs qui les menoient, ni
oncques il n'y eut pris homme à rançon.

Ainsi chevauchèrent cette matinée ces Anglois, querans aventures: si
trouvèrent et rencontrèrent plusieurs François qui s'étoient fourvoyés
le samedi, et qui avoient cette nuit géu sur les champs, et qui ne
savoient nulles nouvelles de leur roi ni de leurs conduiseurs: si
entrèrent en pauvre étreine pour eux, quand ils se trouvèrent entre
les Anglois; car ils n'en avoient nulle mercy, et mettoient tout à
l'épée. Et me fut dit que de communautés et de gens de pied des cités
et des bonnes villes de France, il y en eut morts ce dimanche au matin
plus quatre fois que le samedi que la grosse bataille fut.


  Comment le roi d'Angleterre fit chercher les morts pour en savoir
    le nombre, et fit enterrer les corps des grands seigneurs.

Le dimanche, ainsi que le roi d'Angleterre issoit de la messe,
revinrent les chevaucheurs et les archers qui envoyés avoient été pour
découvrir le pays, et savoir si aucune assemblée et recueillette se
faisoit des François: si recordèrent au roi tout ce qu'ils avoient vu
et trouvé, et lui dirent bien qu'il n'en étoit nul apparent. Adonc eut
conseil le roi qu'il enverroit chercher les morts, pour savoir quels
seigneurs étoient là demeurés. Si furent ordonnés deux moult vaillans
chevaliers pour aller là, et en leur compagnie trois hérauts pour
reconnoître leurs armes, et deux clercs pour écrire et enregistrer les
noms de ceux qu'ils trouveroient. Les deux chevaliers furent messire
Regnault de Cobehen et messire Richard de Stanfort. Si se partirent du
roi et de son logis, et se mirent en peine de voir et visiter tous les
occis. Si en trouvèrent si grand foison, qu'ils en furent tous
émerveillés; et cherchèrent au plus justement qu'ils purent ce jour
tous les champs, et y mirent jusques à vespres bien basses. Au soir,
ainsi que le roi d'Angleterre devoit aller souper, retournèrent les
dessus nommés deux chevaliers devers le roi, et firent juste rapport
de tout ce qu'ils avoient vu et trouvé. Si dirent que onze chefs de
princes étoient demeurés sur la place, quatre-vingts bannerets, douze
cents chevaliers d'un écu, et environ trente mille hommes d'autres
gens. Si louèrent le dit roi d'Angleterre, le prince son fils et tous
les seigneurs, grandement Dieu, et de bon courage, de la belle journée
qu'il leur avoit envoyée, que une poignée de gens qu'ils étoient au
regard des François avoient ainsi déconfit leurs ennemis. Et par
espécial, le roi d'Angleterre et son fils complaignirent longuement la
mort du vaillant roi de Behaigne, et le recommandèrent grandement, et
ceux qui de lès lui étoient demeurés.

Si arrêtèrent encore là celle nuit, et le lundi au matin ils
ordonnèrent de partir; et fit le dit roi d'Angleterre, en cause de
pitié et de grâce, tous les corps des grands seigneurs, qui là étoient
demeurés, prendre et ôter de dessus la terre et porter en un moutier
près de là, qui s'appelle Montenay (_Maintenay_), et ensevelir en sainte
terre; et fit à savoir à ceux du pays qu'il donnoit trêve trois jours
pour chercher le champ de Crécy et ensevelir les morts; et puis
chevaucha outre vers Montreuil sur la mer; et ses maréchaux coururent
devers Hesdin, et ardirent Waubain et Serain; mais au dit châtel ne
purent-ils rien forfaire, car étoit trop fort et si étoit bien gardé.
Si se logèrent ce lundi sur la rivière de Hesdin du côté devers
Blangis, et lendemain ils passèrent outre et chevauchèrent devers
Boulogne. Si ardirent en leur chemin la ville de Saint-Josse et le
Neuf-Châtel, et puis Estaples et Rue, et tout le pays de Boulonnois;
et passèrent entre les bois de Boulogne et la forêt de Hardelo, et
vinrent jusques à la grosse ville de Wissant. Là se logea le dit roi
et le prince et tout l'ost, et s'y rafraîchirent un jour; et le
jeudi[168] s'en partirent, et s'en vinrent devant la forte ville de
Calais. Or parlerons un petit du roi de France, et conterons comment
il persévéra.

  [168] Le 31 du mois d'août.


  Comment le roi de France fut courroucé des seigneurs de son sang
    qui morts étoient en la bataille; et comment il voulut faire
    pendre messire Godemar du Fay.

Quand le roi Philippe fut parti de la Broye, ainsi que ci-dessus est
dit, à moult peu de gens, il chevaucha celle nuit tant que le dimanche
au point du jour il vint en la bonne ville d'Amiens, et là se logea en
l'abbaye du Gard[169]. Quand le roi fut là arrêté, les barons et les
seigneurs de France et de son conseil, qui demandoient pour lui, y
arrêtèrent aussi, ainsi qu'ils venoient. Encore ne savoit le dit roi
la grand perte des nobles et des prochains de son sang qu'il avoit
perdus. Ce dimanche au soir, on lui en dit la vérité. Si regretta
grandement messire Charles son frère, le comte d'Alençon, son neveu le
comte de Blois, son serourge le bon roi de Behaigne, le comte de
Flandre, le duc de Lorraine, et tous les barons et les seigneurs, l'un
après l'autre. Et vous dist que messire Jean de Hainaut était adonc de
lès lui, et celui en qui il avoit la plus grand fiance, et lequel fit
un moult beau service à messire Godemar du Fay; car le roi étoit fort
courroucé sur lui, si que il le vouloit faire pendre, et l'eût fait
sans faute si n'eût été le dit messire Jean de Hainaut, qui lui brisa
son ire et excusa le dit messire Godemar. Et étoit la cause que le roi
disoit que il s'étoit mauvaisement acquitté de garder le passage de
Blanche-Tache, et que par sa mauvaise garde les Anglois étoient
passés outre en Ponthieu, par quoi il avoit reçu celle perte et ce
grand dommage. Au propos du roi s'inclinoient bien aucuns de son
conseil, qui eussent bien voulu que le dit messire Godemar l'eût
comparé, et l'appeloient traître: mais le gentil chevalier l'excusa,
et de raison partout; car comment put-il avoir défendu ni résisté à la
puissance des Anglois, quand toute la fleur de France n'y put rien
faire? Si passa le roi son mautalent adonc, au plus beau qu'il put, et
fit faire les obsèques, l'un après l'autre, de ses prochains, et puis
se partit d'Amiens et donna congé à toutes manières de gens d'armes,
et retourna devers Paris. Et jà avoit le roi d'Angleterre assiégé la
forte ville de Calais.

  [169] A trois lieues d'Amiens.

    _Chroniques de Froissart._



SIÉGE DE CALAIS.

1346-47.

   Après la bataille de Crécy, Édouard alla assiéger Calais, qu'il
   «désiroit moult conquérir» parce que cette ville donnait à
   l'Angleterre un point de débarquement sur le sol français et un
   port très-utile à son commerce. La ville fut assiégée du 3
   septembre 1346 au 4 août 1347. Elle fut vigoureusement défendue
   par les habitants et leur capitaine Jean de Vienne, brave
   chevalier de Bourgogne. Au bout de onze mois de siége, vers la
   fin de juillet 1347, Philippe VI arriva enfin au secours de
   Calais; mais les Anglais avaient tellement fortifié et rendu
   inexpugnables les abords de la ville, qu'il fallut que l'armée
   française se décidât à battre en retraite sans combat.
   Abandonnés par le roi de France, les habitants de Calais se
   résignèrent à capituler.


  Comment ceux de Calais se voulurent rendre au roi d'Angleterre,
    sauves leurs vies; et comment ledit roi voulut avoir six des
    plus nobles bourgeois de la ville pour en faire sa volonté.

Après le département du roi de France et de son ost du mont de
Sangattes, ceux de Calais virent bien que le secours en quoi ils
avoient fiance leur étoit failli; et si étoient à si grand détresse de
famine que le plus grand et le plus fort se pouvoit à peine soutenir:
si eurent conseil; et leur sembla qu'il valoit mieux à eux mettre en
la volonté du roi d'Angleterre, si plus grand merci ne pouvoient
trouver, que eux laisser mourir l'un après l'autre par détresse de
famine; car les plusieurs en pourroient perdre corps et âme par rage
de faim. Si prièrent tant à monseigneur Jean de Vienne qu'il en voulût
traiter, qu'il s'y accorda; et monta aux créneaux des murs de la
ville, et fit signe à ceux de dehors qu'il vouloit parler à eux. Quand
le roi d'Angleterre entendit ces nouvelles, il envoya là tantôt
messire Gautier de Mauny et le seigneur de Basset. Quand ils furent là
venus, messire Jean de Vienne leur dit: «Chers seigneurs, vous êtes
moult vaillants chevaliers et usés d'armes, et savez que le roi de
France, que nous tenons à seigneur, nous a céans envoyés, et commandé
que nous gardissions cette ville et ce châtel, tellement que blâme
n'en eussions, ni il point de dommage: nous en avons fait notre
pouvoir. Or, est notre secours failli, et vous nous avez si étreints
que n'avons de quoi vivre: si nous conviendra tous mourir, ou enrager
par famine, si le gentil roi qui est votre sire n'a pitié de nous.
Chers seigneurs, si lui veuillez prier en pitié qu'il veuille avoir
merci de nous, et nous en veuille laisser aller tout ainsi que nous
sommes, et veuille prendre la ville et le châtel et tout l'avoir qui
est dedans; si en trouvera assez.»

Adonc répondit messire Gautier de Mauny, et dit: «Messire Jean,
messire Jean, nous savons partie de l'intention du roi notre sire, car
il la nous a dite: sachez que ce n'est mie son entente que vous en
puissiez aller ainsi que vous avez ci dit; ains est son intention que
vous vous mettiez tous en sa pure volonté pour rançonner ceux qu'il
lui plaira, ou pour faire mourir; car ceux de Calais lui ont tant fait
de contraires et de dépits, le sien fait dépendre, et grand foison de
ses gens fait mourir, dont si il lui en poise ce n'est mie merveille.»

Adonc répondit messire Jean de Vienne, et dit: «Ce seroit trop dure
chose pour nous si nous consentions ce que vous dites. Nous sommes
céans un petit de chevaliers et d'écuyers qui loyalement à notre
pouvoir avons servi notre seigneur le roi de France, si comme vous
feriez le vôtre en semblable cas, et en avons enduré mainte peine et
mainte mésaise; mais ainçois en souffrirons-nous telle mésaise que
oncques gens n'endurèrent ni souffrirent la pareille, que nous
consentissions que le plus petit garçon ou varlet de la ville eût
autre mal que le plus grand de nous. Mais nous vous prions que, par
votre humilité, vous veuillez aller devers le roi d'Angleterre, et lui
priiez qu'il ait pitié de nous. Si nous ferez courtoisie; car nous
espérons en lui tant de gentillesse qu'il aura merci de nous.»--«Par
ma foi, répondit messire Gautier de Mauny, je le ferai volontiers,
messire Jean; et voudrois, si Dieu me veuille aider, qu'il m'en voulût
croire; car vous en vaudriez tous mieux.»

Lors se départirent le sire de Mauny et le sire de Basset, et
laissèrent messire Jean de Vienne s'appuyant aux créneaux, car tantôt
devoient retourner; et s'en vinrent devers le roi d'Angleterre, qui
les attendoit à l'entrée de son hôtel, et avoit grand désir de ouïr
nouvelles de ceux de Calais. De lès lui étoient le comte Derby, le
comte de Norhantonne, le comte d'Arondel, et plusieurs autres barons
d'Angleterre. Messire Gautier de Mauny et le sire de Basset
s'inclinèrent devant le roi, puis se trairent devers lui. Le sire de
Mauny, qui sagement étoit emparlé et enlangagé, commença à parler,
car le roi souverainement le voult ouïr, et dit: «Monseigneur, nous
venons de Calais, et avons trouvé le capitaine messire Jean de Vienne,
qui longuement a parlé à nous; et me semble que il et ses compagnons
et la communauté de Calais sont en grand volonté de vous rendre la
ville et le châtel de Calais et tout ce qui est dedans, mais que leurs
corps singulièrement ils en puissent mettre hors.»

Adonc répondit le roi: «Messire Gautier, vous savez la greigneure
partie de notre entente en ce cas: quelle chose en avez-vous
répondu?»--«En nom de Dieu, monseigneur, dit messire Gautier, que vous
n'en feriez rien, si ils ne se rendoient simplement à votre volonté,
pour vivre ou pour mourir, si il vous plaît. Et quand je leur eus ce
montré, messire Jean de Vienne me répondit et confessa bien qu'ils
étoient moult contraints et astreints de famine; mais ainçois que ils
entrassent en ce parti, ils se vendroient si cher que oncques gens
firent.» Adonc répondit le roi: «Messire Gautier, je n'ai mie espoir
ni volonté que j'en fasse autre chose.»

Lors se retraït avant le sire de Mauny, et parla moult sagement au
roi, et dit, pour aider ceux de Calais: «Monseigneur, vous pourriez
bien avoir tort, car vous nous donnez mauvais exemple. Si vous nous
vouliez envoyer en aucune de vos forteresses, nous n'irions mie si
volontiers, si vous faites ces gens mettre à mort, ainsi que vous
dites; car ainsi feroit-on de nous en semblables cas.» Cet exemple
amollia grandement le courage du roi d'Angleterre; car le plus des
barons l'aidèrent à soutenir. Donc dit le roi: «Seigneurs, je ne vueil
mie être tout seul contre vous tous. Gautier, vous en irez à ceux de
Calais, et direz au capitaine que la plus grand grâce qu'ils pourront
trouver ni avoir en moi, c'est que ils partent de la ville de Calais
six des plus notables bourgeois, en purs leurs chefs et tous déchaux,
les hars au col, les clefs de la ville et du châtel en leurs mains; et
de ceux je ferai ma volonté, et le demeurant je prendrai à
merci.»--«Monseigneur, répondit messire Gautier, je le ferai
volontiers.»


  Comment les six bourgeois se partirent de Calais, tous nuds en
    leurs chemises, la hart au col, et les clefs de la ville en
    leurs mains; et comment la roine d'Angleterre leur sauva les
    vies.

A ces paroles se partit du roi messire Gautier de Mauny, et retourna
jusques à Calais, là où messire Jean de Vienne l'attendoit. Si lui
recorda toutes les paroles devant dites, ainsi que vous les avez
ouïes, et dit bien que c'étoit tout ce qu'il avoit pu empétrer.
Messire Jean dit: «Messire Gautier, je vous en crois bien; or vous
prié-je que vous veuillez ci tant demeurer que j'aie démontré à la
communauté de la ville toute cette affaire; car ils m'ont ci envoyé,
et à eux tient d'en répondre, ce m'est avis.» Répondit le sire de
Mauny: «Je le ferai volontiers.» Lors se partit des créneaux messire
Jean de Vienne, et vint au marché, et fit sonner la cloche pour
assembler toutes manières de gens en la halle. Au son de la cloche
vinrent hommes et femmes, car moult désiroient à ouïr nouvelles, ainsi
que gens si astreints de famine que plus n'en pouvoient porter. Quand
ils furent tous venus et assemblés en la halle, hommes et femmes, Jean
de Vienne leur démontra moult doucement les paroles toutes telles que
ci-devant sont récitées, et leur dit bien que autrement ne pouvoit
être, et eussent sur ce avis et brève réponse. Quand ils ouïrent ce
rapport, ils commencèrent tous à crier et à pleurer tellement et si
amèrement, qu'il n'est si dur cœur au monde, s'il les eût vus ou ouïs
eux demener, qui n'en eût eu pitié. Et n'eurent pour l'heure pouvoir
de répondre ni de parler; et mêmement messire Jean de Vienne en avoit
telle pitié qu'il larmoyoit moult tendrement.

Un espace après se leva en pied le plus riche bourgeois de la ville,
que on appeloit sire Eustache de Saint-Pierre, et dit devant tous
ainsi: «Seigneurs, grand pitié et grand meschef seroit de laisser
mourir un tel peuple que ici a, par famine ou autrement, quand on y
peut trouver aucun moyen; et si seroit grand aumône et grand grâce
envers Notre-Seigneur, qui de tel meschef le pourroit garder. Je, en
droit moi, ai si grand espérance d'avoir grâce et pardon envers
Notre-Seigneur, si je muirs pour ce peuple sauver, que je veuil être
le premier; et me mettrai volontiers en pur ma chemise, à nud chef, et
la hart au col, en la merci du roi d'Angleterre.» Quand sire Eustache
de Saint-Pierre eut dit cette parole, chacun l'alla aouser de pitié,
et plusieurs hommes et femmes se jetoient à ses pieds pleurant
tendrement; et étoit grand pitié de là être, et eux ouïr écouter et
regarder.

Secondement, un autre très-honnête bourgeois et de grand affaire, et
qui avoit deux belles damoiselles à filles, se leva, et dit tout ainsi
qu'il feroit compagnie à son compère sire Eustache de Saint-Pierre; et
appeloit-on celui sire Jean d'Aire.

Après se leva le tiers, qui s'appeloit sire Jacques de Wissant, qui
étoit riche homme de meubles et d'héritage; et dit qu'il feroit à ses
deux cousins compagnie. Aussi fit sire Pierre de Wissant son frère; et
puis le cinquième; et puis le sixième. Et se dévêtirent là ces six
bourgeois tous nus en leurs braies et leurs chemises, en la ville de
Calais, et mirent hars en leur col, ainsi que l'ordonnance le portoit,
et prirent les clefs de la ville et du châtel; chacun en tenoit une
poignée.

Quand ils furent ainsi appareillés, messire Jean de Vienne, monté sur
une petite haquenée, car à grand malaise pouvoit-il aller à pied, se
mit au devant, et prit le chemin de la porte. Qui lors vit hommes et
femmes et les enfans d'iceux pleurer et tordre leurs mains et crier à
haute voix très-amèrement, il n'est si dur cœur au monde qui n'en eût
pitié. Ainsi vinrent eux jusques à la porte, envoyés en plaintes, en
cris et en pleurs. Messire Jean de Vienne fit ouvrir la porte tout
arrière, et se fit enclorre dehors avec les six bourgeois, entre la
porte et les barrières; et vint à messire Gautier qui l'attendoit là,
et dit: «Messire Gautier, je vous délivre, comme capitaine de Calais,
par le consentement du povre peuple de cette ville, ces six bourgeois;
et vous jure que ce sont et étoient aujourd'hui les plus honorables et
notables de corps, de chevance et d'ancesterie de la ville de Calais;
et portent avec eux toutes les clefs de la dite ville et du châtel. Si
vous prie, gentil sire, que vous veuillez prier pour eux au roi
d'Angleterre que ces bonnes gens ne soient mie morts.»--«Je ne sais,
répondit le sire de Mauny, que messire le roi en voudra faire, mais je
vous ai en convent que j'en ferai mon pouvoir.»

Adonc fut la barrière ouverte: si s'en allèrent les six bourgeois en
cet état que je vous dis, avec messire Gautier de Mauny, qui les amena
tout bellement devers le palais du roi; et messire Jean de Vienne
rentra en la ville de Calais.

Le roi étoit à cette heure en sa chambre, à grand compagnie de comtes,
de barons et de chevaliers. Si entendit que ceux de Calais venoient en
l'arroi qu'il avoit devisé et ordonné; et se mit hors, et s'en vint en
la place devant son hôtel, et tous ces seigneurs après lui, et encore
grand foison qui y survinrent pour voir ceux de Calais, ni comment
ils fineroient; et mêmement la roine d'Angleterre, qui moult étoit
enceinte, suivit le roi son seigneur. Si vint messire Gautier de Mauny
et les bourgeois de lès lui qui le suivoient, et descendit en la
place, et puis s'envint devers le roi, et lui dit: «Sire, vecy la
représentation de la ville de Calais à votre ordonnance.» Le roi se
tint tout coi, et les regarda moult fellement, car moult héoit les
habitants de Calais, pour les grands dommages et contraires que au
temps passé, sur mer, lui avoient faits. Ces six bourgeoisses mirent
tantôt à genoux pardevant le roi, et dirent ainsi, en joignant leurs
mains: «Gentil sire et gentil roi, véez-nous ci six, qui avons été
d'ancienneté bourgeois de Calais et grands marchands: si vous
apportons les clefs de la ville et du châtel de Calais, et les vous
rendons à votre plaisir, et nous mettons en tel point que vous nous
véez, en votre pure volonté, pour sauver le demeurant du peuple de
Calais, qui a souffert moult de griévetés. Si veuillez avoir de nous
pitié et merci par votre très-haute noblesse.» Certes il n'y eut adonc
en la place seigneur, chevalier, ni vaillant homme, qui se pût
abstenir de pleurer de droite pitié, ni qui pût de grand pièce parler.
Et vraiment ce n'étoit pas merveille; car c'est grand pitié de voir
hommes déchoir et être en tel état et danger. Le roi les regarda
très-ireusement, car il avoit le cœur si dur et si épris de grand
courroux qu'il ne put parler. Et quand il parla, il commanda que on
leur coupât tantôt les têtes. Tous les barons et les chevaliers qui là
étoient, en pleurant prioient si acertes que faire pouvoient, au roi
qu'il en voulût avoir pitié et merci; mais il n'y vouloit entendre.
Adonc parla messire Gautier de Mauny, et dit: «Ha! gentil sire,
veuillez refréner votre courage: vous avez le nom et la renommée de
souveraine gentillesse et noblesse; or ne veuillez donc faire chose
par quoi elle soit amenrie, ni que on puisse parler sur vous en nulle
vilenie. Si vous n'avez pitié de ces gens, toutes autres gens diront
que ce sera grand cruauté, si vous êtes si dur que vous fassiez mourir
ces honnêtes bourgeois, qui de leur propre volonté se sont mis en
votre merci pour les autres sauver.» A ce point grigna le roi les
dents, et dit: «Messire Gautier, souffrez vous: il n'en sera
autrement, mais on fasse venir le coupe-tête. Ceux de Calais ont fait
mourir tant de mes hommes, que il convient ceux-ci mourir aussi.»

Adonc fit la noble roine d'Angleterre grand humilité, qui étoit
durement enceinte et pleuroit si tendrement de pitié que elle ne se
pouvoit soutenir. Si se jeta à genoux pardevant le roi son seigneur,
et dit ainsi: «Ha! gentil sire, depuis que je repassai la mer en grand
péril, si comme vous savez, je ne vous ai rien requis ni demandé: or
vous prié-je humblement et requiers en propre don que pour le fils
sainte Marie, et pour l'amour de moi, vous veuillez avoir de ces six
hommes merci.»

Le roi attendit un petit à parler, et regarda la bonne dame sa femme,
qui pleuroit à genoux moult tendrement; si lui amollia le cœur, car
envis l'eût courroucée au point où elle étoit; si dit: «Ha! dame,
j'aimasse trop mieux que vous fussiez autre part que ci. Vous me priez
si acertes que je ne le vous ose escondire; et combien que je le fasse
envis, tenez, je vous les donne; si en faites votre plaisir.» La bonne
dame dit: «Monseigneur, très-grands mercis!» Lors se leva la roine, et
fit lever les six bourgeois et leur ôter les chevestres d'entour leur
cou, et les emmena avec li en sa chambre, et les fit revêtir et donner
à dîner tout aise, et puis donna à chacun six nobles, et les fit
conduire hors de l'ost à sauveté; et s'en allèrent habiter et
demeurer en plusieurs villes de Picardie[170].

  [170] Édouard III prit possession de Calais le 3 ou le 4 août de
  l'année 1347. La ville resta à l'Angleterre pendant deux siècles.
  Ce fut le 8 janvier 1558, sous le règne de Henri II, que le duc
  de Guise la reprit aux Anglais.

    _Chroniques de Froissart._



LE COMBAT DES TRENTE.

27 mars 1350.

  Le combat des Trente est un des épisodes les plus populaires de
    l'interminable guerre de Bretagne et l'un des exemples les plus
    célèbres de ces défis ou «joûtes de fer de glaive» qui sont si
    complétement dans les usages de la chevalerie et qui tiennent
    une si grande place dans les guerres féodales. Le combat eut
    lieu dans la lande de Josselin. Les deux chefs étaient Robert
    de Beaumanoir, gouverneur du château de Josselin et maréchal de
    Charles de Blois, et Richard Bramborough, chevalier anglais et
    commandant le château de Ploërmel.

  Nous donnons trois relations de cette «bataille»: la traduction
    d'un poëme français du XIVe siècle, la traduction d'un admirable
    chant breton que nous avons emprunté au recueil de M. de la
    Villegille, et le récit de cette «joûte» par Froissard.


I.--_Traduction d'un poëme français du XIVe siècle._

Ici commence la bataille de trente Anglais et de trente Bretons, qui
fut faite en Bretagne l'an de grâce 1350, le samedi devant _Lætare,
Jerusalem_.

Seigneurs, faites attention, chevaliers et barons, bannerets,
bacheliers, et vous tous nobles hommes, évêques, abbés, religieux,
hérauts, ménestrels, et tous bons compagnons, gentilshommes et
bourgeois de toutes nations, écoutez ce roman que nous voulons
raconter. L'histoire en est vraie, et les dits en sont bons; comment
trente Anglais, hardis comme lions, combattirent un jour contre trente
Bretons; et pour cela j'en veux dire le vrai et les raisons; ainsi
s'en réjouiront souvent gentilshommes et savants, d'ici jusqu'à cent
ans, pour vrai, dans leurs maisons.

Bons discours, quand ils sont bons et de bonne sentence, tous les gens
de bien, d'honneur et de grande science, pour les écouter y mettent
leur attention, mais les traîtres et les jaloux n'y veulent rien
entendre. Or je veux commencer à raconter la noble bataille que l'on a
appelée le combat des Trente, et je prie Dieu, qui a laissé vendre sa
chair, d'avoir miséricorde des âmes des combattants, car le plus grand
nombre est en cendre.

Dagorne[171] fut tué devant Auray par les barons de Bretagne et leur
compagnie, que Dieu lui fasse miséricorde. De son vivant, il avait
ordonné que les Anglais ne combattraient plus et ne feraient plus
prisonniers le menu peuple des villes ni ceux qui font venir le blé.
Quand Dagorne fut mort, sa promesse fut bientôt oubliée, car Bembrough
son successeur a juré par saint Thomas qu'il sera bien vengé. Puis il
pilla le pays et prit Ploërmel, qu'il mit à deuil. Il soumettait toute
la Bretagne à ses volontés; enfin arriva la journée que Dieu avait
ordonnée, où Beaumanoir, de grand renom, et messire Jean le preux, le
vaillant et le sage, allèrent vers les Anglais pour demander sûreté
contre ces ravages. Ils virent maltraiter de pauvres habitants, dont
ils eurent grand'pitié; les uns avec des fers aux pieds et aux mains,
les autres attachés par les pouces, tous liés deux à deux, trois par
trois, comme bœufs et vaches que l'on mène au marché. Beaumanoir les
vit, et son cœur soupira, et s'adressant à Bembrough avec fierté:
«Chevalier d'Angleterre, dit-il, vous vous rendez bien coupables de
tourmenter les pauvres habitants, ceux qui sèment le blé et qui nous
procurent en abondance le vin et les bestiaux. S'il n'y avait pas de
laboureurs, je vous dis ma pensée, ce serait aux nobles à défricher et
à cultiver la terre en leur place, à battre le blé et à endurer la
pauvreté; et ce serait grande peine pour ceux qui n'y sont pas
accoutumés. Qu'ils aient la paix dorénavant, car ils ont trop souffert
de ce que l'on a sitôt oublié les dernières volontés de Dagorne.»

  [171] Daggeworth, capitaine anglais, tué dans un combat contre
  les Français en Bretagne.

Bembrough lui répond avec la même fierté: «Beaumanoir, taisez-vous;
qu'il ne soit plus question de cela. Montfort sera duc du noble duché
de Bretagne, depuis Pontorson jusqu'à Nantes et à Saint-Matthieu.
Édouard sera roi de France, et les Anglais étendront partout leur
domination et pouvoir, malgré tous les Français et leurs alliés.» A
quoi Beaumanoir répond avec modération: «Songez un autre songe,
celui-ci est mal songé; car jamais, par une telle voie, vous n'en
auriez un demi-pied. Bembrough, continue Beaumanoir, soyez certain que
toutes vos bravades ne valent rien; ceux qui disent le plus ne peuvent
pas soutenir jusqu'au bout ce qu'ils ont avancé. Or, Bembrough,
agissons sagement, s'il vous plaît. Prenons jour pour combattre
ensemble soixante, quatre-vingts ou cent de nos compagnons; on verra
bien alors, sans aller plus avant, qui de nous aura tort ou raison.»
«Sire, dit Bembrough, je vous en donne ma foi.» C'est ainsi que la
bataille fut jurée, pour combattre loyalement, sans perfidie, ni ruse;
et des deux côtés, tous seront à cheval. Prions le roi de Gloire, qui
sait et voit tout, de soutenir le bon droit; car c'est là le point
important.

Ils sont aussi convenus, à Ploërmel, qu'ils amèneraient chacun de leur
côté trente combattants. Beaumanoir est ensuite revenu à Josselin avec
un visage assuré. Il a raconté la nouvelle, le fait et l'entreprise,
et il n'a rien caché de ce qui s'est passé entre lui et Bembrough. Un
grand nombre de barons étaient rassemblés, et tous rendirent de
grandes actions de grâces a Dieu. «Seigneurs, dit Beaumanoir, apprenez
que Bembrough et moi nous sommes convenus de choisir trente guerriers
des plus valeureux et des plus habiles à manier la lance, la hache et
la dague. Prions le roi de Gloire, le dieu de Sagesse, de nous donner
l'avantage; nous serons certains du succès. Le bruit s'en répandra par
tout le royaume de France et dans tous les pays, d'ici jusqu'à
Plaisance.» Les nobles barons ainsi que les chevaliers, écuyers et
soldats répondent à Beaumanoir: «Nous irons volontiers pour abattre
Bembrough et tous ses soldats, et jamais il n'aura de nous ni rançon,
ni deniers; car nous sommes hardis, vaillants et opiniâtres, et nous
frapperons sur les Anglais à grands coups bien appliqués. Prenez ceux
qu'il vous plaira, très-noble baron.» «Je prends Tinténiac; Dieu soit
béni! et Guy de Rochefort, et Charruel le Bon, Guillaume de la Marche,
Robin Raguenel, Huon de Saint-Yvon et Caro de Bodegat, que je ne dois
pas oublier; messire Geoffroy du Bois, de grand renom, et Olivier
Arrel, qui est hardi breton; messire Jean Rousselot au cœur de lion.
Si ceux-là ne se défendent pas bravement contre le félon Bembrough, je
serai bien trompé dans mon attente. Il faut maintenant choisir les
plus nobles écuyers, et je prendrai tout le premier Guillaume de
Montauban et Alain de Tinténiac qui est si brave; et Tristan de
Pestivien si digne d'estime; Alain de Keranrais et son oncle Olivier;
Louis Goyon y viendra frapper de sa redoutable épée, ainsi que
Fontenay, pour essayer leurs forces; Hugues Capus le Sage ne peut être
oublié, et Geoffroy de la Roche sera fait chevalier, lui dont Budes,
le brave père, alla combattre jusqu'à Constantinople par amour de la
gloire. Si de tels guerriers ne se défendent pas bien contre l'avide
Bembrough, qui dispute la Bretagne (Dieu fasse échouer ses desseins!),
jamais ils ne devront s'armer d'une épée.»

Voilà ceux que Beaumanoir a choisis d'abord. Je n'oublierai pas
Geoffroy Poulard, Maurice de Tréziguidi et Guyon de Pontblanc, ni le
brave écuyer Maurice du Parc, et son ami Geoffroy de Beaucorps, non
plus que l'ami de Lenlop, Geoffroy Mellon. Tous ceux qu'il a appelés
lui en rendent grâce; ils sont tous présents, et s'inclinent vers lui
pour le remercier.

Beaumanoir prit ensuite, et c'est chose certaine, Jean de Serent,
Guillaume de la Lande, Olivier Monteville, homme d'une grande force,
et Simon Richard qui se comportera bien. Tous s'y conduiront avec
autant de force que de courage. Ils se sont tous rassemblés aussitôt.
Dieu les préserve de tous fâcheux accidents!

C'est ainsi que Beaumanoir a choisi les trente bons Bretons; Dieu les
garde de déshonneur! Et puisse-t-il envoyer à leurs ennemis un tel
désavantage qu'ils soient défaits aux yeux de tout le monde!

Sire Robert Bembrough, de son côté, a eu beaucoup de peine à choisir
trente combattants. Je vous dirai leurs noms, j'en atteste saint
Bernard. C'étaient Knolles, Caverlay et Croquart, Jean Plesanton,
Richard le Gaillard, Helcoq son frère, Jennequin-Taillard, Repefort le
Vaillant, Richard de la Lande et le rusé Thommelin-Belifort, qui
combattait avec un maillet de fer qui pesait bien vingt-cinq livres,
je l'atteste. Hucheton de Clamaban combattait avec un fauchart[172]
tranchant d'un côté, garni de crochets de l'autre et plus aiguisé
qu'un dard; il ressemblait au roi Agapart quand il combattit jadis
avec la lance contre Renouart; tous ses coups sont mortels. Jennequin
de Betonchamp, Hennequin-Hérouart et Gaultier-Lallemant,
Hubinete-Vitart, Hennequin le maréchal, Thommelin-Hualton,
Robinet-Mélipart, Isannay le Hardi, Hélichon le musart, Troussel,
Robin-Adès et Rango le couart, Dagorne le neveu, fier comme un
léopard, et quatre Brabançons, j'en atteste saint Godard! Perrot de
Gannelon, Guillemin le gaillard, Boutet d'Aspremont et Dardaine. A les
entendre, ils mettront en pièces les Bretons et se rendront maîtres de
la Bretagne jusque auprès de Dinan; mais un étourdi montre toujours
une vaine jactance.

  [172] Une faux.

Tels sont les combattants que Bembrough a choisis, au nombre de
trente, et de trois nations différentes; car il s'y trouve vingt
Anglais, courageux comme des lions; six bons Allemands et quatre
Brabançons; tous couverts de plates[173], de bacinets[174], de
hauberjons[175] et armés d'épées, de dagues, de lances et de
fauchons[176]. Les Anglais jurent par Jésus-Christ que le noble et
vaillant Beaumanoir sera exterminé; mais lui, preux et sage, fait de
grandes dévotions, fait dire des messes, priant Dieu par tous ses
saints noms qu'il leur soit en aide.

  [173] Gantelets de fer.

  [174] Casques de fer.

  [175] Cotte de mailles.

  [176] Épée courbe, en forme de faucille.

Quand le jour fixé pour le rendez-vous fut venu, le vaillant
Beaumanoir, que Dieu le fasse croître en vertu! appelle tous ses
compagnons auprès de lui, et leur fait dire des messes. Tous reçoivent
l'absolution et communient au nom du roi Jésus. «Seigneurs, dit
Beaumanoir avec un fier visage, vous allez avoir affaire contre des
Anglais de grand courage, et qui veulent notre perte. Je vous prie,
et requiers chacun de vous, d'avoir bonne contenance. Tenez-vous près
l'un l'autre comme gens vaillants et sages; si Jésus-Christ vous donne
la force et l'avantage, tous les barons de France en auront grande
joie; et le duc débonnaire[177] à qui j'ai fait hommage, et la noble
duchesse à qui je suis allié, nous estimeront toujours. Jurons tous
Dieu, qui fit l'homme à son image, que si nous trouvons Bembrough dans
la plaine, hors du bocage, jamais personne de sa famille ne le
reverra.»

  [177] Charles de Blois, duc de Bretagne, compétiteur du comte de
  Montfort.

Cependant Bembrough, qui est parvenu à réunir trente combattants, les
mène tranquillement droit au pré, et leur dit, c'est la pure vérité:
«J'ai fait lire mes livres; Merlin nous promet aujourd'hui la victoire
sur les Bretons, et je vous assure que la Bretagne sera délivrée et
appartiendra au bon roi Édouard, car je l'ai résolu. Seigneurs, ajoute
Bembrough, ayez confiance et réjouissez-vous; soyez sûrs et certains
que Beaumanoir sera pris, lui et ses compagnons; qu'il en restera peu
de vivants, et que nous les amènerons après au noble Édouard, le brave
roi d'Angleterre, qui nous a envoyés ici. Il les traitera tous selon
son plaisir; nous lui remettrons toutes les terres que nous prendrons
jusqu'à Paris, et les Bretons ne nous attendront pas face à face.»
Ainsi parlait Bembrough, comme il le pensait; mais, s'il plaît à Dieu,
le roi de Paradis, il ne réussira pas de si tôt dans ses projets.

Bembrough cependant est arrivé le premier sur le pré avec ses trente
guerriers. Il s'écrie: «Beaumanoir, où es-tu? Je crois bien que déjà
tu es en défaut; et cependant tu aurais été vaincu en combattant, si
tu avais voulu!» Comme il achevait ces mots, Beaumanoir est arrivé.
«Beaumanoir, dit Bembrough, soyons amis, si vous voulez; remettons
cette journée à une autre fois; j'enverrai prendre les ordres du noble
Édouard, et vous vous adresserez au roi de Saint-Denis; et s'ils nous
permettent le combat, nous nous rendrons ici à un jour fixé.»
«Seigneur, dit Beaumanoir, je prendrai avis sur ce que vous me
proposez.»

Le vaillant Beaumanoir, d'une contenance fière, vient apporter cette
nouvelle à ses guerriers. «Seigneurs, leur dit-il, Bembrough voudrait
ajourner l'affaire et que chacun s'en allât sans avoir frappé un coup.
Veuillez tous m'en dire votre pensée; car pour moi, j'en atteste le
Dieu qui a fait le ciel et la rosée, je ne voudrais pas pour tout l'or
du monde que cette bataille ne fût faite et achevée.» Charruel, tout
ému de colère, prend alors la parole, car il n'y avait pas de meilleur
chevalier jusqu'à la mer. «Sire, nous sommes venus trente en ce lieu;
nous avons tous dague, lance et épée; nous sommes tous prêts à
combattre Bembrough, de par saint Honoré, puisqu'il dispute le pays au
bon et brave duc. Périsse bientôt celui qui voudrait quitter sans en
être venu aux mains, ou qui voudrait ajourner le combat.» «Je le veux
bien, répond Beaumanoir; allons à la bataille ainsi qu'elle a été
jurée.»

«Bembrough, dit Beaumanoir, écoutez ma résolution; entendez ce que
disent Charruel au fier visage et tous ses compagnons, qu'il serait
honteux pour vous de remettre la bataille que vous avez offerte sans
raison au noble duc, qui est courtois et sage. Ils jurent tous, par le
Dieu qui fit tous les hommes à sa ressemblance, que vous mourriez
honteusement devant tous les barons, vous et tous vos gens, et cela
par votre faute.»

«Beaumanoir, dit Bembrough, c'est grande folie, oui c'est grande folie
à vous de causer, par votre témérité, la mort de la fleur de la duché;
car quand elle aura péri et ne sera plus de ce monde, jamais vous
n'en retrouverez de semblables dans la Bretagne.» «Bembrough, dit
Beaumanoir, pour Dieu ne croyez pas que j'aie amené ici tous nos
chevaliers. Laval, Rochefort, Lohéac n'y sont point; ni Montfort, ni
Rohan, ni Quentin, ni tant d'autres; mais il est bien vrai que j'ai
avec moi de nobles chevaliers, et la fleur des écuyers de toute la
Bretagne, qui ne daigneraient pas fuir pour sauver leur vie, et qui
sont incapables de trahison, de fausseté et de perfidie. Ils jurent
tous, par le fils de sainte Marie, que vous mourrez ignominieusement à
leur aspect, et que vous et tous les vôtres, quoi que vous en disiez,
vous serez pris et garrottés avant l'heure de complies.»

Bembrough lui répond: «Toute votre puissance et vos chevaliers, je les
prise moins qu'une gousse d'ail; car ce jour même, et malgré vous,
j'aurai tout pouvoir, et je me rendrai maître de la Bretagne et de
toute la Normandie.» Puis, s'adressant aux Anglais: «Seigneurs, les
Bretons ont tort; frappez sur eux, mettez-les tous à mort; gardez
qu'aucun n'échappe, ni faibles ni forts.»

Les soixante guerriers sont impatients d'en venir aux mains. Le
premier choc est terrible et funeste; Charruel est fait prisonnier,
Geoffroy Mellon est frappé à mort, et le vaillant Tristan, robuste et
de haute stature, reçoit un violent coup de maillet; messire Jean
Rousselot est grièvement blessé. Les Bretons, il est trop vrai, ont le
dessous, si Jésus-Christ, par qui tout réussit, ne les protége. Le
combat fut terrible dans la plaine. Caro de Bodegat est atteint d'un
coup de maillet, et le vaillant Tristan, frappé dangereusement,
s'écrie: «Beaumanoir, où es-tu? voilà les Anglais qui m'entraînent,
blessé et meurtri? Je n'ai jamais eu de crainte quand je me suis
trouvé avec toi. Si le vrai Dieu ne me secourt par sa puissance, les
Anglais m'emmèneront, et vous m'aurez perdu.» Beaumanoir jure par
Jésus-Christ qu'auparavant il y aura de rudes coups portés, mainte
lance rompue et maint écu percé. Et à ces mots il lève sa grande épée
tranchante; chacun de ceux qu'il atteint est mort ou renversé. Les
Anglais lui résistent avec vigueur et méprisent ses efforts. Le combat
est violent et meurtrier, et des deux côtés les combattants montrent
cœur de lion. Tous convinrent d'une suspension pour aller se
désaltérer un instant avec le bon vin d'Anjou que chacun a dans sa
bouteille; et après en avoir tous bu, ils reviennent aussitôt au
combat.

La bataille fut terrible au milieu de la prairie, et le carnage
affreux, et rude fut la mêlée. Les Bretons ont le désavantage, je veux
dire ce qui est vrai; car deux ont perdu la vie et trois autres sont
prisonniers; Dieu leur soit en aide! Il ne reste que vingt-cinq
combattants. Mais Geoffroy de la Roche, écuyer de très-noble et
ancienne race, demande la chevalerie; et Beaumanoir le fait chevalier,
au nom de sainte Marie, et lui dit: «Beau doux fils, ne t'épargne pas;
souviens-toi du chevalier qui se signala à Constantinople[178] au
milieu de tant de braves guerriers; et je jure Dieu, qui tient tout
sous sa puissance, que les Anglais payeront ta chevalerie avant
l'heure de complies.» Bembrough l'a entendu; mais il redoute peu la
valeur des chevaliers bretons, et dit à Beaumanoir avec audace:
«Rends-toi vite, Beaumanoir; je ne te tuerai pas, mais je te donnerai
en présent à ma mie; car je lui ai promis, et je ne mentirai point,
qu'aujourd'hui je t'amènerais, devant elle.» Beaumanoir lui répond:
«C'est aussi mon intention, et nous l'entendons bien ainsi, moi et mes
compagnons, s'il plaît au Dieu de Gloire, à sainte Marie, au bon
saint Yves, en qui j'ai toute confiance! Jette donc le dé, et ne
ménage rien; le hasard tombera sur toi, tu ne vivras pas longtemps.»
Alain de Kéranrais l'a aussi entendu, et lui dit: «Misérable, quelle
est ta présomption! tu te flattes d'emmener prisonnier un homme d'un
tel courage! c'est moi qui te défie aujourd'hui en son nom, et qui te
frapperai de mon glaive tranchant.» Au même instant, Alain de
Kéranrais lui porte droit au visage un coup de fer de sa lance, dont
la pointe, comme chacun l'a vu, pénètre jusqu'à la cervelle. Il tire
son glaive dès que Bembrough est tombé. Celui-ci se relève, s'avance
sur lui; mais messire Geoffroy du Bois, qui l'a reconnu, le frappe
aussitôt de sa lance; et Bembrough est renversé mort à terre. Du Bois
s'écrie alors: «Beaumanoir, où es-tu? te voilà vengé de lui; il gît
étendu mort.» Beaumanoir, qui l'a bien entendu, répond: «Seigneurs,
voilà le moment de redoubler d'ardeur au combat! Pour Dieu, joignez
les autres, et laissez celui-ci.»

  [178] Budes de la Roche, aïeul de Geoffroy.

Cependant les Anglais ont vu que Bembrough est mort, et sa jactance
abattue ainsi que sa grande présomption. Alors l'Allemand Croquart,
animé de courroux, s'écrie: «Seigneurs, il est trop vrai, Bembrough,
qui nous a conduits ici, vient de succomber. Tous les livres de
Merlin, qu'il aimait tant à consulter, ne lui ont pas valu deux
deniers; il gît bouche béante, renversé mort. Je vous en prie, beaux
seigneurs, comportez-vous en hommes de cœur. Tenez-vous étroitement
serrés l'un contre l'autre, et que quiconque vous approchera tombe
mort ou blessé. Dieu! combien Beaumanoir sera mécontent et courroucé
si ses ennemis ne sont pas réservés à la honte et au mépris!» Aussitôt
Charuel s'est relevé, ainsi que le vaillant Tristan, qui était
grièvement blessé, et le preux et honoré Caro de Bodegat. Tous trois
étaient prisonniers de l'insensé Bembrough, mais ils furent délivrés
dès que Bembrough fut mort. Ils se sont tous armés de leur bon glaive
tranchant, et ils ont bonne volonté de frapper sur les Anglais.

Après la mort du vaillant Bembrough, la bataille recommença avec
fureur; le choc fut terrible et le carnage épouvantable. Restait alors
maître Croquart l'Allemand et Thommelin Belifort, qui semblait un
géant, et qui combattait avec un lourd maillet d'acier, ainsi que Hue
de Caverlay. Le rusé messire Robert Knolles et tous ses compagnons,
Allemands et Anglais, pleins de courroux, s'excitent mutuellement par
ces paroles: «Vengeons Bembrough, notre loyal ami; qu'ils périssent
tous; pas de grâce pour un seul; la victoire sera à nous avant le
soleil couchant.» Mais le noble Beaumanoir marche droit à eux avec ses
compagnons, qu'il chérit tant. Alors recommence un combat si cruel et
si acharné que le bruit des coups qu'ils s'entre-donnent sur leurs
têtes retentit à un quart de lieue dans la plaine. Déjà deux Anglais
et un brave Allemand sont morts; et Dardaine, le dernier désigné des
combattants, a été renversé mort sur le pré, ainsi que Geoffroy
Poulard, qui dort étendu mort comme les autres. Le vaillant Beaumanoir
est blessé; et si Jésus-Christ, le Père tout-puissant, ne prend pitié
d'eux, il n'en réchappera pas un seul d'un côté ni de l'autre.

Le combat fut long et opiniâtre, et des deux côtés le carnage
horrible. Ce fut un samedi de l'année 1351, me croie qui voudra, avant
le dimanche où la sainte Église chante _Lætare, Jerusalem_, en ce saint
temps. Le soleil brillait; ils combattaient rudement et ne
s'épargnaient pas. La chaleur était excessive; ils étaient tout en
sueur; la terre fut arrosée de sueur et de sang. Ce jour-là,
Beaumanoir avait jeûné, et comme le baron avait grande soif, il
demanda à boire; à quoi Geoffroy du Bois répondit sur-le-champ: «Bois
ton sang, Beaumanoir, ta soif se passera. L'honneur de cette journée
nous restera; chacun y gagnera vaillante renommée, dont le souvenir ne
s'effacera jamais.» Le vaillant Beaumanoir, ranimé par ces paroles,
reprit vigueur, et il était tellement irrité par la colère et par la
perte de ses compagnons qu'il oublia sa soif. De part et d'autre
l'attaque recommença; presque tous furent tués ou blessés.

Le combat fut terrible et meurtrier à mi-voie de Josselin et du
château de Ploermel, dans une très-belle prairie en pente, au lieu dit
le chêne de mi-voie, le long de beaux et verts buissons de genêts.
C'est là que tous les Anglais sont réunis et étroitement serrés; le
vaillant Caverlay, jeune et hardi jouvencel, et Thommelin Belifort,
qui combattait avec un maillet. Qui en est frappé sur le col ne
mangera ni pain ni gâteau. Beaumanoir ne les voit pas sans inquiétude,
et ne juge pas sans déplaisir ce que leur contenance a de redoutable.
Il était grandement déconforté si saint Michel ne fût venu à son aide.
Sire Geoffroy du Bois, fort et dispos, le ranime noblement, en vrai
gentilhomme, et lui dit: «Noble baron, voyez ici Charruel, le bon
Tinténiac et Robin-Raguenel, Guillaume de la Marche et Olivier Arrel;
voyez le pennoncel[179] de Gui de Rochefort; il n'en est aucun qui
n'ait lance, épée, poignard. Ils sont tous prêts à combattre comme
braves gentilshommes, et ils feront encore nouveau deuil aux Anglais.»

  [179] Étendard.

La bataille fut terrible; jamais vous n'en entendrez raconter de
pareille. Les Anglais se tenaient serrés; et chaque guerrier qui les
attaque tombe mort ou blessé; ils se tiennent tous comme s'ils étaient
liés en un faisceau[180]. Le preux et renommé Guillaume de Montauban
s'est retiré du combat après avoir jugé leur position; il sent son
cœur animé d'un grand courage, et jure par Jésus-Christ, qui souffrit
sur la croix, que s'il était monté sur un bon cheval tel qu'il le
désire, la bataille tournerait à la honte et à la confusion des
Anglais. Lors il chausse de bons éperons, monte un cheval plein
d'ardeur et prend une lance à fer carré. Le vaillant écuyer fait
semblant de fuir. Beaumanoir, qui le regarde, lui crie: «Ami
Guillaume, à quoi pensez-vous? Comment fuyez-vous comme un faux et
mauvais écuyer? Il vous sera reproché à vous et à votre race.» Ces
paroles font sourire Montauban, qui lui répond à haute voix:
«Besognez, franc et vaillant chevalier, car de mon côté j'ai
l'intention de bien besogner.» Lors il pique les flancs de son cheval
avec une telle force, que le sang tout vermeil ruisselle sur la terre.
Il pousse au travers des Anglais, en renverse sept du premier choc, et
trois sous ses pieds au retour. A ce coup les Anglais furent rompus;
tous perdirent courage, c'est certain. Chaque Breton fait à son gré
son prisonnier et reçoit sa parole. Montauban s'écrie en les
regardant: «Montjoie, barons! frappez! essayez-vous tous, francs et
renommés chevaliers; et vous, Tinténiac, bon et preux chevalier, et
Gui de Rochefort, et tous nos compagnons, que Dieu nous augmente ses
bontés! Vengez-vous des Anglais comme vous le voudrez.»

  [180] C'est la tactique ordinaire des Anglais; se tenir sur la
  défensive, en masse compacte, et résister avec opiniâtreté à
  toutes les attaques. C'est ainsi qu'ils combattirent à Crécy,
  Poitiers, Azincourt, Waterloo, Inkermann. L'offensive n'est pas
  dans le génie de cette nation.

La bataille fut grande et la mêlée complète. Le bon Tinténiac, parmi
les combattants de Beaumanoir, eut la plus grande gloire, et nous
entendrons toujours parler de lui pour cette action. Les Anglais ont
perdu la force et la puissance. Les uns sont prisonniers sur parole,
et les autres emmenés. Knolles et Caverlay sont en grand danger, ainsi
que Thommelin Belifort, malgré son courroux. Et de là, sans tarder,
tous leurs compagnons, par suite de l'entreprise du courageux et fier
Bembrough: Jean Plesanton, Raoul le Guerrier, Helcoq, son frère, qu'il
ne faut pas oublier, le vaillant Repefort et le fier de La Lande, sont
conduits aussitôt au château de Josselin. Vous entendrez souvent
parler de cette bataille, car on en connaît tous les détails, soit par
récit, soit par écrit, soit par représentation en tapisserie, dans
tous les royaumes que borne la mer. Maint noble chevalier s'en voudra
récréer, et aussi mainte noble dame renommée par sa beauté, comme l'on
fait des actions d'Arthur et du vaillant Charlemagne, de Guillaume au
court nez, de Roland et d'Olivier; et dans trois cents ans encore on
racontera l'histoire de la bataille des Trente, qui n'a pas sa
pareille.

La bataille fut grande, n'en doutez pas. Les Anglais, qui voulurent
par envie avoir sur les Bretons puissance et seigneurie, sont abattus,
et tout leur orgueil a tourné en grande folie. Prions Dieu, né de
Marie, pour tous les combattants, soit Bretons, soit Anglais. Prions
Dieu qu'ils ne soient pas damnés au jour du jugement; que saint Michel
et saint Gabriel les protégent dans ce grand jour, et disons pour tous
_amen_, pour que Dieu leur accorde cette grâce.

    _La bataille  de trente Anglais et de trente Bretons._

  Ce petit poëme du quatorzième siècle a été publié en 1827 par le
    savant imprimeur M. Crapelet, d'après un manuscrit de la
    bibliothèque impériale. On ne connaît pas l'auteur du récit du
    combat des Trente. M. Crapelet a joint à son excellente édition
    une traduction que nous reproduisons ici.



LA BATAILLE DES TRENTE.

II.--_Chant breton, traduit par M. de la Villemarqué._


I.

Le mois de mars, avec ses marteaux, vient frapper à nos portes; les
bois sont courbés par la pluie tombant à torrents, et les toits
craquent sous la grêle.

Mais ce ne sont pas les seuls marteaux de mars qui frappent à nos
portes; ce n'est pas la grêle seulement qui fait craquer les toits.

Ce n'est pas seulement la grêle; ce n'est pas la pluie tombant à
torrents qui frappe; pire que les vents et la pluie, ce sont les
Anglais détestables.


II.

Seigneur saint Kado, notre patron, donnez-nous force et courage, afin
qu'aujourd'hui nous vainquions les ennemis de la Bretagne.

Si nous revenons du combat, nous vous ferons don d'une ceinture et
d'une cotte d'or, et d'une épée, et d'un manteau bleu comme le ciel.

Et tout le monde dira, en vous regardant: O seigneur saint Kado béni:

Au paradis comme sur terre, saint Kado n'a pas son pareil.


III.

Dis-moi, dis-moi, combien sont-ils, mon jeune écuyer?--Combien ils
sont? Je vais vous le dire: un, deux, trois, quatre, cinq, six;

Combien ils sont; je vais vous le dire: combien ils sont, seigneur:
cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, treize, quatorze et
quinze.

Quinze! et d'autres encore avec eux: un, deux, trois, quatre, cinq,
six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, treize, quatorze et quinze.

S'ils sont trente comme nous, en avant, amis! et courage! Droit aux
chevaux avec les fauchards! Ils ne mangeront plus notre seigle en
herbe!

Les coups tombaient aussi rapides que des marteaux sur des enclumes;
aussi gonflé coulait le sang que le ruisseau après l'ondée;

Aussi délabrées étaient les armures que les haillons du mendiant;
aussi sauvages étaient les cris des chevaliers dans la mêlée que la
voix de la grande mer.


IV.

_La tête de Blaireau_[181] disait alors à Tinténiac, qui s'approchait:
Tiens, un coup de ma bonne lance, Tinténiac, et dis-moi si c'est un
roseau vide.

  [181] Bembrough.

Ce qui sera vide dans un moment, c'est ton crâne, mon bel ami; plus
d'un corbeau y grattera et becquetera sa cervelle.

Il n'avait pas fini de parler, qu'il lui avait donné un coup de
maillet tel, qu'il écrasa, comme un limas, son casque et sa tête à la
fois.

Keranrais, en voyant cela, se mit à rire à _grince-cœur_: s'ils
restaient tous comme celui-ci, ils conquerraient le pays!

Combien y en a-t-il de morts, bon écuyer?--La poussière et le sang
m'empêchent de rien distinguer.--Combien y en a-t-il de morts, jeune
écuyer?--En voilà cinq, six, sept, bien morts.


V.

Depuis le petit point du jour, ils combattirent jusqu'à midi; depuis
midi jusqu'à la nuit, ils combattirent les Anglais.

Et le seigneur Robert (de Beaumanoir) cria: J'ai soif, oh! j'ai
grandsoif!--Lorsque Du Bois lui lança (comme un coup d'épée) ces mots:
Si tu as soif, ami, bois ton sang!

Et Robert, quand il l'entendit, détourna la face de honte, et il tomba
sur les Anglais, et il en tua cinq.

Dis-moi, dis-moi, mon écuyer, combien en reste-t-il encore? Seigneur,
je vais vous le dire: un, deux, trois, quatre, cinq, six.

Ceux-ci auront la vie sauve, mais ils payeront cent sous d'or, cent
sous d'or brillant chacun, pour les charges de ce pays-ci.


VI.

Il n'eût pas été l'ami des Bretons, celui qui n'eût point applaudi
dans la ville de Josselin, en voyant revenir les nôtres, des fleurs de
genêts à leurs casques;

Il n'eût pas été l'ami des Bretons, ni des saints de Bretagne non
plus, celui qui n'eût pas béni saint Kado, patron des guerriers du
pays;

Celui qui n'eût point admiré, qui n'eût point applaudi, qui n'eût
point béni, et qui n'eût point chanté:

«Au paradis comme sur terre, saint Kado n'a pas son pareil![182]»

  [182] Extrait des chants populaires de la Bretagne, recueillis,
  publiés et traduits par M. de la Villemarqué, 3e édit., 2 vol.
  in-12, 1845.



COMBAT DES TRENTE.

III.--_Récit de Froissart._

  Comment messire Robert de Beaumanoir alla défier le capitaine de
    Ploermel, qui avoit nom Brandebourch, et comment il y eut une
    rude bataille de trente contre trente.


En celle propre saison avint en Bretagne un moult haut fait d'armes
que on ne doit mie oublier; mais le doit-on mettre en avant pour tous
bacheliers encourager et exemplier. Et afin que vous le puissiez mieux
entendre, vous devez savoir que toudis étoient guerres en Bretagne
entre les parties des deux dames, comment que messire Charles de Blois
fut emprisonné; et se guerroyoient les parties des deux dames par
garnisons qui se tenoient ens ès châteaux et ens ès fortes villes de
l'une partie et de l'autre. Si avint un jour que messire Robert de
Beaumanoir, vaillant chevalier durement et du plus grand lignage de
Bretagne, et étoit châtelain d'un châtel qui s'appelle Châtel
Josselin, et avoit avec lui grand foison de gens d'armes de son
lignage et d'autres soudoyers, si s'en vint par devant la ville et le
châtel de Plaremiel, dont capitaine étoit un homme qui s'appeloit
Brandebourch[183]; et avoit avec lui grand foison de soudoyers
allemands, anglois et bretons, et étoient de la partie la comtesse de
Montfort. Et coururent le dit messire Robert et ses gens par devant
les barrières, et eut volontiers vu que cils de dedans fussent issus
hors; mais nul n'en issit.

  [183] Bembrough. Les historiens de Bretagne l'appellent Brambro.

Quand messire Robert vit ce, il approcha encore de plus près, et fit
appeler le capitaine. Cil vint avant à la porte parler audit messire
Robert, et sur asségurance d'une part et d'autre. «Brandebourch, dit
messire Robert, a-t-il là dedans nul homme d'armes, vous ni autres,
deux ou trois, qui voulussent jouter de fer de glaive contre autres
trois, pour l'amour de leurs amies?» Brandebourch répondit, et dit:
«Que leurs amis ne voudroient mie que ils se fissent tuer si
méchamment que d'une seule joute; car c'est une aventure de fortune
trop tôt passée, si en acquiert-on plutôt le nom d'outrage et de folie
que renommée d'honneur ni de prix; mais je vous dirai que nous ferons,
si il vous plaît. Vous prendrez vingt ou trente de vos compagnons de
votre garnison, et j'en prendrai autant de la nôtre. Si allons en un
bel champ, là où nul ne nous puisse empêcher ni destourber, et
commandons, sur la hart, à nos compagnons d'une part et d'autre, et à
tous ceux qui nous regarderont, que nul ne fasse à homme combattant
confort ni aye; et là en droit nous éprouvons, et faisons tant que on
en parle au temps avenir, en salles, en palais, en places et en autres
lieux de par le monde, et en aient la fortune et l'honneur cils à qui
Dieu l'aura destiné.»--«Par ma foi, dit messire Robert de Beaumanoir,
je m'y accorde; et moult parlez ore vassamment. Or, soyez-vous trente,
et nous serons nous trente aussi, et le créante ainsi par ma
foi.»--Aussi le créanté-je, dit Brandebourch; car là acquerra plus
d'honneur, qui bien s'y maintiendra, que à une joute.»

Ainsi fut cette besogne affermée et créantée; et journée accordée au
mercredi après, qui devoit être le quart de jour de l'emprise. Le
terme pendant, chacun élisit les siens trente, ainsi que bon lui
sembla; et tous cils soixante se pourvurent d'armures, ainsi que pour
eux, bien et à point.

Quand le jour fut venu, les trente compagnons Brandebourch ouïrent
messe; puis se firent armer, et s'en allèrent en la place de terre là
où la bataille devoit être, et descendirent tous à pied, et
défendirent à tous ceux qui là étoient que nul ne s'entremît d'eux,
pour chose ni pour meschef que il vit avoir à ses compagnons, et ainsi
firent les compagnons à monseigneur Robert de Beaumanoir. Cils trente
compagnons, que nous appellerons Anglois, à cette besogne attendirent
longuement les autres que nous appellerons François. Quand les trente
François furent venus, ils descendirent à pied et firent à leurs
compagnons le commandement dessus dit. Aucuns dirent que cinq des
leurs demeurèrent à cheval à l'entrée de la place et les vingt-cinq
descendirent à pied, si comme les Anglois étoient. Et quand ils furent
l'un devant l'autre, ils parlementèrent un peu ensemble tous soixante,
puis se retrairent arrière, les uns d'une part et les autres d'autre,
et firent tous leurs gens traire en sus de la place bien loin. Puis
fit l'un d'eux un signe, et tantôt se coururent sus et se combattirent
fortement tout en un tas, et rescouoient bellement l'un et l'autre
quand ils véoient leurs compagnons à meschef.

