Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1598, 11 octobre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1598, 11 octobre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

31e Année.--VOL. LXII.--N° 1598
SAMEDI 11 OCTOBRE 1873

[Illustration.]

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

[Illustration: LE PROCÈS DU MARÉCHAL BAZAINE.--Le Grand-Trianon.]



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris, par M. Philibert
Audebrand.--Les Théâtres.--Les Domestiques modernes, par M. Hippolyte
Lucas.--L'esprit de Parti (suite).--Nos gravures.--Les Mystères de la
Bourse (fin).--Bulletin bibliographique.--Revue financière.--Appareils
Savalle pour la distillation.

_Gravures_: Le procès du maréchal Bazaine: le Grand-Trianon.--La pêche
des huîtres (5 gravures).--Procès du maréchal Bazaine; une séance du
Conseil de guerre siégeant à Trianon.--Nuka-Hiva: la reine Vaékéhu;--La
reine Vaékéhu et ses fils.--Le déjeuner, d'après le tableau de M.
Garaud.--Exposition universelle de Vienne: les appareils distillatoires
de M. Saville.--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE

Depuis la semaine dernière, un certain désarroi semble s'être mis de
nouveau dans les affaires de la fusion qui paraissaient cette fois
définitivement arrangées, ou à peu près. Tous les journaux du parti
triomphaient. C'était trop tôt, paraît-il, ou peut-être prenaient-ils
leurs désirs pour la réalité. Peut-être, aussi jugeaient-ils qu'ils
avaient intérêt à ne pas dire toute la vérité. Dans ce cas, ils avaient
tort; car s'il est un devoir qui s'impose aux journaux dans les
circonstances actuelles, c'est celui de ne pas tromper le public. Or,
c'était le tromper que de proclamer à son de trompe que le centre droit
se trouvait en pleine conformité d'opinion et d'action avec la droite,
quand, en réalité, chacun maintient ses positions, et qu'on n'est pas
plus avancé qu'au premier jour; c'était le tromper que d'affirmer que la
question du drapeau ne soulevait plus de difficultés, quand il est vrai
que, sur ce point, l'_Union_ le dit et doit être bien informée,
«l'accord n'est pas fait». Non-seulement on est divisé encore sur la
question du drapeau, mais on ne s'entend même pas sur les principes
fondamentaux de la monarchie à restaurer.

Un événement important est venu ajouter à ce désarroi. C'est la
publication d'une lettre adressée par M. Thiers à M. Bernard, maire de
Nancy. Voici cette lettre datée du 29 septembre, dans laquelle l'ancien
Président de la république décline l'invitation qui lui avait été faite
de se rendre à Nancy. M. Thiers redoute l'agitation à laquelle pourrait
donner lieu son voyage dans une ville qui l'appelle et qui se préparait
à lui faire un sympathique accueil. «Sans doute, écrit M. Thiers, il est
des calomnies qu'il faut savoir mépriser; sans doute aussi, au sein d'un
pays qui serait fait aux moeurs de la liberté, l'agitation serait
permise dans un moment où sans consulter la France, on prétend décider
de ses destinées.» On voit que le chef de l'opposition n'est point la
dupe des phrases toutes faites ni des hypocrites conseils par lesquels
on voudrait enchaîner la protestation légitime de la moitié des
représentants de la nation. S'il s'abstient d'aller soulever et
recueillir à travers la France les ovations qui l'attendent et qui dans
sa personne salueraient la république conservatrice, c'est parce qu'il
le juge utile à la cause même de cette république. Les adversaires des
«institutions existantes» auraient donc tort de compter sur le silence
et la neutralité de M. Thiers; M. Thiers parlera, il agira! «Bientôt,
écrit-il, nous aurons à défendre non-seulement la république qui, pour
moi, reste le seul gouvernement capable de rallier, au nom de l'intérêt
commun, les partis si profondément divisés, et qui seule peut parler à
la démocratie avec une autorité suffisante... Nous aurons à défendre
tous les droits de la France, ses libertés civiles, politiques et
religieuses, son état social, ses principes qui, proclamés en 1789, sont
devenus ceux du monde, entier.»

Il n'en faut donc plus douter; un combat, une bataille solennelle et
décisive se prépare. Dans cette bataille, tous les fils de la Révolution
combattront sous le même drapeau,--le drapeau tricolore, accepté sans
réserve, ni restrictions d'aucune sorte, ni «mensonge», pour employer
l'expression énergique de M. Thiers; ils combattront enfin sous les
auspices et sous la conduite du libérateur du territoire. Ce n'est pas
la première fois qu'en face de l'ancien régime, M. Thiers aura levé
courageusement l'étendard de la Révolution de 1789; ce n'est pas la
première fois qu'il aura pris les initiatives hardies et généreuses, et
que la nation aura répondu à son appel. «La parole est à la France»,
écrivait naguère M. le comte de Chambord. Il ne restait plus qu'à savoir
ce que disait et voulait la France: nous allons bientôt le connaître.

Avec cette, lettre, presque aussitôt suivie des déclarations
républicaines des membres les plus considérables et les plus considérés
du centre gauche, l'événement de la semaine a été l'ouverture, au
Grand-Trianon, du procès du maréchal Bazaine, sous la présidence de M.
le duc d'Aumale.

La loi veut que tout chef de corps qui capitule soit appelé à rendre
compte de sa conduite au même titre qu'un commandant de vaisseau est
appelé à rendre compte de la perte du bâtiment qui lui était confié.

Ce n'est pas seulement le maréchal Bazaine, mais ce sont tous les
commandants des places de l'Est ayant capitulé dans la dernière guerre
qui ont été soumis à cette loi et qui ont rendu compte de leur conduite
devant un conseil d'enquête que présidait le maréchal
Baraguey-d'Hilliers, assisté de quatre officiers généraux.

On peut se rappeler ce qu'ont été les avis émis par ce conseil
d'enquête, car ces avis ont, en vertu d'une loi spéciale, été livrés à
la publicité. Ces avis ont été sévères, à des degrés différents, pour
presque tous les commandants de place, sauf pour l'officier qui
commandait la petite place de Bitche.

Pour le maréchal Bazaine le blâme a été énergique, et surtout motivé de
telle façon que l'Assemblée nationale comprit la nécessité d'exercer
dans toute leur étendue les droits sévères qui lui étaient conférés en
décrétant, dans sa séance du 16 mai 1872, la mise en jugement du
maréchal Bazaine.

C'est en conséquence de cette décision que le ministre de la guerre
délivra un ordre d'informer.

Le général Rivière, chargé de l'instruction, a entendu plus de 500
témoins. Son avis a été, après de longs mois de travail, que le maréchal
devait être renvoyé devant la justice militaire pour y être jugé.

L'avis du général Rivière a ensuite été soumis au ministre de la guerre
avec toutes les pièces à l'appui. C'est donc en conformité de cet avis,
rendu après celui du conseil d'enquête, que le ministre de la guerre
s'est décidé à convoquer le conseil qui vient de se réunir pour juger le
maréchal Bazaine.

Les deux articles visés dans le rapport sont les articles 209 et 210 du
Code militaire, ainsi conçus;

«Art. 409.--Est puni de mort avec dégradation militaire tout gouverneur
ou commandant qui, mis en jugement après avis d'un conseil d'enquête,
est reconnu coupable d'avoir capitulé avec l'ennemi, et rendu la place
qui lui était confiée sans avoir épuisé tous les moyens de défense et
sans avoir fait tout ce que prescrivaient le devoir et l'honneur.»

«Art. 210.--Tout général, tout commandant d'une troupe armée qui
capitule en rase campagne est puni 1º de la peine de mort avec
dégradation militaire si la capitulation a eu pour but de faire poser
les armes à sa troupe, ou si, avant de traiter verbalement ou par écrit,
il n'a pas fait tout ce que lui prescrivaient le devoir et l'honneur; 2º
de la destitution dans tous les autres cas.»

Rien n'est modifié dans le nombre de voix nécessaires pour la
condamnation. Il y a sept juges, il faut cinq voix pour la condamnation.
Si l'accusé n'a que deux voix pour lui sur sept, il est condamné; s'il
en a trois, il est acquitté.

Aucune récusation n'est permise à l'accusé. II n'a que le recours en
révision.

Le conseil de guerre a déjà tenu trois audiences au moment où nous
traçons ces lignes, et ces trois audiences ont été presque exclusivement
consacrées à la lecture, qui n'est pas encore terminée, du rapport du
général Rivière. Ce rapport très-net et très-bien fait, est, disons-le,
accablant pour le maréchal. On n'attend pas de nous que nous le
reproduisions, même en substance, vu sa longueur. Ce serait un travail
long, difficile, et qui resterait, malgré tout, incomplet! De tels
documents d'ailleurs demandent à être lus _in extenso._ Nous renvoyons
donc nos lecteurs aux journaux quotidiens.


ESPAGNE

Les cortès se sont prorogées le 20 septembre jusqu'au 2 janvier
prochain, laissant le chef du pouvoir exécutif, M. Emilio Castelar,
investi d'une dictature sans limites.

Les efforts du gouvernement, qui semble entretenir l'espoir d'une
reddition volontaire des insurgés de Carthagène, se concentrent
principalement sur le renforcement des différents corps d'armée tenus en
échec par les carlistes dans les provinces septentrionales. Déjà le
général Moriones a pris le commandement provisoire de l'armée du Nord,
dont le commandant définitif doit être, dit-on, le maréchal Serrano; le
général Turon est allé se mettre à la tête des troupes de la Catalogne.

Bilbao est toujours cerné par les carlistes, qui, par contre, auraient
abandonné l'attaque de Tolosa pour se replier dans les montagnes de la
Navarre, à l'approche des renforts amenés par le général Moriones.

Les insurgés de Carthagène ont mis à exécution la menace dont
l'intervention des amiraux étrangers avait jusqu'à présent fait retarder
l'accomplissement; il ont bombardé Alicante, sous les yeux même des
navires anglais, français et allemands, présents dans les eaux du port.
Le 27 septembre au matin, les frégates insurgées _Mendez-Nunez_ et
_Numancia_ ouvraient le feu sur le fort en ruines qui domine une partie
de la ville et sur les fortifications qu'on avait élevées à la hâte. Les
frégates portaient le drapeau rouge. Le _Fernando-el-Catolica_, qui les
avait accompagnées d'abord, était allé faire à Villajoyosa, au nord
d'Alicante, une expédition semblable à celle de las Aguilas; le _Tetuan_
n'avait pu sortir de Carthagène, sa machine ayant refusé le service.

Le feu des frégates, mal dirigé, ne causa que peu de dommages; il y fut
vigoureusement répondu par l'artillerie républicaine, commandée par ses
anciens officiers. Près de cinq cents projectiles ont été lancés;
plusieurs édifices, entre autres le palais du gouverneur civil, ont été
atteints; onze personnes ont été tuées. A une heure, après une tentative
pour s'approcher du quai, tentative que la batterie établie sur ce point
arrêta, les frégates se retiraient, non sans avoir reçu des avaries
notables, l'une d'elles à la remorque de l'autre.


ITALIE

L'anniversaire du plébiscite qui a consacré la chute du pouvoir temporel
du pape, a été célébré jeudi 4 octobre, à Rome, au milieu de la joie
«générale», avec force transparents représentant le roi Victor-Emmanuel,
l'empereur Guillaume et l'empereur François-Joseph les mains
entrelacées, force vivats en l'honneur de l'Autriche, mais surtout de la
Prusse, et plusieurs douzaines d'orchestres faisant retentir les places
publiques de l'air national prussien.

M. Minghetti paraît désireux de hâter le plus possible la convocation du
Parlement. La nouvelle a été donnée que, dans un récent conseil des
ministres, le gouvernement aurait décidé de clore la session actuelle de
la Chambre et de fixer aux premiers jours de novembre l'ouverture du
prochain Parlement. On dément aujourd'hui, à Rome, le bruit que le
ministère ait l'intention de présenter un projet d'appendice à la loi
sur les garanties pour régler les rapports de l'Église avec l'État.

Toutefois on maintient que M. Vigliani, étudie en ce moment un projet de
loi qui, tout en respectant la liberté du clergé, marquerait le point où
cette liberté se changerait en licence et se transformerait en délit
commun.



Courrier de Paris

Mme Marie Rattazzi est de retour; elle a repris ses réceptions. D'autres
hésitent ou attendent. Quant à elle, à peine revenue, elle s'est
empressée de donner à souper à ses amis. Ceux qui sont venus sont les
mêmes qu'on voyait autour d'elle pendant le dernier hiver. On pourra
dire que c'est un monde un peu bigarré, d'accord; il n'en faudra pas
moins reconnaître que c'est l'amalgame le plus joyeux qu'on puisse voir.
D'anciens dignitaires s'y montrent, d'abord comme le dessus du panier,
des diplomates d'autrefois, un ex-chambellan, des naufragés de la
politique, deux ou trois académiciens; au milieu de tout cela, des
peintres, des journalistes, des musiciens, ce qu'Horace appelle
_ambubaja rum collegiæ._ A la musique de l'hôtesse se marie la bonne
chère; à la causerie la danse. Quand la neige poudre nos toits à
frimais, il ne faut pas que l'hôtel soit trop morose. On improvise alors
un petit théâtre, où la maîtresse conserve le privilège de jouer les
premiers rôles. Au milieu de Paris, tel qu'il est en ce moment, rien de
plus curieux qu'un tel train de vie où chaque jour se change en fête. La
résidence de la Petite Princesse, comme on l'appelle encore, ressemble à
une découpure du joli tableau sur lequel Watteau a jeté, il y a cent
ans, les groupes de la Comédie italienne.

