Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0062, 4 Mai 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0062, 4 Mai 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



        L'ILLUSTRATION,
        JOURNAL UNIVERSEL.

        [Illustration.]

        Nº 62. Vol.--SAMEDI 4 MAI 1844.
        Bureaux, Rue de Seine 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois. 16 f.--Un an, 30 f.
        Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

        Ab. pour les Dep.--3 mois, 9 f.--6 mois. 17 f.--Un an, 32 f.
        Pour l'Étranger,            --  10          --     20           --   40



SOMMAIRE,

Berton._Portrait_.--Histoire de la Semaine. Procédé Roulliet (2e
article)._Gravure_.--Police de Roulage._Rouleau compresseur pour
l'empierrement des routes._--Salon de 1844. (6e article). Sculpture et
architecture. _Velléda, statue par M. Maindron; Adélaïde Kemble, statue
par M. Dantan jeune; Petite Paysanne bretonne, statue par M. Grass; le
Christ, statue par M. Husson, Maître-Autel, Dais et Bannière pour
Notre-Dame, par M. A. Couder_.--Le dernier des Commis-voyageurs, roman
par M. XXX. Chapitre VI. Le capitaine Poussepain.--Courrier de Paris.
_Concert des Tuileries le 1er mai; le jeune Ducrow au Cirque-Olympique;
Pas styrien dansé par M. Cinezelli et mademoiselle Adélaïde. Vue
intérieure d'une Galerie de l'Exposition_.--Académie des Sciences.
Compte rendu des travaux pendant le dernier trimestre de 1843 et le
premier trimestre de 1844. _Trois Gravures._--Lettre d'un Voyageur
allemand sur la mer Noire.--Une Soirée orientale à Paris. _Une scène de
l'Ours et le Pacha; Pas de l'Ours; la Polka, Pas des
Homards_.--Publications Illustrées. La Nouvelle Héloïse. _Cinq
Gravures_.--Bulletin bibliographique.--Les Hannetons. _Deux Caricatures_
par Grandville.--Correspondances. Rébus.



Berton.

Cet artiste éminent qui vient de s'éteindre était, depuis la mort de
Chérubini, le doyen des compositeurs français. Né en 1767, il se fit
connaître et remarquer, des 1786, par des travaux d'une grande
importance, qu'il serait difficile d'apprécier aujourd'hui (nous
ignorons si la partition en a été publiée), mais qui dans le temps
établirent très-rapidement sa réputation. C'étaient des oratorios, ou
poèmes musicaux dont le sujet était emprunté à l'histoire sainte. Il y
en a cinq dont on connaît les titres: _Absalon, Jephté, David dans le
Temple, les Bergers de Bethléem_ et _la Gloire de Sion_. Tous furent
exécutés, de 1786 à 1790, aux concerts spirituels, dont l'usage était
déjà établi à cette époque. Berton ne trouva donc pas devant lui les
obstacles sans nombre qui, en France, arrêtent si longtemps les
compositeurs à l'entrée de la carrière, et qui font perdre à presque
tous les plus belles années de leur vie. Cette heureuse exception est
facile à expliquer: le père le Berton était musicien lui-même et
compositeur de mérite, il avait été directeur de l'Académie royale de
musique pendant plusieurs années, puis il était devenu chef d'orchestre
à ce théâtre; et cette position influente le mit à même d'aplanir toutes
les difficultés qui, autrement, eussent infailliblement embarrassé les
premiers pas de son fils.

Dès l'âge de quinze ans. Berton faisait partie de l'orchestre de
l'Académie royale de musique en qualité de violon. Tout en s'acquittant
de ses devoirs d'exécutant, il se livrait avec ardeur à l'étude de la
composition musicale. Son premier maître fut Rey, successeur ou
coadjuteur de son père à l'orchestre de l'Opéra. Rey ne tarda pas à
déclarer sans ménagement à Berton le père que son fils ne ferait jamais
rien qui vaille, et qu'il fallait lui chercher un autre état. Le jeune
homme s'obstina, ainsi que font toujours les génies méconnus. Rebuté par
Rey, il s'adressa à Sacchini, qui depuis que Gluck et Puccini avaient
cessé d'écrire, tenait en France le sceptre de l'art musical. Sacchini,
plus clairvoyant que M. Rey, vit d'abord à quel homme il avait affaire.
Il l'aida de ses encouragements et de ses conseils, et ce fut sous la
direction de ce grand homme que Berton composa les oratorios dont nous
avons parlé au début de cet article.

Ses succès au concert spirituel lui facilitèrent l'accès du théâtre. De
1787 à 1798, il fit représenter une douzaine d'opéras, complètement
oubliés aujourd'hui, ou dont on ne connaît guère que les titres. On se
soutient seulement de _Ponce de Léon_, parce qu'il en avait fait à la
fois les paroles et la musique. Tous ont si complètement disparu, qu'il
nous est même impossible de savoir aujourd'hui s'ils avaient mérité leur
sort.

L'année 1798 vit éclore le premier des ouvrages de Berton qui fût
destiné à lui survivre, et celui de tous, peut-être, qui a élevé le plus
haut sa réputation. Nous parlons de _Montano et Stéphanie_. Un air
délicieux, plein de grâce, de fraîcheur et de charme, un trio fort
habilement fait, un duo remarquable et deux finales d'un effet
très-puissant, placeront Berton au rang des premiers compositeurs
d'alors, au niveau de Dalayrac, de Méhul, de Lesueur et de Chérubini.
Après _Montano et Stéphanie_, tous ses bons ouvrages se succédèrent, à
des intervalles rapprochés, dans l'espace de dix années. _Le Délire_
parut en 1799; _le Concert interrompu_, en 1802; _Aline, reine de
Golconde_, en 1803; _la Romance_, en 1804; _les Maris Garçons_, en 1806;
Françoise de Foix, en 1809. Depuis cette époque, il alla toujours en
déclinant jusqu'en 1827, où le mauvais succès des _Petits Appartements_
l'obligea de renoncer définitivement au théâtre.

Lors de l'organisation du Conservatoire en 1793, Berton y avait été
appelé comme professeur d'harmonie. En 1815, il fut nommé professeur de
composition, en même temps qu'il fut admis à l'Institut. Il a rempli ces
utiles fonctions avec zèle, avec amour, et a formé un grand nombre
d'élèves, parmi lesquels on compte des musiciens très-distingués. Tous
étaient restés ses amis, fait bien honorable pour le maître!

[Illustration: Berton, compositeur français.]

Berton était un homme de moeurs douces, d'un caractère simple et
bienveillant. Le sort l'avait cruellement frappé dans les dernières
années de sa vie: le choléra lui avait enlevé coup sur coup son fils
aîné, F. Berton, professeur de chant et compositeur de mérite, et une
fille à laquelle il portait une vive affection. Quelques années
auparavant, il avait perdu le plus jeune de ses enfants, Pierre Berton,
élève de l'école de peinture, et qui donnait les plus belles espérances.
Ce malheureux jeune homme avait péri victime d'un excès de travail.

Berton fut nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1815 et officier en
1830. Il est étrange que Napoléon n'ait pas songé à récompenser un homme
de ce mérite, et qui avait obtenu ses plus grands succès sous le
consulat et sous l'empire. Berton n'avait pourtant pas les mêmes titres
que Chérubini à la défaveur du monarque. Sa musique était facile et
chantante, et affectait les formes italiennes. Paësiello était un de ses
modèles de prédilection.

C'est dans la mélodie qu'il cherchait de préférence ses moyens d'effets.
Ses partitions abondent en idées spirituelles, en motifs piquants, en
phrases gracieuses et expressives: son style est très-élégant et son
goût d'une pureté irréprochable. Il n'avait pas la science de Chérubini;
la nature ne lui avait pas donné ce sentiment profond de l'effet
harmonique qui faisait la supériorité de Méhul. Cependant il y avait une
certaine originalité dans son harmonie; son instrumentation était
habituellement très-claire et avait quelquefois beaucoup d'éclat. Berton
est incontestablement l'un des maîtres qui ont le plus honoré l'école
française, et sa mort a laissé un vide qui sera difficilement rempli.



Histoire de la semaine.

Vendredi de la semaine dernière on a entendu à la chambre des députés M.
de Tocqueville, rapporteur, résumer avec autant d'autorité que de talent
la longue discussion générale qui avait ouvert le débat sur le projet de
réforme des prisons. L'orateur a décliné pour le système cellulaire,
surtout pour celui qu'on demande aujourd'hui à appliquer dans nos
maisons de détention, et qui est bien loin du confinement solitaire du
système pensylvanien, la responsabilité des désordres déplorables
survenus dans la santé et dans la raison d'un trop grand nombre de
prisonniers du Mont-Saint-Michel. Il a été amené à déclarer, dans cette
séance, comme on l'a répété de nouveau dans la séance du mardi suivant,
que ces malheurs avaient été causés par des mises prolongées en cachots
souterrains, humides et complètement obscurs, ou en loges sous des
plombs brûlants, par la privation de nourriture, enfin par de prétendues
punitions qui n'étaient autre chose que d'atroces tortures. Loin de
pouvoir être opposés à rétablissement du système nouveau, ces bien
tristes exemples sont une preuve de la nécessité de changer le régime
sous lequel ils se sont produits; de chercher à rendre les punitions
inutiles, et de faire surtout qu'elles n'aient jamais besoin d'être
exemplaires; car alors elles sont souvent bien près d'être cruelles. M.
de Tocqueville a aussi rétabli un certain nombre de faits altérés ou
méconnus qui prouvent également la nécessité de sortir de l'état de
choses actuel et l'utilité de l'adoption du principe de la loi nouvelle:
l'accroissement continu des crimes dans une proportion supérieure à
l'accroissement de la population; le progrès effrayant des récidives; la
formation dans les prisons d'une classe spéciale de malfaiteurs,
endurcis au mal et aguerris à tous les crimes; le péril qui naît pour la
société de cette source perpétuelle de corruption qui jaillit chaque
année des bagnes et des maisons centrales, et rejette au milieu des
honnêtes gens des millions de criminels, cent fois plus dépravés en
sortant de la prison qu'ils n'étaient en y entrant. Il a fait ressortir
par cette démonstration la nécessité évidente, pour combattre un pareil
mal, de séparer entre eux les condamnés, que leur contact mutuel rend
chaque jour plus vicieux et plus redoutables, et la nécessité non moins
manifeste, pour opérer cette séparation, de recourir à des moyens
matériels, que ne saurait remplacer la loi du silence, impossible à
établir, et dont la transgression continuelle maintient, quoi qu'on
fasse, la communauté de rapports et d'indocilité dont on reconnaît les
dangers, et donne lieu à des punitions aussi sévères que vaines.--La
Chambre, après ce rapport, constamment écouté avec une religieuse
attention, et que des murmures d'approbation ont seuls, mais
fréquemment, interrompu, a déclaré, à une grande majorité, passer à la
discussion des articles. Dès ce moment, le principe de la loi a été
adopté par elle, et sa tâche est maintenant d'améliorer dans ses détails
le plan dont elle a adopté l'idée principale. Plusieurs articles ont
déjà été votés.

Samedi et lundi, la Chambre a interrompu la discussion de cet important
projet pour s'occuper, dans la première séance, de pétitions, et, dans
la seconde, de la vérification des pouvoirs de M. Charles Laffitte.--Une
pétition d'un ex-capitaine de hussards, le sieur de Vernon, a donné lieu
à des observations fort justes sur l'incertitude que jette sur la
position des officiers l'espèce d'omnipotence que la loi de 1834, et
surtout une ordonnance royale de 1836, ont donnée aux conseils
d'enquête. Formés sans garantie pour l'inculpé, composés même en grande
partie sur la désignation du colonel avec lequel l'officier s'est trouvé
en conflit, ces conseils, qui n'admettent pas de défenseurs pour
celui-ci, sont exposés, on le voit, à admettre, au contraire, facilement
contre lui les préventions particulières. La Chambre a passé à l'ordre
du jour sur cette pétition; mais il est probable qu'une proposition
viendra plus directement la saisir de cette grave question.--La
vérification des pouvoirs de M. Charles Laffitte a fait naître un
troisième débat plus vif encore que les deux premiers. M. Gustave de
Beaumont et M. Léon de Malleville ont soutenu que la Chambre n'avait en
aucune manière cherché le conflit que l'on voulait faire naître entre,
elle et le collège de Louviers; qu'elle avait déclaré à la presque
unanimité voir un contrat, un marché dans la soumission par M. Charles
Laffitte de l'embranchement de Louviers et dans son élection par le
collège électoral de cet arrondissement; qu'il était également facile à
l'élu renvoyé et au ministère de changer l'état des choses en retirant
ou en rejetant la soumission que la Chambre et le cabinet lui-même
avaient considérée comme un moyen de corruption collective; que cela
n'avait pas été fait, et que tant que cela ne le serait pas, la
responsabilité de cette situation fâcheuse devait porter uniquement sur
ceux qui la prolongeaient et non sur la Chambre, qui ne pouvait se
déjuger et venir aujourd'hui sanctionner comme licite ce qu'elle a par
deux fois repoussé comme immoral. Deux épreuves ont été déclarées
douteuses par M. le président, et le scrutin secret a donné 185 boules
contre l'admission de M. Charles Laffitte; 167 seulement ont appuyé les
conclusions du bureau.--Il s'est produit dans ce vote un incident qui
démontre de nouveau combien il est nécessaire et urgent de recourir à un
moyen de prévenir toutes les chances d'erreur dans les appréciations des
secrétaires. Deux d'entre eux avaient déclaré positivement le vote par
assis et levé favorable à M. Charles Laffitte; un troisième exprimait
des doutes; le quatrième croyait la majorité contraire à l'admission. Si
le président, M. Debelleyme, qui remplaçait M. Sauzet, se fût joint aux
deux secrétaires qui se trouvaient d'accord, l'erreur était consommée,
et l'admission de M. Charles Laffitte était sanctionnée par l'autorité
du bureau présumé infaillible. Mais M. de Belleyme a partagé les doutes
de l'un des secrétaires, et le résultat du scrutin est venu démontrer
combien ils étaient fondés. Cet incident est grave après les reproches
d'erreur qui avaient précédemment été adressés au bureau dans des
circonstances importantes, dans des questions de cabinet; il est grave
surtout après le parti qu'on a pris de repousser la proposition du vote
par division de M. Combarel de Leyval, à une majorité, on se le
rappelle, déclarée elle-même deux fois douteuse, et qui, en effet, n'a
été que de 181 voix contre 174.

La chambre des pairs a laissé épuiser la liste fort longue des orateurs
inscrits pour la discussion générale de la loi sur la liberté de
l'enseignement. On comprend combien il eût été difficile aux derniers
venus de trouver encore des idées nouvelles à émettre, il leur a donc
fallu du courage pour user de leur droit d'inscription, et à la Chambre
une résignation courtoise pour ne pas prononcer la clôture. Quant à M.
le duc de Broglie, il ne s'est pas cru forcé, par sa qualité de
rapporteur, de résumer toutes ces redites, et s'est réservé sans doute
de s'expliquer, quand viendrait l'article 17, sur le maintien proposé
par la commission d'un paragraphe qui a été l'objet de critiques qu'il
peut ne pas admettre, mais avec lesquelles il lui sera du moins
impossible de ne pas compter. Au ton, du reste, que prend cette
discussion, dans cette enceinte d'ordinaire si tranquille et si calme du
Luxembourg, nous comprenons qu'on ne recherche pas les occasions de
prendre la parole. M. de Ségur-Lamoignon a très-durement traité M. de
Montalembert pour s'être donné comme l'organe des catholiques, quand il
n'était que celui des ultramontains; puis, après cette mercuriale lancée
à droite, et qui avait déjà causé un très-grand émoi dans la Chambre, M.
de Ségur-Lamoignon, se retournant vers la gauche, a pris personnellement
à partie M. Cousin, et lui a reproché d'avoir, par l'enseignement
philosophique qu'il a fait adopter, causé un mal de longtemps
irréparable, selon lui. Ces reproches ont été si personnels, que le
président, que la Chambre elle-même en ont été tout décontenancés.
Toutefois, M. Cousin y a répondu avec dignité et fermeté, et M. le
ministre de l'instruction publique lui-même a retrouvé dans cette
circonstance un peu de cette présence d'esprit qui lui avait fait défaut
dans quelques occasions récentes. S'il en est des bonnes lois comme de
la lumière, si c'est du choc quelles doivent jaillir, la Chambre des
pairs fait tout ce quelle peut pour que son oeuvre soit irréprochable.
Toutefois, nous l'invitons à ne pas y travailler avec tant d'ardeur; les
généraux qu'elle compte dans son sein n'avaient pas, depuis longtemps,
vu porter de semblables coups, assisté à une bataille aussi furieuse,
aussi acharnée.

Le Moniteur, qui d'ordinaire n'a à enregistrer, à pareille époque, que
des harangues de félicitations stéréotypées et des réponses royales dont
la forme bienveillante est nécessairement toujours un peu la même, vient
de nous apprendre que l'ardeur de la chambre des pairs a fait irruption
aux Tuileries, et que le discours de M. l'archevêque de Paris avait
nécessité de la part du roi une réponse très-ferme et très-digne. La
lutte que l'on disait d'abord n'être qu'une querelle de cuistres et de
bedeaux s'est donc singulièrement et déplorablement élargie et élevée.
Nous y avons toujours vu une question de liberté, sans doute, mais aussi
une question de gouvernement, et nous faisons des voeux pour qu'une
solution prompte et nette vienne bientôt mettre un frein aux passions
qui s'agitent des deux parts, et un terme à un débat que l'ajournement
aigrirait à coup sûr, et pourrait rendre compromettant.

L'Angleterre aussi a offert dans les séances de son parlement une
certaine animation. Un membre de la chambre des communes, qui s'est plus
fait remarquer par l'exaltation de son torysme et par la violence de son
langage que par le talent qu'il a montré et l'influence qu'il exerce à
la chambre, avait, durant les vacances de Pâques, provoqué un meeting en
faveur du _bill de dix heures_, la proposition de lord Ashley. Dans
cette assemblée, M. Ferrand accusa sir J. Graham d'avoir fait usage à la
chambre de faux documents, et d'avoir tenté de suborner le président du
comité chargé de faire un rapport sur son élection. Sommé à la chambre
de s'expliquer sur cette inculpation, M. Ferrand, maintenant son dire
avec beaucoup de vivacité, s'engagea à fournir le lendemain toutes les
preuves qu'on pourrait désirer pour la justification de son assertion.
Le lendemain venu, il déclara qu'il n'était disposé à rétracter aucune
des expressions dont il s'était servi, et qui d'ailleurs ne blessaient
l'honneur d'aucun membre de la chambre. Un immense éclat de rire ayant
accueilli cette déclaration inattendue, et qui semblait, dans la pensée
de son auteur, devoir tenir lieu de tout éclaircissement, M. Forrand
prit son chapeau et s'esquiva, laissant à ses collègues un geste de
mépris pour adieu. Sir Robert Peel dit gravement: «Jamais on ne vit
désappointement pareil depuis le jour où un escamoteur, qui avait promis
d'entrer dans une bouteille, disparut au moment d'exécuter le tour.» Les
rires recommencèrent de plus belle; mais le ministre ne se contenta pas
pour lui de ce succès, et pour son collègue de cette réparation; il
demanda, en faveur de sir J. Graham, un ordre du jour motivé que la
chambre a adopté.--A la chambre des lords, on s'est vivement préoccupé
d'une mesure prise en dehors du gouvernement, et qui peut lui faire
naître des embarras sérieux. Lord Ellenborough, gouverneur général des
Indes, vient d'être révoqué par la cour des directeurs de la compagnie.
Cette cour a en effet reçu, d'un édit de 1784, des prérogatives qui lui
permettent, dans de certains cas, d'agir en vertu de sa seule volonté,
et de régler les affaires de l'Inde en dehors non-seulement de
l'initiative, mais même du contrôle du gouvernement. Elle est composée
de vingt-quatre membres élus par les porteurs d'actions de la compagnie,
qui sont au nombre de trois mille cinq cents environ. Chaque action est
de 50,000 francs. Lorsque les emplois de gouverneur général, de
gouverneur des présidences, de commandant en chef de l'armée et de
conseillers d'État pour l'Inde, viennent à vaquer, la cour des
directeurs propose, pour les remplir, une liste de trois personnes à la
chambre du contrôle, et celle-ci soumet à la sanction royale les choix
qui lui paraissent les plus convenables: mais les directeurs peuvent
révoquer le gouverneur général sans avoir à solliciter ou à attendre
aucun concours. Il est assez bizarre que cette dispense porte
précisément sur celui de tous les droits qui touche le plus près à
l'ensemble de la politique coloniale. Lord Ellenborough perd, avec son
poste, un pouvoir sans limites et un traitement de 900,000 francs. S'il
était resté sept ans en fonctions, il aurait droit à une pension de
156,000 francs; mais la disgrâce est venue l'atteindre bien avant ce
terme. Cette mesure a vivement irrité lord Wellington, qui portait un
intérêt particulier au lord-gouverneur: elle doit amener prochainement
des explications à la chambre des lords; nous aurons à y revenir.

