Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Oeuvres, Tome VI - Recherches nouvelles sur l'histoire ancienne, tome II
Author: Volney, C.-F. (Constantin-François)
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres, Tome VI - Recherches nouvelles sur l'histoire ancienne, tome II" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images of the Bibliothèque nationale de
France (BNF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr



Word frequency things
gc
spelling
end of line spaces
wrap
run fixup again
gc
\n\n\n\n\n
\n\n\n
Move footnotes
Page numbers?
html
[Greek]
Text cleanup
œ
[OE]
\[\*(.*?)\]
([A-Za-zéÉàÀÈÊ])\’([êA-Za-zéÉàÀÈÊ])



RECHERCHES NOUVELLES

SUR

L’HISTOIRE ANCIENNE,

PAR C.F. VOLNEY,

COMTE ET PAIR DE FRANCE, MEMBRE DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE. HONORAIRE DE LA
SOCIÉTÉ ASIATIQUE SÉANTE A CALCUTA.

TOME DEUXIÈME.

PARIS,

PARMANTIER, LIBRAIRE, RUE DAUPHINE. FROMENT, LIBRAIRE, QUAI DES
AUGUSTINS.

M DCCC XXV.



OEUVRES

DE C. F. VOLNEY.

DEUXIÈME ÉDITION COMPLÈTE.

TOME VI.

IMPRIMERIE DE FIRMIN DIDOT,

RUE JACOB, N° 24.



RECHERCHES NOUVELLES

SUR

L’HISTOIRE ANCIENNE.

SUITE DE LA CHRONOLOGIE D’HÉRODOTE.


Chronologie des rois de Perse cités par les Orientaux modernes, sous le
nom de _Dynastie Pishdad_ et _Kéan_.--Époques de Zohak, de Feridoun et
du législateur Zerdoust, dit Zoroastre.

En quel temps a vécu le législateur célèbre appelé _Zoroaster_ par les
Grecs, et _Zardast_ ou _Zerdoust_ par les Orientaux? et en quels siècles
doit-on placer les deux dynasties _Pishdâd_ et _Kéân_ ou _Kaîan_, que
les Perses modernes prétendent avoir existé chez eux antérieurement ou
contradictoirement aux récits des Grecs? Tels sont les deux problèmes
qui vont nous occuper dans ce chapitre: examinons d’abord le premier.


§ 1.

Époque du législateur Zoroastre.


Tous les historiens nous parlent de Zoroastre comme d’un législateur
religieux, beaucoup plus célèbre en Asie et presque aussi ancien que
Moïse; et néanmoins, dès le premier siècle de l’ère chrétienne, l’époque
où il vécut était devenue une question si obscure, que Pline le
Naturaliste, cet homme d’une érudition si vaste, qui eut en main les
écrits de tant d’auteurs, n’osa prononcer autre chose que le doute. Dans
nos temps modernes, et surtout dans les XVIe et XVIIe siècles, la
réserve de Pline a été imitée par le plus grand nombre des savants, qui
n’ont pu concilier les dissonances chronologiques des auteurs grecs et
latins; mais ceux du XVIIIe siècle, plus hardis, se sont crus plus
heureux. Les extraits d’une foule de livres orientaux ayant été
produits, d’abord par notre d’Herbelot, en sa _Bibliothèque orientale_
(publiée en 1697), puis par le professeur Thomas Hyde, Anglais, dans son
livre latin de la _Religion des anciens Perses_, imprimé en 1700, l’on
crut avoir découvert dans l’Asie moderne une vérité historique restée
inconnue dans l’Occident. En effet, tous les livres arabes et persans
que l’on cite, semblent s’accorder à placer Zoroastre vers le règne de
Darius Hystaspes, roi de Perse; et néanmoins, en les pressant sur les
dates précises, on les trouve indécis et flottants entre les années 250,
280 et même 300 avant Alexandre. Les critiques sont surtout choqués de
voir réduire à cinq générations la série des rois de Perse, que les
monuments les plus authentiques des Macédoniens et des Romains,
attestent avoir été de treize princes; et de ne rencontrer aucune
mention distincte des règnes de Xercès et de Kyrus, qui agitèrent si
profondément l’Asie. Ces objections et plusieurs autres non moins graves
que nous verrons, ne durent pas échapper au professeur _Hyde_; mais
séduit par l’éclat de la nouveauté et par le paradoxe spécieux, que les
Orientaux, _à titre d’indigènes, doivent connaître leur pays mieux que
des étrangers, tels que les Grecs et les Romains_, Hyde épousa avec
passion le système asiatique, et crut avoir prouvé le premier que
réellement Zoroastre avait paru sous le règne de Darius Hystaspes.
Entraîné par l’autorité de son compatriote, Prideaux s’efforça de
colorer son hypothèse, et la répandit de plus en plus dans son livre de
l’_Histoire des Juifs_; et parce qu’ensuite elle a été adoptée par les
auteurs de l’_Histoire universelle_, l’on peut dire que l’opinion de
Hyde est devenue dominante et presque classique. Elle faillit d’être
renversée chez nous, lorsqu’_Anquetil du Perron_ nous apporta de l’Inde
les prétendus ouvrages de Zoroastre, et que dans la Vie de ce
législateur[1], il déclara que l’opinion de Hyde lui semblait une
_hypothèse sujette à de grandes difficultés_; mais par la suite il lui
donna une nouvelle force, en l’adoptant dans un mémoire spécial[2], où,
par un trait bizarre et caractéristique, il censure Hyde pour avoir eu
_trop de confiance aux Orientaux_, et _pour avoir mal soutenu_ leur
thèse: par un autre cas singulier, c’est en lisant la censure d’Anquetil
et ses arguments, que nous avons senti les plus grands motifs de douter,
et qu’ensuite découvrant le vice de sa méthode et de celle de Hyde, nous
en avons employé une meilleure, en prenant, non pas le rôle d’avocat qui
plaide une cause, mais de rapporteur qui pèse les raisons de part et
d’autre, et qui surtout interroge les narrateurs par ordre de dates,
pour remonter aux sources premières des faits et des opinions: le
lecteur va juger ce débat.

D’abord il est bien reconnu que les livres apportés de l’Inde par
Anquetil, comme livres de _Zoroastre_, n’ont jamais été écrits par ce
législateur, et qu’ils sont simplement des légendes et des liturgies
composées par des mages _mobeds_ et _herbeds_[3], à des époques non
déterminées, mais tardives et parallèles aux règnes des _Sasanides_,
c’est-à-dire depuis l’an 226 de notre ère jusque vers l’an 1200. Le
_Boundehesch_ lui-même, que _du Perron_ nous présente comme une Genèse
ou Cosmogonie perse, le Boundehesch porte des preuves incontestables de
modernité, puisque parmi ses résumés des _temps écoulés_, après avoir
parlé de _Zohâk_, de Féridoun, etc., il cite d’abord _Eskander_ Roumi,
c’est-à-dire _Alexandre le romain_, comme ayant régné 14 ans; puis les
rois _Asganiens_ (_Arsakides_), comme ayant régné 284 ans; puis la durée
des Sasanides, 260 ans; puis enfin la _venue des Arabes_[4]. Et l’auteur
de ce livre, le plus important, le seul important de toutes ces
ennuyeuses et stériles légendes, nous donne la preuve de son ignorance
(_disons même de sa mauvaise foi_), lorsqu’il attribue 14 ans de règne à
Alexandre _le romain_, au lieu du _grec_, qui n’en régna que 6; et
lorsqu’il réduit à 284, l’intervalle écoulé entre _Arsak_ et _Ardechir_,
qui fut de 481.

Un second fait également certain, c’est qu’aucun des écrivains persans
ou arabes dont on s’autorise n’a publié avant le premier siècle de l’ère
musulmane (730 à 750 de notre ère), et que les plus célèbres historiens
et poètes, tels que _Ferdousi_ et _Mirkhond_, ne datent, savoir, le
premier que de l’an 1000, et le second de l’an 1500 de notre ère; et de
quelles sources, de quels monuments ont-ils tiré leurs récits? Quelques
Européens, préoccupés ou superficiels, nous répondent que ce fut de
leurs _monuments nationaux_. Mais les Musulmans eux-mêmes conviennent
que les Arabes, vainqueurs de _Iezdeguerd_, en 652, et, depuis cette
époque, dévastateurs plutôt que possesseurs de la Perse, proscrivirent
les adorateurs du feu et leurs livres, avec ce zèle et cette fureur qui
leur firent brûler la bibliothèque d’Alexandrie; et ces livres, tous
manuscrits, par conséquent rares et chers, comme ils le sont toujours en
Asie, purent d’autant moins échapper à la proscription, qu’ils étaient
écrits en lettres absolument différentes des lettres arabes...; que déja
ils avaient subi des persécutions de secte à secte, sous leurs propres
rois, et que les guerres non interrompues depuis Alexandre, après avoir
détruit les originaux, s’étaient opposées à la reproduction des copies
et à la culture de l’histoire. Telle fut la dépopulation des monuments
et des livres perses, que vers l’an 1000 de notre ère, le sultan
Mahmoud, fils de _Sebekteghin_, voulant connaître l’histoire du pays
qu’il avait conquis, ne put se procurer aucun écrit de ce genre, et
qu’il fut obligé de donner commission à l’Arabe _Deqiqi_, de recueillir
les romances, les traditions, les contes populaires des diverses
contrées de l’empire persan, pour en retirer quelque instruction. Or
comment l’Arabe _Deqiqi_ rend-il compte de ses recherches? En vers,
c’est-à-dire en poète arabe, riche de contes et d’hyperboles; et c’est
sur ce canevas principal que Ferdousi a composé son _Histoire royale_
(Shah-Nameh), également en vers, au nombre de 60 mille distiques. Or que
peut-on attendre de traditions populaires, défigurées de génération en
génération par les narrateurs, et brodées ensuite par l’imagination sans
frein qui dicta les Mille et une Nuits? Aussi ces prétendues histoires
de la Perse ancienne, et même moderne, jusqu’au temps des Arabes, ne
sont-elles qu’un tissu d’anachronismes et d’invraisemblances: l’on ne
conçoit pas comment des Européens, hommes sensés, tels que Prideaux et
les auteurs de l’_Histoire universelle_, au lieu d’examiner d’abord et
de discuter les sources et les moyens d’instruction des écrivains
persans et arabes, semblent ne s’être étudiés qu’à établir
l’authenticité de leurs récits, et à substituer au désordre le plus
évident un ordre factice, ayant pour objet d’en masquer les grossiers
défauts[5]. Sans doute, avec ce qu’on nomme de l’_esprit_ il est
possible de tout soutenir et de tout contester; mais, en histoire,
l’_esprit_ n’est que l’art d’apercevoir la vérité ou de la faire
ressortir; et dans le démenti que l’on a voulu donner par les
Asiatiques modernes, aux anciens auteurs grecs, l’on choque tellement
toutes les vraisemblances, qu’il est inconcevable qu’une telle hypothèse
ait des partisans. L’on a voulu établir, comme principe de droit, «que
les Asiatiques méritent d’être crus de préférence sur l’histoire de leur
pays, parce qu’à titre d’_indigènes_ ils doivent mieux savoir ce qui
s’est passé chez eux, que des étrangers tels que les Grecs et les
Romains».

Mais cette proposition générale et vague par elle-même, ne présente,
lorsqu’on l’analyse, qu’un paradoxe et un abus de mots. En effet, outre
que la connaissance de ce qui se passe dans un pays dépend infiniment de
la nature de son gouvernement, et que la _publicité_, la _libre
circulation_, n’ont point lieu dans les états despotiques, comme l’ont
été le plus souvent ceux de l’Asie; il est encore de fait que ces
_prétendus indigènes_, spécialement de la Perse, sont, de leur propre
aveu et par leur histoire, le produit, en majeure partie, des races
étrangères venues à la suite des conquérants qui ont successivement
envahi et possédé ces contrées. Laissons à part Alexandre, dont le
système politique fut de mêler les races et les opinions, pour détruire
les haines et les guerres de secte à secte et de nation à nation: après
lui, les révolutions des Séleucides et des Arsakides continuèrent
d’agiter et de mêler l’empire perse dissous; d’y introduire, par le
recrutement des armées, une multitude d’étrangers de toute espèce, qui,
en s’alliant aux femmes indigènes, produisirent dans les familles des
modifications de mœurs, de langage, etc. Ce qui avait été peuple
distinct devenant province confondue, il fut possible aux habitants de
passer d’un pays à l’autre et de s’y établir, chose qui n’était pas
praticable auparavant. La dynastie Sasanide, en ravissant le sceptre aux
_Parthes_, produisit de nouveaux changements: le nord de la Perse avait
régi le midi; alors le midi commanda au nord. Ensuite sont venus les
Arabes de Mahomet, puis les Tartares de Tamerlan, qui, les uns après les
autres, mais surtout les _Arabes_, ont exterminé l’ancienne race et
changé sa religion, ses mœurs, ses usages, ses traditions, ses livres,
et jusqu’à son système d’écriture. Les seuls _Parses_, chassés comme les
Juifs, errants comme eux, mais bien moins nombreux, sont les restes de
la race persane de _Darius_ et d’_Ardechir_. Or, dans leur mélange
inévitable avec les peuples qui les tolèrent, ou les persécutent,
dira-t-on que les Juifs de Portugal et de Pologne, si divers entre eux,
ressemblent aux Hébreux de Salomon? D’ailleurs que signifie ce mot,
_descendance directe_? Parce que les Suisses descendent des _Helvetii_,
et les Auvergnats des _Arverni_, dira-t-on qu’ils connaissent l’histoire
d’_Arioviste_ et de _Vercingetorix_, mieux que le conquérant romain qui
nous l’a tracée? Passe encore si le peuple indigène opposait aux récits
de l’étranger, des récits et des monuments du _même temps_: la question
est là; c’est dans l’_identité_ de temps, bien plus que dans l’identité
de pays, qu’elle consiste; et sous ce rapport elle est toute à
l’avantage des Grecs; sous l’autre même, elle est encore en leur faveur,
puisqu’Hérodote, Ktésias, Strabon, étaient aussi des _Asiatiques_, et
que les deux premiers _étaient nés sujets du Grand-Roi_. Mais d’ailleurs
eussent-ils été des étrangers venus du fond de l’Europe, l’on peut
assurer que des voyageurs tels qu’Hérodote, Xénophon, Polybe, et tant
d’autres écrivains qui suivirent les armées grecques et romaines, ont
eu, pour bien observer, pour bien décrire le pays et ses événements, des
moyens égaux et à certains égards supérieurs aux moyens des indigènes.
Prétendre aujourd’hui que leurs récits, si bien détaillés, si bien liés
entre eux par toutes les circonstances qui établissent les probabilités
ou la certitude morale, méritent moins de confiance que les récits
fabuleux, délirants et absurdes dont se composent, presque sans aucune
exception, les histoires orientales; nous le répétons, c’est un paradoxe
monstrueux, qui ne peut convenir qu’à des _Musulmans_.

Mais, d’ailleurs, veut-on connaître avec quel scrupule véridique, avec
quel respect religieux, les Asiatiques, leurs rois et leurs savants
conservent la mémoire des événemens et leur série chronologique?
Écoutons un fait vraiment curieux et décisif, que nous a transmis
_Masoudi_, l’un des plus savants historiens arabes, qui, vers les années
930 et 940 de notre ère, voyagea dans toute la Perse jusqu’aux
frontières de l’Inde, et qui, plus qu’aucun écrivain de sa nation,
connut les livres des Grecs[6].

«Il y a (dit-il) entre l’opinion des Perses et celle des autres peuples,
une grande différence au sujet de l’époque d’Alexandre: ce que beaucoup
de personnes n’ont point remarqué...... C’est là un des mystères de la
religion et de la politique des Perses, qui n’est connu que des plus
savants _mobeds et herbeds_, comme nous l’avons vu nous-mêmes dans la
province de Fars, dans le Kirman, et dans les autres provinces perses:
il n’en est fait mention dans aucun des livres composés sur l’histoire
de Perse, ni dans aucune annale et chronique. Voici en quoi il consiste:
_Zerdust_, fils de _Poroschasp_, fils d’_Asinman_, dans le livre qui lui
a été révélé, nommé _Abesta_, annonce que l’empire des Perses éprouvera
dans 300 ans une grande révolution, sans que la religion soit détruite;
mais qu’au bout de 1000 ans la religion et l’empire périront à la fois.
Or, entre Zerdust et Alexandre, il y a environ 300 ans; car Zerdust a
paru du temps de _Kaï Bistap_, fils de _Kaï Lohrasp_, comme nous l’avons
dit ci-devant. _Ardechir_, fils de _Babek_, s’empara de l’empire et de
tous les pays qui en dépendaient, environ 500 ans après Alexandre: nous
voyons qu’il ne restait plus que 200 ans à peu près, pour compléter les
1000 ans de ce prophète. _Ardechir_ voulut augmenter de 100 ans cet
espace de temps, parce qu’il craignait que, lorsqu’après lui 100 ans se
seraient écoulés, les hommes ne refusassent de prêter secours et
obéissance au roi, par la conviction où ils seraient de la ruine future
de l’empire, conformément à la tradition qui avait cours parmi eux. Pour
obvier à cela, il supprima environ la moitié du temps écoulé entre
Alexandre et lui, et il ne fit mention que d’un certain nombre des
_Molouk-Taouâïef_ (_rois_ des _nations_ parthiques) qui remplissaient
tout ce temps; il retrancha les autres: puis il eut soin de faire
répandre dans son empire, qu’il avait commencé son règne 260 ans après
Alexandre. En conséquence, cette époque fut admise et se répandit dans
le monde: voilà pourquoi il y a une différence entre les Perses et les
autres nations au sujet de l’ère d’Alexandre; et c’est cette cause qui a
introduit la confusion dans les annales des _Molouk-Taouâïef_. Ardechir
fait lui-même mention de cela dans les avis qu’il a laissés à ses
successeurs; et l’herbed (ou prêtre parsi) qui se rendit l’apôtre de ce
prince près les gouverneurs des provinces, parle également de cette
prédiction».

Maintenant le lecteur peut juger du degré de confiance que méritent les
histoires et chroniques orientales. Si cette anecdote eût été connue
plus tôt, elle eût épargné bien des discussions et de faux
raisonnements. Elle est d’autant plus précieuse, qu’elle résout sans
réplique l’énorme abréviation de temps _officiellement_ établie dans
presque tous les écrivains asiatiques, entre les règnes d’Alexandre et
d’Ardechir, et qu’en nous donnant la mesure de la superstition, de la
mauvaise foi et de l’audace de tout un gouvernement, tant laïque
qu’ecclésiastique, elle nous montre à quel point d’ignorance étaient
déja parvenus ou réduits les Persans en l’an 226, sur l’époque de
Zoroastre, puisque celle qu’ils indiquent dans Masoudi, et qui répond au
règne de Kyaxarès, est manifestement fausse, comme nous le verrons...
Mais pour procéder méthodiquement à découvrir l’époque véritable,
commençons par examiner tout ce que les Orientaux nous racontent, de ce
législateur, afin que leurs traditions, confrontées aux récits des
anciens Grecs et Latins, nous conduisent au maximum de probabilité dont
cette question est susceptible.

Selon _Anquetil du Perron_[7], le recueil principal des traditions des
Parsis sur Zoroastre, est le livre intitulé _Zerdust-Namah_, qui,
dit-on, fut traduit de l’ancien idiome _pehlevi_, en persan moderne, par
_Zerdust-Behram_, écrivain et prêtre parsi, vers l’an 1275. Hyde a connu
ce livre, et en a cité les titres des chapitres. Laissant à part la
date, qui n’est pas prouvée, admettons dans le traducteur une
instruction suffisante, et surtout une grande fidélité à ne rien
retrancher ni rien ajouter (chose sans exemple), et voyons ce que les
Parsis nous disent de leur législateur.


§ II.

Récits des Parsis sur Zoroastre.


Selon eux, Zerdoust naquit dans l’Aderbidjan (ancienne Médie), et
Aboulfeda ajoute, d’après plusieurs auteurs anciens, que ce fut à
_Ourmi_. Sa naissance fut accompagnée de prodiges, dont le moindre fut
de rire en respirant pour la première fois. Pline[8], qui cite ce trait,
nous indique par là que ces traditions existaient, du moins en partie,
dès son temps. L’enfance de Zerdust subit de rudes épreuves de la part
des magiciens, qui sont dépeints comme étant alors tout-puissants
auprès des peuples et des rois: ce règne des magiciens, qui rappelle
leurs enchantements devant Pharaon, leurs services auprès de Sémiramis,
indique réellement des temps reculés. Les écrivains parsis racontent les
plus petits détails de ces enchantements, comme s’ils en eussent été
témoins; mais, d’autre part, leur stérilité sur les faits vraiment
historiques et géographiques, annonce que ces légendes ont été
recueillies après coup, et composées sur des récits populaires, comme
tous les faits de ce genre....... A 30 ans, Zoroastre est appelé par le
_dieu Ormusd_, de la même manière qu’Abraham et Moïse le furent par le
dieu _Iéhou_.... Il se retire dans l’antre d’une montagne, pour y
recevoir les inspirations; mais les Parses ont oublié les curieuses
circonstances de cet antre, décrites par Eubulus, dans Porphyre[9].
Après une retraite (de 20 ans, selon Pline), Zoroastre met au jour un
nouveau système de théologie, qu’il prétend, selon l’usage de ses
pareils, être le seul véritable, le seul _révélé de Dieu_. Pour établir
sa religion, il choisit le pays de _Balk_ (_l’ancienne Bactra_), dont il
convertit le roi _Kesht-asp_, qui, à son tour, veut convertir ses
sujets, et même les princes ses voisins, entre autres _Zâl_ et
_Roustam_, princes de la _Perse propre_: Zoroastre, ainsi appuyé, fait
construire des _Atesh-gâb_ ou _Temples du feu_, plante un _cyprès_, et
institue un grand pèlerinage, suivant l’usage de ces temps....... Un
brâhme de l’Inde, entendant parler de ce nouveau culte, vient pour le
réfuter, et finit par s’en rendre prosélyte. Au bout de 8 ans[10],
Kesht-asp, tributaire d’un roi de _Tour-ân_, nommé _Ardjasp_[11], lequel
_possédait un grand pays à l’ouest de la Caspienne_, lui refuse
l’hommage accoutumé. La guerre éclate; _Ardjasp_ vient attaquer
_Kesht-asp_, qui eût été vaincu sans son fils _Esfendiar_, dont les
exploits chevaleresques décident la victoire...... _Kesht-asp_, pour
récompense, le fait enfermer dans un château fort, et se rend lui-même
en Perse pour convertir les paladins _Zâl_ et _Roustam_. Pendant son
absence, _Ardjasp_ apprend que la ville de _Balk_ est dégarnie de
troupes; que _Lohrasp_, père de _Kesht-asp_, y vit dans un couvent, _la
tête rasée_, et pratiquant les mortifications à la manière des Indiens;
il accourt avec une armée d’élite, surprend le pays, emporte la ville,
tue Lohrasp et les _prêtres du feu_, c’est-à-dire les mages; Zoroastre
périt alors, selon les Musulmans; mais les Parsis gardent le silence sur
sa mort quelconque. Kesht-asp arrive, est battu, a recours à son fils,
Esfendiar, qui le sauve une seconde fois; et pour seconde récompense,
le père l’envoie contre _Roustam_, qui, après un duel périlleux, le
perce d’une flèche. Telle est sommairement la vie de Zoroastre, selon
ses sectateurs, qui, comme l’on voit, n’indiquent rien dans leurs récits
que l’on puisse appliquer ni au roi _Darius_, élu successeur de
_Cambyse_, et fils d’_Hystaspes_, simple particulier perse; ni au roi
_Xercès_, fils de _Darius_, dont l’histoire nous est si bien connue par
les Grecs contemporains. Ce silence de la part des _Parsis_ est d’autant
plus remarquable, qu’étant les représentants, les descendants directs
des anciens Perses de Darius, ils ont eu plus de motifs et de moyens de
connaître ce monarque et son père, que n’en ont eu les Perses musulmans,
intrus dans le pays, en grande partie. Comment donc et pourquoi
arrive-t-il que les écrivains orientaux, tant musulmans que chrétiens,
aient cru Zoroastre contemporain, les uns de Smerdis ou de Cambyse,
comme le disent Aboulfarage et Eutychius[12]; les autres du prophète
Élie, ou d’Esdras, ou de Jérémie, comme le disent _El-Tabari_, _Abou
Mohammed_, etc.[13]? Déja ces discordances, qui passent 100 et 150 ans,
prouvent leur incertitude et leur ignorance; mais avant d’admettre leurs
narrations remplies de fables extravagantes et d’anachronismes
grossiers, un préliminaire indispensable pour _Hyde_ et pour ses
imitateurs, était de remonter aux sources de ces opinions, et, d’auteur
en auteur, arriver à connaître le premier qui les avait avancées. Ce
qu’ils n’ont point fait, essayons de le faire, et par un exemple
intéressant, prouvons combien est utile cette étude chronologique des
opinions.

D’abord nous trouvons Agathias, qui, vers l’an 560, a écrit une histoire
dans laquelle il s’est occupé spécialement des Perses, et où nous lisons
le passage suivant, page 62:

«Les Perses de nos jours ont presque entièrement négligé et quitté leurs
anciennes mœurs et coutumes, pour adopter des institutions _étrangères_,
et, pour ainsi dire, _bâtardes_, dont la doctrine de _Zoroastre_
l’_Ormazdéen_ leur a offert l’attrait. En quel temps ce Zoroastre, ou
_Zoradas_, a-t-il fleuri et publié ses lois? voilà ce qui n’est point
clairement établi. Les Perses actuels disent nûment qu’il vécut sous
_Hystasp_, sans y joindre aucun éclaircissement; de sorte qu’il reste
équivoque et tout-à-fait incertain si ce fut le père de Darius, ou
quelque autre (roi) _Hystasp_. En quelque temps qu’il ait fleuri, il fut
l’auteur et le chef de la religion des mages, en changeant les rites
anciens, et en introduisant (un mélange) d’opinions diverses et
confuses. En effet, les Perses d’_autrefois_ adoraient _Jupiter_,
_Saturne_ et les autres dieux des Grecs, avec cette seule différence
qu’ils ne leur donnaient pas les mêmes noms: car pour eux, Jupiter était
_Bel-us_, Hercule était _Sand-és_, Vénus était _Anaïs_, comme
l’attestent Bérose et d’autres écrivains qui ont traité des antiquités
mèdes et assyriennes.»

Ainsi, jusqu’au temps d’Agathias, les savants perses ne disaient point
que l’_Hyst-asp_ de Zoroastre fut notre Darius, fils d’_Hystasp_, ni
l’_Hystasp_, père de Darius: c’était une chose _obscure_ pour eux, comme
pour les savants grecs de Constantinople. Or, si Agathias, né Asiatique,
vivant jurisconsulte à Smyrne, homme dont l’ouvrage annonce un esprit
méthodique et cultivé; si Agathias, habitué, en sa qualité de
jurisconsulte, aux recherches et aux discussions de _titres_ et
d’_origines_, a regardé l’identité de ces deux _Hystasp_ comme une chose
très-_douteuse_; cette identité n’avait donc pas la certitude qu’ont
prétendu lui trouver les écrivains postérieurs; et si d’autres avant lui
l’avaient déja admise, leur opinion, que sans doute il avait pesée, ne
lui présentait donc pas des preuves déterminantes. Ainsi il n’admettait
pas l’opinion d’_Ammien Marcellin_, autre historien du Bas-Empire, qui
avait tranché la question dans le passage suivant de son histoire.

«En des temps reculés, dit cet historien[14], l’art de la magie prit de
grands accroissements par les connaissances que puisa chez les Chaldéens
le Bactrien Zoroastre, et après lui (par le soin et le zèle) du
très-savant roi _Hystaspes_, père de Darius.»

Sans doute Ammien Marcellin, par la franchise et par l’amour de la
vérité que respire son ouvrage, est un historien digne d’estime; mais
ayant vécu dans les camps, et s’étant bien plus occupé de l’histoire des
Germains et des Goths que de celle des Perses, il n’a point discuté le
fait qu’il avance, et il l’a adopté de confiance de quelque écrivain
antérieur. Or, quel est-il cet écrivain antérieur? et quelle est son
autorité, quand nous verrons à l’instant que Pline, l’an 70 de notre
ère, professait le même doute, et un doute plus étendu qu’Agathias?
Suivons néanmoins le passage d’Ammien Marcellin, qui d’ailleurs sera
utile à notre but.

«Ce roi (Hystasp) ayant pénétré avec confiance dans certains lieux
retirés de l’Inde supérieure, arriva à des bocages solitaires, dont le
silence favorise les hautes pensées des brahmanes. Là, il apprit d’eux,
autant qu’il lui fut possible, les rites purs des sacrifices, les causes
du mouvement des astres et de l’univers, dont ensuite il _communiqua une
partie_ aux mages. Ceux-ci se sont transmis ces secrets de père en fils,
avec la science de prédire l’avenir; et c’est depuis lui[15]
(Hystaspes), que par une longue suite de siècles jusqu’à ce jour, cette
foule de mages, composant une seule et même (caste), a été consacrée au
service des temples et au culte des dieux.»

Ce fait nous sera utile; mais nous demandons à Ammien, de quelle source,
de quel auteur a-t-il tiré l’opinion que ce _très-savant roi Hystasp_,
contemporain de Zoroastre, fût l’Hystasp père de Darius? Est-ce des
livres parsis? nous les avons, et l’on n’y trouve rien de tel. Est-ce
d’Hérodote? nous le possédons, et nous y allons voir la démonstration du
contraire. Quelle analogie y a-t-il entre les actions et même les
personnes des deux rois? Kestasp est roi, et Hystasp, père de Darius, ne
le fut point. L’on ne saurait dire que Darius fût _Esfendiar_; et si
l’on veut qu’il fût lui-même Kestasp, _Esfendiar_, fils de celui-ci, n’a
pas la moindre analogie avec Xercès, fils de Darius. Nous pouvons le
dire hardiment: tout est contradictoire, tout est absurde dans cette
opinion; et quels que soient ses inventeurs, il est évident qu’ils ont
été induits en erreur par deux circonstances:

1° Par la ressemblance d’un nom qui paraît avoir été commun chez les
Mèdes et chez les Perses;

2° Par la ressemblance du goût que _Darius_ eut pour les sciences des
mages, selon les témoignages d’Hérodote, de Cicéron et de Porphyre, qui
nous apprennent l’inscription de son tombeau, gravée par son ordre:
_Darius_, _roi_, etc., _docteur en magisme_.

Voilà la double équivoque qui, pour les anciens comme pour les modernes,
a été la cause première d’une erreur à laquelle se sont refusés tous
ceux qui ont porté plus d’attention et de réflexion.

De ce nombre est Pline le naturaliste, l’un des hommes les plus
distingués de toute l’antiquité, par son esprit et par l’immensité de
ses lectures. Après des réflexions pleines de sens sur la _magie_, et
sur la folle passion des Romains de son temps pour cet art d’imposture
et de fourberie, Pline nous fournit, au début de son livre XXXe, un
passage important qui mérite d’être transcrit:

«C’est dans l’Orient (dit-il), c’est dans la Perse, que la magie fut, de
l’aveu des historiens, inventée par Zoroastre; mais n’y a-t-il eu qu’un
seul Zoroastre, ou bien en a-t-il existé un second? _Cela n’est pas
clair_. Eudoxe, qui veut nous faire regarder la magie comme l’une des
sectes philosophiques les plus utiles et les plus brillantes, prétend
que Zoroastre vivait 6000 ans avant la mort de Platon (mort l’an 348
avant J.-C.), ce qu’on lit aussi dans Aristote... Hermippe, qui a écrit
un savant Traité sur cet art, et qui a traduit _deux millions_ de vers
composés par Zoroastre, en indiquant les titres de chaque volume (d’où
il les a tirés), rapporte qu’il eut pour maître _Azonak_, ou _Agonak_,
et qu’il vécut 5000 ans avant la guerre de Troie. Mais il est étonnant
que le souvenir (de l’inventeur) et que l’art aient été conservés si
long-temps, sans moyens intermédiaires, et sans succession claire et
continue (d’enseignement); car à peine se trouve-t-il quelqu’un qui ait
ouï parler d’un _Apuscorus_ et d’un _Zaratus_, Mèdes; de _Marmar_ et
d’_Arabantiphok_, Babyloniens; de _Tarmoenda_, Assyrien, dont aucun
monument n’existe.»

(Après avoir remarqué que dans l’Odyssée d’Homère, la magie est
habituellement mise en action, Pline continue):

«Je trouve que le premier qui a écrit sur cet art est le Perse
_Ostanès_, contemporain de Xercès, qui en répandit dans la Grèce, non
pas le goût, mais la _rage_. Ceux qui ont fait des recherches plus
profondes placent un peu avant lui un autre _Zoroastre_ de Proconnèse...
Il est encore une secte de magiciens, qui a pour chef _Mosès_ et les
Juifs _Iamné_ et _Iotapé_, mais (seulement) plusieurs _milliers
d’années_ après Zoroastre (en suivant le calcul des 6000 ans
d’Eudoxe)...»

Pesons certaines expressions de ce passage important:

«C’est dans la Perse que la _magie_ fut inventée par _Zoroastre_, de
l’aveu des historiens.»

Selon Platon, Apulée, Porphyre, Hesychius, Suidas, etc., et selon tous
les pythagoriciens, qui sans doute tinrent cette tradition de leur
maître, le mot asiatique _magos_, ou plutôt _mag_, signifiait proprement
_homme consacré_, _dévoué au culte de Dieu_, précisément comme le mot
hébreu _nazaréen_; par conséquent le mot _magie_ fut d’abord la science
ou la pratique de ce culte. C’est dans ce sens que Platon dit[16] «que
les enfants des rois de Perse, parvenus à l’âge de 14 ans, recevaient
quatre instituteurs, dont le premier leur enseignait la _magie_, qui
est, dit-il, _le culte des dieux_ (_la religion_). Ce même instituteur
leur enseignait aussi _la politique royale_.» Dans ce sens aussi
Zoroastre a inventé _la théologie des mages_, et institué leur caste,
qui devint la caste _nazaréenne_ et lévitique du pays. Mais, parce que
la _science_ des _mages_ se composait d’astronomie et d’astrologie
judiciaire, c’est-à-dire des prédictions, divinations et prophéties
attachées à cet art; qu’elle se composait encore de certaines
connaissances physiques et chimiques, au moyen desquelles on opérait des
phénomènes _prodigieux_ et _miraculeux_ pour la masse du peuple; cette
_science_ devint peu à peu un art d’imposture et de charlatanisme, qui
reçut en un _mauvais sens_ le nom de _magie_ que nous lui donnons...
Sous ce rapport, c’est-à-dire, comme art d’_évocations_,
d’_enchantements_, de _métamorphoses_ opérées par certaines pratiques,
elle est bien plus ancienne que Zoroastre, ainsi que le disent, avec
raison, les Perses, puisqu’elle était la base du pouvoir et de
l’influence des prêtres _égyptiens_, _chaldéens_, _brahmes_, _druides_,
en un mot de tous les prêtres de l’antiquité. Le nom de _Chaldéens_,
cité dès le temps d’_Abram_, comme désignant une nation déja ancienne,
signifie _devin_, et fournit une preuve de l’art et de sa pratique chez
un peuple qui, comme le dit Ammien Marcellin, ne fut d’abord qu’une
secte, et devint ensuite, par accroissement, une nation nombreuse et
puissante. Or, si, comme il est vrai, ce genre de _magie_ et de
_magiciens_ remonte à des milliers d’années, ce ne peut être qu’en le
confondant avec le _zoroastérisme_, qu’Eudoxe et Hermippe en ont rejeté
le fondateur à 5 ou 6,000 ans avant Platon et la guerre de Troie.
Diogène Laërce nous fournit une troisième variante:

«Selon _Hermodore_ le platonicien (dit-il _in proœmio_), depuis les
mages, _dont on dit que Zoroastre fut le premier chef_ (princeps),
jusqu’à la guerre de Troie, il s’écoula 5,000 ans.»

Voilà mille ans de différence avec Eudoxe: remarquez qu’Hermodore ne dit
pas depuis Zoroastre, mais depuis les _mages_; en sorte qu’il faut que
quelque équivoque soit la cause de cette méprise, car il est bien
certain que ces 5 ou 6,000 ans sont hors des limites de toute biographie
connue, et que Zoroastre, comme nous l’allons voir, n’a pas vécu plus de
huit siècles avant Platon. Suidas paraît avoir changé ces 5,000 en 500:
mais le témoignage de ce moine du IXe siècle est de peu de poids; il
a voulu sauver l’époque juive de la création.

Actuellement, puisque le fondateur des mages est Zoroastre, auteur du
système des _deux principes_ ou des deux génies du bien et du mal
(_Oromaze_ et _Ahriman_), si célèbres en Asie, il s’ensuit, 1° que
celui-là seul est l’homme dont nous cherchons l’époque; 2° que partout
où nous trouverons le nom de ses mages, ou quelqu’un de ses dogmes, cet
homme aura déja existé. Or, si au siècle de Pline l’époque de Zoroastre
était déja _si peu claire_ ou si obscure, que l’on ne savait plus où le
placer, cela seul prouve que le législateur des Perses, des Mèdes et des
Bactriens ne vécut point au temps de Darius; qu’il ne fut point ce
magicien de Proconnèse, qui vécut un peu avant Ostanès, et qui prit ou
porta le nom de _Zerdoust_, comme l’ont porté depuis et le portent
encore beaucoup de _mobeds_ ou prêtres parsis, comme des Juifs célèbres
ont porté celui de Mosès[17]. Les faits contemporains de Darius et de
Xercès furent trop bien connus des Grecs pour qu’il pût s’opérer dans
l’Asie un schisme religieux, aussi éclatant que celui de Zoroastre, sans
qu’ils en eussent ouï parler, et sans qu’Hérodote, qui y voyageait à
cette époque, nous en eût dit un seul mot.

Néanmoins, puisqu’au temps de Pline il existait une incertitude, une
équivoque sur un second _Zoroastre, lequel, selon ceux qui avaient fait
des recherches plus profondes; aurait vécu un peu avant Ostanès_ (et
cela peut s’étendre jusqu’à 60 et 80 ans), il faut qu’un fait quelconque
ait donné lieu à cette équivoque, et que réellement quelque mage et
magicien, du nom de _Zardast_ ou _Zoroastre_, ait été mêlé à quelque
anecdote venue à la connaissance des Grecs. Et en effet Apulée, ce grand
panégyriste de la magie, dans son absurde roman de l’_Ane d’or_, écrit
en latin, 80 ans après Pline, nous fournit le passage suivant,
tout-à-fait conforme à notre aperçu:

«_On dit_ que Pythagore ayant été amené (à Babylone) parmi les
prisonniers égyptiens de Cambyse, eut pour instituteurs les mages des
Perses, et surtout _Zoroastre_, premier ou principal dépositaire de
toutes sciences secrètes et divines[18].»

Cet _on dit_ annonce une tradition populaire qui peut remonter assez
haut, comme tout ce qui concerne Pythagore. _Prisonnier de Cambyse_ est
un anachronisme grossier, puisque Pythagore, né en 608, avait 84 ans[19]
lorsque Cambyse conquit l’Égypte en 525; mais la fausseté de
l’accessoire ne détruit pas le fait principal.

Ce fait, c’est-à-dire le voyage de Pythagore en Égypte, et de là à
Babylone, se retrouve dans Diogène de Laërte, qui, 20 ans après Apulée,
compilant aussi la vie de ce philosophe, nous dit que,

«Dès sa jeunesse, passionné du désir d’apprendre, Pythagore quitta sa
patrie, et voyagea en divers pays, où il se fit initier à tous les
mystères des Grecs et des _Barbares_ (des étrangers); qu’entre autres il
alla en Égypte, au temps du roi Amasis, à qui Polycrates de Samos le
recommanda par une lettre, comme le rapporte _Antiphon_; qu’ensuite il
visita les _Chaldéens_ et les _Mages_, avec qui il eut des entretiens;
et qu’enfin il passa en Crète, à Samos et en Italie, où il s’établit et
fonda son école, comme le racontent Hermippe dans l’histoire de sa vie,
et _Alexandre_ (Polyhistor) dans son livre de la Succession des
philosophes.»

Ici le règne d’Amasis peut convenir, parce que ce prince régna dès l’an
570, lorsque Pythagore avait environ 38 ans; mais Polycrates et sa
lettre sont inadmissibles, parce que ce tyran de Samos ne commença de
régner que vers 532, lorsque Pythagore avait environ 76 ans. Antiphon,
en ajoutant que Pythagore, chagrin de voir Polycrates tyran, quitta
Samos à 40 ans, pour s’établir en Italie, a sûrement confondu le départ
pour l’Égypte, lorsque Pythagore, après avoir déja visité la Grèce, la
Thessalie et la Thrace, commença ses voyages pour l’Égypte et l’Orient:
la lettre de Polycrates (placée entre les années 532 et 523), apocryphe
comme celles de Pisistrate et de Solon, en tombant dans le règne de
Cambyse, décèle la même source que le _on dit_ d’Apulée: la seule chose
que l’on puisse induire de cette tradition, est que Pythagore, ayant
réellement passé d’Égypte en Chaldée, put y converser avec quelque
_docteur mage_ du nom de Zerdast (_Zoroastre_ en grec), dont il aura
cité le nom à ses disciples, qui, en le conservant, l’ont confondu, ou
ont donné lieu de le confondre avec le _législateur_. Clément
d’Alexandrie nous offre un passage à l’appui de cet aperçu:

«Pythagore, dit-il[20], alla à Babylone, où il se fit disciple des
mages: or Pythagore (nous) y montre _Zoroastre, mage persan_...... dont
les hérétiques prodiciens prétendent posséder les livres.... Alexandre
Polyhistor, dans son livre des _Symboles pythagoriciens_, dit que
Pythagore fut disciple de l’Assyrien _Nazaret_, que quelques-uns
prennent pour Ezékiel; mais cela n’est pas exact.»

Moins de 60 ans après Clément, Porphyre puisait aux mêmes sources,
lorsqu’il écrivait:

«Que Pythagore fut purifié par _Zabratas_ ou _Zaratas_ des souillures de
sa vie précédente, et qu’il apprit de lui ce qui concerne la nature et
les principes de l’univers.»

_Zaratas_ est évidemment le nom parsi de _Zerdast_; mais, 1° en
admettant que le maître de Pythagore ait été _perse_, comme le dit
Clément, il n’est plus le législateur, car nous verrons les meilleurs
auteurs attester unanimement que celui-ci fut _mède_. Clément lui-même
le dit, lorsque, citant les philosophes qui se sont livrés à la
divination, il nomme _Zoroastre le Mède_ avec Abarès, Aristœas,
Pythagore, Empédocles, etc.

2° Si le mage _Zaratas_ a été perse, il a dû être postérieur à Kyrus et
à la conquête de Babylone par ce prince, en 538..... Or, à cette époque,
Pythagore avait déja près de 72 _ans_, ce qui rend son voyage improbable
à cette date tardive, et toujours nous ramène à la tradition fabuleuse
du romancier Apulée.... Un soupçon se présente: en considérant que des
noms juifs se trouvent mêlés ici; que le mage _Zaratas_ est cru
_Ezékiel_ par les uns, _Daniel_ par les autres; que le mot hébreu
_nazaret_ est une traduction littérale du mot _mag_, qui décèle une main
juive; et qu’Alexandre Polyhistor, qui cite ce mot, a en général copié
Eupolème, qui lui-même a copié les Juifs, qu’il fréquenta beaucoup: ne
devons-nous pas croire que ce sont des contes fabriqués à Alexandrie,
dans l’intention, de la part des Juifs, de prouver que tout venait de
leur source; et de la part des pythagoriciens, que leur maître avait
tout connu?

D’autre part, la circonstance des livres _montrés_ par les _prodiciens_
ne prouve pas l’identité du _mage_ avec le _législateur_; car, outre que
les savants Porphyre et Chrysostôme _les_ traitent d’_apocryphes_, il
est encore possible qu’un mage, entrant en fonctions à cette époque, en
ait composé qui seraient devenus le rituel dominant; et, ici, nous
touchons à un point historique qui est peut-être le nœud de toute cette
question......

Après Cambyse, fils de Kyrus, le mage Smerdis, comme l’on sait, usurpa
le trône par une supposition de personne et de nom. Darius avec les
autres conjurés l’ayant tué, il s’ensuivit une proscription générale des
_mages_, qui furent massacrés dans tout l’empire, et le souvenir de ce
massacre resta dans une fête anniversaire appelée _Magophonie_: il est
évident qu’après ce massacre, la caste des mages atterrée, fut à la
discrétion de Darius, fils d’Hystasp. Si ensuite ce roi se fit honneur
d’être appelé _docteur mage_, il trouva donc politique de la relever;
mais en la relevant, il aura été le maître des personnes et des choses;
il aura nommé les fonctionnaires, le grand-prêtre, les mobeds, etc.; il
aura même introduit les changements qu’il aura voulu dans les rites; et
si c’est lui qui, en s’emparant d’une partie du Haut-_Indus_, comme le
dit Hérodote, _eut des entretiens avec les brahmes_, comme le dit Ammien
Marcellin, il a pu être l’auteur d’une modification qui aura fait époque
dans le système zoroastrien: par un procédé semblable à celui
d’_Ardéchir_, il aura changé, subrogé, substitué à son gré; alors si,
par un cas très-plausible, le grand-prêtre constitué par lui, a porté ou
a pris le nom révéré de _Zoroastre_, nous aurons à la fois le _Zaratus_
de Pline, le _Zabratas_ de Porphyre, et le _Zerdoust_, auquel
appartiendrait l’oracle cité au temps d’_Ardéchir_: toujours est-il
certain que cet oracle est _apocryphe_[21], plein de contradictions, et
qu’il ne peut convenir au législateur, comme nous l’allons voir. Or,
puisqu’il est certain que les musulmans, nés seulement après l’an 622
de notre ère, n’ont pu recevoir que des rabbins juifs toutes leurs
fables sur la prétendue éducation de Zoroastre par Élie, par Esdras, par
_Jérémie_, par _Ézékiel_, il devient infiniment probable, comme nous
l’avons déja dit, que ces amalgames des noms de Pythagore, de
Zaratas-Zoroastre et de _Nazaret_, cru Ézékiel, ont été faits à
Alexandrie, sous le règne des Ptolémées, lorsque les pythagoriciens et
les Juifs confrontèrent et mêlèrent leurs traditions, leurs
raisonnements et leurs explications sans beaucoup de critique, surtout
en chronologie. De tout ceci il restera seulement pour faits
historiques:

1° Que Pythagore vint et résida à Babylone entre les années 569 et 550,
et qu’il put y converser avec des mages et des Juifs, comme avec des
prêtres chaldéens;

2° Que le nom de _Zoroastre_ ou de _Zardast_, commun chez les
Perses[22], comme celui de _Mohammad_ chez les Arabes, et celui de Mosès
chez les Juifs, a occasioné une confusion de personnes, de temps et
d’actions, qui a égaré la foule des écrivains.

Après le débat de toutes ces erreurs, il faut, pour arriver à connaître
l’époque réelle de _Zoroastre_, fils de _Pourouchasp_, nous adresser aux
plus anciens historiens, et à ce titre nous devons d’abord interroger
Hérodote.

Dès long-temps l’on a remarqué que son livre n’offrait nulle part le nom
de Zoroastre; et ce silence a toujours été une objection très-pénible
pour ceux qui ont voulu que ce prophète, plus célèbre en Asie que
l’hébreu Moïse, eût été contemporain de Darius, fils d’Hystaspes. En
effet, comment concevoir que Zoroastre eût opéré, dans le vaste empire
de ce prince, un schisme aussi éclatant que celui de Luther en Europe,
sans qu’Hérodote, qui visita l’Asie presque dans le même temps, et qui a
décrit la vie de Darius dans le plus grand détail, eût fait la moindre
mention d’un homme et d’un événement aussi marquants? Ce premier
argument négatif, déja si puissant, est d’ailleurs appuyé d’un second,
positif et concluant.... Tous les anciens s’accordent à dire que
Zoroastre fut l’auteur et le fondateur du magisme et de la magie,
c’est-à-dire de la secte philosophique des _mages_. Or le nom des mages
est cité plusieurs fois par Hérodote, et cela avec des circonstances
riches en inductions.

«Les mages (dit cet historien) diffèrent beaucoup des autres hommes, et
particulièrement des _prêtres d’Égypte_: ceux-ci ne souillent point
leurs mains du sang des animaux, et ne font périr que ceux qu’ils
immolent; les mages, au contraire, égorgent de leurs propres mains tout
animal, excepté l’homme et le chien; ils se font même gloire de tuer les
fourmis, les serpents et tous les reptiles et volatiles[23].»

Voilà bien certainement les mages zoroastriens, définis par leurs rites,
et même par leur comparaison, comme _ordre sacerdotal_, aux prêtres
égyptiens... Et déja ils sont _très-anciens, ces mages_, puisque
Hérodote ajoute: «Mais laissons ces usages tels qu’ils ont été
_originairement_ établis.» Le mot _originairement_ nous recule lui seul
à des siècles: ce n’est pas tout; le roi mède Astyag, ayant eu un
premier songe, consulte[24] _ceux d’entre les mages qui faisaient
profession de les expliquer_: les mages étaient les _devins_, les
_prophètes_, par conséquent les prêtres des Mèdes, dès avant Kyrus.

Un second songe épouvante Astyag: il mande les _mêmes mages_, et leur
réponse est encore plus instructive dans notre question[25].

«Seigneur (disent-ils _au roi mède_), la stabilité et la prospérité de
votre règne nous importent beaucoup;..... car enfin si la puissance
souveraine venait à tomber dans les mains de Kyrus, qui est _Perse_,
elle passerait à une autre _nation; et les Perses, qui nous regardent
comme des étrangers_, n’auraient pour nous, qui sommes _Mèdes_, aucune
considération; ils nous _traiteraient en esclaves_; au lieu que vous,
seigneur, qui êtes notre _compatriote_, tant que vous occuperez le
trône, vous nous comblerez de graces, etc.[26]»

Donc les mages étaient _Mèdes_ de nation, et non pas _Perses_. Donc
Zoroastre n’était pas né _Persan_, comme on le croit vulgairement, mais
_Mède_, ainsi que le disent les Parsis.

Cette concordance entre eux et notre auteur, en prouvant la justesse de
ses informations, met le fait hors de doute. Ces mots: «Les Perses nous
traiteraient comme des étrangers» (et chez les anciens, l’étranger,
_hostis_, était l’ennemi); «s’ils étaient les maîtres, _ils nous
traiteraient en esclaves_;» ces mots indiquent que les Perses avaient
une autre religion que celle des Mèdes. En effet, la description
très-détaillée qu’en donne Hérodote[27], ne convient point au
_zoroastérisme_; le traitement que Kyrus veut faire subir à Krésus,
serait le sacrilége le plus impie dans ce culte, qui défend, par-dessus
toute chose, de _souiller_ le feu, en y jetant les corps soit morts,
soit vivants. Ainsi, de la part d’Hérodote, tout indique, tout prouve
que Zoroastre ne fut point Perse; qu’il ne vécut point au temps de
_Darius_, et que sa religion, d’_origine mède_, ne fut introduite chez
les Perses que lorsque, par des vues politiques, Kyrus introduisit chez
ses sauvages compatriotes tout le système des usages, des mœurs, des
lois et du gouvernement des Mèdes amollis et civilisés.

Après Hérodote, ou plutôt avant lui, le premier écrivain grec connu qui
ait articulé le nom de _Zoroastre_, n’est pas Platon, comme on l’a dit
quelquefois, mais _Xanthus_ de _Lydie_, qui, sous le règne de _Darius_,
publia, en quatre livres, une histoire de son pays, très-estimée et
souvent citée par les anciens. Hérodote, qui ne publia la sienne
qu’environ 40 ans plus tard, s’en est beaucoup servi, selon Plutarque;
et nous devons l’en louer, puisqu’en matière de faits, la meilleure
méthode de les narrer est d’emprunter le langage du premier témoin ou
narrateur, quand on le sait fidèle. Or l’historien Xanthus, selon
Diogène Laërce[28], estimait que, depuis _Zoroastre, chef des mages,
jusqu’à l’arrivée de Xercès en Grèce_, il s’était écoulé 600 ans;
c’est-à-dire que Zoroastre aurait fleuri 1080 ans avant notre ère, ce
qui déja est une antiquité hors de la portée des chronologies grecques.
Mais ce passage de Xanthus n’est pas le seul de cet auteur qui nous soit
parvenu; _Nicolas de Damas_, qui vivait au temps d’_Auguste_, nous a
conservé dix pages in-4° de détails curieux sur les rois de Lydie, et il
n’a dû les tirer que de Xanthus[29]. Parmi ces détails se trouve
l’anecdote du bûcher de Krésus, qui nous offre encore le nom de
_Zoroastre_. L’historien dit en substance:

«Kyrus fut touché du traitement qui se préparait pour Krésus; mais les
(soldats) Perses insistèrent pour que ce prince fût livré au feu, et ils
s’empressèrent de lui dresser un vaste bûcher, où ils firent monter avec
lui quatorze des principaux seigneurs de sa cour. Kyrus, pour les
dissuader, leur fit lire un oracle de la sibylle; ils prétendirent qu’il
était controuvé, et ils allumèrent le bûcher.... Alors éclatèrent de
toutes parts, les gémissements des Lydiens.... Cependant un orage qui
s’était approché (durant les apprêts assez longs) commence de gronder;
les nuages s’amoncellent et obscurcissent le ciel. Krésus, voyant ce
secours d’Apollon, implore la faveur du dieu auquel il a offert tant de
dons; les éclairs redoublent, le tonnerre éclate, la pluie tombe à
torrents.... Le désordre se met dans les rangs des soldats; les chevaux,
effrayés par la foudre et par les éclairs, augmentent le tumulte.....
Alors une terreur (religieuse) s’empare des _Perses_. Ils se rappellent
l’oracle de la sibylle et ceux de _Zoroastre_: ils crient de toutes
parts que l’on sauve Krésus; et c’est à cette occasion que les Perses
ont établi en loi, _conformément aux oracles de Zoroastre_, que les
cadavres ne seraient plus brûlés, ni le feu souillé par eux, ce qui
ayant déja eu lieu par d’_anciennes institutions_, fut alors rétabli et
confirmé.»

Dans ce récit nous voyons, 1° qu’à cette époque les Perses n’avaient
point encore la religion de Zoroastre, et c’est ce qu’indique Hérodote;
2° qu’en appelant _ancienne institution_ le culte du feu qui caractérise
cette religion, l’antiquité de Zoroastre est également énoncée. Quant à
ce que _ces institutions_ auraient eu lieu jadis chez eux, il est
probable que, sous l’empire des Assyriens et des Mèdes, quelques tribus,
quelques familles auront imité la religion de leurs voisins et maîtres,
comme il arriva aux Juifs, chez lesquels, au temps d’Achab,
s’introduisirent les rites assyriens. Mais la masse de la nation ne fut
point zoroastrienne; l’obstination des soldats perses à brûler Krésus,
c’est-à-dire, à en faire un sacrifice à la manière des Phéniciens, des
Indiens et des Keltes, en est une démonstration complète: l’on doit donc
regarder comme un fait positif cette remarque de Xanthus, _que ce fut
l’incident merveilleux de l’orage éteignant le bûcher de Krésus, qui
opéra la conversion des Perses au zoroastérisme_, comme la victoire de
Tolbiac convertit au christianisme les Francs de Clovis[30].

De tout ce que nous venons de voir, il résulte que, même au temps de
Xanthus et d’Hérodote, c’est-à-dire, près de 500 ans avant notre ère,
l’époque de Zoroastre était déja enveloppée des nuages de l’antiquité.
Nous n’insistons pas sur les 600 ans donnés par Xanthus, parce que cette
date n’est suivie d’aucune preuve, et que le savant Athénée en conteste
la citation; mais nous avons le droit d’en conclure que si dès lors les
idées n’étaient pas plus claires sur ce fait que sur la guerre de Troie
et sur l’époque d’Homère, il ne faut pas s’étonner qu’elles soient
devenues plus obscures dans les siècles suivants, et surtout dans les
premiers de notre ère, où les écrivains en général furent moins érudits
et néanmoins plus tranchants.

Voyons si, en continuant nos recherches, nous ne parviendrons pas à
découvrir quelque témoignage positif sur l’époque de Zoroastre.

Nous devions l’attendre de Ktésias; mais ses extraits en Photius et
Diodore ne font pas mention de ce nom, et l’on ne sait s’il faut lui
attribuer ce qu’en un autre endroit Diodore dit de _Zathraustes_,
inventeur du _dogme du bon génie_ chez les Arimaspes; toujours est-il
vrai que le dogme convient, et que ce nom de _Zathraustes_ correspond
assez à _Zérétastré_, qui, selon Anquetil, doit avoir été le nom zend de
Zoroastre.

Après Ktésias, le chaldéen Bérose a eu plus de moyens que personne
d’éclaircir la question; mais, soit inimitié de secte, soit défaut
d’occasions, ses fragments ne nous apprennent rien. Il faut descendre
jusqu’au temps de Pompée pour trouver une phrase riche d’instruction,
malgré sa brièveté: nous la devons à Justin[31], abréviateur de
_Trogus_, qui accompagna en Asie le général romain.

«Ninus (dit-il), ayant subjugué tout l’Orient, eut une dernière guerre
avec Zoroastre, _roi des Bactriens_, que l’on dit avoir le premier
_inventé_ les pratiques des mages, et avoir profondément étudié les
mouvements des astres et les principes moteurs de l’univers. Ninus,
l’ayant mis à mort, mourut lui-même, et laissa son trône à sa femme
Sémiramis, et à son fils Ninias, encore jeune[32].»

Ce passage est d’autant plus précieux, que son auteur, _Trogus_, avait
voyagé en Médie et en Assyrie à la suite de Pompée, et qu’il put y
consulter les monuments et les traditions du pays. _Zoroastre, roi de
Bactriane_, est une circonstance désavouée des Parsis, et contredite par
Ktésias, qui dit que le roi de Bactriane attaqué par Ninus se nommait
_Oxuartès_; à la vérité, ce nom paraît être générique, puisque, en le
décomposant, on l’explique _roi de l’Oxus_. Mais, outre l’accord que
cette circonstance forme avec le récit des Parsis, en laissant croire
que le nom propre de ce roi put être _Kestasp_, cette guerre elle-même
d’un prince étranger contre la Bactriane, le rôle important et presque
royal que Zoroastre y joue, sa mort qui y arriva selon la plupart des
Orientaux modernes, sont autant d’accessoires qui, par leur
ressemblance, constatent le fait fondamental, savoir, que _Zoroastre
vécut au temps de Ninus_: et si l’on remarque qu’aucune chronique
grecque n’a pu remonter d’un fil continu jusqu’au temps d’Homère et de
Lycurgue; que dès le siècle d’Alexandre, les idées étaient obscures sur
Pythagore, sur Thalès, sur Solon, l’on concevra qu’Hérodote et Xanthus
ont pu être embarrassés sur le temps infiniment plus reculé de
Zoroastre.

Au témoignage de Trogus, vient se joindre celui de _Képhalion_ (vers
l’an 115 de notre ère), dont les recherches profondes et variées en
chronologie sont fréquemment citées par Eusèbe et par le Syncelle. Ce
dernier nous a conservé un trait qui s’encadre très-bien ici:

«Jadis, selon Képhalion, régnèrent les Assyriens, à qui commanda
Ninus... Puis cet auteur illustre joint la naissance de Sémiramis et du
mage Zoroastre; il parcourt les 52 années du règne de Ninus...
etc.[33].»

Voilà donc encore Zoroastre contemporain de Ninus, puisqu’il l’est de
son épouse Sémiramis: et Képhalion ne se bornait pas là; car l’Arménien
_Moïse de Chorène_, qui eut en main son ouvrage, le censure, _pour avoir
placé immédiatement après l’avènement de Sémiramis, la guerre que cette
reine ne fit à Zoroastre qu’après son retour des Indes, et pour avoir
dit que Zoroastre y succomba, tandis que ce fut elle qui y périt_.

Le livre de Moïse de Chorène n’ayant été publié qu’en 1736, les
chronologistes antérieurs à cette date ont été privés de cette citation
importante; et comme tout le fragment contient des détails précieux et
décisifs sur la question qui nous occupe, le lecteur les verra avec
d’autant plus de plaisir, que ce livre n’est pas très-commun.

Après avoir rapporté, conformément au livre chaldéen d’Alexandre, les
guerres mythologiques de Haïk et de Bélus, Moïse de Chorène arrive à des
guerres réellement historiques, et sa transition se marque par quelques
observations dont la substance mérite d’être citée.

«A l’égard des conquêtes nombreuses, dit-il, qui signalèrent le règne
d’Aram, principal fondateur de notre état, si elles ne se trouvent pas
dans les archives publiques des temples ou des rois, ce n’est pas une
raison d’en douter; car outre qu’elles ont précédé l’époque de Ninus, et
qu’elles sont arrivées dans des temps où l’on ne croyait pas nécessaire
d’écrire ce qui se passait hors du pays et chez les étrangers, Mar-Ibas
nous apprend encore que ces récits ont été faits par des particuliers
anonymes, dont les Mémoires furent joints aux archives royales, et il
ajoute que si l’on a perdu le souvenir de beaucoup de choses, _c’est
parce que Ninus, enflé d’orgueil[34] et avide de célébrité, fit brûler
beaucoup de livres et d’histoires des temps qui l’avaient précédé, afin
qu’on ne parlât que de lui et de son règne_[35].

«Or Aram laissa un fils appelé _Araï_[36], qui, lui ayant succédé peu de
temps avant la mort de Ninus, obtint de ce monarque la même faveur
qu’avait obtenue son père [c’est-à-dire celle d’être confirmé dans sa
principauté à titre de vassal, de porter un bandeau orné de perles, et
d’être le second personnage de l’empire[37]]».

Moïse de Chorène raconte ensuite comment, après la mort de Ninus,
Sémiramis, éprise de la beauté d’Araï, voulut en faire son amant et même
son époux. Le prince arménien s’y étant refusé, l’Assyrienne lui fit la
guerre, et battit son armée dans la plaine qui _reçut alors le nom
d’Ararat_. Le corps d’Araï, tué dans le combat, tomba aux mains de
Sémiramis, qui d’abord, pour calmer les Arméniens, fit courir le bruit
que ses dieux et ses _magiciens_ (ou prophètes) l’avaient ressuscité
pour satisfaire ses désirs; puis elle attaqua tout le pays, et le
subjugua. L’historien ajoute que, charmée de la beauté du climat, bien
plus tempéré que celui de Ninive, cette reine bâtit une ville, un palais
et des jardins délicieux près du lac de _Vanck_ (et en effet les
anciens géographes placent dans ce local _Semiramo Kerta_, la ville de
Sémiramis). Mosès décrit l’aspect général du pays, le site particulier
du lieu, sa disposition variée en collines, vallons et prairies, etc.;
ses ruisseaux d’eaux vives et douces, et la chaussée dispendieuse qui
fut construite pour former un lac charmant; il spécifie et le nombre des
ouvriers employés à ces travaux, lequel fut de 42,000, et les
constructions et les distributions, et les genres d’ornements; tout cela
avec des détails qui prouvent que le livre chaldéen d’Alexandre fut
composé sur des documents officiels[38].

Moïse de Chorène continue:

«Alors que Sémiramis se fut fait cette habitation délicieuse, elle prit
l’habitude d’y venir passer l’été. Elle confia le gouvernement de Ninive
et de l’Assyrie _au mage Zerdust_[39], _prince des Mèdes_; elle finit
même par lui laisser l’administration de tout l’empire...... La vie
dissolue qu’elle menait lui ayant attiré des reproches de la part des
enfants de Ninus, elle les fit tous périr, excepté Ninyas; mais par la
suite Zerdust manqua à sa confiance, et comme il voulut se rendre
indépendant, Sémiramis lui fit une guerre dont les suites, devenues
très-graves, la contraignirent à fuir devant lui en Arménie, où son fils
Ninyas la fit mettre à mort. Ceci, ajoute Moïse de Chorène, me rappelle
le récit de Képhalion, _qui, comme bien d’autres_, place après
l’avénement de Sémiramis au trône, d’abord sa guerre contre Zoroastre,
guerre dans laquelle il prétend qu’elle fut victorieuse, puis son
expédition aux Indes. Mais je regarde comme bien plus certain ce que
Mar-Ibas rapporte, d’après _les livres chaldéens_; car il explique avec
ordre et clarté les événements et les causes de cette guerre; et ce
savant Syrien a en sa faveur nos traditions populaires, qui, en récitant
la mort de Sémiramis, disent, dans leurs chansons, que cette reine fut
obligée de fuir à pied; que, dévorée de soif, elle demanda un peu d’eau
dont elle but, et que, se voyant approchée par les soldats, elle jeta
son collier dans _la mer_[40], d’où est venu le proverbe: _Jeter les
joyaux de Sémiramis à l’eau_.»

Après des détails aussi précis, provenus d’une source aussi authentique,
il ne peut rester de doute sur l’époque de Zoroastre; et si nous
comparons les faits divers qui nous sont fournis, tant par les Parsis
que par les historiens grecs, et par le livre chaldéen d’Alexandre, nous
pouvons tracer de la vie de ce législateur, un tableau plus probable que
tout ce que l’on en a écrit jusqu’ici.


§ III.

Vie de Zoroastre.


Selon Hérodote et selon les Parsis, Zoroastre naquit _Mède_. Ceux qui
l’ont cru _Bactrien_ furent induits en erreur par le théâtre de sa
mission; comme ceux qui l’ont dit _Perse_ l’ont été par la prédominance
du peuple qui fit le plus connaître sa religion. A l’époque de sa
mission, entre les années 1220 et 1200, le vaste pays qui depuis a
composé l’empire des Perses était partagé entre plusieurs nations
indépendantes et ennemies.

1° La nation _mède_, composée de six peuples ou tribus[41], occupait les
pays actuellement nommés _Aderbibjan_, _Djebâl_, _et Irâq-Adjami_, ayant
pour limites, au nord, le fleuve _Araxes_; au midi, la chaîne des monts
_Élyméens_, aujourd’hui _Louristan_; et à l’est, celle de l’ancien
_Zagros_, bornant les plaines assyriennes du Tigre.

2° La nation Perse, composée d’un grand nombre de tribus, dont Hérodote
nomme jusqu’à onze, les unes sédentaires, livrées à la culture; les
autres vagabondes, nourrissant des troupeaux; toutes sauvages et
guerrières: cette nation s’étendait depuis les monts Élyméens, au nord,
jusqu’au golfe Persique, à l’ouest et au midi.

3° Le _Khorasan_ actuel était habité par les _Bactriens_, autre race,
partie agricole, partie nomade, qui semble être d’origine scythique, et
qui forma un état puissant et très-anciennement civilisé.

4° Le _Mazanderan_ et le _Ghilan_ avaient encore d’autres peuples
indépendants, cités comme féroces, tels que les _Marses_, les _Gelœ_ et
les _Caddusii_, qui occupaient les montagnes jusqu’au lac _Ourmi_.

5° Enfin le _Kurdistan_ propre, d’où le Tigre et le Zâb tirent leurs
sources, avec le pays de _Sennaar_ ou _Sindjar_, était le patrimoine des
Assyriens divisés en tribus, dont l’une, celle des _Chaldéens_, jouait
chez eux le même rôle sacerdotal que les lévites chez les Hébreux, que
les brahmes chez les Indiens, et que les mages chez les Mèdes. Ninus fut
le premier qui soumit tous ces peuples à un même joug, et qui en composa
un corps politique, dont le temps amalgama peu à peu et identifia les
parties. Depuis ce conquérant, le pays compris entre le _Tigre_ et
l’_Indus_ ayant presque toujours formé un même empire, sous l’influence
d’un même pouvoir et d’un même langage, les habitudes de cette réunion,
en faisant perdre de vue l’ancien état de choses, ont induit les
écrivains orientaux en une foule de méprises géographiques; et comme ils
n’ont plus compris le vrai sens des anciennes descriptions, ils ont fait
de vicieuses interprétations des noms, et ont fini par défigurer
totalement l’histoire. Par exemple, le nom d’_Air-an_[42] ne désigna
d’abord que la _Médie_ propre, appelée _Aria_ dans Hérodote, _Ériané_
dans les livres parsis; mais par la suite, et probablement sous les
rois mèdes, ce nom ayant été attribué à tout leur empire, ses habitants
n’ont plus su à qui appartenait le nom de _Tour-an_; et parce qu’ils ont
trouvé le _Tourk-estan_ à l’est de la mer Caspienne, ils ont placé là le
royaume de _Tour_, qui était réellement à l’ouest, et se composait de
tout le pays montueux du _Taur-us_[43], et spécialement de l’_Atouria_
des Grecs, c’est-à-dire que l’ancienne division était la _plaine_
(_Aïr-an_), et la montagne (_Tour-an_): aussi est-il échappé aux
écrivains persans de conserver, comme malgré eux, cette circonstance,
_que des possessions d’Ardjasp se trouvaient au couchant de la
Caspienne_; elles y étaient toutes, par la raison qu’_Ardjasp, roi de
Tour-an_, ne fut autre que _Ninus_, roi de l’_Atouria_ et de tout le
_Taurus_. Lorsque ce prince eut subjugué la Médie et crucifié son roi
_Pharnus_, le mède Zoroastre put avoir des raisons de quitter sa patrie,
traitée avec la dureté qui caractérise les anciens temps. Peut-être
fut-ce à cette époque et à cette occasion qu’il se réfugia dans
l’_antre_ que nous décrit Porphyre, d’après Eubulus. (Il devait, selon
nos calculs, avoir alors 30 à 31 ans.)

«Nous lisons dans Eubulus que Zoroastre fut le premier qui, ayant choisi
dans les montagnes voisines de la Perse, une caverne agréablement
située, la consacra à _Mithra_, créateur et père de toutes choses;
c’est-à-dire qu’il partagea cet antre en divisions géométriques figurant
les climats et les éléments, et qu’il imita en partie l’ordre et la
disposition de l’univers par Mithra. De là est venu l’usage de consacrer
les antres à la célébration des mystères, et de là l’idée de Pythagore
et de Platon, d’appeler le monde _un antre, une caverne_. (Porphyrius,
_de Antro nympharum_.)»

C’est-à-dire que Zoroastre se composa une grande sphère armillaire en
relief, pour mieux étudier les mouvements des astres, et connaître le
mécanisme du monde, comme l’a dit Justin.

«Ce fut d’après ce modèle que les Perses, au rapport de Celse[44],
représentaient, dans les cérémonies de Mithra, le double mouvement des
étoiles fixes et des planètes, avec le passage des ames dans les cercles
ou sphères célestes... Pour figurer les propriétés ou attributs des
planètes, ils montraient une échelle le long de laquelle il y avait 7
portes, puis une 8e à l’extrémité supérieure. La 1re, en plomb,
marquait _Saturne_; la 2e, en étain, _Vénus_; la 3e, en cuivre,
_Jupiter_; la 4e, en fer, _Mars_; la 5e, en métaux divers,
_Mercure_; la 6e, en argent, la _Lune_; la 7e, en or, le _Soleil_
(puis le ciel empyrée).»

Sans doute voilà l’échelle du songe de Jacob; mais toutes ces idées et
allégories égyptiennes et chaldéennes ayant existé bien des siècles
avant Abraham et Jacob, l’on n’en peut rien conclure pour et contre
l’antériorité de la Genèse, relativement à Zoroastre.

Ce fragment précieux nous prouve que la théologie de ce chef de secte,
semblable à celle des Égyptiens et des Chaldéens, et généralement de
tous les anciens, ne fut, comme le disent Plutarque et Chérémon, _que
l’étude de la nature et de ses principes moteurs dans les corps célestes
et terrestres_: si, comme le dit Pline, Zoroastre passa _vingt ans_ dans
cette grotte, et s’il y entra à l’âge de 30 ans, comme le disent les
Parsis, il dut arriver en Bactriane vers l’âge de 50 ans, et cette date,
coïnciderait avec la seconde attaque de Ninus; mais, ainsi que nous
l’avons dit, l’on ne peut guère compter sur l’exactitude de ces données.
Le choix qu’il fit de ce pays s’expliquerait bien par l’aversion qu’il
dut porter à Ninus, et par le caractère désireux de nouveautés qu’Ammien
et Lactance donnent au roi de Bactriane. Cette contrée, extrêmement
fertile, formait alors un royaume puissant qui, par son heureuse
position, touchant à l’Inde, à la mer Caspienne, et à tout le nord de
l’Asie, était l’entrepôt naturel de cet ancien commerce, au sujet
duquel Pline nous dit que _jadis les marchandises de l’Inde remontaient
par le fleuve Indus_, se versaient dans l’Oxus, et de là, par la
Caspienne, dans tout le nord de l’Europe et de l’Asie. L’or des mines de
Sibérie venait s’y échanger contre les produits de l’Inde et de l’Asie
occidentale; et de là l’extrême abondance de ce métal, jusqu’au temps
d’Hérodote, chez les _Massagètes_ et les Bactriens. Cet état d’opulence,
qui dut être un motif d’attrait et de cupidité pour Ninus, put n’être
pas indifférent à l’ambitieux Zoroastre.

La vie monacale du père d’_Hystasp_, sa tête rasée, ses abstinences, ses
mortifications, sont l’exacte copie des pratiques des brahmes et de
plusieurs rois dont fait mention le livre _Oupnekhat_ à pareille
époque[45]. Le récit que nous font les livres perses, de la multitude et
de la puissance des _devins_ ou _magiciens_ de ce temps-là, et des
_miracles_ opérés par eux et par Zoroastre, encore qu’il soit un conte
oriental dans ses circonstances, n’est pas une fable absolue au
fond...... Il correspond à ce que nous disent les livres hébreux des
enchanteurs égyptiens, de leurs miracles et de ceux de Moïse devant
Pharaon, deux siècles avant Zoroastre. C’était là le règne de ce qu’on
a depuis appelé _magie_, ou l’art d’opérer des _prodiges_, et ces
prodiges n’étaient pas tous de pures fables ou illusions.

Au sein des peuples agricoles, composés de paysans grossiers et de
guerriers féroces, s’étaient formées des corporations d’hommes studieux,
livrés par état à l’observation des astres et des influences célestes
qui régissent les moissons. Bientôt ils avaient pu prédire les
_éclipses_, ce phénomène solennel qui en impose si puissamment à la
multitude; dès lors, appelés avec raison _prédiseurs_, _prophètes_,
_devins_, ces hommes furent considérés comme les confidents des
intelligences célestes..... Le hasard d’abord, puis des expériences
méditées, leur ayant fait découvrir des opérations singulières,
physiques et chimiques, ils en usèrent habilement pour augmenter leur
crédit; ils firent entendre des voix là où il n’y avait point de bouche,
apercevoir des objets là où la main ne trouvait point de corps; ils
allumèrent des feux spontanés, par des pyrophores et des phosphores; en
un mot, ils opérèrent des prestiges de fantasmagorie, d’optique,
d’acoustique, qui aujourd’hui, quoique divulgués et connus, nous causent
encore de la surprise; et ils furent regardés comme des _ministres_ de
la _divinité_: et parce que ces secrets, couverts d’un mystère profond,
ne furent possédés que par certaines familles, dont ils assuraient
l’existence et le pouvoir, ils purent se transmettre, subsister, et
périr avec leurs dépositaires, sans que la multitude en ait jamais connu
l’artifice. Ainsi, nous dit-on, Zoroastre fit verser sur son corps de
l’airain fondu, pour convaincre Kestasp: et de nos jours, nous avons vu
un Espagnol se faire arroser d’huile bouillante. La limite de ces
prodiges n’est pas si facile à tracer qu’on le croirait d’abord; nous
avons déja remarqué que le nom de _Kaldéens_, _Kasd_, signifie
proprement _devins_; il paraît que ce fut spécialement contre eux qu’eut
à lutter Zoroastre. L’anecdote du brahme _Tchengregatchah_, qui vint de
l’Inde pour le réfuter, nous prouve, d’autre part, l’existence déja
ancienne du _brahmisme_; par conséquent le dogme trinitaire des Védas
précéda le _dualisme_ de Zoroastre: et Cléarque, cité par Diogène Laërce
(_in Proœmio_), ne fut pas bien instruit, lorsqu’il dit que les
_gymnosophistes dérivaient des mages_; cela est inexact, même à l’égard
des _boudhistes_: mais ceux-là eurent raison qui, selon le même Diogène,
soutenaient que la philosophie des Juifs venait de celle des mages; car
il est bien certain que, depuis la captivité de Babylone, ce fut à cette
source que les Juifs puisèrent tout ce que l’on trouve dans leurs
livres, sur le _Dieu de lumière_ (Ormusd), sur l’_ennemi Satan_, qui est
_Ahrimanes_, sur les anges, _sur la résurrection en corps et en ame_,
etc., tous dogmes zoroastriens, dont on ne trouve pas une seule trace
dans les livres de Salomon, de David, ni dans les lois de Moïse: la
seule analogie qui existe entre la théologie de ce dernier et celle de
Zoroastre, est 1° d’avoir proscrit toute image de la divinité, _tout
culte d’idoles_, ce qui a préparé la réunion de leurs sectateurs, et
marqué leur schisme avec les _Sabiens_, ou _idolâtres_; 2° de la part de
Moïse, d’avoir représenté _Dieu_ par le _feu_, tandis que le Mède le
représente par la _lumière_; ce qui, dans l’un et l’autre cas,
appartient à l’opinion bien plus ancienne, _que l’élément du feu était
le principe de tout mouvement, de toute vie, la source incorruptible de
toute existence_; aussi le nom de _Iehou_, que donna Moïse à ce
principe, signifie-t-il réellement _l’existence_ et _ce qui est_ (Ego
_sum_ qui _sum_), et cela dans l’idiome sanscrit comme dans l’hébraïque:
le _Iou_ (_piter_), ou _Pater_ des anciens Grecs et Pélasgues, dont nous
trouvons le culte dès long-temps avant Abraham, prouve que cette
doctrine indienne et égyptienne est de la plus haute antiquité. Sous ce
rapport le docte Aristote a eu raison de dire que _Iou_ était _Oromaze_,
et que Pluton était _Ahrimane_[46]. Tout cela indique que la plupart des
dogmes de Zoroastre existaient déja avant lui, et que, selon l’usage de
presque tous les novateurs, il ne fit qu’une nouvelle combinaison
(comme a fait Mahomet). Il n’est pas du ressort d’une chronologie
d’exposer un système religieux aussi compliqué que celui de Zoroastre;
il nous suffira d’observer que Thomas Hyde, plein de partialité pour les
_Guèbres_, n’a fait qu’embrouiller ce sujet. Pour le bien traiter, il
eût fallu, avec son érudition, y porter l’esprit ferme et libre de Hume
ou de Gibbon. La doctrine des modernes Parsis, modifiée à différentes
époques depuis Kyrus, n’est pas une image parfaite de l’ancienne;
plusieurs traits cités par Plutarque[47] et par d’autres auteurs grecs,
ne s’y retrouvent plus; l’on n’aperçoit entre autres dans toute la
compilation d’Anquetil, qu’une seule phrase sur le dogme _du temps sans
bornes_, et cette phrase en dit moins que celle de Théodore de
Mopsueste, toute tronquée qu’elle est par Photius[48].

«Théodore explique dans son premier livre sur la _magie perse_, le dogme
infame de Zarasdes touchant _Zarouan_, _principe_ de toutes choses,
appelé _fortune_ (ou _hasard_). Théodore rapporte comment _Zarouan_, en
faisant une libation (priapique), engendra _Ormisda_ et _Satan_
(Ahriman): il parle aussi du mélange de leur sang, et réfute tout ce
dogme très-obscène.»

Ceci a un rapport évident avec les _idées anciennes_ sur la
_fécondation_, ou création annuelle, figurée par le _Phallus_, dans le
tableau du sacrifice de Mithra;[49] en même temps que, sous un autre
aspect, c’est aussi le mystère de la création première, ou _extraction_
du chaos, par le grand agent des _anciens_, le _fatum_, la _fatalité_,
le _hasard_, qui est aussi l’_éternel_, l’_ancien des jours_. Le mot
persan _hazarouan_ a lui-même ce sens, puisqu’il désigne des _millions
d’années_. C’est de ce dogme que les Valentiniens tirèrent leurs
_aïons_, ou _toujours vivants_; et ce mot grec _aïôn_ est l’_Aïum_,
l’_Aeuum_ des anciens Latins, qui l’ont tiré du sanscrit AUM. Ici nous
avons, pour la première fois, la valeur véritable de ce mot indou si
mystérieux, dont la méditation doit absorber toutes les facultés de
l’ame; et en effet, quel sujet plus absorbant que l’éternité! Ce n’est
pas le seul point de contact que le système de Zoroastre ait eu avec le
brahmisme. Ses deux principes ne sont au fond qu’une simplification de
la trinité indienne; et il a eu un avantage véritable à soutenir que
tout _pouvoir_, toute _action_ consistait à produire et à détruire; que
par conséquent l’intermédiaire introduit par les brahmes, comme
_conservateur_, sous le nom de _Vishnou_, était imaginaire, puisqu’il
n’y a point de véritable stase entre _croître_ et _décroître_,
_augmenter_ et _diminuer_.

Ce furent toutes les analogies de ce genre avec les idées déja
existantes, qui préparèrent les esprits à l’admission de la nouvelle
religion. Peut-être le roi des Bactriens y trouva-t-il encore l’avantage
politique, en se donnant un système particulier, de se soustraire à
quelque influence, à quelque suprématie exercée sur les prêtres de son
pays, par ceux de Ninus. Quant à l’identité d’_Ardjasp_ et de _Ninus_,
d’Hystasp et de l’_Oxuartes_ de Ktésias, elle résulte de la ressemblance
de leurs actions:

«Ninus attaque une première fois _Oxuartes_, c’est-à-dire _le roi de
l’Oxus, résidant à Bactre_; il est repoussé par une armée de guerriers
vaillants[50].»

«Arjasp, roi d’un pays à l’ouest de la Caspienne, attaque Gustasp
résidant à Balk; il est battu et forcé de se retirer.»

«Ninus, après quelques années de repos, pendant lesquelles il fonde
Ninive, révient contre Bactre. Cette ville est prise, son roi tué, et
l’on n’entend plus parler de la Bactriane que comme d’une _satrapie_
sous Asar-adan-pal.»

«Ardjasp, après quelques années, revient surprendre Balk, et le roi
Lohrasp est tué.»

Les Orientaux continuent la vie de Gustasp, et le font régner à
_Estakar_, dans la Perse propre; mais les anciens Grecs nous assurent
que _Estakar_, qui est Persépolis, doit, comme Pasargade, sa fondation à
Kyrus[51]; et les Parsis alors ont confondu Kestasp avec _Darius
Hystasp_, qui réellement embellit _Estakar_, comme il est prouvé par les
inscriptions de cette ville. Sans doute Zoroastre se déroba au
vainqueur, puisque ensuite on le voit reparaître à la cour de Sémiramis;
et la persécution qu’il avait essuyée de la part de Ninus, put lui
devenir un titre de faveur près de cette femme, _assassin_ de son mari.
L’histoire ne nous apprend pas ce que devint Zoroastre sous le règne de
Ninyas dont il fut le complice; et nous n’avons point de conjectures à
avancer sans soutien. Il nous suffit d’observer que l’origine de sa
religion, à cette époque, résout toutes les difficultés chronologiques,
qui jusqu’à ce jour l’ont embarrassée. L’on ne saurait, dans le système
d’Hérodote, y opposer la mention que fait la Genèse de l’_arbre de la
science du bien et du mal_, et du serpent d’Eve, qui, par une allusion
manifeste au nom d’_Ahrim-an_ (appelé dans les livres parsis la _grande
couleuvre_, et _le menteur_), est appelé _Aroum_ (_rusé_) par le livre
hébreu; car nous avons prouvé, dans l’article des Hébreux, que la
Genèse, _telle que nous la possédons_, ne saurait être l’ouvrage de
Moïse; et que, par inverse, ce passage, joint à plusieurs autres,
devient l’un des arguments de la posthumité de ce livre, rédigé au temps
du roi Josias, par le grand-prêtre Helqiah, ou plutôt par _Jérémie_,
lorsque le système de Zoroastre régnait, depuis plus de cinq siècles,
dans toute l’Asie occidentale.

