Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1597, 4 octobre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1597, 4 octobre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

31e Année.--VOL. LXII.--N° 1597
SAMEDI 4 OCTOBRE 1873

[Illustration.]

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

Nous appelons l'attention de nos lecteurs sur le magnifique _Supplément_
qui accompagne le présent numéro. Notre VUE PANORAMIQUE DE METZ ET DE
SES ENVIRONS permettra de suivre, pour ainsi dire comme sur le terrain
même, toutes les opérations stratégiques dont l'examen va se poursuivre
devant le conseil de guerre chargé de juger le maréchal Bazaine.--Nous
avons tenu à publier dès la veille de l'ouverture des débats cet
important document, qui donnera une idée de la manière dont
l'_Illustration_ enregistrera toutes les péripéties de ce procès
mémorable.

[Illustration: LA CHAMBRE DU MARÉCHAL BAZAINE, A TRIANON.]



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris, par M. Philibert
Audebrand.--Un drame dans le désert.--Les Théâtres.--L'esprit de Parti
(suite).--Nos gravures.--Bulletin bibliographique.

_Gravures_: La chambre du maréchal Bazaine, à Trianon.--Bazaine.--Voyage
de Victor-Emmanuel en Allemagne: promenade de Leurs Majestés le roi
d'Italie et l'empereur d'Autriche sur le lac de Laxenburg.--Exposition
des prix et envois de Rome à l'École des Beaux-Arts (2 gravures),--Vue
panoramique de Metz.--Souvenirs de captivité: l'évasion.--Nuka-Hiva: le
chef de la baie de Thehetchagor;--La rivière, de la baie de
Thehetchagor.--Exposition universelle de Vienne: vue des quatre façades
de l'exposition de MM. Christofle et Comp. (côté sud).--Evénements
d'Espagne: entrée des carlistes à Tortella.--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE


FRANCE

Ou est toujours sans renseignements précis sur l'état des négociations
fusionnistes. La mission de MM. de Suguy et Merveilleux-Duvignaux à
Froshdorf ne paraît pas avoir eu tous les résultats que la dépêche du
_Times_, mentionnée dans notre dernier bulletin, pouvait lui faire
attribuer, ou du moins rien de positif n'a transpiré sur les résolutions
prises par le comité légitimiste dont font partie les deux honorables
députés.

Plusieurs journaux bien placés pour être exactement renseignés assurent
même que MM. de Suguy et Duvignaux n'avaient reçu aucune délégation et
n'étaient porteurs d'aucun programme, qu'ils n'ont été faire à Froshdorf
qu'un échange d'impressions et d'opinions. Faut-il attribuer toute cette
obscurité à un parti pris de discrétion jusqu'au jour décisif de
l'action ou bien à un embarras inavoué venant de ce qu'en réalité les
difficultés pendantes ne sont pas encore résolues? En attendant
l'explication de ce mystère, un journal de Montpellier, l'_Union
nationale_, a livré à la publicité une lettre écrite par M. le comte de
Chambord à M. le vicomte de Rodez-Bénévent, député de l'Hérault, et qui
est ainsi conçue:

«Froshdorf, le 19 septembre 1873.

«Le sentiment qu'on éprouve, mon cher vicomte, en lisant les détails que
vous me donnez sur la propagande révolutionnaire dans votre province,
est un sentiment de tristesse; on ne saurait descendre plus bas pour
trouver des armes contre nous, et rien n'est moins digne de l'esprit
français.

«En être réduit en 1873 à évoquer le fantôme de la dîme, des droits
féodaux, de l'intolérance religieuse, de la persécution contre nos
frères séparés; que vous dirais-je encore? de la guerre follement
entreprise dans des conditions impossibles, du gouvernement des prêtres,
de la prédominance de classes privilégiées! Vous avouerez qu'on ne peut
pas répondre sérieusement à des choses si peu sérieuses. A quels
mensonges la mauvaise foi n'a-t-elle pas recours lorsqu'il s'agit
d'exploiter la crédulité publique? Je sais bien qu'il n'est pas toujours
facile, en face de ces indignes manoeuvres, de conserver son sang-froid;
mais comptez sur le bon sens de vos intelligentes populations pour faire
justice de pareilles sottises. Appliquez-vous surtout à faire appel au
dévouement de tous les honnêtes gens sur le terrain de la reconstitution
sociale. Vous savez que je ne suis point un parti, et que je ne veux pas
revenir pour régner par un parti: j'ai besoin du concours de tous, et
tous ont besoin de moi.

«Quant à la réconciliation si loyalement accomplie dans la maison de
France, dites à ceux qui cherchent à dénaturer ce grand acte que tout ce
qui s'est fait le 5 août a été bien fait, dans l'unique but de rendre à
la France son rang, et dans les plus chers intérêts de sa prospérité, de
sa gloire et de sa grandeur.

«Comptez, mon cher Rodez, sur toute ma gratitude et ma constante
affection.

«Henri.»

Cette lettre ne contient, on le voit, que des réponses assez vagues aux
griefs les plus exagérés et les moins sérieux dont les tentatives de
restauration monarchique puissent être l'objet; elle ne contient aucune
déclaration précise sur les véritables difficultés de la situation,
telles que la question du drapeau et celle du pacte constitutionnel.
Quoi qu'il en soit, il y a un curieux rapprochement à faire entre sa
teneur et le texte du discours prononcé il y a quelques jours par M. le
duc de Broglie au comice agricole, de Bernay: voici comment s'exprimait
l'honorable vice-président du Conseil dans une péroraison où il
s'attache, à son tour, à répondre aux insinuations que signale la lettre
qu'on vient de lire:

«Enfin, même à l'intérieur, et dans nos discordes civiles, le
cultivateur français est le vrai soldat de l'ordre public. Ce modeste
cultivateur, maître le plus souvent de son domaine restreint, ne
reconnaissant dans l'usage de la propriété, qu'il a payée de ses sueurs,
d'autre supérieur que Dieu et la loi, intéressé ainsi plus que personne
au maintien de la paix sociale, en est le défenseur né et naturel.

«Je n'ai pas hésité à dire, l'an dernier, dans l'occasion que je
rappelais tout à l'heure, que, pour la bonne défense de la société
contre les passions qui la menacent dans l'Europe entière, je préférais
cette armée de soldats de l'ordre répandue ainsi sur tout le territoire,
même à ces grands propriétaires, comme on en voit dans des pays voisins,
qui, détenant le sol presque à eux seuls, demeurent isolés au milieu
d'une multitude indifférente à la conservation de biens dont elle n'a
pas sa part.

«Ce que j'ai dit, je le répète encore; mais laissez-moi y joindre un
avis que permettront à une vieille amitié les représentants éclairés de
cette classe agricole qui m'entendent.

«Tout cela n'est vrai qu'à une condition: c'est qu'ils sauront résister
aux conseils perfides des factions qui s'efforcent de les alarmer sur le
maintien de ces droits désormais acquis et inébranlables; c'est qu'ils
ne croient pas, comme on s'efforce dans l'ombre de le leur souffler à
l'oreille, qu'il y ait quelqu'un en France assez insensé pour rêver de
les priver du libre usage de ces droits qu'ils tiennent du labeur de
leurs pères et de toute la suite de notre histoire.

«Cela n'est pas, cela ne sera jamais: ces chimères ridicules et ces
craintes sans fondement ne sont pas dignes d'arrêter un instant le bon
sens pratique et sur de nos cultivateurs normands.

«Ils savent, ils sentent que l'état social de la France moderne, oeuvre
des siècles, est aussi indestructible que les fondements du sol qui les
porte, et qu'on ne peut pas plus s'y attaquer avec succès qu'on ne peut
altérer la qualité de l'air que nous respirons. Aucun homme, aucun parti
n'y pourrait songer.

«C'est dans l'enceinte, si j'ose ainsi parler, dans les limites de cet
état social, dont personne ne peut sortir, que vont se débattre toutes
les questions politiques que nous avons à résoudre. Nos populations le
savent, et elles attendent avec confiance, sous l'égide du loyal soldat
qui nous gouverne, les institutions que leur donnera la décision
souveraine de l'Assemblée nationale.»

Quant à la question de savoir comment se posera devant l'Assemblée le
projet de restauration et combien de voix il réunirait, on en est plus
que jamais réduit aux conjectures, malgré les affirmations des
enthousiastes, qui assurent que la majorité est sûre d'elle-même.
L'_Indépendance belge_ publiait récemment une statistique des députés
disposés à voter en faveur de la monarchie ou de la république et
classait, dans ce tableau, parmi les _incertains_, M. E. Féray, député
de Seine-et-Oise. M. E. Féray a tout aussitôt protesté avec énergie en
déclarant que son vote restait acquis au maintien de la république
conservatrice, comme le seul gouvernement capable, selon lui, de donner
à la France la sécurité à l'intérieur, sans inquiéter les puissances
étrangères. D'autre part, la communauté d'attitude entre les
républicains et le bonapartisme, parait assurée, bien qu'elle ait failli
être compromise par une démarche imprudente dont l'éclat à visiblement
embarrassé les organes de ce dernier parti. Nous voulons parler de la
lettre écrite par le prince Napoléon au rédacteur en chef d'un journal
radical, l'_Avenir national_, en réponse à une sorte de manifeste publié
par ce journal et tendant à réunir en un seul faisceau, sous le drapeau
tricolore, tous les partis ayant pris leur origine dans la Révolution
française, dans le but de s'opposer de concert aux tentatives des
royalistes. Le manifeste concluait en offrant au prince Napoléon la
direction de cette ligue et était suivi de l'acceptation du prince,
formulée en ces termes:

«Paris, le 26 septembre 1873.

«Messieurs,

«La franchise, l'imprévu de votre démarche me forcent à une réponse
brève; elle m'est dictée par les opinions de toute ma vie.

«En face de la gravité, de la publicité de votre lettre, je ne dois pas
garder le silence.

«Le devoir de tout citoyen, à l'heure grave où nous sommes, est de ne
pas sortir de la cité en péril comme les neutres de l'antiquité. Non, je
ne suis pas neutre et je ne déserterai pas la lutte.

«Je ne puis parler qu'en mon nom; mais comment croire que ceux dont les
coeurs vibrent au nom de Napoléon me désapprouvent!!

«L'alliance de la démocratie populaire et des Napoléons a été le but que
j'ai poursuivi dans tous les actes de ma vie politique. Soutenons notre
drapeau en face des menaces du drapeau blanc, étranger à notre France
moderne et que le prétendant ne saurait abandonner que par un compromis
et un sacrifice fait aux habiles de son parti.--Que vaudrait d'ailleurs
cette concession de la dernière heure? Le règne des Bourbons ne saurait
être que le triomphe d'une politique réactionnaire, cléricale et
antipopulaire. Le drapeau de la Révolution abrite seul depuis près d'un
siècle le génie, la gloire et les douleurs de la France; c'est lui qui
doit nous guider vers un avenir vraiment démocratique.

«Entre tous les défenseurs de la souveraineté du peuple, beaucoup
diffèrent sur les moyens de l'appliquer; mais une entente commune, à
l'heure actuelle, sur le principe même de cette souveraineté, est
nécessaire et patriotique. Nous tous, citoyens de la société moderne,
nous devons chercher à établir, par le suffrage universel, la vraie
liberté basée sur les réformes qui sont la condition du salut de la
France.

«Oui, il faut oublier les dissentiments, les attaques, les luttes, les
souffrances réciproques, les insultes même, pour affirmer le principe de
la souveraineté nationale, en dehors duquel il n'y a que dangers,
discorde et nouveaux désastres. Soyons unis pour déjouer des tentatives
funestes, et formons ainsi la Sainte-Alliance des patriotes.

«Napoléon (Jérôme).»

