Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1592, 30 Août 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1592, 30 Août 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

RÉDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS
33, rue de Verneuil, Paris.

31e Année.--VOL. LXII--Nº 1592
SAMEDI 30 AOUT 1873.

SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
60, rue de Richelieu, Paris.

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

[Illustration: ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--Un poste d'insurgés surveillant
l'entrée de la rade de Carthagène.]



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris, par M. Philibert
Audebrand.--Nos gravures.--La Cage d'or, nouvelle, par M. G. de
Cherville (suite).--Les Théâtres.--Bulletin bibliographique.--Revue
comique du mois, par Bertall.--Histoire de la Colonne (troisième
article).--Bigarrures anecdotiques: l'esprit de parti (suite).

_Gravures_: Événements d'Espagne: un poste d'insurgés surveillant
l'entrée de la rade de Carthagène.--Une séance du Comité insurrectionnel
dans la cathédrale de Valence.--_La Toilette japonaise_, d'après le
tableau de M. Firmin Girard.--A propos de l'ouverture.--Irlande: le
château de Dun-Luce.--Revue comique du mois, par Bertall (12
sujets).--Le navire cuirassé le _Suffren_ de la marine nationale.--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE


FRANCE

L'événement de la semaine, c'est le discours prononcé à Evreux par M. le
duc de Broglie en réponse au toast que lui avait porté M.
Pouyer-Quertier, président du conseil général, pendant un dîner offert
par M. le préfet de l'Eure.

«Je vous remercie, a dit M. le vice-président du conseil des ministres,
je remercie ceux de mes collègues qui se sont associés à vos paroles par
leur assentiment, des témoignages si chaleureux de sympathie dont vous
voulez bien m'honorer. Je les reçois avec une vive satisfaction, non pas
en mon nom personnel (je ne mérite pas de tels éloges, pas plus que je
ne les recherche), mais au nom du gouvernement que je représente, du
président de la République qui est le chef de ce gouvernement, et de
l'Assemblée nationale qui l'a investi de sa confiance.

«Le concours que vous nous apportez nous est aussi précieux que
nécessaire. Nous sommes engagés dans une lutte périlleuse, non, quoi
qu'on en dise, contre aucune institution, ni aucune opinion politique,
mais contre ces principes destructeurs de tout ordre social qui se sont
glissés dans trop d'esprits pendant le trouble causé par nos calamités
publiques, et qui ont déjà, une fois, dans un jour néfaste, mis le
comble à nos désastres. Cette lutte ne peut être l'oeuvre ni d'un seul
acte ni d'un seul jour; le mal que nous poursuivons se reproduit sous
cent formes différentes; il faut le suivre sous ses déguisements divers
et faire face à toute heure à ses attaques. Le succès serait impossible
si nous ne pouvions compter sur le concours ferme, actif, de tous les
gens de bien, tous également intéressés, quels qu'ils soient et de
quelque part qu'ils viennent, dans cette cause qui leur est commune.
Nous pouvons leur promettre l'appui d'une administration vigilante,
dévouée à l'inflexible exécution des lois; mais il faut qu'à leur tour
ils nous aident et s'aident eux-mêmes. Nous ne pouvons rien sans eux,
sans leur courage; nous ne pouvons rien surtout sans leur union.

«C'est cette union que le gouvernement s'est efforcé de maintenir et qui
a fait, dans ces derniers temps, la force de l'Assemblée nationale.
C'est par l'oubli de ses dissentiments intérieurs, par sa résolution de
rester unie et serrée autour des principes conservateurs, que la
majorité de cette Assemblée s'est montrée digne de la confiance du pays.
Le pays s'attend à ce que cette union ne soit pas rompue. Quand va venir
à son heure le devoir de traiter les graves problèmes politiques,
l'Assemblée saura, j'en ai la confiance, après les avoir abordés en
pleine liberté, dans une discussion loyale, les résoudre dans un
sentiment de concorde, faisant taire les prétentions et les
prédilections personnelles pour ne tenir compte que des périls et ne
songer qu'au salut de la société.

«Le gage de cette union salutaire, nous le trouvons surtout, laissez-moi
le dire, dans le choix qu'a fait l'Assemblée, quand elle a disposé
naguère du premier poste de l'État. M. le préfet rendait tout à l'heure
hommage à un passé illustre et à des services éclatants; il avait
raison, et je ne voudrais affaiblir aucune de ses paroles. La
reconnaissance est un grand devoir national; l'Assemblée l'a poussée, je
crois, à l'égard du dernier président de la République, jusqu'à une
limite qu'elle n'aurait pu franchir sans abdiquer ses droits ou déserter
d'autres devoirs plus impérieux; mais la part ainsi justement faite à
des services que personne ne conteste, le mérite qui s'ignore et qui
s'oublie lui-même a droit aussi à ne pas être méconnu.

«Convenons donc que c'est pour tous les partis une bonne fortune sans
pareille que d'avoir pu remettre d'un commun accord le dépôt du pouvoir
à un homme dont la loyauté sans reproches a découragé la calomnie;--un
homme à qui personne n'oserait prêter, même par l'insinuation la plus
détournée, soit un calcul, soit une arrière-pensée personnelle;--un
homme dont la modestie n'est pas éblouie par l'éclat du rang suprême, et
qui paraît presque importuné par sa gloire militaire depuis que l'ombre
de nos malheurs en a assombri l'auréole;--un homme exempt de cette
recherche de popularité et de cet attachement au pouvoir qui dictent
souvent aux hommes d'État de dangereuses complaisances; voilà bien, dans
les périls que nous traversons, le chef naturel des gens de
bien..................................»

Ce discours a été comparé avec raison à ceux que les ministres
prononcent fréquemment en Angleterre, pendant les vacances du Parlement,
lorsque la situation du pays paraît exiger des explications sur les
intentions du gouvernement; des déclarations de ce genre auraient, sans
doute, emprunté aux circonstances actuelles une opportunité toute
particulière. Celles que contient le discours que nous venons de
reproduire sont-elles aussi complètes qu'on aurait pu le désirer, aussi
explicites que se sont plu à le dire la plupart des journaux? Il est
permis d'en douter; et pour tout lecteur exempt de prévention, il
semblera que les termes dont s'est servi M. de Broglie sont assez vagues
pour prêter aux interprétations les plus opposées. Faut-il par exemple,
comme l'ont fait plusieurs feuilles républicaines, voir une appréciation
peu favorable à la fusion dans ce passage où le vice-président du
conseil dit que lorsque l'heure sera venue d'examiner de graves
problèmes politiques «l'Assemblée saura les résoudre dans un sentiment
de concorde, faisant taire les prétentions et les prédilections
personnelles pour ne tenir compte que des périls et ne songer qu'au
salut de la société». Faut-il encore interpréter dans un sens favorable
au maintien de la République cet autre passage où M. de Broglie assure
que la lutte que soutient le gouvernement «n'est engagée, quoi qu'on en
dise, contre aucune institution ni contre aucune opinion politique». Il
suffit, croyons-nous, de relire avec attention ces deux passages les
plus accentués peut-être de tout le discours, pour se convaincre qu'ils
ne contiennent autre chose qu'une affirmation nouvelle des principes de
conservation sociale au nom desquels s'est fondé le gouvernement du 24
mai, et que, quant à la fusion, le vice-président du conseil s'est
strictement maintenu dans la réserve absolue dont il lui était, du
reste, impossible de sortir.

À vrai dire, cette impatience fiévreuse avec laquelle on épie les
moindres faits de nature à donner quelque indice sur les graves
événements qui se préparent, est menacée de rester sans aliment. On dit
bien que le comte de Chambord ne fera aucune concession; que la question
du drapeau et celle de la Constitution resteront les pierres
d'achoppement contre lesquelles viendront se heurter les espérances
fusionnistes, que les hommes politiques chargés d'ouvrir des
négociations à ce sujet sont revenus fort découragés de leur voyage à
Frohsdorf. Chaque jour voit éclore quelque nouveau projet destiné à
mettre fin à tout désaccord; le _Soir_, qui s'est constitué le moniteur
officieux de la fusion, mais sans dire où il puise ses informations et
qui est du reste désavoué par les organes officiels du parti royaliste,
le _Soir_ ajoute que tout ce qu'auraient obtenu les négociateurs serait
l'ajournement d'un nouveau manifeste déclarant que le drapeau blanc ne
serait abandonné en aucun cas. Mais ce ne sont là que des aliments bien
peu solides jetés en pâture à la curiosité du public, et puisque tout
projet de convocation anticipée de l'Assemblée paraît décidément
abandonné, ce n'est pas avant trois mois que des événements décisifs
auront mis fin à l'état d'incertitude où nous vivons. Bornons-nous à
noter, pour aujourd'hui, cette déclaration du _Monde_, où après avoir
réfuté les informations du _Soir_, le journal légitimiste conclut en
disant que: «Si l'accord des royalistes échoue, ce ne sera pas à cause
du drapeau, qui n'est qu'une question enfantine, c'est que l'instinct
révolutionnaire l'aura décidément emporté chez beaucoup de ceux qui
avaient l'air de reculer devant les crimes de la révolution.»

La session des conseils généraux, dont nous annoncions l'ouverture il y
a huit jours, est déjà close dans un certain nombre de départements et
ne tardera pas à l'être dans tous les autres. Si courte qu'elle ait été,
cette session n'en a pas moins été utilement remplie par l'examen d'un
grand nombre de questions d'intérêt local. Un fait digne de remarque,
c'est la réserve avec laquelle les conseils généraux se sont abstenus de
franchir les limites de leur compétence en évitant de s'occuper, même
sous forme de voeux, de questions de politique générale. C'est sans
doute à cet ordre de préoccupations qu'il faut attribuer le rejet, dans
plusieurs départements, de projets d'adresse avant pour but de féliciter
M. Thiers à l'occasion de la libération du territoire. A ce point de
vue, on ne peut qu'approuver les scrupules qui ont dicté ce rejet, car
ils sont motivés par le sentiment du respect de la loi, qui est formelle
à cet égard. On se rappelle combien de fois, l'année dernière, le
gouvernement de M. Thiers avait du rappeler les conseils généraux au
respect de cette même loi en invalidant des délibérations où elle avait
été transgressée. L'attitude prise par eux cette année montre que la
leçon n'a pas été perdue et dénote un progrès du meilleur augure dans
l'éducation politique du pays.


ESPAGNE

Il faut décidément renoncer à démêler la vérité au milieu des nouvelles
incomplètes et contradictoires que le télégraphe nous apporte pêle-mêle
d'au delà des Pyrénées. Les carlistes multiplient leurs tentatives, mais
sans succès jusqu'à présent, pour arriver à la possession des deux ou
trois grandes villes qui leur sont indispensables pour établir leur
autorité et coordonner leurs opérations d'une manière sérieuse. Bilbao,
Pampelune, Berga, Estella, ont successivement fait l'objet de ces
tentatives qui ont avorté jusqu'à présent, mais qui seront reprises
aussitôt que don Carlos aura pu se procurer en quantité suffisante des
armes et de l'argent. Quant à l'insurrection des provinces du Midi, elle
est définitivement refoulée sur tous les points, sauf à Carthagène où
une action décisive est imminente. A Madrid, M. Castellar a été nommé
président des Cortès. Il a prononcé, à cette occasion, un de ces
discours où il excelle; il a fait appel à la discipline, à la concorde.
Puisse cet appel être mieux entendu que tant d'autres qui l'ont précédé!



Courrier de Paris

--Il y a une dizaine de jours qu'on a annoncé que le duc de Brunswick
venait de mourir subitement à Genève. Au temps où nous sommes, cela fait
quinze siècles. Tout ce qu'on pourrait noter sur ce personnage ne serait
plus qu'une redite. On a raconté une à une toutes les excentricités de
l'Altesse, ses fugues, son hôtel de Paris peint en rose, ses procès si
bizarres, ses histoires de perruques, uniques dans leur genre; on s'est
surtout rabattu sur ses diamants, depuis cinquante ans connus en Europe.
Il n'y a donc à revenir sur rien de tout cela. Le prince Charles de
Brunswick est mort à la suite d'une apoplexie foudroyante; voilà tout ce
qu'il y a à mentionner. Pourtant j'ai aussi un mot à placer.

Ce mot est tiré d'une lettre posthume, absolument inédite, de l'homme
qui parlait le plus librement des autres hommes, couronnés ou nu-tête.
J'ai nommé Henri Heine. A un pauvre diable de réfugié allemand,
journaliste comme lui, l'auteur de _Reisebilder_ disait, dès 1835, son
sentiment sur l'ex-souverain du grand-duché de Brunswick que ses peuples
s'étaient permis de renvoyer, un jour, sans tambour ni trompette. On a
tiré l'épître d'une collection d'autographes, afin de me la faire lire.
Que d'esprit il y a là-dedans! Mais je n'ai obtenu le droit que de citer
un fort petit nombre de lignes.

