Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1591, 23 Août 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1591, 23 Août 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

[Illustration]

RÉDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS
33, rue de Verneuil, Paris.

31e Année.--VOL. LXII--Nº 1591
SAMEDI 23 AOUT 1873.

SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
60, rue de Richelieu, Paris.

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

[Illustration: LE CHÂTEAU DE FROHSDORFF.--Vue prise du côté de
la façade principale.--D'après le croquis de notre correspondant M.
Petrovits.]



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris, par M. Philibert
Audebrand.--Nos gravures.--La Cage d'or, nouvelle, par M. G. de Chenille
(suite).--Les Théâtres.--Bulletin bibliographique.--Histoire de la
Colonne (deuxième article).--Bigarrures anecdotiques: l'esprit de parti
(suite).

_Gravures_: Le château de Frohsdorff; vue prise du côté de la façade
principale.--La reconstruction de la colonne Vendôme: Redressage des
pièces de la colonne dans l'usine de MM. Monduit et Béchet; L'ajustage
des pièces.--Le nouvel Opéra: état actuel des travaux dans l'escalier
d'honneur.--_Marché à Anvers_ (dix-huitième siècle), d'après le tableau
de M. Hugo Salmson.--L'évacuation: entrée des troupes françaises à
Pont-à-Mousson.--Valparaiso: inauguration de La statue de lord
Cochrane.--L'ouragan du 9 août à Nîmes.--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE.

La réconciliation des princes d'Orléans avec le chef de la maison de
Bourbon continue d'être le thème à peu près unique sur lequel
s'exercent, en l'absence de tout autre événement politique de quelque
importance, la verve des polémistes et l'imagination des donneurs de
nouvelles. Aucun fait nouveau n'est venu s'ajouter à ceux que nous avons
signalés la semaine dernière, aucune donnée précise ne s'est fait jour
sur les intentions des fusionnistes ni sur la manière dont ils comptent
mener à bonne fin la campagne dont ils viennent d'accomplir avec un
succès si complet la partie la plus difficile peut-être. Cependant, à
l'inquiétude, au découragement peu dissimulés des organes du parti
républicain, au ton d'amertume de ceux du bonapartisme, à la
satisfaction à peine contenue des journaux royalistes, enfin à la
réserve pleine d'ambiguïté de ceux qui se préparent à abjurer leurs
anciennes doctrines pour se prosterner devant le soleil levant, il est
facile de voir que l'entrevue de Frohsdorff commence à porter ses fruits
et que l'oeuvre de la restauration monarchique est en pleine voie
d'accomplissement. À ce titre, nous devons citer ici un article du
_Journal des Débats_ qui est à lui seul un symptôme significatif, bien
qu'on en ait peut-être exagéré la portée en y voyant un retour pur et
simple de ce journal aux idées monarchiques. Quoi qu'il en soit, voici
quelques-uns des passages de cet article, dû à la plume d'un des plus
brillants écrivains de cette feuille, M. John Lemoinne:

«Des faits récents, qui sont de nature à faciliter le rapprochement des
partis monarchiques, ont remis plus que jamais en question l'existence
même de la République. Les républicains ne se dissimulent plus le danger
qui menace leur forme de gouvernement. Ils se sentent isolés, et ils se
retournent maintenant vers les conservateurs qui avaient honnêtement et
sincèrement accepté la République, pour leur dire:

«C'est à vous de défendre l'oeuvre que vous avez fondée.»

«En ce qui nous concerne, nous répondons aux républicains de la veille:
«Nous n'avons rien fondé du tout, et c'est votre faute.» L'origine de la
situation actuelle, la responsabilité du danger que court la République
remontent à l'élection de Paris. Ce jour-là, les républicains radicaux
ont déclaré la guerre aux républicains libéraux; ce jour-là, le
quatrième État a proclamé qu'il voulait être tout dans la nation et a
fermé la porte au tiers État; ce jour-là, les sectaires et les
doctrinaires de la République nous ont dit: «La maison est à nous, c'est
à vous d'en sortir.» _C'est bien; on nous a mis dehors, nous y restons._

«... Les républicains se sont donné beaucoup de peine pour nous
démontrer qu'une République conservatrice était un mot vide de sens; que
la République était la République, et qu'elle devait entraîner toutes
les conséquences de son principe. C'est très-bien; ils nous ont prouvé
victorieusement leur thèse.

Il n'y a pas d'autre République possible que la leur; c'est convenu,
c'est admis. Et qu'ont-ils gagné à leur démonstration? c'est de montrer
que la seule République possible, est précisément celle qui est
impossible; celle, dont le pays ne veut pas, celle que la France
repousse et qui lui fait peur et horreur. Voilà le résultat de leur
belle campagne.

«En même temps, les folies radicales servaient de leçon aux partis
monarchiques, et ils ont compris enfin la nécessité de s'unir pendant
que leurs adversaires se divisaient. Nous ne sommes pas de ceux qui
attendent des résultats immédiats de l'échange de visites de personnes
royales. La réconciliation des hommes a été lente et dure; celle des
partis et des principes demandera également du temps et de la peine.
Mais une chose qu'il faut que les républicains sachent, c'est que, si la
République vit encore, ce n'est point par ses propres forces. Ils ont
fait tout ce qu'il fallait pour en dégoûter le pays; plus intolérants
que les ultramontains qu'ils attaquent tous les jours, ils ont dit plus
haut qu'eux: «Hors de notre Église, point de salut.» Et voici
qu'aujourd'hui ils appellent à la rescousse les conservateurs qu'ils
avaient frappés d'ostracisme! Ils ont voulu faire la République tout
seuls et pour eux seuls, qu'ils la fassent, nous les regarderons.»

Le fond de l'argumentation de M. John Lemoinne est, on le voit, que si
la République succombe, ce sont les radicaux qui auront causé sa perte
par leurs exagérations et leurs impatiences. De même que l'élection de
MM. Ranc et Barodet a été la cause déterminante du 24 mai, de même
l'attitude que vont prendre les radicaux d'ici à l'époque de la réunion
de l'Assemblée pourra exercer une influence incontestable sur les
événements qui se préparent.

A ce titre, les élections qui vont probablement avoir lieu le mois
prochain pour la nomination de députés dans dix départements, auront une
importance exceptionnelle. On sait que trois vacances se sont produites,
au mois d'avril dernier, dans les départements de la Loire, du
Puy-de-Dôme et de la Haute-Garonne; en conséquence, le délai maximum de
six mois que la loi donne au gouvernement pour convoquer les électeurs
expire au mois d'octobre; en outre, sept autres vacances se sont
produites depuis le mois d'avril, et il est probable que le gouvernement
convoquera les électeurs à pourvoir à ces sept vacances en même temps
qu'aux trois autres. Ainsi que nous le disions plus haut, ces dix
élections partielles emprunteront une signification toute particulière
aux circonstances au milieu desquelles elles se produiront. Les radicaux
auront-ils la sagesse de profiter de cette occasion pour donner un
démenti à ceux qui soutiennent que la République n'est bonne qu'à
enfanter le désordre et l'anarchie? C'est ce qu'il nous sera donné de
voir.

En attendant, la session des conseils généraux, qui vient de s'ouvrir,
montre que l'idée républicaine, si sérieusement battue en brèche depuis
quelques semaines, est encore vivace dans un grand nombre de
départements. L'opération préliminaire de la constitution des bureaux a
donné pour résultat la réélection de tous les anciens présidents, sauf
dans treize départements. Sur ces treize nouveaux présidents, sept sont
monarchistes et six républicains; parmi les présidents non réélus, il
faut, citer M. Casimir Périer, dans l'Aube, battu par trois voix de
majorité.

D'après une dépêche de Versailles on compterait, sur la totalité des
présidents, cinquante conservateurs, vingt-trois républicains
appartenant à la gauche et douze membres du centre gauche. Le parti
conservateur aurait donc, somme toute, un avantage de quinze élections.

Les sentiments d'attachement des Alsaciens-Lorrains à la France et la
reconnaissance des populations de l'Est envers M. Thiers viennent de
s'affirmer de nouveau à l'occasion du passage à Belfort et à Mulhouse de
l'ex-président de la République, se rendant en Suisse.

Sur tout son parcours entre ces deux villes, et même sur le territoire
annexé, M. Thiers a été l'objet des ovations les plus enthousiastes.
Cette explosion toute spontanée et bien naturelle du sentiment populaire
a malheureusement été dénaturée par un certain nombre de journaux, dont
quelques-uns n'ont pas craint d'affirmer qu'elle était le résultat
d'inspirations venues de Berlin.

C'est là un nouvel exemple de cette fureur de dénigrement commune à tous
les partis dans notre pays, et il est triste de constater que nous ne
pouvons nous habituer à exprimer les divergences d'opinions qui nous
séparent sans nous accabler mutuellement des accusations et des injures
les plus monstrueuses.

L'anniversaire du 15 août a fourni aux bonapartistes une occasion toute
naturelle de manifestation. Une députation évaluée de mille à onze cents
personnes, et comprenant les notabilités du parti, s'est rendue à
Chislehurst, où elle a été reçue par le prince impérial, qui a prononcé
une allocution terminée par ces mots:

Quant à moi, dans l'exil et près de la tombe de l'empereur, je médite
les enseignements qu'il m'a laissés. Je trouve dans l'héritage paternel
le principe de la souveraineté nationale et le drapeau qui la consacre.
Ce principe, le fondateur de notre dynastie l'a résumé dans cette parole
à laquelle je serai toujours fidèle: «Tout pour le peuple et par le
peuple.»



COURRIER DE PARIS

«--Sire, il faut faire des hommes.»

Voilà justement ce que disait le vieux Sully à Henri IV.--Pour le
moment, Henri IV était occupé à manger des oeufs pochés avec du raifort
et de l'ail, trois choses dont il était fou. Ce mets béarnais portait le
roi à rire.

--Faire des hommes, Rosny, répondit-il; mais la chose, ce semble,
regarde les femmes.

Ici Sully fronça le sourcil.

--Sire, ajouta-t-il, avec toute la déférence que je dois à Votre
Majesté, je ferai observer qu'il ne s'agit point d'être facétieux. Si
l'on ne se met à faire des hommes, la chose tournera au pire pour notre
belle nation de France.

Sur ces paroles, il retourna à ses finances; le roi alla chez la belle
Gabrielle, et la France alla comme elle put. En ce temps-là, l'histoire
nous l'apprend, elle avait déjà été fort éprouvée, la France. Elle
venait de subir l'invasion de l'Espagnol, de même qu'elle a récemment
supporté l'envahissement du Prussien. Elle était déchirée à l'intérieur
par plusieurs partis toujours à couteaux tirés: la vieille Ligue, les
Réformés, les Politiques, les amis du Roi, et coetera, et coetera. Elle
était ruinée, épuisée, vivant dans les transes, se rappelant tour à tour
la nuit de la Saint-Barthélemy, qui n'était pas encore fort éloignée,
les Barricades, l'assassinat des Guise à Blois, l'assassinat d'Henri III
à Saint-Cloud, et entendant déjà dire tout bas que le Béarnais serait
bientôt assassiné lui-même à Paris.--Tout ceci soit dit, en passant,
pour ceux qui croient que les révolutions sont une nouveauté et que nos
grands pères n'en ont pas eu leur bonne part. Tout ceci soit dit aussi
pour donner une plus-value ou une survie au mot du ministre d'Henri IV:

«--Sire, il faut faire des hommes.»

Le lecteur, ramassant la réponse du vert-galant, sera peut-être tenté de
nous interpeller de la belle façon.

«--Eh! monsieur, s'écriera-t-il, vous écrivez sans doute vos lignes avec
quelque plume arrachée à l'aile d'un noir corbeau. Faire des hommes,
qu'est-ce à dire, je vous prie? Est-ce que le chapitre des naissances,
paragraphe des garçons, s'est arrêté à l'état civil des vingt
arrondissements de Paris et des trente-sept mille communes de France? La
race gauloise est toujours prolifique, Dieu merci, en dépit de la
théorie de Malthus. Nos lycées regorgent; nos écoles sont pleines; nos
gymnases militaires ont des queues d'aspirants à leurs portes. Il n'y a
jamais eu autant de belle graine chez nous, allez!

