Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0069, 22 Juin 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0069, 22 Juin 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL.

Nº 69. Vol. III.--SAMEDI 22 JUIN 1844.
Bureaux, rue Richelieu, 60.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f. Prix chaque
Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f. Pour
l'Étranger -- 10 -- 20 -- 40



SOMMAIRE

Histoire de la Semaine. _Portraits de MM. Broglie et Cousin._--Courrier
de Paris.--Exposition des produits des Manufactures de Sèvres, des
Gobelins et de Beauvais. _Deux Vitraux pour la chapelle royale
d'Amboise; Théière en porcelaine; Jardinière en porcelaine; Coupe en
porcelaine._--Exposition des Produits de l'Industrie. Huitième article.
Fourneaux, Cheminées, Boulangerie de Mouchot. _Pétrisseurs mécaniques;
Pesage et Placement de la pâte dans les moules; Fours de M. Mouchot;
four de M. Baudin-Langlois._--Un voyage au long cours à travers la
France et la Navarre. Par A. Aubert. Chap. II et III. _Huit Gravures,
par Bertall._--Femmes de lettres Françaises contemporaines. _Médaillons
de mesdames G. Sand, Charles Reybaud, Amable Tastu, Delphine Guay,
Virginie Ancelot, Marceline Valmore, Élise Voïart._--Exposition des
Produits de l'Horticulture. _Paulownia impérialis; Yucca et Feuilles
d'Aloès._--Exposition du Mont-Carmel. _Hospice du Mont-Carmel;
Allégorie, par M. Jollivet; Femme arabe, par M. Cogniet; Jérémie, par M.
Horace Vernet._--Bulletin bibliographique. Allégorie de Juin.
_L'Écrevisse._--Théâtre de la Porte-Saint-Martin. _M. Risley et ses deux
fils._--Correspondance.--rébus.



Histoire de la Semaine.

[Illustration: M. de Broglie.]

L'opinion publique est à peine remise de l'agitation que lui avait
causée la discussion si solennelle et si animée de la chambre des pairs
sur la loi de l'enseignement secondaire. La salle du Luxembourg laisse à
peine mourir l'écho des applaudissements qu'ont obtenus de bancs opposés
et l'illustre rapporteur de la commission, M. le duc de Broglie, et son
éloquent et infatigable adversaire, M. Cousin; et déjà la loi portée à
la chambre des députés y fait naître des émotions tout aussi vives, et
amène dans ses bureaux une lutte d'autant plus complète, que personne ne
se dissimule que la lutte de tribune ne s'engagera pas cette année, et
que par conséquent c'est sur l'effet à obtenir dans ces débats
provisoires et sur la nomination des commissaires que doivent, quant à
présent, se concentrer tous les efforts. Les intérêts de l'enseignement
ecclésiastique seront soutenus par M. de Carné avec une mesure qui n'a
pas toujours été gardée au Luxembourg. Le droit commun aura des
défenseurs habiles dans MM. de Tocqueville et Odilon Barrot;
l'enseignement par l'État, amélioré et rajeuni, peut compter sur les
voix de MM. Thiers, Dupin, Rémusat, Quinette, Saint-Marc Girardin; enfin
toutes et chacune de ces fractions comptent un peu sur M. de Salvandy.
La commission, dont nous venons de nommer tous les membres, a fait choix
de M. Barrot pour la présider, et de M. Saint-Marc Girardin pour remplir
près d'elle les fonctions de secrétaire; mais on croit savoir que la
majorité a d'avance fait choix de son rapporteur, et que cette tâche
importante sera confiée à M. Thiers.

La discussion s'est poursuivie sur les chemins de fer, et il s'est
trouvé dans la Chambre, en cinq jours de temps, une majorité pour
décider que l'État n'exécuterait pas complètement les voies de fer, et
une autre majorité pour mettre en déroute les compagnies qui s'étaient
organisées dans la prévision de ce premier vote. Nous espérons que la
Chambre fera cesser cette contradiction, en adoptant pour les chemins
qui sont à l'ordre du jour, pour celui du Nord surtout, presque
entièrement terminé, l'achèvement par l'État, que M. Dufaure est parvenu
à faire rejeter à une faible majorité, à l'occasion du chemin de
Bordeaux. Le coup porté aux compagnies a été reçu par leurs conseils
d'administration. Un certain nombre de membres des deux Chambres, plus
jaloux à coup sûr de l'intérêt de leurs localités qu'avides de gains à
réaliser, avaient accepté les fonctions d'administrateurs dans les
chemins soumissionnés. On a exposé que cette situation, que ce rôle
complexe étaient mauvais; que les déterminations du ministre pourraient
y perdre du leur liberté, le public de sa confiance, et les décisions
des chambres de leur autorité. Uniquement préoccupés de prouver qu'ils
avaient agi sans vue d'intérêt personnel, les députés ainsi mis en cause
se sont succédé à la tribune, et n'y ont pas apporté un seul argument,
une seule considération qui touchai à la question générale. Une première
disposition a donc été introduite pour sauvegarder le ministre contre
toute influence. Elle exige que la concession soit faite par
adjudication avec publicité et concurrence;--le rabais portera sur la
durée de la jouissance;--nulle compagnie ne pourra concourir qu'après le
versement du cautionnement prescrit par le cahier des charges, et autant
qu'elle aura été préalablement admise par le ministre des travaux
publics. Quant à la question des administrateurs, elle a été tranchée
par un autre article, adopté sur la proposition de M. Crémieux, et ainsi
conçu: «Aucun membre des deux chambres ne pourra être adjudicataire ou
administrateur dans des compagnies de chemin de fer auxquelles des
concessions seront accordées.» Il est difficile de peindre l'émoi que
cette discussions et ces résolutions ont fait naître. Nous croyons, nous
le répétons, qu'elles auront pour conséquence de faire revenir
immédiatement la Chambre au mode d'exécution complète par l'État. S'il
en était autrement, l'exécution des voies de fer se trouverait encore
ajournée; et, si l'on peut différer sur le mode d'exécution à adopter,
tout le monde est d'accord sur les inconvénients immenses, sur le
dommage réel qui résulteraient pour le pays d'un plus long retard dans
l'achèvement du réseau.

Rien n'a fait plus de bruit cette semaine que le silence des avocats.
Jamais les voûtes du palais' n'avaient retenti de plus de discussions
que depuis que l'ordre a pris le parti de ne plus plaider. Nous aurions
pu, il y a huit jours, annoncer les résolutions adoptées et prédire les
événements. Nous avons préféré attendre et limiter notre responsabilité
au récit des faits accomplis.

Le barreau de Paris se plaignait de la position qui était faite à
quelque-uns de ses membres alors qu'ils plaidaient devant la première
chambre de la cour royale, présidée par M. le premier président Séguier.
On avait vu un avocat si habituellement, si inévitablement interrompu
par ce magistrat dans chacun de ses plaidoyers, qu'il avait cru de sa
délicatesse de déclarer à ses clients qu'il ne saurait plus se charger,
sans danger pour leurs intérêts, des causes qu'ils pourraient avoir à
faire plaider devant la première chambre. Dans une autre occasion, M.
Séguier adressait la leçon la moins humaine à un pauvre père de famille
qui, le coeur brisé, venait de conduire à la dernière demeure l'enfant
unique qu'il pleurait, faisait demander la remise à huitaine d'une
affaire dont il était chargé. D'urgence, il n'y en avait aucune; il ne
s'agissait ni d'un prisonnier à élargir, ni d'une condamnation
exemplaire à prononcer. On s'attendait à entendre sortir de la bouche du
magistrat une parole de sympathie douloureuse, c'est un reproche qui en
sortit, et, pour justifier cette dureté, M. le premier président
s'appuyait sur l'autorité, inconnue de nos jours, de La Roche Flavin,
qu'à la sensibilité de son texte on a supposé être quelque compère
Tristan de la fin du seizième siècle ou du commencement du
dix-septième.--On avait entendu, il y a peu de jours, M. Séguier rendre
toute discussion impossible à un jeune avocat, en lui disant dès son
début: «Expliquez-vous en un seul mot;--expliquez-vous en deux
mots;--votre affaire est entendue.» L'ordre avait silencieusement gémi
sur ces scènes trop souvent renouvelées; toutefois, il n'y avait vu que
des torts individuels qui, à tout prendre, devaient peut-être encore pus
affliger la justice et inquiéter les justiciables qu'émouvoir les
avocats. Mais tout dernièrement M. le premier président, élargissant
généralisant ses attaques, a fait entendre quelques mots qui mettaient
l'ordre tout entier en cause et faisaient peser la suspicion sur ses
sentiments d'indépendance, de dignité et de désintéressement. L'ordre
s'est ému avec raison, à notre avis; son conseil s'est réuni pour
délibérer sur la position qui lui était faite et le parti qu'il avait à
prendre.

[Illustration: M. Cousin.]

Dans toute cette première phase, nous le déclarons, il nous est
impossible de voir des torts d'un autre côte que de celui d'un magistrat
dont personne ne conteste les lumières, la sagacité, et qui, à une
époque, on aime à s'en souvenir, a fait avec courage et modération ses
preuves d'indépendance et de fermeté. En ces circonstances nouvelles, M.
le premier président nous avait paru oublier les ménagements que
l'élévation de sa position lui commandait, comme les droits qu'on ne
saurait contester à la défense et les égards qui sont dus à ses organes.
Mais ceux-ci n'ont pas su garder l'avantage de leur situation, et, en
écrivant à M. le premier président que tel jour, à telle heure, ils se
présenteraient à l'audience pour entendre ses explications, ils n'ont
pressenti qu'ils les rendaient impossibles, que cette sommation, cette
assignation à bref délai, blesseraient justement la dignité de la
magistrature et leur feraient perdre, à eux, quelque chose de leur droit
d'obtenir des réparations pour la leur. Ce qui n'était qu'un duel entre
M. Séguier et l'ordre, a été converti par là en grave conflit entre le
barreau et la cour qu'on avait engagée par cette façon de procéder. Si
M. le bâtonnier, prenant la parole à l'ouverture de l'audience de lundi
dernier, eût, sans l'avoir notifié par avance, fait appel à la raison, à
la justice de M. le premier président pour qu'il effaçât par une
explication satisfaisante les fâcheuses et injustes impressions de ses
sorties malentendues, nul doute que M. Séguier ne se fût exécuté; du
moins, s'il s'y fût refusé, il n'eût pas trouvé un seul défenseur parmi
ses collègues eux-mêmes. La marche suivie, au contraire, en blessant les
susceptibilités de la compagnie, jusque-là en quelque sorte étrangère au
débat, l'a élargi; et la cour, oubliant ou se croyant autorisée à ne
plus considérer de quel côté il avait d'abord été manqué à toutes les
convenances, après plusieurs délibérations fort animées, a cité le
conseil des avocats tout entier, signataire de la lettre adressée à M.
le premier président, à comparaître devant les Chambres assemblées le
lundi 1er juillet. C'est une mesure grave, c'est un conflit que ne
peuvent suivre qu'avec inquiétude tous ceux qui regardent comme une
garantie d'ordre la bonne administration de la justice, impossible sans
l'intime union de la magistrature et du barreau.

Toutes les mesures ont été prises pour nous tenir en garde contre une
seconde attaque des troupes marocaines, et pour obtenir diplomatiquement
une réparation de la première. L'Angleterre s'est très-activement
appliquée à nous faire sentir que ce serait nous commettre que de ne pas
mépriser les injures et les coups de fusil des soldats de l'empereur, et
s'est offerte pour s'entremettre dans ce différend. Nous avons accepté
cette proposition en protestant, que, tout offensés que nous étions, et
bien qu'une attaque meurtrière soit infiniment plus grave qu'un coup
d'éventail, nous ne songions nullement à traiter l'empereur du Maroc
comme la restauration avait traité le bey d'Alger. Nos intérêts et nos
pouvoirs sont donc en ce moment aux mains de notre alliée. Il faudrait
être d'un caractère bien inquiet pour concevoir la moindre crainte sur
la façon dont ils seront défendus et dont il en sera usé.--Nous
craignons fort que les ports de l'empire soient insuffisants pour
recevoir toutes les escadres qui vont s'y rendre. L'Espagne en a déjà
fait partir une; la nôtre s'arme à Toulon; l'Angleterre ne nous laissera
probablement pas devancer la sienne. Voici venir maintenant celles de la
Suède et du Danemark, si nous en croyons la _Gazette des Postes_ de
Francfort, dans laquelle on lit ce qui suit, sous la rubrique
d'Holstein: «Depuis longtemps, le Danemark et la Suède ont exigé de
l'empereur de Maroc l'abolition du tribut qu'ils ont payé jusqu'à
présent. L'empereur a toujours refusé d'abolir ce tribut odieux. En
conséquence, le gouvernement suédois va envoyer à Maroc une escadre. Il
y a lieu de croire que cet exemple sera suivi par notre gouvernement et
que les deux gouvernements agiront d'accord. Des explications seront
ensuite données aux assemblées législatives des deux pays.»

Le ministère anglais a, depuis un certain temps, une lutte quotidienne à
soutenir et de fréquents échecs à réparer. Il y a peu de jours qu'un
membre de la chambre des communes, M. Duncombe, a amené sir James Graham
à déclarer qu'usant d'un statut de la reine Anne il avait fait ouvrir à
la poste un certain nombre de lettres sous sa responsabilité. Le
ministre s'est, du reste, refusé à toute autre explication. M. Duncombe
a dit alors qu'il avait des motifs pour croire que les lettres dont le
secret avait été violé étaient adressées à M. Mazzini, Italien réfugié
en Angleterre, connu comme le chef de la _Jeune Italie._ Il en
résulterait que le ministère anglais violerait le secret des lettres
pour le compte des gouvernements italiens. M. Duncombe demandait que
cette affaire fût vidée séance tenante, ou que la Chambre s'ajournât
jusqu'à ce que le ministère se fût expliqué. Mais l'ordre du jour était
chargé, et l'on a, en passant outre, réservé à l'auteur de
l'interpellation la faculté de la reproduire.--Dans la même Chambre
était en discussion un bill par lequel le ministère proposait, de
réduire le droit sur le sucre étranger, pour les pays où la culture est
libre, de 63 schellings à 34. M. Miles a proposé, par contre, un
amendement pour abaisser à 20 schellings le droit sur le sucre colonial,
qui est aujourd'hui à 24, afin de conserver nue différence que réclament
lues planteurs des Antilles pour pouvoir continuer du lutter contre les
sucres étrangers. Vivement combattu par sir Robert Peel et ses amis, cet
amendement n'en a pas moins été a voté par 241 voix contre 221 dans la
séance de vendredi dernier. Alors le premier ministre annoncé que dans
la séance de lundi il ferait connaître les intentions du cabinet. La
discussion a donc été reprise, et, après une longue et vive discussion,
la chambre a été amenée à se déjuger à une majorité de 255 voix contre
233.--La chambre des lords, de son côté, a été placée dans une position
difficile par la discussion épineuse d'une motion faite par l'évêque
d'Exeter contre la corruption et l'existence des maisons de tolérance.
Lord Fitzhardinge a remercié d'abord le révérend prélat pour ses paroles
éloquentes, espérant que la chambre renverrait à une commission le bill
auquel le travail et les réflexions du noble évêque, sur une plaie aussi
douloureuse, donnaient, sans aucun doute, la plus grande importance.
Mais il désirait savoir si le révérend prélat avait vérifié un fait qui
avait été publiquement établi. Aucune voix ne s'étant élevée pour le
contredire, il avait présumé alors, lui, comte Fitzhardinge, que ce fuit
était constant: autrement le corps auquel il était imputé n'aurait pas
gardé le silence.

«Il y a un peu plus de deux ans, dit-il, on a publié que le doyen et le
chapitre de Westminster avaient en propriété, près de la place
d'Almoury, place que le noble lord ne connaît pas (hilarité), un
très-grand nombre de lupanars des plus célébrés; qu'on en comptait
vingt-quatre dans Almoury, tous possédés par le doyen et le chapitre de
Westminster (éclats des rires), se trouvant ainsi dans la proportion de
deux lupanars pour une prébende (rires prolongés); que dans le quartier
d'Orchard Street il y en avait trente, dans celui de Pye-Street on en
comptait quarante, dans celui de York-Street vingt, la plupart
appartenant au doyen et aux membres du chapitre dans l'étendue de la
corporation.» (Bruyante hilarité.) Le comte de Fitzhardinge pensait
alors que le doyen et les membres du chapitre, usant du droit
incontestable de propriété, auraient pu faire quelque chose avant qu'on
eût recours aux mesures législatives. Il se rappelait que ce même corps,
le doyen et le chapitre de Westminster, avaient refusé une place dans
leur abbaye, au nom de la moralité et de la religion, à la statue de
lord Byron, et qu'il y avait une grave inconséquence à rejeter l'une
taudis qu'on gardait les autres. L'évêque d'Exeter a reconnu la vérité
des faits cités par lord Fitzhardinge, mais il a déclaré que le doyen de
Westminster s'occupait de les faire disparaître. Le bill passent en
comité.

Nous avons parlé de troubles en Silésie. Ils sont devenus assez graves
pour qu'on ait jugé prudent d'envoyer dans les communes agitées toutes
les forces d'artillerie et de cavalerie dont on pouvait disposer. Mais
pendant que Breslau se trouvait dégarni de troupes, par suite de ces
envois, des désordres y ont éclaté dans la nuit du 7 au 8 de ce mois;
ils sont bientôt étendus dans plusieurs bourgs et villages.

La ville de Breslau a été occupée militairement; on a fini par arrêter
cinquante-trois individus, et la tranquillité de la ville a été obtenue
par la contrainte. Les familles prussiennes s'expliquent assez peu
clairement sur les causes de ces événements. Les journaux locaux se
taisent complètement à ce sujet. A en croire les feuilles de Berlin, il
n'y a eu de tumulte que parce que la musique des régiments n'avait pas
exécuté des fanfares sur lesquelles on comptait. Mais, d'un autre côté,
la _Gazette des Postes_, de Francfort, met cette affaire sur le compte
de la propagande, qui aurait répandu des brochures propres à enflammer
les esprits. D'autres versions plus vraisemblables donnent à penser que
la situation fort dure des ouvriers tisserands de la Silésie et de la
Saxe, a pu amener ces soulèvements. Du reste, la première de ces
provinces ne paraît pas être la seule partie des États prussiens où la
tranquillité aurait été troublée. Un journal de Francfort dit que sept
ou huit personnes ont été blessées à Dusseldorf, _à l'occasion des
troubles_. C'est ainsi que l'on nous apprend qu'il y a eu des désordres
dans cette ville, sans que l'on nous en dise en même temps ni la cause
ni la portée.

Les accidents se multiplient dans les houillères. Une explosion de gaz
hydrogène carboné vient encore d'avoir lieu sur le territoire de la
commune de Marchienne-au-Pont (Belgique), dans la mine de Chaume-à-Roc.
Sept ouvriers ont été tués et dix-huit à vingt sont plus ou moins
fortement brûlés. Il paraît que ce sinistre est attribué au mauvais état
de l'aérage de cette exploitation. L'administration des mines en avait
provoqué l'interdiction, et l'arrêté qui faisait droit à sa réclamation
était arrivé, dit-on, depuis deux ou trois jours dans les bureaux du
commissariat du district, qui sont établis à Lodelinsart. Un autre coup
de feu a eu lieu à la fosse Saint-Joseph du Charbonnage de le Réunion
sur Mont-sur-Marchienne, dans la journée de jeudi. Sept ouvriers ont été
victimes de ce déplorable accident; deux d'entre eux sont morts, les
autres ne paraissent que légèrement blessés.--A la Nouvelle-Orléans, un
terrible incendie a commencé le 18 mai à exercer d'épouvantables
ravages. En trois jours, dix squares ont été consumés;
Jackson-Street-Canal, sur la droite. Common, sur la gauche, ainsi que
Treme, Ellarais, Villère, Robertson, et jusqu'à Clairbonne, ne sont plus
qu'un monceau de cendres. Il ne reste dans tout cet espace qu'une seule
habitation, la maison de santé. On estime que 280 à 300 maisons ont été
détruites, et la perte est portée à une somme énorme. Le consul français
a aussitôt ouvert une souscription et a invité ses compatriotes à rendre
aux Américains malheureux ce que la Nouvelle-Orléans s'était empressée
de donner à nos frères de la Guadeloupe.

La mort de M. Burnouf père avait laissé vacantes une place à l'Académie
des inscriptions et belles-lettres et une chaire au collège de France.
M. Mohl a été élu à la première. Il avait pour concurrents MM. Sedidot
et Laboullaye. Au cinquième tour de scrutin il a obtenu 17 voix sur 34.
M. Nisard a été choisi pour la chaire libre par MM. les professeurs du
collège de France.

La science a perdu un des hommes qui ont le plus contribué à étendre son
domaine: M. Geoffroy-Saint-Hilaire vient de lui être enlevé. C'est une
perte que nous devons enregistrer aujourd'hui, mais dont
_l'Illustration_ aura à apprécier toute l'étendue.--La chambre des
députés a vu également ses rangs s'éclaircir par le décès de M. Onny,
député des Vosges, et de M. Meurice, député du Doubs.--La banque de
Paris a eu son tribut de regrets à payer à M. B Rollin, de la maison
Blatte, Cohin et compagnie.--Madame la comtesse Chaptal, veuve du savant
chimiste, ministre de l'empire, est morte âgée de 83 ans.



COURRIER DE PARIS

Tout est dit: les portes se fermeront le 30 juin, et ce grand spectacle
des merveilles de l'industrie, qui nous charme et nous étonne depuis
deux mois, fera sa clôture définitive. En voilà pour cinq ans; pendant
ces cinq ans, Dieu sait avec quelle nouvelle activité, avec quelle
fécondité prodigieuse le génie de l'industrie va se remettre à l'oeuvre!
que d'efforts! que de perfectionnements! que d'inventions! Nous le
verrons reparaître, soyez-en sûrs, avec des trésors inconnus aujourd'hui
et escorté de nouveaux prodiges. L'industrie, en effet, est dans toute
l'ardeur de la conquête; elle soumet le monde d'un pas rapide, et finira
par en devenir la seule divinité et l'unique souveraine. En attendant et
pour se préparer à cette autre campagne de 1844 à 1849, elle retourne
dans ses fabriques et dans ses ateliers; voyez-la maniant le fil et la
soie, ciselant l'or et l'argent, laminant le fer, taillant le diamant et
le marbre, debout jour et nuit, et l'oeil incessamment ouvert sur les
merveilleux travaux de son immense empire! Voyez ces impacts de bras
qui se meuvent à son commandement! entendez le bruit des innombrables
machines qui s'agitent autour d'elle!

