Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dictionnaire du patois du pays de Bray
Author: Decorde, Jean-Eugène
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire du patois du pays de Bray" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



David T. Jones et l'équipe des correcteurs d'épreuves
(Canada) à http://www.pgdpcanada.net, à partir d'images
généreusement fournies par Google Book Search



Ce livre électronique a été créé par:
Gill Martin, Rénald Lévesque, Hugo Voisard, David T. Jones
et l'équipe des correcteurs d'épreuves (Canada)
à http://www.pgdpcanada.net, à partir d'images
généreusement fournies par Google Book Search



                             DICTIONNAIRE

                                  DU

                        PATOIS DU PAYS DE BRAY

                                 PAR

                         L'ABBÉ J.-E, DECORDE,

                            CURÉ DE BURES,

       _Membre de l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres
           de Caen, de la Société des Antiquaires de Normandie,
              de la Société des Antiquaires de Picardie et de
                   la Société d'Émulation d'Abbeville._



                        Bientôt les patois auront complètement disparu;
                        beaucoup de mots employés par les pères ne
                        sont déjà plus intelligibles pour les enfants,
                        et l'on doit se hâter de les recueillir, si l'on
                        porte quelque intérêt aux origines de la langue.
                             (M. E. De Meril, _Dictionnaire du patois
                              normand,_ Introduction, page XXXIV.)


                               Prix: 3 fr.



A PARIS:
Chez | DERACHE, libraire, rue du Bouloi, 7.
     | V. DIDRON, libraire, rue Hautefeuille, 13.

A ROUEN:
Chez A. LEBRUMENT, libraire, quai Napoléon, 45.

A NEUCHATEL:
Chez tous les Libraires de la ville.

1852.



INTRODUCTION.


M. Edélestand du Méril termine la remarquable introduction de son savant
_Dictionnaire du Patois Normand_ par ces mots: «Nous prions toutes les
personnes qui portent quelque intérêt à l'histoire de notre province et
aux origines de la langue française de nous fournir les moyens d'élever
à la mémoire de nos ancêtres un monument qui, moins encore par son sujet
que par la multiplicité des auteurs, appartiendrait à la province
entière: nous ne réclamons pour nous que l'honneur de tenir la plume et
le plaisir de leur adresser nos remercîments.»

Cet appel nous a été communiqué par un homme auquel nous avons voué la
plus grande estime et la plus vive reconnaissance, pour les conseils et
les encouragements qu'il nous a donnés en plus d'une circonstance. Pas
un de ceux qui connaissent M. Auguste Le Prevost ne nous accusera de
flatterie en traçant ces lignes; et, quand nous ajouterons que
l'illustre membre de l'Institut de France et de tant de Sociétés
savantes nous a conseillé de répondre à l'appel de M. du Méril, en ce
qui concerne le pays de Bray, on comprendra notre empressement à nous
mettre à l'oeuvre. Au reste, enfant du pays et ayant passé la plus grande
partie de notre vie au milieu de ses habitants, il nous était plus
facile qu'à beaucoup d'autres de faire connaître le langage, les
croyances et les habitudes de cette contrée. Si notre travail est
défectueux en certains points, il aura au moins le mérite de la vérité;
car nous ne rapporterons pas un seul mot que nous n'ayons entendu
prononcer, pas un seul usage dont nous n'ayons été témoin.

Le mot BRAY est ordinairement considéré comme emprunté à la langue
celtique, et signifie _de la boue_. Mais, tout en reconnaissant que la
nature du terrain de cette contrée se prête merveilleusement à cette
étymologie, M. A. Le Prevost fait venir _Brai_ de _bracus_, mot employé
plusieurs fois dans la chronique de Fontenelle comme synonyme de
_vallée_[1].

[Note 1: _Anciennes divisions territoriales de la Normandie_, page 15.]

On distingue dans cette contrée, qui s'étend depuis Bures jusqu'à
Frocourt et Auteuil, près de Beauvais, le _Bray normand_ et le _Bray
picard_: le premier fait partie de la Seine-Inférieure, le second dépend
de l'Oise. Nous nous occuperons seulement de la division qui se rattache
à la Normandie; et, comme il est pour ainsi dire impossible de fixer des
limites exactes à cette contrée si peu explorée, nous allons tirer une
grande ligne autour du champ dans lequel nous avons glané les mots dont
se compose notre glossaire: ce sera à peu près l'étendue de
l'arrondissement de Neufchâtel. En partant de Neuf-marché, nous
longerons l'Epte jusqu'à Gournay, où nous trouverons la route no 8 qui
nous conduira à Formerie: de là, nous irons à Hadancourt et nous
suivrons la Bresle jusqu'au petit village de l'Epinoy, en passant par
Aumale, le Vieux-Rouen, Senarpont et Blangy. Ensuite, nous redescendrons
par Grandcourt, Londinières, Bures, Saint-Saens, Buchy, Bosc-Edeline[2],
Bruquedalle et Morville. Puis, après avoir côtoyé la forêt de Lions,
nous nous retrouverons à Neuf-marché, notre point de départ.

[Note 2: Quoique cette commune fasse partie de l'arrondissement de
Rouen, elle est désignée, dans un document relatif à la marquise de
Genlis, sous le nom de _Bocqueline-en-Bray_ (_Mémoires de la Société des
Antiquaires de Normandie_, XVIIIe vol., page 210).]

Le langage est aussi ancien que le monde: en créant les premiers membres
de la grande famille humaine, Dieu a dû leur donner une manière de se
communiquer leurs pensées, leurs désirs, leurs volontés. Ce moyen, c'est
le langage. Mais quelle est la langue primitive communiquée à l'homme?
Perron se montre le patron zélé de la langue celtique; Webb plaide
chaudement la cause du chinois; plusieurs auteurs modernes se font les
champions de Goropius-Becanus qui proclame le flamand comme la langue du
paradis terrestre; à côté de ces prétentions, viennent les défenseurs
des langues semitiques; enfin l'hébreu réunit en sa faveur de nombreux
et puissants suffrages. Mais nous n'avons pas le moindre désir de nous
arrêter à cette question qui a tant occupé les savants. Nous laissons
les uns soutenir que le langage peut être une invention graduelle de
l'espèce humaine, les autres prétendre que c'est le résultat nécessaire
et spontané de l'organisation de l'homme. Nous passons à côté de Smith,
qui assure que l'invention du langage a commencé par les substantifs, et
de Herder, qui donne le pas aux interjections. Pour nous, nous voulons
seulement jeter un coup-d'oeil rapide sur les divers langages qui sont
venus tour à tour régner dans le petit coin de terre qui nous occupe, et
aboutir au patois actuel du pays de Bray; patois qui s'efface de jour en
jour, et dont on ne trouverait bientôt plus la moindre trace, si l'on ne
s'empressait de recueillir ce qui en reste: «Il est facile de le
prévoir, dit M. du Méril, bientôt les patois auront complètement
disparu; beaucoup de mots employés par les pères ne sont déjà plus
intelligibles pour les enfants, et l'on doit se hâter de les recueillir
si l'on porte quelque intérêt aux origines de la langue[3].»

[Note 3: _Dictionnaire du Patois normand_, Introduction, page XXXIV.]

Cependant, il ne faudrait pas croire que la différence qui existe entre
le langage du savant le patois du paysan soit uniquement une différence
d'origine; il faut aussi faire la part du progrès et du temps, «La
langue du savant et celle du vulgaire au fond sont identiques, à cette
simple différence près, que la langue parlée par le vulgaire à une
époque déterminée est toujours celle que parlait le savant à une époque
antérieure, et que la première n'a d'autre avantage sur la seconde que
d'être constamment avec elle de quelques siècles en retard; ainsi le
français de nos villages est aujourd'hui, sur beaucoup de points, le
français qui se parlait il y a trois ou quatre cents ans, à la cour même
de nos rois[4].» Nous aurons plus tard occasion de donner la preuve de
ce que dit ici le savant et laborieux autour auquel nous empruntons ces
paroles.

[Note 4: _Essai sur le langage_, par M. A. Charma, page 171.]

Les Gaulois sont les premiers habitants connus de notre contrée: mais,
comme ils ne nous ont point transmis de langue écrite, il est impossible
de rien conjecturer sur leur langage. Leurs doctrines religieuses, leurs
lois, leurs annales passaient d'âge en âge par tradition orale, et nous
ne saurions pénétrer des secrets qui reposent ensevelis avec eux sous le
tertre où dort leur dépouille mortelle, depuis deux mille ans[5].

[Note 5: On peut consulter, sur les habitudes et usages des Celtes ou
Gaulois, notre _Essai sur le canton de Londinières_, pag. 100-113.]

L'an 51 avant J.-C, Jules César devint maître souverain des Gaules,
après une lutte qui avait duré dix ans. Il préleva de lourdes
contributions sur les Gaulois, fonda des écoles et déclara le latin la
seule langue officielle. Mais, comme le fait observer avec beaucoup de
vérité M. l'abbé Corblet, le peuple prouva à César qu'on n'obtient pas
aussi facilement l'adoption d'une langue qu'on improvise une victoire;
«il introduisit dans le latin des constructions de la langue maternelle;
il confondit arbitrairement tous les cas; il altéra les mots par des
constructions bizarres; des terminaisons latines s'allièrent à des
radicaux celtiques, des désinences celtiques s'imposèrent à des radicaux
latins, et l'emploi des auxiliaires vint bouleverser l'harmonie des lois
grammaticales[6].» Aussi Quintilien écrivait-il, vers la fin du premier
siècle de notre ère, qu'il y avait une grande différence entre parler
latin et parler grammaticalement, _aliud esse latinè, aliud grammaticè
loqui_[7]. Au rapport de saint Jérôme, la langue latine subissait encore
de grandes modifications au IVe siècle, _latinitas et regionibus
quotidiè mutabatur et tempore_[8]. Et saint Augustin nous apprend qu'au
Ve siècle, le latin pur perdait du terrain au profit de la langue
vulgaire qu'on regardait comme plus utile dans les relations habituelles
de la vie, _plerumque loquendi consuetudo vulgaris utilior est
significandis rebus, quàm integritas literata_[9].

[Note 6: _Glossaire du Patois picard_, page 65.]

[Note 7: _De Institutione oratoriâ_, lib. I, cap. 6.]

[Note 8: _Epistola ad Galatas_, lib. II, præf.]

[Note 9: _Doctrina christiana_, lib. II.]

Bientôt, à ces difficultés vinrent s'ajouter de nouveaux éléments
contraires à l'uniformité de langue: l'introduction des Francs[10] dans
la Gaule, qui tantôt en guerre, tantôt en paix avec les Romains,
finirent par devenir les maîtres, à la fin du Ve siècle. Alors la langue
tudesque apparaît; mais elle s'efface insensiblement, et bientôt se
forme la langue romane. «En reconnaissant que le latin a joué le
principal rôle dans la formation de cette langue, dit M. Ph. Le Bas, il
convient de distinguer la langue latine littéraire de la langue latine
usuelle.... C'est du latin parlé par les masses, que s'est formé le
roman[11].»

[Note 10: _Frek_, _frak_, _frenk_, _franc_, _vrang_, selon les
différents dialectes germaniques, dit Frérel, répond au mot latin
_ferox_, dont il a tous les sens, favorables et défavorables: fier,
intrépide, orgueilleux, cruel.]

[Note 11: _Univers pittoresque_, France, tome X, page 41.]

Au milieu de ce mélange de langues, on comprend aisément que la pureté
du langage ne pouvait dominer: Alcuin nous apprend qu'il existait, au
VIIIe siècle, une langue lettrée qu'on pouvait écrire et une langue
illettrée qui ne pouvait être écrite, _literata quæ scribi potest,
illiterata quæ scribi non potest_[12].

Aussi, à partir de 813, voyons-nous plusieurs conciles prescrire aux
évêques de prêcher en langue vulgaire, afin de pouvoir se faire
comprendre du peuple[13]. Le plus ancien monument de cette langue
vulgaire ou romane d'où s'est formé insensiblement notre français, est
le serment prononcé, en 842, à Strasbourg, par Louis-le-Germanique,
frère de Charles-le-Chauve, commençant par ces mots: _Pro Deu amor et
pro Christian poblo et nostro commun salvament_, etc. «Pour l'amour de
Dieu et pour le peuple chrétien, et pour notre salut commun»[14].

[Note 12: _Opera_, tome II, page 268.]

[Note 13: Le deuxième concile de Reims, canon 15.--Concile de Tours,
canon 17 (_Encyclopédie théologique_, tome XIV, pages 486 et 1035.)]

[Note 14: _Un million de faits_, page 1203.]

«En se décomposant, le latin a produit deux idiomes distincts, dit M. Ph.
Le Bas, deux gracieux dialectes dont les ressources sont grandes: la
langue d'OIL et la langue d'OC. On ramène à trois les principaux
dialectes, de la langue d'OIL, qui sont le _normand_, le _picard_ et le
bourguignon[15]. Les trouvères, poètes languedociens, s'exprimaient dans
la langue d'OIL; et les troubadours, poètes provençaux, se servaient de
la langue d'oc. La dénomination de ces deux langues vient de ce que
l'affirmation oui se prononçait oil au nord de la Loire et oc au midi de
ce fleuve[16]. M. A. Maury nous apprend qu'au XIIe siècle, ces deux
contrées étaient séparées par de vastes châtaigneraies qui formaient
comme une frontière végétale entre les deux langues[17]. Avant l'an
1000, les formes grammaticales de ces deux idiomes offraient peu de
différence: «mais, à partir de cette époque, dit M. l'abbé Corblet, les
nuances deviennent de plus en plus distinctes, jusqu'à ce que, vers le
XIIe siècle, les deux langues firent un divorce complet, en se
partageant la France[18].» Aussi Jean-Luc d'Achery nous dit-il qu'au
XIIe siècle, les moines d'un monastère du Boulonnais souffraient
impatiemment de leur dépendance d'une abbaye du Poitou, à cause de la
différence des langues, _propter linguarum dissonantiam_[19].

[Note 15: _Univers pittoresque_, France, tome VI, page 537.]

[Note 16: _Un million de faits_, page 1203.]

[Note 17: _Histoire des grandes forêts de la Gaule_, page 280.]

[Note 18: _Glossaire du Patois picard_, page 68.]

[Note 19: _Spicilegium_, tome IX, page 430.]

Nos lecteurs ne seront peut-être pas fâchés de lire ici l'oraison
dominicale dans le langage de cette époque reculée: nous l'empruntons à
Charles Batteux, cité par l'abbé Pluche[20].

      «Sire pere, qui es ès ciaus, sanctifiez soit li tuens noms,
      avigne li tuens regnes, soit faite ta volanté, si comme ele
      est faite el ciel, si soit ele faite en terre; nostre pain
      de chascun jor nos done hui, et pardone nos meffais, si
      comme nos pardonos à ços qui meffait nos ont; sire ne soffre
      pas que nos soions tempté par mauvesse temptation, mais sire
      delivre nos de mal.»

[Note 20: _Spectacle de la nature_, tome VII, page 230.]

Le XVe siècle vint opérer la transformation du français du moyen-âge en
français moderne; mais le langage ne s'épura qu'au siècle suivant et
n'atteignit la perfection que sous le règne de Louis XIV. Le XVIe siècle
semble être le moment d'enfantement du français actuel; nous en trouvons
la preuve dans les satyres de Vauquelin de la Fresnaye qui écrivait dans
la seconde moitié de ce siècle et qui, au milieu des incertitudes et des
fluctuations du langage, éprouvait un véritable embarras sur la manière
d'écrire correctement;

      Car, depuis quarante ans, desja quatre ou cinq fois,
      La façon a changé de parler en françois.

Cette irrésolution venait de tous les idiomes avec lesquels la nouvelle
langue s'était trouvée en contact; «créée par les rapports et le mélange
des patois, la langue commune participe de tous; elle prend à l'un ses
habitudes de prononciation, à l'autre ses tours de phrase; elle conserve
les idiotismes d'un troisième, et comble, en puisant indistinctement
dans tous, les lacunes qui existaient dans les différents
vocabulaires... Mais, malgré cette fusion à l'usage de la classe élevée
de la société, presque jamais les patois ne disparaissent entièrement;
le peuple auquel ils suffisent les conserve avec obstination, et les
savants sont obligés de les consulter pour connaître les éléments
constitutifs de la langue et remonter à la forme primitive des
mots[21].» En effet, comme en fait la remarque M. G. Brunnet, «les
patois renferment des mots qui remontent jusqu'au grec et qui furent
importés par des colonies hellénistes; ils en contiennent d'antres qui
restent comme des débris de la domination romaine; ils en présentent qui
sont évidemment le produit de la création populaire, mais le fond du
dialecte est tout latin[22].»

[Note 21: _Dictionnaire du Patois normand_. Introduction, page III.]

[Note 22: _Encyclopédie du_ XIXe _siècle_, tome XVIII, page 663.]

Ceci nous ramène à notre patois du pays de Bray, dans lequel nous
retrouvons, malgré les nombreuses corruptions qui en masquent la forme
primitive, un assez grand nombre de mots qui se rattachent aux langues
des différentes nations qui ont parcouru ou habité cette contrée.
C'est ainsi que DIEPPE, ancien nom de la Béthune, est une corruption
de l'islandais _Diup_, profond;--ITOU, du latin _Ità_, aussi;--RAINE,
du celtique _Ran_, grenouille;--FREULER, du breton _Frel_,
fléau;--BISQUER, du saxon _Beiskiar_, rager;--SUPER, de l'anglais _To
sup_;--RIO, de l'espagnol _Rio_;--BRAIES ou BRAGUES, du grec _Brakos_;
etc.


«Pour remonter aux radicaux primitifs et saisir les lois qui ont dominé
les développements de la langue et lui ont donné de l'ensemble et de
l'harmonie, dirons-nous avec M. du Méril, il faut l'étudier à la source,
dans la bouche même du peuple... En effet, les patois, soumis dans
chaque localité à des influences diverses qu'aucune raison générale ne
neutralise, se grossissent au hasard d'importations étrangères et
d'imaginations individuelles; qui ne relèvent que du caprice.... Par
exemple, le moineau est appelé _Pisli_ à Avranches, _Pottin_ à
Coutances, _Friquet_ à Bayeux, _Quilleri_ dans l'Orne, et _Moisson_ dans
le pays de Bray[23].»

[Note 23: _Dictionnaire du Patois normand_. Introduction, pages LVII,
LVIII et LIX.]

Maintenant abordons notre travail principal, et tâchons de donner une
idée générale du patois brayon, avant d'en venir au glossaire des mots
que nous avons recueillis. Deux voies s'ouvrent devant nous: l'une que
suivent les savants, l'autre dans laquelle marchent les simples
travailleurs. Cette dernière voie sera la nôtre. Nous nous bornerons
donc à constater ce qui est, sans rechercher le _cûr_, _quomodò_,
_quandò_; c'est-à-dire que nous abandonnerons aux maîtres de la science
les observations scientifiques et les découvertes étymologiques, pour
nous occuper seulement à recueillir des matériaux sur lesquels ils
puissent exercer leur sagacité. Nous suivrons cette recommandation
pleine de vérité: «La science étymologique, dit M. Auguste Le Prevost,
est une arme à deux tranchants, qui ne doit pas être abandonnée à des
mains novices. On peut encore la comparer à ces flambeaux qui jettent de
la fumée et de l'obscurité sur leur passage, quand ils n'éclairent pas.
Elle demande non-seulement la connaissance approfondie et la comparaison
continuelle d'un grand nombre de langues, de dialectes, d'idiotismes,
une faculté d'observation et de rapprochement exquise, mais encore
beaucoup de sobriété, de loyauté, de circonspection dans l'exercice de
cette faculté; sans quoi on arrive par une pente très-rapide à faire
venir _affana d'equus_[24]; on se discrédite soi-même et l'on discrédite
l'une des recherches les plus piquantes et les plus utiles à la
satisfaction de la raison humaine, qui puisse occuper les loisirs d'un
érudit. Nous insistons d'autant plus sur la nécessité d'une grande
réserve à cet égard, que, débarrassé de cette grave responsabilité, le
travail que nous désirons voir entreprendre dans chaque arrondissement
n'offrira plus qu'une tâche facile à chacun de nos collaborateurs[25].»

[Note 24: L'étymologie-monstre à laquelle l'auteur fait ici allusion a
donné lieu au quatrain suivant:

      _Affana_ vient _d'equus_ sans doute;
      Mais il faut convenir aussi,
      Qu'en venant de là jusqu'ici,
      Il a bien changé sur la route.]

[Note 25: Ce passage est extrait de la préface d'un ouvrage inédit de M.
A. Le Prevost, qui a bien voulu nous donner communication de son
manuscrit.]

Quoiqu'on ne puisse pas dire, selon la rigueur de l'expression, qu'il
existe un code particulier au patois du pays de Bray, il n'en est pas
moins vrai que ce patois est soumis à certaines règles dont il s'écarte
peu. Pour plus de clarté, nous allons essayer d'indiquer ces règles
touchant les lettres, l'article, le nom, l'adjectif, le pronom et le
verbe.

§ 1er.--DES LETTRES. Le _c_ doux se change assez fréquemment en _ch_:
Ex. Les _capuchins_ étaient comme _cha_. Il en est de même de la double
lettre _ss_; on dit _nourichon_ pour _nourrisson_.

Le _ch_ est souvent remplacé par le _c_ dur, _qu_ ou _k_: Ex. Un _cat_,
un _quien_, un _kauche-pied_, etc.

L'accent circonflexe se remplace en plusieurs circonstances par l'accent
aigu sur la lettre _e_: Ex. _Téte_, _féte_, _béte_, etc.

Le _tr_ se prononce quelquefois _ter_, comme dans _truie_, qu'on
prononce _teruie_, et _teruite_ pour _truite_.

§ II.--DE L'ARTICLE. Selon quelques auteurs, notre article masculin _le_
serait tout simplement la dernière syllabe du mot latin _ille_, et notre
article féminin _la_, la dernière de _illa_. D'autres voient plus
particulièrement dans l'article une combinaison du pronom _ille_ et des
prépositions _de_ et _ad_. Quoi qu'il en soit, dans les commencements de
la langue française, nous trouvons presque toujours pour articles
simples ou composés les mots _el_, _del_, _al_; ces mots forment encore
la base de l'article dans le patois brayon.

Le, _el_, _l'_.   La, _el_.   Les, _lés_, _l's_.
De, _d'_, _d'l'_. Du, _du_.   De la, _del_, _d'l'_. Des, _dés_, _d's'_.
Au, _au_.         A la, _al_. Aux, _à_, _à les_.

On trouvera dans le Dictionnaire les différences qui existent entre ces
divers articles.

§ III.--DU NOM. Certain nombre de noms en _eur_ et en oir changent leur
terminaison en _eux_: Ex. Menteur, tricheur, conteur, mouchoir, battoir,
couloir, etc., se prononcent _menteux_, _tricheux_, _conteux_,
_moucheux_, _batteux_, _couleux_.

Quelques noms en _é_ font leur singulier en _ai_: Ex. Curiosité fait
_curiositai_, _été_ fait _étai_, etc.

Les noms propres prennent le pluriel; ainsi on dit: les Duvals, les
Dumonts, etc., en parlant des membres de ces familles.

On donne aussi le genre féminin aux noms de famille, en les faisant
précéder de l'article: ex. la durand_e_, la guerard_e_, la boquet_te_,
la cordièr_e_, la vasseu_se_, la brianchon_ne_, etc. mais, quand le nom
propre est précédé du prénom, il garde sa terminaison primitive: ex.
rose durand, marie guerard, etc.

Dans le patois brayon, les noms n'ont pas toujours le même genre que
leurs correspondants français; en voici de nombreux exemples:


             NOMS QUI CHANGENT DE GENRE DANS LE PATOIS BRAYON.

AGE. Ex.: La jeunesse est _une belle_ âge.
AIR. Ex.: Cette chanson est sur _une vilaine_ air.
AMADOU. Ex.: Ce marchand ne fournit que de _mauvaise_ amadou.
ARGENT. Ex.: Je vous donne _de la belle_ argent.
AS. Ex.: Voilà _une vieille_ as qui m'a fait perdre.
AUGURE. Ex.: Cela n'est point d'_une bonne_ augure.
AUTEL. Ex.: Voilà _une riche_ autel.
BOL. Ex.: Mettez cette tisane dans _une petite_ bol.
BORNE. Ex.: _Quel gros_ borne!
CANTIQUE. Ex.: Je sais _une belle_ cantique.
CENTIME. Ex.: _Cette_ centime est _toute neuve_.
CIMETIÈRE. Ex.: Je ne passerais pas la nuit dans _la_ cimetière.
CLAIRE-VOIE. Ex.: Je ferai là _un beau_ claire-voie.
COUDRIER. Ex.: On fait des cercles avec _de la coudre_.
CRAVATE. Ex.: On m'a fait cadeau d'_un beau_ cravate.
EMPLATRE. Ex.: C'est _une_ emplâtre inutile.
ESCLANDRE. Ex.: Il y a eu _grande_ esclandre.
ÉVANGILE. Ex.: L'Évangile de dimanche est _longue_.
EXEMPLE. Ex.: Il nous a donné _une nouvelle_ exemple de douceur.
FROID. Ex.: _La_ froid est bien _gênante_.
GARDE-ROBE. Ex.: Avez-vous _un bon_ garde-robe?
HERBAGE. Ex.: Son herbage est _excellente_.
HIVER. Ex.: L'hiver de 1830 n'a pas été _douce_.
IMAGE. Ex.: Vendez-vous de _beaux_ images?
MANQUE. Ex.: C'est _une_ manque de réflexion.
MARNE. Ex.: Servez-vous de marne _sec_.
MERLE. Ex.: Entendez-vous siffler _la mêle_?
MEUBLES. Ex.: Voilà de _belles_ meubles.
ORAGE. Ex.: Nous allons avoir _une terrible_ orage.
ORGANE. Ex.: Votre frère a _une belle_ organe.
OUVRAGE. Ex.: Son ouvrage n'est jamais _faite_ en temps.
PARAFE. Ex.: Notre Instituteur fait de _belles_ parafes.
PATÈRE. Ex.: Placez votre chapeau _au_ patère.
POISON. Ex.: Vous m'apporterez _de la_ poison pour les rats.
RÉGLISSE. Ex.: Apportez-moi _du_ réglisse.
RHUME. Ex.: J'ai toujours _la_ rhume.
RISQUE. Ex.: A _toute_ risque.
SAULE. Ex.: _La sau_ est un mauvais bois.
TEMPE. Ex.: Il a reçu un coup de bâton _au_ tempe.
VIPÈRE. Ex.: J'ai été mordu d'_un_ vipère.

§ IV.--DE L'ADJECTIF. Plusieurs adjectifs ne forment pas leur féminin
comme en français: Ex. Blanc, sec, vieil, fou, malin, frais, font
_blanque_, _sèque_, _vieuille_, _fôlle_, _malinne_, _fraique_. Presque
tous les adjectifs terminés en _i_ ont le féminin en _ite_: Ex. Pourri,
guéri, font _pourrite_, _guérite_.

Les adjectifs possessifs se rendent ainsi:

Mon, _man_, _min_, _m'n'_.        Ma, _m'_.             Mes, _més_, _m's'_.
Ton, _tan_, _t'n'_, _tin_, _t'n_. Ta, _t'_.             Tes, _tés_, _t's'_.
Son, _san_, _s'n'_, _sin_, _s'n_. Sa, _s'_.             Ses, _sés_, _s's'_.
Notre, _not'_.                    Notre, _not'_.        Nos, _nos_.
Votre, _vot'_.                    Votre, _vot'_.        Vos, _vos_.
Leur, _leu_, _leut_.              Leur, _leu_, _leut'_. Leurs, _leus_.

Les adjectifs démonstratifs sont:

Ce, _çu_. Cet, _c't'_. Cette, _c't'_, _c'te_. Ces, _cés_, _chés_.

§ V. DU PRONOM. Voici les différentes formes des pronoms personnels:

Je, _j_', _ej'_. Moi, _mai_, _mi_. Me, _m'_.        Nous, _j'_.
Tu, _tu_.        Toi, _tai_.       Te, _té_.        Vous, _vos_, _os_.
Il, _y_, _il_.   Elle, _al'_, _a_. Ils, _y_, _ils_. Elles, _al'_, _y_.
Lui, _li_.   Leur, _leu_.   Eux, _eux_.   Se, _s'_, leus.  Soi, _sai_.

Les pronoms possessifs n'offrent d'autre différence avec le français que
la suivante: _l' est_ employé pour _le_, et l'on supprime l'accent
circonflexe sur _notre_, _votre_, _notres_, _votres_.

Voici maintenant les pronoms démonstratifs:

Celui, _le sien_. Celle, _la sienne_, _la celle_. Ceux, _les ceux_, _les
siens_. Celles, _les celles_, _les siennes_.

Celui-ci, _c't'ichite_. Celle-ci, _c't'ichite_. Ceux-ci, _cheux-chite_,
_ceux-chite_. Celles-ci, _cheux-chite_, _ceux-chite_.

Celui-là, _ç't'ila_. Celle-là, _ç't'éla_. Ceux-là, _cheux-la_.
Celles-là, _cheux-la_.

Ce, _cha_. Ceci, _cha_. Cela, _cha_.

Les pronoms relatifs se prononcent de la manière suivante:

Qui, _qui_. Que, _qu'_, _que_. Lequel, _l'queul_. Laquelle, _l'queulle_,
_laqueulle_. Lesquels, _lèqueuls_. Lesquelles, _léqueulles_.

Nous ajouterons les pronoms interrogatifs: qui, que, quoi; lesquels se
rendent ordinairement par _qué_.

En parlant de l'interrogation, nous voulons faire une remarque qui ne
trouverait peut-être point place ailleurs. Dans le pays de Bray, et
généralement en Normandie, on répond à certaines questions par la
négation ou l'affirmation de la proposition opposée. Ainsi, à cette
question: _Fait-il froid aujourd'hui?_ on répondra: _Il ne fait pas
chaud_, ou _il fait assez chaud_, ou _il fait très-chaud_.

§ VI.--DU VERBE. Afin de donner une idée du système des conjugaisons,
nous placerons ici quelques temps des verbes auxiliaires AVOIR et ÊTRE.

         AVER.                                  ETE.

                       INDICATIF PRÉSENT.

J'ai.                           Ej'sis.
T'as.                           T'es.
Il a.                           Il est.
J'avons.                        J'sommes.
Os avez _ou_ vos avez.          Os ètes _ou_ vos ètes.
Il ont.                         Y sont.

                         IMPARFAIT.

J'avais.                        J'étais _ou_ j'étois.
T'avais.                        T'étais _ou_ t'étois.
Il avait.                       Il était _ou_ il étoit.
J'avions.                       J'étions _ou_ os étions.
Os aviez.                       Os étiez _ou_ vos étiez.
Il avaient _ou_ aviont.         Il étaient _ou_ étoient _ou_ étiont.

                       SUBJONCTIF PRÉSENT.

Que j'aie _ou_ que j'uche.      Que j'sais _ou_ que j'suche.
Q't'aies _ou_ que tu uches.     Que tu sais _ou_ que tu suches.
Qu'il ait _ou_ qu'il uche.      Qu'il sait _ou_ qu'il suche.
Qu'j'avions _ou_ qu'j'uchions.  Que j'sayions _ou_ que nous suchions
                                        _ou_ qu'os soyomes.
Qu'os aviez _ou_ qu'os uchiez.  Qu'os sayez _ou_ qu'os suchiez.
Qu'il aient _ou_ qu'il uchent.  Qu'y saient _ou_ qu'ils suchent.

Le patois du pays de Bray offre beaucoup d'irrégularité dans les
conjugaisons; nous en mentionnerons seulement quelques-unes.

Généralement l'_u_ du pronom _tu_ s'ellipse à la seconde personne du
singulier, quand le verbe commence par une voyelle: Ex. _T'aimes_,
_t'avertis_, _t'as_, _t'entends_.

Le _j'_ remplace ordinairement le pronom _nous_, à la première personne
du pluriel, quand le verbe commence par une voyelle: Ex. _J'aimons_,
_j'avertissons_, etc. Si le verbe commence par une consonne, le pronom
_nous_ est remplacé par le monosyllabe _ej_: Ex. _Ej trouvons_, _ej
prévenons_, etc. Il paraît que les courtisans de Henri III regardaient
comme de bon ton de dire: _J'avions_, _j'étions_, _j'allions_; c'était
alors une manière de parler recherchée dans la bonne compagnie, même à
la cour[26].

[Note 26: _Essai sur le langage_, page 302.--_Glossaire du patois
picard_, page 173.]

Parmi les verbes de la première conjugaison qui sont irréguliers dans
plusieurs temps, nous mentionnerons le verbe _aller_ qui fait au présent
du subjonctif: _que j'ouaiche_, _que tu ouaiches_, _qui ouaiche_, _que
j'ouaichions_, _qu'os ouaichiez_, _qui ouaichent_.

Les verbes terminés en _ier_ et _uer_ ont ordinairement le présent du
subjonctif en _che_: Ex. Charrier, ruer, etc., font: _que je carriche_,
_que je ruche_.

Le _r_ terminal de l'infinitif ne se fait point sentir dans les verbes
de la seconde conjugaison; ainsi on dit: _mouri_, _parti_, _r'veni_,
etc., pour _mourir_, _partir_, _revenir_. Plusieurs de ces verbes
forment aussi leur participe passé tout-à-fait irrégulièrement; c'est
ainsi que _soutenir_ fait _soutint_ pour _soutenu_.

Les verbes de la troisième conjugaison changent leur terminaison _oir_
en _er_; par exemple: _Apercevoir, recevoir, émouvoir_, etc., font
_aperchever, r'chever, émouver_, et, au participe passé, _aperchu,
r'chu, émouvé_.

Au nombre des verbes de la quatrième conjugaison qui s'éloignent du
français, nous mettrons le verbe _suivre_ qui fait _sieure, je sieus,
j'ai sieus_, etc.

Une règle qui se rapporte à toutes les conjugaisons consiste dans
l'emploi de la troisième personne au lieu de la première et de la
seconde, comme dans les phrases suivantes: _C'est moi qui se trompe;
c'est toi qui ira; c'est nous qui a joui; c'est vous qui chantait_, etc.

Nous pensons que ces courtes remarques suffisent pour indiquer à nos
lecteurs les ressemblances et différences du patois du pays de Bray avec
les patois des autres provinces, surtout de la Normandie et de la
Picardie. Il nous resterait à citer quelque fragment de cet idiome, afin
d'en faire mieux comprendre le mécanisme; mais nous ne connaissons aucun
monument écrit auquel nous puissions avoir recours. Sous ce rapport,
nous sommes aussi pauvres que la Picardie est riche. Là, des hommes
d'esprit s'amusent souvent a recueillir les reparties, les boutades, les
saillies populaires, pour en former de plaisants dialogues, de gais
refrains. Ici, rien de semblable; _Ch'est pat à dire que j'soyomes_
(simus) _pus enchifrénés q'd'autes, mais j'manquons d'éditeux_, disait
dernièrement un de nos amis. C'est donc une bonne fortune pour nous que
la rencontre de l'article suivant que nous extrayons d'une récente
publication[27].

[Note 27: _Almanach du pays de Bray_, pour 1852, page 99 et suiv.]



                        LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ


_Jacques_.--Ah! Boujou, Mousieu _Esprit_...

_Le citoyen Esprit_.--Ne m'appelle donc pas _Monsieur_; ce titre
aristocratique est aboli et remplacé par le mot égalitaire de _citoyen_.

_Jacques_.--Ah! chest cha; j'comprends pas, mais chest tout d'même.

_Le citoyen Esprit_.--Tu es si bête!

Jacques.--Ah! par exemple, cha pourrait ben être vrai; car tout l'monde
me l'dit. Mais en attendant, j'voudrais ben saver qué qu'veulent dire
chés trois mots _Libertai, Égalitai, Fraternitai_, quo vait tout
partout; o dirait que l'zimprimeux n'peuvent plus rien écrire sans mette
chés mots-là.

_Le citoyen Esprit_.--Tu ne comprends pas cela?

_Jacques_.--Ma foi, non.

_Le citoyen Esprit_.--Liberté!!! mot divin qui fait battre tous les
coeurs, quand on le prononce...

_Jacques_.--Ah! bah! l'mien des coeurs n'bat pas du tout.

_Le citoyen Esprit_.--C'est une manière de parler.

_Jacques_.--Chest-à-dire qu'cha n'signifie rien.

_Le citoyen Esprit_.--C'est-à-dire que tu es un imbécille.

_Jacques_.--Os me l'avez déjà dit, _Mousieu citoyen_.

_Le citoyen Esprit_.--Comment pourrais-tu en effet comprendre la
liberté, toi qui as été toute ta vie esclave et malheureux.

_Jacques_.--Ma foi, pas core trop.

_Le citoyen Esprit_.--Écoute, Jacques, et tâche de comprendre.

_Jacques_.--J'vo z'écoute des yeux et des oreilles.

_Le citoyen Esprit_.--Par le mot liberté, on entend que chacun est libre
de faire ce qui lui plaît.

_Jacques_.--Tout c'qui li plaît?

_Le citoyen Esprit_.--Tout!

_Jacques_.--Absolument tout?

_Le citoyen Esprit._--Oui.

_Jacques._--Y a ti longtemps, cha?

_Le citoyen Esprit._--Depuis le 24 février, l'an 59 de la liberté.

_Jacques._--Et moi qui ne l'savait point core! Faut que j'sais rudement
béte!

_Le citoyen Esprit._--Je ne dis pas non.

_Jacques._--Mais, comment qu'man maîte n'me l'a pas dit?

_Le citoyen Esprit._--Nigaud, est-ce qu'il n'est pas intéressé à te
laisser dans l'ignorance?

_Jacques._--Chest vrai! ben asteu, chest ben fini; quand y m'dira
d'batte du blai, j'battrai d'l'aveine; quand y m'dira d'vaner de l'orge,
j'ferai des guerbées; quand y m'dira de monter l'grain au grenier,
j'irai m'mette à table; puis plutot j'li dirai que j'veux ête maîte
chacun note semaine... Asteu, j'voudrais bien saver quoique chest
qu'l'_égalitai_.

_Le citoyen Esprit._--Cela signifie qu'il n'y a aucune différence entre
les hommes, et qu'ils sont tous égaux.

_Jacques._--Mais chest pas vrai, cha.

_Le citoyen Esprit._--Comment, ce n'est pas vrai?

_Jacques._--Non! Est-ce que j'sis l'égal de man maîte?

_Le citoyen Esprit._--Sans doute.

_Jacques._--Ah! cha mais!... comment s'y prendre? Man maîte qu'a six
pouces plus qu'mai.

_Le citoyen Esprit._--On le rognera.

_Jacques._--Par queu bout?

_Le citoyen Esprit._--Par la tête.

_Jacques._--Diable! mais... puis, Nicolas, li qu'est trois pouces plus
p'tit qu'mai; est-ce qu'on me rognera itou par la tête?

_Le citoyen Esprit._--Mon pauvre Jacques, tu ne comprends donc rien;
quand on dit que nous sommes égaux, on veut dire que nous avons tous les
mêmes droits et les mêmes avantages.

_Jacques._--Chest-à-dire que j'pourrais mette l'zhabits de man maîte,
manger san dinner, monter sur san bidet?

_Le citoyen Esprit._--Certes, tous les biens sont communs.

_Jacques._--Mais les propriétaires?

_Le citoyen Esprit._--Il n'y a plus de propriétaires: la propriété,
c'est le vol.

_Jacques._--Tiens! je l'aurais jamais cru.... Man maîte qui passe pour
si honnête homme dans le pays! Mais y va me renvéyer, pétète, quand
j'l'y demanderai l'exécution d'l'_égalitai_.

_Le citoyen Esprit._--Ne crains rien.

_Jacques._--Pourquoi?

_Le citoyen Esprit._--Parce qu'il ne saurait trouver un autre domestique
aussi bête que toi.

_Jacques._--Chest ben possible... Puis c'té _fraternitai_, elle, qué
qu'chest?

_Le citoyen Esprit._--Cela veut dire que nous sommes tous frères.

_Jacques._--Ah! cha, du coup, chest une bêtise; car, quand ma mère, qui
n'vient plus d'pis qu'al est morte, venait m'ver, a m'embrachait toujou;
puis a disait: _Boujou, man fieu_! Mais a n'embrachait pas man maîte; au
contraire, a faisait une révérence, puis disait: _Boujou, maîte Pierre_!
mais a n'y disait jamais: _Boujou man fieu_, ni _boujou man frère_! Cha
fait ben ver qu'a n'était pas sa soeur et qu'il n'est pas man frère.

_Le citoyen Esprit._--Il ne s'agit ici ni de père ni de mère.

_Jacques._--Chest vrai, y sont morts tous deux.

_Le citoyen Esprit._--Tu ne comprends pas. Il n'y a plus ni père ni mère
pour personne; nous sommes tous enfants de la nature.

_Jacques._--De la nature? Connais pas! J'avais toujou cru qu'j'étais
l'fieu d'ma mère qu'est morte, pauve fame.

_Le citoyen Esprit._--Pauvre Jacques! quel dommage qu'on ait paralysé
l'action des clubs! je t'aurais fait admettre pour t'initier aux grands
principes....

_Jacques._--Pardon! excuse! _Mousieu citoyen_, maîte Pierre m'crie pour
manger la soupe.

_Le citoyen Esprit._--Mais j'aurais un petit service à te demander.

_Jacques._--Jé pas l'temps; cha sera pour une aute fais.

UN FLANEUR BRAYON.