Ce qu'il y a de plus remarquable là-dedans, c'est que rien n'arrête
jamais la marche de ces loisirs. Notez qu'il y a tantôt quinze ans que
cela dure. En 1858, c'était tantôt à Aix-les-Bains, tantôt à Annecy.
Eugène Sue est mort, par là, un jour, subitement ou à peu près; la
Petite Princesse, qui était un peu son élève, a-t-elle pleuré? Oui,
dit-on, mais la musique, le théâtre, les bons moments n'ont pas chômé
pour si peu. On est revenu à Paris, on s'y est installé; on a appelé
autour de soi des personnalités graves et l'on est parvenu à en faire
des personnalités folâtres, Sainte-Beuve y venait, Sainte-Beuve qui
toussait pour rire quand il faisait _Joseph Delorme_; le père Viennet y
récitait ses fables; M. Dupin aîné y jouait au whist; on y coudoyait
aussi le dieu Ponsard. Toutes ces étoiles ont disparu; avec elles,
l'empire est tombé, les cousins sont partis, probablement pour toujours;
eh bien! n'importe, la jolie vie a continué, et il y a mieux, le veuvage
s'est présenté pour la seconde fois, la jolie vie poursuit son cours, et
elle sera un désagréments de cet hiver.

La politique est partout avec ses fureurs, ses appétits, ses nuits
blanches, ses rêves et ses déceptions. Dans les deux faubourgs, cette
grande dame consacre son énergie à accoupler des chiffres qui se sont
fait cinquante ans la guerre; telle autre use ses yeux et son aiguille à
broder des cocardes. La Petite Princesse n'en est plus là, Dieu merci.
Elle sait la fable du chien qui jette la proie pour l'ombre. Elle ne
veut plus d'illusions. Elle s'en tient philosophiquement au plaisir qui
se présente aujourd'hui sans s'embarrasser de ce que pourra être demain.
«Cueille l'heure présente.» _Carpe diem._ Elle s'amuse, elle demande
qu'on s'amuse chez elle et autour d'elle, et n'admet rien de ce qui
serait étranger à l'action de s'amuser. A sa première soirée, on a
beaucoup admiré son buste nouveau par Clésinger, trop décolleté,
paraît-il, mais tout le monde sait bien aussi que c'est le genre du
sculpteur qui a fait la _Femme à l'aspic._ Il y avait aussi un portrait
de la même par un peintre italien.

A propos de princes, un de nos confrères en chronique vient de nous
apprendre de quelle façon comique le gardien du château d'Amboise a été
récemment congédié. On doit se rappeler que ce vieux nid de vautour,
bâti sur le haut d'un roc, théâtre de tant de drames, de fêtes et de
crimes, appartient aujourd'hui à la famille d'Orléans. C'est pour cette
raison que Louis-Philippe avait fait de ces murs de granit la prison
d'Abd-el-Kader et de toute sa smalah. En décret de Napoléon III avait
bien confisqué Amboise, mais l'Assemblée nationale a biffé la
disposition qui concerne ce domaine. Or, il y a quelque temps, un jeune
couple s'abattait au milieu des galeries en ruines. Mari et femme, ils
avaient tout visité, la merveilleuse chapelle dans laquelle Charles XIII
s'est marié, le parc au milieu duquel on voit le tombeau de Léonard de
Vinci, l'incomparable voie souterraine qu'on parcourait en carrosse avec
des flambeaux. Il ne restait plus à voir que le balcon, où la tradition
dit que La Renaudie et ses compagnons ont été pendus. Voulant d'ailleurs
jouir du point de vue qu'on a de là sur la Loire, le jeune étranger
ouvrit brusquement une des fenêtres.

--Eh! là-bas, s'écria le gardien en s'avançant, dites donc, vous, fermez
donc cette fenêtre, que vous venez d'ouvrir sans ma permission.

--Mon brave homme, répondit le jeune monsieur, je suis ici chez moi; je
m'appelle le comte de Paris.

Il se peut que le fait soit vrai, mais si le gardien a été congédié, c'a
été pour avoir dit autre chose.

Pas plus tard que l'an dernier, le hasard m'ayant poussé par là, ce même
gardien, le cicérone le plus discret qu'on ait jamais vu, nous exposait
à un officier d'artillerie et à moi tout ce qui s'était passé de
mystères dans cet endroit terrible. Il nous disait les visites soudaines
de Louis XI, escorté de Tristan l'Hermite, son compère; il nous
racontait l'arrivée soudaine d'Henri III amenant lui-même ses
prisonniers après avoir assassiné les Guises à Blois. Tout à coup il
nous fit entrer dans la partie du château qui est demeurée la plus
habitable.

--Ah! quant à ça, reprit-il, ça n'est plus du moyen âge, c'est du
moderne. Ces magnifiques galeries, vous le voyez, ont été découpées en
une multitude de petits cabinets à la parisienne, des cages à poulets.
Ainsi l'a voulu, sur la fin du règne de Louis XVI, un certain prince de
Penthièvre, le propriétaire du temps. Le pauvre homme! la pauvre
cervelle! Ses petites bâtisses ont masqué les salamandres, les fleurs de
lis, les grandes moulures. C'était un bourgeois, ce Penthièvre et, par
dessus le marché, il avait le désagrément d'être le beau-père d'un assez
mauvais garnement appelé, je crois, Philippe-Égalité. Pour ne parler que
d'architecture, il n'y entendait goutte. Tenez, quand Napoléon III a
passé par ici, je lui ai montré tout ça, le chef-d'oeuvre du Penthièvre.
Il en riait comme moi. Je vous laisse à penser si l'empereur et moi nous
nous sommes fait alors une pinte de bon sang.

Il n'y aurait rien de risqué à supposer que notre susdit gardien qui
faisait ce boniment à tous ceux qui visitaient le château, l'a répété au
comte et à la comtesse de Paris. On conçoit dès lors le dénoûment
annoncé par notre confrère en chronique, c'est-à dire la destitution de
l'homme qui a la langue trop bien pendue.

Un peintre de talent vient de disparaître; Edwin Landseer vient de
mourir à l'âge de soixante-six ans; c'est une perte pour l'Angleterre
qui ne donne pas souvent naissance à des artistes de cette trempe. Peu
d'_animaliers_ auront produit autant de sensation. Edwin Landseer ne
manquait pas de défauts sans doute; il voyait les choses trop en joli.
Toutes les scènes qu'il décrivait étaient d'une propreté irréprochable;
ses basses-cours avaient l'air d'un boudoir; chacune de ses écuries peut
lutter d'élégance avec le salon d'une lady. Et ses chevaux! et ses
chiens! quelles bêtes toujours soigneusement brossées, lustrées, cirées,
époussetées! Cinq ou six de ses tableaux, reproduits par la gravure,
sont répandus à profusion dans les deux mondes. Tels sont _Les chiens du
mont Saint-Gothard (1829), La chasse aux faucons (1832), Les animaux à
la forge (1835), Sauvé!_ (une très-belle scène d'inondation qui date de
1856).

Celle de ses toiles qui a obtenu le plus de succès est une page
familière de la vie de l'auteur d'Ivanohé. Qui n'a vu _Sir Walter Scott
et ses chiens?_ Le laird d'Abbotsford, sa belle tête carrée, si
puissante et si calme, son oeil si vif, tout cela s'harmonisant à
merveille au milieu de ces beaux peintres d'Écosse dont le grand
romancier avait voulu faire ses meilleurs amis. Assurément le jour où
Landseer a composé cette scène, il a fait un tableau d'histoire. Nous
n'aimons plus les parallèles; nous ne sommes plus à l'époque des
pendants, mais combien on aurait aimé à voir, en regard de sir Walter
Scott et ses chiens, lord Byron et son ours à Newstead-Abbey! Mais
lorsque le fou sublime qui devait écrire _Don Juan_ menait la vie
romantique dans son château, Edwin Landseer n'était encore qu'un enfant
et s'exerçait à peine à tailler ses crayons.

Nos voisins d'outre-Manche ont une qualité dont on ne saurait trop faire
l'éloge. Une fois le talent admis par eux, consacré par la Renommée et
ses trompettes, ils lui jettent l'or à pleines mains. Edwin Landseer a
pu voir quelle différence il y avait entre la réputation dans la
Grande-Bretagne et la réputation en France. Chez nous, ce n'est le plus
souvent qu'un vain bruit, sauf annexe, sans couronnement d'aucune sorte;
chez les Anglais, c'est la conquête de toutes les jouissances sociales,
une maison, une famille, la vie intime s'appuyant sur la richesse, ou,
pour le moins, sur l'abondance. Ce peintre qui faisait si bien les
chiens et les chevaux pouvait s'acheter, à son tour, une résidence,
mieux qu'un cottage, un beau toit d'ardoises au milieu des prés, une
écurie, un chenil, des poules, un étang, des bois dont l'ombre et le
murmure lui appartenaient. Tous ces _boni_ de la gloire ne le mettaient
pas, il est vrai, à l'abri des malignités de la critique; mais quel est
l'heureux du monde que l'épigramme des contemporains a jamais épargné?

«Votre Landseer, écrivait un jour une feuille satirique, il a du talent,
du talent sans aucun doute, mais toujours, toujours le même talent. Il
fait des chiens et des chevaux, rien que des chevaux et des chiens. On
prétend qu'il a fait une fois un cerf; ce devait être pendant l'année de
la comète. Ça ne s'est pas renouvelé. En certain jour, lord Devons.... a
voulu lui faire faire le portrait d'un très-joli cochon blanc et rose
dont il est l'inventeur; Landseer s'est mis à l'oeuvre, et, au bout du
compte, son cochon, était un chien. N'est-ce pas à donner envie de le
mordre?»

Puisque tout change sans cesse autour de nous, il faut bien admettre
qu'il y a aussi une mobilité raisonnable dans ce que Talleyrand
appelait: _Le grand art de la gueule_. On ne mangeait plus du temps de
Scarron comme on avait mangé à l'époque de Rabelais. On ne dînait déjà
pas avec Brillat-Savarin, sous la Restauration, comme on avait dîné avec
Barras, sous le Directoire. Tout cela pour vous dire qu'on s'occupe en
ce moment même de codifier la table, ses frontières, ses lois et sa
pénalité. Le dernier _Code gourmand_, qui est d'Horace Raisson, le
premier collaborateur d'H. de Balzac, date de 1827, c'est-à-dire qu'il
est âgé d'un demi-siècle. Evidemment c'est un code à mettre à la
réforme.

Avant que ce livre typique ne soit remplacé par celui qu'on prépare, il
est tout simple qu'on jette sur son contenu un dernier coup d'oeil, une
sorte d'adieu. En trois cents pages il résumait toute la science éparse
dans les admirables préceptes de l'École de Salerne, dans Berchoux, dans
Henrion de Pansev, dans Brillat-Savarin, déjà nommé, dans Carême, dans
les cinquante tomes qui forment les Annales du Caveau, et, en un mot,
dans les oeuvres succulentes de tous ceux qui se sont religieusement
occupés de faire de la table,--ce qu'elle doit être,--le pivot de la
civilisation moderne. Que de choses curieuses dans ce vieux livre! mais
aussi que de choses que nous ne comprenons déjà plus! Ainsi, sous forme
d'annotation, le _Code gourmand_ cite deux vers du Don Juan de Byron:

«Rien de plus délicieux dans la vie que le coin du feu, une salade de
homards, du champagne et la causette.»

Du champagne, même du Moël, en même temps que la salade de homards, cela
serait considéré de nos jours tout à la fois comme une hérésie et comme
un barbarisme.--Mais voyez la contradiction! Byron est le même qui
écrivait de Venise à Thomas Moore: «Ah! mon ami, pourquoi faut-il qu'on
mange? Manger, boire; boire, manger, c'est travail de bête! Le bruit de
la mastication et de la trituration est celui qui m'afflige le plus. Je
ne puis surtout me décider à voir manger les femmes. Si la belle mâchait
un os de poulet à côté de moi, je serais capable de la poignarder avec
ma fourchette!»--Voilà encore une chose que le temps a bien changé.
Aujourd'hui la mode est que les femmes mangent beaucoup.--Que l'ombre du
grand poète vienne faire un tour à Paris un de ces soirs, à l'heure où
les cabarets allument les bougies, et elle en verra de drôles sous ce
rapport!--Non-seulement les femmes mangent grandement, mais elles
commencent à boire avec une certaine bravoure. Il y a mieux, c'est une
fort jolie femme, une actrice qui a déterré dans une lettre de Voltaire
à d'Alembert ce tronçon de prose: «Je ne connais de sérieux ici-bas que
la culture de la vigne.»

