Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'ancien Figaro
Author: Anonymous
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'ancien Figaro" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from scanned images of public domain material


                               L'ANCIEN

                                FIGARO

                           ÉTUDES SATIRIQUES

          BIGARRURES, COUPS DE LANCETTE, NOUVELLES A LA MAIN

                 EXTRAITS DU FIGARO DE LA RESTAURATION

                  AVEC UNE PRÉFACE ET UN COMMENTAIRE

                                  PAR

                            ÉMILE GABORIAU

                        [Illustration: colofon]

                                 PARIS

                          E. DENTU, ÉDITEUR,

              LIBRAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES
                 PALAIS-ROYAL, 13, GALERIE D'ORLÉANS.

                                 1861



                            L'ANCIEN FIGARO

             Imprimé par Charles Noblet, rue Soufflot, 18.



DEUX MOTS


«Pardon, Messieurs, de prendre la parole, mais il s'agit d'une
très-courte explication et d'un fait personnel; d'ailleurs, je ne veux
dire que _deux mots_.»

Ainsi ne manquait de débuter l'honorable M. S..... de M...., toutes les
fois qu'il réussissait à prendre d'assaut la tribune de la Chambre des
députés. Sans doute il croyait rassurer ses collègues, qu'effrayait
beaucoup son éloquence parlementaire.

Que le lecteur me permette d'excuser ma préface par cette humble
formule.

Ce volume de l'ancien _Figaro_ n'est et ne veut être qu'une curiosité
littéraire, un recueil de documents pour servir à l'histoire de la
Restauration, presqu'un travail archéologique.

En effet, bien que trente ans à peine se soient écoulés depuis, telles
sont les préoccupations du jour et les anxiétés de l'avenir, qu'on n'a
pas le temps de regarder en arrière et qu'on a presque oublié des
événements qui se passaient hier.

On parle souvent encore du _Figaro_ de la Restauration, mais le nom est
tout ce qu'on en connaît; qui donc se souvient encore de sa polémique
ardente, de son esprit, de ses audaces?

Personne, en vérité; et les collections en sont devenues si rares que
celle même de la Bibliothèque impériale est incomplète.

Et pourtant, ce petit journal a un avantage immense, que n'ont pas
toujours ses confrères d'un grand format.

Il donne la note de l'esprit du temps, et il la donne juste.

Or, cette note vraie, on la chercherait vainement ailleurs, on ne la
trouverait pas, sauf peut-être dans tel chapitre d'un livre de Stendhal,
_le Rouge et le Noir_.

C'est dans ces pages étincelantes de verve, pétillantes de raillerie, de
l'ancien _Figaro_, que plus tard puisera l'histoire, dans quelque
cinquante ans; elles seront rares et précieuses, parce qu'elles sont
comme les mémoires au jour le jour de l'opinion, en un temps où
l'opinion était souveraine. Une méchanceté spirituelle, un _coup de
lancette_, une _bigarrure_, en disent plus, souvent, que quatre longues
colonnes, bien compactes et bien serrées.

Avec de semblables documents, on n'écrit pas l'histoire, mais on la
comprend, et surtout on reconstruit une société.

Jusqu'ici, cependant, tous les historiens sérieux de la Restauration
semblent avoir, à dessein, négligé ce petit journal. Peut-être le
trouvaient-ils trop au-dessous de leur gravité, peut-être pensaient-ils,
bien à tort, que les faits qu'il éclaire sont encore trop près de nous
pour avoir besoin de lumière. Le plus explicite de tous en fait à peine
mention dans deux circonstances: lors de la condamnation de son
directeur, et à propos des fameuses ordonnances, parce que la
protestation des journalistes portait les noms de Victor Bohain et de M.
Nestor Roqueplan, alors à la tête du _Figaro_.

J'ai voulu réparer cet oubli, et essayer de donner une idée de ce
qu'était le petit journal sous la Restauration. Il joua alors un grand
rôle. Il était chargé de la partie de flageolet dans cette immense
symphonie du journalisme, et il s'en acquittait merveilleusement.
J'avais à choisir entre le _Corsaire_, le _Miroir_, la _Pandore_ et bien
d'autres, je me suis décidé pour le _Figaro_, le plus connu et de
beaucoup le mieux fait.

Puisant, sans parti pris, presque au hasard, dans les quatre années de
1826 à 1830, j'ai recueilli un volume, la fleur du panier, à ce que je
crois.

Autant que possible j'ai écarté les articles trop violents, les
allusions blessantes, les à-propos dont le sel semblerait perdu, enfin
les personnalités de nature à choquer encore aujourd'hui certaines
susceptibilités.

Quant à la ligne politique suivie par le _Figaro_, je ne m'en suis
aucunement préoccupé. L'intérêt, à mon sens, n'était pas là.

Je me réservais, d'ailleurs, de déclarer qu'en tout ceci je prétends
n'engager en aucune façon ma responsabilité non plus que mes opinions.

       *       *       *       *       *

Chatelain, l'ancien rédacteur en chef du _Courrier français_, un des
journalistes les plus distingués de la Restauration et des premières
années de la monarchie de Juillet, avouait à son lit de mort qu'il avait
passé vingt ans de sa vie politique à refaire tous les jours le même
article; un grand nombre de ses confrères n'ont pu s'empêcher de
confesser la même vérité.

Le lecteur reconnaîtra, en lisant ces pages empruntées à quatre années
du _Figaro_, que le petit journal ne fait pas tous les matins le même
article.



LE PETIT JOURNAL


Les régimes peuvent changer en France, les gouvernements absolus
remplacer les gouvernements parlementaires, les jours de liberté et de
licence succéder fatalement aux années d'esclavage et d'oppression, il
est un maître qu'aucun bouleversement ne saurait renverser, qui plante
son drapeau sur toutes les ruines, dont la souveraine puissance n'a
jamais été même contestée: ce maître, c'est l'esprit.

Pour nous, voilà le despote véritable, un despote adoré. Il s'impose et
nous ne sentons pas son joug, c'est en riant que nous nous inclinons
devant lui. Il tyrannise l'opinion, mais il séduit, mais il entraîne.
Nous sommes sans courage devant lui, nous ne savons rien lui refuser,
encore moins lui garder rancune. Quoi qu'il dise, qu'il inspire, qu'il
fasse, il trouvera grâce. Nous lui accordons trop, hélas! ou plutôt,
nous lui donnons tout.

Par bonheur, cet esprit français, héritage sacré de nos pères, s'est de
tout temps rangé sous les bannières des vaincus. Il poursuit un but
jusqu'au jour de la victoire. Le lendemain il déserte avec armes et
bagages et gagne au pied avec les fuyards. Il n'a jamais couché sur le
champ de bataille. Toujours il est allé s'asseoir à l'extrême gauche,
c'est lui qui crie aux bataillons trop lents à se mouvoir: En avant! en
avant! Il ne se donne à aucun parti, il est de l'opposition.

Les moeurs et la littérature subissent sa loi, et c'est justice; tous
les ridicules sont de son ressort, et il juge sans appel. On a vingt ans
pour maudire ce juge, mais presque toujours la postérité a confirmé les
arrêts de son tribunal.

Mais c'est en politique qu'il faut voir son influence: lui, si léger, si
subtil, si insaisissable, il finit toujours par faire pencher la balance
de son côté. En vain le barbare mettra son épée dans l'autre plateau, le
fer ne l'emportera que pour un instant. Il n'y a pas de _væ victis_ qui
tienne, les battus prendront leur revanche.

Ses interventions sont à ce point décisives, que la chronique de
l'esprit français serait un magnifique traité d'histoire et de
politique, dont l'exactitude et la véracité seraient les premiers mais
non les seuls mérites. Ce serait l'épopée des opprimés, tandis que tous
les livres qu'on nous fait étudier sur les bancs et que nous lisons au
sortir du collége, ne sont que le pompeux panégyrique des oppresseurs.

Après le triomphe, les vainqueurs, les forts, confisquent la vérité et
ne dédaignent pas de dicter l'histoire. Qui donc démêlerait le faux, si
la satire, arme du faible, n'apparaissait à son tour et ne restituait à
qui de droit ou la honte ou la gloire? Il faut rendre à César ce qui est
à César.

Peut-être une telle histoire tentera-t-elle le courage de quelque
érudit: il peut se mettre à l'oeuvre, les matériaux ne lui manqueront
pas. Du jour où les Gaulois forment un peuple, l'esprit apparaît. Du
premier oppresseur date la première épigramme.

Et à travers toutes les transformations, les révolutions, les luttes,
cette veine de gaîté gauloise, railleuse, satirique, se maintient et se
perpétue, précieusement léguée par les générations, comme un héritage de
famille, aux autres générations.

Pauvre Jacques Bonhomme, longtemps ton esprit fut ta seule arme, ton
unique consolation! Taillable et corvéable à merci, tu geignais, tu
payais, mais tu chantais. Lié, garrotté, abattu, tu répétais encore
entre tes dents le refrain gouailleur. Ton seigneur t'avait pris ta
dernière vache, il te fallait encore saluer ton seigneur et ne rien
dire, ou gare à la peau!

Au moins la satire te vengeait, non amère, haineuse enfiellée, mais
narquoise, spirituelle, pétillante de bon sens, cachant sa fine malice
sous un faux air de naïve bonhomie.

«Ils chantent, ils payeront,» disait le rusé Mazarin. Celui-là aimait
mieux une grêle d'épigrammes que des pierres dans ses vitres. Plus d'un
bon mot cependant fit pâlir de colère le cauteleux Italien. Ah! s'il
avait tenu l'auteur!

Sous sa main, comme sous un pressoir, Jacques Bonhomme suait son dernier
écu, mais il disait pis que pendre du successeur de Richelieu. Les
mazarinades couraient les rues et les ruelles, grivoises et
court-vêtues. Peuple et seigneurs faisaient cause commune contre
l'ennemi.

    «Notre ennemi, c'est notre maître.»

Celui-là fut dur au pauvre monde et aussi au riche. Il y paraît aux
recueils de chansons du temps.

Mais il nous faut remonter bien des siècles avant Mazarin.

Au fond de la société de notre pays, à peine formée, aigrissait et
travaillait déjà un vieux ferment d'incrédulité, levain d'opposition
dont l'action, à peine sensible, n'en produisait pas moins une secousse,
sinon deux, par siècle.

Nous avons, nous avons toujours eu le sentiment impérieux de l'égalité.
Qu'on le froisse: endormi, il s'éveille. De ce moment l'esprit s'en
mêle, il lutte, et il triomphe. Avant d'attaquer en face le pouvoir
abhorré, on le fronde pour l'amoindrir. Il épouvante, on le ridiculise.
Les plus poltrons s'habituent à lui, comme les oiseaux à ces
épouvantails que le jardinier place dans les vergers, et au premier
signal ils marchent comme les autres. L'esprit commence l'oeuvre, le
nombre la mène à bonne fin.

Ainsi, bons mots, chansons, satires, fabliaux, sont l'expression de la
pensée libre, la forme n'y fait rien. L'esprit est l'auxiliaire des
rancunes, presque toujours il est du côté du droit. C'est lui qui le
premier a compté les masses et inspiré à Robert Wace le chant terrible
des _Paysans_, près duquel _la Marseillaise_ n'est qu'une pastorale.

Il y avait bien longtemps pourtant que ces paysans, tout à coup
exaspérés, subissaient le joug; on devait les y croire accoutumés, on
devait supposer leurs genoux corniflés à force de ramper, lorsque la
satire s'en mêla, répandue par la campagne, dans les bois et sous le
chaume, par quelques trouvères intrépides. D'un bond tout ce peuple
écrasé fut debout. Robert s'était mis à leur tête; il chantait:

    Aidons-nous et nous défendons,
    Et tous ensemble nous tenons;
    Et s'ils veulent nous guerroyer
    Nous avons, contre un chevalier,
    Trente ou quarante paysans,
    Robustes et bien combattants.

Entre les armures de fer les paysans révoltés furent broyés, mais
quelques-uns en réchappèrent, et Wace, pour les réconforter, leur
disait: «Croissez et multipliez; un jour, vos enfants, plus nombreux que
vous, vous vengeront.»

Mais déjà, à l'ombre du pouvoir royal, grandissent les communes, un
pouvoir nouveau, faible, encore timide. Le Tiers-État qui doit régénérer
la patrie se forme. Il va s'enhardir. Il cherche des alliés, il se
tasse, il se masse, il se serre pour mieux résister, comme un bataillon
de buffles sauvages qui de tous côtés, à l'heure du danger, présente les
cornes à l'ennemi.

Bientôt, à son tour, le Tiers-État va se compter. Il ne se défendra
plus, il attaquera. Il veut empiéter lui aussi. Aux mains de Jacques
Bonhomme, il prend l'arme terrible, la satire. Et comme ils la manient,
ces bourgeois naissants, à peine sûrs de leurs droits! Alors, tour à
tour, ils raillent toutes choses, et de cette arme terrible, l'ironie,
formidable baliste, ils battent en brèche avec une incroyable audace la
papauté, l'épiscopat, la chevalerie, le trône, la religion même, tout ce
qu'ils craignent, en un mot, tout ce qui leur fait ombre.

Ils luttent à leurs risques et périls. Mais avec le danger leur esprit
semble croître, et leur hardiesse. Nos fiers libres penseurs
d'aujourd'hui ne sont jamais allés aussi loin. Et pourtant une douce
prison comme Sainte-Pélagie n'ouvrait pas ses aimables cachots; il y
allait du bûcher.

Alors paraissent, enfantés par vingt auteurs divers, ces poëmes moraux,
ces ballades, ces épopées satiriques, ces romans étranges, compositions
frondeuses, hardies, où se retrouve, condensé, l'esprit d'opposition de
toute une époque.

Voici le _Roman de la Rose_, et le cycle entier du _Renart_, qui ne
comprend pas moins de cent vingt mille vers, rimés par une armée
d'auteurs. Voici les _Droits nouveaux_, contrat social du siècle; la
ballade des _Trois Moines rouges_ et _les Dicts du Villain_ et _les
Avisements au Roi_. Il faudrait un volume pour détailler seulement les
titres de toutes les oeuvres parvenues jusqu'à nous.

C'est le grand choeur satirique du moyen âge, qui s'avance à la
conquête de ses droits.

Et ne craignez pas que la veine de la raillerie s'épuise, il en restera
encore assez pour flétrir les débauches des derniers Valois, pour dire
les ignominies de la cour des _Hermaphrodites_, pour écrire la _Satire
Ménippée_.

L'imprimerie, cependant, était venue se mettre au service de l'esprit,
auxiliaire redoutable! La force brutale avait la poudre, l'esprit eut le
livre, plus fort que le canon. On encloue l'artillerie, la pensée est
impérissable. Guttemberg donna le vol à l'idée captive: elle allait
planer un instant sur le monde, puis le conquérir, sans que rien pût
l'arrêter jamais, ni la hache ni le bûcher, ni la Bastille du despote,
ni les cachots de l'Inquisition. Que d'entraves à sa marche, pourtant!
Que d'insensés essayèrent de la combattre, plus insensés que Xerxès
faisant fouetter la mer. Pour l'idée on dressa le pilori, mais le
tréteau infâme de la place publique fut comme son Sinaï d'où elle
rayonna sur le monde.

Alors l'esprit français ne pouvait suffire à nombrer ses soldats. Toute
une armée combattait sous ses drapeaux, guidée, commandée par des hommes
de génie, par Montaigne, par Rabelais, par d'autres encore dont
pourrait, au besoin, se réclamer le petit journal.

Nous sommes loin, ce semble, de ce petit journal, nous y touchons
cependant. Il fallait indiquer son passé, ses origines, pour faire
comprendre son succès dès son apparition, pour expliquer ses triomphes
et ses revers.

Il parut, et il fut acclamé.

C'est qu'il était et qu'il est encore le véritable représentant de notre
genre d'esprit; genre difficile, qui ne se comprend plus à un quart de
lieue des frontières de France, qu'on ne saisit pas toujours dans les
provinces un peu éloignées de la capitale.

Le petit journal est l'expression dernière de la satire; elle avait
revêtu toutes les formes, gros livre, feuille volante tour à tour,
aucune ne lui avait donné cette force, cette activité d'impulsion, cette
liberté d'action, cette publicité.

Et il est resté ce qu'il fut le premier jour, un pamphlet périodique,
une épigramme quotidienne. Vous pouvez l'ouvrir, il vous donnera le
dernier bon mot de la veille, la première méchanceté du lendemain.

Cependant le journal ne vint que bien longtemps après la découverte de
l'imprimerie; depuis 200 ans, on fondait des caractères mobiles
lorsqu'on eut la première idée d'un recueil périodique.

A Théophraste Renaudot revient l'honneur d'avoir réalisé en France cette
idée appliquée déjà en Angleterre et à Venise.

C'était un médecin, ce Renaudot; homme d'intelligence et d'initiative,
il avait réussi à se mettre fort bien en cour.

Même il avait des malades, et ce qui faisait endiabler les Purgon de son
temps, c'est qu'il les traitait par les distractions et le rire, et
qu'il les guérissait, paraît-il.

Avec privilége royal, il avait fondé un _bureau de rencontre_, sorte
d'office de publicité, comptoir des vingt-cinq mille adresses du temps,
où chaque jour se pressait une foule de gens en quête de renseignements.
Nombre d'oisifs s'y donnaient rendez-vous; les nouvellistes en titre,
coureurs de cancans, ne tardèrent pas à y venir aussi. On y causait.
Tous les bruits de la ville et de la cour y avaient leur écho.

Renaudot eut l'idée d'utiliser tous ces gens. Il n'avait qu'à écouter
pour être l'homme le mieux informé de Paris; il écouta. Puis, il nota
tout ce qu'il avait entendu, le rédigea, le fit recopier, et c'est ainsi
qu'il distribuait à ses malades des _nouvelles à la main_ qui chaque
jour les renseignaient au plus juste.

Les _Nouvelles_ bientôt firent fureur. C'était à qui serait malade pour
obtenir la faveur d'un exemplaire. Renaudot ne savait ou donner de la
lancette; quant à ses copistes, ils ne pouvaient suffire.

Il demanda l'autorisation d'imprimer ses nouvelles, l'obtint, et le 30
mai 1631, le premier de nos journaux paraissait sous le titre de
_Gazette_, nom emprunté à l'italien, de _gazza_, pie, oiseau bavard.

Le succès de Renaudot fut immense; il eut bientôt une nuée d'ennemis
acharnés; mais il avait bec et ongles, et une plume, et une presse, et
la protection du roi. Il se moquait des envieux.

Son exemple cependant ne fut pas suivi. Louis XIII se doutait-il du
tintouin que donnerait la presse à ses successeurs? Il n'y eut pas de
prime d'encouragement pour les journalistes, et dix-neuf ans le médecin
régna seul.

En 1650 seulement se fonda un autre journal, en vers celui-ci, la
_Gazette burlesque_ de Loret, le plus insipide de tous ceux qui jamais
ont tenu une plume, courtisan achevé, d'ailleurs, et chroniqueur utile
aujourd'hui.

En 1672 seulement parut le _Mercure galant_, fondé sur un plan excellent
par Doneau de Vizé, et qui, jusqu'à la Restauration, resta le premier de
tous les recueils périodiques.

Mais là n'était pas le petit journal.

Il existait, mais mystérieusement. Il paraissait manuscrit, ou «imprimé
à la campagne.» Le petit journal était alors la «nouvelle à la main» qui
se colportait jusque sous le manteau de marbre des cheminées de
Versailles. Plus d'un bon mot, plus d'une verte épigramme fit froncer le
royal sourcil du monarque-soleil, du divin Deodatus.

Le règne de Louis XIV fut un bon temps pour l'esprit, bien qu'il
combattît à la sourdine. Les ridicules foisonnaient; la cour amusait la
ville. Pour railler, il ne fallait que regarder autour de soi. La cour,
la finance, la magistrature, l'armée, la bourgeoisie, le clergé posaient
alors en plein soleil pour tout le monde, et aussi pour Molière qui les
a fait poser pour la postérité.

Mais l'esprit ne tarda pas à viser plus haut: l'audacieux s'attaqua au
roi. Oui, à l'auguste personne du roi, et aussi à la personne sacrée de
ses maîtresses. Jupiter indigné agita sa perruque, l'Olympe trembla.

Il faut le dire, Louis XIV détestait l'esprit. Ce prince, le plus
magnifique virtuose qu'ait produit le despotisme, ne croyait pas
l'esprit assez courtisan, il lui trouvait une odeur de fagot. Il
entreprit deux ou trois croisades contre lui, et même fit un édit qui le
défendait sur ses terres, c'est-à-dire en France. Le refrain de l'édit
était: Bastille! Bussy en sut quelque chose.

Il daigna cependant protéger quelques hommes de génie, sous la condition
qu'ils chanteraient ses louanges et lui feraient de la réclame pour la
postérité. Ils acceptèrent la mission.

Malheureusement ces grands hommes n'étaient pas toujours bien inspirés,
témoin Boileau et son passage du Rhin. Le doux Racine eût fait mieux,
mais il se cachait pour faire ses épigrammes; une pourtant lui valut du
bâton; les grands seigneurs payaient ainsi. Peu importe, le bois vert
est aujourd'hui brûlé, les railleries seront éternelles. Quant à
Molière, dans ses pièces _ad majorem Jovis gloriam_, et je parle des
meilleures, de celles après lesquelles il a dû se frotter les mains,
plus je les relis, plus il me semble à chaque instant découvrir sous le
velours de la louange l'épingle de l'ironie. Ne serait-ce pas un
admirable persiflage, une pilule merveilleusement dorée? Le grand génie
ne mit pas le roi sur son théâtre, peut-être se réservait-il de la jouer
en son particulier.

Déjà les philosophes donnaient la main à l'esprit français, ils
remuaient les pavés du raisonnement et préparaient les grosses pierres
que devait débiter l'ironie pour les lancer, en grêle de petits
cailloux, dans les jardins royaux, Louis XIV détestait aussi les
philosophes.

A bien prendre, il n'aimait que les savants en _us_, pédants hirsutus
roulés dans le grec comme les goujons dans la farine.

Hélas! le roi-soleil ne se doutait guère qu'à ses côtés, dans son propre
palais, des gens à lui rédigeaient le petit journal de son règne pour
nous le léguer. Et que sont les Mémoires, sinon un petit journal?

Sous la Régence, l'esprit s'installa au Palais-Royal. Ce fut un
débordement de satires, un feu roulant d'épigrammes. Par malheur, à la
fin, la gaîté grivoise tourne à l'obscène, le gros sel n'est plus que du
sel de cuisine. En butte à tous les traits, le régent riait. Il
s'efforçait d'être à l'unisson.

Ce fut bien autre chose vraiment sous Louis XV. Avec Philippe, la
liberté était trop grande, il fallait un peu de gêne. On l'eut, grâce au
Bien-Aimé.

Fut-il jamais roi plus chansonné, plus raillé, plus criblé! Le petit
journal s'en donnait à coeur joie; traqué en France, il s'imprimait en
Hollande, en Angleterre. Comment entrait-il? on ne sait, mais il
entrait. Dans les cas pressants, quand l'ironie, comme un dîner, eût
perdu à trop attendre, on imprimait dans les caves.

M. de Sartines usait une armée d'agents à courir après d'invisibles
pamphlets. Lui-même trouvait des complaintes jusque dans ses poches.
Pour un recueil clandestin qu'il étranglait, dix renaissaient.

Puis les philosophes avaient sérieusement engagé la partie. Il eût fallu
prendre des bourreaux à la journée et couper les bois du clergé pour
brûler les libelles qui chaque jour prenaient leur vol, Dieu sait d'où.
Le trône chancelait, les coups redoublaient, plus pressés, plus
violents.

Et la rage de philosopher, qui tournait toutes les têtes! Les grands
seigneurs ne se disputaient-ils pas l'auteur du _Contrat social_?

Voltaire, le génie fatal, Voltaire menait le branle. Partout où il
trouvait un joint, il lançait un livre, une satire, un conte, un mot,
qui éclataient comme un obus et faisaient brèche. D'une plume
infatigable, il démolissait, démolissait, démolissait, aujourd'hui
philosophe, demain petit journaliste, spirituel toujours, excepté dans
ses tragédies, où pourtant encore il poursuivait son idée. Ah! qu'il
savait bien son pays et son siècle, lui qui de l'ironie fit le levier
dont il renversa une société croulante.

Louis XV avait compris le danger; mais comment l'éviter?

--Bast! dit-il, tout cela durera probablement autant que moi.

Parfois cependant, il n'était pas sans crainte; reconnaissant cette
influence énorme de l'esprit, il avait fini par le prendre en horreur,
lui qui tout le premier riait jadis des épigrammes qui l'égratignaient.

Sous Louis XVI, la mousquetade continue, dominée toutefois par les
roulements de l'orage, qui se rapproche. Les événements se précipitent,
les masses, depuis longtemps agitées, préparées, se dressent menaçantes.
Le droit, cette fois, est du côté de la force.

Ah! si Louis XVI avait eu quatre hommes encore comme Rivarol, il
retardait la catastrophe. Or, qu'était Rivarol, sinon le petit journal
vivant.

Mais la cour avait Champfort contre elle, et aussi Beaumarchais. Quelle
faute! Il fallait se l'attacher à tout prix, celui-là! lui lier pieds et
poings avec des cordons bleus, l'étouffer d'honneurs. Il se serait
laissé faire. A ce filet perfide de la cour on eût pu prendre aussi
Voltaire et même Rousseau. On ne le voulut pas, et pour un mot,
peut-être:--Trajan est-il content?

Beaumarchais pris, Figaro ne naissait pas, et Figaro, c'est l'esprit
français révolutionnaire, le triomphe de la raison et du bon sens.

Lié à la cour, l'auteur de _la Folle Journée_, journée des dupes pour la
monarchie, jetait à pleines mains le ridicule sur les penseurs et sur
les philosophes. Il donnait le beau rôle à Basile, et Figaro, tombé dans
le sac de Scapin, était rossé par Basile. Il trouvait sa galère au port.
Les idées nouvelles se brisaient contre la réaction, ou plutôt contre
l'immobilité, car alors l'action n'existait pas.

Et le barbier était rossé; bravo, Basile!

Beaumarchais aurait-il réussi? On peut se le demander. Il ne dirigeait
pas le mouvement par droit de conquête, mais bien par droit d'héritage.

Il était le fils aîné de Voltaire.

Le vieux décrépit de Ferney, le jour où, ruine peu vénérable, il mourait
et s'enterrait sous des ruines, l'ami de Frédéric de Prusse léguait à
Beaumarchais sa pioche de démolisseur, c'est-à-dire sa plume. Le
légataire fut digne du testateur, il dépassa son attente.

Et croule donc, vieille société, sous les boulets du ridicule, battue en
brèche par les canons de l'esprit!

Il faut viser haut, pour atteindre plus bas, on tire au ciel. C'est à
Dieu qu'on s'attaque, les rois suivront Dieu en exil. Et, par ma foi!
Dieu fut forcé d'émigrer, et aussi ses ministres, et aussi les rois, et
aussi les nobles. Et l'esprit français dansa la carmagnole sur
l'emplacement de la Bastille.

Nous sommes en pleine révolution, mais la Terreur n'a pas fait taire
l'esprit. Il naît de la révolte, et Dieu sait si on se révoltait alors!
Ceux même qui avaient poussé à la roue essayèrent d'enrayer alors, trop
tard.--«Sois mon frère, ou je te tue,» s'écria Champfort. Il préféra se
tuer lui-même.

Cependant les victimes apprenaient à mourir avec grâce, elles faisaient
des mots sur la charrette et presque sous le couteau. Et quels mots!
Samson lui-même, le royaliste, en riait sur sa machine.

Or la machine elle-même était une idée nouvelle, une innovation. On
réformait tout, même le supplice. Mourir par la potence, fi donc! Il
fallait mieux.

L'excellent docteur Guillotin se trouva là fort à propos; grâce à lui,
on put _éternuer dans le sac_.

Les faubouriens baptisèrent la machine, non avec l'eau du Jourdain,
hélas! mais avec du sang, et l'esprit français, devenu féroce, fut le
parrain. La hideuse machine s'appela guillotine.

Il y avait eu, disons-le, un instant d'hésitation. Quelques-uns avaient
voulu lui donner le nom de Mirabelle. Le jour où courut cette
plaisanterie, Mirabeau devint plus laid encore de colère. Mirabelle!!!
encore un peu, il se ralliait sans pot-de-vin.

Le nom du docteur Guillotin prévalut. Il était dans les destinées de ce
brave homme d'être le parrain de quelque institution; il faillit l'être
de la vaccine, c'eût été un grand bonheur pour lui. On ne dirait pas
aujourd'hui: J'ai été vacciné, mais bien: J'ai été guillotiné. Le verbe
se conjuguerait au passé, ce qui est maintenant impossible.

Le mot de Mirabelle, qui exaspéra le tribun, avait été mis en avant par
un petit journal d'aristocrates, _les Actes des apôtres_. C'est que, du
jour où ils avaient été à leur tour opprimés, les nobles s'étaient mis à
avoir de l'esprit; il leur était venu avec le danger, comme
toujours:--«Honnêtes républicains, avaient-ils dit, embrassons-nous,
nous allons ôter nos culottes.»

Le petit journal eut encore un beau moment sous le Directoire, mais ce
ne fut qu'un moment. L'Empire était venu.

Adieu l'esprit, me direz-vous. Napoléon le Grand ne l'aimait pas. Eh!
qu'importe, l'esprit comprimé n'a que plus de force, comme la balle
forcée du pistolet. D'ailleurs le petit journal s'était réfugié à
l'armée; c'est lui qui, sous la tente, donnait au vainqueur de l'Italie
les noms de Petit Caporal et de Petit Tondu, qui ont plus fait pour sa
popularité que son Code et ses victoires.

A ce moment, unique dans notre histoire, tout était héroïque. On ne
songeait pas à plaisanter, le chauvinisme exaltait les têtes, on avait
le coeur pris. Un homme de la force de Rivarol eut un mot
superbe:--«On écrit l'histoire à coups de canon,» dit-il en riant. Le
mot fut pris au sérieux. On trouvait sublime «d'écrire l'histoire à
coups de canon, avec le sang de deux millions d'hommes en guise d'encre,
et l'Europe pour page blanche.» Les mères pleuraient, et aussi les
jeunes filles; mais on riait à l'armée. Tout le monde voulait être
colonel à vingt-huit ans; on se faisait soldat et on partait.

Et quels troupiers! A la Moskowa, les pieds gelés, le ventre vide, ils
riaient encore.

Un soir, Ney et sa petite troupe décimée avaient campé dans la neige à
cinq cents mètres des Cosaques.

--Si les mangeurs de chandelle nous découvrent, avait-il dit, nous
sommes f...lambés. Donc, silence dans les rangs.

Eh bien! toute la nuit on causa. Quelques-uns riaient. Ney, qui ne
dormait pas, parce qu'il avait six mille hommes à sauver, Ney fut tiré
de ses méditations par les éclats d'une gaîté bruyante.

--Tonnerre d. D.! cria-t-il, vous tairez-vous, vous allez nous faire
prendre.

A la chute de l'Empire, le petit journal retient sa voix. Non qu'il
manque de faits à enregistrer, mais il lui répugne de les enregistrer.
La batte d'Arlequin, le fouet de la raillerie ne lui suffiraient pas. Il
voudrait un knout, non pour fustiger, mais pour battre au sang ses
imbéciles concitoyens.

Paris affolé, Paris entier criait à s'enrouer: Vivent les alliés!!...

Ce qui prouve-bien, entre nous, que les cris et les vivats ne signifient
absolument rien. Paris crie et acclame ce qu'on veut, à un moment donné,
pourvu que le tambour batte et qu'il y ait de la musique.

Avec la seconde Restauration, le petit journal ressaisit le sceptre. Il
monte sur le trône. Il est arrivé alors à son apogée. Il a juste assez
de liberté et d'entraves pour faire briller en même temps son esprit et
son courage.

Aussi, pendant ces quinze années, rayonna-t-il d'un éclat qu'il n'a que
bien rarement et pour peu de jours retrouvé depuis, aussi son rôle
fut-il d'une importance extrême[1]. D'un mot spirituel il résumait
l'opinion, et ce mot faisait fortune, parce que tous l'avaient pensé.
Enfant perdu de la presse, il marchait en éclaireur. Comme les
compagnies de francs-tireurs devant Sébastopol, il guidait et assurait
la marche. Leste, railleur, adroit, insaisissable, il se logeait dans
les moindres replis de la légalité, s'embusquait derrière les moindres
anfractuosités du Code. Avait-il eu la plume trop longue, il savait
encore faire tourner ses défaites en triomphes.

Ainsi il allait à la conquête du droit, donnant la main à la chanson et
au pamphlet, entre Béranger et Paul-Louis Courier, l'ancien canonnier à
cheval, vigneron de la Chavonière.

Que seraient, dites-moi, devenues les longues tartines du libéralisme,
et même les ardentes polémiques des chefs illustres de l'opposition,
sans la satire, la chanson et le petit journal?

La grande presse inquiétait les ministres; mais les refrains de Béranger
les poursuivaient comme des huées, mais les lettres d'un vigneron
rembourraient leur chevet d'épines, mais les épigrammes du petit journal
les harcelaient comme une nuée de taons. M. X., alors ministre,
paraissait à la tribune; il avait préparé un beau discours, bien long,
bien lourd... mais on se rappelait le bon mot de la veille, on riait;
autant de bonnes raisons perdues.

Avant tout, il fallait de l'esprit, en un temps où les plus graves
politiques ne dédaignaient pas d'écrire des _Lettres à la girafe_ (M. de
Salvandy).

Malheureusement pour le petit journal, les causes de sa vogue sont aussi
celles de sa décadence. Un jour il ne donne plus juste la note de
l'opinion, de ce moment il est perdu.

Lui, si fort pour démolir, il est impuissant à édifier. L'essaie-t-il,
il devient grotesque, ridicule lui-même.

Il brille dans l'opposition; mais qu'il passe au pouvoir, il s'éteint et
meurt. Il a les mêmes hommes, cependant, le même état-major, le même
esprit; peu importe, il n'est plus dans son élément. Il justifie ainsi
ce mot d'un ministre qui perdit, en gagnant le portefeuille, la verve
incisive qui lui avait valu le pouvoir.

--Ah çà! sommes-nous donc des imbéciles? Je ne vois d'esprit que chez
nos adversaires.

Allié utile aux jours de lutte, le petit journal devient souvent
dangereux. Il est changeant, hélas! comme l'opinion, comme la
popularité.

Puis, il ne peut être impartial, car il lui faut une victime. Après
avoir tiré sur les ennemis, lorsque rien plus ne lui résiste, il tire
sur ses propres troupes. Vous vous croyez son ami, il vous étranglera
impitoyablement pour un bon mot. Vous êtes bien tranquillement assis à
la galerie, vous vous tenez les côtes à voir mitrailler ceux que vous
détestez... Paf! un pétard vous part entre les jambes, un lardon met le
feu à votre perruque, et c'est vous, spectateur, qui donnez à rire aux
acteurs.

Il faut dire le mal comme le bien:

Hélas! le petit journal, comme la satire, comme la chanson, a eu ses
injustices et ses excès. Parfois il s'est trompé, il a bafoué le génie
et berné le sage. Il faut le lui pardonner.

Il faut le lui pardonner, parce que souvent il a été l'arme dernière, la
suprême ressource du faible. Avocat du droit, du bon sens et de la
vérité, il a tenu à honneur de combattre toutes les tyrannies, il a été
pour beaucoup dans toutes les conquêtes. On doit lui pardonner enfin,
parce qu'il est «la puissance invincible ennemie du présent et complice
de l'avenir.»



LE FIGARO ET VICTOR BOHAIN


C'est au plus fort de la lutte des partis, lorsque de toutes parts se
soulevait l'opinion contre le gouvernement des Bourbons, que fut fondé
le _Figaro_, par Lepoitevin-Saint-Alme, que toute la génération
littéraire a connu rédacteur en chef du _Corsaire-Satan_ en 1846 et de
la _Liberté_ en 1848.

Saint-Alme avait créé ce nouveau journal avec le concours de MM. Nestor
Roqueplan et Maurice Alhoy, et d'un jeune homme qui débutait alors sous
le nom de Horace de Saint-Aubin, et qui devait être notre illustre
Balzac.

A ce journal, M. Michel Masson remplissait les importantes fonctions de
_cuisinier_ et de caissier. Ce dernier poste n'était pas une sinécure.

L'instant était admirablement choisi pour fonder une feuille satirique,
aussi un très-grand succès accueillit-il tout d'abord le _Figaro_.

Saint-Alme cependant ne garda pas longtemps son journal; moins de six
mois après l'avoir fondé, il le céda, par l'intermédiaire de M. Nestor
Roqueplan, à Victor Bohain, qui devait lui imprimer une impulsion
nouvelle.

De ce moment le _Figaro_ prit hardiment place à l'avant-garde de
l'opposition, et il resta fidèle au poste, toujours sur la brèche,
jusqu'au jour où ses deux rédacteurs en chef, Victor Bohain et M. Nestor
Roqueplan, signèrent la fameuse protestation contre les ordonnances. Le
lendemain, la révolution était faite.

De 1826 à 1830, le _Figaro_ fut rédigé par l'élite de tous les jeunes
esprits de la fin de la Restauration. Mais aucun nom n'était connu.
L'incognito était, on le comprenait alors, une des conditions
indispensables du succès, de la liberté d'esprit, de la puissance d'un
journal satirique. Aussi Bohain était-il, à cet égard, d'une discrétion
à toute épreuve. Quelles séductions, quels subterfuges M. Dupin et tant
d'autres n'ont-ils pas employés pour connaître l'auteur de la série
d'articles mordants et révélateurs qui se publiaient sous le titre
d'_Esquisses de la Chambre des députés_! Tout fut inutile. Bohain
répondait invariablement que ces articles se trouvaient dans la boîte du
journal. Néanmoins, lorsque M. Laffitte, loué dans un de ces articles,
après avoir tenté vainement de savoir qui il en devait remercier, fit
remettre à Bohain un magnifique service de thé, celui-ci s'empressa
d'envoyer le cadeau à l'auteur.

Il serait facile aujourd'hui de violer cet incognito si scrupuleusement
gardé, mais ce secret est devenu celui de la comédie littéraire, si bien
qu'il n'offre plus guère d'intérêt. Il est, je crois, plus utile et plus
juste d'esquisser la vie de celui qui personnifia le _Figaro_ aux jours
de ses plus grands succès.

Ces quelques détails, je les emprunte à M. Julien Lemer, un des hommes
les mieux informés des choses littéraires de ce temps-ci; ils furent
publiés dans la _Gazette de Paris_ à la mort de Victor Bohain, en 1856,
et ce fut même un des rares, très-rares articles consacrés à cet homme
qui avait rendu tant de services, je ne dirai pas à la littérature, mais
aux gens de lettres.

Donc, je copie:

«Quels beaux commencements que ceux de Victor Bohain! Je ne parle pas du
temps de son enfance; ceci n'est point une notice biographique, c'est
une simple esquisse composée principalement de souvenirs personnels.

«J'ai vu Bohain pour la première fois en 1828. Si j'en crois ses amis,
il devait avoir alors vingt-cinq ans. Il était rédacteur en chef du
_Figaro_, qui, en ce temps-là, était une des feuilles politiques
quotidiennes les plus importantes de Paris, une de celles qui devaient
jouer un des rôles les plus considérables sous la Restauration, et
laisser dans l'histoire de cette époque une trace des plus brillantes.
Adolphe Blanqui, le plus spirituel de nos économistes, chez qui j'étais
en pension pour faire mes études, me chargeait quelquefois, en allant au
collége Bourbon, de remettre sa copie[2] à Bohain, qui habitait une
charmante maison à l'italienne dans la cité Bergère, au nº 12, je crois.
Ces jours-là étaient pour moi des jours de fête, car Bohain ne me
laissait jamais partir sans me donner quelque billet de spectacle; aussi
m'apparaissait-il comme le grand dispensateur des plaisirs parisiens.
J'eus occasion de voir alors dans son cabinet ou dans ses bureaux
presque tous les hommes devenus célèbres depuis.

«A la fin de 1829, Bohain, âgé tout au plus de vingt-six ans, possédait
une fortune magnifique pour le temps. On l'évaluait à plus de quatre
millions. Outre la propriété du _Figaro_, il avait le théâtre des
Nouveautés, situé place de la Bourse, là où est aujourd'hui le
Vaudeville, une part considérable dans le Vaudeville de la rue de
Chartres et dans les Variétés, où il fit jouer une des pièces les plus
audacieuses, sous le rapport de la verve satirique et de la licence
aristophanesque, qu'on ait jamais représentées sur aucun théâtre. Cette
pièce, intitulée _les Immortels_, Bohain n'en était pas l'auteur, mais
je crois bien qu'il en avait conçu l'idée et qu'il avait appelé à
concourir à la collaboration, non-seulement les rédacteurs de son
journal, mais encore les vaudevillistes les plus spirituels de ce
temps-là, où florissaient les Dumersan, les Théaulon, les Duvert, les
Varin, les Rochefort, les Rougemont et tant d'autres, alors animés du
feu de la jeunesse et de la passion politique. Cette témérité en
couplets, qui montrait au public le roi Charles X personnifié par
Brunet, et divers ministres incarnés dans la peau de Vernet, d'Odry, de
Cazot et de quelques autres comiques, fut interdite après un certain
nombre de représentations.

«Peu de temps après la révolution de 1830, Bohain se mariait et était
nommé préfet de la Charente. Les dames de la halle vinrent en corps le
féliciter et lui apporter des bouquets. Ce fait donne la mesure de
l'importance du personnage.

«Mais au bout de quelques mois, les entreprises dramatiques étant
«tombées dans le marasme, comme dit Bilboquet,» la fortune de Bohain
déclina rapidement. En même temps, l'ancien directeur du _Figaro_ crut
devoir, pour représenter dignement l'Etat dans la Charente, mener une
vie de prince, et appliquer toute son expérience de savoir bien et
largement vivre. Nul ne possédait mieux que lui l'art de donner à dîner,
d'organiser des bals et des fêtes; il en donna tant de preuves, qu'il
vit bientôt la fin de ce qui lui restait de sa fortune, de la vente du
_Figaro_ et de ses parts dans les divers théâtres. Un beau jour il se
trouva complétement ruiné; il est même probable que son passif dépassa
de beaucoup son actif.

«C'est vers 1832 que Bohain fit jouer à l'Odéon son fameux _Mirabeau_,
en douze ou quatorze tableaux, où Frédérick Lemaître fut magnifique. Le
tableau des Jacobins fit un tel effet, qu'on fut obligé de le supprimer
à la seconde représentation. Tous les jours, l'auteur envoyait aux
acteurs un panier de vin de Champagne, afin de les mettre à même de
jouer dignement l'acte du banquet.

«Depuis 1834, Bohain se dépensa lui-même en commencements d'entreprises
pour la plupart fort ingénieuses, organisées soit à Paris, soit à
Londres, où il a fondé un journal français: le _Courrier de l'Europe_,
qui, je crois, existe encore.

«La première tentative qu'il fit à Paris pour relever sa fortune,
rappelle une des publications littéraires les plus importantes et les
mieux conçues dont on ait doté les lettres françaises: c'était l'_Europe
littéraire_, un grand, un immense journal quotidien, auquel
collaboraient toutes les sommités littéraires du moment. Les frais de
rédaction, qui étaient énormes, absorbèrent bientôt le prix des
abonnements et le capital de fondation. La rédaction y fut payée
jusqu'au prix de UN franc la ligne.--A combien de lignes dînons-nous
aujourd'hui? disait Henri Heine.--A vingt lignes par tête, répondait
Bohain.

«Ce fut Bohain qui organisa la mise en actions de l'imprimerie Everat,
dont il voulait faire une imprimerie modèle. Une partie du montant des
actions devait être consacrée à former des lots très-importants pour une
loterie à laquelle prenaient part tous les actionnaires. Cette
combinaison, qui avait facilité le placement immédiat de toutes les
actions, ne fut pas goûtée du gouvernement, qui s'opposa au tirage. Mais
la Ville de Paris et, depuis, le Crédit foncier, lui empruntèrent le
système du tirage des primes d'obligations.

«Bohain inventa encore Napoléon Landais, à qui il fit une célébrité qui
ne l'a pas préservé de la pauvreté, et la Société des Dictionnaires:
_Dictionnaire de médecine usuelle_, _Dictionnaire de législation
usuelle_, etc.

«C'est lui qui, le premier, a imaginé les trains de plaisir sur les
chemins de fer.

«Pendant quelques mois de convalescence qu'il passait chez le docteur
Ley, aux Champs-Élysées, il eut l'idée du journal _la Semaine_ et de la
presse colossale, qui reste encore aujourd'hui la plus grande presse
connue, entreprise très-bien conçue, qui certes aurait eu un grand
succès, si Bohain n'avait pas été forcé, comme toujours, par un besoin
d'argent, de vendre sa part et de se retirer.

«Je vois encore dans le jardin de la maison de santé ce petit homme, au
buste rond, à la figure pleine, à l'oeil gris, vif et intelligent,
ombragé de cils longs et épais, donnant audience à tout ce que Paris
comptait d'écrivains connus, d'hommes politiques importants. Son
infirmité (une jambe trop courte), qui l'obligeait à s'appuyer sur une
canne, lui donnait une sorte de physionomie de diable boiteux. Et, en
effet, on peut bien dire qu'il fut l'Asmodée du monde littéraire, du
monde des affaires, et peut-être aussi du monde politique de ce
temps-ci.

«Oh! qu'il connaissait bien les hommes, et qu'il savait bien les prendre
par leur vanité, leur ambition, leurs passions et leurs faiblesses!

«Un autre jour, il concevait et exécutait à lui seul une chose inouïe.
Il soufflait à un homme politique, qui n'y songeait pas, la pensée de
devenir journaliste; il suggérait au directeur d'un grand journal, à qui
cette idée ne serait jamais venue, le dessein de céder sa position; il
servait d'intermédiaire à ces deux hommes.--Puis, quand, ainsi qu'il
l'avait prévu, le premier était bien convaincu de son inaptitude à ses
nouvelles fonctions, quand le second était dans la nécessité de rompre
le marché, par suite de l'opposition de ses co-intéressés, Bohain se
trouvait encore là pour faciliter à l'un la rétrocession, à l'autre la
réacquisition de la position et de la part primitivement vendues.

«Pour en finir avec les journaux, c'est Bohain encore qui a fondé
l'_Époque_ et inventé tous les moyens de publicité qui avaient fait à ce
journal un si rapide mais si éphémère succès.

«C'est lui de même qui, en 1850 et 1851, créa le _Moniteur du dimanche_.
Dieu sait ce qu'il dépensa de ressources ingénieuses, ce qu'il imagina
de combinaisons pour faire vivre ce journal impossible!

«A la passion du papier imprimé, Bohain joignait le fanatisme des
fleurs. Dans les dernières années, il avait entrepris à Palaiseau une
culture de rosiers et de dahlias, et il obtenait, disent les
connaisseurs, des variétés très-curieuses.

«Aussi, ne faut-il pas être surpris de lui voir inventer le _Jardin
d'hiver_. Le _Château des fleurs_ est encore une de ses idées; c'est à
lui qu'on doit la première conception et le premier dessin de ce jardin,
dont les frères Mabille ont su tirer meilleur parti que lui.»

Il y aurait encore bien des choses à dire; mais si Bohain a eu une part
plus ou moins active dans d'autres conceptions et dans d'autres
créations contemporaines, c'est dans l'histoire, c'est dans les mémoires
du temps que plus tard on le lira. Quels mémoires il aurait pu laisser
lui-même!

Victor Bohain est mort aux Batignolles, le samedi 19 juillet 1856, à
l'âge de cinquante-trois ans, après avoir conçu et remué plus d'idées,
fondé plus d'entreprises, mis en mouvement plus de choses et plus
d'hommes qu'aucun spéculateur millionnaire, qu'aucun homme d'État de ce
temps-ci.



L'ANCIEN FIGARO



1826


COUPS DE LANCETTE

Une sentinelle a douze mots d'ordre différents, selon
l'occasion.

       *       *       *       *       *

Etes-vous jésuite, certain avocat vous défendra. Etes-vous
constitutionnel, il vous défendra encore.--Sa conscience est donc bien
flexible! Mais son opinion, à lui?--Son opinion?... Il aime l'argent.

       *       *       *       *       *

Brunet, se trouvant à l'Opéra, s'est écrié comme Jocrisse, à la vue
d'une cantatrice: Il faut frémir, _frémons_.

       *       *       *       *       *

    Parfois, j'entends crier: Cailleau, Guiraud, Briffaut:
    Quels sont ces chiens de noms? Sont-ce des noms de chiens?
            --Du tout, vous êtes en défaut,
               Ce sont des noms d'académiciens.

       *       *       *       *       *

«Les maladroits!» disait M. Bénab... en apprenant que la tentative
d'assassinat des janissaires avait échoué, «que n'en chargeaient-ils un
jésuite!»

       *       *       *       *       *

A chaque instant, le _Figaro_, comme tous les journaux de la
Restauration, revient sur les jésuites; il ne faut point s'étonner de
cet acharnement, il y aurait même, je crois, injustice à le blâmer.

«En ce temps-là, disait, dans l'_Univers_, M. Veuillot, les Siècle et
les _Constitutionnel_ mangeaient tous les matins un jésuite à la croque
au sel.»

N'en déplaise à M. Veuillot, on ne faisait que se défendre. Les jésuites
et les congréganistes ont ouvert l'abîme sous les pas de Charles X, il y
est tombé, précipité par eux. Alors on fit tout pour le clergé, mais il
voulait encore davantage. Il fut insatiable.

Les journaux, témoins des envahissements, des empiétements quotidiens,
cherchaient à y mettre une digue. Il y avait tout à craindre de gens
dont les passions politiques ont été de tout temps furibondes. Un pays
voisin, d'ailleurs, donnait idée de ce que pouvait être la réaction.

En 1826, un _auto-da-fé_ annoncé depuis longtemps attira à Valence une
foule fanatisée. Le 31 juillet 1826, un pauvre israélite, revêtu du _san
benito_, espèce de blouse couverte de peintures représentant des flammes
et des diables, fut conduit au bûcher. Il était condamné à être _brûlé
vif_; son crime était l'HÉRÉSIE. Il marcha au supplice entre une haie de
dominicains, qui lui dépeignaient en chemin les délices dont il allait
jouir dans l'autre vie pour prix de son supplice; ils l'appelaient
_frère infortuné_. Tant que dura le supplice de la victime, les moines
hurlèrent des hymnes dont le chant formidable devait étouffer les cris
de l'infortuné.

Je laisse à penser l'épouvante de l'Europe, en apprenant que les feux de
l'Inquisition se rallumaient en Espagne; son horreur, lorsque les
journaux lui racontèrent ce sacrifice humain, nouvelle insulte à la
religion du Christ.

Et c'est à nos armes, pourtant, que le fanatisme devait cette puissance.
Qu'on s'étonne encore des attaques des journaux!

       *       *       *       *       *

Quand la mode des auto-da-fé viendra, la _Sentinelle de la Religion_ se
mettra en éclaireur.

       *       *       *       *       *

On parle d'établir de Paris à Bruxelles des relais en permanence à
l'usage de MM. les agents de change, les financiers, les libraires,
etc., qui désireraient faire banqueroute.

       *       *       *       *       *

Un incendie vient de dévorer six arpents de bois dans la forêt d'Evreux,
on assure qu'un jésuite y avait mis le feu en la traversant.

       *       *       *       *       *

M. le procureur général a reçu la dénonciation de M. le comte de
Montlosier contre les jésuites; le même jour, M. Saintes a envoyé à
Montrouge une dénonciation contre M. Montlosier.

       *       *       *       *       *

Le comte de Montlosier, dont il va être si souvent question pendant
l'année 1826, avait publié un ouvrage ayant pour titre: _Mémoire à
consulter sur un système religieux et politique tendant à renverser la
religion, la société et le trône_. L'auteur y dénonçait l'existence de
la congrégation et y livrait le secret de ses actes. Sa conclusion était
celle-ci:

«Les quatre grandes calamités signalées au présent mémoire, savoir: la
congrégation, le jésuitisme, l'ultramontanisme et le système
d'envahissement des prêtres, menacent la sûreté de l'État, celle de la
société, celle de la religion. Elles sont notées par nos anciennes lois;
ces lois ne sont ni abrogées ni tombées en désuétude; l'infraction qui
leur est portée constitue un délit; ce délit, par cela qu'il menace la
sûreté du trône, celle de la société et celle de la religion, se classe
parmi les crimes de lèse-majesté, crimes pour lesquels l'action en
_dénonciation_ civique n'est pas seulement ouverte, mais commandée...»

L'effet de ce mémoire fut profond, immense. La France s'épouvanta de se
voir ainsi enveloppée dans un vaste réseau de sociétés religieuses
secrètes, qui comptaient dans leur sein des ministres et des laquais,
des rois et des cardinaux, des femmes et des enfants.

L'alarme retentit d'un bout du royaume à l'autre. On s'effraya de ces
missionnaires, de ces moines, qui s'en allaient par toutes les provinces
recrutant, à l'aide de la gendarmerie souvent, des néophytes et des
affiliés. On frémit en les voyant embrigader les enfants dans la
_Société des bonnes études_, et leur apprendre à chanter les louanges du
Seigneur sur des airs d'opéras comiques en vogue:

    Chrétien diligent,
    Quelle ardeur te dévore.

sur l'air du fameux choeur de _Robin des bois_, ou encore:

    La religion nous appelle, etc....

sur l'air du _Chant du départ_.

Par les enfants et les domestiques habilement stylés, la congrégation
pénétrait presque dans l'intérieur des familles, qu'elle tenait déjà par
les femmes.

Voilà ce que dénonce le mémoire du comte de Montlosier.

Et l'effet fut d'autant plus grand, que le comte avait passé sa vie à
attaquer le nouveau régime et à défendre l'ancien.

L'auteur du _Mémoire_ tint sa promesse, et, malgré les cris et les
menaces de cette toute-puissante congrégation, le 16 juillet 1826,
déposa au greffe de la Cour royale la _dénonciation_ annoncée.

La Cour devait se déclarer incompétente.

       *       *       *       *       *

Mlle Adeline a souvent les yeux fixés sur le parterre d'une façon si
singulière, que le parterre se met à rougir.

       *       *       *       *       *

M. d'El*** est le premier baron catholique, comme Montmorency fut le
premier baron chrétien.

       *       *       *       *       *

M. Montlosier a dit: «Je soutiendrai mon opinion jusqu'à la mort.»
Dépêchons-nous donc, ont dit les jésuites.

       *       *       *       *       *

Hier, nous avons vu M. le comte de Bonald, qui _se_ parlait _à
lui-même_.--C'était sans doute pour voir s'il pourrait se comprendre.

       *       *       *       *       *

M. Briffaut a dit, dans son discours académique, que «Louis XIV imposa
la gloire à son siècle.» C'est une imposition à laquelle M. de V... n'a
point pensé.

       *       *       *       *       *

Un missionnaire observait très-pertinemment que l'infâme Voltaire avait
assez écrit pour perdre deux millions d'âmes, et pas assez pour allumer
dix bûchers.

       *       *       *       *       *

Les jésuites ont des poignards, M. de Montlosier n'a que sa plume; les
armes sont-elles égales?


Dimanche, 23 juillet 1826.

ESQUISSE

L'ACTEUR DE PARIS ET L'ACTEUR DE PROVINCE

L'ACTEUR DE PARIS.

Il est midi, il vient de se lever et, revêtu de son élégante robe de
chambre, il fait quelques tours dans son appartement, visite ses
tableaux et ses fleurs et demande ses journaux. Il sourit agréablement à
la lecture de celui-ci, il grimace à la lecture de celui-là. «Jean!»
s'écrie-t-il, et Jean accourt: «Tu renouvelleras mon abonnement à cette
feuille et tu en prendras un second à celle-ci... A propos, Jean! tu
passeras chez M***, l'auteur de la pièce nouvelle, pour lui dire de
venir me voir.»

Après ce préambule, il se met à table, prend son rôle et le parcourt
entre la côtelette et le chablis. «C'est pitoyable, dit-il de temps en
temps; les auteurs ne travaillent que pour eux, rien pour les acteurs.»
On sonne. «Déjà des visites, à cette heure!... Que voulez-vous,
bonhomme?--Je suis le tailleur de monsieur, je venais pour un petit
compte à régler.--Vous repasserez, je n'ai pas la tête aux calculs... Et
vous, l'ami, que demandez-vous?--Je suis... vous savez...--Fort bien; il
me faut trente hommes ce soir, voici trente billets, soignez donc un peu
mieux mes entrées.--Monsieur sera content.» On sonne encore: c'est
l'auteur de la pièce nouvelle. Il n'entre qu'en tremblant, il sait qu'il
va subir mille observations plus ou moins ridicules dont il se propose
bien de ne tenir aucun compte. En effet, l'acteur commande des
rectifications, l'auteur résiste; la dispute s'échauffe; l'acteur tient
bon et, dans son dépit, écrit au régisseur pour lui annoncer une
indisposition subite; puis il fait sa toilette et court à la Bourse
acheter fin de mois, sur le produit présumé de sa prochaine
représentation à bénéfice. De la Bourse il vole vers la nouvelle
propriété qu'il vient d'acquérir. A son retour, il tombe réellement
malade en apprenant que la rente a baissé à Tortoni, et que sa doublure
s'est fait vigoureusement applaudir dans son rôle, grâce aux trente
hommes dont il a fait les frais. De dépit il va s'enterrer dans son
petit ermitage, en ayant soin d'envoyer toucher à la caisse du théâtre
ses émoluments et ses parts.

L'ACTEUR DE PROVINCE.

Il est six heures; le jour luit à peine, et déjà du fond d'une modeste
alcôve retentit la voix d'Agamemnon, puis bientôt après celle de Scapin.
«Chien de métier,» s'écrie en s'élançant hors de son lit un homme long
et sec, «faire pleurer et rire alternativement, mourir et ressusciter
régulièrement tous les soirs; et cela pour mille écus par an! chien de
métier! allons du courage, une dernière répétition: _Oui, c'est
Agamemnon_. Qui frappe?» Agamemnon pâlit et craint que ce ne soit
quelque créancier matinal; vainement il cherche dans sa tête quelque
tour de Scapin pour l'éconduire; on frappe encore, la porte s'ouvre
d'elle-même! Dieu soit loué! c'est M. le Directeur.

Il entre avec précipitation, comme un homme affairé, et, sans avoir
songé seulement à donner le bonjour au roi des rois, il déploie un rôle
nouveau avec une partition: «Vite à l'ouvrage, vous me voyez dans un
embarras... Notre opéra est annoncé et attendu pour ce soir, et notre
basse-taille ne s'avise-t-elle pas de faire une chute à se casser la
jambe?--Eh bien!--Vous allez prendre son rôle.--Vous plaisantez, une
partie de basse-taille pour un soprano! d'ailleurs je suis
enrhumé.--Tant mieux, cela renforcera votre voix; au reste, il n'y a que
deux morceaux d'ensemble. Du courage! à midi répétition, et ce soir
gratification si la recette est bonne.

Agamemnon-Scapin s'exécute de bonne grâce; la répétition arrive, il ne
bronche presque pas, et, pour se donner plus de courage, il va chez le
traiteur attendre l'heure de la représentation. Mais, fatale
imprévoyance! sans doute il croyait déjà tenir la gratification, et
quand vint le quart d'heure de Rabelais, il se souvint qu'elle n'était
que promise; que faire? Le roi des rois n'a de crédit nulle part; Scapin
vient à son secours: il envoie la carte à payer au théâtre, en priant le
cher directeur de venir le dégager. La représentation a lieu; il est
applaudi, sifflé, que lui importe! il n'a d'ambition et d'amour-propre
que pour mille écus.

COUP DE LANCETTE

A la porte du couvent de Saint-Acheul, il y a, dit-on, un rémouleur qui
n'est occupé qu'à aiguiser de petits couteaux.


Lundi, 24 juillet 1826.

RÉSUMÉ DE L'HISTOIRE DES PAPES

On déclame beaucoup aujourd'hui contre les usurpations des jésuites et
les envahissements du spirituel sur le temporel, et il n'en résulte que
beaucoup de bruit sans que le pape et le clergé s'en inquiètent le
moins du monde. Que redouter, en effet, d'allégations vagues et mal
fondées? Ce sont les faits qui tuent, et non les mots.

Aussi n'hésitons-nous pas à placer, en tête des ouvrages qui traitent
cette matière, le _Résumé de l'histoire des Papes_. L'auteur donne
rapidement, et en peu de mots, l'esquisse de la vie de chaque pontife.
Peu de réflexions et beaucoup de détails, voilà comme il faut écrire
l'histoire abrégée. Mais ce qui distingue surtout cet ouvrage, c'est un
ton de gravité qui était commandé par le sujet, et que l'auteur
n'abandonne jamais. C'est un mérite de plus, qu'au temps qui court on ne
saurait trop apprécier.

_Le pape_, dit Montesquieu, _est une vieille idole qu'on encense par
habitude_; il aurait pu ajouter par faiblesse et par superstition.
L'histoire offre-t-elle rien de plus déplorable que l'excommunication de
l'empereur Henri IV, et n'y a-t-il pas quelque chose de révoltant dans
la défection de ses sujets dès qu'il fut condamné par l'ambitieux
Grégoire?

Quoique la chaire de saint Pierre ait été souvent occupée par des hommes
vraiment vertueux, on y a vu s'asseoir assez de pontifes indignes pour
ne pas souhaiter de la voir dominer sur tous les trônes chrétiens. Et,
d'ailleurs, où sont les titres de l'évêque de Rome à cette suprématie
universelle qui ne soient mis au néant par chaque page de l'histoire?

Il est assez singulier que, dans le nombre des successeurs de saint
Pierre, une femme ait figuré, les uns disent pendant deux ans et demi,
les autres disent pendant cinq mois. En 854, un prêtre, connu sous le
nom de Jean d'Anglican, fut élu après la mort de Léon IV. Un jour que,
revêtu des habits pontificaux, il se rendait processionnellement à
Saint-Jean de Latran, il parut éprouver des douleurs très-vives que ses
efforts pour les cacher augmentèrent encore. Enfin le pape accoucha, ou
plutôt la papesse, car c'était une femme, entre le Colisée et
Saint-Clément; elle mourut sur la place même. Un monument d'expiation y
fut élevé et subsista jusqu'au pontificat de Pie V, qui le fit détruire.
De là vint la coutume de faire asseoir le nouveau pape sur un siége
creusé, de manière qu'un homme pouvait passer dessous et s'assurer du
sexe. Aussitôt cette opération faite, on s'écriait: _Papam virum
habemus_.


COUPS DE LANCETTE.

Monsieur de Montlosier a demandé au préfet de police la permission de
porter une cuirasse sous ses habits.

       *       *       *       *       *

On annonce un prochain changement de ministère.--Quel bonheur!... Mais
ce n'est qu'en Angleterre.

       *       *       *       *       *

Une Excellence, ayant entendu parler des conversions d'un révérend,
répéta avec joie: «C'est donc un diable que cet homme-là?--Non,
monsieur, c'est l'abbé G...»

       *       *       *       *       *

Depuis que l'abbé G... a fait brûler Voltaire et Rousseau, on sait de
quel bois les jésuites se chauffent.

       *       *       *       *       *

Le général D... porte son épée comme un homme de coeur; cela ne dit
pas qu'il soit brave.

