Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0073, 18 Juillet 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0073, 18 Juillet 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL

Nº 73. Vol. III.--JEUDI 18 JUILLET 1844.
Bureaux, rue Richelieu, 60.



SOMMAIRE.

Histoire de la Semaine.--_Embarquement du prince de Joinville à Toulon,
d'après un dessin de M. Letuaire_.--Courrier de Paris.--Exposition des
produits de l'industrie. (11e et dernier article.) Objets divers. _Onze
Gravures._--Le Tir fédéral de 1844. _Porte d'entrée du Tir fédéral;
Pavillon des drapeaux et des prix; le Stand, ou Salle du Tir
fédéral._--Inauguration de l'éclairage au Gaz sur la place Saint-Marc et
fête de la Tombola à Venise (8 juin 1844). _Une Gravure._--Le Sacrifice
d'Alceste, par M. Fabre d'Olivet. (3e partie.)--Embellissements de
Paris. _Maison gothique allemande, à Beaujon_.--Les Environs de Paris.
_Sept Gravures_.--Bulletin bibliographique.--Revue comique de
l'Exposition de l'Industrie, par Cham. _Trois Caricatures._--Modes. _Une
Gravure_.--Rébus.

[Illustration: Embarquement du prince de Joinville à Toulon.]



Histoire de la Semaine

Que les faiseurs de nouvelles le lui pardonnent! _l'Illustration_ ne
peut, dans les sujets qu'elle reproduit, suivre que les faits, elle ne
peut accompagner l'imagination de ces messieurs. A en croire les uns,
tout est fini quant à la satisfaction à obtenir par la France du Maroc,
et M. le prince de Joinville va revenir; à en croire les autres, le
jeune amiral revient en effet, mais rappelé par la prudence
ministérielle. Ces versions deviendront peut-être des faits et de
l'histoire, mais ce ne sont encore que des prédictions, et comme nos
dessins ne se sont pas proposé d'être fantastiques, ce n'est pas le
retour, mais l'embarquement de M. le prince de Joinville que nous
reproduisons.

Le prince arriva à Toulon le jeudi 30 juin à sept heures du matin. Son
arrivée fut annoncée par vingt et un coups de canon, tirés des remparts
de la ville. Descendu à la préfecture maritime, où il reçut les chefs de
corps et de service, il en repartit à onze heures, suivi d'un nombreux
cortège. Précédé d'un détachement de gendarmerie de marine, il passa par
l'allée de la Majorité, qui était bordée des troupes de l'infanterie du
même service, bientôt il entra dans l'arsenal pour s'embarquer dans un
canot et se rendre à bord du _Suffren_. A son entrée, le bâtiment amiral
du port, _le Muiron_, fit entendre une salve de vingt et un coups de
canon, et dès que le prince parut en rade, tous les bâtiments le
saluèrent de leur artillerie et se couvrirent de pavois. Les matelots
étaient montés dans les vergues.

Le retour, nous l'espérons, sera triomphal. Nous faisons des voeux pour
que la bonne contenance de notre escadre et l'énergie de son jeune
commandant suffisent pour obtenir une légitime et complète réparation.
Mais si cette démonstration, si cette négociation armée ne faisaient pas
rendre à la France la satisfaction qu'elle est en droit d'exiger, nous
avons besoin de croire que nulle influence extérieure, nulle
considération étrangère, ne pourraient détourner notre cabinet de
laisser poursuivre vigoureusement par les armes le résultat que n'aurait
pas amené l'échange des notes diplomatiques. Cette confiance, nous la
puisons, non pas dans la réponse du ministre des affaires étrangères aux
interpellations qui lui ont été adressées à la Chambre des pairs par
deux membres excentriques de cette assemblée, MM. de Boissy et de la
Moskowa, non pas non plus, certes, dans le langage tenu par les
ministres anglais sur leurs communications au sujet de notre expédition,
avec le cabinet des Tuileries, mais dans les exigences bien prononcées
du sentiment national. Des lettres de Taïti, récemment publiées et
écrites avant que le traitement infligé à l'amiral Du Petit-Thouars y
fût connu, ont vivement excité la passion publique ces jours derniers;
le rappel d'un autre amiral qui, à Saint-Domingue, avait, par des actes
d'humanité et de fermeté, conquis à la France une influence qui a porté
ombrage à l'Angleterre, a également soulevé d'unanimes protestations,
qu'un organe assez habituel de la presse ministérielle a été, en cette
occasion, des premiers à reproduire. Le ministère, qui a vu l'effet
causé par ces mesures, n'aura pas l'imprudence de venir ajouter un
nouveau grief à tous ceux que croient avoir contre lui les hommes qui
tiennent avant tout à la dignité nationale.

Ceux-ci se préoccupent vivement du développement que l'Angleterre semble
vouloir donner à l'escadre qu'elle envoie, de son côté, en vue des côtes
du Maroc, pour surveiller, comme l'a dit le _Morning-Post_, la flotte
française. M. Guizot a affirmé que les forces de la Grande-Bretagne ne
seraient pas supérieures aux nôtres. Le passé nous rassure peu à cet
égard. Quand nous allâmes assiéger Saint-Jean-d'Ulloa, le cabinet de
Londres expédia au Mexique une flotte plus considérable que la nôtre, et
il fallut toute la fermeté de l'amiral Baudin pour écarter ce dangereux
voisinage. La presse anglaise ne se fait pas d'ailleurs faute de
démentir sur ce point M. Guizot.

«Nous aurons à Tanger, dit le _Morning-Herald_, une force plus imposante
que les Français.» Et ce n'est pas là une mensongère fanfaronnade: les
feuilles anglaises nous donnent la liste des bâtiments déjà expédiés, et
nous y voyons figurer quatre vaisseaux de 120 canons et un de 84. Nous
voyons de plus que l'amiral Owen a reçu l'ordre d'amener, de Malte à
Gibraltar, tous les bâtiments de guerre à vapeur disponibles,
représentant une force d'environ 400 canons; cela forme déjà un total de
canons de beaucoup supérieur à celui que notre cabinet a mis en ligne ou
donné l'ordre de préparer. Le _Morning-Herald_ ajoute, du reste: «Nous
espérons que les cerveaux brûlés et les esprits jaloux de nos voisins
n'attribueront pas à l'arrogance la démonstration de la force
comparative de la marine anglaise et de son écrasante supériorité sur
toutes les marines réunies.... L'Angleterre peut disposer de
quatre-vingts vaisseaux de ligne, tandis que la France n'en a
certainement pas vingt disponibles.»

Cette façon de pratiquer _l'entente cordiale_, cet appareil de forces et
cette bienveillance de comparaison doivent donner à penser à nos hommes
d'État et à nos hommes politiques. En tout temps, la dernière pensée
d'un marin tel que Lalande sur l'avenir de notre marine et sur le
développement à lui donner eût fixé l'attention publique; mais
aujourd'hui ces conseils testamentaires avaient un à-propos qui l'a
vivement excitée. C'est M. Billault qui a été chargé par l'amiral de
venir en son nom apporter au pays ce tribut posthume de son patriotisme
et de son expérience. La France comptait, au 1er janvier 1844, 8
vaisseaux armés, 15 frégates, 16 corvettes, 116 navires à voiles de rang
inférieur et 35 navires à vapeur, sans compter les paquebots-postes et
transatlantiques. L'amiral condamnait l'entretien de ce fretin de petits
bâtiments sur lesquels le marin se forme mal, et du fond de sa tombe, il
demande que la France n'emploie que des bâtiments de guerre d'une force
respectable, montés par des équipages au grand complet et toujours
parfaitement exercés. Il aurait voulu que notre effectif fût réparti sur
12 à 15 vaisseaux, 25 à 30 frégates et 20 corvettes de premier rang, au
lieu d'être disséminé comme il l'est sur de petits navires, incapables
de donner à l'étranger une juste idée de notre puissance. Notre marine
ainsi organisée inspirerait une tout autre considération et nous serait,
en cas de guerre, d'une tout autre utilité. L'amiral ne songeait pas à
proscrire d'une manière absolue les petits navires de guerre, mais il
voulait en réduire le nombre au plus strict nécessaire; et comme la
victoire est donnée par les escadres, il demandait que notre flotte fût
formée en escadres pour se rompre aux grandes évolutions. La Chambre a
écouté la lecture de cette espèce de testament avec une attention
religieuse, que M. le ministre de la marine, en succédant à la tribune à
M. Billault, n'a sans doute pas cru devoir prolonger, car il n'a dit mot
de ce qui venait d'être lu et n'a pas fait connaître son sentiment sur
les vues d'organisation de l'illustre amiral.

Les budgets des dépenses de l'instruction publique et de l'intérieur, du
commerce et de la marine, ont été votés au pas de course. Les questions
les plus graves cessent de l'être aux yeux de beaucoup de députés après
sept grands mois de session, et quand les moissons les réclament. Il en
a donc été des crédits à ouvrir pour les besoins de ces quatre
départements, comme il en sera de tous ces petits projets qui
deviendront lois entre les deux budgets: aussitôt lus, aussitôt votés.
Toutefois, cette année, sans doute pour jeter un peu de variété dans ces
chiffres qu'on superpose pendant six heures de séance, pour marquer des
temps d'arrêt à ces assis et levés accélérés, on a intercalé entre les
budgets de ministères différents des discussions qui, les années
précédentes, n'interrompaient pas le budget des dépenses. C'est ainsi
qu'est revenu à la discussion du palais Bourbon le projet sur le chemin
de fer d'Orléans à Bordeaux, qui avait soulevé un débat fort aigre au
Luxembourg. L'article 7, qu'on avait appelé l'amendement Crémieux, avait
été retranché par la pairie, et le ministre, qui n'avait pas combattu
cet amendement, et le rapporteur, M. Dufaure, qui avait voté pour son
adoption, venaient proposer à la Chambre de regarder sa radiation comme
sage et de ne pas demander son rétablissement. M. Grandin, plus
conséquent avec lui-même que ces deux messieurs, dans un discours plein
de faits très propres à faire réfléchir sur le pouvoir que s'arrogent
certaines compagnies, et plein aussi de verve et d'entrain, a demandé
que l'article 7 fût rétabli. Il s'est vu, à cette occasion, en butte à
des attaques personnelles qui, reconnues immédiatement être sans
fondement et porter au contraire sur des faits tout à l'honneur de
l'honorable membre, ont donné à son opinion un relief plus grand et une
véritable autorité. M. Crémieux, à son tour, est venu, par un des
discours les plus spirituels, les plus élégants, les plus adroits de la
session, soutenir, dans l'intérêt de la dignité de la Chambre, le
maintien d'un article qui ne devait plus, comme il l'a dit, porter le
nom de son auteur, depuis que l'assemblée, en l'adoptant, se l'était
rendu propre. M. Molé avait, à la Chambre des pairs, écrasé sous les
plus justes reproches le ministre qui venait leur déclarer, pour leur
complaire, qu'il trouvait détestable un amendement qu'il avait laissé
adopter sans le combattre. M. Crémieux avait beau jeu pour malmener à
son tour le député-ministre qui avait laissé tenir en sa présence, à la
tribune d'une autre enceinte, un langage sans convenance sur la Chambre
des députés et sur une de ses résolutions. Il a fait justice de cette
faiblesse, de cette absence de courage, de tenue, avec une vigueur et un
mordant qu'a vainement essayé d'amortir l'éloquence cotonneuse de M.
Dumon. Néanmoins, comme les députés conservateurs qui avaient voté il y
a quinze jours pour l'adoption de cet article, dans la crainte de
repousser tout à fait le ministère et d'avoir l'air d'accepter la lutte
que la Chambre des pairs semble vouloir engager avec la Chambre des
députés, n'ont pas hésité un instant à sacrifier leur dignité à celle de
M. Dumon, et à repousser en juillet ce qu'ils avaient adopté en juin,
les députés fidèles à leurs opinions, et qui veulent mettre leurs votes
d'accord avec leurs principes, se sont trouvés en minorité. On n'en peut
plaindre que la Chambre.--Du reste, ce conflit qu'elle redoute, devant
lequel elle recule, la Chambre des pairs vient de le poursuivre encore
dans la discussion du projet de loi sur le chemin de Paris à Lyon. La
Chambre des députés avait voté pour rétablissement par l'État d'un
embranchement de Montereau sur Troyes. La Chambre des pairs a voté,
elle, que l'État ne pourrait faire les travaux de cet embranchement que
si, d'ici à dix-huit mois, il ne s'était présenté aucune compagnie pour
s'en charger. La Chambre des députés avait voté la mise à la disposition
du gouvernement de la somme nécessaire pour la pose des rails sur la
voie principale, ne laissant par conséquent indécise que la question
d'exploitation. La Chambre des pairs, au contraire, a rayé l'ouverture
de ce crédit, et a laissé par conséquent à résoudre la question de la
pose des rails elle-même, ce qui entraînera un long et fâcheux retard
pour la section fort importante de Dijon à Châlon, dès aujourd'hui
presque terminée. Ces modifications vont être mises aux voix au
Palais-Bourbon. Y montrera-t-on un peu plus de dignité dans cette
circonstance nouvelle que dans la précédente? Nous voudrions l'espérer
autant que nous le désirons.

M. Thiers, au nom de la commission chargée de l'examen du projet de loi
sur l'enseignement secondaire, est venu donner lecture à la Chambre d'un
rapport qui, durant deux heures et demie, a constamment tenu son
attention vivement excitée. Tous les journaux reproduisent en ce moment,
en le morcelant, à cause de son étendue, ce grand et beau travail. Quant
à nous, qui avons consacré un article spécial à l'examen du projet de M.
Villemain, quand il le porta à la Chambre des pairs, nous regardons
comme un devoir de faire connaître prochainement en quoi l'oeuvre de la
commission diffère de celles du ministre et de la pairie, et les
solutions heureuses qu'elle a trouvées d'une question difficile,
admirablement exposée et discutée par son rapporteur.

Dans ce fouillis de petites lois, qui va se débrouiller entre les deux
budgets, le ministère avait beaucoup tenu à faire classer une
proposition dont l'intérêt actuel échappait à ceux qui, comme nous, ne
sont pas dans les secrets ministériels. Il y a plusieurs mois, MM.
Leyraud, Lacrosse et Gustave de Beaumont présentèrent une proposition
dont l'enquête avait démontré l'utilité, et qui avait pour but de
caractériser et de punir les faits de corruption électorale. Force fut
de la voir prendre en considération; mais on lui nomma des commissaires
hostiles, et, au lieu d'un rapport, trois de ces commissaires
accouchèrent d'une autre proposition pour restreindre la liberté de
l'électeur et limiter étroitement la faculté qu'il a aujourd'hui de
transférer son domicile politique dans l'arrondissement, à son choix, où
il est inscrit au rôle de la contribution. On avait vainement fait
observer que cette proposition était toute récente et n'avait nul droit
à un tour de faveur sur ses aînées; qu'elle demandait une discussion
plus longue et une attention plus soutenue qu'on ne lui en accorderait à
cette époque d'impatience de départ et de préparatifs de malles; que
c'était une réforme électorale, et qu'il fallait s'attendre à voir
aborder la question tout entière; que la Chambre n'étant âgée que de
deux sessions, à moins que le ministère ne se proposât de la dissoudre
bien avant le terme habituel, il n'y avait pas la moindre urgence à
mettre cette proposition à l'ordre du jour de cette session. Le
ministère et ses confidents avaient tenu bon, et la proposition avait
été inscrite entre les deux budgets. Mais les scrutins sont changeants,
et l'opposition ayant demandé un nouveau classement de l'ordre du jour
dans une séance postérieure, est parvenue à en écarter la proposition,
ainsi ajournée.

On a supposé que les ministres, qui n'ignoraient pas que la pensée de
leur donner des successeurs était venue en haut lieu, par suite de tous
les échecs qu'ils ont essuyés, de toutes les meurtrissures qu'ils ont
reçues, voulaient avoir cette arme de réserve entre les mains pour
demander à la couronne, dans le cas où sa confiance ne se raffermirait
pas complètement, de les laisser essayer d'une dissolution et d'une
réélection avec des listes travaillées à l'aide de la proposition
poursuivie. Il y avait dans ce double espoir du cabinet une double
illusion. La proposition ne sera pas enlevée à la Chambre, et la
couronne ne le laissera pas tenter ce dernier coup de fortune.--On s'est
beaucoup entretenu dans les couloirs de la Chambre d'une conversation
dont M. Dupin l'aîné avait été un des deux interlocuteurs. Les ministres
y auraient été qualifiés d'une épithète qui a dû leur paraître drôle, si
elle leur a été rapportée. Nous devons dire que cette qualification
n'était pas du fait de M. le procureur général près de la Cour de
cassation, mais de celui de son interlocuteur. Interrogé, dans la salle
des conférences, sur l'exactitude de ces bruits et sur la véracité d'un
article du _National_ qui lui avait fait dire, dans cet entretien, que
la conduite, du ministère à l'occasion de la dotation était une
véritable trahison, M. Dupin a répondu vivement, de ce ton que chez un
autre on trouverait peut-être de mauvaise humeur: «Je n'ai pas dit
_trahison_, monsieur; j'ai dit _forfaiture_.» A la bonne heure! voilà le
texte corrigé.

Les affaires d'Haïti, comme celles de Taïti, viennent d'être l'occasion,
ainsi que nous l'avons dit en commençant, de la disgrâce de l'un de nos
amiraux. Nous savons bien qu'à en croire le _Moniteur_, M. le
contre-amiral de Moges n'est rappelé que parce qu'il l'a demandé. Il y a
dans cette explication un anachronisme volontaire. Quand il n'y avait
rien à faire à Saint-Domingue, M. de Moges a demandé à être rappelé et
n'a pu l'obtenir; depuis que sa présence y est nécessaire, et que des
négociations ont été commencées et habilement dirigées par lui, M. de
Aloges n'a jamais songé à renouveler sa demande, mais c'est alors que le
ministère a songé, lui, à la rechercher dans ses cartons. Voici
l'incroyable explication qu'une feuille ministérielle donne à son
rappel: «Essayons, pendant que la question est encore froide,
d'apprécier en peu de mots cette résolution du cabinet. M le
contre-amiral de Moges, auquel chacun rend justice, même les marins, est
un de nos officiers les plus distingués et les plus résolus; C'est un de
ces hommes qui ne reculent devant aucune responsabilité personnelle
lorsqu'il s'agit de l'honneur et de l'intérêt du pays. Mais, malgré son
intelligence élevée, il a, comme on dit, les défauts de ses qualités;
comme tous les esprits entreprenants, il s'éprend trop vite des grandes
résolutions pour en calculer toutes les conséquences. Comment d'ailleurs
un marin jeté à plusieurs milliers de lieues du centre où se traitent
les affaires, qui se trouve placé sous le coup d'événements presque
inopinés, et qui est essentiellement l'homme de la circonstance,
pourrait-il embrasser la portée politique des actes dont il va prendre
l'initiative! Cet officier général créait à notre politique, à l'endroit
de la question haïtienne, une situation qui menaçait de devenir vraiment
inextricable. Parti en toute hâte de la Martinique avec les bâtiments de
la station des Antilles, aux premières nouvelles de la révolution
survenue dans notre ancienne colonie, il arriva devant Santo Domingo au
moment où toute la partie espagnole de l'île venait de lever l'étendard
de l'indépendance, et de se constituer en république dominicaine.
Vivement menacée par le président Hérard, fort alors d'un pouvoir
nouveau que n'avaient point encore entamé les événements qui achèvent de
se dérouler en ce moment, la république dominicaine devait succomber si
elle n'était soutenue par une intervention puissante. Elle résolut de se
placer sous le protectorat de la France. Des ouvertures furent faites à
ce point de vue. Ainsi la France pouvait remettre le pied sur cette
terre où elle avait été longtemps si puissante, et qui lui avait un
moment tout entière appartenu..... Qui sait où conduirait le protectorat
de la partie espagnole?...--L'amiral prêta l'oreille aux propositions
qui lui étaient faites, et, sans proclamer le protectorat de la France,
il tint ce fait pour implicitement accompli, et agit en conséquence dans
la médiation qu'il interposa entre les deux parties, désormais
distinctes de l'ancienne république.» M. le ministre des affaires
étrangères, qui dit aux amiraux, en Prusias moderne: «Ah! ne me
brouillez pas avec... l'Angleterre!» M. le ministre des affaires
étrangères a trouvé que ceci était par trop osé, et M. de Moges a été
rappelé.