Peut-être la statistique et le recensement de l'armée ne seraient-ils
pas tout à fait d'accord avec cette proposition. Au point de vue des
forces du corps, nos grands pères étaient des géants; nos pères étaient
bien plus puissamment bâtis que nous-mêmes, et nous, comme dans les
_Burgraves_ de Victor Hugo, nous sommes de moins petite taille que nos
fils. Je ne crois pas que ce soit la faute de Voltaire; c'est peut-être
celle des prodiges de la chimie, ou de la prose du jour, ou de l'abus de
la moutarde blanche. Enfin, c'est un fait: l'ossature du Français paraît
perdre de sa force. Feu M. Flourens, le père, attribuait le fait aux
délices de Capoue, qu'on introduit jusque dans les petites villes, pour
des Annibals en souliers ferrés ou en sabots. Les bonnes femmes s'en
prennent au gaz. M. Payen veut que ce soit la conséquence de la
sophistication, qui empoisonne le vin et neutralise le café; le père
Félix prouve que c'est le résultat du roman-feuilleton et de l'opérette.
L'Académie des sciences et l'Académie de médecine constatent le fait,
mais ne savent pas trouver la cause. Mais de cent endroits à la fois
s'échappe le même cri:

--Il faut faire des hommes.

En fait-on? Se met-on en devoir d'en faire?

Depuis quelques jours, on rencontre un peu partout, à travers nos rues,
des jeunes gens habillés, par hasard, en soldats.--Je dis par hasard,
parce que c'est facile à voir. Ce sont des volontaires d'un an en congé
temporaire. Ils reviennent après plusieurs mois de séjour dans les
corps. Une loi patriotique, de date récente, les a envoyés au régiment
pour y perdre ce qu'il y avait en eux du gommeux et pour y prendre tout
ce qu'ils pourraient de l'homme. Ont-ils commencé à se transformer?
interrogez-les. Ceux qui sont sincères vous diront que l'année du
volontariat leur pèse comme un exil, et qu'ils ont hâte de revenir au
théâtre où l'on joue Mlle _Angot._

--Est-ce que les Variétés rouvrent décidément par la première
représentation de _Toto chez Tata?_--demandait l'un d'eux, l'autre soir.

Ceux qui s'emportent contre les allures de la jeunesse d'à présent
oublient trop que cette frivolité a été de tout temps un des traits les
plus incorrigibles du caractère national. Sans aller bien loin dans
l'histoire, sans remonter à ce Condé qui s'avançait au siège de Lérida à
la tête de vingt-quatre violons, parlons de la plus belle époque
militaire et virile des temps nouveaux. De 1792 à 1815, que de scènes
plaisantes mêlées au drame de la guerre! Dans la campagne d'Italie,
Bernadotte, encore un peu casseur d'assiettes, a fait sauter le bouchon
d'une bouteille de Champagne en commandant une charge de cavalerie, et
la charge a eu plein succès; Moreau, dans une action des plus chaudes,
s'amusait à mettre une tulipe de Hollande à la place de son plumet. Tout
le monde sait la saillie d'Andoche Junot, volontaire du bataillon de la
Côte-d'Or, ramassant en riant la poussière que venait de rejeter près de
lui un obus au moment où il écrivait une lettre:

«Voilà de quoi poudrer la lettre,» disait-il.--Eh bien, grattez nos
diseurs de riens, vous verrez qu'ils ne sont ni moins braves, ni moins
gais.--Ce serait donc une preuve qu'on s'est remis à faire des hommes.

Philosophons un peu, s'il vous plaît.

Il y a un mois, à l'époque où le shah traversait Paris, il n'était
question que de diamants. Le roi des rois parti, voilà qu'on en parle
encore et plus que jamais. Cette fois, c'est à propos de la reine
d'Espagne. Sachez donc qu'Isabelle II se défait de ses parures. Ainsi
les diamants historiques dont on entrevoit le miroitement dans le
Romancero sont à vendre. Il y en a pour douze millions.--Voulez-vous le
joli collier qui a été porté par Jeanne la Folle?--Désirez-vous un
bouton que Charles-Quint mettait à sa chemise?--En regard de ce fait, on
cite l'écrin d'une autre tête couronnée qui éprouve de même le besoin de
faire de l'argent.

On signale aussi comme devant être vendus les brillants du célèbre
prince de Brunswick, vous savez cet octogénaire phénoménal qui avait
toujours les cheveux noirs, luisants comme l'aile du corbeau, attendu
qu'il se coiffait de lapins belle perruque de l'Europe. Mais que de
joyaux! que de diamants! On pourrait les remuer à la pelle.

Paris s'intéresse vivement à ce fait tout nouveau. Vous pensez bien que
les femmes ne manquent pas d'attirer l'attention sur ce point de la
chronique. «Cette année, les diamants sont pour rien. Ne m'en
offrirez-vous pas?» Notez que, pour la plus grande commodité des
acquéreurs, les diverses pacotilles précitées se vendent en détail,
pièce à pièce, absolument comme cela se passe pour les premières pèches
de la saison. Vous le voyez, il n'y a pas de petite bourgeoise enrichie
qui ne soit à même de couvrir les enchères d'une pierre qui a figuré
durant trois ou quatre siècles sur le front d'une vingtaine de reines.
«--Mesdames, qui veut la merveilleuse bague de saphir qu'a portée jadis
à Grenade l'éblouissante sultane Aïscha, et que Ferdinand le Catholique
a conquise à la pointe de son épée?»

Il n'y a pas longtemps, le marchand de diamants était un négociant à
résidence fixe, lapidaire ou banquier, demeurant à Paris ou à La Haye.
On allait chez lui, on inspectait ses collections, on passait en revue
ses catalogues; on regardait, on se consultait, on débattait les prix.
Grâce à la mobilité sans pareille qui travaille la société moderne, cet
industriel a changé comme changent tous les autres types. Ce n'est plus
aujourd'hui qu'un oiseau de passage, un marchand nomade, s'en allant de
zone en zone, de porte en porte, proposer ce qu'il a à vendre.

Aujourd'hui le marchand de diamants aborde son monde sur les boulevards,
dans un foyer de théâtre ou bien autour du lac, à l'heure de la
promenade. «Si vous saviez le superbe bracelet que j'ai à proposer! Il a
fait partie de la toilette d'Anne de Newbourg, cette même reine que
Victor Hugo a intercalée dans _Ruy-Blas_.» Demain il fera son boniment à
Londres ou à Pétersbourg. Cet été, la scène où il s'est le plus fait
voir a été l'Exposition de Vienne. Il comptait trouver là, d'abord
beaucoup de curieux, beaucoup de riches oisifs, et, par suite, beaucoup
d'acheteurs.

Un jour on le rencontrait, par exemple, auprès de la hutte samoyède;
c'est une chose à voir que cette hutte, avec ses attelages de rennes et
de chiens, avec son ours blanc. Une autre fois, le lendemain, le
marchand de diamants se plantait près du pavillon de Monaco.
«--Mesdames, les plus beaux diamants à vendre, des diamants
d'impératrice! Voulez-vous en voir les photographies?»

Ce chalet de Monaco est très-coquet avec sa vérandah et sa salle carrée.
On s'y donnait volontiers rendez-vous, à ce que disent les
correspondances. Beaucoup de belles choses y sont à voir, des bois, des
poteries artistiques, des coffrets en mosaïques, et les visiteuses
pouvaient se mirer dans les flacons, les vases à forme antique contenant
les essences, les parfums. Dans le jardin où sont les fleurs et les
arbustes du territoire de Monaco, notre homme s'installait sur un banc
peint en vert, ou bien il se mêlait sans façon aux groupes des
promeneurs. Au moment où l'on regardait les plantes monégasques, par
exemple l'_Aloe glauca_, il recommençait son discours:--«Mesdames, des
diamants dont je puis disposer, vingt-cinq ont été sertis par Benvenuto
Cellini lui-même. Qui en veut?»--En ce moment, le marchand de diamants
est à Trouville; l'automne prochain, il sera à Biarritz; l'hiver, il ira
dans la lune, s'il le faut.

Anastasi s'est religieusement tenu parole. Il vient de constituer à
l'École des beaux-arts une fondation perpétuelle de 100,000 francs, dont
il ne se réserve que l'usufruit. Après la mort du paysagiste, le revenu
de cette somme appartiendra à la Société des peintres. Ceux-ci en
disposeront, à leur gré, pour aider le talent ou pour combattre les
infortunes de l'art. Anastasi, dit-on, n'a fait que son devoir; mais il
a très-noblement fait son devoir.

On vient de remettre en relief, je ne sais pourquoi, la figure du
vicomte d'Arlincourt. C'est une raison suffisante pour qu'en passant la
chronique dise deux mots de ce personnage, aujourd'hui absolument
oublié, mais qui a fait un bruit de tous les diables il y a une
trentaine d'années.

M. le vicomte d'Arlincourt se donnait très-naïvement pour le premier
romancier de ce temps, ou il en a existé un si grand nombre de
remarquables. On raconte que sa première femme a dépensé près de 200,000
francs à acheter, sous main, les dix ou douze éditions qu'elle faisait
faire de ses oeuvres. En voyant ses romans s'écouler si vite et toujours
si régulièrement, l'auteur était et devait être convaincu de la réalité
de son succès. Le seul roman du _Solitaire_ a eu jusqu'à quinze tirages;
on l'a traduit en anglais, en allemand, en russe et en espagnol. On
l'avait accommodé chez nous en opéra-comique, en mélodrame, en
lithographies et en dessus de pendule. Les pâtissiers qui servaient des
pièces montées ne les livraient jamais sans poser au sommet un petit
d'Arlincourt en chocolat.

Comment le vicomte n'aurait-il pas pris tant de vogue pour un indice de
son mérite littéraire?

Il m'a été donné de voir de très-près le vicomte d'Arlincourt pendant
les dernières années de sa vie. Jamais encore je n'avais été à même de
contempler si commodément l'adoration de soi-même. Ce pauvre homme,
habitué à l'infatuation, se laissait dire à brûle-pourpoint, sans
sourciller, qu'il n'avait pas son égal en littérature. Au besoin, il le
proclamait lui-même, et s'il s'agissait de journal, il écrivait la
réclame de sa propre main.

On lui disait:

--Monsieur le vicomte, quand la France aura le malheur de vous perdre,
quelle épitaphe faudra-t-il buriner sur votre monument?

--Celle-ci, répondait-il avec un sang-froid cornélien:

                      CI-GIT LE WALTER SCOTT FRANÇAIS.

Le vicomte d'Arlincourt, fort bien vu de la Restauration, avait, à cette
époque-là, une existence fastueuse. On se rappelle que lord Byron avait
mis à la mode la vie aristocratique chez les gens de lettres.
Chateaubriand et Lamartine obéissaient à cette contagion de l'exemple.
Tous deux s'y sont ruinés. Or, l'auteur d'_Ipsiboë_ croyait se donner à
son tour une grande figure en vivant comme ces trois têtes d'élite.

Un jour, pendant un voyage à travers les provinces, Charles X et sa cour
s'arrêtèrent cinq heures à un château du vicomte d'Arlincourt.

Ce dernier dépensa alors cent mille francs pour recevoir dignement le
roi de France.

Comme son frère, le général d'Arlincourt, le gourmandait sur cette
prodigalité.

--Une Majesté ne pouvait recevoir autrement une autre Majesté, répondit
l'auteur de _l'Herbagère._

Le vicomte d'Arlincourt a vécu assez longtemps en touriste dans le nord
de l'Europe, en Danemarck, en Suède, en Finlande, en Russie. De ces
divers pays il a rapporté deux volumes d'impressions de voyage sous ce
titre: _l'Étoile polaire._

--On m'a partout accueilli comme un prince!

Voilà ce qu'il chantait sur tous les tons.

Beaucoup se rappellent lui avoir entendu raconter le trait suivant que
nous reproduisons mot pour mot de ses propres causeries.

--J'entrai à Dresde. Ma première pensée fut naturellement d'aller faire
un petit bout de visite au roi de Saxe. Comme tous les monarques de
l'Europe, ce prince avait beaucoup entendu parler de moi. Il me recevait
presque comme un confrère.