Pour en finir avec le _Code gourmand_ en train de trépasser, je
signalerai encore une proposition surannée de cet ouvrage. A la page 180
on lit ce qui suit; «Quand vous verrez un poète boire de l'eau pendant
tout le dîner, pariez hardiment que c'est un poète didactique.» Or, les
contemporains ont pu être témoins de plusieurs faits qui battaient cette
manière d'aphorisme en brèche: 1º Béranger buvait de l'eau; M. Ernest
Rendu le lui a même amèrement reproché: «Il chantait le vin et buvait de
l'eau; il chantait aussi le Dieu des bonnes gens et il avait la
simplicité de croire à ce dieu-là»; 2º Alexandre Dumas père aussi était
un buveur d'eau (et il n'était guère didactique); 3° Par contre,
Sainte-Beuve buvait du Chambertin, et c'était l'homme enseignant,
l'homme des compas, des règles et des mesures.--Mais le _Code gourmand_
de 1827 n'est plus; le _Code gourmand_ de 1873 va venir en même temps
que les vraies truffes et les bécasses. Disons comme Alceste: «Nous
verrons bien.»

Philibert Audebrand.



[Illustration: PÊCHE A LA DRAGUE, A L'AVIRON, RIVIÈRE DU TRIEUX.]

[Illustration: Drague de rivière pour petites embarcations.]

[Illustration: Drague des bateaux Cancalais et Granvillais.]



LA PÊCHE DES HUÎTRES

[Illustration: Bateaux dragueurs d'huîtres de la côte anglaise de
Dungeness.]

[Illustration: Cutters pêcheurs d'huîtres de la côte de Plymouth.]



LES THÉÂTRES

L'Opéra.--_La Mélodie_, études complémentaires vocales et dramatiques de
l'art du chant, par G. Duprez.

Depuis quelque temps le théâtre de l'Opéra, toujours en cherche de
premiers sujets, nous a fait entendre des débutantes. Si nous n'avons
pas parlé de ces tentatives de notre Académie de musique, c'est qu'elles
n'ont pas été heureuses. Les étoiles nouvelles découvertes par M.
Halanzier ont fait une apparition de quelques soirées au ciel de l'Opéra
et se sont éclipsées. Ces exhibitions de talents d'une soirée n'ont pas
eu de lendemain et les grands rôles de femme attendent toujours leur
interprète. Mlle Ferrucci, que nous avons entendue hier dans les
_Huguenots_, nous semble devoir être plus heureuse que ses devancières,
et il pourrait bien se faire que l'Opéra gardât cette pensionnaire, qui,
croyons-nous, peut lui rendre quelques services.

Mlle Ferrucci est une fort belle personne à laquelle l'émotion, dans
cette première soirée, enlevait sans doute ses moyens de tragédienne
lyrique, car elle a joué avec un embarras extrême ce grand rôle de
Valentine; mais la débutante, dont l'organe est bien faible et bien
insuffisant dans le registre grave, a une voix des plus heureuses et des
mieux timbrées à l'octave supérieur. La note est claire, vibrante,
chaleureuse; le clavier roule, résonne avec une grande égalité. Mais
tout cela est bien loin encore de constituer un réel talent, et la
cantatrice tant cherchée est encore à trouver.

Quelle cause a donc rendu si rare ce phénomène si fréquent autrefois?
Voici M. Strakosch, l'homme à coup sur des grandes découvertes en ce
genre; grâce à lui nous allons voir renaître ce malheureux
Théâtre-Italien, mort faute de sujets. Eh bien, M. Strakosch lui-même
cherche, à l'heure qu'il est, une virtuose; il nous promet de nous faire
entendre une série de jeunes talents. A voir la liste de ses
pensionnaires, vous diriez tout le personnel d'un Conservatoire: belles
promesses; mais des promesses pour l'avenir. Rien qui s'impose encore
par le talent reconnu. Les impresarii de l'autre côté des Alpes ne sont
pas plus heureux que M. Strakosch et M. Halanzier. Un de mes amis qui
vient de parcourir toute l'Italie n'a pas rencontré une seule chanteuse
sur les théâtres de Milan, de Venise, de Florence et de Naples. Il ne
faut pas s'y tromper, l'art du chant se perd de jour en jour. Et
pourquoi? C'est que les artistes qui ne peuvent ni ne veulent attendre,
se précipitent trop rapidement sur la scène. C'est qu'ils ébauchent à
peine quelques études pour entrer immédiatement en jouissance des moyens
vocaux que la nature leur a donnés. Malgré les théories nouvelles,
l'éducation sérieuse est indispensable pour un tel art.

C'était l'opinion du fameux Lagingeole, de l'_Ours et le Pacha._--Mais
c'est merveilleux! disait Schahabaham; comment avez-vous pu rendre cet
ours musicien?--En lui apprenant la musique. Contrairement à cette
méthode, ce que les chanteurs apprennent le moins à l'heure qu'il est,
c'est la musique. D'ailleurs, il ne faut pas s'y tromper, l'enseignement
fait défaut partout. De toutes parts on le néglige. Les maîtres
eux-mêmes semblent avoir abandonné ce travail excellent qui répandait la
saine et robuste instruction musicale par les solfèges et les vocalises.
Cette pédagogie de l'artiste a été délaissée. Et pourtant que d'ouvrages
précieux elle avait produits: et les _Exercices et Vocalises_, par
Crescentini, et les _Exercices_, de Garcia. Les variations vocales sur
une phrase, et l'excellente _Méthode d'artiste_, de Mme Conti-Damoreau,
et les _Gorgheggi e solfeggi_, de Rossini, les _Vocalises élégantes_, de
Guillot de Sainbris, et enfin ce précieux _Recueil de Vocalises_, de
Bordogni, ces morceaux d'un goût exquis, d'une science parfaite, dans
lesquels se résumaient tout l'enseignement vocal de l'école italienne.

Le goût change; si parfaite que soit cette petite bibliothèque classique
du chanteur, il faut la renouveler; aussi avons-nous ouvert avec le plus
grand intérêt ce volume qui a pour titre: _La Mélodie_, et qui complète
le _Traité de l'art du chant_ publié par M. Duprez en 1845. M. Duprez
est peut-être à l'heure qu'il est la seule gloire qui existe encore de
ce grand passé qui compta tant d'illustres chanteurs. Son passage au
théâtre a été lumineux, éclatant. Lorsque l'admirable chanteur se retira
de la scène, son enseignement devint des plus féconds; nous lui devons
des talents hors ligne; son école se maintint dans les doctrines les
plus nobles et les plus pures. Elle se répandit dans le public à l'aide
de cet art du chant que nous venons de citer; aujourd'hui il se complète
par ces études vocales et dramatiques. Ce n'est pas seulement pour le
clavier vocal que le maître a écrit ces exercices; si le développement
de la voix gagne à ces études savamment dirigées, le goût du chanteur,
dans les passions et les sentiments à exprimer, y bénéficie plus encore.
L'enseignement s'élève au style et dans les morceaux de chant, et dans
les études dramatiques, et dans les grands airs que M. Duprez a tirés de
ses propres oeuvres. Il y a là de fort belles pages; mais ce qui me
frappe le plus, c'est l'habileté apportée dans cette progression
d'études.

Pour donner plus d'autorité encore à cet important ouvrage, M. Duprez a
fait un choix dans les classiques du chant. Il a cherché, en les
transcrivant, les plus beaux morceaux des siècles passés, les plus
grandes inspirations de ces maîtres qui ont nom: Carissimi, Cesti,
Campra, Léo, Porpora, Pergolèse, Gluck, Sacchini, Cimarosa, Mozart,
Méhul, et qui dans ces chefs-d'oeuvre portèrent l'art du chant à sa plus
haute et sa plus puissante expression dramatique. Cette seconde partie
de l'ouvrage de M. Duprez forme mieux encore qu'un curieux recueil; en
s'ouvrant à l'année 1500, pour finir avec le commencement de ce siècle,
elle donne dans ces pages savamment choisies une sorte d'histoire de
l'art qui se traduit elle-même par les oeuvres de ses maîtres immortels.

M. Savigny.

_P.-S._--A voir mardi dans la salle Ventadour restaurée avec goût ce
monde élégant d'étrangers et de Parisiens, on se serait cru aux beaux
jours du Théâtre-Italien. La nouvelle direction de M. Strakosch
s'annonce donc sous les auspices les plus favorables, puisque le public
a répondu avec empressement à son appel. C'est à elle à répondre
maintenant à la sympathie du public pour ce théâtre. M. Strakosch nous
fait les plus belles promesses, et il est homme à les tenir. Si nous
parlons de cette première soirée, c'est pour signaler l'ouverture de la
salle Ventadour, et pour annoncer la rentrée de deux excellents
artistes, MM. Zucchini et Delle-Sedie dans _Don Pasquale_, qu'on a fort
applaudis l'un et l'autre. Une jeune artiste, Mlle Belval, a débuté dans
le rôle de Norine. Mlle Belval a une voix agréable, mais bien mince.
Elle chante avec goût; mais elle compromet un peu son succès par des
façons un peu brusques, pour ne pas dire cavalières.

M. S.



LES DOMESTIQUES MODERNES

Le duc de R...., ex-ambassadeur, ex-pair de France, ex-sénateur; et,
plus heureusement pour lui, grand propriétaire foncier, était assis
après son déjeuner dans son cabinet de travail, devant son bureau, les
yeux plongés dans la lecture d'un rapport d'une des entreprises
industrielles auxquelles il prête son concours, pour utiliser ses
loisirs. Le duc de R... est un homme très-fin, très-expérimenté,
très-rompu aux affaires, dont on recherche les judicieux conseils.
C'est, en outre, un homme du plus bienveillant esprit, et d'une
courtoisie à toute épreuve, surtout vis-à-vis de ses inférieurs. Justin,
son valet de chambre, entra et déposa quelques brochures devant lui.

Le duc, au bout de quelques instants n'entendant pas Justin s'en aller,
releva la tête, et le vit tourner sa casquette entre ses doigts comme un
domestique embarrassé qui désirait évidemment avoir une conversation
importante avec son maître, et qui ne savait trop par où commencer.

--Vous avez quelque chose à me dire, Justin?

--Oui, monsieur le duc, si c'est un effet de votre bonté!

--Parlez, quoique je sois très-occupé en ce moment.

Justin continuait à tourner sa casquette et se taisait.

--Est-ce de votre prochain mariage avec Justine, la femme de chambre de
la duchesse, que vous voulez m'entretenir?

--Ce n'est pas précisément du mariage qu'il s'agit, mais c'est un peu à
propos de ce mariage que je me décide à faire à M. le duc une
communication.

--Une communication! cela annonce quelque chose de grave.

--Assez grave en effet!

Le duc le regarda Fixement et, habitué à lire dans la pensée des autres,
lui dit;

--Vous venez me demander une augmentation de gages!

--C'est cela même, répondit Justin, soulagé d'avoir été deviné.

--Je vous ai pris tout enfant sur ma terre de R... Je vous ai fait
élever; je vous ai amené un peu gauche à Paris, mais vous vous êtes
formé vite au service, vous êtes intelligent. Je ne suis pas mécontent
de vous. Vous avez eu douze cents francs d'abord, vous en avez dix-huit
aujourd'hui; je porterai vos gages à deux mille francs; voyez si la
duchesse veut faire pour Justine ce que je fais pour vous. La duchesse a
sa fortune personnelle.

--Beaucoup plus considérable même que celle de M. le duc, ajouta Justin.

--C'est vrai, dit le duc, avec un léger mouvement de surprise.

--Justine est entrée chez la duchesse pour lui faire sa réclamation,
mais nous sommes loin de compte, monsieur le duc.

--Comment, loin de compte? s'écria le duc avec un étonnement plus
prononcé.

--Oh! oui, les gages que vous m'offrez ne sont pas en rapport avec la
fortune de M. le duc, ni avec les règlements de l'_Union._

--Ma fortune, l'_Union!_... Qu'est-ce que cela veut dire?
Qu'entendez-vous par l'_Union._

--L'Association générale des domestiques... M. le duc n'en a donc pas
entendu parler. Nous avons eu déjà plusieurs assemblées... Nous avons
fait venir de Londres un guide, un leader, un homme très-habile, un
orateur qui s'exprime en très-bon français, et qui nous a enseigné nos
droits...

--Et vos devoirs, sans doute, dit le duc à moitié étourdi par cette
révélation inattendue.

--Et nos devoirs aussi. Nous devons à l'_Union_ un schelling, 1 fr. 25.
par semaine, comme en Angleterre, pour les frais généraux, et pour le
cas où une grève serait nécessaire.

--Ah! c'est différent, dit le duc, qui avait repris tout son sang-froid,
je faisais naïvement allusion à vos devoirs envers vos anciens maîtres:
la reconnaissance, par exemple, qui a toujours passé pour une vertu.

--La reconnaissance abaisse la fierté de l'homme, monsieur le duc, tout
doit se passer raisonnablement à notre époque, et si j'osais employer
une expression toute récente, contractuellement.

--Et quel est le contrat que vous avez à me proposer.

--Ce n'est pas moi qui en ai déterminé les conditions, monsieur le duc,
l'_Union_ ne permettra pas désormais un mode de rétribution _ad
libitum._

--Je m'aperçois que vous êtes devenu très-instruit, M. Justin.
L'anglais, le latin, ne sont plus pour vous des langues étrangères.

--M. le duc doit être fier de ce progrès qu'il veut bien remarquer,
puisque c'est lui qui m'a fait apprendre à lire, à écrire.

--Et à compter. Vous avez vraiment profité de l'éducation. Mais je suis
curieux de savoir quel est au juste ce mode de rétribution.