Nous terminerons cette introduction par quelques proverbes et dictons
populaires, auxquels nous joindrons un court exposé des croyances et
usages du pays.

                        PROVERBES ET DICTONS.


Amis comme chiens et chats. Ennemis.

Adroit de sa main comme un cochon de sa queue. Maladroit.

Se laisser manger la laine sur le dos. Trop bon.

La semaine des trois jeudis. Jamais.

Il vaux mieux tuer le diable que le diable vous tue.

Caillou qui roule n'amasse pas mousse.

_Mais que_ les poules pissent. Jamais.

Engendré d'un coq et d'une oie. Sot et malin.

Ouvrir les yeux comme un chat qui c... dans du son. Ouvrir de grands
yeux.

Brouillard en mars, gelée en mai.

Laid comme le diable.

Toute la _pouquette_ sent le hareng. Toute la famille a les mêmes vices.

En attendant les souliers d'un mort, on va longtemps nu-pieds.

N'y voir que du brouillard. Ne rien comprendre à une chose.

Un coup de langue est pire qu'un coup de lance.

La première mouche qui le piquera sera un taon. La dernière faute paiera
pour les autres.

Ne pas valoir les quatre fers d'un chien. N'avoir aucune valeur.

N'entendre ni à _hu_, ni à _dia_. N'avoir aucune intelligence.

Brebis qui bêle perd sa goulée. On ne peut parler et manger en même
temps.

Au plus fort la _pouque_. En parlant de deux personnes qui se disputent
un objet.

Qui demande un hiver avant Noël, en demande deux.

Faire la _caloge_ du veau avant qu'il soit venu. Former de vains projets
sur un événement éventuel.

Il ne faut pas tant de beurre pour faire un quarteron. Pas de paroles
inutiles.

Aller ou venir pour des prunes. Pour rien.

Si le soleil luit quand il pleut, on dit que le _diable bat sa femme_.

Quand on se sent morveux, on se mouche. En parlant d'une personne qui
prend pour elle-même un blâme donné sans application particulière.

Gratter quelqu'un par où il a _manjure_. Lui proposer une chose qui le
flatte.

Faute de poisson, on mange des moules. Quand on n'a pas ce qu'on désire,
il faut se contenter de ce qu'on a.

On n'est pas louis d'or. Ou ne plaît pas à tout le monde.

Quand on quitte le maréchal, il faut payer les vieux fers. Lorsqu'on
change de fournisseur, il faut payer ce qu'on lui doit.

Quitter brûler ce qui ne cuit pas pour soi. Ne s'occuper que de ce qui
profite.

Quand il pleut sur l'un, il grêle sur l'autre. En parlant de deux
personnes qui ont les mêmes intérêts.

Rebattre le _feurre_ de ses glanes. Perdre le fil de son discours et
faire des redites.

Il a mis une cheville à son trou. Réponse ou repartie trouvée à propos.

Malin comme Gribouille qui se jette à l'eau de peur de se mouiller.

Être de la famille de Riquiqui. Être parent de tout le monde.

S'il y a pondu, il n'y a pas couvé. Il n'a pas été longtemps parti.

Vaut mieux faire envie que pitié.

Février emplit les fossés, mars les vide.

Il vaut mieux laisser son enfant morveux que de lui arracher le nez.
Mieux vaut conserver un objet avec ses défauts que de le briser en
cherchant à le réparer.

Ils sont comme saint Roch et son chien. Inséparables.

Ton nez branle. Tu mens. Il paraît que ce dicton n'est pas neuf et qu'on
disait du temps d'Érasme: _Nasus tuus arguit mihi te mentiri_, votre nez
me dit que vous mentez.

On ne peut guère manier de beurre, sans qu'il en reste dans les doigts.
En parlant des régisseurs et autres qui ne rendent pas fidèle compte de
leur administration.

Chaque grain a sa paille. Chacun a ses défauts.

Manger son pain chaud, boire son cidre doux, brûler son bois vert, c'est
mettre la maison au désert.

Ne point mettre une chose dans l'oreille d'un chat. Donner un avis qui
sera suivi.

Chacun son métier, les moutons seront bien gardés.

Faire de la bouillie pour les chats. Faire une chose inutile ou mal
exécutée.

Les nourrices auront bon temps, les enfants se jouent. En parlant des
grandes personnes qui s'amusent à des jeux d'enfant.

Heureux comme un coq en pâte. Nous pensons qu'il faudrait dire: _Comme
un coq empâté_.

C'est comme à la maison du bon Dieu, l'on n'y boit, n'y mange. Allusion
aux personnes qui n'offrent rien à ceux qui font visite; ce qui est rare
dans le pays de Bray.

On a tiré à son baptême. Il n'a pas inventé la poudre.

On ne tire pas de farine d'un sac à charbon. On n'espère pas de bonnes
actions de la part d'un méchant.

C'est du bois à faire des vielles. Il se ploie de toutes façons. Par
allusion à ceux qui disent oui et non sur la même question, pour plaire
à l'un et ne pas déplaire à l'autre.

Faire des contes à mourir debout. Impossibilités.

Rien ne dure plus longtemps qu'un pot cassé. En parlant de personnes
souffrantes qui vont jusqu'à la vieillesse.

Il n'y a pas moyen de _moyenner_. Il faut en convenir.

On vous donne des noix à casser, quand on n'a plus de dents. Faire des
douceurs, quand on ne peut plus en profiter.

C'est lui, en chair et en os, comme saint Amadou. Lui-même.

Plus malin que lui n'est pas bête.

Sourd comme une _boîse_. Très-sourd.

Aller son petit bonhomme de chemin. Faire ses affaires, sans s'inquiéter
du _qu'en dira-t-on_.

Ce n'est pas par là que le pot court. Ce n'est pas là que se trouve le
mal.

Courir comme un poulain délicoté.

Être du côté que le plat _pend_. Être bien placé.

Sec comme du bois.

Les paroles sont des femelles; les écrits sont des mâles. Les uns sont
plus sûrs que les autres: _Verba volant, scripta manent_.

Les rouges (à cheveux roux) sont tout bons ou tout mauvais.

Entêté comme une mule.

Babiller comme une pie borgne. A tort et à travers.

Ne pas plus bouger qu'un 0 en chiffre.

Noir comme une taupe.

Partir dans le royaume des taupes. Mourir.

Aller à taupes-jouque. Mourir.

Avoir la compagnie d'un pelé et trois tondus. Société sans
considération.

Ne craindre ne Dieu, ne Vierge Marie. N'avoir aucune crainte.

Bête comme un pot. Très-sot.

Un _quien_ regarde bien un évêque. Un inférieur peut regarder son
supérieur.

Père aux écus. Homme riche.

Avoir les yeux plus grands que le ventre. Gourmand qui ne peut manger
tout ce qu'il a demandé.

      Les conseilleux
      Ne sont pas les payeux.

      Faites du bien à un vilain,
      Il vous c... dans la main.

      A la Saint-Romain,
      On prend les mouches à la main.

      A la Saint-Denis,
      Bécasse en tous pays.

      A la Saint-Denis,
      Perdreaux sont perdrix.

      S'il fait beau,
      Prends ton manteau;
      S'il pleut,
      Prends-le, si tu veux.

      Pluie du matin
      N'arrête pas le pélerin.

      Jamais le mois d'avril
      Ne s'en va sans épi,
      Et le mois de mai
      Sans épi de _blai_.

      Aujourd'hui saint Thomas,
      Cuis ton pain, lave tes draps,
      Dans trois jours Noël t'auras.

      A la Saint-Luc,
      Ne sème plus, ou sème plus dru.

      A saint Luquet,
      Sème toujours jusqu'à ce que tu aies fait.

      Brouillard en decours,
      De la pluie sous trois jours.

      Brouillard en croissant,
      C'est du beau temps.

      A la sainte Cateline, (25 nov.)
      Tout bois prend racine.

      Petits enfants,
      Petits tourments.

      Il ne faut qu'un coup
      Pour tuer un loup.

      Vaut mieux aller au moulin
      Qu'au médecin.

      Pour filer,
      Faut mouiller.

      Avril le doux,
      Quand il s'y met, c'est le pire de tous.

      Année de hennetons,
      Année de grenaison.

      L'hiver n'est pas bâtard,
      Quand il ne vient pas d'_heure_, il vient tard.

      A la Chandeleur (2 fév.),
      L'hiver finit ou prend vigueur.

      Un essaim du mois de mai
      Vaut une vache du pays de Bray.



                           USAGES ET CROYANCES.


ABEILLES.

Sur le deuil des abeilles, voyez _Mouches à miel_, dans le Dictionnaire.
Les abeilles offrent bien assez d'intérêt à l'observateur, sans leur
prêter un instinct dont elles ne jouissent point.

On dit que les abeilles qui essaiment le jour du Saint-Sacrement
forment, dans la ruche, un travail en forme d'ostensoir, c'est-à-dire
que les rayons aboutissent au centre de la ruche, au lieu d'être
transversaux. Nous ne nions pas ce genre de travail; mais, jusqu'à
preuve contraire, nous croyons que tous les essaims qui sortent en ce
jour ne travaillent pas de la même manière, et qu'on peut observer ce
genre de travail dans les ruches d'essaims sortis en d'autres jours.


CARREAU.

Dans la campagne, les bonnes femmes désignent sous ce nom tout embarras
gastrique, toute maladie chronique, toute affection maladive dont la
guérison se fait attendre. Dans leur pensée, aucun âge n'en est exempt;
nous nous rappelons avoir entendu dire d'une personne octogénaire,
qu'elle était _morte du carriau, parce qu'on ne l'avait pas fait
toucher_. Voyez, dans le Dictionnaire, le mot _Carriau_.


CHARDON (_Jeu du_).

Parfois les moissonneurs laissent un gros chardon debout; ils placent
quelques petits rubans dans ses feuilles; et, au moment de faire scier
la _dernière poignée_, ils présentent au maître de maison une faucille
dont le manche est orné de _lisets_, en le priant de commencer le jeu,
c'est-à-dire de se placer à une distance convenable et de lancer la
faucille sur le chardon pour le couper. Ordinairement le cultivateur
place une pièce d'argent au pied du chardon; c'est le prix de la
victoire.


CHEVAUX.

Lorsqu'on conduit les chevaux à l'eau, on a l'habitude de siffler pour
les engager à boire. Par un contraste assez singulier, il est aussi
d'usage de siffler pour les engager à p......


CHOUETTES.

Le cri de la chouette, aux environs d'une habitation, est considéré
comme un signe de mortalité.


CIERGES.

Si les cierges placés à l'autel brûlent mal, quand on fait célébrer la
messe pour un malade, on est persuadé qu'il ne guérira pas.


DERNIÈRE POIGNÉE (_La_).

Dans les communes où l'on n'offre pas de _glane_ au commencement de la
moisson (voir plus bas), les moissonneurs font scier la _dernière
poignée_. Voyez ce mot dans le Dictionnaire.


EAU BÉNITE.

Le Samedi saint, en certaines communes, l'instituteur se présente à
chaque maison de la paroisse, il trempe une branche de buis dans un
petit vase plein d'eau bénite, qu'il porte avec lui, et il asperge
l'habitation. Ensuite, il offre du pain à chanter qu'il a fait bénir, et
reçoit des oeufs qu'il vend à son profit. (Voir notre _Essai sur le
canton de Neufchâtel_, page 114.)

Quand il pleut le dimanche avant l'eau bénite, on est persuadé que c'est
signe qu'il pleuvra pendant toute la semaine.

On prétend que l'enfant qui _étrenne_ les fonts, c'est-à-dire celui qui
est baptisé le premier après la bénédiction des fonts, meurt dans
l'année.


FLANS (_Les_).

C'est ainsi qu'on désigne encore, en certaines communes, le jour de la
fête patronale. Ainsi, on dit: _Les Flans de Bures_, pour indiquer la
fête de Saint-Agnan, patron de cette paroisse. Cette habitude vient de
l'ancien usage, encore en vigueur, de préparer des _flans_ ou tartes
pour ce jour.


GLANE (_La_).

Le premier jour de la moisson, on forme une glane d'épis choisis,
artistement disposés et ornés de fleurs et de rubans de soie. Les
moissonneurs se réunissent en corps pour aller offrir cette glane à la
maîtresse de maison; celui ou celle qui la présente débite un petit
compliment; après quoi on arrose la fête avec quelques pots de gros
cidre.


NOEL (_Les douze jours de_).

On prétend que la température des _douze jours de Noël_, c'est-à-dire
des jours qui se trouvent à partir du 25 décembre jusqu'au 5 janvier,
indique le temps de chacun des douze mois de l'année suivante. Ainsi, le
temps du 25 décembre indique le temps qu'il fera en janvier; le temps du
26, celui du mois de février, etc.


RAMEAUX.

Bien des gens sont convaincus que les blés dépériront pendant quarante
jours, s'il pleut le jour des Rameaux.


ROIS.

La veille des Rois, les enfants parcourent les rues avec des lanternes
de papier de diverses couleurs, attachées au bout d'un bâton, et crient
de toute leur force:

      _Boujou_ les Rois,
      Jusqu'à douze mois!
      _Boujou_ la Reine,
      Jusqu'à six s'maines!
      _Boujou_ l'_crapou_,
      Jusqu'au mois d'août!

Le lendemain, jour des Rois, ils recommencent la même procession et les
mêmes chants, en remplaçant le mot _boujou_ par celui d'_adieu_.


SAINT-JEAN (_Feux de_).

En certaines communes, on fait un feu de joie la veille de la fête de
saint Jean-Baptiste. Chaque habitant apporte un bâton pour l'entretien
du feu; des danses ont lieu pendant une partie de la nuit, et l'on
n'oublie jamais d'emporter avec soi quelques charbons comme préservatifs
de la foudre et de l'incendie (Voir notre _Essai sur le canton de
Londinières_, page 242). Il nous semble voir là clairement un souvenir
des feux qui signalaient, chez les anciens Slaves, la fête du dieu
Koupalo (24 juin), et autour desquels dansaient hommes, femmes, enfants
et vieillards (_Encyclopédie du_ XIXe _siècle_, vol. XXIV, p.
559). Koupalo était le dieu des productions de la terre. Avant la
révolution de 1793, ces sortes de feux avaient lieu même à Paris: «La
veille de Saint-Jean, les échevins faisaient élever, sur la place de
l'Hôtel-de-Ville, un immense bûcher auquel le roi mettait solennellement
le feu. En 1471, Louis XI, à l'exemple de ses prédécesseurs, communiqua
lui-même la flamme à cet amas de matières combustibles dont l'incendie
éclairait toute la ville. Les chroniques contemporaines nous ont
conservé les détails de cette cérémonie.

«Au milieu de la place de Grève s'élevait un arbre de 90 pieds de
hauteur, hérissé de traverses auxquelles on attachait 800 bourrées et
300 cotrets; 15 voies de bois et une immense quantité de bottes de
paille en formaient la base. Le tout était surmonté d'un tonneau et
d'une roue. Des guirlandes de fleurs décoraient ce colossal appareil,
dans lequel il faut voir l'idée première de nos feux d'artifice
officiels. Des bouquets volumineux étaient distribués au roi, aux
personnes de sa suite, aux magistrats et aux notables. Une compagnie
d'archers de la ville, composée de 200 hommes d'armes, maintenaient
l'ordre conjointement avec 100 arbalétriers et 100 arquebusiers. Avant
de mettre le feu, on plaçait dans le bûcher les célèbres doubles pétards
dits de la Saint-Jean, les grosses fusées et tous les produits
pyrotechniques connus à cette époque; on suspendait ensuite à l'arbre un
grand panier renfermant deux douzaines de chats et un renard.

«Les registres de comptabilité de l'Hôtel-de-Ville contiennent, au sujet
de ce dernier article, la mention suivante:

_A Lucas Pommereux, l'un des commissaires des quais de la ville, cent
sous parisis pour avoir fourni, durant trois années, tous les chats
qu'il fallait audit feu, comme de coutume; mêmement pour avoir fourni,
il y a un an, où le roi assista, un renard, pour donner plaisir à Sa
Majesté, et pour avoir fourni un grand sac de toile où étaient lesdits
chats._

«Lorsque le feu était apaisé, le roi montait à l'Hôtel-de-Ville, où
l'attendait une somptueuse collation. La foule se précipitait sur les
débris du bûcher et se disputait les tisons, dont la possession était un
gage de bonheur et de réussite en toutes choses pendant une année
entière.

«Louis XIV n'assista qu'une seule fois à cette cérémonie, et Louis XV
refusa de s'y montrer. Le feu de la Saint-Jean ne fut plus alors
considéré que comme une tradition populaire, et les vestiges en furent
effacés par l'orage de la Révolution.» (_Journal de Rouen, 18 février
1852._)


SAINT-BENOIT.

Quand il pleut le jour de saint Benoit (11 juillet), on est convaincu
que la pluie durera quarante jours. Il faut peut-être voir l'explication
de cette croyance dans la légende du saint. Un jour, étant allé visiter
sa soeur, sainte Scholastique, celle-ci voulut le retenir au moment de
partir; mais, comme il se refusait à rester, elle pria Dieu qui suscita
_une si grande tempeste de tonnerre, d'esclairs et de pluye_, que saint
Benoit ne put sortir de la maison (_Fleurs des vies des Saints_, par
Ribadeneira, tome I, page 493, édit. in-4º).


SAINT-MARC.

S'il pleut le jour de saint Marc, c'est signe qu'il n'y aura point de
merises. Voici ce qui a pu donner lieu à ce dicton: A cette époque, 25
avril, les merisiers sont en fleurs, et la pluie, si elle se
prolongeait, pourrait les empêcher de nouer.


SAINTE-MONIQUE.

La pluie, le jour de sainte Monique, 4 mai, présage qu'il n'y aura point
de pommes. C'est l'époque de la fleuraison des pommiers.


SAINT-PIERRE (_Feu de_).

On fait aussi des feux la veille de la fête de saint Pierre. Vers le
coucher du soleil, le clergé de la paroisse se rend en procession au
lieu où le bois a été disposé, le prêtre y met le feu et prononce une
bénédiction; après quoi la procession retourne à l'église. Les habitants
se partagent ensuite les tisons qu'ils conservent dans l'espoir d'être
préservés des accidents de l'incendie (Voir notre _Essai sur le canton
de Neufchâtel_, page 148). Nous trouvons encore, dans cet usage, une
trace des feux nocturnes que les Romains allumaient pour célébrer
certains anniversaires, tels que les Palilies, fête fort ancienne à
laquelle Romulus rattacha la célébration annuelle de la mémoire de la
fondation de Rome. Cette fête, instituée en l'honneur de la déesse
Pales, se célébrait le 23 avril (_Encyclopédie théologique_, tome XXVIe,
3me des Religions, page 1056).


SAINT-SAUVEUR (_Pélérinage de_).

Les pélerinages de saint Sauveur ont lieu le jour de la Trinité et
pendant l'octave, et se font à l'intention des animaux malades, surtout
des chevaux. Assez souvent, on _touche_ un morceau de pain à la statue
du Sauveur, et l'on réserve ce pain pour le donner aux bestiaux pendant
leurs maladies. (Voir notre _Essai sur le canton de Blangy_, page 164 et
suiv.)


TABLIER.

Si, en sortant de chez soi, la première personne qu'on rencontre est une
femme _sans tablier_, on est persuadé qu'on éprouvera quelque
désagrément dans la journée. Au reste, les femmes du pays de Bray
sortent rarement sans cette partie de leur toilette.


TARTE (_La_).

Quand les moissonneurs finissant à couper le blé, ils se réunissent et
crient à tue-tête: A la tarte! à la tarte! à la tarte! Cet usage vient
de ce que, antérieurement, on avait l'habitude de manger des tartes à
pareil jour. Aujourd'hui on se contente de vider quelques bouteilles à
large panse, et la tarte se mange à la _parcie_ (Voyez ce mot dans le
Dictionnaire).


TERRE-SAINTE.

Si l'on remue la terre sainte, c'est-à-dire si l'on creuse une tombe le
dimanche, on prétend qu'il mourra une personne pendant la semaine.


TREIZE (_Le nombre_).

Le nombre 13 est généralement considéré comme néfaste. Par exemple, si
treize enfants font leur première communion le même jour, on assure
qu'il en mourra un dans la même année. Il est plus d'une personne qui ne
voudrait pas être treizième à table. Mais, en tous cas, ce qui est le
plus à redouter pour celui qui se trouve le treizième en cette
circonstance, c'est, avons lu quelque part, lorsqu'il n'y a à diner que
pour douze.


TRIGLYDOTE (_Le_).

C'est le petit oiseau qu'on appelle improprement _roitelet_; le peuple
le nomme _petite poulette au bon Dieu_, et ne veut pas qu'on le tue. On
prétend que chaque nichée se réunit dans le nid, la veille des Rois,
avec les père et mère; aussi se garde-t-on bien de détruire ce petit
nid, ordinairement placé au bas des couvertures en paille.


VACHERS (_Chanson des_).

Les petits vachers ont l'habitude de s'adresser de loin des espèces de
dialogues, qu'ils chantent et terminent toujours par ces mots: _Lariala!
lariala! lariala! lalonlariala!_ Il nous semble reconnaître dans ces
paroles une invitation adressée aux autres gardeurs de vaches: _Là! ris
il y a là!... Là! allons là! ris il y a là!_ En effet, ces paroles sont
ordinairement le prélude d'une réunion dans laquelle on mange des poires
et des pommes; après quoi on fait la partie de bilboquet, au milieu des
_ris_ et joyeux discours.

VENDREDI.

On considère généralement le vendredi comme un jour néfaste, et beaucoup
de personnes ne voudraient pas entreprendre un travail en ce jour.
Serait-ce qu'on regarde ce jour comme malheureux, en mémoire de la mort
de Jésus-Christ?


VENT (_Fiançailles et mariage du_).

On dit que le vent _se fiance_ le jour de saint Denis (9 octobre), et
_se marie_ le jour de la Toussaint. On ajoute que, pendant l'hiver
suivant, il souffle souvent du point où il se trouvait le jour de ses
_fiançailles_ et de son _mariage_.



                             DICTIONNAIRE
                                 DU
                       PATOIS DU PAYS DE BRAY.

REMARQUES.


Nos lecteurs ne trouveront point dans cette publication les mots devenus
d'un usage général; et, quoique l'Académie ne leur accorde pas le droit
de naturalisation dans son Dictionnaire, nous avons pensé qu'il
suffisait qu'ils fussent admis par les bons lexicographes pour être
autorisé à ne point les classer parmi les mots du patois brayon.

Nous avons cru devoir insérer quelques locutions vicieuses en usage
non-seulement dans le pays de Bray, mais encore dans toute la Normandie.

En rédigeant notre travail, nous avons surtout consulté _le Dictionnaire
du patois normand_, par MM. Édélstand et Alfred Duméril, Caen, 1849; le
_Glossaire du patois picard_, par M. l'abbé Jules Corblet, Amiens, 1851,
et le précieux manuscrit de M. Auguste Le Prevost, qui a recueilli les
mots du patois des environs de Rouen et de Bernay. Les mots du patois
brayon usités en Basse-Normandie sont indiqués par les initiales B.-N.;
nous indiquons ceux qui sont employés en Picardie par un P, et ceux de
la Haute-Normandie par les lettres H.-N.

Enfin, nous avons, autant que possible, écrit le patois brayon comme on
le prononce; mais il existe un grand nombre d'expressions dont la
prononciation ne saurait être rendue sans altérer profondément le sens
des mots.



                             DICTIONNAIRE
                                  DU
                        PATOIS DU PAYS DE BRAY.


                                   A

A, elle, s'emploie assez généralement devant une consonne. Ex.: A m'a
dit de partir. P.

A, aux. Ex.: Dites _à_ charretiers de dételer.

ABAVENT, contrevent, qui _abat_ le vent. B.-N.

ABITER, toucher. Ex.: N'_abitez_ pas là. H.-N.

ABLO, somme qu'il fallait ajouter aux anciennes pièces de monnaie pour
compléter leur valeur diminuée par la circulation. Aux pièces de _six
sous_, on ajoutait un sou; aux pièces de _douze sous_, deux sous; aux
pièces de _vingt-quatre sous_, quatre sous; aux écus de _trois livres_,
cinq sous; aux écus de _six livres_, quatre sous; aux louis de
_vingt-quatre livres_, treize sous, etc.

ABOIRE, aboyer.

ABOLI, abattu, triste. P.

ABOULER, pousser comme une boule, Ex.: _Aboule-moi_ ton argent. P.

ABRE, arbre.

ABRIAS, grand paillasson dont se servent les moissonneurs, et à l'ombre
duquel ils prennent leurs repas.

ABRIER, abriter. Les uns font venir ce mot du vieil allemand
_ad-bi-rihan_, les autres du latin arbor. Nous ferons dériver tout
simplement ce mot de _abri_, comme le verbe _abriter_. B.-N., H.-N., P.

ABRUVER, abreuver. P.

ABYMER, gâter, salir, déchirer un objet. H.-N., P.

ACANT, ACANTÉ, en compagnie, à côté de. Ex.: J'irai au marché _acant_ ou
_acanté_ vous. B.-N.

ACANTER, incliner, pencher un vase.

ACCIPER, prendre, recevoir; du latin _accipere_.

ACCORDS, conventions qui précèdent le mariage. Ex.: On fait demain les
_accords_ de Paul et de Julie. B.-N.

ACHEVALER (s'), se mettre à califourchon sur. P.

ACHOPÉ, entêté. H.-N.

ACHOPER (s'), s'entêter à une chose. P.

ACONNAITRE (se faire). Se faire connaître à une personne. H.-N.

ACONDUIRE (se faire), se faire conduire à. H.-N.

ACCOUTUMANCHE, ACCOUTUMANCE, habitude. P.

ACTIONNER, presser. Se dit particulièrement du ministère d'un huissier
qui assigne une personne à comparaître devant un juge, un tribunal. P.

ACRE. L'acre se compose de 160 perches, à l'exception de celui de Blangy
qui n'en a que 147. Mais l'on distingue différentes espèces de perches;
ce qui donne une grande différence dans la contenance des divers acres.
Voici ceux qui sont en usage dans le pays de Bray. Saint-Saens: perche
de 18 pieds 4 pouces et de 20 pieds 2 pouces, ce qui donne deux sortes
d'acres dans le même canton, l'un de 56 ares 73 centiares, et l'autre de
68-66. Gournay: perche de 20 pieds 2 pouces, comme Saint-Saens _en
partie_. Londinières: perche de 21 pieds 1 pouce, de 21 p. 6 p. 1/2 et
de 22 pieds, formant trois sortes d'acres: 1º 75 ares 05 centiares; 2º
78-35; 3º 81-72. Cette dernière mesure est la plus générale; elle est en
usage à Argueil, Aumale, La Feuillie, La Ferté, Gaillefontaine,
Neufchâtel, etc. Bazinval et quelques communes voisines; perche de 23
pieds, donnant à l'acre une mesure de 89 ares 31 centiares. (_Manuel
métrique_, par P. Périaux, pag. 110 et suiv.)

ACULER, égarer. H.-N.

ADIRER, égarer.

ADIRER (s'), aller à un lieu voulant aller vers un autre; du latin
_adire_, aller à.

ADLAISI, inoccupé. Ex.: Voilà trois jours qu'il est _adlaisi_. C'est le
_at leisure_ des Anglais, à loisir.

ADOUCHIR, adoucir. P.

AD PATRES (envoyer), donner la mort. P.

ADRÈCHE, adresse. P.

ADRET, adroit.

ADVINER, deviner. P.

AFFIQUETS, parures de femme. P.

AFFAIRE de (avoir une bonne), avoir une grande quantité de.

AFFAIRE (être à son), connaître son commerce, le faire avantageusement.
H.-N.

AFFAITEMENT, assaisonnement. H.-N.

AFFAITER, assaisonner. Ex.: Voulez-vous _affaiter_ la salade. H.-N.

AFFLATER, flatter, caresser avec la main. P.

AFFLIGÉ, contrefait, estropié. P.

AFFRIOLER, affriander. P.

AFFOURÉE, fourrage destiné à un repas des vaches ou des moutons. Ex.:
Allez donner une _affourée_ aux vaches. B.-N.

AFFOURER, donner une _affourée_. Ne se dit pas en parlant des chevaux.
B.-N.

AFFUBER, envelopper. Ex.: Cette liqueur m'_affube_ le coeur.

AFFULER (s'), mettre son bonnet. P.

AFFULURE, coiffure de femme. P.

AFFUTIAUX, parures. P. Objets divers nécessaires pour former un tout ou
travailler à un objet. B.-N.

AGA! tiens! vois donc. Selon M. du Méril, vient du saxon _agarder_.
B.-N.

AGACHE, pie. P.

AGACHER, agacer, irriter. Se dit aussi du cri des oiseaux au moment
qu'on enlève leur couvée.

AGALÊTRER, exciter, irriter, Ex.: Si tu _agalêtres_ le chien, tu te
feras mordre.

AGE (en), majeur. P.

AGE (homme d'), homme âgé. P.

AGERS, distribution, places. Ex.: Je connais les _agers_ de la maison.
En Picardie, on dit _eziers_.

AGONIR DE SOTTISES, accabler d'injures. P. B.-N. H.-N.

AGRAPPINS, espèce de grappins qu'on s'ajuste aux jambes pour monter aux
arbres et les ébrancher.

AGRIPPER, prendre en secret. H.-N.

AGRIPPER (s'), s'accrocher. Ex.: En tombant, il s'est _agrippé_ à une
branche. H.-N.

AGUIGNETTES, étrennes du premier jour de l'an. On regarde assez
généralement ce mot comme une corruption du cri: _au gui l'an neuf!_ que
poussent les enfants, en certaines contrées, pour annoncer le nouvel an
et demander des étrennes. On croit reconnaître dans cet usage un
souvenir de l'ancienne coutume des Bardes qui annonçaient la nouvelle
année en distribuant le gui sacré coupé par les druïdes (Voir notre
_Essai sur le canton de Londinières_, page 107).

AHI! Expression qui sert à exciter les animaux à avancer ou à reculer.
B.-N.

AHOQUER, accrocher. B.-N.

AHURI, stupéfait, abasourdi. P. H.-N.

AHURIR, frapper d'étonnement. P.

AIAUX, narcisses des prés. P.

AIN, AINE, un, une.

AIR (avoir l'), ressembler. Ex.: Cet homme _a l'air_ de ton père. H.-N.

AIR (faux), ressemblance légère. Ex.: Il a un _faux air_ de ton oncle.
H.-N.

AJET, achat.

AJUSTER. Employé comme synonyme de _joindre_, _rassembler_. P.

AL'. Employé pour _à la_. Ex.: Il ira _al_ saint Jean. P.

AL', elle, elles.

ALENCONTRE, contre. P.

ALLER (s'en), se dit d'un liquide qui s'échappe d'un vase en bouillant.
B.-N.

A LES, aux.

ALLEZ! Exclamation d'indifférence. Ex.: Vous pouvez vous moquer de moi,
_allez!_ je ne me fâcherai pas.

ALLONGE, pièce de bois qui unit les deux trains d'un chariot. P.

ALLURE (cheval d'), amble. B.-N.

ALLURES, démarches suspectes.

ALOSER, donner trop d'éloges à une personne ou à une chose. Ce mot, qui
était usité dès le XIe siècle, viendrait-il de _laus_, louange?

ALUMÈTE, ALLUMELLE, lame de couteau sans manche.

AM', à ma. Ex.: Je chante _am'_ manière. Devant une voyelle, on
mettrait:

AM'N', à ma, à mon. Ex.: Pensez _am'n'_affaire.

A-MAIN (en), outil dont il est aisé de se servir. Ex.: Cette faucille
est bien _en a-main_.

AMELETTE, omelette. P. H.-N.

A MÊME (être), occupé à faire une chose. Ex.: Je suis à même de faire ma
barbe. H.-N.

A MÊME (prendre), prendre une portion de quelque chose. Ex.: Prends des
pois _à même_ du plat... Bois _à même_ de la bouteille. H.-N.

AMÈRE, espèce de pommes à cidre.

AMÈTRER, mettre les cailloux par monceaux d'un mètre cube.

A-MI, parmi, au milieu de. Ex.: Il est _à-mi_ les champs.

AMI (bon), amant.

AMIGNARDER, caresser.

AMIGNOTER, amadouer, caresser. P.

A-MITAN, à moitié.

AMITOUFLER (s'), s'envelopper la tête et la figure pour se préserver du
froid, Vient probablement du latin _amictus_, couvert. P.

AMITIEUX, caressant.

AMONT, au haut de: Ex.: _Amont_ la côte.

AMONT (vent d'), vent d'en haut, qui élève ou _amonte_ les nuages. H.-N.

AMONTER, monter, gravir une côte. H.-N.

AMOUCHELER, amonceler.

AMOUILLANTE (vache), vache dont la mamelle commence à s'emplir de lait,
et qui ne tardera pas à vêler. B.-N.

AMOUROUQUES, camomille des champs. En Picardie et aux environs de
Bayeux, on dit _amourette_; près de Bernay, c'est _amourioques_. H.-N.

AMUNITION (fusil, pain d'), de munition. H.-N.

AMUSER (s'). Se dit d'un homme qui a des relations coupables avec une
femme. H.-N.

ANDIER, chenet orné d'une hampe et d'un crochet mobile, qui sert à
placer la broche pour faire rôtir les volailles ou autres pièces.

ANE (oreilles d'), centaurée noire. On appelait aussi de ce nom un
bonnet de papier, orné de longues oreilles, que les anciens maîtres
d'école plaçaient sur la tête des écoliers rebelles.

ANGE, espèce. Ex.: Donnez-moi de l'_ange_ de vos petits pois.

ANGER DE, fournir. Ex.: _Angez-moi_ d'un bon couteau.

ANGOLAT (chat), angora.

ANICROCHES, entraves.

ANNE, aune.

ANTENOIS (moutons), âgés de moins d'un an.

ANTOMI, engourdi. Se dit aussi substantivement d'un squelette humain.

ANNELÉE. On désigne sous ce nom chaque volée qu'on sonne pour les
défunts.

ANNELER, agneler.

ANUIT, aujourd'hui. Mot conservé de l'ancien usage des Celtes qui
comptaient par nuits et non par jours (Voir notre _Essai sur le canton
de Londinières_, p. 106). Les Anglais se servent encore de l'expression
_fortnight_ (contraction de _fourteen nights_, quatorze nuits) pour
signifier quinze jours; ils disent aussi _sennight_ pour indiquer une
semaine ou huit jours. P. H.-N. B.-N.

ANUITER (s'), s'attarder, se laisser surprendre en voyage par la nuit.
P.

APATELLE, nourriture que les oiseaux portent à leurs petits. P.

APATELER, porter l'_apâtelle_. P.

APPOIYAS, longues fourches de bois qui servent à soutenir les branches
des pommiers trop chargés de fruits.

APOIYER, appuyer.

A POINT (venir), arriver au moment convenable pour être utile. P.

APOS (faire), s'ennuyer, regretter. Ex.: Il me fait _apôs_ de mon fils
depuis qu'il est au collége.

APOTUME, apostème. P.

APOTUMER, abcéder.

APPAREILLER, mettre par couple. P.

APPOLON, sorte de camisole de femme. P.

APPOLER, appuyer, pousser, presser contre.

APPRINS (mal), mal élevé.

A QUAND? Locution interrogative. Ex.: _A quand_ notre réunion?

ARABE (terre), arable. P.

ARCAIL (fil d'), fil d'archal.

ARÉ! voyez! B.-N.

ARÊQUE, arête de poisson.

ARÊQUE DU DOS, épine dorsale.

ARGOT, ergot.

ARIAS, contrariétés. Ex.: Il y a eu des _arias_ pour son mariage.

ARIÈRE (en), en cachette. P.

ARMANA, almanach.

AROUSER, arroser. P.

ARRANGEMENT (personne d'), avec laquelle il est aisé de s'arranger.

ARRASER, passer près de. Ex.: Sa voiture a _arrasé_ le mur.

ARSOUILLE, fille qui a des habitudes de débauche et de malpropreté. P.
B.-N.

ARTER, arrêter. P.

ARUER, lancer, jeter vers quelqu'un. Ex.: _Arue_-moi ton couteau.

AS', à sa. Ex.: J'ai mangé _as'_ table; mais devant une voyelle, c'est:

AS'N', à sa, à son. Ex.: Il est parti _as'n'_ ouvrage.

AS-COURANTE, as-courant, jeu de cartes.

ASSASSIN, assassinat. B.-N.

ASSASSINEUX, assassin. P.

ASSAVOIR (faire), faire savoir. P.

ASSIÉTER (s'), s'asseoir.

ASSIR (s'), s'asseoir. P.

ASSOMILLER (s'), s'endormir.

ASSOTER (s'), s'éprendre d'amour pour une personne qui ne le mérite pas.
P.

ASSOUFFI, rassasié. P.

ASTEURE, à présent, à cette heure. P.

ASTICOTER, taquiner, chicaner. P. B.-N.

ASTIQUER. On dit _astiquer_ à une porte pour signifier la secouer
longtemps, chercher à l'ouvrir sans pouvoir réussir. M. E. du Méril fait
venir ce mot de _staga_, mot islandais qui signifie revenir trop souvent
à la charge. B.-N.

AT', à ta, devant une consonne. Ex.: Il est parti _at'_ maison; devant
une voyelle, on se sert de:

AT'N', à ta, à ton. Ex.: Il a été _at'n'_ école. P.

ATAME, entamure, premier morceau d'un pain.

ATOUT, coup, blessure. P. H.-N. B.-N.

ATTAQUE, attache. P.

ATTAQUER, attacher. P. Un Picard devait être pendu, quand on lui proposa
sa grâce, à condition d'épouser une femme de mauvaise vie qu'on lui
présenta. Il allait s'y décider, quand il s'aperçut qu'elle boitait:
_Elle cloke_, dit-il au bourreau, _attake! attake!_ (_Glossaire du
patois picard_, par M. l'abbé Corblet, page 329).

ATTELÉE, temps pendant lequel les chevaux travaillent sans rentrer à
l'écurie. P.

ATTELURE, certain nombre de chevaux de trait qui travaillent ensemble.
Ex.: J'ai une belle _attelure_ de six chevaux.

ATTENTIONNÉ, qui a des attentions pour plaire à une personne.

ATTISÉE (bonne), grande quantité de bois mise au feu. P.

ATTOUCHER, toucher. Ex.: N'_attouchez_ pas là. H.-N.

ATTRAPER (s'), se blesser contre un objet quelconque. H.-N.

ATTRAVER, apporter. Ne se dit que des choses qu'on apporte en certaine
quantité et qui exigent plusieurs courses. Ex.: Vous aurez soin
d'_attraver_ de l'eau pour les moutons et du fourrage pour les chevaux.

ATTUIRE, tutoyer. P.

AUBÉ, aubier.

AUCUNS (d'), quelques-uns.

AUMONDE, aumône. Voici la formule la plus ordinaire des mendiants: _Un'
p'tit' aumonde, si vo plaît, pour l'amour du bon Dieu et de la sainte
Vierge._

AUTEUX, aouteron, qui travaille à recueillir la moisson.

AUTE, autre.

AUTOUR DE (être), être occupé à.

AVA, AVAL (veut d'), vent qui rapproche les nuages de la terre, les
précipite _ad vallem_, et annonce la pluie. H.-N.

AVALLON, gorgée de boisson. P.

AVANT, profond. P.

AVANTAGER (s'), se donner des éloges.

AVANTEUR, profondeur.

AVEINDRE, atteindre, tirer une chose d'un lieu. P.

AVEINE, avoine.

AVEINERI, champ où l'on a récolté de l'avoine.

AVENANT, poli, qui a de bonnes manières.

AVENANT (à l'), en proportion.

AVENIR, convenir. Ex.: Il ne lui _avient_ guère de faire le monsieur.
H.-N.

AVENTS (les), les quatre semaines qui précèdent la fête de Noël.

AVER, avoir.

AVEU, avec. P.

AVISER, regarder. Pourquoi me regardez-vous ainsi, disait un jour un
monsieur à un paysan?--Eh! repartit celui-ci, un chien _avise_ bien un
évêque. P.

AVOCAT-SOUS-L'ORME, chicaneur, homme qui aime à donner son avis dans les
contestations et les procès. Cette dénomination vient de ce que les
plaids seigneuriaux se tenaient autrefois sous de grands ormes. M.
Léopold Delisle en cite plusieurs exemples, pour le XIIIe et le XIVe
siècle, dans son intéressant ouvrage sur l'état de l'agriculture en
Normandie, au moyen-âge (_Etudes sur la condition de la classe
agricole_, p. 357 et 738).

AVOUER, user. Ex.: Elle m'a avoué deux morceaux de savon. H.-N.

AVRONE, aurone.

AYOU? où. H.-N.


                                   B

BABET, Élisabeth.

BABINES, lèvres. Ex.: Essuie-toi les _babines_. H.-N.

BABOUIN. V. _Babines_. H.-N.

BACHIN, bassin. P.

BACHINET, bassinet, espèce de renoncule.

BACHINET (cracher au), donner de l'argent en plusieurs fols pour la
réussite d'une affaire ou d'une dépense.

BACHINER, bassiner. _P._

BACHINOIRE, bassinoire.

BACU, petite volée à laquelle on attache les traits de chaque cheval et
qui lui _bac_ le derrière quand il marche.

BADRÉE, espèce de bouillie qu'on place sur une pâtisserie commune. Voy.
_Tarte._ P.

BAGAROT, petit garçon de ferme chargé de menus ouvrages, tels que tirer
la boisson à chaque repas, nettoyer les étables, apporter la nourriture
des bestiaux, etc.

