Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0064, 18 Mai 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0064, 18 Mai 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL.

[Illustration.]

        Nº 64. Vol. III--SAMEDI 18 MAI 1844.
        Bureaux, Rue de Seine 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois. 16 f.--Un an, 30 f.
        Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

        Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 f.--6 mois. 17 f.--Un an, 32 f.
        Pour l'Étranger,    -–    10       -–    20      -–    40



SOMMAIRE.

Histoire de la Semaine. _Le roi de Baviére haranguant le peuple à la
fenêtre de son palais; Incendie de la tour de Laon_.--L'Allemagne, la
contrefaçon et l'histoire du Consulat et de l'Empire, de M.
Thiers.--Courrier de Paris. _Arnal rôle de Juvénal, dans le Carlin de la
Marquise_.--Exposition des Produits de l'industrie. (Troisième article.)
Métaux et Machines. _Moulin à bras adopte pour l'armée d'Afrique; Coupe
du Moulin à bras; Machine à sculpter; Grue balance; Vue générale de la
Salle des Machines; Pompe d'épuisement Letestu; Pompe foulante et
aspirante de Letestu._--Le Maroc. _Carte du Maroc; Vue générale de
Tétouan; une Rue de Tanger; une noce et un Enterrement, six
costumes._--Le Dernier des commis Voyageurs, roman par M. XXX. Chapitre
VIII. Récit: les Amours de Potard. Chronique musicale. _Portraits de MM.
Prudent, Berlioz, Liszt, Doehler et Habeneck_.--Publications Illustrées.
Les cent Proverbes. _Six Gravures par Grandville_.--Bulletin
bibliographique.--Modes. _Gravure._--Amusement des sciences.
_Gravure._--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

Cette semaine encore les débats de nos Chambres, les nouvelles de la
politique intérieure ne sauraient prétendre, par leur intérêt, à occuper
d'abord l'attention de nos lecteurs. Le récit de désastres nouveaux et
d'événements extérieurs la réclame avant tout.

[Illustration: Incendie de la flèche de la cathédrale de Laon]

Les incendies se sont encore multipliés. Le 7 de ce mois, de sombres
nuages s'étant amoncelés sur la montagne qui couronne la ville de Laon,
un orage violent éclata vers trois heures de l'après-midi. Plusieurs
coups de tonnerre, retentissant avec un grand éclat, firent craindre que
la foudre ne fût tombée sur quelque point de la ville. Le calme, en
reparaissant assez promptement, avait entièrement dissipé ces craintes,
lorsqu'à quatre heures, le bruit du tocsin partant de l'église
Notre-Dame, et les cris: «Au feu! le feu est dans la cathédrale!»
remplirent les rues d'habitants. L'alarme n'avait pas été donnée sans
cause. La tour du cloître, cette construction si svelte, si aérienne,
qui compte de la base à la plate-forme supérieure quatre-vingts et
quelques mètres, est encore exhaussée d'un clocher en flèche de dix
mètres environ. Le clocher, de forme hexagone, et qui est terminé par un
globe sur lequel se tenait debout un ange aux ailes déployées et portant
une croix, présente, dans sa partie inférieure, un campanule dans lequel
sont placés la cloche et les timbres de l'horloge. L'ange, haut de trois
à quatre pieds, était en plomb, et pesait une centaine de livres; le
globe sur lequel il était debout était en cuivre; les six côtés formant
la flèche étaient recouverts de feuilles de plomb. C'est à quelques
mètres au-dessous du globe, dans la partie très-amincie de la flèche,
que la foudre a pénétré en pratiquant un trou. C'est de là que, du sol
de la rue, ou voyait s'échapper une légère fumée, devenant incessamment
plus intense et annonçant l'existence du foyer qu'activait l'air qui
pénétrait dans le clocher. Comment combattre un incendie qui s'était
manifesté sur un point qu'on devait croire hors de la portée de tout
effort humain? Mais les pompiers de la ville et des artilleurs du 5e
régiment, dont plusieurs batteries sont en garnison à Laon, ne se
laissent pas décourager. L'eau parvient au sommet de la tour, et, à
l'aide de tuyaux de pompes, est lancée sur les parties de la flèche d'où
sortent la fumée et bientôt les flammes. Elles sont concentrées là; mais
elles semblent y devenir plus actives. On s'attend à un écroulement, on
n'ose calculer ni son étendue, ni les ravages qu'il peut faire. La
partie supérieure de la flèche s'incline, un craquement se fait
entendre, et tient dans une sorte de stupéfaction toute la population
qui, des différents points de la ville, a les regards attachés sur un
spectacle bien fait pour causer l'anxiété, puisqu'il peut être suivi de
la ruine de l'un des plus beaux monuments de l'art chrétien. La chute,
cause de tant d'effroi, a eu lieu, et n'a heureusement amené aucun des
graves accidents que l'on redoutait. L'ange seul a été fort mutilé.--En
Angleterre, la salle de spectacle Manchester a été détruite par un
incendie. Ce désastre n'a pas fait de victimes. L'édifice était assuré;
il n'avait rien de monumental.

[Illustration: Place du palais et du théâtre, à Munich.--Le roi
haranguant le peuple.]

L'émeute, dont nous avons fait connaître la cause dans notre dernier
numéro, a grondé pendant trois jours à Munich. Les correspondances et
les journaux ne sont pas d'accord sur les moyens répressifs qui ont été
employés. Plusieurs nient l'intervention du canon, mais tous s'accordent
à représenter l'attaque populaire comme fort vive et fort obstinée,
c'est dire que l'on a compté des victimes de part et d'autre. Des
barricades ont été formées, et des uniformes militaires ont été vus dans
les rangs de l'émeute. Enfin, le roi qui, en parlant au peuple du balcon
de son palais donnant sur la Grande-Place, n'avait, le 2, obtenu qu'une
bien courte suspension d'hostilités, a, le 4, fait annoncer la réduction
du prix de la bière. Cette mesure a eu un succès plus soutenu que
l'allocution de la surveille; la tranquillité s'est rétablie. Des
arrestations ont eu lieu, et l'on instruit sur cette affaire. Ces
mesures judiciaires, qui semblent en contradiction avec le parti qu'on
avait pris de donner satisfaction et en quelque sorte raison au peuple,
n'avaient pas amené de nouveaux troubles; et, le 8 au matin, le roi a
quitte sa capitale pour entreprendre un voyage en Italie et en Sicile,
auquel il se préparait avant ces malheureuses journées. En partant, ce
prince a adressé au premier bourgmestre de Munich une lettre autographe
on, après avoir rappelé les forfaits douloureux dont cette ville a été
le théâtre, il dit qu'il a vu avec joie et consolation la ferme altitude
de la bourgeoisie et le zèle intrépide avec lequel elle a contribué au
rétablissement de l'ordre. Il fait envisager son départ comme une preuve
de sa confiance dans cette fidélité et ces sentiments éprouvés. Espérons
que les magistrats apporteront une sage mesure dans les poursuites
auxquelles ils se livrent, et que la population ne sera pas amenée à
tromper la confiance de l'auguste touriste.

Dans l'île d'Haïti l'agitation paraît autrement profonde qu'en Bavière.
Les journaux anglais, qui consacrent la moitié de leurs colonnes à la
glorification de nos ministres, et l'autre à les accuser d'avoir une
politique ambitieuse, sans doute pour les élever aux yeux de la France,
ont avancé, avec ce que nous appellerons poliment leur habituelle
assurance, que la révolution qui gronde et semble prête à éclater dans
l'ancienne île de Saint-Domingue est l'oeuvre de notre gouvernement, et
qu'un de ses agents secrets a été arrêté et trouvé nanti du pouvoirs et
d'instructions. Les inventions sont fort obligeantes sans doute, mais ne
nous paraissent pas destinées à faire beaucoup de dupes d'aucun côté de
la Manche. Le gouvernement de la France a prouvé de reste assurément
qu'il n'est pas travaillé par l'esprit de conquête; Haïti
particulièrement a éprouvé la modération de nos exigences les plus
légitimes, et l'accomplissement de ses engagements à notre égard est
tout ce que nous lui demandons. Si son intérêt lui donnait le conseil de
se placer sous la protection d'une grande puissance, et si elle
s'adressait de préférence à la France, il faudrait précisément voir dans
cette démarche et dans cette confiance une preuve que nous ne sommes pas
considérés comme, bien envahisseurs. Du reste, _le Courrier des
États-Unis_ nous apprend que notre consul, à Santo-Domingo, n'est
intervenu que pour sauver la garnison de cette ville. Cernées par des
forces supérieures, ces troupes allaient être accablées, quand M.
Juchereau de Saint-Denis a offert sa médiation, qui a été acceptée. Les
soldats, par suite de la capitulation qui en a été le résultat, ont
évacué la place; les officiers seuls ont été autorisés à conserver leurs
armes. Le fils du président, qui était parmi ces derniers, est allé au
devant de son père, qui marchait sur cette ville à la tête d'un corps
d'armée. Des nouvelles postérieures de Port-au-Prince, à la date du 8
avril, annoncent que le général Hérard s'était avancé jusqu'à la petite
ville d'Azna, qui n'est qu'à vingt-quatre heures de marche de
Santo-Domingo; qu'il avait eu là une longue conférence avec le
contre-amiral de Moges, commandant de notre station des Antilles, et
qu'on ne croyait pas, en raison de la disproportion des forces, à une
résistance bien longue de la partie espagnole soulevée. D'un autre côté,
la ville des Cayes venait d'être attaquée et saccagée elle-même par un
parti d'insurgés. Profitant de l'absence du général et des troupes, les
nègres se soulevèrent en masse, le dimanche 31 mars, et firent un
massacre effroyable de la population mulâtre. Le mercredi, les gardes
nationaux des Cayes sortirent avec deux pièces d'artillerie pour châtier
les rebelles; mais leur commandant passa du côté de ceux-ci et leur
livra les canons. Ainsi armés, ils reconduisirent les gardes nationaux,
entrèrent aux Cayes, et s'y livrèrent à une horrible boucherie de
mulâtres. Les vaisseaux en rade servirent de refuge à ceux qui purent
échapper, et un capitaine français, le capitaine Tahet, qui se trouvait
en partance, n'hésita pas, bien qu'il n'eût, que les provisions
nécessaires à son équipage, à se charger de cent cinquante de ces
malheureux, qu'il alla déposer à la Jamaïque. Selon quelques-uns, ce
n'est qu'une lutte de castes; selon d'autres, ce sont en même temps des
souvenirs de nationalités différentes; une autre version n'y voit, que
des inquiétudes sur le sort de la constitution, bientôt nous connaîtrons
mieux les événements, leur portée, véritable et leur cause réelle.

Dans l'Amérique du Sud les nouvelles favorables aux Montevidéens
prennent de la consistance. Oribe avait lancé un décret par lequel il
déclarait, que tous les habitants des campagnes entre Minas, Pando et
Salice, c'est-à-dire dans un rayon d'environ quarante lieues, devaient
se retirer dans la ville de Minas sous trois jours, et que ceux qui ne
se conformeraient pas à cet ordre seraient traités avec la dernière
rigueur. Des sujets anglais s'étant trouvés compris dans cette
incroyable menace en ont référé au commodore Purvis, dont la sollicitude
pour les intérêts de ses compatriotes s'est constamment et énergiquement
manifesté en toute circonstance. Nous n'apprendrons que plus tard
l'issue de ce conflit, heureux pour nos nationaux qui continuent à se
plaindre du peu d'appui qu'ils trouvent dans ces parages auprès des
agents de la France.

Sur la foi du journal d'un de nos ports, auquel étaient parvenus des
renseignements mensongers, presque toutes nos feuilles ont annoncé que
le gouvernement mexicain, mettant à exécution le décret qui interdit aux
étrangers toute espèce de commerce de détail, avait fait fermer, à
Mexico seulement, dix-huit boutiques françaises; et que, les violences
ne se bornant pas là et les Mexicains interprétant à leur manière, les
idées de leur gouvernement, plusieurs citoyens français avaient été
assassinés. Des lettres dignes de toute confiance autorisent à démentir
cette dernière et si triste partie de la nouvelle mise en circulation.
Quant aux mesures prises contre le commerce, elles se sont bornées à
excepter quatorze étrangers seulement de l'autorisation de vendre en
détail, et dans ce nombre on ne compte que six Français. Ce fait a
encore sa gravité et attirera sans doute l'attention de notre
gouvernement.

Le ministre des États-Unis à Buenos-Ayres vient d'adresser à son
gouvernement une lettre qui renferme des détails très-dignes d'attention
sur les États du feu docteur Francia, de Paraguay: «Un ministre
plénipotentiaire de la république du Paraguay auprès de la confédération
Argentine, senor don Andres Gil, écrit-il, est arrivé dans cette ville
et m'est venu visiter, me disant qu'il avait ordre de le faire, et de me
marquer les sentiments d'amitié de son gouvernement envers les
États-Unis, et de me dire que tous les citoyens des États-Unis qui se
rendraient au Paraguay seraient considérés exactement comme des citoyens
du Paraguay; que son gouvernement désirait voir dans les ports de la
république le pavillon des États-Unis. Le Paraguay, ajoute le consul
américain, est au centre de l'Amérique du Sud, et probablement en est la
partie la plus fertile. Durant trente années il a cessé d'avoir des
relations avec ses voisins; la paix et la tranquillité y ont régné
constamment; sa population s'élève aujourd'hui à plus d'un million
d'âmes; il est borné au nord-ouest par la Bolivie; à l'ouest et au sud,
par la confédération Argentine, et par le Brésil, à l'est et au
nord-est. Le Paraguay ne peut manquer d'exercer bientôt une influence
importante dans les affaires des États de l'Amérique du Sud, qui ont été
déchirés pendant tant d'années par la guerre civile. Le Paraguay
recevrait des États-Unis une quantité considérable de tissus de coton et
des farines: en échange, il donnerait des peaux, du café, de l'indigo,
etc. L'Angleterre, la France et le Brésil ont nommé des agents pour
visiter le Paraguay. Le seul qui ait rempli sa mission est M. Gordon,
secrétaire de la légation britannique à Rio-Janeiro. Dans ce moment, une
convention de députés de toutes les provinces est assemblée dans la
ville capitale, Assomption, pour rédiger une constitution. Le
gouvernement actuel se compose de trois consuls qui administrent en
attendant que la constitution soit adoptée.»

On espérait que les condamnations à mort de la commission militaire de
Bologne seraient toutes commuées. Cette confiance a été trompée. Le 7 de
ce mois au matin, six condamnés ont été conduits, dès le lever du
soleil, hors des murs de la ville de Bologne, et fusillés par derrière,
au milieu d'un nombreux carré de troupes qui entouraient le lien de
l'exécution et empêchaient les rares curieux d'approcher. La nature du
tribunal, le supplice outrageant, ont causé beaucoup d'émotion dans la
ville.

La discussion sur le bill des manufactures avait été remise à l'ordre du
jour dans la séance de la chambre des communes du 10. Lord Ashley a
modifié sa proposition. Il demandait qu'à partir du 1er octobre prochain
aucun enfant ne fût occupé dans les fabriques plus de onze heures par
jour, et qu'à partir du 1er octobre 1847 ce temps de travail fût réduit
à dix heures. Une amende de 5 à 10 livres sterling aurait été prononcée
contre les manufacturiers qui auraient contraint les enfants à
travailler plus longtemps. Lord Ashley a prévu que le succès pouvait ne
pas couronner ses efforts, mais il a déclaré qu'il aurait toujours la
consolation et la satisfaction de penser qu'il a allumé en Angleterre le
flambeau de la philanthropie, qui, Dieu aidant, ne s'éteindra jamais. Le
ministre de l'intérieur, sir James Graham, avait déclaré qu'il
combattrait résolument la proposition. Mais les coups lui ont été portés
par sir Robert Peel, et, au vote, l'amendement n'a compté en sa faveur
que 159 voix; le ministère a su en réunir 297. Malgré cet échec, lord
Ashley a été l'objet d'une sorte d'ovation, et le Times regarde comme
bien fâcheux pour le cabinet le succès qu'il a obtenu.

La chambre des pairs poursuit lentement et laborieusement le vote des
articles du projet de loi sur l'enseignement secondaire. On voit la
majorité et le ministère passer subitement d'un plateau de la balance à
l'autre et se montrer d'autant plus complaisants le lendemain qu'ils
auraient eu meilleure envie d'être exigeants la veille.

M. le ministre de la marine vient de porter au Luxembourg un projet de
loi qui écarte tout mode de libération immédiate et absolue de
l'esclavage colonial, mais qui présente une série de mesures qui
semblent propres aux auteurs du projet à préparer la population noire à
l'affranchissement, quel que soit le mode que le gouvernement, croie
devoir proposer plus tard. Ce projet statue donc sur la nourriture et
l'entretien que les maîtres doivent aux esclaves, la discipline, les
heures de travail, la mariage des esclaves, leur instruction religieuse,
leur pécule et la faculté de rachat par eux-mêmes.

La chambre des députés s'absorbe, d'autres disent s'embrouille, dans la
discussion d'une loi que le ministère n'avait évidemment pas
suffisamment étudiée. Des objections qui viennent le prendre au dépourvu
entraînent l'adoption d'amendements improvisés qui s'harmonisent tant
bien que mal avec l'ensemble et bouleversent plus ou moins le système
qui a présidé à la confection du Code pénal. Il est bien certain que
quel que soit le vote au palais Bourbon, la réforme des prisons ne
deviendra pas loi cette année; mais ou est même porté à croire, sur
beaucoup de bancs, que ce projet, dont la discussion a pris un si long
temps, sera, au vote final, repoussé par une majorité prise dans toutes
les fractions de rassemblée.--Ce débat aurait donc eu pour unique
résultat d'empêcher la Chambre de s'occuper d'autres projets dont elle
est saisie et de plusieurs propositions qui lui ont été faites. On se
demande ce que font les commissions et où en est leur travail, celle
notamment qui avait été nommée pour examiner la motion de MM. Lacrosse,
Leyraud et Gustave de Beaumont sur la corruption électorale. Trois
membres de cette commission viennent de déposer, non pas le rapport
qu'on attendait d'eux, mais une autre proposition devinée à parer aux
abus qui peuvent naître des translations de domicile politique
concertées et concentrées. C'est une toute petite réforme dont l'idée a
été donnée, par ce qui s'est passé au collège de Ploernel dans l'intérêt
de M. de La Rochejacquelin, et par ce qui se prépare au collège de
Sivenay, dans l'intérêt de M. de Genoude. MM. Laurence, Pelletreau de
Villeneuve et Couture demandent qu'on écrive dans la loi: «Nul ne pourra
être inscrit sur les listes électorales d'un arrondissement s'il n'y a
son domicile réel, ou s'il n'y paie au moins 30 francs de contributions
directes.» Le vote au chef-lieu parerait à l'inconvénient signalé, et
n'aurait pas celui de restreindre encore la liberté de l'électeur.--Une
autre proposition a été faite par MM. Berville et Vivien. Nous serions
bien surpris si elle rencontrait une opposition sérieuse. En voici le
texte: «Le droit garanti par l'article 39 du décret du 5 février 1840, à
la veuve et aux enfants d'un auteur d'écrits imprimés, appartiendra
pendant la même durée aux veuves et enfants des auteurs d'ouvrages
représentes sur un théâtre.» Le décret de 1810 ayant prolongé, pour les
ouvrages imprimés, la durée du droit accordé par la loi de 1793 à la
veuve et aux enfants de l'auteur, et ayant omis d'accorder le même
avantage aux oeuvres dramatiques, l'objet de la proposition de MM.
Berville et Vivien est de remplir cette lacune et de rétablir l'égalité
entre les différents genres de compositions comme la Chambre l'avait
admis, en 1841, dans la discussion du projet de loi sur la propriété
littéraire. Plusieurs familles, à ce qu'il paraît, notamment celle de
Boieldieu, sont menacées, d'ici à quelques mois, de voir leur propriété
tomber dans le domaine public. Il y a donc là justice et urgence.

On va discuter prochainement la demande du crédit de 46 millions pour
l'amélioration des ports. Cette somme est principalement destinée à
l'agrandissement des ports de Marseille et du Havre. C'est ainsi, ou l'a
déjà fait observer, qu'on eût dû procéder depuis longtemps, au lieu
d'éparpiller nos ressources sur presque tous les ports de France à la
fois. --On vient de distribuer à un certain nombre de membres des deux
chambres et à quelques personnages politiques une _Note sur l'état des
forces navales de la France_, attribuée à M. le prince de Joinville.
C'est un tableau dressé d'après les informations les plus officielles,
qui fait voir sous un jour bien triste la fausse direction donnée à
notre administration maritime, particulièrement en ce qui touche à notre
marine à vapeur, et qui établit malheureusement que nous sommes
inférieurs, sous ce rapport, non pas seulement aux Anglais et aux
Américains, mais aux Hollandais, aux Napolitains et aux Russes.