Les plaidoiries ont recommencé avec une activité nouvelle dans le procès
d'O'Connell, et la cour n'a point encore prononcé d'arrêt.

Le différend entre le bey de Tunis et la cour de Turin vient d'être
concilié par l'Angleterre, dont la médiation avait été sollicitée par la
puissance africaine. Il est assez digne d'attention de notre part que
notre intervention n'ait pas plutôt été réclamée, et que, voisins du
bey, ce ne soit pas à nous qu'il se soit adressé pour une négociation de
ce genre. On remarquera que, pendant que le bey donnait cette prouve de
confiance à l'Angleterre, il fallait toute la fermeté de notre consul
pour défendre auprès de lui les droits des Européens, dont le consul
anglais, dans une circonstance récente et critique, faisait fort bon
marché, par des considérations qui auraient une cause toute personnelle.

Les nouvelles du Portugal nous apprennent que la place d'Alméïda tient
toujours; mais les insurgés semblent espérer de l'Espagne un concours
que l'atonie où ce dernier pays est tombé lui fera vainement
attendre.--Quant aux journaux de Madrid, qui méritent une certaine
attention parfois, précisément parce qu'ils n'ont aucune espèce de
liberté, et ne disent que ce que le gouvernement les autorise à dire,
l'affaire du Maroc les occupe toujours particulièrement. En même temps
qu'on y lit que le général Prim, qui s'est refusé, dit-on, à se laisser
éloigner volontairement, sous prétexte d'aller commander l'expédition
contre l'empereur, est _autorisé de voyager pendant huit mois hors du
royaume_, on y voit aussi la note suivante que nous empruntons au
_Corresponsal_ du 24:

«Suivant des lettres de Gibraltar, du 17, une crise extraordinaire et
d'une immense importance, relativement à la question espagnole, a lieu à
Maroc. Abd-el-Kader aspirerait au trône de Maroc et au khalifat qui y
est annexé. Le gouverneur de Fez, la ville la plus importante de
l'empire, ainsi que d'autres personnages puissants approuveraient cette
pensée, et l'on suppose que l'on obtiendrait l'approbation de la France.
L'Espagne devrait profiter de ce grand événement, en agissant avec
promptitude. En traitant avec Abd-el-Kader, nous pourrions venger le nom
espagnol, et nous assurer un rayon autour de nos places fortes pour la
facilité du commerce, en offrant à ce chef arabe leur appui et des
secours en munitions, en armes et en artillerie.» Nous ne pouvons croire
que les ministres de l'Escurial, dont nous venons d'illustrer les
poitrines de nos plus éclatantes décorations, après avoir reçu de nous
l'accolade, aillent, sous prétexte de renverser l'empereur de Maroc,
s'unir avec Abd-el-Kader pour lui constituer une nouvelle souveraineté
plus puissante que celle que nous travaillons si péniblement à détruire.
Il peu probable que la France consente à se prêter à ce nouvelle édition
du traité de la Tafna.

--S. A. R. madame la duchesse de Kent, mère de S. M. reine d'Angleterre,
est arrivée aux Tuileries, dont les augustes hôtes lui font les honneurs
de Paris et de toutes merveilles qui y attirent en ce moment, et en
grand nombre des étrangers de tous les rangs.



Procédé Roulliet.

(3e article.--Voir t. I., p. 90; t. II, p. 265.)

Dans le numéro du 23 décembre 1843, nous avons cherché à exposer les
avantages des procédés de M. Roulliet Nous avons démontré qu'en calquant
ainsi la nature, on obtenait une exactitude de contours que l'art du
dessin le plus perfectionné est incapable d'atteindre; mais il est un
point sur quel nous n'avons pas insisté suffisamment. Nous le faisons
d'autant plus volontiers ici, que cette portion importante l'invention a
de grandes applications à l'art et à l'industrie. Nous voulons parler du
grossissement. Tous les jours un peintre a besoin de grandir une figure
ou un tableau, et préférera nécessairement une méthode géométrique, on
grandit sa figure dans une proportion quelconque, sans altérer le moins
du monde sa forme et les dimensions relatives de ses diverses parties.
Pour l'industrie, l'application est encore plus directe. Les dessins des
châles, des étoffes soie, etc., doivent être d'abord amplifiés avant de
pouvoir être exécutés en petit, car il est nécessaire de compter le
nombre de fils qui doivent être compris entre les différents contours du
dessin. Un conçoit donc que l'on préfère une méthode prompte et
rigoureuse à des tâtonnements longs incertains.

Pour grandir nettement un dessin, il faut le tracer soit correctement,
soit en décalquant de la gaze ou de la tarlatane sur une gaze
particulière dont on se sert quelquefois pour envelopper les pendules et
les flambeaux afin de les préserver des mouches. Cette gaze est connue
sous le nom de gaze gommée Sur cette gaze on tracera les contours et on
marquera les ombres avec de l'encre lithographique, puis on déposera
l'appareil comme on le voit dans la figure ci-jointe. A défaut de la
gaze gommée, on peut employer une vitre.

La lampe est portée sur un pied disposé de manière à pouvoir être élevée
ou abaissée à volonté. Sa flamme doit être très-petite, et se réduire,
autant que possible, à un point lumineux. On emploiera donc, si l'on
veut, une mèche cylindrique très-grêle, ou bien une lampe à mèche plate
préparée de la manière suivante: on coupera à l'extrémité de la mèche
une bande rectangulaire d'environ deux ou trois millimètres de hauteur,
que l'on ôtera en ayant soin de laissera l'un des angles de la mèche un
petit rectangle d'un millimétré de base sur deux ou trois de hauteur;
puis on baissera la mèche jusqu'à ce que le petit rectangle fasse seul
saillie au-dessus du rebord de la monture en cuivre; on allumera
l'extrémité du rectangle, et l'on placera la lampe de manière à ce que
la mèche soit dans un plan perpendiculaire au petit cadre sur lequel se
trouve le dessin.

Le placement de la lampe exige quelques précautions: il faut que la
flamme soit sur une droite horizontale passant par le centre géométrique
du dessin, et à une distance convenable pour avoir le grandissement que
l'on désire et des contours nets et bien tranchés. Si le dessin que l'on
veut grandir est lui-même de grande dimension, alors les contours seront
élargis et mal terminés. Pour obvier à cet inconvénient, on partage
mentalement ou en réalité le cadre du dessin en deux rectangles égaux
par une ligne horizontale menée par le milieu des deux bords verticaux,
on en fait autant sur la toile destinée à recevoir l'image grossie; puis
l'on place d'abord la lampe sur une ligne horizontale passant par le
milieu du rectangle supérieur, de façon à ce que le rectangle du grand
cadre soit complètement rempli par la moitié supérieure de l'image
grossie, et l'on calque sur ce cadre la portion de la figure ainsi
agrandie; ensuite on abaisse la lampe jusqu'à ce qu'elle se trouve sur
la ligne horizontale passant par le milieu du rectangle inférieur, et
l'on calque cette partie à son tour. On conçoit que l'on puisse, si cela
est nécessaire, partager la figure en quatre, en huit, en seize, etc.,
parties égales, et obtenir ainsi un grossissement indéfini. Par cet
artifice, on évite l'élargissement des traits et les pénombres qui les
rendraient incertains.

Le cadre sur lequel on reçoit l'image grossie doit être tendu avec du
papier blanc ou une toile préparée pour peindre, afin que l'ombre noire
fasse contraste avec le fond. Les peintres verront qu'on obtient ainsi
de très-beaux effets d'ombres portées qu'il serait intéressant de fixer
sur le papier. On dirait des dessins grandioses d'un relief
extraordinaire et d'un aspect sculptural.

Comme toute chose nouvelle, les procédés de M. Roulliet ont été l'objet
de quelques critiques. On a dit que ce principe n'était pas nouveau;
cela est vrai. Quiconque a sur une vitre suivi les contours des édifices
qu'il voyait à travers cette vitre, a découvert le même principe. Il y a
plus. Albert Durer a décrit et figuré un appareil tout à fait semblable
à celui de M. Roulliet Voy. _Magasin Pittoresque_, 1844, p. 107, sauf
que la gaze est remplacée par un carreau de verre. M Roulliet ne
connaissait pas l'ouvrage d'Albert Durer, qui est fort rare et écrit en
vieil allemand fort difficile à comprendre; mais l'eût-il connu, cela
n'ôte, selon moi, rien à son mérite. L'appareil du peintre de Nuremberg
est d'une application difficile. Il dessinait sur la vitre avec un
pinceau, puis calquait son dessin sur du papier transparent. Quand avec
le fusain vous avez tracé votre esquisse sur la gaze, vous l'appliquez
sur du papier, du carton, de la toile, du bois, du plâtre, vous soulevez
çà et là la gaze avec une épingle, et le dessin est transporté. Cette
facilité, cette rapidité d'exécution, sont de grands avantages. La
fragilité du carreau de vitre rend son emploi difficile dans un voyage:
qu'il se casse, et le dessinateur est désarmé. Est-il facile ensuite de
se procurer une vitre assez grande pour copier un homme de grandeur
naturelle? Un semblable appareil est-il transportable? ce double but est
au contraire atteint au moyen d'une grande gaze tendue sur un cadre
articulé qui se replie sur lui-même. On sait aussi qu'on peut développer
des dessins faits sur des surfaces courbes en donnant à la gaze une
courbure semblable à celle de la surface dont on veut copier les
figures, et en décalquant ensuite ces lignes sur une surface plane. Avec
la vitre, on ne saurait obtenir ce résultat. Ainsi donc si le principe
n'est pas nouveau, l'application est nouvelle et faire voir comment un
principe peut s'utiliser dans la pratique, c'est le découvrir une
seconde fois. Les principes des applications les plus utiles, les plus
grandioses, n'étaient pas nouveaux, et

                      Si parva licet componere magnis,

le principe des machines à vapeur est dans la marmite de Papin, ce qui
ne diminue pas, je pense, la gloire de Watt et de ses successeurs. Le
principe du grossissement n'est pas nouveau non plus, c'est celui de la
lanterne magique; mais pourquoi n'a-t-on pas eu plus tôt l'idée de
l'utiliser? Quant à celui de la projection, il est entièrement neuf, et
l'on a droit de s'étonner que les architectes n'aient pas trouvé le
moyen de réaliser l'idée de projection, et d'exécuter un plan géométral
sans mesurer une à une toutes les parties d'un édifice. Mais à peine si
j'ose le dire à une époque où la spécialité est en si grand honneur, c
est un médecin qui a découvert le principe des machines à vapeur, et un
paysagiste nullement géomètre, qui a résolu un des plus beaux problèmes
de la géométrie pratique.

Quelques personnes ayant voulu se servir de l'appareil n'ont pas réussi,
et s'en sont prises au procédé. Peut-être avais-je trop répété qu'il
était très-facile de s'en servir. On me pardonnera donc de donner ici
quelques conseils utiles, pour le commençant, la condition première,
_sine qua non_, c'est la parfaite immobilité de l'oeil, du cadre et de
l'objet qu'il veut dessiner; il fera donc bien d'appuyer solidement sa
tête contre un mur ou un autre obstacle immobile, et aura soin de ne pas
remuer la tête pendant qu'il fera son esquisse. Le cadre devra rester
aussi parfaitement immobile: celui-ci sera placé de façon à être peu
éclairé, afin que la gaze soit à peine visible, tandis que l'objet à
calquer est en pleine lumière et présente des contours bien tranchés et
bien visibles. Pour son coup d'essai, il n'essaiera pas de faire un
portrait; mais il s'exercera d'abord à suivre les contours d'une
arabesque, ceux d'un dessin de tapisserie, en ayant soin de le copier à
une petite distance, afin qu'ils ne soient pas trop petits sur la gaze;
mais si l'objet doit être placé près du cadre, l'oeil du dessinateur
doit en être éloigné de cinq décimètres environ. Ensuite on copiera de
gros meubles, un fauteuil, une commode, un lit avec ses rideaux. Après
huit jours de ces exercices, on essaiera un portrait. Le modèle se
placera sur une chaise basse, de façon que sa tête soit solidement
appuyée contre le dossier du modèle. On rapprochera, autant que
possible, le cadre de la figure, et on dessinera d'abord rapidement le
profil sans se préoccuper des détails Les premiers essais ne seront que
des silhouettes. Puis on tâchera de placer l'oeil, l'oreille, les
cheveux; ensuite on abordera des lignes de trois quarts, et enfin des
figures de face. J'ai déjà vu trop de personnes réussir en suivant cette
marche, pour ne pas affirmer qu'avec un peu de patience et de réflexion
tout le monde est capable d'en faire autant. A mesure que l'élève
acquerra de l'habitude, la plupart de ces précautions deviendront
superflues, il calquera rapidement et sûrement les objets sans être
dérouté par le moindre changement dans leur position relative. Pour être
bien jugé, le procédé de M. Roulliet a besoin d'être mieux connu et plus
répandu. Le temps décidera de son utilité, qui me paraît incontestable,
du moment qu'on n'exige pas de lui ce qu'il ne peut donner et ce qu'il
n'a point promis.

Ch. M.



Routes et Police du Roulage.

En 1836, pour achever complètement nos routes, il nous restait une
longueur de 1,463 lieues à construire, et 986 lieues de lacunes à
réparer, Ces travaux exigeaient une dépense de 131 millions, savoir: 52
millions pour les réparations de routes, et 79 millions pour les
lacunes. La loi du 14 mai 1837 a pourvu à cet impérieux besoin en
mettant à la disposition du gouvernement des fonds extraordinaires, qui,
ajoutés aux sommes annuellement portées au budget pour cet objet, et
répartis sur une espace de douze années, permettront, après ce laps de
temps, de voir terminer notre système de viabilité intérieure.

Ce fonds extraordinaire était de 84 millions, dont 60 devaient servir à
l'achèvement des lacunes, et 24 concourir, avec les fonds annuellement
portés au budget aux réparations de parties de roules dégradées. Sur ces
81 millions, il avait été dépensé, d'après le compte rendu de
l'administration des ponts et chaussées, et jusqu'au 31 décembre 1842,
savoir:

        Pour les travaux des lacunes... fr.           37,519,412 08 c.

        Pour les modifications de fortes rampes
        assimilées aux lacunes....                         1,881,510 89

        Pour les réparations extraordinaires.       22,914,895 34

        Total...........................                     fr.   3,315,818 31 c.

En 1842, on a réparé des lacunes sur 72 routes, sur 29, on a corrigé des
rampes rapides, 108 ont pris part aux répartitions extraordinaires; et
enfin, dans le cours de cette même année, on a livré à la circulation
environ 500 kilomètres de route neuve, et substitué plus de 100
kilométrés de nouvelles portions de route d'un parcours facile à
d'anciennes voies, dont l'inclinaison opposait de graves obstacles au
roulage.

Nous ne parlerons pas des routes pavées, parce qu'elles tendent chaque
jour à disparaître, et ne se conservent plus qu'aux environs de la
capitale, ou dans d'autres localités, qui peuvent, par le voisinage des
carrières, s'approvisionner facilement en matériaux. Nous nous
occuperons spécialement des routes empierrées.

Ces routes se construisent par le procédé suivant: on fait sur la
largeur désignée, qui varie de 5 à 6 mètres, un lit de 0 m. 25 c. de
profondeur, que l'on remplit de pierres, ou mieux encore, de silex
concassés. On a soin de mettre les plus grosses au fond, les plus
petites et le gros gravier par-dessus. En règle générale, aucune pierre
ne doit entrer dans la construction d'une bonne route, si elle ne peut
passer dans un anneau de 0 m. 06 c. de diamètre, dont chaque cantonnier
est pourvu à cet effet. Quand le lit de pierres est suffisamment nivelé,
on fait passer dessus un rouleau dit compresseur.

Le rouleau compresseur est un cylindre creux en fonte que l'on promène
sur la chaussée jusqu'à ce que toutes ses parties soient enchevêtrées,
liées et mastiquées ensemble à une profondeur égale à celle du lit de la
chaussée. Les meilleurs rouleaux sont ceux qui, d'un poids de 6,000
kilog. environ, n'ont besoin que de six à huit chevaux pour les traîner.
Ce sont des cylindres creux en fonte de 1 m. 30 c. de diamètre et
disposés de manière à porter la charge dessus. Un poids supérieur à
celui que nous indiquons et un plus grand nombre de chevaux, loin de
comprimer la route et de réunir pour ainsi dire toutes ses parties en
une seule surface adhérente, l'écrase, tandis que le passage et les
efforts d'un trop grand nombre de chevaux dispersent les pierres que le
rouleau compresseur a pour mission d'enchevêtrer et de transformer en
une chaussée parfaitement unie.

Cette opération doit se renouveler environ six fois de suite. C'est le
nombre à peu près nécessaire pour que la route ait le tassement voulu
pour une bonne viabilité. Quelques ingénieurs, pour faciliter et
solidifier en même temps l' agrégation des matériaux, jettent ensuite
dessus un lait de chaux ou d'argile, ou du gros sable mêlé d'eau:
d'autres croient pouvoir se passer cette précaution.

La route une fois en bon état de construction, il s'agit de la conserver
en bon état d'entretien, et c'est la le plus difficile. C'est l'oeuvre
spéciale des cantonniers sous la surveillance des piqueurs, conducteurs
et ingénieurs. Le bagage d'un cantonnier se compose d'une pioche, d'une
pelle, d'un racloir à enlever la boue et qui doit généralement être en
bois, afin de n'enlever de dessus la chaussé que les parties tendres;
d'un balai, autant que faire se peut en genêt ou en d'autres végétaux
qui aient le moins possible de parties dures et ligneuses, d'une chaîne
à métrer, d'un anneau de 0 m. 6 c. de diamètre et d'un piquet indiquant
son numéro et celui de la route sur laquelle il est occupé; il a sur son
chapeau une bande semi-circulaire ou une plaque en cuivre sur laquelle
est écrit le mot cantonnier, et quelquefois aussi son numéro. Il est, en
outre, porteur d'un livret qui doit être représenté aux ingénieurs et
conducteurs des ponts et chaussées à toute réquisition.