BAGNOLE, petite charrette en mauvais état. H.-N.

BAGNER, baigner, mouiller. P.

BAGOU, affluence de paroles inutiles, bavardage. P.

BAGUENAUDER, s'amuser à des riens. P.

BAJOUES, chair qui se trouve à côté des mâchoires du porc. Se dit aussi,
en mauvaise part, des personnes qui ont les joues grosses et pendantes.

BAILLER, donner. P.

BALANDER (se), se balancer.

BALER, être chargé de, pencher. Ex.: Les pommiers _balent_ de pommes. P.

BALIER, balayer.

BALIETTE, petit balai. P.

BALIURES, balayures.

BALLOTER, ne point offrir d'une marchandise le prix qu'elle vaut
réellement.

BALLOTEUX, qui _ballote_.

BAMBOCHEUX, ivrogne.

BANCAR, fléau servant à peser.

BANNETTE, berceau en osier pour les enfants nouveaux nés.

BANS (commander des), faire à l'église des publications de bans.

BARAGOIN, langage étranger.

BABBOT, place de peu d'étendue, où il y a de l'eau et de la boue.

BARBOTÉ (enfant), qui a la figure sale.

BARBOTER, parler entre ses dents. Se dit aussi d'un enfant qui joue dans
un _barbot_. P.

BARBOUQUET, bouton aux lèvres. H.-N.

BARBOUQUET (faire un), remplacer la bride d'un cheval au moyen de sa
longe qu'on lui passe dans la bouche, et dont on lui entoure la mâchoire
inférieure.

BARE, barrière.

BARETTE, petite barrière.

BARRAGE, clôture faite au moyen de pieux et de longues pièces de bois.

BARRURE. Voy. _Barrage_.

BAS D'ESTAMIER, fabricant de bas. On appelait autrefois _bas d'estame_
de gros bas de laine tricotés. H.-N.

BASENCULÉ (homme), de petite taille. H.-N.

BASSET (homme), de petite taille. P.

BASSIÈRES, cidre qui reste avec la lie au fond des tonneaux. H.-N.

BASSURE, vallée. P.

BATACLAN (emporter son), c'est-à-dire ce qu'on possède. S'entend
ordinairement de celui qui a peu de meubles.

BASTANT, E, personne agile et vigoureuse. Ce mot viendrait-il de _benè
astare_?

BATE! bah! tant pis!

BATISTÈRE, acte de baptême extrait des registres.

BATTE, seconde pièce du fléau qui sert à battre le blé. Voy.
_Maintient_.

BATTEMARE, bergeronnette, oiseau qu'on nomme aussi _hoch-queue_ ou
_hoche-cul_, à cause du mouvement continuel de sa queue.

BATTEUX, battoir de _lessiveuse_, batteur de blé.

BATTIÈRE, aire de grange où l'on bat le grain.

BAVERESSE, bavarde. H.-N.

BAVERETTE, pièce carrée qui se trouvait au haut du tablier et
s'attachait sur la poitrine avec des épingles. Elle n'est plus en usage.
H.-N. B.-N.

BAVOLETS, rubans et autres enjolivements de la coiffure des femmes.
B.-N.

BAYER, regarder niaisement.

BAYETTE, baguette. H.-N.

BAYOTTE (vache), rouge et blanche.

BÉBAIS, moutons (terme enfantin).

BÉBÊTE, animal, bête (terme enfantin).

BEC (donner un), baiser.

BÉCACHE, bécasse. P.

BÉCAR, pou.

BÉCOT, baiser.

BÉCOTER, donner des baisers.

BECVÉCHER, faire des gerbes en mettant des épis des deux bouts, quand
les grains sont courts. En parlant de la miséricorde d'une stalle sur
laquelle deux hommes sont représentés la tête de l'un aux pieds de
l'autre. H. Langlois dit qu'ils sont groupés _à béchevet_. (_Stalles de
la cathédrale de Rouen_, page 144).

BÉDAN (pommes de), espèce tardive de pommes à cidre. H.-N.

BEDIÈRE, mauvais lit; de l'anglais _bed_. B.-N.

BEDON, bédaine, ventre. H.-N.

BEDONNÉE (s'en donner une), manger avec excès.

BÉGAS, imbécile.

BÉGUER, bégayer. P.

BÉGU, BÉGUE, personne dont la mâchoire inférieure s'avance plus que la
supérieure.

BÉ HASARD, probablement, peut-être.

BÈKE! expression dont on se sert pour détourner les enfants de toucher à
une chose sale. P.

BEL ET BIEN, sérieusement.

BELLE HEURE (à), très-tard. P.

BELLENÉE, contenu d'un banneau.

BELLOT, BELLOTTE, gentil, gentille. P.

BELZAMINE, balsamine.

BENAIS, homme simple.

BÉNIAU, banneau.

BENELÉE, ce que contient un banneau. Ex.: Une _benelée_ de fumier.

BER, berceau.

BERBIS, brebis. P.

BERCAILLES, moutons maigres et de mauvaise qualité.

BERDAILLER, crier fort et sans raison.

BERDELLES, bretelles. H.-N.

BERLAFE, coupure.

BERLAN, brelan.

BERLANDER, flâner, négliger son travail pour courir par les rues.

BERLINGUER, vaciller en parlant de la vue.

BERLUQUE, petit objet, atome, petit fragment. P.

BERNEUX, petit enfant qui ne connaît pas encore les règles de la
propreté.

BERNIQUE! interjection négative. P. Un curé annonçait ainsi à ses
paroissiens la clôture de la pâque: «Mes frères, dimanche prochain nous
chanterons le Te Deum pour ceux qui ont _pâqué_; pour ceux qui n'ont
point _pâqué_, ça fera _bernique_.»

BÉROUETTE, brouette.

BERQUERIE, bergerie.

BERQUIER, berger.

BERS, ridelles d'un chariot.

BÉSER, se dit des vaches qui courent quand les mouches les importunent
trop.

BÉSOT, petit oiseau qui éclot le dernier de la nichée; il est
ordinairement plus petit que les autres. Se dit aussi du dernier enfant
d'une famille.

BÉ SUR, certainement.

BÉTAS, sot.

BÉTE (mettre des harengs tête), placer la tête des uns sur la queue des
autres.

BÉTISES, obscénités.

BÉTON, bête; jeune veau.

BÉTONNER, dire des _bétises_.

BÉTOT, bientôt.

BIAU, beau. P.

BIAUTÉ, beauté. P.

BIBERON, bec d'un vase. P.

BIBI, petite plate, égratignure, bouton à la peau.

BIDET, BIDETTE, cheval ou jument de selle.

BIÈVRE, harle. P.

BIGNE, petite bosse à la tête par suite d'un coup ou d'une chute. H.-N.

BILAUDES, gros et longs bâtons de bois servant à divers usages, tels que
cercles, _barrages_, etc.

BILLARD, boiteux, qui marche la pointe des pieds en dedans.

BISC-EN-COIN (de), de biais, d'un coin à l'autre. B.-N.

BISQUE, mauvaise jument.

BISQUER, être contrarié.

BISSON, buisson.

BISSOSNIÈRE (faire l'école), se cacher dans les buissons pour se jouer
et ne point aller à l'école.

BITAMBOUT (tout de), d'un bout à l'autre.

BITER, toucher.

BLAGUE, hâblerie.

BLAGUER, hâbler.

BLAGUEUX, qui _blague_.

BLAI, blé.

BLAI (bis), méteil.

BLAIRER, regarder.

BLAIRI, champ où l'on a récolté du blé.

BLANCS (six), deux sous et demi. Le _blanc_ valait cinq deniers. Ce fut
sous Henri II qu'on fit des pièces de six blancs nommés _gros de Nesle_.

BLANC-BEC, jeune homme qui n'a pas encore de barbe.

BLASER, panser une plaie avec un liquide quelconque.

BLÈQUE (pomme en poire), blette, fruit trop mur, à demi-pourri.

BLIN, mouton mâle non châtré. On appelait autrefois les agneaux des
belins. B.-N.

BLINDER, action de jeter des palets pour voir lequel des joueurs sera le
plus près du but et jouera le premier.

BLINGUER. Voy. _Blinder_.

BLO, pièce de bois qu'on place sous une autre pour l'éloigner de terre.

BLOQUER, mettre une maçonnerie sous les poutres principales d'une
nouvelle construction en bois, en attendant qu'on fasse le reste.

BLOUGUE, boucle.

BLOUGER, boucler.

BLOUSER (se), se tromper ou se mettre dans l'embarras. P.

BLUQUE, Voy. _Berluque_.

BOBOS, sabots (terme enfantin).

BOCHE, bosse. P.

BOCHE (s'en donner une), manger avec excès.

BOCHU, bossu. P.

BOIRE (à), cidre. Ex.: Veux-tu du vin, de la bière, etc.?--Non, je veux
_à boire_.

BOIS (couteau de), eustache.

BOISE, gros morceau de bois, poutre. H.-N. P.

BOISETTES, menues branches que les pauvres gens ramassent dans les bois
et forets. On dit en parlant d'un petit feu: C'est un feu d'_prête_, un
tison et deux _boisettes_.

BOISSON, cidre auquel on à ajouté de l'eau. H.-N.

BON-JOUR, communion pascale. Ex.: Il fera demain son _bon-jour_. P.

BONNEMENT? est-ce vrai?

BOQUET, pommier qui n'a pas été greffé. P.

BOQUILLON, bûcheron. P.

BORDILLER, être près de. Ex.: Il doit _bordiller_ 60 ans, c'est-à-dire
avoir près de 60 ans.

BOS, bois. P.

BOSCO, bossu (mot injurieux). P. B.-N.

BOSSIAU, boisseau, mesure pour les grains. On appelle boisseau rez celui
qu'on emplit jusqu'au bord, et boisseau comble, celui dans lequel on
verse autant de grain qu'il en peut contenir. Cette distinction était
connue au moyen-âge. Voici les anciens boisseaux en usage dans le pays
de Bray, en prenant pour base le pot d'Arques, qui vaut en litre 1,824;
Argueil, 18 pots 1/25; Aumale, 11¾; Blangy et Gaillefontaine, 12;
Foucarmont, 11¼; Gournay et Saint-Saens, 18; Grandcourt, 11;
Neufchâtel, 12¼.

BOTTER. On dit de la boue et surtout de la neige, qu'elle _botte_, quand
elle s'attache à la semelle des chaussures. H.-N.

BOUCAN, bruit, dispute. P.

BOUCAN (chercher, engendrer), susciter une querelle.

BOUCANE, maison de chétive apparence. Ce mot vient de _boucan_, bordel.
C'est à cause de la mauvaise acception de ce dernier mot qu'un cordelier
de Dijon, nommé _Boucan_, changea son nom et se fit appeler Beauchamp.

BOUCANER, quereller. Se dit aussi d'un fumeur qui aspire beaucoup de
fumée à la fois.

BOUCAR, bocal, carafe à mettre du cidre ou des fruits à l'eau-de-vie,
tels que cerises, cacis, etc.

BOUCHE (être sur sa), être porté à la gourmandise.

BOUCHEROT, boucher qui vend de la viande de mauvaise qualité.

BOUCHIE, bouchée.

BOUCHIE (manger une), prendre un léger repas.

BOUDINÉE, totalité de boudin provenant d'un porc.

BOUFFÉE, accès de rage ou de colère.

BOUFFER, bouder.

BOUFFI (hareng), hareng qui a séjourné peu de temps dans la saumure. P.

BOUFRE! juron. H.-N.

BOUGONNER, gronder entre ses dents.

BOUGRE! juron fréquent parmi les gens de la campagne qui ajoutent
souvent le mot sacré. Cette expression vient peut-être de _bulgarus_, en
conservant à l'_u_ sa prononciation.

BOUGRE (bon, mauvais), comme on dit: Bon diable, bon enfant.

BOUILLON, pluie.

BOUIS (dimanche du), dimanche des Rameaux; ainsi nommé, parce qu'on
porte à la main du _bouis_ bénit.

BOUJOU! bonjour! On emploie aussi ce mot substantivement pour désigner
la visière d'une casquette.

BOULE, pâte renfermant des pommes ou des poires cuites au four.

BOULE (perdre la), radoter, devenir fou.

BOULOCHE. Voy. _Boule_.

BOUQUER. En parlant des abeilles qui se groupent à la _bouque_ de la
ruche, avant d'essaimer.

BOUQUETS, nom générique par lequel on désigne toute espèce de fleurs
cultivées dans un jardin.

BOUQUET-D'HIVER, bouquet de fausses fleurs. H.-N.

BOURBE, boue.

BOURE, femelle du canard. H.-N. B.-N.

BOURIQUE, âne. H.-N.

BOURILLER, faire des bourées.

BOUROTER (se), marcher lentement comme une _boure_. H.-N.

BOURSICOT, bourse. P.

BOUSA, BOUSE, BOUSÉE, Excréments de la vache.

BOUSIN, grand bruit, tapage. P.

BOUSTIFAILLE, bonne chère. P.

BOUT DE CHAMP (à tout bout de), a chaque instant. P.

BOUT D'HOMME, petit homme. P.

BOUT EN BOUT (tout de), entièrement. P.

BOUT-RABATTU, croupe, toit qui se prolonge au-delà du bâtiment, sans
support partant du sol. H.-N.

BOUTER, mettre, B.-N. P.

BOYERS, boues des rues.

BRACHE, brasse. P.

BRACHIE, brassée. Comme on le voit, le mot patois se rapproche davantage
de son origine, _brachium_.

BRADER, vendre à trop bas prix. P.

BRAIES, culottes. P. B.-N.

BRAILLER, s'habiller avec prétention, porter des vêtements au-dessus de
son état de fortune.

BRANDI (tout), tout entier.

BRANDILLER, remuer de côté et d'autre.

BRANLER, remuer. H.-N.

BRANNER, branler, remuer.

BRANQUE, branche. P.

BRAQUE (personne), vive et irréfléchie. P. B.-N.

BRASSER, faire, agir. Se prend souvent en mauvaise part. P.

BRAVE, bon, probe. S'emploie aussi comme synonyme de _endimanché_.

BRÊLÉE, mélange d'orge et d'avoine qu'en sème au printemps. P.

BRÊLES, Voy. _Braies_.

BRÈQUE, ouverture. P.

BRÈQUE-DENTS, personne à laquelle il manque des dents. B.-N.

BREUILLES, intestins d'animal. H.-N.

BRICOLE, espèce de licou qu'on met aux vaches pour les empêcher de
brouter les arbres.

BRICOLER, aller de côté et d'autre; entreprendre plusieurs ouvrages et
n'en finir aucun.

BRIÈRES, bruyères, H.-N.

BRIMBALLER, sonner les cloches sans goût et sans mesure.

BRIMBORIONS, bagatelles, petits morceaux du rubans, soieries, etc.

BRIN, pas du tout. Ex.: Il n'a _brin_ d'esprit.

BRINCHE, brins de bouleau dont on fait des balais.

BRINGAND, brigand.

BRINOTER, manger peu et sans faim.

BRIOCHE (manger de la), vendre à des conditions moins avantageuses que
celles qu'on avait d'abord refusées. H.-N.

BRIT, bruit.

BRONGNES, tétins de truie.

BROQUE-A-Z'YEUX (ne voir), être dans une obscurité complète. H.-N.

BROSQUINS, brodequins.

BROSSE (ça fait), c'est une espérance déçue. B.-N. P.

BROSSEE, rossée.

BROSSER, donner une _brossée_. P.

BROU, guy. H.-N.

BROUACHINAGE, bruine, pluie fine.

BROUACHINER, bruiner.

BROUAS (enfant), qui a la figure sale.

BROUEE, écume, mousse.

BROUER, mousser.

BROUET, épidémie. Ex.: Les enfants sont malades; _c'est un brouet qui
court_.

BROUILLARDER, bruiner.

BROUIR, aller trop vite. H.-N.

BROUSTILLES, menu bois qu'on recueille dans les forêts. Un acte de 1330
parle d'une terre _où il croist des bissons et brostilles_ (_Études sur
la condition, etc._, par M. L. Delisle, page 278).

BRU, nouvelle mariée.

BRUCHER, broncher. H.-N.

BRULE-FER, mauvais forgeron.

BRULE-GUEULE, pipe dont le chalumeau est très-court.

BRUMAN, nouveau marié, homme de la bru. B.-N. En anglais, _man_,
signifie homme.

BU (homme), ivre. B.-N. P.

BUÉE, vapeur qui s'échappe d'un liquide en ébullition.

BUETTE, petite ouverture dans une muraille on une couverture.

BUHOT, corne de boeuf que les faucheurs placent à leur ceinture et dans
laquelle ils mettent du grès écrasé, de l'eau et la pierre à affiler. Il
n'est plus guère en usage.

BUQUER, frapper. Un jour deux enfants répondaient à une basse messe.
Après le _Domine, non sum dignus_, au moment où les servants
présentaient déjà chacun sa burette au célébrant, une personne se
présente pour communier. L'un des enfants donne le voile de communion,
et l'autre prend une burette de chaque main et se met à dire le
_Confiteor_. Mais, arrivé au _meâ culpâ_, un embarras se présente:
comment se frapper la poitrine? Alors, ouvrant les bras et avançant le
ventre vers son camarade: _Buque su m'panche!_ lui dit-il, _buque su
m'panche!_

BUQUETTE, courte-paille. P.

BUTIN, mobilier de peu d'importance. H.-N.

BUTTE, bouchon qui sert à un jeu qu'on appelle _la butte_. Ou dit aussi
_jouer au bouchon_.

BUTTÉE, argent placé sur la _butte_.

BUVABLE, potable.


                                   C

CABAS, meuble grossier et de grande dimension. Ex.: Que ferez-vous de ce
_cabas_ de buffet? B.-N.

CABEUIL, crasse produite par la graisse et l'huile qu'on met entre
l'essieu et la roue d'une voiture.

CABOCHARD, entêté. H.-N.

CABOCHE, tête dure. H.-N. P.

CABROUET, espèce de petite charrette sans ridelles.

CACA (faire), du latin _cacare_.

CACHARD (cheval), paresseux. B.-N.

CACHE, CHASSE, bout de ficelle qu'on met à l'extrémité du fouet et qui
sert à le faire claquer.

CACHE (vache en), vache en chaleur.

CACHE-MONNÉE, garçon meunier qui parcourt les villages pour recueillir
les _monnées_.

CACHE-MOUTE. V. _Cache-monnée_.

CACHER, CHASSER, faire marcher un animal devant soi, à coups de fouet ou
de bâton.

CACHES (n'être pas au bout de ses), avoir encore beaucoup à faire ou à
souffrir. P.

CACHEUX, chasseur. _Cache-moute._

CACHOIRE (coup de), dernier verre de liqueur qu'on offre à ses convives
au moment où ils partent.

CADESSIME, catéchisme.

CADET, homme sans gène et sans peur.

CADRER, s'entendre bien avec une personne, être en rapport comme le
cadre et la gravure. Ex.: Ces deux hommes _cadrent_ bien ensemble.

CAFIGNONS, corne qui termine les pieds des vaches, chèvres, porcs, etc.

CAFOURET, petit appartement sale, dans un grenier ou ailleurs. H.-N.

CAFUTER, éloigner, renvoyer, chasser un animal.

CAGE (mettre en), mettre en prison.

CAGNE (vache), de couleur gris-clair.

CAGNOLE, tête; espèce de _carcan_ pour les jeunes porcs.

CAHOTS, secousses que les voitures éprouvent dans les chemins raboteux.

CAHOTTEMENT, cahotage.

CAHOUETTE, petite corneille.

CAHUTTE, mauvais logement, taudis. P.

CAILLARD, caille trop jeune pour être tuée.

CAILLE (vache). V. _Cagne_.

CAINE, chaîne. P.

CAIRE, chaise.

CALBOTER (faire), laisser bouillir le lait jusqu'à ce qu'il soit caillé.

CALÉ (bien), habillé richement et avec goût. B.-N.

CALÉE, portée d'une chienne, d'une chatte, etc.

CALEMANDE, ancienne étoffe qui servait à faire des jupes; la chaîne
était de laine et la trame de fil. H.-N.

CALENGER, marchander. B.-N. P.

CALER. Se dit d'une chatte qui fait ses petits; on le dit aussi des
lapins, des chiens, etc. D'après M. A. de Poilly, ce mot viendrait du
grec _kalià_, un nid. P.

CALER BAS, céder, fuir. P.

CALEUSER, se livrer à la paresse.

CALEUSETÉ, paresse.

CALEUX, paresseux. Selon M. A. Le Prevost, ce mot provient de ce que les
personnes indolentes étant sédentaires, finissent par avoir les fesses
caleuses comme les singes. H. N.

CALIBERDAS (faire un), tomber avec grand bruit.

CALIÈVRE, genevrier.

CALIMACHON, limace.

CALIMACHON-A-HOTTE, limaçon à coquille.

CALIN, lieu où les vaches _calinent_.

CALINE, chaleur étouffante à l'approche de l'orage.

CALINER. Se dit des animaux qui se reposent à l'ombre dans les grandes
chaleurs; vient de _calor_.

CALIPETTE, petit bonnet rond que les femmes mettent le matin et la nuit.
P.

CALIT, mauvais lit qui se place dans les écuries et les étables pour les
domestiques. Ce mot nous paraît signifier _lit à cats_, en ce sens que
les chats vont souvent s'y coucher pendant le jour. P.

CALOGE, loge à chien.

CALOTTE, soufflet.

CALOTTES (donner une paire de), souffleter sur les deux joues.

CAMAILLER (se). Se dit des enfants qui se culbutent en jouant.

CAMPAGNE, plaine.

CAMPÉE (personne bien), d'une belle taille et qui se tient bien. H.-N.

CAMPS, champs.

CANCHELER, chanceler. P.

CANCHON, chanson, espèce de pâtisserie; pâte qui renferme des pommes
hachées.

CANEÇON, caleçon. P.

CANEVIS, chenevis.

CANICHE. Voy. _Caloge_.

CANNE, cruche dans laquelle on tire du cidre pour le repas. En anglais,
_can_.

CANNÉE, ce que peut contenir une _canne_. B.-N.

CANNER, pleurer fort. Vient peut-être de ce que l'enfant, en pleurant
ainsi, imite un peu le cri du canard ou celui du chien, _canis_, qui
hurle.

CANNETTE, petite _canne_.

CANT (de), de coté, incliné. Voy. _Acanté_. B.-N.

CANTINETTE, criocère; espèce de caléoptère qu'on trouve fréquemment sur
les feuilles du lis, auquel les savants ont donné l'épithète
_merdigera_, afin d'indiquer que ce petit chanteur, qui amuse tant les
enfants, fut d'abord un vers enveloppé de ses excréments; précaution de
la nature, sans laquelle la larve du pauvre insecte fût devenue la proie
des oiseaux. Ce mot semble venir de _cantitare_, chanter souvent, ou de
_cantilena_, chansonnette.

CANVERSER, renverser en partie. Ex.: Prends garde de faire _canverser_
le plat. H.-N.

CANVRE, chanvre.

CAPET, chapeau. Dernièrement un bon paysan prenait place dans un des
wagons du chemin de fer de Dieppe à Rouen. Au moment où la locomotive
commençait à s'ébranler, notre homme mit la tête à la portière pour dire
un dernier adieu à la personne qui l'avait accompagné. _Hais!
charretier! charretier! arrêtez donc!_ s'écria-t-il tout-à-coup; _man
capet, man capet que l'vent vient d'm'enlever.... Et b.... n'arrêtera
pas, va!_ En effet, le charretier n'arrêta pas, et le paysan dut
continuer son voyage sans _capet_.

CAPITAINE-J'ORDONNE. Sobriquet qu'on donne à un maître ou contre-maître
qui s'enorgueillit de son autorité. Le premier qui le porta fut le
vice-amiral Lhermite, de Caen, au moment où il commandait la frégate de
l'amiral Villarez-Joyeuse, à la mémorable action connue dans la marine
sous le nom de _Grand-Combat_, et livrée le 1er juin 1793. Différentes
circonstances ayant rapport aux ordres qu'il fut obligé de transmettre,
lui valurent le surnom assez burlesque de _Capitaine-j'Ordonne_ (_Revue
de Rouen_, t. IV, p. 92).

CAPOT ou CAPOTE, espèce de mante de camelot, à l'usage des femmes. On ne
la porte presque plus.

CAPUCHIN, capucin. P.

CAPPE, cuiret qui retient la _batte_ et le _maintient_ du _flais_. Jean
de Garlande mentionne ainsi les parties du fléau: _Flagellorum partes
sunt manutentum, virga et cappa_ (_Dictionnaire_, no xlvj, p. 598).

CARAS, bergers. Ainsi dénommés parce qu'ils ont longtemps conservé la
réputation de sorciers, _caragi_. B.-N.

CARBON, charbon; du latin _carbo_. P.

CARBONNIER, charbonnier. P.

CARCAILLOT, appeau pour appeler les cailles.

CARCAN, appareil en bois qu'on met au cou des cochons pour les empêcher
de passer à travers les haies.

CARDON, chardon. Ce mot se rapproche plus que le mot français de son
origine, _cardo_. P.

CARÉE, charrée. P.

CARÉSI, poires à brasser.

CARRETTE, charrette.

CARIAGE, charrol.

CARNAGE, charogne. Ce mot s'emploie aussi en mauvaise part. Ex.:
Va-t-en, vieux _carnage_!

CARON, charron.

CARONGNE. V. _Carnage_. P.

CARPENTER, charpenter. P.

CARPENTIER, charpentier.

CARPIE, charpie. P.

CARPLEUSE, chenille. Vient du latin _carnis pilosa_, chair velue; en
anglais, _caterpilar_. B.-N.

CARRE, coin, angle saillant d'une table ou autre meuble. Ce mot devrait
peut-être s'écrire quarre, pour _quarne_, de _quaternus_; c'est l'un des
quatre angles d'une carré qu'on appelle en français _carne_.

CARRIAGE (chemin de), chemin où l'on passe en voiture.

CARRIAU, carreau de vitre; espace carre où l'on plante des légumes;
maladie des enfants, dont quelques personnes prétendent guérir le malade
en lui posant la main sur l'estomac. Ceux qui se livrent à cette
pratique, dans le pays de Bray, se disent descendre de la famille de
saint Martin. Aussi, chaque fois qu'on fait _toucher_ un enfant, ne
manque-t-on jamais de faire dire à son intention une messe en l'honneur
de saint Martin, de Tours (Voir notre _Essai sur le canton de
Neufchâtel_, page 7).

CARTRIE. Voy. _Chartrie_.

CARIER, charrier.

CARIER, grosse toile sur laquelle on place les cendres pour la lessive.

CARTI, corps d'un chariot ou d'une charrette sans ridelles. P.

CARTIER (faire), diriger les chevaux de manière à ce que les roues de la
voiture ne suivent pas les ornières.

CARTRIE, lieu où l'on rentre les charrettes et autres voitures pour les
mettre à l'abri de la pluie. P.

CARUE, charrue. P.

CAS, chaud, chaleur.

CAS QUE (en), au cas que, si.

CASAQUIN, camisole sans manches.

CASSE, espèce de caisse dans laquelle les domestiques placent leur linge
et leurs vêtements.

CASSENOIX, nom généralement donné à la sistelle.

CASSETTE, ustensile en bois qui sert à retenir la crême dans les
terrines, tandis qu'on laisse écouler le petit lait.

CASSINE, petite maison ancienne et incommode. P.

CASSIS, fossé pratiqué pour l'écoulement des eaux pluviales.

CASSISSIER, arbrisseau qui produit le cacis.

CASTEROLLE, casserole. H.-N. P.

CASTILLE, querelle, dispute. B.-N. P.

CAT, chat. Ce nom s'écrit ainsi dans plusieurs langues. P.

CATAIGNE, châtaigne. P.

CATAINIER, châtaignier.

CATAPLASSE, cataplasme. H.-N.

CATAU, fille de mauvaise vie.

CATÉCHISSE, catéchisme.

CATET (aller au), aller à Neufchâtel.

CAT-HOUANT, chat-huant.

CATOUILLER, chatouiller.

CATREUX, mauvais couteau, homme qui châtre les porcs.

CAUCHE-PIED, chausse-pied.

CAUCHER, chausser. P.

CAUCHES, chausses, bas. P.

CAUCHONS, chaussons. P.

CAUCHURES, chaussures. P.

CAUD, chaud. P.

CAUDET, un peu chaud, tiède.

CAUDIER, Voy. _Lessive_.

CAUDIÈRE, chaudière. P.

CAUDRON (jeu de), Collin-Maillard.

CAUDRONNÉE, ce que peut contenir une chaudière.

CAUFFER, chauffer. P.

CAUFOURNIER, chaufournier.

CAUSETTE, causerie familière. P. H.-N.

CAVÉE, chemin creux. P. H.-N.

CAYEU, moules. Ainsi nommées, parce qu'on en tire de très-bonnes du pays
qui porte ce nom (Somme).

CÉLÉBRALE (fièvre), fièvre cérébrale.

CELLE FIN (à), afin que.

CELLES (les), celles.

CENSÉMENT, pour ainsi dire.

CENTAURE (voix de), voix de Stentor.

CENTINE, centime.

CERNE, cercle. Ce mot est surtout employé pour indiquer le cercle formé
autour de la lune dans les temps brumeux. H.-N.

CERTAIN (un), assez grand. Ex.: C'est un homme d'_un certain_ âge. H.-N.

CERTIFIS, salsifis. H.-N.

CÉS, ces.

CEUX (les), ceux.

CEUX-CHITE, ceux-ci, celles-ci.

CHA, ça, ce, ceci, cela.

CHABOT, sabot. P.

CHABOTER, faire du bruit en marchant comme si l'on avait des sabots. P.

CHABOTIER, sabotier.

CHABOULER, pousser rudement. H.-N.

CHACHAS, merle lytorne.

CHACUN (un), chacun.

CHA DÉPEND, peut-être.

CHAIRCUITIER, charcutier. Le mot patois se rapproche plus de la
signification étymologique: marchand de _chair cuite_.

CHAMBE, chambre.

CHAMPART (blé), froment mêlé d'un peu de seigle.

CHAMPIGNON, pomme à cidre, tardive, très-bonne. Lui aurait-on donné ce
nom parce qu'elle donne un excellent cidre, mousseux comme le vin de
Champagne?

CHANGLE, sangle.

CHANGLÉ (être), perdre beaucoup au jeu.

CHANPLEURE et CHANPLURE, robinet, et non chantepleure, dans le sens
attaché à ce mot.

CHANTIAU, chanteau, morceau de pain bénit qu'on offre à celui qui doit
le rendre à sa paroisse le dimanche suivant. En Picardie, on nomme
_cantieu_ un morceau de gâteau qu'une nouvelle mariée envoie à celle des
jeunes filles du village qu'elle croit devoir se marier la première
après elle (_Glos__saire du patios picard_, par M. l'abbé Corblet).

CHAPIAU, chapeau.

CHARLOT, Charles.

CHARTRIE, lieu où l'on place les charrettes et autres instruments
aratoires.

CHATIAU, château.

CHAUFETTE, chaufferette.

CHAVATE, savate. P.

CHAVETIER, savetier. P.

CHÉ, chair.

CHEIGNEUX, tablier de femme. Du latin _cingere_, ceindre.

CHÉLER, celer, cacher. P.

CHÉLIER, cellier.

CHENELLES, fruits de l'épine blanche. H.-N. Les dictionnaires donnent le
nom de _cenelle_ au fruit du houx.

CHENU (du), quelque chose de très-bon ou très-beau. P.

CHERCHER SON PAIN, mendier. H.-N.

CHERFEUIL, cerfeuil. P.

CHERFOUIR, cerfouir.

CHERVIAU, cerveau.

CHÉS, ces.

CH'EST, c'est.

CH'EST SELON, peut-être, ce n'est pas certain.

CHEUX, chez, ceux. P.

CHEUX-CHITE, ceux-ci, celles-ci.

CHEUX-LÀ, ceux-là, celles-là.

CHEVILLE, mesure de 12 pouces cubes, qui sert pour les bols de
charpente. V. _Marque_.

CHIBOT, ognon dont les tiges sont encore vertes.

CHIBOULER, marcher sans précaution et renverser ce qu'on trouve sur son
passage. En parlant d'un homme ivre, on dit aussi de sa démarche qu'il
se _chiboule_.

CHICON, gros morceau de pain. P.

CHICOTER, marchander, importuner.

CHICOTIN, blague ou petit sac de peau, en forme de valise, dans lequel
les fumeurs placent leur tabac.

CHIEN DE TERRE, larve du hanneton.

CHIFFONNER L'ESPRIT, inquiéter, contrarier.

CHIGNOLE, dévidoir.

CHIGNON, cheveux naturels et souvent postiches que les femmes font
bouffer entre les deux ailes de leur _pierrot_.

CHIMETIÈRE, cimetière.

CHINGE, singe.

CHINQ, cinq. P.

CHINQUANTE, cinquante.

CHION, petite branche dont on se sert pour faire avancer les animaux ou
corriger les enfants. P.

CHIONNER, frapper avec un _chion_. P.

CHIPOTER, chicaner en marchandant. P.

CHIPOTEUX, qui _chipote_. P.

CHIPOTIER, Voyez _Chipoteux_. P.

CHIPPER, pousser en cépée.

CHIQUE, gros morceau de pain ou de viande.

CHIQUER, manger beaucoup.

CHIQUET. Voy. _Chique_. Ces deux mots ont un grand rapport avec le verbe
_déchiqueter_, faire des _chiquets_.

CHIRE, cire. P.

CHIRE-POIX, _poix_ qui sert aux cordonniers à cirer leur fil.

CHIROT, sirop.

CHIROTER (faire), faire bouillir jusqu'à consistance de sirop.

CHIROTEUX, liquide épais comme du sirop.

CHITE, ici.

CHITRON, citron. P.

CHITROUILLE, citrouille. P.

CHIVIÈRE, civière. P.

CHOCHONNER. Se dit de deux petits cultivateurs qui réunissent leurs
chevaux pour cultiver leurs terres. H.-N.

CHOMER, manquer de. H.-N.

CHOPEINE, chopine, mesure qui contient un peu moins d'un litre. P. V.
_Pot_ et _Velte_.

CHOPER, heurter un caillou ou autre obstacle en marchant.

CHOQUER, trinquer, heurter les verres. B.-N.

CHORBER, broncher. Voy. _Choper_.

CHOU! CHOU! cri par lequel on chasse les poules et autres volailles.

CHOULE, fête populaire qui se tient, pendant le carême, dans les
communes rurales; on y vend des noix, des gâteaux, du pain d'épice, etc.
Ce nom vient d'un ancien jeu auquel on se livrait le jour du mardi-gras,
et qui consistait à s'emparer d'une balle, _la choule_, pour l'emporter
à un endroit convenu (_Dictionnaire du patois normand_, par M. M. du
Méril, au mot Soule). Le jeu de la _choule_, qu'on appelle aussi
_chole_, _cheole_, _sole_, _soule_, etc., est encore en usage dans
quelques localités de la Somme et du Pas-de-Calais. «C'est, dit M.
l'abbé Corblet, une espèce de ballon rempli de son qu'on place sur la
limite de deux villages, et que les habitants des deux communes poussent
à coups de pied. La victoire appartient à ceux qui parviennent à le
garder sur leur territoire (_Glossaire du patois picard_, au mot
Chole).» Ce jeu était fort en vogue au XIIIe siècle et se terminait
ordinairement par un banquet. Mais, comme ce banquet était assez souvent
la cause de graves accidents, il fut interdit, en 1369, par Charles V.
Selon les uns, le mot _choule_ ou _soule_ dériverait du celtique
_hehaul_, soleil; selon les autres, il viendrait de l'islandais _sull_,
mêlée. Comme à Valogne, on donne à ce jeu le nom de _savatte_, parce
qu'on joue avec le pied; nous croyons, avec M. Corblet, qu'il pourrait
avoir de grands rapports avec le mot latin _solea_, sandales, ou
_solum_, plante du pied.

CHOULER, remuer, faire avancer. Ex.: Je ne puis _choûler_ ce mauvais
cheval.

CHOUQUE, souche, extrémité inférieure d'un arbre. B.-N.

CHOUQUET, bloc de bois sur lequel on coupe du bois, de la viande, etc.

CHU, ce. P.

CHUCRE, sucre.

CHUINTER, suinter.

CH'VA, cheval.

CIBOT, Voy. _Chibot_.

CIDE, cidre.

CIERGE DORMANT, gros cierge qu'on porte aux enterrements et que l'on
place, à l'église, auprès du banc du défunt, après l'inhumation.

CISIAU, ciseau.

CISIAUX, ciseaux.

CITADELLE, grosse poire qu'on mange cuite ou en confitures.

CLAIRAUD, clairet. H.-N.

CLAIRE-VOIE, espèce de grille ou de balustrade.

CLAIRONNER, reluire.

CLAIRTÉ, clarté, H.-N.

CLAMPIN, qui marche difficilement; poltron. H.-N. P.

CLAPER, branler dans le manche. On dit aussi d'un homme maigre ou
malade: Il _clape_ dans ses habits.

CLAPOT, petite lessive que les pauvres gens font chaque semaine. H.-N.

CLAPOTER, faire un _clapot_. Se dit aussi des enfants qui se salissent,
en se jouant dans un _varpot_.

CLAQUE-DENTS (trembler à), grelotter de froid.

CLAQUES, espèce de chaussures de femme.

CLAQUET, digitale pourprée. On lui a sans doute donné ce nom parce que
les enfants s'amusent à faire _claquer_ les fleurs en frappant dessus,
après les avoir remplies d'air. H.-N.

CLATRI, couché, caché dans l'herbe.

CLATRIR (se). En parlant d'un lièvre ou autre animal qui se couche dans
l'herbe, de manière à s'effacer.

CLAVETTE, mauvaise langue. On dit en parlant d'une femme bavarde: Quelle
_clavette_!

CLÉ (avoir perdu la), avoir la diarrhée.

CLÉ DES CHAMPS (prendre la), s'enfuir.

CLERGEAU, petit clerc, enfant de choeur.

CLICHER, frapper rudement une personne ou un animal.

CLIGNER, fermer un oeil. H.-N

CLIMUCHETTE, cligne-musette. B.-N.

CLINCAILLER, quincaillier. H.-N.

CLIPSI, sauce trop claire.

CLIQUETER, agiter les _cliquettes_ ou la _cliquette_.

CLIQUETTE, clenche. En congédiant une personne à laquelle on défend de
revenir, on lui dit: Tu peux baiser la _cliquette_ de la porte.

CLIQUETTES, clochettes des frères de charité. Ce nom est très-commun
dans les chartes des XVIe et XVIIe siècles.

CLONGNE, quenouille à filer. D'après quelques étymologistes, ce mot
serait dérivé de _colonne_.

CLOPINER, boiter.

CLOPIN-CLOPANT, tant bien que mal.

CLOQUE, cloche.

CLOQUETEUX, celui qui marche en tête de la procession, en agitant les
_cloquettes_.

CLOQUETTES, clochettes. On donne aussi ce nom à la plupart des fleurs
campaniformes.

CLOU, furoncle.

CLOUPPER, glousser; cri de la poule qui demande à couver ou qui appelle
ses poussins.

C'MENT, comment.

CO, chat; coq. P.

COCAR, oeuf (terme enfantin.)

COCASSE, plaisant et ridicule. P.

COCHON, cloporte.

COCHONNAILLE, chair de porc, charcuterie. P.

COCHONNER, mettre bas; en parlant de la truie.

COCHONNER (se), s'enivrer au point de se vautrer dans la boue comme un
_cochon_.

COCO, chaussure; oeuf; expression enfantine. Autrefois les marchands
d'oeufs se nommaient _coconniers_. B.-N.

CODAQUER. Se dit du cri de la poule quand elle vient de pondre ou quand
elle est effrayée. En Picardie, on le dit du coq qui chante. P.

CO-D'INNE, coq d'Inde, dindon.

COEUR JEUN (à), à jeun. H. N.

COEUR DE JOUR (à), continuellement, du matin au soir. H.-N.

COEURU, courageux. B.-N.

COFFIN, cornet de papier. Vient peut-être du latin _cophinus_,
corbeille. B.-N. P.

COGNER, frapper fort. P.

COLAS, Nicolas.

COLÉREUX, colérique, porté à la colère.

COLIDOR, corridor.

COLLE, mensonge. En vieil anglais, _coll_ signifiait _trompeur_. B.-N.
P.

COLLETER (se), se prendre au collet pour éprouver ses forces. H.-N.

COMBLE, longue corde dont on se sert pour maintenir les gerbes chargées
sur une voiture.

COMME-CHI, COMME-CHA, ni bien, ni mal.

C'MENT, comme. Ex.: Il est bon _c'ment_ son père.

COMME TOUT, beaucoup, extrêmement. P. B.-N.

COMPAS DANS L'OEIL (avoir le), avoir le coup-d'oeil juste.

COMPTES (rendre ses), vomir.

CONDOS, accident de terrein entre deux pièces de terre; ce qui forme une
petite élévation en forme de rideau.

CONFESSEUX, confesseur. Mot qui, soit dit en passant, semblerait mieux
convenir au pénitent qu'à celui qui entend sa confession.

CONSÉQUENT, adjectif employé, même par des personnes qui ont reçu de
l'instruction, comme synonyme de considérable, tandis qu'on ne devrait
s'en servir que pour marquer une induction tirée d'un principe. Ainsi,
au lieu de dire: Cet homme fait des affaires conséquentes, il faut dire
_considérables_. L'adjectif _conséquent_ ne peut être mis en usage que
dans des phrases semblables à celle qui suit: Le philosophe doit être
conséquent avec ses principes.

