Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0070, 29 Juin 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0070, 29 Juin 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL.

N° 70. Vol. III.--SAMEDI 29 JUIN 1844.
Bureaux, rue Richelieu, 60.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f.
Prix de chaque N°, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f.
pour l'Étranger,          --    10           --    20           --   40


SOMMAIRE

Geoffroy-Saint-Hilaire. _Buste de Geoffroy-Saint-Hilaire._--Histoire de
la Semaine.--Prisonniers arabes en France. _Portrait d'Ali ben-Aïssa;
Iles Sainte-Marguerite; le Fort Brescou_.--Un Voyage au long cours à
travers la France et la Navarre, par A. Aubert. Chap. IV et V. _Sept
Gravures, par Bertall; la Tour de Montlhéry, par Champin_.--Des Caisses
d'Épargne.--Étuves de Néron ou Tripoli.--_Vue intérieure des Étuves de
Néron_.--La Fête des Allemands à Rome. Une Gravure.--Courrier de Paris.
_Cour d'Assises de la Seine, procès d'Édouard Donon-Cadot et de
Rousselet; Maison de Donon-Cadot; Arrestation de Rousselet; Plan de la
Cour d'Assise._--Nouveau Système de Télégraphie. _Une
Gravure_.--Exposition des produits de l'industrie. (Neuvième article.)
Armes. _Sept Gravures_.--Bulletin bibliographique.--Mademoiselle
Taglioni. _Le Pas de l'Ombre_.--Modes. _Une Gravure_.--Rébus.



Geoffroy-Saint-Hilaire.

Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire vient d'être enlevé à la science et à ses
amis. Il était ne à Étampes, le 15 avril 1772. Sa famille le destinait à
l'état ecclésiastique. Jeune encore, il vint à Paris pour y faire ses
études; mais au collège de Navarre, où il fut placé, Brisson professait
la physique. Le contraste des méthodes rigoureuses d'une science réelle
avec l'échafaudage sans fondement des hypothèses théologiques, frappa
vivement son esprit. Au sortir du collège, il se voua donc tout entier à
l'étude de la nature. Daubenton et Hany tournèrent ses idées vers la
minéralogie. Incarcéré à la suite des événements du mois d'août 1792,
Hany fut bientôt relâché sur la demande de l'Académie, et aussi grâce
aux démarches actives de son jeune élève. A son tour, le maître servit
le disciple, qui devint démonstrateur au cabinet d'histoire naturelle.
On était en 1793. La convention nationale organisait à la fois la
victoire au dehors et l'administration au dedans. Le jardin du Roi fut
transformé en Muséum d'Histoire naturelle, avec un enseignement complet
comprenant l'ensemble des sciences naturelles, A cette époque les
savants étaient rares; les hommes d'intelligence et d'énergie avaient
pris le parti des armes; mais la convention, qui voyait les grands
généraux sortir des rangs de l'armée, savait qu'il y a aussi des
naturalistes et des professeurs parmi les soldats de la science.
Daubenton, Desfontaines, Dolomieu, Rourcroy, Hany, Jussien, Lacépède,
Lamark, Latreille, Chouin, Vauquelin, furent appelés à enseigner les
sciences dont ils s'étaient occupés. La chaire de l'histoire naturelle
des animaux vertébrés restait seule vacante. La convention décida
qu'elle serait occupé par Geoffroy. Encouragé par Lakanal et Daubenton,
le jeune minéralogiste accepta, et on sait comme il a justifié depuis le
choix dont il fut honoré à cette époque. En peu de temps il se mit à la
hauteur de sa mission: non-seulement il étudiait et travaillait sans
cesse, mais encore il saisissait avidement toutes les occasions de
servir la science à laquelle il s'était dévoué. En voici la preuve. Il
connaissait l'agronome Tessier, son compatriote, celui-ci, réfugié en
Normandie, lui parle d'un travail sur l'anatomie des mollusques, fait
par le précepteur des enfants du comte d'Héricy. Geoffroy écrit au jeune
instituteur, qui lui répond: «Ces manuscrits, dont vous me demandez la
communication, ne sont qu'à mon usage, et ne comprennent sans doute que
des choses déjà ailleurs et mieux établies par les naturalistes de la
capitale; car ils sont faits sans le secours des livres et des
collections.» Geoffroy insiste, et reçoit le manuscrit accompagné
d'admirables dessins. A chaque pas il y découvre des faits nouveaux les
vues ingénieuses, le germe enfin d'une classification nouvelle. «Venez,
écrit-il au jeune précepteur, venez à Paris jouer parmi nous le rôle
d'un autre Linné, d'un législateur de l'histoire naturelle.» Que faut-il
le plus admirer dans ces lettres, la modestie de l'homme qui fut Cuvier,
ou l'empressement de Geoffroy à ouvrir la carrière à un naturaliste dont
il prophétisait la grandeur future? O noble simplicité de ces temps
d'enthousiasme et d'abnégation, combien vous êtes loin de nous!
Aujourd'hui, le savant lui-même est un calculateur ombrageux qui suppute
longtemps d'avance toutes les chances d'une rivalité probable!

[Illustration.]

Pendant deux ans, Cuvier et Geoffroy travaillèrent ensemble. Tout était
commun entre eux, et l'heureuse alliance de l'imagination de l'un avec
l'esprit lumineux de l'autre a jeté les fondements de la science
zoologique actuelle, qui réunit la puissance de généralisation du génie
allemand à la vigueur et à la clarté de l'intelligence française.

La campagne d'Égypte vint séparer les deux amis. Geoffroy partit avec
Bonaparte, prit part à toute la campagne et à tous les travaux de
l'Institut d'Égypte. C'est alors qu'il fit ses premières observations
sur l'organisation si curieuse des crocodiles. Pendant que l'on
canonnait Alexandrie, il étudiait l'anatomie du silure électrique, et
utilisait au profit de ses découvertes, l'exaltation que produit le
bruit du canon et l'agitation incessante des esprits au sein d'une ville
assiégée, dont la reddition ne pouvait être que différée. Toutes les
richesses scientifiques amassées par la commission d'Égypte allaient
tomber entre les mains des Anglais, qui regardaient les collections et
les manuscrits de nos savants comme un des trophées de leur conquête.
Geoffroy, Savigny et Delille sont députés vers le général anglais, et
lui déclarent que s'il persiste à vouloir les dépouiller des fruits de
quatre ans de veilles et de travaux, ils les détruiront de leurs propres
mains, et signaleront à l'Europe cet acte d'injustice et de barbarie.
Leur fermeté imposa au chef de l'armée ennemie, qui s'abstint d'un acte
de violence sans profit et partant sans but.

En 1808, Geoffroy était à Lisbonne, envoyé par Napoléon pour organiser
l'instruction publique en Portugal. Dans ce voyage il n'avait pas oublié
les intérêts du Muséum d'histoire naturelle. Chargé de nombreux
échantillons, pris parmi les doubles de nos collections, il fit de
nombreux échanges avec le musée d'Ajuda; mais au moment de quitter le
Portugal un traité d'évacuation vint de nouveau le mettre en présenté
des Anglais. Lord Proby et le général Beresford demandaient que les
collections leur fussent livrées; Junot ne résistait que faiblement,
mais Geoffroy ne faisait pas si bon marché de sa paisible conquête. Les
conservateurs du musée d'Ajuda déclarèrent que ces collections étaient
sa propriété particulière, et les Anglais insistant pour qu'on leur
donnât au moins quatre caisses, Geoffroy leur abandonna ses effets et
emporta sa collection. En 1815, M. de Richelieu s'empressa d'offrir au
Portugal de lui restituer ces richesses; mais le ministre portugais
répondit loyalement qu'il ne réclamait rien, car il n'y avait eu que des
échanges sur le pied de la plus parfaite égalité.

Pendant les cent jours, Geoffroy fut le représentant de la ville
d'Étampes, mais il renonça bientôt à ses fonctions politiques pour
retourner à la science. Depuis cette époque, il s'est livré sans
interruption à ses études favorites et a développé peu à peu les idées
philosophiques sur l'organisation animale, qui feront sa gloire aux yeux
de la postérité. Essayons d'en tracer l'esquisse sans être ennuyeux ou
incompris.

Lorsque Linné parut, l'histoire naturelle n'était qu'un chaos; on
décrivait, on enregistrait les animaux, mais ou ne les classait pas.
Linné porta la lumière au milieu de ces ténèbres; il apprit à nommer,
classer et caractériser les espèces: il fit voir comment l'homme devait
dresser l'inventaire des richesses de la nature; distinguant et séparant
sans cesse, il dut insister plus sur les dissemblances que sur les
rapports. Tous les naturalistes subirent l'ascendant du grand homme et
marchèrent dans la route qu'il avait tracée. Cependant quelques esprits
synthétiques furent frappés des analogies qui existent entre les oeuvres
si variées de la nature. Ils reconnurent que tous les mammifères, par
exemple, étaient construits sur le même plan. Geoffroy, qui s'était
spécialement occupé de cette classe d'animaux, s'assura que ces
analogies ne s'arrêtaient pas à une ressemblance générale, mais qu'on
pouvait la poursuivre jusque dans ses moindres détails. Il reconnut que
la main de l'homme et du singe, l'aile de la chauve-souris, la patte du
chien, la griffe du chat, le pied fourchu du boeuf et du mouton, le
sabot du cheval, la rame du phoque et la nageoire de la baleine se
composent des même pièces. Mais les unes sont plus développées, les
autres le sont moins, quelques-unes disparaissent presque en entier,
tandis que d'autres grossissent démesurément.

Guidé par le sens de l'analogie, il prouva que la tête se compose
toujours des mêmes os dans l'homme comme dans l'oiseau et le poisson. Il
vit, en un mot, que la nature, fidèle au plan qu'elle s'est tracé, le
varie, le modifie, mais ne le change jamais. Il en conclut que la
création est soumise à des lois, à des nécessités qu'elle ne saurait
enfreindre, et qu'elle n'est point l'acte arbitraire d'une volonté sans
règles et sans bornes. La justesse de cette conclusion, il la vérifia
dans ses moindres détails; ainsi les dents existent dans toute la classe
des mammifères, tout à coup elles manquent dans celle des oiseaux, qui
la suit immédiatement; n'était une infraction à la loi de l'unité
d'organisation des animaux; mais cette infraction n'est qu'apparente.
Geoffroy prouva que les dents existent chez les oiseaux dans le jeune
âge, mais elles sont à peine formées et disparaissent bientôt arrêtées
dans leur croissance par le développement des mâchoires qui constituent
le bec. Ainsi donc le proverbe avait menti, et les poules ont des dents,
mais elles ne les conservent pas.

Les animaux n'étant plus des créations séparées, mais seulement la
transformation d'un seul type, la permanence des espèces devenait fort
douteuse; en effet, les agents extérieurs, en modifiant un animal, ne
peuvent-ils pas, avec l'aide du temps, le transformer au point qu'il ne
ressemble plus à son type originel? Voyez les variétés de chiens, de
chevaux, de moutons; pourquoi la nature serait-elle moins puissante que
l'homme? Les preuves abondent, mais l'espace nous manque. Je n'en
citerai qu'une seule. A mesure qu'on s'avance vers le Nord, la martre
commune se modifie graduellement, et le prix de la fourrure s'accroît
dans le même rapport. Enfin, en Sibérie, on trouve la martre zibeline,
et le naturaliste suit toutes les transitions entre l'animal de France
et celui de la Sibérie, qui, au premier abord, semble une espèce
complètement distincte.

Les idées de Geoffroy sur l'unité organique renfermaient implicitement
une autre vérité. Les appareils si variés dont se compose l'organisme
humain, par exemple, ne seraient-ils point un seul et même organe
diversement modifié? Tout le monde n'est-il pas frappé de l'analogie qui
existe entre les membres supérieurs et les membres inférieurs? Cette
analogie ne se borne pas là. Les os du bassin sont la répétition de ceux
de l'épaule; ceux de la tête ne sont que des vertèbres modifiées, et le
sternum n'est qu'une ébauche de la colonne épinière. Cette grande idée
fermentait à la même époque chez plusieurs philosophes: Goethe l'avait
conçue en 1791, Oken en 1807, Duméril en 1808, de Blainville en 1816 et
Geoffroy en 1824; mais Goethe n'avait point publié sa pensée qui n'était
qu'un aperçu, et ce sont les anatomistes que nous venons de citer qui
l'ont élevée au rang de vérité.

La conséquence directe de toutes ces idées, c'est la mine de la doctrine
des causes finales, à laquelle Bernardin de Saint-Pierre avait prêté
tout le charme de son style et de son imagination. En effet, si la
nature est astreinte, dans ses créations, à des règles déterminées dont
elle ne s'écarte jamais même dans les animaux les plus bizarres en
apparence, il en résulte qu'elle ne crée pas uniquement les organes pour
qu'ils accomplissent certaines fonctions. De là l'existence des organes
inutiles, véritables pierres d'attente, qui prouvent l'unité du plan de
l'architecte même dans les parties de son travail qui sont inachevées.
Ainsi, tel muscle très-peu développé chez l'homme, où il n'est d'aucun
usage, remplit chez les animaux d'importantes fonctions; tels sont, par
exemple, le muscle peaucier, à l'aide duquel les chevaux peuvent
imprimer à leur peau des secousses brusques et répétées; et le plantaire
grêle, agent principal du saut chez le lion, le tigre et le chat. Aussi
le sage, pénétré de l'insuffisance de ses lumières, s'abstient-il de
juger les oeuvres de la création. Quand on accuse d'impiété les esprits
difficiles qui les critiquent, il s'étonne en souriant de l'assurance de
ceux qui, louant sans comprendre, substituent leurs courtes vues aux
grands desseins de la nature. A mesure que la science marche, elle
renverse leur petit échafaudage de causes filiales qu'ils recommencent
incessamment sur de nouveaux frais. Et cependant la fourmi, perdue dans
les fentes de l'escalier d'un palais immense et voulant raisonner sur la
destination des diverses parties de l'édifice, n'est qu'une bien faible
image de la petitesse et de l'insuffisance de l'homme qui prétend
connaître les intentions de la nature dans l'ensemble de l'univers.

Après avoir trouvé l'organisme soumis à des lois invariables dans tous
les êtres normaux, Geoffroy devait naturellement se demander si elle les
viole complètement quand elle engendre des monstres. Déjà Montaigne
avait dit: «Les monstres ne le sont pas à Dieu, qui voit dans
l'immensité de son ouvrage l'infinité des formes qu'il y a comprises.»
Geoffroy prouve que le sceptique disait vrai, et que les monstres
étaient soumis aux mêmes lois que les êtres réguliers. Son fils a,
depuis, confirmé, éclairci et développé ses idées dans son ouvrage sur
la tératologie. C'est dans ce livre et dans les travaux de M. Serres
qu'il faut chercher les principes qui ont guidé Geoffroy et les preuves
sur lesquelles il s'appuyait, car lui-même ne les a que sommairement
indiqués dans des mémoires et des fragments isolés et sans connexion
apparente, mais dont le savant, auquel ces hautes questions sont
familières, reconnaît aisément la filiation.

Les idées de Geoffroy ne pouvaient avoir l'approbation de Cuvier. Esprit
lumineux et analytique, génie classificateur, amoureux des faits,
curieux des détails et hostile aux généralisations hardies, il souleva
une discussion au sein de l'Académie des Sciences en mars 1830. Dans
cette lutte, tout l'avantage était de son côté; n'énonçant que des faits
matériels, n'en tirant que les conclusions les plus directes, habitué
aux émotions de la tribune, s'exerçant tous les jours à la dialectique
au sein du conseil d'État, sa victoire parut complète à tous ceux qui ne
s'étaient point occupés de ces grands problèmes. Un grand nombre de
naturalistes en jugèrent autrement, et lorsque Geoffroy se retirait de
la lutte, satisfait d'avoir allumé le flambeau de la discussion, Goethe
prit la plume pour la dernière fois de sa vie, jugea le combat et les
combattants, et s'associa hautement, avec l'Allemagne scientifique, à la
défaite apparente de Geoffroy-Saint-Hilaire. Il fit voir que si Cuvier
était le glorieux continuateur de Daubenton, Geoffroy était le digne
successeur de Buffon, et que chacun d'eux travaillait suivant ses
facultés et avec un égal succès aux progrès des sciences naturelles.

L'approbation admirative de l'homme qui fut aussi grand naturaliste que
grand poète, causa une vive joie à Geoffroy-Saint-Hilaire, dont
l'esprit, dégagé des préjugés de l'école, embrassait dans une même
estime toutes les manifestations du génie. Quelques années plus tard, la
traduction des oeuvres d'histoire naturelle de Goethe permit au public
français d'apprécier la hauteur de l'intelligence qu'il avait acceptée
pour juge. Geoffroy fut heureux de voir que peu à peu les esprits
venaient à lui et que l'histoire naturelle ne se bornerait pas à
cataloguer les êtres vivants sans chercher à pénétrer le mystère de leur
organisation et à interpréter la signification de ces organes.

Le noble vieillard avait donc rempli sa tâche; athlète éprouvé, il
pouvait déposer le ceste après des efforts continués sans relâche
pendant quarante ans. C'est alors qu'il se retira dans le sein de sa
famille. Entouré des soins les plus tendres par sa femme et sa fille,
dont l'admirable dévouement n'a pas failli un seul instant pendant une
maladie de sept années, il s'est endormi paisiblement dans la conscience
d'avoir bien fait. Plus heureux que Cuvier, il laisse un fils, héritier
de ses desseins et de ses pensées. Père digne d'envie, il a pu le voir
marcher d'un pas égal au sien dans la voie qu'il avait ouverte, et se
dire comme de Candolle, qui fut aussi un naturaliste philosophe: «Je
meurs tranquille, mon fils achèvera mon ouvrage.»

Ch. M.



Histoire de la Semaine.

La semaine dernière, nous éprouvions quelque embarras, nous cherchions
des artifices de langage pour dire qu'à cinq jours de distance la
Chambre nous semblait avoir émis deux votes contradictoires, celui par
lequel elle avait voulu qu'une compagnie financière exécutât le chemin
de Bordeaux, et celui qui était venu décapiter les conseils
d'administration des compagnies financières. Nous croyons,
ajoutions-nous, que le désaccord de ces résolutions aura pour
conséquence de faire revenir immédiatement la Chambre au mode
d'exécution complète par l'État. Nous sommes non moins embarrassé
aujourd'hui pour dire que notre prévision s'était réalisée, mais qu'une
contradiction nouvelle est venue immédiatement exposer la dignité de la
Chambre aux mêmes accusations, et mettre le lundi à néant la
détermination prise le samedi par nos législateurs.

Oui, le jour où a paru notre dernier bulletin, l'adoption d'un
amendement de M. Gauthier de Rumilly avait donné raison à nos
prédictions. Il avait été décidé que les fonds nécessaires, non
seulement à l'exécution des travaux d'art et de terrassements, mais même
à la pose des rails sur le chemin de Paris à Lyon, seraient mis à la
disposition du ministre. Celui-ci ne pouvait être surpris par cet
amendement, si c'était sérieusement qu'il avait écrit dans son propre
projet que, dans le cas où, dans les deux mois, il ne tomberait pas
d'accord avec une compagnie, il était autorisé à poursuivre et à
exécuter lui-même pour le compte de l'État. A coup sur M. Dumon ne
pouvait avoir inséré cet article sans avoir pris les mesures financières
que nécessitait l'éventualité de son adoption. C'est cependant en
faisant valoir que la Chambre le prenait au dépourvu et que son collègue
des finances n'était pas plus prêt que lui, c'est par cette double
confession que M. Dumon a cherché à agir sur la Chambre. Mais M. le
ministre de l'intérieur a pensé qu'il fallait, pour obtenir une
rétractation, une pesée plus forte et une déclaration plus menaçante. La
question de cabinet s'est trouvée posée, et la Chambre, qui se complaît
à égorgeter le ministère, comme fait Agnelet de ses moutons, mais qui ne
se pardonnerait pas de le tuer brusquement, la Chambre a déclaré lundi
quelle ne résoudrait que l'an prochain ce qu'elle semblait à tout le
monde avoir résolu la surveille; c'est-à-dire qu'après avoir décrété le
crédit, elle a sursis à l'ouvrir. En vain plusieurs membres de
l'assemblée, qui avaient été opposés à l'amendement de M. Gauthier de
Rumilly, mais qui ont à coeur la dignité de la Chambre, lui ont-ils fait
observer qu'elle la compromettait à ce jeu, par ces ménagements, ces
complaisances et ces retours; la majorité n'a pas voulu se montrer ferme
jusqu'à ce que mort de ministère s'ensuivit: elle s'est déjugée.