M. l'amiral Lainé paraît courir grand risque d'éprouver à son tour un
traitement pareil. Et de trois! Quand nous serons à dix... où en seront
nos relations extérieures et le renom de la France? Un article a paru
dans le _Journal des Débats_, qui fait l'apologie en tous points de M.
Bichon. Nom avons dit le conflit qui s'était élevé entre ce consul et le
commandant de nos forces navales; il est fort à craindre qui ce dernier
ne soit sacrifié.

Il paraît constant aujourd'hui que les fils de l'amiral Bandiera et tous
ceux qui ont pris part avec eux au débarquement armé dans le royaume de
Naples sont entre les mains de l'autorité, et vont passer devant une
commission militaire. La _Gazette d'Augsbourg_, du 10 juillet, rend
responsables de cette tentative et de toutes les autres les
gouvernements qui, comme la France, l'Angleterre et l'Espagne, sont un
refuge assuré, un corps franc politique ouvert à tous les conspirateurs
poursuivis et expatriés. Nous aimons infiniment mieux voir notre
gouvernement encourir ce reproche qu'être exposé au compliment tout
contraire que lui adresse une feuille de Cologne: «Les cabinets de
Londres et de Paris, dit-elle, ont puissamment contribué à maintenir la
tranquillité et l'ordre public dans la péninsule italique. Ces cabinets
ont mis les gouvernements de l'Italie sur la trace des menées et des
complots des associations secrètes, et c'est ainsi qu'ils ont pu prendre
les mesures nécessaires pour les faire avorter. Souvent des arrestations
inattendues ont été faite sur les indications des deux cabinets.» Ceci
vient à l'appui de la discussion qui s'est récemment élevée dans le
parlement à l'occasion du _secret office_. Mais nous voulons croire que
quant au gouvernement français, c'est calomnie pure.

L'Espagne a décidément vu s'opérer sa modification ministérielle. M. de
Viluma a donné sa démission de ministre de affaires étrangères et s'est
retiré pour avoir, dit-on, lait à la pudeur constitutionnelle du général
Narvaez des proposition absolutistes qui l'ont alarmée. Le général ne
lui a pas encore donné de successeur et s'est chargé par intérim de son
portefeuille. Les ministres sont revenus à Madrid et y ont publié des
mesures que résume la dépêche suivante: «Les cortès sont dissoutes par
décret du 4, inséré dans la _Gazette_ du 10. Les collèges électoraux
sont convoqués pour le 3 septembre. Le scrutin général aura lieu le 14.
Les nouvelle cortès se réuniront le 10 octobre.--Un autre décret du
rétablit dans les provinces basques les députations et les municipalités
d'après les _fueros_. Les juntes générales se réuniront incessamment et
nommeront des commissaires chargé de traiter avec le gouvernement la
question des _fueros_, qui sera soumise aux prochaines cortès.--Rien n'a
eté changé aux douanes, à l'administration de la justice et à la
police.--Un troisième décret ordonne la translation du corps de Montès
de Oca de Vittoria à Madrid.» En attendant ces élections pour la forme,
le gouvernement espagnol veut donner au peuple la distraction d'un
armement et lui faire croire la gloire possible d'une conquête. Il a
ordonné la formation d'un corps d'armée de 6,000 hommes à Ceuta, sous le
commandement du général de Villalonga. On passe en revue Madrid des
régiments se rendant à l'armée, et l'on donne à entendre dans _el
Heraldo_ qu'on se propose de s'emparer de Tanger. Nous osons gager que
le parlement anglais est sans inquiétude aucune sur les projets du
cabinet de Madrid et qu'il ne croira même pas lui devoir d'en faire le
semblant.

Les nouvelles des États-Unis apprennent que le congrès s'est ajourné le
17 juin. Il ne se réunira probablement pas avant le commencement de
décembre. On dit que M. Tyler a l'intention de rouvrir la session peu de
temps après que les représentants seront retournés dans leurs collèges;
le président pense sans doute qu'au milieu de leurs électeurs, les
représentants changeront leur opinion sur la question du Texas.--On dit
encore qu'on a écrit au Texas de ne s'engager en rien avec l'Angleterre
avant les prochaines élections. Rien n'a été fait, quant à l'affaire
d'Orégon.--Il y aura trois candidats dans la prochaine élection du
président: MM. Clay contre l'annexation, et Tyler et Polk pour
l'annexation. Il est probable que M. Henri Clay sera élu. Les finances
de l'Union se sont améliorées. La dépense probable pour l'année ne sera
que de 18 millions de dollars, tandis que le revenu ne sera pas
au-dessous de 25.

La chambre des lords n'a pas encore prononcé sur l'appel d'O'Connell. En
attendant, les évêques catholiques d'Irlande ont composé une formule de
prière qui sera lue dans toutes les églises, à partir du 28 de ce mois
jusqu'à la sortie de prison des captifs. «O Dieu tout-puissant et
éternel, roi des rois et seigneur de toutes les puissances de la terre,
jette sur le peuple de ce pays un regard de compassion, et mets, dans la
bonté, un terme à ses souffrances. Donne-lui la patience pour qu'il
endure ses privations, et remplis ceux qui le gouvernent de l'esprit de
vérité, d'humanité et de justice. Unis toutes les classes dans un commun
amour pour le pays, dans l'obéissance à notre bien-aimée souveraine, et
dans un sentiment de charité mutuelle. Fais que nos législateurs nous
donnent des lois basées sur les saints commandements et ramènent
l'Irlande à un état heureux et prospère; et comme ton serviteur Daniel
O'Connell, qui a travaillé avec tant de zèle et de persévérance au
bonheur de l'Irlande, est maintenant retenu captif; donne-lui la grâce
de supporter sa peine avec résignation, et, dans ta miséricorde, permets
qu'il soit rendu à la liberté pour guider et protéger ton peuple; par
Notre-Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Amen.»

Le 21 juin, à Athènes, les adversaires du ministère avaient organisé une
émeute pour renverser le cabinet. L'émeute a éclaté, mais Kalergis est
intervenu et a dissipé les rassemblements par la force. Plusieurs
individus furent blessés et quelques-uns même tués. Avant dix heures du
soir, la tranquillité était rétablie et les soldats rentraient dans
leurs casernes. Kalergis a adressé à ses concitoyens une proclamation
dans laquelle il exprime un vif regret que dans cette affaire des
innocents aient été confondus avec les vrais coupables. A la date du 30,
l'ordre était consolidé. Un mandat a été décerné contre Germano
Mavronichali, prévenu d'être le provocateur des troubles du 23. Le
général Tzavellas (exilé depuis à Syra) a offert sa démission d'aide de
camp du roi à la suite du manque de foi dont le ministère voulait se
rendre coupable envers le général Grives, mais auquel M. Piscatory a mis
obstacle en lui conservant la protection du pavillon français. Le
président du conseil persistant à ne pas reconnaître le compromis entre
le général Tzavellas et le général Grivas, a annoncé à M. Piscatory
qu'il ferait procéder au jugement et à la condamnation par contumace de
Grivas, qui s'est retiré à Smyrne.

L'ordre des avocats a réélu à la presque unanimité son bâtonnier et tous
les membres démissionnaires de son conseil.

Le roi vient de voir naître son huitième petit-fils; la reine des Belges
seule lui a donné une petite-fille. Madame la duchesse de Nemours est
accouchée d'un prince qui a reçu le nom de duc d'Alençon, titre qui
n'avait pas eté pris depuis le règne de Henri III.

L'épiscopat français a perdu M. de Forbin-Janson, ancien missionnaire,
évêque de Nancy, qui se tenait éloigné de son siège depuis
1830.--L'Institut et la Faculté des lettres ont rendu les devoirs
funèbres à M. Fauriel, auquel de nombreux travaux avaient assigné un
rang élevé dans la science.--M. C.-A.-F. Panekoucke, éditeur de
nombreuses et importantes publications, est mort cette semaine.



Courrier de Paris.

Nous touchons au terme de la session, et bientôt nos honorables vont
être soulagés des soucis parlementaires. Dans quelques jours tout sera
dit, les portes des deux Chambres seront closes, les huissiers
déposeront leur costume officiel et leur collier; chacun quittera la vie
publique et ira se reposer, ceux-ci à l'ombre de leurs pommiers, comme
les bergers de Virgile et de Théocrite, ceux-là aux eaux d'Ems, de Spa
et d'autres lieux. Il faut avouer que ces messieurs des deux Chambres
ont bien gagné le droit de courir ainsi les champs et de prendre un peu
de loisir. Voici bientôt huit mois qu'ils sont attachés aux banquettes
du Luxembourg et du palais Bourbon, remuant des lois et jaugeant des
chemins de fer. Huit mois d'amendements de toute espèce et de discours
de toute sorte! Il est bien temps d'échapper à ce débordement
d'intarissable éloquence. Aussi plus d'un parlementaire s'est esquivé
sans bruit et sans attendre la clôture. Un tiers au moins de la Chambre
des députés, anticipant sur les douceurs du licenciement, a laissé aux
plus infatigables et aux plus intrépides le soin d'achever la campagne
et d'assister aux dernières journées de cette longue bataille
parlementaire.

C'est le temps où Paris va entrer dans le repos et l'indifférence. La
présence des Chambres l'anime en effet et le tient en haleine; et bien
que l'ardeur politique soit partout singulièrement ralentie, les luttes
de l'opposition et du ministère, les discussions politiques ou d'intérêt
purement matériel, ne laissent pas de donner aliment aux curieux, aux
oisifs, aux diseurs de riens, aussi bien qu'aux esprits sérieux et
positifs. Le désoeuvré trouve à placer son mot sur le ministère, sur la
reine Pumaré et l'amiral Dupetit-Thouars, sur l'entente cordiale et sur
les compagnies financières, tout comme s'il y entendait quelque chose et
était un politique, un diplomate, un habile marin et un grand financier.

Maintenant qui fournira à Paris ce texte de conversations toutes faites
et toutes préparées qu'il tire des débats parlementaires et des
incidents du gouvernement représentatif en exercice? Vous me répondrez
que Paris n'est jamais en état d'abstinence, et que chaque jour lui
amène infailliblement son contingent d'aventures, d'événements et de
nouvelles; à la bonne heure, mais encore faut-il qu'ils vaillent la
peine qu'on s'en occupe; et en vérité nous sommes las d'apprendre qu'un
maçon est tombé du haut d'un toit et qu'une diligence a versé au
tournant d'une rue quelconque; ce sont là des distractions par trop
monotones et qui reviennent trop souvent.

Paris est habitué à ce genre de récréations, et si pendant ces mois de
vacances qui vont commencer, vacances publiques, vacances judiciaires,
vacances de salons et de polka, il ne lui arrive rien de plus curieux et
de plus neuf, je puis affirmer qu'il s'ennuiera copieusement et
demandera au ciel de lui envoyer quelque déluge ou quelque peste, pour
avoir du moins de quoi causer.

Le ciel, touché de sa peine, ne le gratifierait que d'un ou de deux bons
procès criminels, bien compliqués de parricide et d'arsenic, qu'il en
prendrait son parti et se déclarerait satisfait.

Il vient de se passer deux événements sinistres qui pourraient bien lui
donner cette satisfaction et faire pendant à l'affaire Donon-Cadot et au
procès Lacoste. Le premier, tout sanglant qu'il est, n'offre, il est
vrai, jusqu'ici, aucun épisode extraordinaire; mais peut-être les
curieuses et singulières découvertes arriveront-elles avec le temps et
le réquisitoire du procureur du roi. Voici le fait dans toute son
horrible simplicité. Un jeune homme de vingt-deux ans, nommé Eugène
Francotte, était épris d'une jolie couturière appelée Sydonie Leroux;
Eugène avait demandé la main de Sydonie; mais soit qu'elle n'eut pour
lui aucun penchant, soit, comme on le raconte, quelle eût mauvaise
opinion de son caractère et de sa conduite, Sydonie avait répondu à la
demande d'Eugène par un refus.--Il y a quelques jours, la détonation
d'une arme à feu se fit entendre dans une maison de la rue Aumaire; les
voisins effrayés accoururent et trouvèrent, gisante sur le seuil de la
loge du portier, une jeune fille inondée de sang: c'était la malheureuse
Sydonie Leroux; Eugène Francotte venait de lui tirer un coup de pistolet
à bout portant; la pauvre fille était mourante On annonce qu'elle est
sauvée. Quant à Francotte, son assassin, il s'est brûlé la cervelle, et
le coup a réussi; grande perte pour ceux qui recherchent les émotions de
la cour d'assises.

Il y avait dans ce malheureux un coin d'Orosmane ou d'Otello: soyez sûrs
que Paris eût fait grand cas d'Eugène Francotte et que, malgré la
circulaire de M. le garde des sceaux, qui proscrit des mesures de sûreté
et de répression contre l'appétit féminin en matière de cour d'assises,
la plus belle moitié du genre humain eût assiégé M. le président de
demandes, de prières, de grâces et de sourires, il reste à savoir si M.
le président des assises, plus fidèle à la circulaire qu'à la
galanterie, aurait eu le courage de résister et de dire du ton d'un
Rhadamanthe incorruptible: «Non, mesdames, vous n'entrerez pas!»

L'autre affaire est accompagnée d'un détail affreux, qui lui donne, sur
l'assassinat de Sydonie Leroux, une épouvantable supériorité. Ce second
drame ne commence pas, comme celui que nous avons déjà raconté, par un
coup de pistolet, mais par une odeur de soufre et de charbon répandue
tout à coup dans les habitations voisines, et donnant l'éveil. On
s'interroge, on regarde, on s'inquiète; serait-ce un commencement
d'incendie? Les plus alarmés se hasardent, pénètrent dans la maison,
forcent la porte du logement d'où part cette épaisse fumée, cherchent,
regardent de tous côtés, et aperçoivent enfin,--horrible spectacle!--une
femme étendue sans mouvement, le visage couvert d'un masque de drap
noir; ils veulent enlever ce masque pour tâcher de donner de l'air à la
victime et de la rappeler à la vie; mais il résiste: c'était un morceau
de drap enduit de poix, dans lequel une main sans pitié avait emprisonné
la tête de l'infortunée. Je vous laisse à penser l'effroi des
spectateurs: qui a pu commettre une action si criminelle et si barbare?
La femme était seule, abandonnée, et la mort lui avait pris le secret de
cette mystérieuse et sombre aventure avec le nom de l'assassin.

Cependant un homme se présentait au même instant chez le commissaire de
police; il était pâle et sinistre; là, il déclara qu'ayant arrêté avec
sa maîtresse un double projet de suicide, il avait commencé à exécuter
ce fatal traité en tuant sa complice, puis, qu'épouvanté de l'action
qu'il venait de commettre, il n'avait pas eu la force d'accomplir sur
lui-même le même attentat, et qu'il s'était enfui comme un insensé;
maintenant qu'il avait un peu repris ses sens, il croyait devoir tout
déclarer au magistrat et se remettre entre les mains de la justice. Cet
homme se nommait Chevreul, la femme, Sophie Bronne.--Voilà de quoi
donner le frisson aux plus insensibles. Nous ne serions pas étonné que,
dès à présent, quelque dramaturge renforcé n'eut achevé un drame en sept
ou huit tableaux, avec ce titre a faire courir tout Paris et la
banlieue, _le Masque de Poix._

Au reste, Paris n'a pas le monopole de ces récits criminels, et le
_Journal de la Haye_ nous en transmet un venu en droite ligne de la
Hollande, et qui ne le cède en rien à tous nos drames de cour d'assises,
s'il ne les surpasse. L'héroïne scélérate de ce forfait hollandais se
nomme Antonia de Van-den-Burg; elle n'est pas d'une condition
très-relevée, puisqu'elle exerçait purement et simplement les fondions
de servante d'un épicier. Toute servante quelle est, Antonia, si l'on
s'en rapporte au _Journal de la Haye_, a une grâce charmante et une
physionomie des plus agréables et des plus douces; mais cette douceur et
cette grâce extérieure cachent une âme atroce, comme on va le voir.

La clientèle de l'épicier était brillante et nombreuse elle se composait
des meilleures et des plus riches maisons de la ville. Tout à coup et
successivement, des indispositions, ayant toutes le même caractère, se
manifestèrent chez la plupart des pratiques de l'honnête marchand. Les
médecins appelés et toutes vérifications faites, on reconnut que ces
maladies subites avaient été causées par l'usage de certaines denrées
achetées dans la boutique du maître d'Antonia Van-den-Burg, et
particulièrement du sel et du poivre. On interrogea l'épicier, qui ne
put que manifester son étonnement et sa douleur; puis on en vint à la
servante Antonia Van-den-Burg, qui se troubla et pâlit. Cette pâleur
donna des soupçons au magistrat qui redoubla la vivacité de son
interrogatoire, si bien qu'il arracha à Antonia l'aveu d'une pensée
infernale, d'un crime sans exemple. Antonia confessa que croyant avoir à
se plaindre de son maître, elle avait résolu de s'en venger; or, ce
désir de vengeance n'avait trouvé rien de mieux à faire que d'accomplir
la ruine de l'innocent épicier; et comment ruiner un épicier, si ce
n'est en lui enlevant sa clientèle? Antonia Van-den-Burg avait donc
arrêté l'horrible plan que voici: elle mêlait de l'arsenic au sel
qu'elle portait aux pratiques, faisant à part elle ce raisonnement
diabolique, que les pratiques, se trouvant malades, quitteraient
infailliblement l'épicier qui leur vendait cette drogue maudite; à plus
forte raison, s'ils en mouraient, le quitteraient-elles. Antonia
Van-den-Burg a été immédiatement mise en jugement, et ne tardera pas à
passer devant la cour criminelle. Elle n'y jouera certainement pas le
rôle de la servante justifiée.

Nous avons eu plusieurs débuts de danseurs et de danseuses. Le premier
est celui de M. Toussaint; Toussaint est un nom peu poétique pour un
zéphyr; aussi M. Toussaint n'est-il pas un zéphyr, à proprement parler:
il n'a qu'une légèreté problématique qui ne menace pas les frises; M.
Toussaint est un bon et honnête danseur, voilà tout; n'est-ce pas autant
qu'il en faut dans un temps comme le nôtre, ou le danseur est détrôné et
ne sert plus guère que de machine propre à soutenir et à faire
pirouetter la danseuse; la danseuse, en effet, est seule toute-puissante
et souveraine. Qui sait le nom de nos danseurs actuels? Se soucie-t-on
même de M. Petitpas, qui défend le plus et le mieux qu'il peut
l'ancienne autorité du danseur? En revanche, quels noms éclatants que
ceux de Tuglioni, de Fanny Eissler, de Louise Fitzjames et de Carlotta
Grisi! je dirai plus: on connaît la plus obscure, qui se cache encore et
trotte dans la légion des rats; interrogez l'orchestre: c'est
Clémentine, Joséphine, Seraphine, Caroline, Zéphirine. Alphonsine, vous
répondra-t-on sans hésiter. Honneur donc aux danseuses, et loin des
danseurs!

Aussi, tandis que le parterre de l'Opéra accueillait assez froidement M.
Toussaint, il battait des mains au début de madame Flora-Fabri Bretin et
de mademoiselle Smirinoff. Madame Flora-Fabri-Bretin porte un nom un peu
long et un peu compliqué; il y aurait de quoi s'y prendre les jambes et
y embarrasser son entrechat, si madame Flora-Fabri-Bretin dansait sur
son nom; mais elle a dansé sur le plancher de l'Académie royale de
Musique, et fort agréablement. Madame Fabri-Bretin-Flora a de la grâce
et de la vivacité; nous joignons volontiers notre bravo au bravo que les
jurés dégustateurs de ronds de jambes ont délivré à madame
Bretin-Flora-Fabri. Cette agréable bayadère est Italienne.