M. le ministre des travaux publics vient de présenter cinq projets de
loi sur des chemins de fer, à ajouter à ceux dont l'examen se poursuit
en ce moment dans les bureaux de la Chambre: ce sont ceux de Vierzon à
Limoges, par Châteauroux; de Vierzon à Clermont, par Bourges; de Tours à
Nantes; de Paris à Rennes, par Chartres et Laval: et, enfin, de Paris à
Strasbourg, avec embranchement sur Reims et sur Metz. Nous ne savons si
tous ces projets pourront être votés, mais on prête au ministère la
pensée d'en avoir présenté un grand nombre précisément pour assurer
l'adoption de tous. Il espère, par ce moyen, qu'il s'établira entre les
députés des différentes lignes une assurance mutuelle qui fera arrivera
bon terme tous les projets sans trop de discussion.--On dit même que sa
confiance dans le vote est si grande que les commissaires du roi près
des lignes présentées sont déjà nommés _in petto_, et que tel pair de
France n'a pas cru déroger en se faisant désigner comme commissaire de
la ligne d'Orléans à Bordeaux, et tel député, avocat démissionnaire,
comme commissaire d'une autre ligne.

Dimanche 12, a eu lieu, à l'Hôtel-de-Ville, sous la présidence de M. le
ministre de l'intérieur, la séance annuelle des souscripteurs-fondateurs
de la colonie agricole de Mettray, pour entendre le compte rendu des
travaux de l'armée. Dans le rapport, présenté par M. Demetz, conseiller
honoraire à la cour royale, l'un des deux habiles créateurs de ce bel
établissement, on a remarqué des détails du plus vif intérêt. Le rapport
est sincère; il avoue cinq ou six récidives sur une centaine de colons
déjà sortis de la colonie et bien placés par leurs dignes chefs: c'est
inévitable. Le reste se conduit bien. Plusieurs anciens colons, habitant
le voisinage, viennent à Mettray le dimanche, et retrouvent leur place à
la table commune; malades, ils sont reçus et soignés paternellement à
l'infirmerie. C'est une belle institution, dont le sort est désormais
fixé, et que la charité publique n'abandonnera point. Le schnet-heisse
de la république de Berne, pour 1844, Charles Frédéric Tscharner, de
Berne, est mort le 9 mai, après une longue maladie. _L'Ami de la
Constitution_ du 11 mai, qui donne cette nouvelle, est entouré d'une
bande noire en signe de deuil.--Un pauvre écrivain qui a écrit, sous la
restauration, un pamphlet intitulé _Vie de Voltaire,_ qu'on a fait
imprimer alors à grand nombre, M. Lepan, vient également de
mourir.--Nous apprenons encore le décès de M. Pons (de Verdun),
successivement membre de la Convention, du conseil des Cinq-Cents,
avocat-général à la cour de cassation sous l'empire, et proscrit sous la
restauration, auteur d'un recueil fort piquant de contes en vers et
autres poésies.

L'Allemagne la contrefaçon des livres et l'_Histoire du Consulat et de
l'Empire_ de M. Thiers.

On a récemment promulgué en Prusse une loi sur la propriété littéraire,
dont les dispositions libérales intéressent les écrivains et les
éditeurs qui ont à souffrir de la contrefaçon. Cette loi reconnaît, au
profit des éditeurs prussiens, la propriété des ouvrages publiés à
l'étranger, à la condition que ces éditeurs puissent justifier, par
titre authentique, de leur qualité de propriétaires desdits ouvrages en
tout ou en partie. D'un autre côté, la diète germanique reconnaît comme
propriété générale dans l'étendue de sa juridiction, toute propriété
littéraire reconnue dans l'un des États de la Confédération. Il résulte
de la combinaison de cette loi générale avec la loi particulière de la
Prusse que la contrefaçon d'un ouvrage étranger peut être interdite dans
toute l'Allemagne. (1) La première application de cette législation au
profit d'un livre français, sera faite à l'ouvrage de M. Thiers,
l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_, dont une maison de librairie de
Berlin vient d'acquérir la copropriété. L'_Histoire du Consulat et de
l'Empire_ sera publiée en France et en Allemagne, par M. Paulin à Paris
et la maison Voss et compagnie à Berlin. De cette manière, le marché de
l'Allemagne sera enlevé à la contrefaçon de cet ouvrage. Voilà une loi
d'un bon exemple, et l'on doit regretter que la France, si intéressée
dans cette question, n'ait encore fait, pour protéger ses écrivains et
ses éditeurs, à l'étranger, que son traité avec la Sardaigne. M. Guizot
et M. Villemain, deux écrivains illustres, sont faits pour comprendre
qu'il y a ici quelque chose d'honorable à tenter. Ce n'est pas du
consentement de ces ministres sans doute que les contrefaçons étrangères
des livres français inondent l'Algérie, une possession française où les
livres publiés en France ne peuvent trouver un débouché. L'Angleterre a
proclamé, il y a quelques années, un principe qu'il serait urgent de
consacrer à notre profit et au sien. L'Angleterre, reconnaît chez elle
la propriété littéraire de tout sujet étranger dont la nation reconnaît
réciproquement la propriété des Anglais. Il n'y a qu'un simple article
de loi à faire pour assurer dans ce pays le droit des écrivains et des
éditeurs français. Le fera-t-on? En attendant, l'Allemagne est fermée à
la contrefaçon. Les éditeurs de l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_
prennent des mesures pour la prévenir ou la combattre dans les autres
pays, et le public étranger est invité à ne pas regarder comme sérieuses
les annonces d'éditions contrefaites ou de traductions publiées
contrairement à cet avertissement.

[Note 1: On peut voir le texte traduit en français de cette loi dans la
_Revue de Législation_, publiée par M. Fortin.]

Puisque nous parlons de l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_, nous
ajouterons un mot pour continuer ou rectifier ce qui a été dit dans
quelques journaux de la prochaine publication de cet ouvrage. Il n'y a
peut-être que M. Thiers qui sache aussi bien que _l'Illustration_ ce
qu'il y a de vrai dans cette nouvelle. Il est vrai effectivement que le
travail de M. Thiers est fort avancé et qu'il doit remettre à ses
éditeurs, au mois d'août prochain, six volumes entièrement achevés et
revus de manière à pouvoir être livrés à l'impression. Ainsi la
publication commencera vers le mois d'octobre, par livraison d'un ou de
deux volumes, et sera continuée sans interruption, M. Thiers achevant de
revoir la fin de son travail dans le temps employé à imprimer et à
publier les premières livraisons.



Courrier de Paris.

Que dirait Pythagore s'il ressuscitait Parisien de 1844, lui qui avait
horreur de tout festin charnel et voulait mettre les gourmets de son
temps au régime du lait pur, de l'eau claire et des pois chiches? Il
aurait reculé d'épouvante et se serait enfui vers quelque désert bien
sauvage et bien innocent, à l'aspect des terribles repas que nous
faisons, Paris, en effet, se conduit comme un ogre: il n'y a pas de
loups, de panthères et de tigres qui lui soient comparables; sa cuisine
est un véritable charnier. Paris, dans le mois d'avril qui vient de
finir, a dévoré, soit en biftecks, soit à la broche, soit au pot-au-feu,
soit à la gelée, 6,759 boeuf; il a mis en côtelettes, en rôtis, en
galantine et en salade, 6,311 veaux; quant au mouton, à l'innocent
mouton, Paris l'a encore moins ménagé; 36,498 de ces candides
quadrupèdes ont été exécutés par ses dents dévorantes, les uns à l'heure
du dîner, les autres dans le déjeuner à la fourchette; mais qu'importe?
qu'il soit mangé à onze heures du matin ou à six heures du soir,
l'infortuné mouton n'en finit pas moins dans la casserole ou sur le
gril! Quant aux vaches, j'ose à peine en parler: 1,343 vaches, c'est une
bagatelle! et tout au plus Paris a-t-il eu, avec ces 1,343 vaches, de
quoi mettre dans sa dent creuse.

Je dois dire cependant, en scrupuleux narrateur, que ce mois d'avril
1844 s'est distingué de ses prédécesseurs par un appétit et une
consommation extraordinaire. Il a dépassé le mois d'avril 1843, son père
légitime, de 1,088 boeufs, 986 veaux, 2,619 moutons. La cause de ce
supplément de rôti et de côtelettes se devine d'elle-même: c'est encore
à l'exposition de l'industrie qu'il faut s'en prendre; c'est elle qui a
jeté sur le pavé de Paris un surcroît de bouches et d'estomacs qui
sentent le besoin de manger quand ils ont faim. Chose étrange!
l'humanité est diversifiée à l'infini; ou voit des hommes de toutes les
tournures, de tous les caractères et de toutes les couleurs: des blancs,
des noirs, des verts, des coquelicots, des jaunes, des plombés, des
cuivrés, des droits et des tortus; il n'y en a pas un qui ressemble à
l'autre; mais, sur la question du boeuf, du mouton et du veau, ils sont
tous pareils; en un mot, on a fait bien des découvertes, et personne
encore n'a trouvé un homme ou un animal qui pût vivre sans manger;
Harpagon lui-même. Harpagon a poussé la recherche de ce phénomène aussi
loin que possible sur ses gens et sur ses chevaux, mais il n'a pu
arriver jusqu'à résoudre complètement ce problème: on trouvera plutôt la
pierre philosophale et le mouvement perpétuel. Quoi qu'il en soit,
lorsque Paris, s'éveillant au 1er mai, voulut régler ses comptes d'avril
avec l'hôtelier et demanda son addition, il dut éprouver lui-même une
certaine surprise, Garçon ma carte;--Voilà, monsieur!--Potage, 6,759
boeufs; entrées et rôtis, 6,311 veaux; hors-d'oeuvre. 1,313 vaches;
dessert, 36,498 moutons. Très-bien; le reste est pour le garçon.»

Cependant, qu'on ne s'y trompe pas, si cet état de choses surnaturel
fait la joie des marchands de comestibles et des entrepreneurs de viande
animale, si les restaurateurs en tressaillent de bonheur et entassent en
souriant les écus de cette immense cuisine, les honnêtes bourgeoises,
les vertueuses ménagères qui savent compter, jettent les hauts cris et
déclarent que, pour peu que cette ogrerie dure, la place, c'est-à-dire
le marché, ne sera plus tenable, et qu'il faudra aviser au moyen de
vivre en se rongeant les ongles. Toutes les espèces de denrées sont
augmentées de plus d'un tiers, depuis la matière carnivore jusqu'au
candide légume; on se bat pour la botte d'asperges; ou s'arrache les
yeux ou l'honneur des petits pois; le beurre est ruineux; les carottes
sont hors de prix, les poulets inabordables; et le poisson! ah! le
poisson! ne m'en parlez pas: il vous coûte les yeux de la tête! De sorte
que si une quantité de dévorants, qui ont l'estomac large et la bourse
bien garnie, font toute la journée des festins de Balthazar, les petits
ménages, les honnêtes médiocrités qui se nourrissent surtout d'économie
sont obligés de brider leur appétit et de se serrer le ventre. On
compte, on lésine, on fait les portions petites, on peste contre ces
mange-tout qui sont tombés sur Paris comme les sauterelles sur l'Égypte
pour l'affamer, et les mères de famille prient Dieu qu'il renvoie le
plus tôt possible cette race absorbante picorer sur ses propres
domaines.

Je n'ai pas besoin de vous dire que les cuisinières et les cordons bleus
ne se mêlent pas de cette prière: bien au contraire, il font des voeux
pour que la province continue longtemps à faire hausser les mercuriales
et à manger à tort et à travers; le cordon-bleu et la cuisinière
trouvent la situation agréable, et l'anse du panier n'en saute que
mieux. Quel plaisir de pêcher en eau trouble! personne n'y voit goutte;
et d'ailleurs, Marguerite et Gertrude n'ont-elles pas une excuse toute
pièce? «Mais, Gertrude, dit madame, épouvantée, voilà un canard qui me
paraît monstrueusement cher!--Pardon, madame: c'est l'exposition de
l'industrie.--Quoi, Marguerite, 6 francs ce poulet étique?--Ah! dam! que
voulez-vous? l'industrie! l'industrie!»

La léthargie de Géronte, Voltaire et Rousseau n'ont pas eu si bon dos.
«C'est votre léthargie! C'est la faute de Rousseau! C'est la faute de
Voltaire! L'industrie, madame, l'industrie!» Il y a toujours eu, dans
tous les temps, un prétexte pour servir de paravent à la bêtise et à la
rapine des fripons ou des sots.

Mais parlons un peu d'autre chose, et sortons de ce monde de bouchers et
de marmitons.

Le Second Théâtre-Français vient d'avoir une bonne fortune, ce qui n'est
pas à dédaigner, et de jouer une comédie de goût et de style, ce qui
n'est guère dans ses habitudes: ce joli ouvrage a pour titre _la Cigüe_;
il n'est qu'en deux actes; or, dans ses deux simples petits actes, il a
plus d'esprit et de finesse à lui seul que tous les gros ouvrages en
cinq actes que l'Odéon entasse pêle-mêle, l'un sur l'autre, sans honneur
et sans profit, depuis le 1er janvier jusqu'à la Saint-Sylvestre.

Le sujet est grec, comme l'indiquent ces mots: la _Cigüe_. M. Ponsard et
_Lucrèce_ ont mis la Grèce et Rome à la mode; nous remontons vers
l'antiquité: on trouve cela plus neuf! Après _Lucrèce_, _la Cigüe_, et
après _la Cigüe_, l'affiche nous promet _Antigone_, et les
_Grenouilles_, et les _Guêpes_. A la bonne heure; nous ne demandons pas
mieux; mais où est Sophocle? où est Aristophane? On les cherche encore.
Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir?

Clinias est las de vivre; Clinias a résolu de mourir; à vingt ans, riche,
aimable, beau, spirituel, Clinias est repu, et veut quitter, par un
trépas volontaire, le festin où nul mets ne le tente désormais, où nulle
coupe ne l'attire et ne l'excite; pour les femmes, ne lui en parlez pas
d'avantage, il n'y trouve aucun goût, pour en avoir trop mangé.
L'exclave Cadumaque est donc averti; à l'heure indiquée, il apportera à
Clinias une décoction de cigüe que Clinias boira, et tout sera dit.

Toutefois, avant de mourir, Clinias veut se donner un divertissement aux
dépens de ses deux amis, Paris et Cléon, Cléon l'avare et Paris le
débauché: tous deux ont vécu aux dépens de Clinias, tous les deux l'ont
jeté dans ces excès de plaisir et de bonne chère qui ont si vite produit
la lassitude; il faut que Clinias se venge et leur lègue en mourant un
sujet de querelle et de haine mutuelle. Clinias déclare donc qu'il
instituera pour son héritier celui des deux qui saura plaire à une belle
esclave de Cypre, arrivée d'hier chez Clinias, à la brune
Hippolyte.--Soit! disent nos compères; et ils se mettent à l'oeuvre. Il
faut vous dire que Paris et Cléon sont d'horribles créatures;
qu'importe? la cupidité et l'amour-propre leur donne une intrépidité et
une confiance que n'auraient ni Apollon ni Adonis eux-mêmes.

Ils rencontrent donc, ils soupirent, ils implorent Hippolyte, qui les
dédaignent; puis ils en viennent entre eux aux invectives, à peu près
comme Vadius et Trissotin. V ou» jugez de la satisfaction de Clinias,
qui voit sa vengeance réussir à souhait, et ses deux parasites, ses
corrupteurs, lui donnant une revanche par leurs querelles et le ridicule
dont ils se couvrent.

Chacun de nos deux burlesques soupirants croit avoir tenté le coeur
d'Hippolyle, et par conséquent chacun compte obtenir l'héritage. Clinias
profite de cette crédulité pour leur infliger une nouvelle moquerie et
un nouveau tourment. J'ai changé d'avis, dit-il; mon héritier sera celui
de vous deux qu'Hippolyte repoussera; il est bien juste que mes trésors
servent de consolation au malheureux et au disgracié. Quoi! dit Cléon!
Quoi! dit Paris; et les voici cherchant à défaire le travail qu'ils
s'imaginent avoir accompli; Cléon déclare à Hippolyte qu'il n'est pas
digne d'elle; c'est Paris qu'elle doit choisir. Je suis laid, dit Cléon;
Je suis affreux! s'écrie Paris. Aimez Paris, belle Hippolyte, lui qui
est si aimable. Belle Hippolyte, adorez l'aimable Cléon.--Certes, on
l'avouera, voilà de la comédie, et de la bonne.

Cependant que devient Clinias? Clinias attend toujours le moment de
mourir; cette dégradation de ces deux hommes pour un peu d'or ne fait
que le confirmer dans son mépris pour l'humanité, et il lui tarde de
sortir de ce bouge; il va donc boire la ciguë, car la ciguë est prête;
mais Hippolyte est là et lui retient la main; Hippolyte, la douce
Cypriote, la vierge pure, Hippolyte, qui ressent pour Clinias un amour
secret; Hippolyte, que Clinias aime sans trop le savoir encore, et dont
il adore la candeur et l'innocence. Ah! s'il était aimé d'Hippolyte!
Mais qui voudrait d'un coeur flétri comme le sien «Moi! s'écrie
Hippolyte avec naïveté; moi, Clinias, qui vous aime.» Cette grâce, cette
simplicité, cet aveu naïf, cette fraîcheur d'amour et de jeunesse,
réveillent dans Clinias la tendresse morte et l'amour de la vie. Et
quand ce Paris et ce Cléon viennent réclamer l'héritage, il n'y a plus
d'héritage. «Je vis, dit Clinias, car j'aime et j'épouse Hippolyte.»

Tout charme de cette comédie est dans les détails auxquels un vers
élégant et spirituel donne une saveur des plus agréables; depuis
_Lucrece_, le Second-Théâtre-Français n'avait rien représenté qui
dénonçât aussi heureusement un auteur nourri aux sources littéraires;
cet auteur se nomme M. Émile Augier; c'est un jeune homme, petit-fils de
Pigault-Lebrun; le parterre, charmé, a fêté cet heureux début pur les
plus vifs applaudissements.

Si c'est un bonheur que de voir de jeunes talents poindre ainsi à
l'horizon et faire espérer dans l'avenir, ce n'est pas un plaisir moins
grand de retrouver partout dans la route des succès, les talents
éprouvés et vigoureux, on aime à s'assurer par là qu'on les possède pour
longtemps, et que leur force ne fait que s'affermir en marchant. Cette
joie, George Sand nous la donne par une nouvelle publication, par cette
_Jeanne_ naïve et charmante, dont se pare et se rajeunit, depuis quinze
jours, le feuilleton du _Constitutionnel_. Le lecteur n'en est encore
qu'au début de cette histoire intéressante et poétique, et déjà il aime
Jeanne comme il aime les plus frais et les plus gracieux enfants de ce
beau talent, de cette belle imagination qui s'appelle George Sand!
Jeanne est en ce moment la préférée du public; il ne s'occupe que
d'elle, il ne parle que d'elle; il attend, tous les matins, avec anxiété
le récit que le _Constitutionnel_ lui apporte de cette aventure
touchante et d'une exécution fine et relevée.

Ainsi le _Constitutionnel_ fait honneur à sa parole; il avait promis de
se renouveler par l'élégance, le goût et le talent, et il tient ce qu'il
avait promis: _Jeanne_ l'atteste.--Après _Jeanne, le Juif errant_ de M.
Eugène Sue, si impatiemment attendu. _Constitutionnel_, mon ami, tu t'y
entends, et tu sais prendre ton monde si bien qu'il ne puisse
t'échapper.

Mademoiselle Taglioni est en effet à Paris, comme on l'a dit; mais il
n'y a de vrai jusqu'ici que son arrivée. M. Léon Pillet n'a pas encore
cédé au désir qu'elle témoigne de donner six représentations à
l'Académie royale de musique; ou plutôt les deux parties contractantes
ne se sont pas encore entendues sur les conditions. La sylphide, en
attendant, s'impatiente, agite ses ailes, et menace de s'envoler de
nouveau. Allons, monsieur Léon Pillet, soyez bon oiseleur et retenez-la.

--Le bruit a couru que M. Ancelot allait quitter la direction du
Vaudeville. L'académicien serait-il lassé de ce métier peu académique du
vendre ou de fabriquer soi-même des flonflons? On le dit. Quoi qu'il en
soit, M. Ancelot n'a pas jusqu'ici abdiqué, et le _Carlin de la
Marquise_ vient encore de naître sous son empire. Ce carlin n'est pas
autre chose qu'un vaudeville en deux actes dont maître Arnal fait tous
les frais.