«S'il y a des démagogues qui ont, en apparence, la douceur, et en
réalité les griffes du tigre des jungles, il y a aussi des grands de la
terre qui sont des fous dangereux. Le duc est de ces derniers. Le jour
où il est venu au monde, dans un palais, la fée Carabosse était assise
près de son berceau; c'est elle qui me l'a raconté. En voyant l'enfant,
au moment où l'on allait couper le cordon ombilical, elle a dit au papa
et à la maman: «Ne plantez jamais une couronne sur ce front-là; c'est le
bonnet de la folie qu'il faut y mettre.»

--Sur les bords de la mer, à Deauville, on vient tout à coup de
réveiller le nom déjà fort oublié de feu M. de Morny. Il y a eu une
statue, accompagnée d'une inscription. Tout ce qu'il vous plaira. Nous
vivons dans un temps où les grandeurs humaines ne durent pas plus que
les bulles de savon. Cependant nul n'aura passé plus vite que cet enfant
de l'amour et du hasard qui a été pendant quinze ans président du Corps
législatif. «Eh bien, j'ai peur pour moi, parce que la Fortune me fait
manger trop de pralines, disait-il au colonel R***, un de ses camarades
de jeunesse. La Fortune, en effet, l'avait traité quinze ans en enfant
gâté. Si dès le lendemain de son décès, il a pu voir ce qui est arrivé
chez lui-même, il aura pu dire aussi, après Horace, que la déesse
d'Antium fait payer avec usure tout ce qu'elle donne.

On a raconté un drame d'intérieur dont je n'ai pas à parler ici, d'abord
parce que c'est déjà une vieille légende et ensuite parce que les
secrets d'alcôve ne me regardent pas. Mais indépendamment du fait, comme
son château de cartes s'est vite écroulé! Je ne veux revenir qu'à
quelque chose dont j'ai été témoin.

Cela se passait en 1865.

Le duc de Morny était mort depuis peu de temps, mais le vide se faisait
de toute façon dans le palais où il avait résidé. Il était de mode
d'aller visiter sa galerie de tableaux, publiquement affichée. Une carte
à la main, je m'y étais présenté, comme cent autres, curieux de voir
tant de belles toiles que le vent des enchères devait bientôt éparpiller
à travers l'Europe, peut-être même jusqu'au fond de l'Amérique. Le
défunt avait eu un grand faible pour les paysages. C'était, sans
contredit, ce qui se trouvait chez lui de plus précieux, quoiqu'on y
aperçut des Vélasquez et des Murillo. Il y avait un magnifique Hobbema.
Quelques artistes en renom, attirés par ce spectacle, ne pouvaient
s'arracher à la contemplation de cette toile de Hollande qui valait
vingt fois son pesant d'or.

--Ce sont ces iroquois d'Yankees qui vont nous l'emporter! s'écriait
R*** en se cognant la tête du poing.

Un peu plus loin, en inclinant vers la galerie voisine, trois jeunes
femmes faisaient cercle devant une page d'histoire du commencement de
notre siècle. C'était le _Divorce de Napoléon 1er_, où l'impératrice
répudiée, grand'mère du duc, tout à la fois fière et pleurante, garde
une attitude d'Agrippine blessée et rejette la plume avec laquelle
Cambacérès vient de lui faire signer l'acte qui prononce sa
déchéance.--Et, en me penchant un peu, je pouvais entendre l'une des
trois jeunes femmes dire à l'autre.

--Ah! cela ne suffit pas toujours d'être belle!

Huit ans se sont écoulés, et voici ce qu'on apprend. Ce n'est plus
seulement l'impératrice Joséphine, l'héroïne du tableau, qui serait un
sujet d'élégie; ce n'est plus non plus le propriétaire même de cette
oeuvre qui a disparu, c'est le tableau lui-même; et avec lui, le
magnifique Hobbema. R*** n'avait que trop raison en se cognant le front.
Un Yankee s'était rendu acquéreur des deux cadres; il les a emportés aux
États-Unis. On a pu savoir par une correspondance de date récente que
ces deux pages ont été brûlées pendant l'incendie de Chicago.

--- Autre souvenir du même temps et du même endroit.

Dans ce même Palais-Bourbon, au fond d'une pièce d'entrée, en regard
d'un _Hercule désarmé par Omphale_, on apercevait une grande cage. Deux
singes de l'espèce des ouistitis y prenaient leurs ébats. Suivant ce
qu'on disait, ces quadrumanes étaient les favoris du président du Corps
législatif. Il ne se passait pas de jour que le haut dignitaire ne vint
jouer avec eux et leur donner du sucre.

Un gardien nous racontait qu'ils étaient tout à coup devenus tristes.

--Ah! mon Dieu, ajoutait-il, un de ces petits messieurs du secrétariat a
essayé de leur donner des friandises, mais ils ne sont pas si bêtes: ils
voyaient bien que ce n'était pas une main de duc.

Nota bene.--Les deux ouistitis vivent encore, ils sont chez le comte
D***.

--Encore un écho de la mer de Normandie.

Ça, nous l'extrayons, mot pour mot, d'une lettre qu'on veut bien nous
communiquer.

«Pour une toilette de femme, voilà une toilette de femme. Jamais, W***,
le grand faiseur, n'aura mieux compris une physionomie. C'est une robe
Louis XVI, en faille prune-de-Monsieur, à immense traîne, ouverte sur un
tablier de faille bleu-de-ciel, garni dans le bas de trois volants
séparés entre eux par du vieux point d'Angleterre posé à plat. Corsage à
basque derrière, décolleté devant en s'arrondissant, et paré du fichu à
cascade de dentelle, ainsi qu'on le voit dans les portraits de
Marie-Antoinette. Longue ceinture-écharpe de gros grain bleu-de-ciel,
nouée sous la basque et jetée sur la traîne en deux pans. Coiffure à
demi-poudrée. Turquoises et diamants scintillant sous la
dentelle.--Expressément pour les soirées d'août.»

La lettre ajoute sous forme de post-scriptum:

--Cette toilette coûte mille écus et elle ne servira qu'une fois.

Qu'est-ce qui écrivait donc, l'autre jour, que nous devenions
Spartiates?

--Une Revue anglaise, _the Saturday Review_, prend encore une fois à
partie le monde parisien, non pas à cause des robes à traîne et des
cascades de dentelle, mais en raison de l'argot. Vieux procès. L'argot
du pays Bréda fait irruption dans ce qui reste de belle société.--Sous
l'empire, un jour, M. Achille Fould, ministre d'État, avait cherché à
réagir contre ce petit travers. On se rappelle l'arrêté si curieux qu'il
avait pris à l'effet d'empêcher l'argot de pénétrer dans les théâtres.

--Excellence, si vous croyez réussir, vous vous mettez le doigt dans
l'oeil, lui avait dit une jeune actrice du Théâtre-Français.

--- Il est évident que le _Saturday Review_ nous prend sans vert à ce
sujet. Rien ne saurait barrer le chemin à l'argot. On arrête à la
rigueur un conquérant comme Attila; quant à l'argot, point. Il se moque
de toutes les douanes comme de toutes les armées. S'il n'y avait encore
que l'argot! A la rigueur on donne droit de cité à des mots neufs; on
les discipline en les faisant entrer dans la langue. Mais, pour le
moment, du bas en haut, à tous les points du monde social, ce qu'on dit
et ce qu'on entend ne s'est jamais dit ni entendu chez nous.--Alphonse
Karr a résumé ce mouvement bizarre dans un trait qu'il racontait il y a
quelque temps à Léon Gatayes. Il parlait d'une soirée où il se trouvait.

--La conversation languissait. On pria une jeune fille de se mettre au
piano et de chanter. C'était une fort jolie fille, blonde avec de grands
yeux bleus, voilés par de longs cils; elle avait ce charme poétiquement
virginal qui est la plus grande beauté de la femme. Sa peau,
transparente et unie, d'une teinte un peu pâle, devenait rose quand elle
parlait. Elle se leva et se dirigea lentement vers le piano; elle avait
encore ces formes indécises qui font ressembler une femme à une
apparition, à un être éthéré qui glisse sur la terre sans presque la
toucher. Elle s'assit au piano. Il se fit alors un grand silence; elle
leva au plafond un touchant regard bleu; elle préluda, puis d'une voix
rauque et avinée, elle chanta quelque chose dont je n'ai retenu que le
refrain:

        Et qui fit joliment son nez?
        C'est le jeune homme empoisonné.

Ce que l'auteur du _Fa Dièze_ racontait là se produit tous les jours, un
peu partout, sans que nul s'en étonne.--Mais le _Saturday Review_, plus
collet-monté que nous autres, crie à l'abomination de la
désolation.--S'il faut l'en croire, les jeunes femmes, celle du meilleur
lieu, la toilette de l'après-midi terminée, disent à leur cocher:

--Joseph, attelez. Nous allons aller faire le tour du lac; c'est
l'_heure du persil._

--Qu'est-ce que c'est donc de si horrible, l'heure du persil?

En allant aux informations, voici ce qu'il nous a été permis
d'apprendre.

L'_heure du persil_ commence à trois heures et demie au plus tôt et
finit à six heures vingt minutes, au plus tard.

_Faire le persil, faire son persil_, c'est se promener en voiture
découverte autour du lac, au bois de Boulogne.--Exercice fort pratiqué
par le demi-monde et auquel se livre le grand monde par imitation, comme
toujours.

Y a-t-il un sens caché là-dessous? Cela se peut, mais jusqu'à ce jour
aucun grammairien n'a pu deviner ce que ces mots-là veulent dire au
juste.

--Le 8 septembre prochain et les jours suivants, seront vendues
publiquement et aux enchères les vastes et splendides collections de
plantes de M. J. Linden à Bruxelles.

Parmi tant de révolutions auxquelles ont assisté les hommes de notre
âge, on ne doit jamais omettre la révolution opérée sous nos yeux dans
l'art de dessiner et d'orner nos jardins. Celle-ci du moins est
charmante et toute à l'avantage de nos plaisirs. Si le Nôtre, la
Quintinie, et même Daubenton revenaient parmi nous, ils ne se
reconnaîtraient plus au milieu des plantes que nous cultivons dans nos
jardins d'hiver et d'été, des fleurs que nous élevons dans nos serres,
que nous éparpillons dans nos massifs, réservant à peine pour les
bordures et les plates-bandes celles qui avaient leurs prédilections.
Depuis un demi-siècle, il y a eu métamorphose complète dans notre
science florale, mise à la portée de tous les gens de goût. Qu'on
regarde nos squares, et qu'on les compare à ce qu'étaient les parcs et
les parterres d'autrefois.

Cette révolution s'est opérée doucement et sans bruit, grâce à
d'heureuses importations exotiques. On a flatté l'oeil, on a flatté
l'odorat de mille manières différentes. Et les plantes nouvelles ont
rapidement conquis leur droit d'acclimatation. Chacun s'est empressé de
faire place et de faire fête à ces hôtes charmants qui ont rapidement
multiplié la somme de nos jouissances. Nous n'en avons pas un si grand
nombre pour qu'on les dédaigne.

Personne n'a plus contribué à ce mouvement que M. J. Linden, dont le nom
est depuis longtemps européen Qu'il nous suffise de rappeler ici,
uniquement pour les Français, que M. J. Linden est l'organisateur des
belles serres de M. Pescatore à la Celle-Saint-Cloud, qui furent
longtemps une des curiosités de Paris. C'est là qu'on tâchait de
s'introduire, et ce n'était pas toujours facile, lorsqu'on voulait faire
connaissance avec les orchidées, dont les riches et délicates
colorations auraient désespéré la palette d'Eugène Delacroix. Des
premiers, M. Pescatore avait encouragé M. J. Linden, qui avait obtenu
l'appui du gouvernement belge lorsqu'il entreprit d'explorer en savant
et en artiste les vastes et solitaires régions tropicales de l'Amérique
continentale.

Ce que Rafflen avait en partie fait pour l'Inde dans les quinze
premières années de ce siècle, on peut dire que M. J. Linden l'a
heureusement accompli dans une vaste partie du monde qui n'avait pas été
explorée avant lui et qui attendra longtemps encore la civilisation
européenne telle que nous la voyons autour de nous. Seulement l'utilité
pratique n'a jamais été négligée par M. J. Linden. Ses créations et ses
établissements en Belgique en font foi. On peut même dire que ses
relations aujourd'hui embrassent le monde entier. Il y a profit pour
tous, et désagrément pour personne. Qui pourrait se plaindre de
l'introduction d'une plante nouvelle, remarquable par sa verdure, par
ses fleurs, par la bizarrerie harmonieuse de sa construction, par son
parfum, par les qualités voilées de son bois ou de son fruit?....

