Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires touchant la vie et les écrits de Marie de Rabutin-Chantal, (2/6)
Author: Walckenaer, Charles Athanase
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires touchant la vie et les écrits de Marie de Rabutin-Chantal, (2/6)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par
le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
conservée et n'a pas été harmonisée. Les numéros des pages
blanches n'ont pas été repris.



    MÉMOIRES
    SUR MADAME
    DE SÉVIGNÉ.

    DEUXIÈME PARTIE.


TYPOGRAPHIE DE H. FIRMIN DIDOT.--NESNIL (EURE).



    MÉMOIRES
    TOUCHANT
    LA VIE ET LES ÉCRITS
    DE MARIE DE RABUTIN-CHANTAL
    DAME DE BOURBILLY
    MARQUISE DE SÉVIGNÉ,
    DURANT LE MINISTÈRE DU CARDINAL MAZARIN
    ET LA JEUNESSE DE LOUIS XIV.

    SUIVIS
    De Notes et d'Éclaircissements.
    PAR
    M. LE BARON WALCKENAER.

    TROISIÈME ÉDITION,
    REVUE ET CORRIGÉE.

    PARIS,
    LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET CIE,
    IMPRIMEURS DE L'INSTITUT DE FRANCE,
    RUE JACOB, 56.

    1856.



    MÉMOIRES
    TOUCHANT LA VIE ET LES ÉCRITS
    DE
    MARIE DE RABUTIN-CHANTAL,
    DAME DE BOURBILLY,
    MARQUISE DE SÉVIGNÉ.



CHAPITRE PREMIER.

1654-1655.

   Projets de Mazarin.--Fausse position de Condé.--Il est le seul
   espoir des partis intérieurs qui s'opposent à Mazarin.--Dix mille
   Français ont suivi Condé.--L'absence des plus notables se fait
   remarquer au sacre du roi.--Nouvelle crise des affaires de
   France.--Siége d'Arras par Condé.--Projet
   d'Hocquincourt.--Menaces des parlements.--Turenne fait lever le
   siége d'Arras.--La duchesse de Châtillon est employée pour
   traiter avec d'Hocquincourt.--Le jeune roi intervient en personne
   pour imposer silence au parlement.--Différence qui existe entre
   la position du roi d'Angleterre et celle du roi de France.--Le
   parlement hasarde des remontrances.--Mazarin fait des coups
   d'autorité.--Il y joint la flatterie et la corruption.--Embarras
   que cause à Mazarin l'inimitié de Retz.--Fautes de celui-ci.--Il
   donne la démission de son archevêché.--Est transporté à
   Nantes.--S'en échappe.--Se fracasse l'épaule.--Est sur le point
   d'être pris.--Il traverse l'Espagne, et arrive à Rome assez à
   temps pour l'élection d'un nouveau pape.--Il intrigue contre
   Mazarin.--Lettre de Retz à Mme de Sévigné.--Différends entre
   Ménage et le cardinal de Retz.--Ménage brouillé aussi avec
   Bussy.--Lettre de madame de Sévigné à Ménage.--Elle y fait
   mention de Girault.--Détails sur Girault.


Nous avons laissé, dans la première partie de ces Mémoires, madame de
Sévigné à sa terre des Rochers. Ses liaisons de parenté et d'amitié
avec le cardinal de Retz l'enchaînaient aux événements politiques qui
complétèrent le dénoûment de la Fronde; et comme ils devaient aussi
l'occuper dans sa solitude, il est nécessaire de les faire connaître.

Au milieu de toutes les fêtes et de toutes les intrigues secrètes,
tandis que Louis grandissait, et que des maîtres habiles, ou mieux
encore les événements de chaque jour, achevaient son éducation d'homme
et de roi, Mazarin poursuivait ses projets, Condé et les Espagnols les
leurs. Mazarin fondait son ambition sur le rétablissement du pouvoir
royal et sur la grandeur de la France; Condé, sa puissance sur le
renversement du ministre et sur l'ascendant que lui promettait la
victoire; mais il était obligé de se prémunir contre les faveurs qu'il
savait lui ravir, pour qu'elles ne tournassent pas uniquement au
profit des Espagnols. Ceux-ci, de leur côté, ne secondaient qu'avec
défiance le génie de Condé, craignant toujours qu'au lieu d'être un
instrument de leur puissance, il ne devînt un obstacle par les succès
même obtenus avec leurs propres troupes.

Cette fausse position de Condé faisait la force de la France et la
faiblesse de ses ennemis. Elle aurait fourni les moyens de terminer
promptement la lutte, si cet état de choses n'avait pas été la suite
et le résultat de divisions intestines. Les partis étaient comprimés,
mais non anéantis; leurs débris s'étaient réunis. Les partisans des
princes et ceux de Retz et des parlements, c'est-à-dire les
_princistes_, les indépendants, les frondeurs, et même les royalistes
mécontents, ne formaient plus qu'une seule phalange agissant contre
Mazarin, leur ennemi commun. Ils entretenaient entre eux une
correspondance active. Trop faibles pour renouveler leurs attaques à
force ouverte, ils conspiraient dans l'ombre contre le gouvernement,
et surtout contre la vie du premier ministre[1]. Toutes leurs
espérances se rattachaient à Condé, qu'un arrêt du parlement avait
reconnu criminel de lèse-majesté, et condamné à perdre ses biens, ses
honneurs et sa vie, déclarant en même temps sa postérité déchue de
tous ses droits à la couronne[2]. Dix mille Français qui avaient suivi
Condé se trouvaient proscrits avec lui, et à leur tête on comptait des
Montmorency, des Foix, des Duras, des La Trémouille, des Coligny. Le
sacre du jeune roi, qui eut lieu à Reims le 7 juin[3], montra, par
l'absence de ceux auxquels des droits imprescriptibles assuraient une
part dans cette auguste cérémonie, de quels puissants soutiens le
trône se trouvait privé, combien était large et profonde la blessure
que la révolte faisait à la monarchie.

L'occupation que le sacre donna au gouvernement français, la pénurie
d'argent qu'éprouvaient les Espagnols, firent que le mois de juin
arriva sans que dans le nord on fût entré en campagne. Mais depuis
lors les opérations de la guerre, les négociations, et les intrigues,
non moins efficaces, des ruelles furent poussées avec une prodigieuse
activité, et mirent encore les affaires de la France dans une crise
qui la plaçait sur le penchant de l'abîme. Arras était assiégé par
Condé; des lignes formidables entouraient cette ville; sa prise
paraissait certaine. Le duc de Lorraine, sacrifié par Fuensaldagne aux
ressentiments et aux craintes qu'inspirait sa perfidie, avait été
arrêté; toutes les forces d'une grande et guerrière province étaient
tournées contre la France, et donnaient les moyens de pénétrer jusqu'à
sa capitale[4]. Les séductions de la duchesse de Châtillon avaient
arraché au maréchal d'Hocquincourt la promesse de livrer au prince de
Condé Péronne et Ham, deux des principales clefs du royaume[5]. Les
parlements essayaient de ressaisir le pouvoir qu'ils avaient perdu.
Tous ces graves événements donnèrent à Mazarin et à Turenne des
occasions de déployer l'activité de leur génie.

Le siége d'Arras fut levé par la hardiesse de Turenne, qui pénétra
dans ces redoutables retranchements, réputés infranchissables. Condé
prévint la destruction de l'armée espagnole par une savante retraite,
et couvrit la Flandre, qui eût été aussitôt envahie par l'armée
française après sa victoire. Quand tout paraissait perdu, il sauva
tout[6]; et de son côté Turenne raffermit la fortune de la France au
moment même où elle paraissait le plus ébranlée. La prise du Quesnoy
et celle de Clermont en Argonne ne furent que les moindres
conséquences de son succès. Les génies de ces deux grands capitaines
parurent dans ces circonstances avoir changé de nature. Turenne
déploya la brillante audace et l'irrésistible impétuosité de Condé, et
Condé fit voir ce prudent courage, ces admirables prévoyances par où
Turenne s'était rendu célèbre.

Hocquincourt commandait dans Péronne, et l'on savait que les Espagnols
lui offraient pour leur remettre cette place un prix supérieur à celui
que le gouvernement de France lui promettait pour rester fidèle. La
trahison qu'il méditait fut empêchée par la duchesse de Châtillon,
qu'il aimait. Mazarin la mit en chartre privée chez l'abbé Fouquet,
qui la força d'écrire au maréchal d'Hocquincourt, afin de l'engager à
procurer sa délivrance, en acceptant les propositions qui lui étaient
faites par le premier ministre[7]. La maréchale d'Hocquincourt,
adroite et spirituelle, fut aussi habilement employée par Mazarin en
cette négociation. Elle détermina son mari à accepter les six cent
mille livres qui lui étaient proposées, et obtint son consentement
pour que Péronne fût livrée à leur fils aîné, qu'elle en fit nommer
gouverneur. La duchesse de Châtillon fut, en vertu des mêmes
stipulations, remise en liberté; mais le maréchal d'Hocquincourt
acquit bientôt la preuve de ses nombreuses infidélités. Il s'était
trop engagé, pour oser se replacer sans crainte sous la puissance du
roi; il se jeta dans Hesdin, révolté, passa ensuite du côté des
Espagnols, et fut tué en défendant Dunkerque[8].

Le parlement, enhardi par les embarras du gouvernement et les progrès
que faisait l'armée de Condé, voulut délibérer de nouveau sur les
édits relatifs aux impôts vérifiés en lit de justice, sous prétexte
qu'alors la présence du roi avait ôté la liberté des suffrages. Dans
cette circonstance critique, Mazarin employa utilement l'intervention
personnelle du jeune monarque, et jugea que s'il n'était pas encore
assez mûr pour gouverner, il était d'âge à commencer à régner. Louis
XIV partit donc un jour de Vincennes, et entra dans la salle du
parlement assemblé, en justaucorps rouge, un fouet à la main, un
chapeau gris sur la tête, et suivi de son cortége, comme lui vêtu en
équipage de chasse. Il parla avec toute la hauteur du commandement, et
déclara que sa volonté était que son parlement s'abstînt à l'avenir de
toute délibération concernant l'administration de son royaume[9].
Mazarin avait compris que, dans une monarchie telle que la France, il
ne suffisait pas au ministre d'exercer l'autorité au nom du roi, mais
que pour s'assurer une obéissance prompte, facile, exempte de trouble
et de résistance, il fallait encore qu'on fût bien convaincu que les
ordres que ce ministre donnait étaient conformes à la volonté propre
du monarque. Ceux qui de nos jours ont rêvé en France la possibilité
d'un roi trônant sans gouverner, et qui, dans leur jargon, ont appelé
monarchie constitutionnelle celle dont le chef n'aurait qu'un pouvoir
de délégation; dont le rôle tout passif se réduirait à accepter pour
ministres, et à reconnaître pour seuls maîtres de la direction des
affaires, des hommes désignés par des assemblées n'ayant d'autre
contrôle que leur volonté, d'autre impulsion que leurs passions;
ceux-là n'ont connu ni le caractère national, ni la nature humaine,
ni les vrais principes qui doivent régir une grande nation
continentale, forcée de maintenir son indépendance au milieu d'autres
nations également puissantes. Là le chef du pays est nécessairement le
chef de l'armée, et le chef de l'armée doit aussi indispensablement
être le chef du gouvernement, et de droit et de fait. Le roi et le
royaume, le souverain et ses sujets, la couronne et le sol, sont
inséparables. A ce pouvoir nécessaire il faut tracer des limites;
contre cette puissance obligée, il faut établir des garanties; mais si
vous les cherchez dans des institutions qui dénaturent son principe et
arrêtent son action, vous affaiblissez l'État, vous le rendez
incapable de soutenir la lutte incessante contre les forces
extérieures qui tendent à l'anéantir, vous forgez pour lui le joug de
l'étranger, vous préparez son asservissement et sa mort. Dans cette
puissante machine qui opère tant de prodiges, si vous absorbez par une
seule goutte d'eau froide le calorique qui donnait une si grande force
d'expansion à la vapeur, le piston retombe: ainsi s'affaisse
subitement tout gouvernement dont le principe est détruit.

Le parlement se tut devant le roi; mais cependant il ne lui obéit pas
entièrement, et hasarda des remontrances. Mazarin alors se vit forcé
de déployer, comme Richelieu, les rigueurs du pouvoir royal. Plusieurs
conseillers furent exilés, d'autres furent mis à la Bastille[10]. A
ces mesures l'habile ministre sut joindre la flatterie, la persuasion,
et, au besoin, la corruption. Il parvint ainsi à obtenir, sans
résistance et sans retard, la vérification et l'enregistrement des
édits qui créaient de nouvelles taxes. Pour désigner les conseillers
qu'il fallait écarter par l'exil ou la prison, il s'était servi de
l'abbé Fouquet; pour connaître ceux qu'il pouvait gagner, il employa
Gourville, auquel ses liaisons et ses intrigues avec les anciens
frondeurs avaient donné une parfaite connaissance de ceux qui dans le
parlement étaient les plus accessibles aux insinuations et aux
propositions qu'il fut chargé de leur faire[11].