Il nous reste à expliquer sur quelles bases, dans notre tableau, sont
combinés les rapports chronologiques de Ninus, de Sémiramis et de
Zoroastre.

L’âge de Sémiramis, à l’époque où Ninus l’épousa, exige deux conditions:
l’une, qu’elle fût encore assez belle pour le séduire; l’autre, qu’elle
fût déja assez mûre pour posséder les talents et les connaissances
qu’elle développa. Le terme moyen convenable nous semble être 30 à 32
ans; elle dut enfanter Ninyas vers l’âge de 32 à 34. Lorsque nous la
voyons périr, elle est encore dans la force des passions, et son fils
est déja assez grand pour devenir l’un des objets de ses désirs. Il doit
avoir eu entre 20 et 24 ans, puisque, devenu roi, il adopte
immédiatement un système d’administration calculé avec astuce et
profondeur. A pareil âge, dans des circonstances semblables, le fils
également adultérin du conquérant David, _Salomon_, nous montre le même
esprit, la même conduite; en reprenant ce sujet, dans l’article des
Babyloniens, nous verrons que Sémiramis a dû périr vers l’âge de 62 ans,
comme le dit Ktésias.

Ninus, en commençant son règne, dut, avec le génie d’Alexandre et de
Kyrus, avoir à peu près leur âge: supposons 24 ou 25 ans: il régna en
1237: il dut naître vers 1260 ou 62: s’il établit son fils _Agron_ roi
des Lydiens en 1230, ce ne put être que sous la direction d’un vizir; ce
cas a des exemples: Ninus employa 17 _ans_ à subjuguer l’Asie (le pays
de _Bactre_ excepté): il serait donc revenu vers l’an 1220 fonder et
bâtir Ninive, qui, selon les historiens, fut plus grande que
Babylone.... Supposons pour cette entreprise, et pour une période de
paix et de soin d’administration, 10 à 12 ans: il aurait repris la
guerre de Bactriane vers l’an 1208, assiégé Bactre et épousé Sémiramis
vers l’an 1207 ou 1206. Ninyas serait né vers 1205. Par la suite
Sémiramis tend à son mari une embûche, où il périt dupe de sa trop
grande confiance: il fallait que ses forces morales eussent décliné:
l’âge de 65 à 66 ans serait convenable; il aurait péri vers l’an 1196 ou
95, et aurait régné 42 ans. Ktésias lui en donne _dix_ de plus; mais
Ktésias est convaincu d’avoir falsifié tous les règnes de sa liste:
Sémiramis, devenue épouse de Ninus vers 1206 ou 1207, aurait pu naître
vers 1239 ou 40. Selon Ktésias, elle aurait vécu 62 ans: cela nous
conduirait vers 1180 ou 1179; son régne se trouverait de 15 à 16 ans,
plus 10 ans avec Ninus: ce serait en tout 25 à 26 ans, au lieu des 42 de
l’auteur grec: les 15 à 16 ans suffisent à ses travaux et à ses
conquêtes, puisque la fondation de Babylone ne dura qu’un an, et que les
deux millions d’ouvriers employés à cet ouvrage rendent le fait
croyable. La guerre des Indes daterait de l’an 5 de son règne; celle
d’Arménie, de l’an 7 ou 8; et la mort de cette femme étonnante serait
arrivée 6 ans après, vers l’an 1180. Nous ne parlons point de ses
prétendues conquêtes d’Afrique, frauduleusement imaginées par les
Perses.

A la date de 1180, Zoroastre dut être avancé en âge; supposons 70 ans:
il serait né en 1250: si, comme le disent les livres parsis, il était
déja à Balk lors de la première attaque de Ninus, il n’aurait eu que 32
ans à cette époque; mais l’on ne saurait compter sur leurs récits
chronologiques. A la seconde expédition, il avait 50 ans, et cela
s’accorde bien mieux avec les 20 ans de retraite, et les 30 ans d’âge
que lui donnent Pline et les Parsis, lorsqu’il commença sa mission. Il
serait devenu _vizir_ de Sémiramis vers l’âge de 65 ans, et l’on voit
que toutes les vraisemblances sont observées.

Un incident de la vie de Sémiramis nous indique l’espèce des années
usitées chez les Assyriens. Après avoir raconté, selon Ktésias,
l’origine fabuleuse de cette femme, Diodore ajoute:

«Athénée[52] et d’autres écrivains assurent (au contraire) que Sémiramis
fut une courtisane qui, par ses graces et sa beauté, se fit aimer de
Ninus; elle jouit d’abord d’une faveur médiocre, mais ensuite elle éleva
son crédit au point d’obtenir le nom d’épouse, et d’engager le roi à lui
faire cadeau de _cinq jours_ de royauté. Le premier jour, vêtue du
manteau royal, le sceptre à la main, elle fit les honneurs d’une grande
fête et d’un festin magnifique, dont elle employa la durée à séduire les
généraux, et à leur faire promettre d’obéir à tous ses ordres. Le second
jour, voyant tout le monde disposé convenablement à ses intentions, elle
fit disparaître Ninus.»

Pourquoi Sémiramis demande-t-elle 5 _jours_, plutôt que tout autre
nombre? La raison nous en paraît saillante. Depuis des siècles, les
Égyptiens usaient de l’année de 360 jours, auxquels on ajoutait les 5
épagomènes, comme une appendice disparate, qui gâtait la symétrie du
nombre principal. Sémiramis, profitant de cette idée, a pu dire
beaucoup de choses ingénieuses à ce sujet, pour faire croire qu’elle ne
demandait qu’un temps insignifiant et hors de compte. Notre opinion est
d’autant plus fondée, que cette même espèce d’année se trouve au temps
de Nabonasar, dans la vigueur de l’empire assyrien, et dans une de ses
satrapies, chez les Kaldéens, caste sacerdotale de toute la nation. En
admettant le récit d’Athénée, qui en effet est le plus probable, rien ne
change dans nos calculs, excepté l’époque du mariage de Sémiramis, qui
alors ne dépend plus de la guerre de Bactriane, et peut remonter
quelques années plus haut.



§ IV.

Des anciens rois de Perse, selon les Orientaux modernes.


Il nous reste à jeter un coup d’œil sur la liste des anciens rois de
Perse, que les Orientaux modernes nous présentent en concurrence et en
contradiction des listes grecques. Selon les Orientaux, deux dynasties
seulement ont rempli l’espace de temps qui s’est écoulé depuis la
création (juive) du monde, jusqu’à la conquête d’Alexandre. La première
dynastie est celle des _Piche-dâd_, ou _donneurs de_ (lois) _justes_; et
la seconde, celle des Kêans ou _Kaians_, c’est-à-dire les _rois géants_,
ou _grands_. En voici les noms et les règnes:

                                    régnèrent,
                                  selon les uns.

  _Dynastie Ire, dite Piche-dâd_.
  Kêiomors on Kêomaras                560 ans.
  Siamek règne peu; Kêiomors
  règne encore                         30
  Interrègne                          200
  Houchenk                             50
  Tehmourâs                           700
  Djemchid                             30
  Zohâk ou Dohâk                    1,000
  Feridoun, ou Fredôun                120
  Menutchehr,|Dès son temps, |
  dit Firouz.|vivait _Roustam_.| 500
  Nodar, ou Nuzer                       7
  Afrasiâb                             12
  Zâb                                  30
  Kershasp                             30
                                    -----
                                    3,269 ans.

  _Dynastie IIme, dite Kéane, ou Kaian_.

  Kê Qobâd                         120, ou 100
           |De son temps, |
  Kê Kaous |_Roustam_|                     150
           |vivait encore.|
  Kê Kosrou                                 60
  Kê Lohr-asp                              120

  Kê Gustasp                               120

  Son petit-fils Ardéchir-Bahman           112



  Sa fille Homaï                            32



  Darab Ier                           4, ou 14
  Darab IIme (_nié par plusieurs_).         14
                                          ---------
                                            732 ans.
  D’autres comptent                         938
  Eskander, ou Alexandre.


  Selon les Grecs.
                            ans.  mois.
  Kyrus                     30
  Cambyses                   7   5
  Smerdis                    »   7
  Darius, fils d’Hystasp    37
  Xercès Ier             21
  Artaxercès Longuemain     41
  Xercès II                  »   2
  Sogdien                    »   7
  Ochus ou Darius bâtard    19
  Artaxercès Mnemo          46
  Artaxercès Ochus          21
  Arsès                      6
  Darius Codoman             6
                          ----------
                           230   9
  Alexandre.


Il n’est pas nécessaire de discuter l’extravagante chronologie de ces
règnes; nous remarquerons seulement que les auteurs arabes et persans
ont une foule de variantes sur la durée des règnes, parce qu’il n’y a
point d’autorités réelles. Si, selon notre espoir, nous parvenons à
reconnaître la personne de ces rois, malgré leur déguisement, les temps
se classeront d’eux-mêmes.... Raisonnons sur les faits, et d’abord
rappelons-nous la suppression ordonnée par _Ardéchir_. Il est évident
qu’elle a nécessité la perquisition, la saisie de tous les manuscrits
existants dans la Perse: l’autorité royale s’étant coalisée avec
l’influence ecclésiastique, il y a eu inquisition civile et religieuse
sur tous les livres; et il a dû en échapper d’autant moins, qu’étant
tous manuscrits, ils ont toujours été rares en Asie, et que, de plus, on
y sait en quelles mains ils existent. A cette époque (en 226), ils
devaient être d’autant plus rares, que des guerres non interrompues
depuis Alexandre, tantôt extérieures, tantôt civiles, avaient produit
sur les esprits cet abattement et ce dégoût de tout travail, qui en sont
l’effet constant. Les censeurs préposés par _Ardéchir_ ont donc détruit
les anciens livres, et ils en ont refait de nouveaux, tels qu’il leur a
plu. Qu’on juge des altérations introduites alors! et cependant ce ne
sont pas là les livres que nous possédons; ceux-là ont encore été
détruits par les musulmans, 400 ans après, ensuite de leur invasion en
1651. Ce n’est que plus de trois siècles après (vers l’an 1000), qu’un
conquérant étranger, plus généreux, ordonna, pour son instruction, que
l’on recueillît de toute part avec soin ce qui restait de traditions
populaires consignées dans les romances, uniques monuments.... Et c’est
de cette source que nous tenons des _histoires_ composées en vers et en
prose _par des musulmans!_ Telle est la profonde ignorance des Persans
modernes sur l’histoire ancienne de leur pays, que non-seulement ils
n’ont pas la plus légère idée de Kyrus, de Xercès et de leurs actions,
mais qu’encore on ne trouve chez eux aucune trace d’une ère conservée à
la Chine par une colonie de Persans _pyrolâtres_, qui s’y réfugièrent
l’an 519 de notre ère. Ce fait curieux mérite d’être plus connu; nous le
devons au savant Fréret, qui l’a consigné dans les Mémoires de
l’Académie[53]. Anquetil y a joint des explications dans le tome XXXVII,
pag. 732.

«On lit dans les annales chinoises, que dans une année correspondante à
l’an 599 de J.-C. (commencée le 25 décembre 598), il arriva à la Chine
une colonie d’hommes occidentaux qui s’établirent (à tel endroit) et qui
conservèrent, avec leurs lois une forme d’année et une ère particulière
à eux. Or, un auteur chinois remarque que l’année correspondante à 1384
de J.-C. (commencée au solstice d’hiver 1383) était 586e depuis
l’arrivée de cette colonie à la Chine, et la 1942e de leur ère,
formée d’_années de_ 365 _jours_.»

Si de l’an 1384 nous remontons au delà de notre ère pour compléter une
somme de 1,942, nous aurons 558 pour première année de l’ère de ces
Occidentaux. _Fréret_ veut trouver 560, et il voit ici l’époque de
Kyrus, qui en effet parvint à l’empire cette année là; mais puisque l’an
558 est le résultat naturel, n’est-ce pas plutôt l’époque de cette
_conversion_ des Perses à la religion de Zoroastre, dont nous avons
parlé page 250, et qui réellement tombe à la jonction des années 557 et
558[54]? Toujours est-il certain que ces _Occidentaux_ furent des
_Perses zoroastriens_, comme le démontre _Anquetil_, par les noms de
leurs mois, et que cette époque est entièrement oubliée en Perse.
Maintenant que nous avons le secret de l’ignorance et de l’audace des
compilateurs de ce pays, procédons à l’analyse de leurs listes, et
voyons de quels rois factices ils ont composé leurs premières dynasties.

D’abord, partant d’un point connu, c’est-à-dire de _Kestasp_, pris pour
_Darius_ Hystasp, remontons, et voyons si les rois mentionnés par
Mirkhond et par Ferdousi, ne répondent pas à quelques rois cités par
Hérodote et par les autres Grecs.


§ V.

Dynastie Kêan ou Kaian.


Le mot _kê_ ou _kai_ signifie _géant_ et _grand_ en pehlevi, nous disent
les auteurs; et nous ajoutons qu’en arménien _skai_ signifie la même
chose.

Selon Mirkhond,

«L’art de _tirer l’arc_ fut porté à sa perfection sous ces princes; et
de là s’est établi le proverbe persan, un _arc kêanien_, pour dire un
arc très-fort, dont peu de gens sont capables de tirer.»

Ce fait remarquable nous rappelle l’anecdote de _Kyaxar_, qui ayant
donné l’hospitalité aux _Scythes chasseurs_, leur confia des jeunes gens
de sa cour, pour être instruits à tirer l’_arc_ à la manière scythe. De
cette école a dû venir la supériorité des _Parthes_, qui furent un
peuple mêlé de _Kurdes_ et de _Mèdes_. Ces rois kêaniens doivent donc
être les Mèdes d’Hérodote: nous trouvons le _kê_ persan dans _kyaxar_,
qui s’explique très-bien: _le grand vainqueur_.

Selon Ferdousi et selon Mirkhond, _Kê Qobâd_ ne fut point fils de roi;
il vivait simple particulier retiré. L’Iran était dévasté par des
étrangers. Zâl, gouverneur de Zablestan, et père du célèbre Roustam,
ayant rassemblé une armée pour les repousser et rétablir l’ordre, forma
un grand conseil de guerre, et tint ce discours aux chefs:-

«Guerriers magnanimes, instruits par l’expérience et les dangers, j’ai
assemblé cette armée et tâché de la rendre formidable; mais tous les
cœurs sont découragés faute d’un roi qui unisse leurs bras: les affaires
roulent sans guide; l’armée agit et marche sans chef; lorsque _Zou_
occupait le trône, notre situation avait un meilleur aspect. Choisissons
un homme de race royale; donnons-lui les marques distinctives (de la
royauté). Un roi établira l’ordre dans le monde. Un _corps_ de nation ne
peut exister sans _chef_. Les prêtres nous indiquent pour cette dignité
un descendant de Feridon, un homme éminent par sa grandeur d’ame et par
sa _justice_.»

Maintenant comparons ce qu’Hérodote nous dit de l’élection de Déïokès,
liv. Ier, § XCVI et suivants.

Après que les Mèdes eurent détruit l’empire assyrien, devenus
indépendants, ils furent bientôt tourmentés de tous _les désordres de
l’anarchie_:

«Or il y avait chez eux un sage appelé _Déïokès_, qui, s’étant fait
remarquer par ses bonnes mœurs et par sa justice, fut établi juge de sa
bourgade, par le suffrage de ses concitoyens....

«Lorsqu’il vit sa réputation répandue, et les clients affluer, il se
retira... Les brigandages recommencèrent; les Mèdes s’assemblèrent,
tinrent conseil sur leur situation; les amis de Déïokès y parlèrent, je
pense, en ces termes:--Puisque la vie (troublée) que nous menons ne nous
permet plus d’habiter ce pays, choisissons un roi.... La Médie étant
alors gouvernée par de sages lois, nous pourrons cultiver en paix nos
campagnes, sans crainte d’être chassés par l’_injustice_ et la
violence....--Ce discours persuada les Mèdes de se donner un roi.»

L’on voit que le fond des deux récits est semblable..... Aussi Kê Qobâd
est-il peint comme un roi pacifique, livré aux soins administratifs.....
Il fit le premier poser sur les chemins les bornes milliaires appelées
_farsang_ (de 2,568 toises); il établit une dîme pour payer les troupes
réglées; il fit sa résidence dans l’_Irâq Adjàmi_, c’est-à-dire en
_Médie_; et comme les Perses n’ont aucune idée d’_Ecbatanes_, ils
supposent que ce fut à _Ispahan_: tout cela convient à Déïokès.

Le second roi, _Kai Kaôus_, fut fils de _Qobâd_ selon les uns, mais la
chronique _Madjmal-el-Taoûarik_, qui en général est savante, observe que
plusieurs le disent fils d’_Aphra_, fils de Qobâd..... _Aphra_ est
sûrement _Phraortes_, qui a été supprimé par les Perses, pour les avoir
subjugués et soumis aux Mèdes.

_Kai Kaoûs_, dans les premières années de son règne, entreprend, contre
un peuple belliqueux, une guerre dont Ferdousi rapporte une
circonstance notable. Ce poète dit que,

«Pendant une bataille livrée par _Kê Kaôus_, son armée et lui-même
furent frappés d’un _aveuglement subit et magique_, et que cet événement
avait été _prédit_ à l’ennemi _par un de ses magiciens_.»

N’est-ce pas là évidemment l’_éclipse_ de Kyaxarès, dans sa bataille
contre Alyattes? et cela d’autant mieux que, pour les Orientaux,
_magie_, _astronomie_, sont tous synonymes. Cette guerre est placée dans
le _Manzanderan_; mais nous avons déja dit qu’il ne faut attendre aucune
exactitude géographique des Orientaux. Nous en avons des preuves, même
dans les traducteurs syriaques, arabes, arméniens et persans des livres
hébreux, qui très-fréquemment ont commis de grossières erreurs. Quant à
_Ferdouzi_ et à _Mirkhond_ même, tout fait principal est pour eux un
canevas sur lequel ils brodent à discrétion; et comme ces deux
écrivains, payés par des princes, avaient en vue de les flatter, ils ont
souvent introduit des accessoires, des motifs, des sentences, qui
n’existaient pas dans leurs auteurs: sans compter que ces auteurs,
eux-mêmes compilateurs et copistes de troisième, quatrième et dixième
main, avaient pris les mêmes libertés avec les originaux; en sorte que
toutes ces narrations ne ressemblent pas plus à la vérité historique,
que les romans de Roland et de ses preux à l’histoire de
Charlemagne.... Aussi, après l’_aveuglement magique, Kê Kaôus_ se
trouve-t-il prisonnier; mais le paladin _Roustam_ accourt, le délivre,
et le pays se soumet. Peu de temps après, _Kê Kaôus_ tourne ses armes
contre l’Égypte, la Syrie et le _Roùm_, qui est le nom de l’Asie mineure
depuis sa possession par les Romains. Tout lui réussit par la valeur de
_Roustam_. Ce héros, que l’on fait vivre _plus de 200 ans_, joue un
grand rôle sous _Kai Kaôus_, c’est-à-dire _Kyaxar_. Or, en considérant
que d’abord il jouit de la plus grande faveur, qu’ensuite il fut
disgracié, et se retira dans un pays éloigné, où il finit par avoir la
guerre avec les rois de Perse; que de sa personne il était le _guerrier
le plus accompli_, le _cavalier le plus adroit_, le _chasseur le plus
habile_, etc.; il nous semble évident que _Roustam_ fut le _Parsondas_
de Ktésias, si célèbre par ses exploits, par sa faveur près
d’_Artaïos-Kyaxarès_, par son aventure romanesque à Babylone;
finalement, par sa révolte contre le roi mède, et par sa retraite chez
les Cadusiens, dont il devint _roi_, et où il soutint une guerre dont il
sortit avec tout l’honneur. D’Herbelot, à l’article de _Roustam_, fait
observer que, selon quelques auteurs, _Kê Kaôus_ lui envoya son fils
pour le convertir au _magisme_, c’est-à-dire à la doctrine de _Zerdust_.
Cependant ces auteurs nous assurent ensuite que Zerdust ne parut que
quatre générations plus tard.

Selon eux encore, _Kê Kaôus_ porte la guerre en Iémen, épouse la fille
du roi, est fait prisonnier par surprise, est délivré, par _Roustam_.
Pendant ce temps, les _Turks_, dit Ferdousi (c’est-à-dire les Scythes),
conduits par Afrasiab, avaient fait une invasion dans le _Tourân_,
qu’ils accablaient de maux. Roustam les combat long-temps, sans pouvoir
les chasser. Ceci ressemble à l’invasion des Scythes, sous Kyaxarès.

Quant à la guerre de l’Iémen, elle paraît géographiquement étrange: mais
si les anciens Orientaux désignèrent ce pays par le nom et l’épithète de
_felix (Arabia)_, et si ce mot est l’exact synonyme du chaldéen _Assur_,
l’_Assyrie_, qui signifie également _heureux_ et _riche_, les auteurs
n’auraient-ils pas été trompés par équivoque, de manière à transporter
dans l’_heureuse_ (Arabie), la guerre que fit _Kyaxarès_ contre
l’_heureuse_ contrée de Ninive?

Ici les traductions arabes publiées par M. _Schultens_ nous présentent
des faits qui ont quelque analogie.

Selon l’historien Nouèïri, l’un des _Tobbas_, successeur de _Balqis_,
appelé _Chamar Iéràche_ (Shamar le _trembleur_), _sortit en Irâq au
temps de Gustasp, qui lui rendit obéissance_. Ce _Chamar_, ayant pris la
route du _Sinn_ (qu’il voulait conquérir), descendit dans le pays de
_Sogd_, dont les habitants se rassemblèrent dans la ville capitale
(pour la défendre): _Chamar_ les y assiégea, prit la ville et la ruina,
après avoir massacré un monde immense. Le vainqueur continua sa marche
vers le _Sinn_; mais il périt dans le désert.

Selon _Hamza_, il est bien vrai que quelques auteurs placent _Chamar_ au
temps de _Gust-asp_; mais d’autres assurent qu’il fut plus ancien, et
qu’il _fut tué par Roustam_: ce serait lui qui, sous le nom de
_Chamar-ben-el-emlouk_, aurait rendu obéissance à _Manutchehr_, qui,
selon les Parsis, eut le paladin _Zal_ pour vizir, et son fils, le
paladin _Roustam_ pour l’un de ses généraux.

Nous allons voir, dans la dynastie _Piche-dâd_, que Manutchehr porte les
traits de _Déïokès_ et de _Kyaxar_, c’est-à-dire de _Kê Qobâd_ et de _Kê
Kaôus_: or l’identité de Roustam et de Parsondas étant admise, il se
trouverait que le règne de _Kyaxar_, ou de son père, serait l’époque de
cette expédition célèbre des _Tobbas arabes_, dont les traces
subsistaient, encore au XIe siècle; car le géographe _Ebn-haukal_ dit
avoir vu l’inscription de _Chamar_ sur l’une des portes de _Samarkand_,
qui aurait tiré son nom de ce Tobbas (château de Charmar)[55], et cette
expédition ne peut guère trouver sa place en un autre temps; parce que,
d’une part, remontant d’Alexandre à Kyrus, elle n’a ni trace, ni
probabilité, vu la puissance des Perses; et néanmoins les auteurs font
_Chamar_ antérieur à Eskander; et parce que, d’autre part, sous l’empire
des Assyriens, après les liaisons qui existèrent entre eux et les
Arabes, il est invraisemblable que ceux-ci aient traversé hostilement
les états des enfans de Ninus, pour aller attaquer les _Sogdiens_ qui
furent leurs sujets. Au contraire, lorsque cette famille alliée et amie
eut été détrônée par Arbâk, les _Tobbas_ durent considérer les Mèdes
comme des rebelles et des ennemis, et ils purent faire contre Deïokès,
Phraortes et _Kyaxar_, des expéditions qu’Hérodote n’aura point connues
ou mentionnées. Soit le temps de l’anarchie ou les premières années de
Deïok encore faible, soit l’invasion des Scythes et leur domination
pendant 28 ans, l’une et l’autre époques furent également favorables à
l’attaque de _Chamar_; et si l’on considère que, par les calculs de
Masoudi et de la fausse prophétie de _Zerdust_, le règne de Gustasp se
trouve placé au temps de _Kyaxarès_, l’on trouvera que notre
interprétation reçoit des appuis dans tous ses détails.

Quant à ce qu’ajoute Hamza, «que _Manutchehr_ fut contemporain de Moïse;
qu’Afridoun le fut d’Abraham; qu’Abd-el-chems, dit Saba, le fut de _Ké
Qobâd_, etc....» ce sont des anachronismes produits par les
comparaisons vicieuses que les écrivains musulmans ont faites des
chronologies arabes et juives prises dans leur état brut, et sans en
avoir discuté les parties.... Ce genre d’erreurs leur est habituel; l’on
ne peut compter sur l’exactitude de leurs synchronismes, que lorsqu’ils
sont fondés en faits positifs, passés entre les personnages qu’ils
citent; par exemple, le tribut imposé par _Chamar_ à _Gustasp_, ou payé
par lui à _Manutchehr_; ce qui forme une circonstance contradictoire,
mais laisse subsister un fait fondamental; savoir, l’_attaque_ et le
_tribut_.

Après _Kê Kaôus-Ky-axar_, nous devrions trouver _Astiag_; mais ce roi
manque entièrement: son règne paraît avoir été fondu dans celui de
_Ké-Kaôus_, dont la durée surpasse les deux règnes réunis. Le mariage
avec la fille d’un roi, à l’issue d’une guerre et pendant un armistice,
doit être celui d’Astyage après la bataille de l’Eclipse: c’est encore à
lui que convient l’histoire très-compliquée et diversement racontée, des
suites de ce mariage, dont l’issue unanime est que le successeur du roi
régnant ne fut point son fils propre, mais son petit-fils, _Ké Kosrou_,
élevé en Perse par Roustam, puis appelé en cour, lorsqu’il est grand,
par le roi, qui lui résigne sa couronne, et finit ses jours dans la
retraite.

Si Hérodote et Ktésias diffèrent tellement sur ce chapitre, à plus
forte raison nos romanciers ont-ils dû avoir des variantes dictées sans
doute, dès avant Ardéchir, par la _politique royale des Perses_, pour
voiler une période peu honorable à Kyrus et à son aïeul. Mais les traits
principaux subsistent, et rendent Kyrus encore reconnaissable sous le
nom de _Kosrou_. Ce que Ferdousi rapporte de sa naissance clandestine,
de son enfance passée dans l’état de berger, etc., ajoute encore à la
ressemblance.

_Kê Kosrou_ eut de grandes guerres avec _Afra-siab_ roi de Turkestan,
qui, après bien des combats, fut tué en _Adârbidjân_, c’est-à-dire en
_Médie_.... Un roi du _Turkestan_ par-delà l’_Oxus_, qui vient se
réfugier en Médie, au cœur des états de son ennemi, est une circonstance
bizarre et absurde; mais si le _Touran_ fut le pays montueux d’_Atouria_
et de _Media_, comme nous l’avons dit, le récit devient naturel;
_Afrasiab_ est _Astyag_, à qui Kyrus fit en effet la guerre en Médie, et
qui, selon Ktésias, fut ensuite tué par un eunuque chargé de l’amener à
Kyrus.

_Kê Kosrou_ laissa un grand nom et passe pour un prophète. Parmi les
variantes de son règne, il en est une qui lui donne une durée de 30 ans.
Tout cela convient à Kyrus. Il est très probable que c’est à ce prince
même qu’il faut attribuer les variantes sur le règne de son aïeul, et la
_suppression des faits véritables_ qui eussent été peu avantageux à son
orgueil, et d’un exemple dangereux pour ses successeurs.

Maintenant nous devrions trouver l’histoire de Cambyses et du mage
Smerdis, tué par les conjurés, dont l’un (Darius, fils d’Hystasp) devint
roi; mais la _politique royale_ des Perses a encore supprimé le premier,
à titre de fou furieux, et la _politique sacerdotale_ des mages a
supprimé le second, comme souvenir fâcheux du massacre de leur caste,
arrivé alors. Pour remplir le vide, on a introduit, après _Kosrou_, mort
sans enfants, le roi _Lohr-asp_, descendant supposé de _Qobâd_.

Mirkond le peint cruel et fier, par opposition aux autres auteurs, qui
le peignent bon et juste:

«Devenu roi par élection, il eut des opposants qu’il réduisit bientôt au
silence; il institua un tribunal de justice particulière pour l’armée;
il établit une solde réglée, au lieu des pillages qu’exerçaient les
soldats; il rendit la justice sur _une estrade dorée_, avec un _rideau_
tendu devant sa personne, _qui devint invisible_, etc.»

Tous ces traits conviennent à Déïokès. Écoutons Hérodote:

«_Déïokès_ ayant bâti son palais en la ville d’Ekbatanes, fut le premier
qui établit pour règle que personne n’entrerait chez le roi; que toutes
les affaires seraient traitées par l’entremise de certains officiers,
qui lui en feraient leur rapport (c’est-à-dire, par des secrétaires
d’état, des _vizirs_); que personne ne _regarderait le roi_; que l’on ne
rirait ni ne cracherait en sa présence. Il institua ce cérémonial
imposant, afin que ceux qui avaient été ses égaux ne lui portassent pas
envie, et ne conspirassent pas contre sa personne.... Il pensa qu’en se
rendant _invisible_, il passerait pour un être d’une espèce différente.
Ces règlements établis, il rendit _sévèrement_ la justice. Les procès
lui étaient envoyés _par écrit_; il les jugeait et les renvoyait avec sa
décision.... Quant à la police, il eut dans tous ses états des
émissaires qui épièrent les discours et les actions de chacun
(c’est-à-dire qu’il institua l’espionnage); et si quelqu’un faisait une
injure, il le mandait et le punissait.» Hérodote, lib. I, §§ XCIX et C.

N’est-ce pas là le portrait de Lohrasp? On ajoute que ce prince fit de
grandes conquêtes, d’abord au _levant_, puis au couchant (en Asie
mineure). Ce fut lui qui envoya en Palestine un de ses lieutenants,
_Raham_, surnommé _Bakhtnasar_ ou _Naboukodon-asar_; _Raham_ détrôna _le
fils de David_, qui y régnait alors, et il _enleva du pays un butin
immense_[56].

Ici Lohrasp devient ce _Kyaxar-Astibaras_ qui s’entendit avec
Nabukodonosor (selon Eupolème), pour envoyer une armée contre Jérusalem;
et en effet cette ville fut prise et rançonnée sous le roi Ioaqim.

D’après tous ces récits, nos romanciers persans sont convaincus, comme
Ktésias, de confusion d’époque, et de redoublement de personnes. Le fils
de _Lohrasp_, appelé _Kestasp_, prince inquiet, ambitieux, se retire
chez _Afrasiab_, roi de _Touran_, Mirkond dit chez _Kaisar_, roi de
_Roum_ (Cæsar, roi des Romains), dont il épouse la fille, par une suite
d’aventures romanesques: il fait déclarer la guerre à son père, et
conduit l’armée contre lui. Lohrasp, pour épargner le sang, lui résigne
la tiare, se retire dans un couvent et périt, comme nous l’avons vu
dans l’article de Zoroastre.

Ceci est un mélange de l’histoire d’Astyag, marié en Lydie, et de celle
de Kyrus détrônant Astyag, le tout arrangé selon la convenance
d’Ardéchir et de ses mages, ou de quelque roi parthe avant lui; la suite
ne vaut pas la peine d’être examinée: mais jetons un coup d’œil sur la
dynastie _Piche-dâd_.


§ VI.

Dynastie Piche-Dâd.


Si les Kêaniens ont été les Mèdes, leurs prédécesseurs devraient être
les Assyriens de Ninive. Nos romanciers ne citent et ne connaissent pas
un seul de ces noms, et cependant ils disent que leurs monuments sont
anciens. _Kéomors_ fut, selon eux, le premier _homme_ ou _roi_. Nous
saurons bientôt qu’en penser.

Le cinquième des _Piche-dâd_ fixe d’abord notre attention; nous croyons
le reconnaître dans tous ses traits et même dans son nom. Écoutons les
chroniques:

«_Djem-Chid_ régnait depuis 5 ou 600 ans sur la Perse (les années ne
coûtent rien): il résidait à _Estakar_, qu’il avait embellie; il y
avait «fait une entrée triomphale à l’équinoxe du printemps, le jour où
le soleil entrait au bélier; et de là vint le _Naurouz_ des Perses....
Il avait divisé la nation en _trois_ classes, les _guerriers_, les
_laboureurs_, les _artisans_; il avait composé ou soumis _sept_
provinces. Son règne était glorieux, lorsque Dieu, pour le punir d’avoir
voulu se faire adorer, suscita contre lui un ennemi puissant, qui le
renversa.

«Cet ennemi fut Zohâk, qui, selon quelques auteurs, fut son parent; mais
qui, de l’avis de tous, fut un prince _Tâzi_, c’est-à-dire _arabe_. Les
uns le disent fils immédiat de _Cheddâd_, fils d’_Aâd_, ancien roi
d’Iémen: d’autres disent seulement qu’il en descendait par _Olouân_ ou
_Olouïan_. Zohâk, à la tête d’une puissante armée, chassa Djemchid, qui
disparut, et voyagea incognito pendant 100 ans sur toute la terre....
Devenu roi, _Zohâk_ fut un tyran très-cruel; ce fut lui qui inventa
divers supplices, entre autres celui de _mettre en croix_ et d’écorcher
vif: on lui donna divers surnoms, tels que _Piour-asp_, c’est-à-dire, en
pehlevi, l’homme _aux dix mille chevaux_, parce qu’il marchait toujours
escorté de _dix mille chevaux arabes_ brillants d’or et d’argent (il est
évident que ce fut un corps de cavalerie d’élite). On le nomma aussi
tantôt _Homairi_, c’est-à-dire Homérite; tantôt _Qaislohoub_,
c’est-à-dire le _Qaisi aux armes étincelantes_[57]; tantôt ajdehâc et
_mâr_, c’est-à-dire _serpent_, par la raison qu’il avait sur les épaules
deux serpens attachés à deux ulcères que le diable y avait imprimés par
deux baisers. Pour remède, il avait conseillé à _Zohâk_ d’y appliquer
des cervelles d’hommes et d’enfants: on remplissait les prisons de
victimes destinées à cette œuvre exécrable. Les geôliers, touchés de
pitié, en laissèrent échapper quelques-uns, qui se réfugièrent dans les
montagnes, et devinrent la souche des _Kurdes_. Deux enfants d’un
forgeron de la capitale du Pars (la Perse) ayant été saisis, leur père,
appelé _Gao_ ou _Kao_, ameuta le peuple par ses cris, et devint chef
d’abord d’une sédition, puis d’une armée régulière, dont l’étendard
principal fut _le tablier de cuir_ que _Gao_ avait élevé au bout d’une
perche. Ce tablier, qui ne cessa depuis d’être l’étendard royal, fut
successivement enrichi de tant de pierreries, que lorsque les Arabes
s’en emparèrent à la bataille de _Qadesia_ (l’an 652 de notre ère), il
fit la fortune du corps arabe qui le prit.

«_Gao_, devenu général, ne voulut point accepter la royauté; il la
déféra à un descendant des anciens rois d’_Aderbidjân_ (la Médie), qui
menait une vie retirée dans ce pays-là. Ce nouveau roi, appelé _Fridon_
ou Feridon, secondé de _Gao_, battit Zohâk, parvint à le saisir, le tua,
selon les uns, ou, selon d’autres, l’enferma dans les cavernes du mont
_Demaouend_ (en _Hyrcanie_). Or Zohâk avait régné dix générations ou dix
siècles (car l’on n’est pas bien d’accord sur ce point).»

Voilà les contes populaires que débitent sérieusement, et que croient
dévotement la plupart des historiens musulmans et parsis: certainement
nous avons ici bien des fables; mais, sous leur broderie, nous avons
aussi un fond de vérités historiques. Essayons de les démêler.

La Perse proprement dite (ayant pour capitale Estakar), envahie et
subjuguée par un roi étranger, reporte nos idées vers l’Assyrien Ninus
et le Mède Phraortes, seuls conquérans que lui connaisse l’histoire.
Mais cet étranger, nous dit-on, fut un arabe, un _Homairi_, c’est-à-dire
un roi sabéen. Nous en connaissons plusieurs; recherchons celui-ci: _son
père, ou l’un de ses pères, était le célèbre Cheddâd_, fils d’_Aâd_,
l’un et l’autre anciens rois d’Iémen; nous avons vu ces noms dans les
traditions arabes de Schultens. Aboulfeda, parlant de _Haret Arraies_,
nous a dit qu’il était _fils de Cheddâd_, fils d’_Aâd_[58], anciens
rois d’Iémen; Haret serait donc le _Zohâk_ des Perses, comme il est,
dans Ktésias, l’_Arraïos_ allié de Ninus et coopérateur de ses
conquêtes: or la Perse fut précisément l’une de ces conquêtes. D’autres
circonstances viennent appuyer ces analogies: par exemple, le corps de
_dix mille chevaux arabes brillants d’or et d’argent_, d’où, vient
l’épithète de _qaislohoub_. En effet, plusieurs auteurs font Haret,
_fils_ ou partisan de _Qais_, nom qui, chez les Arabes, fut de toute
antiquité celui d’un parti distingué par le _drapeau rouge_, en
opposition au _Iamani_ distingué par son _drapeau blanc_: enfin,
l’invention du _supplice en croix_ rappelle la cruauté de Ninus envers
Pharnus, roi de Médie, et lie ensemble les récits de Ktésias, de Mirkond
et d’Aboulfeda. Mais, selon Ktésias, la Perse, fut assujettie à l’empire
assyrien, et non aux rois _Tobbas_, _arabes_; il faut donc supposer que
_Haret_, en ayant fait la conquête comme lieutenant et allié de Ninus,
l’ayant peut-être gouvernée quelque temps, a porté tout l’odieux de
l’invasion, et qu’ensuite l’ayant remise aux Assyriens, le nom de
_Zohâk_, que nous allons voir désigner _tout être puissant malfaisant_,
a passé collectivement, selon le style oriental, à la dynastie _entière_
de _Ninus_: de là ce règne de 1,000 _ans_, attribué à _Zohâk_, durée qui
a quelque analogie avec les 1,070 que Velleïus attribue aux rois
d’Assyrie[59].

Si notre manière de voir est juste, _Féridoun_, vainqueur de _Zohâk_ et
libérateur de l’_Irân_, doit être _Arbâk_, vainqueur de Sardanapale et
libérateur des Perses amenés par _Gaô_ au secours des Mèdes; et
réellement, ainsi qu’_Arbâk_, _Féridoun_ est _Mède_ de naissance; il vit
en _Aderbidjân_ ou Médie; il est de race royale, mais il vit en simple
particulier. Il devient roi par élection, promu par _Gaô_, comme Arbâk
l’est par Bélésys; il règne à _Ourmi_, ancienne capitale de la Médie
propre; enfin _il abdique_, et tout indique qu’_Arbâk dut abdiquer_.

Ferdousi ajoute que la ville où _Zohâk_ fut attaqué par Féridoun,
s’appelait la Forte _Nevehet_, ou _Nuhet_; et c’est le nom oriental de
_Nin-nuh_ ou _Nin-Nevet_ (_séjour de Ninus_), où Sardanapale fut
attaqué par Arbâk. Quant à ce que le poète ajoute de son chef, que
_Nevehet_ est _Aïlia_, c’est-à-dire Jérusalem, on voit là l’ignorance
historique et géographique du musulman, puisque le nom d’_Aïlia_ ne fut
introduit qu’au temps d’Adrien. C’est par suite de cette fausse
interprétation que, décrivant la marche de Féridoun, Ferdousi lui fait
traverser le Tigre, au bord duquel l’action se passa.

Un écrivain antérieur à ceux que nous copions, l’arménien _Moïse de
Chorène_, a connu au 5e siècle (vers 450) toutes ces traditions
perso-mèdes, et en nous présentant les noms de _Zohâk_ et de _Fridoun_,
sous une forme plus ancienne, il nous fournit d’utiles renseignements.

«Comment vous amusez-vous (dit-il à son ami Isaac Bagratou), comment
vous amusez-vous des plates fables populaires sur _Biour-asp-Azdahâk_?
Et comment m’imposez-vous la tâche de vous répéter les contes absurdes
sur son _bienfait-méfait_, sur les démons qui le servent? de vous
raconter comment _Hrodan_ (ou _Vrodan_) le lia avec des chaînes
d’airain, et l’emmena au mont Dembaouend? Comment _Hrodan_ s’étant
endormi en route, _Biourasp_ l’entraînait vers une colline, lorsque
Hrodan réveillé le conduisit à la caverne, où il l’enferma?... etc.» (p.
77).

Ici notre épithète connue de _Piourasp_, jointe à _Azdehâk_, nous
prouve que ce dernier nom est la véritable forme ancienne de celui de
_Zohâk_, et que les Persans modernes lui ont fait une mauvaise
étymologie, en l’expliquant _deh-âq_, ou dix _hontes_. Moïse de Chorène
est plus autorisé et mieux instruit qu’eux, lorsqu’il nous dit que, dans
la langue arménienne [analogue en plusieurs points à l’ancien mède][60],
le mot _Azdehâk_ signifie _draco_, _grand serpent_; ce qui est le sens
même du mot persan _mâr_, que nous avons vu être une épithète de
_Zohâk_, ayant pour type fondamental le _Draco borealis_, _génie de
l’hiver et de tous ses maux_, dont Zoroastre fit sa _grande couleuvre,
Ahrimân_.

D’autre part, l’arménien Mosès nous dit, pag. 38, que le nom arménien et
mède d’_Astyag_, fils de Kyaxar, était _Azdehâk_, qui n’en diffère que
par l’échange des consonnes fortes avec les consonnes faibles (aSTuaG
aZDehâK); d’où il résulte qu’Astyag, roi méchant et fourbe, fut aussi un
_Zohâk_[61]; et ce nom dut être appliqué par les Arméniens et les
Perses à toute la dynastie mède; car, d’une part, Mosès ajoute que dans
les vieilles chansons des paysans de son temps, la race d’_Astyag_ était
appelée _race_ des _Dragons_: et d’autre part, si nous analysons le nom
de _Dêïôk_ dans sa prononciation grecque, nous y trouvons nettement
_Dohâk_, synonyme incontestable de _Zohâk_.

Alors que les rois mèdes, et spécialement _Astyag_, ont, comme les
Assyriens et _Sardanapale_, reçu des peuples opprimés le nom de _Zohâk_
ou de _génies du mal_, leur libérateur _Féridoun_ devra se trouver
_Kyrus_, qui effectivement le fut comme _Arbâk_. Dans les récits de
_Moïse_ de Chorène, _Hrodan_ ou _Urodan_ est le mot même de _Fridoun_ ou
_Féridoun_, attendu que les Arméniens ne prononçant pas _f_, ils le
remplacent par _H_, comme font les Espagnols dans les mots _hijo_,
_hacer_, _hierro_, etc., pour _fijo_, _facere_, _ferro_. Ce qu’ajoute
une autre tradition persane, «que Féridoun, après avoir vaincu Zohâk,
envoya en _Abissinie_ une armée contre _Koûs-Fil-Dendan_, c’est-à-dire
contre l’_Éthiopien aux dents d’éléphant_, frère de Zohâk»; ce récit,
qui porte un caractère antique dans ses expressions, ne peut convenir à
Arbâk, et convient très-bien à _Kyrus_, dont le fils Cambyses fit la
guerre aux _Éthiopiens_, que nous savons être une race fraternelle des
Homérites; enfin cet entraînement d’Azdebâk au mont Dembaouend; convient
encore à Kyrus, qui, selon Ktésias[62], confina Astyag chez les
_Barcaniens_ ou _Hyrcaniens_, dans le pays desquels se trouve le mont
Dembaouend: ceci nous expliquerait un fait historique cité par Mirkoud:

«[63]Vers l’an 1000 de notre ère, dit-il, lorsque Mahmoud Sebecteghin
détruisit la dynastie des princes de _Gaur_, la tradition du pays était
qu’ils descendaient des enfants de _Zohâk_, auxquels Féridoun laissa la
vie, en transportant leur père au Dembaouend.»

Or Ktésias dit qu’Astyag[64], pour sauver _ses enfants_ et ses
_petits-enfants_, se livra lui-même à Kyrus.

Un autre fait paradoxal cité par un écrivain grec, se trouve redressé en
prenant encore _Astyag_ pour _Zohâk_ Clitarque, cité par Athénée[65],
prétendait, contre-tous les autres historiens, que _Sardanapale_, après
avoir perdu son trône, n’avait point perdu la vie, mais qu’il avait vécu
jusqu’à une grande vieillesse. Clitarque aura entendu les Perses dire
cela de _Zohâk_; et comme Sardanapale est aussi un _Zohâk_, cet auteur
s’est mépris dans l’application, et il a attribué au dernier roi
assyrien ce qui appartenait au dernier roi mède; l’un et l’autre vaincus
par un _Féridoun_, avec des circonstances très-ressemblantes.

Selon les anciens romanciers persans, Féridoun, vainqueur de _Zohâk_,
épousa une de ses filles dont il eut deux fils, _Tour_ et _Salem_. Rien
de tel ne peut se dire d’Arbâk, vis-à-vis de Sardanapale; mais, selon
Ktésias, Kyrus, vainqueur d’_Astuigas-Azdehak_, épousa sa fille, et en
eut deux fils, _Cambyses_ et _Tanyo-Xarcès_[66]. Féridoun épousa une
autre femme de sang perse, dont il eut _Iredj_: leur ayant partagé
l’empire, il abdiqua. Nous ne connaissons point d’abdication à Kyrus;
mais nos auteurs sont sujets à ces fictions: d’ailleurs le récit de
Ktésias a ici quelque analogie.

«Kyrus mourant, nomma pour son successeur _Cambyses_, son fils aîné; en
même temps il établit _Tanioxarcès souverain indépendant_ des Bactriens,
des Choramniens, des Parthes et des Kermaniens (c’est-à-dire de la
partie orientale de son empire); et de plus il donna aux deux
petits-fils d’_Astuigas_ les deux satrapies des Derbikes et des
Barkaniens.»

Voilà une sorte de partage tripartite. Ktésias[67] ajoute que _Cambyses_
fit périr son frère _Tanyo-Xarcès_, et les romanciers disent qu’Iredj
fut tué par ses frères. Quant à ce qu’ils ajoutent, qu’Iredj donna son
nom à l’_Iran_, et _Tour_ au _Tour-an_, ils oublient, ou plutôt ils
ignorent que, dès la plus haute antiquité, l’histoire nous présente la
Médie sous le nom d’_Aria_ et d’_Ériéné_, et le pays montueux de l’ouest
et du nord, sous le nom générique de _Taur_ et _Tour_; ils confondent
tout, et leurs récits ressemblent à un jeu de cartes brouillé.

Ce fils d’_Iredj_, nommé _Manutchehr_, venge sa mort, en faisant à ses
oncles une guerre où ils périssent: ce dernier trait ne ressemble à rien
de connu. Quant aux actions de _Manutchehr_, pendant son règne de 50
ans, elles ressemblent à celles de _Dêïôk_ et de _Kyaxarès_. Phraortes
est toujours supprimé. Manutchehr, comme Déïokès, rétablit l’ordre
public, divise l’empire en provinces, crée des gouverneurs, institue des
chefs de bourgade indépendants des gouverneurs, de peur que ceux-ci
n’eussent trop de moyens de se révolter: il fait creuser des canaux par
tout l’Aderbidjan, c’est-à-dire par toute la _Médie_; il élève des
remparts autour des villes (allusion aux remparts d’Ekbatane), et se
livre uniquement à l’administration: comme Kyaxarès, il est troublé par
une irruption de _Turks_ (les Scythes) que conduit Afrasiab: il se
réfugie dans les montagnes près de la mer Caspienne; il y est assiégé
long-temps inutilement, et finit par expulser les Turks, en négociant
avec eux. Il y a deux ou trois successeurs, _Nouder_, _Zou_ et
_Kershasp_, qui n’ont que des règnes très-courts troublés par Afrasiab,
ennemi opiniâtre, vainqueur et possesseur final de la Perse et de tout
l’_Iran_... Alors s’élève _Kê Qobad_ et la dynastie des _Kêaniens_, que
nous avons vu n’être réellement que la copie défigurée des quatre rois
mèdes d’Hérodote: Mahutchehr ne serait-il point le _Mandaukès_ de
Ktésias, que plusieurs dialectes prononceraient _Mandautchehr_? Et ses
insignifiants successeurs seraient des doublures du même Ktésias; en
sorte que le système persan établi au temps de cet auteur, serait devenu
la base de ces récits _parthiques_ ou _pasaniens_; et réellement ils
nous présentent le même système de doublement et de répétition que nous
avons vu dans Ktésias. En remontant au premier roi de la dynastie
Pichedâd, _Kéomors_ lui-même semble en être une preuve nouvelle: tout ce
qui en est rapporté convient à _Déïokès_ et à _Kê Qobâd_. D’abord son
titre de _Kê_ est mède, et l’associe aux _Kêaniens_; ensuite sa qualité
de _premier roi_, et son épithète de _Pishdâd_, c’est-à-dire _donneur
de_ (_lois_) _justes_, caractérise spécialement le premier roi mède
d’Hérodote.

«Selon Kondemir,[68] _Kéomors_ était né dans l’_Aderbidjan_,
c’est-à-dire en Médie; ce fut là, et non en Perse, qu’il résida et
régna. Il était fils de simple particulier: les habitants du pays
éprouvant les tristes effets de l’_anarchie_, résolurent d’établir un
_chef unique_, dont la volonté fût la loi générale. Les vertus de
_Kéomors_ le firent choisir: on le revêtit de la robe royale, on lui
plaça le _Tâdj_ (la tiare) sur la tête. Il fut le _premier_ roi à qui on
baisa les pieds. Il _érigea des tribunaux_ de justice; il ordonna _de
construire des villages_ et de vivre en société; il inventa (ou
introduisit) des fabriques de toile, de draps et de coton. Le bonheur
dont jouirent ses sujets, engagea ses voisins, de proche en proche, à le
reconnaître aussi pour roi. _Plusieurs assurent qu’il fut aussi de la
religion des mages._»

Tout cela n’est-il pas exactement ce qu’Hérodote nous a déjà dit[69] de
Déïokès? La dernière phrase, absurde dans le système persan, qui fait
naître Zerdoust bien des siècles plus tard, est au contraire, dans
notre système, et lumineuse et vraie.

Désormais il devient superflu d’analyser les quatre successeurs de
Kéomors, dont l’un, tué à la guerre, ressemble à Phraortes; il suffira
d’avoir démontré que ces prétendues histoires anciennes, compilées par
les Perses modernes, ne sont que des copies défigurées des mêmes
histoires originales que nous ont fait connaître les écrivains grecs,
plus voisins des temps, et plus raisonnables: il est arrivé ici au sens
moral, ce qui arrive au sens physique, lorsque d’un tableau ou d’un
portrait primitif, l’on fait tirer par des mains peu habiles plusieurs
copies l’une sur l’autre: dès la seconde, on voit s’altérer la
ressemblance, et à la troisième ou quatrième, le modèle n’est plus
reconnaissable que par l’analogie des traits principaux. Malgré tout ce
que l’amour des choses nouvelles ou merveilleuses a dicté d’éloges à
quelques partisans outrés de la littérature orientale, on peut assurer
que, dans le genre historique spécialement, les fruits qu’elle rend ne
valent pas, à beaucoup près, la peine qu’ils coûtent. Notre conclusion
n’est pas qu’il faille entièrement la négliger; nous pensons, au
contraire, qu’une gratitude particulière est due à ceux qui exploitent
cette mine pénible et peu abondante; mais nous ajoutons qu’il est
nécessaire que, dans le choix des matériaux, ils portent un genre
d’esprit très-différent de celui des _vrais-croyants_, pour qui la
critique est un art inconnu. L’article suivant, où nous traitons des
_Babyloniens_, en nous fournissant à chaque pas l’occasion d’exercer cet
art, va nous donner de nouvelles preuves de son importance.



LISTE CHRONOLOGIQUE DES ROIS DE JUDA.

                                               |  Avant J.-C.
                                               |
  Saül règne                           20 ans  |    1078
                                               |
  David                                40      |    1058
                                               |
  Salomon                              40      |    1018
                                               |
  Roboam                               17      |     978
                                               |
  Abia                                  3      |     961
                                               |
  Asa                                  41      |     958
                                               |
  Iosaphat                             25      |     918
                                               |
  Ioram                                 8      |     892
                                               |
  Ochozias                              1      |     884
                                               |
  Athalie                               6      |     883
                                               |
  Joas                                 39      |     877
                                               |
  Amasias                              29      |     838
                                               |
  Ozias règne seul                    (42)     |     809
                                               |
  (Manahem, roi de Samarie)                    |     771
                                               |
  Ioathan règne seul 6 ans,            16      |     767
  et du vivant d’Ozias 10                      |
                                               |
  Achaz                                16      |     751
                                               |
  Ezechias                             29      |     735
                                               |
  Manassé                              55      |     706
                                               |
  Amon                                (12)     |     651
                                               |
  Josias                               31      |     638
                                               |
  Ioachaz                 3 mois, fin de l’an  |     609
                                               |
  Ioaqim                               11      |     608
                                               |
  Ioakin                  3 mois, fin de l’an  |     598
                                               |
  Sédéqiah                      10 ans 5 mois  |     597
                                               |
  Ruine de Jérusalem                           |     587
                                               |
  Incendie du temple                           |     586



LISTE CHRONOLOGIQUE DES ROIS CHALDÉENS DE BABYLONE.

                                                 Avant J.-C.

  Nabon-asar                       14 ans.  |   747
                                            |
  Nadius                            2       |   733
                                            |
  Xôzirus et Porus                  5       |   731
                                            |
  Ilulaïus                          5       |   726
                                            |
  Mardok-empad (Bélésys)           12       |   721
                                            |
  Arkeanus                          5       |   709
                                            |
  Premier interrègne                2       |   704
                                            |
  Belibus (ou Belithus)             3       |   702
                                            |
  Apro-nadius                       6       |   699
                                            |
  Rigebelus                         1       |   693
                                            |
  Mosêsi-mordak                     4       |   692
                                            |
  Deuxième interrègne               8       |   688
                                            |
  Asaridius ou Asaradinus          13       |   680
                                            |
  Sogdoxenus                       20       |   667
                                            |
  Kiniladanus                      22       |   647
                                            |
  Nabopolasar                      21       |   625
                                            |
  Nabokol-asar ou Nabukodonosor    43       |   604
                                            |
  Ilouarodam                        2       |   561
                                            |
  Nirikassolasar                    4       |   559
                                            |
  Nabonadius                       17       |   555
                                            |
  Kyrus                                     |   538



CHRONOLOGIE

DES

BABYLONIENS.


La _chronologie_, c’est-à-dire la succession des faits historiques chez
les Babyloniens, a toujours été considérée par les savans critiques,
comme l’un des sujets les plus épineux et les plus obscurs de l’histoire
ancienne: le lecteur va s’en convaincre par le nombre et la complication
des difficultés que nous allons passer en revue; nous espérons que sa
patience trouvera quelque indemnité dans la concision de notre travail,
dans la clarté, et même dans la nouveauté de nos résultats.

Commençons par la fondation de Babylone dont l’époque divise d’opinion
les auteurs anciens, comme nous le dit Quinte-Curce[70] en cette phrase:
«Babylone fut bâtie par Sémiramis, ou, comme la plupart le croient, par
Bélus, dont on y voit le palais.»



CHAPITRE PREMIER.

Fondation de Babylone.


Effectivement, la première de ces opinions est ou paraît être celle de
Ktésias, c’est-à-dire celle des livres assyriens, dont cet auteur
s’autorise, et qui attribuent la fondation de cette grande cité à
Sémiramis, avec des détails empreints d’un cachet particulier
d’information locale et même officielle: néanmoins le prêtre babylonien
Bérose, homme très-instruit, postérieur d’un siècle seulement à Ktésias,
ne craignit pas dans son _Histoire des antiquités chaldaïques_,
présentée au roi Antiochus, de démentir l’écrivain grec, et d’assurer
que Babylone avait été fondée par Bélus, dieu ou roi du pays, bien des
siècles avant Sémiramis, et cela en invoquant et citant les traditions
et les monuments publics de sa nation. Hérodote, de qui nous devions
attendre ici quelque lumière, ne nous en fournit aucune; mais un autre
historien judicieux et assez souvent bien instruit, Ammien-Marcellin,
qui a pu et dû lire Bérose et Ktésias, semble nous donner le nœud de la
question quand il dit[71]: «Sémiramis entoura de murs Babylone, mais la
citadelle avait été bâtie auparavant par le très-ancien roi Bélus.» Ce
terme moyen qui concilie les deux avis, se trouve d’ailleurs appuyé par
une phrase de Ktésias que l’on n’a pas assez remarquée. Cet historien
dit:

«Lorsque Ninus attaqua la Babylonie, la ville de Babylone _qui existe
aujourd’hui_, n’était pas encore bâtie.» Ces mots _Babylon quæ nunc
est_, ne semblent-ils pas indiquer qu’il en existait une autre; et si,
comme l’atteste Bérose, l’antique Bélus était dès long-temps le dieu
tutélaire du pays; si, comme l’on en convient, le nom oriental _Babel_,
pour Babylon, signifie la _porte_, c’est-à-dire, le _palais de Bel_ ou
_Bélus_, il devait exister dès lors une _Babel_ ou _Babylone_ primitive,
que Sémiramis engloba dans ses vastes constructions et qu’elle orna,
comme nous le verrons: ainsi ce serait faute d’avoir bien déterminé le
sens du mot _fondation_, que les anciens se seraient disputés dans le
cas présent comme dans beaucoup d’autres. Prenons de ce mot une idée
claire.

En général, ces grandes réunions de maisons que l’on appelle _villes_,
ont eu deux manières d’être fondées: 1° la première par un concours lent
et progressif d’habitants que des motifs de défense commune, de facilité
de commerce, d’aisances de la vie ont appelés et fixés autour d’un
premier noyau d’habitation: à ce premier genre de ville, l’on ne
saurait presque désigner de _fondateur_, ni d’époque de _fondation_.

La seconde manière se fait par un concours subit de colons que leur
propre volonté ou celle d’un gouvernement, engagent ou contraignent à
bâtir une ville, comme un particulier bâtit une maison: ici appartient
et s’applique le nom de _fondation_, parce que la date est aussi précise
que le fait est remarquable.

Mais si, comme il est souvent arrivé, le lieu choisi pour une telle
_fondation_ avait déjà une habitation antérieure, soit village, soit
bourgade;[72] si même il y existait déja une ville du premier genre,
c’est-à-dire _sans fondateur connu_, actuellement ruinée par la guerre
ou par d’autres accidens, cette seconde fondation pourra devenir un
sujet de controverse, parce que l’habitation antérieure suppose une
_fondation_ originelle, après laquelle il ne doit plus y avoir que
_restauration_. Enfin, si des princes et des rois avaient, par vanité,
fait ou simulé de telles _fondations_, pour donner leur nom à des villes
qui déja avaient un _fondateur connu_; si les peuples ou leurs agens
municipaux avaient, par _adulation_, provoqué de telles fondations
fictives, on sent que le mot et la chose seraient tombés dans un
désordre assez difficile à éclaircir. Voilà ce qui est arrivé à une
foule de villes anciennes, spécialement dans les pays dont nous
traitons, dans l’_Asie-mineure_, la _Mésopotamie_, la _Syrie_, etc., où
les géographes trouvent quantité de villes _fondées_, c’est-à-dire
_rebâties_, restaurées par des rois grecs, par des empereurs romains
dont elles prirent le nom, quand néanmoins il est certain qu’elles
existaient long-temps auparavant, qu’elles avaient par conséquent une
_fondation_ première, véritable, connue ou inconnue.

Appliquant ce raisonnement à Babylone, nous pensons que Ktésias et les
livres perso-assyriens ont eu raison de dire que Sémiramis _fonda_ cette
grande cité, parce qu’en effet il paraît que cette reine fit bâtir, par
les _fondements_, les murs et les ouvrages gigantesques qui, même dans
leur déclin, étonnèrent l’armée d’Alexandre[73]. L’assentiment des
meilleurs auteurs, du géographe Strabon entre autres, qui eut en main
toutes les pièces du procès, ne laisse pas de doute à cet égard; mais
d’un autre côté, Bérose nous semble également fondé à soutenir que
long-temps avant Sémiramis, il existait une _Babel_ ou _Babylone_,
c’est-à-dire, un palais, un temple du dieu _Bel_, de qui le pays avait
formé son nom _Babylonia_, et dont le temple, selon l’usage de
l’ancienne Asie, était le lieu de ralliement, le pélerinage, la
métropole de toute la population soumise à ses lois; en même temps que
ce temple était l’asile, la forteresse des prêtres de la nation, et le
séminaire antique et sans doute originel de ces études astronomiques, de
cette astrologie judiciaire, qui rendirent ces prêtres si célèbres sous
le nom de _Chaldéens_, à une époque dont on ne sait plus mesurer
l’antiquité. Ktésias lui-même et ses livres perso-assyriens fournissent
un argument à l’appui de cette opinion; car puisque Ninus, plus de 30
ans avant Sémiramis, trouva un peuple _agricole_ et _pacifique_, par
conséquent industrieux et riche; puisqu’il trouva un roi, une cour et
plusieurs _bonnes villes_, il existait donc dès lors un _royaume
puissant_, un état civilisé et tout ce qui en dépend. Ktésias ne nous
donne point les limites de ce royaume; mais puisque, chez les anciens
comme chez les modernes, les royaumes réduits en _provinces_
conservaient les limites qu’ils avaient avant d’être conquis; puisque la
_Babylonie_, dès avant les rois perses Darius et Kyrus, nous est
dépeinte comme s’étendant du désert de Syrie jusqu’aux monts de la
Perse, et du golfe Persique jusqu’au nord du pays[74] d’_Arbèles_, on
peut dire que c’étaient là ses limites dès le temps de Ninus; d’où il
résulte que ce royaume avait une surface de 3000 lieues carrées, d’un
sol que les anciens comparent, pour la fertilité, à celui de l’Égypte,
et qui par conséquent comporte une population probable de près de
3,000,000 d’habitans. Enfin, si la nation babylonienne nous est peinte
comme divisée de tout temps en 4 _castes_, à la manière de l’Égypte et
de l’Inde, division qui elle seule est une preuve de haute antiquité,
l’on a le droit de dire que dès avant _Ninus_ existait la caste des
prêtres chaldéens, semblable en tout à celle des _brahmes_ de l’Inde; ce
qui suppose tout le système politique indiqué par le récit de nos deux
historiens.

Quant à la prétention ultérieure de Bérose, qui veut enlever à
Sémiramis, reine assyrienne, la construction des _grands ouvrages_ de
Babylone, pour la donner à _Nabukodonosor_, roi chaldéen, nous allons
rechercher, par la discussion exacte des textes originaux, quel
fondement peut avoir cette opinion, et si, par un cas naturel, elle n’a
pas pour motif l’antipathie nationale d’un Babylonien contre un peuple
étranger, oppresseur de son pays, ou la partialité systématique d’un
prêtre chaldéen élevé dans l’école réformatrice de _Nabonasar_, ce
brûleur des livres historiques des rois qui l’avaient précédé. Écoutons
d’abord le récit des livres assyriens cités par Ktésias, où se trouvent
des détails très intéressans et circonstanciés. Cet historien, à la
suite du fragment conservé par Diodore, continue ainsi l’histoire de
Ninus et de son épouse[75].



CHAPITRE II.

Récit de Ktésias, système assyrien.


«Après la mort de Ninus, Sémiramis, passionnée pour tout ce qui
respirait la grandeur, et jalouse de surpasser la gloire des rois qui
l’avaient précédée, conçut le projet de bâtir une ville extraordinaire
dans la Babylonie. Pour cet effet, elle appela de toutes parts une
multitude d’architectes et d’artistes en tout genre, et elle prépara de
grandes sommes d’argent et tous les matériaux nécessaires; puis ayant
fait dans l’étendue de son empire une levée de 2,000,000 _d’hommes_,
elle employa leurs bras à fermer l’enceinte de la ville par un mur de
360 stades de longueur[76], flanqué de beaucoup de tours, en observant
de laisser le cours de l’Euphrate dans le milieu du terrain. Telle fut
la magnificence de son ouvrage, que la largeur des murs suffisait au
passage de 6 chars serrés. Quant à la hauteur, personne ne croira
Ktésias, qui lui donne 50 orgyes. Clitarque et les écrivains qui ont
suivi Alexandre, ne la portent qu’à 50 coudées, ajoutant que leur
largeur passait un peu celle de 2 _chars_ de front. Ces auteurs disent
que le circuit fut de 365 stades, par la raison que Sémiramis voulut
imiter le _nombre des jours_ de l’année. Ces murs furent faits de
briques crues, liées avec du bitume. Les tours, d’une hauteur et d’une
largeur proportionnée, ne furent qu’au nombre de 250; ce qui, pour un si
long espace, serait surprenant, si l’on ne remarquait que sur certaines
faces, la ville est flanquée de marais qui ont dispensé d’ajouter
d’autres moyens de défense. Entre les murs et les maisons, l’espace
laissé libre fut large de _deux plèthres_. Sémiramis, afin d’accélérer
son ouvrage, assigna à chacun de ses favoris (ou de ses plus dévoués
serviteurs) la tâche d’un stade, avec tous les moyens nécessaires, en y
joignant la condition d’avoir achevé dans _un an_. Ce premier travail
étant fini «et approuvé par la reine, elle choisit l’endroit où
l’Euphrate était le plus étroit, et elle y jeta un pont dont la longueur
fut de 5 stades. Par des moyens ingénieux, on fonda dans le lit du
fleuve des piles espacées de 12 pieds, dont les pierres furent jointes
avec de fortes griffes ou agrafes de fer, scellées elles-mêmes par du
plomb fondu qui fut coulé dans leurs mortaises. L’avant-bec de ces piles
eut la forme d’un angle qui, divisant l’eau, la fît glisser plus
doucement sur ses flancs obliques, et modérât ainsi l’effort du courant
contre l’épaisseur des massifs. Sur ces piles, l’on étendit des poutres
de cèdres et de cyprès, avec de très-grands troncs de palmiers; ce qui
produisit un pont de 30 pieds de large, dont l’habile mécanisme ne le
céda à aucun autre ouvrage de Sémiramis. Cette reine fit ensuite
construire à grands frais, sur chaque rive du fleuve, un quai dont le
mur eut la même largeur que celui de la ville, sur une longueur de 160
stades. En face des deux entrées du pont, elle fit élever deux châteaux
flanqués de tours, d’où elle pût découvrir toute la ville, et se porter,
comme d’un centre, partout où besoin serait. L’Euphrate traversant la
ville du nord au midi, ces châteaux se trouvèrent l’un au levant,
l’autre au couchant du fleuve. Ces deux ouvrages occasionèrent des
dépenses considérables; car le château du couchant eut une triple
enceinte de hautes et fortes murailles, dont la première, construite en
briques cuites, eut 60 stades de pourtour; la seconde, en dedans de
celle-ci, décrivit un cercle de 40 stades: sa muraille eut 50 orgyes de
hauteur sur une largeur de 300 _briques_, et les tours s’élevèrent
jusqu’à 70 orgyes. Sur les briques encore crues, on moula des figures
d’animaux de toute espèce, coloriées de manière à représenter la nature
vivante. Enfin une troisième muraille intérieure, formant la citadelle,
eut 20 stades de pourtour, et surpassa le second mur en largeur ou
épaisseur et longueur[77]. Sémiramis exécuta encore un autre ouvrage
prodigieux: ce fut de creuser dans un terrain bas, un grand bassin ou
réservoir carré, dont la profondeur fut de 35 pieds, et dont chaque
côté, long de 300 stades, fut revêtu d’un mur de briques cuites, liées
avec du bitume. Ce travail fait, on dériva le fleuve dans ce bassin, et
aussitôt on se hâta de construire dans son lit, mis à sec, un boyau ou
galerie couverte qui s’étendit de l’un à l’autre château. La voûte de ce
boyau, formée de briques cuites et de bitume, eut 4 coudées d’épaisseur:
les deux murs qui la soutinrent eurent une épaisseur de 20 briques; et
sous la courbe intérieure, 12 pieds de hauteur; la largeur de ce boyau,
en dedans, fut de 15 pieds. Tout ce travail fut exécuté en 7 jours, au
bout desquels le fleuve étant ramené dans son lit, Sémiramis put passer
à pied sec par dessous l’eau, de l’un à l’autre de ses châteaux. Elle
fit poser aux deux issues de cette galerie deux portes d’airain qui ont
subsisté jusqu’au temps des rois de Perse, successeurs de Kyrus.

«Enfin elle bâtit au milieu de la ville le temple de Jupiter, à qui les
Babyloniens donnent le nom de Bélus. Les historiens n’étant pas d’accord
sur cet ouvrage, qui d’ailleurs est ruiné, nous n’en pouvons rien
assurer: seulement il est certain qu’il fut excessivement élevé, et que
c’est par son moyen que les Chaldéens, livrés à l’observation des
astres, en ont connu exactement les _levers_ et les _couchers_ (Diodore
décrit ce temple construit en briques et bitume). Aujourd’hui le temps a
détruit tous ces ouvrages: une partie seulement de cette vaste cité a
quelques maisons habitées; tout le reste consiste en terres que l’on
laboure. Il y avait aussi ce que l’on appelle le _jardin suspendu_; mais
cet ouvrage n’est point de Sémiramis: ce fut un certain roi syrien qui,
en des temps postérieurs, le bâtit pour une de ses concubines née en
Perse. Cette femme, désirant avoir des collines verdoyantes, obtint du
roi qu’il fît construire ce paysage factice, en imitation des sites
naturels de la Perse. Chaque côté de ce jardin avait 4 plèthres de
longueur, etc.»

Tel est le récit de Ktésias ou des livres anciens dont il s’autorise. On
peut reprocher à quelques détails une exagération qui atténue la
confiance; mais outre que la limite du possible et du vrai n’est pas
aussi facile à tracer ici que l’on a voulu le croire, nous aurons encore
l’occasion, dans un autre article, de prouver que l’exagération
apparente vient surtout des fausses valeurs que l’on a attribuées aux
mesures appelées _stades_, _plèthres_, _orgyes_, _coudées_; en ce moment
nous nous bornons à remarquer qu’en général les circonstances ont une
physionomie locale qui donne aux faits principaux un grand caractère de
vérité[78], et que, selon les règles de la critique historique, ce
récit prouve réellement que c’est à Sémiramis qu’appartient la
_fondation_ de Babylone dans le sens strict du mot, puisque cette reine
créa les ouvrages majeurs qui constituent une cité, ouvrages auxquels
Babylone fut uniquement redevable de la splendeur commerciale et de la
force militaire qui l’ont rendue si célèbre.

En récapitulant ces ouvrages, nous en trouvons 7 principaux:

1º Le grand mur d’enceinte et de fortification, ayant 360 stades de
développement;

2º Un quai élevé sur chaque rive du fleuve;

3º Le pont composé de piles de pierres et de poutres tendues sur ces
piles;

4º Deux châteaux placés aux issues du pont;

5º Un vaste bassin ou lac carré de 360 stades sur chaque côté;

6º Un boyau ou galerie par-dessous le fleuve;

7º Le temple de Bélus en forme de pyramide, où l’on montait par des
rampes.



CHAPITRE III.

Récit de Bérose et de Mégasthènes.--Système chaldéen.


Il est naturel de croire qu’avant la publication de l’histoire de
Ktésias, les Grecs n’avaient que peu ou point de connaissance des
ouvrages et du nom de Sémiramis: cet auteur doit donc être considéré
comme le chef de l’opinion qui attribue à cette reine la fondation de
Babylone, et cette opinion dut être dominante jusqu’au temps
d’Alexandre. Mais lorsque la conquête de l’Asie par ce prince, et
lorsque sa résidence à Babylone, qu’il affectionna, eurent mis les
savans grecs en communication avec les prêtres du pays, avec ces
_Chaldéens_ si renommés pour leurs sciences, on vit s’élever une autre
opinion indigène et babylonienne, contraire à celle des Assyriens de
Ninive. La première trace se montre dans un fragment de Mégasthènes,
historien grec, contemporain de Séleucus-Nicator, roi de Babylone
jusqu’en l’année 282 avant Jésus-Christ, lequel envoya Mégasthènes, à
titre d’ambassadeur, vers Sandracottus, l’un des rois de l’Inde résidant
à Palybothra[79]. Eusèbe, dans sa Préparation évangélique, nous a
conservé le passage qui suit, livre IX, chap. 41, pag. 457.

«Babylone fut bâtie par Nabukodonosor: _au commencement_ (in principio)
_le pays entier était couvert d’eau_ et portait le nom de _mer_[80];
mais le _dieu_ Bélus, _ayant desséché la terre et assigné à chaque
élément ses limites_, environna de murs Babylone, puis il disparut[81].
Dans la suite, l’enceinte qui se distingue par des portes d’airain fut
construite par Nabukodonosor; elle a subsisté jusqu’au temps des
Macédoniens.»

Quelques phrases après, Mégasthènes ajoute:

«Nabukodonosor, devenu roi, entoura dans l’espace de _quinze jours_, la
ville de Babylone d’un triple mur, et fit couler ailleurs les canaux
appelés _armakale_ et _akrakan_ qui venaient de l’Euphrate; puis, en
faveur de la ville de _Siparis_, il creusa un lac profond de 20 orgyes,
ayant 40 parasanges de circuit; il y fit des écluses ou vannes, appelées
_régulatrices des richesses_, pour l’arrosage de leurs champs. Il
réprima aussi les inondations du golfe Persique, en leur opposant des
digues, et les irruptions des Arabes, en construisant la forteresse de
_Térédon_. Il orna son palais, en élevant un jardin suspendu qu’il
couvrit d’arbres.»

Très-peu de temps après Mégasthènes, un savant de Babylone, Bérose[82],
né de famille, sacerdotale, professa la même opinion; et parce que ses
prédictions astrologiques et ses écrits en divers genres le rendirent
célèbre au point que les Athéniens lui érigèrent une statue dont la
langue fut d’or, nous pensons que c’est à lui qu’il faut attribuer
l’ascendant que cette nouvelle opinion acquit, selon l’expression de
Quinte-Curce, _chez la plupart des historiens_ (vel ut plerique
credidere).

L’intéressant ouvrage de Bérose, intitulé _Antiquités chaldaïques_,
étant perdu, c’est à l’historien juif Flavius Josephus que nous devons
les fragmens relatifs à notre question. Voici ses paroles (_Contra
App._, lib. I, § XIX):

«À l’égard de ce que les monumens chaldéens disent de notre nation, je
prendrai à témoin Bérose, né lui-même Chaldéen, homme très-connu de tous
ceux qui cultivent les lettres, à cause des écrits qu’en faveur des
Grecs il a publiés dans leur propre idiome, sur l’astronomie et la
philosophie des Chaldéens.»

«Bérose donc, qui a copié les plus anciennes histoires chaldéennes,
_présente absolument les mêmes récits que Moïse_[83] _sur le déluge, sur
la destruction des hommes qui en résulta; sur l’arche dans laquelle
Noé, père de notre race, fut sauvé; sur la manière dont elle aborda aux
montagnes d’Arménie; ensuite il énumère les descendants de Noé, assigne
le temps de chacun d’eux_, et _arrive_ jusqu’à Nabopolasar, roi des
_Chaldéens_ et de _Babylone_.»

Ici Josèphe raconte en détail, d’après Bérose, comment Nabukodonosor,
fils de Nabopol-asar, ayant battu le roi d’Égypte _Néchos_, fut tout à
coup distrait de ses conquêtes par la mort de son père; comment, sur la
nouvelle qu’il en reçut, il traversa le désert de Syrie à marches
forcées pour se rendre à Babylone; comment, investi de l’autorité
suprême à _titre d’héritage_, il distribua ses prisonniers syriens,
phéniciens et juifs en divers lieux de la Babylonie, pour y être
employés à divers ouvrages, et il ajoute comme propres paroles de
Bérose[84]:

«Nabukodonosor, après avoir enrichi le temple de Bélus et de quelques
autres dieux, après avoir _réparé la ville de Babylone qui déja
existait_, et y avoir ajouté une ville (ou citadelle _neuve_), voulut
empêcher que ceux qui par la suite voudraient l’assiéger, ne s’y
introduisissent en détournant le fleuve: pour cet effet, _il construisit
une triple enceinte de murs, tant à la ville extérieure qu’à la ville
intérieure_, partie en briques cuites et bitume, partie en briques
seulement: lorsqu’il eut bien fortifié la ville, et qu’il l’eut ornée de
portes magnifiques (les portes d’airain), il bâtit près du palais de son
père un autre palais plus élevé, plus grand et plus somptueux. Il serait
trop long de le décrire; il nous suffira de dire que ce grand ouvrage
fut fini en 15 jours: or, dans ce palais fut aussi construit par lui le
jardin fameux appelé _jardin suspendu_, pour complaire au désir de son
épouse qui, ayant été élevée dans la _Médie_, désirait l’aspect d’un
_paysage montueux_.»

Voilà, continue Josèphe, ce que Bérose dit de Nabukodonosor, dont il
parle encore beaucoup dans son IIIe livre des _Antiquités
chaldéennes_, où il réprimande les historiens grecs, _qui croient
futilement_ que Babylone a été _construite par l’Assyrienne Sémiramis_,
et qui ont _écrit faussement_ que c’est elle qui a élevé _tous_ les
ouvrages merveilleux de cette grande cité.

Maintenant scrutons ce récit. A ne juger que par ces derniers mots (qui
ont écrit faussement), Bérose semblerait avoir donné un démenti absolu à
tout ce que Ktésias raconte de Sémiramis; mais il faut observer que ce
n’est plus ici le texte de Bérose; c’est Josèphe qui parle et qui
raisonne sur quelques passages que nous n’avons pas; en outre, lors même
que ce serait Bérose, nous aurions à lui opposer son propre texte
antérieur où il dit: _Nabukodonosor enrichit le temple de Bélus et de
quelques autres dieux_. S’il ne fit que _les enrichir_, ils existaient
donc déja: s’il les eût bâtis, Bérose n’eût pas manqué de le dire.
_Nabukodonosor ayant réparé la ville qui existait déja_: voilà une
phrase tout à l’avantage de Ktésias: la ville ne devait son existence
qu’à ses murs; Nabukodonosor les _répara_, parce qu’étant bâtis depuis
près de 600 ans, ils avaient subi des dégradations. Enfin dire, comme
Bérose, qu’il est faux que Sémiramis ait bâti tous les ouvrages
merveilleux de Babylone, n’est pas dire qu’elle n’en ait bâti aucun;
l’honneur de la fondation lui reste, et c’est Mégasthènes qui se trouve
ici convaincu d’erreur, lorsqu’il a dit: _Babylone fut bâtie par
Nabukodonosor. L’enceinte qui se distingue par des portes d’airain, fut
construite par ce même prince_. Il est bien vrai que les portes d’airain
furent posées par ce prince qui y employa entre autres l’airain enlevé
au temple de Jérusalem. Mais le mur existait, Nabukodonosor ne fit que
le réparer; et c’est sans doute cette association des portes posées et
des murs restaurés qui a trompé Mégasthènes. Poursuivons.

«Nabukodonosor, pour empêcher que l’ennemi, en cas de siège, ne
s’introduisît dans la ville en _dérivant_ le fleuve.»

Le moyen de dériver existait donc aussi, et il suppose la construction
du grand bassin de Sémiramis[85].

«Nabukodonosor fit construire une _triple_ enceinte tant à la ville
_intérieure_ qu’à la ville extérieure.»

A une ville comme Babylone, de plus de 24,000 toises de circuit,
supposer une _triple_ enceinte est une absurdité dont aucun écrivain n’a
parlé: il y a certainement ici altération dans le texte. Ktésias nous a
dit que Sémiramis bâtit deux châteaux forts ou citadelles, l’un à l’est,
l’autre à l’ouest du fleuve, et que le château du couchant eut une
_triple_ enceinte; ce doit être là l’objet désigné par Bérose: il aura
donné le nom de _ville_ à ces deux forteresses, et il aura appelé
_extérieure_ celle située à l’ouest de l’Euphrate[86], parce que, se
trouvant dans le _désert_ arabe, elle était réellement en dehors de la
Babylonie propre; tandis que le château de l’_est_, situé dans l’île
formée par l’Euphrate et le Tigre, était placé dans l’_intérieur_ du
pays. Admettant ces châteaux construits par Sémiramis près de six
siècles auparavant, leurs murs devaient être d’autant plus ruinés, que
les rois de Ninive, inquiets et jaloux, durent négliger ces moyens de
défense d’une grande cité mécontente: Nabukodonosor dut _réparer_ les
murs de la grande enceinte; et il put ajouter une _triple_ muraille au
château de l’_est_ qui n’avait qu’un mur. Bérose ainsi expliqué,
semblerait prétendre que Nabukodonosor les bâtit de fond en comble; mais
s’il eut pour objet d’opposer un obstacle à un ennemi déja introduit, la
prudente Sémiramis n’a pu manquer d’avoir la même idée.

Enfin Bérose dit que Nabukodonosor se construisit un palais plus grand,
plus somptueux que celui de son père; que dans ce château fut élevé le
fameux _jardin suspendu_, et que tout ce travail ne dura que quinze
jours. Ktésias est d’accord pour l’ouvrage; mais quant au temps,
Mégasthènes prétend que ce fut _Babylone même que Nabukodonosor entoura
d’un triple mur dans l’espace de 15 jours_. On aperçoit ici une
confusion évidente faite par cet écrivain, qui applique à la ville ce
que Bérose entend du château, et cet exemple nous montre la probabilité
d’une confusion inverse, mais du même genre, faite soit par Josèphe,
soit par Bérose même, ou par ses copistes.

En résumant cet article, il nous semble que les ouvrages réels de
Nabukodonosor sont,

1° Le palais du jardin suspendu, qui ne lui est contesté par personne;

2° La forteresse de Teredon;

3° Les écluses et les digues contre les reflux du golfe Persique;

4° Le bassin et les vannes en faveur de la ville de Siparis;

5° La réparation des murs de la grande enceinte de Babylone;

6° L’application des portes d’airain à ces murs;

7° La réparation du château à triple enceinte, et la reconstruction du
château de l’est sur pareil plan.

Il reste toujours à Sémiramis,

1° La construction première et fondamentale du grand mur de 360 stades;

2° Le quai le long de l’Euphrate;

3° Le boyau ou galerie sous-fluviale;

4° Les deux châteaux aux issues de cette galerie et du pont;

5° Le grand bassin de dérivation;

6° Enfin la tour ou pyramide du temple de Bélus.



CHAPITRE IV.

Autorités respectives de Bérose et de Ktésias, comparées et appréciées.


Dans le conflit de Bérose et de Ktésias, tel que nous le voyons, une
difficulté se présente. Comment concevoir, pourra-t-on dire, qu’un
indigène babylonien, qu’un prêtre chaldéen ait eu sur la fondation de sa
métropole, des notions moins exactes que des étrangers perses, mèdes ou
assyriens, de qui Ktésias a emprunté ses documents? Deux considérations
nous rendent ceci très-concevable.