Désavoué avec énergie, dès le lendemain de sa publication, par les
journaux républicains de toutes les nuances, le programme de l'_Avenir
national_ n'a pas été mieux accueilli par les feuilles bonapartistes.
Toutefois, ces dernières se sont donné le temps de la réflexion, et
c'est le surlendemain seulement qu'elles ont déclaré que le prince
Napoléon devait seul être rendu responsable du «très-regrettable
scandale» causé par lui, et que si la force des circonstances obligeait
les partisans de l'appel au peuple à se séparer de la majorité du 24
mai, ce serait peut-être pour suivre une marche parallèle à celle des
républicains, mais non pour conclure avec eux une alliance qu'ils
repoussent avec horreur.



COURRIER DE PARIS

Théophile Gautier se plaignait de ce qu'on fabriquât trop de
paysagistes. «Si ça continue, disait-il, on en verra autant que de
bacheliers.» Il montrait du doigt un des travers du temps, mais sans
espérer qu'on se corrigerait. En France, on sait tout faire, excepté un
effort d'esprit poussant à contrecarrer la mode. Or, le vent est au
paysage, rien qu'à ça. Le tableau d'histoire, la marine, le portrait, le
tableau de genre, autant de spécialités qui s'envolent à tire-d'ailes.
La chose est tellement visible qu'elle n'aurait pas besoin de
démonstration.

Pour aider encore à ce mouvement, Troyon, avant de mourir, où sa vieille
bonne femme de mère, depuis sa mort, je ne sais lequel, a songé à
laisser par testament un prix de douze cents francs pour un concours
annuel, une manière d'élever des paysagistes à la brochette. Aux termes
de l'acte, les concurrents doivent être âgés de moins de trente ans.
Excellente clause. Prenez-les au moment où ils viennent de rompre leurs
lisières; qu'ils soient donc jeunes le plus possible, ce sera pour le
mieux. Il n'y a rien de tel que des yeux de vingt ans pour étudier la
nature dans l'éclosion de son éternelle jeunesse. Mais pourquoi avoir
voulu que le programme du concours fût expressément réglé par
l'Institut. Est-ce que l'Institut voit clair?

«Un étang, dans une vallée boisée, après l'orage. Animaux au choix.» Tel
est le programme Troyon pour 1873. Ces drôles de maîtres du quai Gonti
ont voulu mettre de tout dans cette petite affaire; c'est une malignité
de vieillards. Un bouquet d'arbres et un ciel du matin ou du soir
auraient suffi. Non, il a fallu une espèce d'assiette assortie, une
mosaïque des champs, une julienne. Mais ils ont été compris tout de
même. Vingt-neuf élèves ont donc envoyé au palais des Beaux-Arts chacun
un étang, une vallée, un bois et un orage. Ceux-là ont ajouté des
moutons, ceux-là des boeufs couchés dans l'herbe. Une chose étonne,
c'est qu'il n'y en ait eu que vingt-neuf et pas cent et même cent
cinquante.

Il va sans dire que plus d'une de ces pages donne des promesses de
talent. Toutefois disons que la formule de l'Institut: _Animaux au
choix_, a quelque peu égaré l'imagination des concurrents. Ainsi il en
est un que je ne veux pas indiquer autrement qui, s'étant proposé de
faire une flottille de canards barbotant dans l'eau, nous montre trois
de ces volatiles portant des lunettes bleues. Un de nos confrères en
chronique, se trouvant là, nous disait: «Comment ces messieurs de
l'Institut n'ont-ils pas pris cela pour une personnalité?»

Samedi dernier, à l'hôtel des Commissaires-Priseurs, on a mis en vente
ce qui restait du mobilier d'Henri Rochefort. Si effacée que soit
aujourd'hui la personnalité naguère encore si bruyante de l'auteur de la
_Lanterne_, on se rappelle pourtant qu'il a été un des plus intrépides
amateurs du bric-à-brac. Tout l'or qui sortait de son écritoire s'en
allait en fantaisies d'art ou en antiquailles. C'est ce qui explique
comment il ne lui est presque rien resté des grosses sommes que lui a
rapportées le débit de son pamphlet. Le triste drame de la Commune fini
de la manière que vous savez, lui parti pour Nouméa, il a fallu se
défaire des bibelots que cet autre Masaniello avait accumulés chez lui.
Une première journée, tambourinée avec soin à travers la ville, suivant
l'usage, a amené les acheteurs par centaines. Pour la vente de samedi,
ça été autre chose. On n'avait fait la dépense d'aucune affiche. C'était
tout ce qu'il vous plaira d'imaginer d'étouffé: une vente à huis clos ou
encore un feu d'artifice tiré au fond d'une cave.

Il en est résulté qu'il ne se trouvait devant le bâton du
commissaire-priseur que peu d'acheteurs, des pingres, un groupe de ces
Auvergnats aux doigts crochus qui font métier de s'enrichir avec les
épaves du monde élégant ou des artistes. Ils étaient donc là une
trentaine au plus, hommes et femmes, tous crasseux, tous pelotonnés près
du butin. Pendant la vente, ils échangeaient entre eux l'argot de la rue
de Lappe, une grammaire qui sent les vieux chiffons et la vieille
ferraille. En fin de compte, ils se sont partagé à vil prix ce restant
du luxe d'un jour, car, il faut le répéter, par suite du silence des
affiches ou parce que le vrai monde de la rue Drouot est encore hors des
murs, on ne voyait par là pas un seul amateur.

Les amis d'Henri Rochefort lui connaissaient une terre cuite d'un style
fort original, le _Don Quichotte_ de Lepère. Ce morceau a été adjugé 63
francs. Tout près de cette figurine, on voyait un chef-d'oeuvre en
bronze, une _Diane de Poitiers_, de Pradier, étude historique qui vaudra
100,000 francs dans vingt ans. Adjugée pour 62 francs, la _Diane_ de
Pradier!

--Choichante-deux francs, cha n'est pas trop cher_, disait l'acquéreur
avec un gros rire, _mais par chuite de la guerre, on a doublé les
droits, chongez-y!_

Est venu le tour d'une jolie commode Louis XV, vrai meuble de petite
maîtresse ou de gommeuse à la mode, si vous voulez. En raison de sa
naissance et de ses fréquentations, Henri Rochefort avait des goûts
d'aristocrate. Ces hommes et ces femmes de la Charabie pétrée qui
guettaient leur proie aimaient bien mieux pousser les enchères pour la
commode que pour les statuettes. Le meuble a fait 300 francs. Il valait
mille francs, au bas mot, vu les jours de rigidité Spartiate où nous
sommes; en d'autres temps, quinze cents francs ne l'eussent pas payé
trop cher.

La même observation peut être faite pour un bahut en bois de rose, 200
francs, d'abord; puis pour quatre chaises en tapisserie ancienne et pour
un fauteuil, 288 francs.--Ce fauteuil, nos gracieux Auvergnats
l'essayaient; ils s'asseyaient entre ses bras les uns après les autres;
ils le touchaient; ils avaient l'air de l'ausculter.--Ce lot, à une
époque, avait coûté douze cents francs.--Tout cela n'était encore qu'une
sorte de préface. Ce qui passait pour avoir le plus de prix, c'était le
lit du transporté, une merveille, en effet. Ce lit, en bois de fer,
style François 1er, et qui avait coûté deux mille francs, n'a pu se
vendre que 461 francs, et 500 francs avec les rideaux de soie rouge.
Bref, le produit n'a pas dépassé la somme de cinq mille francs. Bonne
journée pour les Auvergnats.

Une lettre encadrée de noir nous a appris, il y a quelques jours, la
mort fort inattendue d'une jeune personne de vingt ans; Mlle Stéphanie
Proudhon a succombé, à Passy, à une maladie de poitrine. Trois cents
amis du publiciste ont entouré ce cercueil, le jour des obsèques, et
j'ai eu le regret très-vif de ne pouvoir me mêler à eux.--P. L. Proudhon
a eu quatre filles; trois ont cessé de vivre. Une seule demeure,
très-vive, à la vérité, ayant toutes les apparences de la santé. J'ai
nommé Mlle Catherine Proudhon, celle qui, étant enfant, servait déjà de
secrétaire intime à son père.

Peut-être se rappelle-t-on que, pendant la maladie qui l'a emporté,
Sainte-Beuve a préparé un volume, très-remarquable, sur le brillant et
terrible auteur des _Confessions d'un Révolutionnaire_. Pour faire un
pendant à ces révélations sur son père, Mlle Catherine Proudhon, aidée
de sa mère et de quelques amis, rassemble à grand'peine les lettres si
nombreuses et si originales qui composeront la Correspondance de
l'ancien imprimeur de Besançon. Nul ne se sera autant prodigué que cet
homme dont on a tant parlé et qu'on connaît si peu. J'ai voulu donner
moi-même une preuve de sa facilité à écrire des lettres en publiant une
petite plaquette sous ce titre: _P. J. Proudhon et l'Écuyère de
l'Hippodrome_. Il existe assurément, à travers le monde, mille ou douze
cents lettres de cet écrivain, toujours clair comme Voltaire, toujours
paradoxal comme Denis Diderot, toujours instructif comme H. de Balzac.

Parmi ceux auxquels P. J. Proudhon a le plus écrit, on cite plus d'un
personnage. Il y a d'abord eu Napoléon III, à qui l'auteur de _La
Révolution démontrée par le 2 décembre_ a dû s'adresser deux fois pour
faire lever la prohibition qui pesait sur son livre. Il a aussi écrit
plusieurs fois au prince Napoléon Jérôme. Les intimes tels que MM.
Darimon, Charles-Edmond, Georges Duchêne et le colonel Langlois ont, de
même que les frères Garnier, de quoi faire un volume; le pauvre Gustave
Chaudey, le même qui a été assassiné par les hommes de la Commune,
n'avait pas moins de cent cinquante lettres. Il y en a aussi de fort
remarquables entre les mains de M. Charles Beslay, ce vieillard,
aujourd'hui proscrit, qui après la révolution du 18 mars, a préservé de
l'incendie la Banque de France, ses titres et ses trésors.

Les plus intéressantes, les plus familières, celles dans lesquelles le
paysan de la Franche-Comté exprime peut-être le plus et le mieux ce
qu'il veut dire, ont été écrites à M. Auguste-Abraham Rolland, ancien
représentant de Saône-et-Loire, le spirituel traducteur de la
correspondance de la princesse Palatine. Il m'a été donné de prendre
connaissance de ces confidences; ce sont de véritables _Mémoires
intimes_, comparables, par exemple, aux lettres de Diderot à Mlle
Roland. Dans ces épîtres, écrites sans aucun apprêt, P. J. Proudhon fait
défiler à peu près tous les contemporains sous ses yeux. Dieu sait tout
ce qu'il y a de malice et de vérité dans les mille et un petits
portraits à main courante qu'il trace là-dedans!

Parmi ces lettres, il en est une, fort étendue, qui produit plus
d'impression encore que les autres. Elle a trait à un fait qui s'est
passé dans la famille même de l'auteur. La chose est doublement curieuse
par les contrastes et par les rapprochements qu'elle fournit. Ce qui se
passe en ce moment même lui donne, ce me semble, un très-grand attrait
d'actualité. En 1850, par suite de la publication d'un article de
journal, P. J. Proudhon était enfermé à Sainte-Pélagie. Il épousa alors
dans sa prison Mlle Piégard, fille d'un ancien héraut d'armes de la cour
du roi Charles X. Ce dernier, fort excellent homme, légitimiste sincère,
mais s'occupant peu de politique, recevait une modique pension de
l'ancienne liste civile (je parle, bien entendu, de la liste civile des
Bourbons de la branche aînée). Un moment vint où les ressources de ce
réservoir manquant, ce vétéran du palais des Tuileries dut avoir recours
à la cassette du comte de Chambord pour vivre. En une telle extrémité,
il pria son gendre de lui servir de secrétaire, et, en effet, P. J.
Proudhon rédigea pour lui la supplique, qui fut envoyée à Froshdorf. Un
peu plus tard, le brouillon de cette pièce, de la main de P. J.
Proudhon, fut trouvé, et républicains et royalistes à l'envi accusèrent
le publiciste d'entretenir des intelligences avec Henri V. C'est pour
repousser cette supposition que le publiciste a écrit la lettre si
éloquente à laquelle je fais allusion et dont voici un fragment:

«Cher ami, mon beau-père a été, pendant quarante années, le serviteur
des Bourbons.