       *       *       *       *       *

Madame de G..., craignant de ne plus faire parler d'elle, après sa mort,
vient de prier M. Auger de lui composer son épitaphe. La voici:

    Ci-gît, mère de cent enfants,
    Des comtesses la plus féconde;
    Elle a fait du bruit dans le monde,
    Elle y parla quatre-vingts ans.

       *       *       *       *       *

Madame de Genlis ne croit pas aux jésuites, parce qu'elle n'en a pas
connu avant la révolution.

       *       *       *       *       *

C'était, avant-hier, la fête de Montrouge; MM. les jésuites se sont
livrés à leur gaieté naturelle. Après un repas délicat, toute la
confrérie a entonné en choeur ce doux refrain:

    Il faut leur percer le flanc,
    Plan, plan, rataplan, etc., etc.

Montrouge, dont _Figaro_ parle à chaque instant, et que le _Courrier
français_ appelait «l'antre du fanatisme,» est la petite commune aux
portes de Paris où les jésuites avaient fondé une maison mère. A
Montrouge se tenait le conseil supérieur, dont les instructions et les
commandements volaient avec une inconcevable rapidité d'un bout de la
France à l'autre. «Les télégraphes jésuitiques de Montrouge, dit un
journal, l'emportent sur les signaux du gouvernement.»

«Montrouge, disait un autre journal, c'est le jésuitisme, le foyer de la
congrégation, le vrai siége du gouvernement.»

Qu'est-ce donc que ce joujou-là? demandait un enfant à un frère
ignorantin, en lui montrant un canif.

--Mon fils, lui répondit l'élève de Montrouge, c'est un instrument qui
sert à corriger les rois.

       *       *       *       *       *

Le _Moniteur_ prépare une circulaire pour annoncer à l'Europe qu'il est
le plus spirituel, le plus amusant, le meilleur des journaux
littéraires... Nous croyions que c'était la _Pandore_.

       *       *       *       *       *

Samedi, 29 juillet 1826.

VIEUX CONTE S'IL EN FUT JAMAIS

Or, il advint dans un pays de jubilé, par delà des montagnes bien
hautes, qu'un jour il y eut grand aria, comme on dit. Voilà que tout à
coup il n'y avait rien dans les coffres, rien dans la cave, rien au
grenier, ni foin ni paille, rien enfin à mettre sous la dent. Quand il
n'y a point de foin au râtelier, les ânes se battent. Mais il faut
manger, quoiqu'on se batte; les uns firent ceci, les autres cela, tous
firent de travers et cheminèrent de mal en pis. «Parbleu, dit un jour
celui qui avait la plus belle plume au chapeau (bien qu'elle fût toute
sale) et les plus beaux hauts-de-chausses (bien qu'ils fussent de
pièces et de morceaux), si nous allons de ce train-là, nous n'irons pas
loin; vite un tambour, et qu'on aille tambouriner partout pour que
chacun vienne de suite, réflexion en poche et sabre au côté pour couper
ce noeud gordien-là.» Un chacun réuni, après les dits et redits, le
bourdon d'une grosse cloche coupa court, et l'on patenôtra cinq à six
_Orémus_. Puis l'homme à la plume, d'un ton dolent, crachant à droite,
éternuant à gauche, à quoi l'on repartit: _Dieu vous bénisse_, s'escrima
ainsi, sur les choses du moment, avec un accent le plus solennel du
monde: «Mes très-chers frères, saint Ignace (ici ceux qui étaient
derrière les autres donnèrent un grand coup de front sur la nuque de
ceux qui étaient devant; le mouvement gagna jusqu'à ceux qui étaient en
tête de la longue et large colonne, et ceux-ci le firent à leur tour
rétrograder brusquement jusqu'aux endormis de la dernière banquette), le
grand saint Ignace, continua-t-il, nous punit par l'inanition des
indigestions que nous nous sommes données. C'est visible: il faut donc,
je crois, que le plus ventru de nous tous y passe le goût du pain et
soit regardé comme le bouc émissaire des péchés d'Israël; saint Ignace
m'est apparu rouge de colère comme l'oeil du coq; il faut l'apaiser!
Moi, je n'y vais pas par quatre chemins; j'ai mangé à crédit partout où
j'ai pu; j'ai cédé, moyennant pot de vin, bail sur bail, les gros
fermages de tous les pays; puis, le temps est venu où je n'ai plus à
ronger que ma plume et mes chausses, si nous n'y mettons ordre, vous
pour moi, et moi pour vous.»

Après ces mots, il y eut de la sensation, et les petits enfants
demandèrent des tartines. Un conseiller, qui avait été nourri de la
lecture de Molière, leur fit donner le fouet tout leur soûl. Puis un
gros joufflu qui louchait, portant robe noire et perruque idem, parla
dans ces mots en caressant un petit garçon d'un air tout à fait
mystique: «Quand on n'a pas de pain, j'en ai encore et le garde; j'ai
raison, et l'on doit être fier de me voir si dodu et si vermeil. On dit
que j'ai faim comme quatre, et que je mange comme huit. Qu'est-ce que
cela prouve, sinon que j'ai de l'appétit. On vit comme on peut; je peux
parce que j'ai. Que ceux qui ont du crédit s'en servent, on payera quand
on pourra; et quant aux gueux qui n'ont rien, ce sont des gueux qu'il
faut pendre, cela leur apprendra à vivre. J'ai dit.» Tous tes plus
grands, tous les plus gros, gens à pistolets et poignards en poche,
gaillards trapus et hargneux, dogues à longs crocs et colliers pointus,
excitèrent alors un vacarme d'applaudissements de tous les diables; on
bâillait de faim, on braillait d'enthousiasme.

Quand on se fut bien estomaqué, un petit homme, couleur gris de
poussière, sec comme la mort, blême comme un carême, jambes en fuseau,
corps menu, nez d'un pied de long, grimpa dans l'égrugeoir comme un
écureuil, et là, de pérorer d'une voix affamée, tirant la langue comme
un chien de chasse qui vient de courre:

«Mes amis, je devrais me taire, car je n'ai pas soupé hier, déjeuné ce
matin, ni dîné ce soir (murmures), mais la conscience l'emporte: je vais
faire une révélation terrible. Un jour de fête, car, Dieu merci, nous
sommes dans les fêtes jusqu'au cou, nous vivons comme des bienheureux
(applaudissements), je fumais, car que faire de mieux, si on ne mange,
que de fumer? (murmures plus prononcés)--quand une idée que je crus
pieuse me passa par la tête: cette idée, messieurs, c'était de fondre
toutes les cloches des monastères du pays pour en faire des pièces de
six maravédis, à l'effet d'acheter pour nous et les nôtres des petits
pains de seigle.» A peine l'orateur eut-il parlé, qu'il fut accueilli à
grands coups de pied, à grands coups de poing, hué, conspué, tiraillé
et reconduit avec force gifles, croquignoles, rebuffades et crachats au
nez, jusqu'à une des plus belles potences qui aient jamais eu quinze
pieds, et accroché, à la grande satisfaction de toutes les bonnes âmes,
par le beau milieu de son cou. Depuis lors, le pays devint le chaos le
mieux organisé, l'enfer le plus cagot qu'il se fût oncques vu; il y eut
des cloches sans pain, des fêtes où l'on ne riait pas du tout, des
cantiques de cinquante et quelques couplets, force coups de couteau,
contrebande, guerre civile, combats de taureaux, peste, famine, plaies
et bosses à bouche que veux tu, et autres gentillesses dans ce moule;
mais, par-dessus le marché, pas une pièce de monnaie dans l'escarcelle
pour acheter du baume de fier-à-bras!


COUPS DE LANCETTE.

Rivarol accusait M. Ginguené d'avoir des phrases d'une longueur
désespérante pour les asthmatiques.--Qu'aurait-il dit de celles de M.
Villemain?

       *       *       *       *       *

Jésuite pour jésuite, disait madame d'A..., j'aime mieux ceux à robes
longues, cela cache mieux les choses.

       *       *       *       *       *

La _Gazette_, le _Drapeau blanc_ et le _Journal de Paris_, depuis qu'ils
publient les nouvelles de Portugal, ressemblent à ces tyrans de
mélodrame, qui se montrent avec un visage riant et se retournent
aussitôt en fronçant le sourcil et en disant tout bas: _Dissimulons_.

       *       *       *       *       *

Un dentiste célèbre, attaché au service d'un prince étranger, demandait
au chambellan dans quelle langue il pourrait adresser ses remercîments à
Son Altesse.--En français, si vous voulez, reprit le courtisan, pourvu
que vous évitiez de prononcer le mot _mâchoire_.

       *       *       *       *       *

Dans une de ses dernières brochures, M. le comte de Bonald dit qu'il ne
connaît rien de plus beau que les pays gouvernés par les prêtres, et il
cite _la fière Espagne avec son inquisition et ses moines_.

       *       *       *       *       *

MM. Bénab... et Ling..... sont toujours à louer ou à vendre.

       *       *       *       *       *

Deux moines de la sainte inquisition lisaient à Madrid les détails de
l'incendie de Constantinople.--«Que les habitants de cette ville sont
heureux!» s'écria l'un des saints pères, «ils peuvent jouir à chaque
instant du plaisir de voir brûler des hommes, des femmes et même des
enfants!...»

       *       *       *       *       *

Il y a un proverbe florentin conçu ainsi: _Qui fait ses affaires ne se
salit pas les mains_; M. le comte de... doit avoir les siennes
furieusement propres.

       *       *       *       *       *

On a cité en justice un brave homme parce qu'il se nomme Napoléon.
Est-ce en France ou chez les Hurons?

       *       *       *       *       *

M. de V... se fait, dit-on, répéter tous les matins, depuis huit jours,
cette maxime d'un ancien: _Un flatteur est un esclave qui n'est bon pour
aucun maître_.

       *       *       *       *       *

La _Sentinelle de la Religion_ prétend qu'elle soutient tous les bons
principes....... Sans doute comme la corde soutient le pendu.

       *       *       *       *       *

Mlle Delâtre disait qu'elle connaissait les livres de morale.--Oui, lui
répondit-on, comme les voleurs la gendarmerie.

       *       *       *       *       *

Un auteur célèbre a dit que l'_existence entière des jésuites fut un
grand dévoûment à la religion et à l'humanité_; ajoutez: et aux petits
garçons.

Les vengeances et les colères d'une réaction furieuse donnèrent, sous la
Restauration, un rôle des plus importants à la délation. Les délateurs,
comme ceux de la Rome antique, sûrs de l'impunité, que dis-je, certains
d'obtenir des récompenses et «des honneurs,» ne se renfermèrent pas
toujours dans leur strict devoir. D'espions, ils devinrent agents
provocateurs et, pour satisfaire leur «honnête ambition,» se mirent au
service des rancunes. De là, des piéges honteux tendus à la crédulité
d'une foule de malheureux, qui payèrent de leur tête le crime d'avoir
écouté les propositions de misérables chargés d'organiser des émeutes et
des complots, où d'autres misérables plus puissants qu'eux ramassaient
dans le sang des victimes des croix et des cordons.

On est révolté au seul souvenir des crimes des cours prévôtales, en ce
temps de _terreur_ contre-révolutionnaire. Que de sang, à Grenoble! on y
exécuta des hommes, des vieillards, un enfant, et plusieurs cependant
avaient été reconnus innocents. A Lyon, on décima un village. Un député
put s'écrier à la chambre: «Tous vos complots, jusqu'ici, ont été
organisés par la police.» La droite ne dit pas non. Qui ne sait les
tristes détails de la conspiration Berton, à Saumur; de l'affaire du
colonel Caron! Ils avaient été vendus à l'avance.

«L'espionnage, disait M. de Montlosier dans son mémoire, était autrefois
un métier que l'argent commandait à la bassesse; il est aujourd'hui
commandé par la probité, par les devoirs que la congrégation impose. On
assure que l'espionnage est devenu comme de conscience: on est prêt à
lui donner des lettres de noblesse.»

En 1826, partout et toujours, l'opinion émue voyait des mouchards et des
agents provocateurs.

       *       *       *       *       *

Samedi, 12 août 1826.

NOTES MANUSCRITES

EXTRAITES DES MÉMOIRES D'UN MOUCHARD

Ma naissance ne fut pas plus célèbre que celle de Lazarille de Tormès:
fils d'une femme de mauvaise vie, je fus vendu par elle à l'âge de cinq
ans à un vieux mendiant; j'appris des camarades de mon sort, dans les
tavernes où mon maître allait s'enivrer avec des confrères dignes de
lui, mille jolis tours d'adresse que je mis en pratique dans plusieurs
occasions assez importantes. Une seule manqua et me fit un nom: j'allais
être pris, je défilais avec deux aigrefins de ma taille, et, trop fier
pour mendier désormais, nous associâmes nos rares talents. Je gravissais
avec légèreté cette échelle de drôleries qui conduit raide à la potence,
lorsque l'exemple de mon meilleur ami, suspendu par le cou à un gibet,
refroidit subitement mes principes chevaleresques. Ayant trop de coeur
pour en revenir à mon premier état, pas assez pour persévérer dans le
second, je me fis mouchard. Là se développa le génie que m'avait donné
la nature. J'ai servi tour à tour à Londres, à Paris, à Vienne; les
mystères de l'Escurial, le sphynx du Saint-Office, les énigmes du
Vatican, ne furent pour moi que des secrets de Polichinelle: j'étais un
joyau qu'on se prêtait par considération. J'ai tramé dans la machine
infernale, mis, un des premiers, le feu à Moscou, et jeté le cri de
sauve qui peut à Waterloo. J'étais présent au dix août. J'ai porté des
rafraîchissements à l'Abbaye dans les premiers jours de septembre. J'ai
traité de puissance à puissance avec Robespierre, soupé avec Lequinio,
qui soupait avec le bourreau. J'étais un des gendarmes d'élite qui ont
mis à mort le duc d'Enghien dans les fossés de Vincennes. Je fus un
moment revêtu d'un caractère semi-diplomatique pour vendre Paris aux
Cosaques; depuis j'ai parcouru Avignon, Grenoble, Nîmes, où périt Brune,
et finalement Lyon. Tout jusque-là m'avait réussi. Ma fortune donna
contre un écueil. Chargé de mettre des papiers parmi ceux d'un général
royaliste, je refusai: j'avais fait l'honnête homme, je fus destitué; je
le devins tout à fait. S'il n'y avait que la vertu qui surnageât, que
d'Excellences on pourrait noyer dans un verre d'eau.

En devenant honnête, je devins furieux; cela se voit souvent, surtout
lorsque la rancune est plus forte que l'amour-propre: je résolus de
faire mes Mémoires; je les fis. J'allais les publier, lorsqu'un de mes
amis, ancien prêtre, aujourd'hui père légitime d'une demi-douzaine de
marmots qu'il élève à la Lancastre et pour les arts libéraux, homme de
moeurs douces et d'esprit prudent, me représenta que les minutes
officielles de mes aventures existaient, signées de ma main, au dépôt
des archives, et qu'ainsi l'anonyme même ne saurait me mettre à l'abri
des investigations de mes anciens compagnons d'armes. Je ne voulais pas
donner quinze et brisque sur mon jeu, et mourir martyr après avoir vécu
comme un gredin. Je me tus: je serrai mes paperasses, comme fit le
courageux Ducis quand il écrivait contre Napoléon. Mais j'enrageais,
j'enrageais... Je découvris bientôt un nouvel argument à l'appui du
premier.

C'est moi, disais-je, qui ai révélé à Napoléon les conciliabules secrets
du mont Saint-Valérien; le Calvaire a repris sa splendeur, certains
messieurs, que l'on dit y apparaître encore, pourraient bien se piquer
d'être plus chrétiens que l'Évangile. Taisons-nous: tout n'est pas gain
pour ceux qui écoutent.

C'est moi, disais-je, qui ai démontré la connexion de l'affaire Pichegru
avec celle de Georges; bien que M. Basterèche l'ait dit en toutes
lettres à la tribune, il doit peu me convenir à moi de traiter Pichegru
d'assassin. On lui élève une statue et, quoi qu'en dise l'article 8 de
la Charte, ses amis et les amis de leurs amis pourraient se montrer plus
royalistes que le roi. Taisons-nous: tout n'est pas gain pour ceux qui
écoutent.

Si, ajoutai-je encore, je me vantais d'avoir mis le nez jadis dans les
papiers de Cambacérès, on pourrait me faire des questions embarrassantes
sur la cause de leur disparition, et si je disais ceci et cela, je
pourrais passer pour un calomniateur, parce que je ne les ai plus devant
moi, et que du reste je ne voudrais pas les avoir dans ma poche, Dieu
m'en garde! Ainsi taisons-nous: tout n'est pas gain pour ceux qui
écoutent.

Si je racontais l'histoire de la souricière (celle de Bayonne, bien
entendu), je sais bien que le prince de T.... et l'archevêque de P....
ne m'accuseraient pas de mensonge. M. le duc de R..... pourrait faire
une seconde publication, à cet égard, aussi risible que la première,
mais ni lui, ni moi, ni nos amis, ne regagnerions nos entrées, et je ne
vois là que dangers sans honneurs pour sortir d'un pas de clerc. Sylla,
en affranchissant ses esclaves, se créa par cette adresse des légions de
clients. Taisons-nous: tout n'est pas gain pour ceux qui écoutent.

J'aurais parlé, disais-je encore, de l'affaire des sous-traitants à qui
Napoléon fit rendre gorge un peu à la turque: c'est moi qui avais arrêté
le gros maréchal-ferrant millionnaire: mais que d'allusions à l'affaire
Ouvrard! On dit que celle-ci tient à tant de choses si délicates, à
ceci, à cela, à presque tout enfin. Je veux croire que ce sont des
propos de gobe-mouches, c'est bon. Mais taisons-nous: tout n'est pas
gain pour ceux qui écoutent.

On sait, disais-je enfin, comment est mort Paul Ier, et moi aussi, je
le sais: mais si, comme le dit M. Dulaure, les Anglais ont semé l'or
sterling à la brouette dans les quarante-quatre mille communes de la
France, pour faire bouillir le vif-argent dans toutes les cervelles
gauloises, aux bons vieux jours de Foucher, Carrier, Marat et Compagnie,
ne trouveraient-ils pas dans quelques petits coins de leur escarcelle,
toute délabrée qu'elle me paraît aujourd'hui, de quoi acheter à bon
compte la peau de moi, chétif, dussé-je, comme une grenouille
dépouillée, ne vivre que juste ce qu'il faut après pour la voir bien et
dûment tannée pour en faire un tambour. Pas de ça, s'il vous plaît.
Taisons-nous: tout n'est pas gain pour ceux qui écoutent. Et je jetai
mes Mémoires au feu....


COUPS DE LANCETTE.

Dans un pays qui touche à la Turquie, les uns reçoivent des cordons, les
autres n'obtiennent que la corde.

       *       *       *       *       *

M. T. L. assure qu'il est un homme.

       *       *       *       *       *

A Londres, la nommée Marie Cocnet d'Ouvrard, qui se dit fille du
munitionnaire de Sainte-Pélagie, a été condamnée à la peine capitale
pour avoir volé une montre.--On la croit de la famille.

       *       *       *       *       *

Lundi, 21 août 1826.

ALBUM DE CHÉRUBIN.

_A-compte._--Femme qui donne un _à-compte_ sur une affaire amoureuse ne
tardera pas à la solder.

_Déclaration d'amour._--_Déclaration_ de guerre contre la vertu.

_Esprit._--Une belle femme sans _esprit_ est un dieu qu'on admire et
auquel on ne sacrifie pas.

_Familiarité._--Porte ouverte à l'amour.

_Hélas!_--Expression de la douleur, aussi fugitive que celle du plaisir.

_Impôt._--Le regard d'une jolie femme est un _impôt_ sur notre coeur.

_Jalousie._--Saint Jérôme est presque une autorité en amour. Il dit que
la _jalousie_ d'un mari est sottise, car si une femme est facile, il est
impossible de la garder; et si elle est chaste, elle n'a pas besoin
qu'on la surveille.

_Laideur._--Elle est une autre Vesta qui conserve religieusement le feu
de la chasteté.

_Mélange._--Le je ne sais quoi d'une femme se compose d'un _mélange_
d'attraits, d'appas et de charmes qui séduit, engage, entraîne.

_OEillade._--Lancée par une coquette, c'est un filet qui sert à
prendre des dupes.

_Paradis._--Un religieux arabe a dit que Dieu avait un paradis à part
pour les femmes, parce que si elles entraient dans celui des hommes,
elles en feraient un enfer.

_Secret._--La Fontaine prétend qu'une femme ne peut garder un _secret_.
Malgré le _bonhomme_, il est une justice à leur rendre: jamais elles ne
divulgueront le _secret_..... de leur âge.

_Tartufe._--Il est des tartufes femelles, mais ce sont les moins
dangereux.

_Vertu._--Rien ne conspire plus contre la vertu des femmes
qu'elles-mêmes.

_Yeux._--Agents provocateurs du plaisir.

       *       *       *       *       *

Jeudi, 24 août 1826.


                ANNIVERSAIRE

Il y aura, ce soir, à minuit, deux cent cinquante-quatre ans! La paix
avait été signée entre les factions: la liberté des cultes en était la
conséquence... Tout à coup, la cloche de Saint-Germain-l'Auxerrois
annonce le signal, et, de proche en proche, le tocsin appelle tous les
assassins au meurtre: ils sont prêts sur tous les points de la France.
Rome approuvait la mort de Coligny... Il tombe sous le fer d'un
valet!... _Besme! cela_ est-il fait? s'écrie une voix.... Un cadavre qui
tombe aux pieds de Guise lui sert de réponse... Il le foule! Va, Guise,
va porter cette tête à Médicis. Ne crains pas. Hideuse, défigurée,
sanglante, elle ne fera pas reculer Charles IX! Un ennemi mort sent
toujours bon. Réjouissez-vous donc, respirez à l'aise, il y en a cent
mille!!!! O rigueurs salutaires!....


COUPS DE LANCETTE.

--Où Bazile court-il donc, avec cet air si gai?

--Comment! tu ne sais pas?

--Non!

--C'est aujourd'hui jour de fête.

--Oh! oh! et quelle est donc cette fête, qui donne un éclat si vif à tes
yeux creux et à ta physionomie plombée?

--La Saint-Barthélemy, parbleu!

--Infâme!....

       *       *       *       *       *

Mademoiselle Maria se plaint que les journalistes s'acharnent sur elle
comme des corbeaux. Certes, notre méchanceté est connue, mais nous
n'aurions jamais osé dire celle-là.

       *       *       *       *       *

Il y a des gens bien élevés, en Russie: les potences ont quinze pieds de
haut.

       *       *       *       *       *

Savez-vous pourquoi le bibliothécaire B... serait bien placé aux
finances?--Non!...--Parce qu'il ne touche pas au dépôt qui lui est
confié.

       *       *       *       *       *

La statue de Louis XIV qui a été érigée à Lyon a coûté, tous frais
faits, 537,950 francs. Que l'on dise ensuite dans vingt biographies que
Louis XIV ne vaut rien.

       *       *       *       *       *

_L'Etoile_ est payée pour mentir. Elle va prouver dans son prochain
numéro que, lors de la Saint-Barthélemy, les protestants se sont
suicidés eux-mêmes pour faire tort aux jésuites.

       *       *       *       *       *

   --Un juge présidant les dernières assises
    A certain vagabond reprochait son larcin.
   --Ah! parbleu! répond-il, dites donc des sottises,
    Sans les voleurs, bientôt vous crèveriez de faim.

       *       *       *       *       *

M. Lecomte, qui est généreux comme un Arabe, offre CENT FRANCS à l'homme
de bonne volonté qui ira chercher querelle aux journalistes. Nous serons
plus libéraux. Nous offrons _cinq cents francs_ à l'homme de corvée qui
aura le courage de déclarer publiquement que M. Lecomte est un bon
acteur, un bon auteur et un homme d'esprit.

       *       *       *       *       *

L'AMI DES MONSTRES

M. Geoffroy Saint-Hilaire est un professeur du Jardin des Plantes et
membre de l'Académie des sciences (section d'histoire naturelle). C'est
un homme fort savant et fort laborieux. Il se passe fort peu de séances
de l'Académie des sciences sans que M. Geoffroy Saint-Hilaire n'ait
quelques monstruosités nouvelles à signaler à l'attention de l'Académie.
Les monstres sont une de ses manies, car il en a encore une autre dont
nous parlerons tout à l'heure; M. Geoffroy Saint-Hilaire voit des
monstres partout: il conserve chez lui, dans l'esprit-de-vin, des veaux
à deux têtes, des chats à six pattes, des enfants à quatre jambes, des
jumeaux attachés par le ventre, etc., etc. Avez-vous un doigt de plus ou
de moins, vous êtes monstre; et M. Geoffroy Saint-Hilaire a été tenté de
se déclarer monstre lui-même en se voyant dans une glace, parce qu'il a
la plus extraordinaire construction d'oreilles qu'on puisse imaginer.

M. Geoffroy Saint-Hilaire arrive ordinairement à l'Académie armé de
vases et de bocaux renfermant des monstres. Lundi dernier, le savant
professeur est arrivé précédé d'une terrine de Nérac, de ces terrines
pouvant contenir six perdreaux truffés. _C'est un pâté_, s'écrie-t-on
de toutes parts; _c'est un pâ â té_, s'est écrié un académicien aussi
éloquent que notre ami Bridoison; chacun se lève, et tous les membres du
docte corps demeurent la bouche ouverte et les yeux fixés sur la
bienheureuse terrine. Quel désappointement! Le professeur prend la
parole: «J'ai l'honneur de présenter à l'Académie, dit-il, un enfant né
il y a huit jours....» Chacun se rassied et se bouche le nez.... M.
Geoffroy Saint-Hilaire s'aperçoit de l'effet produit par sa harangue et
continue: «J'emporte mon monstre à la bibliothèque, et je le montrerai à
ceux qui le désireront.»

M. Geoffroy Saint-Hilaire a encore une autre manie, de trouver une
analogie entre l'homme et les moindres animaux. Dernièrement il
expliquait l'analogie qu'il prétend exister entre l'espèce humaine et le
lézard. Il avait apporté un de ces animaux dans une fiole; la fiole
passait de mains en mains: elle arrive à un académicien, homme de
beaucoup d'esprit, qui la passe à son voisin, en disant: «Mon confrère,
permettez-moi de vous passer notre confrère.»

Avec tout cela, M. Geoffroy Saint-Hilaire est un homme profondément
instruit, d'une élocution facile et élégante; il a de plus l'honneur
d'être opposé de principes et d'opinion à un autre académicien riche de
places, de dignités et de sinécures, et dont on a dit: «Ce cuvier-là,
c'est le tonneau des Danaïdes.»

       *       *       *       *       *

UNE JOURNÉE

(_Extrait de l'album d'une dévote._)

..... J'ai été réveillée ce matin, à dix heures; on entrait dans mon
boudoir sans se faire annoncer; j'ai cru que c'était mon mari, et
j'allais le tancer de la bonne façon de son impertinence..., c'était mon
directeur. D'abord il a aperçu sur un fauteuil une robe neuve apportée
la veille, puis il m'a vue cacher avec précipitation quelque chose sous
la couverture. Il a voulu savoir ce que c'était: je résistai, il
insista, mit la main... c'était un roman! Comme il m'a sermonnée, ce bon
M. Papelard, sur Satan, sur les vanités du monde! Il m'a prouvé par un
argument que je n'oublierai jamais que la chair est bien fragile. On a
frappé, mais la clé était en dedans: j'ai reconnu la voix de mon mari,
qui voulait me souhaiter le bonjour; je l'ai prié d'aller faire un tour.

Pendant que M. Papelard achevait la péroraison d'un discours dont
l'introduction avait été si violente, j'ai fait ma toilette. Point de
coquetterie devant mon directeur, il chiffonne un fichu trop mondain,
met la main sur tout ce qui est de luxe. Nous sommes sortis pour aller
au sermon, il a pris mes Heures et un petit sac contenant les économies
que je fais faire à mon mari, pour en verser une partie dans le tronc
d'un séminaire et prendre un abonnement à la _Sentinelle_.

A notre retour, nous nous sommes encore enfermés: il avait, disait-il, à
m'expliquer le texte du sermon, que je n'avais pas bien compris et qui
était: _Aperite portas vestras_, et j'ouvrais de grandes oreilles.

J'ai trouvé une lettre adressée à mon mari par mon fils que j'ai mis à
Saint-Acheul. Il se plaint de la vie qu'il y mène, le petit insolent!
Bien m'en a pris de ne pas laisser cette lettre entre les mains de son
père, il serait homme à mettre son fils dans un collége royal.

Mon mari m'a fait dire qu'il attendait deux amis à dîner; je lui ai
répondu que je faisais maigre, et qu'il pouvait aller chez le
restaurateur; j'ai eu soin surtout de lui défendre de rentrer avant onze
heures.

Je voulais voir _Tartufe_, dont on m'avait tant parlé; j'avais eu soin
de retenir une loge sang en rien dire à M. Papelard. Après le salut,
j'ai été à la Comédie-française. Qu'il me tardait de voir ce _Tartufe_!
Cette tragédie m'a fait pleurer.


COUPS DE LANCETTE.

Quand M. Ch. Nod... fait insérer dans un journal un article de trois
colonnes, on peut écrire en bas de cet article: J'ai faim.

       *       *       *       *       *

Miracle! M. de Corbière a ouvert l'oeil droit. Au train dont il y va,
on suppose qu'il sera tout à fait réveillé pour la fin de l'année.

       *       *       *       *       *

M. de Corb... a, dit-on, la maladie de la pierre.

       *       *       *       *       *

M. de C...-Tonn... ne passera pas sur le pont des Invalides pour se
rendre au Champ de Mars, parce qu'il n'y a plus de garde-fous.

       *       *       *       *       *

Que dites-vous de M. Madrole?... L'écho répond.

       *       *       *       *       *

Les valets détestent la liberté, parce qu'elle ne leur permet pas de se
montrer plus insolents que leurs maîtres.

       *       *       *       *       *

«La garde meurt et ne se rend pas.» M. de Vil... a retourné ce proverbe:
il ne meurt pas et ne rend rien.

       *       *       *       *       *

PETIT DIALOGUE.--_L'Excellence_. Mon cher, concevez-vous l'insolence de
tous ces folliculaires?--Monseigneur, j'en suis scandalisé... qu'ont-ils
fait?--Ils ont l'audace de remplir leurs feuilles de l'éloge d'un
comédien; ils ne parlent que de lui; que diraient-ils donc si je venais
à mourir? (Le secrétaire reste un moment abasourdi; mais, reprenant
bientôt son assurance, il répond:)--Rien, monseigneur.--Hein!--Rien, les
grandes douleurs sont muettes.

(_Historique._)

       *       *       *       *       *

Si j'avais été à Paris lorsque Talma se mourait, disait M. l'abbé de
L.., je serais bien entré dans sa chambre; pourquoi a-t-on des
gendarmes?

       *       *       *       *       *

Dans le bureau d'un journal on remarque des épées, mais on cherche en
vain des plumes: il paraît qu'il est plus aisé de se battre que
d'écrire.

       *       *       *       *       *

Un jésuite, entrant à l'Opéra, s'écria: O le joli couvent!

       *       *       *       *       *

Mademoiselle Adeline, qui paye des impositions, disait un jour: Je vais
chez le percepteur faire relever ma cote.

       *       *       *       *       *

POÉSIE BUREAUCRATIQUE

    Combien le jour de l'an est un jour propice
    Pour présenter ses voeux et civilités;
    J'en ressens près de vous le plus grand délice
    Dans votre accueil gracieux et toutes vos bontés.
    Pour rendre à madame des honneurs mérités,
      Il faut citer toutes ses qualités,
      Les rares vertus de l'esprit et du coeur.
    Permettez à l'amitié ce sincère hommage,
    Inspiré par le sentiment le plus flatteur,
    Et que chacun de vos subordonnés partage.
      Je suis, avec le plus profond respect, etc.

       *       *       *       *       *

QUEL EST LE JOUR OU ON EST LE PLUS AIMABLE?

Un empereur, le jour où il arrive au trône à travers le droit d'aînesse.

Un roi, le jour où il croit sa puissance en péril.

Un ministre, le jour où il obtient un portefeuille, ou le lendemain du
jour où il l'a perdu.

Un préfet, le jour où il lit sa nomination dans le _Moniteur_, et celui
où il met son habit neuf pour la première fois.

Un avocat, le jour où il est sans argent et sans cause.

Un avoué, le jour d'une expropriation forcée.

Un roturier enrichi, le jour où le valet qui l'annonce dans une société
brillante ajoute un de devant son nom.

Un noble ruiné, le jour où il épouse la fille d'un banquier qu'il croit
millionnaire.

Le banquier, le lendemain du jour où il a fait banqueroute.

L'huissier qui le poursuit, le jour où il fait le procès-verbal de
saisie du mobilier de son hôtel.

Un créancier, le jour où un débiteur sur lequel il ne comptait plus lui
paye capital et intérêts.

Un auteur, le jour d'une première représentation.

Un nouvel acteur, le jour de son début.

Un acteur qui double un rôle, le lendemain du jour où son chef d'emploi
a été sifflé.

Une danseuse, le jour où elle doit faire financer un milord.

Une vieille coquette, le jour où un myope lui a retiré vingt ans.

Un mari avec sa femme, le jour où il lui a fait une infidélité.

Une femme avec son mari, le jour où celui-ci part pour un long voyage.

Une fiancée avec son futur, le jour où l'on apporte la corbeille de
mariage, bien garnie de cachemires et de diamants.

Un amant, le premier jour où il croit....

Mademoiselle Cinti, le jour où elle lit dans un journal qu'elle est
excellente actrice.

M. Geoffroy de Saint-Hilaire, le jour où il découvre un nouveau monstre.

M. Auger, le jour où il trouvera un académicien.

M. Quatremère de Quincy, le jour où il sera défendu, sous peine
d'entendre son discours, de siffler à l'Académie.

       *       *       *       *       *

PETITS DIALOGUES.

A...--Monsieur l'commissair', j'viens vous dire comme quoi j'ai été volé
ce matin à six heures.--C'est votre faute, pourquoi vous avisez-vous de
sortir à cette heure..., il est trop tôt.

       *       *       *       *       *

B...--Monsieur le commissaire, j'ai été attaqué à onze heures du soir,
dans un des quartiers les plus fréquentés de Paris.--C'est votre faute,
pourquoi vous avisez-vous de sortir à cette heure..., il est trop tard.

COUPS DE LANCETTE.

Avez-vous un bras cassé, une jambe estropiée, la pierre, etc., etc... M.
Du..., célèbre dans la science chirurgicale, vous portera de suite des
secours... spirituels.

       *       *       *       *       *

Quand on demande à M. Dupuytren comment vont ses malades, il répond: Ils
se sont confessés.

       *       *       *       *       *

M. D... a remplacé le bistouri par un petit couteau.

       *       *       *       *       *

Les épiciers disent que le moyen de conserver la chandelle pendant l'été
est de l'envelopper dans une ode de M. Ancelot.

       *       *       *       *       *

M. D. ne se rend plus chez les malades avec sa trousse, mais bien avec
un bréviaire.

       *       *       *       *       *

Le docteur Du.., en apprenant qu'un de ses malades, dont il avait opéré
la.... conversion, s'était rétabli pendant son absence, s'est écrié d'un
air contrit: Quel malheur! il était si bien préparé à mourir!...

       *       *       *       *       *

A l'Opéra on veut de la moralité; ce n'est pourtant pas une fable.

       *       *       *       *       *

Au lieu des eunuques à qui on confiait la garde des femmes à
Constantinople, on va mettre des jésuites.

       *       *       *       *       *

M. Sosthènes prétend que les voleurs sont des gens très-moraux, parce
qu'ils forcent les jeunes gens qui ont peur d'être dévalisés à rentrer
de très-bonne heure.

       *       *       *       *       *

Dernièrement, une dame de l'Opéra a fait une fière chute; mais, comme
elle avait des caleçons, M. Sosthènes lui a fait grâce.

       *       *       *       *       *

M. Sosthènes de Larochefoucauld était alors chargé du _département des
beaux-arts_. «Congréganiste zélé, dévot mondain parmi les gens de cour,
bel esprit de cour parmi les dévots,» M. de Larochefoucauld devait sa
position à l'abbé Legris-Duval et au père Ronsin, chefs successifs de la
congrégation, dont il était l'instrument dévoué.

Dans les dernières années du règne de Louis XVIII, cet homme si dévot
avait joué à la cour un certain rôle: madame Du Cayla, créature du parti
religieux, gouvernait alors le vieux monarque, et M. Sosthènes était
chargé de transmettre à la favorite les ordres de la congrégation.

Ses rapports quotidiens avec une femme aussi influente ne pouvaient
qu'avoir les meilleurs résultats pour sa fortune. On ne pouvait songer à
lui donner un _département ministériel_: il obtint l'administration des
beaux-arts et, sur sa demande, on changea le titre de direction en celui
de _département_.

Non content de ces titres à la gloire, il s'acquit «la plus étrange
célébrité, en voulant officiellement moraliser à l'Opéra poëmes,
musique, acteurs et actrices; sa dévote sollicitude s'étendait jusqu'aux
robes des danseuses.»

M. Sosthènes a eu la nuit dernière un terrible cauchemar: il rêvait
qu'il était à côté d'une danseuse sans caleçons.

       *       *       *       *       *

Le sieur Henry, qui quitta dernièrement la place d'inspecteur général de
l'Académie royale de musique, dont M. Sosthènes l'avait gratifié, pour
aller faire un tour aux galères, n'était peut-être pas aussi coupable
qu'on a pu le croire; il est vrai qu'il avait fait des faux, mais il
n'avait pas commis d'indécences avec les dames de l'Opéra.

       *       *       *       *       *

Dorénavant, pour obtenir une place à l'Académie royale de musique, il
faudra faire apostiller sa demande par le chef des eunuques blancs du
harem du Grand Seigneur.

       *       *       *       *       *

M. Sosthènes disait l'autre jour fort galamment: Ce qui rend l'Opéra si
dangereux pour la morale, c'est le grand nombre de jolies femmes. A
notre avis, le mal n'est pas _si grand_ qu'il le pense.

       *       *       *       *       *

Les plaisanteries de _Figaro_ au sujet de M. Sosthènes sont, un peu
comme les danseuses, de plus en plus court-vêtues; peut-être les
trouverait-on déplacées par le temps de susceptibilité et de haute
pruderie qui court. J'en retranche, et des meilleures.



Mardi, 7 novembre 1826.

LES LAMPIONS.

DIALOGUE.

PREMIER LAMPION.--Quelle clarté je répands! à coup sûr on ne m'accusera
pas d'indifférence.

DEUXIÈME LAMPION.--C'est possible, mais on t'accusera d'autre chose;
regarde ce passant qui se bouche le nez.

PREMIER LAMPION.--C'est qu'il pense mal.

TROISIÈME LAMPION.--Messieurs, messieurs, point d'intolérance. Vous êtes
jeunes et par conséquent neufs, vous avez peu servi et vous connaissez
mal les hommes.

PREMIER LAMPION, _d'un air dédaigneux_.--Qui est-ce qui m'adresse la
parole?

DEUXIÈME LAMPION.--C'est mon voisin de gauche, un pauvre vieux placé
derrière une borne, et qui ne jette pas plus d'éclat qu'une veilleuse.

PREMIER LAMPION.--L'insolent! Il lui appartient bien...

TROISIÈME LAMPION.--Tout beau, jeune et brillant confrère! On voit bien
que vous n'avez brûlé qu'en l'honneur d'un seul maître.

PREMIER LAMPION.--Oui, je m'en fais gloire.

TROISIÈME LAMPION.--Cela a-t-il dépendu de vous? Tenez, demandez à votre
camarade qui, là-bas, jette un si beau feu entre deux lampions à moitié
éteints.

QUATRIÈME LAMPION.--Messieurs, dispensez-moi d'être votre juge; j'ai
pris le parti de brûler sans rien dire depuis que je me suis sottement
compromis en 1815.

DEUXIÈME LAMPION.--Qu'aviez-vous donc fait?

TROISIÈME LAMPION.--Je vais vous l'apprendre, puisqu'il garde le
silence.

QUATRIÈME LAMPION.--Non, morbleu! tu ne diras rien. Il convient bien à
un obscur individu tel que toi d'oser railler un personnage de ma sorte.

TROISIÈME LAMPION.--Tu n'as pas toujours été si fier, ni placé à une
aussi belle porte. Je t'ai connu appartenant à des gueux plus gueux que
mes maîtres. (_A part aux premier et deuxième lampions._) Ecoutez bien!
écoutez bien: la colère va le faire parler mieux que son plus grand
ennemi.

QUATRIÈME LAMPION, _en fureur_.--Infâme, ah! je n'ai appartenu qu'à des
gueux! Sais-tu, drôle, que j'ai souvent brûlé pour le prince de T***.
Une fois quand il était républicain, une fois quand il était
bonapartiste, une fois quand il était royaliste.

TROISIÈME LAMPION.--Oui, mais, depuis qu'il n'est plus rien, il t'a
chassé honteusement.

QUATRIÈME LAMPION, _toujours en fureur_.--Il m'a chassé! Dis donc que je
l'ai quitté pour son successeur. Et le marquis de P***, qui a su perdre
si à propos une bataille; et le comte de C***, qui a administré pour
Pierre et pour Paul, et toujours avec le même zèle; et le baron de C***,
qui a si bien parlé pour et contre; et le chevalier de C***, qui a reçu
de toutes mains; et l'homme de génie B***, qui a chanté tout le monde;
dis-moi, coquin, sont-ce des gueux que ces gens-là? Eh bien! tous ont
été mes patrons, et plutôt trois fois qu'une. Quels titres as-tu à
m'opposer, misérable?

TROISIÈME LAMPION.--Si je voulais me vanter, je trouverais peut-être....

QUATRIÈME LAMPION, _toujours en colère_.--Depuis trente ans que je plane
sur toi, ton obscurité n'a pu tromper ma vigilance. Je ne t'ai jamais
aperçu à l'occasion d'un sacre ou d'un couronnement: je t'ai vu, en
revanche, un certain 5 septembre.

TROISIÈME LAMPION.--Tu m'as vu ce jour-là; tu étais donc présent? Oui,
en effet, je me souviens que tu figurais à la porte de M. de Cazes.

QUATRIÈME LAMPION, _rouge d'indignation_.--Et toi à celle d'un traiteur
à 32 sous.

TROISIÈME LAMPION.--Les officiers en demi-solde, les employés réformés
s'étaient cotisés pour m'avoir. Je leur fis honneur; toi, qui
t'enorgueillissais à la porte d'une Excellence, un solliciteur
t'éteignit en crachant une malédiction.

QUATRIÈME LAMPION, _pâlissant de rage_.--A la garde! au voleur! à
l'assassin! Messieurs, soyez témoins que je suis insulté, calomnié...
(_Un inspecteur de police et des gendarmes paraissent._) Justice!
justice! Monsieur l'inspecteur.

L'INSPECTEUR.--Comment êtes-vous ici?

QUATRIÈME LAMPION, _fier_.--Par ordre!

L'INSPECTEUR.--Et vous?

TROISIÈME LAMPION.--J'appartiens à la mère d'un amnistié politique.

La pluie termina la dispute. Une gouttière éteignit subitement le
fastueux lampion; celui que la reconnaissance avait allumé dura jusqu'au
jour.

       *       *       *       *       *

Mercredi, 8 novembre 1826.

CATÉCHISME JÉSUITIQUE

Qui es-tu?--Chrétien, catholique romain.--Que veux-tu dire par
là?--Servant Dieu, le pape et les jésuites.--Quel est l'ennemi de la
religion?--Voltaire.--Qui est-ce?--Un impie, un infâme, un scélérat, un
monstre abominable.--Où est-il?--En enfer.--Et ses ouvrages?--Dans les
mains des brebis égarées.--Quel remède opposer à ce débordement des
mauvais livres?--Le feu.--Que faire des éditions de Voltaire in-8?--Au
feu.--Voltaire in-12?--Au feu.--Voltaire in-18?--Au feu! au feu!--Que
sont les philosophes?--Des chiens, des boucs, des fils de Satan.--Quel
châtiment mérite le chrétien qui manque à ses devoirs?--La damnation
éternelle.--Comment les chrétiens doivent-ils se conduire?--D'après les
maximes des révérends Pères.--Qui nous délivrera de nos ennemis?--Le
feu.--_Amen!_

COUPS DE LANCETTE.

M. le prince de T..., qui était dernièrement à Marseille, puis à Nice,
vient d'arriver à Paris. Depuis trente ans, monseigneur change de place;
il est tantôt d'un côté, tantôt d'un autre.

       *       *       *       *       *

M. le duc de R... et M. le général B.. ont fourni des notes historiques
à sir Walter Scott pour l'histoire de Napoléon, à laquelle le romancier
écossais travaille en ce moment.

       *       *       *       *       *

M. Laurentie vient d'être victime d'une petite Saint-Barthélemy
bureaucratique. Soyez donc insignifiant et nul!!..

       *       *       *       *       *

_L'Etoile_ prend la défense de Henri IV, que le _Courrier_ a appelé
protestant. Quelle injure!...

       *       *       *       *       *

_L'Etoile_ veut attaquer en diffamation le _Constitutionnel_ qui a
traité de _bigote_ la cour de Louis XIV.

Bigote est pourtant une expression bien douce.

       *       *       *       *       *

On parle d'une grande spéculation: quand on aura mis toutes les rues en
passages, on mettra tous les passages en rues.

       *       *       *       *       *

On se plaint à tort de la saleté de Paris, les quartiers les plus
propres ont à peine deux pieds de boue.

       *       *       *       *       *

M. Ben... porte sa croix; d'honneur!

       *       *       *       *       *

On a autorisé dernièrement la fondation d'une vingtaine de couvents de
femmes; l'établissement des Enfants trouvés ne désemplit pas.

                ÉNIGME

         DIALOGUE ENTRE DEUX HOMONYMES.

    Aussitôt que le jour a fait place à la nuit,
    Brillante, j'apparais bien au delà des nues.
   --Sortant dès qu'il fait noir, de mon obscur réduit,
    Pâle et terne on me trouve à chaque coin des rues.
   --Astre cher aux amours, aux voyageurs en mer
    Je suis bien chère encor.--Moi, je coûte bien cher.
   --Des mortels je reçois les voeux et les prières;
        On me créa pour éclairer.
     --Moi, pour éteindre les lumières.

Le mot de l'énigme est _Etoile_, nom du journal du soir qui, depuis, a
fusionné avec la _Gazette de France_.

De 1826 à 1830, _Figaro_, c'était son droit, attaque tous les journaux
de la droite; mais, il s'acharne plus spécialement et avec bonheur
contre les feuilles officieuses ou ministérielles, qui ne vivaient alors
que de compromis de conscience assez tristes et de subventions on ne
peut plus lourdes. _Tomber_ les organes du ministère est la grosse
besogne quotidienne du _Figaro_.

Ces journaux, il faut bien l'avouer, étaient alors passablement décriés,
et leurs rédacteurs ne vivaient pas en odeur de sainteté. Le ministère
lui-même avait semblé prendre à tâche de les discréditer. On se
souvenait fort bien qu'en 1824 M. Corbière, alors ministre des affaires
étrangères, n'avait pas dépensé moins de deux millions, sans compter les
places et les sinécures données, pour éteindre un certain nombre de
feuilles, qui, bien que royalistes, menaçaient son portefeuille. Le rôle
des feuilles officieuses se bornait à toujours dire: _Amen_. On trouvait
que ce n'était pas assez.

Tous les rédacteurs, d'ailleurs, avaient en perspective, pour le jour où
ils seraient dégoûtés d'une polémique assez difficile, une _aurea
mediocritas_ hypothéquée sur le budget.

Lorsqu'on relit de sang-froid l'histoire de la Restauration, on est
effrayé de toutes les bévues que la terreur de la presse fit commettre à
son gouvernement.

Samedi, 25 novembre 1826.

CONCOURS PRÉPARATOIRE

Pour la rédaction en chef d'un journal semi-officiel.

La réunion a lieu au Jardin des Plantes, dans la salle des animaux sans
vertèbres. M. le trésorier de l'amortissement de l'esprit public occupe
la chaise rembourrée du surveillant de cette salle. Les assistants, au
nombre de cinq, représentant la _Gazette_, le _Drapeau_, le _Journal de
Paris_, _l'Etoile_ et le _Pilote_, sont assis sur des caisses vidées
depuis peu.

LE TRÉSORIER.--Messieurs, j'ai choisi à dessein ce local, vous
m'entendez, pour vous entretenir d'un projet qui doit bientôt recevoir
son exécution.

TOUS.--Quel est-il?

LE TRÉSORIER.--Il s'agit d'un journal semi-officiel.

TOUS.--Je le ferai.

LE TRÉSORIER.--Je rends justice à votre zèle, mais, de grâce, du
silence.

TOUS.--Ecoutons.

LE TRÉSORIER.--Quoiqu'il soit certain que les feuilles que vous rédigez
n'aient nullement rempli les espérances qu'on en avait conçues...

TOUS.--Il faut être bien difficile.

LE TRÉSORIER.--Qu'on ne les lise plus...

TOUS.--Bah! vous voulez rire.

LE TRÉSORIER.--Que tous les anciens abonnés les aient désertées...

TOUS.--Ce n'est pas notre faute.

LE TRÉSORIER.--Que je sois obligé de demander sans cesse de nouveaux
fonds pour les alimenter...

TOUS.--Notre métier ne peut être fait gratuitement.

LE TRÉSORIER.--Enfin, tranchons le mot, qu'on doive être las de payer
vos sornettes, vos sottises.....

M. G. DE _l'Étoile._--Je répondrai au mot sottise.

M. B. DE _la Gazette._--Je parlerai aussi à ce sujet.

LES AUTRES.--Aucun de nous ne laissera cela sans réponse; mais silence
pour le moment.

LE TRÉSORIER.--Ce n'est pas moi qui le dis, c'est tout le monde; si vous
m'interrompez toujours, je lèverai la séance.

TOUS.--Ecoutons.

(L'Etoile _grince des dents_.)

LE TRÉSORIER.--J'abrége; il s'agit de donner à une de vos feuilles la
qualité de semi-officielle. Je suis embarrassé du choix, et quand je
l'aurai fait, je serai encore plus embarrassé de le faire accepter, tant
vous êtes discrédités...

TOUS, _marmottant_.--Faut-il endurer!...

LE TRÉSORIER.--Je suis néanmoins décidé à faire mes efforts, cela
soulagera ma caisse d'autant, jusqu'à ce que je puisse...

TOUS, _avec effroi_.--Achevez!...

LE TRÉSORIER.--Je puisse vous voir prospérer.

TOUS.--A la bonne heure!

LE TRÉSORIER.--Voyons, examinons à qui la chose peut aller. Que chacun
parle à son tour. Je vais commencer par celui qui coûte le plus cher,
comme ayant le moins d'abonnés.

Allons, au plus léger à parler.

M. G. DU _Pilote_.--Monsieur le trésorier, il vous convient de me donner
la préférence, parce que je parais le soir et n'ai pas de concurrence à
redouter, l'_Etoile_ n'en étant pas une. (_M. de G._, _de l'_Etoile,
_fait un bond sur sa caisse, et en retombant il la crève; on le relève
et on le contient_.) Je n'ai d'ailleurs ni esprit (de parti, je veux
dire), ni idées (fixes, s'entend), ni rédacteur, quoique je parle de
tout.

LE TRÉSORIER.--Cela suffit, votre privilége me convient assez.

A vous, _Paris_, mon petit.

M. L. DU _Journal de Paris_.--Qui pourrait d'ailleurs me disputer la
préférence? J'ai la représentation qui convient au rôle que
j'ambitionne; je donne des audiences, j'ai même chez moi une manière
d'huissier, et d'ailleurs ne sait-on pas que je communique librement
avec l'hôtel de Rivoli, où je puis me rendre en un coulé, trois sauts et
un entrechat? Je vous dirai, au surplus, que je commence à me lasser de
n'être que l'historien des fiacres et des commères; j'aimerais assez me
lancer dans la politique ministérielle, j'allais dire dans la haute
politique. Je me crois appelé à jouer un grand rôle.

LE TRÉSORIER.--Mon petit, j'approuve cette émulation; et ce désir de
vous élever me prouve que vous ressemblez toujours, comme par le passé,
à beaucoup d'inutilités de ma connaissance. Nous verrons ce que nous
pourrons faire. A votre tour, monsieur sans tache.

LE BARON DU _Drapeau_.--Mon devancier vient de se donner lui-même
l'exclusion. Il vous a avoué qu'il n'avait écrit, jusqu'à ce jour, que
pour les classes populaires; moi, je m'adresse toujours aux plus hautes
capacités: il en faut effectivement beaucoup pour me comprendre, et
c'est sous ce point de vue que je conviens à la chose; car le vague dans
lequel je laisse mes lecteurs peut faciliter, au besoin, les pas
rétrogrades auxquels notre politique est accoutumée.

LE TRÉSORIER.--En effet, je ne vous comprends pas toujours, il est vrai
que je vous lis très-rarement; mais comme il y a des gens assez
courageux pour cela, je me ferai faire un rapport sur ce qui vous
concerne. Ecoutons l'_Etoile_, qui paraît perdre patience.

M. G. DE _l'Étoile._--Je trouve assez étonnant, Monsieur le trésorier,
que vous, ou d'autres, ayez eu la pensée d'un journal semi-officiel,
lorsque celui que je dirige est officiel bien plus encore que l'épais
_Moniteur_. Je n'en veux pour preuve que l'envie de bâiller que l'on
éprouve en me lisant. Au surplus, je suis assez content de mes maîtres
pour ne pas vouloir m'en donner d'autres; ceux de mes confrères n'ont
que l'exécution des pensées nées du cerveau des puissants dont je reçois
l'impulsion: aussi ne me suis-je rendu à cette assemblée que pour vous
faire sentir mon importance.

LE TRÉSORIER, _tout bas_.--Tels maîtres, tels valets; même insolence.
(_Se retournant._) Monsieur B., que direz-vous en faveur de votre
_Gazette_?

M. B. DE _la Gazette_.--Rien, c'est tout ce que je puis dire.
D'ailleurs, mes oeuvres sont là pour répondre, et la _Minerve_ peut
attester que je sais prendre tous les tons. Ai-je besoin de me vanter,
comme l'ont fait ces messieurs? Je ne suis pas nul comme le _Pilote_,
niais comme le _Journal de Paris_, sans cesse sur des échasses comme
monsieur le baron, ou en délire comme l'_Etoile_.

TOUS LES AUTRES.--Allons, il ne se vante pas! l'on sait pourtant combien
il est soporifique.

LE TRÉSORIER.--Messieurs, j'en sais assez. Je vais faire mon rapport, et
chacun de vous peut compter sur mon impartialité.

COUPS DE LANCETTE.

On a trouvé M. Philarète blotti dans l'écritoire de M. de Jouy.

       *       *       *       *       *

--Comment pense-t-on dans votre régiment?

--On ne pense pas.

--A la bonne heure.

       *       *       *       *       *

M. de Lamennais est enrhumé, Rome lui doit bien un chapeau, hein?

       *       *       *       *       *

M. Crosnier n'a encore été que de moitié dans tous les ouvrages qui ont
été donnés au théâtre de la Porte-Saint-Martin depuis six mois.


Lundi, 4 décembre 1826.

CONCOURS PRÉPARATOIRE

Pour la rédaction en chef d'un journal semi-officiel.

(DEUXIÈME SÉANCE.)
+ La salle des animaux sans vertèbres étant encombrée par de nouvelles
acquisitions récemment arrivées, la réunion a été indiquée dans celle
des animaux ruminants. Avant l'ouverture de la séance, les chuchotements
des conversations particulières, entendus de la pièce voisine,
produisent une illusion complète. On croirait que les cadavres dont
cette pièce est peuplée sont encore animés.

Le trésorier demande du silence. Chacun se place comme il peut. On
remarque que le représentant du _Journal de Paris_ grimpe lestement sur
la girafe: A bas, s'écrie-t-on de toutes parts. Mais le trésorier, d'un
geste, le retient à son poste.

LE TRÉSORIER.--Vous savez, Messieurs, quel est l'objet de la
convocation?

TOUS.--Vous nous l'avez dit et écrit.

LE TRÉSORIER.--Il est donc inutile que je vous le rappelle?

TOUS.--Assurément. Allons au fait.

LE TRÉSORIER.--Le fait est, Messieurs, que l'on ne veut d'aucun de vous.
(_L'émotion est vive._)

TOUS.--Nous direz-vous au moins...

LE TRÉSORIER.--C'est ce que j'allais faire. L'établissement d'un journal
semi-officiel ne doit point être en pure perte. On compte sur son
contenu pour diriger l'opinion publique.

TOUS.--Et que faisons-nous chaque jour?

LE TRÉSORIER.--Pour faire goûter tous les actes de l'autorité.

M. B. DE _la Gazette_.--J'y mets tout mon latin.

LE TRÉSORIER.--Pour vanter toutes les conceptions ministérielles.

M. L. DU _Journal de Paris_.--Je loue à tort et à travers.

LE TRÉSORIER.--On veut y trouver de la haute politique.

LE BARON DU _Drapeau_.--Je défie qu'on s'élève plus haut; je me perds
dans les nues.

LE TRÉSORIER.--Une bonne discussion sur les matières religieuses, sans
emportement, ni hypocrisie trop apparente.

M. G. DE _l'Etoile_.--C'est ma manière, ce sont mes principes.

LE TRÉSORIER.--On demande enfin que, pour ne choquer aucune opinion, il
entre dans cette rédaction un adroit mélange de toutes les idées; mais
en laissant dominer celles qui appartiennent au royalisme.

M. G. DU _Pilote_.--S'il faut du mélange à ne pas s'y reconnaître, je
suis là, moi.

LE TRÉSORIER.--C'est exact, car on demande toujours ce que vous êtes, et
ce que vous voulez. (_A part._) J'en suis honteux. (_Haut._) Vous voyez,
Messieurs, ce que l'on exige; rendez-vous justice. Au zèle, au
dévoûment, que je ne vous conteste pas, est-il quelqu'un qui joigne ces
connaissances, cette lucidité, cet aplomb, qui sont nécessaires pour une
bonne rédaction?

M. L. DU _Journal de Paris_.--Mon patron est content de moi: preuve que
j'ai ce qu'il faut pour son journal, il me charge en outre des
correspondances privées avec le _Courrier anglais_, correspondances un
peu négligées, mais qui vont reprendre avec la session.

M. B. DE _la Gazette_.--Il est si content de vous, qu'il m'a préféré
pour la rédaction de _l'Etoile_.

M. G. DE _l'Etoile_.--De _l'Etoile_! ah! il ne la tient pas, ni vous non
plus: elle est à gens plus puissants que lui, auxquels je ne lui
conseille pas de se frotter. Prenez si vous voulez le _Pilote_; ça ne
tient à rien, et M. le trésorier vous dira qu'il est prêt à
l'abandonner.

LE TRÉSORIER, _à part_.--Il a, ma foi, raison.

M. G. DU _Pilote_.--Doucement, Monsieur de l'_Etoile_; j'ai eu trop de
peine à ravoir mon _Pilote_, pour le céder comme cela; j'ai mon marché,
et il faudra bien qu'on le tienne, ou nous aurons du bruit.

M. LE BARON DU _Drapeau_.--A quoi servent tous ces propos, vous ne
pouvez prétendre à un choix que vous rendriez ridicule.

TOUS.--Ridicule vous-même. Voyez ce Germain! un étranger à idées
mystérieuses, à style ampoulé, à prétentions insoutenables.

LE TRÉSORIER.--Messieurs, messieurs, du calme s'il vous plaît. A quoi
bon tous ces emportements, quand je vous ai prévenus que l'on ne voulait
d'aucun de vous.

M. B. DE _la Gazette_.--Quelle nécessité alors de nous réunir si loin de
nos domiciles et de nous faire perdre un temps dont nous devons compte à
nos abonnés.

LE TRÉSORIER.--Dites donc à ma caisse. Mais je vous vois trop animés
pour écouter de sang-froid ce que j'étais chargé de vous apprendre; ce
sera pour un autre jour. Vous serez prévenus par lettres, et je ferai en
sorte de trouver un local plus central, et où nous serons aussi en
sûreté qu'ici. (_Il se lève et sort._)


SAINTE-PÉLAGIE

ou

PLAINTES D'UN PRISONNIER,

Épître au Préfet de police, par J. CASSAIGNE.

S'il est une circonstance dans la vie où l'on doive se livrer au
commerce des Muses, c'est surtout dans la captivité...

M. Cassaigne a été condamné pour quelques vers trop hardis. Les verrous
ne l'ont pas rendu plus timide. La liberté qu'il a perdue pour sa
personne, il l'a gardée pour ses écrits. Etonné des rigueurs dont il est
l'objet, il se demande quel est son crime.

    Ai-je, du spadassin dédaignant les faisceaux,
    Menacé d'un fleuret notre G..... des S.....?
    Ou bien, nouvel Amron, traîné dans la poussière
    Ces bouquins précieux idoles de C.....?
    Ai-je montré Ch....., dans un pamphlet amer,
    Pour aller à Saint-Cloud atteint du mal de mer?

           *       *       *       *       *


COUPS DE LANCETTE.

Le ventre va mettre un crêpe à sa fourchette, _l'Almanach des gourmands_
ne paraîtra pas cette année. M. de Périgord se ressentirait-il des
suites d'une indigestion conquise aux dîners de M. Canning?

       *       *       *       *       *

--Que portez-vous donc là? demandait-on à M. Salvandy, qui tenait une
feuille à la main.

Et comme le rédacteur de l'ex-_Journal de l'Empire_ a toujours la
repartie brève, il répondit:

--_Des bâts._

       *       *       *       *       *

On met au nombre des malheurs de l'Espagne _l'Alonzo_ de M. N.-A. de
Salvandy.

       ÉPIGRAMME.

    Le sous-préfet de Châteaudun
    S'est fait jésuite et le confesse,
    Il va jusqu'à s'en vanter. Est-ce
    Qu'il n'aurait pas le sens commun?
    Que le bon Dieu l'en récompense!
    Mais, sans critiquer son dessein,
    Avec _quatre barbes_[3], je pense,
    Il serait meilleur capucin.


Dimanche, 24 décembre 1826.

ÉCRÉMAGE DES JOURNAUX DÉPENDANTS

Du 22 décembre.

*** Quelque flexible que soit le talent, quelque grande que soit la
docilité de M. de B., de la _Gazette_, il n'a pas encore su se plier à
louer le discours de M. de Damas. Il y a trop peu de temps que la
_Gazette_ avait à applaudir des principes totalement différents.

*** Le _Journal de Paris_ était hier dans un de ses jours de jubilation.
Il publiait l'état très étendu des jugements rendus pendant le mois de
novembre par le tribunal de police. On y remarque quarante-sept
condamnations pour projection d'eau sale sur les passants et dépôts
d'ordure sur la voie publique.

*** Quelqu'un qui connaîtrait bien la topographie du Portugal pourrait
être employé utilement dans les bureaux de l'_Aristarque_, pour donner
quelque vraisemblance aux bulletins de l'armée du marquis de Chaves,
que l'on élabore dans cette officine.

*** «Dans chaque phrase du discours de M. Canning perçait la taille de
nos hommes d'Etat. Sa Seigneurie a le coup d'oeil juste; elle les a
bien mesurés.» La _Quotidienne_, à qui nous empruntons cette citation,
nous ferait presque regretter que nos ministres ne soient point choisis
parmi les cent-suisses.