Assez tôt après ce qu'ils furent assemblés, fut occis l'un des
François, mais pour ce ne laissèrent mie les autres le combattre, ains
se maintinrent moult vassamment d'une part et d'autre, aussi bien que
si tous fussent Rolands et Oliviers. Je ne sais à dire à la vérité
cils se tinrent le mieux et cils le firent le mieux; ni n'en ouïs
oncques nul priser plus avant de l'autre; mais tant se combattirent
longuement, que tous perdirent force et haleine et pouvoir
entièrement. Si les convint arrêter et reposer; et se reposèrent par
accord, les uns d'une part et les autres d'autre, et se donnèrent
trêve jusques adonc qu'ils se seroient reposés, et que le premier qui
se releveroit rappelleroit les autres. Adonc étoient morts quatre
François et deux des Anglois. Ils se reposèrent longuement d'une part
et d'autre, et tels y eut qui burent du vin que on leur apporta en
bouteilles, et restreignirent leurs armures qui desroutes étoient, et
fourbirent leurs plaies.

Quand ils furent ainsi rafraîchis, le premier qui se releva fit signe
et rappela les autres. Si recommença la bataille si forte comme en
devant, et dura moult longuement; et avoient courtes épées de
Bordeaux, roides et aiguës, et épieux et dagues, et les aucuns haches;
et s'en donnoient merveilleusement grands horions, et les aucuns se
prenoient au bras à la lutte et se frappoient sans eux épargner. Vous
pouvez bien croire qu'ils firent entre eux mainte belle appertise
d'armes, gens pour gens, corps à corps, et mains à mains. On n'avoit
point en devant, passé avoit cent ans, ouï recorder la chose pareille.

Ainsi se combattirent comme bons champions, et se tinrent cette
seconde empainte moult vassalement, mais finablement les Anglois en
eurent le pire. Car, ainsi que je ouïs recorder, l'un des François qui
demeuré étoit à cheval les débrisoit et défouloit trop mésaisément, si
que Brandebourch, leur capitaine, y fut tué, et huit de leurs
compagnons, et les autres se rendirent prisonniers quand ils virent
que leur défendre ne leur pouvoit aider, car ils ne pouvoient ni
devoient fuir. Et le dit messire Robert et ses compagnons, qui étoient
demeurés en vie, les prirent et les emmenèrent au châtel Josselin
comme leurs prisonniers; et les rançonnèrent depuis courtoisement,
quand ils furent tous resanés, car il n'en y avoit nul qui ne fust
fort blessé, et autant bien des François comme des Anglois. Et depuis
je vis seoir à la table du roi Charles de France un chevalier breton
qui été y avoit, messire Yvain Charuel; mais il avoit le viaire si
détaillé et découpé qu'il montroit bien que la besogne fut bien
combattue; et aussi y fut messire Enguerrant d'Eudin, un bon chevalier
de Picardie, qui montroit bien qu'il y avoit été, et un autre bon
écuyer qui s'appeloit Hues de Raincevaus[184].

  [184] Cette relation de Froissart, inédite avant l'édition des
  Chroniques de Froissart publiée par M. Buchon, est le seul récit
  en prose qui donne au combat des Trente une authenticité
  incontestable.

    _Chroniques de Froissart._



DE LA MORT DE MONSEIGNEUR CHARLES D'ESPAGNE, CONNÉTABLE DE FRANCE.

8 janvier 1354.

  Charles d'Espagne descendait du fils aîné d'Alphonse X, roi de
    Castille, Ferdinand de La Cerda, qui épousa Blanche de France,
    fille de saint Louis, et en eut deux fils, auxquels leur oncle
    Sanche enleva le trône, en 1284, à la mort d'Alphonse X. Les
    deux infants de la Cerda, Alphonse et Ferdinand, se réfugièrent
    en France auprès de Philippe le Bel, leur cousin, après une
    guerre malheureuse et une longue suite d'infortunes. Alphonse
    est le père de Charles de la Cerda, ou Charles d'Espagne, qui
    devint le favori du roi Jean et connétable. Sa faveur et son
    insolence le rendirent odieux à la noblesse; et Charles le
    Mauvais, roi de Navarre, qu'il avait insulté plusieurs fois, en
    l'appelant faux monnayeur, traître et complice des Anglais, le
    fit tuer, et commença par ce meurtre une trop longue série de
    crimes, restés impunis.

  Le récit des Grandes Chroniques nous donne un tableau exact du
    désordre et de la violence de ces temps chevaleresques; il nous
    montre l'impunité assurée aux grands, un meurtrier qu'on n'ose
    punir et qu'on récompense, un cardinal s'employant à une
    transaction déplorable entre le roi et un assassin. On y voit
    aussi comment le roi donnait des pensions, en cédant des terres
    et en faisant payer les rentes par les pauvres paysans des
    domaines qu'il concédait.


L'an de grace mil trois cens cinquante quatre, le huitiesme jour de
janvier, monseigneur Charles, roy de Navarre et conte de Evreux, fist
tuer en la ville de Laigle, en Normendie, en une hostellerie,
monseigneur Charles d'Espagne, lors connestable de France. Et fut
ledit connestable tué en son lit, assez tost après le point du jour,
par plusieurs gens d'armes que le roy de Navarre y envoya; lequel roy
demoura en une granche au dehors de ladite ville de Laigle, jusques à
tant que ceux qui firent ledit fait retournèrent par devers luy. Et en
sa compaignie estoient, si comme l'on dist, monseigneur Phelippe de
Navarre, son frère, monseigneur Jehan, conte de Harecourt, monseigneur
Loys de Harecourt son frère, monseigneur Godefroy de Harecourt leur
oncle, et plusieurs autres chevaliers et autres gens, tant de
Normendie comme Navarrois et autres. Et après, se retraist ledit roy
de Navarre et sa compaignie en la cité d'Evreux dont il estoit conte,
et là se garny et enforça; et avecques luy se alièrent plusieurs
nobles, par espécial de Normendie, c'est assavoir: les dessus nommés
de Harecourt, le seigneur de Hembuye, monseigneur Jehan Malet seigneur
de Graville, monseigneur Amaury de Meulent et plusieurs autres. Et
assez tost après, se transporta ledit roy de Navarre en la ville de
Mante, qui jà par avant avoit envoyé lettres closes en plusieurs des
bonnes villes du royaume de France et aussi au grant conseil du roy,
par lesquelles il escripvoit que il avoit fait mettre à mort ledit
connestable pour plusieurs grans mesfais que ledit connestable li
avoit fais; et envoya le conte de Namur par devers le roy de France à
Paris. Et depuis, le roy de France envoya en ladite ville de Mante,
par devers ledit roy de Navarre, plusieurs grans hommes, c'est
assavoir: Monseigneur Guy de Bouloigne, cardinal, monseigneur Robert
le Coq, évesque de Laon, le duc de Bourbon, le conte de Vendosme et
plusieurs autres, lesquels traictièrent avec ledit roy de Navarre et
son conseil. Car combien que ledit roy de Navarre si eust fait mettre
à mort ledit connestable, comme dessus est dit, il ne luy souffisoit
pas que ledit roy de France, de qui il avoit espousée la fille, luy
pardonnast ledit mesfait; mais faisoit plusieurs requestes au roy son
seigneur, tant que l'on cuidoit bien que, entre les deux roys dessus
dis, déust avoir grant guerre; car ledit roy de Navarre avoit fait
grans aliances et grans semonces en diverses régions; et si garnissoit
et enforçoit ses villes et ses chastiaux. Finablement, après plusieurs
traitiés fut fait accort entre les deux roys dessus dis par certaines
manières dont aucuns des poins s'ensuivent. C'est assavoir: Que ledit
roy de France bailleroit audit roy de Navarre trente-huit mil livres
de terre à tournois, tant pour cause de certaine rente que ledit roy
de Navarre prenoit sur le trésor du roy à Paris, comme pour autres
titres que ledit roy de France luy devoit asseoir par certains
traitiés fais long-tems avant entre les prédécesseurs des dis deux
roys pour cause de la conté de Champaigne, et tout aussi pour cause du
mariage dudit roy de Navarre qui avoit espousé la fille dudit roy de
France; pour lequel mariage luy avoit esté promise certaine quantité
de terre; c'est assavoir: douze mil livres à tournois. Pour lesquelles
trente-huit mil livres de terre devant dites, il voult avoir la conté
de Biaumont-le-Rogier, la terre de Breteuil en Normendie, les terres
de Conches et d'Orbec, la visconté du Pont-Audemer et le bailliage de
Constentin. Lesquelles choses luy furent accordées par ledit roy de
France: jà fust ce que la conté de Biaumont et les terres de Breteuil,
d'Orbec et de Conches fussent à monseigneur Phelippe, frère du roy de
France, qui estoit duc d'Orléans; auquel duc le roy, son frère, bailla
autres terres en récompensacion de ce. Outre ce, convint accorder
audit roy de Navarre, pour avoir paix, que les devant dis Harecourt
et tous les autres aliés entreroient en sa foy, sé il leur plaisoit,
de toutes leurs terres, quelque part qu'elles fussent au royaume de
France, et en auroit ledit roy de Navarre les hommages, sé il vouloit,
autrement non.

Outre ce, luy fut accordé qu'il tiendroit toutes lesdites terres, avec
celles que il tenoit par avant en parrie. Et pourroit tenir
eschequier[185], deux fois l'an, sé il vouloit, aussi noblement comme
le duc de Normendie. Encore luy fut accordé que le roy de France
pardonroit à tous ceux qui avoient esté à mettre à mort ledit
connestable, la mort d'iceluy. Et ainsi le fist, et promist par son
serement que jamais pour achoison de ce ne leur feroit ou feroit faire
vilenie ou dommage. Et avecques toutes ces choses, ot encore ledit roy
de Navarre une grant somme d'escus d'or dudit roy de France; et avant
ce que ledit roy de Navarre voulsist venir par devers le roy de
France, il convint que l'on luy envoyast le conte d'Anjou, second fils
du roy de France, par manière d'ostage. Et après ce, vint à Paris à
grant foison de gens d'armes.

  [185] _Échiquier_, cour de justice.


  Comment le roy de France pardonna au roy de Navarre la mort de
    monseigneur Charles d'Espaigne, connestable de France.

Le mardi, quatriesme jour du moys de mars audit an mil trois cens
cinquante quatre, vint ledit roy de Navarre en parlement[186], à
Paris, pour la mort dudit connestable, si comme dit est, environ heure
de prime; et descendit au palais, et puis vint en la chambre de
parlement en laquelle estoit le roy en siége, et plusieurs de ses
pers de France avec les gens de parlement et plusieurs autres de son
conseil; et si y estoit le cardinal de Bouloigne. Et en la présence de
tous parla ledit roy de Navarre au roy que il luy voulsist pardonner
le fait dudit connestable, car il avoit eu bonne cause et juste de
avoir fait ce que il avoit fait, laquelle il estoit prest de dire au
roy, lors ou autre fois, si comme il disoit. Et oultre dit encore et
jura qu'il ne l'avoit point fait en contempt du roy ni de son office,
et que il ne seroit de rien si courroucié comme d'estre en
l'indignacion du roy. Et ce fait, monseigneur Jacques de Bourbon,
connestable de France, par le commandement du roy mist la main au[187]
roy de Navarre, et puis si le fist-l'en traire arrière. Et assez tost
après, la royne Jehanne, tante, et la royne Blanche, suer dudit roy de
Navarre, laquelle royne Jehanne avoit esté femme du roy Charles
dernièrement trespassé, vindrent en la présence du roy et luy firent
la réverence en eux inclinant devant luy. Et adonc, monseigneur
Regnault de Trie, dit Patroullart, se agenouilla devant le roy, et luy
dist telles paroles en substance: «Mon très-redoubté seigneur, véés-ci
mesdames la royne Jehanne et la royne Blanche qui ont entendu que
Monseigneur de Navarre est en vostre male grace, dont elles sont
fortement courouciées; et pour ce sont venues devers vous: et vous
supplient que vous luy vueillez pardonner vostre mal talent; et, sé
Dieu plaist, il se portera si bien par devers vous que vous et tout le
peuple de France vous en tendrez bien contens.»

  [186] Au parlement, auquel était réuni l'ancienne cour des Pairs.

  [187] Porta la main sur le.

Les dites paroles dites, lesdits connestable et mareschaus allèrent
querre ledit roy de Navarre et le firent venir devant le roy, lequel
se mist entre les deux roynes, et adonc ledit cardinal dit en
substance les paroles qui s'ensuivent:

«Monseigneur de Navarre, nul ne se doit esmerveiller sé monseigneur le
roy s'est tenu à mal content de vous, pour le fait qui est advenu,
lequel il ne convient jà que je die, car vous l'avez par vos lettres
si publié et autrement que chacun le scet. Et vous estes tant tenu à
luy que vous ne le deussiez jamais avoir fait. Vous estes de son sanc,
si prochain comme chascun scet; vous estes son homme et son per, et si
avez espousé madame sa fille, et de tant avez-vous plus mespris.
Toutefois pour l'amour de mesdames les roynes qui cy sont qui moult
affectueusement l'en ont prié, et aussi pour ce que il tient que vous
l'avez fait par petit conseil, il le vous pardonne de bon cuer et
bonne volenté.»

Et lors lesdites roynes et ledit roy de Navarre qui mist le genoul à
terre en mercièrent le roy. Et encore dist le cardinal que aucun du
lignage du roy ne se aventurast d'ores en avant de faire tels fais
comme le roy de Navarre avoit fait: car vraiement sé il advenoit, et
fust le fils du roy qui le féist du plus petit officier que il eust,
si en feroit-il justice. Et ce fait et dit, le roy se leva et la court
se départit.

    _Les Grandes Chroniques de Saint Denis._



ÉTATS GÉNÉRAUX DE 1355.

   Les intrigues de Charles le Mauvais ayant fait rompre les
   négociations ouvertes entre le roi Jean et le roi d'Angleterre,
   la guerre, qui avait à peu près cessé depuis la prise de Calais,
   recommença en 1355. Le désordre général était tel, et le
   gouvernement du roi Jean était tellement discrédité par sa
   faiblesse et par l'altération continuelle des monnaies, que le
   Roi se vit contraint de convoquer à Paris les états généraux; il
   leur demanda les troupes et l'argent nécessaires pour soutenir la
   guerre. On trouvera dans le récit que nous publions des détails
   curieux sur l'impôt établi par les états généraux sur le revenu
   de toutes les classes de la population. On remarquera que le
   revenu paye d'autant plus qu'il est moins considérable.


  De l'assemblée que le roy fist faire en parlement des nobles, du
    clergié et des bonnes villes, pour ordener aydes à soustenir le
    fait de la guerre.

En ce meisme an, à la Saint-Andrieu, furent assemblés à Paris, par le
mandement du roy, les prélas, les chapitres, les barons et les villes
du royaume de France; et leur fist le roy exposer en sa présence
l'estat des guerres, le mercredi après la Saint-Andrieu, en la chambre
du parlement, par maistre Pierre de la Forest, lors arcevesque de
Rouen et chancelier de France. Et leur requist ledit chancelier, pour
le roy, que ils eussent avis ensemble quelle aide ils pourroient faire
au roy, qui feust souffisant pour faire les frais de la guerre. Et
pour ce que il avoit entendu que les sougiés du royaume se tenoient
forment à grevés par la mutacion des monnoies, il offrit à faire forte
monnoie et durable, mais que on luy féist aide qui fust souffisant à
soustenir la guerre. Lesquels respondirent c'est assavoir: le clergié,
par la bouche de maistre Jehan de Craon, lors arcevesque de Rains; les
nobles, par la bouche du duc d'Athènes; et les bonnes villes, par
Estienne Marcel, lors prévost des marchans à Paris, que ils estoient
tous prests de vivre et de mourir avec le roy, et de mettre corps et
avoir en son service; et délibéracion requistrent de parler ensemble,
laquelle leur fut ottroiée.


  Comment les gens des trois estas, présent le roy, respondirent
    par délibéracion que ils feroient[188] continuelment, chascun
    an, trente mille hommes d'armes, et de l'ordonnance qui fut
    faite et avisée pour trouver le paiement à les paier.

  [188] C'est-à-dire qu'ils lèveraient et équiperaient à leurs
  frais.

Après la devant dite délibéracion eue des trois estas dessus dis, ils
respondirent au roy, en la dite chambre de parlement, par la bouche
des dessus nommés, que ils luy feroient trente mille hommes chascun an
à leur frais et despens, dont le roy les fist mercier. Et pour avoir
la finance pour paier lesdits trente mille hommes d'armes, laquelle
fut estimée à cinquante cent mil livres[189] par les trois estas
dessus dis, ordenèrent que on lèveroit sur toutes gens, de tel estat
que ils fussent, gens d'églyse, nobles ou autres, imposicion de huit
deniers par livre sur toutes denrées; et gabelle de sel courroit par
tout le royaume de France. Mais pour ce que on ne pouvoit lors savoir
se lesdites imposicions et gabelle souffiroient, il fut alors ordené
que les trois estas dessus dis retourneroient à Paris le premier de
mars, pour veoir l'estat des dites imposicions et gabelle, et sur ce
ordener ou de autre ayde faire pour avoir lesdites cinquante cent mil
livres, ou de laissier courir lesdites imposicions et gabelle. Auquel
premier jour de mars les dessus dis trois estas retournèrent à Paris,
excepté plusieurs grosses villes de Picardie, les nobles et plusieurs
autres grosses villes de Normendie. Et virent ceux qui y estoient
l'estat desdites imposicions et gabelle; et tant pour ce qu'elles ne
souffisoient à avoir lesdites cinquante cent mil livres, comme pour ce
que plusieurs du royaume ne se vouloient accorder que lesdites
imposicions et gabelle courussent en leur pays et ès villes où ils
demouroient, ordenèrent nouvel subside sus chascune personne en la
manière qui s'ensuit. C'est assavoir que tout homme et personne, fust
du sanc du roy et de son lignage ou autre, clerc ou lai, religieux ou
religieuse, exempt ou non exempt, hospitalier, chef d'églyse ou
autres, eussent revenus ou rentes, office ou administration
quelconques; monoiers et autres, de quelque estat qu'ils soient, et
auctorité ou privilège usassent ou eussent usé au temps passé; femmes
vefves ou celles qui faisoient chief, enfans mariés ou non mariés qui
eussent aucune chose de par eux, fussent en garde, bail, tutelle,
cure, mainbournie[190] ou administration quelconques; qui auroit
vaillant cent livres de revenue et au dessous, fust à vie ou à
héritage, en gaiges à cause d'office, en pensions à vie ou à volenté,
feroit ayde et subside pour le fait des guerres de quatre livres. Et
de quarente livres de revenue et au dessus, quarente sols; de dix
livres de revenue et au dessus, vint sols; et au dessous de dix
livres, soient enfans en mainbournie, au-dessus de quinze ans,
laboureurs et ouvriers gaignans qui n'eussent autre chose que de leur
labourage feroient ayde de dix sols. Et se ils avoient autre chose du
leur, ils feroient ayde comme les autres serviteurs, mercenaires ou
aloués qui ne vivoient que de leurs services; et qui gaaignast cent
sols[191] par an ou plus, feroit-il semblable ayde et subside de dix
sols; à prendre les sommes dessus dites à parisis au païs de parisis,
et à tournois au païs de tournois. Et se lesdis serviteurs ne
gaignoient cent sols ou au dessus, ils ne paieroient rien, se ils
n'eussent aucuns biens équipolens; auquel cas ils aideroient comme
dessus est dit. Et aussi n'aideroient de rien mendiens ou moines
cloistrés, sans office et administration, né enfans en mainbournie
sous l'âge de quinze ans qui n'auroient aucune chose comme devant est
dit; ne nonnains qui vivent de revenue au dessus de quarante livres,
ne aussi femmes mariées, pour ce que leurs maris aidoient; et estoit
et seroit compté ce qu'elles avoient de par elles avec ce que leurs
maris avoient. Et quant aux clercs et gens d'églyse, abbés, prieurs,
chanoines, curés et autres comme dessus, qui avoient vaillant au
dessus de cent livres en revenue, fussent bénéfices en sainte églyse,
en patremoine, ou l'un avec l'autre, jusques à cinq mille livres, les
dessus dis feroient ayde de quatre livres pour les premiers cent
livres, et pour chascun autre cent livres, jusques auxdites cinq mille
livres, quarante sols, et ne feroient de rien ayde au dessus desdites
cinq milles livres, ne aussi de leurs meubles; et les revenues de
leurs bénéfices seroient prisiées et estimées selon le taux du
dixiesme, ne ne s'en pourroient franchir ne exempter par quelconques
privilèges.

  [189] Cinq millions.

  [190] _Tutelle._

  [191] _Cent sols._ Le terme moyen du salaire des ouvriers, outre
  leur nourriture, non pas à Paris, mais dans les provinces, est
  aujourd'hui de _cent francs_; le sol du quatorzième siècle
  représente donc assez exactement _un franc_ de notre temps. Ainsi
  pour apprécier l'impôt qu'on venoit d'établir, on ne sera pas
  très-éloigné de la vérité en disant que les possesseurs d'un
  revenu de 1600 à 4000 francs furent tenus de payer une aide de 80
  francs; ceux qui avaient 400 à 1600 francs furent taxés à 40
  francs. Enfin on exigea 20 francs de ceux dont les appointemens,
  gages ou revenus n'atteignoient pas l'humble chiffre de 400
  francs. D'après ce calcul, les cinq millions demandés
  correspondroient à une levée de cent millons pour nous. (_Note de
  M. Paulin Pâris_, 1836.)

Et quant aux nobles et gens des bonnes villes qui avoient vaillant au
dessus de cent livres de revenue, lesdis nobles feroient aide, jusques
à cinq mille livres de revenue et néant oultre, pour chascun cent
livres, quarante sols oultre les quatre livres pour les premiers cent
livres. Et les gens des bonnes villes par semblable manière, jusques à
mille livres de revenue tant seulement. Et quant aux meubles des
nobles qui n'avoient pas cent livres de revenue, l'on estimeroit les
meubles qu'ils auroient, jusques à la value de mille livres et non
plus. Et des gens non nobles qui n'avoient pas quatre cens livres de
revenue, l'on estimeroit leurs meubles jusques à la value de quatre
mille livres, c'est assavoir, pour cent livres de meubles, dix livres
de revenue; et de tant feroient-ils ayde par la manière dessus
devisée. Et se il advenoit que aucun noble n'eust vaillant en revenue
tant seulement jusques à cent livres, ne en meubles purement jusques à
mille livres, ou que aucun noble ne eust seulement en revenue quatre
cens livres, né en meubles purement quatre mille livres, et il eust
partie en revenue et partie en meubles, l'on estimeroit et regarderoit
la revenue et son meuble ensemble, jusques à la somme de mille livres
quant aux nobles, et de quatre mille livres quant aux non-nobles. Et
non plus.

  _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées par M. Paulin
    Pâris.



BATAILLE DE POITIERS.

19 septembre 1356.

   En 1355, lorsque la guerre avait recommencé entre la France et
   l'Angleterre, Édouard III avait envoyé le prince de Galles, son
   fils, à Bordeaux. Le prince de Galles avait ravagé le Languedoc,
   et en 1356 il continua ses opérations en dévastant la France
   centrale, Rouergue, Auvergne, Limousin et Berry. Pendant ce
   temps, le roi Jean, auquel les états généraux avaient accordé les
   hommes et l'argent nécessaires pour terminer la guerre, résolut
   d'aller combattre les Anglais et de faire cesser leurs ravages.
   Il se rendit à Chartres, et y rassembla 2,000 chevaliers et
   50,000 autres combattants avec lesquels il devait facilement
   écraser les 2,000 hommes d'armes et les 6,000 archers anglais et
   gascons du prince de Galles. De Chartres le roi Jean se porta sur
   la Loire, qu'il passa à Amboise et se dirigea sur Poitiers, où il
   devança les Anglais, qui s'y dirigeaient eux-mêmes venant de
   Romorantin. Le prince de Galles en arrivant à Poitiers y trouva
   les Français, qui de leur côté croyaient poursuivre les Anglais.
   Le hasard avait fait que l'armée française était maîtresse de la
   route de Bordeaux, qui était la ligne de retraite des Anglais, et
   que le prince de Galles était coupé. Les deux armées ne
   s'expliquèrent leur position relative que le 17 septembre à la
   suite d'un premier engagement.


  Comment les coureurs du prince de Galles se férirent en la queue
    de l'ost des François, et comment le roi de France fit ses gens
    loger, et aussi le prince les siens.

Quand le prince de Galles et son conseil entendirent que le roi Jean
de France et ses batailles étoient devant eux et avoient, le vendredi,
passé au pont à Chauvigny, et que nullement ils ne se pouvoient partir
du pays sans y être combattus, si se recueillirent et rassemblèrent ce
samedi sur les champs, et fut adonc commandé de par le prince que nul,
sur la tête, ne courût ni chevauchât sans commandement devant les
bannières des maréchaux. Ce ban fut tenu; et chevauchèrent les Anglois
ce samedi, dès l'heure de prime jusques à vespres, et tant qu'ils
vinrent à deux petites lieues de Poitiers. Adonc furent ordonnés pour
courir et savoir où les François tenoient les champs, le captal de
Buch, messire Aymemon de Pommiers, messire Betremieu de Bruhe et
messire Eustache d'Aubrecicourt. Et se partirent ces chevaliers atout
deux cents armures de fer, tous bien montés sur fleur de coursiers, et
chevauchèrent si avant d'une part et d'autre, que ils virent
clairement la grosse bataille du roi, et étoient tous les champs
couverts de gens d'armes. Et ne se purent abstenir qu'ils ne vinssent
férir et courre en la queue des François; et en ruèrent aucuns par
terre et fiancèrent prisonniers, et tant que l'ost se commença
grandement à estourmir. Et en vinrent les nouvelles au roi de France,
ainsi qu'il devoit entrer en la cité de Poitiers.

Quand le roi entendit la vérité, que ses ennemis, que tant désiroit à
trouver, étoient derrière et non devant, si en fut grandement réjoui;
et retourna tout à un faix, et fit retourner toutes manières de gens
bien avant sur les champs, et eux là loger. Si fut ce samedi moult
tard ainçois qu'ils fussent tous logés. Les coureurs du prince
revinrent devers lui, et lui recordèrent une partie du convenant des
François, et lui dirent bien qu'ils étoient malement grand gent. De ce
ne fut le prince nullement effrayé, et dit: «Dieu y ait part! Or nous
faut avoir avis et conseil comment nous les combattrons à notre
avantage.» Cette nuit, se logèrent les Anglois assez en fort lieu,
entre haies, vignes et buissons, et fut leur ost bien gardé et
esguetté; et aussi fut celui des François.


  Comment le roi de France commanda que chacun se traist sur les
    champs; et comment il envoya quatre chevaliers ci-après nommés
    pour savoir le convenant des Anglois.

Quant vint le dimanche[192] au matin, le roi de France qui grand désir
avoit de combattre les Anglois, fit en son pavillon chanter messe
moult solennellement devant lui, et s'acommunia et ses quatre fils.

  [192] 18 septembre.

Après la messe, se trairent devers lui les plus grands et les plus
prochains de son lignage, le duc d'Orléans son frère, le duc de
Bourgogne, le comte de Ponthieu, messire Jacques de Bourbon, le duc
d'Athènes, connétable de France, le comte d'Eu, le comte de
Tancarville, le comte de Sarrebruche, le comte de Dampmartin, le comte
de Ventadour, et plusieurs autres grands barons de France et des
terres voisines, tels que messire Jean de Clermont, messire Arnoul
d'Andrehen, maréchal de France, le sire de Saint-Venant, messire Jean
de Landas, messire Eustache de Ribeumont, le sire de Fiennes, messire
Godefroy de Chargny, le sire de Chastillon, le sire de Sully, le sire
de Neelle, messire Robert de Duras, et moult d'autres qui y furent
appelés. Là furent en conseil un grand temps, à savoir comment ils se
maintiendroient. Si fut donc ordonné que toutes gens se traïssent sur
les champs, et chacun seigneur développât sa bannière et mît avant, au
nom de Dieu et de saint Denis, et que on se mît en ordonnance de
bataille, ainsi que pour tantôt combattre. Ce conseil et avis plut
grandement au roi de France: si sonnèrent les trompettes parmi l'ost.
Adoncques s'armèrent toutes gens, et montèrent à cheval, et vinrent
sur les champs là où les bannières du roi ventiloient et étoient
arrêtées, et par espécial l'oriflambe, que messire Godefroy de Chargny
portoit. Là put-on voir grand noblesse de belles armures, de riches
armoiries, de bannières, de pennons, de belle chevalerie et écuyerie;
car là étoit toute la fleur de France; ni nul chevalier et écuyer
n'étoit demeuré à l'hôtel, si il ne vouloit être déshonoré.

Là furent ordonnées, par l'avis du connétable de France et des
maréchaux, trois grosses batailles: en chacune avoit seize mille
hommes, dont tous étoient passés et montrés pour hommes d'armes. Si
gouvernoit la première le duc d'Orléans, à trente-six bannières et
deux tant de pennons; la seconde, le duc de Normandie, et ses deux
frères messire Louis et messire Jean; la tierce devoit gouverner le
roi de France. Si pouvez et devez bien croire que en sa bataille avoit
grand foison de bonne chevalerie et noble.

Entrementes que ces batailles s'ordonnoient et mettoient en arroy, le
roi de France appela messire Eustache de Ribeumont, messire Jean de
Landas, messire Guichard de Beaujeu et messire Guichard d'Angle, et
leur dit: «Chevauchez avant plus près du convenant des Anglois, et
avisez et regardez justement leur arroi, et comment ils sont, et par
quelle manière nous les pourrons combattre, soit à pied ou à cheval.»
Et cils répondirent: «Sire, volontiers.»

Adoncques se partirent les quatre chevaliers dessus nommés du roi, et
chevauchèrent avant, et si près des Anglois qu'ils conçurent et
imaginèrent une partie de leur convenant. Et en rapportèrent la vérité
au roi, qui les attendoit sur les champs, monté sur un grand blanc
coursier; et regardoit de fois à autre ses gens, et louoit Dieu de ce
qu'il en véoit si grand foison, et disoit tout en haut: «Entre vous,
quand vous êtes à Paris, à Chartres, à Rouen, ou à Orléans, vous
menacez les Anglois, et vous souhaitez le bassinet en la tête devant
eux: or y êtes-vous, je vous les montre; si leur veuilliez montrer vos
mautalens et contrevenger les ennuis et les dépits qu'ils vous ont
faits; car sans faute nous les combattrons.» Et cils qui l'avoient
entendu répondoient: «Dieu y ait part! tout ce verrons-nous
volontiers.»


  Comment les quatre chevaliers dessus dits rapportèrent le
    convenant des Anglois au roi de France.

En ces paroles que le roi de France disoit et montroit à ses gens pour
eux encourager, vinrent les quatre chevaliers dessus nommés, et
fendirent la presse et s'arrêtèrent devant le roi. Là étoient le
connétable de France et les deux maréchaux, et grand foison de bonne
chevalerie, tous venus et arrêtés pour savoir comment on se
combattroit. Le roi demanda aux dessus dits tout haut: «Seigneurs,
quelles nouvelles?»--«Sire, bonnes; si aurez, s'il plaît à Dieu, une
bonne journée sur vos ennemis.»--«Telle l'espérons-nous à avoir, par
la grâce de Dieu, répondit le roi. Or nous dites la manière de leur
convenant, et comment nous les pourrons combattre.» Adonc répondit
messire Eustache de Ribeumont pour tous, si comme je fus informé, car
ils lui en avoient prié et chargé, et dit ainsi: «Sire, nous avons vu
et considéré les Anglois; si peuvent être par estimation deux mille
hommes d'armes, quatre mille archers et quinze cents brigands.»--«Et
comment gisent-ils,» dit le roi?--«Sire, répondit messire Eustache,
ils sont en très-fort lieu, et ne pouvons voir ni imaginer qu'ils
aient que une bataille; mais trop bellement et trop sagement l'ont-ils
ordonnée; et ont pris le long d'un chemin fortifié malement de haies
et de buissons, et ont vêtu celle haie d'une part et d'autre de leurs
archers; tellement que on ne peut entrer ni chevaucher en leur chemin
fors que parmi eux. Si convient-il aller celle voie, si on les veut
combattre. En celle haie n'a que une seule entrée et issue, où espoir
quatre hommes d'armes, ainsi que au chemin, pourroient chevaucher de
front. Au coron d'icelle haie, entre vignes et espinettes où on ne
peut aller ni chevaucher, sont leurs gens d'armes, tous à pied; et ont
mis les gens d'armes tout devant eux leurs archers en manière d'une
herse: dont c'est trop sagement ouvré, ce nous semble; car qui voudra
ou pourra venir par fait d'armes jusques à eux, il n'y entrera
nullement, fors que parmi ces archers qui ne seront mie légers à
déconfire.»

Adonc parla le roi, et dit: «Messire Eustache, et comment y
conseillez-vous à aller?» Donc répondit le chevalier, et dit: «Sire,
tout à pied, excepté trois cents armures de fer des vôtres, tous des
plus apperts et hardis, durs et forts, et entreprenants de votre ost,
et bien montés sur fleur de coursiers, pour dérompre et ouvrir ces
archers, et puis vos batailles et gens d'armes, vitement suivre tous à
pied, et venir sur ces gens d'armes main à main, et eux combattre de
grand volonté. C'est tout le conseil que de mon avis je puis donner ni
imaginer; et qui mieux y scet, si le die.» Ce conseil et avis plut
grandement au roi de France, et dit que ainsi seroit-il fait.

Adoncques, par le commandement du roi, sur cet arrêt, se départirent
les deux maréchaux, et chevauchèrent de bataille en bataille, et
trièrent et élurent et dessevrèrent à leurs avis, par droite élection,
jusques à trois cents chevaliers et écuyers, les plus roides et plus
apperts de tout l'ost, et chacun d'eux monté sur fleur de coursiers et
armé de toutes pièces. Et tantôt après fut ordonnée la bataille des
Allemands; et devoient demeurer à cheval pour conforter les maréchaux,
dont le comte de Sarrebruche, le comte de Nido (Nidau), le comte Jean
de Nasço (Nassau?) étoient meneurs et conduiseurs. Là étoit et fut le
roi Jean de France, armé lui vingtième de ses paremens; et avoit
recommandé son ainsné fils en la garde du seigneur de Saint-Venant, de
monseigneur de Landas et de messire Thibaut de Vodenay; et ses autres
trois fils puisnés, Louis, Jean et Philippe, en la garde d'autres bons
chevaliers et écuyers; et portoit la souveraine bannière du roi
messire Geoffroy de Chargny, pour le plus prud'homme de tous les
autres et le plus vaillant; et étoit messire Regnault de Cervolle, dit
Archiprêtre, armé des armures du jeune comte d'Alençon.


  Comment le cardinal de Pierregort[193] se mit en grand peine
    d'accorder le roi de France et le prince de Galles.

  [193] Périgord.

Quand les batailles du roi furent ordonnées et appareillées, et chacun
sire dessous sa bannière et entre ses gens, et savoit aussi chacun
quelle chose il devoit faire, on fit commandement de par le roi que
chacun allât à pied, excepté ceux qui ordonnés étoient avec les
maréchaux pour ouvrir et fendre les archers; et que tous ceux qui
lances avoient les retaillassent au volume de cinq pieds, par quoi on
s'en pût mieux aider, et que tous aussi ôtassent leurs éperons. Cette
ordonnance fut tenue; car elle sembla à tout homme belle et bonne.

Ainsi que ils devoient approcher, et étoient, par semblant, en grand
volonté de requerre leurs ennemis, vint le cardinal de Pierregort
férant et battant devant le roi; et s'étoit parti moult matin de
Poitiers; et s'inclina devant le roi moult bas, en cause d'humilité,
et lui pria à jointes mains, pour si haut seigneur que Dieu est,
qu'il se voulût abstenir et affréner un petit tant qu'il eût parlé
à lui. Le roi de France, qui étoit assez descendant à toutes voies
de raison, lui accorda, et dit: «Volontiers: que vous plaît-il à
dire?»--«Très-cher sire, dit le cardinal, vous avez ci toute la fleur
de la chevalerie de votre royaume assemblée contre une poignée de gens
que les Anglois sont au regard de vous; et si vous les pouvez avoir,
et qu'ils se mettent en votre merci sans bataille, il vous seroit plus
honorable et profitable à avoir par cette manière que d'aventurer si
noble chevalerie et si grand que vous avez ci: si vous prie, au nom de
Dieu et d'humilité, que je puisse chevaucher devers le prince et lui
montrer en quel danger vous le tenez.» Encore lui accorda le roi, et
lui dit: «Sire, il nous plaît bien, mais retournez tantôt.» A ces
paroles se partit le cardinal du roi de France, et s'en vint moult
hâtivement devers le prince, qui étoit entre ses gens tout à pied, au
fort d'une vigne, tout conforté par semblant d'attendre la puissance
du roi de France. Sitôt que le cardinal fut venu, il descendit à
terre, et se traist devers le prince, qui moult bénignement le
recueillit; et lui dit le cardinal, quand il l'eut salué et incliné:
«Certes, beau fils, si vous aviez justement considéré et imaginé la
puissance du roi de France, vous me laisseriez convenir de vous
accorder envers lui, si je pouvois.» Donc répondit le prince, qui
étoit lors un jeune homme, et dit: «Sire, l'honneur de moi sauve et de
mes gens, je voudrois bien encheoir en toutes voies de raison.»
Adoncques répondit le cardinal: «Beau fils, vous dites bien, et je
vous accorderai si je puis; car ce seroit grand pitié si tant de
bonnes gens qui ci sont, et que vous êtes d'un côté et d'autre,
venoient ensemble par bataille; trop y pourroit grand meschef avenir.»

A ces mots se partit le cardinal du prince, sans plus rien dire; et
s'en revint arrière devers le roi de France, et commença à entamer
traités d'accord, et à mettre paroles avant, et à dire au roi, pour
lui mieux atraire à son intention: «Sire, vous ne vous avez que faire
de trop hâter pour eux combattre; car ils sont tous vôtres sans coup
férir, ni ils ne vous peuvent fuir, ni échapper, ni éloigner: si vous
prie que huy tant seulement, et demain jusques à soleil levant, vous
leur accordez répit et souffrance.»

Adoncques commença le roi de France à muser un petit, et ne voulut mie
ce répit accorder à la première prière du cardinal, ni à la seconde;
car une partie de ceux de son conseil ne s'y consentoient point, et
par espécial messire Eustache de Ribeumont et messire Jean de Landas,
qui étoient moult secrets du roi. Mais le dit cardinal, qui s'en
ensonnioit en espèce de bien, pria tant et prêcha le roi de France,
que il se consentit, et donna et accorda le répit à durer le dimanche
tout le jour et lendemain jusques à soleil levant; et le rapporta
ainsi le dit cardinal moult vitement au prince et à ses gens, qui n'en
furent mie courroucés, pourtant que toudis s'efforçoient eux d'avis et
d'ordonnance.

Adonc fit le roi de France tendre sur les champs, au propre lieu où il
avoit le répit accordé, un pavillon de vermeil samis moult cointe et
moult riche; et donna congé à toutes gens de retraire chacun en son
logis, excepté la bataille du connétable et des maréchaux. Si étoient
de lès le roi ses enfants et les plus grands de son lignage, à qui il
prenoit conseil de ses besognes.

Ainsi ce dimanche toute jour chevaucha et travailla le cardinal de
l'un à l'autre; et les eût volontiers accordés si il eût pu; mais il
trouvoit le roi de France et son conseil si froids qu'ils ne vouloient
aucunement descendre à accord, si ils n'avoient des cinq les quatre,
et que le prince et ses gens se rendissent simplement, ce que ils ne
eussent jamais fait. Si y eut offres et paroles plusieurs, et de
divers propos mis avant. Et me fut dit jadis des gens dudit cardinal
de Pierregort, qui là furent présents, et qui bien en cuidoient savoir
aucune chose, que le prince offroit à rendre au roi de France tout ce
que conquis avoit en ce voyage, villes et châteaux, et quitter tous
prisonniers que il et ses gens avoient pris, et jurer à soi non armer
contre le royaume de France sept ans tout entiers. Mais le roi de
France et son conseil n'en voulurent rien faire; et furent longuement
sur cet état: que le prince et cent chevaliers des siens se venissent
mettre en la prison du roi de France, autrement on ne les vouloit mie
laisser passer; lequel traité le prince de Galles et son conseil
n'eussent jamais accordé.


  Comment messire Jean de Clermont, maréchal de France, et messire
    Jean Chandos eurent grosses paroles ensemble.

Entrementes que le cardinal de Pierregort portoit les paroles et
chevauchoit de l'un à l'autre, en nom de bien, et que le répit duroit,
étoient aucuns jeunes chevaliers bachelereux et amoureux, tant de la
partie des François comme des Anglois, qui chevauchèrent ce jour en
costiant les batailles; les François pour aviser et imaginer le
convenant des Anglois; et les chevaliers d'Angleterre celui des
François, ainsi que en telles besognes telles choses aviennent. Donc
il avint que messire Jean Chandos, qui étoit preux chevalier, gentil
et noble de cœur, et de sens imaginatif, avoit ce jour chevauché et
costié sur aile durement la bataille du roi de France, et avoit pris
grand plaisance au regarder, pourtant qu'il y véoit si grand foison de
noble chevalerie friquement armée et appareillée; et disoit et
devisoit en soi-même: «Ne plaise jà à Dieu que nous partions sans
combattre! car si nous sommes pris ou déconfits de si belles gens
d'armes et de si grand foison comme j'en vois contre nous, nous n'y
devrons avoir point de blâme; et si la journée étoit pour nous, et que
fortune le veuille consentir, nous serons les plus honorées gens du
monde.»

Tout en telle manière que messire Jean Chandos avoit chevauché et
considéré une partie du convenant des François, en étoit avenu à l'un
des maréchaux de France, messire Jean de Clermont; et tant
chevauchèrent ces deux chevaliers, qu'ils se trouvèrent et
encontrèrent d'aventure; et là eut grosses paroles et reproches moult
félonnesses entre eux. Je vous dirai pourquoi. Ces deux chevaliers,
qui étoient jeunes et amoureux, on le peut et doit-on ainsi entendre,
portoient chacun une même devise d'une bleue dame, ouvrée de bordure
au ray d'un soleil, sur le senestre bras; et toujours étoit dessus
leurs plus hauts vêtements, en quelque état qu'ils fussent. Si ne plut
mie adonc à messire Jean de Clermont ce qu'il vît porter sa devise à
messire Jean Chandos; et s'arrêta tout coi devant lui, et lui dit:
«Chandos, aussi vous désirois-je à voir et à encontrer: depuis quand
avez-vous empris à porter ma devise?»--«Et vous la mienne? ce répondit
messire Jean Chandos; car autant bien est-elle mienne comme
vôtre.»--«Je vous le nie, dit messire Jean de Clermont; et si la
souffrance ne fût entre les nôtres et les vôtres, je le vous montrasse
tantôt que vous n'avez nulle cause de la porter.»--«Ha! ce répondit
messire Jean Chandos, demain au matin vous me trouverez tout
appareillé du défendre, et de prouver par fait d'armes que aussi bien
est-elle mienne comme vôtre.» A ces paroles ils passèrent outre; et
dit encore messire Jean de Clermont, en ramponnant plus avant messire
Jean Chandos: «Chandos! Chandos! ce sont bien des pompes de vous
Anglois, qui ne savent aviser rien de nouvel; mais quant qu'ils voient
leur est bel.»

Il n'y eut adoncques plus dit ni plus fait: chacun s'en retourna
devers ses gens, et demeura la chose en cet état.


  Comment les Anglois firent fossoyer et haier leurs archers; et
    comment le cardinal de Pierregort prit congé du roi de France
    et du prince de Galles.

Vous avez bien ouï conter ci-dessus comment le cardinal de Pierregort
se mit en peine, ce dimanche tout le jour, de chevaucher de l'un à
l'autre pour accorder ces deux seigneurs, le roi de France et le
prince de Galles; mais il n'en put à chef venir, et furent basses
vespres quand il se partit et rentra en Poitiers.

Ce dimanche se tinrent les François tout le jour sur les champs, et au
soir ils se trairent en leurs logis, et se aisèrent de ce qu'ils
eurent. Ils avoient bien de quoi, vivres et pourvéances, assez
largement; et les Anglois en avoient grand deffaute. C'étoit la chose
qui plus les ébahissoit; car ils ne savoient où ni quel part aller
fourrager, si fort leur étoit le pas clos; ni ils ne pouvoient partir
de là sans le danger des François. Au voir dire, ils ne ressoignoient
point tant la bataille comme ils faisoient ce que on ne les tenist en
cel état, ainsi comme pour assiégés et affamés.

Le dimanche tout le jour entendirent eux parfaitement à leur besogne,
et le passèrent au plus bel qu'ils purent, et firent fossoyer et haier
leurs archers autour d'eux, pour être plus forts. Quand vint le lundi
au matin, le prince et ses gens furent tous tantôt appareillés et mis
en ordonnance, ainsi comme devant, sans eux desroyer ni effrayer; et
en telle manière firent les François. Environ soleil levant, ce lundi
matin, revint le dit cardinal de Pierregort en l'ost de l'un et de
l'autre, et les cuida par son prêchement accorder; mais il ne put et
lui fut dit ireusement des François que il retournât à Poitiers, ou là
où il lui plairoit, et que plus ne portât aucunes paroles de traité ni
d'accord, car il lui en pourroit bien mal prendre. Le cardinal, qui
s'en ensonnioit en espèce de bien, ne se voult pas bouter en péril,
mais prit congé du roi de France, car il vit bien qu'il se travailloit
en vain; et s'en vint au départir devers le prince, et lui dit: «Beau
fils, faites ce que vous pourrez; il vous faut combattre; ni je ne
puis trouver nulle grâce d'accord ni de paix devers le roi de France.»
Cette dernière parole enfélonnit et encouragea grandement le cœur du
prince, et répondit: «C'est bien l'intention de nous et des nôtres; et
Dieu veuille aider le droit!»

Ainsi se partit le cardinal du prince, et retourna à Poitiers. En sa
compagnie avoit aucuns apperts écuyers et hommes d'armes qui étoient
plus favorables au roi que au prince. Quand ils virent que on se
combattroit, ils se emblèrent de leur maître et se boutèrent en la
route des François, et firent leur souverain du châtelain d'Amposte,
qui étoit pour le temps de l'hôtel dudit cardinal, et vaillant homme
d'armes durement. Et de ce ne se aperçut point le cardinal, ni n'en
sut rien jusques à ce qu'il fût revenu à Poitiers; car si il l'eût su,
il ne l'eût aucunement souffert; pourtant qu'il avoit été traiteur de
apaiser, si il eût pu, l'une partie et l'autre.

Or parlerons un petit de l'ordonnance des Anglois aussi bien qu'avons
fait de celle des François.


  Comment le prince ordonna ses gens pour combattre, et ci
    s'ensuivent les noms des vaillants seigneurs et chevaliers qui
    de lès lui étoient.

L'ordonnance du prince de Galles étoit auques telle comme les quatre
chevaliers de France dessus nommés rapportèrent en certaineté au roi,
fors tant que depuis ils avoient ordonné aucuns apperts chevaliers
pour demeurer à cheval contre la bataille des maréchaux de France; et
avoient encore, sur leur dextre côté, sur une montagne qui n'étoit pas
trop roide à monter, ordonné trois cents hommes à cheval et autant
d'archers tous à cheval, pour costier à la couverte toute cette
montagne, et venir autour sur aile férir en la bataille du duc de
Normandie, qui étoit en sa bataille à pied dessous celle montagne.
Tout ce étoit qu'ils avoient fait de nouvel. Et se tenoit le prince et
sa grosse bataille au fond de ces vignes, tous armés, leurs chevaux
assez près d'eux pour tantôt monter, si il étoit besoin; et étoient
fortifiés et enclos, au plus faible lès, de leur charroi et de tout
leur harnois: si ne les pouvoit-on approcher de ce côté.

Or vous vueil-je nommer des plus renommés chevaliers d'Angleterre et
de Gascogne qui étoient là adonc de lès le prince de Galles.
Premièrement, le comte de Warvich, le comte de Suffolch, maréchal de
l'ost, le comte de Sallebrin (Salisbury) et le comte d'Oskesufforch
(Oxford), messire Jean Chandos, messire Richard de Stanford, messire
Regnault de Cobehen (Cobham), messire Édouard seigneur Despenser
(Spenser), messire Jacques d'Audelée (Audley), et messire Pierre son
frère, le seigneur de Bercler (Berkley), le seigneur de Basset,
messire Guillaume Fitz-Warine, le seigneur de la Ware, le seigneur de
Manne, le seigneur de Villebi (Willoughby), messire Bertelemy de
Bruwes, le seigneur de Felleton, messire Richard de Pennebruge,
messire Étienne de Cosenton, le seigneur de Braseton, et plusieurs
autres Gascons, le seigneur de Labret, le seigneur de Pommiers,
messire Helie et messire Aymond de Pommiers, le seigneur de Langueren,
messire Jean de Grailly, captal de Buch, messire Jean de Chaumont, le
seigneur de l'Esparre, le seigneur de Mucidan, le seigneur de Curton,
le seigneur de Rozem, le seigneur de Condom, le seigneur de
Montferrant, le seigneur de Landuras, monseigneur le Souldich de
l'Estrade, et aussi des autres, que je ne puis mie tous nommer:
Hainuyers, messire Eustache d'Aubrecicourt et messire Jean de
Ghistelles; et deux autres bons chevaliers étrangers, messire Daniel
Pasele et Denis de Morbeke.

Si vous dis pour vérité que le prince de Galles avoit là avec lui
droite fleur de chevalerie, combien qu'ils ne fussent pas grand
foison; car ils n'étoient, à tout compter, pas plus haut de huit mille
hommes; et les François étoient bien cinquante mille combattants, dont
il y avoit plus de trois mille chevaliers.


  Comment le prince de Galles reconforta sagement ses gens, et
    comment messire Jacques d'Audelée requit au prince qu'il
    commençât la bataille, lequel lui accorda.

Quand ce jeune homme, le prince de Galles, vit que combattre le
convenoit, et que le cardinal de Pierregort sans rien exploiter s'en
r'alloit, et que le roi de France, son adversaire, moult peu les
prisoit et aimoit, si se reconforta en soi-même, et reconforta moult
sagement ses gens, et leur dit: «Beaux seigneurs, si nous sommes un
petit contre la puissance de nos ennemis, si ne nous en ébahissons mie
pour ce, car la vertu ni la victoire ne gît mie en grand peuple, mais
là où Dieu la veut envoyer. Si il avient ainsi que la journée soit
pour nous, nous serons les plus honorés du monde; si nous sommes
morts, j'ai encore monseigneur mon père et deux beaux-frères, et aussi
vous avez de bons amis, qui nous contrevengeront: si vous prie que
vous vouliez huy entendre à bien combattre; car s'il plaît à Dieu et à
saint George, vous me verrez huy bon chevalier.» De ces paroles et de
plusieurs autres belles raisons que le prince démontra ce jour à ses
gens, et fit démontrer par ses maréchaux, étoient-ils tous confortés.

De lès le prince, pour le garder et conseiller, étoit messire Jean
Chandos; ni oncques le jour ne s'en partit, pour chose qui lui avint.
Aussi s'y étoit tenu un grand temps messire Jacques d'Audelée, par
lequel conseil, le dimanche, tout le jour, la plus grand partie de
l'ordonnance de leurs batailles étoit faite; car il étoit sage et
vaillant chevalier durement, et bien le montra ce jour que on se
combattit, si comme je vous dirai. Messire Jacques d'Audelée tenoit en
vœu, grand temps avoit passé, que si il se trouvoit jamais en
besogne, là où le roi d'Angleterre ou l'un de ses enfants fût et
bataille adressât, que ce seroit le premier assaillant et le mieux
combattant de son côté, ou il demeureroit en la peine. Adonc, quand il
vit que on se combattroit et que le prince de Galles, fils ainsné du
roi, étoit là, si en fut tout réjoui, pourtant qu'il se vouloit
acquitter à son loyal pouvoir de accomplir son vœu; et s'en vint
devers le prince, et lui dit: «Monseigneur, j'ai toujours servi
loyaument monseigneur votre père et vous aussi, et ferai tant comme je
vivrai. Cher sire, je le vous montre pourtant que jadis je vouai que
la première besogne où le roi votre père ou l'un de ses fils seroit,
je serois le premier assaillant et combattant; si vous prie chèrement,
en guerdon des services que je fis oncques au roi votre père et à vous
aussi, que vous me donniez congé que de vous, à mon honneur, je me
puisse partir et mettre en état d'accomplir mon vœu.»

Le prince, qui considéra la bonté du chevalier et la grand volonté
qu'il avoit de requerre ses ennemis, lui accorda liement, et lui dit:
«Messire Jacques, Dieu vous doint huy grâce et pouvoir d'être le
meilleur des autres!» Adonc lui bailla-t-il sa main, et se partit
ledit chevalier du prince; et se mit au premier front de toutes les
batailles, accompagné tant seulement de quatre moult vaillants écuyers
qu'il avoit priés et retenus pour son corps garder et conduire; et
s'en vint tout devant le dit chevalier combattre et envahir la
bataille des maréchaux de France; et assembla à monseigneur Arnoul
d'Andrehen et à sa route, et là fit-il merveilles d'armes, si comme
vous orrez recorder en l'état de la bataille.

D'autre part aussi, messire Eustache d'Aubrecicourt, qui à ce jour
étoit jeune bachelier, et en grand désir d'acquérir grâce et prix en
armes, mit et rendit grand peine qu'il fût des premiers assaillants:
si le fut, ou auques près, à l'heure que messire Jacques d'Audelée
s'avança premier de requerre ses ennemis; mais il en chéy à messire
Eustache, ainsi que je vous dirai.

Vous avez ci-dessus assez ouï recorder, en l'ordonnance des batailles
aux François, que les Allemands qui costioient les maréchaux
demeurèrent tous à cheval. Messire Eustache d'Aubrecicourt, qui étoit
à cheval, baissa son glaive et embrassa sa targe, et férit cheval des
éperons, et vint entre les batailles. Adonc un chevalier d'Allemaigne,
qui s'appeloit et nommoit messire Louis de Recombes et portoit un écu
d'argent à cinq roses de gueules (et messire Eustache d'hermine à deux
hamèdes de gueules), vit venir messire Eustache, si issit de son
conroi de la route du comte Jean de Nasço dessous qui il étoit, et
baissa son glaive, et s'en vint adresser audit messire Eustache. Si se
consuirent de plein eslai et se portèrent par terre; et fut le
chevalier allemand navré en l'épaule: si ne se releva mie sitôt que
messire Eustache fit. Quand messire Eustache fut levé, il prit son
glaive et s'en vint sur le chevalier qui là gisoit, en grand volonté
de le requerre et assaillir; mais il n'en eut mie le loisir, car ils
vinrent sur lui cinq hommes d'armes allemands qui le portèrent par
terre. Là fut-il tellement pressé et point aidé de ses gens, que il
fut pris et emmené prisonnier entre les gens du dit comte Jean de
Nasço, qui n'en firent adonc nul compte; et ne sais si ils lui firent
jurer prison; mais ils le lièrent sur un char avecques leurs harnois.

Assez tôt après la prise d'Eustache d'Aubrecicourt, se commença le
estour de toutes parts; et jà étoit approchée et commencée la bataille
des maréchaux; et chevauchèrent avant ceux qui devoient rompre la
bataille des archers, et entrèrent tous à cheval au chemin où la
grosse haie et épaisse étoit de deux côtés. Sitôt que ces gens d'armes
furent là embattus, archers commencèrent à traire à exploit, et à
mettre main en œuvre à deux côtés de la haie, et à verser chevaux, et
à enfiler tout dedans de ces longues sajettes barbues. Ces chevaux,
qui traits étoient, et qui les fers de ces longues sajettes sentoient
et ressoignoient, ne vouloient avant aller, et se tournoient l'un de
travers, l'autre de côté, ou ils chéoient et trébuchoient dessous
leurs maîtres, qui ne se pouvoient aider ni relever; ni oncques la
dite bataille des maréchaux ne put approcher la bataille du prince. Il
y eut bien aucuns chevaliers et écuyers bien montés, qui par force de
chevaux passèrent outre et rompirent la haie, et cuidèrent approcher
la bataille du prince, mais ils ne purent.

Messire Jacques d'Audelée, en la garde de ses quatre écuyers et l'épée
en la main, si comme dessus est dit, étoit au premier front de cette
bataille, et trop en sus de tous les autres, et là faisoit merveilles
d'armes; et s'en vint par grand vaillance combattre sous la bannière
de monseigneur Arnoul d'Andrehen, maréchal de France, un moult hardi
et vaillant chevalier; et se combattirent grand temps ensemble. Et là
fut durement navré ledit messire Arnoul; car la bataille des maréchaux
fut tantôt toute déroutée et déconfite par le trait des archers, si
comme ci-dessus est dit, avec l'aide des hommes d'armes qui se
boutoient entre eux quand ils étoient abattus, et les prenoient et
occioient à volonté. Là fut pris messire Arnoul d'Andrehen; mais ce
fut d'autres gens que de messire Jacques d'Audelée, ni des quatre
écuyers, qui de lès lui étoient; car oncques le dit chevalier ne prit
prisonnier la journée, ni entendit à prendre, mais toujours à
combattre et à aller avant sur ses ennemis.


  Comment messire Jean de Clermont, maréchal de France, fut occis,
    et comment ceux de la bataille du duc de Normandie s'enfuirent.

D'autre part, messire Jean de Clermont, maréchal de France et moult
vaillant et gentil chevalier, se combattoit dessous sa bannière, et y
fit assez d'armes tant qu'il put durer; mais il fut abattu, ni oncques
puis ne se put relever, ni venir à rançon. Là fut-il mort et occis en
servant son seigneur. Et voulurent bien maintenir et dire les aucuns
que ce fut pour les paroles qu'il avoit eues, la journée devant, à
messire Jean Chandos. A peine vit oncques homme avenir en peu d'heures
si grand meschef sur gens d'armes et bons combattants, que il avint
sur la bataille des maréchaux de France; car ils fondoient l'un sur
l'autre, et ne pouvoient aller avant. Ceux qui derrière étoient et qui
le meschef véoient, et qui avant passer ne pouvoient, reculoient et
venoient sur la bataille du duc de Normandie, qui étoit grand et
espaisse pardevant: mais tôt fut éclaircie et despaissie par derrière,
quand ils entendirent que les maréchaux étoient déconfits; et
montèrent à cheval le plus, et s'en partirent; car il descendit une
route d'Anglois d'une montagne, en costiant les batailles, tous montés
à cheval, et grand foison d'archers aussi devant eux, et s'en vinrent
férir sur aile sur la bataille du duc de Normandie. Au voir dire, les
archers d'Angleterre portèrent très-grand avantage à leurs gens, et
trop ébahirent les François, car ils traioient si ouniement et si
épaissement, que les François ne savoient de quel côté entendre qu'ils
ne fussent atteints du trait; et toujours se avançoient les Anglois,
et petit à petit conquéroient terre.


  Comment le prince de Galles, quand il vit la bataille du duc de
    Normandie branler, commanda à ses gens chevaucher avant.

Quand les gens d'armes virent que cette première bataille étoit
déconfite, et que la bataille du duc de Normandie branloit et se
commençoit à ouvrir, si leur vint et recrut force, haleine et courage
trop grossement; et montèrent erraument tous à cheval qu'ils avoient
ordonnés et pourvus à demeurer de lès eux. Quand ils furent tous
montés et bien en hâte, ils se remirent tous ensemble, et commencèrent
à écrier à haute voix, pour plus ébahir leurs ennemis: «Saint George!
Guyenne!» Là dit messire Jean Chandos au prince un grand mot et
honorable: «Sire, sire, chevauchez avant! la journée est vôtre; Dieu
sera huy en votre main; adressons-nous devers votre adversaire le roi
de France, car celle part gît tout le fort de la besogne. Bien sçais
que par vaillance il ne fuira point; si nous demeurera, s'il plaît à
Dieu et à saint George, mais qu'il soit combattu; et vous dites
or-ains que huy on vous verroit bon chevalier.» Ces paroles
évertuèrent si le prince, qu'il dit tout en haut: «Jean, allons,
allons; vous ne me verrez mais huy retourner, mais toujours chevaucher
avant.» Adoncques dit-il à sa bannière: «Chevauchez avant, bannière,
au nom de Dieu et de saint George!» Et le chevalier qui la portoit fit
le commandement du prince. Là fut la presse et l'enchas grand et
périlleux; et maints hommes y furent renversés. Si sachez que qui
étoit chu il ne se pouvoit relever, si il n'étoit trop bien aidé.

Ainsi que le prince et sa bannière chevauchoit en entrant en ses
ennemis, et que ses gens le suivoient, il regarda sur destre de lès un
petit buisson: si vit messire Robert de Duras, qui là gisoit mort, et
sa bannière de lès lui, qui étoit de France au sautoir de gueules, et
bien dix ou douze des siens à l'environ. Si commanda à deux de ses
écuyers et à trois archers: «Mettez le corps de ce chevalier sur une
targe, et le portez à Poitiers; si le présentez de par moi au cardinal
de Pierregort, et dites-lui que je le salue à ces enseignes.» Les
dessusdits varlets du prince firent tantôt et sans délai ce qu'il leur
commanda.