On a reconnu, par l'expérience, que rien n'était à la fois profitable et
plus efficace, pour maintenir une route en bon état, que la réparation
immédiate et instantanée des moindres dégels. C'est ici que les
ingénieurs se sont divisés: les uns, et à leur tête M. Berthaut-Ducreux,
ont prétendu que l'emploi du racloir était le meilleur moyen pour
maintenir les routes en bon état d'entretien; les autres, qui
reconnaissaient pour chef M. Dumas, soutenaient au contraire que
l'emploi du racloir, en désagrégeant les molécules qui composaient la
chaussée, empêchait l'adhérence complète entre les parties qui doivent
la former, et était par cela même une cause d'avaries et de destruction
progressive; ils ajoutaient que la poussière étant le principe de la
boue, et la boue elle-même, à cause de l'humidité quelle renferme, étant
pour les voies publiques un des agents les plus destructifs, il
suffisait d'enlever la poussière et les détritus formés par l'usure au
fur et à mesure qu'ils se formeraient, pour avoir une route
continuellement en bon état, et où les charrois les plus lourds ne
laisseraient pas seulement la trace d'un simple _frayé_: qu'enfin le
balai, surtout le balai doux, le genêt, par exemple, était
merveilleusement propre à cet usage, et qu'au moyen d'un balayage
constant et intelligent, la route débarrassée à chaque instant de tous
les corps qui par leur action peuvent amener son usure ou sa destruction
progressive, ne devait jamais s'user que parallèlement à sa surface et
se maintenir continuellement en bon état d'entretien. Des ce moment la
guerre fut déclarée entre les partisans des deux systèmes. On se battit
vaillamment à coups de brochures; les unes portaient pour épigraphe: _le
balai, le balai_; les autres, _le racloir, le racloir_: les départements
étaient obligés de subir les doctrines des ingénieurs qui y résidaient.
Les uns étaient raclés d'autorité, les autres balayés.

Enfin une circulaire émanée de M. Legrand, circulaire portant le nº 5 et
la date du 25 avril 1839, sembla donner gain de cause au balai, qui
cependant, malgré cette haute protection, compte encore des ennemis
acharnés et nombreux.

Toutefois, si l'expérience sert à quelque chose, comme cela est
probable, tout le monde peut se convaincre que les routes bien balayées
sont les meilleures, celles qui, en offrant la viabilité la plus
complète et la plus régulière, consomment le moins de matériaux. Nous
n'en voulons pour exemple que le département de la Sarthe, qui, sous
l'administration de M. Dumas, est devenu un département modèle.

«Si le roulage dégrade les routes, dit cet ingénieur, c'est que les
routes sont ou mal construites ou mal entretenues.» Retournons sa
proportion et disons: «Qu'on ait des routes bien faites et bien
entretenues, et toute espèce de roulage peut impunément circuler sur la
chaussée sans la dégrader.»

Si cette proposition est vraie, et c'est l'opinion de M. Dumas, nous le
demandons à tous les hommes de bonne foi: _A quoi sert une loi sur la
police du roulage?_ Le gouvernement n'a-t-il pas rempli tous ses devoirs
quand il a pourvu, par certaines mesures, à la sécurité des voyageurs,
et ne se crée-t-il pas quelquefois des devoirs imaginaires?

Quoi qu'il en soit, M. Dumas, tenace comme tous les inventeurs, a voulu
absolument prouver à tout le monde la bonté de son système. Une énorme
voiture à deux roues fut chargée de pavés, de pierres, de granit,
jusqu'à concurrence de 16,000 kilog. et attelée de vingt chevaux. On la
fit rouler dans cet état sur la première route venue; M Dumas, aidé dans
cette expérience de M. Dupuit, constata qu'une masse aussi pesante
non-seulement n'avait point fait d'ornières, mais même n'avait pas
laissé derrière elle en roulant plus de trace défrayé que toute autre
voiture chargée d'un poids ordinaire. Ces deux ingénieurs constatèrent
en outre un autre résultat. Au bout d'un certain nombre de mètres de
parcours, il y eut avarie dans la voilure, un peu plus loin l'avarie
devint plus considérable, et enfin l'essieu se rompit sous la charge.

MM. Dumas et Dupuit en conclurent que si la cupidité des rouliers, des
commissionnaires de transports ou des messageries, les porte à charger
outre mesure, il peut leur arriver de briser ou d'user leur matériel,
mais non de dégrader la route, si toutefois elle est en bon état, ce qui
est une condition indispensable.

En présence de cette expérience, nous nous demanderons _A quoi sert une
loi sur la police du roulage?_

[Illustration: Rouleau compresseur pour l'empierrement des routes.]

Tout le monde sait qu'en France les lois sur la police du roulage ont
pour élément de vérification des machines dites _bascules_ et qui
servent à peser les chargements; c'est du moins leur but ostensible.
Quelques personnes prétendent que ces bascules n'ont d'autre but que de
donner des places à des individus décorés du nom de préposés, et qui,
avec l,000 à 1,500 fr. d'appointements annuels, trouvent le moyen
d'amasser en quelques années dix molle livres de rente, mais quand nous
l'aurions vu, nous ne voudrions pas le croire. Quant à nous, nous avons
toujours été convaincu que les bascules servaient à peser les voitures;
c'est pour cela que nous sommes l'ennemi des bascules, qui ne peuvent
servir à constater exactement un poids, surtout s'il s'agit de voitures
servant au transport des voyageurs. Ainsi une diligence se fait peser à
une bascule avec un certain nombre de voyageurs; quelques minutes après
elle en prend deux ou trois pour se compléter, son poids est changé, il
est quelquefois même d'une assez grande différence avec un égal nombre
de voyageurs. Aujourd'hui il fait beau temps, vous passez sur une
bascule, et vous êtes en règle. Le lendemain, la route est mauvaise,
boueuse, vous avez un chargement moins fort, et cependant vous êtes en
contravention; on vous compte comme poids et comme surcharge le nombre
de kilogrammes de terre, de boue, d'eau que vous portez avec vous, et
malgré vous, dans vos roues, autour du train, sur le coffre de la
voiture. On se demande alors si une semblable manière de procéder n'est
pas une véritable iniquité, bien plus, c'est une iniquité gratuite et
inutile, s'il est vrai qu'une route en bon état ne peut souffrir du
poids des chargements. Qu'on s'occupe donc de terminer les routes,
d'augmenter s'il le faut le nombre des cantonniers, et on aura plus fait
pour la viabilité du territoire que par ce luxe de lois tracassières et
fiscales qui étouffent sous les amendes et les procès-verbaux le
développement d'une foule d'industries. Que les routes de France soient
toutes, et sur tous les points, en bon état de construction et
d'entretien, et les partisans les plus acharnés des lois sur la police
du roulage, ces hommes qui ont la funeste manie de tout réglementer, ne
tarderont pas à être convaincus que le roulage ne dégrade que les
mauvaises routes, et peut-être dans un moment de bonne foi finiront-ils
par dire aussi: _A quoi sert une loi sur la police du roulage?_



Salon de 1844.--Sculpture et Architecture,

(6e article.--Voir t. III, p. 35, 71, 84, 103 et 131.)

On ne nous accusera pas de reléguer le compte rendu de la sculpture et
de l'architecture dans les dernières colonnes de notre revue, comme s'il
s'agissait de remplir strictement un devoir. Nous faisons trêve, pour un
moment, à la critique sur la peinture, et nous parcourons les salles
basses du Musée.

[Illustration: Velléda, statue en marbre par M. Maindron.]

Cette année, disons-le tout d'abord, l'exposition de la sculpture est
très-remarquable. MM. Bartholini de Florence, Bonnassieux, Bosio, Régis
Breisse, Dantan aîné et jeune, Antoine Etex, Feuchère, Foyatier,
Gayrard, Husson, Jouffroy, Maindron, etc., ont leurs noms consignés sur
le livret.

Tout le monde a été d'accord sur l'exposition de sculpture, tout le
monde a compris les progrès immenses faits par nos artistes dans cette
branche de l'art.

Que nos lecteurs se rappellent, avant de regarder _la Velléda_ de M.
Maindron, ces phrases extraites des Martyrs: «Cette femme était
extraordinaire. Elle avait, ainsi que toutes les Gauloises, quelque
chose de capricieux et d'attirant. Son regard était prompt, sa bouche un
peu dédaigneuse et son sourire singulièrement doux et spirituel. Ses
manières étaient tantôt hautaines, tantôt voluptueuses; il y avait dans
toute sa personne de l'abandon et de la dignité, de l'innocence et de
l'art. La dernière fois, elle resta longtemps appuyée contre un arbre à
regarder les murs de la forteresse.»

Tel est le portrait de Velléda, tracé par M. de Chateaubriand. En le
traduisant avec le ciseau, M. Maindron courait de grands risques.

Chacun s'est créé une Velléda par l'imagination: autant de visiteurs,
autant de goûts différents, et parmi eux, l'un sera satisfait, l'autre
prétendra que le caractère gaulois n'est pas assez indiqué; un autre
dira que les formes de cette femme n'appartiennent point à la vraie
plastique. «Cette femme était extraordinaire,» dit M. de Chateaubriand.
Le sculpteur a commenté la phrase du poète.

_Velléda_ ornera le jardin du Luxembourg.

Ne lui donnera-t-on pas quelque pendant?

_David_, de M. Bonnassieux, est une statue remarquable par l'énergie de
la figure et par le naturel de la pose. Le _Buste de madame la comtesse
de C..._ est admirable, et la tête d'étude en marbre de M. Bonnassieux a
droit à des éloges.

Le modelé est le principal mérite de M. le baron Bosio, qui a taillé
dans le marbre, pour la maison du roi, _l'Histoire et les Arts
consacrant les gloires de la France_. Pour nous, la composition de ce
groupe nous semble un peu surannée, mais l'exécution est remarquable, et
l'Histoire, principalement, est sculptée de main de maître.

[Illustration: Adélaïde Kemble, tragédienne anglaise, statue par M.
Dantan jeune.]

[Illustration: Petite paysanne bretonne, statue par M. Grass.]

Comme toujours, les travaux de M. Dantan aîné accusent chez cet artiste
une grande habileté. _Louis de France_, dauphin, fils de Louis XVI, est
convenablement terminé pour une statue en plâtre; le _Buste de
Marie-Joseph de Saxe_, dauphin de France, nous plaît moins, parce qu'il
a moins d'animation.--Quant à M. Dantan jeune, il faut le féliciter de
sa statue d'_Adélaïde Kemble_, lorsque, pour compléter son exposition,
il nous a donné le buste de _M. Thalberg_, si originalement sculpté.
Adélaïde Kemble est taillée avec le costume qu'elle revêt dans le rôle
de Norma, un de ses plus magnifiques rôles. La figure a de l'expression,
les vêtements sont compréhensibles; ce qui est beaucoup dire. Le _Buste
à M. Bentik_, par le même, possède des qualité de premier ordre. Un
jeune sculpteur, M. Grass, a trouvé dans les _Dernier Bretons_ de M.
Émile Souvestre, le sujet d'une délicieuse statue en marbre, pleine de
sentiment et d'expression, et qu'il nomme _Petite paysanne bretonne_.
Nous procéderons ici comme nous l'avons fait en parlant de _la Velléda_
de M. Maindron. «Ses cheveux noirs, dit M. Souvestre, retombaient par
mèches onduleuses jusque sur son cou; une simple chemise serrait sa
taille frêle, et sa courte jupe laissait voir tout entières ses jambes
brunes. Elle nous retardait, la tête élégamment penchée, comme un oiseau
qui écoute, et, ses deux petites mains posées sur une baguette blanche;
un de ses pieds était replié sous elle, et l'autre pendant, dans une
gracieuse nonchalance, jouait avec des débris humains.

[Illustration: Maître-Autel pour Notre-Dame, projet par M. A. Couder.]

M. Grass a réussi à rendre l'expression de _la petite paysanne
bretonne_; c'est assez dire que sa statue est intéressante.

[Illustration: Dais pour Notre-Dame, projet par M. A. Couder.]

[Illustration: Le Christ, statue par M. Husson.]

[Illustration: Bannière pour Notre-Dame, projet par M. A. Couder.]

M. Aristide Husson, dans son _Christ_, statue en plâtre, s'est attaché à
imiter la simplicité antique, pour la forme, et à reproduire le
sentiment chrétien, la pensée profonde du catholicisme. Il ne faut pas
parler ici des difficultés que M. Aristide Husson avait à vaincre,
puisque ces difficultés ont été vaincues par lui, mais nous le
félicitons sur la manière dont il a exécuté sa statue. Les muscles n'ont
que peu de saillie, parce que celui dont les bourreaux se moquaient en
disant: «Salut au roi des Juifs!» demeurait impassible au milieu île
tous les outrages dont on l'abreuvait. La figure a la dignité
convenable, et les accessoires sont scrupuleusement rendus. Le _Christ_
de M. Husson gagnera à être taillé en marbre.

_La Madeleine méditant sur les saintes Écritures_, par M. Gechter, ne
brille pas par l'expression, ainsi que l'oeuvre de M. Grass. Modelé
parfait, travail excellent de la forme s'y rencontrent; mais on se
demande, en contemplant la Madeleine, si c'est là une grande pécheresse
repentante, ou une femme mélancolique ayant tout simplement un livre
ouvert sous les yeux; les accessoires seuls expliquent le sujet. Aussi,
tout en reconnaissant le talent de M. Gechter, nous lui conseillons de
ne plus retomber dans le défaut que nous venons de lui reprocher, car
l'art de la sculpture consiste avant tout à rendre l'expression d'un
sentiment ou d'une passion.

Combien nous préférons, sous ce rapport, la _Geneviève de Brabant_, de
M. Géefs! Il est difficile qu'une statue ait plus de charme; la pose de
_Geneviève de Brabant_ est d'un naturel parfait, et toutes les chairs
vivent et semblent avoir du mouvement. Le _Buste de Sa Majesté le roi
des Belges_ a des formes un peu trop accusées; le _Buste de Sa Majesté
la reine des Belges_ est ressemblant.

Que M. Antoine Etex se contente de sa réputation de statuaire: ses
tableaux sont remarquables, mais ses bustes sont tout à fait hors ligne;
ceux de _M. le duc d'Orléans_ et de _M. Odilon Barrot_ sont taillés avec
cette énergie que nous avons toujours retrouvée chez M. Etex; ceux de
_Madame Ad. B..._ et de _M. Sapey_ nous plaisent moins. L'auteur de Caïn
nous doit quelque groupe comme il sait les faire. A voir ce qu'il a
exposé comme peintre, et ce qu'il a exposé comme sculpteur, on dirait
qu'il a remplacé le ciseau par le pinceau.

L'auteur de _Spartacus_, M. Foyatier, était mal à l'aise pour faire la
statue d'_Étienne Pasquier_, au moins pouvons-nous le croire. Étienne
Pasquier, avocat, général de la cour des comptes sous Henri III, avait
une figure pleine de bonhomie, de noblesse et de caractère à la fois. Il
est difficile de retrouver tout cela dans la statue de M. Foyatier, à
laquelle il ne manque rien, d'ailleurs, sous le rapport du faire.

Pour M. Gayrard, la critique doit prendre deux tons différents: le louer
pour sa statue de l'_Évêque d'Hermopolis_, le blâmer vertement pour son
_Henri IV combattant à Arques. Ce bas-relief en plâtre est plus que
médiocre: il est ridicule. Le livret nous apprend qu'il sera sculpté en
pierre et placé sur une des portes des ruines du château d'Arques; nous
espérons qu'il sera préalablement revu et corrigé. L'auteur de la statue
de l'évêque d'Hermopolis ne se compromettra pas, avec son bas-relief,
vis à-vis de la postérité.

_Bossuet_, de M. Feuchère, mérite presque les mêmes reproches que
l'_Étienne Pasquier_, de M. Foyatier. Cependant Bossuet ressemble aux
portraits qui nous sont restés de lui. M. Feuchère prend sa revanche
avec l'_Épisode de l'enlèvement des Sabines_, groupe en bronze qui n'est
pas sans défauts, mais dont les principales parties sont traitées avec
supériorité.

Un jeune sculpteur, M. Régis Breisse, dont tous les journaux ont parlé,
à cause de son talent naturel et de sa position sociale, a exposé
l'_Ange Gabriel_, statue en marbre. Les chairs ont du modelé, mais le
corps, dans son entier, manque un peu d'animation. L'_Ange Gabriel_
prouve néanmoins que M. Régis Breisse fait des études sérieuses et des
progrès rapides.

Le _Buste de madame la comtesse d'A..._ est le seul ouvrage que nous ait
envoyé cette année M. Bartolini, de Florence. Il est digne, de la
réputation acquise par le célèbre sculpteur italien, surtout à cause de
la simplicité avec laquelle il est taillé.

Ici ne se termine pas la liste des bons ouvrages exposés dans le salon
de sculpture, mais la place nous manque pour nous occuper de tous en
détail. Aussi mentionnerons-nous rapidement les noms des artistes qui se
sont le plus distingués.

C'est m. Jules Klagmann, qui a envoyé un cadre de _médaillons_ contenant
deux modèles de médailles et quatre cavaliers provenant d'un vase
exécuté pour M. le duc d'Orléans;--c'est M. Louis Brian, qui a taillé un
beau _Buste de M. de Lamartine_;--c'est M. Suc, dont la _Mélancolie_ a
toutes les qualités de forme qui recommandent une oeuvre de
sculpture;--c'est M. Ramus, qui, dans sa _Statue de M. Portalis_, a fait
preuve d'habileté;--c'est M. Molchneth, qui a assez bien réussi la
_Statue du maréchal Bessiéres_, duc d'Istrie;--c'est M. Maurice Borrel,
enfin, dont les _médaillons_ sont très-soigneusement travaillés.

Maintenant, montons le grand escalier qui conduit aux belles galeries
des antiquités, galeries si curieuses, et que si peu de personnes
visitent avec attention; traversons ces salles admirables pour arriver à
celles dont l'architecture tapisse les murailles de toiles.
Occupons-nous des architectes.

L'architecture est la base des arts du dessin; la sculpture et la
peinture forment, pour ainsi dire, ses accessoires. A ce titre,
l'architecture doit avoir toutes nos sympathies. Mais nos élèves de
l'école royale la comprennent d'une façon si particulière, que nous
avouons être presque toujours désillusionné, lorsque nous jetons les
yeux sur tous les projets qu'ils exposent. Jamais ces projets ne
s'élèveront à l'état de réalités. Quelques-uns cependant sont en partie
applicables; ils nous intéressent. D'autres sont des dessins de
monuments antiques; ils nous intéressent plus encore. Un petit nombre,
enfin, doivent être mis à exécution, et préoccupent la masse.

Tels sont les _Études sur la réunion du Louvre aux Tuileries_, par M.
Louis Badenier, et le _Projet d'embellissements partiels pour la
cathédrale de Paris_, par M. Amédée Couder.

Restaurer l'église de Notre-Dame est un travail immense, et devant
lequel on recule, si indispensable qu'il paraisse, à cause des frais
qu'il entraînerait. Nos députés, d'ailleurs, et surtout nos ministres,
ne goûtent pas volontiers ces sortes de dépenses, qui contribuent à la
gloire de la nation, mais qui n'avancent en rien les questions
politiques ou celles des portefeuilles.

Une restauration partielle de l'église de Notre-Dame pourrait leur
paraître autre chose qu'une rêverie sans valeur. En un mot, de ce qu'une
amélioration complète est impossible, il ne résulte pas qu'une
amélioration partielle soit impossible aussi.

Sans entrer dans de grands détails sur les travaux que l'on devrait
exécutera Notre-Dame, M. Amédée Couder s'est seulement occupé des
embellissements partiels dont cette église a besoin. Il a fait: 1° un
maître-autel; 2º une chaire; 3° un banc d'oeuvre; 4° un costume pour les
suisses aux solennités nationales; 5° une tenue pour les suisses aux
fêtes de l'Église; 6° une bannière de la Vierge; 7° un dais.