Le cardinal de Retz était destiné à occasionner à Mazarin des embarras
moins grands, mais plus prolongés, que ceux que lui avaient présentés
les parlements. Après la mort de son oncle, Retz, quoique captif, se
trouva, par sa seule déclaration et le secours de ses amis,
canoniquement et légalement archevêque de Paris. C'est alors qu'il eût
pu résister avec avantage à son puissant ennemi[12]. Il était soutenu
par tous les curés de Paris, qui au nom de la religion demandaient au
roi que le prélat fût rendu à son clergé et à son troupeau. Défendu
avec chaleur par le pape, qui voyait avec indignation qu'on retînt en
prison un prince de l'Église et qu'on violât des immunités
ecclésiastiques, Retz eût obtenu promptement sa liberté, et eût pu
présenter de grands obstacles à vaincre au ministre, qui voulait
anéantir entièrement son influence: mais ces obstacles, Retz les fit
de lui-même disparaître par ses imprudences, son défaut de jugement,
de fermeté et de constance. Il montra pour sa propre cause moins
d'habileté et d'intrépidité que Caumartin, Joly et d'Hacqueville, et
déconcerta tous les efforts de leur dévouement pour le triomphe de ses
intérêts. Il s'ennuya de sa prison, et ne put supporter les privations
qu'elle lui imposait. Il craignit ou feignit de craindre que Mazarin
ne le fît assassiner; et, contre l'avis de ses fidèles amis, il se
dépouilla du seul bouclier qui lui restait, de la seule arme qu'il
avait en main. Il remit au roi sa crosse pastorale; il se démit de son
archevêché[13]. Par ce grand sacrifice, Retz n'obtint même pas la
liberté après laquelle il soupirait; il échangea seulement son donjon
contre une détention moins triste et moins dure, dans le château de
Nantes, où le maréchal de La Meilleraye le fit garder avec autant de
soin et de vigilance qu'il l'était précédemment[14]. La démission de
Retz ne fut point acceptée par le pape, et Retz se proposa de la faire
annuler, comme ayant été le résultat de la violence; mais la faiblesse
qu'il avait eue de consentir à la donner découragea tous ses
adhérents. On s'approche pour secourir l'homme que l'on voit lutter
avec courage dans un combat inégal; on s'écarte de celui qui fuit, ou
l'on reste en place pour le voir passer. Cette faute ne fut pas la
seule que commit Retz. A Nantes il aurait pu, par sa conduite, trouver
dans les fonctions de son ministère, dans l'étude et dans la retraite,
des moyens certains d'intéresser à son sort et de changer sur son
compte l'opinion, toujours indulgente envers le malheur, toujours
sévère pour l'autorité, lorsqu'elle abuse ou même lorsqu'elle use de
sa force. Il aurait ainsi réveillé le zèle de son clergé et de ses
partisans, qui répugnaient à se détacher de lui. Au contraire,
oubliant la gravité des circonstances, on le voit uniquement occupé à
jouir des agréments de la société dont le maréchal de La Meilleraye
eut soin de l'entourer[15]; et dans les adoucissements apportés à sa
captivité, il ne voit d'autre avantage que celui de pouvoir se livrer
à sa passion pour les femmes, à ses goûts pour le monde. C'est à cette
époque qu'il essaya, mais en vain, de séduire mademoiselle de La
Vergne, cette amie intime de madame de Sévigné. «Le maréchal de La
Meilleraye, dit-il, ne pouvait rien ajouter à la civilité avec
laquelle il me garda. Tout le monde me voyait; on me cherchait même
tous les divertissements possibles; j'avais presque tous les soirs la
comédie; toutes les dames s'y trouvaient, elles y soupaient souvent.
Madame de La Vergne, qui avait épousé en secondes noces M. le
chevalier de Sévigné, et qui demeurait en Anjou avec son mari, m'y
vint voir, et amena mademoiselle sa fille, qui est présentement madame
de La Fayette. Elle était fort jolie et fort aimable, et elle avait de
plus beaucoup d'air de madame de Lesdiguières. Elle me plut beaucoup,
et la vérité est que je ne lui plus guère, soit qu'elle n'eût pas
d'inclination pour moi, soit que la défiance que sa mère et son
beau-père lui avaient donnée dès Paris même, avec application, de mes
inconstances et de mes différentes amours, la missent en garde contre
moi. Je me consolai de sa cruauté avec la facilité qui m'était assez
naturelle, et la liberté que le maréchal de La Meilleraye me laissait
avec les dames de la ville, qui, étant à la vérité très-entière,
m'était d'un fort grand soulagement[16].» Quoique Retz eût donné sa
parole de ne point chercher à s'échapper, le maréchal de La
Meilleraye, qui ne s'y fiait pas, le faisait garder à vue. Cette gêne
continuelle, la crainte de se voir confiné de nouveau dans une prison,
ou transporté à Brest, lui firent prendre la résolution de recouvrer
sa liberté. Aucun roman ne présente un intérêt égal à celui de sa
fuite. Les moyens en furent concertés par Joly, le duc de Brissac et
le chevalier de Sévigné. Il s'évada en plein jour, en présence même
des surveillants et des sentinelles qui le gardaient[17]. Ils
pouvaient l'arrêter dans sa course en faisant feu sur lui, mais ils ne
pouvaient courir après lui et se saisir de sa personne avant d'avoir
rompu la porte à jour par où il était sorti, et qu'il avait refermée
sur eux. Cela lui donna le temps de descendre, et de remonter avec des
cordes les murs d'un bastion de quarante pieds de haut, puis de
s'enfuir à toute bride sur un cheval qu'on lui avait préparé[18]. A
quelques lieues de Nantes, le cheval s'effraye, fait un écart: Retz
tombe et se fracasse l'épaule; il se remet en selle, continue à
courir, près de s'évanouir à chaque instant par la violence de la
douleur. Ceux qui le poursuivent sont sur le point de l'atteindre; il
se jette dans une meule de foin, et il y reste caché sept mortelles
heures, entendant sans cesse marcher près de lui ceux qui le
cherchaient; vingt fois au moment d'être découvert; étouffant les
gémissements que les angoisses de sa blessure lui arrachaient. Enfin
il arrive à Machecoul, dans le pays de Retz, chez son frère: il y
séjourne peu de temps, et, avec son épaule mal remise et tourmenté par
la fièvre, il passe dans une nacelle le petit bras de mer qui le
sépare de Belle-Isle, s'embarque dans cette île[19], aborde en
Espagne, traverse ce royaume dans la litière que Philippe IV lui a
envoyée, et refuse les présents de ce monarque, ennemi de la France et
en guerre avec elle. En Aragon il n'est point atteint par la peste
qui ravage cette province, et s'attendrit sur les malheurs qu'elle
cause. A la vue des belles et fertiles campagnes de cet Éden
enchanteur qu'on nomme le royaume de Valence, il ne peut contenir son
ravissement. Plus délicieusement encore ses yeux sont réjouis par une
nation de belles femmes dans l'île de Majorque. Là, des religieuses
toutes jeunes, fraîches, et gracieuses sous le voile, se présentent à
lui avec leur maintien doux et virginal, et lui donnent dans leur
couvent d'harmonieux concerts; elles chantent, en baissant leurs
longues paupières, des airs plus passionnés, dit-il, que ceux de
Lambert[20]. A Minorque, il est frappé de la pittoresque magnificence
de ces montagnes en amphithéâtre qui entourent le beau port de
Mahon[21]. Par un naufrage il est forcé d'aborder en Corse. A peine
rembarqué, poursuivi par une galère turque, sur le point d'être fait
prisonnier, il éprouve des dangers plus terribles encore: une tempête
furieuse l'assaille, et lui montre la mort sous mille formes.
Pourtant il touche un instant à cette imprenable forteresse de
Porto-Longone[22], et trouve enfin terre et liberté à Piombino. Il
termine sur la côte riante de la Toscane sa périlleuse navigation, et
fait ensuite son entrée dans Rome[23], où la mort d'Innocent X, son
protecteur[24], a lieu presque aussitôt son arrivée. Il se trouve en
mesure pour assister au conclave qui va s'ouvrir.

Ainsi ce captif, ce banni, cet intrigant politique, ce tribun
turbulent, cet échappé des ruelles, semble n'avoir été éprouvé par
tant d'aventures, sauvé miraculeusement de tant de périls, que pour
venir à temps, avec toute la pompe et la magnificence d'un prince de
l'Église, siéger parmi les membres de ce sénat auguste, dont les
libres suffrages doivent donner au monde entier un souverain
pontife[25].

A Rome comme à Paris, Retz devint l'âme de toutes les intrigues qui
s'agitaient contre Mazarin. Il se montra même un ennemi plus
redoutable dans le conclave qu'il ne l'avait été dans le parlement,
puisqu'il réussit à faire nommer pape le cardinal Chigi, que Mazarin
repoussait. En même temps l'intrépide Chassebras, un de ses vicaires,
quoique banni par arrêt du parlement et obligé de se cacher, parvenait
à déconcerter toutes les mesures de la police, et faisait afficher
dans les carrefours et les rues de la capitale des exhortations, des
ordres, des mandements propres à fomenter les passions religieuses
parmi le peuple, à produire un schisme dans le diocèse. Chassebras en
aurait mis toutes les églises en interdit, si son archevêque l'avait
voulu[26]. Retz ne sut pas profiter de ce retour de la fortune. Plus
habile à entraver qu'à diriger, comme dans tout le cours de sa vie
politique, il voulait toujours marcher à un but mal défini, sans
prendre conseil des événements. De ce qu'il avait contribué à la
nomination de Chigi, il s'était persuadé que celui-ci se laisserait
gouverner par ses conseils. Mais il s'était trompé sur son caractère.
Alexandre VII, assis sur le trône pontifical, oublia bientôt les
promesses et les engagements du cardinal Chigi; il se souvint
seulement qu'il était pape et le père commun des fidèles. Il suivit
dans sa politique un système tout contraire à celui qui eût été
favorable à Retz, et dans lequel celui-ci aurait voulu l'engager. Au
lieu de chercher à tout diviser, il s'efforça de tout concilier, et
fit les plus grands efforts pour procurer entre la France et l'Espagne
une paix stable. Il se trouva par là engagé à soutenir Mazarin, qui
tendait au même but. Alors Retz s'aperçut, mais trop tard, qu'il avait
eu encore cette fois tort de ne pas suivre les conseils de ses amis,
qui l'engageaient à accepter l'appui que Lyonne, l'envoyé de Mazarin,
lui avait offert. Il fut obligé de reconnaître qu'il s'était encore
une fois perdu par son trop de confiance en lui-même; il vit que l'or
qu'il avait prodigué, les dettes qu'il avait contractées, ses
intrigues, si habiles et si multipliées, par lesquelles il était
parvenu à surprendre les secrets et la correspondance de Lyonne, en
favorisant les désordres de sa femme, et en fomentant la division
parmi ses domestiques, n'avaient servi qu'à le conduire à des
résultats contraires à ceux qu'il s'était proposé d'obtenir[27].

Lors de sa fuite, durant le court séjour qu'il fit soit à Machecoul,
soit à Belle-Isle[28], il éprouva le besoin de se justifier auprès du
maréchal de la Meilleraye, dont il n'avait eu qu'à se louer, et qu'il
compromettait gravement en lui manquant de parole. Mais comme il ne
pouvait communiquer avec lui sans le compromettre encore plus, il prit
le parti d'écrire à la marquise de Sévigné, qu'il savait être en
relation avec le maréchal. Il l'instruisit donc de son évasion, en
expliqua les motifs, et colora son manque de foi le mieux qu'il put.
Craignant que cette lettre ne fût interceptée, il l'envoya à Ménage
pour qu'il la fît parvenir à madame de Sévigné, en lui indiquant en
même temps l'usage qu'elle en devait faire. Ménage avait eu avec le
cardinal de Retz quelques démêlés, dont la gazette de Loret avait
retenti[29]; mais Ménage, après avoir occupé une place dans la maison
du cardinal, était trop honnête homme pour ne pas oublier tous les
sujets de plainte qu'il pouvait avoir eus contre lui, et pour ne pas
lui rester fidèle dans le malheur: il paraît aussi que Ménage s'était
brouillé, puis réconcilié, avec Bussy. On voit, d'après la réponse de
madame de Sévigné à Ménage, que tout ce qui concernait son cousin
Bussy l'intéressait vivement. Elle montre un grand empressement à
connaître les motifs du raccommodement qui avait eu lieu entre lui et
Ménage. Sa lettre est datée des Rochers, le 1er octobre 1654. Elle
commence par rendre grâce à Ménage de la diligence qu'il a mise à lui
faire parvenir la lettre du cardinal, qu'elle nomme toujours le
coadjuteur, par habitude, quoiqu'à cette époque il ne portât plus ce
titre. Elle ne doute pas que cette lettre, qu'elle a envoyée au
maréchal, ne fasse impression sur lui; puis elle ajoute: «Mais voici
qui est admirable, de vous voir si bien avec toute ma famille; il y a
six mois que cela n'était pas du tout si bien. Je trouve que ces
changements si prompts ressemblent fort à ceux de la cour. Je vous
dirai pourtant qu'à mon avis cette bonne intelligence durera
davantage; et pour moi, j'en ai une si grande joie que je ne puis vous
la dire, au point qu'elle est. Mais, mon Dieu! où avez-vous été pêcher
ce monsieur le grand prieur, que M. de Sévigné appelait toujours _mon
oncle le Pirate_? Il s'était mis dans la tête que c'était sa bête de
ressemblance, et je trouve qu'il avait raison. Dites-moi donc ce que
vous pouvez avoir à faire ensemble, aussi bien qu'avec le comte de
Bussy? J'ai une curiosité étrange que vous me contiez cette affaire,
comme vous me l'avez promis[30].»

Elle demande ensuite à Ménage d'accorder son amitié à l'abbé de
Coulanges, qui se trouvait alors avec elle aux Rochers. «S'il est
vrai, dit-elle, que vous aimiez ceux que j'aime, et à qui j'ai
d'extrêmes obligations, je n'aurai pas beaucoup de peine à obtenir
cette grâce de vous.»

Ménage, un jour, enchanté d'une lettre que lui avait écrite
mademoiselle de Chantal lorsqu'elle était son écolière, dit qu'il ne
la donnerait pas pour trente mille livres. Madame de Sévigné,
plaisantant sur ce fait de sa jeunesse (jamais aucune femme n'oublie
ce qui a été dit ou fait de satisfaisant pour son amour-propre),
termine ainsi sa lettre: «Je vous assure que vous devez être aussi
content de moi que le jour où je vous écrivis une lettre de dix mille
écus.» Puis, par un trait de coquetterie aimable, elle signe _Marie de
Rabutin-Chantal_, de même qu'était signée la lettre de dix mille écus.

Dans le post-scriptum de cette même lettre elle dit: «Un compliment à
M. Girault; je n'ai point reçu son livre.» Ce livre était les
_Miscellanea_, ou les Mélanges de Ménage, dont nous avons parlé; car
dans la préface latine de ce recueil Ménage nous apprend que ce fut M.
Girault qui prit soin de recueillir et de mettre en ordre les pièces
qui s'y trouvent. Lorsque madame de Sévigné écrivait cette lettre,
cet ouvrage venait de paraître; et comme elle y était louée, nul doute
qu'elle n'en eût entretenu Ménage, si elle en avait eu connaissance.
Girault était un ecclésiastique, bel homme et de bonne compagnie, qui
fut le secrétaire de Ménage, et devint ensuite chanoine du Mans. Ce
canonicat lui fut cédé par Scarron[31]. Girault était en
correspondance avec plusieurs beaux esprits, et s'en faisait aimer par
l'empressement qu'il mettait à les tenir au courant de toutes les
nouveautés littéraires[32]. Son admiration pour Ménage lui fit donner
une place dans les satires, les épigrammes et les diatribes que cet
écrivain s'attira par sa plume caustique, guerroyante et
pédantesque[33].

  [1] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 364, 365.

  [2] DESORMEAUX, _Histoire de Louis de Bourbon, prince de Condé,
  second du nom_, 1779, in-12, t. IV, p. 14 et 15.--LORET, liv. V,
  p. 12, 24 janvier 1654, p. 37, 40.--MONGLAT, _Mém._, t. L, p.
  430.

  [3] BRIENNE, _Mém._, t. XXXVI, p. 219.--MONGLAT, _Mém._, t. L, p.
  534.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLI, p. 444.--LORET, lib. V, p. 72,
  13 juin 1654.

  [4] DESORMEAUX, _Hist. de Condé_, t. IV, p. 18.--MONGLAT, _Mém._,
  t. L, p. 438.--MOTTEVILLE, t. XLI, p. 427.--LORET, liv. V, p. 30,
  33, 82, 14 mars et 4 juillet 1654.

  [5] _Mss. de l'hôtel de Condé_ cités par DESORMEAUX dans l'_Hist.
  de Condé_, t. IV, p. 45, 68.--NAVAILLES, _Mém._, 1701, in-12, p.
  167.--BUSSY, _Hist. am. des Gaules_, t. I, p. 199, édit.
  1754.--Ibid., _Hist. am. de France_, p. 216 et 239.--Ibid.,
  _Hist. am. de France_, édit. de Liége, p. 160 à 189, édit. 1re;
  p. 130 et 154, édit. 2e.