Or vous dirai qui mut le prince à ce faire: les aucuns pourroient dire
qu'il le fit par manière de dérision. On avoit jà informé le prince
que les gens du cardinal de Pierregort étoient demeurés sur les champs
et eux armés contre lui, ce qui n'étoit mie appartenant ni droit fait
d'armes: car gens d'Église qui, pour bien, et sur traité de paix, vont
et travellent de l'un à l'autre, ne se doivent point armer ni
combattre pour l'un ni pour l'autre, par raison; et pourtant que cils
l'avoient fait, en étoit le prince courroucé sur le cardinal, et lui
envoya voirement son neveu messire Robert de Duras, si comme ci-dessus
est contenu. Et vouloit au châtelain d'Amposte, qui là fut pris, faire
trancher la tête; et l'eût fait sans faute en son ire, pourtant qu'il
étoit de la famille dudit cardinal, si n'eût été messire Jean Chandos,
qui le refréna par douces paroles, et lui dit: «Monseigneur,
souffrez-vous et entendez à plus grand chose que cette n'est; espoir
excusera le cardinal de Pierregort si bellement ses gens, que vous en
serez tout content.» Ainsi passa le prince outre, et commanda que le
dit châtelain fût bien gardé.


  Comment le duc de Normandie et ses deux frères se partirent de la
    bataille; et comment messire Jean de Landas et messire Thibaut
    de Vodenay retournèrent à la bataille.

Ainsi que la bataille des maréchaux fut toute perdue et déconfite sans
recouvrer, et que celle du duc de Normandie se commença à dérompre et
à ouvrir, et les plusieurs de ceux qui y étoient, et qui par raison
combattre se devoient, se prirent à monter à cheval, à fuir et eux
sauver, s'avancèrent Anglois qui là étoient tous montés, et
s'adressèrent premièrement vers la bataille du duc d'Athènes,
connétable de France. Là eut grand froissis et grand boutis, et maints
hommes renversés par terre; là écrioient les aucuns chevaliers et
écuyers de France qui par troupeaux se combattoient: Montjoye! saint
Denis! et les Anglois: Saint George! Guyenne! Là étoit grandement
prouesse remontrée; car il n'y avoit si petit qui ne vaulsist un homme
d'armes. Et eurent adonc le prince et ses gens d'encontre la bataille
des Allemands du comte de Sarbruche, du comte de Nasço et du comte de
Nido et de leurs gens; mais ils ne durèrent mie grandement; ainçois
furent eux reboutés et mis en chasse.

Là étoient archers d'Angleterre vites et légers de traire ouniement et
si épaissement que nul ne se osoit ni pouvoit mettre en leur trait: si
blessèrent et occirent de cette rencontre maints hommes qui ne purent
venir à rançon ni à merci. Là furent pris, assez en bon convenant, les
trois comtes dessus nommés, et morts et pris maints chevaliers et
écuyers de leur route. En ce poignis et recullis fut rescous messire
Eustache d'Aubrecicourt par ses gens qui le queroient, et qui
prisonnier entre les Allemands le sentoient; et y rendit messire Jean
de Ghistelle grand peine; et fut le dit messire Eustache remis à
cheval. Depuis fit ce jour maintes appertises d'armes, et prit et
fiança de bons prisonniers, dont il eut au temps avenir grand finance,
et qui moult lui aidèrent à avancer.

Quand la bataille du duc de Normandie, si comme je vous ai dit, vit
approcher si fortement les batailles du prince, qui jà avoient
déconfit les maréchaux et les Allemands, et étoient entrés en chasse,
si en fut la plus grand partie tout ébahie, et entendirent les aucuns
et presque tous à sauver, et les enfants du roi aussi, le duc de
Normandie, le comte de Poitiers, le comte de Touraine, qui étoient
pour ce temps moult jeunes et de petit avis: si crurent légèrement
ceux qui les gouvernoient[194]. Toutefois messire Guichard d'Angle et
messire Jean de Saintré, qui étoient de lès le comte de Poitiers, ne
voulurent mie retourner ni fuir, mais se boutèrent au plus fort de la
bataille. Ainsi se partirent, par conseil, les trois enfants du roi,
et avec eux plus de huit cents lances saines et entières, qui oncques
n'approchèrent leurs ennemis, et prirent le chemin de Chauvigny.

  [194] Le continuateur de Guillaume de Nangis dit, en parlant de
  la prise du roi Jean et de Philippe, son jeune fils: _Quod videns
  primogenitus ejus Karolus, dux Normandiæ, cum omnibus suis qui
  secum in armis aderant, dimisit prælium et recessit, et alii duo
  fratres sui similiter, videlicet dux andegavensis et comes
  pictavensis, filii regis_.--M. Géraud, le dernier et savant
  éditeur de Guillaume de Nangis, dit, à propos de ce passage: «Ce
  fut donc seulement après la prise du roi et la perte de la
  bataille que le duc de Normandie se retira, et non, comme le fait
  entendre Froissart, au commencement ou au milieu de l'action.
  D'après les Grandes Chroniques, lorsque la défaite des Français
  fut consommée, _on fit retirer_ de la mêlée le Dauphin et ses
  frères (t. VI, p. 33 et 34). Ces mois, _on fit retirer_ semble dire
  que les princes ne songeaient guère à leur sûreté. Et en effet
  une curieuse lettre du comte d'Armagnac, dont un fragment a été
  publié par M. Lacabane (_Dict. de la Conversation_, art. _Charles
  V_), prouve qu'ils s'éloignèrent du champ de bataille par ordre
  exprès du roi Jean.» Voy. l'édition de la _Chronique de Guillaume
  de Nangis_, publiée par M. Géraud pour la Société de l'histoire de
  France, t. II, p. 240. (_Note de M. Yanoski._)

Quand messire Jean de Landas, messire Thibaut de Vodenay, qui étoient
maîtres et gouverneurs du duc Charles de Normandie, avecques le
seigneur de Saint-Venant, eurent chevauché environ une grosse lieue en
la compagnie dudit duc, ils prirent congé de lui, et prièrent au
seigneur de Saint-Venant que point ne le vulsist laisser, mais mener
à sauveté, et qu'il y acquerroit autant d'honneur à garder son corps,
comme s'il demeuroit en la bataille; mais les dessus dits vouloient
retourner et venir de lès le roi et en sa bataille; et il leur
répondit que ainsi feroit-il à son pouvoir. Ainsi retournèrent les
deux chevaliers, et encontrèrent le duc d'Orléans et sa grosse
bataille toute saine et toute entière, qui étoient partis et venus par
derrière la bataille du roi. Bien est voir que plusieurs bons
chevaliers et écuyers, quoique leurs seigneurs se partissent, ne se
vouloient mie partir, mais eussent eu plus cher à mourir que il leur
fût reproché fuite.


  Comment le roi de France fit toutes ses gens aller à pied, lequel
    se combattoit très-vaillamment comme bon chevalier; et aussi
    faisoient ses gens.

Vous avez ci-dessus en cette histoire bien ouï parler de la bataille
de Crécy, et comment fortune fut moult merveilleuse pour les François:
aussi à la bataille de Poitiers elle fut très-merveilleuse, diverse et
très-félonnesse pour eux, et pareille à celle de Crécy, car les
François étoient bien de gens d'armes sept contre un. Or regardez si
ce ne fut mie grand infortuneté pour eux quand ils ne purent obtenir
la place contre leurs ennemis. Mais au voir dire, la bataille de
Poitiers fut trop mieux combattue que celle de Crécy; et eurent toutes
manières de gens d'armes mieux loisir d'aviser et considérer leurs
ennemis, qu'ils n'eurent à Crécy; car la dite bataille de Crécy
commença au vespre tout tard, sans arroi et sans ordonnance, et cette
de Poitiers matin à heure de prime, et assez par bon convenant, si
heur y eût été pour les François. Et y avinrent trop plus de beaux et
de grands faits d'armes sans comparaison qu'il ne firent à Crécy,
combien que tant de grands chefs de pays n'y furent mie morts, comme
ils furent à Crécy. Et se acquittèrent si loyalement envers leur
seigneur tous ceux qui demeurèrent à Poitiers morts ou pris, que
encore en sont les hoirs à honorer, et les vaillants hommes qui se
combattirent à recommander. Ni on ne peut pas dire ni présumer que le
roi Jean de France s'effrayât oncques de choses qu'il vit ni ouït
dire, mais demeura et fut toujours bon chevalier et bien combattant,
et ne montra pas semblant de fuir ni de reculer quand il dit à ses
hommes: «A pied, à pied!» et fit descendre tous ceux qui à cheval
étoient, et il même se mit à pied devant tous les siens, une hache de
guerre en ses mains, et fit passer avant ses bannières au nom de Dieu
et de saint Denis, dont messire Geoffroy de Chargny portoit la
souveraine; et aussi par bon convenant la grosse bataille du roi s'en
vint assembler aux Anglois. Là eut grand hutin fier et crueux, et
donnés et reçus maints horions de hache, d'épée et d'autres bâtons de
guerre. Si assemblèrent le roi de France et messire Philippe son
mainsné fils à la bataille des maréchaux d'Angleterre, le comte de
Warvich et le comte de Suffolch; et aussi y avoit-il là des Gascons
monseigneur le captal de Buch, le seigneur de Pommiers, messire Aymeri
de Tarse, le seigneur de Mucidan, le seigneur de Longueren, le
souldich de l'Estrade.

Bien avoit sentiment et connoissance le roi de France que ses gens
étoient en péril; car il véoit ses batailles ouvrir et branler, et
bannières et pennons trébucher et reculer, et par la force de leurs
ennemis reboutés: mais par fait d'armes il les cuida bien toutes
recouvrer. Là crioient les François: Montjoye! saint Denis! et les
Anglois: Saint-George! Guyenne! Si revinrent ces deux chevaliers tout
à temps qui laissé avoient la route du duc de Normandie, messire Jean
de Landas et messire Thibaut de Vodenay: si se mirent tantôt à pied
en la bataille du roi, et se combattirent depuis moult vaillamment.
D'autre part se combattoient le duc d'Athènes, connétable de France,
et ses gens; et un petit plus dessus, le duc de Bourbon, avironné de
bons chevaliers de son pays de Bourbonnois et de Picardie. D'autre
lès, sur côtière, étaient les Poitevins, le sire de Pons, le sire de
Partenay, le sire de Poiane, le sire de Tonnay-Boutonne, le sire de
Surgères, messire Jean de Saintré, messire Guichard d'Angle, le sire
d'Argenton, le sire de Linières, le sire de Montendre et plusieurs
autres, le vicomte de Rochechouart et le vicomte d'Ausnay. Là étoit
chevalerie démontrée et toute appertise d'armes faite; car créez
fermement que toute fleur de chevalerie étoit d'une part et d'autre.

Là se combattirent vaillamment messire Guichard de Beaujeu, le sire de
Château-Villain, et plusieurs bons chevaliers et écuyers de Bourgogne.
D'autre part, étoient le comte de Ventadour et de Montpensier, messire
Jacques de Bourbon, en grand arroi, et aussi messire Jean d'Artois, et
messire Jacques son frère, et messire Regnault de Cervoles, dit
Archiprêtre, armé pour le jeune comte d'Alençon.

Si y avoit aussi d'Auvergne plusieurs grands barons et bons
chevaliers, tels comme le seigneur de Mercueil (Mercœur?), le
seigneur de la Tour, le seigneur de Chalençon, messire Guillaume de
Montagu, le seigneur de Rochefort, le seigneur d'Apchier et le
seigneur d'Apchon; et de Limosin, le seigneur de Malval, le seigneur
de Moreil, et le seigneur de Pierrebuffière; et de Picardie, messire
Guillaume de Neelle, messire Raoul de Rayneval, messire Geoffroy de
Saint-Dizier, le seigneur de Helly, le seigneur de Monsault, le
seigneur de Hangest, et plusieurs autres.

Encore en la bataille dudit roi étoit le comte de Douglas d'Écosse, et
se combattit un espace assez vaillamment; mais quand il vit que la
déconfiture se contournoit du tout sur les François, il se partit et
se sauva au mieux qu'il put; car nullement il n'eût voulu être pris ni
échu ès mains des Anglois; mais eût eu plus cher à être occis sur la
place, car pour certain il ne fût jamais venu à rançon.


  Comment messire Jacques d'Audelée en fut mené de la bataille
    moult navré; et comment messire Jean Chandos enhorte le prince
    de chevaucher avant.

On ne vous peut mie de tous parler, dire ni recorder: «Cil fit bien et
cil fit mieux;» car trop y faudroit de paroles: non pourquant d'armes
on ne se doit mie légèrement départir ni passer; mais il y eut là
moult de bons chevaliers et écuyers d'un côté et d'autre, et bien le
montrèrent; car ceux qui y furent morts et pris de la partie du roi de
France ne daignèrent oncques fuir, mais demeurèrent vaillamment de lès
leur seigneur et hardiment se combattirent.

D'autre part, on vit chevaliers d'Angleterre et de Gascogne eux
aventurer si très-hardiment, et si ordonnément chevaucher et requérir
leurs ennemis, que merveilles seroit à penser, et leurs corps au
combattre abandonner, et ne l'eurent mie davantage; mais leur convint
moult de peines endurer et souffrir ainçois qu'ils pussent en la
bataille du roi entrer. Là étoient de lès le prince et à son frein
messire Jean Chandos, messire Pierre d'Audelée, frère de messire
Jacques d'Audelée, de qui nous avons parlé ci-dessus, qui fut des
premiers assaillants, ainsi qu'il avoit voué, et lequel avoit jà tant
fait d'armes par l'aide de ses quatre écuyers, que on le doit bien
tenir et recommander pour preux, car il toudis, comme bon chevalier,
étoit entré au plus fort des batailles, et combattu si vaillamment que
il y fut durement navré au corps, au chef et au visage; et tant que
haleine et force lui purent durer il se combattit et alla toujours
devant, et tant que il fut moult essaigié. Adonc sur la fin de la
bataille le prirent les quatre écuyers qui le gardoient, et
l'amenèrent moult foiblement et fort navré au dehors des batailles, de
lès une haie, pour lui un petit refroidir et éventer; et le
désarmèrent le plus doucement qu'ils purent, et entendirent à ses
plaies bander et lier et recoudre les plus périlleuses.

Or reviendrons au prince de Galles, qui chevauchoit avant, en
combattant et occiant ses ennemis; de lès lui messire Jean Chandos,
par lequel conseil il ouvra et persévéra la journée; et le gentil
chevalier s'en acquitta si loyaument, que oncques il n'entendit ce
jour à prendre prisonnier; mais disoit en outre au prince: «Sire,
chevauchez avant! Dieu est en votre main, la journée est vôtre.» Le
prince, qui tendoit à toute perfection d'honneur, chevauchoit avant,
sa bannière devant lui, et réconfortoit ses gens là où il les véoit
ouvrir et branler, et y fut très-bon chevalier.


  Comment le duc de Bourbon, le duc d'Athènes et plusieurs autres
    barons et chevaliers furent morts, et aussi plusieurs pris.

Ce lundi fut la bataille des Anglois et des François, assez près de
Poitiers, moult dure et moult forte; et y fut le roi Jean de France de
son côté moult bon chevalier; et si la quarte partie de ses gens
l'eussent ressemblé, la journée eût été pour eux; mais il n'en avint
mie ainsi. Toutefois les ducs, les comtes, les barons et les
chevaliers et écuyers qui demeurèrent se acquittèrent à leur pouvoir
bien et loyaument, et se combattirent tant que ils furent tous morts
ou pris; peu s'en sauvèrent de ceux qui descendirent à pied jus de
leurs chevaux sur le sablon, de lès le roi leur seigneur. Là furent
occis, dont ce fut pitié et dommage, le gentil duc de Bourbon, qui
s'appeloit messire Pierre, et assez près de lui messire Guichard de
Beaujeu et messire Jean de Landas; et pris et durement navré
l'archiprêtre, messire Thibaut de Vodenay et messire Baudouin
d'Ennequin; morts, le duc d'Athènes, connétable de France, et l'évêque
de Châlons en Champagne; et d'autre part, pris le comte de Waudemont
et de Joinville, et le comte de Ventadour, et cil de Vendôme; et
occis, un petit plus dessus, messire Guillaume de Neelle et messire
Eustache de Ribeumont; et d'Auvergne, le sire de la Tour, et messire
Guillaume de Montagu; et pris, messire Louis de Maleval, le sire de
Pierrebuffière, et le sire de Seregnac; et en celle empainte furent
plus de deux cents chevaliers morts et pris.

D'autre part, se combattoient aucuns bons chevaliers de Normandie à
une route d'Anglois; et là furent morts messire Grimouton de Chambli
et monseigneur le Baudrain de la Heuse, et plusieurs autres qui
étoient déroutés et se combattoient par troupeaux et par compagnies,
ainsi que ils se trouvoient et recueilloient. Et toudis chevauchoit le
prince et s'adressoit vers la bataille du roi; et la plus grand partie
des siens entendoit à faire la besogne à son profit et au mieux qu'ils
pouvoient; car tous ne pouvoient mie être ensemble. Si y eut ce jour
faites maintes appertises d'armes, qui toutes ne vinrent mie à
connoissance; car on ne peut pas tout voir ni savoir, ni les plus
preux et les plus hardis aviser ni concevoir. Si en veuil parler au
plus justement que je pourrai, selon ce que j'en fus depuis informé
par les chevaliers et écuyers qui furent d'une part et d'autre.


  Comment le sire de Renty, en fuyant de la bataille, prit un
    chevalier anglois qui le poursuivoit; et comment un écuyer de
    Picardie, par tel parti, prit le sire de Bercler.

Entre ces batailles et ces rencontres, et les chasses et les
poursuites qui furent ce jour sur les champs, enchéy à messire Oudart
de Renty ainsi que je vous dirai. Messire Oudart étoit parti de la
bataille, car il véoit bien qu'elle étoit perdue sans recouvrer: si ne
se voult mie mettre au danger des Anglois là où il le put amender, et
s'étoit jà bien éloigné d'une lieue. Si l'avoit un chevalier
d'Angleterre poursuivi un espace, la lance au poing, et écrioit à la
fois à messire Oudart: «Chevalier, retournez, car c'est grand honte de
ainsi fuir.» Messire Oudart, qui se sentoit chassé, se vergogna et se
arrêta tout coi, et mit l'épée en fautre, et dit à soi-même qu'il
attendroit le chevalier d'Angleterre. Le chevalier anglois cuida venir
dessus messire Oudart, et asseoir son glaive sur sa targe; mais il
faillit, car messire Oudart se détourna contre le coup, et ne faillit
pas à asséner le chevalier anglois, mais le férit tellement de son
épée en passant sur son bassinet, qu'il l'étonna tout et l'abbatit jus
à terre de son cheval, et se tint là tout coi un espace sans relever.
Adonc mit pied à terre messire Oudart, et vint sur le chevalier qui là
gisoit, et lui appuya son épée sus la poitrine, et lui dit vraiment
qu'il l'occiroit s'il ne se rendoit à lui et lui fiançoit prison,
rescous ou non rescous. Le chevalier anglois ne se vit pas adoncques
au-dessus de la besogne, et se rendit audit messire Oudart pour son
prisonnier, et s'en alla avecques lui, et depuis le rançonna bien et
grandement.

Encore entre les batailles et au fort de la chasse avint une aussi
belle aventure et plus grande à un écuyer de Picardie qui s'appeloit
Jean d'Ellenes, appert homme d'armes et sage et courtois durement. Il
s'étoit ce jour combattu assez vaillamment en la bataille du roi; si
avoit vu et conçu la déconfiture et la grand pestillence qui y
couroit, et lui étoit si bien avenu que son page lui avoit amené son
coursier frais et nouveau, qui lui fit grand bien. Adonc étoit sur les
champs le sire de Bercler, un jeune et appert chevalier, et qui ce
jour avoit levé bannière: si vit le convenant de Jean d'Ellenes, et
issit très-appertement des conrois après lui, monté aussi sur fleur de
coursiers; et pour faire plus grand vaillance d'armes, il se sépara de
sa troupe et voulut le dit Jean suivir tout seul, si comme il fit. Et
chevauchèrent hors de toutes batailles moult loin, sans eux approcher,
Jean d'Ellenes devant et le sire de Bercler après, qui mettoit grand
peine à l'aconsuir. L'intention de l'écuyer françois étoit bien telle
qu'il retourneroit voirement, mais qu'il eût amené le chevalier encore
un petit plus avant. Et chevauchèrent, ainsi que par haleine de
coursier, plus d'une grosse lieue, et éloignèrent bien autant et plus
toutes les batailles. Le sire de Bercler écrioit à la fois à Jean
d'Ellenes: «Retournez, retournez homme d'armes! ce n'est pas honneur
ni prouesse de ainsi fuir.» Quand l'écuyer vit son tour et que temps
fut, il tourna moult aigrement sur le chevalier, tout à un faix,
l'épée au poing, et la mit dessous son bras en manière de glaive, et
s'en vint en cel état sur le seigneur de Bercler, qui oncques ne le
voult refuser, mais prit son épée, qui étoit de Bordeaux, bonne et
légère et roide assez, et l'empoigna par les hans, et levant la main
pour jeter en passant à l'écuyer, et l'escouy, et laissa aller. Jean
d'Ellenes, qui vit l'épée en volant venir sur lui, se détourna; et
perdit par celle voye l'Anglois son coup au dit écuyer. Mais Jean ne
perdit point le sien, mais atteignit en passant le chevalier au bras,
tellement qu'il lui fit voler l'épée aux champs. Quand le sire de
Bercler vit qu'il n'avoit point d'épée et l'écuyer avoit la sienne, si
saillit jus de son coursier, et s'en vint tout le petit pas là où son
épée étoit: mais il n'y put oncques si tôt venir, que Jean d'Ellenes
ne le hâtât, et jeta par à jus si roidement son épée au dit chevalier
qui étoit à terre, et l'atteignit dedans les cuissiens tellement, que
l'épée, qui étoit roide et bien acérée de fort bras et de grand
volonté, entra ès cuissiens et s'encousit tout parmi les cuisses
jusques aux hanches. De ce coup chéy le chevalier, qui fut durement
navré et qui aider ne se pouvoit. Quand l'écuyer le vit en cel état,
si descendit moult appertement de son coursier, et vint à l'épée du
chevalier qui gisoit à terre, et la prit; et puis tout le pas s'en
vint sur le chevalier, et lui demanda s'il se vouloit rendre, rescous
ou non rescous. Le chevalier lui demanda son nom. Il dit: «On
m'appelle Jean d'Ellenes; et vous comment?»--«Certes, compain,
répondit le chevalier, on m'appelle Thomas, et suis sire de Bercler,
un moult beau châtel séant sur la rivière de Saverne, en la marche de
Galles.»--«Sire de Bercler, dit l'écuyer, vous serez mon prisonnier,
si comme je vous ai dit, et je vous mettrai à sauveté et entendrai à
vous guérir; car il me semble que vous êtes durement navré.» Le sire
de Bercler répondit: «Je le vous accorde ainsi, voirement suis-je
votre prisonnier, car vous m'avez loyaument conquis.» Là lui
créanta-t-il sa foi que, rescous ou non rescous, il seroit son
prisonnier. Adonc traist Jean l'épée hors des cuissiens du chevalier:
si demeura la plaie toute ouverte; mais Jean la banda et fit bien et
bel au mieux qu'il put, et fit tant qu'il le remit sur son coursier,
et l'emmena ce jour sur son coursier tout le pas jusques à
Chasteauleraut; et là séjourna-t-il plus de quinze jours, pour l'amour
de lui, et le fit médeciner; et quand il eut un peu mieux, il le mit
en une litière et le fit amener tout souef en son hôtel en Picardie.
Là fut-il plus d'un an, et tant qu'il fut bien guéri: mais il demeura
affolé; et quand il partit, il paya six mille nobles; et devint le dit
écuyer chevalier, pour le grand profit qu'il eut de son prisonnier, le
seigneur de Bercler. Or, reviendrons-nous à la bataille de Poitiers.


  Comment il y eut grand occision des François devant la porte de
    Poitiers, et comment le roi Jean fut pris.

Ainsi aviennent souvent les fortunes en armes et en amours, plus
heureuses et plus merveilleuses que on ne les pourroit ni oseroit
penser et souhaiter, tant en batailles et en rencontres, comme par
follement chasser. Au voir dire, cette bataille qui fut assez près de
Poitiers, ès champs de Beauvoir et de Maupertuis, fut moult grande et
moult périlleuse; et y purent bien avenir plusieurs grandes aventures
et beaux faits d'armes qui ne vinrent mie tous à connoissance. Cette
bataille fut très-bien combattue, bien poursuie et bien chevauchée
pour les Anglois; et y souffrirent les combattants d'un côté et
d'autre moult de peines. Là fit le roi Jean de sa main merveilles
d'armes, et tenoit la hache dont trop bien se défendoit et combattoit.

A la presse rompre et ouvrir furent pris assez près de lui le comte de
Tancarville et messire Jacques de Bourbon, pour le temps comte de
Ponthieu, et messire Jean d'Artois comte d'Eu; et d'autre part, un
petit plus en sus, dessous le pennon du captal, messire Charles
d'Artois et moult d'autres chevaliers. La chasse de la déconfiture
dura jusques aux portes de Poitiers, et là eut grand occision et grand
abatis de gens d'armes et de chevaux; car ceux de Poitiers refermèrent
leurs portes, et ne laissoient nullui entrer dedans: pourtant y eut-il
sur la chaussée et devant la porte si grand horribleté de gens
occire, navrer et abattre, que merveilles seroit à penser; et se
rendoient les François de si loin qu'ils pouvoient voir un Anglois; et
y eut là plusieurs Anglois, archers et autres, qui avoient quatre,
cinq ou six prisonniers; ni on n'ouït oncques de telle meschéance
parler, comme il avint là sur eux.

Le sire de Pons, un grand baron de Poitou, fut là occis, et moult
d'autres chevaliers et écuyers; et pris le vicomte de Rochechouart, le
sire de Poiane, et le sire de Partenay; et de Xaintonge, le sire de
Montendre; et pris messire Jean de Saintré, et tant battu que oncques
puis n'eut santé; si le tenoit-on pour le meilleur et plus vaillant
chevalier de France; et laissé pour mort entre les morts, messire
Guichard d'Angle, qui trop vaillamment se combattit celle journée.

Là se combattit vaillamment et assez près du roi messire Geoffroy de
Chargny; et étoit toute la presse et la huée sur lui, pourtant qu'il
portoit la souveraine bannière du roi; et il même avoit sa bannière
sur les champs, qui étoit de gueules à trois écussons d'argent. Tant y
survinrent Anglois et Gascons de toutes parts, que par force ils
ouvrirent et rompirent la presse de la bataille du roi de France; et
furent les François si entouillés entre leurs ennemis, qu'il y avoit
bien, en tel lieu étoit et telle fois fut, cinq hommes d'armes sur un
gentilhomme.

Là fut pris messire Baudouin d'Ennequin de messire Berthelemien de
Bruhe; et fut occis messire Geoffroy de Chargny, la bannière de France
entre ses mains; et pris le comte de Dampmartin de monseigneur
Regnault de Cobehen. Là eut adoncques trop grand presse et trop grand
boutis sur le roi Jean, pour la convoitise de le prendre; et le
crioient ceux qui le connoissoient, et qui le plus près de lui
étoient: «Rendez-vous, rendez-vous! autrement vous êtes mort.» Là
avoit un chevalier de la nation de Saint-Omer, que on appeloit
monseigneur Denis de Mortbeque, et avoit depuis cinq ans servi les
Anglois, pour tant que il avoit de sa jeunesse forfait le royaume de
France par guerre d'amis et d'un homicide qu'il avoit fait à
Saint-Omer, et étoit retenu du roi d'Angleterre aux solds et aux
gages. Si chéy adoncques si bien à point au dit chevalier, que il
étoit de lès le roi de France et le plus prochain qui y fut, quand on
tiroit ainsi à le prendre: si se avance en la presse, à la force des
bras et du corps, car il étoit grand et fort, et dit au roi, en bon
françois, où le roi se arrêta plus que à autres. «Sire, sire,
rendez-vous.» Le roi, qui se vit en dur parti et trop efforcé de ses
ennemis, et aussi que la défense ne lui valoit rien, demanda, en
regardant le chevalier: «A qui me rendroi-je? à qui? Où est mon cousin
le prince de Galles? Si je le véois, je parlerois.»--«Sire, répondit
messire Denis, il n'est pas ci; mais rendez-vous à moi, je vous
mènerai devers lui.»--«Qui êtes-vous? dit le roi.--Sire, je suis Denis
de Mortbeque, un chevalier d'Artois; mais je sers le roi d'Angleterre,
pour ce que je ne puis au royaume de France demeurer, et que je y ai
tout forfait le mien.»--«Adoncques,» répondit le roi de France, si
comme je fus depuis informé, on dut répondre: «Et je me rends à vous.»
Et lui bailla son destre gant. Le chevalier le prit, qui en eut grand
joie. Là eut grand presse et grand tiris entour le roi; car chacun
s'efforçoit de dire: «Je l'ai pris, je l'ai pris.» Et ne pouvoit le
roi aller avant, ni messire Philippe son mainsné fils.

Or lairons un petit à parler de ce touillement qui étoit sur le roi de
France, et parlerons du prince de Galles et de la bataille.


  Comment il y eut grand débat entre les Anglois et les Gascons sur
    la prise du roi Jean, et comment le prince envoya ses maréchaux
    pour savoir où il étoit.

Le prince de Galles, qui durement étoit hardi et courageux, le
bassinet en la tête étoit comme un lion fel et crueux, et qui ce jour
avoit pris grand plaisance à combattre et à enchasser ses ennemis, sur
la fin de la bataille étoit durement échauffé; si que messire Jean
Chandos, qui toujours fut de lès lui, ni oncques ce jour ne le laissa,
lui dit: «Sire, c'est bon que vous vous arrêtez ci, et mettez votre
bannière haut sur ce buisson; si se retrairont vos gens, qui sont
durement épars; car, Dieu merci, la journée est vôtre, et je ne vois
mais nulles bannières ni nuls pennons françois ni conroi entre eux qui
se puisse rejoindre; et si vous rafraîchirez un petit, car je vous
vois moult échauffé.» A l'ordonnance de monseigneur Jean Chandos
s'accorda le prince, et fit sa bannière mettre sur un haut buisson,
pour toutes gens recueillir, et corner ses menestrels, et ôta son
bassinet.

Tantôt furent ses chevaliers appareillés, ceux du corps et ceux de la
chambre; et tendit-on illecques un petit vermeil pavillon, où le
prince entra; et lui apporta-t-on à boire, et aux seigneurs qui
étoient de lès lui. Et toujours multiplioient-ils; car ils revenoient
de la chasse: si se arrêtoient là ou environ, et s'embesognoient
entour leurs prisonniers.

Sitôt que les maréchaux tous deux revinrent, le comte de Warvich et le
comte de Suffolch, le prince leur demanda si ils savoient nulles
nouvelles du roi de France. Ils répondirent: «Sire, nennil, bien
certaines; nous créons bien ainsi que il est mort ou pris; car point
n'est parti des batailles.» Adoncques le prince dit en grand'hâte au
comte de Warvich et à monseigneur Regnault de Cobehen: «Je vous prie,
partez de ci, et chevauchez si avant que à votre retour vous m'en
sachiez à dire la vérité.» Ces deux seigneurs tantôt de rechef
montèrent à cheval et se partirent du prince, et montèrent sur un
tertre pour voir entour eux: si aperçurent une grand flotte de gens
d'armes tous à pied, et qui venoient moult lentement. Là étoit le roi
de France en grand péril; car Anglois et Gascons en étoient maîtres,
et l'avoient jà tollu à monseigneur Denis de Mortbeque et moult
éloigné de lui, et disoient les plus forts: «Je l'ai pris, je l'ai
pris.» Toutesfois le roi de France, qui sentoit l'envie que ils
avoient entre eux sur lui, pour eschiver le péril, leur dit:
«Seigneurs, seigneurs, menez-moi courtoisement, et mon fils aussi,
devers le prince mon cousin, et ne vous riotez plus ensemble de ma
prise, car je suis sire, et grand assez pour chacun de vous faire
riche.» Ces paroles et autres que le roi lors leur dit les saoula un
petit; mais néanmoins toujours recommençoit leur riote, et n'alloient
pied avant de terre que ils ne riotassent. Les deux barons dessus
nommés, quand ils virent celle foule et ces gens d'armes ainsi
ensemble, s'avisèrent que ils se trairoient celle part: si férirent
coursiers des éperons et vinrent jusques là, et demandèrent:
«Qu'est-ce là? qu'est-ce là?» Il leur fut dit: «C'est le roi de France
qui est pris, et le veulent avoir plus de dix chevaliers et écuyers.»
Adoncques, sans plus parler, les deux barons rompirent, à force de
chevaux, la presse, et firent toutes manières de gens aller arrière,
et leur commandèrent, de par le prince et sur la tête, que tous se
traïssent arrière et que nul ne l'approchât, si il n'y étoit ordonné
et requis. Lors se partirent toutes gens qui n'osèrent ce commandement
briser, et se tirèrent bien arrière du roi et des deux barons, qui
tantôt descendirent à terre et inclinèrent le roi tout bas; lequel
roi fut moult lie de leur venue; car ils le délivrèrent de grand
danger.

Or vous parlerons un petit encore de l'ordonnance du prince, qui étoit
dedans son pavillon, et quelle chose il fit en attendant les
chevaliers dessus nommés.


  Comment le prince donna à messire Jacques d'Audelée cinq cents
    marcs d'argent de revenue; et comment le roi de France fut
    présenté au prince.

Si très-tôt que le comte de Warvich et messire Regnault de Cobehen se
furent partis du prince, si comme ci-dessus est contenu, le prince
demanda aux chevaliers qui entour lui étoient: «De messire James
d'Audelée est-il nul qui en sache rien?»--«Oil, sire, répondirent
aucuns chevaliers qui là étoient et qui vu l'avoient; il est moult
navré, et est couché en une litière assez près de ci.»--«Par ma foi,
dit le prince, de sa navrure suis-je moult durement courroucé; mais je
le verrois moult volontiers. Or sache-t-on, je vous prie, si il
pourroit souffrir le apporter ci? et si il ne peut, je l'irai voir.»
Et y envoya deux chevaliers pour faire ce message. «Grands mercis, dit
messire James, à monseigneur le prince, quand il lui plaît à souvenir
d'un si petit bachelier que je suis.» Adoncques appela-t-il de ses
varlets jusques à huit, et se fit porter en sa litière là où le prince
étoit. Quand le prince vit monseigneur James, si se abaissa sur lui,
et lui fit grand chère, et le reçut doucement, et lui dit ainsi:
«Messire James, je vous dois bien honorer, car par votre vaillance et
prouesse avez-vous huy acquis la grâce et la renommée de nous tous; et
y êtes tenu par certaine science pour le plus preux.»--«Monseigneur,
répondit messire James, vous pouvez dire ce qu'il vous plaît: je
voudrois bien qu'il fût ainsi; et si je me suis avancé pour vous
servir et accomplir un vœu que je avois fait, on ne le me doit pas
tourner à prouesse, mais à outrage.»

Adoncques répondit le prince, et dit: «Messire James, je et tous les
autres vous tenons pour le meilleur de notre côté; et pour votre grâce
accroître et que vous ayez mieux pour vous étoffer et suivir les
armes, je vous retiens à toujours mais pour mon chevalier, à cinq
cents marcs de revenue par an, dont je vous assignerai bien sur mon
héritage en Angleterre.»--«Sire, répondit messire James, Dieu me doint
desservir les grands biens que vous me faites.»

A ces paroles prit-il congé au prince, car il étoit moult foible; et
le rapportèrent ses varlets arrière en son logis. Il ne pouvoit mie
encore être guère éloigné, quand le comte de Warvich et messire
Regnault de Cobehen entrèrent au pavillon du prince, et lui firent
présent du roi de France; lequel présent le dit prince dut bien
recevoir à grand et à noble. Et aussi fit-il vraiment, et s'inclina
tout bas contre le roi de France, et le reçut comme roi, bien et
sagement, ainsi que bien le savoit faire; et fit là apporter le vin et
les épices, et en donna il même au roi, en signe de très-grand amour.


  Ci dit quans grans seigneurs il y eut pris avec le roi Jean, et
    combien il y en eut de morts; et comment les Anglois fêtèrent
    leurs prisonniers.

Ainsi fut cette bataille déconfite que vous avez ouïe, qui fut ès
champs de Maupertuis, à deux lieues de la cité de Poitiers, le
dix-neuvième jour du mois de septembre l'an de grâce Notre-Seigneur
mil trois cent cinquante-six. Si commença environ petite prime, et fut
toute passée à nonne; mais encore n'étoient point tous les Anglois qui
chassé avoient retournés de leur chasse et remis ensemble: pour ce
avoit fait mettre le prince sa bannière sur un buisson, pour ses gens
recueillir et rallier, ainsi qu'ils firent; mais ils furent toutes
basses vêpres ainçois que tous fussent revenus de leur chasse. Et fut
là morte, si comme on recordoit, toute la fleur de la chevalerie de
France; de quoi le noble royaume de France fut durement affoibli, et
en grand misère et tribulation eschéy, ainsi que vous orrez ci-après
recorder.

Avec le roi et son jeune fils, monseigneur Philippe, eut pris dix-sept
comtes, sans les barons, les chevaliers et les écuyers; et y furent
morts entre cinq cents et sept cents hommes d'armes, et six mille
hommes, que uns, que autres.

Quand ils furent tous en partie retournés de la chasse, et revenus
devers le prince qui les attendoit sur les champs, si comme vous avez
ouï recorder, si trouvèrent deux tant de prisonniers qu'ils n'étoient
de gens. Si eurent conseil l'un par l'autre, pour la grand charge
qu'ils en avoient, qu'ils en rançonneroient sur les champs le plus,
ainsi qu'ils firent. Et trouvèrent les chevaliers et les écuyers
prisonniers, les Anglois et les Gascons moult courtois; et en y eut ce
propre jour mis à finance grand foison, ou reçus simplement sur leur
foi à retourner dedans le Noël ensuivant à Bordeaux, sur Gironde, ou
là rapporter les payements.

Quand ils furent ainsi que tous rassemblés, si se retroit chacun en
son logis, tout joignant où la bataille avoit été. Si se désarmèrent
les aucuns, et non pas tous, et firent désarmer leurs prisonniers, et
les honorèrent tant qu'ils purent chacun les siens; car ceux qu'ils
prenoient prisonniers en la bataille étoient leurs, et les pouvoient
quitter et rançonner à leur volonté.

Si pouvoit chacun penser et savoir que tous ceux qui là furent en
cette fortunée bataille avec le prince de Galles furent riches
d'honneur et d'avoir, tant parmi les rançons des prisonniers, comme
parmi le gain d'or et d'argent qui là fut trouvé, tant en vaisselle
et en ceintures d'or et d'argent et riches joyaux, en malles farcies
de ceintures riches et pesantes, et de bons manteaux. D'armures, de
harnois et de bassinets ne faisoient-ils nul compte; car les François
étoient là venus très-richement et si étoffément que mieux ne
pouvoient, comme ceux qui cuidoient bien avoir la journée pour eux.

Or, vous parlerons un petit comment messire James d'Audelée ouvra des
cinq cents marcs d'argent que le prince de Galles lui donna, si comme
il est contenu ci-dessus.


  Comment messire Jacques d'Audelée donna ses cinq cents marcs
    d'argent de revenue, que le prince lui avoit donnés, à ses
    quatre écuyers.

Quand messire James d'Audelée fut arrière rapporté en sa litière en
son logis, et il eut grandement remercié le prince du don que donné
lui avoit, il n'eut guères reposé en sa loge quand il manda messire
Pierre d'Audelée son frère, messire Berthelemy de Brues, messire
Étienne de Cousenton, le seigneur de Villeby et monseigneur Raoul de
Ferrières: ceux étoient de son sang et de son lignage. Si très-tôt que
ils furent venus et en la présence de lui, il se avança de parler au
mieux qu'il put; car il étoit durement foible, pour les navrures qu'il
avoit, et fit venir avant les quatre écuyers qu'il avoit eus pour son
corps, la journée, et dit ainsi aux chevaliers qui là étoient:
«Seigneurs, il a plu à monseigneur le prince qu'il m'a donné cinq
cents marcs de revenue par an et en héritage, pour lequel don je lui
ai encore fait petit service, et puis faire de mon corps tant
seulement. Il est vérité que vecy quatre écuyers qui m'ont toujours
loyaument servi, et par espécial à la journée d'huy. Ce que j'ai
d'honneur, c'est par leur emprise et leur hardiment; pour quoi, en la
présence de vous qui êtes de mon lignage, je leur veux maintenant
rémunérer les grands et agréables services qu'ils m'ont faits. C'est
mon intention que je leur donne et résigne en leurs mains le don et
les cinq cents marcs que monseigneur le prince m'a donnés et accordés,
en telle forme et manière que donnés les m'a; et m'en déshérite et les
en hérite purement et franchement, sans nul rappel.»

Adonc regardèrent les chevaliers qui là étoient l'un l'autre, et
dirent entre eux: «Il vient à monseigneur James de grand vaillance de
faire tel don.» Si lui répondirent tous à une voix: «Sire, Dieu y ait
part! ainsi le témoignerons là où ils voudront.» Et se partirent atant
de lui; et s'en allèrent les aucuns devers le prince, qui devoit
donner à souper au roi de France et à son fils, et à la plus grand
partie des comtes et des barons qui prisonniers étoient; et tout de
leurs pourvéances, car les François en avoient fait amener après eux
grand foison, et elles étoient aux Anglois et aux Gascons faillies, et
plusieurs en y avoit entre eux qui n'avoient goûté de pain trois jours
étoient passés.


  Comment le prince de Galles donna à souper au roi et aux grands
    barons de France, et les servit moult humblement.

Quand ce vint au soir, le prince de Galles donna à souper au roi de
France et à monseigneur Philippe son fils, à monseigneur Jacques de
Bourbon, et à la plus grand partie des comtes et des barons de France
qui prisonniers étoient. Et assit le prince le roi de France et son
fils monseigneur Philippe, monseigneur Jacques de Bourbon, monseigneur
Jean d'Artois, le comte de Tancarville, le comte d'Estampes, le comte
de Dampmartin, le seigneur de Joinville et le seigneur de Partenay, à
une table moult haute et bien couverte, et tous les autres barons et
chevaliers aux autres tables. Et servoit toujours le prince au-devant
de la table du roi, et par toutes les autres tables, si humblement
comme il pouvoit. Ni oncques ne se voult seoir à la table du roi, pour
prière que le roi sçût faire; ains disoit toujours qu'il n'étoit mie
encore si suffisant qu'il appartenist de lui seoir à la table d'un si
haut prince et de si vaillant homme que le corps de lui étoit et que
montré avoit à la journée. Et toujours s'agenouilloit par-devant le
roi, et disoit bien: «Cher sire, ne veuillez mie faire simple chère,
pour tant si Dieu n'a voulu consentir huy votre vouloir; car
certainement monseigneur mon père vous fera toute l'honneur et amitié
qu'il pourra, et s'accordera à vous si raisonnablement que vous
demeurerez bons amis ensemble à toujours. Et m'est avis que vous avez
grand raison de vous esliescer, combien que la besogne ne soit tournée
à votre gré; car vous avez aujourd'hui conquis le haut nom de prouesse
et avez passé tous les mieux faisants de votre côté. Je ne le dis mie,
cher sire, sachez, pour vous lober; car tous ceux de notre partie, et
qui ont vu les uns et les autres, se sont par pleine science à ce
accordés, et vous en donnent le prix et le chapelet, si vous le voulez
porter.»

A ce point commença chacun à murmurer; et disoient entre eux, François
et Anglois, que noblement et à point le prince avoit parlé. Si le
prisoient durement, et disoient communément que en lui avoient et
auroient encore gentil seigneur, si il pouvoit longuement durer et
vivre, et en telle fortune persévérer.

    _Chroniques de Froissart._



ÉTATS GÉNÉRAUX DE 1356.

   Après la bataille de Poitiers et la prise du roi Jean, le duc de
   Normandie (depuis roi sous le nom de Charles V) prit la régence
   pendant la captivité de son père, et fut obligé, par l'anarchie
   générale, de convoquer les États Généraux qui se réunirent à
   Paris et s'emparèrent aussitôt du gouvernement. Etienne Marcel,
   marchand drapier et prévôt des marchands de Paris, et l'évêque de
   Laon, Robert Lecoq, poussèrent les deputés de la bourgeoisie à
   entreprendre la réforme générale de l'État et à enlever à la
   noblesse la direction des affaires. Mais ces tentatives de
   révolution avortèrent; la bourgeoisie fut vaincue, Marcel fut
   tué; les paysans qui s'étaient révoltés furent écrasés, et le
   Régent rentra à Paris en maître.

   Cette partie des chroniques de Saint-Denis, que nous reproduisons
   ici a été rédigée par le chancelier Pierre d'Orgemont, un des
   conseillers de Charles V. Charles V lui-même y a certainement
   travaillé, et sa pensée s'y révèle à chaque instant. Toute cette
   relation doit être considérée comme de vrais mémoires de Charles
   V, et doit être lue avec une certaine précaution, à cause de son
   hostilité toute naturelle contre Étienne Marcel et les idées
   qu'il représentait.


  Comment monseigneur Charles duc de Normendie et ainsné fils du
    roy de France, après ce que il fut revenu de la bataille de
    Poitiers, fist assembler les gens des trois estas pour ordoner
    hastivement de la délivrance du roy son père. Et furent les
    gens du conseil du roy séparés du conseil de ceux des trois
    estas, qui furent esleus cinquante pour tous.

En ce meisme an, le quinziesme jour dudit moys d'octobre qui fut en un
jour de samedi, vindrent à Paris plusieurs gens d'Églyse et nobles et
gens de bonnes villes de la langue d'oil. Et le lundi ensuivant furent
tous assemblés en la chambre du parlement par le commandement de
monseigneur le duc de Normendie, qui fut là présent, et en la présence
duquel monseigneur Pierre de la Forest, archevesque de Rouen et
chancelier de France, exposa à ceux des trois estas dont dessus est
faite mencion, la prise du roy, et comment il s'estoit vassaument
combatu de sa propre main, et nonobstant ce avoit esté pris par grant
infortune. Et leur monstra ledit chancelier comment chascun devoit
mettre grant paine à la délivrance dudit roy. Et après leur requist,
de par monseigneur le duc, conseil comment le roy pourroit estre
recouvré, et aussi de gouverner les guerres et aides à ce faire.

Lesquels des trois estas, c'est assavoir les gens d'Églyse par la
bouche de monseigneur de Craon, archevesque de Rains, les nobles par
la bouche de monseigneur Phelippe, duc d'Orléans et frère germain du
roy, et les gens des bonnes villes par la bouche d'Estienne Marcel,
bourgeois de Paris et lors prévost des marchans, respondirent que ils
vouloient faire tout ce qu'ils pourroient aux fins dessus dites, et
requistrent délay pour eux assembler et parler ensemble sur ces
choses; lequel fut donné. Et furent mis et ordenés, par ledit
monseigneur de Normendie, plusieurs du conseil du roy pour aler au
conseil des dessus dis trois estas. Et quant ils y orent esté par deux
jours, on leur fist sentir et dire que lesdites gens des trois estas
ne besoigneroient point sur les choses dessus dites tant que les gens
du conseil du roy feussent avec eux. Et, pour ce, se déportèrent
lesdites gens du conseil du roy de plus aler aux assemblées des trois
estas, qui estoient chascun jour faites en l'ostel des frères Meneurs,
à Paris. Et continuèrent quinze jours ou environ, tant que il ennuioit
à plusieurs de ce que lesdis trois estas attendoient si longuement à
faire leurs responses sur les choses dessus dites. Toutefois, après
que lesdis trois estas orent conseillié et assemblé par plus de quinze
jours, et esleu de chascun des trois estas aucuns auxquels les autres
avoient donné pouvoir de ordener ce que bon leur sembleroit pour le
prouffit du royaume, iceux esleus qui estoient cinquante ou environ de
tous les trois estas dessus dis, firent sentir audit monseigneur le
duc de Normendie qu'ils parleroient volentiers à luy secrètement. Et
pour ce ala ledit duc luy sixiesme seulement auxdis frères
Meneurs[195] par devant lesdis esleus, lesquels luy distrent que ils
avoient esté ensemble, par plusieurs journées, et avoient tant fait
que ils estoient tous à un accort. Si requistrent audit monseigneur le
duc qu'il voulsist tenir secret ce que ils luy diroient, qui estoit
pour le sauvement du royaume, lequel monseigneur le duc respondit
qu'il n'en jureroit jà; et pour ce ne laissièrent pas à dire les
choses qui s'ensuivent.

  [195] Frères Mineurs ou Cordeliers.

Premièrement ils luy distrent que le roy avoit esté mal gouverné au
temps passé: et tout avoit esté par ceux qui l'avoient conseillé, par
lesquels le roy avoit fait tout ce que il avoit fait, dont le royaume
estoit gasté et en péril d'estre tout destruit et perdu. Si luy
requistrent que il voulsist priver les officiers du roy, que ils luy
nommeroient lors, de tous offices, et que il les féist prendre et
emprisonner, et prendre tous leurs biens; et que dès lors il tenist
tous les biens dessus dis pour confisqués. Et pour ce que monseigneur
Pierre de la Forest, lors archevesque de Rouen et chancelier de
France, qui estoit l'un des officiers contre lesquels ils faisoient
lesdites requestes, estoit personne d'Églyse, si que monseigneur le
duc n'avoit aucune connoissance sur luy[196], si requistrent que il
voulsist escrire au pape de sa propre main, et supplier que il luy
donnast commissaires tels comme lesdis esleus des trois estas
nommeroient, lesquels commissaires eussent puissance de punir ledit
archevesque des cas que lesdis esleus bailleroient contre ledit
archevesque et contre les autres officiers de qui les noms
s'ensuivent: Messire Simon de Bucy, chevalier du grant conseil du roy
et premier président en parlement; messire Robert de Lorris, qui avoit
esté premier chambellan du roy Jehan; messire Nicolas Braque,
chevalier et maistre d'ostel du roy, et par avant avoit esté son
trésorier et après maistre de ses comptes; Enguerran du Petit-Celier,
bourgeois de Paris et trésorier de France; Jehan Poillevilain,
bourgeois de Paris, souverain maistre des monnoies et maistre des
comptes du roy; et Jehan Chauveau de Chartres, trésorier des guerres.
Et requistrent lesdis esleus que commissaires feussent donnés tels que
ils nommeroient et procéderoient contre lesdis officiers, sur les cas
que lesdis esleus bailleroient. Et sé lesdis officiers estoient
trouvés coupables, si feussent punis; et sé ils feussent trouvés
innocens, si vouloient que ils perdissent tous leurs dis biens et
demourassent perpétuelment sans office royal.

  [196] Était incompétent pour le juger.

Item, requistrent audit monseigneur le duc que il voulsist délivrer le
roy de Navarre, lequel avoit esté emprisonné par le roy, père dudit
monseigneur le duc, si comme dessus est dit[197]; en luy disant que
depuis que ledit roy de Navarre avoit esté emprisonné, nul bien
n'estoit venu au roy né au royaume, pour le péchié de la prise dudit
roy de Navarre.

  [197] Le roy Jean, résolu à se venger de Charles le Mauvais et à
  le punir de l'assassinat du connétable Charles de la Cerda,
  l'arrêta lui-même à Rouen, le 16 avril 1356, au milieu d'un
  festin que lui donnait le Dauphin et pendant lequel il fut
  surpris traîtreusement. Il fut délivré de prison le 9 novembre
  1357 par les soins d'Etienne Marcel; et aussitôt il vint à Paris
  se mettre à la tête des bourgeois soulevés contre le régent.

Item, requistrent encore audit monseigneur le duc que il se voulsist
gouverner du tout par certains conseillers que ils luy bailleroient de
tous les trois estas; c'est assavoir quatre prélas, douze chevaliers
et douze bourgeois: lesquels conseillers auroient puissance de tout
faire et ordener au royaume, ainsi comme le roy, tant de mettre et
oster officiers, comme de autres choses; et plusieurs autres requestes
luy firent grosses et pesans.

Si leur respondit ledit monseigneur le duc que de ces choses il auroit
volentiers avis et délibéracion avec son conseil; mais toutesvoies il
vouloit bien savoir quelle ayde lesdis trois estas luy vouloient
faire. Lesquels esleus luy respondirent que ils vouloient ordener
entre eux que les gens d'Églyse paieroient un dixiesme et demi pour un
an, mais que de ce ils éussent congié du pape. Les nobles paieroient
dixiesme et demi de leur revenues. Et les gens de bonnes villes
feroient, pour cent feux, un homme armé. Et disoient lesdis esleus que
ladite ayde estoit merveilleusement grant et qu'elle povoit bien
monter à trente mille hommes armés. Et pour sur ce avoir avis et de
toutes les choses dessus dites, monseigneur le duc se départit de eux,
et l'endemain après disner devoit leur en respondre. Et pour ce
assembla ledit monseigneur le duc au chastel du Louvre plusieurs de
son lignage et autres chevaliers, et ot avis et délibéracion sur les
choses dessus dites; et plusieurs fois tant audit jour de l'endemain
comme en deux ou trois jours ensuivans, envoia ledit monseigneur le
duc aux frères Meneurs devers lesdis esleus, plusieurs de ceux de son
lignage, pour les requérir de traictier avec eux, comment ils se
voulsissent déporter d'aucunes des requestes que eux luy avoient
faites, par espécial de trois dont dessus est faite mencion; en leur
monstrant que lesdites requestes touchoient le roy, son père, de si
près que il ne les oseroit faire né acomplir sans le congié exprès de
son père.

Finablement, pour ce que lesdis esleus ne se vouldrent déporter
desdites requestes né d'aucune d'icelles, plusieurs de ceux du
lignage de monseigneur le duc et autres chevaliers qui avoient esté à
son conseil sur lesdites choses furent d'accort et conseillièrent à
monseigneur le duc que il acomplist lesdites requestes, pour ce que
autrement il ne povoit avoir ayde des trois estas, sans laquelle ayde
il ne povoit faire né gouverner la guerre. Et pour ce, fut journée
assignée auxdis trois estas, à leur requeste, pour oïr tout ce qu'ils
vouldroient dire publiquement, en la chambre de parlement, à un jour
de lundi matin veille de Toussains. Mais ledit monseigneur le duc, qui
moult estoit forment courroucié et troublé pour cause desdites
requestes qui luy avoient esté faites à part et secrètement, si comme
dessus est dit, et lesquelles on luy vouloit faire publiquement en la
chambre de parlement, considérant que lesdites requestes il ne povoit
acomplir sans courroucier forment le roy, son père, et sans luy faire
offense notable, manda et fist aler par devers lui aucuns autres de
ses conseilliers, lesquels il n'avoit point appellés aux choses dessus
dites; et leur exposa, de sa bouche, les requestes que lesdis trois
estas luy avoient faites, et aussi l'ayde que ils luy offroient, et
voult que ses conseilliers en déissent leur avis. Lesquels, en la
présence de plusieurs des autres qui autrefois y avoient esté, luy
monstrèrent comment il ne devoit faire né accomplir lesdites requestes
dessus exprimées. Et aussi luy monstrèrent comment l'ayde que l'on luy
offroit n'estoit pas souffisante pour fournir sa guerre. Et jasoit ce
que, par les esleus, eust esté dit audit monseigneur le duc que ladite
ayde povoit faire et fournir trente mille hommes armés, c'est
assavoir, pour chascun homme demi florin à l'escu[198] pour jour,
lesdis conseilliers monstrèrent audit monseigneur le duc que ladite
ayde ne povoit monter que huit ou neuf mille hommes armés, par
plusieurs fais et raisons auxquelles s'accordèrent plusieurs autres
qui estoient au conseil dudit duc, qui bien estoient jusques au nombre
de trente et plus. Et jasoit ce que la plus grant partie d'iceux eust
par avant esté d'accort que ledit monseigneur le duc acomplist
lesdites requestes et luy eussent conseillié, toutesvoies se
revindrent-ils lors, et furent tous d'un accort qu'il ne le féist pas.

  [198] C'est-à-dire 10 sols de ce temps, valant 10 francs en 1836.

Mais pour ce que moult grant peuple estoit assemblé en ladite chambre
de parlement en laquelle lesdites requestes devoient tantost estre
faites audit monseigneur le duc, par la bouche de maistre Robert le
Coq, lors evesque de Laon, le dit monseigneur le duc ot conseil
comment il pourroit faire départir ledit peuple; et, par le conseil
que il ot, il envoia quérir en ladite chambre de parlement pour venir
devers luy en la pointe du palais où il estoit, aucuns de ceux des
trois estas, et par espécial de ceux qui principalement gouvernoient
les autres et conseilloient à faire lesdites requestes. Et là vindrent
par devers luy maistre Raymon Saquet, archevesque de Lyon; monseigneur
Jehan de Craon, archevesque de Rains, et ledit maistre Robert le Coq,
evesque de Laon, pour les gens d'Églyse. Pour les nobles y furent
monseigneur Waleran de Lucembourc, monseigneur Jehan de Conflans,
mareschal de Champaigne, et monseigneur Jehan de Péquigny, lors
gouverneur d'Artois. Et pour les bonnes villes, y furent Estienne
Marcel, prévost des marchans de Paris, Charles Toussac, eschevin, et
plusieurs autres de plusieurs autres bonnes villes. Et là, leur dit et
exposa ledit monseigneur le duc aucunes nouvelles que il avoit oïes,
tant du roy son père comme de son oncle l'empereur, et leur demanda sé
il leur sembloit que il feust bon que lesdites requestes et responses
qui luy devoient estre faites de par les trois estas, et pour
lesquelles faire et oïr le peuple estoit assemblé en ladite chambre de
parlement, fussent délayées jusqu'à une autre journée pour les causes
et raisons qu'il leur dit lors. Et furent d'accort tous ceux qui là
estoient présens, tant du conseil dudit monseigneur le duc comme des
envoiés desdis trois estas, que lesdites requestes et responses
fussent différées jusques au juesdi ensuivant. Jasoit ce que on
aperceust que aucuns desdis envoiés eussent mieux voulu que la
besoigne n'eust point esté différée. Et toutesvoies furent-ils
d'accort, par leurs opinions, au délay. Et ainsi se départirent et
retournèrent en ladite chambre de parlement, et le duc d'Orléans et
plusieurs autres avec eux. Et parla ledit duc d'Orléans au peuple qui
estoit assemblé en la chambre de parlement, et leur dit que
monseigneur le duc de Normendie ne pourroit lors oïr les requestes et
responses que on luy devoit faire pour certaines nouvelles que il
avoit oïes tant du roy son père que de son oncle l'empereur,
desquelles il leur fist aucunes dire en publique. Et pour ce se
départit ladite assemblée de la dicte chambre de parlement, et s'en
alèrent aucuns en leur pays.


  De l'ordenance que ceux de la Langue d'oc firent pour l'amour et
    rédemption du roy de France.

En ce meisme an au moys d'octobre, les trois estas de la Langue d'oc
se assemblèrent en la ville de Thoulouse, par l'auctorité du conte
d'Armagnac, lieutenant du roy au pays, pour traictier ensemble à faire
ayde convenable pour la délivrance du roy. Et là firent plusieurs
ordenances par l'autorité dessus dite. Premièrement que ils feroient
cinq mille hommes d'armes, chascun à deux chevaux, et auroit chascun
homme d'armes demi florin à l'escu pour jour. Et feroient mille
sergens armés à cheval, deux mille arbalestiers et deux mille
pavaisiers[199], tous à cheval, et auroient chascun desdis sergens,
arbalestiers et pavaisiers, huit florins à l'escu[200] pour chascun
moys, et feroient ladite ayde pour un an. Et si ordenèrent que tous
les dessus dis seroient paiés par ceux et en la manière que lesdis
estas ordeneroient, ou les esleus par iceux. Et oultre ce, ordenèrent
que homme né femme dudit pays de Langue d'oc ne porteroit par ledit
an, sé le roy n'estoit avant délivré, or né argent né perles, né vair
né gris, robes né chapperons découppés né autres cointises
quelconques; et que aucuns menesterieus jugleurs ne joueroient de
leurs mestiers. Et encore ordenèrent certaine monnoie, c'est assavoir
trente-deuxiesme, laquelle ils firent faire et monnoier ès
monnoies[201] du roy dudit pays par l'autorité dudit conte, jasoit ce
que au pays de Langue d'oc courust lors autre monnoie, c'est assavoir
monnoie soixantiesme. Et pour avoir confermacion de toutes les choses
dessus dites envoièrent à Paris devers monseigneur le duc de
Normendie, ainsné fils du roy et son lieutenant général, trois
personnes, c'est assavoir de chascun des trois estas une; et leur
furent confermées par ledit monseigneur le duc toutes les choses
dessus dites.

  [199] Garnis de _pavas_ ou _pavois_, petit bouclier rond.

  [200] Environ 160 francs.

  [201] Aux hôtels des monnaies.


  Comment monseigneur le duc de Normendie, tant de son bon
    entendement naturel comme par bonne délibération de son
    conseil, fist départir les gens des trois estas et leur fist
    dire que chascun d'eux s'en repairast en son lieu.

Le mercredi ensuivant, qui fut l'endemain de la feste de Toussains,
ledit monseigneur le duc manda au Louvre plusieurs du conseil du roy
et du sien, et aucuns de ceux des trois estas dont dessus est faite
mencion; et ot délibéracion assavoir sé il estoit bon que ceux des
trois estas qui estoient à Paris s'en allassent chascun en son pays
sans plus faire quant alors, pour aucunes causes qu'il leur dit. Et
luy fut conseillié pour la plus grant partie de tous ceux qui furent
audit conseil que ainsi le féist. Et pour ce, dit à ceux qui estoient
présens desdis trois estas que ainsi le féissent, et leur pria que ils
déissent de par luy aux autres qui estoient à Paris que chascun s'en
allast en son lieu. Et leur dit que il les remanderoit, mais que il
eust oï certains messagiers, chevaliers qui venoient de devers le roy,
son père, qui luy aportoient certaines nouvelles de par luy; et aussi
que il eust été devers l'empereur, son oncle, par devers lequel il
entendoit aler briefment.