--Monsieur le vicomte, il faudra que j'aie le plaisir de dîner
prochainement avec vous.

--Sire, ce sera un grand honneur pour moi.

--Eh bien, monsieur le vicomte, ce sera pour demain.

--Sire, je serai demain aux ordres de Votre Majesté.

Mais le grand chambellan, qui assistait à l'entrevue, tira le roi à
part.

--Sire, dit-il, j'éprouve un certain embarras.

--Quel embarras, monsieur?

--L'étiquette a des lois impérieuses. L'étiquette ne permet au roi de
dîner avec un étranger que si cet étranger est une tête couronnée.

--Eh bien! n'y sommes-nous pas? J'ai une couronne d'or sur la tête.
Est-ce que sur la sienne, monsieur le vicomte d'Arlincourt n'a pas une
couronne de lauriers?

Nous autres, nous regardions l'auteur du _Solitaire_ pendant qu'il
racontait cet épisode. Il n'a pas hésité une seconde à réciter tout ce
couplet.

Un autre de ses mots, du même tonneau.

--Napoléon III a voulu me voir. Il m'a fait toute sorte de cajoleries
mais en vain, puisque je suis pour Henri V. Voyant la solidité de mes
principes, l'empereur m'a congédié en me disant: «Monsieur le vicomte,
ah! que le comte de Chambord est donc heureux de posséder un homme tel
que vous!»

Philibert Audebrand.



[Illustration: LA RECONSTRUCTION DE LA COLONNE VENDÔME.--Redressage des
pièces de la colonne dans l'usine de MM. Monduit et Béchet.]

[Illustration: LA RECONSTRUCTION DE LA COLONNE VENDÔME.--L'ajustage des
pièces.]



NOS GRAVURES


Frohsdorff

Le château de Frohsdorff ou plutôt Froschdorff, dont nous donnons une
vue extérieure, est situé dans la Basse-Autriche, non loin de la
frontière de Hongrie, et à 50 kilomètres sud de Vienne. Un vaste parc
entoure cette magnifique habitation, résidence habituelle de M. le comte
de Chambord. Dans le voisinage se trouvent Wiener-Neustadt, la rivière
de l'Ens, et la grande forêt de l'Empereur (Kaiserwald), où le prince
chasse fréquemment.

Au XIIIe siècle, le village et la seigneurie de Froschdorff portaient le
nom de Krottendorf, qui était celui de la famille à laquelle il
appartenait alors. Vers le milieu du siècle suivant, cette seigneurie
fut réunie au comté de Pütten, puis elle passa dans les mains du comte
de Teufel en 1542, et, en 1620, dans celles des comtes de Hoyos.

L'ex-reine de Naples, veuve de Murat, la princesse Caroline Bonaparte,
qui se faisait appeler comtesse de Lipona, anagramme de Napoli, en fit à
son tour l'acquisition en 1822. Finalement, la duchesse d'Angouléme, à
la suite de la révolution de Juillet, ayant quitté Goritz, après la mort
de son mari, vint habiter le château de Froschdorff, où elle mourut le
10 octobre 1851, ayant auprès d'elle le comte de Chambord, son neveu et
son héritier, et sa nièce, la princesse de Parme.

Depuis lors, le prince a pris possession du château de Froschdorff, dont
il a beaucoup embelli les vastes appartements, et où il séjourne tout le
temps de l'année qu'il ne passe pas à Venise. Il a épousé, le 10
novembre 1846, la princesse Thérèse, archiduchesse d'Autriche-Este,
fille aînée du duc de Modène, François IV.

L. C.


La colonne Vendôme.--Redressement des plaques.

On sait que la colonne Vendôme, élevée à la gloire de la Grande-Armée
victorieuse à Austerlitz, avait été édifiée sur le modèle de la colonne
Trajane qui existe encore à Rome. Mais, tandis que celle-ci est en
marbre blanc, la colonne Vendôme se trouvait constituée par une colonne
creuse en pierres revêtue de plaques de bronze provenant de la fonte de
douze cents canons autrichiens et prussiens. Ces plaques ou panneaux, au
nombre de deux cent soixante-quatorze, non compris les six morceaux qui
forment l'entors ou couronne de lauriers de la base, sont autant de
bas-reliefs dont l'ensemble s'enroule en spirale de la base du fût à son
chapiteau. Chacun de ces panneaux, mesurant 1 mètre de hauteur sur 1m20
de longueur, pèse 200 kilogrammes. Les dix pièces de l'entors et la
coupole représentent un poids total d'environ 8200 kilogrammes, ce qui,
pour la colonne, non compris la base, les aigles d'angles et la statue
du couronnement, représente 63,000 kilogrammes de bronze.

Réédifier le monument n'est pas une opération aussi simple qu'on paraît
se l'imaginer au premier abord.

Lors de sa chute et malgré les couches épaisses de paillis disposées sur
la place, les plaques s'arrachèrent violemment de leurs attaches;
quelques-unes, le plus petit nombre heureusement, furent fendues,
brisées, et plusieurs fragments disparurent; la plupart ne se trouvèrent
que déformées ou faussées sous le poids des blocs de pierre qui pesaient
sur elles, et dont l'effort destructif se trouva augmenté par la hauteur
de chute.

Avant de songer à replacer les panneaux de bronze sur le fût de pierre
restauré, il faut donc de toute nécessité procéder à diverses opérations
préliminaires ayant pour but: le redressement des plaques faussées; leur
ajustage à la suite les unes des autres, suivant l'ordre indiqué par les
sujets sculptés; la réfection des pièces manquantes ou brisées; enfin la
réparation de celles qui se sont fendues, soit par l'effet de la chute,
soit par suite des opérations de redressement. C'est seulement après
terminaison complète de ces travaux de redressement, de complément et
d'ajustage, que les panneaux, transportés au chantier de la place
Vendôme, seront appliqués sur le fût de pierre au fur et à mesure de
l'élévation de la maçonnerie.

Le redressement et l'ajustage s'opèrent dans les ateliers de MM.
Monduit, Béchet et Cie, bien connus par les remarquables travaux de
plomberie d'art exécutés au Louvre, à Notre-Dame de Paris, à la
Sainte-Chapelle, etc., tandis que les opérations qui entraînent la fonte
du métal ont été confiées à l'usine Thiébault.

Dès le samedi 26 mai 1871, le personnel de l'usine Monduit, Béchet et
Cie, procédait à l'enlèvement des plaques de bronze gisant sur la place
Vendôme, les numérotait et, d'après les instructions de M. Normand,
architecte de la colonne, les déposait au palais de l'Industrie, où
elles restaient jusqu'au vote de l'Assemblée qui a prescrit de restaurer
le monument.

C'est de là que ces débris sont repris au fur et à mesure de
l'avancement des travaux et transportés dans les ateliers.

Les plaques complètes, mais déformées, sont, ainsi que le représente
notre gravure, soumis à l'action d'une presse à vis manoeuvrée à bras
d'hommes. Appuyant sur les parties déprimées, cette presse leur rend le
relief primitif et, suivant le point où s'opère la pression, point qu'il
appartient à la sagacité des ouvriers de reconnaître, la plaque reprend
sa forme bombée et hélicoïdale. La pression à opérer doit être d'autant
plus puissante que chaque panneau présente, pour le nu ou fond, une
épaisseur de 12 à 15 millimètres.

Pour les reliefs déterminés par les personnages ou les divers sujets de
sculpture, cette épaisseur s'élève à 7, 8 et même parfois 10 centimètres
d'épaisseur. En outre, des tenons en bronze, au nombre de trois par
panneaux, font corps avec le fond et contribuent à augmenter la
rigidité. Une autre cause complique l'opération, c'est la forme en
spirale du revêtement de bronze. Si les plaques n'étaient que des
sections de couronnes absolument circulaires, il suffirait de les
courber en les maintenant appliquées sur une forme présentant également
une section cylindrique de même diamètre que le noyau de pierre de la
colonne. Une pression opérée sur les deux extrémités suffirait dans ce
cas. Mais il n'en est pas ainsi, et chacune des deux cent
soixante-quatorze plaques de bronze étant une portion de spirale, se
présente sous une forme courbe, en quelque sorte gauche, qui oblige à
une observation constante des résultats de la pression, à une recherche
sans cesse renouvelée des effets produits.

De temps en temps, la plaque quitte donc la plate-forme de la presse
pour être appliquée sur un premier gabarit, puis elle retourne sous la
vis, subit de nouvelles pressions suivies de nouveaux essais, et lorsque
le panneau épouse parfaitement les formes du gabarit, que son bourrelet
en saillie fortement prononcée s'applique exactement sur le rebord de la
plaque précédente, les ouvriers le reportent sur un bâti de bois dressé
verticalement et reproduisant les dimensions et les formes extérieures
du fût de pierre. Chaque panneau est en quelque sorte mis à la place
qu'il doit occuper, ce qui permet de se rendre compte du degré de
perfection des travaux de redressement, de corriger ce qui peut paraître
défectueux, de reconnaître d'une manière certaine et définitive la part
du travail à exécuter dans la fonderie.

En sortant des ateliers de MM. Monduit et Béchet, les plaques sont
transportées dans les ateliers de M. Thiébault, où elles sont complétées
et réparées au point de vue artistique. Cette restauration fera l'objet
d'un prochain article.

Paul Laurencin.


Le grand escalier du nouvel Opéra

L'_Illustration_, dans le dernier numéro du _Paris nouveau_, a décrit en
détail le nouvel Opéra. Elle offre aujourd'hui à ses lecteurs une vue du
grand escalier de la salle, dans l'état actuel des travaux.

Telle qu'elle est en ce moment, cette partie du bâtiment, vivement
éclairée par le haut, encombrée çà et là d'échafaudages, peuplée d'une
légion d'ouvriers, offre l'aspect le plus pittoresque. Ici les
sculpteurs travaillent, même pendant le jour, à la lueur de nombreux
becs de gaz, portés par des supports mobiles garnis de tuyaux en
caoutchouc. Là, des marbriers achèvent de polir les balustres; d'autres,
à l'aide d'une ingénieuse machine, creusent les marbres que doivent
traverser les conduites de gaz: un tube de tôle, auquel on imprime un
rapide mouvement de rotation, pénètre dans le marbre par son propre
poids, et, quand il est arrivé au bout, au lieu des débris que l'on
retirait par les anciens procédés, on enlève du bloc une petite colonne
polie par les frottements du tube de tôle, qui, selon l'épaisseur du
marbre, y a fait soixante ou quatre-vingt mille tours environ. D'un
côté, les bronziers placent les balcons des étages supérieurs; de
l'autre, l'habile charpentier Saintonge et son équipe font circuler,
sans accidents, leurs lourds madriers au milieu des plus fines
sculptures; partout le bruit des marteaux, le grincement des machines,
viennent s'ajouter au tableau animé que représente fidèlement le dessin.

Dès à présent les travaux sont assez avancés pour que l'on se rende bien
compte de l'effet que produira le grand escalier. Les trente colonnes de
marbre Sarrancolin, avec leurs chapiteaux et leurs bases en marbre blanc
de Saint-Béat, reluisent déjà et s'harmonisent à merveille avec le ton
des pilastres en brèche violette. La sculpture des tympans des arcades,
ornés de figures, par M. Chabaud, est achevée; il reste peu de chose à
faire aux détails des rampes et des voûtes de l'escalier.--Aux neuf
balcons du premier étage on commence à poser les balustres en
spath-fluor, surmontés d'une rampe en onyx. Cela suffit déjà pour donner
à l'ensemble une richesse peu commune, et cependant que de choses
manquent encore!