Quant à mademoiselle Smirinoff, il n'est pas besoin de dire d'oû elle
sort en pirouettant, ni de donner son acte de naissance; cette
terminaison _off_ le dit de reste; mademoiselle Smirinoff est du pays
des Mensikoff, des Korsakoff, des Ostrogoff, et de tous les _off_
possibles qui fleurissent sur les bords de la Moskowa et de la Newa; et
pour peu que vous m'y poussiez, j'avouerai que mademoiselle Smirinoff
est première danseuse au théâtre de Saint-Pétersbourg; elle vient
visiter Paris en passant, et lui offrir l'hommage de son estime
particulière et de son entrechat; après quoi, elle compte bien retourner
à Saint-Pétersbourg. Nous aurions volontiers gardé mademoiselle
Smirinoff,--qui a du talent, mais puisque Saint-Pétersbourg la réclame,
qu'elle y retourne accompagnée de nos encouragements et de notre
bénédiction. J'espère que mademoiselle Smirinoff rendra là-bas bon
témoignage de notre hospitalité bienveillante.

Frédéric Bérat vient de faire paraître deux nouvelles romances de ces
romances comme il les sait faire, douce pensée, tendre mélodie! L'une,
intitulée _le Marchand de Chansons_, est dédiée à mademoiselle Déjazet.
Ce charmant petit marchand de chansons chante la gloire et l'amour, la
France et la fillette sur les pas de Désaugiers et de Béranger. L'autre
a pour titre _André et Marie_, c'est encore un chant de guerre et
d'amour. Frédéric Bérat n'en fait pas d'autre; il a le coeur d'un bon
citoyen et le coeur d'un amoureux, deux coeurs en même temps; c'est la
compensation de ceux qui n'en ont pas du tout.

Deux vaudevilles sont nés sans grand bruit. Le théâtre du Palais-Royal
et M. Bayard sont les pères du premier; le second nous vient du théâtre
des Variétés et de M. Deligny. Celui-là se nomme _le Billet de faire
part_, celui-ci le Vampire.

Dans l'un il y a une veuve récalcitrante qui ne veut pas épouser un
jeune baronnet; dans l'autre un Allemand qui n'ose pas déclarer sa
passion à une donzelle. Le baronnet, pour contraindre la veuve à devenir
sa femme, fait annoncer son mariage avec elle par un billet de faire
part anticipé, et la compromet en la faisant coucher dans son château, à
côté de sa propre chambre, sans que ladite veuve s'en doute. Aussi la
veuve finit-elle par l'épouser. Quant à mon Allemand, son silence et sa
mélancolie lui valent le surnom de _Vampire_ qui décore l'affiche. Vous
devinez bien que ce vampire est le meilleur homme du monde, et que, tout
Allemand qu'il est, il finit aussi par un mariage, comme le baronnet de
là-haut. Quel vaudeville, en effet, ne finit point par la bénédiction
nuptiale? quelques-uns aussi finissent par un petit concert de sifflets;
_le Vampire_ et _le billet de faire part_ pourraient peut-être nous en
dire quelque chose.

Nous avons nommé plus haut le procès Lacoste. Ce procès, qui avait
attiré à Auch beaucoup d'Anglais, de célibataires et de sténographes
parisiens, s'est terminé à la satisfaction des accusés, du publie, et,
il faut l'espérer, à la satisfaction du procureur du roi, malgré le peu
de succès de ses poursuites et de son réquisitoire. Madame Lacoste et
son co-accusé ont été reconnus innocents.



Exposition des Produits de l'Industrie.

(11e et dernier article.--Voir t. III, p. 49, 153, 164, 180,211, 228,
230, 261, 283 et 294.)

OBJETS DIVERS.

Nous voici arrivé au terme de notre compte rendu, et nous trouvons, en
feuilletant notre portefeuille, une nomenclature effrayante de noms, de
produits, de numéros dont notre intention était de parler, et que nous
sommes forcé de passer sous silence, tout en reconnaissant qu'ils
auraient mérité, pour la plupart, que notre feuille les citât avec
éloges. Mais il y a un proverbe qui nous rassure: A l'impossible nul
n'est tenu; et quoique nous ayons condensé autant que faire se pouvait
nos appréciations, nous n'aurions pas voulu que l'_Illustration_ fût une
succursale du _livret_, et nous borner à la simple mention de produits
qui méritaient mieux et plus que cela. Aujourd'hui nous voulons réparer
une partie de ces omissions, et dans notre article, véritable
pandæmonium, on verra figurer un peu de tout; nous allons glaner après
avoir moissonné, et nous pensons que la gerbe du glaneur vaudra bien
celle du moissonneur.

Et d'abord arrêtons-nous devant un magnifique travail exposé par M.
Froment-Meurice. C'est un bouclier dont la vue nous a rappelé les
descriptions poétiques que font, des boucliers de leurs héros, les vieux
poètes du genre humain, Homère et Virgile. Mais, dans ce temps-là, le
bouclier était une arme de combat. Aujourd'hui ce n'est plus qu'un prix
à suspendre au milieu d'une panoplie; jadis c'était dans le combat corps
à corps, au milieu des merveilleux coups d'épée et des puissants coups
de lance, qu'il recevait son baptême et sa consécration Maintenant celui
à qui il écherra pourrait être le plus timide, le plus faible, le plus
petit des mortels, mais il aura eu en sa possession le cheval le plus
vile, le jockey le plus maigre et le plus efflanqué; certes, un pareil
prix lui sera bien dû pour de telles prouesses. Dans ces combats en
champ clos, le champ de bataille est le _turf_, les combattants des
chevaux de l'un et de l'autre sexe, les spectateurs des _sportsmen_ ou
_gentlemen riders_. Le bouclier de M. Froment-Meurice, destiné à servir
de prix de course, est une des plus belles pièces de l'orfèvrerie
moderne. Il est en fer et en argent. Il se compose d'un sujet central
ronde-bosse, de quatre bas-reliefs et d'une frise ou bordure. Le milieu,
modelé par M. Jean Feuchères, représente Neptune domptant des chevaux;
c'est une idée toute mythologique, vous savez que le bon La Fontaine
donne une autre origine à l'appropriation du cheval au service de
l'homme. Il s'agissait, vous vous en souvenez, d'une certaine vengeance
à tirer d'un cerf. La première idée ennoblit le cheval; la seconde le
rapproche beaucoup des petites passions de notre triste humanité.
Maintenant, voici le cheval à différentes époques, car son histoire est
celle de notre civilisation.

[Illustration: Voiture parachute, par M. Callier.]

[Illustration: Lit de sauvetage, par M. Valat.]

[Illustration: Le Chromographe, par M. Rouget de Lisle.]

[Illustration: Machine à fabriquer les briques, par M. Parise.]

[Illustration: Le Calcographe, par M. Rouget de Lisle.]

[Illustration: Moteur électrique, par M. Froment.]

[Illustration: Vue extérieure de l'Exposition.]

Son état primitif est l'état sauvage; on le voit bondir dans sa force et
dans sa liberté, enflant ses naseaux et frappant la terre de son pied
nerveux, il court, et derrière lui une hideuse cohorte de tigres le
presse et l'aiguillonne. Pauvre cheval! tes reins musculeux ne te
sauveront pas, car le tigre est agile et le désert est immense à
traverser! Ce premier bas-relief est de M. Rouillard. Dans le second, dû
à M, Feuchères, le cheval a déjà subi le joug, mais il a conservé les
instincts guerriers.

[Illustration: Bouclier en fer et en argent, par M. Froment-Meurice.]

C'est le cheval de l'Écriture qui, lorsqu'il entend la trompette, frappe
fièrement du pied la terre, et s'écrie: «Va!» Il est au milieu de la
mêlée, s'animant au carnage, et s'enivrant de sang et de bruit. Le
troisième bas-relief, arrangé d'après Pluvinet, par M. Justin, a pour
sujet une chasse du temps de Louis XIII. Là, tout est coquet, la pose et
les allures: c'est le coursier civilisé, se redressant avec grâce sous
les dentelles et le riche habillement de son cavalier. Pauvre cheval!
dans quelle position contre nature le montre le quatrième bas-relief, dû
à M. Schoennevert! Tu cours, mais ce n'est plus en liberté, sur ton dos
est une selle; et sur cette selle un affreux jockey. Ce n'est plus un
cheval, c'est un lévrier. Combien il est changé depuis que l'homme La
pris à l'état sauvage pour te faire servir à ses besoins d'abord, puis à
ses plaisirs, et enfin à sa fortune! Tous ces bas-reliefs sont traités
avec une grande supériorité, et font honneur au dessinateur et à celui
qui a été fouillant l'argent de son burin infatigable et donnant la vie
à ces divers épisodes de l'existence chevaline. La frise est composée de
têtes d'animaux et d'attributs de chasse, et forme un cadre magnifique à
cette admirable oeuvre d'art.

Après l'orfèvrerie d'art, voici l'orfèvrerie usuelle. MM.
Boisseaux-Detot et compagnie ont exposé une soupière Louis XV, de la
vaisselle plate et des couverts en _packfong_, métal blanc et ductile
dont la base est le nickel, et qui a la sonorité de l'argent. Ils ont
appliqué à ce métal l'argenture par le procédé Ruolz, et ont fourni des
couverts qui peuvent lutter d'apparence et de durée avec l'argenterie.
Le vieux plaqué, sans valeur jusqu'à présent, soumis au véhicule
électrique, a reparu comme pièce d'orfèvrerie grâce à cet ingénieux
procédé qui commence à se répandre dans les petites fortunes, et même,
si nous en croyons certaines indiscrétions, qui a remplacé, chez
certains grands seigneurs, l'argenterie massive et chère de leurs
ancêtres.

Nous avons déjà parlé de machines-outils exposées par M. Calla fils. Cet
habile mécanicien ne s'est pas borné à cette partie principale de son
industrie; il a abordé la fonderie d'art, et d'une manière tout à fait
supérieure. Les lecteurs de _l'Illustration_ en auront bientôt la preuve
dans les dessins que nous leur donnerons lors de l'inauguration de
l'église de Saint-Vincent-de-Paul. Aujourd'hui nous nous bornerons à
signaler la statue de saint Louis, qui figurait au milieu de la grande
salle des machines, le baptistère et les portes de
Saint-Vincent-de-Paul.

M. Baudrit a exposé une armature en fer dans un nouveau système imaginé
par un des plus savants architectes de Paris. Cette armature a pour but
de supprimer les colonnes en fonte dans les devantures de boutique et
dans les magasins. On sait combien le négociant parisien tient à avoir
un bel étalage et à présenter au passant la tentation de devenir
acheteur par le bon effet de marchandises arrangées avec goût,
d'heureuses oppositions de couleurs, de rapprochements séduisants. Eh
bien! un des grands obstacles qu'il a à vaincre, c'est la ligne
disgracieusement verticale des colonnes en fonte qui soutiennent le
poitrail et tous les étages supérieurs au magasin. C'est donc, un
véritable service rendu au commerce et, nous ajouterons, à la sécurité
publique, que l'introduction dans les constructions d'une pièce qui
supprime du même coup et les colonnes et le poitrail. En cas d'incendie,
la poutre calcinée entraîne par sa chute la destruction de l'édifice
entier, tandis que l'armature en fer résiste et retient tout ce qui est
au-dessus d'elle. M. Baudrit a appliqué aux constructions deux systèmes,
l'un qu'il nomme renversement de la poussée, l'autre suppression de la
poussée. C'est le premier dont nous offrons le trait aux lecteurs.
L'armature se compose de deux tirants AD, CB, et d'un seul arc CD,
allant de l'extrémité d'un tirant à l'extrémité de l'autre, les deux
points A, B, étant seuls fixés à l'aide d'anses en fer. Tout le poids
porté par l'arc CD, et tendant à le faire fléchir, aura pour résultat de
solliciter le rapprochement des deux points A, B; mais ce rapprochement
ne pourra jamais avoir lieu, car il faudrait ou que la plate-bande
placée au-dessus de l'arc fût broyée, ou que la charge entière fût
soulevée. Dans l'application, on évite la position diagonale de l'arc
par l'ajustement indiqué dans la figure. Ces armatures ont subi des
épreuves de puissance tout à fait concluantes. Une, entre autres, qui
n'avait pas été sollicitée par le possesseur du brevet, en a démontré la
force et la solidité. Une poutre de 30 centimètres de côté et de 5
mètres 50 cent. de longueur, est tombée, par mégarde, du quatrième étage
sur une ferme placée au rez-de-chaussée! Cette ferme la renvoya par son
élasticité, et la poutre alla percer un plancher nouvellement construit
par le malencontreux charpentier. Nous ne doutons pas qu'avant peu
d'années la plupart des boutiques de Paris seront munies de cette
précieuse armature.

Nous avons examiné avec intérêt une machine à faire la brique, de
l'invention de M. Parise, et dont nous donnons aujourd'hui le dessin.
C'est une roue marchant par un mécanisme quelconque, et qui porte sur
toute sa circonférence des augets. Ces augets reçoivent la terre qu'un
ouvrier verse par une espèce de trémie ou d'entonnoir, puis se referment
et compriment la terre, dont ils expriment ainsi l'eau, en donnant à la
brique la forme qu'elle doit avoir. Ceci se passe pendant le temps que
met la roue à faire une demi-révolution; alors l'auget, arrivé au bas,
s'ouvre et dépose la brique sur une toile sans lin, qui la porte à
l'ouvrier chargé de la ranger. Nous n'avons pu savoir combien la machine
fournit de briques par jour; mais sa simplicité et la facilité des
manoeuvres qu'elle exige nous font penser qu'on doit en obtenir
d'excellents résultats.

Le travail des mines est un des plus pénibles que l'homme puisse
supporter. Être tout le jour dans une nuit profonde, au milieu des
infiltrations d'eau, sous l'appréhension des coups de feu, de la chute
d'un bloc, d'une inondation; ne pas savoir, en descendant à 500 mètres
sous terre, si l'on reverra la lumière du soleil, et la verdure, et les
arbres, si l'on embrassera encore sa femme et ses enfants; et tout cela,
pour un misérable salaire qui suffit à peine pour soutenir une vie de
privations et de sacrifices. Mais si le sort d'un mineur est triste
quand il est en bonne santé, il devient épouvantable quand un de ces
accidents si fréquents dans les mines fond sur lui, sans qu'aucune
puissance humaine puisse ni le prévoir ni l'empêcher; alors, au fond de
ces sentiers sinueux, au bout de ces galeries où un homme peut à peine
se tenir debout et qui n'ont que la largeur nécessaire au passage d'un
chariot, voyez le blessé, une jambe ou un bras cassé, obligé de se
traîner péniblement, de faire souvent une demi-lieue dans ces conduits
souterrains pour arriver, brisé anéanti, aux abords du puits,
c'est-à-dire à 300, 400 ou 500 mètres du sol; voyez-le dans cette
ascension pénible, replié sur lui-même dans la benne qui l'enlève,
suspendu entre le ciel et la terre, et ayant à peine assez de force pour
maudire son sort! Eh bien! cette dernière torture, la plus grande de
toutes, celle qui souvent convertit en maladie mortelle une blessure peu
importante, le docteur Valat vient de la faire disparaître au moyen d'un
lit de sauvetage, de son invention, dont nous donnons le dessin. Cet
appareil consiste en une caisse pentagonale légèrement infléchie dans le
sens de sa longueur; son couvercle est mobile; elle contient un matelas
traversé par une petite sellette et des sangles placées de manière à
soutenir le blessé lorsque la caisse doit remonter au jour et prendre
une position presque verticale. La caisse porte, de plus, des anses et
une espèce de plate-forme où se place le mineur qui doit présider à la
remonte. Le déploiement de quatre bras à charnières change la caisse en
brancard. Cet appareil a été expérimenté déjà dans quelques houillères,
et d'une manière à ne laisser aucun doute sur son efficacité.

[Illustration: Nouveau système de ferme pour l'architecture, exposé par
M. Baudrit.]

Il est encore une autre espèce de sauvetage après lequel courent les
inventeurs. Il s'agit de trouver le moyen de rendre une voiture
inversable. La première idée qui se présente est de la construire de
façon à ce que la caisse ait un mouvement tout à fait indépendant du
train et conserve sa position et sa stabilité, quel que soit le
mouvement de la voiture. Pour cela, quoi de plus simple que de maintenir
la caisse sur deux axes placés au centre et à ses deux extrémités,
lesquels sont supportés par des montants qui soutiennent l'impériale!

[Illustration: Machine à satiner le papier, par M. Callaud Belisle.]

Telle est l'idée qu'a mise à exécution M. Callier, de Gien, qui a exposé
une _voiture-parachute_ est ingénieuse; nous ne doutons même pas, sans
vouloir cependant en faire l'épreuve par nous-mêmes, que les voyageurs
ne sortent de là sains et saufs, même dans le cas où la voiture, tombant
dans un précipice, ferait huit ou dix tours sur elle-même; mais
l'application nous a paru laisser beaucoup à désirer: la forme de la
voiture est disgracieuse, son poids nous a semblé énorme, et c'est
probablement l'impression qu'elle a produite sur un de nos spirituels
dessinateurs qui dans le dernier numéro, l'a représentée résistant
vertueusement aux instances et aux efforts de pas mal de chevaux. Mais,
nous le répétons, le principe est bon; le tout est de l'appliquer d'une
manière usuelle.

Nous avons omis de parler, à l'article _machines_, d'un _moulin_ (de
l'invention de M. Callaud) destiné à broyer les graines oléagineuses, et
que nous avions remarqué parce qu'il nous a semblé résoudre heureusement
les difficultés que présente ce genre de trituration. Les cannelures
mordantes des meules ou noix des moulins ordinairement employées
s'obstruent constamment, soit par des particules onctueuses, soit même
par l'huile siccative qui y adhère. Le moulin de M. Callaud se nettoie
constamment de lui-même, et maintient l'appareil de mouture dans son
action mordante; les cylindres sont en fer trempé, et le reste du
mécanisme est combiné de manière à ce que la main-d'oeuvre est la
moindre possible.

Il y a dans la nature, autour de nous, partout en un mot, des forces
considérables cachées, inconnues ou inactives, soit parce qu'on ne sait
pas les emmagasiner, soit parce qu'on ignore leur mode d'action. Déjà on
se sert de l'eau et de l'air, forces naturelles par excellence et qui
agissent directement et sans transformation. La vapeur, force dont
l'emploi est si répandu aujourd'hui, est venue ensuite apporter son
tribut à l'industrie humaine. Mais il est une force qui se trouve à
profusion dans toute la nature, une force qui affecte toutes choses,
dont on sait, dont on connaît l'existence, mais qui n'a été jusqu'à
présent que l'objet d'expériences de cabinet, sans que personne soit
parvenu à la rendre usuelle et pratique, à l'emmagasiner, à lui faire
produire en grand un effet utile. M. Froment, ancien élève de l'École
Polytechnique, vient de tourner avec succès ses investigations de ce
côté, et quoiqu'il n'ait exposé qu'un moteur électrique d'une petite
échelle, les résultats qu'il en a obtenus sont assez remarquables et
appréciables pour nous faire espérer que le moteur nouveau rendra de
grands services à l'industrie. Qu'on nous permette de faire comprendre
en peu de mots à nos lecteurs cet ingénieux mécanisme. Lorsqu'un courant
électrique traversant un fil mécanique passe près d'un morceau de fer,
il y fait naître deux pôles magnétiques, l'un austral, l'autre boréal,
semblables à ceux des aimants. Si le fil, au lieu de passer près du
morceau de fer, l'entoure un grand nombre de fois dans le même sens,
l'effet se trouve multiplié dans une proportion considérable, pourvu que
les spires du fil soient isolées les unes des autres, ce qu'on obtient
en se servant d'un fil de cuivre couvert de soie. M. Froment s'est servi
d'une bobine bb (fig. 1) sur laquelle il a roulé un fil assez long pour
faire plusieurs centaines de tours; au centre est un morceau de fer
cylindrique F. Le courant électrique y fait naître deux pôles A et B;
mais si le sens du courant vient à changer, les pôles changent aussi.
Maintenant supposons deux aimants, dont l'un AD (fig. 2) soit solidement
fixé sur un support, et l'autre A'B' fasse partie d'une roue dont l'axe
est C, et puisse dans son mouvement de rotation passer très-près du fer
fixe AB, quand le courant agira simultanément et de manière à faire
naître dans l'un un pôle austral qui soit tourné vers le pôle boréal de
l'autre, ils s'attireront avec force et la roue mobile tournera; mais
elle s'arrêterait après quelques oscillations, si le sens des courants
étant subitement changé ne faisait naître un pôle boréal là où était le
pôle austral, et par suite une répulsion au lieu d'une attraction. Ce
changement de courant s'obtient an moyen d'un anneau métallique fendu à
sa circonférence autant de fois que le courant doit changer de sens dans
une révolution de la machine. La fig. 3 représente un certain nombre de
fers semblables à ceux que nous venons de décrire. De plus, pour
utiliser le magnétisme accumulé dans les pôles qui ne sont pas en
regard, un second système tout à fait semblable a été superposé au
premier, et l'on a réuni les pôles de ces deux étages par des armatures
de fer doux. La machine (fig. 4) a pour base un châssis en fonte de fer
de forme hexagonale, aux angles duquel s'élèvent six pilastres qui
supportent un autre châssis, et c'est dans cette espèce de cage que se
trouve le mécanisme. L'auteur n'a pas pu encore mesurer d'une manière
précise quelle force elle donne pour une dépense déterminée, mais avec
une pile de 10 éléments d'un décimètre carré il a mis en mouvement un
tour ordinaire. Nous ne doutons pas que la puissance d'une machine ainsi
organisée ne puisse devenir considérable, et nous engageons vivement M.
Froment à persévérer dans cette voie nouvelle et féconde.