*** «O vérité! quelle est ta puissance avec les tièdes, qu'on appelle
ministériels! dit le baron du _Drapeau_; il est impossible de rien faire
de solide et de raisonnable.» Eh! que vous dit-on chaque jour, MM. B. L.
G. C.?... et à vous-même, baron O?

*** Il faut voir avec quelle joie et en quels termes l'_Etoile_
applaudit au délire qui s'est manifesté dans l'assemblée des catholiques
d'Irlande quand on leur a annoncé la guerre.

*** _Pilote_, quel est le bonhomme R. B. qui te fournit des pièces de
gros calibre pour la guerre du Portugal? Tu les désavoues; prétends-tu
par là donner à entendre qu'on te les impose?

*** M. Etienne, l'un des rédacteurs du _Constitutionnel_, est nommé
arbitre dans la cause pendante entre les anciens et les nouveaux
propriétaires du _Médiateur_. Est-ce une mystification?

COUPS DE LANCETTE.

Le prince de T... assure que dans sa jeunesse il jouait la tragédie.

--Quels rôles?

--J'ai joué les rois.



1827

ÉTRENNES DONT ON NE VEUT PAS.


Vous croyez peut-être que la politesse vous oblige à recevoir tout ce
qu'on veut bien vous donner pour étrennes; détrompez-vous. Il est vrai
que, par le temps qui court, il y a beaucoup de gens qui tendent la
main, il en est cependant qui la ferment. Exemple:

M. de V. a refusé sa démission.

M. de P., un brevet d'imprimeur.

M. de Ch., un portrait de Jean Bart.

Madame de Genlis, une copie de son acte de naissance.

M. de Royer, un académicien.

Mademoiselle Delp... G..., le poëme de la _Pucelle_.

M. Ancelot, des marrons glacés.

M. Feletz, une petite souricière.

M. Bénaben, un cordon.

M. P..., un exemplaire du _Petit Carême_.

M. Jouy, un exemplaire de ses oeuvres complètes.

Le _Pilote_, une boussole.

La _Gazette_, le bon sens.

L'_Opinion_, le livre de l'esprit.

La _Quotidienne_, une paire de lunettes.

Le _Médiateur_, le _Traité des reptiles_.

_Figaro_, les articles du _Mentor_ et l'amitié du _Médiateur_.

COUPS DE LANCETTE.

Le théâtre de M. Comte n'est pas le seul sur lequel jouent de tout
petite acteurs.

       *       *       *       *       *

M. de C... est tellement occupé des affaires actuelles, qu'il ne dort
plus guère que la nuit.

       *       *       *       *       *

M. le comte de Pey... a eu un violent cauchemar la nuit dernière:
l'ombre de Gutenberg, inventeur de l'imprimerie, est venue le tirer par
les pieds.

       *       *       *       *       *

Les propriétaires de journaux seront désormais contraints de porter sur
leur dos une affiche qui indiquera leurs noms et prénoms, leur âge, leur
domicile, l'heure à laquelle ils se lèvent et se couchent ordinairement.

       *       *       *       *       *

Toutes les cartes déposées chez M. de P., le premier janvier, étaient
timbrées.

Le 12 décembre 1826, Charles X ouvrait la session des chambres de 1827.
Le roi disait dans le discours d'usage:

«J'aurais désiré qu'il fût possible de ne pas s'occuper de la presse;
mais à mesure que la faculté de publier les écrits s'est développée,
elle a produit de nouveaux abus, qui exigent des moyens de répression
plus étendus et plus efficaces. Il était temps de faire cesser
d'affligeants scandales et de préserver la liberté de la presse
elle-même du danger de ses propres excès. «Un projet vous sera soumis
pour atteindre ce but.»

Ce passage du discours de la couronne produisit dans le public
l'impression la plus défavorable; on s'attendait cependant à quelque
chose de ce genre. Depuis deux ans le clergé, la congrégation, les
missions, le parti religieux tout entier exerçaient sur le faible
Charles X une terrible pression afin d'obtenir de lui une législation
sévère contre la presse, une pénalité «qui détruisît l'hydre d'un seul
coup.»

Charles X, mieux que personne, savait combien un tel acte serait
impolitique. Pourtant on triompha, non de ses répugnances, mais de ses
craintes.

Le lendemain du vote de l'adresse, 29 décembre 1826, M. de Peyronnet
donnait satisfaction à la congrégation, qui avait fait sa fortune, et
déposait sur le bureau de la Chambre ce projet de loi qui devait, à lui
seul, occuper presque toute la session de 1827.

Le projet de loi sur la presse était à peine connu qu'une clameur
immense s'éleva. Ce fut un haro universel. De toutes parts s'élevaient
les plus véhémentes protestations.

Dans ce projet, en effet, la violence le dispute à l'absurde, et ses
dispositions prouvent que M. de Peyronnet n'avait pas même une vague
notion de la matière qu'il prétendait réglementer. D'un seul coup, il
atteignait toutes les industries qui concourent à la fabrication du
journal ou du livre, le brocheur était frappé comme l'auteur,
l'imprimeur comme le libraire.

Le projet comprenait trois titres: les écrits périodiques, les écrits
non périodiques, et enfin les peines. La disposition la moins
défavorable du premier titre était l'assujettissement de tous les écrits
de moins de cinq feuilles à un timbre de un franc pour la première
feuille et de dix centimes pour les autres.

Tous les journaux et écrits périodiques se trouvaient frappés du timbre;
«le nom des propriétaires devait être écrit en tête de chaque
exemplaire;» enfin «aucune société relative à un journal ne pouvait être
contractée qu'en nom collectif, et les associés ne pouvaient en aucun
cas excéder le nombre cinq.»

Le chapitre _des peines_ brillait par son laconisme: des amendes de
2,000 à 20,000 francs, et la prison pour la moindre contravention; il
était à peu près impossible d'écrire cinq lignes sur n'importe qui ou
n'importe quoi sans se trouver sous le coup de quelque disposition.

Ce projet parut si monstrueux, que, tandis que tous les corps de métier
atteints signaient protestations sur protestations, tous les corps
savants rédigèrent des pétitions. L'Académie elle-même, si docile au
pouvoir de la Restauration, osa exposer ses doléances, dans une
supplique au roi, supplique empreinte d'un dévoûment absolu.

En écoutant la lecture de ce projet, Casimir Périer s'écria avec force:
«Vous supprimez l'imprimerie en France, et vous la transportez en
Belgique au profit de l'étranger et des pays libres.» On ne pouvait
mieux résumer l'opinion, et, dit M. de Vaulabelle, «le député de la
gauche n'exagérait pas le résultat désastreux de l'oeuvre de M. de
Peyronnet.»

Chateaubriand avait qualifié cette loi de «_loi de Vandale_;» le public
et les petits journaux lui donnèrent le nom de «_loi de justice et
d'amour_.» C'était la paraphrase d'un article attribué à M. de
Peyronnet, dans lequel ce ministre chantait les louanges des mesures
qu'il venait de prendre, mesures, disait-il, «_justes, utiles,
favorables et douces_.» La qualification donnée au projet par le public
et les petits journaux a prévalu dans l'histoire, et le projet de M. de
Peyronnet a conservé la qualification ironique de _loi d'amour_.

Le 14 février 1827, la discussion du projet s'ouvrit à la Chambre; il
devait pendant toute la session passionner les députés comme il avait
passionné le public. Jamais on ne vit si grande affluence d'orateurs.
Chacun s'empressait de se faire inscrire, et telle était l'ardeur à
retenir son tour de prendre la parole, que le jour de l'inscription, dès
six heures du matin, les orateurs arrivaient à la Chambre, et qu'à sept
heures la liste était à peu près complète.

Mais déjà, depuis le 1er janvier, la discussion était ouverte dans
tous les journaux. Les feuilles de l'opposition, pas n'est besoin de le
dire, repoussaient le projet de toutes leurs forces. _Figaro_, bien que
_journal non politique_, avait été des premiers à commencer le feu.
Déjà, dans son article d'étrennes, il décoche un trait à M. de
Peyronnet; le 5 janvier, paraît son premier article. La _loi d'amour_ va
devenir sa grande affaire tant que durera la discussion.


Vendredi, 5 janvier 1827.

LES DEUX PRESSES.

DIALOGUE.

Le jour commence à paraître; la presse du _Figaro_, journal non
politique, se repose à côté d'autres presses inactives, après avoir
gémi pendant une grande partie de la journée. _Après avoir gémi_, vous
entendez, lecteurs; or, puisqu'une presse gémit, elle peut aussi parler.
Ne soyez donc pas surpris si la presse du _Figaro_, pour attendre
patiemment le retour du jour, se met à lier conversation avec sa
voisine. Ecoutez donc:

LA PRESSE DU FIGARO.--Ouf!!! dites donc, voisine, vous qui dormez
là-bas, que pensez-vous de tout ce qu'on dit depuis quelques jours?

LA PRESSE VOISINE.--Ah! ah! c'est vous... Eh! eh! je dis que ça pourrait
bien nous faire quitter la place. Et moi, qui suis arrivée d'hier
seulement de l'imprimerie d'un journal politique, pour vous relayer,
voisine!... dites donc, j'ai bien choisi le moment.

LA PRESSE DU FIGARO.--Est-ce que vous auriez imprimé le fameux projet?

LA PRESSE VOISINE.--Parbleu! oui, pour mes péchés;... c'est ce qui m'a
tellement démantibulé les reins, que l'on m'a fait transporter ici,
comme qui dirait à l'hôpital. Si vous saviez, ma chère, quel mal ça m'a
fait, surtout quand j'appuyais sur le chapitre du timbre... Faut-il
qu'ils soient timbrés, ceux qui...

LA PRESSE DU FIGARO.--Chut!... voisine, vous allez me parler politique,
ça me compromettrait.

LA PRESSE VOISINE.--Ne sommes-nous pas seules?... Qui nous empêche de
causer en liberté? Dites donc, voisine, en liberté, le mot est bon.

LA PRESSE DU FIGARO.--Divin!... Moi qui vous parle, avant d'imprimer ce
méchant _Figaro_, j'ai servi à plusieurs éditions de la Charte; je
mordais là-dessus en conscience, et je puis dire que je rendais joliment
le caractère. Mais à la dernière édition, je ne sais si c'était la faute
de l'éditeur ou de ses ouvriers; ce n'était plus la même chose, il y
avait des articles entiers qui ne paraissaient plus.

LA PRESSE VOISINE.--Ça venait peut-être des remaniements?

LA PRESSE DU FIGARO.--Je l'ignore; dernièrement, j'imprimais un article
qui racontait comment les Américains, pour une chose semblable...

LA PRESSE VOISINE.--Vous me faites trembler!... Depuis le temps que je
sers, je les connais, ces gaillards d'imprimeurs, je sais ce que vaut la
force de leurs poignets.

LA PRESSE DU FIGARO.--Vous prenez peut-être l'alarme pour rien.

LA PRESSE VOISINE.--Dieu vous entende!... mais la truffe a tant donné,
cette année!...

LA PRESSE DU FIGARO.--Gare l'indigestion!...

LA PRESSE VOISINE.--J'entends venir quelqu'un!... Adieu; nous nous
reverrons peut-être, un de ces jours, à Bruxelles.

PETITS JEUX INNOCENTS.

*** Je vous vends mon corbillon.--Qu'y met-on?--Un bâillon.

*** Si j'étais petit papier, que feriez-vous de moi?--Je vous ferais
timbrer.

*** Pigeon vole,... aigle vole... M. de P... vole... (_Une voix._) Un
gage! M. de P... n'est pas un aigle.

COUPS DE LANCETTE.

Odry trouve que M. le comte de Pey... a le regard _fisc_.

       *       *       *       *       *

Quelles singulières gens que ces Français, disait M. Ben., aussitôt
qu'on les dénonce, ils vous appellent mouchard.

       *       *       *       *       *

AMENDEMENT. On pourra se servir, en toute liberté, des voyelles, mais il
sera défendu d'user des consonnes.

       *       *       *       *       *

Si l'on nous avait crevé les yeux, on n'aurait pas besoin de nous
arracher la langue.

       *       *       *       *       *

De quoi vous plaignez-vous, vous a-t-on défendu de penser?

HYMNE AU TIMBRE.

Salut, ô noble timbre, source inépuisable d'impôts, qui alimentes les
innombrables canaux du trésor de l'Etat, ou plutôt de ces messieurs.
Admirable invention, plus utile et cent fois plus productive que celle
de l'imprimerie; sangsue insatiable, dont le coeur est à Paris et la
piqûre dans toute la France. Salut!...

Et toi, illustre maître d'armes, qui chantas l'indifférence avec tant
d'amour, pourras-tu ne pas sortir de ton caractère insouciant, lorsqu'il
s'agira de célébrer ta plus chère idole? Sans doute, ton coeur
d'airain, qui résista aux charmes de Zelmire, ne sera pas insensible aux
délices du timbre. Voilà enfin un sujet digne de tes inspirations; toi
qui manies la plume aussi bien que le fleuret, écris comme tu t'es
battu, ou plutôt, ne te bats pas les flancs pour écrire.

Le timbre! à ce nom seul, notaires, avoués, avocats, ou, pour parler
sans métaphores, tripoteurs, renards, babillards, je vous vois, le front
prosterné jusqu'à terre. Tremblez à ce nom légal, vous tous qui hasardez
le sous-seing privé; vous qui souscrivez des lettres de change, des
billets à ordre, un papier de cinq centimes pourra vous coûter cher.
Cela vaut pourtant bien les corvées, les droits de mainmorte, le fisc de
nos aïeux; mais le timbre est un mot qui sonne plus agréablement aux
oreilles.

       *       *       *       *       *

Jour à jamais célèbre, où il a été dit: Tout sera timbré! J'entends
d'ici le son des belles pièces d'or tombant dans les cassettes
ministérielles. O ventre! les beaux dîners qu'on te prépare pour fêter
la victoire décisive remportée par l'ancien régime sur le nouveau!

Déjà, journaux, actes, billets payaient la dîme; déjà, mille ouvriers
timbreurs des deux sexes, la plupart nobles ou émigrés, travaillaient
sans relâche au bonheur public; c'est trop peu, on ne saurait donner
trop d'extension aux entreprises utiles.

Amis, tout sera timbré, l'in-18 comme l'in-32, le papier Tellière comme
le papier écolier; maisons, meubles, habits, châles, étoffes; on finira
par tout timbrer, et nous aussi!...

COUPS DE LANCETTE.

On a dit autrefois: _Scipion l'Africain_; aujourd'hui, on dit: _M. de P.
le Timbré_.

       *       *       *       *       *

Les devises que les confiseurs mettent dans les diablotins seront-elles
soumises au timbre?

       *       *       *       *       *

La réimpression de la Charte sera-t-elle soumise à l'impôt du timbre?

       *       *       *       *       *

On assure que les dîners de M. P... sont annoncés par une cloche dont le
timbre paraît charmant à l'oreille de ces messieurs.

       *       *       *       *       *

--Excellence, que deviendront les imprimeurs!

--Ils se feront timbreurs.

       *       *       *       *       *

La loi qui abolira l'imprimerie produira une fière impression.

       *       *       *       *       *

_Aphorisme._ Toute la science du gouvernement est dans le timbre.

Mardi, 14 janvier 1827.

RÉPONSE

Aux questions de M. ODRY, le poëte, qui veut absolument savoir quel
est le projet de l'oie.

AIR: _Et j'en rends grâce à la nature_.

    Tu demandes, ô grand Odry,
    Quel est l'nouveau projet de l'oie?
    Je veux que tu sois attendri
    Par la réponse que j't'env oie
    D'un' péronnelle l'on se rit
    Quand elle barbotte et s'fourvoie
    Tout en voulant faire d' l'esprit...
    Voilà bien le projet de l'oie.

    Sur les plus heureux écrivains,
    Comm' sur les plus petits homm' de lettres,
    Ell' prétend mett' ses vilain' mains,
    Si l'on voulait bien le permettre;
    En les accablant de ses dons,
    Il est naturel qu'elle croie
    Changer les auteurs..... en dindons...
    Voilà bien le projet de l'oie.

    Depuis l'palais jusqu'au grenier,
    On grimace, on tourn' la prunelle,
    Tout, d'puis l'poëte jusqu'au chiffonnier,
    Est mis d'dans par la péronnelle;
    Elle aura rempli son objet,
    S'il faut qu'on se pende ou se noie
    Pour échapper à son projet...
    Voilà bien le projet de l'oie.

       ENVOI ET CONSEIL.

    Comm' dit c'littérateur brillant,
    Le timbre est une barbarie;
    Ma vieill', ce n'est pas en riant
    Que chacun ici-bas te l'crie;
    D'mande autre chos' pour t'amuser,
    Car, entre deux siècl', à coeur joie,
    Tu pourrais te faire écraser...
    Ça n'serait plus le projet d'l'oie...


Mercredi, 10 janvier 1827.

LA TERREUR PANIQUE,

COMÉDIE EN TROIS ACTES.

SCÈNE DIX-SEPTIÈME.

L'IMPRIMEUR, LE JOURNALISTE.

L'IMPRIMEUR.

Non, Monsieur, je n'entends pas..... Je ne veux plus.....

LE JOURNALISTE.

Il s'agit bien de ce que vous voulez et de ce que vous n'entendez pas.

L'IMPRIMEUR.

C'est de la politique, Monsieur, c'est de la politique, et toute
pure..... La marquise de Chaves....., c'est clair...... M. de
Bonald....., c'est clair......, trop clair.

LE JOURNALISTE.

Mais vous devenez plaisant.

L'IMPRIMEUR.

C'est possible, depuis la Bigarrure jusqu'à la Lancette je ne vois plus
que politique, et je commence à trembler.

LE JOURNALISTE.

Vous êtes comme Pourceaugnac, vous ne voyez que des seringues.

L'IMPRIMEUR.

Encore de la politique!.... Vous voyez bien, Monsieur, que je ne puis
rien faire de vous, et par conséquent pour vous. Votre titre est si
décidé; votre titre seul vous compromet! J'aime mieux imprimer des
catéchismes; si vous consentiez à modérer votre fougue... Mais non! vous
n'êtes pas assez politique pour cela.

LE JOURNALISTE.

Eh bien! mon cher, c'est le mot; si je faisais le rampant, le flatteur,
je serais politique..., vous en conviendriez?

L'IMPRIMEUR.

Eh! eh!

LE JOURNALISTE.

Je serais alors punissable.

L'IMPRIMEUR.

Certainement. (_A part._) Ah! çà, mais qu'est-ce qu'il dit là?

LE JOURNALISTE.

Donc, en employant le vert et le sec, je ne suis point politique,
entendez-vous?

L'IMPRIMEUR.

Très-bien. (_A part._) Ce chien d'homme-là embrouille toutes mes idées!

LE JOURNALISTE.

Donc, je ne serais pas politique si je parlais politique?

L'IMPRIMEUR.

C'est fort, mais c'est juste.

LE JOURNALISTE.

Imprimez cela pour demain.

L'IMPRIMEUR.

Et si vous alliez me faire faire une sottise, une brioche, une boulette?

LE JOURNALISTE.

Allez, la Charte ne le défend à personne.

L'IMPRIMEUR.

La Charte, soit; mais que dit M. de P***?

LE JOURNALISTE.

Il use de la liberté que lui laisse la Charte.

COUPS DE LANCETTE.

On avait espéré qu'une pétition, adressée à M. de P... par les ouvriers
auxquels il prépare une ruine certaine, produirait quelque _impression_
sur son esprit. Pas du tout, il a soutenu cette _épreuve_ avec
_caractère_, il a montré une grande _indifférence_; bref, il a fait le
_petit romain_. Cependant, il vient de _brocher_ quelques lignes d'une
_justification_ tellement _incorrecte_, qu'elle le fera _caser_ parmi
les _non-valeurs_.

       *       *       *       *       *

La Faculté de médecine a trouvé, dit-on, un nouveau moyen pour guérir le
mal du _péroné_.


Jeudi, 21 janvier 1827.

LES TIMBRÉS,

CHANSON NOUVELLE ENVOYÉE DE CHARENTON.

AIR: _Sans timbre_.

          Je suis timbré! (_bis_)
    C'est aujourd'hui le cri de guerre;
    Chacun tremble à ce mot sacré;
    Déjà j'entends chaque libraire
    Dire, en étouffant de colère:
          Je suis timbré! (_bis_)

          Je suis timbré! (_bis_)
    Dit ce poëte avec franchise:
    Mon Pégase à neuf est ferré;
    Si je rimais quelque sottise?
    Veuillez excuser ma bêtise...
          Je suis timbré! (_bis_)

          Je suis timbré! (_bis_)
    Malgré la cabale ennemie,
    Je vais passer pour un lettré;
    Bientôt j'entre à l'Académie...
    Recevez-moi, belle endormie...
          Je suis timbré! (_bis_)

          Je suis timbré! (_bis_)
    Dit ce coquin, que par sentence
    Un fer brûlant a déchiré...
    De parvenir j'ai l'assurance,
    Car, pour plaire à son excellence,
          Je suis timbré! (_bis_)
          Qu'ils soient timbrés! (_bis_)
    Ce Voltaire et sa secte impie
    Par qui nous fûmes dénigrés;
    Honneur à l'escobarderie!
    Sous le sceau de la barbarie...
          Qu'ils soient timbrés! (_bis_)

          Ils sont timbrés! (_bis_)
    Bon P***, ceux qu'à table tu traites...
    Pour complaire à ces désoeuvrés,
    Désormais les plats et les bêtes
    Qui servent dans ces jours de fêtes
          Seront timbrés. (_bis_)

          Soyez timbrés! (_bis_)
    Vous tous journaux _de la finance_,
    Contre la presse conjurés;
    Vous aurez plus d'esprit, je pense,
    Quand les autres, par ordonnance,
         Seront timbrés. (_bis_)

COUPS DE LANCETTE.

L'article du _Moniteur_ sur la loi de _justice_ et d'_amour_ rappelle
ces vers de M. Victor Hugo:

    Que n'ai-je aussi des baisers qui dévorent,
          Des caresses qui font mourir!

       *       *       *       *       *

On disait à M. Pi....

--Cela passera difficilement.

--Je digère tout, répondit-il, en tapant sur son ventre.

       *       *       *       *       *

_Péroné_ est un mot grec qui signifie: une agrafe, une chaîne.

       *       *       *       *       *

M. Villemain a calculé que, si la loi passait, chacune de ses pensées
lui coûterait 2,000 fr. de timbre.

       *       *       *       *       *

M. le baron Dud***, voyant un Anglais qui dans un moment de colère
frappait un nègre de sa cravache:

--Allons, dit-il, c'est bien, on trouve encore quelques saines
doctrines.


Dimanche, 14 janvier 1827.

LA LOI D'AMOUR

AIR: _C'est l'amour, l'amour_.

    C'est l'amour, l'amour, l'amour,
            Qu'un Tartare
          Omar nous déclare.
    Pour nous, le timbre en ce jour,
        C'est un cachet d'amour.

    J'entends mille bouches unies
    Répéter ce joyeux refrain,
    La gaîté, la chanson bannies,
    Rentrent sous un ciel plus serein.
        Ivresse populaire,
        Rare et touchant accord!
        Quel pouvoir tutélaire
        Cause un si doux transport?
    C'est l'amour, l'amour, l'amour, etc.

    Imprimeurs, commencez vos fêtes,
    Du repos goûtez les plaisirs,
    De pavots couronnez vos têtes,
    Un dieu nous a fait ces loisirs.
        Un dieu, de nos pensées
        Eteignant le soleil,
        Sur vos presses brisées
        Vous invite au sommeil...
    C'est l'amour, l'amour, l'amour, etc.

    Dormez, innombrables familles;
    Le sommeil échappe à la faim.
    Pères, laissez dormir vos filles,
    Au réveil il faudra du pain!
        L'Espagne apostolique,
        A vos frais, mangera
        _La soupe économique_.
        Mais qui vous nourrira?...
    C'est l'amour, l'amour, l'amour, etc.

    Chantez, brocheurs, pressiers, copistes,
    Femmes qu'on réduit à zéro,
    Auteurs, libraires, journalistes;
    Gloire à _Thymbræus Apollo_!
        De son pouvoir magique,
        O triomphe éclatant!
        Avec nous la Belgique
        Fait chorus en chantant:

    C'est l'amour, l'amour, l'amour,
            Qu'un Tartare
          Omar nous déclare.
    Pour nous, le timbre en ce jour,
      C'est un cachet d'amour.


Lundi, 15 janvier 1827.

FIGARO.

_Proprement vêtu, c'est-à-dire le diamant à la cravate, la
répétition-Bréguet pendue en sautoir, descend d'un fort joli cabriolet
avec l'air d'un capitaliste; puis, prenant une physionomie de
circonstance, il monte sur une estrade et salue le public avec une
orgueilleuse civilité._

Messieurs (_avec sentiment_), Mesdames, il y a un an aujourd'hui que
fort de ma conscience, de mon zèle...

BASILE (_criant de dessous l'estrade_).

De nos talents!

FIGARO (_à part et donnant un coup de pied à Basile_).

Brutal! je t'apprendrai à me casser l'encensoir sous le nez.

BRIDOISON (_se montrant à son tour_).

Mon cher, po...int... de fau.... au...sse... mo...o...o...destie; tous
nos confrè...res se di...i...sent leurs vé...vé...rités sans
scru...pu...u...u...pule.

FIGARO (_bas à Bridoison_).

Au nom du ciel, seigneur Bridoison, taisez-vous; vous allez me donner un
ridicule. N'imitons pas, croyez-moi, ces comiques aristarques qui,
s'essoufflant pour enfler avec peine les plus modestes pipeaux, croient
bonnement emboucher l'héroïque trompette. Eh! mon Dieu, personne
aujourd'hui n'est dupe du plus misérable charlatanisme. Les croque-morts
de la littérature ont beau répéter _que la suspension de leur feuille
est un sacrifice fait à la liberté; que, pour se rendre plus dignes de
la faveur toujours croissante du public, elles paraîtront moins souvent
et à des prix plus élevés; que, pour contenter les bilieux, les
mélancoliques et les sanguins, trois ou quatre têtes se réuniront sous
un même bonnet_, etc., etc., et autres parades semblables; les moins
habiles savent à quoi s'en tenir; les journaux ne sont pas comme les
ventrus: ils ne meurent jamais d'excès de santé. (_S'adressant au
public_:) Messieurs, je vous en supplie, ayez la complaisance de faire
semblant de n'avoir rien entendu. J'avais donc l'honneur de vous dire,
quand Basile m'a interrompu, qu'il y a un an aujourd'hui que j'ai
consacré ma plume, ma lancette, un peu d'esprit, suffisamment de malice,
assez de gaîté, beaucoup de franchise à vos menus plaisirs. (_Basile
bâille avec bruit._)

GRIPPE-SOLEIL, ANTONIO, L'ÉVEILLÉ, MARCELINE, SUZANNE.

A bas la cabale!

FIGARO (_avec emphase_).

Le Nil a vu sur ses rivages, etc., etc.

BRIDOISON.

Vraiment il parle bien.

BASILE (_criant_).

A bas la cabale!...

FIGARO (_continuant_).

Messieurs, je ne vous ferai pas de belles promesses; je ne vous dirai
point que ma feuille est la seule... que ma feuille manquait dans la
littérature... qu'elle est rédigée par des hommes du plus grand mérite,
etc. Je vous répéterai ce que j'ai dit; il y a quelques années, à Mgr
le comte Almaviva: _Mon intérêt vous répond de moi. Pesez tant dans
cette balance..._

BASILE.

Je n'y tiens plus... Messieurs, ce n'est pas cela... _Bone Deus_! où en
est l'éloquence!... Messieurs, la société, semblable à un serpent
monstrueux qui, après avoir sucé le suc vénéneux des plantes de la
philosophie, se recourbe en replis sur elle-même, toute prête à
s'inoculer la rage des idées libérales.......

(_Des sifflets se font entendre._)

Qu'entends-je?

BRIDOISON.

C'est vo...otre serpent qui fai...sait des si...si...iennes.

FIGARO (_s'avançant vers le public_).

Messieurs, je n'ai jamais été fier ni orgueilleux; aussi ma bonne mère
Marceline m'a-t-elle dit souvent: Tu feras ton chemin, mon garçon. Je me
suis bien décidé à ne pas la faire mentir, et c'est pour cela,
Messieurs, que je viens resserrer les liens qui attachent le journaliste
reconnaissant au public généreux et connaisseur. Non-seulement,
Messieurs, il sera dorénavant loisible de vous abonner à ma feuille pour
une année, pour six mois, pour trois mois, pour un mois même, mais vous
pourrez encore le faire (c'est particulièrement à vous que je m'adresse,
estimables étrangers, studieux élèves, capricieuses petites-maîtresses,
rentiers économes, capitalistes prudents), vous pouvez encore le faire,
dis-je, pour une, deux et trois semaines; oui, Messieurs, pour une
semaine! et aux conditions qui sont exposées sur la première page de ma
feuille.

BASILE.

La belle chute!

COUPS DE LANCETTE.

A l'instar des galériens condamnés à perpétuité, les journalistes seront
marqués des lettres T. P: ce qui signifiera timbre perpétuel... ou autre
encore.

       *       *       *       *       *

Quelqu'un disait hier, en parlant de trois journaux fondus:--Ils forment
une épée dont la garde est à Paris, rue de.... et la pointe, nulle part.

       *       *       *       *       *

Le _Moniteur_ fait de l'esprit; ô scandale!...

       *       *       *       *       *

M. de Jouy arrange Moïse; qui arrangera M. de Jouy?

       *       *       *       *       *

On prétend que l'acteur Peronnet, de l'Odéon, vient de présenter une
supplique à l'effet d'obtenir un changement de nom.

       ÉPITAPHE.

    Ci-gît un gros pilote, ignorant nautonier,
    Qui, portant sur son bord Esculape et sa suite,
    Sans carte et sans boussole, osa, tout le premier,
    Du pays de l'Absurde aborder la limite.
    Chez les ventrus jadis il fut bien accueilli;
    Sur la mer du Pathos il fit plus d'un voyage;
    Maintenant, sans argent et léger de bagage,
    Il vogue incognito sur le fleuve d'Oubli.

COUPS DE LANCETTE.

_Panem et circenses._ Des truffes et des cordons.

       *       *       *       *       *

--Quoi de nouveau, ce matin?

--Rien, qu'un opuscule dédié à huit richards, par M. de T..., ayant pour
titre: _De l'indifférence en matière de soufflet_, avec cette épigraphe:

    L'habitude fait tout.

Tous ces messieurs ont souscrit.

        ÉPITAPHE.
    Ci-gît monsieur de Montlosier,
    Qui mourut comme un écolier,
    Pour avoir pris de l'eau bénite
      Sur le doigt d'un jésuite.

FICHES DE CONSOLATION.

N'être condamné qu'à dix ans de galères quand on a tout fait pour la
perpétuité.

Perdre l'équilibre dans un escalier fort raide, se résigner à
dégringoler six étages sur les reins et s'arrêter à l'entre-sol.

Voir un homme s'élancer sur vous, s'imaginer qu'il a un poignard dans la
main, et ne recevoir qu'un soufflet.

Commander son deuil pour un oncle affligé de trois maladies et quatre
médecins; total: sept. Apprendre sa résurrection miraculeuse, mais
trouver l'emploi du costume, grâce à une apoplexie foudroyante qui vous
enlève votre chère moitié.

Pour un gastronome convié à un énorme bifteck, s'apercevoir qu'on a
perdu en précautions apéritives le temps que les amphitryons ont employé
à jouer des mâchoires; mais arriver juste pour le thé avec lequel on
vous sert la tartine de consolation.

Etre destitué deux mois avant les 30 ans de service qui vous donnent
droit à la pension, vous croire frustré de toute espérance, et recevoir,
un an après de S. Exc., une lettre fort honorable, avec une légère
gratification.

Aux Français, s'attendant à voir paraître Monrose dans l'Olive, du
_Grondeur_, apprendre qu'il est indisposé subitement, craindre que Faure
le remplace, et voir paraître Armand Dailly.

Tenir d'un rapporteur officieux qu'un homme s'est glissé dans votre
maison, trembler pour l'honneur conjugal, et le trouver couché avec
votre fille.

D'après les chiffres d'une fausse liste de la loterie, penser qu'on
n'avait pas eu un seul numéro sorti sur un terne sec, et trouver qu'il
vous est sorti un ambe.

Voir le feu à votre bibliothèque, craindre que tout ne soit consumé, et
sauver de l'incendie.... les oeuvres de M. de Bonald.

Etre instruit de la banqueroute de votre agent de change, menacé de ne
recevoir que cinq du cent, et en retirer sept et demi.

Acquérir la certitude que ce n'est pas votre meilleur ami qu'on a vu
avec votre femme dans une loge grillée.

Napoléon, à Sainte-Hélène, disait en parlant des Bourbons: «Ils
devaient, à leur rentrée en France, coucher dans mon lit, sans même en
faire changer les draps.» C'eût été de bonne politique, en effet; ni
Louis XVIII, ni Charles X ne le comprirent. Tout changer fut, au
contraire, leur rêve et leur espoir. Ils croyaient pouvoir ramener la
France aux beaux jours de Louis XIV, et la faire d'un seul coup, par un
acte de volonté souveraine, rétrograder d'un siècle.

Sous les moindres actes de la Restauration, perce sa haine contre les
hommes et les institutions de la Révolution et de l'Empire; aussi,
était-ce faire sa cour et prendre le bon moyen pour arriver que
d'attaquer le passé. Les petits ambitieux ne s'en firent pas faute et,
la passion s'en mêlant, les efforts de la contre-révolution atteignirent
les dernières limites de l'odieux et du grotesque.

L'un propose, sérieusement, d'en revenir pour les préfets, les maires,
pour tous les fonctionnaires, en un mot, aux appellations en vigueur au
temps de Henri IV; l'autre propose, non moins sérieusement, de supprimer
la guillotine, _instrument révolutionnaire et anarchique_, et d'en
revenir, pour le dernier supplice, au gibet, infiniment plus monarchique
et, à ce titre, cher à tous les hommes religieux et dévoués à la cause
royale.

Tout ceci n'est que ridicule; mais comment qualifier les persécutions de
tous les jours? A la vérité, le temps des cours prévôtales était passé,
on ne versait plus de sang, mais toute une génération était sacrifiée.
Aux uns, on enlevait les dignités acquises; aux autres, les moyens
d'existence; à tous, on fermait toutes les carrières. Les plus
maltraités furent les anciens soldats de Napoléon, sans distinction de
grade. On voulait épurer l'armée. Aussi, les officiers en demi-solde,
qu'on retrouve mêlés à tous les complots, à toutes les conspirations,
ont-ils puissamment contribué à la révolution de 1830.

COUPS DE LANCETTE.

A chaque titre que M. d'Ap... enlève à nos maréchaux, il s'écrie en
s'essuyant le front:--Encore une victoire de gagnée!...

       *       *       *       *       *

M. d'Appony ne veut plus que l'on dise: Un poulet à la Marengo.

        PARODIE

    Etre des libertés l'effroi, la tyrannie,
    Proscrire les talents, étouffer le génie,
    Suspendre les travaux du libraire incertain
    Aux sinistres accents de ta voix menaçante,
    Voir succomber enfin la presse chancelante,
        Quel rêve!... et quel plus beau destin.

        ÉPITAPHE.

    Ci-gît un journaliste, écrivain sans talents,
          Qui ne dut son nom qu'a l'intrigue;
    Qui, de peur des mouchards, cria selon les temps:
          Vive le roi! vive la ligue!
    Comme folliculaire il ne fit rien de bon.
    Il gagna, pour mentir, un modique salaire;
    Auteur de mélodrame, il fit très-maigre chère,
    Et vécut vingt-cinq ans sur un _Pied de mouton_.

        A UN AMI.

    Je t'aimais, comme on aime un ami du jeune âge,
          Je t'estimais..., mais sur l'honneur
          Je ne puis te voir davantage,
          Tu reçois _le Médiateur_.


Lundi, 15 février 1827.

        LE QUI

    _Qui_, sur les bords de la Gironde,
    Où le sort plaça son berceau,
    De son insipide faconde
    Ennuya jadis le barreau?

    _Qui_, pour le malheur de la France,
    Couvert de maintes dignités,
    Garde, dit-on, son éloquence,
    Pour endormir les députés?

    _Qui_, dans une autre Alexandrie,
    Rallumant la torche d'Omar,
    Voudrait, d'un plus vaste incendie,
    Charmer les enfants d'Escobar?

          Ce n'est pas moi,
          Ce n'est pas toi,
          Ce n'est pas vous,
          Ce n'est pas nous.

Mais si ce n'est ni moi, ni toi, ni vous, ni nous, c'est donc un
_conte_?

MUSÉE GROTESQUE

LIVRET D'EXPLICATION.

Nº 1.--M. P..., toisant d'un air chagrin la bouche de Gargantua.

Nº 787.--Lord Cochrane descendant de sa tortue à un relais, pendant
qu'on lui selle une écrevisse.

Nº 375.--Les trois cents Spartiates de la rue de Rivoli défendant
l'entrée de la cuisine de Grignon.

Nº 542.--Une caravane, rencontrée par des Arabes dans les déserts du
Vaudeville.

Nº 224.--La déclaration d'amour du monstre à la fiancée de Zametti qui
cherche à s'échapper en criant au secours.

Nº 545.--Diogène sortant de sa société des Bonnes-Lettres avec sa
lanterne allumée, et examinant avec dédain la figure de tous ceux qui se
pressent à la porte.

Nº 621.--M. Ancelot démontrant la possibilité du miracle de saint Pierre
en marchant sur la Seine, qui se gèle à mesure qu'il avance.

Nº 172.--M. de Cuir-Bouilly se hissant sur la pointe du pied pour
atteindre la stature de M. de Nonante-Cinq.

Nº 2.--Cadmus semant les dents des Spartiates modernes et ne recueillant
que des mâchoires.

Nº 501.--Madame de G..., accroupie sur les degrés de Saint-Roch, et
mangeant des pommes de terre frites sur le coin de son cachemire.

Nº 444.--M. le baron d'Eck... taillant son drapeau pour s'en faire une
chemise.

Nº 425.--MM. El... et de T... faisant décider par un arbitre à qui des
deux une calotte sied le mieux.

Nº 671.--Trait d'égoïsme. Le _Pilote_ refusant un picotin à un de ses
collègues destitué.

Nº 52.--Voltaire attaquant M. de Jouy en contrefaçon devant la police
correctionnelle.

Nº 272.--M. d'App... se servant de maréchaux de France en guise de
muscades et les escamotant, tandis qu'un paillasse, coiffé à la
financière, lui sert de compère en soufflant sur des gobelets.

Nº 5348.--Le beau grenadier traçant des petits amours sur les panneaux
de M. Fenaigle, pour suivre un cours de Mnémosine.

Nº 1001.--Le maire de Perpignan faisant exécuter en effigie le carnaval
sur la place de l'Hôtel-de-Ville.

COUPS DE LANCETTE.

L'auteur du _Pied de mouton_, ex-rédacteur du _Drapeau blanc_, va,
dit-on, s'occuper d'un nouvel ouvrage, intitulé: le _Pied de nez_.

       *       *       *       *       *

Thémis a maintenant pour attributs un bâillon et un timbre.

       *       *       *       *       *

DÉCOUVERTE. L'imprimerie était une des sept plaies de l'Egypte.

       *       *       *       *       *

_Bravo_: fleur de rhétorique.--_Murmure_: réfutation.--_Clôture_:
argument sans réplique.

       *       *       *       *       *

La liberté est trop lourde, a dit M. de Cur... Il se rappelle peut-être
le temps où il traînait le char de la déesse.

       *       *       *       *       *

A chaque bêtise qu'il entend dire, M. de Saint-Ch... ôte son chapeau.

       *       *       *       *       *

On parle beaucoup du ventre de M. de V..., mais on ne dit rien de ses
entrailles.

       *       *       *       *       *

M. Dudon, auquel s'adresse l'épigramme qui suit, avait cet avantage
d'être une des «bêtes noires» de _Figaro_. Et véritablement, pour les
coups de lancette, jamais homme ne présenta une plus large surface.

M. Dudon était un de ces hommes trop compromis pour pouvoir l'être
davantage, comme tous les partis en traînent à la remorque; hommes de
tous les dévoûments dangereux et bien payés, compères de tous les tours
de passe-passe politiques. Serviteur à tout faire du ministère, on le
mettait en avant dans toutes les questions scabreuses. Réussissait-on,
tant mieux; échouait-on, on le désavouait.

A la tribune il recevait sans sourciller toutes les bordées d'injures de
tous les partis; il eut presque autant à souffrir de l'extrême droite
que de l'extrême gauche. Manuel l'appelait «un homme dangereux et
compromettant pour son propre parti.» Le général Foy disait, en parlant
de M. Dudon: «Il est des hommes dont la position est si malheureuse et
si embarrassante, qu'ils ne peuvent monter à la tribune que pour
débiter des calomnies.»

_Figaro_ revient à chaque instant sur les malversations dont M. Dudon
était accusé, malversations qu'il appelle d'un nom beaucoup plus vif. Le
petit journal n'était pas le seul à rappeler les accidents de la vie
publique de l'homme-écran du ministre. M. Dupont (de l'Eure) lui criait
en pleine chambre: «Liquidez vos comptes et ne calomniez pas d'honnêtes
gens;» en pleine chambre encore, on lui jetait au visage cette rude
apostrophe: «Je le déclare ici, je défie ouvertement M. Dudon de citer
une seule transaction _véreuse_ (et certes, il en connaît beaucoup) à
laquelle j'aie pris part. Je ne suis pas de ces hommes justement
méprisés qui ont indignement abusé de leurs fonctions pour s'enrichir
par des rapines et des _liquidations_ scandaleuses, qui ont forcé les
ministres du roi à les chasser de leur administration, et à proclamer
leur infamie.»

Pour tout dire, «M. Dudon avait été, sous l'Empire, enfermé à Vincennes
pour avoir déserté son poste, abandonné l'armée d'Espagne et répandu la
terreur dont il était saisi sur toute la route qu'il avait parcourue.» A
la chute de l'Empire, il fut tiré de prison par M. de Talleyrand et
chargé d'enlever à Orléans le trésor particulier de l'Empereur. Il
réussit; il est vrai que l'histoire a qualifié de vol cette spoliation.
Plus tard, il fut destitué par M. de Richelieu de la présidence de la
commission de liquidation des créances étrangères.

C'est à ces deux aventures surtout qu'à tout moment il est fait
allusion.

        ÉPIGRAMME.

    Lui, se vendre; et quel prix voulez-vous qu'on l'achète
    Sans craindre d'avoir fait la plus mauvaise emplette?
   --Alors, il s'est donné.--Donné pour rien, pardon;
    Mais qui même à ce prix pourrait vouloir du don?

Mercredi, 21 février 1827.

NOUVEAU DIALOGUE DES MORTS

L'EXCELLENCE.

Quel bruit désagréable arrive à mon oreille! Dieu me pardonne! l'enfer
aurait-il aussi des imprimeries? Oui, ce sont les gémissements d'une
presse...

GUTTENBERG.

La belle invention! En vérité, j'ai mérité la reconnaissance des
hommes...

L'EXCELLENCE.

Quelle sottise dites-vous là, Monsieur l'imprimeur?

GUTTENBERG.

Voilà une ombre qui arrive tout au moins en droite ligne du royaume des
Topinambours.

L'EXCELLENCE.

Monsieur au bonnet de papier, voudriez-vous, s'il vous plaît,
m'apprendre quel privilége vous avez pour vous servir de cet instrument
diabolique?

GUTTENBERG.

Je vois que Monsieur n'est ici que d'hier. Nous autres trépassés, tout
morts que nous sommes, nous aimons à faire encore ce que chacun de nous
faisait sur la terre; j'use amplement de la permission, et j'imprime.

L'EXCELLENCE.

Un article du _Moniteur_? une note secrète?

GUTTENBERG.

Fi donc! Voltaire, Fénelon, Rousseau, Bossuet.

L'EXCELLENCE.

Tous ces auteurs-là sont à l'index, et je me verrai forcé de sévir
contre vous. Rappelez-vous le texte de la loi: défense d'imprimer...

GUTTENBERG.

On devrait, au contraire, me délivrer un brevet d'invention.

L'EXCELLENCE.

Comment! vous seriez le mauvais génie qui a perdu, par l'excès des
lumières, les hommes que vous vouliez éclairer par la _philosophie_?...

GUTTENBERG.

C'est un caractère de nouvelle date, je n'employais que le _cicéro_...

L'EXCELLENCE.

Un bavard qui s'escrimait contre les ministres dans la chambre des
députés des _Romains_.

GUTTENBERG.

J'ai toujours affectionné l'_italique_.

L'EXCELLENCE.

Vous osez parler de l'usurpateur devant une Excellence! Vous êtes, je le
vois, un imprimeur enragé, un républicain, un petit Romain...

GUTTENBERG.

Je fais beaucoup de cas de ce caractère... Mais, en vérité, je ne
comprends rien à tout ce que vous dites. Qu'étiez-vous donc sur la
terre?

L'EXCELLENCE.

Je faisais des lois.

GUTTENBERG.

Si vous le voulez, j'imprimerai vos ouvrages?

L'EXCELLENCE.

Insolent! vous me plaisantez, je crois; sachez que ce matin encore
j'étais ministre...

GUTTENBERG.

Et ce soir vous voilà mort, par suite sans doute d'un jugement, d'un
arrêt...

L'EXCELLENCE.

Non pas, nous ne mourons plus ainsi. Figurez-vous que j'avais aboli
l'imprimerie, et, pour le plus grand bonheur de mes concitoyens, j'avais
ruiné quelque cent mille familles...

GUTTENBERG.

Cent mille familles! Je devine la fin de l'anecdote, il n'a fallu qu'un
désespoir...

L'EXCELLENCE.

Au contraire, j'aurais vécu longtemps encore si, à force de timbrer les
autres...

GUTTENBERG.

Je comprends; mais, M. l'ex-Vandale, ma presse est, Dieu merci, à l'abri
de vos arrêts. J'aperçois Astaroth qui vient vous lire votre sentence;
écoutez.

ASTAROTH, _lisant_.

«La susdite ombre est condamnée à être apprenti imprimeur sous les
ordres de Guttenberg...»

L'EXCELLENCE.

Apprenti vous-même.

ASTAROTH.

«Pendant deux mille ans.» A l'ouvrage, petit.

L'EXCELLENCE.

Si je reviens jamais de ce bas monde, je ferai pendre tous les
imprimeurs.

GUTTENBERG.

On vous formera, mon enfant.


COUPS DE LANCETTE.

On a vu M. de Sal... qui s'amusait à graver ces mots sur une pièce de
quarante-huit: _Remède contre l'imprimerie_.

       *       *       *       *       *

M. Ouvrard a obtenu la permission de sortir de Sainte-Pélagie pour trois
jours. Deux gendarmes et un huissier l'escorteront partout. C'est la
liberté que M. de P..... promet aux imprimeurs.

       *       *       *       *       *

On dit que depuis hier M. le comte de P..... se sent le timbre fêlé.

       *       *       *       *       *

M. de Saint-Chamans, que _Figaro_ appelle tantôt monsieur de
C'est-charmant ou monsieur Tant-mieux, avait été un des plus chauds
partisans, un des défenseurs les plus opiniâtres du projet de loi sur la
presse. Ce surnom de Tant-mieux lui venait d'une phrase malencontreuse
prononcée à la tribune: «Le projet de loi,» s'était-il écrié,
«empêchera, dit-on, tout à la fois les bons et les mauvais livres, les
bonnes et les mauvaises maximes; tant mieux.» (_Explosion de murmures._)
«Oui, Messieurs,» répète M. de Saint-Chamans avec plus de force, «tant
mieux! tant mieux! tant mieux! Tous ceux qui _croient_, en politique
comme en religion, doivent _croire_ sur la parole seule de l'autorité
légitime.»

Franchement une telle profession de foi valait bien quelques épigrammes.

M. de Sallaberry, dont il est question quelques lignes plus haut, était
aussi fort partisan de la loi. C'est lui qui avait comparé l'imprimerie
au _manioc_, d'où le surnom de M. Manioc que lui donnèrent les petits
journaux de l'époque. C'est lui encore qui, dans le même discours,
s'écriait avec véhémence: «Redoutons, Messieurs, le fléau de
l'imprimerie, seule plaie dont Moïse oublia de frapper l'Egypte.»
(_Interruptions et éclats de rire._)

              ÉPITAPHE.

          Entêté, ridicule, ennuyeux,
    Hélas! il gît ici, ce bon monsieur Tant-mieux,
          Qui voulait que lui seul sût lire.
    Quand ses graves discours faisaient pâmer de rire,
    Tout fier de leur effet, il s'écriait: Tant mieux!
            Je suis un fou: Tant mieux!
            Un sot même. Tant mieux!
          Tant mieux! tant mieux! tant mieux!
        Enfin, ces mots lui plaisaient tant à dire,
    Qu'à l'instant où la mort vint lui fermer les yeux,
          Il bégayait encor: Tant mieux!


COUPS DE LANCETTE.

M. de C'est-charmant pense que les muselières nous conviendraient mieux
encore que la censure.

       *       *       *       *       *

On a vu l'autre jour un Cosaque du Don se dévouer pour sauver son maître
qui allait se noyer. Ils ont du bon, ces Cosaques.

       *       *       *       *       *

Le fameux «_tant-mieux_» de M. de Saint-Ch... est destiné à partager
(sublime à part) la célébrité du _qu'il mourût_! et du _qu'en dis-tu_?


              ÉPITAPHE.

    J'ai vécu des produits de ma plume vénale;
    J'ai vécu d'un journal par moi mis à l'encan;
    De honte j'ai vécu; j'ai vécu de scandale;
    J'ai vécu de la croix; j'ai vécu du turban;
    J'ai vécu, j'ai vécu, gazetier famélique,
    Quatre-vingts ans passés... Mais je voulus, enfin,
      Vivre un matin de l'estime publique,
        Et le soir, j'étais mort de faim.

COUPS DE LANCETTE.

M. de V... assure que MM. de P... et Fren... sont des hommes d'un grand
prix.

       *       *       *       *       *

Mademoiselle Adel... disait: Si jamais je prenais un mari, ce serait M.
de Laboë... que je voudrais, il vote toujours pour l'adoption.

       *       *       *       *       *

M. Dud... est tellement dévoué à son maître, qu'il irait partout, au
seul commandement de celui-ci. Quand donc lui plaira-t-il de l'envoyer
au diable?

       *       *       *       *       *

--Le mensonge déshonore.

--C'est possible, répondit M. de V..., mais ça n'ôte pas un
portefeuille.

       *       *       *       *       *

M. de Villèle, grâce à la façon hardie dont il avait mené les dernières
élections, avait réussi à se constituer une imposante majorité. Il
n'avait, il faut lui rendre cette justice, reculé devant aucun moyen. Il
avait donné pleins pouvoirs aux préfets, en leur notifiant qu'ils
répondaient «sur leurs places» du vote des électeurs de leur
département. Cette notification eut les meilleurs résultats. Partout on
employa l'intimidation; les destitutions des fonctionnaires
_mal-pensants_ étaient à l'ordre du jour. Dans certaines provinces, on
eut recours à la gendarmerie. De son côté, le clergé agissait.

Donc le ministère eut sa majorité. La Chambre _introuvable_ de 1815
était _retrouvée_.

On appela cette majorité les _Trois-Cents_ de M. de Villèle; puis, par
allusion aux trois cents combattants des Thermopyles, on les appela _les
Spartiates_.

Les députés étaient admirablement choyés. M. de Villèle leur avait dit:
«Vous êtes ici non pour discuter, mais pour voter.» Ils obéissaient, il
fallait bien les en récompenser.

C'était alors le bon temps des dîners ministériels. Tous les députés
bien pensants avaient, dit-on, leur rond de serviette chez MM. de
Villèle et de Peyronnet. «On tenait, dit un petit journal, les députés
par la gueule.» Un autre disait: «Quand on a la bouche pleine, on ne
parle pas;» ou encore: «Un homme qui digère ne refuse rien.» Et le
public riait.

Figaro fait chorus. Sans cesse il revient aux tables ministérielles; il
énumère avec complaisance les truffes, les primeurs, les mets délicats
servis aux Spartiates affamés. Il fait le compte des bouteilles bues; il
voudrait avoir pris mesure de la taille des _Trois-Cents_, pour savoir
s'ils ont beaucoup engraissé pendant la session. Pour les Spartiates, il
réserve ses plus méchants quolibets, ses plus mordantes épigrammes. On
dirait qu'il essaye de leur couper l'appétit. Il n'y réussit pas, et
c'est d'un ton dolent qu'il s'écrie: «Leur appétit nous ruine.»

Il est vrai que cette majorité coûtait gros; grasse était la solde des
Spartiates.

--Monsieur, demandait un jour Charles X, combien pensez-vous qu'il
faille à un député pour vivre honorablement à Paris?

--Je pense, Sire, qu'avec six mille francs...

--Six mille francs! dites-vous, s'écria le roi, il en est auxquels je
donne plus du double et qui se plaignent de mourir de faim.

Et le roi ne comptait ni les places ni les sinécures.

Il y a cependant à ceci une moralité assez bonne à méditer pour les
gouvernements: c'est cette majorité si chèrement et si déloyalement
obtenue qui renversa le ministère Villèle et prépara la chute de Charles
X.


COUPS DE LANCETTE.

Samson n'en avait qu'une pour combattre ses ennemis; beaucoup plus
heureux, M. de V... en a trois cents.

       *       *       *       *       *

Ces messieurs veulent bien dire des absurdités, mais sans que le public
en soit instruit: au moins voilà du respect pour le public.


           ÉPIGRAMME

      TRADUITE DE MARTIAL.

    Pourquoi veux-tu, Truffus, pour un mot indiscret
          Couper la langue à ton esclave?
      Ne sais-tu pas que le peuple te brave,
          Et qu'il parle, quand il se tait?...

COUPS DE LANCETTE.

Dorénavant, tout écrivain qui n'aura pas 50,000 francs de rentes, sera
un homme sans considération et sans talent. D'après cette nouvelle
découverte, M. de Rothschild va se trouver le gros génie de l'époque.

       *       *       *       *       *

.....«J'en appelle à votre conscience......»

(_Silence universel._)

       *       *       *       *       *

Les prières des agonisants sont à l'ordre du jour.

Samedi, 17 mars 1827.

LE DÉCALOGUE DU SPARTIATE.

    1. Pour seul dieu tu reconnaîtras
    Celui qui te truffe amplement.

    2. Dans les grands jours tu te tairas
    Par respect pour le rudiment.

    3. Avec un tel tu voteras
    Par assis levé seulement.

    4. Un tel, un tel applaudiras
    Par politesse purement.

    5. Tandis qu'un tel tu siffleras
    Ainsi qu'un tel mêmement.

    6. Leurs beaux discours réfuteras
    Par un loyal trépignement.

    7. Eloquent point tu ne seras,
    Car c'est du luxe assurément.

    8. Et comme un tel tu parleras
    Contre le bon sens sciemment.

    9. Jamais tu ne t'aviseras
    D'avoir esprit ni jugement.

    10. Jusqu'à la mort tu resteras
    Fidèle à ce commandement.


COUPS DE LANCETTE.

La Conciergerie est, de nos jours, tout près du Parnasse.

       *       *       *       *       *

Des joueurs bien connus ont perdu une partie de boules aux
Champs-Elysées; ils demandent leur revanche dans le jardin du
Luxembourg.

       *       *       *       *       *

Cependant, ils ne sont pas inviolables, puisqu'on peut les _empoigner_.

       *       *       *       *       *

Il était assez audacieux, en ce moment, de rappeler aux Trois-Cents
qu'ils n'étaient pas inviolables,--pour le peuple, est sous-entendu.--Quant
au mot _empoigner_, c'est une allusion au fait bien connu de l'expulsion
de la Chambre du député Manuel. Fort de son droit et de sa conscience,
considérant la résistance comme un devoir, le célèbre orateur avait
déclaré qu'il ne céderait qu'à la force. Il tint parole. La garde
nationale, envoyée pour l'expulser, refusa d'obéir à l'ordre inique. On
fit alors marcher la gendarmerie, sous les ordres du colonel Foucauld.

Trois fois le colonel somma Manuel de sortir, et comme il «refusait
d'obtempérer:»

--Gendarmes, s'écria M. Foucauld, _empoignez-moi_ M. Manuel.

Le mot est resté.

Jeudi, 22 mars 1827.

UN SPARTIATE ET SON FILS

LE SPARTIATE.

Mon fils, qu'est-ce que c'est que la Sparte moderne?

LE PETIT.

On appelle ainsi une grande étendue de terrain qui produit des truffes
et du vin de Champagne.

LE SPARTIATE.

Quelle est la capitale de ce royaume?

LE PETIT.

Un grand hôtel avec des factionnaires à la porte.

LE SPARTIATE.

On a l'habitude d'employer le mot _patrie_; que veut-il dire?

LE PETIT.

Ce mot-là ne signifie rien.

LE SPARTIATE.

Quel est le meilleur gouvernement?

LE PETIT.

Celui sous lequel on fait les meilleurs dîners.

LE SPARTIATE.

Quel est l'homme le plus utile dans un État bien organisé?

LE PETIT.

Le chef de cuisine du ministre.

LE SPARTIATE.

Comment reconnaît-on le bon parti?

LE PETIT.

Aux opinions gastronomiques.

LE SPARTIATE.

Quel talent faut-il pour réussir?

LE PETIT.

Il ne faut qu'une mâchoire garnie de ses trente-deux dents et en
activité.

LE SPARTIATE.

Comment sert-on le mieux son pays?

LE PETIT.

En le mangeant.

LE SPARTIATE.

Qui peut empêcher l'homme le plus habile de faire son chemin?

LE PETIT.

Un mauvais estomac.

LE SPARTIATE.

Qu'est-ce qu'une loi?

LE PETIT.

Un ragoût assaisonné aux truffes.

LE SPARTIATE.

Qu'est-ce qu'un homme qui a fait ses preuves ne doit jamais refuser?

LE PETIT.

Une invitation à dîner.

LE SPARTIATE.

Où doivent se discuter les affaires importantes?

LE PETIT.

Dans la salle à manger.

LE SPARTIATE.

Assez pour aujourd'hui; vous savez votre leçon à merveille. Je suis
satisfait. Dites à votre bonne de vous donner à déjeuner.

LE PETIT.

Je voudrais des truffes, papa.

LE SPARTIATE.

Quand vous serez plus grand... (_A part._) Il n'y a plus d'enfants.


PENSÉES D'UN SPARTIATE.

* Les grandes pensées viennent de l'estomac.

* Tous les chefs-d'oeuvre de nos grands écrivains ne valent pas la
carte d'un restaurateur.

* Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.

* Le Tibre a des Césars; la Seine a des Chevet.

* L'amitié est une sauce piquante qu'on mange à deux.

* La truffe ne vieillit pas.

* On imprime que, depuis 400 ans, on a dîné de tout temps.

* On a vu monsieur de C'est-charmant hausser les épaules; il se parlait
à lui-même.

* Il est tout naturel que les ennemis de l'imprimerie en veuillent à
certains académiciens, ils ont montré quelque caractère.


        ÉPIGRAMME.

   --A cent francs le journal! c'est la dernière enchère.
   --J'en offre dix écus.--C'est peu.--J'en suis fâché.
   --Voyez la marchandise... On ne peut vous surfaire.
   --Allons! dix sous de plus, et pour finir l'affaire,
    Je prends les rédacteurs par-dessus le marché.


COUPS DE LANCETTE.

Les épiciers préparent déjà des lampions.

       *       *       *       *       *

M. le prince de H... veut absolument que le mot schlague soit français.

       *       *       *       *       *

Mille garapines! ces chournalisdes sont bar drop méchants! disait un
général français; on téfrait leur tonner sur les oncles!.....

MANIÈRE DE FAIRE UN GÉNÉRAL.

Vous prenez un individu... le premier qui vous tombe sous la main...
cependant n'allez pas le choisir dans la classe des _féroces_. Tâchez
de le prendre spirituel..... imbécile, ce serait absolument la même
chose. Le sujet sera d'avance suffisamment mortifié. Vous lui apprenez
l'exercice..... du chrétien, c'est-à-dire son _pater_, son _ave_, son
_credo_ et son _meâ culpâ_, soit en latin, soit en grec, soit en
anglais, soit en allemand; il suffit que ce ne soit pas en français.
Vous lui faites ensuite connaître tous les canons... qui se sont chantés
et qui se chantent à Rome, depuis le pontificat de Grégoire Ier. Il
doit aller, les yeux fermés, de la caserne à la paroisse, et de la
paroisse à la caserne, car c'est indispensable s'il veut faire son
chemin. Vous avez soin de lui jeter sur le dos un habit bleu brodé en
feuilles de chêne et de laurier, c'est le symbole de sa gloire... à
venir. Puis vous lui mettez deux belles épaulettes, vous l'attachez à un
grand sabre, et..... il ne faut plus qu'un miracle pour le faire
marcher.

Le 28 mars 1827 mourut, à l'âge de quatre-vingts ans, un homme qui, dit
M. de Vaulabelle, «honorait à la fois son nom, le rang où il était né et
la France,» le duc de La Rochefoucauld-Liancourt.

Dévoué aux Bourbons jusqu'à sacrifier pour eux sa vie et sa fortune, le
duc de La Rochefoucauld eut ce rare honneur de déplaire au gouvernement
de la Restauration. Nommé pair de France, il figurait dans la chambre
héréditaire au nombre des membres de l'opposition, et prêtait ainsi à la
cause libérale l'appui d'une belle vie et d'un grand nom.

Cela déplut à M. de Corbière, qui ne craignit pas de retirer brutalement
au duc plusieurs fonctions _purement honorifiques_ auxquelles son grand
caractère l'avait naturellement désigné.

Le duc, malgré cette injure, resta fidèle à la cause de toute sa vie;
mais, tandis que cette injustice lui faisait une grande popularité, son
attitude le brouillait irrévocablement avec la congrégation.

Ainsi que nous venons de le dire, le duc de La Rochefoucauld mourut le
28 mars. Il n'était pas rentré en grâce. Ses obsèques furent indiquées
pour le 30. Au milieu de l'immense concours de personnes qu'elles
attirèrent, on remarquait un assez grand nombre d'anciens élèves de
l'Ecole des Arts et Métiers de Châlons, école dont le duc était
fondateur.

Les élèves demandèrent à porter le cercueil de leur bienfaiteur, c'était
un hommage public qu'ils voulaient rendre à sa mémoire. Les fils du
défunt, les comtes Gaëtan et Alexandre de La Rochefoucauld, crurent
devoir accorder cette demande. Tout alla bien jusqu'à l'église. Mais
lorsque, la cérémonie terminée, les jeunes gens voulurent reprendre leur
fardeau, un commissaire de police s'y opposa. Le cortége était alors
dans la rue Saint-Honoré. Les élèves résistant aux ordres du
commissaire, celui-ci requit l'aide de la troupe envoyée pour rendre au
défunt les honneurs funèbres. Bientôt les baïonnettes, demeurées
jusque-là au fourreau, furent mises au bout des fusils. A la vue des
soldats, les assistants entourent les jeunes porteurs. On se mêle, on se
heurte, une sorte de lutte s'engage, et bientôt le cercueil, échappant
aux jeunes gens, glisse et tombe avec un bruit lugubre sur le pavé.