Tous ces accessoires sont inspirés par la pensée catholique, et forment
un assemblage d'ornements qui ne s'écartent jamais du style religieux.

Le maître-autel est gothique pur, avec des candélabres, des panneaux et
des reliquaires, tels qu'on les voyait dans nos églises au moyen âge, à
l'époque de l'édification de Notre-Dame.

Ce maître-autel est remarquablement composé, et M. Amédée Couder, en ne
le surchargeant pas de sculptures en bois, s'est rappelé qu'au moyen âge
les maîtres-autels avaient de la simplicité; le dessus seul était orné
avec profusion.

La chaire à prêcher, de même style, n'a pas cette élégance de nos
chaires modernes, surchargées de détails qui ne s'harmonisent pas avec
l'objet auquel elles sont destinées. Le genre draperie nous semble
cependant trop développé dans la chaire à prêcher de M. Amédée Couder;
cela dit, nous admettons toute la composition.

Le banc d'oeuvre est sans contredit la meilleure innovation que l'on
puisse introduire dans le monument de Notre-Dame. Celui qui s'y trouve à
l'heure qu'il est, fait pitié, littéralement pitié: ce sont des planches
et des bancs de bois disposés sans goût et sans art. Le banc d'oeuvre,
comme on sait, est la place des marguilliers, des principaux, des
soutiens de l'Église. Une série de panneaux sculptés en bois et
représentant des sujets religieux, forme la boiserie, dont le dessin est
sous nos yeux.

Nous n'avons rien à redire sur cet embellissement, tel qu'il est projeté
par M. Amédée Couder: sa grandeur est convenable; un peu plus de hauteur
lui donnerait plus d'importance. Que M. Amédée Couder n'oublie pas que
le banc d'oeuvre est placé devant la chaire, et que l'élévation de
celle-ci nuit à l'apparence du premier.

Quant à la tenue proposée pour les suisses aux solennités nationales, le
lecteur a droit d'exiger de nous une explication que nous allons lui
donner.

Cette tournure de héraut d'armes qui, du premier abord, semble ne se
rapporter en rien aux rites de l'Église, convient tout à fait aux
suisses dans les solennités nationales. L'église de Notre-Dame est la
cathédrale de Paris; c'est là que se font les couronnements, les
mariages, les baptêmes des princes; c'est là que se chantent les _Te
Deum_, que se font les cérémonies funèbres des hauts dignitaires. Le
suisse, dans ces grandes occasions, doit se mettre à l'unisson des
personnages qui sont parties intégrantes de la solennité. Il est
l'introducteur des laïques et des militaires dans l'église; son costume,
pour être complètement emblématique, a des insignes appartenant aux
trois ordres; dans les cérémonies nationales, il est, avant toute chose,
militaire, héraut d'armes; le casque lui sied; la croix est peinte sur
sa poitrine.

Lorsqu'il s'agit simplement des fêtes de l'église, la tenue du suisse ne
doit plus avoir ce caractère chevaleresque dont il a été revêtu pour les
grandes solennités. Son costume est beaucoup plus difficile à composer,
parce que le suisse reste toujours l'intermédiaire entre l'église et les
fidèles, le soutien de la foi, la force armée prêtant son secours à la
religion. Il a aussi la croix peinte sur le coeur; il a le vêtement
violet qui est propre aux évêques; il a l'épée et la hallebarde, comme
gardien du temple. Quant à son chapeau, M. Amédée Couder a été forcé de
le composer entièrement; c'est une fantaisie à laquelle il a voulu
donner le plus de caractère possible. Nous pensons qu'il a réussi.

La bannière de la Vierge est délicatement faite; les attributs en sont
ordonnés avec goût.

Le dais est vaste et d'un style en harmonie avec tous les autres
ornements de l'église. Ce n'est plus ce genre de dais, avec panache, tel
qu'on en voit partout; ce n'est pas non plus cette simple tapisserie en
forme de tente comme on en trouve dans les villes d'Italie; c'est un
monument gothique sous lequel plusieurs prêtres peuvent se tenir et
escorter celui qui porte le saint sacrement. La forme du dais adoptée
par M. Amédée Couder est, à notre avis, la seule convenable dans
l'église de Notre-Dame, où les choses paraissent insuffisantes et
mesquines, toutes les fois qu'elles dérogent au style général du
monument.

En résumé, le projet d'embellissements partiels pour la cathédrale de
Paris mérite qu'on s'y arrête, et tranche la question de restauration de
Notre-Dame. En reproduisant quelques dessins de M. Amédée Couder, nous
avons voulu donner de la publicité à son travail. Ses projets peuvent,
sans beaucoup de frais, être mis à exécution; il faudrait cependant,
avec les ornements proposés, une demi restauration du vaisseau même de
l'église, afin de la nettoyer; qu'on nous pardonne cette expression.

D'autres travaux d'architecture exposés au Salon méritent toutes nos
sympathies. Les _Études d'après les encadrements des loges de Raphaël au
Vatican_, par M. Victor Baltard, accusent une grande conscience dans le
talent de cet architecte.

M. Auguste Magne a conçu deux projets qui nous semblent très-applicables
et très-utiles. Le projet d'un Palais pour l'exposition des produits de
l'industrie, l'exposition annuelle et pour servir de bazar après la
durée de ces expositions vise plus à l'utilité qu'à l'élégance, car la
façade est lourde, mais, avec quelques modifications, on pourrait
l'exécuter. Le projet d'un _Hôpital_ de convalescents à ériger sur
l'emplacement des rues projetées dans la commune de Passy, près de l'arc
de triomphe de l'Étoile, est heureux, et d'une utilité aussi peu
contestable que celle du palais de l'industrie. Les hôpitaux ne seront
un véritable bienfait pour la population indigente de Paris que quand
les malades en sortiront en bon état de santé, et non pas seulement en
convalescence.

Sous ce titre général, _l'Art décoratif en Italie à différentes époques,
M Alexandre Denuelle a exposé des études fort consciencieuses,
principalement en ce qui regarde peinture religieuse aux treizième et
quatorzième siècles, à la renaissance au seizième siècle. Cette dernière
étude comprend trois voûtes, dont deux, peintes par Raphaël vers 1510,
décorent deux des stances du Vatican; la troisième voûte, qui fait
partie des stances Borgia, fut exécutée à même époque par Pinturicchio,
d'après les dessins de Raphaël.--Citons les dessins de M. Clerget, et la
Porte d'Arroux, à Autan, par M. Édouard Delbrouck. Les autres artistes
nous excuseront de ne pas nous être occupé de leurs travaux;
l'architecture étant un art supérieur sans doute mais tout spécial, qui
intéresse beaucoup plus les savants que les hommes du monde,
l'_Illustration_ ne peut lui consacrer plus d'espace.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70, 86, 106, 118 et 138.)


VI.

RECIT.--LE CAPITAINE POUSSEPAIN.

A mesure que Potard avançait dans sa confidence, son caractère ouvert et
jovial reprenait le dessus, et soit involontairement, soit à dessein, il
témoignait à son jeune convive plus d'entraînement et plus d'abandon.
Celui-ci, de son côté retrouvait peu à peu son aisance, et ne semblait
plus aussi pressé de fuir cet entretien. L'un tenait sa proie et
semblait jouer avec elle, l'autre commençait à se croire désintéressé en
toute cette affaire, et sentait ses défiances céder devant un sentiment
de curiosité. La vertu du liquide bourguignon contribuait à entretenir
cette sorte de trêve, et Potard y puisait cette verve qui tourne si vite
à l'effusion et à l'attendrissement.

«Beaupertuis, dit-il en poursuivant son récit, je viens de vous narrer
les succès politiques du voyageur de commerce; vous allez peut-être en
conclure qu'ils s'obtenaient aux dépens des affaires et nuisaient à
l'exploitation de la clientèle. Il n'en est rien; le voyageur le plus
notoirement national était toujours celui qui prenait le plus d'ordres.
Moi-même si j'ai laissé un nom dans les fastes du voyage, c'est à des
refrains patriotiques que je le dois. Tel droguiste avait refusé
obstinément un lot de cochenille, sous le prétexte que la marchandise
n'était point assez argentée, qui, sur une roman lancée à propos,
revenait de sa prévention, trouvait la substance tinctoriale beaucoup
plus à son gré, et se la laissait mettre fort agréablement sur le dos.
J'ai fait, en ce genre de véritables tours de force. Permettez-moi de
vous citer un.

«Il s'agissait d'une partie considérable de safran d'Espagne, pour
laquelle les Grabeausec avaient été indignement refait par une maison
d'Alicante. Mauvaise drogue, mêlée de corps étrangers, piquée par
l'humidité; triste affaire, en un mot. Quand les Espagnols se mêlent de
camelote, ils n'y épargne pas la façon. Ordre de Lyon de placer cela à
tout prix. On m'envoie des échantillons un peu fardés, mais affreux
néanmoins. Il n'y avait plus qu'à payer d'audace. J'aborde un teinturier
d'Alsace, un gros faiseur, riche, rusé, connaissant l'article jusqu'au
bout des ongles, qu'il avait excessivement noir. Cet homme avait vécu
toute sa vie dans le safran; il le manipulait, il en respirait chaque
jour le parfum, le portait à ses lèvres pour en éprouver la saveur, et
devait avoir, comme les canards élevés au régime de la garance, les os
colorés en rouge. C'est une autopsie que je recommande à MM. les membres
de l'Institut; seulement, il faudra peut-être attendre la mort du sujet
pour s'y livrer. Les canards l'ont bien passée, cela est vrai: mais le
teinturier dont je parle élèverait peut-être des objections de son
vivant. Ces gens-là ne sont pas à la hauteur de la science.

«Quoi qu'il en soit, ce fut à cet industriel que je m'adressai pour
débiter mon odieuse drogue. J'aime à prendre le taureau par les cornes.
Avec un sang-froid asiatique, je lui soumis mes échantillons.

«--Père Shoulmergerberger, ajoutai-je, voici la fleur de pois en fait de
safran; vous en avez la première vue. Cent balles de ce numéro! Un
marché d'or! Je vous l'ai gardé en ami, en véritable ami.

«L'Alsacien appartenait à cette famille de manufacturiers flegmatiques
qui semblent mettre un prix à leurs paroles! tant ils s'en montrent
avares; il traitait d'ailleurs le français d'une manière affligeante, et
avait ses raisons pour en user sobrement. A peine eut-il jeté un coup
d'oeil sur l'échantillon que je lui dirais, qu'il le repoussa en disant:

«--C'est ein ortire!

«Traduction libre: C'est une ordure! Le mot était humiliant, mais je ne
me tins pas pour battu; je revins à la charge. Prenant le safran à
pleines mains, je l'éparpillai, je cherchai à en faire ressortir la
couleur, à le faire miroiter au soleil, trouver son jour, à le présenter
sous son plus bel aspect.

Peine perdue: mon Alsacien ne démordait pas de son opinion aussi
déplorable que laconique. J'eus beau relever les qualités de la
marchandise, exalter la vertu qu'elle aurait à l'emploi, déplorer
l'aveuglement du teinturier, rien ne put toucher mon homme; il resta
inflexible. Je comptais, comme dernière ressource, sur la proposition
d'un grand rabais, à la condition qu'il se chargeât de la partie
entière. Ce moyen échoua comme les autres.

«--C'est ein ortire, répétait-il, ein téridâple ortire!

«On ne pouvait pas le sortir de là; il en devenait fastidieux.
N'importe; je m'étais promis de lui colloquer mes safrans, et je résolus
de tenir bon.

«Le père Shoulmergerberger ne subissait ici-bas qu'une seule influence,
celle de madame Shoulmergerberger et de ses deux filles. Comme les
Alsaciens de la vieille roche, le teinturier s'était marié jeune, afin
de se voir revivre dans une série de générations; et quoiqu'il n'eût que
cinquante ans, il possédait déjà un échantillon de la deuxième.
Cependant un nuage obscurcissait alors l'étoile de sa maison. Son fils,
le seul mâle de la famille, était absent depuis cinq mois; Il parcourait
les ports de l'Amérique du Sud, afin d'y créer des débouchés aux toiles
peintes. Cet exil volontaire faisait la douleur de madame
Shoulmergerberger, et l'objet de ses entretiens avec les deux
Shoulmergerberger que leur sexe rendait plus sédentaires. Ces femmes
échangeaient l'expression de leurs craintes au sujet de l'absent, le
suivaient de l'oeil sur la carte du globe, et inondaient de larmes de
joie les lettres qui leur arrivaient de l'autre hémisphère. Pour peu
qu'on devint un habitué de la maison, il fallait s'associer à ces
explosions d'attendrissement, à ces scènes de regret.

«C'est là-dessus que je basai mon plan d'attaque. Bon gré, mal gré,
l'Alsacien devait avaler mes safrans. Pour cela, j'entrepris les dames
Shoulmergerberger au point de vue de ce gros garçon égaré dans le
Nouveau-Monde; je leur parlai de l'Amérique comme d'un pays salubre et
favorable au développement de la jeunesse; je leur fis une description
pleine d'intérêt des produits alimentaires que le jeune exilé trouvait
dans ces lointains climats, et des ananas gigantesques qu'il savourait à
son dessert; j'insistai sur les études morales qu'il recueillait chemin
faisant, et sur les trente nègres à qui il pouvait administrer librement
des coups de canne. Tout cela charmait, fascinait, consolait mes
Alsaciennes; je les voyais, au gré de mon récit, pleurer ou rire, passer
par tous les genres d'émotion. Au bout de deux séances, j'avais fait de
tels progrès dans leur esprit qu'elles ne pouvaient plus se passer de
moi; mon empire était assuré. Cependant le père Shoulmergerberger
résistait encore; les safrans lui paraissaient trop abominables; il
demandait du temps, voulait voir d'autres échantillons, enfin cherchait
des biais. Je me décidai à frapper le grand coup. Un soir, toute la
famille se trouvait rassemblée, et l'on fit un appel à mon talent de
chanteur. J'étais en voix; je me promis une scène de larmes. En
l'honneur du membre de la famille domicilié aux antipodes, j'annonçai
une barcarolle de circonstance, l'_Exilé_, de Béranger, et je commençai:

        Qu'il va lentement le navire
        A qui j'ai confié mon sort!

«A ces accents tendres comme le hautbois et déchirants comme la
cornemuse, il fallait voir l'auditoire. On me buvait des yeux, mon cher,
on me dévorait; je sentais tous ces coeurs palpiter sous ma voix. Les
trois femmes Shoulmergerberger semblaient fondre d'émotion; leurs seins
étaient haletants, leurs narines dilatées outre mesure. J'avais calculé
mes effets et gradué mes impressions; chaque couplet élevait d'un degré
l'échelle de l'épanouissement. J'arrivai ainsi au dernier:

        Oui, voilà les rives de France,
        Oui, voilà le port vaste et sûr.....

«L'illusion était complète, on eût cru que le jeune homme allait
débarquer; sa famille s'élançait déjà au-devant de lui. Il faut dire que
je détaillais chaque mot avec un art, une expression pleine d'onction et
de mélancolie. Jamais je n'ai été plus beau que ce soir-là; il
s'agissait de cent balles de safran:

                France adorée,
                Douce contrée,
        Après un an enfin je te revois.

«Je crois même, Dieu me pardonne, que je me permis quelques variantes au
point de vue du l'Alsace et de cette réunion de famille, le tout pour
arriver au bouquet:

        Ah! que mon âme est attendrie,
        Là furent mes premiers amours;
        Là ma mère m'attend toujours.
                  Saint à ma patrie!

«Beaupertuis, faut-il vous le dire? à ce dernier trait, je m'effrayai
moi-même de mon triomphe. Il y avait dans le timbre de ma voix quelque
chose de si pénétrant quand je chantai _là ma mère m'attend toujours_,
que madame Shoulmergerberger n'y résista plus: elle tomba pâmée comme
une carpe; ses deux filles ne voulurent pas être en reste et tournèrent
l'oeil de leur côté, tandis que le teinturier, en proie à des sanglots
incroyables, se précipitait dans mes bras, me pressait sur son coeur et
me faisait entendre ces mots flatteurs, quoique entrecoupés:

«--Bodard! gé brends fotre bardie té zavrans!

«C'est-à-dire, en dialecte français, que mon affaire était enlevée.
Voilà le triomphe de la romance.

«Si je vous ai communiqué cette anecdote, jeune homme, ce n'est pas pour
en tirer personnellement vanité: il y a longtemps que Potard a sacrifié
ce sentiment puéril sur l'autel de l'expérience. J'ai voulu seulement
vous prouver que le patriotisme, loin de nuire aux autres qualités du
voyageur, en est le complément nécessaire. Que d'affaires j'ai entamées
ainsi par la politique, afin de les résoudre d'une manière plus prompte
et plus sûre! Trois ou quatre calembours sur la prise du Trocadéro m'ont
donné six mois de vogue; j'ai inscrit cinquante commissions sur mon
carnet à l'aide d'un bon mot sur M. de Castelbajac. L'épicier ne sait
pas résister à de tels moyens; la politique le flatte, il s'honore de la
comprendre Tenez, Beaupertuis, voyez-vous cette maison qui s'élève en
face de nous?

--Celle du mercier, père Potard? répondit le jeune homme.

--Oui, Édouard; mais le mercier n'est pour rien dans les souvenirs que
j'y rattache. Je remonte plus haut dans le cours des temps, et je sens,
à cette vue, mes yeux se mouiller de larmes. Encore une maison dont la
politique m'a ouvert l'accès! Mon Dieu! mon Dieu! que de deuil a plané
sur cette enceinte! Rien que d'y penser, je sens mon coeur se fondre
comme une grenade, ajouta le voyageur, devenu triste et pensif; la force
me manque pour achever.

--Eh bien! père Potard, remettons la suite à un autre jour, lui dit
Édouard, s'associant à cette douleur.

--Non. Beaupertuis, il faut boire le calice jusqu'à la lie, reprit le
troubadour en se versant un verre de bourgogne: à quoi bon reculer?
L'heure est venue de dérouler cette lamentable histoire. Prêtez-moi donc
attention.

«Il y a dix-huit ans de cela (vous voyez que mes souvenirs datent de
loin), cette maison était occupée par le plus insociable, le plus
farouche de tous les guerriers. On le nommait Poussepain; un vieux de la
vieille, décoré de la main du grand homme, brave comme un César, mais
bête à manger du trèfle, et parvenu au grade de capitaine après
vingt-cinq ans de service. Dans son beau temps, il composait un superbe
officier de dragons; mais il avait passé par tant d'épreuves, s'était vu
entamer le cuir si souvent, avait été rôti et gelé tant de fois, que pas
un de ses membres ne restait intact, et que la peau de son visage avait
pris l'aspect du parchemin. Des yeux de chat sauvage animaient sa
physionomie et lui donnaient un air de dureté extraordinaire; son nez
arrondi en virgule avait quelque chose de fier et d'impérieux comme le
bec de l'aigle, toute sa personne se ressentait de ces habitudes
militaires que l'empire a naturalisées parmi nous; il commandait chez
lui dans les mêmes termes qu'au régiment, et traitait comme des
Prussiens les voyageurs qui frappaient à sa porte.