Dont plusieurs desdis estas qui avoient entencion de gouverner le
royaume par les requestes que ils avoient faites audit monseigneur le
duc, furent moult dolens; et bien leur fut avis que toutes ces choses
avoient esté faites par le dit monseigneur le duc, pour départir
ladite assemblée desdis trois estas qui estoient à Paris: et en vérité
ainsi estoit-il.

Et pour ce l'endemain, qui fut jour de juesdi, plusieurs desdis trois
estas qui estoient encore à Paris, monseigneur le duc estant à
Montlehéri, là où il ala celuy jour au matin, s'assemblèrent au
chapitre desdis frères Meneurs. Et là ledit evesque de Laon publia en
la présence de ceux qui y vouldrent venir comment monseigneur le duc
leur avoit requis conseil et aide, et comment pour ce faire ils
avoient esté assemblés par plusieurs fois et par maintes journées, et
près pour ladite response faire, laquelle monseigneur le duc n'avoit
voulu oïr. Et leur dit que chascun d'eux préist copie des choses qui
avoient esté ordenées par lesdis esleus, et l'emportast en son pays.
Lesquelles choses firent plusieurs desdis trois estas qui estoient à
ladite assemblée. Et jasoit ce que, par plusieurs fois, ledit
monseigneur le duc parlast audit prévost des marchans et par plusieurs
journées, et aussi aux eschevins de Paris en eux requerrant que ils
luy voulsissent faire ayde à soustenir la guerre, si ne s'y vouldrent
accorder né consentir, s'il ne faisoit assembler lesdis trois estas,
laquelle chose il n'ot pas conseil de faire. Et pour ce il ordena que
on envoieroit certains des conseilliers du roy par les bailliages du
royaume, pour requérir ladite ayde aux bonnes villes.


  Comment les gens des trois estas furent mandés pour rassembler à
    Paris.

1357.

Et si furent mandés les gens des trois estas de par monseigneur le duc
pour estre à Paris assemblés le dimanche, cinquiesme jour de février
ensuivant[202].

  [202] Le chroniqueur ne juge pas à propos de nous dire pourquoi
  le Régent rappela les États. Une émeute eut lieu à Paris, le 20
  janvier, dans laquelle le peuple, soulevé par Étienne Marcel,
  obligea le Régent à renoncer à faire circuler une mauvaise
  monnaie, à rassembler les députés des trois États et à chasser de
  son conseil sept de ses officiers.


  Comment les gens des trois estas furent rassemblés.

Le dimanche dessus dit, cinquiesme jour de février, se assemblèrent à
Paris plusieurs evesques et autres gens d'Églyse, nobles et plusieurs
gens de bonnes villes du royaume de France. Et par plusieurs journées
furent assemblés en ladite ville en l'ostel des Cordeliers, et là
firent plusieurs ordenances.


  Comment maistre Robert le Coq, evesque de Laon, prescha en
    parlement, de par les gens des trois estas, comment les
    officiers du roy devoient estre privés de leurs offices.

Le vendredi, troisiesme jour du moys de mars ensuivant, furent
assemblés au palais royal, en la chambre de parlement, en la présence
de monseigneur le duc de Normendie, du conte d'Anjou et du conte de
Poitiers, ses frères, et de plusieurs autres nobles, gens d'Église et
gens de bonnes villes, jusques à tel nombre que toute ladite chambre
en estoit plaine. Et prescha messire Robert le Coq, evesque de Laon,
et dit que le roy et le royaume avoient esté au temps passé mal
gouvernés, dont moult de meschiefs estoient advenus tant audit royaume
comme aux habitans d'içeluy, tant en mutacions de monnoies comme par
prises, et aussi par mal administrer et gouverner les deniers que le
roy avoit eus du peuple, dont moult grandes sommes avoient esté
données par plusieurs fois à plusieurs qui mal desservi l'avoient.

Et toutes ces choses avoient esté faites, si comme disoit l'evesque,
par le conseil des dessus nommés chancelier et autres qui avoient
gouverné le roy au temps passé. Dit lors encore ledit evesque que le
peuple ne povoit plus souffrir ces choses; et pour ce avoient délibéré
ensemble que les dessus nommés officiers et autres que il nommeroit
lors,--tant que sur le tout ils furent vint-deux dont les noms
suivent: maistre Pierre de la Forest, lors cardinal et chancelier de
France; monseigneur Simon de Bucy; maistre Jehan Chalemart; maistre
Pierre d'Orgemont, président en parlement; monseigneur Nicolas Bracque
et Jehan Poillevilain, maistres de la chambre des comptes et
souverains maistres des monnoies; Enguéran du Petit-Célier et Bernart
Fremaut, trésoriers de France; Jehan Chauveau et Jacques Lempereur,
trésoriers des guerres; maistre Estienne de Paris, maistre Pierre de
la Charité et maistre Ancel Choquart, maistres des requestes de
l'ostel du roy; monseigneur Robert de Lorris, chambellan du roy;
monseigneur Jehan Taupin, de la chambre des enquestes; Geoffroy le
Masurier, eschançon dudit monseigneur le duc de Normendie; le Borgne
de Beausse, maistre d'escurie dudit monseigneur le duc; l'abbé de
Faloise, président en la chambre des enquestes; maistre Robert de
Preaux, notaire du roy; maistre Regnault d'Acy, avocat du roy en
parlement; Jehan d'Auceurre, maistre de la chambre des comptes; Jehan
de Behaigne, varlet dudit monseigneur le duc,--seroient privés de tous
offices royaux perpétuelment, dont il y avoit aucuns présidens en
parlement, aucuns maistres des requestes en l'ostel du roy; aucuns
maistres de la chambre des comptes et aucuns autres officiers de
l'ostel dudit monseigneur le duc, si comme dessus est dit. Et requist
ledit evesque audit monseigneur le duc que dès lors il voulsist priver
les vint-deux dessus nommés comme dit est; et toutesvoies
n'avoient-ils esté appellés né oïs en aucune manière; et si n'avoient
plusieurs de iceux et la plus grant partie esté accusés d'aucune
chose, né contre iceux dit né proposé aucune villenie; et si estoient
plusieurs d'iceux officiers à Paris, lesquels l'on povoit chascun jour
veoir et avoir qui aucune chose leur voulsist dire ou demander.

Item, requist encore ledit evesque que tous les officiers du royaume
de France fussent suspendus, et que certains réformateurs feussent
donnés, lesquels seroient nommés par les trois estas qui auroient la
cognoissance de tout ce que l'on vouldroit demander auxdis officiers
et contre iceux dire et proposer. Item, requist encore ledit evesque
que bonne monnoie courust telle que lesdis trois estas ordeneroient,
et plusieurs autres requestes fist.

Lors, un chevalier appelé monseigneur Jehan de Péquigny, pour et au
nom des nobles, advoua ledit évesque; et un avocat d'Abbeville appelé
Nicholas le Chauceteur l'advoua au nom des bonnes villes; et aussi
fist Estienne Marcel, prévost des marchans de Paris. Et offrirent, au
nom des trois estas dessus dis, audit monseigneur le duc trente mille
hommes d'armes, lesquels ils paieroient par leurs mains et par ceux
qu'ils y ordeneroient. Et pour avoir la finance à ce faire, ils
avoient ordené certain subside, c'est assavoir: Que les gens d'églyse
paieroient dixiesme et demy de toutes revenues, les nobles aussi
dixiesme et demy; c'est assavoir de cent livres de terre quinze
livres. Et les gens des bonnes villes feroient de cent feus un homme
d'armes; c'est assavoir demi-escu de gaige pour chascun jour. Mais
pour ce que ils ne savoient pas encore combien ladite finance pourroit
monter, né sé elle souffiroit à paier les trente mille hommes d'armes
dessus dis, ils requistrent que ils peussent rassembler à la quinzaine
de Pasques ensuivant; et entre deux, ils feroient savoir combien
ladite finance pourroit monter. Et se ils trouvoient à ladite
quinzaine que ladite finance ne souffisist, ils la croistroient. Et
aussi ils requistrent que depuis ladite quinzaine ils peussent
rassembler deux fois, quant bon leur sembleroit, jusques au quinziesme
jour du moys de février ensuivant. Lequel duc de Normendie leur
ottroia toutes leurs requestes, tant les dessus escriptes comme les
autres, et par ce tindrent que les vint-deux officiers dont dessus est
faite mencion estoient privés, et demoureroient les autres officiers
souspendus par telle manière que, en ladite ville de Paris, l'on ne
tint point de jusridicion jusques au lundi ensuivant que le prévost
fust restitué en son office. Et du parlement fust ordené par ceux du
grant conseil qui avoient esté esleus par les dessus dis trois estas
le vendredi ensuivant, et en ostèrent plusieurs de ceux qui en
estoient par avant, tant que sur le tout ils n'y en laissièrent, que
en présidens que en autres, que seize ou environ. Et de la chambre des
comptes ostèrent tous les maistres qui y estoient, tant clers comme
lais, qui estoient quinze en nombre, et y en mistrent quatre tous
nouveaux, deux chevaliers et deux lais.

Mais quant ils y orent esté un jour, ils alèrent par devers le grant
conseil et leur distrent qu'il convenoit que l'on y méist de ceux qui
autrefois y avoient esté, pour leur monstrer le fait de ladite
chambre; et pour ce y mist-l'on par provision quatre des anciens, avec
les quatre nouveaux dessus dis.


  Du traictié et des trièves qui furent prises à Bourdeaux entre le
    roy de France et le prince de Gales.

Le samedi, dix-huitiesme jour dudit moys de mars, fut traictiée paix à
Bourdeaux, entre le roy de France, qui encore y estoit prisonnier, et
le prince de Gales.

La manière dudit traictié fut tenue secrète pour ce que en icelle
estoit réservée la volenté du roy d'Angleterre. Mais pour aucunes
choses qui à ce les murent, ils pristrent trièves générales de Pasques
ensuivant jusques à deux ans. Et envoia ledit prince les prisonniers
qu'il avoit en France, et ordena d'emmener le roy de France en
Angleterre pour parfaire ledit traictié.

Item, le dimanche vint-sixiesme jour dudit moys de mars, fut la
monnoie publiée à Paris, par l'ordenance des gens des trois estas,
c'est assavoir: un mouton d'or courant pour vingt-quatre sous parisis,
et demi-moutons qui lors furent fais nouviaux pour douze sous parisis;
deniers blans à la couronne pour dix deniers tournois: et les autres
monnoies qui lors furent faites.


  Des lettres qui furent apportées à Paris de par le roy de France,
    lesquelles furent publiées, en faisant deffense que les trois
    estas ne s'assemblassent à la journée dessus dite.

Le mercredi après Pasques flories, qui fut le quint jour du moys
d'avril, furent criées et publiées par Paris, par lettres ouvertes et
mandement du roy, les trièves dont est dessus faite mencion. Et aussi
fut crié et publié que le roy ne vouloit pas que l'on paiast le
subside qui avoit esté ordené par lesdis trois estas, dont est faite
mencion; et aussi il ne vouloit pas que les trois estas se
rassemblassent à la journée par eux ordenée à la quinzaine de Pasques
né à autres, dont le peuple de Paris fut moult esmeu, par espécial
contre l'archevesque de Sens, contre le conte d'Eu, cousin germain du
roy, et contre le conte de Tancarville, qui les lettres du roy ès
quelles les choses dessus dites estoient contenues avoient apportées
de Bourdeaux, et auxquels le roy avoit enchargié de les faire publier
avec plusieurs autres choses que l'on leur avoit commises, et
chargiées à faire.

Et disoit la plus grant partie du peuple de Paris que c'estoit
fausseté et traïson de publier que lesdites trièves fussent données né
accordées; et de empescher ladite assemblée des trois estas né à lever
ledit subside. Et par la commocion et desroy qui fut lors en ladite
ville, il convint que ledit archevesque et conte s'en alassent assez
hastivement; lesquels se absentèrent. Et pour ce que aucuns disoient
qu'ils estoient moult dolens de la villenie qui leur avoit esté faite,
et que pour ce ils assembloient gens d'armes et avoient entencion et
volenté de gréver aucuns de ceux de Paris, l'on fist garder
soigneusement ladite ville, tant de jour comme de nuit; et n'y avoit
de la partie devers Grant-Pont que trois portes ouvertes de jour; et
de nuit elles estoient closes toutes.

Item, le samedi ensuivant, la veille de Pasques les grans, qui fut le
huitiesme jour d'avril, fut crié et publié par Paris que l'on leveroit
ledit subside et que les trois estas se rassembleroient à ladite
quinzaine de Pasques, nonobstant ledit cri qui avoit esté le mercredi
précédent. Et ordena ledit duc de Normendie que l'on féist ledit cri,
par le conseil ou contrainte des dessus dis trois estas, c'est
assavoir: dudit evesque de Laon qui estoit principal gouverneur desdis
trois estas, du prévost des marchans et de aucuns autres.


  En quel temps le roy de France arriva en Angleterre.

L'an de grace mil trois cens cinquante-sept, le mardi après Pasques,
qui fut le onziesme jour du moys d'avril, fist le devantdit prince de
Gales ledit roy de France entrer en mer à Bourdeaux, pour le mener en
Angleterre; et y arrivèrent le quatriesme jour de may ensuivant. Et
fut ledit roy mené à Londres et y entra le vint-quatriesme du moys de
may. Et avint que, en alant et chevauchant, le roy d'Angleterre
encontra le roy de France aux champs, auquel ledit roy d'Angleterre
fist moult grant honneur et révérence, et parla à luy moult
longuement. Et après passa oultre en son chemin. Et le roy de France
et le prince de Gales s'en alèrent à Londres, là où le roy de France
fut tenu prisonnier si largement comme il vouloit; car il avoit ses
gens, tels et tant comme il vouloit; et aloit chacier et esbatre
toutes fois qu'il luy plaisoit, et estoit en un moult bel ostel,
dehors ladite ville de Londres, appellé Savoie, et estoit au duc de
Lenclastre.


  Comment la puissance inique des trois estas déclina et vint à
    néant.

Environ la Magdaleine ensuivant, les ordenés par les trois estas, tant
du grant conseil des généraux sur le fait du subside, comme les
réformateurs, commencièrent à décliner et leur puissance à apeticier.
Car la finance que ils avoient promise ne fut pas si grande de plus de
dix pars et les laissièrent les nobles, et ne vouldrent point paier,
né les gens d'Eglyse aussi. Et aussi plusieurs des bonnes villes qui
cognurent et apperceurent l'iniquité du fait desdis gouverneurs
principaux, qui estoient dix ou douze ou environ, se déportèrent de
leur fait et ne vouldrent paier.

Et l'archevesque de Rains, qui par avant avoit esté l'un des plus
grands maistres, fit tant que il fut principal au conseil de
monseigneur le duc. Et furent presque tous ceux qui avoient esté mis
hors de leurs offices remis en leurs estas, excepté les nommés
vint-deux, jasoit ce que aucuns d'iceux n'en laissassent oncques leurs
estas.


  De la deffense que monseigneur le duc de Normendie fist au
    prévost des marchans et à autres qui usurpoient la puissance de
    gouverner le royaume de France.

Après avint, environ la my-aoust, que monseigneur le duc de Normendie
dit au prévost des marchans, à Charles Toussac, à Jehan de l'Isle et à
Gille Marcel, qui estoient principaux gouverneurs de la ville de
Paris, que il vouloit, dès or en avant, gouverner et ne vouloit plus
avoir curateurs: et leur deffendit qu'ils ne se meslassent plus du
gouvernement du royaume que ils avoient entrepris par telle manière
que on obéissoit plus à eux que à monseigneur le duc. Et dès lors
chevaucha ledit monseigneur le duc de Normendie par aucunes des
bonnes villes et leur fist requeste, en sa personne, de avoir ayde
d'eux comme de autres choses. Et du fait de sa monnoie leur parla,
lequel luy avoit esté empeschié si comme dessus est dit, dont les
dessus dis gouverneurs des trois estas furent moult dolens. Et s'en
ala ledit evesque de Laon en son eveschié, car il véoit bien que il
avoit tout honny.


  De la chandelle que ceux de Paris offrirent à Notre-Dame de
    Paris, et de la réconciliation de ceux de ladite ville par
    devers monseigneur le duc, et comment il fut si près mené que
    il se consentit de rassembler les trois estas.

La vigile de ladite my-aoust, l'an dessus dit mil trois cens
cinquante-sept, offrirent ceux de Paris à Nostre-Dame une chandelle
qui avoit la longueur du tour de ladite ville de Paris[203], si comme
l'on disoit, pour ardoir jour et nuit sans cesse.

  [203] C'était une immense bougie roulée. Il était d'usage de
  faire ce don à Notre-Dame, la veille de l'Assomption.

Item, environ la Saint-Remy ensuivant, se réconcilièrent ceux de Paris
par devers monseigneur le duc de Normendie, et firent tant que il
retourna en ladite ville en laquelle il n'avoit esté de long-temps. Et
luy distrent que ils lui feroient très grant chevance, et ne lui
requéroient riens contre aucuns de ses officiers, né aussi la
délivrance du roy de Navarre, laquelle ils luy avoient requise par
plusieurs foys. Et luy supplièrent que il voulsist que vint ou trente
villes se assemblassent à Paris; laquelle chose ledit monseigneur le
duc leur ottroia. Et furent mandées plusieurs villes de par luy; c'est
assavoir, jusques au nombre de soixante-dix ou environ, jasoit ce que
ils ne luy en eussent requis que vint ou trente. Et quant ils furent
assemblés à Paris, ils ne firent aucune chose, mais alèrent devers
ledit monseigneur le duc et luy distrent que ils ne povoient
besongnier né riens faire sé tous lesdis trois estas n'estoient
rassemblés; et luy requistrent les dessus dis de Paris que il les
voulsist mander, laquelle chose il leur ottroia. Et envoia ces lettres
aux gens d'Églyse, aux nobles et aux bonnes villes, et les manda. Et
aussi envoia ledit prévost des marchans ses lettres aux dessus dis,
avec les lettres dudit monseigneur le duc. Et fut la journée de
assembler à Paris les dis trois estas, au mardi après la feste de
Toussains ensuivant, qui fut le septiesme jour de novembre, l'an
dessus dit. Et pendant ladite journée, fut ledit monseigneur le duc si
mené que il n'avoit denier de chevance, pourquoy il convenoit que il
féist tout ce que les dessus dis de Paris vouloient; et convint que il
mandast, à leur requeste, ledit evesque de Laon qui estoit en son
éveschié, lequel, par fiction, fist dangier[204] de retourner, et
néantmoins il vint tantost.

  [204] Difficulté.

Item, cedit mardi, après la feste de Toussains, se assemblèrent à
Paris aucunes gens d'Églyse, nobles et autres envoiés des bonnes
villes; et moins que autrefois n'en estoit venu aux autres assemblées.
Et assemblèrent aux Cordeliers par plusieurs journées, et firent tant
que le parlement qui avoit esté ordené à seoir l'endemain de la
Saint-Martin, par ledit monseigneur le duc et son conseil, et jà avoit
esté mandé par les bailliages, fut continué quant aux plaidoieries
jusques au second jour de janvier; et depuis, par leur ordenance, fut
continué jusques à l'endemain de la Chandeleur.


  De la délivrance du roy de Navarre par un chevalier ennemi et
    traître du roy de France, et comment il convint que monseigneur
    le duc de Normendie envoiast au roy de Navarre un très-fort et
    sur sauf-conduit pour venir à Paris.

Le mercredi huitiesme jour du moys de novembre ensuivant, avant le
point du jour du jeudi ensuivant, le roy de Navarre, qui estoit en
prison au chastel de Alleux en Cambresis[205], fut délivré par un
chevalier en qui le roy de France se fioit, appellé monseigneur Jehan
de Péquigny, lors gouverneur, de par le roy de France, au pays
d'Artois: lequel, comme faux traître, sans le consentement, sceu et
volenté dudit roy de France, son seigneur, qui ledit roy de Navarre
faisoit tenir en prison, au grant péril et préjudice du roy et du
royaume ainsi faussement le délivra. Car il ala, et gens d'armes avec
luy, jusques au nombre de trente ou environ, et estoient bourgeois
presque tous; et vint audit chastel de nuit et fit tant, par eschieles
et autrement, que luy et sa compaignie entrèrent audit chastel, qui
estoit très-mal gardé, sans ce que ceux qui estoient dedans le
sceussent, si comme l'on disoit. Mais ils ne firent point de mal à
ceux qui estoient audit chastel. De là vint le roy de Navarre et ceux
qui l'avoient délivré à Amiens, desquels une grant partie estoit de
ladite ville, et là demoura par aucuns jours. Et fist délivrer tous
les prisonniers tant de la court de l'Églyse, comme de la court laye.
Et cependant fut traictié entre monseigneur le duc de Normendie, qui
estoit à Paris, par aucuns des amis du roy de Navarre, c'est assavoir
par la royne Blanche sa suer, et par la royne Jehanne sa tante, qui
pour ce estoient venues en ladite ville de Paris, et par autres, de
envoier sauf-conduit audit roy de Navarre et à tous ceux qui seroient
en sa compaignie. Et convint que ledit monseigneur le duc passast tel
sauf-conduit, comme les amis dudit roy de Navarre vouldrent deviser,
c'est assavoir que pour quelconque chose faite ou à faire, l'on ne le
peust arrêter né ceux qui seroient en sa compaignie, et si en pourroit
amener à Paris tant et tels comme il vourroit, armés ou autrement. Et
lors, au conseil dudit monseigneur le duc estoit principal et
souverain maistre ledit evesque de Laon, qui les choses dessus dites
avoit toutes préparées et faites par la puissance et ayde du devant
dit prévost des marchans et de dix ou de douze de la ville de Paris.
Si n'estoit pas merveille sé ledit monseigneur le duc estoit conseillé
à faire tout ce qui estoit bon au roy de Navarre. Lequel sauf-conduit
fut porté à Amiens par un clerc appellé Mahy de Péquigny, frère dudit
monseigneur Jehan de Péquigny, et par un échevin de Paris appellé
Charles Toussac. Ce fait, plusieurs des bonnes villes qui estoient
venues à Paris à ladite assemblée des trois estas, par espécial des
parties de Champaigne et de Bourgoigne, se partirent de Paris sans
prendre congié, quant ils sceurent que le roy de Navarre devoit venir
à Paris; pour ce que ils se doubtoient que l'on ne leur voulsist faire
avouer la délivrance du roy de Navarre.

  [205] Ou _Arleux-en-Palluel_, Bourg à quatre lieues de Cambray.

Item, le mercredi, veille de saint Andrieu ensuivant, près de
l'anuitier, entra ledit roy de Navarre à Paris, avec moult grant
compaignie de gens armés. Et estoient avec luy monseigneur Jehan de
Meulant, evesque de Paris, et moult grant nombre de ceux de Paris,
dont il y avoit bien deux cens hommes d'armes et plus qui estoient
alés à l'encontre dudit roy jusques à Saint-Denis en France; et ala
ledit roy de Navarre descendre en l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés.


  De la prédication par parolles couvertes que ledit roy de Navarre
    fist au Pré-aux-Clercs à plusieurs gens de la ville de Paris à
    la fin à quoy il tendoit.

L'endemain, jour de la Saint-Andrieu, environ heure de prime, le roy
de Navarre, qui avoit fait assavoir par ladite ville de Paris, en
plusieurs lieux, que il vouloit parler aux gens de ladite ville, fut
en un eschafaut sur les murs de ladite abbaye de Saint-Germain des
Prés, par devers le Pré-aux-Clers; lequel eschafaut estoit fait pour
le roy de France, pour veoir les gaiges de batailles que l'on faisoit
aucunes fois en une lice qui estoit audit pré, joingnant aux murs de
Saint-Germain. Es quelles lices estoient venus moult de gens par le
mandement que ledit roy de Navarre et ledit prévost des marchans
avoient fait à plusieurs quarteniers et cinquanteniers de ladite
ville. Et en la présence de dix mille personnes dist moult de choses,
en démonstrant que il avoit esté pris sans cause et détenu en prison
par dix-neuf moys; et contre plusieurs des gens et officiers du roy
dist plusieurs choses. Et jasoit ce que contre le roy né contre le duc
il ne déist riens appertement, toutesvoies dist-il assez de choses
deshonnestes et villaines par parolles couvertes. Moult longuement
sermona, et tant que l'on avoit disné par Paris quant il cessa. Et fut
tout son sermon de justifier son fait et de dampner sa prise. Et le
pareil sermon avoit fait à Amiens.


  De la response que l'evesque de Laon rendit pour monseigneur le
    duc sans en demander son plaisir.

A l'endemain, qui fut vendredi et premier jour de décembre, alèrent au
palais, par devers monseigneur le duc de Normendie, ledit prévost des
marchans, maistre Robert de Corbie et aucuns autres de ladite ville
de Paris. Et requistrent audit monseigneur le duc de par les bonnes
villes, si comme ils disoient, que il voulsist faire raison et justice
audit roy de Navarre. Et lors ledit evesque de Laon, qui principal
estoit audit conseil de monseigneur le duc, si comme dessus est dit,
et par lequel ledit roy et prévost des marchans et leur partie
faisoient ce que ils faisoient, respondit pour monseigneur le duc,
sans luy en demander son plaisir, que ledit duc feroit audit roy de
Navarre non pas seulement raison et justice, mais toute grace et toute
courtoisie et tout ce que bon frère doit faire à autre. Et certes
c'estoit bien trompé quant celui qui estoit maistre et gouverneur
dudit roy de Navarre et de ceux de sa partie, estoit maistre et
principal au conseil de monseigneur le duc, c'est assavoir ledit
evesque de Laon; et n'y avoit lors homme au conseil dudit monseigneur
le duc qui luy osast contredire.


  Comment monseigneur le duc, par le conseil que il ot et aussi par
    sa bénignité, ala premièrement devers le roy de Navarre, en
    l'ostel de la royne Jehanne.

Le samedi ensuivant, ledit monseigneur le duc assembla de ceux de son
conseil tant et tel comme ledit evesque voult; et furent exposées les
requestes que faisoit ledit roy de Navarre, et fut dit que chascun y
pensast, et l'endemain, jour de dimanche, tiers jour dudit moys de
décembre, retournassent au conseil.

Iceluy jour de samedi, après diner, ledit duc ala en l'ostel de ladite
royne Jehanne, par le conseil qui luy fut donné, pour parler audit roy
de Navarre, qui encore n'avoit esté par devers luy né parlé à luy. Et
assez tost après que ledit monseigneur le duc fut venu audit ostel,
ledit roy de Navarre y ala à grant compaignie de gens d'armes; et
toutesvoies monseigneur le duc y estoit alé à assez petite
compaignie, sans aucunes armes. Et quant ledit roy de Navarre entra en
la chambre où estoit ladite royne et ledit duc, lesdis duc et roy
s'entresaluèrent assez mortement. Toutesvoies convint-il que les
sergens d'armes qui estoient alés avec ledit duc audit ostel, et
gardoient l'huys de la chambre où il estoit, se partissent, ou l'on
leur eust fait villenie. Et demourèrent les gens dudit roy de Navarre
en la garde dudit huys, comme maistres et souverains que ils se
tenoient; et là parlèrent assez ensemble, et pou après se départirent.


  Comment il fut conseillié à monseigneur le duc par l'evesque de
    Laon et par le prévost des marchans que il accordast toutes les
    requestes du roy de Navarre.

Le dimanche ensuivant, troisiesme jour de décembre, furent devant
monseigneur le duc au conseil pluseurs conseilliers, tels comme ledit
evesque ordena. Et furent répétées les requestes que ledit roy de
Navarre faisoit; et toutesvoies, pour oïr tout ce que il vouldroit
requérir avoit esté ordené certains conseilliers dudit monseigneur le
duc, desquels la plus grant partie estoient audit roy de Navarre. Mais
ainsi l'avoit ordené ledit evesque, afin que tout quanque ledit roy
requerroit luy fust ottroié par ledit monseigneur le duc, qui, par
contrainte, ne povoit refuser chose que iceluy evesque voulsist.
Lesquels conseilliers estoient audit conseil. Et pour ce encore que il
y eust plus des amis dudit roy de Navarre, et que les requestes que il
faisoit ne peussent estre empeschiées par aucuns preudes hommes qui
estoient audit conseil, ledit evesque malicieusement fist et ordena
que ledit prévost des marchans, maistre Robert de Corbie, Jehan de
l'Isle et aucuns autres de leur aliance, alèrent heurter à l'huys de
la chambre où ledit monseigneur le duc et le conseil estoit pour
ordener desdites requestes; et feingnirent que ils voulsissent parler
audit monseigneur le duc d'autre chose; et toutesvoies ne distrent-ils
aucune chose fors tant que ils distrent audit monseigneur le duc que
les gens envoiés de par les bonnes villes estoient à accort et s'en
vouloient aler, mais que ils eussent faite leur response. Si
requéroient ledit monseigneur le duc que il féist savoir à tous les
nobles qui estoient à Paris que ils feussent l'endemain aux
Cordeliers, pour eux accorder avec les bonnes villes. Lequel duc
respondit que il le feroit volentiers.

Ce fait, ledit monseigneur le duc, par le conseil dudit evesque, fist
demourer au conseil lesdis prévost des marchans et sa compaignie. Et
lors fist demande à chascun d'iceux qui estoient au conseil, sur
lesdites requestes. Et finablement fut conseillié à monseigneur le duc
que il accordast audit roy de Navarre les choses qui ensuivent; et si
fut dit par ledit prévost des marchans en disant son opinion: «Sire,
faites amiablement au roy de Navarre ce que il vous requiert, car il
convient qu'il soit fait ainsi.» Comme sé il voulsist dire: il en sera
fait, veuillez ou non.

Si fut lors ordené: Que le roy de Navarre auroit toute la terre qu'il
tenoit quant il fut pris, et tous les meubles qui estoient sous ladite
terre.

Item, toutes les forteresses que il tenoit lors que dessus est dit,
qui depuis avoient esté prises par le roy de France et ses gens; et
tous les biens qui estoient ès dites forteresses.

Item, fut ordené que ledit monseigneur le duc pardonneroit audit roy
de Navarre et à tous ses adhérens tout ce que ils avoient meffait au
roy et au royaume de France.


  Autres ordenances, comment les dessus dis décapités et pendus à
    Rouen fussent despendus et enterrés; et les biens rendus à leur
    hoirs.

Encore fut ordené que le conte de Harecourt, le seigneur de Graville,
monseigneur Maubué-de-Mainesmares, chevaliers, et Colinet Doublet,
escuier, lesquels le roy de France avoit fait descapiter à Rouen, en
sa présence, et puis traisner et pendre au gibet de Rouen, lorsque le
Roy de Navarre fut pris, seroient despendus publiquement et rendus à
leurs amis, pour enterrer en terre benoite; et toutes leurs terres qui
estoient confisquées rendues à leurs enfants ou héritiers. Et pour ce
que ledit roy de Navarre requéroit pour ses injures, dommaiges et
intérêts grant somme de florins ou terre en lieu desdis florins; et
disoit-l'on à part, jasoit ce que il ne feust pas dit clèrement, que
il pensoit à en avoir ou la duchié de Normendie ou la conté de
Champaigne; il fut ordené que l'on traiteroit avec luy de continuer
ceste requeste jusques à un autre jour. Et finablement luy furent
accordées toutes les choses dessus dites, et en ot lettres dudit duc
telles comme les gens dudit roy les vouldrent faire. Et pour ce que
l'assemblée des trois estas estoit continuée jusques au vintiesme jour
de Noël ensuivant, car ils n'avoient pas esté d'accort, et si s'en
estoient alés plusieurs sans prendre congié quant ils orent sceu la
délivrance dudit roy, si comme dessus est dit, accordé fut que les roy
et duc rassembleroient au vintiesme jour de Noël dessus dit, pour
traictier des choses dessus dites; et cependant ledit monseigneur le
duc envoieroit certaine personne notable en Normendie pour exécuter
loyaument et de fait audit roy les choses à luy accordées; et y fut
ordené monseigneur Almaury de Meulant, chevalier baneret.

Et, par trois ou quatre jours après, compaignièrent lesdis duc et roy
l'un l'autre, et furent par ledit temps souvent ensemble, et
mengièrent ensemble plusieurs fois en l'ostel de la royne Jehanne, en
l'ostel dudit evesque de Laon et au palais; et tousjours estoit ledit
evesque avec eux, et moult bonne chière s'entrefaisoient. Et ensemble,
moult secrètement, visitèrent les saintes reliques en la chapelle du
palais. Et fist ledit roy délivrer tous les prisonniers qui estoient
ès prisons de Paris, tant ès prisons de l'Églyse comme ès prisons des
seigneurs lais; néis ceux qui estoient en oubliète, condamnés au pain
et à l'yaue, furent délivrés.

Après ces choses, vindrent certaines nouvelles à Paris que le traictié
entre les roys de France et d'Angleterre estoit tenu parfait, et
qu'ils estoient à accort; et disoit l'on communément que ledit roy de
France seroit tantost en France.


  Comment monseigneur le duc de Normendie en assurant ceux de Paris
    leur dist, en plaines halles, qu'il vouloit vivre et mourir
    avec eux, et que les gens d'armes qu'il faisoit venir estoient
    pour le bien de ceux du royaume: et, par la deffaute de ceux
    qui avoient le gouvernement, il convenoit que luy-meismes méist
    paine à rebouter les ennemis.

1358.

Ce meisme jeudi, onziesme jour dudit moys de janvier mil trois cens
cinquante-huit, monseigneur le duc de Normendie, qui longuement avoit
demouré à Paris et ne pouvoit avoir chevance, car ceux de Paris
avoient tout le gouvernement, fut conseillié que il parlast au commun
de Paris. Si fist savoir, celuy jour bien matin, que il iroit ès
halles pour parler au commun. Et quant l'evesque de Laon et le prévost
des marchans le sceurent, ils le cuidèrent empeschier, et distrent à
monseigneur le duc que il se vouloit mettre en grant péril de soy
mettre devant le peuple. Néantmoins, ledit monseigneur le duc ne les
crut point, mais ala, environ heure de tierce, ès dites halles, à
cheval, luy sixiesme ou huitiesme ou environ. Et dit à grant foison de
peuple qui là estoit que il avoit entencion de mourir et de vivre avec
eux, et que ils ne créussent aucuns qui avoient dit et publié que il
faisoit venir des gens d'armes pour les piller et gaster: car il ne
l'avoit oncques pensé. Mais il faisoit venir lesdites gens d'armes
pour aidier à deffendre et garantir le peuple de France, qui moult
avoit à souffrir, car les ennemis estoient moult espandus parmy le
royaume de France, et ceux qui avoient pris le gouvernement n'y
mettoient nul remède. Si estoit son entencion, ce disoit, de gouverner
dès lors en avant, et de rebouter les ennemis de France; et n'eust pas
tant attendu ledit duc sé il eust eu le gouvernement et la finance. Et
oultre, dit lors que toute la finance qui avoit esté levée au royaume
de France, depuis que les trois estas avoient eu le gouvernement, il
n'en avoit né denier né maille; mais bien pensoit que ceux qui
l'avoient receue si en rendroient bon compte. Et furent les parolles
dudit duc moult agréables au peuple; et se tenoit la plus grant partie
par devers luy[206].

  [206] C'est-à-dire: Et le plus grand nombre favorisoit plutôt son
  parti que celui des meneurs des trois états. (_Note de M. Paulin
  Pâris._)


  De l'assemblée que le prévost des marchans fist faire à
    Saint-Jaques-de-l'Ospital, pour la doubte que il avoit que le
    peuple de Paris ne se tenist du tout avec monseigneur le duc;
    et des parolles que dit Charles Toussac, eschevin.

L'endemain, jour de vendredi, douziesme jour dudit moys de janvier, le
prévost des marchans et ses aliés, considérans et voyans que le peuple
estoit à faire le plaisir et la volenté de monseigneur le duc, leur
seigneur, doubtans par aventure que ledit peuple ne s'esméust contre
eux, firent assembler à Saint-Jaques-de-l'Ospital[207] grant foison de
gens, et par espécial ceux qui estoient de leur partie. Et quant ledit
duc sceut ladite assemblée, il partit tantost du palais et ala audit
Ospital, et en sa compaignie estoit ledit evesque de Laon et plusieurs
autres. Et quant il fut là, il fist parler son chancellier à tous ceux
qui là estoient et leur fist dire une partie de ce qu'il avoit dit le
jour précédent ès halles. Et oultre, pour ce que plusieurs publioient
que ledit duc ne tenoit pas au roy de Navarre les convenances que il
luy avoit promises, et ledit duc ne povoit faire son devoir de
rebouter ses ennemis qui dommageoient et gastoient tout environ Paris,
Chartres et le pays environ, iceluy duc fist dire que il avoit bien
tenu audit roy de Navarre ce qu'il avoit promis en tant comme il
povoit; mais aucuns d'iceux auxquels le roy son père avoit baillié à
garder aucuns chastiaux dudit roy de Navarre ne les vouloient rendre,
il n'en povoit mais; mais il en avoit fait tout son povoir et encore
estoit prest du faire.

  [207] Cette église située à l'extrémité des rues _Mauconseil_ et
  _Saint-Denis_, a été démolie en 1822.

Et après ce que ledit chancellier ot parlé, Charles Toussac se leva et
voult parler; mais il y ot si grant noise que il ne put estre oï. Si
se partit lors monseigneur le duc et sa compaignie, fors l'evesque de
Laon, qui demoura avec ledit prévost des marchans. Et assez tost après
que ledit duc fut parti, ledit Charles recommença, et lors fut oï. Si
dit moult de choses, et par espécial contre les officiers du roy. Et
dit que il y avoit tant de mauvaises herbes que les bonnes ne povoient
fructifier né amender; et dit moult de choses couvertement contre le
duc. Et après, quant il ot parlé, un advocat appellé Jehan de
Sainte-Aude, qui par les trois estas avoit esté fait un des généraux
gouverneurs des subsides ottroyés par les trois estas, parla et dit
que le prévost des marchans né les autres des trois estas n'avoient
pas emboursé l'argent que on avoit receu des subsides. Et autel avoit
dit ledit prévost des marchans. Et nomma ledit Jehan plusieurs
chevaliers qui en avoient eu par le mandement dudit duc, si comme
disoit ledit Jehan, jusques à la somme de quarante ou de cinquante
mille moutons, lesquels avoient esté mal emploiés, si comme ses
parolles le notoient et donnoient à entendre. Et là fut encore dit par
ledit Charles Toussac que ledit prévost des marchans étoit preud'homme
et avoit fait ce que il avoit fait pour le bien et le sauvement et le
proufit de tout le peuple. Et dist que sur ledit prévost régnoit
haine, et que il le savoit bien. Et que sé ledit prévost des marchans
cuidoit que ceux qui là estoient présens et les autres de Paris ne le
voulsissent porter né soustenir, il querroit son sauvement là où il le
pourroit trouver. Et là aucuns qui estoient de leur aliance crièrent,
disans que ils le porteroient et soustenroient contre tous.

Item, le samedi ensuivant, treiziesme jour dudit moys de janvier,
monseigneur le duc manda plusieurs des maistres de Paris au palais là
où il estoit, et parla à eux moult amiablement et leur requist que ils
luy voulsissent estre bons subgiés et il leur seroit bon seigneur.
Lesquels luy respondirent que ils vivroient et mourroient avec luy, et
que il avoit trop attendu à prendre le gouvernement.


  De la mort Jehan Baillet, trésorier de monsieur le duc de
    Normendie. Et comment Perin Marc fut justicié, pendu et puis
    despendu et enterré en l'églyse Saint-Merry.

Le mercredi vint-quatriesme jour dudit moys de janvier, après disner,
Jehan Baillet, trésorier de monseigneur le duc de Normendie et moult
acointé de luy, fut tué à Paris d'un vallet changeur appelé Perrin
Marc, qui le férit d'un coutel au dessoubs de l'espaule par derrière,
en la rue nueve Saint-Merry. Et après s'enfuit ledit Perrin audit
moustier de Saint-Merry. Et le soir bien tard, ledit duc, qui moult
estoit courroucié de la mort de son dit trésorier, envoia audit
moustier de Saint-Merry monseigneur Robert de Clermont, son mareschal,
Jehan de Chalon, fils de monseigneur Jehan de Chalon, seigneur
d'Arlay, Guillaume Staise, lors prévost de Paris et grant foison de
gens d'armes, lesquels brisièrent les huys dudit moustier et en
mistrent hors à force ledit Perrin Marc. Et l'endemain matin jour de
jeudi, ledit Perrin fut traisné au chastelet au lieu où il avoit fait
le coup, et là ot le poing couppé et puis fut mené au gibet de Paris,
et là pendu.

Mais l'evesque de Paris fist tant que ledit Perrin fut despendu le
samedi ensuivant et fut ramené audit moustier de Saint-Merry et
restabli; et là à très grant sollempnité fut enterré le jour que les
obsèques dudit Jehan Baillet furent faites, auxquelles fut présent
monseigneur le duc de Normendie. Et à celles dudit Perrin fut le
prévost des marchans et grant foison des bourgeois de Paris.


  Des messagiers du roy de France envoiés à monseigneur le duc son
    fils ainsné, à Paris.

Le samedi vint-septiesme jour du moys de janvier, les messages du roy
qui estoient venus d'Angleterre, c'est assavoir l'evesque de
Therouenne, chancellier de France, le conte de Vendosme, le seigneur
de Derval, le sire d'Aubigny, monseigneur Jehan de Saintré, chevalier,
et messire Jehan de Champeaux, clerc, firent leur rapport au duc de
Normendie, en la présence de plusieurs de son conseil, evesques,
chevaliers et autres, sur le traictié de l'accort fait en Angleterre,
entre les roys de France et d'Angleterre. Lequel traictié moult plut
audit duc et à ses conseilliers, si comme ils disoient.


  De la response que monseigneur le duc de Normendie fist au
    message du roy de Navarre.

Après celuy samedi huit jours ou environ, messire Jehan de Péquigny
vint à Paris de par le roy de Navarre, qui estoit à Mante, et fist
ledit messire Jehan plusieurs requestes à monseigneur le duc, de par
ledit roy de Navarre, en la présence des roynes Jehanne et
Blanche[208] et de plusieurs du conseil dudit duc. C'est assavoir que
monseigneur le duc tenist les convenances audit roy de Navarre que il
luy avoit faites, lesquelles il ne esclaircissoit point; et que il
féist rendre audit roy ses forteresces et quarante mille florins à
l'escu que l'on luy avoit promis l'autre fois qu'il avoit esté à
Paris, et aussi aucuns joyaux qui avoient esté pris du sien, lorsqu'il
fut emprisonné.

  [208] Jeanne d'Évreux, veuve de Charles IV, dit le Bel, et tante
  de Charles le Mauvais.--Blanche d'Évreux, veuve de Philippe VI et
  sœur de Charles le Mauvais.

Et lors monseigneur le duc se mist à un genouil devant les dites
roynes, lesquelles le firent lever tantost et rasseoir emprès elles.
Et respondit audit monseigneur Jehan que il avoit bien audit roy de
Navarre tenu les convenances que il luy avoit faites, et que sé aucun
à qui il fust tenu de respondre vouloit dire le contraire, il diroit
que iceluy mentiroit. Mais ledit monseigneur Jehan n'estoit pas homme
à qui monseigneur le duc en déust respondre. Et toutesvoies disoit-il
encore que sé aucun vouloit maintenir que il n'eût tenu audit roy de
Navarre lesdites convenances, il avoit des chevaliers qui bien s'en
combattroient, sé mestier estoit. Et plusieurs autres parolles dist
lors monseigneur le duc. Et lors fut dit par l'evesque de Laon que
monseigneur le duc auroit plus grant advis sur lesdites requestes, et
en respondroit tant que il souffiroit; et ainsi se départirent.


  Comment l'université de Paris et le clergié, par le prévost des
    marchans, alèrent par devers monseigneur le duc pour faire
    accorder les demandes au roy de Navarre.

Celle semaine, l'université de Paris, le clergié, le prévost des
marchans et ses compaignons, alèrent par devers monseigneur le duc, au
palais, et là fut dit audit duc, par frère Simon de Langres, maistre
de l'ordre des Jacobins, que tous les dessus nommés avoient esté
ensemble au conseil, et avoient délibéré que le roy de Navarre feroit
faire audit duc toutes ses demandes à une fois; et que tantost que il
les auroit faites, ledit duc feroit rendre audit roy de Navarre toutes
ses forteresses: et après l'on regarderoit sur toutes les requestes
dudit roy, et luy passeroit-l'on tout ce que l'on devroit. Et pour ce
que ledit maistre ne disoit plus, un moine de Saint-Denis en France,
maistre en théologie et prieur d'Essonne, dit audit maistre que il
n'avoit pas tout dit. Si dit lors ledit prieur à monseigneur le duc,
que encore avoient-ils délibéré que sé luy ou le roy de Navarre
estoient refusans de tenir et accomplir leur délibération, ils
seroient tous contre celuy qui en seroit refusant et prescheroient
contre luy.


  Comment le prévost des marchans et ses aliés alèrent au palais en
    la chambre de monseigneur le duc de Normendie; et là, présent
    luy, tuèrent les deux mareschaux de Clermont et de Champaigne,
    après ce que ils orent tué maistre Regnaut d'Acy, advocat en
    parlement.

Le jeudi vint-deuxiesme jour du moys de février, l'an mil trois cens
cinquante-huit à matin, et fut le second jeudi de caresme, le dit
prévost des marchans fist assembler à Saint-Eloy près du Palais tous
les mestiers de Paris armés, et tant que on estimoit qu'ils estoient
bien trois mille tous armés. Environ heure de tierce, un advocat de
parlement appellé maistre Regnaut d'Acy, en alant du palais en sa
maison, qui estoit près de Saint-Landry[209], fut tué près du moustier
de la Magdaleine[210], en l'ostel d'un patissier, là où il se bouta
quant il vit que l'on le vouloit tuer; et ot tant et de telles plaies
que tantost il mourut sans parler. Et tantost après, ledit prévost et
plusieurs en sa compaignie montèrent en la chambre de monseigneur le
duc, au palais, et là trouvèrent ledit duc, auquel ledit prévost dit
telles parolles en substance: «Sire, ne vous esbahissez de choses que
vous véez, car il est ordené et convient que il soit fait.» Et si tost
que ces parolles furent dites, aucuns de la compaignie du prévost des
marchans coururent sur monseigneur Jehan de Conflans, mareschal de
Champaigne, et le tuèrent joignant du lit de monseigneur le duc et en
sa présence. Et aucuns autres de la compaignie dudit prévost coururent
sur monseigneur Robert de Clermont, mareschal dudit duc de Normendie,
lequel se retray en une autre chambre de retrait dudit monseigneur le
duc; mais ils le suivirent et là le tuèrent. Et monseigneur le duc,
qui moult estoit effraié de ce que il véoit, pria ledit prévost des
marchans que il le voulsist sauver, car tous ses officiers qui lors
estoient en la chambre s'enfouirent et le laissièrent. Et adonc, ledit
prévost luy dit: «Sire, vous n'avez garde.» Et lui bailla le dit
prévost son chapperon, qui estoit des chapperons de la ville parti de
rouge et de pers, le pers à destre, et prist le chapperon du dit
monseigneur le duc qui estoit de brunette[211] noire à un orfrois
d'or, et le porta tout celuy jour, et monseigneur le duc porta celuy
dudit prévost. Tantost après, aucuns de la compaignie dudit prévost
prisrent les corps des deux chevaliers et les traînèrent moult
inhumainement par devant monseigneur le duc, jusques en la court du
palais devant le perron de marbre; et là demourèrent tous estendus et
descouvers en la vue de ceux qui les vouloient veoir, jusques après
disner bien tard; et n'estoit nul homme qui les osast oster.

  [209] Cette église étoit à l'entrée actuelle de la rue de
  Saint-Landry, sur le quai de la Cité. (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [210] _La Magdaleine._ L'église de la Magdeleine-en-la-Cité étoit
  sur l'emplacement de la maison no 5 de la rue actuelle _de la
  Juiverie_. On a conservé l'ancien nom au passage qui divise cette
  maison. (_Note de M. Paulin Pâris_, en 1836.)

  [211] _Brunette._ Etoffe fine et très-recherchée.--_Orfrois_,
  bordure, frange.--_Pers_, bleu.

Et ledit prévost des marchans et ses compaignons alèrent en leur
maison en Grève, que l'on appeloit la maison de la ville. Et là ledit
prévost estant aux fenestres de ladite maison, sur la place de Grève,
parla à moult grant nombre de gens armés qui estoient en ladite place,
et leur dit que le fait qui avoit esté fait, ce avoit esté pour le
bien commun du royaume de France, et que ceux qui avoient esté tués
estoient faux, mauvais et traîtres. Et requist ledit prévost au peuple
qui là estoit, que en ce le voulsissent porter et soustenir, car il
avoit fait ce faire pour le bien du royaume, si comme il disoit. Et
lors, plusieurs crièrent à haute voix que ils advouoient le fait, et
que ils vouloient vivre et mourir avec ledit prévost des marchans.

Et tantost après, ledit prévost des marchans retourna au palais, et
tant de gens d'armes avec luy, que toute la court en estoit plaine. Et
monta en la chambre où monseigneur le duc estoit, qui moult estoit
dolent et esbahi de ce qui estoit advenu. Et encore estoient les corps
desdis chevaliers devant ledit perron de marbre, et le povoit ledit
duc véoir des fenestres de sa chambre. Et quant ledit prévost fut en
ladite chambre, et plusieurs armés de sa compaignie avec luy, il dit
audit monseigneur le duc que il ne se méist point à mesaise de ce qui
estoit advenu, car il avoit esté fait de la volenté du peuple, et pour
eschiéver greigneurs périls; et ceux qui avoient esté mors avoient
esté faux, mauvais et traîtres. Et requist ledit prévost à monseigneur
le duc, de par ledit peuple, que il voulsist ratifier ledit fait et
estre tout un avec eux. Et que sé mestier avoient d'aucun pardon pour
cause dudit fait, que le duc leur voulsist à tous pardonner. Lequel
duc ottroia audit prévost les choses dessus dites, et luy pria que
ceux de Paris voulsissent estre ses bons amis, et il seroit le leur.
Et pour celle cause, ledit prévost envoia audit duc deux draps, l'un
de pers et l'autre de rouge, pour ce que ledit duc féist faire des
chapperons pour luy et pour ses gens tout comme ceux de Paris les
portoient, c'est assavoir, parti de pers et de rouge, le pers à
destre. Et ainsi le fist ledit monseigneur le duc et portoit tel
chapperon comme dit est, et ses gens aussi, et ceux du parlement et
des autres chambres du palais et tous autres officiers communément
estans à Paris.

Et celuy jour de jeudi, environ vespres, ledit prévost commanda que
on levast lesdis corps des deux chevaliers dessus dis, qui encore
estoient en ladite court du palais, et que l'on les portast à
Sainte-Catherine-du-Val-des-Escoliers. Et jà estoit levé le corps de
maistre Regnaut d'Acy, et avoit esté porté en son ostel par ses gens,
car il avoit esté tué près de son ostel. Mais toutesvoies fut-il
longuement là où il avoit esté tué en la vue de chascun, avant que il
eust esté levé.

Si furent les deux corps dessus dis mis par povres varlès en une
charrete, et menés à descouvert dedans ladite charrete par lesdis
povres varlès, qui ladite charrete traînoient sans chevaux au long de
la ville, jusques audit lieu de Sainte-Catherine-du-Val-des-Escoliers;
et par lesdis varlès furent descendus en la court, et puis emmenèrent
lesdis varlès ladite charrete et laissièrent là les deux corps. Et
emportèrent lesdis varlès le mantel de l'un des chevaliers pour leur
salaire de les avoir amenés jusque là. Et pour ce que les religieux de
Sainte-Catherine n'osoient enterrer lesdis corps, aucuns d'eux alèrent
vers ledit prévost pour savoir que il vouloit que lesdis religieux
féissent desdis corps. Lequel prévost respondit auxdis religieux que
il luy plaisoit que ils en féissent ce que monseigneur le duc
vouldroit. Et après alèrent vers monseigneur le duc, lequel leur dist
que ils les féissent enterrer secrètement sans solemnité. Mais assez
tost après fut deffendu auxdis religieux, de par l'evesque de Paris,
que ils n'enterrassent point le corps de monseigneur Robert de
Clermont en terre benoite, car ledit evesque le tenoit pour
excomménié, pour ce que il avoit esté à oster et traire hors du
moustier de Saint-Merry Perin Marc, qui avoit tué Jehan Baillet, si
comme dessus est dit. Si en fut ordené secrètement par lesdis
religieux tant de l'un comme de l'autre. Et ledit maitre Regnaut d'Acy
fut le soir enterré secrètement au moustier de Saint-Landry, de
quelle paroisse il estoit.

Et celuy jeudi au soir, bien tard, fut ledit prévost des marchans en
l'ostel de la royne Jehanne, et là parla à luy moult longuement. Et
disoit-l'on que entre les autres choses que il luy dit, il luy requit
que elle féist venir le roy de Navarre à Paris.


  De l'assemblée que le prévost des marchans fist aux Augustins et
    des paroles que maistre Robert de Corbie dist.

L'endemain, jour de vendredi, vint-troisiesme jour dudit moys de
février, ledit prévost des marchans fist assembler au matin aux
Augustins grant nombre de ceux de Paris, desquels plusieurs estoient
armés. Et manda à ceux qui avoient esté envoiés de par les bonnes
villes qui encore estoient à Paris que ils alassent là, desquels
plusieurs y alèrent. Et là, maistre Robert de Corbie dit que le
prévost des marchans avoit fait faire le fait qui avoit esté fait le
jour précédent pour le bien et pour le proufit du royaume, et que ils
estoient quatre qui empeschoient tous les bons consaux devers
monseigneur le duc, et par eux avoit esté empeschiée la délivrance du
roy de France, si comme disoit ledit maistre Robert. Et dit que sur la
délivrance du roy avoient esté assemblés l'université, le clergié et
la ville de Paris, qui tous estoient et avoient esté d'accort et en
une oppinion. Et depuis soixante-quatre personnes du conseil
monseigneur le duc qui sur ce meismes avoient esté assemblées avoient
esté de une oppinion, et les quatre dessus dis empeschièrent tout.
Mais il ne dit point qui estoient ces quatre, et si ne dit oncques sur
quoi ce conseil avoit esté, en espécial, né aucun cas particulier né
espécial pour lequel ils eussent mis à mort les trois dessus nommés.
Et toutesvoies requist ledit maistre Robert les envoiés des bonnes
villes, pour ledit prévost et les autres qui avoient fait ledit fait,
que ils voulsissent ratifier ce qui avoit esté fait et eux tenir en
bonne union avec ceux de Paris; laquelle union avoit esté promise et
jurée en plusieurs assemblées par avant, si comme disoit ledit maistre
Robert.

Et jà fust ce que plusieurs de ceux des bonnes villes sceussent bien
que sure chose n'estoit pas de ratifier ledit fait, toutesvoies dirent
par doubte tous ceux qui en ladite assemblée estoient, que ils
créoient que ce avoit esté fait à bonne cause et juste, et le
ratiffioient, dont plusieurs de Paris qui là estoient les en
mercièrent.


  Comment le prévost des marchans vint à monseigneur le duc en
    parlement, et luy requist que il voulsist tenir les ordenances
    que les trois estas avoient establies l'année devant.

Le samedi ensuivant, vint-quatriesme jour dudit moys, fut monseigneur
le duc en la chambre de parlement, et avec luy aucuns de son conseil
qui luy estoient demourés. Et là alèrent à luy ledit prévost et
plusieurs autres avec luy, tant armés comme non armés, et requistrent
à monseigneur le duc que il féist tenir et garder, sans enfraindre,
toutes les ordenances lesquelles avoient esté faites par les trois
estas l'an précédent, et que il les laissast gouverner si comme
autrefois avoit esté fait; et que il voulsist débouter aucuns qui
encore estoient en son conseil; et pour ce que le peuple se tenoit
trop mal content de moult de choses qui estoient faites au conseil de
monseigneur le duc contre ledit peuple, il voulsist mettre en son
grand conseil trois ou quatre bourgeois que l'on luy nommeroit. Toutes
lesquelles choses monseigneur le duc leur ottroia.


  De la revenue du roy de Navarre à Paris; et du mandement que le
    roy de France fist au duc de Normendie, son ainsné fils.

Le lundi ensuivant, vint-sixiesme jour dudit moys de février, entra le
roy de Navarre à Paris, à moult grant compaignie de gens d'armes, tant
de ceux qu'il avoit amenés comme de ceux de Paris qui estoient alés
contre luy; et ala descendre ledit roy en l'ostel de Neelle, qui lors
estoit au duc de Normendie. Et celuy jour, le prévost des marchans ala
devers luy, et luy pria et dit que il voulsist faire justes requestes
audit monseigneur le duc, et que il voulsist porter et soustenir le
fait que ils avoient fait à Paris des trois qui avoient esté occis.
Lequel roy leur ottroia tout. Et toute celle semaine, les deux roynes
vueves, Jehanne et Blanche, le prévost des marchans, l'evesque de Laon
et ses compaignons, traictièrent l'accort entre le duc et le roy,
lequel fut fait dedans dix ou douze jours après. Mais pou de gens
sceurent lors la manière. Toutesvoies donna lors ledit duc audit roy
l'ostel de Neelle. Et furent si bien ensemble que chascun jour ils
disnoient l'un avec l'autre, et faisoient moult grant semblant de eux
entr'aimer. Et après, environ le dixiesme ou douxiesme jour de mars,
le roy de France manda à monseigneur le duc de Normendie que il
envoiast en Angleterre deux prélas et quatre chevaliers, car il estoit
moult seul si comme il mandoit. Et aussi manda que il luy envoiast
deux bons notaires pour ordener les lettres du traictié d'accort entre
luy et le roy d'Angleterre. Et tousjours estoient ceux de Paris ainsi
comme esmeus, et se armoient et assembloient souvent; pour laquelle
chose plusieurs officiers du roy de France et du duc se absentèrent,
tant prélas comme autres. Et depuis en retourna plusieurs à Paris,
pour la sureté que ils orent dudit prévost des marchans, qui disoit
que l'on ne leur vouloit mal.


  Des lettres que le prévost des marchans envoia aux bonnes villes
    pour les faire alier et prendre chapperons aux couleurs de ceux
    de Paris.

En ce temps furent faites ordenances sur tous officiers. Et l'évesque
de Therouenne, lors chancelier de France, qui nouvellement estoit venu
d'Angleterre, n'avoit point apporté les sceaux du roy, mais les avoit
laissiés en Angleterre par l'ordenance du roy et de son conseil.
Lequel chancelier bien aperceut que l'on vouloit user d'autres sceaux
que de celuy du Chastellet, duquel l'on usoit en l'absence du grant.
Et aussi pour plusieurs autres causes se partit de Paris, et s'en ala
en son pays d'Alvergne[212].

  [212] Auvergne. Ce prélat était Gilles Aycelin.

En ce temps, assez tost après l'occision des trois dessus nommés, le
prévost des marchans et les eschevins envoièrent lettres closes par
les bonnes villes du royaume, par lesquelles ils leur faisoient savoir
le fait qu'ils avoient fait, et leur requéroient que ils se
voulsissent tenir en vraie union avec eux et que ils voulsissent
prendre de leurs chapperons partis de pers et de rouge, si comme
avoient fait le duc de Normendie et plusieurs autres du sang de
France, si comme ès dites lettres estoit contenu. Et, en vérité, ledit
monseigneur le duc, le roy de Navarre, le duc d'Orléans frère dudit
roy de France, et le conte d'Estampes, qui tous estoient des Fleurs de
lis[213], portoient lesdis chapperons. Dont plusieurs ne renvoièrent
oncques responses desdites lettres, et autres rescrirent sans autre
aliance faire et sans prendre desdis chapperons; et autres prisrent
desdis chapperons.

  [213] _Etre des fleurs de lis._ Belle et ancienne manière de
  désigner les parents du roi, les princes du sang. (_Note de M.
  Paulin Pâris._)


  Cy après s'ensuit la teneur des saufs conduis que le roy de
    Navarre donnoit en la ville de Paris.

«Charles, par la grace de Dieu, roy de Navarre et conte d'Evreux, à
tous ceux qui ces lettres verront, salut. Savoir faisons que nous
avons donné et donnons par la teneur de ces présentes à nos amés et
féaux chevaliers Jehan de Neuf-Chastel et le seigneur de Raon et à
leur compaignie jusques au nombre de trente personnes à cheval, sur et
sauf conduit du jour de la date de ces présentes jusques à la feste de
Penthecouste prochaine venant, pour aler, venir cependant, et
demourer, sé mestier est, par tous les lieux du royaume de France. Si
donnons en mandement à tous capitaines, chastelains, gardes de païs,
villes et passages et destrois dudit royaume, et à chascun d'eux, et
prions tous autres que lesdis chevaliers et leur compaignie, jusques
au nombre dessus dit, fassent et laissent jouir et user de nostre
présent sauf conduit, sans leur faire né souffrir estre fait aucun
empeschement en corps, en chevaux, en harnois, né en aucuns de leurs
biens. Donné à Paris le douziesme jour du moys de mars, l'an de grace
mil trois cens cinquante-huit.» Et estoient ainsi signées:

«Par le roy. P. du Tertre.»--Et obéissoit-l'on plus auxdis saufs
conduis que on ne faisoit à ceux de monseigneur le duc.

Item, le mardi treiziesme jour du moys de mars l'an dessus dit, se
partit de Paris ledit roy de Navarre et s'en ala à Mante, et
monseigneur le duc demoura à Paris.


  Comment monseigneur le duc prist nom de régent par titre de
    lettres, à très-bonne cause.