  [6] DE RAMSAY, _Hist. de Turenne_, liv. IV, t. II, p. 18, édit.
  in-12, et la planche 6 de l'atlas.

  [7] DESORMEAUX, _Hist. de Condé_, t. IV, p. 49.--LORET, liv. V,
  p. 118, 12 septembre 1654.--RAGUENET, _Hist. du vicomte de
  Turenne_, p. 238 à 255.

  [8] MONGLAT, _Mém._, t. L, p. 469.--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 426,
  429.--DE RAMSAY, _Hist. de Turenne_, t. II, p. 47 et 87, édit.
  in-12.

  [9] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 363.--MONGLAT, t. L, p. 458.

  [10] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 301.

  [11] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 397.

  [12] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 243.--GUY-JOLY, t. XLVII, p. 262.

  [13] GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 292.

  [14] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 253 et 254.

  [15] GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 294.--RETZ, _Mém._, t. XLVI,
  p. 253.

  [16] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 253, ou p. 437 de l'édit.
  Champollion.

  [17] RETZ, t. XLVI, p. 258, 201 et 273.

  [18] Ibid., p. 271.--GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 312 à 317.

  [19] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 281.

  [20] RETZ, _Mém._, t. LXVI, p. 285.--GUY-JOLY, t. XLVII, p. 238.

  [21] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 287.

  [22] Ibid., p. 293.

  [23] GUY-JOLY, t. XLVII, p. 345 (le 28 novembre 1655).

  [24] RETZ, _Mém._, t. XLVI, p. 303.

  [25] RETZ, t. XLVI, p. 305, 348.--GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p.
  372 et 374.--MONGLAT, t. L, p. 471.

  [26] GUY-JOLY, t. XLVII, p. 387 et 388.

  [27] RETZ, t. XLVI, p. 344.--JOLY, t. XLVII, p. 372-374.

  [28] GUY-JOLY, t. LXVII, p. 322, 323, 330.--SÉVIGNÉ, _Lettres_,
  1820, in-8º, t. Ier, p. 28. Cette lettre de Retz ne fut point
  écrite d'Espagne.

  [29] LORET, _Muse historique_, liv. III, p. 140, 5 octobre 1652;
  _Ménagiana_, t. II, p. 5.

  [30] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 1, 28 et 29 (1er octobre 1654),
  édit. 1820, et t. I, p. 34 et 37, édit. de G. de St.-G.

  [31] _Ménagiana_, t. II, p. 5; t. III, p. 192 et 193.--BRUZEN DE
  LA MARTINIÈRE, _Hist. de M. Scarron_, t. I, p. 58 des _OEuvres_,
  édit. 1737, in-18.--Voyez la première partie de ces Mémoires, p.
  452.

  [32] TALLEMANT DES RÉAUX, t. V, p. 257, édit. in-8º; t. IX, p.
  123, édit. in-12.

  [33] Jean BERNIER, _Anti-Ménagiana_, p. 43.--Gilles BOILEAU,
  _Avis à M. Ménage sur son églogue intitulée Christine_, dans le
  _Recueil des pièces choisies de_ LA MONNOYE, 1714, t. I, p. 278,
  préface.



CHAPITRE II.

1655-1656.

   Succès de Turenne.--Tranquillité de la capitale.--Ballets
   royaux.--Le goût des spectacles se répand jusque dans les
   colléges des jésuites.--On mêlait les concerts aux
   sermons.--Pièce de Quinault qui renferme tous les
   genres.--Mariages et visites de princes étrangers; fêtes à cette
   occasion.--Le roi recevait des fêtes et en donnait.--Il dansait
   dans les ballets.--Carrousel pendant le carême.--Les ducs de
   Candale et de Guise s'y font remarquer.--Goût pour les devises,
   partagé par madame de Sévigné.--Elle ne quitte point Paris ni les
   environs.--Le maréchal de La Meilleraye ouvre les états généraux
   de Bretagne.--Mariage de mademoiselle de La Vergne avec le comte
   de La Fayette.--Madame de Sévigné se livre aux plaisirs du monde,
   et résiste à toutes les séductions.--Occupations de mademoiselle
   de Montpensier pendant son exil.--Madame de Sévigné va lui rendre
   visite à son château de Saint-Fargeau.


La victoire d'Arras et la continuité des succès de Turenne pendant
toute la campagne[34] firent naître dans la capitale et dans tout le
royaume une sécurité que ne purent troubler ni les écrits que Retz
publia pour sa défense, ni les résistances de son vicaire Chassebras,
secrètement appuyées par les solitaires de Port-Royal et par leurs
nombreux amis[35].

On se livra aux plaisirs et à la joie que le retour du jeune roi dans
la capitale, après ses campagnes, ne manquait jamais de ramener; et ce
fut avec une chaleur, une unanimité qui surpassèrent encore celles de
toutes les années précédentes[36]. Les occasions ne manquèrent pas:
l'entrée dans Paris du comte d'Harcourt, qui ressembla à une pompe
triomphale; les fiançailles du fils du duc de Modène avec une des
filles de Martinozzi, nièce du cardinal[37]; l'arrivée de ce même duc
et celle du duc de Mantoue[38]; du duc François, frère du duc de
Lorraine; de la princesse d'Orange[39]; le mariage d'une des
demoiselles de Mortemart[40] avec le marquis de Thianges; celui de la
Ferté; celui de Loménie de Brienne[41], fils du ministre d'État, avec
la seconde fille de Chavigny, fournirent des occasions fréquentes au
roi et à Mazarin de donner des festins et des fêtes et d'en
recevoir[42]. Non-seulement le jeune monarque ne dédaignait pas
d'accepter des invitations qui lui étaient faites, mais il dansait et
jouait dans les ballets qui faisaient partie des fêtes qu'on lui
donnait, comme dans ceux qu'il faisait représenter à sa cour. Il y fit
jouer trois nouveaux ballets, qui tous furent d'une richesse
d'exécution que l'on crut ne pouvoir jamais être égalée[43]. Cependant
le dernier, intitulé _Psyché_, surpassa les deux autres en
magnificence. Un essaim de beautés y figuraient avec le roi et l'élite
des meilleurs artistes: Fouilloux et Menneville, qu'on nommait
toujours ensemble quand il fallait citer des modèles de grâce; cette
belle duchesse de Roquelaure, dont nous avons fait connaître la
tragique destinée; la douce et mélancolique Manicamp, qui ne se
prêtait plus que par obéissance à ces jeux mondains, et qui se fit
carmélite aux jours saints; puis la folâtre Villeroy, et Neuillant, et
Gramont, et beaucoup d'autres[44]. Cependant leurs attraits ne
pouvaient distraire le roi de cette aînée des Mancini, qui leur était
bien inférieure en beauté. Loret, dans les longues descriptions dont
il remplissait sa _Gazette_, ne manque pas de faire mention de ces
attentions de Louis pour elle:

    Le roi, notre monarque illustre,
    Menait l'infante Manciny,
    Des plus sages et gracieuses,
    Et la perle des précieuses[45].

Ce qui donna un caractère particulier au carnaval de cette année fut
le grand nombre de mascarades et de folâtres divertissements dont
Louis XIV et son frère donnaient les premiers l'exemple, et dont ils
s'amusaient beaucoup. Aussi Loret remarque que

    Paris, dans la joie inondé,
    Est tellement dévergondé,
    Qu'on n'y voit que réjouissances,
    Que des bals, des festins, des danses,
    Que des repas à grands desserts,
    Et de mélodieux concerts[46].


Cependant, de tous les genres de plaisirs, ceux que l'on préférait,
ceux auxquels on revenait toujours, étaient les représentations
théâtrales. Jamais les théâtres publics n'avaient attiré plus de
spectateurs. Ce goût se répandit si généralement, que les jésuites, si
habiles à suivre la pente de leur siècle, et auxquels était
principalement confiée l'éducation de la haute noblesse, composèrent
dès lors des tragédies latines, et les firent représenter par l'élite
de la belle jeunesse qui s'élevait dans leurs colléges. Ces
représentations eurent lieu devant de nombreuses assemblées de
dignitaires de l'Église, de gens de cour, et de ce que Paris
renfermait de plus illustre dans les lettres et dans l'État[47]. Elles
eurent le plus grand succès. Cet usage des jésuites a commencé sous la
jeunesse de Racine, et a été continué sans interruption bien au delà
de l'époque de la jeunesse de Voltaire, dont le maître, le père Porée,
était un jésuite, auteur des meilleures de ces tragédies latines.
C'est à ces premières impressions de collége, c'est à l'influence de
ces maîtres habiles sur ceux qui devaient un jour illustrer notre
littérature, et sur ceux qui devaient être les juges de leurs
productions, que l'on doit, suivant nous, ce goût grec et romain, ces
formes régulières, et un peu uniformes, qu'a prises la tragédie sous
la plume des deux grands maîtres que nous venons de nommer, et sous
celle de leurs nombreux imitateurs. Mais le grand Corneille, par la
diversité de ses ouvrages, semblait avoir épuisé tous les genres de
compositions scéniques: et à l'époque dont nous traitons, c'est-à-dire
dans les années 1655 et 1656, la satiété commençait déjà à exiger la
réunion de tous les genres, mais non pas encore leur mélange. Ce fut
cette année que Quinault donna au théâtre du Marais une pièce
intitulée _la Comédie sans comédie_, qui renfermait à la fois, dans un
même cadre et en quatre actes, les quatre sortes de poëmes dramatiques
connus alors, une pastorale, une comédie, une tragédie, et une
tragi-comédie ou une pièce ornée de machines et de danses,
c'est-à-dire un opéra. Remarquons que le dernier acte de cette pièce
était une première et intéressante ébauche du plus bel ouvrage que
Quinault composa depuis, l'opéra d'_Armide_[48].

Le carême força de suspendre les danses, les ballets, les mascarades;
mais la fougue qui entraînait le jeune monarque et toute la société
vers les plaisirs fit imaginer des moyens de les prolonger: on allia
ces divertissements aux pompes mêmes de la religion, ou on leur donna
le caractère de cette chevalerie antique que la religion avait
autrefois encouragée et approuvée. C'est alors que commencèrent ce
qu'on appelait les concerts de dévotion, qu'on nomma depuis
_spirituels_; et ces brillants carrousels, image de nos vieux
tournois, qui disparurent avec les années prospères du règne de Louis
XIV, et lorsque les derniers vestiges des mœurs, des habitudes et des
temps qu'ils rappelaient se furent effacés. Loret a décrit, de la même
manière qu'il décrivait les ballets de cour, le grand concert de
dévotion qui fut exécuté au monastère de Charonne, à l'heure de
vêpres, par les plus célèbres musiciens, les plus fameux chanteurs et
les meilleures cantatrices de cette époque, en présence du roi, de
toute la cour, et d'une nombreuse assemblée de beau monde; concert
qui fut terminé par un sermon du père Senault.

    Le père Senault y prêcha,
    Et son éloquence toucha
    De même qu'à l'accoutumée;
    Bref, chacun eut l'âme charmée,
    En ce saint lieu de grand renom,
    Tant du concert que du sermon[49].

Le carrousel que le roi donna au Palais-Royal sembla réaliser les
descriptions des romanciers, par la beauté des coursiers, les
richesses et la singularité des costumes, l'éclat des armures, la
rapidité des évolutions exécutées aux sons bruyants de la musique
guerrière. Cette fête chevaleresque fut comme l'annonce de celles que
Louis XIV devait donner par la suite, et dont la magnificence fut un
sujet d'étonnement pour l'Europe entière[50].

Après le roi, ceux qui se firent le plus remarquer dans ce carrousel
furent le duc de Candale et le duc de Guise. En voyant ce dernier, on
se rappelait ses intrigues avec la princesse de Gonzague, ses amours
avec la comtesse de Bossu, qui furent suivis d'un mariage et d'une
séparation; la constance de sa passion pour mademoiselle de Pons, qui
le trahissait et favorisait son écuyer Malicorne; ses deux expéditions
pour conquérir le royaume de Naples; sa captivité en Espagne et son
arrivée à Paris, qui eut lieu juste au moment où il dut se rendre au
lit de justice qui condamna à l'exil Condé, auquel il devait sa
délivrance. Cette vie martiale, galante, si pleine d'aventures; le
costume dont il était revêtu, sa grâce, son adresse dans le
carrousel, tout contribuait à le rendre le type achevé des chevaliers
du moyen âge; non tels qu'ils étaient en réalité, mais tels que les
représentent à l'imagination, dans un siècle plus poli et sous des
couleurs plus brillantes, les fictions de l'Arioste[51].

Les boucliers de tous ceux qui figurèrent dans ce carrousel étaient
ornés d'emblèmes ingénieux, accompagnés de paroles en langue
espagnole, italienne ou française; et ce fut sans doute à ces jeunes
guerriers et à l'esprit de galanterie qui régnait alors, à nos
liaisons avec l'Espagne, que l'on dut ce goût pour les allégories et
les devises qui domina durant tout ce règne, et que madame de Sévigné
partagea[52].

Elle était restée à Paris pendant tout l'hiver; et elle ne retourna
point même, selon sa coutume, à sa terre des Rochers pendant la belle
saison. On peut croire que les plaisirs si animés de la capitale
contribuèrent à l'y retenir. Les fêtes de la cour, auxquelles elle
était invitée, furent prolongées pendant tout le printemps, et ne
cessèrent même pas lorsque le roi se fut transporté à Compiègne. Ce
fut dans cette ville qu'on joua, le 30 mai, le nouveau ballet royal
des _Bienvenus_, lorsque le prince Eugène épousa, par procuration, au
nom du fils du duc de Modène, la fille de Martinozzi[53]. C'était
d'ailleurs uniquement par raison d'économie que madame de Sévigné
allait se renfermer tous les ans dans son triste château de Bretagne,
et c'était la même raison qui l'empêchait cette année de s'y rendre.
Le maréchal de La Meilleraye fit le 20 juin l'ouverture des états de
Bretagne. Il était d'usage dans ces occasions, parmi la haute
noblesse, de se donner mutuellement des festins, et madame de Sévigné
avait éprouvé, du vivant de son mari, combien cet usage était
dispendieux; il l'eût été encore plus pour elle cette fois.
L'ouverture des états se faisait à Vitré[54], c'est-à-dire à sept
kilomètres de son château, et une si grande proximité de l'auguste
assemblée lui eût attiré un nombre illimité d'importuns visiteurs. Son
titre de veuve et la prolongation de son séjour à Paris donnaient à
madame de Sévigné les moyens de se soustraire à ces inconvénients, et
elle en profita. D'autres motifs encore ont pu l'engager à s'écarter
de ses habitudes. Mademoiselle de La Vergne épousa le 20 février de
cette année (1655) François Mottier, comte de La Fayette, lieutenant
des gardes françaises. Le désir de pouvoir accompagner sa jeune amie
dans les nouvelles assemblées où son mari la présenta dut déterminer
madame de Sévigné à agrandir encore le cercle de ses relations, et
ajoutait aux motifs qu'elle avait de renoncer au voyage de Bretagne.
De plus, le président de Maisons et plusieurs autres personnages
qu'elle comptait au nombre de ses amis furent rappelés de leur exil,
et revinrent dans la capitale précisément à l'époque où elle avait
coutume de la quitter. Le besoin qu'elle éprouvait de s'entretenir
avec eux, la satisfaction qu'elle avait de les revoir, l'auraient
engagée à ne pas partir, lors même que tant d'autres causes ne
l'auraient pas déterminée à rester.