«L'épouvante s'empare des spectateurs, le vide se fait autour des
soldats qui relèvent le cercueil à demi brisé, ramassent dans le
ruisseau de la rue les insignes du défunt et son manteau de pair souillé
de boue, et les placent sur le corbillard que le commissaire de police
avait fait avancer.»

Telle avait été la violence du choc, que non-seulement la bière avait
été brisée, mais encore une partie des membres s'étaient détachés du
corps.

Cette violence atteignant jusque dans la mort un homme dont le seul
crime avait été d'être indépendant, ce scandale sacrilége, cette
profanation, firent jeter à Paris entier un cri d'indignation. Les
journaux s'émurent, les deux Chambres ordonnèrent une enquête.

Eh bien! devant cette réprobation générale, M. de Corbière osa monter à
la tribune, non pas pour blâmer les auteurs de cette coupable
profanation, mais pour payer un tribut d'éloge aux agents qui avaient
fait leur devoir.

Les articles du _Figaro_, si violents qu'ils soient, ne sont encore
qu'un écho affaibli de l'opinion.


COUPS DE LANCETTE.

Comment respecteraient-ils les morts, est-ce qu'il n'est pas dans la
nature des corbeaux de s'acharner après les cadavres?

       *       *       *       *       *

On va bâtir une citadelle au milieu du cimetière du Père La Chaise.

       *       *       *       *       *

Les employés aux pompes funèbres ne seront pris, désormais, que dans les
régiments de ligne.

       *       *       *       *       *

On avait fait, la veille de l'ouverture du Cirque, une répétition de
l'_Attaque du convoi_.

       *       *       *       *       *

On nous traîne dans la boue après notre mort; c'est pour nous apprendre
à vivre.

       *       *       *       *       *

Quelqu'un nous assure avoir lu ces mots sur la même enseigne: _Fabrique
de baïonnettes et Pompes funèbres_.

       *       *       *       *       *

M. le prince de Ho... a pris un maître de langue française, pour
apprendre seulement à dire: _En joue, feu!_

       *       *       *       *       *

Il y a des gens qui, pour rendre les derniers honneurs aux mânes des
personnages vertueux, voudraient rétablir le gibet de Montfaucon.

       *       *       *       *       *

Il y a plus de honte à être debout dans certains salons qu'à tomber dans
le ruisseau.


Dimanche, 5 avril 1827.

LE RUISSEAU ET LA BIÈRE.

DIALOGUE.

LE RUISSEAU.

Voilà qui commence bien; les bons gendarmes n'y vont pas de main morte;
les coups pleuvent comme grêle; baïonnettes d'entrer en danse.
Messieurs les bourgeois, gare les éclaboussures.

LA BIÈRE, _roulant dans le ruisseau_.

Ciel! quelle profanation!

LE RUISSEAU.

Dieu me pardonne, c'est un mort en grande tenue que j'ai reçu sur le
dos.

LA BIÈRE.

Où suis-je? couverte de boue et foulée aux pieds!

LE RUISSEAU.

Je croyais que c'était quelque agent de la police...

LA BIÈRE.

En effet, c'est bien là leur place; aussi, Monsieur le ruisseau, je suis
toute honteuse...

LE RUISSEAU.

Vraiment, il n'y a pas de quoi. Tous les jours, je vois des gens qui
vous valent bien et qui n'y regardent pas de si près.

LA BIÈRE.

Vous ne savez pas qui je renferme?

LE RUISSEAU.

Ce n'est probablement pas de ma connaissance, madame la dégoûtée...

LA BIÈRE.

Un honnête homme...

LE RUISSEAU.

Je ne vous entends pas.

LA BIÈRE.

Sa vie a été consacrée au bien; sa mémoire est vénérée par tous ceux qui
ont encore un peu d'âme.

LE RUISSEAU.

C'est sans doute quelque pauvre diable mort de faim.

LA BIÈRE.

Celui qui se trouve aujourd'hui dans un ruisseau, hier encore, par sa
fortune, son rang, sa noblesse, ses vertus, ses talents, était un des
citoyens les plus illustres.

LE RUISSEAU.

Sans doute il appartenait à la congrégation, avec laquelle j'ai beaucoup
de rapports?

LA BIÈRE.

Fi donc! il aimait sa religion, sa patrie et son roi.

LE RUISSEAU.

A en juger par cet immense concours de monde qui l'escortait à son
dernier hôtel, lorsque la force armée est venue mettre le holà, ce fut
un ministre, un législateur; aurait-il inventé le trois pour cent,
promulgué une loi du sacrilége et autres gentillesses?

LA BIÈRE.

Un silence religieux, interrompu par des sanglots, l'accompagnait
jusqu'au moment où des cris d'indignation...

LE RUISSEAU.

Je me souviens, lorsque j'étais bien jeune, d'avoir été sali par les
restes de Marat.... Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.

LA BIÈRE.

As-tu remarqué qu'en tombant j'ai fait jaillir ton eau bourbeuse jusque
sur le visage des misérables?

LE RUISSEAU.

Ils n'y ont pas pris garde. Moi-même, je suis saisi de respect et je
crains de te toucher...

LA BIÈRE.

Adieu, deux croque-morts viennent de mon côté... ce ne sont plus ces
nobles jeunes gens... O ciel! cette terrible leçon préviendra-t-elle un
nouveau scandale?

LE RUISSEAU.

Adieu, Madame; je vous jure qu'il ne vous reste pas la moindre tache...
Ah! je ne remarquais pas, du sang...

LA BIÈRE.

O mon maître!...


COUPS DE LANCETTE.

Quelqu'un a proposé d'établir une école de canonniers près de quelques
cimetières: les tombes serviraient de cibles. Cette innovation ne peut
manquer de trouver beaucoup d'approbateurs.

       *       *       *       *       *

Depuis qu'un mort illustre est tombé dans le ruisseau, MM. Ling... et
Ben... sont fiers de se rouler dans la fange.

       *       *       *       *       *

On devrait bien créer une compagnie d'assurances pour les pompes
funèbres.

       *       *       *       *       *

Il nous faut revenir maintenant à la _loi d'amour et de justice_, à
cette loi que M. Royer-Collard comparait à une loi de suspects largement
conçue, qui mettait la France entière en prison sous la garde des
ministres.

Le projet de M. de Peyronnet avait été adopté par la Chambre des
députés, en dépit des énergiques efforts des deux oppositions royaliste
et libérale. Il avait été adopté à une majorité de 233 voix contre 134
(12 mars).

Sept jours plus tard, le ministre portait son malencontreux projet à la
Chambre des pairs. Mais là il rencontra une résistance inattendue.
L'attitude de la commission d'examen lui faisant prévoir une éclatante
défaite, il remit le projet «à des temps meilleurs,» et, le 17 avril, il
monta à la tribune pour lire une ordonnance qui retirait le projet.

A cette nouvelle, l'allégresse éclata par toute la France. A Paris, ce
fut un indescriptible enthousiasme. La ville entière se trouva illuminée
comme par enchantement. «Nos ministres ont besoin de lumières,»
disait-on, «éclairons-les.» Des colonnes d'ouvriers imprimeurs
parcouraient les rues; ils criaient: Vive le roi! vive la Chambre des
pairs! vive la liberté de la presse!

Les journaux de l'opposition libérale entonnèrent l'hymne du triomphe.
Le terrible projet avait disparu tout à coup; ils espéraient que son
auteur ne tarderait pas à le suivre, et ils disaient tout haut leurs
espérances.


COUPS D'ENCENSOIR.

On a vu hier une foule de presses qui riaient comme des petites folles.
Cette gaîté leur allait à ravir.

       *       *       *       *       *

C'est pour rire que M. C'est-charmant a dit que le Français était un
animal féroce.

       *       *       *       *       *

M. de P.... signe avec la meilleure grâce du monde.

        ÉPITAPHE.

    Objet de haine et de colère,
    Ci-gît un malheureux projet,
    Lequel avait, dit-on, pour père
    Ce bon monsieur de Draconnet.
    C'est lui qui lui donna naissance,
    C'est lui qui, par son assistance,
    Le fit, un moment, respirer,
    Et quand enfin la mort barbare
    Eut frappé cet enfant si rare,
    Il se chargea de l'enterrer.


BIGARRURE.

Hier, tout Paris semblait en feu; on n'a guère pu remarquer que les
maisons qui n'étaient point illuminées, et encore ne faut-il accuser
personne de tiédeur, car on n'était pas préparé à la fête que le Roi
vient de donner à la France; bien des gens n'ont pu trouver à acheter
des lampions.

L'ordre le plus parfait a régné partout.

       A PROPOS.

    Un projet proposé
    Nous mit dans la souffrance.
    Un projet amendé
    Fit naître l'espérance.
    Un projet retiré
    Répand la joie en France.

COUPS DE LANCETTE.

Tout Paris était brillant de lumières; à Montrouge, on s'est couché sans
chandelle.

       *       *       *       *       *

Il suffit d'une simple revue pour s'apercevoir de tous les défauts de la
_loi d'amour_.

       *       *       *       *       *

M. de V... ne sort plus le soir; l'odeur des lampions l'incommode.

       *       *       *       *       *

M. de P.... aurait dû se retirer en même temps.

       *       *       *       *       *

L'enfant est enterré: bravo!--le papa reste. O Azaïs!

       *       *       *       *       *

Lampion et sifflet sont maintenant synonymes.

       *       *       *       *       *

On assure que M. de P.... va rendre l'âme. Il va donc rendre son
portefeuille; on dit qu'elle en est inséparable.

       *       *       *       *       *

On ne dit plus railler, persiffler un homme, on dit: le _lampionner_.


DIALOGUE

                       A

    Ces cris, ces lampions et leurs flammes sinistres
    Ont jeté dans mon âme un prophétique effroi.
    Tout est perdu, sans doute?

                       B

             Oui, tout pour les ministres,
      Mais tout est gagné pour le roi.


COUPS DE LANCETTE.

Toute la France s'illumine, ce n'est pas assez de sept éteignoirs pour
tant de lumières.

       *       *       *       *       *

Cette pauvre _Etoile_ ne parle que de lampions et d'illuminations; il
paraît qu'on lui a fait voir trente-six mille chandelles.

PETIT DIALOGUE.

--Qu'est-ce que le ministère?

--Un éteignoir.

--La Charte?

--Un lampion.

--Le peuple?

--Un pétard.

       *       *       *       *       *

Chaque année, le 12 avril, anniversaire de la rentrée de Charles X à
Paris en 1814, la garde nationale faisait seule le service des Tuileries
et était passée en revue par le roi. Cette année (1827), le 12 tombait
un jeudi saint; la revue fut donc remise au lundi de Pâques, 16 avril.
Dès le matin de ce jour, des détachements de toutes les légions
arrivèrent aux Tuileries pour le service exceptionnel; dans
l'après-midi, le roi, suivi du Dauphin, les passa en revue. Il y eut un
tel enthousiasme, on cria: Vive le roi! avec une telle unanimité, que
Charles X sembla regretter de n'être pas entouré de la garde nationale
tout entière.

Les gens qui entouraient le roi saisirent cette idée. Ils affirmèrent au
roi qu'ils étaient en mesure de répondre des bons sentiments de toutes
les légions, et, séance tenante, il fut décidé que, le dimanche 29
avril, Charles X passerait en revue toute la garde nationale de Paris,
réunie au Champ de Mars.

Cette décision prise, annoncée par les journaux, ceux même qui l'avaient
conseillée furent pris de doutes et de craintes. Mais il n'y avait plus
à y revenir. Les ministres surtout, dont on n'avait pas pris conseil, ne
cachaient pas leurs appréhensions.

Au jour dit, vingt mille hommes étaient rangés devant l'École Militaire.
Les tristes prévisions des pessimistes ne furent pas réalisées, tout se
passa convenablement. Peut-être y eut-il plus de cris de _vive la
Charte_! que de cris de _vive le Roi_! mais, en somme, de l'avis même de
Charles X, la journée fut bonne.

Mais, après la revue, un événement arriva qu'on n'avait pas prévu. Il y
eut des manifestations bruyantes contre les ministres. Des bataillons
entiers de gardes nationaux s'arrêtèrent devant les ministères et, là,
«firent entendre les cris mille fois répétés de _vive la liberté de la
presse! à bas les jésuites! à bas les ministres!_ A ces clameurs se
mêlaient aussi les cris de à _bas Peyronnet! à bas Villèle!_

Les ministres virent dans ces manifestations un attentat à leur dignité,
ils résolurent de se venger. Ils persuadèrent au roi que la majesté de
la couronne était compromise; bref, ils identifièrent si bien leurs
intérêts et leur orgueil offensé avec les intérêts et la gloire de la
monarchie, que, le soir même, on rédigea une ordonnance de licenciement.
Tous les postes furent changés; la garde nationale était dissoute.

Il était dit que ce malheureux gouvernement marcherait de faute en faute
et briserait l'un après l'autre tous ses appuis. En se privant de la
garde nationale, ce corps si essentiellement modérateur, il s'ôtait,
pour les jours néfastes, toute chance d'intermédiaire, tout espoir de
transaction. Voilà pour l'avenir. Pour le présent, chaque citoyen se
crut atteint dans sa dignité, et la garde nationale, qui avait donné à
la famille régnante tant de marques de sympathie, passa en masse à
l'opposition.

COUPS DE LANCETTE.

Il y a des gens qui ne veulent laisser entrer demain, au Champ-de-Mars,
que les personnes qui auront un bâillon dans la bouche.

       *       *       *       *       *

En passant près du château de Rivoli, les tambours de la garde nationale
battront la retraite.

       *       *       *       *       *

On assure qu'ils vont partir enfin tous les sept: ce ne sont pas des
gens de revue.

       *       *       *       *       *

L'_Etoile_ nous dira probablement aussi que le soleil du 29 était un
faux soleil.

       *       *       *       *       *

Les directeurs de spectacles ont rayé de leurs répertoires: _Une nuit de
la garde nationale_.

       *       *       *       *       *

On vendait hier la complainte de la garde nationale. On ne lui fait pas
moins d'honneur qu'à tous les autres condamnés.

Malgré la colère de 24,000 hommes contre sept, ceux-ci sont parvenus à
les désarmer.--Ce que c'est que les bons procédés.

       *       *       *       *       *

On ne dit pas que les musiciens de la garde nationale aient exécuté
l'air de _la Victoire est à nous_.

       *       *       *       *       *

Sept personnes, à Paris, ont pensé que la journée d'hier serait
orageuse, et n'ont pas mis le nez dehors.

       *       *       *       *       *

On peut dire, moralement parlant, qu'ils ont été traînés sur la claie
par l'opinion publique.

       *       *       *       *       *

Hier, des millions de cris de: Vive le roi! ont prouvé à certains
détracteurs que la reconnaissance est une vertu nationale.

        ÉPIGRAMME.

    Notre garde civique a reçu son congé,
    Mais un beau grenadier, oublié par mégarde,
    Veut, dit-on, faire encor son service obligé.
    Espérons que bientôt il descendra la garde.

COUPS DE LANCETTE.

Nous étions vingt mille à jouer l'écarté contre sept; nous avions quatre
points de chaque côté, un des sept a tourné le roi, et nous avons perdu
la partie.

       *       *       *       *       *

La meilleure rime à ministre est sinistre.

       *       *       *       *       *

La garde meurt et... les ministres restent.

       *       *       *       *       *

On vient de publier une biographie de tous les bons ministres de France.
Cet ouvrage n'est pas long.

       *       *       *       *       *

On ne dit plus: _Revue, augmentée et corrigée_, mais _revue et
licenciée_.

       *       *       *       *       *

Il y a sept loges vacantes à Charenton. Allons, messieurs...

       *       *       *       *       *

Ces messieurs conviendront au moins qu'ils ne nous gouvernent pas
gratis.


Vendredi, 11 mai 1827.

DIALOGUE ENTRE DEUX HABITS.

PREMIER HABIT.

Loin de moi, vil roturier!... Que viens-tu faire en ces lieux?

DEUXIÈME HABIT.

Moisir à tes côtés, confrère.

PREMIER HABIT.

Quoi! l'habit d'un vilain et l'habit d'un noble attachés au même croc!
Quelle honte!

DEUXIÈME HABIT.

Il n'y a pas de noblesse qui tienne, mon ancien; ici, tous les habits
sont égaux, et les vers ne font aucune distinction.

PREMIER HABIT.

Oses-tu bien te comparer à moi, misérable elbeuf?

DEUXIÈME HABIT.

De quelle étoffe es-tu donc, pour te montrer si fier?.... A la poudre,
jadis blanche, qui te couvre, à la crasse épaisse qui cache toutes tes
coutures, je parierais presque que tu as appartenu à quelque tête à
perruque?

PREMIER HABIT.

Ces galons d'or et d'argent, sous lesquels se cachent encore mes
coutures, ne t'apprennent-ils pas assez quel fut jadis mon rang dans le
monde?

DEUXIÈME HABIT.

Je n'y vois que les insignes d'une ridicule livrée.

PREMIER HABIT.

Je fus, tour à tour, l'habit d'un jacobin, d'un chambellan et d'un
ventru.

DEUXIÈME HABIT.

C'est-à-dire que tu as changé de forme et de couleurs, suivant la
circonstance. Enfin, pour trancher le mot, tu n'es qu'un habit
retourné...

PREMIER HABIT.

Mais toi, qui es-tu?

DEUXIÈME HABIT.

Je fus pendant longtemps l'honneur de la France. Hélas! hier encore,
chacun me regardait avec respect.

PREMIER HABIT.

Ne serais-tu pas un de ces habits séditieux qu'on vient de licencier? Je
crois te reconnaître à ton uniforme.

DEUXIÈME HABIT.

Précisément.

PREMIER HABIT.

C'est cela; et en passant sa garde-robe en revue, ton maître, en homme
prudent, t'as mis à la réforme. Encore, si comme moi tu avais des
titres?

DEUXIÈME HABIT.

Eh! n'en ai-je pas à la gloire!

PREMIER HABIT.

Où les as-tu gagnés?

DEUXIÈME HABIT.

A la barrière de Clichy!

PREMIER HABIT.

Et moi, dans l'antichambre des ministres.

DEUXIÈME HABIT.

Il paraît que tu as du service, car tu es furieusement râpé?

PREMIER HABIT.

Pas tant que toi, mon petit ami; tu es troué en plusieurs endroits.

DEUXIÈME HABIT.

Ce sont d'honorables cicatrices!

PREMIER HABIT.

Parbleu! et moi aussi, je porte des cicatrices!

DEUXIÈME HABIT.

Oui, dans le dos... c'est juste, quand on se sauve...

PREMIER HABIT.

On m'a vu plus d'une fois exposé au feu de mainte batterie.....

_DEUXIÈME HABIT._

De cuisine, tu veux dire?... car les taches de graisse qu'on aperçoit
sur toute ta personne le prouvent assez..; ce sont les seuls chevrons
qui servent à marquer tes années de service... à la table de nos grands
seigneurs s'entend.

_PREMIER HABIT._

Insolent!... je ne sais qui me retient... si ce n'était ce
porte-manteau!...

_DEUXIÈME HABIT._

Allons, ne t'emporte pas..... ou va secouer tes vers plus loin....

_PREMIER HABIT._

Heureusement que voici deux honnêtes chalands qui, en m'achetant, vont
me délivrer de ton ennuyeuse société.

_DEUXIÈME HABIT._

Que feraient-ils de toi?... tu n'es bon maintenant qu'à revêtir le
jocrisse de quelque escamoteur!

_PREMIER HABIT._

Penserais-tu par hasard que c'est de toi qu'ils viennent faire
emplette?... ne sais-tu pas que te voilà condamné à languir chez le
fripier...

_DEUXIÈME HABIT._

Patience, j'en sortirai peut-être plus tôt que tu ne crois!

COUPS DE LANCETTE.

Quand nous fera-t-on une _opération_, pour nous délivrer des sept plaies
qui nous rongent!

       *       *       *       *       *

Il y a des gens qui regardent une charge de cavalerie comme une potion
calmante.


ALLOCUTION MARTIALE

D'UN GUERRIER SOI-DISANT FRANÇAIS.

Prafes militaires, ché afre à fous endredenir té fos exbloits querriers
pour les bressent, les bassé et les fitir. Fous afez azommé cet honnête
monsir qui édait mort et que nous afons clorieusement roulé tans le
poue. Che fous endredientrai encore de ce pon monsir de Reck..., qui
afre été chifflé comme ein chéçuite par cet betites bolissonnes, qui
afoir li lé Chan-Chaques et lé Foltaire, que sti pon monsir Quillon
n'avre pas prilé toute. Cté prafe monsir Reck..... qui était ein tuer de
chans, afec bermission té la vagulté, s'en allait toute pêtement dans sa
capriolete afec ein betit accompagnement de pons gentarmes, quand, sir
lé bont Sainté-Migel, les betites bolissonnes lui fouloir faire brendre
ein pain éburadoire. Lui qui avre bas cette vandaisie s'en être allé à
la bolice, où sti monsir Reck... il était sir dé drouver des amis.

Pentant ce demps-là, les pons chantarmes boursuifaient les betites
bolissonnes jusque tans le nachement afec tes crands goups de sapre, à
l'imidazion te vos exbloits à Presth. Poucre té chien! saberlotte,
camarates! nous ne avre pas été là! Cette avaire qui se bassait tans
l'eau a été firiesement chaude, héréissement qu'il n'y afait pas
peaucoup te gemin bour aller à la Morgue, lé pataille abrès huit heures
il était finite, barce que la nuit afoir rentu les étudiants plus
tifficîles à drouver qu'ein lococriphe.

Foilà, gamarades, ce que je afre à fous tire; cette betite succès a falu
touple bortion aux prafes chantarmes qui ont diré le sapre. Aux armes!
que la régombense enflamme fotre gourache: Montrouche brébare la botage.


COUP DE LANCETTE.

M. de C... prépare un ouvrage qui portera ce titre: _Des coups de
sabre_, et de leur influence sur l'instruction de la jeunesse.

         LES GENDARMES.

    AIR: _Moi je flâne_.

          Des gendarmes! (_bis_)
    Qu'on apaise mes alarmes!
          Des gendarmes! (_bis_)
    J'en mourrais, je croi,
          D'effroi.

    Depuis nos saints mandements,
    Nos lois et notre ordonnance,
    Partout on déclame en France
    Contre nous et nos trois cents.
    Etouffons leurs cris sinistres!
    Quand le roi garde pour lui
    Leur amour... que les ministres
    Conservent pour eux celui
          Des gendarmes, etc.

    Dans la poche des vilains,
    Monsieur Law, que je révère,
    Pendant son beau ministère,
    Jadis puisait à deux mains.
    Et d'un déficit frivole
    On accuse mon budget!
    Pour leur couper la parole,
    Vite, mettons au complet
          Des gendarmes, etc.

    L'autre jour j'ai cru, ma foi,
    Forcer la gauche au silence
    En assurant que la France
    Avait grand besoin de moi.
    Mais cette race endurcie
    Raisonne au lieu d'obéir,
    Et parle encor de patrie...
    Ah! c'est à n'y plus tenir.
          Des gendarmes, etc.

    Partout de mauvais propos
    Sur P... et sur sa milice;
    Point d'égards pour ma police,
    De lecteurs pour mes journaux.
    De leurs lois, quand je m'écarte,
    Un orateur factieux
    Me crie aussitôt: la Charte!
    Cela devient ennuyeux.
          Des gendarmes, etc.

    Pour encourager les arts,
    Pour surveiller la science,
    J'ai choisi par conscience
    Vidocq et ses bons mouchards.
    Si nos écoles rebelles
    Allaient montrer de l'humeur,
    Ce sont de jeunes cervelles,
    Prenons-les par la douceur...
          Des gendarmes, etc.

    En dépit de mon savoir,
    De mon talent (je m'en flatte),
    Paris et la France ingrate
    Maudissent notre pouvoir.

    Mais à ce Paris que j'aime,
    Malgré plus d'un vilain tour,
    Pour montrer aujourd'hui même
    Ma justice et notre amour...

          Des gendarmes! (_bis_)
    Qu'on apaise mes alarmes!
          Des gendarmes! (_bis_)
    J'en mourrais, je croi,
          D'effroi.


        COUP DE LANCETTE.

On est étonné que M. de Cl..... T..... n'ait pas parlé sur la poudre; ce
qu'il y a de sûr, c'est qu'il ne l'a pas inventée.


CONVERSATION A HUIS-CLOS

ENTRE LE VENTRE ET LA CONSCIENCE.

LA CONSCIENCE.--Dormez-vous, monsieur le Ventre?

LE VENTRE.--Non, mais je digère en silence.

LA CONSCIENCE.--Causons un peu.

LE VENTRE.--Il vous convient bien, madame la Conscience, d'élever
aujourd'hui la voix, depuis plus de dix mois que vous vous taisez!

LA CONSCIENCE.--Dites donc que depuis six mois vous riez si fort, qu'il
ne vous a pas été possible de m'entendre.

LE VENTRE.--Le beau plaisir, d'écouter les sons de votre voix rauque!

LA CONSCIENCE.--Ma voix vous déplaît, je le sais, vous craignez des
reproches!

LE VENTRE.--Des reproches de ta part, misérable Conscience! c'est bien à
une paresseuse comme toi de blâmer la conduite d'un personnage aussi
courageux que je le suis. Sais-tu que j'ai failli crever plus d'une fois
au service de M. le baron?

LA CONSCIENCE.--Oui! je vous conseille de vous vanter de vos exploits;
ils ont été bien utiles à notre maître commun.

LE VENTRE.--Eh! s'il n'avait suivi que tes instructions, serait-il
aujourd'hui l'un des plus éminents personnages du département?...

LA CONSCIENCE.--Il eût marché droit.

LE VENTRE.--A pied, comme un pauvre diable; je le fais aller en voiture.

LA CONSCIENCE.--Sa maison serait encore le modèle de l'heureuse
obscurité.

LE VENTRE.--Et son brillant hôtel serait encore à bâtir.

LA CONSCIENCE.--Ah! s'il m'eût écouté, comme je serais belle encore!

LE VENTRE.--Égoïste! tu parles pour toi; ne te fâche donc pas si j'ai
cherché à m'arrondir.

LA CONSCIENCE.--A mes dépens.

LE VENTRE.--Tu voulais bien me faire tort, pour te parer!

LA CONSCIENCE.--Plus j'étais pure, et plus je le rendais heureux.

LE VENTRE.--Plus je suis gros, et plus il avance dans la carrière des
honneurs.

LA CONSCIENCE.--Va, on vit toujours mal en te prenant pour guide.

LE VENTRE.--On meurt de faim en se nourrissant de ta viande creuse.

LA CONSCIENCE.--Tu es un mauvais conseiller.

LE VENTRE.--Et toi, une détestable cuisinière.

LA BOUCHE.--A l'ordre! j'ai tenu la balance pendant la discussion, et je
donne ma voix au Ventre. Ainsi, Conscience, tais-toi!

COUPS DE LANCETTE.

Ces messieurs méritent le cordon, monseigneur l'accorde.

       *       *       *       *       *

Il y a des cordons-bleus qui ont rougi.

       *       *       *       *       *

On les a mis au bleu, c'est au vert qu'il fallait les mettre.

       *       *       *       *       *

M. de Cumulando est devenu très-riche en visitant les pauvres.

       *       *       *       *       *

Jusqu'au jour où nous sommes arrivés,--16 juin 1827,--la vignette du
_Figaro_ représentait le héros de Beaumarchais un genou à terre et
prenant des notes. Aujourd'hui, la vignette change, un nouveau
personnage paraît. Figaro est debout et, d'une batte qu'il tient à la
main, il menace Basile. Une épigraphe explique l'intention: «Ah! Basile,
mon mignon, si jamais volée de bois vert!....»

Mettre ainsi en scène Basile avec son costume traditionnel, était certes
un coup de maître pour la popularité. Mais quelle audace!... La
rédaction, qui prévoit un danger, court au-devant de toutes les
accusations, et, dans l'article qui suit, ravissant d'esprit et de
finesse, explique le changement survenu tout à coup.


BASILE ET FIGARO

FIGARO (_se relevant_).

Allons! debout, les insectes ne rampent plus, ils volent; levons-nous
pour les atteindre; leur nature qui les attire vers la terre, les
empêchera bien de s'élever à la hauteur de l'homme libre.

BASILE (_arrivant_).

Ah! coquin de Figaro! Eh! que vois-je? il a changé de position.

FIGARO.

Pourquoi non? Ma vocation n'est-elle pas d'arracher le masque aux gens
de ton espèce, à quelque étage qu'ils soient logés? Comme je t'ai suivi
dans toutes tes bassesses, je te suivrai dans toutes tes
transfigurations.

BASILE.

Tu n'es pas au bout de tes courses.

FIGARO.

Aussi ai-je acheté un cabriolet pour courir plus vite.

BASILE.

Figaro, tu cours après le chaland, car tu fais réparer ta maison: plus
un magasin change d'enseigne, moins il prospère.

FIGARO.

Ne devais-je pas te manifester ma reconnaissance pour toutes les
sottises que tu me mets à même d'offrir quotidiennement au public?

BASILE.

Ma figure t'a donc paru quelque chose de bien neuf à présenter à tes
lecteurs?

FIGARO.

Je leur rends service; lithographier les imposteurs, c'est mettre un
fanal sur l'écueil.

BASILE.

Encore si c'était mon visage, ma tournure... Non, tu as voulu commettre
une impiété, te jouer avec les choses saintes; car cette vignette
représente....

FIGARO.

Basile.

BASILE.

Elle représente Tartufe.

FIGARO.

C'est chicaner sur les mots.

BASILE.

Sois tranquille, MM. Devéria, Thompson et toi, vous pouvez compter
sur.....

FIGARO.

Quelque petite dénonciation pour t'avoir fait ressemblant.

BASILE.

Oh!.... ressemblant... Quand m'as-tu vu si penaud?

FIGARO.

Quand, au milieu du parterre de l'Odéon, tu fus obligé d'applaudir à la
première représentation de l'_Homme habile_, sous peine de laisser tes
oreilles dans la salle.

BASILE.

La pièce me plaisait.

FIGARO.

Tu avais cette figure lorsqu'un de tes bons amis se fit condamner aux
dépens pour avoir attaqué en diffamation certain rédacteur qui ne
l'avait désigné que par ta profession.

BASILE.

On n'aime pas à se voir écorché dans la peau d'un confrère; et puis,
l'esprit de corps...

FIGARO.

Enfin, tu n'es jamais moins laid que cela lorsque tu apprends qu'un
honnête homme prospère, qu'un fripon est tombé, qu'un traître fait
banqueroute, qu'un absolutiste est censuré et qu'un intolérant reçoit
sur les ongles. Te voilà, lorsqu'un tribunal déclare que des traits
malins ne sont point des crimes; lorsqu'un ministre, que tu croyais à
bas, apprend que tu le calomniais déjà chez son successeur supposé. Oui,
tu es ressemblant, on t'a peint le jour où Royer-Collard fut admis à
l'Académie et le soir où Paris vainquit les ombres de la nuit par des
milliers d'illuminations.

BASILE.

Ah! drôle! jacobin! athée! scélérat! voleur! hérétique!....

FIGARO (_le menaçant_).

Ah! Basile, mon mignon, si jamais volée de bois vert.....


COUPS DE LANCETTE

M. de V. se croit plus grand que la girafe.

       *       *       *       *       *

M. de P. veut armer la main de la justice d'une paire de ciseaux.

       *       *       *       *       *

M. de T. réclame les deux derniers volumes d'un roman intitulé: _les
Trois Soufflets_; il n'en a reçu qu'un.

       *       *       *       *       *

Les élèves de M. Récamier aiment mieux aller en prison qu'à son cours.

       *       *       *       *       *

MM. les gendarmes n'aiment pas les trottoirs, cela n'est pas commode
pour les chevaux.


LE JOURNALISTE EMBARRASSÉ.

Malgré toutes ses précautions oratoires, Figaro ne put maintenir Basile
sur sa vignette. Ordre lui fut donné de retirer «cette impiété.» Comment
faire? s'obstiner? c'était risquer l'existence du journal avec
quatre-vingt-dix-neuf chances contre soi. S'avouer vaincu? c'était dur.
Il y eut des hésitations, et, en attendant d'avoir trouvé un faux-fuyant
ou pris un parti, _Figaro_ n'imagina rien de mieux que de laisser en
blanc la place de sa vignette. Ce jour-là, il débuta par un article
d'allusions devenues obscures, dont le titre était: _le Journaliste
embarrassé_, et qui commençait ainsi:

Allons, Figaro! toujours plus fort que les circonstances, taille ta
plume, bats-toi les flancs et fais un bon article........

Basile n'avait été en scène que dix jours. Pendant trois numéros encore,
l'entête du journal reste en blanc. Enfin, ne trouvant aucun joint,
_Figaro_ se décide à en revenir à son ancienne gravure; il chasse
Basile, «jusqu'à des jours meilleurs.»


BASILE CHASSÉ

J'ai donc résolu de lui donner son compte; mais généreusement, il lui
est encore redû de l'arriéré en coups de bâton; je ne le lui payerai
pas...


COUP DE LANCETTE.

On parle d'un mendiant bohémien qui demandait dernièrement l'aumône,
dans les rues de Prague, à coups de canon. Nous avons déjà vu beaucoup
de mendiants aussi hardis que celui-là.

TABLETTES

PERDUES AU CAFÉ DES VARIÉTÉS.

--Ces journalistes croitent pouvoir faire un ouvrage dramatique parce
qu'ils ont de l'esprit! ils ne savent pas seulement avaler un petit
verre d'eau-de-vie!

--Notre pièce d'hier est enfoncé; c'est égal: j'enverrai deux cents
billets au chef de cabale, et je prandrai un abonnements au _Mentor_.

--Mademoiselle C*** n'a pas voulé allée à la répétitions; j'ai parlé au
directeur, il a fallu qu'elle y aille.

--La somme que m'a rapporté mon dernier vaudevilles n'est pas assez
conséquente.

--Dire au caissier du théâtre de m'avancer cinquante franc sur la piesse
en répétition.

--Il faut absolument que nous cherchions à évinser ce blanbèque de
journaliste qui veut se familiarizé avec les membres du comité.

--Faire recopier le vaudeville qui a été ressu à correxion; ajouter un
couplet de factures, et faire un raccords à la quatrième seine; ils n'y
verrons que du feu.

--On a refusé ce matin une piesse d'un auteur inconnue; il y a de bonne
idée; tâcher de m'en rappeler pour les insérer dans mon J***.

--B*** a fait ce matin un bon calembourt au café Dév...; ça ferat le
trait de mon vaudeville finale.

--Econduire le jeune auteur qui m'a consultée sur sa piesse; lui faire
accroire qu'elle ne présente pas d'élémant de suxès. Dire au piocheur de
faire un scénarios là-dessu.

--Relire attentivement le trêté des participe, à cause de ces maudit
journalistes. Et répondre à la lettre que m'a écrit le directeur.

COUPS DE LANCETTE.

M. Pellet a déposé deux exemplaires de son _Cours d'orthographe usuelle_
au café des Variétés.

       *       *       *       *       *

«Les imprimeurs devraient bien savoir l'orthographe,» disait un
vaudevilliste bien connu.

       *       *       *       *       *

--Quelque chose que fassent les journalistes, disait un vaudevilliste,
j'aurai toujours l'avantage sur eux.

--Je crois bien, lui répondit-on, vous faites des pièces, et ils sont
obligés de les écouter.

       *       *       *       *       *

On demandait à M*** pourquoi il n'exposait pas au Louvre, puisque les
vaudevilles sont des objets d'industrie.

       *       *       *       *       *

Par jugement du tribunal de police correctionnelle, il est convenu que
les vers d'un opéra valent quelque chose. MM. B. S. J. R. seront
contents d'apprendre cette nouvelle.

       *       *       *       *       *

On me reproche de ne pas savoir le français, disait M. B...; eh! mon
Dieu! Cicéron ne le savait pas plus que moi.

       *       *       *       *       *

Un vaudevilliste qui sait l'orthographe est persuadé qu'un journal a
voulu faire son portrait en publiant un article intitulé: _Le vin et le
lait_.


Dimanche, 12 août 1827.

DÉSAUGIERS.

Quand il vint, personne ne chantait plus en France; c'était partout la
terreur et le silence, c'était une stupeur générale au milieu de
laquelle notre gaieté s'était perdue comme tout le reste. Naguère si
vif, si animé, si emporté dans ses plaisirs, le Parisien ne savait plus
que trembler; et quand il entendit la voix du chansonnier créant de
joyeux refrains, il recula, étonné de cet enchantement nouveau pour lui.

Car, en vérité, les chants de Désaugiers furent dès l'abord tous
empreints de la franchise de son âme. Plein d'insouciance et de verve,
il ne vit la vie qu'à travers un prisme couleur de rose. Poète du
plaisir, il chanta comme Horace le vin, les fleurs, les femmes,
l'amitié, et tous les dons que les dieux ont faits aux hommes pour leur
faciliter l'existence.

Comme Horace, il s'éleva dans une époque atroce; comme lui, il servit
merveilleusement la nation lorsque, de sang-froid, elle voulut revenir à
son caractère primitif. Telle est la destinée des empires; après tant de
bouleversements et l'interversion de la terre, il se fait que la main
d'un poëte, une main faible et timide, se trouve toute-puissante pour
faire avancer le char de la civilisation encombré dans des ruines.

Aussi, Désaugiers aura la seule récompense digne du poëte; il prendra
place parmi les élus de la nation. Il vivra dans la mémoire tant qu'il y
aura de la grâce chez nos femmes, de l'esprit parmi notre jeunesse; tant
que les vers d'Anacréon seront regardés comme le résultat le plus
heureux de la philosophie de tous les siècles.

Mais aujourd'hui ses amis pleurent sur sa tombe; la beauté a quitté ses
guirlandes de fleurs; Thalie, éplorée, regarde ses blessures récentes.
Hélas! depuis la mort de Panard, elle n'avait jamais ressenti une perte
plus irréparable et plus cruelle!

Adieu, adieu, l'auteur de tant de charmants refrains! de tant
d'ouvrages délicieux! adieu l'esprit, la verve, la gaieté, la franchise,
le Vaudeville n'est plus!!!

           *       *       *       *       *

        «Bon Désaugiers, avec philosophie,
        «Même en mourant, dit-on, tu conservais
        «Ce calme heureux que n'altéraient jamais
    «Les douleurs de ce mal qui consumait ta vie.
          «Vas te placer sur l'Hélicon,
        «Asile du génie et du talent modeste.»
    Et nous, pleurons sa mort... Mais Béranger nous reste.
        Consolez-vous, amis de la chanson.

       *       *       *       *       *

Les jours meilleurs prévus par _Figaro_ sont venus; les obstacles ont
été levés. De nouveau Basile reparaît sur la vignette, tenu en respect
par le bâton du barbier. Il y restera cette fois jusqu'au dernier jour.


Mercredi, 7 novembre 1827.

LE RETOUR DE BASILE.

BASILE, _à la porte de Figaro, battant la semelle et soufflant
dans ses doigts_.

Diantre soit de l'événement! Moi qui comptais me chauffer tout l'hiver
avec les rognures!... Mettre ainsi un pauvre homme à la porte! Il faut
que je vive... Je sais bien que tout le monde n'en voit pas la
nécessité... Allons Basile, mon ami, changeons de gamme; faisons comme
l'abbé Pellegrin... Je ne me montrerai pas exigeant. Voilà ma pétition
en deux mots: Le coin le plus éloigné du feu, les miettes de la table;
et puis ce que je demanderai, ce qu'on me donnera, avec ce que je
prendrai. Voilà tout ce qu'il me faut; j'en serai quitte pour quelques
coups de lancette, mais le froid pique plus que cela: on peut mourir de
faim, mais on ne meurt pas de honte. Frappons. (_Il frappe._)

FIGARO.

Entrez! Bienvenu, qui arrive aujourd'hui...

BASILE.

Allons, c'est encourageant. (_Il entre._)

FIGARO.

Comment! c'est toi, misérable?

BASILE.

Je suis content de toi; on voit que tu reconnais tes amis, même après
leur disgrâce.

FIGARO.

Est-ce encore une mauvaise nouvelle que tu viens m'apporter?

BASILE, _jetant sur la table une paire de ciseaux brisés_[4].

Hélas! oui, bien mauvaise!

FIGARO.

Voilà un bien heureux malheur! Et que veux-tu que je fasse de cela?

BASILE.

Deux lancettes, en aiguisant les morceaux; c'est encore un assez joli
cadeau, car ils sont d'une trempe excellente: tu dois en savoir quelque
chose.

FIGARO.

Coquin! il serait donc vrai? tu étais...

BASILE, _tombant aux pieds de Figaro_.

Ah! mon ami, tu ne sais pas ce que c'est que la faim!

FIGARO.

Qui te défendait de vivre en honnête homme?

BASILE.

On fait si maigre chère!

FIGARO.

Te voilà pourtant bien plat.

BASILE.

Bien volé...

FIGARO.

J'entends... ne profite jamais.

BASILE.

Au contraire... profite toujours; mais il ne faut pas qu'on vous coupe
la digestion si brusquement.

FIGARO.

Ah! ça, tu comptes t'en aller sur-le-champ?

BASILE.

Pas si bête! Je viens reprendre mon emploi.

FIGARO.

Tu as bien de l'audace!

BASILE.

C'est le mérite de ceux qui n'en ont pas d'autre. D'ailleurs, tu penses
bien que j'ai profité de ma position: je sais une foule de choses
divertissantes et curieuses; j'étais à la bonne source. Tiens (_tirant
de sa poche plusieurs rognures de papier_), voilà ce que toi ni tes
confrères n'avez pu dire. Ecoute: On vient de mettre en vente
l'_Histoire des Favorites des rois de France_, par M. de Châteauneuf. Tu
sens qu'il ne faut pas mettre l'immoralité au rabais, afin que l'ouvrier
puisse l'apprendre à bon marché.

FIGARO.

Comment! des moeurs, Basile?

BASILE.

Oh! non: affaire d'argent; j'en ai cinq exemplaires. Tiens! et cette
Bigarrure, devions-nous permettre qu'elle fût connue? «Un vieillard
privé de sa raison et en butte aux outrages des polissons de Marseille;
ils le poursuivent dans les rues, l'entourent et le questionnent, puis
accueillent ses réponses avec les éclats d'un rire ironique. Ce
malheureux dont les habits sont en lambeaux, fut un des chimistes les
plus distingués de la France: il dirigeait à dix-neuf ans une de nos
premières manufactures. Couronné dans plusieurs académies, il est auteur
de plusieurs mémoires traduits dans toutes les langues. L'Académie de
Lyon a dit de lui qu'il avait créé la langue des sciences; il est frère
de M. Quatremère de Quincy, et, comme tel, membre de l'Académie des
sciences...» Sans doute, il y avait du bon dans la publicité de cette
infamie; mais l'amour du prochain se révolte...

FIGARO.

Comment! de l'humanité, Basile?

BASILE.

Point... point, affaire de scandale. Maintenant, regarde ceci, _Procès
de Contrafatto_. C'était une plaie trop douloureuse pour les âmes qui
ont de la piété.

FIGARO.

Comment! de la religion, Basile?

BASILE.

Tu n'y es pas, cela me touchait personnellement. Affaire de costume. Tu
vois bien que si j'ai empêché le mérite de parvenir, si j'ai tenu
secrète l'apparition d'un bon livre, si j'ai exploité le silence au
profit de quelques intrigants et même de quelques fripons, il y avait au
fond de tout cela de ces arguments...

FIGARO.

C'est juste, mais écoute: j'ai une excellente idée.

BASILE.

Voyons.

FIGARO.

Il faut que je commence par une bonne action.

BASILE.

Envers moi?

FIGARO.

Envers toi: je t'attache...

BASILE.

A la rédaction du journal?

FIGARO.

Au pilori; je te mets en tête de ma feuille, et chaque matin... Ah!
Basile, mon mignon, si jamais volée de bois vert!

COUPS DE LANCETTE.

Maintenant que je triomphe, a dit le maréchal S... à ses valets, déposez
vos.... cierges!

       *       *       *       *       *

Paris n'est plus qu'un faubourg de Montrouge.

                 ÉPITAPHE.

    Ci-gît un maréchal de dévote mémoire,
    Qui lisait son bréviaire avant d'aller au feu;
    Pour monter aux honneurs on dit qu'il crut en Dieu,
    Et qu'on lui paya cher cette oeuvre méritoire.
    Pour mourir en chrétien, ce héros circoncis
    Se fit ensevelir dans un sarreau de serge,
      Puis il entra tout droit en paradis
              A cheval sur un cierge.

       *       *       *       *       *

Depuis le commencement de cette année 1827, M. Villèle sentait le
pouvoir lui échapper. Bien des fois déjà sa position avait été menacée,
mais jamais aussi sérieusement. Toujours quelque compromis l'avait
sauvé. Il est vrai que, pour se maintenir, il n'avait reculé devant
rien. Depuis longtemps il avait fait litière de ses convictions et de
ses principes. Lui, qui se flattait de gouverner, il n'avait jamais fait
qu'obéir à la pression du parti le plus fort. Sa carrière ministérielle
ne fut qu'un long sacrifice à sa dévorante ambition.

Mais, à la fin de la session de 1827, il comprit au vide qui se faisait
autour de lui que l'heure de sa chute était proche. Il récapitula les
défaites du ministère et fut épouvanté. Un ambitieux, cependant, ne rend
pas les armes sans combat; M. de Villèle se résolut à frapper un grand
coup, à oser. L'heure des concessions était passée; toutes les
combinaisons, toutes les tentatives étaient usées; un coup d'État
pouvait seul lui conserver le portefeuille. Mais ce qui, dans sa pensée,
devait le sauver le perdit. Lui-même hâta sa ruine en précipitant les
événements.

Six mois avaient suffi au ministère pour perdre sa majorité dans la
Chambre élective; la Chambre des pairs résistait en face.

M. de Villèle entreprit de briser ces deux oppositions. D'un seul coup,
_soixante-seize_ pairs furent nommés. Cette fournée devait rendre la
majorité aux ministres du roi. Le même jour, une autre ordonnance
prononçait la dissolution de la Chambre et convoquait les colléges
électoraux pour nommer de nouveaux députés.

Protégé par la censure,--retirée par ordonnance du même jour,--M. de
Villèle avait eu le temps de préparer les départements, ses agents
intriguaient partout, il se croyait sûr des élections.

Les événements allaient tromper son attente.

COUPS DE LANCETTE.

On a beau agrandir la chambre, elle sera toujours moins large que leur
conscience.

       *       *       *       *       *

On annonce que M. Comte part pour les départements. Il va donner des
leçons d'escamotage.

       *       *       *       *       *

M. de V. ne voit dans les élections qu'un jeu de cartes.

       *       *       *       *       *

L'anecdote et les _coups de lancette_ qui suivent sont une allusion à ce
fameux _Cabinet noir_, qui empêcha tant de gens de dormir sous la
Restauration. Violer le secret des lettres, et ouvertement encore,
semblait chose toute naturelle.

                   ANECDOTE.
    Un monsieur de la poste, un jour, par ignorance,
    D'une lettre rompit le mobile cachet,
    Pour voir, assurait-il, si les bourgeois de France
          Avaient pour lui quelque secret.
    Il fut pris sur le fait. Le cas était pendable;
        Rien ne pouvait excuser le coupable:
    Le peuple le plaignait. «Cessez, dit un intrus,
          Ne plaignez pas ce roi des drôles,
          Il a d'assez bonnes épaules
          Pour porter deux lettres de plus.

COUPS DE LANCETTE.

Ils espèrent gagner la partie avec les valets.

       *       *       *       *       *

On espère que M. de V... n'arrivera jamais à la majorité.

       *       *       *       *       *

Ils brisent le cachet des lettres pour revenir aux lettres de cachet.


ÉPITAPHE

DE STELLA MESSALINA, DE CHAMBER-BASSE,

Décédée le 6 novembre 1827.

    D'un ministre corrupteur
    Ci-gît la prostituée,
    Bien et duement polluée
    Par un vil entreteneur.
    Hélas! des moeurs les plus pures
    Brilla sa minorité;
    Mais dans sa majorité
    On ne trouva que souillures!
    _Chamber-basse_ fut son nom,
    Basse, autant que se peut faire,
    Fille de corruption,
    Elle eut les traits de sa mère.

COUPS DE LANCETTE.

MM. Vil..., Corb.... et Peyr.... ne tiennent plus qu'à un fil; c'est le
sort de tous les pantins.

       *       *       *       *       *

Que les ministres se sauvent, et la France est sauvée.

       *       *       *       *       *

Dans l'opinion de M. de Villèle, la brusque dissolution de la Chambre et
la convocation immédiate des colléges électoraux devaient assurer la
nomination des hommes présentés par le ministère et lui rendre ainsi la
majorité nécessaire. L'administration avait pu dresser à loisir et
d'avance toutes ses batteries; l'opposition, prise au dépourvu, ne
devait pas avoir le temps de se reconnaître et de se concerter. Ce fut
la dernière erreur de M. de Villèle.

Ces mesures inattendues, hautement qualifiées d'embûches indignes,
irritèrent profondément le corps électoral. L'indignation fit taire les
scrupules et les dissentiments. Toutes les oppositions se donnèrent la
main, toutes les opinions se rallièrent contre un ministère abhorré,
dont on ne voulait plus à aucun prix. Les préfets essayèrent de
renouveler les fraudes et les violences de 1824; peines perdues, leurs
complices mêmes les abandonnèrent et les trahirent, entraînés par
l'irrésistible courant de l'opinion. On devinait la défaite avant le
combat.

A Paris, les huit candidats de l'opposition furent acclamés plutôt que
nommés par une immense majorité. Le ministère ne fut ni surpris ni
effrayé de ce résultat, il l'avait prévu. Restaient les départements,
qui pouvaient tout sauver encore, le cabinet y comptait, mais que
pouvait entraîner l'exemple de la capitale. Pour avoir plus facilement
raison des départements, on résolut de les frapper d'épouvante. Le
spectre de la Révolution, ressource suprême des tyrannies dans
l'embarras, fut tiré de la boîte aux accessoires gouvernementaux, et
c'est dans le sang que tomba le ministère Villèle.

La victoire remportée à Paris par l'opposition était à peine connue, que
la ville s'illumina comme par enchantement. C'était le dimanche 28
novembre 1827.

Le lendemain, lundi matin, les journaux ministériels, en enregistrant la
défaite du cabinet, parlèrent en termes amers de l'allégresse publique
et prédirent les plus terribles événements. «Nous allons voir la
Révolution à l'oeuvre,» disaient-ils. Le soir même, leurs prédictions
se réalisaient.

Le lundi soir, en effet, les illuminations furent plus brillantes que la
veille, surtout dans les quartiers Saint-Denis et Saint-Martin. Là, par
conséquent, se portait la foule. On criait, on tirait des pétards; mais,
en somme, tout se passait le plus tranquillement du monde.

Il était déjà neuf heures du soir, les lumières s'éteignaient, la foule
se retirait lentement, lorsque tout à coup éclata une de ces émeutes
sans émeutiers comme savait, au besoin, en organiser la police. Une
soixantaine d'individus à mines hétéroclites, qui firent subitement
irruption dans la rue Saint-Martin, donnèrent le signal des désordres,
ils brisaient à coups de pierres les vitres des maisons dont les
illuminations s'étaient éteintes. Bientôt, ces violences ne leur
suffirent plus: aidés de quelques désoeuvrés et d'un assez grand
nombre d'enfants, ils renversèrent les voitures que le hasard amenait
dans cette direction et commencèrent des barricades. Les curieux,
épouvantés, cherchaient à fuir; ils ne pouvaient; de tous côtés la rue
était interceptée. Cependant, pas un agent de police ne paraissait, pas
un gendarme; les postes voisins laissaient faire.

A onze heures seulement, la force publique donna signe de vie. Les faux
émeutiers étaient loin. Il n'y eut, de la part de la foule, aucune
provocation. Quelques cris de: A bas les gendarmes! poussés par des
gamins, se firent seuls entendre. La troupe tira cependant, sans
sommation, puis chargea. Il y eut des morts et des blessés. Quelques
malheureux furent tués aux fenêtres, d'autres sabrés, tandis qu'éperdus
ils s'enfuyaient par les rues latérales. A une heure, on entendait
encore des feux de peloton.

Le lendemain, chose incroyable, les mêmes scènes se renouvelèrent. La
police n'avait pris aucune mesure, elle n'avait même pas fait déblayer
les rues Saint-Martin et Saint-Denis; les essais de barricades étaient
toujours debout. Toute la journée, la circulation des voitures fut
interrompue.

Puis, le soir, mardi, dès sept heures, les mêmes individus
recommencèrent leurs attaques. Comme la veille, la police était absente.
Les habitants de la rue demandèrent main-forte aux postes voisins; les
postes refusèrent de sortir, ils avaient des ordres. Les bourgeois,
alors, essayèrent de rétablir l'ordre eux-mêmes. Ils arrêtèrent
quelques-uns des misérables et les conduisirent au poste; on les relâcha
presque aussitôt.

Les barricades, cependant, allaient leur train. L'une d'elles, vis-à-vis
du passage du Grand-Cerf, s'élevait presque à la hauteur d'un premier
étage. Cette fois, les perturbateurs allèrent jusqu'à maltraiter
quelques boutiquiers. Leur besogne faite, les misérables se retirèrent;
puis, comme la veille, la troupe arriva de trois côtés à la fois. Les
soldats ne trouvaient aucune résistance, n'importe, ils faisaient feu;
les gendarmes sabraient. Jusqu'à une heure fort avancée de la nuit, la
tuerie continua dans un rayon assez étendu. Il y eut des morts, un grand
nombre de blessés.

Le lendemain, à Paris, la consternation fut grande, l'indignation plus
grande encore. La capitale se leva en masse pour accuser la police,
complice du ministère. Des plaintes furent déposées, la cour évoqua
l'instruction. Mais, après trois mois d'enquête, le parquet fut obligé
de rendre une ordonnance de non-lieu. C'était à la police de signaler
les coupables, de les trouver; le pouvait-elle? Il resta prouvé qu'on
avait tiré sur des citoyens inoffensifs, qu'on avait sabré des curieux
et des passants: voilà tout.

Si, comme tout le fait croire, le ministère n'avait pas reculé devant un
crime abominable, le crime ne lui servit de rien. Les électeurs des
départements furent épouvantés, c'est vrai; l'opposition fut moins
forte, mais elle conserva encore une majorité de plus de cinquante voix.
C'était la chute du Cabinet, les ministres le comprirent. Le 26
décembre, les journaux annoncèrent le départ de M. de Villèle pour la
Bretagne.


Mardi, 20 novembre 1827.

BIGARRURES.

Tout Paris a été illuminé hier; l'allégresse était au comble: les
pétards éclataient de tous cotés, les feux de joie se multipliaient à
l'infini; les rues Saint-Denis et Saint-Martin étaient resplendissantes
de lumières. La présence inutile d'une cinquantaine de gendarmes à
cheval a seule troublé cette grande fête de famille. En vain les
priait-on de marcher au pas; un vieil officier, placé sur le flanc du
détachement, a commandé à sa troupe de partir au grand trot, et,
brandissant son sabre, on l'a entendu s'écrier: «Frappez! frappez-les!»

Cette scène de désordre avait lieu dans la rue Saint-Denis au coin de la
rue Mauconseil.


Mercredi, 21 novembre 1827.

BIGARRURES

Dans la déplorable soirée d'avant-hier, M. Duvillard, officier de
gendarmerie, de service au théâtre Feydeau, s'est permis d'éteindre à
coups de pied quelques lampions placés à la porte du libraire Jehenne.
M. Duvillard obtiendra sans doute une bonne note chez M. Franchet[5]
pour cet acte de _courage_ et de _patriotisme_.

COUPS DE LANCETTE.

La rue Saint-Denis va, dit-on, prendre le nom de rue des Boucheries.

       *       *       *       *       *

Quand la foule ne veut pas se retirer, on la somme.

       *       *       *       *       *

Autrefois il y avait guet à pied, guet à cheval; aujourd'hui, il y a
guet-apens.

       *       *       *       *       *

On n'a tué personne; on a seulement envoyé quelques prévenus devant leur
juge naturel.


Jeudi, 22 novembre 1827.

L'AVEUGLE ET SON FILS.

L'AVEUGLE.

Viens par ici, mon enfant; j'entends des cris de joie. Il y a bien
longtemps que les accents de l'ivresse populaire ne sont parvenus à mes
oreilles.

L'ENFANT.

Oh! papa, si tu pouvais voir combien les maisons sont brillantes! Neuf
heures du soir viennent de sonner, et l'on se croirait au milieu d'un
beau jour.

L'AVEUGLE.

J'ai souvenance que dans mon jeune temps les habitations des citoyens
étaient souvent ornées de semblables lumières; mais ce n'était pas
toujours une preuve d'allégresse.

L'ENFANT.

Je sais ce que tu veux dire; mais alors on n'apercevait qu'aux premiers
étages la lueur vacillante de quelques lampions; les grands hôtels
seulement étaient éblouissants de clarté, tandis qu'aujourd'hui un
cordon de feu brille aux lucarnes de toutes les mansardes.

L'AVEUGLE.

Aux mansardes mêmes! c'est une fête nationale; le pauvre n'illumine pas
par ordre. Avançons.

L'ENFANT.

Entends-tu le bruit des pétards?

L'AVEUGLE.

On les a prohibés. Et comment des hommes qui devraient jouir
paisiblement d'un bienfait ou d'une conquête.....

L'ENFANT.

Ce ne sont pas des hommes, papa, ce sont des enfants comme moi, qui,
voyant leurs pères heureux, veulent aussi prouver leur allégresse. Nous
n'avons pas la voix assez forte; un pétard, cela fait du bruit!

L'AVEUGLE.

Cela peut faire du mal, et l'on se croirait en droit de réprimer
fortement la joie du peuple pour un léger accident causé par des têtes
sans cervelle: peut-être même profiterait-on de l'imprudence de quelques
inexpérimentés pour mêler à eux des gens qui auraient une vengeance à
exercer, des haines à assouvir.

L'ENFANT.

Tu as raison, mon père, car je viens de voir passer près de nous une
foule d'hommes en guenilles qui viennent de lancer leurs fusées dans les
vitres des maisons voisines. Entends-tu le bruit des carreaux que l'on
casse?

L'AVEUGLE.

Il y a des lois; les malfaiteurs seront punis.

L'ENFANT.

Cependant, mon père, ils viennent de se ranger pour laisser passer une
patrouille, et celle-ci ne leur dit rien.

L'AVEUGLE.

Le peuple ne se réjouit pas souvent, on ne veut pas troubler ses
plaisirs.

L'ENFANT.

Ah! mon Dieu, papa, combien de soldats viennent au loin.

L'AVEUGLE.

N'aie pas peur, mon enfant; on a besoin souvent de déployer l'appareil
militaire quand la foule est grande. Mais ces armes, que tu as le
bonheur de voir briller, n'ont été tirées que pour défendre les
citoyens, on ne veut que les protéger: ce sont les ennemis de l'ordre
qui doivent seuls trembler, puisque ces soldats qui s'avancent vers nous
ont mission de veiller à ce qu'il ne nous soit fait aucun mal.

L'ENFANT.

Mais quel bruit viens-je d'entendre? on dirait une décharge de
mousqueterie.

L'AVEUGLE.

Ce sont les pétards dont tu parlais tout à l'heure.

L'ENFANT.

Je ne me trompe pas, une balle vient de siffler à mon oreille.

L'AVEUGLE.

Enfant, ne reconnais-tu pas le bruit que fait une fusée en s'échappant
des mains de celui qui l'allume?

(Le même sifflement retentit une seconde fois aux oreilles de l'aveugle;
il étendit la main vers son fils pour le rassurer; l'enfant n'était plus
à ses côtés, il gisait sur le pavé.)

COUPS DE LANCETTE.

--Il y a donc eu beaucoup de personnes tuées hier? demandait
mademoiselle Duch... à un gendarme qui se trouvait dans les coulisses
le lendemain du désastre de la rue Saint-Denis.

--Mais non, répondit le naïf militaire; pas trop.

       *       *       *       *       *

C'est comme parrain des 76 que M. Vil... a fait distribuer des dragées
au peuple.

       *       *       *       *       *

M. Vil... fait quelques corrections au calendrier, il vient de changer
le jour des Morts.

CORRESPONDANCE MILITAIRE

JEAN PICHU A SES PARENTS.


Jeudi, 29 novembre 1827.

Respectables parents,

I n'y a qu'un mois et un jour que je sui-t-au service, et l'on vient
déjà de m'lancer au feu. Attention!... J'vas vous narrer la chose. V'là
qu'à dix heures du soir not' coronel mont' sur son grand cheval de
bataille. «Fantassins.... qui dit.... i n's'agit pas d'ça: la patrie est
en danger; i faut nous mett'en route.» Moi, j'étai-t-en train d'jouer à
_breling-chiquet_; j'plante la partie là, et je cour-t-aux armes. Nous
défilons tous en silence, tambour battant, le long d'not'faubourg, et
nous faisons, une pause au coin d'la rue St-Denis, qui ce jour-là était
tout illuminée d'lampions comme un volcan. Alors j'apercevons çà et là
pas mal de _péquins_ (sauf vot' respect), qui avaient l'air de t'nir
conciliabule... A c'te vue, le ventr' commence à me _grouiller_... mais,
à mesure que nous avançons, v'là les _péquins_ qui _fouinent_... ça me
donne du courage. Une échelle barre not'marche triomphante; all' nous
sert à monter à l'assaut... oui; mais on fait d'la résistance... Pour
lors, not' coronel qui n' s'embête pas dans les feux d'file, nous crie:
En joue... feu!... Moi, j'tire!... pass'que, voyez-vous, mes bons
parents, l'soldat est un état à part; nous sommes tous des automates,
comm' dit not' coronel, qui d'vons toujours obéir sans préambule. Après
cett' petite charge, nous nous précipitons sur les fuyards à travers les
lampions. Au détour d'une rue, moi, j'vois un bergeois en retard...
j'veux l'empoigner.... Pan! i m'donne un soufflet soigné, et s'sauve en
m'appelant blanc-bec, dont j'ai la joue encore tout' rouge. V'là pour le
premier jour. Le lend'main, c'est à r'commencer. Je r'çois un éclat de
pétard sur l'oeil gauche, et pour changer j'ai la figure toute noire.
L'troisième jour, même manége; mais i n'y avait plus personne.
Stapendant, on me place t'en faction pendant quatre heures d'horloge,
ousque j'attrapai un rhume de cerveau; j'battis la semelle avec un brave
marchand de marrons en plein vent, qui m'permit d'prendre un air de feu
à son fourneau. J'y brûlai un pan de ma nouvelle uniforme. J'croyais
qu'à l'odeur du roussi mon coronel allait m'fourrer aux z'haricots... au
contraire, i m'fit carporal sur le champ de bataille. Bref, je suis
présent'ment à l'hôpital pour guérir ma chienne de catarrhe. Envoyez-moi
de la bonn' réglisse vivement.

Adieu, papa, maman; je suit en toussant votre fils bien-aimé.

JEAN PICHU, fantassin.

COUPS DE LANCETTE.

La _Gazette_ parle de liberté comme une prostituée de pudeur.

       *       *       *       *       *

Au lieu de décorer les gendarmes et de casser les boutiques, on ferait
mieux de décorer les boutiques et de casser les gendarmes.