Le mercredi quatorziesme jour du moys de mars fut publié à Paris que
monseigneur le duc, qui par avant s'estoit appellé lieutenant du roy,
depuis sa prise, s'appelleroit dès là en avant régent du royaume. Et
fut son titre tel: _Karolus primogenitus regis Francorum regnum regens,
etc._ Et jasoit ce que par avant l'on eust tousjours escript au nom du
roy, en parlement et en toutes lettres de justice, il fut deffendu
celuy jour que plus on n'y escrivist. Et fut baillié le titre tel
comme dessus est dit en cédulles aux notaires et aux escrivains du
palais: et fut le nom du roy tout estaint. Et ne scella-on plus du
scel du Chastellet, mais du scel dudit duc en cire jaune. Et portoit
le scel maistre Jehan de Dormans, qui estoit chancelier dudit régent.
Et furent mis au conseil dudit régent, le prévost des marchans,
maistre Robert de Corbie, Charles Toussac et Jehan de l'Isle, maistres
et principaux, après ledit evesque de Laon, qui tout gouvernoit.


  De la mort de Phelipot de Repenti, escuier.

Le samedi au soir, dix-septiesme jour du moys de mars, fut pris à
Saint-Cloust, près de Paris, un escuier françois appellé Phelipot, de
Repenti, et fut amené à Paris. Et le lundi matin ensuivant,
dix-neuviesme jour dudit moys susdit, ledit Phelippot eut la teste
couppée ès halles de Paris, et puis fut pendu au gibet; pour ce qu'il
confessa que il estoit de la compaignie de plusieurs qui avoient
empris de prendre ledit duc de Normendie, régent du royaume, à
Saint-Oyen, en l'ostel de la Noble Maison, là où il estoit alé trois
jours ou quatre devant. Mais plusieurs disoient que ce n'estoit point
pour mal, mais estoit pour le mettre hors de la puissance et des mains
de ceux de Paris. Et assez tost après, un chevalier appellé le Bègue
de Villaines, qui moult estoit ami dudit monseigneur Robert de
Clermont, qui avoit esté tué à Paris, se rendit ennemi de ceux de
ladite ville de Paris.


  Comment le régent ala à Senlis et à Compiègne.

Le jour de Pasques fleuries, vint-cinquiesme jour du moys de mars,
ledit régent fut à Senlis, là où luy et le roy de Navarre avoient
mandé par leurs lettres tous les nobles de Picardie et de Beauvoisin.
Mais ledit roy n'y ala point, et s'envoia excuser par monseigneur
Jehan de Péquigny, pour causes de deux bosses que il avoit ès aines,
si comme le dit monseigneur Jehan disoit. Mais à ladite journée ala
pou desdis nobles.

Si se partit ledit régent et s'en ala à Compiègne. Et environ Pasques
les grans, qui furent le premier jour d'avril, l'an mil trois cens
cinquante-huit, le confesseur du roy de France et un sien secrétaire
appellé maistre Yvon vindrent de Angleterre par devers ledit régent,
mais la cause ne fut pas sceue communelment.


  Comment le conte de Brene[214] respondit au régent pour ceux de
    Champaigne. Et comment le chastel de Monsterel-au-fort-d'Yonne
    fut rendu audit régent, lequel y jut une nuit et de là se
    partit et ala en la cité de Meaux.

  [214] Braisne.

L'an de grace mil trois cens cinquante huit, le lundi après Quasimodo,
neuviesme jour du moys d'avril, ledit régent qui avoit mandé par ses
lettres les gens d'Églyse, les nobles et les bonnes villes de
Champaigne, pour estre à Provins ledit jour de Quasimodo, entra en
ladite ville de Provins. Et jasoit ce que le roy de Navarre eust
escript par ses lettres closes aux dessus dis de Champaigne, que il
seroit à la journée, toutesvoies n'y fut-il point; mais maistre Robert
de Corbie et monseigneur Pierre de Rosny, archidiacre de Brie en
l'églyse de Paris, envoiés là de par la ville de Paris, furent à
ladite journée.

Le mardi ensuivant, dixiesme jour dudit moys, avant disner, ledit
régent parla en sa personne aux dessus dis de Champaigne, et leur dit
que le royaume de France estoit à très grant meschief, et avoit moult
à faire, si comme ils savoient. Si leur pria et requist que ils y
méissent tout le bon remède que ils pourroient, tant par conseil comme
par ayde, et aussi leur pria que ils fussent tout un; car sé division
estoit au peuple de France, il estoit en grant péril, si comme il
disoit. Et outre leur dit que sé aucunes choses avoient esté faites
qui semblassent estre moult merveilleuses, que, par aventure, quant
ils auroient oï ceux qui lesdites choses avoient faites, ils en
seroient apaisiés. Et ce leur disoit ledit régent, si comme l'on
cuidoit, pour ceux qui avoient esté tués à Paris. Car après ce que il
ot dit les parolles dessusdites, il dit telles parolles: «Véez-cy
maistres Robert de Corbie et l'archidiacre de Paris qui vous diront
aucunes choses de par les bonnes gens de Paris.»

Et lors ledit maistre Robert parla et dit à ceux de Champaigne, qui là
estoient, que ceux de Paris les amoient et avoient amés, et vouloient
estre tout un avec eux. Et prioient aux dessus dis de Champaigne que
ils voulsissent estre tout un avec ceux de Paris, et ne se voulsissent
merveillier sé aucunes choses avoient esté faites à Paris; car quant
ils sauroient les causes, et auroient oï ceux qui ces choses avoient
conseilliées, ils en seroient tous apaisiés, si comme disoit ledit
maistre Robert, et plusieurs autres choses.

Si requistrent les dessus dis de Champaigne audit régent que il
voulsist que ils peussent parler ensemble; laquele chose il leur
ottroia. Si se traisrent à part et parlèrent ensemble. Et assez tost
firent savoir au régent que ils estoient près de luy faire response.
Si ala ledit régent, le duc d'Orléans son oncle, le conte d'Estampes
et plusieurs autres en un jardin, là où les dessus dis de Champaigne
estoient; et là monseigneur Simon de Roucy, conte de Brene en
Laonnois, respondit pour les Champenois, et dit audit régent que ils
estoient près de luy conseillier de luy aidier et faire tout ce, pour
luy, que bons et loyaux subgiès doivent faire pour seigneur. Mais pour
ce que les plus grans et plus puissans de Champaigne n'estoient pas
là, si comme disoit ledit conte, il requist audit régent que il leur
donnast une autre journée pour eux assembler à Vertus en Champaigne;
et bien luy dit ledit conte que lesdis Champenois ne iroient plus à
Paris. Laquelle requeste le régent leur ottroia: et fut ladite journée
assignée au dimanche vint-neuviesme jour du moys d'avril. Et après dit
ledit conte que audit maistre Robert de Corbie ne respondroient-ils
point, car à luy n'avoient-ils que respondre. Et si demanda ledit
conte audit régent, de par les Champenois, sé il savoit aucun mal au
mareschal de Champaigne qui avoit esté tué à Paris, né villenie aucune
pour laquelle on le deust avoir mis à mort? Et bien dit le conte que
de monseigneur Robert de Clermont ne demandoit-il rien, cas il s'en
attendoit[215] à ceux de son pays, et bien créoit que ils en feroient
leur devoir. Lequel régent leur respondit que il tenoit et créoit
fermement que ledit mareschal de Champaigne et ledit messire Robert de
Clermont l'avoient servi et conseillié bien et loyaument, et n'avoit
oncques sceu le contraire. Et lors ledit conte de Brene dist audit
régent: «Monseigneur, nous Champenois qui cy sommes vous mercions de
ce que vous nous avez dit; et nous attendons que vous fassiez bonne
justice de ceux qui nostre ami ont mis à mort sans cause.» Et ce fait
et dit, ledit régent ala disner et tous les Champenois qui vouldrent
aler avec luy, car ils en avoient esté tous semons.

  [215] _Il s'en attendoit._ Il s'en rapportait.

Et le mercredi ensuivant, onziesme jour dudit moys d'avril, ledit
régent se partit de Provins et s'en ala en l'abbaye de Pruilly et de
là à Monsterel-au-fort-d'Yonne. Et ala devant le chastel, lequel
gardoit, de par la royne Blanche, un chevalier appellé monseigneur
Taupin du Plessis, lequel Taupin estoit sur la porte dudit chastel
tout armé, la teste au bacinet, quant ledit régent ala devant. Et
lors, ledit régent luy commanda que il ouvrist la porte du chastel.
Lequel Taupin luy respondit: «Mon redoubté seigneur, pour Dieu ne me
veuilliez déshonnourer: madame la royne Blanche m'a baillié ce chastel
à garder, et m'a fait jurer que je ne le rendroie à personne du monde,
fors au roy[216] et à elle. Je vous supplie que il vous plaise à
envoier par devers elle, et je cuide qu'elle me mandera tantost que je
le vous rende.»

  [216] Le Roi de Navarre.

Auquel Taupin ledit régent commanda de rechief deux fois ou trois, que
il luy ouvrist ledit chastel. Et lors ledit Taupin luy respondit: «Mon
redoubté seigneur, je ne tendray pas ce chastel contre vous; mais pour
Dieu vueilliez-moi garder mon honneur.» Si descendit à la porte et
l'ouvrit; et ledit régent et ses gens y entrèrent, et y coucha une
nuit et le prist en sa main, et establit à le garder de par luy ledit
Taupin, et luy fist faire serement nouvel. Et se partit dudit chastel
et s'en ala à Meaux, là où demouroit lors madame la duchesse, sa
femme, et là où il avoit envoié de Provins le conte de Joigny et
environ soixante hommes d'armes en sa compaignie, pour ce que l'on luy
avoit dit que ceux de Paris avoient entencion de prendre et garnir de
par eux le marchié de Meaux[217]. Et y estoit entré ledit conte deux
jours devant. Dont le maire et aucuns de ladite ville furent moult
courrouciés, et en parla ledit maire moult hautement audit conte de
Joigny, qui s'estoit mis audit marchié et le tenoit. Et luy dit ledit
maire que sé il cuidast qu'il voulsist avoir pris ledit marchié, que
il ne feust pas entré en ladite ville de Meaux. Et quant ledit régent
fut en ladite ville de Meaux, ledit conte luy dit ce que ledit maire
luy avoit dit. Lequel maire fut mandé devant ledit régent, et luy
furent récitées les parolles que il avoit dites, et les luy fist-l'on
amender, et fut réservée la tauxation et l'amende.

  [217] Le marché de Meaux était une forteresse importante.


  De l'artillerie que ceux de Paris pristrent au Louvre, et la
    firent porter en l'ostel de la ville.

Le mercredi dix-huitiesme jour dudit moys d'avril, se partit ledit
régent de la ville de Meaux pour aller à Compiègne à une journée[218]
qu'il avoit mise aux Vermendisiens[219] qui y devoient estre. Et luy
apporta-on, celuy jour, nouvelles que ceux de Paris avoient pris grant
quantité d'artillerie que on avoit mis au Louvre et chargiée, pour
mener en certains lieux où ledit régent avoit ordené que fust menée;
et l'avoient ceux de Paris fait mener en la maison de la ville, en
Grève. Et si avoient encore les dessus dis de Paris envoié audit
régent une bien merveilleuse lettres closes. Et un pou avant, ils
avoient mis gens d'armes de par eux audit chastel du Louvre. Et en ce
temps et par avant, depuis que ledit régent s'estoit parti de Paris,
repairoient pou ou nuls gentils hommes en ladite ville de Paris, dont
ceux de ladite ville estoient moult dolens. Et tenoient plusieurs que
les gentilshommes leur vouloient mal. Et fut une grande division au
royaume de France. Car plusieurs villes, et la plus grant partie, se
tenoient devers le régent leur droit seigneur; et autres se tenoient
devers Paris.

  [218] Rendez-vous.

  [219] Aux gens du Vermandois ou de Saint-Quentin.


  Comment monseigneur le régent et le roy de Navarre parlementèrent
    ensemble, le roy de Navarre pour ceux de Paris; et comment le
    roy de Navarre vint à Paris, et luy firent ceux de Paris grant
    joie et grant honneur, et en eussent volontiers fait leur
    capitaine et leur gouverneur.

Le mercredi second jour du moys de may, le roy de Navarre, qui estoit
logié à Mello[220], et ledit régent duc de Normendie qui estoit logié
à Clermont en Beauvoisin, furent en mi-marchié desdites villes, au
lieu que l'on dit Domage-Lieu, pour parlementer; et avoient chascun
grant foison de gens d'armes. Et là parla ledit roy audit régent pour
ceux de Paris, afin que iceluy régent voulsist accorder à eux. Et
ledit régent dit audit roy que il aimoit ladite ville de Paris, et que
il savoit bien que en celle ville avoit de bonnes gens, mais aucuns
qui y estoient luy avoient fait grans villenies plusieurs et
desplaisirs, comme de tuer ses gens en sa présence, de prendre son
chastel du Louvre et son artillerie, et plusieurs autres grans despis
luy avoient fais. Si n'avoit pas entencion de entrer à Paris jusques à
ce que ces choses luy fussent adreciées. Et requist audit roy que il
fust avec luy et luy aidast à les adrecier.

  [220] _Mello_ ou _Merlou_, à quatre lieues de Senlis.

L'endemain, jour de jeudi, rassemblèrent audit lieu et parlèrent
ensemble comme le jour précédent. Et après se partit ledit roy et s'en
ala à Paris, où il entra le vendredi ensuivant, quatriesme jour dudit
moys de mai, à moult grant compaignie, tant de ses gens comme de ceux
de Paris qui estoient alés encontre luy. En laquelle ville il fut
moult honnoré et seigneuri par l'espace de dix ou douze jours que il y
demoura; et volentiers en eussent fait leur capitaine aucuns de ceux
de Paris ou leur seigneur, comme faux et mauvais que ils estoient.

Item en celuy temps, l'evesque de Laon qui estoit en l'assemblée à
Compiègne, fut en péril d'estre tué par plusieurs nobles hommes qui là
estoient avec ledit régent. Et convint que il s'en partist celéement
et ala à Saint-Denis en France. Et manda à ceux de Paris que on le
alast quérir. Si envoièrent ceux de Paris, et aussi le roy de Navarre
qui là estoit, grant quantité de gens d'armes quérir ledit evesque à
Saint-Denis; et vindrent en sa compaignie jusques à Paris. Si fut dit
audit régent de plusieurs nobles et autres que ledit evesque estoit
faux et mauvais; et vérité estoit: car par luy estoient avenus tous
les maux au royaume de France. Et luy requistrent que il ne fust plus
à son conseil.

Item, en celuy temps, Jehan de Meudon, chastelain de Evreux pour le
roy de France, bouta le feu en ladite ville de Evreux, et fut toute
arse, dont le roy de Navarre fut moult courroucié.

Item, le dimanche treiziesme jour du moys de may, partirent les
ennemis, qui estoient à Esparnon, dudit lieu, et chevaulchièrent de
rechief en Gatinois. Et ardirent toute la ville de Nemours, et moult
dommagièrent plusieurs autres villes au pays, comme Grés[221] et
autres villes, dont moult de gens estoient merveilliés; car ce pays
estoit en douaire à la royne Blanche, suer audit roy de Navarre. Et
monseigneur James Pipes, capitaine d'Esparnon, s'appeloit lieutenant
au roy de Navarre en ses saufs conduis et en ses autres fais, et si
estoit souvent avec le roy de Navarre, si comme l'on disoit[222]. Et
s'en retournèrent les ennemis trois ou quatre jours après, sans ce que
aucun leur féist empeschement.

  [221] Village entre Nemours et Fontainebleau.

  [222] Cette liaison du roy de Navarre avec le partisan James
  Pipes n'était peut-être pas bien prouvée; mais tout porte à
  croire, surtout les sauf-conduits rapportés plus haut, que
  Charles le Mauvais avait promis aux pillards de ne marcher ni
  faire marcher contre eux. Le dauphin, de son côté, privé d'argent
  par les États qui percevaient toutes les taxes, ne pouvait réunir
  dix hommes d'armes, avant les assemblées de Compiègne et de
  Vertus. Les malheurs publics permettaient donc aux émissaires du
  Navarrais de calomnier le fils du roi et d'insinuer l'idée de
  transporter la couronne de France sur une tête plus puissante.
  (_Note de M. Paulin Pâris._)


  Des lettres qui furent apportées d'Angleterre.

Le mardi quinziesme jour du moys de may, furent aportées à Paris
plusieurs lettres closes envoiées d'Angleterre, de plusieurs grands
seigneurs de France et d'autres, par lesquelles on escrivoit que la
paix avoit esté faite entre les roys de France et d'Angleterre le
huitiesme jour dudit moys, et que lesdis roys avoient mangié ensemble
et s'estoient entrebaisiés. Laquelle chose les uns ne créoient point,
les uns pour ce que ils ne voulsissent pas, les autres pour ce que par
plusieurs fois avoit ainsi esté mandé, et tousjours les Anglois y
avoient mis empeschement; et les autres qui en estoient forment joieux
le créoient.


  Du commencement et première assemblée de la mauvaise Jaquerie de
    Beauvoisin.

Le lundi vint-huitiesme jour dudit moys de may, s'esmurent plusieurs
menues gens de Beauvoisin, des villes de Saint-Leu de Serens, de
Nointel, de Cramoisi et d'environ, et se assemblèrent par mouvement
mauvais. Et coururent sur plusieurs gentils hommes qui estoient en
ladite ville de Saint-Leu et en tuèrent neuf: quatre chevaliers et
cinq escuiers. Et ce fait, meus de mauvais esprit, alèrent par le pays
de Beauvoisin, et chascun jour croissoient en nombre, et tuoient tous
gentils hommes et gentils femmes qu'ils trouvoient, et plusieurs
enfans tuoient-ils. Et abattoient ou ardoient toutes maisons de
gentils hommes qu'ils trouvoient, fussent forteresces ou autres
maisons. Et firent un capitaine que on appelloit Guillaume Cale. Et
alèrent à Compiègne, mais ceux de la ville ne les y laissièrent
entrer. Et depuis ils alèrent à Senlis, et firent tant que ceux de
ladite ville alèrent en leur compaignie. Et abattirent toutes les
forteresces du pays, Armenonville, Tiers et une partie du chastel de
Beaumont-sur-Oyse. Et s'enfouy la duchesse d'Orléans qui estoit
dedans, et s'en ala à Paris.


  De la mort du maistre du pont de Paris et du maistre charpentier
    du roy, par les gouverneurs de Paris.

Le mardi vint-neuviesme jour dudit moys, le prévost des marchans et
les autres gouverneurs de Paris firent couper les testes, et après
escarteler les corps, en Grève à Paris, au maistre du pont de Paris,
appellé Jehan Peret, et au maistre charpentier du roy, appellé Henry
Metret, à tort et sans cause; pour ce, si comme ils disoient, que ils
devoient avoir traictié avec aucuns dudit duc de Normendie, ainsné
fils du roy de France et régent le royaume, de mettre gens d'armes
dedans ladite ville de Paris pour ledit régent. Et firent pendre les
quartiers desdis maistres aux entrées de ladite ville de Paris. Et je
qui ceci escris vis que quant le bourel, appelé lors Raoulet, voult
coupper la teste au premier maistre, c'est assavoir audit Peret, il
chaï et fut tourmenté d'une cruelle passion, tant que il rendoit
escume par sa bouche; dont plusieurs de Paris disoient que ce estoit
miracle, et que il déplaisoit à Dieu de ce que on les faisoit mourir
sans cause. Et lors un advocat du Chastelet, appellé maistre Jehan
Godart, lequel estoit aux fenestres de l'ostel de la ville, en la
place de Grève, dist haultement, oïant le peuple qui là estoit:
«Bonnes gens, ne vous veuilliez esmerveillier sé Raoulet est ainsi
chéu de mauvaise maladie, car il en est entechié[223], et en chiet
souvent.»

  [223] _Entechié._ Affecté.--Le bourreau tombait du haut mal.


  De la cruauté de ceux de Beauvoisin; et comment le régent se
    partit de Meaux pour aler à Sens.

En ce temps multiplièrent moult ces gens de Beauvoisin. Et se
resmuèrent et assemblèrent plusieurs autres en diverses flottes en la
terre de Morency, et abatirent et ardirent toutes les maisons et
chastiaux du seigneur de Morency et des autres gentils hommes du pays.
Et aussi se firent autres assemblées de tels gens en Mucien[224] et en
autres lieux environ. Et en ces assemblées avoit gens de labour le
plus, et si y avoit de riches hommes, bourgeois et autres; et tous
gentils hommes que ils povoient trouver ils tuoient, et si
faisoient-ils gentils femmes et plusieurs enfans; qui estoit trop
grant forsennerie.

  [224] _Mucien_ ou _Mulcien_. Partie de la Brie entre _Crépy_ et
  _Crécy_.

En ce temps, ledit régent, qui estoit au marchié de Meaux, que il
avoit fait enforcier et faisoit de jour en jour, s'en partit et ala au
chastel de Monsterel-au-fort-d'Yonne; et assez tost après s'en partit
et ala en la cité de Sens, en laquelle il entra le samedi neuviesme
jour de juin ensuivant, à matin. Et fut receu en ladite cité par les
gens d'icelle moult honorablement, si comme ils le devoient faire,
comme à leur droit seigneur après le roy de France, son père. Et
toutesvoies, avoit lors pou de villes, cités ou autres en la Langue
d'oyl qui ne fussent meues contre les gentils hommes, tant en faveur
de ceux de Paris qui trop les haoient, comme pour le mouvement du
peuple. Et néantmoins fut-il receu en ladite ville de Sens à grant
paix et honorablement. Et fist ledit régent en ladite ville grant
mandement de gens d'armes.


  Comment ceux de Paris furent desconfis à Meaux; et de la mort du
    maire de la ville appellé Jehan Soulas.

Celuy samedi meisme, qui estoit le neuviesme jour de juin, l'an mil
trois cens cinquante-huit, plusieurs qui estoient partis de la ville
de Paris, jusques au nombre de trois cens ou environ, desquels gens
estoit capitaine un appellé Pierre Gille espicier de Paris, et environ
cinq cens qui s'estoient assemblés à Cilly en Mucien, desquels estoit
capitaine un appellé Jehan Vaillant prévost des monnoies du roy,
alèrent à Meaux. Et jasoit ce que Jehan Soulas, lors maire de Meaux,
et plusieurs autres de ladite ville eussent juré audit régent que ils
luy seroient bons et loyaux et ne souffriroient aucune chose estre
faite contre luy né contre son honneur, néantmoins ils firent ouvrir
les portes de ladite cité auxdis de Paris et de Cilly, et firent
mettre les tables et les nappes parmy les rues, le pain, le vin et les
viandes sus; et burent et mangièrent sé ils vouldrent et se
resfraichirent. Et après se mirent en bataille, en alant droit vers le
marchié de ladite ville de Meaux, auquel estoit la duchesse de
Normendie et sa fille, et la suer dudit régent, appellée madame
Ysabel de France, qui puis fut femme du fils du seigneur de Milan et
fut contesse de Vertus, que le roy Jehan, son père, luy donna à son
mariage. Et avec eux estoit le comte de Foys, le seigneur de Hangest
et plusieurs autres gentilshommes que ledit régent y avoit laissiés
pour garder ladite duchesse sa femme, sa fille, sa seur et ledit
marchié.

Si issirent dudit marchié lesdits conte de Foys, le seigneur de
Hangest et aucuns autres, jusques au nombre de vint-cinq hommes
d'armes ou environ, et alèrent contre les dessus dis Pierre Gille et
sa compaignie; et se combattirent à eux. Et là fut tué un chevalier
dudit marchié, appellé monseigneur Loys de Chambly, d'un vireton près
de l'euil. Finablement ceux dudit marchié eurent victoire. Et furent
ceux de Paris, de Cilly et plusieurs de la cité de Meaux qui
s'estoient mis avec eux, desconfis. Et pour ce, ceux dudit marchié
mirent le feu en ladite cité et ardirent aucunes maisons.

Et depuis furent informés que plusieurs de ladite cité avoient esté
armés contre eux et les avoient voulu trahir, et pour ce ceux dudit
marchié pillièrent et ardirent partie de ladite cité. Mais la grant
églyse ne fut pas arse né aussi aucunes maisons des chanoines: mais
toutesvoies fut tout pris; et aussi fut le chastel qui estoit au roy
ars; et dura ledit feu, tant en ladite ville comme audit chastel, plus
de quinze jours. Et pristrent ceux dudit marchié Jehan Soulas, le
maire de ladite ville de Meaux, et plusieurs autres hommes et femmes,
elles tindrent prisons audit marchié. Et depuis fit-l'on mourir ledit
maire, si comme droit estoit.


  De la mort Guillaume Cale par le roy de Navarre; et comment ledit
    roy ala de Beauvoisin à Saint-Ouyn, pour parler au prévost des
    marchans.

En celuy temps chevaulcha le roy de Navarre en Beauvoisin, et mist à
mort plusieurs de ceux des communes; et par espécial fist coupper la
teste dudit Guillaume Cale à Clermont en Beauvoisin. Et pour ce que
ceux de Paris luy mandèrent que il alast vers eux à Paris, il se
traist à Saint-Ouyn, en l'ostel du roy appellé la Noble-Maison. Et là
ala le prévost des marchans parlementer audit roy. Et le jeudi,
quatorziesme jour dudit moys de juin, ala ledit roy de Navarre à
Paris. Et contre luy alèrent plusieurs de ladite ville de Paris pour
luy accompaignier jusques là où il descendit, c'est assavoir à
Saint-Germain des Prés.


  Du preschement que le roy de Navarre fist en l'ostel de la ville,
    et comment par l'énortement de ses aliés fut fait capitaine de
    Paris; dont plusieurs de ladite ville furent courrouciés.

Le vendredi quinziesme jour de juin, ledit roy de Navarre vint en la
maison de la ville et prescha. Et entre les autres choses dit que il
amoit moult le royaume de France et il y estoit moult bien tenu, si
comme il dit soit; car il estoit des Fleurs de lis de tous
costés[225], et eust esté sa mère roy de France sé elle eust esté
homme; car elle avoit esté seule fille du roy de France. Et si luy
avoient les bonnes villes du royaume, par espécial celle de Paris,
fait très grans biens et haus honneurs, lesquels il taisoit; et pour
ce estoit-il prest de vivre et de mourir avecques eulx.

  [225] En effet, Charles le Mauvais, par les hommes, était
  arrière-petit-fils de Philippe III, et sa mère Jeanne était fille
  de Louis X. Philippe III avait eu pour troisième fils Louis comte
  d'Évreux, père de Philippe d'Évreux, dont Charles le Mauvais
  était fils.

Et aussi prescha Charles Toussac, et dit que le royaume de France
estoit en petit point et avoit mal esté gouverné, et encore estoit; si
estoit mestier que ils y féissent un capitaine qui mieux les
gouverneroit et luy sembloit que meilleur ne povoient-ils avoir du roy
de Navarre.

Et à ce mot furent plusieurs forgiés et ordenés à ce, qui crièrent:
_Navarre! Navarre!_ tous à une voix ainsi comme sé ils voulsissent dire:
Nous voulons le roy de Navarre. Et toutesvoies, la plus grant partie
de trop de ceulx qui là estoient se turent et furent courrouciés dudit
cry; mais ils ne l'osèrent contredire.

Si fut lors eslu ledit roy en capitaine de la ville de Paris; et luy
fut dit, de par le prévost des marchands de Paris, que ceux de Paris
escriroient à toutes bonnes villes du royaume, afin que chascun se
consentist à faire ledit roy capitaine universel par tout le royaume
de France.

Et lors, leur fist ledit roy serment de les garder et gouverner bien
et loyalement, et de vivre et mourir avec eux contre tous, sans aucun
excepter; et leur dit: «Biaux seigneurs, ce royaume est moult malade,
et y est la maladie moult enracinée; et pour ce, ne peut-il estre si
tost gary: si ne vous vueilliés pas mouvoir contre moy sé je ne apaise
si tost les besoingnes, car il y faut trait et labour.»


  Comment ledit régent s'en ala de Sens à Provins, à
    Chasteau-Tierry et à Gandelus[226]; et du nombre des Jaques
    tués par les gentilshommes.

  [226] Bourg, à quatre lieues de _Château-Thierry_.

Celui vendredi meismes, ledit régent qui toute celle semaine avoit
demouré à Sens, s'en partit et s'en ala à Provins, et d'illec vers
Chasteau-Tierry et vers Gandelus, où l'on disoit qu'il y avoit grande
assemblée de ces communes que l'on appelloit Jaques Bonhomme; et
tousjours luy venoient gentilshommes de tous pays. Et la royne Jehanne
estoit à Paris, laquelle mettoit grande diligence de faire aucun
traictié entre ledit régent, par devers lequel elle envoioit souvent,
et ceux de Paris. Et pour ce se partit ladite royne de Paris le samedi
vingt-troisiesme, jour de juin pour aler par devers ledit régent, qui
estoit environ Meaulx, en attendant les gens d'armes qui luy venoient.

Et tousjours ardoient les gentilshommes aucunes maisons que ils
trouvoient à ceulx de Paris, sé ils n'estoient officiers du roy ou
dudit régent; et prenoient et emportoient tous les biens meubles que
ils trouvoient et estoient auxdis habitans; et ne se osoit homme qui
alast par pays, avoer de Paris. Et aussi tuoient les gentilshommes
tous ceux que ils povoient trouver qui avoient esté de la compagnie
des Jaques, c'est-à-dire des communes qui avoient tué les
gentilshommes, leurs femmes et leurs enfans, et abattu maisons; et
tant que on tenoit certainement que l'on en avoit bien tué dedans le
jour de la saint Jean-Baptiste vint mille et plus.


  Comment les gentilshommes de Bourgoigne laissièrent le roy de
    Navarre.

Le vendredi vingt-deuxiesme jour dudit mois de juin, le roy de Navarre
partit de Paris et avecques luy plusieurs de ladite ville et plusieurs
de ses gens. Et estoient environ six cens glaives; et alèrent à
Gonesse, où plusieurs autres des villes de la visconté de Paris les
attendoient. Et deux jours ou trois devant, plusieurs des
gentilshommes qui avoient esté avec ledit roy de Navarre une partie de
la saison et encore estoient, espécialement ceux du pays de
Bourgoigne, prisrent congié dudit roy de Navarre, quant ils virent que
il avoit accepté la capitainerie de ceux de Paris, en disant que ils
ne seroient point contre ledit régent né contre les gentilshommes; et
s'en partirent et s'en alèrent en leur pays. Et ledit roy et sa
compaignie s'en alèrent vers Senlis.


  Comment ledit régent et son ost logièrent près de Paris, en telle
    manière que nul n'osoit issir né entrer en ladite ville de
    celle part où il estoit.

Monseigneur le régent qui avoit esté vers Chasteau-Tierry, vers la
Ferté-Milon et au pays environ pour despécier plusieurs assemblées des
Jaques qui là estoient, après ce que les nobles qui estoient avec
ledit régent orent mis à mort plusieurs Jaques, ars et gasté tout le
pays entre la rivière de Marne et de Seine, s'en retourna en alant
vers Paris, et se logia à Chielle-Sainte-Bautheut[227], la derrenière
semaine de juin, c'est assavoir le mardi vint-troisiesme jour dudit
moys.

  [227] Bathilde.

Et la royne Jehanne fut à Laigny, qui moult se painoit de traictier
entre ledit régent et ceux de Paris. Et lors n'y put aucun traictié
estre trouvé; car ceux de Paris se tenoient fiers et haus contre ledit
régent leur seigneur. Et pour ce, luy et son ost se deslogièrent de
Chielle et se logièrent environ le bois de Vincennes, environ le pont
de Charenton et environ Conflans, le vendredy vint-neuviesme jour
dudit moys de juin. Et tenoit-l'on que en l'ost dudit régent avoit
bien trente mille chevaux. Si fut tout le pays gasté jusques à huit ou
dix lieues, et communément les villes arses.

Et ledit roy de Navarre s'en retourna et entra en la ville de
Saint-Denis, lequel roy estoit alié avec ceux de Paris contre ledit
régent, leur droit seigneur. Et si avoit en la compaignie dudit roy
grant foison ennemis du roy et du royaume de France, Anglois et autres
que ledit roy de Navarre avoit fait venir des garnisons angloises,
d'Esparnon et d'autre part. En la ville de Saint-Denis se tint le roy
de Navarre. Et ledit régent et son ost estoient logiés es lieux dessus
dis, et estoit le corps dudit régent logié en l'ostel du Séjour, ès
Quarrières[228]. Et n'osoit homme issir de Paris de celle part né
entrer aussi; mais par plusieurs fois en issoit-l'on en bataille; mais
tousjours perdoient plus qu'ils ne gaignoient, et en y ot plusieurs
mors.

  [228] Petit village dépendant de la commune de Charenton.


  Comment le régent et le roy de Navarre assemblèrent en un
    pavillon qui fut tendu sur une motte, entre Saint-Anthoine et
    le bois, pour accorder un traictié que la royne Jehanne avoit
    basti; et du serment que ledit roy fist sur _Corpus Domini_ que
    l'evesque de Lisieux avoit célébré, en entencion que ledit
    régent et ledit roy le usassent pour plus fermement tenir leurs
    sermens; mais ledit roy de Navarre refusa à user le premier.

Le dimanche huitiesme jour de juillet ensuivant, assemblèrent lesdis
régent et roy de Navarre en un pavillon qui, pour ce, fut tendu près
de Saint-Anthoine, en un lieu que l'on dit le Moulin-à-Vent, pour
accorder ensemble certain traictié que la royne Jehanne avoit
pourparlé. Si estoient les batailles dudit régent toutes ordenées aux
champs en quatre batailles, où l'on estimoit bien douze mille hommes
d'armes et plus. Et les gens du roy de Navarre furent en bataille
ordenés sur une petite montaigne près de Monstruel et de Charonne, et
n'estoient pas plus de huit cens combattans, si comme l'on les
estimoit. Et, pour ce que ils estoient si petit nombre, ne
approchièrent point ledit pavillon né les batailles audit régent.

Si parlementèrent ledit régent et ses gens et le roy de Navarre et ses
gens, en la présence de ladite royne. Si furent à accort par la
manière qui s'ensuit, c'est assavoir: pour toutes les choses que
ledit roy pourroit demander audit régent pour quelconques causes que
ce fust, luy bailleroit dix mille livres de terre et quatre cens mille
florins à l'escu, lesquels seroient bailliés audit roy par la manière
qui s'ensuit. C'est assavoir la première année cent mille, et chascun
an ensuivant cinquante mille, jusques à fin de paye; et si seroient
lesdis quatre cens mille florins pris sur les aydes que le peuple
feroit pour cause des guerres, sans ce que ledit régent en fust
autrement tenu né obligé. Et pour ce, ledit roy de Navarre devoit
estre avec ledit régent contre tous, excepté le roy de France; et afin
que ledit régent et le roy de Navarre tenissent sans enfraindre toutes
les choses dessus dites, l'evesque de Lisieux, qui présent estoit,
chanta une messe audit pavillon, environ heure de none[229], et
consacra deux personnes[230], en espérance que de l'une fust fait deux
parties et usées par lesdis régent et roy. Et quant la messe fut
chantée, lesdis régent et roy jurèrent, sur le corps-Dieu sacré que
ledit evesque tenoit entre ses mains, que ils teindroient et
acompliroient sans enfraindre tout ce que chascun avoit promis,
présens à ce ducs, contes et barons tant comme en povoit au devant dit
pavillon, environ heure de none. Et après ledit evesque brisa l'oiste,
et en voult faire user à chascun desdis régent et roy; mais ledit roy
dit que il n'estoit pas jeun[231]; et pour ce ledit régent n'en prist
point aussi, jasoit ce que il se feust ordené pour le recevoir. Si usa
tout ledit evesque. Et par ce ledit roy devoit aler à Paris pour les
faire mettre en l'obéissance dudit régent. Et ainsi se départirent;
et s'en ala ledit régent aux Quarrières et ledit roy à Saint-Denis.

  [229] Trois heures après midi.

  [230] Deux hosties.

  [231] A jeun, _jejunus_.


  Comment, après les dessus dis sermens, les gens au roy de Navarre
    coururent sus aux gens du régent.

Le mardi ensuivant dixiesme jour du moys de juillet, le roy de Navarre
ala à Paris; et cuidoit ledit régent que ledit roy deust aler devers
luy, celuy jour, porter la response de ceux de Paris: mais il n'y ala
point, ainçois demoura tout ce jour. Et l'endemain, le onziesme jour
dudit moys, il mist en ladite ville de Paris les Anglois que il avoit
avecques luy. Et disoit-l'on en l'ost dudit régent que ceux de Paris
avoient dit audit roy que il avoit fait sa paix sans eux et que il ne
leur en challoit, car ils se passeroient bien de luy. Et pour ce fist
nouvelles aliances, si comme l'on disoit, avec eux; et bien y parut de
fait, car il ne retourna point devers ledit régent; mais luy estant
dedans ladite ville de Paris, plusieurs en issirent armés, par
espécial de ceux que il y avoit menés.

Et assaillirent ledit mercredi, onziesme jour dudit moys, aucuns de
l'ost dudit régent qui se deslogoient de la Granche-aux-Merciers pour
eux approchier dudit régent. Et pour ce, cria-l'on en l'ost alarme, et
s'arma l'ost, et courut-l'on jusques à la bastide des fossés, et là ot
grant escarmuche, et y demoura-l'on jusques près de la nuit: et y
perdirent ceux de Paris plus que les autres.


  Comment le roy de Navarre mist sus au régent qu'il avoit enfraint
    le traictié, et du pont de bateaux qui fut fait sur Seine.

Le jeudi douziesme jour du moys de juillet, le roy de Navarre s'en
retourna à Saint-Denis, et laissa les Anglois à Paris. Et ledit régent
envoia par devers ledit roy pour savoir quelle volenté il avoit, et
luy fist requérir que il venist avec luy, car il luy avoit promis que
il luy ayderoit contre tous. Lequel roy respondit que ledit régent et
sa gent avoient enfraint le traictié et les convenances que ils
avoient, car ils avoient assailli ceux de Paris le jour précédent, si
comme disoit ledit roy, tant comme il traictoit avecques eux; jasoit
ce, en vérité, que ceux de Paris eussent commencié l'escarmuche. Mais
ledit roy disoit ces choses pour ce qu'il ne povoit avoir fait à Paris
ce qu'il avoit promis au traictié dudit régent et de luy; car il avoit
promis de tant faire que ceux de Paris paieroient six cens mille escus
de Phelippe pour le premier paiement de la rançon du roy, mais que
ledit régent leur remist toute paine criminelle. Et ceux de Paris
respondirent quant il en parla, que ils n'en paieroient jà denier. Et
pour ce, mettoit sus ledit roy audit régent que il avoit enfraint
ledit traictié, jasoit ce que ceux qui là estoient savoient bien le
contraire. Si cuida-l'on bien que tous traictiés fussent rompus, dont
moult de gens avoient grant joie.

Et mist-l'on[232] grant paine à achever un pont que l'on avoit
encommencié sur bateaux pour passer la rivière de Seine, lequel fut
achevé ledit jeudi. Et tantost, plusieurs de l'ost passèrent ledit
pont et ardirent Vitry et plusieurs autres villes oultre la rivière de
Seine, et y pilla-l'on tout ce que l'on y trouva.

  [232] Ce sont les troupes du régent qui jetèrent ce pont au
  dessous de Corbeil.

Et ladite royne Jehanne aloit souvent par devers les uns et par devers
les autres pour renouveler ledit traictié. Toutesvoies parloient
plusieurs moult vilainement contre ledit roy de Navarre qui si
solempnellement avoit juré et ne tenoit chose que il eust promis.


  Comment monseigneur le duc de Normendie, ainsné fils du roy de
    France, lors régent du royaume, reboutèrent, luy et ses gens,
    ceux de Paris de dessus le pont qu'il avoit fait faire sur
    Seine; et de plusieurs escarmuches faites environ
    Saint-Anthoine de ceux de Paris contre les gens dudit régent;
    et du traictié qui fut fait pour faire la paix entre le régent
    et ceux de Paris.

Le samedi ensuivant quatorziesme jour de juillet, environ heure de
disner, ledit régent estant en sa chambre, en son conseil, plusieurs
de la ville de Paris, dont la plus grant partie estoient d'Anglois qui
estoient issus par devers Saint-Marcel, chevaulchièrent jusques devant
ledit pont que ledit régent avoit fait faire, lequel pont estoit sur
la rivière de Seine, devant l'ostel des Quarrières où estoit logié
ledit régent. Et tantost que ils furent devant ledit pont, ils
descendirent à pié, et en entra aucuns dedans la dite rivière pour
aler sur ledit pont où il n'avoit point de garde. Mais l'on ne povoit
monter sus ledit pont sé l'on n'entroit en l'yaue jusques au nombril,
pour ce qu'il avoit faute au bout du pont par devers Vitry; et y
mettoient les gens dudit régent une bachière toutes les fois que ils
vouloient passer: et quant ils en avoient fait, ladite bachière estoit
ostée du bout du pont. Et estoit mise contre ledit pont au dessus,
ainsi comme au milieu. Et lors estoit en celuy estat; et pour ce
convint que lesdis de Paris entrassent en l'yaue pour monter sur le
dit pont. Si cria-l'on alarme moult forment; et fut moult l'ost
estourmie, car les autres estoient venus à couvert et soudainement. Si
alèrent plusieurs, les uns armés et les autres désarmés, pour
deffendre ledit pont. Et jà avoient plusieurs des dessus dis de Paris
oultre la moitié du pont. Et là se combatirent les gens dudit régent
et reboutèrent leurs ennemis qui estoient sur ledit pont, et y ala
ledit régent en sa personne: et y furent plusieurs des gens du dit
régent navrés de trait. Et si y fut pris son mareschal, que on
appelloit monseigneur Rigaut de Fontaines. Et aussi y ot des autres
navrés et pris. Toutesvoies furent-ils reculés et mis tous hors dessur
ledit pont par les gens dudit régent et s'en retournèrent vers Paris.
Et pour ce que l'on crioit alarme vers Paris, au cousté devers
Saint-Anthoine, et disoit-l'on que ceux de Paris estoient issus de
celle part, les gens d'armes se trairent vers là, et sur les champs
furent les batailles rangiées. Et y ot des escarmuches toute jour
jusques à la nuit, et y perdirent ceux de Paris plus que ils ne
gaignièrent. Toutesvoies, ceux qui issirent de Paris, tant d'un cousté
de Paris comme d'autre, estoient le plus Anglois. Et durant ces
choses, la royne Jehanne ala devers ledit régent pour renouer ledit
traictié, et quant elle s'en partit pour aler à Saint-Denis, encore
estoient les batailles sur les champs. Si traictièrent toute celle
semaine jusques au jeudi ensuivant dix-neuviesme jour dudit moys de
juillet. Et celuy jour, la dite royne Jehanne, le roy de Navarre,
l'archevesque de Lyon, qui là avoit esté envoié de par le pape,
l'evesque de Paris, le prieur de Saint-Martin-des-Champs, Jehan Belot,
eschevin de Paris, Colin le Flamant, et autres de Paris, alèrent
environ tierce au bout dudit pont que ledit régent avoit fait faire de
la partie devers Vitry, et avoient des gens d'armes et des archiers
avecques eux. Et ledit régent y ala à petite compaignie tout désarmé;
et parlementèrent ensemble en l'un des bateaux dudit pont; et
finablement furent à accort, par telle manière que ceux de Paris
prieroient ledit régent que il leur voulsist remettre son mautalent,
et pardonner tout ce que ils avoient fait; et ils se mettroient en sa
merci, par telle condicion qu'il en ordenneroit, par le conseil de la
royne Jehanne, du roy de Navarre, du duc d'Orléans et du conte
d'Estampes, concordablement et non aultrement. Et avec ce demourroient
en leur vertu tous accors, toutes convenances et toutes aliances que
ceux de Paris avoient avecques ledit roy de Navarre, avecques bonnes
villes et avecques tous autres. Et ledit régent devoit faire ouvrir
tous passages de rivières et autres, afin que toutes denrées et
marchandises pussent passer et estre portées à Paris. Et pour parfaire
les choses contenues audit traictié, fut journée prise au mardi
ensuivant, pour estre à Laigny-sur-Marne; et là devoient estre ledit
régent et son conseil d'une part, et ceux qui seroient ordenés pour
Paris d'autre part, et lesdis royne, roy, duc d'Orléans et conte
d'Estampes, par le conseil desquels ledit régent en devoit ordener. Et
ce fait, fut publié en l'ost que il avoit bonne paix entre ledit
régent et ceux de Paris. Et pour ce se deslogièrent les gens de
monseigneur le duc et s'en partirent plusieurs celuy jour.

Et l'endemain, jour du vendredi, vintiesme jour dudit mois, plusieurs
alèrent vers Paris pour besoingnes que ils avoient à faire, lesquels
on n'y voult laissier entrer. Mais leur demanda-l'on à qui ils
estoient; et quant ils respondirent que ils estoient au duc, ceux de
Paris leur dirent: «Alés à vostre duc.» Et y entra Mathé Guete,
trésorier de France, lequel fut en grant péril d'estre tué; et
finablement en fut mis hors quant il ot esté mené en la maison de la
ville en Grève, et à Saint-Eloy devant le prévost des marchands et les
gouverneurs.

Et après ce que ledit accort fut fait par la manière que dessus est
dit, les dessus dis de Paris, en haine de monseigneur ledit régent,
prirent et saisirent plusieurs maisons et biens meubles de plusieurs
officiers qui avoient esté avec ledit régent audit ost.

Et ledit régent s'en ala celui jour de vendredi au Val-la-Comtesse, et
la plus grant partie de son ost s'en partit.


  Comment ceux de Paris se esmurent contre les Anglois que le roy
    de Navarre avoit fait venir en ladite ville; et en tuèrent
    partie et les autres emprisonnèrent au Louvre. Et de la mort de
    ceux de Paris vers Saint-Cloust.

Le samedi ensuivant, veille de la Magdalène, fut la journée[233]
ensuivant qui avoit esté mise à Laigny-sur-Marne remise à Corbeil. Et
celuy samedi, après disner, s'esmut à Paris un grant descort entre
ceux de la ville et plusieurs Anglois qu'ils avoient fait venir en
ladite ville contre ledit régent leur seigneur, pour ce que l'on
disoit que aucuns autres Anglois qui estoient à Saint-Denis et à
Saint-Cloust pilloient le pays. Si s'esmut le commun de ladite ville
de Paris, et courut sur lesdis Anglois qui estoient en ladite ville de
Paris, et en tuèrent vint-quatre ou environ et en prirent
quarante-sept des plus notables, en l'ostel de Neelle, auquel ils
avoient disné avec le roy de Navarre. Et plus de quatre cens autres en
divers ostieux de ladite ville, lesquels il mistrent tous en prison au
Louvre. De laquelle chose le roy de Navarre fut moult courroucié, si
comme l'on disoit; et aussi furent le prévost des marchans et autres
gouverneurs de ladite ville. Et, pour ce, l'endemain, jour de dimanche
et de la Magdalène, vint-deuxiesme jour dudit moys de juillet, le roy
de Navarre, l'evesque de Laon, le prévost des marchans et plusieurs
autres gouverneurs de ladite ville de Paris furent en la maison de
ladite ville, environ heure de midi, et y ot moult de peuple assemblé
en ladite maison, tous armés devant en la place de Grève. Auquel
peuple ledit roy parla et leur dist qu'ils avoient mal fait d'avoir
tué lesdis Anglois, car il les avoit fait venir en son conduit[234]
pour servir ceux de la ville de Paris. Et tantost plusieurs d'iceux
crièrent qu'ils vouloient que tous les Anglois fussent tués, et
vouloient aler à Saint-Denis mettre à mort ceux qui y estoient, qui
pilloient tout le pays. Et dirent audit roy et au prévost des marchans
que ils alassent avec eux, en disant que ils avoient esté bien paiés
de leurs gages et soudées, et néanmoins ils pilloient tout le pays. Et
jasoit ce que ledit roy et prévost féissent tout leur pouvoir de
refraindre ledit peuple, ils ne le povoient faire, mais convint que
ils leur accordassent à aler avec eux. Mais avant que on partist de
Paris, il fut près de vespres. Dont plusieurs présumèrent que ledit
roy fist attendre le partir, afin que lesdis Anglois ne feussent
sourpris et despourveus. Et environ heure de vespres partirent de
Paris, les uns par la porte Saint-Honoré, le roy de Navarre, le
prévost des marchans et toute leur route par la porte Saint-Denis et
alèrent vers le Moulin à vent. Et estimoit-on que ils estoient, tant
d'une part comme d'autre, environ seize cens hommes de cheval et huit
mille de pié. Et furent lesdis roy de Navarre, le prévost des marchans
et toute leur route bien l'espace de demie heure largement, sans eux
mouvoir au champ qui est de l'autre partie dudit moulin à vent par
devers Montmartre. Et de leur route furent envoiés trois glaives qui
chevauchièrent par emprès Montmartre. Lesquels, sans ce qu'ils
feussent après vus, chevauchièrent en alant tout droit vers le bois de
Saint-Cloust, auquel bois lesdis Anglois estoient en une embusche. Et
au-dehors dudit bois par devers Paris en avoit environ quarante ou
cinquante. Si cuidèrent ceux de Paris que il n'en y eust plus; et
alèrent vers lesdis Anglois. Et quant ils furent près, les Anglois qui
estoient audit bois issirent hors, et tantost ceux de Paris se mirent
à fouir et les Anglois au chacier. Si tuèrent lesdis Anglois grant
foison des dessus dis de Paris, par espécial de ceux de pié qui
estoient issus par la porte Saint-Honoré; et tenoit-l'on communément
qu'il y avoit de mors bien six cens ou plus, et furent presque tous
gens de pié. Et ledit roy de Navarre qui véoit ces choses ne se partit
pas de là, mais laissa tuer les dessus dis de Paris sans leur faire
aucune ayde né secours. Et après ce que lesdis de Paris furent
desconfis et tués comme dit est, ledit roy de Navarre s'en ala à
Saint-Denis, et ledit prévost des marchans et sa compaignie s'en
retournèrent à Paris. Et furent, quant ils rentrèrent à Paris, forment
huiés et blasmés de ce qu'ils avoient ainsi les bonnes gens de Paris
laissié mettre à mort sans les secourir. Et dès lors commencièrent
ceux de Paris forment à murmurer, et faisoient forment garder les
quarante-sept prisonniers anglois qui estoient au Louvre par le commun
de Paris; et volentiers les eust le commun de Paris mis à mort; mais
le prévost des marchans et les autres gouverneurs de Paris ne le
povoient souffrir.

  [233] L'ajournement.

  [234] Sous sa sauve garde.


  Comment le prévost des marchans et ses aliés délivrèrent les
    prisonniers du Louvre.

Le vendredi vingt-septiesme jour dudit mois de juillet, le prévost des
marchans et plusieurs autres jusques au nombre de huit vints ou deux
cens hommes armés et plusieurs archiers alèrent au Louvre; et de fait,
contre la volenté dudit peuple et commun de Paris, délivrèrent les dis
Anglois prisonniers et les mirent hors de Paris par la porte
Saint-Honoré. Et en les conduisant de la ville dehors, aucuns de ceux
qui estoient avec ledit prévost crioient et demandoient sé il y avoit
aucun qui voulsist aucune chose dire contre la délivrance desdis
Anglois; et avoient leurs arcs tous tendus pour les délivrer de tous
empeschemens, sé aucuns les voulsist mettre en ladite délivrance; mais
il n'y ot personne qui osast parler né faire semblant; jasoit ce
qu'ils en fussent moult douloureusement courrouciés en ladite ville de
Paris.

Si s'en alèrent les Anglois à Saint-Denis avec le roy de Navarre, qui
tousjours y estoit demouré depuis le dimanche précédent; car il
n'osoit pas seurement retourner à Paris, si comme l'on disoit, tant
pour cause de ce que il n'avoit point aidié à ceux de Paris le
dimanche précédent, lorsque les Anglois les avoient tués, comme pour
la délivrance des Anglois du Louvre, laquelle avoit esté faite à la
requeste dudit roy de Navarre, si comme l'on disoit et voir estoit. Si
en estoit le peuple de Paris forment esmeu en cuer contre ledit
prévost des marchans et contre les autres gouverneurs; mais il n'y
avoit homme qui osast commencier la riote. Toutesvoies Dieu, qui tout
voit, qui vouloit ladite ville sauver, ordena par la manière qui
s'ensuit.


  De la mort du prévost des marchans et de plusieurs autres ses
    aliés.

Le mardi derrenier jour du moys de juillet, le prévost des marchans et
plusieurs autres avec luy, tous armés, alèrent disner à la bastide
Saint-Denis. Et commanda ledit prévost à ceux qui gardoient ladite
bastide que ils bailliassent les clefs à Joseran de Mascon, qui estoit
trésorier du roy de Navarre. Lesquels gardes desdites clefs dirent que
ils n'en bailleroient nulles. Dont le prévost fut moult courroucié, et
se mut riote à ladite bastide entre ledit prévost et ceux qui
gardoient lesdites clefs, tant que un bourgeois appellé Jehan
Maillart, garde de l'un des quartiers de la ville, de la partie de
vers la bastide, oït nouvelles dudit débat, et pour ce se traist vers
ledit prévost et luy dit que l'on ne bailleroit point les clefs audit
Joseran. Et pour ce, eust plusieurs grosses parolles entre ledit
prévost et ledit Joseran d'une part, et ledit Jehan Maillart d'autre
part. Si monta ledit Jehan Maillart à cheval, et prist une bannière du
roy de France et commença à hault crier: «_Montjoie Saint-Denis au roy
et au duc!_» tant que chascun qui le véoit aloit après et crioit à
haulte voix ledit cri. Et aussi fist le prévost et sa compaignie. Et
s'en alèrent vers la bastide Saint-Anthoine. Et ledit Jehan Maillart
demoura vers les halles. Et un chevalier appelé Pepin des Essars, qui
rien ne savoit de ce que ledit Jehan Maillart avoit fait, prist assez
tost après une autre bannière de France, et crioit semblablement comme
Jehan Maillart: «_Montjoie Saint-Denis!_» Et durant ces choses, ledit
prévost vint à la bastide Saint-Anthoine, et tenoit deux boistes où
avoit lettres lesquelles le roy de Navarre luy avoit envoyées, si
comme l'on disoit. Si requistrent ceux qui estoient à ladite bastide
que il leur monstrast lesdites lettres. Et s'esmut riote à ladite
bastide, tant que aucuns qui là estoient coururent sus à Phelippe
Giffart, qui estoit avec ledit prévost, lequel se deffendit forment,
car il estoit fort armé et le bacinet en la teste; et toutesvoies
fut-il tué. Et après fut tué ledit prévost et un autre de sa
compaignie appelé Simon Le Paonnier: et tantost furent despoilliés et
estendus tous nus sur les quarreaux en la voie. Et ce fait, le peuple
s'esmut pour aler quérir des autres et pour en faire autel; et leur
dit-on que, en l'ostel de Hocaus, à l'enseigne de l'Ours, près de la
porte Baudoier, estoit entré Jehan de l'Isle le jeune. Si y entrèrent
grant foison de gens et y trouvèrent ledit Jehan de l'Isle et Gille.
Marcel, clerc de la marchandise de Paris, lesquels il mirent à mort.
Et tantost furent despoilliés comme les autres et trainés tous nus
sur les quarreaux devant ledit ostel et là furent laissiés. Et
tantost se partit ledit peuple et s'esmut à aler querre des autres.
Et ce jour, à la bastide Saint-Martin, fut tué Jehan Poret-le-Jeune.
Et furent les cinq corps dessus nommés trainés en la court de
Sainte-Catherine-du-Val-des-Ecoliers, et là furent mis et estendus
tous nus en ladite court, en la veue de tous, si comme ils avoient
fait mettre les mareschaux, celui de Clermont et celui de Champaigne:
dont plusieurs tenoient que c'estoit ordenance de Dieu, car ils
estoient morts de telle mort comme ils avoient fait mourir lesdis
mareschaux.

Item, celui mardi, furent pris et mis au Chastellet de Paris, Charles
Toussac, eschevin de Paris, et Joseran de Mascon, trésorier du roy de
Navarre. Et le peuple qui les menoit crioit haultement le dessus dit
cri, et avoit chascun dudit peuple l'espée nue au poing.


  De la venue du régent à Paris, et de la mort de Charles Toussac
    et de Joseran de Mascon.

Le jeudi second jour d'aoust au soir, ala le duc de Normendie, régent
le royaume, à Paris, où il fut receu à très grant joie du peuple de
ladite ville. Et celui jour, avant que ledit régent entrast à Paris,
furent lesdis Charles Toussac et ledit Joseran traînés du Chastellet
jusques en Grève, et là furent décapités. Et longuement après
demourèrent en la place sur les quarreaux, et après en la rivière
furent gietés.


  Comment le régent fut deffié de par le roy de Navarre.

Le vendredi tiers jour du mois d'aoust, fut le régent deffié de par le
roy de Navarre. Et celui jour fut pris Pierre Gille. Et aussi fut
maistre Thomas de Ladit, chancelier dudit roy de Navarre, qui estoit
en habit de moine.


  De la mort de plusieurs traîtres du roy et du régent; et des
    paroles que ledit regent dist à ceux de Paris.

Le samedi ensuivant, quart jour dudit moys d'aoust, ledit Pierre Gille
et un chevalier qui estoit chastelain du Louvre, et estoit né
d'Orléans de assez petit lieu, de gens de mestier[235], et estoit
appelé monseigneur Gille Caillart, furent traînés du Chastellet
jusques ès halles, et là orent les testes coppées. Mais ledit
chevalier eust avant la langue coppée, pour plusieurs mauvaises
paroles qu'il avoit dites du roy de France et du régent son fils. Et
après, les corps furent giettés à la rivière. Et après, la semaine
ensuivant, furent décapités ensemble, en un jour, Jehan Prévost et
Pierre Leblont; et en un autre jour deux avocas, l'un de Parlement,
appelé maistre Pierre de Puiseux, et l'autre du Chastellet, appelé
maistre Jehan Godart. Et furent tous giettés en la rivière; et un
appelé Bonvoisin fut mis en oubliette[236].

  [235] Ce passage, comme une foule d'autres, prouve bien qu'on
  n'exigeait pas des preuves de noblesse de tous ceux qu'on élevait
  au rang de chevalier. (_Note de M. Paulin Pâris._)

  [236] _En oubliette._ En prison perpétuelle.

Celui jour de samedi, quatriesme jour dudit mois d'aoust, parla ledit
régent audit peuple de Paris, en la maison de la ville; et leur dist
la grant traïson qui avoit esté traictiée par les dessus dis mors et
de l'evesque de Laon et de plusieurs autres qui encore vivoient; c'est
assavoir de faire ledit roy de Navarre roy de France, et de mettre les
Anglois et Navarrois en Paris, celui jour que le prévost des marchans
fut tué. Et devoient mettre à mort tous ceux qui se tenoient de la
partie du roy et son fils, et jà avoient esté plusieurs maisons de
Paris signées à divers seings; dont moult de gens estoient forment
esbahis en ladite ville.

   _Les Grandes Chroniques de Saint-Denis_, éditées par M. Paulin
   Pâris.



LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE 1356 ET LA JACQUERIE.

Récit de Froissart.


  Comment les trois états furent assemblés en la cité de Paris pour
    ordonner du gouvernement du royaume de France.

Si le royaume d'Angleterre et les Anglois et leurs alliés furent
réjouis de la prise du roi Jean de France, le royaume de France fut
grandement troublé et courroucé. Et il y avoit bien cause; car ce fut
une très grande désolation et ennuyable pour toutes manières de gens.
Et sortirent bien adoncques les sages hommes du royaume que grands
meschefs en naîtroient; car le roi leur chef et toute la bonne
chevalerie de France étoit morte ou prise; et les trois enfans du roi
qui retournés étoient, Charles, Louis et Jean, étoient moult jeunes
d'âge et de conseil; si y avoit en eux petit recouvrer; ni nul des
dits enfans ne vouloit emprendre le gouvernement du dit royaume[237].

  [237] Cette assertion est démentie par des _lettres royaux_
  concernant l'élection des échevins et consuls de Lille, expédiées
  dès le 2 d'octobre, trois jours après l'arrivée du duc à Paris, à
  la tête desquelles il prend le titre de _lieutenant du roi de
  France_. Il convoqua d'ailleurs, dans la même qualité, les états
  généraux pour le 15 du même mois d'octobre. Il ne fit en cela
  qu'avancer de six semaines la convocation de cette assemblée, que
  le roi son père avait indiquée pour la Saint-André suivante, par
  l'article 7 de l'ordonnance du 28 décembre 1355. Au reste,
  Froissart paraît avoir confondu les états du mois d'octobre 1356
  avec ceux qui s'assemblèrent de nouveau le 5 février 1357. (_Note
  de Buchon._)

Avec tout ce, les chevaliers et les écuyers qui retournés étoient de
la bataille, en étoient tant haïs et si blâmés des communes que envis
ils s'embatoient ès bonnes villes. Si parlementoient et murmuroient
ainsi les uns sur les autres. Et regardèrent et avisèrent les
plusieurs des sages hommes que cette chose ne pouvoit longuement durer
ni demeurer en tel état, que on n'y mît remède; car se tenoient en
Cotentin Anglois et Navarrois, desquels messire Godefroy de Harecourt
étoit chef, qui couroient et détruisoient tout le pays.

Si avint que tous les prélats de sainte Église, évêques et abbés, tous
les nobles, seigneurs et chevaliers, et le prévôt des marchands et les
bourgeois de Paris, et le conseil des bonnes villes du royaume de
France furent tous ensemble en la cité de Paris, et voulurent savoir
et ordonner comment le royaume de France seroit gouverné jusques adonc
que le roi leur sire seroit délivré; et voulurent encore savoir plus
avant que le grand trésor que on avoit levé au royaume du temps passé,
en dixièmes, en male-toultes[238], en subsides, et en forges de
monnoyes, et en toutes autres extortions, dont leurs gens avoient été
formenés et triboulés, et les soudoyers mal payés, et le royaume mal
gardé et défendu, étoit devenu: mais de ce ne savoit nul à rendre
compte.