Madame de Sévigné, en s'abandonnant ainsi au tourbillon du monde, en
se prévalant des succès qu'elle y obtenait par sa jeunesse, ses
charmes, son esprit; en cédant à l'orgueil naturel à son sexe de
faire naître des passions, sans vouloir les partager, augmentait les
dangers auxquels était exposée, sinon sa personne, au moins sa
réputation; son état de veuve rendait à cet égard sa position plus
critique. Plus elle avait d'indépendance, plus elle en jouissait, plus
il était facile à la calomnie de la noircir. Quand on pense aux mœurs
de cette époque, aux moyens puissants de séduction de tous ceux qui
affichaient hautement à son égard leur amour et leurs espérances, on
ne pourrait croire qu'elle fût jamais parvenue à échapper à tant
d'écueils, si tous les témoignages contemporains ne concouraient à
nous prouver qu'elle en est sortie non-seulement sans recevoir aucune
atteinte, mais même pure de tout soupçon.

Durant les mois d'été, le séjour de Paris, alors resserré par ses
remparts, était encore plus incommode qu'il ne l'est actuellement;
aussi madame de Sévigné passa presque entièrement cette partie de la
belle saison à Livry, qu'elle appelait son désert; mais ce désert se
trouvait aussitôt peuplé par une société nombreuse, aimable et
brillante, lorsqu'elle s'y transportait. Elle fit cependant encore à
cette époque une courte et plus lointaine excursion hors de la
capitale; ce fut, en quelque sorte, pour satisfaire à un devoir que le
monde, mais non pas elle, considérait alors comme un acte de courage.
Ceci réclame quelques détails qui feront connaître l'esprit et les
mœurs du temps et les différents intérêts qui divisaient alors la
cour et la haute société.

Mademoiselle de Montpensier n'avait vu qu'avec peine le triomphe de
Mazarin et de la cause royale. Elle correspondait en secret avec le
prince de Condé, et n'avait pas perdu entièrement l'espérance de
pouvoir l'épouser un jour. Elle se fit un grand chagrin des succès de
Turenne; mais son père lui causa des peines bien plus vives, et dont
les motifs étaient plus réels. Gaston convoitait les grands biens de
sa fille aînée, et il voulait l'obliger à en céder une partie aux deux
filles qu'il avait eues de Marguerite de Lorraine, sa seconde femme.
Il avait épousé celle-ci par amour, et elle conservait un grand empire
sur lui. Peut-être mademoiselle de Montpensier, naturellement grande
et généreuse, se serait-elle montrée disposée à des arrangements de
cette nature, si on lui en avait parlé comme d'un sacrifice qu'il lui
fallait faire en faveur de ses sœurs dépourvues de fortune, si on lui
avait demandé ce sacrifice comme un don, comme une générosité de sa
part, purement gratuite, dont on lui aurait su gré; mais il n'en était
pas ainsi. Son père cherchait à lui arracher une portion de son
patrimoine par la ruse et la fraude, et au moyen d'un compte de
tutelle, où les dettes qu'il avait contractées envers sa fille étaient
atténuées ou déguisées; où il faisait figurer les répétitions non
fondées qui lui étaient allouées par des arbitres vendus à ses
intérêts. De tels procédés exaspérèrent mademoiselle de Montpensier,
elle résista avec hauteur et fermeté; mais, quoique majeure, comme
elle n'était point mariée, elle se trouvait, comme princesse du sang,
sous la puissance paternelle, relativement au choix de ses dames
d'honneur, de ses gens d'affaires et de tous ceux qui composaient sa
maison. Gaston éloignait d'elle arbitrairement tous ses serviteurs les
plus dévoués. Il y eut alors dans la petite cour de MADEMOISELLE des
démêlés et des intrigues dont elle nous a, dans ses Mémoires, donné
les détails avec une fatigante prolixité. Comme Gaston négociait avec
le ministre, et cherchait à rentrer en grâce, mademoiselle de
Montpensier, qui, au contraire, se montrait hostile, craignit qu'on ne
fît à son égard un coup d'autorité. Elle se soumit donc en partie à ce
qu'on exigeait d'elle, mais non sans beaucoup de dépit et de douleur
et sans répandre bien des larmes. Elle s'était, au mois de février,
approchée de Paris, et elle était venue jusqu'à Lesigny, pour voir une
maison qu'elle avait intention d'acheter[55]. Pendant les trois ou
quatre jours qu'elle résida dans ce lieu, elle éprouva ce que pouvait
la disgrâce du souverain, même à l'égard d'une princesse généralement
aimée et qu'on aurait désiré voir revenir dans la capitale. «Il vint
du monde de Paris me voir, dit-elle: j'eus néanmoins plus de
compliments que de visites; j'avais fait tout le monde malade. Tous
ceux qui n'osaient me mander qu'ils craignaient se brouiller avec la
cour feignirent d'être malades ou qu'il leur était arrivé quelque
accident.»

Madame de Sévigné ne fut point au nombre de ces lâches moribonds; nous
en avons une preuve non douteuse, car nous savons qu'au mois de
juillet de cette même année elle quitta Paris pour se rendre à
Saint-Fargeau, et tout exprès pour faire sa cour à l'illustre exilée.
C'est MADEMOISELLE qui nous apprend elle-même ce fait dans ses
Mémoires; et son récit nous fait entrevoir que ce petit voyage, fait
en compagnie avec madame de Monglat et madame de Lavardin, ne fut pas
sans agrément pour notre jeune veuve.

«J'étais, dit MADEMOISELLE, dans mon château de Saint-Fargeau, où,
après avoir donné ordre à mes affaires[56] (ce que je faisais deux
fois la semaine), je ne songeais qu'à me divertir. Madame la comtesse
de Maure et Mademoiselle de Vandy me vinrent voir, comme elles
revenaient de Bourbon; ce me fut une visite très-agréable. Elles
étaient des personnes d'esprit et de mérite, et que j'estime fort.
Mesdames de Monglat, Lavardin et de Sévigné y vinrent exprès de Paris:
la première y était déjà venue deux fois; madame de Sully y vint
pendant qu'elles y étaient, et M. et madame de Béthune, qui s'en
allaient aux eaux de Pougues: tout cela faisait une cour fort
agréable. M. de Matha y était aussi; il commençait à être amoureux de
madame de Frontenac. Le mari de cette dernière, Saujon et d'autres,
s'y trouvèrent. Nous allions nous promener dans les plus jolies
maisons des environs de Saint-Fargeau, où l'on me donnait de fort
belles collations; j'en donnais aussi dans de beaux endroits des bois,
avec mes violons: on tâchait de se divertir[57].»

  [34] MONGLAT, _Mém._, t. L, p. 459.--RAMSAY, _Hist. de Turenne_,
  t. II, liv. IV, p. 17 à 69, édit. in-12.

  [35] RETZ, _Mém._, t. XLVII, p. 382, 391, 535.

  [36] LORET, _Muse historique_, t. II, liv. VI, p. 17, _lettre_ en
  date du 30 janvier 1655.--Ibid., p. 6 et 12.--MOTTEVILLE, t.
  XXXIX, p. 369.

  [37] LORET, liv. VI, p. 79, 106; liv. VII, p. 6, 7 et 19.

  [38] LORET, liv. VI, p. 141, 190 et 199, _lettre_ en date du 24
  déc. 1655.

  [39] LORET, liv. VII, p. 22, _lettre_ 6, en date du 5 février.

  [40] LORET, liv. VI, p. 82.

  [41] LORET, liv. VI, p. 193, _lettre_ en date du 18 décembre
  1655, et liv. VII, p. 13, _lettre_ en date du 12 janvier 1656. Ce
  Brienne est celui dont M. Barrière a publié les Mémoires.

  [42] LORET, liv. V, p. 77; liv. VII, p. 32 et 33, et p. 37, en
  date du 4 mars 1656.

  [43] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 117.--LORET, liv. VII, p.
  20, en date du 19 février 1656.

  [44] LORET, liv. VI, p. 12, 67, 69, 107, 141, 143,
  193.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 369.--LORET, liv. VII, p.
  2, 3, 5, 14, 15, 19, 43 (_lettre_ du 25 janvier); liv. VIII, p.
  43.--BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 172.

  [45] LORET, liv. VI, p. 141, 142, 143; liv. VII, p. 23 et 25.

  [46] LORET, _Muse hist._, liv. VI, p. 17, _lettre_ en date du 30
  janvier 1655, et ibid., p. 6 et 12.--MOTTEVILLE, _Mém._, t.
  XXXIX, p. 307, 369.

  [47] LORET, t. II, liv. IV, p. 118 et 127 (7 et 21 août 1655).

  [48] Frères PARFAICT, _Histoire du Théâtre François_, t. VIII, p.
  129 à 140.--QUINAULT, _OEuvres_, 1715, in-12, t. Ier, p. 260 à
  358.

  [49] LORET, t. II, liv. VI, p. 127, _lettre_ 31, en date du 25
  août 1655.

  [50] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 58, 60.--SAUVAL,
  _Galanteries des Rois de France_, 1738, t. II, p. 10.

  [51] _Mémoires de_ GUISE.--PASTORET fils, _Révolution de Naples_.

  [52] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 372.

  [53] LORET, liv, VI, p. 78, 79, 81.--BENSERADE, _OEuvres_, t. II,
  p. 113.

  [54] _Registres des états de Bretagne_, mss. Bibl. du roi; Bl.
  Mant., no 75, p. 324 à 329.

  [55] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLI, p. 487.

  [56] Sur les constructions et les embellissements que
  MADEMOISELLE fit alors exécuter à son château de Saint-Fargeau,
  consultez M. le baron CHAILLOU DES BARRES, _Châteaux
  d'Ancy-le-Franc, de Saint-Fargeau_ et _de Tanlay_, 1845, in-4º,
  p. 71.

  [57] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLI, p. 473 et 474.



CHAPITRE III.

1655.

   Bussy continue ses assiduités auprès de madame de Sévigné.--Ses
   intrigues avec madame de Monglat.--Il se laisse aller aux
   séductions de la marquise de Gouville.--Positions des grands
   personnages pendant les troubles de la Fronde.--Le besoin que les
   princes avaient de leurs serviteurs et des nobles dans leur
   dépendance rapprochait les rangs.--Comment cet état de choses
   produisait le déréglement des mœurs.--Des filles d'honneur
   d'Anne d'Autriche.--La marquise de Gouville attachée à la
   princesse de Condé.--Détails sur cette princesse.--Lenet devient
   son conseiller.--Peinture qu'il fait de la cour de cette
   princesse à Chantilly.--Détails sur la marquise de
   Gouville.--Bussy lui plaît.--Le rendez-vous qu'il en reçoit
   l'empêche de faire ses adieux à madame de Sévigné avant de partir
   pour l'armée.


Pendant cette année Bussy sut mettre à profit pour ses amours tout le
temps de son séjour à Paris, qui se prolongea jusqu'au moment de son
départ pour l'armée. Sa cousine madame de Sévigné était encore, de
toutes les femmes qu'il courtisait, celle dont l'esprit le charmait le
plus, celle dont la conquête lui eût été le plus agréable; peut-être
parce qu'elle était celle qui offrait le plus de difficultés.
Cependant cette amitié et cette confiance qu'il en obtenait, les
préférences dont elle le rendait l'objet, répandaient tant d'agrément
sur sa vie, qu'il se montrait auprès d'elle aussi empressé et aussi
assidu que le lui permettaient les liaisons, d'une autre nature, qu'il
avait formées. Assuré de madame de Monglat comme d'un bien qui
désormais lui appartenait, et qu'il croyait ne pouvoir jamais lui
échapper, il se laissa entraîner aux séductions de la marquise de
Gouville.

Plusieurs causes contribuèrent, durant les troubles de la Fronde, au
déréglement des mœurs. Les princes et les princesses qui étaient à la
tête des partis, jeunes eux-mêmes, étaient entourés d'une jeunesse
active et dévouée. La prudence de l'âge mûr ou la froideur de la
vieillesse eussent été peu propres à ces intrigues aventureuses, à ces
agitations continuelles, à ces périls toujours renaissants, à ces
rapides vicissitudes d'opinions et de partis. Ces grands personnages,
souvent réduits par des revers subits à de cruelles extrémités,
recevaient de la part de la jeune noblesse qui les entourait, et qui
était à leurs gages, des preuves de fidélité et de dévouement d'une
nature telle, qu'aucune richesse ne pouvait les payer, qu'aucun
honneur ne pouvait les récompenser. Alors il était naturel qu'il
s'établit une sorte d'égalité entre le supérieur et l'inférieur, entre
le chef et le subordonné, tous deux liés à la même cause, tous deux
risquant également pour elle leur fortune et leur vie. Cet état de
choses était peu favorable à une sévère morale; et les princes, dans
l'âge où l'on se laisse facilement emporter à la fougue des passions,
non-seulement ne s'inquiétaient pas des déréglements qui avaient lieu
autour d'eux, mais ils en donnaient eux-mêmes l'exemple. Quant aux
princesses, lors même qu'elles eussent toutes été à l'abri du reproche
à cet égard (et il était loin d'en être ainsi), elles ne pouvaient ni
surveiller, ni scruter rigoureusement la conduite de jeunes femmes
souvent forcées, pour les servir, d'entreprendre seules des voyages
périlleux, d'user de continuels subterfuges et de travestissements.
Lorsque leur inconduite leur était dévoilée, elles étaient d'autant
moins tentées de s'en courroucer et d'y mettre un terme, que c'était
à ces liaisons coupables qu'elles devaient souvent les succès des
intrigues qu'elles ourdissaient pour le triomphe de leur cause. Ceci
explique cette multitude d'aventures galantes qui donnèrent un
caractère si particulier aux troubles de la Fronde, où les tempêtes
populaires et les combats sanglants se rattachaient sans cesse aux
agitations des ruelles et aux rivalités d'amour. La cour même d'Anne
d'Autriche ne fut pas exempte de la contagion générale. Des six filles
d'honneur de cette reine, Ségur, la seule qui n'eût point d'attraits,
fut la seule qui n'eut point d'amant[58].

Durant ce temps de désordres, la marquise de Gouville avait résidé
près d'une princesse plus âgée qu'Anne d'Autriche, mais dont la cour,
soit parce qu'elle était réunie à celle de sa belle-fille, soit par
l'effet de son choix, était uniquement composée de femmes jeunes,
jolies, spirituelles, et propres à seconder les entreprises les plus
hasardeuses. C'était cette princesse qui faillit allumer une guerre
générale en Europe, quand Henri IV vieillissant s'éprit pour elle
d'une folle passion; c'était cette princesse qui dans un âge plus
avancé, encore vaniteuse et coquette, se vantait d'avoir eu pour
amants des papes, des rois, des cardinaux, des princes, des ducs, et
de simples gentils-hommes; c'était, enfin, cette Montmorency autrefois
si belle, la princesse de Condé douairière, la mère du grand
Condé[59].