CONSOMMÉ, consumé, Ex.: Tout a été _consommé_ dans l'incendie.

CONTEPET, rapporteur de nouvelles, babillard qui raconte les choses de
la moindre importance pour faire punir ses compagnons.

CONTRAIRE (bien du), bien au contraire.

CONTRE (tout), tout près. B.-N. P.

COPIN, dindon. On a dit que l'origine de ce nom venait de ce que le père
Copin, jésuite, avait importé le premier dindon d'Amérique en France,
vers 1670.

COPIN (grand), terme de mépris.

COPINIER, celui qui garde les _copins_ dans les champs.

COQ, coquelicot. H.-N.

COQ, menthe des jardins.

COQ (chanter le). Se dit d'une poule qui imite le chant du coq; alors
elle ne pond plus et on la tue. H.-N.

COQUENNE, espèce de viorne qu'on cultive dans les jardins sous le nom de
boule-de-neige. On se sert des rejetons pour en faire des colliers qui,
dit-on, préservent les jeunes chiens de la maladie. Selon M. L. Delisle,
l'érable aurait été quelquefois appelé _coquêne_ (_Etudes sur la
condition de la classe agricole_, page 353).

COQUERON, petit _coquet_.

COQUET, petite veillote; petit coq.

CORAPRENANT, crêpes. Se dit pour _carême-prenant_ parce qu'on en fait
beaucoup à l'approche du carême.

CORDE, mesure de bois à brûler formant à peu près deux stères.

CORDER, mettre en corde.

CORDES EN BRANLENT (les), pour dire qu'une chose va arriver. Ex.: Il
n'est pas encore deux heures, mais _les cordes en branlent_. H.-N.

CORE, encore. P.

CORET, encrier de corne.

CORNAILLES, pommes à cidre, précoces, de mauvaise qualité.

CORNAILLES, nom par lequel on désigne toute espèce de corneilles et de
corbeaux.

CORNICHON, espèce de pomme de terre qui a la forme des petits concombres
qu'on fait confire dans le vinaigre. On emploie aussi ce mot, en
mauvaise part, en parlant d'une personne. Ex.: C'est un _cornichon_.

CORNOITE, espèce d'échaudé formé d'une pâte tressée et très-légère.

CORPORANCE, corpulence.

CORSELET, corset. H.-N.

CORSET, jupe. H.-N.

COS, cou.

COS (n'être pas lourd à), être souffrant et chétif.

COS (tirer du), vomir.

COSSART, colza. H.-N.

COSSU, homme riche, opulent. P.

COTENT, content. H.-N.

COTRET (huile de), coups de bâton. Ex.: Donnez-lui de l'_huile de
cotret_, s'il va mal.

COUANNE, couenne. H.-N.

COUCHETTES, langes.

COUCOU, expression employée quand on éteint une chandelle ou une lampe.

COUCOU (bran de), gomme qui découle du merisier. Les enfants s'imaginent
que c'est l'excrément du coucou.

COUDRE, coudrier.

COUINCHE, homme rusé, qui manque de franchise.

COULAGE, détournements, soustractions, dissipations qui se font dans une
maison, par défaut de soin et de surveillance. H.-N.

COULANT D'EAU, fossé servant à l'écoulement des eaux. H.-N.

COULAS, Nicolas.

COULEUX, filtre en crin ou en toile claire qui sert à passer le lait
quand on vient de le traire.

COUP (à), en temps opportun. B.-N.

COUP (donner un), causer une surprise pénible. H.-N.

COUP-D'A-CHEVAL, verre d'eau-de-vie qu'on prend au moment de monter à
cheval.

COUPLET, cime d'un arbre, faîte d'un édifice. B.-N. P.

COUR, enclos dans lequel se trouvent les bâtiments et les bestiaux d'une
ferme. H.-N.

COURAIE, intestins d'un animal; ce qui comprend le coeur, le foie, les
poumons, etc.

COUREUX, porc qui vit en liberté en attendant qu'on l'engraisse pour la
boucherie. H.-N.

COURIACHE, coriace, fort, vigoureux. P.

COURIAS, Voy. _Couriache_.

COURIETTE, lanière de cuir qui sert de cordon aux souliers ou qui se
trouve à la poignée d'un bâton de voyage.

COURIR. Se dit d'un vase qui laisse échapper le liquide. H.-N.

COURS DE VENTRE, diarrhée.

COURTE BOTTE, petit homme. Guillaume-le-Conquérant avait donné lui-même
ce sobriquet à son fils Robert. H.-N.

COUTEAU (pommes à), pommes de dessert.

COUTE QUI COUTE, coûte que coûte.

COUTET, couteau.

COUTEUX, dispendieux; irritable, d'une humeur difficile. H.-N.

COUTIAU, couteau, P.

COUTIAUX, rayons de cire et de miel formés par les abeilles.

COUTRE, bedeau.

COUTURIER, tailleur. H.-N.

CRACHE, crasse, graisse. P.

CRACHÉ (tout), d'une parfaite ressemblance. En parlant d'un portrait
bien exécuté, on dira du sujet qu'il représente: _C'est lui tout
craché_.

CRACHINAGE, pluie fine. B.-N.

CRACHINER. Se dit d'une pluie fine qui tombe avec peu d'abondance.

CRACHOTTER, cracher fréquemment.

CRAIRE, croire.

CRAMILLIE, crémaillière.

CRAN, entaille.

CRANE, bon, beau. Ex.: Voilà de _crâne_ bière.

CRANE, fier. B.-N.

CRANE (faire son), faire l'important.

CRANQUE, crampe.

CRAPE, salissure.

CRAPEUX, sale. P.

CRAPOUD, crapaud.

CRAPU (homme), trapu.

CRAQUER, mentir. B.-N.

CRAQUEUR, menteur.

CRASSETTE, pomme à cidre. P.

CRAVACHONNIER, prunier non greffé.

CRAVACHONS, prunes sauvages.

CRÉMILLIE, crémaillière.

CRÉMILLIE (pendre la), donner à dîner à ses amis quand on habite une
nouvelle maison.

CREMILLON, petite _crémillie_.

CRÉPETTES, pâte très-délayée, composée de farine, d'oeufs et de lait,
qu'on fait cuire dans une poêle, à l'époque des Rois et du mardi-gras.

CRÈQUES, fruits de l'épine noire.

CRESSANE (poires de), poires de crassane.

CRÊTELER. Se dit d'une femme qui parle haut et crie comme une poule.

CRÉTIR, frissonner. H.-N.

CRÉTON, résidu du suif quand il est fondu et pressé; c'est une
excellente nourriture pour les chiens.

CRÉVÉ, fatigué, épuisé par le travail. S'emploie encore comme synonyme
de _mort_, en parlant des animaux. On s'en sert aussi, en mauvaise part,
en parlant des personnes. Ex.: Il est _crévé_ comme un chien.

CRÉVER, mourir.

CRÉVON, chevron. H.-N.

CRI, chercher, quérir. Ex.: Allez _cri_ du pain.

CRIGNIACHE, chevelure mal soignée. B.-N.

CRIGNES, mauvaises herbes qui s'accrochent aux dents des herses.

CRIQUET, grillon.

CRISTÈRE, clystère.

CROCHE, crosse.

CROCHER (se), se donner le bras en promenade.

CROCHUIRE, rendre une chose crochue. H.-N.

CROCS. On désigne sous ce nom les dents des chiens, chats, loups,
renards, etc.

CROTE, croûte.

CRUCHE, croissance, en parlant d'un enfant. Ex.: Il a fait sa _cruche_
trop vite.

CRUE. Voy. _Cruche_.

C'T', cet, cette, devant une voyelle.

C'TE, cette, devant une consonne.

C'T'ÉLA, celle-là.

C'T'ILA, celui-là.

C'T'ICHITE, celui-ci, celle-ci.

ÇU, ce.

CUIROT, morceau de cuir qui supporte le battant des cloches.

CULAS, bâtiments où l'on engrange les gerbes de blé, d'avoine, etc. Ce
mot se trouve dans un acte de 1395 (_Notes sur les communes de l'Eure_,
par M. A. Le Prevost, p. 97).

CULEUVRE, couleuvre. H.-N.

CULOT, cul d'un enfant; ce qui reste de tabac au fond de la pipe.

CULOTTE (faire une), gagner sans interruption trois parties de domino,
de cartes.

CULOTTE (avoir, se donner une), se soûler.

CULOTTES (mes), ma culotte, quand il ne s'agit que d'une seule.

CURAI, curé.

CURAI (monsieur le), nom qu'on donne à tout ecclésiastique revêtu d'une
soutane.

CURIOSITAI, curiosité.


                                   D

D', de. P.

DADA, cheval; expression enfantine.

DALE, évier, lien où on lave la vaisselle et d'où l'eau s'écoule par un
trou pratiqué dans la muraille. P. B.-N.

DALOT, petit conduit pour l'écoulement des eaux. H.-N.

DAMAGE (c'est), c'est fâcheux.

DAME, femme de qualité ou qui affecte des manières hautaines. Ex.: Elle
fait la _dame_.

DAN-DAN (aller au). Se dit aux petits enfants pour signifier: Aller aux
offices de l'Eglise. C'est une onomatopée formée par allusion au son des
cloches.

DANSPAROU, ou, à quel point, à quelle place. Ex.: _Dansparou_ as-tu
fauché?

DARDILLON, aiguillon d'une boucle.

DAUBÉE, volée de coups de bâton. B.-N.

DAUBER, donner une _daubée_.

DAUDINER (se), se dandiner.

DÉBAGOULER, vomir. H.-N.

DÉBALLER (se), se décourager.

DÉBARRAS, cessation d'embarras. Ex.: Il est parti, c'est un bon
_débarras_ pour moi. H.-N. P.

DÉBAUCHER (se), se décourager. H.-N.

DÉBATISER (se), se donner beaucoup de peine pour faire croire ou
comprendre une chose.

DÉBERNÊQUER, démonter, renverser, tirer d'un mauvais pas. B.-N.

DÉBILLER, déshabiller. P.

DÉBISTRAC, en mauvais état.

DÉBINE (être dans la), être à moitié ruiné. P. B.-N.

DÉBITER DU BOIS, le scier, le préparer pour la charpente, la menuiserie,
etc. H.-N.

DÉBLAI (bon). Voy. _Débarras_. P.

DÉBLOUGUER, déboucler.

DÉBOULER, quitter son gîte. Ex.: Il m'a _déboulé_ un lièvre aux pieds.
B.-N.

DÉBRICOLER, ôter la bricole d'une vache. H.-N.

DÉBUQUER, partir, sortir.

DÉCAINER, déchaîner. P.

DÉCALIFOTER, ôter une noix ou autre fruit de son enveloppe.

DÉCANILLER, décamper, fuir comme un chien. B.-N. P.

DÉCARCANER, ôter le _carcan_ d'un cochon. H.-N.

DÉCARÊMER (se), prendre un bon repas après le carême. P.

DÉCARPILLER, séparer, démêler. P.

DÉCAUCHER, déchausser. Se dit aussi des chevaux qui perdent leurs dents
de lait.

DÉCESSER (ne pas), ne pas cesser. Ex.: Il ne _décesse_ de pleurer. P.
H.-N.

DÉCLAQUER, tomber rudement; parler sans ménagement. P.

DÉCOCTION, maladie. H.-N.

DÉCOMMANDER, contremander.

DÉCOMPOTER, changer le temps de l'engrais des terres et le mode des
semences. P.

DÉCONFORTER (se), s'affliger outre mesure. P.

DÉCRAMPIR (se), se délasser. P.

DÉCRAPÉ, nettoyé. Se dit aussi d'un enfant malheureux qui prend des
habitudes de propreté.

DÉCRAPER, nettoyer. P.

DÉCROUER, tomber ou faire tomber de haut. B.-N.

DÉDRAGUER, délayer, réduire en marmelade.

DÉCULOTTER (se), se dit d'un homme qui se sépare de biens d'avec sa
femme pour éviter la poursuite des créanciers. L'épouse administre alors
en son nom, et les créanciers n'ont plus aucun recours. Souvent cette
formalité n'est pas exempte de fraude, et c'est ordinairement l'art
légal de ne point payer ses dettes.

DÉFAIRES, habits qui ne servent plus et qu'on donne aux malheureux.
H.-N.

DÉFAITE (animal de), facile à vendre. H.-N.

DÉFECTIF (enfant ou animal), dissimulé, qui a des défauts. H.-N.

DÉFICELER, délier ce qui est lié par une ficelle.

DÉFILOQUÉ (vêtement), usé, éraillé, qui montre la corde ou le fil. H.-N.

DÉFOURRURES, gerbées qui ont été épluchées par les moutons.

DÉFRISÉ, contrarié. P.

DÉFULER, décoiffer. H.-N. P.

DÉFUNT, feu. Ex.: _Défunt_ son père.

DEGAINE, tournure, manières. Se prend toujours en mauvaise part. P.

DÉGANCER, tirer de l'argent de sa bourse.

DÉGANER, se moquer de quelqu'un en imitant ses actes ou ses paroles.

DÉGELÉE, rossée. P.

DÉGUEULER, vomir.

DÉGOBILLER, vomir, rendre les _gobes_ qu'on a prises. P.

DÉGOISER, parler vite et longtemps. P.

DÉGOMMÉ, destitué.

DÉCOTER, voler.

DÉGOULER, vomir. H.-N.

DEGOUTINS, eau qui tombe d'une couverture.

DÉGRIER, dégringoler, glisser.

DÉGROULER, crouler, tomber. B.-N. H.-N.

DÉGUISER (se), se masquer au temps du carnaval.

DEHOQUER, décrocher. P.

DÉHOUSILLER (se), sortir d'un lieu.

DÉJEUNER-DINANT, déjeuner qui se fait tard et sert de dîner.

DÉJOUQUER, déjucher. On l'emploie aussi comme synonyme de _faire lever_
un paresseux qui est au lit.

DÉKERPILLER. Voy. _Décarpiller_.

DEL', de la. P.

DÉLACHER, délacer. P.

DÉLICOTÉ, débarrassé de son licou. P. H.-N.

DÉLOQUETÉ, déguenillé. P.

DÉLURÉ, vif, hardi. Ex.: C'est un enfant _déluré_ pour son âge. B.-N. P.

DEMANDER APRÈS QUELQU'UN, demander quelqu'un.

DÉMAQUER, vomir. P.

DÉMARER, partir, sortir. B.-N. P. H.-N.

DEMAUNE, demi-aune.

DÉMENCE (tomber en), tomber en ruines. B.-N.

DEMENTER DE (se), s'occuper de. H.-N.

DÉMENTIBULER, démonter, casser. P.

DÉMETTRE UN MEMBRE (se), se luxer. H.-N.

DEMEURE, habitation sans dépendances, où il y a seulement une ou deux
pièces pour _demeurer_.

DEMEURÉ, paralysé. H.-N.

DEMIANNE, demi-aune.

DEMIARD, quart de _chopine_. H.-N.

DEMI-GROS, quatre muids. Les aubergistes de Dieppe ont l'habitude
d'acheter leur cidre au _demi-gros_; et, en dépit de toutes les lois sur
les nouvelles mesures, ils ne consentent à se livrer dans le pays de
Bray que dans des pièces frauduleuses qu'ils nomment _tierçons_.

DEMI-HEURE, douze heures et demie. H.-N.

DEMION, deux _demiards_. H.-N.

DEMOISELLE, petite viellote de blé ou autres céréales. B.-N.

DÉMONTER, impatienter. P.

DÉMUCHER, découvrir. P.

DÉNOQUER (se), se développer; en parlant des enfants qui grandissent.
H.-N.

DÉPATICHER, défricher un _pâtis_ pour le mettre en culture.

DÉPENDEUX D'ANDOUILLES (grand), homme mince et grand, se tenant mal. P.

DÉPENSE, lieu où l'on serre le laitage. P.

DÉPERSUADER, dissuader.

DÉPIAUCER, écorcher.

DÉPICHER, démonter, détruire, découdre. Ex.: _Dépichez_ cette redingote
pour en faire un habit-veste. H.-N.

DÉPITER, défier. B.-N.

DÉPORTER DE SA PAROLE (se), se dédire. P.

DÉPOTER, tirer le cidre que contient un tonneau. P. H.-N.

DÉPOTEUX, grosse _chanpleure_ en cuivre qui sert à tirer le cidre dans
des seaux.

DÉPOTEYER, tirer du cidre d'un tonneau pour le mettre dans un autre.
Vient probablement de l'ancien usage de tirer le cidre ou le vin dans un
pot pour l'emporter.

DÉRACHINER, déraciner.

DÉRAIN, dernier. P. B.-N.

DÉRAQUER, tirer d'un bourbier, d'un mauvais pas. H.-N.

DERLINDER, agiter une clochette.

DERRIÈRE (en), en cachette. P.

DERRIÈRE (faire du), dépenser en secret, tromper ses maîtres.

DÉRUNNÉ, atteint de diarrhée.

DÉS, des.

DÉSAILLÉS (habits), hardes usées. H.-N.

DÉSARGENTÉ (être), n'avoir plus d'argent. P.

DESCENTE, hernie. H.-N.

DÉSHABILLER. Voy. _Dépiaucer_.

DÉSIGNALEMENT, signalement. H.-N.

DÉSORCELÉ, désensorcelé.

DESSAISONNER, changer l'assolement d'une pièce de terre. H.-N.

DESSAQUER, faire sortir d'un lieu.

DESSAQUETER (se), quitter une place. P.

DESSAQUETER, tirer d'un sac.

DESSOLER. Voy. _Dessaisonner_.

DESSOULER, cesser d'être soûl. H.-N.

DESSOUS (personne en), dissimulée.

DESSOUS (sens dessus), renversé, en désordre.

DÉTEINDRE, éteindre. P.

DÉTENTION D'URINE, rétention d'urine. H.-N.

DÉTEURDRE, détordre.

DÉTOMBIR (faire), mettre chauffer un liquide jusqu'à ce qu'il soit
tiède.

DÉTOURBER, déranger, interrompre. Du latin _disturbare_.

DÉTRIER, trier, choisir. P. Ce mot vient peut être du latin _trahere
de_, tirer de.

DEUILER, souffrir, languir. H.-N. Du latin _dolere_.

DEUSSE, deux. P.

DEUX-SOU (un), pièce de dix centimes.

DEVALLER, descendre. P.

DEVANCHER, devancer. P.

DEVANT QUE, avant que. P.

DEVENIR (bien ou mal se), se développer. En parlant d'un enfant ou d'un
animal. B.-N.

DÉVISAGER, regarder quelqu'un fixement, d'une manière importune. H.-N.

D'HEURE, de bonne heure. Ex.: Il n'est pas d'_heure_, c'est-à-dire: Il
est tard.

DIA, mot dont les charretiers se servent pour faire aller les chevaux à
gauche; c'est le contraire de _huot_. P. Un docteur a prétendu que
Balaam s'était servi du mot _dia_, pour faire avancer son ânesse qui
s'appelait _Logos_. Comme la pauvre bête se mit alors à parler à son
maître, qui la maltraitait, notre docteur a été assez heureux pour
trouver là l'étymologie du mot Dialogue, _discours à deux_.

DIABLE (bon ou mauvais), bon ou mauvais garçon.

DIABLE (bran de), _assa fetida_. Ainsi nommé à cause de sa mauvaise
odeur.

DIANTRE! diable!

DIEU PLAIT (si), s'il plaît à Dieu.

DIGONNER, importuner, travailler lentement. P. H.-N.

DIGUER, piquer. B.-N.

DIGUET, bâton pointu, long de 50 à 60 centimètres, qui sert à ramasser
le blé pour l'engerber.

DINDE (un), une dinde.

DINDE (grande), femme de haute taille; terme de mépris. P.

DINDOT, dindon.

DIO, Voy. _Dia_.

DIOT, idiot, simple. H.-N.

DIOTISE, bêtise, simplicité. H.-N.

DISCOMPTE, escompte. H.-N.

DISCOMPTER, escompter. H.-N.

DISCRÉDITÉ, décrédité.

DISPUTER, gronder, être en colère. B.-N.

DIZIAU, dizeau, réunion de dix gerbes.

D'L', de, de la.

DODO, lit. P. Espèce de camisole.

DODO (faire), dormir.

DOGUE, patience, plante.

DOLER, équarrir, préparer le bois avec une hache ou autre instrument
tranchant.

DORÉE, tartine couverte de beurre, de fromage, de confitures, etc. B.-N.

DORER, étendre une pâte quelconque sur un objet.

DORLOTER, traiter, élever un enfant avec soin. P.

DORMEUSE, coiffure de femme. La _dormeuse_ se distingue du _pierrot_, en
ce qu'elle ne se prolonge point en arrière et qu'on la noue sous le
menton.

DOSSES, premières planches de l'arbre où se trouve l'aubier et
quelquefois une portion d'écorce.

DOUCHE, douce.

DOUCHEUR, douceur.

DOUCHINER, entourer de petits soins. H.-N.

DOUILLE, rossée. P.

DOUILLER, battre. P.

DOULIANT, douloureux, sensible.

DOUTANCE, doute. P.

DOUX-LEVÉ (pain), dont la pâte n'a pas suffisamment levé et dont la
croûte forme des espèces de cloches. P.

DRAGIE, mélange de vesce et d'avoine qu'on sème au printemps.

DRAGIES, dragées.

DRAME, prise; en anglais, le mot _dram_ signifie _petite quantité_.

DRAMER, priser, aspirer par le nez.

DRÉCHER, dresser. P.

DRÈS, DRÈS QUE, dès, dès que.

DRET, droit. P.

DRET (tout), justement.

DRET DE (au), vis-à-vis. H.-N.

DRET-NOEUD, double noeud. B.-N.

DRIAN, DRIEN, Adrien.

DROGUE, mauvaise marchandise.

DROGUER, attendre longtemps. P. B.-N.

DROLESSE, femme hardie. H.-N.

DROUILLE, boue, sauce trop claire.

DRUIRE; en parlant des oiseaux qui commencent à avoir des plumes.

D'S', des, devant une voyelle.

DU DEPUIS, DU DEPUIS QUE, depuis, depuis que. H.-N.

DUIRE, corriger, réformer; du latin _ducere_, conduire. P.

DUMET, duvet. B.-N.

DURANT QUE, pendant que.


                                  E

EAU (lâcher de l'), pisser.

ÉBAQUER, effondrer.

ÉBERDOUILLER, écraser entièrement.

ÉBERLUCHER, élever. Ex.: Voilà ses enfants _éberluchés_.

ÉBERNER, nettoyer les vêtements d'un enfant _berneux_. P.

ÉBLAIRER, regarder avec une sotte curiosité ce que font les autres.

ÉBLUER, éblouir. En parlant d'un enfant qui trouve moyen de s'échapper
sans être vu, on dira: Il a _éblué_ sa mère.

ÉBOUILLI, très-échauffé.

ÉBRANCAGES, branches coupées en _ébranquant_.

ÉBRANQUER, ébrancher.

ÉBREUILLER, écraser, faire sorter les _breuilles_.

ÉBRITER, ébruiter, faire connaître.

ÉBROUER, renvoyer, chasser, effrayer.

ÉCABOCHER, donner un coup à la tête. P.

ÉCAILLER, chasser, renvoyer. Ex.: _Écaillez_ donc ces gamins-là.

ÉCALES, cosses de pois, de fèves, etc.

ÉCALER, écosser, écorcher un bouton. P.

ÉCALIFOTER, retirer des noisettes de l'enveloppe membraneuse qui les
recouvre en partie.

ÉCALUER, ramasser les cailloux d'une pièce de terre.

ÉCARBOUILLÉ, éveillé, vif. P.

ÉCARBOUILLER, étendre la braise et les charbons de l'âtre pour mieux se
chauffer.

ÉCARBOUILLER (s'). En parlant du temps qui devient moins mauvais, on dit
qu'il s'_écarbouille_.

ÉCARDONNER, arracher les _cardons_ d'un champ. P.

ÉCARDONNETTE, chardonneret. Ce mot semble tout-à-fait indiquer l'action
de cet oiseau lorsqu'il _écardonne_, c'est-à-dire lorsqu'il tire la
graine du chardon pour en faire sa nourriture.

ÉCARPILLER, démêler, diviser des flocons de laine, de crin, etc.

ÉCART (faux). On donne ce nom à diverses maladies des chevaux, notamment
à la tension des tendons.

ÉCAUDER, échauder.

ÉCAUFFER, échauffer.

ÉCHANGER, laver le linge avant de le mettre à la lessive. H.-N.

ÉCHARPE, écharde.

ÉCHAUFFÉ (homme), gai; état voisin de l'ivresse.

ÉCHENAILLER. Voy. _Chenailler_.

ÉCHERTER, couper les rouces et les branches inutiles au pied d'une haie
ou dans un bois. Semble venir de _exarare_, défricher, piocher,
essarter.

ÉCHETER, éparpiller.

ÉCHIGNÉ, fatigué.

ÉCHIGNER (s') s'exténuer.

ÉCHIMER, essaimer.

ÉCLAQUER A RIRE (s'), se prendre soudainement a rire très-fort.

ÉCLATER DE RIRE, rire très-fort. H.-N.

ÉCLÉYER (s'), se dit d'une cuve ou d'un tonneau dont les douves se
disjoignent par suite de la chaleur. P.

ÉCLIPPER, éclabousser. B.-N.

ÉCLOPPÉ, un peu malade.

ÉCOEURÉ (bois), bois auquel on a enlevé l'aubier.

ÉCOLAGE, rétribution due au maître d'école. P.

ÉCONDIRE, nier ce que dit une personne; _dire contre_.

ÉCORCHE, écorce. P.

ÉCORCHEUX, écorcheur. P.

ÉCORER, étayer.

ÉCORER (s'), employer toutes ses forces à une chose.

ÉCORNIFLEUX, écornifleur.

ÉCOSSIN, demi-botte de foin ou de paille. En Bourgogne, on désigne sous
le nom d'_écoussei_ les batteurs en grange.

ÉCOSSINS, bottes de paille formées des tiges de blé qui ne sont point
propres à faire des gerbées.

ÉCOUCHER, briser le chanvre ou le lin. P.

ÉCOUPLER, retrancher le _couplet_ d'un arbre. H.-N.

ÉCOURTER, couper la queue.

ÉCRABOUILLER, écraser. B.-N.

ÉCRAMER, écrémer. P.

ÉCRÉVICHE, écrevisse. P.

ÉCUEILLIR (s'), prendre son élan pour sauter. H.-N.

ED', de. P.

EDPIS, depuis. P.

EDSOUS, dessous. P.

EFFONDRÉE, effrondrement.

EFFOUQUER, effaroucher. H.-N.

EFFOUTAILLER, chasser, effrayer.

EFFRONTER, intimider une personne pour lui faire avouer la vérité.

EFFROUER, émietter. P.

ÉGALIR, unir, aplanir. P.

ÉGASILLER (s'), écarter les jambes.

EGNIME, énigme.

ÉGOHIN, petite scie à l'usage des greffeurs.

ÉGOSILLER (s'), s'user le gosier à force de crier. B.-N.

ÉGRAFIGNER, égratigner. P.

ÉGROULER, écrouler. H.-N.

ÉGUEULER, casser le haut d'un vase. P.

ÉHOUPPER, battre le bout des épis d'une gerbe sans la délier. P. Enlever
la _fleurette_ dès qu'elle est formée sur le lait.

EJ', je. P.

ÉKELLE, échelle. P.

EL, le, la. P.

ELÇON, leçon.

ÉLINGOIRE, fronde.

ÉLINGUÉ, élancé, grand, fluet.

ÉLINGUER, lancer. P. Se dit surtout d'une pierre lancée avec une fronde
ou d'une pomme avec un bâton pointu.

ÉLISA, Élisabeth.

ÉLUGEMENT, tracas, bruit étourdissant.

ÉLUGER, contrarier, ennuyer par ses paroles ou le bruit qu'on fait.

EM', ma, me. P.

ÉMAGLER, écraser un fruit.

EMBAGUEMENT, action d'_embaguer_.

EMBAGUER, faire les achats de bagues et autres joyaux pour une personne
avec laquelle on est sur le point de se marier.

EMBARBOUILLER, barbouiller, salir; embrouiller.

EMBARQUÉ, se dit d'un cheval ou autre animal qui a pris trop de
nourriture.

EMBARRAS (faire ses), faire l'important. H.-N.

EMBERLIFICOTER, habiller d'une manière incommode et ridicule. B.-N.
Séduire par des paroles trompeuses. P.

EMBERNÉQUER, salir, encombrer, couvrir.

EMBLAYER, embarrasser, emplir un vase ou un appartement. P.

EMBOUCHÉ (mal), qui tient des propos grossiers. H.-N.

EMBRACHER, embrasser.

EMBRÊLER, mettre la _bricole_ à une vache.

EMBRICOLER, Voy. _Embrêler_.

ÉMEUCHER, épointer.

ÉMILER, émier, rendre menu comme la graine de mil.

EMN', mon, ma, devant une voyelle. P. Voy. _Man_.

ÉMOUQUER, chasser les mouches. P.

ÉMOUQUET, nom par lequel on désigne les petits oiseaux de proie, tels
que l'obereau, l'épervier, etc.

ÉMOUSTILLER, rendre de bonne humeur. P.

ÉMOUTURAGE, produit que le meunier retire des grains portés au moulin.

ÉMOUTURER, se dit du grain que prend le meunier pour se payer en nature
des droits qui lui sont dus par ceux qui font moudre à son moulin.

EMPALER, rendre noir.

EMPATÉ (coq), auquel on donne la pâtée.

EMPLIR, laisser pénétrer de l'eau dans ses chaussures en marchant dans
des chemins boueux.

EMPOISONNER, puer. Ex.: Cette viande _empoisonne_.

EMPUANTER, empuantir.

EMPUNANTER, remplir de mauvaises herbes. Ex.: Ce champ est _empunanté_
d'ivrate.

ÉMUTION, émotion. H.-N.

EMBOISSONNER (s'), s'enivrer habituellement.

ENCAGNOLER, mettre une _cagnole_ airs porcs pour les empêcher de passer
à travers les haies.

ENCARCANER, mettre un _carcan_. H.-N.

ENCARVALLER, mettre à califourchon.

ENCAUCHUMER, imprégner le blé d'eau de chaux avant de le semer.

ENCHAULER, ENCHAUSUMER. Voy. _Encauchumer_.

ENCHIFRENÉ (n'être pas), avoir de l'esprit, trouver de fines reparties.

ENCLUMME, enclume.

ENCONTRE, contre. B.-N.

ENCONTRE (à l'), contre.

ENCORSER, manger ou boire avec répugnance; se mettre _en corps_. Ex.: Il
n'a pu _encorser_ sa médecine.

ENCRAPER, rendre crasseux. P.

ENCROUER, mettre dessus. B.-N.

EN DESSOUS (personne), sournoise. P.

ENDÉVER (faire), contrarier, harceler. P. H.-N.

ENDIGUER, percer un objet avec une aiguille, une alêne.

ENDIMANCHÉ, vêtu de ses habits du dimanche.

ENDIZELER, mettre en dizeau. P.

ENDOS, terre labourée un peu en dos d'âne pour faciliter l'égoût de
l'eau dans les sillons qui se trouvent de chaque côté.

ENDURANT, patient. H.-N.

ENDURANT (mal), sans patience.

ENFÉNOUILLÉ, enveloppé, enfoncé dans. Ex.: _Enfénouillez_ bien vos pieds
dans le foin pour ne point avoir froid.

ENFÉRONNER, passer un _féron_ dans le nez des porcs pour les empêcher de
remuer la terre, avec leur grouin, dans les herbages.

ENFILOQUER (s'), en parlant des céréales dont la tige pousse trop menue,
comme si l'on disait pousser en forme _de fil_. H.-N.

ENFIQUER, ficher en terre. P. Dans un compte des dépenses faites pour
les vignes de l'archevêque de Rouen, en 1409-1410, on trouve une somme
pour _deffiquer_ et _fiquer_ les échalas (_Etudes sur la condition de la
classe agricole_, par M. L. Delisle, pag. 453 et 460).

ENFIQUES, branches sèches propres a faire une haie.

ENFISTOLER, habiller sans goût.

ENGAGNE, contrariété, chagrin mêlé de haine.

ENGAGNER, endêver.

ENGAMBER, enjamber. P.

ENGAVÉ, se dit d'une volaille dont la nourriture, prise en trop grande
quantité, ne digère point.

ENGEOLER, tromper à l'aide de fausses promesses. P. H.-N.

ENGUERBER, engerber, mettre en gerbe.

ENGUEULER, dire des injures. P.

ENGUEUSER, tromper par de belles paroles. H.-N. P.

ENHAIR, toucher les oeufs, les petits, ou seulement le nid d'un oiseau,
de manière à en éloigner le père et la mère, et les porter à _haïr_ leur
nid, parce qu'il a été dérangé.

ENHEULIER, administrer le sacrement de l'extrême-onction, oindre
d'_huile_ bénite.

ENHOQUE, accroc. H.-N.

ENHOQUER, accrocher.

ENHUI, aujourd'hui. P. Voy. _Anuit_.

ENLICOTER, mettre un licou.

ENMITOUFFLER (s'). Voy. _Amitouffler_. P.

ENNERSÉ, se dit du feu qui brûle bien. P. On le dit aussi d'un chien
irrité contre un animal: On l'a _ennersé_ contre cette vache.

ENPAROLÉ (mal), qui dit de mauvaises paroles; _mal en paroles_.

ENPÊQUÉ (cheval), pris dans ses traits.

ENPRÈS (d'), auprès. H.-N.

ENRAQUÉ, embourbé. P.

ENRAYER, faire le premier sillon; placer une perche à une voiture, de
manière à empêcher la roue de tourner. On usait fréquemment de ce moyen,
il y a une trentaine d'années, dans les temps de gelée et dans les
descentes, pour empêcher les voitures de forcer les chevaux; mais,
depuis cette époque, on a inventé un mécanisme fort simple, beaucoup
plus propre à éviter les accidents. Voy. _Mécanique_.

ENROUTER, mettre en chemin.

ENSAYER, essayer.

ENTAME, premier morceau d'un pain.

ENTENONNER, fixer une pièce de bois à une autre au moyen d'un tenon ou
d'une mortaise.

ENTENTE, jugement, intelligence. Ex.: Cet enfant a de l'_entente_. B.-N.

ENTENTION, attention, prévenance. H.-N.

ENTÊTER, donner le mal de tête. Ex.: L'odeur des fleurs m'_entête_.
H.-N.

ENTINCHER, exciter, surtout par gestes, à jouer ou à plaisanter.

ENTIQUE, manière, moyen de réussir. Ex.: Il ne pouvait d'abord ouvrir la
porte, mais il connaît maintenant l'_entique_.

ENTIQUER, jeter dans, adresser.

ENTOMBI, engourdi.

ENTOMMI. Voy. _Entombi_.

ENTONNER (s') en parlant du vent qui souffle par une avenue, une fenêtre
ou une porte ouverte. H.-N.

ENTORTILLER. Voy. _Engeoler_. P.

ENTOUR, autour. H.-N.

ENTREBAYER, entr'ouvrir.

ENTRE-DEUX (l'), l'espace qui sépare deux choses.

ENVALOIRE, partie du harnais qui sert aux chevaux pour retenir la
voiture dans les descentes.

ENVELIMER, envenimer.

ENVIER, envoyer. B.-N.

ENVOICHE (que je m'), que je m'en aille. P.

ENVOLÉ, aventurier, étranger dont on ignore l'origine.

ÉPALER, mettre à part le lait d'une vache pour savoir combien elle
produit de beurre chaque semaine.

ÉPANDRE, éparpiller. Ce mot est très-ancien.

ÉPANI, épanoui. P.

ÉPARTILLER, éparpiller.

ÉPARTIR, éparpiller. H.-N. On se servait anciennement du verbe ESPARTIR
pour signifier _partager_, _diviser_, etc.

ÉPAULÉE, charge de bois qu'un homme peut porter sur son épaule.

ÉPEQUE, épeiche.

ÉPERSINGLER, frapper dans l'eau pour mouiller ceux qui en sont
rapprochés.

ÉPEUTER, effrayer. P.

ÉPINE, alépine; étoffe de laine et de soie ainsi nommée parce qu'on la
fabrique surtout à Alep.

ÉPINGUET, petite branche au bout de laquelle se trouve une épingle
courbée pour atteindre les oiseaux qui nichent dans les creux d'arbre.

ÉPLÉTANT (travail), qui se fait vite. H.-N.

ÉPLÉTER, travailler vite. H.-N.

ÉPLÉTEUX, espèce d'homme de paille qu'on plaçait, pendant la nuit, dans
le champ de blé des moissonneurs en retard. Cet usage existait encore il
y a une trentaine d'années. C'était un aide qu'on accordait aux
retardataires.

ÉPLINGUER, éclabousser.

ÉPLUQUER, éplucher. P.

ÉPORTÉ (objet), qui n'est plus neuf, qui a _été porté_.

ÉPOUFFÉ, essoufflé. H.-N.

ÉPREVIER, épervier; sorte de filet qui sert à prendre le poisson.

ÉPROUVEUX, qui fait des épreuves en agriculture ou autrement.

ÉQUELETTES, espèce de grands crochets en bois que l'on place de chaque
côté d'un chenal pour y accrocher des bourrées dans les forêts. H.-N.

ÉRAIGNE, gobe-mouche. Ainsi nommé, parce qu'il se sert de toiles
d'araignée pour faire son nid.

ÉRÉGNIE, araignée.

ÉREINTÉ (couteau), dont le ressort est cassé ou le clou principal
ébranlé.

ERNÉ, éreinté, qui marche difficilement comme atteint d'une hernie.
B.-N.

ERRHES, arrhes. P.

ES', sa; devant une consonne. P.

ESCALIERS. Voy. _Bers_.

ESCARTS (faire des), en parlant d'un cheval difficile qui se cabre et
gambade.

ESCLANDE, esclandre.

ESCOFIER, tuer. B.-N. P.

ESCOUDET (coup d'), coup de coude. H.-N.

ESCOUER, secouer.

ESCOUETTE, crins réunis autour d'une poignée, dont on se sert pour
chasser les mouches qui incommodent les chevaux, et pour faire partir la
poussière qui s'attache au poil.

ESCOUSSE, secousse.

ÉSEULÉ, isolé. H.-N.

ESN', son, sa; devant une voyelle. P.

ESPÉRER, attendre. Ex.: Allez faire votre commission, je vais vous
_espérer_. H.-N. P.

ESQUELETTE, squelette. H.-N.

ESSAVER, écorcher légèrement. B.-N.

ESSI, essieu.

ESSOMMELER, effrayer.

ESSOUDRE, soulever. B.-N.

ESTAFIER, homme maigre et de petite taille. Se prend toujours en
mauvaise part.

ESTATUE, statue. H.-N.

EST-CHE? est-ce?

ESTOMAC (mettre dans son), en parlant d'une personne qui place quelque
chose entre sa chemise et sa poitrine. H.-N.

ESTOMAQUER (s'), se donner beaucoup de peine pour chanter fort ou pour
faire comprendre une chose. H.-N.

ESTRAMONTADE (perdre l'), perdre la tramontane.

ET', ta; devant une consonne. P.

ÉTABLIR (s'), se marier. H.-N.

ÉTAMPER, mettre son nom ou ses initiales sur un meuble ou un animal,
avec un fer rouge ou du goudron.

ÉTAMPI, couché, placé à terre. En Picardie, ce mot signifie: _Debout_,
_dressé_.

ÉTANPER, égaler, rendre de même poids ou de même volume. Nous trouvons
cette expression dès le XIIIe siècle. L'architecte Villard de
Honnecourt, après avoir indiqué quatre sortes de plantes qui entrent
dans l'ordonnance d'un remède pour les blessures, ajoute: _Estanpès ces.
iiij. erbes, si qu'il n'i ait nient plus de l'une que de l'autre (Notice
sur l'album de Villard de Honnecourt_, par M. Jules Quicherat, page
57.--_Revue archéologique_, 6me année).

ÉTAU, cépée ou arbre coupé à quelque distance de la terre.

ÉTAUX, chaume qui reste quand les céréales sont sciées ou fauchées.
B.-N.

ÈTE, être.

ÉTELÈ, étoilé.

ETN', ton, ta; devant une voyelle. P.

ÉTERNIR, étendre la litière des bestiaux. Du latin _sternere_.

ÊTES, êtres.

ÉTÊTER. Voy. _Écoupler_. H.-N.

ÉTIBO, esquisse de bois. H.-N.

ÉTIMER, étamer.

ÉTOC. Voy. _Etau_. Le mot _estoc_ était fréquemment employé au
moyen-âge.

ÉTOFFÉ (vêtement), ample. H.-N.

ÉTOQUER (s'). V. _S'écorer_.

ÉTORER, fournir. Voy. _Anger_.

ETOUPÉE, porte qui bouche l'entrée d'un four. H.-N.

ETOURNIAU, étourneau.

ETOUT, aussi; vient peut-être du latin etiam. P.

ETRAMILLER, éparpiller. B.-N.

ETREUNES, étrennes.

ETRIQUER, se dit d'un vêtement trop serré, à travers lequel les os se
dessinent, _étriquent_.

ETRONGNÉ (habit), trop court. B.-N.

EUCHE, espèce de clé qui traverse le bout de l'essieu afin d'empêcher la
roue de se dépasser. Depuis les nouvelles lois sur la police du roulage,
l'_euche_ a été remplacée par un écrou.