«Vieux, infirme, n'ayant pas de pain, il a cru devoir s'adresser au
prince dont il a servi les aïeux. N'est-ce pas une règle d'agir ainsi?

Mais, au moment de faire sa demande, le vieux Piégard a vu que sa main
débile, presque paralysée, n'avait plus la force de tenir une plume, et
il a naturellement demandé à moi, son gendre, de rédiger sa demande. Il
a dicté, j'ai écrit. Il envoyait un placet au comte de Chambord.
Ecrivant pour lui, j'ai fait le travail graphique. Voilà tout mon
crime.»

Ce n'est là, je le répète, qu'un démembrement fort décousu et incolore.
Toute cette protestation est d'un beau mouvement et d'un grand
style.--On espère que ce morceau et mille autres feront partie de la
_Correspondance_ dont s'occupe la dernière des Filles de l'auteur,
_Correspondance_ à laquelle, je le répète, le livre posthume de
Sainte-Beuve a si bien servi de prélude.

Nous sommes en pleine chasse tout le long du pays.

A ce sujet, il court beaucoup de racontars.

En voici un que nous avons entendu débiter par un Nemrod qui arrive de
Normandie.

Du côté de Bayeux, un villageois avait promis à son curé de lui envoyer
un lièvre, le jour même de l'ouverture de la chasse.

A une semaine de là, le bon curé rencontre le rustre:

--Eh bien, mon garçon, lui dit-il, et ce lièvre?

--Comment, moussieu le curai, est-ce que vo ne l'avais poin encore?

--Non.

--Ah! mais, je n'en reviens point.

--Comment cela?

--Pardine, aussitôt que j'l'ai vu pas bien loin de nout' farme, j'y ai
dit: «Va-t-en vite chez moussieu l'curai.» Et i n'y a point étai,
l'grigou? C'est point bien d'sa part, savais-vous!

Le narrateur ajoutait:

--Le bon curé rit encore aux larmes en racontant cette pyramidale
naïveté de son paroissien.

Quant à nous, nous pensons que le narrateur et le curé sont encore bons
enfants s'ils croient que les paysans d'aujourd'hui ont cette
naïveté-là.

Il n'y a pas eu de prix pour le concours Troyon.--Tout le monde s'y
attendait bien.

Philibert Audebrand.



[Illustration: BAZAINE. D'après la photographie de M. Maunoury.]

[Illustration: VOYAGE DE VICTOR-EMMANUEL EN ALLEMAGNE.--Promenade de
Leurs Majestés le roi d'Italie et l'empereur d'Autriche sur le lac de
Laxenburg.]



UN DRAME DANS LE DÉSERT

Vous ne connaissez pas l'Amérique! Voilà ce que ne cessent de nous
répéter sur tous les tous les Américains que nous fait rencontrer le
hasard de l'existence parisienne. Vainement prouvons-nous que nous avons
lu avec fruit les livres de Tocqueville et d'Ampère. Le premier est
vieux, et n'était pas absolument vrai, même quand il a paru. Quant au
second, utile au voyageur qui veut se borner à parcourir certaines
villes privilégiées, en formation ou en décadence, il n'apprend rien sur
la vie générale telle qu'on la comprend et qu'on la pratique, sur les
moeurs, le caractère, et ce qui peut constituer le présent et l'avenir
de la sociabilité d'un peuple.

On ne sort pas de là. Si vous insistez, vous ne tarderez pas à être
écrasé sous une avalanche d'anecdotes et de faits particuliers qui
démoliront pièce à pièce toutes les notions que vous aviez péniblement
classées dans votre esprit. C'est ce qui m'est arrivé, et voilà pourquoi
j'avertis le lecteur au moment de conter un drame américain.

Les tribus indiennes, si bien décrites par Chateaubriand, subsistent
encore sur quelques points de l'immense territoire que peuplent et
civilisent les continuateurs de Washington. Mais chaque jour voit
diminuer leur importance. De beaucoup, il ne reste plus que le nom.
Quelques autres sont réduites à un tel petit nombre d'individus qu'ils
ne valent même pas la peine d'être domptés. Le wisky en a eu raison bien
mieux encore que la poudre de guerre. C'est en vain que certains chefs
intrépides protestent contre cette destruction qui s'attaque à l'homme
adulte et par conséquent s'oppose à la reproduction et à la propagation
de l'espèce. Tout au plus parviennent-ils à se montrer dignes de leurs
ancêtres et à nous faire voir ce qu'étaient les Indiens d'autrefois.

Tel était Maha, un des plus illustres des Chérokées, au moment où l'on
conçut l'idée de relier par un chemin de fer New-York à San-Francisco et
à l'Océan Pacifique. Les exploits de guerre et de chasse de Maha étaient
célèbres dans toutes les prairies, et on ne prononçait qu'avec respect
le nom de l'Oiseau-Moqueur, ainsi que l'avaient surnommé ses
compatriotes. Il ne vit pas d'un bon oeil l'entreprise nouvelle. On
l'entendit souvent proférer des menaces contre ces empiètements qui
venaient troubler la tranquillité des solitudes et rendre plus pénible
encore l'existence précaire des Indiens. Quand ils n'étaient pas en
nombre, les travailleurs étaient, souvent interrompus par une irruption
soudaine et une attaque à main armée. On ne saura jamais le nombre exact
de ceux qui ont payé de leur vie ce rôle de pionniers de la civilisation
que nous admirons de loin. On a pu dire sans exagération que, dans
certaines solitudes, chaque traverse avait été arrosée du sang d'un
homme. La civilisation qui veut marcher à grandes guides ne s'arrête pas
pour si peu.

Maha n'en vit pas moins s'établir le chemin de fer du Pacifique, et les
wagons roulèrent de New-York à San-Francisco, et réciproquement,
emportant marchandises et voyageurs. Il en conçut un ressentiment
profond. Il ne comprenait rien à cet ouragan de feu qui bravait son
intrépidité. Mais il lui avait voué une haine farouche, une de ces
haines de sauvage qui est à peine satisfaite par la mort. Il fallait que
Maha eut raison de son ennemi ou qu'il périt.

Il résulta de cette résolution prise, une série d'embuscades plus ou
moins ingénieuses et des accidents de toute sorte dans le détail
desquels nous n'entrerons point. Les déraillements ne comptent guère
dans l'existence américaine. Toutes les routes en ce pays sc ressentent
plus ou moins de la précipitation avec laquelle elles sont construites.
Pourvu qu'elles conduisent au but, peu importe si elles n'offrant pas au
voyageur toutes les garanties qu'on rencontre sur nos belles et grandes
routes d'Europe. Sous ce rapport, le chemin du Pacifique ne pouvait
faire exception à la règle nationale. Les accidents préparés et imaginés
par Maha et les Peaux-Rouges qu'il commandait ne produisirent pas plus
d'effet qu'ils n'en auraient produit dans les environs de Baltimore et
de Boston. On fut même quelques mois à ne pas soupçonner les Indiens
d'être pour quelque chose dans les rails coupés et les traverses
enlevées. Quand on s'en aperçut, Maha reconnaissait déjà l'inutilité de
ses ruses et de ses efforts et changeait de tactique.

Avec la patience de l'Indien qui surveille toutes les habitudes de la
proie qu'il guette, Maha se mit à observer la marche des trains. Il
voulait en étudier et en surprendre le mécanisme. Car il était trop
intelligent pour n'avoir pas compris tout de suite que le monstre de feu
obéissait à une direction savante. Il devina le rôle important que
jouaient le mécanicien et le chauffeur. Et dès lors son plan fut arrêté,
un plan qui exigeait une hardiesse, une agilité, une vigueur dont les
sauvages seuls sont capables. Mais, sous ce rapport, Maha était en
fonds, il n'avait pas son pareil dans les Prairies de l'ouest.

Il ne mit personne dans sa confidence, ni parmi les anciens de sa tribu,
ni parmi ses jeunes compagnons d'aventures. Car il n'avait besoin
d'aucun secours pour mener à bien l'audacieux projet qu'il avait conçu
et profondément mûri.

Par une belle journée de juin, au moment où le soleil à son zénith
couvrait de ses feux ardents toute la plaine, Maha, que les Chérokées
appelaient l'Oiseau-Moqueur, s'embusqua donc le long des rails, dans
l'endroit le plus désert, et attendit le passage du train. Le souffle
puissant de la locomotive et les sifflets stridents ne tardèrent pas à
se faire entendre. Le convoi de San-Francisco arrivait à toute vapeur.
Pas d'autre bruit dans l'immense solitude. Le calme universel avait une
solennité qu'on n'oublie jamais quand on a été une fois dans sa vie
témoin de ce spectacle grandiose. Les animaux sauvages eux-mêmes se
reposaient dans les hautes herbes, et attendaient que le soleil eut
tempéré ses ardeurs.

Maha veillait avec confiance. Il avait examiné ses armes. Il était
certain de tenir sa vengeance.

Les premiers wagons le frôlèrent dans son embuscade. Il les laissa
passer pour mieux calculer son élan. Puis, avec une adresse qui ne
surprendra pas ceux qui ont étudié les sauvages et savent de quels tours
d'agilité ils sont capables, il sauta et se maintint sur le marchepied.
Dans les wagons, on vit passer comme un fantôme le visage richement
tatoué du chef Chérokée qui se glissait le long du convoi et arrivait
jusqu'à la locomotive. Seuls, le chauffeur et le mécanicien n'avaient
rien vu et continuaient à diriger la marche de la vapeur avec une
entière sécurité. Ils étaient en péril de mort.

L'intrépide Indien a sauté sur la machine. D'un coup de tomahawk; il
abat le chauffeur à ses pieds; d'un coup de couteau, il tue le
mécanicien. La main vengeresse est aussi rapide que l'éclair. En un clin
d'oeil les cadavres sont scalpés, et l'Oiseau-Moqueur s'élance et se
tient debout sur le tender comme un triomphateur. Il tient à la main et
brandit comme un trophée les chevelures de ses ennemis et hurle un chant
de guerre sauvage. Tous les voyageurs ont reconnu cette voix. Dans
toutes les veines court un frisson de terreur. Un marche à une mort
imminente, certaine; car le train n'a pas ralenti sa vitesse. Au
contraire, la vapeur n'étant plus contenue et dirigée déploie toute sa
vigueur. Tant que le charbon et l'eau ne feront pas défaut, on
poursuivra cette course vertigineuse.

Les stations intermédiaires sont brûlées. Pleins d'épouvante, les
aiguilleurs et les cantonniers voient passer ce train lancé avec une
vitesse insensée et ce singulier mécanicien. Chacun comprend le péril et
devine en gros ce qui est arrivé. Mais impossible de porter le moindre
secours. Il n'y faut même pas songer. On doit rester sourd aux cris de
détresse des voyageurs, dont les terribles lamentations réveillent tous
les échos des solitudes. L'Oiseau-Moqueur les entend, et il jouit de son
oeuvre. Il est heureux des larmes qu'il fait couler. Dans son coeur, il
est le plus grand des hommes, des guerriers de sa tribu. En un seul
jour; il a vengé les Peaux-Rouges de toutes les vexations, de toutes les
injustices séculaires que leur font subir les Américains.

Le drame cependant n'était pas fini. Si la situation était
singulièrement aigüe, elle allait encore le devenir davantage, par la
seule péripétie qui n'avait pu entrer dans la tête et dans les
prévoyances de l'Oiseau-Moqueur.

Comme dans tous les convois à long parcours, la société est fort mêlée
dans les wagons. Il y avait beaucoup de femmes et d'enfants. Certains
compartiments étaient même occupés par des familles entières. Quelles
tendresses déchirantes furent échangées dans ces moments suprêmes, nous
ne le dirons pas. On les devine aisément. C'est principalement devant la
mort imminente que toutes les affections du coeur se donnent libre
carrière, et l'homme civilisé est le même sous toutes les latitudes.