Nous donnons à nos lecteurs les dessins d'un _chromagraphe_ et d'un
_calcographe_ Que les dames ne s'effraient pas trop de ces noms
d'instruments qui sont destinés à leurs doigts délicats. Le chromagraphe
leur servira à composer des dessins pour la broderie, la tapisserie, au
moyen d'une application ingénieuse du kaléidoscope. Quant au
calcographe, on reconnaît que c'est une espèce de manière de calquer se
rapprochant du procédé Rouillet, qui, comme nos lecteurs le savent, est
un véritable calque de la nature.

Les billards en fer et fonte de M. Sauraux nous ont paru résoudre avec
avantage la problème de la justesse et de la durée. Le corps du billard
est en fonte de fer, et la table en pierre: maintenu par des boulons sur
les quatre pieds, il peut être posé dans un aplomb parfait. Nous
regrettons donc pouvoir donner à nos lecteurs le dessin du billard que
M. Sauraux a exposé, et qu'ils auront probablement remarqué pour la
grâce de l'encadrement et la richesse des détails.

M. Poortman a exposé des animaux apprêtés d'après un nouveau système qui
conserve à l'animal toute sa souplesse et sa grâce. Nous avons surtout
admiré une levrette où est apparente la saillie des muscles et des
nerfs.

Les fabricants de papiers ont présenté cette année une exposition assez
complète. Nous citerons surtout les papeteries d'Essonne et de
Sainte-Marie. La fabrication d'Essonne, qui occupe trois machines à
fabriquer le papier continu et deux cent cinquante ouvriers, s'élève à
700,000 kilogrammes de papier par an. Une grande partie des beaux livres
illustrés qui ont été publiés à Paris sont imprimés sur ses papiers.
Celui sur lequel nous écrivons cet article et celui sur lequel vous nous
lisez sortent également de cette papeterie. Essonne a exposé une
collection complète de papiers de couleur où nous avons remarqué surtout
les doubles-couronnes pelure sans colle, blanches et de couleurs
destinées à la confection des fleur» artificielles. La grande difficulté
de fabriquer un papier aussi mince et d'arriver à des nuances aussi
vives, nous avait jusqu'à ce jour rendus tributaires des Anglais. La
papeterie d'Essonne les livre aujourd'hui de même qualité et à un prix
moins élevé que les pelures anglaises. Elle a exposé aussi des papiers
_Vergés_ faits à la mécanique et qui ont la solidité des anciens papiers
à la forme.

La papeterie de Marais ou de Sainte-Marie s'est depuis longtemps acquis
un nom qu'elle soutient dignement cette année.

M. Callaud-Belisle, d'Angoulême, ne s'est pas contenté d'exposer des
papiers: il a produit aussi une machine à éplucher et satiner le papier.

On sait que l'épluchage et le satinage du papier se font à la main et
feuille par feuille. M. Callaud-Belisle a essayé de faire faire ce
travail à la machine même que nous offrons au lecteur: A est un dévidoir
chargé de papier; B sont des cylindres en cuivre destinés à faire tendre
le papier et à le guider; C cylindres cannelés en fer, faisant l,200
tours par minute, qui épluchent et satinent; D rouleau servant à lustrer
et faisant également 1,200 tours par minute; E cylindres qui abattent le
grain du papier; F dévidoir qui reçoit le papier satiné; G engrenages et
poulies donnant le mouvement; II soufflet à double vent soufflant sur la
feuille du papier et chassant les impuretés. Nous avons consulté des
fabricants de papier sur la bonté de cet appareil, et tous, tout en
reconnaissant l'avantage qu'il y aurait à faire faire en peu de temps
par une machine ce qui demande beaucoup de temps à un grand nombre
d'ouvriers, nous ont répondu que le papier ne résisterait pas à un
épluchage si vigoureux, qu'il y avait inconvénient à soumettre toute la
bande de papier, où souvent il n'y a qu'un grain à enlever, à l'action
des cylindres, et que d'ailleurs le papier devait s'user ou même se
déchirer. Quant à nous, nous avons fait connaître le mécanisme et les
inconvénients qu'on lui reproche; c'est aux fabricants à discuter et à
expérimenter.

La lithographie vient de s'enrichir d'une nouvelle découverte. Depuis
longtemps on cherchait à faire du lavis sur pierre, et l'on n'était
jamais arrivé à pouvoir tirer de nombreuses et bonnes épreuves. Le
procédé Formentin vient de résoudre ce problème, et donne des épreuves
aussi bonnes et en aussi grand nombre que la lithographie ordinaire. Les
lavis sur pierre exposés par mademoiselle Formentin ont généralement
attiré l'attention des artistes, ainsi que ses impressions
lithographiques ordinaires et celles à deux teintes et en couleur.

Les fondeurs en caractères d'imprimerie sont en petit nombre à
l'exposition; mais leurs produits, qui échappent à l'appréciation des
visiteurs ordinaires, ont été appréciés par les connaisseurs, et surtout
par les imprimeurs. Nous citerons avec éloges MM. Biesta et Laboulaye.
Les recherches de ce dernier l'ont amené à l'emploi d'un nouvel alliage
renfermant de l'étain et du cuivre et permettant de fabriquer des
caractères d'une bien plus grande résistance que ceux fondus avec
l'ancien alliage de plomb et d'antimoine.

Quant aux imprimeurs, qu'on nous permette de citer avec les éloges
qu'ils méritent MM. Lacrampe et comp., qui ont exposé une magnifique
collection de tirages de gravures sur bois qu'ils exécutent avec tant de
succès, comme ont pu en juger nos lecteurs; le tirage de
_l'Illustration_, un des plus beaux résultat» obtenus au moyen de la
presse mécanique.

Parmi les éditeurs, citons M. Augustin Mathias, auquel les sciences et
l'industrie doivent tant d'utiles publications, et les livres illustrés
de MM. Dubochet et comp. Il nous est interdit de nous étendre sur ces
publications. Celui qui signe cette feuille attend avec confiance le
jugement du jury sur sa belle exposition au milieu de laquelle figure
_l'Illustration_, un des recueils les plus complets et l'un des plus
beaux succès de la librairie moderne.

Et maintenant, chers lecteurs, permettez-nous de sortir avec vous de ces
vastes salles, ou nous avons trouvé tant de produits remarquables, et de
nous arrêter un instant dans la cour intérieure de gauche. Là, vous
voyez des ponts, des voitures, des grillages faits mécaniquement, des
machines à sécher le drap, des tentes militaires, des pompes, voire même
les moutons de M. Graux. Nous ne voulons rien décrire; mais là, sur le
seuil de cette exposition, sur le point de nous quitter pour cinq ans,
nous vous demanderons grâce pour l'imperfection de notre compte rendu,
en considération de notre bonne volonté et du soin consciencieux que
nous avons apporté à vous signaler ce qui nous a paru bon, utile et
remarquable.



Tir fédéral de 1844.

Bâle, 12 juillet 1844.

Mon cher directeur,

Que m'apprenez-vous? Des six dessins que je vous avais envoyés, trois se
sont égarés en route; vous les retrouverez, je l'espère, et vos abonnés
ne perdront rien pour attendre. Puisse ma lettre avoir une meilleure
chance (1)!

      [Note 1: Note du directeur. Ces dessins s'étaient égarés, mais ils
      nous arrivent à l'instant même. Nous les publierons dans un
      prochain numéro avec la fin de la lettre de notre correspondant.]

J'ai fidèlement rempli vos instructions. J'ai tout vu, tout entendu, et
si ma qualité de citoyen français et de Parisien ne m'a pas permis de
disputer le prix aux vainqueurs, du moins j'ai assisté chaque jour _de
visu et de auribus_ aux diverses cérémonies qui ont signalé cette fête
mémorable. Mes yeux et mes oreilles ont grand besoin de repos, je vous
assure, mais avant d'aller prendre des bains d'air sur les sommets des
hautes alpes des Grisons, je veux accomplir ma promesse et vous adresser
une relation exacte et complète du grand tir fédéral de Bâle.

Un mot d'introduction. Je serai court; rassurez-vous.

La confédération suisse ne forme pas une nation proprement dite; ses
vingt-deux cantons se composent en effet de trois peuples distincts,
dont les moeurs, la langue, la religion, les lois, sont entièrement
différentes; aussi les dissensions intestines provoquées à dessein par
des partis remuants auraient bientôt pour résultat infaillible de
détendre et de rompre même le lien fédéral, si d'autres causes non moins
influentes ne venaient pas sans cesse le resserrer. Quelque danger
qu'elle coure, la confédération suisse ne périra pas; le bon sens et le
patriotisme de la majorité des habitants feront toujours avorter les
tentatives coupables des éternels ennemis de la liberté et de la
nationalité des peuples, qui veulent diviser pour régner. Partout
l'élite de la population s'efforce de développer autant que possible
l'esprit d'association; partout des sociétés se fondent dont le but est
de réunir sous un même toit et à la même table, dans un intérêt commun,
tous les membres de la grande famille helvétique.

Encore une petite préface, s'il vous plaît. Avant le tir, plusieurs
sociétés générales avaient tenu leurs réunions annuelles. En venant à
Bâle le 18 juin, j'ai assisté à Lausanne à celle des officiers de
l'armée suisse. Peut-être nous autres Parisiens, blasés sur les émotions
patriotiques, pensons-nous parfois que les Suisses aiment un peu trop à
manger, à boire, à discourir, à se promener et à tirer leur carabine en
société. Ces moeurs naïves les honorent, et, loin d'en rire, je les
admire avec émotion et je souhaite toujours un pareil ridicule à mes
chers compatriotes.

Malgré l'ouverture prochaine du tir fédéral, 500 officiers de toutes
armes s'étaient rassemblés les 16 et 17 juin dans le chef-lieu du canton
de Vaud.--Le 16, après avoir procédé à la réception des députations, on
s'est promené sur le lac et on est allé faire une fort agréable
collation à Vevey. Le 18 était le jour des discours et du dîner. Les
discours ont eu lieu dans la cathédrale et le dîner à Montbenon, sous
une tente élégamment décorée. Les orateurs ont lu des mémoires ou
soutenu des discussions sur des questions militaires. Les convives se
sont régalés avec appétit de mets et de vins excellents. Ce banquet
offrait un magnifique spectacle. Au delà des poteaux qui soutenaient la
tente, et des beaux arbres qui l'entouraient, le spectateur ravi
apercevait, comme dit M. Victor Hugo, «cette magnifique émeraude du
Léman, enchâssée dans des montagnes de neige comme dans une orfèvrerie
d'argent.--Les dents d'Oche ne mordaient aucun nuage.» Même auteur.

Au dessert, des tostes nombreux ont été portés. Après celui de M. Druey,
conseiller d'État, tous les assistants ont chanté en choeur un hymne
composé tout exprès pour la circonstance par le poète de Lausanne, M.
Porchat, sur une des plus belles mélodies de Grétry. Les chants se sont
ensuite prolongés pendant une partie de la soirée. A l'hymne de M.
Porchat ont succédé des couplets de M. Hoegger, de Genève; des strophes
allemandes de M. Nessler, professeur au gymnase de Lausanne; et enfin
des chansons patoises d'une originalité remarquable. Ce magnifique
paysage, «le plus beau dont l'oeil humain puisse être frappé,» a dit
Jean-Jacques Mousseau, l'air des montagnes si pur et si doux, cette
musique militaire qui accompagnait les chants patriotiques, ces coups de
canon tirés par intervalles, et que répétaient au loin les échos du Jura
et des Alpes, cette foule si joyeuse, si animée, et pourtant si calme,
tout cela avait produit sur moi une impression dont je jouissais avec
bonheur, et m'avait disposé on ne peut mieux en faveur de la solennité
nationale à laquelle j'allais me rendre.

De Lausanne passons donc sans transition à Bâle; élançons-nous d'un seul
bond de la rive droite du lac de Genève sur la rive gauche du Rhin.
Cette ville, d'ordinaire si calme et si triste, elle est plus animée,
plus gaie que Régent's-street ou que le boulevard de Gand. On a peine à
la reconnaître! Que dit ce crieur dont je ne comprends pas le patois?
Nous sommes au 29 juin, veille de la fête, il est huit heures du soir,
et 1,000 personnes environ errent dans les rues de la ville sans pouvoir
trouver un logement. On fait connaître leur embarrassante position à
tous les habitants. Et cependant les journaux annoncent depuis quelques
jours «que le comité des logements a trouvé moyen de loger environ 3,240
carabiniers à des prix modiques, à savoir: 500 gratis, sous des tentes,
170 chez des particuliers, sur la paille, à 2, 2 1/2 et 3 batz; 100 dans
des lits, à la caserne, pour 3 à 6 batz; 2,000 chez des particuliers,
dans des lits, à 5--20 batz, et 170 pour le prix de 25 à 40 batz.»

Heureusement pour moi, mon titre de rédacteur de _l'Illustration_
m'avait assuré une chambre très-confortable chez le plus aimable de tous
les hôtes. Qu'il en reçoive ici mes remerciements. Pourquoi m'a-t-il
défendu de divulguer son nom? C'est un secret qui me coûte à garder.

Le tir fédéral n'avait pas eu lieu à Bâle depuis 1827. L'établissement du
chemin de fer d'Alsace, l'amélioration de toutes les voies de
communication, la création de nouveaux moyens de transport, auraient
suffi pour attirer cette année, dans ses murs, un nombre d'étrangers
triple de celui qu'elle y avait reçu il y a dix-sept ans, mais cette
fête annuelle devait être précédée d'une fête séculaire, la célébration
du quatrième anniversaire de la «bataille de Saint-Jacques. Qui n'a lu
dans Muller le récit de ce mémorable sacrifice, comparable à celui qui a
immortalisé les Thermopyles? Le 26 août 1444, 1,500 Suisses confédérés
attaquèrent près de Saint-Jacques 8,000 Armagnacs, et ils se battirent
contre eux jusqu'à ce qu'ils tombassent, percés de coups mortels, sur
les cadavres de leurs ennemis. 1,458 périrent vaincus à force de
vaincre, dit Æneas Sylvius; 32 guérirent de leurs blessures, et 10
seulement cherchèrent leur salut dans la fuite; leurs compatriotes les
bannirent de la Suisse. Le dauphin de France, qui depuis fut Louis XI,
commandait les bandes mercenaires des Armagnacs. La valeur des
confédérés lui inspira un tel respect, qu'il se hâta de conclure la
paix, et que des lors il résolut de prendre des Suisses à son service.
Un monument de pierre a été élevé par les Bâlois, en 1824, en
commémoration de la bataille de Saint-Jacques.

A quatre heures du matin, le 30 juin, je fus réveillé en sursaut par un
coup de canon. C'était le premier signal de l'ouverture de cette double
fête. Deux heures après, les clochers de la cathédrale firent, selon le
programme officiel, «entendre leurs plus beaux accords»; mais au son des
cloches,--douce surprise!--se mêlaient les voix d'un choeur nombreux de
chanteurs postés au haut des tours. A sept heures, ce concert fini,
toutes les cloches de la ville annoncèrent le service divin qui devait
avoir lieu dans les quatre principaux temples. Laissant, quant à moi,
les acteurs de la fête se réunir sur la place de la cathédrale, je me
rendis avec une foule considérable hors de la porte d'Æschen, le long de
la route où devait passer le cortège.

Ce cortège ressemblait un peu à tous les cortèges passés, présents et
futurs; mais il offrit plusieurs particularités curieuses qui méritent
une mention. Il se composait d'une telle quantité d'artilleurs, de
sapeurs, de fantassins, de corporations, de carabiniers, qu'il mit près
de trois heures à défiler. Regardons-les passer et n'en disons rien;
mais remarquez, je vous prie, le corps des cadets artilleurs de Bâle,
c'est-à-dire trente jeunes gens de quinze à dix-huit ans, avec de
petites capotes, de casquettes rouges et blanches et deux petites pièces
de canon parfaitement propres et bien montées. Cette artillerie en
miniature est suivie d'une infanterie lilliputienne qui consiste en
quatre sapeurs sans barbe, un tambour-major tout petit, une dizaine de
tambours dont la taille est proportionnée à celle de leur chef, et cinq
pelotons de vingt hommes. Le plus âgé de ces soldats n'a pas quinze ans.
Ce sont les écoliers du collège de Bâle organisés militairement comme
dans la plupart des cantons suisses: veste ronde en toile grise,
pantalon blanc, casquette verte avec broderie écarlate, buffleteries
noires, un sac, un fusil, un sabre et une giberne, tel est l'uniforme,
telles sont les armes de ces charmants petits fantassins qui paraissent
assez difficiles à discipliner, et qui n'observent pas la consigne de
silence dans les rangs.

En avant des autorités municipales marchait en outre un géant vivant
vêtu du costume national du moyen âge, et tout bardé de fer. Enfin, deux
hommes d'une taille et d'une constitution moins extraordinaires,
également vêtus du costume suisse du moyen âge, suivaient la musique du
bataillon de la landwehr, portant d'énormes gobelets en forme de cornes
garnis d'argent.

Ces gobelets, dont la vue piquait vivement ma curiosité, devaient jouer
un grand rôle dans les cérémonies prochaines. Je les suivis longtemps
des yeux; mais ils franchirent le seuil de l'enceinte réservée dont
l'entrée était interdite aux étrangers. Que se passa-t-il alors dans ce
sanctuaire? Mon hôte me l'apprit le lendemain; on prononça des discours,
on inaugura une table de marbre sur laquelle sont gravés les noms des
capitaines et le nombre de soldats morts à la bataille de Saint-Jacques,
et les autorités de Bâle offrirent aux confédérés des autres cantons,
dans ces coupes étranges, le vin d'honneur, le _schweitzerblut_, le
_sang suisse_, qui croît à l'endroit même où succombèrent les héros de
1444.

Ces cérémonie» achevées, je revins à Bâle avec le cortège. On se rendit
d'abord à l'hôtel de ville, où les membres du gouvernement, entourés du
corps d'officiers bâlois, reçurent le comité central du dernier tir
fédéral de Coire, les présidents des sociétés de tir cantonales et le
comité d'organisation du tir fédéral actuel. Quelques coupes du vin
d'honneur furent bues de nouveau à la prospérité de la patrie, et on se
dirigea alors vers la Schützenmatte, en français la place du tir.

Pour se rendre à la Schützenmatte, on passe par le faubourg Saint-Paul,
élégamment décoré, à l'extrémité duquel se trouve la porte du même nom,
flanquée d'une haute tour crénelée; c'est la plus belle porte de Mâle.
Arrivé sur le boulevard extérieur, on voit de loin flotter les flammes
blanches et rouges au haut des mâts qui entourent l'enceinte du tir.