       *       *       *       *       *

On a vu M. Piet assis sur les ruines du pot-au-feu ministériel, _ces
deux grands débris se consolaient entre eux_.

       *       *       *       *       *

La nuit dernière, M. V... a senti un bourgeois de la rue Saint-Denis qui
le tirait par les pieds.


JOURNÉE D'UN BON GENDARME.

«Le premier devoir d'un bon gendarme qui veut devenir brigadier est
d'aller à la messe, de même que le premier devoir d'un employé supérieur
des postes est d'_inspecter_ les lettres, et celui de M. Piet d'avoir un
chef de cuisine. Je me lève donc frais et dispos; je passe mon costume
de ville, ma redingote bleue, je mets ma cravate et mes bottes à
éperons; je prends ma grosse canne à pommeau d'ébène, je me mets en
route... me voilà à l'église.

«Je me place d'ordinaire là où je vois le plus de monde; mais je laisse
chanter les prêtres et dire la messe aux bonnes âmes qui m'entourent: ce
n'est pas pour cela que je suis venu. Je regarde, j'observe, j'écoute,
ce serait une bonne fortune pour moi si je pouvais mettre M. Franchet
sur la trace d'un bon sacrilége!... Je serais brigadier demain.

«Rien à faire à l'église. Parcourons quelques quartiers de la capitale.
Diable! qu'est-ce qu'on chante là-bas? _Les Bons Gendarmes!..._ Quelle
audace! Si j'attrape cet Odry, qui est sans doute un des rédacteurs du
_Constitutionnel_, il passera un vilain quart d'heure. Quelle est donc
cette rumeur chez ce libraire? Ah! j'y suis, on saisit des _in_-32.
Bien! saisissez toujours. J'en saisis moi-même plusieurs exemplaires.
Cela montera ma bibliothèque.»

Le bon gendarme continua ses travaux philanthropiques. Dix-sept exploits
signalèrent sa matinée; et midi sonnait à peine qu'il était déjà de
retour à la caserne, le menton enfoncé dans sa cravate, agitant sa
grosse canne, et sifflant la marche de _Robin des bois_ avec autant de
plaisir qu'un étudiant sifflerait Quatremère de Quincy.

Enfin il fallut endosser la livrée guerrière. Le regard oblique de
l'observateur fit place à l'air farouche d'un apprenti maréchal de
France à 2 fr. 50 c. par jour. Ainsi costumé, il quitte sa caserne et
reprend ses courses avec la ferme résolution de remplir sa mission avec
conscience, afin d'être nommé brigadier.

«Oh! oh! voilà qu'on crie au voleur! à l'assassin! c'est mon affaire.
J'empoigne l'individu, je le tiens ferme. Mais on se presse là-bas...
qu'est-ce donc? C'est un élève en droit qui s'est échappé de
Sainte-Pélagie. Un élève en droit! Vite, je lâche mon assassin, et je
cours après l'étudiant. Je parie que ce mauvais sujet aura écrit contre
le ministre ou contre les gendarmes. Si je l'attrape, je suis
brigadier.»

L'étudiant courait plus vite et disparut.

Désolé de sa mésaventure, notre héros, après une longue promenade,
finit par découvrir un simple perturbateur, et le conduisit au corps de
garde. Il ne devint pas brigadier.


FEUILLE VOLANTE

ENVOLÉE D'UN VOLUME SUR LA VOLONTÉ

=Par M. Dud=***.


«Il ne faut jamais s'arrêter dans son _vol_.»

Prenons notre _vol_ée en riant du _vol_can _vol_tairien et
ré_vol_utionnaire dont _vol_ontiers les malé_vol_es font peur aux
_vol_uptueux. Qu'espère ce _vol_can ou plutôt ce camp _vol_ant de
_vol_tigeurs _vol_ages, fri_vol_es et faux, _vol_ontaires, par ses
é_vol_utions contre une ferme _vol_onté qui peut dans son _vol_ chasser
ces _vol_atiles dans une _vol_ière?

Mais ces _vol_ereaux, par leur _vol_ubilité, pourront _vol_atiliser les
esprits, et la ré_vol_te naître de cette _vol_atilisation. Il faut
_vol_ontairement paraître affaiblir son _vol_, _vol_eter même, et, par
d'adroites circon_vol_utions, s'emparer des béné_vol_es; puis faire
_vol_te-face, et nous avons la _vol_e; car les _vol_tigeurs ne pourront
con_vol_er à d'autres ré_vol_utions.

La _vol_onté ferme a fait _vol_er jusqu'à nous les noms de Scé_vol_e et
de l'hôte des _Vol_sques. Nous _vol_erons aussi; et après sept ans
ré_vol_us de travaux _vol_umineux, un char nous fera _vol_er à nos
_vol_uptueuses demeures, où, grâce aux biens qui nous seront dé_vol_us,
nous nous reposerons d'un long _vol_ en _vol_tigeant autour des
_vol_ages en ba_vol_et.

Soyons _vol_ontaires; mais si les fri_vol_es ré_vol_tés, élevant
_vol_onté contre _vol_, faisaient en_vol_er nos espérances,
en_vol_ons-nous avec elles avant qu'ils ne nous rattrapent au _vol_.

Passant des adorateurs de _Vol_ianus aux anciens croyants de _Vol_a, et
poussé par _Vol_turne jusqu'aux autels de _Vol_utma; voguant sur le
_Vol_turnon en parcourant la _Vol_hinie, bien fourré dans notre _vol_vi,
nous attendrons, pour _vol_ter et re_vol_er près de nos pénates, le
temps où _Vol_taire et la ré_vol_ution ne rendront plus des esprits
fri_vol_es et _vol_atilisés semblables aux malheureux atteints du
_vol_vulus.

COUPS DE LANCETTE.

Suivant M. de Clerm... Tonn..., on ferait d'excellentes bourres avec la
Charte.

       *       *       *       *       *

Enfin M. de Peyr... vient de rendre justice à quelqu'un, il s'est donné
sa démission.

       *       *       *       *       *

Les démissions deviennent à la mode en Angleterre; E. Vil... devrait
bien imiter les modes anglaises.


=CIRCULAIRE SECRÈTE=

TROUVÉE PAR UN INDIVIDU QUI VENAIT DE PRENDRE SON PASSEPORT

_Nascuntur mouchards, fiunt gendarmes._

A tous les intéressés qui ces présentes liront, salut.

Faisons savoir que les aspirants mouchards qui pullulent autour de nous
d'une manière étourdissante (et, par cela, nous mettent à même d'être
plus difficiles sur le choix), qu'ils doivent se dispenser de s'inscrire
sur les rangs, s'ils n'ont pas les vertus morales et les qualités
physiques requises par le présent cahier des charges:

Art. 1er. Il faut qu'un mouchard soit bête, parce qu'un homme
d'esprit ajoute toujours quelque chose dans ses rapports.

2. Qu'il soit sans pitié, parce que son père peut être républicain.

3. Qu'il soit discret, parce qu'il connaît toutes les bévues
administratives.

4. Il devra boire comme un Suisse, mais garder le sang-froid d'un
Italien. _In vino veritas._

5. Il est de toute nécessité qu'il soit lâche: car la peur donne des
jambes, et un poltron est moins exposé qu'un autre à laisser saisir sur
lui sa carte d'électeur.

6. Il importe qu'il n'ait pas de religion, pour mieux surveiller la
conduite des impies dans les églises.

7. Il est de rigueur qu'il soit escroc, pour ne pas faire rougir ses
camarades. Il ne serait pas mal qu'il sortît du bagne.

8. Il lui est enjoint de ne pas faire de cuirs dans un salon et de ne
parler que l'argot dans un cabaret.

9. Ses oreilles doivent être aussi étendues que l'esprit de César, pour
entendre de quatre côtés à la fois.

10. Son omoplate doit être revêtue d'une épiderme fortement trempée,
parce que les cuirasses de papier gris sont chères: l'administration a
renoncé à en fournir.

11. On exigera des certificats authentiques d'une campagne sous le
fameux Lebon, de trois ans de service sous Savary, et une attestation en
règle de sa présence à Nîmes en 1815.

12. Il ne peut être affilié à aucune congrégation, parce que son temps
est trop précieux.

_Nota._ S'il a toutes les qualités requises, il sera reçu à cinquante
sous par jour. On lui paiera les coups de bâton à part et à la douzaine,
et il aura des gratifications pour les avaries.



1828


COUPS DE LANCETTE.

Monseigneur a fait augmenter la garnison de Paris: est-ce pour donner
des étrennes aux habitants de la rue Saint Denis?

       *       *       *       *       *

Malgré le jour de l'an, M. de Peyr... reste déconfit.

TÉLÉGRAPHE DE MONTROUGE

--Mingrat est calme dans sa prison.

--On espère que les électeurs du Jura opteront pour Sa Grandeur.

--On dit Contrafatto bien malade.

--L'empoisonneur Royer a été marqué; il a conservé toute sa tête pendant
l'exécution.

--Un avocat général d'Amiens refuse de poursuivre les écrits clandestins
sortis des presses du baron de Villebois, s'ils ne sont dénoncés à
Bourges, à Lyon et à Paris.

--Les agraviados qui habitent Toulouse ont reçu l'ordre de quitter cette
ville.

--Les catholiques de la paroisse de Saint-Sauveur, à Gand, seront
appelés à l'office au son de trois cloches, au lieu d'avoir le chagrin
de n'en entendre qu'une.

--Le père don Pablo Abbella vient d'être sacré évêque _in partibus_ de
Thibériopolis.

--Ferdinand VII prend le titre de chanoine de la cathédrale de
Barcelone. Il a reçu trois années d'avance de son traitement et quarante
mille francs en sus. Le jour de sa nomination, il a assisté au _Te Deum_
et à l'embarquement des agraviados pour les galères de la côte
d'Afrique.

--N'ayant pu empêcher qu'un bâtiment à vapeur, parti de Batavia, vînt
mouiller à Singapore, on a eu soin de faire croire aux indigènes de ce
port que le diable faisait marcher le bâtiment.

--On entretient toujours dans l'esprit du peuple des idées de
sorcellerie. Un jeune garçon de ferme, aidé d'un vagabond, a abusé de la
confiance d'un mari pour violer sa femme, sous prétexte de chasser le
démon dont elle était possédée. Le tribunal de Laval a condamné les
imposteurs.

--On ne compte que 4,206 enfants déposés à l'hospice de la Maternité.

--On continue à mettre en vigueur, à Francfort, la loi nouvelle qui ne
permet que quinze mariages par an sur mille familles juives.

--Grande distribution de croix de la Légion d'honneur aux fonctionnaires
qui ont fait preuve de zèle lors des élections du Nord.

--Pas de gratifications cette année aux commis du ministère des
finances: elles avaient été données aux électeurs.


COUPS DE LANCETTE.

Je suis ici contre la volonté du peuple, s'est écrié M. de Vil..., et
j'y resterai par la force des baïonnettes.

       *       *       *       *       *

M. de Corb... a été fouillé à la barrière de Rennes; pour la première
fois, il n'avait pas fait la fraude.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet a manqué faire une chute pour commencer la nouvelle
année; nous la lui souhaitons bonne.

       *       *       *       *       *

On dit que M. de Corbière n'est plus malade; il est toujours bien bas.

       *       *       *       *       *

M. Martignac est ministre de l'intérieur, espérons que tout finira par
des chansons.

       *       *       *       *       *

On dit que M. de Peyron.... se retire avec des millions; nous avions
toujours cru que c'était un pauvre homme.

       *       *       *       *       *

On dit que M. de Clerm..... Ton..... bourre tout le monde, depuis qu'il
ne fait plus fusiller personne.

       *       *       *       *       *

On dit que, dans le nouveau ministère, il y a déjà des chefs de
division.

       *       *       *       *       *

Le ministère n'est franc qu'à demi, il sera dissous.

       *       *       *       *       *

M. de Vatisménil est nommé député de la Corse; c'est bien pour son âge,
on dit qu'il n'a que trente-huit ans.

       *       *       *       *       *

Les élections auraient porté de mauvais fruits, si on les jugeait sur
l'écorce.

       *       *       *       *       *

M. de Vatimesnil, étranger dans son pays, a été réduit à se faire nommer
en pays étranger.

       *       *       *       *       *

Montrouge est pour la France la barrière du trône.

       *       *       *       *       *

M. le duc de Wellington a l'ouïe dure, c'est peut-être qu'autrefois on
lui a frotté les oreilles.

       *       *       *       *       *

Il y avait des gendarmes au mariage de mademoiselle Laf...: voilà qui
est bien ministériel.

       *       *       *       *       *

Deux académiciens sont, dit-on, nommés censeurs; est-ce que l'Académie
s'ennuierait d'être honnête?

       *       *       *       *       *

L'année dernière, on comptait sur l'ineptie des députés; aujourd'hui, on
craint leur adresse.

       *       *       *       *       *

Qu'on dise que les jésuites ne se fourrent pas partout, il y en a même
aux galères.

       *       *       *       *       *

M. le duc de Raguse est en procès avec son cuisinier; est-ce qu'il
serait jaloux de ses lauriers?

       *       *       *       *       *

Le chef de brigade Coco a partagé la disgrâce de M. Franchet: il aura
une recette particulière.

       *       *       *       *       *

On désirerait savoir quel commerce fait M. de Saint-C......


Samedi, 2 février 1828.

LA PARTIE DE CARTES

VILL.--Allons, Peyr, et vous, d'Herm, faisons une petite partie de
cartes. Il faut bien maintenant que nous occupions notre temps à quelque
chose.

DUD., _s'élançant vers la table_.--D'abord, je prends... les cartes. Que
jouons-nous?

PEYR.--L'honneur.

DUD.--C'est amusant! jouer toute une soirée sans pouvoir gagner ni
perdre.

VILL.--Je suis de votre avis; il faut rendre la partie intéressante. Je
suis fort pour l'intérêt... Mais quel jeu choisissons-nous? le boston?

DUD.--A la bonne heure, on y fait des levées.

CORB.--Oui; mais de tous côtés on entend prononcer le mot de _misère_...
ça donne des idées qui empêchent de dormir.

DEL., _d'un ton imposant_.--Enfin, messieurs, c'est un jeu séditieux.

TOUS.--Séditieux!

DEL.--On y parle d'indépendance.

PEYR.--C'est vrai, messieurs; revenons donc aux doux et naïfs plaisirs
de nos ancêtres, _jouons_ le mariage.

VILL.--C'est un jeu divin; on peut y coter ses points, si on en fait. Où
est l'heureux temps où je tournais et retournais le roi comme je
voulais.

CORB.--Vous n'en cachiez pas moins bien votre jeu. (_Ils se placent et
ils jouent tous successivement._)

PI.--Ce diable de Vill, comme il a rempli ses poches! il nous a tous
gagnés.

VILL.--J'en ai gagné bien d'autres.

PI.--Grâce à mes brioches.

D'HERM.--Grâce à mes écoles.

CORB.--Quant à toutes les écoles, si vous m'aviez écouté...

PEYR.--Ah! ouais! parlez-moi du piquet: on y fait des tierces, même
contre des cartes supérieures.

DUD.--Et l'écarté? c'est ça un jeu charmant; on peut y faire des voles!

PI.--Oui, c'est charmant; surtout quand on a la fourchette.


Jeudi, 7 février 1828.

UNE HEURE AVANT LE LEVER DU RIDEAU[6].

Tous les acteurs sont prêts, la pièce est sue, dans une heure on va
commencer. Tandis que le public attend avec impatience le lever du
rideau, les individus qui doivent concourir à l'ensemble de la
représentation sont diversement occupés. Ceux-ci, s'imaginant que le
comble de l'art est dans la manière de se présenter en scène, s'étudient
devant une glace à prendre de nobles poses: ils feront d'excellents
mimes: l'emploi des personnages muets est assez tombé en discrédit pour
qu'il ne conduise plus aux subventions.

Ceux-là pensent que toute la magie du débit est dans la variété des
inflexions de la voix; ils s'écoutent rendre des sons et, fiers de
quelques intonations assourdissantes, ils ne s'aperçoivent pas qu'ils ne
sont autre chose que des instruments à vent.

Nous sommes dans les coulisses; je veux vous conduire au milieu de
chacun de ces groupes.

Le premier n'est pas nombreux; mais ceux qui le composent doivent faire
trembler pour le sort futur du drame: ils ont stipendié les misérables
qui peuplent nos parterres pour murmurer contre les artistes les plus
remarquables. Ils n'ont d'autre but que d'empêcher l'effet d'une belle
scène: par exemple, celle où un vengeur de la patrie accuse publiquement
un traître, et brave les poignards de quelques scélérats en traînant le
misérable devant les magistrats qui doivent le punir.

Le groupe le plus voisin est formé d'autres acteurs à qui l'usage a
donné le nom d'_utilités_, ne sachant comment désigner leur nullité.
Moins hardis que ceux que nous venons de voir, mais non moins dangereux,
ils ont promis aux ennemis des premiers sujets de la troupe
d'interrompre maladroitement une réplique sublime, de se faire siffler
même, pour que le bruit pût couvrir la voix d'un des héros ou détourner
l'attention publique d'une situation hardie ou d'une partie intéressante
de l'exposition.

Par ici nous apercevons quelques débutants, qui se sont glissés par
intrigue dans la société dramatique: le désir de porter l'habit de
théâtre leur a donné de l'audace; mais, au lever du rideau, les
spectateurs sauront bien reconnaître la fraude. Gare aux huées
lorsqu'ils paraîtront!

Plus loin, et c'est là que doivent se porter nos regards, sont les
principaux personnages de la pièce. Sans étudier leurs poses, ils en ont
trouvé d'admirables; car ils se sont pénétrés de leurs rôles. Ils
essaient quelques passages de l'ouvrage qu'ils vont représenter, et,
sans avoir cherché des inflexions de voix, leur débit fait tressaillir,
enflamme, inspire l'admiration. Ils ont demandé leurs inspirations à de
nobles sentiments; ils n'ont cherché qu'à traduire l'expression de la
vérité.

Dans une heure le rideau sera levé; dans une heure un drame vraiment
national aura commencé. Quelques malveillants sans doute troubleront
cette représentation; l'ensemble aura peut-être à souffrir de l'ineptie
de quelques acteurs, des dispositions coupables de quelques autres, de
petites jalousies, de grandes passions; de vils intrigants tendront à
neutraliser les efforts des premiers sujets: mais un nouveau système
administratif n'accordera plus de _feux_ aux comédiens nuls ou
malintentionnés, pour les consoler du mépris et de la vengeance
publique; la cabale ne sera plus grassement rétribuée pour applaudir à
l'incapacité impudente et insulter au public qui paye.

Allons, courage! qu'une noble émulation tourne au profit de tous!
Méritez un succès; car, si la représentation n'était pas satisfaisante,
il faudrait craindre un déficit à la caisse.

COUPS DE LANCETTE.

Le corpulent Dec... se croit d'un grand poids à la guerre; ce n'est
qu'une grosse charge.

       *       *       *       *       *

M. de Martignac a dit à un fonctionnaire de la Corse: «Pour vous
conduire ainsi dans les élections, il fallait que vous fussiez
sous-préfet.»

       *       *       *       *       *

Depuis longtemps on attaquait M. de Vaulchier, directeur général de
l'administration des postes, sur le _cabinet noir_, nom donné au local
dans lequel on décachète les lettres, soit au départ, soit à l'arrivée.
Organisé par Louis XIV, il avait toujours été maintenu sous tous les
régimes et, sous Charles X, il était devenu un des grands moyens
d'espionnage de la congrégation. Voici les détails qui furent
officiellement donnés dans la séance du 3 mai:

«Le cabinet était le laboratoire d'un comité de vingt-deux membres; ils
profitaient des ténèbres pour se rendre, à des heures convenues, dans
cet odieux repaire, et n'en sortaient qu'avec les plus grandes
précautions pour se dérober aux regards du public. 30,000 fr. par mois,
pris sur les fonds d'un ministère, servaient à solder ces vils employés.
Dans la nuit du 31 janvier dernier (1827), le comité a été dissous.»
(_Mémoires secrets_, 1828.)

Si triste que fût la cause du cabinet noir, M. Marcassus de Puymaurin
essaya de la défendre. Toute sa logique consistait à dire que, puisqu'il
avait existé, il devait être maintenu; qu'au surplus, le gouvernement
n'employait ce moyen de connaître les manoeuvres de ses ennemis que
pour le grand bien du peuple et la plus grande gloire de la religion.

--Parlez un peu moins de religion et de morale, lui répondit M.
Daussant, et n'amollissez pas les cachets.

       *       *       *       *       *

L'administration des postes a reçu l'ordre de fournir le nom des
employés du cabinet noir. M. Roger n'est pas blanc.

       *       *       *       *       *

Lorsque toutes les maisons des jésuites seront à vendre, nous aurons une
chambre à louer.

       *       *       *       *       *

Quand M. Genoude imprime, ses presses gémissent.


        ÉPIGRAMME.

    Bon! Récam... guérir, c'est une gasconnade,
    Il a l'esprit dévot, mais n'a pas l'esprit sain;
            Et si Montrouge est si malade,
            C'est qu'il l'a pris pour médecin.


COUPS DE LANCETTE.

M. Pantoufle vient de faire une chanson-circulaire sur l'air: _Je suis
libraire_.

       *       *       *       *       *

On conseille à M. Gen.... de ne plus imprimer; il s'affiche.

       *       *       *       *       *

La congrégation va pendre la crémaillère plus loin; c'est chez nous
qu'elle devrait être pendue.

       *       *       *       *       *

M. Pantoufle, parce qu'il a imprimé quelques livres, veut qu'on l'élise.

       *       *       *       *       *

Quand M. Pardessus discute une question de droit, il fait presque
toujours une école.

       *       *       *       *       *

Chacun dit: Où diable M. Pantoufle s'est-il fourré?

       *       *       *       *       *

Un honnête homme s'est fâché hier parce qu'on l'appelait _préfet_.

       *       *       *       *       *

Quoi qu'en dise Sganarelle, il est évident que le coeur n'est pas à
droite.

       *       *       *       *       *

Il n'y a que deux académiciens qui aient pris M. de Pongerville pour
_Lucrèce_.

       *       *       *       *       *

Extérieurement, M. de Martig... laisse maltraiter les préfets, mais il
les caresse dans son intérieur.


Dimanche, 24 février 1828.

L'INFIRME

OU LA GAUCHE ET LA DROITE.

La gauche est pleine de vigueur, de force et d'adresse; elle écarte en
se jouant tous les obstacles qu'on oppose à la marche du corps dont elle
fait partie, et ce qu'on lui confie, elle le tient avec fermeté.

La droite se soulève avec peine: ses mouvements rétrogrades semblent
indiquer qu'elle veut tout amener à elle, et cependant elle ne peut rien
retenir; et à quelque emploi qu'on veuille la destiner, sa maladresse
est telle qu'elle ne peut rien toucher sans briser ou salir.

La gauche, habituée aux plus rudes travaux, a la chaleur de la vie; la
droite est glacée: c'est un membre paralysé.

L'infirme, persuadé qu'il fallait renoncer à compter sur la droite, a
demandé à la gauche des moyens de subsistance, de fortune et de bonheur.
Quant au membre paralysé, se contentant de le considérer comme un
contre-poids nécessaire pour le maintenir en équilibre, il a remercié
Dieu de ne pas le rendre impotent des deux mains.

Comme il est dans la nature des êtres inutiles de nuire pour se venger
de leur nullité, la droite a contracté un tic insupportable qui la fait
se jeter sur la gauche pour l'embarrasser dans ses travaux; cependant
plus d'une fois elle s'est blessée en voulant arrêter le membre
laborieux. Mais ces blessures ne sont pas de salutaires avertissements
pour elle, la droite est privée de sensibilité.

Lorsque l'infirme veut méditer les pages du _Contrat social_, la gauche
tourne les feuillets et la droite vient fermer le livre.

L'infirme a-t-il à réclamer contre l'arbitraire, la gauche l'aide à
instruire la puissance inviolable, des méfaits du pouvoir violateur des
lois; mais la droite, fidèle à son tic, vient répandre l'encrier sur le
papier pour effacer les caractères.

Que la gauche cherche à corriger des arbres naissants des inclinaisons
vicieuses, quand elle les étaye pour les redresser, la droite, par son
mouvement, s'efforce de leur imprimer une pénible courbure.

Ces obstacles, que la droite oppose aux actions de la gauche, ont forcé
celle-ci d'être prompte dans ses mouvements, de servir avec vivacité le
corps du pauvre infirme, et d'édifier assez solidement pour que le tic
de la droite ne puisse détruire son ouvrage.

Ainsi de ces deux mains, celle que la nature avait placée pour servir le
corps, le nourrir, l'entretenir, veiller à ses besoins, n'est qu'un
membre inutile qui absorbe une partie de la nourriture de l'infirme,
sans rendre en travail ce qu'elle dérobe en substance au membre
laborieux.

Les besoins de l'individu dont elle fait partie ont multiplié les
facultés de la main gauche: elle est devenue forte et puissante pour que
le corps ne pérît pas par la faiblesse et la nullité de sa soeur. La
nécessité de neutraliser les mouvements nuisibles de la droite ont
obligé la gauche à prendre une bonne direction, à frapper juste et à ne
pas jouer avec le précieux dépôt qu'on a pu lui remettre.

On conclut, en voyant la différente destinée de ces deux mains, que la
droite a besoin d'être enchaînée; qu'elle était créée pour le repos,
puisqu'elle ne peut agir sans nuire au corps. Quant à la gauche, la
liberté lui est nécessaire. Des étourdis ont pu donner autrefois à
l'infirme le dangereux conseil de souffrir l'amputation d'un membre
qu'il nourrit à rien faire; l'expérience, bien meilleur conseiller, lui
a prouvé qu'on ne survivait pas toujours à une violente opération; et
bien que presque toujours la droite ait contrarié les bons mouvements de
la gauche, elle a servi aussi, en venant la frapper, à lui rappeler la
ligne qu'elle doit suivre pour se maintenir ferme et vigoureuse dans le
cas où elle croirait pouvoir ou faiblir, ou s'égarer.


COUPS DE LANCETTE.

M. de Curzay vient de mettre dans son jardin un petit comité directeur
pour effrayer les moineaux.

       *       *       *       *       *

Le premier coup de cloche que donnera M. Royer-Collard annoncera
l'enterrement des jésuites.

       *       *       *       *       *

Lors de la vérification des pouvoirs, la validité de l'élection de M.
Syryès de Mayrinhac fut vivement contestée; elle fut maintenue, bien que
l'on acquit la preuve de la présence au scrutin de quarante faux
électeurs.

       *       *       *       *       *

M. Syrr. de Marinade pense qu'on a eu tort de ne pas appeler deux ou
trois cents gendarmes, pour surveiller le scrutin.

       *       *       *       *       *

A force de parler, M. de Labourd..... a manqué de voix.

       *       *       *       *       *

Le 3 février, on procéda à l'élection du président de la Chambre. M.
Royer-Collard fut élu. Il remplaçait au fauteuil l'éternel M. Ravez,
qui ne se consola jamais de cet échec. La Chambre y gagnait un président
impartial; mais l'opposition constitutionnelle y perdait son plus
illustre orateur.

       *       *       *       *       *

MM. Barthélemy et Méry vont supprimer ces vers de la _Villéliade_:

..... Ravez à l'oeil de feu,
    Eternel président, bardé d'un cordon bleu.

       *       *       *       *       *

La _Gazette_ est toute rouge, on dit que c'est un reste du sang de
novembre.

       *       *       *       *       *

Le ministère ne paraîtra jamais plus habile que lorsqu'il sera tout à
fait gauche.

       *       *       *       *       *

On a supprimé la madone de _la Muette de Portici_; est-ce que la morale
défend qu'il y ait une vierge à l'Opéra?

       *       *       *       *       *

Si l'on chasse les mendiants, à quoi serviront les aumôniers?

       *       *       *       *       *

M. de Fouc... ne sait que répondre à la justice; il aimerait mieux
l'empoigner.

       *       *       *       *       *

M. de Fouc... pourrait bien être empoigné.

       *       *       *       *       *

M. Dud. vient de partir; il s'est dérobé lui-même à la reconnaissance de
ses amis.

       *       *       *       *       *

M. de Fouc... ne saisit pas l'occasion aux cheveux, il l'empoigne.

En quittant la Préfecture de police, M. Delavau s'est ménagé une entrée
dans les prisons.

       *       *       *       *       *

M. de Chabrol a obtenu le cordon bleu; un homme qui se noie s'accroche à
tout.

       *       *       *       *       *

La _Quotidienne_ annonce que la Charte va être renversée en Portugal;
quel dommage que ce ne soit pas en France, n'est-ce pas, bonne vieille?

       *       *       *       *       *

Dans la salle où don Miguel a prêté serment à la constitution, on
remarquait un fort beau tableau; le sujet était: _le Baiser de Judas_.

       *       *       *       *       *

Montant à la tribune, M. Syryès de Mayrinhac se servit du mot
_conséquent_ comme synonyme de _considérable_. A ce mot il dut sa
célébrité. C'est lui qui avait dit: «L'agriculture produit trop.» On ne
pouvait mettre de plus mauvais français au service d'une plus mauvaise
cause. Ce mot _conséquent_ fit pendant longtemps les délices de tous les
journaux grands et petits.

M. Syryès de Mayrinhac n'est pas un orateur CONSÉQUENT.

       *       *       *       *       *

Il y a longtemps que M. Mayrinhac fait des fautes de Français.

       *       *       *       *       *

Un illustre personnage vient d'inventer une nouvelle théorie du serment.

       *       *       *       *       *

M. de Vaulchier a lu à la Chambre un discours écrit; cela prouve qu'il
connaît toutes ses lettres.

       *       *       *       *       *

Un écolier qui dirait: _une somme conséquente_ serait renvoyé de tous
les colléges.

       *       *       *       *       *

La _Quotidienne_ fait, à son tour, l'apologie des fusillades de la rue
Saint-Denis:

    L'on revient toujours
    A ses premiers amours.

       *       *       *       *       *

Demain, séance extraordinaire, cour des Fontaines. M. Syryès de
Mayrinhac montrera sa langue.

       *       *       *       *       *

Il paraît que don Miguel pense qu'il ne faut jurer de rien.

       *       *       *       *       *

M. de Chabrol a défendu l'administration des jeux; il est vrai qu'elle
va sur des roulettes.

       *       *       *       *       *

«Avec la presse telle qu'elle est constituée, disait Charles X, nous ne
pouvons jamais _faire le bien_.» De quel bien entendait parler le roi?
La congrégation se chargeait de l'apprendre à ceux qui le demandaient.
On n'arrivait au portefeuille qu'avec son _projet de loi sur la presse_
en poche; M. de Martignac avait le sien. Le 14 avril, il fut déposé sur
le bureau de l'Assemblée. La nouveau projet était presque entièrement
emprunté aux amendements introduits par la Chambre des pairs dans le
célèbre projet de loi de _justice et d'amour_ de M. de Peyronnet.
Libéral en apparence, il fut accueilli avec faveur. Plus tard, une
lecture attentive y fit découvrir des précautions et des exigences qui
diminuaient singulièrement les faveurs accordées.

Le nouveau projet rétablissait la liberté de publication et supprimait
la _censure facultative_ et les procès de tendance; mais un
cautionnement considérable était imposé à tous les écrits périodiques,
politiques ou non. Il était fixé à 10,000 fr. de rentes pour les
journaux quotidiens.

Cette mesure devait tuer nombre de journaux littéraires. Elle contribua
au succès du _Figaro_, assez riche pour déposer le cautionnement
demandé.

Cette loi fut adoptée le 14 juillet, après cinq jours de discussion, à
la majorité de 139 voix contre 71.

       *       *       *       *       *

En lisant le projet de loi sur les journaux, M. de Peyronnet a retrouvé
quelques souvenirs de ses premières amours.

       *       *       *       *       *

En lisant le projet de loi de M. de Portalis, M. de Peyronnet a cru
qu'il nous faisait encore la loi.

       *       *       *       *       *

Le gouvernement portugais veut faire un emprunt au gouvernement
espagnol; ce sont deux mendiants qui changeront de besace.

       *       *       *       *       *

M. de Portalis a voulu attendre le retour des fleurs pour nous
dépouiller de nos feuilles.

       *       *       *       *       *

Les grands journaux n'osent pas défendre les journaux littéraires; ils
sont politiques.

       *       *       *       *       *

Quand nous écrirons un secret à quelqu'un, nous ne confierons pas la
lettre à M. de Puymaurin.

       *       *       *       *       *

MM. les employés du cabinet noir ont fait fortune, si on les a payés au
cachet.

       *       *       *       *       *

Quand on veut mettre une lettre à la poste, on regarde si M. Marcassus
n'est pas là.

       *       *       *       *       *

M. Genoude veut qu'on ferme tous les théâtres, pour jouer tout seul la
comédie.

       *       *       *       *       *

Les odalisques se font préparer des robes à la russe.

       *       *       *       *       *

Les jésuites ne veulent pas que M. de Chateaubriand soit envoyé à Rome,
ils craignent le génie du christianisme.

       *       *       *       *       *

La loi d'amour et celle de M. de Portalis viennent d'être mises en
rapport; à l'avenir, on ne pourra point avoir d'esprit à moins de deux
cent mille francs.

       *       *       *       *       *

La loi de la presse est une terrible personnalité contre le ministère.


INFAMIE DE LA GAZETTE.

Voici l'article qu'on lisait hier dans la _Gazette_:

«Nous savions depuis plusieurs mois que l'administration qui a dans ses
attributions la censure des pièces de théâtre, avait ouvert la scène aux
passions révolutionnaires et livré les principes et les idées
monarchiques aux grossières insultes d'un public égaré par l'esprit de
faction. Nous savions que, dans nos grands théâtres, on avait permis des
ouvrages corrupteurs où la morale n'est pas moins outragée que les
gouvernements; qu'on avait autorisé, dans des pièces nouvelles, des
allusions qui flattaient les préventions que le journalisme a proposées,
qui fortifiaient les calomnies qu'il a répandues; nous savions que dans
les petits spectacles on avait vu Odry, chamarré d'ordres étrangers,
parodier une réception de commandeur, et Brunet fouler aux pieds un
grand cordon auquel il ne manquait que la couleur pour rappeler les
insignes des plus hauts dignitaires de l'État; nous savions que tous les
lazzis, toutes les farces ignobles des tréteaux de nos boulevards,
étaient dirigés contre les distinctions sociales, contre les idées
d'ordre et de pouvoir, contre la religion, attaquée comme autrefois sous
le nom d'hypocrisie; nous savions enfin que le ministre qui dirige la
censure des théâtres avait permis qu'on insultât un de ses
prédécesseurs, non-seulement par des allusions indirectes, mais par des
couplets grossièrement injurieux[7]; mais nous ne savions pas qu'on
aurait porté l'oubli de tous les devoirs jusqu'à ouvrir aux allusions
insolentes des pamphlétaires et des spectateurs des boulevards, un
sanctuaire où ne doivent pénétrer que nos hommages, nos respects, nos
sentiments d'amour et de reconnaissance; un sanctuaire que tous les
membres de l'administration, depuis le ministre jusqu'au dernier
employé, doivent défendre contre les hardiesses impies de l'esprit de
faction.

«Ce n'est pas sans une profonde indignation que nous avons vu dans un
journal intitulé: _le Moniteur des théâtres_, et qui donne le programme
de tous les spectacles du jour, l'annonce suivante d'une pièce qu'on
joue tous les soirs aux Variétés:

LES IMMORTELS

Revue mêlée de couplets

PERSONNAGES.

  _Sempiternel_ (le roi)      MM. BRUNET.

  _Déficit_, son ministre         ODRY.

«Nous ne connaissons point cette pièce; mais le journal qui publie ce
programme est sous nos yeux. Comment un pareil ouvrage a-t-il été
autorisé? Où sommes-nous? Où nous conduit-on?

«Vile prostituée du dernier pouvoir, on voit que la _Gazette_, dans une
dernière saturnale, insulte de la manière la plus révoltante la personne
sacrée du roi. Jusques à quand, monsieur Genoude, aurons-nous à essuyer
vos lâches et odieuses calomnies? Écrivain dégradé, sorti de la fange et
que la fange réclame encore un instant, _pulvis es et in pulverem
reverteris_.»


COUPS DE LANCETTE.

On parle d'une partie de quatre coins entre la Russie, la Turquie,
l'Angleterre et la France; on devine quel sera le rôle de l'Autriche.

       *       *       *       *       *

Nos ministres sont très-embarrassés, relativement à l'Angleterre.

       *       *       *       *       *

Le Grand Turc s'amuse à fumer en chantant:

    Tu ne l'auras pas,
        Nicolas.

       *       *       *       *       *

On trouve que M. de Martignac a déjà un air bien déplorable.

       *       *       *       *       *

Mahmoud maigrit, on ne lui voit plus que les os, il voudrait bien
reprendre sa Grèce.

       *       *       *       *       *

M. de Martignac a été vaincu par un habile adversaire, c'est Constant.


Samedi, 24 mai 1828.

COUP DE CISEAUX.

C'est par respect, sans doute, pour l'éloquence parlementaire que les
comédiens français suppriment maintenant, dans _les Deux cousines_, une
partie de la scène où, Laure conseillant à sa mère de quitter l'état de
marchande, madame Dupré lui répond:

                                Donner congé
    Dès aujourd'hui! pendant l'absence de ton père!...
    Cela ne se peut pas, vois-tu? c'est une affaire...
    _Beaucoup trop conséquente_, et vraiment je craindrais...

    LAURE (_à part_).

    Conséquente! Ah! grand Dieu!

            (_S'approchant de sa mère._)

                                    Cela n'est pas rançais,
    Ma mère, dites donc une affaire importante.

A la bonne heure! mais on prétend que madame Dupré va poursuivre
l'honorable membre en restitution.

MOEURS DU TEMPS.

SOCIÉTÉ ACTUELLE DE LA COUR.

«.... Tout est grave aux Tuileries en présence des vertus qui en ferment
l'accès à la frivolité. Cinq ou six dames, douze à quinze ducs, se font
remarquer dans le salon. Les convenances n'y permettent pas les
entretiens dont la politique serait l'objet. On n'y traite pas de
questions scientifiques; la littérature ne leur est guère préférée. Des
paroles affectueuses, quelques compliments, des anecdotes qu'amène
naturellement le spectacle d'une ville telle que Paris, conduisent cette
imposante assemblée jusqu'au moment où l'horloge donne le signal du
départ en sonnant onze heures.

«Au milieu de cette pièce, le roi joue au whist. Sa vieillesse ne lui a
fait perdre ni cette politesse exquise que la cour admira toujours en
lui, ni ce caractère aimable et facile, qui lui a conservé les mêmes
liaisons dans les différentes vicissitudes d'une vie fort agitée.

«Semblable à la duchesse de Bourgogne, qui aimait à bannir de la cour du
grand roi le sérieux que les querelles dogmatiques y répandaient, la
sémillante duchesse de Berry voudrait communiquer un peu de sa gaîté à
cette réunion parfois monotone.

«Cette petite société qui se réunit chaque soir chez le roi, et lui
offre l'élite de la fidélité, compose maintenant la cour. Toute la
noblesse française brillait autrefois à Versailles; mais les motifs de
radiation sous le Directoire, mais la soumission au Consulat, mais
l'encens prodigué au chef de l'Empire, n'ont laissé qu'à un très-petit
nombre de persévérants dans la carrière de la légitimité, le droit
d'approcher journellement de Charles X.

«Un publiciste anglais attribue la solitude du palais des Tuileries à la
profonde piété des membres actuels de la famille royale. Telle est,
d'après ses observations, la cause qui a communiqué tant de gravité au
plus auguste des cercles. Les plus nombreuses réunions se composent à
peine d'une vingtaine d'individus, presque tous attachés par des
bienfaits à la famille royale.

«Parmi les femmes qui ont l'honneur d'être invitées, trois ou quatre
fois la semaine, au jeu du roi, quelques-unes se plaignent en rentrant
chez elles de l'ennui qu'on éprouve au château; mais qu'elles
réfléchissent, comme le dit très-bien la _Revue britannique_, à ce que
deviendraient leurs propres salons, si les conversations y étaient
circonscrites dans le cercle de la chasse et des petites chances d'une
partie de cartes. Madame la duchesse d'Angoulême est la seule personne
qui, de temps en temps, parle de politique. Comme elle lit les discours
prononcés dans la Chambre des pairs, elle demande quelquefois à une des
personnes présentes son avis sur tels ou tels discours de pairs
libéraux. Par une basse condescendance pour les opinions qu'on lui
suppose, on se plaît à lui répondre: _Le discours est mauvais_; cette
princesse ne se montre pas sensible à ce genre de flatterie, elle répond
assez ordinairement: _Vous vous trompez, Monsieur, le discours est
très-bon_.

«Aux Tuileries, comme dans toutes les cours, ceux qui pensent le moins
bien, ou qui affectent de penser le plus mal, sont les courtisans. Il
n'y a que l'humeur facile et la bonne grâce de Charles X qui puissent
tempérer un peu la gravité de ces cercles.

«On ne s'adressait point à Napoléon sans l'appeler _Votre Majesté_;
Louis XVIII pensa que cette qualification avait été profanée:
l'étiquette prescrivit dès lors de parler au roi à la troisième
personne. Cet usage s'est maintenu sous son successeur; et, pour
répondre à Charles X, on s'exprime ainsi: _Le roi me faisait l'honneur
de me dire_, etc.»


COUPS DE LANCETTE.

On trouve que M. de Martignac est bien sujet à caution.

       *       *       *       *       *

Nicolas veut prouver qu'un petit Russe vaut bien un grand Turc.

       *       *       *       *       *

Les odalisques ont promis de n'avoir pas peur des Cosaques.

       *       *       *       *       *

EXTRAIT DE LA SÉANCE D'HIER.--_M. de Laboulaye_: Messieurs, les bonnes
lois restent et les mauvais ministres passent.

_Voix à gauche_: Les mauvais ministres ne passent déjà pas si vite.

       *       *       *       *       *

M. de Martignac veut qu'à l'avenir les gens de lettres soient des
moutons; il n'aime que les épigrammes d'agneau.

       *       *       *       *       *

Les ministres ne sont pas comme les jours, ils se suivent et se
ressemblent.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet va faire, enfin, connaissance avec la justice[8].

       *       *       *       *       *

Dans la dernière édition d'Horace, imprimée à Constantinople, on a
supprimé l'ode:

    O rus, quando te aspiciam...

       *       *       *       *       *

Séminaire vient de _semen_; cela signifie mauvaise graine.

       *       *       *       *       *

Une foule d'évêques arrivent depuis quelques jours par le chemin de la
révolte.

       *       *       *       *       *

La congrégation est furieuse depuis qu'un auguste personnage a dit: «Mes
amis, plus de jésuites.»

       *       *       *       *       *

Le maréchal S.... commence à juger prudent de souffler son cierge.

       *       *       *       *       *

Les évêques jouent gros jeu; ils pourraient bien perdre leurs bénéfices.


Samedi, 14 juin 1828.

        CHRONIQUE DE L'AN......

    Or, mes amis, oyez tous mon histoire:
    Plus ne dirai les gestes surprenants
    Des paladins, fils chéris de la gloire,
    Des damoisels, modèles des amants;
    Mais vous ferai le narré véritable
    D'un fabliau, sur un cas trop fameux!...
    Aucuns auteurs le disent déplorable,
    Et suis tenté de l'appeler comme eux,
    En un jardin de superbe apparence,
    Il paraîtrait qu'on avait transplanté
    Deux arbrisseaux que l'on appelle en France,
    L'un _Industrie_, et l'autre _Liberté_!
    Ils grandissaient à l'abri de l'orage,
    Poussant déjà des rejets vigoureux.
    Et protégeant d'un fraternel ombrage
    Les arts, le trône, et la lyre et ses jeux.
    C'était fort bien, mais comme la nature,
    A dit quelqu'un, a besoin de culture,
    Pour bien soigner l'arbre à la noble fleur
    On s'avisa d'appeler un seigneur.

    Or, ce seigneur, nous dit une vieille chronique,
    Mauvais gardien et d'humeur despotique,
    Point ne sarcla, n'arrosa, n'émonda;
    A droite, à gauche, en brutal il coupa;
    Peu de rameaux aux arbres il laissa;
    Encor, dit-on, qu'aux feuilles pâlissantes
    Dont il parait leurs troncs déshonorés,
    Il attacha des bêtes malfaisantes
    Qui les perçaient de leurs dards acérés.
    Ces bêtes-là, je crois qu'en son vieux style,
    Mon écrivain les appelle censeurs.
    «Ce sont, dit-il, animaux destructeurs;
    Race méchante, illégale et servile;
    Noirs vermisseaux, de venin saturés,
    Nés de la boue et de boue entourés,
    Monstres rongeant tout ce qui porte trace
    De vérité, d'élégance, de grâce,
    Et salissant de leur poison impur
    Ce que leur dent rencontre de trop dur.»

    Qu'arriva-t-il? L'homme aux méchantes bêtes
    Fut renvoyé, mais renvoyé trop tard.
    Un autre vint aussitôt son départ,
    Ayant en main des armes toutes prêtes
    Et promettant... Las! il ne donna rien;
    Si n'est pourtant un fameux protocole
    Qu'on applaudit et qu'on crut sur parole:
    Tant son auteur avait l'air bon chrétien.
    «Mes chers amis, disait-il, l'âme émue,
    Plus n'ayez peur pour vos arbres chéris:
    J'en prendrai soin: je vois ce qui les tue,
    Ce sont ces vers... Race affreuse, péris!
    Ne faut-il pas qu'à la fin tu recueilles
    Le juste prix de tes noirs attentats...
    Mort aux censeurs!...» Il dit, étend le bras,
    Frappe un grand coup... Mais qu'advint-il?... Hélas!
    Avec les vers il fit tomber les feuilles!


COUPS DE LANCETTE.

Les ministres se plaignent de la Chambre; ils eussent préféré des
injures à de mauvais traitements.

       *       *       *       *       *

Quoi qu'en ait dit avant-hier M. de Vaulchier, il vaut encore mieux
mettre des effets au Mont-de-Piété qu'à la poste.


Mardi, 22 juillet 1828.

FIGARO SANS LANCETTE.

On ne l'a pas désarmé...

Mais, en vérité, je vous le demande, est-il bien généreux à lui de
piquer de pauvres diables qui sont par terre?

Vous croyez donc que les méchants, les intrigants, les insolents et tant
de sottes gens sur lesquels vous frappez si fort, sont guéris du besoin
de faire le mal, de la soif de l'ambition, de la mauvaise habitude
d'insulter à ce qu'ils ne peuvent détruire?

Eh! non, mille fois non. Je crois mon pays tout aussi peuplé de sots et
d'hommes à conscience élastique qu'il l'était naguère; mais quand ces
derniers ne trouvent pas chaland pour leur marchandise, et que les
autres n'ont plus l'espoir d'être estimés au-dessus de leur propre
valeur, c'est-à-dire quand tout ce qu'il y a de bas, de vil et de nul
est à peu près réduit à rien, _Figaro_, qui se sent du courage, mais non
pas un mauvais coeur, fait rentrer sa lancette dans sa bourse de
vétérinaire, en attendant le jour où ses victimes relèveront la tête
comme pour lui demander encore quelque piqûre.

Et voilà _Figaro_ qui va cesser d'être piquant.

Vous pourriez trouver le jeu de mots joli, s'il venait de vous; mais,
moi, je vous le donne pour détestable. J'aurais voulu trouver quelque
autre expression qui rendît mieux votre pensée, afin de vous priver du
calembour: il est fait; pardonnez-le-moi, et je poursuis.

Quand nous étions sans cesse en butte aux petites vengeances d'une
administration ridiculement tyrannique, il y avait peut-être quelque peu
d'honneur à frapper les vainqueurs avec les chaînes qu'ils nous
donnaient eux-mêmes; peut-être n'était-il pas non plus trop indigne d'un
caractère estimable de faire mourir la censure du mépris que, grâce à
nous, elle s'inspirait à elle-même. Mais où est cette déplorable
administration? De combien il faudrait regarder au-dessous de soi pour
apercevoir ce qui reste de cette censure! Il est beau de se mesurer
contre des forces supérieures, il est honorable même d'être vaincu après
une résistance vigoureuse; mais à quoi bon de combattre des moulins à
vent au repos! Le héros de la Manche attendait que les ailes tournassent
afin de les pourfendre.

Ainsi, c'est chose convenue, nous vous laisserons en repos, pauvres
diables encore tout saignants des blessures que vous vous attirâtes! Et,
tournant nos regards vers les théâtres qui tombent, vers la littérature
qui languit, nous ne piquerons plus que pour exciter de jeunes talents à
entrer dans la bonne route, que pour faire sortir de leur long sommeil
des auteurs endormis sur leurs lauriers.

Mais vous, que votre défaite met à l'abri de nos coups, songez que nous
ne laisserons pas rouiller l'arme qui vous effraya tant de fois; c'est
fraîchement aiguisée que nous la remettons en poche. Mais _Figaro_,
toujours fidèle à sa mission, veillera sur vos faits et gestes, et
souvenez-vous qu'il est prêt à se remettre seul en campagne dès qu'il
vous reverra, en tête de nouvelles troupes, prêts à faire le siége de
nos libertés.

_Figaro_, bon ennemi, épargne le sot ou le méchant à terre, le méprise à
genoux, mais, debout, le frappe toujours.

       *       *       *       *       *

Pendant quelques semaines, en effet, _Figaro_ s'abstient. Le ministère
Martignac donnait alors des espérances. Mais bientôt les illusions
s'évanouissent, et le barbier reprend sa lancette plus acérée que
jamais.


Vendredi, 1er août 1828.

FIGARO A SES LECTEURS.

Trois jours après leur mort, les jésuites ressusciteront en la personne
d'Escobar-Portalis. Qui croirait qu'en termes de droit six mois
signifient quinze jours, et que ce seul délai soit accordé aux journaux
pour fournir le cautionnement? C'est cependant ce qui résulte d'une
ordonnance insérée avant-hier dans le _Bulletin des Lois_ et hier dans
la partie officielle du _Moniteur_. _Figaro_ pourrait demander à la
justice justice de la justice de M. le ministre de la justice:
peut-être, ayant mille fois raison, ne lui donnerait-on pas cent fois
tort; il préfère, et tous seront, je crois, de son avis, remplir les
formalités dans l'espace de temps dévolu. Bien que le domaine de la
politique lui soit désormais ouvert, il se bornera à graviter tant bien
que mal dans son ancienne sphère, il ne changera rien à son format et
aux conditions de la souscription.


Vendredi, 8 août 1828.

LE CAUTIONNEMENT VERSÉ.

LE COMTE, FIGARO.

_Le comte._ Tu as l'air soucieux, _Figaro_?

_Figaro._ J'ai sujet de l'être; lisez.

(_Le comte lit._)

CERTIFICAT DE CAUTIONNEMENT DE JOURNAL

«Je, soussigné, maître des requêtes, directeur du contentieux des
finances, remplissant les fonctions d'agent judiciaire du trésor royal,
certifie que les propriétaires du journal intitulé: _Figaro_, publié à
Paris, ont fourni dans mes mains, et en exécution de l'article 2 de la
loi du 18 juillet 1828, un cautionnement de six mille francs de rente
trois pour cent, inscrite au Grand-Livre de la dette publique.

«En foi de quoi j'ai délivré le présent certificat.

«Paris, le sept août 1828.

«_Signé_: DELAIRE.»

Eh bien! _Figaro_, bénis donc la providence ministérielle: un champ plus
vaste se déroule devant tes pas; tu peux marcher dans ta force et dans
ta liberté!

--Ma foi, Monseigneur, je ne dois pas être fier d'une patente de bavard
politique qu'on me force d'acheter le pistolet sur la gorge.

--C'est un passeport pour aller à la fortune.

--Je n'aime pas qu'on vide mon escarcelle sous prétexte qu'elle n'est
pas assez pleine. Plaisante spéculation que celle qui commence par me
dévaliser pour m'enrichir!

--Plains-toi, je te conseille; te voilà arrivé de plein saut à
l'émancipation de l'homme fait.

--Je n'avais pas besoin de permission pour m'émanciper.

--On t'ouvre le monde pensant.

--C'est pour tuer la plaisanterie qu'on a élargi la politique. La
plaisanterie est une balle élastique qui rebondit sur toutes les
intelligences; la politique spéculative, une nuée qui passe au-dessus de
bien des têtes.

--Tu n'es jamais content. Tu criais que tu étais à l'étroit...

--Maintenant, je suis trop au large. Je veux un habit à ma taille. Le
premier me blessait, celui-ci m'embarrasse; l'un m'ôtait tout mouvement,
l'autre est capable de me faire tomber à chaque pas. Je suis forcé de
faire la dépense du costume: mais du diable si je le mets.

--Te voilà donc traîné à la remorque du siècle, toi qui ne cessais de
crier: En avant!

--Sans doute, mais chacun à son poste. Pendant que les gros faiseurs,
les aristocrates du journalisme, s'amuseront royalement à courre le
cerf, j'attendrai les lièvres au trébuchet: cela convient mieux à ma
paresse et à mon génie.

--Mais, sot que tu es, on t'a délivré ton port d'armes; il faut en user.

--C'est parce qu'on m'y invite que je m'y refuse; je crains les
ministres, même quand ils nous font des présents.

--Où vois-tu le piége?

--Dans la livrée de penseur que l'on me jette. C'est un guet-apens!
J'amusais; on veut me rendre ennuyeux. On me fait la courte échelle pour
que je sorte de mon piédestal. Le mauvais plaisant fait plus de
blessures mortelles que le grave dissertateur. On ne veut que
m'interdire cauteleusement la verve du premier rôle, en m'offrant la
gloire du second. C'est une défense indirecte, une flatterie jésuitique
pour me donner de l'amour-propre et changer mon allure d'étourdi en
manière de pédagogue. On veut discréditer la malice en permettant le
génie.

--_Figaro_ faire fi du génie! Voilà du neuf! c'est battre sa nourrice et
renier son père!

--Eh! mon Dieu, j'ai de l'amour-propre! Cela n'est pas permis à tout le
monde: d'accord; mais j'ai aussi du bon sens: la main habituée à
effleurer l'épiderme avec la lancette sera gauche pour manier la massue.
Je piquais, j'estropierai: c'est ce qu'on demande; on veut que j'assomme
l'abonné au lieu de lui donner le spectacle de l'acuponcture
ministérielle.

--Que feras-tu donc?

--Ce que j'ai déjà fait. Je reste au poste que l'on me veut faire
déserter, sous prétexte de paix générale, et de là je continue la guerre
à coups d'épingle contre ceux qui ne m'ont permis de les peindre à la
tribune que pour que je ne fisse pas leur caricature en robe de chambre.

--Mais tu es un être inexplicable: on te ferme les portes du salon, tu
les brises; on te les ouvre, tu recules.

--Je préfère l'escalier dérobé. J'aime la liberté, mais en contrebande;
j'ai droit à la récolte, mais je veux lui conserver l'apparence du fruit
défendu. Je suis fils d'Ève.

--Et le plus obstiné de tous.

--Je puis moissonner dans le ridicule, et vous voulez que j'aille glaner
dans les turpitudes!

--Ainsi, tu dédaignes les hautes destinées auxquelles tu pouvais
atteindre?

--Je persiste à croire qu'on veut décréditer la plaisanterie, tuer
l'épigramme: je veux les faire fleurir l'une et l'autre, en dépit de
tout; et, à ce propos, sachez que Bazile m'a révélé le secret de la
confession. Ma mère lui a dit: «Ah! qu'on a mal fait de ne pas défendre
l'infidélité sous peine de mort; ce serait alors la plus douce chose du
monde.»


ÉPIGRAMME SUR LES JÉSUITES.

A L'OCCASION DE L'ORDONNANCE QUI LEUR PRESCRIT UNIQUEMENT DE DÉCLARER
QU'ILS N'APPARTIENNENT A AUCUNE SOCIÉTÉ POSSIBLE EN FRANCE.

          Les descendants de Loyola,
    A Rome, contre nous avaient porté leurs plaintes.
    Un saint homme d'abord est touché de leurs craintes,
    Mais bientôt à leurs cris sa voix met le holà:
     --Quoi! leur dit-il, vous fuyez les poursuites
    De ces Français qu'un mot fléchirait aisément!
    Lâches!... vous reculez devant un faux serment?
          Vous n'êtes point de vrais jésuites.


COUP DE LANCETTE.

M. de Martignac avait promis de semer de fleurs le chemin des gens de
lettres, il s'est contenté de donner une giroflée à cinq feuilles.


       LA FEUILLE MORTE.

    De ta presse démanchée,
    Pauvre feuille détachée,
    Où vas-tu?--Je n'en sais rien.
    L'ordonnance paternelle
    A brisé la loi cruelle
    Qui me servait de soutien.
    Mon gérant, qui perd haleine,
    Sans espoir en son placet,
    Depuis ce jour me promène,
    De la police au domaine,
    Et du trésor au parquet.
    Je vais où vont en silence
    La _Gazette_ de Franchet,
    Les couplets d'une excellence
    Et les feuilles du budget.


TABLETTES D'UN FLANEUR.

En vertu de quelle loi les apothicaires aveuglent-ils les passants au
moyen de leurs verres de couleurs?

La police, qui veille à ce que les marchands n'encombrent pas la voie
publique, ne pourrait-elle leur défendre de gêner la circulation par des
tentes trop basses?

L'administration des contributions indirectes ne peut-elle se dispenser
de faire vendre son tabac par des épiciers, et d'obliger les honnêtes
gens, priseurs ou fumeurs, à lutter périodiquement contre les
cuisinières et les paquets de chandelles?

On demande si les gardiens du jardin des Tuileries sont des militaires
en livrée ou des valets en uniforme.

            ÉPIGRAMMES.

        Comme un héros, le mouchard a ses gloires.
        Monsieur Vidocq, de lui-même content,
          Ose publier ses mémoires.
    Franchet et Delavau n'en feraient pas autant.

       *       *       *       *       *

      Dites-nous donc, chevaliers d'industrie,
    Qui marchez le front haut, plus fier que le sultan,
    Combien fait-on d'honneur, de talent, de génie,
          Avec une aune de ruban?

       *       *       *       *       *

        Malgré les feux de la saison,
    A l'Ambigu, qui ne récolte guère,
    Nous promettons une heureuse moisson:
    L'herbe, déjà, pousse dans son parterre.

COUPS DE LANCETTE.

Un poète de circonstance a composé des couplets en l'honneur du
ministère sur l'air des _Trembleurs_.

       *       *       *       *       *

«Vous avez fait beaucoup de mal dans un département, monsieur le préfet,
eh bien! allez dans un autre.» C'est agréable pour l'autre.


       ADIEUX AUX JÉSUITES.

    Colporteurs de faux _oremus_,
    Martyrs au nez croche ou camus,
    Vos soupirs, vos _clamabimus_
    Et le fameux _non possumus_,
    Qu'on traduit par _non volumus_,
    Ne nous ont pas beaucoup émus.
    Quand vous nous dites: _eximus_,
    Nous répondons: _exaudimus_.
    C'est de l'ex _fulgure fumus_
    _Moritur ridiculus mus_.

       *       *       *       *       *

La Restauration, qui avait pris à tâche de faire la popularité de tous
ses adversaires, n'avait garde d'oublier Béranger. Les précédents procès
du chansonnier avaient été autant de triomphes pour l'opposition; peu
importe, on lui en intenta un nouveau. Et pourquoi? Pour la chanson de
_l'Ange gardien_. Toute la culpabilité reposait sur une interprétation.
Il est vrai qu'on lui reprochait aussi _le Sacre de Charles le Simple_,
_les Infiniment petits_ et _la Gérontocratie_.

M. de Champanhet, avocat du roi, prononça le réquisitoire.

En dépit de la courageuse éloquence de son défenseur, Me Barthe,
Béranger fut condamné à neuf mois de prison et à dix mille francs
d'amende.

Cette condamnation si sévère ne satisfit pas pourtant le parti
ultra-monarchique, qu'indignaient les ovations dont le poète était
l'objet. Des souscriptions s'organisaient au grand jour pour payer les
dix mille francs.

«Quelle folie! avait dit un grand seigneur, un petit écu d'amende et
vingt ans de basse-fosse: voilà comment on devait punir ce rimailleur.»


Jeudi, 11 décembre 1828.

BÉRANGER CONDAMNÉ.

La scène est dans un café.

L'EX-VIDAME DE MONTMORILLON.

J'en arrive, mon cher ami, le félon sera puni.

L'EX-BAILLI D'ÉPÉE DE TOULOUSE.

Bah! ils ont osé? c'est, ma foi, bien heureux! Je croyais la
magistrature corrompue par le ministère. Il paraît....

LE VIDAME.

Les bonnes doctrines reprennent leur empire; les journaux officiels
crient contre le citoyen Marchais, secrétaire du club, dont les faits
ont renversé notre pauvre Villèle; nos meilleurs préfets restent, et le
jacobin de Béranger est condamné.

LE BAILLI.

A la bonne heure donc! Le ciel nous devait cette joie... Garçon! du
café... Et à quoi l'ont-ils condamné? A rien, je parie; ils sont si
mous. Ils ont peur des journaux.

LE VIDAME.

Ils n'ont pas voulu encourir le blâme des honnêtes gens, et Béranger en
a pour neuf mois.

LE BAILLI.

Neuf mois de prison! quel bonheur! Garçon! un verre d'eau-de-vie... De
l'amende, point?

LE VIDAME.

Si fait: _dix mille francs_.

LE BAILLI.

Pas plus? Ce n'est guère, vraiment. Le comité directeur va payer ça tout
de suite. J'aurais voulu qu'on le condamnât à dix millions; ça aurait
fait un fonds pour l'indemnité du clergé: mon frère a gros à y prétendre
pour son abbaye de Fourmontiers. Ce cher abbé, il est bien malheureux!
Je suis sûr qu'il n'a pas, avec sa place à la cour, ses brochures et son
canonicat, quinze mille huit cents livres par an.

LE VIDAME.

Patience, mon ami, le temps fera justice de toutes ces _infâmies_.

LE BAILLI.

Ah çà, vous étiez donc au tribunal?

LE VIDAME.

Certainement, j'avais un billet parce que, voyez-vous, on donne des
billets pour la police correctionnelle, comme pour le spectacle de la
cour et pour la messe du château. Un de mes amis avait eu un
laisser-passer du parquet par son cousin, qui est allié par les femmes
au père Chonchon.

Il y avait foule, mon cher. A huit heures, toutes les places étaient
prises, et je n'ai pu entrer que parce que je connais un gendarme, fils
d'un de mes anciens vassaux, et que j'ai trouvé par hasard chez Franchet
la veille des affaires de la rue Saint-Denis. Il m'a fait asseoir à côté
d'une dame libérale, espèce de femme de sans-culotte; fort jolie, ma
foi, mise comme une duchesse, mais qui m'a indigné pendant neuf heures
d'horloge par des propos d'une atrocité révoltante.

LE BAILLI.

Et quelle espèce de monde y avait-il?

LE VIDAME.

Que sais-je? Des gens de rien; des libéraux de toutes les nuances:
chartistes, orléanistes, bonapartistes, républicains. Je suis bien sûr
que j'étais le seul miguéliste. Ah! si fait, il y en avait un autre, et
qui parle _jôliment_, sur ma parole!

LE BAILLI.

Avez-vous reconnu quelques-uns de ces damnés de libéraux?

LE VIDAME.