--Ah! Il est bien simple. Un salaire proportionnel tout bonnement: cinq
pour cent sur la fortune du maître dans les grandes maisons. Or M. le
duc ayant cent mille francs de revenus, en bons biens au soleil, comme
son notaire peut en témoigner, et madame la duchesse en ayant deux cent
mille de son chef!...

--Cela fait que vous me demandez cinq mille francs de gages par an, et
que Justine se hasarde à en demander dix mille à la duchesse.

--Voilà tout. N'est-il pas temps que, sans bouleverser la société de
fond en comble, comme le veulent des gens avancés, l'inégalité des
conditions humaines soit justement adoucie.

--Je vois avec plaisir que vous n'êtes pas encore de ceux qui demandent
à retourner du haut en bas l'échelle sociale, et que vous n'exigez pas
que je devienne votre valet de chambre...

Justin ne prit pas garde au ton railleur du duc, et crut qu'il adressait
des compliments sincères à l'_Union_ dont il était membre.

--Oh! nous respectons, s'écria-t-il, les faits accomplis, les positions
acquises, tout en essayant d'améliorer notre industrie.

--Ne vous servez pas de ce mot d'industrie, M. Justin, on le prend
quelquefois en mauvaise part; on en a fait un ordre, et, comme vous avez
l'esprit très-progressif, vous pourriez être tenté d'y prendre un grade.

--Je voulais dire, pour améliorer nos moyens, d'existence, reprit Justin
un peu déconcerté; mais, après tout et entre nous, M. le due, ne
pourriez-vous pas convenir que vos aïeux ont abusé des miens...

--Vos aïeux, M. Justin, répondit le duc quelque peu froissé, étaient de
bons et loyaux fermiers que mes aïeux, à moi, ont nourri dans leurs
terres durant des siècles, et qui seraient bien étonnés de votre
langage...

--Que voulez-vous! C'est le langage du jour. Les temps de sacrifice et
d'abnégation sont passés. Chacun ne doit avoir en vue que son bien-être
ici-bas. Si vous entendiez notre leader...

--Je me priverai de cette distraction.

Le duc avait de la peine à se contenir, mais il ne se départait pas de
sa politesse habituelle.

--Finissons, dit-il en se levant, je réfléchirai.

Justin allait se retirer sur le geste de son maître, lorsque la
duchesse, moins patiente que son mari, entra avec impétuosité dans le
cabinet du duc, suivie de Justine, dont le bonnet était hardiment posé
sur l'oreille.

--Croiriez-vous bien, M. le duc, dit la duchesse à demi suffoquée, que
cette effrontée de Justine est venue me proposer d'élever ses gages à
dix mille francs par an...

--Et qu'avez-vous répondu, chère amie? repartit froidement le duc.

--Je l'ai _chassée_.

--Monsieur Justin, reprit le duc en se tournant vers son valet de
chambre d'une façon significative, les femmes mettent les points sur les
i.

--Vous me chassez aussi? dit Justin.

--Vous savez que je n'aime pas les gros mots. Mais vous pouvez suivre
Justine, bien digne d'être votre compagne...

Justine s'approcha de Justin et lui dit à l'oreille.

--Préviens le cocher, je vais prévenir la cuisinière, la grève va
commencer par nous.

--Ils se retirèrent à reculons d'un air insolent et, sur le seuil du
cabinet, Justin dit brusquement:

--On fait ce qu'on peut, pour prévenir les révolutions et voilà comment
on est reçu!...

--C'est trop fort, s'écria le duc en cherchant sa canne... La duchesse
l'arrêta.

Après la sortie de Justine et de Justin, le duc et la duchesse se
regardèrent les larmes presque aux yeux; ils s'assirent et causèrent
longtemps des jours de leur enfance, où les serviteurs de leurs nobles
parents faisaient presque partie de la famille... Que les temps étaient
changés!...

La journée s'avançait. Vers l'heure du dîner, la duchesse sonna
machinalement, personne ne vint de la maison à son appel, si ce n'est le
concierge resté à son poste, et qui lui apprit que la maison avait été
désertée par tous les gens.

--Comment allons-nous dîner, s'écria la duchesse...

--Prends mon bras, lui dit galamment le duc, nous irons dîner en
tête-à-tête dans quelque restaurant du boulevard; il faut s'accommoder à
tout.

--Mais ce soir, reprit la duchesse un moment abattue, comment me passer
des soins de ma femme de chambre...

--Je vous demanderai la permission de la remplacer, reprit le duc, et il
lui serra affectueusement la main; ils sortirent à pied, et je les
rencontrai chez Brébant. C'est ce qui fait que j'ai su cette histoire un
des premiers.

_Hippolyte Lucas._



L'ESPRIT DE PARTI

LE CHARIVARI

1832

On a tort de prétendre que la Restauration ne protégeait pas
l'industrie. Elle était trop dévote pour ne pas encourager les
fabriques.

Il y a, prétend Odry, cette différence entre les moutons et les valets
du ministère qu'on marque les premiers quand ils sont à vendre et les
seconds quand ils sont vendus.

Monsieur le président de la Chambre a dit avant-hier: «Je mets aux voix
le chiffre le plus élevé.» Une faute typographique lui fait dire dans un
journal ministériel: «Je mets les voix au chiffre le plus élevé.»

On suspend les pièces qui déplaisent; on suspend les journaux qui
gênent. La censure est décidément commuée en suspension.

Si le peuple, disait hier un député, s'avisait à son tour de suspendre
tout ce qui le froisse, le budget pourrait bien être suspendu.--«Dieu
nous en préserve, répondit M. de Corcelles, il est déjà bien assez
élevé.»

Un inventeur de nouvelles lampes dit dans son prospectus, pour les faire
valoir, qu'elles servent à l'éclairage du bureau de la Chambre des
députés. C'est une triste recommandation.

Un journal ministériel dit ce matin que la monarchie est le seul remède
qui puisse guérir les maux de la France. Il n'y a pourtant que les
imbéciles qui croient encore à la médecine _Leroi._

S. M. Louis-Philippe vient de donner son..... nom à une nouvelle rue.

1833

On assure qu'il a été question au parquet de saisir le _Journal du
Commerce_, à cause d'une annonce qui commence ainsi: «Tous les fruits
verts et notamment la poire, ne seront pas de conserve cette année.»

On nous dit que la République pâlit. C'est probablement qu'elle n'a pas
à rougir comme certaines gens.

Nous jouissons d'une _immense_ liberté...

N. B.--Ce _carillon_ est de M. de Broglie.

M. Thiers a dit: «J'ai une foi absolue dans la durée du système que j'ai
l'honneur de servir.»--Il faut que M. Thiers soit bien crédule.

Nous n'avons jamais été moins libres que depuis que nous vivons sous la
meilleure des républiques. On a bien raison de dire que le mieux est
l'ennemi du bien.

Le juste milieu est gardé à Paris par l'amour des citoyens et par six
régiments d'infanterie, quatre de cavalerie et deux d'artillerie.

Un journal ministériel dit ce matin qu'en fait de République la
meilleure ne vaut rien. C'est ce que nous répétons tous les jours à ceux
qui prétendent que nous vivons sous la meilleure des républiques.

Eh bien! que dites-vous de la mère de votre roi? demandait dernièrement
M. de Schossen à M. Berryer.--Et vous, répliqua celui-ci, que dites-vous
du père du vôtre?... (_Historique._)

A propos des bruits qui courent sur l'intention qu'aurait le juste
milieu d'employer quelque jour contre le peuple les nouvelles
fortifications de Paris, le _Journal des Débats_ s'écrie:
«S'imagine-t-on donc avoir à faire à un _despote imbécile?_» A un
despote non.

On assure que l'on va abolir le bureau des longitudes pour le remplacer
par un autre beaucoup plus convenable sous l'ordre de chose actuel,
c'est-à-dire par un bureau des _platitudes._

Désormais le juste milieu nous parlera par la bouche.... des canons.

Les forts autour de Paris seront _détachés._ C'est comme les cours.

Voici comment les choses se passeront dans l'affaire des fortifications
de Paris: d'abord le corps de la place, puis un épaulement, puis un
rempart, puis un fossé, et au bout du fossé...

Avant-hier la monarchie citoyenne a reçu la visite de M. Vitet,
l'inspecteur des ruines.

Il n y a rien de tel qu'une _clef d'or_ pour ouvrir et fermer une
chambre à volonté.

Un journal ministériel s'étonne qu'il se rencontre des gens qui osent se
moquer de la majorité; car jamais, ajoute-t-il, on ne vit de Chambre
plus _imposante_. C'est précisément ce dont se plaignent les
contribuables.

La Gaîté nous annonce une prétendue première représentation de _la Fête
du voleur_. Il nous semble que nous avons déjà vu quelque chose dans ce
genre (1).

      [Note 1: Ce carillon est du 5 mai. Quatre jours par conséquent
      après la fête du roi.]

Sur toutes les scènes à présent, le beau rôle est pour les voleurs. On
sait que le théâtre a la prétention d'être le miroir de l'époque.

Sa Majesté doit, dit-on, partir pour les départements le 20 mai. Les
préfets ont déjà reçu l'ordre de préparer l'enthousiasme et d'organiser
l'ivresse.

Il a fallu à Lyon mettre en réquisition l'artillerie et les baïonnettes
pour empêcher la République d'héberger ses amis. On ne sera jamais
obligé, pour un pareil motif, d'en venir à ces extrémités à l'égard de
la royauté citoyenne.

Le grand Turc vient d'accorder une amnistie pleine et entière à tous les
prévenus des délits politiques. Ceci est une nouvelle preuve que
l'influence du gouvernement français est nulle à Constantinople.

On sait que le savetier de La Fontaine ne chanta plus dès qu'il fût
devenu riche. Si l'accumulation des écus produit cet effet, il ne faut
pas s'étonner que certain gros et gras personnage ait cessé ses refrains
patriotiques.

Le _Constitutionnel_ signale l'existence d'un nouveau _banc d'huîtres._
Il veut sans doute parler d'une banquette qui vient d'être ajoutée au
centre de l'enceinte législative au Palais-Bourbon.

L'autre jour un amateur, arrêté devant les carreaux d'Aubert, ayant vu
un certain personnage appuyé sur un énorme coq, s'écria en poussant son
voisin:--«Voilà un fameux coq, hein?»

La saisie de la _Tribune_ nous a beaucoup étonnés; nous ne pensions plus
qu'il était possible d'exciter à la haine et au mépris du gouvernement
du roi.

On a bien tort de dire que l'ordre de choses n'a pas de tendresse pour
Paris. C'est, au contraire, pour lui qu'il réserve tous ses feux.

On est étonné qu'un gouvernement qui absorbe tant de millions ait si peu
de valeur.

On disait autrefois: «Pour faire la guerre, il faut de l'argent, de
l'argent, et encore de l'argent.»--L'ordre de choses emploie la même
recette pour la paix.

Le jour de l'inauguration de la statue de Napoléon sur la place Vendôme
bien des gens n'étaient pas de l'avis du bon Lafontaine quand il dit:
Mieux vaut goujat debout qu'empereur enterré.

La France ne songe qu'à recouvrer ses frontières. L'ordre de choses
pense à recouvrer ses écus.

Le juste-milieu ressemble à ces poltrons qui se sont fait de mauvaises
affaires et que la pour force à garder la _chambre._

M. Thiers soutient qu'en fait d'impôts il ne faut pas négliger les
petites tailles.

Jules Rohaut.

(A suivre.)



[Illustration: PROCÈS DU MARÉCHAL BAZAINE UNE SÉANCE DU
CONSEIL DE GUERRE SIÉGEANT A TRIANON.]



NOS GRAVURES

Trianon

Le 6 octobre, il y avait à Versailles un mouvement inusité. Depuis les
vacances de l'Assemblée nationale, jamais le chemin de fer n'avait
déposé à la gare de cette ville un pareil nombre de visiteurs, bien que
ce nombre fut relativement restreint.

Mais le flot ne faisait que passer.

A peine arrivé, il repartait dans la direction du château, envahissait
le parc peuplé de déesses de marbre et de bronze, traversait les grandes
prairies plantées d'arbres superbes, et s'écoulait finalement le long du
bras septentrional du grand canal pour venir enfin s'arrêter devant le
Grand-Trianon, ce charmant château, élevé sous Louis XIV par Mansard, au
milieu des massifs de verdure et des pelouses.