La première est que, relativement aux Babyloniens, les Ninivites étaient
des usurpateurs dont le joug dut être odieux et pesant; Sémiramis dut
personnellement laisser une mémoire flétrie par l’assassinat du roi son
époux, par la publicité de ses débauches, par les vexations de ses
immenses travaux; et l’opinion put lui refuser _les honneurs de la
fondation_, ne fût-ce que par respect pour le dieu Bélus, à qui les
traditions attribuaient toute l’organisation du pays.

La seconde est que le roi babylonien _Nabon-Asar ayant supprimé tous
les actes de ses prédécesseurs, afin que désormais la liste des rois de
Babylone commençât par lui_, il ne dut rester en cette ville et dans ce
pays aucune _archive ancienne_, _aucun document_ officiel sur la
fondation par Sémiramis. Dès-lors Bérose n’a dû avoir aucun moyen
national de remonter historiquement au-delà du règne de Nabonasar,
c’est-à-dire au-delà de l’an 747; et voilà pourquoi les observations
recueillies par Bérose, ainsi que Pline nous l’apprend, ne remontaient
qu’à 480 ans (voyez la note page 126) avant la publication de son livre,
en l’an 268; en effet, ajoutez 268 à 480, vous arrivez juste à l’année
747, première de Nabonasar. Il était politiquement interdit à Bérose de
connaître rien au-delà, comme il fut interdit aux écrivains perses
depuis _Ardeschir_, de connaître le vrai temps et le vrai nombre des
rois écoulés entre Alexandre et ce prince.

Par inverse, nous trouvons à l’avantage de Ktésias une circonstance qui
nous avait d’abord échappé, et que l’équité nous fait un devoir de
rétablir ici. Cette circonstance nous est fournie par un passage du
livre d’Esdras, dont la conséquence est que les archives citées par
Ktésias comme la source où il puisa, furent réellement des _archives
assyriennes_, soit en original, soit traduites par les Perses: voici le
passage d’Esdras.

«Aux jours d’Artahshatah (au temps de Smerdis) les Samaritains voulant
empêcher les Juifs de rebâtir le temple, écrivirent au roi la lettre
suivante, en langue araméenne ou syriaque.

«Qu’il vous soit connu que les Juifs renvoyés par le roi (Kyrus) à
Jérusalem, veulent maintenant en rebâtir les murs; et que le roi sache
qu’au cas où les Juifs rebâtiront cette ville, de tout temps rebelle,
elle refusera le tribut: nous, serviteurs du roi, qui avons _mangé le
sel_ et _le pain_ de sa maison, nous l’en avertissons et vous supplions
de faire rechercher dans le _livre_ de vos pères (parce que) vous
trouverez dans le _livre des histoires_, que cette ville est de tout
temps une ville rebelle, ennemie des rois, en révolte dès les temps les
plus anciens; c’est pour cela qu’elle a été détruite.»

Or, voici la réponse que fit le roi:

«L’extrait (ou plutôt la traduction) de la lettre que vous m’avez
envoyée a été lu devant moi: j’ai ordonné, l’on a cherché et l’on a
trouvé que cette ville, dès les temps anciens, s’est élevée contre les
rois; qu’elle a été un siège de révolte; qu’il y a eu dans Jérusalem des
rois puissants qui ont dominé sur tout le pays de l’Euphrate, et que le
tribut royal leur était payé.»

Maintenant nous disons que ces _rois puissants de Jérusalem qui ont
dominé jusqu’à l’Euphrate_ ne peuvent s’entendre que de David et de
Salomon, qui effectivement y dominèrent et y levèrent des tributs
pendant 50 ou 60 ans. Après Salomon, le royaume s’étant divisé en deux
petits états, les roitelets de Samarie et de Jérusalem, non-seulement ne
perçurent plus le tribut, mais souvent y furent assujettis. Or, du temps
de David et de Salomon, c’est-à-dire depuis l’an 1040 jusque vers l’an
980 avant notre ère, les Perses et les Mèdes assujettis aux Assyriens de
Ninive, gouvernés par les satrapes du _grand roi_, et séparés de
l’Euphrate par toute la Babylonie et la Mésopotamie, n’avaient ni moyens
de communication, ni intérêt de savoir ce qui se passait en Syrie: ils
ne devaient pas même avoir la faculté de tenir des registres, des
_archives royales_, tels qu’on nous les désigne: les livres cités par
Smerdis ne sont donc ni mèdes, ni perses; ils ne sauraient même être
babyloniens, puisqu’ils précèdent l’époque de Nabonasar, qui les brûla
tous: par conséquent ils ne peuvent être qu’_assyriens-ninivites_.
Objectera-t-on que _Sardanapale, ayant brûlé son palais_, les archives
royales ont dû y périr? Cette conséquence n’est pas de rigueur, surtout
si l’on se rappelle que le _séraï_ des rois de Ninive _fut une maison
mystérieuse de plaisir dont furent écartées les affaires_; par
conséquent la chancellerie, qui exige l’accès de beaucoup de monde, dut
naturellement être placée ailleurs: dans tous les cas, nous avons ici la
preuve positive qu’au temps de Smerdis il existait en Perse des _livres
officiels_ où se trouvaient consignés des événements antérieurs de plus
de 500 ans, c’est-à-dire d’une époque où il n’existait ni royauté, ni
chancellerie royale chez les Mèdes et chez les Perses; d’où il suit que
ces livres furent _assyriens-ninivites_, soit en original, soit en
extrait (comme nos chroniques juives), soit encore en traduction mède,
que les rois de ce peuple, qui se dirent les héritiers _des Assyriens_,
auraient fait faire pour leur instruction. Une telle traduction dans
l’idiome _zend_, qui diffère de l’assyrien, expliquerait comment il a pu
s’y introduire diverses altérations; d’ailleurs, il est remarquable
qu’au chapitre VI du même Esdras, livre I, à l’occasion d’une pétition
des Juifs, le roi Darius ayant fait chercher, l’édit de Kyrus dans les
archives, il est dit: «Sur l’ordre de Darius, l’on chercha dans la
_maison des livres_ (la bibliothèque) qui est jointe au garde-meuble et
au trésor à Babylone, et l’on trouva dans le château (ou palais), au
pays des Mèdes (à Ekbatane), un rouleau écrit ainsi: _L’an du règne de
Kyrus, etc., etc._»

Ainsi _l’on chercha à Babylone dans les archives, et l’on n’y trouva
rien_; mais l’on trouva à _Ekbatane_: n’est-il pas probable que ce fut
là aussi que l’on trouva le livre cité par Smerdis; et alors,
n’avons-nous pas une sorte de preuve que les monuments assyriens avaient
été recueillis par Déïokés ou par ses successeurs qui résidèrent à
Ekbatane?

En raisonnant sur ces faits, nous pensons y découvrir l’existence de
deux systèmes chronologiques en opposition, dès avant Kyrus, au sujet de
Babylone. L’un, _le système assyrien_ qui nous est transmis par Ktésias,
et qui paraît avoir dominé jusqu’à la chute de l’empire perse; l’autre,
_le système chaldéen_, concentré d’abord en Babylonie, mais qui, par
suite de la conquête d’Alexandre et du séjour des rois macédoniens en
Chaldée, obtint une préférence qu’il dut en partie aux talents et aux
ouvrages de Bérose dans l’idiome des Grecs, et en partie à la difficulté
extrême de la langue _zend_, et à la destruction de ses livres,
occasionée par les guerres des Macédoniens et des Perses.



CHAPITRE V.

Récit d’Hérodote.


Actuellement consultons Hérodote, et voyons quels éclaircissements il
nous donnera dans ce débat.

Cet écrivain, vers la fin de son premier livre, arrivant à la guerre de
Kyrus contre Babylone, nous donne, selon sa coutume, d’assez grands
détails sur le climat, les productions et les mœurs du pays. Quant aux
faits historiques il est plus concis qu’à son ordinaire, et ce laconisme
nous devient un motif de peser ses paroles avec plus de soin.

«L’Assyrie, dit-il, a plusieurs grandes villes; mais la plus célèbre et
la plus forte est Babylone, qui, après la subversion de Ninive, devint
la capitale des Assyriens.»

Ici Hérodote décrit l’enceinte carrée de Babylone, les dimensions de ses
murs, la direction des rues, le palais du roi et le temple de
_Ioupiter-Bélus gui_, dit-il, _subsiste encore_. «_Les Chaldéens, qui
sont les prêtres de ce dieu, assurent qu’il vient en personne dans la
chapelle à un certain jour de l’année, et qu’il repose sur le lit qui
lui est préparé, où l’on a placé une femme du pays... Il y avait
autrefois dans le sanctuaire une statue d’or massif haute de 12 coudées;
mais je ne l’ai point vue: le roi Xercès l’avait enlevée après avoir
fait tuer le prêtre qui s’y opposait._»

Ces mots _je ne l’ai point vue_, montrent clairement qu’Hérodote parle
ici en témoin _oculaire_; qu’il a _conversé avec les prêtres chaldéens_;
qu’il a puisé tous ses renseignements sur les lieux: par conséquent nous
avons lieu de penser qu’il a suivi le _système chaldéen_ comme Bérose,
et non pas le _système assyrien_ comme Ktésias. Nous verrons
l’importance de cette distinction pour apprécier ses récits. Il
continue, § 184: «Babylone a eu beaucoup d’autres rois dont je parlerai
dans mon histoire d’Assyrie; ce sont eux qui ont plus amplement orné ses
murs et ses temples: parmi ces princes on compte deux reines: la
première s’appelait Sémiramis. Elle fit faire ces digues remarquables
qui retiennent l’Euphrate dans son lit et qui préservent la plaine de la
stagnation malfaisante des eaux après les débordements.»

§ 185. «La seconde reine, nommée Nitokris, fut une femme plus prudente
que la première; elle fit faire divers ouvrages, etc. (nous en parlerons
bientôt). Ce fut contre le fils de cette reine que Kyrus conduisit ses
troupes: il était roi d’Assyrie et s’appelait _Labynet_, comme son
père.»

Ici nous avons une date connue d’où nous pouvons partir pour dresser nos
calculs; nous savons par Bérose et par la _liste officielle_ dite
_Kanon_ astronomique de Ptolomée, que le roi de Babylone détrôné par
Kyrus le fut en l’an 539; qu’il avait régné 17 ans; par conséquent il
avait monté sur le trône l’an 555. Selon Bérose et Mégasthènes, il
n’était pas le fils des trois princes qui l’avaient précédé; il ne put
donc être fils que de _Nabukodnasar_, mort en l’an 565. Bérose le nomme
_Nabonid_, qui ne diffère de _Labunet_ que par la permutation naturelle
de l’_N_ en _L_ et du _d_ en _t_. Ce Nabonid semblerait même être une
forme grecque employée par _Bérose_ pour signifier _fils de Nabu_ ou de
_Naboun_. Alors Nitokris, mère de _Labynet-Nabonide_, se trouve être
l’épouse de Nabu-kodn-osor qui, selon l’usage du pays, dut avoir
plusieurs femmes. Et nous avons une date du règne ou plutôt de la
régence de cette princesse dans cette autre phrase d’Hérodote.

§ 185. «Nitokris ayant remarqué que les Mèdes, déjà puissants, ne
cessaient de s’agrandir, et que, entre autres villes, ils avaient pris
Ninive, elle se fortifia, etc.» Nous sommes certains, 1° que les Mèdes
prirent Ninive sous Kyaxar en l’an 597; 2° que Nabukodonosor régnait
déjà à Babylone depuis l’an 604, c’est-à-dire depuis 8 ans, et qu’il y
régna 43 ans jusqu’à l’an 565. Nitokris n’a donc pu être une reine en
titre, une reine _indépendante_; et il est démontré qu’Hérodote appelle
improprement _règne_ ce qui n’a été qu’une _régence_ confiée par
Nabukodonosor, seul roi que Bérose et le Kanon officiel admettent dans
la liste. Cette régence trouve des motifs probables dans les longues
absences que fit Nabukodonosor pour subjuguer Tyr et Jérusalem: les
sièges de ces deux villes coïncident très-bien à la date que donne
Hérodote (596), puisqu’ils occupèrent le roi de Babylone pendant 13 ans,
depuis 598 jusqu’en 586.



CHAPITRE VI.

Résultat.


Hérodote attribue cinq grands ouvrages à Nitokris.

«1° Elle fit creuser au-dessus de Babylone, à l’Euphrate, un nouveau lit
qui rendit son cours si tortueux, que les navigateurs passaient trois
fois de suite en trois jours près du bourg d’Arderica. Ce travail eut
pour objet spécial d’arrêter les Mèdes.

«2° Elle fit construire dans la ville, et des deux côtés de la rivière,
un quai en briques.

«3° Elle établit dans le lit du fleuve mis à sec, des piles de pont sur
lesquelles on plaçait pendant le jour des madriers que l’on retirait le
soir, pour empêcher les habitants d’une rive d’aller voler ceux de
l’autre.

«4° Elle fit creuser un vaste lac de 420 stades de circuit, pour y
dériver les eaux du fleuve dans les débordements. (Cela dut lui servir
pour fonder le pont.)

«5° Avec les terres tirées de ce lac, elle éleva une digue prodigieuse
pour contenir l’Euphrate.»

Aucun de ces travaux n’est attribué par Bérose à Nabukodonosor; mais
plusieurs semblent se confondre avec ceux de Sémiramis.

En se rappelant que Nabukodonosor épousa, du vivant de son père, une
fille du roi mède Kyaxar (vers l’an 606), on peut se demander si cette
princesse, nommée _Aroïté_, fut la même que Nitokris; cela ne serait pas
impossible, quoique peu probable au premier aspect. Kyaxar, comme tous
les rois d’alors, avait plusieurs femmes. Aroïté a pu naître d’une autre
mère que de celle d’Astyag, héritier de Kyaxar; et selon les mœurs des
_harem_, ces mères rivales les auront élevés dans une mutuelle
antipathie. Aroïté, devenue épouse de Nabukodonosor, aura pu redouter,
haïr Astyag avec d’autant plus de force, qu’elle aura mieux connu son
ambition et ses perfidies. Ce serait pour elle qu’aurait été construit
le _jardin suspendu_.

Mais alors pourquoi son fils Labynet ne fut-il pas héritier de
Nabukodonosor au lieu d’Evil-Mérodak, qui ne nous est point représenté
comme un fils aîné, ni comme un homme âgé? Ces incidents domestiques ne
sont point expliqués par les auteurs, et l’on n’a pas le droit d’y
suppléer. Bérose même ajoute à l’embarras, quand il dit que les conjurés
qui tuèrent _Labo_-[87]-_roso-achod_, élurent à sa place un _certain
Babylonien_ appelé _Nabonides_; comment omet-il de dire qu’il fut fils
du grand Nabukodonosor?

Quoi qu’il en soit des circonstances, il suffit à la chronologie que
l’époque de Nitokris soit connue et déterminée. Supposons que la régence
date de l’an 595, premier d’Astyag, et partons de là pour calculer
l’époque de Sémiramis. Hérodote dit qu’elle précéda Nitokris de _cinq
générations_: ce vague de mots _cinq générations_, est remarquable; il
faut qu’Hérodote ait ici manqué de date fixe, de nombre précis. Si nous
évaluons les générations selon son système, c’est-à-dire à 3 pour 100
ans, les _cinq_ générations nous donnent 166 ans, qui, ajoutés à 595,
placent Sémiramis vers l’an 761, 14 ans avant _Naboun-asar_, et
quarante-cinq ans avant la ruine de Ninive, par _Bélésys_ et _Arbâk_.
Cette date, dont aucun autre écrivain n’a fait mention pour Sémiramis, a
beaucoup embarrassé les chronologistes; les uns ont supposé qu’il y
avait erreur de copiste dans le nombre _cinq_, et qu’il fallait lire
_quinze_. Les quinze générations vaudraient alors dans le système grec
500 ans, et Sémiramis, dans nos calculs, serait placée vers l’an 1100 ou
1095; ce qui produit cent ans de différence avec la date que nous avons
trouvée par un autre calcul d’Hérodote être l’an 1195[88]. D’autres
critiques ont pensé que c’était une Sémiramis IIe du nom, et
quelques-uns en ont même fait l’épouse de Nabounasar; mais l’on voit que
l’avènement de ce prince, en 747, est postérieur de 14 ou 15 ans à la
date donnée par Hérodote (761), et, de plus, la supposition est sans
autorité.

Après avoir réfléchi sur certaines circonstances du récit d’Hérodote,
nous avons cru découvrir à cette difficulté une solution plus simple et
plus vraie. Le lecteur n’a pas oublié que cet _historien voyageur_
consulta les prêtres de Babylone, les _chaldéens_ desservant le temple
de Bélus; par conséquent les notions qu’il en reçut furent conformes au
_système chaldéen_, tel que Bérose nous l’expose. Or, dans ce système,
le roi chaldéen Nabounasar était le premier roi de Babylone; aucun autre
n’était connu ou censé avoir existé avant lui. Néanmoins, comme le règne
de Sémiramis était trop notoire dans Babylone, où ses ouvrages étaient
des témoins vivants[89], le nom de cette reine ne put être entièrement
supprimé; seulement il se trouva précéder immédiatement _Nabounasar_,
sans supposer de lacune, précisément comme il est arrivé chez les Perses
par la suppression qu’_Ardeschir_ fit d’un grand nombre de règnes entre
celui d’Alexandre et le sien. Hérodote a donc été nécessairement induit
en erreur par les _Chaldéens_; et comment l’eût-il évitée, lorsque
Bérose lui-même l’a commise, soit de bonne foi, soit de dessein
prémédité, par un effet de cet esprit _brahminique_, c’est-à-dire
_mystérieux_ et _dissimulé_, qui caractérise les prêtres anciens. Par la
suite, Hérodote, confrontant cette donnée aux calculs qu’il avait reçus
à Memphis et à _Ekbatanes, des savants perses et égyptiens_[90], dut
éprouver beaucoup d’embarras; mais subjugué par l’autorité, il écrivit
d’abord, selon son usage, sans se faire garant, et il nous en avertit
par ces mots: _Voilà ce que les Chaldéens racontent du dieu Bel; cela ne
me paraît pas croyable, mais ils l’assurent_.

Si notre explication est juste, la Sémiramis d’Hérodote n’est pas autre
que celle de Ktésias, la fondatrice de Babylone, et nous trouvons
plusieurs appuis à cette assertion:

1° Le silence absolu de tous les anciens sur une Sémiramis II, placée à
la date que donne Hérodote;

2° Un passage d’Étienne de Bysance, qui dit: «Babylone n’a pas été bâtie
par Sémiramis, comme le dit Hérodote.»

Hérodote ne parle qu’une seule fois de Sémiramis, _qui éleva les digues
remarquables auxquelles Babylone dut l’assainissement de son terrain_.
Étienne de Bysance a donc considéré cette Sémiramis comme la
_fondatrice_ dont parle Ktésias.

3° En parlant de Babylone, Hérodote dit ailleurs: «Après la subversion
de Ninive (en 717 sous Sardanapale) Babylone devint la capitale des
«rois assyriens.» Ne semble-t-il pas croire que Babylone n’eut de rois
que depuis cette époque très-voisine de Nabounasar, mort en 733?

4° Ensuite, après avoir parlé de ce que firent à Babylone les rois
Darius et Xercès, il ajoute:

«Cette ville a eu _plusieurs_ autres rois: ce sont eux qui ont _plus
amplement orné ses murs et ses temples_.» Ces derniers mots font
allusion aux portes d’airain posées par Nabukodonosor, et à ses
_dépouilles opimes_ mentionnées par Bérose; mais en même temps elles
impliquent _la construction des murs comme antérieure et déjà
faite_[91]. Hérodote poursuit:

«Parmi ces rois l’on compte deux femmes: la première, nommée
_Sémiramis_, vécut _cinq générations_ avant la seconde.»

Remarquez qu’Hérodote n’a pas dit _cinq_ règnes: il y eût en
contradiction avec l’autre phrase, _Babylone a eu plusieurs autres
rois_. Le mot _plusieurs_ cadre bien avec le nombre du _kanon de
Ptolomée_, qui compte 21 règnes depuis Nabounasar jusqu’à Kyrus; mais si
Hérodote eût connu ceux qui s’écoulèrent entre Sémiramis et Nabounasar,
dans un espace de plus de 440 ans, se fût-il contenté du mot
_plusieurs_? Il a donc ignoré ceux-là.

5° Enfin, si notre explication est fausse, n’est-il pas bien singulier
de voir le calcul chaldéen d’Hérodote donner 14 ans de règne à Sémiramis
(de 761 à 747), précisément comme nous l’avons trouvé ci-dessus par le
calcul des Assyriens?

Il est probable que lorsque cet historien voulut rédiger son histoire
d’Assyrie, il s’aperçut de la lacune du système chaldéen, de sa
discordance avec le système ninivite; que cette difficulté devint pour
lui un motif de dégoût, un obstacle radical à la publication de son
livre; en même temps que cette erreur, glissée dans l’ouvrage qui nous
reste, a dû être l’un des arguments efficaces dont se servit Ktésias
pour l’attaquer et le discréditer. Il nous reste deux mots à dire sur
les ouvrages de Nitokris. (Voyez pag. 142 ci-dessus.)

Les _trois grands détours de l’Euphrate_ paraissent lui appartenir sans
opposition, mais son pont ressemble beaucoup à celui de Sémiramis. Ne
peut-on pas croire que Nitokris l’aura trouvé très-dégradé et qu’elle
l’aura réparé et orné?

La dérivation du fleuve et le creusement du grand réservoir ou lac sont
des annexes du pont, que Sémiramis dispute également. Ce ne fut
probablement qu’imitation et répétition de la part de Nitokris.

De toutes ces discussions il résulte assez clairement, d’une part, que
les ouvrages fondamentaux de Babylone appartiennent réellement à
Sémiramis, et que les livres assyriens à cet égard ont été mieux
instruits et plus fidèles que ceux des Chaldéens; mais, d’autre part, il
semble également vrai de dire que long-temps avant cette reine il
existait au même local un temple très-célèbre du dieu Bel; et parce que
les anciens temples en général étaient fortifiés pour la sûreté des
prêtres, et qu’à raison des pèlerinages dont ils étaient le but, leur
voisinage était très-habité, il y a tout lieu de croire qu’il exista une
ville de _Babel_ ou Babylon, antérieure à celle de Sémiramis; et à cet
égard l’assertion de Bérose et de Mégasthènes est confirmée par d’autres
témoignages positifs et par divers raisonnements d’induction.

Diodore de Sicile[92], en parlant des grands et nombreux ouvrages que
Sésostris, au retour de ses conquêtes, fit exécuter par les captifs des
peuples qu’il avait vaincus, s’autorise des livres et des monuments
égyptiens, pour nous apprendre «qu’un certain nombre de prisonniers
amenés de la Babylonie, ne purent supporter patiemment la dureté des
travaux, et qu’étant parvenus à s’échapper ils s’emparèrent d’un lieu
très-fort situé au bord du Nil; que de cet asile ils firent dans le
voisinage des excursions et des pillages pour subsister, jusqu’à ce
qu’une amnistie leur ayant été offerte ou accordée, ils donnèrent le nom
de _Babylon_ au local choisi par eux pour y habiter.»

Or si, comme les chronologistes en sont d’accord, sur la foi d’Hérodote,
le roi égyptien Sésostris revint de ses conquêtes vers l’an 1348 avant
J.-C., il s’ensuit qu’il existait des _Babyloniens_, et par conséquent
une _Babel_ dès cette époque, plus de 150 ans avant Sémiramis. Diodore
ajoute immédiatement cette observation remarquable:

«Je n’ignore pas que Ktésias de Knide donne une autre origine à
plusieurs des villes d’Égypte qui ont des noms étrangers, lorsqu’il dit
qu’un certain nombre de gens de guerre, venus en Égypte à la suite de
Sémiramis, y bâtirent des villes qu’ils appelèrent du nom de leur
patrie.»

Dans cette opinion de Ktésias nous trouvons deux invraisemblances
choquantes. 1° Comment Babylone, à peine bâtie par Sémiramis, à peine
ayant un premier noyau d’habitants en sa vaste enceinte, eût-elle pu
fournir une colonie? et comment ces colons, tous nés hors de Babylone,
auraient-ils appelé _patrie_ un lieu auquel ils étaient étrangers?

2° Comment les Égyptiens, après le passage supposé de Sémiramis, qui dut
être de courte durée, auraient-ils laissé parmi eux des étrangers
faibles, sans appui, et qui leur étaient odieux par principe de religion
et de politique? L’origine de ces villes étrangères, attribuée aux
captifs de Sésostris, est donc bien plus naturelle, et Ktésias, qui se
contredit ici, paraît suivre cette opinion systématique des Perses (dont
nous avons parlé), lesquels, à l’occasion de la révolte d’Égypte contre
le grand roi, cherchèrent dans l’antiquité un droit ou un prétexte de
possession légitime, fondé sur une prétendue conquête antérieure à
Sésostris, conquête au moyen de laquelle les Égyptiens n’auraient dû
être considérés que comme d’anciens sujets échappés au joug et dans un
état constant de rébellion.

Ici la contradiction de Ktésias se démontre par les circonstances dont
il accompagne la conquête que Ninus fit de la _Babylonie_. «Ce pays,
dit-il, avait beaucoup de villes bien peuplées; les naturels,
inexpérimentés à l’art de la guerre, furent facilement vaincus et soumis
au tribut; Ninus emmena le roi captif, etc.»

Sur ce texte nous raisonnons et nous disons: «Si _ce peuple avait des
villes_, c’est qu’il avait des arts, des sciences, des richesses; s’il
_était inexpérimenté à l’art de la guerre_, c’est qu’il était pacifique
et civilisé, et il était pacifique parce qu’il était agricole; c’était
encore la cause de sa population et de sa richesse. Puisqu’il avait un
roi, l’état était monarchique; par conséquent il y avait une cour, une
capitale et toute l’organisation analogue. Dans cette organisation il ne
pouvait manquer d’exister, comme chez tous les anciens peuples
asiatiques, une caste sacerdotale; et puisque les historiens postérieurs
nous représentent le peuple babylonien comme très-anciennement divisé en
4 castes, à la manière des Égyptiens et des Indiens, nous pouvons être
sûrs que dès lors existait la caste de ces prêtres chaldéens si renommés
pour leurs sciences et pour leur antique origine. Si cette caste
existait, elle devait dès lors avoir aussi son collège, son observatoire
astronomique, instruments nécessaires de son instruction et de ses
sciences. Dans un pays plat comme la Chaldée, cet observatoire devait
être élevé, comme la pyramide ou tour de Bélus, identique à celle de
_Babel_. Le royaume conquis par Ninus devait même déja porter le nom de
_Babylonie_, d’abord parce qu’il était le pays de _Bélus_; 2° parce que
ce nom se montre dès le temps de Sésostris; 3° parce que les limites de
la _Babylonie_, telles que les tracent les plus anciens géographes,
n’ont pu être assignées par Sémiramis ou par Ninus; en effet, la ligne
frontière de la Babylonie au nord, selon Strabon[93], d’accord avec
Ktésias, passait entre le territoire d’Arbèles et le pays de Ninive,
appelé proprement _Atourie_ ou _Assourie_; c’est-à-dire que la
juridiction de Babylone s’étendait jusqu’à 84 lieues de cette ville, et
s’approchait de Ninive presqu’à la distance de 16 de nos lieues communes
de France, ce qui est confirmé par le récit que fait Ktésias des combats
qui eurent lieu entre les troupes de Sardanapale et celles d’_Arbakes_
et de Bélésys[95]. Or, l’on ne saurait concevoir que Ninus ou Sémiramis
eussent tellement rapproché de leur capitale le territoire d’un peuple
vaincu; et il faut admettre que cette limite de la _Babylonie_ était
déjà ancienne; que le royaume des Chaldéens fut établi avant celui des
Assyriens, lesquels avant Ninus ne possédaient probablement que le pays
montueux situé entre l’Arménie et la Médie, pays qui compose aujourd’hui
le Kurdistan proprement dit; tandis que les Babyloniens possédaient tout
le plat pays situé entre la mer[2], le désert et les montagnes, ce qui
présente un débornement géographique si naturel, que l’histoire nous le
montre presque sans variation depuis ces anciens temps jusqu’à nos
jours. On peut dire que cette grande île de l’Euphrate et du Tigre,
jadis appelée _Babylonie_, et maintenant _Irâq-Arabi_, a été le domaine
constant de la race arabe. Divers passages de Strabon offrent à cet
égard des faits positifs et des idées lumineuses. «Les Arméniens,» dit
ce savant géographe, liv. I, pag. 41, «les Arabes et les Syriens ont
entre eux des rapports marqués pour la forme du corps, pour le genre de
vie et pour le _langage_..... et les Assyriens ressemblent entièrement
aux Arabes et aux Syriens (p. 42): or le nom des _Syriens_ (liv. XVII,
p. 737) paraît s’étendre depuis la _Babylonie_ jusqu’au golfe d’Issus,
et même autrefois jusqu’à l’Euxin; car les Cappadociens, tant ceux du
Pont que ceux du Taurus, portent encore le nom de _Syriens blancs_, sans
doute parce qu’il y a des _Syriens noirs_. Ceux-ci (les noirs) habitent
extérieurement au mont Taurus, dont le nom s’étend jusqu’à l’_Amanus_
(près le golfe d’Issus). Quand les historiens qui ont traité de l’empire
des _Syriens_ nous disent que les Perses renversèrent les Mèdes, et que
les Mèdes avaient renversé les Syriens, ils n’entendent pas d’autres
Syriens que ceux qui eurent pour capitales les cités de Babylone et de
Ninive, bâties l’une par Ninus dans la plaine d’Atourie, l’autre par
Sémiramis, épouse et successeur de Ninus.... Ces Syriens-là régnèrent
sur l’Asie..... Ninus et Sémiramis sont appelés Syriens[97] (dans
l’histoire).....et Ninive porte le titre de capitale de la _Syrie_.
C’est la même langue qui est parlée au dehors et _en dedans_ de
l’Euphrate.» Voilà ce que dit Strabon.

Par ces mots, _en dedans de l’Euphrate_, il désigne évidemment le pays
entre ce fleuve et le Tigre, et même tout ce qui est à l’est jusqu’aux
montagnes des Mèdes et des Perses; ce qui s’accorde très-bien avec les
monuments arabes de _Maséoudi_, lesquels, comme nous l’avons remarqué
ci-devant[98], attestent que le midi de la Perse et le pays de Haouaz, à
l’est du Tigre, furent habités par l’une des 4 plus anciennes tribus
arabes (celle des Tasm) à une époque très-reculée.

Un dernier trait à l’appui de cette antiquité mérite encore d’être cité.

Étienne de Bysance, au mot _Babylon_[99], après avoir dit que _Babylon
ne fut point fondée par Sémiramis, comme le prétend Hérodote_ (vide
supra), ajoute «que cette ville fut fondée par le très-sage et
très-savant Babylon[100], 2000 ans avant Sémiramis, comme le dit
Herennius-Severus.»

  Cet Herennius-Severus, selon la remarque de
  Saumaise[101], est le Phénicien _Philon_, cité par Josèphe
  comme ayant traduit en grec plusieurs livres
  historiques de sa nation; par conséquent
  Philon put et dut lire des livres arabes et chaldéèns
  d’une date très-ancienne. Les 2000 ans que
  nous cite ce savant, sont donc un résultat de ses
  calculs, dressé d’après les données des monuments
  authentiques. Nos chronologistes modernes ont
  négligé ou méprisé ce calcul, parce qu’il ne cadre
  pas avec les leurs; mais, dans le système que
  nous exposons, il a une analogie frappante avec
  deux périodes dont on avoue l’authenticité.... Selon
  nous, Sémiramis régna 1195 ans avant J.-C.:
  ajoutez 2000 ans, vous avez 3195 ans pour date
  de la fondation du _temple de Bélus_; et rappelez-vous
  que selon Mégasthènes et Bérose, ce fut
  après un _déluge_ ou inondation de la terre que Bélus
  bâtit sa ville, puis disparut. Maintenant confrontez
  à ce calcul celui des livres juifs; vous avez
  depuis l’ère chrétienne jusqu’à la fondation du
  temple de Solomon[102]............. 1012 ans.

  De la fondation du temple de Salomon
  jusqu’à la sortie d’Égypte[103].....        480

  De l’autre part                            1492 ans.

  Depuis la sortie d’Égypte jusqu’à la
  naissance d’Abraham[104]                    500

  Et depuis la naissance d’Abraham
  jusqu’au déluge[105]                       1194
                                           ------
  Total                                      3186 ans.

Nous n’avons donc que 9 ans de différence; encore faut-il remarquer que
_dans la période des rois juifs_, il y a entre les chronologistes des
variantes de 6, 8 et 10 ans qui remplissent ce déficit et rendent
complet le synchronisme[106]. Notre calcul particulier, toutes
corrections faites, porte l’intervalle depuis la fondation du temple de
Salomon jusqu’à notre ère, à la somme de 1015, ce qui donne 3189 ans, 5
ans seulement de différence. Une si parfaite analogie n’est pas due au
hasard.

D’autre part, l’analyse de l’astronomie indienne, faite par Bailly, par
le Gentil, et par les savants de Calcutta, nous apprend que la période
du _Kali yog_ remonte à l’an 3102 avant notre ère, c’est-à-dire qu’à
cette date commença l’_âge actuel_, à la suite d’_un déluge_ qui avait
_inondé la terre et détruit la race humaine, à l’exception de
Satavriata_ et de sa famille, que le dieu _Vishnou_, métamorphosé en
poisson, prévint et sauva du danger. Il est vrai qu’ici nous avons une
différence de 90 ans; mais comme tous ces déluges si célèbres dans
l’histoire (quoique arrivés, dit-on, avant qu’il existât des écrivains),
ne sont autre chose que des faits astronomiques voilés par l’allégorie,
les calculs des astronomes ont eu des variantes selon le point (ou
degré) _du signe céleste_ (argo ou verseau) d’où ils sont partis, et il
a suffi d’un degré de signe pour introduire une différence de 71 ans, à
raison du phénomène appelé _la précession des équinoxes_.

Ici l’analogie ou plutôt l’identité des trois époques prouve que le
récit vient d’une source commune, qui doit être placée chez les
Chaldéens, parce que les Juifs ne sont que leur écho, ainsi que nous
l’avons démontré dans la première partie de ces Recherches (chap. XI et
suivants), et parce que les Indiens paraissent avoir emprunté leur
astronomie de l’école chaldéenne, ainsi que l’indiquent sensiblement le
Gentil dans son Mémoire sur la ressemblance de l’astronomie indienne
avec celle des Chaldéens[107], et Bailly lui-même en divers passages de
ses Recherches sur l’astronomie ancienne (p. 182) et indienne (p. 277,
et Disc. prél., p. lxxij). Nous verrons bientôt divers faits tendants à
prouver que cette école chaldéenne fut antérieure à Sémiramis et à
Ninus.



CHAPITRE VII.

Dimensions des principaux ouvrages de Babylone.


Ce sujet est un problème que l’on n’a pas encore résolu d’une manière
satisfaisante: deux difficultés le compliquent; l’une, la discordance
des auteurs sur les dimensions de ces ouvrages; l’autre, la valeur des
anciennes mesures citées par eux et comparées à nos mesures modernes.

Nous avons vu que selon Ktésias le grand mur d’enceinte formait un
_carré_ parfait, dont chaque côté avait 90 stades de longueur; total,
360: selon Klitarque, ce devait être 365, _par allusion aux jours de
l’année_. Selon Hérodote, ce carré _réellement équilatéral_, avait 480
stades de pourtour. Strabon et Quinte-Curce ont encore des variantes;
l’un dit 385, l’autre 368: quant à la hauteur du mur, Ktésias lui donne
50 _orgyes_ sur une largeur de six _chars_ serrés, tandis que Klitarque
la réduit à 50 coudées sur une largeur de 2 chars de front. Hérodote,
au contraire, porte la hauteur à 200 _coudées royales_ de Babylone.

Pourquoi ces discordances sur des faits matériels et palpables, et que
faut-il entendre par ces _stades_, ces _coudées_, ces _orgyes_?
Supposer, avec quelques commentateurs, que Ktésias ou Hérodote se sont
trompés, que l’un ou l’autre est en erreur, n’est pas une solution
admissible, parce que tous deux ont été sur les lieux, ont vu, ont
consulté les savants, et qu’une erreur juste _d’un quart_ est
impossible. On ne saurait dire non plus que les manuscrits soient
altérés en ce point: leur différence a été notée depuis très-long-temps.
Ne serait-ce pas plutôt que les _stades_ employés par eux ont une valeur
diverse, comme il arrive parmi nous à nos _lieues_, qui, selon les
provinces et les pays d’Europe, valent tantôt 2000 toises, tantôt 2500,
tantôt 2800, même 3000 et quelquefois plus? Le savant et judicieux
Fréret paraît avoir le premier saisi cette idée simple et lumineuse.
Dans un mémoire[108] projeté dès 1723, il tenta de prouver que la
discordance de Ktésias et d’Hérodote n’était qu’apparente, et qu’elle
provenait de ce qu’Hérodote avait employé _le petit stade mentionné_ par
Aristote[109] comme ayant servi aux mathématiciens à mesurer la
circonférence de la terre, qu’ils avaient déterminée à 400,000 parties
ou stades, dont il fallait 1111 toises ½ au degré; tandis que Ktésias
avait employé le stade dont Archimède[110] se servit pour mesurer la
même circonférence, et qui, donnant 833 ⅓ stades au degré, ne porte le
cercle qu’à 300,000 stades. Ce rapport de 300 à 400, le même que celui
de 360 à 480, est frappant; mais les preuves n’étaient pas assez
détaillées, ni les esprits assez mûrs; Fréret ne persuada point.
Danville, contre sa coutume, fut moins habile lorsqu’il voulut[111]
déduire le stade d’Hérodote d’une mesure vague du monticule de _Babel_,
prise par le voyageur _Pietro della Valle_.... Le major Rennel, qui
récuse avec raison un prétendu stade de 41 toises imaginé par Danville,
n’a cependant pas été plus heureux, et quoiqu’il ait consacré une
section[112] entière à la ville de Babylone, on sent après l’avoir lue
qu’il a plutôt fait des calculs de probabilités qu’une analyse
méthodique des deux difficultés dont nous traitons. Pour les résoudre
ces difficultés, il fallait surtout approfondir la question des _mesures
anciennes_; déterminer si les _stades_ des divers auteurs ont les mêmes
valeurs; quelles sont ces valeurs dans nos mesures modernes: un tel
travail exigeait un système entier de recherches, de comparaisons, de
combinaisons assez compliquées. Paucton, compatriote du major
Rennel[113], en avait fait une première tentative. Mais, ainsi qu’il
arrive dans toutes les recherches scientifiques, plusieurs inexactitudes
se mêlèrent à d’heureuses découvertes. Romé de Lisle[114] profita des
unes et des autres pour obtenir des résultats plus étendus, plus exacts.
Enfin M. Gosselin, par des combinaisons ingénieuses et nouvelles, a
porté à un plus haut degré de précision tout ce qui concerne les mesures
géographiques des anciens. Aujourd’hui que, grâces à ces savants, la
question des mesures anciennes est plus claire, il nous devient plus
facile de résoudre notre problème.

Et d’abord quant à la discordance des auteurs, si nous parvenons à
concilier Hérodote et Ktésias, les autres seront peu embarrassants,
parce qu’ils ne sont tous que des copistes, tandis que les deux premiers
sont des témoins oculaires, des autorités du premier degré. Mais de qui
ont-ils tiré leurs informations? Nous avons vu, au sujet de Sémiramis,
que leurs sources sont différentes; qu’Hérodote a suivi les opinions des
prêtres babyloniens, tandis que Ktésias a été dirigé par les savants
perses et les mages mèdes, interprètes des Assyriens: or il est notoire
que pour le système civil et religieux, comme pour le langage, les
prêtres babyloniens différaient totalement des Perses et des Mèdes; et
parce que l’astronomie, chez tous les anciens, tenait étroitement à la
religion, l’on a droit de supposer que cette science et ses éléments
différèrent aussi également; que par conséquent les mesures
géométriques, qui en font partie, ne furent pas précisément les mêmes.
D’après ces données, admettons que les stades employés par Hérodote et
Ktésias eurent des valeurs différentes, et voyons, dans les tables
dressées par M. Gosselin, si deux stades ne se trouveraient pas dans le
rapport exact de 3 à 4, comme 360 est à 480. Deux se présentent, l’un
ayant la valeur de 51 _toises_ 1 pied 10 _pouces_ 1 _ligne_ 421°;
l’autre la valeur de 68 _toises_ 2 _pieds_ 5 _pouces_ 5 _lignes_ 894°;
ce qui est juste la proportion demandée. Si nous élevons ce dernier au
multiple de Ktésias 360, nous avons 24,627 toises 2 pieds 8 pouces 9
lignes 984°, et si nous élevons le premier au multiple d’Hérodote 480,
nous obtenons rigoureusement la même somme dans tous ses détails; une
identité si parfaite ne saurait être l’effet du hasard: elle nous donne
la solution incontestable du problème, et nous avons le droit d’en
tirer plusieurs conséquences. Nous pouvons dire, 1° que cette différente
valeur des stades employés par Hérodote et Ktésias confirme la justesse
de notre aperçu, savoir, que ces deux auteurs ont suivi deux systèmes
scientifiques d’origine différente; 2° que dans cette occasion et dans
tout ce qui concerne Babylone, Hérodote a employé le petit stade, dit
d’_Aristote_, de 1111 1/9 au degré, tandis que Ktésias a employé le
stade dit d’_Archimède_, de 833 ⅓ au degré, comme l’avait deviné le
judicieux Fréret; 3° que le petit stade, dit d’_Aristote_, est
véritablement le stade chaldéen; que les mathématiciens indiqués par ce
philosophe ne sont autres que les Babyloniens, dont Kallisthènes lui
envoya les observations, selon ce que dit Simplicius dont le récit
trouve ici une preuve nouvelle; tandis que d’autre part le stade dit
d’_Archimède_ paraît avoir été le stade assyrien, transmis et sans doute
adopté par les Mèdes et par les Perses, leurs successeurs. Nous
reviendrons à ces deux aperçus qui sont importants.

La concordance d’Hérodote et de Ktésias ainsi établie, toutes les
variantes des autres auteurs se trouvent jugées. Si Strabon donne aux
murs de Babylone le nombre disparate de 385 stades, c’est que Strabon
qui _cite très-souvent les historiens d’Alexandre_, emprunte d’eux le
nombre 365, qui, comme l’a dit Diodore, est celui de _Klitarque et des
auteurs contemporains d’Alexandre_, fondés sur ce motif, _que Sémiramis
voulut imiter les jours de l’année_. Ce motif astrologique, vraiment
caractéristique des anciens, nous paraît authentique[115] et concluant;
mais par cela même, il tourne contre Klitarque, 1° en ce que le nombre
365 ne peut se diviser en quatre parties égales, ni former un _carré
parfait_; il y aurait eu un reste ou fraction, qui pour les _géomètres
astrologues_, eût été du plus fâcheux présage; 2° parce qu’entre ces 365
stades et les 480 d’Hérodote, il n’existerait plus d’harmonie; 3° parce
que les 360 stades de Ktésias, en réunissant _les vertus du cercle_ au
mérite du _carré équilatéral_, s’accordent singulièrement bien avec
l’année de 360 jours que nous savons avoir été jadis en usage chez les
Égyptiens, et qui, à cette époque, nous est indiquée chez les Assyriens
par la circonstance _que Sémiramis demanda à son époux les cinq jours
excédant l’année, pour être reine_. Nous savons aussi que cet usage ne
fut point celui des Perses ni des Mages qui préférèrent l’année de 365
jours. Lorsque Darius marcha contre Alexandre, nous dit Quinte-Curce
(liv. III, chap. III), «les mages firent une procession dans laquelle
ils furent suivis de 365 jeunes gens, image des jours de l’année, et
ces jeunes gens furent vêtus de manteaux de pourpre.»

Les historiens contemporains d’Alexandre qui ont eu cet usage sous les
yeux, et qui ont ouï dire dans Babylone, que le nombre _des stades du
rempart égalait celui des jours de l’année_, ont confondu l’année
moderne avec l’année ancienne. Strabon a donc tiré d’eux le nombre 365.
Mais quelque ancien copiste de ses manuscrits a altéré le second
chiffre, et a écrit _octa_ pour _exa_. Quinte-Curce ou ses copistes ont
encore altéré cette erreur, et en retournant le chiffre, ils ont écrit
au lieu de 386, 368: de la part du tardif Quinte-Curce, cette méprise
est sans conséquence. Nous ne parlons point de Pline qui confond
habituellement tous les stades en les prenant sans distinction pour la
8e partie d’un mille romain. On doit regretter les nombres et les
calculs de Bérose.

L’enceinte de Babylone nous étant connue de 24,627 toises ou 48,000
mètres, chaque côté du carré a eu environ 6,156 toises ou 12,000
mètres[116], c’est-à-dire un peu plus de 3 de nos lieues de poste. Par
conséquent la surface plate de cette capitale occupa plus de 9 de nos
lieues de poste carrées; cette surface est sans doute prodigieuse, mais
non pas incroyable. On se tromperait gravement si l’on comparait une
ville asiatique, et surtout une ville arabe, à nos villes d’Europe, où
les maisons bâties en pierres sont serrées l’une contre l’autre, et
s’élèvent de plusieurs, étages: en Asie, en général, des jardins, des
cours, des champs labourables sont compris dans l’enceinte des villes. A
surface égale, elles ne contiennent pas la moitié, ni même le tiers
d’habitants que contiennent les nôtres. En un pays tel que l’_Iraq_, où
il n’y a de bois de charpente, que des palmiers et des bois blancs[117],
les maisons du peuple ne sont et n’ont jamais été que des huttes. Ainsi
l’on ne doit considérer Babylone que comme un vaste camp retranché, dont
quelques quartiers voisins du fleuve et du château des rois ont été plus
peuplés, plus ornés, tandis que la majeure partie du terrain n’a eu
d’autre objet que de mettre à couvert de grandes quantités d’hommes et
de troupeaux dans des temps de guerres et d’invasions alors fréquentes
et subites[118]: on a droit de supposer que ce fut là l’intention
raisonnable des fondateurs de Ninive et de Babylone, dont les grandes
vues politiques sont attestées par leurs autres actions. Dans ces vastes
cités, plusieurs parties marécageuses ou voisines de marais étaient trop
insalubres pour être habitées; mais on les cultivait, et leur fécondité
devenait utile au noyau de la ville. Ainsi, toute compensation faite, et
par comparaison à Nankin, à Pékin, à Dehli, à Moscou, l’on peut croire
que Babylone dans sa splendeur n’a pas eu plus de 6 à 700,000
habitants[119]. En eût-elle eu un million, la subsistance de cette
multitude ne serait pas un problème embarrassant, comme l’a voulu penser
le major Rennel, sur des bases vagues et incorrectes[120]. Entre une
ville comme Londres et une ville asiatique quelconque, aucune
comparaison n’est admissible. S’il faut un espace de 6,600 milles carrés
pour faire vivre 700,000 Anglais, il n’en faut pas le quart pour
alimenter un million d’Arabes; et si l’on remarque, d’après Hérodote,
que la Babylonie était si fertile en riz, en grains, en légumes, qu’elle
seule fournissait le tiers des contributions de l’empire perse, sous
Darius et Xercès, on ne verra aucune difficulté à peupler la capitale de
plus d’un million d’habitants.

La hauteur du grand mur est moins facile à déterminer que son étendue;
Ktésias la porte à 50 orgyes, qui valent 265 pieds 7 pouces[121]:
Hérodote au contraire lui donne 200 _coudées royales de Babylone_[122],
qui valent 288 pieds 10 pouces: une telle hauteur surpasse toute
croyance, et, de plus, les deux historiens sont en discord de 32 pieds
3 pouces. D’ailleurs il n’ont pu voir les murs dans leur entier,
puisque, selon Hérodote, le roi _Darius les avait démolis par leur
faîte_[123]. Strabon, qui copie les historiens d’Alexandre, réduit cette
hauteur à 30 coudées, c’est-à-dire à 86 pieds 4 pouces 8 lignes, ce qui
est considérable, mais du moins admissible. Il ne donne aussi à leur
largeur que le passage de deux chars, égal à 32 _pieds anciens_[124], ce
qui est beaucoup plus raisonnable que les six chars de Ktésias. Ces murs
ayant été construits avec les terres excavées à leur pied, et cuites sur
place, il en résulta nécessairement un fossé très-profond, et il est
probable qu’Hérodote et Ktésias ont entendu la _hauteur_ prise depuis le
fond du fossé jusqu’au faîte du rempart, tandis que les historiens
d’Alexandre l’ont comptée à partir du _plain-pied_ de la place; et parce
que le fossé fut rempli d’eau, et que les murs, comme nous l’avons dit,
étaient démolis par leur faîte, aucun de ces auteurs n’a pu les mesurer,
et n’en parlant que sur ouï-dire, l’on a pu leur en imposer.

Il est plus facile d’apprécier les mesures des deux châteaux construits
par Sémiramis aux deux issues du pont qu’elle jeta sur l’Euphrate. «Le
château du couchant», dit Ktésias (voyez ci-devant, p. 116), «fut ceint
d’une triple muraille dont la première en dehors eut 60 stades de
pourtour.» Ces 60 stades de Ktésias nous sont connus égaux à 4104 toises
3 pieds 5 pouces 5 lignes, ou 8000 mètres. Il en résulte pour chaque
côté 2546 mètres, 170, c’est-à-dire une surface de plus d’une demi-lieue
en tous sens. Cet espace semble mériter à cette citadelle le nom de
_ville à triple enceinte_, dont nous avons vu Bérose faire mention dans
un passage obscur que nous croyons avoir expliqué: les autres détails de
ces châteaux n’offrent pas de difficulté grave; car il est évident que
Ktésias ou Diodore, en disant que _la troisième enceinte intérieure_
(par conséquent la plus petite) _surpassa la seconde en largeur et en
longueur_, ont voulu dire en _largeur_ et en _hauteur_; autrement ce
serait une absurdité.

Les dimensions du pont telles que les donne Ktésias ne sont pas
admissibles. Cet auteur dit qu’il fut jeté à l’endroit le plus étroit du
fleuve, et que cependant il eut 5 stades de _longueur_. Ce serait, dans
son calcul, 342 toises 2 pieds 2 pouces (environ 2165 pieds). Mais
Strabon (liv. XVI, pag. 738), fondé sur les historiens d’Alexandre, ne
donne qu’un stade de largeur à l’Euphrate: nos voyageurs modernes n’ont
pas mesuré ce fleuve avec précision; mais deux d’entre eux nous
fournissent un terme approximatif de comparaison. Pietro della Valle
rapporte[125] qu’au bourg de Hellah (qui fit partie de l’ancienne
Babylone), il vit au mois de novembre «un pont de barques sur
l’Euphrate, comme il en avait vu un à Bagdad. (En cette saison les eaux
sont assez basses.) Ce pont n’avait que 24 barques d’étendue, mais dans
les grosses eaux il en faut bien davantage.»

D’autre part, Beauchamp estime à 10 pieds la largeur de chaque barque
composant le pont de _Baghdad_ (qui doit être analogue); mais il faut
ajouter les intervalles, et de plus une certaine étendue pour le temps
des grosses eaux: supposons 30 barques faisant 300 pieds, et laissons
les intervalles pour mémoire. Si le stade de Strabon est celui
d’Hérodote, il vaudra 307 pieds 10 pouces; s’il est le stade de Ktésias,
il vaudra 410 pieds 5 pouces. On ne saurait admettre 110 pieds pour les
intervalles, et il semblerait plus naturel de préférer le stade
d’Hérodote, qui cadre avec le récit des voyageurs: néanmoins leur mesure
est trop vague pour décider nettement la question. Si d’autre part on
supposait que Ktésias se fût mépris sur le nom de _la mesure_ qu’il
emploie, et qu’au lieu de _stade_ l’on dût lire _plèthre_[126], les 5
plèthres vaudraient 71 toises 1 pouce 6 lignes, c’est-à-dire 427 pieds
6 pouces, qui ne diffèrent de 410 pieds que de 17 pieds 6 pouces. Rien
n’est bien clair sur cet article, si ce n’est que le pont n’a guère dû
excéder 400 et quelques pieds, et que Ktésias est en erreur quant aux 5
stades.

Un dernier article, plus clair et plus important dans ses résultats, est
le _temple ou la tour de Bélus_; écoutons Hérodote, qui se déclare
témoin oculaire, et qui n’a pas dû se tromper sur un objet soumis à
l’œil et de peu d’étendue[127].

«Le centre de la ville (à l’orient du fleuve) est remarquable par le
temple de _Jupiter-Bélus_, qui subsiste encore actuellement: c’est un
carré régulier fermé par des portes d’airain, lequel a deux stades
d’étendue en tous sens. Au milieu de cette enceinte on voit une tour
massive qui a un stade en longueur comme en largeur.»

Ainsi le temple de Bélus à Babylone était un lieu fort, une sorte de
citadelle[128] semblable au temple du soleil à _Bal-bek_, et à la
plupart des temples anciens[129], qui, pour le respect du dieu et
surtout pour la sûreté des prêtres et des trésors que la piété y
entassait, étaient munis d’un haut et fort mur extérieur..... La mesure
dont se sert ici Hérodote est évidemment le stade chaldéen de 1111 1/9
au degré, chaque stade égal à 100 mètres (51 _toises_ 1 _pied_ 10
_pouces_ 1 _ligne_). Par conséquent le carré de 2 stades formé par le
mur avait sur chaque face 200 mètres français, ou 102 toises 3 pieds 8
pouces 2 lignes, ou 615 pieds 8 pouces, presque égal à la face du
bâtiment des Invalides, vers la Seine.

Au milieu de ce carré de murs fermé par des portes d’airain, était la
_tour_ de Bélus, carrée aussi dans sa base, sur un stade de chaque côté,
par conséquent 100 mètres, ou 317 pieds 10 pouces 1 ligne de base. «Sur
cette tour,» continue Hérodote, «s’en élève une seconde; sur la seconde
une troisième, et ainsi de suite jusqu’au nombre total de 8. On a ménagé
en dehors de ces tours des escaliers ou degrés qui vont en tournant, et
par où l’on monte à chaque tour. Au milieu de cet escalier (à la
quatrième tour), on trouve une loge et des sièges où se reposent ceux
qui montent. Dans la dernière (et plus haute tour) est une grande
chapelle; dans cette chapelle est un grand lit bien garni, et près de ce
lit une table d’or.»

Notre auteur omet de remarquer qu’à chaque étage la tour diminuait; en
sorte que le profil général dut être celui d’une pyramide. Il omet aussi
de donner la hauteur; mais Strabon la restitue, lorsqu’il dit (page
738) «que le tombeau de Bélus était une _pyramide_ haute d’un stade, sur
un stade de long et de large par sa base.»

Cette masse avait donc aussi 307 pieds 10 pouces d’élévation et formait
un triangle équilatéral[130].

Quel fut l’objet de cet édifice? C’était là le secret des prêtres.
Quelques circonstances peuvent nous le révéler. 1° Ces escaliers
commodes qui menaient au sommet annoncent un besoin assez fréquent d’y
monter: ce ne peut être pour des sacrifices; leur appareil sanglant de
bûchers et de victimes eût été trop embarrassant, et la chapelle était
trop petite; 2° dans cette chapelle était un lit et une table, _on
couchait là_, et, puisqu’on y passait la nuit, on y avait des lumières,
on y travaillait sur la table; le _dieu Bel_, disaient les prêtres, _y
descendait une fois l’année; et il y trouvait une femme_: cela s’entend;
mais pendant les 364 autres nuits de l’année, ce lit, selon nous,
servait au repos d’un ou de plusieurs prêtres astronomes occupés à
l’observation des astres: _cet édifice était un observatoire_; sa
hauteur en est un nouvel indice; car, dans un pays plat comme la
Chaldée, une élévation de 307 pieds au-dessus du sol n’a d’autre utilité
que de placer l’œil au-dessus des brouillards terrestres, de lui faire
voir plus nettement l’horizon complet, et de diminuer l’effet des
réfractions: aussi Ktésias, après avoir dit que cette tour ou pyramide
fut excessivement élevée (_voyez_ ci-devant, pag. 119), ajoute: «C’est
par son moyen que les Chaldéens, livrés à l’observation des astres, en
ont connu exactement les levers et les couchers».

Voilà le mystère très-important à garder, puisqu’il était la base et le
mobile théocratique de la puissance religieuse et politique des prêtres,
qui, par les prédictions des éclipses du soleil et de la lune,
frappaient d’étonnement et d’admiration les peuples et même les rois
alors très-ignorants des causes, et très-effrayés de l’apparition de ces
phénomènes: par ces prédictions les prêtres se firent considérer comme
initiés aux secrets, comme associés à la science des dieux, et ils
reçurent ou prirent le nom vénéré de _Nabi_ et _Nabo_ (le prophète), et
de _Chaldœi_, ou plutôt _Kadshim, devins_ et _devinateurs_. Si l’on eût
pu fouiller cette chapelle de Bel, on y eût trouvé quelque armoire ou
caveau masqué où étaient renfermés les instruments d’observation, dont
les anciens astronomes ont toujours été très-jaloux. Les observations
journalières ont pu se faire _dans la loge du milieu_ où étaient des
sièges de repos, à une élevation de 150 pieds, plus exploitable que
307. Voilà le foyer de cette _science chaldéenne_ vantée par les plus
anciens Grecs, comme étant de leur temps une chose _très-antique_, ce
qui ne pourrait se dire si le système d’ailleurs très-compliqué de cette
science, tant astronomique qu’astrologique, ne se fût formé que depuis
Sémiramis. Il est possible, il est même probable que l’édifice vu par
Hérodote et Ktésias ne fut qu’embelli et réparé par cette princesse avec
une plus grande magnificence. Tout s’accorde à témoigner qu’avant elle,
et très-anciennement auparavant, existait en ce même lieu le monument
appelé tantôt _palais_ et _citadelle_, tantôt _temple, tombeau_ et
_tour_ du dieu _Bel_. Les assertions de Mégasthènes et de Bérose,
d’Alexandre Polyhistor, d’Abydène, etc., sont positives à cet égard, et
elles ont d’autant plus de poids qu’elles ne sont que l’expression et la
traduction des traditions du pays et des monuments publics cités par ces
écrivains comme des garants notoires de leur véracité. Joignez-y ce que
le livre des Antiquités juives dit de la _tour de Babel_, qui, pour le
_nom_ comme pour la chose, est absolument identique à ce qu’Hérodote et
Bérose disent de la _tour de Bel_: nous avons vu plus haut que l’époque
de construction est aussi la même. Or, puisque nous avons des motifs
raisonnables de penser que la _tour de Bel_ où _de Babel_ exista
long-temps avant le règne de Sémiramis, probablement 2,000 ans, et
qu’elle _exista comme observatoire astronomique_, nous avons aussi le
droit d’inférer que c’est plutôt dans cette période qu’il faut placer
les études et les progrès des Chaldéens en astronomie. _Une_
circonstance, elle seule, nous révèle qu’à l’époque de Sémiramis ils
connaissaient non-seulement _la figure ronde_, mais encore la
circonférence de la terre. _La base_ et _la hauteur_ de la tour de Bélus
étaient rigoureusement la mesure du stade chaldaïque; cette mesure
géométrique ne fut point prise au hasard. En supposant que ce fut
Sémiramis qui l’ordonna, en réparant la tour, il s’ensuit que déjà le
stade était usité; or, le stade chaldaïque de 1,111 1/9 au degré est une
portion élémentaire du cercle de 400,000 stades, considéré comme
circonférence du globe terrestre. Cette circonférence avait donc été
antérieurement calculée et déduite des opérations géodésiques et
astronomiques, ainsi que des raisonnements mathématiques, sans lesquels
elle ne pouvait être connue: ce n’est pas tout; ce même stade, appliqué
au degré terrestre, se trouve lui donner une étendue de 57,002 toises 1
pied 9 pouces 6 lignes, ce qui diffère un peu moins de 73 toises de la
mesure obtenue par les académiciens dans le siècle dernier. Cette mesure
est, comme l’on sait, de 57,075 toises pour la latitude de Paris (49°
23´);==de 56,750 toises sous l’équateur, et de 57,438 à Torne, par la
latitude de 65° 50´. D’où l’on doit conclure que comme les degrés
croissent en allant de l’équateur au pôle, c’est dans une latitude
moyenne que fut mesuré celui qui nous présente 57,002 toises et
fraction[131].

Un dernier fait nous reste à connaître: la tour de Bélus, dans sa
fondation première, vers l’an 3190 ou 3195 avant notre ère, comme
l’indiquent les Juifs et les Chaldéens, eut-elle les mêmes dimensions
d’un stade de hauteur sur un stade de base? Si cela était, il serait
démontré que dès cette date les sciences astronomiques des Chaldéens
étaient au point que nous indiquons, et cela est plus que probable. Dans
tous les cas, cette période de 3190 ans avant J.-C. fournit aux
chronologistes raisonnables l’espace nécessaire à placer, d’une part,
les observations babyloniennes envoyées par Kallisthènes à Aristote et
remontant à l’an 2234 avant J.-C.; d’autre part, la fondation du temple
d’Hercule à Tyr, que ses prêtres attestèrent à Hérodote remonter à une
année qui correspond à l’an 2725 avant J.-C. Quant aux érudits qui nient
tous les faits placés hors de leur système biblique, tout raisonnement
avec eux est inutile, puisqu’il est d’avance proscrit[133].



CHAPITRE VIII.

Histoire probable de Sémiramis.


Après avoir ramené à un état admissible et croyable les ouvrages de
Sémiramis, qui cependant conservent leur caractère gigantesque, ne
quittons pas ce sujet digne d’intérêt, sans essayer de nous faire des
idées raisonnables de cette femme extraordinaire, qui dans l’histoire
tient le premier rang de son sexe. Diodore de Sicile nous présente deux
récits de sa fortune, et de la manière dont elle parvint au pouvoir
suprême, qu’elle géra d’une main si hardie. Selon l’un de ces récits,
qui est celui de Ktésias: «Sémiramis naquit en Syrie, à Ascalon, des
amours clandestins de la déesse Derketo et d’un jeune sacrificateur de
son temple: l’enfant exposée dans un lieu désert, parmi des rochers, fut
par miracle nourrie et sauvée par les soins d’un essaim de pigeons
sauvages qui avaient leur fuye[134] en ce lieu. Au bout d’un an, des
bergers découvrirent cette orpheline, et la trouvant très-jolie, ils la
menèrent et la donnèrent à l’intendant des haras royaux (appelé
_Simma_), lequel, privé d’enfants, l’adopta et la nomma _Sémiramis_,
c’est-à-dire _colombe_, en langue syrienne; de là serait venu le culte
des pigeons dans le pays.» _Voilà_, dit Diodore (ou Ktésias), _la fable
que l’on débite sur Sémiramis_. Et, en effet, c’est bien là une fable;
mais en écartant le conte des pigeons et de la déesse, il resterait pour
fait raisonnable que réellement Sémiramis serait née à Ascalon, du
commerce clandestin de quelque prêtresse, et qu’élevée en secret, elle
aurait été adoptée par le personnage indiqué. Tout cela est dans les
mœurs du pays et du temps.

«Parvenue à l’âge nubile, continue Ktésias, l’éclat de sa beauté et de
ses talents subjugua l’un des principaux officiers du roi. Cet officier
s’appelait _Memnon_; étant venu inspecter les haras, il emmena Sémiramis
à Ninive et il en eut deux enfants..... La guerre de Bactriane survint,
Sémiramis y suivit son époux..... Ninus vainquit les Bactriens en rase
campagne, mais il assiégeait inutilement leur capitale, où ils
s’étaient renfermés, lorsque _Sémiramis_, travestie en guerrier, trouva
le moyen d’escalader les rochers de la forteresse, et, par un _signal
élevé_ sur le mur, avertit de son succès les troupes de Ninus, qui alors
emportèrent la ville.... Ninus, charmé du courage et de la beauté de
Sémiramis, pria Memnon de la lui céder; celui-ci refusa. Ninus n’en tint
compte, Memnon se tua de dépit, et Sémiramis devint reine des
Assyriens.» Tel est, dit Diodore, le récit de Ktésias (p. 134, liv II).

Mais Athénée et d’autres écrivains assurent «que Sémiramis fut
originairement une courtisane dont les grâces et la beauté fixèrent
l’attention de Ninus. D’abord le crédit de cette femme n’eut rien de
remarquable; mais ensuite il s’accrut au point d’amener Ninus à
l’épouser, et finalement elle lui persuada, dans une fête, de lui céder
5 _jours_ pour régner.»

Cette seconde version, plus naturelle, plus historique que la première,
est encore appuyée par une anecdote que nous a conservée Pline. «Vers la
107e olympiade, dit cet auteur (de 352 à 349 avant J.-C.), parmi
plusieurs peintres habiles fleurit _Échion_, qui se rendit célèbre par
divers beaux tableaux: l’on admire entre autres sa _Sémiramis_, qui, de
_servante, devient reine_[135].»

Voilà, en faveur du récit d’Athénée, un témoignage remarquable. On sait
que les anciens peintres étaient savants et scrupuleux en histoire. Si
Echion, qui fleurit moins de 30 ans après Ktésias, a dédaigné son récit
et préféré celui-ci, il s’ensuit que dès cette époque existait la
version suivie par Athénée, et qu’elle passait pour plus vraie. En effet
elle porte un caractère réellement historique, conforme aux mœurs de
l’Asie ancienne et moderne. Qu’une fille d’une naissance obscure, qu’un
enfant trouvé soit élevé par des étrangers; que donnée ou vendue elle
arrive au séraï du sultan; qu’elle soit introduite dans le harem à titre
d’_odalisque_[136], c’est-à-dire _de servante de chambre_; qu’enfin elle
parvienne au grade de sultane-reine, c’est un roman historique encore
réalisé chaque siècle en Asie. D’ailleurs cette version d’Athénée, qui
se lie très-bien au début rectifié de Ktésias, a encore le mérite de
résoudre les embarras chronologiques qui naissent de son récit, où les
événements sont trop serrés, et, de plus, elle se trouve appuyée d’un
fait qu’attestent deux autres écrivains; car, Moïse de Chorène et
Képhalion s’accordent à dire que Sémiramis fit mourir _tous ses
enfants_, excepté le jeune Ninyas. Dans le récit de Ktésias, elle en eut
_deux_ de Memnon, son premier mari; mais ils n’étaient pas enfants _de
roi_, ni capables de lui faire ombrage; au lieu que, suivant le récit
d’Athénée, elle eût pu, dans son état d’_odalisque_, avoir de Ninus
plusieurs enfants âgés déjà, et aptes à régner, par conséquent faits
pour l’inquiéter. Alors nous pouvons supposer sans effort que Sémiramis
était entrée au séraï vers l’âge de 20 ans, qu’elle y vécut en qualité
d’odalisque et eut des enfants de Ninus pendant un espace qui put durer
20 autres années. Ce temps fut employé par elle à fonder ce crédit et
cet ascendant qui enfin subjuguèrent Ninus. La guerre de Bactriane étant
survenue, elle y suivit le roi, et ce fut a|ors que l’acte de bravoure
mentionné par Ktésias la fit devenir reine. Son nom même semble faire
allusion à ce trait; car il n’est pas vrai que Sémiramis signifie pigeon
ou colombe[137], en syriaque; au lieu que ce mot, décomposé (_shem
rami_), signifie _le signe élevé_ sur les murs de Bactre, lequel devint
le signal de la victoire de Ninus et de la fortune de la favorite. A
dater de cette année, qui fut l’an 1201, tous les événements seraient
tels que les a établis l’auteur de la chronologie d’Hérodote, page 278.
Mais nous corrigerions les dates précédentes, en disant que Sémiramis
serait entrée au séraï vers 1221, et qu’elle serait née vers 1241. Alors
elle eût vécu 61 à 62 ans, précisément comme le dit Ktésias; si son
orgueil voulut que l’on comptât dans son règne tout le temps de sa
cohabitation avec Ninus, elle aurait régné 42 ans, comme le dit encore
cet auteur; et tout prend de l’accord dans le récit et dans les
vraisemblances: par ces gradations naturelles, par cet apprentissage
nécessaire, Sémiramis, arrivée au pouvoir suprême, donne l’essor à son
caractère _avide de tout ce qui est grand_[138]: _jalouse de surpasser
la gloire de ceux qui l’avaient précédée, elle conçoit_, après la mort
de Ninus, le dessein de bâtir une ville dans la Babylonie. Ninus venait
d’en construire une immense à 100 lieues de là, et voilà sa veuve qui
veut en élever une autre, non pas plus grande (Strabon dit que Babylone
fut plus petite), mais une mieux entendue. Ninive avait donc des défauts
de position déjà sentis..... Le local de Babylone offrait donc des
avantages supérieurs: le talent de Sémiramis fut de les apercevoir, et
le succès est devenu une preuve de son génie. Effectivement, en
examinant les circonstances géographiques et politiques de cette
opération, il nous semble découvrir plusieurs des motifs qui ont dû la
susciter. _Ninive_ assise au bord oriental du Tigre, dans une plaine
fertile en tout genre de grains, voisine de coteaux riches en arbres
fruitiers, sous un ciel brillant et pur, Ninive jouissait d’une
situation très-heureuse à plusieurs égards; mais elle était privée de
l’un des éléments nécessaires à la prospérité des capitales. Elle
manquait de navigation..... Le Tigre, quoique fleuve large et profond,
est si rapide en son cours, si encaissé dans son lit, que les transports
y sont toujours dangereux, difficiles et partiels. On ne peut le
remonter; et de plus, au-dessus de Ninive, son cours est borné à si peu
de pays, qu’on ne saurait en apporter beaucoup de denrées.

L’Euphrate, au contraire, a un développement immense au-dessus de
Babylone; il touche à la Syrie; il pénètre dans l’Asie mineure par une
de ses branches; il exploite toute l’Arménie par les autres; il appelle
les produits de tous les pays montueux qui bordent l’Euxin, il les
transporte avec moins de dangers que son rival; mais ce qui surtout lui
assure la prépondérance, il communiqué à l’Océan par un cours plus lent,
par un lit plus commode que le Tigre, en sorte que, depuis le golfe
Persique, les bateaux peuvent le remonter bien plus haut et plus
aisément que le Tigre. Une ville placée sur l’Euphrate était donc
appelée à la splendeur que donne le commerce: et à cette époque le golfe
Persique était le centre des communications les plus riches et les plus
actives entre l’Asie occidentale, la Syrie, la Perse, l’Arabie
heureuse, l’Éthiopie et l’intérieur de l’Afrique; à cette époque ce
commerce valait celui de l’Inde. Les guerres habituelles des peuples
riverains, en rendant la circulation difficile, en forçant de recourir
aux caravanes dispendieuses des Arabes bédouins, s’étaient opposées à
son développement. Cette cause venait de cesser; toute l’Asie limitrophe
obéissait à un même souverain, et sa puissance le faisait respecter au
loin. Ce motif commercial était déjà suffisant; Sémiramis dut en avoir
deux autres, politiques et militaires.

Les habitants de la Chaldée étaient un peuple récemment conquis, par
conséquent mécontent et disposé à secouer le joug. Un moyen propre à les
contenir était d’établir près d’eux, dans leur sein, une forteresse dont
la garnison fût un épouvantail ou un instrument. Cet objet fut rempli
par la position de Babylone bâtie dans l’île Euphratique; mais pourquoi
bâtir l’autre portion à l’ouest du fleuve au bord du désert? Ici se
montre encore l’habileté du fondateur: alors que les armes projectiles
avaient peu de portée, si l’on n’eût occupé qu’une rive du fleuve, l’on
n’eût pas commandé l’autre suffisamment. On avait dans le désert un
ennemi vagabond, turbulent, qu’il importait de tenir en respect: une
citadelle formidable opéra cet effet. Babylone, assise sur les deux
rives de l’Euphrate, épouvanta les Arabes bédouins; mais, en même
temps, elle devint un moyen de les attirer et de les affectionner, parce
qu’elle leur offrit le marché le plus commode et le plus avantageux pour
vendre le superflu de leurs troupeaux, ou le butin de leurs lointaines
rapines.

Cette domination plénière du fleuve, qui fut un raffinement d’art sur
Ninive, fut aussi un surcroît de puissance militaire et commerciale.
Tous les Bédouins devinrent vassaux par crainte ou par intérêt. Le choix
du local précis de _Babel_ fut un trait de politique plein d’astuce et
de sagacité. L’on pouvait indifféremment asseoir la forteresse plus haut
ou plus bas; mais Sémiramis trouvant en un point donné un temple
célèbre, qui, suivant l’usage du temps, était un lieu de pèlerinage pour
tous les peuples arabes, Sémiramis saisit ce moyen religieux de manier
les esprits; en ornant ce temple, en le comblant de présents, elle
flatta le peuple; en caressant les prêtres chaldéens, en les dotant,
elle se les attacha, et par eux elle devint maîtresse des cœurs. Enfin,
un dernier motif de son choix dut être que, quelques lieues plus haut,
l’Euphrate avait et a encore des _rapides_ ou _brisants_ qui empêchent
les bateaux de remonter à pleine charge... La ville devint un entrepôt.

D’après ces combinaisons trop naturelles pour n’être pas vraies, il ne
faut plus s’étonner du succès de Sémiramis. Il fut complet contre
Ninive, puisque cette cité ne subsista que 6 siècles, tandis qu’il en
fallut 12 pour anéantir Babylone; encore ses immenses ruines, enfouies
dans un espace de plusieurs lieues[139], demeurent-elles comme un
monument de son existence. Il faut lire dans Diodore le reste des
actions de cette femme prodigieuse, et voir comment, après avoir établi
sa métropole, elle créa en peu de mois, dans la Médie, un palais et un
vaste jardin, puis entreprit contre les Indiens une guerre malheureuse,
puis revint en Assyrie se livrer à des travaux dont Moïse de Chorène
continue les détails curieux dans le chapitre 14 de son _Histoire
d’Arménie_. Telles furent son activité et sa renommée, qu’_après elle,
tout grand ouvrage en Asie fut attribué par les traditions à
Sémiramis_[140]. Alexandre trouva son nom inscrit sur les frontières de
la Scythie, alors considérée comme borne du monde habité. C’est sans
doute cette inscription que nous a conservée Polyæn, dans son
intéressant _Recueil d’anecdotes_. (Stratag., liv. VIII, chap. 26).

Sémiramis parle elle même:

CENTER LA NATURE ME DONNA LE CORPS D’UNE FEMME;

MAIS MES ACTIONS M’ONT ÉGALÉE

AU PLUS VAILLANT DES HOMMES (à Ninus):

J’AI RÉGI L’EMPIRE DE NINUS,

QUI VERS L’ORIENT TOUCHE AU FLEUVE HINAMAM (l’Indus);

VERS LE SUD AU PAYS DE L’ENCENS ET DE LA MYRRHE

(l’Arabie-Heureuse);

VERS LE NORD AUX SAKKAS (Scythes),

ET AUX SOGDIENS[141] (Samarkand).

AVANT MOI AUCUN ASSYRIEN N’AVAIT VU LA MER;

J’EN AI VU QUATRE OU PERSONNE NE VA,

TANT ELLES SONT DISTANTES.

QUEL POUVOIR S’OPPOSE A LEURS DÉBORDEMENTS?

J’AI CONTRAINT LES FLEUVES DE COULER OU JE VOULAIS,

ET JE N’AI VOULU QU’OU IL ÉTAIT UTILE:

J’AI RENDU FÉCONDE LA TERRE STÉRILE,

EN L’ARROSANT DE MES FLEUVES:

J’AI ÉLEVÉ DES FORTERESSES INEXPUGNABLES:

J’AI PERCÉ DE REDOUTES DES ROCHERS IMPRATICABLES:

J’AI PAYÉ DE MON ARGENT DES CHEMINS,

OU L’ON NE VOYAIT QUE LES TRACES DES BÊTES SAUVAGES;

ET DANS CES OCCUPATIONS,

J’AI SU TROUVER ASSEZ DE TEMPS POUR MOI

ET POUR MES AMIS.

Dans ce tableau si simple et si grand, la dignité de l’expression et la
convenance des faits semblent elles-mêmes garantir la vérité du
monument. Nous ne saurions donc admettre l’opinion de quelques écrivains
qui veulent regarder Sémiramis comme un personnage mythologique de
l’Inde ou de la Syrie[142]. Il est possible que le mot _semirami_
reçoive une étymologie _zende_ ou _sanscrite_; mais outre le cas fortuit
des analogies de ce genre, ce mot, qui nous est transmis par les Perses,
peut avoir été substitué par eux au nom syrien de l’épouse de Ninus,
comme le nom de _Zohâk_ fut substitué au nom de _Haret_, comme celui
d’_Esther_ le fut au mot _hadossa_, signifiant myrte en hébreu.
L’article suivant va confirmer cet aperçu par des rapprochements
singuliers auxquels donne lieu un récit que nous a conservé Photius dans
sa Bibliothèque grecque[143].



CHAPITRE IX.

Récit de Conon, et roman d’Esther.


«J’ai lu, dit Photius (page 427 de sa Bibliothèque), j’ai lu le petit
ouvrage de Conon, dédié à Archelaüs Philopator, contenant 50 anecdotes
tirées de divers auteurs anciens. La 9e traite de Sémiramis. Conon la
présente comme fille, et non comme femme de Ninus. Pour m’expliquer
sommairement, il attribue à Sémiramis tout ce que les autres écrivains
racontent de l’Assyrienne _Attossa_ (Atossa). Aurait-elle porté deux
noms? ou a-t-il été le plus savant? Voilà ce que je ne sais pas. Il
raconte que Sémiramis eut d’abord un commerce clandestin avec son propre
fils, sans le connaître; qu’ensuite, la chose étant découverte, elle
l’épousa publiquement; d’où il est arrivé chez les _Mèdes_ et chez les
_Perses_ que _le mariage des enfants avec leurs mères_, qui d’abord
était une chose exécrable, devint un acte _légal et permis_.»

Il s’agit de savoir si ce récit est purement paradoxal, ou s’il contient
quelques lumières dans notre question.

1° Nous observons que Conon fut un auteur assez tardif, puisque son
patron, Archelaüs, fut un des Hérodes emmené par Jules-César à Rome, où
il passa de longues années.

2° Les 50 anecdotes dont Photius donne l’extrait sont pour la plupart
tirées de la haute antiquité, en des temps dits héroïques et fabuleux,
avec une affectation de singularité qui décèle l’intention formelle
d’amuser un prince ennuyé; mais on n’y découvre point un caractère
d’absolue fausseté, ni d’invention apocryphe qui en fasse un pur roman.
Dans l’anecdote de Sémiramis, Photius observe que les faits attribués
par Conon à cette princesse, le sont par d’autres auteurs à
l’_Assyrienne Atossa_. Il n’y aurait donc que transposition et confusion
de noms. Quelle fut cette _Atossa_, ou _Attossa_? Les Perses nous en
citent une née fille de Kyrus, devenue épouse de Cambyse (son propre
frère), puis de Smerdis; ce ne doit point être celle-là.

L’historien Hellanicus, contemporain d’Hérodote, en citait une autre
qui, dans un temps ancien, avait inventé l’art d’écrire ou d’envoyer
des lettres missives[144]: ce pourrait être celle-là; mais il l’appelle
_reine des Perses_, et l’on n’en connaît aucune autre action.

Enfin Eusèbe, dans sa Chronique[145], nous fournit un trait plus précis.
«_Atosse_, qui est _Sémiramis_[146] (ou qui est appelée _Sémiramis_),
fut fille de Bélochus (18e roi d’_Assyrie_), et elle régna 12 ans
avec son père.»

Ici nous avons une _Atosse assyrienne_, comme celle de Conon, et deux
noms pour une même personne, comme l’a soupçonné Photius. De ces divers
exemples nous pouvons conclure,

1° Que le nom d’_Atosse_ fut commun à plusieurs femmes chez les Perses
et les Assyriens;

2° Que, par un autre cas possible, ces femmes ont pu vouloir s’appeler
du nom illustre de _Sémiramis_, ou que Sémiramis a pu d’abord porter le
nom d’_Atosse_ quand elle était simple particulière. De ce double cas
ont pu venir des méprises, des confusions; et en parcourant l’histoire
des Mèdes et des Perses, nous trouvons un trait qui réunit d’une manière
remarquable plusieurs circonstances du récit de Conon.

Selon Ktésias, la fille du roi mède _Astyag_, nommée _Amytis_, devint
l’épouse de Kyrus: selon Hérodote, la fille de ce même Astyag était
mère du même Kyrus: Ktésias, qui contredit Hérodote, n’ose avouer ce
fait, mais il l’insinue lorsqu’il dit: «Kyrus ne connaissait pas d’abord
_Astyag pour son parent_ (ou aïeul); lorsqu’il l’eut en son pouvoir, il
le relâcha, et il honora Amytis comme sa _propre mère_; ensuite il
l’épousa.» Maintenant observons qu’aucun auteur ne parle de l’inceste
comme légal chez les Assyriens et les Babyloniens, tandis que tous
attestent cet usage _chez les Perses et chez les Mèdes_..... _Le mariage
des frères avec les sœurs, des mères avec leurs fils, était un usage
antique et légal de la caste des mages_, a dit _Xantus de Lydie_[147],
dès avant le temps d’Hérodote. De là ce vers de Catulle:

    _Nam magus ex matre et gnato nascatur oportet_.

    Pour être mage, il faut naître d’une mère mariée avec son fils.

D’autre part, nous savons que la religion et les rites des mages,
essentiellement mèdes et zoroastriens, furent adoptés par Kyrus. Son
fils Cambyse épousa sa propre sœur _Atossa_: n’est-il pas naturel d’en
tirer la conséquence que ce fut _Kyrus_ qui introduisit l’inceste chez
les Perses, comme le dit Conon, et qu’il représente ici _Ninyas_, comme
Astyag représente Ninus? Mais d’où vient cette méprise? sans doute le
voici. Ninus, chez les Mèdes, était un _zohâq_, comme _Astyag_ l’était
chez les Persans. Or comme il y avait quelque analogie entre l’aventure
de Sémiramis qui s’éprit de son fils et voulut en jouir, et l’aventure
d’Amytis qui vécut clandestinement avec son fils, et qui l’épousa, ces
divers personnages auront été confondus par quelque historien romancier,
comme le sont encore les historiens persans[148].

Quant à la _Sémiramis_ dite Atossa, _fille de Bélochus_ selon Eusèbe,
ses 12 ans de règne approchent beaucoup des 14 ou 15 ans que nous avons
trouvés à l’épouse de Ninus[149], et Ninus pourrait être ce _Bel-ochus_,
qui signifie _frère de Bel_: car, placé vers la moitié des 1,200 ans de
Ktésias, il se trouve à la tête de la liste redoublée dont la
chronologie d’Hérodote démontre l’erreur (t. 4, pag. 468).