Amal s'appelle Juvénal; il va sans dire qu'il ne s'agit pas du terrible
Juvénal à l'iambe sans pitié; Arnal n'est pas de cette force-là. Notre
Juvénal est tout simplement clerc d'huissier; il ne s'indigne point
contre la Rome corrompue et les patriciens avilis; Juvénal n'a qu'une
haine, la haine des carlins. Que lui ont fait les carlins? C'est un
mystère. Lui ont-ils mordu les talons? l'ont-ils outragé par quelque
oubli malencontreux? personne ne le sait; toujours est-il que Juvénal
les déteste.

Précisément un carlin lui tombe entre les mains, j'allais dire entre les
pattes. Le carlin est un carlin perdu; le carlin de la marquise. D'abord
Juvénal a une idée toute naturelle, c'est d'assouvir en particulier sur
ce carlin le ressentiment qu'il nourrit contre l'espèce carline en
général. Il le malmène donc, le secoue, lui tire les oreilles et la
queue, et lui dit des choses désagréables, l'appelant chien, par
exemple.

Puis le bruit d'une récompense honnête court la ville et arrive jusque
chez Juvénal. Diable! une récompense honnête; ceci mérite considération.
Juvénal prend donc son carlin, et s'en va trouver la marquise. Me voici,
marquise, moi et votre chien de carlin.

Quel bonheur! quelle joie! mon carlin, mon cher carlin! Et madame la
marquise, qui tout à l'heure se désolait et avait des crises de nerfs,
se ranime et ne se possède plus. Juvénal s'exaspère à son tour en voyant
une si belle marquise dans une telle conflagration et il s'imagine que
madame la marquise va servir elle-même de récompense honnête. Mais la
reconnaissance de la dame ne descend pas jusqu'à Juvénal; elle se
contente de l'aider à épouser la fille de l'huissier. Une fille
d'huissier pour un carlin! il n'y a pas mésalliance. On a ri d'Arnal, et
le carlin n'a soulevé au parterre aucune espèce d'aboiement hargneux.

--Il a été distribué deux mille cinq cents croix d'honneur pour la fête
du 1er mai; ce ne sont pas les croix qui manquent.

[Illustration: Arnal, rôle de Juvénal, dans le _Carlin et la Marquise_]



Exposition des Produits de l'Industrie.

(Troisième article.--Voir t. III, p. 49, 153 et 164.)

MÉTAUX ET MACHINES.

Le jury de l'exposition, en 1839, avait reconnu l'amélioration des
procédés employés pour le traitement des minerais de fer. «On fabrique
maintenant en France, disait-il, des fontes propres à la seconde fusion,
et qui, égales aux meilleures fontes anglaises pour la douceur et la
fusibilité, les dépassent par la ténacité... Les forges françaises sont
en pleine voie de progrès, et rien ne se fait plus dans les forges
anglaises qui ne se fasse également dans nos usines.» Tel était le
jugement du jury de 1830 sur une des branches les plus importantes du
travail national. Le progrès a-t-il continué? Nous ne craignons pas de
dire Oui! Une foule de procédés métallurgiques se sont perfectionnés,
l'emploi de l'air chaud dans les hauts-fourneaux, l'application des gaz
qui s'échappent du gueulard au puddlage, tendent à faire toute une
révolution, et une révolution économique, dans l'industrie française.
Quant à la qualité des produits, nos fers peuvent lutter avec avantage,
sur les marchés belge et anglais, avec ceux de ces pays; seulement, le
progrès a eu lieu lentement.

[Illustration: Moulin à bras adopté pour l'armée d'Afrique.]

Dans un temps qui n'est pas encore bien loin de nous, toutes les fontes
et les fers se traitaient par le bois, et l'on ne pensait pas qu'aucune
autre matière put être employée à cet usage. Cependant le bois allait
s'épuisant, et l'on prévoyait le terme où la fabrication cesserait faute
de combustible. Or, s'il est vrai que l'indice le plus certain de la
prospérité d'une nation se trouve dans la consommation de fer qu'elle
fait, il n'est pas moins certain que le fer sert doublement à cette
prospérité, d'abord en faisant vivre ceux qui le fabriquent, puis en
fournissant des instruments de travail à ceux qui l'emploient. Le jour
donc où, faute de combustible, il faudrait cesser le traitement des
minerais, ce jour serait un jour de deuil pour chacun et pour tous, et
la nation privée de ce métal disparaîtrait bientôt de la surface du
globe. Enfin, et heureusement fut imaginé le traitement des minerais de
fer par la houille; essayé d'abord en Angleterre par lord Dudley, il ne
fut repris et n'obtint son développement que lorsque Watt eut construit
sa machine à vapeur, et lorsque, plus tard, ou imagina l'étirage des
fers au moyen des cylindres ou laminoirs. Avec ces deux grandes
découvertes, l'Angleterre, qui fabriquait à peine le fer nécessaire à sa
consommation, fut bientôt en état d'en approvisionner le monde entier.
Ce n'est que plus tard que les Français sont entrés dans cette voie, et
ce n'est que peu à peu qu'ils réalisent les progrès que demande
instamment la matière. Ce progrès consiste surtout dans la bonne
fabrication à bon marché. Or, nous devons l'avouer, nos fers, bons il
est vrai, sont très-chers, bien qu'ils aient éprouvé depuis quelque
temps une légère baisse; il faudrait, pour arriver à une baisse
importante, des conditions que nous indiquerons tout à l'heure. Le haut
prix auquel se vendent, les fers tient au prix très-élevé du combustible
et à la trop grande quantité d'usines métallurgiques. En 1837, il y
avait en France, marchant au coke ou au bois, 543 hauts-fourneaux, dont
la production représentait seulement celle de 112 hauts-fourneaux aussi
considérables que ceux d'Angleterre ou de Belgique.

[Illustration: Grue-Balance-Bascule.]

[Illustration: Machine à sculpter]

[Illustration: Coupe du Moulin à bras pour l'armée d'Afrique.]

[Illustration: Exposition de l'Industrie.--Vue générale de la salle des
Machines.]

Du reste, la question du bon marché de la fabrication est tout entière
dans celle des voies de transport, ou, si l'on aime mieux, dans la
position de l'usine. Quand le minerai et le combustible ne se trouvent
pas réunis, comme les minerais carbonates des houillères d'Angleterre,
il faut asseoir son usine de manière à ce que les matières les plus
lourdes soient le moins éloignées possible. Il vaut mieux, en effet,
être loin du lieu de consommation que des lieux où se trouvent les
matières premières. Quelques usines seulement, en France, jouissent de
cet avantage dans le centre de la France, dans le Nord et dans le Midi.
Il ne faut pas d'ailleurs prendre pour terme de comparaison des prix de
la fonte et du fer, ceux des pays étrangers. En ce moment, en Belgique
et en Angleterre, les fers se vendent il vil prix, il est vrai; mais la
raison en est dans la production exagérée à laquelle on s'est livré dans
ces deux pays pour les rails de chemins de fer. On a répondu à un besoin
accidentel par des établissements permanents, et le besoin une fois
satisfait, la cessation des travaux, ou la vente au-dessous du prix de
fabrication, sont venues jeter le trouble et le désordre dans les usines
les mieux montées. Les lenteurs du gouvernement et les tergiversations
de l'industrie dans les questions de chemins de fer ont en cela
d'heureux, que la France a évité cet écueil; quelques usines nouvelles
se sont montées dans la prévision des fournitures de rails, mais peu à
peu, et sans jeter de trouble sur le marché. Aussi les prix baissent,
mais sans secousse, les procédés de fabrication s'améliorent, et tout
fait présager que si nous arrivons enfin à un système de voies de
communication perfectionnées, et à un tarif de douanes suffisamment
protecteur, les consommateurs français auront le bon marché des Anglais
sans leurs crises commerciales. Tout tarif de douanes doit subir deux
phases: dans la première, à la naissance de la fabrication, ces tarifs
doivent être assez élevés pour permettre aux producteurs et aux
constructeurs de monter leurs ateliers et de lutter de prime abord avec
l'industrie étrangère; dans la deuxième, quand l'industrie est
suffisamment assise, si l'on peut fabriquer au même prix dans les deux
pays, tout tarif doit être supprimé, sinon il faut en conserver la
portion représentative de la différence des prix de main-d'oeuvre ou de
matières premières. Nous sommes arrivés pour la plupart de nos
industries à cette seconde période. Mais la difficulté, on le conçoit,
est de tarifer ces différences de prix sur lesquelles doit être assis un
tarif équitable; la nouvelle loi de douanes, présentée cette année à la
chambre des députés, satisfait en partie à ce besoin.

[Illustration: Pompe foulante et aspirante Letestu.]

[Illustration: Pompe d'épuisement Letestu, avec la disposition des
tuyaux d'aspiration.]

Nos lecteurs nous permettront de ne pas les arrêter plus longtemps sur
les métaux proprement dits; disons seulement que l'exposition renferme
de beaux échantillons de cuivre, de zinc, de fer, de fonte, et surtout
d'acier fondu et de métaux ouvrés, et que, sous ce rapport, les
prévisions du jury de 1839 n'ont pas été trompées. Ce que nous ne
pouvons donner, sans entrer dans des détails longs et fastidieux, et ce
qui pourtant constitue le véritable progrès de ces industries, ce sont
les prix comparatifs de ces produits à dix ans de distance. La baisse
est en général satisfaisante; mais nous avons hâte de conduire nos
lecteurs au milieu des applications auxquelles nos industriels ont plié
les métaux.

L'aspect général de la salle des machines, de cette triple galerie où
l'on trouve près l'une de l'autre la machine la plus minime, celle à
faire des chaussons de lisière ou à cambrer les tiges de bottes, par
exemple, et les énormes outils-machines, qui semblent destinés à des
travaux herculéens; cet aspect général, disons-nous, est saisissant, et
donne de l'intelligence de l'homme l'idée la plus haute et la plus
complète. Comment se dire, en effet, sans admiration, que cet être si
petit, si faible, si incapable par lui-même d'un effort matériel
puissant, domine la matière la plus rebelle, change et modifie suivant
ses besoins la création tout entière, dompte et plie à son service les
animaux les plus redoutables, et manie les masses les plus énormes,
comme fait le vent de la feuille qu'il pousse devant lui? Quant, à nous,
en parcourant cette magnifique exposition de l'industrie, encore si
nouvelle en France, de la construction des machines, si nous
rencontrions sur notre chemin quelqu'un de nos fiers et dédaigneux
voisins d'outre-mer, nous leur montrerions avec orgueil le résultat de
quelques années de paix, et nous leur dirions: Nous avons appris pendant
les guerres de l'empire, pendant l'époque qui vous a été si désastreuse,
du blocus continental, à nous passer de vous pour une foule de
fabrications dont nous étions habitués à vous demander les produits.
Aujourd'hui nous vous enlevons encore un des fleurons de votre couronne
industrielle; non-seulement nous faisons des machines pour nous, mais
nous commençons à les transporter sur les marchés étrangers. C'est une
guerre toute pacifique que nous vous faisons, guerre digne des deux
peuples, où l'on est fort par le travail et où l'on triomphe par
l'intelligence.

Un dernier préjugé, cependant reste à vaincre dans l'esprit d'un grand
nombre de Français, et ce préjugé fatal a été l'obstacle le plus fort au
développement de l'industrie des constructeurs; c'est la suprématie
accordée jusqu'à ce jour aux produits anglais sur les produits français.
Ce préjugé, disons-le, tend à disparaître, et pour ceux chez lesquels il
est encore enraciné, nous ne pouvons que les inviter à parcourir
l'exposition de 1844, à regarder d'un oeil non prévenu ce magnifique
spécimen de l'industrie française, et à se demander ensuite, tout esprit
national à part, si on fait mieux ou autrement chez nos voisins.

Nous voudrions pouvoir donner à nos lecteurs des explications détaillées
sur chacune des nombreuses machines exposées cette année; mais ils
comprendront que nous sommes obligés de nous arrêter à un petit nombre
d'entre elles et à celles qui nous paraissent le plus remarquables.
Encore ici avons-nous l'embarras du choix. Il y a en France six à huit
constructeurs dont les ateliers sont moulés sur l'échelle la plus grande
et outillés de la manière la plus puissante, et un grand nombre d'autres
de proportions moindres. La plupart de ces constructeurs ont envoyé à
l'exposition des produits dont les uns se distinguent par le fini des
pièces, par la bonne exécution de l'ensemble, et les autres par d'utiles
innovations. La navigation à vapeur et la locomotion sur chemins de fer
ont été les points de départ de ce progrès. Les ateliers français ont eu
à construire, depuis quelques années, les machines de 450 chevaux
destinées aux paquebots transatlantiques et un grand nombre d'autres
appareils de force moindre, mais dont les dimensions sont encore
colossales. Ces ateliers se sont mis à l'oeuvre, et, au dire des
connaisseurs, la fabrication en est excellente et égale au moins à ce
que les Anglais ont fait de plus perfectionné dans ce genre.

Plusieurs ateliers se sont également outillés pour la fabrication des
locomotives, et leurs produits, d'abord repoussés à cause de
l'infériorité inévitable d'un premier essai, puis quelque temps encore
victimes du préjugé dont nous parlions plus haut, commencent cependant à
prendre le rang qui leur appartient dans les constructions de ce genre.
Les modèles, d'abord empruntés aux Anglais, ont été changés, modifiés,
améliorés, et maintenant c'est à un Français, M. Meyer, de Mulhouse, que
l'on doit l'importante innovation de la détente variable de la vapeur,
innovation qui se traduit en économie de combustible, d'usure et
d'entretien.

Les grands fabricants ont donc envoyé quelques-uns de ces produits dont
nous parlions plus haut, parmi lesquels nous avons notamment remarqué un
tour parallèle de M. Calla, dont la table a dix mètres de longueur; une
machine à faire les roues, de M. Eug. Philippe; des appareils énormes en
masse et en puissance, de M. Aug. Pillet, tels qu'un tour parallèle, des
machines à diviser les engrenages, à tarauder les écrous et les boulons;
les machines de M. Decoster et celles de MM. Durosne et Gail.

Parmi les établissements qui ont envoyé de magnifiques produits en ce
genre, le Creusot occupe une des premières places. Pour ceux de nos
lecteurs qui ne connaissent pas cette importante usine, nous dirons que
les éléments de production du Creusot se composent de trois industrie»
distinctes et concentrées dans un même lien, c'est assez dire qu'elle se
trouve dans les conditions d'une bonne fabrication à bon marché. Les
industries sont, 1° l'extraction de la houille, qui s'élève à un million
d'hectolitres par an; 2° la fabrication du fer et de la fonte au moyen
de quatre hauts-fourneaux qui produisent ensemble, seize à dix-huit
tonnes par jour, et de feux de forge et d'affinerie pouvant fabriquer
huit cents tonnes de fer par mois; et 3° la construction des machines,
pour laquelle le Creusot s'est acquis une réputation européenne.

Ce qui, parmi les produits de cette usine, attire principalement
l'attention dans les salles de l'exposition, ce sont les pièces
suivantes: une traverse et une grande bielle pour un appareil de quatre
cent cinquante chevaux; un mouton à vapeur vertical, et une marmite à
percer et river les tôles. La bielle présente un spécimen des
proportions données aux appareils destinés à la navigation
transatlantique. Cette pièce, d'une difficile exécution, se distingue
par sa masse imposante et par la perfection du travail.

Le mouton à vapeur est une précieuse application de la force de la
vapeur au battage des fers. Jusqu'à présent les marteaux et martinets
sont généralement mus par l'eau, et les coups qu'ils donnent en
retombant de tout leur poids sur l'enclume sont à peu près uniformes, ou
au moins on ne peut pas en modérer la force à volonté. Ce nouveau
marteau se compose d'un cylindre à vapeur à simple effet, avec un piston
dont la tige traverse le fond du cylindre, pour être fixée ensuite au
mouton. Le cylindre est monté sur une charpente en fonte qui sert de
coulisse au mouton. Au moyen de cet appareil, et à la volonté du
conducteur, sur deux coups qui se suivent, l'un est capable de pénétrer
dans une masse de fer chaud, comme dans de l'argile, et l'autre peut
être assez doux pour faire entrer à moitié seulement un clou dans le
bois le plus tendre. Cette machine peut employer sa puissance à des
coups longs et terribles, ou bien, se réglant elle-même, faire tomber
sur l'enclume des coups modérés par centaines et par minute. Le
mécanisme consiste simplement dans l'appareil qui permet l'introduction
et la sortie de la vapeur. Si la vapeur, après être entrée et avoir
soulevé le piston et le marteau, sort brusquement, le marteau retombe de
tout son poids; si elle sort peu à peu, le marteau redescend doucement.
Une discussion s'est élevée entre un Anglais, M. Nasmith, et M.
Schneider, pour savoir à qui appartient la priorité de cette invention.
Sans vouloir entrer dans ce débat, ni expliquer les raisons de notre
conviction, nous dirons que, des explications données par ces derniers,
il résulte pour nous la certitude que la priorité appartient à M.
Bourdon, ingénieur mécanicien en chef du Creusot.

La troisième pièce, la machine à percer et à river les tôles, est conçue
d'après le principe du marteau dont nous venons de parler. Elle réunit
par compression, au lieu du procédé long et dispendieux du martelage,
les tôles et fers d'angle par des rivets ordinaires, ou des rivets de
fer rond, à chaud ou à froid. Le travail est simplifié, et présente plus
d'uniformité et d'économie.

Puisque nous avons parlé du rôle que joue la vapeur dans les
outils-machines de la haute industrie, nos lecteurs nous sauront gré de
les entretenir des nouveaux appareils de sûreté contre les explosions de
machines à vapeur, imaginés par M, Chaussenot aîné, et qu'il a envoyés
cette année à l'exposition. On sait combien sont redoutables ces
explosions, contre lesquelles la science cherche en vain à lutter depuis
longtemps, qu'elle parvient quelquefois à prévenir, et pas toujours à
expliquer après l'événement. Sans parler de la partie mystérieuse de la
force de la vapeur, de cette partie qui trompe toutes les prévisions et
produit une catastrophe là où on se croyait à l'abri de tout danger,
nous dirons qu'il est cependant une série d'accidents qu'on peut éviter
au moyen de bons appareils de sûreté et de soupapes convenablement
établies, et nous ne saurions recommander trop vivement aux industriels
ceux de M. Chaussenot. Ils se composent d'un nouveau système de soupapes
excessivement sensibles, et dont la disposition est telle qu'elles se
soulèvent à la moindre tension de vapeur supérieure à celle à laquelle
l'appareil doit marcher, et avec la plus grande facilité; d'un flotteur
d'alarme équilibré dans l'intérieur de la chaudière, et qui permet à la
vapeur de soulever une soupape et de se faire jour jusqu'à un sifflet,
qui prévient le chauffeur, et enfin d'un flotteur indicateur, au moyen
duquel le chauffeur peut lire à chaque instant, sur un tableau placé en
dehors de la chaudière, à quel niveau se trouve l'eau, et en régler
l'introduction; et l'on sait que beaucoup d'explosions ont eu pour cause
l'abaissement de l'eau qui laisse rougir les parois de la chaudière, et
la production instantanée d'une grande masse de vapeur, quand l'eau
arrive sur ces parois rougies. Nous sommes persuadé que l'emploi
simultané de ces trois appareils doit prévenir la plupart des
explosions.

Nous ne quittons qu'à regret ces magnifiques produits de la haute
industrie française; nous voudrions qu'il nous soit permis de faire voir
une à une à nos lecteurs chacune de ces machines; et ceux qui comme nous
ont parcouru l'exposition comprendront nos regrets; car tout, dans ces
salles, concourt à l'instruction des masses; et, tel qui entre ignorant
à l'exposition, s'il parcourt les galeries avec un bon cicérone, en
sortira instruit; car, à côté de l'instrument, il aura eu l'explication;
à côté de la machine, son histoire et son usage; à côté de l'industriel,
l'aperçu de la situation commerciale de son pays. Mais nous avons encore
à vous entretenir de machines non moins intéressantes, et dont nous vous
offrons quelques dessins. Passons donc aux petits appareils.

_Pompes._--Cette année, comme aux expositions précédentes, il y a un
grand nombre de pompes, dont les inventeurs ont tous la prétention
d'avoir illuminé le système le plus simple, celui qui se dérange le
moins, et qui, avec une force donnée, produit le plus d'effets utiles.
On conçoit en effet, que les esprits ingénieux travaillent dans cette
direction, si l'on songe que la pompe est l'engin le plus indispensable
à toute espèce d'industrie; qu'elle est le principe de l'alimentation de
toutes les usines; qu'elle sert pour les travaux agricoles, pour les
incendies, dans un grand nombre de travaux où les épuisements sont
indispensables, dans les vaisseaux où le travail des pompes absorbe une
grande partie du temps de l'équipage, et que son usage est aussi
fréquent que celui de l'eau qu'elle doit chercher, épuiser, retenir et
emmagasiner.