Les grandes marches de marbre blanc de Serravezza reposent toutes
taillées dans leurs caisses d'emballage. Les balustres de marbre rouge
antique sont encore en magasin, attendant le moment où ils seront placés
sur leur socle en marbre vert de Suède et surmontés de leur rampe en
onyx.--Au bas de l'escalier on ajuste les marbres sur lesquels
s'élèveront les deux grands groupes de M. Carrier Belleuse, supportant
les appareils d'éclairage. A l'entrée du parterre, les lignes de
l'architecture s'interrompent; c'est là que doivent s'appuyer les deux
cariatides de M. Jules Thomas, exécutées en bronzes de différents tons
et drapées de marbres de différentes couleurs; au-dessus de chaque
groupe de colonnes, une place vide est réservée aux médaillons de lave
émaillée où M. Solier exécute sur un fond bleu des instruments de
musique de tous les pays. Enfin, le sol n'est pas encore nivelé pour
recevoir son dallage de marbre, et, à la voûte, quatre grands caissons
indiquent seulement la place des peintures de M. Pils.

Quand tout cela sera fini, quand sur ces marbres et ces bronzes se
joueront les reflets d'un éclairage splendide, il y aura là certainement
un des effets décoratifs les plus saisissants que l'on puisse imaginer,
et, pour que l'oeuvre de l'architecte apparaisse dans tout son éclat, il
n'y manquera plus que le public, la foule élégante et parée, les riches
toilettes, les brillants uniformes, se montrant à tous les balcons et
circulant à tous les étages.


Un marché à Anvers, au dix-huitième siècle.

Tableau de M. Hugo Salmson.

Nous sommes sur une de ces places, si nombreuses à Anvers, formées par
renfoncement de quelques maisons, à l'entrée d'une de ces petites rues
étroites où vont s'entasser les marchandises du monde entier; c'est bien
l'aspect de la vieille cité, telle qu'elle nous apparaît encore
aujourd'hui, dès qu'on s'enfonce un peu dans les quartiers populaires;
au loin, on entrevoit une partie de la tour de la cathédrale, masquée
par les hautes maisons aux toits découpés en forme d'escaliers; puis,
bordant notre petite place publique, un de ces innombrables canaux qui
sillonnent la ville, ou circulent grands et petits bateaux, frêles
barques des habitants de la ville et hauts navires de commerce. Quant au
marché, c'est un vrai chef-d'oeuvre de patiente et gracieuse restitution
historique; l'échoppe où se tient un vieux juif, sorte de brocanteur qui
vend tout ce qui peut s'acheter, la vieille maison à pignon, avec sa
porte ornée de ferronneries anciennes, au pied de laquelle une marchande
de fleurs a installé sa boutique en plein vent, tout cela est charmant
de grâce et de vérité.

Mais ce n'est encore qu'un cadre, si joli qu'il soit; le tableau est
bien plus, il est tout entier dans les personnages, dans ce jeune
seigneur, à l'attitude si fière, si dédaigneuse même, dont l'ami l'ait
semblant d'examiner les marchandises du juif, tandis qu'il n'a de
regards, lui, que pour la jeune femme dont le mari achète une rose à la
bouquetière; elle aussi, la belle élégante, elle voudrait bien le
regarder; mais le bras qu'elle tient la gêne, et elle ne peut que se
retourner à demi. Toute la scène est dans ces attitudes, si finement
indiquées; on se sent en présence d'un roman, d'un roman de galanterie
du XVIII siècle.


Entrée des Français à Pont-à-Mousson

C'est le 2 août que la ville de Pont-à-Mousson a été évacuée.

A cinq heures du matin, l'infanterie allemande quittait les
baraquements, et à sept heures les dragons hanovriens débouchaient,
musique en tête, de la rue Saint-Laurent, pour traverser la place Duroc
et prendre la route de Faulquemont. A mesure qu'ils s'éloignaient, les
fenêtres jusque-là fermées s'ouvraient derrière eux, se pavoisaient de
drapeaux, d'oriflammes et de bannières; la population se répandait dans
les rues, tandis que les cloches des églises Saint-Laurent et
Saint-Martin, sonnant à toutes volées, allaient joyeusement porter au
loin la nouvelle de l'heureuse délivrance. Le soir, la ville était
illuminée.

Le lendemain 3, à dix heures du matin, arrivée des soldats français.
Tout Pont-à-Mousson s'était transporté à la gare, où, à l'heure dite,
une compagnie du 94e de ligne mettait pied à terre. Le maire et ses
adjoints se trouvaient là pour la recevoir. Inutile d'appuyer sur
l'accueil chaleureux qui lui a été fait. Comme la veille, toutes les
maisons étaient pavoisées, et la foule n'a cessé, durant cette journée,
de circuler dans les rues, donnant un libre essor à une joie et à un
enthousiasme bien naturels.

La compagnie du 94e de ligne a pris possession des baraquements de
Médières, situés à un kilomètre de Pont-à-Mousson.

L. C.


L'Inauguration de la statue de lord Thomas Cochrane, à Valparaiso

Nous avons reçu du Chili les deux dessins que nous publions dans le
présent numéro, concernant l'inauguration du monument élevé à Valparaiso
à la mémoire de l'amiral Thomas Cochrane, l'un des hommes qui
contribuèrent jadis le plus activement à l'affranchissement de cet État
du joug de l'Espagne.

Voici en substance le discours du ministre de la guerre et de la marine,
que nous choisissons entre ceux prononcés dans cette solennité:

«Lord Thomas Cochrane, mort en Angleterre il y a quelques années, était
le fils aîné d'une illustre famille anglaise. Doué du plus noble
caractère, fruit d'une éducation libérale, il avait su obtenir de bonne
heure l'estime et la confiance de ses concitoyens. Ses prouesses comme
marin et le rôle prépondérant qu'il joua en cette qualité dans le
terrible conflit engagé contre la France sous le premier Empire lui
valurent une réputation européenne.

«Poussé par un invincible besoin d'aventures et aussi par un amour inné
de la liberté, il offrit le concours de son épée au Chili dans la lutte
que nous soutenions alors contre l'Espagne pour conquérir notre
indépendance.

«La situation de la flotte chilienne, créée au prix des plus douloureux
sacrifices, était précaire; de récente formation, peu nombreuse,
manquant de marins exercés, elle faisait bien difficilement, face aux
nécessités du moment. L'illustre général Blanco Encalada, un des héros
de cette époque glorieuse, venait de capturer la frégate espagnole
_Maria Isabel_ et cinq bâtiments de transport que l'Espagne envoyait au
secours des forces royalistes du Pacifique.

«C'est fortifiée par le concours de ces navires que notre flotte,
commandée par Cochrane, effectua cette série de coups audacieux qui
devaient lui assurer toujours la victoire.

«Parmi ceux-ci nous citerons: la prise de Valdivia, ville réputée
inexpugnable, défendue par neuf forts détachés et une nombreuse
garnison; la capture de la frégate de premier rang _La Esmeralda_,
effectuée dans la rade de Callao, malgré la présence de l'escadre
espagnole et sous le feu des batteries de terre.

«Les exploits de Cochrane furent tous marqués du sceau de l'audace et du
génie; ils furent trop nombreux pour qu'il me soit possible de les
relater ici, même sommairement; je me bornerai à constater qu'ils eurent
une influence considérable sur les destinées de notre pays.»

En terminant, quelques mots sur le monument. Il est situé sur la place
de la douane, à Valparaiso. Le socle est en marbre; la statue, faite en
Angleterre, est en bronze. Le monument, pris dans son ensemble, est d'un
beau style, très-simple d'aspect; l'attitude du noble lord est
remarquable à tous égards. La figure exprime l'intrépidité, le
commandement.

Le peuple chilien s'était porté en masse à Valparaiso pour cette
cérémonie patriotique. La fête a été splendide et tout à fait digne du
héros dont le souvenir, encore vivant dans le coeur de chacun, présidait
à la cérémonie.


L'ouragan de Nîmes

Le 9 août dernier, vers sept heures du soir, après une journée des plus
chaudes, une trombe s'est abattue sur la ville de Nîmes avec une
violence épouvantable. Pendant un quart d'heure, au milieu d'une
obscurité que déchirait de temps en temps la lueur vive des éclairs, il
est tombé des torrents d'eau mêlée d'énormes grêlons. L'effet a été
terrible. Le jardin de la Fontaine, le parc, inondés, étaient jonchés de
branches d'arbres; les baraques du champ de foire renversées, les
marchandises entraînées par les eaux. Pas de maison qui n'eut quelque
perte à déplorer. Je ne parle pas des vitres: les rues étaient pleines
de leurs débris; et des quatre mille carreaux qui remplissaient les deux
murs latéraux de la gare, il n'en était pas resté dix en place.

Hors de la ville, les ravages n'ont pas été moins grands. Les vignes,
les amandiers ont perdu leurs fruits; les champs ont été ensevelis sous
un linceul de feuilles et de pampres. Heureusement il n'y a point eu
mort d'hommes.

La tempête a suivi une zone étroite, longeant à peu près, sur une
étendue de 2 kilomètres à droite et à gauche, la voie du chemin de fer
depuis Saint-Cézaire jusqu'à Curboussot. Cependant, au delà de
Bouillargues quelques vignes ont été atteintes; par contre, dans la zone
indiquée, certaines places ont été épargnées. Anomalies singulières que
l'on a constatées dans presque tous les ouragans de grêle.

L. C.



LA GAGE D'OR

NOUVELLE

(Suite)

En d'autres circonstances, celle-ci eût probablement éludé la
proposition; d'abord parce quelle avait trop de jugement pour garder
quelqu'illusion sur la valeur de sa nouvelle amie et qu'elle ne se
souciait que médiocrement de se montrer à côté d'elle en public; en
second lieu parce que le préjugé national, très-puissant chez elle, lui
inspirait quelque répugnance pour un théâtre et pour des acteurs
étrangers; mais elle comprenait la nécessité de réagir par la
distraction contre l'agitation de ses pensées, puis Mme Babowskine mit
tant d'instances dans ses sollicitations qu'elle se décida à accepter.

Le spectacle n'offrait qu'un médiocre intérêt à Alexandra, qui ne
comprenait que très-imparfaitement la langue française; cependant le jeu
des acteurs était parvenu à captiver son attention, lorsqu'une loge des
premières faisant face à celle dans laquelle elle se trouvait s'ouvrit
avec fracas; une dame mise avec une suprême élégance et un jeune homme
s'y installèrent en remuant les chaises avec un sans-gêne un peu
affecté.

Comme tout le monde, Alexandra avait tourné les yeux du côté de ces
bruyants spectateurs; ils ne se furent pas plutôt arrêtés sur le nouvel
arrivant qu'elle devint horriblement pâle et ne put retenir une
exclamation de surprise; elle reconnaissait le proscrit qui lui avait
causé tant de soucis, l'exilé qu'elle supposait encore en Sibérie et
pour lequel elle priait tous les jours avec tant de ferveur.

Sa surprise n'avait point échappé à la Babowskine, qui lui en demanda la
cause. Alexandra avait trop peu l'usage du monde pour être très-habile
dans l'art de la dissimulation. Heureusement l'émotion causée par cette
apparition soudaine avait été si vive qu'elle vint en aide à son
embarras. Tout son sang affluait à son coeur, la respiration manquait à
sa poitrine oppressée, le malaise qu'elle allégua était trop visible
pour que sa compagne le soupçonnât d'être feint. Supposant que c'était
la chaleur de la salle qui avait occasionné cette indisposition, elle
lui proposa de sortir; Alexandra refusa; elle se contenta de s'asseoir
au fond de la loge, pour se remettre de son trouble et aussi pour
observer le jeune homme sans être trop facilement aperçue par lui.

La tenue de celui-ci ne rappelait guère la tristesse douce et
mélancolique qu'il avait affectée lors de ses deux entrevues avec
Alexandra, et qui avait produit sur celle-ci une impression que le temps
n'avait point effacée. Il avait repris les manières dédaigneuses et
hautaines qui caractérisent la jeunesse dorée de Moskow aussi bien que
celle de Paris. Très-animé et très-joyeux, il se croyait en droit
d'imposer sa gaieté au public, et il ne se gênait pas davantage pour
témoigner à sa compagne une familiarité qui avait encore le tort grave
de n'être pas de très-bon goût. Elle le retrouvait si différent de celui
dont elle gardait si pieusement le souvenir, qu'elle se serait crue la
dupe de quelque ressemblance extraordinaire si la violence des
sensations qu'elle éprouvait lui eût permis de conserver le moindre
doute.