Nous aurions encore bien à dire si nous pouvions nous étendre sur ces
cycadées rares, ces orchidées peu vulgaires, ces arbres à fruits des
Tropiques, ces fougères, ces broméliacées que nous énumère le catalogue.
Il faut savoir s'arrêter. Ajoutons cependant que la vente de
l'établissement de M. J. Linden, à Bruxelles, est une occasion rare pour
les amateurs de belles plantes exotiques. Elle ne se représentera pas de
longtemps.

[Illustration: ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--Une séance du Comité
insurrectionnel dans la cathédrale de Valence.]

[Illustration: LA TOILETTE JAPONAISE.--D'après le tableau de M. Firmin
Girard.]

--Dans les coulisses du monde littéraire, on raconte qu'un jeune auteur,
M. T***, vient de se voir refuser un drame très-coloré, mais pour une
raison assez bizarre. Comprenez que l'idylle nous poursuit; croyez
qu'elle envahit même les théâtres. Si Berquin ressuscitait, on irait
au-devant de lui afin d'avoir de ses oeuvres à mettre en scène. Pour en
revenir à notre jeune homme, qui apportait une sorte de
_Farruck-le-Maure_, le directeur du théâtre de*** lui a dit, sans
phrases:

--Cher monsieur, votre pièce est fort belle; mais, dame, vos amoureux
retardent de quarante ans. Ils sont trop jaloux.

Y a-t-il donc aujourd'hui un mot d'ordre qui assigne des limites à
l'expression de la jalousie en matière d'amour?

--Ce directeur, homme intelligent, du reste, doit être de l'école de
Nestor Roqueplan. Les jaloux au coeur de tigre! Quatre ou cinq fois
lorsqu'il faisait le feuilleton du _Constitutionnel_, le critique en
question s'est livré sur ce point à un travail de lapidaire. Roqueplan
ne pouvait voir en face le jaloux moderne, coulé dans le moule
d'_Antony_.

--Ce garçon là, disait-il, c'est une bête fauve qu'il faut mettre en
cage.

En 1865, on jouait quelque part, je ne sais plus où, une comédie
intitulée: _Les deux Soeurs_. Il y avait là dedans un jaloux qui parlait
sans cesse de tout tuer.

--Mettez-lui donc une muselière, à ce chien enragé! s'écria le critique.

En parlant de cette sorte, Nestor Roqueplan se fondait sur l'histoire.
Il est certain que, dans l'ancienne France, la jalousie telle qu'on nous
la montre au théâtre, était un mal à peu près inconnu. Rarement le
poison, le poignard, l'arme à feu ou le suicide venaient traverser un
roman à deux; Werther avait fait à nos grands pères l'effet dupe
monstruosité psychologique. Aimait-on moins que de nos jours? La
question n'est pas là. On aimait autrement. Cependant dès 1800, à force
de se frotter avec l'Europe entière, nous finissions par gagner un peu
des moeurs, des idées et des passions des autres peuples. Le Français
perdait insensiblement de son caractère de joli coeur. Il lisait Goethe,
Schiller, Jean-Paul, et il devenait rêveur comme l'Allemand. Il vivait
au delà des Pyrénées et il se changeait, sans s'en douter, en soupirant
sombre comme l'Espagnol. Plus tard, quand 1815 et lord Byron eurent mis
l'Angleterre à la mode, il fut froid, compassé, sanguinaire en fait
d'amour. Un beau matin, l'École romantique exprima dans les musées, au
théâtre, dans, les livres toute cette situation nouvelle, et nous eûmes
de nouvelles moeurs, nous eûmes la jalousie à grandes guides.

A dater de 1830, l'art littéraire pivote sur trois expédients, toujours
les mêmes pendant quinze années: la tromperie,--la jalousie,--la
vengeance.--Supprimez l'un de ces trois termes et toute cette
merveilleuse époque d'écrivains et d'artistes est jalouse et incolore.
Mais l'art de 1830 commence déjà à être loin de nous puisque le
feuilleton a pu demander à faire faire des muselières pour la
jalousie.--Pauvre art! qui a cependant rajeuni cette nation, il a passé
comme les Dieux et les Rois!

Philibert Audebrand.



NOS GRAVURES

Correspondance d'Espagne

Valence, le 15 août 1873.

Je vous adresse avec le croquis ci-joint, dont vous ferez ce qu'il vous
plaira, quelques détails rétrospectifs sur le gouvernement dont nous
avons eu le bonheur de jouir durant le règne heureusement fort court des
intransigeants, et sur le siège et la prise de Valence.

La ville est située sur la rive droite du Guadalaviar, à quatre
kilomètres du port du Grao et de sa belle plage, où conduit une route
plantée de quatre rangées d'arbres qui part de l'extrémité de la
promenade de l'Alameda. Je ne vous dirai rien de cette situation. Il
n'est pas de voyageur qui n'ait chanté sur tous les tons la beauté et la
fertilité de la _Huerta_ de Valence, ce jardin de trois lieues carrées
qui s'étend de la ville au lac de l'Albufera. Valence est entourée d'une
muraille crénelée flanquée de tours et bordée d'un fossé. Quatre portes
y donnent accès: les portes de San-Vicente, del Mar, de Serranos et de
Cuarte, conduisant la première à Madrid, la deuxième au port du Grao, la
troisième en Catalogne et la quatrième à Cuença. Cette enceinte renferme
une population de cent mille habitants, dont beaucoup s'étaient déjà
éloignés lors de la proclamation du Canton par la junte révolutionnaire,
et dont un grand nombre d'autres s'enfuirent encore et allèrent camper
au bord de la mer, quand le général Martinez Campos bombarda la ville.
Il était arrivé le 30 juillet et il ouvrit le feu le 1er août.

Les insurgés avaient installé des canons sur les tours de Serranos et de
Cuarte, et se défendirent énergiquement; mais la milice faiblit et ne
tarda pas à manifester l'intention de se rendre, et l'eut fait aussitôt
sans la junte révolutionnaire, autrement dit le comité de salut public,
qui tenait pour la résistance à outrance.

La junte, composée d'ouvriers, siégeait dans la cathédrale. Le lieu de
ses séances était la chapelle des apôtres, située au fond de la nef, à
gauche. On y pénétrait par une grande porte cintrée, que gardait un
certain nombre d'hommes armés. Rien de sinistre et de grotesque à la
fois comme cette assemblée d'hommes en blouses plus ou moins malpropres,
ou en manches de chemises, jeunes pour la plupart, tous fatigués,
discutant et fumant des cigarettes autour d'une table surchargée de
papiers. Entre ces hommes et la série des portraits d'évêques crosses et
mitres garnissant les murs de la chapelle, quel contraste! Il m'a été
donné de voir le tableau, et de ma vie je ne l'oublierai. Il n'était pas
d'ailleurs difficile de pénétrer dans ce sanctuaire momentanément
transformé en caverne. Le mot est trop fort, car on n'y courait vraiment
aucun risque d'être dévoré. Tous les membres de ce singulier
gouvernement visaient même à l'urbanité et prenaient des airs de
gentlemen. Il est vrai d'ajouter qu'au moment où je les vis, malgré
l'assurance qu'ils affectaient encore, ils étaient visiblement
découragés. C'était le 4 août. La canonnade avait déjà fait beaucoup de
ruines par la ville et les notables devenaient menaçants. Le 5, il
fallut décidément aviser. Une commission fut envoyée au général Campos
et un armistice conclu. La junte demandait une amnistie pour les
insurgés; mais voyant qu'il n'y avait guère d'apparence qu'elle fut
accordée, elle convoqua cinq volontaires par bataillon pour prendre une
résolution suprême. Elle était déjà décidée à abandonner la partie, et
ce qui le prouve c'est que les volontaires s'étant prononcés pour la
continuation de la résistance, tous ses membres profitèrent de la nuit
pour quitter la ville et gagner le Grao, où les attendait un steamer qui
devait les conduire à Carthagène.

Au jour, la ville ainsi délivrée put enfin ouvrir ses portes aux troupes
du général Campos, qui y firent tranquillement leur entrée, bientôt
après suivies de tous les habitants qui avaient fui la junte et les
obus.

Aujourd'hui il ne reste plus à l'insurrection que Carthagène, qui a été
son point de départ. Il est bon d'ajouter que c'en est aussi la plus
forte citadelle. Les abords du port et de la ville sont commandés par
deux ouvrages formidables, le fort Saint-Julien et le château Galeras,
situés sur deux éminences: le premier à droite, le second à gauche de la
baie Escombrera, qui précède l'entrée du port. Le château Galeras est le
siège du canton indépendant de Carthagène.

De plus, sur les bords de l'étroit canal qui conduit au port s'élèvent
d'un côté les forts Santa-Anna et Santa-Florentina, et de l'autre les
forts Podadera, à double batterie, et Navidad, ayant trois canons
tournés vers la mer et un nombre double prêts à balayer la terre.

Le feu a d'ailleurs déjà été ouvert, au moins par les assiégés, et pour
y répondre, le général Campos attend de l'artillerie. On s'accorde à
penser que le bombardement commencera le 1er septembre.

X...


La toilette Japonaise

Par M. Firmin Girard

Il y aura bientôt un demi-siècle que la critique signalait, avec des
appréciations diverses, l'apparition des toiles éclatantes de Diaz, de
Decamps, et de toute cette jeune école qui semblait revenir de la
conquête de la couleur et du soleil; l'Orient, avec les mille feux de
ses pierreries, de ses étoiles et de son ciel, était alors comme la
révélation d'un art nouveau, tout brillant de sève et de jeunesse, il a,
depuis, été étudié sous toutes ses faces; les peintres l'ont envahi et
nous ont rapporté tous les aspects de ses bazars et de ses mosquées.
Aussi l'Orient appartient-il aujourd'hui à tout le monde; mais voici que
nos artistes ont fait une autre découverte.

Le Japon, longtemps ignoré, longtemps dérobé par ses habitants aux
recherches des Européens, a pu enfin être visité et connu; on s'est
étonné d'y rencontrer une civilisation des plus anciennes, on y a trouvé
des oeuvres d'art remarquables, conçues en dehors des idées de notre
vieux monde, exécutées avec une rare habileté, et témoignant souvent
d'une perfection de goût presque trop avancée. Un nombre bien restreint
d'artistes, sans doute, a pu tenter un si lointain voyage; mais leurs
croquis, joints aux relations des écrivains, complétés par les
renseignements de la photographie, ont inspiré toute une pléiade de
peintres, qui s'appliquent depuis quelque temps à représenter, à deviner
peut-être ces lointaines régions.

Parmi eux, M. Firmin Girard a déjà su se conquérir une place à part, et
son tableau, que nous reproduisons aujourd'hui, a figuré avec un succès
des plus mérités au dernier Salon; la nonchalance de la jeune femme
accroupie sur un tapis, l'instrument inconnu dont elle joue tandis
qu'une de ses suivantes achève de la coiffer, l'étrangeté de tous les
objets réunis autour d'elle, tout contribue à faire de cette charmante
composition une oeuvre des plus curieuses et des plus originales. Mais
ce que la gravure ne peut rendre, c'est la richesse des tons, c'est
l'éclat des couleurs qui chatoient sans se heurter, et dont l'harmonieux
ensemble attire et relient le regard sans le fatiguer. Nous avons
désormais une nouvelle école, l'école japonaise, et nous sommes heureux
de reproduire pour nos lecteurs le tableau d'un de ses représentants les
plus distingués.


A propos de l'ouverture

Qui donc s'est occupé d'autre chose pendant la semaine qui vient de
s'écouler? Dans les salons et dans les chaumières, dans les clubs et
dans les boutiques, dans les cafés et dans les cabarets du village, les
causeries masculines ne connaissaient plus guère d'autre thème. Les
évolutions de la politique, les mystérieux agissements dont doivent
sortir notre bonheur suivant les uns, qui suivant les autres ne seraient
que le couronnement de nos misères, avaient eux-mêmes perdu leur
prestige; seule, la question du perdreau tenait la France entière en
suspens.

Et quelle distance entre les tièdes préoccupations que chacun consacre à
ces événements, dits sérieux, et le véritable enthousiasme qui s'était
emparé des disciples de saint Hubert,--un peu tout le monde
aujourd'hui,--à mesure que se rapprochait le grand jour. Notre
collaborateur du crayon vous les montre consacrant la veillée des armes
à l'inspection du fourniment, à la confection des munitions; ayant
décidé, -par quel miracle d'éloquence, mon Dieu!--l'ennemie intime de la
chasse, la maîtresse de la maison, à prendre part à ces préparatifs du
carnage; je puis lui certifier que pour quelques-uns au moins, ces
préludes de l'entrée en campagne sont parfaits depuis bien
longtemps.--Ah! si notre malheureuse et héroïque armée avait eu des
intendants aussi prévoyants à son service!