Le Grand-Trianon, un beau jour, on ne sait pourquoi, avait pris la place
de la _maison de porcelaine_, une bonbonnière bâtie vingt ans auparavant
pour Mme de Montespan. Mais alors Mme de Montespan avait perdu l'oreille
et le coeur du roi; et, de même que Mlle de La Vallière battant en
retraite devant elle, s'était retirée aux Carmélites, ainsi elle-même
avait déjà cédé le pas à Mme de Maintenon et gagné de son pied qui
n'était plus léger la communauté de Saint-Joseph. Le roi d'ailleurs
avait vieilli, pas assez toutefois pour que le nouveau château ne
retentit pas encore du bruit des fêtes. Mais cela ne devait pas durer.
Bientôt, il se lit autour du joli pied-à-terre un silence que
troublèrent à peine, vers le milieu du XVIIIe siècle, les éclats de rire
de Louis XV folâtrant en traîneau à travers les allées de son parterre.
Louis XVI, Napoléon, Louis XVIII, Charles X, s'y montrèrent de loin en
loin seulement. Le Grand-Trianon avait décidément perdu toute faveur. Ce
ne fut que sous Louis-Philippe qu'il cessa d'être délaissé et sortit de
l'oubli. Ce roi l'aima, l'habita, et lui fit subir de notables et
heureuses modifications. On montre aux visiteurs les appartements qu'il
y occupa, sa chambre à coucher modestement meublée, son cabinet de
travail où l'on remarque une table d'acajou fort simple qui lui servait
de bureau. Mais Louis-Philippe était un roi bourgeois. Il vivait en bon
père de famille, et n'avait jamais figuré dans le moindre ballet. Aussi
passa-t-il au Grand-Trianon sans bruit, et depuis lors, de cette
résidence princière, personne n'avait plus entendu parler. D'où vient
donc que sortant de son sommeil de Belle au bois dormant, tout à coup
voilà qu'elle ouvre ses portes à deux battants; que devant sa belle
façade à toit plat, aux fenêtres en portiques, les voitures s'arrêtent;
que, dans sa cour d'honneur, circulent des groupes d'officiers; qu'enfin
dans un coin, à quelques pas de sa grille, se trouve, champignon en une
nuit poussé, une guinguette pleine de bruit?

Vous le savez, et je n'ai pas besoin de vous le dire, car c'est le
bruit, sinon de la cour, au moins de la ville. De ce nid bâti pour les
amours on a fait une salle de justice. C'est Théines qui y règne
maintenant, tenant une épée nue d'une main et de l'autre une balance.
Métamorphose au moins singulière! Comment on en a eu l'idée, je
l'ignore; mais ci-dessous on vous dira comment elle s'est effectuée.

L. C.



Procès du maréchal Bazaine

PREMIÈRE SEANCE DU CONSEIL DE GUERRE

Dans notre précédent numéro nous avons dit, et nos lecteurs savent que
c'est dans la galerie servant de vestibule au château du Grand-Trianon,
qu'a été établie la salle des séances du conseil de guerre chargé de
juger le maréchal Bazaine.

Notre grand dessin représente cette salle et donne la physionomie exacte
de la première séance du conseil.

Transformer ce magnifique péristyle en salle d'audience n'était pas
chose facile. On y est cependant parvenu, grâce à l'habileté des
dispositions prises. La salle offre l'aspect d'un long parallélogramme,
dont une partie a été surélevée par des travaux de charpente. Dans cette
partie se trouvent: au fond, un large bureau en forme d'hémicycle pour
les juges militaires; puis à gauche, pour l'accusé, un fauteuil et une
table recouverte d'un tapis vert, et la barre de la défense; à droite,
le bureau réservé au commissaire du gouvernement, et la tribune des
journalistes, élevée derrière les colonnes de marbre de la galerie.
Cette tribune est disposée en gradins et peut contenir soixante-dix
personnes environ. Enfin, au milieu, devant le bureau du conseil, est
établi le greffier. Une légère balustrade recouverte de velours rouge
sépare cette première partie de la salle de la seconde, à laquelle on
arrive en descendant une marche.

Cette seconde partie est coupée par une enceinte réservée au publie muni
de cartes et aux témoins. Derrière est un espace assez étroit pour le
commun des martyrs qui ne craindront pas de demeurer cinq heures debout,
chaque jour, après avoir fait queue, s'ils veulent suivre les débats de
ce procès, qui sera long.

La décoration de cette salle est des plus simples. Les murs sont en
granit rouge veiné de blanc et orné de distance en distance de fausses
colonnes blanches, à chapiteaux contournés. Les tentures sont en reps
vert. Quatorze grosses colonnes en granit rouge séparent la salle en
deux dans toute sa longueur, gênant beaucoup la vue de la tribune de la
presse. Derrière les fauteuils des juges et au-dessus de la porte
d'entrée de la chambre du conseil, on voit un grand Christ en croix.
Puis, pour parer au froid, qui est imminent, quatre poêles sont alignés
de distance en distance. Cependant la température n'a pas cessé d'être
douce, et à travers les fenêtres largement ouvertes sur la cour d'entrée
du château, on aperçoit les grands arbres du parc, à la verdure encore
vigoureuse.

Mais il est temps de pénétrer dans la salle du conseil de guerre. A midi
un quart, on annonce l'entrée des juges militaires. La séance est
ouverte. Les membres du conseil sont: MM. le duc d'Aumale, président,
tournure militaire, moustaches et barbiche blondes, voix forte et
sonore, habituée au commandement; de Chabaud-Latour, officier général du
génie, soixante-dix ans environ, un peu fatigué; de la Motterouge, plus
âgé que le précédent, mais portant plus gaillardement son âge; Tripier,
vieux et un peu cassé, appartenant au génie, blessé à l'Alma, porte
lunettes; Guyot, artillerie, petit et gros, mais vif et alerte;
Lallemant, très-grand, air grave et réfléchi, serait le plus jeune ou le
moins âgé du conseil si le général de cavalerie Princeteau n'en faisait
pas partie; de Malroy, regard doux, air décidé, chauve, soixante ans;
Ressayre, figure d'anachorète, a commandé une division à la bataille de
Coulmiers, où il fut blessé grièvement; enfin le général Pourcet, petit,
maigre, impatient, coiffé à la Titus. Très-savant, m'a-t-on dit, il
représente, comme on sait, le ministère public.

Quelques minutes après l'entrée en séance du conseil, ordre est donné
par le président d'introduire le maréchal. Mouvement de curiosité
très-marqué. L'accusé entre d'un pas lourd et avec un certain embarras.
Il porte le costume de maréchal, petite tenue, et la grand'croix de la
Légion d'honneur. Il a de l'embonpoint; ses yeux sont petits, son visage
est gras, son crâne absolument chauve. Deux sourcils très-fins, deux
petites moustaches brunes se dessinent seuls dans cet ensemble de
rondeurs grasses. Il est d'ailleurs un peu pâle: on le serait à moins.
Calme en apparence, sa préoccupation ne se trahit que par certains
gestes. Ainsi il porte fréquemment sa main à ses lèvres ou à son front,
ou bien il joue machinalement avec une bague qui brille à l'un de ses
doigts.

Avec l'entrée du maréchal, le défilé des témoins a été l'intérêt de
cette première audience. Ces témoins, fort nombreux, peuvent se diviser
en trois catégories: les militaires, maréchaux, généraux, officiers
supérieurs ayant fait partie de l'armée du Rhin; les témoins politiques,
tels que MM. Jules Favre, Gambetta, de Kératry, et les témoins qui
n'entrent ni dans l'une ni dans l'autre de ces catégories, tels que
douaniers, employés de chemins de fer, ingénieurs. Le premier témoin
appelé a été le maréchal Canrobert, et le second le maréchal Leboeuf,
sur lequel tous les yeux se sont fixés avec une attention particulière.
Le général Changarnier a aussi beaucoup attiré les regards, avec son
pantalon gris-perle et sa redingote bleu clair élégamment boutonnée.
Mais celui qui a excité la curiosité la plus vive est encore le fameux
M. Régnier, cet envoyé mystérieux qui alla trouver le maréchal au
travers des lignes prussiennes, ouvertes pour lui, et amena en
Angleterre le général Bourbaki.

L'appel des témoins terminé, la séance a été suspendue pendant dix
minutes. A la reprise de l'audience, il a été donné lecture des états de
service du maréchal Bazaine et de la première partie du rapport du
général Rivière, rapport net, clair, précis, et du plus haut intérêt.
Mais arrêtons-nous. Ce serait sortir du cadre de cet article que
d'entrer ici dans des détails qui ne sont point de notre compétence et
que d'ailleurs tout le monde connaît.

L. G.


La pêche des huîtres

L'humeur médisante qui caractérise notre espèce s'est exercée aux dépens
de cet aimable mollusque, la fleur et la joie des soupers fins. Sous
prétexte qu'il consacre à bâiller une bonne part de son existence, nous
en avons fait le type de l'engourdissement intellectuel, et «bête comme
une huître» est devenu un de nos dictons les plus familiers. Si Dieu
daignait un jour lui accorder la parole, le bivalve nous répondrai,
probablement que si l'esprit ne court pas ses bancs comme il est entendu
qu'il court nos rues, en revanche on n'a jamais rencontré une huître
plus sotte que ses soeurs les autres huîtres, ce qui est bien un
avantage. J'ai connu un huîtrier forcené qu'indignait cette injustice.
Tous les soirs, quand il achevait sa quatrième douzaine, ses yeux
s'humectaient, deux larmes descendaient sur ses joues et venaient se
confondre avec l'eau salée dont ruisselait sa barbe, et la bouche pleine
il s'écriait:--Les ingrats! en d'autres temps ou lui eut dressé des
autels. Sans s'élever à cet enthousiasme, on peut prétendre que ses
mérites comestibles auraient dû nous rendre beaucoup plus indulgents
pour sa pauvreté en matière d'idéal.

J'affiche quelque désintéressement en embrassant sa défense, car je ne
vous dissimulerai pas que je nourris contre elle un fort gros grief, que
probablement vous partagez avec moi. Ce grief se fonde sur les prix
exagérés que cette belle des mers a mis depuis quelques années, à ses
faveurs. Au bon vieux temps, qui n'est pas si loin de nous que vous le
supposez peut-être, pour douze sols,--vieux style aussi,--on vous en
servait une douzaine toutes frémissantes dans leurs écailles nacrées.
Que dis-je? A cette heureuse époque, à l'instar de la Déesse à la voix
rauque de Barbier, l'huître ne dédaignait pas la populace. La charrette
de l'écaillère nomade la débitait,--un peu défraîchie sans doute,--à
raison de trente centimes et moins encore, dans les rues, dans les
carrefours. Tout cela est bien loin de nous; tandis que le monde se
démocratisait au-dessus d'elle, elle s'aristocratisait à nos dépens; la
voilà devenue un mets de luxe, peu accessible à la médiocrité, même
dorée; elle coûte juste le triple de ce qu'elle valait autrefois.

Ce renchérissement progressif et excessif de ces mollusques a des
raisons multiples. Il tient à la fois à la facilité des transports par
voie ferrée et à la spéculation, qui s'est mêlée de ce commerce. En même
temps, et ne le regrettons pas, les pêcheurs mieux renseignés sont
devenus plus exigeants. Et puis on avait quelque peu abusé des bancs, il
y a quelques années. Enfin, des causes complètement indépendantes de
l'action humaine ont leur influence sur la production huîtrière. La
température agit énergiquement sur la croissance de l'huître, beaucoup
plus lente dans les eaux froides du large, que sur certaines parties de
la côte; il est constant que la multiplication a singulièrement souffert
du manque de naissain dans la dernière période.

Heureusement notre malchance n'est pas sans appel et cet état de choses
peut se modifier. Il y a lieu d'espérer que nos bancs se relèveront de
l'état de marasme que nous signalons. On leur rendrait plus rapidement
leur prospérité première en établissant des réserves où l'on déposerait
le naissain lorsqu'il serait abondant.

Les annales de l'huître ne sont pas sans gloire; elle a inspiré de
luxueuses folies aux maîtres fous de la gastronomie, les Romains; mais
le cadre purement pittoresque et industriel de cette étude ne nous
permet pas un retour dans le passé du coquillage qui nous occupe, si
flatteur qu'il puisse être pour lui.

Sa description, je rougirais de l'entreprendre; je vous l'assure, vous
vous renseignerez beaucoup plus agréablement sur ce point chez
l'écaillère du coin, qu'en ayant recours à tous les traités d'histoire
naturelle. Prodigue de tout ce qui est bon, la nature l'a largement
distribuée dans les mers de toutes les latitudes; ses espèces sont
nombreuses; nous ne nous occuperons que de celles qui se trouvent sur
notre littoral. Ce sont:

1° L'huître pied de cheval, diamètre 12 centimètres; les amateurs de
grosses bouchées, les gourmands seuls en font quelque cas. On la pêche
sur tous les fonds rocailleux.

2º L'huître normande ou cancalière, huître blanche dont la dimension est
de 7 à 8 centimètres, l'écaille épaisse et la qualité supérieure, bien
qu'elle reste au-dessous de sa voisine l'armoricaine.

3° L'huître bretonne, petite de taille, 4 à 5 centimètres de dimension;
à coquille mince et narrée, d'un goût exquis, pouvant rivaliser avec
celui de l'huître anglaise, qui est d'un vert foncé à écailles rondes et
de dimensions moindres encore.

4° L'huître de Marennes, qui se rapproche de la précédente par ses
qualités, s'en distingue par la nuance verdâtre, qu'elle affecte et
qu'elle doit aux fonds vaseux sur lesquels elle a vécu.

Nous aurons plus tard à nous occuper des moeurs, des habitudes de
l'huître,--en dépit du préjugé elle en a,--de sa reproduction, des
tentatives d'éducation huîtrière, du parcage, etc.; mais avant d'aborder
ces questions, il faut savoir comment on la pêche.