Lenet, du parlement de Dijon, qui était son conseiller intime, nous a
donné une peinture intéressante et animée de la position critique où
elle se trouva à Chantilly, lorsque Condé, en 1650, et dans le plus
fort de la guerre civile, en lui laissant sa femme et son fils, se fut
réfugié dans son gouvernement et eut levé l'étendard de la révolte. La
princesse douairière avait besoin de correspondre continuellement avec
ce prince, afin d'échapper à la surveillance de Mazarin, qui cherchait
à s'emparer de sa belle-fille et de son petit-fils. Toutes les jeunes
femmes qui composaient sa cour étalent continuellement agitées par des
alternatives de crainte et d'espérance, selon les nouvelles que l'on
recevait de Paris ou de Guienne; et, au milieu de toutes ces anxiétés
et de ces peines, leurs inclinations pour le plaisir s'augmentaient
encore par les chances de malheur auxquelles elles étaient exposées et
par l'incertitude de leur sort dans l'avenir.

On était alors à la fin du mois d'avril, et jamais on ne vit dans un
séjour plus enchanteur, sous un ciel plus pur et par une plus douce
température, un plus grand nombre de beautés occupées d'autant
d'intrigues. Le matin, dispersées dans les jardins, sur la terrasse,
sur les balcons du château, elles se promenaient solitaires, ou se
réunissaient en groupes. Les unes, folâtres, chantaient ou récitaient
entre elles des madrigaux, des sonnets, ou improvisaient des charades,
des bouts-rimés, des énigmes; d'autres, plus sérieuses, se parlaient
bas, s'écartaient, s'enfonçaient mystérieusement, et à pas lents, dans
des allées du parc, ou dans des bosquets reculés; plusieurs, couchées
sur la pelouse, assises sur les bords de l'étang, occupées de la
lecture d'un roman ou d'une lettre, n'apercevaient rien de ce qui se
passait autour d'elles.

Dans la soirée on se réunissait dans la chapelle, où la prière se
faisait en commun; toutes les dames passaient ensuite dans
l'appartement de la princesse, et les hommes les y suivaient. Là on
tenait conseil; on lisait les lettres que l'on avait reçues de la
duchesse de Longueville, les écrits plaisants ou sérieux que l'on
faisait circuler en faveur des princes; on se divertissait des
satires, des chansons et des bouffonneries qui pullulaient contre le
cardinal Mazarin; puis l'on jouait à divers jeux, et le salon
retentissait des bonds, des claquements de mains, des ris bruyants de
la troupe enjouée. Tout à coup un grand silence succédait, on se
rassemblait près de la princesse douairière, on se pressait autour du
grand fauteuil de cette matrone de la galanterie. On était tout
attention, tout oreille, quand elle consentait à raconter, avec une
grâce qui lui était particulière, les faits de sa vie passée; les
intrigues amoureuses de la cour de Henri IV; ses premières entrevues
avec ce glorieux monarque; comment elle le reconnut un jour dans la
cour du château qu'elle habitait, au milieu de l'escorte d'un
capitaine de sa vénerie, revêtu de la livrée d'un piqueur, avec un
large emplâtre sur la figure, et conduisant deux lévriers en laisse.
Tous ces récits étaient trop du goût d'un tel auditoire pour qu'ils ne
fussent pas préférés à toute autre occupation, à toute autre
distraction[60].

«C'était, dit Lenet, un plaisir très-grand de voir toutes les jeunes
dames qui composaient cette cour-là, tristes ou gaies, suivant les
visites rares ou fréquentes qui leur venaient, et suivant la nature
des lettres qu'elles recevaient; et comme on savait à peu près les
affaires des unes et des autres, il était aisé d'entrer assez avant
pour s'en divertir. Il y en avait qui étaient servies d'un même
galant; d'autres qui croyaient l'être de plusieurs, et qui ne
l'étaient de personne, et d'autres qui l'auraient voulu être d'un
autre que de celui qui les galantisait; d'autres encore qui eussent
souhaité d'être les seules qui eussent été servies de tous; et en
vérité elles méritaient toutes de l'être[61].»

La marquise de Gouville était, de toutes les jeunes femmes qui
composaient la cour de Chantilly, celle qui, par ses charmes et la
vivacité de son esprit, s'attirait le plus d'adorateurs. Son mari
était à l'armée du prince de Condé[62], et elle se trouvait sous la
surveillance de sa mère, la comtesse de Tourville; surveillance
légère, qui servit plutôt à voiler qu'à empêcher les poursuites des
comtes de Cessac, de Meille, de Lorges et de Guitaut, qui étaient
devenus amoureux d'elle: ce dernier l'emporta sur ses rivaux[63].

A Paris, en 1655, la marquise de Gouville fut une des beautés qui
contribuèrent le plus à l'agrément des fêtes nombreuses qui eurent
lieu. Elle-même en donna plusieurs, et réunit la société la plus
brillante. On jouait chez elle des ballets, et le bal succédait à la
comédie[64]. Au milieu de ce grand monde de la capitale, dont elle
faisait partie, et dont elle attirait les regards à tant de titres, le
nombre de ses adorateurs devint bien plus considérable que lorsqu'au
commencement de son mariage elle se trouvait sous la tutelle
maternelle, et attachée à la petite cour de la princesse de Condé. Le
maréchal Duplessis[65], du Lude, le beau Candale, le présomptueux
Barlet, étaient alors ceux qui se disputaient ses faveurs[66]. Elle
vit Bussy, et il lui plut. Bussy, malgré ses engagements avec madame
de Monglat, ne put se refuser à une aussi agréable conquête; mais elle
fut cause qu'il se conduisit envers madame de Sévigné d'une manière à
se donner les apparences de l'oubli et de l'indifférence. Madame de
Sévigné était à Livry lorsque Bussy se disposait à partir pour
l'armée[67]. Bussy avait promis à sa cousine d'aller la voir dans sa
retraite champêtre; mais fort occupé, dans les derniers moments, de
son double amour et de ses équipages de guerre, il différa cette
visite jusqu'à la veille de son départ. Comme il se disposait à se
rendre à Livry, il reçut un billet d'une de ses maîtresses, qui
l'invitait à venir la trouver. Madame de Sévigné, qui attendait Bussy,
ne le voyant point arriver, envoya fort tard lui demander s'il ne
viendrait pas lui dire adieu. Le messager de madame de Sévigné revint
avec la lettre qu'elle lui avait remise, et lui annonça qu'il n'avait
point trouvé M. de Bussy au Temple, ni pu savoir où il était. Le
lendemain matin, Bussy, après avoir passé hors de chez lui la nuit
entière, ne trouva plus un seul moment à sa disposition, et il partit
sans avoir vu sa cousine, et sans savoir qu'elle lui avait écrit[68].

  [58] SAUVAL, _Galanteries des Rois de France_, édit. 1738, t. II,
  p. 59.

  [59] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XLI, p. 95.

  [60] LENET, t. LIII, p. 139, 140, 142, 143.

  [61] LENET, _Mém._, t. LIII, p. 112, 143, 155.

  [62] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLI, p. 190.

  [63] LENET, _Mém._, t. LIII, p. 112, 113, 154, 155, 239, 266 et
  513; t. LIV, p. 213.--COLIGNY-SALIGNY, _Mém._, 1841, in-8º, p. 24
  à 31.

  [64] LORET, liv. VI, p. 106, du 17 juillet 1655.

  [65] SEGRAIS, _Mém._, t. II, p. 127.

  [66] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 200.

  [67] SÉVIGNÉ, _lettres_ (26 juin et 3 juillet 1655), t. I, p. 30
  et 32, édit. M.; t. I, p. 38 et 40, édit. G. C'est bien de la
  marquise de Gouville qu'il est question en cet endroit.

  [68] BUSSY, _Mém._, édit. 1721, t. II, p. 14, et t. II, p. 17 de
  l'édit. in-4º.



CHAPITRE IV.

1655.

   Bussy, pour s'excuser, écrit à sa cousine qu'il avait passé la
   nuit chez le baigneur.--Explication sur ce mot.--Ce qu'étaient
   les hôtels garnis et les bains publics sous le siècle de Louis
   XIV.--Madame de Sévigné devine Bussy, ou est instruite de ses
   actions.--Lettre qu'elle lui écrit.--Bussy lui avoue tout.--Il
   lui demande réciprocité de confiance.--L'interroge sur l'amour
   qu'a pour elle le surintendant.--Réponse de madame de
   Sévigné.--Correspondance qui s'établit entre eux.--Nouvelle
   lettre de madame de Sévigné à Bussy.--Cette correspondance
   augmente l'inclination qu'ils avaient l'un pour l'autre.--Bussy
   se plaint de n'être pas assez aimé de sa cousine.--Comment madame
   de Sévigné se défend, et se justifie de désirer que Bussy reste à
   l'armée.--Bussy envoie un messager à Paris, avec des lettres pour
   ses deux maîtresses, sans écrire à madame de Sévigné.--Reproche
   que fait à Bussy madame de Sévigné.


Lorsque Bussy fut arrivé devant Landrecies, dont l'armée royale avait
formé le siége, il n'eut rien de plus pressé que d'écrire à sa cousine
pour s'excuser d'avoir manqué à lui faire ses adieux; et pour ne pas
révéler le secret de ses amours, il lui dit que dans la nuit qui avait
précédé son départ il avait été coucher chez le baigneur. Pour bien
comprendre la réponse que lui fit madame de Sévigné, et avoir une idée
exacte des mœurs et des habitudes de cette époque, il faut expliquer
à nos lecteurs ce qu'on entendait par _le baigneur_, lors de la
jeunesse de Louis XIV.

Il y avait alors à Paris, en plus grand nombre qu'aujourd'hui, des
bains chauds nommés étuves pour la bourgeoisie, et même pour les gens
de bas étage[69]. On comptait aussi dans cette ville une quantité
d'auberges et d'hôtelleries pour toutes les conditions, puis quelques
hôtels garnis magnifiquement meublés[70], mais en très-petit nombre.
Ces hôtels étaient principalement à l'usage de ceux de la haute
noblesse qui ne faisaient pas partie de la cour, et qui n'avaient à
Paris ni maison ni hôtel à eux. Pour ceux de cette classe qui en
possédaient, pour les grands seigneurs et les gens de cour qui
résidaient dans la capitale, il existait encore une ou deux maisons,
un ou deux établissements d'un genre particulier, qu'il est difficile
de définir, parce qu'il n'y en a plus de semblable: c'était bien un
hôtel garni, où l'on se trouvait pourvu avec luxe de tous les besoins
et de toutes les commodités de la vie, mais où l'on pouvait s'en
procurer encore d'autres, qui n'existaient pas dans les meilleurs et
les plus somptueux hôtels garnis.

Ces maisons étaient ordinairement tenues par des hommes experts dans
tout ce qui concernait la toilette, et renommés par leur habileté à
coiffer les hommes et les femmes. Les barbiers et les baigneurs ne
formaient alors qu'une seule et même profession; ils étaient
constitués en corporation, sous le titre de barbiers-étuvistes; mais
le maître de l'établissement dont nous parlons, et qu'on nommait _le
baigneur_ par excellence, n'était point soumis aux règlements de cette
corporation. Il exerçait son état par un privilége spécial émané du
roi lui-même, ou d'un des officiers de sa maison.

On se rendait chez le baigneur par différents motifs. D'abord par
raison de santé et de propreté: c'était là que l'on prenait les
meilleurs bains, les bains épilatoires, les bains mêlés de parfums et
de cosmétiques, par lesquels on donnait plus de vigueur au corps, plus
de douceur à la peau, plus de souplesse aux membres. Cette maison
était pourvue d'un grand nombre de domestiques soumis, réservés,
discrets, adroits. On s'y enfermait la veille d'un départ, ou le jour
même d'un retour, afin de se préparer aux fatigues qu'on allait
éprouver, ou pour se remettre de celles qu'on avait essuyées.
Voulait-on disparaître un instant du monde, fuir les importuns et les
ennuyeux, échapper à l'œil curieux de ses gens, on allait chez le
baigneur: on s'y trouvait chez soi, on était servi, choyé; on s'y
procurait toutes les jouissances qui caractérisent le luxe ou la
dépravation d'une grande ville. Le maître de l'établissement et tous
ceux qui étaient sous ses ordres devinaient à vos gestes, à vos
regards, si vous vouliez garder l'incognito; et tous ceux qui vous
servaient, et dont vous étiez le mieux connu, paraissaient ignorer
jusqu'à votre nom. Votre entrée et votre séjour dans cette maison
étaient pour eux comme un secret d'État, qu'ils ne révélaient jamais.
Aussi c'était chez le baigneur que les femmes qui ne pouvaient
autrement échapper aux yeux qui les surveillaient se rendaient
déguisées, le visage masqué, seules, ou conduites par leurs amants.
Enfin de jeunes seigneurs, amis des plaisirs sans contrainte, ou d'une
vie peu réglée, faisaient la partie de se rendre ensemble chez le
baigneur, et y séjournaient quelquefois plusieurs jours, afin de se
livrer plus facilement et plus secrètement à leur goût pour le jeu, le
vin et la débauche. Pourtant cette maison était tellement grande et si
bien distribuée en corps de logis séparés, que les personnes sages,
tranquilles ou infirmes, que des motifs de santé ou les aisances qu'on
y trouvait y avaient conduites, n'étaient nullement troublées par ces
hôtes bruyants et dissolus: elles ne pouvaient même soupçonner leur
présence dans un lien où régnaient toujours pour elles l'ordre, la
décence et un calme profond.

La faculté de tenir un établissement de ce genre était une sorte de
privilége exclusif, qui ne pouvait s'exercer qu'au moyen d'un haut
patronage. C'était donc pour ceux qui y étaient propres, et qui n'y
répugnaient pas, un moyen assuré de faire fortune. Ils étaient
nécessairement les intermédiaires de beaucoup d'intrigues, les
confidents de plusieurs grands personnages, les dépositaires
d'importants secrets. Aussi les écrits du temps, qui se taisent sur
plusieurs faits historiques, nous ont fait connaître le nom du plus
fameux baigneur de cette époque: ce fut Prudhomme[71], auquel succéda
plus tard La Vienne, chez lequel le roi lui-même, dans le temps de ses
premières amours, allait se baigner et se parfumer. La Vienne devint
par la suite son premier valet de chambre[72].

Nos lecteurs, qui savent actuellement ce que c'était que _le
baigneur_, comprendront mieux la réponse que fit à Bussy madame de
Sévigné. Elle ne fut pas dupe de la feinte de son cousin, ou elle fut
instruite de quelle manière il avait passé la nuit la veille de son
départ. La lettre de Bussy lui était parvenue à Livry, et c'est de ce
lieu que sa réponse est datée, le 26 juin:

«Je me doutais bien que tôt ou tard vous me diriez adieu, et que si ce
n'était chez moi, ce serait du camp devant Landrecies. Comme je ne
suis pas une femme de cérémonie, je me contente de celui-ci, et je
n'ai pas songé à me fâcher que vous eussiez manqué à l'autre. Je
m'étais déjà dit vos raisons, avant que vous me les eussiez écrites;
et je suis trop raisonnable pour trouver étrange que la veille d'un
départ on couche chez le baigneur. Je suis d'une grande commodité pour
la liberté publique; et pourvu que les bains ne soient pas chez moi,
je suis contente: mon zèle ne me porte pas à trouver mauvais qu'il y
en ait dans la ville[73].»