EVILLÉ, EVILLOTÉ (enfant), espiègle. H.-N.

EVITER, épargner. Ex.: _Evitez_-moi la peine de sortir.

EXCUSE (demander), demander pardon, faire ses excuses.

EXEMPLE DE (imiter l'), suivre l'exemple de. On imite un exemple
d'écriture.

EXTERMINER, rouer de coups. P.


                                  F

FABRIQUE (être de la), membre du conseil de fabrique d'une église.

FACHON, façon. P.

FACHONS ou FAÇONS (faire des), ne pas vouloir accepter ce que l'on offre
dans un repas, quoiqu'on ait besoin de manger ou de boire.

FAGOTÉ (mal), habillé d'une manière disgracieuse. H.-N.

FAGOTS (conter des), rapporter de fausses histoires.

FAIGNANT, fainéant. P. H.-N.

FAILLIR, manquer de courage; tomber de faiblesse. Ex.: Le coeur me
_faillit_.

FAIN, foin.

FAIS, fois; foie.

FAISELLE, lieu où l'on presse les pommes pilées, pour obtenir le cidre.
H.-N.

FAISELLIER, petite _faiselle_ sur laquelle on met le fromage en presse.

FALBALAS, objets de toilette, tels que robes, bonnets, rubans, etc. A
proprement parler, ce mot est employé pour désigner l'ensemble d'une
toilette recherchée, et non pour indiquer le _falbala_ qu'on appelle
aujourd'hui _volant_. L'etymologie de _falbala_ a été l'objet de bien
des recherches. «On rapporte, dit Charles Nodier, qu'un prince fort
spirituel du XVIIIe siècle a inventé le nom de _falbala_...... Il
visitait une boutique de modes si bien assortie, qu'on ne pensait pas
qu'il y manquât rien de tous les éléments d'une toilette élégante.
Décidé à pousser à bout l'imperturbable assurance de la marchande, qui
était probablement jolie, il forgea dans sa tête le mot le plus bizarre
qu'il lui fut possible de trouver, et demanda des _falbalas_. Elle se
hâta de lui présenter cette garniture de robe qui a pris depuis le nom
de volant, à cause de sa légèreté, et qui se divisait alors par le bas
en pointes légères et flottantes» (_Notions de Linguistique_, chap. XI,
note J). Suivant le _Dictionnaire de Trévoux_, l'inventeur du mot serait
M. de Langlée qui aurait dit à la marchande que cela s'appelait ainsi à
la cour. A part ce petit conte, Leibnitz, Le Duchat et le président de
Brosse donnent pour origine au mot _falbala_ l'allemand _faldplat_, jupe
plissée. M. Hoffmann et M. Eloi Johanneau le dérivent de l'anglais
_furbelow_, mot composé qui signifie _fourrure en bas_. Boiste et
Napoléon Landais le font venir du latin _flabella_, éventails, festons,
etc. (Voir l'_Essai sur le langage_, par M. A. Charma, p. 209 et 306).

FAMELOTTE, petite femme.

FAMEUX, gros, important. Ex.: Voilà un _fameux_ fruit.

FAMINNE, famine.

FANCHON, Françoise.

FANGES, fanes de pommes de terre et des autres plantes légumineuses.

FAQUIN, élégant, habillé avec prétention. P. B.-N.

FARAUD, élégant, qui aime à être bien mis. P. B.-N.

FARCE, farceur. Ex.: C'est un homme _farce_.

FARFOUILLER, chercher en remuant sans précaution. P.

FAUCHILLE, faucille.

FAS, faux, instrument pour faucher.

FAUDE, lieu où se fait le charbon de bois.

FAUQUER, faucher.

FAUQUET (faire le), donner un croc-en-jambe. B.-N.

FAUQUEUX, faucheur.

FAUT (personne comme il), personne honnête.

FAVAS, tiges de fèves dont on a retiré le grain. B.-N.

FEMELLE, femme; souvent en mauvaise part. H.-N.

FENER, faner.

FENTE, terrain qui reste à labourer entre deux _endos_.

FERDAINES, fredaines.

FERLATÉ, frelaté.

FERLÉE, gelée blanche, frimas.

FERLOQUÉS (habits). Voy. _Désaillés_.

FERLUQUET, freluquet.

FERMILLE, fourmi.

FÉRON, fil de laiton.

FERTILLER, fretiller.

FERTIN, fretin.

FESSU (n'être pas bien), être souffrant et malade.

FÉTE, faîte, toit.

FEUILLU, garni de feuilles. P.

FEUMIÈRE. On désigne sous ce nom la fumée qu'on voit sortir du _tuet_.

FEUNNER, faner.

FEURRE, paille. On dit une botte de _feurre_, comme on dit une botte de
foin. P. B.-N.

FÈVES (grosses), fèves de marais. H.-N.

FICHANT (c'est), c'est contrariant. P. B.-N.

FICHELLE, ficelle.

FICHER, donner. H.-N. P.

FICHER (s'en), s'en moquer. P.

FICHER LE CAMP, s'en aller.

FICHU, perdu, condamné. B.-N. P.

FICH'TRE! juron; exclamation de surprise. H.-N.

FIEFFÉ (menteur, voleur), qui a l'habitude de mentir ou de voler. H.-N.

FIENS, fumier, de _fiente_. Il est souvent question de _fiens_ dans les
conventions du moyen-âge.

FIER, irascible, _fameux_. P.

FIERCIR (se), se mettre en colère.

FIÈREMENT, beaucoup. P.

FIÉRIR (se), se mettre en colère.

FIÉROT, un peu _fier_. P. H.-N.

FIEUX, fils.

FIÈVES (avoir, trembler les), avoir une fièvre intermittente.

FIGNOLER, s'habiller avec recherche. H.-N. P.

FIGNOLEUX, élégant. B.-N.

FIL (avoir le), s'y bien prendre pour réussir.

FILER, FILER DE BAS, s'échapper furtivement. P.

FILLOLE, filleule. P.

FILLOT, filleul. P.

FIN. Mot explétif qui se met devant un adjectif ou un nom, pour lui
donner plus de force. Ex.: Il est tombé au _fin_ fond de l'eau.--Il est
_fin_ bête.--J'en veux tout _fin_ plein ma bouteille. H.-N. P.

FIN (à celle), à cette fin. H.-N.

FIN-FOND (au), tout au fond.

FINI. Adjectif qui se joint à certains mots pour en renforcer le sens.
Ex.: C'est une canaille _finie_. H.-N.

FINITE, finie. Ex.: Ma tâche est _finite_.

FINOIN, poire à manger, excellente.

FION (avoir le), s'y prendre adroitement pour réussir dans un jeu ou un
ouvrage des mains. B.-N. P.

FION (donner le coup de), finir un ouvrage, le polir. B.-N. P.

FISÉE, poire dont on fait des confitures.

FISÉE, petits éclats de bois enduits d'argile, qu'on place en travers
sur les solives pour recevoir l'aire d'un grenier en terre. H.-N.

FISQUER, fixer, regarder. B.-N.

FISSIAU, bâton transversal du bas d'une chaise; de _fuseau_.

FIXER QUELQU'UN, arrêter ses regards sur une personne.

FLABIN. Voy. _Contepet_. H.-N.

FLAINDRE, reculer, ne pas aller franchement. B.-N.

FLAINDRE DU PIED, l'appuyer légèrement et avec précaution, de peur de se
blesser.

FLAIR, mauvaise odeur. Ex.: Cette viande a du _flair_. P.

FLAIS, fléau a battre le blé.

FLAMBE, flamme. P.

FLAMMER, ouvrir un abcès au moyen d'une flamme. H.-N.

FLAMEUCHE, flammèche.

FLANÉE, causerie familière.

FLANIER, qui aime à aller chez les voisins pour apprendre les nouvelles.

FLANQUET, portion du bas de la chemise qui est fendue de chaque côté.
H.-N.

FLAQUET, petite flaque d'eau. H.-N.

FLANQUETTE (à la bonne), sans cérémonie, tout bonnement. P.

FLATTER, dénoncer pour faire reprendre ou punir.

FLATTEUX, qui flatte.

FLAUDRÉE, rossée.

FLAUDRER, rosser.

FLÉCHIR, dégeler légèrement.

FLEUR-DE-MAI, pomme à couteau; précoce.

FLEURS D'ORAGE, petits nuages agglomérés qui annoncent l'orage.

FLEURETTE, crême excellente qu'on recueille après douze heures de séjour
du lait dans la terrine. H.-N.

FLIGÉE (sauce), figée. On dit, en parlant d'une sauce claire et mal
faite: Celle-là ne _fligera_ pas sur le coeur. H.-N.

FLIPE, punch au cidre; espèce de boisson composée de cidre, d'eau-de-vie
et de sucre, qu'on prend chaude; de l'anglais _flip_, cordial. B.-N.

FLOBER. Voy. _Flaudrer_. P.

FLORAISON, fleuraison.

FLOTTE, espèce d'anneau plat qui se mettait entre la roue et l'_euche_,
avant que celle-ci fût remplacée par un écrou.

FOIRE, faire.

FOIRET, forêt.

FOIREUX, qui a la foire. On dit aussi les _foireux_, en parlant de ceux
qui vont aux foires.

FONÇU, objet creux et plus ou moins profond. H.-N.

FONTANGE, large ruban de soie.

FORBU (cheval), fourbu, qui ne peut continuer sa route, parce qu'on ne
lui a rien donné à manger, à un lieu où il a l'habitude de s'arrêter. On
dit aussi d'un homme qu'il a été _forbu_, quand on ne lui a rien offert
chez une personne où il s'attendait à dîner.

FORCIR, se développer. Ex.: Cet arbre, ou cet enfant, _forcit_. H.-N.

FORGES, forces qui servent à tondre les moutons.

FORGIONS, habitants du canton de Forges.

FORIÈRE, extrémité d'une pièce de terre sur laquelle les chevaux
tournent à chaque sillon, et qu'on laboure après coup.

FORIÈRES, terres en friche le long des chemins, où les bergers mènent
paître les moutons. M. A. Le Prevost a trouvé ce mot dans une Charte de
HENRI II, en faveur de Bondeville. H.-N. On appelle aussi _forières_ les
chemins qui longent les herbages et les séparent des terres en labour.

FORTUNÉ (homme), riche, qui a de la fortune. H.-N.

FOUAILLER, fustiger. P.

FOUÉE (faire une), mettre le feu à une brassée de bourrée. B.-N.

FOULON, frelon. P. H.-N.

FOURCÉE, portée d'un animal qui met bas; se dit surtout de la truie.

FOURE, excrément, foire. B.-N.

FOUREUX, qui a la _foure_.

FOURQU, fourchu.

FOURQUE, fourche, fourchet. Dans un acte de 1291, il est question d'une
_fourque à espandre_ le fumier.

FOURQUEFILE, fourche à deux dents de fer, qui sert à donner les gerbes
au charretier qui charge une charrette ou un chariot. P.

FOURQUET, entre-deux des jambes. On dit aussi le _fourque_. B.-N.

FOURQUETTE, fourche de bois, à deux dents, qui sert pour faner. Dans un
acte de 1427, il est question de _service de fain, c'est assavoir le
tiers d'une_ FOURQUETE (_Etudes_, etc., par M. L. Delisle, p. 82). Il
s'agit probablement ici d'un _tiers de journée_ employé à faner.

FOUTET (petit), petit garçon. P.

FOUTINER, ne point avancer à son travail, s'amuser à des riens.

FOUTINIER, qui s'agite beaucoup et fait peu de besogne.

FOUTRE, donner. Ex.: Il m'a _foutu_ un coup de poing. Ce mot est regardé
comme grossier, ainsi que les trois suivants.

FOUTRE! juron.

FOUTRE LE CAMP, s'en aller.

FOUTU, perdu sans ressource.

FOYER (mouton), agneau d'un an, qui a été nourri dans les herbages.

FRAIQUE, fraîche, mouillée. P.

FRAIQUIR, fraîchir.

FRAIS, mouillé par la pluie. P.

FRAIS (suivre le), en parlant d'un chien qui suit la trace d'un lièvre
ou d'un autre animal, en respirant les miasmes qu'il a laissés sur son
passage.

FRASE, fraise d'un animal.

FRATRES, barbier.

FRÊLER, fêler.

FREMER, fermer. P.

FRÉMIE, fourmi. H.-N.

FRÉMILÈRE, fourmilière.

FRÉMILLER, fourmiller. H.-N.

FRÉMILLONS, petites fourmis.

FRÉMIR. Commencer à bouillir. H.-N.

FRÉREUX (cousin), cousin germain. H.-N.

FREULÉE. V. _Flaudrée_. B.-N.

FREULER, battre. B.-N.

FRICHONNER, frissonner.

FRICHONS, frissons.

FRICOT, festin, et plus généralement toute espèce de met. Ex.: As-tu du
_fricot_ avec ton pain? P.

FRICOTER, faire bombance. B.-N. P.

FRIGOUSSE (faire), _fricoter_.

FRIMOUSSE, visage. P.

FRINNE, farine.

FRIPPER (se), se frotter le dos dans ses habits quand on ressent quelque
démangeaison.

FROMAGE MAU, fromage nouveau qu'on délaye dans la crème, tandis qu'il
est encore _mau_, mou. P.

FROU-FROU (mamezelle). Nom qu'on donne à une fille qui _fait ses
embarras_.

FU, feu. P.

FUMELLE, femelle. H.-N. P.

FUMER, être vexé. B.-N.

FUNQUER (faire), mettre du bois sécher sur le feu, afin qu'il brûle
mieux. Se dit aussi d'une personne qu'on fait attendre. Ex.: Il m'a fait
_funquer_ sur le chemin, pendant une heure.

FUNQUIÈRES, fougères.

FURIEUSEMENT, beaucoup, extrêmement. P.

FUROLE, feu follet qu'on aperçoit au commencement de l'hiver dans les
endroits marécageux. On assure que les _furoles_ se plaisent à égarer
les voyageurs; mais on dit qu'en mettant son couteau en terre, la pointe
en haut, la _furole_ vient danser dessus; et le voyageur a le temps de
reprendre son chemin. On ajoute que le couteau reste couvert du sang de
la _furole_. La foi aux absurdités débitées sur ces feux follets n'est
pas encore entièrement éteinte. En Picardie, on les appelle _fofu_, faux
feu.

FUT, alla. Ex.: Il _fut_ trouver son ami. Il ne faut pas confondre les
temps du verbe ALLER avec ceux du verbe ÊTRE. Voici la remarque de M.
Lévi: «Dites _est allé_ toutes les fois que vous voulez exprimer
l'action de se transporter d'un lieu à un autre; dites _a été_ lorsque
votre intention est de marquer le séjour dans un lieu désigné. Il y a
entre ALLER et ÊTRE la même différence que entre le mouvement et le
repos.» (_Les Omnibus du langage_, 8me édit., page 5.)

FUTEUX, fâcheux dans le boire et le manger.


                                  G

GABEGI, grabuge, désordre, perte. P.

GABELOU, douanier; employé de la régie des contributions indirectes. P.

GABILLER, gaspiller.

GABRIET, Gabriel.

GAFFÉE, morsure de chien. B.-N.

GAFFER (faire), faire donner une _gaffée_. En espagnol, _gaffar_,
mordre.

GAGNAGNE, gain, profit retiré de son travail. P.

GAGNE-PAIN, celui qui soutient ses parents par son travail. P. On le dit
aussi du principal instrument d'un ouvrier.

GAI, geai. P.

GAI (porte du), porte du guet. On nomme ainsi une petite porte placée au
haut de la flèche des clochers. Au moyen-âge, les paysans suivaient
rarement leur seigneur à la guerre, mais ils étaient souvent requis pour
faire le guet, soit dans les châteaux-forts, soit dans les églises
transformées alors en forteresses. Les habitants des campagnes
commencèrent à se fortifier dans les églises en 1358 (_Etudes_, etc.,
par M. L. Delisle, pages 101 et 643). Nous pensons voir là l'origine de
la dénomination de ces _portes du gai_, qui n'ont été conservées que
pour faciliter aux couvreurs le placement de leurs échelles, quand ils
travaillent à la réparation de la couverture des clochers.

GAITER, regarder, guetter.

GALAFRE, glouton. P. En espagnol, _golafre_.

GALAPIAS, galopins. P.

GALIBIER, polisson. P. Homme maigre et sans valeur. A la Guadeloupe, on
nomme _galibi_ les squelettes qu'on trouve dans le tuf calcaire.

GALINÉE, ce que l'on peut porter de grain vanné dans les deux mains.

GALLE, bouton sur la peau. H.-N.

GALOP (donner un), réprimander fortement. H.-N. P.

GAMBE, jambe.

GAMBETTES, soutiens du linteau d'une cheminée.

GAMBIER, traverse de bois suspendue à une corde, qui sert à accrocher
les animaux tués pour la boucherie, afin de les dépecer plus aisément.

GANCIR (se). Se dit du bois resté trop longtemps à l'air et qui se
décompose par suite de l'humidité.

GANDOLER (se), se balancer en marchant.

GANNE, jaune.

GANNET, renoncule âcre; à cause de sa fleur qui est _ganne_.

GAQUÈRES, jachères. P.

GARCHON, garçon.

GARCHONNAILLES, réunion de garçons.

GARCHONNIÈRE, fille de conduite équivoque, qui cherche la société des
garçons. P.

GARDE-MESSIER, garde-champêtre, qui garde à la moisson; de _messis_. P.
Cette dénomination remonte au XIIIe siècle.

GARDES, groseilles à grappes.

GARDIER, groseiller.

GARDIN, jardin; en anglais, _garden_.

GARET, jarret.

GARIR, guérir. P.

GARSE. Ce mot, qui semblerait pouvoir être employé comme féminin de
_gars_, est toujours pris comme synonyme de fille de mauvaise vie.

GAS, gars, garçon. Se prend ordinairement en mauvaise part. B.-N.

GATE, jatte. P.

GATÉE, contenu d'une jatte. P.

GATELOT, petite jatte. P.

GAUDAILLER, boire avec excès en disant des gaudrioles; du latin
_gaudere_, se réjouir.

GAUDIAMUS, gaudrioles; de _gaudeamus_.

GAU-GAU (à), a satiété. P.

GAUGUES, grosses noix. P.

GAUGUIER, noyer. P.

GAVE. On désigne sous ce nom l'espèce de poche dans laquelle la
nourriture des oiseaux séjourne avant de passer dans l'estomac. P.

GAVÉE (s'en donner une), prendre des aliments avec excès jusques à la
gorge.

GAVELLE, javelle. On trouve le mot _gavella_ dans les actes du XIIIe
siècle.

GAVELER (laisser), laisser longtemps en javelles.

GENOUIL, genou; c'est le vieux mot français.

GAVIAU, gosier des oiseaux.

GÉANE, géante.

GEIGNEUX, qui se plaint sans raison.

GENTILHOMME, porc. En Picardie, on dit un _monsieur_; dans le Berry,
c'est un _noble_; les Normands disent un _vêtu-de-soie_; aux environs de
Cherbourg, on l'appelle un _monsieur de travail_. «C'est sans doute une
allusion satyrique, dit M. du Méril, faite par la classe des
travailleurs, à la vie oisive des gentilshommes et des habitants des
villes.»

GERGON, jargon. P.

GERGONER, quereller sans raison.

GERNER, germer.

GERNER (laisser), faire attendre longtemps après soi. Ex.: Il m'a laissé
_gerner_ une heure, en l'attendant.

GERNOTTES, tubercules radicaux des raiponces, _bumium bulbocastanum_,
noix de terre. Quelques personnes les mangent, H.-N, B.-N. P. En
Bourgogne, cette plante est appelée _anote_ ou _arnote_.

GEULU, gourmand.

GIBLET, vrille.

GIFFE. Voy. _Calotte_. P.

GIFFLER, donner des _giffes_. P.

GIGUES, longues jambes.

GISIER, gésier.

GLACHON, glaçon.

GLACHANT (noeud), noeud coulant.

GLAGEUX, glayeuls.

GLANES (rebattre le _feurre_ de ses), répéter souvent la même chose; en
parlant d'un prédicateur, d'un avocat, etc., qui est obligé de faire des
redites pour ne point rester muet, semblable à celui qui donne de
nouveaux coups de fléau à ses glanes, afin de faire jaillir encore
quelques grains de froment.

GLEUMER, en parlant du coucou qui mange les oeufs des autres oiseaux. On
le dit aussi des personnes qui mangent des oeufs crus, dans la pensée que
cela aide la voix et fait mieux chanter.

GLINNES, excréments des poules; de _gallina_. En Picardie, les poules se
nomment _glaines_. Le lendemain d'une noce, en certains endroits, les
jeunes gens vont, munis d'une longue perche, chez les convives de la
veille et réclament des poules pour faire un second repas; ils appellent
cela _aller à glaines_.

GLOU DE (être), être avare d'une chose; la donner difficilement.

GLU, paille de seigle _gluée_ pour faire des liens.

GLUAGE, action de _gluer_.

GLUER, séparer les faibles tiges des gerbes de blé ou de seigle battu,
afin de réserver les plus fortes pour faire des liens ou des
couvertures.

GLUIACHES, gerbées faites avec les _défourrures_.

GNIAFE, savetier. P.

GNOGNOTE (c'est de la), c'est une vétille, une menterie, etc. Le _gn_ se
prononce mouillé comme en espagnol.

GOBE, grosse bouchée.

GOBER. Fréquemment employé pour indiquer quelqu'un qui mange avec
avidité, surtout des fruits, tels que prunes, cerises, etc.

GOBET, diminutif de _gobe_.

GOBIER, sot. Ex.: Tais-toi, grand _gobier_.

GOBITONS, petits morceaux d'étoffe, de pain, etc. H.-N.

GOBLOT, gobelet.

GOBLOTER, boire avec excès.

GODARD, mari dont la femme est en couches. Selon M. Corblet, ce mot est
roman et signifie _un homme qui prend ses aises_. La signification qu'on
attache aujourd'hui à cette expression, viendrait alors de ce que, dans
plusieurs provinces, le mari d'une femme en couches se mettait au lit
pour recevoir les visites de ses parents, et prenait ainsi ses aises
pendant plusieurs jours. P.

GODETS, cahots, secousses dans les ornières.

GODICHE, ridicule, maladroit. B.-N.

GOHÉE, éclat de rire. B.-N.

GOINFRE, glouton. P.

GORGETTE, ruban qui s'attachait de chaque côté du _pierrot_ et passait
sous le menton, afin de soutenir la coiffure.

GOSILLOT, cartilage thyroïde.

GOSSE, menterie pour rire. H.-N. P.

GOSSER, mentir par plaisanterie. H.-N. P.

GOSSEUX, qui _gosse_. P.

GOT (entrer tout de), entrer brusquement, sans égard pour les personnes
au milieu desquelles on se présente. Il y a près de soixante-quinze ans,
le quai de l'Horloge, à Paris, fut élargi vers le pont. La chronique
cite, au sujet de ce travail, les rimes suivantes:

      Monsieur Turgot étant en charge,
      Et trouvant ce quai trop peu large,
      Y fit ajouter cette marge!
      Passant qui passez _tout de got_,
      Rendez grâce à monsieur Turgot.

      (_Journal de Rouen_, 4 mai 1852.)

GOTON. Voy. _Margoton_.

GOUAlLLER, railler, plaisanter. B.-N. P.

GOUAILLEUX, qui _gouaille_.

GOUGES (avoir les mains), engourdies par le froid, ineptes au travail.
Voy. _Gourdes_.

GOUINNE, femme de mauvaise vie.

GOULIAFRE. Voy. _Galafre_. P.

GOULIAS. Voy. _Galafre_. P.

GOULON, goulot.

GOURDES (avoir les mains). Voy. _Gouges_. Vient du latin _gurdus_,
stupide; aussi dit-on quelquefois dans le même sens: J'ai les mains
_sottes_. H.-N.

GOURER, tromper. B.-N. P.

GOURGANNES, fèves de marais. H.-N.

GOUTTE, petit verre d'eau-de-vie. On dit prendre, payer _la goutte_ ou
_une goutte_.

GOUTTE (n'y voir), être privé de lumière; ne point trouver de solution à
une affaire. H.-N.

GOUTTE MILITAIRE, verre à cidre à demi-plein d'eau-de-vie.

GRABUGE, désordre dans l'administration d'une maison. H.-N. P.

GRAFIGNER, gratter légèrement et sans cesse. P.

GRAFOUILLER. Voy. _Grafigner_.

GRAGEOIR, espèce de mortier en bois dans lequel on écrase le sel, au
moyen d'un pilon aussi en bois.

GRAGEUX. Voy. _Grageoir_.

GRANAISON, grain provenant des céréales; rendement des gerbes.

GRANMENT, grandement, beaucoup, B.-N. P.

GRANCHE, grange. On trouve le mot _granche_ dans un titre de 1400.

GRAND, étendue. Ex.: Il y a _grand_ dans ce champ. P.

GRAND (tenir sa maison dans le), à la manière des grands.

GRAND'CHEMISE, blouse.

GRANDIER, fier, hautain. P.

GRAND'MÈRE, vieille femme. P.

GRAND'PÈRE, vieillard. P.

GRAS-BOUDIN, grande consoude.

GRASSETS (les), repas qu'on donne pendant les dernières semaines qui
précèdent le carême.

GRASSIER, grasseyer.

GRAVÉ (homme), marqué de petite vérole. P. B.-N.

GRAVOIS, gravier.

GREC, sévère.

GRÊLÉ. Voy. _Gravé_. On dit aussi de celui qui a perdu beaucoup au jeu:
Il a été _grêlé_.

GRÉMIR (faire), faire frissonner d'appréhension.

GRÉNADES. Voy. _Gardes_.

GRÉNADIER. Voy. _Gardier_.

GRÉNAISON, rendement en grains des céréales.

GRÉSILLÉ, brûlé au soleil.

GRÉVACHONS, prunes sauvages.

GRIBLETTE, riblette, morceau mince de viande qu'on fait cuire sur le
gril. Nous citerons à ce sujet un extrait du _Trésor des Chartes_,
relatif à un dîner que les religieux de la Sainte-Trinité de Caen
donnaient chaque année, avant 1450, aux habitants de Vaulx: «Ilz lavent
leurs mains en une cuve plaine d'eaue, et apres se assient à terre et
ont chascun ung pain de vingt-une à vingt-deux onces, une toille
estendue devant eulx, sur laquelle ils ont une pièce de lart peleis
barbouilly de la grandeur de demy pié en quarré; apres ont chascun une
_ribelette_ de lart routy sur le greil, chascun une esculée de mortreux
fait de pain et de leit, et boire tant qu'ilz veullent, cidre ou
cervoïse, et sont assis trois on quatre heures» (Cité par M. L. Delisle,
_Etudes_, etc., page 90).

GRIBOUILLER, griffonner.

GRIBOUILLONNER. Voyez _Gribouiller_.

GRIER, glisser.

GRIGNARD, enfant qui pleure sans cesse.

GRIGNER, faire mauvaise mine, pleurnicher.

GRIGNON (enfant), chagrin et de mauvaise humeur.

GRILLETTE A GRILLETTE, petit à petit.

GRIMPLET, grimpereau.

GRINGALET, homme petit et maigre. P.

GRIPPER, voler.

GROLLES, mauvais chevaux.

GRONÉE, ce qu'un tablier peut contenir de fruits, de grains, etc. Ce mot
vient du picard _gron_, qui signifie tablier. B.-N. P.

GROS (tirer du), tirer du gros cidre.

GROSELLES, groseilles.

GROSSIER, qui a de l'embonpoint. P.

GROSSIER, botte de paille très-allongée dans laquelle on met le _halot_
pour les chevaux.

GROUÉE, pommes qui tombent, pendant la nuit, avant la saison de les
locher, et qu'on ramasse le matin.

GROUIN, groin.

GROULER, crouler, bouder. P. H.-N.

GROUMOULER (se), grommeler.

GRUMELOTS, grumeaux.

GUÉDÉ, gonflé; qui a trop mangé. B.-N.

GUÉNON, terme de mépris.

GUERBE, gerbe. P.

GUERBÉE, gerbée. P.

GUERBIÈRE, espèce de niche pratiquée dans les _tas_, où se place une
personne pour recevoir les gerbes.

GUERGEOLER. En parlant du ramage des oiseaux, on dit: ils _guergeolent_;
on le dit aussi des enfants qui commencent à parler.

GUÉRITE, guérie. P.

GUERNIER, grenier. P.

GUERNOUILLES, grenouilles. P.

GUERNU, grenu. P.

GUÈTES, guêtres.

GUÈTES (harengs), guais.

GUEULARD, qui crie fort en parlant; se dit aussi du crieur public dans
les ventes aux enchères. B.-N.

GUEULE (être de la), être gourmand.

GUEUX, fripon.

GUIAME, Guillaume.

GUIAMET, petit Guillaume.

GUIFFE, bouche. P.

GUIGNER, regarder de travers, regarder indiscrètement. P.

GUILEBAUDE (grande), femme haute et maigre, aux manières communes.

GUILEBAUDES, très-longues jambes.

GUILLE, diarrhée.

GUISIER, gésier.

G'VEU, cheveu.

                                  H

HABILE! vite! P. Ce mot semble avoir beaucoup de rapport avec le verbe
_abire_, qui fait, à l'impératif, _abi!_ va! pars!

HABITS (claper dans ses), s'y trouver trop au large, par suite de
dépérissement ou de maladie.

HABIT-VESTE, vêtement à courtes basques, qui tient le milieu entre
l'habit et la veste.

HABLEUX, hâbleur; de l'espagnol _hablar_.

HAGER, hacher, couper menu.

HAGUE, gros bâton de bois à brûler.

HAGUER, hacher. On emploie aussi ce mot au figuré. Ex.: Il l'a _hagué_
de sottises.

HAGUETTES, petites _hagues_ mises en corde.

HAGUIGNETTES. V. _Aguignettes_.

HAGUIGNOLER, couper malproprement. H.-N.

HAGUIGNONNER, couper maladroitement ou avec un mauvais couteau.

HAHAHA! interjection plus ou moins répétée qui indique le rire. Un
astrologue italien a prétendu connaître le tempérament et les passions
de l'homme, à la manière dont il rit. Voici ce qu'il affirmait en 1662:
Quand un homme rit, s'il fait _ha, ha, ha_, il est flegmatique; s'il
fait _he, he, he_, il est colérique; s'il fait _hi, hi, hi_, il est
dissimulé; s'il fait _ho, ho, ho_, il est sanguin. L'abbé Damascène ne
nous dit point ce qu'il pense de l'homme qui rit en _hu, hu, hu_.

HAIS? que dites-vous? On se sert aussi de cette interjection pour
appeler une personne éloignée.

HALITRE, hâle.

HALOT, grains de blé encore couverts de leur paille, qu'on amasse dans
le van, en _halotant_.

HALOTER, agiter le blé ou autres grains horizontalement dans le van pour
réunir le _halot_.

HAMES, mancherons de charrue. Mot qui est peut-être une corruption de
_hampes_.

HANNE, mauvais cheval.

HANSE, hampe à laquelle la faux est ajustée.

HANTÉ (lieu), lieu où les bestiaux de la ferme viennent souvent.

HANTER, fréquenter; se dit surtout d'un jeune homme qui visite souvent
une jeune personne, en vue de mariage.

HANTIMENT, compagnie; se prend ordinairement en mauvaise part.

HARDE, oeuf sans coquille, seulement recouvert d'une pellicule.

HARDES, nom employé pour désigner les divers vêtements d'une personne.

HARÈQUE DU DOS, épine dorsale.

HARÈQUES, arètes de poisson.

HARICOTER, se servir de mauvais chevaux, de haridelles et ne point
avancer dans son travail.

HARICOTIER, qui _haricote_.

HARLAND, qui _harlande_.

HARLANDER, réussir mal dans son travail. On dit d'un cultivateur qu'il
_harlande_, quand il n'a pas assez de chevaux pour faire ses travaux en
bonne saison.

HARNAS, pieds et intestins de mouton réunis et cuits dans l'eau.

HARRACHES, civières dont on se sert pour porter les morts.

HASTIQUER, travailler longtemps à une chose, sans pouvoir réussir.

HATELET, carré de côtelettes de lard qu'on met ordinairement à la
broche. H.-N. B.-N.

HATIGNOLE, boulette de viande hachée que vendent les charcutiers. Dans
son numéro du 11 mai dernier, l'_Abeille cauchoise_ servait le canard
suivant à ses lecteurs: An 701, passage du Juif-Errant à Yvetot; il
s'arrête à l'auberge de la _Truie-qui-File_; il fait la dépense: 1º d'un
pain mollet, 10c,; 2º d'un pot de cidre, 10c; 3º d'un atignol, 5c. Dans
le pays de Bray, nous faisons de _Hattignole_ un substantif féminin.

HATILLE, rate de porc, à laquelle sont unies d'autres parties des
entrailles. H.-N.

HAUCHER, hausser.

HAUT-MAL, épilepsie. Ex.: Il tombe du _haut-mal_. P. B.-N.

HAUVELER, mettre en _hauviau_.

HAUVIAU, javelle d'orge, d'avoine, etc., qu'on réunit par petites
portions, en _hauviaux_, à l'aide d'un rateau, avant de les mettre en
gerbes.

HAVET, petit crochet. On dit aussi en parlant des dents des chiens:
Quels _havets_! H.-N.

HAVIR, exposer à un feu trop vif. Ex.: Ce gigot va être _havi_.

HAYEUR, ouvrier qui fait et répare les haies. On disait autrefois
_hayer_, pour signifier le droit de prendre dans un bois les branches
nécessaires pour clore les _haies_.

HAYON. Voyez _Abrias_.

HAYURE, haie. P.

HÉPÉE, dernier effort pour atteindre un but. Ex.: Courage! il n'y a plus
qu'une _hépée_ pour arriver.

HÈQUE, petite barrière qu'on place à l'entrée des maisons pour empêcher
les volailles et autres animaux d'entrer quand la porte reste ouverte.

HÈQUE! exclamation qui exprime le dégoût. P.

HÉQUET, hoquet.

HERBIERS, mauvaises herbes qui poussent dans les lieux incultes. H.-N.

HERCAILLES, mauvaises brebis.

HERCHE, herse.

HERCHE-CUL (à), sur le derrière. Ex.: Il l'a traîné _à herche-cul_.

HERCHELLE, branche de bois torse qui sert à lier les bourrées. P.

HERCHER, herser.

HÉRER, jouer des oies, des dindons, des morceaux de pore, etc., avec un
jeu de piquet. Ce jeu a beaucoup de rapport avec l'_as-courante_.

HÉRICHON, hérisson. P.

HERNU, tonnerre. Ex.; Il y aura du _hernu_, c'est-à-dire il tonnera. On
dit aussi, en parlant d'époux qui _disputent_ souvent, qu'il y a du
_hernu_ dans leur ménage.

HERPER, mordre, saisir. Ex.: Fais-le _herper_ par ton chien. P. B.-N.

HÉSET. Voyez _Abrias_.

HÊTREAU, petit hêtre.

HEURE (d'), de bonne heure.

HEURE (pas d'), tard. Ex.: Il n'est pas d'_heure_.

HEURÉ (bien), régulier dans les _heures_ du repas. P.

HEURIBLE, précoce; qui mûrit de bonne heure. On dit aussi qu'un homme a
été _heurible_, quand il arrive de grand matin. H.-N.

HIE! exclamation pour faire avancer ou chasser un animal.

HIER-MATIN, hier au matin.

HIER-SOIR, hier au soir.

HISTOIRE DE, pour.: Ex.: Jouons, _histoire_ de passer le temps. H.-N.

HIVE, ruche. C'est absolument le mot anglais prononcé à la manière
française.

HIVERNACHÉ, vesce d'hiver.

HOC (rester), perdre le fil de son discours; rester sans trouver de
réponse.

HOCSONNER, ébranler une porte pour l'ouvrir. H.-N.

HOMME, mari, Ex.: demandez à mon _homme_. H.-N.

HONESTÉ, honnêteté, procédé gracieux. Un commissionnaire dira:
Donnez-moi selon votre _honesté_, c'est-à-dire ce que vous voudrez,
selon votre générosité. _H.-N._

HOQUER, accrocher, suspendre. P.

HORS, malpropre.

HORS-MONTEUX (pied), pied droit du cheval; du côté que l'_on ne monte
point_.

HORZAIN, du dehors; homme étranger à la commune. P. B.-N.

HOS! pour faire arrêter les chevaux.

HOTONNER, ébranler en secouant. Voy. _Haloter_. P.

HOTONS, Voy. _Grossier_.

HOTTELÉE, ce que contient une hotte ou un _hottiau_.

HOTTIAU, banneau.

HOU! HOU! expression dont on se sert pour chasser ou faire avancer les
porcs. P.

HOUBILLER, en parlant du vent, quand il souffle fort et soulève la
poussière en tournoyant.

HOUBILLONNER. V. _Houbiller_.

HOUCHE! Voy. _Hou_.

HOUPER, appeler de loin en hèlant dans ses mains.

HOURDER, prendre, saisir. Ex.: _Hourdez_-le au collet.

HOUSÉ (mal), mal habillé.

HOUSES, grandes guêtres dont on se sert pour monter à cheval.

HOUSIAUX, grandes bottes qui montaient au-dessus du genou. Les
_housiaux_ ne sont plus en usage depuis une trentaine d'années.

HOUSSER, mordre. Ce mot est surtout employé en parlant d'un chien enragé
qui en a mordu un autre.

HOUSSINE, petite branche.

HU! cri pour faire marcher les chevaux. On s'en sert aussi pour les
faire aller à droite.

HUCHE, espèce de grand _hottiau_ qui sert à transporter les fumiers. Ce
mot sert aussi pour indiquer un chariot dont les _bers_ ont été
remplacés par des planches réunies, pour le transport des pommes.

HUCHER, placer au haut. B.-N.

HUHO! hurhaut. Mot au moyen duquel on fait aller les chevaux à droite.

HULER. Voy. _Houper_.

HUMMER, humer.

HUPPE (sale comme une), très-sale. Cette expression vient de ce que la
huppe ou _coq-merdeux_ enduit d'excréments humains le creux d'arbre où
elle place son nid.

HUQUER. Voy. _Houper_.

HUREUX, heureux. H.-N. P. Ce mot s'écrivait quelquefois ainsi à la fin
du XVIIe siècle; nous en trouvons la preuve dans un ouvrage imprimé en
1698, où il est question de la mort du _bien-hureux_ Guillaume, premier
abbé dé Fécamp (_Le grand Calendrier du diocèse de Rouen_, p. 1re).

HURLUPÉ, qui a les cheveux raides et mal peignés.

HURU. Voy. _Hurlupé_. B.-N.

HUYO! Voy. _Huho!_


                                  I

I, s'emploie dans différentes interrogations. Ex.: Sont-i partis?
_Ch'est-i_ vous? pour: Sont-ils partis? Est-ce vous?

I, il, ils; devant une consonne. P.

IARD, liard. P.

IAU, eau. P.

ICHITE, ici; du latin _hic_. Sur les pierres tumulaires du XIIIe siècle,
on trouve _ichi_.

IDÉE (une, une petite), extrêmement peu. H.-N.

ILA, ici, là; du latin _illàc_.

ILO, là. P.

IMPOSER (en), employé pour _imposer_, commander le respect. En
_imposer_, signifie _tromper_.

IMPOSSIBLE (en avoir l'), avoir en grande quantité. H.-N.

IMPUNANTER, remplir. Ex.: Ce champ est _impunanté_ d'ivraie.

INCAMO, intelligence.

INDUQUER, élever; instruire. P.

INNE, une.

INFIQUER, ficher en terre. P.

INNOCENT, jeune enfant; idiot. P. H.-N.

INN' TOUT, non plus; pas davantage. H.-N.

INSTANT (de), à l'instant. H.-N.

INTERLOQUE, stupéfait, surpris. P.

INTIAU, linteau de cheminée.

INTRER, entrer. P.

INVECTIVER UNE PERSONNE, invectiver contre.

IOU? où?

IRRASATIABLE, insatiable.

ISQUE, prononciation de la lettre X. H.-N.

ITOU, aussi. Suivant une remarque de M. l'abbé Corblet, ce mot, qui
semble venir du latin _ita_, _etiam_, dériverait du vieux français _et
tout_, qui signifiait _avec_. P.


                                  J

J', nous. Ex.: _J_'avons dîné, _j_'allons partir.

JACQ, Jacques. H.-N.

JAQUET, Jacques; en parlant d'un enfant.

JAMBETTE, Voy. _Gambettes_.

JAPE, babil, caquet. B.-N. P.

JAPER, babiller sans réflexion; aboyer. P. B.-N.

JAQUETTE, jupe de petit enfant. P.

JAUNET, pièce de 20 francs. P.

JAUNET, un peu jaune. Ce nom est aussi employé substantivement pour
désigner diverses espèces de renoncules.

JEAN-CLAIR, poire à manger; tardive.

JEAN-FOUTRE, mauvais drôle, homme peu stable.

JEANNETON, Jeanne.

JEANNETTE, Jeanne; en partent d'une jeune fille.

JEANNOT, Jean.