Parmi les passagers se trouvait un officier de la marine des États-Unis,
M. Henry Pierre, qui voyageait avec sa femme et ses deux jeunes enfants.
Ce groupe se faisait remarquer entre tous. On n'y entendait ni cris
déchirants ni malédictions. Mais les yeux laissaient échapper des larmes
silencieuses, et les mains restaient étroitement unies. Ensemble on
avait vécu; on avait été heureux, ensemble on voulait mourir. L'homme et
la femme n'avaient pas d'autre pensée. Quant aux enfants, jamais ils
n'avaient paru plus beaux, plus affectionnés à leurs parents. C'était,
réellement une famille modèle, et comme on en voit rarement en Amérique.

Le marin cependant, habitué aux luttes des grandes navigations,
cherchait dans sa tête un moyen de sortir du péril. Une étreinte plus
expressive à la main de sa femme indiqua qu'il avait trouvé. Avec une
résolution formidable, il prit un solide poignard dans son bagage
portatif, déposa un long baiser sur le front de chacun des êtres adorés,
et ouvrit la portière du wagon.

Sur le marchepied, il envoya un dernier regard à sa femme et à ses
enfants.

--C'est pour eux! dit-il simplement.

Et on le vit se glisser le long du train jusqu'à la machine. Les cris et
les lamentations avaient soudainement cessé. On avait compris qu'un
secours inespéré arrivait, qu'un homme se dévouait pour tenter le salut
de tous. Seul, sur le tender, le grand chef Chérokée n'avait pas
interrompu son chant de triomphe. Il agitait toujours les scalp du
chauffeur et du mécanicien.

Henry Pierce, son poignard à la main, a sauté sur la machine. L'Indien
l'aperçoit. Devant ce nouvel ennemi, il pousse son cri de guerre et
brandit son tomahawk. Ce n'est plus une surprise; c'est un combat corps
à corps qui s'engage, et la robuste vigueur et l'agilité de l'Américain
sont de taille à se mesurer avec celles de l'Indien. Tous les voyageurs,
penchés aux portières, essayent, de voir, et leur anxiété est facile à
comprendre. Dans les périls extrêmes, on s'accroche avec l'énergie du
désespoir à tout ce qui peut paraître une branche de salut.

L'étroit espace sur lequel se livrait la bataille n'était cependant pas
aussi favorable à l'Américain qu'à l'Oiseau-Moqueur. Les pieds du marin
avaient rencontré les cadavres du chauffeur et du mécanicien et
glissaient dans le sang. Avec son poignard, il ne pouvait atteindre son
ennemi que de très-près. L'Indien au contraire avait conservé tous ses
avantages, et son tomahawk s'abattit sur Pierce, qui tomba grièvement
blessé. En un clin d'oeil, l'Oiseau-Moqueur le scalpa, et une troisième
chevelure vint s'ajouter à celles qu'il agitait en poussant des cris
féroces de triomphe. Pour l'Indien, l'ennemi abattu était un ennemi
mort.

Il n'en était point ainsi de Pierce, heureusement. Malgré ses blessures
il vivait encore, et malgré d'atroces souffrances il conservait une
indomptable énergie. Pendant que l'Indien exhalait en vociférations
sauvages le délire de sa joie, le marin rassembla les forces qui lui
restaient, se releva brusquement, bondit, et plongea son couteau dans la
poitrine de l'Oiseau-Moqueur. Il le retourna même dans la plaie pour que
la blessure fût bien mortelle. Le cadavre du chef Chérokée tomba sur la
voie.

La mort de Maha n'était que le commencement de la délivrance. Le danger
était loin d'avoir disparu. Car le train filait toujours avec une
vitesse infernale. Aucun homme n'avait eu le courage d'imiter l'exemple
donné par Henry Pierce et de s'aventurer le long du convoi jusqu'à la
machine, il s'en fallut donc de bien peu que tout ce beau dévouement ne
fût complètement inutile. Avec une énergie qu'on ne saurait assez
admirer, Henry Pierce se traîna péniblement jusqu'à la manivelle et
renversa la vapeur.

Il était à bout de forces. A son tour il tomba sur les cadavres du
chauffeur et du mécanicien. Mais le train s'arrêta. La femme et les
enfants du brave officier de marine étaient sauvés. Les autres voyageurs
bénéficièrent du sauvetage par surcroît.

Seulement on les vit accourir avec empressement dès que toute espèce de
danger eut disparu, dès qu'on put descendre des wagons avec sécurité.
Ceux qui avaient montre l'égoïsme le plus couard ne furent pas les moins
prompts à vouloir porter des secours; il y en eut même qui avouèrent
qu'ils se hâtaient pour bien savoir ce qui s'était passé et connaître
tous les détails du drame.

Le brave Henry Pierce respirait encore; mais il n'en valait guère mieux.
C'était un homme voué à une mort certaine. Aucun secours, aucun prodige
de la thérapeutique n'aurait pu détourner ce dénouement fatal. Une
consolation suprême était pourtant réservée au grand coeur qui battait
dans cette poitrine affreusement mutilée. Pierce entendit et reconnut la
voix de ceux qu'il aimait. Il sentit leurs douces étreintes encore une
fois. Il put prendre et garder dans les siennes la main de sa femme, la
main de ses jeunes enfants. La douleur de cette famille était d'autant
plus navrante à voir qu'elle ne se trahissait pas au dehors par des cris
et des manifestations bruyantes. La mère et les enfants semblaient
craindre, par l'explosion de leurs sentiments intimes, de troubler les
derniers moments de celui qu'ils allaient perdre. Eux seuls étaient les
victimes vivantes de cette catastrophe qui a laissé une trace profonde
dans les annales du chemin de fer du Pacifique. Et eux seuls se
montrèrent dignes de cet homme courageux qui s'était volontairement
sacrifié pour le salut de tous. Henry Pierce expira deux heures après
l'arrêt du train.

Ces événements s'accomplissaient l'été dernier. Aujourd'hui c'est à
peine si, dans le vaste désert du territoire indien, on peut indiquer
avec précision le théâtre du drame.

Georges Bell.



LES THÉÂTRES


Théâtre de la Porte-Saint-Martin.--Marie Tudor.

Il existe au musée de Madrid un admirable portrait de Marie Tudor, par
Antonio Moro. Sous le bonnet, ou plutôt sous le chapeau de velours noir
relevé sur les tempes s'encadre la figure amaigrie de la reine, avec les
lèvres fines, les yeux ardents sous la paupière rougie, les pommettes
saillantes, le teint pâle de l'hydropisie, et toute la sévérité de
l'ascétisme religieux. Elle se détache froide, terrible de son cadre,
cette figure de Marie la Sanguinaire, _the bloody Mary_, comme elle se
détache de l'histoire, au milieu de ses persécutions religieuses, dans
ce fanatisme qui effraya Philippe II lui-même, son royal époux.

Pourtant c'est à cette reine, vivant d'une sorte d'exaltation pieuse
dans un Escurial anglais, qu'il a plu à l'auteur de donner un amant. A
son aise. Il me semble pourtant que s'il convient au poète de rompre en
visière avec toutes les idées reçues, il faut au moins que son oeuvre
s'empare des esprits par sa puissance, de telle sorte qu'on lui fasse
crédit de ses erreurs et qu'il ne vienne pas en pensée de les relever.
Eh bien! Marie Tudor est à coup sûr un des drames les moins heureux du
poète. Je ne m'inquiète pas de sa portée politique, je ne me demande pas
où tendent ces visées de l'auteur, qui de parti-pris traîne une reine
devant le mépris public, en lui faisant proclamer impudemment devant une
cour Fabiano Fabiani pour son amant, qui prend toute l'Angleterre à
témoin de cette honte, en lui demandant de s'associer à sa vengeance.
Qu'importe que reine elle se déshonore publiquement, que femme elle
livre à tous l'aveu de ses lâchetés, que chrétienne elle se parjure, la
main étendue sur la couronne royale et sur les saints évangiles, qu'elle
mente aux serments faits à la mémoire de son père; c'est une tête
couronnée qu'on jette au mépris de la foule, comme le poète lui a jeté
et Charles-Quint, et François Ier, et Louis XIII, et Richelieu, c'est un
système, je n'ai pas à m'en préoccuper. L'affaire est entre le public et
Victor Hugo. Moyennant quelques galanteries du poète à son peuple, ils
s'entendront bien ensemble. Mais ce qui est plus important pour moi,
simple spectateur d'une action dramatique, c'est que la pièce ne
m'intéresse pas.

Chose étrange! Le drame est rempli de terreurs par les nuits sombres aux
bords de la Tamise, par les colères terribles d'une reine, par la
présence du bourreau, par l'appareil funèbre des chapelles ardentes, des
tentures des tombeaux; il est assombri par les coups de canon, éclairé
par l'incendie des villes, et pourtant l'âme reste froide devant cet
immense déploiement de terreurs. Elle voit passer ce spectacle sans
s'émouvoir, sans se passionner. Une curiosité pourtant s'empare de vous
au milieu de tout ce récit lugubre: Comment ce puissant esprit
viendra-t-il à bout d'une telle oeuvre! car Victor Hugo est un maître
par la force et par l'audace; comment s'achèvera un tel édifice?
L'esprit est donc en éveil; quant à l'âme, je le répète, elle est bien à
son aise; cela ne la regarde pas. La raison en est simple: c'est que
Victor Hugo est théâtral et n'est pas dramatique. Il y a un grand
souffle dans le poète qui anime de sa puissante parole une action mise
en scène, qui agite au gré de son lyrisme tous les personnages; toujours
brillant, toujours sonore, avec l'appareil extérieur du génie.
Shakespeare si vous voulez, mais sans passions, le Shakespeare de la
phrase.

J'écoutais l'autre soir cette Marie Tudor; un acte tout entier se passe
à mettre en dehors la violence de la reine. Un homme aimé l'a trahie, sa
vengeance sera terrible. Il lui faut le grand jour pour l'éclairer, la
multitude pour témoin, il lui faut la menace à pleins poumons, l'insulte
sans réserve, l'insulte jusqu'à la grossièreté, le reproche avec tous
les mépris, l'humiliation, l'abaissement de l'amant, dût la dignité de
la reine tomber avec la tête du favori: «Tu te dis allié à la famille
espagnole de Pénalvar, mais ce n'est pas vrai, tu n'es qu'un mauvais
Italien, rien! moins que rien! fils d'un chaussetier du village de
Larino!--Oui, messieurs, fils d'un chaussetier! Je le savais et je ne le
disais pas, et je le cachais, et je faisais semblant de croire cet homme
quand il me parlait de sa noblesse!» Ce n'est pas assez de toutes ces
invectives, il faut que cet homme tombe à genoux devant tous, qu'on le
déshonore aux pieds du trône, que la reine le voie face à face avec le
bourreau. Et quand l'effet de cet acte sera perdu par son exagération
même, la reine se reprendra d'amour pour Fabiano Fabiani. C'est le coeur
de la femme. Racine l'avait dit tout entier dans un seul vers
d'_Hermione_:

«S'il ne meurt aujourd'hui, je puis l'aimer demain.»

Mais Victor Hugo n'a pas le génie sobre et puissant de Racine, il se
perd dans la déclamation, il frappe fort, il ne frappe pas juste, si
bien que ce personnage de _Marie Tudor_, renouvelé d'_Hermione_, nous
laisse absolument froids, par cela seul qu'en l'exagérant le poète l'a
rendu faux dans le vrai.