Mais ce nom d’_Atossa_ ou _Attossa_ donné à Sémiramis, d’où vient-il? En
lisant l’anecdote juive d’Esther, nous remarquons que son nom syrien ou
hébreu fut _Hadossa_, signifiant _myrte_; qu’elle vint de Syrie comme
Sémiramis; qu’elle fut odalisque à la cour du grand roi Assuérus: or
Assuérus est le nom que le texte grec donne à l’_Assur_ ou l’_Assyrien_
de la Genèse _qui bâtit Ninive_: cet Assuérus épousa la Juive _Hadossa_,
comme Ninus épousa l’Ascalonite _Atossa_; l’une et l’autre de _servantes
devinrent reines_, comme le représentait le tableau du peintre Échion,
dès avant Alexandre. Jamais les commentateurs n’ont pu prouver en quel
temps vécut cet Assuérus, ni où il fut roi, ni qui fut cette Esther,
dont les critiques placent l’histoire au rang des livres apocryphes. Il
nous semble assez évident que le nom prononcé _Atosa_ par les Grecs, est
identique à l’_Hadossa_ des Syriens; qu’Esther n’est pas autre que
Sémiramis, dont un auteur juif a modifié l’histoire tirée du même livre
que le tableau d’Échion, pour en faire honneur à sa nation; en sorte que
nous avons ici deux écrivains juifs qui ont défiguré la vérité pour
amuser leurs lecteurs: nous en verrons bientôt d’autres dans le même
cas, mais beaucoup moins amusants.



CHAPITRE X.

Babylone depuis Sémiramis.


Après _que Ninus eut conquis_ la Babylonie, et détruit la racé des rois
indigènes[150], ce prince, nous dit Ktésias, _soumit le pays a un tribut
annuel_, c’est-à-dire qu’il en fit une province de son empire, régie
comme les autres par un _vice-roi_ ou _satrape_. Sémiramis ayant ensuite
fondé l’immense forteresse de Babylone, cette cité devint la résidence
naturelle et nécessaire du vice-roi; ce vice-roi, par la nature de sa
place, dut être amovible au gré du souverain, comme le furent les
satrapes de l’empire perse (dont le régime fut calqué sur celui de
Ninive), comme le sont de nos jours encore les pachas de l’empire
ottoman. Toutes ces organisations asiatiques se ressemblent. Cet état de
choses subsista pendant toute la durée de l’empire assyrien. Nous en
avons la preuve,

1° Dans l’envoi que Teutamus fit d’un corps de Babyloniens au secours de
Troie[151];

2° Dans l’échange que Salmanasar fit d’une colonie de Babyloniens contre
une colonie d’Hébreux de Samarie;

3° Dans tous les détails de la révolte de Bélésys-Mérodak contre
Sardanapale;

4° Dans la vassalité non contestée de ce même Bélésys vis-à-vis
d’_Arbâk_, qui, à titre de vainqueur de Sardanapale et de successeur du
_grand roi_, conféra au Babylonien la satrapie de sa province _exempte
de tribut_, et qui lui accorda le pardon d’un vol public contre l’avis
de ses pairs assemblés;

5° Enfin dans ces expressions d’Hérodote[152]: «_que la ville de
Babylone, après la chute de Ninive, devint la résidence des rois
d’Assyrie_.»

Elle n’était donc auparavant qu’une ville dépendante, une ville de
province. Nos deux auteurs, d’accord sur cette période, semblent
différer sur celle du régime mède; car le texte d’Hérodote implique une
souveraineté indépendante depuis Bélésys, tandis que, selon Ktésias,
Babylone continua d’être vassale d’Ecbatane, au même titre qu’elle
l’avait été de Ninive; et il en cite un trait remarquable dans
l’anecdote de Parsodas et de _Nanibrus, gouverneur_ de Babylone, qui _se
reconnaît_ justiciable de (_Kyaxarès_)-_Artaïos_. D’où il résulterait
que les rois de Babylone n’auraient effectivement été indépendants et
héréditaires que depuis Nabopolasar, père de Nabukodonosor; et la liste
officielle, dite _Kanon_[153] _astronomique_ de Ptolomée, appuie cette
induction, en ce que depuis Nabopolasar, remontant jusqu’à Bélésys
(Mardokempad), elle compte 11 règnes ou mutations dans le court espace
de 96 ans, ce qui ne donne pas 9 ans complets pour chaque règne, et ce
qui par conséquent exclut l’idée de succession héréditaire.

Après Bélésys, pendant le règne circonspect de Deïokès, _qui ne commanda
qu’aux Mèdes, alors que chaque peuple vécut libre et sous ses propres
lois_, il y a lieu de penser qu’il exista à Babylone des agitations
oligarchiques, pendant lesquelles des chefs militaires ou sacerdotaux,
se supplantèrent rapidement dans la gestion du pouvoir. Cela serait
naturel, et il le serait encore que Phraortes, devenu puissant par la
conquête de la Perse, eût ressaisi la suzeraineté de Babylone par le
moyen de l’un des partis contendants. Ce prince ayant péri dans son
expédition contre _Ninive_, son fils Kyaxarès (Artaïos) hérita de ses
droits; mais l’invasion des Scythes, en 625, l’ayant confiné dans ses
places fortes et dans ses montagnes, Nabopolasar et Nabukodonosor, à
couvert dans leur _île_, protégés contre la cavalerie scythe par leurs
fleuves et leurs canaux, mirent à profit la faiblesse du Mède, et
rendirent leur royauté indépendante et héréditaire dans leur famille.

Contre cet état de choses conforme au raisonnement et aux autorités, on
peut demander comment s’expliqueront, et le titre de _roi_ donné par la
liste officielle aux princes babyloniens depuis Nabonasar, et l’acte
arbitraire de ce prince qui supprima les noms de tous ses prédécesseurs,
acte et titre qui semblent impliquer l’indépendance absolue.

Nous répondrons que cette objection, plausible dans les mœurs et les
usages d’Europe, n’est point une difficulté réelle dans les usages
d’Asie. Le mot arabe et chaldéen _malek_, traduit _roi_, n’a pas
strictement le sens que nous lui donnons: il suffit d’avoir lu
l’histoire de l’Orient ancien, pour savoir que ce titre n’équivaut
souvent qu’à celui de _commandant_ de province et même de ville. Quand
les Hébreux entrent en Palestine, il n’est pas de ville ou de gros bourg
qui ne présente un _malek_, ou _roi_, et certainement ces roitelets
n’étaient pas des rois indépendants, absolus. Cet emploi indistinct du
nom de _roi_ trouve son origine et ses motifs dans l’état politique de
ces contrées. Primitivement, avant que les états se fussent engloutis
les uns les autres, chaque peuple, régi par ses propres lois, avait son
_malek_, son roi particulier. De grands conquérants, tels que Sésostris
et Ninus, s’étant élevés, leur politique trouva convenable de conserver
aux petits rois qui se soumirent volontairement les états qu’ils
possédaient, et se contenta de percevoir le tribut, c’est-à-dire qu’en
laissant le _titre_, qui n’était rien, les conquérants prirent les
_richesses_, qui étaient tout; et de là cette dénomination de _rois des
rois_, dont nous trouvons le premier exemple dans Sésostris, mais dont
probablement l’usage est bien antérieur. Réduits à l’obéissance et à la
vassalité, _ces rois_ inférieurs ne furent réellement que des
gouverneurs de province, que des _satrapes_, selon l’expression de
l’idiome persan; et nous trouvons la preuve inverse de cette synonymie
dans un passage de Bérose, qui, né sujet des Perses, a écrit selon leur
génie; il dit:

«Nabopolasar ayant appris la défection du _satrape qui était préposé sur
l’Égypte, la Cœlé-syrie_ et _la Phénicie_, et ne se trouvant plus
capable de soutenir les fatigues de la guerre, il chargea son fils
Nabukodonosor de cette expédition, et mourut peu de temps après[154]».

La date de cette expédition et de la mort de Nabopolasar nous est
parfaitement connue pour être de l’an 605 à 604. Or nous savons avec la
même certitude historique, qu’à cette époque il n’y avait en Égypte
d’autre _satrape_ que _le roi Nékos_, qui régna depuis 617 jusqu’en
602; et nous savons encore par Hérodote et par les livres hébreux que
Nékos n’était point le préposé des rois de Babylone, mais bien l’ennemi
puissant, le rival indépendant qui leur disputa la Judée et la Syrie
jusqu’à l’Euphrate[155]. La bataille de Karkemis ou Kirkesium, en 604,
jugea la question contre lui. _Il se retira dans son royaume, et il ne
reparut plus dans la terre_ (ou pays) _de Judée_.

Bérose, historien célèbre par son savoir, n’a pu ignorer ces faits.
Lorsqu’en cette occasion il emploie le mot _satrape_, c’est évidemment
parce que, dans les idées asiatiques, il le juge synonyme du mot
roi[156]. Le Syncelle nous offre un autre exemple du même emploi de ce
mot par Alexandre Polyhistor, lorsqu’il dit, page 209: «Alexandre
Polyhistor rapporte que Nabopolasar envoya vers Astyag, _satrape_ de
Médie, etc.» Or il est constant qu’Astyag était _roi_ indépendant..., et
le Syncelle, page 14, nous avertit que Polyhistor copiait Bérose.

Quant à la suppression que _Nabon-asar_ fit des actes et des noms de ses
prédécesseurs, elle n’est pas en lui une preuve du pouvoir _royal_, plus
qu’elle ne le serait dans les pachas du Kaire, de Damas et de Bagdad; de
tels procédés leur seraient possibles, sans avoir d’autre conséquence
que de payer quelque amende. Seulement ici c’est un indice de félonie et
de rébellion que semblent confirmer plusieurs circonstances.

En effet, après la mort de Nabonasar, l’an 733 (14 ans après la
suppression des actes, en 747), on voit le roi de Ninive, _Salman-asar_,
lever une colonie dans Babylone même et la déporter au pays de Samarie,
à la place des Juifs qu’il venait de subjuguer et de déporter en
Mésopotamie. Cet acte de souveraineté et de sévérité ne semble-t-il pas
venir à la suite d’une rébellion qui aurait existé, sans pouvoir être
punie du vivant de son auteur Nabonasar; mais, à sa mort, le prince
suzerain, profitant de quelques troubles, aurait recouvré ses droits; il
aurait écarté des coupables trop nombreux pour être détruits sans danger
et sans perte; et même en capitulant avec le parti influent, il eût
continué de prendre les vice-rois dans la caste, avec la précaution de
les changer souvent, comme on le voit dans Nabius, Chinzirus, Porus et
Ilulaïus, qui n’occupent que 12 ans.

D’autre part, la liste officielle appelée _Kanon astronomique_ de
Ptolomée, affecte de donner aux princes de Babylone, depuis Nabonasar,
le nom de _rois chaldéens_, et non pas de _rois assyriens_. Or il est
remarquable que les écrivains juifs authentiques, tels qu’_Isaïe_,
_Jérémie_ et l’auteur _des Rois_, appliquent exclusivement le nom de
_Chaldéens_ aux Babyloniens, et celui d’_Assyriens_ aux rois de
Ninive[157]; que ces Chaldéens étaient la caste _bràhminique_ et noble
des Babyloniens, celle en qui résidait le sacerdoce et primitivement le
pouvoir; que, par suite de la conquête des Assyriens, ces Brahmes
vaincus avaient dû être privés de l’autorité civile; que la garnison de
Babylone avait dû être composée d’étrangers, et que même la colonie
première introduite par Sémiramis en était formée en grande partie; mais
par le laps de temps, dans un espace de 480 ans, l’esprit indigène et le
sang arabe durent aussi reprendre l’ascendant que leur donnaient et la
masse de population, et les habitudes de climat. Alors il est naturel de
penser que la caste chaldéenne épiant l’occasion de ressaisir
l’autorité, l’un de ses membres, _Nabon-asar_, profita de l’indolence ou
de l’embarras des sultans de Ninive, pour affecter l’indépendance et
convertir _en autorité royale_ celle dont il put être revêtu, à titre de
vice-roi, ou de pontife[158]. Dans un tel cas, on conçoit très-bien que
cet _indigène_, considérant comme intrus les vice-rois qui l’auraient
précédé et qui durent être des Ninivites, put vouloir supprimer leurs
noms et leurs actes comme un monument de servitude; l’établissement de
cette nouvelle puissance indigène et chaldéenne donnerait une
explication très-naturelle d’un passage d’Isaïe, qui autrement demeure
obscur.

Au chapitre 23 de cet écrivain, versets 13 et 14, on lit:

«Voici la terre des Chaldéens; ce peuple n’était pas (auparavant).
L’Assyrien la fonda (Babylone) pour les habitants du désert; il éleva
ses remparts, il bâtit ses palais, il l’établit pour la ruine des
nations.»

Ce chapitre ne porte pas de date, mais il vient à la suite du chapitre
20, qui traite de la prise d’_Azot_ par _Tartan_, général de
Sennachérib[159], et ce fait, peu antérieur au siège de Jérusalem par ce
prince, appartient aux années 722 ou 723 avant notre ère. Comment, à
cette époque, Isaïe a-t-il appelé _peuple nouveau_ ou _race nouvelle_
les Chaldéens, de qui les Juifs s’honoraient de tenir, par Abraham, leur
origine déjà ancienne? Cela ne peut se concevoir qu’en appliquant cette
_nouveauté_ à la puissance _ressuscitée_ de la race _chaldéenne_ par
Nabonasar; cette résurrection date de l’an 747, c’est-à-dire 25 ans
auparavant, et là s’appliquent bien ces mots, _qui n’était pas_
(_auparavant_). Le reste de la phrase s’accorde parfaitement avec le
récit de Ktésias sur l’origine de Babylone.

D’ailleurs le sujet du chapitre 23, où est le passage cité, convient
très-bien à cette période; car c’est un anathème contre la ville de Tyr,
_frappée de grands maux et menacée de servitude_. Or, vers les années
731 et 732, Salmanasar[160] avait subjugué toutes les villes
phéniciennes, excepté Tyr, qu’un siège prolongé réduisit aux abois.
C’est à ce siège que fait allusion le prophète, et non pas, comme le
prétendent quelques paraphrastes, au siège de Nabukodonosor, qui fut
postérieur de plus de 120 ans. Tout porte donc à croire que réellement
la puissance ninivite éprouva de la part des vice-rois de Babylone, dès
avant l’affranchissement par Bélésys, ce que la puissance ottomane
éprouve quelquefois de la part de ses grands vassaux, qui, pendant
plusieurs années, conservant des apparences de soumission et de tribut,
exercent tous les actes d’une autorité indépendante et d’une véritable
royauté. La suite des faits va encore jeter du jour sur cette idée; et
parce que nos renseignements sur les rois babyloniens nous viennent
presque uniquement de la liste appelée _Kanon de Ptolomée_, il n’est pas
inutile de jeter un coup-d’œil sur l’autorité de ce monument, contesté
par quelques écrivains pour soutenir d’anciens préjugés.



CHAPITRE XI.

Kanon astronomique de Ptolomée.


C’est à l’érudit Joseph Scaliger que les chronologistes doivent les
premières notions de ce _Kanon_, ou _Catalogue régulateur_, tiré des
écrits de l’astronome Ptolomée. Scaliger, compulsant un manuscrit du
Syncelle, alors inédit, y trouva cette pièce historique et s’empressa de
la publier dans les premières années du 17e siècle; mais parce que le
Syncelle produit deux et même trois versions de cette liste, toutes
différentes l’une de l’autre, il s’éleva des doutes sur son utilité. Peu
de temps après (en 1620)[162], Calvisius et Bainbridge fournirent de
meilleurs moyens de l’apprécier, en publiant la copie des deux
manuscrits de Théon, commentateur de Ptolomée. En 1652 la traduction du
livre de _George le Syncelle_, par Goar[163], sur un manuscrit autre que
celui de Scaliger, offrit de nouvelles variantes quant aux noms; en 1663
le docte jésuite Petau, qui d’abord avait adopté la version de Scaliger,
dans son Traité _de Doctrinâ temporum_[164], la répudia pour une
meilleure que lui fournit un troisième manuscrit du même Théon[165].
Enfin le savant anglais Dodwell, dans une Dissertation très-bien
raisonnée[166], ayant confronté et discuté toutes les versions alors
connues, et les opinions émises, donna un état clair et fixe à la
question, qui consiste dans les articles suivants:

1° La liste n° I doit être considérée comme la plus conforme aux
manuscrits de Théon, copiste de Ptolomée. Les chiffres ou nombres sont
d’autant plus exacts, que l’auteur original, après chaque règne
particulier, additionne le produit de tous les règnes précédents; ce qui
interdit toute altération, en même temps que cette précaution nous
montre combien peu les anciens comptaient sur l’attention et la fidélité
de leurs copistes.

Les numéros II, III et IV représentent les variantes données par
_Scaliger_, par _Petau_ et par le Syncelle, édition de Goar.

Elles servent à prouver cette incurie des copistes, puisque les noms
propres qui composent ces listes sont quelquefois altérés de plusieurs
manières (par exemple _Iluarodamus_): ce doit donc être une _vérité, un
principe de critique_ pour tout esprit impartial, que «toutes les fois
qu’il n’existe qu’un ou deux manuscrits d’un ouvrage ancien, on n’a
aucune garantie, aucune certitude morale de son identité avec l’ouvrage
original tel qu’il sortit des mains de l’auteur.» Parmi les livres
anciens que nous possédons, en est-il beaucoup qui aient satisfait à
cette condition?

2° Dans la version qu’il nomme _astronomique_, n° II A, et qu’il prétend
avoir copié de Ptolomée, l’on voit que le Syncelle a osé, selon sa
coutume, altérer et changer la durée de plusieurs règnes, en donnant,
par exemple, _à Saosduchius_ 9 ans au lieu de 20; _à Nabonadius_ 34 au
lieu de 17; _à Iluarodam_ 3 au lieu de 2, etc., que portent généralement
les manuscrits de Théon.

3° Enfin, la version intitulée _calcul ecclésiastique_, n° II B, dont
l’auteur premier semble être Africanus, chef des chronologistes
chrétiens; cette version offre des preuves irrécusables de la
négligence, de l’ignorance même, et du défaut de critique de ces anciens
compilateurs.....

Premièrement, dans la confusion qu’ils font de personnages
très-différents, en croyant, par exemple, que Nabonasar est le même que
Salmanasar; que Nabonadius est le même qu’Astyages, ou Darius, ou
Assuérus ou Artaxercès.

Secondement, dans une autre confusion qu’ils font du règne de Kyrus à
Ekbatane, qui réellement veut 30 ans, avec le règne de Kyrus à
Babylone, qui n’en veut que 9.

Troisièmement, dans la licence qu’ils prennent de changer arbitrairement
la durée bien connue de divers règnes, tels que celui de Nabonasar, de
Nabius, d’Iluarodam, de Nabonide, de Kyrus, d’Ochus, etc., et cela afin
de retrouver la somme d’addition finale, exigée par le Kanon: enfin dans
leur incurie à remplir même cette condition; car le calcul
ecclésiastique, au lieu de fournir 424 ans juste après Alexandre, rend
426 ans 4 mois, par l’introduction inutile des 7 mois du mage, des 7 de
Sogdien, et des 2 mois de Xercès II, et la surcharge d’une année sur un
autre prince.

Par ces exemples pris dans un sujet important et célèbre, l’on peut
juger du caractère des anciens écrivains dits ecclésiastiques, qui tous
offrent plus ou moins de semblables anachronismes.

La liste authentique des rois chaldéens de Babylone étant ainsi
éclaircie et fixée, l’on demande quel a été son auteur? Il fut antérieur
à Ptolomée, puisque le Syncelle remarque, page 206, «que les astronomes
chaldéens et les mathématiciens grecs s’en servaient le plus
habituellement pour tirer leurs horoscopes, ainsi que _l’atteste_ le
très-savant Ptolomée.»

Donc ce _Kanon_ ou _règle_ du temps était bien antérieur à cet astronome
et même à Hipparque, de qui Ptolomée a tout emprunté. Aussi voyons-nous
Hipparque désigner quelques éclipses par les noms de certains princes
que le Kanon nous offre. Dodwell, qui a médité ce sujet, a pensé que la
rédaction première de _ce régulateur du temps_ devait appartenir à
Bérose, ce prêtre chaldéen dont nous avons souvent parlé.

En faveur de cette opinion, nous voyons plus de motifs encore que n’en a
exposé Dodwell.

1° L’analogie et presque l’identité du fragment de Bérose cité par Fl.
Josèphe[167], où les rois de Babylone, depuis Nabopolasar, sont nommés
et classés comme dans la liste. Et si l’on objecte que, dans le livre
contre Appion, Nabopolasar a 29 ans au lieu de 21, nous répondons
qu’Eusèbe, dans sa Préparation évangélique, liv. IX, chap. 40, et le
Syncelle[168], dans sa Chronographie, p. 220, en citant le même texte de
Bérose d’après Josèphe, donnent 21 ans à Nabopolasar; en sorte que
Dodwell a eu raison d’attribuer l’erreur du livre contre Appion, au
copiste, qui, au lieu d’écrire les mots grecs _eikosi en’, vingt-un_, a
écrit _eikosi ennea, vingt-neuf_. Il y a cent exemples pareils.

2° La double qualité d’historien et d’astronome réunie dans la personne
de Bérose, qui, pour établir les calculs et les prédictions
astrologiques dont l’exactitude le rendit si célèbre en Grèce, eut
besoin d’une mesure de temps très-précise, et eut, à titre d’historien,
les moyens de la choisir dans les annales les mieux constatées.

3° Le passage de Pline, qui dit que Bérose donnait aux observations
babyloniennes _une durée de_ 480 _ans_.

Donc Bérose avait dressé ce calcul sommaire de 480 ans.

4° L’époque même à laquelle se termina d’abord le _Kanon astronomique_,
laquelle fut la mort d’Alexandre: n’était-il pas naturel que Bérose
terminât sa Chronologie à cette époque célèbre, qui était aussi celle de
sa propre naissance[169]?

5° Enfin le titre de _chaldéens_ donné à ces _rois_ est encore une
induction favorable, en ce que, si l’auteur eût été grec, il les eût
appelés _assyriens_, selon l’usage d’Hérodote et de presque tous les
auteurs grecs: il n’appartenait qu’à un indigène, à un prêtre babylonien
tel que Bérose, de faire cette distinction savante dont nous trouvons
l’exemple parallèle chez les écrivains juifs, avec cette particularité
que l’orthographe de Bérose se rapproche de la leur autant que le permet
la langue grecque.

Le lecteur a pu remarquer que dans le Kanon astronomique se trouvent
supprimés les noms de plusieurs princes mentionnés par les historiens;
par exemple, on n’y voit point la reine _Nitocris_ d’Hérodote, et ce
silence achève de prouver ce que nous avons dit, c’est-à-dire qu’elle ne
fut que _régente_ sous le règne de son époux _Nabokolasar_, qui est
Nabukodonosor.... On ne voit pas non plus, après Cambyse, le mage
_Smerdis_, quoique mentionné par Ktésias et par Hérodote, ni
Laborosoachod, quoique cité dans le fragment de Bérose lui-même (en
Josèphe). Ces omissions néanmoins ne sont pas des oublis, ni des
lacunes; elles sont le résultat d’un système réfléchi qui n’a pas voulu
embarrasser et troubler le calcul, en y introduisant des fractions
d’années; en effet, Smerdis ne régna que 7 mois; mais parce que Cambyse
régna 7 ans et 5 mois, la liste, en lui comptant 8 ans entiers, compense
le temps de Smerdis. La même chose a lieu pour Laborosoachod, pour
Arsès, etc., dont les mois sont reversés sur leurs prédécesseurs[170].
Quant à la liaison de cette chronologie babylonienne à notre ère
chrétienne, elle s’est opérée avec aisance, facilité et certitude, par
les dates des règnes d’Alexandre, de Darius-Hystaspe, de son fils
Xercès, etc., dates sur lesquelles la série des jeux olympiques ne
laisse aucun doute. Ainsi nous avons jusqu’à l’an 747 avant J.-C. une
échelle continue qui nous fournit un terme de comparaison exact pour
juger du degré d’instruction des auteurs qui, comme Hérodote, ont parlé
de quelque événement, de quelque roi babylonien, dans le cours de cette
période jusqu’à Kyrus, qui la termine. Ce sujet va nous occuper dans le
chapitre suivant.



CHAPITRE XII.

Rois de Babylone jusqu’à Nabukodonosor.


En ayant le mérite exclusif de nous donner la liste des rois babyloniens
depuis Nabonasar, le Kanon astronomique n’y a pas joint celui de nous
donner des détails instructifs sur leurs règnes, et l’on n’y supplée que
très-imparfaitement par d’autres auteurs. Sans un passage du Syncelle,
nous ignorerions pourquoi les rois antérieurs n’ont laissé aucune trace:
il paraît que Nabonasar, en brûlant leurs actes, ne fit qu’imiter
l’exemple de Ninus, qui, selon l’historien syrien Mar-ibas[171], brûla
aussi les histoires des rois qui l’avaient précédé. Le règne de
Nabonasar, qui forme une ère, s’ouvrit le 26 février de l’an 747 avant
J.-C. à midi. A cette époque dut régner à Ninive _Teglat-Phalasar_, qui
l’an 742 s’empara de Damas et enleva quelques tribus juives. Il faut
croire que Nabonasar lui parut trop puissant pour l’attaquer, et qu’il
se contenta d’une apparence de tribut et de vassalité, comme il arrive
quelquefois à la Porte ottomane, en des cas semblables. La dernière
année de Nabonasar, en 734, paraît coïncider avec le temps où
Salmanasar, autre roi de Ninive, était occupé d’une guerre opiniâtre
contre les villes phéniciennes; ce prince prit Samarie et déporta les
tribus juives en 730. Nabius, successeur de Nabonasar, n’avait régné que
2 ans: Xinzirus et Porus, qui régnèrent 5 ans, avaient succédé à Nabius
et virent Salmanasar enlever une colonie de Babyloniens qui furent
déportés à Samarie. Nous avons dit que cet acte indique un retour de
puissance de la part des Ninivites sur les Babyloniens.

En 726 régna Ilulaïus, à l’époque où Sennachérib dut succéder à
Salmanasar. En 721, à _Ilulaïus_ succéda Mardok-empad, le
Mérodak-Baladan des Hébreux, et le Bélésys de Ktésias... Cette année fut
la première de Sardanapale, _Asar-adonphal_, fils de Sennachérib, et il
semble que Mérodak lui dut sa nomination ou sa confirmation.

Depuis Mérodak jusqu’à _Saos-Duchœus_, en 667, 7 règnes et 2 interrègnes
remplissent la courte durée de 54 ans; ce qui indique un état de
troubles civils, et de partis contraires qui se disputent le pouvoir.

Parallèlement chez les Mèdes régnait Deïokès, qui, assez occupé de son
intérieur, ne dut point inquiéter les Babyloniens. Saos-Duchæus, par son
règne de 20 ans, indique un état de choses plus affermi, à raison de
l’ascendant d’un des partis. Ce dut être lui dont les généraux
emmenèrent captif à Babylone Manassé, roi de Juda, mort en 652. Le livre
des Rois, plus authentique que les Paralipomènes, ne dit rien de ce
fait, d’ailleurs peu important. En 645 régna _Kinil-Adan_, qui serait le
Nabukodonosor de Judith, si saint Jérôme ne nous avertissait
formellement que dès son temps les Juifs, malgré leur zèle dévot,
reconnaissaient ce livre pour être apocryphe, ainsi que le livre encore
plus romanesque intitulé _Tobie_. Si le lecteur veut jeter l’œil sur la
note ci-jointe, il y verra les preuves de cette apocryphité admise par
tous les bons critiques.[172]

Le livre intitulé _Chronologie d’Hérodote_[173] prouve, page 150, que
Kynil-Adan est le Nanibrus de Ktésias dans l’anecdote de Parsodas,
laquelle se place entre les années 633 et 627.... Il semblerait que
Nanibrus aurait succédé à Saos-Duchæus, comme à son père, sous le bon
plaisir des rois mèdes.

Après Kynil-Adan, en 625, règne Nabopolasar qui est le premier _Labynet_
d’Hérodote. C’est de lui que parle cet historien, lorsqu’après la
bataille entre les Lydiens et les Mèdes, interrompue le 3 février au
matin, par la célèbre éclipse de Thales, il dit: «Syennèsis, roi de
Cilicie, et Labynet, roi de Babylone, furent les médiateurs de la paix;
ils hâtèrent le traité, et ils l’assurèrent par un mariage.»

Ici le texte et le bon sens s’accordent à vouloir que si Syennèsis et
Labynet furent présents, ils furent auxiliaires et sans doute vassaux,
l’un du Lydien, l’autre du Mède; ceci cadre bien avec le récit de
Ktésias: mais, dira-t-on, si la bataille eut lieu le 3 février au matin,
et si le règne de Nabopolasar ne date que du 26 de ce mois (l’an 625),
comment Hérodote l’appelle-t-il déjà roi? Cette difficulté se résout
très-bien, en disant que Nabopolasar dut être le fils de
Nanibrus-Kynil-Adan; qu’en sa qualité d’héritier, il put conduire le
subside, même depuis 4 ans que durait cette guerre, et que son père
étant mort l’année 624, cette année ne compte pas pour Nabopolasar,
quoique déjà roi, attendu que dans cette liste les années appartiennent
toujours aux princes qui les commencent. D’ailleurs Hérodote a pu lui
anticiper le nom de roi.

Quant à la date de l’éclipse de Thalès au 3 février de l’an 625 avant
J.-C., telle que nous l’admettons, elle résulte si positivement du texte
d’Hérodote, que nous la croyons immuable (_voyez_ la Chronologie
d’Hérodote, page 7 et suivantes). Si donc aujourd’hui les calculs de nos
astronomes représentent cette éclipse comme arrivée trop matin pour
avoir été visible dans l’Asie mineure, il faut ou que les théories
n’aient pas encore atteint une entière perfection, ou que le fait ait
subi quelque altération de la part des narrateurs. Le savant auteur d’un
ouvrage récent n’hésite pas à préférer cette seconde opinion lorsqu’il
regarde cette éclipse comme _une fiction d’Hérodote ou de ses
auteurs_[174], mais en mettant à part l’infaillibilité de nos
astronomes, il est ici des considérations morales que l’on ne peut
écarter légèrement.

D’abord on ne voit pas comment les historiens babyloniens, mèdes et
lydiens, intéressés au fait, ont pu s’entendre pour imaginer une
_fiction_ sans base; encore moins comment Hérodote, voyageur étranger,
impartial, et d’un caractère éminemment sincère, a pu consulter les
livres et converser avec les savants de ces divers peuples, sans trouver
et sans noter quelque doute, s’il y en eut, sur un fait si remarquable,
lui qui nous répète cette phrase de candeur: «Voilà ce que disent les
uns; mais les autres prétendent que cela se passa autrement.»

Ensuite l’on doit remarquer qu’ici l’éclipse n’est pas l’accessoire, la
broderie du fait, mais le fait principal lui-même, la cause occasionelle
et déterminante d’un traité qui changea l’état politique de l’Asie, et
cela de la manière la plus notoire, la plus remarquable, puisqu’une
grande guerre fut terminée brusquement par l’un de ces prodiges célestes
qui excitaient une terreur générale chez les anciens peuples. Ce fut
encore une suite de l’éclipse, que le siège de Ninive par Kyaxarès, et
son interruption par les Scythes, qui poussèrent jusqu’à Ascalon, où les
_arrêta Psammetik, roi d’Égypte_. Cette dernière anecdote, Hérodote la
tient des prêtres, égyptiens, comme il tient des Chaldéens celle de
Labynet. Conçoit-on qu’il ait lié tous ces traits en un même récit, sans
avoir fait une sorte de collation avec ces divers auteurs, et sans les
avoir questionnés sur une éclipse aussi remarquable?

D’autre part, l’astronome, qui inculpe si facilement l’histoire de
_fiction_, peut-il bien nous garantir la certitude mathématique des
méthodes adoptées? Sans doute les Tables de la lune dressées par M.
Burgh sont plus parfaites que celles de Mayer et de Mason; mais ne
reste-il rien à y ajouter? par quels moyens sont-elles établies?
N’est-ce pas en prenant pour jalons certaines éclipses de Ptolomée? Or
que penser de l’exactitude de cet astronome, si quelques-unes de ses
éclipses ne cadrent point avec les autres? Pour obtempérer à ces
éclipses, l’on a supposé au mouvement de la lune une accélération
progressive, représentée dans le calcul par une _équation_ séculaire
qui, pour l’an 625 avant J.-C., s’élève à environ _un degré et demi_:
mais ne serait-ce pas ici la _fiction_; car si à la longitude donnée par
les tables pour cette année-là, on ajoute l’équation 1°½, l’accélération
se trouve beaucoup plus grande en ces temps anciens que dans les temps
modernes, et cela est l’inverse du système régnant qui admet
l’accélération croissante à mesure qu’elle s’approche de ces derniers.
Ce système se trouve donc ici en contradiction avec lui-même, et sans
doute c’est pour avoir senti cette contradiction, qu’un illustre
astronome allemand, M. le baron de Zach, a proposé dans ses tables de la
lune, page 3, _de ne considérer les équations séculaires en longitude
et en anomalie moyenne comme positives, c’est-à-dire croissantes,
qu’après l’an_ 1700 (de notre ère), _et comme négatives ou
décroissantes, avant_ 1700. Alors le lieu moyen de la lune, au moment de
l’éclipse du 3 février 625, moins avancé de 3 degrés qu’on ne le
suppose, exigera que l’on augmente sa longitude (pour joindre le soleil)
d’un espace qui, calculé en temps, peut retarder l’éclipse de près de 6
heures et la représenter comme arrivée entre 8 heures du matin et midi.
L’on s’est donc trop pressé d’inculper l’exactitude d’Hérodote, et cette
diversité d’opinion entre de savants astronomes, prouve que la science
n’en est pas encore au point de prononcer d’emblée sur les historiens.
De plus, il est dans les éclipses des incidents singuliers qui peuvent
accroître leurs effets ténébreux d’une manière incompréhensible même
pour les astronomes. Mæstlin, de qui fut élève Kepler, en cite un
exemple frappant dans l’éclipse de soleil observée à Tubingen le 12
octobre 1605. _Commencement_ à 1h 40´ après midi. _Fin_ à 3h 6´
temps vrai. _Grandeur_, 10 doigts ⅓ ou ⅖. «Vers le milieu de cette
éclipse, dit Mæstlin, le ciel étant parfaitement pur, survint tout à
coup une obscurité semblable au crépuscule du soir, à tel point que l’on
put voir _Vénus_, quoique rapprochée du soleil à 21 degrés, que les
vignerons occupés à vendanger eurent peine à discerner les grappes, et
que les maisons disparurent dans l’ombre.»

Voilà l’effet que produirait une éclipse totale, et néanmoins il s’en
fallait 4 minutes que dans celle-ci le disque du soleil fût masqué:
concluons que le récit d’Hérodote mérite une attention particulière et
qu’il peut devenir un point de mire utile à nos astronomes. Revenons à
notre sujet.

L’invasion des Scythes étant survenue, Kyaxarès fut réduit pendant 18
ans à être leur tributaire ou leur ennemi impuissant; pendant cet
intervalle, le roi de Babylone protégé par ses fleuves, par ses canaux,
par les inexpugnables remparts de sa ville, put braver la cavalerie
scythe, ou la paralyser, comme Psammitik, par des présents annuels; et
profitant de la faiblesse de Kyaxarès, il put cesser d’être son vassal,
et devenir seulement son allié. C’est ce qui se déduit d’un passage
d’Alexandre Polyhistor cité par le Syncelle, page 220, lequel nous
apprend[175] «qu’Astibaras (Kyaxarès) accorda sa fille Aroité à la
demande que lui en fit Nabopolasar pour son fils Nabukodonosor.» Cet
événement correspond aux années 607 ou 606. Il en résulte que
Nabopolasar dut être le premier roi babylonien à la fois héréditaire et
indépendant: en sorte que Babylone, vassale depuis sa fondation, en
1193, ne paraît avoir été capitale souveraine et indépendante, que vers
les années postérieures à 625, quoique Hérodote lui attribue cet état
sitôt après la subversion de Ninive en 717.



CHAPITRE XIII.

Règne de Nabopolasar, dit Nabukodonosor.


Il n’existe pas de doute sur l’identité du Nabokolasar de la liste
babylonienne, avec le Nabukodonosor des Hébreux[176]. Le règne brillant
de ce prince semble avoir été le résultat naturel des trois précédents,
qui pendant 60 ans de paix affermirent l’autorité, et accumulèrent les
moyens de puissance qu’offrait un pays extrêmement fertile. D’autre
part, l’emploi que Nabukodonosor fit de ces moyens, fut aussi le
résultat de sa situation politique vis-à-vis de ses voisins. A l’est et
au nord, l’empire mède lui opposait une barrière menaçante; à l’ouest,
les petits états syriens, phéniciens et juifs, divisés et affaiblis,
offraient une proie plus facile à son ambition: elle y prit son cours;
mais parce que la résistance prolongée des villes de Tyr et de Jérusalem
nécessita de sa part diverses expéditions répétées dont on a confondu
quelques dates, il est nécessaire d’établir un ordre clair dans cette
partie.

La 1re année du règne de Nabukodonosor est fixée par le kanon
astronomique, à l’an 604 avant J.-C.; cette date devient un point de
départ précis pour tous les faits relatifs soit antérieurs, soit
postérieurs.

Jérémie dont l’autorité, comme écrivain contemporain, est prépondérante
ici pendant une période de plus de 40 ans; Jérémie remarque[177] en 3
chapitres différents, que l’an 1 de Nabukodonosor fut l’an 4 de
Ihouaqim, fils de Josias. Par conséquent le règne de Ihouaqim date de
l’an 607, et la mort de Josias, son père, se place à l’an 608. Ce prince
avait régné 31 ans; par conséquent il avait commencé l’an 638. Jérémie
ajoute, chapitre 25, que cette 4e année de Ihouaqim fut la 23e
depuis l’an 13 de Josias, où Jérémie avait commencé sa mission
prophétique. Ces 23 ans avant et compris l’an 604, remontent à l’an 626
inclus. Si l’on ajoutait 13 années pleines, on aurait 639; mais la
13e année de Josias doit se fondre dans la 1re des 23, et n’être
que l’an 626, afin que la 1re de Josias reste l’an 638, comme l’exige
le calcul premier de Jérémie.

Josias périt dans une bataille qu’il livra à Nékos, roi d’Égypte. Ce
fils de Psammitik avait commencé de régner l’an 617; par conséquent l’an
608 fut la 10e année de son règne[178]. «Il avait entrepris, nous dit
Hérodote, de creuser le canal qui conduit à la mer Rouge: 120,000
ouvriers périrent dans ce travail. Ce prince l’interrompit sur la
réponse d’un oracle qui déclara qu’il travaillait pour le _barbare_: les
Égyptiens appellent _barbares_ tous ceux qui ne parlent pas leur
langue.»

Ce barbare est clairement le Babylonien Nabopolasar, dont la puissance
commença, vers l’année 610 ou 611, d’alarmer Nékos. La réponse de
l’oracle suppose une question provocative: on devine aisément que ce fut
Nékos qui dicta l’oracle, afin d’avoir un motif plausible de renoncer au
canal, et de venir conquérir la Syrie. Hérodote a clairement désigné la
défaite de Josias, lorsqu’il ajoute «que Nékos livra sur terre une
bataille aux Syriens, près de Magdol[179], et qu’après avoir remporté
la victoire, il prit Kadyt-is, ville considérable de la Syrie.»

Cette ville de Kadyt-is n’est autre chose que Jérusalem (la sainte
_Salem_), comme l’a très-bien vu Danville. Les Arabes ont conservé
l’usage de l’appeler la _Sainte_ par excellence, _el Qods_. Sans doute
les Chaldéens et les Syriens lui donnèrent le même nom, qui dans leur
dialecte est _Qadouta_, dont Hérodote rend bien l’orthographe quand il
écrit Kadyt-is, puisque dans l’ancien grec, l’_γ_ remplace sans cesse
l’_ou_ oriental, ainsi _Bêrytos_ est _Bérout_; _Ankyra_ est _Angouriê_
comme _Sylla_ est en latin _Sulla_, etc.

Nékos vainqueur déposa Ihouakas que les Juifs avaient élu après la mort
de Josias; lui ayant substitué Ihouaqim son frère, il s’occupa de
conquérir la Syrie de proche en proche jusqu’à l’Euphrate. Voilà cette
prétendue _rébellion du satrape_ d’Égypte dont parle Bérose en Josèphe
(contr. App., lib. I, § XIX), laquelle détermina Nabopolasar à envoyer
contre lui Nabukodonosor, son fils, à la tête d’une puissante armée.
Josias avait péri en 608; Iouakas n’avait régné que 3 mois; Ihouaqim
avait été installé en 607; les conquêtes de Nékos se firent en cette
même année et pendant 606 et 605..... Il avait à subjuguer plusieurs
petits états assez reluctants, tels que les Philistins, les Phéniciens,
les rois de Damas, de Hama, de Hems, etc. En 605, il passe l’Euphrate et
entre en Mésopotamie. Nabopolasar alarmé envoie contre lui
Nabukodonosor, probablement en automne. Les armées se rencontrent, la
bataille de Karchemis se livre en 604[180]. Nékos, complètement défait,
se sauve en Égypte, _d’où il ne sortit plus_, dit le livre des rois.
Nabukodonosor le poursuit rapidement jusqu’à la frontière d’Égypte. Il
apprend la mort de son père: il avait à se venger du roi de Judée,
Ihouaqim, créature de Nékos; mais il était encore plus pressé d’aller
prendre possession d’un trône récemment élevé. «Dans ces circonstances,
dit Bérose, il mit ordre aux affaires d’Égypte, de Cœlésyrie et des pays
adjacents; et confiant à des chefs dévoués la conduite des nombreux
prisonniers syriens, juifs, phéniciens, égyptiens qu’il emmenait, il
partit avec peu de troupes, traversa le désert à grandes journées, et
arriva à Babylone où les _Chaldéens_ lui remirent le gouvernement, et il
succéda à tous les états de son père[181]».

Voilà donc en l’an 604, 4e année de Ihouaqim, Nabukodonosor qui
devient roi, évacue la Syrie, et se rend à Babylone. N’est-ce pas à
cette époque qu’il faut placer le tribut dont parle le livre des
Rois[182], lorsqu’il dit: «_Ihouaqim était âgé de 25 ans quand il régna,
et il régna 11 ans_? En son règne vint Nabukodonosor, roi de Babylone,
qui lui imposa un tribut.... Ihouaqim le paya pendant 3 ans (604, 603,
602), puis il se révolta; alors Nabukodonosor envoya contre le pays de
Juda des partis (_latrones_) de Chaldéens, de Syriens, de Moabites,
d’Ammonites, etc., qui le désolèrent[183], et le reste des actions de
_Ihouaqim_ est écrit dans les archives des rois. Ce prince s’endormit
avec ses pères..... Son fils _Ihouakin_, âgé de 18 ans, régna à sa place
pendant 3 mois.... et les généraux de Nabukodonosor vinrent l’assiéger;
puis ce roi accourut lui-même, et Ihouakin étant sorti au-devant de lui,
se rendit à discrétion, et fut emmené à Babylone, l’an 8 du règne de
Nabukodonosor (597).»

Maintenant ajoutons à ces faits la circonstance du mariage de
Nabukodonosor avec la fille de Kyaxar, _du vivant de Nabopolasar_,
c’est-à-dire en l’an 606 ou 605, lorsque les succès alarmants de Nékos
étaient la cause probable de cette alliance, et nous verrons un accord
d’événements et de dates qui donne à ce tableau toute la vraisemblance
historique. Pourquoi donc Alexandre Polyhistor nous dit-il[184] «que
sous le règne de _Ioachim_, roi de Jérusalem, le prophète Jérémie ayant
surpris les Juifs qui sacrifiaient à une idole d’or appelée _Baal_, et
leur ayant prédit des calamités prêtes à fondre, Ioachim ordonna _de
saisir le prophète pour le brûler_. Mais Jérémie insista et assura que
le feu ne serait employé qu’à cuire les aliments des Babyloniens, par la
main des Juifs transférés captifs à Babylone. Nabukodonosor, informé de
cette prophétie, pria Astibar, roi des Mèdes, de s’associer à lui pour
marcher contre Jérusalem, et ayant formé une armée immense de Chaldéens
et de Mèdes, il vint en effet assiéger cette ville, saisit vif le roi
Ioachim et enleva tout ce qu’il y avait d’or, d’argent et d’airain dans
le temple, laissant seulement l’arche et les tables de la loi à la garde
de Jérémie.»

Il y a certainement erreur de dates et confusion de faits dans ce
fragment; la prophétie indiquée par Polyhistor doit être celle du ch. 36
de Jérémie, où il est dit que «l’an 4e de Ihouaqim (604), Jérémie
chargea Baruch d’écrire sous sa dictée tout ce qu’il avait prophétisé
depuis l’an 13 de Josias; Baruch ayant terminé son travail l’an 5 de
Ihouaqim (603) au 9e mois, alla faire de ce livre une lecture
publique dans le temple: par suite de la rumeur que causa cette lecture;
le livre fut porté au roi qui était dans son appartement d’hiver, près
d’un brasier; ce prince en lut 3 ou 4 pages, les déchira, puis brûla
tout le livre page à page, et donna ordre que l’on saisît Baruch et
Jérémie pour les punir, mais on les cacha.»

Cette affaire étant de l’année 603, 2e de Nabukodonosor, lorsque ce
monarque était rendu à Babylone, il ne peut avoir de suite assiégé
Jérusalem, et enlevé le roi, surtout lorsque Jérémie et le livre des
Rois n’en disent pas un seul mot. Polyhistor a sûrement confondu
l’expédition de 597, et il a pris Iouakin pour son père Ihouaqim: la
méprise est très-facile pour un Grec; mais à cette époque où
Kyaxarès-Astibar assiégeait Ninive, ce prince n’a pas dû prêter ses
troupes, et si les Mèdes accompagnèrent les Chaldéens, ce dut être dans
l’expédition de 605 et 604, contre Nékos. Ainsi il y a confusion double.

La source de cette erreur semble être une phrase des Paralipomènes.
Cette chronique dit au chap. 36, livre II:

«Ihouaqim régna 11 ans, et il fit le mal devant le Seigneur. Contre lui
vint Nabukodonosor qui le lia de chaînes d’airain pour l’emmener à
Babylone, et il _emporta_ aussi _les vases_ du temple. Son fils Iouakin
régna à sa place, _âgé de 8 ans_, et il régna pendant 3 mois et 10
jours, et Nabukodonosor envoya contre lui et le fit amener à Babylone
_avec les vases_.»

Il y a dans ce passage plusieurs fautes palpables. Selon la chronique
_des Rois_, Iouakin avait 18 _ans_ quand il régna, et non pas 8. Ce
témoignage est confirmé par la circonstance qu’il vint se rendre de son
gré à discrétion: un enfant de 8 ans _ne vient pas_, on _l’amène_. À
cette époque (598), Nabukodonosor n’avait pas emporté les vases du
temple, car Jérémie, témoin sur place, dit en son chap. 27: «Dieu s’est
adressé aux colonnes, et à la mer d’airain, et aux vases d’airain que
Nabukodonosor _n’a point emportés_ quand il a emmené le fils de Iouakim,
et il leur a dit: _Maintenant vous serez déportés avec Sédéqiah_.»

Si les vases ne furent pas emportés avec le fils, ils ne l’avaient donc
pas été avec le père, et si l’enlèvement du père n’est mentionné à
aucune époque, ni par Jérémie, témoin intéressé, ni par la Chronique des
rois, rédigée long-temps avant les Paralipomènes, l’on a droit de dire
que ce dernier livre, écrit tardivement et négligemment, a introduit cet
enlèvement par la confusion du père avec le fils, ou par le motif dévot
d’accomplir les menaces prophétiques de Jérémie en son chap. 36.

Depuis l’an 604, où Nabokodonosor emmena par le désert ses prisonniers à
Babylone, l’on ne voit point ce prince reparaître en Syrie avant l’an
598: il est naturel de croire que les premières années de son règne
furent employées, à organiser son empire, à surveiller les Mèdes et les
Scythes, et à préparer une dernière expédition contre les deux seules
cités qui lui résistassent encore en Syrie, contre Tyr et Jérusalem.
Examinons les dates du siége de Tyr.



CHAPITRE XIV.

Siége de Tyr.


Les chronologistes trouvent dans les dates du siége et de la prise de
Tyr, quelques difficultés[185] qui se résolvent assez naturellement,
selon notre manière de voir.

«Nos écritures, dit l’historien Josèphe[186], portent que Nabukodonosor
détruisit notre temple dans la 18e année de son règne, et que cet
édifice resta 30 ans sans être rebâti: les travaux de ses fondations
ayant été repris l’an 2 de Kyrus, la reconstruction ne fut achevée que
l’an 2 de Darius. À ces témoignages je joins ceux des archives
phéniciennes..... Leur[187] autorité ne peut être équivoque, car les
Tyriens ont des registres très-anciens de ce qui s’est passé de
remarquable chez eux et chez les peuples avec qui ils ont eu des
rapports. Ces registres, formés par autorité publique, sont conservés
avec soin.» Ici ils sont conformes pour le calcul des années; on y lit:
«Sous le règne du roi Ithobad, Nabukodonosor commença le siége de Tyr,
qui dura 13 ans.

  «À Ithobad succéda Baal, qui
  régna                            10ans

  «Après sa mort, les rois furent
  remplacés par des juges (ou suffètes);
  en cette qualité Eknibal
  gouverna                               2mois

  «Chelbis, fils d’Abdaius              10

  «Abbar, grand-prêtre                   3

  «Mitgon et Gerastrate, fils
  d’Abdelème                        6

  «Balator, avec le titre de _roi_. 1

  «Puis Merbal, que l’on fit venir
  de Babylone                       4

  «Puis son frère Irom, appelé
  aussi de Babylone                20
                                   -----------
             Total                 42ans 3mois

«De son temps, Kyrus devint puissant chez les Perses. Toute cette durée
est de 54 ans et 3 mois. Le siége de Tyr commença l’an 7 de
Nabukodonosor (598); et l’an 14 d’Irom, Kyrus arriva à l’empire. Ainsi
les récits des Chaldéens et des Tyriens sont conformes aux nôtres.»

Ce passage présente des contradictions qui viennent soit des copistes,
soit de Josèphe lui-même. D’abord les anciennes éditions disent, d’après
les manuscrits, que le temple resta ruiné, non pas 50 ans, mais 7 ans;
cela serait absurde; mais si au lieu de 7 on lit 70, l’on descend de
l’an 787 à l’an 518, que Josèphe a pu croire l’an 2 de Darius, par une
simple erreur de 2 ans. Le changement de ces 70 en 7, par la suppression
des dizaines, appartient sûrement aux copistes. Les modernes ont
substitué le nombre 50, qui est vrai dans un autre sens; car de l’an
587, si vous ôtez 50, vous tomberez à 537, 2e année de Kyrus; mais ce
n’est pas le texte de Josèphe.

Les 54 ans 3 mois pour les rois tyriens sont une autre erreur qui semble
appartenir à Josèphe seul. Sa liste additionnée ne donne que 42 ans 3
mois; et si des 20 ans d’Irom on en ôte 6, pour obtenir sa 14e année,
qui correspond à l’avènement de Kyrus, on n’a plus que 36 ans 3 mois. À
la vérité, si l’on prend cet avènement, pour celui de l’an 560 au trône
de Mèdes, on a 38 ans jusqu’à l’an 598, ce qui cadre assez; mais alors
le résumé de Josèphe, qui compte 54 ans, est faux et incompatible avec
l’an 537, puisque de là à 598 il y a 61 ans. Pour tout concilier, il
faudrait supposer que Josèphe a omis 6 à 7 années du règne d’Ithobal,
sous qui commença le siége, et cela est croyable de la part de cet
écrivain, qui offre plusieurs fautes semblables. Celle-ci n’a pas
d’importance, et elle est rachetée par les faits intéressants qu’il nous
apprend; savoir, 1° que le siége de Tyr commença l’an 7 de Nabukodonosor
(598); 2° qu’il dura 13 ans, et par conséquent finit l’an 586, 1 an
après la prise de Jérusalem, ce qui cadre bien avec le chapitre 26
d’Ézéchiel, lequel l’an 11 de Sédéqiah (587) reproche à la ville de Tyr
sa joie de la ruine de Sion et la menace d’un sort semblable.

Le siége de Tyr ne fut d’abord qu’un blocus; les machines de guerre ne
furent approchées que la dernière année, lorsque le roi de Babylone,
débarrassé des Juifs, put rassembler toutes ses forces pour l’assaut.
C’est pourquoi Ézéchiel ajoute, verset 7: «Voici que j’amènerai contre
_Sour_ (Tyr) Nabukodonosor, roi de Babylone, roi des rois, avec sa
cavalerie et ses chars: il élèvera des tours de bois, des remparts de
terre, il fera frapper ses béliers, etc., etc.» Ceci a fait croire à
quelques chronologistes que le siége n’avait commencé qu’alors[188];
mais l’hypothèse est sans soutien.

À cette époque, la métropole des Tyriens, située dans le continent,
avait pour citadelle un monticule de roc qui se voit encore dans la
plaine, saillant en pain de sucre, à environ 1,000 toises de la mer.
C’était ce même local que vers l’an 732 avait attaqué Salmanasar, roi de
Ninive, et qu’il avait bloqué en coupant un bel aqueduc dont les ruines
subsistent encore. Les Tyriens, quoique réduits aux abois, lui
résistèrent; moins heureux cette fois, ils furent emportés d’assaut par
le roi de Babylone, qui les traita comme les Juifs, et qui emmena pour
otages leurs familles les plus distinguées. Ce fut de ces familles, que
vinrent les rois Merbal et Irom, demandés par les restes du peuple
échappés au sabre et à la captivité, et qui s’étaient établis dans une
petite île triangulaire, distante de leur ville ruinée d’environ 16 à
1,700 toises. C’est là qu’Alexandre trouva leur postérité, dans ce qu’on
appela la _nouvelle Tyr_. Les Grecs nous apprennent que là existait un,
temple d’Hercule, dont la fondation remontait à 2,300 ans avant le
voyage d’Hérodote[189], c’est-à-dire environ 2,760 ans avant notre ère.
Il faut croire que ce local formé d’une roche plate, privé d’eau douce
et exposé aux pirates, n’eut point d’autre habitation que ce temple et
quelques dépendances, jusqu’à ce qu’une colonie, contrainte par la
nécessité et pourvue de moyens suffisants, pût y construire des
citernes, y élever des murs, y bâtir des maisons et tous les ouvrages
qui caractérisent une cité. Or cette colonie paraît avoir été la portion
d’habitants échappés à la ruine de l’ancienne Tyr continentale: c’est
donc celle-ci dont Josèphe nous dit, en un autre passage, que les
archives phéniciennes plaçaient la fondation 240 ans avant le temple des
Juifs par Salomon. Cette date répond, selon ses calculs, à l’an 1,256
avant J.-C.; car nous avons vu qu’il compte 470 ans entre la fondation
et sa ruine par Nabukodonosor (en 586 avant J.-C.). Justin semble dire
la même chose quand il place[190] cette fondation de Tyr _l’année_ avant
la ruine de Troie; en effet, selon quelques historiens grecs, la ruine
de Troie eut lieu vers 1,255 ou 1,256.

Contre Josèphe et Justin, on pourrait alléguer le livre intitulé
_Josué_, qui fait mention de Tyr comme d’une ville frontière des tribus
juives dans leur acte de partage; mais pour quiconque a lu avec
attention le livre intitulé _Josué_, il est démontré que ses récits
vagues et sommaires d’événements sans date et désignés comme
anciens[191], ne sont qu’une compilation posthume de traditions et de
monuments déjà écrits, laquelle a pu se retarder jusqu’au temps de
Samuel; et la citation du nom de _Tyr_, loin d’être une objection contre
les annales officielles et régulières des Phéniciens, devient plutôt une
preuve nouvelle et décisive de la composition tardive du livre juif
intitulé _Josué_, sans auteur nommé, ni temps connu.

Après la réduction de Tyr et de Jérusalem[192], Nabukodonosor,
possesseur tranquille de toute la Syrie, paraît s’être retiré à
Babylone, et y avoir passé le reste de son règne à la construction des
immenses ouvrages dont nous avons parlé, chapitre 3, page 121.

C’est l’indication qui résulte du silence absolu de _Bérose_ sur aucune
autre expédition étrangère et lointaine, et de celui de Josèphe, qui,
continuant l’histoire de la Judée à cette époque, et qui, ayant en main
les écrits de Bérose et des autres historiens, n’eût pas manqué de citer
une expédition importante; enfin c’est encore le résultat des écrits de
Jérémie, qui fut un écrivain contemporain et vécut plusieurs années
après la ruine de Jérusalem. En quel temps donc, à quelle époque faut-il
placer cette prétendue conquête de l’Égypte que supposent les écrivains
dits _ecclésiastiques_, et cette grande expédition de Nabukodonosor en
_Libye_ et en _Ibérie_, qui n’a de garant que Mégasthènes, cité ensuite
par Strabon, par Polyhistor, etc., par Josèphe, etc.?



CHAPITRE XV

Prétendue expédition en Égypte, en Libye, en Ibérie, sans preuves et
sans vraisemblance.


À l’égard de l’Égypte, Hérodote, qui a bien connu l’histoire de cette
contrée pendant toute cette période[193], n’indique pas un mot, ne
donne pas un soupçon de cette prétendue conquête, qui eût dû faire
beaucoup de bruit. Il y voyageait 100 ans après Nabukodonosor, et voici
l’extrait de tout ce qu’il dit de relatif à cette période.

Nékos, après un règne de 16 ans, meurt (en 602), sans autre échec que sa
dernière campagne (_bien détaillée par les Hébreux_). Psammis, son fils,
lui succède, sans la moindre mention d’une invasion récente de la part
des Chaldéens, dont les conquêtes se bornèrent au torrent d’Égypte,
selon les Hébreux. Psammis ne règne que 6 ans, et meurt (597) après
avoir fait en Éthiopie une expédition qui prouve sa sécurité. Son fils
_Apriès_ lui succède (en 596), et fut après Psammiticus, son bisaïeul,
le _plus heureux_ des rois ses prédécesseurs. Il règne 25 ans; il a sur
mer des succès contre les Sidoniens et les Syriens; mais il termine par
un revers contre les Kyrénéens. Ses troupes se révoltent, et couronnent
Amasis (en 570), qui le fait étrangler, et qui règne très-heureusement.
Dans tous ces règnes on n’aperçoit aucun indice, aucune trace de la
prétendue conquête des Babyloniens.

Jérémie, dont on réclame ici l’autorité comme prophète, prouve la
négative comme historien; car après la ruine de Jérusalem et
l’assassinat de Godolias, gouverneur chaldéen, les Juifs qui
craignaient la vengeance de Nabukodonosor, _se retirèrent en Égypte_,
dit Jérémie, _parce qu’ils crurent y vivre en paix et en sûreté_: donc
le pays n’était pas au pouvoir de Nabukodonosor. L’Égyptien Apriès y
régnait tranquille et heureux[194]. Il est bien vrai que Jérémie dit au
chapitre 44, «v. 30: Je livrerai Pharaon, _Haphra_ (Apriès), roi
d’Égypte, aux mains de ses ennemis, de ceux qui en veulent à sa vie,
comme j’ai livré Sédéqiah aux mains de Nabukodonosor, son ennemi.» Ceci
se rapporte à l’an 22 de Nabukodonosor (583). Vouloir s’autoriser de ce
verset pour prouver qu’Apriès fut détrôné par Nabonadius, c’est cumuler
fausse citation, faux raisonnement, confusion de dates et de
personnes[195]. D’autre part prétendre, comme l’ont fait quelques
savants plus pieux que prudents, qu’un événement a dû arriver, parce
qu’un prophète juif l’a prédit, c’est introduire en histoire une règle
subversive de tout ordre et de toute vérité: alors nous ne pourrons plus
refuser aux Indiens et aux Chinois de raisonner par nos propres
principes, et on voit l’abus qui en résultera. Ici la vérité est que
dans les prophéties juives, comme dans les autres, il faut, selon le
conseil de plusieurs sages théologiens, distinguer les _prophéties
comminatoires_, des _prophéties exécutives_. Dans la première classe,
par exemple, fut celle de Jonas sur la ruine de Ninive: voudra-t-on,
comme ce prophète, reprocher à Dieu de n’avoir pas détruit un grand
peuple pour satisfaire à une prédiction? La prophétie de Jérémie à
Taphnahs en Égypte, est du même genre, lorsqu’il proteste que le _trône
de Nabukodonosor sera un jour posé sur les pierres qu’il enterra près le
palais_. Si le silence absolu de l’histoire dément cet événement,
pourra-t-on forcer une telle barrière? D’ailleurs on peut dire que le
trône de Babylone étant passé à Kyrus, la prédiction s’accomplit dans la
personne de Cambyse, qui conquit l’Égypte et en devint roi.

Quant au récit de Mégasthènes, qui suppose que Nabukodonosor, _plus
vanté qu’Hercule même_ par les Chaldéens, avait franchi les colonnes
d’Afrique et conquis l’Espagne; qu’ensuite, selon le commentaire de
Strabon[196], il était revenu par la Thrace, etc., l’invraisemblance
d’une telle expédition à cette époque est trop choquante pour mériter
qu’on la discute. L’erreur vient d’une fausse acception du mot
_Ibériens_. Quelque auteur chaldéen mentionnant la conquête des Juifs,
les aura désignés par leur nom asiatique _Heberim_ (Hebræi); et soit
Mégasthènes, soit le traducteur qu’il employa, l’écrivain n’ayant pas
connu ce petit peuple ou cet ancien nom, l’a entendu des _Eberim_ ou
Ibères d’Espagne, ou de Colchide, dont le nom a la même orthographe et
peut-être la même étymologie[197].

En faveur de cette expédition de Libye, l’on a voulu invoquer un passage
de Salluste qui dit que[198] «selon les livres phéniciens trouvés chez
le roi Tempsal, une partie de l’ancienne population de l’Afrique s’était
composée de Perses, de Mèdes, d’Arméniens, venus par la mer à la suite
d’Hercule;» et parce que la langue des Berbères, qui descendent des
anciens _Mazikès_, offre en effet quelques mots persans, on a voulu s’en
prévaloir pour appliquer ce récit à Nabukodonosor, que les Africains
auraient pris pour Hercule[199].

Mais on n’a pas fait attention, 1° que les Mèdes, les Perses et les
Arméniens n’ont jamais été sujets de Nabukodonosor; 2° qu’il n’aurait pu
les licencier sans anéantir son armée, et qu’alors même cette époque
tardive, ils n’eussent pas été assez nombreux pour fonder un peuple; 3°
enfin que la vraie raison de ce fait historique se trouve clairement
indiquée dans le chap. 28 d’Ézéchiel, où cet écrivain dit à la ville de
Tyr:

«Ville superbe qui reposes au bord des mers, tu tiens à ta solde _le
Perse_, _le Lydien_; l’Égyptien. Tes murailles sont parées de leurs
boucliers et de leurs cuirasses. Tu portes ton commerce au loin dans des
pays (ou des îles). Tous les vaisseaux de la mer sont employés à tes
transports.»

On voit par ces phrases que les Tyriens eurent le même système militaire
que les Carthaginois, les Vénitiens, les Génois, en un mot que tous les
peuples marchands qui, pour économiser le sang de leurs concitoyens,
prennent à leur solde des étrangers mercenaires. Naturellement les
Tyriens durent trouver de tels stipendiaires dans les Arméniens, les
Mèdes et les Perses, qui nés soldats, durent préférer aux enrôlements
forcés de leurs rois, l’enrôlement volontaire chez un peuple libre qui
les payait bien. Les Phéniciens qui eurent de bonne heure des colonies
en Afrique, à Hippon, à Leptis, à Utique, y envoyèrent pour garnisons
ces soldats asiatiques, dont la cumulation pendant 6 ou 7 siècles avant
Nabukodonosor dut y jeter une masse capable d’influer sur la population
et le langage: les débris d’une armée débandée n’eussent pu produire un
tel effet. L’expédition d’Hercule, tout aussi invraisemblable que celle
de Nabukodonosor, se décèle par cela même, pour une allégorie dans
laquelle le _soleil_, dieu des Phéniciens, est personnifié roi et
conquérant, parcourant et soumettant tout le monde; et parce que les
principaux astres et les constellations également personnifiés en héros
étaient les patrons des divers peuples, par exemple, Persée; patron des
Perses, Jason, patron des Mèdes, Haïk ou Orion, patron des Arméniens; il
devint naturel de dire que ces peuples avaient suivi leurs chefs à
l’armée _céleste_, et à une expédition qui eut pour bornes les colonnes
d’Afrique et d’Espagne, attendu que là le soleil semblait finir sa
course dans l’Océan. Lisez l’histoire ancienne sans calcul et sans
précautions, vous n’y verrez qu’un roman souvent absurde; lisez-la avec
une défiance critique, elle finira par ne vous offrir que des tableaux
de faits naturels et probables.

Revenons aux rois de Babylone.



CHAPITRE XVI.

Derniers rois de Babylone jusqu’à Kyrus.


Le Kanon astronomique donne 43 ans de règne total à Nabukodn-osor... Par
conséquent il régna 25 ans depuis la prise de Jérusalem, arrivée l’an 18
de son règne, et sa mort arriva l’an 562 avant notre ère. Ayant été
marié vers l’an 606, déjà chef d’armée, l’on peut supposer qu’il eut à
cette époque 22 à 24 ans, ce qui place sa naissance vers l’an 628 à 630,
et donne à sa vie la durée très-naturelle de 70 ans. La chronique des
rois est d’accord avec le Kanon astronomique, lorsqu’elle dit: «La
37e année depuis que _Jhouakin_, roi de Juda, eut été déporté,
Aouil-Mérodak[200], roi de _Babylon_, en l’an 1er de son règne,
retira ce prince de la prison où il languissait.»

Jhouakin fut déporté, dans la même année où Sédéqiah lui fut substitué,
l’an 597: Aouil-Mérodak régna en l’an 561... L’intervalle est juste 37
ans[201].

Selon Bérose, «le caractère vicieux et méchant d’_Aouil-Mérodak_ le fit
tuer dans la seconde année de son règne, par Nériglissor, qui avait
épousé sa sœur[202].»

Nériglissor régna 4 ans, depuis 559 jusques et compris 556. Il doit être
ce _Labunet_ d’Hérodote, de qui Kroïsus attendit des secours en 558 et
557. Ce mot _Labun-et_ n’est pas autre que le _Nabu_ et _Nabun_ des
Hébreux et des Chaldéens, dans lequel l’_N_ est changé en _L_ par un cas
dont notre langue offre des exemples triviaux. Le peuple dit _écolomie_
au lieu d’_économie_. Il est singulier de trouver cette altération dans
le nom de _Labo_-roso-achod, fils et successeur de Nériglissor.

«Ce prince encore très-jeune, ayant montré des inclinations perverses,»
dit Bérose, «ses courtisans tramèrent un complot et le massacrèrent.
Après sa mort, les conjurés déférèrent unanimement la couronne à un
certain Babylonien appelé _Nabonide_, qui avait été de la conspiration.
Sous _Nabonide_, les murs des quais le long du fleuve furent
reconstruits avec plus de magnificence: à la 17e année de son règne,
Kyrus venu de la Perse avec une armée immense, ravagea la Babylonie.
Nabonide, étant sorti de Babylone et lui ayant livré bataille, fut
entièrement défait et se sauva avec peu de suite à Borsippa. Kyrus,
maître de Babylone, et voyant le caractère mobile de ses habitants
(toujours disposés à quelque sédition), résolut d’abattre les
fortifications. Il marcha ensuite contre Borsippa, pour y assiéger
Nabonide; mais parce que celui-ci lui rendit volontairement les armes,
Kyrus le traita avec douceur et lui assigna pour demeure la province de
_Kerman_, où Nabonide vécut (paisiblement) le reste de ses jours[203].»

Ce récit est tellement circonstancié, et son auteur est d’un tel poids,
que l’on ne peut élever contre lui aucune opposition raisonnable.....
Hérodote n’est point aussi détaillé; mais loin de le contredire, il
semble s’accorder avec Bérose et le confirmer.

«Kyrus, «dit-il,» après avoir traversé le Gyndès, continua sa route
vers Babylone; les Babyloniens, ayant mis leurs troupes en campagne,
l’attendirent de pied ferme: lorsque Kyrus s’approcha de la ville, ils
lui livrèrent bataille; mais ayant été vaincus, ils se renfermèrent dans
leurs murs.»

Hérodote ne fait point ici mention de leur roi. Mais parce qu’il a dit
dans l’article précédent, que ce fut _contre lui que marcha_ Kyrus, il
s’ensuit qu’il dut commander selon l’usagé des temps.

«Les Babyloniens, qui depuis long-temps savaient que Kyrus ne pouvait
rester tranquille et qu’il attaquait également toutes les nations,
avaient fait un amas de provisions pour un grand nombre d’années; aussi
le siège ne les inquiétait-il en aucune manière.»

Ceci correspond très-bien à la précaution prise par Nabonide de relever
les murailles des quais. Hérodote raconte ensuite comment, ayant déjà
passé beaucoup de temps en des attaques inutiles contre la ville, Kyrus
reçut le conseil, ou conçut de lui-même l’idée de détourner le fleuve de
son lit, précisément par le même moyen qu’avait imaginé Nitokris pour
fonder les piles du pont et les quais de la ville; comment les Perses,
ayant pris leur route dans le lit du fleuve ainsi mis à sec, eurent
encore le bonheur de trouver ouvertes les petites portes d’airain
pratiquées aux murs des quais, et de surprendre ainsi les habitants,
_qui par hasard ce jour-là célébraient une fête_ et ne s’occupaient que
de danses et de plaisirs. C’est ainsi, dit Hérodote, sans rien ajouter
sur le sort du prince détrôné, que Babylone fut prise _pour la première
fois_; il dit ailleurs comment elle fut prise _une seconde fois_ par
Darius, 32 ans après[204].

Rien, comme l’on voit, ne dément Bérose ni Mégasthènes: il est probable
que la sortie exécutée par Nabonide eut pour motif secret la crainte
qu’il eut de quelques factions, et de ce caractère mobile des
Babyloniens, qui alarma Kyrus même. Ce soupçon est autorisé par sa
retraite à Borsippa avec peu de monde, et enfin par sa reddition
volontaire.

Il est moins facile de concilier nos trois auteurs au sujet de sa
parenté; car tandis qu’Hérodote le prétend fils de Nitokris et de
Nabukodonosor, Mégasthènes assure qu’il n’était point parent de
Laboroso-achod, qui néanmoins, par sa mère, dut être petit-fils de ce
monarque: Bérose semble être du même avis, quand il emploie ces mots:
_un certain Nabonide, Babylonien_, et cependant _Nabonide_ porte la
signification de fils de Nabon; Bérose a-t-il rougi du prince qui
survécut à la perte de son trône et de son pays?

Nous ne voyons pas comment Hérodote, voyageur étranger, peut avoir
raison contre Bérose et Mégasthènes, tous deux d’accord ici, tous deux
revêtus d’emplois publics: admettons qu’il soit en erreur; elle a peu
d’importance, puisqu’elle ne change rien à l’ordre des temps, qui est
notre principal objet.

Kyrus devint roi de Babylone l’an 538; il avait commencé son règne sur
les Mèdes et les Perses l’an 560; il avait pris Sardes et détrôné Krésus
l’an 557. Quel fut l’emploi des 18 ans d’intervalle? Hérodote nous
l’indique d’une manière satisfaisante, dans les chapitres 153, 179 et
180 de son livre Ier. Il dit en substance: «qu’après la prise de
Sardes et l’établissement d’un gouverneur, Kyrus reprit la route
d’Ecbatane, ayant en vue de nouvelles conquêtes. Les Babyloniens, les
Bactriens, les Sakes ou Scythes, et les Égyptiens, étaient autant
d’obstacles à ses projets; il résolut de marcher en personne contre ces
peuples; il envoya Harpages, l’un de ses généraux, contre les Ioniens,
tandis que lui-même en personne subjugua toutes les nations de l’Asie
supérieure, sans en omettre aucune. Je les passerai la plupart sous
silence,» continue l’historien, «me contentant de parler de celles qui
lui donnèrent le plus de peine: lorsqu’il eut réduit sous sa puissance
tout le continent, il songea à attaquer les Assyriens.

«Arrivé au fleuve _Gyndès_, l’un des chevaux blancs consacrés au soleil
saute dans l’eau et se noie. Kyrus, indigné de l’insulte du fleuve,
veut l’en punir; il suspend l’expédition contre Babylone, et il passe
tout un été à saigner le fleuve en 360 canaux qui l’épuisèrent (autant
de canaux que de jours dans l’an). Au second printemps, il reprend sa
route contre Babylone. Les habitants sortent au-devant de lui, il les
bat: rentrés dans leurs murs, ils s’inquiètent peu du siége, parce
qu’ils avaient amassé des vivres pour plusieurs années. Kyrus se trouva
dans un grand embarras; car _depuis long-temps_ il assiégeait la place,
et il n’était pas plus avancé que le premier jour.»

Calculons Kyrus part au printemps; il perd l’été: au second printemps il
arrive devant Babylone; le siége dure _long-temps_, supposons 18 _mois_;
il aura pris Babylone la 3e année depuis son départ: il la prit l’an
539; par conséquent il partit de Perse l’an 541. Il a dû passer au moins
2 ans en préparatifs (543); les 14 années depuis la prise de Sardes
furent donc employées à subjuguer tous les peuples de la Haute-Asie et
de la mer Caspienne jusqu’au Caucase. Or, dans un siècle où des villes
fortes par la nature ou par l’art soutenaient des sièges de 8 et 10 ans,
ce ne fut pas trop de 14 années pour soumettre des pays remplis de
semblables villes, et des peuples montagnards cités de tout temps pour
très-belliqueux.



CHAPITRE XVII.

Du livre intitulé Cyropédie de Xénophon.


Le règne de Kyrus, qui est le terme de grandes difficultés
chronologiques, se trouve clairement établi dans toutes ses dates. Si
Ktésias diffère d’Hérodote sur quelques circonstances de la vie de ce
prince, l’on peut dire qu’il ne le dément point sur le fond. Il n’en est
pas de même du philosophe Xénophon, dont le livre intitulé _Kyropædie_,
ou _Éducation de Kyrus_, suscite une telle controverse, qu’il faut
nécessairement que l’un des deux auteurs ait été trompé grossièrement ou
ait eu l’intention réfléchie de faire un roman. Ce procès entre Hérodote
et Xénophon a beaucoup divisé les modernes. Les uns ont voulu considérer
la _Kyropædie_ comme l’histoire véritable de Kyrus, tandis que d’autres
n’ont vu dans cet écrit qu’un roman politique dicté par un motif et pour
un but de circonstance. Les plaidoyers produits à ce sujet depuis deux
siècles, formeraient eux seuls dix gros volumes: néanmoins la question
est simple, si on l’envisage par son vrai côté. Nous autres Européens,
gens d’église ou de cabinet, qui discourons sur les rois et les
conquérants, nous sommes d’assez pauvres juges en fait de vraisemblances
ou de probabilités historiques, surtout pour des événements passés en
Asie il y a 2,400 ans. Les mœurs de cette contrée et de ces
gouvernements diffèrent tellement de nos usages, que même de nos jours
des gens de beaucoup d’esprit parlent de ce qui se passe en Perse et en
Turquie, d’une manière ridicule pour tout voyageur qui en a été le
témoin. Ce n’est point en traitant notre question au fond, en discutant
lequel des deux récits est le plus naturel (puisque la nature est pour
chacun son habitude), qu’il faut prononcer entre Hérodote et Xénophon:
c’est en établissant l’examen préalable de leurs motifs et de leurs
intentions; à cet égard les témoignages multipliés des auteurs anciens,
qui furent leurs contemporains plus ou moins médiats, nous fournissent
des moyens décisifs.

Diogène Laerce, qui a écrit la vie d’un grand nombre de philosophes
anciens, sur des mémoires originaux, atteste[205] «que Xénophon et
Platon, disciples de Socrate, mus de sentiments de jalousie et même
d’envie l’un contre l’autre, écrivirent, à dessein de se contredire, sur
les mêmes sujets; et qu’entre autres, Platon ayant écrit son _Livre de
la République_, Xénophon lui opposa le sien de _Kyropædie_, ou
_Éducation de Kyrus; par_ représailles; Platon dans son _Traité des
Lois_, appela ce livre une _fiction, attendu que Kyrus ne fut pas tel_.»
Athénée dans son _Banquet_[206] _des savants_, ouvrage si érudit, si
rempli d’anecdotes curieuses; atteste les mêmes faits, en insistant sur
le caractère de Platon, bien _différent de ce qu’on en croit
vulgairement_.

Aulugelle, ce père estimable, qui pour l’instruction de ses enfants,
tira de ses nombreuses lectures les notes que nous possédons sous le nom
de _Nuits attiques_; Aulugelle, en désirant d’ailleurs atténuer ce fait
qui le chagrine, convient cependant que «ceux qui ont écrit de si
excellentes choses sur la vie et les mœurs de Xénophon et de Platon ont
pensé qu’ils n’avaient pu se défendre de sentiments secrets de jalousie
et d’aversion, et ils en montrent certaines preuves plausibles dans
leurs propres écrits; par exemple, de n’avoir jamais fait mention l’un
de l’autre, quoique tous deux, et surtout Platon, aient nommé tous les
disciples de leur commun maître. Ils citent comme une autre preuve de
cette inimitié, que Xénophon ayant lu les deux premiers livres du beau
traité sur le meilleur gouvernement républicain que Platon publia
d’abord, il y opposa son traité du gouvernement monarchique ou royal,
intitulé _Éducation de Kyrus_; et ils ajoutent que Platon en fut si
piqué, que, dans un écrit suivant, il dit qu’à la vérité Kyrus avait été
un homme habile et courageux, mais qu’il n’avait rien entendu à la
science du gouvernement[207]».

Enfin Cicéron, si versé dans la littérature grecque, qui dans son voyage
à Athènes, comme dans ses conversations scientifiques à Rome, puisa la
connaissance des traditions biographiques; Cicéron écrivant à son frère
Quintus, lui dit: «Kyrus est peint par Xénophon, non comme vérité
historique, mais comme image d’un gouvernement juste; dans cet ouvrage,
le philosophe a su donner aux sujets les plus graves les formes les plus
gracieuses et les plus douces[208].»

Ainsi l’opinion des anciens, fondée en faits et en traditions de
première source, a été que la _Kyropædie_ de Xénophon est un pur roman
politique et moral, une sorte de censure de la république idéale de
Platon; ajoutons encore un panégyrique tacite du gouvernement royal,
sujet cauteleux à traiter devant les démocrates Athéniens. Voilà
pourquoi sans doute Xénophon s’est étudié à donner à son récit les
formes et les vraisemblances de l’histoire, et à placer son héros sur un
théâtre qu’il connaissait. Cela n’empêche pas qu’il ne trahisse son
secret, lorsqu’il prête au _Persan_ Kyrus, non-seulement la religion
d’un Grec, mais encore le langage d’un disciple de Socrate, à tel point
que toute la partie morale de son roman est la pure morale de ce
philosophe, souvent avec les _propres phrases de ses dits mémorables_,
recueillis par Xénophon, ou semés dans Platon, ainsi que l’a très-bien
démontré l’abbé Fraguier dans son analyse du livre de Xénophon.[209]
L’intention et la position de cet écrivain étant expliquées et connues,
on conçoit comment il dut écarter de l’histoire de son héros tout ce qui
eût altéré le caractère juste et vertueux qu’il lui donnait. Un premier
fait choquant était la rébellion de Kyrus contre son aïeul, et son
usurpation du trône de Médie, attestées par Hérodote et avouées par
Ktésias. Pour déguiser ce trait, Xénophon, s’appuyant du récit
d’Hérodote, donne à Kyrus Mandane pour mère, Astyag pour aïeul, et le
Persan Cambyse pour père; mais il suppose que ce dernier fut roi de
_Perse_, quand à cette époque les Perses, tributaires des Mèdes,
n’avaient de _roi_ que dans le sens de _satrape_. Puis, afin de sauver à
Kyrus le rôle odieux de détrôner _son aïeul_, il suppose qu’Astyag eut
un fils appelé _Kyaxarès_, frère de Mandane, lequel succède légitimement
à leur père: et enfin supposant encore à ce _Kyaxarès_ une fille unique,
il la marie avec Kyrus, qui, par tous ces moyens, arrive à l’empire en
tout bien et en tout honneur.

Dans la question que nous venons d’exposer, il est remarquable que les
partisans les plus distingués de Xénophon sont des gens de robe,
ecclésiastique; l’archevêque Ussérius, l’évêque Bossuet, le doyen
Prideaux, le recteur Rollin, l’abbé Banier, le pieux chevalier
Marsham[210]. Pourquoi cela? par la raison que le récit de Xénophon
prête à l’un des livres canoniques juifs un appui que lui refuse celui
d’Hérodote, et que, prenant l’oncle prétendu de Kyrus (Kyaxarès) pour le
_Darius mède_ amené par Daniel au siége et au trône de Babylone, ils
trouvent dans la _Kyropædie_ un témoignage qui leur est refusé par toute
l’histoire.

Ce livre de Daniel a jeté les chronologistes dans des embarras
inextricables, parce qu’ils ont posé d’abord en principe ce qu’il
fallait discuter comme question..... Qu’est-ce que le livre intitulé
_Daniel_? Si le lecteur a la patience d’en lire une courte analyse, il y
trouvera les moyens de juger par lui-même.



CHAPITRE XVIII.

Du livre intitulé Daniel.


«L’an 3 de Ihouaqim, roi de Juda, Nabukodonosor vint assiéger Jérusalem,
et Dieu livra en ses mains Ihouaqim et une partie des vases sacrés, que
Nabukodonosor emporta dans la terre de Sennar et plaça dans le temple de
son dieu[211].»

Cette date de l’an 3 répond à l’an 605. Nous avons vu, par 3 passages de
Jérémie, que Nabukodonosor ne fut roi que l’année suivante, 604, 4e
de Ihouaqim: la bataille de Karkemis ne fut livrée qu’en cette année
4e, et jusque-là Nékos avait été le maître de la Syrie et de la
Judée. Si Nabukodonosor prit Jérusalem et le roi Ihouaqim, ce ne put
être qu’en 604, et par les suites de cette victoire; par conséquent la
date de l’an 3 est impossible. Et comment imaginer que Nabukodonosor eût
assiégé Jérusalem, pris le roi, enlevé les vases, sans que Jérémie, qui
jouait alors un rôle très-remarquable d’opposition au roi, eût dit un
seul mot de ces événements? Le livre des Rois n’en fait aucune mention,
et le récit de ces deux autorités est tel, que l’on ne saurait y adapter
cet anachronisme; enfin l’historien Josèphe, qui eut sous les yeux tous
les détails du récit de Bérose, n’indique rien de semblable. La source
de cette erreur se trouve dans les Paralipomènes, chap. 36, ainsi que
nous l’avons remarqué ci-devant, page 237, à l’occasion d’un passage de
Polyhistor; et cette conformité nous devient déjà un indice de la
tardive et posthume composition du livre intitulé Daniel. Maintenant,
que deviendront les règles de la critique en histoire, si les autorités
que nous citons ne l’emportent pas sur celle d’un livre apocryphie, sans
date et sans nom d’auteur? car un auteur n’a jamais dit, en parlant de
lui-même: «_Or Daniel vécut jusqu’à l’an Ier de Kyrus_[212].»

On suppose que Daniel, enlevé jeune en l’an 3, est emmené dans la terre
de _Sennaar_, expression sans exemple pour désigner Babylone; qu’il y
est élevé dans les sciences des Chaldéens, qui, comme l’on sait,
consistaient surtout en _astrologie et divination prohibées par Moïse_.

Chap. 2. L’an 2 de son règne (603), Nabukodonosor a un songe qui
l’alarme; il fait venir les _voyants_ ou _prophètes_ (shoufim), les
devins et les _découvreurs_ (makshafim); ils ne le satisfont
point[213]: Daniel est appelé, et il explique le songe fameux de la
statue d’or aux pieds d’argile, et des 4 grands empires (le _Babylonien_
à blason d’or le _Perse_ à blason d’argent, le _Macédonien_ à blason
d’airain, et le _Romain_ à blason de fer).