Parmi les différents systèmes exposés, nous avons surtout remarqué les
pompes de M. Letestu. Il y a dans ce système un progrès évident sur
toutes les inventions précédentes. Ce progrès consiste uniquement dans
l'adoption d'une soupape et d'un piston entièrement nouveaux. Une grande
difficulté qui a constamment nui à l'usage avantageux des pistons des
pompes, c'est la matière dont est faite ce piston. Il est ordinairement
en métal, fermant hermétiquement le corps de pompe, condition
indispensable pour que le vide se fasse exactement, que l'eau s'élève et
ne redescende pas; mais on conçoit que si cette fermeture hermétique est
indispensable lorsque le piston remonte avec l'eau qui s'est introduite
à sa partie supérieure au moyeu de l'ouverture du clapet, il n'en est
pas de même lorsqu'il redescend, et que l'eau, forçant le clapet à se
soulever, passe de la partie inférieure à la partie supérieure. A ce
moment il y aurait avantage à ce que le piston disparût, pour laisser
affluer la plus grande quantité d'eau possible. De plus, si l'eau
contient du gravier ou des corps étrangers quelle entraîne avec elle
dans son mouvement ascensionnel, ces corps, en s'insérant entre les
lèvres du clapet, l'empêchent de se refermer, et des lors l'eau, quand
le piston remonte, repasse à travers le clapet, et le jeu de la pompe
est arrêté ou son effet devient nul.

M. Letestu a supprimé tous ces inconvénients: sa soupape et son piston,
dont nous donnons les dessins à nos lecteurs, sont de la plus grande
simplicité. Le piston (fig. 2) se compose d'un cône en cuivre, percé
d'une multitude de trous pour donner passage à l'eau. Ce cône métallique
est recouvert d'un cône en cuir (fig. 4) d'un millimètre d'épaisseur,
préparé à la chaux et formant soupape. Une tige en fer traverse le cône
ou entonnoir, et est rivée en dessous, de manière à joindre d'une
manière fixe et invariable les deux cônes. Le cône en cuivre ne touche
pas le cylindre du corps de pompe, et le cône en cuir le dépasse un peu,
de manière à s'appliquer contre ce corps de pompe dans la manoeuvre. Le
jeu de ce piston est simple et facile à comprendre: quand on baisse le
piston, l'eau passe par les trous de l'entonnoir et par le vide
annulaire que forme l'interstice entre les cônes et le corps de pompe;
dans le mouvement ascensionnel, au contraire, le cuir s'applique
hermétiquement contre le cuivre, et ses bords, qui le dépassent un peu,
forment bourrelet contre le corps de pompe: en sorte qu'au-dessous du
piston le vide est parlait, et l'eau qu'un autre coup de piston ira
puiser soulève le clapet (fig. 3) et remplit l'intervalle qu'il vient de
quitter. On comprend que dans ce système, les graviers et les corps
étrangers ne peuvent plus déranger le jeu de la pompe, puisque si ce
gravier entre par les trous de l'entonnoir, le cuir, qui jouit d'une
grande souplesse, l'enveloppe de toutes parts, et, s'il entre par le
vide annulaire, son poids le fait retomber au fond du cône de cuir, d'où
il ne peut plus s'élever. Le bourrelet de cuir donnant toujours une
fermeture hermétique, permet d'appliquer ce système aux corps de pompe
les plus imparfaits en bois, ou les plus grossièrement alésés en métal.
M. Letestu a appliqué son système à toutes les espèces de pompes. Nous
donnons à nos lecteurs le dessin d'une pompe aspirante et foulante (fig.
1) et celui d'une pompe d'épuisement (fig. 5). Enfin nous dirons
spécialement pour ceux qui savent le prix d'une pompe à incendie et qui
regrettent que chaque commune ne puisse pas s'en procurer, que
l'inventeur a simplifié considérablement ses appareils de manière à ce
que le bourrelier et le maréchal ferrant du plus misérable hameau
peuvent les réparer dans toutes les circonstances. Ajoutons qu'il a fait
acte de bon citoyen en en réduisant le prix et en offrant aux communes
pauvres de ne les payer que par annuités, selon leurs ressources et à
leur gré. Les pompes de M. Letestu ont été expérimentées en grand par la
marine, et ont donné les résultats les plus satisfaisants comme
simplicité de mécanisme, durée et économie.

_Instruments de pesage._--Parmi les objets d'une utilité générale et
pratique, qui ont pris rang dans les salles de l'exposition, nous
pouvons citer les balances de toute espèce, et principalement celles qui
sont dites à MM. Rollé et Schwilgué, de Strasbourg, qui ont exposé des
balances de comptoir très-sensibles, et l'on sait à combien de fraudes
les consommateurs sont exposés tant par l'imperfection des balances que
par la mauvaise foi des marchands; à MM. Sagnier et compagnie, de
Montpellier, et à MM. George, ingénieurs-mécaniciens. Les
balances-bascules exposées par MM. Sagnier sont des romaines, qu'ils ont
perfectionnées au point d'en faire des instruments de précision: romaine
oscillante à plateau, romaine-bascule portative et romaine oscillante de
précision. On connaît le principe d'après lequel est construire la
romaine. Ce principe est celui du levier du premier genre, c'est-à-dire
pour lequel le point d'appui est situé entre la puissance et la
résistance. Si le point d'appui est exactement au milieu du levier, on a
la balance ordinaire; mais si le point d'appui est placé de manière à ce
que les deux bras de levier soient inégaux, les poids qui se feront
équilibre aux deux extrémités du levier seront dans le rapport inverse
des longueurs des bras; ainsi, un poids d'un kilogramme, placé à
l'extrémité d'un bras de levier de 10 centimètres de long, fera
équilibre à un poids de 10 kilogrammes placé à l'extrémité du bras de
levier qui n'aurait qu'un centimètre de longueur. On voit donc que, pour
la romaine, il suffit d'avoir un poids unique, qu'on fait voyager sur le
grand bras du levier divisé et gradué convenablement pour obtenir
instantanément, par une seule opération et sans poids additionnel, le
poids d'un objet quelconque placé à l'extrémité de l'autre bras. Dans
les romaines-bascules en usage jusqu'à présent, le grand bras du levier
a une longueur constante; à son extrémité est un plateau fixe, qui
reçoit les poids; mais ce système est incommode, d'abord parce qu'il
faut avoir une série de poids à sa disposition, et qu'une erreur de
quelques grammes, facile à commettre, prend de suite une proportion
assez forte quand elle a lieu à l'extrémité d'un bras de levier un peu
long. MM. Sagnier ont évité cet inconvénient en appliquant à ces
romaines-bascules comme aux romaines ordinaires, un poids curseur;
seulement leur portée ou calibre se trouve limitée par la longueur du
bras de levier.

MM. George ont introduit dans les instruments de pesage une innovation
que nous regardons comme une des plus fécondes en résultats heureux.
Nous voulons parler de leurs balances-bascules et de leur»
grues-balances-bascules. Dans les premières, le parallélogramme, qui
donne le parallélisme au mouvement du plateau, est placé verticalement
entre deux montants fixes; et le plateau, solidement relié d'équerre aux
tiges verticales, et forcé de prendre un mouvement toujours parallèle,
peut ainsi porter la charge sur un point quelconque sans qu'il en
résulte aucune inexactitude.

Quant à la grue-balance, c'est une combinaison fort ingénieuse de ces
deux machines qui n'en forment plus qu'une seule. Nous donnons à nos
lecteurs le dessin de cette nouvelle machine. Tout le monde a vu, sur
les quais ou dans les usines, des grues, ces énormes engins au moyen
desquels quelques hommes agissant sur une roue d'engrenage soulèvent les
fardeaux les plus pesants, et en imprimant ensuite, suit un mouvement de
rotation, soit un mouvement de translation, les transportent ou les
déposent avec la plus grande facilité. C'est cet engin qui, par un
mécanisme très-simple, devient lui-même une balance. La difficulté à
vaincre était de mettre en oscillation la grue avec tout son mécanisme,
de manière à en faire un plateau de bascule. C'est à quoi les inventeurs
sont parvenus, en conservant à la grue toute sa puissance et à la
balance toute sa sensibilité. On élève le fardeau à la manière
ordinaire, et on le pèse dans son état de suspension sans embarras et
sans autre perte de temps que celui nécessaire pour reconnaître le poids
de l'objet suspendu. Cette machine peut rendre de grands service à
l'industrie des transports, et notamment aux chemins de fer, où des
voitures entières, des fourgons, des diligences sont enlevés par des
grues et placés sur les cadres qui les emportent en convois.

_Moulin à bras portatif._-Nous avons tenu à donner à nos lecteurs une
idée d'une de ces machines simples et économiques dont l'usage est
journalier et indispensable, et qui, par la simplicité de leur mécanisme
et la modicité de leur prix, sont à la portée de toutes les bourses et
de toutes les positions. Nous avons voulu leur montrer en même temps un
des appareils adoptés pour nos frères d'Afrique, et qui, grâce à leur
légèreté, peuvent se transporter à la suite des corps d'armées, et
donner aux troupes campées et loin de tous les lieux habités l'élément
le plus indispensable de la nourriture, une farine bien faite, et du
pain frais et de bonne qualité. Le moulin à bras portatif, dont nous
donnons le dessin, a réalisé ces avantages. Il se compose, comme tous
les moulins, d'une meule fixe et d'une meule tournante. On introduit le
blé au-dessus de la meule fixe: il est d'abord concassé par une noix
cannelée, puis réduit en farine entre les deux meules; il est bluté dans
un tamis qui reçoit son mouvement de va et vient d'une tige mise
elle-même en oscillation par une pièce carrée montée sur l'axe des
manivelles; la farine tombe dans le fond de la caisse du moulin, et le
son est expulsé par un auget qui termine le tamis. Pour empêcher
l'écartement des meules, on se sert d'une vis taraudée qui passe dans
une traverse fixée à la partie supérieure du moulin, et qui presse sur
une griffe scellée dans la meule fixe. Ce moulin, manoeuvré par deux
hommes, donne 20 kilogrammes de mouture de blé par heure. En remplaçant
la noix ordinaire par une noix à grosses dents, il devient propre à
moudre du maïs ou d'autres grosses graines. Enfin, on peut remplacer les
manivelles par des roues à courroies, et le mettre ainsi en
communication avec une machine à vapeur ou une roue hydraulique.
L'inventeur de cet ingénieux appareil est M. Tarm.

Machine à sculpter.--Il nous reste à parler d'une des machines les plus
intelligentes que nous ayons jamais vues. Avouons d'abord que cette
machine n'est pas à l'exposition, mais seulement les oeuvres d'art
qu'elle a produites.

Nous aurions peut-être dû attendre, pour en entretenir nos lecteurs,
notre article sur les objets d'art, mais nous n'aurions eu qu'à les
signaler, tandis que la partie vraiment intéressante n'est pas le
résultat seulement du travail de cette machine, mais la machine
elle-même, dont nous avons pu nous procurer un dessin. Qu'on se figure
une série de parallélogrammes articulés qui soutiennent entre eux un
cadre, qu'on imagine que ce cadre a de véritables bras, dont les
articulations sont des roues et des pignons; des nerfs, des chaînes, des
cordes sans fin; des doigts, du fer et les ongles des instruments
pointus, ronds, échancrés, à vis, à spirale; qu'on donne à ces bras le
mouvement, au moyen d'une machine à vapeur, l'un d'eux va venir
s'appuyer sur l'objet à reproduire de manière à suivre délicatement tous
les contours, le creux des yeux, la saute du nez, les intervalles des
cheveux, et l'autre suivant rigoureusement les mouvements du premier va
d'abord, au moyen de deux marteaux glissant l'un sur l'autre, ébauche à
coups précipités le marbre qu'il touche; puis, au moyen d'un ciseau,
enlever peu à peu les parties que le marteau a laissées; et enfin, au
bout d'une heure, vous verrez l'outil intelligent se retirer et
présenter à vos regards surpris un nez parfaitement modelé, des cheveux
artistement travaillés; enfin une copie semblable en tout au modèle. Tel
est l'instrument que nous avons vu fonctionner il y a peu de jours, et
peu s'en est fallu que nous ne lui demandions notre buste, séance
tenante. Les produits figurent à l'exposition sous le nom de M. Contzen.

Du reste, les machines envahissent tout; à l'exposition nous avons vu
une machine à faire des moulures qui, en trois minutes, en a produit
dix-sept mètres; pauvres menuisiers! une machine à battre ou plutôt à
comprimer le linge; pauvres blanchisseuses! une machine à cambrer les
tiges de bottes et à comprimer, sans les battre, les semelles; pauvres
cordonniers! une machine à faire des tonneaux, avec une économie de 40 à
70 pour cent; pauvres tonneliers!

Mais rassurez-vous, vous tous qui craignez que les machines ne vous
ôtent le travail; partout et toujours la substitution d'un métier au
travail manuel a augmenté la consommation et appelé un plus grand nombre
de bras. Depuis l'invention du métier à bas, cette marchandise, de luxe
autrefois, est devenue une des parties indispensables du plus pauvre
vêtement; depuis le métier à la Jacquart les étoffes de soie sont
devenues l'apanage de la bourgeoisie; depuis qu'il y a des chemins de
fer en Belgique, les marchands de chevaux, les carrossiers, les
bourreliers, ont vu doubler leur industrie. C'est qu'à côté d'un progrès
est un besoin, et que jamais l'un ne se développe sans être amené,
excité et adopté par l'autre.



Le Maroc.

Avant de rendre le dernier soupir, Mahomet avait recommandé à ceux qui
lui succéderaient, mais qu'il ne voulut pas désigner, de purger la terre
sacrée de l'Islam de tous les infidèles, et de porter la vraie foi
jusqu'aux extrémités du monde. Pour obéir à cette loi, les Arabes se
répandirent sur la terre. La 22e année de l'hégire, l'an 640 de
Jésus-Christ, l'Égypte était conquise. En 645, Abdallah fit une première
incursion dans la Numidie. En 665, il se jeta de nouveau sur l'Afrique,
à la tête de 40,000 combattants; toujours victorieux, il parcourut,
comme s'il eût été guidé par le doigt de Dieu, les plaines, les
montagnes, les déserts; et poussant enfin son cheval dans l'Océan qui
baigne les côtes du Maroc, «Grand Dieu' s'écria-t-il, tu le vois, la mer
seule m'arrête.»

La mer ne devait pas même arrêter les Arabes. Mais, avant de franchir le
détroit de Gibraltar, ils firent une halte sur ces rivages où Abdallah
les avait conduits.

Les peuples établis alors dans cette partie de l'Afrique septentrionale
qui forme l'empire de Maroc actuel, étaient connus sous le nom générique
de Maures; mais ils se divisaient en trois tribus principales encore
faciles à reconnaître aujourd'hui; les berbères, les Schelloks et les
Maures proprement dits. Désire-t-on connaître les conjectures faites sur
leurs origines et leur histoire, on n'a qu'à lire l'ouvrage remarquable
publié en 1787 par Chénier, le père des deux Chénier, sous ce titre:
_Recherches historiques sur les Maures et Histoire de l'Empire du
Maroc_. Depuis leur établissement dans ces contrées, ils avaient presque
toujours été subjugués par leurs voisins. Ainsi, ils s'étaient soumis
tour à tour aux Carthaginois, aux Romains, aux Vandales, aux Grecs du
Bas-Empire. Souvent ils tentèrent de se révolter contre leurs occupants:
ils furent toujours défaits. Deux fois ils repoussèrent l'invasion
arabe, deux fois les nouveaux conquérants revinrent avec des forces
supérieures, et triomphèrent de leur résistance. Enfin, retrouvant chez
eux leurs propres habitudes, les Arabes persuadèrent aux Maures qu'ils
avaient une origine commune; ils leur firent adopter leur religion, et,
pour occuper leur activité turbulente, Mouza-Ben-Nozeir en emmena un
grand nombre avec lui à la conquête de l'Espagne.

Une seule bataille, celle du Guadalete (710 ou 711), décida du sort de
la monarchie des Goths. Les Arabes et les Maures, victorieux, fondèrent
en Espagne un royaume qui devait durer huit siècles. Deux années leur
avaient suffi pour achever leur conquête; il fallut huit cents ans aux
Espagnols pour la leur reprendre. Ce ne fut qu'en 1491
qu'Abdallah-al-Zaquir céda au roi Ferdinand la ville de Grenade, et
pleura comme une femme en quittant ce dernier asile qu'il n'avait pas su
défendre en homme. En vain les Maures qui restèrent en Espagne, appelés
désormais les Mauresques, embrassèrent la religion catholique, et se
soumirent d'abord sans murmurer à tout ce qu'on exigea d'eux, la
tyrannie croissante de leurs oppresseurs les força de se révolter; et en
1610, un arrêt de Philippe III les bannit du royaume. L'émigration dura
jusqu'à la fin de 1611. Pendant les trois aimées suivantes, on fit dans
toute l'Espagne les plus minutieuses recherches pour découvrir ceux, qui
avaient échappé à la commune proscription. En 1614 les commissaires
chargés de ces perquisitions déclarèrent qu'ils avaient accompli les
ordres du roi, et que l'Espagne était délivrée du _serpent réchauffé
dans son sein_.

Plus de deux siècles se sont écoulés depuis cette époque, et une guerre
nouvelle menace d'éclater entre les Arabes-Maures et les Espagnols.
Cette fois, ce sera l'Espagne qui prendra l'offensive, qui fondra
peut-être un royaume chrétien sur une terre infidèle, et qui portera à
son tour les bienfaits de la civilisation chez un peuple ignorant et
barbare. Elle a pu pendant longtemps oublier de venger ses anciennes
injures; mais l'insulte qui vient de lui être faite tout récemment exige
une réparation prompte et éclatante.

[Illustration.]

Il y a quelques mois, le vice-consul d'Espagne à Mazagan, M.
Victor---------- [Texte corrompu.]

[Illustration: Maroc.--Vue générale de Tétouan.]

Le sultan a proclamé la guerre sainte contre les infidèles; il lève des
troupes, il amasse des provisions, distribue des armes, etc.

La Sardaigne, avons-nous dit dans notre dernier numéro (voir _Histoire
de la Semaine,_ p. 162), a consenti à accepter les excuses de l'empereur
de Maroc. Muley-Abd-er-Rahman a déclaré, en effet, à S. M. sarde, qu'il
était très-affligé de ce qui était arrivé, et que pareille chose ne se
renouvellerait plus.

L'Espagne obtiendra-t-elle une semblable réparation? Et si elle
l'obtient, s'en contentera-t-elle? Nous ne le pensons pas.

[Illustration: Retour de noce, à Tanger.]

D'ailleurs, il ne s'agit pas seulement pour l'Espagne, dans ce
différend, de tirer une vengeance complète de l'attentat commis à
Mazagan sur la personne de son représentant; un plus beau rôle lui est
réservé. Qu'elle comprenne sa situation, et qu'elle en profite, dans son
intérêt personnel comme dans l'intérêt de l'Europe et de l'humanité.

[Illustration: Abraham, Juif tangérien, interprète du consulat de
France.]

L'Orient a longtemps débordé sur l'Occident. C'est l'Occident qui
déborde sur l'Orient. Le Nord envahit le Midi, la Russie s'apprête à
s'emparer de Constantinople; l'Autriche passe les Alpes et s'étend dans
les plaines de la Lombardie et le long des rives de l'Adriatique;
l'Angleterre a conquis l'Asie; Gibraltar et Malte lui appartiennent; la
France jette dans l'Algérie les fondements d'une puissance inébranlable,
en attendant qu'elle réalise en Égypte les grands projets de Napoléon;
la civilisation européenne se répand sur tous les points du globe, mais
nulle part elle ne fait de plus grands progrès qu'en Afrique; seul,
l'empire du Maroc avait échappé jusqu'ici à la loi commune; seule,
l'Espagne, si malheureusement occupée de ses guerres civiles, n'a pas
encore cherché une nationalité complémentaire sur la côte musulmane de
la Méditerranée.

[Illustration: Aitja, juive marocaine.]

«La collision qui menace d'avoir lieu entre le gouvernement espagnol et
l'empire de Maroc n'est donc point un fait isolé, disait il y a quelques
jours le journal _l'Algérie_, elle se rattache aux événements qui la
précèdent; si elle n'en est pas la conséquence, elle en est au moins le
complément nécessaire. Pour éclater, elle n'attendait qu'une occasion. A
Mazagan, c'est un coup d'yatagan, comme à Alger ce fut un coup
d'éventail. «Il existe une coïncidence remarquable entre les phases de
cette gravitation méditerranéenne et la circonstance principale du
mouvement intérieur qui modifie la face de l'Europe.