Voilà pourquoi ce drame de _Marie Tudor_ a eu si peu de succès à son
début et pourquoi le public d'aujourd'hui ne me semble pas disposé à
casser le jugement du passé. A défaut de Marie Tudor, les personnages
qui gravitent autour de la reine ont-ils du moins un intérêt? Aucun, ce
n'est pas à coup sûr Fabiano Fabiani qui m'attache. Ce que la reine en
dit me dégoûterait complètement de ce gentilhomme, fils d'un chaussetier
du village de Larino. Jane est une fille perdue que son repentir et son
amour tardif pour Gilbert ne rachète guère; quant à Gilbert, cet homme
qui ment pour la reine quand elle en a besoin, le droit de sa vengeance
ne le justifie pas de toutes ces lâchetés. Tout cela compose donc un
ensemble de gredins peu sympathiques, et je ne m'étonne donc plus de
l'accueil que le public fit, il y a quelque quarante ans, à _Marie
Tudor._

La pièce devait être merveilleusement jouée en cette année 1833, où elle
parut pour la première fois. Je vois sur la liste des acteurs les noms
de Mlle Georges, de Lockroy, de Chilly, de Provost. Il y a là de grands
souvenirs; mais il ne faut pas que ce passé nous rende injustes, et j'ai
applaudi pour ma part, et très-chaleureusement, aux interprètes
d'aujourd'hui. J'ai trouvé dans Mme Marie Laurent une voix pleine de
passion et d'éclat, une grande puissance dramatique. Elle a eu des
accents véritablement beaux. Simon Renard est fort bien joué par
Taillade. Dumaine rend en acteur intelligent le rôle de Gilbert. Mlle
Dica Petit a eu le plus chaleureux succès dans la dernière scène du
quatrième acte, et Frederick Lemaitre a joué le personnage du juif avec
cette perfection qui caractérise ce maître comédien. La voix s'est
affaiblie, c'est vrai; l'âge, le grand âge est venu, mais le talent est
toujours là. Comme cela est dit, phrasé, mis en scène, et quels accents
encore dans cette voix qui s'éteint!

Le théâtre des Variétés a pris _la Vie parisienne_ au répertoire du
Palais-Royal. Il m'a semblé que le public trouvait quelques rides à
cette gaieté qui nous fit si gais il y a quelques années. Vraiment, il
fallait s'y attendre. Si la pièce a vieilli c'est que nous avons vieilli
nous-mêmes; ce n'est pas à nous qu'il faut demander notre opinion sur
elle, nous serions injustes, c'est à la génération qui a pris nos
stalles au théâtre. Elle s'amuse encore de ce qui nous amusait. Tout est
bien; et voilà _la Vie parisienne_ lancée comme autrefois dans un succès
rajeuni.

M. Savigny.


Fureur: _Lèvres de Feu!!_ valse; _Peau de satin_, polka de Klein.



L'ESPRIT DE PARTI


LE CHARIVARI

_Caricature_ fondée par Ch. Philippon en 1830, obtenait, depuis deux
ans, un immense succès. N'était-ce pas, au reste, le premier mariage
célébré, dans le journalisme, entre la plume et le crayon!--Aussi les
quatre pages de la petite feuille hebdomadaire ne suffirent bientôt plus
à repaître les curiosités nouvelles qu'elle avait éveillées. De là, dans
l'esprit de Ch. Philippon, l'idée d'une seconde «Caricature»,--mais
quotidienne, celle-là,--sous ce titre: _le Charivari._

Lisez le prospectus. C'est une franche déclaration de guerre au pouvoir:
«... La lutte sera loyale toujours, et si nos coups sont vifs,
instantanés comme le fait qui les aura provoqués, peut-être nous
sera-t-il possible d'en proportionner la rudesse au plus ou moins de
gravité des circonstances; comme encore de les porter moins acérés, par
cela même qu'ils seront plus pressés. On peut frapper moins fort quand
on frappe sans cesse....»

Le premier numéro porte la date du 1er décembre 1832. Or c'est bien le
moins que nous saluions, au passage, le berceau d'un confrère qui,
malgré ses perpétuelles campagnes et ses innombrables blessures,
accomplit actuellement, et d'une façon si gaillarde, sa
quarante-et-unième année.--Notre cadre, par malheur, nous interdit la
moindre monographie: une fortune pour un libraire intelligent! C'est
pourquoi nous ne dirons rien de ces fameux dessins qui se vantaient si
fièrement de tout dire: «... Nous délions tous les arrêts, nous délions
toutes les cours et nous échapperions à toutes les lois, si nous en
étions réduits à redouter d'injustes condamnations, et à éluder des lois
antilibérales. Le crayon, qui est notre plume, à nous, sait rendre
toutes nos pensées et tout est de son domaine... (Nº du 27 mars 1833).»
Nous ne nous arrêterons pas davantage à ces articles de fond où les
trois hommes d'État tympanisaient l'Ordre-de-chose avec une verve chaque
jour plus féconde, plus implacable et plus âcre.

Notre lot est le simple droit de fourrage dans cette partie humoristique
qui semble,--sous la rubrique de _Carillons_,--une pépinière de
«légendes pour dessins» non utilisées et à l'état de rudiment.
Collection que, de nos jours encore, les Hippolyte Briollet et les Paul
Girard, ont continuée, sous l'habile direction de M. P. Véron, avec
moins d'audace peut-être, mais autant d'esprit que leurs devanciers.

1832

Le ministère a beau se démener; il ne peut obtenir un mouvement de
hausse. La baisse fait des progrès à mesure que la majorité se dessine.
C'est que la Bourse a peur du _Thiers_ consolidé.

La France nouvelle prétend que l'impression du discours du trône a été
généralement bonne. Le pays n'a pourtant vu jusqu'ici que de tristes
épreuves.

Un journal ministériel nous dit que M. Thiers a un grand fonds
d'éloquence; malheureusement M. le ministre de l'intérieur est forcé,
par état, de tenir ses fonds secrets.

Entre le coup d'État populaire du 29 juillet et le coup d'État
monarchique du 7 juin, il y a cette différence que le premier fut une
cause sans effet, tandis que le second fut un effet sans cause.

Il ne faut pas s'étonner que ces messieurs soient parvenus à soustraire
l'état de siège au verdict du pays. Ces messieurs ont toujours été
très-forts sur la soustraction.

Une arme à feu! quel moyen absurde pour abattre une _poire_! Aussi la
gaule réclame.

Le _Journal de Paris_ prétend qu'en juin les insurgés voulaient frapper
le juste-milieu _au coeur_. En ce cas, on a bien raison de dire qu'ils
tentaient l'impossible.

On dit que la nouvelle chambre a un écho. Ce n'est assurément pas dans
le public.

Que de gens peuvent dire, comme le Christ:--«Je porte ma croix,
Seigneur, sans l'avoir méritée!»

On a remarqué avec surprise que le projet de loi sur l'état de Siège, se
termine par le protocole ordinaire: Donné, etc.--Joli cadeau qu'on nous
fait là!

Jules Rohaut.

(_A suivre._)



EXPOSITION DES PRIX ET ENVOIS DE ROME A L'ÉCOLE DES BEAUX-ARTS.

[Illustration: Les juifs pleurant leur captivité à Babylone.--Tableau de
M. Morot, premier grand prix de peinture.]

[Illustration: Gloria victis.--_Sculpture._--Envoi de M. Mercié]


SUPPLÉMENT AU NUMÉRO 1597 du 4 OCTOBRE 1873
PROCÈS DU MARÉCHAL


[Illustration: VUE PANORAMIQUE DE METZ ET DES ENVIRONS POUR SUIVRE LA
CAMPAGNE DE 1870-1871.]


[Illustration: SOUVENIRS DE CAPTIVITÉ.--L'évasion.]



NOS GRAVURES


Le maréchal Bazaine

L'_Illustration_ publie aujourd'hui un beau portrait du maréchal
Bazaine. A cette occasion, on m'a demandé une notice sur le haut
dignitaire de l'armée française, dont le monde entier s'est tant occupé
depuis trois ans, et qui va très-prochainement être appelé devant un
conseil de guerre pour y rendre compte de sa conduite, du 12 août au 28
octobre 1870, période pendant laquelle il a exercé le commandement en
chef de la vaillante et malheureuse armée du Rhin.

La tâche qui m'incombe n'est pas facile pour un ancien officier qui a
servi sous les ordres et très-près du maréchal, dont la situation
actuelle d'accusé commande impérieusement la plus scrupuleuse
impartialité. Pour ne pas manquer au respect dû au malheur, même quand
il est mérité, il me faut refouler au plus profond de mon coeur la
sympathie que peut m'inspirer le glorieux soldat d'Afrique, d'Espagne,
de Crimée, d'Italie et du Mexique, le héros de maint combat, le
vainqueur de Kinburn, du fort San-Xavier, de San-Lorenzo et d'Oajaca,
ainsi que le sentiment en sens contraire que j'ai pu éprouver en
étudiant avec un soin minutieux les terribles événements qui se sont
accomplis autour de Metz, entre la bataille de Spickere et la
capitulation du grand boulevard de la France.

Si le maréchal Bazaine a réellement commis les crimes dont l'accusent
ses adversaires, on doit reconnaître que le masque de son visage est
bien trompeur, car il est difficile de trouver une figure respirant plus
de bonhomie. Avec ses cheveux coupés court, son impériale et sa
moustache sans prétention, ses rudiments de favoris, ses bonnes grosses
joues, son teint clair, ses yeux gris et vifs, son regard franc, son
sourire plein de bienveillance, le maréchal a plutôt l'air d'un gros
négociant, ex-officier supérieur de la garde nationale sédentaire que
d'un vieux militaire qui compte autant de campagnes que d'années de
service. On eût dit qu'il cherchait à exagérer encore l'apparence
débonnaire que lui donnait sa forte carrure et sa vigoureuse charpente à
demi-noyée sous un léger embonpoint, indice d'une belle santé, en
s'habillant sans prétention et tout à fait bourgeoisement. Loin de se
coiffer en casseur d'assiettes, l'ancien général en chef du Mexique
affectionne les coiffures trop larges: képis et chapeaux lui tombent sur
les oreilles sans incliner jamais ni à droite ni à gauche, et son corps
trapu sans obésité paraît se complaire dans de vastes tuniques, des
vestons courts ou des redingotes à la propriétaire.

Ennemi du faste, peu soucieux du confortable, d'un abord facile et d'une
grande bienveillance, naturelle qui n'a d'égale que sa prodigieuse
bravoure, Bazaine a été un des officiers les plus estimés et les plus
populaires de l'armée jusqu'au 5 septembre 1864, date de son élévation à
la dignité de maréchal. Relativement jeune, il n'avait que
cinquante-neuf ans en 1870, d'une constitution athlétique qu'aucune
émotion, aucune fatigue n'a encore pu entamer, le maréchal inspirait
encore une grande confiance lorsque, le 12 août, la pression de
l'opinion publique obligea l'Empereur à se dessaisir en sa faveur du
commandement suprême de l'armée la plus belle et la plus nombreuse que
la France ait possédée depuis la funeste campagne de 1812. Par son
origine plébéienne ou bourgeoise, il flattait les instincts
démocratiques, très-enracinés dans l'immense majorité de l'armée
française, et le soldat était satisfait d'être commandé par un homme
sorti du rang, et qui avait, comme lui, sérieusement porté le sac.

Quelle qu'ait été la conduite du commandant en chef de l'armée du Rhin,
la notice biographique qui va suivre prouvera qu'il avait bien gagné ses
grades, et que les personnes qui ont contribué à lui faire acquérir
honneurs et dignités ne sauraient être accusées d'avoir soutenu un homme
sans valeur et sans services. Arrivé au faîte, il a succombé sous le
poids d'une responsabilité écrasante; le même accident s'est reproduit
pour d'autres généraux en chef dont le public n'était pas moins entiché.
Tout cela prouve qu'il est difficile, sinon impossible, de discerner à
l'avance les officiers capables de commander en chef; et, à mon avis,
les généraux français qui ont été battus dans la dernière guerre sont
surtout les victimes d'une éducation militaire incomplète ou mal dirigée
et les boucs émissaires des fautes ou des défaillances de la France tout
entière. N'osant assumer en masse la responsabilité de leurs revers, les
Français commettent en ce moment la faute, impardonnable de personnifier
leurs désastres dans quelques généraux; je ne m'aventurerai pas à dire
que ce soit là un symptôme de décadence; mais ce n'est pas davantage un
signe de grandeur et encore moins de générosité.