Cette clôture de l'exposition industrielle doit rendre à Paris son air
accoutume. Avant un mois il n'y aura plus guère que des Romains dans
Rome; nos frères des départements, et les races exotiques accourues de
tous côtes pour jouir de la merveille, disparaissent de jour en jour; le
flux industriel les apporta et le reflux les remporte. Si vous tenez à
constater la réalité de leur départ, faites un tour aux messageries
royales; mettez-vous en observation dans la cour des diligences Laffitte
et Caillard; quel curieux spectacle! Les voitures regorgent et
débordent de l'intérieur au coupé, du coupé à la rotonde, de la rotonde
à l'impériale; il semble, à voir ces maisons mobiles emportant tous les
soirs et tous les matins cette population ambulante, que la ville se
dépeuple et que les maisons de pierre de taille vont bientôt manquer de
locataires. Rassurez-vous! Paris est comme l'immense Océan, il ne tarit
pas pour quelques bras de mer qui s'en échappent; en ce moment, par
exemple, tout le monde quitte Paris, et cependant vous ne mettez pas le
nez dans une rue, vous ne faites pas un pas à droite ou à gauche, sans
que vous ne sentiez un coude qui vous heurte, sans qu'un animal à deux
pieds et sans plumes ne se jette à votre rencontre: tout y remue, tout y
va, tout y vient; immense fourmilière qui s'étend de la barrière de
l'Étoile à la barrière du Trône, et de Montmartre au sommet de la rue
d'Enfer!

Aussi, comme de toutes parts on accourt vers cette ville gigantesque!
comme on rend hommage à sa prépondérance dans le monde de l'esprit et de
la civilisation! comme on salue, de tous les points de l'horizon, son
incontestable royauté! Il n'est pas d'artiste, ou de poète, ou d'homme
illustre qui ne lui demande de donner sa suprême sanction à son nom et à
sa gloire; c'est à Paris qu'on vient puiser sans cesse, comme à une
source vive et fécondé; et tandis que nous nous querellons entre nous,
tandis que certains hommes, nos compatriotes, contestent la réalité et
les bienfaits de notre éducation publique, les étrangers, et les plus
illustres, envoient à Paris leurs fils, l'espoir de leur nom, pour
commencer ou pour achever de les instruire; ils les exposent à des
voyages lointains et périlleux! ils les hasardent à travers les mers! Et
pourquoi? Parce que Paris est au bout du voyage, Paris avec son activité
sans pareille et sa vive intelligence, Paris' qui tient ouvertes de tous
côtés et à tout venant ses voies fécondes!

Voici une nouvelle marquée de cette prédilection qui fait pencher le
monde du côté de ces institutions et de ces lumières parisiennes;
Méhémet-Ali, une des grandes intelligences de notre temps, Méhémet, le
pacha d'Égypte, envoie à Paris deux princes de sa race, son plus jeune
fils et le fils d'Ibrahim-Pacha; il les envoie, non pas pour les
distraire, non pas pour les promener au milieu de nos places publiques
et de nos rues, et pour les divertir de nos spectacles: l'arrivée des
deux jeunes princes a un but plus sérieux; c'est pour les mêler à cet
immense foyer de travail et d'instruction, c'est pour qu'ils forment
leur esprit et leur habileté sur nos leçons et nos exemples, que
Méhémet-Ali nous les confie; il entend qu'ils lui reviennent l'esprit
solidement orné et tout prêts à soutenir dignement et fortement le rôle
élevé et périlleux où leur naissance les appelle.--Ces deux princes, le
fils et le petit-fils de Méhémet, sont à peu près de la même époque, la
fleur de la jeunesse, de dix-sept à dix-huit ans. On sait que
Méhémet-Ali, ce robuste et énergique vieillard, était encore père à un
âge où l'on ne compte plus d'ordinaire que sur ses petits-fils; c'est
ainsi que s'explique cette égalité d'années entre son plus jeune rejeton
et le fils d'Ibrahim-Pacha qui l'accompagne.

Cependant, soyons fiers pour notre pays de cet hommage qu'on rend à sa
puissance intellectuelle, du nord au midi, de l'orient à l'occident; que
nos entrailles filiales s'en émeuvent! et puisse ceux qui nous
gouvernent comprendre toujours ce qu'il y qu'il y a de forces et de
ressources dans une nation qui répand ainsi le sentiment de sa
supériorité à toutes les extrémités de l'univers!

Les jeunes princes égyptiens arriveront dans quinze jours; l'un est
destiné à la marine, l'autre à l'artillerie; celui-ci pourra fraterniser
avec le duc de Montpensier, celui-là avec le prince de Joinville; et
peut-être un jour les verra-t-on manoeuvrer ensemble, brûler de la
poudre et prendre quelque noble revanche de Saint Jean d'Acre et de
Beyrouth!

La plus ancienne et la plus vieille actrice de Paris vient de mourir:
elle se nommait madame Baroyer et avait dépassé le chiffre de
quatre-vingts ans; madame Baroyer est complètement inconnue au public
d'aujourd'hui; dites à ce public nouveau-né: «Eh bien! la mère Baroyer
est morte!» Il vous répondra, du plus beau sang-froid du monde: «Connais
pas!» Mais les vieux de la vieille, c'est-à-dire ce qui reste des
anciens de la révolution et de l'empire, ont tressailli à la nouvelle de
ce cette mort; tous les souvenirs de leur jeunesse se sont éveillés; les
débris du Caveau et des soupers d'Épicure, les vétérans de la chanson et
du vaudeville impérial ont pris le deuil; madame Baroyer, en effet,
avait été une de leurs plus spirituelles et de leurs plus aimables
servantes; après avoir commencé ses premières armes au bon temps de la
gaudriole et de la chanson, elle avait continué de desservir Momus,
connue on disait de son temps, sous mademoiselle Montansier, et ainsi de
suite, depuis Brunet jusqu'à Tiercelin et à Potier; nous autres même,
qui datons notre cours dramatique de la restauration, vous et moi, mes
chers contemporains, nous avons entrevu une ride de madame Baroyer;
c'était vers 1821, elle fredonnait encore au théâtre des Variétés, dans
les rôles de duègnes; et dès ce temps-là, la chère femme paraissait
avoir plus de cent ans; vous comprenez, bien qu'elle n'avait pas dû
rajeunir depuis.

Enfin elle est morte! et l'on ne dira pas d'elle ce qu'on a dit de la
rose; «Elle a vécu l'espace d'un matin.»

Ce n'était plus, dans ses dernières années, qu'une vieille décrépite,
presque en haillons. Vous avez dû la rencontrer plus d'une fois, sans
vous en douter, sur le boulevard Montmartre, aux environs du théâtre des
Variétés, où elle venait de temps en temps rôder, comme on vient revoir
le lieu de sa naissance un peu avant de s'en aller à sa tombe. La
dernière fois que je rencontrai la vieille Baroyer allant
clopin-clopant, je donnais le bras à un vaudevilliste de l'empire, un
des deux ou trois qui survivent. «Voici la Baroyer,» me dit-il; puis,
s'approchant d'elle, il ajouta; «Eh bien! ma pauvre Broyer, où sont nos
chansons et nos amours!--Ils sont bien loin, répondit-elle d'une voix
chevrotante, et ce n'est pas avec nos mauvaises jambes que je les
rattraperai.--Adieu, ma vieille!--Bonsoir, mon vieux!»

M. Kirsch a pris noblement sa revanche. Vous connaissez les mésaventures
de M. Kirsch l'aéronaute; deux ou trois voyages aérostatiques bravement
tentés par lui avaient complètement échoué. Tantôt le ballon avait crevé,
tantôt il s'était accroché à un arbre, tantôt il avait joué le rôle d'un
cheval rétif qui ne veut pas marcher, malgré le fouet et l'éperon. M.
Kirsch était au désespoir, et notez bien que le commissaire de police et
le public s'étaient montrés pour lui sans miséricorde: une fois le
pauvre Kirsch avait vu sa recette saisie comme illicite; une autre fois,
les spectateurs mécontents avaient tout brisé, ballon, chaises, tables,
portes, et le reste.

Un autre que M. Kirsch se serait résigné à vivre terre à terre; mais M.
Kirsch a plus de vergogne que cela; il a recommencé de plus belle, et
deux ascensions victorieuses l'ont enfin magnifiquement réhabilité. M.
Kirsch, qu'on raillait il y a un mois, est maintenant un homme intrépide
et surprenant; il a été aux nues. M. Kirsch cependant tenait à
convaincre les plus incrédules; et, l'autre jour, dans son dernier
voyage, il est resté près de vingt quatre heures absent, volant à
travers les nuées, dans l'immensité. Qu'est devenu M. Kirsch? disait-on.
Blessé des injustices de la terre, est-il allé faire un établissement
dans la lune; ou bien s'est-il contenté de rendre une visite de
politesse à Venus, à Mars ou à Saturne? Madame Kirsch était fort
inquiète, et se disposait déjà à chercher son mari dans le ciel et sa
banlieue, et à le faire afficher dans toutes les étoiles; tout à coup M.
Kirsch a reparu, il était descendu tranquillement et sans accident au
beau milieu d'un pré fleuri, à quelques lieues de Paris, jouissant de
son triomphe.

Un journal a raconté que madame Kirsch s'était aperçue qu'en partant son
mari avait oublié sa bourse; madame Kirsch en témoignait beaucoup
d'inquiétude; pourquoi donc? Là-haut, certainement, dans le royaume des
mages et des étoiles, on se serait fait un vrai plaisir d'héberger
gratis un si vaillant et si habile aéronaute; et pas une planète, j'en
suis sûr, n'aurait eu la grossièreté de lui présenter la carte.

Les journaux nous racontent tous les jours des prodiges de l'autre
monde. Hier encore, je lisais ceci dans une de ces feuilles véridiques:
«Une femme s'est jetée d'un cinquième étage dans la rue Popincourt; elle
en a été quitte pour quelques contusions.» Le lendemain, un autre
journal fournissait à ses honnêtes lecteurs le trait suivant: Un
couvreur est tombé hier d'un toit qu'il était occupé à réparer. A
Aussitôt le concierge de la maison de crier au secours et d'aller
chercher le médecin; tandis qu'il courait ainsi, le maçon se relevait et
disait: «Ah! ce n'est rien; je vais boire un coup! et il entrait au
cabaret voisin, où l'Esculape, en arrivant, le trouva bravement attablé.
«Je croyais que de tels miracles ne s'étaient pas renouvelés depuis
Sganarelle, le médecin malgré lui, qui vit, comme on sait, un enfant
choir du haut d'un clocher, et aussitôt prendre sa course et aller jouer
à la fuselle. Si le bon Sganarelle revenait, certes il se trouverait
détrôné; vous verrez que bientôt le plus sûr moyen d'être parfaitement
ingambe et de se préserver de toute paralysie, sciatique, goutte et
rhumatisme, sera de se précipiter tous les matins, pendant un mois ou
deux, du haut de la Colonne ou des tours de Notre-Dame.

Si les gens qui tombent sur le pavé d'un cinquième étage ne s'en portent
que mieux, il est moins prudent, à ce qu'il paraît, de tomber dans
l'eau; l'eau en est encore à la vieille routine et noie son monde. On a
retiré, cette semaine, de la Seine, vers le pont d'Austerlitz, un pauvre
diable, qui venait de s'y noyer; un passe-port trouvé sur lui a constaté
que le malheureux s'appelait Parapluie; tout Parapluie qu'il était, il
n'en était pas moins trempé jusqu'aux os. Atroce ironie!

Hâtez-vous! _la Sirène_ va clore ses chants! hâtez-vous! _Antigone_ va
plier bagage. M. Roger, de l'Opéra Comique, prend son congé, et force
ainsi _la Sirène_ à se taire; l'Odéon ferme ses portes pour toute la
canule et met _Antigone_ au frais pendant les mois de juillet et d'août,
pour la retrouver à l'automne parfaitement conservée.



Exposition des Produits des Manufactures de Sèvres, des Gobelins et de
Beauvais.

En 1738, le marquis de Fulvy, gouverneur du château de Vincennes,
employa toute sa fortune à le fondation d'une manufacture de porcelaine.
Elle resta à Vincennes jusqu'en 1750, époque où les fermiers généraux en
devinrent propriétaires. Alors ils firent bâtir la grande manufacture
que l'on voit aujourd'hui à Sèvres, et ils y transportèrent
l'établissement fondé par le marquis de Fulvy. Louis XIV acquit cette
manufacture en 1759; depuis, elle a toujours fait partie du domaine de
la couronne, et a marché de progrès en progrès, sans cesse protégée,
surveillée, améliorée par les hommes les plus habiles et les plus
spéciaux.

Le nombre des objets exposés aujourd'hui n'est pas considérable, ou du
moins ne paraît pas considérable pour les amateurs qui, cette année, ont
eu déjà à visiter plusieurs expositions dont les livrets seuls faisaient
peur; mais à défaut de la quantité, nous avons ici la qualité: faut-il
nous plaindre?

Trois divisions forment l'exposition des porcelaines; ce sont _les
grandes pièces diverses, les vases_ et _les services de déjeuner._

Et d'abord, nous nous sommes arrêté longtemps devant un grand meuble,
dit _jardini re de saina_, meuble ayant six pieds, portant une cuvette
hexagone, et dans son milieu une grande jatte à fleurs. Il est composé
et exécuté entièrement par M. Hyacinthe Régnier. Rien n'égale la
richesse de cette jardinière, qui brille par l'originalité de
l'ensemble, et à laquelle le goût le plus sévère ne pourrait reprocher
que le manque d'harmonie dans les détails. On y remarque les portraits
de Tournefort, de Varron, de Virgile, de Robin, de Théophraste et de
Thouin. Ce meuble paraît avoir de la solidité, chose difficile à obtenir
avec la porcelaine; les couleurs en sont d'une extrême délicatesse et
d'une élégante simplicité.

Le _cabinet chinois_, meuble en forme d'armoire porté sur une console,
fait honneur à M. Léon Fenchère, qui en a composé l'ensemble général et
les détails. Les peintures surtout sont charmantes; elles sont exécutées
d'après des tableaux à l'huile du M. A. Borget, sur des dessins que ce
peintre a faits sur les lieux. Nous citerons parmi les sujets les plus
heureux, le bateau de mandarin sur un des canaux de Hottan, faubourg de
Canton,--une ravissante vue de Canton,--et la promenade du poète
Lil-tai-pé, composition qui plût par le naturel. Les artistes qui ont
travaillé au cabinet chinois n'ont fait aucun ornement d'imitation de
style chinois, suivant l'avis du Chenavard, d'après lequel «il n'y a pas
de mauvais style qui n'ait quelque chose de réellement original, et qui
ne soit acceptable avec réserve, quand on ne le mêle pas avec un autre
style.» Ce meuble ne pourrait guère être reproduit, car les peintures en
font le principal mérite.

Le _Guéridon_ est, sous tous les rapports, magnifique; des grappes de
raison peintes forment le cordon qui entoure la table, et qui est coupé
à intervalles égaux par des enfants en porcelaine sculptée, placés dans
une sorte de conque marine. Le plateau comprend sept vues, une grande et
six petites. La première est celle de Saint-Cloud vue des hauteurs de
Sèvres; elle est placée au milieu. Les six autres sont celle de Rouen,
prise des hauteurs de Sainte-Catherine; de Saint-Germain-en-Laye, prise
des hauteurs de Luciennes; de Château-Gaillard, aux Andelys; du pont de
Vernon et côte de Vermael, et du château de la Roche-Guyon. Çà et là
sont placés en camées les attributs du commerce, de l'industrie et de la
navigation fluviale. Le guéridon, tout or et porcelaine, a, dit-on, une
valeur de 18,000 fr. Les peintures ont été exécutées par M. Langlade;
les ornements ont été composés par M. Leloy, et exécutés par M. Didier.
Le pied est fait d'après une composition de feu Chenavard. Comme
peinture, le guéridon va presque de pair avec le cabinet chinois.

Cinq tableaux pour un coffret destine à la reine, représentent quelques
actes maritimes de. M. le prince de Joinville, sont d'une belle
exécution, le coffret n'est pas terminé.

Nous avons remarqué un cadre en bronze et en porcelaine pour la copie de
la _Vierge au voile_ de Raphaël, faite sur porcelaine en 1831, par
madame Jacotot. Tous les modèles de ce cadre, composés et exécutés par
M. Klagmann, produisent un grand effet et rappellent les plus charmants
ouvrages de cet artiste. Les bronzes sont de M. Demere. La _Vierge au
voile,_ si richement encadrée, doit être donnée au pape par le roi.

Les grandes pièces diverses de cette année l'emportent de beaucoup sur
celles que nous avons vues à la dernière exposition; les vases
n'arrivent pas à la même supériorité. En général, leur forme est lourde
et leurs ornements n'ont pas de caractère.

Un très-grand vase, forme Médicis, a un ensemble sévère. Les fleurs et
les oiseaux qui y sont peints sont d'une parfaite exécution; des
feuilles de trèfle, d'une couleur et d'un dessin excellent forment un
cordon autour du vase, dont les garnitures dorées manquent tout à fait
de délicatesse.

Deux moyens vases dits _cordeliers_, deux autres moyens vases dits
_avates_, plaisent surtout par leurs ornements, tandis que leur forme,
au contraire est lourde ou étrange. On admire sur les premières des
guirlandes de fruits et de fleurs, par M. Jacoldur, et sur les secondes,
de délicieuses copies de dessins arabes.

Un vase de M. Henri Tripieti, au fond bleu mat aux ornements, figures et
bas-relief blanc mat a une grande originalité; c'est ce qu'on appelle un
base-biscuit. Le bas-relief représente les vendanges antiques; il est
d'une beauté remarquable sous le rapport de la sculpture et sous le
rapport de l'exécution de la porcelaine, due au talent de MM. Delahaye
et Mascret.

Mais les vases les plus curieux, les plus complètement réussis, sont
sans contredit ceux dont la forme égyptienne a été copiée des dessins
gravés sur les murs des tombeaux de Thèbes, et communiqués par M.
Champollion. Les ornements répondent bien à la forme de ces vases; ils
ont été puisés aux mêmes sources antiques, par M. Huard. Nous ne nous
étendrons pas longuement sur leur caractère et sur leur délicatesse, car
le lecteur, en les voyant reproduits ici, peut les juger lui-même, à
part certains détails qui échappent au crayon du dessinateur.

Nous n'admirons que très-faiblement les vases moyens dits _thésacléen_,
en félicitant M. Fontaine, qui en est l'auteur, des charmantes
guirlandes de fleurs qui forment leur ornementation.--Les _vases
Adélaïde_, petits ou sur piédestaux, ont peu de grâce; les premiers,
néanmoins, ont des ornements fort beaux, en couleur d'émail.--Le vase en
forme de coupe, dit _cratère_, est superbe, et atteindrait à la
perfection, si la couronne de fleurs qui y est dessinée avait plus de
brillant.

Sous les numéros 18, 19 et 20, sont exposées trois coupes à réseaux dans
le style chinois. Ces coupes ont une délicatesse remarquable; la
dernière a une fort belle décoration en or et couleur. Toutefois ni
l'une ni l'autre ne sauraient approcher de la petite coupe dite
_cassolette_, dont le fond est vert et pourpre, avec un cartel de fleurs
dans un fond de tableau. Si le fini précieux est à bon droit regardé
comme la perfection dans ces sortes de travaux, la coupe _cassolette_
mérite nos éloges: aucun autre objet exposé par la manufacture de Sèvres
n'est mieux réussi dans le genre.

Des deux _déjeuners_  portant les numéros 22 et 23, le premier est
préférable; il est orné de jolis portraits anciens de madame de
Bourbon-Penthièvre, de madame la duchesse de Montpensier, du duc de
Penthièvre, du duc de Guise, du duc et de la duchesse du Maine. Sur les
soucoupes sont peintes des vues diverses du château et du parc d'Eu. M.
Moriot a délicieusement sculpté en camée les portraits, et les paysages,
composés et exécutés par M. Lebel, sont charmants. Le déjeuner qui nous
plaît le moins représente des vues nouvelles du parc de Saint-Cloud,
peintures vraiment remarquables de M. Jules André. Mais combien la forme
des tasses est lourde! La théière seule est gracieuse.

Ici se terminent les trois divisions que comprend l'exposition des
porcelaines de Sèvres. D'autres produits non moins merveilleux du même
établissement sont ceux de la peinture sur verre, soit en vitraux de
couleur ou teints dans la masse, soit en couleurs vitrifiables
appliquées et cuites sur verre ou sur glace.

Le public s'arrête longtemps devant les trois fenêtres pour la chapelle
royale de Dreux. L'une représente _saint Louis rendant la justice sous
le chêne du bois de Vincennes_, par M. Rouget; les sculptures sont
habilement exécutées par M. Ferdinand Régnier, le paysage est de M.
Jules André, dont nous avons déjà cité le nom plus haut. L'autre vitrail
est un tableau du _Christ au jardin des Oliviers_, par M. Larivière,
exécuté par M. Roussel. Le troisième représente le _Christ en croix_,
par M. Larivière, exécuté par M. Béranger. Les vitraux sont admirables
sans doute, autant par le mérite de l'exécution que par le mérite des
difficultés vaincues sous le rapport de la variété des couleurs; mais
ils ne sauraient nous satisfaire pleinement au point de vue de l'art,
surtout lorsque nous les comparons aux _sept fenêtres pour la chapelle
royale d'Amboise_, comprenant _la Vierge_, d'après M. Émile Wattier, et
_sainte Anne_, d'après Alonzo Cano, par M. Dubois;--la _sainte_ dite _à
la flèche_, et une _sainte tenant un livre_, d'après Zurbaran, par M.
Roussel;--_saint Ferdinand_ et _saint Jérôme_, d'après le même, par MM.
Eugène Lacoste et A. Apod;--enfin _saint Jean_, d'après André del Sirto,
par M. A. April. Des ornements d'encadrement avec figures, dans le style
du quinzième siècle, ajoutent à la beauté de ces fenêtres; ils font le
plus grand honneur au talent de M. Viollet-Leduc, qui les a composés, et
de M. Dubois, qui les a exécutés. Nous avons choisi les deux fenêtres
peintes par M. Roussel: elles sont les plus belles. Jamais des peintures
de vitrail n'ont été plus brillantes ni plus vigoureuses.