L'immense emplacement du tir fédéral, avec toutes ses dépendances,
occupe une superficie de 160,000 mètres carrés; toutes les constructions
sont de style gothique et en bois, mais un léger badigeon grisâtre leur
donne l'apparence d'un édifice en pierre de taille. Au milieu se trouve
une vaste enceinte de 66,000 mètres carrés, dans laquelle on pénètre par
un arc de triomphe à trois arcades, dont les deux entrées latérales sont
surmontées de tours crénelées, hautes de 17 mètres, et flanquées chacune
de quatre tourelles octogones. La largeur totale de cette construction
est de 22 mètres, et dans l'intérieur des deux ailes, des escaliers
conduisent à des espèces de chambres servant de gîte à soixante hommes
de service. Après avoir passé sous une voûte de 6 mètres de profondeur,
vous vous trouvez sur une vaste place formant un carre oblong d'une
longueur de 230 mètres sur une largeur de 196, et sur laquelle 10,000
hommes peuvent circuler commodément. A l'extrémité opposée à l'arc de
triomphe se trouve un simple portique en cloison, également à trois
arcades. De chaque côté de ce portique, ainsi que de l'arc de triomphe,
s'élève une espèce de château fort octogone, de 23 mètres de diamètre,
composé d'un rez-de-chaussée et d'un premier étage, et surmonté d'un
belvédère crénelé à deux balcons. Deux de ces constructions, celles
voisines de la galerie des tireurs, servent de cafés-restaurants pouvant
contenir chacun 5 à 600 personnes. Dans une troisième on a établi au
rez-de-chaussée le corps de garde de la milice, au premier étage, une
salle de délibération pour les comités, enfin la quatrième, lieu de
dépôt pour les pompes à incendie, offre en même temps une chambre de
repos aux marqueurs.

[Illustration: Porte d'entrée du tir fédéral.]

A droite se prolonge, sur une longueur de 200 mètres sur 21 de largeur,
et percée de 42 croisées ogivales, la vaste galerie des tireurs. Au
milieu de cette galerie, un portique flanqué de tourelles, orné des
armes des 22 cantons et de peintures représentant la bataille de
Saint-Jacques, renferme la caisse et le bureau fédéral. Vis-à-vis du tir
et dans les mêmes proportions, mais avec une largeur presque triple, est
établie l'immense cantine ou salle à manger dont on admire la belle et
solide charpente; aux quatre angles, les constructions octogones sent
reliées avec les extrémités du tir et de la cantine par des galeries
servant de bazars et de bureaux. Mais le principal ornement de la grande
cour, c'est le pavillon des prix d'honneur, en forme de croix, élégante
chapelle où le jour pénètre de tous côtés, à travers de hautes et
sveltes fenêtres en ogive aux gracieux ornements, et du centre de
laquelle s'élance, à une hauteur de 30 mètres, une tour surmontée de la
statue colossale d'un guerrier du moyen âge (Hermann Seevogel, de Bâle),
armé de toutes pièces et portant l'étendard fédéral. Un balcon
circulaire couronnant le milieu de la tour est destiné à recevoir les
drapeaux des sociétés locales; sur un autre, placé plus haut, sont
plantés ceux des sociétés cantonales. Sept fontaines distribuées sur les
différents points de l'enceinte fournissent de l'eau en abondance.

Mais les dessins que je vous envoie vous donneront une idée plus exacte
que mes descriptions de toutes ces merveilles.

Le cortège introduit dans l'enceinte, on arbora le drapeau fédéral au
sommet du pavillon des prix; des acclamations universelles se mêlèrent
alors à une salve de 22 coups de canon; puis les drapeaux des cantons et
des sociétés particulières furent successivement élevés sur les galeries
inférieures.

Il était trois heures quand ces diverses cérémonies se terminèrent.
Depuis le matin tous les assistants jeûnaient. Au signal donné, chacun
se précipita vers la salle à manger du tir, qui avait fait publier
depuis quelques jours dans les journaux la note suivante:

«La salle à manger, construite sur la place où se fera le tir, a 400
pieds de long, 160 pieds de profondeur, 41 pieds de haut; la façade a
une longueur de 160 pieds, et un péristyle d'environ 13 à 16 pieds, qui
renferme deux bureaux et deux escaliers conduisant aux galeries des
dames.

[Illustration: Pavillon des drapeaux et des prix.]

«Cette immense salle peut contenir commodément autour de 153 tables,
4,500 personnes et au moins 4,000 près de la tribune des orateurs. Le
bâtiment a trois pignons couverts de papier d'asphalte. Pour son
achèvement, il a fallu 70,000 pieds cubes de bois de construction,
200,000 pieds carrés de planches, 20,000 lattes doubles, 20,000 lattes à
tuiles, 25 quintaux de clous, une grande quantité de vis et de crochets.

«La façade est surmontée de 16 petites tours, de 36 à 51 pieds
d'élévation, garnies de moulures, d'armoiries et d'ornements ciselés en
bois.

«Les besoins journaliers pour le dîner sont évalués à environ 4,400
livres de boeuf, 2,200 livres de veau, mouton et porc, 4,200 livres de
pain. Il a été commandé 25 quintaux de charcuterie et 50 sacs de pommes
de terre.

«Les fournitures de légumes qui proviennent des environs de Colmar,
commenceront le 29 juin par le chemin de fer. Les provisions en vins
s'élèvent à environ 420,000 bouteilles de vin destiné aux arquebusiers,
14,500 bouteilles de vin d'honneur, parmi lesquelles se trouvent 2,400
bouteilles véritable _sang-suisse_, 1,000 bouteilles de vin de
Champagne, 1,000 bouteilles de vin de Bordeaux, 1,000 bouteilles
d'Yvorne, 600 bouteilles de vin de Margraviat de 1753, 500 bouteilles de
Neuchâtel, 500 bouteilles de vin du Rhin, 500 bouteilles de vin de
Bourgogne, 300 bouteilles de Xérès et Malaga, et 1,000 cruchons d'eau de
Selters.

«Les dîners sont préparés par un chef de cuisine, aidé de 5 cuisinières,
3 pâtissiers et 4 trancheurs; 10 personnes sont chargées de la
préparation des légumes, 22 autres ont soin de la vaisselle. Le service
dans l'intérieur de la salle à manger est dirigé par 200 sommeliers en
uniforme, dont 180 en activité et 20 en réserve.

«L'administration de la cave est confiée à un surveillant en chef et 4
surveillants en sous-ordre, et celle de la cuisine, à 2 surveillants en
sous-ordre et 6 aides.

«Les tables seront couvertes de linge damassé blanc et gris,
confectionné dans les fabriques des cantons de Berne, d'Argovie et de
Thurgovie.

«Les commandes en vaisselle faites jusqu'au 1er mai s'élèvent déjà à
environ 400 soupières, 1,706 plats, 700 saladiers, 300 moutardiers,
20,000 assiettes, 10,000 verres à vin, 300 verres à vin de Bordeaux, 200
verres à vin du Rhin dits Ræmer, 600 salières, 5,000 couteaux et
fourchettes, 5,000 cuillers, 350 cuillers à ragoût, et 200 couverts à
trancher.»

[Illustration: Le Stand, Salle du tir fédéral.]

Il devait y avoir, comme vous le voyez, beaucoup d'élus dans ce paradis;
toutefois le nombre des appelés était si considérable, qu'il me fut
impossible de trouver une place; j'avais le numéro 12,587. Je retournai
donc à Bâle, mourant de fatigue et de faim, mais bien résolu, mon cher
directeur, à remplir mon devoir jusqu'au bout, dussé-je en mourir, me
promettant d'assister le lendemain à l'ouverture du tir, qui était
annoncée pour six heures.

(_La fin à un prochain numéro._)



Inauguration de l'Éclairage au Gaz sur la place Saint-Marc, et Fête de
la Tombola, à Venise (8 juin 1844).

[Illustration: Inauguration de l'éclairage au gaz et tombola sur la
place Saint-Marc, à Venise.]

Venise eut longtemps la réputation d'une ville de plaisir. Outre son
carnaval, qui attirait les étrangers de toute l'Europe, un grand nombre
de réjouissances périodiques y étaient célébrées, presque toutes
ennoblies par le souvenir des événements auxquels elles devaient leur
origine.

La plus grande pompe était surtout déployée dans les cérémonies
politiques, notamment dans celle où chaque année, le jour de
l'Ascension, le doge, monté sur le Bucentaure, entouré de la noblesse,
accompagné de toutes les gondoles de Venise, allait épouser la mer, aux
yeux de tous les ambassadeurs étrangers, qui semblaient, par leur
présente, reconnaître cette prise de possession. Le gouvernement
lui-même s'appliquait à multiplier les fêtes et les spectacles,
ingénieux qu'il était à occuper et à distraire une population plus
disposée à tenir compte des soins donnés à ses plaisirs que des
concessions faites à son indépendance.

Enfin ce n'était pas une institution purement, frivole, que cet usage
habituel du masque, dédommagement nécessaire de l'inégalité qui existait
entre les diverses classes de la population de Venise. A la faveur du
masque, un sénateur en robe, en grande perruque, venait s'asseoir devant
une table entourée de personnages marqués comme lui, et tenait la
banque, comme il aurait présidé un tribunal. Cette fureur du jeu était
plus générale à Venise qu'ailleurs, parce que le gouvernement se croyait
intéressé à l'encourager, et que, dans les premiers temps, la banque
était établie sur la place publique. A diverses époques, la ruine
éclatante de beaucoup de familles fit interdire les jeux de hasard; mais
cette prohibition ne fut jamais que momentanée.

Nous retrouvons encore aujourd'hui comme un souvenir et un dernier
vestige de cet ancien usage dans la Tombola, espèce de loterie qui se
tire annuellement, et de jour, pendant le carnaval, sur la place
Saint-Marc, et dont les produits reçoivent une destination charitable et
mieux appropriée aux besoins moraux de notre siècle. Cette année, pour
la première fois, la Tombola n'a pas été tirée à l'époque, ordinaire;
elle a été ajournée jusqu'au samedi 8 juin, afin de donner quelque
solennité à l'inauguration de l'éclairage par le gaz de la place
Saint-Marc, et le tirage a eu lieu de nuit.

La Tombola est faite par les soins de l'administration des
établissements de bienfaisance publique, et au profit de ces
établissements. On distribue un nombre considérable de billets, ou
cartons de loterie, absolument comme au loto. Celui qui a un quaterne
gagne 600 zwanziger, ou livres autrichiennes (la livre autrichienne vaut
87 centimes); celui qui a un quine gagne 800 livres, et le joueur assez
heureux pour marquer les quinze numéros inscrits sur son billet gagne la
Tombola, qui est de 2,000 livres. Comme le nombre des gagnants est
très-faible, l'argent payé par l'administration est peu de chose, et une
grande partie de la recette reste pour les pauvres. Ainsi, dans la
dernière Tombola, 40,000 billets environ ayant été pris, ont donné
40,000 livres; et comme il n'a été gagné que trois quaternes et deux
tombola, l'administration n'a eu que 5,800 livres à payer aux gagnants.

La cérémonie a commencé le 8 juin à neuf heures du soir, sous la
présidence de la commission des établissements de bienfaisance placée
sur une estrade élevée en avant de l'église Saint-Marc. Sur cette même
estrade étaient la roue de fortune, l'enfant qui tirait les numéros et
trois trompettes.

Un coup de trompette annonçait le tirage de chaque numéro, qui était
ensuite annoncé par des crieurs distribués aux quatre coins de la place,
et affiché en haut de deux tribunes, en même temps que sur une tour
carrée, construite au milieu de la place et surmontée d'une urne. Sur
les quatre faces de cette tour on appliquait de gros chiffres indiquant
les numéros au fur et à mesure qu'ils sortaient: ceux-ci étaient à
demeure. Autour des numéros régnait une double rangée de becs de gaz.
Quand un quaterne était gagné, on allumait on feu de Bengale, et au son
de la musique militaire, le gagnant venait faire vérifier sur l'estrade
son billet, pour toucher l'argent le lendemain. Toute la place était
couverte de monde, et offrait un curieux spectacle par la variété des
costumes pittoresques de Grecs, à Arméniens, etc. Une ligne double de
troupes maintenait le bon ordre.

Le gaz était employé depuis huit ou dix mois dans les magasins des
galeries; mais la municipalité ne l'avait pas encore utilisé pour
l'éclairage de la place. De chaque coté, trois colonnes s'élèvent
surmontées d'une couronne d'où jaillit la flamme du gaz, et du milieu de
chaque arcade des galeries s'avance un très-long bras de fer supportant
une lanterne. La façade de la cathédrale est éclairée par trois de ces
lanternes, une dans chacun des intervalles qui séparent les grandes
portes.

La soirée du 8 juin s'est terminée par un feu d'artifice tiré au jardin
public de Napoléon, sur la lagune, au milieu de la mer. Du quai des
Esclavons et de la Piazzetta, tous ces feux rouges et bleus qui se
réfléchissaient dans les eaux, formaient, avec les gondoles illuminées,
un magnifique tableau.

Le jeudi précédent avait eu lieu la régate, ou course des gondoles dans
le grand canal.



Le Sacrifice d'Alceste.

(3e partie.--V. p. 297 et 314.)

Par une sombre et pluvieuse soirée de l'année 1793, un homme déjà sur le
déclin de l'âge, revêtu du costume grossier d'un paysan, suivait un
chemin étroit et encaissé qui allait rejoindre la grande route de
Rennes. A côté de lui, marchait une jeune fille enveloppée d'une épaisse
mante de laine brune. Tous deux s'avançaient avec peine dans ce sentier
fangeux, que sillonnaient de profondes ornières. Le vieillard trébuchait
à chaque pas dans ces cavités perfides que la vase et l'eau
dissimulaient dans l'ombre, et comme incertain de la route qu'il devait
suivre, s'arrêtait sans cesse en gémissant tout, bas, tandis que la
jeune fille essayait en vain de le soutenir et de hâter sa marche.

«Mon Dieu! murmura-t-elle; pressons le pas! que deviendrions-nous si la
nuit nous surprenait ici? Heureusement nous ne sommes plus éloignés de
la ferme des Essarts, et sans doute nous y serons reçus.

--Dieu le veuille! répondit le vieillard d'un ton désespéré; car je ne
serais pas en état d'aller plus loin, quoi qu'il puisse arriver.»

Et ils continuèrent leur route; mais plus ils avançaient, et plus elle
devenait difficile. La jeune fille, dont l'énergie semblait avoir
jusque-là soutenu son père, s'épuisait en vains efforts sur ce sol
détrempé, où ses pieds s'enfonçaient et glissaient à chaque pas.

«Mon Dieu! dit-elle tout à coup avec un mouvement de terreur, voilà des
chevaux!»

En effet, on entendait le bruit d'une troupe d'hommes à cheval galopant
dans la vase, et à travers la brume et l'obscurité, on pouvait
distinguer des uniformes, des plumets et des écharpes tricolores. Les
deux voyageurs se rangèrent contre le talus; par un mouvement
instinctif, la jeune fille se mit devant son père, comme pour le cacher
et le protéger. L'un des cavaliers s'arrêta.

«Citoyens! cria-t-il, savez-vous ce qui s'est passé aujourd'hui au
château de Larcy?

--Oui-da! répondit la jeune fille, avec un accent et dans un patois que
l'étranger, penché sur le cou de son cheval piaffant dans la boue,
semblait avoir peine à comprendre; le citoyen maire est venu au château
pour arrêter les aristocrates, le baron et sa fille. Dame, ceux-ci se
sont sauvés, et le château a été pillé: mais le vieux traître n'a pas
été loin, car on dit qu'il a été arrêté et pendu à vingt pas du château.

--C'est bon! Adieu, citoyenne, cria le cavalier; et il partit au grand
trot.

--Marchons vite! dit la jeune fille à voix basse en prenant le bras du
vieillard; ceux-là sont trompés, tâchons de gagner la ferme avant d'un
rencontrer d'autres.»

Ils sortirent enfin du bourbier et hâtèrent le pas. Le chemin devenait
plus praticable, et bientôt ils atteignirent la ferme des Essarts. Ils
pénétrèrent dans une arrière-cour déserte, et la jeune fille frappa à
une petite porte que la fermière vint ouvrir d'un air étonné.

«Que demandez-vous? dit-elle.

--Un abri et une place au feu. Nous sommes égarés.

--Entrez,» répondit la fermière avec quelque hésitation; et elle les
introduisit dans la salle où Dominique le fermier se chauffait au feu de
l'âtre. Les deux voyageurs s'approchèrent de la haute cheminée afin de
sécher leurs habits trempés de vase et de pluie.

Le fermier les examina quelque temps avec défiance.

«Où allez-vous donc comme cela, citoyens? dit il, enfin.

--Nous allons à Rennes, dit le vieillard, et nous voudrions trouver une
voiture pour nous y conduire. En connaissez-vous quelqu'une par ici que
nous puissions louer?

--Louer une voiture! répliqua Dominique, qui fit un mouvement au son de
cette voix; et en même temps ses yeux s'arrêtaient sur les petites mains
blanches et délicates que la jeune fille mettait devant sa figure pour
se garantir de la flamme; et peut-être aussi pour se cacher; une
voiture! répéta-t-il avec expression; ce n'est pas ainsi que voyage un
paysan... pas plus que ces mains-là ne sont celles d'une paysanne!
Qu'êtes-vous venus faire ici?

--Vous demander un asile, Dominique, répondit Mathilde on se découvrant,
un asile seulement pour cette nuit!

--Mademoiselle Mathilde! s'écria la fermière en lui prenant les mains
avec effusion.

--Grand Dieu! s'écria te fermier; vous ici! le baron de Larcy dans ma
ferme!

--Oui... je suis poursuivi... et je vous demande de me secourir.

--Vous me demandez de me perdre! interrompit Dominique hors de lui; ne
savez-vous pas que vous êtes hors la loi, et qu'il y a peine de mort
pour tous ceux qui vous recèlent! Si l'on sait que vous avez mis le pied
ici, moi, ma femme et mes enfants, nous sommes tous perdus! Sortez,
sortez bien vite! Si vous restiez ici, je devrais vous dénoncer!

--Quoi! Dominique, répondit le baron avec calme, c'est ainsi que vous me
recevez! Quel mal vous ai-je fait?

--A moi personnellement... aucun. On dit que vous avez appelé l'étranger
et semé la guerre civile. C'est un crime... Moi, je ne m'en fais pas
juge. Je vous dis seulement, sortez, allez ailleurs. Mais demandez à
Bastien et à Gervais, demandez à Léonard ce que votre père, de triste
mémoire, a fait aux leurs, et vous saurez pourquoi ils ont brisé la
porte de votre château ce soir.

--Ainsi, reprit le baron d'une voix altérée, vous me refusez l'abri de
votre toit pour une nuit. Et cette enfant, ajouta-t-il en montrant
Mathilde, l'enveloppez-vous dans cette même haine, dans cette même
vengeance?»

Le fermier parut hésiter

«Non, non! s'écria Mathilde. Mon père! avez-vous pensé que je pourrais
vous quitter un moment?... Adieu Madeleine... Je ne vous en veux pas.»

Et elle tendit sa main à la fermière, qui se tenait appuyée contre le
mur, les mains croisées sur sa poitrine. Madeleine prit sa main et la
baisa en pleurant... puis les deux fugitifs se trouvèrent encore une
fois seuls sur la route.

Toutefois, par un singulier contraste, cette dernière scène avait rendu
au vieux baron toute son énergie. Ce coup, loin de l'abattre, l'avait
relevé; et il s'achemina d'un pas beaucoup plus ferme vers la taverne du
père Lartier, espèce d'auberge ouverte à tout venant, sur le bord de la
route.

«Dans la foule, dit-il, on ne fera peut-être pas attention à nous, et
nous pourrons faire marche pour une voiture.»

Il y avait, en effet, beaucoup de monde dans la salle; on y parlait très
haut, et les deux fugitifs s'y glissèrent sans qu'on prît la peine de
les regarder. Le baron demanda un pot de cidre et s'assit à une table
isolée avec Mathilde. Au milieu de la salle, quatre ou cinq individus,
armés de mauvais sabres et de pistolets rouillés, discouraient des
événements de la journée, et se vantaient d'avoir pris part à la
dévastation du château de Larcy.

«Par le sang Dieu! disait l'un, si j'avais attrapé le vieil aristocrate,
je ne l'aurais pas laissé partir, moi, car je le connais bien.

--Sortons! dit Mathilde bas à son père.

--Où irions-nous? dit le baron. Que la volonté de Dieu soit faite!