Bussy s'aperçut que madame de Sévigné avait tout appris ou tout
deviné, et il chercha à se faire tout pardonner, en l'amusant par le
récit de son entrevue et de ses adieux. Il le fait avec beaucoup
d'esprit et de gaieté, et parvient à tout dire, en conservant les
convenances et une grande décence d'expression. Mais il voudrait ne
pas faire à sa cousine, avec abandon, confidence de tout ce qui le
concerne, sans obtenir d'elle la même réciprocité.

«Mandez-moi, lui dit-il, je vous prie, des nouvelles de l'amour du
surintendant; vous n'obligerez pas un ingrat. Je vais vous dire, à la
pareille, des nouvelles du mien pour ma Chimène: il me semble que je
vous fais un honnête parti, quand je vous offre de vous dire un
secret pour des bagatelles.»

En terminant, Bussy insiste encore pour que sa cousine lui mande
l'histoire de l'amour du surintendant, quelle qu'elle soit. Elle lui
répond sur cet article dans une lettre datée de Paris le 19 juillet,
écrite au retour du voyage qu'elle avait fait à Saint-Fargeau, et dont
elle fait mention dans cette lettre. Ce qu'elle dit nous prouve
combien Fouquet mettait d'insistance dans le désir qu'il avait de la
séduire, et nous éclaire sur la conduite qu'elle tenait à son égard,
et sur son plan de défense.

«Quoiqu'il n'y ait rien de plus galant que ce que vous me dites sur
toute votre affaire, je ne me sens point tentée de vous faire une
pareille confidence sur ce qui se passe entre le surintendant et moi;
et je serais au désespoir de pouvoir vous mander quelque chose
d'approchant. J'ai toujours avec lui les mêmes précautions et les
mêmes craintes; de sorte que cela retarde notablement les progrès
qu'il voudrait faire. Je crois qu'il se lassera enfin de vouloir
recommencer toujours la même chose. Je ne l'ai vu que deux fois depuis
six semaines, à cause d'un voyage que j'ai fait. Voilà ce que je puis
vous en dire et ce qui en est. Usez aussi bien de mon secret que
j'userai du vôtre; vous avez autant d'intérêt que moi de le
cacher[74].»

Dans la correspondance qui s'établit pendant cette campagne entre
madame de Sévigné et Bussy, dont ce dernier a enrichi ses Mémoires, on
les voit tous deux mutuellement charmés de leur esprit, et fiers de
s'appartenir. Madame de Sévigné éprouve une joie sensible lorsqu'elle
reçoit la nouvelle que son cousin s'est distingué à Landrecies[75],
qu'il a reçu les éloges de Turenne; que Mazarin, le roi et toute la
cour ont dit du bien de lui. Et Bussy, de son côté, tout amoureux
qu'il est de sa cousine, et fort disposé à s'en montrer jaloux,
apprend cependant toujours avec plaisir l'effet produit par ses
charmes sur quelques personnages importants.

«Il y a deux ou trois jours qu'en causant, lui dit-il, avec M. de
Turenne, je vins à vous nommer. Il me demanda si je vous voyais: je
lui dis que oui, et qu'étant cousins germains et de même maison, je ne
voyais pas une femme plus souvent que vous. Il me dit qu'il vous
connaissait, et qu'il avait été vingt fois chez vous sans vous
rencontrer; qu'il vous estimait fort, et qu'une marque de cela était
l'envie qu'il avait de vous voir, lui qui ne voyait aucune femme. Je
lui dis que vous m'aviez parlé de lui, que vous aviez su l'honneur
qu'il vous avait fait, et que vous m'aviez témoigné lui en être
obligée. A propos de cela, madame, il faut que je vous dise que je ne
pense pas qu'il y ait au monde une personne si généralement estimée
que vous. Vous êtes les délices du genre humain; l'antiquité vous
aurait dressé des autels, et vous auriez assurément été déesse de
quelque chose. Dans notre siècle, où l'on n'est pas si prodigue
d'encens, et surtout pour le mérite vivant, on se contente de dire
qu'il n'y a point de femme à votre âge plus vertueuse ni plus aimable
que vous. Je connais des princes du sang, des princes étrangers, des
grands seigneurs façon de princes, des grands capitaines, des
gentils-hommes, des ministres d'État, des magistrats et des
philosophes, qui fileraient pour vous si vous les laissiez faire. En
pouvez-vous demander davantage? A moins que d'en vouloir à la liberté
des cloîtres, vous ne sauriez aller plus loin[76].»

On ne peut donner à une femme des éloges plus satisfaisants pour son
orgueil; et ce qui devait les rendre plus acceptables, c'est qu'ils
étaient l'expression de la vérité, et non celle d'une fade adulation
ou d'un sot enthousiasme. Madame de Sévigné ne montre pas pour son
cousin la même admiration qu'il témoigne pour elle; cependant elle
loue son esprit avec une sincère effusion. «Je ne crois pas, lui
écrit-elle, avoir jamais rien lu de plus agréable que la description
que vous me faites de l'adieu de votre maîtresse. Ce que vous dites,
que l'Amour est un vrai _recommenceur_, est tellement joli et
tellement vrai, que je suis étonnée que, l'ayant pensé mille fois, je
n'aie pas eu l'esprit de le dire[77].»

Bussy se plaint que sa cousine montre trop peu de tendresse pour lui,
en paraissant si préoccupée de sa gloire et de son avancement. «Quand
on aime bien les gens qui vont à l'armée, dit-il avec justesse, on a
plus de crainte pour les dangers de leur personne que de joie dans
l'espérance de l'honneur qu'ils vont acquérir[78].» Cependant, comme
en même temps Bussy devine qu'il y a plus de dépit dans ce que sa
cousine a écrit sur ce sujet, que d'absence de sentiment, et qu'il a
la fatuité de le lui dire, elle lui répond de manière à tâcher de le
convaincre que c'est bien véritablement qu'elle mérite le reproche
qu'il lui adresse, et qu'elle ne désire pas qu'il en soit autrement.
Ayant appris qu'il sollicitait la permission de rester à l'armée
pendant tout l'hiver, elle lui dit: «Comme vous savez, mon pauvre
Comte, que je vous aime un peu rustaudement, je voudrais qu'on vous
l'accordât; car on dit qu'il n'y a rien qui avance tant les gens, et
vous ne doutez pas de la passion que j'ai pour votre fortune[79].»

Cependant la lettre dont Bussy se plaignait montrait bien évidemment
que sa cousine conservait de la rancune pour la manière dont il avait
agi à l'époque de son départ pour l'armée. Elle était piquée d'avoir
été sacrifiée alors au désir de passer quelques heures de plus avec
une maîtresse. Bussy avait raison d'avoir cette pensée; mais il avait
tort de la manifester.

«Je serais, lui avait-elle dit, une indigne cousine d'un si brave
cousin si j'étais fâchée de vous voir cette campagne à la tête du plus
beau corps qui soit en France, et dans un poste aussi glorieux que
celui que vous tenez. Je crois que vous désavoueriez des sentiments
moins nobles que ceux-là. Je laisse aux _baigneurs_ d'en avoir de plus
tendres et de plus faibles. Chacun aime à sa mode: pour moi, je fais
profession d'être brave aussi bien que vous. Voilà les sentiments dont
je veux faire parade[80].»

Dans une autre occasion, l'empressement qu'elle met à écrire à son
cousin, lorsqu'il la néglige, nous prouve avec quel soin elle
cherchait à écarter d'elle tout soupçon de dépit ou de sentiment
jaloux, quoiqu'elle ne puisse s'empêcher d'en laisser toujours percer
quelque chose. Bussy avait envoyé à Paris un messager avec des lettres
pour ses deux maîtresses, et il ne lui avait rien remis pour madame de
Sévigné. Celle-ci profita cependant de ce même messager pour écrire à
son cousin, afin de le féliciter sur les succès qu'il avait obtenus à
la guerre, et dont la renommée l'avait instruite. Dans une autre
lettre, où elle avait besoin de rappeler toutes celles qu'elle lui
avait adressées depuis quelque temps, elle dit: «Je vous ai encore
écrit par un laquais que vous avez envoyé ici, lequel était chargé de
plusieurs lettres pour de belles dames. Je ne me suis pas amusée à
vous chicaner de ce qu'il n'y en avait pas pour moi, et je vous fis
une petite lettre en galoppant[81].»

Voici en quels termes elle avait écrit à Bussy sur ce point délicat,
dans cette petite lettre faite en _galoppant_:

«Je me trouvai hier chez madame de Monglat, qui avait reçu une de vos
lettres, et madame de Gouville aussi: je croyais en avoir une chez
moi, mais je me suis trompée dans mon attente, et je jugeai que vous
n'aviez pas voulu confondre tant de rares merveilles. J'en suis bien
aise, et je prétends avoir un de ces jours _une voiture_ à part.»

L'allusion qu'elle fait ici à la haute renommée de Voiture comme
épistolographe, et à la double signification de son nom, qui ne
serait dans toute autre occasion qu'un simple calembour, devient dans
cette circonstance un éloge flatteur, et un reproche aimable, empreint
du sentiment d'une noble et juste fierté.

  [69] SAUVAL, _Antiquités de Paris_, t. II, p. 650.

  [70] _Livre commode, contenant les adresses de la ville de
  Paris_, 1692, in-8º, p. 54 à 89.

  [71] CHAVAGNAC, _Mém._, 1699, in-12, t. I, p. 207.--CHOISY,
  _Mém._, t. LXIII, p. 304 (Prud'homme fournissait de l'argent au
  duc de la Feuillade).

  [72] _France galante, ou Hist. am. de la Cour_, 1695, in-12, p.
  134; _Hist. am. des Gaules_, 1754, t. II, p. 326, 331.--SÉVIGNÉ,
  _Lettres_ (4 avril 1671), t. II, p. 3, édit. de
  Monmerqué.--SAINT-SIMON, _OEuvres complètes_, 1791, in-8º, t.
  Ier, p. 75.--Ibid., _Mém. authentiques_, t. II, p. 81, 82. Voyez
  ci-après, p. 54.

  [73] _Supplément aux Mém. et Lettres de M. le comte de Bussy_, t.
  I, p. 49.--BUSSY, _Mém._, 1721, in-12, t. II, p. 14; t. II, p. 17
  de l'édit. in-4º.--SÉVIGNÉ, _Lettres_ (3 juillet 1655), t. I, p.
  30 et 32, édit. Monmerqué; ou t. I, p. 38 et 40 de l'édit. de G.
  de S.-G.

  [74] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 36, édit. de M.; ou p. 46,
  édit. de G.; _Supplément aux Mém. de_ BUSSY, t. I, p. 51; _Mém._,
  t. II, p. 27, édit. in-12, et p. 35 de l'édit. in-4º.

  [75] MONGLAT, _Mémoires_, t. L, p. 461; _Histoire de la Monarchie
  françoise sous le règne de Louis le Grand_, 4e édition, 1697,
  in-12, p. 72.

  [76] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 47, in-12, et p. 56 de
  l'in-4º.--SÉVIGNÉ, _Lettres_ (7 octobre 1655), t. I, p. 42, édit.
  M.; t. I, p. 52, édit. G.

  [77] SÉVIGNÉ, _lettre_ en date du 19 juillet 1655, t. I, p. 130,
  et t. I, p. 45, édit. de G. de S.-G.

  [78] _Lettre de Bussy_, en date du 13 août 1655.--Dans SÉVIGNÉ,
  _Lettres_, t. I, p. 40, édit. M.; p. 49.--BUSSY, _Mém._, t. II,
  p. 32, in-12, et dans l'édit. in-4º, t. II, p. 38.

  [79] SÉVIGNY, _Lettres_ (25 novembre 1655), t. I, p. 56, édit.
  G., p. 45, édit. M.

  [80] SÉVIGNY, _Lettres_ (20 juin 1655), t. I, p. 31, édit. M., ou
  p. 39, édit. G.--BUSSY, _Mém._ t. II, p. 15 de l'in-12; de
  l'édit. in-4º, p. 18.

  [81] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (14 juillet, t. I, p. 33), édit.
  M.--BUSSY, _Mém._, t. II, p. 23 de l'édit. in-12, et t. II, p. 28
  de l'édit. in-4º.--_Lettres de_ SÉVIGNÉ, t. I, p. 42 et 45 de
  l'édit. de G. de S.-G.; t. I, p. 35 et 36, édit. M. (19 juillet).



CHAPITRE V.

1655.

   Madame de Gouville donne une fête peu de jours après l'avanie
   faite à Bartet, son amant.--Détails sur Bartet.--Il est employé
   pendant la Fronde à d'importantes négociations.--Aventures de sa
   jeunesse, et comment il était parvenu.--Sa présomption et sa
   vanité.--Ressentiments qu'elles excitent.--Il obtient les faveurs
   de la marquise de Gouville.--Il tient un propos outrageant sur le
   duc de Candale.--Le duc de Candale s'en venge en lui faisant une
   avanie.--Pourquoi Mazarin abandonne Bartet dans cette
   circonstance.--Tout le monde rit de l'aventure de
   Bartet.--Épigramme à ce sujet.--Bussy mande à madame de Sévigné
   la querelle entre le marquis d'Humières, le comte de Nogent et la
   Châtre.--Détails sur Bautru, comte de Nogent.--Plaisanteries
   qu'il se permet au sujet de Roquelaure.--Passage d'une des
   lettres de madame de Sévigné sur la duchesse de
   Roquelaure.--Querelle entre le prince d'Harcourt et la
   Feuillade.--Madame de Sévigné trouve plaisante la captivité de la
   duchesse de Châtillon chez Fouquet.--Réflexions à ce
   sujet.--Bussy se rend à Compiègne.--Il sollicite de Mazarin de
   servir pendant l'hiver, et n'obtient rien.--Revient à Paris.--Y
   séjourne.--Repart pour se rendre à l'armée de Turenne.


Le même jour que madame de Sévigné écrivit la lettre que nous venons
de citer, la marquise de Gouville donnait dans son hôtel, à Paris, une
fête dont le récit remplit une page entière de la Gazette de
Loret[82]: il décrit le ballet, les scènes grotesques, les danses, le
concert, et la collation. Cependant, lorsque la marquise de Gouville
donnait cette fête, l'avanie qu'à cause d'elle avait éprouvée Bartet,
un de ses amants, venait d'avoir lieu, et était l'objet des
conversations générales. Madame de Sévigné en parle dans une lettre
écrite à Bussy trois jours après celle dont nous avons fait mention en
dernier, c'est-à-dire le 19 juillet[83]; mais elle en parle brièvement
et en passant, afin de ne pas blesser son cousin. Pour bien la
comprendre, il faut suppléer aux détails qu'elle n'a pas eu besoin de
donner en écrivant à Bussy, qui était parfaitement instruit sur ce qui
concernait celui qui faisait l'objet de cette aventure.