Les _travées de deux fenêtres destinées à l'église de Saint-Flour_ ont
peu de variété, et l'on ne s'intéresse guère à la légende que le peintre
a composée. Cette imitation du style Louis XIII a pourtant des parties
fort remarquables. Tels sont les épisodes de la vie de saint Flour,
lorsqu'il fait construire la cathédrale, et lorsqu'il baptise les
infidèles. Les ornements et les armoiries qui décorent ces deux travées
ne vont pas avec les sujets. Mais, que dire! C'est monseigneur l'évêque
de Saint-Flour qui les a demandés.

Il faut féliciter madame Louise Robert pour son _Bouquet de fleurs_,
peint en couleurs vitrifiables sur une glace de la manufacture de Cirey.
La _Mort de Jésus-Christ_, si nous ne nous trompons, est une partie du
beau tableau de feu Gué; le _dernier souper du Christ_ est fort bien
rendu aussi par M. Bonnet; seulement, nous reprocherons à l'artiste
l'emploi de tons trop jaunes, et des négligences dans les figures. La
_Vue du parc de Saint Cloud_, par M. Jules André, donne une juste idée
de ce que l'on peut obtenir avec la peinture en couleurs vitrifiables
sur glaces. Ce paysage est à la fois une excellente copie de la nature,
et une oeuvre d'art hors ligne; mais, à vrai dire, les feuilles des
arbres qui composent le premier plan sont d'une forme détestable, c'est
en en parlant que l'expression d'_épinards_ n'a pas d'exagération.

Il est hors de doute que nos lecteurs se rappellent le _Massacre des
Mameluks_, un des plus magnifiques tableaux de M. Horace Vernet, tableau
qui, après avoir fait l'admiration des amateurs lorsqu'il parut à
l'exposition du Louvre, fut acheté par le gouvernement, et se trouve
placé, à l'heure qu'il est dans le musée du Luxembourg. Une tapisserie
des Gobelins l'a reproduit, et cela d'une façon si supérieure, que, de
loin, il est permis de s'y tromper et de croire que l'on à l'original
devant les yeux. Les draperies et accessoires sont rendus admirablement,
et sans les figures, qui sont par trop basanées, cette tapisserie ferait
illusion complète. Les vêtements de l'esclave noir ont une transparence
étonnante; le lion a beaucoup de relief, la tête du pacha est bonne.

Notre opinion serait la même à l'égard du _Martyre de saint Étienne_, si
la figure du saint avait moins de fadeur, et par contre plus de
caractère. Nous nous souvenons toutefois du tableau de M. Mauzaisse, et
ce ne sont pas les artistes en tapisseries que nous pouvons accuser ici.
On devrait mieux choisir leurs modèles, et ne faire copier que des
toiles généralement reconnues belles.

[Illustration: Vitrail pour la chapelle royale d'Amboise, exécutée par
M. Roussel.--La Sainte à la Flèche, d'après Zurbaran.]

Le _Portrait en pied du roi_, par M. Winterhalter, est très-brillant,
trop brillant peut-être, car l'on y trouve peu d'harmonie dans les
couleurs; néanmoins l'effet général est satisfaisant; les chairs ont de
la vigueur; la main droite, par exemple, est trop violacée. L'autre
_Portrait du roi_ en uniforme de colonel général des hussards, d'après
le baron Gérard, a des qualités réelles et un seul défaut capital: on
aperçoit le point, et l'on ne doute pas un moment qu'il ne soit fait en
tapisserie. Or, il importe que l'on s'y trompe un peu, lorsqu'il s'agit
de la reproduction d'un tableau.

[Illustration: Théière en porcelaine, style chinois.]

A voir l'exposition des produits de la manufacture des Gobelins cette
année, on ne peut s'empêcher de remarquer les immenses progrès de cet
établissement unique en Europe, et qui n'a de rival en France que la
manufacture de Beauvais, si tant est que cette dernière puisse soutenir
la comparaison avec elle.

Aucun grand sujet n'a été traité par les artistes de Beauvais, aucune
page bien saillante n'a été envoyée au Louvre; cependant il y aurait
injustice à méconnaître la valeur de ces tapisseries, et à ne pas en
citer quelques-unes devant lesquelles nous nous sommes arrêté
volontiers.

Parmi les tableaux, le meilleur, selon nous, est celui qui représente le
cerf se mirant dans l'eau, et qui a pour titre: _Un tableau de fable_.
Il est exécuté à l'endroit, d'après Oudry, par Milice (Rigobert).
L'exécution de cette tapisserie est à peu près parfaite; le paysage
ressemble beaucoup à la nature, et la tête du cerf a une expression
extraordinaire.--L'autre tableau, aussi d'après Oudry, représentant
encore un sujet du fable, _les Deux Chèvres_, est certainement d'un bon
dessin, autant qu'il est possible dans ces sortes de travaux, mais les
tons sont trop verts et en même temps trop effacés. Il est exécuté à
l'endroit par M. Louis Préjean.--L'écran de cheminée, _la Leçon de
lecture_, d'après Boucher, est gracieusement fait, surtout, en ce qui
regarde les arbres; par malheur les figures sont matérielles et ne
rendent pas exactement celles du peintre dont l'artiste, M. Laurent
Milice, a choisi un des plus jolis tableaux.--L'écran exposé sous le
numéro 11 produit moins d'effet, mais il est moins reprochable sous le
rapport de l'exécution.

[Illustration: Jardinière en porcelaine, par M. Hyacinthe Régnier.]

Plusieurs colonnes de ce journal nous suffiraient à peine si nous
voulions entrer dans les détails sur tous les meubles, les feuilles de
paravent, les bergères, les dossiers, les sièges et les chaises exposés
par la manufacture royale de Beauvais. Nous mentionnerons seulement;--un
_meuble_ destiné pour la salle à manger de famille au palais d'Eu, avec
un fond bleu en soie et des ornements coloriés;--un _meuble_ fond bleu
en soie, destiné à Son Altesse Royale, madame lu princesse
Clémentine;--une _feuille de paravent_ dont l'entourage est fond blanc
en soie, avec des feuilles de chêne, et dont le milieu est fond bien en
soie également; il renferme un paysage représentant le palais de
Neuilly, au-dessus duquel planent deux petits génies;--enfin un _meuble_
fond rouge en laine, pour les concerts de la cour.

En achevant cet article, nous rappellerons en quelques mots l'origine
des manufactures des Gobelins et de Beauvais. En 1540, Jean Gobelin
avait sur la rivière de Bièvre une draperie et une teinturerie en laine
avec lesquelles il s'était enrichi; après sa mort, son fils et sa femme
soutinrent cet établissement, qui alla toujours s'améliorant, et comprit
bientôt dix maisons, des jardins, des prés, des terres, etc. La
célébrité des successeurs îles Gobelins devint telle que le public
appela de leur nom le quartier et la rivière de Bièvre. Les sieurs
Ganayo acquirent la teinturerie et la draperie, et furent remplacés par
un Hollandais nommé Gluck et par un ouvrier nommé Jean Liansen, si
habiles que les ouvrages sortant de cette fabrique ne tardèrent pas à
attirer l'attention de Colbert, qui mit cet établissement sous la
protection spéciale du roi, et qui, en 1667, rendit un édit donnant de
la stabilité aux Gobelins, et y installant comme directeur le célèbre
Lebrun, premier peintre du roi.

[Illustration: Vitrail pour la chapelle royale d'Amboise, exécuté par M.
Roussel.--La Sainte au Livre, d'après Zurbaran.]

Trois ans avant avait été fondée la manufacture royale des tapisseries
de Beauvais. Louis Binard, qui avait conçu le projet, reçut du
gouvernement dix mille livres pour faciliter les premiers achats, et
trente mille livres pour construire les bâtiments. Jusqu'en 1684, la
manufacture n'eut que fort peu d'importance; alors Colbert en confia la
direction à un Flamand nommé Béhacle. Gel artiste fit exécuter, d'après
les cartons de Raphaël, les tapisseries représentant les _Actes des
Apôtres_ qui décorent l'église de Saint-Pierre, à Rome. Comme on le
voit, c'est à Colbert que la France est redevable de ses deux belles
manufactures de tapisseries. En ce temps-là, les ministres laissaient
après eux de glorieux souvenirs, ils s'efforçaient de fonder d'utiles
établissements, et d'enrichir la France; l'amour-propre et l'ambition
n'étaient pas les seuls mobiles de leur conduite.

[Illustration: Coupe en porcelaine, dite Cassolette.]



Exposition des Produits de l'Industrie.--Fourneaux, Cheminées,
Boulangerie Mouchot.

(8e article.--Voir t. III, p. 49, 133, 161, 180, 211, 228 et 230.)

[Illustration: Boulangerie Mouchot.--Pétrisseurs mécaniques.]

Dans les climats froids ou tempérés, dans ceux où le soleil, avare de
ses rayons, abandonne longtemps la terre sans l'échauffer, et la laisse
envahir par la neige et la glace ou par les vents du nord, une des plus
grandes jouissances de la vie, une de ses premières nécessités est la
production artificielle de la chaleur par l'exacte fermeture des
appartements d'abord, et ensuite par l'échauffement que procure la
combustion de certaines matières. Depuis longtemps déjà la Russie et les
autres pays du Nord savent se chauffer; en France, on en est encore aux
éléments de ce grand art qui a longtemps été négligé par les
architectes, peu étudié par les savants, et presque constamment
abandonné à l'impéritie ou à l'ignorance d'une classe d'industriels qui
s'intitule fumistes. Et, cependant, s'il est agréable de se bien
réchauffer, il n'est pas moins important, au point de vue économique,
d'utiliser tout, ou au moins la plus grande partie, d'une denrée aussi
chère que le combustible.

Dans nos rêveries poétiques, ou lorsque nous laissons la folle du logis
faire irruption dans l'existence de nos ancêtres, rendre la vie à un
monde qui n'est plus, et reconstruire les antiques manoirs avec leurs
donjons et leurs salles immenses, nous nous plaisons à nous figurer ces
vastes cheminées sous le manteau desquelles une famille, épouse, enfants
et serviteurs, s'asseyait autour de son chef, devant des chênes entiers,
dont la flamme claire et pétillante réjouissait les yeux et pénétrait de
ses rayons joyeux les profondeurs de la salle; nous regrettons peut-être
ces temps de nos aïeux bardés de fer, qui se reposaient un instant dans
leurs foyers entre deux guerres; et nous nous disons que ces hommes ne
trouveraient plus aujourd'hui assez d'air pour leur poitrine, assez
d'espace pour leur pied, dans ces petits appartements qui partout ont
remplacé les vieux châteaux et les vastes hôtels. Peut-être, en effet,
était-ce le bon temps; peut-être valons-nous moins que ceux qui nous ont
précédés; peut-être surtout, dans les jouissances de la vie ultérieure,
avons-nous plutôt trouvé l'apparence que la réalité; et si nous
regardons l'époque d'autrefois comme misérable, peut-être avons-nous
aujourd'hui la même misère, mais sans la livrée de grandeur dont elle
était revêtue alors!

[Illustration: Pesage et placement de la pâte dans les moules.]

[Illustration: Fours de la boulangerie Mouchot.]

Nos lecteurs, s'ils se rappellent le titre de notre article, trouveront
peut-être ces réflexions bien ambitieuses. Mais est-il possible de
penser aux vastes manteaux des cheminées anciennes, sans évoquer
immédiatement les grandes lignes du chef de famille et de ses vassaux.
Le foyer était le centre des réunions, dans ce temps où rien n'était
frivole, où l'on agissait plus qu'on ne parlait, et où la même pièce
servait vingt usages différents. Du reste, pour en revenir à notre
compte rendu, et n'en déplaise à nos graves ancêtres, ils avaient adopté
la plus mauvaise manière de se chauffer. La déperdition de chaleur était
énorme, et l'on n'en utilisait que la plus minime partie. Dans nos
cheminées modernes, plus perfectionnées sans contredit, le chiffre de la
chaleur utilisée est si minime, que beaucoup, en le lisant, se
montreront incrédule? Ainsi, il résulte d'un très-beau travail de M.
Grouvelle que, dans les différentes industries qui se servent
d'appareils d'évaporation, la perte de chaleur est de 50 pour 100; dans
le travail des métaux, verreries, porcelaines, etc., de 95 pour 100;
dans le chauffage des cheminées d'appartement, de 97 pour 100; et dans
celui des poêles et calorifères bien construits, de 50 pour 100
seulement. Si l'on cherche ensuite à évaluer la déperdition de capitaux
qui relève de ce chef, on arrive à des résultats aussi affligeants
qu'inattendus. La consommation du bois de chauffage, en France, s'élève
annuellement à 80 millions de francs, et celle de la houille à 60
millions; total, 140 millions.

En comparant ce chiffre avec ceux que nous avons cités plus haut, et qui
représentent la déperdition de la chaleur, on a formé le tableau suivant
des pertes de capital;

Pour 15 millions de bois dans les usines, 7 millions

Pour 25 millions de bois dans les travaux métallurgiques, verreries,
etc. 24--

Pour 10 millions de bois de chauffage domestique. 36--

Pour 60 millions de houille 36--

Total, 103 millions.

Ce chiffre montre quels immenses progrès sont encore à faire dans
l'emploi et l'usage du combustible. Il est vrai que, depuis quelques
années, tant pour lu usines que pour le chauffage des appartements et
des grands monuments publics, on a à signaler de véritables
améliorations. Ainsi l'emploi de l'air échauffé par la flamme perdues des
hauts fourneaux, celui des gaz, qui, il y a peu de temps, n'étaient
encore d'aucun usage, tendent aujourd'hui à faire une révolution dans
les usines métallurgiques; l'établissement de calorifères et le
chauffage, soit par l'air chaud, soit par la vapeur d'eau ou l'eau
elle-même, constituent autant de progrès qui tous concourent à abaisser
le prix des objets manufacturés ou à augmenter le bien-être général.

Les trois modes employés pour échauffer l'air de l'intérieur de nos
maisons sont les calorifères, les cheminées et les poêles.

Tout le monde connaît le principe des calorifères, il consiste à
distribuer dans des lieux divers de la chaleur émanant d'un seul foyer.
On conçoit de suite quelle immense économie découle de ce mode qui
devrait se généraliser davantage. On l'applique déjà aux établissements
publics, qui reçoivent dans toutes leurs parties, au moyen de tuyaux,
l'air échauffé à un foyer construit dans une cave. Quelques maisons ont
même déjà reçu cette amélioration, et nous avons vu de grands hôtels
complètement échauffés par cette méthode. Malheureusement, avec les six
étages des maisons de Paris, ce mode est peu applicable: chaque famille
fait sa dépense de combustible, et il serait bien difficile d'arriver à
faire mettre en commun cette nature de dépense, pour obtenir l'économie
qui peut résulter de cette association. On fait des calorifères à air, à
eau et à vapeur. Dans les premiers, c'est l'air qui porte et distribue
la chaleur prise par lui au loyer commun. Dans les deux autres, on
échauffe de l'eau à un foyer et on la fait circuler, soit à l'état
liquide, soit à l'état de vapeur, dans les appartements: c'est par ce
dernier mode qu'est échauffé le palais de la Bourse. Sans nous arrêter à
décrire les avantages et les inconvénients comparatifs de ces divers
systèmes, nous citerons comme appareil mis à l'exposition le calorifère
à eau chaude ou appareil hydropyrotechnique, de MM. Léon Duvoir-Leblanc,
qui viennent de l'appliquer au palais du Luxembourg. L'eau chaude
partant d'un foyer placé sous une salle s'élève, en vertu de la
différence de densité, et se rend à des réservoirs placés sous les
combles; des tuyaux la reçoivent et la distribuent dans les salles,
qu'elle échauffe à des degrés différents. L'eau refroidie est réunie
dans des tuyaux placés sous le rez-de-chaussée, d'où elle est introduite
de nouveau dans la chaudière. Ce système, employé en Angleterre à
chauffer des serres, a été appliqué pour la première fois à
l'échauffement des monuments par MM. Duvoir-Leblanc, qui, par de
nombreux perfectionnements, en ont fait une véritable invention.

Les cheminées n'utilisent le combustible qu'elles reçoivent que par le
rayonnement, c'est-à-dire par l'émission des rayons de chaleur du côté
de l'appartement; le reste de la chaleur développée est entraînée par le
courant d'air dans le tuyau de la cheminée. Il y a donc avantage à se
servir d'un combustible qui ait un grand pouvoir rayonnant; la houille
et le coke sont dans ce cas. La quantité de chaleur ainsi utilisée est
environ le quart de la quantité totale de chaleur produites. Si les
cheminées ne présentaient pas d'autre cause de perte de combustible que
de ne pas utiliser le courant d'air entraîné par le tuyau, cette perte
ne serait pas exorbitante; mais il en existe une autre bien plus forte,
c'est la ventilation produite par l'air froid du dehors qui se précipite
continuellement dans l'intérieur, pour remplacer l'air chaud emporté par
la cheminée. Pour prévenir, en partie du moins, cet inconvénient, il
faut diminuer la section du tuyau de la cheminée, disposer le foyer de
manière à utiliser la plus grande partie du rayonnement, en former les
faces avec une substance douée d'un grand pouvoir réflecteur et ventiler
la pièce par de l'air échauffé au moyen de la chaleur perdue dans la
cheminée. Telles sont les conditions du problème à résoudre et
auxquelles, depuis quelques années, on a essayé, avec plus ou moins de
succès, de satisfaire. Cette année encore, un côté de la salle des
machines renferme un grand nombre de systèmes de cheminées qui toutes,
plus ou moins ingénieuses, nous le reconnaissons, ont leur principe dans
la cheminée à la Rumfort ou dans la cheminée à la Désarnod.

Il y a aussi quelques cheminées-poêles qui à l'avantage de laisser voir
le feu, avantage auquel sacrifient les ménagères même les plus
intraitables, joignent celui d'utiliser plus de chaleur.

Les poêles, qui jouent un grand rôle dans l'économie des petits ménages,
donnent plus de chaleur que les cheminées, parce qu'ils utilisent, au
moyen de tuyaux qui traversent l'appartement, une partie plus
considérable des produits de la combustion. Nous n'avons pas trouvé,
dans les poêles exposés cette année, de perfectionnements notables. Ces
appareils sont mieux construits, et ont participé au progrès du bon
marché. On y a ajouté souvent des fours, des marmites, voire même des
rôtissoirs; et un des exposants, M. Victor Chevalier, dont le nom est
cité depuis longtemps à la tête de ceux qui s'occupant des appareils de
chauffage a présenté au jury un de ces poêles-cuisines où l'on peut
préparer un repas pour sept à huit personnes.

Ceci nous amène naturellement à parler des appareils culinaires, qui
sont en grande quantité à l'exposition. Rien n'est appétissant comme la
vue de tous ces fourneaux couverts de marmites de toutes les dimensions,
et ornés de broches où se pressent à l'envi poulets, canards, gigots et
filets de boeuf. En promenant les yeux sur cette partie de l'exposition,
on se demande si nous sommes arrivés au temps où chacun, suivant le voeu
du bon roi, a la poule au pot, ou au moins le poulet à la broche. Quoi
qu'il en soit, nous avons reconnu dans cette branche d'industrie un
progrès évident, et nous regrettons que l'usage de ces appareils ne
soit, pas encore plus répandu, pour les grandes comme pour les petites
fortunes. Sans doute ces divers perfectionnements présentent déjà une
grande économie; mais combien elle est restreinte encore, en comparaison
de celle que pourrait produire l'association des ménages! Oui, dût-on
nous accuser de _fouriérisme_, ce dont nous ne sommes nullement
coupable, nous ferons des voeux pour que les réformes économiques rêvées
par Fourier et par tous ceux qui s'occupent des moyens d'augmenter le
bien-être des classes peu aisées, reçoivent au moins leur exécution dans
toutes les parties conciliables avec la forme actuelle de notre société
et l'état de notre civilisation, et nous penserons toujours que la mise
en commun des dépenses domestiques serait un immense pas vers
l'amélioration du sort des pauvres ménages.

Les fourneaux économiques qui ont principalement attiré notre attention
sont ceux de M. Pauchet, de M. Esprit-Curt et de M. Pottier-Jouvenel, et
parmi ceux-là, les fourneaux de M. Pauchet nous ont paru le mieux
atteindre leur but, surtout pour les grands établissements.
L'amélioration principale dans ces divers appareils consiste à remplacer
le bois par la houille, qui est beaucoup moins chère, et à pouvoir, au
moyen de registres et de soupapes, amener la chaleur en un point où la
supprimer. Des essais comparatifs faits à Saint-Germain-en-Laye, sur un
fourneau établi par M. Esprit-Curt, à l'hospice de cette ville, ont
prouvé que la dépense de combustible était réduite de 60 pour 100. Les
appareils de M. Pauchet présentent l'avantage de pouvoir cuire en même
temps les mets les plus dissemblables sans que l'odeur de l'un nuise à
l'autre. La chaleur s'y conserve parfaitement, parce que sous
l'enveloppe générale de fonte se trouve une enveloppe en briques
réfractaires et des carneaux habilement distribués.

Une des applications les plus importantes de la pyrotechnie est sans
contredit la construction des fours à cuire le pain et la pâtisserie; et
c'est à l'examen de cette application que va être consacré le reste de
notre article, en même temps qu'à celui du nouveau système de
panification de MM. Mouchot, de Mont-Rouge.

On sait que dans le système ordinaire de cuisson du pain, le boulanger
chauffe son four en brûlant dans l'intérieur même du bois et des fagots,
qui reposent sur la sole. Quand l'intérieur du four est suffisamment
chauffé (et on n'a aucun moyen exact de donner toujours le même degré de
chaleur), il faut retirer le combustible carbonisé ou braisé et les
cendres, nettoyer la sole et y enfourner le pain; mais, si bien que se
fasse cette opération, il n'est pas rare de laisser quelque morceau de
braise qui s'attache au pain et lui donne un aspect sale. De plus, la
cuisson est inégale, lente, et l'on est obligé de réchauffer de nouveau
le four pour une autre cuite. Tous ces inconvénients avaient depuis
longtemps frappé les boulangers, et cependant on n'avait pas encore
trouvé un bon système pour les éviter. La science a fait faire un pas à
l'art de la boulangerie, et aujourd'hui nous pouvons annoncer à nos
lecteurs que, grâce à la combinaison imaginée par M. Lemare, réalisée en
grand par M. Jamtel, et mise en pratique par MM Mouchot frères, le pain
cuit dans des fours où n'entre jamais de combustible, qui conservent une
chaleur toujours égale et sans cesse renouvelée, est toujours propre,
appétissant, cuit au même degré, avec certitude complète.