Comment cette allégorie d’un genre tout grec se trouve-t-elle dans un
auteur juif? Le grand monarque Nabukodonosor se prosterne devant son
page le juif _Daniel_, et cependant peu après, irrité contre ses 3 amis
juifs, qui refusent d’adorer le dieu _Bel_, il les fait jeter dans un
brasier ardent, où ils se promènent en chantant, et d’où ils sortent
sains et _frais_.

Au chapitre 4 vient l’histoire du grand arbre coupé et de Nabukodonosor
changé en bête.--Chap. 5. Puis, sans transition, se présente Balthasar,
fils de Nabukodonosor, qui donne un grand festin que trouble
l’apparition de trois mots sur la muraille; Daniel les explique..... Le
royaume de _Balthasar_ est livré aux _Mèdes_ et aux _Perses_... _La nuit
suivante Balthasar est tué et Darius règne dans Babylone_.

Chap. 6. Le roi Darius établit 120 _gouverneurs_ ou satrapes pour
gouverner les 120 provinces de son empire, et 3 visirs supérieurs, dont
l’un est Daniel. Darius fit un édit conformément _aux lois des Mèdes et
des Perses_, et par suite de cet édit Daniel fut jeté dans la fosse aux
lions, qui ne le touchèrent pas; et _il continua de vivre_ jusqu’au
règne _de Darius et de Kyrus le Perse_.

Les chap. 7 et 8 contiennent encore des visions de Daniel, l’une l’an
1er, l’autre l’an 3 de _Balthasar_, quoique ce prince soit mort au
chap. 5.

Chap. 9. L’an 1er de Darius, Daniel voit dans les livres que le
nombre des 70 années prédites par Jérémie touche à son terme: «70
sabbats (ou semaines d’années),» dit-il à Dieu, «ont été décrétés sur
votre peuple.»

Chap. 10. L’an 3 de Kyrus, nouveau songe de Daniel. Enfin chap. 11.
«L’an 1er de Darius, je l’aidai sans cesse à gouverner, et je vous
dirai la vérité: il y aura en Perse 3 rois[214]. Le 4e amassera de
grands trésors, et il fera la guerre aux Grecs (Xercès); puis s’élèvera
un roi puissant qui fera tout ce qu’il voudra. Son empire sera divisé
aux 4 coins du ciel et ne passera point à ses enfants (Alexandre). Puis
un roi du midi (Ptolomée), dont un général (Séleucus) deviendra plus
puissant que lui.... Puis les guerres de Syrie et la désolation du
temple (sous Antiochus Epiphanès) (l’an 170 Av. J.-C.).»

Tel est le plan sommaire du livre intitulé _Daniel_. Si de nos jours un
tel livre était découvert parmi les manuscrits sanscrits de l’Inde; si
les brahmes nous présentaient un tel _shastra_ comme réellement écrit au
temps des rois de Babylone, nous ne manquerions pas de leur opposer les
axiomes de critique établis par eux-mêmes; nous leur dirions, avec les
savants anglais Maurice et Bentley[215], que «tout livre est suspect
d’altération et même de supposition, lorsqu’il contient des faits
postérieurs à l’époque de son auteur; et quant au style prophétique
employé par les compositeurs, nous insisterions sur la remarque de M.
Bentley, à l’occasion du _souria sidhanta_, savoir: que de l’aveu des
brahmes les plus honnêtes et les plus probes, _il s’est fréquemment et
depuis long-temps_ composé en Asie des livres apocryphes dans lesquels
on a donné au récit une forme prophétique _pour imposer plus de respect
et de croyance à la foule des lecteurs_.»

Maintenant, pourquoi ce qui est juste vis-à-vis des Indous ne le
serait-il pas vis-à-vis des Juifs? Pourquoi, dans la cause d’autrui,
emploierions-nous d’autres poids et d’autres mesures que dans la nôtre?
Nos théologiens, ayant à leur tête saint Jérôme[216], déclament contre
le platonicien _Porphyre, parce qu’il écrivit un livre pour prouver que
les prophéties de Daniel n’ont point été écrites par un homme de ce
nom, mais par un Juif anonyme, contemporain d’Antiochùs Epiphanès_[217],
_et qu’il fallait bien moins_ les regarder comme prédiction de ce qui
doit arriver, que comme narration de ce qui s’était déjà passé.» Mais
nos théologiens ne font pas attention que Porphyre a raisonné d’après
les mêmes principes que nos savants biblistes et nos missionnaires dans
la Chine et dans l’Inde. Or, si l’on applique au livre juif intitulé
_Daniel_ les principes par lesquels on juge les _shastras_ et les
_pouranas_, il n’est aucun _jury_ équitable qui n’admette les
propositions suivantes:

1° Que l’on ne connaît au livre de Daniel aucune date de composition;

2° Qu’il est hors de raison et de probabilité qu’un auteur dise de
lui-même _qu’il a vécu jusqu’en tel temps_, et qu’en outre il y a
contradiction entre le passage _qu’il vécut jusqu’à l’an_ 1er _de
Kyrus_ (ch. 1er, vers. dernier), et qu’_il eut une vision l’an_ 3e
_de ce même prince_ (chap. 6;);

3° Que le caractère vraiment prophétique ne peut être constaté que par
l’antériorité bien authentique de l’oracle;

4° Que la _chronologie_ dudit ouvrage, dans la partie des rois de
Babylone, ne peut se concilier avec celle des historiens authentiques;

5° Que la partie mythologique porte évidemment le caractère de la
mythologie persane et zoroastrienne;

6° Et que le style employé par l’auteur anonyme offre plusieurs mots
persans et même grecs, contraires au génie de l’idiome hébreu, et qui ne
se trouvent dans aucun autre livre de cette langue[218];

7° Que, selon la remarque de saint Jérôme (p. 2074, tom. III), _les
prophéties de ce livre sont si énigmatiques, si obscures, que pour les
comprendre il faut avoir lu une foule d’historiens grecs d’une époque
tardive, entre autres Polybe et Possidonius_; d’où il résulte, d’une
part, qu’étant inintelligibles, lues isolément, elles ne peuvent
impliquer croyance; et d’autre part, que, comparées avec l’histoire,
elles en contiennent de tels détails, que l’on a droit de supposer que
l’auteur les a connus et les a vêtus à sa manière.

Par tous ces motifs, il est constant que le livre de Daniel est un
ouvrage apocryphe d’une date postérieure de plusieurs années à Antiochus
Épiphanès; on peut même dire, dont la composition a été faite à diverses
reprises et par plusieurs mains, dont la dernière a dû tarder jusqu’à
l’entrée des Romains en Syrie.

Ces faits bien reconnus, on aperçoit à plusieurs problèmes
chronologiques de _Daniel_ une solution facile qu’ils n’ont reçue dans
aucune autre hypothèse. A l’époque tardive où vécut le principal auteur,
on conçoit que, semblable à ses confrères les auteurs de _Judith_,
d’_Esther_, de _Tobie_; de _Bel_ et _Dagon_, et autres apocryphes, il
put être mal instruit de certaines parties d’histoire comprises dans son
plan, et qui n’avaient été traitées que dans la langue grecque, peu
cultivée jusqu’alors en Judée[219]. Par exemple, lorsqu’on analyse tout
ce qu’il dit de _Balthasar_, de _Darius le Mède_, et de _Kyrus_, on se
convainc qu’il a confondu et pris pour un seul et même événement les
deux siéges et les deux prises de Babylone, mentionnés par Hérodote à 2
dates différentes; l’une en l’an 539 sous Kyrus, l’autre en l’an 507 ou
506 sous Darius, fils d’Hystaspes: de manière que, n’ayant point d’idée
claire du second siége, il a attribué le premier à _Darius_, qu’il a cru
être _un roi mède_, trompé probablement à cet égard par le récit de
Xénophon.

La confrontation d’Hérodote va justifier notre opinion. Selon cet
historien, _un premier siége de Babylone_ eut lieu sous Kyrus. «Cette
grande ville «fut prise alors, pour la première fois, par l’armée _des
Perses et des Mèdes_ réunis. Le roi de Babylone, à cette époque, était
fils de Nitokris, et s’appelait _Labynet_, comme son père
(Nabukodonosor). Ce jour-là les Babyloniens célébraient une fête, et ne
s’occupaient que de plaisirs et de danses[220].»

N’est-ce pas là le texte de Daniel? Balthasar est fils de Nabukodonosor
(_Labynet_). Ce roi _célèbre une grande fête_; on ne s’occupe que de
_festins_ et de plaisirs. _La ville est prise par les Mèdes et les
Perses_. Voilà bien le siége de Kyrus; mais, selon _Daniel_ (ch. 5,
vers. dernier), ce fut _Darius Mède_, qui régna âgé de 62 ans. Écoutons
Hérodote: «L’an 15 de Darius, fils d’Hystaspes, la ville de Babylone se
révolta contre ce prince; elle subit alors un second siége qui dura 20
mois; enfin, par l’effet d’un stratagème, _elle fut prise une seconde
fois_ par l’armée des Perses et des Mèdes réunis; et Darius régna (de
nouveau) dans Babylone[221]. Ce fut même ce prince,» nous dit ailleurs
Hérodote, «qui le premier divisa en 20 grands gouvernements ou satrapies
la masse de l’empire perse jusqu’alors confuse.»

Nous disons que, trompé par ce second siége, l’auteur de Daniel a placé
au premier siége un Darius Mède, qui n’est que le fils d’Hystaspes: la
preuve en est dans tous les caractères qu’il donne à ce roi.

1° Il lui fait diviser l’empire perse en satrapies, comme Hérodote: le
nombre n’est pas le même; au lieu de 20, c’est 120; mais cela peut venir
d’une autre méprise. Josèphe nous apprend que _Xercès étant mort_, son
trône passa à son fils _Kyrus_, appelé _Artaxercès_ par les Grecs,
lequel _Kyrus_ divisa l’empire en 120 _satrapies_[222]. L’anonyme
n’aurait-il pas confondu ce Kyrus avec le premier?

2° Il dit que Darius fut fils d’_Ahshouroush_, et de _race mède_; mais
Ahshouroush n’est pas autre que _Cambyses_, comme il résulte du chap. 4
d’Ezdras. Ne connaissant point Smerdis, l’anonyme a cru que Darius, à
titre de successeur de Cambyses, était son fils. Aussi ne compte-t-il
que trois rois jusqu’à Xercès. Dès lors il a dû le faire de race mède,
puisque Kyrus, père de Cambyses, était petit-fils d’Astyag.

3° Sans cesse il joint l’idée et le nom de Darius au nom et à l’idée de
Kyrus... Daniel, dit-il, vécut _jusqu’à l’an_ 1er _de Kyrus, et il
continua de vivre jusqu’au temps de Darius et de Kyrus_.

4° L’an 1er de Darius, il lit dans les livres (de Jérémie), et il
trouve que les 70 _ans_ de captivité ou de désolation _touchent à leur
terme_. Ce trait est décisif; car, si de l’an 587, où commença la
captivité sous Nabukodonosor, vous descendez à l’an 520, qui fut la
seconde année de Darius (année dans laquelle ce prince rendit son édit
pour rebâtir le temple), vous aurez 68 _ans révolus_, qui sont le _terme
très-voisin_ de 70; enfin il est remarquable qu’un des plus anciens
chronologistes chrétiens, _Maxime le martyr_, donnant une liste des rois
de Babylone, après Kyrus et Cambyses, nomme _Darius_ avec son épithète
de _Mède_, ce qui prouve l’identité alors supposée du fils d’Hystaspes
et du prétendu Darius de Daniel[223]. Maintenant si, comme nous le
pensons, la méprise est incontestable, tout le livre de Daniel est jugé.
Il n’est plus nécessaire de rechercher de quelle date doivent partir ni
_les 7 semaines_ qu’il compte depuis _l’ordre de rebâtir jusqu’à l’oint
de Dieu_, ni les 62 semaines _qu’il compte de là jusqu’à
l’extermination_ d’un autre oint[224]. Seulement il convient de
remarquer que la conversion des jours de ces semaines en années est
totalement arbitraire; que les deux sommes ne doivent pas être réunies,
comme l’a voulu _Africanus_, qui, par une autre erreur, compte 70 au
lieu de 69, et cela, pour avoir une somme de 490 ans, _dont le départ_,
dit-il, _est l’an 20 d’Artaxercès_. Mais si, comme il est de fait, l’an
20 d’Artaxèrcès correspond à l’an 445, la prophétie prétendue n’est pas
applicable au cas que l’on indique... Au reste, il suffit de lire
l’_aventure des trois jeunes gens dans la fournaise, celle de Daniel
dans la fosse aux lions, et la métamorphose du roi de Babylone en
quadrupède paissant et broutant_, pour voir que tout le livre doit être
joint à celui _de Bel et Dagon_, et partager la sentence portée par les
théologiens mêmes contre cette fabuleuse production[225].

Relativement au roi de Babylone, l’historien Mégasthènes[226] rapporte,
d’après les Chaldéens, que Nabukodonosor eut une maladie qui semblerait
avoir été ou la _manie_, ou l’_épilepsie_, l’une et l’autre regardées
comme un _mal divin_, et que, dans un accès de ce mal, il émit une
prophétie sur la prise de Babylone par Kyrus. Ce trait prouve que les
prophéties étaient la mode de ce temps-là et le goût général des
peuples. Lorsqu’une grande catastrophe arrivait, on la trouvait
toujours prédite dans quelque livre ancien, avec d’autant plus de
facilité qu’il n’en coûtait que l’insertion d’un feuillet de papyrus, ou
de palmier, ou même d’un seul verset, dans les manuscrits reliés à
l’indienne: le vainqueur en était flatté, apaisé, et le vaincu se
consolait par la persuasion que l’événement était dû aux immuables
décrets de la fatalité.



CHAPITRE XIX.

Résumé.


Maintenant, si nous résumons ce long article des Babyloniens, nous
trouverons pour principaux résultats:

1° Que Babylone n’eut de rois héréditaires et indépendants connus, que
pendant environ 80 ans, ou 1 siècle au plus, c’est-à-dire depuis
Nabopol-asar inclusivement, jusqu’à la conquête des Perses, sous Kyrus;

2° Qu’avant Nabopol-asar, remontant jusqu’à Bélésys-Mérodak, ses rois
purent jouir, pendant un temps, de l’indépendance accordée à tous les
sujets de Ninive renversée; mais qu’ensuite ils reconnurent la
suzeraineté des Mèdes jusqu’au règne de Nabopol-asar;

3° Qu’avant Bélésys ses _rois_ ne furent réellement que des pachas ou
satrapes du _grand roi_, ou _sultan_ de Ninive, maître de toute la
Haute-Asie depuis Ninus et Sémiramis;

4° Que Sémiramis fut véritablement la fondatrice de la _grande_
Babylone, par la création qu’elle fit des ouvrages de fortification et
d’assainissement auxquels cette cité dut sa splendeur;

5° Qu’avant Sémiramis il existait en ce même lieu un _temple de Bel_
ayant la forme d’une pyramide, que les traditions chaldéo-juives
désignent sous le nom de _tour de Babylon_ ou _Babel_, et les historiens
grecs sous les noms divers de _palais_, de _tombeau_, de _citadelle_, de
_tour de Bel_;

6° Que cette tour ou pyramide fut essentiellement un _observatoire
d’astronomie_, le foyer antique et mystérieux des sciences de ces
prêtres _chaldéens_ dont les Grecs font remonter l’origine à des temps
inconnus; ce qui s’accorde très-bien avec la date de 3195 ans avant
J.-C., que les calculs phéniciens et juifs assignent à la fondation de
cette _tour_;

7° Qu’un établissement de ce genre prouve l’existence d’un peuple
civilisé tel que l’indique Ktésias à l’époque où Ninus subjugua la
Babylonie;

8° Que ce peuple fut d’origine et de sang _arabe_, spécialement de la
branche éthiopienne ou _Kushite_, ce qui lui donne des affinités
particulières avec les nations _phéniciennes_;

9° Que ces affinités sont confirmées par le _langage_ et par le
_système_ alphabétique appelés _chaldaïques_, dont on trouve l’usage
chez les Chaldéens jusqu’à une époque très-reculée;

10° Que si maintenant les briques des murs de Babylone nous offrent une
écriture d’un système différent, c’est parce que Sémiramis, qui bâtit
ces murs, dut employer l’écriture du peuple vainqueur qu’elle
commandait, c’est-à-dire les _caractères assyriens_ que Darius fit
graver sur le monument de sa guerre contre les Scythes; et si Darius
employa ces _caractères assyriens_, c’est parce que ceux des Perses ses
sujets étaient du même système, et que sans doute ils en avaient été
empruntés pendant les 500 ans que les _Perses_ furent gouvernés par les
Assyriens de Sémiramis. Nous pourrions pousser plus loin nos inductions
sur ces antiquités; mais nous aurons l’occasion de les reprendre dans
l’article des Égyptiens, dont il nous reste à traiter.



CHRONOLOGIE

DES

ÉGYPTIENS.



CHAPITRE PREMIER.


La chronologie de l’ancienne Égypte se trouve juste au même degré
d’obscurité où la prit et la laissa John Marsham en 1672[227], avec
cette différence, qu’à cette époque les passages des anciens auteurs,
relatifs à ce sujet, étaient disséminés dans une foule de livres et de
manuscrits, et que Marsham, en ayant rassemblé le plus grand nombre, en
a rendu la discussion plus aisée. Si les sociétés savantes qui proposent
des prix annuels eussent systématisé cette méthode et ordonné d’abord
le tableau de tous les fragments relatifs au sujet proposé, elles
eussent beaucoup hâté les progrès de la science. On aurait cru que la
magnifique _Collection des monuments égyptiens_ récemment publiée par la
commission des savants français eût dû nous donner des renseignements
nouveaux; mais cette Collection ne semble avoir ajouté que de nouveaux
problèmes. Nous sommes réduits presque aux mêmes moyens d’instruction
que nos prédécesseurs; et cependant nous en avons déduit des résultats
absolument différents. Pourquoi cela? parce que nous avons opéré par une
méthode impartiale absolument différente, ainsi que le lecteur va le
voir dans les chapitres suivants.

Les documents que nous ont transmis les anciens auteurs se réduisent à
des extraits de livres originaux, maintenant perdus, à des fragments
altérés dans leur passage d’une main à l’autre; en un mot, à des idées
vagues et même quelquefois contradictoires: il ne faut donc pas
s’étonner si des interprètes partiaux, chacun en son sens, n’ont pu
s’accorder sur des hypothèses privées de base; et il ne faudrait pas
s’étonner encore si nous-mêmes aujourd’hui, quoique appuyés sur tout ce
qui subsiste d’autorités textuelles, nous n’arrivions pas à un degré
d’évidence et de certitude dont les moyens nous sont refusés... En de
telles matières on ne peut prétendre qu’aux probabilités les plus
raisonnables. Commençons par établir nos moyens d’instruction: ils
consistent, 1° en un tableau sommaire inséré par Hérodote en son second
livre, et qu’il nous donne comme étant le résumé de tout ce que les
prêtres de Thèbes, de Memphis et d’Héliopolis répondirent à ses
questions, comme étant la substance de leur doctrine historique à
l’époque où vivait l’auteur. Pour bien apprécier le mérite de cette
pièce, il est nécessaire d’observer qu’Hérodote visita l’Égypte 65 ans
seulement (vers l’an 460 avant notre ère) après que les Perses eurent
soumis ce pays à leur domination. L’invasion et le mélange de ces
étrangers commencèrent d’introduire bien des altérations dans les lois,
dans les mœurs et les doctrines nationales; mais parce qu’après la
courte tyrannie de Kambyse, le régime tolérant de Darius Hystaspe et de
ses successeurs permit au peuple égyptien de revenir à son caractère,
l’on peut croire que le système indigène ne fut encore ni oublié ni
changé: il dut au contraire se retremper, lorsque, 77 ans après le
séjour d’Hérodote (l’an 413 avant J.-C.), le peuple égyptien, las des
vexations des Perses, secoua le joug du _grand roi_ (Darius Nothus), et
se reconstitua peuple indépendant sous le gouvernement d’Amyrtée[228].
Les Égyptiens se trouvèrent alors dans une situation politique et
morale semblable à celle du peuple juif au moment où, conduit par les
Machabeés, il brisa le joug des Grecs et reprit son caractère national
avec un enthousiasme mesuré sur sa haine des étrangers.

En Égypte comme en Judée, le peuple insurgé eut à lutter, sous tous les
rapports, contre les prétentions du peuple dominateur, et il dut exister
une guerre diplomatique et littéraire à laquelle on n’a point fait assez
d’attention. Nous verrons bientôt l’importance de cette remarque.

Après 63 ans d’indépendance, les Égyptiens retombèrent sous le joug des
Perses, qui prirent à tâche d’effacer tout ce qui fut contraire à leur
pouvoir et même à leurs opinions..... Les Grecs d’Alexandre, successeurs
des Perses, altérèrent encore plus le caractère égyptien, en ce que,
par la douceur de leur régime, ils vainquirent l’antipathie nationale,
et finirent par amener le peuple à l’adoption de leurs mœurs et même de
leur langue.

Cette époque nous fournit le second de nos documents historiques
provenant du livre que le prêtre égyptien Manéthon composa vers l’an 270
avant J.-C., près de deux siècles depuis Hérodote. A cette époque,
Ptolomée-Philadelphe provoquait la traduction des livres juif, des
livres chaldéens et de tous les livres orientaux; Manéthon, encouragé
par ce prince, constitué par lui chef de toutes les archives
sacerdotales, publia en langue grecque une compilation de trois volumes
qu’il dit être la substance des chroniques anciennes: malheureusement
cette compilation s’est perdue, et il ne nous reste qu’un squelette de
listes qui, altérées par le prêtre _Jules-Africanus_, par l’évêque
Eusèbe Pamphile, et par le moine Georges le Syncelle, retracent bien mal
l’original. Néanmoins elles suffisent à rendre sensible la différence
notable qui existe entre Hérodote et Manéthon sur plusieurs chefs,
notamment sur l’époque de Sésostris Manéthon, se prévalant de sa qualité
d’indigène, a prétendu que l’auteur grec avait erré ou menti en beaucoup
de cas. Mais puisque Hérodote proteste qu’il n’a été que l’écho fidèle
des prêtres, dont les récits choquent quelquefois son bon sens, nous
n’avons pas le droit de l’inculper: il y a plutôt lieu de croire que
c’est ici une contestation nationale, élevée de _collège_ à _collège_ de
prêtres qui, dans un intervalle de 100 ou de 150 ans, et dans le contact
avec les étrangers, auront trouvé ou cru trouver des motifs de penser
autrement que leurs ancêtres. Il y a ici cette circonstance remarquable,
que, dans la chronologie égyptienne comme dans l’assyrienne, l’opinion
de date nouvelle, présentée par Ktésias et Manéthon, soutient le système
en _plus_, tandis que l’opinion ancienne présentée par Hérodote soutient
le système en _moins_, et que la première veut que Sésostris soit, comme
Ninus, reculé de six siècles, tandis que la seconde les rapproche dans
une proportion égale. L’époque de ce roi est le vrai nœud de la
difficulté, comme nous le verrons ci-après.

Un troisième document nous est fourni par le Syncelle, qui, argumentant
contre Manéthon, lui oppose une _ancienne chronique_, dont il cite le
résumé à partir de la XVIe dynastie. On a demandé d’où venait cette
_ancienne chronique_, et quelle était son autorité, etc., etc.
Quelques-uns ont voulu, parce qu’elle arrive jusqu’au dernier roi
national, 18 ans avant Alexandre, qu’elle ne pût avoir été rédigée avant
cette époque; mais, si l’on considère qu’en un tel cas elle n’eût point
mérité le nom d’_ancienne_ que Manéthon paraît lui avoir donné, et qu’à
titre de _nouvelle_ il eût dû la déprécier, d’autant plus qu’elle
diffère de son système; on pensera, avec nous, qu’elle a dû être
primitivement rédigée sous les règnes de Darius et Artaxercès, dont la
tolérance permit aux savants d’Égypte de recueillir les débris de leurs
monuments saccagés et dispersés par le tyran Kambyse (et remarquez que
ce désir de recueillir et de rassembler est le premier sentiment après
toute convulsion, tout naufrage). Ce premier cadre une fois établi, il
lui est arrivé, comme à la plupart des autres chroniques (par exemple à
celle dite _Kanon de Ptolomée_), de recevoir des additions successives
de la main de chaque savant qui en a possédé un manuscrit; et parce que
l’original put avoir déjà 200 ans au temps de Manéthon, cet auteur a pu
le classer parmi les documents anciens. Nous en examinerons le mérite à
son rang.

Tres-peu de temps après Manéthon, le savant Ératosthènes, bibliothécaire
d’Alexandrie, découvrit et publia une liste de rois thébains, que
n’avait point connus ou mentionnés le prêtre égyptien, dont le travail
s’est borné à la Basse-Égypte. Cette liste, citée par le Syncelle, forme
notre cinquième document, qui est très-peu de chose, puis-qu’il se
réduit à une nomenclature stérile de princes inconnus, et qu’au lieu de
89 mentionnés par Apollodore, copiste d’Ératosthènes, le Syncelle n’en a
conservé que 30; néanmoins ce monument vient à l’appui d’Hérodote et de
Diodore de Sicile.

Ce dernier auteur nous fournit un sixième document dont le mérite est
surtout de servir à classer les matériaux fournis par les autres. On
sait que Diodore, postérieur d’un siècle et demi à Manéthon, eut
l’ambition de rassembler en un corps d’histoire tout ce qui était épars
en divers auteurs; et il a dû trouver dans Alexandrie et dans l’Égypte,
qu’il visita, des moyens qui manquèrent à ses prédécesseurs.

A ces 6 pièces principales ajoutez quelques passages tirés des auteurs
anciens, tels que Strabon, Pline, Tacite, Josèphe, les livres juifs,
etc., et un fragment anecdotique produit par Eusèbe, comme venant d’un
historien persan: voilà tous les matériaux faibles et mutilés mis à
notre disposition pour reconstruire l’édifice vaste et compliqué de la
chronologie égyptienne. Nous ne parlons point des monuments dont nous
enrichit en ce moment l’expédition française d’Égypte, parce que cette
magnifique collection, dont il ne faut pas séparer le précieux travail
de Denon, en nous offrant les ruines gigantesques des palais et des
temples de la Haute-Égypte, nous donne plutôt des problèmes à résoudre
que des instructions.



CHAPITRE II.

Exposé d’Hérodote.


Hérodote nous apprend qu’étant venu en Égypte recueillir des matériaux
pour son histoire, il trouva, dans les villes d’Héliopolis, de Memphis
et de Thèbes, des colléges de prêtres avec qui il eut les conférences
scientifiques dont son second livre contient le résultat. Comment se
tinrent ces conférences? fut-ce en langue persane? nous ne voyons pas
qu’Hérodote l’ait sue, encore moins la langue égyptienne; il est plus
probable que l’Égypte, ouverte aux Grecs depuis Psammitik, fut remplie
de marchands de cette nation; qui auront su la langue du pays; quelqu’un
de ces hommes officieux aura servi d’interprète à l’auteur, qui fut son
hôte. Cette communication par interprète est moins exacte que
directement. Quant à l’exposition, la méthode suivie par l’auteur est
excellente: il traite d’abord du sol, du climat et de tout l’état
physique de l’Égypte; et le tableau qu’il en fait est tel, que nos plus
savants voyageurs ont trouvé aussi peu à y ajouter qu’à y reprendre: il
passe ensuite aux coutumes, aux lois, aux rites religieux; enfin il
arrive à la partie historique et chronologique: citons ses propres
paroles.

§ XCIX. «Jusqu’ici j’ai dit ce que j’ai vu et connu par moi-même, ou ce
que j’ai appris par mes recherches; maintenant je vais parler de ce pays
selon ce que m’en ont dit les Égyptiens eux-mêmes; j’ajouterai à mon
récit quelque chose de ce que j’ai vu par moi.»

Il est clair qu’Hérodote n’ayant rien pu voir de ce qui est historique
ancien, tout ce qu’il va en dire est le récit des prêtres mêmes.

«Selon ces prêtres, le premier roi d’Égypte fut _Menés_; il fit
construire les digues de Memphis. Jusqu’alors le Nil avait coulé
entièrement le long du Mont libyque: Menès ayant comblé le coude que le
fleuve formait au sud, et construit une digue d’environ 100 _stades_
au-dessus de Memphis, il mit à sec l’ancien lit, fit couler le Nil par
le nouveau, et fit bâtir la ville actuelle de Memphis sur le sol même
d’où il avait détourné le fleuve, et qu’il avait converti en terre
ferme. Il fit encore creuser un grand lac au nord et à l’ouest de la
ville (pour la défendre), et il éleva un grand et magnifique temple au
dieu _Phtha_ (principal dieu des Égyptiens).»

§ C. «Les prêtres me lurent dans leurs annales les noms de 330 autres
rois qui régnèrent après _Menès_: dans une si longue suite de
générations il se trouve 18 Éthiopiens et une femme égyptienne: tous
les autres furent _Égyptiens, hommes et non dieux_.»

§ CI. «Les prêtres me dirent encore que, de tous ces rois, aucun ne
s’était rendu célèbre par quelque grand ouvrage ou par quelque action
éclatante, excepté Moïris, le dernier de ceux-là (des 330).--Or (dit
Hérodote au § XIII) au temps où les prêtres me parlaient ainsi, il n’y
avait pas encore 900 ans que _Moiris_ était mort.»

(Nous savons qu’Hérodote visita l’Égypte l’an 460 avant J.-C.; par
conséquent les prêtres plaçaient la mort de Moïris vers les années 1350
à 1355).

«Je passerai sous silence ces princes obscurs, poursuit notre auteur, et
je me contenterai de parler de _Sésostris_, qui vint après _eux_.»

(Ce dernier mot semblerait dire que Sésostris ne fut pas le successeur
immédiat de Moïris; et en effet nous verrons d’autres auteurs placer
plusieurs règnes entre ces deux princes).

§ CII. «Selon les prêtres, Sésostris fut le premier qui, partant du
golfe Arabique (la mer Rouge) sur des vaisseaux _longs_[229], subjugua
les riverains de la mer Erythrée. Il s’avança, jusqu’à une mer remplie
de bas-fonds, qui le repoussèrent.--De retour en Égypte, il leva une
armée immense, et marchant par le continent (l’isthme de Suez), il
subjugua tous les peuples sur sa route, et passa même d’Asie en Europe,
où il attaqua et vainquit les Skytes et les Thraces; je crois qu’il
n’alla pas plus avant. Revenant sur ses pas, il s’arrêta aux bords du
Phase; mais je ne vois pas clairement si ce fut Sésostris qui de son gré
y laissa une partie de son armée pour coloniser, ou si ce furent les
soldats qui, las et ennuyés de ses courses, s’y arrêtèrent (malgré lui).
Quoi qu’il en soit, les habitants du Phase (les Colches) sont des
Égyptiens, car ils ont la peau noire, les cheveux crépus; ils pratiquent
la circoncision et ils parlent la même langue, etc. A son retour en
Égypte, Sésostris, disent les prêtres, faillit de périr à Daphnês
(Taphnahs), par les embûches de son frère qui incendia la tente où il
dormait (à la suite d’un grand repas). Échappé à ce danger, il employa
les nombreux prisonniers qu’il avait amenés, à exécuter divers grands
ouvrages, et entre autres, à élever les chaussées et à creuser les
canaux dont le pays est aujourd’hui entrecoupé. Avant ce prince,
l’Égypte était commode pour les chars et la cavalerie; mais après lui,
leur usage est devenu impraticable: il est le seul roi égyptien qui ait
régné sur l’Éthiopie (Abissinie moderne).» Tel est en substance le récit
des prêtres auteurs d’Hérodote. Mais parce que de plus grands détails
sur _Sésostris_ seront; utiles à notre sujet, nous allons en joindre
d’autrès tirés de divers auteurs.

Selon Pline[230], la borne de l’expédition de Sésostris en Afrique fut
le port _Mossylicus, d’où vient la cannelle_. (Ce lieu situé à l’ouest
du cap _Guardafui_, est distant d’environ 550 lieues de Memphis.)

Strabon[231] ajoute que, long-temps après, la route de ce prince était
encore marquée par des colonnes inscrites, et par des temples et autres
monuments. Il observe que les anciens rois d’Égypte avaient été peu
curieux de recherches géographiques avant _Sésostris_; et cela ferait
croire qu’en cette occasion Sésostris eut les mêmes idées de curiosité
que nous avons trouvées, à pareille époque, chez les rois homérites de
l’Iémen[232].

Diodore de Sicile[233], qui cite l’opinion des prêtres de son temps, et
celle de divers auteurs anciens, ne donne point à ce prince le nom de
Sésostris, mais celui de Sésoosis, analogue au Séthosis et au _Séthos_
de Manéthon et des listes[234]. Ce narrateur dit que les inclinations de
Sésostris furent, des le berceau, moulées et dirigées par le roi son
père (_Amenoph_), qui lui donna une éducation entièrement militaire,
avec la circonstance singulière d’avoir fait élever avec lui tous les
enfants mâles nés le même jour, lesquels devinrent ses camarades pour la
vie.... Sésostris et sa petite troupe, au nombre de 1,700, furent élevés
dans les exercices les plus pénibles de la guerre; leurs premières
expéditions furent en Arabie et en Libye contre les lions et les Arabes.
Le jeune prince n’était qu’à la fleur de l’âge.... Diodore joint
immédiatement la mort d’_Amenoph_ à l’avènement de Sésostris, et la
résolution de celui-ci de conquérir la terre entière; mais il pèche
contre les vraisemblances, quand il ajoute que, selon quelques auteurs,
sa fille, nommée _Athirté_, l’excita à cette entreprise, et lui en
fournit les moyens: ce conte doit être posthume comme celui du songe
d’Amenoph, dans lequel le dieu _Phtha_ lui avait promis l’empire du
monde pour son fils.... Sésostris, à la fleur de l’âge, ne dut pas avoir
plus de 22 à 24 ans quand il régna. Ses conquêtes durèrent 9 ans[235];
il s’y prépara pendant 1 ou 2 ans: supposons-lui 35 à 36 ans à son
retour en Égypte; ses enfants, à cette époque, sont représentés encore
jeunes. Son règne fut en tout de 33 ans; il aurait donc vécu environ 60,
ou tout au plus 64 à 65 ans. Devenu aveugle, la vie lui devint odieuse,
et par suite de son orgueil, il ne put la supporter et il se tua. Cette
circonstance suppose encore la force de l’âge et cadre bien avec notre
hypothèse.

Selon Diodore, «l’armée de Sésostris fut de 600,000 hommes de pied,
24,000 chevaux, 27,600 chariots de guerre: sa flotte, composée de 400
voiles, soumit les îles et les côtes de la mer Érythrée jusqu’à l’Inde;
tandis que ce roi, conduisant l’armée de terre, subjugua toute l’Asie.
Il poussa ses conquêtes plus loin qu’Alexandre même, car ayant passé le
Gange et pénétré jusqu’à l’Océan oriental, il revint par le nord
subjuguer les Scythes jusqu’au Tanaïs (le _Don_).» Contre ceci nous
observons que le docte et judicieux Strabon[236] nie, d’après
_Mégasthènes_, ambassadeur grec dans l’Inde, que ni _Sésostris_, ni
_Sémiramis_, ni _Kyrus_, aient jamais pénétré dans cette contrée
(jusqu’au Gange). Il paraît qu’ici les prêtres égyptiens cités par
Diodore, ont, par émulation nationale, voulu que leur héros eût plus
fait que celui des Grecs (Alexandre), et qu’ils ont emprunté de ceux-ci
l’idée d’un circuit géographique impossible par lui-même, et inconnu à
leurs prédécesseurs: nous pensons donc avec ces derniers et avec
Hérodote, leur interprète, que Sésostris sortit par l’isthme de Suez; et
Strabon ne dit rien de contraire, lorsqu’il rapporte «que ce prince
_passa du pays des Troglodytes dans l’Arabie_, puis de _l’Arabie dans
l’Asie_,» vu que le pays des Troglodytes s’étend le long de la mer Rouge
jusqu’en face de Memphis, et que l’Arabie commence à l’isthme
immédiatement où finit l’Égypte.

Aucune mention ne nous est faite des Juifs, ni des Phéniciens, qui
purent être laissés sur la gauche, ni des villes de Babylone et de
Ninive, qui, dans le système chronologique de Ktésias, auraient dû
exister et provoquer l’orgueil du conquérant[237], qui nous est attesté
avoir soumis le pays, et laissé en Perse une colonie de 15,000 Scythes.
Ces villes, dans notre système, n’existèrent que plus de 150 ans après
Sésostris. Ce conquérant entra-t-il en Scythie par le Caucase ou par le
Bosphore de Thrace? Cela n’est pas clair. Son retour par la Colchide
n’est pas douteux; mais il nous paraît, contre l’opinion des prêtres,
que _Sésostris_ revint battu: car Pline[238] a lu dans des auteurs
anciens, qu’il fut vaincu par _Æsubopus_, roi de Colchide, célèbre par
l’immense quantité d’or et d’argent qu’il posséda; et Valerius Flaccus a
eu les mêmes documents lorsqu’il a dit[239]:

«Que Sésostris fut le premier qui fit la guerre aux Gètes, et qu’effrayé
de la défaite de son armée, il en ramena une partie à Thèbes et sur les
rives du fleuve natal, tandis qu’il fixa l’autre sur les bords du Phase
en leur imposant le nom de Colches.»

D’accord avec Hérodote et avec Manéthon (en Josèphe) sur le danger que
Sésostris encourut de la part de son frère, qu’il avait laissé vice-roi,
Diodore remarque «que le conquérant, de retour, fit l’entrée la plus
pompeuse, suivi d’une foule innombrable de captifs et d’une immensité de
butin et de riches dépouilles; il en orna tous les temples de l’Égypte;
il rapporta aussi plusieurs inventions utiles.--Ayant renoncé à la
guerre, il licencia ses troupes, récompensa ses soldats, et leur
partagea des terres qu’ils eurent en propriété; mais sa passion pour la
renommée ne lui permettant pas le repos, il entreprit une foule
d’ouvrages magnifiques, faits pour immortaliser son nom, en même temps
qu’ils durent contribuer à la sûreté et à la commodité de l’Égypte.
D’abord il fit bâtir en chaque ville un temple en l’honneur du dieu
patron: en plusieurs endroits il fit élever des chaussées et des tertres
pour servir de refuge pendant l’inondation; en d’autres, il fit creuser
des canaux, des fossés...; il en fit creuser un, entre autres, pour
communiquer de Memphis à la mer Rouge.»

(Au sujet de celui-ci, nous observons que Strabon[240] nie positivement
son exécution entière; d’accord avec Aristote (et Pline), sur ce qu’il
en eut la première idée et qu’il en fit la première tentative, il assure
qu’il s’en désista, parce qu’il reconnut que le niveau de la mer Rouge
_était plus élevé_ que celui de la Méditerranée, (_et cela est vrai_.).

Diodore poursuit et dit «que pour arrêter les courses dévastatrices des
Arabes, Sésostris fit élever une muraille de 1,500 stades de longueur,
laquelle ferma l’isthme depuis Peluse jusqu’à Héliopolis.--Ayant fait
construire un vaisseau en bois de cèdre, long de 280 coudées, plaqué
d’argent en dedans et d’or en dehors, il en fit l’offrande au dieu qu’on
adore à Thèbes. Il éleva[241] deux obélisques d’une pierre très-dure
(granit), de 120 coudées de hauteur, sur lesquels il fit graver l’état
numératif de ses troupes, de ses revenus, des nations qu’il avait
vaincues, des tributs qu’il en percevait. A Memphis il plaça dans le
temple de Vulcain sa statue et celle de sa femme, l’une et l’autre de 30
coudées de hauteur, d’un seul morceau: Les plus pénibles ouvrages
furent exécutés par les prisonniers qu’il avait amenés, et il eut soin
d’y attacher des inscriptions portant qu’_aucun Égyptien n’y avait mis;
la main_[242].»

«Un des traits les plus remarqués parmi les actions de Sésostris, est sa
conduite envers les rois qu’il avait vaincus. Ce conquérant leur avait
laissé leurs titres et la gestion de leurs états; mais chaque année, à
un temps prescrit, ils étaient obligés de lui apporter les _présents_,
c’est-à-dire les _tributs_ qu’il leur avait imposés dans la proportion
des moyens de leurs peuples: il accueillait ces rois avec de grands
honneurs; mais lorsqu’il allait au temple, il faisait dételer les 4
chevaux de front de son char, et les rois, prenant leur place,
traînaient l’orgueilleux vainqueur qui voulait faire sentir que sa
valeur l’avait mis hors de comparaison avec les autres hommes. (De là le
titre fastueux que portaient les inscriptions de ses monuments:
_Sésostris, roi des rois, seigneur des seigneurs_)».

Ces curieux détails seraient la matière d’un riche commentaire sur
l’état politique et moral où se trouvait l’Égypte à l’avènement de ce
_roi-fléau_; sur les éléments qui avaient préparé cet état, dont il fut
comme la conséquence; enfin sur les changements dont il devint la cause
à son tour. Les récits des voyageurs grecs, romains, arabes, dans les
temps postérieurs, sur la perfection des sculptures, des peintures et
des constructions de Sésostris, qu’ils virent en masses ou en débris,
indiquent un degré de perfection étonnant dans les branches de ces
arts... L’article qui nous intéresse le plus, est le système militaire
qui, par sa force et sa supériorité relatives, nous indique des guerres
antérieures, dont la longue continuité amena ce perfectionnement que la
pratique amène dans tout art. Or, comme Hérodote nous assure que jusqu’à
Sésostris aucun roi d’Égypte n’avait fait de guerre _hors du pays_, il
s’ensuit que ces guerres furent _intérieures_, soit de faction à
faction, ou de secte à secte, en supposant un seul et même gouvernement;
soit d’état à état, en supposant plusieurs royaumes parallèles, selon
une hypothèse émise avant ce jour, que nous examinerons en son temps.
Reprenons maintenant notre sujet et poursuivons la narration d’Hérodote.

«Le successeur de Sésostris, me dirent encore les prêtres, fut son fils
appelé Pheron.»

(Diodore l’appelle Sésoosis II, et Pline, Nunclérus ou Nunchoreus.)

«Pheron eut pour successeur un _homme de_ Memphis appelé _Protée_, au
temps duquel Ménélas aborda en Égypte.» Sésostris serait antérieur de
deux règnes à la guerre de Troie.

§ CXXI. «A Protée succéda Rhampsinit...; aucun roi d’Égypte ne posséda
une aussi grande quantité d’or et d’argent que ce prince.»

§ CXXIV. «Jusqu’à lui, l’abondance et la justice fleurirent dans ce
pays; mais il n’y eut pas de méchanceté où ne se portât son successeur
_Cheops_... Ce fut lui qui bâtit la grande pyramide, dont la
construction dura 20 ans, sans compter la taille des pierres dans les
montagnes, et leur transport sur la place, qui, pendant 20 autres
années, employèrent 100,000 hommes.»

§ CXXVII. «_Cheops_ régna 50 ans. Son frère _Chephren_ lui succéda; se
conduisit en tyran comme lui; bâtit aussi une grande pyramide: (§
CXXVIII) il régna 56 ans. Ainsi les Égyptiens furent accablés de toutes
sortes de maux pendant 106 ans. Aussi ont-ils gardé tant de haine pour
ces deux rois, qu’ils ne les nomment point.»

§ CXXIX. «A Chephren succéda _Mykerinus_, fils de _Cheops_; ce prince
prit à tâche de consoler et soulager le peuple des cruautés de ses deux
prédécesseurs; aussi est-il cité avant tout autre pour son zèle à rendre
la justice: un oracle le condamna à mourir, parce que le destin ayant
condamné l’Égypte à être tourmentée pendant 150 ans, il n’avait pas
rempli le temps.»

§ CXXXVI. «Après Mykerinus régna _Asychis_.»

§ CXXXVII. «Après _Asychis_ régna un aveugle de la ville d’_Anysis_ et
qui fut appelé de ce nom. Sous son règne, _Sabako_, roi d’Éthiopie,
fondit sur l’Égypte avec une nombreuse armée; Anysis se cacha dans des
marais. _Sabako_ régna 50 ans avec douceur et justice; il prépara et
perfectionna les digues et chaussées qu’avait élevées Sésostris; puis il
se retira en Éthiopie; Anysis reparut et régna encore. Après _Anysis_,
un prêtre du dieu _Phtha_ monta sur le trône, _à ce qu’on me dit_: ce
prêtre, nommé _Séthon_, fut attaqué par _Sennachérib_, roi des _Arabes_
et des Assyriens. Séthon l’attendit à _Peluse_, qui est le boulevard et
la clef de l’Égypte; et dans une seule nuit, une immense quantité de
rats ayant infesté le camp ennemi, et rongé les carquois, les cordes
d’arc, et les courroies de bouclier, les Arabes prirent la fuite et
périrent pour la plupart. Séthon mourut ensuite.»

§ CXLII. «Jusqu’à cet endroit de mon histoire, les Égyptiens et les
prêtres me firent voir que, depuis le 1er roi (Menès) jusqu’à Séthon,
il y avait eu 341 générations de rois et autant de prêtres.»

§ CXLVII. «Maintenant je vais raconter ce qui s’est passé en Égypte, de
l’_aveu unanime_ des Égyptiens et des autres peuples; et j’y joindrai
les choses dont j’ai été témoin oculaire.»

Remarquons ces mots d’Hérodote: «_Maintenant_ je vais raconter ce qui
s’est passé de l’_aveu unanime_,» c’est-à-dire que ses narrateurs
n’étaient pas d’accord sur plusieurs des faits qu’il a récités, et dont
quelques-uns sont en effet ridicules; lui-même nous avertit de son
opinion, lorsqu’il dit, § CXXII: «Si ces propos des Égyptiens paraissent
croyables à quelqu’un, il peut y ajouter foi; pour moi, je n’ai d’autre
but, dans tout mon récit, que de transmettre ce que j’ai entendu de
chacun...» Par suite de cette candeur, il nous prévient maintenant que
ce ne sont plus des _ouï-dire_, ou des traditions qu’il va raconter,
mais des faits vraiment historiques, reconnus pour tels par les
Égyptiens et les Grecs: et en effet, à partir du règne de _Psammitik_,
son récit prend, pour les détails d’actions et pour les dates, une
précision qu’il n’a point eue dans ce qui précède.

§ CXLVII. «Après la mort de Séthon, les Égyptiens, ne pouvant vivre un
seul moment sans rois, en élurent 12, entre lesquels fut partagé le
pays; ce fut par ces princes que le labyrinthe fut bâti... L’un d’eux,
nommé _Psammitik_, d’abord exilé, finit par chasser les autres et par
régner seul... Il se fit une armée de soldats grecs, et il ouvrit
l’Égypte à tous les marchands de cette nation; il étendit son pouvoir
dans la Palestine, il y arrêta les Scythes après la bataille de
l’Éclipse, entre Alyattes et Kyaxarès. Il régna 54 ans (y compris le
temps qu’il partagea le pouvoir avec ses 11 collègues.)»

§ CLVIII. «Son fils Nékos lui succéda: (étant allé en Palestine), il
livra bataille aux Syriens (_les Juifs_), il les vainquit et s’empara de
(leur capitale) _Kadutis_, ville considérable. Il régna 16 ans en tout.»

§ CLXI. «Son fils Psammis, qui lui succéda, ne régna que 6 ans. Apriès,
fils de Psammis, régna après son père, pendant 25 ans; mais ayant abusé
de la fortune, il fut abandonné par ses soldats et détrôné par _Amasis_,
l’un d’eux (lib. III, § X), lequel régna 44 ans. Son fils _Psamménit_
lui succéda; mais ayant été attaqué par Kambyses, fils de Kyrus, roi des
Perses, il fut vaincu et mis à mort, n’ayant régné que 6 mois. De ce
moment, l’Égypte subjuguée n’a plus été qu’une province de l’empire
perse.»

Arrêtons-nous ici; nous y avons une date connue: il est certain que
Kambyses subjugua l’Égypte l’an 525 avant notre ère: en partant de ce
point, nous remontons avec précision jusqu’à la 1re année de
Psammitik, qui fut l’an 671 avant J.-C.[243]. Dans cette période, les
dates d’Hérodote se trouvent toujours d’accord avec celles des livres
juifs, chaldéens, etc. Les autres listes égyptiennes n’ont pas ce
mérite, qui tend à prouver l’exactitude de notre historien en ce qui a
dépendu de lui. Cela ne nous empêchera point de relever dans son récit
plusieurs discordances qui sans doute viennent de ses auteurs.

1° En remontant de Psammitik à Séthon, nous trouvons une lacune
sensible: Psammitik commença de régner l’an 671..... L’attaque de
Sennachérib, roi d’Assyrie, contre l’Égypte, et sa fuite subite, datent
de l’an 722. Voilà 51 ans d’intervalle: on ne saurait admettre que
Séthon les ait remplis, surtout lorsque les autres listes nous prouvent
le contraire... Ces listes s’accordent avec les livres juifs à placer au
temps de Sennachérib un roi _éthiopien_ nommé _Tarakah_ dont l’immense
armée fut le vrai fléau du roi _assyrien_: ce Tarakah est le 3e roi
de la 25e dynastie, avec un règne de 20 ans. Ce fait est masqué dans
Hérodote. Ces 20 ans ne nous amènent qu’à l’an 702; il nous reste 31 à
32 ans de lacune jusqu’à Psammitik: or l’Éthiopien Sabako n’existait
plus dès avant Séthon. Comment a-t-on pu dire à Hérodote, § CLII, «que
Psammitik, jeune encore, «effrayé du meurtre de son père Nékos, qu’avait
fait tuer Sabako, s’était sauvé en Syrie, d’où il ne revint que pour
être l’un des 12 rois?»

Psammitik, qui régna 54 ans, ne peut guère avoir eu plus de 30 ans quand
il fut élu; par conséquent il ne dut naître que vers les années 702 ou
704 avant J.-C. Les auteurs d’Hérodote ont fait ici quelque confusion.
Ils auront pris le dernier Éthiopien pour le premier; et la fuite de
Psammitik n’a pu avoir lieu qu’autant qu’il aura été un enfant sauvé par
des amis: alors ce prince aurait vécu 85 à 86 ans; cela est possible.

2° Le _Sabako_ d’Hérodote semble indiqué par les livres juifs à l’époque
de 731: ils disent que _Hoshée_, roi de Samarie, implora le secours d’un
roi d’Égypte nommé _Soua_ ou _Seva_; si vous ajoutez _kush_, signifiant
_éthiopien_, vous aurez _Sevakus_ ou _Sevakos_, tel que le présente la
liste de Manéthon. Toujours est-il vrai que la date de 731 convient à
_Sabako_, prédécesseur de Séthos, qui régnait en 722. Dans cette
hypothèse, les 50 ans de Sabako auraient commencé vers l’an 780; mais
cela est aussi peu admissible que le retour d’_Anysis_ après ces 50 ans:
nous admettons plutôt l’avis de Desvignoles, qui pense que ces 50 ans
sont la totalité des 3 rois éthiopiens (dynastie 25e). Les listes
n’en diffèrent que de 6 ans. Alors nous croirons qu’il y eut anarchie de
l’an 671 à l’an 701 ou 702, et que Sabako, 1er des 3 rois
_éthiopiens_, entra en Égypte vers 751 ou 750; il s’y trouvera
naturellement au temps de _Hoshée_.

3° Au-dessus de cette date 750, nous n’avons plus de série exacte
jusqu’à Mœris, dont la mort est placée par Hérodote vers 1350 ou 1355.
Supposons qu’_Anysis_ ait été le tyran qui, selon les listes, fut
vaincu et brûlé vif par Sabako sous le nom du _Bocchoris_ des listes, et
qu’il ait régné les 6 ans de celui-ci; son prédécesseur _Asychis_ aurait
fini en 757; donnons-lui 20 à 30 ans de règne, il aurait commencé entre
780 et 788. Alors vient le règne de Mykerinus, que l’_oracle_ indique
n’avoir pas été très-long. Admettons-le depuis l’an 800: maintenant les
106 ans des deux tyrans, ses oncle et père, ne nous mènent qu’à l’an
906: nous n’avons plus que les 3 règnes de Rhampsinit, Protée et Pheron,
pour arriver à Sésostris, par-delà l’an 1300; il est vrai que nous
pouvons corriger la date de _Cheops_, par le moyen de Diodore, qui nous
apprend que les[244] prêtres de son temps comptaient _mille_ ans depuis
l’érection de la pyramide, ce qui la place vers l’an 1056 avant notre
ère; mais il n’en reste pas moins impossible que 3 règnes comblent le
vide de 1056 à 1350: il y a lacune évidente en toute cette période; de
Sésostris à Sabako, il y a désordre de faits; car, après les 50 ans de
_Cheops_, faire régner son frère 56 ans, puis encore Mykerinus, _fils de
Cheops_, cela est incroyable en généalogie. Il est clair qu’Hérodote n’a
reçu ici que des idées générales et vagues; le seul article appuyé d’une
date positive est celui du roi Mœris, attesté _mort un peu moins de_ 900
ans avant les conférences d’Hérodote en 460..., par conséquent vers
1350 à 55. Mais ici naît une difficulté: Sésostris fut-il le successeur
de Mœris? Hérodote ne le dit point, il semble même indiquer la négative,
lorsque, parlant des rois en général, il dit que _Sésostris vint après
eux_: à l’appui de cette _négative_, nous avons Diodore, qui compte sept
générations (ou plutôt 5 _intermédiaires_) de Sésostris à Mœris; à la
vérité, le témoignage de Diodore est, comme nous le verrons, assez léger
en cette partie; d’un autre côté, Hérodote semble se redresser ou
s’éclaircir, lorsque, parlant du prêtre Séthon, il compte de Menès à lui
341 _rois_. Si de Menès à Mœris il y en eut 330, y compris ce dernier,
il n’en restera que 11 de lui à Séthon; et nous les trouvons précisément
dans l’énumération d’Hérodote; cet auteur a donc entendu que Mœris fut
le père, ou tout au plus l’aïeul de Sésostris, lequel ne pourrait être
placé plus haut que 1355... Ce roi ayant régné 33 ans, selon Diodore, 48
ou 51 ans, selon Manéthon, il aurait vu réellement se renouveler la
fameuse période sothiaque en l’an 1322, comme le disait la flatterie aux
temps de Tacite; mais Tacite lui-même[245] nous avertit de l’incertitude
de cette opinion; et les époques qu’il allègue en prouvent l’erreur. Et
comment en effet un incident si remarquable dans les superstitions
égyptiennes eût-il été oublié ou omis par les prétrès et par les
historiens? Diodore prétend que le fils de Sésostris, ou Sésoosis, prit
le nom de son père, et s’appela Sésostris II. Cet incident sauverait la
citation de Tacite; mais il restera à expliquer pourquoi les listes
copiées de Manéthon s’accordent, comme nous le verrons, à placer
_Sésostris_ plusieurs années plus haut, savoir: celle d’Eusèbe en
Syncelle, à l’an 1376; celle d’Africanus, 1394, et la (vieille)
Chronique d’Alexandrie, à l’an 1400 avant notre ère. Nous avouons que
rien ne nous paraît démontré ni décisif sur la date précise de ce
conquérant, si ce n’est qu’il n’a pu commencer avant 1394 ou 1400; ni
plus tard que 1371 à 72, s’il a régné 48 ans. Cela nous donne un peu
plus de 100 ans de date avant _Ninus_, ce qui remplit suffisamment les
assertions d’Agathias, de Justin, et autres auteurs qui s’accordent à
faire ce roi assyrien postérieur à l’Égyptien: nous reprendrons cette
question dans le récit de Manéthon.

A l’égard des temps qui précédèrent Sésostris, le récit d’Hérodote et de
ses prêtres n’est qu’un sommaire peu instructif, puisqu’il présente en
masse 336 rois _obscurs_ et fainéants; néanmoins ce récit donne lieu à
plusieurs objections assez graves.

1° Prétendre que Menès ait été le 1er roi du pays, et lui attribuer
l’ouvrage gigantesque d’avoir déplacé le fleuve du Nil pour bâtir
Memphis dans l’ancien lit mis à sec et comblé, etc., c’est choquer
grossièrement toutes les vraisemblances: de tels travaux supposent une
nation déjà nombreuse, un gouvernement puissant, des arts avancés, etc.
Il a fallu des siècles pour amener un tel état de choses. Imaginer qu’un
pays de 200 lieues de long et de 3,500 lieues de surface carrée ait, dès
le premier jour, été habité par une seule et même société, gouverné par
un seul et même pouvoir, c’est n’avoir aucune idée du monde physique et
politique: il a fallu à l’espèce le temps de se multiplier; à l’état
social le temps de se former; puis aux gouvernements de chaque société,
de chaque canton, peuplade, arrondissement, le temps de se quereller et
de se subjuguer l’un l’autre. Dans l’Égypte, comme partout ailleurs, la
population a commencé par être vagabonde et sauvage; puis, rendue
sédentaire par la culture du sol, elle a formé des peuplades divisées
d’intérêts, de passions, limitées naturellement par des bras de
rivières, par des marais, des lagunes, etc. Ces petits états, souvent en
guerre, se sont successivement dévorés. Les roitelets vaincus sont
devenus les vassaux, les lieutenants des rois vainqueurs, qui, à leur
tour subjugués par le plus méchant et le plus fort, ont fait place à un
roi unique, à un despote, roi des rois: celui-là a eu le moyen de faire
de grands ouvrages. Voilà l’histoire. universelle. Ainsi, avant qu’il
existât en Égypte un royaume identique, il y eut une succession d’états
partiels, qui devinrent progressivement moins nombreux et plus grands;
et cet ordre de choses-là, comme partout ailleurs, a laissé sa trace
dans les divisions politiques du pays; motivées par les obstacles
physiques de leurs frontières. Ainsi l’on peut assurer qu’il y eut
d’abord autant de peuplades que de bourgades; puis autant de peuples et
d’états que l’on voit de préfectures; enfin, qu’il se forma trois grands
royaumes représentés par la Thébaïde ou Égypte supérieure, le Delta ou
Égypte inférieure, et l’Heptanome ou pays du milieu, dont les
distinctions physiques et même politiques subsistent encore
aujourd’hui... Le roi donc qui bâtit Memphis, et ses palais, et ses
temples, et ses digues, ne put être qu’un monarque tardif dans l’ordre
des temps; et les prêtres qui en font le chef, se décèlent pour être les
échos d’un système tardif et partiel, qui n’a connu ou voulu connaître
d’histoire que celle de la monarchie de Memphis, la plus puissante, mais
la dernière formée de toutes. Ce que le raisonnement nous dicte à cet
égard, nous verrons les autorités de Diodore l’attester par des
témoignages positifs; mais, de plus, nous trouvons dans le récit même
des auteurs d’Hérodote le démenti positif de leur opinion. Écoutons
leurs propres paroles au § IV, titre 2.

§ IV. «Au temps de Menès, premier homme qui ait régné en Égypte, toute
l’Égypte, à l’exception du nome thébaïque, n’était qu’un marais: il ne
paraissait rien de toutes les terres que l’on voit aujourd’hui au nord
du lac Mœris, quoiqu’il y ait 7 jours de navigation depuis ce lac
jusqu’à la mer.»

§ V. «Tout homme judicieux», ajoute Hérodote, en examinant le terrain,
même au-dessus du lac de Mœris (_qui est le Faïoum_), pensera qu’il est
un don du fleuve, une terre apportée et déposée par lui.»

Alors il est évident que _Memphis_ fut une ville moderne en comparaison
de Thèbes; que ses rois ne furent ni les premiers ni les plus anciens de
l’Égypte, et qu’en reportant tout à Menès, les auteurs d’Hérodote
décèlent, comme nous l’avons dit, un _système local_ et tardif qui n’a
point connu ou voulu connaître ce qui lui fut antérieur.

§ VI. _Système des générations_. Ce caractère systématique et paradoxal
se montre avec encore plus d’évidence dans leur manière d’évaluer _en
gros_ le temps écoulé depuis Menès, et la durée des 341 règnes comptés
ou supposés depuis ce prince jusqu’à _Séthon_, contemporain de
Sennachérib. «Ils prétendent», dit notre historien, § CXLII, «que dans
une si longue suite de générations il y eut autant de grands-prêtres que
de rois: or 300 générations font 10,000 ans; car 3 générations valent
100 ans; et les 41 qui excèdent les 300 font 1,340 ans (total, 11,340
ans).»

D’abord il y a erreur en cette addition; elle devrait être de 1366 ⅔. La
dernière génération est tronquée de 26 ans... Le prince qui l’a remplie
n’aurait régné que 7 ans: cela conviendrait à Séthon.

Mais nous voyons bien d’autres objections à faire. 1° Le mot
_génération_ est impropre ici; son vrai sens est la _succession du père
au fils_. Or il n’y a point eu de telle _succession_, de l’aveu des
prêtres; car Hérodote nomme plusieurs rois, tels que Séthon, Sabako,
Anysis, Asychis, Chephren, Protée, etc., qui ne furent point fils de
leurs prédécesseurs, sans compter les 17 Éthiopiens, qui furent des
étrangers, intrus par violence: en outre, la liste de Manéthon fait foi
qu’il y eut, jusqu’à Séthon, 23 ou 24 ruptures d’ordre généalogique, par
le passage de dynastie à dynastie, c’est-à-dire de famille à famille. Il
y a donc grave erreur à prétendre évaluer le temps par génération, quand
il n’y a eu que succession de règnes, ce qui est très-différent: les
1,340 ans allégués par Hérodote n’ont donc aucune autorité raisonnable,
et sont une pure hypothèse imaginée, peut-être, pour mesurer un espace
de temps dont le point de départ aurait été quelque observation
astronomique marquante!

Ici la candeur et le bon sens d’Hérodote se trouvent en faute. «M’étant
rendu à Thèbes», dit-il, «(pour vérifier ces récits), les prêtres de
Jupiter me conduisirent dans l’intérieur d’un grand édifice, où ils me
montrèrent autant de colosses de bois qu’il y avait eu de
_grands-prêtres_, et les comptant devant moi (au nombre de 345), ils me
_prouvèrent_ que chacun était fils de son prédécesseur.»

C’est une preuve par trop bizarre d’un fait étrange en lui-même, que des
mannequins de bois, fabriqués probablement depuis Kambyses, puisque ce
tyran se plut à brûler et faire brûler tout ce qu’il put de monuments!
Qui croira d’ailleurs que dans un pays qui fut, autant et plus que tout
autre, agité de guerres civiles, politiques et religieuses, qui croira
que 345 grands-prêtres se soient succédés régulièrement de père en fils?
Ce sont-là des contes sacerdotaux inventés après coup pour soutenir un
système.

Mais d’où vient ici l’évaluation d’une _génération_ à 33 ans,
c’est-à-dire de 3 au siècle? Ce ne peut être un système grec; il eût
fallu, pour l’établir sur des faits, posséder de longues séries
généalogiques, en tirer un terme moyen, le comparer à des époques
fixes; et les Grecs, qui, dès le temps de Solon, ne pouvaient calculer
l’époque d’Homère, qui jamais n’ont pu tirer au net la série des rois
lacédémoniens, n’ont pu inventer ou établir un système de ce genre. Ils
l’ont pu d’autant moins, que déjà l’on en voit l’indice au temps où ils
étaient moins civilisés, du moins en Europe, au temps d’Homère, qui,
parlant du grand âge de Nestor, dit qu’_il avait déjà vécu trois
générations d’homme_. (Odyssée, lib. III, v. 345; et Iliade, lib. I). Le
savant Eustathius, en commentant ce vers (tome I, page 192), observe
que, «selon les anciens, le mot _génération_ (gênea), celui-là même
qu’emploie Hérodote, signifie 30 ans, au bout desquels seulement l’homme
est censé avoir atteint l’intégrité et la perfection de son
organisation.» Voilà une idée scientifique qui n’est pas d’Homère.... Et
comme tout ce qui est scientifique en ce poète a un caractère égyptien,
nous pouvons dire que c’est une idée égyptienne, d’une date d’autant
plus reculée, qu’elle tient à l’astrologie. Les docteurs de cette école,
toujours pleins d’idées symétriques, ayant examiné la vie de l’homme,
s’aperçurent que le _maximum_ de sa durée était entre 90 et 100 ans.
D’autre part, remarquant que toutes ses facultés n’étaient réellement
bien complètes que vers 30 ans, qu’elles prenaient une déclinaison
sensible vers 60, ils aimèrent à voir en ce sujet la division
tripartite qu’ils trouvaient dans toute la nature, cette division qui
mesure toutes les existences en période d’_accroissement_, période
d’_équilibre_ ou stase, et période de _décadence_. Or, parce que, dans
l’homme, la première période fut caractérisée surtout par
l’_engendrement_, elle reçut le nom de gênea, _génération_, qui dans
l’usage populaire devint l’expression d’une durée de 30 à 33 ans; et
parce que le peuple ne classe point les événements avec précision, qu’il
se rappelle seulement qu’ils sont arrivés au temps de _telle personne_,
dans l’_âge_ et _génération_ où elle florissait, les esprits
systématiques trouvèrent commode d’employer cette mesure équivalente à
30 ans: puis, pour la commodité d’un calcul plus étendu, et afin
d’éviter une fraction par siècle, ils voulurent que trois générations
valussent 100 ans, ce qui porta chacune à 33. Il est remarquable que
l’idiome latin, cet ancien grec de l’Italie, a conservé la trace de ces
équivoques; car le mot _œtas_ signifiant l’_âge_, le _temps_, la
_génération_ où vivait un _tel_, paraît n’être que la contraction
d’_œvitas_, dérivé d’_œvum_, qui d’abord dut exprimer la durée totale de
la vie; puis fut appliqué à la période par _excellence_, à celle de
l’existence morale et physique en son _maximum_. Voilà pourquoi
d’anciens interprètes d’Homère ont voulu que Nestor eût vécu trois
siècles; Eustathe, en les redressant, et en nous reportant à la doctrine
des anciens, eut peut-être en vue Aristote et Platon, dont le premier
(livre VII, chapitre 6, _des animaux_) dit que l’homme n’est accompli
que vers 30 ans, et qu’il perd ordinairement vers 60 ans la faculté
d’engendrer; et le second conseille de ne pas se marier avant l’âge de
30 ou 35 ans. Mais ces deux autorités nous deviennent un nouveau garant
de l’origine égyptienne, que nous réclamons pour ces idées, puisqu’il
est constant qu’Aristote et Platon ont puisé la plupart de leurs idées
spéculatives et systématiques dans des livres égyptiens.

Au reste, et dans tout état de cause, nous sommes fondés à dire qu’il
n’y a point eu chez les rois d’Égypte de série généalogique, de
_génération_ dans le sens vrai du mot; et que l’évaluation de la
génération à 33 ans, et même au terme moyen de 30 ans, comme
l’employèrent tous les successeurs d’Hérodote, est une mesure arbitraire
dont l’application serait moins une règle générale qu’un cas
d’exception[246].

En résumant ce chapitre, nous trouvons que l’exposé d’Hérodote n’a
réellement d’exactitude historique qu’en remontant de Kambyses jusqu’au
règne de Psammétik.....; que dans ce qui précède ce prince, jusqu’à
l’époque de Mœris, il n’y a point une précision suffisante à dresser une
échelle suivie; que, depuis Mœris, ce sont des récits absolument vagues;
et que le seul article déterminé avec une sorte de certitude est
l’existence du conquérant Sésostris entre les années 1300 et 1350. Ce
fut là un point de doctrine constant chez les savants d’Égypte au temps
d’Hérodote; et si nous le trouvons altéré 150 ans après lui, notre tâche
épineuse sera de découvrir la cause de ce changement. (_Revoyez_ le
tableau sommaire d’Hérodote.) Examinons maintenant le système du prêtre
Manéthon.



CHAPITRE III.

Système de Manéthon.


Manéthon, comme nous l’avons dit, fut postérieur, de près de deux
siècles, à Hérodote; le roi Ptolomée-Philadelphe ayant mis à sa
disposition toutes les archives des temples, ce prêtre indigène eut de
grands moyens d’instruction: quel parti sut-il en tirer? voilà pour nous
la question. Il prétendit qu’Hérodote avait menti[247] ou erré en
beaucoup de choses; mais lui-même a été inculpé d’erreurs et de peu de
jugement: son ouvrage étant perdu, il nous reste peu de moyens de
prononcer sur son caractère; seulement nous pouvons dire que, si les
anciens en général ont eu assez peu de ce que nous appelons _esprit de
critique_, il est bien probable qu’un prêtre égyptien n’en aura pas été
doué plus particulièrement.

Il faut néanmoins regretter la perte des trois volumes qu’il dédia au
roi Ptolomée. Que de faits curieux n’y eussions-nous pas trouvés, ainsi
que dans les livres de Bérose et de Ktésias? Ces trois auteurs nous
eussent dévoilé l’ancien Orient; par cette raison même, l’ignorance
fanatique s’est efforcée de les détruire, et elle y a réussi.

Un premier pas à cette destruction fut l’_abrégé_ que _Julius Africanus_
fit de l’ouvrage de Manéthon, vers l’an 230 après J.-C. Ce prêtre
chrétien, d’origine juive, scandalisé de ce que la chronologie
égyptienne faisait le monde plus vieux de quelques milliers d’années que
les livres juifs, entreprit une refonte générale de toutes les
chronologies profanes, et posant pour régulateur de tout calcul celui de
la traduction grecque, il tailla et trancha tous les autres, jusqu’à ce
qu’il les y eût adaptés. Dans cette opération mécanique on sent combien
le système de Manéthon fut défiguré. Ce n’est pas tout: le livre
d’_Africanus_ s’est perdu à son tour; nous ne le connaissons que par
les extraits qu’en fit, au 9e siècle, le moine Georges, dit le
_Syncelle_; et ce copiste avoue s’être permis de tailler encore et de
changer.[248] Qu’on juge en quel état est l’original! Le lecteur
équitable n’exigera donc pas de nous les démonstrations; il se
contentera de probabilités, et notre espoir est de lui en offrir d’assez
grandes.

L’étendue de la liste d’Africanus nous a obligé d’en renvoyer la portion
supérieure à la fin de ce volume: nous y avons joint en regard la liste
d’Eusèbe, telle que la donne le Syncelle; et le lecteur remarquera, à la
honte des copistes, que cette dernière diffère non-seulement de celle
d’Africanus, quoique devant venir l’une et l’autre de Manéthon, mais
qu’elle diffère encore de celle du _Chronicon_ publiée par Scaliger
comme ouvrage direct du même Eusèbe; il remarquera encore que dans la
période la mieux connue, celle des rois compris entre Psammitichus et
Kambyses, les listes ne sont point d’accord sur les durées de règne, et
qu’en différant d’Hérodote, elles pèchent aussi contre les calculs des
Juifs.

  _Liste de Manéthon selon_                   _Selon Eusèbe en_
  _Africanus_.                                _Syncelle_.

  24e _Dynastie ou famille_                | Années  |                    | Années
  _originaire de Saïs_.                    | av. not.|                    | av. not.
                                           | ère.    |                    | ère.
  Bocchoris                   régna 6 ans. | 721     |             44 ans.| 781
                                           |         |                    |
  25e _Dynastie. Rois Éthiopiens_.         |         | _Éthiopiens_. |
                                           |         |                    |
  Sabako                         régna 8   |  715    |                 12 | 737
  (Il prit Bocchoris et le                 |         |                    |
  brûla vif.)                              |         |                    |
  Sevechus (son fils)                   14 |  707    |                 12 | 725
  Tarkus                                18 |  693    |                 20 | 713

  26e _Dynastie. Princes_                  |         | Amméris éthiopien  |
  _Saïtes_.                                |         | 12 ans.            | 693
                                           |         |                    |
  Stephinates                            7 | 675     |                  7 | 681
  Nekepsos                               6 | 668     |                  6 | 674
  Nekao I                                8 | 662     |                  8 | 668
  Psammitichus                          54 | 654     |                 45 | 660
  Nekao II, il prit                        |         |                    |
  Jérusalem                              6 | 600     |                  6 | 615
  Psammutis                              6 | 594     |                 17 | 609
  Uaphris                               19 | 588     |                 25 | 592
  Amosis                                44 | 569     |                 42 | 567
  Psammacherites                      6 m. |         |                    |
                                           |         |                    |
  27e _Dynastie. Rois Perses_.             |         |                    |
                                           |         |                    |
  Kambyses envahit et                      |         |                    |
  règne                                    | 525     |                    | 525

En effet, selon Africanus, Nekao, fils de Psammitichus, ne règne qu’en
l’an 600 avant J.-C.; et selon les Juifs, il avait pris Jérusalem 9 ans
auparavant (609)--Selon l’Eusèbe du Syncelle,

  VIEILLE CHRONIQUE EN SYNCELLE

  ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  Numéros   | Noms       | Nombre | Durée   | Avant  |                SELON EUSÈBE DE SCALIGER.                 |    SELON AFRICANUS.
  des       | des        | des    | du      | J.-C.  | ---------------------------------------------------------------------------------
  Dynasties.| Dynasties. | Rois.  | temps.  |        | Noms des Dynasties.      | Durée des Règnes. | Avant J.-C. | Rois. | Somme des Années.
  ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
            |            |        |         |        | 26 Rois Thébains régnant |                   |             |       |
  XVI.      |Rois Tanites|   8    | 190 ans.|   2041 | sur toute l’Égypte       |  190 ans.         |   2003      |   32  |  518
            |            |        |         |        | depuis Ninus             |                   |             |       |
  XVII.     |--Memphites |   4    | 103     |   1851 | 5 Rois pasteurs          |  103              |   1813      |   86  |  153
  XVIII.    |--Memphites |  14    | 348     |   1748 |16 Rois Thébains          |  348              |   1710      |   16  |  284
            |            |        |         |        |5 Rois: Iers indigènes |                   |             |       |
  XIX.      |--Thébains  |   5    | 194     |   1400 | sur toute l’Égypte       |  178              |   1360      |    6  |  204
  XX.       |--Thébains  |   8    | 228     |   1206 | Rois Thébains            |  178              |   1184      |   12  |  135
  XXI.      |--Tanites   | 6 géné.| 121     |    978 | 8 Rois Tanites           |  129              |   1006      |    7  |  130
  XXII.     |--Tanites   |   3    |  48     |    857 | 3 Rois Bubastites        |   49              |    877      |    9  |  116
            |Diospolites |        |         |        |                          |                   |             |       |
  XXIII.    |ou Thébains |   2    |  19     |    809 | 3 Rois Tanites           |   44              |    828      |    4  |   89
  XXIV.     |--Saïtes    | 3 géné.|  44     |    790 | 1 Roi Saïte, Bocchoris.  |   46              |    784      |    1  |    6
            |            |        |         |        | 3 Roi Éthiopiens, dont   |                   |             |       |
  XXV.      |--Éthiopiens| 3 géné.|  44     |    746 | le premier est Sabako.   |   44              |    738      |    3  |   40
  XXVI.     |--Memphites | 7 géné.| 177     |    702 | 9 Rois Saïtes            |  169              |    694      |    9  | 150. 6m.
            |            |--------|---------|        |                          |-------------------|             |-------|---------
            |            | 63     | 1516    |        |            TOTAL         | 1488 ans.         |             |  185  | 1707. 6m.
  XXVII.    |Le roi perse|        |         |    525 | Kambyses.                |                   |    525      |       |  525
            | Kambyses   |        |         |        |                          |                   |             |       |---------
            |            |        |         |        |                          |                   |             |       | 2232. 6m.

ce Nekao serait mort en 610, et cependant des Juifs attestent qu’il
faisait la guerre en Syrie en 604. D’autre part, l’Eusèbe du _Chronicon_
a des variantes notables sur plusieurs règnes, et l’erreur choquante de
faire arriver et régner Kambyses à Memphis, l’an 530 (an 3 de
l’olympiade 626), au lieu de l’an 525, qui est la date avouée de tous
les auteurs. Si l’on ajoute que dans ce même _Chronicon_, des événements
marquants, tels que la fondation de Carthage, la législation de
Lycurgue, la naissance de Pythagore, etc., etc., sont portés chacun à
deux ou trois dates différentes, de 20, 40 ou 50 ans, on conviendra que
les anciens auteurs ecclésiastiques, malgré tout leur zèle, ont été plus
audacieux qu’aucun des modernes, et que ce qu’ils méritent de notre part
est bien moins le respect que la sévérité.

L’_ancienne Chronique_ égyptienne, produite par le Syncelle (_voyez_ le
tableau ci-contre), ne fournit point les détails des règnes, mais
seulement les sommes de chaque dynastie: il est digne de remarque
qu’elle ouvre la 25e et la 26e à des dates tout-à-fait
concordantes avec les calculs des Juifs et des prêtres d’Hérodote: ce
premier trait d’exactitude appelle notre confiance, ou du moins notre
attention pour d’autres cas.

Au-dessus de Psammitichus les listes d’Africanus et d’Eusèbe diffèrent
totalement du récit d’Hérodote: elles ne parlent point des 12 _rois_
dont ce prince fut l’un; elles font régner son père et amènent Tarakus
trop tard pour cadrer avec les livres juifs. Tout accuse leurs dévots
auteurs d’une inexactitude involontaire ou préméditée. Comment expliquer
leur discordance sur le règne de Bocchoris, porté par l’une à 44 ans,
par l’autre, seulement à 6? Ce Bocchoris, détrôné et _brûlé vif par
Sabako_, devrait être le roi aveugle de la ville d’_Anysis_, dont parle
Hérodote. Continuons l’examen de ces listes.

_Au-dessus_ de la 24e dynastie nous avons le tableau suivant:

  19e _Dynastie_.             | Avant |    _Selon Eusèbe_.      | Avant
  7 _Rois Thébains_.          | J.-C. | 5 _Rois Thébains_.      | J.-C.
                              |       |                         |
  1 Séthos            51 ans. | 1394  | _Idem._     55 ans.     | 1376
  2 Raphakes          61      | 1346  | Rapses      66          | 1321
  3 Ammenophthes      20      | 1285  | _Idem._     40          | 1255
  4 Ramesses          60      | 1265  | (Omis)                  |
  5 Ammenemès          5      | 1205  | _Idem._     26          | 1215
  6 Thnoris, contemporain     |       |                         |
    de Troie           7      | 1198  | _Idem._      7          | 1189
  7 (Omis)                    |       |                         |
                              |       |                         |
  20e _Dynastie_, 3e          |       |                         |
  _volume de Manéthon_,       |       |                         |
  12 _Rois Thébains_.         |       | 12 _Rois Thébains_.     |
                              |       |                         |
  _Anonymes_, régnèrent       |       |                         |
  135 ans depuis              | 1191  | régnèrent 178 depuis    | 1182
                              |       |                         |
  21e _Dynastie_.             |       | _Selon Eusèbe_.         |
  7 _Rois Tanites_            |       |  7 _Tanites_            |
                              |       |                         |
  Smèdes                26    | 1056  | Smendis         26 ans. | 1004
  Phusennes             46    | 1030  |                 41      |  978
  Nephetcheres           4    |  984  |                  4      |  937
  Amenophtis             9    |  980  |                  9      |  935
  Osochor                6    |  971  |                  6      |  924
  Pinaches               9    |  965  |                  9      |  918
  Susennes              30    |  956  |                 25      |  909

  22e _Famille_. 9 _Rois_     | Avant | _Selon Eusèbe_          | Avant
  _Bubastites_.               | J.-C. | 3 _Rois Bubastites_.    | J.-C.

  1 Sesogchis           21 ans|  926  | Sesogchosis     21 ans. |  874
  2 Osoroth             15    |  905  | Osorthon        15      |  853
  4e                    25    |  890  |                         |
  6e Takellotis         13    |  865  | _Idem_.         13      |  838
  9e                    42    |  852  |                                     |

  23e _Famille 4 Rois Tanites_|       | 3 _Rois Tanites_.            |
  Petubates             40    |  810  | _Idem._         25      | 825
  Osorcho                8    |  770  |                  9      | 800
  Psammus               10    |  762  |                 10      | 791
  Zet                   31    |  752  |                         |

Si nous jetons un regard attentif sur ces dynasties, en remontant de la
23e, nous trouvons encore des différences notables entre Africanus et
Eusèbe, quoique tous deux se disent copistes de Manéthon; rien de leur
part ne ressemble à Hérodote. Nous ne voyons point les deux tyrans
_Cheops_ et _Chephren_, avec leurs 106 ans; mais le 1er roi de la
dynastie 22e nous frappe, en ce que son nom de _Sesogchis_ ressemble
beaucoup à _Sesoch_ ou _Sesach_, roi d’Égypte, qui, selon les Juifs,
vint l’an 5 de Roboam, fils de Salomon (974 avant J.-C.), attaquer et
rançonner Jérusalem. _Sesoch_ est trop tardif dans les listes: celle
d’Africanus seulement le place au siècle qui convient (926), et comme
nous sommes sûrs de la date des Juifs, nous pouvons accuser d’erreur
toutes ces listes.

Un autre prince remarquable est le 1er de la dynastie 19e, nommé
_Séthos_, et _Sethos-is. Eusèbe_ lui donne 55 ans de règne, avec cette
variante, que sa liste en Syncelle le place à 1376, et celle en
Scaliger, à l’an 1356. C’est vers cette hauteur qu’Hérodote place
_Sésostris_, et nous savons par Manéthon, en Josèphe, que _Sethos-is_,
dit aussi _Ramessès_ et _Égyptus_, est le même que Sésostris. Il est
fâcheux de voir Africanus et la _vieille Chronique_ s’écarter beaucoup
de ces données, en reportant Séthos jusqu’aux années 1394 et 1400, sans
nous donner aucun éclaircissement sur lequel nous puissions raisonner.

Au-dessus de _Séthos_ la dynastie 18e est digne d’attention, en ce
qu’elle nous offre trois princes qui jouent un rôle marquant dans un
passage de Manéthon, conservé par Josèphe: ces princes sont le
cinquième, le sixième et le dernier. (Misphragmutos, Tethmos et Amehoph.
(_Voyez_ la liste ci-contre.)

Au-dessus de cette dynastie Eusèbe place immédiatement celle des _rois
pasteurs_, dont l’invasion et la tyrannie furent un des grands
événements de l’histoire d’Égypte. Africanus au contraire, les rejette 2
dynasties plus haut (à la 15e): cette différence a suscité de vifs
débats entre les commentateurs. Le Syncelle a prétendu qu’Eusèbe avait
commis un faux matériel pour satisfaire à des convenances systématiques,
et Scaliger a admis cette inculpation. Mais que répondront le Syncelle
et Scaliger, si nous prouvons que la disposition d’Africanus est absurde
en elle-même; qu’elle

  DIX-HUITIÉME DYNASTIE.