Ainsi venait de faire, nous le disions il y a huit jours, la chambre des
communes. L'exemple était cependant peu encourageant, car les plus rudes
plaisanteries, les plus sanglants outrages étaient prodigués à
l'assemblée anglaise à l'occasion de ses variations. Dans la séance du
19, dans la discussion d'un bill sur les assemblées des conseils de
fabriques et communaux qui se tiennent dans les temples et donnent
souvent lieu à des scènes peu en harmonie avec la sainteté du lieu,
comme on demandait que des mesures fussent prises pour épargner ces
profanations, M. Wakley a répondu: «Quelle niaiserie d'imaginer que des
scènes scandaleuses profanent des murailles! Si cela était, dans quel
état serait cette Chambre où nous nous rassemblons? Si ce qui se passe
entre quatre murs pouvait les souiller, mais, en vérité, nous serions
tous ici en danger de mort, car il n'y a pas de lieu où il se passe des
scènes plus honteuses, plus hypocrites et plus immorales.» Le lendemain,
20, la scène a été encore plus vive, ou plutôt plus burlesque. La
Chambre a voté définitivement le bill des droits sur le sucre. Les lois
de finance portent toujours, pour préambule: «Nous, les fidèles communes
de Votre Majesté, avons librement et volontairement voté ces droits,
etc.» M. Duncombe a proposé de retrancher ces mots, par la raison que
la majorité n'avait pas voté librement et qu'elle n'avait obéi qu'aux
menaces du premier ministre: «Je suis loin, a-t-il dit, de blâmer sir
Robert Peel de la manière dont il a traité ses partisans; ils n'ont eu
absolument que ce qu'ils méritaient. Il y a deux mois, ils ont si bien
reçu les coups de pied, qu'ils peuvent bien en recevoir encore un peu
plus, et on fait bien de leur en donner. (Rires.) Je dois dire que
jamais je n'ai vu une meute d'épagneuls si bien dressés et si soumis à
leur maître. (Nouveaux rires.) Que voulez-vous donc qu'on pense de vous
au dehors? Je vous déclare qu'il n'y a jamais eu en Angleterre une
chambre des communes plus profondément détestée et méprisée que
celle-ci. Je voudrais bien savoir pourquoi elle se laisse ainsi traîner
dans la boue par les ministres... Je dis que le préambule qu'on veut
mettre au bill est un mensonge, un mensonge positif, et je prie sir
Robert Peel de ne pas ajouter encore l'insulte à la dégradation qu'il a
infligée à cette Chambre.» Un autre représentant a cru devoir ajouter
encore à l'humiliation que M. Duncombe avait voulu infliger aux membres
de la majorité: «Je ne puis les comparer qu'à des chiens savants qui, au
milieu de leurs évolutions, ne dansent pas toujours en mesure ou ne font
pas les figures correctement. Mais le très-honorable gentleman n'a eu
qu'à montrer le petit fouet qu'il porte dans sa poche pour les faire
tourner au commandement sur leurs jambes de derrière.» La majorité a
péniblement cherché à se débattre sous ces coups qui irritaient son
orgueil. Le colonel Sibthorp a mis fin à ce débat fort peu parlementaire
en disant «qu'il aimait mieux être un épagneul qu'un roquet mal élevé.»
C'est une affaire de goût, mais il serait certainement de celui des
représentés que leurs représentants s'arrangeassent pour pouvoir être
comparés à autre chose qu'à telle ou telle espèce de race canine. Bien
entendu que notre réflexion est uniquement relative à l'Angleterre.

Pour revenir à notre Chambre, dont nous nous trouvions à coup sûr bien
éloigné, après le chemin de Lyon, elle a voté ou plutôt classé les
chemins de Tours à Nantes et de Paris à Rennes; nous disons classé, car
il n'y avait pas de compagnie à saisir, pas de cahier de charges par
conséquent à discuter; il n'y avait qu'à voter des crédits si
insignifiants que, d'ici à longtemps, pour le chemin de Rennes surtout,
ils n'auront fait face aux terrassements et travaux d'art. La question
de la pose des rails a donc pu, en cette occasion, être ajournée sans
inconvénient. Il en est tout autrement pour le chemin du Nord, où cette
opération est pour ainsi dire la seule qui reste à terminer. Le
ministère l'a senti, aussi a-t-il demandé à la Chambre, voyant ses
dispositions, de l'autoriser provisoirement à poser les rails, et même à
exploiter là où les travaux seront terminés, sauf, à la session
prochaine, à adopter définitivement, pour le chemin du Nord, le parti
qu'on croira devoir prendre pour le chemin de Lyon, ces deux lignes
devant être régies par le même mode.

La commission pour l'examen du projet de loi d'enseignement secondaire,
avant d'avoir terminé sa délibération, a voulu désigner son rapporteur.
Comme nous l'avions prévu, la majorité s'est prononcée en faveur de M.
Thiers. M. Odilon Barrot, sur lequel se portaient les suffrages des
partisans du droit commun, frappe sans doute de l'imprudence et du
danger de nombreuses et récentes démarchés, a été le premier à voter
pour le collègue auquel on l'opposait. Plusieurs membres de la
commission, dont l'opinion favorable à l'enseignement de l'État s'est
déjà produite, ont reçu des manifestations de reconnaissance de la part
d'un nombre considérable de membres de l'université. M. Thiers, sans
doute, avait droit à ces hommages, mais il était de toute justice que M.
Cousin, qui, dans une autre enceinte, avait montré pour cette cause tant
de dévouement, et avait mis à son service tant de talent, ne fût pas
oublié dans ces témoignages sympathiques. La Sorbonne a vu se succéder
les mêmes visiteurs que l'hôtel de la place Saint-Georges.

Nous avions eu l'occasion de dire que nous ne comprenions pas bien la
distinction à établir entre la guerre de fait et la guerre de droit; ce
qui se passe sur la frontière de l'Algérie et du Maroc doit nous aider à
sortir d'embarras. La guerre de fait, telle que l'y voyons pratiquer,
consiste à se laisser attaquer traîtreusement pendant des conférences,
qui ne sont que des guets-apens, à ne pas riposter, comme a le soin de
l'établir le dernier bulletin, à demander des satisfactions, mais à
publier par avance qu'en aucun cas, c'est-à-dire alors même qu'elles
nous seraient refusées, nous n'en tirerions prétexte pour nous faire
justice nous-mêmes, et nous indemniser en prenant possession de
quelqu'un des ports du Maroc. Ces assurances doivent donner confiance et
servir d'encouragement à l'empereur. Elles ont également tranquillisé la
Grande-Bretagne. D'abord le _Times_ avait qualifié de dévastatrice la
mission de M. le prince de Joinville, et il avait ajouté que
«l'Angleterre était tenue, par ses anciennes relations d'amitié avec le
Maroc, aussi bien que par ses intérêts commerciaux, de veiller à ce
qu'aucune autorité étrangère ne s'établit sur la côte Nord-ouest de la
Barbarie;» ce qui donnait fort clairement à entendre que, si la France
cherchait une satisfaction légitime, l'Angleterre était disposée à se
mettre de la partie et contre elle; mais, depuis les protestations de
désintéressement complet et d'entière abnégation, publiées par le
_Journal des Débats_, et attribuées par le _Times_ à M. Guizot lui-même,
la France n'est plus soupçonnée, et nous pourrons aller parader sur les
côtes, ou faire une pointe intérieurement si nous y trouvons plaisir, et
pourvu que nous ne fissions que toucher barre. La restauration, pour un
coup d'éventail, pouvait s'emparer de toute l'Algérie; mais il nous
serait interdit aujourd'hui, pour les agressions les plus sanglantes,
d'écorner les États de l'empereur du Maroc. En vérité, une concession
semblable témoignerait surabondamment de l'amour de notre cabinet pour
la paix; après le rappel de l'amiral Dupetit-Thouars, cette preuve
nouvelle est à coup sûr inutile aux yeux de l'Angleterre, et elle
pourrait, chez nous, combler le mesure de la résignation nationale.--On
comprend que de déclarations le la nature de celles que nous signalons
ici sont un encouragement à qui veut nous attaquer. Ainsi annonce-t-on
que les Tunisiens, de leur côté, et à l'autre extrémité de nos
possessions, ont attaqué le camp des Chauffeurs, situé à une lieue de la
Calle, et qu'ils ont tué quatre hommes et blessé le capitaine Brillant,
des chasseurs d'Afrique.--A toutes les escadres que nous avons déjà
énumérées à destination des côtes du Maroc, nous devons ajouter
aujourd'hui une escadre hollandaise, sous le commandement du prince
Henri.

Les nouvelles reçues de Montevideo sont encore plus déplorables que
elles qui les avaient précédées. Le contre-amiral Lainé et le consul, M.
Pichon, ont signifié le 10 avril au gouvernement oriental qu'il eût à
contraindre les Français qui se trouvaient dans les murs de la ville à
mettre bas les armes, et cela en vertu d'ordres qui venaient d'arriver
de France; ajoutant que si dans l'espace de quarante-huit heures tous
les Français n'avaient pas été amenés à se soumettre à ces ordres, les
relations existant entre la France et le gouvernement oriental seraient
rompues et qu'ils agiraient en conséquence. La légion française en masse
a déposé ses armes, son drapeau, ses couleurs; mais, en masse aussi,
plutôt que de laisser la ville qui lui avait donné l'hospitalité livrée
aux fureurs de Rosas, elle a accepté la dénationalisation de M. Pichon,
et elle a pris des armes et arboré les couleurs montévidéennes. Il
paraît que l'envoi des ordres en vertu desquels MM. Lainé et Bichon ont
agi et menacé en cette circonstance remonte au vole de l'adresse. Ils se
trouvent en complet désaccord avec le résultat de la discussion
dernière. M. Thiers a cru devoir le rappeler à M. le ministre des
affaires étrangères dans un couloir de la Chambre, en présence d'un
certain nombre de députés. M. Guizot a donné l'assurance que l'escadre
française ne viendrait pas en aide à Rosas contre nos compatriotes.
Dieu soit loué!

Le comte de Grey a donné sa démission de lord lieutenant d'Irlande. A en
juger par l'embarras que sir Robert Peel interpellé à ce sujet dans la
chambre des communes, a éprouvé à reconnaître que la résignation de ces
fonctions était un acte consommé, le cabinet regarde comme une
complication des difficultés de l'Irlande le choix qu'il est appelé à
faire en ce moment, choix d'autant plus grave que les ministres ne sont
pas d'accord sur la marche à suivre dans le royaume du rappel, et que
tel choix qui pourrait agréer aux uns serait une cause de retraite pour
les autres. En attendant, les démarches, les adresses, les meetings, les
manifestations de toutes sortes en faveur d'O'Connell se renouvellent à
chaque jour en Angleterre. Birmingham a vu dans ses murs une assemblée
immense adopter les résolutions les plus sympathiques à la cause de
l'illustre prisonnier de Dublin.--Une députation de la municipalité de
cette ville est venue présenter à la reine une adresse dans le même
esprit. La réception s'est faite avec une grande solennité. La reine
était sur son trône, ayant nécessairement le prince Albert auprès d'elle
et ses ministres à ses côtés. Sa réponse a été fort sèche; elle s'est
bornée à dire que si la loi avait été mal appliquée, le recours était
ouvert pour la révision de la sentence. Après quoi elle a donné sa main
à baiser aux membres de la députation, et les a congédiés.

On parle beaucoup plus à Londres qu'à Madrid et à Barcelone du mariage
de la jeune reine Isabelle. Les puissances du Nord voudraient la marier
par un arrangement à cinq; l'Angleterre préférerait la marier toute
seule, et reconstituer à cette occasion un parti anglais dans la
Péninsule, pour remplacer l'appui que la chute d'Espartero lui a fait
perdre. Quant à la France, à laquelle on n'avait jamais jusqu'ici!
contesté le droit d'aider particulièrement l'Espagne de ses conseils,
elle paraît destituée du rôle de négociatrice d'hyménée.

La Belgique, ayant besoin de recourir à un emprunt de 81 millions pour
se libérer envers la Hollande, a eu le bon esprit de ne pas s'adresser à
l'intermédiaire des banquiers. Des registres de souscriptions
individuelles ont été ouverts, et les souscriptions ont été bientôt si
nombreuses, que la cotisation offerte par chacun devra être réduite
C'est un bon exemple à suivre pour l'émission des rentes dont le
ministre des finances a encore à disposer.--La Hollande, de son côté,
vient de convertir une partie de sa dette publique cinq pour cent.

La pacification de l'Albanie est complète, d'après les avi» officiels
transmis par Rachid-Pacha, le général en chef de l'armée turque. Les
nouvelles reçues à Constantinople à la date du 5 juin annonce que les
rebelles ont fait leur soumission. Omer-Bacha est entré à Uskup, et les
principaux chefs de l'insurrection ont imploré une amnistie qui leur a
été accordée, mais sous la condition, toutefois, qu'ils seraient envoyés
à Contantinople, où quatre-vingt quatorze d'entre eux étaient déjà
arrivés le 1 juin, à bord du paquebot de Salonique. Cinq cents familles
chrétiennes, qui avaient abandonné leurs foyers pour se soustraire aux
atrocités des Albanais, sont rentrées paisiblement dans leur pays, et on
assure même que le divan a l'intention de réparer en partie les dommages
que les populations ont éprouvés. Rifaat-Pacha, qui est l'homme le plus
avancé du ministère, comprend que ce serait là un puissant moyen de
calmer l'opinion publique de l'Europe, qui s'est vivement émue au récit
des atrocités commises par les Albanais contre les populations
chrétiennes. Mais le ministre des finances et quelques autres de ses
collègues s'inquiètent fort peu de ce que l'Europe pense d'eux, et
contrarieront, s'ils le peuvent, les projets du maréchal du palais.
Cependant les résultats obtenus en Albanie, et dont il ne manquera pas
de s'attribuer l'honneur, donneront crédit à ses conseils. On croyait
qu'il allait porter toute son attention sur les affaires de Syrie. La
flotte ottomane, après avoir manoeuvré sons les ordres du sultan, devait
être dirigée vers ces parages.

La réduction excessive du salaire dans plusieurs provinces
manufacturières de la Prusse a seule causé les soulèvements que nous
avons annoncés. La _Gazette de Dusseldorf_ assure que les autorités
insisteront pour l'introduction d'un salaire fixe et suffisant, afin que
les mêmes abus ne se renouvellent pas et ne ramènent pas les mêmes
déchirements. Nous lisons encore dans la _Gazette d'Augsbourg_, du 19
juin, les nouvelles suivantes: «On nous écrit d'Ingolstadt qu'il y a eu
dans cette ville des désordres qui ressemblent à ceux qui ont eu lieu
naguère à Munich. Les brasseurs, bouchers et boulangers ont été
assaillis par un grand nombre d'ouvriers, surtout par ceux qui
travaillent à la forteresse. Ceux-ci étaient au nombre de quatre ou cinq
mille. Les détails de l'affaire ne sont pas encore connus. Cependant la
tranquillité est, dit-on, rétablie. La cause du désordre aurait été
l'arrestation d'un ouvrier par un agent de police; cet ouvrier ayant
résisté, l'agent aurait tiré son sabre et tué le malheureux ouvrier, ce
qui aurait fait éclater l'émeute.»

Le duc de Nassau vient de prendre des mesures pour arrêter
l'ivrognerie, qui fait de rapides progrès dans ses États.

Il est défendu, sous peine d'une amende de 130 fr., à tout cabaretier de
vendre plus de deux petits verres d'eau-de-vie, dans la même journée, à
la même personne, pour être consommés sur place. Tous ceux qui seront
rencontrés en état d'ivresse seront mis à l'amende ou en prison, et
leurs noms publiés à son de trompe. Il sera défendu de leur vendre
ultérieurement des boissons spiritueuses. En France, on se borne à
demander des lois contre les fraudeurs qui enivrent le peuple avec des
vins frelatés; mais permis à chacun d'abuser des bons. L'ivresse sans
mélange est irréprochable aux yeux de notre loi.

A Cluses, en Savoie, un incendie a détruit la ville entière à
l'exception de l'église et de six maisons. Tous les habitants se sont
enfuis à moitié nus, dans les champs, sans avoir pu rien sauver.--A
Brenndorff, en Transylvanie, trois cent soixante-dix maisons ont été
également réduites en cendres.

L'autorité judiciaire vient de se livrer à des perquisitions au domicile
de M. le prince de Montmorency et de M. le duc d'Escars. Ces mesures ne
sont guère de notre temps. Mais l'instruction fera sans doute connaître
les motif» graves que la justice a dû avoir pour opérer ces descentes.

L'Académie de» Beaux-Arts a procédé samedi à la nomination du successeur
de M. Berton. Les votant étaient au nombre de 31. M. Adolphe Adam,
l'auteur du _Chalet_, du _Postillon de Longjumeau_ et d'une foule
d'autres opéras et de ballets, a réuni, au premier tour de scrutin, 17
voix, et a été proclamé membre de l'Institut, sauf l'approbation royale.
Il avait pour concurrents M. Raton, qui a obtenu 9 suffrages, et M.
Ambroise Thomas, qui en a recueilli 4.

La chambre dm députés vient encore de perdre un de ses membres; M.
Mermilhod, élu par un des collèges de l'arrondissement du Havre, et
avocat à la cour royale de Paris.--Le poète anglais, Thomas Campbell,
auteur des _Plaisirs de l'Espérance_, est mort à Boulogne, où il était
venu se fixer depuis un an, dans l'espoir que le changement d'air
rétablirait sa santé. Le gouvernement anglais servait à Campbell une
pension de 300 livres sterling.



Prisonniers arabes en France.

ILE SAINTE-MARGUERITE.--FORT BRESCOU.

Les _îles de Lérins_, appelées aussi les îles _Sainte-Marguerite_, sont
au nombre de deux: celle de _Saint-Honorat_ et celle de
_Sainte-Marguerite_. Ces îles sont situées sur la mer Méditerranée, à
l'extrémité sud-est du département du Var, entre le cap Roux et celui de
la Guaroupe, vis-à-vis de la côte de Provence.

L'île _Saint-Honorat_, autrefois nommée _Insula plana, Planasia, Lerina_
(Lérins), possédait, avant la révolution, l'abbaye la plus ancienne des
Gaules; elle avait été fondée, vers l'an 408, par saint Honoré,
originaire de Toul, d'où l'île a pris le nom de Saint-Honorat. Les
restes d'antiquités qu'on y a trouvés font présumer qu'elle avait été
habitée du temps des Romains. Elle fut pillée et ravagée plusieurs fois,
dans les huitième et neuvième siècles, par les Sarrazins et les pirates
africains. Les Espagnols s'en rendirent maîtres en 1635, y ruinèrent
tous les jardins et les vignes; mais les Français la reprirent en 1737.
Le 13 décembre 1746, une escadre anglaise s'en empara. Elle fut occupée
de nouveau par le chevalier de Belle-Isle, le 25 mai 1747. Enfin, en
1815, les Anglais, sans autre but que celui d'insulter des ruines riches
en souvenirs historiques, vinrent assez près de terre pour labourer de
quelques boulets les flancs de la vieille abbaye, ou plutôt de la tour,
seul débris qui sont resté debout, ainsi que quelques pans de murailles
appartenant à l'ancienne église.

Située au midi de l'île Sainte-Marguerite, l'île Saint-Honorat n'en est
séparée que par un bras de mer d'environ 600 mètres de largeur; sa
longueur est de 1,600 mètres, et sa plus grande largeur de 460. Vendue,
pendant la révolution, comme bien du clergé, elle fut achetée par
mademoiselle Alziari, plus comme sous le nom de mademoiselle Sainval,
moyennant 25,000 francs. L'actrice célèbre habita elle-même un des
appartements de la tour, qu'elle fit installer d'après les idées
modernes; et comme celui-ci a subi, de même que le reste de l'édifice,
la loi du temps, les ruines frivoles et profanes du logement d'une femme
du monde forment aujourd'hui un contraste étrange avec les ruines
imposantes et majestueuses d'un monument religieux. L'île Saint-Honorat
est en ce moment la propriété d'un ancien boucher de Cannes, comme nous
l'apprend M. Prosper Mérimée, qui a consacré une notice spéciale aux
îles de Lérins, dans ses _Notes d'un voyage dans le midi de la France._

L'île Sainte-Marguerite, la plus considérable des îles de Lérins, fait
partie de l'arrondissement de Grasse. Elle est à quatre kilomètres
sud-est de Cannes, à neuf kilomètres sud-ouest d'Antibes, et à deux
kilomètres de la terre ferme. Sa position au nord-ouest du golfe Juan
lui donne l'avantage de concourir efficacement, par ses batteries, à la
défense d'une partie de ce golfe, où, le 1er mars 1815, débarqua
l'empereur Napoléon à son retour de file d'Elbe. La partie
septentrionale est la plus élevée et la plus accessible; il y a
néanmoins plusieurs petites anses par où l'on peut débarquer des
troupes, et faire une descente. Cette île est plus grande que celle de
Saint-Honorat; elle a environ trois kilomètres de longueur et deux
kilomètres de largeur.