Par exemple! est-ce que je connais ces gens-là? La dame ma voisine les a
nommés, et je crois qu'elle a désigné le chef des jacobins, Laffitte.
C'est l'ami, le patron, l'hôte de Béranger!..... Après lui, elle a dit:
Sebastiani, Manuel...

LE BAILLI.

Manuel! L'enfer était donc de la partie?--Vous avez vu Béranger?

LE VIDAME.

Parbleu! Il est arrivé à neuf heures environ, suivi d'un avocat au
parlement... je veux dire à la cour royale, je m'y trompe toujours.
Quand il est entré, tout le monde s'est levé, excepté moi, bien entendu.
Il s'est assis au banc des avocats, tous près de moi, le scélérat! Il a
la figure bien trompeuse. Imaginez-vous que cet enragé a l'air d'un
très-honnête homme; son regard, que je croyais féroce, est doux; ses
yeux, faibles et assez spirituels, sont cachés derrière de larges verres
de lunettes; il est tout à fait chauve; son sourire n'a pas cette
grimace diabolique que je lui supposais. J'ai cherché dans son
accoutrement quelque chose qui me dénonçât le mauvais sujet; eh bien,
mon ami, rien du tout: il est mis comme vous et moi quand nous allons
dîner à Ville-d'Avray ou dans la rue de Monsieur.

LE BAILLI.

Et quelle contenance avait-il?

LE VIDAME.

Il riait décemment en parlant à ses amis; c'est pour tout dire un
criminel d'assez bonne compagnie. A onze heures, Messieurs sont venus en
robe, et l'audience a été ouverte. M. Champanhet, avocat du Roi, a pris
alors la parole. Je me rappelle heureusement très-bien l'éloquence de M.
Champanhet, et je m'en vais vous l'analyser. D'abord, il a commencé par
faire l'éloge de M. de Marchangy, qui fit, il y a sept ans, de si belles
phrases contre Béranger. Cet exorde m'a vivement touché, et il m'a paru
très-adroit. C'était justement comme si l'orateur avait dit: «Marchangy
l'illustre, le grand Marchangy, interprétait et faisait condamner le
chansonnier. J'interpréterai aussi et j'espère faire condamner le
chansonnier. Ensuite, M. Champanhet a lu des chansons que je n'étais pas
fâché d'entendre, car je n'ai pas pu me les procurer: Beaudoin les vend
si cher! Bref, les horribles chansons m'ont fort amusé. L'avocat du Roi
en a fait ressortir toute la monstruosité avec un rare talent. Pour _le
Sacre de Charles le Simple_, par exemple, il a dit une chose infiniment
ingénieuse; la voici à peu près: «Comme l'histoire est muette sur le
couronnement de Charles III, c'est un délit de faire une chanson à ce
sujet, et c'est évidemment une fiction coupable de rechercher dans nos
annales le souvenir d'un roi faible et malheureux.» Quand l'avocat a eu
foudroyé le sacre, il est passé à la _Gérontocratie_, et là j'ai été
très-satisfait. L'insolent libelliste, dont les poésies sont laides,
comme l'a déclaré l'orateur, a osé dans cette chanson dire que tout
n'est pas bien en France maintenant, et que nous autres gens
d'autrefois, nous sommes trop vieux pour gouverner une nation jeune.
J'ai trouvé que le discours de Me Barthe était d'une platitude
insupportable; les jacobins l'ont trouvé très-beau; on a applaudi; mais,
mon cher, c'est une pitié que de l'éloquence de cette sorte. Ce n'est
pas que Barthe manque absolument de talent, mais sa cause était si
mauvaise! Les juges le lui ont fait bien voir; c'était une chose si
simple et qui souffrait si peu de difficulté, qu'après une grande heure
de délibération, ils ont condamné, comme je vous ai dit, Béranger à
l'amende, à la prison. Il n'a pas paru triste du tout de cette
flétrissure.

LE BAILLI.

Une chose que j'eusse voulue, c'est que la cour eût condamné Béranger à
ne plus faire de chansons sous peine de la Bastille.

LE VIDAME.

Mais la Bastille...

LE BAILLI.

C'est parbleu vrai, ils nous l'ont abattue. Eh bien, sous peine d'être
enfermé dans un couvent.

LE VIDAME.

On ne le peut plus; car, si la chose eût été possible, ce pauvre M.
Contrafatto y aurait été conduit sans doute. Il n'y a plus de lettres de
cachet; il y a la prison pour Béranger, Cauchois-Lemaire et les autres.

LE BAILLI.

Pourvu que le rimeur n'obtienne pas l'incarcération dans une maison de
santé.

LE VIDAME.

Il n'y a pas de danger; Tivoli n'est que pour M. de Martainville.

COUP DE LANCETTE.

_La prison_, c'est le refrain que le ministère public ajoute à toutes
les chansons de Béranger.


Dimanche, 28 décembre 1828.

SOUSCRIPTION BÉRANGER.

Béranger vient d'être écroué à la Force. Si tous les admirateurs de son
génie, tous les appréciateurs de son caractère pouvaient se partager la
durée de sa peine, sa captivité ne serait pas longue; puisqu'il n'en
peut être ainsi, que du moins il soit permis de donner à ce poète
national et populaire une preuve de l'amitié qu'on lui porte. Le public
aimait à se persuader que ce n'était pas sur la modique fortune du
chansonnier que pesait cette énorme condamnation pécuniaire de dix mille
francs, si nouvelle dans les fastes judiciaires et si peu d'accord avec
nos moeurs. Cette illusion doit cesser. Béranger n'a jamais consenti à
ce qu'un libraire, en se rendant responsable de ses oeuvres, acquît le
droit d'en permettre ou d'en empêcher la publication. Cette
circonstance, déjà révélée dans le débat, se trouve pleinement
confirmée; il faut donc pourvoir au paiement de cette amende. Qui ne
sera heureux de concourir à une souscription dont le but est de
conserver à notre poète la modeste indépendance acquise par ses travaux.

On ne doit pas se méprendre sur le caractère de cette souscription: elle
n'est point une protestation contre le jugement; non qu'on puisse
contester au public le droit de s'élever contre des jugements qu'il
n'approuve pas, mais il ne convient pas aux amis de Béranger de faire ce
que Béranger n'a pas fait lui-même; ils doivent se résigner comme lui.
L'acte auquel nous proposons au public de s'associer est un témoignage
d'intérêt à l'homme, un hommage au poète que nous n'avons pu lire sans
l'aimer. Notre appel sera entendu de toutes les classes de la société,
et surtout de celle pour laquelle Béranger a toujours éprouvé une si
vive sympathie, et dont il a si bien chanté les travaux, les peines et
les sentiments patriotiques.

Les souscriptions seront reçues au bureau de ce journal, et le montant
sera versé chez M. J. Laffitte et chez M. Bérard, membres de la Chambre
des députés, chargés de les remettre à destination.


        ÉTRENNES DE NICOLAS.

        Nicolas fait la guerre en conscience,
          Il voudrait, pour son jour de l'an,
    Prendre Constantinople en dépit du sultan.
    Il fera bien, d'abord, de prendre... patience.

COUPS DE LANCETTE.

M. Cousin disait dans une de ses dernières leçons:

--_Les trois quarts des choses que je dis sont absurdes._

Beaucoup de gens partagent l'opinion de M. Cousin pour l'autre quart.

       *       *       *       *       *

Tant que la France aura son budget et ses jésuites, ce sera perdre son
temps que de lui souhaiter une bonne année.



1829


«L'année 1829 s'ouvrait sous les plus favorables auspices. Le calme
succédait, dans les esprits, à l'agitation; les classes moyennes, avides
de repos, accueillaient avec confiance la perspective d'une situation
exempte des inquiétudes qui troublaient, depuis trois ans, la sécurité
de leurs intérêts moraux ou le développement de leurs intérêts
matériels; les membres de l'opposition eux-mêmes, pris dans leur
généralité, tendaient à se rapprocher de la royauté légitime[9].»

C'est un moment unique dans l'histoire de la Restauration; les passions
se taisent, les rancunes semblent oubliées: c'est comme une amnistie
vraie et générale.

Cette situation, on la devait au ministère Martignac, à ses efforts, à
ses déclarations, aux gages qu'il venait de donner, aux garanties
consenties pour l'avenir. On lui tenait compte de la sincérité des
élections, de la liberté de la presse.

L'horizon politique se dorait des plus décevantes espérances. Mais ce
fut une courte trêve. Charles X supportait avec impatience le cabinet
Martignac; il disait volontiers à ses favoris que de tels ministres
compromettaient la dignité de la couronne. Bientôt, il voulut les
contraindre à revenir sur toutes les concessions, à retirer une à une
les garanties données. Ainsi il dépopularisa un ministère populaire,
ainsi il lui enleva la majorité à la Chambre. Déjà cependant il avait
d'autres projets, il songeait à d'autres hommes. Les ministres le
comprenaient. «Nous ne sommes, disaient-ils, qu'un cabinet de
transition.» Ils savaient bien le nom des hommes sur lesquels le roi
avait jeté les yeux. Ils devaient être le trait d'union entre le
ministère _déplorable_ et le ministère _incroyable_.

Le ministère incroyable devait être présidé par M. de Polignac. C'est au
descendant de la favorite de Marie-Antoinette que Charles X allait
confier la destinée de la royauté légitime. Ce choix, connu dans le
public, soulevait l'opinion, ce nom de Polignac semblait gros de
catastrophes. Aussi, jusqu'au jour où le cabinet incroyable sera
officiellement constitué, allons-nous voir le _Figaro_ attaquer de
toutes les forces de son esprit l'homme et ses tendances.


1er janvier 1829.

LES VOEUX.

..... Pourquoi donc te faire des voeux à toi-même, Figaro? le monde,
plus que jamais, n'est-il pas de ton domaine exclusif; plus que jamais,
n'est-il pas rempli de charlatans? regarde! Les charlatans tout partout,
à la tribune, au barreau, au théâtre; à la Sorbonne, surtout: les uns
vendent de la constitution, les autres du despotisme; celui-ci de la
modération, celui-là du matérialisme; son voisin, de la philosophie et
de l'éclectisme.

Cependant, voilà mes souhaits de bonne année:

Qu'il y ait toujours en France un Opéra, des fermiers de jeu, des
faiseurs de vers, des maîtres de philosophie et de méchants comédiens;

Que M. Sosthène se maintienne aux Beaux-Arts; M. de Vaulchier, aux
Douanes; M. Marcassus de Puymaurin, à la Monnaie; M. Amy, au Conseil
d'Etat;

Qu'il se trouve toujours en France quelques milliers de bonnes âmes bien
patientes et assez peu difficiles pour se contenter chaque jour d'un
journal comme le mien.


        ENQUÊTE.

    Le ministère du commerce
    Des contes bleus dont il nous berce,
    Pour son honneur, fait grand fracas;
    Mais le crédit public s'altère,
    Et nous faisons fort peu de cas
    Du commerce du ministère.


BIGARRURES.

M. de Pourceaugnac, futur président du conseil, est arrivé hier soir de
Limoges.

       *       *       *       *       *

Quel moyen va-t-on employer pour guérir les maux de la France? M. de
Villèle usait de la saignée, M. de Mart..... penche pour la diète; on
pense que M. de Pourceaugnac sera pour les douches, car il a toujours
peur des apothicaires.


COUPS DE LANCETTE.

Si l'on ajourne indéfiniment les Chambres, nos députés pourront passer
leur temps au jeu de paume.

       *       *       *       *       *

La Congrégation a essayé plusieurs fois de faire endosser à M. de
Polignac un habit de ministre, mais M. de Polignac n'a encore pu passer
que la Manche.

       *       *       *       *       *

Il paraît qu'un ambassadeur en Angleterre est un homme qui va et
vient[10].

       *       *       *       *       *

Encore une ou deux courses de Douvres à Calais, et M. de Polignac
passera pour le véritable don Quichotte de la Manche.

       *       *       *       *       *

M. de Martignac espère que M. de Polignac le gardera à cause de la
reine.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac commence à s'apercevoir que le télégraphe le fait aller.


Mercredi 21 et jeudi 22 janvier 1829.

MONSIEUR DE POLIGNAC.

C'est le petit bonhomme du baromètre politique: dehors quand il fait
beau, dedans au moment de l'orage; à Londres, quand le pouvoir est tant
soit peu constitutionnel; à Paris, quand la France est menacée d'un
envahissement jésuitique. On dirait un aide de camp de Wellington,
traversant la Manche à tous les moments pour porter les ordres du
généralissime des gouvernements rétrogrades.

Il va, vient, retourne, revient encore, comme ces coureurs d'héritages
qui visitent tous les moribonds dont ils ne sont pas les parents,
attendant que le hasard ou l'importunité leur vaille une succession.
Tout ministre partant semble lui devoir son portefeuille, comme tout
oiseau absent doit son nid au coucou.

Jusqu'à présent, ses voeux et ses courses furent trompés. Des amitiés
pressantes, des affections de parti toutes paternelles, ne le purent
élever jusqu'au ministère; cette fois, il paraît avoir plus de chances.
On dit que Nos Excellences le rappellent elles-mêmes et qu'elles vont se
le donner pour maître. Dieu! que ce sera plaisant! le joli combat! la
drôle de lutte! M. de Polignac seul contre la nation! Seul? non pas; il
aura avec lui, comme seconds dans cette passe d'armes, MM. Villèle et
Peyronnet; pour hérauts, il aura MM. Portalis et Martignac; car ceux-ci,
ils seront de tout ce qu'on voudra, excepté d'une administration
libérale. Ils avaient la balle assez belle pourtant; mais ils ne l'ont
pas su jouer et l'ont maladroitement lancée au côté droit, où M. de
Polignac arrive assez à temps pour la prendre au bond.

M. de Polignac, son nom est dans toutes les bouches depuis trois jours;
il doit se dire, comme le lièvre de La Fontaine:

    Je suis donc un foudre de guerre!

Que de cris d'alarme parce qu'il monte! Eh! bonnes gens, il n'est pas
encore en haut; et puis on descend si vite sur ce plan incliné, quand on
est poussé par tout un peuple et qu'on ne trouve pour point de
résistance qu'une coterie haïe et méprisée.

Les sacristains se réjouissent, on danse au noviciat de la rue de
Sèvres, les neuvaines se multiplient; n'ayez pas peur. MM. Portalis et
Martignac tomberont, c'est possible, c'est probable; ils pouvaient
devenir populaires, ils ne l'ont pas voulu; mais que M. de Polignac les
remplace, ce n'est pas sûr. Que ferait-il là? voyons! Il restituerait
aux jésuites ce qu'ils ont perdu; or, qu'ont perdu les jésuites, sous
les ministres actuels? rien du tout. M. de Portalis les aime trop pour
leur avoir fait la moindre peine, et M. de Martignac aime trop le
ministère pour ne s'être pas ménagé en secret, par des concessions,
l'affection des bons pères. M. de Polignac voudra faire de la politique
de dévote, mais on lui rira au nez. Les Chambres prendront cela comme
une plaisanterie, et la plaisanterie tue; elle a tué M. de Villèle, plus
fort que M. de Polignac. C'est une arme redoutable au moins, contre
laquelle il n'y a que la raison; et dites-moi où sera la raison,
c'est-à-dire la justice, le bon sens constitutionnel, si M. de Polignac
est au ministère.

M. de Polignac n'aime pas la Charte, c'est un goût comme un autre. On
peut être un excellent homme sans aimer la Charte, mais non un ministre
passable dans un pays où elle est la loi d'où toutes les lois découlent.
Le prince du pape refusa à la Chambre des pairs de prêter serment à la
Charte; il était bien libre: on ne peut contraindre un fiancé, malgré
lui, à jurer fidélité à la femme qu'il déteste; mais alors le fiancé
n'épouse pas, et M. de Polignac est pair, et il veut toujours être
ministre!

Cela ne peut guère s'arranger. Il fera mauvais ménage et ne prendra la
Charte que pour la répudier. La malheureuse! elle a été assez maltraitée
déjà par M. Decaze et par M. de Villèle; ils lui ont fait toutes sortes
d'avanies, ni plus ni moins que si elle eût été roturière. M. de
Polignac ira plus loin encore, il la fera reléguer au sceau des titres,
comme le sultan met dans un sérail particulier la sultane Validé.

Et vous croyez que cela durera? On l'a dit à M. de Portalis, et il l'a
cru, parce qu'il est facile à tout croire; on l'a dit à M. de Martignac,
qui ne l'a pas cru, lui, parce qu'il est fin; mais il a duré autant que
le ministère Laferronnays, il durera autant que le ministère nouveau.
Dans un ministère en _gnac_, il est légitime; il y entrera. Qu'est-ce
que cela peut lui faire? Il n'est pas compromis par ses actes; les
préfets sont ceux de M. de Villèle, la loi de la presse celle de M. de
Peyronnet, la censure dramatique celle de M. de Corbière; il a fait
quelques promesses, il les expliquera dans le sens du pouvoir absolu;
pas si franchement pourtant qu'il ne les puisse bien retourner aux idées
libérales, parce qu'il voudra être aussi du ministère qui succédera à
celui dont on fait honte d'avance à M. de Polignac.

Le nom du futur ministre froisse l'opinion publique; il est impossible
que M. de Polignac l'ignore. Il a la conscience de cette répugnance
générale; peut-être n'osera-t-il pas la braver. S'il s'y hasarde, la
guerre sera chaude et courte. Bataille morbleu! bataille! Tant mieux.
Garde à vous, mes amis!... Chargez vos canons; pour moi, mon escopette
est bourrée. En ligne! et nous allons bien rire.


COUPS DE LANCETTE.

M. de Polignac vient de faire, dans la Chambre haute, une déclaration
d'amour à la Charte. M. de Polignac est un amant discret; il y avait
plus de quinze ans qu'il tenait sa passion secrète[11].

       *       *       *       *       *

La France espère que ses députés uniront la force à l'adresse.

       *       *       *       *       *

L'union annoncée de M. de Polignac avec la Charte ne passera jamais pour
un mariage d'inclination.


Dimanche, 25 janvier 1829.

GLOSSAIRE POLITIQUE.

_Ordre légal._--Machine pour enrayer.

_Opinion publique._--Thermomètre.--Nos ministres, depuis quinze ans, y
ont lu tout de travers. Ils ressemblent à des fous qui s'habilleraient
en nankin quand le mercure est _à rivière gelée_, et prendraient un
carrick quand il est à _Sénégal_.

_Héros._--Ne se dit plus que dans _le Vétéran_, à Franconi; chez lord
Wellington et le prince de Hohenlohe.

_Petits séminaires._--Écoles militaires.

_Éloge._--Dans la _Gazette_.--Paire de soufflets.

_Mendiant._--Se faire mendiant, c'est s'assurer un logement, du travail
et du pain pour le reste de ses jours.

_Bataille._--Livrer bataille à un voisin, détruire ses flottes, prendre
ses villes, tout cela prouve qu'on est en pleine paix et que la
meilleure intelligence règne entre les deux nations.

_Libérateur._--Celui qui met une république dans sa poche.

_Usurpateur._--Celui qui met un royaume dans son portefeuille.


COUPS DE LANCETTE.

Toutes les fois que les absolutistes croient pouvoir tuer la Charte, ils
appellent M. de Polig... pour l'administrer.

       *       *       *       *       *

    Quoiqu'en sa faveur la cour penche,
    Il est d'un trop mince acabit;
    Qu'il passe et repasse la Manche,
    Il n'endossera pas l'habit.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac va passer avec le paquebot de Londres, un bail de trois,
six ou neuf, pour le départ ou le retour.


       CHARYBDE ET SCYLLA.

    Nous pourrions bien, chose incroyable,
    Regretter un peu Martignac,
    Si nous tombions, chose effroyable!
    De Martignac en Polignac.


COUPS DE LANCETTE.

M. de Polignac a fait insérer dans plusieurs journaux sa protestation
d'attachement à la Charte.

    Et l'amour vient sans qu'on y pense.

       *       *       *       *       *

On dit que la Chambre va reprendre l'acte d'accusation des anciens
ministres; la France n'a pas attendu si longtemps pour les condamner.

       *       *       *       *       *

M. P... a fait une déclaration d'amour à la Charte; Tarquin, aussi,
assurait Lucrèce de son respect avant.........

         J'AI DU BON TABAC.

      Le Trésor a des millions dans ses sacs,
      Et la Régie encor garde par entreprise
          Le monopole des tabacs.
    Monsieur Roy dit que c'est de bonne prise.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac retourne aujourd'hui à Londres.

    Jean s'en alla comme il était venu.

       *       *       *       *       *

La loi sur le monopole des tabacs blesse tous les droits, quoiqu'elle
ait l'air d'avoir pour elle tous les droits réunis.

Mercredi, 18 février 1829.

MONOPOLE DES HARICOTS[12].

On assure que S. Exc. Mgr le ministre des finances doit porter, vers la
fin de ce mois, à la Chambre des députés un projet de loi sur les
haricots devant être mis en régie. Quelqu'un, que nous avons tout lieu
de croire au fait des choses ministérielles, a la bonté de nous
communiquer le projet et l'exposé des motifs que M. Roy a préparés. Nous
offrons à nos lecteurs ces deux pièces, qui deviendront peut-être
historiques, comme la loi sur le monopole des tabacs, et les bonnes
raisons dont le ministre l'a appuyée en la présentant.

EXPOSÉ DES MOTIFS.

_«Messieurs_,

«Notre amour pour l'ordre légal vous est connu: vous savez si nous
voudrions faire quelque chose qui fût une violation des droits communs.
Vous nous rendez la justice de croire à la pureté de nos intentions et à
la bienveillance toute particulière que nous portons à la classe
intéressante des cultivateurs.

«Nous venons cependant vous proposer une mesure exceptionnelle et que
vous qualifieriez peut être d'attentat à la liberté de la culture, si
nous ne prévenions des interprétations fâcheuses.

«Le besoin excuse bien des choses.

«43,000,000 sont un argument, selon nous, sans réplique aux objections
que l'on fait contre le monopole des tabacs; 300,000,000 ne nous
semblent pas moins concluants en faveur du monopole des haricots.
300,000,000! Oui, Messieurs, nous estimons à ce taux le produit de
l'impôt dont nous venons vous proposer de frapper le légume qui nourrit
à lui seul peut-être un cinquième de la population française, et auquel
Soissons ne doit pas moins sa renommée qu'à la victoire de Clovis contre
Siagrius, à la défaite de Charles le Simple et au trop fameux tournoi de
1559. 300,000,000! et nous avons besoin d'augmenter les revenus de
l'Etat.

Cette nécessité vous est démontrée. L'administration est fort coûteuse,
quelque zèle que nous mettions à réduire les gros traitements. Comment
voulez-vous que nous donnions moins de 15 à 20,000 fr. à nos employés
supérieurs? Un petit marchand, un industriel, un homme de lettres,
travaillent nuit et jour pour gagner de 5 à 6,000 fr.; nos chefs de
division travaillent beaucoup moins et gagnent beaucoup plus, c'est dans
l'ordre; l'usage le veut ainsi avec raison. Il faut que nous trouvions
des fonds pour les majorats à faire aux nobles pairs qui rendront des
services à la France: idée lumineuse que nous avons eue et qui eût
honoré nos prédécesseurs. Il faut que nous puissions trouver de quoi
pensionner les hommes qui ont besoin d'être aidés par le gouvernement,
comme, par exemple, M. le baron Louis... L'impôt sur les haricots
pourvoira à tout cela.

«Est-il nécessaire que nous vous démontrions la légitimité de cet impôt?
D'abord il est constitutionnel tout autant que celui des tabacs; ensuite
il rapportera 300 millions, ce qu'il faut surtout ne pas perdre de vue.

«Les haricots ne se cultiveraient, dans le système du projet de loi, que
pour le gouvernement. Un mode de perception de l'impôt serait établi,
et des agents seraient préposés aux recettes et à l'inspection de la
culture. On dira, Messieurs, que cela est impossible; tout est possible
au génie de la fiscalité.

«Une considération vous décidera, j'espère, et celle-là nous la
réservions pour la dernière, afin de vaincre des répugnances, si, dans
une assemblée aussi sage, aussi éminemment éclairée, il y avait des
hommes assez peu versés dans l'économie politique pour se refuser à un
projet que nous ne craignons pas d'appeler sublime, bien qu'il soit
notre ouvrage. Cette considération, la voici. Le vin et les liqueurs
fortes payent un impôt parce qu'ils sont dangereux; la presse est
imposée en raison des périls où elle peut mettre la monarchie et la
vanité des hommes d'État: laisserons-nous plus longtemps le haricot sans
responsabilité morale?

«Que celui de vous, Messieurs, qui croit les haricots innocents et sans
danger pour la société, rejette la loi que M. Syryès de Mayrinhac,
directeur de l'agriculture, va avoir l'honneur de vous lire; nous y
consentons.»

PROJET DE LOI.

TITRE Ier.

_Art._ 1er. La culture des haricots est faite au profit du
gouvernement et administrée par lui.

_Art._ 2. Tout cultivateur doit sa récolte au gouvernement; il la
versera en nature dans les sacs de l'État, si mieux il n'aime la
racheter par une somme fixée à 50 centimes par litre pour les haricots
blancs, et 70 centimes pour les haricots rouges, noirs, gris,
flageolets, et autres, dits _haricots de fantaisie_.

_Art._ 3. Le gouvernement pourra donner des licences pour la culture
des haricots à ceux des sujets français qui auront rendu d'importants
services à la monarchie.

TITRE II.

_Art._ 1er. Dans chaque commune, un agent sera préposé à l'inspection
de la culture des haricots.

_Art._ 2. Cet agent sera nommé par notre ministre des finances, sur la
présentation d'une liste de candidats désignés par l'élection.

_Art. 3._ L'élection sera faite par l'assemblée des notables des
communes.

_Art. 4._ Composeront l'assemblée des notables:

1º Les évêques, curés, vicaires et desservants;

2º Les maires et adjoints;

3º Les percepteurs et receveurs des contributions;

4º Les officiers de tous grades de terre et de mer retraités avec 600
francs de pension au moins.

_Art._ 5. Chaque agent recevra un traitement de 2,000 fr.

_Art._ 6. Il y aura un _directeur général des haricots_ aux
appointements de 25,000 francs.

_Art._ 7. Le commerce des haricots sur les marchés et places ne pourra
être fait que par des débitants patentés par nous.

_Art._ 8. Toute contravention aux dispositions de la présente loi sera
punie d'une amende de 10,000 francs au moins et de 100,000 francs au
plus.

Fait, etc.

On dit que si cette loi passe aux Chambres cette année, à la session
prochaine, le ministre en présentera une plus importante encore sur les
cornichons. Le _projet des cornichons_ s'élabore déjà, à ce qu'on
assure, dans les bureaux.


COUPS DE LANCETTE.

M. de Martignac est un homme qui parle, mais ce n'est pas un homme de
parole[13].

       *       *       *       *       *

Quand le gouvernement adresserait aux contribuables un million de
remerciements, il leur serait encore redevable d'un milliard.

       *       *       *       *       *

M. le ministre des finances a occupé la tribune pendant toute une
séance, avec le budget. On n'en est jamais quitte à bon marché.

       *       *       *       *       *

Nos faiseurs de budgets ont toujours trouvé des dépenses pour augmenter
la recette; mais ils n'ont pas encore cherché la recette pour diminuer
la dépense.

       *       *       *       *       *

Le ministère est tout honteux, il n'ose regarder ni à droite ni à
gauche.

       *       *       *       *       *

On croit que M. de Martignac est à la fin de sa période; bientôt,
peut-être, on pourra dire au général Sébastiani:

    Tu nous as fait, Horace, un fidèle rapport;
    Enfin, la loi triomphe et Martignac est mort.


Samedi, 4 avril 1829.

ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. L'ABBÉ FEUTRIER ET M. FRAYSSINOUS.--M. LE VICOMTE DE MARTIGNAC ET
M. DE CORBIÈRE.--M. DE PORTALIS ET M. DE PEYRONNET.

M. l'évêque de Beauvais est le plus joli de tous les ministres qui se
sont succédé depuis la Restauration. Son Excellence a la main belle, la
jambe superbe, le maintien élégant, un teint pétri de lis et de roses;
les chérubins n'ont pas plus de fraîcheur et les archanges plus de
majesté. Aussi, quand M. Feutrier monte en chaire ou à la tribune, les
regards de toutes les dames se portent incontinent sur lui: chacun
admire l'air de béatitude et de satisfaction répandu sur toute sa
personne, et le silence règne sans le secours de la sonnette du
président. Ce n'est pas que M. de Beauvais soit un homme éloquent, un
Cicéron, un Démosthènes, pas même un abbé Maury; mais Son Excellence a
de si blanches mains, une si large croix d'or descend sur sa poitrine,
un anneau si brillant orne ses doigts de rose, que l'attention se porte
involontairement sur lui et qu'on l'écoute même avant qu'il ait parlé.
Il parle enfin, et ceux qui l'ont entendu prêcher au faubourg
Saint-Germain ou qui l'ont vu officier pontificalement à Beauvais, le
retrouvent à la tribune tel qu'il leur apparaissait dans la chaire et
sous le dais. Tous ses discours exhalent un parfum des saintes Écritures
et présentent le rare assemblage des formes allégoriques du mandement et
de la grâce touchante de l'homélie.

M. l'évêque d'Hermopolis, son prédécesseur, était, sous tous les
rapports, un homme différent: un corps maigre et petit, un teint jaune
et bilieux, une voix sévère, des formes anguleuses, le distinguaient de
M. Feutrier. Celui-là n'eut jamais les suffrages des dames: sa tête
était clair-semée de cheveux blancs qu'il laissait flotter sur ses
épaules, à l'instar des prophètes, et pourtant, malgré les défauts d'un
débit mal accentué, il produisait plus d'effet à la Chambre. M. Feutrier
parle pour ne rien dire, ou plutôt, encore peu habitué aux usages
parlementaires et craignant de se compromettre, il borne ses harangues à
quelques lieux communs qui laissent après lui sur la même question les
mêmes incertitudes.

Telle est la tactique ordinaire de M. de Martignac. Prodiguer les
démonstrations sentimentales à défaut d'arguments, ménager ses
adversaires dans l'impuissance de les combattre, parler de ses chagrins
ministériels et des dégoûts de la puissance avec une candeur qui fait
toujours des dupes: voilà le système adopté par M. le ministre de
l'intérieur. Son Excellence a d'ailleurs un vrai talent d'élocution: sa
voix flexible et sonore se prête facilement à l'impression qu'il veut
produire; mais cette impression est toujours fugitive, parce qu'elle
n'est pas le résultat d'une conviction profonde. Tout le monde admire
l'orateur, chacun est ébloui, charmé de ses paroles; mais personne ne
change d'avis après qu'il a parlé. Nous avons vu, il y a peu de jours,
Son Excellence recevoir les félicitations des membres de tous les côtés
de la Chambre qu'elle avait essayé de mettre en contradiction avec
eux-mêmes; à droite et à gauche, on rendait justice à l'écrivain
élégant, au déclamateur habile, mais on ne lui apportait pas une seule
voix.

Admirons, toutefois, dans M. le ministre de l'intérieur l'influence
prodigieuse qu'un simple changement de position exerce sur les hommes.
Je me souviens qu'il y a quatre ou cinq ans, lorsque M. de Martignac
était simple directeur général sous le ministère Villèle, il défendait
avec chaleur la plupart des mesures proposées par le triumvirat
déplorable. Son accent, aujourd'hui souple et insinuant, était fier et
insultant pour le côté gauche; cette poignée de membres échappés aux
fraudes électorales, cette minorité décimée semblait à peine digne de
ses regards ou de sa pitié. Maintenant tout est changé: M. de Martignac
réserve son ironie pour les castors de M. de Sallaberry et ses
politesses pour M. Etienne. Lequel croire de bonne foi, du directeur
général de 1824 ou du ministre de 1829? Aussi, Son Excellence a-t-elle
beau protester de sa franchise, les députés lui disent en face que sa
franchise est la première de toutes les finesses et que les montagnes
changent plutôt de place que les hommes de principes.

Quoi qu'il en soit des antécédents de M. de Martignac, nous ne lui
ferons pas l'injure de le comparer à M. de Corbière. Celui-ci était un
ours dans toute la force du terme, un brutal, un vrai paysan du Danube,
à l'éloquence près; nulle politesse envers les femmes, pas le moindre
sentiment des convenances, l'habitude de ne répondre à aucune lettre,
une paresse incurable, une insouciance de bonne renommée véritablement
extraordinaire. M. de Martignac est d'une exquise urbanité, galant et
respectueux avec les dames, obligeant avec tout le monde, même dans ses
refus, et très-jaloux, quoi qu'il ait dit, de la faveur publique. Ses
yeux bleus sont pleins de douceur, ses manières engageantes, son abord
très-affable. Quand on les quitte, ses collègues disent: _Je vous
salue_! M. de Martignac ajoute en souriant: _Adieu_! Sa mise est
recherchée sans affectation, et les dames des tribunes, auxquelles il
tourne le dos, trouvent que son toupet de cheveux gris produit plus
d'illusion que la perruque de M. Portalis.

M. Portalis est, de tous les ministres, celui que la nature a le plus
disgracié, après M. Decaux! Figurez-vous un gros homme enveloppé, depuis
la tête jusqu'aux pieds, d'une énorme simarre ou soutane et portant à
la main un petit chapeau à trois cornes: tel est l'aspect que présente
M. le garde des sceaux lorsqu'il s'avance, précédé de deux huissiers,
vers le banc des ministres. Sa figure, composée de traits lourds et
insignifiants, est celle d'un vieux procureur ou d'un de ces curés de
village que je rencontre souvent dans les boutiques de lithographies.
Rien de spirituel, de pensif ni d'énergique ne se lit sur son front; la
face de la Justice, telle qu'on la gravait jadis en cul-de-lampe sur le
_Bulletin des lois_, n'avait rien de plus impassible que celle de M.
Portalis. Son organe sourd et parfois nasillard, sa lenteur naturelle ou
calculée et ses subtilités de légiste lui donnent quelque ressemblance
avec ces prêtres de l'antiquité chargés de rendre les oracles. Mais,
malheureusement, le temps des oracles est passé, et la Chambre prête
rarement une oreille attentive aux paroles de M. le garde des sceaux.
Chacun sait qu'il a été porté au pouvoir par l'influence du nom de son
père, et l'on ne s'occupe guère de le troubler dans la jouissance de sa
succession.

Le souvenir de la fatuité de son prédécesseur a, d'ailleurs, été fort
utile à M. Portalis. Qui n'a plus d'une fois éprouvé je ne sais quelle
colère soudaine en voyant entrer dans la Chambre le fameux comte de
Peyronnet, la main appuyée sur le flanc, la tête haute et le regard
dédaigneux, comme un pacha dans un conseil d'eunuques? Qui ne se
souvient de ces apostrophes insolentes adressées par lui à la minorité
opprimée qui, seule, défendait alors les droits méconnus du pays? Non,
Walpole n'était pas plus audacieux lorsqu'il insultait à Windham et aux
restes de l'opposition mourante dans le parlement d'Angleterre! Ces
souvenirs ont protégé la médiocrité de M. Portalis; sa figure, du moins,
n'a rien qui soit incompatible avec sa dignité, et, puisqu'il n'est pas
nécessaire de ressembler à l'Apollon du Belvédère pour être ministre de
la justice, autant valait M. Portalis que tout autre pour occuper cette
place dans un ministère sans couleur.

        ÉPITAPHE.

            Ci-gît l'avocat des abus,
            Le patron de la servitude.
    Il aima peu la Charte et se fit une étude
            De sauter _par-dessus_.


COUPS DE LANCETTE.

L'ÉLÈVE.--J'ai peur du tonnerre, je porte la fleur-de-lis, et j'aime
papa.

L'EXAMINATEUR.--C'est très-bien, vous entrerez d'emblée à l'École
polytechnique.

       *       *       *       *       *

Les personnes qui connaîtraient un homme sans occupation, âgé de
quarante ans au moins, qui serait décidé à parler pendant deux ou trois
heures en faveur du projet de loi des ministres, sont priées de
l'adresser à M. de Martignac. On lui promet une récompense honnête.

       *       *       *       *       *

On cherche la liste des gens qui avalent le budget; l'_Almanach royal_
paraîtra demain.


Vendredi, 10 avril 1829.

LE MINISTRE ET SON MÉDECIN[14].

_Rue de Grenelle.--5 heures du matin._

LE MINISTRE. Arrivez, docteur, arrivez; je souffre horriblement.

LE MÉDECIN. Grand Dieu! qu'avez-vous? comme vous voilà défait!

--Ils me tueront, mon ami! je n'en puis plus... Dans le moment de la
crise, j'étais fort; maintenant, je suis abattu.

--Vous avez la fièvre... N'avez-vous pas eu le délire aussi?

--Le délire? attendez... Oui, à huit heures, hier soir, je me suis
surpris parlant tout seul...

--Êtes-vous bien sûr que l'accès n'a commencé qu'à huit heures?

--Franchement, je n'en sais rien; je crois bien qu'à quatre heures et
demie il y avait déjà quelque chose...

--J'en suis persuadé, moi; sans cela, vous seriez-vous hasardé?...

--J'ai eu raison, n'est-ce pas, docteur?

--Si j'avais été dans la salle des députés au moment où le scrutin vous
a frappé (_montrant le front_), rien de cela ne se serait passé. Je vous
aurais fait demander à la salle des conférences, je vous aurais saigné,
et deux palettes de sang auraient sauvé vous et la liberté du malheur
qui vous arrive à tous deux.

         REDITE.

    On tient pour Polignac, l'homme selon la cour,
    Deux paquebots tout prêts sur le double rivage:
          L'un à Douvres, pour son passage;
          L'autre à Calais, pour son retour.


COUPS DE LANCETTE.

Le ministère croit qu'il a de la tête parce qu'il est entêté.

       *       *       *       *       *

M. de Pol... s'embarque pour revenir en France;... tant va la cruche à
l'eau....

       *       *       *       *       *

        LE PASSAGER ÉTONNÉ.

    Cinq fois je suis entré dans un vaisseau,
      Et quatre fois j'ai fait naufrage.
    Des voyages sur mer tel est, dit-on, l'usage.
    Expliquez-moi par quel bonheur nouveau
    Le Polignac qui si souvent voyage
    N'est pas encor tombé dans l'eau?

       *       *       *       *       *

Des nouvelles de Calais annoncent que décidément M. de Polignac revient
sur l'eau.

       *       *       *       *       *

L'_alter ego_ de don Miguel, c'est le bourreau.

       *       *       *       *       *

    Pour l'esprit, Martignac est vraiment un démon.
        Comme avec grâce il dissimule!
    Et qu'il sait bien vous dorer la pilule,
        Pour y mieux cacher le poison.
    Aux libertés, si, par exemple,
    On désire élever un temple,
    Il en décore le fronton.
    Le portique et le péristyle
    A tous les yeux sont d'un beau style.
    On entre... C'est une prison.


Dimanche et lundi, 19 et 20 avril 1829.

ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. BENJAMIN CONSTANT.--M. SYRIEYS DE MAYRINHAC.

M. Benjamin Constant a passé la plus grande partie de sa vie au sein de
nos assemblées politiques. Il a pris part à tous leurs débats, il a
vieilli au milieu de leurs orages. Infatigable athlète, il écrivait sous
le Consulat, sous l'Empire, à la Restauration, pendant les Cent-Jours.
En 1816, il écrivait encore; il écrira jusqu'au dernier soupir et mourra
sur la brèche. La tribune est devenue son élément: là seulement il est à
l'aise, il respire, il jouit. Il faut le voir s'agiter, les jours de
discussion, lorsque quelque orateur verbeux lui gaspille son temps et
retarde pour lui l'heure de la parole: tantôt il se promène, les yeux
fixés sur l'horloge; tantôt il se pose avec impatience en face de
l'ennemi, quel qu'il soit, qui parle avant son tour. Enfin, cet ennemi
descend de la tribune, et M. Benjamin Constant s'y précipite, s'y
cramponne, la presse de ses deux mains avec amour, avec passion..... Le
président vient de lui accorder la parole.

L'honorable orateur est un homme d'une haute stature: son teint est
pâle, sa figure pleine de finesse et d'expression; ses cheveux, blonds
et rares, retombent en boucles sur ses épaules. Sa voix, sèche et
fatiguée, n'a pas beaucoup d'étendue, mais elle s'anime par moments et
laisse à peine sentir le léger grasseyement qui la caractérise.
Toutefois, M. Benjamin Constant paraît plus orateur quand on lit ses
discours que lorsqu'on les entend. La mauvaise habitude qu'il a prise
d'écrire chacune de ses phrases sur une petite feuille isolée et la
faiblesse de sa vue le forcent de se baisser, en quelque sorte, au
retour de chaque période pour retrouver la phrase suivante, qu'il a
l'air de jeter avec humeur au visage de ses adversaires. Il en résulte
un mouvement de tout son corps, régulier et monotone, qui fatigue les
spectateurs et qui nuit beaucoup à l'effet oratoire. Aussi, les discours
de M. Benjamin Constant exercent-ils plus d'influence le lendemain que
le jour même, et sur le public que dans la Chambre où ils ont été
prononcés.

L'effet est bien différent lorsque l'honorable député improvise.
L'habitude de la tribune et la connaissance parfaite qu'il a des
assemblées délibérantes lui donnent, dans ce cas, de très-grands
avantages. Aussi, le voit-on presque toujours sortir avec honneur de ces
épreuves difficiles qui ont été fatales à plus d'une grande réputation.
Elégance de l'expression, élocution insinuante, mots spirituels,
arguments décisifs, rien ne lui manque pour captiver l'attention
distraite, pour ébranler les résolutions prises d'avance, ou retenir les
membres pressés de dîner. Nous l'avons vu plusieurs fois arrêter la
retraite de tout un centre affamé, qui semblait n'avoir plus d'oreilles
après cinq heures et demie. Un autre jour, il trouvait le moyen de
piquer la curiosité par sa manière adroite de poser une question ou son
intention hardie de la résoudre.

Malheureusement pour le succès de la cause, M. Benjamin Constant n'a pas
toujours gardé dans ses opinions cette fixité qui est le fruit d'une
conviction profonde et qui appartient surtout aux caractères forts.
C'est plutôt la faute de son temps, dira-t-on, ou de son imagination que
celle de son caractère. J'aime à le croire; mais les chefs de parti,
même lorsqu'ils sont à la tête du parti national, ont besoin d'une
grande réserve et de beaucoup d'esprit de conduite pour conserver leur
influence. Les nations se montrent plus sévères pour leurs représentants
que pour elles-mêmes, et souvent le parterre le plus illettré juge avec
équité des plus rares chefs-d'oeuvre. Cette position difficile de M.
Benjamin Constant a beaucoup contribué au développement de son talent.
Comme il avait traversé des temps divers avec des opinions qui semblent
diverses, il s'est vu attaqué avec énergie par des adversaires qui lui
cherchaient des torts passés pour se défendre de son éloquence présente:
cette guerre continuelle de tirailleurs l'a rendu plus redoutable en le
forçant d'être plus avisé.

Nul ne saurait, d'ailleurs, contester les éminents services que cet
honorable député a rendus à la cause constitutionnelle. La Chambre n'eut
jamais de membre plus laborieux et plus infatigable. Aujourd'hui même
encore, après tant de succès, M. Benjamin Constant travaille avec toute
l'ardeur d'un jeune débutant; il parle à la tribune, écrit dans les
journaux, entretient avec les départements une correspondance assidue:
son âme ardente suffit à tout. De tous les orateurs de la Chambre, c'est
lui qui fait la plus grande consommation d'eau sucrée; à le voir y
plonger avec avidité ses lèvres altérées, on croirait que quelque feu
secret circule dans ses veines. Sa démarche est toujours agitée; il va,
il vient, s'assied, se lève et s'assied encore, écoute, prend des notes,
réfute les ministres, démasque ses adversaires et ne prend du repos
qu'au moment du scrutin. Il est presque toujours malade pendant
l'intervalle des sessions; il mourrait s'il cessait d'être député.

Presque en face de lui, à l'extrémité du premier banc de l'extrême
droite, est assis le célèbre M. Syrieys de Mayrinhac, chevalier de la
Légion d'honneur, conseiller d'Etat, ex-directeur des haras et de
l'agriculture, l'un des orateurs les plus amusants et les plus
_conséquents_ du parti rétrograde. Un solécisme et une niaiserie ont
commencé sa réputation parlementaire, qui s'accroît tous les jours d'une
foule de niaiseries et de solécismes nouveaux, et qui menace d'éclipser
la renommée de M. Froc de Laboullaye lui-même. La nature et l'art ont
contribué d'ailleurs à faire de M. Syrieys le personnage le plus
ridicule de la Chambre des députés. Sa figure plate et insignifiante,
son rire niais, ses petits yeux de tapir et sa tournure grotesque sont
en parfaite harmonie avec la couleur de son langage.

Cet étrange député a la rage de monter sans cesse à la tribune, où l'on
est sûr de le trouver toutes les fois qu'il s'agit de défendre quelque
abus suranné, quelque sotte opinion ou quelque mesure arbitraire. Lui
seul, parmi tous ses collègues, ne s'aperçoit pas de l'ennui profond
qu'il leur cause; en vain, lorsqu'il prend la parole, la plupart d'entre
eux se réfugient dans la salle des conférences ou se livrent sans
réserve à des conversations qui couvrent son insipide voix. M. de
Mayrinhac continue de jaser à outrance, sans que le président daigne
agiter une seule fois sa sonnette pour lui obtenir du silence. Pour moi,
plus je suis condamné à entendre ce pitoyable orateur, plus j'ai de
peine à comprendre comment il s'est rencontré en France dix électeurs
assez dépourvus d'intelligence pour l'avoir envoyé à la Chambre. Et
lorsqu'on songe qu'un homme convaincu d'une aussi profonde nullité est
devenu conseiller d'Etat et directeur général de l'agriculture, on est
tenté d'avouer que si la France a jamais produit quelque chose de trop,
c'est un fonctionnaire public de cette force.

Au reste, l'incapacité de M. Syrieys de Mayrinhac et son ancienne
fatuité parlementaire commencent à recevoir leur châtiment. MM. les
ministres sont les premiers à profiter de toutes les occasions qui se
présentent de mettre en relief l'ineptie de ce triste adversaire, et il
n'y a pas huit jours que M. de Martignac prenait un cruel plaisir à le
mortifier pendant la discussion de la nouvelle loi des postes. Quand M.
Benjamin Constant veut égayer la Chambre, il se borne à citer quelques
mots de M. Syrieys, qui s'empresse aussitôt de demander la parole et
d'improviser mille choses plus facétieuses les unes que les autres.
C'est le seul parti qu'on ait tiré de lui jusqu'à ce jour, et, sous ce
rapport, M. de Mayrinhac est vraiment un homme précieux pour
l'opposition.


        ÉPITAPHE.

    Ci-gît monsieur de Martignac
    Qui naquit au pays de Crac
    Pour gronder _ab hoc_ et _ab hac_
    Et faire fumer sans tabac.
    Il gronda; mais, un beau jour, tac!
    Son ire enfla son estomac
    Et la mort le mit dans son sac.
    De bois on fit son dernier frac
    Puis il s'en fut au triste lac.
    Mais, en montant sur le tillac,
    Il gronda Caron dans son bac
    Qui remit son corps an bivouac,
    Dieu le mit dans son almanach.


Mardi, 28 avril 1829.

ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. DUPIN AINÉ.--M. LE BARON CHARLES DUPIN.

De tous les honorables membres qui siégent à la Chambre des députés, nul
n'est plus difficile à peindre et à définir que M. Dupin aîné. Quand
vous avez entendu ses vigoureuses philippiques contre les jésuites, vous
apprenez qu'il arrive de Saint-Acheul et qu'il y a tenu les cordons du
dais, le jour d'une procession solennelle. Une autre fois, il aura tonné
contre les dilapidations des deniers publics et contre la caisse de
secours ouverte en faveur des pairs qui n'ont que trente mille livres de
rente, et, l'instant d'après, il votera pour ces nobles indigents, lui
plébéien, dont les sarcasmes amers viennent d'empoisonner leur pain. Un
député s'est-il glissé en contrebande dans le sein de la Chambre
élective, M. Dupin aîné, transporté d'une indignation pathétique,
s'élance à la tribune, les yeux étincelants, marque du geste le
coupable, l'enveloppe, le presse de sa dialectique accablante et pense
le faire mourir de honte ou de regret; puis, lui tendant une main
secourable: «Qu'il reste, s'écrie-t-il, parmi nous; qu'il y reste le
front couvert de rougeur; et passons à l'ordre du jour!»

De pareilles contradictions affligent les amis de M. Dupin et les
nombreux admirateurs de son talent. Quel prodigieux talent, en effet,
que celui d'un homme capable d'improviser, sur les questions les plus
difficiles, un discours rempli d'images, de pensées énergiques et
toujours revêtues d'une expression pittoresque! Tel est le caractère
distinctif de l'éloquence de M. Dupin. Sa voix est étendue, sonore,
pénétrante; son geste noble et sévère, sa tenue imposante et sa fermeté
inébranlable au milieu des orages de l'Assemblée. Lorsqu'il est animé
par des interruptions, un sourire plein d'amertume semble courir sur ses
lèvres, et ses traits, naturellement durs, acquièrent une expression
presque sauvage; ses collègues l'écoutent dans un profond silence, et
les ministres lui prêtent à leur tour une oreille attentive et inquiète.
Si quelque membre du côté droit ou du banc des ministres avance une
hérésie, conteste un droit acquis, attaque une liberté constitutionnelle,
c'est ordinairement M. Dupin l'aîné que le côté gauche charge de la
réfutation ou du châtiment. On le voit alors recueillir en passant les
arguments et les conseils de ses amis, les réunir, si j'ose dire, en
faisceaux de licteur et, debout à la tribune, les armer de son style
comme d'une hache.

M. Dupin est, en effet, de tous les membres de la Chambre des députés
celui qui possède au plus haut degré les qualités d'un orateur. Jamais
je ne l'ai entendu parler avec cette lenteur et cette monotonie qui
distinguent la plupart de ses collègues; aussi, le voit-on mal à son
aise lorsqu'il est obligé de débiter quelque rapport écrit, ou de faire
quelque lecture un peu longue. C'est un homme d'action qui a besoin
d'être excité par son sujet, par la contradiction, par le sentiment
d'une grande cause; jamais plus beau que lorsqu'il défend les intérêts
populaires contre l'insolence de l'aristocratie, mais toujours prêt,
comme Coriolan, à porter son orgueil chez les Volsques. Malheur à lui,
si jamais il devenait ministre! Il exciterait plus d'orages, peut-être,
et de haines qu'aucun de ses prédécesseurs, parce qu'il manque de
souplesse et d'aménité même envers ses amis et dans sa propre cause.
Personne ne sait au juste ce qu'il pense; et, quoique homme nouveau,
tout à fait étranger aux folies de l'ancien régime et aux bassesses de
l'empire, il a déjà ébranlé la confiance publique par les saillies de sa
mauvaise humeur; un peu trop oublieux de cet antique adage: _Nul n'a
plus d'esprit que tout le monde_.

Son frère le baron offre l'exemple de la première contradiction qui se
rencontre entre les principes apparents et la conduite des deux membres
les plus remarquables de cette famille distinguée. Pourquoi s'être
laissé faire baron quand on a assez de mérite pour honorer son existence
plébéienne? La vanité est un défaut tolérable chez les femmes, ridicule
chez des hommes qui aspirent au titre de citoyen. Quelle foi M. le baron
Dupin veut-il qu'on ait en ses protestations civiques, lorsqu'il étale
avec ostentation une foule de titres dans ses préfaces et de rubans à sa
boutonnière? On nous persuadera difficilement que ces hochets lui aient
été imposés, il les a donc sollicités, et par là même il a fait preuve
de faiblesse. M. Dupin aîné a eu le bon esprit de s'en passer, et certes
sa poitrine n'est pas agitée d'émotions moins généreuses pour n'être
ornée d'aucune croix! M. le baron est évidemment plus homme de cour que
son frère; jamais il ne commence une harangue sans faire un compliment à
quelque ministre, et il n'y en a peut-être pas un seul dont il n'ait
entamé le panégyrique depuis la Restauration; aussi est-il devenu membre
de plusieurs académies, de plusieurs conseils, professeur de toutes
sortes de choses, même de mécanique, chevalier de Saint-Louis, de la
Légion d'honneur, etc., etc.

M. le baron Dupin était officier du génie maritime sous l'empire, et
l'on parla beaucoup, dans le temps, du talent remarquable avec lequel il
fit démolir, par ordre supérieur, une carcasse de vaisseau dans le port
de Corfou. La destruction de cette carcasse mémorable est célébrée à
plusieurs reprises dans le cours de ses ouvrages, et peut-être lui
a-t-elle inspiré l'idée de son voyage en Angleterre, publié depuis en
six volumes in-quarto, dans lesquels l'honorable ingénieur n'a pas
manqué d'insérer quelques vers géométriques de sa façon. Dès lors, M.
Charles Dupin s'est trouvé lancé dans la carrière littéraire, et s'il
s'est adonné à ces fameuses recherches statistiques, souvent inexactes,
mais toujours curieuses, qui ont signalé à la France le petit nombre des
ennemis de ses libertés, et montré à ceux-ci la faux du temps prête à
les moissonner.

Le département du Tarn s'est chargé de récompenser M. Dupin de ce
service en le nommant député, et c'est justice de reconnaître que
l'honorable membre est constamment resté fidèle à son mandat. Dans
plusieurs circonstances, ses redoutables chiffres ont excité la colère
du côté droit et produit sur la Chambre une impression profonde.
«Pourquoi parler si haut?» leur dit-il quelquefois; «vous n'êtes qu'une
fraction et nous sommes un entier. Vous prétendez que la Chambre est
pleine de révolutionnaires, et je vois parmi nous deux douzaines de
comtes, un demi-cent de barons, un cent de chevaliers; si les marquis
pouvaient se mesurer comme l'orge ou l'avoine, il y en aurait ici de
quoi remplir vingt hectolitres!» Voilà ce que la droite n'aime pas qu'on
dise, et quand M. Dupin paraît à la tribune avec son cahier d'additions,
de soustractions et de multiplications, M. de Conny frappe du pied et M.
de Formont le négrier met ses deux grandes mains sur ses oreilles.

Il nous reste à parler, au sujet de M. le baron Dupin, de la grande
mystification du Conservatoire royal des arts et métiers. Chacun sait
que l'honorable professeur de mécanique ne s'occupe que de géométrie et
que, ne pouvant créer des élèves, il a imaginé de former des
professeurs. Cette singulière bizarrerie a valu à plusieurs grandes
villes de France un enseignement élémentaire pour les mathématiques,
grâce à l'intervention active de M. Dupin auprès des autorités
départementales. Dans l'impatience de nous donner la pièce, il a payé sa
part en monnaie de billon, semblable à un célibataire qui prêche le
mariage, ou bien à cette pierre à repasser dont parle Horace, qui ne
coupe pas, mais qui fait couper. M. le baron Dupin est célibataire, en
effet, assez joli garçon du reste, quoiqu'il ait le nez un peu long et
les favoris un peu raides. On dit même qu'il a été une fois très
amoureux et sur le point de se marier; mais il renonça, ajoute-t-on, à
sa future, parce qu'elle était protestante et qu'on vivait alors sous le
ministère Villèle.


COUPS DE LANCETTE.

Le blé augmente toujours; les gens de bien commencent à croire qu'on
veut leur faire passer le goût du pain.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet s'était donné, pendant son ministère, une salle à
manger... le budget.

       *       *       *       *       *

Il y a loin du dernier tarif des boulangers à la poule au pot.

       *       *       *       *       *

En convertissant les sinécures, les cumuls et les dotations en farine,
le peuple pourrait tous les jours manger de la brioche.


Mardi, 5 mai 1829.

ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. JACQUES LAFFITTE.--M. CASIMIR PÉRIER.

Ces deux honorables députés jouissent à un égal degré, quoiqu'à des
titres différents, de la faveur publique. M. Laffitte, en travaillant
par ses conseils et par son influence à la restauration de nos finances,
n'a pas peu contribué à la libération du territoire. M. Casimir Périer
ne s'est pas moins illustré par la défense des libertés nationales
contre leurs ennemis de l'intérieur. Le premier a servi la France par
son crédit et par ses lumières; le second a bien mérité d'elle par son
éloquence patriotique. Toutefois, pendant le cours de sa carrière
parlementaire, M. Périer s'est montré plus orateur, et M. Laffitte plus
homme d'Etat. C'est qu'en effet, de nos jours, la richesse des nations
est le véritable secret de leur puissance, et le politique le plus
habile, celui qui entend le mieux l'administration de la fortune
publique.

M. Jacques Laffitte est un homme de l'âge de cinquante-cinq ans environ.
Sa figure est fine et spirituelle, son élocution facile et abondante, sa
mise extrêmement simple, son abord affable et bienveillant. Quoique son
immense fortune lui ait fourni mille occasions de rendre des services
et, par conséquent, de rencontrer des ingrats, il n'est pas resté moins
généreux ni moins confiant. On cite de lui une foule de traits
d'obligeance et de délicatesse que nous aurions quelque embarras à
signaler, nous autres frondeurs, dont l'habitude n'est pas de faire des
panégyriques. Quand Bonaparte quitta la France en 1815, il remit à M.
Laffitte cinq millions en dépôt contre un simple reçu. Quelques mois
auparavant, Louis XVIII, fuyant devant l'empereur, lui avait confié,
dit-on, le fruit de ses épargnes et le pain de son exil. Quand les
hommes de Coblentz, devenus députés par la grâce de M. de Villèle et
consorts, éliminèrent Manuel, d'héroïque mémoire, M. Laffitte accueillit
ce grand citoyen dans ses bras et paya la dette de la France.
Dernièrement enfin, dans le choix d'un mari pour sa fille, l'honorable
député de Bayonne a donné la préférence à l'héritier d'un sang illustre
versé par les mains ennemies et devancé, autant qu'il dépendait de lui,
une grande réparation générale.

Quelques censeurs austères ont reproché à M. Laffitte des habitudes
aristocratiques et un luxe dont l'industrie, pourtant, ne lui a jamais
su mauvais gré. C'était méconnaître la nature véritable de son
caractère, plébéien par principes, indépendant par goût et retrempé par
de longs travaux politiques. Cet amour de l'indépendance a failli faire
perdre, un moment, à M. Laffitte la popularité dont il n'a cessé de
jouir. On sait qu'il se prononça, dans le temps, en faveur de la
réduction de la rente, proposée par M. de Villèle dans l'intérêt des
émigrés, et que cette démarche, résultat de ses études sur le crédit,
fut considérée comme une espèce de défection. Loin de se rétracter, M.
Laffitte persista dans sa résolution, que l'expérience a justifiée
depuis et que plusieurs députés libéraux, mieux éclairés, appuient
aujourd'hui de leurs suffrages. Il est désormais reconnu que le droit de
l'Etat est d'emprunter au taux le plus modéré, et que c'est pour le
gouvernement un devoir d'user de ce droit, puisque la nation au nom de
laquelle il agit, forte de trente-deux millions d'hommes, est le plus
solide de tous les débiteurs. M. Laffitte a eu l'honneur de faire
triompher cette doctrine si essentielle à la prospérité du crédit
public, et dont la France retirera quelque jour des avantages
incalculables, quand elle voudra parler haut en Europe.

La popularité de M. Casimir Périer date surtout de son opposition à
cette mesure financière. La haine qu'on portait au ministère Villèle
était si grande alors, que ce fut une bonne fortune pour l'honorable
orateur de se trouver à la tête du parti qui travaillait à le renverser.
M. Casimir Périer ne resta pas au-dessous d'une tâche aussi belle, et
c'est à lui que la France doit d'avoir signalé à la tribune les
fourberies et les turpitudes de cet odieux ministère. Lorsque les
violences et les fraudes électorales eurent réduit à une mince phalange
les rangs éclaircis de nos défenseurs, il fallut suppléer au nombre par
le courage, et M. Casimir Périer valut seul une armée. Sans cesse il
était à l'attaque, harcelant, démasquant ses adversaires, ne laissant
aucun mot sans réponse, aucun sophisme sans réfutation, aucune insulte
au pays sans vengeance. Guerre pénible et difficile, où manquait
l'espérance, et soutenue par les seules forces qu'inspirent l'honneur et
le patriotisme.

On se souvient encore de ces improvisations énergiques et spirituelles
qui consolaient la France de la longue oppression sous laquelle elle se
résignait à gémir. M. Périer n'était pas seul sur la brèche, mais il y
combattait toujours, ardent à poursuivre l'ennemi, à déjouer les ruses
jésuitiques et à rallier les courages défaillants. Ce terrible exercice,
dans lequel les talents de l'honorable député grandissaient à vue
d'oeil, a fini par altérer sa santé, et M. Casimir Périer est condamné
aujourd'hui à ne prendre part que de son conseil et de son vote aux
discussions parlementaires. Il est rare qu'il manque d'assister aux
séances de la Chambre, et nous le voyons tous les jours venir s'asseoir
avec exactitude à sa place ordinaire, au premier banc de la gauche, en
face de M. Syrieys de Mayrinhac. Sa figure pâle porte l'empreinte de ses
souffrances, mais son embonpoint n'a pas sensiblement diminué. M.
Casimir Périer est d'une taille élevée, ses traits sont graves et
sévères; son accueil, un peu froid, est dépourvu de cette aménité qui
distingue M. Laffitte. On dit qu'il répond rarement aux lettres qui lui
sont adressées, et qu'à force de faire la guerre à M. de Corbière, il a
gagné de son ennemi cette mauvaise habitude.


       UN TARTUFE.

    Ton Royalisme est suspecté,
    C...., la fureur t'est permise;
    Qui vit de sa fidélité
    Doit défendre sa marchandise.


COUPS DE LANCETTE.

Nos ministres ont fait jusqu'ici du gouvernement représentatif un gala
auquel la France ne prend part que pour payer la carte.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet prenait l'état de ses dépenses pour les dépenses de
l'État.

       *       *       *       *       *

Les ministres ont tenu dimanche un conseil extraordinaire; c'est tout ce
qu'il y a eu d'extraordinaire dans leur conseil.

       *       *       *       *       *

Il est toujours question d'appeler M. de Polignac au conseil: est-ce
qu'on veut donner la rougeole à la Charte?

       *       *       *       *       *

La France ne verra jamais clair dans le budget tant que ses députés ne
feront que des économies de bouts de chandelles.

       PRIVILÉGE SCANDALEUX.

    Empressé de se rendre où le butin l'appelle,
    Certain ministre, un de ces derniers jours,
    Prit par le Louvre afin d'éviter maints détours.
            Mais, à sa consigne fidèle:
   --Les paquets n'entrent pas, lui dit la sentinelle.
   --C'est le budget.--Pardon, cela passe toujours.


COUPS DE LANCETTE.

Quand viendra le vote du budget, la Chambre devrait faire avaler au
ministère un bouillon..... économique.

       *       *       *       *       *

M. Cuvier a visité les mâchoires de la baleine, elles ne valent pas les
mâchoires du budget.

       *       *       *       *       *

Tous les députés parlent contre le budget, mais le ministère ne s'en
émeut pas; il compte sur le scrutin secret, ou la plupart de ces
messieurs n'ont plus alors de secret pour les ministres.

       *       *       *       *       *

Nos Excellences qui prennent part à la discussion du budget promettent
des économies pour l'armée prochaine; ces promesses ressemblent à cette
enseigne d'un barbier:

DEMAIN, ON RASERA ICI POUR RIEN.