  [238] La maltôte était un impôt extraordinaire levé pour la
  première fois en 1296, par Philippe le Bel. C'était d'abord le
  centième, puis le cinquantième des biens des laïques et du
  clergé. (_Note de Buchon._)

Si se accordèrent que les prélats éliroient douze personnes bonnes et
sages entre eux, qui auroient pouvoir, de par eux et de par le clergé,
de ordonner et aviser voies convenables pour faire ce que dessus est
dit. Les barons et les chevaliers ainsi élurent douze autres
chevaliers entre eux, les plus sages et les plus discrets, pour
entendre à ces besognes; et les bourgeois, douze en telle manière.
Ainsi fut confirmé et accordé de commun accord: lesquelles trente-six
personnes devoient être moult souvent à Paris ensemble, et là parler
et ordonner des besognes du dit royaume. Et toutes manières de choses
se devoient déporter par ces trois états; et devoient obéir tous
autres prélats, tous autres seigneurs, toutes communautés des cités et
des bonnes villes, à tout ce que ces trois états feroient et
ordonneroient. Et toutesfois, en ce commencement, il en y eut
plusieurs en cette élection qui ne plurent mie bien au duc de
Normandie, ni à son conseil.

Au premier chef, les trois états défendirent à forger la monnoye que
on forgeoit, et saisirent les coins. Après ce, ils requirent au duc
qu'il fût si saisi du chancelier le roi de France son père[239], de
monseigneur Robert de Lorris, de monseigneur Simon de Bucy[240], de
Poillevilain[241], et des autres maîtres des comptes et conseillers du
temps passé du dit roi, par quoi ils rendissent bon compte de tout ce
que on avoit levé et reçu au royaume de France par leur conseil. Quand
tous ces maîtres conseillers entendirent ce, ils ne se laissèrent mie
trouver; si firent que sages; mais se partirent du royaume de France,
au plus tôt qu'ils purent; et s'en allèrent en autres nations
demeurer, tant que ces choses fussent revenues en autre état.

  [239] Pierre de La Forest, archevêque de Rouen.

  [240] Premier président du parlement de Paris.

  [241] Jean Poillevilain, bourgeois de Paris, souverain maître des
  monnaies et maître des comptes.


  Comment les trois états firent faire monnoie de fin or; et
    comment ils envoyèrent gens d'armes contre messire Godefroy de
    Harecourt.

Après ce, les trois états ordonnèrent et établirent, de par eux et en
leurs noms, receveurs pour lever et recevoir toutes mal-toultes,
impositions, dixièmes, subsides et toutes autres droitures appartenans
au roi et au royaume; et firent forger nouvelle monnoie de fin or, que
on appeloit moutons[242]. Et eussent volontiers vu que le roi de
Navarre fût délivré de prison du châtel de Arleux en Cambrésis, là où
on le tenoit; car il sembloit à plusieurs de ceux des trois états que
le royaume en seroit plus fort et mieux défendu, au cas qu'il voudroit
être bon et féal: pourtant que il y avoit petit de seigneurs au dit
royaume à qui l'on se pût rallier, que tous ne fussent morts ou pris à
la besogne de Poitiers. Si en requirent le duc de Normandie que il le
voulsist délivrer; car il leur sembloit que on lui faisoit grand tort,
ni ils ne savoient pourquoi on le tenoit. Le duc de Normandie répondit
adonc moult sagement, que il ne l'oseroit délivrer, ni mettre conseil
à sa délivrance, car le roi son père l'y faisoit tenir; si ne savoit
mie la cause pourquoi. Et ne fut point adoncques le roi de Navarre
délivré.

  [242] Cette monnaie était en usage dès le temps de saint Louis;
  elle dura jusqu'au règne de Charles VII.

En ce temps nouvelles vinrent au duc de Normandie et aux trois états
que messire Godefroy de Harecourt harioit et guerroyoit malement le
bon pays de Normandie; et couroient ses gens, qui n'étoient mie
grand'foison, deux ou trois fois la semaine jusques aux faubourgs de
Caen, de Saint-Lô en Cotentin, d'Évreux, d'Avranches et de Coutances;
et si ne leur alloit nul au devant. Adoncques ordonnèrent et mirent
sus le duc et les dits trois états une chevauchée de gens d'armes de
bien trois cents lances et cinq cents autres armures de fer; et y
établirent quatre capitaines, le seigneur de Reneval, le seigneur de
Cauny, le seigneur de Ruilli et le seigneur de Freauville. Si
partirent ces gens d'armes de Paris, et s'en vinrent à Rouen, et là
assemblèrent-ils de tous côtés. Et y eut plusieurs chevaliers et
écuyers d'Artois et de Vermandois, tels que le seigneur de Maunier, le
seigneur de Créqui, messire Louis de Haveskierque, messire Oudart de
Renty, messire Jean de Fiennes, messire Enguerrant d'Eudin, et
plusieurs autres; et aussi de Normandie moult de appertes gens
d'armes; et exploitèrent tant ces seigneurs et leurs gens qu'ils
vinrent en la cité de Coutances et en firent leur garnison.


  Comment le Roi Jean fut mené en Angleterre.

1357.

Les trois états entendirent toute celle saison aux ordonnances du
royaume; et étoit le dit royaume de France tout gouverné par eux.

Tout cel hiver en suivant se tint le prince, et la plus grand partie
des seigneurs d'Angleterre qui à la bataille de Poitiers avoient été,
à Bordeaux sur Gironde, en grand revel et ébattement; et entendirent
tous ces temps à pourveoir navire et à ordonner leurs besognes bien et
sagement, pour emmener le roi de France et son fils et toute la plus
grand partie des seigneurs qui là étoient, en Angleterre.

Quand ce vint que la saison approcha que le prince dut partir et que
les besognes étoient ainsi que toutes prêtes, il manda tous les plus
hauts barons de Gascogne, le seigneur de Labret premièrement, le
seigneur de Mucident, le seigneur de l'Esparre, le seigneur de
Langueren, le seigneur de Pommiers, le seigneur de Courton, le
seigneur de Rosem, le seigneur de Condon, le seigneur de Chaumont, le
seigneur de Montferrant, le seigneur de Landuras, messire Aymeri de
Tarse, le captal de Buch, le soudich de l'Estrade et tous les autres;
et leur fit et montra pour lors très grand signe d'amour, et leur
donna et promit grands profits, c'est tout ce que Gascons aiment et
désirent, et puis leur dit finablement qu'il s'en vouloit aller en
Angleterre et y mèneroit aucuns d'eux, et laisseroit les autres au
pays de Bordelois et de Gascogne pour garder la terre et les
frontières contre les François. Si leur mettoit en abandon cités,
villes et châteaux, et leur recommandoit à garder ainsi comme leur
héritage. Quand les Gascons entendirent ce que le prince de Galles,
ainsné fils au roi leur seigneur, en vouloit mener hors de leur
puissance le roi de France que ils avoient aidé à prendre, si n'en
furent mie de premier bien d'accord, et dirent au prince: «Cher sire,
nous vous devons en quant que nous pouvons toute honneur, toute
obéissance et loyal service, et nous louons de vous en quant que nous
pouvons ni savons; mais ce n'est pas notre intention que le roi de
France, pour lequel nous avons eu grand travail à mettre au point où
il est, vous nous éloigniez ainsi; car, Dieu mercy! il est bien, et en
bonne cité et forte, et sommes forts et gens assez pour le garder
contre les François, si de puissance ils le vous vouloient ôter.»
Adonc répondit le prince: «Chers seigneurs, je le vous accorde moult
bien: mais monseigneur mon père le veut avoir et voir; et du bon
service que fait lui avez et à moi aussi, vous en savons gré, et sera
grandement reméri.»

Néantmoins ces paroles ne pouvoient apaiser les Gascons que le prince
leur éloignât le roi de France, jusques à ce que messire Regnault de
Cobehen et messire Jean de Chandos y trouvèrent moyen; car ils
sentoient les Gascons convoiteux. Si lui dirent: «Sire, sire, offrez
leur une somme de florins, et vous les verrez descendre à votre
requête.» Adoncques leur offrit le prince soixante mille florins. Ils
n'en voulurent rien faire. Finablement, on alla tant de l'un à l'autre
que un accord se fit, parmi cent mille francs que le prince dut
délivrer aux barons de Gascogne, pour départir entre eux; et en fit sa
dette, et leur fut la dite somme payée et délivrée ainçois que le
prince partît.

Après tout ce, il institua quatre barons de Gascogne à garder tout le
pays jusques à son retour, le seigneur de Labret, le seigneur de
l'Esparre, le seigneur de Pommiers et le seigneur de Rosem. Tantôt ces
choses faites, le dit prince entra en mer, à belle navie et grosse de
gens d'armes et d'archers; et emmena avecques lui grand foison de
Gascons, le captal de Buch, messire Aimery de Tarse, le seigneur de
Landuras, le seigneur de Mucident, le soudich de l'Estrade, et
plusieurs autres. Si mirent en un vaissel, tout par lui, le roi de
France pour être mieux à son aise.

En cette navie avoit bien cinq cents hommes d'armes et deux mille
archers, pour les périls et les rencontres de sur mer; car ils étoient
informés, avant leur département à Bordeaux, que les trois états par
lesquels le royaume étoit gouverné avoient mis sus en Normandie et au
Crotoy deux grosses armées de soudoyers pour aller au devant des
Anglois et eux tollir le roi de France. Mais oncques ils n'en virent
apparant: si furent-ils onze jours et onze nuits sur mer, et
arrivèrent au douzième au havre de Zanduich: puis issirent les
seigneurs hors des navires et des vaisseaux et se herbergèrent en la
dite ville de Zanduich et ès village environ. Si se tinrent illec deux
jours pour eux rafraîchir et leurs chevaux. Au tiers jour ils se
partirent et s'en vinrent à Saint-Thomas de Cantorbie. Ces nouvelles
vinrent au roi d'Angleterre et à la roine que leur fils le prince
étoit arrivé et avoit amené le roi de France: si en furent grandement
réjouis, et mandèrent tantôt aux bourgeois de Londres que ils
s'ordonnassent si honorablement comme il appartenoit à tel seigneur
recevoir que le roi de France. Ceux de la cité de Londres obéirent au
commandement du roi, et se vêtirent par connétablies très richement,
et se ordonnèrent de tous points pour le recueillir; et se vêtirent
tous les métiers de draps différens l'un de l'autre.

Or vint le roi de France, le prince et leurs routes à Saint-Thomas de
Cantorbie, où ils firent leurs offrandes, et y reposèrent un jour. A
l'endemain ils chevauchèrent jusques à Rocestre; et puis reposèrent là
un jour: au tiers jour ils vinrent à Dardefort, et au quart jour, à
Londres, où ils furent très-honorablement reçus; et aussi avoient-ils
été par toutes villes où ils avoient passé. Si étoit le roi de France,
ainsi que il chevauchoit parmi Londres, monté sur un grand blanc
coursier, très bien arréé et appareillé de tous points, et le prince
de Galles sur une petite haquenée noire de lez lui. Ainsi fut-il
convoyé tout au long de la cité de Londres jusques à l'hôtel de
Savoye, lequel hôtel est héritage au duc de Lancastre. Là tint le roi
de France un temps sa mansion; et là le vinrent voir le roi
d'Angleterre et la roine, qui le reçurent et fêtoyèrent grandement,
car bien le savoient faire; et depuis moult souvent le visitoient et
le consolaçoient de ce qu'ils pouvoient.

Assez tôt après vinrent en Angleterre, par le commandement du pape
Innocent VI, les deux cardinaux dessus nommés, messire Tallerant de
Pierregort et messire Nicolle, cardinal d'Urgel. Si commencèrent à
proposer et à entamer traités de paix entre l'un et l'autre, et moult
y travaillèrent[243], mais rien n'en purent exploiter. Toutes fois,
ils procurèrent tant parmi bons moyens que unes trèves furent données
entre les deux rois et leurs confortans, à durer jusques à la
Saint-Jean-Baptiste, l'an mil trois cent cinquante neuf. Et furent mis
hors de la trève messire Philippe de Navarre et tous ses alliés, les
hoirs le comte de Montfort et la duché de Bretagne.

  [243] Knyghton rapporte un trait assez singulier, à l'occasion
  des mouvements que se donna le pape pour procurer la paix entre
  la France et l'Angleterre après la bataille de Poitiers, et de la
  partialité qu'il montrait pour la France, sa patrie. Pour
  insulter aux Français, dit-il, qui s'étaient laissé battre par
  une poignée d'Anglais, on afficha en plusieurs lieux ces mots:
  _Ore est le pape devenu Franceys e Jesu devenu Engley: Ore sera
  veou qe fra plus ly pape ou Jesus_. (_Note de Buchon._)

Un peu après fut le roi de France translaté de l'hôtel de Savoye et
remis au châtel de Windesore, et tous ses hôtels et gens. Si alloit
voler, chasser, déduire et prendre tous ses ébatements environ
Windesore, ainsi qu'il lui plaisoit, et messire Philippe son fils
aussi; et tout le demeurant des autres seigneurs, comtes et barons, se
tenoient à Londres: mais ils alloient voir le roi quand il leur
plaisoit, et étoient recrus sur leur foi tant seulement.


  Comment le prévôt des marchands et ses alliés tuèrent au palais
    trois chevaliers en la présence du duc de Normandie.

En ce temps que les trois états gouvernoient, se commencèrent à lever
tels manières de gens qui s'appeloient Compagnies, et avoient guerre à
toutes gens qui portoient malettes. Or vous dis que les nobles du
royaume de France et les prélats de sainte Église se commencèrent à
tanner de l'emprise et ordonnance des trois états. Si en laissoient
le prévôt des marchands convenir et aucuns des bourgeois de Paris,
pource que ils s'en entremettoient plus avant qu'ils ne voulsissent.
Si avint un jour que le duc de Normandie étoit au palais à Paris,
atout grand foison de chevaliers et nobles et de prélats, le prévôt
des marchands de Paris assembla aussi grand foison des communes de
Paris qui étoient de sa secte et accord, et portoient iceux chaperons
semblables afin que mieux se reconnussent; et s'en vint le dit prévôt
au Palais avironné de ses hommes; et entra en la chambre du duc, et
lui requit moult aigrement que il voulsist entreprendre le faix des
besognes du royaume et y mettre conseil, afin que le royaume qui lui
devoit parvenir fût si bien gardé, que tels manières de compagnies qui
régnoient n'allassent mie gâtant ni robant le pays. Le duc répondit
que tout ce feroit-il volontiers, si il avoit la mise parquoi il le
pût faire; mais celui qui faisoit lever les profits et les droitures
appartenans au royaume, le devoit faire; si le fît. Je ne sais
pourquoi ni comment, mais les paroles multiplièrent tant et si haut
que là endroit furent, en la présence du duc de Normandie, occis trois
des grands de son conseil, si près de lui que sa robe en fut
ensanglantée[244], et en fut-il même en grand péril; mais on lui donna
un des chaperons à porter; et convint qu'il pardonnât là celle mort de
ses trois chevaliers, les deux d'armes et le tiers de loi. Si
appeloit-on l'un monseigneur Robert de Clermont, gentil et noble homme
grandement, et l'autre le seigneur de Conflans[245], et le chevalier
de loi, maître Regnault d'Acy, avocat[246]. De quoi ce fut grand
pitié, quand pour bien dire et bien conseiller leur seigneur, ils
furent là ainsi occis.

  [244] Froissart intervertit l'ordre des faits en plaçant
  celui-ci, qui est du 22 février 1357 (1358), suivant les autres
  historiens contemporains, avant la délivrance du roi de Navarre,
  que les mêmes historiens fixent à la fin de l'année précédente.
  (_Note de Buchon._)

  [245] Le premier était maréchal du duché de Normandie et le
  second du comté de Champagne.

  [246] Renaud d'Acy, avocat général, fut tué non dans la chambre
  du dauphin, mais dans la boutique d'un pâtissier, près de
  l'église de la Magdeleine, en retournant du palais vers
  Saint-Landry, où sa maison était située. Froissart paraît avoir
  été assez mal informé des circonstances de cet événement. (_Note
  de Buchon._)


  Comment le roi de Navarre fut délivré de prison par le confort du
    prévôt des marchands.

Après cette avenue, avint que aucuns chevaliers de France, messire
Jean de Péquigny et autres, vinrent, sur le confort du prévôt des
marchands et du conseil d'aucunes bonnes villes, au fort châtel
d'Arleux en Pailluel séant en Picardie, où le roi de Navarre étoit
pour le temps emprisonné et en la garde de monseigneur Tristan Dubois.
Si apportèrent les dits exploiteurs tels enseignes et si certaines au
châtelain, et si bien épièrent que messire Tristan Dubois n'y étoit
point, si fut par l'emprise dessus dite le roi de Navarre délivré hors
de prison et amené à grand joie en la cité d'Amiens, où il bien et
liement fut reçu et conjoui; et descendit chez un chanoine qui
grandement l'aimoit, que on appeloit messire Guy Quieret. Et fut le
roi de Navarre en l'hôtel ce chanoine quinze jours, tant que on lui
eût appareillé tout son arroy et qu'il fût tout assuré du duc de
Normandie, car le prévôt des marchands, qui moult l'aimoit et par quel
pourchas délivré étoit, lui impétra et confirma sa paix devers le duc
et ceux de Paris. Si fut le dit roi de Navarre amené par monseigneur
Jean de Péquigny et aucuns de la cité d'Amiens à Paris; et y fut pour
lors reçu à grand joie, et le virent moult volontiers toutes manières
de gens; et mêmement le duc de Normandie le fêta grandement. Mais
faire le convenoit, car le prévôt des marchands et ceux de son accord
le ennortèrent à ce faire. Si se dissimuloit le duc au gré du dit
prévôt et d'aucuns de ceux de Paris.


  Comment le roi de Navarre prêcha devant le peuple à Paris et
    montra les grands torts qu'on lui avoit faits.

Quand le roi de Navarre eut été une pièce à Paris, il fit un jour
assembler toutes manières de gens, prélats, chevaliers, clercs de
l'université de Paris, et tous ceux qui y voulurent être; et là
prêcha, et remontra premièrement en latin, moult courtoisement et
moult sagement, présent le duc de Normandie, en lui complaignant des
griefs et des villenies qu'on lui avoit faites à tort et sans raison.
Et dit que nul ne se voulsist de lui douter; car il vouloit vivre et
mourir en défendant le royaume de France; et le devoit bien faire, car
il en étoit extrait de père et de mère et de droite ancestrie; et
donna adoncques par ses paroles assez à entendre que, s'il vouloit
chalenger la couronne de France, il montreroit bien par droit que il
en étoit plus prochain que le roi d'Angleterre ne fut. Et sachez que
ses sermons et ses langages furent volontiers ouïs et moult
recommandés. Ainsi petit à petit entra en l'amour de ceux de Paris, et
tant qu'ils avoient plus de faveur et d'amour à lui qu'ils n'avoient
au régent le duc de Normandie, et aussi de plusieurs autres bonnes
villes et cités du royaume de France. Mais quel semblant ni quelle
amour que le prévôt des marchands ni ceux de Paris montrassent au roi
de Navarre, oncques messire Philippe de Navarre, son frère, ne se put
assentir ni ne voult venir à Paris; et disoit que en communauté
n'avoit nul arrêt certain, fors pour tout honnir.


  Comment les communes de Beauvoisin et en plusieurs autres parties
    de France mettoient à mort tous gentils hommes et femmes qu'ils
    trouvoient.

Assez tôt après la délivrance du roi de Navarre[247], advint une
grand'merveilleuse tribulation en plusieurs parties du royaume de
France, si comme en Beauvoisin, en Brie, et sur la rivière de Marne,
en Valois, en Laonois, en la terre de Coucy et entour Soissons. Car
aucunes gens des villes champêtres, sans chef, s'assemblèrent en
Beauvoisin; et ne furent mie cent hommes les premiers; et dirent que
tous les nobles du royaume de France, chevaliers et écuyers,
honnissoient et trahissoient le royaume, et que ce seroit grand bien
qui tous les détruiroit. Et chacun d'eux dit: «Il dit voir! il dit
voir! honni soit celui par qui il demeurera que tous les gentils
hommes ne soient détruits!» Lors se assemblèrent et s'en allèrent,
sans autre conseil et sans nulles armures, fors que de bâtons ferrés
et de couteaux, en la maison d'un chevalier qui près de là demeuroit.
Si brisèrent la maison et tuèrent le chevalier, la dame et les enfans,
petits et grands, et ardirent la maison. Secondement ils s'en allèrent
en un autre fort châtel et firent pis assez; car ils prirent le
chevalier et le lièrent à une estache bien et fort, et violèrent sa
femme et sa fille les plusieurs, voyant le chevalier: puis tuèrent la
femme qui étoit enceinte et grosse d'enfant, et sa fille, et tous les
enfans, et puis le dit chevalier à grand martyre, et ardirent et
abattirent le châtel. Ainsi firent-ils en plusieurs châteaux et bonnes
maisons. Et multiplièrent tant que ils furent bien six mille; et
partout là où ils venoient leur nombre croissoit, car chacun de leur
semblance les suivoit. Si que chacun chevalier, dames et écuyers,
leurs femmes et leurs enfans, les fuyoient; et emportoient les dames
et les damoiselles leurs enfans dix ou vingt lieues de loin, où ils se
pouvoient garantir; et laissoient leurs maisons toutes vagues et leur
avoir dedans: et ces méchans gens assemblés sans chef et sans armures
roboient et ardoient tout, et tuoient et efforçoient et violoient
toutes dames et pucelles sans pitié et sans mercy, ainsi comme chiens
enragés. Certes oncques n'avint entre Chrétiens et Sarrasins telle
forcenerie que ces gens faisoient, ni qui plus fissent de maux et de
plus vilains faits, et tels que créature ne devroit oser penser,
aviser ni regarder; et cil qui plus en faisoit étoit le plus prisé le
plus grand maître entre eux. Je n'oserois écrire ni raconter les
horribles faits et inconvenables que ils faisoient aux dames. Mais
entre les autres désordonnances et vilains faits, ils tuèrent un
chevalier et boutèrent en une broche, et le tournèrent au feu et le
rôtirent devant la dame et ses enfans. Après ce que dix ou douze
eurent la dame efforcée et violée, ils les en voulurent faire manger
par force; et puis les tuèrent et firent mourir de male-mort. Et
avoient fait un roi entre eux qui étoit, si comme on disoit adonc, de
Clermont en Beauvoisin, et l'élurent le pire des mauvais; et ce roi on
appeloit Jacques Bonhomme[248]. Ces méchans gens ardirent au pays de
Beauvoisin et environ Corbie et Amiens et Montdidier plus de soixante
bonnes maisons et de forts châteaux; et si Dieu n'y eût mis remède par
sa grâce, le meschef fût si multiplié que toutes communautés eussent
été détruites, sainte Église après, et toutes riches gens, par tous
pays; car tout en telle manière si faites gens faisoient au pays de
Brie et de Pertois. Et convint toutes les dames et les damoiselles du
pays, et les chevaliers et les écuyers, qui échapper leur pouvoient,
affuir à Meaux en Brie l'un après l'autre, en pures leurs cotes, ainsi
comme elles pouvoient; aussi bien la duchesse de Normandie et la
duchesse d'Orléans, et foison de hautes dames, comme autres, si elles
se vouloient garder d'être violées et efforcées, et puis après tuées
et meurtries.

  [247] Le continuateur de Nangis nous apprend quelle fut la cause
  de la Jacquerie. «Dans l'été de l'année 1358, dit-il, les paysans
  des environs de Saint-Leu et de Clermont au diocèse de Beauvais,
  ne pouvant plus supporter les maux qui les accablaient de tous
  côtés, et voyant que leurs seigneurs, loin de les défendre, les
  opprimaient et leur causaient plus de dommages que les ennemis,
  crurent qu'il leur était permis de se soulever contre les nobles
  du royaume et de prendre leur revanche des mauvais traitements
  qu'ils en avaient reçus.»

  [248] Il est nommé _Guillaume Callet_ et quelquefois _Caillet_ dans
  les _Chroniques de France_. Le nom de _Jacques Bonhomme_ était donc
  une espèce de sobriquet: on lit dans le second continuateur de
  Nangis qu'on le donnait aux paysans dès l'année 1356. «En ce
  temps-là, dit-il, les nobles pour se moquer des paysans les
  nommaient _Jacques Bonhomme_; et on appelait communément de ce nom
  les paysans qui servaient dans les armées.» Peut-être ce
  sobriquet venait-il de ce qu'ils étaient armés de _jacques_, espèce
  de casaque contrepointée qui se mettait autrefois par-dessus la
  cuirasse, et de ce qu'on appelait alors assez communément en
  France les paysans _bons hommes_, comme on peut le voir dans
  plusieurs passages de Froissart. (_Note de Buchon._)

Tout en semblable manière si faites gens se maintenoient entre Paris
et Noyon, et entre Paris et Soissons et Ham en Vermandois, et par
toute la terre de Coucy. Là étoient les grands violeurs et
malfaiteurs; et exillièrent, que entre la terre de Coucy, que entre la
comté de Valois, que en l'évêché de Laon, de Soissons et de Noyon,
plus de cent châteaux et bonnes maisons de chevaliers et écuyers; et
tuoient et roboient quant que ils trouvoient. Mais Dieu par sa grâce y
mit tel remède, de quoi on le doit bien regracier, si comme vous orrez
ci-après.


  Comment le roi de Navarre et les gentilshommes de Beauvoisin
    tuèrent grand foison des Jacques; et comment le duc de
    Normandie défia le prévôt des marchands et ses alliés; et
    comment Paris fut close.

1358.

Quand les gentilshommes de Beauvoisin, de Corbiois[249], de
Vermandois, de Valois et des terres où ces méchans gens conversoient
et faisoient leurs forcéneries, virent ainsi leurs maisons détruites
et leurs amis tués, ils mandèrent secours à leurs amis, en Flandre, en
Hainaut, en Brabant et en Hesbaing. Si en y vint tantôt assez de tous
côtés. Si s'assemblèrent les gentilshommes étrangers et ceux du pays
qui les menoient. Si commencèrent aussi à tuer et à découper ces
méchans gens sans pitié et sans merci; et les pendoient par fois aux
arbres où ils les trouvoient. Mêmement le roi de Navarre en mit un
jour à fin plus de trois mille, assez près de Clermont en
Beauvoisin[250]. Mais ils étoient jà tant multipliés que, si ils
fussent tous ensemble, ils eussent bien été cent mille hommes. Et
quand on leur demandoit pourquoi ils faisoient ce, ils répondoient
qu'ils ne savoient, mais ils le véoient aux autres faire, si le
faisoient aussi, et pensoient qu'ils dussent en tel manière détruire
tous les nobles et gentilshommes du monde, par quoi nul n'en pût être.

  [249] Des environs de Corbie.

  [250] Guillaume Caillet, leur chef, y fut pris, et le roi de
  Navarre lui fit couper la tête à Clermont.

En ce temps se partit le duc de Normandie de Paris, et se douta du roi
de Navarre, du prévôt des marchands et de ceux de son accord, car ils
étoient tous d'une alliance; et s'en vint au pont de Charenton sur
Marne, et fit un grand mandement de gentilshommes où il les put
avoir, et défia le prévôt des marchands et ceux qui le vouloient
aider. Quand le prévôt des marchands entendit que le duc de Normandie
étoit au pont de Charenton et qu'il faisoit là son amas de chevaliers
et d'écuyers, et qu'il vouloit guerroyer ceux de Paris, si se douta
que grand mal ne lui en avînt, et que de nuit on ne vînt courir Paris,
qui à ce temps n'étoit point fermée. Si mit ouvriers en œuvre, quant
qu'il en put avoir et recouvrer de toutes parts, et fit faire grands
fossés autour de Paris, et puis chaingles, murs et portes; et y
ouvroit-on nuit et jour. Et y eut, le terme d'un an, tous les jours
trois mille ouvriers. Dont ce fut un grand fait que de fermer sur une
année et d'enclorre et avironner de toute défense une telle cité comme
Paris est et de tel circuit. Et vous dis que ce fut le plus grand bien
que oncques le prévôt des marchands fit en toute sa vie; car autrement
elle eût été depuis courue, gâtée et robée par trop de fois, et par
plusieurs actions, si comme vous orrez ci-après. Or vueil-je retourner
à ceux et à celles qui étoient fuis à Meaux en Brie à sauveté.


  Comment le comte de Foix et le captal de Buch vinrent à Meaux
    pour reconforter la duchesse de Normandie et celle d'Orléans et
    les autres dames qui là étoient fuies pour les Jacques.

En ce temps que ces méchans gens couroient, revinrent de Prusse le
comte de Foix et le captal de Buch, son cousin; et entendirent sur le
chemin, si comme ils devoient entrer en France, la pestillence et
l'horribleté qui couroit sur les gentilshommes. Si en eurent ces deux
seigneurs grand pitié. Si chevauchèrent par leur journée tant qu'ils
vinrent à Châlons en Champagne, qui rien ne se mouvoit du fait des
vilains, ni point n'y entroient. Si leur fut dit en la dite cité que
la duchesse de Normandie et la duchesse d'Orléans et bien trois cents
dames et damoiselles, et le duc d'Orléans aussi, étoient à Meaux en
Brie, en grand meschef de cœur pour celle Jacquerie. Ces deux bons
chevaliers s'accordèrent que ils iroient voir les dames et les
reconforteroient à leur pouvoir, combien que le captal fût
Anglois[251]. Mais ils étoient pour ce temps trèves en ce royaume de
France et le royaume d'Angleterre; si pouvoit bien le dit captal
chevaucher partout; et aussi là il vouloit remontrer sa gentillesse,
en la compagnie du comte de Foix. Si pouvoient être de leur route
environ quarante lances, et non plus; car ils venoient d'un
pélerinage, ainsi que je vous l'ai dit.

  [251] C'est-à-dire dans le parti anglais.

Tant chevauchèrent que ils vinrent à Meaux en Brie. Si allèrent tantôt
devers la duchesse de Normandie et les autres dames, qui furent moult
lies de leur venue; car tous les jours elles étoient menacées des
Jacques et des vilains de Brie, et mêmement de ceux de la ville, ainsi
qu'il fut apparent. Car encore pour ce que ces méchans gens
entendirent que il avoit là foison de dames et de damoiselles et de
jeunes gentils enfans, ils s'assemblèrent ensemble, et de ceux de la
comté de Valois aussi, et s'envinrent devers Meaux. D'autre part, ceux
de Paris, qui bien savoient cette assemblée, se partirent un jour de
Paris, par flottes et par troupeaux, et s'en vinrent avecques les
autres. Et furent bien neuf mille tous ensemble, en très grand volonté
de mal faire. Et toujours, leur croissoient gens de divers lieux et de
plusieurs chemins qui se raccordoient à Meaux. Et s'en vinrent jusques
aux portes de la dite ville. Et ces méchans gens de la ville ne
voulurent contredire l'entrée à ceux de Paris, mais ouvrirent leurs
portes. Si entrèrent au bourg si grand plenté que toutes les rues en
étoient couvertes jusques au marché. Or regardez la grand grâce que
Dieu fit aux dames et aux damoiselles; car, pour voir, elles eussent
été violées, efforcées et perdues, comme grandes qu'elles fussent, si
ce n'eût été les gentilshommes qui là étoient, et par espécial le
comte de Foix et le captal de Buch; car ces deux chevaliers donnèrent
l'avis pour ces vilains déconfire et détruire.


  Comment le comte de Foix, le captal de Buch et le duc d'Orléans
    déconfirent les Jacques, et puis mirent le feu en la ville de
    Meaux.

Quand ces nobles dames, qui étoient herbergées au marché de Meaux, qui
est assez fort, mais qu'il soit gardé et défendu, car la rivière de
Marne l'avironne, virent si grand quantité de gens accourir et venir
sur elles, si furent moult ébahies et effrayées; mais le comte de Foix
et le captal de Buch et leurs routes, qui jà étoient tous armés, se
rangèrent sur le marché et vinrent à la porte du marché, et firent
ouvrir tout arrière; et puis se mirent au devant de ces vilains, noirs
et petits et très-mal armés, et la bannière du comte de Foix et celle
du duc d'Orléans et le pennon du captal, et les glaives et les épées
en leurs mains, et bien appareillés d'eux défendre et de garder le
marché. Quand ces méchans gens les virent ainsi ordonnés, combien
qu'ils n'étoient mie grand foison encontre eux, si ne furent mie si
forcenés que devant; mais se commencèrent les premiers à reculer et
les gentilshommes à eux poursuivir et à lancer sur eux de leurs lances
et de leurs épées et eux abattre. Adonc ceux qui étoient devant et qui
sentoient les horions, ou qui les redoutoient à avoir, reculoient de
hideur tant à une fois qu'ils chéoient l'un sur l'autre. Adonc
issirent toutes manières de gens d'armes hors des barrières et
gagnèrent tantôt la place, et se boutèrent entre ces méchans gens. Si
les abattoient à grands monceaux et tuoient ainsi que bêtes; et les
reboutèrent tous hors de la ville, que oncques en nul d'eux n'y eut
ordonnance ni conroy; et en tuèrent tant qu'ils en étoient tous lassés
et tannés; et les faisoient saillir en la rivière de Marne.
Finablement ils en tuèrent ce jour et mirent à fin plus de sept mille:
ni jà n'en fût nul échappé, si ils les eussent voulu chasser plus
avant. Et quand les gentilshommes retournèrent, ils boutèrent le feu
en la désordonnée ville de Meaux et l'ardirent toute et tous les
vilains du bourg qu'ils purent dedans enclorre. Depuis cette
déconfiture qui fut faite à Meaux, ne se rassemblèrent-ils nulle part;
car le jeune sire de Coucy, qui s'appeloit messire Enguerrand, avoit
grand foison de gentilshommes avec lui, qui les mettoient à fin
partout où ils les trouvoient, sans pitié et sans merci.


  Comment le duc de Normandie assiégea Paris par devers
    Saint-Antoine; et comment le roi de Navarre se partit de Paris
    et s'en alla à Saint-Denis.

Assez tôt après celle avenue, le duc de Normandie assembla tous les
nobles et gentilshommes qu'il put avoir, tant du royaume que de
l'Empire, parmi leurs soudées payant; et étoient bien sept mille
lances. Et s'en vint assiéger Paris par devers Saint-Antoine contre
val la rivière de Seine. Et étoit logé à Saint-Mor, et ses gens là
environ, qui couroient tous les jours jusques à Paris. Et se tenoit le
dit duc une fois au pont de Charenton et l'autre à Saint-Mor; et ne
venoit rien ni entroit à Paris de ce côté, ni par terre ni par eau,
car le duc avoit pris les deux rivières Marne et Seine. Et ardirent
ses gens autour de Paris tous les villages qui n'étoient fermés, pour
mieux châtier ceux de Paris; et si Paris n'eût été adonc fortifiée,
ainsi qu'elle étoit, elle eût été sans faute détruite. Et n'osoit nul
issir hors de Paris, pour la doutance du duc de Normandie et de ses
gens, qui couroient d'une part et d'autre Seine; car ils véoient que
nul ne leur alloit au devant. D'autre part le prévôt des marchands,
qui se sentoit en la haine et indignation du duc de Normandie, tenoit
à amour le roi de Navarre ce qu'il pouvoit, et son conseil et la
communauté de Paris, et faisoit, si comme ci-dessus est dit, de jour
et de nuit ouvrer à la fermeté de Paris; et tenoit en la dite cité
grand foison de gens d'armes et de soudoyers Navarrois et Anglois,
archers et autres compagnons, pour être plus assur contre ceux qui les
guerrioient. Si avoit-il adonc dedans Paris aucuns suffisans hommes,
tels que messire Pepin des Essars, messire Jean de Charny, chevaliers,
et plusieurs autres bonnes gens, auxquels il déplaisoit grandement de
la haine au duc de Normandie, si remède y pussent mettre. Mais nennil;
car le prévôt des marchands avoit si attrait à lui toutes manières de
gens et à sa cordelle, que nul ne l'osoit dédire de chose qu'il dit,
s'il ne se vouloit faire tantôt tuer, sans point de merci.

Le roi de Navarre, comme sage et subtil, véoit les variemens entre
ceux de Paris et le duc de Normandie, et supposoit assez que cette
chose ne se pouvoit longuement tenir en tel état; et n'avoit mie trop
grand fiance en la communauté de Paris. Si se partit de Paris, au plus
courtoisement qu'il put, et s'en vint à Saint-Denis; et là tenoit-il
aussi grand foison de gens d'armes aux sols et aux gages de ceux de
Paris. En ce point furent-ils bien six semaines, le duc de Normandie
atout grand foison de gens d'armes, au pont de Charenton, et le roi de
Navarre au bourg de Saint-Denis. Si mangeoient et pilloient le pays
de tous côtés; et si ne faisoient rien l'un sur l'autre.


  Comment le roi de Navarre jura solemnellement à tenir paix envers
    le duc de Normandie, et sur quelle condition.

Entre ces deux seigneurs, le duc de Normandie et le roi de Navarre,
s'embesognoient bonnes gens et bons moyens, l'archevêque de Sens,
l'évêque d'Aucerre, l'évêque de Beauvais, le sire de Montmorency, le
sire de Fiennes, le sire de Saint-Venant; et tant allèrent de l'un à
l'autre et si sagement exploitèrent, que le roi de Navarre, de bonne
volonté, sans nulle contrainte, s'en vint près de Charenton devers le
duc de Normandie, son serourge. Et là eut grand approchement d'amour;
car le dit roi s'excusa au duc de ce dont il étoit devenu en la haine
de lui; et premièrement de la mort de ses deux maréchaux, monseigneur
Robert de Clermont et le maréchal de Champagne, et messire Regnault
d'Acy, et du dépit que le prévôt des marchands lui avoit fait dedans
le palais à Paris; et jura solemnellement que ce fut sans son sçu, et
promit au dit duc qu'il demeureroit de-lez lui à bien et à mal de
celle emprise. Et fut là entre eux la paix faite et confirmée; et dit
le roi de Navarre qu'il feroit amender à ceux de Paris la félonnie
qu'ils avoient faite, parmi tant que la communauté de Paris
demeureroit en paix. Mais le duc devoit avoir le prévôt des marchands
et douze bourgeois, lesquels qu'il voudroit élire dedans Paris, et
iceux corriger à sa volonté. Ces choses ordonnées et confirmées, et
sur la fiance de celle paix, le roi de Navarre se partit du duc de
Normandie aimablement et retourna à Saint-Denis; et le duc s'en vint
en la cité de Meaux en Brie, où madame sa femme étoit, fille au duc de
Bourbon, et donna congé à aucuns de ses gens d'armes. Et fut adoncques
prié d'aucuns bourgeois de Paris, qui ces traités avoient aidé à
entamer, et de l'archevêque de Sens, qui grand peine y mettoit, et de
l'évêque d'Aucerre, que il vînt à Paris sûrement et que on lui feroit
toute la fête et honneur que on pourroit. Le duc répondit que il
tenoit bien la paix à bonne, qu'il avoit jurée, ni jà par lui, si Dieu
plaisoit, ne seroit enfreinte ni brisée, mais jamais à Paris
n'entreroit, si auroit eu pleine satisfaction de ceux qui courroucé
l'avoient. Ainsi demeura la chose en tel état un temps que point ne
vint le duc de Normandie à Paris.


  Comment le roi de Navarre promit au prévôt des marchands qu'il
    lui aideroit de tout son pouvoir; et comment ceux de Paris
    tuèrent les soudoyers anglois qui à Paris étoient.

Le prévôt des marchands et ceux de sa secte, qui se sentoient en la
haine et indignation du duc de Normandie leur seigneur, et qui les
menaçoit de mourir, n'étoient point à leur aise; et visitoient souvent
le roi de Navarre, qui se tenoit à Saint-Denis, et lui remontroient
bellement et doucement le péril où ils gisoient, dont il étoit cause;
car ils l'avoient de prison délivré et à Paris amené; et l'eussent
volontiers fait leur roi et leur gouverneur si ils pussent; et avoient
voirement consenti la mort des trois dessus dits, qui furent occis au
Palais à Paris, pourtant qu'ils lui étoient contraires; et que pour
Dieu il ne les voulût mie faillir et ne voulût mie avoir trop grand
fiance au duc de Normandie ni en son conseil. Le roi de Navarre, qui
sentoit bien que le prévôt des marchands et ceux de son alliance ne
reposoient mie à leur aise, et que du temps passé ils lui avoient fait
trop grand courtoisie, ôté de danger et délivré de prison, les
reconfortoit ce qu'il pouvoit, et leur disoit: «Chers seigneurs et
amis, vous n'aurez jà nul mal sans moi; et quand vous avez maintenant
le gouvernement de Paris et que nul ne vous y ose courroucer, je vous
conseille que vous faites votre attrait, et vous pourvéez d'or et
d'argent tellement que, s'il vous besogne, vous le puissiez retrouver;
et l'envoyez hardiment ci à Saint-Denis sur la fiance de moi; et je le
vous garderai et en retiendrai toujours gens d'armes secrètement et
compagnons, dont au besoin vous guerroyerez vos ennemis.» Ainsi fit
depuis le prévôt des marchands: toutes les semaines il envoyoit deux
fois deux sommiers chargés de florins à Saint-Denis, devers le roi de
Navarre, qui les recevoit liement. Or advint que il étoit demeuré à
Paris grand foison de soudoyers Anglois et Navarrois, ainsi que vous
savez, que le prévôt des marchands et la communauté de Paris avoient
retenus à Paris à soudées et à gages, pour eux aider à défendre et
garder contre le duc de Normandie. Et trop bien et trop loyaument s'y
étoient portés, la guerre durant; si que, quand l'accord fut fait
d'eux et du dit duc, les aucuns partirent et les autres non. Ceux qui
partirent s'en vinrent devers le roi de Navarre, qui tous les retint;
et encore en demeura-t-il à Paris plus de trois cents, qui là
s'ébattoient et rafraîchissoient, ainsi que compagnons soudoyers font
volontiers en tels villes et dépendent leur argent liement. Si s'émut
un débat entre eux et ceux de Paris, et en y eut bien de morts, sur
les rues que en leurs hôtels, plus de soixante: de quoi le prévôt des
marchands fut durement courroucé, et en blâma et vilena ceux de Paris
moult yreusement. Et toutes fois pour apaiser la communauté, il en
prit plus de cent et cinquante et les fit mettre en prison au Louvre,
et dit à ceux de Paris, qui tous émus étoient d'eux occire, que il les
corrigeroit et puniroit selon leur forfait. Parmi tant se rapaisèrent
ceux de Paris. Quand ce vint à la nuit, le prévôt des marchands, qui
voulut complaire à ces Anglois soudoyers, leur élargit leurs prisons
et les fit délivrer et aller leur voie; si s'en vinrent à Saint-Denis
devers le roi de Navarre, qui tous les retint.

Quand ce vint au matin que ceux de Paris sçurent l'affaire et la
délivrance de ces Anglois, et comment le prévôt s'en étoit acquitté,
si en furent durement courroucés sur lui, ni oncques depuis ils ne
l'aimèrent tant comme ils faisoient auparavant. Le prévôt, qui étoit
un sage homme, s'en sçut bien adonc ôter et dissimuler tant que cette
chose s'oublia.

Or vous dirai de ces soudoyers Anglois et Navarrois comment ils
persévérèrent. Quand ils furent venus à Saint-Denis et remis ensemble,
ils se trouvèrent plus de trois cents: si se avisèrent qu'ils
contrevengeroient leurs compagnons et les dépits qu'on leur avoit
faits. Si envoyèrent tantôt défier ceux de Paris et commencèrent à
courir aigrement et faire guerre à ceux de Paris et à occire et
découper toutes gens de Paris qui hors issoient: ni nul n'osoit vider
des portes, tant les tenoient les Anglois en grand doute: de quoi le
prévôt des marchands en étoit demandé et en derrière encoulpé.


  Comment les compagnons des soudoyers anglois qui furent tués à
    Paris occirent grand foison de ceux de Paris à la porte
    Saint-Honoré.

Quand ceux de Paris se virent ainsi hériés et guerroyés de ces
Anglois, si furent tous forcennés; et requirent au prévôt des
marchands qu'il voulsist faire armer une partie de leur communauté et
mettre hors aux champs, car ils les vouloient aller combattre. Le dit
prévôt leur accorda, et dit qu'il iroit avec eux; et fit un jour armer
une partie de ceux de Paris, et un jour partir jusques à vingt-deux
cents. Quand ils furent aux champs, ils entendirent que ceux qui les
guerrioient se tenoient devers Saint-Cloud. Si se avisèrent qu'ils se
partiroient en deux parties et prendroient deux chemins, afin qu'ils
ne leur pussent échapper. Si s'ordonnèrent ainsi; et se devoient
retrouver et rencontrer en un certain lieu assez près de Saint-Cloud.
Si se dessevrèrent les uns des autres, et se mirent en deux parties;
et en prit le prévôt des marchands la moindre partie. Si tournoyèrent
ces deux parties tout le jour environ Montmartre; et rien ne
trouvèrent de ce qu'ils demandoient.

Or avint que le prévôt des marchands, qui étoit ennuié d'être sur les
champs, et qui nulle rien n'avoit fait, entour remontée, rentra à
Paris par la porte Saint-Martin. L'autre bataille se tint plus
longuement sur les champs, et rien ne savoit du retour du prévôt des
marchands ni de sa bataille que ils fussent rentrés à Paris; car si
ils l'eussent sçu, ils y fussent rentrés aussi. Quand ce vint sur le
vespre, ils se mirent au retour, sans ordonnance ni arroy, comme ceux
qui ne cuidoient avoir point de rencontre ni d'empêchement; et s'en
revenoient par troupeaux, ainsi que tous lassés et hodés et ennuiés.
Et portoit l'un son bassinet en sa main, l'autre à son col, les
autres, par laschetés et ennui, traînoient leurs épées, ou les
portoient en écharpe; et tout ainsi se maintenoient-ils; et avoient
pris le chemin pour entrer à Paris par la porte Saint-Honoré. Si
trouvèrent de rencontre ces Anglois au fond d'un chemin, qui étoient
bien quatre cents tous d'une sorte et d'un accord, qui tantôt
écrièrent ces François et se férirent entr'eux de grand volonté, et
les reboutèrent trop durement et diversement; et en y eut de première
venue abattus plus de deux cents.

Ces François qui furent soudainement pris et qui nulle garde ne s'en
donnoient furent tout ébahis et ne tinrent point de conroy, ains se
mirent en fuite et se laissèrent occire, tuer et découper, ainsi que
bêtes; et rafuioient qui mieux pouvoient devers Paris; et en y eut de
morts en celle chasse plus de sept cents; et furent tous chassés
jusques dedans les barrières de Paris. De cette avenue fut trop
durement blâmé le prévôt des marchands de la communauté de Paris; et
disoient que il les avoit trahis.

Encore à l'endemain au matin avint que les prochains et les amis de
ceux qui morts étoient issirent de Paris pour eux aller querre à chars
et à charrettes et les corps ensevelir. Mais les Anglois avoient mis
une embûche sur les champs: si en tuèrent et mes-haignèrent de rechef
plus de six vingt. En tel trouble et en tel meschef étoient échus ceux
de Paris, et ne se savoient de qui garder. Si vous dis qu'ils
murmuroient et étoient nuit et jour en grands soupçons; car le roi de
Navarre se refroidoit d'eux aider, pour la cause de la paix jurée à
son serourge le duc de Normandie, et pour l'outrage aussi qu'ils
avoient fait des soudoyers anglois qu'il avoit envoyés à Paris. Si
consentoit bien que ceux de Paris en fussent châtiés, afin que ils
amendassent plus grandement ce forfait.

D'autre part aussi le duc de Normandie le souffroit assez, pour la
cause de ce que le prévôt des marchands avoit encore le gouvernement
d'eux; et leur mandoit et escripsoit bien généralement que nulle paix
ne leur tiendroit jusques à tant que douze hommes de Paris, lesquels
qu'il voudroit élire, il auroit à sa volonté. Si devez savoir que le
dit prévôt des marchands et ceux qui se sentoient forfaits n'étoient
mie à leur aise. Si véoient-ils bien et considéroient, tout imaginé,
que cette chose ne pouvoit longuement durer en cel état; car ceux de
Paris commençoient jà à refroidir de l'amour qu'ils avoient eu en lui
et à ceux de sa sorte et alliance; et le déparloient vilainement, si
comme il étoit informé.


  Comment le prévôt des marchands et ses alliés avoient proposé de
    courir et détruire Paris; et comment le dit prévôt fut mis
    mort; et comment le duc de Normandie vint à Paris.

Le prévôt des marchands de Paris et ceux de son alliance et accord
avoient souvent entr'eux plusieurs secrets conseils pour savoir
comment ils se pourroient maintenir; car ils ne pouvoient trouver par
nul moyen mercy ni remède au duc de Normandie; dont ce les ébahissoit
plus que autre chose. Si regardèrent finablement que mieux valoit
qu'ils demeurassent en vie et en bonne prospérité du leur et de leurs
amis que ce qu'ils fussent détruits; car mieux leur valoit à occire
que être occis. Si s'arrêtèrent du tout sur cel état, et traitèrent
secrètement devers ces Anglois qui guerroyoient ceux de Paris; et se
porta certain traité et accord entre les parties, que le prévôt des
marchands et ceux de sa secte devoient être tous prêts et ordonnés
entre la porte Saint-Honoré et la porte Saint-Antoine, tellement que,
à heure de minuit, Anglois et Navarrois devoient tous d'une sorte y
venir, si pourvus que pour courir et détruire Paris, et les devoient
trouver toutes ouvertes; et ne devoient les dits coureurs déporter
homme ni femme, de quelque état qu'ils fussent, mais tout mettre à
l'épée, excepté aucuns que les ennemis devoient connoître par les
signes qui seroient mis à leurs huis et fenêtres.

Celle propre nuit que ce devoit avenir inspira Dieu et éveilla aucuns
des bourgeois de Paris qui étoient de l'accord, et avoient toujours
été, du duc de Normandie; desquels messire Pépin des Essarts et
messire Jean de Charny se faisoient chefs: et furent iceux par
inspiration divine, ainsi le doit-on supposer, informés que Paris
devoit être courue et détruite. Tantôt ils s'armèrent et firent armer
tous ceux de leur côté, et révélèrent secrètement ces nouvelles en
plusieurs lieux, pour avoir plus de confortans.

Or s'en vint le dit messire Pépin et plusieurs autres, bien pourvus
d'armures et de bons compagnons, et prit le dit messire Pépin la
bannière de France, en criant: «Au roi et au duc!» et les suivoit le
peuple; et vinrent à la porte Saint-Antoine, où ils trouvèrent le
prévôt des marchands qui tenoit les clefs de la porte en ses mains. Là
étoit Jean Maillart, qui pour ce jour avoit eu débat au prévôt des
marchands et à Josseran de Mascon, et s'étoit mis avecques ceux de la
partie du duc de Normandie. Et illecques fut le dit prévôt des
marchands fortement argué, assailli et débouté; et y avoit si grand
noise et criée du peuple qui là étoit, que l'on ne pouvoit rien
entendre; et disoient: «A mort! à mort! tuez, tuez le prévôt des
marchands et ses alliés, car ils sont traîtres.»

Là eut entr'eux grand hutin; et le prévôt des marchands, qui étoit sur
les degrés de la bastide Saint-Antoine, s'en fût volontiers fui, s'il
eût pu: mais il fut si hâté que il ne put; car messire Jean de Charny
le férit d'une hache en la tête et l'abattit à terre, et puis fut féru
de maître Pierre de Fouace et autres qui ne le laissèrent jusques à
tant que il fut occis, et six de ceux qui étoient de sa secte, entre
lesquels étoient Philippe Guiffart, Jean de Lille, Jean Poiret, Simon
le Paonnier et Gille Marcel; et plusieurs autres, traîtres furent pris
et envoyés en prison. Et puis commencèrent à courir et à chercher
parmi les rues de Paris, et mirent la ville en bonne ordonnance, et
firent grand guet toute nuit.

Vous devez savoir que sitôt que le prévôt des marchands et les autres
dessus nommés furent morts et pris, ainsi que vous avez ouï, et fut le
mardi dernier jour de juillet, l'an mil trois cent cinquante huit,
après dîner, messages partirent de Paris très hâtivement pour porter
ces nouvelles à monseigneur le duc de Normandie qui étoit à Meaux,
lequel en fut très-grandement réjoui, et non sans cause. Si se ordonna
pour venir à Paris. Mais avant sa venue, Josseran de Mascon, qui était
trésorier du roi de Navarre, et Charles Coussac, échevin de Paris,
lesquels avoient été pris avecques les autres, furent exécutés et
eurent les têtes coupées en la place de Grève, pour ce qu'ils étoient
traîtres et de la secte du prévôt des marchands. Et le corps du dit
prévôt et de ceux qui avecques lui avoient été tués, furent atraînés
en la cour de l'église de Sainte-Catherine du val des écoliers; et
tout nus, ainsi qu'ils étoient, furent étendus devant la croix de la
dite cour, où ils furent longuement, afin que chacun les pût voir qui
voir les voudroit; et après furent jetés en la rivière de Seine.

Le duc de Normandie, qui avoit envoyé à Paris de ses gens et grand
foison de gens d'armes, pour reconforter la ville et aider à la
défendre contre les Anglois et Navarrois qui étoient environ et y
faisoient guerre, se partit de Meaux, où il étoit, et s'en vint
hâtivement à Paris, à noble et grand compagnie de gens d'armes; et fut
reçu en la bonne ville de Paris de toutes gens à grand joie; et
descendit pour lors au Louvre. Là étoit Jean Maillart de lez lui, qui
grandement étoit en sa grâce et en son amour; et au voir dire, il
l'avoit bien acquis, si comme vous avez ouï ci-dessus recorder;
combien que par avant il fût de l'alliance au prévôt des marchands, si
comme l'on disoit.

Assez tôt après, manda le duc de Normandie la duchesse sa femme, les
dames et les damoiselles qui se tenoient et avoient été toute la
saison à Meaux en Brie. Si vinrent à Paris; et descendit la duchesse
en l'hôtel du duc, que on dit à Saint-Pol, où il étoit retrait; et là
se tinrent un grand temps.

Or vous dirai du roi de Navarre comment il persévéra, qui pour le
temps se tenoit à Saint-Denis, et messire Philippe de Navarre son
frère de lez lui.


  Comment le roi de Navarre défia le duc de Normandie et ceux de
    Paris; et comment il pilla et prit plusieurs villes du royaume
    de France.

Quand le roi de Navarre sçut la vérité de la mort du prévôt des
marchands, son grand ami, et ceux de son alliance, si fut durement
courroucé et troublé en deux manières. La première raison fut, pour
tant que le dit prévôt lui avoit été très-favorable et secret en tous
ses affaires, et avoit mis grand peine à sa délivrance: l'autre raison
étoit telle qui moult lui touchoit quand il pensoit sur ce pour son
honneur; car fame couroit communément parmi Paris et le royaume de
France que il étoit chef et cause de la trahison que le prévôt des
marchands et ses alliés, si comme ci-dessus est dit, vouloient faire,
laquelle chose lui tournoit à grand préjudice. Si que le roi de
Navarre imaginant et considérant ces besognes, et lui bien conseillé à
monseigneur Philippe son frère, ne pouvoit voir nullement qu'il ne fît
guerre au royaume de France et par espécial à ceux de Paris, qui lui
avoient fait si grand dépit. Si envoya tantôt défiances au duc de
Normandie et aux Parisiens et à tout le corps du royaume de France. Et
se partit de Saint-Denis. Et coururent ses gens, au département, la
dite ville de Saint-Denis, et la pillèrent et robèrent toute. Et
envoya gens d'armes le dit roi de Navarre à Melun sur Seine, où la
roine Blanche sa sœur étoit, qui jadis fut femme au roi Philippe. Si
les reçut la dite dame liement, et leur mit en abandon tout ce qu'elle
y avoit.

Si fit le roi de Navarre d'une partie de la ville et du châtel de
Melun sa garnison; et retint partout gens d'armes et soudoyers,
Allemands, Hainuyers, Brabançons et Hasbegnons[252] et gens de tout
pays qui à lui venoient et le servoient volontiers; car il les payoit
largement. Et bien avoit de quoi; car il avoit assemblé si grand avoir
que c'est sans nombre, par le pourchas et aide du prévôt des
marchands, tant de ceux de Paris comme des villes voisines. Et messire
Philippe de Navarre se trait à Mantes et à Meulan sur la rivière de
Seine; et en firent leurs garnisons il et ses gens; et tous les jours
leur croissoient gens et venoient de tous côtés, qui désiroient à
profiter et à gagner.

  [252] Gens de la Hasbaigne ou Hasbaine, partie du Brabant et du
  comté de Namur.

Ainsi commencèrent le roi de Navarre, et ses gens que on appeloit
Navarrois, à guerroyer fortement et durement le royaume de France, et
par espécial la noble cité de Paris; et étoient tous maîtres de la
rivière de Seine dessous et dessus, et aussi de la rivière de Marne et
de Oise. Si multiplièrent tellement ces Navarrois que ils prirent la
forte ville et le châtel de Creel, par quoi ils étoient maîtres de la
rivière d'Oise, et le fort châtel de la Harelle, à trois lieues
d'Amiens, et puis Mauconseil, que ils réparèrent et fortifièrent
tellement, que ils ne doutoient ni assaut ni siége. Ces trois
forteresses firent sans nombre tant de destourbiers au royaume de
France, que depuis en avant cent ans ne furent réparés ni restaurés.
Et étoient en ces forteresses bien quinze cents combattans, et
couroient par tout le pays; ni nul ne leur alloit au-devant. Et
s'épandirent tantôt partout, et prirent les dits Navarrois la bonne
ville et assez tôt après le fort châtel de Saint-Valery, dont ils
firent une très-belle garnison et très-forte, de quoi messire
Guillaume Bonnemare et Jean de Ségure[253] étoient capitaines. Si
avoient bien ces deux hommes d'armes cinq cents combattans, et
couroient tout le pays jusques à Dieppe et environ la ville de
Abbeville, et tout selon la rivière de Somme jusques au Crotoi, à Rue
et Montreuil sur mer. Et faisoient ces Navarrois les plus grands
appertises d'armes, tellement que on se pouvoit émerveiller comment
ils les osoient entreprendre: car quand ils avoient avisé un châtel ou
une forteresse, si forte qu'elle fût, ils ne se doutoient point de
l'avoir; et chevauchoient bien souvent sur une nuit trente lieues, et
venoient sur un pays qui n'étoit en nulle doute; et ainsi
exilloient-ils et embloient les châteaux et les forteresses parmi le
royaume de France, et prenoient à la fois sur l'ajournement les
chevaliers et les dames en leurs lits; dont ils les rançonnoient, ou
ils prenoient tout le leur, et puis les boutoient hors de leurs
maisons.

  [253] Jean de Ségure, capitaine anglais.



INVASION D'ÉDOUARD III ET TRAITÉ DE BRETIGNY.

1359-1360.

   En 1359, le roi Jean, prisonnier des Anglais et voulant recouvrer
   sa liberté à tout prix, signa à Londres un traité dont les
   conditions étaient désastreuses pour le royaume. Son fils, le
   régent, convoqua les états généraux, et leur fit rejeter le
   traité de Londres.


  Comment le duc de Normandie et le conseil de France ne voulurent
    mie tenir le traité fait entre le roi Jean de France et le roi
    d'Angleterre.

Je me suis longuement tenu à parler du roi d'Angleterre, mais je n'en
ai point eu de cause de parler jusques à ci; car tant comme les
trèves durèrent entre lui et le royaume de France, à son titre, ses
gens ne firent point de guerre. Mais elles étoient faillies le premier
jour de mai l'an cinquante neuf; et avoient guerroyé toutes ces
forteresses angloises et navarroises, au nom de lui, et guerroyoient
encore tous les jours.

En ce temps étoient venus à Wesmoutier, en la cité de Londres, le roi
d'Angleterre et le prince de Galles son fils d'un lez, et le roi de
France et messire Jacques de Bourbon de l'autre part; et là furent
ensemble ces quatre tant seulement, en secret conseil, et firent un
certain accord de paix sans moyen sur certains articles et paroles que
ils jetèrent et ordonnèrent. Et quand ils les eurent tous proposés,
ils les firent écrire en une lettre ouverte, et les scellèrent les
deux rois de leurs sceaux; et tout ce fait, ils mandèrent le comte de
Tancarville et monseigneur Arnoul d'Andrehen, qui étoient nouvellement
venus, et leur chargèrent cette lettre pour apporter en France au duc
de Normandie et à ses frères et au conseil de France.