Les premières fortifications, suivant toute vraisemblance, furent
construites par les religieux de Lérins et leurs tenanciers, pour se
procurer un asile contre les pirates et les corsaires. En 1633 et 1634,
ces ouvrages furent modifiés et considérablement augmentés par les
ordres de Louis XIII. C'est de cette époque que date l'existence du fort
Sainte-Marguerite. Sa position, isolée du continent, a souvent déterminé
le gouvernement à y envoyer des prisonniers d'État de la plus grande
considération.

Le plus célèbre, en effet, des prisonniers d'État détenus, sous la
monarchie, au fort de l'île Sainte-Marguerite, fut l'homme au masque de
fer.

A l'époque de la révocation de l'édit de Nantes, on renferma à l'île
Sainte-Marguerite des ministres protestants. Lagrange-Chancel, après la
publication de ses _Philippiques_, y fut envoyé, par le régent, comme
prisonnier d'État. Plus tard on y détint des jeunes gens de famille,
contre lesquels leurs parents eux-mêmes, pour raison d'inconduite,
avaient obtenu des lettres de cachet. Sous l'empire, quelques
personnages distingués y furent exilés, entre autres M. Omer de Talon,
en 1803; madame la duchesse d'Escars, vers 1807; M. de Broglie, évêque
de Gand, dans le courant du 1819. Sous la restauration, le fort de l'île
Sainte Marguerite eut pour hôtes, de 1817 à 1821, deux cents Égyptiens,
hommes, femmes et enfants, remis en liberté au bout de deux ans et demi,
et dont quelques-uns habitent Marseille, où ils se sont établis et fixé.

Depuis trois années le fort a été rendu à sa destination primitive de
prison d'État. En vertu d'un arrêté de M. le ministre de la guerre, du
30 avril 1844, les Arabes appartenant aux tribus insoumises de l'Algérie
et saisis en état d'hostilité contre la France, sont dirigés sur l'île
Sainte-Marguerite et renfermés dans le château sous la garde et la
responsabilité du commandant de la garnison.

La première application de cet arrêté a été faite au cheikh de la partie
insoumise de la tribu des Abd-el-Nour, dans la province de Constantine,
le nommé Sadik-ben-Mochnach. Ce chef partisan prononcé d'Abd-el-Kader,
fomentait incessamment des troubles. Arrêté vers le milieu de mars 1844
débarqué à Toulon le 4 avril, il a été transféré à Sainte-Marguerite le
8 août suivant.

Avec Ben-Mochnach fut écroué le même jour le fameux Ali-ben-Aïssa,
Kabyle originaire de la tribu de» Beni-Fergan, qu'Ahmed-Bey avait élevé
à la dignité de bach-hambah, et qui, exerçant près de son maître les
fonctions de premier ministre ou plutôt de favori, était devenu le plus
haut personnage de la province, après le pacha. Au bach-hambah, en
effet, était confiée la direction de la monnaie; il était le chef de
l'administration de la douane; il avait le commandement des fantassins
kabyles qui suivaient le pacha dans les expéditions; il présidait aux
arrestations politiques, aux exécutions secrètes, aux confiscations. On
sait avec quelle énergie Ben-Aïssa soutint dans Constantine les deux
sièges dirigés contre cette ville en 1836 et 1837. Il vint, au mois de
mars 1838, à Alger faire sa soumission entre les mains du gouverneur
général, qui, au mois d'octobre de la même année, le nomma khalifah du
Sahel de Constantine, et réunit sous son administration toutes les
tribus kabyles qui habitent les chaînons de l'Atlas compris entre le
mont Edough et Djidjeli. Accusé, pendant ce commandement, du crime de
fausse monnaie, il fut condamné, le 2 avril 1841, par un conseil de
guerre, à vingt ans de travaux forcés, peine qui fut commuée, le 27 mai
suivant, en celle de vingt ans de détention. Une décision royale du 18
mars 1812 lui accorda grâce entière, en l'assujettissant à la
surveillance.

Bien qu'il eût pu aller sur-le-champ habiter la ville de Verdun, qui lui
avait été d'abord assignée pour résidence, Ben-Aïssa aima mieux rester
quelques mois de plus à l'île Sainte-Marguerite, jusqu'à l'arrivée de sa
famille en France, et il n'en partit que dans les premiers jours
d'octobre 1812 pour Montpellier, où il obtint la permission de résider
de préférence à Verdun. Arrivé le 14 dans cette ville, il a continué d'y
séjourner jusqu'à ce qu'une autorisation ministérielle du 31 décembre
1813 lui eût permis de retourner à Alger, qu'il habite en ce moment.

Au nombre des Arabes importants envoyés à l'île Sainte-Marguerite a
figuré aussi le khalifah de Ferdjiouah, Ahmed-ben-el-Hamelaoui, investi
de ce commandement par le gouverneur général en même temps que
Ben-Aïssa, et qui avait sous sa dépendance immédiate toutes les tribus
situées à l'ouest de Constantine, entre le Sahel, le pays de Sétif et le
Belad-el-Djerid (pays des dattes). Condamné, le 14 juillet 1841, à vingt
années de détention, pour crime de trahison, Ben-Hamelaoui est arrivé,
le 28 août suivant, à l'île Sainte-Marguerite, en compagnie de
Ben-Azouz, ex-khalifah d'Abd-el-Kader à Msilah. Grâces aux instances de
sa femme, la première des femmes arabes de distinction qui soit venue à
Paris, Ben-Hamelaoui a été gracié le 26 août 1842; il a successivement
eu pour lieu de résidence Nogent-le-Rotrou, Meaux, et, en octobre 1841,
Paris, qu'il n'a quitté qu'en juin 1843, après avoir obtenu, le 27 mai,
l'autorisation d'aller à Tunis, où il réside. Depuis, Ben-Azouz a été
également remis en liberté et renvoyé à Alger.

De nombreux travaux d'appropriation ont été successivement faits au
château de l'île Sainte-Marguerite pour y recevoir, en juillet 1841, 40
prisonniers; en novembre 1841, 100; en novembre 1842, 350; en septembre
1843, 530.

Un premier tarif du 25 juin 1841 avait divisé les prisonniers arabes en
deux classes, accordant, outre les rations en nature, à la première
classe une solde journalière de soixante-quinze centimes, et de trente
centimes à la seconde. Le dépôt des prisonniers ayant pris, en septembre
1843, un accroissement considérable, la division en deux classes fut
jugée insuffisante, et par un tarif du 26 du même mois, les prisonniers
ont été divisés en trois classes, la première comprenant les chefs et
personnages influents sous les rapports politiques, militaires ou
religieux; la deuxième, les individus de moindre importance, les
serviteurs composant la maison des prisonniers de première classe, et
les enfants de dix à quinze ans; la troisième, les domestiques et les
enfants de deux à dix ans.

[Illustration: Ali-ben-Aïssa.]

Le commandement du dépôt est confié à un officier supérieur. Un agent
comptable est chargé de la gestion administrative, et la solde est payée
aux prisonniers tous les cinq jours avec régularité.

[Illustration: Vue de l'île Sainte-Marguerite.]

Une infirmerie a été organisée pour le service des malades, et pourvue
de tout le matériel et des médicaments nécessaires, expédiés de
l'hôpital militaire du Toulon. Longtemps les malades arabes ont, par
préjugé religieux, refusé de se rendre à l'infirmerie; ils préféraient
être traités dans leurs chambres. On n'est parvenu à vaincre leur
répugnance qu'en décidant deux de leurs compagnons de captivité à
remplir auprès d'eux les fonctions d'infirmiers. Ils reçoivent
d'ailleurs les soins empressés du docteur Bosio, médecin civil de
Cannes, qui s'acquitte de ses devoirs avec zèle et humanité.

[Illustration: Vue du fort Brescou.]

Le nombre croissant des prisonniers, surtout après la prise de la zmala
d'Abd-el-Kader, a fait reconnaître la nécessité d'établir entre eux des
catégories et de les renfermer dans des prisons séparées. Les
prisonniers politiques et les prisonniers de guerre ont paru pouvoir
demeurer réunis sans inconvénient; ils ont été laissés à l'île
Sainte-Marguerite; Mais ceux qui, après avoir accepté notre domination,
ont de nouveau pris les armes contre nous, ou abusé de leur autorité
pour commettre des délits, ont dû être éloignés des premiers, et le
_fort Brescou_, près d'Agde, dans le département de l'Hérault, a été
affecté à cette nouvelle destination.

Le fort Brescou est situé sur un rocher isolé en mer, à 1,320 mètres en
avant du cap d'Agde. Son enceinte a environ 300 mètres de développement:
elle est bastionnée à la gorge du côté du nord, où se trouve un petit
havre pour les bateaux de communication. La mer baigne les escarpes qui
ont 9 à 10 mètres de hauteur. Le rocher sur lequel le fort est construit
est à environ 3,000 mètres vers la pleine mer. Lors des guerres de
religion qui affligèrent le Languedoc pendant plus de soixante ans, le
maréchal de Joyeuse, l'un des plus zélés partisans de la ligue,
s'empara, en 1589, du rocher de Brescou, dépendant de la ville d'Agde,
et y lit élever un fort d'où il infestait toute la côte du Languedoc. Le
due de Montmorency s'étant révolté contre Louis XIII, en embrassant le
parti du duc d'Orléans, leva une armée dans le Languedoc, il fit, en
1632, de grandes améliorations au fort Brescou. D'autres furent faites
encore en 1757. On y a réparé, en 1817, les dégradations occasionnées
par la mer au pied des revêtements, ainsi que la petite jetée de
débarquement, puis, en 1820 et 1821, le magasin aux farines et la
manutention; car on est obligé de faire du pain dans le fort, lorsque la
mer est grosse et empêche la communication avec le continent.

Au mois d'octobre 1843, M. le ministre de la guerre a donné des ordres
pour l'installation de prisonniers arabes au fort Brescou. En décembre,
les travaux étaient terminés pour recevoir 40 détenus, et en janvier
1844, pour 132, répartis dans quatorze chambres, indépendamment du
commandant de la place, de 4 officiers et de 40 sous-officiers et
soldats.

Au 1er juin 1844, le château de l'île Sainte-Marguerite renfermait 356
prisonniers arabes, et le fort Brescou, 60.

Des inspections extraordinaires ont lieu à l'île Sainte-Marguerite, par
ordre du ministre de la guerre, pour s'assurer que les Arabes y sont
traités aussi humainement que possible. Outre les visites du lieutenant
général d'Hautpoul, commandant la huitième division militaire, et des
généraux placés sous son commandement, les détenus ont reçu entre
autres, en avril 1842, celle de M. Roudin, médecin en chef des salles
militaires de l'Hôtel-Dieu de Marseille, et, en septembre 1843, celle de
M. le docteur Warnier, membre de la commission scientifique d'Algérie,
attaché, après le traité de la Tafna à la mission française de Mascara,
et auquel un séjour de plus de deux années dans la capitale
d'Abd-el-Kader a permis d'étudier à fond les intérêts, l'administration,
les moeurs et les habitudes des populations arabes. La présence du
docteur Warnier à l'île Sainte-Marguerite a été signalée par de nombreux
adoucissements au sort des prisonniers.



Un Voyage au long cours à travers la France et la Navarre.

RÉCIT PHILOSOPHIQUE, SENTIMENTAL ET PITTORESQUE.

(Voir v. III, p. 249 et 263.)

CHAPITRE IV.

M. OTHON ROBINARD DE LA VILLEJOYEUSE.

«Ce diable d'Othon... disaient de lui ses intimes, par manière
d'admiration, ce diable d'Othon!...»

M. Othon était le fils aîné et l'héritier présomptif de M. Hector
Robinard de la Villejoyeuse, gentilhomme rural de l'Orléanais; mais,
quoique le père eût tenu et tînt encore un rang distingué dans sa
province, chacun s'accordait néanmoins à trouver que le fils effaçait la
gloire paternelle.

[Illustration: Cependant le jeune Oscar avait porté avec précaution...]

[Illustration: Othon lui mettait le doigt à l'endroit malade, et se
répandait en éclats de rire que M. Verdelet trouvait au moins indécents]

Sur les rives de la Haute-Loire, il n'y avait pas un gentilhomme taillé
comme l'était le jeune Othon; et, s'il faisait toujours sensation
lorsqu'il entrait dans un salon, si puissamment coulé dans ses habits
que moule semblait prêt à craquer, les fariniers eux-mêmes et les forts
de la rivière s'arrêtaient à le regarder marcher des épaules, et
s'extasiaient sur le jeu terrible de ses reins et de sa croupe.

Il portait une veste de nankin serrée à la taille, et dont les basques
s'écartaient par derrière comme les deux ailes d'un hanneton qui va
prendre sa volée; un pantalon blanc était collé sur ses cuisses et ses
jambes, collé sans un pli; collé de telle façon et si juste, qu'on se
demandait, non pas comment M. Othon était entré dans son enveloppe, mais
comment il pourrait en sortir. Il était coiffé d'un de ces chapeaux gris
à larges bords, dits _Béarnais_, et il le portait si hardiment sur
l'oreille que chacun regrettait de ne pas lui voir ajouter un panache à
ce fier chapeau; enfin, le col de sa chemise était rabattu; sa cravate
bleue, brochée d'or, se nouait négligemment autour du cou, de maniéré à
laisser voir l'arête puissante de sa gorge, et les eux bouts en étaient,
dans toute leur longueur, tressés d'une façon si serrée qu'ils se
tenaient ensemble à un demi pied de la poitrine. La figure du personnage
s'accordait au mieux avec son équipement; de gros yeux bleu-faïence à
fleur de tête, de fortes couleurs sur les joues, un collier de barbe
rousse, plus touffu qu'on puisse imaginer, et sur tout cela un sourire
jovial et un contentement magnifique.

[Illustration: Othon mit sans gêne le bras de la dame sous le sien.]

[Illustration: Touchez, disait Othon à M. Verdelet, touchez.]

[Illustration: Cet Intermède fini, Othon remit son habit.]

[Illustration: La Tour de Montlhéry.]

M. Othon chassait comme Nembrod, pêchait comme les apôtres, grimpait aux
arbres comme Chactas, buvait comme un fourrier et fumait comme un Turc;
mais il n'avait point son pareil pour imiter le cri des animaux, et on
l'invitait dans les meilleures maisons pour l'entendre, après un
quadrille, contrefaire le chant du coq, l'aboiement du chien, le
sifflement du merle, etc., même on citait de lui, à ce sujet, un trait
fort amusant. Il avait eu l'idée, au milieu d'un bal, d'embrasser la
paume de sa main, de cette façon que les chasseurs emploient pour
appeler les geais, et qui ressemble si fort au bruit d'un baiser, que
les mamans se retournèrent toutes ensemble avec effroi; elles
s'imaginaient apparemment qu'on embrassait mesdemoiselles leurs filles;
mais c'était mons. Robinard qui appelait les geais.--Car il ne le cédait
à personne pour la bonne plaisanterie, et, quand il avait dit quelque
mot piquant, il riait avec de si grands éclats, que personne ne pouvait
s'empêcher de trouver sa facétie la plus risible du monde.

[Illustration: Les Alcides du Nord.]

[Illustration: Othon saisit à deux mains la grosse branche d'un chêne,
et par la force du poignet, il éleva tout son corps à la position
horizontale.]

M. Othon faisait lui-même toutes les serrures de sa maison; il
s'entendait aussi en menuiserie, confectionnait de ses propres mains ses
poires à poudre, et ne souffrait jamais qu'un ouvrier tailleur se mêlât
de couper ou de coudre ses habits de plaisance ou de fantaisie.

Enfin, il ne dédaignait point d'entrer quelquefois dans la carrière du
bel esprit, et, au dire de ses amis, il excellait à faire des fables!

Lorsque M. Othon eut fini de souffler dans sa trompe, sur le talus où
nous l'avons aperçu, les premiers mots qu'il dit furent ceux-ci, qu'il
accompagna de son plus beau rire: «Ma foi! je ferai une fable
là-dessus.» Cependant le jeune Oscar avait porté avec précaution la
jeune dame évanouie sur le bord de la route et s'efforçait de la faire
revenir à elle, tandis que l'épais mari se lamentait vis-à-vis de ce
douloureux spectacle.

«Ah! mon Dieu! la belle invention que ces maudits chemins de fer... et
madame ma femme qui me traitait de pusillanime... pourvu quelle ne soit
pas blessée... Ah! mon Dieu! j'ai le nez tout écorché...

--Parbleu! s'écria du haut du talus le beau Robinard, qui avait pris une
riche pose sur son éminence et développait les avantages de sa taille
aux yeux de la foule qu'il dominait, parbleu, n'est-ce pas ce cher
monsieur Verdelet que je vois?»

Et ce disant il se laissait glisser sur la pente du talus avec une
agilité surprenante.

«Ce cher monsieur Verdelet!» Et il embrassa le gros homme à l'étouffer.
«Comment va madame Verdelet? Tiens, vous avez là une fameuse écorchure!»
Il lui mettait le doigt à l'endroit malade, et se répandait en éclats de
rire que M. Verdelet trouvait au moins indécents... «Ce cher monsieur
Verdelet; ah! je ferai une fable là-dessus, par exemple? Et il
recommençait à rire.

«Ma femme est évanouie par là, dit Verdelet en montrant le groupe qui
s'était formé autour de la belle évanouie.

--Pas possible!» s'écria Othon; en même temps il fendit la foule,
repoussa Oscar et l'abbé Ponceau, qui faisaient respirer des sels à la
jeune dame, et se mit à lui taper dans les mains en criant à tue tête:
«Madame Verdelet! madame Verdelet.»

Il paraît que la voix de M. Othon avait, en effet, une certaine
puissance sur celle qu'il secourait; car tout à coup elle ouvrit les
yeux, et apercevant le jeune fablier, elle rougit extrêmement, ce qui
donna fort à penser à Oscar.

«Est-ce que par hasard, se dit-il, un pareil bélître?...» Mais il
n'acheva point pour le moment l'idée que le diable lui envoyait.

Othon mit, sans gêne, le bras de la dame sous le sien et s'avança, avec
elle, vers M. Verdelet, qui était alors occupé à raconter le sinistre du
8 mai au mécanicien même du convoi. Le gros monsieur, apercevant sa
femme, s'apprêtait à lui prouver victorieusement qu'il n'était point
pusillanime, comme elle le disait, pour avoir eu peur des chemins de
fer, lorsque Othon, le regardant fixement, recommença ses rires
impertinents. M. Verdelet prenait, l'air fâché et grommelait; sa femme
paraissait toute confuse; Oscar, par humanité, s'empressa de venir au
secours des deux époux.

«Messieurs, dit-il au mari et à celui qui le molestait, les rails sont
rompus, et nous sommes exposés à faire sur la route une station de
plusieurs heures. Si madame ne se sentait plus de la commotion qu'elle a
éprouvée, nous pourrions employer notre loisir forcé à faire une petite
excursion dans la campagne; je crois que la tour de Montlhéry doit être
de ce côté...

--La tour de Montlhéry, fit l'abbé Ponceau, qui arrivait clopin dopant;
la tour de Montlhéry! serions-nous donc aussi près de cette fameuse
ruine?

--Bah! répondit Othon en faisant claquer ses lèvres, une belle chose,
sur ma parole; un grenier de hiboux et de rats.

--Vous en parlez à votre aise, monsieur, reprit le bon abbé d'un air
entendu; mais savez-vous bien ce que disait, au sujet de cette tour que
vous méprisez, le roi Philippe 1er à...

--Que diable me parlez-vous de rois, monsieur l'abbé, je suis
républicain, moi!

--Quelle horreur!» s'écria en joignant les mains, M. Verdelet, qui avait
entendu parler de 93.

Cependant l'avis d'Oscar prévalut; plusieurs voyageurs se joignirent à
la société Verdelet, et l'on se mit en route à travers champs. Mais
bientôt la jeune dame, mal remise de son émotion, fut prise d'une
nouvelle défaillance, et l'on fit une halte sous de grands arbres qui
bordaient un chemin vicinal.

Aussitôt que l'on fut arrêté, sans plus de cérémonie, M. Othon ôta sa
veste de nankin, retroussa la manche de sa chemise, et tendant avec
force son bras nu, musclé à faire envie à feu Milon le Crotoniate.

«Touchez! disait-il à M. Verdelet, touchez!

--Quoi toucher?

--Mon bras, parbleu! touchez!»