La drague est l'instrument le plus en usage pour aller la chercher au
fond des mers. Cette drague consiste en une sorte de sac à mailles de
fil de fer ou de corde. Il est muni à son ouverture d'une forte armature
de fer figurant un trapèze très-allongé. L'appareil est maintenu par
trois tringles du même métal dont deux partent de ses extrémités, une de
son milieu, pour se réunir à un anneau de traction sur lequel est frappé
un cordage amarré lui-même à l'arrière du bateau. Cette disposition
maintenant l'engin horizontal lui permet de racler les fonds et de
détacher les huîtres, qui tombent alors dans le filet.

La drague, on le comprend, doit souvent rencontrer des obstacles:
pierres, roches, débris de navires qui, non-seulement peuvent l'arrêter,
mais briser son armature. On pare à ces accidents en frappant à l'une de
ses extrémités un petit orin muni d'une bouée qui permet de la
retrouver. Une autre méthode très-ingénieuse consiste à étalinguer
l'amarre de traction fixée à un des angles de l'armature par un faible
filin; en cas d'arrêt sérieux, ce filin se brise, l'appareil se
renverse, et, ne formant plus râteau, il est aisément dégagé.

La largeur de la drague varie en raison des difficultés que présentent
les fonds à explorer. Un des meilleurs types, la drague cancalaise,
mesure de 1m50 jusqu'à 2m50 de lame. La grandeur de la maille est
réglementée administrativement suivant la taille des coquillages. Son
minimum est fixé à 5 centimètres carrés.

Dans nos pêcheries en rivière de la Seurre, de Pont-l'Abbé, du Sucidy et
même dans la baie d'Arcachon, on emploie pour pêcher l'huître de simples
canots ou _tillotes_ à deux ou quatre avirons, munis d'une drague légère
qu'un seul homme placé à l'arrière peut manoeuvrer. Les bancs du large
sont exploités à l'aide d'embarcations pontées et d'un tonnage moyen de
sept tonneaux, qui marchent à la voile et peuvent avoir plusieurs
dragues à la traîne. A Cancale, chaque bateau en possède trois; dans le
passage de la Déroute, j'ai vu des embarcations anglaises en mettre
jusqu'à sept à la mer..

Les bateaux destinés à cette pêche doivent réunir deux qualités
essentielles: la solidité et la vitesse. La rapidité de la marche donne
de grands avantages aux pêcheurs, non-seulement sur les bancs, mais dans
le transport du chargement aux parcs, claies et dépôts de la côte. Les
cutters anglais de Jersey, Liverpool, Ry, etc., auxquels leur
construction à clins procure cette rapidité en même temps qu'elle leur
donne une grande élégance, sont de parfaits modèles du bateau pêcheur
d'huîtres.

Par un bon temps et une jolie brise, rien n'est beau connue le tableau
d'une flottille de pêcheurs en action. Les carènes noires des bateaux
ruisselantes sous les caresses de la vague étincellent au soleil; avec
leurs voiles blanches effilées, ils ressemblent à une nuée d'oiseaux
éparpillés sur la mer, et malgré le poids des dragues qu'ils traînent à
leur suite, comme l'oiseau, ils semblent voler en laissant une légère
traînée d'écume sur sa surface.

À bord, quelle fiévreuse activité! Il faut voir la prestesse avec
laquelle, quand l'huîtrière est riche, l'appareil est vidé et rejeté à
la mer.

Quelquefois, lorsque la scène se passe sur un banc interdit, elle se
complique. Un de ces avisos de l'État qui jouent sur ces plaines
liquides le rôle des gardes champêtres dans nos campagnes surgit tout à
coup de quelque coin de l'horizon, tombe comme la foudre sur les
délinquants, amariné les plus maladroits et gâte un peu le plaisir de la
fête. Celles des embarcations qui ont eu la chance de lui échapper,
quelquefois en sacrifiant leurs engins de pêche, se couvrent de toile,
font force de voiles et s'éparpillent dans toutes les directions.

Le départ et l'arrivée de la caravane, c'est ainsi que l'on appelle à
Cancale la drague annuelle des huîtres, est encore un spectacle auquel
le plus indifférent ne saurait assister sans éprouver une certaine
émotion. Il donne la mesure de l'importance de la récolte du coquillage
pour ces populations. Aussitôt que les bateaux sont signalés, tout le
littoral est en mouvement; les falaises, les grèves se couvrent de
monde; une fourmilière humaine s'y presse, s'y amoncelle. Femmes,
enfants, vieillards sont accourus pour assister au triage du précieux
mollusque et constater les résultats de cette campagne, qui apportera
l'aisance dans chaque foyer, qui peut-être aussi les laissera dans la
gêne. Les premières, les poings sur les hanches, le teint allumé, l'oeil
fiévreux, comptant les paniers qui se vident avec cette âpre cupidité
que l'on a si peu le droit de reprocher aux pauvres gens; les petits,
les yeux écarquillés, s'émerveillant devant ces trésors avec la naïveté
de leur âge; les vieux y trouvant un prétexte pour revivre les jours du
passé, et constater sa supériorité sur le présent: les huîtres étaient
bien plus grosses de leur temps, on en cueillait aussi bien davantage.
Si la pêche est plus faible, c'est que les équipages sont moins
vaillants; et tout fier de l'avoir constaté, redressant son buste voûté,
le bonhomme reprend sa chique, qu'il avait pieusement déposée dans un
coin de son béret pour pérorer plus à son aise.

Nous parlions tout à l'heure de la pêche sur les bancs prohibés; les
Anglais sont nos maîtres dans ce genre de maraude; mais malheureusement
ce n'est pas seulement en fait de pêche illicite que s'affirme la
supériorité de leurs pêcheurs. Leur caractère froid et calculateur, un
instinct plus raisonné de leurs intérêts leur ont permis de former entre
eux des _guilds_ ou corporations où se réunissent les capitaux et qui
répartissent équitablement entre les intéressés les produits de la
commune industrie.

Si, hors de chez eux, ils cèdent un peu trop aisément à l'attrait du
fruit défendu, en revanche ils respectent strictement, rigoureusement
les prohibitions de leur littoral, et notamment celles des baies de
Portland, Falmouth, Swansea pendant la période de fermeture. On les voit
aussi se donner la peine de débarrasser les fonds de pêche pendant l'été
des herbes, des plantes marines qui nuisent singulièrement à la
production du _brood_ ou naissain. Chez nous, au contraire, et si
avantageux que soit le traînage du chalut sur les bancs, pour les
approprier, la crainte que les pêcheurs n'abusent de cette opération
conservatrice pour capturer des huîtres hors saison fait qu'elle est
très-peu pratiquée.

On voit que nous avons encore bien à faire pour égaler nos voisins.
L'envasement a fait disparaître les huîtres des bancs des Maronnes, des
Flamands, Mérignac, Lamouroux, Dugnas, Martin-Gêne, La Tremblade; mais
la grande décroissance que nous avons signalée dans notre production
huîtrière revient aussi pour une bonne part à l'imprévoyance, nous
devrions dire à l'imprévoyante cupidité des exploitants. La fable de la
poule aux oeufs d'or restera une éternelle vérité.

L'administration de la marine s'est vivement préoccupée de cette
situation, et grâce à elle, si toutes nos huîtrières ne sont pas encore
relevées, du moins celles d'Arcachon, de Cancale, donnent-elles
aujourd'hui d'excellents résultats; elles sont parvenues à alimenter,
concurremment avec un certain nombre d'achats effectués en Angleterre,
les parcs de Loc-Tudy, Cancale, Saint-Waast, Courseuilles, où l'huître
acquiert toute sa finesse et son embonpoint avant d'être livrée à la
consommation.

Si satisfaisant que soit le progrès, nous devons souhaiter mieux encore;
avec l'étendue de côtes que nous possédons, avec un peu de sagesse, nous
cesserions rapidement d'être sous ce rapport les tributaires de
l'étranger.

Le nombre des bateaux pêcheurs d'huîtres est;

        à Arcachon, de              620
        Cancale                         100
        Granville                         30
        Tréguier           }
        Lézardrieux      }            700
        Pont-l'Abbé     }
                     En total...       1,450

embarcations, sans compter celles de la haute Normandie, qui draguent
l'huître au moins par intervalles.

En supposant cinq hommes d'équipage pour chacun de ces bateaux, on
obtient le chiffre respectable de 7,250 pêcheurs. Si l'on veut bien
observer que sur toute cette partie de nos côtes, 12,000 individus au
moins trouvent encore un certain salaire en ramassant les huîtres à la
main à la marée basse, on en conclura que le précieux coquillage peut à
bon droit être considéré comme la manne de ces populations du littoral.

Les prix des huîtres sont:

        A Arcachon                         20 à 25 fr. le mille.
        Marennes.                           30 à  35        »
        Pont-l'Abbé, le Tudy           60 à 70         »
        Cancale                               60 à 70        »
        Lézardrieux                         50 à 60        »
        Saint-Waast                         60 à 65        »
        Dunkerque (huîtres angl.)    90 à 100       »
        Ostende                            100 à 110      »

L. Faudacq.


Nuka-Hiva

En suivant vers la gauche la rue de Taïohaé, on arrive, près d'un
ruisseau limpide, aux quartiers de la reine. Un figuier des Banians,
développé dans des proportions gigantesques, étend son ombre triste sur
la case royale. Dans les replis de ses racines, contournées comme des
reptiles, on trouve des femmes assises, vêtues le plus souvent de
tuniques d'une couleur jaune d'or qui donne à leur teint l'aspect du
cuivre. Leur figure est d'une dureté farouche; elles vous regardent
venir avec une expression de sauvage ironie.

Tout le jour assises, dans un demi-sommeil, elles sont immobiles et
silencieuses comme des idoles. C'est la cour de Nuka-Hiva, la reine
Vaékéhu et ses suivantes.

Sous cette apparence peu engageante, ces femmes sont douces et
hospitalières; elles sont charmées qu'un étranger prenne place près
d'elles, et vous offrent toujours des cocos ou des oranges.

Elisabeth et Atéria, deux suivantes qui parlent français, vous adressent
alors, de la part de la reine, quelques questions saugrenues au sujet de
la dernière guerre d'Allemagne. Elles parlent fort, mais lentement, et
accentuent chaque mot d'une manière originale. Les batailles où plus de
mille hommes sont engagés excitent leur sourire incrédule; la grandeur
de nos armées dépasse leurs conceptions.

L'entretien pourtant languit bientôt; quelques phrases échangées leur
suffisent, leur curiosité est satisfaite et la réception terminée; la
cour se momifie de nouveau, et, quoi que vous fassiez pour réveiller
l'attention, on ne prend plus garde à vous.

La demeure royale, élevée par les soins du gouvernement français, est
située dans un recoin solitaire, entourée de cocotiers et de tamaris.

Mais, au bord de la mer, à côté de cette habitation modeste, une autre
case, case d'apparat, construite avec tout le luxe indigène, révèle
encore l'élégance de cette architecture primitive.

Sur une estrade de larges galets noirs, de lourdes pièces de magnifique
bois des îles soutiennent la charpente. La voûte et les murailles de
l'édifice sont formées de branches de citronniers, choisies entre mille,
droites et polies comme des joncs; tous ces bois sont liés entre eux par
des amarrages de cordes de diverses couleurs, disposés de manière à
former des dessins réguliers et compliqués.

Là encore, la cour, la reine et ses fils passent de longues heures
d'immobilité et de repos, en regardant sécher leurs filets à l'ardent
soleil.

Les pensées qui contractent le visage étrange de la reine restent un
mystère pour tous, et le secret de ses éternelles rêveries est
impénétrable. Est-ce tristesse, ou abrutissement? Songe-t-elle à quelque
chose, ou bien à rien? Regrette-t-elle son indépendance et la sauvagerie
qui s'en va, et son peuple qui dégénère et lui échappe?...

Atéria, qui est son ombre et son chien, serait en position de le savoir;
peut-être cette inévitable fille nous rapprendrait-elle. Mais tout porte
à croire qu'elle l'ignore, et il est possible même qu'elle ne se le soit
jamais demandé.

Vaékéhu consentit avec une bonne grâce parfaite à poser pour plusieurs
éditions de son portrait; jamais modèle plus calme ne se laissa examiner
plus à loisir.

Cette reine déchue, avec ses grands cheveux en crinière et son fier
silence, conserve encore une certaine grandeur.

Un soir, au clair de lune, comme je passais seul dans un sentier boisé
qui mène à la montagne, les suivantes m'appelèrent.

Depuis longtemps malade, leur souveraine, disaient-elles, s'en allait
mourir.

Elle avait reçu l'extrême-onction de l'évêque missionnaire.

Vaékéhu était étendue à terre et tordait ses bras tatoués avec toutes
les marques de la plus vive souffrance; ses femmes, accroupies autour
d'elle, avec leurs grands cheveux ébouriffés, poussaient des
gémissements et menaient deuil (suivant l'expression biblique qui
exprime parfaitement leur façon particulière de se lamenter).

On voit rarement dans notre monde civilisé des scènes aussi
saisissantes; dans cette case nue, ignorante de tout l'appareil lugubre
qui ajoute en Europe aux horreurs de la mort, l'agonie de cette femme
révélait une poésie inconnue, pleine d'une amère tristesse.

Le lendemain de grand matin, je quittai Nuka-Hiva pour n'y plus revenir,
et sans savoir si la souveraine était allée rejoindre les vieux rois
tatoués ses ancêtres.