  SELON MANÉTHON DANS AFRICANUS | Avant | SELON EUSÈBE EN SYNCELLE | Avant | SELON EUSÈBE EN SCALIGER | Avant
                                | J.-C. |                          |  J.-C.|                          | J.-C.
                           ans. |       |                          |       |                          |
  Amosis (omis le temps)        |       | Amosis                25 | 1740  | _Idem._             | 1704
  Chebros              règne 13 | 1653  | Chebron               13 | 1715  | _Idem._             | 1679
  Amenophtis                 21 | 1640  | Ammenophis            21 | 1702  | _Idem._             | 1666
  Amersis                    22 | 1619  |                          |       |                     |
  Misaphris                  13 | 1597  | Miphris               12 | 1681  | Nephrès       _Id._ | 1645
  Misphragmutos-is           26 | 1584  | Misphragmutos-is      26 | 1669  | _Idem._             | 1633
  Tuthmos-is                  9 | 1558  | Tuthmosis              9 | 1643  | _Idem._             | 1607
  Amenophis                  31 | 1549  | Amenophis             31 | 1634  | _Idem._             | 1598
  Horus                      37 | 1518  | Orus            38 ou 36 | 1603  | Orus             38 | 1567
  Acherrès                   32 | 1481  | Achencherses          12 | 1577  | Acencherrès         | 1529
  Rathos                      6 | 1449  | Athoris               39 | 1565  | Achoris           7 | 1517
  Chebres                    12 | 1443  | Chencheres            16 | 1526  | Cencherrès       18 | 1510
  Acherrès                   12 | 1431  | Acherrès               8 | 1512  | _Idem._             | 1492
  Armeses                     5 | 1419  | Cherrès               15 | 1504  | _Idem._             | 1484
  Ramessès                    1 | 1414  | Armès                  5 | 1489  | Armais        _Id._ | 1469
  Amenoph                    19 | 1413  | Ammeses               68 | 1484  | Rameses       _Id._ | 1464
                  Total     259 |       | Memophis              40 | 1416  | Menophis      _Id._ | 1396
  Seize rois qui selon l’auteur |       |             Total    376 |       |         Total   348 |
  donnent 263 années, et le     |       |Seize rois selon l’auteur,|       |                     |
  total apparent est        259 |       | donnant              348 |       |                     |
  19e Dynastie. Sethos       51 | 1394  |19e Dynastie. Sethos   55 | 1376  |19e Dynastie. Sethos 55| 1356
                                        |                          |Les Égyptiens commencent     |
                                        |                          |d’avoir un roi de leur nation

est démentie par un texte positif de Manéthon que cite Josèphe; et
qu’ici Eusèbe est autorisé par l’_ancienne Chronique_, dont il paraît
suivre de préférence le système depuis la 16e dynastie? Commençons
par examiner le fragment de Manéthon, que Josèphe prétend avoir
transcrit littéralement.


§ I.

Texte de Manéthon en son second volume.


«Nous eûmes jadis un roi nommé _Timaos_, au temps duquel Dieu étant
irrité contre nous, je ne sais par quelle cause, il vint du côté
d’orient une race d’hommes de condition ignoble, mais remplie d’audace,
laquelle fit une irruption soudaine en ce pays (d’Égypte), qu’elle
soumit sans combat et avec la plus grande facilité. D’abord, ayant saisi
les chefs ou princes, ces étrangers traitèrent de la manière la plus
cruelle les villes et les habitants, et ils renversèrent les temples des
dieux. Leur conduite envers les Égyptiens fut la plus barbare, tuant les
uns, et réduisant à une dure servitude les enfants et les femmes des
autres. Ils se donnèrent ensuite un roi nommé _Salatis_, qui résida dans
Memphis, et qui, plaçant des garnisons dans les lieux les plus
convenables, soumit au tribut la _province supérieure_ et la _province
inférieure_; il fortifia surtout la frontière orientale, se défiant de
quelque invasion de la part des Assyriens, alors tout-puissants; et
parce qu’il remarqua dans le nome de Saïs, à l’orient de la _branche_
(du Nil nommée) Bubastite, une ville avantageusement située, qui, dans
notre ancienne théologie, s’appelle _Avar_, il l’entoura de fortes
murailles, et il y plaça une garnison de 240,000 hommes armés: chaque
été il y venait (de Memphis) tant pour faire les moissons et payer les
soldes et salaires, que pour exercer cette multitude et inspirer
l’effroi aux étrangers. Après 19 ans de règne, il mourut; son
successeur, nommé Bêon, régna 44 ans; puis _Apachnas_ 36 ans et 7 mois;
puis, _Apophis_ 61 ans; puis _Yanias_ 50 ans, puis _Assis_ 48 ans et 2
mois.

«Ces six premiers rois firent constamment aux Égyptiens une guerre
d’extermination. Toute cette race portait le nom de _Yksos_,
c’est-à-dire _rois pasteurs_; car, dans la langue sacrée, _yk_ signifie
_roi_, et, dans le dialecte commun, _sos_ signifie _pasteur_.

«Selon quelques auteurs, ce peuple était _arabe_, cependant Manéthon dit
en un autre ouvrage que, selon certains livres qu’il avait consultés, le
mot _hyksos_ signifiait _pasteur captif_; _hyk_, en langue égyptienne,
et _hak_ avec une aspiration, signifiant _captif_: et cela, dit-il, me
paraît plus vraisemblable et plus conforme à l’ancienne histoire.»
(Josèphe continue).

Manéthon dit encore que ces _pasteurs rois_ et que _leurs successeurs_
possédèrent l’Égypte environ 511 ans; mais les rois de la Thébaïde et
ceux _du reste de l’Égypte_ ayant entrepris contre eux une guerre longue
et violente, ils la continuèrent jusqu’à ce que sous l’un de ces rois
nommé _Alisphragmutos_ (lisez _Misphragmutos_), les pasteurs, vaincus et
repoussés du pays, se renfermèrent en un local nommé _Avar_, dont le
circuit était de 10,000 arpents; Manéthon dit que les pasteurs
entourèrent ce local d’une forte et immense muraille, pour la défense et
la conservation de leurs personnes et de leur butin. Après
_Alisphragmutos_, son fils, nommé Thummosis, vint avec 480,000 hommes
assiéger cette place; mais n’ayant pu réussir à la prendre de force, il
fit avec les _pasteurs_ un traite dont la condition fut qu’ils
pourraient quitter l’Égypte sains et saufs: à ce moyen ils emmenèrent
leurs familles et tout leur butin, etc., etc., et sortirent au nombre de
240 _mille_ par le désert qui mène en Syrie; mais parce qu’ils
craignirent les _Assyriens_, qui alors dominaient en Asie, ils
s’arrêtèrent dans la contrée qu’on appelle _Judée_, et ils y bâtirent
une ville nommée _Jérusalem_, capable du contenir toute leur multitude.

Ici Josèphe veut se prévaloir du sens _de pasteur captif donné par
quelques livres_ au mot _yksos_, pour en inférer qu’il s’agit du peuple
hébreu emmène par Moïse. Laissons cette fausse hypothèse où s’égare
l’écrivain juif, pour ne nous occuper que du récit du prêtre égyptien.

Dans ce récit plusieurs fautes se révèlent à un examen attentif.

1° Si, comme il est vrai, le nom du père de _Thummos_ se lit constamment
_Misphragmutos_ dans Africanus et dans les deux listes d’Eusèbe, il est
évident que l’_Alisphragmutos_ de Josèphe est une erreur de copiste,
venue de ce que l’M grec mal conformé a pris l’apparence d’ΑΛ dont la
réunion a quelque ressemblance: les manuscrits de Josèphe sont pleins de
ces fautes. La correction de celle-ci met en évidence la liaison intime
de la dynastie 18e avec celle des pasteurs, tant par l’identité des
noms et qualités des 2 rois cotés 5 et 6 dans les listes, que par leur
titre de _rois thébains. Amenoph_, le dernier, est cité dans un récit
subséquent.

2° Il résulte de ce premier point que l’expulsion des pasteurs eut lieu
dans le cours de cette dynastie 18e, un peu plus de 100 ans après son
ouverture, et dès lors Africanus est atteint et convaincu d’erreur; car,
puisque l’expulseur fut _Thummos_, il est clair que les premières années
de sa dynastie jusqu’à lui ont été parallèles aux dernières années des
pasteurs: or de là il résulte un double emploi de _cent années_, pour le
moins, qu’il faut retirer sur l’une des 2 dynasties; il est clair en
outre qu’Eusèbe a eu raison de joindre immédiatement la dynastie
expulsée à la dynastie expulsante, tandis que leur séparation dans
Africanus forme un hiatus inconcevable et réellement absurde, que
bientôt nous verrons condamné par Manéthon même..... Il est encore à
remarquer qu’Eusèbe, dans son _Chronicon_, ne donne aux _pasteurs_ que
103 ans de durée, ce qui est la somme exacte de leur dynastie dans
l’_ancienne Chronique_, où ils sont appelés rois memphites, à raison de
leur chef-lieu. Il semblerait ici que cette ancienne Chronique a évité
le double emploi dont nous venons de parler; car, si aux 103 ans qu’elle
compte nous ajoutons les 100 quelques années écoulées depuis _Amos-is_
jusqu’à Thummos, nous avons un total de 200 quelques années qui se
rapproche de celui donné par Josèphe. D’autre part, Eusèbe, en plaçant
l’ouverture de cette dynastie 18e à l’an 1740, imite encore
sensiblement l’_ancienne Chronique_, qui l’assigne à l’an 1748; et cette
imitation, qui le disculpe de l’accusation de faux, donnerait à penser
qu’il s’est aperçu des incohérences choquantes d’Africanus, et qu’il a
eu le bon sens de lui préférer l’_ancienne Chronique_, dont l’autorité
nous paraît s’accroître à chaque pas.

Mais comment expliquer les 511 ans que Josèphe dit s’être écoulés depuis
l’entrée des _pasteurs_ jusqu’à l’expulsion _de leurs successeurs_? qui
sont-ils, ces successeurs? Nous voyons dans Africanus une dynastie de
_pasteurs grecs_, au nombre de 32 rois, succéder aux _rois pasteurs_
pendant 518 ans: voilà presque les 511 de Josèphe, et même voilà juste
les 518 ans qu’il reproduit dans sa controverse contre Manéthon; mais le
prêtre égyptien semble avoir compris dans les 511 toute la durée des 6
_rois pasteurs_, qu’Africanus place en dehors. Ce dernier aurait donc
encore fait ici un double emploi ou bien serait-ce le texte de Manéthon
qui, par une équivoque, aurait causé méprise et confusion? Cet embarras
est sensible dans le paragraphe de Josèphe que nous discutons et qui
commence par ces mots: «Manéthon dit encore que les _pasteurs rois_» Ici
Josèphe cesse de copier son original; il parle de son chef, et résumant
un article du texte qui nous manque, il en déduit les sommes totale de
511, sans nous faire connaître les sommes partielles qui la composent.
Pour nous figurer ce qu’a pu contenir ce texte, il faut se rappeler que
dans l’article antérieur, Manéthon a dit que les _pasteurs rois_ étaient
nommés _Yksos_, que ce nom était composé de deux mots égyptiens, _yk_
signifiant _roi_, et _sos pasteur_, mais que dans d’autres livres il
avait trouvé le mot _hyk_ et _hak_ avec aspiration signifiant _captif_
en ce dernier cas, il paraît que Manéthon aurait eu en vue les Hébreux,
qui de leur aveu furent à la fois _captifs_ ou _prisonniers_ des
Égyptiens, et _pasteurs_ d’origine chaldéene, c’est-à-dire _Arabes_;
comme les pasteurs rois. Cette dernière circonstance a pu contribuer à
quelque confusion; et parce qu’ensuite Manéthon, lorsqu’il explique
l’origine des Hébreux et leur sortie d’Égypte sous Moïse, qu’il nomme
_Osarsiph_[249], prétend qu’ils furent une _tourbe populaire_ composée
de lépreux et de gens impurs de toute espèce au nombre de 80,000,
chassés par le roi _Amenoph_ père de _Sethos_, sur l’ordre d’un oracle,
le juif Josèphe, indigné de la comparaison, quitte son texte pour
argumenter contre lui et prouver que ses ancêtres furent les _pasteurs
rois_: cette prétention est inadmissible; mais il est probable que
Manéthon, après avoir parlé des _pasteurs captifs_, avait résumé en
masse tout le temps écoulé depuis leur expulsion par _Aménoph_ jusqu’à
l’entrée des _pasteurs rois_ sous _Timaos_, et qu’il avait évalué ce
temps à la somme de 511 ans. Voilà sans doute ce qu’a voulu dire
Josèphe; et en effet, si l’on part de l’an 1400, où régnait le roi
_Aménoph_, selon les listes, ces 511 ans remontent à l’an 1911, comme
date originelle de l’invasion des pasteurs; mais parce qu’il y a eu
double emploi des cent premières années de la dynastie de _Tethmosis_,
il ne faut compter que 1811, et l’Eusèbe du Syncelle donne 1830 pour
date de l’entrée des pasteurs rois. L’Eusèbe du _Chronicon_ donne 1807,
ce qui se rapproche suffisamment. D’ailleurs plus nous scruterons
Manéthon, plus nous verrons qu’il n’a point eu d’idées nettes sur son
sujet en général, ni en particulier sur celui que nous traitons. Les
erreurs, les contradictions, les discordances de ses copistes en font
foi, et Diodore complétera la preuve.

L’historien Josèphe, dans son argumentation contre ce prêtre, nous
fournit d’autres preuves d’erreur pour leur compte commun. Mais on a
peine à concevoir l’excès de sa distraction dans la liste des rois qu’il
dit avoir succédé à Tethmos, expulseur des _rois pasteurs_. «Après cette
expulsion[250], dit-il, Tethmos régna 25 ans, puis après lui régna son
fils _Chebron_, etc.» Suivez la liste, qu’il dit copiée de Manéthon:


LISTE DE JOSÈPHE (DYNASTIE 18e).

_Après avoir chassé les pasteurs rois_,

  Tethmos-is règne           25 ans 4 mois.
  Son fils Chebron           13
  Aménoph (I)                20      7
  Sa sœur Amess-is.          21      9
  Mephris                    12      9
  Mephramutos                25     10
  Tmos-is                     9      8
                             ------------------
  Aménoph (II)               30      5 Total partiel, 128ª. 11m.

  Orus                       36      5
  Sa fille Acencher-es       12      1
  Son frère Rhatot-is         9
  Acencheres                 12      5
  Acencheres                 20      3
  Armaïs                      4      1
  Ramessès                    1      4
  Amessès Miâmi              46      2
  Aménoph(III)               19      6
                             -----------------
  Total général             320      7 Total partiel, 191ª. 8m.
  Sethos-is, appelé aussi _Ramesès_ (Sésostris).....

«Or, dit-il en se résumant, comment Manéthon peut-il placer sous
_Aménoph_ la sortie des _pasteurs_ vers Hiérusalem, quand il a placé
cette sortie 518 ans plus haut sous Tethmos?»

Nous trouvons ici deux fautes: 1° Josèphe nous a dit 511 ans, et
maintenant il nous dit 518; mais ce qui est bien plus grave, il a dit,
ou fait dire à son auteur «que les _pasteurs_ et leurs _successeurs
possédèrent_ l’Égypte pendant 511 ans:» lesquels par conséquent doivent
se compter depuis leur entrée (en possession), et maintenant il veut les
compter depuis leur sortie ou expulsion. Ce n’est pas tout: il accuse
Manéthon d’introduire un faux _Aménoph_ sans date connue; et cependant
Manéthon exprime qu’Aménoph fut père de Séthos (Sésostris) _qui à
l’époque de l’expulsion était âgé de 5 ans_, ce qui le classe
suffisamment.

«Or, ajoute-t-il, depuis Tethmos jusqu’à _Séthos_, les années
intermédiaires sont au nombre de 393.»

Ce n’est donc plus 511 ni 518, ce n’est pas même le nombre donné par la
liste, lequel est 320, portant un déficit de 73 ans; mais ce qui est
pis, c’est que cette liste, comparée à ses analogues dans Africanus et
Eusèbe, accuse et convainc Josèphe d’une méprise inconcevable, en ce
qu’il place à la tête de la dynastie le roi expulseur qui n’en fut que
le 7e; qu’il le confond sous le nom de _Tethmosis_, avec _Amosis_,
vrai roi 1er régnant 25 ans; et qu’il ne le reconnaît point dans
_Tmosis_, fils de _Misphragmutos_, écrit par lui plus haut,
_Alisphragmutos_. Attribuera-t-on de telles erreurs à des copistes? quel
fonds faire sur les manuscrits ou sur l’auteur? combien le juif Josèphe,
avec quelque esprit de critique, nous eût-il évité d’embarras! Il nous y
laisse entièrement pour les dates d’entrée et de sortie des pasteurs.
Voyons si dans le texte qu’il a cité de Manéthon quelques circonstances
peuvent nous diriger à cet égard.


§ II.

Analyse du texte cité par Josèphe.


«Jadis nous eûmes un roi nommé _Timaos_.»

Pourquoi ce nom ne paraît-il sur aucune liste? ne serait-ce pas que les
pasteurs ayant tout saccagé, les archives de Memphis auraient été
détruites? cela trouverait sa preuve dans le désordre et la nullité des
listes antérieures, comme nous le verrons.

«Et du temps de Timaos il vint du côté d’orient (par l’isthme de Suez)
une race d’hommes de condition ignoble (des pâtres très-méprisés par les
laboureurs d’Égypte), et ces hommes remplis d’audace soumirent le pays
sans _combat_ et avec la plus grande facilité.»

(Donc les Égyptiens, isolés du monde et entièrement livrés à
l’agriculture, avaient jusque-là vécu dans une paix profonde. Donc ils
étaient encore en ces siècles d’obscurité dont parle Hérodote, avant
qu’_aucun roi se fût rendu célèbre_ par de grands ouvrages ou par des
guerres au dedans ou au dehors.)

«Et ce peuple étranger, que quelques auteurs disent _Arabe_, traita les
Égyptiens avec la plus grande cruauté, tuant les chefs, détruisant les
villes, renversant les temples, réduisant le _peuple en servitude_.»

Nous demandons ce que devinrent les monuments historiques pendant deux
siècles que dura cette tyrannie.

«Après les premiers désordres, les _pasteurs_ se nommèrent un roi.»

[Ils n’en avaient donc pas auparavant; ils vivaient donc par tribus
indépendantes (quoique associées), à la manière des Arabes.]

«Et ce roi, nommé Salatis, résida dans Memphis.»

Dans laquelle? car il y eut deux Memphis: l’une ancienne et première,
située à l’orient du Nil, et du côté d’Arabie, selon l’aveu d’Hérodote
et de Diodore; l’autre, de fondation postérieure et de plein jet, par un
monarque puissant que Diodore nomme _Uchoreus_, qui fit le grand travail
qu’Hérodote attribue mal à propos à _Menés_. Salatis dut résider dans
l’ancienne et première _Mèmphis_, qui, par sa position, fut plus exposée
aux pasteurs. La seconde Memphis eût été plus résistante à cause de ses
_fossés_ et de ses _remparts_; sans compter que ces _fossés_ et ces
_remparts_ ne durent pas encore exister à cette époque d’état pacifique,
négligent, anti-militaire. Leur idée ne fut probablement suggérée que
par ce malheur et par ses suites.

Mais pourquoi ne nous dit-on pas un mot d’_Héliopolis_, ville non moins
importante, et qui étant sur la route de Memphis, eût dû être attaquée
et prise avant celle-ci? Ne doit-on pas conclure qu’elle n’existait pas
encore? alors ne seraient-ce pas ces pasteurs qui, fortifiant la
_frontière orientale_, auraient bâti cette ville dédiée à leur _dieu
Soleil?_ Cette hypothèse cadrerait avec un passage de Pline[251], qui
dit qu’Héliopolis fut fondée par les _Arabes_, tels qu’ont dit ceux-ci:
alors encore, si les Juifs placent à _Héliopolis_ (qu’ils nomment _On_)
le roi égyptien lors de leur entrée en Égypte, cette entrée est donc
postérieure aux pasteurs; et si le conquérant Sésostris, lorsqu’il éleva
une muraille sur cette frontière, prit pour point d’appui Péluse d’un
côté, et _Héliopolis_ de l’autre, il trouva donc cette dernière ville
existante; son règne fut donc postérieur à la fondation d’Héliopolis et
au règne des _pasteurs_ comme à leur expulsion..... Notons ce fait.

«Or Salatis placé à Memphis, soumit au tribut la province _supérieure_
et la province _inférieurs_.»

Si Salatis, après avoir pris Memphis, y fit sa résidence, il y a
apparence que cette ville était déjà la capitale du pays... Alors on
entend sans peine que la province _inférieure_ fut la _Basse_-Égypte, le
_Delta_. Mais que signifie la _province supérieure_? entendrons-nous
toute la _Haute-Égypte_ et le royaume de Thèbes? cela ne se doit pas;
car si une ville de l’importance et de la célébrité de Thèbes eût été
prise, Manéthon n’eût pas manqué d’en faire mention; et de plus on ne
verrait pas dans son récit subséquent, les rois de Thèbes figurer comme
chefs de la ligue qui se forma contre les pasteurs, et de la guerre
opiniâtre qui les expulsa. La _province supérieure_ fut donc seulement
l’_Heptanomis_, cette portion de l’Égypte qui de tout temps a formé
l’une de ces 3 grandes divisions, et nous avons droit de penser que les
pasteurs furent arrêtés vers _Osiout_ par l’opposition des rois de
Thèbes et par les obstacles naturels du sol, qui de tout temps ont formé
une ligne de séparation entre la Haute et la Basse-Égypte, et défendu la
frontière du _Saïd_ contre les attaques venues d’en bas.

«Et les rois de la Tbébaïde s’étant ligués avec _ceux du reste_ de
l’Égypte, ils entreprirent une guerre longue et violente.»

Voici bien clairement exprimés d’_autres rois d’Égypte_ que ceux de
Memphis et de Thèbes; il y avait donc au temps des pasteurs, plusieurs
royaumes grands ou petits en Égypte. Nos érudits veulent nier le fait;
mais leurs arguments démentis par le raisonnement, par la nature des
choses et par des témoignages positifs, ne méritent point que l’on s’y
arrête. Il suffit d’observer que dans un temps postérieur le petit pays
de Kanaan comptait 30 à 32 rois ou roitelets, qui furent soumis par
Josué, pour concevoir qu’un pays tel que le Delta, plus étendu que la
Palestine, et morcelé par des bras de fleuve, par des marais et par des
déserts, a dû avoir et conserver long-temps des chefs ou rois qui; soit
indépendants, soit vassaux du roi de _Memphis_, auront échappé ou
résisté aux pasteurs, auront invoqué le secours des rois de Thèbes,
demeurés puissants, et les auront secondés contre l’ennemi commun de la
nation.

L’on voit que dans cette anecdote des _rois pasteurs_, l’Égypte nous est
représentée dans l’état de faiblesse et d’inexpérience dont Hérodote
parle, comme ayant précédé les temps où des rois égyptiens se rendirent
célèbres par de grands ouvrages et par des guerres étrangères.--Par
conséquent _Mœris_ n’avait point encore creusé son immense lac;
Sésostris n’avait point fait ses immenses conquêtes, et c’est
l’indication positive de Manéthon, en Josèphe, lorsque celui-ci, copiant
sa liste des successeurs de Tethmos, nomme _Ramessés_ dit _Miami_, puis
son fils _Amenoph_, puis ses enfants Armaïs et _Sethos-is_, dit aussi
_Ramessés_ (comme son aïeul), _lequel eut de puissantes et nombreuses
armées de terre et de mer_. Tout ce que Josèphe dit de ce _Sethos-is_
démontre qu’il fut _Sésostris_ lui-même, comme nous l’avons déjà dit.

Mais quel fut précisément le siècle des pasteurs? un mot de Manéthon
nous donne à cet égard plutôt une lueur qu’une lumière: «Salatis,
dit-il, _fortifia surtout la frontière d’Orient_, dans la crainte des
_Assyriens_ alors tout-puissants en Asie...» D’où Manéthon a-t-il tiré
ce motif? il n’a pas eu en main les archives de Salatis; les Égyptiens
n’auront pas écrit de mémoires à cette époque de persécution... C’est
donc une idée de Manéthon lui-même, qui, disciple des Grecs, voulant
leur plaire et ayant en main l’histoire des Assyriens, par Ktésias, a
cru faire ici acte d’érudition et de discernement, en comparant les
temps obscurs de son pays à une époque étrangère plus connue... Cela ne
nous donne pas de date précise, mais nous y trouvons une limite
au-dessus de laquelle l’invasion des pasteurs ne peut plus se placer...;
cette limite est la fondation de l’empire assyrien par Ninus: selon
Ktésias, ce prince aurait régné vers les années 2000 à 2100 avant
J.-C.[252] L’invasion des pasteurs, selon Manéthon, est donc postérieure
à cette date, et elle peut l’être de beaucoup d’années; mais qui de
Josèphe, ou de l’ancienne chronique, ou des listes d’Eusèbe et
d’Africanus, est l’interprète de Manéthon? toutes leurs données
diffèrent entre elles: selon la chronique, ce fut l’an 1851; selon
Eusèbe en son Chronicon, ce fut l’an 1807, et 1830 en sa liste du
Syncelle; selon Africanus, ce serait en 2612. (_Voyez_ la liste.)

Ici ce copiste est encore une fois atteint et convaincu d’erreur et
d’infidélité, _si Manéthon lui-même ne l’est de contradiction_: car
cette date de 2612 excède de plus de cinq siècles le règne de Ninus; par
conséquent elle anticipe de toute cette somme sur l’extrême limite
donnée par le prêtre égyptien; et de près de 800 ans sur les dates
d’Eusèbe et de l’ancienne chronique. Il en résulte incontestablement que
les dynasties 16e et 17e de prétendus _pasteurs grecs_ et
_anonymes_, sont démontrées fausses par témoignage positif, comme nous
les avions démontrées absurdes par simple raisonnement: ainsi les 153
ans de la 17e dynastie et les 518 de la 16e, ne sont que du
remplissage dont Africanus pourrait avoir pris l’idée en Josèphe, à
l’article que nous avons censuré, s’il ne l’a prise dans Manéthon même.
Quelle confiance pouvons-nous désormais avoir en ce copiste? et
cependant nous ne sommes pas à la dernière erreur ou contradiction
démontrable.

En remontant dans sa liste à la dynastie 12e, nous sommes choqué d’y
trouver le célèbre _conquérant Sésostris_ cité comme 3e _prince_,
avec des circonstances qui viennent plutôt d’Hérodote que de Manéthon.
Nous avons vu ce dernier auteur le placer sous le nom de _Sethos_ au
même rang, et par conséquent à la même époque que les listes d’Eusèbe
et d’Africanus, en tête de la dynastie 19e: nous avons vu Hérodote
s’accorder avec ces témoignages en le plaçant dans le même siècle. Nous
remarquons qu’il y aurait une contradiction, un chaos inexplicable à
supposer que l’Égypte, élevée au plus haut degré de puissance politique
et d’art militaire sous Sésostris, fût retombée au degré de faiblesse et
d’ignorance où la trouvèrent les pasteurs. Comment un tel anachronisme
peut-il donc se présenter dans la liste d’Africanus[253], copiste de
Manéthon, et, ce qui est plus étrange, dans celle de Diodore son
successeur, ainsi que nous le verrons? ceci est un vrai problème
littéraire qui nous a long-temps embarrassé: quelle qu’ait pu être sa
cause originelle, il en eut une, et il est intéressant de la trouver;
après bien des indications, principalement sur la moralité et les moyens
d’instruction de nos auteurs, il nous a semblé découvrir le mot de
l’énigme dans la confiance accordée par Manéthon à Ktésias, et dans les
circonstances politiques et littéraires où les Égyptiens et les Perses
se sont respectivement trouvés au temps de cet auteur.

Nous avons considéré que lorsque les Égyptiens, en l’an 413 avant J.-C.,
secouèrent le joug des Perses, il ne put manquer d’y avoir
récrimination de la part du grand roi et de ses diplomates qui, selon
l’usage de tous les temps et de tous les puissants, ne manquèrent pas de
crier à la _rébellion_ contre l’_autorité légitime_. Les Égyptiens
durent opposer à cette inculpation deux réponses solides: 1° leur état
d’indépendance naturelle avant que Kambyses les eût injustement
subjugués; 2° leur état même de suprématie avant l’existence de l’empire
perse, puisqu’il était prouvé par leurs annales, que le conquérant
Sésostris avait soumis au tribut tous les peuples de cette partie de
l’Asie avant l’existence de l’empire assyrien même.--Cet ordre de faits
était vrai dans le sens où l’a présenté Hérodote qui, comme nous l’avons
vu, a placé Sésostris au-delà de l’an 1300, et Ninus vers l’an 1230 ou
36 seulement: en faveur de cette opinion était le silence même des
monuments et des traditions qui jamais n’avaient dit ou insinué que
Sésostris eût pris les imprenables cités de Ninive et de Babylone, ou
qu’elles eussent résisté à cet invincible guerrier, alternative,
également remarquable, dont le souvenir eût été conservé: ils durent
même ajouter ce que nous lisons en _Cedrenus_,[254] savoir, que
Sésostris laissa une colonie de 15,000 Scythes dans le pays des Perses
qui s’y mêlèrent. L’orgueil de la cour du grand roi dut être infiniment
choqué de ces allégations; mais comme de tout temps la diplomatie eut
des ressources, principalement dans les gouvernements despotiques,
quelque courtisan délié imagina un moyen efficace de démentir ou
d’éluder ces faits, en élevant le règne de Ninus au-delà du temps de
Sésostris, à une époque obscure et inattaquable. Cela se pouvait
d’autant plus aisément, que la chancellerie perse, que nous avons vue en
activité sous Kyrus, sous Kambyses et sous Darius[255], possédait seule
les archives des Mèdes et des Assyriens. Elle put donc fabriquer des
listes de rois et des durées de règnes, selon son besoin et son gré.
C’est cette fraude que nous avons indiquée en notre 1er volume (pag
484), quand nous avons démontré le doublement des rois mèdes par
Ktésias, et que nous avons fortement inculpé cet auteur, d’une opération
semblable sur la liste des rois d’Assyrie; nous eûmes dès-lors le
soupçon que nous renouvelons ici; mais en réfléchissant sur ces
expressions de Diodore, «_que Ktésias_, particulièrement favorisé des
bonnes grâces d’Artaxercès, eut en main les archives royales, et après
avoir recherché avec soin tous les faits, _les mit en ordre_, etc.;»
nous sommes maintenant porté à croire que ce Grec, adroit et souple
mercenaire, a lui-même été le conseiller et l’auteur de la fraude: quoi
qu’il en soit, elle nous paraît positive; son époque a dû être entre les
années 380 et 390, où Ktésias fut en faveur, par conséquent une
vingtaine d’années après l’insurrection des Égyptiens. Ceux-ci ayant
connu cet argument inopiné, durent éprouver de l’embarras; mais parce
que l’esprit des anciens cabinets se ressemblait (ainsi que celui des
temples), les diplomates du Pharaon régnant (probablement Nectanebus
Ier.) s’avisèrent du même expédient, et ils combinèrent à leur tour
cet échafaudage de listes qui rejette Sésostris plusieurs siècles avant
Ninus: de là ces deux systèmes de chronologie qui ont divisé les auteurs
anciens et déconcerté les modernes: l’un, que nous appelons l’_ancien_,
que nous trouvons dans Hérodote, et même dans l’ancienne Chronique;
l’autre, le système _nouveau_, qui nous est présenté par Diodore et par
Africanus, copistes de Manéthon. Nous ne saurions regarder le prêtre
égyptien comme son inventeur; mais il nous semble que, doué de peu de
critique, il l’a compilé sans le comprendre, et que c’est de lui que
Diodore l’a emprunté.

Il nous semble encore que Manéthon lui-même appuie notre conjecture sur
sa _nouveauté_, en donnant l’épithète d’_ancienne_ à la Chronique
anonyme jointe par lui à son livre d’où le Syncelle l’a tirée par
l’entremise d’Africanus[256]. Quelques érudits ont voulu qu’elle fût de
composition tardive et postérieure à Nectanebus II, c’est-à-dire à l’an
350, où se terminait aussi l’ouvrage de Manéthon; mais il est prouvé par
nombre d’exemples, que les manuscrits anciens de chroniques pareilles
ont reçu des additions et des continuations posthumes à leur premier
auteur, et cela de la main des savants qui les possédèrent ou qui en
donnèrent des copies... Ainsi la mention de Nectanebus II ne prouve
rien; et si l’on considère, d’une part, que Manéthon dut avoir ses
raisons d’appeler _ancienne_ la chronique dont nous parlons, et d’autre
part, qu’elle diffère essentiellement du plan de cet écrivain, en ce
qu’au-dessus de la seizième dynastie, c’est-à-dire, un peu au-dessus des
pasteurs, elle n’admet ou ne connaît aucun fait historique (comme pour
indiquer que la persécution de ces tyrans en aurait effacé la trace);
que, de plus, dans les dynasties inférieures, elle se rapproche du plan
d’Hérodote; l’on sera porté à croire qu’elle a été rédigée un peu après
Kambyses, lorsque le règne tolérant de Darius Hystasp permit aux savants
Égyptiens de recueillir les débris de leurs monuments, brûlés ou
dispersés par le féroce fils de Kyrus. De telles idées viennent en de
telles circonstances: alors elle a précédé Manéthon de près de 240 ans,
et par-là elle a mérité, relativement à lui, le titre d’_ancienne_,
surtout s’il a eu, comme nous le croyons, quelque indice que le système
signalé par nous n’existait pas auparavant; Quoi qu’il en soit de nos
conjectures, en revenant au point primitif de notre discussion, il reste
prouvé par les témoignages combinés de tous les anciens, que le règne de
Sésostris, antérieur à celui de Ninus, n’a pu être que postérieur à
l’invasion des pasteurs.--Ce second chef se démontre par le
raisonnement. En effet, d’après le tableau du règne de ce conquérant, il
est impossible, comme nous l’avons déjà dit, de concevoir comment
l’Égypte serait retombée dans l’état de faiblesse, d’avilissement où la
trouvèrent les pasteurs..... Tout, dans cette hypothèse, marche en sens
inverse du cours naturel des choses politiques; tout suit, au contraire,
un cours naturel, en admettant que l’époque d’ignorance et d’esclavage
précéda et même prépara l’époque de l’affranchissement et de l’énergie
militaire qui, depuis, alla croissant et se développant.

Au moment où arrivent les pasteurs, nous voyons l’Égypte, par suite de
son état primitif de morcellement en peuplades sauvages, divisée encore
en plusieurs états, et certainement en deux royaumes principaux ayant
pour capitales _Thèbes_ et _Memphis l’ancienne_. La population, toute
agricole, est, comme celle de la Chaldée au temps de Ninus,
inexpérimentée à l’art de la guerre: l’étranger aguerri soumet sans
peine celle du Delta et l’accable de cruautés. Il est probable que cette
persécution fut une époque d’émigration à laquelle se rapporteraient
certaines colonies égyptiennes en Grèce, en Italie, en Babylonie,
mentionnées par les monuments et par les historiens.--Thèbes résista par
sa position topographique, et par la puissance de ses rois, qui déjà
paraissent avoir élevé les masses gigantesques de ses temples et de ses
palais: c’est l’indication de Diodore. La Basse-Égypte saccagée,
asservie, privée de tous ses chefs, dut tourner ses regards vers les
rois Thébains qui étaient de sa langue et même de son sang. Ils
devinrent ses protecteurs naturels, ses rois nationaux.--Leur pays fut
le lieu de refuge; leur puissance fut le moyen libérateur qu’on
invoqua.--Il dut exister une guerre sourde et constante.--Les bras
s’aguerrirent, les courages se formèrent; de premiers succès élevèrent
l’espérance; une guerre ouverte éclata: sa _longueur_, son _opiniâtreté_
donnèrent aux Memphites les habitudes militaires qui leur manquaient;
toute l’Égypte devint guerrière. De son côté, la race _hardie_ des
pasteurs dut défendre sa proie pied à pied. Un premier effort l’ayant
chassée de Memphis, ils purent se défendre dans Héliopolis, puis dans
Peluse où ils résistèrent à d’immenses efforts. Pendant ce temps les
rois de Thèbes prenaient possession, d’abord de l’Heptanomis, puis du
Delta, par droit de conquête et par assentiment national. Lorsqu’enfin
ils eurent totalement chassé l’étranger, ils furent, de droit et de
fait, considérés comme les maîtres légitimes de tout le pays, comme les
successeurs naturels des anciens rois dont la race était extirpée: c’est
donc à cette époque, c’est-à-dire, à dater du régne de _Tethmos_, que
l’Égypte a commencé de former un seul et même empire, dont l’unité n’a
plus été rompue que temporairement.--Alors ces monarques, investis d’une
masse triple et quadruple de puissance, par la réunion de 7 à 8,000,000
de bras sous un même sceptre,[257] et de tous les tributs du sol le plus
fécond sur une étendue de 3,500 lieues carrées; ces monarques eurent les
moyens et bientôt conçurent les idées de ces ouvrages, d’abord utiles et
grands, puis gigantesques et extravagants, dont Hérodote trace l’ordre
successif, et dont l’exécution n’eût pas été possible auparavant.

Le premier de ces travaux relativement aux Égyptiens de _Memphis_, fut
la fondation de leur ville, qui dut avoir deux versions à raison de
l’équivoque de l’_ancienne_ et de la _nouvelle_ ville: l’_ancienne_ dut
naturellement être attribuée au rois _Menès_, plutôt _dieu_ qu’_homme_,
que nous verrons aussi premier roi à Thèbes, et qui paraît n’avoir été
qu’un synonyme d’Osiris. La seconde, qui fut la _nouvelle_ Memphis, nous
est déclarée par Diodore avoir été l’ouvrage d’un roi puissant nommé
_Uchoreus_, dont les listes nous présentent un synonyme dans le roi
_Achoris_,[258] successeur de _Tethmos_. Il appartint à un tel prince de
déplacer un fleuve, tel que le Nil, pour élever une ville entière sur
son lit comblé. L’expérience, qui avait fait connaître la faiblesse de
l’_ancienne_ Memphis, suggéra l’idée de cette _nouvelle_ création, où de
puissants moyens défensifs furent réunis à la commodité. Diodore nous
apprend que bientôt le «_séjour de Memphis la neuve parut si délicieux
aux rois_, qu’ils abannèrent celui de Thèbes, dont la splendeur ne fit
plus que décliner.» Voilà donc Thèbes devenue vassale sans secousse,
sans révolution, et le silence de l’histoire est expliqué sur la
confusion souvent faite des rois des deux métropoles.

Après la création de Memphis par Uchoreus, le premier ouvrage, grand et
digne d’admiration, fut, selon Hérodote, le lac de _Mœris_, ce roi dont
le règne précéda de peu celui de Sésostris. Si ce dernier se place vers
les années 1360 à 1365, comme nous l’avons dit, Mœris ne doit pas être
éloigné; et si nous n’apercevons pas son nom entre _Uchoreus_ et
_Sésostris_, c’est par la raison que beaucoup de ces princes ont eu
divers noms. Nous en connaissons au moins 4 à Sésostris. Dans ce nouvel
ouvrage nous voyons une marche croissante de la puissance: les conquêtes
de _Sésostris_ ne sont qu’un autre genre du développement, une autre
conséquence de l’accumulation progressive des moyens depuis le règne de
_Tethmos_. La guerre contre les pasteurs avait forcé ce prince de lever
un grand état militaire; il put le réduire, mais non l’annuler. Ses
successeurs, selon le penchant de tous ceux qui gouvernent, durent
trouver commode et utile d’entretenir cette forte armée, tant pour
résister au dehors que pour maintenir l’obéissance au dedans; les
habitudes guerrières étaient contractées, on les conserva. La tactique
fût cultivée, et ce fut de cette source que Sésostris tira les
instruments de conquête que son génie mit en action. Ainsi c’est du
règne des pasteurs que nous voyons dériver, comme conséquences
naturelles, tous les événements postérieurs.

Si après Sésostris, son troisième successeur, _Rhampsinit_, nous montre
la _plus grande masse d’or et d’argent que l’on_ eût _encore vue_, c’est
qu’elle provint des conquêtes de Sésostris et des tributs de toute
l’Asie[259]; si après Rhampsinit, les tyrans _Cheops_ et _Chephren_
bâtissent leurs extravagantes pyramides, c’est parce que le despotisme
ignorant ne sait comment employer ses trésors accumulés, etc., etc.

Mais c’en est assez sur ce sujet: nous avons à répondre à deux questions
que déjà se sera faites le lecteur.

En quel temps précis arriva l’invasion des pasteurs, et quelle fut cette
race d’étrangers?

Ici le défaut de documents positifs nous réduit à des calculs de
probabilités que nous tâcherons de rendre raisonnables.

Aucune des listes ne s’accorde sur la date de l’invasion des _pasteurs_:
l’ancienne Chronique donne l’an 1851; l’Eusèbe du Syncelle, 1830;
l’Eusèbe du Chronicon, 1807; Josèphe, dégagé de ses erreurs, se
rapproche infiniment de ce dernier; car, en plaçant le règne de
_Sethos-is_, qui est _Sésostris_, vers 1360 ou 1365, nous trouvons dans
les rois qui remontent jusqu’à _Tmos-is_, fils de _Mefragmutos_,
c’est-à-dire jusqu’au véritable expulseur, une somme de 191 années, qui
nous porte à l’an 1556. De là, jusqu’à l’entrée des pasteurs sous
_Salatis_, Josèphe compte 239, ce qui la place en 1795, différence, 12
ans de 1807, et il nous appartient 4 ou 5 années sur le règne de _Tmos_.
D’autre part, si nous prenons les 128 ans que nous donne sa liste depuis
Tmosis jusqu’au chef de la dynastie (Amosis, qu’il nomme _Tethmosis_),
et que nous y joignions les 103 ans qu’Eusèbe et l’ancienne Chronique
donnent aux pasteurs, nous avons 331 ans; plus, 4 ou 3 ans du règne de
_Tmosis_. Nous sommes bien voisins des 239 de Josèphe. L’analogie de ces
deux produits, et leur ressemblance avec les 1807 d’Eusèbe, nous font
donc regarder comme la plus probable des dates, celle de 1800 à 1810
pour l’arrivée des pasteurs.--Maintenant quelle race d’hommes
furent-ils? Voici nos conjectures.

Manéthon nous a dit que, selon quelques auteurs, ils furent des Arabes;
son copiste Africanus les appelle _Phéniciens_, et cela présente peu de
différence, parce que les _Phéniciens_ sont reconnus pour être d’origine
arabe. Maintenant pesons toutes les circonstances de Manéthon. Il nous
dit que cette horde, en quittant l’Égypte, comptait 240,000 hommes
armés: on doit croire que pendant une résidence de deux siècles, cette
population, nourrie dans l’abondance, s’était beaucoup multipliée, et
qu’en arrivant elle peut n’avoir pas eu plus de 100,000 combattants;
c’était assez pour vaincre. Cela suppose 400,000 têtes au moins: c’est
beaucoup de monde pour les Arabes. Cette multitude _entre par l’isthme
de Suez_: des Arabes seulement peuvent entrer par-là. _Elle n’a point de
roi suprême_: elle est donc divisée en tribus _comme les Arabes_, ayant
chacune son chef ou ses chefs, égaux entre eux, sauf la prépondérance du
plus fort. Cette multitude ne marche pas droit sur Memphis; Africanus
indique qu’elle s’arrête dans la Basse-Égypte (pays de pâturages pour
ses troupeaux), et qu’elle _y bâtit une ville_, c’est-à-dire un camp
retranché: ces hommes-là veulent mettre en sûreté leurs familles et
leurs biens.[260] Ce n’est qu’ensuite qu’ils attaquent les Égyptiens
_doux, timides_, et qu’ils s’emparent de Memphis: toutes ces
circonstances n’annoncent pas une invasion préméditée, ni un peuple armé
pour conquérir; elles indiquent, au contraire, _un peuple chassé_ de son
pays, cherchant _refuge ailleurs_: qui fut ce peuple à cette époque? En
méditant cette question, nous nous sommes rappelé que dans les
_monuments arabes_ de l’ancien Iémen il est fait mention d’une grande
révolution arrivée dans toute la presqu’île à une époque très-reculée.
Nous avons vu (tome 1er des _Recherches nouvelles_, pages 278 et 498)
que _Masèoudi_, _Hamza_, _Aboulfeda_ et _Noueïri_ nous ont dit «que les
plus anciens peuples de l’Arabie furent quatre tribus appelées _Aâd_,
_Tarnoud_, _Tasm_ et _Djodaï_; qu’ _Aâd_ habita le _Hadramaut_; Tamoud,
le Hedjâz et le rivage oriental de la mer Rouge (le Tehama) etc.; que
ces Arabes furent attaqués par une autre confédération d’origine
différente, composée de 10 tribus; qu’il y eut entre elles des guerres
violentes qui se terminèrent par la défaite et l’expulsion des quatre
tribus, etc.»

Dans notre opinion ce seraient les débris de ces quatre tribus qui se
seraient écoulés vers l’Égypte, et nous en trouverions les restes dans
les _Thamudeni_ et dans les _Madianites_ et les _Amalekites_ leurs
parents: quant à la date de cet événement, ce que les auteurs musulmans
nous indiquent ne laisse pas que de se rapprocher. «Le prince qui
vainquit ces Arabes, ajoutent-ils, s’appelait _Abdel-Chems_; il prit le
surnom de _Saba_ (le _victorieux_); son fils (ou descendant) _Homeir_,
fut l’auteur du nom de _Hemiarites_ ou Homérites, donné aux tribus
victorieuses. Celui-ci chassa les Arabes _Tamoud_ de l’Iémen dans le
Hedjâz. Son 15e dèscendant fut _Haret-el-Raïes_» (que nous avons
prouvé être contemporain de Ninus et associé à ses conquêtes).

Or Ninus ayant régné en 1230, les 15 générations, si on les évaluait à
la manière égyptienne, nous porteraient au-delà de 1700 ans avant J.-C.
Mais de plus, il est constant que dans cette antiquité, et même assez
généralement dans des temps moins reculés, les Arabes omettent ou
suppriment des degrés de filiation; que par le nom de _fils_ ils
entendent très-souvent un simple descendant, en sorte qu’il n’est pas du
tout prouvé que Homeir ait été le fils immédiat de Saba: d’autre part,
l’historien Nouéïri ajoute que Homeir fut contemporain d’Ismael, fils
d’Abraham: ce qui veut dire que Nouéïri comparant les calculs arabes aux
calculs juifs, a trouvé l’analogie citée. Or dans les calculs des Juifs,
Abraham se place entre 1900 et 2000, et cela cadre singulièrement avec
nos données. Ce n’est donc pas sans quelque vraisemblance que nous
regardons les _pasteurs_ de Manéthon comme étant les anciens Arabes
chassés par _Saba_ et _Homeir_, et que nous plaçons l’époque de cet
événement vers les années 1800 à 1810.

Nous trouvons d’autres probabilités dans le _caractère hardi_ et féroce
de ces expulsés, aigris par leurs malheurs, dans les idées militaires
qu’ils montrent et que leur avaient enseignées des guerres longues et
sanglantes; enfin même dans la persécution religieuse qu’ils exercent,
attendu qu’étant élevés dans le culte simple du _soleil_ et des astres,
ils durent prendre en haine les idoles bizarres des Égyptiens dont ils
ne conçurent point le sens allégorique. Ces pasteurs étant de la branche
des _Arabes noirs_, ils furent, en style oriental, des enfants de
_Kush_, en style grec, des Éthiopiens; à ce titre ils étaient parents
des _Phéniciens_, dont Africanus leur applique le nom. Ce nom de _Kush_
serait-il la base de celui d’_Y-ks-os_ que leur donnèrent les
Égyptiens? Cela n’est pas impossible; mais ce qui est presque certain,
c’est que sous le nom d’Éthiopiens, leurs rois sont du nombre des 18 de
ce sang, qu’Hérodote dit avoir régné en Égypte. Il serait étonnant que
les prêtres eussent omis cette dynastie qui posséda la Basse-Égypte
pendant plus de 200 ans; elle dut même y laisser quelques traces de son
langage: malheureusement nous n’avons presque rien de l’ancien
égyptien[261]. Peut-être la pratique de l’Arabe en cette contrée
fut-elle un des moyens qui en ouvrit aux Phéniciens le commerce, et leur
procura la connaissance des idées théologiques et scientifiques de
l’Égypte, qu’ils répandirent dans la Grèce plus de 1600 ans avant notre
ère; enfin les pasteurs chassés se perdirent dans le désert sans laisser
de trace sensible, et il semble qu’il n’y a que des Arabes qui puissent
paraître, vivre, et disparaître ainsi.

Un dernier moyen de nous éclairer pourra se trouver dans les monuments
pittoresques apportés d’Égypte par les savants français: nous y voyons
des scènes de combats qui représentent, d’une part, des Égyptiens
reconnaissables à leur physionomie et à leurs costumes; d’autre part,
des étrangers dont la tête est ornée de _couronnes_ de plumes en forme
de diadèmes. Il s’agit de savoir si ces physionomies, très-bien
exprimées, trouvent leur ressemblance sur quelques médailles ou autres
monuments phéniciens ou arabes. Le vainqueur ayant été roi de Thèbes, il
serait naturel que le tableau de son triomphe eût été gravé sur les murs
de son palais en cette ville. Les savants descripteurs de ces tableaux
ont voulu y voir des Indiens; cela ne réfuterait pas notre conjecture,
puisque les habitants de l’Arabie, et surtout de l’Iémen, ont été, comme
ceux de l’Éthiopie, désignés en plusieurs occasions par les Grecs et par
les Latins, sous le nom d’_Indi_; voilà tout ce que nous pouvons dire
sur ce sujet. Il nous reste un mot à joindre sur les Juifs, d’après les
idées de Manéthon et de quelques autres anciens historiens.


§ III.

Époque de l’entrée et de la sortie des Juifs, selon Manéthon.


Nous avons prouvé dans le tome Ier de cet ouvrage, ch. 2, 3 et 4, que
les livres juifs ne nous donnent aucune idée claire et précise du temps
où se fit la sortie d’Égypte, et cela parce que la période anarchique
des Juges présente un vide absolu d’archives et d’annales régulières. Il
semble que l’historien Josèphe, muni de celles des Phéniciens et des
Égyptiens, publiées par Ménandre l’Éphésien, par Manéthon, Lysimaque,
Cheremon et d’autres auteurs, eût pu éclaircir cette difficulté; mais
ce prêtre juif, fortement imbu de ses préjugés religieux, s’est plutôt
occupé de disputer que d’instruire, et ce sont moins des résultats qu’on
obtient de lui, que des matériaux. Voyons quel parti l’on peut tirer de
ce qu’il nous dit être l’opinion de Manéthon dans la question dont il
s’agit. [262] Selon Manéthon, «les ancêtres du peuple juif furent un
mélange d’hommes de diverses castes, même de celles des prêtres
égyptiens qui, pour cause d’_impuretés_, de souillures canoniques, et
spécialement pour la lèpre, furent, sur l’ordre d’un oracle, expulsés
d’Égypte par un roi nommé _Aménoph_.....» Les livres juifs ne
s’éloignent pas de ce récit, lorsqu’ils disent (dans l’Exode) que
beaucoup de menu peuple et d’étrangers suivirent la _maison
d’Israël_[263]; les ordonnances répétées du Lévitique contre la lèpre
prouvent que toutes ces maladies furent dominantes. Un autre reproche
d’impureté de la part d’un Égyptien, est la vie _pastorale_; et les
juifs conviennent qu’ils furent _pasteurs_. Manéthon évalue leur nombre
à 80,000, lesquels des environs de Peluse se rendirent en Judée à
_Hiérusalem_. Nous avons démontré[264] l’impossibilité physique des
600,000 hommes armés de l’_Exode_, lesquels supposeraient une masse
totale de 2,400,000 âmes; et nous avons tiré des livres juifs eux-mêmes
des indices qui se rapprochent beaucoup de Manéthon: il n’a point été
aussi ignorant en tout ceci que veut le dire Josèphe..... Celui-ci lui
reproche d’introduire un faux _Aménoph_ sans date connue; mais puisque
cet Aménoph est dit _père de Séthos_, qui (lors de la guerre de 13 ans
occasionée par les lépreux) était âgé de 5 ans, Manéthon a suffisamment
désigné l’homme et le temps: il y ajoute un nouvel indice, lorsqu’il
nomme en sa liste un roi Ramessés, père d’Aménoph; car ce _Ramessés_ qui
effectivement précède Aménoph dans la 18e dynastie, correspond
très-bien à celui par l’ordre duquel les Juifs bâtirent la ville de
Ramessés. En tout ceci Josèphe est le plus répréhensible de ne nous
avoir pas donné la date du règne de _Séthos-Sésostris_, prise sur
l’échelle chronologique des Juifs..... Ce règne est, comme nous l’avons
dit plus haut, le point de départ d’où tout dépend: selon l’ancienne
chronique il aurait commencé en l’an 1400 avec la dynastie 19e, dont
Séthos fait l’ouverture: selon Africanus c’eût été en 1394: ces deux
dates se ressemblent, et elles justifieraient nos calculs dans l’article
des Juifs[265], lorsque nous y avons dit que la sortie d’Égypte sous
Moïse dut arriver avant l’an 1420: cela cadre singulièrement avec le
récit de Manéthon, qui nous représente Séthos âgé de 13 ans à l’époque
de la guerre pour l’expulsion des lépreux.

D’autre part, selon l’Eusèbe du Syncelle, le règne de Séthos ne daterait
que de l’an 1376, et selon l’Eusèbe de Scaliger, il se retarderait
jusqu’à l’an 1356. La 1re de ces dates, en raisonnant toujours
d’après Manéthon, placerait la sortie vers 1390; ce qui s’accorde avec
notre calcul généalogique des grands-prêtres cités par Josèphe..... La
2e réclame en sa faveur l’autorité d’Hérodote; mais elle nous laisse
contre elle le soupçon d’avoir été dressée par Eusèbe dans cette
expresse intention: en résultat, il paraît certain que la sortie
d’Égypte n’a pu précéder les années 1410 à 1420, ni se retarder
au-dessous de 1390 avant J.-C. Posons pour terme moyen 1400, et disons
que si _Séthos-Sésostris_, dans le début de sa grande expédition,
n’attaqua point les Hébreux, ce fut par suite de l’aversion et du mépris
que lui inspirait leur récente origine.

Maintenant combien dura réellement le séjour des Juifs en Égypte? Leurs
livres ne sont pas d’accord..... Le texte samaritain dit 215 ans;
l’hébreu et le grec disent 430.

Si nous appliquons ces 215 au calcul d’Hérodote et d’Eusèbe (1355),
l’entrée aura eu lieu vers 1570.[266] Si nous les appliquons au calcul
d’Africanus et de la Chronique, elle aura eu lieu vers 1610. Dans l’un
et l’autre cas, elle tombe dans la période de nos pasteurs, expulsés en
1556.

Si au contraire nous employons les 430 ans du texte hébreu, l’entrée
remontera vers les années 1790 ou 1820, et ici elle coïncide presque à
l’entrée des _rois pasteurs_.

Pourquoi cette différence si forte d’un texte à l’autre? Ne pourrait-on
pas dire que l’un représente l’opinion du rédacteur du _Pentateuque_, le
grand-prêtre Helqiah, tandis que l’autre serait l’opinion des docteurs
d’Alexandrie, qui, au temps de la traduction, ayant eu connaissance des
livres égyptiens, auraient voulu, comme le fit Josèphe, que les pasteurs
rois fussent les pasteurs hébreux. L’autre hypothèse ne laisse pas que
d’avoir plusieurs convenances. Par exemple, la Genèse parle des
relations orales de la famille d’Abraham et de Jacob avec les Égyptiens,
comme d’une chose simple et naturelle; cependant nous savons que la
langue de ce peuple différait essentiellement de l’hébreu; et dans ces
siècles barbares une langue n’était pas connue hors de son territoire:
si donc nous supposons que ces relations aient eu lieu avec les rois
pasteurs, il n’y a plus de difficulté, parce que leur langue fut un
dialecte arabique comme l’est l’hébreu.

D’autre part, les Égyptiens haïssaient les pâtres comme gens _impurs_
devant la loi: et les rois et prêtres d’Égypte n’eussent pas dû
accueillir si bien les Hébreux; les rois pasteurs l’ont pu; leur prêtre
Putiphar a pu même recevoir Joseph en sa maison, et une femme de cette
race recueillir Moïse flottant sur les eaux.

Selon les livres chaldéens cités par Bérose, et selon les livres
égyptiens cités par le Persan _Artapanus_,[267] Abraham enseigna
l’astrologie ou astronomie aux _Égyptiens_; comment croire que les
Égyptiens, inventeurs du zodiaque, et de tout temps célèbres par leur
science astronomique, aient reçu des leçons d’un étranger vagabond; mais
cela peut se croire des _pasteurs arabes_ d’Égypte qui arrivèrent et
purent rester ignorants en cette science. Artapanus ajoute que Joseph
établit le mesurage des terres et autres institutions utiles, lesquelles
n’ont pu être ignorées que des pasteurs qui avaient tout
bouleversé.--Quant à l’_accaparement_ de toutes les terres dont parle la
Genèse, comme conseillé par Joseph en temps de famine, cela convient
encore à l’esprit des rois pasteurs, spoliateurs et tyrans: ce livre
d’_Artapanus_, qui sous quelque rapport diffère des récits de la Genèse
et de Manéthon, a, sous d’autres rapports, des analogies marquées... Il
fait élever Moïse par la fille du roi de Memphis, en disant qu’il y
avait en ce temps-là un autre roi dans _le pays au-dessus_ et _divers
rois en Égypte_. Il fait de Moïse un ministre et un général du roi qui
l’aime d’abord, puis qui redoute son grand crédit et veut le faire périr
dans une guerre d’_Éthiopie_. Moïse part pour ce pays, s’arrête en
chemin _pendant_ 10 _ans_, et avec les seuls bras de sa famille ou de
ses nationaux, il bâtit une ville appelée _Hermopolis_... Tout cela
pêche par invraisemblance; mais si l’on se rappelle que l’_Éthiopie_ des
Grecs est le pays de _Kush_ des Orientaux; que le pays de _Madian_, où
se retira Moïse, était une dépendance, une terre de _Kush_, comme nous
l’avons prouvé,[268] et que près de ce pays, sur la frontière d’Égypte,
est la ville d’_Héroopolis_, tout près de celle de _Phitom_ (Patumos
d’Hérodote), bâtie par les Hébreux, on sera porté à croire qu’Artapanus
ou ses copistes ont commis l’altération d’_Héroopolis_ en _Hermopolis_.
Du reste, Artapanus parle des miracles opérés par Moïse et de la sortie
de son peuple, presque comme l’Exode, excepté qu’il les répartit sur une
durée de temps plus ou moins longue, pendant laquelle Moïse se serait
prévalu des accidents et phénomènes naturels. On veut aujourd’hui
traiter Artapanus de romancier; mais Josephe et Alexandre Polyhistor
l’ont regardé comme un homme savant, nourri de la lecture des livres
égyptiens. De tout ce mélange de variantes[269], d’analogies,
d’invraisemblances, que conclure, sinon qu’il a réellement existé des
faits qui ont été la base de l’histoire, mais qui, vu leur antiquité, vu
la négligence des écrivains à les recueillir près de leur source, ont
été altérés par les récits populaires d’une génération à l’autre, et se
sont présentés sous cette forme aux historiens tardifs? Il est probable
que la nation juive doit son origine à un premier noyau de peuple
d’origine chaldéenne, puisque l’idiome chaldéen est resté sa langue. Il
est probable encore qu’il y a quelque chose de vrai dans ce que Manéthon
dit de sa sortie, puisque les livres hébreux, et Artapanus, et Tacite
même[270], citent des circonstances très-ressemblantes.

Quant aux dates fixes, puisque les Juifs même n’ont pu nous les donner,
qu’ils se montrent au contraire tout-à-fait ignorants sur la période
entière du séjour et sur l’état de l’Égypte lors de la sortie, il faut
nous contenter de celles qu’indique le raisonnement; mais n’omettons pas
de remarquer, en finissant cet article, qu’il sera toujours étrange de
voir l’auteur quelconque de la Genèse se prétendre si bien instruit de
tant de détails minutieux sur Abraham, Jacob et Joseph, quand il l’est
si peu de tout ce qui concerne le séjour en Égypte, et la sortie sous
Moïse, et la vie errante du désert jusqu’au moment de passer le
Jourdain. Cela est contre tout état probable de monuments; et cela nous
confirme dans l’opinion émise ailleurs, savoir que les matériaux de la
Genèse sont totalement étrangers aux Juifs, et qu’ils sont un composé
artificiel de légendes chaldéennes dans lesquelles l’esprit allégorique
des Arabes a représenté l’histoire des personnages astronomiques du
calendrier sous les formes anthropomorphiques. Mais rentrons dans notre
domaine chronologique, et voyons quels secours ajoute Diodore de Sicile
aux cadres tronqués de Manéthon et d’Hérodote.



CHAPITRE IV.

Récit de Diodore.


D’après tout ce que nous avons vu du désordre et des contradictions de
la liste d’Africanus, copiste apparent de Manéthon, nous avons droit de
croire que la dynastie des _pasteurs_ a été la borne historique des
savants de Memphis, et cela par la double raison que ces étrangers
auront détruit les archives nationales, et que l’école de Memphis, ne
trouvant au-delà de leur époque que des rois thébains, les aura négligés
par esprit de parti pour sa métropole. Si nous avions la liste complète
de ces rois, trouvée par Ératosthènes, et copiée par Apollodore,
peut-être y trouverions-nous le moyen de renouer le fil de succession
par l’entremise de la 18e dynastie: à son défaut, il faut nous
adresser à Diodore.

Cet auteur, qui lût et compulsa un grand nombre de livres sur ces
matières, dans la bibliothèque d’Alexandrie, eut de grands moyens de
s’instruire et de nous instruire avec lui: malheureusement il s’est
moins appliqué à la précision qu’à l’étendue.--Cet historien nous donne
comme résultat de ses recherches, et comme un fait non contesté de son
temps, «que le royaume de Thèbes fut le premier civilisé et le plus
célèbre de toute l’Égypte. La ville de Thèbes, dit-il[271], fut fondée,
selon quelques-uns, par le dieu Osiris même, qui lui donna le nom de sa
mère; mais ni les auteurs ni les prêtres ne sont d’accord à ce sujet,
plusieurs assurant que cette ville a été bâtie bien plus tard, par un
roi nommé _Busiris_.»

Nous laissons à part ce que Diodore dit avec Hérodote, Manéthon et la
_vielle chronique_, du règne des dieux, qui dura des milliers d’années,
10,000, selon les uns, 18,000 et même 23,000 selon d’autres, depuis
Osiris ou le soleil, jusqu’à Alexandre... Ce sont là des allégories
astrologiques, de même que l’invention prétendue de toutes les sciences,
par un dieu ou homme nommé _Hermès_.--Mais Diodore parle historiquement,
lorsqu’il peint l’état primitif des anciens habitants de l’Égypte, et
leur vie sauvage entièrement semblable à celle des nègres et des
Caraïbes des temps modernes[272]. «Alors, dit-il, ceux-là étaient rois
qui inventaient les choses et les moyens utiles aux besoins de la vie:
le sceptre ne passait pas au fils du régnant, mais à celui qui avait
rendu le plus de services (comme dans l’ancienne Chine).

«Parmi les rois d’Égypte, la plupart ont été indigènes, quelques-uns
furent étrangers: on compte, entre autres, _quatre Éthiopiens_ qui ont
régné 36 ans, non pas de suite, mais par intervalles.»

Nous avons vu Hérodote en compter 18: il semble que Diodore n’aurait
connu que ceux postérieurs à Sabako.

«Les rois, avant Kambyses, ont été au nombre de 470, et 5 reines.»

Voici une grave différence, puisque ce serait au-delà de _cent_ plus
qu’Hérodote. Diodore suit Manéthon ou s’en rapproche.

«Après les dieux, le premier roi fut _Menas_», que Diodore fait régner à
Thèbes et non à _Memphis_ (qui en effet ne dut pas exister). Il est
singulier que ce _Menas_ ou _Menès_ se retrouve premier homme-roi à
Memphis, à Thèbes, en _Crète_, sous le nom de _Minos_, dans l’Inde sous
celui de _Ménou_. Il est singulier encore que Manéthon, dans Africanus,
ait noté qu’il fut tué par un _cheval_ de _rivière_ (hippopotamos)
nomme _Isp_. Comment une bête sauvage a-t-elle eu un nom propre? Il y a
ici de l’allégorie: l’_hippopotame_ fut l’emblème de _Typhon_, ce génie
du mal, qui tua _Osiris_, génie du bien; _Menès_ doit être un nom
d’_Osiris_, peut-être même le nom le plus ancien. Osiris fut, comme
Bacchus, le dieu de l’abondance et de la joie; «_Menès_, comme Osiris,
enseigna aux hommes toutes les commodités, tout le luxe de la vie, la
bonne chère, les beaux meubles, les bonnes étoffes, etc.:» l’identité
est sensible. Quant au nom du _cheval, Isp_, comment se fait-il qu’il
soit le mot persan _asp_, un _cheval_? Manéthon aurait-il copié un
auteur perse, qui, après Kambyses, aurait traduit un livre égyptien?

Le nom de _Menas_ fut aboli, nous dit Diodore, par un roi d’Égypte qui,
pendant une guerre qu’il fit aux Arabes du désert, trouva de si grands
inconvénients dans le luxe et l’épicurisme inventé par _Menas_, qu’il
maudit son nom, et fit inscrire cette malédiction en lettres sacrées
dans le temple de Ioupiter à Thèbes. Ne serait-ce pas à dater de cette
époque que le nom d’Osiris aurait prévalu? Mais pourquoi _man_ en langue
sanscrite signifie-t-il _homme_, et en chaldæo-hébreu, _intelligence_?

«Après Ménas, d’autres rois, dit Diodore, se succédèrent pendant 1,400
ans, sans rien faire de remarquable; puis régna _Busiris_, premier du
nom; puis son 8e successeur, nommé aussi _Busiris_, bâtit la grande
ville de Thèbes avec cette magnificence qui l’a rendue la plus célèbre
des temps anciens.»

Faire bâtir Thèbes quand on dit qu’elle existait depuis 1,400 ans, est
une contradiction manifeste; mais aujourd’hui que les savants français
de l’expédition d’Égypte nous ont fait connaître géométriquement le
local de Thèbes; qu’ils nous y font distinguer 4 et même 5 enceintes
différentes, où la nature et l’emploi des matériaux, les uns de briques,
les autres de pierre, le style et l’art des constructions, les unes
petites et simples, les autres grandes et compliquées, attestent des
époques diverses, nous concevons que là, plus qu’ailleurs, il a existé
une gradation d’industrie et de puissance qui, selon les besoins ou les
fantaisies du temps, a plusieurs fois déplacé l’habitation des rois et
de leur cour, et qui, par l’agglomération qui se fait toujours autour de
ces foyers d’activité, a formé plusieurs cités que leur voisinage
réciproque a fait comprendre sous le même nom... D’après ce que Diodore
dit de la grandeur des temples, des palais et autres ouvrages de
_Bousiris_, l’on pourrait lui attribuer l’enceinte dite _Karnâq_[273],
mais ne quittons pas notre fil chronologique.

Après Busiris II, plusieurs de ses successeurs embellirent la ville de
Thèbes. Ici Diodore place d’intéressants détails sur un roi _Osymandua_,
dont il ne détermine point l’époque.

Le huitième successeur d’_Osymandua_ porta le nom d’_Uchoreus_ comme son
père: ce fut lui qui _bâtit Memphis_.

Diodore entre dans des détails qui diffèrent peu de ceux d’Hérodote...
«_Uchoreus_ rendit le séjour de cette nouvelle ville si commode, si
délicieux, que _presque_ tous ses successeurs le préférèrent à celui de
_Thèbes_, dont la splendeur baissa de jour en jour, tandis que celle de
Memphis ne cessa de croître jusqu’à la fondation d’Alexandrie.

«Douze générations après _Uchoreus_, régna _Moïris_ qui construisit le
lac célèbre dont parle Hérodote; 7 générations après Moïris, régna
_Sésoosis_ (le Sésostris d’Hérodote), devenu si célébre par ses
conquêtes.»

Nous voici arrivés à un point à peu près connu, et nous pourrions nous
en servir pour calculer et mettre en ordre les faits cités par Diodore;
mais parce qu’il nous importe de savoir quel degré de confiance mérite
ce compilateur souvent négligent et superficiel, nous préférons de
descendre à une époque plus tardive et plus sûre qui nous fournisse des
moyens positifs d’apprécier son degré d’instruction et d’exactitude.

Diodore parlant de la conquête de l’Égypte par Kambyse, fils de Kyrus,
assigne cet événement à l’an 3 de la 63e olympiade, ce qui répond à
l’an 526 avant J.-C. Il y a ici erreur apparente d’une année, puisque
tous les critiques modernes sont d’accord que Kambyse n’entra qu’en l’an
525; mais parce que l’année olympique s’ouvrait au solstice d’été, et
que Kambyses put n’entrer que dans le mois de février subséquent,
c’est-à-dire après le commencement de l’année romaine et de l’année
chaldéenne qui nous servent de guide, l’erreur n’est ni réelle, ni
grave: admettons l’an 526, et voyons comment Diodore dispose les faits
antérieurs.


SELON DIODORE,

Il y a eu 470 rois en Égypte, depuis _Menas_ jusqu’à _Kambyses_. Quatre
de ces rois furent Éthiopiens, et régnèrent, non de suite, mais par
intervalles.

  1  _Menas_, premier roi homme et non dieu, régna
  à Thèbes (et non à Memphis).

  2  Après _Menas_, des rois obscurs se succédèrent
  pendant 1400 ans...............................  ci 1400 ans;

  3  Busiris I succède.

  4 Busiris II, son 8e successeur, bâtit Thèbes et y
  élève les grands monuments qui subsistent encore.

  5 Après Busiris II, règne une série de rois non
  définie.

  6 Puis Osymandua.

  7 Le 8e successeur, nommé _Uchoreus_, fonde _Memphis_
  à l’ouest du Nil.

  12 générations après _Uchoreus_, règne _Moïris_, qui
  construit le lac.

  7 générations après _Moïris_ règne _Sésoosis_ [Sésostris][274],
  qui conquiert l’Asie.............................  33 ans.

  Son fils _Sésoosis II_.

  Nombre indéfini de successeurs obscurs.

  Après eux vient _Amosis_, tyran.

  _Amosis_, tyran, chassé par

  _Actisanes_, éthiopien.

  Mendès ou Marrus bâtit le labyrinthe.

  Interrègne de 5 générations.

  _Protée_ ou _Ketés_ est élu roi.

  Remphis, le riche en or.

  7 générations.

  _Nileus_ fait de très-grands ouvrages au fleuve qui
  prend son nom.

  8 générations.

  _Chembès_ bâtit la grande pyramide.

  _Chephren_, son frère.

  Mykerinus, fils de Chembès.

  Bocchoris le sage.

  Plusieurs générations.

  Sabako, _éthiopien_.

  Interrègne..........................................   2 ans

  12 rois, dont _Psammétik_ est un.

  Ils font un grand ouvrage, et régnent...............  15

  1 _Psammétik_      (règne omis).

  2

  3

  4 génération. Apriès..........  22
                Amasis..........  55
                           av. J.-C.

  Kambyses, perse, l’an......... 526


«Avant Kambyses, dit-il[275], avait régné Amasis pendant 55 ans.»

Il y a ici omission totale du fils d’Amasis, _Psamménit_, qui lui
succéda, régna 6 mois et périt, avec des détails intéressants mentionnés
par Hérodote.

Ensuite pourquoi Diodore porte-t-il à 55 ans le règne d’Amasis qui,
selon Hérodote, ne fut que de 44? Notez que Diodore paraît n’être que le
copiste d’Hérodote depuis le règne de Protée: Amasis aurait donc
commencé en 581.

Avant Amasis avait régné Apriès pendant 22 ans (il aurait commencé en
l’an 603).

«_Quatre générations_ avant Apriès avait régné Psammitichus[276].»

Pourquoi Diodore omet-il encore ici la durée de ce règne important? et
de plus, pourquoi cette expression vague _quatre générations_? Ne
dirait-on pas qu’il y eut 4 règnes entre les 2 rois nommés, et qu’à
raison de 30 ans par génération, selon le système de Diodore, on dut
compter 120 ans? En ce cas Psammitichus serait rejeté à l’an 723; mais
cette année sera-t-elle le commencement ou la fin de son règne? Notre
embarras serait grand si Hérodote ne nous eût décrit les règnes
d’Apriès, fils de Psammis; de Psammis, fils de Nékos; de Nékos, fils de
Psammétik, avec toutes leurs circonstances d’action et de durée: on voit
bien ici _quatre générations_, mais qui eût deviné que Diodore y
comprenait les deux termes qu’il donne pour limites? Cette négligence
rompt déjà le fil chronologique que nous attendions de lui; mais
supposons que pour ses _quatre générations_, il ait compté 120 ans,
selon sa méthode, le règne de Psammitichus aura commencé l’an 701.

«Avant lui, avait eu lieu pendant 15 ans[277], une oligarchie de 12
régents ou rois dont il avait été l’un.»

Cette oligarchie avait donc commencé en l’an 716, et elle avait succédé
à une anarchie de 2 ans, qui elle-même succéda au règne de l’Éthiopien
Sabako. Ce règne aurait donc fini en l’an 718. Nous avons contre cette
date les témoignages des Juifs et des listes copiées de Manéthon: encore
si Diodore nous donnait la durée du règne de Sabako; mais il l’omet
nettement, et se contente de dire qu’il était venu régner en Égypte
_plusieurs temps_ après Bocchoris (le sage). Voilà notre fil de dates
encore interrompu.

«Or Bocchoris avait succédé[278] à _Mykerin_, dit aussi _Mecherin_
(règne omis), lequel avait succédé à son oncle _Chephren_, qui régna 56
ans et bâtit l’une des grandes pyramides; et Chephren avait succédé à
son frère _Chembès_, lequel régna 50 ans, et bâtit la plus grande de
toutes les pyramides connues.»

Nous avons ici les rois _Mykerin_, _Chephren_ et _Cheops_ d’Hérodote, et
dans les détails que récite Diodore, il se montre purement l’écho de cet
auteur; mais il ne nous donne aucun moyen de rétablir la série
chronologique rompue depuis Psammitichus: seulement il observe que
depuis l’érection de la grande pyramide (de Chembès ou Cheops), jusqu’à
l’année où il écrivait, plusieurs savants égyptiens comptaient une durée
de 1,000 ans, ce qui correspond à l’année 1056 avant J.-C.; et
cependant, dit-il, d’autres _prétendent qu’il s’est écoulé_ 3,400 _ans_.

Nous pensons que cette seconde opinion doit s’entendre de quelque
pyramide bien plus ancienne, et dont l’érection eut un but réellement
astronomique, ainsi que la pyramide de Bel, érigée à _Babyl-on_ vers
cette époque.

Antérieurement à Chembès, Diodore place le roi Remphis, «lequel n’eut
d’autres soins que d’amasser d’immenses trésors. On prétend qu’il
entassa jusqu’à 400,000 talents, tant en or qu’en argent (à 3,000 fr.
le talent, c’est 1,200,000,000 francs).»

Ce Remphis est évidemment le Rampsinit d’Hérodote. «Après Remphis,
pendant 7 _générations_, régnèrent des rois fainéants, livrés aux
voluptés... Il faut cependant en excepter _Nileus_, qui, selon les
annales sacerdotales, fit creuser des canaux, élever des digues, et
exécuter une foule d’autres ouvrages tellement utiles à la navigation,
qu’alors le fleuve reçut le nom de _Nil_, au lieu du nom d’_Ægyptus_
qu’il portait auparavant.»

«Le huitième roi fut Chembès....»

(Il nous semble qu’ici Chembès est le huitième depuis Remphis et non
depuis _Nileus_, comme le veulent quelques traducteurs: ce terme 8 est
une suite, un complément des 7 _générations_ mentionnées auparavant.

«Or Remphis avait été le successeur et le fils d’un roi que les
Égyptiens nomment _Ketès_, et les grecs _Protée_, qui fut contemporain
de la guerre de Troie» (dont l’époque est fixée par Diodore à l’an 1188
avant notre ère, c’est-à-dire 1138 ans avant lui-même). Diodore est
encore ici copiste d’Hérodote. Il semblerait, d’après cela, que peu de
règnes avant Protée devrait venir Sésostris; point du tout: Diodore
recourant à quelque autre historien, soit Manéthon, soit Hécatée,
introduit une série de rois, dont il ne cite que 4 ou 5, avec des
détails qui éveillent contre lui nos soupçons.

«Le fils de Sésoosis (il nomme ainsi Sésostris), en lui succédant, prit
le nom de son père..... Il devint aveugle, etc. Il eut pour successeurs
une immense série de rois qui ne firent rien de remarquable. Enfin,
après _plusieurs siècles_, le pouvoir passa aux mains d’_Amasis_ qui en
usa tyranniquement: il fit mourir les uns, confisqua le bien des autres,
traita tout le monde avec insolence..... Le peuple supporta l’oppression
qu’il ne pouvait empêcher; mais un roi des Éthiopiens, nommé
_Actisanes_, étant venu attaquer _Amasis_, les Égyptiens saisirent
l’occasion de lui montrer leur haine, et se soumirent sans combat à
l’étranger. Actisanes usa de la victoire avec douceur et bonté. Il ne
voulut pas même que l’on punît de mort les criminels (en justice); et
cependant, comme il ne voulut pas les laisser impunis, il fit couper le
nez à ceux qui furent légalement convaincus, et il les envoya habiter et
coloniser un lieu désert, que pour cette raison l’on a nommé
_rhinocolure_ (_narines coupées_).

«Après la mort d’_Actisanes_, les Égyptiens, devenus libres, se
nommèrent un roi, appelé _Mendès_ par les uns, et _Marras_ par les
autres. Ce prince ne s’illustra point par la guerre, mais il fit
construire un ouvrage aussi admirable pour l’art que pour la masse: cet
_ouvrage fut_ le labyrinthe devenu si célèbre, même parmi les Grecs.

«Après la mort de Mendès, 5 générations s’étant écoulées dans
l’anarchie, un homme des basses classes du peuple fut élu roi. Les
Égypttiens le nomment Ketès, et les Grecs _Protée_, qui fut contemporain
de la guerre de Troie, etc.» (comme nous l’avons dit plus haut).

Remarquez que Diodore place la guerre de Troie vers l’an 1188. Comment
compte-t-il une immense série de rois entre cette guerre et le règne de
Sésostris, quand Hérodote, Porphyre, Strabon et plusieurs autres anciens
nous indiquent ces deux époques comme assez rapprochées? En examinant
son récit, nous pensons découvrir la source de son erreur dans un défaut
de jugement et dans la négligence habituelle de cet auteur qui,
empruntant ses récits de diverses mains, en a fait de vicieuses
combinaisons, et qui, dans le cas présent, ne s’est pas aperçu qu’il
employait deux fois des temps et des rois qui sont en partie les mêmes.

En effet, si l’on compare les deux parties de sa liste, qui sont, l’une
entre Bocchoris et Psammétik, l’autre entre Amasis et Mendès, on verra
que les personnages et les faits sont absolument les mêmes, quoique sous
des noms différents. Le tableau ci-après rend cette identité sensible.


  RÉCIT Ier.



  _Amasis_(ou Amosis),
  tyran détesté; ses sujets
  se livrent de plein
  gré à

  _Acyisanes_, roi des
  Éthiopiens, lequel gouverne
  avec douceur: il
  abolit la peine de _mort_,
  et se contente d’envoyer
  les criminels habiter un
  lieu désert.

  Après _Actisanes_, le
  peuple égyptien _devenu_
  _libre_, élit un roi appelé
  _Mendès_, qui construisit
  le _labyrinthe_.

  Après _Mendès, anarchie_
  ou interrègne.


  RÉCIT IIe.

    DIODORE                          |   HÉRODOTE

  Bocchoris (_selon les_             | Anusis (prononcé
  _listes_) fut brûlé vif au         | Anousis par les Grecs
  bout de 6 ans de règne             | lequel se rapproche
  (sans doute pour cause             | beaucoup d’_Amasis_),
  de tyrannie),                      | après un court règne
                                     | est détrôné par
  Par _Sabako_, roi d’_Éthiopie_     |
  que sa douceur                     | Sabako, roi d’Éthiopie,
  et sa piété distinguent            | qui régna avec douceur
  d’ailleurs des rois précédents;    | pendant 50 ans; _il_
  il abolit la peine                 | _ne fait mourir personne_;
  de _mort_, même pour les           | mais, selon la qualité
  criminels, et il la commua         | du crime, il condamnait
  en travaux publics                 | le coupable à travailler
  de canaux, de chaussées,           | aux canaux et aux chaussées.
  etc., utiles au pays.              | Il se retira sur un
                                     | avis qu’il reçut en songe.
  Il se retira, sur un               | (Diodore a copié le
  avis qu’il reçut en songe.         | reste).

  Après _Sabako, anarchie_           | Après _Sabako_ revient
  de 2 ans. Douze                    | _Anusis_, puis _Séthon_,
  grands se lignent et se            | prêtre de Phtha.
  font rois: ils construisent        |
  ensemble le _labyrinthe_.          | Puis les Égyptiens
                                     | _devenus libres_, et ne
  Puis la guerre éclate              | pouvant vivre sans roi,
  entre eux: Psammitichus            | en élisent _douze_, etc.
  reste seul.                        |

Il est sensible dans ce tableau, qu’_Actisanes_ et _Sabako_ sont un seul
et même personnage, cité par des auteurs divers, sous deux noms
différents. Sabako peut être son nom _éthiopien_, et l’autre, un nom
égyptien ou composé grec: non-seulement ses actions caractéristiques
sont les mêmes, les faits antécédents et les subséquents sont encore
identiques. «Il règne avec douceur et justice; il «_abolit_ la peine de
mort; il se retire volontairement; les Égyptiens _restent libres_; ils
se font un _roi_ ou un _gouvernement spontané_ sous lequel est bâti le
labyrinthe, etc.....» Avant l’invasion de l’_Éthiopien_ régnait un
tyran. Hérodote ne le dit pas positivement d’_Anusis_, mais il ne dit
rien de contraire; et entre ce nom d’_Anousis_, et celui d’_Amosis_ ou
_Amasis_, il y a tant d’analogie, que l’on a droit de supposer
l’altération d’une lettre par les copistes: il est vrai que Diodore
représente _Bocchoris_ comme un sage[279] et un législateur, antérieur
de _plusieurs temps_ à Sabako; tandis que les listes font brûler vif
_Bocchoris_, sans doute pour cause de tyrannie; mais, outre que ce nom a
pu être commun à plusieurs princes, les dissonances des auteurs sur
cette circonstance prouvent seulement leur peu de soin et d’instruction.
C’est un reproche dont ne peut se laver le compilateur Diodore; il est
clair qu’il a composé son récit de morceaux tirés de divers historiens,
l’un évidemment Hérodote, et l’autre Manéthon, comme nous allons le
voir, et peut-être _Hécatée_, ou quelque Grec du temps des Ptolomées;
malheureusement pour lui et pour nous, n’ayant pas pris le temps, ou
n’ayant pas eu l’art d’analyser et de comparer, il a commis ici les
mêmes fautes que dans sa Chronologie des Mèdes et des Assyriens, en
doublant des faits et des personnages qui essentiellement sont les
mêmes: il faut donc supprimer de sa liste tout ce qu’il dit des
successeurs du fils de _Sésostris_ ou _Sésoosis_, jusqu’à Protée, et
alors on voit qu’il reste purement copiste d’Hérodote en cette
période.....

Mais où a-t-il pris _cette immense série de rois_ entre Sésostris et
l’_Amosis_ ou _Anousis_ de _Sabako_? Nous trouvons la solution de cette
énigme dans la liste qu’Africanus nous présente comme copiée de
Manéthon.