       *       *       *       *       *

Un préfet en activité disait, il y a quinze jours, dans le salon du
ministre de la marine:--«Il n'y a qu'un mode d'élection qui convienne:
c'est le système des _boîtes à double fond_, je l'ai toujours employé
avec succès dans mon département.


Mercredi, 17 juin 1829.

LES NOMS PROSCRITS[15].

(_Un village du département de l'Oise._)

LA SALLE DE LA MAIRIE.

LE MAIRE.--Que demande-t-on?... Ah! c'est vous, François Piton!

PITON.--Oui,monsieur le maire, c'est moi. Je venons avec deux jumeaux
que le ciel et not' femme nous ont donnés à ce matin, vers les cinq
heures. V'là Jacques Leroux et Benoît-Floréal Durantin, qui sont les
témoins pour l'enregistrement.

LE MAIRE.--Diable! bonhomme Piton, deux enfants à la fois! vous peuplez
la commune; ça fait sept, je crois?

PITON.--Oh! mon Dieu, oui; et, si je n'avions pas eu le malheur d'en
perdre trois, ça ferait dix.... Ah çà, monsieur le maire, si je les
enregistrions, ces mioches. Pendant que je devisons ici, y jeûnent. Les
enfants d'un jour, voyez-vous, sauf vot' respect, ça aime à téter, comme
vous et moi de cinquante ans j'aimons à boire la goutte. La mère les
attend.

LE MAIRE.--Eh bien, Piton, enregistrons-les. (_Il appelle._) Vincent,
apporte-moi le registre des naissances. (_Il rédige l'acte, puis il
présente le livre à la signature du père et des témoins._)

DURANTIN.--Signe donc le premier, François, t'es le père; et puis, moi,
il en sera bientôt fait: deux traits en croix, et v'là tout.

PITON.--Donnez la plume, monsieur le maire..... Ah! d'abord, il faut
lire.

LE MAIRE.--Est-ce que vous savez lire, Piton?

PITON.--Pas trop mal, monsieur le maire; je n'ai-t'y pas été, dans les
temps, caporal à la 3e du 1er du second des grenadiers à pied de
la garde de l'autre. Fallait-il savoir lire pour arriver là? (_Il lit
tout bas._) Tiens, monsieur le maire, vous avez oublié queuque chose.

LEROUX.--Bah! M. le maire aurait oublié queuque chose; c'est ben
étonnant, car y sait fièrement son état, depuis vingt ans qu'il y
exerce.

PITON.--Il a oublié les noms des marmots, rien que ça.

LE MAIRE.--Je ne les ai pas oubliés, Piton, je les ai omis.

PITON.--C'est la même chose.

LE MAIRE.--Non pas.

DURANTIN.--M. le maire a raison, il les a omis, mais il ne les a pas
oubliés.

LEROUX.--Oui, sans comparaison, c'est comme pour les listes de
l'élection de 1827; M. le maire avait omis de les faire afficher, et il
n'avait pas pu l'oublier, parce que tous les jours je lui en
rafraîchissions la mémoire.

PITON.--Eh bien alors, sans trop de curiosité, pourquoi que vous avez
omis les noms de mes enfants?

LE MAIRE.--Pour ne pas faire de ratures sur mon registre.

DURANTIN.--C'est juste, en laissant la place en blanc, gn'y aura point
de ratures.

PITON.--Mais monsieur le maire, y faut bien que vous leur z'y donniez
des prénoms, à ces enfants. Comment voulez-vous qu'on les distingue l'un
de l'autre, et de leurs frères, si s'appelont Piton tout court? Moi, je
m'appelle François; vous Nicaise, et mon compère que v'là,
Benoît-Floréal: tout le monde a des prénoms; c'est l'usage, et puis
c'est commode.

LE MAIRE.--Ce n'est pas moi qui donne les prénoms, c'est M. le curé.

PITON.--M. le curé! Et si... une supposition, monsieur le maire, je ne
voulions pas faire baptiser nos jumeaux, y n'auriont donc point de
prénoms?

LE MAIRE.--Point de propos séditieux, monsieur Piton, je vous en prie.
Il y a un procureur du roi à Senlis. Vous ferez baptiser vos enfants, et
M. le curé verra quels noms vous voulez leur donner.

PITON.--M. le curé verra, dites-vous? Je ne sommes donc pas libres de
nommer nos enfants comme je voulons?

LE MAIRE.--Certainement non. Vous vous imaginez que M. le curé souffrira
que vous les nommiez d'un nom dangereux?

LEROUX.--Des noms dangereux! est-ce qu'il y en a?

LE MAIRE.--Tiens, s'il y en a! n'a-t-on pas vu des gens nommer leurs
enfants _Bonaparte_?

PITON.--_Napoléon_, tout au plus.

LE MAIRE.--_Napoléon_ ou _Bonaparte_, n'est-ce pas la même chose?
Pensez-vous que M. le curé voudrait consentir à donner à un enfant
chrétien le nom d'un usurpateur qui persécuta l'Église. Croyez-vous
qu'il laissera baptiser un de vos fils si vous l'appeliez _Benjamin_?

PITON.--Et pourquoi pas? Est-ce que l'empereur s'appelait aussi
_Benjamin_?

LE MAIRE.--Non; mais il y a à Paris un enragé de constitutionnel...

DURANTIN.--Ah! oui, M. Benjamin Constant.

PITON.--Savez-vous alors que ça deviendra difficile de nommer des
enfants! Je ne ferons pas mal de nous en tenir à nos sept, car il sera
impossible bientôt, si on épluche le calendrier, de trouver un prénom
pour un huitième...

LEROUX.--Allons, Piton, finissons-en, M. le maire ne veut pas mettre des
prénoms là dedans parce que M. le curé le gronderait. Faut aller chez M.
le curé.

DURANTIN.--Il est à la ville, et je ne pourrai le voir que demain.

PITON.--Et s'il arrivait un accident c'te nuit? si une de ces petites
créatures veniont à mourir?

LE MAIRE.--Laissez donc, ils sont bien constitués. D'ailleurs, si le
malheur arrive, nous consulterons le curé et nous remplirons le blanc,
comme si l'enfant avait été baptisé.

PITON.--Ce n'est pas régulier, et si j'avions fait une chose semblable
sur le livret de mon escouade, j'aurions été cassé à la tête de la
compagnie.

LE MAIRE.--On ne casse pas les maires comme les caporaux.

DURANTIN.--C'est peut-être ben pour ça que les communes sont si
drôlement administrées.

LE MAIRE.--Silence, Durantin, vous pourriez vous compromettre.
Retirez-vous tous, Piton; voyez M. le curé et apportez-moi ses ordres
avec l'acte de baptême.

PITON.--Oui, monsieur le maire, et après j'écrirons à Paris.


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

LA TRIBUNE DES JOURNALISTES.

C'est dans la tribune des journalistes que se joue la petite pièce de la
Chambre des députés. Là, sont entassés dans un espace étroit, obscur,
incommode, plus de vingt rédacteurs dont la plume infatigable transmet
aux départements et à la postérité les élucubrations de nos
représentants. Je dis vingt rédacteurs, quoiqu'ils soient plus de
quarante, qui se relèvent toutes les deux heures et font sentinelle
assidue pour empêcher qu'il ne s'échappe la moindre parcelle de ces
préparations parlementaires destinées à endormir les électeurs. Jadis,
les journalistes, placés dans l'enceinte de la salle, pouvaient du moins
entendre les orateurs, saisir au vol l'interruption ou le député votant
par assis et levé en faveur du budget; mais depuis qu'un beau jour M.
Poiferré de Cère, aujourd'hui libéral, se fut avisé de les faire
expulser de la salle, pour les empêcher de critiquer de trop près sa
médiocrité ministérielle, ils ont été relégués dans le couloir obscur ou
plutôt dans le grenier qu'ils occupent aujourd'hui.

Les journalistes sont rangés sur deux rangs; le second est occupé par
les rédacteurs des feuilles des départements, et le premier par les
rédacteurs des journaux de Paris, dans l'ordre suivant, de droite à
gauche: la _Quotidienne_, le _Messager des Chambres_, le
_Constitutionnel_, le _Courrier français_, le _Journal des Débats_, la
_Gazette_ et le _Journal du Commerce_; le _Journal de Paris_, nouveau
venu, occupe la première place du second rang. De tous ces rédacteurs,
chose curieuse! il n'en est pas un seul, même celui de la _Gazette_, qui
n'appartienne à l'opinion constitutionnelle; de sorte que, si dans les
journaux ultras les séances des Chambres sont travesties au gré des
absolutistes, c'est aux seuls directeurs de ces feuilles que ces
altérations doivent être attribuées. C'est même un spectacle fort
curieux et, selon moi, fort édifiant que de voir les rédacteurs de la
_Gazette_ ou de la _Quotidienne_ partager l'hilarité si souvent
provoquée par les discours de MM. de Laboullaye, Syrieys de Mayrinhac et
consorts.

Ainsi, tandis que le tumulte règne dans l'assemblée, que la révolution
interpelle Coblentz et que M. de Conny apostrophe M. Benjamin Constant,
la plus parfaite union règne au banc des journalistes chargés de
transmettre à la France l'histoire fugitive de ces violents débats. Là
sont applaudis les hommes de talent, et la médiocrité honnie, de quelque
côté qu'elle s'agite. M. Ravez et M. de Labourdonnaye, qui passèrent
pour des Cicérons et pour des Démosthènes, ne sont plus que de simples
mortels buvant de l'eau sucrée, voyageant de la tribune à leur place et
de leur place à la salle des conférences. Combien de fois nous avons
entendu d'excellents provinciaux de la Charente ou du Poitou, ravis
d'admiration pour les discours de leurs députés, s'écrier, en les
entendant pour la première fois: «Quoi! ce n'est que cela? Voyez à quoi
tiennent les réputations dans ce monde!» et s'en retourner tout confus.

La tribune des journalistes ne contient que deux sténographes, dont l'un
appartient au _Messager des Chambres_ et l'autre au _Journal des
Débats_. Tous les autres rédacteurs se bornent à prendre des notes,
d'après lesquelles ils rédigent les séances avec une exactitude qui
n'est altérée que dans l'intérêt même des députés; le public est
rarement informé de ces fautes grossières, de ces _lapsus linguæ_, de
ces exubérances de tribune qui allongent la plupart des discours. On lui
cache toutes les tortures qu'éprouvent et font éprouver à l'auditoire
ces improvisateurs contre nature, qui viennent bégayer à la tribune
d'insipides lieux communs et qui se croient des orateurs. Les discours
que le public lit dans les journaux sont exempts de locutions triviales,
de fautes de français et d'absurdités de tout genre, excepté celles
qu'il est nécessaire de conserver pour ne pas altérer la physionomie
politique et littéraire de quelques honorables membres. Toute cette
lessive, comme disait Voltaire, est faite par les rédacteurs des
séances.

Quelquefois, cependant, les orateurs eux-mêmes écrivent leurs
improvisations et disent au public ce qu'ils n'ont point prononcé devant
la Chambre. C'est ainsi que M. Dupin aîné vient rédiger dans les bureaux
du _Constitutionnel_ toutes ses improvisations, et M. Benjamin Constant
corriger les siennes dans les bureaux du _Courrier_. L'honorable M.
Delaborde, M. Dupont de l'Eure et plusieurs autres encore, soigneux de
leur réputation, imitent cet exemple, et ce qui, plus d'une fois, a paru
très difficile pendant la séance, est devenu tolérable le lendemain. MM.
les députés poussent plus loin encore leur sollicitude pour la
publicité: on en voit tous les jours adresser aux journalistes leurs
discours, accompagnés d'une épître plus ou moins flatteuse.
Quelques-uns, plus hardis ou plus contents d'eux-mêmes, les expédient
par un huissier, sans phrase ou terminés par cette question laconique:
«Voulez-vous mon discours?» A quoi, plus d'une fois, je sais des
rédacteurs qui ont répondu: «Non, je ne veux pas votre discours.» Cette
réponse fut faite, il y a quelques années, par trois rédacteurs
différents à l'honorable M. Méchin. En vérité, des républicains ne
seraient pas plus grossiers.

MM. les ministres ne mettent pas moins d'intérêt que les députés à
soigner leurs discours, et nous sommes quelquefois témoins de
correspondances fort curieuses entre nos diverses Excellences et les
sténographes du _Messager_. C'est surtout M. l'évêque de Beauvais qui
paraît le plus inquiet du succès de ses improvisations. Dès qu'il prend
la parole, les sténographes sont attentifs à leur poste, et Son
Excellence est à peine descendue de la tribune qu'un huissier lui
apporte son discours recueilli avec une merveilleuse promptitude. On
voit alors M. Feutrier parcourir avidement ses homélies parlementaires,
rayer les épithètes redondantes, supprimer les répétitions inutiles,
arrondir sa période et faire disparaître avec coquetterie tout ce qui
pourrait offenser l'harmonie ou la grammaire. M. de Martignac se
contente d'expédier une ordonnance à l'imprimerie de son journal,
souvent fort tard, pour exiger la suppression d'un mot ou d'une phrase
qui lui semble hostile envers le faubourg Saint-Germain. Il faut bien
vivre avec ses voisins: telle est sa maxime; aussi, je l'ai vu
quelquefois très-libéral le matin au palais Bourbon et, le soir, obligé
de faire amende honorable au château.

Les journalistes sont, comme on le voit, les auxiliaires indispensables
du gouvernement représentatif; mais ils en sont aussi un des
inconvénients les plus graves. C'est à leur excessive complaisance que
la France doit d'être inondée d'insipides discours, mal composés, mal
débités, mal écoutés et sur lesquels ils ont la faiblesse de jeter un
vernis littéraire qui en déguise plus ou moins la médiocrité. S'ils se
montraient impitoyables au point de laisser à chaque prétendu orateur sa
physionomie naturelle, la France, alors, pourrait juger en connaissance
de cause une foule de grands hommes qu'elle a cru envoyer à la Chambre.
Les parleurs de profession seraient facilement distingués des orateurs
véritables et les hommes qui font leurs affaires, de ceux qui traitent
les affaires de la nation. On verrait fort bien alors ce que c'est que
M. de Formont, ce que vaut M. Syrieys de Mayrinhac et quels
représentants nous avons dans MM. Laboullaye, Laboëssière, Bizieu de
Lézard, Sallaberry et Compagnie. C'est surtout de ces honorables membres
que le rival de Démosthènes aurait pu dire: «Que serait-ce, si vous
eussiez entendu le monstre!....»


LES AMIRAUX DE LA CHAMBRE ET M. DUPIN AINÉ.

Quand il a fallu discuter le budget des arts et des lettres, des poëtes
comiques et tragiques se sont élancés à la tribune pour défendre les
opinions qu'ils croyaient favorables aux lettres et aux arts; les
savants en diplomatie, les publicistes se sont présentés pour la
discussion du budget des affaires étrangères et de l'intérieur; les
magistrats et les avocats n'ont pas manqué au budget de M. le garde des
sceaux; les généraux les plus célèbres ont proposé de notables
améliorations pour l'armée de terre et le régime de l'administration
militaire; voilà des financiers qui entrent dans la lice pour éclairer
avec M. Roy la question du crédit public et celle du meilleur emploi
possible des fonds demandés aux contribuables: tout cela est dans
l'ordre. Les hommes spéciaux parlent avec puissance des choses
spéciales; ils préparent de bonnes délibérations, et, si de mesquins
intérêts de parti ne l'emportent pas au moment des votes, les
résolutions de la Chambre sont raisonnables.

Ce qui est arrivé pour la guerre, l'intérieur, les affaires étrangères
et les finances, n'est point arrivé pour la marine. Les amiraux qui
siégent à la Chambre n'ont pas trouvé une parole à jeter dans la
discussion en faveur des institutions dont la marine a tant besoin et au
profit des officiers d'une arme qui font, en temps de paix, un service
plus fatigant que celui des officiers d'infanterie et de cavalerie en
temps de guerre. D'honorables orateurs, peu versés en général dans les
choses de la marine, bien moins faciles à apprécier que celles du génie,
de l'artillerie et des autres professions savantes, ont décidé du sort
des matelots, du matériel des armements et du traitement de table des
capitaines de navire.

MM. Daugier et Halgan n'ont pas daigné faire ce que MM. Gérard, Clausel,
Mathieu Dumas, Demarsey et Sebastiani ont fait avec un zèle et un talent
que l'armée et les contribuables n'oublieront point. Ces honorables
amiraux ont craint sans doute d'acquérir quelques droits à la
reconnaissance des marins, et ils ont laissé la gloire d'une excellente
opinion à M. Dupin aîné. MM. de Leyval, Benjamin Constant, Labbey de
Pompières, Viennet, Clausel et Charles Dupin ont dit de bonnes choses
assurément; mais la question n'a été réellement bien comprise que par M.
Dupin aîné. Comment un avocat, qui n'a point été élevé dans un port et
qui ne connaît guère plus la marine qu'un rentier revenu de Dieppe, où
il a pris les bains pendant deux mois, est-il parvenu à saisir le point
juste d'une discussion pour laquelle il faut encore autre chose que les
notions vulgaires de l'administration et de la politique? C'est qu'il a
étudié la matière avec une intelligence supérieure. MM. les amiraux
Daugier et Halgan n'avaient probablement pas besoin de se livrer à des
études nouvelles pour ouvrir un avis utile. Qui donc a pu les retenir?

Un fait reste à constater; c'est que, dans une chambre où siégent un
vice-amiral et un contre-amiral, un docteur en droit a pris seul avec
autorité la défense de la marine. Ne pourrait-on donner à M. Dupin le
titre de capitaine de vaisseau honoraire? Il l'a mieux mérité vingt fois
que tant d'officiers tirés par la Restauration de la ferme aux tabacs et
d'autres écoles également propres à former des marins.


Lundi, 6 juillet 1829.

AUTOPSIE DU BUDGET.

On a ouvert dernièrement le corps de ce gigantesque animal, qu'on
pourrait à bon droit appeler, comme la baleine royale, un énorme cétacé.

Il était bien malade et cependant d'une corpulence effrayante; les
hommes de l'art ont constaté les phénomènes suivants:

Le coeur, assez sain, était attaqué par une foule innombrable de
polypes, dont le plus considérable, le milliard, n'avait pas la plus
petite place.

La rongeante _sinécure_ s'était emparée de la tête, et l'avait dévorée
presque entièrement.

Le ventre offrait une complication effrayante de maux divers, tels que
_l'impôt foncier_, _l'octroi_, etc.

Les parties basses étaient affectées de _la loterie_, de _la roulette_
et de _la police_; elles étaient dans un état effroyable.

Les docteurs, désespérés de n'avoir pu le guérir, ont rédigé un cahier
d'observations qui leur servira à étudier les moeurs et le caractère
de l'enfant du défunt: car le budget est un animal qui a l'incroyable
propriété de se reproduire en mourant. Le petit a été mis en nourrice
jusqu'à l'année prochaine.


BIGARRURES.

Les journaux anglais annoncent positivement l'entrée de M. de Polignac
au ministère, en qualité de président du conseil.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac est arrivé hier à Paris, à la suite de l'orage.


Vendredi, 7 août 1829.

FORMATION D'UN NOUVEAU MINISTÈRE.

Le _Moniteur_ de demain donnera la liste des ministres nommés, dit-on,
dans le conseil d'hier. Voici les noms que nous avons pu recueillir:

_Président du Conseil_: M. de Polignac.

_Ministre de la Justice_: M. Castelbajac.

_Ministre de la Guerre_: M. de Martignac.

_Ministre des Cultes_: M. le général d'Ambrugeac.

_Ministre de la Marine_: M. de Balzac.

_Ministre du Commerce_: M. le duc de Rastignac.

_Ministre de l'Instruction publique_: M. de Mayrinhac.

_Ministre de l'Intérieur_: M. le duc d'Esclignac.

_Ministre de la Maison du Roi_: M. de Saintenac.

_Ministre des Finances_: M. d'Escayrac.

_Directeur général des Haras_: M. de Mornac.

_Directeur général des Postes_: M. Blaniac.

_Directeur général des Ponts et Chaussées_: M. de Cressac.

_Directeur général des Contributions indirectes_: M. le marquis de
Vérac.

_Directeur-général des Douanes_: M. de Saunac.

_Directeur des Beaux-Arts_: M. de Flangeac.

_Préfet de Police_: M. de Foirac.

On ne sait pas encore quels postes sont réservés à MM. de Sivrac,
marquis d'Abzac, de Guernisac et Solliac.

       *       *       *       *       *

Le 31 juillet 1829, les journaux avaient annoncé l'arrivée à Paris de M.
de Polignac. «Le soin de sa santé, le besoin de respirer l'air natal l'y
appelaient,» disaient-ils. Ce prétexte ne trompa personne. On
s'attendait aux événements les plus graves.

Ils ne tardèrent pas à se réaliser. Depuis longtemps Charles X brûlait
de se séparer des ministres qui lui avaient «arraché des concessions
énormes; «s'il avait attendu, c'est que le vote du budget de 1830
pouvait seul lui rendre sa liberté d'action. Le budget voté, la Chambre
séparée, Charles X se trouvait du temps devant lui. Il était le maître,
il le fit bien voir.

Le 8 août, les ministres furent mandés à Saint-Cloud, et le roi leur
annonça sa résolution de choisir un nouveau conseil. Il eut, pour tous
ces hommes qui avaient perdu leur popularité à son service, des paroles
de reproche, d'amertume et de colère. Il semblait s'en prendre à eux de
la triste situation où se trouvait le gouvernement. Son dernier mot fut:
Plus de concessions.

Puis, il leur dit les noms de ses nouveaux conseillers. Les ministres
disgraciés se retirèrent tristement: dans leur pensée, la monarchie
était perdue.

Le ministère Polignac devait en effet mener rapidement la royauté à
l'abîme. Mais aussi, quelle imprudence, quelle impéritie de la part du
roi. «Allons, s'était écrié M. Royer-Collard, Charles X est toujours le
comte d'Artois de 1789.»

C'est que jamais les plus implacables ennemis de la maison de Bourbon,
«s'imposant la tâche de précipiter sa chute, en lui infligeant des
ministres impopulaires, n'auraient pu choisir des noms plus détestés.»
Polignac, Bourmont, Chabrol, Courvoisier. Ces noms résumaient en quelque
sorte les souvenirs les plus tristes, les plus désastreux des quarante
dernières années. Ils semblaient, ces hommes, dont s'entourait Charles
X, la personnification vivante de toutes les douleurs, de toutes les
hontes du passé, émigration, complots, trahisons, invasion de
l'étranger, réaction, vengeances.

Aussi jamais on ne vit inquiétude plus générale, irritation plus vive.
Ce fut une panique universelle; toutes les transactions commerciales
furent suspendues, il y eut à la Bourse, ce thermomètre de l'opinion,
une baisse énorme.

Mais Charles X ne voulait rien voir, rien entendre. Il fermait les yeux
à la lumière, il se bouchait les oreilles, pour que la vérité ne pût
venir jusqu'à lui. «Malheureuse France, malheureux roi!» s'était écrié
le _Journal des Débats_; ce cri éloquent résumait la pensée de tous, il
devint comme le mot d'ordre.

Le premier moment de stupéfaction passé, il y eut une explosion de
haines et de colères. On devinait trop les intentions du roi; la
nomination du cabinet Polignac était une déclaration de guerre, on
accepta la guerre.

Dès le lendemain, une foule de brochures inondèrent la France, dénonçant
la royauté à l'opinion. C'étaient _le Cri d'alarme_, les _Conseils au
roi_, la _Biographie des nouveaux ministres_, la _Pol-Ignacide_; _Feu
partout, voilà le ministère Polignac_, et bien d'autres encore. Les
journaux faisaient chorus.

En tête des plus hardis, il faut placer le _Figaro_. Le dimanche 9 août,
il parut encadré de noir. Il prenait le deuil: était-ce de la
constitution ou de la monarchie? Le numéro fut saisi, la transparence
des allusions ne laissait aucun doute sur la pensée des rédacteurs.
Cette saisie fut comme un brevet de popularité. Le lendemain le numéro
valait dix francs et, comme on en tirait dans les caves, il en fut
distribué plus de 10,000 exemplaires. Poursuivi, Bohain fut condamné à
six mois de prison et à mille francs d'amende (29 août).

J'ai cru devoir donner le texte entier de ce numéro qui a conservé une
grande célébrité et qui est devenu à peu près introuvable.

Dimanche, 9 août 1829.

     On parle du rétablissement de la censure par ordonnance. Nous
     déclarons, n'ayant point à craindre les tribunaux, que nous
     braverons cette mesure, qui forcément doit être prise. Si nos
     presses sont enlevées d'assaut par les gendarmes, nous ferons
     composer et imprimer notre feuille dans les caves. Nos abonnés
     peuvent en tous cas être tranquilles; ils recevront le journal,
     dussions-nous le faire imprimer hors Paris, voire même en Belgique.

Paris, 8 août 1829.

NOUVEAU MINISTÈRE.

     _Présidence et affaires étrangères_: M. de Polignac.

     _Instruction publique et affaires ecclésiastiques_: M. Montbel.

     _Intérieur_: M. Labourdonnaye.

     _Commerce_: à nommer.

     _Guerre_: M. Bourmont.

     _Justice_: M. Courvoisier.

     _Marine_: M. Rigny.

     _Finances_: M. Chabrol de Crussol, ancien ministre de la marine.

     _Préfet de police_: M. Renneville.

     M. d'Hermopolis est chargé de la feuille des bénéfices.

     Aujourd'hui, à l'ouverture de la Bourse, tous les yeux étaient
     fixés sur une douzaine d'individus qu'on n'avait pas vus y paraître
     depuis la chute du ministère Villèle; bientôt ce bataillon sacré
     s'est mis en mouvement et s'est empressé de vendre. Une demi-heure
     après, les noms des nouveaux ministres ont circulé dans
     l'assemblée, et une baisse de 4 fr. environ est survenue. C'est
     débuter par un coupe-gorge.

BIGARRURES.

    --Au lieu d'illuminations, à une solennité prochaine toutes les
     maisons de la France doivent être tendues en noir.

    --C'est à la sollicitation de lord Wellington, _duc de Waterloo_,
     que M. Bourmont a été nommé ministre de la guerre.

    --Le nouveau préfet de police va tout rétablir sur l'ancien pied;
     on espère que bientôt il laissera rentrer les jésuites et sortir
     les filles.

    --M. de Belleyme avait en vue l'extinction de la mendicité; M. de
     Renneville travaillera à l'extinction de la publicité.

    --Les syndics de la faillite de M. le prince de Guéméné ont été
     écroués hier, pour avoir refusé dix pour cent que ce seigneur avait
     eu la générosité de leur offrir.

    --M. Malitourne, auteur de l'_Histoire de la Restauration_, qui n'a
     pas encore paru, a reçu une lettre de cachet pour le chapitre des
     cuisines du château, dont il a l'idée.

    --M. de Belleyme a donné sa démission aux voleurs!

    --M. de Linguet a voulu donner hier une sérénade à l'un de ses
     patrons. Une erreur l'a fait rosser par les gens. On vient de
     publier, rue Saint-Honoré, au _Mont-d'Or_, chez les marchands Janet
     et Cotelle, à côté de l'hôtel de M. le marquis d'Aligre, une jolie
     chansonnette avec accompagnement de guitare ou de lyre, par MM.
     Philidor et Monsigny.

    --M. Beauregard a paru ce matin devant la grande Tournelle,
     chambres assemblées. Il est resté quatre heures sur la sellette. On
     dit qu'il a gravement chargé le sieur Martainville, son complice.

    --Hier, une rixe violente a eu lieu à la buvette de MM. les avocats
     entre MM. Berryer fils et Hennequin. La robe du dernier ayant été
     déchirée, le lambeau a été remis au greffe par M. l'huissier de la
     chambre. Me Dupin aîné plaidera dans cette affaire.

    --M. de Mérindol a été promu, en lit de justice, à la place de
     réformateur du système décimal.

    --Le lansquenet a fait beaucoup de victimes à la dernière soirée de
     madame la duchesse d'Aiguillon.

    --Une bande de faux saulniers inquiète depuis quelques jours la
     généralité d'Orléans. Les employés de la gabelle ont déployé le
     plus grand sang-froid pour réprimer leur audace.

    --M. J. Pain vient d'être nommé pair de France.

    --M. de Marcellus vient d'être nommé directeur de l'Opéra, en
     remplacement de M. Lubbert, exilé dans ses terres pour une querelle
     avec M. le Premier.

    --L'Ecole polytechnique va prendre le titre d'Ecole des cadets.

    --La Bourgogne va présenter une requête signée de tous les notables
     de la province, tendant à obtenir quelque soulagement à l'égard des
     subsides.

    --Un huguenot, écrit-on de Foix, fut pendu la semaine dernière pour
     délit de sa religion.

    --Trois brelans secrets ont été dépistés hier par MM. les agents de
     M. le lieutenant civil.

    --Quelques jeunes seigneurs, légèrement pris de vin, eurent hier
     une rencontre avec des hommes du port qu'ils maltraitèrent. Justice
     sera faite des manants du port.

    --Hier, à la Comédie-Française, de jeunes gentilshommes ont
     vigoureusement étrillé l'ombre de Ninus, pour avoir grossièrement
     heurté leurs banquettes et causé la chute de l'un d'eux.

    --M. Sosthène de Larochefoucauld doit être ordonné jeudi prochain;
     la cérémonie aura lieu à Saint-Thomas-d'Aquin. Madame Du Chayla
     prendra le voile le même jour; les choristes de l'Opéra chanteront
     un motet; Mademoiselle Taglioni dansera un psaume.

    --Le gouvernement français a demandé l'extradition de MM. Mingrat
     et Contrafatto, appelés à diriger les affaires ecclésiastiques et
     l'instruction primaire des deux sexes. Une dépêche télégraphique a
     dû enjoindre à M. l'abbé Molitor de se trouver après-demain au plus
     tard à Paris; il est nommé directeur de la maison royale de
     Saint-Denis.

    --M. Bénaben a été habillé hier à neuf par ordre de la police.

    --M. l'abbé Liautard, maintenant curé à Fontainebleau, vient d'être
     canonisé vivant.

    --Le ballet des _Eléments_ doit être repris mardi à l'Opéra; le
     nouveau directeur, l'infatigable M. de Marcellus, poursuit les
     répétitions de _Cythère assiégée_.

    --M. Dupuytren vient d'être nommé syndic de la corporation des
     chirurgiens-barbiers.

    --Le sieur Lourdoueix a passé aujourd'hui, dans la cour de la
     Sainte-Chapelle, la revue des membres de l'ancienne censure.

    --Les libraires associés se sont réunis hier chez M. Delalain, à
     l'effet de procéder en commun à la réimpression du _Nobiliaire
     général du royaume_. Le privilége sera signé par un descendant de
     Lebègue.

    --La cérémonie du Suisse de la rue aux Ours aura lieu dimanche.
     Immédiatement après la combustion du mannequin, une procession aura
     lieu autour du marché des Innocents; on fera une quête au profit de
     l'oeuvre de MM. les clercs de Saint-Pierre aux Boeufs.

    --MM. les empereurs cravatiers de S. M. ont offert aux
     gentilshommes de la Chambre un nouveau modèle de col à l'usage de
     la Maison-Rouge.

    --Le Roi a reçu, avant-hier, en audience particulière, M. Victor
     Hugo. Si l'on en croit les on-dit, Sa Majesté aurait manifesté à
     l'auteur du _Duel sous Richelieu_ des opinions qui seraient loin
     d'encourager la littérature à pétitions. M. Victor Hugo avait grand
     espoir; mais voici venir un gracieux coup d'Etat qui menace de le
     reporter un peu loin. On assure que le nouveau conseil des
     ministres s'est réuni sous la présidence de M. de Polignac; il a
     été décidé qu'il ne serait plus joué que des mystères.

    --L'architecte de la cour est chargé de présenter un plan pour la
     reconstruction de la Bastille. Les prisonniers d'Etat ont été
     provisoirement déposés ce matin à la Force.

    --M. de Ménéchet vient d'être nommé capitaine des mulets de la
     Chambre.

    --M. Franchet a fait présenter, dans la journée d'hier, un rapport
     sur le rétablissement des lettres de cachet.

    --On assure que M. Delaveau a eu cette nuit une audience du Roi.

    --Il n'est plus question de la continuation du Louvre. Des fonds
     viennent d'être faits par le ministère de l'intérieur pour établir
     des oubliettes dans tous les châteaux seigneuriaux des provinces de
     France.

    --M. le vidame de Chartres est tombé de cheval au bois de Boulogne;
     il a été heureusement relevé par M. le roi d'armes de France, qui
     se rendait à sa petite maison avec _deux filles de l'Opéra_.

    --Madame l'abbesse de Chelles vient d'accoucher heureusement d'un
     garçon. On en attribue la paternité à un mestre de camp connu par
     son bonheur au pharaon.

    --_Le Journal des Débats_ a été mis ce matin au pilon devant la
     Chambre ardente. M. Bertin a été admonesté par un président à
     mortier, qui lui a enjoint de prendre à l'avenir M. Deliége pour
     collaborateur.

    --Les membres du centre droit ayant été livrés à don Miguel, ce
     prince a ordonné qu'on leur posât un milliard de sangsues. «Les
     jacobins, dit la _Gazette_, vont être enfin punis.»

    --M. Amy est nommé seul électeur de France.

    --Par suite du mouvement ministériel, madame Pan... se trouve dans
     l'aisance.

    --Vingt-deux régiments vont être concentrés sur Paris. Il s'agit
     d'arrêter M. Laffitte. On s'attend à une forte résistance. On ne
     dit pas si le pillage est promis aux soldats.

    --M. de Polignac vient d'établir une école d'instruction mutuelle
     pour les protestants dans la terre de Fenestrange, que la justice
     du Roi lui a enfin rendue.

    --La dernière fête du Landit a été troublée par le vin qui manquait
     dans les auberges. Le révérend père Loriquet, recteur de
     l'Université, a pris une décision pour prévenir désormais un pareil
     accident.

    --M. de Malarmé vient d'être nommé directeur général des postes.

    --M. Th. Bidault, louvetier de Seine-et-Marne, a déposé hier un
     pied de chevreuil, au petit coucher de madame de Kérolan, au
     château de M. le coadjuteur de Sens.

    --M. Récamier vient d'examiner un possédé dans la grande salle de
     l'Hôtel-Dieu. Le savant docteur avait pris le soin de se présenter,
     avant la consultation, au tribunal de la pénitence.

    --M. Roger, de l'Académie française, vient d'être nommé colonel des
     cuirassiers-dauphin.

    --M. de Puymaurin doit ouvrir, dit-on, un cours de médecine
     vétérinaire.

    --La _Gazette_ se vendait déjà hier soir à tous les coins de rue.

    --M. le baron Saint-Victor, seigneur des documents, a été nommé
     horloger du Roi.

    --Adjudication, par autorité de justice, de la pierre sépulcrale du
     sieur Talma, histrion.

    --M. le duc de Wellington, maréchal de France, a commandé hier
     l'exercice à feu au Champ de Mars; M. de Bourmont était derrière
     lui.

    --MM. Delvincourt et Bonnet sont faits échevins de Paris. M. de la
     Panouze est prévôt des marchands.

    --On donne la ferme du sel et du charbon à M. de Villèle.

    --Le père Rootham, général des jésuites, est nommé maréchal de
     France en remplacement du prince de Hohenlohe.

    --L'ancien censeur Duplessis est fait brigadier de gendarmerie.

    --M. le comte de Corbière est élevé à la dignité de grand prévôt.

    --On jouera demain au Théâtre-Italien _la Calomnie_, où
     mademoiselle Colombe paraîtra pour la dernière fois.

    --M. Ouvrard a paru à l'OEil-de-Boeuf; il a eu une longue
     conversation avec M. Dudon.

    --M. le premier peintre du roi a enfin obtenu justice des
     critiques. On dit que l'auteur du _Peuple au Sacre_, brochure
     très-piquante sur le dernier chef-d'oeuvre de M. Gérard, que la
     cour a tant admiré, est en fuite. Si on parvient à retrouver M.
     Jal, il sera probablement mis à la Bastille.

    --M. de Lourdoueix a obtenu l'entreprise des boues de Paris.

    --Le baron Dudon est nommé président de la Cour des comptes.

    --M. Bohain doit être roué jeudi. On n'a obtenu jusqu'ici de lui
     aucun aveu; il a refusé d'entendre l'aumônier des prisons.

    --Le privilége des grands danseurs du roi a été donné hier à un
     ancien valet de chambre de M. le vicomte Sosthène de
     Larochefoucauld.

    --M. Véron, directeur de la _Revue de Paris_, recueil littéraire
     brûlé ce matin au pied du grand escalier, vient de chercher un
     asile en Hollande, par suite d'une descente de justice faite à son
     domicile. On est sur les traces de ce gazetier.

    --Le prix des ports d'armes est porté à un million.

    --Un braconnier, nommé Bégnet, vient d'être mis au ban de la
     capitainerie pour avoir tué d'un coup de pierre, en terre de
     clergé, un canard sauvage.

    --Madame Elie, de l'Opéra, qui était à M. de Meaux, passe à M. de
     Cambray.

    --M. Piet a reçu son diplôme de maître-queux de l'hôtel.

    --M. le comte de la Boëssière vient d'être nommé président du
     tribunal de la justice Bottée.

    --Le prévôt des marchands doit tenir prochainement une séance à
     l'Hôtel-de-Ville pour l'adjudication des potences. On cite
     plusieurs traitants, fermiers généraux et receveurs des aides, qui
     se sont mis sur les rangs.

    --Hier, trois dames de la Comédie-Française, deux demoiselles de la
     Comédie-Italienne et une fille de l'Opéra ont été conduites au
     For-l'Evêque, sur la requête de M. le lieutenant de police.

    --M. Auguste Romieu, conservateur des antiquités du Morbihan, a
     reçu une menace de destitution, s'il ne rassemblait, d'ici à huit
     jours, tous les ossements de l'armée royale et catholique décédée à
     Auray et Quiberon.

    --Hier soir, la foule se pressait autour d'un vieillard baigné dans
     son sang. Il venait d'être tué d'un coup d'épée.--Ce quidam,
     chirurgien-barbier de son état, avait, en courant, blanchi l'habit
     bleu de roi du marquis de ***. Celui-ci lui passa son épée à
     travers le corps.--Le sergent du guet appelé pour cette bagatelle
     déclara que, d'après le nouveau tarif, il était dû par M. le
     marquis trente-six livres. M. le marquis paya et passa outre.

    --M. Delaforest vient d'être nommé porte-coton de Son Eminence M.
     de Toulouse.

    --Royal-Cravate va tenir garnison à Paris, en remplacement de
     Royal-Vaisseau.

    --Trois cadets de Bourgogne-infanterie ont été trouvés ivres-morts
     par le guet, dans un mauvais lieu voisin de la porte Saint-Honoré.

    --On dit que M. le général Canuel va être nommé grand bailli de
     Vermandois.

    --La maréchaussée a arrêté hier et conduit par-devant M. le
     lieutenant de police, un homme de bas étage, s'étant permis
     d'entrer dans un jardin royal l'épée au coté; il en sera écrit au
     cabinet de Versailles.

    --On parle du rétablissement de l'hommage lige et leudes. M.
     Quatrebarbe a déposé un projet.

    --Le trois pour cent doit hausser demain.

    --Dix-huit mille pétitions ont été déposées au bureau de la Chambre
     des pairs contre le rétablissement du droit de cuissage.

    --Par ordonnance du roi, M. de Polignac vient d'être décoré du
     titre de célèbre voyageur.

    --Les querelles des Armagnacs et des Bourguignons seront, dit-on,
     bientôt apaisées.

    --Une rixe a eu lieu ce matin au sujet de la charge de gentilhomme
     caudataire de M. de Paris; c'est M. de Conny qui l'a emporté.

    --La musique de Rossini va être supprimée pour rétablir l'harmonie
     en France.

    --M. de Labourdonnaye est nommé ministre de l'intérieur. Il était
     désigné, ces jours derniers, comme successeur de l'abbé Sicard à
     l'Institution des Sourds-Muets.

    --M. de Courvoisier est nommé ministre; on prétend qu'il sera mis
     en justice.

    --Mademoiselle Duchesnois vient de contracter un nouvel engagement
     de vingt ans avec le Théâtre-Français.

    --M. Pardessus demande si on ne pourrait pas lui donner une place
     dans un ministère quelconque. Etant propre à tous les emplois, peu
     lui importe d'être à la guerre, aux cultes ou aux finances; il sera
     le même partout.

    --La police de Paris est confiée à M. de Reyneville, âgé de 29 ans.
     Nous sommes tranquilles.

    --M. l'archevêque de Paris a souscrit à dix mille exemplaires du
     _Corsaire_, journal des théâtres.

    --Une ordonnance porte le rétablissement de trois couvents de
     capucins. Les capucins de Paris auront pour prieur M. le maréchal
     Soult, qui est entré en religion et qui prendra le nom de _frère
     Basile_.

    --Les héritiers de Law ont été reçus en audience particulière par
     M. de Chabrol.

    --M. Bourmont est nommé ministre de la guerre. C'est son bâton de
     maréchal de la bataille de Waterloo.

    --L'emplacement occupé naguère par le théâtre de l'Ambigu-Comique
     vient d'être rendu aux théatins.

    --La foire Saint Laurent rouvre lundi. Un pas sera dansé par
     d'illustres personnages.

    --M. de Genoude a procédé hier à la révision de M. le généalogiste
     de France. Des fonds lui ont été alloués pour ouvrir un café à
     Grenoble, sa patrie.

    --M. Delavau est nommé général des galères.

    --L'honorable M. Syrieys de Mayrinhac, ancien directeur des haras,
     est promu au grade de mestre de camp de cavalerie. Son collègue, M.
     Marcassus de Puymaurin, est fait bailli de Meudon.

    --M. Franchet commandera le corps des tristes-à-pattes; c'est M.
     Duplessis-Grénédan qui aura le guet à cheval.

    --M. Pardessus est au-dessus de tout.

    --M. de Polignac est abonné au _Figaro_.

    --Tous les contribuables de France ont fait écrire sur leurs
     portes: _Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué_.

    --M. de Martignac est parti ce soir pour Chanteloup.

    --Le Roi a reçu en audience particulière madame la comtesse du
     Chayla.

    --M. Roux, chirurgien en chef de l'hôpital de la Charité, doit
     incessamment opérer de la cataracte un auguste personnage.

COUPS DE LANCETTE

Un grand nombre d'officiers supérieurs de l'armée se proposent, dit-on,
de donner leur démission.

***

Sur la demande du général Bourmont, le pont d'Austerlitz va changer son
nom pour celui de pont de Waterloo.

***

Les individus qui auraient déserté sont invités à se présenter au
ministère de la guerre; il leur sera distribué des emplois particuliers
dans la maison de M. Bourmont.

***

Nous serions fâchés de calomnier M. Coco-Lacour, mais nous avons
quelques raisons de croire qu'il fera partie de la nouvelle
administration.


        AMEN.

    Au ministère, ah! quel mic-mac!
    Du despotisme le cornac
    A quitté l'Angleterre, et crac
    De son fouet on entend le clac.
    Ah! le coeur nous en fait tic-tac!
    On en a mal à l'estomac.
    Eh! quoi, ce prince Polignac,
    Qui vaut la prise de tabac
    Et parle _et ab hoc et ab hac_,
    A la façon de Mayrinhac,
    Succède au brillant Martignac,
    Des libertés il fait le sac
    Et la Charte a son Ravaillac;
    Mais qui prendra son almanach?...
    Traitons-le comme un Pourceaugnac,
    Qu'il remonte sur le tillac
    Et tombe enfin dans le grand lac.


COUPS DE LANCETTE.

Voilà vingt-cinq personnes qui refusent la préfecture de police. Il faut
pourtant que Paris soit tranquille: M. Jules de Polignac s'est décidé à
choisir M. Jules _de_ Vidocq.

***

On s'étonne de la nomination de MM. les ministres; on a bien fait un
chevreuil consul.

***

On peut bien gouverner avec des potences et des filles (_Mot historique
de M. de La Bourdonnaye_).


PÉTITION.

A trois hauts et puissants messieurs, par des victimes de la fatalité,
ayant leur domicile dans un établissement public à Brest et à Toulon:

AIR: _Ah! daignez m'épargner le reste_.

      PREMIER PÉTITIONNAIRE.

    Salut! illustre déserteur!
    D'un lieu d'exil j'ose t'écrire;
    Pour te combler de sa faveur,
    La Fortune vraiment conspire.
    Trahissant aussi mes amis,
    On m'a vu, dans une campagne,
    Passer au camp des ennemis;
    Je leur ai vendu mon pays,
    Et cependant je suis au bagne!

      DEUXIÈME PÉTITIONNAIRE.

    Salut! héros des coups d'État!
    Jadis ta machine infernale
    Fit sauter, sous le Consulat,
    Un quartier de la capitale,
    Moi, dans les Cent-jours, accostant
    La diligence de Bretagne,
    J'ai tiré dessus simplement
    Mon pistolet par dévoûment;
    Et cependant je suis au bagne!

      TROISIÈME PÉTITIONNAIRE.

    Salut! homme d'exception,
    Inventeur des catégories!
    J'ai mis par admiration
    En pratique vos théories.
    Je fis bien mieux qu'en Portugal,
    Mieux qu'à Naples, mieux qu'en Espagne!
    Nîmes connaît mon bras fatal,
    J'ai _puni_ même un maréchal!
    Et cependant je suis au bagne!

Vers pour mettre au bas du portrait de M. le baron Trouvé.

            Ex-Pindare de Robespierre,
        Ex-imprimeur, ancien préfet,
        De Monseigneur il devient secrétaire.
    C'est justice, il n'est bon qu'à mettre au cabinet.
          La nation le trouve,
          L'empereur l'a trouvé,
          Polignac le retrouve:
          C'est le baron Trouvé.


      M. DE BOURMONT A SES AMIS.

          Au ministère,
    Mes amis, me voilà monté;
    Est-ce au civil, est-ce à la guerre,
    Que par hasard j'ai mérité
          Le ministère?

          Au ministère,
    Je suis placé par un Anglais;
    C'est un rendu, puisque naguère,
    A Waterloo je lui prêtais
          Mon ministère.

          Au ministère,
    Je vais bien fort me cramponner,
    Et je jure par l'Angleterre
    De ne plus jamais déserter...
          Le ministère.


COUPS DE LANCETTE.

On peut forcer l'autorité à s'éclairer, sans lui manquer en rien.

(Louis XVIII.)

***

Rien n'arrête les journaux libéraux, dit la _Quotidienne_,
rien..... excepté la poste.

Jeudi, 25 novembre 1829.

LE CONSEIL DES ORTOLANS.

(Octobre 1829.)

M. DE LABOURDONNAYE.

Il faut tenter l'entreprise. Qu'y risquons-nous? Nous avons de l'or pour
décider les consciences timides...

M. DE POLIGNAC.

On fait bien des choses avec de l'or; mais l'esprit d'opposition est
fort en France, et je crains que nous ne réussissions pas.

M. D'HAUSSEZ.

C'est jouer gros jeu, en effet; c'est peut-être compromettre la
monarchie.

M. DE MONTBEL.

C'est la sauver, Monsieur.

M. DE CHABROL.

Je crois aussi que c'est la sauver.

M. DE POLIGNAC.

Et si les élections sont contre nous?

M. DE CHABROL.

Voilà l'embarras; car enfin, il ne faut pas vous dissimuler que la
nation nous est peu favorable.

M. DE BOURMONT.

La nation peut passer au ministère, si nous nous y prenons bien. Il ne
faut que quelques ordonnances pour la gagner à nos idées.

M. DE LABOURDONNAYE.

S'il y a des résistances, nous monterons à cheval!

M. DE CHABROL.

Oui, sans doute, montons à cheval.

M. D'HAUSSEZ.

Plus fait douceur que violence, Messieurs.

M. DE CHABROL.

Je suis du parti de la douceur aussi; mais cependant...

M. COURVOISIER.

Les rapports qui me reviennent de tous côtés, sur l'esprit des
départements, me font craindre que le moyen de la dissolution soit bien
chanceux.

M. DE LABOURDONNAYE.

Chanceux ou non, il faut s'y résoudre.

M. DE CHABROL.

Mon cheval est tout sellé, d'abord.

M. DE POLIGNAC.

Messieurs, réfléchissez-y bien; voudriez-vous donner le signal du
trouble et de la guerre civile? Ne vaudrait-il pas mieux...

M. DE LABOURDONNAYE.

Nous retirer, n'est-ce pas? quitter la partie sans avoir fait le va-tout
de la monarchie! Non, Monsieur; je suis ministre, et tant qu'il y aura
un trône debout, je serai près de lui.

M. DE CHABROL.

Moi aussi. Diable! si je m'en allais, cette fois, je ne reviendrais
plus. J'y suis, j'y reste.

M. DE MONTBEL.

Nous devons un grand exemple au monde; il faut mourir sur les degrés de
l'autel et du trône.

M. D'HAUSSEZ.

Mais il ne s'agit pas de mourir. Vivre pair et cuirassé de cordons,
avoir part au budget sans rien faire, c'est un sort assez agréable pour
être envié.

M. DE LABOURDONNAYE.

Je suis au pouvoir, je n'en descendrai pas.

M. D'HAUSSEZ.

L'opinion publique est comme le dieu qui abattit Saül....

M. DE MONTBEL.

Toujours la manie de citer la mythologie!

UN HUISSIER (_entrant_).

Quelqu'un demande M. de Chabrol.

(_Le ministre des finances sort._)

M. DE MONTBEL.

Que peut-on lui vouloir?

M. DE LABOURDONNAYE.

Ce diable de Chabrol, il manigance quelque chose contre nous, j'en suis
sûr; il va peut-être au château pour désigner nos successeurs.

M. DE MONTBEL.

Il en est bien capable; c'est le comité directeur incarné.

(_M. de Chabrol rentre._)

M. DE CHABROL.

Ce n'est pas moi qu'on demandait: c'est M. le ministre de la marine.

M. D'HAUSSEZ.

Savez-vous ce qu'on me veut?

M. DE CHABROL.

Il s'agit d'un paquet arrivant de Bordeaux.

M. DE LABOURDONNAYE.

Sans doute quelques nouvelles relatives à la future élection du
successeur de Ravez.

M. D'HAUSSEZ.

Non, non; je sais ce que c'est. Ce sont des ortolans que j'ai fait venir
pour les offrir au Roi.

M. DE CHABROL.

Les ortolans sont un manger fort agréable.

M. COURVOISIER.

Oui, quand on n'est pas ministre et qu'on a l'esprit tranquille.

M. DE MONTBEL.

Je les aime assez rôtis.

M. D'HAUSSEZ.

Je les préfère à la provençale.

M. DE LABOURDONNAYE.

On ne peut les manger qu'en purée.

M. D'HAUSSEZ.

Oh! voilà qui est bien absolu.

M. DE POLIGNAC.

On m'a dit que c'était Sa Majesté Louis XVIII qui avait inventé la purée
d'ortolans.

M. DE CHABROL.

Cela se pourrait bien, car j'en ai mangé chez le comte d'Escars. C'est
une excellente chose, ma foi.

M. DE MONTBEL.

Il faut conseiller au Roi de se les faire servir bardés, rôtis et
arrosés de madère.

M. DE CHABROL.

M. le ministre de l'instruction publique a parfaitement raison; le
madère fait très-bien sur l'ortolan.

M. DE LABOURDONNAYE.

Eh non, morbleu! Il faut que le Roi mange les ortolans en purée; je le
soutiens.

M. D'HAUSSEZ.

Moi, je conseillerais à Sa Majesté de s'en fier à son maître-d'hôtel,
qui doit être un homme de talent. D'ailleurs, vous ne voudriez pas,
Messieurs, usurper la prérogative royale.

M. DE LABOURDONNAYE.

Je vois, Monsieur, que c'est pour n'être, sur aucun sujet, de mon
opinion que vous ouvrez cet avis.

M. DE POLIGNAC.

Mon Dieu, monsieur de Labourdonnaye, que vous êtes entier dans vos
idées!

M. DE LABOURDONNAYE.

On s'applique à me contrarier; mais je ferai voir que je suis résolu. Le
Roi mangera ses ortolans en purée.

M. COURVOISIER.

C'est insupportable.

M. DE CHABROL.

Nous monterons à cheval!

M. D'HAUSSEZ.

Pour le parti des ortolans en purée?

M. DE POLIGNAC.

Que dirait-on dans le monde, si on apprenait que le conseil des
ministres de France renouvelle la scène bouffonne du sénat de Domitien
pour l'affaire du turbot?

M. DE CHABROL.

C'est vrai, Messieurs; si quelque journal allait s'emparer de cet
incident?

M. DE MONTBEL.

Et pourquoi y a-t-il encore des journaux? C'est la faute de messieurs
les modérés du conseil.

M. DE LABOURDONNAYE.

Si on m'avait cru, la liberté de la presse aurait été suspendue.

M. DE BOURMONT.

Je m'y suis toujours opposé, et je crois avoir très-bien fait.

M. COURVOISIER.

La Charte...

M. DE LABOURDONNAYE.

Oui, avec la Charte on fait de belles choses!

M. DE CHABROL.

Pour nous mettre d'accord, si nous mettions aux voix la sauce à faire
aux ortolans?

M. D'HAUSSEZ.

Si nous reprenions plutôt la discussion qui nous occupait quand on a
annoncé le paquet de Bordeaux?

M. DE POLIGNAC.

Il est trop tard maintenant; il vaut mieux nous ajourner à mercredi.

M. DE CHABROL.

A mercredi, soit; mais si d'ici là les événements deviennent impérieux,
nous monterons à cheval, n'est-ce pas?

M. D'HAUSSEZ (_à part_).

Ou en fiacre, pour retourner chacun chez nous.


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. ROY.--M. DE SAINT-CRICQ.--M. DE CAUX.--M. HYDE DE NEUVILLE.

M. le comte Roy ressemble à un bon bourgeois de province, de ceux qui
sont restés fidèles aux costumes des anciens jours. Son Excellence porte
ordinairement une culotte qui se boutonne à la hauteur du nombril et
d'où pend, attachée à sa montre, une breloque resplendissante d'or. Son
embonpoint est tel qu'il convient au ministre des finances d'un roi
puissant et d'un pays qui paye un milliard d'impôts. M. Roy est resté
fidèle à la poudre à poudrer de l'ancien régime, et si Son Excellence ne
porte pas des ailes de pigeon, c'est qu'elle n'a pas assez de cheveux
sur les tempes. Sa taille n'est ni grande, ni petite; ses traits sont
moins lourds que ceux de M. de Portalis, et sa démarche un peu plus
légère que celle de M. de Caux. Comme orateur, M. Roy peut prétendre à
une médiocrité du second ou du troisième ordre. Son débit est monotone,
sa prononciation sèche, son geste froid et inanimé; il parle à la
tribune comme la statue au _Festin de Pierre_.

M. Roy a l'honneur d'être pair de France; il possède une immense fortune
et il n'a point d'enfants. Quant à ses opinions politiques, telles
qu'on peut les connaître par les actes de sa vie publique, nous sommes
fort embarrassés pour les définir, puisque M. le comte n'a jamais fait
partie que des ministères à bascule. Nous pensons, toutefois, que Son
Excellence incline plus volontiers vers les idées aristocratiques. Ses
manières ne sont pas tout à fait exemptes de morgue, et l'on assure que
le trait distinctif du caractère de Son Excellence est l'opiniâtreté.
Malheureusement, M. Roy n'est pas un homme fort éclairé; son génie,
profondément fiscal, est resté étranger aux progrès des sciences
économiques, et les Anglais ont beaucoup ri de certaines doctrines
financières qui ne tendaient à rien moins qu'à étouffer parmi nous le
crédit public dans sa source et l'industrie dans ses développements. Aux
yeux de M. Roy, la production n'est qu'une matière imposable, la
richesse publique un élément de contributions, et, sous plus d'un
rapport, Son Excellence est d'accord avec l'illustre économiste, M.
Syrieys de Mayrinhac, qui, le premier, a proclamé que la France
produisait trop.

M. de Saint-Cricq est le plus maigre de tous nos ministres. Ses
doctrines ne sont pas plus arrêtées que celles de M. Roy; nous l'avons
vu successivement défendre les douanes, la liberté du commerce, les
ministères passés, le ministère présent, et il y a lieu de croire qu'il
défendrait aussi tous les ministères futurs. C'est, du reste, un homme
inoffensif, fort doux, de moeurs simples, d'une figure agréable et
prévenante. Sa sobriété serait étonnante pour un ministre, s'il était
vrai, comme on nous l'a assuré, que Son Excellence déjeune très-souvent
avec un oeuf frais ou une tasse de chocolat. On sait que la création
du ministère du commerce, dont il est titulaire, excita dans le temps
une foule de réclamations: Son Excellence a voulu se faire pardonner la
jouissance de cette sinécure par quelques mesures utiles, au nombre
desquelles l'institution d'une commission d'enquête doit occuper le
premier rang. Au reste, il convient de reconnaître que, dans le
ministère actuel, M. de Saint-Cricq s'est prononcé plus d'une fois en
faveur des résolutions les plus favorables au système constitutionnel.

M. de Caux est un gros homme de bureau portant une grosse tête sur de
larges épaules; il monte à la tribune et il en descend; il siége au
conseil de Sa Majesté; il loge dans la rue de Grenelle, faubourg
Saint-Germain, et il touche cent vingt mille francs d'appointements. M.
de Caux est l'homme du monde, d'ailleurs, qui sait le mieux ce qu'un
cheval mange d'avoine et ce qu'il entre de cuir dans une selle; le seul
ministre de la guerre qui ait triomphé des punaises qui infectent les
casernes françaises depuis Jules César. C'est un grand mérite à nos
yeux, et qui vaut mieux assurément pour la gloire de M. de Caux que le
fameux coup de collier pour celle de M. de Clermont-Tonnerre.

M. Hyde de Neuville est un ministre plus célèbre. Son dévouement à la
légitimité date de l'explosion de la machine infernale, et sa réputation
parlementaire, de la Chambre de 1815. Depuis lors, M. de Neuville a été
ambassadeur de France aux Etats-Unis; il a pu apprécier les avantages
d'un gouvernement libre, simple dans ses rouages, économique et
impartial, et nous ne doutons pas que cette circonstance ne lui ait fait
prendre en dégoût ces fanatiques de Coblentz qui avaient trouvé le moyen
de rendre le malheur même ridicule et méprisable. En revenant des
Etats-Unis, M. Hyde de Neuville fut envoyé à Lisbonne; il y était
lorsque le malheureux Jean VI vint chercher un refuge à bord de la
flotte anglaise, pendant que don Miguel faisait assassiner le marquis de
Loulé. Là, Son Excellence a pu juger de près la rage apostolique; elle a
pu comparer le régime de la liberté et celui de la servitude. Ces
contrastes ont produit sur son esprit une impression profonde, et c'est
parce qu'il s'en est expliqué franchement avec le dernier ministère,
qu'il a été rappelé de Lisbonne.

M. Hyde de Neuville est un homme plein de feu et d'imagination. Nous
croyons que, malgré les emportements qui ont signalé ses débuts dans la
carrière politique, son âme a toujours été accessible à la pitié et à
tous les sentiments généreux que le pouvoir étouffe trop souvent chez
ceux qui le possèdent. Ses instructions aux chefs de notre escadre dans
les mers du Levant ont été pleines de bienveillance pour les Grecs; les
règlements qu'il a introduits dans l'administration de la marine ont
obtenu l'approbation générale. Enfin, M. Hyde de Neuville est un
converti de l'ancien régime comme M. de Chateaubriand, son ami intime.
Son Excellence a la tête couverte d'une forêt de cheveux gris; sa figure
est joviale, ses formes arrondies, sa taille un peu épaisse, son organe
un peu sourd. Son influence oratoire consiste surtout dans sa vivacité;
il parle toujours avec chaleur, beaucoup moins, toutefois, depuis qu'il
est ministre que lorsqu'il était député. La _Quotidienne_ lui
reprochait, il y a quelque temps, de ne pas savoir le latin; grand
malheur, en vérité, pour un ministre de la marine, de ne pouvoir
traduire couramment le _Dies iræ_ ou les sept psaumes de la pénitence!


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. LE GÉNÉRAL LAFAYETTE.

Voici un nom célèbre et vénéré dans les deux mondes, un nom qui fait
honneur à la France et qui rappelle les plus nobles souvenirs de gloire
et d'indépendance. La Chambre des députés doit être fière de compter
parmi ses membres un homme d'un aussi beau caractère que M. le général
La Fayette, et c'est pour nous une bonne fortune que d'avoir à parler de
lui.

La carrière de l'honorable député a commencé de bonne heure. A vingt
ans, il s'arrachait des bras de sa jeune épouse pour voler au secours de
l'indépendance américaine, seul, en dépit de l'opposition de la cour,
sur un vaisseau frété à ses frais, apportant aux insurgés l'espérance et
des armes. Le gouvernement anglais, qui l'attendait en chemin, lui
réservait, dit-on, de cruelles épreuves; il eut le bonheur d'y échapper,
et témoigna plus tard, dans les cachots d'Olmutz, qu'il aurait su les
braver. Il servit d'abord comme simple volontaire, revint en France
chercher de nouveaux secours, les ramena et obtint l'honneur d'un
commandement dans l'armée américaine. L'histoire a déjà dit par quels
faits d'armes il se signala dans cette campagne mémorable et mérita
l'amitié de Washington. Il y avait sacrifié, de plus, la majeure partie
de sa fortune, précieuse avance qui devait être acquittée, après un
demi-siècle, par les bénédictions de dix millions d'hommes libres!

Quand la révolution française éclata, le général La Fayette en fut l'un
des plus honorables défenseurs. La France lui doit l'introduction du
dogme sacré des droits de l'homme, qui triomphe aujourd'hui dans nos
lois et qu'il avait rapporté d'Amérique. On le vit toujours opposé aux
excès populaires autant qu'aux intrigues de cour. Le lendemain du 6
octobre, il arrachait les gardes du corps à la fureur du peuple, dans
les avenues de Versailles; après le 20 juin, il protestait contre les
outrages prodigués à la famille royale. Jamais son épée n'est sortie du
fourreau que pour la défense des opprimés; jamais sa voix ne s'est
élevée qu'en faveur des intérêts de l'humanité. A Olmutz, où sa fille
le suivit, la sérénité de son âme ne s'est pas un instant démentie; et
l'on dit que, sous les verrous autrichiens, il partageait son temps
entre les soins qu'il donnait à cette fille chérie et la lecture de
l'_Encyclopédie_, seul ouvrage que ses geôliers aient consenti à lui
permettre, après bien des refus. Les agaceries de Bonaparte l'ont trouvé
inflexible; la Restauration l'a revu calme et paisible, comme elle
l'avait laissé.