M. Verdelet toucha avec un visible ennui; puis ce fut au tour d'Oscar,
de l'abbé Ponceau et des autres voyageurs.--Par bonheur, les dames
avaient le dos tourné à cette singulière expérience, étant toutes
empressées autour de madame Verdelet.

«Dur comme fer? n'est-ce pas? disait M. Robinard d'un air triomphant,
dur comme fer!»

Enfin il rabattit la manche de sa chemise, et M. Verdelet s'apprêtait à
aller rejoindre sa femme; mais Othon l'arrêta.

«Attendez, monsieur Verdelet; un moment, je vous prie.»

A ces mots, le jeune musculeux se renversa sur l'herbe, appuyé sur ses
deux mains et relevant les genoux avec effort, de façon à ce que sa
poitrine présentât une surface convexe. Sa tête pendait à terre, et il
s'écriait:

«Montez! montez, monsieur Verdelet!

--Quelle plaisanterie! Où voulez-vous que je monte?

--Vous êtes le plus gros de la société; montez!

--Allons, monsieur, dit Oscar tout doucement au gros mari; montez sans
peur; monsieur m'a l'air d'être assez fort pour en supporter de plus
lourds que vous.»

M. Verdelet se résigna à monter, en murmurant, sur la poitrine de
l'athlète; il y allait avec une extrême précaution.

«N'ayez pas peur! s'écriait Othon; vous pouvez vous promener là-dessus
comme sur un trottoir de bitume.»

Et lorsque enfin le gros monsieur fut tout droit en équilibre sur la
poitrine tendue:

«Dieu! mon cher Verdelet, dit en riant celui qui le supportait, quel nez
écorché vous avez là! Certainement je ferai une fable là-dessus.»

Cet intermède était à peine fini... Mais il est temps de nous arrêter,
et nous remettrons la suite de notre récit au chapitre suivant.

CHAPITRE V.

DEUX ALCIDES DE PROFESSION ET UN HERCULE DE BONNE
COMPAGNIE.

L'intermède herculéen donné gratis par M. Othon à la société des
voyageurs venait donc de finir, et Oscar regardait avec une curiosité
croissante ce prodigieux baronnet, dont il s'applaudissait d'avoir fait
la rencontre. L'abbé Ponceau donnait, pour sa part, peu d'attention à ce
qui se passait autour de lui; le bonhomme était profondément occupé à
recueillir ses souvenirs historiques sur la fameuse tour que l'on se
proposait de visiter, et il pensait déjà, non sans un petit mouvement
secret de vanité, aux grands yeux que ferait la société lorsqu'il leur
apprendrait à tous, lui, l'abbé Ponceau, que la tour de Montlhéry,
autrefois Montlhéry, avait été fortifiée en 999 par Thibaud, surnommé
Fil Étoupe, sans doute à cause de ses cheveux blonds; et bien d'autres
détails encore, dont l'exactitude eût été le moindre mérite, à coup sûr.

A ce moment, une longue voiture peinte en rouge et en vert vint à passer
sur le chemin. M. Othon poussa un cri de joie;

«Le diable m'emporte! je crois que ce sont les alcides du Nord!»

Aussitôt il courut à la voiture, et annonça par de nouveaux cris qu'il
ne s'était pas trompé dans sa conjecture.

C'étaient en effet deux alcides, fort connus dans toutes les foires de
la Beauce et de la Brie, et qui même, si je ne trompe, ont l'honneur de
travailler dans les Champs-Élysées, aux jours d'enthousiasme impossible
à décrire. Les deux athlètes se rendaient en ce moment à Étampes, pour
une grande foire qui devait avoir lieu, et ils emportaient avec eux
leurs boulets de canon et leurs kilos de la plus grosse espèce, comme
dit l'admirable Bilboquet. A titre de rival, ou simplement d'amateur, M.
de la Villejoyeuse les connaissait, je ne dirai pas intimement, mais au
moins particulièrement; et souvent, dans les foires, on l'avait vu
s'entretenir avec eux, avant ou après leurs exercices. Il n'eut donc
point de peine à leur persuader de faire une halte sur le chemin, et de
déployer leurs talents devant l'honorable société qui campait sous les
arbres.

Pendant que les alcides tiraient de la voilure leurs principaux
instruments athlétiques, M. Othon s'empressait de faire une collecte
dans son vaste chapeau, puis il courait aider les deux athlètes à
dresser sur deux piquets une manière de tente, qui leur servait de
coulisse. Le spectacle fut bientôt prêt. Les boulets et les kilos
étaient déjà entassés sur le chemin, et M. Othon, sans avoir l'air de
rien, soulevait ceux-ci de son petit doigt et faisait rouler ceux-là sur
son bras tendu; et du coin de l'oeil, il regardait la société Verdelet,
pour voir si elle ne s'étonnait point de sa grande force musculaire.

«Rangez-vous donc, monsieur Robinard, s'écria le gros Verdelet, qui
n'avait mis que deux sous dans le chapeau; rangez-vous donc; vous
m'empêchez de voir.»

Les alcides étaient en train de grimper l'un sur l'autre et de former ce
qu'on appelle, je crois, la pyramide humaine. Othon se retira de la
scène, mais on ne tarda point à avoir de ses nouvelles; car, tandis que
tout le monde regardait les exercices qui se faisaient dans le chemin,
lui, s'en allant à quelques pas de là, par derrière, saisit à deux mains
la grosse branche d'un chêne, et, par la force des poignets, il éleva
tout son corps à la position horizontale.

Par bonheur Oscar ne le perdait point de vue, et aussitôt que le
baronnet fût parvenu à cette périlleuse position, il s'écria:

«Messieurs et dames, regardez donc M. Robinard!»

Tous les yeux de l'assemblée se détournèrent vers le chêne, où
triomphait le troisième alcide, et chacun s'empressa d'applaudir. Oscar,
à cet instant, épia madame Verdelet, et il eut le chagrin de voir que
ses yeux brillaient d'une façon singulière, qu'on eût prise pour une
admiration mêlée de tendresse, en regardant ce hardi corps d'homme
supporté horizontalement par la branche de chêne. «Pauvre femme!»
pensa-t-il avec autant de tristesse que de dépit. «Quel oison et quel
charretier que ce Robinard!» ajouta-t-il intérieurement; puis il
s'efforça de n'y plus penser.--Mais Oscar était un téméraire de juger
ainsi sur les apparences toujours trompeuses; que nos lecteurs n'aillent
pas tomber dans le même péché.

Les alcides ayant soulevé et resoulevé leurs kilos, leurs boulets et
autres poids, plièrent bagage, et déjà les voyageurs parlaient, de
continuer l'excursion projetée à la tour. Je crois que ce fut l'abbé
Ponceau qui proposa le premier cette motion, à l'appui de laquelle il
criait la fameuse phrase de Philippe Ier à son fils Louis; «Mon fils,
garde bien ce château, qui m'a causé tant de peines et de tourments;
car, par la perfidie et la méchanceté de son soigneur, j'ai passé ma vie
entière à me défendre contre lui, et je suis arrivé à un état de
vieillesse, sans en avoir pu obtenir ni paix ni repos.»

Mais il était écrit que l'abbé en serait pour ses frais de souvenirs et
d'érudition préventive, car on vint annoncer à la société que le rail
était déjà réparé et qu'une machine, arrivant d'Étampes, allait emmener
le convoi. Chacun aussitôt se mit à courir vers le chemin de fer, et
comme madame Verdelet tenait encore le petit chien entre ses bras, Oscar
eut soin de s'élancer dans le wagon où elle entrait, au préjudice de M.
Robinard, qui s'en vint pour monter quand toutes les places étaient déjà
prises. Force lui fut de reprendre son premier poste sur l'impériale du
wagon, et bientôt on l'entendit sonner une nouvelle fanfare dans sa
trompe de chasse.

«Quel sot animal que cc Robinard!» disait M. Verdelet. Sa femme baissait
les yeux; Oscar ne conservait plus aucun doute. Témérité!
témérité!--L'abbé Ponceau regrettait tout haut que l'on n'eût pas eu le
temps de pousser jusqu'à la fameuse tour, et comme nous voulons épargner
ce juste regret à nos lecteurs, nous leur donnerons ici le dessin de
ladite tour, avec les quatre vers du Lutrin qui s'y rapportent;

        Ses murs, dont le sommet se dérobe à la vue.
        Sur la cime d'un mont s'allongent dans la nue,
        Et présentant de loin leur objet ennuyeux,
        Du passant qui les fuit semblent suivre les yeux.

Et maintenant nous arrivons à Orléans.

(_La suite à un prochain numéro._)

Albert Aubert.



Des Caisses d'Épargne.

L'_Illustration_ a déjà (t. 1, p. 102) fait ressortir les bienfaits de
l'institution des caisses d'épargne et de prévoyance. Aujourd'hui elle
doit en constater les progrès nouveaux, et apprécier l'utilité de
précautions réclamées par quelques-uns, dans l'intérêt de l'État et des
dépositaires, déclarées inutiles par quelques autres.

Le 23 du mois dernier a été tenue l'assemblée générale annuelle des
directeurs et administrateurs de la caisse d'épargne de Paris, et compte
y a été rendu des opérations pendant l'année 1843. Ce rapport a été
fait, comme les années précédentes, par M. Benjamin Delessert, un des
fondateurs de la caisse.

En 1843, la caisse a reçu à divers titres                 45,603,395 fr. 23 c.
Elle a remboursé par contre,                                     187,385 fr. 86 c.
Excédant des recettes sur les remboursements        9,416,009 fr. 37 c.
Lesquels ajoutés au solde de l'an  née 1842           93,570,234 fr. 02 c.
Constituaient la caisse de Paris débitrice envers
les déposants de la somme totale de                   104,786,213 fr. 59 c.
En 1841, il y a eu 34,303 nouveaux déposants
ayant versé                                                 6,147,000 fr.
En 1842,      --     35,653         --                 6,459.000
En 1843,      --     35,743         --                 6,337,000
                                                             105,699,000

Sur les 35,743 nouveaux déposants de 1843,    27,554 sont
des ouvriers et des domestiques, soit les trois quarts, savoir:
Ouvriers Artisans patentés.                                   16,053 }
                                                                            3,998  }  20,051
Domestiques                                                                        7,503
                                                                                         27,551

Depuis trois ans on a pris le soin, à la fin de chaque année, de classer
par nature de professions ou de situations, les déposants nouveaux. On
sait donc exactement aujourd'hui la répartition des 105,699 déposants de
1841, 1842 et 1843. En admettant, ce qui est très-vraisemblable, que les
proportions fournies par le nombre des déposants de ces trois dernières
années soit applicable à l'ensemble des déposants actuels, qui est de
161,843, on trouve, par cette évaluation, aussi juste que possible,
qu'il y a en ce moment environ 90,000 personnes de la classe ouvrière et
34,000 domestiques, ensemble 124,000 individus, tant ouvriers et
artisan! que domestiques, c'est-à-dire plus des trois quarts des 161,843
déposants.

Le nombre total des ouvriers et des domestiques des deux sexes, à Paris,
peut être évalué à 400,000, dont 320,000 ouvriers et 80,000 domestiques.
Si, sur les 320,000 ouvriers; 90 000 déposent à la caisse d'épargne, on
peut donc estimer qu'elle a affaire à peu près au quart des ouvriers de
Paris, et si, sur 80,000 domestiques, elle en compte 36,000 sur ses
livrets, elle a atteint bien près de la moitié du nombre total. En
d'autres termes, la caisse d'épargne de Paris compte, parmi ses
déposants, environ 1 ouvrier sur 4 et 1 domestique sur 2.

M. B. Delessert a appelé particulièrement l'attention sur le
développement pris par les caisses En effet, l'augmentation, pendant les
cinq dernières années, a été de 59,000 déposants, déduction faite de
ceux qui ont été remboursés intégralement, et l'augmentation, en somme,
a été de 11 millions. La moyenne donne pour résultat un accroissement
annuel de 12,000 livrets et une somme de 8 millions. Si cette
progression continuait dans la même proportion pendant douze ans, le
nombre total des déposants à la caisse d'épargne de Paris seulement se
trouverait être de 300,000, auxquels il serait dû environ 200 millions.

L'accroissement des dépôts dans les caisses d'épargne des départements
est dans une proportion plus forte encore que celle de Paris. Il a été,
depuis cinq ans, de 160 millions, soit 31 millions par an, ce qui, avec
les 8 millions de la caisse de Paris, donne une augmentation annuelle
d'environ 40 millions pour toutes les caisses d'épargne de France. Au
bout de douze années, si cet accroissement se maintenait dans cette même
progression, la somme totale serait de 480 millions, lesquels ajoutés à
312 millions actuellement à la caisse des dépôts et consignations,
porteraient probablement les sommes dues à cette époque à toutes les
caisses d'épargne à plus de 800 millions. «Cette somme, ajoute M. B.
Delessert, peut paraître bien forte; mais, loin de s'en alarmer, tous
ceux qui apprécient les résultats de cette belle institution doivent
s'en réjouir. La seule chose dont il soit nécessaire de s'occuper, c'est
de prendre des mesures pour que des demandes de remboursement subites et
trop considérables ne viennent donner quelque souci ou occasionner
quelque embarras. Le gouvernement s'en occupe d'une manière sérieuse, et
il a nommé une commission qui déjà s'est réunie plusieurs fois pour
examiner cette question. Il faut espérer qu'on parviendra à une solution
qui, en ne portant aucune atteinte au développement et à l'utilité des
caisses d'épargne, mettra cependant le gouvernement à l'abri du danger
que pourraient offrir, en cas de crise, des remboursements d'une trop
grande importance.»

Rien de plus sage que ces observations et que ce voeu. Néanmoins, à M.
B. Delessert a succédé un censeur, M. Poullain-Deladreue, lequel a
déclaré ne pas partager un pareil souci, et admirer tant de sollicitude
sans la concevoir. Il n'y a, à ses yeux, qu'un mauvais citoyen qui
puisse, en temps de crise, aller retirer son dépôt de la caisse
d'épargne; les bons, au contraire, profitent de ce moment pour lui
confier leur avoir. «A l'époque de douloureuse mémoire où le choléra
sévissait avec fureur au milieu de nous, n'avons-nous pas vu des
milliers de déposants nous apporter le fruit de leurs économies?» C'est
la reproduction de l'opinion et de l'argument mis précédemment en avant
par M. le baron Charles Dupin, dans un volume publié par lui au mois de
janvier dernier, sous le litre de _Constitution, Histoire et Avenir des
caisses d'épargne de France_. Tant de quiétude fait l'éloge de ces
messieurs; mais quand on crie au feu et quand on sent le brûlé dans une
salle de spectacle, chacun se précipite vers les issues, les bons comme
les mauvais citoyens. Sans nul doute il serait beaucoup plus sage de ne
sortir qu'avec ordre et successivement; mais il y aurait dans les
vestibules cent orateurs comme MM. Poullain-Deladreue et Charles Dupin,
que leur éloquence ne viendrait probablement pas à bout de
l'empressement, mal entendu, nous le voulons bien, des fuyards. Il en
serait évidemment, au jour d'une crise un peu profonde, à la caisse
d'épargne comme aux portes du théâtre menacé: la foule y ferait arriver
la foule; les retraits se multiplieraient, et la crainte du mal
amènerait le mal lui-même, la chambre des pairs s'en est montrée
vivement préoccupée, dans sa discussion du budget des recettes pour
l'exercice 1814; le gouvernement avait pris l'engagement de présenter
dans la session actuelle un projet de loi qui garantit la sûreté du
trésor. Nous désirons vivement que cette promesse ne demeure pas
longtemps encore méconnue.

En attendant, la caisse des consignations a rendu au trésor ce dépôt
chaque jour croissant dont elle ne trouvait plus l'emploi. Le trésor,
qui en sert l'intérêt à 4 pour 100, en use sans doute pour se dispenser
d'émettre des bons ou pour reculer l'époque de ses emprunts; mais ce
sont là des applications dangereuses, et il est temps que la loi vienne
les régulariser. Dans une brochure très-remarquable attribuée à M.
Bonnardet, de Lyon, et dont nous avons déjà parlé, page 246, l'auteur
propose d'appliquer les dépôts des caisses d'épargne à la collection des
chemins de fer par l'État, en intéressant dans les produits de ces voies
les déposants qui auront consenti à cette affectation. Un journal, _le
National_, a adopté et reproduit cette idée: le désir manifesté par la
chambre des députés de voir le gouvernement exécuter lui-même les
chemins la recommande à l'examen du gouvernement, comme permettant
d'atteindre le double but qu'on se propose.



Étuves de Néron, ou Tritoli.

M. le docteur Constantin James vient de publier la relation du voyage
scientifique qu'il a exécuté en 1843 avec M. le docteur Magendie, et
dont nous avons déjà donné un extrait dans notre numéro du 24 février.
L'importance des observations faites par ces deux savants nous porte à
publier la curieuse expérience qu'on va lire:

«A peu de distance de Pouzzoles, dit le docteur James, non loin du cap
Misène, et de l'autre de la sibylle de Cumes, se trouvent les étuves de
Néron, appelées anciennement Posidianæ, du nom d'un affranchi de Claude.
Elles sont renfermées dans une excavation pratiquée sur le versant
méridional de la montagne de Baies, à quinze mètres environ au dessus du
niveau de la mer. On y accède par un sentier taillé dans le roc. Les
flots baignent la base de la montagne, dont le sommet était autrefois
couronné par un palais communiquant avec les étuves au moyen de
splendides galeries. Il en reste encore plusieurs voûtes et quelques
colonnes. C'est un des sites les plus beaux des environs de Naples.
Devant vous apparaissent, au milieu de la mer, les débris du pont de
Caligula, et, si vous promenez vos regards sur le golfe, vous rencontrez
à l'horizon Ischia. Capree, Sorente et le Vésuve.

[Illustration: Vue intérieure des Étuves de Néron]

«L'intérieur de la grotte est divisé en quatre salles disposées les unes
à la suite des autres. La lumière y pénètre par des ouvertures qui font
face à la mer. Dans chaque salle sont plusieurs tables en lave, creusées
de manière à recevoir des matelas, sur lesquels on vient s'étendre pour
respirer un air plus frais à la sortie du bain. Autrefois des statues,
circulairement rangées, indiquaient le nom des maladies que ces étuves
étaient réputées guérir. Nous ne vîmes plus que des niches vides et
dégradées.

«La salle d'entrée est la pièce la plus spacieuse. Elle peut avoir dix
mètres de long sur cinq de large. Dans le fond se trouve une ouverture
semblable à la gueule d'un four. Il s'en échappe sans cesse un nuage de
vapeur humide et brûlante. C'est l'orifice du couloir qui mène à la
source où la vapeur se forme.

«Le gardien des étuves est un petit vieillard dont l'aspect fait mal.
Son excessive maigreur, sa peau sèche et racornie, sa respiration
sifflante n'indiquent que trop le pénible métier qu'il exerce
journellement. En effet, sa seule industrie est de traverser une
atmosphère embrumée pour aller puiser à la source un seau d'eau dans
lequel les visiteurs s'amusent ensuite à plonger des oeufs qui
deviennent durs en moins de cinq minutes.

«Nous étions à peine entrés, que le gardien alluma de lui-même une
grosse torche en résine pour éclairer sa descente dans l'étuve. Je fus
curieux de l'accompagner. C'était pour moi une occasion favorable et
intéressante de répéter quelques-unes des observations dont les travaux
de M. Magendie sur la chaleur venaient récemment d'enrichir la science.

«Nous quittons, le gardien et moi, nos vêtements, et, après avoir pris,
lui sa torche, moi mon thermomètre, nous pénétrons dans le conduit.

«La hauteur du couloir est de deux mètres, sa largeur d'un mètre
environ. Température, 40° centig. en haut et 33° en bas. Aussi la
chaleur paraît-elle étouffante ou supportable, suivant qu'on élève la
tête ou qu'on la tient baissée. La différence est due à cette cause
toute physique que la couche la moins échauffée étant la plus lourde,
doit nécessairement occuper la partie inférieure.

«Cet air plus chaud et cet air plus froid constituent un double courant
dans le sens de la sortie du premier et de l'entrée du second; de sorte
que, si vous placez la torche près de la voûte, la flamme s'incline en
dehors, et, près du sol, en dedans.

«Nous faisons quelques pas. Le couloir change brusquement de direction,
puis il décrit des sinuosités. Je marchais accroupi, la tête courbée le
plus possible; tandis que le gardien, vu sa petite taille et surtout ses
habitudes d'incombustibilité, dédaignait ces précautions. Après avoir
parcouru environ quarante mètres, nous arrivons à un point où le chemin
se coude à angle presque droit. Les personnes qui vont prendre leur bain
de vapeur, et elles sont aujourd'hui très-peu nombreuses, pénètrent
rarement jusque-là. Elles s'arrêtent dès les premiers pas dans le
couloir.