--Tâchons de nous procurer au moins cette voiture sur-le-champ. Je vais
parler à l'aubergiste. De la part d'une femme, la demande d'un chariot
paraîtra toute naturelle.»

Mathilde se leva et alla trouver le père Lartier.

«Une charrette couverte, ma petite mère? dit-il. Ohé! Rousseau!
cria-t-il en s'adressant à l'orateur de la bande, veux-tu louer ton
chariot pour un voyage de Rennes, aller et retour?

--Ce ne serait pas de refus, dit Rousseau; mais cela dépend du prix,
quoi!

--Eh bien, tenez, ma petite mère, continua l'aubergiste, voilà votre
homme. Faites, votre affaire avec lui si vous pouvez.»

Mathilde s'approcha, non sans quelque répugnance, de cet individu,
véritable figure de bandit qui lui inspirait une terreur profonde.
Rousseau sembla s'en apercevoir, et, tout en l'examinant avec attention,
se mit à débattre avec elle le prix de sa voiture.

«Mais après tout, citoyenne, il faut voir d'abord si elle vous convient,
dit-il enfin. Venez avec moi sous la remise, et je vais vous la montrée.

--Comment, sacrebleu! dit l'un des voisins, tu vas louer notre chariot,
Rousseau, et pour aller à Rennes? Ne sais-tu pas qu'il nous le faut pour
partir demain à midi?»

Tous les autres, avertis alors de ce qu'il s'agissait, firent chorus et
se levèrent à la fuis.

«Mais si on le paie bien! cria Rousseau. Venez avec nous, parbleu! et
nous conclurons tous ensemble le marché.» Mathilde était trop avancée
pour reculer sans danger. Réunissant tout son courage, elle sortit au
milieu de ces hommes à demi gris, et se dirigea vers la remise, espère
de hangar adossé contre le mur de la cour.

A ce moment, un grand et bel homme, revêtu d'un uniforme de capitaine
républicain, parut sur le seuil de l'auberge. Il s'arrêta un moment et
jeta un coup d'oeil rapide tout autour de la salle, que le départ des
chenapans qui l'encombraient un moment auparavant laissait presque vide;
puis il entra, et on fit lentement le tour, examinant avec attention
toutes les personnes qui s'y trouvaient. Cet examen effraya
singulièrement le baron de Larcy, qui, à chaque fois que le capitaine
s'arrêta devant lui, ne put s'empêcher de tressaillir et de tourner la
tête.

«Que voulez-vous, capitaine? dit l'aubergiste.

--Un pot de cidre et deux verres sur cette table, dit l'officier.
Parbleu! père Robineau! ajouta-t-il en frappant rudement sur l'épaule du
baron, ne me reconnaissez-vous pas? Il y a une heure que je vous
cherche.»

Le baron leva la tête, stupéfait... et poussa un cri étouffé: c'était
Nathaniel de Keraudran.

«Ah! ah! dit Nathaniel en posant sa main sur la sienne et en la serrant
fortement, il paraît que vous ne vous attendiez pas à me voir. Mais nous
allons boire un coup avant de partir... Où est votre fille?

--Elle est en marché pour louer un chariot, répondit le baron d'une voix
altérée par l'émotion.

--C'est inutile maintenant, répliqua Keraudran avec le même sang-froid.
J'ai ma voiture, et vous monterez derrière, père Robineau. Ah ça, que
fait donc votre fille?...

--Elle est dans la remise à voir la voiture, dit Lartier, qui apportait
le cidre.

--Je vais la chercher, reprit Keraudran. Buvez un coup en m'attendant,
père Robineau, c'est moi qui paie.»

Et il sortit vivement, se dirigeant vers la remise indiquée. En
approchant, il entendit des voix animées, des plainte» étouffées...

«Après tout, disait Rousseau, pour une petite aristocrate, tu fais bien
la mijaurée!... Aimes-tu mieux que nous te fassions couper la tête?
Choisis vite. Parbleu! tu n'en mourras pas de cette fois...»

Ces hideuses paroles eurent à peine frappé les oreilles de Keraudran,
qu'il s'élança vers la porte pour l'ouvrir... Elle était barricadée...
Sans perdre un temps précieux pour chercher à l'enfoncer, il courut à
l'étroite ouverture qui servait de fenêtre, la franchit rapidement et
sauta dans la remise.

Cette soudaine apparition déconcerta les bandits. Ils reculèrent de
surprise, et, dans leur trouble, Mathilde, éperdue, palpitante, put
s'échapper des mains de Rousseau, qui déjà l'avait saisie, et courut se
blottir derrière son défenseur.

«Ah! tas de bandits! lâches coquins! cria Keraudran en agitant son sabre
avec fureur, vous vous mettez cinq contre une femme! Attendez, sang
Dieu! et je vous en ferai passer l'envie!»

Mais les mauvais drôles étaient revenus de leur première surprise; et, à
la clarté de l'unique chandelle qui fumait sur le sol, piquée dans une
bobèche-brûle-tout de fer, ils virent aussitôt que Keraudran était seul.

«Parbleu! il n'est pas mauvais, le militaire! s'écria Rousseau avec un
éclat de rire ironique. C'est-à-dire qu'il la voudrait à lui tout seul,
le godelureau. Mais, patience! aux derniers les restes.

--Oh! je vous en conjure! s'écria Mathilde en se précipitant vers lui,
qui que vous soyez, défendez-moi!

--Voyons! répéta Rousseau, accepte, ou file.»

Et il tira le sabre; tous les autres Limitèrent.

«Ah! vous vous mettez toujours cinq contre un, lâches que vous êtes!...
Eh bien!... tiens!»

Et, du premier revers, il abattit Rousseau à ses pieds. Les autres
poussèrent un cri de fureur et fondirent tous ensemble sur lui. Une
mêlée terrible s'ensuivit. Keraudran, acculé dans l'angle de la remise,
et couvrant Mathilde de son épée et de son corps, se défendait comme un
lion contre les quatre assaillants. Par un coup heureux, il en mit un
second hors de combat. Mais la partie était encore trop inégale. Déjà
blessé, il allait infailliblement succomber.

«A moi, à moi, Jacob! criait-il en se battant en désespéré, à moi!

--Voici, voici, capitaine!» répondit son domestique Jacob, paraissant à
la lucarne, portant un pistolet d'arçon de chaque main.

Mais, dans cette furieuse mêlée, la lumière avait été foulée aux pieds,
et Jacob ne distinguait rien dans l'obscurité.

«Où êtes-vous, capitaine? cria-t-il.

--Ici! répondit Keraudran avec un cri de triomphe. Feu partout!»

Jacob déchargea coup sur coup les deux pistolets au hasard. Keraudran
profita de la frayeur des assaillants pour courir à la porte et tâcher
de l'enfoncer ou de l'ouvrir.

Le bruit des coups de feu avait retenti jusque dans la salle de
l'auberge.

«Qu'est-ce que cela? dit Lartier avec terreur. On se fusille!... C'est
ce maudit Rousseau qui fait des siennes, sùr!»

A ce moment Keraudran parut, couvert de sang, ses vêtements déchirés,
son épée nue à la main, et tenant encore embrassée Mathilde à demi
évanouie.

«Ah! tas de chouans que vous êtes! cria-t-il d'une voix terrible, vous
attirez donc chez vous les officiers de la république pour vous mettre
dix contre un et les assassiner! Sang Dieu! dès demain, infâmes
brigands! je vous fais fusiller jusqu'au dernier!

--Monsieur l'officier!... citoyen capitaine!... répétait Lartier éperdu,
ce n'est pas moi... ce n'est pas nous..

--Qu'on se taise; et qu'on obéisse! interrompit Keraudran. Trois chevaux
de réquisition à ma voiture, et pas de raisons! On part dans cinq
minutes.»

Quelques instants après, Mathilde, Nathaniel et le baron de Larcy
partaient au galop pour le château de Keraudran, où ils arriveront sans
accident.

Une fois au château, il fallut se conduire avec prudence, en attendant
qu'il fût possible de se procurer des passe-ports. Le baron de Larcy
passa pour jardinier, sous le nom de Robineau, et Mathilde pour femme de
chambre Ils se montraient au reste le moins possible, et attendaient
avec impatiente le moment où ils pourraient fuir à l'étranger sans
péril.

Un matin, Nathaniel se trouvait seul lorsque Jacob entra tout effaré.

«Capitaine! s'écria-t-il, savez-vous ce qu'on dit? On va faire une
perquisition ici!

--Et pourquoi? demanda Keraudran, pâlissant à cette terrible nouvelle.

--On prétend que vous cachez dans le château des gens mis hors la loi.
C'est un des mauvais garnements que vous avez si bien écharpés là-bas
qui vous a dénoncé. On sera ici dans une heure.

--Eh bien! qu'ils viennent! répondit Keraudran avec sang-froid.
Tiens-toi à la porte d'entrée pour les recevoir.»

Aussitôt qu'il fut sorti, Keraudran courut chercher le baron de Larcy et
Mathilde. Il les enferma dans une espèce de petit cabinet secret placé
près de son alcôve, et attendit tranquillement les délégués de la
commune. Quelques instants après, le maire entra. Il était seul et sans
écharpe.

«Vous n'attendiez pas ma visite sans doute, citoyen capitaine? dit-il à
Keraudran.

--Je vous recevrai toujours avec plaisir, citoyen maire; vous pouvez en
être certain d'avance.

--Peut-être. Mais, aujourd'hui, les moments sont précieux. Vous donnez
asile dans votre château à des ennemis de la république.

--Comment? Vous êtes trompé, citoyen maire, et...

--Non, non; je suis certain de ce que j'avance Vous cachez ici le baron
de Larcy et sa fille, qui sont hors la loi. Nos renseignements sont
sûrs, et vous le nieriez en vain. Mais avant de venir ici, comme maire,
remplir un devoir sévère, bien qu'indispensable, j'ai voulu vous voir
encore une fois comme ami, vous prévenir du danger, et vous supplier de
vous y soustraire.

--Je vous en remercie bien sincèrement C'est une marque d'intérêt que
j'apprécie comme je le dois. Mais ce danger n'existe pas, et...

--Je vous ai déjà dit qu'il était inutile de nier. Soyez persuadé que je
ne viens pas ici chercher des renseignements et tirer parti de votre
confiance. Je n'ai plus rien à apprendre. C'est pour vous, monsieur de
Keraudran, que je viens aujourd'hui. Vous connaissez la rigueur de lois.
Or, j'ai pour vous une haute estime. Je sais que vous êtes dévoué aux
principes de la révolution, que vous avez pris les armes pour défendre
la patrie, et que vous ne seriez pas homme à déserter devant l'étranger
le drapeau que vous avez choisi. Je comprends aussi le sentiment qui
vous porte à donner asile au baron de Larcy. Ce serait donc pour moi une
peine bien vive d'être obligé de vous envelopper dans la même poursuite
comme ennemi de l'État, et je viens vous supplier de me l'épargner.

--Comment cela, monsieur le maire? répondit Keraudran. Je sais que le
gouvernement de la république ne se fait pas faute aujourd'hui de
soupçonner et de poursuivre ses plus fidèles serviteurs. Mais je ne vois
pas comment je pourrais me soustraire à une poursuite que rien ne
justifie à mes jeux. Ce serait m'avouer coupable, et...

--Pour Dieu! monsieur de Keraudran, interrompit le maire avec une
certaine agitation, je vous ai parlé avec trop de franchise pour que ces
détours puissent vous paraître encore nécessaires. Le baron de Larcy et
sa fille sont chez vous. Je vais faire dans quelques instants une
perquisition dans le château; je sais où les prendre; je les prendrai...
et je vous arrêterai en même temps comme complice... Je le dois... et je
le ferai. Or, l'arrestation, c'est la mort. Eh bien!... faites, quand je
viendrai, que les coupables ne soient plus au château... Renvoyez-les.
Notre perquisition sera inutile, et nous vous lierons nos excuses.»

Il y eut un moment de silence... de silence terrible pour les deux
réfugiés, ou plutôt pour la seule Mathilde, car elle s'était rapprochée
de la porte secrète, et, l'oreille sur la serrure, elle avait pu saisir
le sens de cette conversation. Le baron de Larcy n'avait rien entendu.

«Je le sais, monsieur le maire, répondit Keraudran; l'arrestation...
c'est la mort. Mais je ne redoute ni l'une ni l'autre.»

Il y eut un second silence. Le maire reprit après quelques instants,
d'une voix altérée: «Je n'accepterai pas encore cette réponse pour votre
dernier mot. Vous réfléchirez, monsieur de Keraudran, je l'espère. Je
vous en conjure, ne sacrifiez pas votre vie par un dévouement inutile à
ceux mêmes que vous voudriez sauver. Votre vie est précieuse, capitaine.
La république n'a pas trop de défenseurs comme vous, d'officiers
éclairés, instruits, qui puissent guider ses enfants qui n'ont encore
que le courage sans étude et sans expérience. Je crois servir mon pays
en même temps que mon amitié en insistant auprès de vous comme je le
fais, capitaine... Soyez seul au château dans une heure d'ici... Je vous
en conjure une dernière fois!

--Je vous remercie, monsieur le maire... et je vous dis adieu! répondit
Keraudran d'une voix émue. Je compte vous revoir dans une heure... et
vous saurez alors que je sais me conserver pour la république. Au
revoir.»

Et il le reconduisit à la porte en lui serrant la main. Mathilde,
anéantie de terreur, tomba sur un siège en se cachant le visage entre
les mains. Presque aussitôt, Keraudran ouvrit la porte du cabinet. Il
était excessivement pâle, mais calme.

«Je viens vous rendre la liberté, dit-il en souriant. La réclusion n'a
pas été longue.

--Non, répondit le baron; cependant, je commençais à m'inquiéter.

--Capitaine! dit Jacob, qui parut à la porte; il est sorti!

--Bien!... Écoute, Jacob!»

Et il alla avec lui dans l'antichambre. «Nous avons six chevaux dans
l'écurie?

--Oui, capitaine.

--Bon! Fais-les seller tous les six. L'andalous portera une selle de
femme.

--Bien, capitaine.

--Prends ton uniforme... ainsi que Vincent et Robert. Les pistolets aux
fontes, et des munitions. Nous aurons à en découdre.

--Bon! capitaine.

--Ils vont venir pour nous arrêter dans une demi-heure... nous leur
passerons sur le ventre.

--Oui, capitaine,

--Bien; en selle, dans la cour d'honneur.

--Suffit, capitaine.

Keraudran courut revêtir son uniforme et s'armer, et il rentra presque
aussitôt. Larcy fit un cri de surprise.

«Nous allons faire une petite promenade, dit-il avec nn sourire, et,
pour vous déguiser, je vous apporte cet uniforme; vite, mon cher baron,
l'habit sera peut-être un peu étroit, mais à la guerre comme à la
guerre. Vous ne mettrez qu'un bouton sur deux; il suffit que le
ceinturon tienne à la taille et que l'épée ne tienne pas au fourreau.

--Comment! s'écria le baron, sommes-nous menacés?

--Ah! Nathaniel! dit Mathilde en courant à lui; que voulez-vous faire!

--Vous conduire hors du château... mais je ne vous laisserai pas seuls.
Vite, vite, baron, le temps presse... Je cours rejoindre mes gens et je
vous attends dans la cour... Mathilde, votre cheval est sellé.»

Il descendit, donna ses ordres, vérifia si les armes étaient en bon
état:

«Enfants! dit-il à ses trois soldats; ces pékins de municipaux doivent
venir dans une heure nous empoigner pour nous couper le cou le
lendemain. J'ai trouvé que c'était bon pour des moutons, d'endurer sans
regimber cette petite cérémonie, et mon avis est de passer préalablement
notre sabre dans le ventre de quelques-uns de ces gredins-là pour leur
apprendre à vivre.

--Bravo, capitaine! crièrent les trois hommes; comptez sur nous!

--Ainsi, attention au commandement... et marche!» Quelques minutes
après, la petite troupe, ayant Mathilde à cheval au milieu d'elle,
sortit du château et prit un sentier couvert pour gagner la grande
route.

«Où allons-nous? demanda Mathilde.

--A Paris! dit Keraudran, le voyage est long, mais nous ne pouvons aller
ailleurs...

Halte! interrompit une voix; vous n'irez pas à Paris, citoyen
Keraudran!» Et le maire, revêtu de son écharpe parût au milieu du
sentier. «Je vous arrête!

--Halte!» repartit Keraudran; et il vit, au même moment, un peloton
d'une cinquantaine d'hommes qui se développa et coupa la route en avant
et en arriéré. «Ah! ah! murmura-t-il tout bas, cela se complique.--Eh!
pourquoi nous arrêtez-vous dans notre promenade militaire, monsieur le
maire? Nous sommes tous de loyaux serviteurs de la république, engagés
volontaires sous ses drapeaux. Nous, prenez-vous pour des chouans, par
hasard?»

Le maire alors se mit à lire l'acte qui mettait hors la lui le baron de
Larcy et sa fille, et somma les cavaliers, au nom de la loi, de se
rendre. Pendant ce temps Keraudran dit bas et rapidement à Jacob:

«Mon garçon... guide à gauche, et au commandement de Charge! va me
sabrer ce grand benêt au pantalon rayé... fais-toi suivre par Vincent et
Robert.--Écoutez, papa Larcy, ferme sur les étriers... et suivez-moi,
chargez comme vous avez fait à Fonteney; je réponds du reste.» En même
temps il prit la bride du cheval de Mathilde: «Fermez les yeux,
Mathilde, dit-il, et tenez-vous aussi bien que possible.»

Le maire répétait sa sommation

«Il suffit, monsieur le main-, dit Keraudran à haute voix; mais un
capitaine ne donne pas son épée; quand on la veut... on vient la
prendre. Tenez!... et il la tira du fourreau.--Enfants! l'arme hors du
fourreau!» ajouta-t-il. Tous l'imitèrent, et Keraudran lit le geste de
tendre son sabre au maire, qui s'avança avec confiance pour le prendre.
En même temps les soldats de la commune, partageant cette sécurité,
reposèrent leurs armes, «Charge à fond!» cria Keraudran d'une voix de
tonnerre; et repoussant le maire de côté sans le blesser, il lança son
cheval sur le peloton en face de lui.

Surpris par cette attaque imprévue, inexpérimentés d'ailleurs dans le
maniement des armes, les soldats de la commune n'eurent pas le temps de
croiser la baïonnette, ils furent sabrés et enfoncés. Les six cavaliers
leur passèrent sur le corps et continuèrent leur course au galop dans le
sentier, au milieu des coups de fusil que les miliciens, revenus de leur
première stupeur, tiraient sur eux en les poursuivant en desordre.

«C'est notre bataille de Fornoue, baron! s'écria Keraudran en riant;
notre victoire nous permet de fuir...»

Il terminait à peine cette phrase qu'une balle vint frapper l'andalous
que montait Mathilde. L'animal, blessé à mort, se cabra et
s'abattit.--Keraudran poussa un cri terrible et, arrêtant brusquement
son cheval, reçut Mathilde entre ses bras et l'empêcha d'être entraînée
par la chute de sa monture. Elle resta debout.

«Vite! vite! lui dit-il en la soulevant; mettez votre pied sur le mien
et sautez sur mon cheval.»

Mathilde, tout étourdie de sa chute, hésitait, presque sans comprendre.
Les cris des soldats lancés à leur poursuite redoublaient, et les halles
sifflaient autour d'eux. Ses compagnons, emportés par la rapidité de
leur fuite, étaient déjà loin.

«Vite! ou nous sommes atteints! répéta Keraudran avec terreur. Par un
effort désespéré, il enleva Mathilde et la plaça devant lui sur son
cheval, puis il reprit sa course. Mais son cheval, fatigué par cette
double charge, trébucha sur ce chemin difficile et s'abattit.

«Nous sommes perdus! dit Mathilde, et c'est moi qui vous perds,
Nathaniel! Laissez-moi et fuyez.»

Keraudran, sans l'écouter, piqua son cheval et le releva. En même temps
Jacob accourait, le sabre et le pistolet au poing.