Depuis lors, appelé à la représentation nationale dans des circonstances
difficiles, l'honorable député s'est montré constamment digne de
lui-même. S'il allait en parlementaire au camp des ennemis, après
l'invasion de 1815, c'était pour stipuler en faveur des libertés
nationales; si, depuis, il est monté à la tribune, toujours il y a
défendu les droits du peuple avec franchise, mesure et fermeté; éloquent
à force de simplicité, et surtout à cause du poids que ses antécédents
et son caractère donnent à ses paroles. Il vivait retiré, pendant la
belle saison, dans sa maison de campagne, à Lagrange, dont il administre
encore aujourd'hui les fermes avec un ordre et une intelligence
admirables, présidant aux moindres détails, améliorant ses terres,
perfectionnant ses troupeaux et réglant sa dépense avec une modestie qui
n'exclut jamais la libéralité. Une foule d'étrangers de distinction sont
venus le visiter dans son château, dont il a fait disparaître tout ce
qui rappelait des souvenirs de féodalité. L'illustre Foy a planté le
lierre qui en couvre une des tours principales, dans laquelle plus d'un
proscrit a trouvé asile aux jours de la persécution. C'est là qu'au sein
d'une famille très-nombreuse, M. de La Fayette rappelle avec un charme
inexprimable ce que l'histoire et la poésie nous racontent des anciens
patriarches. Tels Franklin et Washington, ses illustres amis,
finissaient leurs jours glorieux _à l'ombre de leur vigne et de leur
figuier_.

Mais de nouvelles sensations, de plus ineffables jouissances attendaient
M. de La Fayette et devaient le mettre, en quelque sorte, lui vivant, en
présence de la postérité. Ce peuple qu'il avait affranchi venait de
grandir: le volontaire avait laissé aux Etats-Unis trois millions
d'hommes; il allait en revoir dix millions qui lui tendaient les bras.
Washington et Franklin n'étaient plus; lui seul restait de ces nobles
débris; l'Amérique voulait le voir; les pères voulaient le montrer à
leurs enfants. Une frégate aux couleurs de l'indépendance vint le
chercher sur nos rivages, et, tandis que, sur la rive opposée, un monde
entier lui préparait des fêtes et des embrassements, quelques misérables
commissaires de police étouffaient sur les bords de la Seine-Inférieure
les derniers adieux du peuple français. Enfin, il a revu la terre de ses
premiers exploits; il a été salué du titre honorable et gracieux d'_hôte
de la nation_. Ces remparts, pour lesquels il a combattu, retentissent
de mille cris d'allégresse; les vaisseaux sont pavoisés comme aux plus
beaux jours de fête; et, pendant que les magistrats du peuple libre
saluent avec respect M. de La Fayette, les jeunes filles sèment des
fleurs sur ses pas et le couronnent citoyen des deux mondes!

Qui nous dira ce qu'a dû éprouver ce voyageur illustre, en s'asseyant,
après plus de quarante ans, sous un dais rayonnant des trophées de
l'indépendance américaine! et lorsqu'il a revu ces déserts devenus
méconnaissables à force de villes, de villages et de fermes joyeuses!
Ici, un invalide d'York-Town lui rappelait quelques faits d'armes;
ailleurs, un chapelier refusait de son fils le prix d'un chapeau, en lui
disant: «Votre père l'a payé du prix de son sang, il y a quarante ans.»
Plus loin, une députation de sauvages accouraient au-devant de lui,
promettant de se convertir à la civilisation d'un peuple fidèle à la
mémoire du coeur. De toutes parts enfin des hommages sincères,
ardents, spontanés, accueillaient le vieil ami de Washington. Pour moi,
chétif, j'en serais mort de joie. M. de La Fayette, modeste et simple
dans la bonne fortune comme il avait été inébranlable dans la mauvaise,
répondait avec une grâce parfaite à tous les compliments, en français
dans la Louisiane, en anglais dans les autres États.

A une autre époque, par une faveur sans exemple dans les annales
diplomatiques, le congrès avait décidé que les ministres
plénipotentiaires de la république auprès des puissances
communiqueraient à l'honorable général, lorsqu'il le désirerait, tout ce
qui serait relatif à la situation des affaires publiques des Etats-Unis.
Enfin, il n'est aucun témoignage de gratitude et de respect dont il
n'ait été comblé. Au milieu de tous ces triomphes, M. le général La
Fayette s'est toujours montré aussi modeste, aussi calme que par le
passé. Jamais il n'a manqué de se rendre à son poste de député, toujours
exact aux séances, en costume, et attentif à la discussion. Les
étrangers qui sont admis aux tribunes de la Chambre demandent tout
d'abord où siége M. de La Fayette, qui se fait reconnaître à sa haute
stature et à sa démarche inégale, suite d'un accident qui faillit lui
coûter la vie. La bonté de son caractère est extrême; nul n'accueille la
jeunesse avec plus de bienveillance et, l'on peut dire, d'amitié. Voilà
nos hommes, en un mot, voilà les citoyens que le parti national peut
montrer avec un égal orgueil à ses amis et à ses ennemis!


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. DE CORMENIN.--M. DE PUYMAURIN.

M. le vicomte de Cormenin est entré de bonne heure dans la carrière des
affaires. A vingt ans, il était auditeur au conseil d'État; à vingt-cinq
ans, maître des requêtes, et il achevait à peine sa quarantième année
lorsqu'il fut appelé à la Chambre des députés par le suffrage des
électeurs du Loiret. L'honorable candidat n'était connu alors que par
ses excellents écrits sur la jurisprudence administrative et par la
franchise avec laquelle il avait signalé les vices principaux de
l'organisation du conseil même dont il faisait partie. M. de Peyronnet
avait voulu le destituer; et déjà, à une autre époque, les épurateurs de
1815 l'avaient éliminé du conseil d'État. Cette dernière circonstance,
probablement inconnue des électeurs du Loiret, fait trop d'honneur au
caractère de M. de Cormenin pour que nous ne nous empressions pas de la
citer.

Lorsqu'après le retour de Bonaparte en 1815, les alliés marchèrent sur
la France, M. de Cormenin, auditeur au conseil d'État, endossa l'habit
de garde national et se dirigea, simple volontaire, sur la ville de
Lille, où il fut enfermé pendant toute la durée du siége, dont il
partagea les dangers. On le vit à plusieurs reprises sur les remparts,
payer de sa personne et se conduire en homme de coeur. A son retour,
il fut renvoyé du conseil d'État, et il n'y reparut plus tard que par la
protection de plusieurs membres distingués de sa famille. M. de
Cormenin, soldat courageux, fut aussi dans sa jeunesse un poète facile
et gracieux. On connaît de lui plusieurs odes et un petit poème
héroïque sur la Pologne, dans lequel nous avons remarqué les strophes
suivantes:

    Malheur au citoyen esclave volontaire!
    Il se cache dans l'ombre, il marche solitaire,
    Il est l'horreur des morts, l'opprobre des vivants
    Nul ami ne soutient sa vieillesse affaiblie:
            Il expire, on l'oublie,
    Et ses os rejetés sont le jouet des vents.

    Mais celui qui combat, qui meurt pour sa patrie,
    Ne craint pas de laisser sa mémoire flétrie
    Si le fer ennemi respecte sa valeur:
    Sa mère est triomphante, et la vierge attendrie;
            A son Dieu qu'elle prie,
    Pour époux, en secret, demande le vainqueur.

Mais c'est surtout à la tribune politique que M. de Cormenin a déployé
un véritable talent et un genre de courage malheureusement trop rare de
nos jours. La France n'a pas oublié avec quelle énergie cet honorable
député a signalé les abus du cumul et marqué au front les dilapidateurs
de la fortune publique. Son dernier discours sur la dotation de la
pairie a excité au banc des ministres une rumeur qui témoigne
suffisamment de la justesse et de la profondeur du coup porté à
l'amour-propre des cumulards ministériels. On sait à quel puéril écart
de colère M. de Martignac n'a pas rougi de descendre ce jour-là, faute
de raisons à opposer au courage de l'orateur; et ce jour, en effet, est
devenu le plus beau de la carrière politique de M. le vicomte de
Cormenin. Le voilà rangé désormais au nombre des plus intrépides
champions des libertés publiques, et, quoique l'un des plus jeunes
membres de la Chambre, il en est déjà un des plus distingués. Que
serait-ce donc si tous les jeunes talents de la France nouvelle
pouvaient prendre place avec lui sur ces bancs où siégent tant de
médiocrités surannées.

M. de Cormenin n'a point encore improvisé de discours, soit défiance de
lui-même, soit qu'il craigne de paraître ambitieux en se montrant
souvent à la tribune. Nous croyons devoir l'inviter à vaincre cette
fâcheuse répugnance. Quand on a le malheur d'entendre chaque jour, comme
nous, de pitoyables orateurs, tels que MM. Laboulaye, de Conny, Formont,
Sainte-Marie, Mayrinhac et tant d'autres _ejusdem farinæ_ divaguer à
outrance sur toutes les questions et souiller la tribune d'une foule de
pasquinades indignes de la gravité de la Chambre, on peut déplorer
l'excès de modestie qui retient sur leurs bancs des députés d'un vrai
talent et d'un caractère aussi honorable que M. de Cormenin. Son organe
est, d'ailleurs sonore et flexible, sa figure calme et sévère, son
attitude convenable et réservée, sa taille haute et bien prise; rien ne
lui manquerait qu'un peu plus de chaleur et de hardiesse, pour devenir
orateur dans toute la force du terme, et nous sommes sûr qu'il le
deviendra.

Avec moins de moyens, assurément, M. Marcassus de Puymaurin, fabricant
de pastel, est bien devenu directeur de la Monnaie de Paris; et quel
homme, en Europe, ne connaît aujourd'hui le célèbre M. Marcassus de
Puymaurin? Avez-vous vu quelquefois au pied de la tribune un gros homme
portant une grosse tête sur de grosses épaules, et dans cette tête
beaucoup de cervelle? C'est l'honorable M. Marcassus de Puymaurin.
Avez-vous remarqué un député très-boiteux, raisonnablement sourd et tant
soit peu bègue, dont l'habit vert et le gilet sont presque toujours
déboutonnés, et qui pose sa main sur ses oreilles en forme de cornet
acoustique, quand M. de Conny improvise? C'est encore M. de Puymaurin.
Enfin, vous souvenez-vous d'avoir entendu une description charmante des
sangsues, de leurs moeurs et de _leurs amours_; une superbe
philippique contre les bouchers qui donnent trop de _réjouissance_ et un
éloge des vétérinaires qui en savent plus que les médecins? Toutes ces
pièces d'éloquence sont dues à l'honorable, à l'introuvable, à
l'impayable M. de Puymaurin, ancien fabricant de pastel et directeur de
la Monnaie des médailles.

Combien de fois, dans le bon temps des Chambres de Cazes et Villèle,
l'illustre biographe des sangsues a-t-il bégayé des mots charmants, des
naïvetés plaisantes et d'énergiques péroraisons en faveur du budget!
Avec quelle chaleur il battait monnaie sur les épaules des
contribuables! Quels grands coups de balancier il frappait, lorsque Son
Excellence Sidy-Mahmoud, avide de connaître le gouvernement
représentatif, venait lui en demander des nouvelles à l'hôtel du quai
Conti! Ces beaux jours, hélas! ne sont plus. Une misérable salle à
manger met la Chambre en rumeur; un député de rien, un simple avocat,
fait rendre gorge à un garde des sceaux, et M. Bourdeau va coucher
demain dans la chaste alcôve de M. de Peyronnet à l'hôtel de la
Chancellerie: _sic vos non vobis, nidificatis, aves_!


LE MOUTON ENRAGÉ[16].

FIGARO.--Ah! mon Dieu, Basile, quelle figure longue!... un myriamètre
distance légale... et pâle... comme le _Journal des Débats_.

BASILE.--Oh! c'est qu'il y a de quoi faire changer de couleur, même ceux
qui n'en ont jamais eu.

--Est-ce qu'il serait question de quelque changement dans?...

--Un changement!... Oui... Tiens, lis.

--Quoi?

--Tu ne vois pas?

--Non, je ne vois pas.

--Tu ne vois pas, là, dans la _Gazette_, le _Mouton enragé_?...

--Eh bien... j'ai vu pendant six mois _le Boeuf enragé_ sur l'affiche
des Funambules, et personne n'a réclamé... Après?...

--Après?... Mais, lis donc, «Robin, que je te noue ce ruban bleu... On
va te tondre, Robin mouton, tu es enragé... pourtant, c'est du sang de
mouton qui coule dans tes veines.» Eh bien, tu ne frémis pas?

--Pas le moins du monde.

--Tu ne comprends donc pas!

--Je comprends qu'il s'agit d'un mouton... Et comme la pastorale est
usée, je ne vois pas...

--Il s'agit bien de la pastorale!... Il s'agit de la révolution... Le
sang de mouton, c'est le sang de Henri IV et de Louis XIV.

--Ah! pauvre _Gazette_! gare M. Menjaud de Dammartin.

--Mais, tu n'y es pas... c'est l'_Album_.

--Ah! c'est l'_Album_ qui dit que le sang de mouton est le sang de Henri
IV et de Louis XIV!

--Mais non! l'_Album_ parle de _sang de mouton_, et la _Gazette_ prouve
comme quoi il s'agit du sang de Henri IV et de Louis XIV. En
conséquence, elle dit: «Français, on menace vos princes...
réveillez-vous!»

--Ce sera peut-être assez difficile, s'ils ont lu la _Gazette_. Mais,
écoute, Basile, il me semble que tout ce sang-là n'a pas le sens
commun... Comment croire qu'on s'amuse à fabriquer des allusions à
l'instar du _Nain jaune_, quand la censure ne vous meurtrit pas le
poignet de son gantelet de plomb? Comment s'exposerait-on de gaîté de
coeur à d'énormes amendes quand on est vulnérable d'un cautionnement
de soixante mille francs? Comment affronterait-on la police
correctionnelle quand on a deux de ses rédacteurs à Sainte-Pélagie? Ne
serait-ce pas jouer à y faire mettre tout le personnel du journal, y
compris les abonnés et M. le procureur du roi lui-même, pour s'être
laissé devancer par la _Gazette_? Mais j'admets et personne n'admettra,
personne ne peut admettre, j'admets l'allusion... Maintenant, dis-moi,
Basile, combien l'_Album_ a-t-il d'abonnés?

--Deux cents.

--Et la _Gazette_?

--Six mille.

--Six mille! alors _la Gazette_ aurait offensé le sang d'Henri IV et de
Louis XIV _cinq mille huit cents fois_ plus que l'_Album_. Si les
rédacteurs de l'_Album_ étaient envoyés à la Force, ceux de la _Gazette_
devraient être au moins expédiés pour Toulon. D'ailleurs la
_Quotidienne_ ne vient-elle pas d'être condamnée à 50 francs d'amende
pour avoir attenté à la dignité du _Constitutionnel_ en copiant le
susdit _Album_? Ici le cas n'est-il pas le même, et la _Gazette_
n'a-t-elle pas, comme la _Quotidienne_, _cité_ avec complaisance,
souligné avec soin tout ce qui pouvait prêter au scandale?

On dit que le numéro de la _Gazette_ qui contenait l'article sur
l'_Album_ a été saisi, hier soir, à la requête de M. le procureur du
roi.


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. DE MONTBEL.--M. DE PINA.--M. DE LABOURDONNAYE.

M. de Montbel, maire de Toulouse, est entré à la Chambre des députés
sous les auspices de son compatriote, M. de Villèle, pendant la longue
domination des _Trois-Cents_. C'est un homme d'une taille au-dessous de
la moyenne, d'une corpulence assez remarquable, et dont les traits
lourds et communs n'ont rien de cette vivacité qui caractérise les
riverains de la Garonne. Il siége au côté droit, non loin de MM. de Pina
et de Labourdonnaye. C'est lui qui prend ordinairement la parole toutes
les fois qu'il s'agit de défendre le personnel de l'ancien ministère, ou
plutôt de M. de Villèle; car M. Syrieys de Mayrinhac s'est chargé de la
défense de M. de Corbière, et personne, que je sache, n'a voulu de celle
de M. de Peyronnet. M. de Montbel n'est pas d'ailleurs un homme sans
talent et, de tous les meneurs du côté droit, c'est peut-être lui qui
connaît le mieux le faible de la Chambre des députés. Son langage ne
manque ni de mesure, ni d'adresse, ni parfois d'éloquence; et si ce
n'était que la Chambre a cessé d'être dupe des paroles, il ferait
illusion aux libéraux par la manière dont il sait intéresser leur
générosité.

L'organe de cet honorable membre est extrêmement désagréable, et ceux
qui l'entendent pour la première fois croient toujours qu'il est enroué.
Cependant on l'écoute avec curiosité, parce qu'on apprend par lui la
pensée véritable du parti villéliste, et que ses adversaires ne sont pas
sans estime pour sa personne. Ce royaliste prononcé, cet orateur, si
ardent à la tribune, passe pour un homme de moeurs douces et
bienveillantes; on cite même plusieurs traits fort honorables de sa vie
privée. Pour moi, si j'en puis bien juger par simple conjecture, je
crois que M. de Montbel ne nous ferait pas tous pendre s'il était le
plus fort; mais je ne serais pas aussi rassuré de la part de ses
respectables amis, depuis les fusillades de la rue Saint-Denis.

Et, par exemple, si M. de Pina devenait jamais ministre, je prendrais
sur-le-champ ma canne et mon chapeau pour me sauver je ne sais où, mais
le plus loin possible de ce saint personnage. Je n'en connais pas un de
plus violent, ni de plus rancunier dans toute l'assemblée; et sa figure
habituellement ouverte et riante me rappelle toujours, je ne sais pas
pourquoi, celle de Frédérick dans le rôle de Méphistophélès. M. de Pina
conserve encore, au sein de la Chambre de 1829, les opinions et les
doctrines qui dominaient aux conférences de Pilnitz; il est campé sur
les bords du Rhin, et il attend que M. de Brunswick ait mis à la raison
les Parisiens révoltés. Nul n'assaisonne de fiel mieux que lui une
harangue contre des pétitionnaires; nul ne parle avec plus d'amertume de
la liberté de la presse, de l'égalité devant la loi et de toutes
conquêtes de la révolution sur l'ancien régime. Il partage avec M. de
Lépine et M. de Conny tout l'honneur des homélies parlementaires qui
ont rendu ces deux députés si célèbres, et je n'ai jamais lu de
description du jugement dernier plus curieuse que ses tirades sur la
dissolution des sociétés. Les _balistes_ et le _manioc_ de M. de
Sallabéry peuvent seuls leur être comparés.

Nous avons eu dernièrement une occasion remarquable d'observer le
caractère énergique de M. de Pina. C'était le jour où, reprenant toute
sa dignité, la Chambre des députés se leva comme un seul homme contre la
suppression de l'amendement relatif à la salle à manger de M. de
Peyronnet. Depuis la chute du ministère déplorable, le côté droit
n'avait pas encore éprouvé d'échec aussi désastreux. La consternation
était peinte sur tous les visages religieux et monarchiques, et l'on eût
dit que la Bastille venait d'être prise une seconde fois. M. de Pina,
seul, debout à son banc, les bras croisés, ainsi que Marius sur les
ruines de Carthage, bravait de ses regards l'hilarité du côté gauche; en
vain les huissiers criaient de toutes parts: «Asseyez-vous, Messieurs;
M. le président vous prie de vous asseoir.» L'inflexible Pina demeurait
immobile. Enfin, saisi d'indignation, il s'écrie: «De quel droit veut-on
me faire asseoir?» et proteste du moins, par cette véhémente apostrophe,
contre le triomphe de la révolution.

L'honorable M. de Labourdonnaye est un homme plus grave. La première
fois que j'ai eu l'honneur de le voir, je m'attendais à trouver dans sa
physionomie quelques traits en harmonie avec sa réputation
parlementaire, des yeux vifs et perçants, un front découvert et hardi,
une tenue imposante et digne, tout au moins, d'un vieux chef de parti.
Loin de là, M. le comte de Labourdonnaye n'offre à l'observateur qu'une
physionomie sans expression, un visage maussade, un air ennuyé; sa voix
sourde et monotone résonne tristement dans l'enceinte de la Chambre
sans y trouver d'écho, et vient mourir dans la tribune des journalistes
où le rédacteur de la _Quotidienne_ lui fait de temps en temps la
charité d'une colonne. Il m'est impossible de comprendre comment cet
honorable député a pu exercer de l'influence sur une assemblée
délibérante, autrement qu'en me rappelant ce proverbe: _Dans le royaume
des aveugles, les borgnes font la loi_.

Mais quand je remets dans mon esprit les saturnales de la session de
1823, l'expulsion de Manuel et toutes les batailles gagnées par le côté
droit de ce temps sur l'honneur et les libertés de la France, je
m'explique plus aisément la gloire parlementaire de M. de Labourdonnaye.
Le système des catégories doit à son éloquence de nombreuses victimes,
et c'est lui qui disait un jour aux députés du côté gauche: «La France
ne veut plus de vous!» Aujourd'hui que la France a fait connaître ses
voeux, nous avons rarement le plaisir d'entendre M. le comte de
Labourdonnaye, et même il est probable qu'au prochain renouvellement des
Chambres, nous en serons entièrement privés; aussi l'honorable membre
commence-t-il à nous accoutumer à son silence; sa voix, jadis si
redoutable, est devenue muette et ne rend plus d'oracles; son front,
chargé de rides, se couvre tous les jours de nouveaux soucis, et le
temps n'est pas loin où cette renommée si brillante expirera dans
l'oubli.

Pour moi, j'aime à voir disparaître sans bruit ces coryphées de la
Chambre _introuvable_ et _déplorable_, qui instituèrent les cours
prévôtales, qui rédigeaient les notes secrètes, qui se sont adjugées un
milliard, qui ont fait la loi du sacrilége, exploité l'assassinat du duc
de Berri et ordonné les _coups de collier_ du mois de novembre. Ainsi
s'évanouiront devant la raison publique et la génération nouvelle tous
ces vieillards atrabilaires, tristes représentants des haines du passé;
ainsi ont disparu les Dudon, les Donadieu, les Saint-Chamans, et
passeront comme eux les Grénédan, les Sallabéry, et tant d'autres
médiocrités, qui se consument lentement du supplice de leur impuissance
et meurent, comme les héros du Dante, sans même emporter l'espérance.


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. LE GÉNÉRAL LAMARQUE.--M. LE GÉNÉRAL GÉRARD.--M. LE GÉNÉRAL
DEMARSAY.--M. LE GÉNÉRAL HIGONET.--M. LE GÉNÉRAL TIBURCE SÉBASTIANI.--M.
LE GÉNÉRAL MATHIEU DUMAS.

La Chambre des députés, comme on le voit par ce titre, qui ne les
comprend pas tous, est fort riche en généraux. Est-ce un bien? est-ce un
mal? Je l'ignore; mais c'est un fait statistique assez remarquable et
dont, à tout prendre, la France aura peut-être un jour à s'applaudir.
Les généraux français ont rapporté de la guerre un sentiment exalté de
l'honneur national; divisés sur les questions de liberté, ils
s'entendraient certainement sur la question d'indépendance, derrière
laquelle nos franchises civiles auront toujours le temps de se bien
constituer. C'est d'ailleurs une justice à rendre à nos députés
militaires, de reconnaître que la plupart d'entre eux, abdiquant les
habitudes un peu despotiques de leur état, se sont montrés les
défenseurs constants des libertés publiques.

Au premier rang de ces honorables se placent quelques-uns de ceux dont
les noms décorent le titre de cet article. Le général Lamarque est connu
depuis longues années par sa bravoure téméraire, par les proscriptions
qu'il a subies, et par ses connaissances distinguées dans son art et
dans les autres sciences. Il écrit et parle d'un style pittoresque,
tout en images, et qui rappelle à quelques égards la manière brillante
et pathétique du général Foy; son élocution est toutefois moins
correcte, mais plus incisive et satirique, comme on a pu le voir dans
son discours sur la question des Suisses, auxquels il a porté le dernier
coup. Il improvise rarement, quoique sa facilité soit très-grande; mais
il récite ordinairement ses discours de mémoire, et leur effet en est
plus assuré. L'honorable général est d'une taille moyenne, sa tête est
légèrement enfoncée dans les épaules, qui sont un peu voûtées, et ses
cheveux paraissent d'un blond douteux aux rayons du soleil. En somme, il
n'est pas beau, mais on dit qu'il est fort aimable et qu'il n'a pas fait
en pays ennemi toutes ses conquêtes.

M. le général Gérard possède quelque chose de cette simplicité antique,
si justement admirée dans Hoche et dans Desaix. La modestie et la
douceur caractérisent sa physionomie, naturellement ouverte, affable et
distinguée. Il parle rarement, mais toujours à propos, avec force et
mesure, et de manière à mériter les suffrages même de ses adversaires.
Sa vie militaire, pleine de gloire, n'est pas de notre ressort; mais
elle a jeté beaucoup d'éclat sur sa carrière parlementaire et donne
aujourd'hui à l'honorable général une influence positive dans les
délibérations de l'Assemblée. Il siége au côté gauche, entre M. Etienne
et M. Laffitte.

M. le général Demarsay porte habituellement une longue redingote bleue
et un chapeau à larges bords qui le font reconnaître sur-le-champ, non
moins que sa taille élancée, au milieu de ses collègues. C'est un brave
militaire, d'un tempérament sec et bilieux, presque toujours en colère
et montant à la tribune comme à la brèche, armé de toutes pièces et la
pointe en avant. Je ne connais pas dans toute la Chambre d'interrupteur
plus intrépide et plus infatigable, et il ne se passe pas de séance
qu'il n'ait eu deux ou trois querelles avec le président. Il n'a pas la
patience d'attendre son tour de parler, et trop souvent il exhale son
humeur en apostrophes véhémentes, au lieu de réunir ses arguments en
faisceau pour leur donner quelque importance. C'est un capitaine de
tirailleurs qui dépense beaucoup de munitions et ne fait pas grand mal à
l'ennemi. Son principal défaut est une obstination sans bornes: que la
Chambre l'écoute ou soit distraite, s'il est à la tribune, il n'en
descendra qu'après avoir tout dit et parlera dix fois dans la même
séance. Au reste, M. le général Demarsay est un citoyen intègre, et s'il
manque souvent de mesure, du moins n'a-t-il jamais manqué de conscience
et de patriotisme.

Aux deux extrémités des deux centres siégent deux autres généraux plus
jeunes: le premier, touchant au côté gauche, M. Tiburce Sébastiani; le
second, plus près de la droite, M. Higonet. Tous deux sont arrivés
récemment de l'armée de Morée, où ils commandaient une division. M. le
général Higonet, bien qu'il siége près des rangs où les libertés
nationales comptent fort peu d'amis, use de son crédit d'une manière
juste et impartiale en faveur des habitants de son département. M. le
général Tiburce Sébastiani, moins fier et moins superbe que son frère, a
aussi beaucoup moins de talent; mais sa modestie invite à l'indulgence,
et il paraît si jeune qu'on lui donnerait à peine trente ans. Toutefois,
la campagne de Morée a bien plus appelé l'attention publique sur ces
deux honorables membres que leurs travaux parlementaires.

M. le général Mathieu Dumas, l'un des plus anciens officiers de l'armée
française, est assis au côté gauche, près de MM. les généraux Clausel et
Lamarque. Tout le monde connaît son _Histoire des campagnes de la
révolution_ et le talent avec lequel il sut organiser, en moins de six
semaines, pendant les Cent-jours, cette armée héroïque qui alla mourir à
Waterloo. M. le général Mathieu Dumas a fait en personne la plupart des
guerres dont il a écrit l'histoire, et il possède une foule de
connaissances positives qui rendent sa présence à la Chambre infiniment
utile. On a dit qu'il faillit un moment devenir infidèle à la cause
constitutionnelle; mais rien ne nous a été démontré à cet égard, et nous
croyons qu'aujourd'hui cet honorable général est trop âgé pour changer
de religion. Sa gloire est d'ailleurs intimement liée à celle de la
révolution française, et ce n'est pas au retour de Fleurus ou d'Arcole
qu'on peut songer à devenir le compère des hommes de Coblentz. M. le
général Mathieu Dumas est extrêmement vieux; sa tête est couverte de
cheveux blancs, et sa place facile à reconnaître dans la Chambre, où il
porte habituellement un garde-vue de taffetas vert.


ESQUISSES DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.

M. THÉNARD.--M. KÉRATRY.--M. ÉTIENNE.

Avez-vous vu quelquefois à la Sorbonne M. le baron Thénard, professeur
de chimie et doyen de la Faculté des sciences, expliquant à ses élèves
la décomposition de l'hydrogène sulfuré par le chlore, apostropher en
termes rudes son préparateur Baruel et renverser avec colère les
éprouvettes et les tubes, quand une expérience vient à manquer par sa
faute? L'avez-vous vu, armé de l'allumette magique, transformer avec
satisfaction de l'oxyde de carbone en gaz acide carbonique? Tel vous
l'avez admiré dans son fauteuil académique, tel vous le retrouverez à la
tribune de la Chambre des députés, lorsqu'il se chargera d'un rapport
sur la refonte des monnaies ou bien de la défense du commerce des
salpêtres. Chez lui, le professeur ne disparaît jamais devant le député,
et ses meilleurs discours ressemblent toujours à des leçons. L'honorable
membre est doué d'une facilité d'élocution intarissable, et il en abuse
trop souvent, comme ces compositeurs de musique qui développent dans
tous les tons un motif agréable jusqu'à ce qu'ils l'aient rendu
assoupissant.

Ce n'est pas que M. le baron Thénard manque de sens et de connaissances
réelles; au contraire, il en possède beaucoup, et ses idées politiques
sont généralement raisonnables; mais, comme il est fort entêté, prolixe
et criard, le bien qu'il pourrait faire rencontre souvent des opposants
parmi ceux qu'il a trop ennuyés pour vouloir les convaincre. C'est un
des hommes les plus dangereux que je connaisse pour les habits neufs et
pour les jabots de mousseline: on cite plusieurs exemples de personnes
auxquelles, dans la chaleur de son argumentation, il aurait arraché tous
les boutons de leur habit et la moitié de leur chemise. En conséquence,
il importe de se tenir à une distance respectueuse de ses ongles
redoutables, toutes les fois qu'on discute avec lui quelques questions
capables de l'échauffer.

L'honorable député de l'Yonne est encore, dans toute la force de l'âge,
un véritable adolescent dans une Chambre qui ne compte guère que des
vieillards. Sa tête est couverte d'une forêt de cheveux noirs et crépus,
sa figure large et plate, son regard vif et jovial. Il siége au centre
du centre gauche et vote quelquefois avec le centre droit; ce qui
s'explique aisément par la simple énumération des titres dont il est
décoré. Comment se pourrait-il qu'un député qui est baron, doyen de
Faculté, professeur à la Sorbonne et au Collége de France, officier de
la Légion d'honneur, membre de l'Institut et de l'Académie de médecine,
n'eût pas quelque penchant pour le cumul, si vivement attaqué néanmoins
par un vicomte, M. de Cormenin!

M. Kératry, député du Finistère, s'est acquis une réputation de courage,
de patriotisme et d'intégrité au-dessus de toute atteinte. Sa vie
entière, vouée à l'étude de la philosophie et de l'histoire, n'a été
qu'une laborieuse introduction aux fonctions qu'il remplit aujourd'hui
avec tant de distinction. Cet honorable député écrit et parle avec
beaucoup de facilité. Peut-être aurait-on le droit d'exiger plus de
correction et de goût dans son style; mais ces défauts ont disparu
toutes les fois qu'il a été appelé à défendre la cause de la liberté ou
celle de l'humanité. On sait avec quelle énergie et quelle dignité M.
Kératry, traduit devant les tribunaux pour un article inséré par lui au
_Courrier français_, sut faire respecter ses droits et dévoiler les
turpitudes du dernier ministère. Son procès n'a pas été inutile au
succès de la cause nationale, et il est très probable que ses juges, en
l'acquittant, ont voulu rendre hommage à sa vertu, non moins qu'obéir au
cri de leur conscience.

L'honorable membre est d'une taille extrêmement petite. Sa mise est
très-négligée. Il parle assez rarement, ce qui est déjà une preuve de
goût, et il s'attache de préférence à traiter les questions de liberté
civile et religieuse, qui conviennent davantage à la nature de son
talent. M. Kératry a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels ses
_Inductions morales et philosophiques_ et le roman intitulé _le Dernier
des Beaumanoir_ tiennent un rang distingué et annoncent une grande
imagination.

Tout le monde connaît les antécédents littéraires et politiques de M.
Etienne, académicien de l'Empire et chassé de l'Académie par ordonnance
royale. Il a _revu le pays où l'on dort_, grâce au droit d'élection ou
plutôt de réélection exercé en sa faveur par ses confrères. De proscrit,
il est devenu député, et il s'est invité à jouer aux cartes dans le même
palais où la stupide vengeance d'un ministre conseillait au roi de lui
ravir un titre jusqu'alors inviolable. M. Etienne a passé par toutes les
épreuves avec une insouciance philosophique et joyeuse, consolé par ses
succès littéraires et trouvant, dans les recettes de _Joconde_ et de
quelques autres pièces charmantes, des compensations aux rigueurs
ministérielles. C'est un homme de moeurs douces, d'un caractère faible
et léger, mais véritablement inoffensif et même obligeant. Sa taille est
grande et son embonpoint date d'avant la Restauration.

Les discours de l'honorable député de la Meuse se font remarquer, comme
ses autres productions, par l'éclat des antithèses, par un heureux choix
d'expressions et par un vernis de politesse qui cache trop souvent la
légèreté du fond. Plusieurs de ses sentences sont restées à la tribune
comme au théâtre, et nul orateur n'a peut-être mieux défini la dernière
loi départementale, si incongrument retirée, que celui qui en a dit:
_politesse des mots et injure des choses_! M. Etienne est très-assidu
aux séances de la Chambre, et l'on devine aisément combien sa position
doit lui procurer d'occasions d'être utile au journal qu'il dirige. Il
siége au troisième banc du côté gauche, près de M. Laffitte et du
général Gérard.

L'honorable orateur n'est point un homme instruit dans la véritable
acception de ce terme; il ne manque pas de tact et dissimule ce qu'il
ignore avec assez d'adresse pour faire illusion sur ce qu'il sait. C'est
précisément l'absence de ce tact qui précipite la tribune, comme des
papillons à la chandelle, une foule de députés ignorants et
présomptueux, et donne naissance à des milliers de discours déplorables
qui allongent les sessions sans aucun bien pour la chose publique. On ne
saurait croire combien il y a dans l'Assemblée de médiocrités qui
pérorent et de gens de mérite qui gardent le silence, utiles seulement
dans les comités, où ils donnent d'excellents avis, tandis que les
bavards ambitieux ne songent qu'au journal du lendemain et à l'effet que
leurs métaphores produiront dans les départements. Il y aurait là un
excellent sujet de comédie, et je crois que M. Etienne s'en occupe. La
représentation aura lieu aux élections prochaines.



1830


BIGARRURES.

On a trouvé un bon moyen d'empêcher les électeurs de faire sauter le
ministère: on met le feu à leurs maisons.

       *       *       *       *       *

Les Français seront dorénavant admissibles à tous les emplois, pourvu
_qu'ils aient une fortune suffisante_. Ainsi le veut un article
nouvellement promulgué de la Charte Polignac.

       *       *       *       *       *

MM. de Polignac, de Montbel, d'Haussez, Chabrol, Courvoisier et Guernon
de Ranville se trouvaient réunis, l'autre jour, en grand conseil.

--Oh! mon Dieu! que vous êtes jaunes, mes chers collègues, dit le prince
romain.

--C'est que nous allons entrer en dissolution, répondirent tristement
les cinq autres Excellences.


M. FONTAN A POISSY.

Il n'y manquait ce matin que le galérien malade, car, pour le reste,
nous étions revenus aux beaux jours de M. Franchet, il y avait les
gendarmes, les voleurs de grand chemin et, au milieu de tout cela, M.
Fontan, que le préfet de police avait trouvé trop heureux à
Sainte-Pélagie, et qu'il a fait transporter à la maison privilégiée de
Poissy.

C'est un réveil digne de M. Mangin; la veille, il avait été assez
clément pour le malheureux détenu. Il avait permis aux acteurs de
l'Odéon, à mademoiselle Georges elle-même, de pénétrer jusqu'au
prisonnier pour entendre la lecture d'un nouveau drame plein d'émotions
neuves et fortes, composé sur la grande route de Bruxelles, au milieu
des gendarmes de la Belgique, et terminé au milieu des gendarmes de
Paris.

Et les acteurs avaient applaudi à ce drame de l'auteur de _Perkins_, et
ils l'avaient quitté en lui promettant un succès de plus, et peut-être
la liberté.

Le lendemain, c'était aujourd'hui, M. Fontan était arraché à ses amis de
prison, au concierge qui l'aimait, aux poètes ses collègues, à tant
d'organes de la presse libérale si facilement incarcérés; adieu à toute
la prison, à sa cellule repeinte, à ses habitudes domestiques, à tout ce
monde qu'il s'était fait pour cinq années! Oui, violemment arraché de
tout ce bien-être; violemment arraché à ces porte-clefs qui lui
souriaient; adieu même à ce Paris lointain du faubourg; adieu au _Pauvre
Jacques_: M. Mangin le veut, il faut aller à Poissy.

O Poissy! à sept lieues de l'Odéon et des Nouveautés, dans la poussière,
une méchante prison à porte basse et, dans l'intérieur, des voleurs
repris de justice, des escrocs de second ordre, tout le menu fretin de
la police correctionnelle! Et, entré là, il faut quitter son dernier
habit de poète, son pauvre habit tout usé, mais auquel on tient encore
comme à son habit de noces! Allons, encore un effort, tendez les bras à
la livrée du crime; un forçat a porté cet habit. N'importe, te voilà en
livrée; tu n'as pas même le droit d'être vêtu comme les autres poètes.
Voilà M. Fontan à Poissy.

Il est parti ce matin: il couchera ce soir, _dans sa_ prison nouvelle,
dans le dortoir comme à ces beaux temps du collége; il s'endormira aux
conversations d'argot de ses compagnons, et il ne comprendra pas cette
langue étrange et il regrettera plus que jamais sa prison toute composée
de poètes et d'écrivains, et, tout à côté, les joyeux dissipateurs de
leur patrimoine, insouciants amateurs de bonne chère et de plaisirs,
habiles architectes de châteaux en Espagne, même malgré les verrous!

Vraiment, c'est une indignité d'en agir ainsi vis-à-vis un homme, parce
qu'il n'est ni voleur, ni escroc, ni faussaire, ni menteur, ni
calomniateur; parce qu'il a le désavantage d'être un écrivain, rien de
plus. Tu écris, scélérat! Des menottes, des fers, des forçats pour
compagnons. Tu écris! le feu et la mort. Tu écris! qu'on te pende, qu'on
te marque au feu!... Reposez en paix, vous autres qu'attend le bagne;
vous, honnêtes assassins, qui n'écrivez pas.

Honneur donc à l'arrêt de M. Mangin; honneur à ce capricieux hasard qui
joue avec un homme et qui le brise avec dédain, quand il a assez joué.
Quoi donc? la loi qui vous enferme vous condamne-t-elle à l'exil, au
travail des mains, à l'habit infamant, à la cohabitation avec le crime?
Prisonnier veut-il dire forçat? Une prison est elle un bagne? Et ici
n'est-ce pas dire à M. Fontan: «Tu ne vivras pas!» que de l'enlever à
ses amis, à ses protecteurs, au souvenir de la ville, à sa famille, à
tout ce qui pouvait adoucir cinq ans de cette infortune qu'on appelle
la prison. Cinq années d'esclavage, mon Dieu, pour quelques lignes
hasardées! Toute une vie perdue!

BIGARRURES.

M. de Polignac a tenu le poêle à un mariage qui a été célébré à
Saint-Germain l'Auxerrois. Quand donc tiendra-t-on le poêle au convoi du
ministère?

       *       *       *       *       *

    Un client, que rasait le perruquier Figeac,
        Lui demandait: Quelle nouvelle?
   --Quoi donc! ignorez-vous celle du jour?--Laquelle?
     --Le ministère Polignac,
        Lassé d'une longue querelle,
        Dans deux mois va déménager.
   --Dans deux mois, non, c'est en septembre.
   --Parbleu, j'ai le journal, je pourrais bien gagner.
    Regardez..... en juillet il doit changer de Chambre.


Dimanche, 16 mai 1830.

EXTRAIT DES BORDEREAUX D'UN PRÉFET.

  Pour guirlandes de fleurs appendues à la préfecture, lampions,
  verres de couleur et vers de circonstance                        30 fr.

  Honoraires de dix hommes qui sont allés au-devant
  de Son Excellence, et ont crié: _Vive M. de
  Bourmont_! à chaque 1 fr.                                        10 »

  Pour le dîner, le foin et l'avoine consommés par
  Monseigneur, sa suite et ses chevaux                             250 »

  Pour la rédaction de l'éloquent discours de M. le
  préfet                                                     15 »

  Honoraires de vingt hommes chargés de coudoyer,
  rudoyer et injurier les mauvais citoyens qui riaient
  et proféraient des plaisanteries et quolibets séditieux,
  à chaque 2 fr.                                            40 »

  Plus, indemnités pour les coups de canne reçus
  par les susdits                                           40 »

  Pour les arrhes données aux individus qui devaient
  traîner la voiture de Monseigneur, ce qui n'a pas eu
  lieu                                                      20 »

  Pour gratifications aux agents de police et petits
  verres à la gendarmerie pour réchauffer et remonter
  le dévoûment d'iceux                                     200 »

  Pour messes, neuvaines et chandelles bénies, à
  l'occasion de l'expédition d'Alger                        50 »

  Pour l'achat de dix exemplaires de la _Quotidienne_,
  de la _Gazette_ et du _Drapeau blanc_, pour être mis
  en évidence dans le salon de M. le préfet                  5 »

  Pour bas de soie de M. le préfet, éloge des vertus
  de M. de Bourmont, et autres menus détails                20 »
                                                           ------

                                                     Total: 680 fr.

M. le préfet supplie humblement Mgr le ministre de l'intérieur de lui
faire rembourser ces avances; sans quoi, quand il passera par sa
préfecture quelque grand personnage, ses moyens ne lui permettraient pas
de le recevoir dignement, le dévoûment étant pour le moment hors de
prix, et personne ne voulant en donner à crédit.


Mercredi, 19 mai 1830.

SÉANCE DU CONSEIL.

(15 mai.)

M. DE POLIGNAC.--Ah! çà, Messieurs, j'ai envie de dissoudre.

M. D'HAUSSEZ.--Par le mât de misaine, ce devrait être déjà fait.

M. DE POLIGNAC.--Si je dissolvais?

M. SYRIEYS.--Oui, si on dissolvait?

M. DE POLIGNAC.--Mais c'est que nos affaires n'en iront pas mieux pour
cela. La France va se lever tout entière contre nous. Je n'ose pas
dissoudre.

M. SYRIEYS.--Ne dissolvons pas.

M. DE POLIGNAC.--Mais on ne peut pas faire autrement; la Chambre de
l'adresse séditieuse n'est guère venue à résipiscence.

M. SYRIEYS.--Alors, dissolvons.

M. DE POLIGNAC.--Moi, je ne sais que faire. Aidez-moi de vos conseils.

M. SYRIEYS.--Mon avis est..... si je puis me permettre de l'énoncer
aussi ouvertement..... mon avis est que notre situation est
excessivement embarrassante.

M. DUDON.--Je suis parfaitement de l'avis de l'honorable préopinant.

M. COURVOISIER.--Et si les saints ne nous sont pas en aide, je ne sais
comment nous nous tirerons d'affaire. Il faut pourtant se décider à
quelque chose.

M. SYRIEYS.--Si nous tirions à la courte-paille ou à pile ou face?

M. D'HAUSSEZ.--A-t-il de l'esprit aujourd'hui, ce coquin de Syrieys!

M. COURVOISIER.--Attendez, j'ai une médaille bénie à l'occasion de la
translation des reliques de saint Vincent de Paul; elle va nous servir.
Eh!... où donc est ma médaille? j'ai perdu ma médaille, on m'a volé ma
médaille. Dudon, vous ne me l'auriez pas prise par hasard?

M. DUDON, _avec assurance_.--Moi, je ne sais pas ce que vous voulez
dire.

M. SYRIEYS.--Tenez, voilà un louis.

M. D'HAUSSEZ.--Vaisseau démâté que vous êtes, vous ne voyez pas que
c'est un napoléon.

M. COURVOISIER, _se signant_.--Bonne sainte Vierge!

M. DE POLIGNAC.--La figure de l'individu!... Tenez, voilà un vrai louis.
D'Haussez, vous êtes pour la dissolution; moi contre. Pile ou face?

M. D'HAUSSEZ.--Face.

(M. de Polignac jette la pièce; elle tombe face, et la dissolution est
arrêtée définitivement.)


M. DE PEYRONNET AU MINISTÈRE.

On lit dans la _Gazette_ d'hier: «MM. de Chabrol et de Courvoisier
ayant donné leur démission, le Roi l'a acceptée et a nommé M. de
Montbel ministre des finances, M. de Chantelauze ministre de
l'Instruction publique, et M. de Peyronnet ministre de l'intérieur.»

M. de Peyronnet!!! Ce nom dit tout, et nous savons de quoi
est capable celui qui a pris pour devise: _Non solum togâ_.
Nous voici revenus à l'expectative des coups d'État dont nous
menaçaient depuis si longtemps les journaux à gage de la camarilla.....

Bien joué, nos Seigneurs! M. de Peyronnet est pris pour
tailleur dans notre dernière partie, voyons ce qu'il retournera!


BIGARRURES.

M. de Peyronnet entre dans la nouvelle troupe avec le même engagement et
les mêmes feux; il a pour emploi les coups d'État. On est généralement
curieux de voir le beau grenadier à cheval.

       *       *       *       *       *

La nouvelle de la rentrée de M. de Peyronnet au ministère a fait baisser
la rente, et les projets de M. de Polignac font hausser les épaules.

       *       *       *       *       *

Les électeurs se préparent à prouver à l'auteur de la loi du droit
d'aînesse, qu'il n'est qu'un triste cadet.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet a de la rancune; il veut nous faire payer cher sa salle
à manger, mais nous tenons les cordons de la bourse.

       *       *       *       *       *

M. Dudon a pris un habit de ministre, il continue à voler dans le chemin
de la fortune.

       *       *       *       *       *

Chodruc-Duclos dit qu'il aime mieux être Chodruc que Peyronnet; Chodruc
n'est pas si fou qu'il en a l'air.

M. Capelle joue les traîtres, M. Polignac les niais, M. Guernon de
Ranville les pères dindons, M. de Peyronnet les tyrans. M. de Bourmont
est chargé spécialement de l'emploi des déserteurs. M. Dudon va
compléter la troupe; on sait d'avance quel rôle il jouera.

       *       *       *       *       *

On assure que M. de Peyronnet a en portefeuille une trentaine de lois
d'amour inédites.

       *       *       *       *       *

Décidément le ministère est à l'agonie; M. de Peyronnet se plaint
d'avoir été appelé trop tard.

       *       *       *       *       *

Chodruc-Duclos a pris un chapeau neuf; il paraît qu'un changement
notable s'est opéré dans ses finances; il finira peut-être par être
ministre.

       *       *       *       *       *

M. de Peyronnet va donner un grand assaut....... à la Charte.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac veut monter à cheval après les élections; nous
l'engageons à bien se tenir.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac voyant approcher les élections et désirant s'assurer un
poste en rapport avec ses goûts et sa capacité, a retenu la place de
bedeau de Saint-Roch.

       *       *       *       *       *

On vend maintenant des _tabatières électorales_ et du _tabac à la
Charte_. Il y a de quoi faire fumer le ministère.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac trame ses coups dans l'ombre, c'est le hibou du
ministère.

       *       *       *       *       *

Telle est pourtant l'influence des plus petits motifs dans les choses de
ce monde! Les oies ont sauvé le Capitole, et M. de Pol... pouvait causer
une révolution en France.

       *       *       *       *       *

M. de Polignac prétend servir les intérêts du pays; il ne sait servir
que la messe.


LA CHARTE

COMME LA VEULENT LES HOMMES DU 8 AOUT ET DU 19 MAI.

ARTICLE PREMIER.--Les Français sont inégaux devant la loi, parce qu'il
serait absurde qu'un libéral ou un homme qui ne va pas à la messe fût
l'égal d'un émigré ou d'un congréganiste; qu'un député du côté gauche,
qu'un écrivain ou un manufacturier marchassent de front avec un homme du
centre, un évêque et un marquis; qu'un rédacteur du _Constitutionnel_ ou
du _Courrier français_, qui n'ont ni _de_ avant leur nom, ni rubans, ni
pensions, ni croix, fût autant qu'un rédacteur de la _Gazette_ qui a
deux _de_ l'un devant, l'autre derrière, qui est de plus commandeur de
l'ordre d'Isabelle la Catholique, qui dîne chez les ministres et qui
tient les cordons du dais.

ART. 2.--Il serait assez agréable de ne faire payer les impôts qu'aux
libéraux; mais, par cela, ils se trouveraient être seuls électeurs. Au
contraire, seront dégrevés, autant que possible, les citoyens atteints
ou soupçonnés de libéralisme.

ART. 3.--Ne sont admissibles aux emplois civils et militaires que les
hommes bien pensants, affiliés à la congrégation, ayant au moins une
fois trahi la France, dénoncé quelque conspiration ou sauvé trois fois
la monarchie.

ART. 4.--La liberté individuelle est garantie, à moins que le suspect ne
soit un écrivain libéral, parce que alors les traitements les plus
rigoureux sont permis et même ordonnés. En ce cas, les gendarmes doivent
se servir de leurs sabres et les guichetiers redoubler d'insolence.

ART. 5 et 6.--Chacun professe sa religion avec une égale liberté.
Néanmoins on brûlera quiconque ne sera pas de la société de Jésus, qui
est la religion de l'État.

ART. 7.--Les ministres de la religion catholique percevront la dîme de
tous les biens des laïques; les prêtres de toute autre religion mourront
de faim.

ART. 8.--Les Français ont le droit de faire imprimer et de publier leurs
opinions, pourvu qu'ils n'écrivent que la vie des saints et le
panégyrique de saint Louis, pour l'histoire; des cantiques et des noëls
pour la poésie; l'éloge du gouvernement, des ministres et des jésuites,
ou des invectives contre les libéraux.

ART. 9.--Les propriétés sont inviolables, sauf le cas où il faudrait
qu'il en fût autrement.

ART. 10 et 11.--Il est défendu de rappeler que M. de *** a déserté et
passé à l'ennemi; que tels et tels ont rampé aux pieds de l'usurpateur;
que M. *** a vendu son honneur pour telle somme, que M. M*** n'a pu
trouver à vendre le sien; que M. D*** a volé la nation; etc.

ART. 12.--Seront soumis au recrutement tous libéraux serfs et vilains;
seront excellents officiers et généraux expérimentés, tous nobles, baron
ou homme de haute lignée, de naissance et ancienne souche.

ART. 13.--Les ministres sont inviolables et, par conséquent, non
responsables; à eux seuls appartient la puissance exécutive. Les
ministres n'auront ni capacité, ni impartialité, ni conscience.

ART. 14 et 15.--La puissance législative s'exerce par les ministres; la
Chambre des pairs et la Chambre des députés ne sont que pour la forme,
jusqu'à ce qu'on les ait composées autrement.

ART. 16.--Les ordonnances des ministres ont force de loi.

ART. 17.--Quand la loi est fixée d'une manière immuable, on la porte aux
Chambres pour la forme.

ART. 18.--Toute loi doit être discutée et votée librement; seulement,
sera _empoigné_ et conduit en prison, maltraité, diffamé, vexé, destitué
et anathématisé tout député qui votera ou parlera contre le ministère.
Des gendarmes, avec leurs carabines chargées, seront dans la salle, de
distance en distance, en nombre double de celui des membres.

ART. 19.--Les Chambres ne peuvent ni se plaindre des ministres, ni prier
le Roi d'écouter le cri du peuple; les Chambres doivent estimer les
ministres, quels qu'ils soient.

ART. 20.--Si les Chambres demandent le renvoi des ministres, la demande
sera soumise à l'approbation desdits ministres.

ART. 21.--Si la proposition est adoptée par les ministres, elle sera
mise sous les yeux du Roi; si elle est rejetée, elle ne pourra être
représentée pendant toute la durée du ministère.

ART. 22.--Les ministres promulguent les lois selon leur bon plaisir.

ART. 23.--Les traitements des ministres seront fixés et ne pourront
subir de variations qu'en augmentant.

ART. 24.--Tout ministre chassé par le voeu de la nation est nommé de
droit à la pairie.

ART. 25.--Toutes les délibérations de la Chambre des pairs sont
secrètes, quand il s'y prononce des discours comme le dernier de M. de
Chateaubriand.

DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS DES DÉPARTEMENTS.

ART. 26.--La Chambre des députés sera composée des députés élus par les
conseils électoraux. Les ministres, dans leur impartialité, ne se
réservent d'autre influence que de choisir les électeurs.

ART. 27.--Chaque département n'aura qu'un seul député, vu la rareté
toujours croissante des hommes bien pensants.

ART. 28.--Tout député sera destitué à la volonté du ministre.

ART. 29.--Aucun député ne peut être admis dans la Chambre, s'il ne porte
habituellement de la poudre et des bas chinés.

ART. 30.--Si néanmoins il ne se trouvait pas dans le département assez
d'hommes réunissant les conditions requises, on choisirait dans les
simples marguilliers, pourvu qu'ils soient abonnés à la _Gazette_, à la
_Quotidienne_, ou à l'_Apostolique_.

ART. 31.--Si quelque homme bien pensant ne payait pas le cens exigible,
on y pourvoirait par un ou plusieurs faux.

ART. 32.--Les présidents des colléges électoraux sont autorisés et même
invités à faire triompher la bonne cause par tous les moyens légaux ou
illégaux: fraude dans les dépouillements, influence par promesses ou
menaces, etc.

ART. 33.--La moitié au moins des députés sera choisie parmi les
Trois-Cents de M. de Villèle, le centre et les ventrus bien connus.

ART. 34.--Le président de la Chambre est tenu de clore les discussions
avant qu'elles soient ouvertes, toutes les fois qu'elles prennent une
tournure peu favorable au ministère.

ART. 35.--Les séances de la Chambre sont publiques, mais les tribunes
réservées au public ne contiendront pas plus de quatre personnes.

ART. 36.--Au moindre signe de joie ou de tristesse qui paraîtra sur la
figure du public, les tribunes seront évacuées.

ART. 37.--Aucun discours ne peut se terminer sans un court éloge des
ministres.

ART. 38.--La Chambre des députés n'a pas le droit de refuser des impôts.

ART. 39.--En conséquence, aucun impôt ne peut être perçu s'il n'est
consenti par la Chambre.

ART. 40.--Aucune diminution ne peut être proposée dans les impôts.

ART. 41.--Les ministres peuvent proroger la Chambre et, si elle les
ennuie, la dissoudre, sans en convoquer une nouvelle.

ART. 42.--Les ministres ont le droit de faire emprisonner, déporter, ou
d'exclure de la Chambre tout député qui ne se renfermerait pas dans le
respect qui leur est dû.

ART. 43.--Les ministres peuvent faire par leurs journaux stipendiés
injurier, insulter et calomnier les députés.

ART. 44.--Les pétitions envoyées aux Chambres resteront sans être
dépliées.

DES MINISTRES.

ART. 45.--La voix d'un ministre comptera pour dix dans les délibérations
des Chambres; on doit les écouter avec admiration quand ils daignent
parler à la Chambre, et ne pas leur adresser d'arguments trop forts qui
pourraient les embarrasser.

ART. 46.--La Chambre des députés a le droit d'accuser les ministres et
de les traduire devant le conseil des ministres, qui seul a le droit de
les juger.

ART. 47.--Dans le cas où les ministres accusés ne se condamneraient pas,
leurs accusateurs seront punis comme calomniateurs.

DE L'ORDRE JUDICIAIRE.

ART. 48.--Les ministres se réservent de rendre justice sous les tilleuls
du Palais-Royal.

DROITS PARTICULIERS MAINTENUS PAR L'ÉTAT.

ART. 49.--La dette publique est garantie, sauf quelques restrictions,
telles que le trois pour cent.

ART. 50.--On rétablira le droit d'aînesse, les droits de haute justice,
de vasselage. On fait des nobles et des pairs à discrétion.

ART. 51.--Les colons seront traités comme des nègres.

ARTICLE TRANSITOIRE.

ART. 52.--Il est défendu à tout citoyen de lire ou d'avoir chez lui
cette Charte constitutionnelle.


Numéro du 25 juillet 1830.

LE 4 AOUT 1830.

DOUVRES.

(_Deux inconnus, l'un arrivant de Calais, l'autre s'embarquant pour la
même destination._)

PREMIER INCONNU: _God save my_!... C'est vous?

DEUXIÈME INCONNU: Le prince de Pol...

--Chut! ne me nommez pas.

--Pourquoi?

--Parce que... j'allais chez vous.

--Tiens, c'est drôle, j'allais chez vous.

--J'allais m'asseoir à votre foyer.

--Je n'en ai plus, j'allais vous demander à partager la fortune du pot.

--Le pot!... on me l'a renversé sur la tête.

--Diable! Voilà qui est malheureux!.... Qu'allons-nous faire?

--Avez-vous de l'argent?

--Oui, un peu; j'ai écorché de mon mieux le pauvre John Bull.

--Moi, je n'ai pas un sou; ils crient avant qu'on les écorche.

--Il fallait les laisser crier.

--Oui, mais ils montraient les dents.

--C'est différent. Guillaume n'a plus besoin de mes services.

--La France a jugé à propos de se passer des miens.

--Mon cher, comme Denys de Syracuse, il faudra nous faire maîtres
d'école.

--Tiens, est-ce que vous savez lire, vous?

--Non, et vous?

--Ni moi non plus.

--Alors il faut faire comme Dioclétien, il faut nous mettre jardiniers.

--Non, j'ai un projet, je vais me faire jockey à New-Market.

--L'idée n'est pas déjà si mauvaise; moi, si j'y avais pensé, je me
serais fait roi des Grecs, quoique la place ne fût pas très-bonne. Un
conquérant!... je vais me faire _restaurateur_.

--Et moi! le descendant d'une si noble maison!

--N'importe, je vais à Paris.

--Tenez, mon cher, voilà une recommandation pour Piet. Il vous aidera,
quoique sa cuisine soit bien maigre à présent, ce pauvre Piet! il _a bu
un bouillon avec nous_.

--Adieu donc, que la paix soit avec vous!

--Que la miséricorde du ciel vous accompagne!

       *       *       *       *       *

Les prophétiques menaces de cet article ne devaient pas tarder à se
réaliser.

Le 26 juillet, les ordonnances parurent. D'un trait de plume, Charles X
venait de décider la déchéance de sa dynastie.

Avec la monarchie de Juillet, après les _trois glorieuses_, _Figaro_
reparaît triomphant. Une fois encore sa vignette a subi une
transformation, elle est devenue comme l'enseigne de sa victoire.

Basile fuit, Figaro ne menace plus, il frappe: «Ah! Basile, mon mignon,
faiseur de coups d'État, en voici du bois vert.»

Mais le but est atteint, la rédaction se disperse: c'est un autre
_Figaro_. Nous n'entreprendrons pas de le suivre dans sa fortune
nouvelle.

FIN.



TABLE DES MATIÈRES


Deux mots.             1

Introduction.          5

Victor Bohain.        23

1826.                 33

1827.                 86

1828.                190

1829.                235

1830.                336

FIN DE LA TABLE.

Imprimé par Charles Noblet, rue Soufflot, 18.

NOTES:

 [1] J'ai sous les yeux, en écrivant ces lignes, le très-remarquable
 travail de M. Hatin, l'_Histoire du journal en France_, dont le
 volume consacré à la Restauration vient de paraître à la librairie
 Poulet-Malassis et de Broise. Malheureusement, effrayé sans doute des
 proportions que prenait son ouvrage, M. Hatin n'a pu qu'indiquer en
 passant le rôle du petit journal et en particulier du _Figaro_, «de
 toute cette artillerie légère, si terrible dans les grandes luttes de
 l'opinion.»

 [2] Adolphe Blanqui, on peut le dire aujourd'hui, était l'auteur des
 _Esquisses de la Chambre des députés_.

 [3] Allusion à M. de Quatrebarbes.

 [4] Les ciseaux de la censure qui venait d'être supprimée.

 [5] M. Franchet-Despérey était directeur général de la police.

 [6] Est-il besoin de dire que la comédie dont veut parler _Figaro_ est
 la session législative?

 [7] Voici à peu près le trait d'un de ces couplets:

    Un ministre qu'on destitue,
    Dit qu'il n'a voulu que le bien;
        Comédien! comédien!


 [8] Allusion à une proposition faite à la Chambre pour la mise en
 accusation du ministère Villèle, «pour crimes de concussion et de
 trahison.» Cette proposition, prise en considération, donna lieu à
 un débat orageux. Les anciens ministres l'échappèrent belle. Ils
 durent leur salut à M. de Martignac, qui tint la promesse faite au
 roi d'empêcher toute poursuite contre le cabinet qu'il remplaçait. En
 échange on lui avait permis d'arrêter l'envahissement de l'intérêt
 religieux sur les choses de la politique. On lui retira vite cette
 permission.

 [9] _Histoire des deux Restaurations_, t. 7.

 [10] M. de Polignac était alors ambassadeur en Angleterre; connaissant
 les projets du roi, il guettait anxieusement l'heure de s'emparer du
 pouvoir. A chaque crise il accourait. Lorsqu'il ne venait pas, Charles
 X l'appelait près de lui, parfois même à l'insu de ses ministres,
 qui voyaient d'un mauvais oeil l'homme qui convoitait leurs
 portefeuilles.

 [11] Un beau jour, au moment où on s'y attendait le moins, M. de
 Polignac, à la tribune de la Chambre des pairs, fit un long discours
 pour prouver que la charte était la plus chère de ses affections. Ces
 protestations ne surprirent personne. M. de Polignac voulait être
 ministre, il pensa que le portefeuille valait bien une protestation.
 Henri IV avait bien accepté une messe. Les ultra furent remplis de
 joie. M. de Polignac, mystique ridicule, entêté, ignorant, s'était
 vanté d'anéantir la Charte en _deux ans_, SANS COMMOTION.

 [12] Allusion à la loi sur le monopole des tabacs, qui avait fort
 indigné.--Tous les titres et articles sont la parodie presque
 textuelle des dispositions du projet.

 [13] Charles X lui-même se moquait de l'éloquence de son ministre, il
 le considérait comme un artiste en phrases.--«Avez-vous entendu la
 Pasta?» demandait-il à un de ses familiers qui revenait de la Chambre,
 où M. de Martignac avait prononcé un fort beau discours.

 [14] Le ministère avait été contraint de retirer les deux projets de
 loi présentés sur l'organisation communale et départementale. De ce
 jour l'alliance de la gauche et du cabinet Martignac était brisée. Le
 ministère n'avait plus la majorité, il était bien malade, en effet.

 [15] Ce n'est point ici une scène de fantaisie, il n'y a rien que de
 très-exact dans cette curieuse étude des moeurs administratives du
 temps. Plusieurs procès même furent intentés à des maires qui avaient
 refusé complétement d'inscrire des enfants sur les registres de l'état
 civil, sous prétexte que les noms choisis par les parents étaient des
 noms révolutionnaires.

 [16] Cette affaire du _Mouton enragé_ est un des épisodes les plus
 tristes de l'histoire de la presse sous la Restauration. Il eut, à
 l'époque, un immense retentissement. L'auteur de l'article, Fontan, et
 le directeur de l'_Album_, M. Magallon, furent condamnés à cinq ans
 de prison et conduits à Poissy avec les menottes et accouplés à des
 voleurs. Les cheveux de Fontan blanchirent dans une nuit. Il n'avait
 pas vingt-cinq ans.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'ancien Figaro" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home