«Car, il est temps de vous le dire, le capitaine Poussepain, après le
licenciement de l'armée de la Loire, s'était retiré à Dijon, sa patrie;
et avec les fonds provenant de son patrimoine, il avait ouvert un
magasin d'épicerie et une fabrique de moutarde. Un homme aussi irritable
choisir un tel commerce, c'était folie. Sa marchandise devait lui monter
au cerveau, et j'en ai fait la triste expérience. Quand je connus
Poussepain, le troupier s'était retranché dans sa manufacture comme dans
un fort devant lequel venaient échouer toutes les sollicitations, toutes
les offres de service. Il ne voulait, sous aucun prétexte, entendre
parler des voyageurs de commerce, qu'il nommait des flibustiers, des
pipeurs, des galériens. Impossible d'entamer avec lui une affaire;
quelques commissionnaires des ports de mer avaient le monopole de ses
approvisionnements, et il ne voulait à aucun prix nouer de nouvelles
relations.

«Parmi les motifs auxquels on attribuait ce séquestre, il en était un
qui devait agir vivement pour les esprits chevaleresques et aventureux.
Peu d'années auparavant, Poussepain avait épousé une jeune femme, et
veillait comme un ex-dragon sur cette autre toison d'or. On racontait
des merveilles de la beauté de cette victime, que le troupier avait
associée à ses cicatrices. Elle se nommait Agathe et appartenait à une
famille de pauvres gens dont elle avait assuré l'existence par son
mariage. Du reste, on la voyait peu; jamais elle ne descendait ni dans
le magasin, ni dans la fabrique; à peine avait-elle la liberté de
visiter ses parents. Pour charmer ses loisirs, Poussepain lui racontait
la campagne d'Égypte, où il avait figuré comme maréchal des logis des
dromadaires et comme pestiféré de Jaffa. C'était l'une des grandes
distractions de la jeune épouse, à moins que le capitaine ne préférât
l'initier au passage de la Bérésina, où il avait joué un rôle
très-dramatique. La pauvre Agathe subissait dix fois par mois les mêmes
récits, et s'endormait profondément au bruit de ces grandes batailles.

«Voilà ce qui se disait dans le public au sujet de la maison, et les
tables d'hôte du Chapeau-Rouge, de la Galère, de la Cloche,
retentissaient chaque jour de nouveaux détails au sujet de
l'ex-capitaine et de son invisible moitié. Longtemps j'écoutai ces
propos sans y prêter aucune attention. Un épicier de plus un de moins
dans la capitale de la Bourgogne n'était pas une si grande affaire que
cela valût la peine d'y songer Je me trouvais alors dans la plus belle
période le ma gloire; loin que je fusse obligé de courir après la
clientèle, c'était elle qui venait à moi. On s'informait de mon passage,
on me gardait les ordres qui n'avaient rien d'urgent; partout où
j'entrais, je voyais des visages épanouis et des esprits bien disposés.
A quoi bon aller chercher des affronts et perdre mes pas auprès d'un
Iroquois? J'avais rayé Poussepain de ma liste, et tout s'était borné là.
Sans ce diable d'Alfred, de la maison Papillon et compagnie, j'en serais
encore au même point, et Dieu sait que de douleurs cette réserve m'eût
épargnées! Mais un jour, à dîner et en présence de quarante voyageurs,
Alfred m'entreprit au sujet du capitaine Poussepain, et me mit au défi
de forcer la consigne qui gardait sa porte. D'abord je passai
condamnation; mais Alfred s'en enfla tellement, il m'agaça si bien, que
je me précipitai dans l'aventure.

«--Voyez, messieurs, disait-il, Potard lui-même, le grand Potard, met
les pouces devant le fabricant de moutarde; décidément c'est un gaillard
inexpugnable.

--Eh bien! non, m'écriai-je en me levant; non, non, vingt fois non!
Avant qu'il soit huit jours, j'aurai apprivoisé cet homme des bois. Qui
veut tenir le pari?

«--Moi, moi, dirent à la ronde mes jeunes écervelés.

«--Trente bouteilles de romanée ou de clos Vougeot ajoutai-je avec une
voix solennelle; la qualité au choix du vainqueur. Et signons pour plus
de sûreté.

«L'acte fut dressé, mis en règle, et je fus engagé dans l'entreprise. A
peine sorti de table, j'en eus du regret; mais vous savez, Beaupertuis,
ce que c'est que l'amour-propre, et quel rôle il joue dans les
déterminations humaines. Il a conduit maint poltron sur le terrain et
forcé plus d'un courage chancelant à faire bonne contenance devant le
feu de l'ennemi. J'en étais là; l'affaire avait fait du bruit;
impossible de reculer...

«Ce fut alors seulement que je pus me rendre compte des difficultés de
l'opération. Plus de cent voyageurs de commerce s'étaient présentés chez
Poussepain sans pouvoir dépasser le seuil de sa porte. L'un d'eux, plus
hardi que les autres, s'était glissé jusque dans le magasin; mais, à
l'aspect de tant d'audace, l'ex-capitaine avait décroché son grand sabre
de dragon et aurait fait un mauvais parti à l'imprudent s'il n'eût
prudemment battu en retraite. Comment adoucir ce Tartare? comment
museler cette bête fauve? comment ramener cette créature primitive au
sentiment de la civilisation? Là gisait le problème, et je me pris à y
réfléchir.

«--Cet homme est trop sauvage, pensai-je à part moi, pour n'être pas
foncièrement stupide; il doit être bouché comme de l'eau de Seltz. Des
lors, de quoi s'agit-il? De trouver son faible, voilà tout son faible?
il en a un; quel homme n'en a pas?

«Je me livrai pendant quelques minutes à ce travail d'analyse, après
quoi l'inspiration m'arriva, et bondissant comme dut le faire Archimède
dans son bain.

«Je le tiens, m'écriai-je; je le tiens!

«En effet, je le tenais. Mon premier soin fut de me procurer une branche
de saule que je fis dessécher en l'approchant du feu, puis une pincée de
terre que je renfermai dans une boîte de citronnier. Pourvu de ces deux
ustensiles, j'écrivis au farouche Poussepain:

«Capitaine,

«Un voyageur qui arrive de Sainte-Hélène possède quelques souvenirs
qu'il a recueillis sur la tombe même du grand homme.

«Si tous les admirateurs et tous les officiers de Napoléon ne peuvent
pas accomplir ce lointain pèlerinage, il est du devoir de ceux qui sont
plus favorisés de ne pas se montrer avares de ces précieuses reliques.

«Je sais, capitaine, le cas que l'Empereur faisait de vous; j'en ai
causé souvent avec le général Montholon, et l'on m'a fait promettre de
vous offrir un rameau de la branche de saule que j'ai détachée de
l'arbre à l'ombre duquel repose le grand Napoléon; j'y ajouterai une
pincée de terre prise sur son tombeau, et qui a par conséquent pu se
mêler à ses cendres.

«Si je ne savais pas dans quelle solitude vous plonge le regret d'avoir
perdu votre empereur, je serais allé moi-même vous faire hommage de ces
nobles débris; mais je respecte trop le motif qui vous isole du monde
pour chercher à vaincre vos répugnances.

«Je tiens les objets glorieux et susdits à votre disposition.

«Votre serviteur,

«Potard.

«Hôtel du Chapeau-Rouge, chambre 8.»

«J'envoyai cette lettre par un garçon et j'attendis à ma croisée le
résultat de la démarche. La ruse était grossière, mais elle avait alors
toute la fleur de la nouveauté. On n'avait encore exploité ni le saule
pleureur, ni le petit chapeau, ni les débris du cercueil; aussi étais-je
plein d'espoir. Cependant mon messager ne revenait pas, et peu à peu
l'inquiétude me gagnait. L'ex-dragon aurait-il pénétré le stratagème? se
serait-il douté de la mystification? Le cas pouvait devenir grave, et
déjà je m'imaginais que mon soudard donnait je fil à son grand sabre de
cavalerie afin de me fendre plus régulièrement en quatre, lorsque je vis
déboucher le garçon chargé de ma missive, avec un homme à ses côtés,
tenue sévère, redingote bleue boutonnée jusqu'au menton, chapeau sur
l'oreille, balafre atroce sur la joue gauche, oeil à dix pas devant lui,
allure militaire, un peu ralentie à cause des rhumatismes.

«--C'est lui, m'écriai-je; je le tiens. Arrive donc, culotte de peau,
arrive donc. A nous deux main tenant.

XXX.

(_La suite à un prochain numéro._)



Courrier de Paris.

Toute la ville est en l'air au moment où nous écrivons; de haut en bas,
du petit au grand, du palais au salon, du salon à la mansarde, de
l'habit chamarré à la simple veste plébéienne, des Tuileries au faubourg
Saint-Marceau; le 1er mai est venu, et c'est au 1er mai que se donne le
grand spectacle officiel de la fête de Sa Majesté le roi Louis-Philippe.
Déjà le canon tonne aux Invalides, les mâts de cocagne sont debout, les
orchestres en plein vent remplissent l'air d'une harmonie plus ou moins
agréable; le feu d'artifice attend le soir pour éclater en soleils
tournants, en girandoles et en fumée, et les harangueurs politiques,
diplomatiques, académiques et judiciaires se confondent en allocutions,
en oraisons, en salutations, en protestations et autres fusées volantes.

[Illustration: Concert aux Tuileries le 1er mai.]

[Illustration: Cirque-Olympique.--Ducrow.]

[Illustration: Cirque-Olympique.--Pas styrien, par M. Cinezelli et
mademoiselle Adélaïde.]

Gardons-nous bien de nous plonger dans cet océan d'éloquence royale,
parlementaire et municipale; ce n'est pas le côté le plus neuf ni le
plus divertissant de la cérémonie, et je suis profondément convaincu que
les illustres orateurs qui en font annuellement tous les frais, sont
eux-mêmes de cet avis. Quelle fatigue, en effet, et quelle monotonie! Si
quelqu'un surtout doit sentir le fardeau de ces harangues infinies, de
cette éloquence amoncelée, c'est le héros, c'est le roi de la fête.
Tenir tête à tout le monde, recevoir à bout portant les discours en
quatre points de tous les corps de l'État, de toutes les autorités
officielles, de tous les tribunaux, de toute les corporations, de tous
les représentants supérieurs de la hiérarchie publique, n'est-ce pas
soutenir un assaut héroïque? Quelque grandeur, quelque éclat qu'il y ait
à se trouver ainsi, pendant toute une journée, entouré de cette pompe et
salué par ces hommages des organes de tout un peuple, l'homme, à n'en
pas douter, se ressent çà et là et se fatigue des honneurs du souverain;
et quand Sa Majesté, quitte enfin de sa tâche splendide, se retire dans
l'intimité de son foyer royal, si quelque oeil indiscret pouvait y
pénétrer, peut-être verrait-il le roi se jetant sur un fauteuil d'un air
de délivrance, et, s'essuyant le front, dire: «Ma foi, je suis bien aise
d'en être débarrassé!»--exclamation qui court comme un écho, et se
répète dans tout le monde officiel, après la représentation, quand
chaque acteur rentre dans sa coulisse. «Je suis bien aise d'en être
débarrassé!» dit le discoureur qui s'est défait de la harangue qui
l'inquiétait, «Je suis bien aise d'en être débarrassé!» ajoute cet autre
en dépouillant l'habit solennel dont il s'était affublé en l'honneur de
la circonstance, pour rentrer purement et simplement dans sa robe de
chambre.



OUVERTURE DE L'EXPOSITION DE L'INDUSTRIE.

[Illustration.]

Quittons la solennité de ces régions officielles, et allons en plein air
bras dessus bras dessous; c'est là véritablement que se donne la fête et
que quelqu'un en profite, sans apprêt et sans cérémonie. Ce
quelqu'un-là, c'est le Parisien, le Parisien par foule et par multitude.
Dès qu'il y a des lampions quelque part, un orchestre, un mât de cocagne
et un feu d'artifice, vous pouvez compter que le Parisien ne se fera pas
prier pour mettre le nez dehors. Il emmène sa femme, il emmène sa fille,
et le voilà parti tout le long des quais, tout le long des boulevards,
tout le long des rues, se grossissant flot par flot sur toute la route,
et arrivant peu à peu à former une armée de bras, de jambes qui se
mêlent et se poussent, un océan de têtes ondoyantes, les Champs-Elysées
et les Tuileries reçoivent par toutes leurs embouchures cette mer
houleuse. C'est aux Tuileries, en effet, et aux Champs-Elysées que la
fête a choisi son arène et s'étale.

Rien n'est plus périlleux et plus magnifique en même temps que le jardin
des Tuileries pendant ces heures de fête royale; le péril est d'y entrer
et d'en sortir. Heureux qui peut se glisser à travers la masse humaine
et compacte qui assiège les grilles et se dispute le passage! Heureux
qui n'y laisse pas quel que chose, et en rapporte son habit tout entier,
son pied, sa jambe et son bras sans meurtrissure! Mais enfin nous voici
hors de prison; nous échappons à ce passage dangereux qui mène à la
suffocation, et nous mettons le pied dans le jardin immense; la foule
bruyante se disperse dans ses larges allées; elle roule tumultueusement
sur les terrasses ou à l'ombre des bois de marronniers; le firmament
resplendit d'étoiles; des feux allumés de tous côtés projettent leurs
pâles lueurs sur les massifs de verdure. Quoi de plus beau que ces vieux
arbres centenaires éclairés ainsi la nuit, que ces guirlandes de feux
magiques qui se mêlent à l'azur du ciel! Cependant les parterres
embaumés se parant de leurs arbustes et de leurs fleurs, les jets d'eau
s'élancent en gerbes limpides, et les statues de marbre s'offrent au
regard comme de blancs fantômes.

Le jardin des Tuileries ne contribue à la fête que par ses propres et
naturelles splendeurs; excepté son contingent ordinaire de lampions, le
1er mai n'y ajoute rien: je me trompe, il y donne son concert. C'est
bien celui-là qui se peut appeler un concert monstre; le vaste orchestre
est assis sous le pavillon de l'Horloge, montrant de loin, rangée sur
ses gradins, son armée d'instruments et de musiciens, la foule se presse
de tous côtés autour de l'enceinte harmonieuse, comme autour d'une
citadelle qu'en veut aborder à toute force et prendre d'assaut; les
fenêtres et les galeries du palais se peuplent de curieux couverts
d'uniformes et de croix, et la multitude infinie s'étend au loin dans
toutes les profondeurs du jardin. Tout à coup le chef d'orchestre donne
le signal, et alors toutes les oreilles se dressent: les privilégiés,
ceux qui ont trouvé moyen de s'approcher du concert, écoutent avidement
l'immense harmonie et n'en perdent pas une note; les autres s'en tirent
comme ils peuvent; à mesure qu'ils se trouvent plus éloignés, le son
leur arrive plus rare et plus imperceptible; et enfin il y a les
disgraciés qui ont beau faire, se dresser sur la pointe du pied, ouvrir
la bouche d'un air ébahi, se pencher du côté d'où vient l'harmonie, pour
en recevoir quelque aumône, ils n'entendent pas plus que s'ils étaient
des sourds parfaits.

La meilleure manière de jouir de ce concert à la lueur des étoiles, la
manière exquise et raffinée, ne consiste pas à se ruer brutalement au
pied de l'orchestre: ne vous placez ni trop près ni trop loin; trop près
sent la grosse curiosité bourgeoise et le provincial affamé; trop loin
vous fait courir la chance de ne rien ouïr; mais allez choisir un
oranger ou un arbre placé à une distance qui ne vous permettra ni de
trop entendre ni de ne pas entendre assez, et adossez-vous-y: vous
ressentirez, dans cette situation, une sensation singulière et un
plaisir inconnu. Cette nuit illuminée, cette verdure, cette harmonie
lointaine, ce noir palais, ces marbres, ces fleurs, ces eaux, ces arbres
centenaires, ces mille bruits, cette foule bigarrée et innombrable, vous
font douter si vous n'êtes pas dans quelque région diabolique et
charmante, si vous ne faites pas un rêve surnaturel et gigantesque.

Maintenant que notre concert est fini et que nous avons achevé notre
promenade aux Tuileries, faisons un tour aux Champs-Elysées. Aux
Champs-Elysées la fête est moins compassée, moins fière, moins superbe
qu'aux Tuileries; elle ne se contente pas d'un concert exécuté par les
premiers artistes de Paris et conduit par quelque archet de haute
qualité. Les orchestres suspects semés çà et là ne lui font pas peur;
l'important pour elle est qu'il y ait des orchestres, n'importe de quels
Paganini et de quels Bériot ils se composent. C'est que le 1er mai se
popularise aux Champs-Elysées; il ne tient pas à l'étiquette, mais à la
variété; la quantité, et non le choix, préside à ses plaisirs. Le
marchand de pain d'épice, le marchand de coco, le mât de cocagne, la
diseuse de bonne aventure, la comédie en plein vent, la cuisine en plein
air, le débit de consolation, l'escamoteur, le paillasse, le danseur de
corde, les marionnettes, le chien savant, polichinelle, le serin
artilleur, l'ours de la mer du Nord, la femme géant, tout ce luxe des
fêtes foraines n'excite nullement le dédain du 1er mai. Il les caresse;
il leur donne pendant vingt-quatre heures une ample hospitalité, de la
barrière de l'Étoile à la place de la Concorde. Et Dieu me garde
d'oublier le jeu de bague, l'escarpolette, le cheval de bois, le coup de
poing, le tir à l'arbalète, le tir au pistolet, la loterie au macaron,
qui font partie des menus plaisirs de la journée, et dont la foule se
régale. L'_Illustration_ a donné l'année dernière une description exacte
de tous ces passe-temps populaires du 1er mai, y compris la grande
bataille qui se livre dans le carré Marigny, sur le dos de messieurs les
Anglais et autres Cosaques, ce qui me dispense de pousser plus loin ma
nomenclature.

Puisque nous sommes si près du Cirque-Olympique, qui nous empêche d'y
entrer? Être à la porte des gens et ne pas leur dire bonjour, n'est-ce
pas une impolitesse? Bonjour, donc, Cirque mon ami; comment le
portes-tu? Que fais-tu depuis que tu as quitté ton boulevard du Temple
et tes quartiers d'hiver, pour planter ici ton drapeau et ta tente?--Le
Cirque-Olympique, arrêtant tout court son coursier et le tenant en
bride, me tint à peu près ce langage: «Hep! hep! je fais cette année ce
que je faisais l'an dernier, Hep! hep! Voici Partisan qui caracole!
voici Auriol qui cabriole! Mes écuyers courent bride abattue et
enseignes déployées; mes écuyères passent à travers les cerceaux, Hep!
hep! hep! n'en demandez pas davantage. Mon père caracolait, ma mère
cabriolait: mes enfants cabrioleront et caracoleront jusqu'au jour où
cabrioles et caracolades finiront avec le monde, qui doit finir.»

Ce que le Cirque ne dit pas, parce qu'au fond de l'âme le Cirque est
modeste,--tous les vrais braves le sont,--c'est qu'il a recruté deux
talents nouveaux, ou plutôt trois talents que nous ne lui connaissions
pas. D'abord, le jeune Ducrow, d'origine anglaise, comme son nom
l'indique suffisamment; Ducrow, qui est de cette grande et illustre race
des Ducrow, dont la gloire, sans contredit, a dû parvenir jusqu'à vous,
de cette race fameuse dans les jeux olympiques! Or, Ducrow n'a pas
démérité de ses aïeux; nous n'avons point affaire à un Ducrow dégénéré,
et Juvénal n'aurait pas le droit de l'apostropher de son ïambe; tout au
contraire, Ducrow promet de continuer ses pères et d'accroìtre leur
éclat. Ce n'est encore qu'un petit bonhomme, mais petit poisson
deviendra grand, et déjà mons, Ducrow a toute la hardiesse, toute la
vivacité, toute la dextérité, toute l'agilité qui annoncent les grandes
cabrioles et les grandes destinées.