«Le gardien me fit remarquer en cet endroit l'orifice d'un des six
autres conduits, qui ont été inutilement creusés dans le tuf avant qu'on
parvint à la source.

«Le thermomètre marque 40° en haut et 37° en bas. Déjà je me sens fort
incommodé de la chaleur. Mon pouls s'est élevé de 70 pulsations à 90.

«Après une halte de quelques instants, nous avançons. La température
augmente; le couloir se rétrécit, et, au lieu du plan légèrement incliné
que nous avions suivi, il n'offre plus qu'une pente très rapide. Le
gardien lui-même marche avec une extrême difficulté. Je continue de le
suivre; mais bientôt, afin de me maintenir la tête plus élevée, et
d'empêcher le sang de s'y porter par son poids, je m'agenouille; puis,
me retenant par les pieds et les mains aux aspérités d'un terrain
humide, je me laisse péniblement glisser à reculons. Mes artères
temporales battent avec force. Ma respiration est plaintive, courte,
saccadée, haletante. Mon corps ruisselle. 120 pulsations. A chaque
instant je m'arrête épuisé, pour appliquer ma bouche contre le sol, où
j'aspire avidement la couche d'air la moins brûlante.

«Le courant supérieur indique 48°, l'inférieur 45. Nous sommes
enveloppés d'une vapeur telle que la flamme de la torche, d'où s'exhale
une fumée fétide, n'apparaît que comme un point brillant au milieu d'un
anneau lumineux.

«Nous descendons toujours, l'atmosphère est de plus en plus étouffante.
Il me semble que ma tête va se briser, et qu'autour de moi tout projette
un éclat phosphorescent. J'ai à peine la conscience de mes sensations.
Au moins, s'il me fallait du secours, ma voix pourrait-elle se faire
entendre? J'appelle, puis j'écouto... rien, que le bruit de nos deux
respirations.

«Cependant le terrain se redresse. Un léger bouillonnement indique que
nous sommes près de la source, la voici. Mais la vapeur est si épaisse,
qu'il faut que le gardien promène sa torche au-dessus des objets, pour
les éclairer d'une manière distincte.

«Autant qu'il me fut possible de le reconnaître, l'eau se trouve
répartie dans trois petits bassins, communiquant entre eux par une
ouverture qu'on aperçoit à la base des cloisons de séparation. C'est
dans le second bassin que jaillit la source. Celui du fond est percé
d'un trou par où l'eau s'échappe en tournoyant. Sur le bord du premier
bassin est une pierre où l'on pose le genou pour puiser l'eau.

«Je me traîne vers la source, tenant mon thermomètre à la main; mais
j'avoue qu'à ce moment les forces me manquèrent. Le mercure indiquait
50°, sans différence entre les couches supérieures et les couches
inférieures. Mon pouls battait tellement vite que je ne pouvais plus en
compter les pulsations. Il me sembla que si je venais à me baisser,
j'allais probablement tomber asphyxié. Ce fut donc le gardien qui
plongea mon thermomètre dans la source. La température de l'eau est de
85°. il remplit ensuite le seau dans le premier bassin, dont j'évalue la
profondeur à cinquante centimètres.

«Mon but était atteint. Je rassemblai toute mon énergie pour sortir de
cette épouvantable fournaise où j'avais regretté plus d'une fois de
m'être engagé Ayant à monter au lieu de descendre, je ne suis plus force
de ramper à reculons. Aussi fumes nous bientôt hors de l'étuve.

«Le contact de l'air frais me fit éprouver un saisissement voisin de la
syncope. J'y voyais à peine et chancelais comme un homme ivre. Mon front
violacé, mes cheveux collés par la vapeur, mes bras, mes jambes, mon
visage et toute la partie antérieure du tronc: salis par une poussière
humide et noire, me donnaient un aspect effrayant. J'avais 150
pulsations. Heureusement le sang me jaillit par le nez. A mesure qu'il
coule, je me trouve soulagé. Ma respiration est plus libre. Mes idées
sont plus nettes.

«Nous étions restés près d'un quart d'heure dans l'étuve, dont le
parcours total a une longueur de cent mètres environ. M. Magendie,
inquiet de ne pas me voir revenir, m'avait appelé plusieurs fois; mais,
bien que forte et sonore, sa voix, pas plus que la mienne, n'avait pu
traverser le couloir.

«Le gardien, qui n'avait pas l'habitude d'y séjourner aussi longtemps,
n'était pas beaucoup mieux que moi. Ses mouvements respiratoires
s'accompagnaient d'un sifflement si bruyant qu'on l'aurait cru atteint
d'un violent accès d'asthme.

«L'eau que nous venions de puiser à la source était parfaitement claire,
limpide et inodore. Sa saveur âcre et salée rappelle celle de l'eau de
Pullna, dont elle partage les propriétés purgatives. Elle n'est point
gazeuse. Si elle exhalait de l'acide carbonique, on serait asphyxié dès
les premiers pas dans l'étuve. Elle ne forme aucun dépôt en se
refroidissant. Je l'ai fait analyser à Paris, et elle nous a offert des
quantités considérables de sels de chaux, soude et magnésie.

«Pendant que j'étais occupé à faire disparaître les traces de ma visite
souterraine, le guide que nous avions amené de Naples, fatigué sans
doute de son rôle de muet observateur, nous raconta qu'un Français était
mort, l'année précédente, en huit jours, des suites d'une semblable
pérégrination. L'anecdote me parut plus intéressante qu'opportune.

«En quittant les étuves, nous allâmes visiter les bains de Néron.
Abandonnés aujourd'hui, ils sont alimentés par la source des étuves que
nous avons dit se perdre dans le troisième bassin, et qui vient ensuite
sortir au pied de la montagne.

«De retour à Naples, je conservai 100 pulsations pendant toute la
soirée. J'éprouvai une agitation fébrile, de l'étonnement, des tintements
d'oreille, une sorte de fourmillement dans tous les membres. Mon sommeil
fut cependant assez calme.

Le lendemain, je ne sentais plus que de la fatigue. M. Magendie remarqua
que mes yeux restaient injectés par l'extravasation d'un peu de sang
dans la conjonctive. Cette injection, qui n'était nullement douloureuse,
se dissipa au bout de deux à trois jours.»



La Fête des Allemands à Rome.

FRAGMENT D'UNE LETTRE.

Rome, le 10 juin 1844.

... Pendant que le triste dénouement d'un drame sanglant s'accomplissait
dans le nord des États de l'Église, une scène joyeuse se passait à
quelques milles de Rome. Depuis huit jours une grande agitation régnait
parmi les artistes allemands qui habitent Rome; leurs figures ouvertes,
mais impassibles d'ordinaire, étaient rayonnantes et animées; leur
conversation que malheureusement je ne comprenais pas avait quelque
chose d'inaccoutumé. Enfin je connus le mot de l'énigme en recevant une
lettre qui m'invitait à me rendre à _la Cervara_, petit village des
environs de Rome. Mais une chose me parut singulière; bien que nous
fussions au mois de mai, et que le carnaval fût enterré depuis
longtemps, on m'invitait à prendre un costume de fantaisie, et à me
rendre au village, monté sur un âne. Ces deux conditions étaient
indispensables sous peine d'exclusion. Le gouvernement pontifical permet
cette mascarade, pourvu que l'on se costume hors de la ville sainte;
aussi, de grand matin, voit-on une immense foule environner la
_locanda_, où chaque artiste va, d'un air très-grave, s'affubler du
costume grotesque ou sérieux de quelque personnage réel ou imaginaire.
Des qu'il en paraît un, ce sont des rires, des battements de mains, des
joies inconnues en France. Une gaieté franche accueillait chaque
déguisement, et l'accompagnait jusqu'à la plaine de _la Carvara_ où la
cavalcade aux longues oreilles se rangea à la voix d'un général. La
musique se fit entendre au loin, et l'escadron asinien y répondit d'une
manière comique. On vit alors s'avancer majestueusement un char traîné
par deux boeufs précédés de bannières portant Bacchus sur un tonneau, et
d'huissiers ayant sous le bras un parapluie, et sur leurs chapeaux les
armes du roi de la fête, c'est-à-dire un compas en sautoir avec une
fiole de gomme élastique (le roi était un architecte); enfin le cortège
s'arrêta, et ce monarque d'un jour prononça un discours en allemand.
Plusieurs fois l'orateur fut interrompu par des sons discordants que la
baguette et le fouet des huissiers ne purent faire cesser que
difficilement. Le discours terminé, le cortège se remit en marche et se
rendit dans une caverne, où, après les invocations d'usage, la sibylle
se montra aux yeux effrayés des spectateurs. Le roi la questionna
d'abord sur le sort des arts pendant l'année; mais aussitôt la sibylle
se couvrit la tête et s'enfuit. Evoquée de nouveau et à plusieurs
reprises, elle ne reparut qu'après les vives instances du roi des
Allemands. Enfin elle parla. Je crois qu'il est facile de deviner sa
prédiction, qui peut se traduire par anarchie, égarement, mais grand
talent. Sa harangue achevée, après quelques minutes, l'on vit passer
dans l'ombre de la grotte _Pietro_, le modèle favori, _Pietro_, laissé
aux artistes comme type de l'ancien Romain, et portant une tasse de café
sur un plateau. La sibylle, ayant satisfait ses nombreux auditeurs, se
retira près de Pietro, après avoir accepté l'invitation d'un repas au
fond de l'antre consacré.

[Illustration: Fête des Allemands, à Rome, au mois de Mai, dans les
grottes de la Cervara.]

Dans une grande salle taillée dans le roc, et soutenue par d'énormes
massifs de pierre, se trouvaient des tables rangées en fer à cheval. Des
pierres roulées à l'entour servaient de sièges. Chacun courut se placer
suivant son bon plaisir; des tostes furent portés alternativement, et
tous tendaient à l'union artistique des peuples, au développement, et au
progrès des arts. En Italie, berceau des arts, aujourd'hui terrain
neutre, on se visite volontiers; les arts se font au grand jour, et les
ateliers sont ouverts à tous; c'est une confraternité générale. Il n'en
est pas ainsi dans notre France, où l'on oublie bien vite les préceptes
admirables de confiance mutuelle; ici on se cache, on travaille dans
l'ombre. Peu d'amis ont le droit de pénétrer dans l'intimité de
l'atelier; et cependant c'est là peut-être où les grandes questions
politiques sont inconnues, où les spéculations financières sont
regardées comme séchant le coeur, où enfin l'homme travaille à son art
favori sans s'inquiéter de sa fortune.



Courrier de Paris.

[Illustration: Cour d'assises de la Seine;-Audience du 27 juin
1844--Procès d'Édouard Donon-Cadot et de Rousselet, accusés d'assassinat
sur la personne de Donon-Cadot, banquier Pontoise.]

[Illustration: Maison de Donon-Cadot, rue Basse de la Tannerie, à
Pontoise.]

[Illustration: Arrestation de Rousselet, assassin de Donon-Cadot.]

Voici un temps qui n'est pas rafraîchissant du tout: le ciel est lourd
et l'air brûlant; Paris ne ressemble plus à rien, si ce n'est à un four;
on n'entend de tous côtés que des ouf! et des holà! on ne voit que des
visages rouges et haletants, des regards mornes et des fronts qui
s'essuient; que de gens ôtent leur chapeau et passent leurs doigts dans
leurs cheveux humides; que d'autres enflent leurs joues et cherchent,
tristes Borées, à faire un peu d'air et de fraîcheur! Heureux les
Parisiens favorisés du ciel que leurs affaires ne forcent pas à mettre
le pied, par ces jours de canicule, sur le pavé brûlant et l'asphalte
calciné! Heureux ceux qui ne sont point condamnés à traverser, en plein
midi, le quai du Louvre, la place Louis XV ou le Carrousel, immenses
fournaises d'où les humains sortent dix fois plus rôtis qu'un poulet
qu'on vient de tirer de la broche! Heureux, enfin, les rentiers et les
fainéants qui peuvent s'étendre sur un divan recouvert d'une toile de
Perse, toutes fenêtres closes, et au milieu de cette fraîche atmosphère
que produit le demi-jour dans le boudoir de nos femmes élégantes et de
nos raffinés.

S'il y a encore un Paris qui travaille et s'agite, on peut dire, sans
exagération, qu'il y a aussi un Paris qui passe sa journée étendu, comme
un mouton haletant à l'ombre des haies; s'il y a encore un Paris vêtu,
il y en a un qui ne l'est guère. Arrivez à l'improviste chez votre
voisine ou chez votre voisin, sans donner l'alarme par un coup de
sonnette, vous les verrez, comme des ombres épouvantées, s'enfuir de
porte en porte, dans ce simple appareil dont parle Néron, et que ne
justifient que trop les fureurs caniculaires de la saison.

Les glaciers et les limonadiers triomphent et se rengorgent: la canicule
fait leur bonheur et leur joie. Blanche est ravi, et Tortoni ne se sent
pas d'aise. Le Paris aristocratique est voué au sorbet et à la coupe à
la merise; le Paris bourgeois, au verre d'eau sucrée et à la limonade;
le Paris populaire, à la bière et au cidre; chacun se rafraîchit comme
il peut; toutes les soifs sont égales, mais l'inégalité règne dans les
moyens et dans la façon de la satisfaire; et si Jean Jacques
ressuscitait, quel beau chapitre il pourrait écrite sur cette matière,
pour faire suite à son discours philosophique couronné par l'Académie de
Dijon.

Cependant, les théâtres ne partagent pas l'avis de Tortoni et de
Blanche; la canicule et les théâtres sont deux ennemis nés, qui ne
s'entendront jamais ensemble. Dès que juin et juillet paraissent à
l'horizon, au milieu des feux de leur soleil éclatant, les théâtres
s'attristent et entrent en solitude. Peuplés tout à l'heure, et assiégés
par la foule, ils se dépeuplent tout à coup et sont abandonnés; si vous
aimez le désert, si vous voulez, comme Alceste, fuir l'approche des
humains, louez une stalle ou une loge pendant les jours d'été, du 13
juin au 15 août; vous êtes sûr de pouvoir donner un libre cours à votre
misanthropie, et de ne percevoir qu'à de rares intervalles cette espèce
malfaisante qu'on appelle vulgairement l'espèce humaine.

Ces malheureux théâtres comprennent si bien leur infortune, qu'ils ne
cherchent pas même à lutter contre elle, tant elle leur semble fatale et
inévitable; résignés à leur sort, ils chantent, déclament et gambadent
devant des loges vides, et des banquettes où quelques spectateurs égarés
s étendent de long en large, sans craindre de rencontrer le bras, la
jambe ou le dos d'un voisin. Aussi l'été est-il la saison stérile pour
les champs dramatiques; tandis que ailleurs les fleurs et les fruits
abondent, parent la surface de la terre et ornent les vergers et la cime
des arbres, les théâtres ne donnent ni fleurs ni fruits; ils vivent tant
bien que mal des restes de leur hiver et de quelques vaudevilles,
comédies ou drames avariés, dont les fins gourmets n'auraient pas voulu
dans une autre saison. Les mauvaises pièces, celles du moins dont on
n'attend rien ou peu de chose, sont qualifiées, en style de direction
théâtrale, de pièces d'été; on les met en réserve sous cette étiquette,
et on les garde pour les mois étouffants. Il y a plus d'une raison pour
que les théâtres en agissent, ainsi; d'abord, les bonnes pièces, ou
plutôt celles qui ont la prétention d'être bonnes, font les reinchéries
et refusent d'affronter les chances du mois de juillet ou du mois
d'août; d'autre part, les mauvaises pièces se laissent faire; il est
clair, en effet, que leur intérêt les engage à se produire dans une
saison où les juges sont absents et les banquettes désertes; elles sont
à peu près sûres d'être applaudies quand personne n'est là pour les
siffler. De là cette abondance d'ouvrages détestables qui affligent
l'été.

C'est aussi le temps où les acteurs un peu en crédit prennent leur
congé; ils quittent Paris, qui va bientôt les quitter, pour aller
chercher en province ou à l'étranger les succès, les bravos, la foule
que la canicule leur enlève. Cette émigration a l'avantage de donner un
grand attrait aux dernières représentations qui précèdent leur départ,
et de faire oublier au public les ardeurs du thermomètre; sans compter
qu'elle prépare à ces acteurs bien-aimés le triomphe d'un retour
éclatant. Paris, qui s'est trouvé privé de leur talent pendant deux ou
trois mois, les revoit plus tard avec transport; il n'y a rien de tel
que l'absence pour aiguiser l'appétit; la possession sans relâche blase
et fatigue les plus amoureux.

Nous allons donc perdre, pour quelques semaines, nos acteurs et nos
chanteurs les plus renommés, mademoiselle Rachel à leur tête; ou plutôt,
nous avons déjà perdu mademoiselle Rachel; elle a donné, l'autre jour,
sa représentation d'adieu au milieu des bravos et des couronnes; c'est
la Catherine II de M. Hippolyte Romand qui en a fait les honneurs. A
l'heure où nous écrivons, mademoiselle Rachel est à Bruxelles, où elle
jouera six fois pour les menus plaisirs de la Belgique; il est probable
que Gand. Anvers, Mons et les autres villes accourront pour l'applaudir;
les _railways_ vont avoir fort à faire. Où ira ensuite mademoiselle
Rachel? Personne ne le sait positivement; les uns parlent de
l'Angleterre, les autres de l'Italie; les mieux informés pensent que
mademoiselle Rachel, déposant pour quelque temps le sceptre et la
couronne tragiques, se vouera au silence, au repos, à la solitude, et,
laissant là Corneille et Racine, lira Berquin ou _l'Ami des Enfants._

Nous disions qu'il était impossible d'avoir raison de la canicule: non
certes... à moins qu'on ne s'appelle Marie Taglioni; juin a beau faire,
il n'est pas le plus fort contre ce talent divin; les sept
représentations données par la ravissante danseuse ont été, pour elle,
autant de triomphes; en vain l'ingénieur Chevalier nous menaçait de ces
vingt degrés au-dessus de zéro, la foule impatiente se disputait les
places, au risque de l'asphyxie. Aujourd'hui samedi, Marie Taglioni a
clos ces soirées magnifiques; elle se dérobe, le sourire sur les lèvres,
à l'avalanche de couronnes et de fleurs amoncelées sous ses pas et sur
sa tête, par l'enthousiasme du parterre. On avait annoncé,--nous avions
annoncé nous-même,--que mademoiselle Taglioni était résolue à se retirer
ensuite définitivement du monde des sylphides; Paris aurait reçu ainsi
son suprême adieu. Il n'en est rien: mademoiselle Taglioni n'entend pas
faire de jaloux; après Paris, elle ira successivement visiter les
royaumes et les capitales qui l'ont admirée et fêtée pendant sa
brillante carrière; à chacune d'elles, Marie Taglioni veut demander une
dernière couronne et adresser un dernier sourire; ou a calculé que ce
voyage de reconnaissance pourra durer à peu près deux ans et rapporter à
mademoiselle Taglioni de trois à quatre cents mille francs; c'est sur ce
lit d'or et de fleurs, et seulement après ces deux années mémorables,
que Marie Taglioni compte se reposer sans retour.

Le vénérable Berton, l'auteur du _Montano_ et d'_Aline_, est mort il y a
quelques semaines, comme chacun sait; nous ne savons pas si l'habile
compositeur a légué son génie musical à quelqu'un; jusqu'ici nous n'en
avons rien vu; mais du moins son fauteuil académique ne restera pas sans
héritier; l'Académie des Beaux-Arts en a fait sortir un de l'urne du
scrutin; ce bienheureux élu est M. Adolphe Adam. Pourquoi pas? M.
Adolphe Adam est un compositeur fécond et spirituel, et l'ombre du
bonhomme Berton n'y trouvera rien à redire; Berton lui-même, de son
vivant, avait donné trois ou quatre fois sa voix à Adolphe Adam, qu'il
aimait beaucoup. On ne croit pas cependant qu'il ait poussé l'amitié
jusqu'à mourir tout exprès pour lui laisser son fauteuil.

«Enfin le voilà! il a paru! ouvrez les oreilles et les yeux!

--Quoi donc? de qui parlez-vous? quelle est cette merveille?

--Ne le savez-vous pas? de quoi parle-t-on depuis six mois? quel est le
prodige que Paris, que la France, que l'Europe, que le monde attend avec
anxiété?--Ah! je comprend; le _Juif Errant_ de M. Eugène
Sue!--Précisément. _Le Constitutionnel_ a commenté la fameuse
publication; aussi l'abonné se rue-t-il aux portes; et il faut avouer
qu'on n'a pas perdu pour attendre: les cinq premiers feuilletons qui
sont comme l'avant-scène du livre, promettent monts et merveilles; le
singulier y règne, la curiosité y est vivement excitée; et tout fait
croire que _les Mystères de Paris_ ont trouvé un frère puîné qui ne leur
cédera en rien, ni pour l'originalité, ni pour la variété, ni pour la
hardiesse, ni pour le plaisir, ni pour la terreur.