Sauf de légères variantes, toutes nos armées ont ou allaient éprouver un
sort identique. Les armées de Metz, de Sedan, de Paris et de l'Est ont
été anéanties, enlevées ou réduites à l'impuissance; les armées du Nord
et de la Loire, après les défaites de Saint-Quentin et du Mans, auraient
eu la même fin, si l'armistice n'était heureusement survenu. Notre
devoir est de faire notre examen de conscience, et je doute que les deux
juges du conseil qui ont capitulé à Paris et celui qui a été battu à
Arthenay ne soient pas disposés à l'indulgence envers un frère d'armes
malheureux.

                                                 *
                                               * *

La famille du maréchal Bazaine appartient à ce qu'on appelle la haute
bourgeoisie. Son père, ingénieur distingué, a rempli pendant de longues
années les fonctions de directeur-général des ponts-et-chaussées de
l'empire russe, avec rang de lieutenant-général; son frère, sorti de
l'École polytechnique, compte depuis longtemps parmi nos ingénieurs et
constructeurs de chemin de fer les plus remarquables; enfin sa soeur a
épousé le célèbre ingénieur Clapeyron. Bazaine (François-Achille), né à
Versailles le 18 février 1811, suivait les cours de la Faculté de droit
de Paris en 1831, époque à laquelle la France était menacée d'une
coalition européenne, quand il s'engagea comme simple soldat au 37e de
ligne. La campagne d'Anvers ayant été suivie d'un désarmement général,
le sergent Bazaine, désireux de faire campagne, obtint de passer avec
son grade à la légion étrangère, alors en voie d'organisation et qui ne
pouvait, conformément aux termes formels de la loi du 9 mars 1831, «être
employée que hors du territoire continental du royaume». Rappelons que
cette prescription avait surtout pour but d'empêcher le rétablissement
de la garde suisse.

Aussitôt organisée, la légion étrangère passa en Algérie. En novembre.
1833, à l'âge de vingt-deux ans, Bazaine reçut l'épaulette de
sous-lieutenant, et vingt mois après, il était fait chevalier de la
Légion d'honneur à la suite du glorieux, mais malheureux combat de la
Maeta, livré le 28 juin 1835, par le générai Trézel aux contingents
arabes réunis dans la province d'Oran sous le commandement de l'émir
Abd-el-Kader. Quelques semaines plus tard, le roi Louis-Philippe mit la
légion étrangère au service de la régente Christine, mère de la reine
Isabelle II; Bazaine suivit son corps en Espagne, où il conquit
rapidement les grades au titre espagnol de capitaine et de chef de
bataillon.

A Pons, en Catalogue, avec sa seule compagnie, il lutta pendant trois
jours consécutifs contre une colonne de quinze cents carlistes, et
parvint à leur échapper par une marche de nuit des plus audacieuses,
après avoir surpris leurs postes avancés. Sa bravoure et son
intelligence l'avaient signalé à l'attention de l'habile et intrépide
Conrad, colonel d'état-major français et commandant en chef la légion
étrangère, avec le titre de brigadier. Bazaine fut désigné pour remplir
les fonctions de chef d'état-major; il assista en cette qualité aux
sanglantes batailles de Huesca, en Aragon, et de Tolosa, en Catalogne.
Après la mort du glorieux brigadier Conrad, il sut diriger avec talent
et sang-froid une retraite difficile devant un ennemi victorieux et
entreprenant.

Rentré en France en juillet 1838, Bazaine fut nommé, l'année suivante,
capitaine au titre français et compris, en 1840, dans la formation des
dix bataillons de chasseurs à pied réunis à Saint-Omer, sous le
commandement du duc d'Orléans qui leur donna son nom. Le capitaine
Bazaine, très-adroit à tous les exercices du corps, obtint le prix de
tir décerné aux officiers par le prince royal.

A la levée du camp, son bataillon fut dirigé sur l'Algérie, où il
devint, en 1844, chef de bataillon et chef des affaires arabes de la
subdivision de Tlemcen. Toujours en route, il prit part à de nombreuses
expéditions pendant lesquelles il se signala par des coups de main
remarquables, surtout lors de la terrible insurrection de 1845, célèbre
par le massacre de Sidi-Brahim, où le lieutenant-colonel de Montagnac et
le commandant de chasseurs à pied Froment-Coste périrent avec presque
tous leurs soldats. Bazaine reçut la croix d'officier pour sa belle
conduite au combat de Sidi-Haffis. Plus lard, en 1847, il contribua
efficacement à la reddition d'Abd-el-Kader.

Après la révolution de février, le commandant Bazaine était promu
lieutenant-colonel et directeur des affaires arabes de la province
d'Oran; en 1850, il était déjà colonel du 55e de ligne, et l'année
suivante il rentrait dans son corps de prédilection comme colonel du 1er
régiment étranger, investi en même temps du commandement de la
subdivision de Sidi-bel-Abbès, commandement dans lequel il se distingua
par une administration sage et féconde en résultats.

En 1854, la brigade de la légion étrangère fut envoyée à Gallipoli où
son chef, le général Carbuccia, fut de suite enlevé par le choléra, en
même temps que son collègue, le général duc d'Elchingen. Le colonel
Bazaine le remplaça dans ce beau commandement et fut embarqué pour la
Crimée, avec ses deux régiments, peu de temps après la bataille de
l'Alma. Toute l'armée sait la part brillante que prit la brigade
étrangère aux combats devant Sébastopol où, de même que les 35e et 42e
de ligne pendant le siège de Paris, elle fit le fond de toutes les
attaques exécutées à la gauche de la place. Son jeune général se
distingua tout particulièrement le 2 mai, à l'enlèvement de l'ouvrage
dit du Cimetière; son collègue de la Motterouge, partagea avec lui les
honneurs de cette glorieuse et sanglante nuit.

Le 10 septembre 1855, le surlendemain de la prise de Sébastopol, le
maréchal Pélissier confiait à Bazaine le commandement supérieur de la
forteresse russe, et le 14 du même mois les étoiles de divisionnaire
venaient le récompenser de sa belle conduite pendant ce siège de onze
mois. Pélissier, très-difficile, dans le choix de ses lieutenants, avait
la plus grande estime pour les talents militaires du nouveau général de
division, et en donna une preuve éclatante en lui confiant, le 7
octobre, le commandement en chef de l'expédition de Kinburn, fort situé
dans le _liman_ du Dniéper, sur les communications de l'armée russe avec
Nikolaïeff. (On donne le nom de _liman_ aux lagunes de la mer Noire.)

Le corps expéditionnaire se composait d'une brigade française de 4,000
hommes, commandés par le général de Wimpffen, et de 4,200 Anglais sous
les ordres du généra! Spencer. Le 14, les flottes combinées parurent
devant la forteresse; le 17 octobre, Bazaine ouvrait la tranchée et
s'emparait de Kinburn après un bombardement de cinq heures exécuté
simultanément par les batteries de terre et celles des vaisseaux. En
récompense de ce beau fait d'armes, l'empereur lui envoya la croix de
commandeur.

En 1859, on retrouve Bazaine à l'armée d'Italie, où il commandait la
troisième division du premier corps, Baraguey d'Hilliers. Le 8 juin, il
gagne la plaque de grand officier au sanglant combat de Melegnano, et se
distingue encore le 24 juin à l'attaque du cimetière et de la tour de
Solférino. Après cette dernière bataille, Bazaine était un homme posé,
le chef de l'État n'attendait plus qu'une occasion pour lui confier un
commandement en chef.

En 1862, quand le premier échec éprouvé par le général de Lorencez, sous
les murs de Puebla, décida l'empereur à envoyer une véritable armée dans
ce pays lointain, il jeta les yeux sur les deux divisionnaires désignés
pour le maréchalat. Korey gagna son bâton avec la prise de cette ville,
prise à laquelle Bazaine contribua puissamment, d'abord en enlevant le
Pénitencier ou fort San-Xavier, puis en remportant, avec 1,800 hommes,
la brillante victoire de San-Lorenzo, sur l'armée de secours commandée
par l'ex-président, Comonfort, et forte de plus de 10,000 combattants.
Il fut nommé grand'croix à cette occasion.

Peu de temps après, Bazaine succédait à Forey dans le commandement en
chef et, le 5 septembre 1804, il était élevé à la dignité de maréchal de
France. Trois mois auparavant, l'empereur Maximilien était venu prendre
possession du trône mexicain. Ses rapports avec Bazaine manquèrent
toujours de cordialité, on eût dit que chacun de ces deux grands
personnages se refusât à faire les premières avances.

A partir de cette époque, on peut dire que la belle réputation du soldat
parvenu à sa suprême dignité militaire a été en déclinant. Au
commencement de 1865, il eut encore l'occasion de faire preuve de coup
d'oeil et de résolution en enlevant, dans la forte ville d'Oajaca, toute
l'armée de Porfirio Diaz. Mais ce fut la fin; après avoir étendu son
action sur une surface deux fois plus grande que la France, l'armée fut
rappelée et son commandant en chef eut alors le tort grave de tolérer à
ses côtés un simple général de brigade, M. de Castelnau, aide de camp de
l'empereur en mission, dont la singulière attitude était celle d'un
homme qui a le droit de contrôle sur les actes de son supérieur.

À sa rentrée en France, on lui fit un sanglant affront en défendant au
préfet maritime de Toulon de lui rendre les honneurs dus aux grands
dignitaires de l'armée. Dès ce jour, l'opposition eut l'oeil sur un
homme qu'elle considérait comme un mécontent.

Cette disgrâce éclatante dura deux ans, puis on donna à Bazaine le grand
commandement de Nancy. En 1809, il commandait la première série du camp
de Châlons lorsque l'empereur s'y rendit avec le maréchal Niel. Que se
passa-t-il?

Ce qu'il y a de certain c'est que Napoléon III rendit à Bazaine toute sa
faveur, lui promit la succession du maréchal Régnault d'Angely à la
garde impériale, et que l'impératrice Eugénie reçut avec distinction la
belle et séduisante madame Bazaine, qu'elle avait jusqu'alors tenue à
l'écart. Un brillant punch fut organisé à l'instigation de l'empereur
par le général Forey, et les journaux officieux furent invités à se
montrer favorables à l'ancien commandant en chef du corps
expéditionnaire du Mexique.

En 1870, quinze mois à peine après cette quasi réhabilitation, nous
avons eu à quelques jours d'intervalle le glorieux Bazaine et le traître
Bazaine. Nous croyons qu'il ne méritait ni cet excès d'honneur ni cette
indignité. Comme l'a si justement dit le général Changarnier à la
tribune de l'Assemblée nationale: le commandement en chef d'une armée de
170,000 hommes était trop lourd pour Bazaine; son intelligence, pourtant
très-nette s'est obscurcie en présence de l'écrasante responsabilité qui
lui incombait. Le 12 août 1870, il héritait d'une situation presque
désespérée; il n'a pas eu le courage d'en envisager les difficultés en
face, il a tenté de les tourner, comme aujourd'hui encore il n'ose pas
attaquer le taureau par les cornes.

Après le 4 septembre, quand Bazaine eut reçu communication de la liste
des gouvernants de l'Hôtel-de-Ville, il comprit que jamais le haut
état-major de son année n'accepterait la domination de ces hommes sans
mandat et sans consistance. De plus, il pensait avec tous les militaires
que Paris ne tiendrait pas huit jours et que la paix serait signée avant
la fin du mois. Son unique préoccupation fut alors de conserver intacte
la seule véritable armée qui restât debout après la catastrophe de
Sedan. Son tort est d'avoir échoué dans son entreprise et peut-être
employé des moyens peu corrects pour la faire réussir. C'est ce que le
conseil de guerre nous apprendra sous peu.