Si certaine qu'elle fût que c'était lui, elle s'occupait beaucoup moins
du jeune noble que de la dame qu'elle voyait à ses côtés; elle
s'arrêtait à tous les détails de la toilette de celle-ci, elle suivait
avidement tous ses mouvements, elle contrôlait tous ses gestes;
lorsqu'elle la voyait se pencher nonchalamment sur l'épaule de son
compagnon, elle sentait son coeur se serrer; elle rougissait de honte,
peut-être de colère, lorsque leur intimité s'affirmait par quelques-uns
de ces badinages que la galanterie interlope n'a jamais la pudeur de
réserver pour le huis clos. Complètement ignorante des habitudes du
monde élégant, et naïve comme un enfant, Alexandra croyait que cette
dame, avec laquelle ce jeune homme se montrait au spectacle et
échangeait de telles privautés, ne pouvait être que sa femme, et,
confondue de la coquetterie effrontée, de l'immodestie de manières de
celle-ci, elle se reprochait amèrement d'avoir pu croire à l'amour de
celui qui s'était choisi pour compagne une pareille créature.

Dans un entr'acte, le gentilhomme ayant dit quelques mots à l'oreille de
sa voisine, celle-ci riposta par un coup d'éventail sur la joue de son
interlocuteur en accompagnant ce geste d'un éclat de rire qui attira
l'attention de la moitié de la salle. Alexandra n'y tint pas davantage;
elle se rapprocha de Mme Babowskine, et d'une voix que son agitation
rendait tremblante, elle lui demanda le nom de cette beauté tapageuse.

--D'où sortez-vous donc, ma chère, lui répondit la marchande de
soieries; mais c'est la Floriani, une danseuse italienne qui fait plus
de mendiants que de désespérés, je vous l'assure. Elle a déjà débarrassé
de leurs roubles et de leurs serfs un bon quart du Cercle des nobles.
Une de nos meilleures clientes, du reste, payant toujours comptant et
autrement gracieuse que nos grandes dames de Moskow!

--Et... ce monsieur... qui est avec elle, dit Alexandra en balbutiant de
plus en plus, c'est son mari?

La Babowskine répliqua par un éclat de rire qui ne le cédait point en
intensité à celui de la Floriani.

--Taisez-vous donc, enfant que vous êtes, dit-elle à demi-voix, je
mourrais de honte si quelqu'un vous entendait.

En parlant ainsi elle avait pris sa lorgnette, elle l'avait braquée sur
le jeune couple.

--Eh bien! vous n'avez pas de chance, ma chère amie, reprit-elle; moi
qui connais tout Moskow, j'ignore absolument quel peut être ce
personnage. Bah! quelqu'ours que la Floriani aura déniché dans une forêt
de la Petite-Russie et de la toison duquel elle veut se faire un
manchon.--Il est joli garçon.--Tiens! mais il paraît que ce monsieur
n'est pas moins curieux que vous, ma chère; regardez donc comme il nous
lorgne; il nous aura remarquée vous ou moi. Savez-vous que ce n'est pas
peu glorieux d'attirer l'attention du cavalier de la Floriani;--celle-ci
paraît furieuse... mais voyez donc, ils se disputent...

Alexandra ne l'écoutait plus: effectivement, depuis quelques instants,
le jeune noble regardait de leur côté avec une persistance qui semblait
indiquer que lui aussi il l'avait reconnue. Elle se leva et, avant que
Mme Babowskine eût pu s'opposer à sa résolution, sans s'inquiéter de ce
que la brusquerie de son départ lui donnerait à supposer, elle sortit de
la loge, quitta le théâtre, monta dans la première voiture qu'elle
rencontra et se fit reconduire chez elle.

La belle marchande rentrait dans un état d'agitation difficile à
décrire. Le désordre de ses idées était si grand qu'elle fut quelque
temps sans pouvoir les rassembler.

[Illustration: LE NOUVEL OPÉRA. État des travaux de l'escalier
d'honneur.]

Elle s'expliquait parfaitement la présence de l'exilé à Moskow; au mois
de décembre précédent la fête du tsar avait été l'occasion de grâces
nombreuses, le jeune homme avait été probablement l'objet de l'un de ces
actes de clémence. Ce qui restait pour elle incompréhensible, c'était
qu'il n'eût pas même songé à remercier celle qui avait essayé de le
sauver, c'était l'indifférence de celui dont elle se rappelait les
déclarations passionnées. Par une de ces contradictions dont le coeur
des femmes a le secret, la pauvre Alexandra, qui avait sincèrement
considéré l'expression de cet amour comme une offense, ne lui pardonnait
pas de l'avoir si légèrement abjuré. Elle s'irritait bien plus encore
d'avoir été la dupe des sentiments que le proscrit avait affectés pour
surprendre son intérêt, d'avoir cru au patriotisme chevaleresque, au
dévouement, à l'abnégation de celui qui, il venait de le lui prouver,
n'était qu'un noble aussi égoïste, aussi frivole, aussi corrompu que ses
pareils.

Cette déception était autrement cruelle que celle qu'elle avait due aux
subterfuges de son mari; cette fois c'était l'idéal qui lui échappait à
son tour. Elle eut pour résultat d'exaspérer l'aversion et le mépris
d'Alexandra pour l'oppression nobiliaire et autocratique de son pays, de
la fortifier dans sa résolution de tout risquer pour l'y soustraire. La
nuit augmenta cette exaltation; dans sa fiévreuse insomnie, elle se
demandait si, lorsque les hommes se courbaient si lâchement sous cet
odieux servage, ce n'était pas aux femmes à leur apprendre comment on
meurt plutôt que de le subir, et les projets les plus insensés
traversaient son cerveau.

Le matin, encore brisée par ses émotions, on lui remit une lettre qu'un
domestique venait d'apporter et dont il attendait la réponse.

Alexandra tressaillit à la vue du cachet armorié de l'enveloppe, et ce
fut d'une main tremblante qu'elle l'ouvrit.

Voici ce qu'elle contenait:

«Si la femme du serf Nicolas Makovlof veut être agréable à son seigneur,
elle viendra dîner ce soir avec lui vers dix heures, à son hôtel.»

Et cela était signé: Alexis de Laptioukine.

Pendant qu'Alexandra lisait ce billet laconique dont l'auteur semblait
avoir pris à tâche d'exagérer la brutalité seigneuriale, le visage de la
jeune femme était devenu d'une pâleur cadavérique, ses lèvres
frémissantes étaient livides; pendant quelques minutes elle resta
immobile, on eût dit que l'outrage qu'elle venait de recevoir, la rayant
du nombre des vivants, l'avait changée en statue; enfin, revenant à
elle, elle froissa le papier qu'elle venait de recevoir avec une rage
convulsive, pendant que son regard s'illuminait d'une flamme tragique.

Elle ignorait la mort du vieux comte; Nicolas l'avait initiée aux
habitudes de galanterie de celui-ci, elle ne doutait pas que cet odieux
billet ne vînt de lui.

Enfin, redressant la tête, elle essuya la sueur dont son front était
inondé, et, cédant à une résolution soudaine, elle prit une plume sur la
table, écrivit au bas de la lettre qu'elle venait de recevoir ce seul
mot «j'irai», signa Alexandra Makovlof, et la rendit au messager.


XVI

Nous avons laissé Nicolas Makovlof disposé à se mettre en frais de
toilette pour se présenter devant l'héritier de son ancien maître.

Voici la façon originale dont il s'y prit:

Quand il fut arrivé au _Novo-Troïskoï-Tratkir_, il avisa le plus sale,
le plus crasseux, le plus déguenillé des cent dix servants du
restaurant, lui ordonna de lui ouvrir un cabinet et lui fit signe d'y
entrer avec lui.

Aussitôt que la porte fut fermée sur eux il examina les diverses pièces
de l'habillement du garçon avec le soin méticuleux d'un adjudant-major
passant le peloton de garde en revue; il parut satisfait de son
inspection. Alors, se débarrassant de sa pelisse de renard et se
montrant à l'homme dans son confortable costume de marchand.

--Mes habits valent vingt roubles de plus que les tiens, lui dit-il, et
étant décidé à les échanger contre tes guenilles, c'est au moins dix
roubles de retour que je devrais te demander.

Le mougik le regardait d'un air hébété.

--Mais, poursuivit Nicolas Makovlof, ayant fait le voeu de rentrer à
Moskow vêtu en mendiant, mon humilité n'en sera que plus agréable à mon
saint patron si la charité lui sert d'escorte. Je te fais don de ce qui
devrait me revenir dans le troc; dépouille ta défroque, donne-la moi, et
prends celle-ci; je ne réserve que le contenu de mes poches.

Cette fois le garçon avait compris, il ne fut pas le moins diligent à se
déshabiller. Le marchand endossa ces haillons, puis se plaçant devant la
glace, il se regarda avec complaisance, s'étudiant à augmenter le
caractère de l'étrange costume dont il s'était affublé, pratiquant
quelques déchirures dans la chemise aux plis flottants, élargissant les
nombreuses solutions de continuité du large pantalon, effilochant
par-ci, déchirant par-là, poussant la recherche jusqu'à accentuer les
nombreuses taches de graisse dont sa nouvelle toilette était émaillée.
Quand l'ensemble lui parut satisfaisant il le couronna en défonçant d'un
coup de poing le petit chapeau évasé qui devait lui servir de
couvre-chef, et ayant jeté sur ses épaules une touloupe éventrée et
déplumée, après avoir ordonné à son droski de l'attendre, il sortit du
restaurant de la Troïtza avec des allures de triomphateur que don César
de Bazan n'eût point désavouées.

Nous avons à peine besoin d'indiquer la cause de la jubilation que
traduisait la physionomie du marchand, et les raisons qui l'avaient
décidé à se déguiser de la sorte; d'après ce que le maître de la police
lui avait raconté des habitudes dissipatrices de l'héritier des
Laptioukine, non-seulement il se croyait sûr d'obtenir de celui-ci sa
liberté, mais encore de n'être pas réduit, pour l'avoir, à pratiquer à
sa caisse une trop large saignée.

Il fut assez surpris de ne trouver chez le jeune seigneur aucune trace
du faste des anciens Laptioukine. L'hôtel était de médiocre apparence,
meublé avec goût mais avec simplicité; on n'y voyait pas ce luxe de
domesticité qui caractérise les habitations de la noblesse russe à la
ville, aussi bien qu'à la campagne. Une seule tradition du château de
Kalonga avait été fidèlement conservée. Avant de voir revenir le valet
qui était allé dire à son maître qu'un de ses nouveaux serfs--le
marchand avait jugé inutile de donner son nom--désireux de lui présenter
ses hommages, le suppliait de lui accorder une audience, Nicolas fit une
faction de plus d'une heure, devant la porte.

On l'introduisit enfin dans un vaste salon où se trouvait celui qui
allait décider de son sort, et que tout en multipliant les révérences
dont il était si prodigue, Nicolas essayait d'observer du coin de
l'oeil.

C'était un très-jeune homme; il était assis devant une table chargée de
papiers et de livres, sur lesquels on voyait briller les lames de
quelques poignards, les crosses damasquinées de pistolets circassiens,
des éperons, des cravaches, quelques bijoux; il écrivait; à l'entrée du
visiteur il ne releva point la tête, il se contenta de l'inviter à
s'asseoir et à attendre.

Ce début parut du meilleur augure au marchand; jamais, même avant sa
disgrâce, le vieux Laptioukine ne lui avait accordé une pareille faveur,
ni témoigné tant de déférence.

Il chercha un siège; dans la pièce se trouvaient deux énormes malles,
dont l'une ouverte et à moitié pleine semblait indiquer les préparatifs
d'un prochain voyage; il s'assit humblement sur l'angle de celle de ces
malles qui était fermée.

Au bout de quelques minutes, le gentilhomme posa sa plume, prit un
cigare, l'alluma, jeta un rapide regard sur Nicolas Makovlof et lui
demanda qui il était.

--Le plus misérable, le plus infortuné de vos esclaves, noble comte,
répondit celui qu'il interrogeait avec l'accent dolent de la profession
dont il portait déjà le costume.