«Charge pour délivrer le capitaine! cria-t-il; mort aux chouans! «Et,
tirant coup sur coup ses pistolets, il abattit les deux premiers
poursuivants; les autres s'arrêtèrent effrayés, croyant qu'il arrivait
du renfort aux cavaliers. Keraudran profita du moment et partit au
galop. Bientôt ils furent hors de vue. Ils marchèrent toute la soirée et
toute la nuit. Au lever du soleil ils étaient loin et hors de danger; on
acheta, à la première ville, un nouveau cheval pour Mathilde, et ils
continuèrent leur route.

Ils arrivèrent ainsi sans accident, mais non sans alarmes, à Paris; et
le premier soin de Keraudran fut de chercher à se procurer des
passe-ports pour l'étranger. Il y parvint, non sans peine ni sans
péril; il en obtint pour deux personnes, qu'il devait accompagner
jusqu'à la frontière.

Il conduisit en effet Mathilde et son père jusqu'à la limite allemande,
et là il fallut se séparer. Mathilde, pâle et tremblante, reçut, presque
sans les comprendre, les adieux de Keraudran.

«Quoi! Nathaniel... vous me quittez! dit-elle enfin.

--Sans doute, répondit-il avec émotion; cela peut-il vous surprendre? je
pense que cette séparation est pour vous sans regret... J'espère que
vous serez plus heureuse que la première fois, et qu'ainsi que vous
l'aviez désiré, elle sera sans retour.

--Nathaniel!» mais elle pâlit encore plus lorsqu'il tira de son sein la
lettre qu'elle lui avait écrite.

«C'est vous qui l'avez dit, continua-t-il, et probablement vous savez
tenir ce que vous avez promis?

--Oh! Nathaniel! s'écria Mathilde fondant en pleurs et se jetant dans
ses bras; pardonnez-moi, j'étais aveugle, j'étais folle! c'est à vous, à
vous seul que je dois la vie... Vous avez donné trois fois la vôtre pour
la mienne: à l'auberge de Lartier, à Keraudran, dans le sentier... que
dis-je? depuis le jour où vous vous êtes dévoué pour nous sauver, à
chaque heure, à chaque instant vous avez joué votre tête. Nathaniel
cette vie que lu m'as rendue... je n'en veux plus sans toi!

Alors... Mais, interrompit brusquement mon oncle Antoine, toutes ces
histoires se ressemblent au dénouement, et tu dois savoir que Keraudran
épousa Mathilde. Tu dois même, tout enfant, avoir vu la comtesse de
Keraudran qui te donnait des dragées. C'était une fort aimable femme,
que j'ai revue avec bien du plaisir; mais j'avoue que je ne lui parlai
jamais de notre voyage à la ferme, et elle ne m'en parla pas davantage:
seulement son amitié me prouva qu'elle n'avait pas oublié comment il
s'était terminé. Quant a ce pauvre Keraudran, tu sais qu'il fut emporté
à Leipzig par un boulet... à mes côtés. L'armée y perdit un bon général,
et moi un ami bien cher... Après tout, il n'a pas eu le malheur de
devenir vieux, ce qui est une triste chose, quand on a été jeune.

Maintenant... concluons, dit mon oncle Antoine après un moment de
silence. Nous voyez bien que si mon ami Nathaniel n'eut pas la force
d'accomplir ce sacrifice volontaire auquel Alceste se résigne dans
Euripide, ce n'était ni faute d'amour, ni faute de courage, ni faute de
dévouement, il prouva depuis qu'il avait tout cela. Pourquoi donc fit-il
ensuite ce qu'il ne put faire d'abord? et pourquoi devons nous parier
cent contre un que, dans des circonstances semblables, tout homme en
ferait autant à sa place?--C'est que, dans le dévouement de celui qui
donne sa vie pour sauver l'objet aimé des flammes de l'incendie, ou bien
qui joue sa tête pour le préserver du danger qui le menace, il y a
toujours quelque chose qui l'encourage et le soutient. Et ce quelque
chose... c'est l'emblème de l'humanité, c'est le fond de la boîte de
Pandore, c'est... l'espérance!»

D. Fabre d'Olivet.



Embellissements de Paris.

Paris s'accroît et s'embellit tous les ans dans une proportion qu'on
peut qualifier d'effrayante. Des villes entières ont été construites ou
se bâtissent encore sur de vastes emplacements enlevés à l'agriculture
dans les anciens quartiers, des rues nouvelles se percent, d'élégantes
maisons remplacent de vieilles masures qui attristaient la vue des
passants. Malheureusement les architectes se montrent aujourd'hui trop
disposés à satisfaire l'insatiable avidité des propriétaires. Ils n'ont
qu'un but: entasser dans le plus petit espace le plus grand nombre de
locataires. Vues de l'extérieur, la plupart des constructions modernes
charment nos yeux, mais ne vous laissez pas séduire par ces dehors
trompeurs; l'intérieur manque d'air et de lumière. Ces appartements sont
destinés à des habitants de Lilliput.

[Illustration: Maison gothique allemande, à Beaujon.]

Cependant Paris possède encore, Dieu soit loué, quelques propriétaires
qui ne s'occupent pas exclusivement du produit brut de leurs maisons, et
des architectes qui, se refusant à bâtir constamment des casernes
uniformes, consacrent une partie de leur temps au culte de leur art.
Parmi ces honorables exceptions, qu'elle s'empressera toujours de
signaler, _l'Illustration_ choisit aujourd'hui une maison gothique
allemande appartenant à M. Contzen et que M. Dussillion vient de faire
construire sur les terrains de l'ancien jardin Beaujon.--Un autre jour,
elle montrera à ses abonnés le nouveau square de Trévise, et les maisons
de la place Saint-Georges, de la rue des Fontaines, de la place Bréda,
etc.

La maison allemande du jardin Beaujon mérite réellement la visite de
tous les amateurs. Nous n'avons pas besoin de décrire l'extérieur, dont
notre dessin donnera une idée suffisante; quant à l'intérieur, il nous
serait difficile de faire comprendre à ceux qui n'ont pas eu comme nous
le privilège de l'admirer, combien il est riche, élégant et confortable.
Cette maison est une des plus belles et des plus agréables habitations
de cette ville nouvelle qui s'étend de la Madeleine à l'Arc-de-Triomphe.
Elle contient, dans l'étage du soubassement, une cuisine, un lavoir, une
office, un bûcher, un garde-manger, une cave à vin et une grande
citerne; au rez-de-chaussée, une antichambre, une salle à manger, une
office, un grand salon, un vestibule d'escalier; au premier étage, un
vestibule, deux appartements et toutes leurs dépendances; au deuxième
étage, un appartement comprenant une salle à manger, un salon, une
chambre à coucher, une cuisine et diverses dépendances.

Environs de Paris.

Que ne pouvons-nous, nous aussi, aller faire des expériences de jour et
de nuit au sommet du Mont-Blanc (cette _bosse du dromadaire_, ainsi
nommée, dit le guide Richard sans plaisanter, parce qu'elle ressemble au
dos d'un _chameau_), rendre une visite à la reine Victoria ou à
l'empereur du Maroc, prendre des leçons de polka et de mazourka du
célèbre Laborde, dont la réputation européenne attire cette année à Spa
toute l'aristocratie de l'Europe!...

[Illustration: Costumes des environs de Paris.]

Mais pourquoi ces soupirs et ces regrets inutiles? Nous sommes condamnés
à errer autour de Paris dans un rayon de dix ou quinze lieues. Notre
sort est il donc, si cruel? touristes blasés qui allez si loin chercher
des émotions, avez-vous jamais visité les nombreuses merveilles que la
nature et l'art, l'histoire et la poésie, qui est à l'histoire ce que
l'art est à la nature, ont jetées sur cette terre privilégiée appelée
les environs de Paris? Charles Nodier vous l'a dit dans une des
dernières pages échappées à sa plume: «La main de Dieu y a répandu
partout, comme une bénédiction, le trésor inépuisable de ses sublimes
caprices; la main de l'homme y a gravé, comme une action de grâces,
l'empreinte de son infatigable intelligence; les artistes l'ont dotée de
leurs chefs-d'oeuvre, les rois l'ont remplie de souvenirs et de
monuments; le peuple, pauvre et pourtant prodigue, y a semé, sans ordre
et sans profit, la moisson toujours féconde de ses luttes et de ses
triomphes; puis, dans le feu de chaque rayon, dans le repos de chaque
ombre, la poésie est venue se plaindre ou chanter avec l'amour, avec la
gloire, avec les hautes infortunes avec les sombres misères, dans les
châteaux splendides et sur les champs de bataille, au milieu des villes
troublées et des villages abrités.» Ne nous plaignons donc pas de notre
lot, nous autres Parisiens forcés! Tout autour de nous que de beautés,
que de richesses, que ses souvenirs! De quelque côté que nous tournions
nos pas, notre curiosité et nos goûts trouvent à se satisfaire! Ici, un
des plus charmants paysages qu'il soit donné à l'homme d'admirer sur
cette terre; là, un palais rempli de trésors; plus loin, la demeure ou
la tombe d'un grand homme. A peine sortis des murs de la capitale, nous
nous promenons seuls dans de délicieuses solitudes, notre imagination
peut évoquer à son aise les ombres des plus aimables héroïnes des temps
passés. Aimons-nous, au contraire, la foule et le mouvement, un
orchestre joyeux nous appelle à un bal en plein air, dans lequel
d'élégantes toilettes de ville se mêlent aux pittoresques costumes de la
campagne: car les paysans des environs de Paris ont conservé, sinon dans
leurs habitudes et dans leurs moeurs, du moins dans leur toilette, plus
d'originalité et d'individualité que ceux de certaines provinces
éloignées.

Et pourtant, nous l'avouons avec peine, les environs de Paris ne sont
pas aussi visités qu'ils méritent de l'être. Les étrangers, qui les
jugent en les comparant à d'autres lieux célèbres, les apprécient mieux
que les Parisiens. Le beau livre des Environs de Paris (2), que publie
en ce moment M. Kugelmann, a pour but de réparer cette injustice. Sous
ce rapport seul, il aurait droit à nos éloges et à nos encouragements;
mais beaucoup d'autres titres non moins sérieux lui assurent un succès
mérité.

      [Note 2: Le livre des _Environs de Paris_, imprimé avec le plus
      grand luxe, sur papier grand jésus satiné, se composera de
      cinquante livraisons environ, ornées de 200 dessins, frontispice,
      têtes de pages, lettres ornées, vignettes, culs-de-lampe, etc.;
      indépendamment de ces dessins, 28 sujets tirés à part, exécutés
      par les meilleurs artistes, représenteront les scènes les plus
      intéressantes de l'ouvrage.

      Il paraît le samedi de chaque semaine, sans interruption, une ou
      quelquefois deux livraisons. L'ouvrage sera entièrement terminé à
      la fin de novembre 1844.

      Chaque livraison se compose alternativement d'une feuille (16
      pages d'impression) avec 5 dessins imprimés dans le texte, ou
      d'une demi-feuille (8 pages d'impression) à laquelle est joint un
      grand sujet tiré à part.

      Le prix de la livraison, dans une belle couverture, est pour
      Paris, 30 centimes, et pour les départements, 35 centimes...

      En payant d'avance 30 livraisons, les souscripteurs de Paris
      reçoivent l'ouvrage à domicile et franco. On souscrit à Paris chez
      C. Kugelmann, éditeur, rue Jacob, 2e, et chez tous les libraires
      de France et de l'étranger.]

«Ce coin de terre que le soleil réchauffe tout entier d'un seul rayon,
écrivait encore Charles Nodier, a été depuis tant de siècles arrosé avec
du sang et avec des larmes, qu'il est devenu fertile pour les artistes,
les savants et les poètes.

«Si les matériaux sont nombreux, les talents jeunes et forts ne manquent
pas, grâce à Dieu, pour les bien mettre en oeuvre.

«J'ai consenti à marcher à la tête de ce brillant état-major, non pas
pour l'aider, mais pour le conduire, non pas pour le conseiller, mais
pour le voir faire, comme ces vieux blessés que l'odeur de la poudre
n'électrise plus, et qui s'assoient sur le bord du chemin, en criant aux
autres: «En avant!»

[Illustration: L'Ermitage du J.-J. Rousseau, à Montmorency.]

[Illustration: Le château de M. de Chateaubriand, dans la
Vallée-aux-Loups.]

[Illustration: Le pavillon du château de Sceaux.]

[Illustration.]

Marchez! troupe vaillante! marchez! vous tous que j'ai vus naître et
grandir, et si bien grandir, et si bien monter, que je ne puis plus
apprendre vos noms aimés à personne.

«C'est Léon Gozlan, l'habile écrivain, l'élégant ciseleur de phrases;
c'est Jules Janin, le vif, abondant et profond causeur; c'est
Viollet-le-duc, qui allie par merveille la science à l'esprit: c'est
Arsène Houssaye, qui chante harmonieusement en prose et en vers; ce sont
enfin les jeunes éminents éclaireurs de cette noble cavalerie: Marie
Aycard, Louise Lurine, Étienne Arago, Jules Sandeau, Albéric Second, et
plusieurs encore que je n'oublie pas, et dont le public se souvient.

«Le crayon spirituel et vrai de MM. Auguste Régnier, Jules David, Baron,
Célestin Nanteuil, Édouard de Beaumont, viendra à l'aide de cette
collaboration distinguée, et tous ces talents offriront des sites
charmants aux promeneurs, des monuments aux artistes, des trésors de
poésie et de sentiment aux rêveurs, des traditions au peuple, de la
science à ceux qui l'aiment, des souvenirs, des tableaux, des anecdotes
et de l'intérêt à tout le monde.»

[Illustration: La Loge de Viarmes.]

Grâce à la complaisance de M. Kugelmann, nous pouvons aujourd'hui
montrer à nos abonnés quelques-uns des dessins qui ornent cet
intéressant volume. Faisons avec eux deux petites excursions sur les
deux rives de la Seine; allons à Montmorency nous promener à une ou à
cheval, boire du champagne et visiter _l'Ermitage_, cette charmante
maison de campagne que la marquise d'Epinay fit construire discrètement
pour J.-J. Rousseau pendant un de ses voyages à Genève.--Que si, aux
promenades à âne ou à cheval, nous préférons les plaisirs enivrants du
bal, courons à Sceaux, où l'on danse sur les ruines de ce beau château
construit par Colbert, et dont il ne reste plus qu'un pavillon: là aussi
nous retrouverons des souvenirs littéraires. Ce château gothique avec
tourelles mâchicoulis, fossés et ponts-levis, qui attire dans la
Vallée-aux-Loups l'attention de tous les promeneurs, M. de Chateaubriand
l'a fait bâtir à son retour de la Palestine, il y écrivit _les Martyrs_.
Il appartient aujourd'hui à M. Sosthène de La Rochefoucauld...

Cependant quelles sont ces tourelles élégantes qui s'élèvent au bas de
la treizième page de ce numéro? C'est la loge de Viarmes, autrement dit
le château de la reine Blanche. Lecteurs curieux qui désirez visiter
cette royale demeure, allez au milieu de la forêt de Chantilly, au bord
des étangs de Courcelles; mais n'oubliez pas de prendre pour guide et
pour cicerone l'ouvrage que publie M. Kugelmann. Quant à moi, je ne
pourrais pas aujourd'hui vous suivre si loin: mes moments sont comptés,
je n'ai plus que le temps de porter cet article à l'imprimeur, qui
l'attend.



Bulletin bibliographique.


_Théâtre complet des Latins_, traduit par MM. Alphonse François, Alfred
Marin, Desforges, Savalète, avec texte, notices, etc. (_Collection des
auteurs latins_, publiée par M. Nisard.) 1 beau volume in-8°. Prix, 12
fr. _Dubochet et comp_, rue Richelieu, 60.

Soit par la satiété des choses nouvelles, soit par un retour vers le
goût du simple en matière d'art, soit par caprice ou engouement,
toujours est-il que le théâtre ancien est redevenu à la mode. Nous avons
vu le vieux Sophocle aider victorieusement l'Odéon à braver les ardeurs
de l'été; et Aristophane se prépare, dit-on, à faire l'ouverture de la
campagne d'hiver. Après _Antigone, les Nuées_. Le roi de Prusse, qui, le
premier, a favorisé par son exemple cette renaissance de l'art grec,
vient d'étendre sur les muses latines le même bienfait. _Les Captifs_,
de Plaute, ont été représentés à la cour, non point traduits, mais en
latin, ayant des étudiants de l'Université pour acteurs, et pour
intermèdes, des odes d'Horace, mises en musique par Meyerbeer, l'auteur
de _Robert_ et du _Croisé._

Le _Théâtre complet des Latins_, que nous annonçons, ne pouvait donc
paraître dans un moment plus propice. Hâtons-nous d'ajouter que cette
publication n'avait pas besoin du secours des circonstances pour
réussir. C'est un bel et bon livre, déjà accueilli par le public avec
une faveur toute légitime, et au moment où nous nous disposions à en
prédire le succès, nous sommes heureux de n'avoir plus qu'à le
constater.

Ce volume renferme, ainsi que son titre l'indique, tout le théâtre
latin, non que les éditeurs aient cru devoir joindre à Plaute, à Térence
et à Sénèque, les fragments informes qui nous restent des auteurs
dramatiques antérieurs à Plaute. Sous ce rapport, nous approuvons
pleinement leur réserve. Nous pensons, comme eux, que des fragments
mutilés et sans liaison ne peuvent offrir pour le public aucun intérêt,
et que le texte, fort controversé, d'ailleurs, par les commentateurs et
les philologues, ne présente aucune de ces beautés qui dédommagent du
défaut de suite et d'ensemble.

Toutes les traductions de ce volume sont nouvelles. Plaute est traduit
par M. Alphonse François, à l'exception de quatre comédies,
_l'Amphitryon, l'Asinaire, les Captifs, le Cable._ On doit à la plume
d'Andrieux, le spirituel auteur des _Étourdis_, les élégantes versions
de ces quatre pièces. M. François, du reste, a revu ce travail avec un
soin scrupuleux, et lui a fait subir d'excellentes retouches. La
traduction de Térence est de M. Alfred Magin, recteur de l'Académie de
Nancy. Celle de Sénèque est de M. Desforges, professeur de rhétorique au
collège Louis-le-Grand, moins deux tragédies, _Thyeste_ et l'_Hercule
furieux_, qui ont été traduites par M. Th. Savalète, traducteur de la
_Métamorphose_ d'Apulée, et à qui la collection de M. Nisard doit aussi
une version savante et fidèle de la moitié des _Lettres de Cicéron._

Ces habiles et consciencieux écrivains ont rivalisé de soins et
d'efforts pour élever à la muse latine un monument digne d'elle, et
depuis longtemps la critique n'a eu à signaler un ensemble de travaux
aussi remarquable. Sénèque, Térence et Plaute sont reproduits avec un
égal bonheur, et cependant avec toute la variété qui les distingue. Nous
nous occuperons principalement de Plaute, qui remplit d'ailleurs la
majeure partie du volume, et qui, par son originalité vigoureuse et
franche, offrira peut-être le plus d'attrait aux lecteurs de ce
temps-ci. Il y a dans Plaute du Rabelais, du Montaigne et du Molière.
Poète moins raffiné que Térence, il a fouillé plus profondément dans les
vices et dans les travers de son époque; il porte le cachet d'une
individualité forte et puissante, et, par un rare privilège, il sait
marier souvent au gracieux enjouement d'Horace la sauvage énergie de
Juvénal.

Dans une excellente notice sur Plaute, placée par M. A. François en tête
de sa traduction, il fait remarquer avec raison que la lecture de ce
poète n'est pas seulement précieuse sous le rapport de l'art dramatique,
mais encore qu'elle présente à l'observateur et au philosophe le plus
constant intérêt. Laissons parler le judicieux écrivain:

«N'est-il pas curieux, dit-il, de retrouver en vingt endroits les
usages, les intrigues, les vices, les raffinements de la civilisation
moderne, les escroqueries de nos usuriers, les ruses des chevaliers
d'industrie qui s'emparent d'un nouveau débarqué comme d'une dupe qui
leur revient légitimement; les fous des rois et des seigneurs, nos
complaisants, nos anciens abbés, nos factotums de grandes maisons sous
la figure des parasites; nos bourgeois à moustaches et à éperons sous
l'air ridicule des fanfarons de Rome; les abus des États modernes,
l'inspecteur de police qui brise les cachets et lit les lettres sans
façon, le contrôleur de la douane qui retient les malles et les paquets
du voyageur au profit de l'État, les garnisaires établis chez les
citoyens qui refusent l'impôt; toutes ces institutions, mal nécessaire,
renaissant toujours en dépit des réformes et des révolutions, et qui
paraissent l'escence de la société humaine et le fond de tout
gouvernement?