En effet, après y avoir supposé que _Sésostris_ fut le 3e prince de
la 12e dynastie, cet auteur lui donne pour successeurs, d’abord 50
rois diospolites ou thébains (dynastie 13e), puis un nombre indéfini
de rois xoithes (dynastie 14e), plus les 6 rois pasteurs arabes qui
envahirent l’Égypte (dynastie 15e), plus les pasteurs grecs au nombre
de 32 (dynastie 16e), et encore d’autres rois pasteurs et thébains,
au nombre de 43 (dynastie 17e); enfin les 16 rois connus de la
dynastie 18e, laquelle précéda le vrai Sésostris, Séthos de Manéthon,
etc.

Ainsi voilà bien plus de 157 règnes cités, sans compter les inconnus de
la dynastie 14e, et tous ceux qui se placent entre _Sésostris-Séthos_
et Sabako: nous ne pouvons douter que ce ne soit ici la source où a
puisé Diodore, et alors il est démontré, 1° qu’il a partagé l’erreur
dont nous avons convaincu Africanus par le propre texte de Manéthon en
Josèphe, au sujet de l’époque de Sésostris, rejetée par-delà l’an 2600
avant J.-C.; 2° que Manéthon lui-même est atteint et convaincu de cette
erreur, puisque Diodore qui a écrit 280 ans avant Africanus, nous
retrace le même système que ce prêtre. Nous devons donc regarder
Manéthon, non pas comme l’auteur premier, comme l’inventeur prémédité de
tout ce système de confusion, mais comme le compilateur malhabile et
ignorant qui ayant eu en sa possession des archives de diverses villes,
des chroniques de diverses mains, rédigées peut-être en idiomes divers,
n’a pas eu le tact d’y reconnaître des faits foncièrement les mêmes,
présentés sous des formes un peu différentes. De telles méprises sont
grossières, sans doute; mais si l’on considère que les manuscrits
anciens furent souvent écrits énigmatiquement, par suite de l’esprit
mystérieux et jaloux des prêtres et des gouvernants; que, bornés à
très-peu de copies, ils n’étaient soumis à aucun contrôle; que plus tard
les copistes les altérèrent habituellement et impunément; que tout
travail de collation et de correction devint d’une grande difficulté;
qu’à des époques tardives, des compilateurs, tels que Ktésias et
Manéthon, se prévalant des notions presque exclusives qu’ils eurent
chacun en leur genre, s’en firent un moyen de faveur et de fortune près
des princes, on concevra, comment et jusqu’à quel point de tels abus
ont été faciles. Maintenant que celui de notre sujet est signalé et
reconnu, revenons au point d’où nous sommes partis, au règne de
_Sésostris_, considéré comme moyen de calculer et de mettre en ordre les
règnes antérieurs mentionnés par Diodore.

Cet auteur nous a dit (ci-devant, pag. 378) que le roi _Moïris_, qui
creusa le célèbre lac de son nom, avait vécu 7 générations avant
Sésostris; c’est-à-dire, selon sa méthode, qu’il y aurait eu cinq règnes
entre ces deux princes: s’il était exact en ce récit, _Moïris_ serait le
12e roi de la dynastie 18e, nommé _Acherrès_; la différence de nom
ne serait pas une difficulté, puisqu’il est constant que la plupart des
rois eurent plusieurs noms, ou surnoms épithétiques provenants de leurs
actions ou de leur caractère; mais parce que Diodore ajoute que 12
générations avant Moïris le roi _Uchoreus_ avait bâti de fond en comble
Memphis la neuve, en détournant le Nil, en comblant son lit, etc., nous
avons le droit de lui opposer un de ses propres guides, Manéthon, qui,
dans le passage très-détaillé que cite Josèphe, et dans toutes les
listes de ses copistes, établit toujours la dynastie 18e comme ayant
précédé immédiatement le règne de Séthos bien indiqué par Josèphe et par
Manéthon, pour être Sésostris, chef de la dynastie 19e..... Or, s’il
est prouvé, comme nous le croyons, qu’avant le sixième roi de la
dynastie 18e, c’est-à-dire avant _Tethmos_, les rois de Thèbes ne
régnèrent point sur l’ancienne Memphis; que cette capitale et toute la
Basse-Égypte furent alors sous la domination des pasteurs, et
précédemment sous celle des rois indigènes: s’il est prouvé que c’est
_Tethmos_, qui, le premier des rois de Thèbes, régna sur l’ancienne
Memphis, et cela, douze générations avant Sésostris (en style de
Diodore); il s’ensuit que _Memphis-la-Neuve_ n’a pu être bâtie que par
l’un des successeurs de Tethmos; que par conséquent _Uchoreus_ et
_Moïris_ doivent se trouver dans les dix princes qui séparent Tethmos de
Sésostris, et que les dix-sept générations entre ce dernier et
_Uchoreus_, rentrent dans la classe de celles dont nous avons vu Diodore
être si prodigue dans tout son récit. Nous répéterons donc ce que nous
avons dit plus haut, «que _Uchoreus_ a dû être _Achoris_, 10e roi de
la dynastie 18e, et que _Moïris_ doit avoir été _Acherrès_, et
peut-être encore mieux _Ramessès_, aïeul de Sésostris[280], lequel, par
la longueur de son règne, offre le temps nécessaire à de grands
ouvrages, tandis que par son rapprochement de Sésostris, il remplit
l’indication d’Hérodote sur la contiguïté de ce dernier prince et de
Moïris.»

Maintenant si nous partons de cette hypothèse, et que nous disions avec
Diodore, que «huit générations avant _Uchoreus-Achoris_, avait régné à
Thèbes un prince nommé par les Thébains _Osymandua_,» ce roi se trouvera
être ou _Chebron_ ou _Amenoph I_ (2e ou 3e rois de la dynastie
18e), lesquels régnèrent à Thèbes, tandis que les pasteurs régnaient
dans l’ancienne Memphis.

Cet Osymandua dut être un prince riche, puissant et ami des arts,
puisqu’il fit construire à Thèbes un zodiaque de 360 coudées de
circonférence sur une coudée de largeur ou hauteur, tout en or massif,
et qu’il eut une bibliothèque nombreuse, à laquelle il fit mettre pour
inscription: _Médecine_ ou _Pharmacie_ de l’_âme_. Il fit aussi bâtir un
palais dont les ruines viennent d’être splendidement ressuscitées par
les savants français de l’expédition d’Égypte. Sur les murs de ce palais
«les prêtres thébains, au temps de Ptolomée Lagus[281]; montraient aux
voyageurs grecs des sculptures d’un travail exquis, qui, entre autres
scènes, représentaient une guerre mémorable que fit (ou soutint)
Osymandua contre des étrangers révoltés. Sur un premier mur on voyait ce
roi attaquant une muraille baignée par un fleuve, et combattant à la
tête de ses troupes, escorté d’un lion terrible qui le défend: les uns
disent que ce fut réellement un lion privé que posséda le prince;
d’autres soutiennent que ce n’est qu’un emblème par lequel _Osymandua_,
qui fut aussi _vaniteux_ que brave, a voulu figurer son propre
caractère. Sur un second mur, on lui présente des prisonniers qui n’ont
ni _mains_ ni _parties génitales_, pour signifier, dit-on, que dans le
danger, ces hommes n’ont eu que des _cœurs de femmes_ et des mains
faibles et incapables.--Les prêtres disaient encore que l’armée
d’Osymandua, dans cette expédition, avait été composée de 400,000
piétons et de 20,000 cavaliers; qu’il l’avait divisée en _quatre_ corps,
commandés par ses fils; enfin ils ajoutaient que ces _étrangers
révoltés_ furent les _Bactriens_.»

Si ce dernier mot ne résout pas l’énigme, il va la compliquer
beaucoup... En effet, d’après l’autorité d’Hérodote et des prêtres de
son temps, il était de foi historique en Égypte, qu’_aucun roi du pays
ne s’était illustré par des guerres étrangères avant Sésostris_, et
cependant ici Diodore nous présente un roi qui, dans son système
généalogique, aurait précédé Sésostris de 27 générations, et ce roi
aurait fait contre un pays aussi lointain que la Bactriane, _deux
expéditions, deux guerres!_ Car dès-lors que les _Bactriens_ sont des
_révoltés_, il faut admettre qu’antécédemment il a fallu les _attaquer_,
les _soumettre_: comment un fait si marquant eût-il été totalement
oublié? et à quelle époque, en quel temps avant Sésostris a-t-il pu
arriver? Aurait-il précédé l’invasion des pasteurs? cela choque toute
vraisemblance. Aurait-il été subséquent? il tombe dans une période
connue qui ne saurait l’admettre. D’après ces préliminaires, méditant
notre texte, voici ce qui nous a paru être, sinon la vérité, du moins la
vraisemblance.

D’abord nous remarquons ces mots: _un roi que les habitants de Thèbes
nomment Osymandua_. Les Thébains ou _Hauts-Égyptiens_, en beaucoup de
choses, et notamment en dialecte, différèrent des Memphites ou
_Bas-Égyptiens_[282]. Ils auront pu donner un nom différent à un roi qui
leur aurait été commun, et qui serait foncièrement le même. Voyons si
les circonstances citées ne nous le feraient pas reconnaître.

«_Osymandua_ fait la guerre aux Bactriens.»

Sésostris la fit aux Mèdes et aux Perses, qui furent leurs voisins.

«L’armée d’_Osymandua_ est de 400,000 piétons et de 20,000 cavaliers.»

L’armée de Sésostris fut de 600,000.

«Les prisonniers sont présentés à _Osymandua_, privés de leurs mains et
de l’organe viril, pour désigner leur faiblesse, leur incapacité.»

Sur les monuments de Sésostris on voyait l’image sculptée de l’organe
viril, pour désigner les peuples qui s’étaient bravement défendus, et
celui du sexe féminin, pour désigner ceux qui s’étaient d’abord soumis.

«L’un des traits caractéristiques d’_Osymandua_ fut l’_orgueil_, la
_vanité_.»

Pline a dit de Sésostris, _tanta superbia elatus_, roi bouffi de tant
d’orgueil.

«Osymandua avait fait faire sa statue dans l’attitude d’un homme assis,
et cela d’une seule pierre si _grande_, que le pied avait _sept_ coudées
de longueur. C’était la plus grande de toutes celles d’Égypte..... Les
statues de sa mère et de sa fille, aussi d’un seul morceau, mais moins
grandes, étaient appuyées contre ses genoux, l’une à droite, l’autre à
gauche.»

Sésostris fit placer à Memphis, dans le temple de Phtha, sa statue et
celle de sa femme, l’une et l’autre de 30 coudées de hauteur, et d’un
seul bloc de pierre; il y joignit celles de ses fils, hautes de 20
coudées.

Sur la statue d’Osymandua était cette inscription:

«Je suis Osymandua, _roi des rois_: si quelqu’un veut connaître ma
puissance et où je repose, qu’il démolisse quelqu’un de mes ouvrages!»

Sur les monuments militaires de Sésostris on lisait:

«Sésostris, _roi des rois_, seigneur des seigneurs, a subjugué ce pays
par la force de ses armes.»

Pourquoi tant d’analogie d’actions et de caractère? N’indiquent-elles
pas un seul et même personnage? La différence de nom n’y fait rien: nous
avons vu nombre de ces rois anciens en avoir plusieurs: nous savons que
Sésostris lui-même en porte cinq, et entre autres celui de _Ramessés_ ou
_Ramsis_, qui diffère de celui-là autant qu’_Osymandua_? Ce nom de
_Ramessés_, nous devient même la preuve positive que _Sésostris_ régna
dans Thèbes, y habita temporairement, et y fit construire de ces grands
ouvrages destinés à immortaliser son nom. Écoutons Tacite[283] lorsque,
parlant du voyage que _Germanicus_ fit dans la Haute-Égypte, il décrit
l’étonnement de ce prince à la vue «des prodigieux monuments de Thèbes,
et entre autres, des immenses obélisques, chargés d’inscriptions qui
exprimaient son ancienne puissance. Le plus ancien des prêtres,
interrogé par Germanicus sur le sens littéral des mots égyptiens,
interpréta que, jadis le pays eut 700,000 hommes portant les armes;
qu’avec cette armée _Rhamsés_ subjugua la Libye, l’Éthiopie, les Mèdes,
les Perses, les _Bactriens_ et les Scythes; qu’il conquit également la
Syrie, l’Arménie, la Cappàdoce, la Bithynie et la Lycie jusqu’à la
mer[284]. Le prêtre lut ensuite quels tributs (annuels) avaient été
imposés aux peuples vaincus, tant en or qu’en argent; le nombre des
armes, des chevaux et des offrandes faites aux dieux, en ivoire et en
aromates; enfin les quantités de blé et de denrées fournies, qui
égalaient tout ce que lèvent les Romains et les Parthes au faîte de leur
puissance.»

Voilà trait pour trait le conquérant Sésostris, tel que nous le peignent
tous les historiens: ainsi nous avons la certitude que, dans la
répartition de ses monuments, il n’oublia pas Thèbes, qui, à raison de
son antique suprématie et de la beauté des carrières voisines, dut avoir
un attrait particulier pour lui. Dans cette inscription nous avons une
mention spéciale des _Bactriens_ cités dans l’histoire d’Osymandua:
l’armée de celui-ci n’est que de 400,000 hommes; mais il peut avoir
existé ce cas où les _Bactriens_ s’étant révoltés, Sésostris, irrité,
aura porté sur eux 400,000 hommes, avec une rapidité qui n’aura exigé
que quelques mois de campagne. D’ailleurs, comment imaginer qu’un homme
du caractère de Sésostris eût souffert sous ses yeux une statue, _la
plus finie, la plus grande_ de toutes celles de l’Égypte, si elle n’eût
été la sienne? Nous sommes donc portés à penser que tout ce palais, vu
par les voyageurs grecs du temps de Ptolémée Lagus, et restauré en ce
moment sous nos yeux par les savants voyageurs français, a été un
ouvrage spécial de Sésostris, qui lui a donné cette forme singulière
dont ils font la remarque, et que l’on ne trouve dans aucune autre
construction. Ce prince régnant à la fois sur Memphis et Thèbes, aura
partagé ses faveurs entre ces deux métropoles, et nous avons tout droit
d’attribuer à sa magnificence les 100 écuries royales distribuées par
relais égaux entre ces deux cités, et fournies chacune de 200 chevaux
toujours prêts à partir, et formant ensemble le nombre des 20,000
chevaux de l’expédition d’_Osymandua_: notez que Memphis n’étant pas
encore bâtie, selon Diodore, au temps de ce dernier, il n’a pu établir
ces relais, qui eussent été sans objet. Concluons qu’Osymandua n’a dû
être qu’un nom épithétique donné à _Sésostris_ par les Thébains, à
raison de quelque _qualité_ ou _action_ de ce prince, qui les aura plus
frappés. En pareil cas les Arabes l’eussent appelé le _père du cercle
d’or_; et puisque le mot _mand_, _mund_ et _mandala_ a signifié dans
beaucoup de langues anciennes le _cercle céleste_ et _zodiacal_,
peut-être en langage thébain _Osymandua_ a-t-il signifié quelque chose
de semblable à _roi du monde_.

Maintenant, si Diodore a commis, à l’égard de ce prince, une de ces
confusions dont il nous a fourni plusieurs exemples, quelle confiance
lui accorderons-nous pour les temps qu’il dit avoir précédé, surtout
lorsqu’il ne nous dit rien de précis sur le nombre et la durée des
règnes remontant d’Osymandua à Busiris II? Tout ce que nous pouvons
inférer de son récit, c’est que réellement ce dernier prince ajouta des
embellissements considérables à la ville de Thèbes, et cela à une époque
reculée, que les anciens n’ont pu fixer. Aujourd’hui que les savants
français, dans leur description pittoresque de cette cité, nous
fournissent de nouveaux moyens de raisonnement, nous remarquerons, dans
la totalité des monuments, une circonstance qui donne quelque
lumière..... Cette circonstance est que l’image du _taureau_ ou _bœuf
Apis_ ne se montre presque nulle part, tandis que partout on trouve
prodiguée celle du _belier_, emblème du soleil, parcourant le signe de
ce nom, sous le nom et la forme de _Jupiter Ammon_: c’est évidemment en
l’honneur de cette constellation qu’a été dressée la ligne étonnante des
beliers colossaux de Karnak, laquelle se prolonge sur deux rangs,
pendant une demi-lieue. Or, puisque le soleil ne commença de quitter le
signe du taureau que dans le 26e siècle avant notre ère, pour entrer
en celui du _belier_; et puisque sa présence en ce dernier signe ne
devint bien sensible que vers l’an 2450, ou 2400, n’est-il pas naturel
d’en inférer que ce fut seulement à cette époque et après cette date,
que fut bâtie cette portion de Thèbes qui porte le nom de _Karnak_, et
qui, par les soins de Busiris et de ses successeurs, atteignit ce degré
de magnificence dont la renommée remplit l’ancien monde, et dont les
ruines restaurées étonnent notre imagination?... Dans cette hypothèse
nous dirons que Thèbes, dès-lors ancienne, dès-lors puissante, prit un
nouveau degré d’activité par suite, soit d’accroissement de territoire,
soit d’exploitation d’une nouvelle branche de commerce qui aurait
procuré plus de richesses et plus de bras. Six siècles se seraient
écoulés dans une paix industrieuse, jusqu’à ce que les pasteurs arabes
eussent envahi la Basse-Égypte (vers l’an 1800). Le voisinage de ces
étrangers aurait occasioné d’abord un régime défensif, puis un système
d’agression et d’habitudes militaires, qui, en délivrant l’Égypte de ses
oppresseurs, y opéra le double changement très-important de réunir
toutes ses parties en une monarchie unique, et de constituer cette
monarchie sous des auspices militaires... Les rois de Thèbes, devenus
libérateurs et possesseurs de Memphis, dans le 16e siècle, furent
obligés de se rapprocher souvent du Delta, où se trouvait la plus grande
masse de population et le plus pressant besoin d’administration, à
raison des mouvements du fleuve. L’un d’eux bâtit une ville neuve qui
devint rivale de l’antique métropole; mais cette dernière, toujours
riche de son territoire, de son commerce, de ses carrières, de ses
monuments, et de la présence des anciennes familles opulentes, perdit
peu de son activité et rien de sa magnificence. Sésostris trouva Thèbes
en cette situation à l’époque de 1370 à 1360. Loin d’y rien soustraire,
il y ajouta: aussi voyons-nous que cinq siècles après lui, l’Asie
occidentale et la Grèce parlaient de Thèbes avec cette admiration dont
Homère nous a transmis le témoignage, et avec cette circonstance
remarquable, que de ses 100 portes il fait sortir précisément le même
nombre de 20,000[285] cavaliers mentionnés dans l’armée d’Osymandua, et
dans les 100 écuries royales de Memphis à Thèbes. Après cette époque, il
paraît qu’un premier et grave revers fut essuyé par cette métropole,
selon le témoignage d’Ammien Marcellin, lorsqu’il nous dit[286]: «que
vers le temps où les Carthaginois commencèrent d’étendre au loin leur
puissance, une armée conduite par leurs généraux fondit à l’improviste
sur Thèbes et la saccagea.»

Selon Josèphe, Carthage fut fondée par Didon, l’an 889 av. J.-C., selon
_Solin_ (chap. 30), ce fut l’an 894; mais la plupart des historiens
assurent que Didon n’y conduisit qu’un nouveau supplément de colons.
Quoi qu’il en soit, nous avons un moyen de préciser le temps indiqué par
Ammien Marcellin, et ce moyen nous est fourni par des écrivains juifs,
contemporains de l’événement.

Le docte Bochard a démontré que dans les livres juifs le nom de
_No-amon_ est celui de la ville appelée _Thèbes_ par les Grecs: or, vers
la fin du règne de Jéroboam II sur les dix tribus, c’est-à-dire un peu
avant l’an 780, nous trouvons un prophète qui, menaçant Ninive d’une
grande catastrophe, lui cite l’exemple récent d’une cité qui l’aurait
égalée en splendeur et en puissance.

(Ville superbe) dit Nahum,[287] «es-tu meilleure que _No-ammon_, assise
entre les fleuves (ou canaux), entourée d’eau de tous côtés, qui pour
rempart a les _eaux des eaux_, qui pour ses défenseurs a l’Éthiopien
(_Kush_), et les Égyptiens, et le _sans-bornes_[288] _Phut_, et les
Lybiens;... et cependant elle a été déportée et emmenée captive.... Ses
enfants ont été brisés dans ses places publiques, et ses riches ont été
tirés au sort (par le vainqueur), et liés de chaînes de fer.»

Quelques savants critiques ont prétendu voir dans l’expression du texte,
les _eaux des eaux_, une mention expresse de la _mer_, et par cette
raison ils ont prétendu que _No-ammon_ devait se trouver dans la
Basse-Égypte; mais dans l’idiome hébreu, la mer n’a pas d’autre nom que
les _eaux des eaux_, c’est-à-dire une grande étendue d’eau: or, cette
circonstance avait lieu pour Thèbes pendant les deux mois de
l’inondation, qui donnait au pays l’apparence d’une mer... Une seule
expression eût pu constater le voisinage réel de la vraie mer, c’eût été
de dire l’_eau salée_.... On peut donc assurer que le prophète a eu en
vue _Thèbes_, demeure du dieu _Amon_ (na amoun), et qu’il a fait
allusion à son pillage par les Carthaginois. Or, comme Ninive n’offre
aucun indice de _secousse_ et de _danger_ depuis Phul, qui paraît avoir
commencé de régner vers 770; comme l’époque de cette secousse ou danger
paraît avoir précédé et même préparé le règne de ce prince; et comme le
règne de Jéroboam II se trouve finir à l’an 780, nous pensons que le sac
de Thèbes eut lieu entre les années 700 à 790, environ 30 ou 40 ans
avant la fondation de Rome, et à une époque où réellement Carthage
commença de développer sa puissance en Afrique.

Un second revers dut avoir lieu du temps de Sabako, lorsque, vers l’an
750, ce roi éthiopien vint s’emparer de l’Égypte; il est de toute
vraisemblance que Thèbes fut encore pillée ou rançonnée: d’après ces
atteintes portées à sa sécurité et à sa richesse, cette ville dut
décliner de jour en jour; le fanatisme insensé de Kambyses lui porta un
dernier coup lorsque ce tyran la fit incendier et saccager pendant
plusieurs jours, en 525. Enfin la création d’Alexandrie, en attirant au
bord de la mer tout le commerce et toute l’industrie du pays, acheva
d’éteindre la vie et la splendeur de cette cité.

Voilà en peu de mots l’histoire du royaume de Thèbes, depuis le XXVe
siècle avant notre ère: dans cette période de 2,000 ans vaguement
décrite par Diodore, ce compilateur mérite deux nouveaux reproches;
l’un d’avoir omis l’invasion et le régne des pasteurs arabes qui eurent
une influence si marquée sur le sort et la direction des affaires de
toute l’Égypte; l’autre de n’avoir fait aucune mention de la liste des
rois thébains, découverte par Ératosthènes[289]. S’il eût lié cette
liste à quelque époque connue, nous eussions pu tirer parti de la série
des règnes qu’elle présente, quoique le Syncelle qui nous l’a transmise,
l’ait beaucoup altérée: tout ce que nous y pouvons voir, c’est que ces
rois régnèrent uniquement sur la Haute-Égypte, et non sur Memphis et sur
le Delta, mais en quel siècle, c’est ce que rien n’indique, aucun d’eux
n’ayant de ressemblance avec ceux des listes. Il est bien vrai qu’entre
_Menès_ et _Busiris I_ Diodore compte 1,400 ans répartis sur 52 règnes
successifs (27 ans par règne); puis entre Busiris I et Busiris II, 7
règnes complets, c’est-à-dire près de 200 ans: comptons pour le tout,
1,600 ans: d’où les ferons-nous partir? La date de Busiris II n’est pas
connue: seulement nous voyons que ce roi n’a pu précéder le XXVe
siècle avant notre ère, puisque tous ses monuments sont marqués du signe
d’_Aries_: si nous partons de ce XXVe siècle, les 1,600 ans nous
mènent au siècle XLe; mais alors Menés sera postérieur de 600 ans au
zodiaque d’_Esneh_, qui date de 4600: et Diodore lui-même (page 186) dit
que les lois des Égyptiens florissaient selon eux depuis 4,700 ans....
Il faut donc convenir que l’antiquité de Thèbes remonte par-delà tout ce
qui nous est connu, et que les savants égyptiens avaient de bonnes
raisons pour parler de 9,000 ans à Solon, et de 13,000 à _Pomponius
Mela_. Nous autres modernes nous sommes devenus si habiles, que nous
avons trouvé le secret de bâillonner la nature et les monuments.

Ici se présente une objection contre l’antiquité du royaume de Thèbes,
admise comme plus grande que celle du royaume de Memphis. Pourquoi,
dira-t-on, le culte du _Taureau_ se trouve-t-il conservé presque
exclusivement en cette dernière ville, quand le culte plus récent du
Belier se montre presque exclusivement dans les ruines de Thèbes? Nous
trouvons à cette singularité une réponse qui nous semble naturelle. Les
Égyptiens de Memphis ayant été subjugués au XIXe siècle avant notre
ère, par les pasteurs arabes, le cours des observations astronomiques et
du culte religieux fut arrêté; la doctrine et les usages restèrent où
ils étaient; et si l’on observe que les Grecs et les Latins parlaient
encore du Taureau comme constellation dominante au printemps, quand le
Belier était déja très-avancé, l’on sera porté à croire que les
Égyptiens de Memphis n’avaient pas encore, au XIXe siècle avant
notre ère, changé leurs habitudes à cet égard: les Thébains, au
contraire, n’ayant subi aucune interruption, ni de gouvernement civil,
ni d’observations astronomiques, ont suivi le cours du ciel, la marche
du zodiaque, et lorsqu’ils ont vu le soleil entré d’_un_ degré dans le
signe du Belier, ils ont délaissé le Taureau que délaissait l’astre
dominateur et régulateur.

En terminant ici nos recherches, nous voulons présenter quelques idées
que nous croyons justes, sur le foyer originel d’un système mythologique
devenu célèbre dans l’ancien occident. Quelques auteurs, Diodore entre
autres, nous parlant des usages singuliers que les Égyptiens, encore au
temps de César, pratiquaient pour la sépulture des morts, nous
avertissent que l’invention de ces usages, comme de la plupart de ceux
de ce peuple, remontait à une antiquité très-reculée. «Aussitôt qu’un
homme meurt, nous disent-ils, les préposé à l’ensevelissement se
présentent;[290] un marché volontaire se conclut; on leur livre le
corps; ils l’emportent, le vident de ses parties molles, le salent,
l’embaument, le sèchent, et au bout de 30 jours ils le rendent dans un
état de momie si parfait, qu’il semble encore vivre. Il s’agit de le
porter au tombeau: on ne le peut sans prévenir les juges et la famille,
du jour fixé pour cet acte: le corps doit traverser le lac; une barque
est construite; un pilote, nommé _Karon_ en langue égyptienne, la
dirige..... Avant d’y poser le corps, la loi permet à tout citoyen de
venir porter sa plainte contre le mort. Les juges réunis au nombre de
40, écoutent l’accusation. Si le mort est convaincu d’avoir été vicieux,
injuste, ils portent une sentence qui le prive de la sépulture..... Si
l’accusateur est dans son tort, il subit lui-même une peine grave. Si le
mort est absous, et demeure pur, ses parens quittent leurs habits de
deuil, font son éloge..... et il est porté au tombeau avec tous les
honneurs, au milieu des félicitations qui lui sont adressées sur
l’éternité de bonheur où il entre, etc.»

Nos auteurs conviennent que ce sont ces usages qui, portés en Grèce, y
répandirent les idées du Tartare, de l’Élysée et de toute la fable de
Karon et de l’Achéron; mais leur récit nous conduit à d’autres notions
plus instructives.

1° Nous remarquons que la circonstance de _passer un lac_, ne convient
qu’à très-peu de localités en Égypte, et que primitivement ce fut le
fleuve qu’on traversa.

2° _Traverser le fleuve_ ne peut s’appliquer à _Memphis_ la neuve,
attendu que tous les tombeaux se trouvent à l’ouest du Nil, où elle-même
fut située, et qu’il n’existe aucun cimetière à son _est_, dans le mont
Moqattam, ou dans la plaine contiguë.

3° _Traverser le Nil_ convient mieux à l’ancienne Memphis bâtie à l’est
du fleuve; mais la plaine à l’ouest offre trop peu de tombeaux, vu la
proportion que dut exiger cette capitale; et de plus, l’usage dut être
aboli par les 200 ans de tyrannie des _Pasteurs-Arabes_: cette localité
n’offre donc point le concours de circonstances requis. Pour le trouver,
il nous faut remonter à Thèbes. Là, sur la rive orientale du Nil, nous
avons une cité antique et immense; sur la rive occidentale nous trouvons
d’abord une plaine cultivable, jadis traversée de canaux d’arrosement,
qui furent les neuf branches du _Styx_; puis des bois de palmiers, dont
l’ombrage, en ce climat brûlant, procurait le bien-être des Champs
Élysées; puis enfin un escarpement de montagne calcaire qui, sur une
hauteur de quatre ou cinq cents pieds et plus d’une lieue de longueur,
est percé d’une innombrable quantité de trous semblables à des fenêtres
de maisons ou à des sabords de vaisseau; chacun de ces trous formant
l’ouverture d’un long boyau ou galerie, ramifié dans l’intérieur de la
montagne, et rempli jadis d’une si prodigieuse quantité de momies,
qu’aujourd’hui, après plusieurs siècles de spoliations, les voyageurs
français en portent le nombre à plusieurs millions. Ce furent là les
tombeaux des habitants de Thèbes, qui ne pouvaient y arriver qu’en
traversant le Nil dans la barque de Karon, et qui, devenus les
libérateurs de Memphis et de la Basse-Égypte par l’expulsion des
pasteurs Arabes, vers l’an 1550, y introduisirent ces usages, peut-être
inconnus: peut-être encore fut-ce à raison de ce voisinage que les Grecs
en eurent connaissance, soit par leurs propres navigateurs, soit par les
Phéniciens: toujours paraît-il vrai que c’est vers cette époque qu’on
aperçoit l’aurore de ces idées dans l’Occident. Il faut savoir gré aux
législateurs de la Grèce d’avoir voulu les employer à épurer des mœurs
de leurs peuples féroces; mais faute de les avoir mises en action
positive, ils manquèrent une partie de leur but, et n’atteignirent que
les esprits timorés. Quelle admirable institution que cette coutume
égyptienne! quelle haute idée elle donne de leurs moralistes!

L’aspect des momies nous suggère une conjecture sur l’intention de leurs
physiciens: quand on examine attentivement ces poupées, on est frappé de
leur ressemblance avec la chrysalide qui fait passer le ver rampant à
l’état d’être volatile. Nous savons que très-anciennement les prêtres
Thébains se livrèrent à l’étude des choses naturelles; qu’ils connurent
l’organisation, les mœurs, les caractères spéciaux des plantes, des
animaux, ainsi que l’influence exercée par la chaleur solaire sur le
mouvement et la vie des êtres terrestres. Alors qu’ils eurent posé en
principe que le _mouvement vital_ (animus) venait d’un _fluide igné_,
incorruptible en lui-même et indestructible; que cette _portion de
fluide igné_, lorsqu’elle abandonnait un corps, retournait au grand
réservoir d’où elle venait, et pouvait revenir encore, ils n’eurent plus
qu’un pas à faire pour établir la métempsycose, l’immortalité de
l’_animus_ et la revivification du corps ci-devant _animé_: or comme
d’autre part, dans leur système astronomique ou astrologique, au bout de
certaines révolutions ou périodes, il se faisait une _restitution_ ou
rétablissement de toutes choses dans l’état antérieur, il devint facile
et comme naturel d’en inférer que l’homme si avide de la vie,
participerait à cette faveur: de ce moment ce fut un soin de la plus
haute importance de conserver dans le meilleur état possible, l’ancienne
habitation de l’âme, ce corps qu’elle devait revenir animer: enfin,
parce que dans une certaine classe d’êtres, dans celle des vers à
papillon, la nature présente un exemple et un procédé vraiment singulier
de changement et de métempsycose, l’homme imitateur y crut voir l’avis
et le modèle de ce qui lui restait à faire, et il tâcha de se faire
chrysalide pour devenir papillon.

C’est encore par une conséquence de ces idées que les anciens Égyptiens
attachèrent à la constitution de leurs tombeaux cette haute importance
dont parle Diodore. «Ils ne regardent,» dit-il, «les maisons qu’ils
habitent que comme des auberges, des lieux de passage, et ils mettent
peu d’intérêt à les entretenir; mais leurs tombeaux, qui sont leurs
demeures éternelles, ils portent le plus grand soin à les bâtir; ils y
emploient une partie de leur vie et de leur fortune, et c’est de cette
idée qu’a procédé la magnificence déployée par les rois de Thèbes en ces
sortes de monuments.»

Ainsi donc il ne faut plus s’étonner de voir que des tyrans, tels que
Cheops et Chephren, aient tourmenté pendant 20 ans toute une nation pour
construire à leur squelette l’énorme tombeau des pyramides; et lorsque
des esprits bénins objectent que cela ne se peut croire, parce que cela
est barbare et absurde, on est obligé de leur répondre que
malheureusement dans le cours des choses politiques cela doit se croire
par ce motif-là-même. Au reste, tous les monuments gigantesques de
Thèbes, en prouvant une population nombreuse et industrieuse, prouvent
aussi l’existence d’un gouvernement despotique, soit royal, soit
sacerdotal, qui eut en mains les moyens coactifs de soumettre toute une
nation à de telles corvées; et cela devient une nouvelle preuve
d’antiquité pour la nation même, en ce qu’elle a dû parcourir les
diverses périodes d’anarchie et de civilisation qui précèdent cet état
avant-coureur de la décadence et de la ruine.

En considérant le fardeau habituel de ces accablantes corvées, nous
sommes conduits à cette autre idée, que si jamais il a existé un pays où
il fût nécessaire d’accorder au peuple un repos légal, celui de chaque
_septième jour_, ce fut l’_Égypte_; et puisque notre conjecture est
appuyée du témoignage positif d’Hérodote et de la pratique de Moïse,
élève des prêtres _égyptiens_, nous posons en fait que le cycle
_hebdomadaire_ est une invention des Thébains, laquelle se lia à tout
leur système astrologique et civil.

Résumons-nous, et disons, 1° que ce fut seulement vers le milieu du
16e siècle avant notre ère (1556.), que les habitants de la grande et
longue vallée de l’Égypte furent réunis en un seul corps de monarchie et
sous un même sceptre;

2° Que ce fut de cette concentration de puissance et de moyens que
dérivèrent ensuite, dans un ordre progressif de besoins ou de
convenances, les conceptions et opérations gigantesques que l’histoire
nous montre dans la Basse-Égypte.

D’abord la création de Memphis la neuve, bâtie sur le lit du Nil, comblé
de main d’homme, et recreusé à l’_est_ pour servir de fossé.

Ensuite la construction du lac Mœris, laquelle consista, non pas à
creuser un pays entier, comme l’a cru Hérodote, mais à percer un isthme
ou langue de terre, pour jeter tout le surplus du Nil dans le bassin
concave du _Faïoum_, ainsi que l’a démontré un savant distingué de
l’expédition française en Égypte, (_Voyez_ le mémoire de M. Jomart.)

Puis l’établissement et le perfectionnement de l’immense état militaire
dont Sësostris profita pour exécuter ses conquêtes.

Puis la masse prodigieuse de richesses de tous genres, attirées sur les
bords du Nil, à titre de dépouilles et tribut de l’Asie occidentale
subjuguée. (Diodore évalue à 1,200,000,000 le trésor de Rhamsinit,
second successeur de Sésostris.)

Puis le changement matériel opéré sur la contexture du pays, à raison de
la quantité de digues que fit élever, et de canaux que fit creuser
Sésostris.

Enfin l’érection des deux montagnes-pyramides de Cheops et de Chephren,
qui furent l’effort suprême d’un despotisme ignorant et grossier
embarrassé, de ses richesses.

3e Avant cette concentration monarchique, nous trouvons l’Égypte
divisée en deux royaumes distincts, dont les traces ne se sont jamais
entièrement effacées. L’un, le royaume de Thèbes, comprenant la
Haute-Égypte ou _Said_; l’autre, le royaume du Delta,
_Égypte-Inférieure_, ayant pour capitale l’ancienne _Memphis_, située à
l’orient du Nil.

Deux siècles et demi avant cette réunion, c’est-à-dire vers l’an 1800
avant notre ère, une irruption de barbares nomades, telle qu’en a
éprouvé la Chine, avait subjugué ce royaume de Memphis, qui à cette
époque semblerait avoir été sous-divisé en d’autres états soit
tributaires, soit indépendants: tout indique que ces barbares furent des
hordes arabes, et spécialement les débris des anciennes tribus
_Kushites, Aâd Tamoud_, auxquelles il faut joindre les _Madianites_ et
les _Amalékites_, que les auteurs musulmans nous signalent comme leurs
branches et leur parenté, et que l’on retrouve ensuite fixés aux portes
de l’Égypte. Le royaume de _Thèbes_ ayant résisté à cette invasion, il
s’ensuivit un état habituel de guerre dont l’effet fut de réunir tous
les nationaux sous un même étendard, et d’expulser finalement les
étrangers. La formation du peuple juif appartient à cette période.

Avant cette invasion des Arabes, c’est-à-dire avant l’an 1800, une
profonde obscurité règne sur l’histoire de Memphis et de la
Basse-Égypte, sans doute parce que la longue et violente tyrannie des
Arabes fit disparaître les monuments, et aussi parce que la constitution
géographique du pays, divisé en îles, est favorable au désordre et à
l’anarchie. Le royaume de Thèbes, au contraire, homogène en son
territoire, et favorisé de ses granits impérissables, nous a transmis,
en ses temples, en ses palais, en ses tombeaux, d’innombrables monuments
d’une civilisation dont l’origine remonte à une antiquité indéfinie.
Malheureusement les secrets en sont exprimés par des figures
hiéroglyphiques que l’on sait rarement expliquer. Leur sens, néanmoins,
en quelques tableaux astronomiques, s’est montré assez clair pour en
déduire des résultats peu contestables... Ainsi, dans le zodiaque du
temple de _Dendéra_ (jadis _Tentyr_) la disposition des signes et
constellations est tellement combinée, que l’on s’accorde à y voir
l’état du ciel au moment de la fondation du temple ou de la peinture; et
parce que le mouvement annuel de _précession_ que les astres observent
relativement au soleil, semble être un cadran séculaire inventé par la
Providence pour révéler ses mystères à l’homme studieux, d’habiles
astronomes ont regardé comme certain que la position du soleil dans le
signe du Bélier, telle que la donne le zodiaque de _Dendéra_, exprimait
l’an 2056 avant notre ère, de même qu’une autre disposition des signes
dans le zodiaque du temple d’_Esneh_ (Latopolis) exprime l’an 4600. Sans
doute beaucoup de lecteurs verront avec plaisir les preuves de ces
assertions détaillées par l’un des témoins des monumens et l’un des
maîtres de l’art; à cet effet nous joignons ici un Mémoire de feu M.
Nouet, astronome de l’expédition d’Égypte, dont la copie nous est venue
d’une main amie. Ce Mémoire suppose la connaissance de celui publié par
Dupuis (dans la _Revue philosophique_, mai 1806), lequel n’est pas l’un
des moindres produits de la sagacité et de l’érudition de cet homme,
dont le plus grand tort est de n’être pas entendu par les _beaux
esprits_ qui le censurent.



RECHERCHES

Sur les antiquités du temple de Dendéra, dans la Haute-Égypte, d’après
la construction du zodiaque au plafond de son péristyle.

PAR M. NOUET.


Le plafond du péristyle du temple de Dendéra est soutenu par
vingt-quatre colonnes sur six rangs qui divisent le plafond en sept
plates-bandes parallèles à l’axe du temple; la plate-bande du milieu,
beaucoup plus large, comprend dans sa longueur des globes ailés qui en
occupent toute la largeur; les six autres plates-bandes, dont trois de
chaque côté, contiennent chacune deux rangs de figures sculptées en
relief et peintes; elles ont environ trois pieds de hauteur[291].

Les constellations du zodiaque se trouvent dans une moitié de chaque
plate-bande extrême à droite et à gauche du péristyle: les espaces entre
chaque constellation, sont occupés par des personnages dont plusieurs,
avec les attributs des divinités, doivent avoir avec les constellations
des relations qui ne peuvent être données que par l’auteur de
l’_Origine des Cultes_, lorsqu’il aura sous les yeux le dessin exact et
plus en grand de ce péristyle, que la Commission des sciences et arts
d’Égypte doit mettre au jour.

La plate-bande extrême à gauche, en entrant sous le péristyle, comprend
dans sa demi-largeur, qui se trouve du côté du milieu de ce péristyle,
les constellations ascendantes dans l’ordre suivant, à partir du mur du
temple: _le Verseau_, _les Poissons_, _le Bélier_, _le Taureau_, _les
Gémeaux_, _le Cancer_. La seconde partie de cette plate-bande est
occupée par dix-huit bateaux conduits par des figures emblématiques qui
représentent les dix-huit décans, et doivent avoir des relations
directes avec chaque constellation. Ce sont ces bateaux qui ont servi de
comparaison aux dessinateurs pour placer fidèlement chaque constellation
au lieu correspondant sur le plafond.

La dernière plate-bande à droite en entrant sous le péristyle, comprend
dans sa demi-largeur, du côté du milieu de ce péristyle, les six
constellations descendantes dans l’ordre suivant, à partir du côté de la
cour au mur du temple: _le Lion_, _la Vierge_, _la Balance_, _le
Scorpion_, _le Sagittaire_, _le Capricorne_. L’autre demi-plate-bande
renferme dix-huit bateaux qui représentent dix-huit décans.

J’ai remarqué une disposition particulière dans la manière de
distribuer les constellations ascendantes et descendantes: le Lion,
première constellation descendante, se trouve plus avancé qu’il ne
devrait être s’il occupait le milieu de l’espace d’un signe; le
Capricorne, dernière constellation descendante, se trouve contiguë au
mur du temple; l’espace qui devrait être entre cette constellation et le
temple se trouve transposé dans la plate-bande des constellations
ascendantes; où le Verseau est trop distant du mur du temple. L’espace
de la constellation du Cancer est plus petit que celui de l’espace d’un
signe. La constellation du Cancer est transposée à l’extrémité de la
plate-bande et dans le milieu de sa largeur. Un buste d’Isis, placé
au-dessus d’un portique, se trouve occuper la place du Cancer; au bas de
ce portique s’élève une fleur de lotus, du milieu de laquelle sort un
serpent. Un soleil placé au solstice, sur le prolongement de la ligne
des bateaux, envoie un faisceau de rayons divergens sur le buste d’Isis:
emblème du lever héliaque de Sirius, gardien d’Isis, et placé à la porte
du jour.

Ce langage astronomique indique clairement que le soleil, parvenu au
solstice, fait, par la force de ses rayons, disparaître Sirius à son
lever héliaque; la fleur de lotus annonce le débordement du Nil qui
arrive toujours au solstice.

Dans une chambre supérieure du temple on trouve sculpté au plafond un
petit planisphère tracé sur le plan de l’écliptique; les douze
constellations y forment une ligne circulaire rentrante, de manière que
la dernière constellation se trouve, après sa révolution, passer en
partie au-dessus de la première. Ce zodiaque commence par le Lion;
chaque constellation semble aller dans le même sens, et, la
constellation du Cancer empiète au-dessus du Lion, par l’effet de la
courbe en portion de spirale.

Cette disposition, d’après les données du zodiaque du péristyle, indique
le mouvement d’une période qui a commencé au Lion, et qui doit se
terminer dans le Cancer.

On peut conclure de cet exposé et du déplacement sensible et assez
reconnaissable aux extrémités des constellations ascendantes et
descendantes du zodiaque du péristyle, l’époque approchée de la
construction de ce zodiaque. J’exposerai les résultats des calculs qui
conduisent à cette époque, après avoir donné les éclaircissements
suivants.

Les Égyptiens avaient leur année civile de 365 jours, sans aucune
intercalation, en sorte que le lever héliaque de Sirius qui répondait à
une époque donnée de leur calendrier, ne pouvait revenir à la même
époque qu’après une période de 1461 de leurs années civiles (ces 1461
années égyptiennes répondaient à 1460 années cyniques ou sothiaques.
C’est la grande année _caniculaire_, ainsi nommée, parce qu’elle
commence au lever héliaque de Sirius ou du grand Chien, gardien des
portes du jour et de la nuit.

De Lalande nous dit, en son _Astronomie_, que l’an 138 de l’ère vulgaire
correspondait à la fin d’une période sothiaque, qui, d’après cette
donnée, a dû commencer 3122 ans avant l’an 1800 de notre ère (1322 av.
J.-C.), et la précédente, 4582 ans avant l’an 1800 (2782 av. J.-C.).
Pour trouver les différences entre le solstice et le lever héliaque de
Sirius pour le commencement de chacune de ces périodes, j’ai fait les
calculs suivants pour la latitude du temple de Dendéra, 26° 9´.

On a pour la période qui a commencé l’an 1322 avant J.-C., les données
suivantes:

  Ascension droite de Syrius      57° 44´ 53´´

  Déclinaison australe            18  34  18

  Obliquité de l’écliptique       23  52  24

On trouve pour longitude du soleil, le jour du lever héliaque de Sirius,
90° 28´ 0´´: c’est-à-dire que le lever héliaque de Sirius a eu lieu 10
jours après le solstice.

En remontant à la période précédente qui a commencé l’an 2782 avant
J.-C., on a pour la coïncidence du lever héliaque de Sirius avec le
solstice, les données suivantes:

  Ascension droite                48° 15´ 40´´

  Déclinaison australe            23   2  20

  Obliquité de l’écliptique       24   1  50

Les résultats des calculs donnent pour longitude du soleil, 90° 0′ 0″:
c’est-à-dire que le lever héliaque de Syrius se fit au solstice, l’an
2782 av. J.-C., à’ l’époque de la grande année caniculaire des
Égyptiens.

Ces résultats qui établissent la correspondance entre le solstice et le
lever héliaque de Sirius, supposent une dépression du soleil de 12° 9′
sous l’horizon, pour faire disparaître Sirius à son lever; cette
supposition est d’autant plus admissible, que le tour de l’horizon en
Égypte est tellement chargé de vapeurs, que dans les belles nuits, si
communes en ce pays fait pour l’astronomie, on ne voit jamais d’étoiles
à quelques degrés au-dessus de l’horizon dans les secondes et troisièmes
grandeurs; le soleil même à son lever et à son coucher se trouve
entièrement déformé.

Les Égyptiens, peuple religieux et reconnaissant envers les dieux, des
faveurs de leur fleuve, ont, sur ses bords, élevé des temples couverts
intérieurement de tableaux, d’offrandes à Osiris et à Isis, pour obtenir
l’ouverture des riches réservoirs des eaux qui à des époques fixes
viennent fertiliser leurs terres.

Or c’est l’époque célèbre de la période sothiaque dont le commencement a
concouru avec le solstice que les Égyptiens ont consacré dans leur
zodiaque du temple de Dendéra, pour la date de l’inondation du Nil qui
arrive au solstice.

D’après la longitude de γ du Belier en 1800 et le mouvement rétrograde
des points solsticiaux, on trouve que, l’an 1322 avant J.-C.,
commencement de la dernière période, le solstice a eu lieu dans 13° 23′
de la constellation du Cancer, et l’an 2782 avant J.-C.; le solstice a
eu lieu dans 3° 48′ de la constellation du Lion; le mouvement du
solstice a été d’une période à l’autre, de 20° 23′, dont la moitié 10°
11′, étant ajoutée à 13° 23′ du Cancer, où finit la première période, on
aura le milieu de la période précédente représenté par le zodiaque de
Dendéra; le Cancer transposé et mis en évidence au delà des
constellations ascendantes indique que cette période doit s’écouler dans
cette constellation. Le buste d’Isis mis en place de la constellation du
Cancer à 12° du soleil, représente Sirius lorsqu’à son lever il
disparaît dans les rayons de cet astre. Ce zodiaque a donc été construit
pour représenter le milieu de cette période (état du ciel lors de sa
construction), quand le solstice arrivait vers 24° du Cancer,
c’est-à-dire 3852 ans avant l’an 1800 de notre ère (2052 avant J.-C.)

On peut déterminer, d’une manière conforme à celle qui vient d’être
exposée, l’époque du zodiaque du temple de Dendéra, en faisant usage
d’un symbole hiéroglyphique de ce zodiaque, dont nous connaissons la
signification.

Entre la constellation de la Balance et du Scorpion, nous trouvons dans
ce zodiaque une figure assise qui a une tête de chien; cette figure est
incontestablement celle du Cynocéphale des Égyptiens. Mais le
_Cynocéphale assis signifie les équinoxes_, selon les Égyptiens, ainsi
que nous l’apprend Horapollo (_Hiéroglyph._, liv. I, ch. 16, pag. 31 et
32 de l’édition de Paw). Donc dans le zodiaque de Dendéra l’équinoxe
d’automne (c’est celui qu’il faut prendre ici, de l’aveu de ceux qui ont
écrit sur ce zodiaque) est placé entre la Balance et le Scorpion: le
Cynocéphale étant assez éloigné de la constellation de la Balance, et
assez rapproché de la constellation du Scorpion, il faut, pour fixer les
idées, prendre pour le point équinoxial la longitude d’une étoile
zodiacale qui soit assez éloignée des étoiles principales de la Balance,
et assez rapprochée des étoiles du front du Scorpion: cette étoile est
celle de χ de la Balance, de quatrième grandeur, qui, dans le Catalogue
de Mayer pour 1756, avait en longitude 7s 24° 21′ 12″ (Connaissance
des temps, 1788). L’excès de sa longitude sur 6s est de 1s 24° 21′
12″, ou 195672″. Par la précession annuelle des équinoxes de 50″ 1,
admise assez généralement par les astronomes, on trouve que cette étoile
était à l’équinoxe d’automne 3905 ans avant le commencement de 1756 de
notre ère (2149 avant J.-C.) En fixant le point équinoxial à une bien
petite distance de la longitude de cette étoile, on trouve facilement
les 2052 ans avant J.-C., ou les 3852 ans avant 1800 établis
précédemment.

Il s’agit maintenant de répondre à une difficulté qui se présente: c’est
qu’en plaçant le point équinoxial d’automne aux environs de l’étoile κ
de la Balance, il arrive que la constellation du Lion se trouve en
grande partie dans celle du Cancer avant le point solsticial d’été,
tandis que dans le zodiaque de Dendérah, partagé en deux par les
solstices, le Lion est placé tout entier dans le commencement des
constellations descendantes.

Cette difficulté disparaît si on remonte aux plus anciens zodiaques des
Grecs qu’on sait devoir leurs connaissances astronomiques aux Égyptiens.
Ptolémée, au commencement de son Catalogue d’étoiles, dit qu’il a fait
des changements aux constellations qui avaient été en usage avant lui.
Il faut donc recourir à des zodiaques plus anciens: nous en trouvons un
qui l’est incontestablement, c’est celui de l’Atlas de Farnèse (ainsi
appelé de son possesseur), dont Passeri a donné la figure et
l’explication dans le troisième volume de ses _Gemmœ astriferœ_, et dont
Bentley a inséré la figure dans son Manilius. Le zodiaque de cet Atlas
appartient à des temps antérieurs à Ptolémée, puisque le colure des
équinoxes du printemps passe par la corne précédente du Bélier. Dans ce
zodiaque le Lion n’est point figuré la tête avancée sur le Cancer, comme
dans le zodiaque moderne; au contraire, elle est retirée très en arrière
de ses pattes de devant; de sorte qu’une ligne droite, menée de
l’extrémité d’une des serres du Cancer à l’autre, passe par les pattes
antérieures du Lion et que la tête du Lion suit d’assez loin cette
ligne.

Il résulte de là que les étoiles qui forment la tête du Lion dans le
zodiaque de Ptolémée suivi par les modernes, appartiennent au Cancer
dans cet ancien zodiaque de l’Atlas de Farnèse, et que la tête du Lion
de cet ancien zodiaque est toute entière dans cette partie du Lion que
nous appelons sa _crinière_.

Dans la position que le zodiaque de Dendéra donne à l’équinoxe
d’automne, le colure du solstice passe par les étoiles les moins
avancées en longitude de la crinière du Lion. C’est tout ce qu’il faut
ici pour faire voir que le colure du solstice ne coupe pas le Lion dans
le zodiaque de Dendéra, et laisse le Lion tout entier dans les
constellations descendantes.

De même, dans la position que le zodiaque de Dendéra assigne à
l’équinoxe d’automne, la constellation du Capricorne se trouve toute
entière dans les constellations descendantes. On pourrait dire qu’une
partie du Verseau, son bras précédent, se trouve dans les constellations
descendantes, tandis que la figure entière du Verseau est dans les
constellations ascendantes du zodiaque de Dendéra; mais on peut répondre
ici que dans l’ancien Atlas de Farnèse, le bras du Verseau n’est point
avancé par-dessus le Capricorne, et qu’il est ramené vers la poitrine
même du Verseau.

Les Égyptiens, avant cette époque, connaissaient le mouvement rétrograde
des solstices, comme on peut s’en convaincre en consultant le zodiaque
du temple d’Esneh (latitude 25° 18). Ce zodiaque est placé aux deux
extrémités du plafond du péristyle, comme celui de Dendéra. Les
constellations ascendantes sont à gauche en entrant, et les
constellations descendantes sont à droite. Ces constellations paraissent
espacées également dans leurs plates-bandes respectives et se
correspondre exactement. Les constellations ascendantes sont, à partir
du mur du temple, _les Poissons_, _le Bélier_, _le Taureau_, _les
Gémeaux_, _le Cancer_, _le Lion_; les constellations descendantes sont,
à partir de l’entrée du péristyle au mur du temple, _la Vierge_, _la
Balance_, _le Scorpion_, _le Sagittaire_, _Le Capricorne_, _le Verseau_.

D’après cette disposition, le solstice se trouve exactement entre les
constellations du Lion et de la Vierge. Le mouvement rétrograde des
solstices depuis cette époque jusqu’en 1800 de notre ère, correspond à
6400 ans (4600 avant J.-C.), époque de la construction de ce temple, qui
se trouve entièrement sous la ville, par l’amas successif des débris des
maisons qui se sont succédées pendant une longue suite de siècles; il ne
reste plus qu’une ouverture en avant du péristyle par laquelle on
descend les décombres des environs; et dans quelques siècles on perdra
le souvenir de l’existence d’un temple entièrement conservé, enseveli
sous terre.

Au reste, avant nous, et avant nos raisonnements actuels, Edouard
Bernard avait déjà découvert et prononcé d’après d’anciens monuments,
que les prêtres égyptiens faisaient, comme nous, le mouvement de
précession de 50″ 9‴ ¾ par an[292]; par conséquent qu’ils le
connaissaient avec autant de précision que nous prétendons le faire
aujourd’hui. Il serait singulier que nous prissions notre ignorance de
leurs mystères pour un argument de la leur.

NOUET.

D’après ces principes, qui sont ceux de tous les astronomes, nous voyons
que la précession annuelle étant de 50″ et d’une fraction d’environ ¼ ou
⅓, il en résulte qu’un degré entier est déplacé en 71 ans 8 ou 9 mois,
et un signe entier en 2152 ou 53 ans.

Or si, comme il est de fait en astronomie, le point équinoxial du
printemps se trouvait au premier degré du Bélier en l’an 388 avant
J.-C.[293], il en résulte qu’il était au premier degré du Taureau
environ 2152 ans auparavant, c’est-à-dire vers l’an 2540 avant J.-C.; et
ainsi remontant de signe en signe, le premier degré du Bélier se trouva
être le point équinoxial d’automne, environ 12,921 ans avant l’an 388,
c’est-à-dire 13,300 ans avant notre ère: ne serait-ce pas ce qu’a voulu
dire _Pomponius Mela_, lorsqu’il rapporte que, selon les Égyptiens,
l’_origine du monde_ (c’est-à-dire du _grand cercle céleste_), remonte à
13,000 ans? notre surplus de 300 ans ne serait pas une difficulté, parce
que _Pomponius_ a pu citer un calcul savant fait vers le temps de
Ptolémée ou d’Alexandre[294].

Il est d’ailleurs digne de remarque que jamais les Égyptiens n’ont admis
ou reconnu dans leur chronologie le _déluge_ des Chaldéens dans le sens
où nous le prenons; et cela, sans doute, parce que chez les Chaldéens
eux-mêmes il n’était qu’une manière allégorique d’exprimer la présence
du _Verseau_ au point solsticial d’hiver, laquelle présence eut
réellement lieu à l’époque où le point équinoxial du printemps se
trouvait dans le Taureau, ce qui nous reporte vers le 31 ou 32e
siècle avant notre ère, c’est-à-dire précisément aux dates établies par
les Indiens et par les Juifs copistes des Chaldéens. Une belle carrière
est ouverte en ce genre de recherches, aux savants qui y porteront le
désir impartial de la vérité uni aux _connaissances scientifiques_ de
l’_astronomie_. Sans ces deux conditions il n’est plus possible de
pénétrer dans l’antiquité. Notre tâche est finie...



Époques et dates principales de la chronologie d’Égypte, éclaircies et
appuyées par des dates parallèles, étrangères.


1° Règnes des _Dieux_, c’est-à-dire des astres et des constellations
personnifiés par suite de l’emploi des figures hiéroglyphiques qui
servirent à exprimer leurs attributs, leurs influences, leurs rapports
avec les êtres terrestres.

Leurs prétendus âges ne sont que des périodes vraies ou fictives,
simples ou composées.

2° Première époque historique où l’Égypte fut habitée par des peuplades
diverses à la manière des sauvages. Durée indéfinie. Le Delta put alors
être dans l’état de golfe dont parle Hérodote.

3° Deuxième époque, où commencèrent de se former de petits états ou
royaumes dont il put y avoir 30, 40 ou davantage. L’astronomie fit des
progrès par l’établissement des colléges de prêtres: l’invention du
zodiaque a pu avoir lieu dans cette époque, conformément à l’indication
de _Pomponius Mela_................ 13,300 ans av. J.-C.

4° Troisième époque, où les petits états furent peu à peu fondus en
trois grands; savoir, la Haute-Égypte ou Thébaïde, la Basse-Égypte ou
Delta, et l’Égypte moyenne ou Heptanomis.

  A _cette époque_ appartiennent le temple d’_Esneh_,
  dont le zodiaque date de l’an 4600 avant                avant J.-C.
  notre ère, ci........................                   4600 ans.
  et l’établissement du culte du _Taureau_
  ou _Bœuf Apis_, symbole du _Taureau céleste_,
  où le soleil commença de marquer
  l’équinoxe du printemps.

  Le zodiaque Indien se rapporte aussi
  aux dates de 4700 à.................                    4600

  Observation de l’étoile _Aldébaram_, par
  Hermès, citée à la date de............                  3362

  En Chaldée, fondation de la pyramide
  de Bélus..............................                  3191

  Déluge, selon le texte grec...........                  3195

  Époque indienne de l’âge actuel.......                  3101

  État du ciel, indiqué dans le livre perse
  intitulé _Ioub_, vers l’an.......(_Voyez_
  Bailly.)..............................                  3000

  Départ d’un cycle sothiaque, et du cycle
  callipique de 76 ans, à la date de.......      2782 ans.

  Fondation du temple d’Hercule à Tyr.             27

  Calendrier de Hoang-ti, en Chine.........      2686

  Monuments de Mithra, et travaux d’Hercule
  selon les Grecs............(_Voyez_
  Dupuis.)................................       2550

  Entrée du soleil au Belier...............      2428

  Commencement du culte, du Belier.........

  Fondation du temple d’Ammon dans
  l’_Oasis_; construction des monuments
  de _Karnak_ et de l’avenue des Beliers,
  vers....................................  2400 à 2300

  Déluge selon Varron et Censorin..........      2376

  Déluge selon le texte hébreu, calcul de
  Petau....................:...............      2329

  Le cycle chinois prend son départ à
  l’an.....................................      2277

  Le calendrier d’Hésiode y correspond.

  Observation chaldéennes de Kallisthènes..      2234

  Observations des Pléiades en Égypte,
  citée par Ptolomée.......................      2200

  Observation des colures, citée dans le
  Sourya Sidhanta..........................      2068

  Date du zodiaque de Dendéra..............      2056

  Invasion du royaume de Memphis par
  les pasteurs arabes, présumés être les
  tribus de Tamoud Aâd, Madian, Amalek,
  etc....... vers......................       1810 ans.

  Par suite de cet événement l’on présume
  à cette époque plusieurs migrations
  et colonies des Égyptiens en Grèce,
  en Étrurie, en Asie.

  Fondation d’Héliopolis par les pasteurs
  arabes.....................................       1800

  Expulsion des Arabes par Tethmos...
  vers.......................................       1556

  Réunion de toute l’Égypte en une seule
  monarchie.

  Fondation de Memphis la neuve, vers
  l’an.......................................       1500

  Lac de Mœris, vers l’an....................       1430

  Construction des villes de Heroopolis
  ou Phitom et de Ramessés par les Juifs,
  vers.......................................       1420

  Les Égyptiens, sous le roi Amenoph,
  chassent d’Égypte les Juifs et une quantité
  de menu peuple que Moïse organise
  en corps de nation et partage en 12 tribus,
  selon les 12 signes célestes...............       1410

  Règne et conquêtes de _Sésostris_ entre
  les années............................... 1350 et 1390

  Rhampsinit _le Riche_, indiqué par Pline
  sous le nom de _Rhamsès_, comme auteur
  du grand obélisque d’Héliopolis, et contemporain
  de Troie, a dû régner vers................        1080
  parce que son successeur Chéops a élevé
  la grande pyramide vers..................         1050 ans

  Sesach, roi d’Égypte, rançonne Jérusalem
  en ......................................          974

  (Il est possible que ce roi soit l’_Asuchis_
  d’Hérodote).

  Des rois obscurs, tels qu’ils sont mentionnés
  par les listes, se succèdent plus
  ou moins régulièrement, et affaiblissent
  l’Égypte par leur mauvaise administration.

  Les Carthaginois, profitant de cet état
  de choses, dirigent sur l’opulente ville
  de Thèbes une armée qui la prend par
  surprise, la saccage, et emporte un immense
  butin, vers l’an ..........................       790

  Bouchoris, dit _le Sage_, arrive au trône,
  et s’efforce de rétablir l’ordre par des lois
  qui l’ont fait placer au rang des législateurs
  du pays ...... vers .......................       781

  Un aveugle de la ville d’_Anysis_, appelé
  par Diodore, _Amasis_, ou _Amosis_, règne
  tyranniquement pendant 6 ans ... vers .....       755

  _Seva le Kusithe_ ou _l’Éthiopien_, dit aussi
  _Sevechus_, _Sabakos_ et _Actisanes_, envahit
  l’Égypte et règne avec justice et sagesse
  environ 25 ans depuis .....................       750

  Séthon, prêtre de Vulcain, gouverne
  l’Égypte, tombée dans l’anarchie, à l’époque
  où Sennachérib vient en Palestine,
  vers ......................................       722

(Pour la suite, _voyez_ le tableau d’Hérodote, à la fin de ce volume.)



Note sur le système des générations.


Dans[295] sa Chronologie (tome VII), chapitre des Héraclides, page 474,
M. Larcher nous dit:

«La règle des générations n’est pas la même chez les Lacédémoniens que
chez les autres nations. Ce peuple, _comme je l’ai observé_ dans le
chapitre XIV de la prise de Troie, avait défendu de se marier avant
l’âge de 36 ans ou même 37... Les générations étaient donc de 37 ans à
Lacédémone, tandis qu’elles n’étaient que de 33 ans dans le reste de la
Grèce.»

On croirait, d’après ce texte, que réellement Larcher a _prouvé_ ce fait
étrange, qu’un peuple entier ne se mariait qu’à 36 ou 37 ans: nous
avions lu une première fois le ch. XIV, sans apercevoir cette
démonstration; nous l’avons relu une seconde fois avec une scrupuleuse
attention, et voici les seuls raisonnements que nous y trouvons (pag.
398 et suiv.): «C’était une maxime universellement reçue dans les
premiers temps de la Grèce, qu’on ne se mariait qu’à 33 ans, et ensuite
à 30.»

(Nous nions à L*** cette prétendue maxime, ou plutôt ce fait bizarre,
incroyable: qu’il nous le prouve d’abord et par des témoignages et par
des exemples.)

«De là les générations _étaient évaluées_ à 33 ans et quelque chose, et
dans la suite elles le furent a 30 ans.»

Nous disons qu’elles _furent évaluées systématiquement_ par les
Égyptiens, puis par les Grecs, pour avoir un moyen _quelconque_
d’estimer des temps incertains. Mais nous nions qu’elles fussent
_civilement_ évaluées _par les peuples_, même dans les temps dont il
s’agit.

«Les Lacédémoniens faisaient une exception à la règle générale:
Lycurgue, dont toutes les institutions _tendaient à former des soldats
vigoureux,--voulant empêcher ses concitoyens de prendre femme quand ils
le jugeraient à propos, ordonna qu’ils ne se marieraient que lorsque le
corps aurait acquis toute sa vigueur, regardant ce réglement comme
très-utile pour se procurer des enfants robustes_.» (Xénophon, de
Republicâ Lacedæm., cap. I § VI.)

Raisonnons sur ce passage de Xénophon:--Si Lycurgue fit une telle loi,
ce ne put être que parce que l’on _avait senti l’abus_ de se marier trop
jeune: l’_abus existait_, il le réprima; et cet abus devait d’autant
mieux exister dans toute l’ancienne Grèce, qu’on le trouve chez tous les
peuples anciens et modernes, en raison de ce que leurs mœurs
domestiques sont plus simples, sont moins contraintes par des réglements
de police et de civilisation. Larcher a senti cette objection, car il
reprend (page 400):

«On peut m’objecter que ce réglement n’étant pas antérieur à Lycurgue,
les générations qui ont précédé ce législateur ne doivent être évaluées
qu’à 33 ans, comme dans le reste de la Grèce... Cette objection aurait
quelque force, si l’on _pouvait prouver_ qu’avant la législation de
Lycurgue les usages reçus à Sparte fussent _absolument contraires_ à
ceux adoptés par ce législateur... Si tel eût été le cas, _comment se
persuader_ qu’il eût réussi à réformer l’État.... On _connaît
l’attachement des peuples_ à leurs usages... Il eût _certainement
révolté_ toutes les classes de citoyens... Il y avait _sans doute_ alors
à Lacédémone des coutumes que l’on _suivait_ ou que l’on _négligeait_
impunément, parce que la _loi n’avait point prononcé_: Lycurgue choisit
parmi ces usages ceux qui lui parurent les plus raisonnables.... Il est
_donc vraisemblable_ que Lycurgue _trouva établie avant lui_ la coutume
de ne se marier qu’à 36 ans.»

N’est-ce pas là une logique vraiment curieuse? Larcher a d’abord posé en
fait que «_c’était une maxime des anciens Grecs de ne se marier qu’à_
33 _ans, et même à_ 37...» Il dit avoir prouvé ce fait relativement aux
Lacédémoniens, dans son chapitre XIV. Ses preuves consistent dans une
loi de Lycurgue _qui défend de se marier avant que le corps ait atteint
toute sa vigueur_: il s’aperçoit que cette _défense_ indique comme
existant, l’abus de se marier trop jeune. Pour esquiver la conséquence,
il a recours à des _suppositions_, à des _vraisemblances; Lycurgue n’eût
ôsé faire cette loi, si l’usage n’eût déjà existé: le peuple se fût
certainement révolté_... C’est-à-dire que, selon Larcher, toutes les
lois de Lycurgue existaient déjà avant d’être mises en vigueur par ce
prince; car le raisonnement de notre logicien peut s’appliquer à toutes.
On peut dire de chacune: _le peuple se fût révolté_... _il est attaché à
ses usages... il y avait sans doute une coutume_..... il _est
vraisemblable_ que Lycurgue... etc.; _certainement, sans doute,
vraisemblable_; telle est la gradation de Larcher. «Il faudrait prouver,
dit-il, qu’avant Lycurgue, les usages de Sparte fussent contraires à ses
lois.»--Mais c’est à vous, Monsieur, de prouver qu’ils furent les mêmes;
et vous avez d’abord contre vous le cri de toute l’antiquité, qui
atteste que la législation de Lycurgue fut _un phénomène d’innovation_
contre les usages reçus; un _système spéculatif_ et _philosophique_ qui
heurta tellement les esprits que le peuple de Sparte _s’ameuta_; que
dans cette émeute _Lycurgue perdit un œil_[296]; et que pour arriver à
son but, cet homme sévère et opiniâtre fut obligé d’user de supercherie
en faisant espérer qu’il modifierait ses lois après un voyage entrepris
pour consulter les oracles, et en faisant promettre au peuple, _par
serment, de les exécuter_ provisoirement jusqu’à son retour, _qui n’eut
point lieu_, puisqu’il préféra de mourir...

Vous avez ensuite contre vous cet axiome, «que toute loi prohibitive
_prouve par son fait_ l’existence de l’acte qu’elle change ou
supprime...»--_Lycurgue voulut empêcher que l’on prit femme à
volonté_.--Donc l’on en usait ainsi.--Il _ordonna de ne se marier_
(expression impropre); il défendit de se marier _avant d’avoir acquis
toute la vigueur_;--donc l’on se mariait ainsi; donc l’usage dominant
était de marier les enfants trop jeunes; et cet usage devait exister,
parce qu’il avait pour cause deux puissants motifs, l’un physique,
l’autre politique, que nous retrouvons dans tous les temps et dans tous
les pays.

Le premier de ces motifs est la passion naturelle commune à tous les
parents de marier leurs enfants de bonne heure, afin de se voir revivre
dans leur postérité.

De nos jours nous voyons encore cette passion avec ses effets subsister
dans cette même Grèce dont on nous parle, dans l’ancienne Asie mineure,
dans la Syrie, l’Égypte, la Perse, dans tout l’Orient. Tous les
voyageurs modernes qui ont parcouru la Turkie, l’Inde, la Chine,
attestent que dans ces pays les mariages sont généralement précoces;
d’abord par le développement précoce de la puberté dans l’un et l’autre
sexe; ensuite, et plus spécialement, par le désir qu’ont les parents de
marier leurs enfants qui, sans cela et de leur propre volonté, ne
pourraient contracter l’acte civil appelé _mariage_. L’abus est porté au
point qu’il n’est pas rare de voir des enfants de 12 ans qui cohabitent
avant 15; et cet abus existe chez les Grecs de Morée comme chez ceux de
l’Asie mineure; en général les filles y sont mariées avant 15 et 18 ans,
et les hommes avant 20. Direz-vous que c’est un effet de la religion
chrétienne afin de prévenir le libertinage? Pourquoi cet effet a-t-il
également lieu dans la religion musulmane, dans celle de Brahma, et dans
celle de Foë? Les anciens païens, adorateurs du _libertin_ Jupiter,
étaient donc plus continens, et plus chastes? Direz-vous que c’est un
effet du climat? Pourquoi, dans toute l’Amérique septentrionale, même au
Canada, les mariages se font-ils généralement avant 20 ans pour les
femmes, et avant 24 pour les hommes; et cela chez un peuple de sang
anglais, écossais, allemand? Pourquoi, dans notre Europe même, les
mariages se font-ils généralement à ce même âge dans certaines classes
du peuple, telles que les gens de la campagne et les ouvriers de tout
genre, tandis qu’ils sont généralement plus tardifs dans d’autres
classés, et spécialement dans les classes bourgeoises vivant de leurs
rentes? Pourquoi sont-ils généralement plus tardifs dans les villes que
dans les campagnes, dans les capitales que dans les provinces? La vraie
raison se fait sentir par ces contrastes. On se marie plus tôt partout
où l’on peut élever des enfants sans trop de gêne, partout où la
subsistance est facile, abondante. Dans de tels pays et dans un tel
ordre social, on obéit de bonne heure aux penchants de la nature, au
plus impérieux de ses désirs. On se marie plus tard là où la subsistance
est difficile, où les enfants deviennent un fardeau dès le bas âge, où
l’on ne sait comment les placer quand ils sont grands... Et parce que
chez certains peuples et dans certaines organisations politiques, il y a
plus ou moins de facilité à éluder le fardeau du mariage sans se priver
de ses douceurs; parce que dans les villes, et surtout dans les grandes
villes, cette facilité existe, surtout pour les classes riches ou
aisées; les mariages y sont soumis à des calculs de convenances de
société et de luxe, qui intervertissent ou modifient l’ordre naturel...
En sorte que le régulateur le plus général des mariages est, d’une
part, la simplicité, la grossièreté même des besoins et des mœurs (et de
là les mariages plus faciles et plus précoces dans les classes pauvres);
d’autre part, le luxe, c’est-à-dire l’extension des besoins factices et
conventionnels (et de là les mariages plus onéreux, plus difficiles,
plus tardifs et moins féconds dans les classes d’une aisance précaire et
moyenne). Ici j’ai le bonheur d’être d’accord avec Montesquieu.

Le second motif qui dut rendre les mariages précoces et faciles chez les
anciens Grecs, fut le besoin politique qu’éprouvaient les familles
d’avoir beaucoup de bras pour leurs travaux agricoles, et surtout pour
leur défense et pour leur sûreté. Ces peuples, comme l’on sait,
composant chacun une _société_ de 50 à 60,000; tout au plus de 100,000
citoyens, resserrés au nombre de 15 ou 20 _sociétés_, dans un espace
borné de mers et de montagnes, vivaient entre eux dans un état habituel
de jalousie et de guerre, et par cela même faisaient une grande
consommation d’hommes. La _chose publique_, la société avait besoin de
défenseurs, avait intérêt que l’on se mariât: aussi voit-on que le
célibat y était décrié dans l’opinion, qu’il fut même puni par les lois
quand il y eut des lois; mais de plus, avant ces lois, dans l’état de
liberté ou d’anarchie qui fut celui dont nous traitons, aucune police
intérieure ne réprimant les délits, la sûreté de chaque famille
dépendait de ses propres moyens, de ses seules forces... Était-elle
faible, on la vexait, elle était pillée, et pouvait être détruite;
était-elle forte, c’est-à-dire nombreuse, on la respectait: elle armait
tous ses membres pour réprimer un empiétement, pour punir un meurtre.
C’était exactement l’état civil des Hébreux, des Arabes anciens et
modernes, et de nos jours celui des Druses, des Maïnotes et des Corses
sous les Génois. Chaque famille avait donc, à être nombreuse, le même
intérêt, les mêmes motifs qu’avait la nation; et imaginer que, dans un
tel état de choses, des peuples en guerre et en anarchie constantes
fussent convenus de la _maxime_ de ne se marier qu’à 33 ans, est une
chimère, un vrai rêve de cabinet.

La loi de Lycurgue, citée par Xénophon, n’exprime pas l’âge où il devint
licite de se marier: pour le fixer, voici comme Larcher raisonne (page
474, 475): Aristote a connu, a eu en main les lois de Lycurgue: or
_Aristote_ (dans son plan systématique de république) _dit qu’il ne faut
point se marier tant que le corps prend de l’accroissement, et que les
hommes ne doivent prendre une compagne que vers leurs 37e année_:
donc _Aristote fait ici allusion_ à la loi de Lycurgue; donc Lycurgue a
établi l’âge de 37 ans; donc les Lacédémoniens, _dès avant Lycurgue, ne
se mariaient qu’à 37 ans; car, sans cela, Lycurgue les eût révoltés_...
Et page 40: _Il est bien vrai que Platon, qui en cent endroits fait
l’éloge des lois de Lycurgue, prescrit pour se marier l’âge de 30 à 35
ans; en sorte que l’on pourrait croire qu’il a imité celle-ci, et que le
terme fixé à Sparte eût été de 30 à 35 ans. Mais_, etc.

Laissons Larcher à ses raisonnements et à ses conjectures sur Platon et
sur Aristote: il est évident, par la diversité des trois termes 30, 35,
37, que Lycurgue fut plus sage que ces rêveurs, et qu’il n’exprima point
un âge fixe: l’établir à 37 ou même à 30 ans, eût été priver l’état de 8
ou 10 ans d’une fécondité ordonnée par la nature, et dissiper en
libertinage des forces utiles à la nation. Aristote et Platon, pleins,
comme l’on sait, des idées systématiques d’une physique erronée et
originairement astrologique, ont dit: «La vie ordinaire de l’homme sain
est de 70 à 75 ans. Tout ce qui ne croît pas, décroît: la moitié de la
vie doit se passer à croître, l’autre à décroître... 33 à 37 sont le
terme mitoyen entre zéro et 70 ou 75. Donc le corps n’est parfait qu’à
35 ou à 37.»--L’erreur de ces systèmes est démontrée par les faits et
par la science physiologique. En résultat, il n’existe pas la plus
légère preuve que les Grecs anciens, modernes ou mitoyens, se soient
mariés au terme général de 30 ni de 35 ans; il est au contraire prouvé
par la nature de la question et par les généalogies d’époque certaine,
qu’ils se sont mariés plus tôt; et tout prouve que l’évaluation de trois
générations par siècle a été un moyen purement idéal et systématique
dont d’usage ne peut qu’induire en erreur.

FIN DU DEUXIÈME TOME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.

SUITE DE LA CHRONOLOGIE D’HÉRODOTE.


Chronologie des rois de Perse, cités par les
Orientaux modernes, sous le nom de dynastie
_Pishad_ et _Kéan_.--Époques de Zohak, de Féridoun
et du législateur Zerdoust, dit Zoroastre.                        Page 1

§ I. Époque du législateur Zoroastre                                   2

§ II. Récit des Parsis sur Zoroastre                                  14

§ III. Vie de Zoroastre                                               50

§ IV. Des anciens rois de Perse, selon les Orientaux
  modernes                                                            69

§ V. Dynastie Kéan ou Kaian                                           74

§ VI. Dynastie Piche-Dad                                              87

Liste chronologique des rois de Juda                                 105

_Idem_ des rois Chaldéens de Babylone                                106



CHRONOLOGIE DES BABYLONIENS                                          107


CHAPITRE Ier.--Fondation de Babylone                                 108

CHAP. II.--Récit de Ktésias, système assyrien                        114

CHAP. III.--Récit de Bérose et de Mégasthènes--Système
chaldéen                                                             121

CHAP. IV.--Autorités respectives de Bérose et de
  Ktésias, comparées et appréciées                                   132

CHAP. V.--Récit d’Hérodote                                           137

CHAP. VI.--Résultat                                                  141

CHAP. VII.--Dimension des principaux ouvrages
  de Babylone                                                        159

CHAP. VIII.--Histoire probable de Sémiramis                          181

CHAP. IX.--Récit de Conon et roman d’Esther                          193

CHAP. X.--Babylone depuis Sémiramis                                  200

CHAP. XI.--Kanon astronomique de Ptolomée                            211

CHAP. XII.--Rois de Babylone jusqu’à Nabukodonosor                   219

CHAP. XIII.--Règne de Nabopolasar, _dit_    Nabukodonosor            230

CHAP. XIV.--Siége de Tyr                                             239

CHAP. XV.--Prétendue expédition en Égypte,
  en Libye, en Ibérie, sans preuves et sans vraisemblance            246

CHAP. XVI.--Derniers rois de Babylone jusqu’à
  Kyrus                                                              253

CHAP. XVII.--Du livre intitulé Cyropédie de
  Xénophon                                                           260

CHAP. XVIII.--Du livre intitulé Daniel                               266

CHAP. XIX.--Résumé                                                   278



CHRONOLOGIE DES ÉGYPTIENS.


CHAP. Ier                                                            281

CHAP. II. Exposé d’Hérodote                                          289

CHAP. III.--Système de Manéthon                                      319

§ I. Texte de Manéthon en son second volume                          331

§ II. Analyse du texte cité par Josèphe                              341

§ III. Époque de l’entrée et de la sortie des Juifs
  selon Manéthon                                                     364

CHAP. IV. Récit de Diodore                                           373

RECHERCHES sur les antiquités du temple de Dendéra,
dans la Haute-Égypte, d’après la construction
du zodiaque au plafond de son péristyle;
  par M. Nouet                                                       418

ÉPOQUES et dates principales de la chronologie d’Égypte,
éclaircies et appuyées par des dates parallèles
et étrangères                                                        431

NOTE sur le système, des générations                                 436


FIN DE LA TABLE.

[Illustration: Zodiac de Dendera]

[Illustration: Table]

[Illustration: Table]

       *       *       *       *       *

NOTES:

[1] _Voyez_ le Zend-avesta publié en 1769, tome II, p. 62.

[2] Mém. de l’Acad. des Inscript., tome XXXVII.

[3] _Évêques_ et _curés_ des _Parsis_ ou _Guèbres_, qui sont dans l’Asie
ce que les Juifs sont en Europe, les débris épars d’un ancien peuple
détruit.

[4] Boundehesch, p. 420.

[5] _Voyez_ Histoire universelle, tome IV, in-4°, p. 1 et suivantes.

[6] Indicateur et Moniteur de Masoudi, extrait par M. de
Sacy.--Manuscrits orientaux, tome VII, pag. 161.

[7] Zend-avesta, tome II, pag. 6 et suivantes.

[8] Plin., lib. VII, chap. 16.

[9] _De Antro Nympharum_.

[10] Zend-avesta, tome II, p. 54.

[11] Zend-avesta, tom. II, p. 55.

[12] Eutychius a écrit vers 930, et Aboulfarage vers 1260.

[13] _Voyez_ Hyde, pag. 317 et suivantes.

[14] Ammien Marcellin, lib. XXIII. Il à écrit vers 388 à 390.

[15] Le texte porte: _ab eo_ (Hystaspe...) Anquetil a traduit: _et c’est
de ces mages qu’est venue_, etc. Mém. Académ. des Inscript., tome
XXXVII, pag. 718.

[16] _Plato_, _de Legibus_, pag. 441, édition de 1602.

[17] Témoin Rabbi _Mosès_, Maimonides.

[18] Apulée, lib. II. Iamblique, qui a compilé la vie de Pythagore,
d’après une foule d’auteurs, vers l’an 320, répète la même tradition.

[19] _Voyez_ Chronologie de Larcher, année 608.

[20] _Clemens Alexandrinus_, p. 131. Il écrivait vers l’an 215.

[21] Vers le temps où l’on place cette prophétie, les prêtres chaldéens
montraient celle de Nabukodonosor, qui annonçait la ruine de son empire
(_voyez_ Mégasthènes): les prêtres juifs présentaient à Kyrus une
prophétie d’Isaïe, annonçant son élévation avec son _propre nom_;
malheureusement nous n’avons pas le manuscrit d’Isaïe: encouragé par ces
exemples, le grand-prêtre Iaddus montra aussi au conquérant Alexandre sa
venue prédite; enfin le livre de Daniel prédisait aussi (_après
Antiochus_) les quatre monarchies, dont celle des Romains fut une. Ces
siècles furent ceux des _prophéties_: les époques des révolutions sont
des paroxysmes de superstition. D’ailleurs l’exposé de Masoudi, ou
plutôt des _Parsis_, ses auteurs, est plein de contradictions... _Il y
a_, dit-il, _entre Zerdust et Alexandre environ 300 ans, parce que
Zerdust a paru du temps de Kai-Bistasp_ (Darius Hystasp); mais entre
Darius, élu roi l’an 520, et Alexandre, roi d’Asie en 327, il n’y a que
193 ans, et un _environ_ de 107 ans ne peut se permettre... D’Alexandre,
mort en 324 avant J.-C., jusqu’à Ardéchir, roi en 226 après J.-C., il y
a 550 ans, et Masoudi en compte _environ_ 500; autre erreur trop forte.
Son calcul de la prophétie est d’ailleurs inintelligible... _L’empire
périra au bout de 300 ans; la religion avec l’empire, au bout de
1000_... Est-ce 1300 en tout, ou bien seulement 1000? Il prend ce
dernier parti. Mais, si au temps d’Ardéchir il y avait 800 ans écoulés,
les 100 qu’il voulut ajouter aux 200 restants faisaient 1100, et
cependant, en retranchant 300 ans (moins 10), comme il fit, il augmenta
de près de 500 ans. Or ces 500, ajoutés aux 800 que l’on disait écoulés,
font 1300. La prophétie n’était donc pas de 1000 ans en total, comme le
dit Masoudi, mais de 1000 plus 300... En outre, si Zerdust parut, comme
il le dit encore, 300 ans avant Alexandre, ce fut donc en 630, au temps
de Kyaxar, roi des Mèdes, et de Jérémie, chez les Hébreux. Ici Masoudi,
en contradiction avec lui-même, se place au nombre de ses compatriotes
qui font Zerdust disciple de Jérémie, trompés peut-être par l’équivoque
du nom de ce prophète, avec celui d’_Urmih_, ville natale de Zoroastre.
Ce calcul favoriserait l’hypothèse d’un académicien (l’abbé Foucher),
qui, dans un savant Mémoire (tome XXVII des Inscript.), a voulu prouver
que Zoroastre, législateur, parut au temps de Kyaxarès; mais nous allons
voir que ce système est plein d’incohérences. Cette anecdote
d’_Ardéchir_, en nous donnant la mesure de l’ignorance et de l’audace
des _gouvernants asiatiques_, ne pourrait-elle pas nous donner la clef
d’une autre énigme du même genre? savoir pourquoi le texte grec compte
depuis la création du monde jusqu’à notre ère............ 5508 ans,
tandis que le texte hébreu n’en compte que.....
3760----Différence................. 1748.