M. Cinezelli et mademoiselle Adélaïde viennent après Ducrow, et
complètent le trio merveilleux. M. Cinezelli et mademoiselle Adélaïde
dansent le pas styrien à ravir. De peur que vous ne suspectiez le
certificat que nous délivrons à leur jarret, nous vous demanderons la
permission de mettre sous vos yeux les pièces authentiques. Voici M.
Cinezelli et mademoiselle Adélaïde; ne pouvant pas tout à fait vous les
envoyer en chair et en os, nous vous les offrons gravés sur bois; c'est
le procédé de l'_Illustration_. Hein! qu'en dites-vous? C'est là ce qui
s'appelle un pas styrien! Quelle légèreté! quel pied vif et pétulant!
quels attitudes et quels reins agréables!

Ainsi va le Cirque-Olympique, piquant des deux, avalant des sabres,
grimpant, sautant, se roulant, se disloquant, piaffant, hennissant,
dansant le pas styrien et mille autres pas plus ou moins chinois, et
vivant de la sorte entre un balancier et un picotin d'avoine; la foule
cependant l'aime comme cela, le recherche, l'admire et inonde chaque
soir, en flots pressés, ses immenses amphithéâtres. Heureux Cirque, que
te manque-t-il? tout cheval t'est propice, tout sauteur fait ta joie!

On voit que les Champs-Elysées sont pleins d'amusements et de
merveilles; mais le grand prodige, mais la véritable curiosité qu'ils
montrent en ce moment avec orgueil, c'est le magnifique bazar élevé à
l'industrie, c'est la surprenante réunion des produits si divers et si
variés du génie et du travail français. Pendant tout le temps que cette
intéressante et formidable exposition restera visible à tout venant, les
Champs-Elysées ressembleront à ces contrées tout à coup envahies par des
émigrations innombrables. La France entière y passera en effet par une
multitude de représentants, les uns simples curieux, les autres
intéressés directement à ce grand spectacle industriel. Et quel plus
beau spectacle, je vous le demande!

Les portes sont à peine ouvertes, et déjà la foule s'y précipite; c'est
un effroyable encombrement. Laissons passer cette première ardeur,
laissons le torrent se calmer un peu; dans ce tumulte des premiers
jours, l'_Illustration_ doit se contenter d'offrir à ses lecteurs une
esquisse générale de l'exposition; or, c'est ce qu'elle fait. Regardez,
messieurs, et vous mesdames, regardez; la vue n'en coûte rien. Plus
tard, l'_Illustration_ vous accompagnera dans ces vastes galeries, en
examinera en détail toutes les richesses, et vous conviera à une
promenade pittoresque à travers cet immense empire de l'industrie.

--Les concerts sont toujours à l'ordre du jour; on en donne de tous
côtés, et les plus illustres artistes, comme les plus inconnus,
s'affichent sur les murs de la ville: concert ici et concert là, concert
partout. Le monde n'est pas près de finir faute de concerts, et ce n'est
certes pas de ce côté que la mort le menace, à moins qu'il ne meure
d'une indigestion de concerts.

Le concert du Conservatoire est toujours le plus solide et le plus
recherché. Un de ces derniers jours, le dimanche 21 avril, les fervents
amateurs qui suivent avec passion ces belles journées musicales ont
éprouvé une agréable surprise: le Conservatoire leur a donné une grande
scène lyrique intitulée le _Roi Lear_, de la composition de M Gustave
Héquet. M. Gustave Héquet ne se contente pas d'être un critique musical
des plus savants et des plus distingués; il joint, comme on voit, le
fait à la parole et la pratique à la théorie. Cette scène du _Roi Lear_
annonce un habile et ingénieux compositeur, M. Héquet a de la science et
de l'âme, et avec cela on est armé pour la conquête. Qu'un théâtre
lyrique tende la main à M. Héquet, et le succès n'est pas douteux. Les
applaudissements donnés unanimement à cet essai de tragédie lyrique par
le public de Paris le plus exercé et le plus sévère sont d'un présage
excellent pour l'avenir de M. Héquet.

Mais je vous demande bien pardon; voici le feu qui prend aux pétards du
1er mai, et je sens mon bambin qui me tire par l'habit et me crie:
«Papa, allons voir le feu d'artifice!» Je suis trop bon père pour
envoyer promener mon illustre fils.--Adieu donc!



Académie des Sciences.

COMPTE RENDU DES TRAVAUX PENDANT LE DERNIER
TRIMESTRE DE 1843 ET LE PREMIER TRIMESTRE DE 1844.
(SUITE. ET FIN.) (Voir t. I, p. 217, 234, 258; t. II, p. 182, 198, 346 et 394;
t. III, p. 26, 58 et 134.)

V. Technologie et mécanique appliquée.

Machines à vapeur.--La théorie de la machine à vapeur a été le sujet de
communications nombreuses et d'une polémique où les adversaires ont su
rester dans les bornes d'une parfaite convenance, entre MM. Poncelet,
Morin, de Pambour, etc.

Il y a déjà quelques années que M. Combes, ingénieur en chef des mines,
a rapporté et décrit l'indicateur dynamométrique de Macnaught,
instrument destiné à accuser la tension de la vapeur et le degré de vide
en chaque point de la course du piston d'une machine à vapeur. Des
recherches entreprises sur l'influence des enveloppes dans ces machines,
ont conduit M. Combes à apporter quelques modifications à l'indicateur
dont nous donnons ici les dessins d'après cet ingénieur.

La figure 1 représente la disposition générale de l'indicateur
fonctionnant. Cet appareil D est vissé à la partie supérieure du
cylindre C de la machine, et communique avec la tige du piston par le
levier coudé Q P, dont la branche P est une corde.

[Illustration.]

La figure 2 donne le détail du mécanisme de l'indicateur. La partie
inférieure F est la tubulure que l'on visse sur le cylindre. A est un
petit corps de pompe dans lequel se meut un piston dont la tige B sort à
la partie supérieure. Un crayon Z est fixé à un certain point de la
tige. Entre l'embase à laquelle est fixé le porte-crayon et le couvercle
B du petit corps de pompe, est un ressort à boudin qui est comprimé
lorsque la tige s'élève au-dessus du zéro de l'échelle; et allongé
lorsqu'elle s'abaisse au-dessous. Le zéro de cette échelle, que l'un
voit sur la gauche de la figure, correspond à une tension nulle du
ressort.

Le manchon N sert à maintenir le support L d'un autre cylindre K, en un
point fixe du corps de pompe. A ce support est aussi fixée une poulie
verticale O; c'est autour de cette poulie que s'enroule le cordon P, qui
est attaché à la tige du piston de la machine; après cet enroulement la
corde vient s'attacher à un barillet à ressort en spirale, fixé sur un
axe placé dans l'intérieur du cylindre K. Ce ressort tend à faire tourer
le cylindre K autour de son axe en sens inverse de la rotation que tend
à lui imprimer le mouvement de va-et-vient du piston, communiqué par la
corde P à l'aide de la poulie de renvoi O. Si donc on vient à ouvrir le
robinet S, qui établit communication entre le cylindre de la machine à
vapeur et le cylindre de l'indicateur, le crayon Z sera animé d'un
mouvement de va-et-vient vertical, et comme le cylindre K est enveloppé
extérieurement d'un papier, qui prend avec ce cylindre un mouvement de
rotation alternatif, le crayon Z laissera sur le papier une trace qui
indiquera les variations que la tension de la vapeur a subies pendant la
durée du la course du piston.

Lorsque l'on fait usage de cet instrument, on commence par laisser
donner à la machine quelques coups de piston sans ouvrir le robinet de
l'indicateur, pour que le crayon trace la ligne qui correspond au zéro
de l'échelle. On relève le crayon et on ouvre le robinet. Le piston suit
alors les tensions de la vapeur. Au bout de quelque temps, sans rien
déranger d'ailleurs à l'instrument, on amène le crayon au contact de la
feuille de papier, et le crayon trace une figure représentant exactement
la tension de la vapeur et le degré de vide pour chaque position du
piston.

L'échelle de l'instrument est graduée de telle sorte que chaque division
correspond à un effort d'un kilogramme par centimètre carré exercé par
la vapeur.

[Illustration.]

La figure 3 représente une des courbes tracées par le crayon pendant les
expériences faites par M. Combes sur une machine établie au Pecq.

C'est à l'aide de relevés de ce genre que cet ingénieur a pu évaluer
numériquement l'influence avantageuse d'une enveloppe extérieure au
cylindre d'une machine. Sans cette enveloppe, il se produit une
liquéfaction considérable de vapeur au moment de l'introduction dans le
cylindre.

M. Lamé a lu un rapport favorable sur un mémoire de M. Clapeyron,
relatif au règlement des tiroirs dans les machines locomotives et à
l'emploi de la détente.

_Hydraulique_.M. Bayer, colonel d'état-major au service de Prusse, est
l'auteur d'un aperçu général d'une théorie de la contraction de la veine
fluide pour l'écoulement par des orifices en mince paroi.

M. Fourneyron a fait connaître le résultat de ses expériences pour
déterminer la pression exercée par l'eau en mouvement contre différentes
surfaces perpendiculaires et obliques, immobiles et entièrement plongées
dans un courant considéré comme indéfini.

On doit au même auteur une nouvelle table très-commode pour la
résolution numérique des questions qui se présentent lorsqu'il s'agit de
calculer le mouvement de l'eau dans les tuyaux de conduite.

M. Lefort, ingénieur des ponts et chaussées attaché aux eaux de Paris, a
fait connaître des circonstances curieuses relativement au volume des
eaux fournies par le puits artésien de Grenelle.

_Arts mécaniques_.--Le mémoire de MM. de Saint-Venant et Yantzel sur
l'écoulement de l'air, est la suite de nouvelles expériences faites par
ces ingénieurs, en complément de celles dont ils avaient publié les
résultats dans le _Journal de l'École Polytechnique_ en 1840.

Sur le rapport de M. Séguier, l'Académie a donné son approbation à des
voitures articulées, que M. Dufour destine à la circulation sur les
routes ordinaires.

L'industrie française s'est acquis le privilège exclusif de la
fabrication des appareils catadioptriques imaginés par l'illustre
Fresnel pour son système de phares. M. François jeune vient d'exécuter
pour le phare écossais de Sherivore la partie dioptrique d'un phare de
premier ordre, en remplacement du tambour catoptrique qui était adopté
pour les appareils de grande dimension. Il a aussi résolu, avec une
habileté remarquable, un problème qui présentait de graves difficultés.
C'est un pas de plus dans un art où la France l'emporte, sans conteste,
sur tous les peuples rivaux.

_Arts chimiques_.--M. de Muolz, l'auteur d'un procédé remarquable pour
la dorure électro-chimique des métaux, a communiqué des recherches du
plus haut intérêt sur les moyens d'obtenir une substance ne contenant
pas de plomb, et remplaçant la céruse dans ses usages industriels. M.
Mousseau a complété les résultats auxquels M. de Muolz était parvenu, en
indiquant pour l'oxyde blanc d'antimoine, auquel celui-ci s'est arrêté,
un mode de préparation simple et économique. On comprendra le service
rendu à l'humanité par cette simple substitution d'une substance à une
autre, quand on saura que le nombre des individus atteints de maladies
saturnines admis pendant huit années à l'hospice de la Charité a été de
1163.

La verrerie de Choisy a fait de nouveaux progrès dans l'art de la
fabrication des verres destinés à la construction des instruments
d'optique et d'astronomie. Son directeur, M. Bontemps, a mis sous les
yeux de l'Académie des disques de flint de 38.11 et 50 centimètres de
diamètre, et trois disques de crown de 38 centimètres.

VI.--Économie sociale.

L'étendue de cet article nous empêche d'entrer dans aucun développement;
nous devons donc nous borner à citer: 1° les intéressantes recherches de
M. Moreau de Jonnès, sur la population de la France, comparée à celle
des autres États de l'Europe, et sur la statistique des crimes commis en
Angleterre en 1842; 2º un mémoire de M. Charles Dupin sur le
développement progressif des caisses d'épargne.



Lettre d'un voyageur allemand sur la mer Noire.

Le 26 juin 1843, le bateau à vapeur russe s'élançait de Constantinople
vers la mer Noire, suivi d'une joyeuse troupe de dauphins. Je commençais
mes voyages de circumnavigation autour du Pont-Euxin, en jetant un long
regard d'adieu sur le Bosphore et sur Constantinople, la ville
impériale, placée comme un diamant entre deux saphirs et deux émeraudes
au confluent de deux mers et de deux continents, et formant ainsi le
sceau d'une bague, image de l'empire turc, qui entoure l'ancien monde.
Cette brillante métaphore orientale est rapportée par M. de Hammer dans
son histoire des Ottomans. C'est la vision qui apparut en rêve au
fondateur de la dynastie des sultans, et il est difficile de ne point se
la rappeler, quand on contemple la ville orientale aux sept collines,
avec ses minarets dorés qui s'élèvent dans le ciel. Tous les voyageurs
ont parlé du revers de la médaille; je l'ai aperçu comme eux. Lorsque,
du haut d'une mosquée, je considérais Constantinople, mon oeil était
ravi; mais, bientôt après, engagé dans une rue puante, je trébuchais sur
un tas d'ordures ou le cadavre d'un chien, et je m'écriais, avec un
voyageur français. Nous habitons sur des ruines, nous nous promenons au
milieu des tombeaux, et nous vivons avec la peste.

Depuis que les bateaux à vapeur circulent entre Odessa et
Constantinople, le nombre des voyageurs qui viennent du Nord a
singulièrement augmenté. Maintenant le trajet entre ces deux villes se
fait trois fois par mois, entre Odessa et la Crimée il y a aussi une
ligne de pyroscaphes qui transportent les voyageurs à Sébastopol,
Koslof, Yalta et Kertsch (Kerson). Tous les mois, un bateau à vapeur de
l'État part de cette dernière ville et touche à tous les postes
militaires russes de la Circassie, de l'Abasie et de la Mingrelie. Les
voyageurs sont transportés gratuitement à bord de ce navire et traités
avec beaucoup d'égards; malheureusement Redut-Kalch est le point le plus
méridional de cette ligne de bateaux à vapeur; car si elle se
prolongeait jusqu'il Trebisonde, on pourrait faire le tour de la mer
Noire avec autant d'agrément que de vitesse. Actuellement on est obligé
de s'embarquer à bord de petit-bâtiments turcs, ce qui est un mode de
navigation des plus désagréables et des plus dangereux. Est-on surpris
par une tempête avant que le bateau ait pu s'abriter dans un port, alors
on est ordinairement perdu sans ressources, car la côte offre peu de
points de relâche. A Trebisonde on trouve de nouveau de bons bateaux à
vapeur autrichiens et turcs qui vont deux fois par jour à Sinope et à
Constantinople. Dès que la lacune entre la Mangrélie et Trebisonde sera
comblée, on pourra faire le tour de la mer Noire en un mois, en visitant
tous les points intéressants. La dépense totale pour une personne ne
s'élèvera pas au-dessus de douze cents francs.

La société que l'on trouve à bord des bateaux à vapeur russes se compose
de négociants qui se rendent à Odessa ou dans les autres ports de la
Russie méridionale. Ordinairement il y a aussi quelques touristes russes
qui reviennent de Constantinople ou d'Italie. Les voyageurs qui n'ont
d'autre mobile que le besoin de voir, le désir de s'instruire ou la
démangeaison d'écrire, vont rarement à Odessa. L'armée de touristes que
les bateaux à vapeur débarquent tous les ans à Constantinople, s'arrête
au Bosphore ou se dirige vers l'ouest pour visiter Balhek, le
Saint-Sépulcre, les pyramides et le temple de Minerve. Les rives du
Pont-Euxin exercent une médiocre attraction sur ces imaginations usées
et fatiguées qui viennent se retremper dans l'atmosphère poétique de
l'Orient, pour inonder de nouveau la presse du torrent de leurs
impressions de voyage. Il ne faut donc pas s'étonner si les steppes de
la Russie méridionale, les fortifications et la flotte de Sébastopol,
les débris de la magnificence des chefs tartares à Hakschisarai, les
antiquités de Kertsch, les volcans de boue de Tainan, et enfin les prés
étincelants de neige de la chaîne du Caucase, ont si peu d'admirateurs.
Quoique nous eussions sur le bateau des représentants de toutes les
nations européennes, personne, excepté moi, ne s'inquiétait des beautés
naturelles du Pont-Euxin. Toutefois le Russe, le Français, l'Anglais et
l'Allemand causaient fraternellement ensemble. On partait de tout, même
de politique, sans aigreur, et, pendant le dîner, il eût été difficile
de décerner le prix de l'appétit à nos estomacs rivaux Ces contacts et
ces rapports entre diverses nations n'enlèvent rien au patriotisme, et
engendrent une tolérance et une estime mutuelles. On s'aperçoit bientôt
qu'il y a des hommes de sens et de coeur chez tous ces peuples, et nos
liaisons, quoique passagères, tendent à détruire les vieilles
antipathies qui ont si longtemps divisé les peuples et servi les rois.
C'est ce qui était évident dans notre petite réunion, où les événements
récents de la Chine, Napoléon, l'union douanière de l'Allemagne, et le
comte de Woronzow, firent successivement les frais de la conversation.
Ces bonnes dispositions étaient entretenues par un excellent vin de
l'Olympe, dont j'avais recueilli quelques bouteilles dans les caves de h
maison Falkeisen, à Brussa. Pendant cet entretien cosmopolite, je me
souvins involontairement de ce vers d'un poète allemand, et je m'écriai:

«Emplissons nos verres et buvons au pays, car s'il en est parmi nous qui
n'aient point de maîtresse, tous au moins ont une patrie.»

Le Pont-Euxin parut vouloir s'associer à notre joie et nous donner un
bal pour le dessert. Depuis une demi-heure l'air et la mer semblaient
s'entendre pour nous faire danser; les assiettes et les verres
commencèrent une valse à laquelle nous fûmes bientôt forcés de prendre
part nous-mêmes. C'était un coup de vent sans nuages; le ciel était pur
et cependant, quoique nous fussions au coeur de l'été, les vagues de la
mer Noire s'enflèrent tout à coup et tourmentèrent le malheureux navire
en le ballottant dans tous les sens. Les représentants des quatre
grandes nations éprouvèrent bientôt les effets habituels de la mer
agitée. Ils devinrent d'abord pâles, puis muets et totalement
indifférents à la gloire et à l'intérêt national, enfin (juste retour
des choses d'ici-bas) ils mêlèrent à l'onde amère le doux vin de
l'Olympe dont leur âme avait été, peu d'instants auparavant, si
doucement émue.

Pour nous rassurer, le mécanicien nous racontait qu'il s'était trouvé un
jour dans une position bien autrement critique. Arrêtés dans leur marche
par une tempête furieuse, ils avaient épuisé leur provision de charbon
de terre et le navire était devenu le jouet des vagues irritées. Jeté
vers les côtes orientales, faisant eau de toutes parts, on travaillait
jour et nuit aux pompes; la disette de vivres vint bientôt se joindre à
tous ces maux, et le navire arriva dans le port de Varna coulant bas et
complètement désemparé.