[Illustration: Mohammed, soldat marocain.]

La première révolution française épanche sa sève sur l'Égypte; la
révolution de 1850, sur Alger; la révolution espagnole, sur le Maroc.

«Ce besoin d'expansion, qui accompagne toujours les crises politiques,
est, en effet, un de ceux qui travaillent aujourd'hui l'Espagne. Mais,
du côté de l'Europe, les portes du temple de Janus sont fermées; du côté
de l'Océan, les colonies qui ouvraient jadis un large débouché à
l'activité espagnole, n'existent plus que dans l'histoire; la formidable
armada a passé en d'autres mains. Le sud est la seule direction dans
laquelle les passions qui agitent la Péninsule puissent trouver une
issue légitime; que l'Espagne franchisse donc le détroit, et toutes les
volontés, aujourd'hui divergentes, viendront se réunir sur le terrain
neutre de la gloire et de la dignité nationales.

«L'empire de Maroc lui-même semble attendre, pour renaître à une autre
vie, une commotion électrique. Lui-même est en travail de révolution, et
quoiqu'il soit très-difficile d'en prévoir les suites, on peut affirmer
que cette révolution ne tardera pas à éclater. L'élément berbère a
dominé de tout temps dans la population marocaine; il occupe à la fois
les grandes plaines qui règnent au S.-E. et les énormes massifs qui
s'élèvent au centre de l'ancienne Tingitanie. Depuis quelques années,
une fermentation sourde agite ce vieux sang autochtone; elle se
manifeste par des envahissements progressifs sur la race arabe, et elle
saisira toutes les occasions qui favoriseront son développement. On peut
donc être sûr que les embarras de l'empereur dans sa lutte avec
l'Espagne n'inspireront aux berbères que bien peu de sympathie. Le trône
des Chérifs recevra donc, même à sa base, des atteintes qui
l'ébranleront.

[Illustration: Muley ben Yusuff, marchand marocain.]

[Illustration: El-Atari, principale rue de Tanger.]

[Illustration: Enterrement à Tanger.]

[Illustration: Simja, Juive tangérienne.]

«C'est dans les habitudes diplomatiques surtout que la réforme est
devenue nécessaire. Dernier représentant de la théocratie musulmane,
l'empereur du Maroc a conservé toute l'arrogance d'un sultan, unie à
l'intolérance d'un marabout. Jamais, depuis des siècles, il n'a mesuré
ses forces contre des forces européennes; il en est encore au point où
en était le bey d'Alger, lorsque, plein de confiance en lui-même, il
laissait tranquillement débarquer les troupes françaises à Sidi-Ferudj,
dans la crainte, disait-il, qu'elles ne lui échappassent. Il est temps
enfin de faire savoir à cet insolent potentat que l'Europe a quelque
chose à lui apprendre, et d'opposer à cet aveuglement fanatique les
leçons de la réalité.»

Qu'ont fait les Maures et les Arabes de ce beau et fertile pays dont ils
se sont partagé la souveraineté? Ils ne savent pas même profiter de ses
ressources naturelles. Au lieu de se civiliser, au lieu de rester
stationnaires comme les Chinois et comme certains peuples de l'Asie, ils
se barbarisent, qu'on nous permette cette expression... «Les
bouleversements que les Maures ont éprouvés après qu'ils ont été
repoussés d'Espagne en Afrique ne présentent aucune variété qui puisse
intéresser le lecteur, dit Chénier, et déguiser la bassesse de leur
esclavage et la férocité de leur usurpateur; c'est un thème continuel et
presque uniforme de dévastations et de forfaits qui ne permet pas de se
distraire un instant sur les malheurs attachés à l'humanité. Un voit
dans Salluste et dans Procope, qui sont, de tous les historiens qui ont
parlé des Maures, ceux qui méritent le plus de confiance, que le temps
n'a point influé sur leur génie et sur leur caractère. Ils sont encore,
comme le dit Salluste, inconstants, perfides et incapables d'être
retenus par la crainte ou par les bienfaits.» Leur vanité égale leur
ignorance. Ils se croient tellement supérieurs aux nations de l'Europe,
qu'ils ne veulent ni les visiter, ni les laisser pénétrer chez eux. Pour
franchir les limites de l'empire ou dépasser les murailles des ports de
mer, il faut avoir obtenu une autorisation expresse et spéciale du
sultan.

[Illustration: Ali, paysan des environs de Tétouan.]

Aussi le Maroc a-t-il très-rarement été visité. La plupart des voyageurs
qui se sont avancés un peu loin dans l'intérieur du pays, étaient, comme
Lemprière et le docteur Brown, des médecins dont le sultan malade
sollicitait les secours. Un des derniers ouvrages publiés sur le Maroc
porte la date de 1853. Son auteur est un capitaine anglais nommé
Washington. Trois chargés d'affaires français ont été envoyés dans ce
royaume depuis 1830; mais les résultats de ces missions officielles sont
restés jusqu'à ce jour enfouis dans les cartons de nos ministères. Nous
empruntons à la relation anglaise du capitaine Beauclerk (1826). un des
compagnons du docteur Brown, les détails suivants sur la capitale de
l'empire et sur l'empereur actuel, qui règne depuis 1822:

«Tout à coup, dit Beauclerk, la ville impériale vint frapper nos
regards, assise avec ses musquées, ses minarets, sa forteresse, au
centre d'une vaste plaine couverte de palmiers, et, dans le fond, les
neiges éternelles de l'Atlas se détachant sur l'azur du ciel à une
hauteur de onze mille pieds. Tandis que nous jouissions en silence de ce
magnifique coup d'oeil, notre guide fit faire halte à sa troupe, et ils
prièrent en commun pour la santé du sultan leur maître, après avoir
remercié Allah de l'heureuse issue de leur expédition.

«Maroc est entouré de remparts à mâchicoulis en terre glaise, de 50
pieds, de hauteur, avec des fondations en maçonnerie, et garnis de tours
carrées, à cinquante pas l'une de l'autre; ils ont six milles de tour,
et on pénètre dans la ville par onze doubles portes; mais sa population
n'est pas en rapport avec sa vaste enceinte; elle renferme de grands
jardins et des terrains ouverts de vingt à trente acres d'étendue. Le
palais du sultan, situé hors de la ville, du côté du midi, est une vraie
forteresse représentant un carré, long de quinze cents verges sur six
cents, divisé en jardins et en pavillons isolés qui forment la résidence
impériale. Les pièces en sont carrelées en tuiles de diverses couleurs,
et n'ont d'autre ameublement qu'un tapis et des coussins.

M. Beauclerk raconte ainsi sa visite au sultan:

«On nous conduisit dans un jardin spacieux, entouré d'une haute
muraille, planté d'arbres à fruits de diverses espèces, et arrosés par
des ruisseaux descendus de l'Atlas. On eût dit un jardin potager
d'Europe. A peine notre guide se fut-il avancé de deux pas, il s'arrêta
tout court comme un homme frappé de la foudre ou comme, un vieux
chasseur qui vient d'apercevoir un lièvre au gîte; puis, s'agenouillant
jusqu'à terre et portant la main à son front, il se tint immobile, le
cou allongé, les yeux fixés et les bras étendus, pour nous empêcher
d'avancer; en même temps il se dépêchait de crier: _Seedna! Seedna!_
(notre seigneur!) Mes yeux suivirent la direction que les siens avaient
prise, et, à une distance d'environ quatre cents pas, j'aperçus le
sultan, qui se dirigeait de notre, côté, et qui nous fit aussitôt signe
de la main d'approcher. Nous obéîmes à cette invitation, et après
l'avoir salué, nous remîmes nos chapeaux, tandis que notre interprète,
qui était juif, s'empressait d'ôter ses souliers. Le sultan est, à en
juger par l'apparence, un homme d'environ quarante-deux ans, déjà fort
gras, et condamné à prendre encore de l'embonpoint, d'une taille de cinq
pieds neuf pouces; sa physionomie est naturellement douce et agréable;
malheureusement une tache qu'il a sur l'oeil gauche en gâte
l'expression, en faisant croire qu'il louche. Sa barbe est courte, noire
et touffue. Il est le seul homme de son royaume qui la laisse croître;
car la crainte de voir se renouveler des accidents semblables à ceux
dont divers sultans ont été victimes ne permet à aucun rasoir
d'approcher de la gorge royale. Nous causâmes d'abord de l'Angleterre,
qu'il regarde comme sa plus chère alliée; puis, après nous avoir demandé
amicalement des nouvelles de notre santé, il donna l'ordre au caïd de
nous montrer tous les jardins. Alors il fit un signe de la main, nous le
saluâmes et nous nous retirâmes. Durant tout le temps que dura notre
conversation, il resta assis sur un coussin de drap ronge placé sur un
rebord saillant du mur du jardin, construit tout exprès pour cet usage.
C'est là qu'il reçoit toutes ses visites Jamais il n'est permis de
s'asseoir en sa présence, et il n'offre à personne des
rafraîchissements; cependant ses manières paraissent aussi simples que
son costume...

«Le sultan Muley-Abd-er-Rahman paraît justifier l'opinion qu'avait de
lui son oncle Muley Slieinau ou Suleiman, qui le nomma par son testament
le seul héritier de sa couronne et de son royaume, au préjudice des
droits de ses dix-huit fils, parce qu'il le regardait comme, un homme
doux, sensé et juste. En effet, il n'a pas consolidé son trône, selon la
mode orientale, en exterminant la famille du dernier sultan, mais en se
faisant aimer de ses sujets, et en se montrant le père et le bienfaiteur
de ces enfants dont il avait pris la place...

«La journée de Muley-Abd-er-Rahman est ainsi réglée: le matin il se lève
avec le jour, et, après avoir dit ses prières, il se promène seul, à
pied dans ses jardins, donnant des ordres à ses ouvriers. A huit heures
il monte à cheval, et il galope pendant deux ou trois heures, escorté de
tous ses grands caïds ou capitaines. La maladie pour laquelle il avait
désiré consulter le docteur Brown (les hémorroïdes) était
considérablement aggravée par cet exercice quotidien; mais son médecin
lui conseilla vainement de prendre un peu de repos. «Me prescrire de ne
pas me promener tous les jours à cheval avec mes caïds, répliquait-il
invariablement, c'est m'ordonner d'abdiquer. Le cheval est le trône des
empereurs de Maroc.» Cet exercice terminé, il se retire dans les
appartements de ses femmes, où il reste jusqu'à quatre-heures du soir,
goûtant les plaisirs du bain et toutes les autres jouissances physiques
que peuvent lui procurer les innombrables beautés de son harem. A quatre
heures, il se rend à la mosquée pour y faire ses prières du soir; puis
il emploie le reste de la soirée, soit à se promener à cheval, soit à
régler quelques affaires d'État.»

Muley Abd-er-Rahman est un rejeton de la famille des Chérifs qui possède
le trône du Maroc depuis le commencement du dix-septième siècle.--La
couronne impériale est héréditaire, mais ce n'est pas d'ordinaire le
fils aîné du monarque défunt qui en hérite; elle passe sur la tête du
plus capable, du plus habile ou du plus audacieux de ses nombreux
enfants.

On ne connaît pas d'une manière précise la population et les ressources
de l'empire du Maroc. Les derniers chiffres publiés par les
statisticiens sont les suivants:

        Étendue, 13,712 milles carrés.
        Population, 14,800,000 habitants.
        Revenu, 25,000,000,
        Forces de terre, en temps de paix       36,000 hommes.
                --              en temps de guerre, 100,000     --
        Forces navales, 24 bâtiments.

Outre les trois tribus maures dont nous avons parlé (les berbères, les
schelloks, les maures), et les arabes, la population totale de l'empire
du Maroc compte un grand nombre de juifs qui sont plutôt, tolérés
qu'acceptés, et auxquels ou vend cher cette tolérance. «Sans compter les
contributions extraordinaires, dit un voyageur français. M. Charles
Didier, ils sont soumis à un tribut annuel considérable et paient pour
tout, même pour porter des souliers qu'ils doivent ôter vingt fois par
jour devant les mosquées, devant les sanctuaires, devant la maison des
santons et des grands.»

Une vue générale de Tétouan, une rue de Tanger, une scène d'un mariage,
un enterrement et six costumes, tels sont les seuls dessins _originaux_
que _l'Illustration_ a pu se procurer sur le Maroc; elle les doit à M.
Pharamond Blanchard, qui a eu le bonheur rare de visiter les côtes du
Maroc sur un navire espagnol, et qui, caché dans la maison d'un consul,
a pu faire à la hâte quelques croquis; car les habitants du Maroc ne
permettent jamais à un étranger de dessiner.

La vue générale du Tétouan et les costumes ne nécessitent aucune
explication.

Quant à la rue de Tanger, que représente notre dessin, elle se nomme
El-Atari; c'est la rue principale de la ville, car elle la traverse du
nord au sud, et on y trouve non-seulement les habitations des consuls,
mais les plus belles boutiques de l'empire, espèces d'antres noirs et
profonds creusés dans le mur. Toutes les maisons du Maroc se
ressemblent: ce sont de grosses masses carrées, sans fenêtres,
surmontées d'une terrasse au lieu de toit, et passées à la chaux. La
mosquée., le bazar et le _fondaqué_ (auberge) de Tanger se trouvent
également dans cette rue.

Les bornes qui nous sont imposées ne nous permettent pas de donner ici
des détails sur les moeurs et les coutumes des habitants du Maroc. On en
trouvera dans l'ouvrage de Chénier déjà cité, dans les voyages de
Lemprière, des capitaines Beauclerk et Washington. Nous terminerons cet
article, nécessairement incomplet, par une courte explication des deux
dessins de M. Pharamond Blanchard, représentant une noce et un
enterrement.

Pendant le séjour de M. Blanchard à Tanger, un Maure de la montagne vint
se marier à la ville. La cérémonie achevée, la noce retourna dans la
montagne. La mariée était assise dans une sorte de cage formée avec des
morceaux de bois et de la percale blanche, et surmontée d'un dôme de
percale bleue; deux Maures soutenaient de chaque côté cette cage, posée
sans aucun lien qui l'assujettit sur la selle du cheval; le marié, à
cheval, suivait sa femme, conduit par deux parents; derrière les époux
se pressait un nombreux cortège de parents et d'amis. Les Maures
armés,--et presque tous les Maures ont des armes,--qui voyaient passer
la noce, tiraient, on signe de joie, des coups de fusil.

S'ils dérobent aux regards indiscrets les charmes des nouvelles mariées,
les Maures ne se donnent même pas la peine de jeter un linceul sur les
cadavres qu'ils portent en terre. Ils ont l'habitude d'enterrer les
morts aussitôt après leur décès, et, à défaut de bière, ils se servent,
pour les conduire au cimetière, de tout ce qui leur tombe sous la main.
Ainsi, M. P. Blanchard vit, à Tanger, enterrer un vieillard sur une
échelle.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70, 86, 106, 118 138, 150 et 170.)

VIII.

RÉCIT.--LES AMOURS DE POTARD.

«Heureusement pour nous, continua Potard, le soldat de l'empire n'était
plus en état de donner à sa menace tous les développements qu'elle
comportait. Sous l'influence d'un nectar infiniment prolongé, ses idées
couraient déjà les champs et sa langue faisait irrégulièrement son
service. Aux ballottements de la tête, aux clignotements de l'oeil, il
était facile de reconnaître que Poussepain venait de s'imbiber outre
mesure, et quand il prit la parole, sa voix avait cet accent nasal qui
est la musique des buveurs.

«--Voici la chose, dit-il... Nous venions de passer sur le ventre à cinq
cent trente-six mille cosaques... j'étais du neuvième corps... à
l'arrière-garde... en bataille sur les hauteurs pendant que la grande
armée opérait sa retraite... Victor nous dit: «Enfants! il faut tenir
ici deux jours, autrement l'Empereur est cerné!...» Les mots nous
électrisent... Deux ponts avaient été jetés sur la Bérésina... fleuve de
malheur!... Eblé était là, le brave Eblé!... c'est bien... Napoléon
passe... Eugène aussi... Davoust, Ney aussi... Les cuirassiers de
Caulaincourt défilent sur les ponts... Nous restons cinq mille hommes
contre cent mille... très-bien! à part un givre qui nous blanchissait
les moustaches... Les Russes nous chargent... de mieux en mieux... les
obus pleuvent... la mitraille nous prend en écharpe... personne ne
bouge... Il s'agissait de sauver l'Empereur... Fallait voir ça,
Potard... c'était superbe... quarante-huit heures sans reculer d'une
semelle... à cheval de nuit et de jour... quels hommes! Dieu, quels
hommes!... le moule en est perdu!... Mais vous ne buvez pas, voyageur?
Est-ce que vous seriez malade?... Allons, pays encoure un rouge bord...
c'est innocent au possible... une vraie pelure d'oignon... A la mémoire
du général Eblé... brave Eblé!... Sans lui, il faillit passer l'eau à la
façon des canards!... Brave Eblé!... Voilà un nuits un peu chouette!...
Qu'en dites-vous, voyageur?

«--Un breuvage des dieux, capitaine, répondis-je en vil flatteur.

«--Pour en revenir à la Bérésina, reprit Poussepain, le neuvième corps
la traversa des derniers... Le brave Eblé avait fait sa besogne en
conscience... mais les ponts en bois ne sont pas de fer... et puis,
voyageur, pour arriver à l'autre bord, il fallait passer sur le corps de
vingt-cinq mille des nôtres, des traînards, des blessés, des
fournisseurs, des infirmiers, des vivandiers, tous les goujats du
camp... Ces malheureux se pendaient à la queue de nos chevaux ou
restaient empilés sur les travées des ponts... Pas moyen de tortiller...
les Russes étaient sur notre dos. «En avant!» dis-je à mes hommes, et le
régiment balaya tout ce qui se trouvait sur son passage... c'étaient des
jurons, des cris, des imprécations! Que voulez-vous, voyageur: la guerre
n'a pas été inventée pour les poules mouillées.. Une supposition que le
brave Eblé n'eût pas été là, quel plongeon nous faisions tous! Mais il
était là, le brave Eblé!... Nous franchîmes donc la Bérésina...

«--A la bonne heure m'écriai-je, croyant être quitte du récit.

«--Un instant, voyageur; nous ne sommes pas au bout... La grande armée
campe devant Zembin, et l'Empereur la quitte... Jusqu'alors sa présence
nous avait soutenus... Quand il fut loin, la grêle tomba sur l'armée...
le froid nous arrachait la peau... notre haleine se changeait en
glaçons... Le dernier du mes trois chevaux s'affaissa entre mes
jambes... je voulus le relever, il était gelé... Un dragon à pied, jugez
du coup d'oeil!... J'arrivai au bivouac, abîmé, exténué... On fit rôtir
du cheval; c'était notre ordinaire... j'y ajoutai quelques gouttes
d'eau-de-vie et je m'endormis devant un grand feu... Au réveil, autre
histoire, et comble de calamité... je veux me relever, impossible... je
porte la main à mon nez; l'organe est insensible, on l'eût dit de
carton... j'essaie de me servir de mes pieds... ce n'est plus de la
chair, c'est du marbre... La position devenait gênante... se voir
métamorphosé en bloc de glace, quelle humiliation pour un homme!... Pour
en sortir, je fais un dernier effort; je me précipite dans la neige et
me frictionne avec ce liniment... Idée de salut! c'est à elle que je
dois mon nez, qui risquait de tomber au pouvoir des Russes... Le nez me
revint, voyageur; mais l'orteil resta à la bataille... O! l'affreuse
nuit! ajouta Poussepain avec amertume, la déplorable nuit, qui a
empoisonné toutes celles que j'ai passées depuis lors sur cette terre...
Potard, voulez-vous que je vous donne un bon conseil?

«--Volontiers, capitaine, répondis-je.

«--Ne vous laissez jamais geler, mon camarade. Le sabre possède des
qualités rafraîchissantes; le plomb est l'ami du soldat; mais le froid
ne pardonne jamais. Un homme qui a été gelé, ne fût-ce qu'un quart
d'heure en sa vie, peut se dire en bien mauvais état.

«--Je ne sais, dit Potard reprenant la parole pour son compte, lequel
agissait le plus en ce moment sur Poussepain, du vin ou du souvenir;
mais il en était arrivé à un point d'abandon et d'attendrissement
extraordinaires. Se penchant vers mon oreille afin de n'être pas entendu
d'Agathe, il compléta sa confidence par le plus singulier des aveux:
puis il ajouta sur un ton lugubre:

«--Oui, en bien mauvais état!