En tout cas, je suis convaincu que telle était la pensée du commandant
en chef de l'année de Metz, et cette pensée, il ferait bien de
l'exprimer franchement devant ses juges. Cela vaudrait mieux que
d'épiloguer sur des dépêches et des protocoles. Pour terminer cette
notice, j'émettrai humblement cet avis que, si le maréchal Bazaine est
coupable du crime dont on l'accuse, il compte à coup sur de nombreux et
illustres coopérateurs.

A. Wachter.


La chambre du maréchal Bazaine, à Trianon.

Nous n'avons pas à apprendre à nos lecteurs que le procès du maréchal
Bazaine va se dérouler dans le vestibule de ce château qui fut si cher
au roi Louis-Philippe, le Grand-Trianon. Déjà toutes les dispositions
sont prises en conséquence, et le grand vestibule a été aménagé de façon
à répondre à toutes les exigences de sa nouvelle et passagère
destination.

En dehors de ce prétoire improvisé, dont nous donnerons en temps utile
une vue à nos lecteurs, diverses pièces ont été affectées: au greffe,
aux témoins à charge et à décharge, aux officiers de gendarmerie chargés
du service militaire, aux délibérations du conseil et au logement des
personnages que leurs fonctions doivent retenir au Grand-Trianon pendant
la durée du procès. Ainsi les témoins à charge occuperont la salle des
huissiers, située à gauche du vestibule et donnant sur le jardin, et les
témoins à décharge la bibliothèque. Le général Pourcet habitera le
pavillon de Madame, composé de cinq pièces. Le pavillon de l'aile
droite, placé en face du pavillon de Madame, dans la cour d'honneur, est
destiné au duc d'Aumale, qui présidera, comme on sait, le conseil de
guerre. Enfin la salle des délibérations sera placée dans le salon de la
reine d'Angleterre, et la salle des pas perdus dans le salon rond des
huissiers, qui lui fait suite, et qui se trouve à droite du vestibule
transformé en prétoire.

Reste le logement du maréchal Bazaine, qui a été extrait la semaine
dernière de la maison de l'avenue de Picardie, où il était détenu depuis
le 14 mai 1872, époque à laquelle il s'y était constitué prisonnier. Le
maréchal a été logé dans l'annexe du château, donnant sur
Trianon-sous-Bois. C'est dans l'angle de cette annexe que se trouve sa
chambre, dont les fenêtres ouvrent sur le parc. Cette chambre, dont nous
donnons une vue dessinée sur place, est carrée et revêtue d'une boiserie
peinte en blanc. Le mobilier est des plus modestes. Il se compose d'un
lit en acajou plaqué, sans rideaux, d'une armoire placée à la tête du
lit, d'une toilette-commode posée entre les deux fenêtres, de quelques
chaises d'un âge mûr et d'un guéridon. Une petite pendule en marbre
posée sur la cheminée, ainsi que deux chandeliers et deux candélabres à
deux branches, complètent l'ameublement.

Deux pièces font suite à cette chambre et sont occupées par les
officiers supérieurs chargés de veiller sur la personne du maréchal, qui
à Trianon-sous-Bois, comme dans la maison de l'avenue de Picardie, est
gardé par un piquet de cinquante hommes de ligne, ayant un poste à
proximité de la chambre du prisonnier.

Quant au service du conseil de guerre, au Grand-Trianon, il est fait par
la gendarmerie mobile.

L. G.


Victor-Emmanuel à Vienne

PROMENADE SUR LE LAC DE LAXENBURG

Parmi les sites curieux et intéressants qui entourent Vienne, au moins
sur la droite du Danube, il faut signaler tout particulièrement le bourg
et le château de Laxenburg, une des résidences d'été de la cour
d'Autriche, dont Schoenbrünn, est comme on sait, durant la belle saison,
la résidence favorite.

Laxenburg est situé à seize kilomètres au sud de Vienne. On s'y rend de
cette ville par le chemin de fer de Trieste, que l'on quitte à Moedling
pour prendre l'embranchement qui conduit au bourg. Laxenburg doit sa
réputation comme son origine à son château, ou plutôt à ses châteaux,
car il en possède deux en un; le premier datant de la fin du XIVe siècle
et rappelant les temps de l'ancienne chevalerie; le second, bâti par
Marie-Thérèse, et auquel on a donné le nom qu'il ne justifie pas tout à
fait de château des Caprices, que mériterait mieux le magnifique parc
qui l'entoure.

En effet, on marche dans ce parc de surprise en surprise. Les accidents
de terrain, les constructions de toutes sortes, temples, maisons
rustiques, cabinets de verdure, pavillons; les cascades, les statues,
les pièces d'eau, les rochers y ont été prodigués. On y trouve jusqu'à
un monument funèbre, la _Rittergruft_, ou tombe du chevalier, où l'on
voit des tableaux de Lucas Cranach et des peintures sur verre tirées de
l'église de Steyer.

Parmi les pièces d'eau, la plus remarquable est un lac semé de plusieurs
îles, entre autres l'île Marianne, sur laquelle on a construit un
élégant Lusthaus; et parmi les constructions, on admire surtout une
forteresse moyen âge, le _Franzensburg_, dont on a fait un musée
d'antiquités. Cette forteresse est entièrement entourée d'eau. Un bateau
y stationne, à la disposition des visiteurs, qui peuvent moyennant dix
kreutzers y prendre place.

Durant son séjour à Vienne, le roi Victor-Emmanuel ne pouvait manquer de
venir visiter le château et le parc de Laxenburg. Il s'y est rendu dans
l'après-midi du 20 septembre, de Schoenbrünn, avec l'empereur
François-Joseph, et s'y est promené avec lui sur le grand lac, tandis
qu'une foule de canots montés par des curieux circulaient autour de la
barque impériale et qu'une musique établie d'avance dans l'île Marianne
faisait retentir l'air de ses morceaux les plus brillants. Cette
promenade fait le sujet du dessin que nous publions dans ce numéro.

En se rendant à Laxenburg, le roi d'Italie s'était arrêté à Moedling qui
est, comme je l'ai dit, la tête de l'embranchement qui conduit à la
résidence impériale. Il voulait voir la magnifique vallée de la Brühl et
ses curiosités, entre autres le _Husaren-tempel_, élevé par le prince de
Liechtenstein à la mémoire des hussards qui l'avaient sauvé à la
bataille d'Aspern; les ruines du château de Moedling et le vieux château
Liechtenstein.

L. G.


Prix et envois de Rome

Les règlements de l'Académie de France imposent aux pensionnaires un
certain nombre d'obligations, au nombre desquelles la plus importante
consiste dans l'envoi annuel d'un ou de plusieurs ouvrages de peinture,
de sculpture, de gravure ou d'architecture. Une exposition solennelle de
tous ces ouvrages a lieu d'abord sous les portiques de la villa Médici,
où toute la Rome artiste vient pendant quelques jours étudier les
travaux de nos jeunes compatriotes; ils sont ensuite envoyés à Paris, et
exposés publiquement, dans les salles de l'École des beaux-arts; un
heureux usage veut qu'on joigne à cette exposition les oeuvres qui
viennent de remporter les grands prix aux concours de l'année.

Des retards survenus dans l'expédition des caisses qui contenaient les
envois de 1873, ont obligé l'administration de l'École des beaux-arts à
ajourner l'ouverture de l'exposition jusqu'au moment où la fin des
vacances aurait ramené à Paris maîtres et élèves, un peu dispersés
depuis deux mois, et ce n'est guère que dans le courant de la semaine
prochaine que le public sera admis à juger des progrès de nos
pensionnaires.

On retrouvera, entre autres morceaux intéressants, le beau tableau de M.
Morot, qui vient de remporter le grand prix de peinture, et dont
l'_Illustration_ donne aujourd'hui une reproduction; nous croyons aussi
pouvoir signaler à l'avance, en nous reportant aux souvenirs que nous a
laissés l'exposition de la villa Médici, l'envoi de M. Blanchard _Hylas
et les Nymphes_, celui de M. Toudouze, _Eros et Aphrodite_, et de M.
Merson, une curieuse esquisse peinte, _Saint François et le loup
d'Aggubbio_; parmi les sculpteurs, le groupe de M. Noël, _Roméo et
Juliette_, la _Tentation d'Ève_, de M. Allais, un bas-relief de M.
Marqueste, _Jacob et l'Ange_, et enfin le magnifique groupe de M.
Mercié, reproduit ci-contre, intitulé _Gloria victis_, oeuvre
patriotique, digne de la réputation et des succès de l'auteur du
_David._


L'évasion

Ils avaient été faits prisonniers à Sedan.

La capitulation du 2 septembre leur avait ouvert les portes de cet enfer
anticipé, la presqu'île d'Iges, où les avait parqués un impitoyable
ennemi. Là, comme leurs nombreux compagnons d'infortune, ils avaient
supporté la faim, la soif, le froid, toutes les misères, à peine vêtus,
couchant dans la boue, la pluie sur le dos, dévorés par la fièvre.

Des tortures non moins grandes les attendaient en Allemagne.

Enfermés dans une forteresse des bords du Rhin, peu nourris,
déguenillés, logés dans d'immondes casemates, accablés des pires
traitements, ils n'eurent bientôt plus qu'une pensée: s'évader. S'évader
ou mourir. Mais que leur importait! La mort, ne la voyaient-ils pas
chaque jour approcher d'un pas lent mais sûr? Mieux encore valait-il la
braver, immédiate, foudroyante. C'était au moins une chance de lui
échapper. Ils risquèrent l'évasion. Par la ville, il n'y fallait pas
songer; trop bonne garde était faite de ce côté. Mais le fleuve était
là, baignant de ses flots le pied moussu de leur prison. Ayant longtemps
mûri leur projet, ils croyaient avoir pris toutes leurs précautions.
Furent-ils trahis, ou la fortune les abandonna-t-elle à la dernière
minute? Qui pourrait le dire? Ce qu'il y a de certain c'est qu'au moment
où, suspendus dans le vide au bout d'une corde, ils allaient atteindre
le fleuve, une barque apparut, montée par des soldats, ils étaient
découverts; étaient-ils perdus? C'était vraisemblable. Toutefois, ils
n'hésitèrent pas. Ils lâchèrent la corde et le fleuve les engloutit. Ils
espéraient encore pouvoir se dissimuler, gagner furtivement la terre et
s'échapper. Un d'eux y réussit, et, à travers mille dangers, parvint à
rentrer en France. L'autre fut pris, malgré ses efforts, et, dans un
précédent numéro, nous avons dit sa fin.

Fusillé, il le fut, et bien d'autres après lui, pour le même crime.
Autant de Français de moins, quelle joie pour nos féroces vainqueurs!
Aussi, par le fer ou par la faim, que de prisonniers ils firent périr!
C'est par dizaines de mille qu'on les compte, tant il est vrai que, même
après la victoire, les Prussiens, comme l'a dit M. Delaunay,
continuèrent à combattre et à détruire des hommes désarmés, vaincus,
dignes de respect, si quelque chose eût pu inspirer le respect aux
bandits qui, à la face du monde civilisé, en profanant le nom de Dieu,
avaient prémédité et tentèrent d'accomplir l'assassinat d'une nation
généreuse, jadis leur ennemie loyale et chevaleresque, naguère leur
bienfaitrice, la patronne de leurs lettrés, de leurs artistes, de leurs
trafiquants.

L. C.


Nuka-Hiva

Taïohaé occupe le centre d'une baie profonde, encaissée dans de hautes
et abruptes montagnes aux formes capricieusement tourmentées; une
épaisse verdure est jetée sur tout ce pays comme un manteau splendide;
c'est dans toute l'île un même fouillis d'arbres, d'essences utiles ou
précieuses; et des milliers de cocotiers, haut perchés sur leurs tiges
flexibles, balancent perpétuellement leurs têtes au-dessus de ces
forêts.

Les cases sont peu nombreuses dans la capitale, et passablement
disséminées le long de l'avenue ombragée qui suit les contours de la
plage.