Vaékéhu est la dernière des reines de Nuka-Hiva; autrefois païenne et
quelque peu cannibale, elle s'était convertie au christianisme et
l'approche de la mort ne lui causait aucune terreur.

Julien V...


NUKA-HIVA

[Illustration: La reine Vaékéhu.]

[Illustration: La Reine Vaékéhu et ses fils.--D'après les croquis de M.
Julien V.]


[Illustration: LE DÉJEUNER.--D'après le tableau de M. Caraud.]

Le déjeuner

Près d'une table toute servie une jeune fille est debout.

Sa taille est fine et souple, son air à la fois malin et candide, son
front pur. Bon pied, bon oeil, bon coeur et bon appétit.

Elle tient à la main une assiette dans laquelle fume le potage qu'elle
s'apprête à manger. Elle y a plongé une première fois la cuiller qu'elle
a approchée de sa bouche. Mais le potage, brûlant, a trompé son attente.
Vite, soufflons. Donc elle souffle, en attendant mieux. Elle ne semble
pas d'ailleurs pressée outre mesure. Elle a là, sous les yeux, un
spectacle qui la réjouit, et semble captiver son attention. La table est
posée près de la fenêtre, la fenêtre est ouverte et par cette fenêtre,
une bande d'aimables parasites, les hôtes du pigeonnier, à tout coup
fait irruption dans la chambre. Elle a pris possession de la table, et
comme en pays conquis elle en use ou plutôt en abuse.

Ce n'est rien, comme vous voyez, ce sujet de tableau, choisi par M.
Caraud; et cependant, de ce rien, il a fait une chose charmante, devant
laquelle, au Salon de cette année, on s'oubliait volontiers. Toile
très-gracieuse et très-délicate, oeuvre d'un artiste du talent le plus
fin.

L. C.


LES MYSTÈRES DE LA BOURSE

Ce qu'il faut faire pour moraliser la bourse

Que de choses nous aurions encore à mettre en lumière pour bien faire
comprendre les envahissements du Jeu de la Bourse et les ravages qu'il a
produits dans les familles depuis un demi-siècle! Mais il nous suffira
de nous arrêter à deux considérations dernières.

                                                      *
                                                    * *

Non-seulement tout le monde est attiré par un irrésistible penchant vers
le tourbillon de la Bourse, mais ce tourbillon va si bien s'élargissant
qu'il ne fait plus de tout l'occident de l'Europe qu'un seul et unique
marché.

Dès qu'un premier cours a été coté par la Coulisse sous le péristyle de
la Bourse, on voit s'établir un va-et-vient du télégraphe à la Bourse et
de la Bourse au télégraphe. C'est un feu roulant de dépêches pour les
départements, pour Londres, Bruxelles, Amsterdam, Vienne, Berlin. Agents
de change, coulissiers, banquiers, sociétés de crédit, changeurs, font
parvenir toutes les variations à leurs correspondants, de manière à
profiter, si c'est possible, d'une place à l'autre, des moindres
fluctuations de la rente. Tout mouvement de nos fonds publics se
répercute ainsi sur toutes les bourses par une gerbe de dépêches qui se
croisent à travers l'Europe et qui donne au marché des proportions
infinies. Ce n'est plus un marché, c'est un monde en ébullition.

Songez enfin que, bien souvent, quand les cours, sauf l'imprévu, sont au
calme plat, les acheteurs savent, par la multiplicité de leurs
opérations, compenser l'atonie des affaires. On vend et l'on achète
alors par brassées. Ainsi nous nous rappelons avoir assisté à ce
gigantesque coup de crayon.

La rente, suffoquée de chaleur, haletait à 71 fr. 20 c.

--A vingt-deux et demie, envoyez! glapit un agent acheteur.

--Oui, cria un autre agent vendeur.

--Combien? quinze mille?

--Oui.

--Trente mille?

--Oui.

--Soixante mille?

--Oui.

--Cent vingt mille?

--Oui.

--Trois cent mille?

--Oui.

--Six cent mille?

--Oui.

--Neuf cent mille?

--Oui.

--Douze cent mille?

--Oui.

Et les deux agents de la Coulisse inscrivirent d'un seul coup de crayon,
sur leurs carnets, l'un un achat de DOUZE CENT MILLE FRANCS DE RENTE
TROIS POUR CENT, l'autre une vente de la même somme. Vingt mille francs
de courtage!

Avec un franc de hausse ou de baisse, c'était pour l'acheteur ou le
vendeur une perte de 400,000 fr.! Étonnez-vous donc auprès cela de voir
arriver des fuites, des culbutes et des suicides! Qui aime le danger y
périt, et l'on récolte toujours ce qu'on a semé.

                                                      *
                                                    * *

Étant donné cet exposé sincère du marché de la Bourse, la première
pensée qui surgit dans l'esprit de l'observateur est celle-ci:--Que
faudrait-il faire pour moraliser le marché de la Bourse?

Ce qu'il faudrait faire? Bien peu de chose, un tout petit article de loi
que nous allons vous faire connaître et qui ferait de la Bourse un
marché semblable à tous les autres.

C'est là, en effet, la question mère auprès de laquelle disparaissent
toutes les autres. Qu'importe que la Bourse fasse danser sur les
raquettes de la hausse et de la baisse des millions et des milliards, si
ce marché ne doit éternellement rappeler que la rue Quincampoix, et si
foutes ces opérations ne doivent représenter que le jeu.

Que disons-nous, le jeu? C'est la friponnerie qu'il faut dire, et nous
appelons sur ce point toute l'attention de nos lecteurs, car c'est avec
le vif désir de voir disparaître le jeu et les duperies de la Bourse que
nous avons publié cette étude.

Le jeu de la Bourse n'est en réalité qu'une duperie. Et pourquoi? Est-ce
parce que ces opérations ne reposent que sur la spéculation? Nullement.
On spécule sur les alcools, on spécule sur les farines, on spécule sur
les cotons, et ces spéculations qui ruinent et enrichissent aussi bien
que la hausse et la baisse de la rente, n'ont jamais donné lieu au
reproche de friponnerie. La spéculation est le grand moteur des
affaires.

Pourquoi donc la Bourse est-elle seule à soulever à bon droit les
colères de l'opinion et la réprobation de la conscience publique?

Parce que la loi n'admet que le marché au comptant, et permet au
spéculateur de faire du marché à terme, un pari non reconnu par le Code.
Or tant que ce marché à terme sera ainsi livré à la merci de la mauvaise
foi, tant qu'un fripon pourra recevoir ses bénéfices quand il aura
gagné, et refuser de payer, la loi à la main, quand il aura perdu, la
Bourse souffrira du triste renom qui s'attache aux maisons de jeu, et la
fortune mobilière de la France n'aura pas pour son marché l'autorité
morale que donne la sanction invariable de la loi.

Voici, en effet, ce qui se passe tous les jours. Un spéculateur se
présente. Il opère à terme, et avant que le compte soit réglé à la
liquidation, il est impossible de savoir si l'opération est fictive ou
sérieuse! Bien mieux: plus l'opération est forte, c'est-à-dire plus elle
engage le client, l'agent de change et le marché, plus aussi cette
opération présentera de risques, car l'importance de la vente ou de
l'achat est précisément l'argument favori, presque toujours mis en
avant, pour établir l'opération comme un pari et pour refuser le
payement.

Et voilà plus d'un demi-siècle que la Bourse ouvre ainsi ses portes à la
malhonnêteté! Voilà plus d'un demi-siècle que le crédit de l'État roule
sur une pareille énormité, et que la friponnerie a ses coudées franches
sur un marché qui remue journellement des milliards! Un pari? A la
Bourse? Quand il s'agit de la rente? Un pari, quand il s'agit d'actions
et d'obligations? La conscience se révolte devant un tel scandale et
devant les méfaits sans nombre qu'il peut engendrer.

Voyez jusqu'où peut aller la duperie. Un spéculateur achète 100,000 fr.
de rente à terme chez un agent. Mais qui peut savoir si, au moment où il
achète ces 100,000 fr. de rente, il ne fait pas la contre-partie chez un
autre agent? Et cette double opération commandée en vue de la fraude,
qui peut savoir si elle ne se reproduit pas deux fois, trois fois chez
d'autres agents?

Vous voyez le résultat, et que de fois n'a-t-on pas eu à le constater?
L'opération qui donne un compte créditeur voit arriver le client qui
reçoit son argent, tandis que l'opération qui donne un compte débiteur
n'obtient de lui qu'un refus, et aux sommations réitérées de l'agent de
change, à l'assignation qui le fait paraître devant un tribunal, il
invoque la loi et répond tranquillement: J'ai joué! Et le tribunal
résilie le marché!

Étonnez-vous donc que l'opinion reste hostile à la Bourse?

                                                      *
                                                    * *

Un pareil état de choses est-il tolérable? Pourquoi donc le marché à
terme, qui est l'âme du commerce dans le monde entier, ne serait-il pas
admis à la Bourse? Pourquoi donc la rente qui est le titre de l'État,
qui donne la mesure du crédit public, serait-elle réservée au rôle
indigne des spéculations immorales?

Il n'y a pas deux poids et deux mesures. A la Bourse, comme ailleurs,
acheter et vendre, soit au comptant, soit à terme, sont deux actes
légaux, sérieux, indéniables, parfaitement déterminés et qui doivent
produire pour la rente les mêmes effets que pour toute autre propriété.
Le droit commun, voilà la règle, et en dehors d'elle, il n'y a point
d'autre solution.

Le marché à terme a été la plaie de la Bourse, il faut que cette plaie
disparaisse; il a causé de graves désordres, il faut que l'ordre les
fasse oublier; il a souffert de l'ambiguïté de la loi, il faut que la
loi, dépouillée de ses ambages, lui rende l'estime, la faveur et la
confiance du publie.

Une loi est donc nécessaire, et cette loi que nous invoquons est facile
à faire. Une phrase peut la résumer tout entière, et cette phrase la
voici:

«La loi reconnaît, sans aucune distinction, toutes les opérations faites
à la Bourse.» Cette solution est la seule pratique, la seule juste, la
seule vraie, la seule conforme aux principes du droit et aux progrès des
temps. Le marché au comptant est le marché des peuples primitifs, le
marché à terme est le marché des peuples civilisés qui font plus
d'affaires par le crédit que par les capitaux.

Devant un texte aussi précis, la fraude n'aura plus rien à tenter, et la
suspicion ne troublera pas de ses nuages malsains les opérations à
ternie. La loi étant précise, les actes deviendront également précis.
Tout ordre donné sera un engagement ferme. Chacun saura à quoi il
s'engage, et quand le spéculateur saura qu'à chacune de ses opérations,
il suspend sa fortune, son honneur et le repos de sa famille, il fera de
mûres réflexions avant d'engager inconsidérément, dans une vente ou dans
un achat, ce qu'il a de plus précieux au monde!

Léon Creil.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

_Itinéraire descriptif_, historique et archéologique de l'Orient, par M.
Emile Isambert. Première partie, Grèce et Turquie d'Europe, 2e édition.
Paris, Hachette, 1873.--Si le principal mérite d'un livre doit être de
satisfaire pleinement aux besoins et aux goûts de ceux auxquels il est
destiné, on peut dire, sans s'exposer à aucune contradiction, que
l'ouvrage composé par M. Emile Isambert est, sous tous les points,
excellent. Celui qui voyagera en Grèce et dans la Turquie d'Europe,
ayant à la main ce guide fidèle, verra sans aucun doute, beaucoup plus
de choses que s'il marchait à l'aventure, et surtout il les verra mieux.

La première partie de cet itinéraire de l'Orient embrasse la Grèce et la
Turquie d'Europe. Elle est naturellement divisée en deux sections
précédées, l'une et l'autre, d'un abrégé substantiel où sont résumées la
géographie et les conditions climatériques des diverses localités, les
évolutions historiques des Grecs anciens et modernes, l'invasion des
Turcs, la situation réelle qu'ils ont en Orient, leur religion, leurs
usages, le caractère de leur architecture, etc. les notions
préliminaires, indispensables à ceux qui ne sont pas très-familiers avec
le monde oriental, seront utiles aux érudits eux-mêmes qui rencontreront
là, condensé en quelques pages, ce qu'il faudrait chercher parmi plus de
cent volumes.

Faisons d'abord observer que la Grèce proprement dite et la Turquie
d'Europe ont une physionomie différente et ne produisent pas le même
genre d'impression. Le voyage de Grèce est surtout archéologique.
L'homme y joue le premier rôle, on en voit la grandeur et la faiblesse
dans ce peuple qui a élevé de si belles oeuvres aujourd'hui en ruines.
C'est presque exclusivement le passé qui nous attire lorsque l'on se
rend en Grèce, et le présent humble ou misérable fait encore ressortir
davantage quelle devait être l'élévation de ce qui n'est plus.

Le voyage de la Turquie d'Europe est au moins aussi pittoresque
qu'historique. L'homme des temps anciens s'efface devant la nature; la
nature se montre là à la fois charmante et grandiose, prête à prodiguer
d'inépuisables richesses au travail qui daignerait la solliciter.