Ce four porte le nom de four _aérotherme_, ou à l'air chaud. Rien de
plus curieux et de plus incompréhensible en notre temps que la manière
dont s'opère la combustion dans le foyer. Une fois la grille chargée de
coke (qu'on brûle exclusivement dans ces foyers) et le coke enflammé, on
ferme hermétiquement toutes les ouvertures, et la combustion continue
sans que l'air se renouvelle, au moins d'une manière apparente. On a cru
pouvoir expliquer cet effet, qui a surpris tous les physiciens, par la
nature des matériaux qui enveloppent le foyer. Ce sont des briques
réfractaires qui, poussées à une haute température, laisseraient
pénétrer l'air par leurs pores, et alimenteraient ainsi la combustion.
Le foyer a un mètre de profondeur et soixante centimètres de large;
autour, au-dessus et au-dessous de lui, règne un espace vide où vient
s'échauffer l'air, qui pénètre ensuite dans le four. La région du feu
est donc parfaitement distincte de celle de l'air. La température du
four peut être portée facilement à 300 ou 400 degrés, et être maintenue
à cette élévation pendant tout le temps des fournées, qui se succèdent
de demi heure en demi-heure. La température, dans l'usage habituel de la
cuisson, est entretenue entre 280 et 300 degrés, et régularisée par un
registre qui, interrompant la circulation de l'air au moment où l'on
vient de décharger, la rétablit lorsque l'évaporation a fait baisser la
température du four. Un thermomètre à tige extérieure permet de vérifier
à chaque instant l'état de cette température. La chaleur sert à
entretenir constamment au-dessus du four une chaudière remplie d'eau
chaude qui est utilisée pour la préparation des pâtes.

Dans la boulangerie de MM. Mouchot, on a appliqué la mécanique à toutes
les opérations qui ont pu s'y plier. Nous ne parlons pas du montage des
sacs de farine dans d'immenses greniers ventilés et aérés de manière à
ce que la farine s'y conserve sans s'échauffer. Cette opération a lieu
au moyen d'un treuil dans la manoeuvre duquel la vapeur vient de
remplacer les hommes. Les différentes espèces de farines convenablement
mélangées sont introduites, au moyen d'une trappe, dans une chambre dite
chambre à mélange, d'où elles sont conduites, par un boyau en cuir, dans
la huche, et de là dans le pétrin.

Ici commence la préparation du pain, qui, maintenant en farine, sera au
bout d'une heure prêt à être transporté et mangé. On sait tout ce qu'a
de pénible pour l'ouvrier et de repoussant pour tous la méthode du
pétrissage à bras d'hommes.

[Illustration: Nouveau système de Four, par M.
Daudin-Langlois.--Élévation.]

[Illustration: Coupe du nouveau Four.]

On a entendu, en passant près d'une boulangerie, les gémissements de
l'homme qui, penché sur le pétrin, soulève avec effort une pâte lourde
qu'il laisse retomber ensuite pour la reprendre encore. Tout le monde
sait que de là est venu à cet homme le nom de _gindre_; eh bien! ce
supplice est supprimé. La malpropreté résultant de ce fatigant métier et
des matières qu'on peut par mégarde laisser tomber dans la pâte n'est
plus à craindre. Le pétrin mécanique est venu, en enlevant au métier de
boulanger sa partie la plus fatigante, rassurer les estomacs délicats
sur la nature du pain. Les pétrins dont se servent MM. Mouchot sont en
fonte. Ce sont des cylindres armés de bras en fonte, tournant sur un
arbre rigide également en fonte et armé de bras alternés avec ceux du
cylindre. Ces pétrins sont formés de deux parties dont l'une sert de
couvercle. La capacité du pétrin est séparée en trois par des cloisons
en fonte. Les deux parties extrêmes reçoivent la pâte qui va être
transformée en pain, et celle du milieu prépare le levain. En quinze
minutes, un seul pétrin a donné à la pâte le liant, l'homogénéité et
toutes les qualités voulues et il a fait la besogne de quatre gindres
qui auraient travaillé deux heurs. Le mouvement de rotation est imprimé
au pétrin par une machine à vapeur de la force de six chevaux. Chaque
compartiment peut recevoir 200 kilogrammes de pâte: on en pétrit donc
600 kilogrammes à la fois.

Lorsque la pâte a été suffisamment travaillée, on la _tourne_ comme à
l'ordinaire c'est-à-dire qu'on donne au pain la forme qu'il doit avoir:
on le range sur des tablettes qu'on porte en avant du four, et où la
dernière fermentation se fait à point pour l'enfournement. Un ouvrier
est constamment occupé à enfourner et à défourner. MM. Mouchot ont
encore introduit dans leur fabrication une amélioration importante:
toute leur usine est éclairée au gaz, et chaque four est pourvu d'un bec
à articulation disposé de manière à ce que l'ouvrier puisse en diriger
la flamme dans l'intérieur du four et reconnaître le degré de cuisson du
pain. Le gaz est fabriqué à l'usine même au moyen de la flamme perdue
des fours aérothermes; disons de plus que le four à houille au-dessus
duquel sont les cornues où se fait le gaz est ingénieusement combiné
qu'il brûle toute sa fumée, utilisant ainsi tous les produits de la
combustion.

Dans cette boulangerie perfectionnée, dans cette usine où les plus
petits détails sont admirablement entendus, les fournées se succèdent
régulièrement, et deux fours donnent quarante-huit fournées par jour de
130 kilogrammes chaque: MM. Mouchot pourrait donc suffire à la
fourniture de 6,240 kilogrammes par jour. Le chauffe de chaque four
exige 300 kilogrammes de coke qui coûtent 14 francs. On a calculé que le
chauffage au bois coûterait 21 francs pour un four de même dimension,
mais qui ne donnerait que douze fournées en vingt-quatre heures. Les
chiffres sont donc dans le rapport de 15 à 48. Or, quand on réfléchit
que le pain est une des matières de première nécessité, que son prix
influe notablement sur le bien-être des classes pauvres, on regrette de
ne pas voir adopter partout la panification nouvelle; qu'on juge quelle
économie réaliserait une ville qui consomme chaque jour 2 200 sacs de
farine de 159 kilogrammes chaque, si, à la différence de 14 à 18 francs
signalée plus haut, on ajoute celle de la force mécanique et de la main
d'oeuvre, qui est dans le rapport de 23 à 40 francs. Certes, il y a un
grand progrès à réaliser pour les villes populeuses, et l'on regrette
qu'à Paris huit à dix établissements comme celui de MM. Mouchot ne
viennent pas centraliser au profit des masses ce que font si mal, et
souvent avec tant de mauvaise foi, les deux cents boulangers répandus
dans les divers quartiers de la capitale. Félicitons MM. Mouchot, qui
ont su, à force de persévérance de d'intelligence, vaincre les obstacles
sans nombre qu'ils ont rencontrés dans la création de cette nouvelle
industrie, et espérons que bientôt les hospices de Paris et la
manutention militaire leur emprunteront ce que leurs procédés ont
d'économique et d'hygiénique en même temps. La mauvaise qualité du pain
de munition est passée en proverbe, et il serait désirable que le
ministre de la guerre, qui, dit-on, en a tous les jours à sa table,
comprît que le soldat n'a pas, comme lui, le morceau de pain blanc à
côté de son dur et malsain pain de munition.

Nous signalerons une autre espère de fours exposé par M.
Baudin-Langlois, et qui nous a paru résoudre assez avantageusement le
problème de la cuisson du pain. Nous donnons deux dessins de ces fours,
où l'on distingue les canaux qui entourent de tous côtés la sole, et
qui permettent de chauffer le four et de cuire le pain sans introduire
de combustible. Un des avantages de ces fours est leur légèreté, qui
permet de les établir sur un train de voilures et de continuer la
cuisson du pain tout en leur faisant suivre l'armée dans ses marches.



Un Voyage au long cours à travers la France et la Navarre.

RÉCIT PHILOSOPHIQUE, SENTIMENTAL ET PITTORESQUE.

(Voir t. III, p. 210.)


«Combien de lieues de Paris à Marseille? fit le grand géographe d'un air
entendu; oh! il y a loin!» Oscar aimait trop son vieux maître pour
insister.

«Mon ami, reprit-il, voulez-vous faire avec moi le voyage de Paris à
Marseille?»

Le vieil abbé fut tellement surpris de cette question, que la main lui
trembla et que la cuillerée de potage qu'il portait à sa louche se
renversa tout entière sur sa poitrine.--Par bonheur, le cher homme;
avait l'habitude de passer le bout de sa serviette entre sa cravate et
le col de sa redingote, de façon à former sur huit le devant de sa
personne un vaste triangle mule de précaution.

Voyager! et jusqu'à Marseille! Le grand géographe qui avait tant étudié
les continents et les îles, les golfes et les caps, qui était depuis
vingt ans un habitué de la mappemonde, et, dans sa pensée, fréquentait
assidûment le plateau du Thibet, hélas! il n'avait jamais fait route que
de Meaux à Paris, et de Paris à Meaux! certainement, s'il n'eût pas
autant aimé son élève, et autant détesté l'ordre des jésuites, il serait
entré dans les _missions_ pour le Japon, l'Inde ou loin; et jamais, sans
soupirer, il ne pensait au sort trois fois heureux de ces évangéliseurs
qui peuvent, sur des bords reculés, servir en même temps la sainte cause
du Christ et celle de la géographie! «Qu'ils beaux les pieds de ces
hommes!»

Mais l'abbé Ponceau, qui n'était pas un égoïste, n'avait pas voulu
donner à Oscar le conseil de voyager, comme font d'ordinaire les jeunes
gens de bon lieu qui veulent voir le monde pour accomplir leur
éducation. Oscar n'était jamais sorti de Paris, parce qu'il ne concevait
point qu'il y eût quelque chose ou quelqu'un au delà de Paris; la
province lui semblait un lieu chimérique, et les préfets des
départements étaient pour lui comme des rois de Jérusalem ou des évêques
d'Hermopolis.--A Coup sûr, il ne dut pas être médiocrement étonné
lorsqu'il reçut de _Marseille_ une lettre d'un _Marseillais_, ami de son
père,--ancien ami de son père,--dans laquelle on lui rappelait un vieux
projet d'alliance formé par les deux familles. Oscar, encore au berceau,
avait été fiancé, à ce qu'il paraît, avec mademoiselle Hermance, dont le
portrait accompagnait la lettre susdite.

Oscar aurait certainement trouvé ces fiançailles entre mineurs fort
ridicule, si sa fiancée, telle que la faisait son portrait, n'eût point
eu de jolis yeux et une bouche souriante, que l'on ne pouvait regarder
sans plaisir. Joignez à cela que le maudit air de valse avait dérangé
l'économie du coeur du jeune Oscar, et qu'à chaque fois qu'il regardait
le médaillon aussitôt les trois mesures lui revenaient en tête, douces,
lentes et suaves, comme il les avait entendues, en ce jour d'été, dans
cette rue fraîche; si bien que sa fiancée Hermance et l'air de valse ne
pouvant plus se séparer, dans la mémoire d'Oscar, finirent par y mêler
ensemble, l'une ses jolis yeux, l'autre ses jolies notes; l'une ses
lèvres souriantes, l'autre sa douce musique; l'une, enfin, son beau nom
d'Hermance, et l'autre le beau temps du jour d'été.

Oscar tira le médaillon et le montra au cher abbé, qui se récria
d'admiration, mais pâlit et rougit en apprenant le motif pour lequel la
ville de Marseille envoyait à son élève le portrait d'une aussi belle
personne. Se marier! Oscar se marier!

«Mon ami, disait Oscar, vous ferez sauter mes petits enfants sur vos
genoux,... comme vous m'y avez fait sauter.... vous leur apprendrez la
géographie... comme vous me l'avez apprise.»

Le cher abbé se sentit tout attendri, et les raisons d'Oscar en faveur
du mariage lui semblèrent si péremptoires, qu'il ne put y répondre qu'en
s'essuyant les jeux. Il avait d'ailleurs peu réfléchi sur les matières
conjugales, étant par état voué à la vie célibataire; ce qui l'empêcha
de faire aucune observation à son élève sur la gravité du parti qu'il
prenait. Le mariage marseillais semblait d'ailleurs convenable: un
ancien ami, une jolie fille, une jolie dot, et par-dessus le marché, un
joli voyage pour aller chercher ces jolies choses-là!

«Mon ami, demanda Oscar, quelle route prendrons-nous pour nous rendre à
Marseille?

--Oh! répondit le grand géographe après un moment de réflexion, nous
prendrons les messageries royales!»

Lorsqu'on fut au dessert, le vieil abbé, qui pour la première fois
mangeait tout de travers et ne proférait que des paroles entrecoupées où
le nom de Marseille revenait souvent, s'essuya la bouche avec sa
serviette, et tandis que son élève contemplait le médaillon, il dit à
demi-voix, comme s'il se parlait à lui-même: «La ville est fort
ancienne, ayant été bâtie 633 ans avant la naissance de
Notre-Seigneur...

--De quelle ville parlez-vous, mon cher abbé?

--De Marseille... C'était le séjour ordinaire des galères du roi, qui
s'y trouvaient en quantité... Parmi les forteresses de la ville, on
remarquait surtout le _château Dif_, que l'on avait muni d'une bonne
garnison. Cette forteresse était recommandable, en ce qu'elle servait à
mettre à la raison les fils de famille qui donnaient du chagrin à leurs
supérieurs, par leurs moeurs dépravées et leur mauvaise conduite; en les
y tenait le temps qu'on voulait, moyennant une médiocre pension.

--Mais, mon ami, il n'y a plus de ce que vous appelez des fils de
famille, et, s'il y en avait encore, on ne les enfermerait point.

--Autres temps, autres moeurs... Son église cathédrale est dédiée à
saint Lazare, en mémoire de ce que les persécuteurs de la primitive
Église ayant mis Lazare avec Marie-Madeleine et Marthe, ses soeurs, dans
un vaisseau sans voiles et sans mariniers, et l'ayant ensuite exposé aux
flots de la mer, ce bâtiment après avoir été agité pendant quelque
temps, fut conduit par la Providence à Marseille, où Lazare prêcha
l'Évangile, fut fait évêque et mourut.

--Certes, mon cher maître, les Marseillais, pour avoir eu de si bons
commencements, doivent être des gens fort pieux, D'aventure,
connaîtriez-vous quelqu'un dans la ville?

--Non, mon cher enfant; mais tout le monde nous indiquerait si vous
n'aviez là un beau-père, le fameux couvent de l'_Observance_ où l'on
voit la tête d'un nommé _Bordini_, fils d'un notable de Marseille. Cette
tête est, dit-on, d'une grosseur prodigieuse; car quoique cet homme, qui
vivait au commencement de l'autre siècle, n'eût que quatre pieds de
haut, la tête a un quart de cette hauteur, et trois pieds de tour par le
côté, Bordini avait si peu d'esprit, quoique sa tête fût pleine de
cervelle, qu'il donna lieu à ce proverbe, lorsqu'on voulait parler d'un
homme qui n'avait pas le bon sens: _Il à l'esprit de Bordini_. (1)

--Cela est fort gai, dit Oscar en se levant, et je m'étonne, tout les
jours, mon cher maître, que vous connaissiez les endroits où vous n'êtes
jamais allé mieux que ceux qui y sont nés. Je suis sûr que vous en
remontreriez, sur Marseille, même à mademoiselle Hermance. Mais ne
sauriez-vous rien sur les moeurs provençales?

--J'ai toujours pensé, mon ami, que les habitants d'un pays où l'on
élève des vers à soie doivent être d'une humeur douce, bienveillante et
polie...

--Je voudrais bien, dit Oscar, que mademoiselle Hermance fût un peu
musicienne.» Là-dessus il sortit pour faire sa malle _conjugale._

        [ Note 1:  Voyages historiques de l'Europe, par M. de B. F.--
        C. 1er, p. 35.]


CHAPITRE III.

QUI SE PASSE SUR LE CHEMIN DE FER DE PARIS A ORLÉANS.

«Quelle nauséabonde manière de voyager! s'écria le jeune Oscar, qui
aimait bien suivre sa fantaisie, mais à la condition qu'elle n'allât pas
trop vite.

--La vie humaine est courte,» répondit gravement monsieur l'abbé,
enfoncé dans le coin du wagon.

Nos deux personnages étaient seuls dans cette partie de la voiture,
seuls avec le petit Van qui regardait par la portière d'un air profond
et méditatif.

«Quelle fureur de rapidité, reprit Oscar, nous a fait chausser ces
infernales bottes de sept lieues?... Tenez, voici une jolie femme assise
sur le talus, je la regarde, je crois qu'elle va répondre à mon
regard... et je suis déjà à deux kilomètres de ses jolis yeux. J'avise
une petite maison, les fenêtres en sont chargées de fleurs; des têtes
blondes de beaux enfants paraissent derrière la persienne entr'ouverte;
vite je braque mon lorgnon pour mieux voir de cet aimable aspect...
qu'aperçois-je? une affreuse masure enfumée, une fenêtre délabrée,
derrière laquelle file une rustique mégère et pleurent de sales
marmots... Maintenant vous ne pouvez plus dire: Je passe dans tel
endroit;

Le moment où je passe est déjà loin de moi.

Évidemment, il faut être deux pour voyager, comme nous le faisons, sur
ces damnés chemins de fer; l'un regarde par derrière, et l'autre par
devant; de cette façon, en se communiquant réciproquement ce qu'on
aperçoit, l'on a le temps de voir deux fois les objets fugitifs. Mon
cher abbé, vous êtes l'homme des souvenirs; mettez la tête à la portière
et tournez-vous vers le passé de notre chemin; moi, je suis plutôt
l'homme de l'avenir, j'aspire encore au lieu de regretter; je regarderai
donc devant nous, autant que me le permettra cette affreuse machine qui
nous mène.»

L'abbé se conforma, sans mot dire, au voeu de son jeune ami, et tourna
la tête vers Paris, tandis qu'Oscar tendait le nez vers Orléans. Mais
tout à coup celui-ci se rejeta avec humeur dans le fond de la voiture,
frottant ses yeux et se plaignant d'être aveugle par la fine poussière
de charbon que sème sur le chemin la fumée noire de la machine. «Quel
ennui! disait-il maussadement; ne pouvoir pas même regarder devant soi!
En vérité, nous voyageons comme deux cartons à chapeaux, ou encore comme
deux balles de fusil...

--Saisissante image de la vie! répondit d'une voix apostolique le bon
abbé. Tant que nous sommes jeunes et avides de nouveautés, notre sens
est offusqué et troublé par la poussière des passions, et nous ne voyons
sous leur véritable jour et les choses et les hommes que dans la froide
saison des souvenirs et des regrets, c'est-à-dire lorsque nous regardons
en arrière?

--Mon cher abbé, si vous n'étiez pas un aussi saint homme, marqué
d'avance pour le paradis, je vous donnerais volontiers au diable avec
vos comparaisons édifiantes. Je me plains à vous de ne point trouver
d'impressions sur le chemin de fer, et pour me consoler vous me faites
un sermon.»

On arrivait à une station. «Dieu soit loué! s'écria Oscar; voici des
compagnons de voyage qui nous viennent.»--Un gros monsieur coiffé d'un
énorme chapeau de paille, et portant à son bras un vaste panier dont le
couvercle était soulevé, d'un côté, par le goulot d'une bouteille,
aidait une jeune et jolie dame à monter dans le wagon, et faisait
ensuite lui-même sa pesante ascension.--La jeune dame s'était assise
dans le coin, vis-à-vis d'Oscar. «Ma bonne, lui dit le gros monsieur,
donne-moi cette place; tu sais que j'aime, en chemin de fer, avoir la
main sur le bouton de la portière...

Il faut tout prévoir...» La dame se recula, et le petit Van, séduit
apparemment par la bonne grâce de cette nouvelle figure, s'élança des
genoux de son maître sur ceux de l'inconnue. «Oh! Le joli petit chien!»
disait celle-ci d'une voix douce en caressant la mignonne bête. Et
cependant son mari tenait d'une main attentive le bouton de la portière,
en répétant; «Il faut tout prévoir... D'abord, au premier choc, je saute
en bas, moi!» Puis, s'adressant à Oscar «Ah! monsieur, si au 8 mai, jour
néfaste, les portières n'eussent pas été fermées à clef, la France
n'aurait peut-être pas en à déplorer autant de victimes... belle
invention, ma foi, que ces chemins de fer! Mais madame ma femme me
traite de pusillanime parce que j'appréhende ce mode de transport... Ah!
si vous aviez vu comme moi les restes des victimes au cimetière
Mont-Parnasse... Croiriez-vous, monsieur, que l'autre jour encore...»

Le gros personnage raconta ainsi, l'un après l'autre, tous les sinistres
connus dans les annales des chemins de fer, sans en excepter la fameuse
partie d'honneur de ces deux champions américains qui fondirent l'un sur
l'autre à toute vapeur. Oscar regardait la jeune femme, qui venait de
relever tout à fait son voile vert, et il avait, ce semble, un fort
légitime motif de la regarder comme il faisait, puisque le petit Van
était son chien, et que la jolie voyageuse caressait le petit Van.

L'abbé Ponceau écoutait le mari, et même lui répondait; le digne prêtre
professait un respect absolu pour la parole humaine, et il avait le
coeur trop naïf pour penser que c'est sottise de répondre à un sot, et
bavardage à un bavard. Aussi cherchait-il de toutes ses forces à
raffermir le courage du gros homme, et s'évertuait-il à lui prouver par
un simple calcul des probabilités qu'il y avait mille chances contre une
pour que le convoi arrivât sain et sauf à Orléans.