Quand Mazarin était exilé et proscrit par des arrêts du parlement, du
consentement du roi, c'est-à-dire de la reine régente, qui parlait en
son nom, il n'en continuait pas moins, des bords du Rhin ou de la
solitude des Ardennes, où il s'était réfugié, à diriger les affaires.
Le gouvernement n'était pas dans le cabinet des ministres, dans la
salle du conseil, dans les actes authentiques publiés au nom du roi,
mais dans les résolutions et les déterminations prises par la
reine régente dans les conciliabules qui avaient lieu dans la
chambre de l'exilé ou dans l'oratoire de la reine. Il était alors
nécessaire que la reine et son ministre pussent communiquer entre eux
continuellement, et de manière à ce qu'il ne restât aucune trace de
ces communications; que le secret le plus profond et le plus
impénétrable fût gardé sur leur but et sur leur résultat. De là naquit
l'importance des courriers de cabinet, et l'influence que ces
personnages subalternes prirent à cette époque. Comme ils auraient pu
être arrêtés par les partisans de la Fronde ou des princes, jugés et
condamnés par les parlements, à cause de leur correspondance avec un
banni déclaré ennemi de l'État, ils n'étaient chargés d'aucune
dépêche, d'aucune note, d'aucun papier; mais dépositaires des pensées
et des intentions secrètes du cardinal et de la reine, ils allaient et
venaient continuellement, portaient les paroles de l'un et de l'autre,
et prenaient à l'égard des tiers des engagements en leurs noms. On
voit que durant ces temps de troubles ces courriers de cabinet
n'étaient pas seulement des porteurs de dépêches, mais de véritables
négociateurs. A une époque aussi agitée, lorsque les intérêts
variaient sans cesse et si rapidement, lorsqu'il y avait tant
d'intrigues différentes, et qu'il fallait pour les conduire tant de
dissimulation et d'audace; lorsque les troupes des différents partis
envahissaient le pays, et empêchaient qu'on ne pût faire le plus petit
trajet sans travestissement, ce rôle de courrier de cabinet donnait à
tous ceux qui l'exerçaient une réputation de capacité, de courage, de
prudence et de fidélité, qui ennoblissait leurs fonctions, et les
faisait jouir d'une considération supérieure à celle de la charge dont
ils étaient revêtus. Bartet fut un de ceux que la reine et Mazarin
employèrent en cette qualité le plus souvent et avec le plus de
succès.

Il était fils d'un paysan du Béarn. Son père lui ayant donné de
l'éducation, il devint avocat au parlement de Navarre. Il séduisit la
femme de chambre de l'épouse d'un conseiller de ce parlement. On
voulut le forcer à épouser cette fille, très-chérie de sa maîtresse:
il s'y refusa, quitta le pays, s'en alla à Rome, et, recommandé par
des jésuites, il s'attacha au duc de Bouillon, puis ensuite au prince
Casimir, frère du roi de Pologne, et qui lui succéda au trône.
Celui-ci, lorsqu'il fut roi, nomma Bartet son résident en France.
Bartet se fit ainsi connaître de Mazarin et des autres ministres de la
reine, et il obtint, par l'entremise de la princesse Palatine, d'être
nommé secrétaire du cabinet[84]. Bientôt il eut toute la confiance de
la reine et de son ministre, et fut initié aux plus importants secrets
d'État[85]. Fier de ses succès, il se fit de nombreux ennemis par sa
suffisance, sa fatuité, son ton et ses manières, qui auprès des
personnages élevés auxquels il avait affaire contrastaient si fort
avec son humble origine. La manifestation de notre propre supériorité
choque l'orgueil naturel d'autrui, lors même qu'elle semble justifiée
par la prééminence du talent, de la naissance ou de la fortune; mais
l'insolence d'un parvenu semble une atteinte portée à tous les droits
acquis: elle blesse comme une usurpation, et révolte comme une
ingratitude. Tels étaient les sentiments que faisait naître Bartet,
dont la causticité d'ailleurs n'épargnait personne, pas même ses amis
et ses bienfaiteurs. Bartet devint amoureux de la marquise de
Gouville. Cette femme séduisante était en même temps courtisée par le
duc de Candale, dont la vie fut si courte et les aventures si
nombreuses[86]. Bartet, si inférieur au duc de Candale pour la figure
et la tournure, l'emportait sur lui par certains avantages auxquels la
marquise de Gouville se montrait fort sensible. Au lieu de jouir en
secret d'un bonheur qui pouvait lui faire un ennemi puissant, Bartet
eut l'impudence de faire parade de sa conquête d'une manière
injurieuse pour son rival. En présence d'un grand nombre de personnes,
dont quelques-unes faisaient l'éloge du duc de Candale comme du plus
bel homme de l'époque et le plus propre à plaire aux femmes, Bartet
dit, avec un ton dédaigneux, «que si on ôtait à ce beau duc ses grands
cheveux, ses grands canons, ses grandes manchettes et ses grosses
touffes de galants, il ne serait plus qu'un squelette et un atome.»
Candale, outré de l'insolence de Bartet, et regardant comme au-dessous
de lui de se mesurer avec un tel homme, se vengea en grand seigneur,
ou, si l'on veut, en vrai brigand. Laval, son écuyer, à la tête de
onze hommes à cheval, arrête en plein jour, dans la rue Saint-Thomas
du Louvre, la voiture de Bartet. Deux des cavaliers se saisissent des
chevaux, deux autres portent le pistolet à la gorge du cocher, deux
autres mettent pied à terre, et entrent dans le carrosse le poignard à
la main; ils se précipitent sur Bartet, lui coupent avec des ciseaux
les cheveux d'un côté, et une moustache de l'autre; ils lui arrachent
son rabat, ses canons et ses manchettes; et, après lui avoir appris
que cette opération a lieu par ordre de monseigneur le duc de Candale,
ils le laissent aller[87].

Sous Richelieu, le personnage, quelque élevé qu'il fût, qui aurait
ainsi traité le plus obscur et le plus infime de ses affidés, eût été
obligé de fuir, et aurait eu à supporter le poids d'une procédure
criminelle. Mazarin, auquel Bartet se plaignit, lui promit justice,
fit même commencer quelques procédures, mais n'osa pas les faire
continuer. Candale avait rendu de grands services à Mazarin, qui
s'était donné des torts envers lui, en ne réalisant pas la promesse
qu'il avait faite de lui faire épouser sa nièce Martinozzi, mariée au
prince de Conti. Mazarin ne fut donc pas fâché d'avoir occasion de
montrer des égards pour ce seigneur, afin de le retenir dans son
parti. D'ailleurs, Bartet avait été le protégé de la reine plus encore
que celui de Mazarin, qui, dans sa correspondance écrite avec Anne
d'Autriche, avait cherché à la prémunir contre les défauts du
caractère de ce confident, et l'avait engagée à ne se fier à lui
qu'avec précaution[88]. Toute la haute noblesse était indignée de
l'insolence de Bartet, et applaudissait à l'avanie qui lui était
faite. Chavagnac, en racontant cette aventure, dit qu'elle fit plus de
bruit qu'elle ne méritait[89]. Madame de Sévigné n'en parle qu'en
plaisantant, et la trouve tout à fait bien imaginée; elle ne doute pas
que son cousin ne s'en soit fort diverti[90]. On rit beaucoup aux
dépens de Bartet, et l'on fit sur lui le couplet suivant, qui courut
tout Paris:

      Comme un autre homme
    Vous étiez fait, monsieur Bartet:
    Mais quand vous iriez chez Prudhomme,
    De six mois vous ne seriez fait
      Comme un autre homme[91].

Non-seulement Bartet n'obtint aucune réparation de l'affront qu'il
avait éprouvé, mais plus tard on le força de s'exiler de la cour,
lorsque le duc de Candale s'y trouvait[92]. Ainsi la différence des
rangs était alors si fortement marquée, que ceux qui osaient s'en
prévaloir pour conserver leurs priviléges d'insolence et de domination
pouvaient encore faire violence à la justice et braver la faveur.

Bussy et madame de Sévigné se faisaient part mutuellement dans leurs
lettres des nouvelles qui pouvaient les intéresser: lui, celles de
l'armée; elle, celles de la cour. Bussy, dans sa lettre du 17
octobre[93], entretient sa cousine de la querelle qui s'est élevée
entre le marquis d'Humières et le comte de Nogent, querelle si peu
honorable pour ce dernier. Il avait été provoqué en duel par la
Châtre, beau-frère d'Humières, et il avait refusé de se battre.
D'Humières, toujours bien auprès du roi et des ministres, devint
depuis maréchal de France. Le luxe du grand seigneur le suivait même à
l'armée. Il fut le premier qui s'y fit servir en vaisselle d'argent,
et avec les mêmes recherches et la même variété de mets que dans son
hôtel. Comme la guerre continua, et se régularisa en quelque sorte, ce
genre de luxe fut imité par tous les officiers généraux, et même par
les simples colonels et les mestres de camp[94]. La Châtre nous est
connu pas ses liaisons avec Ninon[95]. Armand, comte de Nogent, qui se
noya depuis au fameux passage du Rhin[96], était le fils de Nicolas de
Bautru, modèle du courtisan fin, spirituel et bouffon. Celui-ci,
arrivé à la cour d'Anne d'Autriche avec huit cents livres de rente, en
avait cent cinquante mille lorsqu'il mourut. Sa femme se fit connaître
par des désordres honteux. Il en demanda vengeance à la justice, et
fit condamner un de ses valets, qui fut mis aux galères[97]. Il se
rendait un jour chez la reine, lorsque cette affaire était encore
récente; et la cynique plaisanterie qu'il se permit pour faire
rejaillir sur le duc de Roquelaure le ridicule dont celui-ci avait
voulu le couvrir en présence de toute la cour, prouve qu'une partie du
secret de la mystérieuse intrigue de la duchesse de Roquelaure n'avait
pas échappé aux regards scrutateurs des jeunes courtisans[98]. Cet
indécent quolibet, qui fit rougir la reine, sert en même temps à
expliquer le passage suivant de la lettre que madame de Sévigné
écrivit à Bussy le 25 novembre[99].

«Madame de Roquelaure est revenue tellement belle, qu'elle défit hier
le Louvre à plate couture[100]: ce qui donne une si terrible jalousie
aux belles qui y sont, que par dépit on a résolu qu'elle ne serait
pas des après-soupers, qui sont gais et galants comme vous savez.
Madame de Fiennes voulut l'y faire demeurer hier; mais on comprit par
la réponse de la reine qu'elle pouvait s'en retourner.»

Madame de Sévigné paraît avoir ignoré le véritable motif de
l'exclusion de la duchesse de Roquelaure des après-soupers; mais la
duchesse de Roquelaure a dû le connaître ou le deviner. Les chagrins
causés par des humiliations de cette nature, et par les remords de les
avoir mérités, ont pu contribuer, autant que les infidélités de
Vardes, à précipiter dans la tombe cette intéressante victime d'un
premier amour. Une autre raison devait encore déterminer à ne pas
admettre la duchesse de Roquelaure dans ces réunions familières. Le
jeune duc d'Anjou manifestait du penchant pour elle; et le chagrin
qu'il témoigna lorsqu'il apprit sa mort montra quelle était déjà la
violence de sa passion[101].

Madame de Sévigné, qui ne veut rien laisser ignorer à Bussy de ce qui
se passe dans le monde, raconte aussi dans la même lettre une querelle
assez ridicule, mais qui n'eut aucune suite, entre le prince
d'Harcourt, la Feuillade, qui fut depuis maréchal de France, et le
chevalier de Gramont, si connu par l'histoire que le spirituel
Hamilton nous a donnée de ses aventures galantes. La chose se passa
chez Jannin de Castille, financier, assez bel homme, peu spirituel, et
fort riche. Bussy a fait lui-même connaître les liaisons de ce
personnage avec la comtesse d'Olonne[102], et Sauval a révélé celles
qu'il eut avec mademoiselle de Guerchy, une des filles d'honneur de la
reine[103]. Mademoiselle de Guerchy fut depuis la maîtresse du duc de
Vitry, et périt victime des moyens qu'employa pour la faire avorter
une sage-femme nommée Constantin, qui fut pendue pour ce crime. Le
comte Gaspard de Chavagnac, qui, pour obliger Vitry, son ami, avait
conduit l'infortunée Guerchy chez la Constantin, fut mis en cause, et
subit même une condamnation, qui ne fut pas capitale. Lui, qui était
la bravoure même, raconte naïvement dans ses Mémoires la frayeur qu'il
éprouva «quand il vit les mêmes juges avec lesquels il faisait tous
les jours la débauche l'interroger avec un visage si sévère[104]».

Madame de Sévigné apprit, sans en connaître la cause, que la duchesse
de Châtillon se trouvait captive chez l'abbé Fouquet; et, dans sa
lettre du 5 novembre, elle mande cette nouvelle à son cousin en une
seule ligne, en ajoutant: «Cela paraît fort plaisant à tout le
monde[105].» Singulière époque que celle où l'on trouvait plaisant
qu'une femme de ce rang, de cette naissance, qu'une Montmorency, que
la veuve d'un Gaspard de Coligny, duc de Châtillon, fût retenue
d'autorité en chartre privée, chez un abbé, son amant! Cependant la
chose paraîtra moins étrange lorsque l'on saura que l'abbé Fouquet
avait avec lui sa mère, qui était la vertu même[106].

Quand Bussy reçut, le 22 novembre, cette dernière lettre de madame de
Sévigné, il n'était plus à l'armée. Pour être placé sur les cadres de
ceux qui continuaient à servir pendant la saison rigoureuse, il
s'était rendu à Compiègne, où la cour résidait. Le cardinal lui promit
de faire ce qu'il demandait; mais il ne lui tint pas parole. Bussy
revint vers la fin de décembre à Paris; et, après y avoir séjourné
tout l'hiver, il repartit le 12 mars pour Amiens, où le maréchal de
Turenne avait assigné le rendez-vous de tous les officiers généraux
qui dans la campagne prochaine devaient servir sous ses ordres[107].

  [82] LORET, liv. VI, p. 106, _lettre_ 28 juillet 1655.

  [83] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (19 juillet 1655), t. I, p. 37, édit de
  M., et t. I, p. 46, édit. de G. de S.-G.--BUSSY, _Mém._, t. II,
  p. 28, in-12, et de l'in-4º, t. II, p. 34.

  [84] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 267.

  [85] CONRART, t. XLVIII, p. 260 à 270.--MONTPENSIER, _Mém._, t.
  XLI, p. 136, 326, 488; t. XLII, p. 22.--MOTTEVILLE, _Mém._, t.
  XXXIX, p. 115, 116 et 210.--RETZ, t. XLV, p. 279, 282, 380, 388,
  412, 422, 459; t. XLVI, p. 329.--GUY-JOLY, t. XLVII, p.
  230.--NEMOURS, t. XXXIV, p. 510.--CONRART, t. XLVIII, p. 230.--LA
  ROCHEFOUCAULD, t. LI, p. 95 et 96.--DUPLESSIS, t. LVII, p. 370 et
  372.--LORET, liv. III, 1652, p. 178; liv. V, 1654, p. 17.

  [86] CHAVAGNAC, _Mém._, t. I, p. 165, 185, 208, 210, 220, 226,
  227.--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 210.--MONGLAT, _Mém._, t. L, p.
  394.--CONRART, t. XLVIII, p. 265.--BUSSY, _Hist. am. des Gaules_,
  t. I, p. 1 à 42, édit. 1754.--SAUVAL, _Galanteries des Rois de
  France_ t. II, p. 60, 61, 206.--RETZ, t. XLV, p.
  113.--SAINT-ÉVREMOND, _OEuvres_, 1753, in-12, t. I, p. v et p.
  34; t. III, p. 154 à 180; t. VII, p. 42.