«L'ivresse, accrue par l'exaltation qu'occasionne toujours un long
monologue, était arrivée à son dernier paroxysme. L'ancien dragon
balbutia encore quelques mois, auxquels se mêlait le nom du général
Eblé, du brave Eblé; mais peu à peu les sons devinrent plus confus, et
la tête alourdie finit par prendre un point d'appui sur la table. Le
bourgogne opérait; Poussepain s'endormit profondément.

«Je me sens incapable, jeune homme, de vous rendre les sentiments qui
m'assiégèrent alors. Tout le passé venait d'être éclairé à mes yeux
d'une manière soudaine; je comprenais ce qu'il y avait d'inexplicable
dans l'existence de ce ménage; l'énigme de cette maison n'avait plus
rien d'obscur pour moi. Tant que l'ancien ne me parut pas entièrement
absorbé par le sommeil, je ne le perdis pas de vue, craignant un piège
et surveillant ses moindres mouvements; mais sitôt que je le vis plongé
dans une immobilité profonde, je me tournai vers Agathe et fixai sur
elle un regard triomphant. La jeune fille le soutint avec une candeur
angélique. Rien ne semblait pouvoir altérer la pureté, la sérénité de
son visage. Cependant nous restions seuls pour la première fois, et cet
isolement aurait dû faire naître un peu de confusion chez la femme la
moins expérimentée. Agathe n'éprouvait rien de pareil; elle semblait
partagée entre le bonheur que lui inspirait ma présence et la pitié que
lui causait l'état de son mari. Pendant qu'ivre d'espoir et en butte à
une tentation invincible, je contemplais ce visage céleste et tant de
trésors méconnus, elle s'absorbait tout entière dans les soins
qu'exigeait cet incident, mettait un peu d'ordre autour d'elle,
cherchait à rendre plus commode l'oreiller sur lequel Poussepain
exhalait les fumées de l'ivresse. J'étais si heureux de ce spectacle, si
fier de ma proie, si assuré de la victoire, que je ne fis rien pour la
distraire de cette occupation. Quand elle eut achevé, elle revint vers
moi, me prit la main avec une vivacité charmante et la pressa sur son
coeur. C'était le dernier aveu de la pudeur vaincue. Une partie de la
nuit s'écoula dans ce tête-à-tête, et je pus quitter la maison avant que
Poussepain fût sorti de son assoupissement.

«Six jours après cette aventure, je quittai Dijon. Depuis longtemps les
Grabeausec se plaignaient de ma négligence; les affaires en souffraient,
et Alfred, de la maison Papillon, avait profité de cette éclipse pour
embaucher une partie de ma clientèle. Il était temps de se livrer à une
revanche; elle ressembla au réveil du lion. En moins de quatre mois je
fis une tournée générale et enlevai à la course pour 500,000 fr. de
commissions. On eut dit Napoléon dans son retour de l'île d'Elbe:
j'allais de clocher en clocher. Alfred, de la maison Papillon, détalait
devant moi, et quittait les villes où je plantais mes aigles. Jamais je
n'avais eu plus d'orgueil, plus d'aplomb, plus de confiance; je me
donnais des airs de conquérant qui subjuguaient l'épicier et
anéantissaient le droguiste... Ceux qui semblaient le plus animés contre
moi se retournaient à ma vue, et, convertis par quelques mots à effet,
reprenaient la cocarde des Grabeausec. Cette campagne, Beaupertuis, a
laissé des souvenirs dans l'histoire des voyages: j'eus mon 20 mars en
attendant mon Sainte-Hélène.

«Je viens d'évoquer un rapprochement avec Napoléon; je dois y ajouter
une petite couleur d'Annibal. Quand on a brillé dans une partie, on a le
droit de puiser chez tous les grands hommes; comme eux j'appartiens à la
postérité. C'est pour vous dire, Édouard, que si je conduirais la
clientèle d'une maniéré aussi militaire, un espoir m'y animait et un
désir bien vif me soutenait en cela. Je songeais aux délices de Capone,
et je voulais m'en passer la fantaisie: voilà le trait par lequel
j'étais légèrement Annibal. Revoir Dijon, et, avec Dijon, la maison de
la place Sainte-Bénigne, et, dans cette maison, l'ange qui la
remplissait de lumière, telle était mon idée, le mobile qui me rendait
si fort contre l'épicerie en révolte, et si supérieur à Alfred, de la
maison Papillon. Que pouvaient dire désormais les Grabeausec? J'amenais
à leurs pieds la clientèle repentante et vaincue; je les couvrais de mes
lauriers, je les enivrais de l'encens de mes triomphes: Alfred était
mâté; il expiait ses succès éphémères. Aussi, dès que ma tournée fut
achevée, repris-je le chemin de la capitale de la Bourgogne: j'en avais
évidemment le droit.

«Je revis Agathe; quatre mois d'absence l'avaient bien changée. Les airs
de jeune fille qui l'animaient autrefois avaient disparu; mais une
beauté plus sérieuse était empreinte sur son visage. Un cercle bleuâtre
entourait ses yeux et leur donnait une grâce mélancolique; sa lèvre
n'avait plus le même incarnat, ses joues me semblèrent polies; ce
n'était plus ni sa taille de guêpe, ni ses mouvements de gazelle. Je me
doutais du motif de cette métamorphose, et au premier moment mon coeur
s'en enorgueillit. Cependant Agathe semblait en proie à une tristesse
profonde. Heureuse de ma présence, elle semblait néanmoins plus retenue,
plus timide qu'autrefois, et je voyais des larmes trembler au bord de
ses paupières. Dans une première visite, il me fut impossible d'avoir
avec elle le moindre entretien: Poussepain était là, non plus vaincu par
le vin, mais vigilant, sévère et soupçonneux. En me reconduisant jusqu'à
l'escalier, elle put seulement me dire avec une expression douloureuse:
«Mon ami, vous m'avez perdue!»

«Vous le devinez, Beaupertuis, Agathe allait être mère. Jusqu'alors elle
avait pu cacher sa faute à son mari, mais le moment arrivait où toute
feinte serait impossible. C'était grave, et en y réfléchissant mieux, je
ne vis au bout de cet événement que deuil et abîme. Nous n'avions pas
affaire à un époux de comédie; Poussepain avait pu désarmer devant moi
et cacher ses griffes à cause de mon humeur joviale; dans tout cela il
n'y avait qu'une trêve. Au premier soupçon, au moindre indice, son
naturel farouche devait reparaître, et une vengeance terrible pesait sur
nous, pour ce qui me reperdait personnellement, j'étais prêt à tout;
mais il s'agissait de sauver cette malheureuse victime que le vieux
soldat allait déchirer de ses mains, de l'arracher de cette maison qui
menaçait de devenir sa tombe. Devant un tel péril, il n'y avait qu'un
parti à prendre, c'était de fuir au plus tôt. Agathe n'y consentit pas
d'abord; elle voulait mourir où l'enchaînait son devoir; mais j'invoquai
mon amour, je lui parlai de son enfant, et elle céda. Il fut convenu que
je lui chercherais un asile où elle put se croire à l'abri des
poursuites, et où elle attendrait le moment de sa délivrance.

«Agathe avait été élevée et nourrie dans le village de Val-Suzon,
endroit délicieux qu'arrose un ruisseau charmant et qui forme une sorte
d'oasis au sein d'une chaîne de collines. Quoique éloigné seulement de
quelques lieues de la ville, le Val-Suzon n'est peuplé que de pâtres et
il est rare que le citadin s'aventure dans ses profondeurs; l'artiste
seul et l'ami de la nature peuvent se plaire à de tels sites. Ce fut là
qu'Agathe m'envoya à la découverte. Le lieu me parut favorable à nos
desseins; il était calme, salubre et solitaire. J'y achetai une
maisonnette et la fis arranger du mieux qu'il fut possible: quelques
meubles, des hardes et les objets les plus nécessaires dans un ménage,
furent apportés de la ville et rendirent ce séjour habitable. Au
Val-Suzon vivaient de braves gens qui avaient soigné Agathe dans sa
première enfance; je les trouvai tout dévoués pour celle qu'ils
nommaient encore leur fille. Ils m'aidèrent dans mes préparatifs,
surveillèrent l'installation de la maisonnette, et, quoique pauvres,
voulurent contribuer aux premiers approvisionnements.

«Tout était disposé dans cette retraite, et il ne s'agissait plus que de
combiner les moyens de fuite, d'en choisir le jour et l'heure, de
manière à échapper à la surveillance de Poussepain. La chose offrait de
grandes difficultés, pour que les soupçons du guerrier ne se portassent
point sur moi, il avait été convenu avec la jeune femme que je
paraîtrais moins souvent chez le fabricant de moutarde et que
j'éviterais ce qui pourrait trahir notre connivence. Aussi,
volontairement, je m'étais privé des occasions où nous pouvions nous
concerter. D'un autre côté, les méfiances de Poussepain s'étaient
subitement réveillées; parfois, à table, il lui échappait des allusions
qui avaient un sens farouche, et, de loin en loin, il jetait des regards
sombres sur son sabre de cavalerie. Lorsque Agathe entendait ces propos
et apercevait ces gestes menaçants, il lui prenait des frissons affreux,
et souvent il lui vint la pensée de se précipiter aux genoux de son mari
afin de lui demander grâce. Il fallait en finir; une pareille situation
ne pouvait se prolonger sans danger. A tout événement, je tins un
cabriolet préparé aux portes de la ville et résolus de profiter de la
première circonstance. Poussepain sortait rarement, mais ses affaires
l'obligeaient néanmoins à quelques absences. Un soir je le vis entrer au
café Militaire, et à l'instant même j'allai frapper chez lui. Agathe
n'était pus prête, elle faisait quelques objections; je l'enlevai dans
mes bras, traversai la partie solitaire de la ville, et la portai ainsi
jusqu'il la voiture. Cinq minuits après, nous roulions sur la route du
Val-Suzon. J'étais un Pierre Bonaventure, et Agathe était ma Bianca
Capello; passez-moi le souvenir historique.

«Si j'en avais le temps, Beaupertuis, je vous raconterais ici une
pastorale du genre le plus sentimental. Je vous peindrais d'abord les
paysages du Val-Suzon et les petites fleurs bleues ou jaunes qui
émaillent les berges du ruisseau; vous y verriez les troupeaux broutant
les gazons de la montagne, et les villageoises allant à la glandée au
bruit de la cornemuse et du cornet à bouquin. Les peintures-là sont d'un
genre très-moderne; on les recommence vingt fois de la même manière et
toujours avec un nouveau succès. Certes, s'il est des sites au monde qui
méritent cet honneur, ce sont ceux du Val-Suzon. J'y ai passé, à coté
d'Agathe, des journées entières à voir couler l'eau du torrent et à
entendre chanter les fauvettes sur la cime des peupliers. La pauvre
enfant retrouvait dans tel air pur la santé et le bonheur; elle ne se
souvenait plus qu'elle avait été madame Poussepain; son mariage lui
paraissait un mauvais rêve. J'étais son seul époux, son seul maître, sa
seule pensée et son seul amour. Aucun droit ne se plaçait à côté du
mien, n'en ternissait la pureté et n'en diminuait la valeur. En se
retrouvant près de la nature, Agathe se sentait libre de tout lien de
convention et prenait le ciel pour témoin et pour complice.

«J'ai vu s'écouler dans ces solitudes les semaines les plus heureuses de
ma vie. Le travail n'en souffrait pas; seulement, quand j'avais exploité
une ville de la Bourgogne et récolté la fleur des affaires, je laissais
mes rebuts aux autres et venais me reposer pendant quelques jours au
Val-Suzon. Là, je menais la vie d'un sultan; j'étais le roi, l'oracle du
village. Les notables accouraient, à la veillée, s'asseoir chez moi
autour d'un broc de vin, et je les comblais de cavatines et de romances.
Agathe réunissait les femmes dans une autre pièce et tournait le rouet
avec elles. Quand le temps était beau, nous faisions des courses aux
environs, à Curtis et à Étaulle; nous nous enfoncions dans les
châtaigneraies et dans les forêts de chênes, nous recueillions en chemin
les baies des prunelliers ou ramassions les fraises des bois. C'étaient
des joies d'enfant, des rires sans fin, assaisonnés de déjeuners sur
l'herbe. Je tournis décidément au champêtre.

«Cependant le terme de la grossesse s'approchait et il fallait songer
aux derniers préparatifs. J'avais à Dijon un médecin qui m'était dévoué;
malgré la distance, il me promit de venir assister Agathe. La layette
était prête, la nourrice aussi; nous avions choisi une belle et fraîche
villageoise dont le lait devait arriver à point. On la nommait
Marguerite...

--Marguerite, dit Édouard, par un entraînement presque involontaire.

--Oui, Beaupertuis, Marguerite; c'était ainsi que s'appelait la
nourrice. Oh! nous avions songé à tout, même au nom de l'enfant. Un
garçon se serait nommé Pierre, une fille devait se nommer Jenny.

--Jenny!» répéta Édouard, mais sur un ton plus bas cette fois et en se
contenant.

Potard ne parut pas disposé à abuser de son embarras, et il reprit;

«Tout était prêt; j'avais arrangé ma besogne de manière à pouvoir rester
trois semaines auprès d'Agathe; je voulais me trouver là dans le moment
critique, et ne la quitter que lorsqu'elle serait entièrement hors
d'affaire. Jusqu'alors tout nous avait réussi, aucun nuage n'avait
traversé notre bonheur. Dans les premiers jours qui suivirent la fuite
de sa femme. Poussepain avait jeté un feu du diable; mais depuis ce
temps, le volcan semblait s'être apaise, et une résignation sourde
prenait la place de cette bouillante colère. Peut-être se doutait-il
d'où venait le coup, et dans la crainte d'être épié, je mis, dans le
début, une extrême circonspection dans mes démarches. Ce n'était qu'à la
suite de longs circuits et avec la certitude de n'être pas suivi que je
me rendais à la montagne. Plus tard, j'y apportai un peu moins de
prudence; je ne croyais pas que la surveillance put s'étendre si loin et
s'exercer d'une manière si persévérante.

«Enfin le jour tant souhaité était venu, des symptômes certains
l'annonçaient. Je montai à cheval et courus, à toute bride à la ville,
d'où je ramenai mon ami le docteur. L'ivresse à laquelle j'étais en
proie ne me permit pas de songer aux précautions les plus simples. La
perspective de la paternité me causait des vertiges; j'étais si heureux
que je n'y voyais plus, et que je lançai mon cheval au galop le long des
précipices. Nous arrivâmes à temps, les grandes douleurs de
l'enfantement avaient commencé. Il y avait un petit désordre dans la
maison; nous nous trouvions dans les beaux jours d'été; les portes
étaient ouvertes; on allait et l'on venait avec la liberté qu'autorise
le village. Fixe au pied du lit d'Agathe et tenant l'une de ses mains
dans la mienne, je ne pouvais me détacher de ce spectacle. Cependant une
crise eut lieu et en même temps un cri se fit entendre. Jugez de mes
transports. Beaupertuis, j'étais père.

«--C'est une fille, dit le docteur.

«Agathe suivit des yeux l'enfant que l'on emportait, et sa figure
portait l'empreinte de ce saint orgueil qui rayonne sur le front des
mères, quand je vis tout à coup ses traits se décomposer et passer de
l'expression de la joie à celle d'une terreur profonde.

«Je me retournai me trouvai en face de Poussepain assisté d'un gaillard
à moustaches et balafré comme lui.»

(_La suite à un prochain numéro._)

XXX.



Chronique musicale,

_Le Bal du sous-préfet_, opéra-comique en un acte, paroles de MM.
Saint-Hilaire et P. Dupont, musique de M. Boilly.--Concerts; M. Géraldy;
les pianistes: MM. Liszt, Doehler, Prudent.--M. Berlioz.--Concert au
bénéfice de madame Berton.--M. Habeneck.

_Le bal du sous-préfet_ n'est au fond qu'une petite plaisanterie que
l'Opéra-Comique s'est permise, en passant, pour se réjoui; une
irruption, une razzia qu'il a exécutée sur le territoire de ses deux
voisins de la place de la Bourse et du passage des Panoramas. _Le bal du
sous-préfet_ ne fut et n'a jamais dû être qu'un vaudeville. Par quel
caprice du hasard s'est-il trompé d'adresse et a-t-il reçu l'hospitalité
place Favard? Nous l'ignorons, et, à tout prendre, peu nous importe. Ce
qu'il y a de certain, c'est qu'en cessant d'être vaudeville, il n'est
pas devenu opéra pour cela.

M. le sous-préfet de Meaux donne un bal, et a sans doute invité tous les
habitants de la ville sans exception, car M. Fillard y sera, et M.
Alfred Delaunay, le commis voyageur, et mademoiselle Agathe Davithers,
jeune personne blonde et d'une naïveté assez maniérée et mademoiselle de
Mussy, vieille dévote, qui jadis faisait ses prières tête à tête avec un
dragon,--à ce que dit M. Fillard,--et madame Meyret, marchande de modes
très-achalandée, et M. Ducastel, qui est venu de Paris à Meaux tout
exprès pour cela. M. Ducastel n'aime pourtant pas la danse, et il est
arrivé à l'âge où l'on ne danse plus. Il a, pour aller au bal, des
motifs plus graves; il y doit rencontrer mademoiselle Agathe,
mademoiselle de Mussy et madame Meyret, et, après avoir suffisamment
examiné ces trois beautés, il offrira la pomme à celle qui lui agréera
davantage. Ducastel et le berger Paris, c'est tout un.

«A quoi bon aller au bal? lui dit son ami Fillard; le sous-préfet reçoit
très-mauvaise compagnie. (Fillard n'a pas encore reçu son invitation,
dont il enrage.) Reste ici, où nous sommes, dans la boutique de madame
Meyret. Toutes les femmes de la ville y viennent infailliblement d'ici à
ce soir, et tu y verras les trois déesses en déshabillé. Cela n'est-il
pas plus sûr que de les voir en grande toilette? Seulement ne te nomme
pas, et, pour jouir plus agréablement ton rôle d'observateur, fait
semblant d'être sourd.»

Voilà un perfide conseil! mais qu'attendre d'un vieux garçon comme ce
Fillard? Tout vieux garçon est l'ennemi naturel du beau sexe, il le
détracteur acharné du mariage. Grâce à la surdité prétendue du bonhomme,
ces dames parlent devant lui sans contrainte, et ne déguisent ni leurs
travers, ni leurs ridicules, ni leurs projets ruineux, ni leurs
affections secrètes, et Ducastel, justement effrayé, reprend la
diligence et va se coucher à Paris, laissant M. le sous-préfet faire les
honneurs de son bal comme il l'entendre.

Après tout, si ce vaudeville n'est pas très-neuf, il est fort gai, ce
qui vaut mieux. M. Boilly l'a orné d'une ouverture, d'un air avec
choeur, des trois romances ou chansonnettes, d'un duo, d'un trio et d'un
septuor; mais tout cela est petit, resserré, tronqué, mutilé. On voit
que le vaudeville a défendu pied à pied son terrain contre la musique:
il ne lui a jamais laissé assez d'espace pour qu'elle pût se mouvoir
avec aisance et se déployer dans des proportions convenables. Il y a
cependant de jolies phrases et d'agréables détails dans l'air bouffe et
dans le trio que nous avons indiqués ci-dessus; le duo est un morceau
spirituellement conçu et exécuté avec un talent incontestable;
l'ouverture est fort bien faite, et prouve que M. Boilly a beaucoup plus
de talent qu'on ne lui a permis d'en montrer cette fois.

Jamais la saison des concerts ne s'était prolongée aussi tard que cette
année. Tout récemment encore, M. Géraldy vient d'en donner un
très-brillant, et qui a hermétiquement rempli la salle de M. Herz,
malgré la chaleur. M. Géraldy est un artiste des plus distingués. Sa
voix n'est pas très-énergique, et ne pourrait remplir une salle de
spectacle ni lutter contre un orchestre, mais au concert, et dans un
salon, il n'y a pas de chanteur plus agréable que M. Géraldy; personne
ne détaille un morceau avec plus d'esprit; personne n'exécute avec plus
de verve.

Parmi tous ces artistes concertants, les pianistes forment toujours le
gros bataillon. Cette année, ce gros bataillon s'était placé à
l'arrière-garde, en manière de corps de réserve. Toute l'armée avait
douté, que les pianistes étaient encore à l'état de troupe fraîche; mais
le moment est venu, la trompette a sonné, et ils sont à leur tour
descendus sur le champ de bataille.