«Cela se peut, disait le gros homme en hochant la tête d'un air
incrédule, mais je ne lâche point le bouton; car enfin, monsieur, si,
dans ce déplorable jour du 8 mai, les portières des wagons n'eussent
point été fermées etc., etc.

--Mon Dieu! reprenait l'abbé je n'ai jamais été un esprit fort ni un
fanfaron, grâce au ciel; et cependant je crois fermement qu'il n'y a pas
plus de danger dans ces rapides voitures où nous sommes que dans toute
autre. Un voyage a toujours été un péril, et à l'époque même où l'on
voyageait aussi lentement que possible, je veux dire par le coche...

--Le coche? fit le gros monsieur.

--Oui, le coche, c'est ainsi qu'on appelait les diligences de l'ancien
temps. Vous vous rappelez la fable de La Fontaine:

Six forts chevaux tiraient un coche.

--Très bien, très-bien.

--A cette époque, dis-je, les voyageurs couraient presque à chaque pas
de mortels dangers. Je me rappelle, par exemple avoir lu les aventures
extraordinaires d'un coche parti de Nantes en Bretagne, et qui demeura
plus de deux ans en route avant d'arriver à Paris, lieu de sa
destination.

--Deux ans, cela est fort!

--Oui, deux ans, monsieur... C'était vers l'an de grâce 1580, si ma
mémoire ne me trompe point...»

Pendant ce dialogue, le petit Van allai! et venait, comme un écervelé,
des genoux de son maître sur ceux de la dame; ce qui faisait que les
yeux noirs de celui-là rencontraient fort souvent les yeux bleus de
celle-ci.

«C'était vers l'an de grâce 1589, le coche, tiré par six chevaux,
sortit, de Nantes à la tombée de la nuit. Huit voyageurs s'y trouvaient
enfermés, un peu les uns sur les autres: ces voyageurs étaient de
condition, d'âge et de sexe différents, ce qui formait une réunion fort
piquante...

[Illustration: Combien de lieues de Paris à Marseille? fit le
géographe.]

[Illustration: Oscar tira le médaillon et le montra au cher abbé, qui se
récria d'admiration.]

[Illustration: Là-dessus, Oscar sortit pour aller faire sa malle
conjugale.]

--Pardon, s'écria le gros monsieur, n'avez-vous point éprouvé une
secousse?»

Ce disant, il ouvrait la portière.

«Je n'ai rien ressenti du tout... Ces huit voyageurs avaient eu soin de
faire leur testament avant de partir, et de communier comme des malades
réduits _in extremis._--Le coche roulait depuis quatre heures au moins,
et la nuit était déjà en son milieu, lorsque tout à coup, à la hauteur
d'un village nommé Oudon, l'essieu crie et se rompt...»

Comme l'abbé achevait ces mots, une détonation...

Mais avant de continuer notre récit, il nous faut supplier le lecteur de
lire avec attention, de relire même au besoin le commencement d'histoire
que l'abbé Ponceau vient de raconter. Les aventures du coche de 1580
doivent jouer un rôle marquant dans notre voyage, et l'abbé les
reprendra toujours par le commencement, pour toujours s'arrêter à ce
fatal endroit: «L'essieu crie et se rompt;» et pourtant l'histoire, sans
cesser d'être la même, sera nouvelle à chaque fois qu'on la
recommencera.--Qui lira verra.

[Illustration: Nos deux personnages étaient seuls dans cette partie de
la voiture avec le petit Van, qui regardait par la portière.]

[Illustration: Un gros monsieur, coiffé d'un énorme chapeau, avec une
jeune et jolie dame.......]

Comme l'abbé achevait donc ces mots, une détonation épouvantable se fit
entendre, et en même temps toutes les voitures du convoi éprouvèrent un
choc terrible. La jeune dame fut lancée entre les bras d'Oscar, où elle
acheva de s'évanouir; son mari alla durement cogner sa tête contre la
paroi opposée du wagon, et s'écorcha le nez en même temps; l'abbé avait
le devant des jambes fort endommagé, et il trouvait injuste le reproche
qu'Oscar avait fait aux chemins de fer d'être tout à fait dépourvus
d'_impressions._

La machine avait éclaté; il n'y avait personne de mort: mais on criait,
on s'appelait, on se bousculait au dedans et au dehors des voitures.
Cependant, lancé par le choc de l'impériale d'un wagon sur le talus de
la voûte, M. Othon Robinard de la Villejoyeuse souillait comme un perdu
dans sa magnifique trompe de chasse.

Qu'était-ce que M. Othon Robinard de la Villejoyeuse?--Nous croirions
faire injure à un tel personnage si nous ne lui consacrions un chapitre
tout entier.--Mais disons tout de suite que M. Othon Robinard de la
Villejoyeuse était superbe à voir sonnant la royale à 20 pieds au-dessus
du sinistre!

(_La suite à un prochain numéro._)

Albert Aubert.

[Illustration: Oh! le joli petit chien, disait la dame d'une douce voix
en caressant Van.]

[Illustration: Je me rappelle, dit l'abbé, avoir lu le aventures
extraordinaires d'un coche parti de Nantes, en Bretagne, et qui demeura
plus de deux ans en route avant d'arriver à Paris, lieu de sa
destination.]

[M. Othon Robinard de la Villejoyeuse était superbe à voir sonnant la
royale à 20 pieds au-dessus du sinistre.]



FEMMES DE LETTRES FRANÇAISES CONTEMPORAINES.

Il a toujours régné contre les femmes vouées aux lettres un préjugé que
nous ne voulons ni condamner ni défendre absolument, mais que nous
tenons pourtant à constater, parce qu'il n'est pas rare d'entendre dire
aujourd'hui que le temps des _femmes savantes_ et des _précieuses
ridicules_ est passé. Il y a encore des _femmes savantes_, il y a encore
des _précieuses ridicules_, et, qui pis est, il y a encore des
complaisants pour les abuser, pour s'extasier devant toutes leurs
prétentieuses sottises. Dans l'espèce humaine, les ridicules et les
travers se déplacent, changent de formes, mais sont très-peu sujets à
disparaître.

Personne ne supposera sans doute que nous pensions à appliquer aux
femmes de lettres collectivement des épithètes devenues, entre les mains
du génie, d'impérissables stigmates de ridicule; néanmoins, nous
commencerons par protester contre toute interprétation qui pourrait
tendre à nous prêter l'intention d'une aussi brutale et aussi niaise
grossièreté. Ah! bon Dieu! qui donc s'aviserait de honnir le génie parce
qu'il s'incarnerait dans une femme? Le génie est une force
toute-puissante qui s'impose à tous, quel que soit l'organe qu'il se
choisisse; le génie n'a pas plus de sexe que le soleil;--qui donc
songerait à se roidir contre la grâce, la sensibilité', l'émotion
poétique, parce qu'elles parleraient leur langue naturelle, celle de la
femme?--Personne, mais personne moins que nous, certes.--Quand une voix
inspirée s'élève de quelque part, nous l'écoutons avec une attention
respectueuse, et nous la saluons avec reconnaissance;--si cette voix est
celle d'une femme, notre recueillement redouble, et il se mêle à notre
émotion je ne sais quoi de religieux et de tendre qui nous remue
jusqu'au fond du coeur. C'est assez dire que, pour que l'émotion nous
gagne ainsi, il faut quelle soit sentie d'abord par le poète,--homme ou
femme,--qui prétend nous l'inspirer;

.............. Si vis me fiere, dolendum est Primum ipsi tibi;

ou plutôt, il ne faut pas que le poète prétende à rien; il ne faut pas
qu'il s'évertue à calculer à froid ses effets. La spontanéité d'élan,
l'enthousiasme, sont les premiers caractères de sa prédestination
divine, et il ne saurait nous entraîner qu'à la condition d'être
entraîné lui-même, d'être éloquent sans le savoir, d'obéir enfin, en
chantant, au besoin instinctif d'expansion poétique qui accentue si
mélodieusement la langue du rossignol.

Au lieu de cela, quand nous voyons un maigre jongleur de mots usurper le
nom et les allures du poète; quand nous voyons quelqu'un, chatouillé par
les appétits extravagants et une vanité mesquine, qu'il peut se faire
l'illusion de prendre pour une ambition généreuse, monter sur un tréteau
qu'il appellera volontiers un trépied, et faire effort de poumons pour
débiter, de là, des sornettes sonores, nous lui disons tout net qu'il se
méprend sur sa vocation; et, si ce quelqu'un est une femme, notre pitié
sera d'autant plus profonde, notre parole d'autant plus ferme et plus
franche, que nous avons plus de respect et de sympathie pour le sexe de
la malheureuse qui s'égare ainsi; nous lui dirons: «Comment pouvez-vous
abdiquer la modestie, la première des vertus dont vous devez être parée,
la moins contestable de vos grâces, pour donner au public le spectacle
de votre ambitieuse impuissance? Revenez à la famille, d'où vous
n'auriez jamais dû sortir; revenez à vous-même, et n'oubliez pas
désormais qu'une bonne et simple femme vaut toujours mieux qu'un mauvais
poète.»

[Illustration: Médaillons dessinés d'après croquis et d'après nature.]

Nous croyons avoir surabondamment établi que, dans notre pensée, le
titre de femme de lettres n'implique en soi aucune acception ridicule ni
malséante. Il ne peut y avoir de ridicule, ou plutôt de malheur, que
dans les prétentions avortées aux qualités que suppose ce titre, dans la
laideur qui grimace pour simuler la grâce, dans l'ineptie vaniteuse qui
se guinde pour contrefaire les allures du génie. Après cela, et pour en
revenir au préjugé que nous avons rappelé on commençant cet article,
observons qu'il soulève une double question:

1° La femme ne perd elle rien, comme femme, à s'aventurer dans la
carrière littéraire?

2° La femme a-t-elle l'aptitude nécessaire à la culture des lettres?

La première de ces deux questions est toute de sentiment, et, si nous
étions consulté, nous répondrions, sans prétendre formuler en axiome
notre manière individuelle de sentir, que, pour nous, une femme de
lettres ne vaudra jamais une femme. Qu'est-ce, en effet, que la femme de
lettres? Un instrument plus ou moins sonore, qui jette au vent toutes
ses impressions, une harpe éolienne dont chaque souffle d'air tire un
soupir banal,--sortons de la métaphore,--un coeur sans pudiques
scrupules, qui se met en évidence pour se faire lire à tout venant,
comme un livre ouvert, dont la main la plus brutale, la plus crasseuse a
le droit de tourner les feuillets. Or, tout ceci, nous l'avouons, est
pour nous l'image renversée de la femme. La femme, telle que nous la
concevons, a besoin d'aimer et d'être aimée; mais elle circonscrit ses
affections; elle aura, si l'on veut, ce genre de coquetterie qui est
l'expression gracieuse du désir de plaire; mais ses coquetteries
d'esprit, non plus que ses coquetteries de manières, ne s'adressent pas
à un public tout entier, parce que la femme selon nos idées n'a pas le
coeur assez large pour vouloir aimer tout le monde ni être aimée de tout
le monde; elle ne s'enveloppera pas dans une pruderie sauvage, et ne
cuirassera pas sa vertu d'une humeur maussade; mais elle ne stéréotypera
pas non plus sur ses lèvres un sourire également provoquant pour tous,
et n'entretiendra pas sur ses joues un invariable courant de larmes
sentimentales et mélancoliques; elle aura aussi son ambition; mais si
elle réussit à répandre quelque bonheur dans le cercle,--toujours étroit
autour de nous,--des intimes qui marchent dans la vie, la main
cordialement placée dans les nôtres, son ambition sera comblée.

Y a-t-il, dans la femme de lettres, rien qui ressemble à ce portrait? A
la femme de lettres il faut le bruit, la renommée, les hommages
retentissants, au lieu des joies paisibles, des douces affections et du
bonheur recueilli de l'intérieur. Certaines confidences de coeur, que la
femme _naturelle_ (si l'on nous permet ce mot) confiera bien bas
peut-être, en rougissant de pudeur et d'amour, à l'oreille de l'être
aimé, la femme de lettres les chantera sur tous les tons à la foule
indifférente et rieuse;--car il faut que la femme de lettres caresse la
foule, attire la foule, amuse la foule; c'est son métier.--Or, s'il nous
a toujours semblé affligeant que l'écrivain fût obligé de disséquer son
âme, en quelque sorte, pour amuser le public, comment plaindre assez la
femme réduite à considérer ses émotions les plus intimes, les plus
chastes, les plus délicates, comme une denrée à échanger contre les
applaudissements du public, qui dira: _pas mal souffert! pas mai pleuré!
pas mal prié!_ ou contre un salaire moins noble, sinon aussi creux? Quel
enfer pour celles en qui la pudeur vit encore! Pitié pour les
malheureuses!

Quant à la seconde question que nous avons indiquée, à savoir si la
femme est apte aux travaux littéraires, cette question est, dès
longtemps, affirmativement résolue par des faits d'une éclatante
évidence. Lasses de juger les passes d'armes des chevaliers de la
pensée, et d'adjuger les prix aux vainqueurs, les femmes ont voulu, à
leur tour, descendre dans l'arène. C'était leur droit, et quelques-unes
ont conquis, sur ce terrain, une position que nulle critique ne saurait
leur faire perdre. Nous allons étudier, dans ses manifestations
principales, le mouvement littéraire auquel nos contemporaines ont
attaché leurs noms, et nous essaierons d'apprécier le talent de celles à
qui une action notable peut être attribuée dans ce mouvement. Nous ne
serons ni galant ni détracteur; nous voulons seulement être juste; et si
notre critique était aussi éclairée qu'elle sera impartiale et sincère,
sa valeur ne serait pas douteuse.


MADAME GEORGE SAND.

A la tête des femmes de lettres contemporaines, et sans aucune intention
de comparaison (est-il besoin de le dire?), nous placerons un écrivain
qui, à n'envisager que son talent, n'est ni un homme ni une femme, mais
tout simplement, à notre sens, un des beaux génies littéraires: qui
aient lui sur le monde.

Nous savons combien cette opinion doit révolter la classe si nombreuse
des gens décidés à ne trouver rien de bon, de beau ni de grand dans le
temps où ils vivent; nous savons que les plus modérés ne la
considéreront pas autrement que comme un insignifiant paradoxe; mais le
premier devoir de la critique est une franchise sans réserve, et, dans
cette conviction, nous dirons notre pensée tout entière, au risque de
heurter violemment certains préjugés, ou, si l'on veut, certaines idées
qui ne seront plus peut-être les préjugés ou les idées de demain.

Madame Sand est, selon nous, un de ces poètes dont l'apparition fait
époque dans la vie des peuples. Nul n'aura reproduit avec plus de poésie
et de vérité qu'elle la physionomie de la société au milieu de laquelle
elle aura vécu. Cette société est à la fois railleuse, frivole et
sérieuse, sceptique et croyante, matérialiste et religieuse, positive et
rêveuse; elle passe facilement du désespoir à l'espérance, de
l'abattement aux élans enthousiastes; eh bien! madame Sand est à la fois
ou successivement tout cela; son esprit et son humeur se prêtent avec
une merveilleuse souplesse à toutes les fantaisies de cette étrange
mobilité. Parfois elle blasphème avec la sauvage énergie de Byron, et
rit comme lui de ce rire âpre et sardonique qui fait peur; d'autres fois
elle prie et chante comme Lamartine; puis elle pleure et rêve comme
l'auteur inspiré d'_Atala_ et de _René._ Au milieu de toutes ces
variations, elle ne cesse jamais d'être un grand poète. Nul n'a pénétré
plus avant qu'elle dans les mystérieuses profondeurs du coeur humain;
nul ne sait prêter aux passions un langage plus émouvant et plus vrai.
Nous n'avons rien à dire de la forme de madame Sand; tout le monde en a
admiré les beautés resplendissantes, et sa supériorité, sous ce rapport,
n'est pas contestable.

On peut constater dès aujourd'hui, ainsi que le remarquait dernièrement
un écrivain, deux phases bien distinctes dans la vie littéraire de
madame Sand; la première a produit _Indiana, Valentine, Lélia, Jacques,
André, Leone-Leoni, Mouprat, l'Uscoque_, etc; à la seconde
appartiennent: _Spiridion, les Sept cordes de la lyre, le Compagnon du
tour de France, Consuelo et la Comtesse de Rudolstadt. Ce qui distingue
profondément ces deux phases, entre lesquelles les _Lettres d'un
voyageur_ servent pour ainsi dire d'anneau de transition, c'est la
différence de tendances des deux séries d'ouvrages qui les constituent,
et le changement notable qui, de l'une à l'autre, s'est opéré dans la
manière de l'auteur. Essayons de préciser notre pensée.

Dans les livresque nous avons rapportés à la première phase, les
personnages de madame Sand ne dogmatisaient jamais; souffrant ou
jouissant, ils sentaient vivement, agissaient de même, en un mot, ils
vivaient d'une vie dont le charme poétique vous enivrait. Ces livres
étaient pleins de passion, d'émotions entraînantes; le raisonnement, la
dialectique, qui n'ont rien de commun avec la poésie, en étaient bannis.
Femme et poète, madame Sand était là sur son terrain naturel; elle était
reine. Un jour arriva pourtant où ce rôle parut ne plus lui suffire;
après avoir remué, avec la puissance qu'on lui connaît, des sentiments
et des passions, elle se laissa aller à la fantaisie de remuer ce qu'on
appelle des idées; elle voulut monter en chaire, de poète devenir
raisonneuse; elle s'attaqua aux plus hautes, nous voulons dire aux plus
nébuleuses questions de la métaphysique de la religion, de la politique,
et dès lors la dissertation envahit ses romans. Nous aurons le courage
de dire, quoi qu'il nous en coûte, qu'en entrant dans cette voie, madame
Sand nous semble y avoir fourvoyé une partie de son talent.

Dans ses premiers ouvrages, madame Sand prenait généralement parti pour
la faiblesse contre la force, pour la femme contre l'homme, pour la
nature humaine contre la compression sociale. Nous savons qu'elle a
démenti quelque part, dans ses _Lettres d'un voyageur_, si notre mémoire
est fidèle, cette tendance qui n'avait échappé à personne. Là, madame
Sand a déclaré, avec une inadmissible modestie, qu'il n'y avait jamais
eu _l'ombre d'une idée dans sa tête ni dans ses livres_; qu'en
conséquence, ses livres ne pouvaient faire ni bien ni mal, qu'ils _ne
pouvaient rien conclure_. Il est impossible d'accepter, dans ses termes,
une pareille protestation; tout ce qu'on peut lui accorder, en égard à
la bonne foi manifeste qui l'a inspirée, c'est que l'auteur ne s'était
peut-être pas rendu un compte exact de la portée de ses écrits, chose
assez concevable d'ailleurs, si l'on pense à la fougue passionnée qui
devait l'entraîner, lorsqu'une fois il avait pris la plume; mais, pour
dire avec le poète que ces écrits ne concluent rien, il faudrait faire
un effort de bonne volonté semblable à celui que ferait un homme qui,
dans la crainte de contrarier un aveugle, fermerait les yeux en plein
midi, pour lui accorder qu'il fait nuit. Incapable du pousser la
complaisance à ce pont, nous dirons que madame Sand n'a pas visé sans
doute à déposer dans ses premiers ouvrages des conclusions
philosophiques contre lesquelles elle proteste; mais que ces
conclusions, résultent du mécanisme et des effets des passions mises en
jeu dans les créations du poète, y ont été déposées instinctivement,
sinon volontairement, et s'y trouvent si bien que les moins attentifs
les déduiraient, si elles ne se déduisaient d'elles mêmes.

En harmonie avec le fond, la forme de ces premiers ouvrages était vive,
pétulante, fantasque, riche de nuances variées; elle avait une certaine
âpreté sauvage, qui, la marquant au coin d'une piquante originalité, lui
prêtait un charme nouveau.

Une fois entrée dans sa seconde phase, madame Sand semble avoir voulu
faire amende honorable pour tout ce qu'elle avait hasardé de hardiment
beau dans la première. Les croyances qu'elle avait si audacieusement
sapées d'abord, sans s'en douter (puisqu'elle tient à n'avoir pas eu
conscience de ce qu'elle faisait), elle essuya de les reconstruire, ou
plutôt elle se mit en quête d'un dogme nouveau; mais jusqu'à présent ses
recherches n'ont encore abouti à rien. En voulant innover dans l'ordre
des idées fondamentales, elle ne fait que tourner dans le cercle des
idées traditionnelles; au lieu d'accepter simplement et humblement ces
idées, comme fait la masse, ou de les nier franchement, elle se
tourmente pour les élever à une formule supérieure; et l'on est
douloureusement surpris lorsqu'on la voit, après bien des efforts,
s'arrêter haletante, et comme satisfaite, pour avoir donné des noms
nouveaux et passablement obscurs à des choses fort anciennement connues.

En un mot, il nous semble que madame Sand ne prend plus guère la plume
sans se promettre de réformer ou de constituer des systèmes importants
dans les idées sur lesquelles vivent les sociétés; mais c'est de ses
derniers écrits qu'on peut dire avec justesse ce qu'elle disait des
premiers: _Ils ne concluent rien_. Pleins d'action, de mouvement et de
vie, les romans de la première période de madame Sand comportaient
l'enseignement moral, philosophique, si l'on veut, qui est au fond de
tout acte humain; tandis que ses ouvrages postérieurs, qu'il serait
très-difficile de classer dans aucune catégorie de genre distinct, ne
produisent guère sur l'esprit qu'un effet de confusion, de vertige, de
fatigue et de doute. Ainsi, bizarre phénomène non prévu par l'auteur
sans doute, on peut dire qu'il prouvait très-clairement autrefois des
choses auxquelles il ne pensait pas, et que, depuis qu'il a la
prétention d'enseigner et de démontrer, il jette ses lecteurs dans un
chaos fantastique au milieu duquel il est impossible de rien voir.

En essayant d'exprimer des idées fort obscures en elles-mêmes et assez
mal définies dans son esprit peut-être, madame Sand a perdu, par
intervalles, plusieurs des qualités de son beau talent. Parfois, son
style si brillant s'est terni et a manqué de la vivacité, de l'énergie
et du la précieuse clarté qui, d'ordinaire, le caractérisent. Nous
devons cependant excepter _Spiridion_, qui, tout en méritant, par le
fond, les critiques que nous avons adressées en général à la seconde
série des ouvrages de l'auteur, peut être considéré, d'un bout à
l'autre, comme une magnifique et sévère étude du style dont on ne
s'aviserait jamais de faire honneur à une femme.