JEAN-QUIN, café auquel on ajoute un peu d'eau-de-vie et de sucre. Vers
1825, le nommé Jean-Quin, de Neslette, garde de M. de Richemont, passant
par Bettencourt, près de Blangy, entra au café du père Desmoulins,
surnommé _la Queue-Blanche_; il se fit servir pour un sou de café, un
sou d'eau-de-vie et un peu de sucre; il mêla le tout ensemble, et, comme
on lui demandait le nom de ce mélange, il répondit: Appelez-le comme
moi, _Jean-Quin_. A partir de là, le _Jean-Quin_ devint en renom, et
aujourd'hui il en est fait une grande consommation. Les cafetiers
assurent qu'il y a peu de profit pour eux à préparer cette liqueur, le
_Jean-Quin_ ne se vendant que dix centimes; mais nous pensons qu'ils se
dédommagent sur les libations qui viennent à la suite, sous le nom de
_goutte_, _petit-verre_, _rincette_, _rinçurette_, _coup-d'adieu_,
_coup-de-bout_, _coup-de-cachoir_, _coup-d'à-cheval_, _coup-d'étrier_,
etc.

JEUNESSE (une), une jeune fille. P.

JIFE, JIFFLE, soufflet.

JIFFLER, donner des _jiffles_.

JIGUER, ruer; en parlant des chevaux et des vaches. S'emploie aussi dans
le sens de _jougler_.

JIONS, joncs.

JOLI (bois), lauréole.

JOLIMENT, beaucoup, très. Ex.: Il est _joliment_ laid. P.

JOMARINS, ajoncs marins.

JOUGLER, se dit d'un cheval reposé qui gambade et folâtre.

JOUIR DE, être maître. Ex.: Je ne puis _jouir de_ cet enfant. On dit
aussi, en parlant des personnes maladives: _Jouir_ d'une mauvaise santé.
H.-N.

JOUJOU, se dit d'une personne qui se joue comme un enfant. Ex.: Vous
n'êtes qu'un _joujou_.

JOUJOUTE (faire), se jouer.

JOUQUER, jucher.

JOUR-FAILLI (à), au soir.

JOURNAL, mesure agraire contenant à peu près ce qu'un charretier peut
labourer en un jour; environ une demi-acre.

JOURNALIER, variable d'un jour a l'autre. Ex.: Il est _journalier_ pour
son adresse au travail. H.-N.

JUDAS (bran de), taches furfuracées qui paraissent, surtout au
printemps, sur le visage de certaines personnes.

JUSSE, juste. Ex.: C'est _jusse_. On dit aussi comme de _jusse_,
c'est-à-dire comme il est juste. P.

JUTER, rendre du jus. B.-N. P. On se sert aussi de ce verbe comme
synonyme de _pleurer_.

J'VA, cheval; au pluriel _j'vas_ ou _j'vaux_.


                                  K

KAFIGNONS, corne qui se trouve à l'extrémité du pied des animaux qui
l'ont fourchu, tels que la vache, le porc, le mouton, etc.

KAINE, chaîne.

KALIPÈTE, sorte de bonnet qui couvre les oreilles et une partie des
joues, dont les femmes se coiffent pour la nuit et qu'elles conservent
le matin. M. A. de Poilly fait venir ce mot du verbe _klùptô_, qui
désigne un ajustement de ce genre.

KARAS, berger.

KARUE, charrue.

KERDER, carder.

KERMINNE, charogne. P.

KÉROIX, croix.

KEVRON, chevron. P.

KIEF, pièce de bois à laquelle on assujettit le soc de la charrue. Au
moyen-âge, on disait _cep_.

KIEN, chien. P.

KIGNE-EN-COIN (de), d'un coin à l'autre.

K'MINAYE, cheminée.

K'MINSE, chemise.

K'VA, cheval.

K'VILLE, cheville. Cette expression nous paraît offrir une de ces
bizarreries qu'on rencontre dans la prononciation de certains mots de la
langue française. Pourquoi mouille-t-on _ll_ dans _cheville_, tandis
qu'on ne le fait pas dans _ville_? C'est par suite de cette irrégularité
qu'un enfant, qui récitait naguère une leçon de grammaire latine,
disait: _Hostis urbem diripuit_, l'ennemi PILA (pilla) la ville.


                                  L

L', le.

LACHET, lacet.

LACHERON, laiteron. P.

LAI, le. Ex.: Écoutez-_lai_.

LAID (faire), faire la grimace à quelqu'un. H.-N.

LAIQUER, lécher.

LAIRER, laisser. On ne l'emploie qu'au futur et au conditionnel. Ex.: Tu
me _lairas_ bien parler à mon tour.

LAISANDER, faire le _laisant_.

LAISANT, paresseux; qui se promène le long des chemins sans travailler.
B.-N.

LAISI, loisir.

LAIT BATTU, lait de beurre.

LAITRON, poulain qui tette encore. B.-N.

LAMBIN, lent, nonchalant.

LAMBINER, marcher ou travailler lentement.

LANDIER, chenet.

LANDON, paroles ennnyeuses. B.-N.

LANDONNER, ennuyer par des propos inutiles.

LANGREUX, chétif, valétudinaire. P.

LANGUES DU MONDE, babils populaires.

LANGUE (taire sa), garder le silence. H.-N.

LANNER. Voy. _Landonner_. H.-N.

LANTURLU (avoir), avoir cinq cartes de même espèce au jeu de _pamphile_.

LA OU, là que. Ex.: C'est _là où_ je vais déjeuner.

LAPIDER, tourmenter. Ex.: Cet enfant me _lapide_ du matin au soir.

LAPIER, rucher. Ce mot devrait s'écrire _apier_, du latin _apiarium_,
lieu où l'on conserve les ruches. Il est probable que d'abord on disait
l'_apier_; et l'apostrophe aura fini par disparaitre.

LAQUEULLE, laquelle.

LARDER, donner une grande chaleur; en parlant du feu ou du soleil; du
latin _ardere_.

LARMER, pleurer. H.-N.

LARRIS, landes; terrein de mauvaise qualité abandonné pour le pâturage
des moutons. P.

LAVE-MAINS, vase dans lequel les domestiques lavent leurs mains.

LAVERIE, lieu où on lave la vaisselle.

LAVETTE, linge qui sert à laver la vaisselle.

LÉQUEULS, LÉQUEULLES, lesquels, lesquelles.

LÉS, les; devant une consonne.

LESSIVE (couler, _caudier_ la), faire la lessive.

LESSIVE (battre la), frapper sur le linge avec un battoir pour faire
pénétrer le savon.

LESSIVEUSE, lavandière. P.

LEU, leur.

LEU, loup. P.

LEU (paure), pauvre diable. On dit aussi _paure lève_, en parlant d'une
femme.

LEUS, leurs; se.

LEUT', leur.

LÈVE, louve.

LEVÉ (mal), de mauvaise humeur.

LÉZAND, paresseux; qui prend du _laisi_.

LI, lui. Ex.: Donne-_li cha_. _Li_ est peut-être pour _illi_. P.

LIACHE. Voy. _Comble_.

LIAN, lien. Cette expression se trouve dans les actes du moyen-âge.,

LIAGE, action de lier la récolte. Ex.: Il n'y aura pas de _liage_
aujourd'hui.

LIÈGE (feuilles de), feuilles de lierre.

LIETTE, cordon. Ex.: J'ai cassé la _liette_ de mon tablier.

LIGNEU, ligneul.

LIMONNIER, cheval qu'on met dans les _limons_. H.-N.

LIMONS, brancards d'une voiture.

LIMOUSINE, manteau limousin, de grosse laine grise à raies brunes, dont
se servent les charretiers. P.

LINGARD (cheval), efflanqué. Se dit aussi des personnes grandes et
maigres. H.-N.

LINGUE, langue. P.

LIORNES, lianes.

LIPPE, lèvre.

LIPPU, qui a de grosses lèvres. P.

LIQUEUREUX, liquoreux.

LIRLAS, lilas.

LIROTES! LIROTES! LIROTES! cri par lequel on appelle les jeunes canards.

LISA. Voy. _Elisa_.

LISET, petit ruban de soie.

LIT (haut de), ciel de lit, baldaquin.

LIU, lieu. P.

LO, là. P.

LOCHER, secouer un arbre pour faire tomber les fruits. H.-N.

LOLO, veau; expression enfantine. On dit aussi, d'un grand garçon qui a
des manières enfantines: C'est un grand _lolo_.

LONGIN, lambin. P.

LONGUE, longe.

LOPIN, petite quantité. P.

LOQUENCE (avoir une bonne), avoir la voix forte.

LOQUETS, petites portions de laine qui tombent à terre, à la tonte des
moutons.

LORIOT (compère), orgelet, gros bouton en forme de grain d'orge, qui
vient sur les paupières. B.-N.

LORS DE, au moment de: _Lors de_ mon passage.

LOUCHE, cuiller à potage. C'est encore un de ces mots d'un usage général
qui, comme le fait observer M. Corblet, manque à la langue officielle de
l'Académie. P.

LOUDIER, grosse couverture de laine piquée. P.

LOUISOT, Louis.

LOURE, espèce de flûte.

LOURER, jouer de la _loure_.

L'QUEUL, lequel, laquelle.

L'S', les; devant une voyelle.

LUBIN, lupin.

LUGAN, boudeur, sournois.

LUGANNER. Se dit des premières gouttes de pluie qui précèdent le mauvais
temps. Ce mot viendrait-il de _lugere_, verser des larmes?

LUMÉRO, numéro.

LUMINAIRE. Voy. _Cierge dormant_.

LUQUER, loucher.

LURON, homme gai et sans peur.

L'Z, les. Ex.: Ils sont arrivés _l'z_ uns après _l'z_ autres. P.


                                  M

M', ma; devant une consonne. Ex.: Le tiroir de _m_'table. P.

M', me.

MA, mal.

MACHACRE, maladroit, mauvais ouvrier.

MACHACRER, massacrer.

MACHIN, MACHINE, mot par lequel on désigne une personne ou un objet dont
on ne se rappelle pas le nom. B.-N. P.

MACHON, maçon.

MACHOQUER, bossuer; signifie _mal choquer_. P.

MACRIAU, maquereau. En picard, c'est _macrieu_. Autrefois, quand il y
avait des maquereaux à la poissonnerie d'Amiens, on criait au coin des
rues: «_On vous foet assavoir qui vient d'arriver eine grande
déballation d'macrieux_; _i gn'o des macrieux à mosieu_, _des macrieux à
procureux_, _des macrieux à povers geins_» (_Glossaire du patois
picard_, page 523).

MADAME, dame. P.

MADELEINE, poire à manger; précoce.

MADLON, Madeleine.

MAGUE, bosse, ventre.

MAGÜE (bouteille), qui a un gros ventre. B.-N.

MAGUETTE, quatrième cavité de l'estomac des veaux, dont on extrait la
présure qui sert à faire cailler le lait avant de le transformer en
fromage. H.-N.

MAHON, coquelicot. P.

MAI, moi.

MAIGRIER, maigre.

MAILLARD, nom donné au canard mâle. P. Voy. _Bourre_.

MAIN DE (être à), être en mesure de. H.-N.

MAIN (être en à), outil d'un usage facile. Ex.: Cette faucille est _bien
en à main_.

MAINOTTE, petite main. P.

MAINTIENT, manche du fléau à battre le blé; la _main_ le _tient_. B.-N.

MAISON. Ce mot est généralement employé pour désigner une cuisine. Ex.:
S'il n'est point dans la _maison_, il est dans la chambre.

MAIS QUE, quand; avec le présent du subjonctif. Ex.: Je vous donnerai
quelque chose, _mais que_ j'aille à la ville. H.-N.

MAITE, maître.

MAITRE, titre qu'on donne aux cultivateurs en le faisant précéder de
leur nom de baptême. Ex.: _Maître_ Jean, _maître_ Pierre, etc. M.
Auguste. Le Prevost regarde cette locution comme devant avoir une
origine fort ancienne (Voy. notre _Essai sur Londinières_, p. 103).

MAITRE-PIERRE, pomme à couteau, très-tardive, et se conservant fort
longtemps; nous en avons vu qui étaient récoltées depuis près de deux
ans.

MALADIE (faire une), éprouver une maladie.

MALAISE (à), à plus forte raison.

MALANDRE, coup, blessure, ulcère. Comme on le voit, ce mot a beaucoup de
rapport avec _maladrerie_, lieu où l'on retenait les lépreux (Voir notre
_Essai sur Neufchâtel_, pag. 62 et suiv.).

MALE, marne. Une charte de 1318 fait mention de terres _mallées de blanc
malle pris et champ meismes_, _x toises en parfont_ (_Etudes_, etc., par
M. L. Delisle, page 267).

MALER, marner. On disait autrefois _mailler_.

MAL-EN-TRAIN, souffrant. P. B.-N.

MALFAVEUR (coup de), mauvais coup, coup de maladresse.

MALGRÉ QUE, quoique.

MALHU, malheur.

MALHUREUX, malheureux. P.

MALIÈRE, trou d'où l'on tire le _mâle_.

MAL INCOMMODE, fort incommode.

MALINE (fièvre), fièvre maligne; on l'appelle aujourd'hui fièvre
_ataxique_.

MALON, morceau de marne.

MAL-SAINT N.... (être tenu du), expression dont se servent les bonnes
femmes pour désigner diverses maladies, en conseillant d'aller en
pélerinage au saint dont le malade est _tint_, afin qu'il soit guéri.

MAN, mon; devant une consonne.

MANANT, misérable, homme sans délicatesse.

MANCHONS, MANCHERONS. Voy. _Hames_; de _manica_, manche. H.-N.

MANGE-TOUT (des), espèces de petites fèves dont on mange les cosses au
moment de la formation du grain.

MANIQUET, selle de femme, couverte d'une peau de mouton. Les meuniers se
servent aussi de _maniquets_ pour leurs chevaux, mais ils sont
recouverts de peaux de veau et n'ont point de dossier.

MANJURE, démangeaison. Ex.: J'ai _manjure_ à la tête.

MANS, larves du hanneton. B.-N.

MAQUE-ÉPAIS, gourmand.

MAQUER, manger; en parlant des animaux.

MAQUER, manger; nourriture des animaux.

MARCHER, parcourir. Ex.: Avez-vous _marché_ les terres de la ferme?
H.-N.

MARCOU, chat mâle. B.-N.

MARETTE, petite mare. P.

MARGANNER. V. _Déganer_.

MARGAU, fille d'une conduite équivoque.

MARGOTON, Marguerite.

MARGOUILLER, mâcher, manger malproprement.

MARGOULETTE, bouche d'enfant. B.-N.

MARGUITE, Marguerite.

MARICAUDER, noircir le visage ou les habits; de l'espagnol _mascarar_ ou
de l'italien _mascharare_.

MARICHA, maréchal ferrant.

MARJOLLES, chair rouge qui pend sous le bec des dindons et des coqs. Se
dit aussi des hommes très-gras, en parlant de leur _double_ ou _triple_
menton. B.-N.

MARMOUZETS, statues.

MARONNER, MARMONNER, murmurer en secret. P.

MAROTE, Marie. H.-N.

MARQUE. Le bois de charpente se mesure à la _marque_. On en distingue de
deux sortes: 1º la grande _marque_, qui contient 300 _chevilles_, et la
petite _marque_, qui n'en renferme que 96. La grande _marque_ égale 0,71
décistères, et la petite _marque_, 0,23.

MARS (faire les), se livrer aux travaux agricoles du printemps.

MARS EN CARÊME (arriver comme), arriver à propos; c'est une corruption
de _marée en carême_.

MARTIAU, marteau. P.

MASIÈRE, bord d'un bois, d'un fossé, etc. P.

MASURE. On désigne ainsi tout herbage attenant à une habitation. Cette
expression est commune dans les actes des XIIe et XIIIe siècles.

MASTOQUE, lourdaud. P.

MATÉRAUX, matériaux. H.-N.

MATIFAS, mortier fait de chaux, de sable et de bourre.

MATIN, juron; mauvais drôle.

MATINES, livre d'heures à l'usage des laïques.

MATINEUX, matinal, qui se lève matin.

MATTE, martre.

MATTES, lait coagulé par suite de la chaleur de l'été. B.-N.

MATTES (fond de). Ce qu'on désigne ainsi est en réalité le _dessus_ des
_mattes_, auxquelles se trouve mêlé un peu de _fleurette_.

MATTONNÉ (temps), couvert de petits nuages arrondis. H.-N.

MAU, mou. P.

MAUCŒURANT, qui fait _mal au coeur_. P.

MAUGRAI, malgré, P. C'est le vieux mot français _maugré_.

MAUVAISETÉ, méchanceté. P.

MAUVIAR, espèce de merle.

MÉCANIQUE, appareil adapté aux voitures et destiné à ralentir leur
marche, dans les descentes, au moyen d'une vis.

MÉCHANT, pauvre. Ex.: C'est un _méchant_ porte-balle. B.-N.

MÉCREDI, mercredi. On le prononçait ainsi au XVIIe siècle. P.

MÉDECHIN, médecin.

MEIGLE, petit lait.

MÊLE, merle.

MÊLES, nèfles. B.-N. Cette dénomination est ancienne.

MÊLIER, néflier. B.-N.

MELLE, merle. B.-N.

MÊLI-MÊLO, mic-mac. B.-N.

MÊME CHOSE (la), de même, pareillement. Ex.: J'irai _la même chose_
dimanche.

MÉMÉRE, grand'mère, femme qui a de l'embonpoint. P.

MÉNAGER, petit cultivateur. P. Meuble en bois où l'on dispose les plats
et les assiettes.

MENDRE, faible. Ex.: Cet enfant est bien _mendre_. Peu important. Ex.:
On punit pour la _mendre_ faute. Vient de moindre, _minor_.

MENON, chat.

MENTIRIE, mensonge. P.

MENTÊCHE (c')? comment est-ce? B.-N.

MÈRE-MAQUETTE (baptême de la), _Angelus_ de midi, dont le son annonce
l'heure du dîner.

MÉRIENNE, méridienne.

MÉROTTE (petite), femme petite et replète.

MERQUER, marquer, tacher.

MÉS, mes; devant une consonne.

MESANGLE et MÉSANGUE, mésange.

MÊT, espèce d'auge en planches dans laquelle on pétrit le pain et où on
le serre, quand il est cuit. B.-N. P.

MESURE (à), de temps en temps. P.

MÉTIER DE (avoir), avoir besoin de. Ex.: J'aurais _métier_ de partir
demain.

MEULE, amas de gerbes qu'on garnit d'une couverture, en attendant que
les bâtiments de la ferme soient libres pour recevoir les gerbes ainsi
amassées.

MEURDRIR, meurtrir, H.-N. P. En 1408, on paya quatre sous deux deniers
au geôlier des prisons du Pont-de-l'Arche pour avoir nourri en prison,
pendant vingt-quatre jours, un porc qui avait _muldri_ et tué un petit
entant, et qui, en expiation de ce crime, fut pendu à un des poteaux de
la Justice du Vaudreuil (_Etudes_, etc., par M. L. Delisle, p. 107).

MEURISON, maturité. P.

MI, moi. P.

MI-AOUT, quinze août. La manière dont on prononce généralement ce mot
rappelle cette réflexion de M. de Bellièvre: «Il me semble entendre
miauler des chats, disait-il, lorsqu'on prononce autour de moi la
MI-A-OU pour la MI-OU.»

MIDI (sur les), vers midi.

MIE, point. Ex.: On ne peut _mie_ siffler et bâiller en même temps. P.

MIETTE (une), un peu. P.

MIEUX (au), très-bien.

MIGOT, provision.

MIGOT (pommes de), pommes de dessert qu'on conserve pour l'hiver et le
printemps.

MIGOTER (faire), faire bouillir un mets doucement; placer des fruits
dans la paille pour les faire mûrir, après qu'ils sont cueillis.

MIGNARD, enfant gâté.

MIGNARD (faire le). Se dit d'un enfant qui demande à être caressé.

MILICE (être), être la dupe.

MIN, mon. P.

MINABLE, misérable, qui inspire la pitié. B.-N.

MINETTE, lupuline. P. Chatte.

MINNE (grande), mesure de pommes contenant huit boisseaux. La petite
_minne_ n'en contient que six.

MINNUIT, minuit. H.-N.

MINON, chat.

MINUTE! dans un moment.

MIOCHE, petit garçon. B.-N.

MIONNER, manger avidement un morceau de pain.

MIOT (un), un peu. B.-N.

MIOTS, miettes. B.-N.

MIOUT (la). La fête de l'Assomption de la sainte Vierge, _la mi-août_.

MIREUX, miroir. H.-N.

MISTIGRI, nom donné an valet de trèfle.

MITAN, moitié, milieu. Les auteurs assignent diverses origines à ce mot.
M. André de Poilly le fait venir de deux mots grecs: ÊMI pour ÊMISU et
TAMUÔ, _diviser par moitié_. M. l'abbé Corblet croit qu'il vient du
tudesque MITTAN, milieu. M. Auguste Le Prevost le tire de MEDIETAS, _le
milieu_. Quoi qu'il en soit, Monet nous apprend que cette expression
était généralement admise en 1636.

MITON, poire à manger, précoce.

MITONNÉE (soupe), soupe dans laquelle le pain a bouilli. H.-N.

MITONNER (faire), faire bouillir lentement. H.-N.

MITOUCHE (singe), hypocrite. On a fait venir ce mot de
_saint-n'y-touche_. H.-N.

MIYEU, meilleur.

M'N, mon; devant une voyelle. P. «Nos paysans, dit M, Alfred Darcel,
dans ses notes sur la Chanson de Roland, poème du XIe siècle, disent _me
n'épée_ pour _ma n'épée_ avec l'n euphonique. Les lettrés disent et
écrivent _mon épée_ pour _mo n'épée_ avec cette lettre euphonique. Or,
lequel a raison? du paysan qui, sans changer le genre de l'adjectif,
arrive á l'euphonie en intercalant une lettre dont il indique la raison
d'être, ou du lettré qui en change le genre, sans garder par l'écriture
aucune trace de l'origine de ce changement. _M'est avis_ que c'est le
paysan (_Revue de Rouen_, année 1851, page 448).»

MO, mon.

MODEUSE, modiste. H.-N.

MOIDOUX, moisson.

MOIDOUX (être dans le), être entré dans le temps de la moisson; dans le
_mois d'août_.

MOIDOUX (faire), travailler à la moisson.

MOIE. Voy. _Meule_. P.

MOGNON, moignon.

MOIGNAU, moineau.

MOISILLON. On désigne sous le nom de _moisillons_ les filles de la ville
qui portent robes et rubans, cherchant à prendre des airs de grandes
dames auprès des villageoises.

MOISON, maison, de _mansis_. P.

MOISSE, portion de lait que la vache donne en une seule fois.

MOISSON, moineau.

MOLACHE, faible, flexible.

MOLLE, botte de cercles dont le nombre diminue en proportion que les
cercles sont plus grands. Cette expression était en usage dans le
moyen-âge.

MOLLET (un petit), un peu.

MOLLIR, baisser de prix. Ex.: Le blé a _molli_ à la halle. B.-N.

MOLTON, étoffe de laine.

MOMENT (du), en ce moment. H.-N.

MONCORNE, mélange de pois, de vesce, d'orge et d'avoine qu'on sème au
printemps. L'usage de ce mélange de semences est ancien; il en est
question dans une charte de 1199, _duas acras de mancorn'_; il est aussi
question, dans le cartulaire de la Trinité de Caen, de 80 acres de
_mancor_. A défaut de renseignements, M. L. Delisle avait pensé qu'il
fallait peut-être entendre par _mancor_ le blé-méteil (_Etudes_, etc.,
page 320).

MON DIEU (être hors des), ni beau, ni laid.

MONGNAN, chaudronnier ambulant. Ce mot vient peut-être, par quelque
chemin détourné, de l'italien _magnano_, serrurier.

MONGNE, soufflet. Ex.: Donnez-lui une _mongne_, s'il pleure.

MONGNER, donner des _mongnes_.

MONNÉE, blé qu'on porte au moulin, ou farine qu'on en rapporte. B.-N.

MONNIER, meunier.

MONSIEU, monsieur.

MONT, tas, monceau. P.

MONTARDE, moutarde. Un professeur du collége des jésuites, à Dijon, mit
un jour l'énigme suivante au tableau: _Multùm tardat Divio rixam_.
L'inscription parut séditieuse, mais chaque mot expliqué calma les
jugements prématurés: _multùm_, moult (vieux mot français qui signifie
_beaucoup_), _tardat_, tarde, Divio, Dijon, _rixam_, noise; ce qui
donne: _Moutarde dijonnoise_ (_Glossaire des Noels bourguignons_, de
Bernard de la Monnoye, au mot Moutarde.)

MONTEUX (pied), pied gauche du cheval, du côté qu'on _monte_.

MONTON, mouton.

MONTRER, enseigner. Ex.: Je lui _montrerai_ l'algèbre.

MORCET, morceau.

MORCIAU, morceau.

MORDIENNE (à la bonne), simplement, sans façon.

MORFILE (avoir du), se dit d'un couteau dont le taillant n'a pas été
adouci par la pierre, après avoir été aiguisé sur la meule.

MORICAUD, noir.

MORNIFLE, soufflet.

MORZIEU! espèce de juron.

MOUCHES A MIEL, abeilles. Lorsqu'il meurt une personne dans la maison de
celui qui possède des ruches, on a l'habitude de placer à chaque ruche
un morceau de tissu noir, afin de _faire faire le deuil_ aux abeilles,
sans quoi, dit-on, elles mourraient. Nous ignorons ce qui a pu donner
lieu à cette crédulité; mais nous pouvons assurer que nous avons eu la
preuve qu'elle ne reposait sur aucun fondement.

MOUCHET, amas, monceau. B.-N.

MOUCHEUX, mouchoir.

MOUCHEUX-DE-COS, cravate.

MOUCHIAU, monceau.

MOUFFLES, gros gants de peau dont on se sert pour se préserver les mains
en coupant les épines et en réparant les haies. B.-N.

MOUFLU. Se dit d'un pain ou d'un gâteau bien levé. P.

MOUILLES, moules.

MOULÉ. Imprimé. H.-N.

MOULÉE, sciure de bois.

MOUQUE, mouche.

MOUQUE-A-MIET, _mouche à miel_, abeille.

MOUQUER, moucher. Ex.: _Mouquez_ la chandelle.

MOUQUERON, moucheron.

MOURMAUD, morose.

MOURON, salamandre terrestre. B.-N.

MOUSIEU, monsieur.

MOUSIEU (poire de), bonne à manger; précoce.

MOUSSE (rose), rose moussue.

MOUTARD, petit garçon.

MOUTE, chatte. H.-N.

MOUTON, poire à manger; assez précoce.

MOUTURE, orge ou avoine moulus grossièrement pour donner dans l'étable
aux porcs ou autres bestiaux. D'après M. L. Delisle, on entendait, au
moyen-âge, par _mouture_, le blé de qualité moyenne (_Etudes_, etc., p.
520.)

MOUVETTE, cuiller de bois qui sert à remuer les sauces. B.-N.

MOUYEU, noyau de noix, de cerise, etc.

MOYEN (être), être faible, malade.

M' S', mes; devant une voyelle.

MUCHER, cacher. P. Du vieux verbe _musser_.

MUCHE-TAN-POT (à), en cachette. D'après M. Hécart, ce mot vient de ce
que certains marchands vendaient de la bière à meilleur marché que leurs
confrères; mais comme ils ne payaient pas de droit, il fallait
l'emporter en cachette, _mucher san pot_. P.

MUCRE, humide. B.-N.

MUID, tonneau contenant quarante-deux _veltes_.

MULE. Voy. _Meule_.

MULETTE, estomac intérieur.

MULON. Voy. _Meule_.

MULOT, pomme à cidre; précoce.

MURES, fruits de la ronce. Nous croyons voir là un fait à l'appui de
l'opinion de M. L. Delisle qui, en donnant le détail des arbres et
arbustes de la Normandie, au moyen-âge, se demande si la ronce ne se
serait pas appelée mûrier (_Etudes_, etc., page 358).

MURISON, maturité. P.

MUSETTE, musaraigne; petit mammifère qu'on regarde à tort comme
dangereux.

MUSOTTER, s'occuper à peu de chose.

MUYEU, meilleur.


                                  N

NA! parbleu, certainement. B.-N. P.

NABOT, de petite taille. P.

NACHE (morceau de), morceau de fesse de boeuf ou de vache. Ce mot vient
du latin _nates_, et se trouve dans un acte de 1342, relatif à un
seigneur d'Auvilliers qui maltraita un clerc, «le despéçant avec ses
espérons par les _naches_ et par les gambes et par tout le corps»
(_Revue de Rouen_, 1840, 2me semestre, p. 91).

NACTIEUX. Voy. _Futeux_. P.

NANAN, chose excellente à boire ou à manger. P.

NANETTE, Anne.

NANÉS ou NANINS. Ce mot est souvent employé pour répondre à une personne
qui adresse une question indiscrète. Ex.: Que portes-tu, mon ami, dans
ton panier?--_Des nanins pour souffler au c... des demandeux._ Cette
réponse est pour ainsi dire stéréotypée, et s'adresse indistinctement à
toute demande faite sans discrétion. Cette expression aurait-elle
quelque rapport avec le mot espagnol _nenes_, petits enfants; ou plutôt,
n'est-elle pas la traduction du latin _neniæ_, bagatelles, contes dont
on amuse les enfants?

NANON, Anne.

NASIAUX, narines du cheval, de la vache, etc.; de _nasus_, nez.

NAU, feuille de plomb ou de zinc qui se place à l'angle rentrant d'une
couverture en ardoises, pour servir de gouttière.

NE, ni. Ex.: C'est un impie qui ne craint _ne_ Dieu, _ne_ vierge Marie.
P. Ce mot est ancien.

NÊLE, nielle. P.

NENTILLE. Voy. _Judas_.

NENTILLES, lentilles. P.

NEU, neuf. P.

NEYER (se), se noyer. P.

NIANT, homme simple; _néant_, en fait d'intelligence.

NICHEUX, oeuf qu'on laisse dans le nid des poules pour les engager à
venir pondre. Parfois on taille un morceau de marne, en forme d'oeuf,
pour servir de _nicheux_. Les Picards disent un _nichouère_.

NIÈVRE, mutin.

NIFE, clair. Ex.: Ce cidre est bien _nife_.

NIQUEDOIULLE, niais. B.-N.

NITÉ (de), de naissance; _à nativitate_. Ex.: Il est sourd de _nité_.

NIVELOTER, s'amuser à des riens. B.-N.

NIXE! non pas! P.

NO, notre, nous, nos, et quelquefois ma. Ex.: _No_ femme est malade.

NOCER, faire bombance. P.

NOCEUR, qui fait bombance. P.

NOEUD-GABRIET, cartilage thyroïde; noeud de la gorge. On dit d'un homme
qui a trop mangé: Il en a jusqu'au _noeud-gabriet_. H.-N.

NOIRET, tirant sur le noir.

NOIROT. Voy. _Noiret_.

NOIRQUIN (homme), dont le teint est un peu noir.

NOM-DES-OS! juron. P.

NON-FAIT, non, pas du tout. B.-N. Négation absolue.

NONOSTANT, nonobstant.

NOQUE, brèche à un taillant; légère entaille à un bâton comme font les
boulangers pour tenir note des pains qu'ils fournissent.

NOROLLE, brioche, gâteau. Ce mot est assez ancien.

NOS, nous; devant une voyelle. P.

NOSTRUM (perdre le), ne plus savoir où l'on en est de ce qu'on fait.

NOT, notre. Dans ses notes sur Vaugelas, Corneille fait remarquer que
l'_r_ ne se fait presque point sentir dans _notre_ et _votre_.

NOUÉ (enfant), qui se devient mal. P.

NOURTIER, veau qu'on achète pour l'engraisser.

NOURTIER (bon), qui nourrit bien ses bestiaux. P.

NOURTURE, nourriture.

NOUVIAU, nouveau. P.

NUNNE-PART, nulle part. P.

NUNUS, riens, bagatelles, H.-N. P. De _neniæ_.

NUROLE. Voy. _Norole_.


                                  O

O, on. Ex.: _O_ ne sait plus à qui se fier. _P._

O, où, Ex.: _O_ voulez-vous allez?

O (il), il a. P.

OBLIER, oublier.

OBSERVER, faire observer. Ex.: Je vous _observe_ qu'il était soir.

OCLE. Voy. _Noque_.

OCORE, encore.

ŒILLÈRE (dent), dent canine supérieure qui se trouve sous l'oeil. H.-N.

OGNON, poire précoce.

OIN, oui; dans un sens ironique. P.

OIR, oie mâle.

OIRESSE, oie femelle.

OL', on le, Ex.: Est-ce vrai comme ol' dit?

ONCHE, once. P.

ONGUES, ongles. P.

ONNI, uni.

ONZIN, amas de gerbes au nombre de onze, sur lesquelles la onzième
servait, dit-on, à payer la dîme. Aujourd'hui on ne réunit les gerbes
que par lots de dix, sous le nom de _dizeau_.

O Q'C'ET, quelque part; _où que c'est_. Ex. Je l'ai mis _o q'c'et_, mais
je ne le trouve pas.

ORANGE (eau de fleur d'), eau de fleurs d'oranger.

OREILLE, partie mobile de la petite charrue, qui se place auprès du soc
et se change de côté, à chaque raie, pour élargir le sillon. La grande
charrue a deux _oreilles_ qui sont immobiles et qu'on désigne sous le
nom de _petite_ et _grande oreille_.

ORGERI, champ où l'on a récolté de l'orge.

ORILLER, oreiller.

ORMOIRE, armoire. P.

ORTILLER, frotter avec des orties.

ORTILLONS, doigts des pieds; diminutif d'_orteil_.

ORVÈRE, orvet. H.-N.

OS, vous. Ex.: _Os_ êtes bien curieux. P.

OSCUR, obscur. P.

OSIAU, oiseau.

OSIÈRE, osier.

OU, que. Ex.: C'est là _où_ je demeure.

OUAICHE (que je), que j'aille. Ex.: Il faut que je _ouaiche_ au bois.

OUÊTCHE? où est-ce?

OUI (pour _cha_), oui; formule très-affirmative. H.-N.

OUICHE! Exclamation dont on se sert pour témoigner qu'on a froid.

OU Q'C'EST? où est-ce?

OURDON, largeur de grain que le faucheur abat à chaque javelle.

OUTARDES (aller aux), chasse aux oiseaux qui se fait de différentes
manières, pendant les nuits obscures de l'hiver, à l'aide d'une
lanterne.

OUTEUX. Voy. _Auteux_.

OUVRIER (jour), jour ouvrable.


                                  P

PAFFE! Exclamation de celui qui voit donner ou recevoir un soufflet.

PAGIE, pan de muraille. B.-N.

PAIE! Expression dont on se sert pour exciter un chien à manger ce qu'on
lui présente. Ex.: _Paie, Médor! Paie! Paie!_

PALER, parler.

PALETTE, pelle à feu.

PALIER, lieu ou l'on dépose les assiettes. Voy. _Ménager_.

PAIN-M'NIT, pain bénit.

PAMPHILE, espèce de jeu de cartes; nom qu'on donne au valet d'atout, à
ce jeu.

PAN, pain. P.

PANCHE, panse. P.

PANCHÉE (s'en donner une), manger avec excès.

PANCHU, qui a une grande _panche_.

PANÉE, pan d'un habit. H.-N.

PANTALONS (mes), mon pantalon; a moins qu'on ne parle de plusieurs.

PAPIN, bouillie pour les enfants. P. Ce mot vient du latin _pappare_.

PAQUE-FLEURIE, dimanche des Rameaux. Le nom de _Pâque-Fleurie_ est sans
doute un souvenir de l'usage où l'on était jadis de joncher de verdure
et de fleurs, en ce jour, les rues par lesquelles devait passer la
procession.

PAQUER, faire ses pâques.

PARAI, muraille; de _paries_.

PAR-APRÈS, après, ensuite. B.-N. P.

PARAPHE (une), un paraphe.

PARCIE, repas qu'on donne aux moissonneurs après les travaux de la
moisson; ordinairement on y boit à _tire-larigo_. B.-N.

PARDIÉ! espèce de juron; _par Die_, par Dieu. C'est le _por Dios_ des
Espagnols, et le _per Dio_ des Italiens. Les anciens Normands juraient
aussi par Dieu, en se servant de l'expression anglaise: _by God_ (_Revue
de Rouen_, 1839, page 14).

PARÉ (cidre), bon à boire.

PAR-ENSONS, par-dessus. Ex.: Jette-moi ton couteau _par-ensons_ la haie.

PARER UNE POMME, peler une pomme ou un autre fruit.

PARÉSINER, se dit de celui dont la main tremble.

PARFINIR, donner la dernière main à un ouvrage. B.-N.

PARINAGE. C'est ainsi qu'on appelle le parrain et la marraine qui
accompagnent l'enfant qu'on porte à l'église pour recevoir le baptême.
P.

PARIURE, pari.

PARLER (se). En parlant de jeunes gens qui se font la cour pour se
marier, on dit: _Ils se parlent_. H.-N.

PARLER (se), parler avec affectation. H.-N. Les deux verbes suivants ont
la même signification.

PARLOCHER (se).

PARLORER (se).

PARMI (le), le milieu. Ex.: Mets ta carte dans _le parmi_ du jeu.

PARTAGEUX, qui demande le partage des biens. P.

PAS? n'est-ce pas?

PAS-DE-CAT, lierre terrestre. On lui a sans doute donné ce nom à cause
de la forme de ses feuilles.

PAS-DE-CAT, espèce de gaffe à trois dents, attachée au bout d'une corde,
qui sert à retirer les seaux qui tombent dans un puits.

PAS-MOINS, néanmoins. P.

PASSAGE. Voy. _Passeux_.

PASSAGÈRE (rue), passante. P. H.-N. B.-N.

PASSÉ-DE-CHALEUR, très-échauffé. H.-N.

PASSEUX, espèce de barrière immobile qui sépare les herbages, et qu'il
faut franchir quand on suit les sentiers qui traversent fréquemment les
prairies et bouveries du pays de Bray.

PASSÉE-D'OUT. Voy. _Parcie_. H.-N.

PASSE-POMME, espèce de pigeon d'été.

PAS-VRAI? n'est-ce pas vrai?

PATACLAS, grand bruit. On rapporte qu'un bon curé, voulant donner à ses
paroissiens une idée du bouleversement du dernier jour du monde,
commença ainsi: «Si tous les arbres étaient réunis en un seul arbre, ça
ferait un bien grand arbre; si toutes les mares ne formaient qu'une
mare, ça ferait une bien grande mare; si l'arbre tombait dans la mare,
quel _pataclas_, mes frères!...»

PATALON, pantalon.

PATAR, gros _deux sous_. Le _patar_ était une ancienne pièce de monnaie
qui fut frappée sous Louis XII; d'un côté, on voyait deux fleurs de lis
sur la même ligne, et au-dessous, un P et une croix; de l'autre côté,
une croix à branches égales, placée sur un P. On a voulu voir dans ces
P l'initiale du mot _patar_; mais ce doit être celle de _provincia_
(_Univers pittoresque_, France, tome X, page 372). M. l'abbé Corblet
parle d'un _patar_ du Brabant, de la valeur de quinze deniers tournois,
qui offre la figure de saint Pierre sur une de ses faces. P.

PATÈRE (un), une patère.

PATIS. Voy. _Larris_. P.

PATOUF (gros), gros lourdaud.

PATRAQUES, paperasses.

PATRÈS (envoyer _ad_), faire mourir. P.

PATRON (faire son), tomber dans la neige ou dans la boue.

PAURE, pauvre; employé adjectivement devant une consonne. P. Ex.: C'est
un _paure_ malheureux.

PAUVERTE, pauvreté. P.

PAUVRESSE, mendiante.

PAYS, PAYSE, compatiote. P.

PECUNE, argent, monnaie. P.

PEDRIX, perdrix.

PEINE DE VIVRE (prendre), en parlant de personnes qui travaillent et
sont économes.

PEINTRE, espèce de limace qui se rencontre dans les caves et laisse sur
son passage une matière gluante qui _peint_ sa route.

PELARD, bois de chêne dont on a enlevé l'écorce. H.-N.

PÊLE, poêle à frire.

PELÉE, ce qu'on peut porter sur une pelle.

PELETTE, pelle à feu.

PELLUCHE, pelle en fer.

PÉLOT, palet.

PENDRE QUE DE (ne), rester à faire. Ex.: La table est servie, il ne
_pend que de_ dîner. H.-N.

PENSER, faillir. Ex.: Il a _pensé_ tomber. H.-N.

PÉPÈRE, vieillard. P.

PÉPIN-FAVART, pomme à couteau; espèce de calville.

PÊQUE, pêche.

PÉQUENCER, bavarder.

PÉQUENCIER, PÉCANCIÈRE, qui _péquence_.

PÊQUER, pêcher, aller à la pêche.

PÊQUER, marcher sur, dans.

PERCHER, percer. P.

PERDU (sentir le), être sur le point de perdre.

PÉRETTE, jeune fille folâtre.

PÉRI, péril.

PERQUE, perche.

PERSIN, persil. P.

PÉSACHIS, nom sous lequel on désigne les semailles et récoltes de pois,
vesce et lentilles.

PÉSAS, tiges de pois ou de vesce liées en bottes après le battage.

PÉSERI, champ où l'on a récolté des pois.

PESOUT, homme grossier et sans intelligence.

PESTER, être contrarié.

PET! paix! pour imposer un silence absolu.

PÉTIÈRE, ouverture qui se trouvait au haut de la culotte, par-derrière,
avant qu'on fit usage de bretelles; cette ouverture était plus on moins
serrée à l'aide d'un cordon ou d'une boucle. Nous n'oublierons jamais,
en entendant prononcer le mot de _pétière_, l'embarras et l'agitation
d'un brave homme que nous avons connu, dans la culotte duquel un mauvais
plaisant avait introduit une grenouille, par la _pétière_.