Derrière cette route charmante, mais unique, quelques sentiers boisés
conduisent à la montagne; l'intérieur de l'île, cependant, est tellement
enchevêtré de forêts et de rochers, que rarement on va voir ce qui s'y
passe,--et les communications entre les différentes baies se font par
mer, dans les embarcations des indigènes.

C'est dans la montagne que sont perchés les vieux cimetières kanaques,
objet d'effroi pour les Indiens, et résidence des terribles
Toupapahous...

Il y a peu de passants dans la rue de Taïohaé; les agitations
incessantes de notre existence européenne sont tout à fait inconnues à
Nuka-Hiva. Les indigènes passent une partie du jour accroupis devant
leurs cases, dans une immobilité de sphinx.

[Illustration: NUKA-HIVA.--Le chef de la baie de Thehetchagor.]

Les années s'écoulent pour eux dans une oisiveté complète et une
rêvasserie perpétuelle,--et ces grands enfants ne se doutent pas que
dans notre belle France, tant de pauvres gens s'épuisent à gagner le
pain du jour. Les forêts de Nuka-Hiva produisent d'elles-mêmes tout ce
qu'il faut pour nourrir toutes ces créatures insouciantes; le fruit de
l'arbre à pain et les bananes sauvages croissent pour tout le monde et
suffisent à chacun.

Si de temps à autre, quelques Kanaques s'en vont encore pêcher par
gourmandise, la plupart préfèrent ne pas se donner cette peine.

La popoï, un de leurs mets raffinés, est un barbare mélange de fruits,
de poissons et de crabes fermentés en terre. Le fumet de cet aliment est
inqualifiable.

L'anthropophagie, qui règne encore dans une île voisine, Hivaoa (ou la
Dominique), est oubliée à Nuka-Hiva depuis plusieurs années. Les efforts
des missionnaires ont amené cette heureuse modification des coutumes
nationales; à tout autre point de vue cependant, le christianisme
superficiel des indigènes est resté sans action sur leur manière de
vivre, et la dissolution de leurs moeurs dépasse toute idée.

[Illustration: NUKA-HIVA.--La rivière de Thehetchagor.]

Le caractère des Nuka-Hiviens est un peu celui des petits enfants; ils
sont capricieux, fantasques, boudeurs tout à coup sans motif. Le
sentiment contemplatif est extraordinairement développé chez eux; ils
sont sensibles aux aspects gais ou tristes de la nature, accessibles à
toutes les rêveries de l'imagination.

La solitude des forêts, les ténèbres, les épouvantent, et ils les
peuplent sans cesse de fantômes et d'esprits.

Les bains nocturnes sont en honneur à Taïohaé; au clair de lune des
bandes de jeunes filles s'en vont, dans les bois, se plonger dans des
bassins naturels d'une délicieuse fraîcheur. C'est alors que ce simple
mot: Toupapahou! jeté au milieu des baigneuses, les met en fuite comme
des folles.

Toupapahou est le nom de ces fantômes tatoués qui sont la terreur de
tous les Polynésiens. Mot effrayant en lui-même, et intraduisible...

On trouve encore entre les mains des indigènes plusieurs images de leur
ancien dieu.

Ce dieu est un personnage à figure hideuse, semblable à un jeune embryon
humain.

La reine a quatre de ces horreurs sculptées sur le manche de son
éventail.

On n'entend aucun chant d'oiseaux dans les bois de Nuka-Hiva; les
oreilles des Kanaques ignorent cette musique naïve qui, dans d'autres
climats, remplit les bois de gaieté et de vie. Sous cette ombre épaisse,
dans les lianes et les grandes fougères, rien ne vole, rien ne bouge;
c'est toujours ce même silence étrange qui semble s'être communiqué à
l'imagination mélancolique des naturels.

On voit planer seulement dans les gorges, à d'effrayantes hauteurs, le
phaéton, un petit oiseau blanc qui porte à la queue une longue plume
blanche ou rose.

Les chefs attachent à leurs coiffures une touffe de ces plumes; aussi
leur faut-il beaucoup de temps et de persévérance pour composer cet
ornement aristocratique.

Julien V....


[Illustration: EXPOSITION UNIVERSELLE DE VIENNE.--Vue d'une des quatre
façades de l'Exposition de MM. Christofle et Cie (côté sud).]

Exposition de Vienne

ORFÈVRERIE, CLOISONNÉS, BRONZES INCRUSTÉS.

Il était fort à craindre qu'au lendemain des épreuves qu'elle venait de
traverser, la France ne fût peu en état de figurer dignement dans la
grande solennité industrielle et artistique de Vienne. Cette
appréhension que, sans pécher contre le patriotisme, certains esprits
ont pu avoir, n'a pas été justifiée par l'événement. La plupart de nos
exposants ont triomphé des obstacles qu'un bouleversement extrême dans
leur matériel, dans leur personnel, dans leurs ressources financières
avait opposés au développement ou même à la conservation de leur
renommée; ils se sont montrés à Vienne ou égaux ou supérieurs à ce
qu'ils avaient été en 1807.

Au premier rang de celles de nos industries sur lesquelles les trois
dernières années ont glissé sans les atteindre, il faut placer
l'orfèvrerie, et au premier rang de nos orfèvres, MM. Christofle et Cie.

Leur exposition, si variée dans la nature des produits qui la composent,
a obtenu un éclatant, un légitime succès, non-seulement auprès du public
cosmopolite, mais auprès des amateurs, des critiques, des spécialistes
et du jury international.

Elle comprend, comme d'habitude, de l'orfèvrerie simplement argentée et
dorée, de l'orfèvrerie de luxe, des émaux cloisonnés, des bronzes
incrustés d'or et d'argent, de la galvanoplastie massive et en
ronde-bosse de toute grandeur, enfin des objets d'art divers.

Nous n'avons pas à insister ici sur l'importance d'un établissement
célèbre dans les deux mondes. Tout le monde sait que MM. Christofle et
Cie emploient plus de quatorze cents ouvriers, en faveur de qui ils ont
créé des institutions modèles; que le chiffre de leurs affaires s'élève
à plus de 10 millions par an; que Charles Christofle a importé en France
les procédés de dorure et d'argenture électro-chimiques et a été ainsi
le créateur de l'orfèvrerie galvanique; qu'il a obtenu la grande
médaille d'honneur à l'exposition universelle de 1855 et la croix
d'officier de la légion d'honneur à la suite de celle de 1862; enfin que
M. Paul Christofle, son fils, et M. Henri Douillet, son gendre,
s'inspirant de ses traditions, ont enrichi le pays de nouveaux progrès
et en quelque sorte d'industries nouvelles.

Ce qu'il importe surtout de dire, et nous regrettons vivement de ne
pouvoir le faire qu'en peu de mots, c'est que, tout en tenant le premier
rang dans l'orfèvrerie de grand luxe, ils sont aussi les premiers pour
l'orfèvrerie à bon marché, qu'ils ont popularisée; il y a plus, celle-ci
a bénéficié de leur goût pour le grand art, et la moindre pièce sortie
de chez eux est aussi remarquable de style qu'un chef-d'oeuvre de dix
mille francs.

En ce qui concerne leurs émaux cloisonnés et leurs incrustations sur
bronze, il est d'un intérêt essentiel de remarquer qu'ils n'ont pas
voulu imiter les procédés des Chinois et des Japonais, mais seulement
faire aussi bien qu'eux en employant les moyens que la science moderne
met à leur disposition. C'est ainsi qu'au lieu de marteler l'arabesque
d'argent dans le bronze, il l'y ont introduite à l'aide de la
galvanoplastie. Et c'est ainsi que leurs bronzes incrustés ressemblent
heureusement à ceux des Japonais, tout en gardant un caractère propre,
un certain air de nationalité: y est le sentiment décoratif oriental
allié au style français.

Nous étudierons prochainement en particulier quelques-unes des pièces de
cette exposition, qui, à en juger par les comptes rendus de la presse
anglaise, a causé à nos voisins une émotion profonde, les a fait
trembler de nouveau pour le sort de leur orfèvrerie, et leur a fait
pousser un véritable cri d'alarme.

F. A.



Correspondance d'Espagne

Tortosa, 27 septembre 1873.

Je suis contrarié que ma lettre de la fin d'août ne vous soit pas
parvenue; mais en ce temps de chemins de fer coupés et de bandes de
partisans sillonnant la montagne, il n'y a pas lieu d'en être beaucoup
surpris.

Cette lettre contenait un croquis de l'affaire de Tortella, qui a eu
deux phases distinctes et complètement différentes. Dans la première,
les carlistes ont remporté un facile triomphe, qu'ils ont payé dans la
seconde par une déroute complète. A tout hasard, je reconstitue mon
croquis, et je vous l'envoie. Ce sera, si vous l'utilisez, de l'histoire
rétrospective, et elle a bien son intérêt.

Tortella est un village de Catalogne, situé dans la province de Gerona.

Mon croquis vous le peindra mieux que ne le saurait faire ma plume. Il
faut connaître la montagne et l'avoir parcourue pour s'imaginer quelque
chose de semblable. Figurez-vous des maisons accrochées et comme
suspendues en l'air, et, pour les mettre en communication, des chemins
coupés d'escaliers, ressemblant à des échelles; au milieu de tout cela,
une petite église au clocher pointu, se détachant gris sur la roche
grise, voilà le tableau, tel est Tortella, que Tristany, à la tête de
quinze cents carlistes et de trois canons, cernait et attaquait avec
fureur le 22 août. Non que la place eut la moindre importance; c'était
simple affaire de réquisition, en passant. Il faut bien vivre.

Les habitants, comme ceux de tous les villages de la montagne, se
sentant à la merci des bandes qui battent le pays, auraient volontiers
cédé; mais il se trouvait en ce moment à Tortella quelques volontaires
républicains qui ne le leur permirent pas. De là la colère des
carlistes, qui se mirent aussitôt à canonner ce malheureux village, dont
un certain nombre de maisons ne tardèrent pas à prendre feu. Ils
l'enlevèrent naturellement, mais tous leurs efforts vinrent se briser
devant la résistance des volontaires, qui avaient fait de l'église une
citadelle et avaient couvert ses abords de barricades.

Mieux encore, ils avaient trouvé moyen d'envoyer, avant l'attaque, un
des leurs prévenir à Figueras de ce qui se passait à Tortella. Leur
courageuse résistance était donc soutenue par l'espérance d'un prompt
secours. Et, en effet, ils furent secourus. Au moment où les carlistes,
maîtres du village, s'y attendaient le moins et faisaient main basse sur
tout ce qui était à leur convenance, le colonel Udueta, parti de
Figueras avec trois colonnes, survint, les cerna, les surprit et leur
fit subir une complète déroute. Affolés, ils s'éparpillèrent comme ils
purent, et s'enfuirent dans la direction de San Lorenzo de la Maga,
bourg situé au milieu de montagnes formidables. Ils avaient perdu 200
hommes, tant tués que blessés, et Tristany comptait au nombre de ces
derniers. La perte des républicains s'est élevée à 61 hommes, dont 11
morts.

Je vous disais que Tristany a été blessé. Le bruit court ici qu'il a
quitté l'armée carliste, ainsi que Muret, et qu'un caprice de don Carlos
a privé Saballs de son commandement. Je ne sais ce qu'il y a de vrai
dans ces racontars; ce qu'il y a de certain, c'est que depuis l'affaire
de Tolosa, un certain désarroi semble exister dans le camp carliste.
L'arrivée du général Moriones à Tolosa et le ravitaillement de Berga, à
la suite du combat heureux de Gironella, a dû y mettre le comble. Est-ce
le commencement de la fin?

X...

[Illustration: ÉVÉNEMENTS D'ESPAGNE.--Entrée des Carlistes à Tortella.]



RÉBUS

[Illustration.]


EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

La politesse d'à présent ne vaut pas celle d'autrefois.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1597, 4 octobre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home