--Le fait est, reprit le jeune homme d'un ton dont Nicolas n'apprécia
point l'ironie, que si tes poches sont aussi peu raccommodées que la
touloupe, elles ne peuvent pas garder fidèlement les roubles que tu leur
confies. Enfin parle: Que demande le plus misérable et le plus infortuné
de mes esclaves.

--Que la miséricorde de Son Excellence daigne s'arrêter sur son
serviteur, dit Nicolas; que le saint patron de notre Russie lui inspire
la clémence, que Notre Seigneur Jésus-Christ, dont toute charité
émane...

--Trêve de verbiage, s'écria le gentilhomme d'une voix impérieuse et
pour la seconde fois, que veux-tu de moi?

--Moins que rien, un mot, un seul mot, voilà tout ce que j'implore de
votre pitié!

--Et ce mot?

--Ce mot serait celui qui ferait un homme de l'esclave; qui de serf à
obrosk que je suis me transformerait en citoyen.

Le jeune Laptioukine haussa dédaigneusement les épaules.

--Faire un homme de toi, dit-il avec amertume, c'est peut-être au-dessus
de mon pouvoir. J'aurai beau briser ta chaîne, ne resteras-tu pas le
serviteur de l'hydromel, du lompapo, de l'eau-de-vie, l'esclave de
l'ivresse ou de quelque autre vilenie. Mais cela te regarde: que
m'offres-tu à moi en échange de ta liberté?

--Ah! seigneur! si je pouvais la payer du prix que j'y attache, ce
seraient tous les produits des mines de l'Oural que je devrais déposer à
vos pieds! s'écria Nicolas, enchanté de la tournure que prenait sa
petite affaire, et convaincu qu'il ne lui restait plus qu'à en enlever
la conclusion; mais, hélas! je ne suis qu'un bien pauvre homme; le
travail de Gastinoï-Dvor et le métier d'avertisseur n'enrichissent guère
ceux qui le pratiquent; les gens sont devenus si insouciants de la belle
tenue de leurs chaussures, que ce n'est qu'avec bien de la peine que
nous parvenons à vivre au jour le jour et à payer la redevance. Mais
après tout, ce bien que je convoite si ardemment, il ne peut pas
s'estimer bien haut; l'oncle de Son Excellence, le feu comte
Laptioukine--Dieu veuille le recevoir dans son sein--lui a laissé des
esclaves en si grand nombre qu'il lui importe bien peu d'en posséder un
de plus ou de moins; et puis, le seigneur remarquera aussi que je suis
déjà vieux, et que je ne saurais payer cher un bonheur dont j'aurai si
peu de temps à jouir. Il y a des années que j'entasse kopeck sur kopeck
pour arriver à ce but unique de mes ambitions, et je ne suis encore
parvenu à réunir que les cent roubles que j'offre en échange de ma
pauvre personne.--Cent roubles, c'est bien peu, mais celui qui donne
tout ce qu'il possède donne un trésor. Enfin, mon maître doit encore
tenir compte de ma reconnaissance, qui sera éternelle, et des prières
que je ne cesserai plus d'adresser nuit et jour à Dieu, notre souverain
juge, pour la conservation et la prospérité de celui auquel je devrai un
si grand bienfait.

Le gentilhomme écoutait sans mot dire, sans essayer d'opposer une digue
à ce flux de paroles; mais ses yeux ne quittaient pas les yeux du
marchand qui, malgré son aplomb, se sentit plus d'une fois décontenancé
par ce regard perçant. Quand ce fut fini, l'héritier prit la parole à
son tour, et d'une voix lente et brève:

--Tu as été en effet avertisseur au Gastinoï-Dvor, dit-il, mais tu ne
l'es plus. Tu es le marchand de cuirs de la Tverskaïa, le plus riche
commerçant non-seulement de Moskow, mais de la Russie et peut-être de
l'Europe. Tu le nommes Nicolas Makovlof, tu as offert à mon oncle
cinquante mille roubles pour ce qui, à t'entendre, n'en vaut plus que
cent aujourd'hui. Il a refusé, il a eu raison, c'eût été un marché de
dupe; la liberté vaut un million de roubles.

Nicolas porta la main à sa barbe, et avec un geste de suprême désespoir,
il en arracha une poignée de poils; puis il murmura avec un accent
lamentable:

--Le seigneur a raison; c'est un million de roubles que j'ai voulu dire;
ma langue m'a mal servi.

Mais loin d'être fasciné par l'offre de cette somme colossale, le jeune
noble, renversé dans son fauteuil, chassa lentement la fumée que
contenait sa bouche et hocha négativement la tête.

Le marchand croyait rêver.

G. de Cherville.

(La suite prochainement.)



LES THÉÂTRES


LES CRAVATES BLANCHES.

Pendant que les spectateurs font relâche aux théâtres pour cause de
température, M. Montigny profite de ce huis clos forcé pour faire des
tentatives littéraires.

Bien mal en a pris au directeur du Gymnase d'essayer devant ses
banquettes vides la prose d'un auteur inconnu, car voilà la critique en
grandes colères qui traite les _Cravates blanches_, de M. Malpertuy, de
façon à laisser peu d'envie à M. Malpertuy de recommencer une pareille
aventure. C'est enfantin, c'est exécrable; cela n'a pas le sens commun.
Je trouve, pour ma part, mes confrères bien sévères. Qu'il y ait dans
cette comédie des _Cravates blanches_ une grande inhabileté de main, je
n'en disconviens pas; que les trois actes, beaucoup trop longs même dans
leur brièveté inusitée au théâtre, soient en dehors de toute forme
dramatique, c'est évident; inexpérience, maladresse, tout ce que vous
voudrez; malgré tout j'ai écouté avec le plus grand intérêt cette
mauvaise comédie, en raison même de son étrangeté.

Quel est M. Malpertuy? Je n'en sais rien. A coup sur il ne mettra jamais
une comédie sur ses jambes, M. Montigny la jouât-il tous les ans au mois
d'août; il n'apprendra jamais la mécanique théâtrale; mais il a de
l'observation, du flair, de l'esprit et beaucoup; il a même du style,
j'entends ce style de la scène qui lance une phrase, un mot par une
détente. Et je suis convaincu qu'entre les mains d'un auteur sachant le
métier, les _Cravates blanches_ auraient fait, M. Malpertuy aidant, une
fort jolie comédie.

Vous les connaissez ces gens toujours cravatés de blanc; une fois posées
sur une cravate, ces têtes ne bougent plus. Ces hommes-là sont arrivés à
convaincre la société qu'ils lui sont indispensables; ils ont une
morale, des idées et des phrases toutes faites appropriées à tous les
sujets, et ils veillent pompeusement et dogmatiquement sur l'arche
sainte de la routine. Ils en imposent à tous, sauf aux jeunes filles de
dix-huit ans, suivant la comédie de M. Malpertuy, qui prouve la chose
beaucoup trop longuement, mais, je le répète, souvent avec beaucoup de
bonne humeur et beaucoup d'esprit.


LA LICORNE.

La Licorne, elle, est un petit acte qui rentre dans le répertoire
ordinaire, trop ordinaire même. C'est l'éternelle pièce à deux
personnages, ce jeu de patience des auteurs dramatiques; celle-là vaut
les autres; de la gaieté, de l'entrain; une fable dramatique sans
grandes complications, mais amusante; vous diriez un bon vaudeville, du
temps passé, dont on a enlevé les couplets, pour obéir au goût du jour,
et c'est dommage, un peu de _flons-flons_ n'aurait pas nui dans ce
tête-à-tête d'un touriste et d'une comédienne.

Ravel passe dans cet acte en frétillant et en faisant refleurir tous ses
_tics_, et Mlle Gaignard lui donne vivement la réplique.

M. Savigny.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

_Le Sacrifice d'Amélie_, par Louis Ulbach. (1 vol., Michel
Lévy).--_Lettres d'une honnête femme_, par _Madeleine_ (1 vol. Michel
Lévy).--J'ouvre les _Lettres de Madeleine_ qui viennent de passer du
journal dans le livre et je lis, dans un des chapitres, sous le titre
_Un livre scandaleux,_ un jugement des plus sévères sur les
_Enchantements de Prudence_, de Mme de Saiman. Ces pages d'une haute
portée morale (je parle des _Lettres de Madeleine_), font plaisir à
relire. Le jour où l'écrivain qui a signé _Françoise, Pauline Foucault_
et _Monsieur et madame Fernel_, a eu l'idée de faire juger les moeurs,
les hommes et les choses en France, par une _honnête femme_, il a trouvé
une veine heureuse d'observations, de critique, d'émotion même. Telles
de ces pages, destinées à la publicité éphémère d'une gazette,
méritaient, en effet, de survivre à l'actualité qui les avait dictées.
Je citerai, par exemple, outre le début de cette correspondance, les
chapitres intitulés les _Rogations, Histoire d'un lâche, les Poupées,_
etc.

A propos des fêtes des _trois empereurs_, à Berlin, Madeleine s'élève
avec énergie contre les reporters qui ne voient, dans cette redoutable
entrevue, qu'une occasion de commérage, et elle les blâme, au nom de la
moralité publique, d'être partis pour la Prusse afin d'y ramasser les
miettes des festins impériaux. Mais M. Ulbach n'eut pas du oublier que
parmi ces reporters, il pouvait se trouver des patriotes attirés chez
nos vainqueurs par un intérêt tout français, et qui cherchaient à
étudier l'organisation prussienne actuelle dans un but tout autre qu'une
vaine curiosité! Madeleine, autrefois, avait bien voulu le reconnaître.

Je ne sais si je préfère, aux _Lettres de Madeleine_, le dernier roman
de M. Louis Ulbach, _le Sacrifice d'Aurélie._ C'est un roman excellent
cependant et d'un intérêt tout à fait soutenu qui obtint, il y a
quelques mois, un grand succès d'émotion dans l'Indépendance belge. On
sait avec quel art discret et pénétrant l'auteur de _Pauline Foucault_
analyse les sentiments féminins et quelle vérité poétique il donne à ses
héroïnes. Aurélie peut figurer, dans l'oeuvre de M. Ulbach, à côté de
l'institutrice Pauline et de la séduisante Mme Fernel. Le type bien
saisi d'un jeune peintre, patriote convaincu avec des apparences de
loustic, n'a pas nui, bien au contraire, à la réussite de ce roman, un
des meilleurs de M. Louis Ulbach, qui en a fait plus d'un tout à fait
excellents.

La France, l'étranger et les partis, par M. Heinrich, doyen de la
Faculté des lettres de Lyon (1 vol. in-18, chez Plon).--C'est le livre
d'un honnête homme, mais un livre désolé, le livre du docteur _Tant pis_
qui tâte le pouls de la France. Il la voit et la dit bien malade, cette
pauvre France, et il nous prouve qu'aucun parti ne possède le remède qui
la guérira à coup sûr. Quoi! ni à droite ni à gauche ou n'est certain de
sauver le pays? Non, répond M, Heinrich, qui dit loyalement la vérité à
tous les partis en prenant pour devise cette parole du Dante: «Un jour
il te sera honorable de n'avoir eu d'autre parti que toi-même.»

Je suis loin de blâmer cette indépendance et le mot du Dante me
satisfait pleinement. Je m'étonne seulement qu'un homme aussi
indépendant que M. Heinrich et qui connaît aussi bien l'Allemagne et la
cause de sa grandeur, donne au livre qu'il publie aujourd'hui la
conclusion que pourrait lui donner M. de Lorgeril ou M. de Belcastel. Je
ne veux pas dire qu'il pousse le zèle jusqu'au _Syllabus_, et qu'il soit
capable de vouer la France tout entière au Sacré-Coeur de Jésus, comme
l'a fait le député à Paray-le-Monial. Mais cependant la conclusion est
la même.

M. Heinrich n'a confiance ni dans la République, ni dans la monarchie
constitutionnelle, ni dans l'orléanisme, ni même absolument dans la
légitimité, encore moins dans le bonapartisme. Au fond il est désespéré,
et son livre serait désespérant s'il ne nous inspirait, en somme (ce qui
est son principal mérite), un souverain mépris pour les phrases toutes
faites, et un amour vrai de l'étude, de la science, ce qui est encore, à
notre avis, la meilleure façon de relever et de refaire ce pays-ci, bien
déchu peut-être, je l'accorde, mais toujours grand, ce que M. Heinrich
n'accorde pas.