L'itinéraire général est partagé en un grand nombre d'itinéraires
particuliers; le livre fait connaître les distances à parcourir, les
moyens de transport et de dépense: chaque route est très-minutieusement
détaillée; l'aspect changeant des paysages, la succession des vallées et
des collines, les montagnes et les rochers, les rivières, les sources,
les lacs; les constructions pélasgiques, les temples grecs, les
tombeaux, les châteaux francs, vestiges de la conquête latine du XIIIe
siècle, les églises et les monastères, les traces de campement militaire
et les lieux célèbres par quelque grande bataille, rien, en un mot, n'a
été oublié.

Pour la partie archéologique, M. Emile Isambert a consulté les mémoires
si remarquables des élèves de notre école d'Athènes et les travaux des
plus savants explorateurs modernes de la Grèce. Dans la partie
topographique et pittoresque, il se plaît à citer plusieurs célèbres
écrivains voyageurs, Lamartine, Chateaubriand, Théophile Gautier. Ces
emprunts habilement intercalés par l'auteur dans son propre texte, lui
permettent d'échapper à la sécheresse d'une nomenclature géographique.
Quoi de plus poétique, pour ne citer qu'un exemple, que le tableau si
animé des deux rives du Bosphore! Les descriptions des villes, toutes
précédées d'une notice historique, sont quelquefois assez étendues,
comme celles d'Athènes et de Constantinople; celui qui suivra
scrupuleusement toutes les indications du livre, pourra s'éloigner
d'Orient avec la certitude, presque absolue d'avoir vu tout ce qui était
digne d'intérêt.

Tel est l'ouvrage de M. Emile Isambert. C'est un immense et très-sérieux
travail qui a exigé les plus longues et les plus patientes recherches.
De pareils livres sont très-propres à répandre parmi tous le goût des
voyages en les rendant plus faciles et plus agréables. On dit que les
Français devraient sortir de chez eux pour étudier les autres peuples.
Or, nous pensons qu'une fréquentation de la Grèce nous serait
profitable. Nous y verrions qu'un peuple, après avoir fait de grandes
choses, doit inévitablement, quoique doué de qualités supérieures, s'il
manque d'esprit politique et se consume en divisions stériles, perdre la
vitalité première de sa nationalité; nous verrions qu'en suivant cette
voie, toute nation marche infailliblement à la dégradation et à la
servitude.

Richard Cortambert.


M. Jouaust, qui a achevé ses deux ouvrages exquis, les _Contes_ de
Boccace et ceux de Marguerite de Navarre (deux raretés déjà, deux
chefs-d'oeuvre), va publier tantôt un _La Fontaine_ étonnant, avec des
dessins de Gérôme et de Detaille, une oeuvre d'art à propos d'une
inimitable oeuvre littéraire.

_Almanach lorrain de Pont-à-Mousson_ (Première année).--Il faut signaler
à l'Alsace et à la Lorraine tout ce que la France essaie de faire pour
entretenir dans ces provinces l'amour de ta mère patrie. En éditeur de
Pont-à-Mousson,--la frontière de France aujourd'hui,--M. Ory, publie
ainsi la première année d'un almanach lorrain qui, répandu dans les
campagnes autour de Metz, pourra apprendre à bien des gens qu'ici ou ne
les oublie pas. M. Georges Perrot a donné à cet almanach une page
excellente sur le siège de Paris et j'y ai trouvé, signés L. F., des
souvenirs d'une intensité d'émotion et de vérité tout à fait
remarquables, des souvenirs d'un soldat du 94e de ligne (2e armée de la
Loire). M. Gérardin a écrit aussi de bien curieuses recherches sur
l'histoire de Pont-à-Mousson pendant le règne de Louis XVI et la
Révolution française, et M. Claude, député de Meurthe-et-Moselle, y
conte éloquemment la légende de Jacques Bonhomme.

OEuvre utile entre toutes, cet almanach est un lien populaire entre la
France française et ce qu'on pourrait appeler, hélas, la _France
allemande!...._


_Rêves et devoirs_, par M. Théodore Froment (I vol., A.
Lemerre).--Chaque poète prend ses inspirations où il les trouve. M.
Froment est professeur et son horizon d'habitude c'est la classe avec
ses murs nus, son tableau noir, ses pupitres luisants. Il a logé sa Muse
dans une étude de collège et il a caractérisé ses vers par ces deux
mots: _Rêves et devoirs._ Les rêves sont simples et honnêtes, les
devoirs sont de tous les jours. M. Froment a dédié ses vers à ses
élèves, à ceux qu'il enseigne et guide:

        Ainsi donc à vous cet ouvrage:
        Si peu qu'il soit, c'est votre bien.
        Amis, je vous en fais hommage
        Et mets à la première page
        Votre nom à côté du mien.

Ces vers intimes, sincères, profondément sentis, manquent de variété
sans doute. Le devoir universitaire est un peu uniforme. Pourtant M.
Froment a su dégager une poésie vraie et souvent touchante de sa pensée
et de ses occupations quotidiennes.


_Le Roman de l'histoire_, par M. Jules d'Argis (1 vol., Société des gens
de lettres).--C'est un gros volume compact où le roman et l'histoire,
comme le promet le titre, s'entremêlent. On y trouve de tout un peu,
comme dans les oeuvres complètes; des nouvelles, des chroniques, des
voyages et de la critique. _Les Fiançailles de mademoiselle de
Bourgogne, le Dernier sourire de Charles II et François 1er à Madrid_,
sont des chapitres intéressants. A propos du premier Empire, de M.
Thiers et de M. Lanfrey, M. Jules d'Argis a trouvé le moyen de dire des
choses intéressantes et nouvelles. C'est ce qu'il voulait, lorsqu'il
donnait à son livre cette épigraphe tirée de Buffon:

«L'art de dire de petites choses devient peut-être plus difficile que
l'art d'en dire de grandes.»


_La Ligue d'Alsace_, première série, 1871-1872 (1 vol. in-18).--«Depuis
la conquête prussienne, une puissante société secrète, la Ligue
d'Alsace, s'est fondée en Alsace-Lorraine et y imprime une feuille
clandestine, qu'elle fait largement distribuer par ses adhérents avec la
complicité unanime du pays. «Cette feuille, qui s'imprime on ne sait où,
qui est glissée sous les portes on ne sait par qui, est petite,
typographiée sur deux colonnes, en français d'un côté, en allemand de
l'autre. Jamais la police prussienne n'a pu saisir les distributeurs de
ces patriotiques feuilles volantes. L'éditeur Lemerre a eu l'idée de
publier les numéros de cette gazette clandestine parus depuis le 1er
mars 1871 jusqu'au 1er janvier 1872. C'est la chronique même des efforts
de l'Alsace-Lorraine, de ses protestations et de ses luttes contre les
conquérants. _La Ligue d'Alsace_ stimule le patriotisme, flétrit les
désertions, ravive les souvenirs de la patrie. Cette sorte de
_charbonnerie_ organisée, riche, intrépide, tient en échec l'empire
d'Allemagne et ne regarde point comme accomplie l'oeuvre de M. de
Bismarck. Elle a ses presses, ses armées de distributeurs et de
contrebandiers, ses dépôts, ses réunions régulières, et la police
allemande sent autour d'elle l'influence de cette _Ligue_ insaisissable.

Tout le monde, tout ce qui est français, voudra connaître les numéros de
_la Ligue d'Alsace_ ainsi réunis en volume. Le livre se vend au profil
de l'oeuvre d'Alsace-Lorraine. Ce n'est pas une oeuvre de littérature,
c'est mieux que cela, c'est une oeuvre de combat et de patriotisme.


_Le Travail, base de la synthèse de l'histoire_, par Auguste Deschamps
(1 broc. in-18).--«Le travail, c'est la vie», a dit Mirabeau. M. Auguste
Deschamps, l'auteur d'une biographie estimée, _Eugène Cavaignac_, et de
l'_Histoire de la chute du second Empire_, a développé cette parole de
Mirabeau dans une conférence faite à l'hôtel de ville de Melun, au mois
d'avril dernier, et qu'il réunit aujourd'hui en brochure. Ce travail est
fort savant et animé d'une noble idée. M. Deschamps ne voit de progrès
possible que par le travail. «Ce progrès, dit-il, c'est le travail,
toujours le travail qui le produira, le travail pratiqué par tous,
respecté et honoré de tous.» On ne saurait mieux dire. Toute la brochure
est animée de ce même esprit sage et libre.

Jules Claretie.



REVUE FINANCIÈRE

LE NOUVEL EMPRUNT OTTOMAN

La Bourse a commencé le mois en pleine hausse, et le 5 p. 100 se cote
triomphalement au-dessus de 93 fr. 50 c., après avoir franchi un instant
le cours de 94 fr. Les sociétés financières ont beaucoup de capitaux
disponibles, et tout démontre que notre épargne nationale ne demande
qu'à entreprendre une grande et fructueuse campagne d'affaires.

Le nouvel Emprunt ottoman que vient d'émettre le Crédit mobilier se
présente donc aux souscripteurs dans les meilleures conditions
possibles. A cet égard, on a tant médit chez nous de la Turquie et de
l'homme malade, qu'il importe, au point de vue de l'exactitude des
faits, de redresser les préjugés et les faux calculs qui se glissent
injustement dans l'opinion.

Il suffît d'ailleurs de rappeler le résultat des emprunts antérieurs
pour éclairer les capitalistes sur ce qu'on doit attendre de l'émission
nouvelle. Si nous nous demandons ce qu'ont produit les emprunts
antérieurs de la Turquie, nous resterons convaincus que l'Empire
ottoman, la France et les souscripteurs n'ont eu qu'à s'en féliciter.

Pour la Turquie,--comment ne pas s'apercevoir que, depuis vingt ans que
la Turquie a commencé ses emprunts, le revenu de la Sublime-Porte a
presque triplé, et il est encore aujourd'hui en pleine marche
ascendante. Ces emprunts ont donc été une semence qui a surabondamment
fructifié, et la Turquie, nous devons le dire, n'a fait que toucher
encore aux immenses richesses qu'elle veut aujourd'hui mettre en valeur.

Pour la France,--on peut dire, sans doute, qu'elle a beaucoup perdu dans
les valeurs étrangères; mais il n'est que juste de reconnaître que
l'Empire ottoman ne lui a rien fait perdre, et ses placements en Turquie
sont au nombre de ceux qui ont facilité, dans ces deux dernières années,
le paiement de l'indemnité de guerre. C'est en vendant ses valeurs
étrangères que la France a pu conserver une bonne partie de son
numéraire.

Pour le public,--la Turquie est un des pays qui ont compensé pour notre
épargne les pertes qu'elle a subies. Les valeurs turques rapportent 10
p. 100, et les Obligations que le Crédit mobilier vient d'émettre
rapporteront, en comptant toutes leurs bonifications, 12 p. 100. C'est
là, on le comprendra, un motif suffisant pour expliquer l'empressement
des souscripteurs.

Léon Creil.



[Illustration: EXPOSITION DE VIENNE.--Les appareils distillatoires de M.
Savalle.]

APPAREILS SAVALLE POUR LA DISTILLATION

De nombreux appareils de distillation ont été envoyés à l'Exposition de
Vienne: mais là encore, la France remporte un succès incontestable, par
l'exposition de la maison D. Savalle fils et Cie, de Paris.

Le jury des récompenses a décerné à cette maison une médaille de
progrès, et certes elle était bien méritée; nous dirons même que le jury
eut pu faire quelque chose de plus, en considération des services rendus
et des nombreux perfectionnements réalisés par M. Désiré Savalle depuis
1867.

Pour donner une idée de l'importance des travaux exécutés par la maison
Savalle, nous citerons la puissance du travail des nombreuses usines
installées par elle dans les diverses contrées du globe. Cette puissance
représentait en 1872 une production journalière de un million et demi de
litres d'alcool: dans ce chiffre, la production du 3/6 de mélasses entre
pour 555,111 litres, et celle du 3/6 de betteraves pour 572,800 litres.
Le surplus représente la production des alcools de pommes de terre, des
alcools de grains, de vins, et la production des rhums par les appareils
Savalle.

Pendant l'Exposition de Vienne, vingt-huit appareils de grande dimension
ont déjà été vendus; ils représentent une valeur de plus de huit cent
mille francs.

Ces appareils sont destinés aux contrées ci-après, pour:

        L'Égypte (pour les usines du khédive). 5 appareils.
        La Russie.                                             4       --
        La Hollande                                           1       --
        Le Portugal                                            2       --
        L'Autriche                                              2       --
        La France                                              7       --
        Rio-Janeiro                                            1       --
        L'Angleterre                                           1       --
        L'Allemagne                                           1       --
        La Bavière rhénane                                 2       --
        L'Espagne                                              1       --
        Total des appareils vendus pendant
        l'Exposition                                          27

C'est la maison Savalle qui, la première, a importé la distillation de
la betterave en Autriche et y a installé les distilleries de ce genre
qui existent aujourd'hui.

Les personnes intéressées à la question distillerie feront bien de se
procurer chez M. Georges Masson, éditeur, 17, place de
l'École-de-Médecine, à Paris, la brochure de M. Désiré Savalle,
intitulée: _Progrès récents de la distillation_; elles y trouveront des
renseignements précieux sur la distillation de toutes les matières
alcoolisables, et sur de nouveaux appareils appliqués à la fabrication
de couleurs d'aniline et à l'épuration des méthylènes.



Rébus

[Illustration.]


EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Avant dîner et après un grand chagrin, l'appétit est coupé.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1598, 11 octobre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home