Il y a un mois environ, j'étais allé visiter un membre de la confrérie,
qui n'est plus un jeune homme, ma foi! Je le trouvai, par une chaleur
torride, vêtu du velours à côtes, guêtré jusqu'aux cuisses, sanglé d'une
cartouchière, bardé d'une volumineuse carnassière, la cape sur la tête,
le fusil sur l'épaule et arpentant son appartement au pas gymnastique;
avant de répondre à mon bonjour il inscrivit le chiffre 5777 sur le
chambranle de la cheminée. Comme je restais ébahi de cette tenue de
batteur d'estrade, aussi bien que de ce nombre pour moi fatidique qu'il
répétait encore à plusieurs reprises.--«Ah! me dit-il, c'est qu'il me
faut 11,982 tours dans cette pièce pour avoir fait quatre lieues, je
marque où j'en étais pour ne pas me tromper tout à l'heure quand je
reprendrai mon exercice; un petit entraînement auquel je m'astreins tons
les jours, afin d'être en état de soutenir gaillardement les fatigues de
l'ouverture!»--J'examinai le carnier dont il venait de se débarrasser;
il était lesté de deux formidables pavés représentant le poids d'une
demi-douzaine de bons lièvres. Chez les fils de Nemrod la présomption
survit à toutes les maturités de l'âge.

La ferveur avec laquelle le peuple français se voue à ce qu'un poète
appellerait le culte de Diane, c'est dans les gares, le 30 août, que
l'on peut l'apprécier; à moins d'en avoir été le témoin il est
impossible de se faire une idée des énormes affluences qui, ce jour-là,
s'y succèdent. Une promenade dans les salles l'attente démontre jusqu à
quel point le démon de la chasse a aujourd'hui pénétré dans les cerveaux
de toutes les classes, ou plutôt de toutes les couches sociales.
Chasseurs riches, chasseurs pauvres, chasseurs gentilshommes, chasseurs
bourgeois, chasseurs plébéiens, les uns vêtus de drap et de velours, les
autres de la blouse gauloise, se pressent, se coudoient, se bousculent
dans le plus démocratique, dans le plus fraternel des pêle-mêle. Les
dissonances physiques n'y sont pas moins tranchées, les nuances morales
moins caractérisées. Sous l'influence du mouvement passionné qui tous
les incite, chaque individualité devient un type, s'accusant et se
détachant sur l'ensemble; en voilà des jeunes, des vieux, des petits,
des grands, des maigres, des gras, des longs, des ronds, des obèses, de
laids et d'autres pour lesquels la déesse ci-dessus eût été autorisée à
délaisser son Eudymon!

Sous ces signalements disparates vous reconnaissez le chasseur
indifférent, celui qui est venu là pour être agréable à un ami et le
suit à la chasse comme il l'aurait suivi à la noce ou à l'enterrement;
les chasseurs gais, nombreuse série qui commence aux chasseurs bons
enfants pour s'étendre jusqu'au chasseur facétieux qui rit toujours et
dont chaque éclat fait à la fois tressauter sa bedaine et les vitres de
la salle; le chasseur positif succombant sous le faix des _harnois de
gueule_ qu'il emporte; le chasseur grave pour lequel l'extermination du
gibier est un sacerdoce; le chasseur chauvin qui en est encore à cet
aphorisme, que la chasse est l'image de la guerre, le chasseur envieux
dont les prunelles louches jaugent déjà les capacités des carniers
encore vides; le chasseur sévère, un ex-élève de l'institution
Petdeloup, qui crible son chien de coups de pied parce que la pauvre
bête s'est livrée, à l'encontre de son pantalon, à une licence autorisée
par l'intimité; le chasseur rêveur et mélancolique, un reflet attardé
des ballades allemandes, posant pour quelques échantillons du sexe
faible égarés dans cette mêlée; le chasseur grincheux; le chasseur
terrible, un massacreur à tous crins qui brandit son fusil d'une main
crispée et menace de débuter par un coup double sur les employés ahuris
qui ne répondent pas assez vite à ses questions.

Et les chiens? Ah! M. de Buffon, si vous pouviez assister au défilé de
ceux qui sont là, vous déchireriez de suite votre fameux tableau de
leurs espèces. Toutes les races, les sous-races, les non-races mêmes y
ont des représentants; on y admire en même temps le pointer de mille
francs et le modeste loulou, gardien fidèle de la boutique, et quelque
peu stupéfait du rôle glorieux que lui imposent les velléités
cynégétiques de son patron.

Et, presque à chaque heure de cette bienheureuse journée, à peine
évanoui, le tableau se renouvelle. Les trains se multiplient, les salles
se vident sans relâche, mais ce n'est que pour se remplir d'une autre
cohue, criant, appelant, riant, chantant, aboyant, hurlant, comme celle
qui vient de disparaître!

Cette armée de chasseurs s'en va au nord, à l'est, à l'ouest, au sud,
s'éparpille en Brie, en Beauce, en Picardie, en Champagne, et se
fractionne encore aux gares d'arrivée pour se répandre dans tous les
villages. Le paysan accueille ses Parisiens avec un sourire: c'est un
regain de la moisson qui lui arrive; ils laisseront de bon argent au
pays en échange des quelques méchants perdreaux qu'ils tueront
peut-être. Et puis, il existe dans l'endroit quelques bonnes
plaisanteries sur leurs prétentions de chasseurs. On n'est pas fâché de
cette occasion de les rééditer; cela fait toujours rire un brin.

L'auberge est en liesse, les fourneaux s'embrasent, la cheminée
flamboie, comme au jour de la fête patronale. Les curieux eux-mêmes ne
manquent pas devant la porte, ils se composent en majorité des porteurs
de carniers en disponibilité réclamant un emploi pour le lendemain,
c'est-à-dire de tous les gamins du hameau.

Ou se couche de bonne heure afin de se lever de même. Mais dormir,
allons donc! Il faut être un César, un Napoléon, pour sommeiller la
veille d'une bataille.--Avez-vous bien reposé? demandais-je un jour à un
néophyte.--Pas une minute, me répondait-il, mais j'ai si bien rêvé que
c'est tout comme!

Le lendemain, dès l'aube, avant l'aube,--une grande faute au dire des
praticiens,--on entre en campagne. Aux pâles clartés d'un jour douteux
la ligne des chasseurs s'avance et déjà tiraille dans la
plaine;--disposition savante infaillible dans les pays plats; on y
persévère rarement; la plupart ont bientôt lâché la bride à leurs
ardeurs; l'un pointe en avant, l'autre en arrière, celui-ci oblique à
droite, celui-là à gauche. Chacun pour soi et Dieu pour tous. C'est
alors que commence la série des incidents, aventures et accidents, les
uns dramatiques et les autres burlesques. Lorsque dix heures auront
sonné le rassemblement, que l'on se retrouvera dans le bois où le
couvert sera mis sur l'herbe et sous la feuillée, le récit de ces
infortunes individuelles égayeront le festin improvisé. Paul, en
poursuivant une magnifique compagnie de perdreaux a fait lever un garde
récalcitrant et n'a ensaché qu'un procès-verbal; Lucien, au moment où il
allait mettre la main sur un halbran qu'il avait blessé, a glissé dans
un marécage, d'où il est sorti avec le costume de ce _Monstre vert_, que
l'on jouait jadis à l'Ambigu; pendant qu'Adrien allumait sa pipe, un coq
faisan, comme il n'en avait jamais vu, a jailli d'un buisson à ses pieds
et a disparu en lui faisant un pied-de-nez; et, comme Rachel, Adrien
pleure sur son faisan et, comme elle, ne veut pas être consolé, etc.

A dix pas de là, l'escouade des quenards, ou porteurs de carnier, reste
debout par respect pour ces messieurs, mais n'en travaille pas moins de
la langue comme des mâchoires.--Dis donc, Pierrot, est-ce qu'il sue ton
bourgeois! Quand nous avons été à la Chesnaie, v'la-t-il pas le mien qui
m'a pris ma _blaude_ pour s'bouchonner! Ah! quel homme, mes amis, ça y
coulait du front aussi dru que le lait du _pet_ de notre _vaque!_

L'épilogue de cette grande journée, notre dessinateur vous en expose la
plus brillante partie d'une manière plus aimable et surtout plus
saisissante que je ne le saurais faire: les lièvres, lapins, faisans,
perdrix, cailles, causes et prétextes de cet énorme mouvement d'hommes
et de chiens, tous sont là. Ce cerf qui expire sur la gauche du
dessin,--une quatrième tête ma foi!--il a figuré, en 1869, dans les
environs de Rambouillet, parmi le butin d'ouverture d'un chasseur né
coiffé. Il l'avait abattu en plaine, à cent pas d'un boqueteau où
l'animal s'était mis à la reposée. Hélas! ce protégé de saint Hubert
était seul, et l'Écriture l'a dit, malheur à l'homme qui chasse seul! De
plus, ne prévoyant pas cette bonne fortune, il avait négligé de se munir
d'une carnassière assez vaste pour contenir son gibier. Il lui fallut
courir au village voisin, ce village était loin; quand il revint avec
une charrette, une large mare de sang était seule pour attester son
exploit, le cerf avait été volé par des maraudeurs qu'il fut impossible
de découvrir. Au train de retour, je me trouvai dans le même
compartiment que ce roi détrôné de la journée; sa douleur faisait mal à
voir. Ah! messieurs, nous disait-il à chaque instant, quel beau cerf! Je
ne m'en consolerai pas; si encore ils m'avaient laissé les cornes? Des
cornes comme cela, voyez-vous, je n'en retrouverai jamais. --Oh!
tranquillisez-vous, monsieur, lui dit enfin l'un de nos compagnons que
la répétition de ses doléances avait fini par agacer, en ce bas-monde il
ne faut désespérer de rien!

Le bilan de cette fête du 1er septembre sera complet quant nous y aurons
ajouté les insolations, les nombreuses courbatures, les quelques
pleurésies qui figurent aussi parmi ses profits, mais surtout et avant
tout la satisfaction calme et sereine qui succède à un plaisir qui n'a
fait de mal à personne, ce qui n'est pas déjà si commun.

G. de Cherville.


Notes sur l'Irlande

LE COMTÉ ANTRIM ET DUN-LUCE CASTLE.