Mais voici un autre drame qui se déroule sous nos yeux; et
malheureusement ce n'est plus d'un roman qu'il s'agit, mais d'une
épouvantable réalité. On voit que nous voulons parler du crime qui jeta
l'effroi dans la ville de Pontoise au mois de janvier dernier,
c'est-à-dire de l'assassinat du banquier Donon-Cadot.

Donon-Cadot, ancien marchand de draps à Pontoise, avait abandonné ce
commerce depuis 1837, et se livrait à des opérations d'escompte et de
banque; il passait pour très-riche dans le pays, et aussi pour
très-parcimonieux. Donon-Cadot habitait une des rues les plus
fréquentées de Pontoise; une femme de ménage composait tout son
domestique. Le riche banquier, continuellement occupé de ses nombreuses
affaires, s'installait d'habitude, dès le matin, dans son bureau, situe
au rez-de-chaussée et donnant sur la rue par une fenêtre ornée de longs
rideaux verts; c'est là que le 15 janvier, vers quatre heures et demi du
soir, le fils aîné, le gendre, la soeur, et la belle-fille de
Donon-Cadot trouvèrent un cadavre gisant dans le sang et horriblement
mutilé: c'était celui du malheureux vieillard. Des traces d'effraction
annonçaient que le vol avait suivi l'assassinat; en effet, sur la
déclaration du jeune Édouard, second fils de la victime, il fut constaté
que l'assassin avait soustrait une somme d'argent s'élevant à peu près à
6,000 fr., et un portefeuille contenant pour plus de 600,000 francs de
valeurs.

La justice fit pendant longtemps de vains efforts pour découvrir les
traces du coupante; rien n'éclairait ses recherches: enfin, on apprit
que plusieurs des billets soustraits chez Donon-Cadot avaient été
présentés en paiement à différentes personnes; la justice remonta aux
informations, épia, surveilla, se tint sur ses gardes, et enfin, le 15
février, elle opérait l'arrestation d'un jeune homme âgé de seize à
dix-sept ans, qui se trouvait porteur d'un billet endossé par
Donon-Cadot Ce jeune homme était le fils d'un nommé Rousselet, de
Sannois; dès ce moment, tout fut dit; on tenait le coupable.

Le 18 février, Rousselet père était arrêté à Sannois à six heures du
matin. Les gens de justice ne le trouvèrent pas chez lui, mais dans une
cabane isolée et attenante à un petit jardin dont Rousselet était
propriétaire; depuis quelques semaines, Rousselet avait quitté sa maison
pour cette retraite solitaire; quand on l'y surprit, il avait un
pistolet placé près de lui, mais il n'en fil pas usage pour se détendre;
sur le mur de la cabane, près de la porte, on lisait ces inscriptions
lugubres, récemment tracées à la pointe d'un couteau:

«Ma tombe est à trente mètres de cette porte, à un mètre du mur.

«Rousselet Père.

«Ne pleurez pas sur ma tombe, je l'ai arrosée de mes larmes en la
fouillant.»

Une fosse était creusée, en effet, près de la porte.

D'abord Rousselet nia toute participation au crime; il déclara qu'il
avait trouvé les billets dont il était nanti à l'embarcadère du chemin
de fer, rue Saint-Lazare. Puis peu à peu, pressé de questions et vaincu
par l'autorité des faits, il s'avoua coupable; c'était bien lui qui
avait frappé, dans la matinée du 13 janvier, le malheureux Donon-Cadot!

Ce n'était pas assez; il fallait qu'un fait inattendu, douloureux,
effrayant, vînt augmenter l'horreur de cette terrible et sanglante
aventure; Rousselet avoua qu'il avait un complice; mais quel était ce
complice? Après avoir fait planer quelque temps les soupçons sur le
jardinier attaché à la maison de Donon-Cadot, Rousselet, abandonnant ce
pauvre homme dont l'innocence, en effet, fut aisément constatée, désigna
pour son complice... le fils de la victime elle-même, le jeune Édouard
Donon-Cadot, âgé de dix-huit ans et sorti, depuis une année seulement,
des bancs du collège. Rousselet accusa positivement ce jeune homme de
lui avoir suggéré le premier la pensée du crime et de l'avoir poussé à
l'accomplir par l'horrible appât d'une somme de cent mille francs.

Devant une pareille complicité, devant l'idée d'un forfait que certains
législateurs de l'antiquité avaient déclaré impossible, tant il semble
intervenir les lois divines et humaines, les magistrats s'arrêtèrent
d'abord; et nous-mêmes, en écrivant ces lignes, nous avons hésité un
instant à mêler le nom d'un fils à l'assassinat d'un père; mais nous ne
sommes ici que les historiens de ce drame lugubre, et le fait de
l'arrestation d'Édouard Donon-Cadot et de sa mise en jugement est plus
fort que notre répugnance; comment se taire, en effet? A l'heure même où
nous parlons, Édouard Donon-Cadot est assis sur les bancs de la cour
d'assises, à côté de Rousselet, et Dieu veuille qu'il parvienne à
prouver qu'il n'y a qu'un coupable dans cette sinistre et fatale
affaire! Rousselet avoue et accuse; Édouard Donon-Cadot nie.

Quant à la justice, elle s'appuie, pour justifier l'arrestation du jeune
Édouard et sa mise en jugement, d'abord sur les aveux formels et
réitérés de Rousselet, puis sur les hésitations, les explications
embarrassées et contradictoires du malheureux Édouard, et sur des
circonstances fatales qui semblent l'accuser. Quand le crime a été
commis, en effet, Édouard Donon-Cadot était dans la maison paternelle.
Comment n'a-t-il pas entendu le cri épouvantable qu'a poussé la victime,
et comment n'a-t-il pas volé à son secours? L'acte d'accusation argue
d'aileurs de ce fait, qu'Édouard est resté toute la journée enfermé dans
cette maison sanglante, disant à tous ceux qui venaient demander son
père, qu'il était absent sans doute dès le malin. Ce ne fut qu'à quatre
heures et demie du soir, près de sept heures après l'assassinat,
qu'Édouard Donon-Cadot sortit enfin et alla prévenir son frère, non pas
du crime, mais de l'inquiétude qu'il éprouvait en ne voyant pas son
père, et de ses soupçons qu'il pouvait bien lui être arrivé quelque
chose.

[Illustration:
a. Porte conduisant à la chambre du jury.
b. Porte conduisant à la chambre du conseil.
c. Le président.
d. Les conseillers assesseurs.
e. Le procureur général ou son substitut.
f. Le greffier.
g. Le jury.
h. Porte conduisant à la Conciergerie.
i. Banc des accusés.
j. Banc des avocats.
m. Places réservées aux magistrats.
n. Huissiers.
o. Banc des sténographes.
p. Places réservées aux témoins.
q. Porte conduisant à la salle des témoins.
s. Enceinte publique.
t. Porte de l'enceinte publique.]

Arrêtons-nous là; les accusés sont devant leurs juges, et la vérité doit
bientôt sortir du débat dramatique et terrible qui vient de s'engager.
Laissons donc la vérité se faire jour dans cette nuit épouvantable, et
ne hasardons pas davantage des conjectures et des faits que l'accusation
fait peser, il est vrai, sur la tête d'Édouard Donon-Cadot, mais qui ont
besoin, pour être démentis ou affirmés, que la voix équitable de la
justice ait prononcé le non qui absout ou le oui terrible qui condamne.

C'est devant la cour d'assises de Paris que cette nouvelle cause célèbre
est engagée; Me Chaix-d'Est-Ange prête à Édouard Donon-Cadot l'appui de
sa vive éloquence. Rousselet est défendu par un jeune avocat de talent,
Me Nogent-Saint-Laurent.



Nouveaux Systèmes de Télégraphie.

Un des caractères distinctifs de notre époque, c'est le désir d'abréger
les distances, d'économiser le temps, de faciliter les communications
d'homme à homme et de peuple à peuple. Dans ce but, on voit surgir à
chaque instant des inventions nouvelles; tout est mis à contribution, la
vapeur, l'électricité, la lumière, les gaz.--Un de ces jours on
retrouvera la flèche d'Abaris ou le tapis merveilleux des _Mille et une
Nuits._

Tandis que, pour la plus grande promptitude, sinon pour la plus grande
sécurité des voyages, une foule d'esprits inventifs cherchent à enrichir
et à multiplier ces prodiges, qui eussent fait pâmer de surprise et
d'effroi nos bons aïeux, et crier à la sorcellerie: les locomotives à
vapeur, les locomotives électriques, les chemins de fer atmosphériques,
etc., et qu'on tente même tous les jours la direction des aérostats, la
télégraphie n'est pas restée en arrière. Cette magnifique invention, qui
a permis de transporter la pensée et la parole à des distances énormes,
presque avec la rapidité de la parole elle-même, paraît sur le point de
recevoir de notables perfectionnements;--du moins beaucoup d'inventeurs
se flattent d'y parvenir, et quels que soient le fondement de leurs
espérances et la portée réelle de leurs tentatives, il n'en faut pas
moins y applaudir; car tant d'efforts combinés ne peuvent manquer de
produire quelque résultat utile.

Un reproche au système télégraphique actuellement en usage, et qui est
reste à peu près tel que les frères Chappe l'ont créé, de n'être pas
assez rapide, de ne pouvoir fonctionner la nuit, d'être interrompu par
le brouillard et les autres accidents atmosphériques, de n'avoir pas une
langue assez concise et assez variée pour tout ce qu'il doit exprimer.
Les inventeurs contemporains ont cherché à remédier à ces divers
défauts.

La tentative la plus radicale est celle qui consisterait à faire usage
des courants électriques. Tous les appareils, toutes les combinaisons
actuelles seraient renversées par l'emploi de ce nouvel agent. Rien ne
se ferait à l'air libre, à découvert; ce moteur mystérieux, mille fois
plus rapide que la parole, prompt comme la foudre et la pensée,
retracerait, à des distances incommensurables, par des voies cachées à
tous les regards, le message qui lui serait confié.

Mais s'il serait beau d'obtenir un pareil résultat, nous pensons que les
inventeurs ne l'ont pas encore obtenu. L'électricité et le galvanisme
forment tout un monde encore inconnu dans lequel nos Colombs physiciens
posent à peine le pied, et jusqu'à présent la télégraphie électrique
nous paraît à l'état de curiosité, sans grande application usuelle
possible. Une ligne a cependant été établie par ce système, en
Allemagne, je crois. Je ne sais trop si l'Angleterre n'a pas fait aussi
son petit essai parallèle à un chemin de fer; mais tout cela n'est
encore qu'à l'état d'étude, et ne constitue, s'il nous est permis de
parler ainsi, qu'une télégraphie de laboratoire.

La France, mère de cet art ingénieux, a été plus prudente, et sans
essayer des l'abord des innovations radicales et fabuleuses, elle s'est
sagement tenue dans la voie des perfectionnements. Nous devons tout
d'abord mentionner une sorte de télégraphie mobile appliquée à la
tactique, que le ministère de la guerre paraissait avoir accueillie avec
assez de faveur, et dont un ancien officier, M. Darel est inventeur;
mais le télégraphe militaire n'a pas encore figuré, que nous sachions,
sur les champs de bataille, et n'a pas même eu, comme l'aérostat de
Fleurus, l'honneur de commencer sa carrière et de la terminer en même
temps par une victoire.

Le plus grand inconvénient du télégraphe de Chappe consiste dans
l'impossibilité de fonctionnel pendant la nuit et les brouillards, qui
interrompent souvent ses plus intéressantes communications. Plusieurs
systèmes ont été présentés pour y remédier. Deux se sont principalement
trouvés en présence, et l'on peut dire qu'ils étaient opposés comme la
lumière et l'obscurité; car, dans le premier, le télégraphe se dessine
en ombre sur un fond éclairé; dans le second, le télégraphe se dessine
en lignes éclairées sur l'ombre du fond. Le débat élevé entre les deux
systèmes fut porté devant la chambre des députés à l'occasion d'une
demande de crédit pour faire les expériences nécessaires. Le premier fut
vivement défendu par M. Arago, le second non moins vivement protégé par
M. Pouillet. Enfin un crédit fut voté pour les essais, et
l'administration autorisa M. Guyot à établir une ligne, celle de Paris à
Tours, je crois, suivant son système. Ce système consiste il éclairer
les branches du télégraphe au moyen de feux de diverses couleurs,
entretenus au moyen d'un gaz liquide particulier dont la composition
était l'oeuvre de M. Guyot.

On ne pouvait se dissimuler que la pose et l'entretien de ces feux dans
des télégraphes isolés, par les temps d'hiver et d'orage, deviendraient
difficiles, et parfois impossibles. Il était également à craindre que
les combinaisons de couleurs inventées par M. Guyot ne vinssent échouer
par suite des modifications qu'y apporteraient les brouillards et les
réfractions atmosphériques.--Un nouvel inventeur se présenta qui crut
avoir surmonté toutes ces difficultés. C'était M. Morice, qui, directeur
depuis plusieurs années d'une ligne télégraphique, apportait au moins
dans l'arène une longue pratique des services et des besoins de la
télégraphie. Il proposa donc une nouvelle combinaison d'éclairage des
branches du télégraphe, qu'il pensait plus facile, plus usuelle et moins
dispendieuse que celle de M. le docteur Guyot. Les propositions du M.
Morice ont été accueillies par l'administration. Une sorte de concours a
été établi entre lui et M. Guyot, et tous deux ont été chargés d'établir
une ligne, dont les résultats comparés formeront la base du jugement
définitif.

Mais les inventeurs de télégraphie n'avaient pas encore dit leur dernier
mot. Voici M. Ennemond Gonon qui offre un système tout nouveau, fruit de
vingt-cinq années d'études assidues. M. Guyot, et surtout M. Morice,
conservant les combinaisons de Chappe, se proposent seulement de les
rendre lisibles la nuit. M. Gonon modifie entièrement ces combinaisons,
et en adopte de nouvelles qui lui permettraient d'expédier une dépêche
dix fois plus vite qu'on ne peut le faire aujourd'hui.

D'après les calculs de M. Gonon, qui seraient appuyés sur de nombreuses
expériences faites aux États-Unis, les avantages de son système comparé
à celui de Chappe seraient considérables. Le télégraphe de Chappe ne
produit qu'une centaine de signaux; celui de M. Gonon, quarante mille.
Par le premier, il faut cinq et six fois plus de signaux qu'il n'y a de
mots dans la dépêche à transmettre; par le second, il en faut cinq à six
fois moins. Le télégraphe Chappe n'a jamais donné plus de trois cents
mots par jour dans la saison la plus favorable; le télégraphe Gonon
expédierait mille mots par heure; et cette rapidité tiendrait
non-seulement à la combinaison de des signaux, mais encore à la facilité
de ses mouvements.

[Illustration.]

La gravure ci-jointe en fera comprendre le mécanisme. Il consiste en
quatre cadrans à manivelle M, qui servent à faire mouvoir quatre flèches
mobiles F, et en six touches ou pédales P, au moyen desquelles on ouvre
et l'on ferme six croisées ou jalousies C. Pour le service de nuit, les
flèches seraient éclairées par des feux mobiles; les croisées seraient
éclairées par des feux fixes. Leurs différentes combinaisons forment,
ainsi que nous l'avons dit, quarante mille signaux, qui composent le
dictionnaire télégraphique général de M. Gonon. Ces signaux traduisent
tous les mots usités dans la plupart des langues d'Europe et d'Amérique,
et constituent ainsi une langue universelle; de plus, ils expriment à
l'instant tous les termes nouveaux que l'on peut créer au besoin, les
chiffes, les fractions, les signes de ponctuation les alinéas, les
soulignés, etc., etc. Par suite de l'étude à laquelle il s'est livré, M.
Gonon prétend avoir trouvé le secret de transmettre souvent par un seul
signal cent ou deux cents mots parfaitement orthographiés; en outre,
celui d'appliquer son dictionnaire français à toutes les langues qui
sont écrites avec les mêmes caractères, et de plus encore, celui de
rendre les dépêches avec une économie de vingt à cinquante signaux pour
cent sur le nombre de mots qu'elles contiennent.

De semblables résultats, que M. Gonon assure avoir été vérifiés par de
nombreuses expériences faites par la construction de trente-sept
télégraphes, et sur une ligne établie aux frais du gouvernement
américain, seraient en effet bien remarquables; aussi nous avons cru
devoir nous étendre plus longuement sur cette nouvelle invention. Il
serait même à désirer que l'administration étudiât ce système et en
appréciât le mérite réel. On ne saurait trop encourager ces utiles
tentatives: le pays en recueillerait les fruits; car, ainsi que nous
l'avons dit en commençant, de tous ces efforts et ces recherches il ne
peut sortir que des résultats avantageux.



Exposition des Produits de l'Industrie.

(9e article.--Voir t. III, p. 49, 133, 164, 180, 211, 128, 230 et 261.)

ARMES.

En parcourant la partie des galeries de l'exposition consacrée aux
armes, en examinant les ingénieuses innovations dues à nos principaux
arquebusiers, et l'invasion des arts, fruits de la paix, au milieu de
ces produits destinés à la guerre, nous n'avons pu nous empêcher de nous
reporter, par la pensée, à ces temps chevaleresques, où l'usage des
armes à feu était inconnu, et où le combat corps à corps et les grands
coups d'épée célébrés par les troubadours tenaient la place des
batailles à portée de canon et des faits d'armes enregistrés dans les
bulletins militaires. En remontant d'âge en âge, il nous eût semblé
curieux de comparer les armes de ces siècles de bravoure personnelle et
indépendante de tout ordre supérieur, à celles de nos batailles
modernes, où l'obéissance passive tient trop souvent lieu de courage et
de sang-froid. Mais, pour cela, il faudrait pénétrer avec nos lecteurs
dans ces musées d'artillerie où se trouvent classés et numérotés les
moyens imaginés depuis le commencement du monde, pour donner la mort à
son semblable; et, quant à présent, nous devons nous en tenir aux
produits de notre industrie moderne. Qu'on nous permette cependant une
réflexion relative à la forme des aimes; elles sont toutes ou
tranchantes ou contondantes, ou tout à la fois tranchantes et
contondantes; ainsi la massue, le sabre, l'épée, la lance, la flèche et
même le fusil, qui agit par un projectile contondant. Une remarque due à
l'un de nos meilleurs officiers d'Afrique, c'est que l'on trouve dans la
nature des armes analogues à presque toutes les nôtres, telles que la
tête du bélier, la trompe de l'éléphant, les ailes de certains oiseaux,
la queue du crocodile, le pied du cheval, le poing de l'homme, etc. Les
boutoirs du sanglier sont considérés comme les seules armes tranchantes
données aux animaux; l'autruche est citée parmi les animaux qui
combattent au moyen de projectiles.

Nous avons remarqué avec satisfaction, cette année, la tendance de nos
arquebusiers à introduire l'art dans leurs produits, et leurs efforts
pour faire renaître le goût des belles armes, en harmonie du reste avec
la richesse de nos ameublements. Tous les progrès sont parallèles! Ainsi
les Lepage-Moutier, les Caron, les Jourjon, ont prouvé que la grâce de
l'ornementation pouvait marcher de front avec la solidité et la force,
et que la sculpture la plus fine et la plus recherchée s'alliait
admirablement aux formes connues et définies de nos armes de chasse.
Nous donnons à nos lecteurs les pièces les plus remarquables de cette
exposition.

D'abord voici venir M. Lepage-Moutier qui se présente arme de pied en
cap pour soutenir la vieille réputation de la maison Lepage. Il arrive
avec les armes composées et exécutées par M. A. Lapret, qui s'est déjà
fait un nom comme tous les amateurs de belles armes. C'est d'abord un
sabre, dit de _Judith_. La lame de ce sabre est d'une rare beauté et est
composée de platine et d'acier fabriqués d'après les procédés de M. le
duc de Luynes, procédés dont nous dirons quelques mots tout à l'heure.
Le sabre représente l'histoire de Judith: il est en fer ciselé pris sur
pièce et orné d'incrustations d'or en relief. Le pommeau représente
Holopherne parcourant la Judée, le fer et la flamme à la main, brûlant
et massacrant, ravageant le pays. Un des côtés de la large garde nous
montre Judith en prière. L'artiste n'a pas pensé qu'il dut lui donner le
caractère d'audace effrontée sous lequel on la représente ordinairement;
c'est une héroïne qui ne pense qu'à sauver les Hébreux! L'autre face de
la garde nous fait assister à la rentrée de Judith dans Béthulie, la
tête d'Holopherne à la main, et entourée des bénédictions de ceux
qu'elle vient de soustraire à la mort. La poignée, en ivoire, est ornée
d'un ruban sur lequel est écrit ce verset de la Bible: «_Sine pollutione
peccati revocavit me vobis_:--le Seigneur m'a ramenée vers vous sans la
souillure du péché.» Sur le fourreau, l'artiste a figuré les ancêtres de
Judith, en les représentant d'après l'étymologie de leurs noms, telle
que l'a donnée Hubert Étienne. La composition et l'exécution de ce sabre
font le plus grand honneur à M. Lapret.