_Sahara et Laponie_, par M. le comte Goblet d'Alviella (1 vol. in-18.
Chez Plon).--La librairie Plon a entrepris la publication de toute une
bibliothèque de voyages. Après le voyage autour du monde de M. de
Beauvoir, Le voyage de M. Paul Lenoir au Fayoum, de M. Jules Garnier
dans la Nouvelle-Calédonie et du vice-amiral Jurien de la Gravière en
Chine, voilà que cette collection s'enrichit d'un volume fort
intéressant de M. Goblet d'Alviella. L'auteur de _Sahara et Laponie_
nous conduit en des contrées bien distinctes; après le récit d'un séjour
d'un mois au sud de l'Atlas, en compagnie de la colonne d'opérations du
général de Gallifet, il nous raconte, avec une précision savante et
suffisamment pittoresque, un voyage au cap Nord. Je l'avoue, c'est ce
dernier voyage qui m'a surtout intéressé. Les Arabes nous sont connus,
peu ou prou, mais la vie des Lapons nous paraît encore bien mystérieuse.
M. Goblet d'Alviella les a vus de près, ces pauvres êtres qui vivent,
semble-t-il, dans la nuit, et dont toutes les dépenses de luxe ne
peuvent, avec la meilleure volonté du monde, s'élever dans une année
au-dessus de sept francs.

M. Goblet d'Alviella a décrit avec beaucoup de pittoresque, de sobriété
et de vérité, sans doute, ce voyage à travers les _fjeds._ Ses paysages
du Nord ont la froideur et la solennité qu'on prête, par l'imagination,
à ces contrées lointaines. Ce qui m'a étonné, et ce qui étonnera plus
d'un lecteur, c'est d'apprendre qu'un voyage au cap Nord est aussi
désagréable, plus désagréable même sous le rapport des moustiques, qu'un
voyage à Séville ou dans l'Amérique du Sud. Le moustique septentrional
s'attache partout, pénètre dans les oreilles, le nez et la bouche si on
a le malheur de l'ouvrir pour respirer. On a vu des gens se jeter à
l'eau pour fuir un tel supplice et une telle persécution. Bref, on lira
avec profit ce voyage dans un coin de terre perdu sous les frimas, et
qui à su, dit le voyageur, réaliser l'idéal, «si ardemment poursuivi
ailleurs, d'une démocratie libre, instruite, religieuse et prospère.»

L'_Homme noir,_ par M. Alfred Sirven (1 vol. in-18. A. Sagnier).--M.
Alfred Sirven est jeune encore et il a beaucoup publié: des romans, des
pamphlets, des satires, des brochures, une histoire inachevée de la
presse française et une monographie de la prison de Sainte-Pélagie, où
sa hardiesse l'a conduit quelquefois. M. Sirven publiait hier une étude
financière très-curieuse, très-intéressante et très-courageuse, qu'il
appelait la _Forêt de Bondy_. Est-il besoin de dire ce que l'auteur
entend par la _Forêt de Bondy?_ C'est la Bourse, c'est ce

                      Grenier à foin bâtard du Parthénon,

comme en eût dit Musset.

Le pamphlet est un livre à lire, et voici que M. Sirven, au lendemain de
cette publication, donne une édition nouvelle d'un roman qui paraît,
cette fois, avec une lettre autographe de Victor Hugo pour préface. Le
roman s'appelle l'_Homme noir._ «Votre nom vous engage envers Voltaire,»
écrit Victor Hugo dans sa lettre, rappelant ce nom de Sirven, et il
ajoute: «J'espère que vous aurez un beau succès.» Le roman en est à sa
seconde édition. Voilà la réponse:

_Goethe et Schiller_, par M. A. Bossert (1 vol. in-8, Hachette).--Le
volume complète le cours de littérature allemande que M. A. Bossert,
professeur de littérature étrangère à la Faculté de Douai, avait
commencé depuis quelques années. Il est le troisième de la série et,
tandis que le premier nous initiait aux origines de la littérature
allemande et de l'épopée germanique, que le second nous faisait
connaître les précurseurs de Goethe, l'ennuyeux Klopstock et le piquant
Lessing, ce tome III nous montre l'intéressante liaison de Schiller et
de Goethe, leur fraternité littéraire succédant à une certaine rivalité,
la jeunesse ardente de l'auteur de _Don Carlos_, la verte et noble
vieillesse de l'auteur de _Faust._

Nul chapitre d'histoire littéraire n'est plus intéressant que celui-ci,
et M. A. Bossert a su le rajeunir encore et le rendre plus attachant.
Avec quel art il nous décrit cette cour littéraire de Weimar, ces
représentations princières! Comme il éclaire chacune des oeuvres de
Schiller et de Goethe par la biographie de l'auteur! C'est un ouvrage
sérieux et sincère que celui-ci et il en faut louer, même au lendemain
de nos épreuves, l'impartialité sereine. Sachons, comme le fait M.
Bossert dans son remarquable ouvrage si clair, si agréable, saluer
partout le beau? Être justes, c'est encore un moyen de redevenir
indépendants et forts.

_L'Église et l'État en France sous le règne de Henri VI_, par M. F. T.
Perrens (2 vol. in-8, chez A. Darand).--Un professeur distingué, qui est
en même temps un historien d'un talent réel et profond, M. F. Perrens,
l'auteur d'une étude fort dramatique de la vie de Jérôme Savonarole, et
d'une histoire d'Étienne Marcel, vient de publier un long travail sur
cette grave question de l'Église et de l'État, qui divise aujourd'hui et
captive les esprits. M. Perrens, qui avait écrit déjà un chapitre
d'histoire fort intéressant sur les _Mariages espagnols_ au temps
d'Henri IV et de la régence de Marie de Médicis, n'a pas eu de peine à
retourner à une époque qu'il connaît si bien, et c'est encore sous le
règne de Henri IV et la régence de la reine qu'il a étudié _l'Église et
l'État en France._

Depuis longtemps, je voulais signaler à l'attention de nos lecteurs un
ouvrage aussi différent que l'est celui-ci des volumes courants et des
ouvrages rapidement composés que nous avons à examiner. C'est un
véritable livre, et d'une importance capitale, que celui de M. Perrens.

«L'histoire ecclésiastique de la France est à faire ou à refaire», dit
l'auteur, dès la première ligne de sa préface, et c'est ainsi qu'il
s'attache à en écrire, d'après les documents nouveaux, les sources
récemment découvertes, un intéressant chapitre. M. Perrens n'est pas de
ceux qui se contentent, en histoire, des renseignements de seconde main.
Un peut s'en convaincre en lisant son livre. Ce sont les personnages
eux-mêmes dont il discute les actes qu'il a, en quelque sorte, appelés
en témoignage, et s'il se prend à juger le nonce Ubaldini, par exemple,
c'est dans les dépêches mêmes de l'envoyé du pape qu'il va chercher ses
arrêts.

Nulle époque n'était plus favorable à l'historien pour étudier les
rapports de l'Église et de l'État, que cette époque si troublée encore,
mais déjà réparatrice, qui succède aux longues années de guerre civile
nées du concile de Trente, et qui vont de l'avènement de Henri IV sur le
trône de France à la mort de ce prince et à la régence de Marie de
Médicis. Aux premières pages apparaît la figure narquoise et fine du
prétendant Béarnais et, au dernier chapitre, on aperçoit le pâle et
énergique visage du cardinal de Richelieu. Entre ces deux hommes que
d'événements viennent à la fois! M. Perrens les raconte avec une
précision savante qui n'exclut ni la réflexion du philosophe, ni l'écho
de nos polémiques ou de nos recherches actuelles, ni même le pittoresque
du peintre. Je recommande surtout, entre ces pages, le tableau de la
cour de Marie de Médicis et de l'éducation de Louis XIII enfant, le
récit d'une dispute chez les Jacobins et ce curieux et dramatique
chapitre qui a pour titre _la Persécution contre le syndic Richer._ Nous
retrouvons là des accents dignes de l'historien de Savonarole.

Ce n'est pas dans une courte notice qu'on peut signaler tous les mérites
d'un livre spécial et plein de faits comme celui-ci. Il nous suffira
d'indiquer à tous les esprits sérieux, amis de la vérité et portés à
l'étude du redoutable problème que n'a pas résolu le concordat gallican
de 1801, qu'il y a là, dans l'ouvrage de M. Perrens, un motif d'études
et un véritable arsenal de connaissances et de pensées. De combien
d'ouvrages pourrait-on ainsi parler? Il nous faut louer enfin, chez
l'auteur, un esprit libéral et juste, toujours revêtu d'une forme
agréable à la fois vigoureuse et claire. On peut prendre sans crainte
cette histoire de _l'Église et l'État en France sous le règne de Henri
IV_, on y trouvera à beaucoup apprendre et à beaucoup réfléchir. Je vois
sur la couverture de cet ouvrage, que M. Perrens va prochainement
publier une histoire de la _Démocratie en France au moyen âge_, ouvrage
couronné par l'Académie des sciences morales et politiques. Nous aurons
un égal plaisir à le lire et à l'apprécier.

Jules Claretie.



[Illustration; MARCHÉ A ANVERS, XVIIIe SIÈCLE.--D'après le tableau de M.
Hugo Salmson.]


[Illustration: L'ÉVACUATION.--Entrée des troupes françaises à
Pont-à-Mousson.--D'après les croquis de M. Jaxel.]


[Illustration: VALPARAISO.--Inauguration de la statue de lord Cochrane.]



HISTOIRE DE LA COLONNE

Deuxième article (1)

[Note 1: Voy. le dernier numéro.]

II.--L'exécution (suite).

L'architecture de la colonne, si importante qu'elle fut, demeurait
accessoire. Le placement des bronzes, tel était le point principal. Une
grosse difficulté naissait, en effet, de cette propriété qu'ont les
corps en général, et les solides en particulier, de se dilater quand la
température s'élève, et de se contracter quand elle s'abaisse. Car, par
suite, le revêtement de bronze devait être exécuté de telle sorte que,
tout en ne présentant aucune solution de continuité perceptible, il
laissât au métal toute liberté de mouvement.

C'est contre cette double condition que se brisèrent les facultés
scientifiques de M. Gondoin. C'est la position de ce problème qui fit
l'Institut en masse hocher la tête et se gratter l'oreille. C'est sa
solution enfin qui détermina surtout l'adjonction de M. Lepère à
l'architecte officiel de l'oeuvre.

Or, cette partie du travail qui nous occupe est précisément l'une des
moins connues et des moins appréciées--bien que la plus intéressante
peut-être--par quiconque n'est pas un spécialiste.

On nous permettra donc de nous y arrêter quelques instants.

Dans le principe, pour faire une statue de bronze, les anciens Grecs se
contentaient, au rapport des auteurs du temps, d'en exécuter au marteau
les diverses parties, et de les assembler ensuite, entre elles, à l'aide
de clefs. Plus tard, ils fabriquèrent des moules de bois, qu'ils
habillaient de métal, et l'oeuvre était parachevée à l'aide du
martelage. Procédé qui fut en usage aussi chez les statuaires égyptiens,
si l'on en juge d'après une tête d'Osiris conservée au Musée britannique
et dans l'intérieur de laquelle des fragments de bois sont
très-apparents encore.

Or, en y réfléchissant un peu, il est impossible de ne pas être frappé
de l'analogie que présentent ces moyens primitifs avec ceux que M.
Lepère a mis en pratique. Tout son système, en effet, repose sur une
ingénieuse combinaison des procédés antiques et des ressources de la
métallurgie moderne. Il suffira, pour s'en convaincre, de lire les
lignes suivantes, publiées en 1825, dans la _Revue encyclopédique_ (cah.
75, t. XXV, 7e année), par un membre de la commission d'Égypte, le
colonel Coutelle:

Le revêtement du fût se compose de deux cent soixante-seize parties de
bronze mobiles, taillées--dans la ligne de contact--en biseaux
contrariés et qui semblent, examinées sur toutes les faces, ne faire
qu'une seule et même pièce.