Nous sommes à l'extrémité septentrionale de «l'île verte», «l'île sour»,
selon la grande race des Pangloss anglais. Cela se voit de plus d'une
manière: les odeurs marines sont fortes et âcres; il fait abominablement
froid. Nous sentons que ce n'est plus le ruisseau de la Manche qui forme
une ligne blanche à l'horizon, mais le franc atlantique que nous
considérons avec des respects vagues, comme des marins d'eau douce. Un
commis-voyageur de Sheffield nous prie de remarquer le changement de
décors avec une expression de contentement béat. Il s'est presque
disloqué les épaules à force de les hausser, il s'est épuisé en
diatribes contre l'Irlande, depuis Dublin jusqu'à Belfast. Il comprenait
l'«absentecion» et l'excusait; il comprenait les histoires de meurtres,
de pillages, de rapines racontées au sujet de Meagh et de Drogheda par
les journaux tory de Londres. Quand on vit dans un marais tout est
possible. L'homme qui en est au système du siècle dernier pour ses
drainages, l'homme qui laisse ses terres vaseuses pourrir et suer le
poison autour de lui sans faire un effort pour les défricher doit
évidemment boire trop et faire feu sur son propriétaire à un moment
donné. Le monsieur de Sheffield expliquait ainsi le fenianisme, le Home
Rule, le papisme, le whisky et les émeutes. C'était un raisonnement
assez naïf, comme on voit, mais qui semblait s'appuyer sur une base plus
solide que celle d'un simple antagonisme de race, la prévention
instinctive de Saxon à Celte. Ces plaines d'Antrim, grasses, riantes,
bordées de haies géométriquement droites, plantées au compas comme
celles de Kent, ces villas bourgeoises, ces petites chaumières
proprettes, toute cette richesse stable, un peu froide du nord fait un
contraste singulier avec les immenses marécages, les petits enclos
boueux, mal entretenus, où poussent quelques plantes de pommes de terre
maigres et rachitiques, les cabines construites en terre glaise et
couvertes de mousse, enfin toute la physionomie désolée et sauvage des
comtés que nous venons de traverser--Meagh et Drogheda. Or, nous étions
tout à l'heure en pays ennemi: Meagh est catholique, celtique, feniane,
et Antrim est au contraire un des comtés les «mieux pensants». Il est
situé du côté protestant, du bon côté, dit-on à la cour du vice-roi, de
cette grande ligne de démarcation qu'on appelait _the english pale/i>, la
barrière anglaise, le rempart qui séparait les tribus soumises de relies
qui parlaient encore de Sassenach et de Cromwell et rêvaient l'avènement
d'un O'Neil légendaire et vengeur tenant en main le drapeau vert et or.
On fait encore de ces rêves-là dans les contrées que nous venons de
parcourir. A Antrim on ne fait que de la toile,--'est bien plus
profitable. Puis cela attire les voyageurs, les touristes. Passer la
belle saison au nord de l'Irlande, à Carlingford ou à Rosstrevor est
chose praticable et, somme toute, suffisamment respectable. On est là
devant l'Atlantique comme sur la plage de Brighton, ce qui est un
avantage énorme pour un Anglais qui voyage. Il y a des _batting
machines_, des marchands de coquilles et d'écrevisses, des appartements
meublés, des dandies de Pall Mall, des musiciens ambulants, des
capitaines en retraite et des veuves en quête de consolateurs. Bref,
c'est toute la population d'une ville de bains de mer, c'est Ramsgale,
c'est Boulogne. Et avec cela des Anglais partout. Ce coin de l'Irlande a
été colonisé par les Anglais et les Ecossais entre les règnes
d'Élisabeth et de Guillaume III. Et vraiment cela paraît, de nos jours,
en plus d'une façon. L'agriculture est plus avancée; les habitants que
nous rencontrons aux stations de Larm et Glenarm ont à peu près la
quantité voulue de vêtements et des chapeaux qui n'offensent en rien les
traditions du monde civilisé, et en Irlande ce sont là des symptômes
d'une grande prospérité. Mais la domination cléricale est tout aussi
absolue dans ces pays protestants du nord que dans l'ouest et le
sud-ouest où les prêtres catholiques l'exercent. Au moins dans ces
provinces «sauvages», comme disent les fidèles de la maison de Hanovre
en parlant des contrées ultramontaines, on peut à la rigueur se faire
servir un verre de bière le dimanche. Tout vêtus de haillons, tout
maigres et minables qu'ils sont, les paysans dansent le septième jour,
rient, chantent, se battent un peu et, il faut le dire, boivent
abominablement. Ici rien de tout cela. La réaction contre les tendances
religieuses de la majorité fait d'Antrim, et de toute la province
d'Ulster une serre chaude de protestantisme où l'orange (la couleur
protestante) fleurit comme fleurissent les citronniers dans les ballades
allemandes. On vous demande dans les hôtels si vous tenez pour le
docteur O'Keefe d'un ton naturel, comme si on vous demandait l'heure à
laquelle vous voulez dîner. Pendant la durée des offices, toute affaire,
toute occupation s'arrête. C'est le palais de la Belle au Bois dormant,
avec cette différence, c'est que le prince le plus charmant du monde
n'oserait jamais interrompre cette léthargie pieuse.

Il n'y a que les _ciceroni_ qui se moquent de la sainte Église
presbytérienne comme de celle du prophète Brigham Young. Ils vendraient
des curiosités plus ou moins apocryphes au grand Lama tout aussi bien
qu'à Mg Manning. Nous quittons Ballycastle en _jannteing car_ qui doit
nous conduire au Giant's Causeway et au château de Dun-luce. Le chemin
qui longe la côte est triste, désert et montueux. Les cabines éparses ne
sont pas plus confortables que celle de Kerry. Les habitants sortent
déguenillés, farouches, noirs, pour nous regarder. Pas un n'a l'air de
travailler. Le pays ne cultive apparemment qu'un seul art,--l'art de
mendier en conservant une parfaite dignité de maintien, un parfait
mépris de ceux qui donnent. Le petit village de Ballintoy a poussé cet
art jusqu'au sublime. Les petits Ballintois sortaient en foule,
couraient après notre car en criant: «Un sou, mon beau monsieur», d'un
ton de prince percevant ses droits lui-même, pour s'amuser. Leurs chiens
les aidaient, lançant de formidables aboiements: et les figures maigres
et haineuses qu'on voyait aux fenêtres avaient aussi des expressions de
férocité canine. Les gens de la côte n'ont décidément pas subi
l'influence des colons anglais. Nous passions quelques groupes de
chaumières avec leurs meutes de foin, leurs monceaux de tourbe posés
ensemble au bas des coteaux. Deux églises dans le lointain, dont une
semblait tomber en ruines, quelques maisons campagnardes, nues, sans
cadre de feuillage, s'élevant solitaires sur une plaine de gazon bruni,
l'interminable série des coteaux devant, l'océan derrière. Nous voyions
la côte de temps en temps; Bengor, s'élevant vers l'Est, triste et
terrible; l'île Raghery devant nous, avec ses ravins et cavernes qui
abritèrent Robert Bruce, chassé de ces côtes écossaises que nous
apercevons comme un bleuissement vague à l'horizon. C'est la préparation
qu'il faut pour le magnifique spectacle qui nous attend au Giant's
Causeway.

[Illustration: L'ouverture de la chasse.]

Nous avons des visions de mélodrame quand le _car_ s'arrête dans la cour
d'une grande maison solitaire, où une foule de bandits armés de triques
et de bâtons se précipite sur nous en poussant des «_hurroos!_» rauques
et inquiétants. Nous nous rappelons la sanglante légende des White Boys,
une bande de guérillas patriotes dont les exploits ont fourni la matière
de bien de gros drames de _Drury Lane_ et de l'_Adelphi_. Le commis
voyageur de Sheffield fermait ses poings décidé à vendre cher sa vie et
ses échantillons. Mais le cocher nous rassura. Les White Boys n'étaient
que des guides désireux de nous montrer le Giant's Causeway et le
château de Dun-luce. Nous essayons de les éviter en sortant de l'hôtel
par une porte de derrière. La ruse est trop simple. Les _ciceroni_ nous
attendent là, prennent possession de nos personnes, nous conduisent par
une pente très-roide à une petite baie flanquée d'énormes rochers, et
nous installent dans des barques qu'ils appellent dérisoirement «bateaux
de plaisir». Nous voilà en pleine mer, conduits par quatre rameurs, qui
ensemble, d'une voix lugubre et monotone, indiquent ce qu'il faut
admirer dans le paysage: «Il y a des centaines de baies; chacune a son
nom particulier. Voilà Port Noffer; à côté c'est Port la Gauge. Cette
petite caverne descend à une distance de cinq cents pieds sous sol. Plus
loin c'est la grande caverne, haute de quarante pieds», et ainsi de
suite. Puis on nous montre le Causeway, une série de piliers de
basalte, dont quelques-uns ont une hauteur de deux cents pieds, et qui
ensemble forment un précipice de six cent-trente pieds. Il y a des
groupements étranges, des orgues, des cheminées gigantesques, des
salières, des meules de foin, etc. Enfin, nos gardiens nous permettent
de contempler la merveille du pays, le château de Dun-luce. C'est une
des plus terribles forteresses de Vilking, de baron féodal, de géant
fabuleux qui soient en Europe. Mme Anne Radcliffe aurait dû l'habiter;
Consuelo s'y serait trouvée chez elle. L'édifice est posé sur une grande
tablette de rocher, unie au continent, ou plutôt séparée par un pont
naturel d'une étroitesse qui fait frissonner. Le château penche sur la
mer, cette mer du Nord, noire, froide, sans sourires et sans chansons.
La maçonnerie continue le précipice. Elle est si parfaitement
perpendiculaire qu'on ne peut deviner comment ces tours, ces murs larges
de quatre mètres, ont été bâtis. Combien de serfs, ouvriers et maçons
sont tombés de la masure dans cette mer écumante avant que la dernière
meurtrière ne fût achevée! La vue du côté de la terre est assez sombre
aujourd'hui, quand les chemins sont bons et les mendiants nombreux, et
parfaitement prosaïques. Qu'est-ce que cela a dû être quand pour la
première fois les barons de l'Ulster s'établirent dans leur place forte,
quand Edouard Bruce se fit roi d'Irlande, et que le clan des O'Neil
guerroyait contre l'Anglais et l'Espagnol! On dit que l'Armada fit feu
sur le Giant's Causeway, le prenant pour les cheminées de Dun-luce. On
se tromperait facilement de la même façon de nos jours. Et on n'y
perdrait rien. La grande digue d'Antrim ne doit pas être plus imprenable
que le château des Vilking, à Dun-luce.

S. J.


La frégate cuirassée de «Suffren»

Quinze années se sont écoulées depuis le jour où M. Dupuy de Lôme
faisait mettre en chantier le premier grand navire cuirassé français,
_la Gloire_: à la suite de cet essai, les arsenaux des ports
construisaient successivement la _Normandie, l'Invincible, la Couronne,_
etc., formant une magnifique escadre de vaisseaux en fer et bois,
destinés à affronter le feu des plus puissantes batteries. Cependant,
les succès obtenus dans cette voie ayant été un peu contrebalancés par
les admirables progrès que réalisait d'autre part l'artillerie, il
fallut songer à créer des bâtiments capables de résister aux projectiles
énormes des nouveaux canons. On construisit alors, dans un même type,
trois frégates cuirassées de premier rang, _l'Océan, le Marengo, le
Suffren_, sur des plans nouveaux, en leur donnant toute la puissance
offensive et défensive dont on pouvait disposer.

_Le Suffren_, représenté par notre gravure, est le dernier-né de cette
trinité formidable: construit à Cherbourg en trois années à peine, il a
été lancé le 26 octobre 1870. Cette frégate, qui mesure environ 87
mètres de long sur 17 de large, est en bois, recouvert, dans les parties
les plus exposées, de plaques en fer variant de 15 à 20 centimètres
d'épaisseur. Ce qui distingue surtout _le Suffren_ de ses aînés, _la
Gloire_ et le _Solférino_, c'est que, au lieu d'avoir comme ceux-ci tous
ses canons en batterie couverte, il possède un véritable fort central,
garni de plaques de blindage de 0m16, installé vers le milieu de sa
longueur, entre le grand mât et le mât de misaine. Aux quatre angles de
ce fort sont disposées des tourelles également blindées portant chacune
un canon du calibre de 0m24, se chargeant par la culasse, monté sur une
plaque mobile autour d'un pivot fixé au centre de la tourelle. On a
placé à l'intérieur du fort une batterie couverte, armée de quatre de
ces énormes pièces de 0m27, qui lancent des projectiles pesant 216
kilogrammes! Le grand avantage des canons de tourelles sur ceux de
batteries est de donner au tir un champ beaucoup plus vaste, en
permettant même de tirer dans la direction de l'axe du bâtiment.--Quatre
petites bouches à feu en bronze de 0m12, destinées à lancer des boîtes à
mitraille, complètent l'armement du navire. Sa puissante machine, d'une
force nominale de 950 chevaux, protégée de tous côtés par d'épaisses
murailles en tôle et des cloisons étanches, lui permet, avec son éperon
de 20,000 kilogrammes, d'agir contre un bâtiment ennemi à la façon d'un
gigantesque bélier. Ce colosse de fer et de bois, qu'une poignée
d'hommes fait manoeuvrer par la vapeur et la voile, donne, comme on le
voit, une haute idée des progrès réalisés en quelques années par les
savants ingénieurs de la marine française.

P. de Saint-Michel.



LA CAGE D'OR

NOUVELLE

(Suite)

--Le seigneur aura mal entendu, reprit-il, j'ai dit un million de
roubles.

Comprenant à l'impassible physionomie du maître que celui-ci ne céderait
pas devant ces séductions, affolé à la pensée de revenir auprès
d'Alexandra sans avoir obtenu cet affranchissement tant désiré, et
abjurant à la fois son orgueil et ses astucieuses combinaisons, il tomba
à genoux et, joignant les mains devant le comte:

--Oh! dit-il d'une voix pleine d'angoisses, ce n'est plus qu'à votre
pitié que je veux m'adresser, ce ne sera plus que la loi de charité que
j'invoquerai.

--Cette loi divine, l'as-tu toujours observée toi-même? Fouille dans tes
souvenirs, Nicolas Makovlof. Il y a un peu plus d'un an, un soir, sur la
Tverskaïa, une fille implora ta pitié, et l'implora vainement. C'était
un peu plus que la liberté qu'elle demandait à ta charité; c'était une
existence qu'elle te conjurait de sauver en remmenant avec toi à
Kalouga. Te souviens-tu de l'avoir repoussée?

--Oui, seigneur, répondit le marchand d'une voix déchirante.