M. Liszt a passé le _Rhin allemand_--qu'il a vaillamment défendu, il y a
trois ans, de sa plume, de son clavier et de son grand sabre contre
nous, qui ne soutenons guère à l'attaque;--M. Liszt, disons-nous, a
passé le Rhin allemand tout exprès pour donner quatre concerts près de
la Seine _française_, entre la rue Neuve-des-Petits-Champs et la rue
Neuve Saint-Augustin. A son appel, la vaste salle Ventadour s'est
remplie deux fois, du parterre jusqu'aux combles, C'est qu'un concert
donné par M. Liszt est un des spectacles les plus curieux qu'on puisse
imaginer. On n'a pas seulement le plaisir d'entendre cet artiste; on a
de plus celui de le voir, et c'est là un divertissement appréciable.

[Illustration: M. Prudent.]

Tout pianiste qui veut se faire entendre du public s'assied, à cet
effet, devant un piano. Cela est tout simple. Aussi, M. Liszt le
trouve-t-il trop simple: il lui faut, à lui, deux pianos.--Quoi! deux
pianos à la fois?--Pas précisément. Ce serait un précédent, mais enfin,
M. Liszt s'est contenté jusqu'ici de passer d'un piano à l'autre deux ou
trois fois dans le cours d'une séance. Tout le monde a cherché les
raisons de cette singularité et, comme il arrive toujours en pareil cas,
chacun a fait son hypothèse. «C'est, disent les uns, que, jouant des
morceaux de caractères différents, il a besoin d'un instrument dont la
sonorité soit différente.» Cette explication est démentie par le fait:
les deux pianos qu'emploie M. Liszt sont exactement semblables. «Ne
voyez-vous pas, disent les autres, à quelle étonnante qualité de son M.
Liszt a su arriver? Ce n'est pas un exécutant comme un autre. Chaque
concert qu'il donne est un combat furieux qu'il livre à son instrument.
De ce duel à mort, il sort toujours vainqueur: le piano est donc vaincu,
c'est-à-dire qu'il reste, meurtri et disloqué, sur le champ de bataille.
Sous les doigts nerveux de ce terrible athlète, les cordes se rompent,
le clavier se déjette, la table d'harmonie volerait en éclats si M.
Érard ne fabriquait pas pour son usage des pianos tout particuliers
garnis de fer et doublés d'airain.» Cette hypothèse a son coté poétique
et doit séduire l'imagination des jeunes filles; mais elle n'est pas
mieux fondée que la précédente: M. Liszt ne casse point de cordes, et le
piano ne perd pas l'accord plus rapidement sous ses doigts que sons les
doigts d'un autre. Son incontestable supériorité sous quelques rapports
vient surtout de l'étonnante flexibilité de son poignet, et ce sont
justement les poignets peu flexibles qui fatiguent l'instrument.

[Illustration: M. Berlioz.]

Nous croyons plutôt que M. Liszt est bien aise de se montrer sous tous
ses aspects. Entouré d'auditeurs de tous les côtés, s'il ne changeait
pas de position, il y en aurait une moitié qui ne verrait de l'exécutant
que ses coudes, son habit noir et les longs cheveux blonds qui flottent
autour de sa tête. Or, M. Liszt n'est pas seulement un pianiste: c'est
un acteur avant tout. Aucun orateur, aucun prédicateur, aucun danseur,
n'a jamais eu une pantomime aussi savante. «L'action, disait Cicéron,
est la première qualité de l'orateur.» M. Liszt a fait son profit de
cette maxime, et paraît regarder l'action comme la première qualité du
pianiste. Tout ce qu'il joue se reflète sur son visage; ou voit se
peindre sur sa physionomie tout ce qu'il exprime et même tout ce qu'il
croit exprimer. Il se fait une figure appropriée à chaque morceau; il a
des airs de tête, des gestes et des regards pour chaque phrase; il
sourit aux passages gracieux; il fronce le sourcil quand il frappe un
accord de _septième diminuée_. Tout cela est évidemment perdu pour ceux
de ses auditeurs à qui il tourne le dos, et c'est par principe de
justice et pour ne faire de tort à personne qu'il fait disposer deux
pianos en sens contraire, et qu'il passe alternativement de l'un à
l'autre. Grâce à la délicatesse de ce procédé, chacun peut avoir son
tour.

Il y a pourtant à cela un inconvénient dont il ne se doute pas et que
nous allons lui signaler. A son second concert nous étions placé
derrière une artiste jeune et charmante, et qui donne les plus belles
espérances. Elle examinait M. Liszt avec une ardente curiosité, et
l'admirait avec la candide bonne foi de la jeunesse. «Qu'il est beau!
s'écria-t-elle; quelle noble figure! quel sublime regard!» Son cavalier,
homme plus froid et d'un âge raisonnable, ne partageait pas cet
enthousiasme et répliqua, d'un air assez renfrogné: «Je le trouve, moi,
très-ordinaire.» M. Liszt, en ce moment, était assis devant le piano de
gauche et présentait, par conséquent, le côté droit de son profil,
bientôt il changea d'instrument. La jeune cantatrice reprit alors sa
lorgnette, et après un nouvel examen, s'écria naïvement: «C'est
singulier, il n'est plus si bien de ce côté-ci!»

[Illustration: M. Liszt.]

M. Liszt n'est pas seulement un pantomime habile, c'est un exécutant
réellement remarquable, et qui n'aurait eu besoin que de son talent pour
être remarqué. Il fait sur son instrument des choses qu'aucun autre ne
pourrait faire. Il a une verve prodigieuse et une vigueur incomparable.
Il entend mieux que personne l'art des contrastes. Après ces violents
éclats et ces grands coups de tonnerre par lesquels il étonne et
étourdit ses auditeurs, il s'apaise tout à coup, et les surprend par des
détails d'une grâce et d'une délicatesse infinie; mais il a les défauts
de ses qualités, il est complètement dépourvu de simplicité et de
naturel. Ses oppositions sont presque toujours brusques et affectées, et
ses effets exagérés. Le rhythme y périt trop souvent, et, ce qui est
plus triste encore, le sens même de la mélodie. M. Liszt ferait bien
plus d'effet, ce nous semble, s'il courait moins après l'effet.

MM. Doehler et Prudent sont beaucoup plus simples et n'en sont pas moins
des pianistes du premier ordre, nous dirions même très-volontiers de
grands pianistes, si l'on n'avait un peu trop l'habitude aujourd'hui de
parler d'un virtuose sur le même ton que de Charlemagne ou d'Alexandre
le Grand. C'est quelque chose sans doute que d'exécuter avec éclat un
air varié; mais cela exige, après tout, moins de facultés qu'il n'en a
fallu pour faire la campagne d'Italie, ou gagner la Bataille
d'Ansterlitz... _Cuique suum_. M. Doehler a donné cet hiver plusieurs
concerts qui tous ont produit une grande sensation. M. Prudent n'en a
donné qu'un; mais c'était un coup bien hardi, car il s'est fait entendre
dans cette même salle Ventadour que M. Liszt venait de remplir trois
fois de suite, et l'on pouvait conjecturer que la curiosité des
dilettanti serait épuisée aussi bien que leur bourse. _Tardé
venientibus_...

[Illustration: M. Doehler.]

M. Prudent a fait mentir le proverbe, et bien qu'il ne joue une sur un
seul piano, qu'il ne fasse point de gestes et qu'il n'ait pas la
physionomie aussi mobile que son prédécesseur, il a cependant produit
beaucoup d'effet, et son triomphe, pour être moins bruyant peut-être,
n'a pas été moins honorable.

Nous avons déjà parlé des morceaux que M. Berlioz a fait entendre de
nouveau dans le concert qu'il a donné avec M. Liszt. Au milieu de cette
foule de jeunes musiciens qui se disputent l'attention publique. M.
Berlioz a réussi à occuper de lui la renommée d'une manière toute
spéciale. Il a obtenu de grands succès dans le plus difficile de tous
les genres, et l'on n'arrive pas là sans un mérite réel.

[Illustration: M. Habeneck]

On nous annonce une solennité musicale des plus intéressantes. Les
compositeurs les plus éminents de notre époque se sont réunis pour
organiser un concert au profit de la veuve de cet homme de génie dont
nous avons naguère annoncé et déploré la perte. Le concert aura lieu
dans la salle du Conservatoire. Il sera composé en entier de morceaux
pris dans les partitions de l'auteur de _Montano_ et d'_Aline_. Mesdames
Stoltz et Sabatier, MM. Duprez, Barroilhet, Ponchard et Antoine de
Kontski, prêteront à l'illustre mort l'appui de leur talent. M. Habeneck
conduira l'orchestre. On sait que M. Habeneck est le premier chef
d'orchestre qu'il y ait aujourd'hui en Europe, et c'est assurément l'une
des plus hautes intelligences musicales de ce temps-ci.



PUBLICATIONS ILLUSTRÉES--CENT PROVERBES PAR
GRANDVILLE ET PAR TROIS TÊTES DANS UN BONNET (1).

[Note 1: Un volume in-8° contenant, comme texte, cent cinquante
compositions littéraires, et, comme illustration, cent sujets par
Grandville, outre les vignettes, frises et lettres ornées. Cinquante
livraisons à 30 centimes. Paris, Fournier, libraire-éditeur, 7, rue
Saint-Benoit.]

[Illustration.]

Que n'a-t-on pas dit des proverbes depuis qu'ils existent, c'est-à-dire
depuis le commencement du monde? Ils sont la voix des peuples, la
sagesse des nations, etc., etc... A quoi bon répéter ici ce qui a été
déjà imprimé tant de fois? Mais ce que nous pouvons apprendre à nos
lecteurs, c'est que M. Fournier est le premier éditeur qui, jusqu'au
673,060me jour de l'ère chrétienne, c'est-à-dire jusqu au 1er janvier
1844, ait songé à faire, avec les proverbes actuellement existants, un
beau volume in-8°, écrit par trois têtes dans un bonnet, et illustré par
Grandville.

Cette heureuse idée a déjà reçu un commencement d'exécution: quatre
livraisons des _Cent Proverbes_ ont paru, à la grande satisfaction de
tous les amateurs de livres illustrés, et principalement des admirateurs
du talent exceptionnel de Grandville. Les trois têtes dans un bonnet
(nous ne trahirons pas leur incognito) rivaliseront entre elles, nous en
sommes certains, d'esprit et d'originalité. Quant à Grandville, les cinq
dessins que nous empruntons aujourd'hui à son nouvel ouvrage nous
dispensent de tout éloge. Ce serait lui faire injure, ainsi qu'à nos
abonnés, que d'essayer d'analyser les innombrables mérites des grands
bois et des vignettes des _Cent Proverbes._

Laissons un peu parler le prospectus, qui nous révélera l'idée mère de
cette curieuse publication.

«Tantôt simple et ingénu, tantôt brillant et coloré, tantôt sérieux et
ironique, suivant le pays qui l'a vu naître; tour à tour gai et
mélancolique, grotesque et sublime, toujours concis et acéré, le
proverbe prend toutes les formes, s'accommode de toutes les situations;
il se montre à la cour, sur la place publique; il habite les palais et
les greniers; il se renouvelle, il se transforme, il est toujours jeune
comme le coeur humain, dont il est la traduction; le proverbe, c'est
l'homme. Voilà pourquoi il est si difficile d'écrire son histoire; nous
allons l'essayer cependant.

[Illustration: L'amour fait danser les ânes.]

[Illustration: Au royaume des Aveugles, les borgnes sont rois.]

[Illustration: Derrière la croix souvent se tient le diable.]

[Illustration: Trois têtes dans un bonnet.]

[Illustration: Il ne faut pas dire: fontaine je ne boirai pas de ton
eau.]

«C'est le proverbe populaire que nous tenons de préférence à mettre en
honneur. Le trait naïf et pittoresque, le vêtement simple et même
grossier de la phrase dessinent mieux la vérité qu'une parure splendide;
le bon sens a le geste décidé, l'allure franche, la physionomie ouverte;
la coquetterie n'est bonne qu'à ceux qui veulent tromper, et le bon sens
ne cherche qu'à convaincre.

«Rajeunir par l'actualité de l'application, par la fraîcheur du costume,
ces éternelles vérités: voilà notre but. Sans parti pris, sans
préférence quelconque, sans aucune acception d'époque ou d'origine, nous
emprunterons aux philosophes comme aux poètes, à l'antiquité comme à
notre âge, au Nord comme au Midi. Toutes les formes littéraires nous
viendront en aide: dissertation, apologue, nouvelle, scène dramatique,
saynète, fabliau, prêteront à des plumes éprouvées les ressources
illimitées de leurs tons divers.»

Nous n'en dirons pas davantage aujourd'hui sur les _Cent Proverbes. A
l'oeuvre on connaît l'artisan,_ et _qui vivra verra._



Bulletin bibliographique..

_Angleterre_; par M. Alfred Michiels.--Paris, 1844. 1 vol. in-8. 7 fr.
50. _Coquebert._

Il ne faut pas juger de ce livre par son litre. A voir de seul mot,
ANGLETERRE, imprimé en gros caractères sur sa couverture et au haut de
ses 480 pages, qui ne s'imaginerait, comme moi, que M. Alfred Michiels
vient de publier un traité politico-économique sur la plus grande et la
plus intéressante partie du Royaume-Uni. La lecture du premier chapitre
a bientôt dissipé cette illusion. Mais alors même qu'on pénétrerait plus
avant dans ce volume, on pourrait encore, si l'on n'est pas habitué à
ces sortes d'ouvrages, se tromper complètement sur ses mérités et sur
son contenu. En effet, M. Alfred Michiels a eu le tort impardonnable de
commencer sans une préfacé on sans une introduction, et de finir sans
une table de matières. On est absolument obligé de lire ou de feuilleter
ses quatorze chapitres pour savoir ce qu'ils valent et ce qu'ils
renferment. Réparons donc en quelques lignes l'omission, peut-être
volontaire, de M. Alfred Michiels, et apprenons aux lecteurs de notre
bulletin ce qu'ils peuvent être sûrs de trouver dans l'_Angleterre_.

M Alfred Michiels est un de ces voyageurs qui ne s'occupent ni
d'eux-mêmes, ni du présent et de l'avenir. Le passé seul l'intéresse. A
peine arrive-t-il dans un pays nouveau, il raconte les événements qui
l'ont illustré. Visite-t-il un monument, il en refait l'histoire. Les
cimetières surtout l'attirent et le retiennent longtemps, car il y
trouve de nombreux sujets d'études rétrospectives, historiques ou
littéraires,

        Est-ce que les brebis aux louves sont pareilles?
        Est-ce que les frelons fréquentent les abeilles?

dit Brute dans _Lucrèce_. M. Alfred Michiels a suivi la pente où
l'entraînaient ses goûts. Il n'a pas voulu publier une analyse détaillée
de toutes les impressions purement personnelles qu'il avait éprouvées
pendant son voyage, ni risquer de s'égarer dans des considérations
philosophiques sur l'état actuel et la condition future du Royaume-Uni.
Nous le blâmerons d'autant moins de cette détermination, qu'il a
rapporté de son excursion à Londres et dans ses environs, un gros volume
dont la lecture est aussi instructive qu'intéressante. Peut-être
seulement M. Alfred Michiels apprend-t-il quelquefois à ses lecteurs une
foule de choses qu'ils ne pouvaient pas ignorer.

Nous venons d'exposer la méthode de l'auteur de _l'Angleterre,_ voyons
comment il l'applique. Arrivé à Boulogne, M. Alfred Michiels constate
d'abord deux faits parfaitement connus avant lui, à savoir, qu'il y a
deux villes, une ville haute et une basse, et qu'on y parle l'anglais
aussi bien et aussi souvent que le français. Mais traversons le détroit,
malgré le mal de mer, _cette chose bien humiliante_, remontons ce fleuve
magnifique qui n'a inspire à M. Alfred Michiels qu'une seule phrase un
peu trop simple, et débarquons devant la façade ionique de la douane.
Dés qu'il a mis pied à terre, M. Alfred Michiels aperçoit le monument,
et il fait en conséquence l'histoire de l'incendie de 1666.

Une fois lancé dans cette voie, M. Alfred Michiels ne s'arrête plus.
Après un court chapitre sur l'aspect général de Londres, et sur les
moeurs de ses habitants, une visite à l'abbaye de Westminster fournit à
M. Alfred Michiels une trop belle occasion de se livrer à ses études
favorites pour qu'il la laisse échapper. Il nous raconte donc l'histoire
de ce monument depuis la légende la plus ancienne jusqu'à nos jours, et
durant sa promenade, il s'arrête devant quelques-uns de ses quatre cents
tombeaux. Chaucer, Shakspere, Addison, reçoivent en passant son hommage.
Goldsmith obtient de lui une courte notice biographique.

A Saint--Paul, M. Alfred Michiels continue les études littéraires qu'il
a commencées à Westminster. Le chapitre IV, qui n'a pas moins de
soixante pages, est rempli tout entier par une biographie de Samuel
Johnson, déjà publiée dans un des derniers numéros de la _Revue
indépendante._

Cependant M. Alfred Michiels se lasse bien vite «du tumulte de Londres,
et de n'avoir sous les yeux que des pierres taillées et des productions
humaines, il voulut voir un peu le ciel, les collines et les flots
limpides de la Tamise, dont un double rang de maisons ne laisse point
approcher dans l'intérieur de la ville.» Il erra d'abord dans les parcs;
puis il s'éloigna de Kensington, et il visita successivement Chiswick,
Richmond, Hampton-Court, Twickenham, Runney-Mead et Windsor. Les noms de
ces pays n'indiquent-ils pas suffisamment les études auxquelles l'auteur
de _l'Angleterre_ se livra pendant ses excursions rurales. A Chiswick,
il trouve les tombes d'Ugo Foscolo et de Hogarth; à Richmond, celle de
James Thomson; à Twickenham, celle de Pope. En allant de Twickenham à
Hampton-Court, il aperçoit Strawberry-Hill, la célèbre habitation
d'Horace Walpole. Aussitôt il écrit la vie et il analyse les oeuvres de
tous ces hommes illustres. La description et l'histoire de Hampton-Court
et de Windsor, qui terminent le volume, sont entremêlées de notices
biographiques et critiques consacrées à Wolsey, à Holbein, au roi Jean,
dont la prairie de Runney-Mead «fait évoquer l'ombre vile à la
nécromancie de l'histoire.» Enfin, M. Alfred Michiels termine ses
promenades par une visite à l'étang de Virginia Waler, au chêne de Herne
et au collège d'Elon. Au sortir de ce collège, où tant de personnages
célèbres de l'Angleterre ont fait leurs premières chutes, il assista à
une représentation de Polichinelle, qu'il a longuement décrite.

Telle est _l'Angleterre_ de M. Alfred Michiels, mosaïque d'études
rétrospectives, qui ne manquent ni de talent ni d'intérêt, et qui sont
écrites d'un meilleur style que les études sur l'Allemagne du même
auteur, mais qui ne forment malheureusement pas un ensemble complet. M.
Alfred Michiels s'est un peu trop hâté de réimprimer en un volume les
fragments qu'il avait publiés relativement à l'Angleterre dans divers
journaux ou recueils périodiques.

_Histoire des Français des divers États aux cinq derniers siècles_; par
M. Alexis Monteil. Tomes IX et X.--Paris, 1844. W. Coquebert. 15 fr..

L'esprit de changement, le goût de nouveauté qui, après les douloureuses
fatigues de la révolution, vint tout à coup ranimer l'art et la
littérature, ne tarda pas à faire irruption jusque dans les régions
sereines de l'histoire. Instruits par le spectacle de nouvelles
aventures, des écrivains libres et profonds sortirent des anciennes
voies et s'élancèrent avec ardeur à la recherche de vérités trop
longtemps inconnues.

On commença à comprendre que la vie d'un grand peuple ne doit pas se
résumer dans la biographie de ses rois et dans la sèche narration des
scènes ou il a joué un rôle; ou sentit qu'une nation doit être envisagée
connue un personne vivante, c'est-à-dire qu'on doit la suivre dans les
phases variées de sa vie publique et privée. En un mot, on ne se
contenta plus de chercher l'homme historique dans les cours, dans les
palais, sur les champs de bataille, on le chercha dans les villages, au
sein même de la commune, et jusqu'au dans le foyer domestique; on avait
écrit l'histoire des grands, on essuya d'écrire l'histoire du peuple.

M. Monteil, qui vient de publier les deux derniers volumes de son
_Histoire des Français_, est de tous nos écrivains celui qui a pénétré
le plus profondément dans ces études vraiment nouvelles. Tandis que MM.
Thierry, Barante, Guizot, Michelet, travaillaient avec une noble
émulation, mais avec une certaine réserve, à mettre en lumière l'élément
fécond de la démocratie, et à lui faire faire place dans l'histoire, M.
Monteil aborda de front la difficulté et brisa hardiment le vieux cadre
de Mezeray pour en façonner un autre ou entreraient tour à tour, et avec
un relief égal, les principales individualités, qu'on nous passe le mot,
de la nation française. Au nom de la science et de la justice, il
convoqua de nouveaux états généraux ou chaque représentant d'intérêts
sérieux fut appelé à formuler sa plainte ou son espérance. S'il fut
partial, on doit le reconnaître, ce fut en faveur de ceux qui avaient
été d'autant plus froisses qu'ils étaient plus longtemps restés sans
organes; mais, nous le répétons, il écouta tout le mondé.