«N'est-il pas plaisant de retrouver exactement aussi tontes les
charlataneries de notre théâtre moderne; de voir, les _claqueurs_
établis au parterre de Rome, les cabales organisées; d'entendre, au
commencement ou à la fin de chaque pièce, ces formules de galanterie,
ces couplets au public, dans le style de nos vaudevillistes ou de nos
vieux auteurs comiques, de Dancourt, de Dufresny, et même de
Beaumarchais; de voir le luxe de décorations et de costumes employé
comme supplément au mérite des pièces; ces traits satiriques lancés aux
auteurs rivaux, aux acteurs de troupes étrangères; les directeurs
achetant fort cher des pièces souvent fort mauvaises; cet usage
aristocratique de faire retenir sa place par son esclave; dans la salle,
ces placeurs chargés d'indiquer son siège à chaque spectateur; enfin,
des agents de police maintenant l'ordre et le silence?»

Ajoutons que le style vif, animé, toujours naturel, du nouveau
traducteur, sa touche ingénieuse et fine, doublent ce qu'il y a de
piquant et de fécond dans les rapprochements qu'il indique avec tant de
sagacité et d'à-propos. M. François, interprète habile et brillant de la
_Vie d'Agricola_, vient d'acquérir un titre de plus à l'estime de tous
les amis des lettres latines et françaises.

Plaute a souvent exercé la patience et le talent des traducteurs. Sans
parler des plates et lourdes versions du trop fécond abbé de Marolles,
du bénédictin Guédeville, de Coste, de Limiers, du père Dotteville et de
l'abbé Lemonnier, l'illustre madame Dacier nous a donné de quelques
comédies de Plaute une traduction moins estimable par elle-même que par
les notes savantes qui raccompagnent. M. François excuse spirituellement
les contre-sens de cette dame, en disant _qu'ils font honneur à sa
vertu_, «car, ajoute-t-il, il y a dans Plaute plus d'un vers qu'il faut
la louer de n'avoir pas compris.» Dans ces derniers temps, une
traduction complète de Plaute a été publiée par un laborieux et savant
professeur, M. Levée. Ce travail, très-recommandable du reste, manque
malheureusement de toutes les qualités qu'on exige d'abord dans une
traduction de Plaute: la vivacité, le naturel et le piquant du style.
C'est l'oeuvre d'un homme consciencieux, qui sait rendre la lettre, mais
non l'esprit; le dessin est fidèle, mais la couleur manque au tableau.
M. Naudet est venu ensuite, et en même temps qu'avec la haute érudition
qui le distingue, il revoyait et restaurait le texte du poète, à l'aide
des manuscrits nouveaux d'Angelo Mai; il le traduisait avec une
incontestable supériorité sur tous ceux qui l'avaient précède: «Cette
traduction, dit le nouvel interprète de Plaute, est l'oeuvre d'un savant
éclairé par le goût, d'un écrivain plein de ressources et de talent.» M.
Alphonse François nous permettra de lui appliquer en totalité cet éloge,
qu'il accorde à son devancier avec une modestie si loyale: ce sera, du
même coup, rendre deux fois justice.

Par une heureuse innovation. M. François a traduit en vers, et en vers
ingénieux et faciles, quelques passages, sortes de chansons, semées par
le poète dans son dialogue, bien qu'elles ne différent en rien par la
mesure et par le rhythme de ce qui les précède et de ce qui les suit.
Nous citerons celle-ci, chantée, dans la comédie du _Curculion_, par un
amant à la porte de sa maîtresse:

        O porte aimable, si mon zèle
        Te chargea de fleurs, de présents,
        A la voix d'un amant fidèle
        Ouvre tes verrous complaisants!
        Tombez vous-même, à ma prière.
        Verrous, obstacles des amours;
        Rendez-moi votre prisonnière,
        L'espoir, le tourment de mes jours!
        Mais ils demeurent immobiles;
        Mon amour leur adresse, hélas!
        Des chants et des voeux inutiles!
        L'insensible airain n'entend pas.

Le _Théâtre complet des Latins_ contient, en un seul volume, la matière
de douze volumes ordinaires. Le texte, imprimé avec une irréprochable
pureté, est celui de Lemaire. Tout se réunit donc pour faire de cette
publication l'une des plus précieuses de la belle collection, qui est un
service éminent rendu par M. Nisard à l'étude et au culte des lettres
latines.

L. H.


_L'Italie des Gens du Monde._ Venise, ou Coup d'oeil littéraire,
artistique, historique, politique et pittoresque sur les monuments et
les curiosités de cette cité; par Jules Lecomte_. 1 vol. in-8° de 650
pages.--Paris, 1844. _Hippolyte Souverain_. 8 fr.

Ce volume est le premier d'une collection qui aura pour litre: _l'Italie
des Gens du Monde_. Après Venise la noire, M. Jules Lecomte nous promet
d'abord Florence la verte, puis Rome l'empourprée et Naples l'azurée,
offrant ainsi les quatre couleurs qui écartellent de _sable_, de
_synople_, de _gueules_, et d'_azur_, le grand blason de la noble
Italie.

«Par le nombre des pages et la variété des matières indiquées à chaque
sommaire, ce livre, c'est l'auteur qui parle, est de beaucoup l'oeuvre
la plus importante que jusqu'à ce jour on ait composée sur Venise pour
les étrangers.» Que cette bonne opinion qu'il a de lui-même ne surprenne
personne, car M. Jutes Lecomte croit pouvoir dire «qu'il serait
impossible d'apporter dans une oeuvre analogue plus de zèle, plus de
désir d'être utile à la ville et au visiteur; plus de conscience, enfin,
dans le choix et l'emploi des matériaux, en même temps que plus
d'abnégation dans les sacrifices de temps et les dépenses.»

Nous ne protestons pas, quant à nous, contre une semblable déclaration.
Si M. Jules Lecomte a un défaut, c'est d'être trop complet. Sans doute
un itinéraire ne doit pas se borner à enregistrer des dates, on à
calculer des mesures, mais l'auteur de _la Venise_ que nous annonçons
essaie trop souvent de _guider_, comme il le dit lui-même, l'esprit de
ses lecteurs. Qu'il nous montre le passé à travers le présent, rien de
mieux; mais à quoi bon nous apprendre, par exemple, que «la lune, lustre
de la place Saint-Marc, semblable à une douce lumière enveloppée dans un
volumineux globe d'albâtre, plane sur la voûte bleue pailletée
d'étoiles?» M. Jules Lecomte nous rappelle, sur le recto de la première
page, que ce volume est le vingt-huitième de ses oeuvres complètes. Il
eut peut-être bien fait de l'oublier, car le plus positif de tous les
ouvrages, un itinéraire, ne doit pas être écrit du même style que des
romans maritimes ou des romans de moeurs. Il a eu le tort «d'envelopper
de son mieux, avec les friandises de ses phrases, l'aridité de ses
lignes pédantesques.» Ce reproche général écarté et quelques erreurs de
détail corrigées. _L'Italie des Gens du Monde, ou Venise la noire_, ne
mérite réellement que des éloges. M. Jules Lecomte peut affirmer, sans
crainte d'être démenti, «que les _custodes_ des monuments et des
bibliothèques se seront enivrés d'autre chose que des sublimes beautés
des oeuvres qu'ils gardent, s'ils ont pris à la lettre les nombreux
_pourboires_ qui marquent, dans leurs souvenirs, la durée de son séjour
dans la cité adriatique.» Il a tout vu, tout étudié par lui-même. Son
livre est donc aussi nouveau que peut l'être un ouvrage de ce genre; car
un écrivain n'invente pas les faits accomplis, les traditions,
l'histoire; pas plus que le peintre n'invente les arbres, les images, la
nature qu'il copie.

M Jules Lecomte a donc tenté «de faire un livre qui fût bon à quelque
chose de plus qu'à être consulté dans d'arides expositions métriques ou
numériques, ou pour des adresses ou des dates; tout en prenant de ces
choses ce qui était nécessaire comme base, il a essayé d'écrire une
oeuvre qu'on pût lire chez soi avant de voir, au retour après avoir vu,
sur les lieux et dans le trajet des gondoliers, quelque chose qui, au
besoin, pût donner une idée de Venise à ceux qui ne la connaissent pas,
et la pût rappeler aux personnes qui l'ont vue.»

L'étranger à Venise, coup d'oeil général sur l'histoire de Venise, la
place Saint-Marc, l'église Saint-Marc, la Piazzetta, les doges, le
conseil des dix et le patriarcat, l'intérieur du palais ducal, les
gondoles et les gondoliers, le grand canal, l'Académie des beaux-arts,
l'arsenal, les églises, les îles, les journaux, la société et la
biographie vénitiennes, les théâtres, les imprimeries, tels sont les
titres des dix-sept chapitres dont se compose ce premier volume de
_l'Italie des Gens du Monde_. Chaque chapitre forme deux parties
distinctes, le texte et la note. «En face du monument à visiter, de la
chose à examiner, M. J. Lecomte dit ce qui lui semble indispensable pour
en faire apprécier l'intérêt ou la valeur, suivant qu'il s'agit
d'histoire ou d'art. Puis un renvoi alphabétique désigne la note placée
à la fin du chapitre courant, laquelle note complète ce qui ne pouvait
entrer dans le texte, lequel doit marcher comme le visiteur.--Le texte a
des jambes,--la note s'assied,--C'est là qu'on trouvera le souvenir
historique qui double l'intérêt qu'inspire la chose à laquelle il
s'attache; là est l'anecdote, l'observation critique qui veut des
développements, la notice biographique, la révélation curieuse, la
tradition poétique, etc. Mais le texte courant en dit au besoin assez
sur la chose visitée pour que le lecteur puisse se dispenser de lire sur
les lieux les notes complémentaires.»

Depuis la publication de ce volume, une importante amélioration a eu
lieu à Venise: la place Saint-Marc est éclairée au gaz. Le
soixante-treizième numéro de _l'Illustration_ sera donc le complément
nécessaire du premier volume de _l'Italie des Gens du Monde_, tant que
la première édition de ce volume n'aura pas été épuisée. Mais les
espérances de l'auteur se réaliseront promptement. Malgré les friandises
du son style, le succès de son livre est assuré.


_Considérations sur les Marines à voile et à vapeur de France et
d'Angleterre_; par un lieutenant de vaisseau. Une brochure in-8º de 50
pages.--Paris, 1844. _Amyot._


_La France et l'Angleterre_, comparées sous le rapport des industries
agricole, manufacturière et commerciale; _Catineau-la-Roche_,
cultivateur. 1 vol. in-8º.--Fontainebleau, 1844. _Jacquin._

_Les Considérations sur les Marines à voile et à vapeur de France et
d'Angleterre_ que vient de publier un lieutenant de vaisseau, sont
encore une réponse à la _Note_ du prince de Joinville. Au moment où les
graves questions que soulève la _Note_ vont être décidées, l'auteur
anonyme de cette brochure a tenté, sans répondre à toutes ses
assertions, de prouver «combien il serait dangereux pour la France de se
laisser entraîner dans l'imprudente voie des reformes et des innovations
maritimes, combien serait pernicieuse une précipitation encouragée par
un désir irréfléchi d'améliorations utiles peut-être, mais dont le temps
n'est pas encore venu. Pour y arriver, il a dû établir préalablement une
comparaison entre les deux marines rivales de France et d'Angleterre. Il
lui en a coûté de mettre au jour quelques parties de cette comparaison,
mais il a voulu tout dire.

«Je me suis attaché, dit-il, à dégager ce travail de tout esprit de
parti; j'ai évité d'y laisser paraître aucune préoccupation politique,
aucune prédilection de métier; j'en ai écarté autant que possible les
chiffres, les citations. J'ai vu la question de haut, et si,
accessoirement, je veux l'accroissement bien entendu de la marine, avant
tout je veux la prospérité de l'État, le bien-être de la nation, la
bonne disposition des finances; partant, l'intérêt de la chose publique.
C'est ce dernier but surtout que je n'ai point perdu de vue: je sais ce
que valent les millions. Je ne suis point, toutefois, de ceux qui
veulent une mari ne puissante et un budget restreint. Pour avoir une
marine, il faut de l'argent, et, ce qu'il importe, c'est de l'employer
le plus efficacement possible.»

Ce n'est pas la France et l'Angleterre maritimes, mais la France et
l'Angleterre industrielles, agricoles et manufacturières que compare M.
Catineau-la-Roche. Montrer à la France, par la comparaison de son
industrie avec celle de l'Angleterre, ce qu'elle doit faire pour égaler
sa richesse et pour éviter l'écueil contre lequel cette rivale ira
inévitablement un jour se briser, tel est le but de M.
Catineau-la-Roche. Il a donc divisé son ouvrage ainsi qu'il suit:

Il examine d'abord quelles sont les marchandises que la France peut
offrir aux consommateurs étrangers, et il expose l'état des produits de
notre sol et de nos manufactures, celui de nos besoins et de notre
superflu. Après avoir comparé ensuite l'agriculture, l'industrie et le
commerce de la France et de l'Angleterre, il émet quelques idées sur
l'amélioration de notre agriculture; il énumère diverses circonstances
particulières qui, pour le moment, s'opposent à l'établissement d'un
grand commerce entre la France et l'étranger; il développe les raisons
qui, selon lui, doivent nous faire préférer le commerce intérieur et le
commerce colonial au commerce avec l'étranger; enfin, il repond à
quelques objections faites assez généralement contre le commerce
colonial.

Dans l'opinion de M Catineau-la-Roche, la France peut, si elle le veut,
opérer chez elle en quelques années cette régénération radicale qui a
coûté un siècle à l'Angleterre; car elle a pour elle un modèle, un guide
certain que l'Angleterre n'avait pas.


_Études sur les réformateurs et socialistes modernes_: Saint-Simon,
Charles Fourier, Robert Owen; par Louis Reybaud. Tome 1er, quatrième
édition, précédée du rapport de M. Jouy, membre de l'Académie française,
et de celui de M. Villemain, secrétaire perpétuel, 1 vol. in 8°.--Paris,
1844. _Guillaumin._

Le succès de ce livre va toujours croissant. Chaque année, une édition
nouvelle le consolide en l'étendant; le public ratifie le jugement de
l'Académie française, qui a décerné, en 1844, aux _Études sur les
réformateurs et socialistes modernes_, le grand prix Montyon.

La nouvelle édition que met en vente M. Guillaumin (la quatrième) ne
diffère de la troisième que par un avant-propos de l'auteur. M Louis
Reybaud a cru devoir constater une transformation qui s'est faite depuis
quatre années dans les idées et les tentatives des utopistes
contemporains. Dans son opinion, leur oeuvre en est à une seconde phase;
les continuateurs s'en sont emparés et procèdent peu à peu à un travail
d'épurement et d'atténuation. Deux symptômes surtout attestent ce
travail sourd et cette contagion inaperçue. D'une part, les déclamations
contre l'ordre social actuel deviennent chaque jour plus vives; d'autre
part, on s'efforce de rendre la liberté suspecte, on veut la faire
envisager comme la cause directe des misères industrielles et
commerciales, on tend les mains vers les chaînes que nos pères ont
brisées, on abjure le pouvoir de replacer l'activité individuelle sous
le joug, on le pousse vers l'usurpation et la dictature.

M. Louis Reybaud se propose de traiter dans un livre spécial intitulé
_les Lois du Travail_, le sujet de la liberté économique; mais, en
attendant la prochaine publication de cet ouvrage, il a cru devoir
protester _contre les tendances fâcheuses_ qu'il signale. Rien de ce
qu'il voit, rien de ce qu'il entend n'est de nature à faire fléchir sa
conviction. Il a foi dans les vertus de la liberté; il la croit moins
funeste qu'on ne la dépeint, et plus féconde qu'on ne le pense; il voit
en elle un principe excellent; quelques déviations ne la lui feront pas
condamner à la légère. Il n'est pas de titre qui honore plus l'homme et
lui crée plus de devoirs. Si on les méconnaît aujourd'hui, avec le temps
ils reprendront leur empire. La liberté ne nous donnera, il est vrai, ni
un âge d'or ni un régime entièrement affranchi de souffrances; mais il
est permis aussi de douter que cette ère de bonheur se trouve au bout
d'une dictature économique ou de spéculations imaginaires.



Revue comique de l'Exposition, par Cham.

[Illustration: A quoi bon protester contre le péage des ponts? le savon
hydrofuge rendra désormais inutiles ces sortes d'établissements.]

[Illustration: Grâce aux sabres en acier fondu perfectionné, les duels
sont maintenant impossibles.]

[Illustration: Vue intérieure de la Salle des Instruments, à l'heure où
les exécutants se livraient à des préludes d'harmonies.]



Modes.

Ordinairement c'est de Paris que datent les nouvelles de la mode; pour
quelque temps ce sera le contraire; la légère déesse s'est réfugiée aux
champs avec la société parisienne. Qu'aurait-elle fait dans notre ville
désertée, abandonnée de tous? La voilà donc parcourant le monde,
emportant à l'étranger les élégances si simples, ou plutôt les
simplicités si élégantes de Paris, créées dans les salons d'Alexandrine,
de Beaudrant, en un mot chez toutes les sommités qu'elle protège et
auxquelles elle a dévoilé les charmants secrets de la parure.

On fait beaucoup de robes en mousseline de soie rayée, ou à carreaux
écossais, pour les toilettes de dîner et petites soirées; elles sont
garnies souvent de deux biais découpés à grandes dents arrondies, au
bord desquelles est froncé un ruban numéro neuf coupé par la moitié. On
en fait encore de très-jolis qui ont un seul grand volant également à
dents arrondies bordées de trois ou cinq rangs de petits velours numéro
un. Le même nombre de velours est posé alors droit à la tête de ce
volant.--Les corsages sont décolletés, avec berthe d'étoffe bordée de
plusieurs rangs de velours. Cette berthe se supprime à volonté pour être
remplacée par un canezou de mousseline brodée; il se fait aussi des
corsages froncés demi-montants, à revers ouvert devant. Les manches
courtes, les manches demi-longues, à la religieuse, ou les manches
justes ne dépassant le coude que de deux doigts; sous ces manches passe
une manche blanche fermée au poignet par un entre-deux et deux rangs de
dentelle froncée au bord. Ces trois façons sont également en faveur.

Sur les robes d'organdi à raies ombrées on pose deux volants festonnés
ou bordés d'une petite dentelle tournant autour d'une dent arrondie. Le
corsage est froncé et à revers dentelé comme les volants; c'est la
toilette représentée ici.

[Illustration.]

A la campagne, en voyage, au bord de la mer, on trouvera charmants les
nouveaux paletots d'été en soie, garnis de dentelles noires ou
d'effilés. Ils sont presque tous en étoffé glacée.

Mais pour qu'on ne s'imagine pas que les Parisiennes ne pensent qu'à la
toilette, défaut dont on les accuse très-souvent, nous dirons les
travaux dont elles s'occupent pendant les longues heures d'une journée
d'été à la campagne: d'abord, on brode beaucoup les taies d'oreiller aux
quatre coins, comme un mouchoir; cette broderie se fait au plumetis, au
passé ou au point de chaînette; ensuite, on brode des housses de
meubles, qui sont en batiste de la couleur du meuble; la broderie est
blanche, au plumetis, au crochet et même en soutache. Ces housses se
bordent avec une petite dentelle, ou, ce qui est mieux encore, avec un
large feston double. La tapisserie est toujours en grande faveur; les
carreaux ne se mettent plus sous les pieds: il faut un oreiller en
tapisserie, en drap ou velours brode soie et or; la doublure doit
rappeler la couleur du meuble de l'appartement. Aux incorrigibles qui
veulent encore s'occuper de toilette, nous conseillerons les larges
festons des volants de robes; c'est d'ailleurs un ouvrage très-facile et
très-prompt.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Quand le temps est à la pluie, l'amadou tarde à s'enflammer.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0073, 18 Juillet 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home