Après le sabre de Judith, vient une épée de commandement en fer ciselé
et avec incrustation d'or, appartenant au général Gourgaud. L'artiste a
figuré dans la coquille l'emblème de notre art militaire actuel: ce sont
les sciences physiques et mathématiques enchaînant la force brutale
représentée par un lion. Le pommeau offre d'un côté la Fortune et de
l'autre saint Georges, patron des braves. Nous goûtons peu, nous
l'avouons, l'alliance du sacré et du profane; nous sommes plus classique
et aimons l'unité.

La petite épée de cour, également en fer ciselé et or, est plus conforme
aux idées que nous venons d'énoncer. Une épée à la cour n'est qu'un
ornement, un colifichet, et ne parle que de paix. Aussi sur cette épée,
la Paix est assise tenant une corne d'abondance et éteignant le flambeau
de la guerre. La Victoire la couvre de son bouclier; des chimères et des
mascarons ornent le pommeau de ce joli jouet.

[Illustration: Fusil style Louis XV, exécuté par M. Caron.--Aspect de la
crosse et développement du porte-baguette et du dessous de crosse.]

Le fusil, nouveau modèle renaissance, exposé par la même maison, montre
les efforts intelligents de nos arquebusiers pour secouer le joug de
l'imitation anglaise, imposée par la mode. La crosse de ce fusil, dont
la forme est svelte, nous a surtout satisfait, parce qu'elle est
éminemment susceptible d'une ornementation que ne comportent évidemment
pas les formes lourdes et les lignes anguleuses de la mouture anglaise.
Cette forme renaissance est le complément de la crosse adoptée
aujourd'hui pour les bons pistolets de tir, dont la composition est due
à M. Lapret, et est sortie également de la maison Lepage. Rien n'est
plus gracieux et plus riche que cette forme, et les ornements du fusil
exposé montrent jusqu'où peut aller un artiste aussi éminent que M.
Lapret.

Parmi les fusils dont la crosse est ornée avec le plus de goût, nous
avons remarqué le fusil style Louis XV, sorti des ateliers de M. Caron.
Tous les ornements sont exécutés en acier; la composition et les dessins
en sont dus à M. Gilbert. Sur la crosse sont la chasse au renard et la
chasse au loup. Rien ne peut rendre le mouvement que l'artiste a su
imprimer à toutes ces scènes; ou voit les meutes s'élancer et courir; on
entend presque le son du cor, l'hallali et l'aboiement des chiens. Cà et
là l'artiste a semé les épisodes; c'est bien le désordre d'une chasse,
où chacun court à son but, cherchant à devancer l'autre. Sur la
sous-garde sont des têtes de divers gibiers, et au milieu du ponté, la
figure allégorique de l'amour de la chasse faisant un appel à ses aînés.
Sur les chiens sont d'autres figures allégoriques admirablement
exécutées. Honneur à l'artiste et à l'arquebusier qui ont mené à bonne
fin une telle entreprise!

[Illustration: Exposition de l'industrie.--Amurerie.--Fusil et Épée de
la fabrique de M. Moutier-Lepage.]

L'exposition de M. Caron se distingue aussi par quelques inventions
d'une utilité incontestable. Ainsi, à l'époque des chasses, les journaux
retentissent du récit de morts causées par l'imprudence ou
l'imprévoyance des chasseurs qui ne désarment pas leur fusil pour sauter
un fossé, pour pénétrer dans un bois ou pour charger un coup, ou dont le
chien, quoique baissé, se relève par une cause accidentelle, et, en
retombant sur la capsule, fait partir le coup de fusil. Eh bien, avec le
nouveau chien de M. Caron, ces malheurs ne sont plus possibles. Le chien
a une tête mobile et un épaulement. Il suffit de tourner cette partie
mobile pour que l'épaulement vienne s'appuyer sur la coquille de la
culasse, et empêche le fond du chien de presser sur la cheminée. Nous ne
saurions trop recommander cette invention, qui doit, à notre sens,
prévenir de grands malheurs. Les autres fusils exposés par M. Caron nous
ont paru d'une grande élégance, et nous ne concevons pas l'anglomanie
qui nous fait abandonner les industriels français pour ceux
d'outre-Manche.

[Illustration: Couteau-Pistolet pour le voyage, par M. Dumoutier, à
Roudan.]

Signalons encore une carabine se chargeant par la culasse, et construite
de façon qu'en levant la sous-garde, le canon bascule pour recevoir la
cartouche, et le chien s'arme. Tout le mouvement peut parfaitement
s'exécuter d'une seule main. Cette arme serait donc d'un excellent usage
sur les navires. Enfin de charmants pistolets à quatre, six et huit
coups, auxquels M Caron a adapté un système ingénieux, destiné également
à prévenir les imprudences, complètent une des cases remarquables de
l'exposition.

Mais voyez, non loin de là, cette modeste case où l'on ne remarque qu'un
seul fusil avec ses accessoires! Pourquoi la foule s'arrête-t-elle avec
tant d'empressement devant cette exhibition? Le nom de l'artiste est-il
de ceux que la renommée s'est plu à entourer d'une auréole de gloire, ou
le fusil exposé attire-t-il l'attention par la richesse de la matière
d'ornementation? Non; l'artiste est à peine connu hors de sa ville
natale, et cependant c'est un homme de génie qui peut rivaliser avec les
ciseleurs les plus habiles. Son nom est Jourjon; il habite Rennes,
consacrant tous ses moments à l'art, Heureux de son obscurité et fier du
sentiment intime de sa valeur personnelle. Pour lui l'art est tout son
amour; l'industrie n'est que l'accessoire. Aussi, admirez avec quel
admirable soin sont traités tous les détails du fusil dont nous offrons
les dessins à nos lecteurs. L'auteur a su résister à la mode en revenant
à la coupe française élégante et légère, dont les lignes flexibles se
prêtent toujours mieux à l'ornementation la plus riche comme la plus
simple.

[Illustration: Fusil style Louis XV, exécuté par M Caron.--Développement
de la batterie, de la sous-garde et de la plaque de crosse.]

Qu'on nous permette de rappeler en peu de mots les droits du grand
artiste de Rennes à la gloire et à la renommée. Les travaux de M.
Jourjon datent de loin, et il faut remonter au commencement de ce siècle
pour en trouver les premières traces. C'est en 1805 que l'artiste fait
ses premières armes.

La crosse du fusil, donné en cadeau à un prince de Bavière, présentait
un bas-relief dont le sujet était une bacchanale; les chiens, la
platine, la sous-garde, s'étaient transformés en autant de figures de
ronde-bosse délicatement sculptées et fouillées avec une persévérance et
un art étonnant, dans le bois et dans le métal.

En 1822, la France avait choisi, pour offrir en cadeau au duc de
Wellington, un fusil de Jourjon, véritable merveille de l'art. Ce fusil
représentait les douze travaux d'Hercule. Plus tard, deux Français ont
acquis de M. Jourjon deux fusils, dont l'un représente Actéon dévoré par
ses chiens, et l'autre la figure allégorique de l'Envie. On parle bien
encore d'un autre fusil, envoyé par l'artiste à Paris en 1830, et qui a
disparu dans la tourmente révolutionnaire. On prétend qu'un Anglais
habitant l'île Maurice l'a acquis à vil prix. Quoi qu'il en soit, M.
Jourjon, qui est à la fois sculpteur, ciseleur, damasquineur et
arquebusier, ne s'est pas découragé en perdant le fruit de plusieurs
années de travail: il s'est remis à l'oeuvre et, en terminant le fusil
dont nous allons nous occuper, il a du, assure-t-on: «Exegi monumentum
aere perennius.» L'art, en effet, est immortel, les hommes passent, le
bois et l'airain disparaissent, la gloire attachée à un nom va seule à
la postérité. Le dernier fusil de M. Jourjon, le monument, ne le cède à
aucune antre pièce de l'exposition par la grâce et l'originalité de la
composition et par le fini des détails; nous retrouvons là les mêmes
tours de force de ciselure, la même fermeté de burin. Qu'on remarque les
deux pistons; un sphinx se précipite les ailes déployées et la bouche
ouverte, sur la capsule qui lui éclate entre les dents. Il est posé,
comme un vampire, sur la poitrine d'un homme admirablement modelé qui
sert de platine et reçoit, avec un calme héroïque, la détonation de la
cheminée sous forme de cornet acoustique; la sous-garde est une figure
sévère de Diane qui, un arc à la main et le croissant symbolique au
front sort d'une touffe de feuillage.

C'est là, si l'on veut, l'allégorie de la chasse à l'affût. Dans la
crosse est sculptée la statue du dieu du silence. Ce que nous venons de
dire n'est qu'une description froide et incomplète: la parole ne peut
rendre les mille recherches de la sculpture, les coquetteries sans
nombre de ce travail précieux. L'étui du fusil, avec son moule à balles,
son tournevis, sa fiole pour l'huile et tous ses autres accessoires, est
aussi étonnant de recherches et de détails que le fusil lui-même. Tout
cet ensemble, ciselures sur acier, gravures damasquinées, incrustations
en or et sculpture sur bois, nous semble devoir attirer sur son auteur
les récompenses du jury, comme il a déjà mérité l'attention et
l'admiration de la foule.

[Illustration: Poignée de l'Épée de la fabrique de M. Moutier-Lepage.]

MM. Dumonthier et Chartron, couteliers à Roudan, près Nantes, ont exposé
un couteau-pistolet dont nous donnons le dessin. Ce couteau, d'une
composition originale, nous a semblé pouvoir être d'un bon usage, soit
pour la chasse à la bête fauve, soit en voyage. Nous le représentons
sous deux aspects; au repos, avec sa gaine, et dégainé, le croisillon
servant de chiens pour les deux pistolets qui sont de chaque côté de la
lame, relevé et armé et prêt à faire feu. Pourtant disons franchement
que nous n'avons pas une grande inclination pour ces armes à deux ou
trois fins: l'une, à notre avis, doit nuire à l'autre. Quand nous voyons
une de ces armes réputées terribles entre les mains d'un homme, il nous
semble voir un de ces malheureux artistes ambulants, orchestre complet,
jouant des timbales avec ses genoux, de la grosse caisse avec son coude,
du chapeau chinois avec sa tête, du chalumeau avec la bouche, et tenant
un violon entre ses mains. Ce pauvre homme peut posséder à fond un de
ces instruments et être de première force sur la grosse caisse ou le
chapeau chinois isolément: mais de tout cet ensemble résulte un
charivari à faire aboyer tous les chiens du quartier. Loin de nous la
pensée d'appliquer cette comparaison au couteau-pistolet dont nous
venons de parler, mais notre conviction est que, pour bien faire une
chose, il faut n'en faire qu'une à la fois.

[Illustration: Fusil sculpté exécuté par M. Jourjon, armurier a Rennes,
Ile-et-Vilaine.]

[Illustration: Développement du Coutelas du duc de Luynes.]

L'exposition de M. Gastinne-Renette est une des plus remarquables pour
l'exécution des armes et surtout la composition du métal des canons de
fusil à rubans. Cet arquebusier a imaginé un nouveau procédé pour les
façonner. On sait que le ruban qui compose ces canons est formé d'une
lame plate roulée en hélice et soudée bord à bord; c'est toujours par le
défaut de ces soudures que le fusil éclate. M. Gastinne-Renette a formé
son ruban par la juxtaposition de deux prismes triangulaires superposés
de façon que le sommet de l'un s'insère à la hase de l'autre. De cette
façon les points de contact des soudures ainsi pratiquées dans des plans
obliques à l'axe du canon se trouvent augmentés. L'inconvénient des
travers, c'est-à-dire des défauts de soudure, est plus sûrement évité.
Des canons ainsi confectionnés ont résisté à l'épreuve d'une charge de
50 grammes de poudre et de 8 balles de plomb. La charge ordinaire est de
3 à 4 grammes de poudre et de 10 grammes de plomb. M. Gastinne-Renette a
un titre de plus à la reconnaissance du public. C'est lui qui a si
habilement secondé de son zèle et de ses connaissances M. Delvigne dans
les heureuses innovations que cet officier a introduites dans les armes
de guerre. Nous voudrions pouvoir en entretenir nos lecteurs, mais les
bornes de cet article ne nous le permettent pas. Le progrès fait dans ce
sens est immense, et l'on éprouve en ce moment des carabines qui
tiennent pour ainsi dire l'ennemi hors de la portée du canon. On prétend
que ces carabines portent sûrement à 1,200 mètres.

Avant de terminer notre compte rendu, disons un mot des magnifiques
lames en acier fondu et damassé fabriqué par M. le duc de Luynes. On
sait quelle immense réputation avait acquise, après l'expédition des
Français en Égypte, l'acier damassé de l'Inde et de la Perse. Les lames
orientales étaient d'une beauté incomparable, et longtemps on chercha en
France, mais en vain, à imiter leurs qualités et leur veine ronceuse.

On fit des essais les plus suivis pour y arriver, et quelques habiles
chimistes obtinrent de très beaux résultats, soit par l'alliage' de
différents métaux avec l'acier fondu, soit par le mélange de la fonte
avec la fonte oxydée. Ce n'est que par l'analyse la plus savante et les
recherches les plus patientes que M. de Luynes est parvenu à déterminer
chimiquement la composition des lames et des culots venus d'Asie, et à
établir une fabrication courante qui ne le cède en rien aux beaux aciers
damassés dus au célèbre armurier Assad-Allah. Les aciers des Indes
contiennent constamment certaines substances alliées au fer, mais en
proportions variables. Ainsi le nickel, le tungstène, le manganèse,
parfois, le cobalt, le fer et le carbone, tels sont les éléments des
lames orientales. De plus, les culots imparfaitement fondus, ayant
montré à leur partie supérieure des clous de différentes formes, dont
les pointes étaient engagées et dont la tête faisait saillie en dehors,
on en a conclu que les Orientaux fabriquaient d'abord une sorte de fonte
très-fusible et très-dure à cause de sa grande carburation, qu'ensuite
ils la ramenaient au degré convenable d'aciération, par l'addition de
clous de fer. Des essais faits dans cette direction ont prouvé la
sagesse de ces inductions et ont amené l'habile chimiste à la
composition qu'il a adoptée pour ses lames damassées. La préparation sur
laquelle nous ne pouvons entrer dans de grands détails ces des plus
délicates. Il faut mélanger et combiner dans de certaines proportions le
fer doux, le manganèse et la sciure de chêne qui fournit le carbone.
Après la fusion on casse en petits morceaux la masse obtenue et on la
remet au feu avec une certaine quantité de fer doux. C'est ainsi que M.
de Luynes est parvenu à doter la France d'une industrie nouvelle et de
produits qui soutiennent avantageusement la concurrence et la
comparaison avec les beaux aciers damassés de l'Orient. Honneur à
l'homme qui a su consacrer ses loisirs et sa fortune à cette oeuvre
toute nationale, et qui n'a pas craint que la fumée de ses creusets
ternit son blason de grand seigneur!

[Illustration: Poignée du Coutelas du duc de Luynes.]



Bulletin bibliographique.

_Études sur l'Histoire romaine_; par Prosper Mérimée. 2 vol.
in-8.--Paris, 1844. _Victor Magen_. 15 fr.

Ceux de nos lecteurs qui ont étudié le procédé de composition de M.
Mérimée, et à qui les ouvrages de cet écrivain remarquable sont
familiers, n'éprouveront sans doute aucune surprise en le voyant
renoncer aux oeuvres de fantaisie pour se plier à la règle austère de
l'histoire. L'auteur de _Colomba_ possède en effet à un très-haut degré
les qualités principales de l'histoire, une érudition vaste et
intelligente, une rare sobriété d'esprit: une raison élevée qui trouve
sa source dans la modération et l'expérience; enfin un tact parfait qui
lui permet de retrouver toujours les passions de l'homme sous le masque
dont elles se couvrent.

Dans ses travaux archéologiques, si exacts et si sévères, M. Mérimée a
déjà montré que ses belles facultés de conteur n'exercent point sur son
imagination une influence trop exclusive. Les quatre volumes qui
composent cette oeuvre consciencieuse ont exigé une assez forte dépense
d'érudition, pour que les titres de l'inspecteur des monuments
historiques soient aussi solides et aussi sérieux que ceux du charmant
romancier. C'est donc sans effort, c'est donc avec une foule de
préventions favorables que le public doit accueillir le nouvel ouvrage
de M. Mérimée. Il y a entre les beaux récits de la Chronique du temps de
Charles IX et les meilleures pages des Études, une relation facile à
saisir et à suivre. Sous les arabesques du roman, comme sous la broderie
rigoureuse de l'histoire, ou retrouve le même fond d'observation fine et
profonde.

Les deux volumes que nous avons sous les yeux comprennent un essai sur
la guerre sociale et une histoire de la conjuration de Catilina. Nous
nous occuperons d'abord de l'essai sur la guerre sociale. Ce travail est
divisé en trois parties. La première embrasse le cours des quarante
années qui procèdent l'ouverture des hostilités. Ou y voit éclore et
mûrir les causes de cette étonnante prise d'armes; on voit pour ainsi
dire se former à l'horizon les nuages menaçants qui bientôt lanceront la
foudre sur Rome. C'est le prélude de l'orage,--de vagues éclairs et un
tonnerre lointain.--Mille rumeurs circulent rapidement dans la
Péninsule; enfin, des mains inconnues ne cessent pas de jeter des
ferments de haine au sein de ces populations d'ailleurs travaillées par
les tribuns de la métropole et par les nobles italiotes, jaloux de se
dérober au patronage égoïste des grandes familles. Au milieu de cet
ouragan qui s'élève, apparaissent les champions de l'émancipation, les
Gracchus, Drusus, Saturnius.--La partie est engagée; les joueurs sont en
présence, et l'enjeu est sur la table.

La seconde partie nous entraîne sur les champs de bataille où, après des
efforts admirables, la confédération italienne ne tardera pas à
succomber. Nous voyons périr, l'une après l'autre, toutes ces armées qui
eurent leurs jours de triomphe, et qui effrayèrent Rome au point de lui
rappeler les jours terribles de l'invasion des barbares. Nous
rencontrons tour à tour le vieux Marius, face de lion qui faisait peur
aux Cimbres, et Sylla, ce philosophe sanglant qui fut toujours si
heureux.

Au souffle puissant de ces hommes de guerre, le flux des peuples
révoltés, qui avait inondé l'Italie, commence à décroître rapidement.
Les armées romaines regagnent le terrain perdu; les Vaincus meurent ou
s'éloignent. Encore un triomphe pour Rome!

La troisième partie achève de raconter les défaites de la diète
italienne; mais avant de s'éteindre, cette courageuse insurrection
jettera une dernière lueur vers le ciel. Conduite par Pontius Telesinus,
une armée de Lucaniens, de Samnites et d'Étrusques vient camper à un
mille de la métropole, devant la porte Colline. Les confédérés, altérés
de vengeance, voient briller au soleil les tours de Rome. «C'est la
tanière des ravisseurs, crie le général, brûlons-la, détruisons-la; tant
que la forêt maudite ne sera pas rasée, les loups ne laisseront pas de
liberté à l'Italie.» La ville éternelle résistera-t-elle à cette
dernière agression? Il y eut dans Rome un moment d'indicible épouvante;
mais l'armée de Sylla s'avance à grands pas. La lutte fut terrible.--Les
derniers bataillons de la diète restèrent sur le champ de bataille, où
les vainqueurs, épuisés, comptèrent cinquante mille morts. On chercha
longtemps Telesinus; «on le trouva enfin percé de coups, mais respirant
encore, entouré de cadavres ennemis. L'orgueil du triomphe se lisait
dans ses yeux éteints, qu'il tournait encore menaçants vers Rome.
Heureux si la mort le surprit tandis qu'il se croyait vainqueur.»

Telle fut l'issue de la guerre sociale, qui jeta son dernier cri sous
les murailles de Rome, et qui prépara la voie où entra Sylla, suivi de
ses vingt-quatre licteurs aux haches ensanglantées.