Ce n'est pas ici le lieu d'apprécier, dans son ensemble, le remarquable
travail de M. Monteil, auquel d'ailleurs n'ont pas manqué les éclatants
témoignages d'approbation et de sympathie. Mieux vaut se taire que de
profaner, en les effleurant les questions considérables. Nous nous
bornerons à parler des deux derniers volumes, et encore nous n'en
parlerons que d'une manière générale.

Les tomes IX et X de l'_Histoire des Français_ embrassent le
dix-huitième siècle dans tous ses rapports avec notre époque, et
reproduisent avec un soin minutieux la physionomie de la France avant,
pendant et après les temps grandioses de la révolution. L'auteur a
divisé cette partie de son livre en cent vingt-cinq chapitres, qu'il a
nommés décades, on ne sait trop pour quel motif. Depuis la décade du
temps passé jusqu'à la décade des adieux, c'est-à-dire depuis la sortie
du vieux monde monarchique jusqu'à la solennelle entrée dans le siècle
où nous vivons, il a déroulé, comme dans une série de petits tableaux de
genre curieusement travaillés, pleins de recherches ingénieuses,
d'aperçus profonds, de conscience et de couleur, la vie si compliquée et
encore si peu comprise du dix-huitième siècle.

Il y a parfois sans doute dans les allures de l'historien quelque chose
de bizarre, de prétentieux, de grimaçant, qui fatigue l'esprit; mais on
ne doit pas perdre un instant de vue l'immense difficulté de la tâche
qu'il s'était imposée. Arracher à chaque classe de la société, à chaque
corporation, en lui empruntant son langage et en quelque sorte ses
attitudes familières, tous les secrets, toutes les habitudes, tous les
goûts, tous les besoins de sa condition; accompagner cette délicate
confession d'une multitude de données authentiques et de renseignements
exacts; réunir sans désordre ces matériaux si divers; leur donner à
propos de l'intérêt ou de l'autorité, et enfin revêtir tout cela d'une
forme qui ne fût point ou trop monotone ou trop discordante, quelle
prodigieuse, quelle effrayante entreprise?

Aussi, malgré sa vaste érudition, son esprit vif et curieux, son coup
d'oeil à la fois rapide et profond, M. Monteil n'a réussi qu'à demi.
Dans un livre qui eût exigé la science de Mabillon et la verve de
Voltaire, il a quelquefois faibli. Avons-nous le droit de nous en
plaindre? Non; car si on rencontre çà et là des traces d'épuisement et
d'insuffisance, on retrouve, aux endroits même les plus défectueux, le
cachet «de la science et du travail. L'_Histoire des Français des divers
États_ restera donc sous les yeux des savants, des philosophes et des
artistes, comme une riche mosaïque dont chaque fragment peut inspirer un
bon livre ou un piquant tableau.

E. de C.

_Poésies de Schiller_, traduites par M. X. Marmier; avec une
introduction du traducteur.--Paris, 1844. _Charpentier_. 1 vol. in-18. 3
fr. 50.

«La poésie lyrique, dit M. X. Marmier dans son introduction, est l'une
des poésies les plus pures et l'une des gloires littéraires les plus
brillantes du peuple allemand. On n'a point vu se développer dans ce
vaste pays d'Allemagne certains rameaux de la pensée humaine, qui, dans
d'autres contrées, ont porté tant de fleurs précieuses et tant de fruits
vivifiants. L'Allemagne n'a point eu de Molière, point de Walter Scott,
ni de La Fontaine, et le drame, qui, dans les derniers temps, lui a
donné une si grande illustration, le drame n'est apparu sur la scène
allemande avec une réelle originalité et un véritable éclat, qu'après
une longue suite d'obscurs tâtonnements, de froids essais, de fades
imitations; mais depuis les plus anciens temps, l'Allemagne, avec sa
nature tendre, rêveuse, idéale, a senti s'éveiller en elle le sentiment
de la poésie lyrique.»

Parmi tes poètes lyriques de l'Allemagne, Schiller occupera toujours une
place distinguée. Dans l'introduction, à laquelle nous venons
d'emprunter le fragment précédent, M X. Marmier recherche les premières
traces de ses compositions lyriques, et indique les différentes phases
que sa pensée a suivies, le cercle qu'elle a parcouru, jusqu'à ce
qu'elle arrivât à sa dernière manifestation, à son dernier
développement, interrompu, brisé par une mort prématurée. Il nous le
montre débutant à seize ans dans la carrière littéraire par ode
intitulée _le Soir_; composant péniblement, en 1779, une seconde pièce
intitulée _le Conquérant_, qui annonçait encore moins de pureté et de
goût que d'inspiration naïve; puis, après le succès des _Brigands_,
publiant, en 1782, une _Anthologie_, qu'il remplit presque en entier de
ses propres oeuvres; plus tard enfin, enrichissant les _Horen_, ou les
_Almanachs des Muses_ de ses plus belles compositions lyriques, _le
Plongeur, le Chant de la Cloche, le Gant,_ etc.

Les poésies lyriques de Schiller n'avaient jamais été traduites en
français. En 1822 seulement parut un petit volume non signé, qui
contenait la traduction d'un certain nombre de pièces. M. X. Marmier
vient de refaire et de compléter ce premier travail, et il s'est
acquitté avec autant de bonheur que de conscience de la tâche difficile
qu'il s'était imposée. «Toute poésie lyrique, dit-il, avec raison, est
difficile à traduire, car toute poésie lyrique, on l'a souvent et
très-justement remarqué, perd dans la plus fidèle des traductions
l'harmonie, qui en est une des qualités essentielles, et souvent la
couleur. Celles de Schiller présentent plus de difficultés encore, par
la nature même de la langue allemande, dont nous ne pouvons rendre dans
notre langue les teintes vaporeuses, et par le génie particulier du
poète, génie rêveur et philosophique, qui, dans ses compositions
lyriques, enveloppe souvent sa pensée d'une forme abstraite.»

«Tel que nous l'avons composé, ajoute M. Marmier en terminant, ce
recueil est aussi complet qu'il est rigoureusement possible de le
désirer, et nous avons essayé, dans notre traduction, de rester
fidèlement attaché au texte original. C'est un travail qui avait pour
nous un attrait de coeur; c'est un hommage qu'il nous était doux de
rendre à la mémoire de Schiller, dont nous avons suivi avec amour les
traces à Stuttgart, à Iéna, à Weimar, parmi ceux qui ont eu le bonheur
de le connaître, et qui se souviennent de lui connue d'un homme doué des
plus beaux dons de l'esprit et des plus nobles qualités de l'âme.»

_Simples Amours_; par Eugène de Lonlay.--Paris, 1844. _Amyot._ 2 fr.

L'auteur des _Bluettes_ est toujours amoureux et poète. Au lieu de
diminuer avec le temps, ces deux passions qui le dévorent, ne font
qu'augmenter. Que d'autres désirent la fortune et la gloire, M. Eugène
de Lonlay se contente d'aimer et de chanter: «Loin de moi, s'écrie-t-il,
ces tristes accents qu'emprunte le barde éploré pour surprendre les
transports et les larmes! L'aveugle fortune, comme il l'appelle, ne m'a
point favorise; mais je bannis le chagrin, et ma devise est l'amour. Si
riche que soit la possession, elle tue le rêve, elle entraîne à sa suite
toutes les craintes de la perte. L'homme qui n'a que le pain quotidien
est moins chargé d'ennuis que l'avare qui possède et palpe l'or. Non, je
ne suis pas de ceux qui se plaignent... La vie est belle pour le
croyant.»

M. Eugène de Lonlay croit donc à l'amour, et il adore sa divinité avec
toute la ferveur d'un néophyte enthousiaste. Il rime chaque jour en son
honneur quelques _verselets,_ comme il appelle lui-même ses petits vers
et chaque année il publie un petit recueil de romances amoureuses, dont
la simplicité sans prétention désarmera toujours les critiques les plus
sévères:

        Croyant tendre et fidèle, humblement te prie,
        Va, ne m'accable pas du poids de ton courroux,
        De même que la Vierge, on te nomme Marie;
        Ah! laisse-moi, comme elle, t'adorer à genoux!
                       Hélas! ma vie
                       A son matin
                       Passe flétrie
                       Sans lendemain !
                       Le temps avide,
                       D'un vol rapide
                       M'emporte aux cieux!
                       A vous, Marie,
                       Ma voix qui prie,
                       Et mes adieux!

_La Légomanie_; par Timon.--Paris, 1844. _Pagnerre_. 75 c.

Quel que soit le sujet qu'elle traite, une brochure de Timon est
toujours une bonne fortune pour tous les lecteurs qui recherchent
avidement l'esprit et la verve satiriques. Sous ce titre, _la
Légomanie_, M. Pagnerre vient de réimprimer en un petit volume in-32,
une série d'articles que l'auteur du _Livre des Orateurs_ a publiés, le
mois dernier, dans la _Gazette des Tribunaux_, sur le nouveau projet de
loi concernant le conseil d'État. Timon trouve cette loi inopportune et
mauvaise, et il l'avoue hautement, et il explique avec tant de bonheur
les motifs de son opinion, qu'il est difficile, après l'avoir écouté, de
ne pas se ranger de son avis. Il attribue, en commençant la présentation
de ce malencontreux projet à une maladie fatale, qu'il appelle la
_Légomanie_. «Je concevrais, s'écrie-t-il des le début, qu'on eût la
légophobie, c'est-à-dire l'horreur des lois nouvelles, et si j'étais
électeur, je dirais à mon député: «Faites vos affaires, et, si vous le
pouvez, les miennes; je ne disconviens pas que je ne vous ai nommé un
peu pour cela; mais, en outre, et de grâce, donnez-nous le moins de lois
possible, le moins de lois possible, entendez-vous bien?»
Malheureusement, la chambre des députés a le diable de la légomanie au
corps. Il faut absolument pour lui plaire que chacune des neuf
Excellences donne son coup de pioche dans la corvée législative; sans
cela ne dirait-on pas: Concevez-vous un pareil ministre, qui ne présente
pas le plus petit bout de loi? Est-ce que nous continuerons à gratifier
ce paresseux d'un traitement de 80,000 fr.? Est-ce que nous ne lui
ôterons pas les chevaux de son équipage? Qu'il aille, se faire traîner
par des boeufs, comme les rois fainéants de la première race!... C'est
singulier, mais, moi, j'avoue que tout au contraire je donnerais
volontiers vingt autres mille francs à tout sobre et judicieux ministre
qui ne voudrait pas ajouter une loi de plus aux 52,000 lois
indispensables dont nous avons le bonheur de jouir; 52,000 lois! et vous
en voulez encore! O gens de peu de ressources! ouvrez le _Bulletin_,
mettez-y la main, retirez-la, et ce sera bien du hasard si vous n'y
trouvez votre affaire?»

_Annuaire de l'Ordre judiciaire de France_ publié par un employé du
ministère de la justice.--Paris, 1844. 1 vol. in-18 de 600 pages. _Coste
et Delamotte_.

L'année 1844 a produit à elle seule plus d'annuaires nouveaux que les
dix années précédentes. Il y a quelques semaines, nous annoncions la
mise en vente d'un _Annuaire de l'Économie politique_ et d'un _Annuaire
des Voyages_; aujourd'hui, nous recevons le premier volume d'un
_Annuaire de l'Ordre judiciaire_, publié par un employé du ministère de
la justice. Ce recueil, dont l'utilité ne saurait être contestée,
contient la nomenclature exacte et complète des magistrats des
différentes juridictions, des membres de tous les barreaux, des notaires
de chefs-lieux et des cantons ruraux, des avoués d'appel et de première
instance, des commissaires-priseurs et des huissiers, tant de la France
que des colonies. Les facultés de droit, écoles préparatoires à
l'exercice des fonctions de l'ordre judiciaire et les conseils de
préfecture, tribunaux administratifs, qui, sans faire partie de l'ordre
judiciaire proprement dit, s'y rattachent cependant à quelques égards,
occupent les premières et les dernières pages de cette nomenclature
d'environ 60,000 personnes.

On s'occupe beaucoup aujourd'hui de la peinture moderne. Certains
artistes ont vu leurs ouvrages prendre rang dans les cabinets des
amateurs concurremment avec les oeuvres des maîtres d'autrefois, et les
ventes publiques font depuis quelque temps un véritable succès aux
compositions des peintres de la jeune école. Il est curieux d'étudier la
physionomie de ces ventes, où l'estime publique couronne, en dépit de
l'Institut, des artistes que les Académies repoussent.

On visite en ce moment, aux Galeries des Beaux-Arts, une exposition
particulière de tous les objets retirés de l'exposition générale et
annuelle de cet établissement d'art et destinés à la vente opérée tous
les ans, au nom des artistes, par l'administration des Galeries des
Beaux-Arts, et qui aura lieu le 21 et le 22 mai. Cette exposition est
intéressante par la réunion des noms qui composent son catalogue, et qui
appartiennent aux artistes les plus aimés et les plus connus. Nous
citerons entre autres MM. Bellange, Boilly, Réaume, Canon. Charlet,
Couder, Danzats, Decamps, Dedreux, Deveria, Diaz, Français, Huet,
Johannot, Eug. Lami, Maréchal, Meissonier, Roqueplan, Soulès, Tourneux,
etc.



[Illustration.]

Modes.

Paris est magnifique, et personne ne songe à le quitter. Bien au
contraire, l'exposition nationale amène chaque jour une foule de curieux
pour lesquels on prolonge les plaisirs de l'hiver, et nous avons
toilettes pour le soir, toilettes de matinées dansantes, de promenades
et de théâtres. Aussi, dans un tel embarras de richesses, croyons-nous
qu'il est mieux de donner les ensembles de parures remarquées dans ces
différentes réunions.

Pour toilette de promenade: redingote de pékin rayé glacé; corsage juste
à revers très-décolleté, en coeur devant; manches justes non fermées du
bas, à petit revers relevé, laissant passer un bouillon de mousseline;
mantelet de taffetas ou écharpe de crêpe de chine brodée; capote de
paille avec fond d'étoffes en rubans.

Une autre toilette plus élégante se compose d'une capote de crêpe blanc
avec bouillonnés de tulle, ornée de fleurs et rubans dessous; d'une robe
de barége écossais à deux grands volants bordés de trois petits rangs de
velours qu'on assortit à une des nuances de la robe; un seul rang est
posé à la tête de chaque volant; le corsage est froncé, demi-décollelé,
également à revers, bordé de trois rangs de petit velours, et laisse
voir un riche fichu à devant brodé et à très-petit col; un châle de
dentelle noire enveloppe, sans la cacher, cette gracieuse parure.

Pour matinées dansantes, on a beaucoup remarqué une robe de barége de
soie rose et blanche à deux jupes, dont la tunique était ouverte du côté
droit jusqu'il la ceinture; deux bouquets de roses naturelles
rattachaient; du côté gauche elle était relevée à la moitié de sa jupe
par un bouquet; la coiffure se composait d'une guirlande de petites
roses formant touffes de chaque côté; presque derrière la tête un mince
feuillage passait seulement sur le front.

Mais cette jolie toilette n'était pas la seule remarquable, elle avait
pour rivale redoutable celle que nous représentons ici.

Le ruban qui compose sa garniture est plissé à la vieille, une dentelle
le borde et suit ses contours.

[Illustration.]

Au milieu de ces nouveautés en barége de soie, il y a toujours foule de
robes en tarlatane à grands volants découpés. Pour les jeunes personnes,
on adopte les jupes à plis au nombre de dix-sept ou dix-neuf; mais comme
ce chiffre pourrait sembler étrange, disons bien vite que ces plis n'ont
pas plus de deux centimètres de hauteur. Les femmes de petite taille se
font faire des robes de barége avec ces nombreux petits plis, et cela
leur convient beaucoup mieux que les volants, sous lesquels elles
semblent disparaître.

Les robes de soie caméléon sont très-coquettes avec leurs corsages
lacées, mais très-peu ouverts; les manches sont aussi lacées jusqu'à
moitié de l'avant-bras; un bouillon de mousseline passe entre les
lacets; le corsage est bordé, ainsi que les manches et les poches, d'un
plissé de rubans ou d'une légère passementerie.

Les camezons à entre-deux de tulle et entre-deux de mousseline brodée se
porteront beaucoup avec les robes d'eté. On verra aussi des écharpes en
tarlatane unies ou doublées de gaze bleue, lilas ou rose. En attendant
ces modes légères, les châles de crêpe de Chine imprimés se voient
souvent en toilette négligée de promenade.



[Illustration: Amusements des Sciences.]

SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE CINQUANTE-HUITIÈME NUMÉRO.

1. Le diamètre ou module des pièces de monnaie que l'on frappe en France
depuis la création du système métrique, est fixé exactement en parties
décimales du mètre: ces diamètres, pour les différentes pièces que nous
avons considérées dans notre première question, sont les suivants:

        Valeurs des pièces : 25 c. 50 c. 1 fr. 2 fr. 3 fr. 20 fr. 40 fr.

        Diamètre en mill. ;   15     18    25     27   37     21    26

On fait abstraction, dans l'évaluation de ces modules, de la marque sur
tranche en relief qui a été adoptée depuis 1830; de sorte que les
résultats suivants ne sont exacts qu'autant qu'on évitera de mettre en
contact les lettres en saillie sur la tranche.

Cela posé, on trouvera que l'on peut former, avec les pièces dont
rémunération précède, les longueurs d'un, de deux, de trois, de neuf
centimètres, de huit manières différentes pour chacune de ces longueurs,
et de dix manières différentes pour le mètre. En tout quatre-vingt-deux
combinaisons.

Voici l'indication pour le premier décimètre, qui servira à trouver ce
qui concerne tous les autres.

On forme un décimètre avec:

1° 2 pièces de 25 c., 1 de 50 c. et 2 de 40 fr.

2° 2 pièces de 25 c., 1 de 1 fr., 1 de 20 fr, et 1 de 40 fr.

3° 2 pièces de 3 fr. et 1 de 40 fr.

4º 1 pièce de 25 c., 2 de 50 c., 1 de 1 fr. et 1 de 40 fr.

5° 1 pièce de 5 fr. et 3 de 20 fr.

6º 2 pièces de 50 c., 1 de 2 fr. et 1 de 5 fr.

7° 3 pièces de 25 c., 1 de 50 c. et 1 de 5 fr.

8° 2 pièces de 1 fr. et 2 de 2 fr.

Quant au mètre, il y aura évidemment d'abord huit manières de le former,
en prenant les décuples des nombres de pièces employées pour former le
décimètre; ensuite 52 pièces de 40 fr. et 8 de 20 fr., ou 11 de 40 fr.
et 34 de 20 fr. donneront encore la longueur du mètre; enfin, 27 pièces
de 5 fr. mises bout à bout font 999 millimètres, c'est-à-dire le mètre
moins un millimètre seulement.

II. Soit M la bille choquée et N la bille qui va toucher la première au
point O. Tirez la tangente O P, et par le centre n de la bille N arrivée
au point de contact soit menée la parallèle n p à O P; cette parallèle
indiquera la direction de la bille choquante après le choc. On voit que,
dans le cas de notre figure, cette bille irait se perdre dans la blouse.
C'est ce qui arrive souvent dans cette position des billes, et les
joueurs habiles qui ont affaire à un novice donnent souvent cet acquit
captieux.

[Illustration.]

Nous devons revenir ici sur la réserve que nous avons déjà faite au
sujet de ces solutions purement théoriques de divers cas du jeu de
billard; les frottements qui ont lieu dans le roulement des billes sur
le tapis et dans les chocs, doivent modifier et modifient réellement en
pratique les résultats que nous avons exposés.


NOUVELLES QUESTIONS À RÉSOUDRE.

I. De combien de manières peut-on former successivement toutes les
longueurs de millimètre en millimètre, depuis un seul millimètre jusqu'à
un mètre, avec des pièces de 25 c., de 50 c., de 1 fr., de 2 fr., de 5
fr., de 20 fr. et de 40 fr., en les empilant dans le sens de leur
épaisseur?

II. Construire une balance dans laquelle des poids égaux placés à
quelque distance que ce soit des points d'appui se tiennent en
équilibre.



Rébus.

EXPLICATION OU DERNIER RÉBUS.

Qui vivra verra.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0064, 18 Mai 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home