Si passèrent le dit comte de Tancarville et le dit maréchal la mer, et
arrivèrent à Boulogne, et exploitèrent tant qu'ils vinrent à Paris. Si
trouvèrent le duc de Normandie et le roi de Navarre qui nouvellement
s'étoient accordés. Si leur montrèrent les lettres devant dites.
Adoncques en demanda le duc de Normandie conseil au roi de Navarre
comment il s'en pourroit maintenir. Le roi conseilla que les prélats
et les barons de France et le conseil des cités et des bonnes villes
fussent mandés; car par eux et leur ordonnance convenoit cette chose
passer. Ainsi fut fait. Le duc de Normandie manda sur un jour la plus
grand partie des nobles et des prélats du royaume de France et le
conseil des bonnes villes[254]. Quand ils furent tous venus à Paris,
ils entrèrent en conseil. Là étoient le roi de Navarre, le duc de
Normandie, ses deux frères, le comte de Tancarville et messire Arnoul
d'Andrehen, qui remontrèrent la besogne et sur quel état ils étoient
venus en France. Là furent les lettres lues et relues, et bien ouïes
et entendues, et de point en point considérées et examinées. Si ne
purent adonc être les conseils en général du royaume de France
d'accord, et leur sembla cil traité trop dur[255]; et répondirent
d'une voix aux dits messagers que ils auroient plus cher à endurer et
porter encore le grand meschef et misère où ils étoient, que le noble
royaume de France fût ainsi amoindri ni deffraudé; et que le roi Jean
demeurât encore en Angleterre; et que quand il plairoit à Dieu, il y
pourverroit de remède et mettroit attemprance. Ce fut toute la réponse
que le comte de Tancarville et messire Arnoul d'Andrehen en purent
avoir[256]. Si se partirent sur cel état et retournèrent en
Angleterre; et se retrairent premièrement devers le roi de France,
leur seigneur, et lui contèrent comment ils n'avoient pu rien
exploiter. De ces nouvelles fut le roi de France moult courroucé; ce
fut bien raison, car il désiroit sa délivrance, et dit: «Ha! Charles,
beau fils, vous êtes conseillé du roi de Navarre, qui vous deçoit, et
decevroit tels soixante que vous êtes.»

  [254] Cette assemblée était indiquée pour le dimanche 19 mai;
  mais les chemins étaient si infestés par les Anglais et les
  Navarrais qui occupaient plusieurs forteresses de tous les côtés
  par où on pouvait venir à Paris, et par les garnisons françaises,
  qui pillaient autant que les Anglais, qu'un grand nombre de
  personnes ne purent s'y rendre, quoiqu'on eût prolongé jusqu'au
  samedi 25 mai le jour de l'ouverture des états. (_Note de Buchon._)

  [255] Par ce traité, Jean cédait à Édouard la Normandie, la
  Saintonge, l'Agénois, le Quercy, le Périgord, le Limousin, la
  Touraine, etc.; en un mot, les deux tiers de la France, pour les
  posséder en toute souveraineté.

  [256] Il fut aussi réglé dans ces états que les nobles
  serviraient un mois à leurs dépens, non compris dans ce mois le
  temps qu'ils seraient en route pour se rendre à l'armée et pour
  en revenir; et qu'ils payeraient les impositions octroyées par
  les bonnes villes. Les gens d'église offrirent aussi de les
  payer. La ville de Paris s'engagea pour elle et pour la vicomté
  d'entretenir six cents glaives, quatre cents archers et mille
  brigands. Les députés des autres villes ne voulurent rien
  octroyer sans _parler à leurs villes_, parce qu'apparemment on ne
  leur avait pas donné pouvoir d'accorder un subside. On ordonna
  qu'ils s'en retourneraient dans leurs villes et qu'ils
  enverraient leur réponse avant le lundi qui suit la Trinité.
  Plusieurs villes envoyèrent cette réponse, qui fut, que le plat
  pays étant détruit par les Anglais et le Navarrais et par les
  garnisons françaises, elles ne pouvaient accomplir le nombre des
  1,200 glaives qui avaient été accordés. (_Préface du t. III des
  Ordonnances._)


  Comment le roi d'Angleterre fit faire grand appareil pour venir
    en France.

Ces deux seigneurs dessus nommés retournés en Angleterre, le roi
Édouard, ainsi comme il appartenoit, sçut la réponse, car ils lui
relatèrent tout ainsi, ni plus ni moins, qu'ils en étoient chargés des
François. Quand le roi d'Angleterre eut entendu ces nouvelles, il fut
durement courroucé; et dit devant tous ceux qui le pouvoient ouïr que
ainçois que hiver fût entré il entreroit au royaume de France si
puissamment et y demeureroit tant qu'il auroit fin de guerre, ou bonne
paix à son honneur et plaisir. Si fit commencer à faire le plus grand
appareil que on eût oncques mais vu faire en Angleterre pour
guerroyer.

Ces nouvelles issirent par tous pays, si que partout chevaliers et
écuyers et gens d'armes se commencèrent à pourvoir grossement et
chèrement de chevaux et de harnois, chacun du mieux qu'il put, selon
son état; et se trait chacun, du plus tôt qu'il put, par devers
Calais, pour attendre la venue du roi d'Angleterre; car chacun pensoit
à avoir si grands bienfaits de lui, et tant d'avoir à gagner en
France que jamais ne seroient povres, et par espécial ces Allemands,
qui sont plus convoiteux que autres gens.


  Comment tant de gens d'armes étrangers vinrent à Calais qu'on ne
    se savoit où loger et y furent les vivres moult chers.

Le roi d'Angleterre toute celle saison faisoit un si très-grand
appareil pour venir en France que par avant on n'avoit point vu le
semblable. De quoi plusieurs barons et chevaliers de l'empire
d'Allemagne, qui autrefois l'avoient servi, s'avancèrent grandement en
celle année, et se pourvurent bien et étoffément de chevaux et de
harnois, chacun du mieux qu'il put selon son état, et s'envinrent du
plus tôt qu'ils purent, par les côtières de Flandre, devers Calais, et
là se tinrent en attendant le roi. Or avint que le roi d'Angleterre ni
ses gens ne vinrent mie à Calais que on pensoit; dont tant de manières
de gens étrangers vinrent à Calais que on ne se savoit où herberger,
ni chevaux establer. Et avecques ce, pains, vins, fuerres, avoines et
toutes pourvéances y étoient si grandement chères que on n'en pouvoit
point recouvrer pour or ni pour argent; et toujours leur disoit-on:
«Le roi viendra à l'autre semaine.» Ainsi attendoient tous ces
seigneurs allemands miessenaires Hesbegnons, Brabançons, Flamands et
Hainuyers, povres et riches, la venue du roi d'Angleterre dès l'entrée
d'août jusques à la Saint-Luc, à grand meschef et à grands coûts, et à
si grand danger qu'il convint les plusieurs vendre la plus grand
partie de leurs chevaux. Et si le roi d'Angleterre fut adonc venu à
Calais, il ne se sçut où herberger, ni ses gens, fors au châtel; car
le corps de la ville étoit tout pris; et si y avoit encore une doute
par aventure que ces seigneurs qui avoient tout dépendu ne se
voulussent point partir, pour roi ni pour autre, de Calais, si on ne
leur eût rendu leurs dépens en deniers appareillés.


  Comment le roi, ainçois qu'il partît d'Angleterre, fit mettre en
    prison le roi Jean et monseigneur Philippe son fils et les
    autres barons de France.

Ainçois que le roi d'Angleterre partît de son pays, il fit tous les
comtes et barons de France, qu'il tenoit pour prisonniers, départir et
mettre en plusieurs lieux et en forts châteaux parmi son royaume, pour
mieux être au-dessus d'eux; et fit mettre le roi de France au châtel
de Londres[257], qui est grand et fort, séant sur la rivière de
Tamise, et son jeune fils avecques lui, monseigneur Philippe, et les
restreignit et leur tollit moult de leurs déduits, et les fit garder
plus étroitement que devant. Après, quand il fut appareillé, il fit à
savoir partout que tous ceux qui étoient appareillés et pourvus pour
venir en France avecques lui se traissent par devers la ville de
Douvre, car il leur livreroit nefs et vaisseaux pour passer. Chacun
s'appareilla au mieux qu'il put, et ne demeura nul chevalier, ni
écuyer, ni homme d'honneur, qui fût haitié, de l'âge d'entre vingt ans
et soixante, que tous ne partissent: si que presque tous les comtes,
barons, chevaliers et écuyers du royaume vinrent à Douvre, excepté
ceux que le roi et son conseil avoient ordonnés et établis pour garder
ses châteaux, ses bailliages et ses mairies, ses offices et ses ports
sur mer, ses havelles et ses passages. Quand tous furent assemblés à
Douvre, et ses navées appareillées, le roi fit toutes ses gens partir
et assembler, petits et grands, en une place au dehors de Douvre, et
leur dit pleinement que son intention étoit telle, que il vouloit
passer outre mer au royaume de France, sans jamais repasser, jusques à
ce qu'il auroit fin de guerre, ou paix à sa suffisance et à son grand
honneur, ou il mourroit en la peine; et s'il y en avoit aucuns
entr'eux qui ne fussent de ce attendre confortés et conseillés, il
leur prioit qu'ils s'en voulsissent r'aller en leur pays à bon gré.
Mais sachez que tous y étoient venus de si grand volonté que nul ne
fut tel qu'il s'en voulsist r'aller. Si entrèrent tous en nefs et en
vaisseaux qu'ils trouvèrent appareillés, au nom de Dieu et de
Saint-Georges, et arrivèrent à Calais deux jours devant la fête de
Toussaints[258], l'an mil trois cent cinquante-neuf.

  [257] Froissart se trompe sur le lieu où le roi Jean fut mis en
  prison avant le départ d'Édouard pour la France. Il paraît, par
  plusieurs pièces que Rymer a recueillies, que ce prince fut
  enfermé vers le mois d'août au château de Sommerton, qu'il y
  resta jusqu'au mois de mars de l'année suivante, et qu'alors
  seulement il fut transféré à la Tour de Londres. (_Note de
  Buchon._)

  [258] Cette date n'est pas tout à fait exacte: Édouard arriva à
  Calais le 28 octobre. (_Note de Buchon._)


  Comment le roi d'Angleterre se partit de Calais, ses batailles
    bien ordonnées.

Quand le roi d'Angleterre fut arrivé à Calais, et le prince de Galles,
son fils ainsné, et encore trois de ses enfans, messire Leonnel, comte
d'Ulnestre, messire Jean comte de Richemont, et messire Aymon le plus
jeune des quatre, et tous les seigneurs en suivant et toutes leurs
routes, ils firent décharger leurs chevaux, leurs harnois et toutes
leurs pourvéances, et séjournèrent à Calais pour quatre jours; puis
fit le roi commander que chacun fût appareillé de mouvoir, car il
vouloit chevaucher après son cousin le duc de Lancastre. Si se partit
le dit roi l'endemain au matin de la ville de Calais atout son grand
arroy, et se mit sur les champs atout le plus grand charroy et le
mieux attelé que nul vit oncques issir d'Angleterre. On disoit qu'il
avoit plus de six mille chars bien attelés, qui tous étoient apassés
d'Angleterre. Puis ordonna ses batailles si noblement et si richement
parés, uns et autres, que c'étoit soulas et déduit au regarder; et fit
son connétable, qu'il moult aimoit, le comte de la Marche,
premièrement chevaucher atout cinq cents armures et mille archers, au
devant de sa bataille. Après, la bataille des maréchaux chevauchoit où
il avoit bien trois mille armures de fer et cinq mille archers; et
chevauchoient eux et leurs gens toujours rangés et serrés, après le
connétable, et en suivant la bataille du roi. Et puis le grand charroy
qui comprenoit bien deux lieues de long; et y avoit plus de six mille
chars tous attelés, qui menoient toutes pourvéances pour l'ost et
hôtels, dont on n'avoit point vu user par avant de mener avec gens
d'armes, si comme moulins à la main, fours pour cuire et plusieurs
autres choses nécessaires. Et après, chevauchoit la forte bataille du
prince de Galles et de ses frères, où il avoit bien vingt-cinq cents
armures de fer noblement montés et richement parés; et toutes ces gens
d'armes et ces archers rangés et serrés ainsi que pour tantôt
combattre, si mestier eût été. En chevauchant ainsi ils ne laissoient
mie un garçon derrière eux qu'ils ne l'attendissent; et ne pouvoient
aller bonnement pas plus de trois lieues le jour.

En cet état et en cet arroy furent-ils encontrés du duc de Lancastre
et des seigneurs étrangers, si comme ci-dessus est dit, entre Calais
et l'abbaye de Likes[259] sur un beau plein. Et encore y avoit en
l'ost du roi d'Angleterre jusques à cinq cents varlets, atout pelles
et coingnées qui alloient devant le charroy et ouvroient les chemins
et les voies, et coupoient les épines et les buissons pour charrier
plus aise.

  [259] Licques, ancienne abbaye de Prémontrés dans le diocèse de
  Boulogne.


  Comment le roy d'Angleterre, en gâtant le pays de Cambrésis, vint
    assiéger la cité de Reims.

Tant exploitèrent le dessus dit et son ost que ils passèrent Artois,
où ils avoient trouvé le pays povre et dégarni de vivres, et entrèrent
en Cambrésis où ils trouvèrent la marche plus grasse et plus
plantureuse; car les hommes du plat pays n'avoient rien bouté ès
forteresses, pourtant que ils cuidoient être tous assurés du roi
d'Angleterre et de ses gens. Mais le dit roi ne l'entendit mie ainsi,
combien que ceux de Cambrésis fussent de l'Empire; et s'en vint le dit
roi loger en la ville de Beaumes[260] en Cambrésis et ses gens tous
environ. Là se tinrent quatre jours pour eux rafraîchir et leurs
chevaux, et coururent la plus grand partie du pays de Cambrésis.
L'évêque Pierre de Cambray et le conseil des seigneurs du pays et des
bonnes villes envoyèrent, sur sauf-conduit, devers le roi et son
conseil, certains messages pour savoir à quel titre il les guerrioit.
On leur répondit que c'étoit pour ce que du temps passé ils avoient
fait alliance et grands conforts aux François, et soutenu en leurs
villes et forteresses, et fait aussi avant partie de guerre comme
leurs ennemis: si devoient bien pour cette cause être guerroyés; et
autre réponse n'emportèrent ceux qui y furent envoyés. Si convint
souffrir et porter les Cambrésiens leur dommage au mieux qu'ils
purent.

  [260] Village entre Bapaume et Cambray.

Ainsi passa le roi d'Angleterre parmi Cambrésis et s'envint en
Thierasche; mais ses gens couroient partout à dextre et à senestre, et
prenoient vivres partout où ils les pouvoient trouver et avoir. Donc
il avint que messire Berthelemieu de Bruves couroit devant
Saint-Quentin: si trouva et encontra d'aventure le capitaine et
gardien pour le temps de Saint-Quentin, messire Baudouin d'Ennekins;
si férirent eux et leurs gens ensemble, et y eut grand hutin et
plusieurs renversés d'un lez et de l'autre. Finablement les Anglois
obtinrent la place, et fut pris le dit messire Baudouin et prisonnier
à monseigneur Berthelemieu de Bruves, à qui il l'avoit été autrefois
de la bataille de Poitiers. Si retournèrent les dits Anglois devers
l'ost du roi d'Angleterre, qui étoit logé pour ce jour en l'abbaye de
Femy, où ils trouvèrent grand foison de vivres pour eux et pour leurs
chevaux; et puis passèrent outre et exploitèrent tant par leurs
journées, sans avoir nul empêchement, que ils s'en vinrent en la
marche de Reims. Je vous dirai par quelle manière. Le roi fit son
logis à Saint-Bâle outre Reims, et le prince de Galles et ses frères à
Saint-Thierry. Le duc de Lancastre tenoit en après le plus grand
logis. Les comtes, les barons et les chevaliers étoient logés ès
villages entour Reims. Si n'avoient pas leurs aises ni le temps à leur
volonté; car ils étoient là venus au cœur d'hiver, environ la
Saint-Andrieu que il faisoit laid et pluvieux; et étoient leurs
chevaux mal logés et mal livrés, car le pays deux ans ou trois par
avant avoit été toujours si guerroyé que nul n'avoit labouré les
terres: pourquoi on n'avoit nuls fourrages, blés, avoines, en gerbes
ni en estrains, car ceux de Reims, de Troyes, de Châlons, de
Sainte-Maneholt et de Hans n'avoient rien laissé ès villages, mais
fait amener toutes garnisons ès bonnes villes et châteaux; et
convenoit les plusieurs aller fourrager dix ou douze lieues loin. Si
étoient souvent rencontrés des garnisons françoises; pour quoi il y
avoit hutins, combats et noises et mêlées. Une heure perdoient les
Anglois, et l'autre gagnoient.

De la bonne cité de Reims étoient capitaines, à ce jour que le roi
d'Angleterre y mit le siége, messire Jean de Craon, archevêque du dit
lieu, monseigneur le comte de Porcien et messire Hugues de Porcien,
son frère, le sire de la Bove, le sire de Chavency, le sire Dennore,
le sire de Lor et plusieurs autres bons chevaliers et écuyers de la
marche de Reims. Si s'embesognèrent si bien, ce siége durant, que nul
dommage ne s'en prit à la ville; car la cité est forte et bien fermée
et de bonne garde. Et aussi le roi d'Angleterre n'y fit point
assaillir, pour ce qu'il ne vouloit mie ses gens travailler ni
blesser, et demeurèrent le roi et ses gens à siége devant Reims sur
cel état que vous avez ouï, dès la fête Saint-Andrieu jusques à
l'entrée de carême. Si chevauchèrent les gens du roi souvent en grands
routes, et couroient pour trouver aventures les aucuns par toute la
comté de Retel jusques à Montfaucon[261], jusques à Maisières, jusques
à Donchéry et à Mouson; et logeoient au pays deux jours ou trois, et
déroboient tout sans défense ni contredit. Auques en ce temps que le
dit roi étoit venu devant Reims, avoit pris messire Eustache
d'Aubrecicourt la bonne ville de Athigny sur Aisne, et dedans trouva
grand foison de vivres, et par espécial plus de trois mille tonneaux
de vin. Si en départit au roi grandement et à ses enfans, dont il l'en
sçut grand gré.

  [261] Bourg près de Verdun.


  Comment le roi d'Angleterre se partit de devant Reims sans rien
    faire; et comment il prit la ville de Tonnerre.

1360.

Le roi d'Angleterre se tint à siége devant Reims bien le terme de sept
semaines et plus, mais oncques n'y fit assaillir, ni point ni petit,
car il eût perdu sa peine. Quand il eut là tant été que il lui
commençoit à ennuyer, et que ses gens ne trouvoient mais rien que
fourrer, et perdoient leurs chevaux, et étoient en grand mésaise de
tous vivres, ils se délogèrent et se arroutèrent comme par avant, et
se mirent au chemin pardevers Châlons en Champagne. Et passa le dit
roi et tout son ost assez près de Châlons; et se mit par devers
Bar-le-Duc, et après pardevers la cité de Troyes et vint loger à Méry
sur Seine; et étoit tout son ost entre Méry et Troyes, où on compte
huit lieues de pays. Pendant ce qu'il étoit à Méry sur Seine, son
connétable chevaucha outre, qui toujours avoit la première bataille,
et vint devant Saint-Florentin, dont Messire Oudart de Renty étoit
capitaine, et y fit un moult grand assaut, et fit devant la porte de
la forteresse développer sa bannière, qui étoit faissée d'or et d'azur
à un chef pallé, les deux bouts géronnés à un écusson d'argent en-my
la moyenne; et là eut grand assaut et fort, mais rien n'y conquirent
les Anglois. Si vint le dit roi d'Angleterre et tout son ost, et se
logèrent entour Saint-Florentin sur la rivière d'Armençon; et quand
ils s'en partirent, ils vinrent pardevant Tonnerre, et là eut grand
assaut et dur; et fut la ville prise par force, et non le châtel: mais
les Anglois gagnèrent au corps de la ville plus de trois mille pièces
de vin. Adonc étoit dedans la cité d'Auxerre le sire de Fiennes,
connétable de France, à grand foison de gens d'armes.


  Comment le roi d'Angleterre se partit de Tonnerre et s'en vint
    loger à Montréal, et puis de là à Guillon sur la rivière de
    Sellettes.

Le roi d'Angleterre et son ost reposèrent dedans Tonnerre cinq jours,
pour la cause des bons vins qu'ils avoient trouvés, et assailloient
souvent au châtel; mais il étoit bien garni de bonnes gens d'armes,
desquels messire Baudouin d'Ennekins, maître des arbalétriers, étoit
leur capitaine. Quand ils furent bien refraîchis et reposés en la
ville de Tonnerre, ils s'en partirent et passèrent la rivière
d'Armençon; et laissa le roi d'Angleterre le chemin d'Aucerre à la
droite main et prit le chemin de Noyers[262]; et avoit telle intention
que d'entrer en Bourgogne et d'être là tout le carême. Et passa lui et
tout son ost dessous Noyers, et ne voulut oncques que on y assaillit,
car il tenoit le seigneur prisonnier de la bataille de Poitiers. Et
vint le roi et tout son ost à gîte à une ville qu'on appelle
Mont-Réal, sur une rivière que on dit Sellettes[263]. Et quand le roi
s'en partit, il monta celle rivière et s'en vint loger à Guillon sur
Sellettes[264]; car un sien écuyer qu'on appeloit Jean de Arleston, et
s'armoit d'azur à un écusson d'argent, avoit pris la ville de
Flavigny, qui sied assez près de là, et avoit dedans trouvé de toutes
pourvéances pour vivre, le roi et tout son ost, un mois entier. Si
leur vint trop bien à point, car le roi fut en la ville de Guillon dès
la nuit des cendres[265] jusques en-my carême. Et toujours couroient
ses maréchaux et ses coureurs le pays, ardant, gâtant et exillant
tout entour eux; et refraîchissoient souvent l'ost de nouvelles
pourvéances.

  [262] Petite ville sur la rivière de Serin.

  [263] Mont-Réal est situé près de la rivière de Serin ou Serain.
  On ne connaît dans ce canton aucune rivière nommée _Sellettes_.
  (_Note de Buchon._)

  [264] Guillon est sur la rivière de Serin.

  [265] Le 19 février.


  Cy dit comment les seigneurs d'Angleterre menoient avec eux
    toutes choses nécessaires; et de leur manière de chevaucher.

Vous devez savoir que les seigneurs d'Angleterre et les riches hommes
menoient sur leurs chars, tentes, pavillons, moulins, fours pour cuire
et forges pour forger fers de chevaux et toutes autres choses
nécessaires; et pour tout ce étoffer, il menoit bien huit mille chars
tous attelés, chacun de quatre roncins bons et forts, que ils avoient
mis hors d'Angleterre. Et avoient encore sur ces chars plusieurs
nacelles et batelets faits et ordonnés si subtivement de cuir boullu
que c'étoit merveilles à regarder; et si pouvoient bien trois hommes
dedans, pour aider à nager parmi un étang ou un vivier tant grand
qu'il fût, et pêcher à leur volonté. De quoi ils eurent grand aise
tout le temps et tout le carême, voire les seigneurs et les gens
d'État; mais les communes se passoient de ce qu'ils trouvoient. Et
avec ce, le roi avoit bien pour lui trente fauconniers à cheval
chargés d'oiseaux, et bien soixante couples de forts chiens et autant
de lévriers, dont il alloit chacun jour ou en chasse ou en rivière,
ainsi qu'il lui plaisoit; et si y avoit plusieurs des seigneurs et des
riches hommes qui avoient leurs chiens et leurs oiseaux aussi bien
comme le roi. Et étoit toujours leur ost parti en trois parties, et
chevauchoit chacun ost par soi, et avoit chacun ost avant-garde et
arrière-garde, et se logeoit chacun ost par lui une lieue arrière de
l'autre: dont le prince en menoit l'une partie, le duc de Lancastre
l'autre, et le roi d'Angleterre la tierce et la plus grande. Et ainsi
se maintinrent-ils dès Calais jusques adonc que ils vinrent devant la
cité de Chartres.


  Pour quelle cause le roi d'Angleterre ne courut point le pays de
    Bourgogne; et comment il s'en vint loger au
    Bourg-la-Roine-lez-Paris.

Nous parlerons du roi d'Angleterre qui se tenoit à Guillon sur
Sellettes et vivoit, il et son ost, des pourvéances que Jean de
Arleston avoit trouvées à Flavigny. Pendant que le roi séjournoit là,
pensant et imaginant comment il se maintiendroit, le jeune duc de
Bourgogne qui régnoit pour le temps et son conseil, par la requête et
ordonnance de tout le pays de Bourgogne entièrement, envoyèrent devers
le dit roi d'Angleterre suffisans hommes, chevaliers et barons, pour
traiter à respiter et non ardoir ni courir le pays de Bourgogne. Si
s'embesognèrent adonc de porter ces traités les seigneurs qui ci
s'ensuivent. Premièrement, messire Anceaulx de Salins grand chancelier
de Bourgogne, messire Jacques de Vienne, messire Jean de Rye, messire
Hugues de Vienne, messire Guillaume de Toraise et messire Jean de
Montmartin. Ces seigneurs exploitèrent si bien et trouvèrent le roi
d'Angleterre si traitable, que une composition fut faite entre le dit
roi et le pays de Bourgogne que, parmi deux cent mille francs qu'il
dut avoir tous appareillés, il déporta le dit pays de Bourgogne à non
courir, et l'assura le dit roi de lui et des siens le terme de trois
ans. Quand cette chose fut scellée et accordée, le roi se délogea et
tout son ost, et prit son retour et le droit chemin de Paris, et s'en
vint loger sur la rivière d'Yonne à Kou[266] dessous Vezelay. Si
s'étendirent ses gens sur cette belle rivière que on dit Yonne, et
comprenoient tout le pays jusques à Clamecy, à l'entrée de la comté de
Nevers; et entrèrent les Anglois en Gastinois; et exploita tant le roi
d'Angleterre par ses journées qu'il vint devant Paris et se logea à
deux petites lieues près, au bourg la Roine.

  [266] _Coulanges_, où le roi d'Angleterre passa l'Yonne.

  Comment le duc de Normandie, par grand sens et avis ne voulut mie
    consentir bataille au roi d'Angleterre; et comment messire
    Gautier de Mauny et autres chevaliers anglois vinrent
    escarmoucher jusqu'aux barrières de Paris.

Le roi dessus nommé étoit logé au Bourg la Roine, à deux petites
lieues près de Paris, et tout son ost contre mont en allant devers
Montlhéry. Si envoya le dit roi, pendant qu'il étoit là, ses hérauts
dedans Paris au duc de Normandie, qui s'y tenoit atout grands gens
d'armes, pour demander bataille; mais le duc ne lui accorda rien;
ainçois retournèrent les messagers sans rien faire. Quand le roi vit
que nul n'istroit de Paris pour le combattre, si en fut tout
courroucé. Adonc s'avança cil bon chevalier messire Gautier de Mauny,
et pria au roi son seigneur que il lui voulsist laisser faire une
chevauchée et envaye jusques aux barrières de Paris. Et le roi le lui
accorda, et nomma personnellement ceux qu'il vouloit qui allassent
avec lui; et fit là le roi plusieurs chevaliers nouveaux, desquels le
sire de La Ware en fut l'un, et le sire de Fit Vautier, et messire
Thomas Balastre[267], et messire Guillaume de Toursiaux, messire
Thomas le Despensier, messire Jean de Nuefville et messire Richard
Stury, et plusieurs autres. Et l'eût été Colart d'Aubrecicourt, fils à
monseigneur Nicole, s'il eût voulu, car le roi le vouloit, pourtant
qu'il étoit à lui et son écuyer de corps; mais le dit Colart s'excusa,
et dit qu'il ne pouvoit trouver son bassinet. Le sire de Mauny fit son
emprise, et amena ces nouveaux chevaliers escarmoucher et courir
jusques aux barrières de Paris. Là eut bonne escarmouche et dure, car
il avoit dedans la cité de bons chevaliers et écuyers qui volontiers
fussent issus, si le duc de Normandie l'eût consenti. Toutefois ces
gentilshommes qui étoient dedans Paris gardèrent la porte et la
barrière tellement que ils n'y eurent point de dommage; et dura
l'escarmouche du matin jusques à midi, et en y eut de navrés des uns
et des autres. Adonc se retraist le sire de Mauny et en ramena ses
gens à leur logis; et se tinrent là encore ce jour et la nuit en
suivant. A l'endemain se délogea le roi d'Angleterre, et prit le
chemin de Montlhéry.

  [267] Sire Thomas Banaster.

Or vous dirai quel propos aucuns seigneurs d'Angleterre et de Gascogne
eurent à leur délogement. Ils sentoient dedans Paris tant de
gentilshommes: si supposèrent, ce qu'il avint, que ils en videroient
aucuns, jeunes et aventureux, pour leurs corps avancer et pour gagner.
Si se mirent en embûche bien deux cents armures de fer, toutes gens
d'élite, Anglois et Gascons, en une vide maison à trois lieues de
Paris. Là étoient le captal de Buch, messire Aymemon de Pommiers et
messire de Courton, Gascons; et Anglois, le sire de Neufville, le sire
de Moutbray et messire Richart de Pontchardon: ces six chevaliers
étoient souverains de cette embûche. Quand les François qui se
tenoient dedans Paris virent le délogement du roi d'Angleterre, si se
recueillirent aucuns jeunes seigneurs et bons chevaliers, et dirent
entr'eux: «C'est bon que nous issions hors secrètement et poursuivions
un petit l'ost du roi d'Angleterre, à savoir si nous y pourrions rien
gagner. Ils furent tantôt tous d'un accord, tels que messire Raoul de
Coucy, messire Raoul de Rayneval, le sire de Montsaut, le sire de
Helly, le châtelain de Beauvais, le Bègue de Vilaines, le sire de
Wasières, le sire de Waurin, messire Gauvain de Bailloel, le sire de
Vaudeuil, messire Flamans de Roye, messire le Haze de Chambli,
messire Pierre de Sermaise, messire Philippe de Savoisy, et bien cent
lances en leur compagnie.

Si issirent hors, tous bien montés et en grand volonté de faire aucune
chose, mais qu'ils trouvassent à qui; et chevauchèrent tout le chemin
du Bourg la Roine, et passèrent outre, et se mistrent aux champs sur
le froye des gens le roi d'Angleterre, et passèrent encore outre la
dessus dite embûche du captal et de sa route.

Assez tôt après ce que ils furent passés, l'embûche des Anglois et des
Gascons issit hors et saillit avant, leurs glaives abaissés, en
écriant leur cri. Les François se retournèrent, et eurent grand
merveille que c'étoit, et connurent tantôt que c'étoient leurs
ennemis. Si s'arrêtèrent tous cois et se mirent en ordonnance de
bataille, et abaissèrent les lances contre les Anglois et les Gascons
qui tantôt furent venus. Là y eut de première encontre forte joûte, et
rués plusieurs par terre d'un lez et de l'autre; car ils étoient tous
fort montés. Après celle joûte, ils sachèrent leurs épées et entrèrent
l'un dedans l'autre, et se commencèrent à battre et à férir et à
donner grands horions; et là eut faites maintes belles appertises
d'armes; et dura cil débat une grand espace; et fut tellement démené
que on ne sçut à dire un grand temps: «Les François ni les Anglois en
auront le meilleur;» et par espécial là fut le captal de Buch très-bon
chevalier, et y fit de sa main maintes grandes appertises d'armes.
Finablement les Anglois et Gascons se portèrent si bien de leur côté,
que la place leur demeura; car ils étoient tant et demi que les
François. Et là fut du côté des François bon chevalier le sire de
Campremy, et se combattit vaillamment dessous sa bannière; et fut cil
qui la portoit occis, et la bannière abattue, qui étoit d'argent à une
bande de gueules à six merlettes noires, trois dessus et trois
dessous; et fut le sire de Campremy pris en bon convenant.

Les autres chevaliers et écuyers françois qui virent la mésaventure et
qu'ils ne pouvoient recouvrer, se mirent au retour devers Paris tout
en combattant, et Anglois et Gascons poursuivirent après de grand
volonté. En celle chasse, qui dura jusques outre le Bourg la Roine, y
furent pris neuf chevaliers, que bannerets que autres; et si les
Gascons et les Anglois qui les poursuivoient ne se fussent doutés de
l'issue de ceux de Paris, jà nul n'en fût échappé qu'ils ne fussent
tous morts ou tous pris. Quand ils eurent fait leur emprise, ils
retournèrent devers Montlhéry, où le roi d'Angleterre chevauchoit, et
emmenèrent leurs prisonniers, auxquels ils firent bonne compagnie, et
les rançonnèrent courtoisement ce propre soir, et les renvoyèrent
arrière à Paris, ou là où il leur plut à aller, et les reçurent
courtoisement sur leur foi.


  Comment le duc de Normandie et son conseil envoyèrent légats pour
    traiter de la paix entre le roi de France et le roi
    d'Angleterre; et comment la paix fut faite.

L'intention de Édouard, roi d'Angleterre, étoit telle que il entreroit
en ce bon pays de Beauce et se trairoit tout bellement sur celle bonne
rivière de Loire, et se viendroit, tout cel été jusques après août,
refraîchir en Bretagne, et tantôt sur les vendanges, qui étoient moult
belles apparents, il retourneroit et viendroit de rechef en France
mettre le siége devant Paris; car point ne vouloit retourner en
Angleterre, pour ce qu'il en avoit au partir parlé si avant, si auroit
eu son intention dudit royaume; et lairoit ses gens par ces
forteresses qui guerre faisoient pour lui en France, en Brie, en
Champagne, en Picardie, en Ponthieu, en Vismeu, en Veuguecin et en
Normandie, guerroyer et hérier le royaume de France, et si tanner et
fouler les cités et les bonnes villes, que de leur volonté elles
s'accorderoient à lui.

Adonc étoit à Paris le duc de Normandie et ses deux frères, et le duc
d'Orléans leur oncle, et tout le plus grand conseil de France, qui
imaginoient bien le voyage du roi d'Angleterre, et comment il et ses
gens fouloient et apovrissoient le royaume de France; et que ce ne se
pouvoit longuement tenir ni souffrir, car les rentes des seigneurs et
des églises se perdoient généralement partout. Adoncques étoit
chancelier de France un moult sage et vaillant homme, messire
Guillaume de Montagu, évêque de Thérouenne, par qui conseil on ouvroit
en partie en France; et bien le valoit en tous états, car son conseil
étoit bon et loyal. Avecques lui y étoient encore deux clercs de grand
prudence, dont l'un étoit abbé de Clugny[268] et l'autre maître des
frères prêcheurs; et l'appeloit-on frère Simon de Langres, maître en
divinité. Ces deux clercs dernièrement nommés, à la prière, requête et
ordonnance du duc de Normandie et de ses frères et du duc d'Orléans,
leur oncle, et de tout le grand conseil entièrement, se partirent de
Paris sur certains articles de paix, et messire Hugues de Genève,
seigneur d'Antun, en leur compagnie, et s'en vinrent devers le roi
d'Angleterre, qui cheminoit en Beauce par-devers Galardon. Si
parlèrent ces deux prélats et le chevalier[269] au dit roi
d'Angleterre, et commencèrent à traiter paix entre lui et ses alliés,
et le royaume de France et ses alliés, auxquels traités le duc de
Lancastre, le prince de Galles, le comte de la Marche[270] et
plusieurs autres barons d'Angleterre furent appelés.

  [268] Il s'appelait Audouin de La Roche.

  [269] Ces trois personnages étaient les médiateurs nommés par le
  pape: les plénipotentiaires du régent étaient Jean de Dormans,
  élu évêque de Beauvais, chancelier de Normandie, Charles de
  Montmorency, Jean de Melun, comte de Tancarville, le maréchal de
  Boucicaut, Aymart de la Tour sire de Vinay, Simon de Bucy,
  premier président du parlement, et plusieurs autres, tant de
  l'ordre de la noblesse que du clergé et de la bourgeoisie. Ces
  plénipotentiaires partirent de Paris le lundi 27 avril, passèrent
  à Chartres, et allèrent jusque auprès de Bonneval, où était le
  roi d'Angleterre, qui leur fit dire de retourner à Chartres et
  qu'il se rendrait bientôt dans le voisinage de cette ville. (_Note
  de Buchon._)

  [270] Le comte de March avait été tué un mois avant ce traité, le
  26 février, à Rouvray en Bourgogne. (_Note de Buchon._)

Si ne fut mie cil traité si tôt accompli, quoiqu'il fût entamé; mais
fut moult longuement démené; et toujours alloit le roi d'Angleterre
avant quérant le gras pays. Ces traiteurs, comme bien conseillés, ne
vouloient mie le roi laisser ni leur propos anientir, car ils véoient
le royaume de France en si povre état et si grevé que en trop grand
péril il étoit, si ils attendoient encore un été. D'autre part, le roi
d'Angleterre demandoit et requéroit des offres si grandes et si
préjudiciables pour tout le royaume, que envis s'y accordoient les
seigneurs pour leur honneur; et convenoit par pure nécessité qu'il fût
ainsi, ou auques près, s'ils vouloient venir à paix. Si que tous leurs
traités et leurs parlements durèrent sept jours[271]; toudis en
poursuivant le roi d'Angleterre les dessus nommés prélats et le sire
d'Antun, messire Hugues de Genève; qui moult étoit bien ouï et
volontiers en la cour du roi d'Angleterre. Si renvoyoient tous les
jours, ou de jour à autre, leurs traités et leurs parlemens et procès
devers le duc de Normandie et ses frères en la cité de Paris, et sur
quel forme ni état ils étoient, pour avoir réponse quelle chose en
étoit bonne à faire, et du surplus comment ils se maintiendroient. Ces
procès et ces paroles étoient conseillés secrètement, et examinées
suffisamment en la chambre du duc de Normandie, et puis étoit rescrit
justement et parfaitement l'intention du duc et l'avis de son conseil
aux dits traiteurs; parquoi rien ne se passoit de l'un côté ni de
l'autre qu'il ne fût bien spécifié et justement cautelé.

  [271] Les négociations recommencèrent le vendredi 1er mai, et le
  traité de paix fut signé le 8.

Là étoient en la chambre du roi d'Angleterre, sur son logis, ainsi
comme il chéoit à point et qu'il se logeoit en la cité de Chartres
comme ailleurs, des dessus dits traiteurs françois grands offres mises
avant pour venir à conclusion de guerre et à ordonnance de paix;
auxquelles choses le roi d'Angleterre étoit trop dur à entamer. Car
l'intention de lui étoit telle que il vouloit demeurer roi de France,
combien qu'il ne le fût mie, et mourir en cel état; et vouloit
hostoier en Bretagne, en Blois et en Touraine cel été, si comme dessus
est dit. Et si le duc de Lancastre, son cousin, que moult aimoit et
créoit, lui eût autant déconseillé paix à faire que il lui
conseilloit, il ne se fût point accordé. Mais il lui montroit moult
sagement et disoit: «Monseigneur, cette guerre que vous tenez au
royaume de France est moult merveilleuse et trop fretable pour vous;
vos gens y gagnent, et vous y perdez et allouez le temps. Tout
considéré, si vous guerroyez selon votre opinion, vous y userez votre
vie, et c'est fort que vous en viengniez jà à votre intention. Si vous
conseille, entrementes que vous en pouvez issir à votre honneur, que
vous prenez les offres qu'on vous présente, car, monseigneur, nous
pouvons plus perdre en un jour que n'avons conquis en vingt ans.»

Ces paroles et plusieurs autres belles et soutilles que le duc de
Lancastre remontroit fiablement, en instance de bien, au roi
d'Angleterre, convertirent le dit roi, par la grâce du Saint-Esprit
qui y ouvroit aussi; car il avint à lui et à toutes ses gens un grand
miracle, lui étant devant Chartres, qui moult humilia et brisa son
courage; car pendant que ces traiteurs françois alloient et prêchoient
le dit roi et son conseil, et encore nulle réponse agréable n'en
avoient, un temps et un effoudre et un orage si grand et si horrible
descendit du ciel en l'ost du roi d'Angleterre, que il sembla bien
proprement que le siècle dût finir; car il chéoit de l'air pierres si
grosses que elles tuoient hommes et chevaux, et en furent les plus
hardis tout ébahis. Et adonc regarda le roi d'Angleterre devers
l'église Notre-Dame de Chartres, et se rendit et voua à Notre-Dame
dévotement, et promit, si comme il dit et confessa depuis, que il
s'accorderoit à la paix.

Adoncques étoit-il logé en un village assez près de Chartres qui
s'appelle Bretigny; et là fut certaine ordonnance et composition faite
et jetée de paix, sur certains articles qui ci en suivant sont
ordonnés. Et pour ces choses plus entièrement faire et poursuir, les
traiteurs d'une part, et autres grands clercs en droit du conseil du
roi d'Angleterre, ordonnèrent sur la forme de la paix, par grand
délibération et par bon avis, une lettre qui s'appelle la chartre de
la paix, dont la teneur est telle.


  Ci s'ensuit la chartre de l'ordonnance de la paix faite entre le
    roi d'Angleterre et ses alliés, et le roi de France et les
    siens.

Édouard, par la grâce de Dieu roi d'Angleterre, seigneur d'Irlande et
d'Aquitaine, à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut.
Savoir faisons que comme pour les dissencions, débats, discords et
estrifs mus et espérés à mouvoir entre nous et notre très cher frère
le roi de France, certains traiteurs et procureurs de nous et de notre
très cher fils ains-né Édouard, prince de Galles, ayant à ce suffisant
pouvoir et autorité pour nous et pour lui et notre royaume d'une
part, et certains autres traiteurs et procureurs de notre dit frère et
de notre très cher neveu Charles, duc de Normandie, Dauphin de Vienne,
fils ains-né de notre dit frère de France, ayant pouvoir et autorité
de son père en cette partie, pour son dit père et pour lui, soient
assemblés à Bretigny près de Chartres, auquel lieu est traité, parlé
et accordé finable paix et concorde des traiteurs et procureurs de
l'une partie et de l'autre sur les dissencions, débats, guerres et
discords devant dits; lesquels traités et paix les procureurs de nous
et de notre dit fils, pour nous et pour lui, et les procureurs de
notre dit frère et de notre dit neveu, pour son père et pour lui,
jureront sur saintes Évangiles tenir, garder et accomplir ce dit
traité, et aussi le jurerons, et notre dit fils aussi, ainsi comme
ci-dessus est dit et que il s'en suivra au dit traité.

Parmi lequel accord, entre les autres choses, notre dit frère de
France et son fils devant dits sont tenus et ont promis de bailler et
délaisser et délivrer à nous, nos hoirs et successeurs à toujours, les
comtés, cités, villes et châteaux, forteresses, terres, îles, rentes,
revenues, et autres choses qui s'ensuivent, avec ce que nous tenons en
Guyenne et en Gascogne, à tenir et possesser perpétuellement à nous, à
nos hoirs et à nos successeurs, ce qui est en demaine en demaine, et
ce qui est en fief en fief, et par le temps et manière ci-après
éclaircis. C'est à savoir: la cité, le châtel et la comté de Poitiers
et toute la terre et le pays de Poitou, ensemble le fief de Touars et
la terre de Belleville; la cité et le château de Xaintes, et toute la
terre et le pays de Xaintonge par deçà et par delà la Charente, avec
la ville, châtel et forteresse de la Rochelle et leurs appartenances
et appendances; la cité et le châtel d'Agen, et la terre et le pays
d'Agénois; la cité, la ville et le château de Pierreguis, et toute la
terre et le pays de Pierregort; la cité et le château de Limoges, et
la terre et le pays de Limozin; la cité et le châtel de Caors, et la
terre et le pays de Caoursin; la cité, le châtel et le pays de Tarbe,
et la terre et le pays et la comté de Bigorre; la comté, la terre et
le pays de Gaure; la cité et le château d'Angoulême; la comté, la
terre et le pays d'Angoulémois; la cité, la ville et le châtel de
Rodais; la comté, la terre et le pays de Rouergue. Et si il y a, en la
duché d'Aquitaine, aucuns seigneurs, comme le comte de Foix, le comte
d'Ermignac, le comte de Lille, le vicomte de Carmaing, le comte de
Pierregort, le vicomte de Limoges, ou autres, qui tiennent aucunes
terres ou lieux dedans les mettes des dits lieux, ils en feront
hommage à nous, et tous autres services et devoirs dus à cause de
leurs terres et lieux, en la manière qu'ils les ont faits du temps
passé, jà soit ce que nous ou aucuns des rois d'Angleterre
anciennement n'y ayons rien eu. En après, la vicomté de Monstereuil
sur la mer, en la manière que du temps passé aucuns des rois
d'Angleterre l'ont tenue. Et si, en la dite terre de Monstereuil, ont
été aucuns débats du partage de la dite terre, notre frère de France
nous a promis qu'il le nous fera éclaircir le plus hâtivement qu'il
pourra, lui revenu en France. La comté de Ponthieu tout entièrement,
excepté et sauf que si aucunes choses ont été aliénées par les rois
d'Angleterre; qui ont régné pour le temps et ont tenu anciennement la
dite comté et appartenances, à autres personnes que aux rois de
France, notre dit frère et ses successeurs ne seront pas tenus de les
rendre à nous. Et si les dites aliénations ont été faites aux rois de
France qui ont été pour le temps, sans aucun moyen, et notre dit frère
les tienne à présent en sa main, il les laissera à nous entièrement;
excepté que si les rois de France les ont eues par échange à autres
terres, nous délivrerons ce qu'il en a eu par échange, ou nous
laisserons à notre dit frère les choses ainsi aliénées. Mais si les
rois d'Angleterre qui ont été pour le temps de lors en avoient aliéné
ou transporté aucunes choses en autres personnes que ès rois de
France, et depuis ils soient venus ès mains de notre dit frère, espoir
par partage, notre dit frère ne sera pas tenu de les nous rendre. Et
aussi, si les choses dessus dites doivent hommage, notre dit frère les
baillera à autres qui en feront hommage à nous et à nos successeurs;
et si les dites choses ne doivent hommage, il nous baillera un teneur
qui nous en fera les devoirs, dedans un an prochain après ce que notre
dit frère sera parti de Calais. _Item_ le châtel et la ville de Calais;
le château, la ville et la seigneurie de Merk; les villes, châteaux et
seigneuries de Sangates, Coulongnes, Hames, Valle et Oye, avec terres,
bois, marais, rivières, rentes, seigneuries, advoesons d'églises, et
toutes autres appartenances et lieux entre-gissans dedans les mettes
et bondes qui s'en suivent. C'est à savoir, de Calais jusques au fil
de la rivière pardevant Gravelines, et aussi par le fil de même de la
rivière tout entour Langle; et aussi par la rivière qui va par delà
Poil, et par même la rivière qui chet au grand lac de Guines jusques à
Fretin, et d'illec par la vallée en tour de la montagne de Kalculi,
enclouant même la montagne; et aussi jusques à la mer, avec Sangates
et toutes ses appartenances. Le châtel et la ville, et tout
entièrement la comté de Guines avecques toutes les terres, villes,
châteaux, forteresses, lieux, hommages, hommes, seigneuries, bois,
forêts, droitures d'icelles, aussi entièrement comme le comte de
Guines dernièrement mort les tenoit au temps de sa mort. Et obéiront
les églises et les bonnes gens étant dedans les limitations de la
dite comté de Guines, de Calais et de Merk, et des autres lieux dessus
dits, à nous, ainsi comme ils obéissoient à notre dit frère et au
comte de Guines qui fut pour le temps. Toutes les quelles choses
comprises en ce présent article et l'article prochain précédant de
Merk et de Calais, nous tiendrons en demaine, excepté les héritages
des églises, qui demeureront aux dites églises entièrement, quelque
part qu'ils soient assis; et aussi excepté les héritages des autres
gens des pays de Merk et de Calais assis hors de la ville et fermeté
de Calais jusques à la value de cent livres de terre par an, de la
monnoye courant au pays, et au-dessous: lesquels héritages leur
demeureront jusqu'à la value dessus dite et au-dessous; mais
habitations et héritages assis en la dite ville de Calais avec leurs
appartenances demeureront en demaine à nous, pour en ordonner à notre
volonté; et aussi demeureront aux habitans en la terre, ville et comté
de Guines tous leurs demaines entièrement, et y reviendront
pleinement, sauf ce qui est dit paravant des confrontations, mettes et
bondes dessus dites en l'article de Calais, et toutes les îles
adjacens aux terres, pays et lieux avant nommés, ensemble avec toutes
les autres îles, lesquelles nous tiendrons au temps du dit traité.

Et eut été pourparlé que notre dit frère et son ains-né fils
renonçassent aux dits ressorts et souveraineté, et à tout le droit
qu'ils pourroient avoir ès choses dessus dites, et que nous les
tenissions comme voisins sans nul ressort et souveraineté de notre dit
frère au royaume de France, et que tout le droit que notre dit frère
avoit ès choses dessus dites, il nous cédât et transportât
perpétuellement et à toujours. Et aussi eut été pourparlé que
semblablement nous et notre dit fils renoncissions expressément à
toutes les choses qui ne doivent être baillées ou délivrées à nous par
le dit traité, et par espécial au nom et au droit de la couronne et du
royaume de France et hommage, souveraineté et demaine, de la duché de
Normandie et de la comté de Touraine, et des comtés d'Anjou et du
Maine, de la souveraineté et hommage de la comté et du pays de
Flandre, de la souveraineté et hommage de Bretagne, excepté que le
droit du comte de Montfort, tel qu'il le peut et doit avoir en la
duché et pays de Bretagne, nous réservons et mettons par mots exprès
hors de notre traité; sauf tant que nous et notre dit frère venus à
Calais en ordonnerons si à point, par le bon avis et conseil de nos
gens à ce députés, que nous mettrons à paix et à accord le dit comte
de Montfort et notre cousin messire Charles de Blois, qui demande et
chalenge droit à l'héritage de Bretagne. Et renonçons à toutes autres
demandes que nous fissions ou faire pourrions, pour quelque cause que
ce soit, excepté les choses dessus dites qui doivent être baillées à
nous et à nos hoirs, et que nous lui transportissions, cessissions
tout le droit que nous pourrions avoir à toutes les choses qui à nous
ne doivent être baillées. Sur lesquelles choses, après plusieurs
altercations eues sur ce, et par espécial pour ce que les dites
renonciations ne se font pas de présent avons finablement accordé avec
notre dit frère par la manière qui s'ensuit: c'est à savoir, que nous
et notre dit ains-né fils renoncerons, et ferons et avons promis à
faire les renonciations, transports, cessions et délaissemens dessus
dits quand et si très tôt que notre dit frère aura baillé à nous ou à
nos gens, espécialement de par nous députés, la cité et le châtel de
Poitiers, et toute la terre et le pays de Poitou; ensemble le fief de
Touars et la terre de Belleville; la cité et le châtel d'Agen, et
toute la terre et le pays d'Agénois; la cité et le châtel de
Pierreguis, et toute la terre et le pays de Pierregort; la cité et le
châtel de Caours, et toute la terre et le pays de Quersin; la cité et
le châtel de Rodais, et toute la terre et le pays de Rouergue; la cité
et le châtel de Xaintes, et toute la terre et le pays de Xaintonge; le
châtel et la ville de la Rochelle, et toute la terre et le pays de
Rochelois; la cité et le châtel de Limoges, et toute la terre et le
pays de Limozin; la cité et le château d'Angoulême, et toute la terre
et le pays d'Angoulémois; la terre et le pays de Bigorre, la terre de
Gaure, le comté de Ponthieu et le comté de Guines. Lesquelles choses
notre dit frère nous a promises à bailler, en la forme que ci-dessus
est contenu, ou à nos espéciaux députés, dedans un an ensuivant, lui
parti de Calais pour retourner en France. Et tantôt ce fait, devant
certaines personnes que notre dit frère députera, nous et notre dit
ains-né fils ferons en notre royaume d'Angleterre icelles
renonciations, transports, cessions et délaissemens, par foi et par
serment solennellement; et d'icelles ferons bonnes lettres ouvertes,
scellées de notre grand scel, par la manière et forme comprises en nos
autres lettres sur ce faites, et que compris est au dit traité;
lesquelles nous envoierons à la fête de l'Assomption Notre-Dame
prochainement ensuivant, en l'église des Augustins en la ville de
Bruges, et les ferons bailler à ceux que notre dit frère y envoiera
lors pour les recevoir. Et si dedans le terme qui mis y est, notre dit
frère ne pouvoit bailler, ni délivrer aisément à nous ou à nos députés
les cités, villes et châteaux, lieux, forteresses et pays ci-dessus
nommés, combien qu'il en doive faire son plein pouvoir sans nulle
dissimulation, il les nous doit délivrer et bailler dedans le terme de
quatre mois ensuivant l'an accompli. Avecques toutes ces choses et
autres qui s'ensuivront ci-après, est dit et accordé par la teneur du
traité, que nous, renvoyé ou ramené notre dit frère de France en la
ville de Calais, six semaines après ce que il y sera venu, nous devons
recevoir, ou nos gens à ce espécialement de par nous députés, six cent
mille francs, et par quatre ans ensuivants, chacun an six mille; et de
ce délivrer et mettre en ôtage, envoyer demeurer en notre cité de
Londres, en Angleterre, des plus nobles du royaume de France, qui
point ne furent prisonniers en la bataille de Poitiers; et de dix-neuf
cités et villes des plus notables du royaume de France, de chacune
deux ou trois hommes, ainsi comme il plaira à notre conseil. Et tout
ce accompli, les ôtages venus à Calais et le premier payement payé,
ainsi que dit est, nous devons notre dit frère de France et Philippe
son jeune fils délivrer quittement en la ville de Boulogne sur mer, et
tous ceux qui avecques eux furent prisonniers à la bataille de
Poitiers, qui ne seroient rançonnés à nous ou à nos gens, sans payer
nulle rançon. Et pour ce que nous savons de vérité que notre cousin
messire Jacques de Bourbon, qui fut pris à la bataille de Poitiers, a
toujours mis et rendu grand peine à ce que paix et accord fût entre
nous et notre dit frère de France, en quelconque état qu'il soit,
rançonné ou à rançonner, nous le délivrerons sans coût et sans frais
avecques notre dit frère, en la ville de Boulogne; mais que cil traité
soit tenu ainsi que nous espérons qu'il sera.

Et aussi nous a promis notre dit frère que il et son ains-né fils
renonceront et feront semblablement lors et par la manière dessus dite
les renonciations, transports, cessions et délaissemens accordés par
le dit traité à faire de leur partie, si comme dessus est dit; et
envoiera notre dit frère ses lettres patentes, scellées de son grand
scel, aux dits lieux et termes, pour les bailler aux gens qui de par
nous y seront députés, semblablement comme dit est. Et aussi nous a
promis et accordé notre dit frère que lui et ses hoirs sursoiront,
jusques aux termes des dites renonciations dessus déclarées, de user
de souveraineté et ressorts en toutes les cités, comtés, villes,
châteaux, forteresses, pays, terres, îles et lieux que nous tenions au
temps du dit traité, lesquels nous doivent demeurer par le dit traité,
et aux autres qui à cause des dites renonciations et du dit traité
nous seront baillées et doivent demeurer à nous et nos hoirs; sans ce
que notre dit frère, ou ses hoirs, ou autres à cause de la couronne de
France, jusques aux termes dessus déclarés et iceux durans, puissent
d'aucuns services user et de souveraineté, ni demander subjection sur
nous, nos hoirs, subgiets d'icelles, présens et à venir, ni querelles
ou appiaulx en leur cour recevoir, ni rescrire à icelles, ni de
juridiction aucune user à cause des cités, comtés, châteaux, villes,
terres, îles et lieux prochainement nommés. Et nous a aussi accordé
notre dit frère que nous, nos hoirs ni aucuns de nos subgiets, à cause
des dites cités, comtés, châteaux, villes, pays, terres et lieux
prochains avant dits, comme dit est, soyons tenus ni obligés de
reconnoître notre souverain, ni de faire aucune subjection, service ni
devoir à lui, ni à ses hoirs, ni à la couronne de France. Et accordons
que nous et nos hoirs surserrons de nous appeler et porter titre et
nom de roi de France, par lettres ou autrement, jusques aux termes
dessus nommés et iceux durans. Et combien que ces articles dudit
accord et traité de la paix, ces présentes lettres ou autres dépendans
des dits articles, ou de ces présentes ou autres quelconques que elles
soient, soient ou fussent aucunes pareilles, ou fait aucun que nous
ou notre dit frère dissions ou fissions qui sentissent translations ou
renonciations taisibles ou expresses des ressorts et souverainetés,
est l'intention de nous et de notre dit frère que les avant dits
souverainetés et ressorts que notre dit frère se dit avoir ès dites
terres qui nous seront baillées, comme dit est, demeureront en l'état
auquel elles sont à présent: mais toutes fois il sursoira de en user
et demander subjection, par la manière dessus dite, jusques aux termes
dessus déclarés. Et aussi voulons et accordons à notre dit frère que
après ce que il aura baillé les dites cités, comtés, châteaux, villes,
forteresses, terres, pays, îles et lieux dessus nommés, ainsi que
bailler les nous doit, ou à nos députés, parmi sa délivrance et
renonciations dessus dites, et les dites renonciations, transports et
cessions qui sont à faire de sa partie par lui et par son ains-né fils
et envoyées et aux dits lieux et jours à Bruges les dites lettres, et
baillées aux députés de par nous, que la renonciation, cession,
transports et délaissemens à faire de notre partie soient tenues pour
faites. Et par abondance nous renonçons dès lors par exprès au nom, au
droit et au chalenge de la couronne de France et du royaume, et à
toutes choses que nous devons renoncer par force dudit traité, si
avant comme profiter pourra à notre dit frère et à ses hoirs. Et
voulons et accordons que par ces présentes le dit traité de paix et
acord fait entre nous et notre dit frère, ses subgiets, alliés et
adhérens d'une part et d'autre, ne soit, quant à autres choses
contenues en icellui, empiré ou affoibli en aucune manière; mais
voulons et nous plaît que il soit et demeure en sa pleine force et
vertu. Toutes lesquelles choses en ces présentes lettres écrites, nous
roi d'Angleterre dessus dit, voulons, octroyons et promettons
loyaument et en bonne foi, et par notre serment fait sur le corps de
Dieu sacré et sur saintes Évangiles, tenir, garder et entériner, et
accomplir sans fraude et sans mal engin de notre partie. Et à ce et
pour ce faire obligeons à notre dit frère de France nous et nos hoirs,
présens et à venir, en quelque lieu qu'ils soient, renonçons par nos
dits foi et serment, à toutes exceptions de fraude, de décevance, de
croix pris et à prendre, et à impétrer dispensation de pape ou de
autre au contraire; laquelle si impétrée étoit, nous voulons être
nulle et de nulle valeur, et que nous ne en puissions aider nous et
aux droits, disant que royaume ne pourra être divisé et générale
renonciation valoir, fors en certaine manière et à tout ce que nous
pourrions dire ou proposer au contraire en jugement au dehors. En
témoin desquelles choses nous avons fait mettre notre grand scel à ces
présentes, données à Bretigny de-lez Chartres, le vingt-cinquième jour
du mois de mai, l'an de grâce Notre-Seigneur mil trois cent soixante.»


  Comment le duc de Normandie scella la dite charte; et comment
    quatre barons d'Angleterre vinrent à Paris au nom du roi
    anglois pour jurer à tenir le dit traité; et comment ils furent
    honorablement reçus.

Quand celle lettre, qui s'appeloit l'une des chartes de la paix, car
encore en y eut des autres faites et scellées en plusieurs manières,
en la ville de Calais, si comme je vous en parlerai quand temps et
lieu seront, fut jetée, on la montra au roi d'Angleterre et à son
conseil: lequel roi et son conseil, quand ils la virent et ils
l'eurent ouï lire, répondirent aux traiteurs qui s'étoient embesognés
et en intention de bien chargés: «Elle nous plaît moult bien ainsi.»
Donc fut ordonné que l'abbé de Clugny et frère Jean de Langres, et
messire Hugues de Genève, sire d'Anton, qui pour le duc de Normandie y
étoient commis et ordonnés, partissent de là, la charte grossiée et
scellée avec eux, et venissent à Paris devers le duc et son conseil,
et leur remontrassent l'ordonnance dessus dite et en fissent, au plus
briévement qu'ils pussent, relation.

Les dessus nommés s'y accordèrent volontiers, et retournèrent à Paris,
où ils furent reçus à grand joie. Si se trairent devers le duc de
Normandie et ses frères, le duc d'Orléans présent et la plus grand
partie du conseil de France. Là remontrèrent les dessus dits moult
convenablement sur quel état ils avoient parlé, et quel chose faite et
exploitée avoient: ils furent volontiers ouïs, car la paix étoit
durement désirée. Là fut la dite lettre lue et bien examinée, ni
oncques ne fut de point ni d'article débattu; mais la scella le duc de
Normandie, comme ains-né fils du roi de France et hoir du roi son
père. Et furent assez tôt après les dessus dits traiteurs renvoyés
devers le roi d'Angleterre, qui les attendoit en son ost près de
Chartres. Quand ils furent revenus, il n'y eut mie grand parlement,
car ils dirent que à toutes les choses dessus dites le duc de
Normandie, ses frères, leur oncle et tout le conseil de France étoient
bénignement et doucement accordés. Ces nouvelles plurent grandement
bien au roi d'Angleterre. Adonc, pour mieux faire que laisser et pour
plus grand sûreté, fut parmi l'ost du roi d'Angleterre une trêve criée
à durer jusques à la Saint-Michel, et de la Saint-Michel en un an à
tenir fermement et establement entre le royaume de France et le
royaume d'Angleterre, et tous leurs adhérens et alliés d'une part et
d'autre, et dedans ce terme bonne paix entre les rois et leurs
parties. Et tantôt furent ordonnés sergens d'armes de par le roi de
France, commis et envoyés de par le duc de Normandie, qui se
exploitèrent de chevaucher parmi le royaume de France et dénoncer
publiquement ès cités, villes, châteaux, bourgs et forteresses, ce
traité et espérance de paix. Lesquelles nouvelles furent volontiers
ouïes partout. Encore revenus les dessus dits traiteurs en l'ost du
roi d'Angleterre, ils requirent au dit roi et à son conseil que quatre
barons d'Angleterre, comme procureurs de lui, venissent à Paris pour
jurer la paix en son nom, pour mieux apaiser le peuple; laquelle chose
le roi d'Angleterre accorda moult volontiers. Et y furent ordonnés et
envoyés le sire de Stanford, messire Regnault de Cobehen, messire Guy
de Briane, et messire Roger de Beauchamp, bannerets. Ces quatre
seigneurs, à l'ordonnance du roi leur seigneur, se partirent et se
mirent au chemin avec l'abbé de Clugny et monseigneur Hugues de
Genève, et chevauchèrent tant, qu'ils vinrent à Montlhéry. Quand ceux
de Paris sçurent leur venue, par le commandement du duc de Normandie,
toutes les religions[272] et le clergé, en grand révérence et à
processions, vinrent de la cité bien avant sur les champs contre les
barons d'Angleterre dessus nommés, elles amenèrent ainsi moult
honorablement dedans Paris. Et encore vinrent encontre eux plusieurs
hauts seigneurs et grands barons de France, qui lors se tenoient
dedans Paris; et sonnèrent toutes les cloches de Paris à leur venue,
et furent, adoncques qu'ils entrèrent en la cité, toutes les rues
jonchées et pavées d'herbes, et autour parées de drap d'or, aussi
honorablement comme on peut aviser et deviser, et aussi furent-ils
amenés au palais qui richement étoit appareillé pour eux recevoir. Là
étoient le duc de Normandie, ses frères, le duc d'Orléans, leur oncle,
et grand foison de prélats et de seigneurs du royaume de France, qui
les recueillirent bien et révéremment.