Mais il est temps de fermer les livres de madame Sand, auxquels nous
nous proposons de consacrer prochainement un examen plus attentif, pour
arriver à un dame qui a pris rang parmi les écrivains qui font le plus
impitoyablement gémir la presse.


MADAME DE GIRARDIN.

Lorsqu'on a à exprimer un jugement sur les femmes de lettres, il est
fort difficile, de concilier les devoirs de la critique avec les égards
qu'on doit à un sexe auquel nul n'accorde plus de respect sincère que
nous. Pour trouver le courage nécessaire à l'accomplissement d'une
pareille tâche, nous avons besoin de nous répéter sans cesse que les
femmes qui écrivent pour le public renoncent, pour ainsi dire,
volontairement à leur sexe, et qu'en parlant de chacune d'elles ici,
nous faisons entièrement abstraction de la femme, pour ne considérer que
l'écrivain.

Madame de Girardin, alors mademoiselle Delphine Gay, commença à écrire
dans les premières années de la restauration. Nous pouvons, sans trop
d'indiscrétion, et peut-être même devons nous dire qu'elle était belle;
car il n'y avait dans le monde qu'une voix pour proclamer, chez la jeune
débutante, une beauté et un talent qu'elle-même chanta en vers
harmonieux, et qui se rendirent de mutuels services. Ce n'était pas trop
de ce double don du ciel pour réaliser les grandes choses que
mademoiselle Delphine Guy s'était imposées de bonne heure, et dont elle
traçait en ces termes le programme à sa jeune ambition:

        Mes yeux entrevoyaient la gloire sans effroi,
        D'un orgueil inconnu je me sentais saisie:
        Guide-moi, m'écriai-je, ô toi qui m'as choisie;
        Protège de mon coeur la pure ambition;
        Je jure d'accomplir ta sainte mission!
        Elle aura tous mes voeux, cette France adorée!
        A chanter ses destins ma vie est consacrée.
        Dusse-je être pour elle immolée à mon tour,
        Fière d'un si beau sort, dusse-je voir, un jour,
        Contre mes vers pieux s'armer la calomnie;
        Dût, comme les hauts faits, _ma gloire être punie,_
        Je chanterais encor sur mon brûlant tombeau!
        Oui, de la vérité rallumant le flambeau,
        J'enflammerai les coeurs de mon noble délire;
        On verra l'imposteur trembler devant ma lyre;
        L'opprimé, qu'oubliait la justice des lois,
        Viendra me réclamer pour défendre ses droits;
        _Le héros me cherchant, au jour de sa victoire,
        Si je ne l'ai chanté doutera de sa gloire
        Les autels retiendront mes cantiques sacrés,
        Et fiers, après ma mort, de mes chants inspirés.
        Les Français me pleurant comme une soeur chérie,
        M'appelleront, un jour, muse de la patrie._

Ce passage est extrait d'une ode intitulée _la Vision,_ où mademoiselle
Delphine Gay célébrait, avec une exaltation de sentiment monarchique
vraiment religieuse, le sacre de Charles X. Pour bien comprendre ce
passage, il est indispensable de savoir que l'invocation qu'il renferme
s'adresse à Jeanne d'Arc, vis-à-vis de laquelle notre jeune muse ne s'en
tenait pas à l'hommage d'une admiration banale, mais qu'elle avait prise
si sérieusement pour modèle, qu'elle voulait, au risque d'expier même
gloire par même supplice, accomplir avec la plume la mission remplie
avec l'épée par la pure et sublime héroïne qui sauva la France.
Heureusement, si les beaux dévouements sont de tous les temps, le
martyre brutal qui a terminé la carrière de Jeanne d'Arc n'est plus
guère dans les moeurs du nôtre; en sorte que, si jamais la France peut
associer Jeanne d'Arc et madame de Girardin dans sa reconnaissance, nous
pouvons espérer qu'elle n'aura pas à les associer dans l'amertume de ses
regrets.

Madame de Girardin a abordé tous les genres; prose et vers, romans,
contes, odes, élégies, poèmes épiques, romances, théâtre, politique,
etc.; quoique, dans plusieurs de ces genres, elle ait eu des succès de
nature à tenter l'ambition de bien des hommes de lettres, nous citerons,
comme une des choses les plus jolies, les plus simples et le mieux
senties, qu'elle ait jamais écrites, quelques vers à son neveu O'Donnel,
à qui elle a dédié le conte intitulé la _Tour du prodige_. Madame de
Girardin a un talent souple et délicat. Elle a beaucoup vécu dans le
monde et l'a observé avec fruit, ce qui donne à son esprit une tournure
de scepticisme finement railleur, dont elle abuse quelquefois, mais
qu'on lui pardonne volontiers, parce que, en général, elle est amusante.
Quoique nous ne soyons guère partisans des travestissements de femmes en
hommes, nous ne nous sentons pas le courage nécessaire pour critiquer le
ton frondeur, les airs un peu évaporés du vicomte de Launy, parce que
nous pourrions bien nous attirer sur les bras tout l'auditoire habituel
des causeries du noble vicomte, ce qui ne serait pas une petite affaire.
Les lectrices de _la Presse_ surtout ne nous pardonneraient pas de
toucher à l'écrivain bien-aimé qui, dernièrement envoie, dans son
feuilleton hebdomadaire, plaidait avec tant de verve comique la cause de
l'esprit des françaises contre celui des Français; et, quand même la
paix avec tout le monde ne serait pas un des premiers besoins de notre
nature débonnaire, nous n'aurions jamais la témérité de nous exposer à
encourir les colère de ces dames.


MADAME DESBORDES-VALMORE.

Sans compter ses ouvrages en prose, madame Desbordes-Valmore a publié
des idylles, des élégies, des romances, des contes d'enfants, des
espèces de fables, des poésies diverses, etc.

Mieux inspirée, en général, par l'amitié et l'amour maternel et filial
que par l'amour proprement dit, madame Desbordes-Valmore a exprimé assez
heureusement ces sentiments dans les pièces de vers intitulées _les Deux
Amitiés, Une Mère, le Petit Arthur de Bretagne à la Tour de Rouen, le
Rêve de mon Enfant._ Une petite élégie surtout, qu'elle a dédiée à ses
enfant, mérite d'être citée, parce qu'elle reflète l'âme de la mère de
famille sage, calme, résignée au malheur, et toute dévouée à sa douce
mission de mère.

Si madame Desbordes-Valmore consentait à se renfermer toujours dans la
sphère modeste des émotions qui reposent le coeur, nous n'aurions guère
que des éloges à donner à son talent; lorsque, par exemple, elle chante
auprès d'un berceau quoique naïve et douce chanson pour endormir
l'enfant qui vient de lui sourire, sa voix a des accents de tendresse
émue qui pénètrent l'âme. On aime à suivre les intéressantes causeries
dans lesquelles elle essaie l'intelligence des enfants; on s'associe à
ses joies d'amie, à ses sentiments de piété filiale, à ses espérances de
mère, et l'on se laisse aller à rêver avec elle toute une vie de bonheur
calme et de simples devoirs, faciles comme des plaisirs, au coin du
foyer domestique.

Mais quand madame Desbordes-Valmore aborde la peinture des passions
dangereuses pour la paix de l'âme, les courants de cette atmosphère
orageuse troublent son style et entraînent l'auteur à de regrettables
écarts d'imagination. Alors on se prend à chercher la fille, la mère,
l'amie qui savait si bien vous initier un instant avant aux joies des
saintes affections, qui prêtait un langage si aimable à la morale de la
vie chrétienne, et l'on a besoin de relire ces douces et consolantes
homélies, pour se persuader qu'on n'est pas le jouet d'un rêve.

En parcourant les ouvrages de madame Desbordes-Valmore, on voit qu'elle
a contracté l'habitude de vivre dans l'intimité des muses tristes. Elle
tourne plus volontiers un regard de mélancolique regret vers le passé
qu'un regard d'espérance vers l'avenir. Quand elle sourit, son sourire
est brode de tristesse, et il ne faut pas beaucoup d'attention pour
remarquer sur ses joues, à défaut de larmes coulant encore, des traces
de larmes mal effacées. Son parti pris de la vie n'est guère que de
la résignation, et chaque victoire qu'elle remporte sur les aspirations
refoulées de sa nature ardente et rêveuse atteste les fatigues de la
lutte par laquelle elle a été achetée. Cette habitude de l'âme donne au
style et à la pensée de madame Desbordes-Valmore une teinte de
mélancolie qui n'est pas sans grâce, un caractère de faiblesse qui ne
messied pas à une femme; une chaleur vivifiante s'épanche du coeur du
poète sur ses écrit, car madame Desbordes-Valmore est véritablement
poète par le coeur; mais elle pourrait améliorer beaucoup son style, en
s'étudiant à donner un tour plus sobre à l'expression de sa délicate
sensibilité.


MADAME ÉLISE VOÏART.

Madame Élise Voïart, née Petit-Pain, ne fut pas, dans son enfance, un de
ces petits prodiges dont les parents tirent vanité et qu'on montre comme
des animaux savants; sa mère, femme d'un commerçant de Nancy, lui donna
l'éducation qui sied à une jeune fille, c'est-à-dire qu'elle lui inspira
le sentiment du devoir, et lui fit contracter l'habitude des soins
domestiques qui sont dans les attributions naturelles de la femme. Plus
tard, quand mademoiselle Petit-Pain dut songer à se créer des ressources
personnelles, elle partit pour Paris, recommandée par M. d'Osmond,
évêque de Nancy, à l'impératrice Joséphine, qui lui fit une pension, en
attendant qu'elle pût se placer comme _dame_ à la maison d'Économie,
qu'on organisait alors. Mais mademoiselle Petit-Pain était destinée à un
autre avenir: A vingt ans, elle épousa un ancien administrateur des
vivres, M. Voïart, veuf et père de deux enfants, dont l'un, mademoiselle
Amable Voïart, devait être un jour madame Tastu.

Retirée à Choisy-le-Roi dès la première année de son mariage, madame
Voïart consacra son temps à l'éducation de sa tille adoptive et à
l'étude de la littérature, vers laquelle elle se sentait entraînée par
un goût très-vif. C'était une vocation bien réelle, sans aucun mélange
d'ambition ni de gloriole, car la jeune femme se refusa longtemps
d'abord à publier ses essais littéraires; et lorsque enfin elle dut
céder aux sollicitations devenues trop instantes des rares personnes qui
avaient pu apprécier son talent si modeste, elle chercha dans l'anonymat
une sorte de refuge contre la publicité dont ses premières productions
allaient courir les chances.

On doit à madame Voïart, entre autres choses _La Vierge d'Arduène_,
tradition gauloise; _les Lettres sur les toilette des femme: des Essais
sur la Danse antique: la Femme ou les Six Amours_, ouvrage distingué, en
1828, par l'Académie, comme utile aux moeurs, et couronné d'un prix
Montyon; plusieurs traditions lorraines, publiées en deux volumes, sous
les titres de; _Or, devinez, le Boisseau de Perles, le Poisson d'Avril;_
des traductions assez, nombreuses d'ouvrages anglais et allemands, sans
parler de sa collaboration à divers recueils, journaux et revues, tels
que _les Cent et Un, les Heures du Soir,_ etc.

Le talent de madame Voïart n'est pas toujours égal, tant s'en faut:
parfois ses historiettes manquent d'invention, d'intérêt, son style est
diffus, sans couleur; mais d'autres fois aussi elle raconte avec grâce,
clarté et mouvement. Ce que nous aimons surtout dans sa manière, c'est
la simplicité, la retenue, la décence d'allure, et l'absence absolue de
cette choquante prétention qui gâte les ouvrages de plusieurs de nos
dames écrivains. Par malheur, madame Voïart est trop insoucieuse des
lois de la grammaire, et même, faut-il le dire? de l'orthographe et de
la ponctuation. Cette négligence est poussée si loin, dans les
traditions lorraines, par exemple, que l'ouvrage en devient presque
inintelligible. Nous engageons madame Voïart à surveiller plus
attentivement à l'avenir le travail de ses compositeurs, car il est
impossible d'imputer à une personne qui a l'habitude de tenir une plume
des fautes si fréquentes, des bévues aussi grossières.


MADAME TASTU.

Madame Tastu s'appelait, avant son mariage, mademoiselle Amable Voïart.
Sa mère, soeur du ministre Bouchotte, la laissa orpheline à sept ans.
Heureusement, quelques années plus tard, la seconde épouse de M. Voïart
venait comme nous l'avons dit, consacrer à la jeune fille tous les soins
qu'on peut attendre d'une véritable mère. Mademoiselle Amable Voïart fut
très-précoce: des l'âge de neuf ans, elle s'exerçait déjà à rimer, et
elle avait à peine dix-sept ans lorsque _le Mercure_ publia une idylle
anonyme qui lui avait été surprise, et qui fut remarquée par madame de
Genlis, par MM. de Ségur, Tissot et de Jouy.

En 1816, elle épousa M. Testu, qui encouragea de tout son pouvoir le
développement du talent qui s'annonçait chez sa femme. A partir de 1820,
madame Tastu envoya successivement aux concours de l'académie des jeux
floraux quatre pièces de vers: _la Veille de Noël, l'Étoile et la Lyre,
le Retour à la Chapelle et le Dernier Jour de l'Année_, qui obtinrent
les honneurs du lis d'argent, de l'amarante d'or et du souci d'argent.
En 1821, elle publia sa _Chevalerie française_, volume de prose mêlée de
romances où elle essayait de décrire la vie des Chevaliers d'autrefois;
en 1826, elle recueillit en un volume les poésies qu'elle avait
composées depuis son mariage; en 1829 elle entreprenait la tâche un peu
rude, pour une femme surtout, de résumer, dans ses Chroniques de France
(1 vol. de vers in-8º) la physionomie de cinq siècles de notre histoire;
en 1835, un nouveau volume paraissait sous le titre de _Poésies
nouvelles._ Outre ces ouvrages, madame Tastu a encore produit deux
volumes de nouvelles en prose, plusieurs livres d'éducation et plusieurs
traductions, parmi lesquels nous citerons un _Cours d'Histoire de
France; l'Éducation maternelle; la Suite d'une Fanide_, ouvrage
commencé par madame Guizot, et une traduction de Robinson, accompagnée
d'une notice sur Daniel Defoe. Pour n'omettre aucun des titres de madame
Tastu, nous devons ajouter à l'énumération de ses triomphes académiques
le prix décerné par l'Académie française à son éloge du madame de
Sévigné.

Madame Tastu n'est pas une femme supérieure, sans doute; mais quand nous
lui auront reproché la manie raisonneuse par laquelle elle s'est laissé
égarer dans une nouvelle intitulée _Fabien le Rêveur,_ l'érudition en
matière d'économie politique et de philosophie dont elle fait étalage
dans le même opuscule, nous pourrons dire que c'est une femme d'un
talent simple, vrai, chaste et châtié. Peu de femmes écrivent avec
autant du pureté et de lucidité qu'elle notre langue; bien peu surtout
oublient aussi rarement qu'elle leur sexe quand elles écrivent. Aux yeux
de madame Tastu, la littérature doit être, pour une femme, un
passe-temps et non une carrière, un délassement et non une occupation
exclusive. Elle parle des devoirs imposés à son sexe avec une modestie
qui lui ferait trouver grâce devant le juge le plus sévère:

        As-tu réglé dans ton modeste empire
        Tous les travaux, les repas, les loisirs,
        Tu peux alors accorder à la lyre
        Quelques instants ravis à tes plaisirs.

Nous ne doutons pas que, malgré la fécondité de sa plume, madame Tastu
soit toujours restée fidèle à ce principe de sagesse et de bonté, dont
l'observation est le litre le plus honorable d'une femme.

Pour donner une idée de la manière large, vigoureuse et sévère dont
madame Tastu sait quelquefois se servir d'une plume, nous extrairons de
son étude sur _le Dante_ les quelques vers suivants, où elle essaie
d'esquisser le portrait du poète:

        Que vois-je là?... C'est lui! sa taille haute et droite
        Dessine sa maigreur sous une robe étroite;
        Narguant de sa roideur nos tissus assouplis,
        De ses épaules tombe une chape à longs plis;
        Du chaperon pendant sa tête enveloppée
        S'incline quelque peu, grave et préoccupée
        Et sur son front se courbe un laurier desséché,
        Que le feu de l'abîme a peut-être touché.
        Lent et fier dans son geste, et calme dans sa pose...
        Le repos du lion, alors qu'il se repose.

Madame Tastu est un de ces écrivains heureux qu'on aime sans les
connaître autrement que par leurs écrits. Elle est de ces écrivains que
le respect d'eux-mêmes et de leur public n'abandonne jamais, et dont les
livres, intéressants pour tous les âges, peuvent passer des mains de
l'adolescent à celles de la jeune fille, sans que le père ou la mère de
famille aient à exercer sur ces livres d'autre contrôle que la
vérification du nom d'auteur. Dans tout ce qui émane de la plume de
madame Tastu, il y a de la décence, du coeur, de la sagesse, du bon
goût, une douce et simple philosophie, le reflet d'une belle âme, pour
résumer notre sentiment en un mot. Il n'y aurait jamais trop
d'écrivains,--hommes ou femmes,--si l'on pouvait dire avec vérité, de
chacun d'eux, ce que nous sommes heureux de pouvoir dire ici de madame
Tastu.


MADAME ANCELOT.

Pour apprécier le mérite de madame Ancelot, il nous suffira de prendre
au hasard, dans ses oeuvres, les deux volumes de prose qu'elle a
intitulés _Gabrielle_. Ce roman, dont la fable n'est pas embarrassée de
l'attirail compliqué de faits et d'incidents, ressource ordinaire des
écrivains qui n'ont guère de ressources en eux-mêmes, attache à la fois
l'esprit et le coeur, et atteste chez l'auteur un véritable talent
d'observation. Le drame est tout intérieur; il se passe dans les
profondeurs de l'âme des personnages mis en scène, au lieu d'éclater en
faits tumultueux. Madame Ancelot n'a cherché l'intérêt que dans le
développement de certains caractères qu'on peut considérer comme des
types sociaux, et elle y a réussi. Ce genre de composition littéraire
est un des plus difficiles, mais aussi des plus glorieux: car, cherchant
toujours certains côtés de la nature humaine, il ne procure jamais un
plaisir à l'esprit sans lui apporter un enseignement, Il y a dans le
roman de _Gabrielle_ de la sensibilité sans fadeur, de la force sans
roideur et sans prétentions masculine. Le style en est large, coloré,
vigoureux et pur, dernière qualité que nous ne devons pas oublier de
constater chez toutes les dames écrivains en qui elle se rencontre.

Madame Ancelot a beaucoup écrit pour le théâtre, quoique ce genre, à
notre sens, convienne bien moins que le roman à la nature de son talent.
Ce n'est pas sa comédie de _Marie,_ par exemple, qui, malgré l'accueil
bienveillant qu'elle a reçu du public sur la scène du Théâtre-Français,
pourrait constituer en faveur de madame Ancelot un titre littéraire bien
sérieux. Cette pièce, vulgaire de conception, languissante d'allure et
pâle de style, n'a guère d'autre mérite que celui de l'intention
généreuse qui l'a inspirée, car, sous le fallacieux prétexte d'amuser le
public avec une comédie, Madame Ancelot ne s'est proposé évidemment que
de prêcher aux femmes dévouement sous trois aspects: le dévouement de la
fille, de l'épouse et de la mère.

Ce n'est pas non plus _Madame Roland, drame historique, en trois actes,
mêlé de chant,_ qui pourrait classer son auteur parmi les dramaturges
dont les noms méritent d'être cités. Ce drame historique mêlé de chant,
ragoût assez bizarre, on doit le pressentir au titre seul, et servi, on
ne sait trop pourquoi, aux habitués du Vaudeville, est moins un drame
qu'une pastorale assez froide, assez embrouillée, et, de plus, fort
maussade, puisque la scène, au lieu d'être un joli coin de paysage, est
une odieuse et froide prison. Si Cependant on s'obstinait à voir dans
_Madame Roland_ un drame, persuadé qu'il est des oeuvres sans caractère
et sans portée, que la critique doit avoir hâte d'oublier, nous
aimerions mieux n'en pas parler du tout que de dire, même sommairement,
notre opinion sur ce drame, où il n'y a rien à noter qu'une action
diffuse, une trame bien lâche, beaucoup d'invraisemblance, peu ou pas
d'intérêt, et une pauvreté d'idées en rapport avec la vulgarité du
style.

Il faut donc oublier les drames de Madame Ancelot, pour ne considérer
que ses livres; ou, si l'on ne peut pas tout à fait les oublier, il
faut, par exemple, se dédommager de la lecture de _Madame Roland_ par
celle de _Gabrielle._ Mais si les oeuvres du madame Ancelot ne sont pas
toutes également intéressantes au point de vue littéraire, elles sont
toutes également respectables par la noblesse de leurs tendances et la
pureté des sources de leur inspiration. Nul écrivain n'a un sentiment
plus vif que madame Ancelot de l'honnête, du bien et du beau. Cette
gloire est, à nos yeux, la première de toutes, et il nous semble que
l'indulgence est facile pour les peccadilles d'esprit de ceux dont le
coeur ne faiblit jamais.


MADAME CHARLES REYBAUD

Les principaux ouvrages de madame Charles Reybaud ne forment pas moins
de trente ou quarante volumes que nous n'avons pas, Dieu merci, la
prétention d'analyser en quelques lignes, et auxquels nous renvoyons
purement et simplement nos lecteurs, qui seront beaucoup plus heureux de
les juger par eux-mêmes que d'avoir à subir notre appréciation.

Nous leur dirons seulement, à titre d'encouragement, en supposant qu'il
soit besoin de courage pour aller au-devant d'un plaisir, que madame
Reybaud saura les émouvoir, avec une petite historiette toute simple,
autant que d'autres pourraient le faire avec les plus grandes et des
plus dramatiques aventures; qu'elle suspendra à son récit rapide, plus
de chaleur et de vie, l'attention des plus rebelles, qui, bon gré mal
gré, seront entraînés à la suivre avec un intérêt croissant, depuis
l'exposition du chaque fable jusqu'à sa dernière péripétie; nous leur
dirons que madame Reybaud sait aussi bien écrire que bien penser;
qu'elle unit l'exquise sensibilité de la femme à la touche vigoureuse,
au dessin ferme et net d'une main d'homme habile; enfin, nous ajouterons
que nous ne voulons pas déflorer, par une sèche dissection des oeuvres
de cette artiste, les poétiques parfums qu'elles exhalent et que nous
convions nos lecteurs à respirer.