Cependant le vent diminua peu à peu de violence, la mer s'apaisa, et
nous nous trouvâmes par le travers, de l'îlot des Serpents, la seule île
qui existe dans la mer Noire. Autrefois des prêtres habitaient cette
île, et les anciens font une description poétique de ce temple solitaire
debout au milieu des tempêtes du Pont-Euxin et autour duquel la mouette
rieuse (_Larus cachinnans_) décrivait de longs cercles en effleurant
les colonnes de son aile humide. Le gouvernement russe a envoyé
récemment deux savants pour explorer cet îlot. L'un est le professeur
Nordmunn, zoologiste distingué; l'autre, un antiquaire, M. Koehler.
D'après leur rapport, l'îlot des Serpents a trois kilomètres environ de
pourtour; il se compose d'un conglomérat de cailloux sur lequel
croissent quinze plantes phanérogames Son nom vient des nombreuses
couleuvres (_Colaber hydrus_) qui, dans les beaux jours, se chauffent
sur la plage aux rayons du soleil. M. Koehler découvrit des restes du
temple et quelques médailles. Le gouvernement russe a décidé l'érection
d'un phare sur cet îlot inhabité. Au nord de l'île une longue bande
jaunâtre, qui contraste avec le bleu-foncé de la mer, indique l'entrée
du Danube dans le Pont-Euxin.

Tout Allemand qui s'intéresse à l'honneur, à la gloire, et à la
puissance de son pays ne saurait s'empêcher de faire de tristes
réflexions, en contemplant l'embouchure du grand fleuve de sa patrie. Il
n'est point de peuple au monde qui soit plus riche en discours et en
chants patriotiques que le peuple allemand, et il n'en est point où ils
soient plus stériles en résultats. En Russie point de déclamations
patriotiques ni dans la chaire ni dans le conseil, car il n'en est point
besoin pour exciter l'ardeur juvénile de cet empire, qui grandit sans
bruit. Il y a cent quarante ans, le pavillon russe était inconnu sur la
mer Noire; aujourd'hui une flotte imposante règne en souveraine sur ses
flots. Il y a quatre-vingts ans, les Russes n'avaient pas encore un seul
point sur le Pont-Euxin, maintenant ils possèdent une étendue de côtes
de 500 kilomètres, sans compter la mer d'Azow. Grâce à l'apathie et à
l'indifférence des autres nations, ils auront bientôt conquis tout le
pourtour d'une mer qu'ils regardent comme leur propriété. Tout voyageur
impartial qui a visité l'Orient avouera que la double croix grecque est
partout un signe révéré; que nos rivaux du Nord ont toujours le pas sur
nous, et que le nom allemand n'est pas l'objet de la haine, mais, ce qui
est pis. du mépris et du ridicule. Partout la Russie nous a devancés, et
son nom est l'espoir d'un grand nombre de nations et la terreur des
autres.

(_Traduit de l'allemand._)



Une soirée orientale à Paris.

Ma chère soeur, si vous ne dormez pas, contez-nous, je vous prie, un de
ces contes que vous contez si bien. Ceci commence, vous le voyez, comme
_les Mille et Une Nuits_, mais ce n'est point un conte.

L'autre soir, une circonstance extraordinaire avait réuni une société
d'élite; depuis plusieurs jours quelques initiés préparaient une
surprise au maître de la maison, homme politique qui, absorbé par les
occupations peu récréatives d'une autre chambre, n'avait pas voulu voir
qu'on enlevait les portes et les fenêtres de la sienne; il avait fermé
les yeux aux mouvements inusités des meubles; les planchers, les
décorations, le théâtre monté à grands coups de marteau, il n'avait rien
vu, rien entendu; il ne devait faire éclater sa surprise que le jour de
sa fête à dix heures du soir; mais aussi, ce moment arrive, elle ne
devait plus connaître de bornes.

Les conviés en savaient encore moins que l'amphitryon, tant les aimables
conspirateurs s'étaient montrés réservés. En apprenant leurs rôles, en
les répétant, ceux-ci s'étaient si bien pénétrés de leur situation,
qu'en quelques jours ils étaient tous, hommes et même femmes, devenus
discrets comme de véritables comédiens.

Longtemps avant l'heure de la surprise, le théâtre était prêt, la salle
éclairée _à giorno_, et les femmes les plus charmantes, assises autour
de l'heureux fêté, dessinaient leurs gracieuses et vaporeuses
silhouettes sur un fond d'hommes dont chacun avait un nom dans la
politique, dans les lettres, dans les sciences ou dans les arts.

On lisait sur une affiche:

        L'OURS ET LE PACHA,
        VAUDEVILLE EN UN ACTE
        DE M. SCRIBE,
        DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE,
        DÉCOR NOUVEAU DE M. SÉCHAN,
        SUIVI D'UN DIVERTISSEMENT,
        ON COMMENCERA A DIX HEURES.

Conformément au programme, ce qui ne contribua pas peu à rendre ce
spectacle extraordinaire, les trois coups furent frappés à dix heures
précises.

M. le directeur, orné d'une superbe perruque blanche frisée et poudrée,
s'avança, fit les trois saluts d'usage et lut un charmant discours en
vers qui fut trouvé trop court, mérite bien rare aujourd'hui, et valut à
son autour d'unanimes applaudissements.

Les trois coups résonnèrent de nouveau, et la même perruque, non plus
triomphale mais un peu défrisée, vint annoncer que la charmante personne
qui devait jouer le rôle de Zétulbé étant indisposée, un jeune artiste,
surmontant une timidité bien naturelle à son sexe, avait bien voulu la
remplacer, pour cette fois seulement. Des applaudissements prolongés et
encourageants accueillirent cette communication, et le directeur, en
marin habile, croyait avoir évité Charybde, lorsqu'il faillit échouer en
Scylla: les mêmes trois coups ramenèrent le Palinure dramatique, son air
était infiniment plus consterné et sa perruque, comme celle de Sterne,
semblait avoir été trempée dans la mer, tant elle avait perdu toute
trace de frisure: Marécot était indisposé, et la représentation n'aurait
pas pu avoir lieu si, par un heureux hasard, un amateur ne s'était
offert pour lire le rôle.

[Illustration: Pas de l'Ours.]

Ces annonces surprenaient si prodigieusement les spectateurs, que les
véritables trois coups furent écoutés comme la préface d'une nouvelle
déception. Heureusement il n'en fut rien; lorsque les rideaux
s'ouvrirent majestueusement, les yeux furent éblouis par les prodiges
d'un pinceau célèbre qui dévoilait l'Orient comme l'eût fait une
baguette magique; l'admiration ne connut plus de bornes à l'entrée de
Roxelane appuyée sur Zétulbé: Roxelane, la maîtresse de ce séjour
enchanté, était splendide, étincelante; les plus rares, les plus
admirables fleurs ruisselaient de son front comme une rosée céleste et
descendaient jusqu'aux franges de sa robe où elles s'épanouissaient et
lançaient mille feux: on les avait cueillies

        Dans les jardins de Bapst, plus beaux que ceux d'Armide,
        Où l'arbre d'émeraude, au feuillage charmant,
        A pour fleur le rubis, pour fruit le diamant.

Zétulbé, modestement vêtue, ne laissait apercevoir que ses deux longs
yeux de gazelle et ses sourcils tracés d'un coup de pinceau; mais
pouvait-elle se flatter de garder l'incognito? On reconnut immédiatement
l'auteur de l'inimitable _Histoire du prince Henri_, qui avait le coeur
bardé de trois cordes de fer.

On avait intercalé dans la pièce un personnage fantastique, un ministre
invraisemblable, qui se soumet à tout plutôt que de quitter son
portefeuille; il ne fallait rien moins que l'esprit et la grâce de
l'artiste chargé de ce rôle pour créer un type qui, heureusement, est et
sera toujours sans modèle dans notre heureux pays.

[Illustration: Une scène de l'Ours et le Pacha, décoration de M.
Séchan.]

Mais nous touchons à une surprise gigantesque; l'amateur, le Marécot qui
devait lire son rôle, entre en scène... Ce nez retroussé!... est-ce une
illusion!..., c'est Odry! le grand Odry! Odry lui-même; l'enthousiasme
éclate, et dès ce moment la pièce n'a été qu'un immense éclat de rire.
Lagingcole, Tristapatte, Schahabaham, sont électrisés; Odry, plus jeune,
plus gai, plus amusant que jamais, communique son hilarité; la belle
scène du poisson, suivie de la fameuse démonstration de la vapeur, où le
tuyau intermédiaire est rendu par Odry à sa véritable fonction, tout est
enlevé, comme on dit en style de coulisse, et la pièce est achevée au
milieu de frénétiques applaudissements.

Le ministre de la marine, reconnaissable à son vaste portefeuille, vient
alors annoncer au pacha qu'une baleine, nouveau produit de l'industrie
(peut-être même est-ce la fameuse anti-baleine si impatiemment attendue
par quelques-uns), vient de débarquer une compagnie aussi joyeuse que
variée près de la Sublime Porte; Schahabaham, toujours poli, ordonne
qu'on la fasse entrer.

[Illustration: Pas des Homards.]

Un trompette de dragons, Ponchard-Montauciel, s'avance en décrivant une
suite de lignes plus ou moins droites et chante, d'une voix de quinze
ans, la ravissante musique de Monsigny.

Un air styrien, sorti des flancs de la baleine, sert d'intermède; et
Richard paraît bientôt, suivi de son fidèle Blondel pour chanter:

                    Dans une tour obscure, etc.

La voix fraîche de Ponchart fils s'allie délicieusement; celle de son
père, et son excellente méthode prouve qu'il est son élève.

Une marche lugubre se fait entendre: un homard cuit, entouré de persil,
est apporté; il est suivi d'un homard cru qui l'aima, et qui le suit en
gémissant et en déplorant sa solitude. Nouvel Orphée, il parvient à
retirer son Eurydice du royaume de Pluton, et, plus heureux que le
virtuose antique, il peut danser un pas avec sa moitié sans craindre de
la voir retourne nager dans les eaux du Styx. L'ensemble de l'exécution,
l'harmonie, la souplesse des mouvements, la grâce des pose dont nous ne
donnons qu'une bien faible idée dans notre dessin, arrachèrent une
exclamation d'enthousiasme au flegmatique Schahabaham lui-même. Il ne
fallait rien moins que les rébus d'Odry, expliqués par lui-même, pour
tenir la curiosité en haleine après l'admirable danse des homards; mais
aussi après les rébus toute émotion paraissait impossible, la surprise
était épuisée lorsque le ministre de la marine annonça au gracieux
sultan que l'on allai danser la vraie polka! Malheureusement,
ajouta-t-il, le danseurs étaient quatre, mais l'un d'eux étant
subitement tombé malade, trois seulement pourront danser la polka.
Schahabaham, rouge d'indignation qu'on osât lui proposer une polka à
trois, ordonne à son ministre de la marine de faire le quatrième
danseur.

[Illustration: La Polka.]

«Mais, seigneur, je ne sais pas la polka!»

Schahabaham, mieux instruit qu'on ne le croirait de et qui se passe chez
nous, sait parfaitement que beaucoup dansent la polka sans la savoir, et
fait cette foudroyante réponse à son ministre peu zélé:

«Danse, ou je te retire ton portefeuille,»

Le ministre, consterné, court revêtir l'habit hongrois et revient
avec... devinez qui? avec Cellarius! le véritable Cellarius, suivi de
ses deux charmantes soeurs. Il faut rendre justice au ministre, il a
dansé de manière à justifier l'ordre absolu de Schahabaham. Rien de plus
ravissant que cette polka dansée par le grand professeur et l'un de ses
meilleurs élèves; les yeux les suivaient dans les dessins ingénieux dus
à l'invention de Cellarius, et ne se lassaient pas d'admirer cette danse
toute nouvelle pour eux, malgré les essais nombreux tentés par des
amateurs plus zélés qu'habiles; aussi les applaudissements duraient
encore que déjà le théâtre avait disparu et que les quadrilles étaient
formés pour suivre l'exemple donné par Cellarius. La polka précéda! et
suivit la valse; la modeste contredanse fut un peu négligée; le souper,
bien que délicieux, ne fut qu'un entr'acte, un moment de repos entre
deux études, et pourtant Odry raconta la touchante histoire d'un meunier
qui avait trois fils et trois moulins qu'il adorait; histoire dont
chacun se rappellera en souriant la consolante conclusion, la morale du
meunier à ses moulins, à savoir qu'il vaut mieux être honnête que d'être
pauvre, et ses conseils à ses fils, qu'il vaux mieux chômer que mal
moudre.

La dernière surprise nous attendait dans la rue, et celle-là c'était le
soleil lui-même qui s'était chargé de nous la donner, car il était levé
depuis longtemps, que sans nous en douter nous prolongions encore cette
nuit fantastique qui avait passé avec le charme et la rapidité du plus
agréable des songes.

ZÉTULBÉ.



PUBLICATIONS
ILLUSTRÉES.

_La Nouvelle Héloïse,_ édition illustrée par MM. Tony Johannot, Em.
Wattier, Eug. Lepoittevin, Karl Girardet, C. Roqueplan, H. Baron, T.
Frère, C. Rogier, etc. 2 vol. grand in-8º, 100 livrais. à 25 c. Paris,
13, rue de la Michodière.

[Illustration.]

C'est presque un devoir pour l'_Illustration_ d'encourager toutes les
publications illustrées; aussi s'empressera-t-elle, dans le double
intérêt des éditeurs et du public, de prêter de temps en temps une de
ses pages aux meilleures gravures sur bois des ouvrages nouveaux qui
désireront profiter de sa générosité. Hier encore nous annoncions _le
Diable à Paris_. cette charmante collection de cent dessins de Gavarni,
que publie notre ami Hetzel, avec un texte composé par les célébrités
littéraires de l'époque; demain, Grandville et quelques-uns de ses _Cent
Proverbes_ prendront la place que nous accordons aujourd'hui à la
_Nouvelle Héloïse_, ou plutôt à MM. Tony Johannot et Em. Wattier.

Le besoin d'une _Nouvelle Héloïse_ illustrée se faisait, à ce qu'il
paraît, généralement sentir en France et à l'étranger, si l'on en juge
par le grand succès qu'a obtenu, dès les premières livraisons, l'édition
que publie M. Barbier. Jean-Jacques Rousseau nous semblait assez
illustre pour se passer d'_illustrations_, et nous ne comprenions pas,
quant à nous, l'intérêt que des images, si admirables qu'elles soient,
peuvent ajouter aux lettres de Saint-Preux et de Julie. Mais la majorité
du public ne partage pas notre opinion. Elle demande des gravures, même
pour les chefs-d'oeuvre de la langue française; elle les achète, elle
les contemple avec ravissement!... Quel reproche la critique a-t-elle le
droit d'adresser aux éditeurs?

[Illustration.]

Il faut avouer, d'ailleurs, que M. Barbier n'a reculé devant aucun
sacrifice pour satisfaire la passion favorite de ses souscripteurs; il
leur donne chaque semaine, outre une feuille de texte parfaitement
imprimée sur du beau papier, quatre ou cinq jolis dessins de MM. Em.
Wattier, Karl Girardet, C. Roqueplan, E. Lepoittevin, T. Frère, H.
Baron, etc., et un grand sujet, tiré à part sur papier de Chine, par
Tony Johannot.--Les dessins ci-joins sont choisis au hasard parmi cette
intéressante collection.--Voila d'abord Julie rêvant à Saint-Preux sous
un bosquet, et Saint-Preux rêvant à Julie sur un banc. Ici les deux
amants sont réunis: «Que mon rusé maître était timide alors, écrivait
Julie, qu'il tremblait en me donnant la main pour sortir du bateau. Ah!
l'hypocrite, il a beaucoup changé!» M. Tony Johannot nous les montre
ensuite faisant ensemble quelque lecture aussi dangereuse que celle qui
perdit Françoise de Rimini et son malheureux amant; enfin Julie, à
genoux, écrit à Saint-Preux, en baignant son papier de ses larmes et en
élevant à lui ses supplications.

[Illustration.][Illustration.]

La _Nouvelle Héloïse illustrée_ sera publiée en cent livraisons du prix
de 25 c. L'ouvrage complet formera deux volumes in-8, contiendra 250
beaux dessins, dont 30 à 40 tirés à part sur papier de Chine, et sera
terminé au mois de décembre 1844. Son heureux éditeur nous promet pour
l'année prochaine les _Confessions de Jean-Jacques Rousseau_ illustrées.
L'_Émile_ aura son tour. Que les nombreux amateurs de livres illustrés
se rassurent, leur félicité n'aura jamais de fin.



Bulletin bibliographique.

_Les Slaves de Turquie_, Serbes, Monténégrins, Bosniaques, Albanais et
Bulgares, leurs ressources, leurs tendances et leurs progrès politiques;
par M. Cyprien Robert. 2 vol. in-8.--Paris, 1844. _Jules Labille_. 15
fr.

Droit d'un séjour de plusieurs années parmi les Slaves d'Orient, cet
ouvrage a pour but, nous apprend son auteur, de faire connaître ses huit
millions de montagnards qui couvrent les Balkans de l'Adriatique à la
mer Noire. On s'est proposé de décrire leur état actuel, leurs moeurs
privées et politiques, leurs provinces, leurs villes; d'exposer les
ressources de leur sol, leur commerce intérieur et extérieur, et les
avantages qui résulteraient pour l'Europe de leur régénération. En
racontant l'histoire contemporaine de ces belliqueuses peuplades, on
indique par quels moyens elles seront rendues à leur constitution
naturelle et à l'existence politique qu'elles réclament depuis quarante
ans, par tant d'insurrections ou mal comprises ou totalement ignorées
parmi nous.

«Les représentants des grandes puissances aux conférences de Londres ont
résolu, il y a dix ans, ajoute M. Cyprien Robert, de la manière la plus
fausse et la plus malheureuse la question de la Grèce, parce qu'ils ont
voulu la résoudre à huis clos et sans le concours de la discussion
publique de tous les intérêts. Il importe que la même faute ne soit pas
répétée pour la question slave, qui remplace aujourd'hui la question
grecque, si tristement ajournée. C'est dans le but de signaler les
écueils, d'éclairer l'opinion publique sur la face principale de la
question d'Orient, et sur le moyen de la résoudre sans rompre
l'équilibre européen, que cette publication a été conçue. On a cherché à
saisir et à développer les idées d'après lesquelles ces peuples sont
destinés à agir; on a voulu à la fois annoncer ce qui se prépare en
Orient, et commenter les événements incompris qui s'y sont passés depuis
un demi siècle. Ce livre deviendra, nous l'espérons, un guide pour les
voyageurs, un manuel pour les diplomates, et un recueil de documents
nouveaux pour tous les amis de l'histoire, de l'ethnographie et de la
littérature.»

Les Slaves de Turquie se divisent en six livres principaux, précédés par
une introduction. M. Cyprien Robert s'est d'abord efforcé de nous faire
connaître l'_état actuel_ et les _moeurs privées et politiques_ des
peuples divers qui composent la grande famille gréco-slave. Après un
aperçu général sur ce monde trop peu connu, il décrit ses principaux
États, il expose leurs ressources et leur avenir, leurs tendances
sociales et leurs rapports avec l'empire d'orient, les productions de
leur sol, leurs systèmes de culture, leurs arts, leur industrie et leur
commerce. A une peinture animée des aspects pittoresques de ces pays,
succèdent ensuite des détails pleins d'intérêt sur les superstitions,
les usages et les fêtes populaires des habitants; enfin, leurs moeurs
politiques, leur constitution naturelle, le système fédéral, les octrois
et les douanes turques, la chute du commerce français et les moyens de
le relever en orient, remplissent les deux derniers chapitres de cette
introduction.