PÉTIOT, PÉTIOTE, petit, petite.

PETITS! PETITS! PETITS! cri pour appeler les poules.

PÉTOCHER, en parlant des enfants qui font du bruit en marchant.

PÉTONNIÈRE, bout de sureau dans lequel les enfants introduisent deux
balles de filasse, dont l'une chasse l'autre par la pression de l'air;
ce qui produit un bruit semblable à une légère détonation.

PÉTOTS, petits pieds.

PETRIR (auge à) V. _Mêt_.

PEU (un petit), très-peu.

PEU (un tant soit), excessivement peu, si peu que ce soit.

PEUPLE, peuplier. H.-N. P.

PHYSIQUE (beau), belle physionomie.

PIAFFE, coquetterie. H.-N.

PIAFFER, mettre de la recherche dans sa toilette.

PIAFFEUX, PIAFFEUSE, coquet, coquette. H.-N.

PIAI, pied. Dans un acte de 1356, il est question d'un _espasce de trois
piez à pié main_. Au siècle précédent, on rencontre encore cette mesure
sous le nom de _pedes manuales, pedes ad manum_. «Quoique cette
expression figure dans un assez grand nombre de textes, dit M. L.
Delisle, le sens n'en est pas encore déterminé avec certitude»
(_Etudes_, etc., p. 530). Nous croyons que le _pied-main_ est une mesure
approximative encore très en usage, parmi les ouvriers de la campagne,
quand il s'agit d'opérations qui ne demandent pas une grande exactitude
dans les appréciations. On prend un bâton de petite grosseur, plus ou
moins long, selon l'étendue de l'objet qu'on veut mesurer; on le place
horizontalement devant soi, en le tenant dans ses deux mains, les doigts
fermés en dessous; on éloigne ensuite les mains l'une de l'autre jusqu'à
ce que les deux pouces, allongés contre le bâton, se touchent par le
bout; alors on obtient le _pied-main_, c'est-à-dire que la longueur du
bâton renfermée dans les mains représente à peu près un pied.

PIAN-PIAN, lentement. P.

PIANE-PIANE (aller), marcher doucement; de l'italien _piano_.

PIANT, PIANTE, personne malpropre, qui sent mauvais.

PIARD (cheval), blanc et noir comme certaines vaches; couleur de la
_pie_.

PIAU, peau. P.

PIAUCER, écorcher, enlever la _piau_ d'un animal. On dit aussi: Faire
_piaucer_ un animal par un chien, pour signifier: le faire mordre, lui
faire arracher la peau.

PIAULARD, pleurnicheur. P.

PIAULER, pleurnicher. P. Se dit aussi du gloussement de la dinde.

PIÈCHE, pièce.

PIÈCHE, aucun. Ex.: Combien as-tu de chapeaux?--_Pièche_.

PIEDSENTE, _sentier_ par lequel on passe à _pied_.

PIERROT, coiffure de femme, dont le fond est très-élevé et chargé de
plis, ainsi que les deux espèces d'ailes qui se prolongent sur les
épaules.

PIÉTAIN, tumeur qui se forme dans la bifurcation du pied des moutons. P.

PIF, gros et long nez. B.-N. P.

PIGEON, pomme a manger.

PIGNÉ (bien, mal), bien ou mal ajusté, habillé.

PIGNER, peigner.

PIGNOCHE, cheville. B.-N.

PILAGE, brassage.

PILE (donner une), donner une rossée. B.-N. P.

PILER, brasser les pommes. B.-N.

PILER SUR, marcher sur. Ex.: Vous me _pilez sur_ le pied. H.-N.

PILON. Voy. _Grageux_.

PIMPERNELLE, pimprenelle. P.

PINCHARD, pinson.

PINCHER, pincer.

PINCHES, PINCHETTES, pincettes.

PINGEON, pigeon. P.

PINGRE, avare. P.

PIONE, pivoine. P.

PIOS! PIOS! PIOS! cri pour appeler les porcs.

PINOS! PINOS! PINOS! cri pour appeler les dindons.

PIOT, PIOTE, enfant, petit, petite. P.

PIPET, fétu à l'aide duquel on aspire un liquide. B.-N.

PIPIE, pépie.

PIPIE (avoir la), avoir soif.

PIQUETS, mouillettes.

PIRE (aussi), aussi mauvais. B.-N.

PIRE (avoir du), être le plus faible dans une lutte.

PIS, puits où l'on puise de l'eau.

PIS, mamelle de vache, de cheval, etc. B.-N.

PISSON, urine.

PLACHE, place. P.

PLACHER, placer.

PLACHEUX, offrant des places où il n'y a rien. Ex.: Ce blé est
_placheux_.

PLAIDEUX, plaideur. Ce mot est d'un usage fréquent dans le pays de Bray,
comme dans le reste de la Normandie. Cependant nous n'en sommes plus au
temps de Jacques de Camprond qui composa, en 1597, le _Psautier du
Plaideur_, dédié au Parlement de Rouen. Un vrai Normand ne mourait pas
en ce temps-là sans avoir eu un ou plusieurs procès, et le livre du curé
d'Avranches était le _Vade mecum_ de l'époque. Pour comprendre l'esprit
processif de nos bons aïeux, il suffit de se rappeler _le grand prochez
meu par un nid de pie_, sur lequel le Parlement de Normandie eut à se
prononcer en 1629. Pendant que les avocats déployaient leur inépuisable
faconde, les _petits piards_ faisaient défaut aux parties et les
mettaient d'accord, en abandonnant le nid. Aujourd'hui, on plaide moins
souvent qu'autrefois; cependant on assure qu'on rencontre encore çà et
là de vrais _plaideux_ aussi familiarisés avec le pétitoire, le
possessoire, le déclinatoire, le récursoire, etc., qu'un vieil huissier.
C'est peut-être par allusion à cet esprit de chicane qu'on a dit que:
_en Normandie_, _si l'on jette un nouveau-né contre une glace_, _il
trouvera moyen de s'y accrocher_.

PLAISI (au), au revoir; au _plaisir_ de vous revoir. P.

PLANCHE DU PIED, plante du pied. H.-N.

PLANCHÉ (lieu), planchéié.

PLANQUE, planche. P.

PLANQUETTE, planche placée sur un petit ruisseau pour servir de pont. P.

PLATÉE, ce que contient un plat.

PLATE-FORME, sablière. H.-N.

PLATINE, langue sans frein. Ex.: Quelle _platine!_

PLAUDE, BLAUDE, blouse. Il n'y a pas encore longtemps qu'on désignait
sous le nom de _plaude_, une espèce de longue redingote en toile grise
que portaient les vieillards peu aisés. Il doit exister beaucoup de
rapport entre ce vêtement et le _blialt_ du XIe siècle, dont il est
question dans la _chanson de Roland_.

PLAUDER. Voy. _Piaucer_.

PLEIN (tout), beaucoup. Ex.: Il a _tout plein_ de chagrin. P. B.-N.

PLEU-PLEU, pie-vert; ainsi nommé par onomatopée.

PLEUVER, pleuvoir.

PLEUVERE. V. _Pleu-Pleu_.

PLI, levée de cartes. P.

PLION, pièce de bois qui sert à maintenir le coutre d'une charrue dans
la position nécessaire; on change le _plion_ de côté, à chaque sillon.
Ce mot est aussi très-usité dans le sens de _ployon_.

PLOTER (se), se jouer ou se battre à coups de pelotes de neige.

PLOUTRE, pêne d'une serrure.

PLOYON, bâton pliant qui sert pour les couvertures en paille. P. Voy.
_Plion_.

PLUCOTER, se dit des volailles qui cherchent, qui épluchent les grains
perdus devant les granges.

POUAC! pouah!

POCHER, espèce de jeu de pair ou non, où l'on gagne des noix et du pain
d'épice aux fêtes de villages, surtout aux _Choules_.

POGNE (avoir une bonne), serrer fort avec la main; du latin _pugnus_,
poing.

POGNIE, poignée.

POIGNÉE (dernière). A la fin de la moisson, on réserve une poignée de
blé à laquelle on en ajoute une autre artistement tressée et un bouquet.
Alors les moissonneurs vont inviter la maîtresse de la ferme à venir les
aider _à finir à blé_; et, quand on est arrivé au lieu où la _dernière
poignée_ a été préparée, on danse une ronde et l'on vide une bouteille
de gros cidre, en mangeant une galette. Ensuite, on présente une
faucille enrubannée à la fermière, et, au moment où elle s'avance pour
scier la riche poignée, les moissonneurs s'arment de fusils qu'ils
avaient cachés sous les javelles, et une première décharge a lieu. Mais
parfois la dernière poignée n'est pas facile à couper, et chacun dit son
mot: _Voilà du blé qui est bien dur_.... _La faucille ne coupe pas_....
_Madame ne sait pas son métier_.... _Le moidoux ne se ferait pas vite de
ce pas-là_.... _Il y a du sorcier_.... _Allons, courage!_ Enfin, la
maîtresse se redresse et paraît renoncer au succès, lorsqu'un vieux
grognard s'avance: _Pardon! la maîtresse_; _m'est avis qu'il a poussé là
quelque chose depuis tantôt_.... Et il retire une branche qu'il avait
fourrée au milieu de la poignée de blé. On danse une nouvelle ronde; on
vide une seconde bouteille; on fait encore une décharge, et l'on regagne
la ferme, où un bon dîner est préparé, ainsi qu'une récompense pour les
bonnes gens qui ont offert la _dernière poigneé_. Pendant le reste de la
journée, les moissonneurs n'ont d'autre occupation que de tirer des
coups de fusil, manger et surtout boire. Un jeune garçon, interrogé sur
le plaisir qu'il avait eu dans une des circonstances que nous venons de
décrire, répondit: _On a eu du bon temps, mais on était crévé pour
verser à boire._

POIRES DE TERRE, topinambours. H.-N.

POIRIONS, verrues.

POISON (vieille)! Terme injurieux.

POLON, Napoléon.

POLYTE, Hippolyte.

POMMAGE (bon, mauvais), bonne ou mauvaise nature de pommes dans un
herbage. B.-N.

POMMEROLES, primevères. B.-N.

POMON, poumon. H.-N.

POMONIQUE, pulmonique.

PONCHET, coquelicot.

PONNU, pondu.

POPOT, POPOTE, petit garçon, petite fille, poupée.

POR, pour. P.

PORÉSINE, poix-résine.

PORETTE, jeunes poireaux à repiquer. H.-N.

PORIONS. Voy. _Poirions_. P.

PORQUER, qui garde les porcs.

PORTRAIT (tirer en), faire le portrait, peindre. H.-N.

PORSUIRE, poursuivre. P.

PORTE-COS, espèce de joug qui sert aux servantes de ferme a porter des
seaux.

PORTEUX DE LETTRES, facteur rural de la poste. H.-N.

POT, ancienne mesure qui contient deux _chopeines_.

POT, pièce de charpente qui supporte les sommiers. H.-N.

POTAYE, potée.

POTICHE, cuisine de pauvres gens. H.-N.

POTIN, bavardage inutile.

POTINER, faire des remontrances à contre-temps.

POTINIER, POTINIÈRE, qui _potine_.

POTUIT, porte d'une cour, placée entre deux _pôts_ et surmontée d'une
petite couverture par laquelle on ne passe qu'à pied.

POU, pour.

POUANT, faiseur d'embarras. P. Malpropre.

POUCHE, petit sac.

POUCHINÉE, couvée d'une poule.

POUCHINIÈRE (la), les pléiades.

POUILLARD, vaurien. B.-N. Perdreau trop jeune pour être tué.

POULAIN. On nomme ainsi ce qui s'échappe d'un oeuf cuit dans les cendres,
quand la chaleur fait crever la coque.

POULE-D'INDE, dinde.

POULET-D'INDE, dindon.

POULIER, poulailler.

POULINÉE, fiente des poules. H.-N.

POULIOT, pièce de bois mobile placée à l'extrémité postérieure d'un
chariot ou d'une charrette, sur laquelle s'enroule la _liache_.

POULOT, jeune enfant; de _pullus_. Dans le grec moderne, on emploie
encore, dans la forme patronymique, l'expression _poulo_, quand on veut
joindre le nom individuel du fils à celui du père. C'est comme _mac_, en
Écosse; _o_, en Irlande; _ap_, dans le pays de Galles; _fitz_, _son_,
_en_, en anglais; _vitch_, dans les langues russes; _ez_, en espagnol;
_oglou_, en turc, etc. (_Encyclopédie_ du XIXe siècle, vol. 33me, p.
230). B.-N. P.

POUQUE. Voy. _Pouche_.

POUQUETTE, poche, petite _pouche_.

POUQUETTE (faire), mettre en cachette des fruits ou autre chose à sa
poche, quand on n'a plus faim.

POURCACHER, en parlant des animaux qui poursuivent les autres pour les
empêcher de manger.

POURLÉQUER (se), se lécher les lèvres après avoir mangé quelque chose de
bon. P.

POURPE (le), suette militaire.

POURVANE, ration d'avoine ou de son qu'on donne aux chevaux et aux
vaches. H.-N.

POUSSE-POUSSE, jeu d'enfant. Les deux joueurs ont chacun une épingle
qu'ils poussent l'une contre l'autre, jusqu'à ce que l'une des deux
reste sur l'autre; alors celle du dessous devient la propriété du
gagnant.

PRÊCHEUX, prédicateur. P.

PREMIER QUE (au), jusqu'à ce que.

PRÈS, près de, près du. Ex.: Il demeure _près_ l'église, _près_ le
boulevart, etc.

PRESSEUX, pressoir; lieu où l'on _pile_ et où l'on presse les pommes.

PRÈT (attraper son), lever un fardeau trop lourd et gagner une hernie.
En parlant d'une fille de conduite équivoque, qui se trouve enceinte.

PRÈTE, prêtre.

PRÉTINTAILLES, petits grelots qu'on attache au collier des chevaux des
rouliers et de ceux qui conduisent les diligences.

PRINS, PRINSE, pris, prise. P. On dit qu'une fille est _prinse_, quand
elle est enceinte.

PRINSE, prise de tabac.

PRINSSEUX. Voy. _Presseux_.

PRIVÉ, lieu d'aisance.

PRIVÉ (animal), apprivoisé. P.

PTIOT. Voy. _Piot_. P.

PU, plus.

PUCHE, puce.

PUCHER, puiser. Ex.: _Puchez_ de l'eau dans le seau. P.

PUCHOT, lieu où l'on puise de l'eau dans une mare.

PUCHOT, altise; espèce de caléoptère qui vit sur le colza et les pois,
auxquels il cause un grand tort. H.-N.

PUFINE, excrément humain.

PUISSANT (homme), gros et gras. H.-N. P.

PURE, peur.

PURÉE (porter la), être grondé, pour un autre, sans l'avoir mérité.

PURER, presser dans ses mains un linge mouillé pour le faire égoutter;
des groseilles pour en obtenir le jus. H.-N.

PURGE, purgation.

PUS, plus.

PUTEAU, mare qui reçoit l'égoût du fumier. On dit aussi _putet_.

PUTIER, homme débauché.


                                  Q

Q'MENCHER, commencer.

Q'MIN, chemin. Le mot _quemin_ était très-usité au moyen-âge.

Q'MINAYE, cheminée.

QUANTES (toutes fois et), quand on voudra. H.-N.

QUART-D'HEURE (pour le), pour le moment. H.-N.

QUARTE, quart du boisseau.

QUART-MOINS DE, quinze minutes avant l'heure. Ex.: Il est le
_quart-moins_ de dix heures, c'est-à-dire neuf heures quarante-cinq
minutes. H.-N.

QUARTRON, le quart d'un cent, ou plutôt vingt-six, selon l'usage
consacré. Pour les fruits, le _quartron_ s'étend même jusqu'à
trente-deux.

QUASIMENT, presque; du latin _quasi_. B.-N. P.

QUATE, quatre.

QUATRE FERS D'UN QUIEN (ne pas valoir les), ne valoir rien. Ex.: Il ne
vaut pas les _quatre fers d'un quien_.

QUATRE-VINGT-DIX-NEUF COUPS (avoir fait les), avoir mené une vie
aventureuse et déréglée.

QUÉ? qu'est-ce? Ex.: _Qué quo_ dites?

QUENAILLE, canaille. H.-N. On emploie aussi cette expression en bonne
part, en parlant aux enfants. Ex.: Embrasse-moi, _quenaille_.

QUÊNE, chêne. P.

QUENOT, petit chien.

QUÊNOT, petit chêne.

QUENOTTER, mettre bas; en parlant d'une chienne.

QUETOU, cochon.

QUETOUS! QUETOUS! QUETOUS! cri pour appeler les porcs. H.-N.

QUEUE DE LEU (à la), l'un derrière l'autre.

QUEUQUE, quelque.

QUEUQU'UN (un), quelqu'un.

QUÈVRE, chèvre.

QUÉVRON, chevron.

QUI, qu'il, qu'ils.

QUIACHE, excréments des oiseaux; scorie du charbon de terre.

QUIARD. Voy. _Berneux_.

QUIEN, chien.

QUIEN DE FEU, chenet.

QUIEN DE TERRE. Voyez _Mans_.

QUIEU? quel, quelle?

QUIOLE, diarrhée.

QUIOT, QUIOTE. Voy. _Piot_.

QUO, que vous. Ex.: Je crois _quo_ mentez.

QUO. Employé dans les phrases interrogatives, pour suppléer à
l'inversion. Ex.: Où _quo_ z'allez? D'où quo venez? H.-N.

Q'VA, Q'VAS, cheval, chevaux.

Q'VEUX, cheveux.

Q'VILLE, cheville.


                                  R

RABÊTIR, rendre stupide. P.

RABIENNER, réconcilier.

RABISTOQUER, raccommoder de vieux habits et de vieux meubles. P.

RACACHER, ramener les bestiaux à l'étable. P.

RACAILLE, mauvais bestiaux, mauvaises gens. Nous croyons voir un grand
rapprochement entre ce mot et le terme de mépris _raca_, dont il est
parlé dans l'Evangile, et qui était en usage du temps de J.-C. Le mot
_raca_, ou plutôt _reca_, vient de l'hébreu RIK, et signifie à peu près:
_tête légère_. Aussi le Sauveur déclare-t-il que celui qui adressera
cette injure à son frère, sera seulement cité devant le conseil, tandis
que celui qui lui dira: _Vous êtes fou_, méritera l'enfer.

RACCOLER, entraîner quelqu'un avec soi.

RACCROC (par), après coup.

RACHINNE, racine.

RACLÉE, volée de coups de bâton. P.

RACOIN, recoin.

RACCOURCHIR, rendre plus court.

RACCROCHER. Voy. _Raccoler_.

RACCROCHER (se), se dédommager d'une perte, en gagnant d'un autre côté.

RADOUBLER, revenir sur ses pas. B.-N.

RADRECHER, RADRESSER, recommencer, réussir dans une entreprise où l'on
avait échoué d'abord. H.-N.

RAFISTOLER, raccommoder grossièrement. H.-N. P.

RAFOURÉE, portion de fourrages qu'on donne aux bestiaux pour un repas.

RAFOURER, donner à manger aux vaches et aux moutons dans l'étable. P.

RAFULER, coiffer. P. Donner un soufflet.

RAGACHE, qui parle sans cesse et veut toujours avoir raison. H.-N.

RAGUISER, aiguiser. P.

RAIE, sillon de charrue.

RAILE DU DOS, épine dorsale.

RAILER, rayer, faire des raies sur quelque chose.

RAILETTE, milieu des cheveux sépares en natte sur le front.

RAINCHÉE, rossée.

RAINE, grenouille; de _rana_. B.-N. P.

RAISONNER, répondre mal à une personne qui vous fait une remontrance ou
vous reprend.

RAISONS (avoir des), être abondant en paroles. Avoir des altercations.

R'ALLER, aller de nouveau. H.-N. Je _r'vais_, je _r'allais_, j'ai
_r'été_, je _r'irai_, etc.

RALLONGE, allonge.

RAMARRER, rejoindre par un noeud les deux bouts d'une corde.

RAMBOURG, très-grosse pomme à couteau. Ces pommes ont commencé à être
connues à Rambures (Somme). Charles Etienne en a peut-être fait un éloge
un peu exagéré dans son _Seminarium_.

RAMENDER, se vendre moins cher, aller mieux; en parlant d'un malade.
B.-N.

RAMENDEVER, rappeler; même signification que le vieux verbe français
_ramentevoir_.

RAMOUCHELER, mettre de nouveau en _mouchet_.

RAMOUDRE, ramoner. Aiguiser un tranchant.

RAMOULEUX, ramoneur. Émouleur.

RAMUCRIR, rendre _mucre_.

RAN, bélier, P. B.-N.

RANCER, avoir la respiration gênée et bruyante.

RANCANGNÉ; se dit d'une personne qui regarde en dessous et dont la
figure n'a rien d'attrayant.

RANDIR, rôder, tourner autour. P.

RANDON, babil ennuyeux, revenant sans cesse sur le même sujet. H.-N.

RANDONNER, rôder, aller et venir dans un endroit. Bouillir trop
longtemps. B.-N.

RANDONNAGE, action de _randonner_. P.

RANDOUILLER; en parlant d'un mets qui reste trop longtemps sur le feu.

RANQUEUX, animal de rebut, qui se devient mal.

RAPARILLER, rappareiller.

RAPENSER (se), se souvenir.

RAPIAMUS (faire), enlever tout; du latin _rapere_, enlever. P.

RAPINEUX, qui vit de rapines. P.

RAPOUSSER, rendre ce que l'on avait reçu.

RAPPORT A, à cause de. Le T ne se fait pas sentir. Ex.: Nous dinerons à
deux heures _rappor à_ vous. H.-N.

RAPSAUDER, dire des rapsodies. P.

RAPTI, tiges de colza, dont on a enlevé la graine.

RAS-DE-TERRE (à), à rez-terre.

RASEUX, rasoir.

RASIÈRE, demi-hectolitre; mesure pour les pommes et les grains. B.-N.

RASSIÈRE, rasseoir.

RASSIR, rasseoir. P.

RASSOTER, raffoler. P.

RATATINÉ (homme), gros et de petite taille.

RATATOUILLE, fricassée grossière. P.

RAT-BAILLOT, lérol.

RATELAGE, ce qu'on ramasse dans un champ ou une prairie, à l'aide d'un
rateau, quand la récolte est recueillie.

RATELLE, grand rateau qui sert à recueillir les épis échappés aux
moissonneurs.

RAT-LÉROT. Voyez _Rat-Baillot_.

RATIER, qui fait métier de détruire les rats.

RATIRER, attirer chez soi.

RATISER, attiser.

RATON. Voy. _Coraprenant_. M. l'abbé Corblet cite une étymologie bizarre
de ce nom, extraite d'un manuscrit de la bibliothèque de l'Arsenal:
«L'an 893, Dodilo, évêque, alla, accompagné des religieux de
Saint-Vaast, jusqu'à Beauvais où avait été transporté le corps de
Saint-Vaast, seize ans auparavant, pour le ravage des Normands, et fut
rapporté à Arras par l'evêque, avec affluence de peuple, lequel montra
grand signe d'allégresse et de dévotion, remerciant Dieu qui leur avait
rendu ce précieux trésor sain et entier. Ce fut alors que le peuple, en
réjouissance, inventa une espèce de pâte composée d'oeufs, de lait et de
pain dont ils se regalèrent, ce que depuis lors on a continué de faire
tous les ans, le jour de la fête du saint, dans ladite abbaye et dans la
plus grande partie du peuple, même jusqu'aujourd'hui, ce que l'on a
nommé _raton_, parce que le peuple, allant au-devant du saint,
s'écriait: _le raton? le raton?_ voulant dire: _l'a-t-on retrouvé_?»

RATOURS, détours. P.

RATTRAPER (se). Voy. _Se raccrocher_. H.-N.

RATRUCHE, ratissoire.

RATRUCHER, ratisser.

RAVALEMENT, portion de muraille qui dépasse le plancher du grenier.
H.-N.

RAVEINDRE, rejoindre. Retirer d'un trou, d'une rivière, d'un mauvais
pas, etc. P.

RAVEUGLER TOUT, renverser tout, en cherchant dans une armoire ou
ailleurs.

RAVIGOTER, restaurer, faire revivre.

RAVISER, apercevoir. P.

RAVISER (se), revenir sur une détermination. P.

RAVOIR, posséder une seconde fois. H.-N. P. Ex.: Je _r'ai_, je
_r'avais_, j'ai _r'u_, je _r'érai_, etc.

RAYER (se), tracer des lignes au crayon sur le papier, pour les suivre
en écrivant.

R'COMMANCHER, recommencer.

RECHEVEUX, grand cuvier qu'on place sous le canal de la _faiselle_, pour
recevoir le cidre nouvellement brassé.

RE. Cette syllabe, au commencement des mots, se prononce ordinairement
comme _er_. Ex.: _Ervenir_ pour _revenir_, _erpos_ pour _repos_. P.

RÉBABARATIF (air), air rébarbatif.

REBIFFER (se), se révolter contre. P.

REBLINDER, recommencer.

REBOUQUER, reculer, renoncer à; le plus souvent, ne plus pouvoir manger.
H.-N. B.-N.

REBOURS (à la), à rebours.

REBOURS (cheval), cheval qu'on ne peut faire avancer, même à l'aide des
coups de fouet les mieux appliqués.

REBOUTEUX, homme qui reboute les os fracturés et soigne les luxations.
H.-N. P.

REBROQUER, réparer un mauvais vêtement ou une mauvaise couverture en
paille. P.

RÉBROUER, renvoyer rudement. P.

REBULET, produit du blé qui tient le milieu entre la farine et le son.

REBUS (chemins), raffermis après la pluie.

RÉCART (mettre au), mettre au rebut.

RÉCAUFFER, réchauffer. P.

RECAUSER DE, reparler de. H.-N.

RÉCENT (homme), qui n'est pas ivre. P. H.-N.

RECHINCHER, revendeur.

RECHIPPER, pousser de nouveau en cépée. H.-N.

RÉCONFORTER, donner des forces, du courage.

RÉCOPILLE (tout). Voyez _Craché_ (tout).

RECOUPES. Voy. _Rebulet_.

RÉCOQUILLER, rendre la santé.

RECOUVRIR LA SANTÉ, recouvrer.

RECTA, exactement. P.

RÉCURER, écurer. H.-N.

RÈDE, vite. P.

RÉDILLON, sentier escarpé. H.-N.

REFAIRE, attraper, tromper. P. B.-N.

RÉFORCHER, engager à manger. H.-N.

REFOUIR, fouir une seconde fois. P.

RÉGALER, payer la goutte. Ex.: _Régalez_-vous aujourd'hui?

REGARDANT (homme), parcimonieux. H.-N. P.

RÉGENCE, petit pain fait au levain de bière. H.-N.

REGLER, avoir la respiration gênée et faire du bruit en respirant.

RÉGLISSE (du), de la réglisse.

RÉGNON (dire son), en parlant du léger bruit produit par le chat avant
de s'endormir.

REGOURER. Voy. _Gourer_.

RÉGUISER, aiguiser.

REIDERIE, engouement pour certaines choses. P.

REIDEUX, qui a des _reideries_. P.

REJOINDRE, se venger. Ex.: Tu m'as nui, mais je te _rejoindrai_. P.

RÉJOUI, gai. P.

RELANNER, rosser; signifie peut-être frapper avec une _lanière_.

RELEVÉE, après-midi. H.-N.

RELEVER, faire ses relevailles. P.

RELEVER UN ACTE, en prendre une expédition. B.-N.

RELICHÉE, rossée.

RELICHER, rosser.

RELIÉE, rossée.

RELIER, rosser.

RELIPPER, boire la part d'un autre.

RELUQUER, regarder longtemps ou plusieurs fois une personne avec
inconvenance, ou un objet pour le voler.

REMBARER, riposter avec énergie. P.

REMBRAILER, donner suite à une fête, le lendemain ou le jour de
l'octave; signifie peut-être remettre ses _braies_ de fête.

REMBRAILER (se), remettre ses braies, ses pantalons.

REMETTEUX. V. _Rebouteux_.

RÉMINER, réfléchir, chercher dans son souvenir; du latin _reminiscere_.

REMIRER, regarder avec attention. P.

REMONTÉE, après-midi. P.

REMONTER, reprendre son travail après midi. P.

REMOTTER, former une motte de terre au pied de certaines plantes, telles
que la pomme de terre.

RÉMOUDRE, aiguiser sur une meule.

REMPIÉTER, refaire le pied d'un bas. P.

REMPLUMER (se), se remettre bien dans ses affaires; regagner au jeu ce
qu'on avait perdu. P.

REMUQUE (sentir le); se dit d'un vase ou d'un objet qui porte certaine
odeur désagréable, semblable à ce qu'on appelle _odeur de fût_, _de
tonneau_.

RENAFLER, respirer bruyamment par le nez; s'emploie surtout en parlant
des chevaux qui sont effrayés.

RENALLER, (se), s'en aller de nouveau.

RENARÉ (être), trouvé plus rusé que soi.

RENCHARGER, recommander.

RENCHIN (faire un), faire un circuit et revenir à son point de départ.

RENELLE, ruelle d'un lit.

RENFILER, affiler. B.-N.

RENFOURRÉE. V. _Rafourée_.

RENFOURER. V. _Rafourer_.

RENFRAICHIR, rafraîchir. H.-N.

RAFRAICHISSEMENT, rafraichissement. H.-N.

RENGAINER SON COMPLIMENT, être obligé de renoncer à un projet, à un
ouvrage qu'on allait entreprendre.

RENHAITER, exciter, encourager.

RENIFLER, aspirer par les narines; faire remonter l'humeur qui les
remplît, pour éviter de se moucher. H.-N.

RENMESSER, faire dire une messe d'actions de grâces, le lendemain de son
mariage.

RENOUVEAU (le), le printemps. P.

RENOUVIAU (au), au printemps.

RENTIQUÉES (avoir des), des répliques, des reparties.

RENVOIS (avoir des), avoir des rapports.

RÉPARER (se), en parlant du temps qui passe au beau après la pluie.

REPASSEUX, émouleur.

RÉPER, avoir des _répets_. P.

RÉPET, rot.

RÉPONNU, répondu. H.-N.

REPIMPÉ, qui a fait toilette.

RÉPRIMANDABLE, répréhensible.

RÊQUE, d'un goût apre.

RÊQUE (air), air revêche.

RÊQUER, abattre les dernières pommes d'un arbre.

RÊQUET, petite gaule qui sert à _rêquer_.

RÉQUILLONS, restes.

REQUINQUÉ, paré, en toilette.

REQUIR, requérir.

RESAQUER, tirer de nouveau une personne d'un mauvais pas, un objet du
lieu où on l'avait mis.

RÉSIPÈLE, érysipèle.

RESPECT (sauf, sous votre). Formule fréquemment employée quand on parle
des animaux ou de choses immondes à une personne au-dessus de soi. Ex.:
Je viens de vendre des cochons, _sauf votre respect_. H.-N.

RESERRE, serre de jardin, lieu où l'on retire divers objets.

RESSOURDRE, réveiller, activer, relever; du latin _resurgere_. B.-N.

RESSUER, en parlant des murs quand ils se couvrent d'humidité.

RESSUYÉS (chemins). Voy. _Rebus_.

RESTER A, avoir son domicile. Ex.: Il _reste_ à Paris.

RETAPÉ, en toilette. B.-N.

RETAPER (se), faire toilette. P.

RÉTOQUER (se), faire de nouveaux efforts pour soulever un poids. Se
montrer _rétoquet_.

RÉTOQUET, petit homme qui parle beaucoup et n'aime céder à personne. P.

R'ÊTRE, être de nouveau. Ex.: Il _r'est_ parti. H.-N.

RETRUC (avoir du), avoir plus d'un expédient à son service.

RÉTU, qui jouit d'une bonne santé.

REUE, roue. P.

REUE (faire l'), en parlant d'une vache, et surtout d'un taureau qui
menace de ses cornes en mugissant.

REULIÈRE, ornière; trace profonde de la _reue_.

RÉUNIR A, avec, et. Le verbe RÉUNIR ne doit jamais être suivi de A ni de
AVEC; ainsi il ne faut pas dire: _réunir la prudence_ A _la hardiesse_,
mais _réunir la prudence_ ET _la hardiesse_.

REVENEZ-Y (goût de), mets ou boisson dont le goût flatte.

REVERTÉRIS (avoir un), changer de résolution.

REVOIN, regain.

RHABILLER, habiller de nouveau. Parler mal de quelqu'un. P. Piquer la
meule d'un moulin.

RHEUME, rhume. On a passablement disserté sur l'étymologie de ce mot. M.
Labourt le fait venir du celtique _rum_, qui signifie: réunion,
agglomération en général, en ce sens que le rhume provient d'un amas,
d'une aggrégation d'humeurs sur la poitrine. M. l'abbé Dartois repousse
cette origine, parce qu'elle repose sur une étymologie philosophique peu
en rapport avec l'habitude de procéder du peuple, qui juge ordinairement
par la cause et les effets, et jamais d'une manière insaisissable aux
sens. Pour le peuple, _la rheume_ est un _refroidissement_; et c'est, en
effet, par des mots qui ont cette signification que cette maladie est
désignée en hollandais, en anglais, etc. Puis, l'espagnol, le portugais,
le catalan, etc., ont une expression tout-à-fait en rapport avec le grec
_reûma_. D'où le savant chanoine de Besançon conclut, avec M. A. de
Poilly, que la racine de rheume vient du grec (Voir le _Glossaire du
patois picard_, par M. l'abbé Corblet, p. 598 et suiv.). P.

RIBAMBELLE, multitude. H.-N.

RIBLE. Voy. _Halitre_.

RIDEAU. Voy. _Condos_.

RIDIAUX, rideaux.

RIFLE, morceau de bois qui se place au bout du _hanse_, et dont les
faucheurs se servent pour aiguiser leur faux.

RIFLER, se servir du _rifle_. Effleurer.

RIGOLET, rigole.

RIGOLISSE, réglisse.

RIKIKI (un coup de), un verre de liqueur. P.

RIMÉE, gelée blanche; frimas. P.

RIMER, geler _blanc_.

RINCHÉE, volée de coups. P.

RINCHER LA LESSIVE, laver, aigayer le linge, avant de le tordre.

RINCHETTE, verre d'eau-de-vie qu'on prend après le café.

RINCHURETTE, verre d'eau-de-vie qui vient après la _rinchette_.

RINGOLISSE, réglisse. P.

RIO, petite raie, poisson.

RIO, petite rigole dans laquelle on plante des pois, des fèves, etc. P.

RIOCHER, rire en se moquant.

RIOCHEUX, qui _rioche_.

RIOTEUX, instrument de jardinage qui sert à faire des _rios_.

RIQUIQUI (famille de), composée d'un grand nombre de membres.

RISQUE-A-LA-RISQUE, à tout hasard. Au moment de dire la messe, un prêtre
n'avait, pour lui répondre, qu'un enfant peu en mesure de le faire. Le
prêtre commence: Introibo ad altare Dei. Pas de réponse! Il recommence:
Introibo, etc.--_Risque-à-la-risque_, répond le serrant: ET CUM SPIRITU
TUO.

RISQUEUX, douteux, périlleux.

RISQUIPÈTE (oeufs à la), oeufs à la coque, cuits dans les cendres, _à la
risque qu'ils pettent_.

RITELET, roitelet.

ROBIN, taureau. H.-N. En Bourgogne, on donne ce nom aux béliers.

ROBINIÈRE (vache), qui tourmente les autres et est impropre à la
reproduction.

ROGATONS (marchand de), qui vend des objets de peu de valeur, des jouets
d'enfants. H.-N.

ROGNONNEMENT, action de rognonner.

ROGNONNER, murmurer entre ses dents. H.-N.

ROGUE, réunion des oeufs du poisson.

ROGUE (poisson), poisson femelle qui n'a pas encore frayé. P.

ROMATIQUE, rhumatisme.--_Qué qu'ch'est que c'te plante-là_, demandait
dernièrement un enfant au curé de sa paroisse, eu lui montrant une
touffe d'hysope?--C'est une plante aromatique...--_Une plante à
romatiques? Ah! donnez-m'en unne branque pou papa qu'en souffre tant!_

RONCHAILLES, lieu où il y a beaucoup de ronces.

RONCHES, ronces.

RONDINS, bois à brûler qui n'est pas encore fendu.

RONGE (revenir au), goût des aliments qui revient et se fait sentir
d'une manière incommode après le repas.

ROQUES, mottes de terre qui se trouvent dans les terres labourées. P.

ROQUET, pomme à cidre tardive; bonne espèce.

ROS, roue.

ROS (faire la). Voy. _Reue_ (faire la).

ROSETTE, rose. On rapporte qu'un congénère de ce mot, _Roselle_, a donné
lieu à un des plus beaux vers de Malherbe, quand il adressa à un de ses
amis, qui venait de perdre sa jeune fille, le quatrain suivant, que tout
le monde connaît:

      Ta fille était du monde où les plus belles choses
                Ont le pire destin,
      Et Roselle à vécu ce que vivent les roses,
                L'espace d'un matin.

Lorsqu'on imprima ces vers, il paraît que le compositeur lut mal le
commencement du troisième, et fit tout simplement un chef-d'oeuvre, sans
s'en douter, en mettant le vers suivant, qu'on se garda bien de changer:

      Et Rose elle à vécu ce que vivent les roses.

ROTEUX, lieu qui reçoit l'égoût du fumier. H.-N.

ROUAN (cheval gris-), d'un gris tirant sur le roux.

ROUELLES, roues de charrue.

ROUGE, homme qui a les cheveux roux. H.-N.

ROUGE-BRIÈRE, pomme à cidre, tardive; excellente espèce. H.-N.

ROULÉE, rossée. P.

ROULET, rouleau servant aux travaux des champs pour écraser les
_roques_.

ROULET, ralement précurseur de la mort.

ROULIÈRE, blouse dont se servent les rouliers et autres personnes. P.

ROUPIEUX, honteux. P.

ROUPILLER, faire le plus léger bruit, soit en parlant, soit en pleurant.
On dira à un enfant qui pleure: Si tu _roupilles_ encore, je te donne le
fouet.

ROUQUELOUSE, espèce de houppelande.

ROUSSI. Voy. _Roteux_. P.

ROUSSI, légèrement atteint par le feu.

ROUSSI (sentir le), porter l'odeur d'une étoffe qui brûle.

ROUSSIR (se), brûler ses vêtements en les approchant trop du feu.

ROUSSOLÉ, rissolé.

ROUTER, vomir.

ROUVIEU, maladie de la peau, particulière aux chiens.

ROUVREUIL. Voy. _Rouvieu_. H.-N.

ROUX-VENTS, vents qui, à l'époque de la _lune rousse_, avril et mai,
brûlent les jeunes pousses des plantes qui prennent une couleur
_rousse_. Noël a employé ce mot: «Les _roux-vents_, dit-il, décolorent
et transforment le bouton de la fleur en pointe de gérofle... et
trompent l'espérance du cultivateur» (_Premier Essai sur la
Seine-Inférieure_, p. 224).

RUCHE (que je), subjonctif du verbe _ruer_. P.

RUDE, grand, considérable, fort.

RUDEMENT, extrêmement. P.

RUETTE, petite rue.

RUMINER. Voy. _Réminer_. H.-N.

RUQUE, ruche.

RUQUER, rucher.


                                  S

S', sa, se.

SACLER, sarcler.

SACRESTI, SACRISTI, juron.

SAFRE, goulu; se dit surtout des chiens. H.-N. B.-N.

SAGOIN, homme malpropre. H.-N. P. M. Corblet considère ce mot comme la
contraction de _sale grouin_.

SAI, soif.

SAI, soi.

SALÉ (petit), lard salé.

SALIGAUD. Voy. _Sagouin_. H.-N.

SALIGOTER (se), se salir. H.-N.

SALINNE, poisson ou viande salés.

SALOPE, femme malpropre.

SALOPIN, enfant malpropre.

SAN, son; devant une consonne.

SANG (tirer du), saigner.

SANRIETTE, sarriette. Cette plante était cultivée dans les jardins dès
le commencement du XIVe siècle.

SANS (être de), manquer de. Ex.: Avez-vous des épingles?--Non, je suis
_de sans_.

SANS-CULOTTE, vêtement des petits garçons, qui comprend la veste et le
pantalon.

SANSURE, sangsue. H.-N.

SANVRE, sanve; espèce de senevé. H.-N. P.

SAOUL (raide), tout-à-fait ivre jusqu'à la rigidité des membres. H.-N.

SAOULARD, ivrogne de profession.

SAPAS, malpropre. B.-N.

SAQUER, extraire d'un sac, d'un trou, d'une mare, etc. H.-N. Ce mot se
rapproche d'une des acceptions de l'espagnol _sacar_.

SAQUER (se), fuir promptement. H.-N.

SAREAU, espèce de tablier à l'usage des petits enfants.

SAS, ivre, rassasié. H.-N. Saule.

SATANÉ, diabolique. H.-N.

SAUX, saule. Au moyen-âge, le nom de cet arbuste s'écrivait constamment
_saux_, _saulx_.

SAVENIAU, verveux; espèce de filet qui sert à prendra le poisson.

SAVOIR, SAVER, savoir, pouvoir. Ex.: Il ne _saurait_ travailler
longtemps sans se reposer.

SCIAU, seau. P.

SCIO, petite scie.

SEC, SÈCHE, SÈQUE. On confond ordinairement ces adjectifs pour le
masculin et le féminin. H.-N.

SÉCRAN, maigre. B.-N.

SEIGLERI, champ où l'on a récolté du seigle.