La conjuration de Catilina n'offre pas un intérêt moins vif: les hommes
qui prennent part à cette nouvelle entreprise ont même des proportions
plus héroïques. Ainsi, si on n'entend plus parler du sauvage Marius, ou
voit se lever au milieu du récit les immortelles figures de César, de
Pompée et de Cicéron. Le héros de la conjuration, Catilina, ne manque
pas non plus d'une certaine grandeur romanesque. Salluste flétri ses
crimes, mais il semble éprouver une admiration contagieuse lorsqu'il le
peint avec ces mots: «_Vastus animus, immoderuta, incredibilia, numis
alta, semper cupiebat._» A coup sûr cet esprit exalté, qui visait au
sublime, n'était pas un conspirateur vulgaire. D'ailleurs, si les
singulières actions de sa vie ne suffisent pas à le sauver du mépris des
gens de bien, l'héroïsme de sa mort ne doit-il pas lui mériter quelque
estime? «il est beau, comme dit Salluste, de périr en couvrant de son
cadavre la place ou, vivant, on a combattu.»

M. Mérimée, en abordant cette période de l'histoire romaine, ne s'est
pas abusé sur les difficultés de son entreprise. Il savait que les
historiens de cet événement, Salluste, Cicéron, Suétone, Plutarque,
etc., n'ayant pas pu ou n'ayant pas voulu nous livrer le mot de
l'énigme, il lui était difficile de prétendre expliquer ce mystère. S'il
n'a donc pas entièrement soulevé le voile, il a du moins jeté un vif
rayon de lumière sur le front du conspirateur. Dans un tableau
très-animé de la société romaine à cette époque, il a indiqué les causes
de la domination que Catilina exerça sur la jeunesse patricienne. Il a
ainsi fait comprendre la neutralité, sinon la complicité de Jules César
et les honneurs qui furent rendus aux mânes de l'homme mystérieux que le
sénat avait essayé de flétrir du nom d'ennemi public.

A coup sûr, si une rare sagacité, fortifiée par des recherches
consciencieuses, avait pu résoudre une question que les contemporains
ont laissée dans l'obscurité, M. Mérimée aurait complètement réussi.
Dans l'introduction de son livre, il se propose surtout d'être sincère
et précis; on peut dire qu'il a dépassé le but; car, à ces deux qualités
que personne ne lui contestera, il joint celle d'être un écrivain
toujours ingénieux et attachant.

G.

_Histoire, d'Espagne depuis les premiers temps historiques jusqu'à la
mort de Ferdinand VII_; par M. Rosseeuw-Saint-Hilaire, professeur agrégé
d'histoire à la Faculté des Lettres. Nouvelle édition, revue et
corrigée. Tome 1er. 1 vol. in-8.--Paris, 1844. _Furne_. 5 fr.

Il y a dix ans que M. Rosseeuw-Saint-Hilaire a commencé ce grand travail
qu'il refait aujourd'hui. La nouvelle édition de son _Histoire
d'Espagne_ formera 10 volumes in-8, qui paraîtront de mois en mois. Le
premier vient d'être mis en vente. Nous y avons remarque d'importantes
améliorations que nous nous empressons de signaler.

Le premier plan de M. Rosseeuw-Saint-Hilaire avait été de sauter à pieds
joints par-dessus les débuts si obscurs des annales de la Péninsule,
pour arriver tout droit à l'invasion gothique, point de départ de
l'Espagne moderne. Mais la nécessité d'étudier au berceau même de la
race ibérique ses moeurs et son caractère, si fidèlement continuées par
la race espagnole, l'a décidé à résumer dans une introduction rapide la
marche des trois dominations successives qui ont passé sur la Péninsule
avant la domination gothique. Les conquêtes phéniciennes et
carthaginoises, si peu et si mal connues, y sont moins racontées que
jugées, en passant, dans leurs résultats généraux, tenant à la conquête
romaine, qui forme à elle seule un ensemble aussi complet que celui de
la monarchie gothique, il a dû lui accorder une place plus étendue, sans
tomber toutefois dans les interminables longueurs des historiens
espagnols. Un aperçu de l'organisation politique et sociale établie par
Rome dans la Péninsule complète ce tableau auquel M.
Rosseeuw-Saint-Hilaire a joint une courte histoire de l'établissement du
christianisme sur ce sol où il a jeté de bonne heure de si profondes
racines.

Outre cette introduction, ce premier volume renferme toute l'histoire de
l'Espagne gothique, divisée en deux livres. M. Rosseeuw-Saint-Hilaire
prend les Goths à leur origine, nous les montre conquérant l'Espagne 410
ans après Jésus-Christ, y fondant un royaume, se convertissant au
catholicisme, gouvernant leur conquête pendant trois siècles, et enfin
se laissant battre par les Arabes à la fameuse bataille du Guadalete. En
terminant son second livre, le jeune et savant historien dit un dernier
adieu à ce peuple qu'il a suivi des bords de la mer Noire à ceux du
Guadalete. «Nous ne le retrouverons plus dans l'histoire, s'écrie-t-il,
car lorsque nous verrons poindre dans les Asturies une monarchie et un
peuple nouveau, il ne sera plus question des Goths, mais de la monarchie
et du peuple espagnols; il n'y aura plus pour les soldats de Pelago
qu'une foi, qu'un nom, qu'un idiome, qu'un même amour de l'indépendance,
qu'une même haine de l'étranger. Tel sera, jusqu'à la fin du quinzième
siècle, le seul lien commun entre les cinq ou six royaumes qui naîtront
des débris de l'empire gothique, pour tendre pendant huit siècles vers
cette unité qu'ils ne sont pas même bien sûrs d'avoir trouvée
aujourd'hui.»

Le droit occupera une place importante dans cette nouvelle édition de
l'_Histoire d'Espagne_. M. Rosseeuw-Saint-Hilaire a parfaitement compris
que la science de la législation a jusqu'ici été trop séparée de
l'histoire, et que toutes les deux n'ont qu'à gagner à être rapprochées.
Après avoir achevé l'histoire des Goths, il étudie dans toutes ses
parties le _Forum judicum_, ou le code gothique, code essentiellement
théocratique, écrit par et pour le clergé, où l'on parle peu de
l'Église, mais où tout, en fin de compte, aboutit à elle.

Sept appendices curieux sur la langue basque, la langue gothique, les
actes du concile de Braga, le rituel gothique, les institutions des
Ostrogoths, le roi Roderich, la langue espagnole, et un tableau des
législations comparées, forment les pièces justificatives de ce premier
volume, imprimé avec le soin particulier que la librairie Furne apporte
à toutes ses publications, et publie au plus bas prix possible.


_OEuvres choisies de Campanella_, précédées d'une Notice; par madame
Louise Colet. 1 vol. in-18.--Paris. 1844. _Lavigne_. 3 fr. 50.

Pendant les vingt-sept années qu'il passa dans les prisons des
Espagnols, Campanella écrivit, lorsque ses bourreaux cessaient de le
torturer, un nombre considérable de traités de logique, de physique, de
morale, de métaphysique et de politique Si hardies et si nouvelles
qu'elles fussent alors, les vérités qu'il proclamait n'ont plus qu'un
intérêt historique. Notre siècle les a toutes dépassées; aussi les dix
volumes in-folio du moine dominicain de Cosenza restent-ils enfouis sous
les rayons des bibliothèques publiques, et ne sont-ils lus maintenant, à
de rares intervalles, que par un très-petit nombre d'esprits curieux et
méditatifs. Mais Campanella n'a pas été seulement un philosophe, un
savant et un homme d'État, il a cultivé la poésie. Or le propre des
productions de l'imagination, des oeuvres de sentiment, est de ne point
vieillir. Si l'esprit humain se perfectionne, le coeur reste toujours le
même. Nos connaissances se sont étendues et tendent à s'étendre chaque
jour. Mais les plus grands poètes de l'antiquité et du moyen âge n'ont
pas encore été et ne seront peut-être jamais surpassés par les poètes
modernes.

Persuadée sans doute de cette incontestable vérité, madame Louise Colet
a cru devoir traduire en français quelques-unes des poésies de
Campanella et une partie de sa correspondance. A ce choix de fragments
elle a ajouté la _Cité du Soleil_, écrite en latin, et traduite
également en français par M. Jules Rosset.

«Dans ses poésies, Campanella semble, dit-elle, avoir réuni sa
philosophie, sa politique et sa morale. Jamais son esprit ne s'est
élevé plus haut, jamais son regard n'a porté plus avant. Dans quelques
sonnets, et surtout dans ses admirables _Canzone_, il fait un sombre et
pathétique tableau des malheurs du temps et de son propre martyre. Il
parle tour à tour au peuple et aux puissants le langage qui doit les
éclairer; il pressent les révolutions; il les provoque, dans sa juste et
sainte colère, et il cherche à les guider dans sa sagesse. Sa pensée
indomptable éclate dans des vers d'une concision dantesque, et parfois
aussi, il faut le dire, se perd dans les obscurités de la métaphysique.
Nous avons courageusement lutté avec cette énergique poésie, prodigue
d'idées, avare de mots. Nous ne pensons pas avoir vaincu toutes les
difficultés; mais nous espérons qu'on trouvera du moins dans notre
traduction le sens inaltérablement beau de l'original.»

A la suite des poésies et des lettres, madame Louise Colet a réuni les
jugements de divers philosophes et historiens sur Campanella. Enfin,
grâce à l'obligeance de M. Feuillet de Conches, possesseur d'une lettre
autographe du moine de Stilo, elle a pu offrir à ses lecteurs un _fac
simile_ de cette écriture si rare.

Ce petit volume s'ouvre par une Notice un peu trop romanesque sur
Campanella; mais madame Louise Colet nous affirme, dès le début, que
malgré le tour étrange de ce travail, chaque description de lieu, chaque
fait historique, chaque date, chaque détail sont scrupuleusement vrais.
Nous sommes trop poli pour en douter.


_OEuvres de Turgot_, nouvelle édition classée par ordre de matières,
avec les notes de Dupont de Nemours, augmentée de lettres inédites, des
questions sur le commerce, et d'observations et de notes nouvelles; par
MM. Eug. Daire et H. Dussard; et précédée d'une notice sur la vie et les
ouvrages de Turgot, par M. Eug. Daire. 2 beaux volumes grand in-8, de
800 pages chacun, avec un portrait de Turgot gravé sur acier. 20 fr.
Paris, 1844. _Guillaumin._

Nous répéterons à nos lecteurs ce que disait dernièrement M. Passy à ses
collègues de l'Académie des sciences morales et politiques: «Nous ne
vous entretiendrons ni de Turgot ni de ses nombreux écrits. Ce n'est pas
ici qu'il faut rappeler quelle fut la noble vie de Turgot et combien ses
travaux ont de prix et jettent de lumière sur l'état et le mouvement des
sciences économiques en France pendant la seconde moitié du siècle
dernier. Ce que nous avons à signaler, c'est le merite éminent de
l'édition nouvelle. Les _Oeuvres de Turgot_ entraient de plein droit et
devaient occuper une grande place dans la belle _collection des
principaux économistes_, dont M. Guillaumin est l'habile éditeur.»
Jusqu'à ce jour, en effet, il n'avait existé qu'une seule édition à peu
près complète des oeuvres du célèbre ministre de Louis XVI. Cette
édition, publiée par Dupont de Nemours, contenait neuf volumes. Le
classement irrationnel des matières offrait en outre de graves
inconvénients qui ont été évités avec soin dans l'édition nouvelle. Au
lieu de l'ordre chronologique, M. Eug. Daire a eu l'heureuse idée
d'adopter l'ordre des matières proprement dit, de sorte que le lecteur
puisse suivre les idées de l'auteur sur chaque sujet dans leur marche et
dans leur développement sans être condamné à de longues et pénibles
recherches. De plus, il publie pour la première fois des documents
précieux, entre autres des lettres inédites et le procès-verbal du lit
de justice tenu à Versailles le 12 mai 1776, pour l'enregistrement des
édits sur l'abolition de la corvée et des jurandes, monument curieux de
l'histoire économique et politique des derniers temps de l'ancien
régime. Enfin aux notes de Dupont de Nemours en ont été jointes de
nouvelles, rédigées tout exprès par MM. Daire et Dossard. Les
changements accomplis depuis un demi-siècle sont tels que certains
passages des oeuvre de Turgot ne pourraient plus être compris s'ils
n'étaient pas expliqués, car il ne reste maintenant aucune trace des
faits auxquels ils se rapportent.

Cette nouvelle édition est précédée d'une notice sur Turgot, par M. E.
Daire. Ce n'est pas seulement l'histoire de Turgot et de ses ouvrages,
c'est celle des dernières années du dix-huitième siècle. Après avoir lu
cette intéressante notice, on comprend mieux que jamais l'urgente
nécessité de la révolution française. Le grand ministre qui seul
défendait l'intérêt général entre la coalition des intérêts privés
s'était vu sacrifié par le roi aux clameurs de l'égoïsme. Louis XVI
voulait sincèrement le bonheur du peuple; mais il renvoya le seul homme
capable de soutenir son autorité chancelante. Le 12 mai 1776, Turgot
quitta le ministère. «Ce fut, a dit avec raison un historien
contemporain, une des époques les plus fatales pour la France.» Presque
toutes les reformes que Turgot avait opérées disparurent sous ses
successeurs. Mais ce qu'ils n'eurent pas la puissance d'anéantir, ce lut
l'esprit qui les avait dictées et qui devait, malgré tous leurs efforts,
fonder en France le principe de l'égalité civile, acheté par nos pères
au prix de sacrifices sanglants, que le génie du ministre de Louis XVI
avait prévus et voulait leur épargner. L'étude approfondie de cette
époque mémorable contient encore d'utiles enseignements pour la nôtre.
Les hommes d'État qui gouvernent la France pourraient lire avec profit
les oeuvres de Turgot et la notice de M. Eugène Daire. Ils y puiseraient
une foule de leçons que nous ne saurions trop les engager à méditer.


_Histoire des Expéditions maritimes des Normands et de leur
établissement en France au dixième siècle_; par M. Depping; ouvrage
couronné par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Nouvelle
édition entièrement refondue. Un vol. in-18.--Paris, 1844. _Didier_. 3
fr. 50 c.

En 1820, l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, à Paris, mit au
concours, pour le sujet d'un prix, la question des causes qui ont motivé
les nombreuses émigrations des peuples connus sous le nom de Normands,
et l'histoire de leurs établissements en France. Jusqu'à ce jour, en
effet, les expéditions de ce peuple n'avaient guère de mises en rapport
avec l'histoire des pays qu'ils ravagèrent et où ils séjournèrent. M.
Depping concourut, et il remporta le prix. Son ouvrage, couronné en
1822, ne fut imprime qu'en 1826. A peine eut-il paru, son auteur
commença à sentir, comme il le déclare lui-même, tout ce qui y manquait;
des documents inédits parurent successivement; d'autres sociétés
savantes, stimulées par l'exemple de l'Académie des Inscriptions,
provoquèrent de nouvelles recherches sur quelques parties de cet
intéressant sujet. De là résulta pour M Depping l'obligation de
soumettre les sources historiques à un nouvel examen. Malgré l'accueil
bienveillant fait à son premier ouvrage, qui a été traduit dans
plusieurs langues du Nord, il l'a refait en grande partie, et il le
présente aujourd'hui au public comme un ouvrage presque nouveau. Nous ne
doutons pas que ses désirs ne soient satisfaits, et que le public ne
reconnaisse les soins qu'il a pris pour rendre son travail plus digne de
ses suffrages.

La loterie au profil de l'oeuvre du Mont-Carmel sera tirée le lundi 1er
juillet, à une heure précise, au palais du Luxembourg, et sera précédée
d'un concert auquel veulent bien concourir les artistes les plus
distingués. Le Comité a l'honneur d'annoncer qu'on sera admis sur la
présentation d'un billet de loterie ou du récépissé d'un lot, qui ne
donneront droit qu'à une entrée personnelle.

On pourra trouver encore des billets à l'entrée de la salle et à celle
de l'exposition.



Mademoiselle Taglioni.

[Illustration: Le pas de l'Ombre.]

[Illustration.]

Modes.

Paris a voulu fêter le retour de la gracieuse sylphide, et les
représentations de Marie Taglioni ont donné aux toilettes du soir
l'occasion de jeter pour cette saison leur dernier éclat. Les femmes se
sont parées de leurs plus jolies robes, de leurs plus beaux bijoux et
des fleurs les plus fraîches.

Les robes de tarlatane à deux grands volants qui couvrent la jupe
entièrement, puisque le second part de la ceinture, et qui ont plutôt
l'air de deux jupes posées sur une troisième; les robes à deux et trois
jupes et les hauts volants de dentelle posés presque à plat sur cette
mousseline si claire, étaient en majorité.

Quelques robes de pékins glacés ou pékins à petites rayures garnies de
rubans à la Pompadour venaient varier un peu l'aspect uniforme de ces
blanches toilettes par trop sylphides.

Pour la coiffure, on porte toujours beaucoup de fleurs naturelles et de
vieux bijoux. En général, les coiffures en cheveux sont très-simples. Le
règne des coiffeurs est passé, l'art s'en va. Les grands artistes en
sont réduits à se rappeler leurs triomphes d'autrefois.

Ce n'est pas seulement à notre époque, comme on les en accuse, que les
coiffeurs ont pris le titre d'artistes. Nous voyons au bas des gravures
de modes publiées par un sieur Depain, au commencement de la révolution:
«_Le sieur Demain continue d'enseigner l'art de coiffer._» Mais alors
les coiffeurs méritaient vraiment ce titre. Que d'art ne fallait-il pas
pour établir sur la tête ces édifices tout chargés de plumes, de fleurs
et de rubans! _la coiffure à l'espoir, coiffure à la nation, coiffure
aux charmes de la liberté_; cette dernière, qui ne laissait guère la
liberté des mouvements, semblait l'emblème de celle dont on jouissait
alors.

Depuis ce temps, la coiffure a subi bien des transformations. De
changements en changements, elle est arrivée à sa plus simple
expression.

Maintenant que tout est dit sur les bals et les spectacles, on s'occupe
des préparatifs de départ pour la campagne. Les coutils de fil à rayures
espacées sur fond blanc en couleurs fraîches, telles que bleu, vert et
rouille, font des redingotes simples et jolies; les corsages sont
montants, justes, et sans autre ornement qu'une rangée de boutons
d'ivoire ou de nacre.

On fait aussi beaucoup de robes à revers qui laissent voir dessous un
fichu de batiste plissé, à petit col brodé, garni de valenciennes. Les
manches sont à la religieuse avec revers, dessous de manches en batiste,
et entre-deux brodés. Les écharpes algériennes et les chapeaux de paille
ouvragés compléteront très-bien ces parures champêtres.

Il se pose plus de biais sur les robes de soie que de volants. Ces biais
sont presque toujours de coupes à grandes dents, dites gueules de loup,
et bordés d'un plissé de ruban, d'une passementerie ou d'un effilé.

Beaucoup de robes de barège et de robes d'organdi ou tarlatane de
couleur ont des volants festonnés; les corsages sont alors à revers
festonnés comme les volants.

La lingerie est très-riche dans ce moment. Aux charmants petits bonnets
du matin, aux fichus, aux sous-manches, peignoirs, etc., viennent encore
se joindre de délicieux canezous, qui rehaussent l'élégance des
toilettes d'été. On ne porte pas de pèlerine, le canezou l'a détrônée;
il règne seul dans les modes de la saison. Les plus jolis se font à
entre-deux de tulle et bouillon de mousseline.

Alexandrine, non contente des succès que lui ont valu ses capotes du
printemps en crêpe, ses chapeaux en paille de riz, ornés de marabouts
ombrés, ses capotes en rubans nuancés, garnies de fleurs ou de crêpe
doublé d'Angleterre, et tant d'autres coquetteries qui ajoutent tous les
jours à sa célébrité, prépare encore de nouvelles coiffures, de
nouvelles séductions.

On fait, pour la prochaine saison des eaux, des robes tarlatanes brodées
en paille, d'autres au point de chaînette de couleurs. C'est aussi pour
ces réunions que les vieux bijoux sont très-recherchés. Le fichu du
matin ou le canezou ne saurait être attaché autrement que par une petite
épingle en grenat ou en chrysoprase entourée de marcassite. A la
ceinture il faut une châtelaine. Une ou deux grosses bagues sont
également indispensables. Et l'on ne peut se passer d'épingles pour la
coiffure, de bracelets, d'échelles de corsage en grosses coques de
perles entourées de marcassites, et enfin de chaînes, toujours de
marcassite, car ces chaînes trouvent partout à se placer, soit retenues
par des épingles semblables dans les cheveux, soit suspendues à
l'épingle du corsage.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

C'est en vain que l'étranger tenterait d'humilier la France ou de
l'abaisser.


[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0070, 29 Juin 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home