Les divisions politiques de la péninsule gréco-slave sont, comme M.
Cyprien Robert le fait remarquer, des divisions toutes naturelles,
déterminées chacune par un groupe de montagnes, avec l'ensemble de
plateaux qu'il supporte, et de rivières ou de bassins qui en émanent; à
l'abri de chacun de ces groupes, une nation se trouve établie avec ses
diverses tribus, qui forment autant de provinces: ces grandes divisions
territoriales, au nombre de cinq, sont: au sud, la Romélie, qui comprend
tout le pays des Donnoi, ou des Grecs; à l'ouest, vers l'Adriatique, les
trois provinces dites d'Albanie; au nord-ouest, les vastes contrées
formant autrefois le royaume serbe, et connues aujourd'hui sous le nom
d'Hertse-Govine, Monténégro, Bosnie, Croatie et Serbie; à l'est, les
nombreux pachaliks de l'ancien État bulgare, situés le long de la mer
Noire et du Danube; enfin, de l'autre côté du fleuve, la longue région
appelée Moldavie et Valachie, qui, impuissante si elle est isolée,
devient formidable et florissante, si elle s'allie, comme boulevard, à
un grand empire.

Ces cinq parties de la Turquie d'Europe, si naturellement distinctes que
jamais aucun pouvoir n'a pu et ne pourra les confondre dans l'opinion de
M. Cyprien Robert, sont occupées par cinq nationalités, toutes à peu
près d'égale force, mais on prédomine numériquement la race slave,
puisqu'en Turquie seulement la population slave s'élève à près de huit
millions. Cette population est partagée, il est vrai, en deux peuples
qui diffèrent complètement de goût et de tendances, les Bulgares et les
Serbes. Les Bulgares, au nombre de quatre millions et demi, n'aiment que
la paix et l'agriculture; les Serbes, qui, non compris ceux d'Autriche,
sont, dans la seule Turquie, deux millions cinq cent mille, aiment
surtout la vie aventureuse du guerrier et du pâtre. Mais les uns et les
autres ont juré d'être libres, et dans leurs luttes pour l'indépendance,
ils trouveraient, s'ils étaient vaincus, comme leurs alliés les
Moldo-Valaques, l'hospitalité chez les montagnards du sud. M. Cyprien
Robert a consacré les cinq premiers livres des _Slaves de Turquie_ aux
principales branches de ces deux peuples, _les Monténégrins, la
principauté de Serbie, les Bosniaques, les quatre Albanies et les
Bulgares_.

Chacun de ces livres est divisé à son tour en cinq ou six chapitres. AM.
Cyprien Robert décrit d'abord le pays, il expose son organisation
politique, il peint ses moeurs de ses habitants, il raconte leur
histoire, et enfin, après avoir résumé leur situation actuelle, il nous
apprend quel peut et quel doit être, selon lui, leur avenir.

Le livre VI et dernier a pour titre: l'_Union bulgaro-serbe_. M. Cyprien
Robert paraît ne pas douter que cette union n'ait lieu tôt ou tard.»
C'est une admirable combinaison de la nature, dit-il, qui a rapproché la
nation turbulente et toujours prête au combat des Serbes, de la race non
moins vigoureuse, mais plus paisible, des industrieux Bulgares. L'un de
ces peuples ne peut former sans l'autre une société complète; mais l'un
supplée à ce qui manque chez l'autre, et tous les deux réunis peuvent se
passer du monde entier. On trouverait difficilement deux nations dont le
parallèle prêtât à un plus riche développement d'antithèses et
d'analogies. C'est surtout quand on passe de la butte du pâtre serbe de
Macédoine à la cabane du laboureur bulgare de la Romélie, qu'on est
frappé de la différence des moeurs. Le Serbe est sans doute d'une nature
plus élevée; il a un sens plus délicat pour la poésie, un amour plus
ardent de la gloire, un costume plus riche, une plus ferme conscience de
sa nationalité. Dans son humble résignation, le Bulgare possède
cependant des vertus solides qui manquent à son brillant voisin: il sait
mieux éviter les extrêmes; il est plus sérieux, plus constant dans ses
entreprises; doué de moins d'imagination, il l'emporte par les qualités
du coeur Il est loin, d'ailleurs, de manquer de courage. Dès qu'il aura
une patrie à défendre, il combattra avec intrépidité.... Aucun obstacle
sérieux ne s'oppose, dès à présent, à ce que les races serbe et bulgare
combinent leurs intérêts, et se prêtent un mutuel secours pour résister
à leurs ennemis communs, qui évidemment ne sont plus les Turcs,
désormais trop affaiblis, mais les grandes puissances voisines.»

Dans le dernier chapitre de son sixième livre, M. Cyprien Robert résume
les résultats qu'aurait, dans son opinion, l'union bulgaro-serbe pour
l'empire ottoman et l'équilibre européen.--Ne pouvant pas le suivre sur
le terrain dangereux de la politique, nous nous contenterons de citer
les deux phrases qui terminent son ouvrage: «Une invasion et la prise de
Constantinople par les Russes ne feraient qu'ajourner pour un temps
meilleur la coalition libératrice des Serbes et des Bulgares. Tant que
ce fait primitif et inhérent même des deux peuples n'aura pu devenir un
fait légal et public, l'agitation continuera de se propager dans
l'ombre, et la question d'Orient ne sera pas résolue.»

Qu'on ne l'oublie pas toutefois, ce livre remarquable n'est pas
seulement un ouvrage politique; comme M. Cyprien Robert, nous espérons
qu'il deviendra «un guide pour les voyageurs, un manuel pour les
diplomates, et un recueil de documents nouveaux pour tous les amis de
l'histoire, de l'ethnographie et de la littérature.»


_Une Lyre à l'Atelier_, poésies par Paul Germigny (A. Grivot), tonnelier
à Châteauneuf. Deuxième édition.

Il y a quelques mois, Béranger écrivait au poète-tonnelier de
Châteauneuf: «Vous êtes poète, monsieur, et poète des mieux inspirés....
Simple ouvrier, sans instruction, dites vous, comment, jeune encore,
avez-vous deviné les secrets de notre versification? Comment êtes-vous
arrivé à une pureté de langage fort rare aujourd'hui? J'ai pu apprécier
toutes ces difficultés, et Dieu sait le mal que j'ai eu à en triompher.
Je remarque aussi que chez vous la méditation précède presque toujours
la mise en oeuvre de vos sujets, d'un choix habituellement poétique.
Sans doute on trouve encore quelques traces de négligence dans vos vers,
mais on ne les aperçoit qu'en les relisant.

«De plus que le métier, vous avez une sensibilité réelle; on peut même
dire que c'est là votre muse. J'espère qu'elle vous inspirera longtemps,
et que vous donnerez une suite à ce premier volume, en vous engageant
toutefois à rester dans la route que vous avez prise, c'est-à-dire à ne
pas trop faire de vers, à bien choisir vos sujets, et à les disposer
habilement avant de vous livrer au travail de la rime.

«Nous autres vieillards, nous aimons à faire les pédagogues;
pardonnez-moi quelques petites observations critiques qui vous
prouveront au moins que je vous ai lu avec attention... Presque toutes
vos compositions sont conçues et exécutées avec goût et talent. Ce qui
me surprend autant que leur mérite, c'est que votre nom n'ait pas eu
plus de retentissement à Paris. Beaucoup d'éloges ont été prodigués à
des vers qui sont loin de valoir les vôtres, et je regrette de vivre
loin du monde des journaux; ce qui m'empêche d'en obtenir la justice qui
vous est due. Croyez du moins qu'il y a près de la capitale un petit
coin où on la rend tout entière au poète tonnelier du Blaisois; c'est
celui du vieux chansonnier qui se dit de coeur tout à vous.

«Béranger.»

Que pourrions nous ajouter aux éloges et aux conseils de Béranger? les
premiers vers du poète-tonnelier, seulement, adressés à M. l'abbé
Bidault:

        Dans la fatigue et les sueurs nourrie,
        Vers vous, Bidault, ma muse ose voler;
        Accueillez-la cette fille chérie
        D'un artisan qu'elle sait consoler.
        Petit oiseau que ses plumes nouvelles
        Au haut des airs n'emportent point encor,
        Depuis longtemps méditant son essor,
        Au bord du nid elle agitait ses ailes.
        Jusqu'à vos pieds haletante elle arrive;
        Votre sourire a pu l'encourager.
        Protégez-la, car souvent à la rive
        L'esquif joyeux touche pour submerger.
        Sur tant d'esprits que le vôtre façonne.
        Voyant vos soins et vos leçons pleuvoir,
        Elle n'a pu, dans les champs du savoir,
        Aller glaner où tout autre moissonne.
        Quand, jeune encor, les accents de sa bouche
        De mon travail endormaient les douleurs,
        Souvent sa main, pour amollir ma couche,
        De sa guirlande y secoua les fleurs;
        Et puis sa voix me disait, dans un rêve:
        «En vain le sort se plaît à le flétrir,
        A son printemps l'arbuste doit fleurir
        Quand dans son sein il sent monter la sève.
        ...............................................................

Si le nom du tonnelier de Châteauneuf n'a eu jusqu'à ce jour qu'un
faible retentissement dans la capitale, la faute en est-elle à la presse
parisienne? Ce petit volume, publié à Orléans, ne lui était pas parvenu;
comment aurait-elle pu deviner son existence?... Quant à nous, nous
sommes heureux de réparer une injustice involontaire; nous accorderons
toujours des encouragements et des éloges à tous les poètes qui
publieront des vers aussi chastes et aussi élégants que ceux dont M. A.
Grivot nous envoie la collection sous le pseudonyme de Paul Germigny.


_Un Été en Espagne_, par Augustin Challamel, avec vignettes. Un vol.
in-18.--Paris. _Challamel_. 3 fr. 25 c.

L'ingénieux auteur de _l'Histoire Musée de la République française_, M.
Augustin Challamel, a employé l'été dernier à parcourir une partie de
l'Espagne. Il est allé de Bayonne à Burgos, de Burgos à Madrid; puis à
Tolède, à Grenade, à Cordoue, à Séville: chemin faisant, il a visité
toutes les curiosités qu'il pouvait voir sans trop se déranger; et de ce
voyage il a rapporté une petite relation d'une simplicité remarquable.
Nous ne saurions trop louer surtout la sage réserve de M. Augustin
Challamel. Bien qu'il manifeste souvent une admiration exagérée pour la
mauvaise poésie de M. Victor Hugo (il doit pourtant préférer la bonne),
il n'a fait aucun usage, ni des systèmes, ni de la langue de l'école
romantique; doué d'un esprit fin et observateur, il possède en outre des
connaissances aussi étendues que variées; il sait, de plus, comment se
fabriquent les livres modernes: il pouvait donc ou amuser ses lecteurs
par des anecdotes aussi anciennes que le monde et inventées à plaisir,
ou les ennuyer par d'orgueilleux semblants d'érudition; il a mieux aimé
raconter sans aucune prétention ses aventures et ses observations
personnelles, tantôt en prose, tantôt en vers. Aussi ce petit livre se
fait-il lire avec beaucoup d'intérêt et de plaisir. Évidemment M.
Augustin Challamel n'a pas encore le désir de devenir académicien ou
pair de France. Le public lui en saura gré.


_Rudiment des Chanteurs, ou Théorie du Mécanisme du Chant, de la
Respiration et de la Prononciation_; par madame Claire Hennelle, née
Wuiet, professeur de chant.--Paris, _Meissonnier_, 22, rue Dauphine. 4
fr. 50.

«C'est dans la direction du souffle, dit l'auteur, que réside tout le
mécanisme du chant. Qui s'en occupe? Nous n'avons pas la manière
d'exercer notre gosier, et ce n'est qu'à force d'exercice que nous
pouvons arriver, sans savoir comment, à une véritable souplesse. Comment
se fait-il, dans une capitale comme la nôtre, où les plus belles voix
abondent, où les plus savants maîtres se trouvent réunis, que nous
n'ayons pas plus de chanteurs? C'est que les grands maîtres sont appelés
pour coordonner l'ensemble, donner la forme et soigner les accessoires,
et qu'eux-mêmes dédaignent de poser les toasts sans lesquelles pourtant
rien n'est certain. Tout enseignement demande des toasts. Elles manquent
au chant.» Ces lignes nous paraissent suffire pour indiquer clairement
le but que s'est proposé madame Claire Hennelle en écrivant le _Rudiment
des Chanteurs_. L'ouvrage est divisé en trois chapitres. Le premier
traite de la formation du son; de l'appui et de la direction de l'air:
de la rupture de l'air et du port de la voix; des sons blancs; de la
cadence; de l'appui des notes; de l'allongement du souffle: de la
fausseté de la voix; des sons filés; des gammes chromatiques; de la
mesure, de la nuance; du registre de la voix; du passage de la voix de
poitrine à la voix de tête, ou de fausset. Le chapitre deuxième traite
de la respiration; le troisième, de la prononciation. Quelques
considérations générales fort judicieuses terminent ce petit ouvrage
didactique où l'on trouve à chaque page les preuves d'une excellente
méthode, d'une longue expérience et d'un goût éprouvé.

X.


_Les Derniers Jours d'un Peuple_, par d'Azéglio; traduit de l'italien
par Ét. Croix.--_Lavigne_. 2 vol. in-8. 15 fr.

Il faut rendre cette justice à l'Italie moderne, qu'elle a été sobre de
romans historiques; ses écrivains ont admiré, traduit Walter Scott, mais
il en est fort peu qui aient cédé à l'entraînement de l'imitation. Cette
sobriété est-elle un aveu implicite d'impuissance, ou faut-il y voir
seulement la preuve d'une louable modestie? Quoi qu'il en soit, l'Italie
peut toutefois se prévaloir de quelques compositions remarquables dans
un genre qui ne comporte guère la médiocrité; et, quand elle n'aurait à
mettre dans la balance où pèsent tant de romans français qui prétendent
à l'histoire, que les _Fiancés_ d'Alexandre Manzoni, ce titre suffirait
peut-être à sa gloire.

_Les Derniers Jours d'un Peuple_ sont de l'école et de la famille des
_Fiancés_. Ce roman est, comme son aîné, un épisode de l'histoire de
Florence, un hommage aux souvenirs de la patrie du Dante; mais ici
l'auteur, mieux inspiré peut-être qu'Alexandre Manzoni, a traité un
sujet plus dramatique et plus favorable aux émotions, à l'intérêt d'un
récit attachant. M. Azéglio a saisi le moment où Florence, encore libre,
livre son dernier combat à la tyrannie menaçante. Dans le tableau de
cette lutte héroïque, il a voulu protester contre l'oubli de l'histoire,
et prouver que Florence était digne de la liberté.

C'est assurément un magnifique spectacle que ce siège où l'on voit une
poignée de citoyens braver les efforts réunis de Charles-Quint, de
Clément VII et des peuples voisins, rivaux de Florence. Si l'auteur
s'était contenté d'être l'historien de cette glorieuse agonie, de
retracer les moeurs et les usages de l'Italie au seizième siècle, et de
les faire revivre dans une peinture animée, il n'aurait rempli que la
moitié de sa tâche; le succès qu'ont obtenu en Italie les _Derniers
Jours d'un Peuple_ ne serait pas complètement justifié. Mais c'est qu'il
y a dans ce beau livre autre chose encore que le mérite de la couleur
locale, de la représentation historique; on y trouve des situations
vraiment dramatiques, des scènes saisissantes, de ces péripéties qui
prolongent la curiosité du lecteur et provoquent tour à tour sa fureur
ou sa pitié. M. d'Azéglio, peintre énergique et vrai, possède aussi le
secret des larmes, et, à côté de ces fiers républicains, tels que Nicolo
Lapi, ce type admirable dont Walter Scott eût envié la création,
apparaissent des figures de femmes dont il a revêtu la réalité des plus
poétiques couleurs.

M. d'Azéglio est gendre de Manzoni; quelques personnes ont prétendu que
les _Derniers Jours d'un Peuple_ tiennent de plus près à l'auteur des
_Fiancés_ que son gendre lui-même. Il y a dans cette supposition un
hommage rendu au mérite de l'ouvrage que nous annonçons. M. d'Azéglio ne
se plaindra peut-être pas si l'on dit que M. Manzoni pourrait avoir
composé son livre, pourvu qu'on ajoute que M. d'Azéglio l'a composé
lui-même.

O.


_Dictionnaire des Racines et Dérivés de la Langue française_, par F.
Charassin et F. François.--Paris, A. Heois, 63, rue Richelieu.

Le titre d'un pareil ouvrage suffit à indiquer son utilité.
Effectivement, s'il est généralement reconnu qu'il est nécessaire de
bien connaître sa langue maternelle et de la parler avec abondance et
précision, on est fort loin de s'entendre sur les meilleurs moyens à
employer pour parvenir à ce but.

Une des conditions pour bien savoir une langue, c'est de posséder tous
les mots qui la composent. Or, c'est généralement trente à quarante
mille mots à apprendre par coeur. MM. Charassin et François ont cru
qu'il y avait moyen d'abréger ce travail par un bon ouvrage élémentaire,
composé dans ce but; ils se sont mis à l'oeuvre et ont fait un traité
raisonné propre à servir à la fois de guide aux étudiants et de manuel
aux instituteurs.

Leur procédé a été de substituer au hasard et à l'arbitraire de la
routine un classement raisonnable, basé sur les rapports naturels des
mots, sur les liens de parenté qui existent véritablement entre eux. Ils
ont donc mis en ordre et rangé dans trois ou quatre mille classes,
formées charnue de mots ayant entre eux de fortes similitudes, les
quarante mille mots de la langue française. On comprend l'avantage qui
résulte pour le lecteur de cette disposition nouvelle, puisqu'en
trouvant en tête de la nomenclature le mot qui exprime le mieux l'idée
générale, ils groupent autour de ce mot tous les dérivés, faisant ainsi
des familles distinctes au milieu desquelles il est plus facile de se
reconnaître que dans ce chaos rarement complet et toujours illisible
qu'on appelle un dictionnaire.

Nous croyons donc devoir recommander ce travail aux professeurs de
langue française et aussi aux littérateurs, auxquels les dictionnaires
ordinaires n'apprennent pas, ne donnent pas beaucoup plus que
l'orthographe de certains mots dont ils peuvent être en peine, et une
signification trop souvent douteuse, en négligeant et les racines de ces
mots et leurs rapports avec d'autres mots de la langue.

P.



[Illustration: Le Marchand de Hannetons, Caricature far Grandville.]

[Illustration: Amour, vole, vole, vole! Caricature par Grandville.]



Correspondance.

_A M. E. F.,_ bachelier ès lettres.--Si l'on supprimait dans le monde
tout ce qui paraît inutile, où s'arrêterait la besogne? Laissons donc,
monsieur, l'Académie composer des inscriptions en latin, et tâchons
d'apprendre à les traduire pour ceux qui n'ont pas l'honneur d'être
bacheliers. D'ailleurs l'inscription en latin a plus de sens pour ceux
qui ne la comprennent pas que pour vous qui pourriez la traduire. N'est
ce pas là une utilité du latin dans les inscriptions monumentales?

_A M. A. P.,_--- Nous pourrons faire un jour, dans l'_Illustration_, un
chapitre piquant sur les bévues et naïvetés que vous vous plaisez à
recueillir dans les journaux et les livres contemporains. Si vous
continuez cette recherche, vous pourrez nous en adresser les résultats.
Ajoutez à votre liste l'ânerie de ce bibliothécaire qui vient de prendre
_Indiana_, roman de George Sand, pour un recueil de la famille de
l'Encyclopediana:--une réclame sur un ouvrage qui traite des forçats
libérés, et dont l'auteur se vante de publier le fruit de son
expérience.

_A M. A. J.,_--Vos êtes pressé. Un peu de patience; vous aurez le
portrait du fameux général _Tom Pouce_, qui fait en ce moment, sous le
chapeau et l'habit de Napoléon, les délices de S. M. la reine Victoria,
du prince Albert et de l'aristocratie britannique. Tom Pouce va venir en
France, on le déguisera en Wellington et on le montrera au
Cirque-Olympique. C'est alors que nous vous offrirons le portrait de ce
fameux nain.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

L'actualité des Rébus en double les mérites.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0062, 4 Mai 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home