--Eh bien? Nicolas Makovlof, toi qui es si avide de bonnes affaires, je
veux t'apprendre que jamais la Providence ne t'avait encore réservé une
opération aussi lucrative que celle que tu as dédaignée ce soir-là. Il
n'a tenu qu'à toi d'avoir pour rien ce que tout ton or ne suffit pas à
payer aujourd'hui. La fille qui s'adressait à ta pitié était un homme,
cet homme c'était celui qui te parle, et, si tu l'avais exaucé,
l'héritier des Laptioukine acquitterait religieusement la dette du
proscrit.

Nicolas courbait la tête et poussait de gros soupirs.

--Seigneur, dit-il enfin, Dieu me châtie bien cruellement; mais je ne
peux pas me révolter contre le châtiment. J'ai péché, et mon sort je le
mérite. Maintenant ce n'est plus un million que je vous propose, c'est
tout ce que je possède que je dépose humblement à vos pieds: mes
magasins de Moskow, mes comptoirs de Nijni, de Tiflis, d'Odessa, de
Riga, de Pétersbourg, et les marchandises qu'ils renferment; mon or, mes
créances, ce que doivent mes commettants, tout enfin, sans que je me
réserve un kopeck; je vous abandonnerai la maison de la Tverskaïa, tout
ce qu'elle contient; j'en sortirai riche d'un bâton et des pauvres
habits qui me couvrent, mais en vous bénissant encore, si vous avez
permis que j'en sorte délivré de l'entrave héréditaire.

Ces paroles étaient empreintes d'une contrition si sincère, Nicolas
avait énuméré chacun des détails de la fortune qu'il sacrifiait avec de
si douloureux soupirs que le jeune Laptioukine ne pouvait s'empêcher de
sourire.

--Écoute, dit-il après avoir allumé un second cigare, tu peux obtenir
tout ce que tu désires et conserver tout cela. Je traite ce soir la plus
jolie femme de Moskow. Mon cuisinier a vainement battu la ville et ses
faubourgs pour découvrir un dessert digne d'elle; toutes les serres ont
été ruinées par les dernières gelées et il est revenu les mains vides;
trouve-moi la corbeille de fraises que je désire, Nicolas Makovlof, et
par ma parole de noble Russe que je t'engage, tu seras libre.

Nicolas Makovlof, toujours prosterné, se releva d'un bond; son visage
pâle s'était injecté de sang, de grosses larmes jaillissaient de ses
yeux démesurément ouverts, puis haletant, d'une voix que l'émotion
étranglait dans sa gorge, il répéta à plusieurs reprises:

--Des fraises! des fraises! des fraises!

Enfin, sans dire un seul mot à son maître, oubliant même de le saluer,
il sortit de l'hôtel en criant encore:

--Des fraises! des fraises! des fraises!

Lorsqu'il fut dehors et qu'il eut dominé suffisamment son trouble pour
s'orienter, il se dirigea vers le restaurant de la Troïtza d'un pas si
rapide, qu'il ne mit pas plus d'une demi heure à franchir la distance
considérable qui l'en séparait; il fouilla d'une main fébrile le caisson
de son drowski, y prit un panier de jonc soigneusement recouvert de
feuilles de latanier, et l'éleva triomphalement au-dessus de sa tête.

Ce panier contenait les fruits parfumés qui allaient racheter sa
liberté, et qu'il avait rapportés à l'intention des Enfants des
ténèbres.

Il le plaça sous son bras et toujours courant il revint à la maison du
jeune Laptioukine. Le domestique voulut l'arrêter; mais Nicolas
connaissait la toute-puissance de certains arguments, et plus que jamais
il était disposé à les utiliser. Il jeta une poignée de roubles au valet
en lui jurant par tous les saints du calendrier que le maître
l'attendait avec impatience, et, sans écouter sa réponse, tandis que
celui-ci ramassait les précieux chiffons éparpillés dans la rue, il
pénétra à l'intérieur et s'en alla droit au salon dans lequel il avait
été reçu dans la matinée.

Le jeune homme ne se trouvait plus dans cette pièce; Nicolas Makovlof,
convaincu qu'il ne pouvait tarder à apparaître, se décida à attendre.
Bouillonnant d'impatience, pensant comme Mahomet que la montagne tardant
trop à venir à lui, c'était à lui à aller à la montagne, il eut bien
l'idée de le chercher dans les autres appartements, mais la crainte de
courroucer le jeune noble et de modifier les bienveillantes dispositions
dans lesquelles il l'avait laissé lui inspira une prudente retenue.

L'attente se prolongeant et le marchand se trouvant fatigué d'une course
si longue et si rapide, il se décida à s'asseoir. Soit que la solitude
l'enhardit, soit que la perspective d'une émancipation si prochaine
l'eut déjà considérablement relevé à ses propres yeux, il ne se contenta
plus d'un coin de malle pour siège, il se plaça sans façon dans le
fauteuil même de celui qui était encore son maître.

Ce n'étaient pas les apparences confortables de ce meuble qui avaient
décidé notre héros à cette prise de possession un peu familière; même
depuis son affiliation à la société des Enfants des ténèbres il était
resté assez indifférent aux luxueuses recherches de l'Occident; mais
d'un coté il connaissait la valeur du temps et n'aimait point à perdre
le sien; d'un autre côté il savait, qu'il n'est jamais inutile d'être au
courant des secrets de son prochain, et il n'était pas lâche d'utiliser
les loisirs que lui créait l'héritier en se livrant à un rapide
inventaire des papiers dont le bureau était couvert.

Ayant placé son panier sur ses genoux, il commença cette inspection, la
pratiquant d'abord avec une discrétion exemplaire, se contentant de
jeter un coup d'oeil sur les plus apparents de ces papiers, mais peu à
peu les doigts s'en mêlèrent et commencèrent à fureter dans ce fouillis.

La plupart des manuscrits qu'il découvrait avaient trait à l'histoire
des peuples étrangers, à la philosophie, à l'économie sociale et
politique, les moins volumineux se rapportaient à des affaires
insignifiantes, c'étaient des factures, des réclamations de créanciers,
le tout indiquant un singulier mélange d'idées sérieuses, réfléchies et
de préoccupations frivoles et mondaines chez leur propriétaire, mais
parfaitement indifférent au marchand. Il était donc disposé à refréner
une curiosité si blâmable et qui présentait si peu de profits, lorsque,
ayant soulevé un poignard au fourreau de malachite, il demeura comme
pétrifié.

Sur une feuille de papier de petit format, froissée et pliée en forme de
billet, il venait d'apercevoir une écriture bien connue, il venait de
lire le nom d'Alexandra Makovlof; c'était en effet l'étrange invitation
que la belle Moscovite avait reçue le matin même.

Cette lettre, Nicolas la tournait et la retournait machinalement entre
ses doigts tremblants; il l'avait lue, relue plus de dix fois, il ne
semblait pas l'avoir comprise, il la lisait encore, espérant toujours y
découvrir quelque chose qui démentirait la terrible réalité contenue
dans ce seul mot,--j'irai;--et après avoir lu il accusait ses yeux de le
tromper, sa raison de l'abuser; Alexandra si pieuse, si vertueuse, si
fermement attachée à ses devoirs, passer tout à coup à cette effronterie
dans le vice, ce n'était pas possible! Cette brève mais significative
réponse au bas de cet infâme billet, que la plume d'une courtisane eût
hésité à tracer, ce n'était point la Perle de la Tverskaïa qui l'avait
écrite.

Cependant et malgré cette résistance acharnée du pauvre homme, la
réalité finit par l'écraser de son évidence. C'était bien la signature
de l'adorée Sacha, c'étaient bien les caractères que, tant de fois, il
avait pressés sur ses lèvres. Et puis, le jeune comte ne lui avait-il
pas déclaré à lui-même qu'il attendait le soir à dîner la femme la plus
belle de Moskow? Le doute dans lequel il voulait s'obstiner cédait peu à
peu comme aux rayons du soleil se dissipent les vapeurs ténébreuses du
matin.

Son premier mouvement fut celui de sa race; saisi d'un de ces accès de
fureur dont ces Orientaux du Nord ont le privilège, il lança son
précieux panier sur le parquet avec tant de violence que le fragile
couvercle de feuilles s'écarta et laissa échapper quelques fraises.

A la vue des fruits parfumés éparpillés sur le tapis et qui lui
rappelaient tant de chères espérances, la rage de Nicolas se calma
subitement; son coeur s'amollit, la douleur prit le dessus sur la
colère, ses larmes jaillirent et il éclata en sanglots.

Puis, ramené aux idées d'ordre qui l'avaient toujours caractérisé, il se
baissa et ramassa une à une les fraises tombées, il replaça délicatement
dans le panier celles qui n'avaient pas trop souffert de la violence du
choc. Quant à ceux de ces fruits qui se trouvaient avariés ou écrasés,
comme il eût été tout à fait déraisonnable de les perdre, il les
mangeait les uns après les autres, mais sans que ces menues
satisfactions ménagées à sa gourmandise empêchât son désespoir de
s'affirmer par ses pleurs.

Cette opération accomplie, il rajusta tant bien que mal la couverture de
sa corbeille, et la tenant toujours à la main, il se dirigea rapidement
vers la porte.

G. de Cherville.

(La suite prochainement.)



LES THÉÂTRES

_Le Commandant Frochard_, comédie en trois actes, de MM. Hippolyte
Raimbaut et Raymond Deslandes.

M. Gâtinais est avoué à Bar-le-Duc. Dans peu de jours il va épouser la
fille de M. Dorlotin, il lui reste juste assez de temps avant la
cérémonie pour courir à Paris enterrer sa vie de garçon. Le voici donc
installé au Grand-Hôtel, rêvant aux moyens de réaliser ses rêves de
plaisir sans compromettre sa personnalité de Gâtinais et sa situation
d'avoué de province. Il se fait raser la tête, il se coupe les cheveux
en brosse, s'ajuste deux formidables moustaches, plante son chapeau sur
l'oreille, fait le moulinet avec sa canne, se donne une telle tournure
d'officier en civil, que ni sa fiancée, ni son beau-père, ni le
majordome même de l'hôtel, un ami de Gâtinais, ne peuvent le reconnaître
déguisé de la sorte.

Si l'habit ne fait pas le moine, du moins il fait le militaire, car dans
cette tenue, Gâtinais se sent pris d'une ardeur qui n'admet pas
d'obstacle. Il saisit au passage et d'un mot les filles de magasin, il
s'attaque aux femmes du meilleur monde, à Mme Vernon entre autres, qu'il
prend pour une cocotte; il est prodigue de soupers fins, il se ruine en
bijoux; il a des élégances de province, mais des élégances
irrésistibles; il ne manque donc rien à ce personnage, ni
l'impertinence, ni l'audace. Si pourtant, il lui faut l'étiquette du
sac, il lui faut un nom, et sur le conseil d'un ami, il prend celui d'un
officier mort en Afrique, _le commandant Frochard,_ et Gâtinais en
prenant ce nom sonore accepte l'héritage du commandant sous bénéfice
d'inventaire. Heur et malheur, advienne que pourra.

Or, il advient que Gâtinais, qui ne se rappelle pas assez _le Monsieur
qui suit les femmes_, la comédie du Palais-Royal, s'introduit chez Mme
de Vernon, et après quelques propositions malencontreuses, va être
flanqué à la porte avec les honneurs dus à sa grossièreté, lorsqu'il lui
vient en idée de se récrier et de dire: Mais, madame, pardon, je ne suis
pas le premier venu, je suis le commandant Frochard. A ces deux mots
magiques, la dame tend la main au commandant et lui fait ses excuses. Le
commandant Frochard! qu'il soit le bienvenu, ce sauveur du capitaine
Pourailles, le frère de Mme de Vernon.

Et voici le capitaine arrivant sur ces entrefaites et se précipitant
dans les bras du commandant. Que le capitaine n'ait jamais vu le
commandant Frochard, qui l'a tiré des mains des Arabes, cela vous paraît
bien violent, n'est-ce pas. Mais je ne défend pas la pièce, je ne fais
que la raconter. Toujours est-il que dans sa reconnaissance pour le
commandant qu'il avait cru mort, le capitaine Pourailles lui donne sa
soeur en mariage. C'est là encore un point difficile à défendre pour
l'avocat de cette comédie.