Exposition des produits de l'Horticulture.

A L'ORANGERIE DE LA CHAMBRE DES PAIRS.

L'impulsion donnée au goût des fleurs par l'exemple de nos voisins les
Anglais et les Belges a fait faire à nos horticulteurs de rapides
progrès; chaque année, les expositions publiques, offertes aux Parisiens
par les deux sociétés spécialement occupées de propager le culte de Fore
et de Pomone, sont plus brillantes, plus riches et plus fréquentées de
la foule; chaque année, le nombre des récompensés s'accroît dans la même
proportion.

L'exposition de 1844 témoigne principalement du zèle des dames pour
l'horticulture. Déjà l'année dernière madame la duchesse d'Orléans avait
fondé une médaille d'or de la valeur de 200 francs pour celui des
exposants qui ne serait jugé le plus digne par le jury; cette année,
outre cette médaille justement enviée et vivement disputée par les
concurrents, le jury avait à en distribuer trois autres semblable,
offertes, l'une par madame la princesse Adélaïde, les autres par les
dames patronnesses de l'horticulture.

Les dames les plus haut placées de l'élite du monde parisien ont eu
l'heureuse idée de se constituer en société pour patronner
l'horticulture; cette réunion, qui doit exercer sur le progrès de
l'horticulture une si salutaire influence, est présidée par madame
l'amirale baronne de Mackau; elle a pour secrétaire madame la comtesse
de Meulan; ces dames, ainsi que madame la duchesse Decazes, ont bien
voulu honorer et embellir de leur présence la distribution des médailles
faite aux horticulteurs dans une séance solennelle qui a clos
l'exposition.

Il faudrait un volume pour énumérer les milliers de plantes réunies dans
l'orangerie du Luxembourg pendant les quatre jours de l'exposition. Les
roses ont eu les honneurs de cette solennité. La reine des fleurs y
était représentée par des collections dont le nombre, d'après le
programme, ne pouvait être moindre de 200. Nous avons représenté la
disposition du lot de roses exposé par M. Laflay, de Ville-d'Avray; la
plus belle de ses roses nouvellement obtenue de semis, a reçu du jury le
nom de la princesse Joinville. Une autre rose, non moins jolie,
également nouvelle et inédite, a reçu du jury le nom de madame Adélaïde.

L'un des lots les plus remarquables de l'exposition est celui de M.
Lemon, formé de nombreuses variétés d'iris, obtenues de semis,
couronnées par un bouquet échantillon yucca gloriosa. Toutes ces plantes
joignent à leur mérite réel, résultant de leurs formes gracieuses et de
leurs riches couleurs, l'avantage de végéter en pleine terre sous notre
climat, et de ne pas dépasser, par leur prix modéré, le budget du simple
amateur le moins favorisé de la fortune.

Les riches, pour qui les considérations d'argent ne sont point un
obstacle, pouvaient admirer à l'exposition les brillantes orchidées de
MM. Morel, Cels et Lhomme. Ces végétaux, aux formes bizarres, à l'odeur
enivrante analogue à celle de la vanille, ne peuvent fleurir que sous
l'empire d'une température élevée, au sein d'une atmosphère à la fois
humide et chaude. Ce sont de belles étrangères que tout le monde ne peut
pas se permettre d'héberger; elles ne peuvent accepter chez nous
l'hospitalité que dans les serres préparées exprès pour les recevoir.

[Illustration: Société royale d'Horticulture.--Prix pour la plus belle
rose obtenue de semis: M. LaTay.--Paulownia impérialis, floraison de
1844: Noyer et Grobetty.]

La partie utile de l'exposition, celle qui produit de quoi satisfaire à
la fois la vue, l'odorat et le goût, n'était pas la moins remarquable.
La foule des visiteurs portait envie à M. de Rothschild, dont le
jardinier, l'un de nos plus habiles praticiens, M. Grison, avait exposé
une corbeille de fruits forcés, prunes, pèches, raisins, capable de
faire commettre à un saint le péché d'envie, tant ils étaient
appétissants. Et quel anachorète aurait pu voir et sentir, sans être
tenté d'y goûter, ces ananas monstres, exposés par M. Bergmann, fruits
parfaits dont l'odeur suave embaumait toute la salle?

Les objets d'art relatifs à l'horticulture avaient aussi leur part; rien
de plus gracieux et de plus varié que les vases en terre cuite de M.
Follet, véritables objets d'art, du dessin le plus correct et du goût le
plus délicat.

Les fleurs artificielles luttaient hardiment avec les fleurs naturelles,
et les affrontaient côte à côte. A moins d'être prévenu, il était
impossible de distinguer, des admirables pivoines naturelles exposées
par M. Modeste Guérin, les pivoines artificielles de MM. Royer et
Grobetty. Les mêmes artistes, dont le public connaît le bel
établissement sur le boulevard Montmartre, avaient exposé la branche de
paulownia impérialis représentée par un de nos dessins. Le jury a
justement récompensé d'une médaille ces imitations si parfaites de ce
que le règne végétal offre de plus difficile à reproduire. On sait que
le paulownia impérialis, propagé par les soins de M. Neumann, chef des
terres au Jardin des Plantes, est désormais acquis à notre climat. C'est
le seul arbre d'ornement de pleine terre qui donne des fleurs
franchement bleues, de nuance améthyste; ces fleurs exhalent une odeur
suave qui en double le prix. Essayer d'imiter une telle fleur, c'était
une témérité; le succès n'en est que plus honorable.

Des discours à la fois intéressants et concis ont terminé la solennité
de l'exposition. M. Héricart de Thury, avec cet à-propos que peu de gens
possèdent au même degré que lui, a su trouver des paroles à la fois
flatteuses et vraies d'encouragement et d'éloges pour chacun des heureux
vainqueurs auxquels il remettait des médailles au nom de la société
royale d'horticulture, heureuse de l'avoir pour président.

Nous osons prédire à nos lecteurs pour l'année prochaine de nouvelles
merveilles; car, si bien des progrès ont été accomplis, beaucoup
d'autres restent encore à accomplir, et nos horticulteurs, jaloux de
l'honneur national, redoublent chaque année de zèle et d'efforts; les
lauriers des horticulteurs anglais et belges les empêchent de dormir.

[Illustration: Société royale d'horticulture.--Yucca à feuille d'aloès,
environne d'iris variés: M. Loman, jardinier fleuriste.]



Exposition des Objets d'Art destinés à la Loterie de l'OEuvre du
Mont-Carmel, dans le palais du Luxembourg.

A Dieu ne plaise que nous mêlions notre voix à celles des gens qui,
désespérant de l'avenir, s'en vont partout criant que les idées
généreuses n'ont plus cours dans le monde, et même qu'elles n'y peuvent
plus naître. Avouant que les grandes oeuvres sont rares, nous n'en
sommes pas moins disposé à reconnaître que la foi n'est pas éteinte, et
que parfois d'admirables dévouements se font jour à travers l'égoïsme ou
la corruption. La France, principalement, a droit de revendiquer sa
place parmi les nations qui travaillent pour le bien-être commun; les
gouvernements étrangers peuvent l'aimer peu, les peuples l'honorent, et
cela lui suffit.

C'est à la France que l'Europe doit, en réalité, l'oeuvre du
Mont-Carmel.

Il est impossible que vous n'ayez pas rencontré sur votre route le frère
Charles, un homme jeune encore, portant une longue barbe brune, revêtu
d'une robe de bure, marchant droit à son but, pour aller faire la quête
au profit du Mont-Carmel. Une oeuvre de religion, et surtout de charité,
a été fondée par lui et par le frère Jean-Baptiste sur les hauteurs de
la montagne sainte. Dès l'année 1826, grâce aux soins du général
Guilleminot, ambassadeur français à Constantinople, a eu lieu le
rétablissement du couvent et hospice qui doivent servir de refuge aux
voyageurs en Orient. A l'heure qu'il est, un firman de l'empereur de
Turquie a assuré aux religieux français la propriété du Mont-Carmel; les
murailles du couvent ont été, relevées; mais le bâtiment n'a pas de
toiture, mais il manque un grand mur d'enceinte qui le défende contre
les Arabes.

[Illustration: Vue de l'Hospice du Mont-Carmel.]

Dans une notice où il explique la situation des carmélites, M. Alexandre
Dumas a dit: «Déjà le général de l'ordre des Carmes, qui est à Rome,
avait voulu, par discrétion, renoncer à de nouvelles quêtes, il
craignait, dans une lettre que nous avons lue, _d'éprouver trop et trop
de fois la charité des chrétiens, et surtout celle de la France._ Le
général comte de Fernig et le baron Taylor, qui savent que la France,
par les idées et par les bienfaits, est la nourrice du genre humain, ont
rassuré le bon père; et le frère Charles, bien sûr de n'être pas
importun, a repris le bâton du frère Jean-Baptiste; il a passé les
Alpes, et c'est lui que vous avez vu cet hiver à Paris, partout et chez
tous.»

C'était un nouvel appel fait à la France, et il faut proclamer bien haut
l'empressement avec lequel les littérateurs et les artistes ont concouru
à cette oeuvre généreuse. Les uns ont envoyé des manuscrits, ou des
poésies inédites, ou des exemplaires de leurs ouvrages; les autres ont
envoyé des peintures, des sculptures, des dessins, des gravures, des
lithographies. De telle sorte qu'aujourd'hui, dans une salle de palais
de la chambre des pairs, sont exposés tous les envois destinés à
l'oeuvre du Mont-Carmel, qu'une loterie aura lieu, et que de charmantes
compositions échoiront aux gagnants. Sur dix billets, un lot sortira:
nous ne dirons donc pas qu'il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus.

Nous n'avons pas manqué d'aller visiter l'exposition publique des objets
donnés en prime par les artistes et les littérateurs français. Les noms
de MM. H. Ver net, Ingres, Scheffer, Léon Cogniet, Dauzats, Odier, de
Chacaton, Diaz, etc., nous étaient un sûr garant de l'importance de
cette exposition, qui a été arrangée par les soins de MM. de Xanteuil,
Charles de Tournemine, membres du comité de l'oeuvre du Mont-Carmel, et
de M. Chazal, le célèbre peintre de fleurs.

M. Philippoteaux a envoyé _deux arabes_ peints avec son habileté
accoutumée; M. Léon Cogniet, qui n'a jamais voyagé dans le pays, a donné
_une Petite Femme arabe_ dont la couleur est excellente, et qui étonne
par la vérité du costume et de l'expression qu'on remarque dans la
figure. Le frère Charles ne se lassait pas d'en faire l'éloge, et qui
plus que lui, voyageur intrépide, peut dire si l'oeuvre de M. L. Cogniet
est vraie et consciencieuse? Même observation à l'égard d'un petit
tableau arabe, par M. de Chacaton. Il est composé d'une façon charmante,
et va de pair avec ceux que cet artiste a envoyés au salon du Louvre
cette année. Inutile de dire que les toiles de MM. Dauzats et Mayer ont
de la valeur. Ces deux artistes ont vu l'Orient; l'exécution seule
aurait pu leur manquer, et ils la possèdent à un degré éminent.

Le dessin fort habilement fait a été composé tout exprès par M.
Jollivet; c'est une allégorie sur le rétablissement du _Mont-Carmel._
L'art et la littérature couvrent d'un manteau protecteur le temple de
l'hospitalité relevé par les mains pieuses des frères carmélites. Le
dessin de M. Jollivet est d'une heureuse inspiration. Il était
impossible de mieux personnifier l'oeuvre qu'il ne l'a fait.

M. Horace Vernet, le grand artiste, a voulu contribuer puissamment à la
loterie, et son tableau, quoique étant d'une petite dimension, a une
valeur considérable par la manière dont il est composé. Ce sont les
_Lamentations de Jérémie._ Ce sujet, si souvent traité, aurait pu être
un écueil, même pour le talent éprouvé de M. Horace Vernet. _Les
Lamentations de Jérémie_ font honneur à l'artiste. La composition est
simple et large; le tableau a du fini et de l'exécution. Combien de
billets de loterie fera prendre la toile de M. Horace Vernet! Rarement
son pinceau a mieux rendu sa pensée.

Le beau dessin à la plume, que M. Ingres a fait sortir de ses cartons
pour en doter l'oeuvre, n'est pas non plus le moindre objet d'art que
contienne la collection. Le style sévère de l'auteur de l'_Apothéose
d'Homère_ s'y révèle largement.

L'_Apparition de Béatrix au Dante_ a été parfaitement comprise et
exécutée avec talent par M. Henri Delaborde. Il y a dans ce joli tableau
de l'harmonie et une certaine teinte radieuse qui va bien au sujet.

[Illustration: Femme arabe, tableau par M. Cogniet.]

Nous nous rappelons avoir vu un dessin de ce tableau dans le Salon de
1840, publié par Challamel.--Le tableau envoyé par M. Odier est le plus
grand de tous; il représente une scène dramatique dont le sujet nous
échappe, et que le peintre a traité avec son énergie et son talent
accoutumés.

Nous avons remarqué une excellente vue du Mont-Carmel, d'après une
épreuve au daguerréotype, et nous la reproduisons pour que nos lecteurs
aient sous les yeux le lieu même où s'élèvent le temple et l'hospice. Il
n'est pas besoin de garantir l'exactitude de cette vue, car on sait à
quoi s'en tenir à cet égard sur le daguerréotype. Le mont Carmel est
situé entre Tyr et Césarée, séparé par un golfe de Saint-Jean-d'Acre,
placé à deux journées de Jérusalem et à cinq heures de distance de
Nazareth. A l'ouest, la mer baigne ses pieds, sorte de promontoire que
le voyageur aperçoit avec bonheur. Le frère Jean-Baptiste a gravi la
montagne pour dessiner les plans du monastère, dont le devis atteignait
le chiffre de 350,000 fr.

[Illustration: Allégorie sur le rétablissement du Mont-Carmel, par M.
Jollivet.]

Une charmante aquarelle de M. Raffet représente un épisode de notre
guerre d'Afrique;--un paysage de M. Murilliat malheureusement n'est pas
assez terminé;--M. Auguste Hesse a envoyé une très-remarquable
composition religieuse;--M. Godin a envoyé une de ses meilleures petites
marines, ainsi que M. Eugène Isabey; M. A. Delacroix s'est distingué;
jamais il n'avait été plus coloriste que dans son envoi à l'oeuvre du
Mont-Carmel;--le tableau de M. Blondel est estimable;--M. Joseph Thierry
a peint un paysage dont l'effet est saisissant;--M. Lapito a fait choix
d'une jolie étude;--M. Charlet a donné un dessin à la mine de plomb,
dont le sujet est plein d'esprit; sa petite composition a une vérité
charmante;--M. Brascassat n'est pas resté au-dessous de lui
même.--Enfin, nous devons de sincères éloges à MM. Henri Scheffer, Diaz,
Jules Coignet, etc. Le moyen d'être sévère, d'ailleurs, quand
l'intention est si louable, et quand chacun fait preuve de tant de bonne
volonté!

Pour la sculpture, elle est représentée à cette intéressante exposition
par des oeuvres de M. David (d'Angers), de M. Pradier, de M. Dumont, de
M. de Nanteuil, de MM. Dantan aîné et jeune. Des statues, des bustes,
des statuettes en marbre ou en plâtre, attirent les regards des curieux.
Certainement, il s'agit déjà d'un véritable musée, et il «mérite d'être
vu», comme dit la phrase consacrée.

Voila quelle a été la part prise à l'oeuvre du Mont-Carmel par l'élite
de nos artistes. La littérature, on le pense bien, ne devait pas
s'abstenir, ni rester en arrière, seulement sa participation est moins
apparente.

M. Alexandre Dumas a envoyé le _Manuscrit de Fernande_, roman en trois
volumes;--M. Alfred de Vigny a fait précéder plusieurs volumes de ses
oeuvres de quelques pages inédites et manuscrites;--M. V. Hugo a donné
nu exemplaire de sa _Notre-Dame de Paris_, avec une lettre au frère
Charles;--M. Émile Deschamps a procédé de même; une page de ce charmant
poète orne sa traduction de _Macbeth._

--Enfin, nous avons remarqué les noms de MM. de Lamartine, Alexandre
Soumet, Roger de Beauvoir, Léon Gozlan, Altaroche, Augustin Challamel,
Adolphe Dumas, Jules Lacroix, Wilhem Témat, Ponjoulat, Raoul-Rochette,
etc. La Société des gens de lettres a prêté presque tout entière son
concours à l'oeuvre du Mont-Carmel.

Plusieurs lettres autographes de Napoléon et de Lucien Bonaparte forment
des lots importants, et quelques autres curiosités intéressantes ornent
cette exposition improvisée.

Les musiciens n'ont pas fait défaut. M. Spontini a composé, tout exprès
pour l'oeuvre, un cantique dont les paroles sont de M, Adolphe Dumas. Il
a donné, en outre, ses partitions de _Fernand Cortez_, de _la Vestale,
d'Olympie,_ avec autant de dédicaces écrites de sa main. M. Donizetti a
envoyé un morceau de musique religieuse, morceau entièrement inédit et
manuscrit; MM. Carafa, Haley, Pauseron, etc., ont contribué avec
empressement à la bonne oeuvre du frère Charles. Mais, hélas! nous
n'avons pas trouvé là, jusqu'à présent, une note de Rossini, de
Meyerbeer ou d'Auber. Espérons que, dans quelques jours, cette lacune
aura été comblée.

Nous avons certainement oublié bien des noms, et, à vrai dire, nous
n'avons donné qu'une idée bien imparfaite de l'exposition pour la
loterie du Mont-Carmel; notre but était, avant tout, d'appeler
l'attention du public sur ce point, et de faire comprendre à tous les
artistes, à tous les écrivains, à tous les hommes de pensée, combien il
leur importe de ne pas rester en arrière, lorsqu'il s'agit d'une oeuvre
aussi grande et aussi généreuse que celle dont nous venons de parler.
Disons avec un voyageur;

«Que tous ceux qui ont parcouru l'Orient viennent en aide au frère
Charles! Il est impossible d'avoir passé au milieu de ses populations
chrétiennes, d'avoir entendu leurs voeux, examiné les rivalités qui se
les disputent, sans comprendre la nature et la portée du coup qui vient
de nous être adressé dans ce qu'il y a de plus français en Syrie.»
Ajoutons que, plus les chrétiens sont menacés en Asie, plus le temple et
l'hospice du Mont-Carmel acquièrent d'importance. C'est un port où ils
se reposeront en sûreté, où des mains amies fermeront leurs blessures,
où les persécutions des musulmans s'arrêteront infailliblement.

[Illustration: Jérémie, tableau par M. Horace Vernet.]

Les frères Jean-Baptiste et Charles sont satisfaits, et c'est en leur
nom que nous remercions tous ceux qui ont coopéré à la grande oeuvre.
Dans le principe, l'exposition des lots envoyés au comité devait avoir
lieu au couvent des carmélites; mais le nombre des envois a été si
considérable, que force a été de changer de local. Une salle basse du
palais du Luxembourg a été accordée aux demandes du comité.

En quittant la France, le frère Charles demeurera convaincu de cette
vérité, qu'il s'y trouve encore des âmes généreuses et accessibles aux
nobles idées. La plupart des hommes intelligents de l'époque l'ont
accueilli avec bienveillance, avec empressement, avec une joie sincère.
Grâce au dévouement des carmélites, l'hospice et le temple ne tarderont
pas à ouvrir leurs portes à nos pèlerins, à nos compatriotes, épars dans
les échelles du Levant, à nos voyageurs, à nos malades, à nos morts;
notre sollicitude aura sa récompense, car chacun d'eux, en touchant ce
sol hospitalier, bénira la France ou priera pour elle.



Bulletin bibliographique.


_L'Espagne depuis le règne de Philippe II jusqu'à l'avènement des
Bourbons_; par M. Ch. Weiss, professeur d'histoire au collège royal de
Bourbon.--Paris, 1844. _Hachette_. 2 vol. in-8. 12 fr.

A son avènement au trône, Philippe II était le souverain le plus
puissant de la chrétienté. Maître des plus belles contrées des deux
mondes, il disait avec raison que le soleil ne se couchait jamais dans
ses États. Partout ailleurs régnait la discorde et l'anarchie. Unie et
forte pendant que tout se divisait et déclinait autour d'elle, l'Espagne
s'éleva rapidement au rang de puissance prépondérante. Si elle dominait
au dehors par ses armes, elle était florissante à l'intérieur par son
agriculture, son industrie et son commerce; elle l'emportait enfin sur
tous les autres peuples par sa supériorité dans les arts et dans la
littérature. Aussi, à contempler la puissance, la prospérité et les
chefs-d'oeuvres artistiques et littéraires de l'Espagne au seizième
siècle, on conçoit qu'un seul homme ait pu menacer la liberté du monde,
et ce rêve de monarchie universelle, qu'on prête au fils de
Charles-Quint, parait autre chose qu'une vaine chimère inventée par la
peur et propagée par la crédulité.

Dépendant la monarchie espagnole déclina sous le règne de Philippe II;
elle continua de déchoir sous les règnes désastreux de ses successeurs,
et à la fin du dix-septième siècle, elle se trouva réduite au rang de
puissance secondaire. Après avoir dominé en Europe par la supériorité de
la force, de la richesse et de l'intelligence, elle fut dominée à son
tour par la France, l'Angleterre et la Hollande, qui n'attendaient plus
que la mort un prince débile pour la démembrer et pour se partager ses
dépouillés.

Quelles sont les causes de cet abaissement de l'Espagne, et comment
peut-elle remonter au rang qu'elle occupait autrefois parmi les nations?
Tel est le double problème que M. Weiss a essayé de résoudre. Pour y
parvenir, il s'est d'abord proposé d'apprécier le système politique de
Philippe II et de ses successeurs, d'en faire ressortir les conséquences
fatales, en recherchant les principaux faits qui expliquent la décadence
progressive de l'Espagne aux Seizième et dix-septième siècles,
d'examiner ensuite le système nouveau suivi par les Bourbons, de
constater les réformes qu'ils ont réalisées jusqu'à ce jour, et de
montrer ainsi, par des preuves irrécusables, que ce royaume est en voie
de progrès et qu'un brillant avenir lui est peut-être encore réservé.