  [272] Tous les ordres religieux.

Là firent, au palais, présent tout le peuple, ces quatre barons
d'Angleterre, serment, et jurèrent au nom du roi leur seigneur et de
ses enfans, sur le corps de Jésus-Christ sacré et sur saintes
Évangiles, à tenir et accomplir le dit traité de paix, si comme
ci-dessus est éclairci. Ces choses faites, ils furent menés au palais,
et là fêtés et honorés très grandement du duc de Normandie et de ses
frères et des hauts barons de France qui là étoient. Après ce, ils
furent amenés en la sainte chapelle du palais[273]: si leur furent
montrées les plus belles reliques et les plus riches joyaux du monde,
qui là étoient et sont encore, et mêmement la sainte couronne dont
Dieu fut couronné à son saintisme travail. Et en donna le duc de
Normandie à chacun des chevaliers une des plus grands épines de la
dite couronne, laquelle chose chacun des chevaliers prisa moult, et
tint au plus noble jouel que on lui pût donner. Et furent là ce jour
et le soir, et l'endemain jusques après dîner. Et quand ils prirent
congé, le duc de Normandie fit à chacun donner un moult bel et bon
coursier, richement paré et ensellé, et plusieurs autres beaux joyaux,
desquels je me passerai asez briévement, et dont ils mercièrent
grandement le duc de Normandie. Après ce, ils partirent du dit duc et
des seigneurs qui là étoient, et s'en retournèrent devers le roi leur
seigneur; et y vinrent l'endemain assez matin en grand compagnie de
gens d'armes qui les convoyèrent jusques là, et qui devoient aussi le
roi d'Angleterre et ses gens conduire jusques à Calais, et faire
ouvrir cités, villes et châteaux pour eux laisser passer paisiblement
et administrer tous vivres.

  [273] Le lundi 11 mai.


  Comment le roi d'Angleterre se partit de Chartres et s'en
    retourna en son pays; et comment le roi de France arriva à
    Calais; et comment le fils du duc de Milan fut marié à la fille
    du roi de France.

Quand ils furent parvenus jusques en l'ost du roi d'Angleterre, leur
seigneur, ils lui recordèrent comment honorablement ils avoient été
reçus, et lui montrèrent les dignités et les joyaux que le duc de
Normandie leur avoit donnés. De quoi le roi eut grand joie, et fêta
grandement le connétable de France et les seigneurs qui là étoient
venus, et leur donna beaux dons et grands joyaux assez. Adoncques fut
ordonné que toutes manières de gens se délogeassent et se retraissent
bellement et en paix devers le Pont-de-l'Arche pour là passer Seine,
et puis vers Abbeville pour passer la rivière de Somme, et puis tout
droit à Calais. Donc se délogèrent toutes manières de gens et se
mirent au chemin; et avoient guides et chevaliers de France envoyés de
par le duc de Normandie, qui les conduisoient et les menoient ainsi
comme ils devoient aller. Le roi d'Angleterre, quand il se partit,
passa par la cité de Chartres et y herbergea une nuit. A l'endemain
vint-il moult dévotement, et ses enfans, en l'église Notre-Dame, et y
ouïrent messe et y firent grandes offrandes, et puis s'en partirent et
montèrent à cheval. Si entendis que le roi et ses enfans vinrent à
Harefleur en Normandie, et là passèrent-ils la mer et retournèrent en
Angleterre. Le demeurant de l'ost vinrent au mieux qu'ils purent, sans
dommage et sans péril; et partout leur étoient vivres appareillés pour
leur argent, jusques en la ville de Calais; et là prirent les François
congé d'eux, qui les avoient convoyés. Si passèrent depuis les
Anglois, au plus bellement qu'ils purent, et retournèrent en
Angleterre.

Sitôt que le roi d'Angleterre fut retourné arrière en son pays, qui y
vint auques des premiers, il se traist à Londres, et fit mettre hors
de prison le roi de France, et le fit venir secrètement au palais de
Westmoustier, et se trouvèrent en la dite chapelle du palais. Là
remontra le roi d'Angleterre au roi de France tous les traités de la
paix, et comment son fils, le duc de Normandie, au nom de lui, l'avoit
jurée et scellée, à savoir quelle chose il en diroit. Le roi de
France, qui ne désiroit autre chose fors sa délivrance, à quel meschef
que ce fût, et issir hors de prison, n'y eût jamais mis empêchement,
mais répondit que Dieu en fût loué quand paix étoit entre eux. Quand
messire Jacques de Bourbon sçut ces nouvelles, si en fut grandement
réjoui, et vint à Londres au plus tôt qu'il put devers l'un roi et
l'autre qui lui firent grand chère. Depuis chevauchèrent-ils tous
ensemble, et le prince de Galles en leur compagnie, et vinrent à
Windesore, là où madame la roine étoit, qui moult fut réjouie de leur
venue et de la paix le roi son seigneur, et du roi de France son
cousin. Si eut là grands approchements et semblans d'amour entre ces
parties, et donnés et rendus grands dons et beaux joyaux. Depuis
fut-il accordé que le roi de France et son fils, et tous les barons de
France qui là étoient, se partissent et se traissent devers Calais.
Adonc prirent-ils congé à la roine d'Angleterre et à ses filles, qui
moult étoient lies de la paix et du département du roi de France. Si
aconvoya le roi d'Angleterre le roi de France jusques à Douvres; et là
se tint aise au châtel de Douvres deux jours, et tous les François
aussi. Au tiers jour ils entrèrent en mer, le prince de Galles, le duc
de Lancastre, le comte de Warvich, messire Jean Chandos et plusieurs
autres seigneurs en leur compagnie, et arrivèrent à Calais environ la
Saint-Jean-Baptiste[274]. Si se tinrent en la dite ville de Calais
tout aisément, et attendirent là un terme les messages du duc de
Normandie, qui devoient apporter la finance de six cent mille francs
de France. Mais le paiement ne vint mie si tôt que on espéroit qu'il
dût venir; car il ne fut pas si tôt recueilli des officiers du roi de
France. Si vinrent le duc de Normandie et ses deux frères en la cité
d'Amiens, pour mieux ouïr tous les jours nouvelles de leur seigneur et
entendre à ses besognes et à sa délivrance; et pendant ce se cueilloit
le paiement parmi le royaume de France.

  [274] Le roi Jean arriva à Calais le mercredi 8 juillet, suivant
  les _Chroniques de France_.

Si entendis et ouïs recorder adonc que messire Galéas, sire de Milan
et de plusieurs cités en Lombardie, fit ce premier paiement, parmi un
traité qui se fit adonc: car il avoit un sien fils à marier: si fit
requérir au roi de France qu'il lui voulsist donner et accorder une
sienne fille, parmi ce que il paieroit ces six cent mille francs. Le
roi de France, qui se véoit en danger, pour avoir l'argent plus
appareillé, s'y accorda légèrement. Or ne fut mie cil mariage sitôt
fait ni confirmé, pour ce que la finance ne vint mie sitôt avant. Si
convint ce danger souffrir et endurer au roi de France, et attendre
l'ordonnance de ses gens.


  Comment ceux des forteresses anglesches de France, du
    commandement du roi d'Angleterre, se partirent; et comment la
    rançon du roi de France fut apportée à Saint-Omer.

Quand le prince de Galles et le duc de Lancastre, qui se tenoient à
Calais de-lez le roi de France, virent que le terme passoit, et que le
paiement point ne s'approchoit, si eurent volonté de retourner en
Angleterre, et mirent ordonnance en ce; et laissèrent le roi en la
garde de quatre moult suffisans chevaliers, messire Regnault de
Cobehen, messire Gautier de Mauny, messire Guy de Briane et messire
Roger de Beauchamp. Et payoit le roi de France ses frais et les frais
de ces seigneurs et de leurs gens: si montèrent grand foison, bien le
terme de quatre mois qu'ils furent à Calais.

Or vous parlerons d'aucuns chevaliers anglois, capitaines des
garnisons qui se tenoient en France et étoient tenus deux ou trois ans
par-avant, ainçois que paix se fît. Cils qui avoient appris à
guerroyer et à hérier le pays, furent moult courroucés de ces
nouvelles, quand ils eurent commandement du roi d'Angleterre qu'ils se
partissent; mais amender ne le purent. Si vendirent les plusieurs
leurs forteresses à ceux du pays d'environ et en reçurent grand
argent, et puis s'en partirent. Et les aucuns ne s'en voulurent mie
partir, car ils avoient appris à piller et à faire guerre; si firent
comme paravant, sous ombre du roi de Navarre; et ce furent ceux qui se
tenoient sur les marches de Normandie et de Bretagne. Mais messire
Eustache d'Aubrecicourt qui se tenoit dedans la ville de Athigny,
quand il s'en partit, la vendit bien et cher à ceux du pays. Or
prit-il simplement ses convens, dont il fut depuis mal payé; et si
n'en eut autre chose.

Si s'en partirent tous ceux qui tenoient forteresses en Laonnois, en
Soissonnois, en Picardie, en Brie, en Gâtinois et en Champagne. Si
retournoient les aucuns qui avoient assez gagné, en leurs pays, ou qui
étoient tannés de guerroyer; et les plusieurs se retraioient en
Normandie devers les forteresses navarroises. Or vint cil paiement de
ces six cent mille francs en la ville de Saint-Omer; et fut là tout
coi et arrêté en l'abbaye que on dit de Saint-Bertin, sans porter plus
avant; car les aucuns hauts barons de France, qui élus et nommés
étoient pour être hostagiers et entrer en Angleterre, refusoient et ne
vouloient venir avant, et en faisoient grand danger. De quoi si
l'argent fût payé et délivré en la ville de Calais aux Anglois, et les
seigneurs de France ne voulsissent entrer en hostagerie, ainsi que
convens et ordonnances de traités se portoient, la dite somme de
florins fût perdue, la paix fût brisée, et le roi de France remené
arrière en Angleterre. Sur ces choses avoit bien avis et manière de
regarder.


  Comment le roi d'Angleterre vint à Calais et s'entrefêtoient
    chacun jour les deux rois; et comment autres lettres de la paix
    furent faites et scellées des deux rois.

Ainsi demeura le roi de France à Calais, du mois de juillet jusques en
la fin du mois d'octobre. Quand ces choses furent si approchées que le
paiement fut tout pourvu, si comme ci-dessus est dit, et venus à
Saint-Omer ceux qui devoient entrer en hostagerie pour le roi de
France, le roi d'Angleterre, informé de toutes ces choses, repassa la
mer à grand quantité de seigneurs et de barons et vint de rechef à
Calais. Là eut grands parlemens de l'une partie et de l'autre, du
conseil des deux rois, qui par l'ordonnance de la paix s'appeloient
frères. Là furent de rechef lues, avisées et bien examinées les
lettres de la paix, à savoir si rien y avoit à mettre ni à ôter, ni
nul article à corriger. Et tous les jours donnoient les deux rois à
dîner l'un à l'autre et leurs enfans, si grandement et si étoffément
que merveilles seroit à penser; et étoient en reviaulx et récréations
ensemble si ordonnément, que grand plaisance prenoient toutes gens au
regarder; et laissoient les deux rois leurs gens et leur conseil
convenir du surplus.

    _Chroniques de Froissart._



GLOSSAIRE[275].

  [275] La connaissance du vieux français est encore si imparfaite
  et nous sommes si éloignés d'avoir un bon dictionnaire du langage
  du moyen âge, que nous espérons que nos lecteurs voudront bien
  nous savoir gré des efforts qu'il nous a fallu faire pour rédiger
  ces glossaires; et nous nous plaisons à dire que ce qu'ils
  contiennent de meilleur est dû à l'érudition et à l'obligeance de
  MM. Fr. Baudry, Michelant et A. de Montaiglon.

    A.

    A, avec.

    A, p. 280, pour.

    A TOUT, avec.

    A VAL, en bas.

    ACCOMPARAGER (S'), se comparer, être mis en comparaison.

    ACCRÉU, de accroître, p. 12, se sentant plus de confiance en
      soi-même.

    ACÉRÉ, pointu.

    ACERTES, ADECERTES, certainement.

    ACHOISON, p. 276, sujet.

    ACOINTÉ, ami, allié.

    ACONSUIR, poursuivre, atteindre.

    ACONVOYER, accompagner.

    ACRAVANTER, ACRAVENTER, CRAVANTER, renverser, briser, écraser.

    ACRAVENTÉ, ACRAVENTIÉ, participe passé du verbe ACRAVENTER.

    ADONC, ADONCQUES, ADONT, alors, lorsque.

    ADRECIER, ADRECER, redresser, rétablir, remettre en son état,
      rendre justice, faire droit.

    ADVOESON, ADVOISON, bail.

    AFFERMÉ, affermi, ferme, assuré conclu.
      --_Firmatus._

    AFFEROIT (IL), il convenoit.

    AFFIER (S'), se fier, donner sa foi.

    AFFOLÉ, estropié.

    AFFRÉNER, s'arrêter.

    AFFUIR.
      --_S'en affuir à_, s'enfuir auprès de.

    AGUES, aiguës.

    AHERDRE, attacher, tenir ensemble.

    AIDABLE, dont on peut s'aider, qui peut aider.

    AILE, côté, flanc.
      --_Avait costié sur aile_, avait côtoyé, avait marché sur le
           flanc de...

    AINÇOIS, p. 145, plus tôt. _Ainçois que_, avant que.

    AINS, AINSOIS, AINÇOIS, mais, au contraire.

    AÏR, IRE, colère.

    AISER, mettre à l'aise.

    AJOURNEMENT (L'), au point du jour; opposé à _l'anuitier_.

    ALENER, fatiguer.

    ALLOUER, p. 455, perdre.

    ALLOYÉ, lié.

    ALOUÉS, gens à gages.

    AMENDÉ, réparé, guéri.
      --_Amender_, p. 423, réparer, faire satisfaction.

    AMENRIR, amoindrir.

    AMONTER, élever.

    ANCESTERIE, ANCESTRIE, bonne famille, généalogie.

    ANIENTIR, anéantir, laisser perdre.

    ANTE, tante.

    ANUITIER (A L'), pendant la nuit, le soir.

    AOURER, AOUSER, révérer, prier, adorer.

    APAISIER, apaiser, terminer.

    APASSER, passer.

    APETICIER, diminuer.

    APPAREIL BATAILLEUR, APPAREIL BATAILLEREUX, tout ce qui est
      nécessaire pour faire la guerre.

    APPAREILLÉ, orné.

    APPARTENANT, convenable.

    APPELER, relever (en parlant des fiefs).
      --_De qui leurs fiés appeloient ne disoient à tenir_, de qui
          leurs fiefs relevaient ou de qui ils disaient les tenir.

    APPENDANCES, dépendances.

    APPERT, adroit, habile.

    APPERTEMENT, habilement, ouvertement.

    APPERTISE, exploit.

    APPIAULX, appels.

    APPLIQUA, p. 12, s'en alla; se logea, entra.

    ARDIRENT, brûlèrent. (De _ardre_.)

    ARDOIR ou ARDRE, brûler. (_Ardere_.)

    ARGUÉ, accusé.

    ARRÉÉ, harnaché.

    ARRÉÉMENT, en arroi, en bon ordre.

    ARRÊTÉ, p. 121, retiré.

    ARROUTER (S'), se réunir, se mettre en _route_, c'est-à-dire en
      troupe.

    ARROY, ordre.

    ARS, brûlé. (De _ardre_.)

    ASSAMBLER A engager le combat avec.

    ASSAUDROIT, attaquerait, assaillirait.

    ASSÉGURANCE, assurance.

    ASSEMBLÉE, p. 387, attroupement, rassemblement.

    ASSENTEMENT, assentiment, consentement.

    ASSENTIR, consentir.
      --_Assentant_, consentant.

    ASSEOIR, assiéger.
      --_Assis_, assiégé.

    ASSISTER, assiéger.

    ASSUREMENT, assurance.

    ATANT, alors.

    ATOUT, avec.

    ATRAIANT, participe présent de _atraire_.

    ATRAIRE, attirer, faire venir.
      --P. 292, lui faire adopter son avis.

    ATTEMPRANCE, règlement, arrangement.

    ATTERRER, renverser, jeter à terre.

    ATTRAIT, approvisionnement.

    AUCEURRE, AUCUERRE, Auxerre.

    AUQUES, aussi.
      --_Auques près_, à peu près, à quelque chose près. (_Aliquid._)

    AUTEL, de même, semblablement, la même chose.

    AVAL, en bas.

    AVALA (S'), p. 238, mit pied à terre.

    AVANCER.
      --_Avancer leurs corps_, pour s'exercer aux armes.

    AVENUE, événement.

    AVENU A (ÊTRE), être arrivé auprès de.

    AVINRENT, arrivèrent.

    AVISER, apercevoir.
      --_Comme on peut aviser et deviser_, se le figurer sans l'avoir
          vu et en parler après l'avoir vu.

    AVISÉ.
      --_De fait avisé_, comme on en était convenu.

    AVOLÉ, réfugié.

    AYDES, sorte d'impôts.

    AYE, aide.

    AYRÉ, plein de colère.


    B.

    BABILOINE, Babylone (Le Caire).

    BACHELEREUX, aimables.

    BACHIÈRE, bateau, bachot.

    BAN, cri public, ordre, publication, avertissement.

    BAN-CLOCHE, cloche du ban.

    BAN-LÈVRE, tour de la bouche.

    BASSINET, BACINET, BACIN, armure de tête.

    BATAILLE, corps d'armée.

    BEHAIGNE, Bohême.

    BELLEMENT, bien, doucement.

    BENOICTE, sainte, bénie.

    BÉOIENT, bayaient, flânaient.

    BERSAIL, but.
      --_Être en bersail_, servir de but.

    BESOGNE, BESOINGNE, besoin, nécessité, affaire.

    BESOGNER.
      --_Ainsi qu'il leur besognoit_, ainsi qu'il leur était besoin.

    BIDAU, soldat armé légèrement.

    BLANDISSEMENT, flatterie.

    BOBANT, bruit, réjouissance tumultueuse.

    BONDE, frontière. (_Bande._)

    BORDURE, broderie.
      --_Ouvrée de bordure au ray d'un soleil_, travaillée d'une
          broderie au rayon de soleil.

    BOUBANT, vanité.

    BOUTER, mettre.

    BOUTIS, poussée.

    BOURLET, massue.

    BRIGANDS, soldats à pied recouverts d'une espèce de cotte de mailles
      appelée _brigandine_.

    BROCHER, piquer.


    C.

    CALENGER, réclamer, défendre, contester.

    CAUTELÉ, p. 455, fait avec grande précaution.

    CELÉEMENT, en cachète, secrètement.

    CEL, CELLE, cet, cette.

    CESTUI, celui.

    CHAINGLE, enceinte.

    CHALENGER. Voyez CALENGER.

    CHALLOIR, se soucier.

    CHEF.
      --_Venir a chef_, venir à bout.

    CHÉENT, tombent. (De _cheoir_.)

    CHÉI, tomba; _chéirent_, tombèrent.

    CHÉOIT, tombait.
      --P. 455, _comme il chéoit à point, etc._, comme il en était
          au moment de prendre possession du logis préparé pour lui à
          Chartres comme on le préparait ailleurs. (Les négociateurs
          français sont dans sa chambre avant lui et attendent son
          arrivée.)

    CHER.
      --_Qui eussent eu aussi cher néant_, qui n'avaient rien moins
          envie que de.

    CHERCHER, parcourir.

    CHÈRE, visage, mine.
      --_A liée chère_, avec bonne mine, bon visage, bon accueil.
      --_Chère liée_, figure joyeuse.
      --_Grand chère_, grand accueil.

    CHET, tombe. (De _cheoir_.)

    CHEVANCE, bien, richesse, propriété.

    CHEVESTRE, corde.

    CHIEF, tête, chef.
      --_Qui faisoient chiefs_, qui étaient maîtresses de maison.

    CHU, tombé.

    CIL, cet, celui; _cils_, ceux.

    CLAMER, appeler.

    CLERC, ecclésiastique.

    CLERGESSE, savante, lettrée.

    COINTE, élégant.

    COINTISE, ornement.

    COIS, tranquilles.

    COLOMPNE (LA), Colonne.

    COMBIEN QUE, malgré que.

    COMPAIGNIER, être en compagnie.

    COMPARER, faire de même, user de représailles.

    COMPARÉE, payée.

    COMPAROIR, comparaître.
      --S'emploie encore en style de procédure.

    CONCEVOIR, connaître.

    CONCHIER, souiller.

    CONCILE, assemblée.

    CONFORTANS, aides, soutiens.

    CONFORTÉ.
      --_Conforté durement_, bien constitué, fort.
      --_Tout conforté par semblant_, ayant l'air d'attendre
          tranquillement.
      _Confortés_, p. 440, encouragés.

    CONFRONTATION, ce qui est adjacent, ce qui se fait front.

    CONGIÉ, congé, permission.

    CONNÉTABLIE, compagnie.

    CONNOÎTRE, p. 22, avouer.

    CONROI, ordre, rang;
      --suite, compagnie, troupe.

    CONSAUL, CONSAUX, CONSAULX, conseil, conseillers.

    CONSEILLIER, tenir conseil, tenir séance.

    CONSTENTIN, Cotentin.

    CONSTRAIGNANT, se resserrant.
      --P. 15, les combattants se rapprochant.

    CONSUIR (SE), se joindre.

    CONTEMPT, mépris.

    CONTRAIRE (FAIRE), être contre, être ennemi.

    CONTRE, à la rencontre, au-devant.

    CONTREMONT, en l'air, en haut.

    CONTRESTER, s'opposer.
      --_Ne l'eut contresté_, ne s'y fût opposé.

    CONVENANCE, convention.

    CONVENANCER, faire une convention, s'engager à.

    CONVENANT, contenance, disposition.

    CONVENT, convention, ce qui a été convenu.
      --_Avoir en convent_, promettre, s'engager.

    CONVERSER, se réunir, se diriger vers.

    COPÉ, coupé.

    CORDELLE (A SA), à sa discrétion, à sa disposition.

    CORON, coin.

    CORROMPRE, rompre.

    COSTIER, suivre, aller près, côtoyer.
      --_En costiant_, en attaquant le flanc.

    COURIR, ravager.

    COURROUCIÉ, peiné, affligé.

    COÛT, dépense, frais.

    COUTAGES, dépens, frais.

    COUTE, matelas.

    COUTILLE, grand couteau.

    COUVERTE (A LA), en cachette, en secret.

    COUVERTEMENT, même sens.

    CRÉANTER, promettre.

    CRÉDENCE, créance, foi.

    CRÉEZ, croyez.

    CRÉOIENT, croyaient.

    CROIX. _De croix pris_, de croisade, de croix à prendre.
      --Prendre la croix relevait d'un serment.

    CRUEUX, sanglant.
      --(De _cruor_.)

    CUIDER, croire.

    CUISANÇON, inquiétude.

    CUISSIENS, cuissarts, armure des cuisses.

    CUER, cœur.

    CURER, soigner.


    D.

    DAMPNEMENT, damnation, condamnation.

    DAMPNER, condamner, blâmer.

    DE. Cette préposition, qui marque aujourd'hui le génitif, ne
      s'employait pas autrefois. On disait: _le palais le roi_,
      _l'hôtel la reine_, pour le palais _du_ roi, l'hôtel _de_ la
      reine.

    DE, p. 319, par.

    DE LÈS, p. 10, depuis.

    DÉBOUTER, repousser, pousser.

    DECEVOIR, tromper.

    DÉDUIT, plaisir.

    DÉFAUTE, DEFFAUTE, manquement, faute.

    DEFFRAUDÉ, diminué par fraude.

    DÉGASTER, ravager, détruire.

    DEHAITÉ, malade.

    DÉLAYÉ, reculé, différé. (_Délai._)

    DÉLIVRANCE, suite, livrée.

    DEMAINE, domaine; propriété entière, opposée au fief.

    DEMANDER, p. 426, blâmer, accuser.

    DÉMOLLICION, destruction.

    DÉNÉER, nier, dénier, refuser.

    DÉPARTEMENT, départ.

    DÉPARTIR, partir.

    DÉPENDRE, dépenser. (_Dépens._)

    DÉPIT, p. 187, moquerie;
      --chagrin, peine.

    DÉPORT, p. 128, délai.

    DÉPORTER, p. 404, administrer;
      --p. 429, épargner;
      --p. 448, dispenser.

    DÉPORTER (SE), se dispenser, se désister.

    DERNIER (AU), finalement.

    DÉROUTÉS, rompus, qui ne sont plus en _route_, c'est-à-dire en
      troupe ordonnée.

    DESCENDRE, p. 215, tomber sur, charger, attaquer.
      --_Descendre à pied jus_, mettre à pied bas, c'est-à-dire
          pied à terre.

    DESCONGNUEMENT, secrètement.

    DESCORT, débat, querelle, discorde.

    DESCRIER, décrire, raconter.

    DÉSERTE, salaire, expiation.

    DESLAÏER, DÉLAYER, différer, tarder.

    DÉSLIÉ, dissous.

    DESNUÉ, dénué, privé de, nu, dépouillé.

    DÈS-ORS ENDROIT, dès actuellement.

    DESPÉCIER, rompre, dissoudre.

    DESPISOIENT, méprisaient.

    DESPIT, mépris, dédain.

    DESPITEMENT, avec colère.

    DESQUIEX, forme de desquels.

    DESROUTES, rompues, brisées.

    DESROYER, rompre les rangs.

    DESSAMBLER, DESSEMBLER, séparer, diviser.

    DESSERVIR, mériter.

    DESSEVRER, séparer.

    DESTOURBER, troubler, déranger.

    DESTOURBIER, DÉTOURBIER, trouble, dérangement, désordre.

    DESTROIT, affligé.

    DESTRUIMENT, destruction, ruine.

    DESTRUIRENT, détruisirent.

    DÉTRENCHIÉ MORT, tranché, blessé à mort.

    DÉTRIER, arrêter, différer.
      --_Se détrier_, se refuser à.

    DEUSSIEZ, dussiez.
      --_Deust_, dût.

    DÉVÉE, de _dévéer_, défendre. (_Devetare._)

    DEXTRE, droite.

    DIE, dise.
      --_Distrent_, dirent.

    DIGNITÉS, p. 470, reliques.

    DILATION, délai.

    DIS, dires, ce qu'on a dit.

    DOINT, donne.
      --_Donroit_, donnerait.

    DOUBTE, crainte.

    DOUBTER, craindre, avoir peur, redouter.

    DROIT, direct, légitime, juste.
      --_Appelé à droit_, appelé en justice.

    DROITURES, droits.

    DUIT, au pluriel DUIS, habile, expérimenté.

    DUREMENT, beaucoup.


    E.

    ÉBATTEMENT, plaisir, ébats.

    ÉCHEOIR, tomber.

    ÉCU, bouclier.

    EDIFIEMENT, construction.

    EFFORCER, rendre plus fort.

    EFFORCIEMENT, en forces.

    ÉLIRE, choisir.

    EMBATTRE (SE), s'élancer sur quelque chose, s'y enfoncer.
      --Se réfugier.

    EMBESOGNER (S'), travailler, s'occuper.

    EMBLER, enlever.

    EMBLER (SE), s'esquiver, se séparer.

    ÉMOUVOIR.
      --_Émouvoir guerre_, déclarer, exciter la guerre.

    EMPAIGNANT, d'_empaindre_, poussant.

    EMPAINTE, attaque, choc.

    EMPENSER, penser.

    EMPÊTRER, obtenir.

    EMPOINTE, attaque, choc.

    EMPRENDRE, entreprendre.
      --_Emprit_, prit.

    EMPRISE, EMPRINSE, entreprise, projet.

    ÉMU, p. 120, _étoit ému_, était intenté.

    EN, on.
      --_L'en_, t-on.

    EN DROIT MOI, à mon égard, à mon endroit.

    EN DROIT SOI, à l'égard de soi.

    ENCHAITIVÉ, prisonnier.

    ENCHAS, combat.

    ESCHÉY, arriva.

    ENCLOUANT, renfermant. (De _Encloir_, enclore.)

    ENCONTRE, à la rencontre, au-devant de.

    ENCONVENANCER, promettre, faire convention.

    ENCOULPÉ, déclaré coupable, inculpé.

    ENCOURAGEA, p. 296, enflamma.

    ENCOURU (ÊTRE), être condamné.
      --_Sans être encourus en cette somme_, sans être condamnés à
          payer cette somme.

    ENCOUSIT (S'), s'enfonça, entra.

    ENDROIT, p. 172, _là endroit_, là où nous sommes; ou bien: là
      tout de suite.

    ENFÉLONNIT, irrita.

    ENGIN, p. 466, ruse.

    ENGRIGNY, de _engrignir_, courroucer.

    ENLIGNAGÉ, apparenté.

    EN-MY, EMMY, au milieu de. (_In medio._)

    ENNORTER, exhorter, conseiller.
      --_Enortement_, exhortation.

    ENNUIS, malgré soi, avec peine.

    ENS, dedans.
      --_Ens ès_, dedans les.

    ENSEIGNE, indice, preuve.

    ENSEMENT, ensemble, en même temps.

    ENSONNIER, p. 122, y aviser.
      --P 192, _Ensonnioient_, occupaient.

    ENTENDRE, s'occuper, donner son attention.

    ENTÉRINER, ratifier.

    ENTOUILLÉS, mêlés.

    ENTOUR, environ.

    ENTREDIT, interdit.

    ENTREMENTES, pendant.

    ENVAYE, attaque.

    ENVI, ENVIS, malgré soi. (_Invitus._)

    ERRAUMENT, promptement.

    ÈS, dans les.

    ESCHARCEMENT, peu.

    ESCHARNISSEMENT, raillerie.

    ESCHEQUIER, échiquier, cour de justice.

    ESCHÉY, tomba.

    ESCHIÉVER, éviter, esquiver.

    ESCLITRE, éclair.

    ESCONDIRE, refuser (_éconduire_).

    ESCOUIR, brandir.

    ESCRISOIT, écrivait.

    ESLAI, course, bond, élan.

    ESLEVER, se lever, se soulever.

    ESLIESCER, réjouir, mettre en liesse (joie).

    ESPÉCIAUMENT, spécialement.

    ESPÉRÉ. _Espérés à mouvoir_, qu'on s'attend à voir s'élever.

    ESPIE, espion.

    ESPOIR, peut-être.

    ESPURGER (S'), se purger d'une accusation.

    ESRAGIÉ, enragé, furieux.

    ESTACHE, pieu.

    ESTAINT, étouffé, mort.

    ESTABLEMENT, d'une manière stable, permanente.

    ESTAL, place, demeure.

    ESTOURMI, combattu, attaqué;
      --p. 169, rassemblé, réuni en foule, en désordre.

    ESTRAIN, paille, chaume.

    ESTRIF, lutte, combat.

    ESTRIVER, combattre.

    ETOFFER, ESTOFER, approvisionner.

    EXILIER, EXILLER, ravager.

    EXPLOITER, ESPLEITER, achever, faire, agir;
      --p. 406, se hâter, marcher.

    EXPRESSES, exprimées.


    F.

    FAILLIR, manquer, ne pas réussir.
      --_Failli_, manqua. _Failli_, tombé.

    FAUDROIT, manquerait, ferait défaut. (De _faillir_).

    FAITICEMENT, FAICTISSEMENT, bien arrangé, arrangé avec art.

    FAME, bruit. (_Fama._)

    FAUTE, manque, espace vide.

    FAUTRE, fourreau.

    FÉAUTÉ, fidélité.

    FÉIST, fit.

    FEL, cruel.

    FELLEMENT, durement.

    FÉLONNEUX, FÉLONNESSE, dur, cruel, méchant.

    FÉNI, finit.

    FÉRANT ET BATTANT, en toute hâte.

    FÉRIR EN (SE), tomber sur.

    FÉRU, frappé. (De _férir_.)

    FERMÉ, conclu, assuré. (_Firmatus._)

    FERMETÉ, fermeture, barrière.

    FÈS, faix, poids, charge.

    FÉSIST, fit.

    FIABLEMENT, avec confiance.

    FIANCER.
      --_Fiancèrent prisonniers_, firent reconnaître prisonniers
          sur parole.

    FIER, rude, dur.

    FINA, finit.

    FINABLE, finale, définitive.

    FOISON. _Si montèrent grand foison, bien le terme de quatre mois
      qu'ils furent à Calais_, montèrent très-haut, par suite des
      quatre mois qu'ils furent à Calais.

    FORBOURG, faubourg.

    FORFAIT, compromis.

    FORMENT, fortement, fort, beaucoup.

    FOSSOYER, faire un fossé.

    FOURBIRENT. Voyez RESTREIGNIRENT.

    FOURRER, fourrager.

    FRAYER, dépenser, faire les frais.

    FRETABLE, coûteux.

    FRIQUEMENT, agréablement.

    FROISSIS, brisement, hachement.

    FRONTIÈRE.
      --_Faire frontière_, garnir, mettre sur le front, sur le devant.

    FROYE, FROIE, trace. (_Frayer._)

    FUERRES, paille, fourrages.

    FUIE, fuite.

    FUST, bois, bâton.


    G.

    GAGNÉE, prise.

    GAIGES, gages.

    GARNATE, Grenade.

    GARNIR (SE), se fortifier, se garnir.

    GASTER, ravager, dévaster.

    GEHENNE, torture, question. (_Gêne._)

    GENTIL, noble.
      --_Gentillesse_, noblesse.

    GÉSIR, être couché, coucher, être placé.

    GÉU, participe passé de _gésir_.

    GISSOIENT, imparfait de _gésir_.

    GOBELIN, lutin, esprit follet.

    GREIGNEUR, plus grand.

    GREVER, faire du mal.

    GRIS, sorte de fourrure.

    GROSSIÉE, grossoyée, expédiée en grosse écriture et délivrée en
      forme exécutoire.

    GUERDON, récompense.

    GUÉRITÉ _à l'encontre_, défendu, protégé contre.

    GUERLES, Gueldres.

    GUEULE (terme de blason), rouge.

    GUISE, manière.


    H.

    HAIER, fermer de haies, de palissades.

    HAITIÉ, robuste, en bonne santé.

    HANS (LES), la poignée.

    HANTONNE, Southampton.

    HARIOIT, fatiguait.

    HART, corde;
      --au pluriel _hars_.

    HAVELLE, havre.

    HAVET, crochet.

    HÉOIT, haïssait.

    HÉRIÉ, maltraité.

    HÉRITE, hérétique.

    HEUR, la chance.

    HEURE, _une heure..... et l'autre_, tantôt..... et tantôt.

    HODÉ, fatigué.

    HOIR, héritier.

    HOKEBOT, bateau.

    HONNIR, vexer, maltraiter;
      --p. 346, gâter, brouiller.

    HOSTAGIER, celui qui est donné en otage.
      --_Hostagerie_, état de celui qui sert d'otage.

    HOSTIDONNE, Huntingdon.

    HOSTOYER, faire la guerre, guerroyer.

    HÔTELS, personnes de la maison.

    HU, HUÉE, HUY, cri, clameur. (_Huer._) Le _hu_ et le _cri_
      précèdent le _hutin_; ce sont les cris que l'on pousse avant
      d'en venir aux mains.

    HUTIN, querelle, combat, bagarre.

    HUIS, porte (_huissier_).

    HUMILIER (S'), s'adoucir.


    I.

    ICE; ICEST, ICESTE; ICELUI, ICELLE, ICEUX, ICELLES; ce, cet,
      celle, ceux, celles.

    IL, lui.

    ILEC, là.

    IMAGINOIENT, p. 453, se rendaient bien compte des effets que
      devait produire l'expédition du roi d'Angleterre.

    IMPÉTRER, demander, obtenir.

    INCLINER, déterminer; p. 321, saluer.

    INCONVENABLE, qui n'est pas convenable.

    INCOULPÉ, inculpé, accusé.

    INSTANCE, malheur.

    INTENTIF (ÊTRE), avoir l'intention.

    INTENTION. _Si auroit eu son intention_, qu'il n'ait imposé sa
      volonté au.

    INTENTIVEMENT, avec volonté.

    IREUSEMENT, en colère.

    IRIÉS, en colère.

    ISNELEMENT, promptement.

    ISSIR, sortir.
      --_Issi_, sortit.
      --_Istra_, _istrons_, futur d'_issir_, sortira, sortirons.
      --_Istroient_, sortiraient.
      --_Issant_, sortant.


    J.

    JA, jamais.

    JA FUST CE QUE, malgré que.

    JA SOIT, JAÇOIT QUE, JA SOIT CE QUE, quoique. (_Jam sit._)

    JETÉE, écrite, rédigée.

    JOIANT, joyeux.

    JOUEL, joyau.

    JOURNÉE, ajournement, assemblée, rendez-vous.

    JUGLEUR, jongleur, bateleur.

    JUPPER, appeler.

    JUS, _à jus_, à bas, par terre.

    JUT, campa, campait. (_Jacebat_).


    L.

    LABOUR, travail.

    LABOURER, travailler.

    LAI, laïque.

    LAIENS, _léans_, là dedans; opposé à _céans_, ici dedans.

    LAIRAI, forme de laisserai.

    LAISSER. _Pour mieux faire que laisser et pour plus grand sureté_,
      pour mieux faire que s'en aller sans prendre de plus grandes
      sûretés.

    LÈS, LEZ, côté.
      --_De lez_, à côté de.

    LI, lui.

    LICE, champ clos par des pieux, pour faire course ou tournoi.

    LIE, joyeux.

    LIEMENT, avec plaisir, avec joie.

    LIEU.
      --_En tel lieu étoit et en telle fois fut_, ici ou là.

    LIGNAGE, LINAGE, famille, parenté.

    LIVRÉ, soigné.

    LOBER, moquer, railler.

    LOGER (SE), s'établir, camper.
      --Encore conservé dans le langage militaire.


    M.

    MAHOMMERIE, temple, mosquée.

    MAIL, maillet.

    MAILLE, un demi-denier.

    MAINBOUR, MAINBOURG, tuteur, gouverneur.

    MAINSNÉ, plus jeune, cadet.

    MAINTENANT.
      --_De maintenant_, _dès maintenant_, dès lors.

    MAINTENIR, conduire.
      --_Se maintiendroient_, se conduiraient.

    MAIS, p. 238, plus;
      --p. 451, pourvu que.
      --_Mais qu'ils trouvassent à qui_, pourvu qu'ils trouvassent
          quelqu'un.

    MALE, mauvaise.

    MALEFAÇON, mauvaise action.

    MALEGRÂCE, disgrâce.

    MALETTE, valise, petite malle, bagage.
      --_Gens qui portent malettes_, voyageurs.

    MALMIS, maltraité. (De _malmettre_.)

    MALETOUTE, MALTÔTE, impôt perçu sans être dû.

    MANSION, demeure, habitation.

    MARCHE, frontière.

    MARCHIÉ, quantité.

    MARMITEUX, triste, affligé, hypocrite, qui fait le bon apôtre.

    MARRONIERS, matelots.

    MAUTALENT, mécontentement.
      --_Mautalentif_, mécontent.

    MAUVESTIÉ, malice, méchanceté.

    MÉISME, même.
      --_Meismement_, mêmement.

    MÉIST, mit.

    MENÉ, gouverné, être en tutelle.

    MENÉE, compagnie, suite.

    MENESTERIEU, menestrel, ménétrier.

    MENEURS, mineurs.

    MERENCOLIEUX, triste, chagrin.

    MERRIENS, merrain, bois de charpente.

    MES HUY, aujourd'hui, à présent.

    MESCHÉANCE, male chance.

    MESCHEF, malheur, mésaventure.

    MESCHEY (IL), il  arriva  mal.  (De _mescheoir_.)

    MESHAIGNER, blesser, maltraiter.

    MÉSIAUX, lépreux.

    MESPRENDRE, mal agir.
      --_Avez-vous mespris_, avez-vous mal agi?

    MESPRISON, faute.

    MESSAGE, messager, envoyé.

    MÉSÈLERIE, MESSELERIE, lèpre.

    MESTIER, besoin.

    METTE, limite.

    METTRE À LA VOIE (SE), se mettre en route.

    METTRE EN SA MAIN, confisquer.

    MEURTRI, assassiné.

    MIE, pas.

    MIESSENAIRES, mercenaires. (Leçon douteuse.)

    MONOIERS, monnoyeurs.

    MONSTRUEL, Montreuil.

    MONTEPLIER, multiplier, augmenter.

    MOULT, beaucoup.

    MOUSTIER, monastère, église.

    MOUVEMENT.
      --_Comme sus le mouvement d'une heure_, à la même heure.

    MUER, tourner, changer.--(_Mutare._)

    MUCIÉ, caché.

    MUIRS, meurs.

    MURDRI, tué.

    MURENT, se mirent en mouvement. (_Mouvoir._)

    MUSER, méditer, réfléchir.

    MUT, prit naissance. (De _mouvoir_.)
      --p. 305, engagea, poussa.

    MUTACION, changement.


    N.

    NACAIRE, timballe.

    NAGER, naviguer.

    NAVÉE, vaisseau.

    NAVIE, flotte.

    NAVRER, blesser.

    NÉ, et mieux NE, ni.

    NÉIS, même.

    NOBLE, pièce de monnaie.

    NOIENT, rien.

    NOISE, bruit, querelle.

    NON, p. 311, quoique.

    NUL, un, quelque.

    NULLUY, personne, qui que ce soit. (_Nullus._)


    O.

    OBÉDIENCE, obéissance.

    OCCIOIENT, tuaient. (De _occire_.)

    OCCISION, meurtre, massacre.

    OCCISTRENT, tuèrent. (De _occire_.)

    OFFICE, p. 277, autorité.

    OÏ, ouï, entendu.
      --Oïe, ouïe, entendue. (De OUÏR.)

    OIL, oui.

    ONCQUES, ONCQUES MAIS, jamais;
      --p. 300, autrefois.

    OPPRESSÉ, pressé vivement, serré de près.

    OR-AINS, à l'instant.

    ORDENANCE, arrangement.

    ORDENER, ordonner;
      --p. 241, faire les préparatifs, l'arrangement.

    ORE, maintenant.

    ORENT, eurent.

    ORREZ, entendrez. (De _ouïr_).

    OST, armée.

    OSTIEUX, logis, maison, hôtel.

    OT, eut.

    OTTROI, octroi, permission, concession.

    OTTROIER, accorder.
      --_Ainçois qu'il ottroiât la voie d'aller_, avant qu'il consentît
          d'aller.

    OUBLIÉTE, prison perpétuelle.

    OUNIMENT, OUNIEMENT, également, à la fois.

    OUTRAGE, outrecuidance, présomption, excès d'action.

    OUTRAGEUX, violent.

    OUVRER, travailler, agir.


    P.

    PAINE (SE METTRE A), se donner de la peine, du mal.

    PALETER, combattre aux palissades.

    PAOUR, peur.

    PAR UN POU, A PAR UN POU, à peu près, environ.

    PARDONROIT, pardonnerait.

    PAREMENT, ornement, insigne.

    PARFAIT, achevé, fait entièrement.

    PARFIN (LA), fin complète.

    PARRIE, pairie.

    PARLEMENT (VENIR EN), p. 277, il s'agit du parlement auquel était
      réuni la cour des pairs.

    PARMAINTENIR, maintenir entièrement, continuer.

    PARMI, p. 139, à cause de.
      --_Parmi ce que_, sous condition que, parce que.

    PARMITANT, au moyen de quoi, à condition.

    PART, côté.

    PARTIR (SE), se quitter, se séparer.
      --_Parti_, p. 447, partagé.

    PAS, passage.

    PASQUES FLORIES, Pâques fleuries, le dimanche des Rameaux.
      --_Pasques les grans_, la grande fête de Pâques.

    PASSION, mal, douleur.

    PASTOURIAUX, bergers.

    PAVAISSÉ, abrité.

    PÉNER (SE), se donner de la peine.

    PENNONS, enseignes, étendards.

    PERS, pairs.
      --_Pers_, bleu.

    PERTUISER, trouer, faire un pertuis, un trou.

    PESTILLENCE, p. 135, massacre, tuerie.

    PETIT, peu, petitement.
      --_Si petit non_, pas même un peu, si peu que ce soit, pas du
          tout.
      --_Un petit_, un peu.

    PIÉ-ÇÀ, longtemps.

    PIÈCE (UNE), quelque temps.
      --_Une pièce de temps_, quelque temps;
      --_de grand pièce_, de longtemps.

    PIED.
      --_Jà pied_, pas un seul.
      --_Oncques pied n'en échappa_, pas un seul homme n'en échappa.

    PIERREGORT, Périgord.

    PIERREGUIS, Périgueux.

    PLAID, PLAIT, procès.

    PLAQUIER, appliquer.

    PLEIN, plaine.

    PLENTÉ (GRAND), beaucoup, grande quantité.

    POESTÉ, autorité, puissance. (_Potestas._)

    POIGNIS.
      --_En ce poignis et reculis_, en cette mêlée de gens qui se
          poussent et reculent.

    POINTE, extrémité.

    POMPES, parures recherchées.

    POOIENT, _povoient_, pouvaient.
      --_poroient_, pourraient.

    PORTER (SE), p. 278, se comporter.

    POT, put.

    POU, peu.

    POUDRE.
      --_Ramenés en poudre_, réduits en cendre.

    POUR, p. 12, à cause de.

    POURCHACER, examiner, travailler.

    POURCHAS, machination, intrigue.
      --p. 122, poursuite.
      --p. 153, sollicitation.

    POURQUANT DE, en ce qui concerne le.

    POURSUIR, poursuivre.

    POURTANT QUE, parce que.

    POUVERRIEZ (VOUS Y), vous y pourvoiriez.

    POUVOIR À, tant qu'ils pouvaient.

    POUVOIR, puissance, forces.

    PRÊCHEMENT, discours, sermon, prêche.

    PRÉIST, prit.

    PREMIER (DE), d'abord.

    PRÈS, presque.

    PRESSE, masse.
      --_A la presse rompre et ouvrir_, quand la masse fut rompue
          et ouverte.

    PRISE, p. 329, droit abusif de se pourvoir en nature, exercé par
      les officiers du roi aux dépens des marchands.

    PRISTRENT, prirent.

    PRIVÉEMENT, secrètement, en particulier.

    PROCÈS.
      --P. 454, _leurs traités et leurs parlemens et procès_, ce
         qu'ils traitaient, ce qu'ils disaient et ce qu'ils procédaient
         ou faisaient.

    PROCHAIN PRÉCÉDANT, avant-dernier.

    PROFITER, gagner.

    PROPOSER À L'ENCONTRE, soutenir le contraire.

    PROPRE (TOUT), tout exprès.

    PUIS, depuis.

    PUISCEDI, depuis ce jour.

    PUR.
      --_En purs leurs chefs_, têtes nues.
      --_En pures leurs cotes_, n'ayant que leurs cotillons, leurs
          chemises.


    Q.

    QUANQUE, autant que (_Quantum_).

    QUANS, quels, combien de (_quantos_).

    QUANT QUE, tout ce que.

    QUARNIAUX, créneaux.

    QUINT, cinquième.

    QUISTRENT, cherchèrent (de _quérir_).

    QUITTER, tenir quitte, mettre en liberté. Opposé à rançonner,
      p. 324.

    QUOIS, tranquilles.


    R.

    RACONSUIR, poursuivre, atteindre.

    RAMPONNER, défier.

    RAMPSONER, défier par des bravades.

    RAMENTEVOIR, rappeler.
      --_Ramentu_, participe passé de _Ramentevoir_, rappelé.

    RANDON, impétuosité.

    RAVISER, reconnaître.

    REBOUTER, repousser.

    RECLOUI, referma. (De _reclore_.)

    RECOMMANDER, confier, mettre en dépôt.

    RÉCOMPENSACION, dédommagement.

    RECONFORT, ce qui redonne des forces.

    RECONVOYER, accompagner.

    RECORDER, raconter, rappeler.

    RECOUVRER.
      --P. 306, _sans recouvrer_, sans ressource.
      --P. 231, _Recouvrer_, remède.
      --P. 452, _Recouvrer_, réparer, remédier.

    RECRU, mis en liberté.

    RECUEILLIR, faire réception.

    REÇUT (SE), se retira pour se mettre en sûreté.

    REFREDEROIENT (SE), se refroidiraient, se calmeraient.

    REFRÉNA, calma.
      --_Se refréneroient_, se retiendraient.

    REGARDÂT.
      --P. 10, _il regardât_, lisez plutôt: _il se gardât_, il
         s'abstînt.

    REGRACIER, remercier.

    RELENQUIR, abandonner.

    REMENANT, reste.

    REMÉRI, récompensé.

    REMONTÉE, après-dînée.

    REMONTRÉE, montrée, mise en évidence.

    REPAIRE, retour.

    REPAIRER, séjourner, demeurer.
      --_Se repairer_, s'en retourner.

    REPOSTÉ, caché.

    RÉPROUVER, blâmer.

    RESANÉ, guéri.

    RESCOURRE, délivrer, secourir, reprendre.
      --_Rescouirent_, de _rescourre_ ou _rescouir_, délivrèrent.
      --_Rescouit_, délivra.
      --_Rescouoient_, p. 178, reprenaient.
      --_Rescous_, délivré.

    RESCOUSSE, délivrance, secours.

    RESCRIPRENT, récrivirent.

    RESPITER, donner répit, épargner.

    RESSOIGNENT, reculent.

    RESSOIGNOIENT, craignaient.

    RESTADLI, p. 359, réhabilité.

    RESTORIER, vengeur.

    RESTREIGNIRENT, resserrèrent.
      --_Restreignirent leurs armures qui desroutes estoient et
          fourbirent leurs plaies_, réparèrent leurs armures qui
          étaient brisées, et pansèrent leurs plaies.

    RETRAIRE, retirer, se retirer, battre en retraite, revenir.
      --RETRAIANT, retirant, en se retirant.
      --_Retraiez-vous_, retirez-vous.
      --_Retraissiez_, retirassiez.

    REVEL, fête. Au pluriel _Reviaulx_.

    RÉVÉRENCE, respect.
      --_Réveremment_, avec respect.

    RIEN, p. 427, chose (_Res_).

    RIOTER, faire riote.
      --_Riote_, Désordre, combat.

    ROBER, voler, piller, dérober.

    RODAIS, Rhodez.

    ROUTE, compagnie, troupe, bande.

    RUÉS, jetés.
      --_Rués jus_, jetés par terre.


    S.

    S' pour SA; devant une voyelle.

    SACHER, tirer.

    SAGE, savant.
      --_Etoient sages de mer_, étaient savants sur les choses de
          la mer.

    SAISI, p. 404, _qu'il fût si saisi_, lisez: _qu'il fût saisi_,
      c'est-à-dire, que l'on s'occupât de faire rendre compte au....

    SAILLIT JUS, sauta à bas.

    SAINTISME. _Saintisme travail_, très-sainte passion.

    SAISINE (SE METTRE EN), se saisir.

    SALEBRIN, Salisbury.

    SAMIS, étoffe de soie.

    SAOULA, contenta, apaisa.
      --p. 321, il faudrait: _saoulèrent_.

    SCEL, sceau.

    SCELLÉS, p. 119, chartes, actes scellés, revêtus du sceau.

    SCET, sait.

    SÉ, si.

    SECRET (ÊTRE), être dans l'intimité.

    SEMBLANT (PAR), par ressemblance, par réciprocité; p. 291, de
      même que.

    SÉMONNOIT, p. 161, invitait, excitait.
      --Convoquait.

    SEMONT, commanda. (De _semondre_.)
      --_Semons_, p. 9, avertis.

    SEMONCE, avertissement, sommation.

    SEMONNER, avertir, sommer, inviter.

    SENESTRE, gauche.

    SEOIR, siéger.

    SÉOIT, était placé (_sedebat_).
      --_Avoit sis_, avait été placé.
      --_Séoient jus à terre_, étaient assis à bas par terre.

    SERMON, discours. (_Sermo._)

    SEROURGE, beau-frère. (_Sororius._)

    SEURQUETOUT, surtout.

    SÉVENT pour savent.

    SI, p. 404, lisez CI.

    SIED, est placé (_sedet_).

    SIGLER. _Siglèrent grant aleure_, cinglèrent grand train,
      rapidement.

    SIRE, seigneur.

    SIRENT, p. 157, restèrent.

    SOMMIER, cheval de somme, courrier.

    SORTIRENT, devinèrent, prédirent. (De _sortisser_.)

    SOT, sut.

    SOUDÉE, solde.

    SOUEF, doucement.
      --_Tout souef_, tout doux.
      --_Soueves_, douces.

    SOUFFISIST, suffisait.

    SOUFFRANCE, tolérance, relâche, trêve.

    SOUFFREZ-VOUS, p. 251, taisez-vous.
      --p. 305, calmez-vous.

    SOUGIÉS, sujets.

    SOULAS, divertissement.

    SOULOIENT (SE), SOULOIENT, avaient coutume (_solebant_).

    SOUPRIS, surpris.

    SOUTILE, subtil.

    SUBTIVEMENT, subtilement, avec habileté.

    SURCÔTIER, qui couvre le côté, le flanc.

    SUER, sœur.

    SUIST, suivit.
      --_Suirent_, suivirent.

    SUPPOSER, mettre.
      --_Supposât à entredit_, mît en interdit.


    T.

    TAISIBLE, tacite, non exprimé.

    TANNER, être ennuyé, se fatiguer.

    TANT.
      --_Si trouvèrent deux tant de prisonniers qu'ils n'étoient
          de gens_, deux fois autant de prisonniers que...

    TANTÔT, vîte.

    TARGE, petit bouclier.

    TELLIER, tisserand.

    TEMPS. _Pour le temps_, autrefois.

    TENIST, tînt.

    TENIR, relever.
      --P. 4, _Fust tenu_, relevât.
      --_Tenir terre_, réguer.

    TERME, temps fixé, échéance.

    TIEUX, tels.

    TINDRENT, tinrent.

    TIPHAINE, TIPHANIE, l'Épiphanie ou fête des Rois.

    TIRIS, mêlée où l'on se tire.

    TOLLIR, enlever.
      --_Tollu_, pris.

    TORTIS, TORTIL, torche.

    TOUDIS, toujours.

    TOUJOURS MAIS (À), à toujours.

    TOUILLEMENT, TOULLEMENT, TOULLIS, bagarre, tohu-bohu, trouble,
      embarras.

    TOURBE, confusion.

    TOURMENT, tempête, tourmente.

    TOUT (DU), DU TOUT EN TOUT, entièrement, complétement.

    TOUT À UN FAIX, tous ensemble, tous à la fois.

    TOUTESVOIES, toutefois.

    TRAICTIÉ, TRAICTIER, traité, traiter.

    TRAÏR (SE), aller.
      --_Se traïssent_, allassent.

    TRAIRE, p. 134, lever.
      --Tirer, traîner.
      --_Traiant_, participe présent.
      --_Traoient_, imparfait.
      --_Se traistrent_, se tirèrent, se dirigèrent.
      --_Être trait_, s'être porté.
      --_Trait_, p. 120, issu, sorti.

    TRAIT, tirage, effort.

    TRAITEUR, négociateur, celui qui traite.
      --_Être traiteur de apaiser_, négocier pour faire la paix.

    TRANSCENDER, aller outre, interpréter faussement.

    TRAVAILLÉ, fatigué.

    TRAVELLER, voyager.

    TREF, pavillon.

    TRÉPASSER, dépasser, aller au delà de, violer.
      --_Trépassé_, outrepassé.
      --_Trépasser_, _trespasser_, p. 21, mal interpréter, outrepasser.

    TRESPERCIER, TRESFORER, transpercer.

    TRESTOUS, TRETOUS, tous.

    TREUVER, trouver.

    TRIBOULÉ, tourmenté (_Tributation_).

    TRIÈVE, trêve.

    TRUFEUR, TRUFFEUR, plaisant, moqueur.
      --P. 44, trompeur.

    TYOIS, Teutons, Allemands.


    U.

    UE pour EU, dans _cuer_, cœur, _juesdi_, jeudi, _muette_,
      meutte, _nuef_, neuf, _pueple_, peuple, _suer_, sœur, _vueve_,
      veuve, etc.

    USER, se servir. (_uti._)


    V.

    VAGUE, désert.

    VAIR, fourrure de couleur gris-blanc. (_Varius._)

    VALSIST, VAULSIST, valût.

    VARIEMENT, dissension, changement.

    VASSALEMENT, VASSAUMENT, bravement.

    VAUGRÉER, errer çà et là.

    VÉAST, défendît, empêchât.
      --(De véer, _vetare_).

    VELOURDE, fagot (_falourde_).

    VENISSENT, vinssent.

    VENRONT, viendront.

    VENTILOIENT, flottaient au vent.

    VÉOIT, voyait.

    VERGOGNER (SE), avoir honte.

    VERTUEUSEMENT, avec courage.

    VESPRE, soir.

    VESTEURES, habits, vêtements.

    VEUGUECIN, Vexin.

    VIAIRE, visage.

    VIDER, quitter.
      --_Que ils en videroient aucuns_, p. 450, que quelques-uns
          en sortiraient.

    VIENGNIEZ, veniez.

    VIGILE, veille.

    VILENER, faire honte, maltraiter.

    VILENIE, outrage;
      --p. 276, tort.

    VILTÉ, mépris.

    VIRETON, trait d'arbalète.

    VITAILLES, vivres (_victuaille_).

    VOIE, route.
      --_Se mit à la voie_, se mit en route.

    VOIR, vrai.
      --_Voirement_, vraiment.

    VOUER, se consacrer, se vouer.

    VOULSIST, voulût.
      --_Voult_, veut, voulut (_vult_, _voluit_).
      --_Voulsissent_, voulussent.
      --_Vourroit_, voudrait.
      --_Vulsist_, voulut.

    VUIS, vide.


    Y.

    YREUX, _ireur_, colère, emportement.
      --_Yreusement_, en colère.



    TABLE

    DES MATIÈRES DU TROISIÈME VOLUME.


    SUITE DU MOYEN AGE.

                                 Pages.

    Commencement de la lutte de Philippe le Bel et du pape Boniface,
    1301.--(_Chroniques de Saint-Denis._)                              1

    Bataille de Courtray, 1302.--(_Idem._)                             4

    Suite de la lutte de Philippe le Bel contre le pape Boniface,
      1302-1303.--(_Idem._)                                            9

    Bataille de Mons-en-Puelle, 1304.--(_Idem._)                      14

    Révolte des Parisiens, 1306.--(_Idem._)                           17

    Les Templiers, 1306-1310.--(_Idem._)                              19

    Les trois moines rouges.--(_Ballade Bretonne._)                   24

    Lettres de Charles de Valois portant affranchissement des
      serfs du comté de Valois, 1311                                  27

    Lettres de Louis X portant affranchissement des serfs du domaine
    royal, 1315                                                       30

    Les Pastoureaux, 1320.--(_Chroniques de Saint-Denis._)            32

    Les Lépreux, 1321.--(_Idem._)                                     33

    Philippe le Long décrète l'unité des poids et mesures,
      1321.--(_Idem._)                                                35

    Féodalité, chevalerie, éducation, mœurs générales des XIIe,
      XIIIe et XIVe siècles.--(_Chateaubriant._)                      36

    La loi Salique, 1328.--(_Froissart._)                            106

    Bataille de Cassel, 1328.--(_Idem._)                             112

    Édouard III fait hommage au roi de France, 1329.--(_Idem._)      115

    Condamnation de Robert d'Artois, 1331.--(_Idem._)                118

    Même sujet.--(_Chroniques de Saint-Denis._)                      121

    Jacquemart d'Artevelt, 1337.--(_Froissart._)                     127

    Édouard III prend le titre et les armes de roi de France,
      1340.--(_Idem._)                                               129

    Bataille de l'Écluse, 1340.--(_Idem._)                           132

    Même sujet.--(_Chroniques de Saint-Denis._)                      137

    Guerre de Bretagne.--(_Froissart._)                              140

    Jeanne la Flamme.--(_Ballade Bretonne._)                         197

    Meurtre d'Artevelt, 1345.--(_Froissart._)                        200

    Invasion d'Édouard III, 1346.--(_Chroniques de Saint-Denis._)    205

    Bataille de Crécy, 1346.--(_Froissart._)                         218

    Siége de Calais, 1346-1347.--(_Idem._)                           243

    Le combat des Trente, 1350.--(_Traduction d'un poëme français
    du XIVe siècle._)                                                252

    Même sujet.--(_Ballade Bretonne._)                               267

    Même sujet.--(_Froissart._)                                      270

    Assassinat du connétable Charles d'Espagne, 1354.--(_Chroniques
    de Saint-Denis._)                                                274

    États généraux de 1355.--(_Idem._)                               279

    Bataille de Poitiers, 1356.--(_Froissart._)                      284

    États généraux de 1356.--(_Pierre d'Orgemont et Charles V._)     328

    États généraux de 1356 et la Jacquerie.--(_Froissart._)          402

    Invasion d'Édouard III et traité de Bretigny,
      1359-1360.--(_Idem._)                                          434

    GLOSSAIRE                                                        475

    TABLE DES MATIÈRES                                               491


FIN DE LA TABLE DU TROISIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 3/4)) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home