Et quel drôle de beau-frère que ce commandant Frochard! Il a pour nièces
des couturières qui le suivent dans le monde. Il a un passé désolant, ce
Frochard, un passé à faire frémir Mme Bellange, mariée en secondes noces
à un terrible Espagnol, qui sait tout et qui n'est pas fâché d'avoir
enfin sous la main le commandant si longtemps et si inutilement cherché.
Le drame est commencé, et il en cuit à Gâtinais d'être si légèrement
entré dans la peau du Frochard. Il paye les dettes de la vie du
commandant, et, ô supplice, il lui faut demander à titre d'ami la main
même de sa fiancée, Mlle Dorlotin, pour le capitaine Pourailles. Le
coeur de l'avoué bat toujours sous l'habit du commandant, si bien que
dans ces intermittences d'espoirs et de terreurs, dans ces tempêtes et
dans ces ahurissements, Gâtinais tombe sur une chaise et se trouve mal;
on défait sa cravate et son gilet, et Mme Dorlotin reconnaît sur les
épaules du commandant Frochard les bretelles qu'elle a brodées à son
fiancé Gâtinais. Tout s'explique; Gâtinais proclame la simple vérité,
qui remet chacun dans son rôle, qui donne pour femme Mlle Dorlotin au
capitaine et qui renvoie l'avoué à sa province.

La pièce mène grand bruit sans beaucoup de gaieté; elle s'engage
difficilement, lourdement. Elle demande au public des crédits difficiles
à accorder; elle serre ses effets au second acte, où elle devient fort
brillante et fort amusante, pour s'éteindre au troisième acte dans des
scènes un peu usées. Grenier l'a jouée rondement, et Christian lui a
donné prestement la réplique. Mlle Gabrielle Gauthier et Mme Aline Duval
ont été des plus applaudies dans deux rôles qui mettent en relief leurs
qualités de comédiennes.

_Toto chez Tata,_ comédie en un acte de MM. Henri Meilhac et Ludovic
Halévy.

M. Scribe a mis à la mode la comédie à trois personnages; sont venues
après les pièces à deux rôles: puis l'acte avec un seul comédien menant
une action; enfin nous voici au monologue mimant un récit. Tout cela
simplifie tellement le théâtre qu'il n'y a plus rien du tout. Au train
dont marchent deux hommes d'esprit, acceptés justement par le public,
MM. Meilhac et Halévy, nous entendrons bientôt un acteur ou une actrice
nous lire, en costume, une page de journal ou une nouvelle de la _Vie
parisienne,_ et tout sera dit. «La comédie que nous avons eu l'honneur
de représenter...», est venu nous dire M. Baron après la représentation
de _Toto chez Tata_. M. Baron aurait dû s'exprimer ainsi: «L'article que
Mme Chaumont vient de jouer devant vous est de MM. Meilhac et Halévy»:
car en vérité ce n'est là qu'un chapitre pris dans quelque livre inédit
de l'auteur de _M. et Mme Cardinal._ Qu'il soit charmant, qu'il soit
rempli d'esprit et tout vivant de cette vie du monde parisien, de cette
actualité qui fait le succès de nos deux jeunes auteurs, je n'en
disconviens pas. C'est un roman d'un quart d'heure. Toto, Tata, Chérubin
et la comtesse, tout cela est vivement, finement esquissé, tout cela est
mis en mouvement, surtout dans les sous-entendus, mais encore une fois
ce n'est là ni une comédie, ni une pièce, c'est une nouvelle racontée.
Mlle Chaumont la joue en habit de collégien; n'était le respect que je
dois à Mme Chaumont, j'aime autant lire l'article. Il me semble même que
seule avec le livre, mon imagination donnerait au petit personnage des
auteurs plus de comique et plus de franchise. Cette critique ne nuira en
rien au très-grand succès de _Toto chez Tata_, que Mme Chaumont détaille
avec beaucoup de finesse, car Mme Chaumont est une comédienne de talent;
mais, comme ce marquis de Molière, elle veut avoir trop d'esprit, dont
j'enrage.

M. Savigny.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

_Histoire de la zoologie depuis les temps les plus reculés jusqu'à vos
jours,_ par M. Ferdinand Hoefer (Hachette, éditeur).--L'auteur a divisé
son ouvrage en trois livres, subdivisés chacun en un certain nombre de
chapitres. Le premier traite de la zoologie dans l'antiquité, où
au-dessus de tous les auteurs qui se sont occupes d'histoire naturelle,
mêlant à quelques notions vraies des fables sans nombre, brille
Aristote, ce créateur de l'anatomie comparée qui n'a eu en ces temps
éloignés ni maîtres ni successeurs. Le livre II est consacré au moyen
âge, période durant laquelle il a été ajouté fort peu de chose au fonds
commun de la science, transmis par les Grecs et les Romains. Le nom le
plus marquant de cette époque est celui d'Albert le Grand, évêque de
Ratisbonne, qui a mérité le litre de Buffon du XIIIe siècle pour son
_Traité des animaux._ A cette partie de l'ouvrage de M. Hoefer se
rattache un très-curieux chapitre intitulé _les Bestiaires_, Volucraires
et Lapidaires, qui étaient des traités sur les Quadrupèdes, les Oiseaux
et les Pierres, en harmonie avec les croyances de l'époque, et dans
lesquels on voit comment on se plaisait alors à faire servir la zoologie
d'auxiliaire à la théologie. Le livre III, ou l'histoire de la zoologie
dans les temps modernes, commence à la découverte de l'Amérique, peuplée
de tant d'animaux qui lui sont propres, et qui pour la plupart, sont si
différents de ceux de l'ancien monde. On sait qu'originairement
l'Amérique ne possédait aucun de nos animaux domestiques qui, tous, y
ont été transportés par nous et qui depuis s'y sont si parfaitement
acclimatés. M. Hoefer traite longuement de cette découverte du
Nouveau-Monde et de la grande influence qu'elle a eue sur les progrès de
la zoologie. Puis, après avoir rapidement énuméré les explorateurs des
diverses contrées de l'ancien monde, il passe en revue la série des
zoologistes observateurs et descripteurs au seizième, puis au
dix-septième siècle, époque à laquelle deux événements importants
s'accomplirent: la fondation des académies ou sociétés savantes et
l'invention du microscope. L'ouvrage se termine par un chapitre
considérable et du plus haut intérêt, consacré aux fondateurs de la
zoologie moderne: Linné, Buffon, Charles Bonnet, Lamarck et Cuvier, le
législateur de la zoologie en France.

Livre à lire et à relire. C'est, en effet, à notre avis, l'exposé le
plus clair, le plus éloquent en sa mâle simplicité et le plus
substantiel qui ait été fait de la marche à travers les siècles de la
science zoologique. Après l'avoir lu, on est au courant de toutes les
questions qu'elle a soulevées, soit qu'on l'étudie au point de vue de la
distribution systématique des espèces et de leur description méthodique,
soit qu'on le fasse au point de vue plus élevé de l'anatomie et de la
physiologie comparées, du rôle des animaux dans l'ensemble de la
création, de la transformation des espèces et de l'unité de composition.

L. C.



[Illustration: IRLANDE.--Le château de Dun-Luce.]



REVUE COMIQUE DU MOIS, PAR BERTALL

[Illustration: Derniers moments de l'hippopotame.
--Va dire à M. Geoffroy Saint-Hilaire que je meurs avec le regret de ne
pas avoir assez fait pour le Jardin d'acclimatation: je n'ai pu
m'acclimater ici. Je conserve une dent à M. Chevreuil; qu'il s'en fasse
faire un râtelier en souvenir de moi.]

[Illustration: Les vacances.
--Effrayé de la mort de son collègue, le rhinocéros sollicite un congé
de santé pour aller prendre les bains du mer à Java.]

[Illustration: Indisposition de la Girafe.
--Non, mon ami, non, quand on est forcé comme moi de voir les hommes et
les événements d'un peu haut, on est bien dégoûté de l'existence, on
est bien triste d'être girafe.]

[Illustration: 52 Degrés au soleil!
--Un vrai temps de fusion! quoi.]

[Illustration:
--Et vous avez eu quelque couronne, mon petit ami?
--Une couronne! allons donc! me prenez-vous pour un réactionnaire?]

[Illustration:
--Dites donc, caporal, un volontaire d'un an, si menu, c'est pas déjà
si commode.]

[Illustration: Une Tournée.
--Les ducs, voyez-vous, père Potard, il n'y a rien de plus républicain
et de plus communard; seulement, ils n'osent pas le dire, rapport aux
réacs. Le duc de Brunswick a laissé 25 millions aux républicains de
Genève.

--Soyez communard tant que vous pourrez dans votre canton et je
parlerai de vous au duc d'Aumale. Vous verrez un peu, après sa mort,
je ne vous dis que ça.]

[Illustration: Aux bains de mer.
--Le petit gommeux qu'on l'appelle, qui disait tantôt sur la plage que
vous étiez une femme un peu légère, excusez!]

[Illustration: Indiscrétion.
--Je te disais bien que c'était un homard! toi qui prétendais que
c'était une langouste!]

[Illustration: Aux bains de mer.
--Nous n'avons plus que deux places sous le billard. Vous y serez
parfaitement. --Il y a un monsieur et une dame qui ont loué le dessus
du billard, mais c'est des gens bien tranquilles.]

[Illustration: Le coq et la poule.
_Apologue._
--Chère amie, une petite place à côté de vous, s'il vous plaît.
--Dame, en se serrant un peu; mais il faudra vous faire bien petit!]

[Illustration: Aux bains de mer.
--C'est sans doute quelque député influent qui se prépare à se
retremper dans le suffrage universel?]



HISTOIRE DE LA COLONNE

Troisième article (1)

IV. LA COLONNE (suite).

Voici, suivant notre promesse, quelques détails de description
technique:

        --Dimensions principales, relevées au jour
        de l'inauguration:

        Perron hauteur.                     0m4872
        Piédestal                              5m6215
        Largeur dans le nu du dé       5m522
        Base et tore            1m8407
        Fût                                     26m7992
        Diamètre moyen      3m708.
        Chapiteau                             1m3535
        Stylobate ou lanterne             3m8980
        Figure avec la plinthe             3m5732
        Élévation totale                    43m5733

[Note 1: Voy. les numéros des 17 et 24 courant.]

--Le noyau du monument est construit en pierres de taille très-dures et
soigneusement appareillées. Un escalier à vis, composé de cent
soixante-dix-sept marches, prises dans l'épaisseur même des assises,
conduit, de la base du piédestal, au tailloir du chapiteau, qu'entoure
une balustrade de quatre-vingt-seize barreaux.

L'escalier reçoit le jour par des baies latérales imperceptibles de
l'extérieur.

--L'ensemble de la maçonnerie est revêtu par trois
cent-soixante-dix-huit pièces de bronze, toutes mobiles entre elles et
soutenues par environ trois mille quatre cents tenons, tasseaux et
boulons libres.

--On évalue à seize cents le nombre des figures qui s'agitent,
immobiles, à la surface des bronzes.

Nous renvoyons le lecteur, curieux d'étudier à fond la composition des
bas-reliefs, aux planches de M. Ambroise Tardieu.

Les soixante-seize légendes explicatives qui accompagnent ces tableaux
tournants ont été rédigées en collaboration par Napoléon, le baron Denon
et Berthier... Berthier qui, major général de Lafayette dix ans
auparavant, devait, dix ans plus tard, passer capitaine des gardes de
Louis XVIII--après être devenu successivement, dans l'intervalle,
ministre de la guerre, maréchal de l'Empire, grand veneur,
vice-connétable, chef de la première cohorte de la légion d'honneur,
prince de Wagram, de Neuchâtel, de Valençay, et neveu par alliance du
roi de Bavière!

--Quant au poids total du bronze employé pour la colonne, les uns--avec
M. A. Tardieu--l'estiment à 176 222 kilog.; les autres--avec Dulaure--à
881 000 kilog. L'écart est assez important pour que cela vaille la peine
d'être vérifié. Essayons:

Nous savons que le nombre des canons versés dans «_la cuve où
bouillonnait encore le monument promis_» s'élève à douze cents.--Mais
quel est le poids d'un canon? Cela dépend, puisqu'il est proportionne! à
celui de son projectile. Ajoutons que la proportion n'est pas fixe. Elle
varie suivant le calibre.

En opérant sur un assortiment de toutes les pièces en usage, on obtient
cette formule moyenne: le poids d'une pièce est égal à deux cent vingt
et une fois environ celui de son projectile;--en opérant sur la série
complète des projectiles de tous calibres, on trouve que le poids moyen
d'un boulet est de 10k49.

Si donc on supposait que tous les spécimens de pièces eussent été
représentés, en nombre égal, dans l'artillerie absorbée par la colonne,
on arriverait au poids total de 2,781 948 kil. pour les douze cents
canons--soit 2,318k29 par pièce.