M. Weiss a divisé son ouvrage en trois parties. La première, intitulée
_des Causes de la Décadence politique de l'Espagne_, comprend les règnes
de Philippe II, de Philippe III, de Philippe IV et de Charles II. Elle
s'arrête à l'avènement de la maison de Bourbon. M. Weiss nous montre
l'Espagne tombée si bas qu'elle ne pouvait être sauvée que par une
dynastie nouvelle. «Charles-Quint, a dit M. Mignet, avait été général et
roi, Philippe II n'avait été que roi, Philippe III et Philippe IV
n'avaient pas même été rois. Charles II ne fut pas même homme.»

Les deuxième et troisième parties nous font connaître les causes de la
décadence de l'agriculture, de l'industrie, du commerce, de la
littérature et des arts.

Dans son introduction, M. Weiss avait tracé un tableau animé de la
grandeur de l'Espagne à l'avènement de Philippe II, et de sa décadence
sous le règne de Charles II. Sa conclusion a pour but d'énumérer les
réformes réalisées par les Bourbons d'Espagne jusqu'au règne de
Marie-Christine, M. Weiss pense que l'Espagne n'a pas eu lieu de se
repentir d'avoir confié ses destinées aux Bourbons. Un coup d'oeil
rapide jeté sur l'administration des princes de cette race suffit, selon
lui, pour prouver que les descendants de Louis XIV n'ont pas failli à
leur mission, qu'ils ont détruit le plus grand nombre des abus qui
s'étaient introduits sous le gouvernement autrichien, et qu'ils n'ont
pas souffert que l'Espagne restât stationnaire au milieu des autres
nations. M. Weiss conclut en ces termes son dernier chapitre: «Un esprit
plus libéral, une politique plus sage et plus conforme aux véritables
intérêts de la nation, la réorganisation des armées de terre et de mer,
de puissants encouragements donnes à l'agriculture, à l'industrie, au
commerce, la renaissance de la littérature et de l'art, voilà ce que
l'Espagne doit aux Bourbons. Toutefois les changements dus à leur
influence ne furent pas complets. Bien des améliorations, bien des
réformes se sont arrêtées à la surface du pays et n'ont pus poindre dans
ses entrailles. La dynastie française a rencontré des obstacles trop
puissants et des préjugés trop enracines. Il fallait les affaiblir,
avant de les attaquer de front, pour les vaincre et pour les détruire.
Une oeuvre si difficile ne pouvait être accomplie dans l'espace d'un
siècle; mais ce sera toujours un titre de gloire pour la France de
l'avoir entreprise; il appartient au peuple espagnol de la poursuivre.

Cet ouvrage remarquable devrait un succès assuré à la nature de son
sujet et au talent de son auteur, alors même qu'il ne se recommanderait
pas à d'autres titres à l'attention du monde savant. Mais il contient
une foule de renseignements curieux puisés à des sources inédites. Ainsi
M. Weiss a consulté le premier, et avec profit, les dépêchés des
ambassadeurs de France en Espagne pendant la seconde moitié du
dix-septième siècle, les rapports adressés à Richelieu par le consul du
France à Dantzick, et qui jettent un jour tout nouveau sur les relations
de Philippe II avec le Danemark, la Suède et la Pologne, une partie de
la correspondance du comte de la Vauguyon; enfin, des manuscrits de
Denys Godefroi, conservés à la bibliothèque de l'Institut, et des
papiers de Simancas transporté à Paris sous l'empire, et dont une partie
a été déposée aux archives du royaume.


_Prosodie de l'École moderne_; par M. Wilhem Tenint; précédée d'une
lettre à l'auteur, par M. Victor Hugo, et d'une préface d'Émile
Deschamps.--Paris, 1844. _Didier._ 1 vol. in-18. 3 fr. 50.

«Jamais les idées n'ont été en meilleur état qu'aujourd'hui. Tous les
esprits élevés, honnêtes et droits marchent au même but. La pensée,
assurée à l'avenir, conquiert de plus en plus le présent. La grande
révolution des idées s'accomplit, aussi irrésistible que la révolution
des faits et des moeurs, mais plus pacifique. Les petits esprits
seulement criaient de retourner en arrière, c'est la loi; ils la
suivent, laissons-les faire. Tout va bien. Continuez, vous, monsieur, de
marcher en avant, avec tout ce qui est noble et généreux, avec tout ce
qui est jeune et vivant. Nous serons tous avec vous du coeur et de
l'esprit.»

Ainsi donc, M. Victor Hugo nous l'annonce solennellement, ne
voulons-nous pas être des esprits vils, bas, malhonnêtes, faux, petits,
mesquins, vieux et mort, nous devons courir au même but que lui et que
M. Wilhem Tenint. «Tout ce qui est noble et généreux, tout ce qui est
jeune et vivant; tout ce qui est élevé, grand, honnête et droit, marche
avec eux.» Tant pis pour nous si nous nous fourvoyons, nous sommes
avertis. Nous hésitons d'autant moins à nous rendre dignes aujourd'hui
de toutes ces glorieuses épithètes, qu'en suivant M. Wilhem Tenint dans
sa _Prosodie,_ nous sommes sûrs de n'y rencontrer que d'utiles vérités,
dont nous ne contestons pas la valeur. «Grand service et grand progrès,»
comme dit encore M. Victor Hugo.

Que nous apprend en effet M. Wilhem Tenint? D'abord il passe en revue
les différentes espèces de vers, depuis celui de un pied:

        Fort
        Belle
        Elle
        Dort.

jusqu'à celui de treize pieds:

        Jetons nos chapeaux et coiffons-nous de nos serviettes,
        Et tambourinons de nos couteaux sur nos assiettes
        Que je sois perclus alors que je ne boirai plus!

Puis, cet examen achevé, il consacre à la rime, à l'enjambement et à
l'inversion, les deux chapitres les plus remarquables des de sa
_Prosodie_. M. Wilhem Tenint pose en principe que la rime pour être
bonne doit être riche. «La rime riche consiste, dit-il, dans la parfaite
conformité de la dernière syllabe pour le vers masculin, et des deux
dernières, en comptant la syllabe sourde, pour le vers féminin: et comme
la rime est pour nous une beauté toute musicale, nous n'entendons pas
parler de la simple conformité des lettres; l'école nouvelle exige avant
tout la conformité, la concordance exacte de son.» Sur ce point, nous
partageons entièrement l'opinion de M Wilhem Tenint. _Fréquent_ rime
mieux avec _camp_ qu'avec _prudent_; _beau_ rime mieux avec _sabot_
qu'avec _bateau_. En outre, plus la rime est sonore, meilleure elle est.
Certains poètes on trop souvent employé des rimes sourdes, de sorte que
tout ce qu'il y a de musical dans la rime se trouvait perdu. Ainsi ces
vers de Corneille:

        Combien pour le répandre a-t-il formé de brigues,
        Combien de fois changé de parti et de ligues!

        Le dieu de Polyeucte et celui de Néarque,
        De la terre et du ciel est l'absolu monarque.

sont bien supérieurs, sous le rapport de la rime, à ces vers de Racine:

        A mes nobles projets je vois tout conspirer,
        Il ne me reste plus qu'à vous les déclarer.

        Il ne faut point douter, vous aimez, vous brûlez!
        Vous périssez d'un mal que vous dissimulez.

M. Victor Hugo analyse ainsi le chapitre suivant, qui a pour titre _de
l'inversion et de l'enjambement_: «Vous expliquez à tous ce que c'est
que le vers moderne, ce fameux _vers brisé_, qu'on a pris pour la
négation de l'art, et qui en est, au contraire, le complément. Le vers
brisé a mille ressources, aussi a-t-il mille secrets. Vous indiquez les
ressources au public, qui vous en saura gré, et vous trahissez les
secrets des poètes, qui ne s'en fâcheront pas. Le vers brisé est un peu
plus difficile à faire que l'autre vers; vous démontrez qu'il y a une
foule de règles dans cette prétendue violation de la règle. Ce sont là,
monsieur, les mystères de l'art; mais vous les connaissiez comme poète,
avant de les expliquer comme prosodiste. Vous avez fait de beaux vers,
et beaucoup, et souvent, et vous comprenez mieux que personne combien ce
savant mécanisme du vers moderne peut contenir de pensée et
d'inspiration. Le vers brisé est en particulier un besoin du drame; du
moment où le naturel s'est fait jour dans le langage théâtral, il lui a
fallu un vers qui pût se parler. Le vers brisé est admirablement fait
pour recevoir la dose de prose que la poésie dramatique doit admettre.
De là l'introduction de l'enjambement et la suppression de l'inversion,
partout où elle n'est pas une grâce et une beauté. Ce sont là, monsieur,
les vérités que vous avez comprises, celles-là et bien d'autres.»

Après quelques considérations brèves et sensées sur l'harmonie imitative
et l'harmonie figurative, l'hiatus, les diphtongues, et le choix des
mots. M. Wilhem Tenint explique et apprécié successivement les divers
rythmes employés par les poètes tant anciens que modernes, l'ode, la
ballade, le rondeau, le sonnet, le madrigal, etc. Il expose ensuite, ses
idées personnelles sur les poèmes et les romans en vers, et il termine
son livre par un chapitre intitulé _Inspiration et prosodie_. Selon lui,
l'inspiration ne doit pas raisonner, mais il faut qu'elle sache. Or, il
ne suffit pas aux jeunes poètes d'admirer pour savoir, il est nécessaire
qu'on leur démontre. C'est pourquoi il a fait cette prosodie. Médité
consciencieusement par les poètes présents et futurs, son livre aura
certainement pour résultat d'_écraser dans leur oeuf_, où ils sont tout
prêts à célébrer, une foule innombrable de ces mauvais vers qui
pullulent avec tant d'audace depuis quelques années. Que l'école moderne
soit dans la pratique ce que M. Wilhem Tenint nous la représente et lui
conseille d'être en théorie, et elle aura bientôt rallié à elle tout ce
qui est noble, généreux, jeune, vivant, grand, honnête et droit.


_Histoire des villes de France_, avec une introduction générale pour
chaque province, chroniques, traditions, légendes, institutions,
coutumes, moeurs, statistiques locales; par M. Aristide Guilbert, et une
société de membres de l'Institut, de savants, de magistrats,
d'administrateurs et d'officiers généraux des armées de terre et de mer,
3 vol. grand in-8, ornés de 60 magnifiques gravures sur acier, des armes
coloriées de villes et de provinces, et d'une carte générale de la
France par provinces, 200 livraisons à 25 c.--Paris, 1844. _Fume,
Perrotin et Fournier,_ éditeurs.--(30 livraisons sont en vente.)

_L' Histoire des villes de France_ que publié M. Aristide Guilbert n'est
point une de ces spéculations plus ou moins honnêtes à laquelle quelque
auteur connu du vulgaire cousent, moyennant une certaine somme, à prêter
le secours de son nom, et qui doivent peut-être un demi succès d'argent
aux annonces et aux réclames payées des éditeurs et à l'ingénuité
trompée des souscripteurs. C'est un livre sérieux, consciencieusement
rédigé par des écrivains du premier ordre, médité et préparé depuis
plusieurs années. Les livraisons que nous avons sous les yeux justifient
toute les espérances qu'avait fait concevoir l'idée mère et le titre de
cette importante publication. Le premier volume comprendra la Bretagne,
la Touraine, la Picardie, les trois évêchés, la Champagne, le Limousin
et l'Auvergne. Les trente livraisons publiées contiennent déjà les
histoires particulières de Saint-Malo, Saint-Servan, Dinan, Ploërmel,
Josselin, Montfort, la Caune, Dol, Saint Brieuc, Trégnier, Morlaix,
Lannion, Guingamp, Saint-Pol-de-Leon, Brest, Kemper, Châteaulin,
Kemperle, Carhaix Vannes, Pontivy, Lorient. Nantes, etc. La découverte
récente de documents du plus grand intérêt détermine M. Aristide
Guilbert à ajourner la publication de l'introduction générale de la
Bretagne et celle de l'histoire de la ville de Rennes.

Dès que le premier volume sera terminé, nous reparlerons de cet ouvrage,
si digne sous tous les rapports de nos éloges et de nos encouragements.
Les éditeurs tiendront, nous en sommes sûr, les promesses de leur
prospectus.

C'est, disent-ils, la biographie universelle des villes de France, c'est
un ouvrage entièrement nouveau, et ne ressemblant à rien de ce qui s'est
fait ni de ce qui se fait aujourd'hui que nous entreprenons de publier.
Jusqu'à présent, on a tout sacrifié au besoin de faire ressortir les
annales générales du pays; nous voulons, au contraire, nous,
décentraliser et décomposer l'histoire, pour rendre à chaque ville sa
part de travail dans l'action commune, son individualité propre et ses
titres personnels d'illustration.

«Pour point de départ nous prendrons la municipalité, parce qu'elle a
donné à nos villes cette force d'association et d'unité qui les soutient
depuis son établissement; pour cadre littéraire l'ancienne division
territoriale de la France, parce que nous voulons joindre à nos
biographies locales une introduction historique sur les diverses
provinces auxquelles elles se rapportent. La galerie biographique des
villes de France, telle que nous la comprenons, sera un livre aux mille
faces, aux mille reflets, aux mille échos. Là, à chaque page, la gravité
et la sévérité de l'histoire seront tempérées par la causerie familière
et intime de la chronique; là, la vie publique des hommes célèbres,
considérée dans ses rapports avec chaque localité, prêtera aux annales
de la cité le charme et l'intérêt d'une influence et d'une intervention
morale, qui ont presque toujours échappé à l'investigation des
historiens; là, la tradition et la légende, ces deux grandes sources de
la poésie nationale, répandront tout le charme, tout le piquant de la
fiction et du roman; là, enfin, la description locale déroulera ses
innombrables et pittoresques tableaux, c'est-à-dire tout un monde du
sites enchantés, de monuments, de palais, de donjons fameux, de
citadelles, de châteaux féodaux, d'églises, de cathédrales gothiques,
d'abbayes, de couvents et de ruines. Devant nous se dévoileront
successivement toutes les scènes, tout les faits, tous les événements,
tous les actes qui, pendant des siècles, ont rempli, étonné, ému,
passionné nos villes, nos églises, nos camps, nos châteaux, nos
assemblées nationales, nos parlements, nos cours de justice: entreprises
héroïques, sièges, batailles, faits d'armes, tournois, combats
singuliers, troubles civils, conspirations, luttes des pouvoirs,
révolutions, belles actions, crimes, causes célèbres, jugements de Dieu,
catastrophe et expiations sanglantes.»


_Enseignement élémentaire universel ou Encyclopédie de la Jeunesse_,
ouvrage également utile aux jeunes gens, aux mères de famille, à toutes
les personnes qui s'occupent d'éducation et aux gens du monde; par MM.
Andrieux de Brioude, docteur en médecine; Louis Baudet, ancien
professeur au collège Stanislas, et une société savants et de
littérateurs. Un seul volume format du _Million de Faits_, imprimé en
caractères très lisibles, contenant la matière de six volumes
ordinaires, et, enrichi de 400 petites gravures servant d'explication au
texte. Prix, broché 10 fr.; élégamment cartonné à l'anglaise, 11 fr. 50
c. Paris, _J. J. Dubochet et comp._, rue de Seine, 33.

De toutes les tentatives faites jusqu'à ce jour pour réunir en un seul
volume d'un format commode et d'un prix aussi bas que possible une
encyclopédie élémentaire, celle que nous annonçons aujourd'hui est sans
contredit la plus complète et la plus heureuse. _L'Enseignement
élémentaire et universel_, mis en vente cette semaine par la librairie
Dubochet, l'emporte de beaucoup, sous le double rapport de la conception
et de l'exécution, sur les autres ouvrages de ce genre. Il contient une
série raisonnée de traités distinct sur chacune des branches des
connaissances humaines, rédigés avec autant de conscience que de talent
par des écrivains éprouvé dans la science et dans l'enseignement.
Quoique le propre d'un bon livre soit de convenir sans exception à
toutes sortes de lecteurs, les auteurs ont eu particulièrement en vue,
dans l'_Enseignement élémentaire et universel_, l'instruction de la
jeunesse. Sans amoindrir la sphère de la science et sans en rapetisser
le langage, ils ont pris à tâche d'être encore plus simples et plus
clairs que pour d'autres. C'est ainsi seulement qu'ils conçoivent la
possibilité d'être à la fois précis et instructifs dans les choses
sérieuses. Définir d'abord chaque science, la circonscrire dans ses
véritable limites et en marquer les divisions générales, de façon qu'on
en aperçoive du premier regard l'ensemble et les différentes
ramifications; puis en développer la matière ou la théorie dans ce
qu'elle a d'essentiel et de fondamental; enfin, donner des indications
ou des conseils sur le meilleurs procédés scientifiques, sur les
sources, sur les principaux ouvrages à lire ou consulter, telle est la
méthode qu'ils ont suivie uniformément dans chaque traité.

Un ouvrage de ce genre ne s'analyse pas, il s'annonce, il donne son
programme; il interroge ceux auxquels il a pensé en le composant, et
leur dit: Avez-vous quelque chose à apprendre ou à faire apprendre à
ceux qui dépendent de vous sur les matières suivantes?

1º Grammaire, langue française, littérature, rhétorique, poésie,
éloquence, philologie;

2º Arithmétique, algèbre, géométrie et arpentage, mécanique, physique,
chimie, récréations scientifiques, astronomie, météorologie;

3º Histoire naturelle ou générale, géologie et minéralogie, botanique,
zoologie, anatomie et physiologie, hygiène; médecine et chirurgie;

4º Géographie, histoire, biographie, archéologie, numismatique, blason;

5º Religion, philosophie, mythologie, sciences occultes;

6º Législation, du gouvernement et de ses formes, industrie et économie
politique, agriculture et horticulture, art militaire, marine,
imprimerie;

7º Musique, dessin, peinture, sculpture, gravure et lithographie,
architecture;

8° Éducation, réflexions sur le choix d'un état.



[Illustration: Allégorie du mois de Juin.--L'Écrevisse.]



Théâtre de la Porte-St-Martin.

Le théâtre de la Porte-Saint-Martin nous convie à des prodiges; or, pour
faire des prodiges, il faut des sorciers, et, ces sorciers, le théâtre
Saint-Martin les a trouvés dans MM. Risley père et fils.

M. Risley est Américain; il nous arrive de New-York. C'est un homme de
haute taille, aux membres d'Hercule, le tout accompagné de la
physionomie la plus simple et la plus tranquille du monde; outre sa
personne, M. Risley nous offre ses deux fils: l'un âgé de six à sept
ans, l'autre de dix. M. Risley et ses deux fils sont des jongleurs, des
sauteurs, des équilibristes, des faiseurs de tours et de cabrioles comme
on n'en a jamais vu.

[Illustration: Le Songe d'une Nuit d'Été.--Exercices exécutés par M.
Risley et ses jeunes fils, John et Henry.]

MM. Risley père et fils travaillent ensemble. Le père se couche sur le
dos, et les deux fils viennent exécuter intrépidement avec le père, sur
la paume de ses mains, sur la plante de ses pieds paternels, des
merveilles de force, de grâce, d'audace et d'équilibre. Vous savez ce
que c'est qu'un jongleur; il n'est pas que votre mère ou votre nourrice
ne vous en ait donné l'étonnante récréation; le jongleur donc joue avec
des balles, avec des assiettes, avec des couteaux, avec des sabres; il
les prend, il les jette, il les lance en l'air, les mêle et les démêle,
au bout de ses doigts, à la pointe de ses pieds. Eh bien! ce que le
jongleur a fait jusqu'ici avec des choses en bois, en fer, en écaille,
en porcelaine, en coton, M. Risley le fait avec ses deux fils, qui sont
de chair, de sang et d'os; il les reçoit et il les renvoie comme deux
balles élastiques; et ceux-ci de cabrioler, de faire sur eux-mêmes de
doubles et triples culbutes, et de revenir à l'assaut plus lestes et
plus pimpants, et de continuer avec le plus charmant aplomb du monde une
série de tours de force aussi variés que prestes et audacieux.

On ne sait ce qu'on doit admirer le plus ou de la force musculaire et du
sang-froid du père ou du sang-froid et de la grâce des enfants.
Figurez-vous deux petits bonshommes blonds, souriants, allègres,
intrépides, lestes comme des cabris, hardis et souples comme des lions,
ravissants, étonnants, adorables des pieds à la tête.



_A monsieur le rédacteur de_ l'Illustration.

Vous avez publié dans le nº 64 de votre journal un article relatif à la
cession de la propriété pour l'Allemagne de l'_Histoire du Consulat et
de l'Empire_, par M. Thiers. Ce qui est dit dans cet article des
combinaisons légales au moyen desquelles la propriété littéraire d'un
ouvrage publié à l'étranger peut être reconnue en Prusse, et, par suite,
dans toute l'Allemagne, a un peu étonné les éditeurs, les libraires et
même les jurisconsultes de ce pays. Il n'existe en Prusse aucune loi qui
puisse littéralement venir au secours de votre théorie, et, quant à la
jurisprudence, il n'y aurait aucune sûreté à l'interroger sur cette
question, qui est encore toute neuve dans nos tribunaux. La seule loi
qui implique véritablement le droit de propriété, en Allemagne, d'un
ouvrage étranger, est la loi saxonne; elle l'implique à certaines
conditions telles, par exemple, que 1º la cession directe faite par
l'auteur étranger à l'éditeur établi en Saxe; 2° l'obligation d'imprimer
l'ouvrage dans ce royaume.

C'est en vue de profiter du bénéfice de cette loi que je viens de me
rendre acquéreur pour l'Allemagne du droit exclusif de publier
l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_, par M. Thiers. Cet ouvrage sera
publié par ma librairie à Leipsig en même temps que l'édition de Paris.
La maison de Berlin dont vous avez parlé aura probablement douté de son
droit et rompu le projet de traité convenu entre elle et les éditeurs
français, puisqu'il m'a été possible de me rendre acquéreur de la
propriété que vous aviez annoncé lui avoir été transférée.

Agréez, etc.

J.-P. MELINE,

Éditeur-libraire à Leipsig.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Qui à chacun doit est en maint souci.


[Illustration: Nouveau rébus]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0069, 22 Juin 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home