Chaque pièce porte dans la fonte, sur sa face intérieure, trois
tasseaux: deux à la partie supérieure et un à la partie
inférieure--placés horizontalement.

En élevant la colonne, des tenons en cuivre de 15 pouces (0m406) de
longueur sur 4 pouces (0m108) de largeur et 21 lignes (0m047)
d'épaisseur ont été incrustés dans la pierre sur chaque assise, pour
recevoir les tasseaux de chaque pièce que les crampons devaient porter.

Chaque tasseau est percé d'un trou vertical pour correspondre à un trou
également vertical du tenon, de même grandeur que celui du tasseau.

La colonne, ainsi élevée tout entière, se trouvait disposée pour
recevoir les pièces de bronze, quelles que fussent leurs formes et
dimensions, _sans aucun scellement._

Chaque pièce de bronze, à commencer par le piédestal, a pris sa place
suivant son numéro porté sur le plan.

Au moyen de la petite gorge, chaque trou du tasseau et du tenon
correspondant a reçu un boulon libre de cuivre, de même dimension.

Ainsi quoique la dilatation put être de 8 à 9 pouces (0m216 à 0m243) (2)
sur un développement de 813 pieds (264m094), si toutes les pièces
étaient liées entre elles, et si le soleil pouvait frapper la colonne en
même temps sur toutes ses faces, chaque pièce du fût, de 3 pieds (0m974)
environ de hauteur et de largeur, ne pouvant se dilater que d'une
très-faible fraction de _ligne_ (0m00225) sur chacun de ses quatre
côtés, cette augmentation de surface est rendue insensible par la
disposition de chaque pièce à passer sous l'autre sans déranger celle
qui l'avoisine.

[Note 2: Voici la formule de la dilatation linéaire du bronze--pour 1
degré dans l'intervalle de 0 à 100 degrés--que donne le Bureau des
Longitudes, d'après Daniell:--0,000018492.]

Surcroît de précaution:--Chaque trou, dans les tenons, est légèrement
oval pour se prêter au mouvement que pourrait occasionner au boulon la
dilatation de la pièce.

Eh bien!--reconnaissez en cela les légèretés traditionnelles de la
critique française!--il ne s'est pas moins rencontré des écrivains--et
des plus sérieux--pour crier _haro sur le baudet_ qui, dans la
conception de la colonne, avait négligé de tenir compte des coefficients
de dilatation! Ce qu'ils prouvaient d'ailleurs le plus congrûment du
monde--car, à les entendre, tous les soirs d'été, après les grandes
chaleurs du jour, le bronze chantait, sur le fût, sa protestation contre
l'incurie des constructeurs; craquements sonores d'un déplorable augure
pour l'avenir de l'édifice!

Encore un peu, et la vieille renommée de la statue de Memnon n'aurait eu
qu'à se bien tenir...

Bonne Critique Française!

                                                     *
                                                   * *

Notons, au passage, toujours sur la foi du même colonel Coutelle, ce
détail d'un tout autre ordre:

Pour prouver la perfection de l'équilibre, M. Lepère, pendant que
l'échafaudage était encore en place, s'amusait parfois à imprimer, au
moyen d'un fort levier, un mouvement d'oscillation sensible qui se
terminait par un mouvement circulaire aboutissant à l'immobilité.....

Voilà certes un petit renseignement qui aurait bien eu son intérêt pour
les auteurs de certaines tentatives ridicules dont la colonne devait
être ultérieurement l'objet.

III.--L'emplacement.

Nous n'avons pas à refaire, après Dulaure et tant d'autres avant lui,
l'historique de cette place dite tour à tour des _Conquêtes,_ par
Louvois; _Louis-le-Grand_ par Pontchartrain; _des Piques_, par 1793,
mais gardant, en dépit de tout, de par l'omnipotence souveraine de la
routine, son nom de «place Vendôme».

En revanche, nous ne pouvons nous dispenser de consacrer quelques lignes
à la statue de bronze qui la décorait dans l'origine.

C'était le portrait équestre de Louis XIV, portant sur une toge grecque
l'immense perruque que l'on sait. Auteur: François Girardon. Fondeur: J.
Balthazar Keller, celui-là même dont le nom est encore célèbre de nos
jours, grâce à l'incroyable perfection de ses alliages.

Le piédestal, décoré de motifs de bronze exécutés sur des dessins de
Coustou jeune, avait 9 m 14 d'élévation. Le groupe mesurait 7 m 14 et ne
pesait pas moins de 33,286 kilogrammes.

L'inauguration avait eu lieu en grande pompe le 16 août 1699.
C'est-à-dire dans un temps où le peuple, accablé d'impôts, commençait à
comparer ses misères aux effroyables prodigalités de la couronne. Et le
lendemain il se trouva que, sur l'épaule du roi de bronze, une main
inconnue avait jeté une ignoble besace... Rude épigramme, dont la
brutalité pourtant ne contrastait pas plus que la perruque avec
l'atticisme du costume!

Quatre-vingt-treize ans plus tard, jour pour jour, la Révolution qui
passait, précisant les colères du peuple, poussait dans le ruisseau
l'image du royal besacier.

Dès lors et jusqu'en 1806, le milieu de la place resta vide.

On n'y voyait plus qu'une pierre carrée, rude et fruste, ayant 2m 76 de
côté et 0m 81 de hauteur: dernier vestige de l'ancien monument dont elle
était la première assise. Cela devint la scène où, devant la garde de
Paris assemblée, se joua longtemps le triste spectacle des dégradations
militaires.

Mais les fondations de la statue, construites sur pilotis et mesurant
près de 10 mètres de profondeur, étaient demeurées intactes. On les
jugea suffisantes, après mûr examen, pour supporter les douze cents
pièces de canon étrangères qu'on avait à superposer les unes aux autres.
Et de fait, à peine dut-on faire quelques travaux de réfection à
l'arasement du sol, pour qu'il fût possible d'asseoir la colonne
naissante sur ces substructions déjà plus que centenaires.

IV.--La Colonne.

Le 2 avril 1810, Napoléon épousait Marie-Louise, l'archiduchesse
d'Autriche.

Le 15 août suivant, Napoléon inaugurait la colonne militaire destinée à
perpétuer le souvenir de ses victoires sur le père de la nouvelle
impératrice.

La nouvelle situation de l'empereur à l'égard de l'Autriche ne pouvait
manquer, on le conçoit, de refroidir sensiblement l'enthousiasme qui
s'était allumé, quatre années auparavant, au pied de la colonne.

Nous avons dit quel sacrifice à l'amour-propre d'Alexandre 1er avait
inspiré au vainqueur d'Austerlitz son vague projet d'union avec la
grande-duchesse de Russie.--A plus forte raison devait-il, à la suite de
ce mariage effectif, une concession de même nature aux vanités de
François II.

Aussi l'inauguration n'eût-elle ni l'éclat, ni le retentissement
auxquels, dans d'autres circonstances, on aurait pu s'attendre. Les
journaux du temps en parlent à peine et le font avec un luxe de
discrétion, une pénurie de détails et un embarras d'expressions
très-curieux à constater.

Autre fait topique:

Il avait été décidé que, le jour même où la colonne serait
officiellement livrée aux regards du public, un grand ouvrage paraîtrait
contenant jusqu'aux moindres détails d'exécution.--Dans ce but, tous les
bas-reliefs et ornements avaient été recueillis, dessinés et gravés avec
le soin le plus minutieux.

Au dernier moment, l'empereur donna l'ordre d'ajourner la publication
(3).

[Note 3: En 1822, un graveur, M. Ambroise Tardieu, reprenant cette idée
pour son compte, a publié un album très-intéressant qui résume l'oeuvre
en trente-six planches, d'une exécution fort consciencieuse.--Il est
d'autant plus regrettable que la même conscience n'ait pas présidé à la
rédaction du texte, que cet ouvrier devait--par son caractère de
sévérité particulière--accréditer un certain nombre d'erreurs
aujourd'hui persistantes. J. D.]

                                                     *
                                                   * *

Ferons-nous maintenant une description méticuleuse du monument? Il est
difficile de passer outre dans une _Histoire de la colonne_, d'une part.
D'autre part, c'est à cette description seule que se sont bornées toutes
les publications spéciales, et il en a été tant édité, que nous risquons
fort de fatiguer le lecteur en entrant dans cette voie. Fatigue qui nous
serait pénible, au moment où nous atteignons la partie vraiment
intéressante de notre travail.

Pour satisfaire à l'une et l'autre de ces objections, nous ne voyons
qu'un parti à prendre:--c'est de donner aussi rapidement que possible,
presque dans la forme d'un devis, les indications les plus
caractéristiques. Par ce moyen nous en finirons vite.

Ajoutons que l'ennui de recommencer ces chiffres sera compensé, pour
nous, par la satisfaction de redresser bon nombre de bévues qui menacent
de s'éterniser. Car, il faut bien le dire, si l'on peut croire, au
premier abord, que le monument de la place Vendôme a servi de prétexte à
une centaine de brochures, on arrive bientôt à reconnaître qu'il n'en a
jamais été fait en réalité plus d'une demi-douzaine. Toutes les autres
ne sont que d'effrontées copies de celles-ci, dont elles reproduisent
énergiquement jusqu'aux fautes d'impression!

Ainsi s'explique rationnellement le miracle de la «multiplication des
erreurs.»

Jules Dementhe.

(_A suivre._)



Nous recevons la lettre suivante:

AU DIRECTEUR

«Dans l'article sur l'Éléphant fossile de Durfort, que vous avez publié
le 26 juillet dernier, il s'est glissé une erreur que je viens vous
prier de faire rectifier, s'il est possible, dans un prochain numéro.
L'auteur de l'article dit: «Extrait en entier et remonté par les soins
de la Société scientifique et littéraire d'Alais, etc.» Cette Société a
déjà, bien que très-jeune, assez de bonnes choses à son actif pour que
je puisse, sans crainte de la froisser, déclarer qu'elle n'a rien à voir
dans cette affaire. Le champ dans lequel j'ai trouvé les ossements
fossiles a été acquis par le Muséum d'histoire naturelle de Paris, aux
frais duquel sont faites actuellement ces fouilles, et c'est dans les
galeries de cet établissement que sera installé le squelette d'Éléphant
fossile, lorsqu'il aura été restauré et remonté, opération qui sera
faite prochainement dans ses laboratoires et par les soins de ses
employés. Les caisses, au nombre de trente-trois contenant les ossements
de ce fossile, ont été expédiées par moi sur Paris _directement._

«Veuillez agréer, etc.

«P. Cazalis Defondouce.»



[Illustration: L'OURAGAN DU 9 AOÛT À NÎMES.--D'après le croquis de M.
Paul Mersay.]



BIGARRURES ANECDOTIQUES

L'ESPRIT DE PARTI

(Suite)

--En haine des partisans de Marat et de Robespierre, l'ordre public
n'aurait-il pas fait un peu trop le _boucher_ dans la rue _au bris_?

--L'état de siège est un coup d'État? Non, c'est un coup de sang.

--Le peuple commence à s'apercevoir qu'un souverain et lui ça fait deux.

--Toujours son buste en plâtre! Quand nous le montrerez-vous en terre?

--Il y a mandat d'arrêt contre _le voeu de la nation_: s'il ne se rend
pas on est décidé à l'arrêter par contumace.

--Le conseil de guerre se tient rue du _Cherche-Midi..._ à quatorze
heures.

--Il y a des gens qui demandent où on nous mène. On ne nous mène pas, on
nous traîne.

--Si l'on savait ce qu'il en coûte, par le temps qui court, à avoir le
sens commun, vraiment on pardonnerait les graves bêtises qui se font
dans les ministères.

--Encore si l'on disait: M. Thiers est une fraction... mais non, il est
entier.

--Le libéralisme nous avait promis le règne des _capacités_; nous
n'avons encore eu que le règne des _rapacités._

--L'homme de Platon était un coq plumé. Nous ne ressemblons pas mal à
l'homme de Platon.

Jules Rohaut.

(_A suivre._)



Rébus

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Chacun fait des châteaux en Espagne.

[Illustration: nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1591, 23 Août 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home