Mais rien n'indique qu'il en fut ainsi. Il semble même plus rationnel
d'admettre que la majeure partie des canons autrichiens et russes (2)
ramenés d'Ulm et des arsenaux de Vienne, était composée de pièces dites
_de campagne_: calibres quatre, huit et douze.--Or, celles-ci ne pèsent
en moyenne que cent cinquante fois le poids de leur projectile, et ce
poids moyen n'est, lui-même, que de 4k02.

[Note 2: Et non prussiens, comme une faute typographique le faisait dire
naguère à l'un de nos collaborateurs.]

Multiplions et nous obtenons comme poids unitaire: 603 kilog.; soit pour
les douze cents pièces: 723,600k.

Il suffit donc de passer en compte, parmi les pièces conquises, quelques
calibres supérieurs qui relèvent nos moyennes, pour accepter comme
très-suffisamment justifié le poids total de Dulaure:--881,000 kil.,
soit, comme poids unitaire: 734 kil.

Mais que penser de l'autre estimation, si fréquemment reproduite, et
d'après laquelle le poids d'un canon ressortirait à 146 kil.
seulement,--alors qu'en réalité la moindre pièce pèse plus du double!

                                                      *
                                                    *  *

Revenons à la colonne en signalant ce curieux détail généralement
ignoré:

Dans une des assises, il a été placé une boîte de plomb où se trouvent,
incrustées, une série de dix-huit médailles d'argent, composées toutes,
sauf une, par le baron Denon.

Seize de ces médailles--destinées à témoigner, dans la suite des
siècles, de l'origine du monument--représentent les principaux épisodes
de la campagne de 1805. Elles sont comme le sommaire de l'épopée écrite
par Bergeret.

Les deux autres reproduisent l'élévation géométrale, l'une de l'arc de
triomphe du Carrousel, et l'autre de la colonne.

                                                      *
                                                    *  *

La colonne comporte deux inscriptions dédicatoires. La première est
gravée sur le tailloir du chapiteau. En voici le texte:

MONUMENT ÉLEVÉ A LA GLOIRE DE LA GRANDE ARMÉE
par NAPOLÉON LE GRAND
COMMENCÉ LE XXV AOUT MDCCCVI, TERMINÉ LE XV AOUT MDCCCX
SOUS LA DIRECTION DE D. V. DENON
MM. J. B. LEPÈRE et L. GONDOIN, architectes.

Bien à dire, puisqu'il est convenu que M. Gondoin doit partager avec M.
Lepère la gloire de ce travail... Il paraît que «l'honneur de l'avoir
entrepris» sans succès... ne lui suffisait pas! Néanmoins il faut encore
lui savoir gré d'avoir laissé nommer son collègue avant lui. C'est un
aveu:

La seconde inscription se trouve dans le cartouche que soutiennent,
au-dessus de la porte de l'escalier, les deux Renommées de Mazois. Elle
est ainsi conçue:

        NEAPOLIO-IMP-AVG
        MONVMENTVM-BELLI-GERMANICI
        ANNO-M D CCCV
        TRIMESTRI-SPATIO-DVCTV-SVO-PROFLIGATI
        EX-ÆRE-CAPTO
        GLORIE-EXERCITVS-MAXIMI-DICAVIT (3)

[Note 3: Traduction littérale:--_Par Napoléon, empereur Auguste--en
souvenir de la guerre allemande--de 1805--terminée en trois mois sous sa
conduite--ce monument fait de l'airain conquis--à la gloire de la
très-grande année a été dédié._]

Le latin qu'en vient de lire est dû aux patientes méditations d'un des
plus célèbres archéologues connus: Ennio-Quirino Visconti, professeur
d'archéologie, conservateur du Musée des antiques et des tableaux du
Louvre, membre de l'Institut, etc. Il semble bien, avec de pareilles
garanties, qu'on doive n'y rien trouver à reprendre. Eh bien, au
contraire! Un autre antiquaire, plus obscur et moins titré, M. Belloc, a
pris à tache de démontrer que l'inscription est criblée de fautes. Et,
dans une plaquette, publiée à Bourg en 1833, il corrige, en maître sûr
de lui, ce mauvais «devoir» d'un élève réputé excellent.

Nous regrettons vivement de ne pouvoir introduire ici--ce n'est pas le
lieu--tous les détails de cette piquante critique. Non pas que nous la
tenions pour indiscutable en toutes ses corrections. Mais il en est un
si bon nombre dont la justesse nous paraît de toute évidence!
Contentons-nous d'en résumer quelques-unes à la hâte et à titre
d'échantillons:

Imperator--signifie, quand il suit le nom propre--_chef d'armée_, et non
pas--comme quand il le précède--_Empereur_. C'est évidemment ce dernier
titre qu'on entendait, dans l'espèce, donner à Napoléon. Donc...

Monumentum: en style lapidaire, ce vocable s'affecte exclusivement aux
_monuments... funèbres._

Ex ære capto:--_ære_ n'a jamais été employé sur les monuments que dans
son acception monétaire: ære collato; ære collatitio; ære publico: voilà
les termes qui se rencontrent très-fréquemment dans l'épigraphie
antique; traduction rigoureuse: Par souscription publique...

M. Visconti insinue donc--bien malgré lui--que la colonne a été
construite au moyen... _d'arqent volé!!!_

Exercitus maximi--signifie, en bonne latinité, _de l'armée
très-grande... en nombre_.--A quoi bon cette expression douteuse, qui
dit très-mal ce qu'on a voulu dire, quand on avait, sous la plume, un
bout de phrase de Tacite qui le dit si bien:--_Exercitui cui magna nomen
inditum...?_ etc., etc., etc.

On nous accordera bien que ce ne sont pas là des chicanes dénuées de
tout sens commun, si amusantes soient-elles.

V.--LA STATUE DE CHAUDET.

Et d'abord, pourquoi sur cette colonne la statue de Napoléon Ier, alors
que, dans le principe, c'est la statue de Charlemagne qui devait la
surmonter?

L'empereur, en effet, parut avoir, pendant longtemps, une vive
répugnance à se laisser, de son vivant, tailler en marbre ou couler en
bronze.

--Un fait à l'appui de cette assertion:

On sait que l'arc de triomphe du Carrousel a été fondé presque
simultanément avec la colonne.

--De prime abord, on avait décidé qu'il serait couronné par le fameux
quadrige de Corinthe (4), amené d'Italie par Napoléon. Le statuaire
Lemot s'était même chargé d'atteler ces fringants coursiers à un char
suffisamment antique. L'équipage ainsi constitué il fallait un
automédon. Où le prendre? On songea à l'Empereur: son image ferait si
bien en cette place!--Ce projet lui lut donc soumis. Mais aux premiers
mots, voici--d'après MM. Perrier et Fontane, les architectes du
monument--quelle fut sa réponse textuelle:

«Que l'image de ma personne fasse partie d'un bas-relief ou d'un tableau
représentant une action dans laquelle j'ai figuré, cela est juste. Mais
que je prenne ou que je me fasse donner les honneurs de l'apothéose,
rien n'est plus inconvenant; je veux que ma statue, si elle est y
placée, soit enlevée, et que le char, si l'on n'a rien de mieux à y
mettre, reste vide.»

[Note 4: Ces chevaux passent pour avoir décoré, à Corinthe, le temple du
Soleil.--Ils auraient été transportés, de Corinthe à Rome, par Néron; de
Rome à Venise par le doge Dandollo; de Venise à Paris par Napoléon.]

Or, cela se passait dans le courant de 1806.--Il faut que la
courtisanerie ait ultérieurement trouvé dans Iéna, Eylau, Friedland et
l'achèvement des Codes, des arguments bien puissants pour vaincre en
quelques mois des scrupules aussi nettement accentués!

Toujours est-il que Chaudet--grand prix de Rome de 1784 nommé membre de
l'institut en 1805--reçut, un beau jour, la commande d'une statue de
l'Empereur destinée à la colonne de la place Vendôme.

Il paraît que le programme de l'oeuvre ne fut pas arrêté sans
discussion. Napoléon et son fidèle baron tenaient pour le grand costume
de l'empire. Le sculpteur, élève de David--naturellement--ne voulait pas
entendre parler de ce travestissement. Sa réputation imposait son
ciseau.

Il en profita pour parler haut et ferme, et, finalement, fit, du costume
romain, la condition _sine qua non_ de son concours. Ce qui prouve plus
en faveur de son caractère que de son goût. Voici, du reste, par quelles
piètres raisons il défendait sa manière de voir (5):

«Il faut toujours se rendre compte de ce qu'on veut faire. La colonne de
la Grande Armée est une imitation de la colonne Trajane. Cette imitation
ne doit pas rester incomplète. Elle le serait si la statue qui doit la
couronner n'était vêtue comme celle de Trajan, etc., etc.»

[Note 5: Courrier français, 28 juillet 1833.]

Fort bien! mais, terrible logicien que vous êtes, pourquoi n'avoir pas
fait prévaloir plus tôt cette mirifique opinion? Précisément M. Denon
avait remis à Bergeret, pour le guider dans son travail, des dessins
exécutés, d'après les bas-reliefs de la colonne Trajane, par Jules
Romain et le Mutiau. Croyez-vous qu'au lieu d'attacher à sa propre
invention toute une armée française, et, partant, de ne tirer aucun
parti de ces modèles, votre malheureux collègue n'eut pas préféré cent
fois copier des _vélites_, des _hastaires_ et des _princes_ (6)?--Alors
seulement le plagiat eût été complet, c'est-à-dire tel que vous le
désiriez. Alors seulement on eût pu concevoir l'espérance d'entendre un
jour au pied de la colonne des dialogues dans ce goût-ci:

[Note 6: Pour conserver les désignations, mieux connues, en usage avant
Marius.]

--Ce monument doit avoir été bâti par les Romains.

--Qui vous fait croire...?

--Dame! rien que cette poignée de _triaires_, là, dans le coin, à
gauche...

--Des _triaires_, ça! C'est la vieille garde!

Jules Dementhe.

(_A suivre._)



BIGARRURES ANECDOTIQUES

L'esprit de parti

(Suite)

--On parle de faire encore des économies; gare à une augmentation
d'impôts!

--Les sergents de ville sont convertis en ordre de chevaliers du guet--à
pens.

--Il y a mouches qui _piquent_ et mouches qui _rapportent._ Depuis que
_Figaro_ s'est jeté à corps perdu dans celles qui _rapportent_ il
n'entend plus rien à celles qui _piquent._

--_Figaro_ n'est pas blanc, il est pâle; il a changé de _couleurs..._
non, il a changé de livrée; il montre le poing..., non, il tend la main;
il tient un _bâton..._ non, c'est une croix; il dit qu'il a du bois
vert... non, c'est un fagot; il se donne au diable... non, il se _vend_
au poids; il _s'affiche..._ non, il _s'en fiche._

--On va donner des bals pour les pauvres. La moitié de la France y est
invitée.

--Dès que la loi sur le divorce sera votée, M. Le Blanc se propose de
rompre l'alliance qu'il a contractée malgré lui avec madame veuve
Lerouge, rue Bleue.

--Depuis la révolution de Juillet, on calcule que 81,729 victimes ont
été attachées à la croix... d'honneur.

--On assure que ce printemps les royalistes vont en guêtres, les
républicains en bottes et le juste milieu en bas.

--M. Casimir, qui est étranger aux affaires, garde pourtant les affaires
étrangères.

--Entouré qu'il est de royalistes, de bonapartistes et de républicains,
il ne sera jamais qu'un roi de Macédoine.

--Le ventre a mal au côté gauche.

--La Chambre en est venue au point de ne plus distinguer sa gauche
d'avec sa droite.

--On a arrêté hier un sourd-muet soupçonné de penser des murmures
séditieux. C'est bien fait. Pourquoi abuser à ce point de la liberté!

--Les représentants de la nation donnent et reçoivent des
représentations bien burlesques!... Quand baissera-t-on la toile!

--Le budget est bien long à supputer. On devrait le mesurer à la toise,
cela abrégerait la besogne d'un tiers.

--Les députés qui se plaignent aujourd'hui de la presse ressemblent à
Néron méditant la mort de sa mère.

--Il y a dix mois que la carte de France n'est plus qu'une carte
payante.

--On parle beaucoup de la prochaine dissolution de la Chambre. Est-ce
qu'elle n'est pas déjà dissolue?

--Un fonctionnaire public destitué demandait à un ministre pourquoi
l'administration ne lui avait pas signifié les motifs de la destitution.

«--Par une bonne raison! lui répondit Son Excellence, c'est que notre
administration ne signifie rien!»

Jules Rohaut.



[Illustration: LE NAVIRE CUIRASSÉ _LE SUFFREN_ DE LA
MARINE NATIONALE.]



Rébus

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Après l'hiver, les oiseaux font leur nid.

[Illustration: nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1592, 30 Août 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home