Si, comme il est vrai, c’était une opinion générale dans la basse Asie,
100 ans avant et après notre ère, _que le monde allait finir_; si, comme
il est vrai, cette opinion prenait sa source dans la théologie de
Zoroastre, qui dit que le monde, gouverné par _Ormuzd_, après avoir duré
6000 _ans_, est supplanté et détruit par Ahriman, qui règne _six_ autres
_mille_ (total, 12000, c’est-à-dire les douze mois du grand _cercle_ de
l’année, appelé _mundus_, le _manda_ sanscrit); ne pourrait-on pas
croire que les Juifs, imprégnés des opinions perses, ont pu et dû
s’effrayer de voir s’approcher la fin du sixième mille, compté sur la
Genèse; qu’alors la prudence de leur synagogue aurait jugé nécessaire de
faire une suppression qui, comme celle d’Ardéchir, reculât l’_époque du
destin_; et que cette opération n’ayant eu lieu qu’après la traduction
et la divulgation du texte grec, elle n’aurait agi que sur l’hébreu pur,
et qu’elle aurait été effectuée spécialement à une époque où elle aurait
pu embarrasser la secte naissante des chrétiens, qui n’usait que du
texte grec? Tout cela est tellement asiatique et juif, qu’on peut le
regarder comme vrai. Ajoutons que ces _cinq_ et _six_ mille de
Zoroastre, qui n’étaient que des mois, que des signes du Zodiaque
chaldaïquement divisés en _mille parties_, pris ensuite par méprise pour
des années, doivent être le vrai texte sur lequel Hermippe et Eudoxe ont
bâti leur _cinq_ et _six mille ans_? Qu’est-ce que l’histoire ancienne!

[22] Clément d’Alexandrie nous en fournit encore une preuve. «_Platon_,
dit-il, fait mention d’un certain _Ér_ (ou Hèr), fils d’_Armenius_,
Pamphilien d’origine, qui est _Zoroastre_; car il a écrit ces paroles...
Voici ce qu’écrit Zoroastre, fils d’Armenius, Pamphilien d’origine:
Ayant été tué à la guerre, je suis descendu aux enfers (ou cieux
inférieurs), et les dieux m’ont dit ce que je vais raconter.»

Il est évident que ce _Hèr_ a reçu ou pris le nom de _Zoroastre_, et
qu’il a été un de ces charlatans dont l’Asie abonda au temps de _Darius_
et d’_Ostanès_. Sa vision, racontée par Platon, livre X de sa
République, est d’ailleurs curieuse, en ce qu’elle nous montre des idées
zoroastriennes sur l’autre monde, qui se trouvent presque littéralement
chez les musulmans et chez les chrétiens.

[23] Hérodote, lib. I, § CXL.

[24] Lib. I, p. 88, § CVII.

[25] Lib. I, p. 99, § CXX.

[26] En relisant Hérodote, nous trouvons deux autres traits non moins
concluants. Liv. III, § LXV, Cambyse mourant conjure les Perses de ne
point souffrir que le mage _Smerdis_ s’empare du trône, et que par son
imposture l’empire retourne aux _Mèdes_..... Et _ibid._, § LXXIII, le
Perse Gobrya, haranguant les conjurés, leur dit: «Quelle honte pour des
_Perses_ d’obéir à un _Mède_, à un _mage_!»

[27] § CXXXI.

[28] _In Proæmio_.

[29] _Valesii excerpta_, pages 460 et suivantes.

[30] Xanthus, au début de son article, observe que Kyrus s’était fait
_instruire de la doctrine des mages_: donc il n’y était pas né; il les
caressait pour se faire un parti chez les Mèdes.

[31] Lib. I, cap. I.

[32] Ce qu’Augustin, _De civitate Dei_, lib. XXI, cap. 14; ce qu’Orose,
lib. I, cap. 4, dans le Ve siècle; et ce qu’Arnobe, lib. I, dans le
IIIe siècle, disent de Zoroastre et de Ninus, ne sont que la
répétition de ce passage.

[33] Syncelle, p. 167.

[34] Chap. 13, p. 40.

[35] _Érostrate_ brûla aussi le temple d’Éphèse pour qu’on _parlât_ de
lui: d’Érostrate à Ninus, quelle est la différence?

[36] Chap. 14.

[37] _Ibid._ pag. 37.

[38] La preuve que Mosès n’a pas fait un roman, est qu’ayant présenté sa
description à M. Amédée Jaubert, aujourd’hui auditeur au conseil-d’état,
qui a voyagé dans le pays, il nous a assuré, dès la seconde page, qu’il
reconnaissait parfaitement les environs du lac de _Vanck_, et
particulièrement le local appelé _Arnès_, lieu redouté à cause des
voleurs qui s’y cachent dans les trous d’une ruine dont la forme retrace
une vieille digue.

[39] La traduction latine porte Zoroastre à la manière des Grecs; mais
le texte porte _Zerdust_ à la manière des Parsis. Les traducteurs ne
devraient jamais se permettre ces changements de noms propres: il en
résulte quelquefois de graves contre-sens; par exemple, cette même
traduction rend à la page 97, le pays de _Klesoi_ par _Cœlésyrie_,
pendant que c’est l’_Akilis-ène_ de Strabon. Avec ces interprétations,
on a introduit une foule d’erreurs et de difficultés dans l’histoire
ancienne.

[40] Les Arméniens, comme les Arabes, nomment d’un même mot tout grand
espace d’eau: cette mer est le lac de _Vank_. En Égypte, le fleuve
s’appelle _Bahr_, comme l’Océan même. Tout ce récit de Mosès a cela de
remarquable, qu’en le confrontant à celui de Ktésias, l’on trouve que le
Grec nous a donné le commencement de l’histoire de Sémiramis, et
l’Arménien, le dénouement; tous les deux sont parfaitement d’accord sur
le caractère. Et Mosès paraît n’avoir connu Ktésias que par Diodore.

[41] Hérodote, lib. I, § CI, nomme les _Busi_, le _Pareta keni_, les
_Struchates_, les _Arizanti_, les _Boudini_ et les _Magoi_(mages).

[42] Prononcé Irâne ou Èrane: _an_ est la désinence, comme _us_ en latin
et _os_ en grec. Aïr-an. L’Arménien Mosès fait observer que Arioï
signifie (fortes) les _braves_, mot analogue à _virtus_ (_firtus_) et à
_vir_, qui dans le sanscrit ont le même sens qu’en latin.

[43] _Tour_ et _Taur_ s’écrivent par les mêmes lettres arabes, et dans
les radicaux du phénicien et du chaldéen, _Tour_ et _Tsour_ sont le nom
général des montagnes.

[44] _Voyez_ Origène contre Celse, lib. VI; Vie de Zoroastre, pag. 28;
Zend-avesta, tom. II.

[45] L’original de l’_Oupnekhat_, si bizarrement traduit ou plutôt
défiguré par Anquetil, est bien reconnu pour être l’un des livres les
plus authentiques après les Vedas: il date au moins du 1200 ans avant
J.-C.

[46] _Voyez Diog. Laërce, in Proœmio_. Mais lorsqu’il ajoute que les
mages sont antérieurs aux Égyptiens, il est en erreur et il copie
Hermippe et Eudoxe.

[47] Le passage suivant de son Traité sur _Isis_ et _Osiris_ est surtout
remarquable:

«Il est des hommes qui croient qu’il existe deux dieux, dont le
caractère opposé se plaît à faire l’un le bien, l’autre le mal.
Zoroastre les a nommés _Oromaze_ et _Ahrimane_. Il a dit que la lumière
est ce qui représente le mieux l’un, comme les ténèbres et l’ignorance
représentent le mieux l’autre. Les Perses disent qu’_Oromaze_ fut formé
de la lumière la plus pure; _Ahrimane_, au contraire, des _ténèbres_ les
plus épaisses: Oromaze fit six dieux bons comme lui, et Ahrimane en
opposa six méchants. Oromaze en fit encore vingt-quatre autres, qu’il
plaça dans un _œuf_; mais Ahrimane en créa autant, qui percèrent
l’_œuf_, ce qui a produit dans le _monde_ le mélange des biens et des
maux.»

Théopompe ajoute, d’après les livres des mages, «que tour à tour l’un de
ces dieux _domine_ (est _supérieur_) trois _mille_ ans, pendant que
l’autre est _inférieur_; qu’ensuite ils combattent avec égalité pendant
trois autres _mille_ ans... mais enfin le mauvais génie doit succomber,
etc.»

En réduisant ces allégories à leur sens naturel et simple, il en résulte
que Zoroastre, d’après ses méditations physico-astronomiques,
considérait le monde ou l’univers, comme régi par deux principes ou
pouvoirs, l’un de _production_, l’autre de _destruction_; que le premier
gouvernait pendant les six _mille_, c’est-à-dire pendant les six _mois_
d’été, depuis l’équinoxe du Belier jusqu’à celui de la Balance; et le
second pendant les six _mille_ ou six _mois_ d’hiver, depuis la Balance
jusqu’au Belier. Cette division de chaque signe du Zodiaque en 1000
parties, se retrouve chez les _Chaldéens_; et Anquetil, qui a si bien
saisi l’allégorie, parle en plus d’un endroit des douze _mille_ de
Zoroastre, comme des douze _mois_ de l’année.

L’_œuf_ est, comme l’on sait, l’emblème du monde chez les Égyptiens; les
vingt-quatre dieux _bons_ sont les douze mois divisés par _quinzaines_
de lune croissante et de lune décroissante, dont l’usage se retrouve
chez les Indiens comme chez les Romains; ainsi du reste: c’est-à-dire
que tout le système zoroastrien ne fut que de l’astronomie et de
l’astrologie, comme tous les systèmes anciens; et qu’ensuite, défiguré
par ses sectaires, qui ne l’entendirent pas, il reçut un sens mystique
moral et des applications politiques qui ont eu, en plusieurs occasions,
et spécialement chez les Juifs, des conséquences singulières, puisqu’un
nouveau système en naquit.

[48] Page 199, édit. de Rouen, 1653.

[49] _Voyez_ Dupuis, Origine de tous les cultes, pl. n° 17.

[50] _Voyez_ le fragment de Ktésias en Diodore, lib. II, p. 118.

[51] _Voyez_ Diodore de Sicile, lib. I; _Stephanus_, _de Urbibus_, et
_Strabo_.

[52] Ce n’est pas le grammairien, puisqu’il vécut après Diodore.

[53] Mémoires de l’Acad. des Inscript., tom. XVI, p. 245.

[54] Il faut qu’il y ait erreur dans les 599 cités par Fréret.

[55] Son petit-fils _El-Aqrân_ l’avait réparée, en marchant, pour venger
son père, contre le pays de _Sinn_, dont il prit la capitale, et où il
établit une colonie de 30,000 Arabes. La postérité de ces colons
subsistait encore en 1168, selon Ebn Hamdoun, dans le _Thibet_, qui est
le _Sinn_ des auteurs arabes.

[56] Que les Perses de Kyrus et de Darius, possesseurs de _Babylone_,
aient cru que les rois de cette ville avaient toujours été leurs
lieutenants et vassaux, cela se conçoit, parce que, relativement aux
Mèdes, prédécesseurs des Perses, il y a un fond de vérité. Mais que les
auteurs persans du XIe siècle viennent nous dire que Kyrus et Xercès
n’étaient que des vassaux et des lieutenants d’un _châh_ imaginaire,
cela ne prouve que leur ignorance profonde de l’antiquité, et ne mérite
aucune discussion. On ne peut voir sans regrets que M. _Mouradja
d’Ohson_ ait adopté et préconisé chez nous ces rêves asiatiques, dans
son _Tableau historique de l’Orient_; mais l’on conçoit que né
_Arménien_, élevé à _Stamboul_ dans le respect et l’admiration d’un
grand pouvoir, M. Mouradja, en devenant _drogman_ et _comte_ suédois,
n’ait pu changer d’esprit comme de vêtement: son livre, que nous venons
de citer, écrit sans ordre, sans indication d’aucune autorité, n’est
propre qu’à donner des idées fausses et vagues, et ne doit, en aucun
cas, être regardé comme une _histoire_ de l’ancien Orient.

[57] La racine _lahab_ manque dans l’arabe (_Voyez_ Golius), mais elle
subsiste dans l’hébreu, qui, en plusieurs cas, explique très-bien le
vieil arabe.

[58] Il est évident que ce nom d’_Aâd_ fut, chez les anciens Arabes, le
nom de beaucoup d’individus, en même temps qu’il était celui d’une
tribu. Ainsi, chez les Hébreux, _Manassé_, _Siméon_, _Éphraïm_, noms de
tribus, sont aussi des noms d’individus. Parmi les _merveilles du
monde_, les Arabes citent le puits de _Moattala_ chez les _Madianites_,
issus d’_Aâd_, tribu expulsée de l’Iémen. Les _Madianites_ sont cités
avant Moïse: donc l’expulsion des Aâdites date de bien plus loin.

Dans leurs récits mêlés de fables, les auteurs arabes citent,
relativement à _Cheddâd_, plusieurs faits d’une exactitude vraiment
historique et très-instructifs. Par exemple, _Chehab-el-din_, dans son
livre _El-Djoman_ (les Perles), rapporte que{*},

{*} _Voyez_ Notice des manuscrits orientaux, tome II, pag. 139. Extrait
par M. de Sacy.

«Aâd eut un grand nombre d’enfants dont trois régnèrent après lui
(savoir): _Mondâr_, _Cheddâd_, et _Loqman_. _Cheddâd_ ayant succédé à
_Mondâr_, fit de grandes conquêtes dans l’Afrique jusqu’à l’Océan. Après
200 _ans_ d’absence, revenu en Iémen, il ne voulut point résider au
château de Mâreb, et il acheva le château appelé _El Mocheyâd_, commencé
par son frère Mondâr. Il y employa avec profusion l’or, l’argent et les
pierres précieuses (qu’il avait rapportées de ses conquêtes). Les murs
étaient ornés intérieurement des pierres les plus rares, et le pavé
était de marbre de diverses couleurs (c’était une mosaïque). _Cheddâd_
avait reçu de la nature une _force_ de corps prodigieuse (son nom en
dérive: _chedid_ signifie _fort_); il pliait le fer avec les doigts, et
l’éclat de sa voix eût _pu tuer un lion_... Il vécut très-âgé, et vit sa
postérité se multiplier à l’infini...

Le _jardin_ nommé _Aram-Zât-el-èmâd_ (Aram aux colonnes), est encore un
ouvrage de ce prince. Ayant lu dans (certains) _livres révélés_ la
description du paradis, dont les «colonnes sont d’or et d’argent, la
poussière de musc et d’ambre, les gazons de safran et d’iris, les
cailloux d’hyacinthe et d’émeraude, etc., il voulut imiter cette
magnificence... Il choisit une plaine délicieuse, coupée de 1000
ruisseaux, et il y bâtit un palais enchanté, etc.

«Dans son livre des _merveilles de Dieu_{*}, Iaqouti s’exprime plus
historiquement sur cet ouvrage: _Aram aux colonnes_, dit-il, est une
ville située entre _Sanaà_ et _Hadramaut_: elle a été bâtie par
_Cheddâd_, fils d’_Aâd_, ancien roi des Arabes; elle avait de longueur
12 parasanges, et autant de largeur (c’est presque la dimension de
Moscou); elle renfermait un nombre infini d’édifices merveilleux, etc.»

{*} Notice des manuscrits orientaux, tome II, pag. 393.

Il faut laisser à l’écart toutes les fables que les écrivains ont
brodées sur ce riche canevas: les 200 ans de _Cheddâd_ ne doivent pas
être de leur invention: leur analogie avec les âges prodigieux des
antiquités juives, prouve seulement qu’alors les années n’étaient pas
composées de 12 mois, comme nous l’avons vu dans la _Chronologie_ des
Hébreux. En ne prenant que l’essence des faits rapportés dans l’article
ci-dessus, nous y trouvons une indication claire... que dès avant le
temps de _Haret_ et de _Ninus_, et en remontant jusqu’à celui de
_Sésostris_, les Arabes d’Iémen avaient déja fait en Afrique ces grandes
expéditions qu’ils répétèrent au temps de Salomon: ils avaient pu déja,
bien antérieurement, établir cette colonie _d’Éthiopiens-Abissins_, dont
l’origine, suivant le savant Ludolf, se perd dans la haute antiquité, et
qui, différant totalement de la race _nègre_ par leurs cheveux longs,
leur figure ovale et leur idiome tout-à-fait arabique, attestent une
invasion étrangère qui expulsa les naturels du riche pays qu’arrosent
les affluents du Haut-Nil. On conçoit comment un prince doué de moyens
éminents comme _Cheddâd_, put faire des expéditions dont ses
prédécesseurs lui avaient ouvert les voies, et ensuite déployer un luxe
dont le royaume de Thèbes lui offrait les modèles: il est à remarquer
que le mot _Aram_, qui dans les langues arabiques ne signifie rien, dans
le sanscrit signifie _jardin_; et que le _paradis_ décrit par _certains
livres révélés_, est le paradis _indou_, tel que le décrivent les
_Pouranas_: en sorte que nous avons ici l’indication évidente de la
diffusion du _brahmisme_ dès ce temps reculé; et ce nom d’_Aram_,
_jardin_, donné au riche pays de la Mésopotamie, prouve, avec bien
d’autres noms géographiques, que le système indien s’étendit jadis,
comme l’a très-bien vu Wilford, dans tout le continent de l’Asie. Pour
des yeux libres, l’horizon de l’antiquité s’éloigne et s’étend à mesure
que l’observateur avance; mais pour qui porte les _lunettes juives_, dès
quelques pas au-delà d’Abraham, l’horizon est obstrué par le _mont
Ararat_ et par les ténèbres chaldéennes, où l’imagination fascinée
n’aperçoit que des figures _gigantesques_ et des êtres fantastiques dans
des nuages bizarrement dessinés.

[59] La qualité de parent de Djemchid se trouve même en harmonie avec la
tradition citée par _Maseoudi, que l’une des 4 tribus arabes primitives
possédèrent la Perse_, et furent une portion alliée de ses habitants;
l’une de ces tribus portait le nom d’_Aâd_, qui a dû faire équivoque
avec le père de _Cheddâd_.

[60] On trouve dans l’ancienne Arménie le mont _Capotes_, qui est un mot
pur sanscrit, signifiant le _Lingam_ (Phallus); l’Araxès perce une
montagne à un lieu appelé _Ordovar_, et le Gange en fait autant au lieu
appelé _Héridvâr_, etc.

[61] Si l’on observe qu’en parlant de la défaite d’Astyag par Tigrane et
Kyrus, _Mosès_ fait mention de sa maison (militaire) de 10,000 _ames_,
l’on pensera qu’il a voulu désigner le corps des 10,000 _cavaliers_
devenu partie constituante de l’état militaire des Assyriens, puis des
Mèdes, puis des Perses, où nous le trouvons sous le nom des 10,000
_immortels_. Déïôkes et Kyrus ne firent que copier Ninus: par suite
d’imitation, les Tartares ont copié les Perses dans leur _Touman_ de
10,000 cavaliers.

[62] Ktésias dans Photuis, p. 110.

[63] _Voyez_ d’Herbelot, Biblioth. orient., au mot _Sâm ben Souri_. En
général le lecteur trouvera les traditions que nous citons, soit dans la
Bibliothèque orientale, soit dans le livre I de l’Histoire universelle,
tom. IV, in-4°, dans lequel est inséré un extrait de Mirkond.

[64] Ktésias en Photius, pag. 107.

[65] Athénée, lib. XII, édit. de Schweighauser, tome IV, page 468.

[66] Hérodote est d’accord; seulement il donne à ce second le nom de
_Smerdis_.

[67] Hérodote dit la même chose de _Smerdis_.

[68] _Voyez_ l’Histoire universelle, in-4°, tome IV, page 5 et suivante.

[69] _Voyez_ tome IV, page 414, et ci-devant, pag. 77.

[70] Quint. Curt., lib. V, cap. I.

[71] Lib. XXIII, pag. 351. _De bello persico_.

[72] Par exemple, le fort de Rhacotis où les rois d’Égypte entretenaient
une garnison sur le lieu où fut bâtie Alexandrie. _Voyez_ Strabon, lib.
XVII, p. 792.

[73] 330 ans avant notre ère, 8 siècles et demi après la fondation.

[74] _Voyez_ le récit de Ktésias en Diodore, dont le lecteur trouvera
une traduction littérale dans la Chronologie d’Hérodote, pag. 97.
Comparez aussi Strabon, lib. XVI, au début.

[75] _Diod. Sicul._, lib. II, p. 120, édit. de Wesseling.

[76] Nous examinerons dans un article séparé la valeur de ces mesures.

[77] Il y a ici une absurdité évidente. _Le plus petit mur intérieur_
plus _long_ que _l’extérieur qui l’enveloppe_! Sûrement il faut lire:
_surpassa en largeur et hauteur_.

[78] La circonstance des 2,000,000 d’ouvriers levés par corvée, suggère
une observation: ce fut un spectacle étrange que cette réunion d’hommes,
divers de couleur de peau, de formes de vêtement, d’habitudes d’actions,
de culte, et surtout de langage. Plus de 80 dialectes ont dû se parler
dans le vaste empire de Sémiramis. L’Asie retentit des récits de ce fait
romanesque, brodé par l’imagination arabe: peut-être a-t-il engendré le
conte de la confusion des langues survenue aux constructeurs de la tour
de Babel, ainsi que nous l’avons dit, partie Ire, page 147. Nous
ajoutons qu’il est probablement aussi la source de l’origine vicieuse
que les Juifs donnent au mot _Babylon_. Selon eux _Babyl_ signifie
_confusion_: cela ne se trouve dans aucun dictionnaire hébreu, arabe,
etc. Mais comme en hébreu le mot _confusio_ (_turba mixta hominum_)
s’exprime par le mot _arab_, et que les indigènes de Babel étaient des
_Arabes_, il est probable que le sens d’un mot a passé à l’autre,
surtout quand la loi défendait aux Juifs de prononcer le nom des dieux
étrangers, dont Babel était un composé: _Ba-bel, palais de Bel_. La
ville phénicienne appelée par les Grecs _Bybl-os_, plus ancienne que
Sémiramis, s’appelle en langage oriental, _Babel_: dira-t-on qu’il s’y
est fait aussi une _confusion_ de langues?

[79] Nous retrouvons ce roi dans les listes sanscrites des modernes
indiens, sous le nom de _Tchandra-Goupta_, successeur de _Nanda_.

[80] _Bahr_ en arabe, qui signifie à la fois _mer_ et _grand fleuve_,
toute _grande étendue d’eau_.

[81] Ce récit a une analogie frappante avec le début de la Genèse.

[82] On dispute sur l’époque de Bérose, et cependant la question nous
semble simple aux yeux d’une critique raisonnable. Tatien, l’un des plus
savants chrétiens du second siècle de notre ère, parlant de Bérose, lui
rend ce témoignage: «Bérose est le plus savant des écrivains (sur
l’Asie); et pour preuve, je citerai la préférence que le roi Juba,
lorsqu’il traite des Assyriens, déclare donner à l’histoire de cet
écrivain, qui avait composé 2 livres sur les faits et gestes des
Assyriens». (_Oratio contra Græcos_, p. 293{*}.)

{*} Le témoignage de l’historien Josèphe n’est pas moins avantageux à
Bérose, et ces autorités sont d’un autre poids que l’opinion de l’auteur
superficiel de l’article _Bérose_ dans le Dictionnaire des grands
hommes.

Quant à son âge, Tatien dit: «Bérose, prêtre baylonien, naquit à
Babylone sous Alexandre; il dédia à Antiochus, troisième depuis ce
prince, son histoire divisée en 3 livres, dans laquelle, parlant des
actions des rois de Babylone, il en cite un entre autres appelé
_Nabukodonosor_, etc.»

Maintenant raisonnons: Si Bérose naquit sous Alexandre, il faut entendre
Alexandre, roi à Babylone, par conséquent vers l’an 330. Mais le
traducteur latin de Tatien s’est permis d’altérer le texte grec en
disant: _Bérose fut contemporain d’Alexandre_ (Alexandro æqualis,
quoique le grec _kata Alexandron gegonôs_ signifie littéralement _né au
temps d’Alexandre_). Le Syncelle, selon son usage, avait déjà altéré
cette phrase en disant, pag. 28; _Bérose, dans son premier livre des
Babyloniques, se fait honneur d’avoir vécu sa jeunesse sous Alexandre_
(genestaï tèn-êlikian), et le traducteur du Syncelle (Goar) l’a encore
altéré en disant: _parem se Alexandro jactat_. Enfin ce même Syncelle,
toujours incorrect, dévie encore plus du sens dans un autre passage,
lorsqu’il dit, p. 14: _Bérose, dans ses Antiquités chaldaïques, rapporte
qu’il a fleuri sous Alexandre_.

Faute d’avoir fait ces corrections, plusieurs ont cru que Bérose avait
réellement été un homme de 25 à 30 ans sous Alexandre, et alors il leur
a été impossible de concilier un passage de Pline qui dit, lib. VII,
chap. II: «Épigènes assure que les Babyloniens ont des observations de
720 ans de date, écrites sur des briques cuites; mais _Bérose_ et
Critodème réduisent cette durée à 480 ans (selon quelques manuscrits, et
490 selon d’autres)».

Sur ce passage l’on raisonne et l’on dit: «Puisque Nabonasar (selon
Bérose) détruisit tous les monuments historiques antérieurs à son règne,
les observations qui le précédèrent ont dû être détruites: celles dont
il s’agit ne doivent donc dater que de l’an 1 de Nabonasar, qui est l’an
747 avant notre ère: de 747 ôtez 480 de Bérose, vous ayez 268. Cette
année fut la 15e d’Antiochus-Soter, qui succéda à Séleucus-Nicator en
282. Mais si _Antiochus-Théos_, qui fut successeur de _Soter_ et 3e
depuis Alexandre, ne régna qu’en 262, comment Bérose lui a-t-il dédié
son livre?» Nous répondons qu’étant né sous Alexandre vers 330, Bérose
avait eu, l’an 268, environ 63 ou 64 ans; ce qui est un âge convenable,
tandis que la chose serait presque impossible dans l’autre hypothèse, où
il aurait 85 à 90 ans. Si l’on préfère la leçon de 490 au lieu de 480,
la dédicace tombera en l’an 258, et Bérose aurait 74 ans, ce qui est
encore possible, mais moins probable; et néanmoins il a pu dédier son
livre à Antiochus-Théos, _prince royal_, en l’an 268, tout aussi-bien
qu’à Antiochus-Théos, _roi_ en l’an 258: ainsi la balance des
probabilités est plus favorable à la leçon 480. Nous ne disons rien des
720 ans d’Épigènes, parce que l’époque de cet auteur n’est pas connue.
Quant à la correction systématique qui veut ajouter _mille_, et lire 480
_mille ans_, elle n’est appuyée ni par les manuscrits, ni par le texte
de Pline, qui, en concluant que l’usage des lettres est éternel, a eu en
vue leur invention sous _Phoronée_ et sous les plus anciens rois de la
Grèce, sans compter que cet écrivain n’est pas toujours conséquent.

[83] Phrase très-remarquable.

[84] Ces mêmes paroles se retrouvent, à vingt mots près, dans le
Syncelle, page 220, et probablement il les a copiées de Josèphe.

[85] Mégasthènes appelle ce canal de dérivation, _arma kalé_; Pline
l’appelle _amalchar_, et dit que ce mot signifie _fleuve royal_ en
langue chaldéenne: nous disons qu’en cette langue _fleuve royal_ se dit
_nahr-maleka_, qui ne ressemble en rien à _am-al-char_, mais assez bien
à _ar-makalé_, que les copistes ont altéré en oubliant l’_n_ dans _nar_,
et en invertissant μακαλε pour μαλακε nahr-malake: l’am-al-char de Pline
est un mot arabe signifiant _mère de l’abondance_, de _la richesse,
om-el-chair_. Quant à nahr-malake, il signifie aussi _fleuve de la
reine_, et se rapporte fort bien à Sémiramis.

[86] _Voyez_ le plan de Babylone, chap. 7.

[87] Ici _Labo_ se trouve écrit au lieu de _Nabo_, comme _Labynet_ au
lieu de _Nabunet_.

[88] _Voyez_ Chronologie d’Hérodote, p. 70 et suivantes.

[89] Entre autres, l’une des portes de la ville portait le nom de cette
reine. _Voyez_ Rennel, _Geog. System. of Herodotus_, sect. XIV.

[90] _Voyez_ liv. II, § XCIX et suiv., et liv. I, § I.

[91] La traduction française de Larcher porte: «Ce sont eux qui l’ont
environnée de murailles et qui l’ont embellie par les temples qu’ils y
ont élevés.» Cette périphrase dénature matériellement le texte: _muros
amplius ornaverunt et templa_. Cette traduction est pleine d’altérations
semblables, et l’on peut assurer qu’Hérodote est _à traduire en
français_.

[92] Liv. I, pag. 66, édit. de Wesseling.

[93] _Strabo_, lib. XVI, pag. 737: «Ninive est située dans l’Atourie;
l’Atourie ressemble au pays qui entoure _Arbèles, dont elle est séparée_
par la rivière du Loup (le Lycus); Arbèles appartient à la Babylonie,
qu’elle joint _au-delà_ du Lycus; la plaine d’Atourie entoure Ninive.»

On voit que la frontière de la Babylonie, vers Ninive, était la rivière
du Loup ou Lycus, située _au-delà_ d’Arbèles relativement à cette
Babylonie: or la distance du Lycus à Ninive n’est que d’environ 16
lieues communes de France. Et Ktésias dit qu’au premier combat,
Sardanapale poussa les rebelles à 7 stades, qui font 477 toises, parce
que son stade est celui de 833½ au degré, comme nous le verrons. Aux
deux combats suivants, le roi chassa les rebelles jusqu’à la frontière
de Babylonie, et le récit de l’historien montre qu’elle n’était pas
loin.

Il est bon de remarquer ici que l’_Atourie_ n’est autre chose que la
prononciation chaldéenne du mot _Ashourie_ (Assyria), le dialecte
chaldéen changeant très-souvent le _shin hébreu_ et _arabe_ en _tau_.
Aussi Casaubon, dans ses notes sur le premier paragraphe du livre XVI de
Strabon, remarque-t-il que, selon le témoignage de Pline et d’Ammien, le
pays où fut Ninive s’appela d’abord _Assyrie_, puis _Adiabène_; et que,
selon Dion (_in Trajano_), l’Adiabène avait été appelée _Atourie_ par
les _Barbares_ (les Chaldéens), qui avaient changé l’_s_ en _t_
(Assouria-Atouria[94]). Quant au mot _Adiabène_, Ammien-Marcellin veut
lui donner une origine grecque qui est forcée; c’est le nom syrien et
chaldéen de la rivière du _Loup_ qui en ces dialectes se dit _Diab_ et
_Ziab_, _Zab_ de la géographie moderne; et les Grecs, qui l’appelaient
_Lycus_, ne firent que traduire le mot chaldéen. Il est probable
qu’après la conquête d’Alexandre, toutes leurs instructions leur furent
fournies par les astronomes et géographes babyloniens.

[94] La traduction chaldaïque d’Onkelo rend toujours _assour_ par
_atour_.

[95] _Voyez_ Chronologie d’Hérodote; p. 103. Le traducteur a commis une
erreur à cette même page 103, note [96], en évaluant le stade de Ktésias
à 85 toises, tandis qu’il ne faut l’estimer qu’à 68 toises 5 pieds 2
pouces.

[96] Golfe Persique.

[97] Lib. II, pag. 84.

[98] _Voyez_ l’article des rois homérites, tome IV, page 506 de la
_Chronologie d’Hérodote_; et la _Géographie de la Genèse_, à la fin,
Ire partie de nos _Recherches_.

[99] _Lexicon de Urbibus_.

[100] Il faut entendre Bélus, aucun ancien auteur n’ayant jamais parlé
du sage Babylon.

[101] _Vide Salmasium Exercit. Plinianæ, in Solin._, p. 866. E. Saumaise
veut qu’au lieu de _deux mille_ ans, on lise _mille deux_ ans; mais
cette correction est sans appui, et elle a contre elle la leçon de
Photius, qui a lu 1800 ans.

[102] Selon le calcul vulgaire; _voyez_ Larcher. Chronologie. Selon nous
1015.

[103] Selon l’auteur du livre des Rois.

[104] Selon le texte grec, lequel, traduit authentiquement par l’ordre
du roi Ptolomée, représente l’ancien original hébreu cité par Esdras,
plus exactement que l’hébreu actuel, retouché sous les Asmonéens par le
grand sanhédrin.

[105] _Voyez_ les Tables de la Polyglotte de Walton, tom. I, p. 4 et
suiv.

[106] D’ailleurs ajoutez les 10 ans qu’ils suppriment tous au règne
d’Amon, fils de Josias, et vous avez 3196 ans, une seule année de
différence.

[107] Voyage dans les mers de l’Inde, tome I, p. 320.

[108] _Voyez_ Mém. de l’Acad. des Inscript., tome XXIV, p. 432.

[109] _De Cœlo_, lib. II, chap. 14.

[110] Liv. I.

[111] Mémoires de l’Académie des Inscriptions, tom. XXVIII, page 253.

[112] Geographical system of Herodotus, in-4°, London, 1800. Sect. XIV.
Rennel nie même le stade de 51 toises, qu’il regarde comme chimérique.

[113] _Voyez_ Traité des mesures, poids et monnaies des peuples anciens
et modernes, par Paucton, traduit et publié en 1780, à Paris, in-4°.

[114] Métrologie in-4°, Paris, 1789.

[115] Il est fâcheux de voir le major Rennel traiter cette raison de
conte apocryphe; on croirait qu’il n’a pas connu le caractère des
anciens.

[116] Danville l’estime à 4,900 toises, et ne donne que 3,100 toises de
côté moyen à la ville de Paris.

[117] _Voyez_ Strabon, liv. XVI, p. 739.

[118] L’abbé de Beauchamp, dans son Mémoire sur les ruines de Babylone,
observe que les Arabes qui retirent une quantité de briques et autres
matériaux de construction dans la portion de Babylone située à l’est de
l’Euphrate, n’en trouvent point dans la portion à l’ouest. _Voyez_ le
Journal des savants, décembre 1790.

[119] Sous le règne de Darius-Hystasp, les habitants de Babylone voulant
se révolter, s’aperçurent qu’ils avaient peu de vivres, et parce qu’ils
avaient chacun plusieurs femmes, ils en réservèrent chacun une et
tuèrent les autres à titre de bouches inutiles. Après le siège, qui ne
fut pas meurtrier, Darius, pour repeupler la ville comme auparavant,
ordonna de reprendre des femmes, et le nombre fourni par les pays
environnants fut de 50,000. _Voyez_ Hérod., lib. III, § 152. Ceci ne
donne pas l’idée d’une grande population; à la vérité Babylone était sur
son déclin; mais c’était encore une grande ville.

[120] Pour estimer la population de Babylone, Rennel établit une
comparaison avec la ville de Londres; et parce que Londres contient plus
de 700,000 têtes sur un espace carré de 15 milles ½, et que ces 700,000
bouches consomment le produit de 6,600 milles carrés de bonnes terres,
il prétend que Babylone, qui contenait 72 milles carrés (selon lui, et
il se trompe d’un quart) aurait absorbé le produit de toute la Chaldée.
Mais après avoir vu les villes et les peuples d’Asie, il est étonnant
que Rennel ait établi une telle comparaison: d’abord parce que l’on peut
assurer que 10 Anglais consomment autant que 50 Arabes; 2° parce que les
villes asiatiques ont de vastes espaces vides que l’on ne voit point
dans les villes anglaises, dont le principe architectural est d’être
très-serrées. C’est ainsi que l’on nous disait, il y a 30 ans, que le
Kaire contenait 700,000 âmes, ou tout au moins 400,000, parce qu’il
égale Paris en surface; et lorsque l’armée française a voulu le
vérifier, elle a trouvé assez juste le nombre de 250,000 qu’avait estimé
le voyageur Volney. _Voyez_ l’ouvrage de Rennel, sect. XIV.

[121] Selon Romé de Lisle, l’orgye vaut 5 pieds 1 pouce 7 lig. _Voyez_
sa Métrologie.

[122] La coudée royale est évaluée 17 pouces 4 lignés, par Romé de
Lisle.

[123] Hérod., liv. III, § CLII.

[124] Il y en a plusieurs: en prenant celui d’Ératosthènes, les 32
passent un peu 26 de nos pieds. Métrolog. pag. 1.

[125] in-4°, tome I, part. II, p. 54, lettre 17.

[126] Le plèthre vaut 14 toises I pied 6 lignes. Métrologie, page 6.

[127] Hérod., lib. I, § CLXXXI.

[128] C’est l’expression d’Ammien-Marcellin.

[129] _Voyez_ le temple du Soleil à Palmyre, celui même de Jérusalem.

[130] Depuis des siècles que cette pyramide est écroulée et fouillée par
les Arabes qui en retirent des briques, elle a dû perdre infiniment de
sa hauteur, et cependant l’abbé de Beauchamp lui a encore trouvé 180
pieds d’élévation. _Voyez_ Journal des savants, Décemb. 1790.

[131] Si les degrés croissaient régulièrement de l’équateur en allant au
pôle, l’on pourrait déterminer à quelle latitude fut mesuré celui dont
nous parlons; mais des opérations faites à diverses latitudes prouvent
que ce progrès n’est pas régulier. D’ailleurs le même local, mesuré par
des personnes et par des méthodes différentes, donne des résultats
différents: c’est ainsi que la mesure ordonnée, près Paris par
l’Académie des sciences, a différé de 67 toises en plus de la mesure
ordonnée par l’Institut. Il serait néanmoins curieux de mesurer un degré
terrestre par des moyens ordinaires, dans le pays de Babylone: les
Arabes firent cette opération sous le kalifat d’El-Mâmoûn[132].
Malheureusement le vrai résultat de leur toisé est difficile à établir
dans cette circonstance. Au reste c’est une chose digne d’attention que
tous les stades anciens, le pythique, l’olympique, le nautique,
l’égyptien, etc., soient également des parties aliquotes exactes d’une
circonférence de la terre, mesurée d’après les principes et par les
procédés que nous connaissons; et que tous ces stades donnent au degré
terrestre une étendue qui ne varie que de quelques toises au-dessus de
57,000 toises, le stade pythique excepté. Selon Romé de Lisle, le stade
d’Ératosthènes donne 57,166 toises; le stade nautique, 57,066; le stade
olympique, _idem_; le stade phileterien, 50,070; le stade égyptien,
57,066; le stade pythique, 156,000 toises par degré.

[132] _Voyez_ Notice des manuscrits orientaux, tom. I, pag. 51 et suiv.

[133] Ici vient se placer un passage de Cicéron qui, parlant des
principes de l’art de _deviner_, dit (_lib. I, cap. II, de
Divinatione_): «En remontant aux autorités les plus reculées, je trouve
dès les premiers temps les _Assyriens_, qui, à raison de l’étendue et de
la planimétrie des contrées qu’ils habitaient, découvrant de toutes
parts un ciel sans obstacles, observèrent les mouvements des étoiles
tant propres que respectifs, et, sur leurs aspects, fondèrent l’art des
horoscopes, etc.».

Ces _Assyriens_ de Cicéron ne peuvent être ceux de Ninive, dont le pays
se trouve au pied du mont Taurus; ils doivent être ceux de la Babylonie,
ainsi désignés par les Grecs dès avant Hérodote. Or, comme il est prouvé
qu’avant Ninus ce pays fut le siège d’un état policé et d’une population
arabe nombreuse et civilisée comme l’Égypte, il s’ensuit que c’est à ce
peuple qu’il faut appliquer ces mots de Cicéron: «_Principio Assyrii, ut
ab ultimis_ auctoritatem repetam, propter planitiem magnitudinemque
regionum quas incolebant, cum cœlum ex omni parte patens et apertum
intuerentur (il eût dû ajouter _perlucidum_), trajectiones motusque
stellarum observaverunt.»

[134] Ces fuyes sauvages sont encore aujourd’hui un cas fréquent en
Syrie et en Palestine; les pigeons y sont par milliers.

[135] Liv. XXXV, chap. 10, p. 224 de l’Histoire naturelle de Pline,
traduction de Poinsinet.

[136] _Oda_ en turc, chambre.

[137] _Colombe_ et _pigeon_ se dit _ïounah_, qui n’a rien d’analogue.
Mais on nous dit que les troupes babyloniennes avaient pour enseigne une
_colombe_, ce qui explique l’expression de Jérémie et du psaume
_Exurgat, fuyez la colère de la colombe_. Ces enseignes ayant été
instituées par Sémiramis, peut-être le peuple l’a-t-il désignée sous cet
emblème.

[138] _Voyez_ le texte ci-devant, p. 116.

[139] _Voyez_ Mémoires de Beauchamp, _Journal des savants_, décembre
1790.

[140] _Strab._, lib. XVI.

[141] Elle ne dit rien de la frontière d’ouest, la _Méditerranée_; et ce
silence est contre Ktésias en faveur d’Hérodote. Sémiramis n’eût pas
omis un pays aussi remarquable que la Syrie, sa patrie: elle a dû, par
amour-propre, omettre une frontière aussi bornée que celle de
l’Euphrate.

[142] _Asiatick Researches_, tome IV, Dissert. de Wilford sur Sémiramis.

[143] Notre époque de Sémiramis trouve un appui singulier dans un
passage de Porphyre, que cite Eusèbe, _Prœp. evang._, lib. I, pag. 30.
Selon Porphyre, «l’historien phénicien _Sanchoniaton_ avait fleuri avant
la guerre de Troie, dans un siècle rapproché de Moïse, _ainsi que l’on
pouvait s’en convaincre par les Annales des rois phéniciens_: et il
avait été contemporain de Sémiramis, que l’on place très-peu de temps
avant la guerre (ou prise) de Troie, ou même parallèlement.»

Sur ce texte nous remarquons que la plupart des écrivains grecs placent
cette prise l’an 1184 avant notre ère: dans nos calculs le règne de
Sémiramis a eu lieu depuis 1195 jusqu’en 1180: on voit que le
synchronisme est complet, et il est d’autant plus concluant, que
Porphyre nous le donne comme le résultat des 3 chronologies assyrienne,
phénicienne et grecque, comparées entre elles. Les interpolations de
Ktésias se trouvent ici jugées et rejetées.

Ce même fragment de Porphyre donne lieu à une autre combinaison
singulière: cet écrivain dit «que Sanchoniaton, pour mieux s’assurer de
la vérité des faits, consulta de très-anciens monuments ammonites, et un
certain _Ierombal_ juif, prêtre du dieu Ieou.»

En parcourant les livres juifs, nous trouvons l’un des juges
spécialement désigné par le surnom de _Ierobaal_ (_ennemi de Baal_); ce
juge est _Gédéon_, qui, à titre de prophète envoyé de Dieu, mérite aussi
le nom de _prêtre_: Gédéon nous serait donc indiqué ici comme ayant
gouverné jusque vers l’an 1190 et au-dessus: sa fin aurait précédé de 50
à 60 ans l’avènement de Héli en 1131. La liste informe que nous avons
critiquée à l’article des Juges (première partie des _Recherches
nouvelles_), en présente beaucoup plus, comme on le voit ici.

  Gédéon-Ierobaal meurt vers 1190.

  Abimeleck règne                   3 ans.

  Thola.

  Iaïr gouverne                    22
                                 -----
  Total                            25 ans.

  Servitude sous les Ammonites et les Philistins,  18 ans.

  Jephté                            6 ans.

  Abesan                            7

  Ahîalon                          10

  Abdon                             8
                                  ----
  Total                            31

  Servitude sous les Philistins      40 ans.

  Samson                             20

  Héli, juge en l’an 1131.

Écartons le fabuleux Samson; admettons, avec plusieurs chronologistes,
que les 40 ans de servitude sous les Philistins, ont été parallèles aux
40 ans de Héli: déjà nous n’aurons que 28 à 30 ans depuis ce
grand-prêtre, en 1131, jusqu’à Jephté, qui aura géré vers 1166. D’autre
part, entre Jephté et Gédéon, Josèphe n’admet point _Thola_; la
servitude sous les Ammonites et les Philistins a pu n’affecter que
quelques tribus, tandis que Iaïr gouvernait les autres. Il ne resterait
donc que 25 ans entre Jephté et Gédéon, qui serait mort vers 1190; et
comme les indications de Porphyre ne sont pas précises, Gédéon peut être
reculé jusque vers 1200. Ce ne sont là que des hypothèses, dira-t-on;
mais l’autorité de Porphyre, qui, de l’aveu même de ses ennemis, fut un
savant écrivain, est faite pour balancer ici celle d’une compilation
indigeste, surtout lorsque Porphyre s’appuie de monuments positifs,
réguliers, dont les expressions s’accordent avec les raisonnements que
nous avons formés sur d’autres bases et par d’autres moyens.

[144] Tatien, pag. 243.

[145] Eusèbe, pag. 13.

[146] _Atossa quæ est Sémiramis_.

[147] Clément d’Alex. Strom., lib. III, pag. 185.

[148] Athénée cite deux exemples de semblable confusion de noms par des
historiens de son temps: l’un disant que Ninive fut prise par _Kyrus_,
au lieu de _Kyaxar_; l’autre que l’on voyait à Ninive le tombeau de
_Ninus_, au lieu de _Ninyas_. Athénée, en faisant lui-même ces
remarques, nous montre que ces cas ont été assez fréquents.

[149] Il semble aussi que cette Sémiramis doit être celle qu’Hérodote a
eu en vue par suite de ces confusions.

[150] _Voyez_ Ktésias en Diodore, lib. II.

[151] Ktésias et Moïse de Chorène.

[152] Lib. I, § CLXXVIII.

[153] _Norma, regula_.

[154] Josèph. contr. Appion., lib. I, § XIX.

[155] Reg. lib. II, cap. 23, v. 29, etc. 24, v. 7.

[156] Ce mot persan _satrape_ reçoit une explication instructive et
curieuse de l’ancienne langue de l’Inde, le sanscrit, qui fut
très-analogue à celle des Perses de Kyrus. En le décomposant, on y
trouve deux mots qui signifient _maître du dais_ ou _parasol_
(_ishattra-pah_ ou _pad_); ce qui nous apprend que jadis en Perse, comme
aujourd’hui dans l’Inde et à la Chine, l’attribut honorifique des
gouverneurs des provinces était de se faire porter le _parasol_, de
rendre leurs sentences et décisions sous le _parasol_. Aussi lorsqu’en
ces derniers temps nous avons eu à Paris des envoyés du shah de Perse,
eux et leurs gens ont-ils été scandalisés de voir le parasol dans toutes
les mains indistinctement. Notre industrie, pour rendre ce meuble plus
commode, a su le réduire à une seule tige ou bâton; mais dans l’origine,
il était monté sur deux et même sur quatre, et il était le dais dont les
prêtres et les rois ont conservé le très-antique usage oriental, et dont
notre climat nous a fait oublier le motif et l’intention.

[157] Les _Paralipamènes_, liv. II, chap. 33, v. II, semblent faire
exception, lorsqu’ils disent que le roi Manassé fut emmené captif à
_Babylone_ par _le roi des Assyriens_. Mais il ne faut pas oublier que
cette tardive chronique n’a pu être rédigée avant le temps des
Asmonéens, et qu’à cette époque les écrivains juifs empruntaient déjà
les idées et les expressions des Grecs, qui appelaient _Assyriens_ les
peuples de la Babylonie, en sorte que cet exemple même devient l’un des
indices de la posthumité des Paralipomènes: ce livre, au chap. 3, vers.
17 à 24, dénombre sept générations depuis le retour de Babylone; et cela
seul, à 25 ans la génération, conduit jusqu’à l’an 363, c’est-à-dire 33
ans avant Alexandre.

[158] Comme il arrive assez souvent dans l’Inde ou dans la Turquie à des
princes tributaires et à des pachas.

[159] _Voyez Chronologie d’Hérodote_, pag. 481, note [161].

[160] Flav. Joseph., _Antiq. judaic._, lib. IX, cap. 14, pag. 506.

[161] Nous ne combattons point ici une opinion singulière de
_Michaelis_, qui, dans son livre _de Geographiâ Hebrœorum exterâ_,
saisit une phrase de Strabon pour en induire qu’une _peuplade sauvage_
et barbare, appelée jadis _Chalybes_, et plus récemment _Chaldies_,
était venue des bords de la mer Noire conquérir et maîtriser Babylone,
comme les Turkmans ont maîtrisé Bagdad et l’empire arabe. Pour soutenir
cette hypothèse, Michaelis veut que les noms des rois babyloniens soient
des noms russes; par conséquent il suppose que les Chalybes parlèrent un
dialecte slave, quoique les meilleurs antiquaires ne fassent remonter
l’origine des Slaves qu’aux premiers siècles de notre ère, où ces
peuples émigrèrent, à ce qu’il paraît, des frontières de l’Indostan.
D’autre part, outre que les étymologies qu’il allègue d’après Forster,
sont forcées et imaginaires, on peut lui objecter que les noms de
_Nabu-kadnasar_, _Balthasar_, etc., reçoivent une explication plus
raisonnable de l’idiome arabe et chaldéen. Quant à la phrase de Strabon,
lib. XII, p. 549, nous remarquons d’abord avec ce géographe, qu’Homère,
en citant le nom de _Chalybes_, paraît avoir ignoré celui de _Chaldœi_,
et nous en inférons que ce dernier ne se serait introduit que depuis ce
poète, qui a écrit vers l’an 800 avant notre ère, c’est-à-dire quelques
années avant _Phul_, roi de Ninive. Or tous les anciens attestent que
les Chaldéens ont existé à Babylone bien des siècles avant cette date,
et ont existé comme caste sacerdotale et non militaire. Nous observons
de plus que, peu après le temps d’Homère, deux rois de Ninive,
successeurs de _Phul_, exécutèrent de nombreuses déportations de
peuples, et que, de même qu’ils transplantèrent des familles euthéennes
à Samarie, ils purent déporter des familles chaldéennes chez les
_Chalybes_, voisins des _Sàpires_, cités par Sennachérib pour être l’un
des peuples récemment subjugués par ses pères. D’ailleurs Strabon, au
même endroit, nomme quatre peuples à qui un changement semblable de nom
était arrivé; les _Sanni_, jadis _Macrones_; les _Apaïtœ_, jadis
_Kerkitœ_; et d’autres jadis appelés _Byzères_: n’est-il pas plus
raisonnable d’attribuer ces changements aux historiens qui auront
employé d’autres idiomes que les anciens; de penser même que Darius a pu
en être l’auteur dans le registre neuf et régulier qu’il fit composer
pour l’empire perse. Toujours est-il vrai que Strabon peint les _Chaldœi
Chalybes_ comme des sauvages divisés entre eux, tous barbares,
insociables, vivant de pèche, de chasse et de gland, et il n’est pas
probable que de telles hordes, peu nombreuses, aient fait une conquête
aussi difficile que celle de Babylone, en dépit des rois de Ninive.

[162] _Voyez Procli Sphæra_, in-4°, à la fin.

[163] _Syncelli Chronographia_, in-fol.

[164] _Doctrina temporum_, tom. II, pag. 125, _année_ 1627.

[165] _Voyez Rationarium temporum_, à la fin. Petau ne cite pas le
numéro du manuscrit; mais c’est celui de la bibliothèque impériale, coté
2497; un autre, coté 2494, pag. 126, appuie celui-là.

[166] in-8°, 1684. Appendice aux Dissertations sur saint Cyprien.

[167] Joseph, cont. Appion., lib. I, § XIX.

[168] Le Syncelle cite Bérose, mais il est très-douteux qu’il ait eu ce
livre en main; car il n’en cite pas un passage original qui ne se trouve
ailleurs.

[169] _Voyez_ ci-devant, note de la page 123.

[170] Fréret et les missionnaires ont remarqué que le même système
existe dans la chronologie des Chinois, qui supprime les noms des rois
lorsqu’ils ont régné moins d’une année.

[171] _Voyez_ Moïse de Chorène, chap. 13, pag. 40.

[172] _Apud Hebrœos liber Judith inter apocrypha legitur_.....
_Hieronymi opéra_, tom. 1, pag. 1170, in-fol., 1693.

Le savant Bernard de Montfaucon a voulu prouver l’authenticité du livre
et du fait; mais sa dissertation, composée dans sa jeunesse, ne s’appuie
que sur des anachronismes, ou sur des hypothèses, et ne sauve ni les
contradictions palpables, ni l’ignorance évidente de l’anonyme, tant en
géographie qu’en chronologie. Le lecteur peut lui-même en juger par ce
précis de Judith que nous lui soumettons.

[173]

  TEXTE DE JUDITH.

  _Version latine ou vulgate_.

  Arphaxad, roi des Mèdes,
  avait subjugué beaucoup de
  peuples, et il avait bâti une
  grande ville qu’il nomma _Ecbatan_;
  et _l’an_ 12 de son règne,
  _Nabukodonosor_, roi des Assyriens,
  qui régnait dans Ninive,
  combattit Arphaxad, et il le
  vainquit dans la grande _plaine
  de Ragau, près l’Euphrate et
  le Tigre_..... Et l’an 13 de son
  règne, Nabukodonosor envoya
  Holophernus..... _Eliakim_ était
  alors grand-prêtre à Jérusalem,
  etc.


       _Version grecque_.
  _L’an_ 12 de Nabukodonosor
  qui régna sur les Assyriens
  dans Ninive; au temps d’Arphaxad
   qui régna sur les Mèdes
  dans Egbatanes qu’il avait bâtie:
   en ce temps-là, le roi Nabukodonosor
  fit la guerre au
  roi Arphaxad..... Et l’an 17,
  Nabukodonosor combattit Arphaxad,
  le défit dans les montagnes
  de Ragau, le perça de
  traits, et l’extermina jusqu’à
  ce jour; et l’an 18, Nabukodonosor
  envoya Holophernus
  contre les enfants d’Israël qui
  revenaient de captivité. _Ioakim_
  était grand-prêtre à Jérusalem,
  etc.

_Arphaxad_, roi à Ecbatanes, périssant dans une guerre contre les
Assyriens, ne peut être que _Phraortès qui périt dans son expédition
contre les Assyriens de Ninive_, comme nous l’a dit Hérodote. Mais
Ecbatanes fut bâtie par _Deïokès_ et non par son fils _Phraortès_. Ce
roi mède périt l’an 636: à cette époque, Josias, âgé de 11 ans, était
dans l’an 3e de son règne, ou plutôt de la régence du grand-prètre
_Helqiah_..... _Les Juifs revenaient de captivité_..... De quelle
captivité? Il y avait déjà 16 ans que _Manassès_ était mort. Pourquoi le
nom de _Helqiah_ est-il altéré et différent dans les deux versions? La
plus ancienne, qui est le grec, donne 6 ans de durée à la guerre; la
version vulgate fait périr Arphaxad dans la même année, l’an 12 de
_Nabukodonosor_..... Il est bien vrai que l’an 636 se trouve être l’an
11 de _Kynil-Adan_; mais alors l’une des versions s’est permis d’altérer
le texte. Quel fut ce texte original? on l’ignore. L’hébreu qui a servi
de modèle au latin, est mutilé: il a été fait sur le grec qu’il a abrégé
et tronqué, comme font tous les extraits. Le grec est d’accord avec la
version syriaque, très-ancienne aussi; mais ni l’une ni l’autre ne sont
l’original qui a péri. Le latin cadre mieux avec la chronologie
d’Hérodote, sur laquelle il a été calculé ou corrigé. Mais Hérodote dit
que les Ninivites étaient indépendants, qu’ils étaient délaissés de tous
les autres Assyriens; et l’histoire de Parsodas en Ktésias nous montre
Kynil-Adan-Nanibrus, vassal d’Artæus-Kyaxarès.

Dira-t-on que ce Nabukodonosor qui régna dans Ninive, fut un _roi
indigène_ à nous inconnu? En effet, l’auteur de Judith n’exprime pas
qu’il fût roi de Babylone. Mais alors où est son garant? et lorsque
ensuite il ajoute que Judith vécut jusqu’à l’âge de 105 ans (plus de 70
ans après cette guerre); qu’_Israël ne fut plus troublé de son vivant ni
long-temps après_ (dès 609, Josias fut tué et le pays conquis par
Nékos); et lorsque dans le cantique de Judith, il dit _le Perse a frémi
de son audace, le Mède a été troublé de sa force_; tous ces
anachronismes ne décèlent-ils pas clairement la posthumité et
l’ignorance de l’auteur? D’ailleurs sa géographie est un renversement
manifeste, lorsque, traçant la marche d’Holopherne, il le fait partir de
Ninive, le conduit en Cilicie jusqu’au mont _Angê_, ou plutôt _Argœus_:
puis de Cilicie lui fait _passer_ l’Euphrate pour l’établir en
_Mésopotamie_, et _y ruiner toutes les villes fortes qui y étaient,
depuis le torrent de Mambré_ (qui est en Palestine) jusqu’à la mer
_Méditerranée_. En voyant une faute si grossière ajoutée à tant d’autres
invraisemblances, on se range à l’avis de ceux qui dans le livre
intitulé _Judith_, voient un roman écrit au temps des Machabées, pour
exciter le patriotisme juif contre la tyrannie des rois grecs. Il est
possible que dans d’autres guerres, il y ait eu quelque anecdote
semblable, et que quelque captive juive enlevée par un chef de troupe,
l’ait tué, comme on le dit de Judith; mais les détails de ce livre sont
tels, qu’il n’a pu être composé que par la femme même qui en fut le
témoin et le héros (hypothèse absurde), ou par l’écrivain dramatique qui
les puisa dans son imagination. Au reste, de tous les apocryphes
juifs.... c’est le roman le mieux écrit et le plus intéressant.

[174] _Abrégé d’astronomie théorique et pratique_, par M. Delambre, p.
335.

[175] Et cela d’après Bérose, puisque le Syncelle remarque, p. 16, que
Polyhistor copie ou suit habituellement Bérose.

[176] Nabo-kol-asar s’explique bien, _prophète tout victorieux_, ou
_vainqueur de tout_. Dans Nabo-kadn-asar, le mot _kadn_ doit être le
syriaque _gad_, signifiant _la fortune_. Aussi les Arabes ont-ils rendu
ce mot par _bakt-nasar_, vainqueur fortuné. _Kadn_ pourrait être aussi
le mot arabe _gadd-an, multum_.

[177] Jérém. chap. 25, v. I; chap. 36, v. _i_, et chap. 46.

[178] Hérod., lib. II, nos 158 et 159.

[179] Le livre de Jérémie, chap. 46, écrit aussi _Magdoul_; mais celui
des Rois est plus correct lorsqu’il écrit _Magdou_ ou _Mageddo_, attendu
qu’il est contre toute vraisemblance que Josias soit allé combattre à
_Magdol_ qui est près de Peluse en Égypte; tandis qu’il est naturel
qu’il se soit opposé à Nékos, près de _Mageddo_, ville de Palestine,
d’où il fut ramené mourant à Jérusalem.

[180] En la 4e de Ihouaqim, 1re de Nabukodonosor, Jérémie, chap.
46.

[181] Joseph., cont. App., lib. I, § XIX.

[182] Reg. II, chap. 24, v. 5.

[183] Ces déprédations datent de 601, qui est la 7e année de
Ihouaqim. Josèphe est donc en erreur palpable, lorsqu’il dit qu’en l’an
8 de ce prince (l’an 600), Nabukodonosor vint avec une grande armée lui
imposer tribut. Josèphe a mal à propos fait partir de là les 3 ans de ce
tribut.

[184] Prépar. Évang. d’Eus., liv. IX, chap. 39.

[185] _Voyez_ Desvignolles, tom. II, chap. I du liv. IV.

[186] Josèph., contr. App., lib. I, § _xxi_.

[187] _Ibid._ § XVII.

[188] _Voyez_ Desvignolles, liv. IV, chap. I.

[189] _Voyez_ Hérod., lib. II, chap. 44.

[190] Just., liv. XVIII, chapitre 3. Il attribue aux Philistins
d’Ascalon la prise de Sidon, qui occasiona la fondation de Tyr; et la
plus grande puissance des Philistins fut au temps des _juges_.

[191] Josué, chap. 9, v. 27. «Et Josué accorda aux Gabaonites d’être les
coupeurs de bois et les porteurs d’eau habituels à l’Autel-de-Dieu,
_jusqu’à ce jour_..... _Ibid._, chap. 6, v. 25: Et les descendants de la
courtisane Rahab ont vécu au milieu du peuple (d’Israël) _jusqu’à ce
jour_...» On trouve jusqu’à 10 faits cités avec cette expression
_jusqu’à ce jour_, qui désigne une durée déjà prolongée depuis
l’origine. Les Gabaonites paraissent avoir joui jusqu’à Salomon de leur
privilège, qui ne fut troublé que par Saül. Ainsi la rédaction du livre
de Josué prend une grande latitude.

[192] Si l’on voulait en croire les Juifs, ces guerres opiniâtres et
meurtrières que leur firent pendant un siècle et demi les rois de Ninive
et de Babylone n’avaient d’autre motif que la colère du dieu d’Abraham
contre le culte des idoles pratiqué par sa race. Mais pour peu que l’on
réfléchisse sur l’état politique et civil de ces temps reculés, il est
facile de voir que la richesse territoriale et commerciale des Juifs et
des Phéniciens fut le véritable motif des guerres que leur firent les
rois de l’Euphrate et du Tigre, jaloux d’ailleurs du commerce que les
Tyriens et les Palestins faisaient par la mer Rouge dans le golfe
Persique, où ils causaient une dérivation des richesses, qui sans cela
seraient remontées à Babylone et à Ninive.

[193] Hérodote, lib. II, depuis le n° 158 jusqu’au 169e.

[194] _Voyez_ Jérémie, chap. 42, 43, 44. Le chap. 52, v. 30, indique
cette fuite l’an 22 de Nabukodonosor (l’an 583). L’année suivante (582),
son général Nabusardan vint faire un enlèvement de Juifs pour châtiment.

[195] _Voyez_ Larcher, Kanon chronologique, année 750, p. 670.

[196] Strab. liv. XV, p. 687; Josèph., contr. App., liv. I, § XX;
Eusèbe, _Prœp. evang._, lib. IX.

[197] _Eber_, peuple ou pays d’_au-delà_ le désert ou la mer.
_Hybernia_, l’Irlande a la même origine. Il est assez singulier que les
mots germanique et anglais _uber_ et _over_ aient le même sens.

[198] Sall. Bell. jugurth, chap. 18.

[199] _Voyez Catalogo de las lenguas_, tratado 3°, sect. 1, chap. 4,
art. 1°, n° 567, par Hervaz, qui, dans tout son ouvrage, fait un étrange
usage d’une vaste érudition et de la riche collection des vocabulaires
qu’il a eus en main.

[200] Reg., liv. II, chap. dern., v. 27.

[201] Ce même fait est répété mot pour mot dans le dernier chapitre de
Jérémie, dont la fin est littéralement la même que celle du dernier
chapitre des Rois..... Mais est-il naturel, est-il croyable que Jérémie,
qui commença dès l’an 626 un rôle politique et religieux comportant un
âge de 25 ans au moins; que Jérémie, né vers l’an 651, ait encore écrit
en 561, à l’âge de 90 ans? N’est-il pas évident que de très-anciens
copistes se sont permis d’ajouter ces versets, et même une partie de ce
chapitre? et alors où est pour nous la preuve que les deux précédents,
les 50 et 51e, n’ont pas été ajoutés, quand leur contenu, plein
d’allusions à la prise de Babylone par Kyrus, est bien autrement
inconciliable avec la vie de Jérémie? où sont nos garants de
l’autographie des manuscrits de Jérémie?

[202] _Berosus in Joseph. contr. App._, lib. I, § XX.

[203] Dans un fragment cité par Eusèbe (_Prœp. evang._, lib. IX, cap.
41), Mégasthènes offre les mêmes faits; mais les noms sont très-altérés.

[204] Hérod., lib. I, § CXCI, et liv. III, § CL et suiv.

[205] _Diog. Laert., Vita Platonis_, tom. I, liv. III, pag. 185; et
notes de Ménage, tom. II, pag. 152, n° 34. _Voyez_ aussi Dacier, Vie de
Platon, tom. I, p. 107 à III.

[206] Athénée, liv. XI.

[207] _Aulugel. Noctes atticæ_, lib. XIV, chap. 3.

[208] _Cicero ad Quintum fratrem_, epistola Iª. _Cyrus ille a
Xenophonte, non ad historiœ fidem scriptus, sed ad effigiem justi
imperii_.

[209] _Voyez_ sa dissertation, Mémoires de l’Académie des inscript.,
tome III, pag. 58.

[210] Pétau fait exception; Fréret a varié.

[211] Daniel, chap. I.

[212] Daniel, chap. I, v. dernier.

[213] Le songe d’Astyag, dans Hérodote, offre les mêmes circonstances.

[214] A dater de Kyrus (Smerdis est omis).

[215] _Asiatick Researches_, tom. VIII, Mém. n° 6.

[216] _Hieronym., Comment. in Daniel_, tome III, page 1071.

[217] 170 ans avant notre ère.

[218] Entre autres le mot _symphonie. Voyez_, à ce sujet, Michaelis,
Dissertation sur le style du livre de Daniel.

[219] On peut remarquer que tous les apocryphes juifs sont postérieurs
au siècle d’Alexandre, et qu’ils ont dû leur origine à la connaissance
imparfaite que les Juifs prirent de la littérature grecque, à une époque
où le bon goût fut altéré par le malheur des guerres.

[220] Lib. I, fin du § CXCI, et § CLXXXVII.

[221] _Herod._, lib III, _in fine_.

[222] Josèphe, Antiq. jud., lib., IX, chap. 6.

[223] _Voyez_ Petau, Uranolog., p. 312 et 313.

[224] _Sancti Hieronym., Comment. in Daniel_, tome III, pag. 1110.

[225] Ce livre, comme celui de Suzanne, a été classé au rang des
apocryphes dès le temps de saint Jérôme. Quant à Daniel, nous ajouterons
la remarque qu’entre le style et les images de plusieurs de ses
chapitres et de ceux de l’Apocalypse, il y a une analogie qui indique,
1° un rapprochement dans le temps de composition; 2° une identité de
source religieuse et mythologique, qui, pour ces deux livres, est la
théologie persane et mithriaque.

[226] Eusèbe, Prépar. évang., liv. IX.

[227] _Voyez_ son livre intitulé _Canon ægyptiacus_, l’un des plus
érudits, mais aussi l’un des plus mal fabriqués de l’_école moderne_:
tout y est pétition de principes, jugement sans discussion, décision
sans preuves, rapprochement sans analogie, et digression sans motifs.

[228] On ne voit pas sans quelque surprise le nom de ce nouveau roi cité
par Hérodote en son second livre, § CXI..... Ce n’est pas que cet
historien, alors âgé de 71 ans, n’ait pu le connaître; mais outre que le
passage cité a l’air d’une note rapportée, il porte une erreur
chronologique incompatible avec les idées de l’auteur, en ce qu’il
suppose un laps de 700 années entre le règne d’_Amyrtée_ et celui
d’Anysis, que précéda l’Éthiopien Sabako. Or, nous verrons que, dans le
plan d’Hérodote, Sabako n’a pu précéder l’an 750, ou tout au plus l’an
780 avant N. E., et de là au règne d’_Amyrtée_ (en 413) il n’y a que
trois siècles et demi. Aussi les savants critiques regardent-ils comme
interpolé ce passage qui d’abord n’était point dans les manuscrits au §
CXL. Il a plu à Larcher d’altérer encore ce texte et de substituer de
son chef le nombre 500 à celui de 700 que portent les manuscrits.

[229] Hérodote, Strabon, Pline, etc., nous apprennent que faute de bois,
les naturels n’avaient pour embarcations que des pirogues ou de palmier
ou de roseaux tressés recouvertes de peaux goudronnées.

[230] Hist. natur., lib. VI, pag. 343, Hardouin.

[231] Strabo, lib. XVII, p. 790, Casaubon.

[232] _Voyez_ tome IV, p. 468.

[233] Diod. Sicul. lib. I.

[234] Le son du _th_ grec est sifflant comme l’_s_.

[235] Diodore semble indiquer cette durée pour celle d’Europe seulement.
Celle d’Éthiopie n’a pu durer 3 ans.

[236] Strabo, lib. XIV, p. 686.

[237] _Cedreni hist. compendium_, p. 20.

[238] Lib. XXXIII.

[239] Argonauticon, lib. V.

        ................................. Ut prima Sesostris
        Intulerit rex bella Getis, ut clade suorum
        Territus hos Thebas patriumque reducat ad amuem,
        Phasidis bos imponat agris Colchosque vocari
        Jubeat.................


[240] Strabo, lib. I, p. 38. Aristote, Meteorol., lib. I, cap. 14, pag.
548. Pline, lib. VI, cap. 29.

[241] Le sens étant continu ici, l’on doit conclure que ce fut en la
même ville qu’il éleva ces obélisques, les mêmes que Germanicus y
trouva, comme nous le verrons.

[242] Les journaux du temps auront bien loué ce trait d’humanité: nous
qui calculons que les prisonniers de Sésostris furent le prix du sang et
des trésors de l’Égypte, nous pensons que ces travaux coûtèrent à la
nation vingt fois, plus que s’ils eussent été faits directement par ses
mains, sous un régime de paix. De tout temps l’hypocrisie et la fausse
logique ont été l’apanage de la tyrannie.

[243] _Voyez_ le tableau de la Chronologie d’Hérodote, à la fin de ce
volume.

[244] Diodor., lib. I, p. 72.

[245] Tacite, _Annal._, lib. VI, § XXVIII, parlant de la durée des
_périodes_ dont la fin amenait l’apparition du _Phénix_ (oiseau
fabuleux), dit: «L’opinion varie sur le nombre des années: celui de 500
ans est le plus répandu; celui de 1,461 est affirmé par quelques auteurs
qui disent que les _Phénix_ ont paru d’abord sous Sésostris (quelques
manuscrits lisent Sesosis), puis au temps d’Amasis; enfin sous le
troisième Ptolomée (d’Égypte). _Mais l’antiquité est ténébreuse_: entre
ce Ptolomée (Évergète) et Tibère, il y a eu un peu moins de 250 ans;
d’où l’on conclut que ces oiseaux sont une fable.»

Nous ajoutons qu’entre Amasis en 570 et Ptolomée en 247, il y a 323 ans,
entre Amasis et Mœris 780; ainsi tout est discordant.

Le traducteur d’Hérodote s’est cru plus heureux et mieux instruit,
lorsque d’un passage inédit de Théon il a conclu que Sésostris avait
commencé de régner juste en 1365. Nous avons consulté sur ce même
passage MM. _Peyrard_ et _Halma_, savants hellénistes et géomètres, à
qui nous devons la traduction d’Euclide et de Ptolomée: leur réponse par
écrit nous assure que le texte de Théon diffère matériellement du sens
que lui donne Larcher. Théon dit: «Si nous voulons trouver le lever de
la canicule l’an 100e de Dioclétien, prenons les 1,605 années
accumulées depuis Ménophrès (roi égyptien) jusqu’à _la fin_ d’Auguste;
ajoutons-leur les 100 ans écoulés depuis le commencement de Dioclétien,
et nous aurons 1,705 ans.»

Tout ce qu’on peut voir ici est que sous Ménophrès, roi égyptien, il y
eut une observation précise du lever en question, qui servit de base aux
calculs, et que ce Ménophrès vécut 1,605 ans avant la mort d’Auguste.
Larcher veut que _la fin_ d’Auguste soit la fin de son ère: il place de
son autorité la fin de cette ère à l’an 328 de J.-C.; il dit qu’en
ajoutant ce nombre à celui de 1,605, cela donne l’an 1323 avant J.-C.,
33e année de Sésostris. Il nous est impossible de voir comment cela
se fait. De plus, il prétend que Mên-Ophrès signifie un _Pharaon, qui ne
peut être que Sésostris_, et il ajoute que _mên_ est une particule
ajoutée par les Grecs, _euphoniœ gratiâ_. (_Voyez_ Traduct. d’Hérodote,
tome II, seconde édition, page 556.) Nous avouons que tout cela est
au-dessus de notre portée.

[246] L’érudit Larcher prétend avoir prouvé de fait et de droit, que
chez les anciens Grecs on ne se mariait qu’à 33 ans. Si le lecteur prend
la peine de lire notre note à la fin de ce volume, il se convaincra que
jamais on n’a plus abusé de la permission de citer.

[247] _Voyez_ Fl. Josèphe contr. Appion., lib. I, § XIV; et le Syncelle,
pag. 40, 52, 53, etc.

[248] L’examen minutieux de ces altérations ne mènerait à rien: il nous
suffit d’observer que jusque dans les _additions_ énoncées par le
compilateur, _son total ne cadre point avec les sommes partielles qu’il
donne_. Par exemple, les règnes de la 18e dynastie rendent 259, et le
Syncelle accuse 263: Ceux de la 1re, 263, le Syncelle, 253. La 5e,
218, le Syncelle, 248, etc. En plusieurs dynasties il y a, tantôt des
omissions de règne, tantôt des lacunes de noms; dans une occasion, à la
dynastie 18, le Syncelle nous avertit qu’Africanus voyant que ses
calculs n’amenaient pas Moïse au temps du roi _Amosis_ (comme l’exigeait
l’opinion dominante), il a supprimé 110 ans à un patriarche, pour opérer
le synchronisme requis.

[249] § XXVI, contr. Appion, lib. I.

[250] Contr. Appion, lib. I, § XXVI.

[251] Hist. nat. lib. VI, p. 343 édit. de Hardouin.

[252] Eusèbe, qui suit cet auteur, compte 2024; et Larcher, 2107.

[253] Nous ne parlons point de la liste d’Eusèbe, parce qu’il ne paraît
pas que cet auteur ait connu Manéthon autrement que par l’entremise
d’Africanus.

[254] _Cedren. histor. compendium_, pag. 20.

[255] _Voyez_ les passages d’Esdras cités en notre Ier volume des
Recherches sur l’histoire ancienne, p. 441, et en celui-ci, page 134.

[256] Syncelle, pages 52, 53.

[257] Selon quelques auteurs, tels que Pline, Diodore, l’Égypte aurait
eu jusqu’à 10,000,000 d’habitants; mais c’est beaucoup, à moins d’y
joindre des dépendances au-delà des cataractes et dans les _oasis_.

[258] _Athoris_ dans l’Eusèbe du Syncelle, Acherre I dans Africanus: la
lettre égyptienne a pu embarrasser les Grecs qui n’auront pas eu son
identique.

[259] Il est bien possible aussi que le commerce d’Ophir, qui fleurit
vers cette époque, y ait contribué.

[260] Quelques savants modernes veulent trouver ici la fondation de
_Tanis_, et ils s’appuient d’un passage du 72e psaume, qui désigne
cette ville comme le centre d’habitation des Hébreux; mais ce psaume 72
n’est point une autorité suffisante, attendu qu’il est l’ouvrage du
lévite _Saphan_, après la captivité de Babylone: cela indique plutôt
comme déjà existante, cette confusion des _Hébreux_ avec les _Pasteurs_,
que nous retrouvons dans la version des docteurs juifs, comme dans
Josèphe.

[261] _Shât_ signifie en copte comme en arabe _canal_, une _rivière_.

[262] Josèphe, lib. I, contre Appion, § XXVI.

[263] Exod., chap. 12.

[264] _Recherches nouvelles_, tome I, pag. 163 et suivantes.

[265] _Voyez Recherches nouvelles_, etc. tome I, chap. 3.

[266] Ici se présente un rapprochement singulier: Eusèbe, en son
_Chronicon_ (par Scaliger) dit en une année (qui correspond à l’an 1575
avant J.-C.) «que des _Éthiopiens venus du fleuve Indus_, campèrent et
s’établirent près de l’_Égypte_». «Les Juifs, de leur propre aveu, étant
de _race chaldéenne_ (branche des _Arabes_ noirs), il s’ensuit qu’ils
sont de vrais _Éthiopiens_. Quant au fleuve _Indus_ ou _Noir_, ce nom a
été donné à plusieurs fleuves: en outre, Mégasthènes, parlant des
_Juifs_, dit qu’ils furent une tribu ou secte indienne appelée _Kalani_,
et que leur théologie se rapproche beaucoup de celle des Indiens.
Devrait-on lire _Kaldœi_ au lieu de _Kalani_? Josèphe n’en fait pas la
remarque. En résultat, ceci nous indique toujours une tribu d’Arabes
Éthiopiens.

[267] Eusèbe, _Prœp. evang._, lib. IX.

[268] _Recherches nouvelles_, tome I, p. 278.

[269] Hécatée, ancien auteur, nous donne encore une autre version, en
disant «que beaucoup d’Égyptiens rapportent à Dieu même l’origine du
peuple juif, en ce qu’alors il y avait en Égypte plusieurs races
d’étrangers qui chacune observaient des rites particuliers et divers de
sacrifices, et comme il arriva que plusieurs Égyptiens quittèrent le
culte national, le gouvernement crut nécessaire d’éloigner ces
étrangers: les premiers et les plus importants allèrent en Grèce sous la
conduite de Dareau et de Cadmus; les autres allèrent en Judée».

[270] Tacite dit que ce fut à l’occasion d’une _contagion_ (_tabe
ortâ_), et sur l’ordre d’un oracle: il ajoute que ce fut sous le roi
_Bocchoris_; mais le seul de ce nom que présentent les listes avant
Sabako, ne peut convenir, et ceci indique que Tacite a consulté d’autres
auteurs que Manéthon.

[271] Lib. I, page 18, édition de Wesseling.

[272] _Voyez_ page 52 et suivantes.

[273] Diodore prouve qu’il a puisé à de bonnes sources, quand il dit que
selon plusieurs historiens, les prétendues 100 _portes_ n’ont été que de
grands _vestibules de temples_ ou de _palais_. C’est précisément
l’équivoque du mot arabe _bâb, porte_ et vestibule, désignant
figurativement un _palais_. Tout son récit sur Thèbes est du plus grand
intérêt, à suivre sur les plans de cette ville par les savants français.

[274] Sésos-tris paraît se composer de _Sésoos_, qui ne diffère point de
_Sethos_ prononce à la grecque.

[275] Diodore, édition de Wesseling, lib. I, p. 79.

[276] Diodore, pag. 78, n° 68.

[277] Diodore, lib. I, page 76, n° 66.

[278] _Ibid._, édit. de Wesseling, p. 72, 73, 74.

[279] Ce doit être lui dont le père _Gnephactus_ maudit la mémoire de
Menas.

[280] On a lieu de croire que ce fut ce Ramessès qui força les Hébreux
de bâtir les villes de Ramessès et de Phitom, autre analogie.

[281] Diod. sicul., lib. I, p. 57.

[282] Après tant de siècles de réunion ils en diffèrent encore.

[283] Tacite, _Annal._, lib. II, année 772.

[284] Remarquez bien que sur ce monument autographe, il n’est pas donné
le plus léger indice des puissantes cités de Ninive et de Babylone.

[285] Le texte dit 200 chars par chacune des 100 portes; et nous voyons
dans les monuments que chaque char n’a qu’un cheval.

[286] Ammien Marcell., lib. XVII, pag. 90, _de Bello Persico_. Diodore,
lib. IV, p. 263, W. parlant des exploits d’Hercule, dit «qu’il bâtit en
Libye une ville appelée _Hécatompyle_ (du nombre de ces 100 portes),
laquelle a fleuri pendant une longue série de siècles, jusqu’à ce que
les Carthaginois ayant dirigé contre elle une armée commandée par
d’habiles généraux, réussirent à s’en emparer.» Les auteurs de la
description de Thèbes qui nient le fait, veulent que Diodore ait récité
une fable et qu’Ammien l’ait répétée: mais il est clair qu’Ammien a
puisé à une autre source, et probablement dans les livres de Juba, la
circonstance de temps qu’il désigne.

[287] Josèphe, lib. IX, chap. 2, place Nahum vers le temps de Manahem
(778), et le livre des Rois place Jonas sous le règne de Jéroboam II,
mort en 780. Il paraît que vers cette époque il y eut un moment de grave
danger pour Ninive, peut-être de la part des Kimmériens, dont Strabo,
lib. III, page 222, place une terrible incursion au temps d’Homère, par
conséquent vers l’an 700 à 800: cette secousse semble avoir réveillé de
leur indolence les rois de Ninive, qui depuis _Phul_, alors mis en
scène, se montrèrent tous actifs.

[288] Les traducteurs divaguent sur le texte de ce mot, qui hors ce sens
n’en a aucun.

[289] _Voyez_ Marsham, et mieux encore Desvignoles, tom. II, pag. 736 et
suiv.

[290] Diod. sicul. pag. 101, W.

[291] C’est-à-dire un _mètre_; or le _mètre_ est juste l’élément du
stade égyptien que nous avons vu employé pour la pyramide de Bélus, 3190
ans avant J.-C. _Voyez_ ci-devant page 174.

[292] Bailly, _Astronomie ancienne_, pag. 403.

[293] Par suite de ce mouvement annuel, le point équinoxial se trouve
aujourd’hui sortir du second des Poissons; et cependant nos poètes
chantent encore le _Bélier_ comme Virgile chantait le Taureau.

    Candidus auratis aperit cum cornibus annum.



[294] _Diogène de Laërte_, en son préambule, nous dit, d’après les
prêtres égyptiens, que depuis _Vulcain_ ou _Phtha_, fils de Nilus,
jusqu’à l’arrivée d’Alexandre, 373 éclipses de soleil avaient été
observées en Égypte, concurremment à 832 éclipses de lune. Des nombres
si positifs ne doivent pas être une pure fiction: il serait digne des
astronomes modernes de calculer quelle durée de temps ce nombre exige;
cela pourrait donner une correction lumineuse aux 48,863 ans que Diogène
dit avoir été celle de cette durée, et qui dans tous les cas sont
inadmissibles (peut-être y a-t-il erreur décuple de 4863).

[295] Cette note dans la première édition du tome II, se trouvait après
la pag. 82.

[296] _Voyez_ la Vie de Lycurgue dans Plutarque, Diogène de Luërte, etc.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres, Tome VI - Recherches nouvelles sur l'histoire ancienne, tome II" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home