SELLE A LESSIVE, espèce de traiteau sur lequel on bat et on laisse
égoûter le linge qui a été lessivé.

SEMEUX. Ce mot désigne: 1º un homme qui sème; 2º l'espèce de nappe qu'il
passe en bandoulière pour porter la semence.

SENS (se manger les), s'impatienter fortement. H.-N.

SENTE, sentier. H.-N. P.

SENTU, senti.

SEOIR (se), s'asseoir. H.-N.

SÉQUER, sécher; faire sécher. Ex.: Avez vous _séqué_ votre linge? H.-N.

SECHER, chercher.

SERCIES (lèvres), lèvres gercées.

SÉRIE (faire), travailler le soir à la chandelle. P.

SERRER, placer un objet en lieu sûr. H.-N.

SERTE, temps de l'engagement d'un domestique ou d'une servante.

SERUGIEN, chirurgien. H.-N.

SERVIR, saillir. B.-N.

SÈT, SÉS, sel. Ses; devant une consonne.

SÉYANT, séant. B.-N.

SIEN (le), celui. Ex.; _Le sien_ qui sortira le dernier, fermera la
porte.

SIENNE (la), celle.

SIENNES (les), celles.

SIENS (les), ceux.

SIEN A (le), celui de. Ex.: Mon chapeau est plus beau que _le sien à_
ton frère. H.-N.

SIÉTEZ-VOUS! asseyez-vous!

SIEU, suif. H.-N.

SI-FAIT, nouvelle affirmation contre une négation. Ex.: J'ai été à
Paris.--Non, vous n'y avez pas été.--_Si-fait._ P.

SIN, son.

SINER, signer.

SINNE, signe. Signature.

SI PEU QUE RIEN, en très-petite quantité. H.-N.

SIROTEUX, qui a la consistance du sirop. H.-N.

SISSITE (faire), s'asseoir; terme enfantin. P.

S'N, son; devant une voyelle. P.

SOEURETTE, petite soeur. P.

SOIFFEUR, qui boit souvent, ivrogne. P.

SOIRANTE (à la), vers le soir. B.-N.

SOLAI, soleil.

SOLDAR, soldat. Le vieux mot français était _soudart_.

SOLE, pièce de bois qui, dans les maisons en charpente, repose sur la
maçonnerie de la base du bâtiment, et dans laquelle sont _entenonnés_
les _pots_ et les colombes. H.-N.

SOLINAGE, maçonnerie qui se trouve sous la _sole_.

SOMMÉLER, effrayer. H.-N.

SOMMIER, grosse pièce de bois posée horizontalement, sur laquelle sont
appuyées les solives.

SONNER MOT (ne), ne rien dire. H.-N.

SORCILÈGE, sortilège. H.-N.

SORTIR DE, venir de. Ex.: Il _sort d'_être malade.

SOTTES (avoir les mains), Voy. _Gourdes_. P.

SOTTISIER, qui dit des paroles obscènes.

SOUAIS (à vos), à vos souhaits! Paroles qu'on adresse aux personnes qui
éternuent. Nous pensons que cet usage remonte à une haute antiquité.

SOUDRE (faire), faire partir, lever. Ex.: Il a fait _soudre_ un lièvre;
vient peut-être de _surgere_.

SOUILLON, femme malpropre; semble venir de _suillus_. P. H.-N.

SOULARD, ivrogne. P.

SOUPLE, moite.

SOURCIN, nom par lequel on désigne les souris, les mulots, les rats,
etc.

SOURIS (cauque), chauve-souris.

SOUS-CHEVRON, arbalêtier. L'Académie écrit _arbalétrier_, ce qui,
d'après Napoléon Landais, est un barbarisme, attendu que ce mot vient
d'_arbalête_. H.-N. On dit aussi _sous-quévron_.

SOUTINT, soutenu. H.-N.

SOUVENT, vite. Ex.: Il n'arrive pas _souvent_.

S'S', ses, devant une voyelle.

ST', ce, cette; devant une voyelle.

STE, cette; devant une consonne.

STICHITE, celui-ci.

STILA, celui-là.

STILO, celui-là. P.

SU, ce. Sur.

SUÉE (endurer une), avoir des souffrances aiguës; entendre ce qui est
capable de faire suer de peur. B.-N.

SUERIE, action de suer. H.-N.

SUFFISANCE (manger à sa), selon son appétit. H.-N.

SUGRÉGEON, épautre. Il est souvent question, dans les chartes du
moyen-âge, d'une espèce de froment désigné sous le nom de gros blé,
_grossum bladum_ (_Etudes_, etc., par M. L. Delisle, p. 321). Ne
serait-il point question ici du _sugrégeon_ dont la culture était
autrefois assez étendue, à cause de sa rusticité et de sa faculté de
réussir dans les plus mauvais terrains? Son nom de _gros blé_ lui serait
peut-être venu surtout de la grosseur de son épi. La variété la plus
cultivée devait être le _triticum spelta_ de Linnée, le _froment grand
épautre_.

SUI, suivi. P.

SUIRE, suivre. P.

SUMER, semer. H.-N.

SUPER, boire peu à la fois et en aspirant, à la manière des animaux
ruminants, tels que la vache; en anglais, to sup. _B.-N._

SUPÉRIEUREMENT, très-bien.

SUR (pour), certainement.

SURCOUPER; se dit d'un animal qui mange la nourriture des autres.

SURE, sureau. Le sureau était une des espèces de _mort-bois_ de la forêt
d'Eu; on le désignait autrefois sous le nom de _seur_ (Voir notre _Essai
sur Blangy_, p. 63).

SURIAUX, aigreurs.

SURIR, devenir aigre, Ex.: Ce cidre _surit_. H.-N.

SURQUER; se dit d'un chat qui guette les souris pour les prendre. Selon
M. Corblet, ce mot serait une crase de _surguetter_.

SURQUETTE, souricière.

SURQUETTE (prendre une), marcher sur un terrain spongieux, de manière à
faire jaillir l'eau dans les chaussures.

SURSIN. Voy. _Sourcin_.

SURTAI, sûreté.

SUSON, Susanne.

SYNCOPÉ, stupéfait. H.-N.


                                  T

T, ton; devant une consonne.

TAC, salamandre.

TACHER QUE, faire en sorte que.

TAGNE, teigne. Cuscute, plante parasite qui pousse dans les prairies
artificielles.

TAI, toi.

TAIS! TAIS! TAIS! cri pour appeler les chiens.

TALEURE, tout-à-l'heure. P.

TAMBRE, mince, Ex.: Cette planche est bien _tambre_.

TAMIS (jeu de), jeu de paume. H.-N.

TAMPONNER, frapper à coups de poing.

TAN, ton; devant une consonne.

TANCHER, gronder.

TANDIS, pendant. Ex.: Il a été malade _tandis_ longtemps.

TANNÉ, fatigué.

TANNER, impatienter. P.

TANNER (se), se fatiguer. M. André de Poilly fait dériver ce mot, qu'on
prononce _téné_ en Picardie, du grec _tieuomai_, je m'étends. C'est,
dit-il, l'effet pour la cause. (_Mémoires de la société d'émulation
d'Abbeville_, année 1844, p. 154).

TANT QU'A CELA, quant à cela.

TANTINET (un), un peu; du latin _tantillùm ou tantillulùm_. H.-N. P.

TANT PIRE, tant pis.

TANT PUS... TANT PUS, plus. Ex.: _Tant pus que_ vous le reprendrez,
_tant pus_ il fera mal.

TANT QU'A' MI, A MAI, quant à moi. P.

TANT SEULEMENT, seulement. P.

TANTOUILLER, traîner dans l'eau, la boue, etc. B.-N.

TAPÉE, grande quantité. P. B.-N.

TAPOTER, frapper à petits coups continuellement. P.

TARABUQUER, frapper fort et longtemps.

TARDILLON, volaille éclose à l'arrière-saison; enfant né longtemps après
les autres. H.-N.

TARELLE, tarière.

TARINER, marchander, hésiter.

TAS, lieu où l'on _tasse_ la récolte des gerbes de blé, d'orge,
d'avoine, etc.

TASSERIE. Voy. _Tas_.

TAUDION, taudis. P.

TAURIAU, taureau. Les Bourguignons appellent _torie_ une jeune vache qui
n'a pas encore porté.

TAURELLIÈRE (vache), qui prend les allures du taureau, tourmente les
autres vaches et finit par devenir inféconde.

TAYON, aïeul. En Picardie, on dit aussi _théïon_, mot que M. de Poilly
fait dériver du grec _theios_, oncle. «En vain, dit-il, objecterait-on,
contre la légitimité de cette dérivation, la différence des degrés de
parenté, puisque la même différence existe entre le mot latin _nepos_,
_petit-fils_, et son dérivé français _nepveu_, qui n'est devenu neveu
qu'an XVIIe siècle» (_Mémoires de la Société d'émulation d'Abbeville_,
année 1844, page 155).

TÉ, te.

TEIGLER, tousser fréquemment. B.-N.

TEIGUER, tousser, être oppressé. H.-N.

TEMPLE, tempe. H.-N.

TENDON DE VEAU, tendrons.

TERGER, tarder; ordinairement employé avec une négation. Ex.: Il ne
_tergera_ pas à venir. P.

TERLUIRE, briller; de _ter lucere_, luire trois fois.

TÉROITE, truite.

TÉROUIE, truie.

TERQUE, brai; espèce de goudron.

TERQUÉ, sali, crotté.

TERQUER, faire une croix, avec du _terque_, sur la porte des étables,
dans la pensée de préserver les bestiaux des maladies contagieuses et
épidémiques.

TERTOUS, tous; sans exceptions. B.-N. P.

TÉS, tes; devant une consonne.

TÈSI (être), avoir l'estomac plein.

TÉTARD, arbre _étêté_. H.-N.

TÈTE, téton.

TÈTE D'ORILLER, taie d'oreiller. H.-N.

TÉTE, tête.

TÉTOS, tétons.

TEURDRE, tordre.

THÉRÈSE, espèce de capuchon que les femmes portent sur la tête, quand
elles assistent aux inhumations et pendant le temps que dure leur deuil.
Ce nom semble indiquer clairement son origine et doit signifier l'espèce
de voile dont les Carmélites déchaussées se couvrent la tête, à la
manière de sainte Thérèse, qui fit approuver cet ordre, dont elle fut la
fondatrice, en 1562.

TI? particule interrogative ajoutée au verbe. Ex.: J'irai-_ti_?
Viendra-_ti_?

TIA! TIA! TIA! pour appeler les cochons. H.-N.

TIERSON, demi-partie du _demi-gros_. Le _tierson_ ne devrait contenir
que deux muids; mais, grâce à sa forme plate, il porte un grand
préjudice aux cultivateurs sur la mesure réelle.

THIERS, pieu auquel on attache les chevaux et les vaches pour les faire
pâturer dans les champs. H.-N.

TIGNACHE. Voy. _Crignache_. B.-N.

TIGNEUX, teigneux. P.

TIN, ton. P.

TINCHER. Voy. _Tancher_.

TINETTE, petit coffre dans lequel on met du sel on du lard salé.

TINS, glas, coups de cloche isolés. Pour annoncer la mort d'un homme, on
sonne neuf ou treize _tins_; pour la mort d'une femme, on n'en sonne que
sept ou onze.

TINT, tenu. Voy. _Mal saint_ N...

TINTERELLE, petite cloche. B.-N.

TIOT, TIOTE, petit, petite. P.

TIPONNER, habiller un enfant avec soin. B.-N.

TIQUER, avoir une toux sèche et brève.

TIQUETÉ, marqué de petites taches. P.

TIRANDER, tirailler. P.

TIREUX, tiroir.

TIRÉ (en avoir du premier), avoir les prémices de quelque chose. H.-N.

TIRLARIGO (boire à), boire avec excès. Ce proverbe remonte au XIIIe
siècle. A cette époque, Eude Rigaud, archevêque de Rouen, fit don à sa
cathédrale d'une cloche qui était si difficile à mettre en branle, qu'il
dut s'engager à fournir à boire aux sonneurs. C'est de là que nous vient
le proverbe: _Boire à tire la Rigaud_ (Voir notre _Essai sur
Londinières_, page 237).

TITI, enfant; terme enfantin.

TITONNER. Voy. _Tiponner_.

TIU! TIU! TIU! pour appeler les vaches.

T'N, ton, ta; devant une voyelle.

TOCSON, fille grossière et malpropre. B.-N.

TOINE, TOINOT, Antoine.

TOINETTE, Antoinette.

TOLIR, enlever; du latin _tollere_. P.

TOMBE (faire une), faire une chute. H.-N.

TOMBER DU HAUT MAL, avoir des attaques d'épilepsie. B.-N.

TOMBES (les). On entend par là les arbres fruitiers qui _tombent_ par
suite de coups de vent; on les laisse ordinairement au fermier, qui est
tenu de les remplacer par de bonnes _entes_.

TONDELIER, tonnelier. H.-N.

TONDRE, amadou.

TOQUANT (homme), _entêté_.

TOQUART, qui porte à la tête. Ex.: Ce cidre est _toquart_.

TOQUER (se), se heurter la tête. B.-N.

TOQUET, bonnet rond que les femmes mettent le matin. Voy. _Kalipète_.
B.-N. P.

TORCHE. Voy. _Maniquet_.

TORCHER, mettre la _torche_ sur le cheval.

TORCHON (Marie), femme malpropre. P.

TORQUE. Voy. _Torche_. Lien en foin qui se fait en tordant les liges de
l'herbe sur elles-mêmes.

TORQUER. Voy. _Torcher_. Essuyer.

TORQUETTE, petite branche à laquelle sont réunis, en assez grand nombre,
soit des cerises, soit des pois, soit d'autres fruits.

TOTONNER, jouer des grosses noix, des oeufs rouges, du pain d'épice, au
moyen d'une boule polygone, sur chaque côté de laquelle se trouve un
numéro jusqu'au nombre 12.

TOTOS. Voy. _Tétos_; terme enfantin.

TOTTE, morceau de toile dans lequel on enveloppe du sucre et de la mie
de pain pour le donner à sucer aux petits enfants et les empêcher de
pleurer.

TOUBAC, tabac. P.

TOUFFLETTE, houppe.

TOUILLER, mêler, remuer, délayer dans un vase. P.

TOULAID, homme très-laid.

TOUPINER, tourner à la même place et n'avancer à rien, comme une
_toupie_.

TOURGNIOLE, mal au doigt; espèce de panaris.

TOURNÉE, volée de coups. P.

TOURNURE, mauvaise excuse. P.

TOURTILLER, tortiller. H.-N. En parlant de quelqu'un qui mange beaucoup,
on dit aussi: Il _tourtille_ bien.

TOUSSAILIER, tousser presque continuellement.

TOUSSOTER, avoir une toux faible et fréquente.

TOUT n', non plus; non.

TOUT DRAIT, tout droit, sans se détourner. P. Justement.

TOUT-PARTOUT, partout; de tous côtés.

TOUT-PLEIN, beaucoup. P. On dit aussi: _Tout fin plein._

TOUZER, couper, tondre. Ex.: Demain, ou _tousera_ la haie et les
moutons. B.-N. Un titre de 1403 porte qu'on payait _ung denier pour
touser cinq brebiz_.

TOUZERIE, tonte des montons.

TOUZEUX, celui qui touze.

TOUYAU, extrémité de la queue du chou, qui touche à la pomme.

TRACER (se). V. _Rayer_ (se).

TRACHER, chercher avec attention. P.

TRACHER SA VIE, mendier. H.-N.

TRACIER, espèce de _bacu_, dont les traits sont formés de petites
chaines de fer.

TRAIL, cylindre sur lequel s'enroule une corde pour tirer de l'eau d'un
puits ou de la marne d'une marnière. Ce mot viendrait-il de _trahere_,
attirer?

TRAIN (être en), être ivre.

TRAIN DE (être en), être occupé à. Ex.: Il est _en train de_ faucher.

TRAITE. V. _Moisse_.

TRAN-TRAN. Voy. _Potin_.

TRAS, trace. Voy. _Frais_.

TRASQUER, traquer, marcher dans l'eau sans précaution.

TRAYONS, _tettes_ de la vache, par lesquelles on _trait_ le lait.

TRÈFLERI, terre sur laquelle on vient de récolter du trèfle. H.-N.

TRÉMAIS, travaux des champs qui se font au printemps, tels que labour,
semence et hersage de l'avoine, de l'orge, des pois, etc. Ce mot vient
du latin _trimestria_ ou _trimestris_, semences qui viennent en trois
mois.

TREMBLEMENT (un), une grande quantité. Ex.: Cette année, il y a _un
tremblement_ de noix. H.-N.

TREMBLERIE, frisson. H.-N.

TREMPETTE, pain que l'on fait tremper dans le cidre ou dans le vin.
H.-N.

TREMPETTE DES MARIÉS. Il est encore assez d'usage, dans les campagnes,
de donner une trempette aux nouveaux mariés au moment de se coucher. Cet
usage a une origine religieuse, et on le trouve encore mentionné dans
les rituels du XVIIe siècle (_Manuale Ecclesiæ Rothomagensis_, édition
de 1640). Après la messe de mariage, on apportait au prêtre une coupe
remplie de vin et deux petits morceaux de pain; il bénissait le tout,
puis, trempant le pain dans le vin, il le distribuait aux époux. Le
soir, il se rendait au domicile des mariés pour la bénédiction du lit
nuptial; ensuite il bénissait encore du pain et du vin, comme le matin,
et le présentait aux nouveaux mariés, au moment de se mettre au lit
(_Journal de Neufchâtel_, année 1849, nº 50). A Beauvais, il existe
encore un usage tout-à-fait analogue, connu sous le nom de
_mouillettes_. Au repas de noce, on présente aux époux un vase de vin
dans lequel le marié trempe un morceau de pain dont il prend la première
bouchée et donne la seconde à sa femme. «Ils boivent ensuite dans la
même coupe, dit M. Tremblay, en signe de communauté de bien et de mal»
(_Notice sur Beauvais_; cité par M. l'abbé Corblet, _Glossaire du patois
picard_, page 542).

TRÉSALLE. Se dit du linge que l'humidité couvre de petits points noirs
ou rougeâtres. H.-N.

TRESSAUT, soubresaut.

TRESSAUTER, faire un _tressaut_. B.-N.

TRÉTINS, bottes de paille formées de petites tiges de blé produites par
le _gluage_. P.

TRETOUS. Voy. _Tertous_. P. Maître Jehan Clopinel, qui écrivait vers la
fin du XIIIe siècle, dit, en parlant des hommes primitifs:

      _Trestous_ pareils estre souloient,
      Ne rien propre avoir ne vouloient.

TREU, trou. P.

TREUER, trouer. P.

TREULER, faire un vent en point d'orgue.

TREULIER, qui _treule_ souvent.

TRIBOUILLER, troubler. B.-N.

TRIBOULER. Voy. _Chabouler_. B.-N.

TRICON, brelan.

TRICON (avoir), avoir trois cartes semblables; par exemple: trois dix,
trois valets, etc.

TRIFOUILLER, remuer tout en cherchant une chose. P. Tromper au jeu.

TRICOTER, donner des coups de bâton.

TRIMBALLER, porter ou traîner un objet ça et là. H.-N. Sonner les
cloches sans mesure et sans règle. An XVIe siècle, le Parlement de Rouen
supprima toutes les tavernes; il fut seulement permis d'aller chercher
du vin pour le boire en famille. Voici ce que dit à ce sujet un petit
livre de l'époque:

      Si un voisin avec son familier
      Se veut esbattre, ainsy que de raison,
      Il est contraint de boire en sa maison
      Et d'envoyer quérir du vin au pot.
      Par ce moyen, en tout tems et saison,
      Femme et enfant ont leur part à l'escot.

Mais cet état de choses n'était guère commode pour les buveurs, et le
Parlement vint à leur secours en inventant une taverne ambulante qui
allait de porte en porte, d'atelier en atelier, _mais à très-courtes
stations_, colporter des rafraîchissements. «Jusqu'alors, dit C. Nodier,
le peuple était allé chercher le divertissement dans les tavernes....
Les tavernes obtinrent permission d'aller chercher le peuple.» L'on
donna à ces cabarets ambulants le nom de _triballe_ ou _trimballe_ (Voir
le _Journal de Rouen_, 21 mai 1852).

TRINGUE, tringle.

TRIOLÉE, grand nombre. Ex.: Quelle _triolée_ de pauvres!

TRIPAILLES, intestins d'un animal.

TRIPÉE, entrailles d'un animal qui servent à préparer les _tripes_.

TRIPETTE (ne pas valoir). Se dit d'une chose qui ne vaut rien. Ex.: Il
ne vaut pas _tripette_.

TRIPOT, marché. Échange. B.-N. Ménage, cuisine. P.

TRIPOTER, faire le ménage. P.

TRIPOTIER, qui se mêle de petites intrigues, de petits marchés, etc.
H.-N.

TRIQUE, gros bâton de voyage.

TROIS-PIEDS, trépied.

TROITE, truite.

TROMPE, erreur. B.-N.

TRONCHE, tronc d'arbre. P.

TROQUE, échange. Ex. Faisons une _troque_.

TROTTE, distance, course plus ou moins longue. Ex.: D'ici à Rouen, il y
a une bonne _trotte_. H.-N.

TROTTERIE, place où l'on fait _trotter_ les chevaux, dans les foires,
avant de les vendre.

TROTTINER, marcher à petits pas précipités. P.

TROU (boire comme un), boire continuellement. H.-N.

TROU (faire un), boire un petit verre d'eau-de-vie entre deux services.
H.-N.

TROUIE, truie.

TROVER, trouver. P.

TRUC (avoir le), être habile, ingénieux, habitué à faire une chose. P.
B.-N.

TRUPER (ne pas), ne pas demeurer longtemps au même lieu. Ex.: Il n'a pas
_trupé_ chez sa mère.

T'S', tes; devant une voyelle.

TU AUTEM (connaître le), être au courant d'une chose. Voici
l'explication de ce proverbe, donnée par Verville: Les leçons de
l'Église finissent toutes par les mots: _Tu autem_, _Domine_, _miserere
nostri_; et, comme dans les communautés ecclésiastiques, la coutume est
que le supérieur, à la fin du repas, frappe légèrement sur la table, en
disant: _Tu autem_, etc., pour avertir le lecteur qu'il est temps de
terminer,--si celui-ci finit immédiatement, on dit qu'il connaît le _Tu
autem_,--s'il continue encore sa lecture, on dit alors qu'il n'entend
pas le _Tu autem_ (_Moyen de parvenir_, chap. 60).

TUER (se). Se dit du vin ou du cidre qui perd promptement sa couleur et
son goût, par suite de son contact avec l'air, quand il est tiré. H.-N.

TUET, extrémité extérieure d'une cheminée.

TUNBER, tomber. H.-N.

TUNBES. Voy. _Tombes_.

TURELURE! nenni!

TURIAU. Voy. _Condos_.

TURLUPINER, tourmenter, inquiéter. P.

TURNE, taudis. Maison sale et peu solide. H.-N.

TUTAYER, tutoyer.

TUTER, aspirer un liquide par la bouche, à la manière des porcs, ou bien
au moyen d'une paille. H.-N.

TUYOTER, disposer en tuyaux; expression de lingère. H.-N.


                                  U

UNI (homme tout), simple dans ses manières et sans cérémonie. P.

UNNE, une.

UROPE, Europe. On supprime généralement l'E dans les noms commençant par
la diphtongue EU; ainsi: _Eugène_, _Euphrasie_, etc., se prononcent:
_Ugène_, _Uphrasie_, etc. En approchant de la Picardie, il en est de
même quand cette diphtongue se trouve à la fin d'un mot. On dit: _Adiu_,
_fu_, _blu_, etc., pour: _Adieu_, _feu_, _bleu_, etc.

USAI, usé.

USAGE (avoir de l'), avoir l'usage du monde.

USAGE (d'un bon), d'un bon user.

USANCE, détérioration qui résulte de l'usage, pour les instruments
aratoires. Ex.: Cette ferme est bonne, mais il y a beaucoup d'_usance_.

USURE. Voy. _Usance_.


                                  V

VA! Exclamation qu'on ajoute à la fin d'une phrase, en diverses
circonstances. Ex.: Iras-tu à la promenade?--Je ne sais pas, _va_!

VACABOND, polisson; insolent.

VAGAND, qui va de côté et d'autre et ne travaille pas. Paresseux.

VAICHE (que je), subjonctif du verbe voir.

VAIE, voie. Employé en parlant des dents d'une scie qu'on dispose de
manière à ouvrir une voie plus ou moins large dans le bois. H.-N.

VAILLANT (homme), qui travaille avec courage. P.

VALET-D'AOUT, domestique qu'on prend à son service, pendant un mois ou
deux, pour travailler à la moisson.

VANNET, vanneau.

VANTARD, homme qui se vante sans cesse. H.-N.

VAPAIL, pièce de bois, en forme de volée, à laquelle on attache les
_baculs_ ou les _traciers_ des deux derniers chevaux d'un chariot.

VAQUE, vache. P.

VAQUER, vacher.

VAQUETTE, petite vache. P.

VAQUETTES (faire des), laisser de la boisson au fond de son verre, ce
qui répugne à certaines personnes, dans les fermes où plusieurs
domestiques boivent alternativement dans la même coupe.

VAROQUE, gros bâton qui sert à enrouler la _hache_ d'un chariot ou d'une
charrette autour du _pouliot_, afin de serrer les gerbes sur la voiture.

VAROQUER, serrer au moyen du _varoque_.

VAROUILLER (se), se salir, se vautrer dans la boue comme un _vérou_.

VARPOT, petit bourbier.

VASTRIGUER, courir de côté et d'autre.

VATE, boue; malpropreté. Ex.: Donnez de la litière aux porcs; ils sont
dans la _vate_.

VATON. Voy. _Varoque_. B.-N.

VATONNER. Voyez _Varoquer_. B.-N.

VAUDOISE, trombe.

VAUDRÉE, gros balai de branches de genet, dont on se sert pour balayer
le four, avant d'enfourner le pain. B.-N.

VAULE, gaule; longue perche qui sert pour abattre les pommes. B.-N. P.

VAULETTES, gaulettes qu'on attache sur les chevrons pour recevoir les
couvertures en paille.

VAVITTE, diarrhée. B.-N.

VESCHE, vesce. Dans un compte du 23 mars 1466, il est mention d'une
dépense de _viij sous_, _pour vj boisseaux de veche_.

VEILLATIF (homme), vigilant. B.-N.

VELTE, mesure de sept litres et demi; ce qui fait quatre _pots_.

VENT (prendre), prendre haleine. P.

VENT (perdre), perdre haleine. B.-N.

VÊPRES, guêpes.

VER, voir.

VÉRARD, vérat.

VERBIAGE, bavardage. H.-N.

VERDIER, bruant jaune.

VERDOT, gros fausset qui se met au bas des tonneaux.

VÉRETTE (vache), noire et blanche.

VERGÉE, quatrième partie de l'acre.

VERGETTE, petite verge de fer.

VER-GOUTTE (à), à tâtons.

VERGUES (bouquet de), verges pour fesser les enfants.

VERGUIE. Voy. _Vergée_.

VERMINNE, rats et souris. B.-N. Terme injurieux.

VERPOT. Voy. _Varpot_.

VÉROLE, variole. H.-N.

VÉROT, ver de terre. H.-N.

VÉROU, vérat.

VÉROUILLER, donner un léger labour. B.-N. Remuer la superficie de la
terre, comme un _vérou_ qui fouille.

VERRE (un petit), un verre d'eau-de-vie. Ex.: Payez-vous _un petit
verre_, ce matin?

VERRINE, verre de montre, d'horloge, de petite boîte, etc. B.-N.

VERTES-BONNES, prunes de Reine-Claude. H.-N.

VÉSÉE, force. Ex.: Il n'a pas plus de _vésée_ qu'un enfant. H.-N.

VÉSILLANT, alerte, remuant.

VÉSON, qui _vésonne_.

VÉSONNER, se remuer beaucoup et faire peu de besogne.

VESSARD, qui vesse.

VESTON, petite veste.

VÊTU-DE-SOIE. Voy. _Gentilhomme_.

VEUCHE, vesce.

VEULE, qui n'a pas de consistance; facile à remuer. Ex.: Ce fourrage est
_veule_. P. B.-N.

VEUVE (homme), veuf.

VIAGE, voyage. Fols. B.-N.

VIAU, veau. P.

VIENT (semaine, année qui), semaine, année prochaine.

VIÉTOU! VIÉTOU! VIÉTOU! pour appeler les vaches: _viens tôt_.

VIEUILLE, trombe de poussière. Vieille.

VIÈVE, Geneviève.

VILANNER, faire souffrir. Ex.: Mon soulier me _vilanne_.

VILLOTE, veillote. H.-N.

VINDICATION, vengeance; du latin _vindicare_. P.

VINT, venu. H.-N.

VIONDIR. Se dit du bruit produit par le vent, une toupie, une balle,
etc.

VIPILLON, goupillon. B.-N.

VIS-A-VIS DE, envers. Ex.: Il a eu bien des torts _vis-à-vis_ de ses
parents.

VIS-A-VIS (au) en face. H.-N.

V'LIN, venin.

V'LO, voilà. P.

V'LO! V'LO! V'LO! pour appeler les veaux.

VO, vôtre. P.

VOICHE (que je). Subjonctif des verbes voir et ALLER.

VOIN, regain. B.-N.

VOIRAI (je), je verrai; tu _voiras_, tu verras, etc.

VOS, vous.

VOT', votre.

VOUDER, enrouler; mettre en peloton. Se dit aussi d'un gourmand qui
mange avec avidité.

VOUI, oui.

VOYONS-VOIR, voyons.

VRAC (à), en masse. B.-N.

VRAI-DA! très-vrai.

VRÈPES, guêpes.


                                  W

WERTAGES. On désigne ainsi la récolte de la vesce et des pois mêlés.

WOINGNARD, qui _woingne_.

WOINGNER, pleurnicher; pleurer sans raison; crier. On a donné aux
habitants d'une partie de l'Alihermont le sobriquet de _woignons_, parce
que leurs barrières _woignent_, quand on les ouvre. Les mauvaises
langues prétendent que ces barrières _intelligentes_ annoncent ainsi
l'arrivée des visiteurs, afin qu'on ait le temps de mettre le verrou et
de se cacher, si les personnes ne plaisent point.

WOUAIRAS, pois et vesce récoltés séparément.


                                  Y

Y, il, ils, elles. Ex.: Y s'aiment comme _quiens_ et _cats_.

YIARD, liard. P.


                                  Z

Cette lettre sert souvent à former une liaison incorrecte entre deux
mots, dont l'une finit par une consonne, et l'autre commence par une
voyelle, ce qu'on appelle ordinairement un _velours_. Voici l'origine de
cette dénomination, qui nous donnera en même temps celle des cuirs: Un
jeune homme se trouvait au spectacle auprès de deux dames. Tout-à-coup,
il trouve un éventail sous sa main:--Cet éventail n'est-il pas à vous?
dit-il à la première dame.--Non, Monsieur; il n'est point-_z_-à
moi.--Alors, il est à vous? dit-il, en le présentant à la seconde
dame.--Il n'est pas-t-à moi.--Il n'est point-_z_-à vous... Il n'est
pas-_t_-à vous... Ma foi! je ne sais pas-_t_-à qu'est-ce.

Cette plaisanterie a donné lieu au mot PAS-T-A QU'EST-CE, et l'on est
convenu d'appeler _velours_ les fausses liaisons formées par la lettre
Z, et de donner le nom de _cuirs_ à celles qui sont faites à l'aide de
la lettre T (_Les Omnibus du langage_, 8me édit., page 48).

ZIUS, yeux.



                                TABLE
                            DES MATIÈRES.


      Introduction.
      Bray normand.
      Origine du Langage.
      Langue d'Oil et langue d'Oc.
      Oraison dominicale au XIIe siècle.
      Science étymologique.
      Grammaire brayonne.
      Dialogue brayon.
      Proverbes et Dictons.
      Usages et Croyances.
      Remarques.
      Glossaire.
      Liste des Souscripteurs.



LISTE
DES
SOUSCRIPTEURS.



      MM.

ANSELIN, instituteur à Bures.
AZAIS, président de la société archéologique, à Bèziers (Hérault).

BEAURAIN, à Mesnières.
BLANGERMONT (Levaillant de), propriétaire à Bernapré, commune de
Romescamps (Oise).
BLANGERMONT (Levaillant de), propriétaire à Aumale.
BOCHET, notaire à Forges-les-Eaux.
BOISSAY, facteur de la poste aux lettres, à Londinières.
BOULANGER, cultivr aux Noyers.
BOULANGER, propriétaire à Saint-Lucien.
BOULANGER (madame), propriétaire à Neufchâtel.
BOUTRY-CREVEL, nég. à Aumale.
BOQUET, propr. à Bois-Héroult.
BRAQUET-DEVILLE, entrepositaire, quai du Mont-Riboudet, 48, à Rouen.
BREUIL (A.), membre de la société des Antiquaires de Picardie, à Amiens.
BRIANCHON (l'abbé), curé de Quiévrecourt.
BRIDOU, propriétaire, maire de la Chapelle-Saint-Ouen.
BROSSARD (de), propriétaire, maire de Monchaux-Soreng.
BROUTELLES (de), docteur en médecine à Foucarmont.

CARON, instituteur a Osmoy.
CAUCHOIS, propriétaire à Bois-Guilbert.
CAUCHOIX (madame), propriétaire à Bures.
CAVÉ, médecin à Forges.
CELLIER, rentier à Bures.
CHAILLOU (l'abbé), au Saussay.
COCHET (l'abbé), inspecteur des monuments publies de la
     Seine-Inférieure, membre de plusiers sociétés savantes, à Dieppe.
COLAS (l'abbé), membre de plusieurs sociétés savantes, à Rouen.
CORBLET (l'abbé), membre de plusieurs sociétés savantes, à l'abbaye des
Bénédictines de Solesmes.
CORNEILLE (de), inspecteur honoraire de l'Académie, maire de Maucomble.
CRITOT, huissier à Neufchâtel.

DAMIENS (l'abbé), curé de Fresquienne.
DANIEL, propriétaire, maire de Chef-de-l'Eau.
DAVOUST (Dominique), cultivateur à Bouelle.
DEBOUTTEVILLE, notaire à Neufchâtel.
DEBOUTTEVILLE père, propriétaire à Neufchâtel.
DECAUX, propriétaire à Forges.
DECORDE, marchand à Beaubec.
DECORDE, adjoint à Bosc-Bordel.
DECORDE (madame), propriétaire à Forges.
DELCOURT (A.), chef de division à la préfecture de la Seine-Inférieure.
DERENTY, cultivateur à Londinières, hameau d'Épinay.
DESLANDES, couvreur à Neufchâtel.
DÉVILLE, marchand de cidre, au champ de foire, 17, à Rouen.
DEVIMEUX, membre de la société des Antiquaires de Picardie, avoué à
      Beauvais.
DIEUDEGARD (l'abbé), curé de Pommeréval.
DOMART (l'abbé), curé de Bouvresse (Oise).
DUCLOS, huissier à Gamaches (Somme).
DUCLOS, propriétaire à Forges.
DUFEUILLY (Éloi), chez M. de Villers, à Villers-sur-Foucarmont.
DUNEZ, instituteur à Bosc-Bordel.
DUPIUS, avoué à Neufchâtel.
DURANVILLE (Léon de), membre de plusieurs sociétés savantes, à Rouen.

FÉRAY (l'abbé), curé de Bouelle.
FEUILLETTE (l'abbé), curé d'Avremesnil.
FOURCIN, propriétaire à Bully.
FOURGON, propriétaire à Saumont.
FOURNIER, propriétaire à Bois-Guilbert.

GIRANCOURT (A. de), membre du conseil général de la Seine-Inférieure,
      aux Essarts-Varimpré.
GLANVILLE (Léonce de), membre de plusieurs sociétés savantes, à Rouen.
GOST, receveur principal et entreposeur des tabacs, à Neufchâtel.
GRAVILLE (l'abbé), curé d'Haucourt.
GROSSARD (madame), libraire à Neufchâtel. 3 _exemplaires_.
GROSSARD, rentier à Londinières.

HAUSSEZ (baron d'), ancien ministre de la marine, à Saint-Saens.
HAVET (Paul), conseiller d'arrondissement, maire de
      Saint-Valery-sous-Bures.
HAVET (Romain), cultivateur à Bures.
HÉBERT, propriétaire à Lignières-Châtelain (Somme).
HENNEGUIER (Ch.), membre de la société d'émulation d'Abbeville,
      propriétaire à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais).
HÉRICOURT (Achmet d'), membre de la société des Antiquaires de Picardie,
      à Arras (Pas-de-Calais).
HOUEL, propriétaire, maire de Bose-Edeline.
HUBARD, juge à Neufchâtel.
HURPY, maire à Serqueux.

JOLY (Martin), pharmacien de l'école de Paris, membre du jury médical de
      la Seine-Inférieure, propriétaire à Mortemer-sur-Eaulne.
JOSSE, notaire à Bouttencourt (Somme).

LANGLOIS, propriétaire à Bois-Héroult.
LANGLOIS (l'abbé), curé de Criquiers.
LEBLOND, à Neuville.
LE BRUMENT, membre de la société des Antiquaires de Normandie, libraire
      à Rouen. 12 _exemplaires_.
LECOMTE (Baptiste), propriétaire, maire de Bois-Guilbert.
LECOMTE (Honoré), propriétaire, maire de Bois-Guilbert.
LECOMTE fils, propriétaire à la Hallotière.
LEFÈVRE, greffier à Forges.
LEFRANÇOIS, pharmacien à Londinières.
LEMASSON (l'abbé), curé du Bosc-Guerard.
LEROUX (Anselme), voyageur de commerce pour M. Braquet-Déville, à Rouen.
LEROUX, propriétaire à Bosc-Edeline.
LEROUX-DUMONT, commis-greffier au Tribunal civil à Neufchâtel.
LETELLIER, instituteur à Fresles.
LETELLIER, propriétaire et cultivateur à Fallencourt.
LEVILLAIN, docteur en médecine à Neufchâtel.
LEVASSEUR, propriétaire à Argueil.

MALOT, aubergiste à Neufchâtel.
MARRE (l'abbé), curé de Flamets-Frétils.
MARSY (de), membre de la société des Antiquaires de Picardie, de la
      société d'Émulation d'Abbeville, etc., procureur de la
      République à Vervins (Aisne).
MATHON, correspondant du ministère de l'instruction publique pour les
      travaux historiques, libraire à Neufchâtel.
MICHU, percepteur-surnuméraire à la recette particulière d'Yvetot.
MILHET, médecin à Bures.
MILLEVILLE (madame de), propriétaire à Neufchâtel.
MILLEVILLE (le comte Edmond de), propriétaire à Boissy-sur-Eaulne.
MONCHY (de), propriétaire, maire de Bosc-Bordel.
MONGNE (mademoiselle), à Beaubec.
MURPHY (John), professeur de langue anglaise au pensionnat de MM.
      Girardin et Marais, à Montivilliers.

NÉEL (l'abbé), curé de Mesnières.
NICHET, buraliste au Bois-Héroult.

PANET, propriétaire, adjoint au maire de Fresles.
PAPILLON (Léandre), imprimeur à Vervins (Aisne).
PARISY-DUMANOIR, propriétaire à Foucarmont.
PASTOREL (A. de), à Paris.
PICARD, instituteur à Mesnières.
PIETTE (Edouard), membre de la société des Antiquaires de Picardie,
      président du Tribunal de commerce à Vervins (Aisne).
PONTHIEU (de), clerc de notaire, à Aumale.
PONTAUMONT (Le Chanteur de), membre de plusieurs sociétés savantes,
      commissaire de la marine à Cherbourg (Manche).
PRÉAUX (F.-E. des), docteur en droit à Cherbourg (Manche).
PRUDHOMME (O.). directeur du _Journal de Graville_, à Graville.

QUILLET (madame M.-C.), membre de l'Académie des sciences, arts, et
      belles-lettres de Caen, à Pont-l'Evêque (Calvados).

RICHEBOURG (madame), directrice de la poste aux lettres à Londinières.
ROGER, inspecteur des écoles primaires de l'arrondissement de
      Neufchâtel, à Neufchâtel.

RUHAUT, menuisier à Neufchâtel.
SAINTE-BEUVE, substitut du procureur de la République, quai Napoléon,
      51, à Paris.
SAVALLE fils, maire de Saint-Martin-l'Hortier.
SCOLARD, avoué à Neufchâtel.
SEPTENVILLE (Léon de), membre de la société des Antiquaires de Picardie,
      au château de Lignières-Châtelain (Somme).
SICOTIÈRE (Léon de la), ancien directeur de la société des Antiquaires
      de Normandie, à Alençon (Orne).

TERNISIEN, médecin à Foucarmont.
THIERRÉ, cultivateur à Saumont.
THIEULIN curé de Sigy.
TROUDE, président de la chambre des notaires, à Foucarmont.

VALLOIS (l'abbé), curé des Ventes-Saint-Rémi.
VASSELIN (l'abbé), curé d'Osmoy.
VILLERS (le baron Martin de), membre de plusieurs sociétés savantes, à
      Villers-sur-Foucarmont.
VOILLET DE SAINT-PHILBERT, à Paris.


__________________________________________________________
NEUFCHATEL.--IMPRIMERIE DE ERNEST DUVAL, RUE DU TROT-MAROT.



[Fin du _Dictionnaire du patois du pays de Bray_
par Jean-Eugène Decorde]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire du patois du pays de Bray" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home