  [87] CHAVAGNAC, _Mém._, t. I, p. 220.--MONTPENSIER, _Mém._, t.
  XLI, p. 489.--CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 265.

  [88] _Lettres du cardinal Mazarin à la reine_, 1836, in-8º, p.
  419; _lettre_ en date du 27 novembre 1641.

  [89] CHAVAGNAC, t. I, p. 220.

  [90] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (19 juillet 1655), t. I, p. 37, édit. de
  Monmerqué; t. I, p. 47, édit. de G. de S.-G.

  [91] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 263, note 1. Voyez ci-dessus,
  p. 40.

  [92] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 22.

  [93] BUSSY, dans les _Lettres de_ SÉVIGNÉ, t. I, p. 43 de l'édit.
  M.; t. I, p. 53 de l'édit. de G. de S.-G.

  [94] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 287.

  [95] Voyez la première partie de ces Mémoires, ch. XVI, p. 244.

  [96] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (17 juin 1672), t. II, p. 468, édit. M.,
  et t. III, p. 61, édit. G. de S.-G.

  [97] _Ménagiana_, t. I, p. 67, 140, 267.

  [98] _Ibid._, t. III, p. 48 et 49.

  [99] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (25 novembre 1655), t. I, p. 46, édit. de
  M.; t. I, p. 59, édit. de G. de S.-G.--BUSSY, _Mém._, t. II, p.
  54, édit. in-12.

  [100] Conférez MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 137.

  [101] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 268 et 269.

  [102] BUSSY, _Histoire amoureuse de la France_, édit. 1710, p.
  26, 31, 55.--_Histoire amoureuse des Gaules_, édit. 1754, t. I,
  p. 23, 28, 32, 42, 52.

  [103] SAUVAL, _Galanteries des Rois de France_, 1738, t. II, p.
  73.

  [104] GASPARD, comte de CHAVAGNAC, _Mém._, t. I, p. 220 à 222,
  édit. de Besançon, 1699, in-12.

  [105] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (25 novembre 1655), t. I, p. 45, et p.
  56 de l'édit. de G. de S.-G.

  [106] MONTPENSIER, t. XLII, p. 148.

  [107] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 54 et 57 de l'édit. in-12.--Ibid.,
  t. II, p. 65 et 68 de l'édit. in-4º.



CHAPITRE VI.

1656.

   Madame de Sévigné est recherchée par les femmes âgées comme par
   les jeunes.--Sa jeunesse s'est passée sous le ministère de
   Mazarin.--Ses souvenirs embrassent l'époque qui l'a précédé, une
   partie du siècle de Louis XIII, puis la régence d'Anne d'Autriche
   et presque tout le siècle de Louis XIV, et les personnes qui
   brillèrent sous la régence du duc d'Orléans et qui moururent sous
   Louis XV.--Elle était liée avec madame de Chevreuse, avec la
   maréchale de Schomberg, née Marie de Hautefort.--Portrait de
   mademoiselle de Hautefort: elle est placée près d'Anne d'Autriche
   pour la surveiller.--Elle s'attache à elle.--S'attire, en la
   servant, les persécutions de Richelieu.--A la mort de ce
   ministre, elle est rappelée de son exil par la reine, qui reçoit
   mal ses observations relativement au cardinal
   Mazarin.--Brouillerie et raccommodement entre elle et la
   reine.--Mademoiselle de Hautefort reçoit l'ordre de quitter le
   Palais-Royal.--Elle se retire dans un couvent.--Épouse le
   maréchal de Schomberg.--S'efforce de se réconcilier avec Anne
   d'Autriche.--Est de nouveau repoussée.--Ses torts envers la
   reine.--Différence de la conduite d'Anne d'Autriche envers elle
   et envers la duchesse de Chevreuse.--Réflexions à ce sujet.--Le
   maréchal de Schomberg et sa femme se retirent dans leur
   gouvernement de Metz.--Ils sont les protecteurs des gens de
   lettres.--La mort de sa grand'mère force la maréchale de
   Schomberg de revenir à Paris.--Nombre de personnes vont à sa
   rencontre.--Madame de Sévigné, qui ignorait ce retour, n'est pas
   de ce nombre.--Regret qu'elle en éprouve.--Citation de la Gazette
   de Loret à ce sujet.--Mort de la maréchale de Schomberg.


La jeunesse de madame de Sévigné s'est écoulée tout entière pendant la
durée du ministère du cardinal de Mazarin; mais les femmes qui avaient
passé la leur sous le règne de Richelieu, attirées par la précoce
maturité du jugement de notre jeune veuve, par son discernement, par
sa discrétion, sa franchise, ne cultivaient pas son amitié avec moins
d'empressement que celles dont l'âge se rapprochait du sien. Dans sa
vieillesse, son indulgente gaieté, la réputation qu'elle s'était
acquise par son esprit, l'égalité de son humeur et les agréments de
son commerce, la firent rechercher par celles qui commençaient à
briller comme des astres nouveaux levés sur l'horizon, vers la fin du
siècle de Louis XIV. Celles-ci se montrèrent dans tout leur éclat sous
la régence du duc d'Orléans, et terminèrent leur existence sous Louis
XV. Jamais madame de Sévigné ne se retira du monde, et jamais le monde
aussi ne se retira d'elle. Toujours elle aima à se répandre dans la
société: elle lui appartint toujours. Sa vie et ses écrits sont donc
propres à nous éclairer sur les mœurs, les habitudes de plusieurs
générations successives et de trois règnes différents.

Nous avons déjà vu la liaison qu'elle avait contractée avec la
duchesse de Chevreuse, qui sous le règne de Louis XIII s'était
illustrée par sa résistance au despotisme de Richelieu. Madame de
Sévigné avait conquis l'amitié d'une autre femme, qui, sans posséder
l'avantage d'une aussi grande naissance, n'avait pas donné à la reine
de moindres preuves de dévouement et de courage que madame de
Chevreuse: c'était Marie de Hautefort, femme du maréchal duc de
Schomberg.

On se souvenait encore à l'époque dont nous nous occupons, de
l'impression qu'avait faite à la cour de Louis XIII cette blonde aux
yeux grands et pleins de feu, aux traits si réguliers, aux dents si
blanches, au teint d'une si ravissante fraîcheur. On se ressouvenait
encore de cette gorge parfaitement belle, dont la seule vue protégea,
contre la main scrupuleuse d'un monarque dévot, le billet dépositaire
du secret de la reine[108]. Placée comme dame d'atour auprès d'Anne
d'Autriche par un ministre soupçonneux et un mari jaloux, mademoiselle
de Hautefort s'indigna du vil rôle auquel on l'avait crue propre. Au
lieu d'être, comme on le voulait, la surveillante et la délatrice
d'une reine dont elle ressentait vivement le malheur, elle en devint
l'amie la plus sincère, la confidente la plus intime[109]. Pour lui
procurer plus de liberté, pour diminuer l'oppression que Richelieu
faisait peser sur elle et sur tout ce qui l'entourait, mademoiselle de
Hautefort se prévalut des sentiments de préférence qu'elle inspira à
un roi si froid, si faible, si scrupuleux. Pour capter sa confiance,
elle supporta l'ennui d'un amour qui ne se laissait deviner que par
des traits d'une jalousie bizarre ou ne se manifestait que par
d'insipides entretiens. Marie de Hautefort montra pour Anne d'Autriche
plus de courage et de dévouement encore, en bravant la colère et les
persécutions de Richelieu, qui, ne la voyant pas répondre à ses
desseins, la fit exiler. Il eut l'air d'envelopper dans la même
disgrâce Chemerault, autre dame de la reine; mais c'était pour être
instruit par elle de toutes les démarches, de tous les secrets de
mademoiselle de Hautefort, qui la croyait son amie[110].

Lorsque Anne d'Autriche devint régente, elle s'empressa de rappeler,
par une mesure générale, toutes les personnes qui avaient été exilées
sous Richelieu; mais elle écrivit de sa propre main à mademoiselle de
Hautefort de revenir près d'elle, lui disant qu'elle mourait
d'impatience de la voir[111]. Mademoiselle de Hautefort revint; mais
elle ignorait que la nature des relations doive changer avec les
situations: elle crut que tout devait être inaltérable comme ses
sentiments, et elle éprouva combien sont différentes les affections de
cœur dans l'infortune ou dans la prospérité, dans l'abaissement ou
dans la puissance. Elle avait fait naître des passions très-vives;
mais toutes les tentatives qu'on avait faites pour la séduire
n'avaient servi qu'à donner un nouveau lustre à sa vertu[112]. Cette
vertu s'appuyait sur une piété fervente[113], qui avait trouvé un
nouvel aliment dans le malheur et dans les persécutions. Revenue à la
cour après une si longue absence, elle fut singulièrement frappée des
changements qui s'y étaient opérés. Elle vit avec peine l'ascendant
que Mazarin avait pris sur la reine: cet ascendant ne lui paraissait
pas suffisamment justifié par les talents de ce ministre et le besoin
qu'Anne d'Autriche avait de lui. L'espèce d'intimité et de familiarité
qui régnaient entre la reine et son ministre, en écartant même toute
pensée de liaison illicite, choquaient ses scrupules religieux, et
étaient contraires aux idées qu'elle s'était faites de la dignité de
son sexe et de la majesté royale. Elle savait combien la malignité
publique aimait à s'exercer sur ce chapitre; elle connaissait une
partie des chansons, des satires, des épigrammes qui avaient cours:
son amitié vive et sincère lui fit désirer ardemment d'ôter à cet
égard tout prétexte à la calomnie. Naturellement franche, elle
s'expliqua sans réticence et sans détour sur ce sujet délicat. La
reine, blessée, ne lui répondit que par des paroles dures et des
reproches sévères[114]. Il y eut des larmes répandues, des
explications vives, des réconciliations, des promesses, des pardons
donnés et reçus[115], puis de nouveaux accès d'humeur et d'une brusque
franchise. Enfin, au moment où on s'y attendait le moins, un ordre fut
donné à mademoiselle de Hautefort de quitter le Palais-Royal[116]. La
sensible confidente, qui n'avait jamais prévu que son amitié, toujours
la même, que son dévouement, toujours entier, pussent avoir ce
résultat, sentit son cœur se briser par tant d'ingratitude[117]. Elle
partit, aimée, vénérée de toute la cour; l'admiration qu'avaient
inspirée sa loyauté, sa générosité, sa vertu, s'augmenta encore de
toute la haine amassée contre le cardinal, auquel elle était
sacrifiée. La reine, quoiqu'elle en témoignât son mécontentement, ne
put empêcher que les personnes qui lui étaient le plus attachées, le
plus dans sa dépendance, n'allassent consoler mademoiselle de
Hautefort et ne plaignissent hautement son malheur.

Elle se retira dans un couvent, et on craignit pendant quelque temps
qu'elle ne se fît religieuse. Heureusement pour le monde, dont elle
devait être le modèle, qu'un homme instruit, spirituel, joignant aux
talents du guerrier tous ceux qui font briller en société[118], la
rechercha, et lui fit agréer ses vœux. Elle épousa en 1646 le
maréchal duc de Schomberg. Son mari, qui avait acquis tous ses grades
sous le règne précédent, désira, dans l'intérêt de son ambition, que
sa femme reparût à la cour; qu'elle tâchât de se prévaloir de
l'ancienne et longue affection que la reine avait eue pour elle, et
qu'il ne pouvait croire entièrement éteinte. Pour lui obéir, elle se
contraignit, et se dépouilla d'une fierté qui lui avait semblé noble
et légitime. Ses efforts pour rentrer en grâce auprès d'Anne
d'Autriche furent repoussés avec tant de hauteur, qu'elle ne put
parvenir à déguiser la douleur qu'elle en ressentait, ni s'empêcher de
montrer encore devant cette reine altière, et en présence de toute la
cour, son visage baigné de larmes[119].

On doit dire que pendant la Fronde la maréchale de Schomberg s'était
liée avec la duchesse de Longueville, et que, sans s'engager dans
aucun parti, elle avait paru cependant plutôt favorable que contraire
à ceux qui étaient opposés à Mazarin; mais son mari était resté
neutre. La duchesse de Chevreuse, qui s'était montrée hostile,
non-seulement avait obtenu son pardon, mais elle avait reconquis toute
la faveur et toute l'influence qu'elle avait eues autrefois auprès
d'Anne d'Autriche. Cependant il existait entre la duchesse de
Chevreuse et la maréchale de Schomberg toute la distance qui sépare
le vice de la vertu; l'honneur, de l'intrigue; la loyauté, de la
duplicité.

Le maréchal de Schomberg et sa femme ne firent plus d'autre tentative
auprès d'Anne d'Autriche et de Mazarin. Ils se retirèrent dans leur
gouvernement de Metz; et, sans jamais donner de marque de
mécontentement, ils s'acquirent par leur zèle ardent pour tout ce qui
pouvait contribuer au bien public, l'estime et l'affection de tout le
monde: par leur conduite ils finirent par obtenir les égards de la
reine et de son ministre, et même par se concilier leur bienveillance.
Ils se montrèrent tous deux protecteurs des gens de lettres: Scarron
et le gazetier Loret étaient au nombre de leurs pensionnaires[120].
Ils furent les protecteurs de Bossuet, et comme les promoteurs de son
génie. Ce grand homme commença par être archidiacre à Metz, où son
père résidait[121].

Au commencement de l'année 1656, madame de La Flotte, grand'mère de la
maréchale de Schomberg, mourut, âgée de quatre-vingt-sept ans; elle
était la doyenne des dames d'atour de la reine. De tout temps vénérée
par sa piété, elle s'était maintenue dans sa place en restant
étrangère à toutes les intrigues, et en y donnant l'exemple de toutes
les vertus. Personne à la cour ne s'abstint d'aller jeter de l'eau
bénite sur sa tombe, et le roi s'y rendit comme les autres. Loret
rapporte que le jeune monarque voulut voir le visage de cette défunte
octogénaire, et en le contemplant il dit: «Voilà le destin qui
m'attend; et ma couronne ne m'en exemptera pas[122].»

Cet événement força la maréchale de Schomberg et son mari de se rendre
à Paris, où depuis longtemps ils n'avaient point paru. Le jour de leur
arrivée fut connu de plusieurs personnes, qui allèrent à leur
rencontre. Le nombre en fut si grand, que la file des carrosses
s'étendait, si l'on en croit Loret, depuis les remparts de la ville
jusqu'au Bourget[123].

Madame de Sévigné, quoique liée intimement avec la maréchale de
Schomberg, ne fut pas prévenue du jour de son arrivée à Paris, et ne
fit point partie du nombreux cortége qui l'accompagna à son entrée. La
contrariété qu'elle en ressentit et la touchante expression de ses
regrets firent assez de sensation dans le beau monde pour que Loret en
parlât dans sa Gazette.

    Même trois jours après, je sus
    Que madame de Sévigny,
    Veuve de mérite infini,
    Et dont le teint encor mieux brille
    Que de la plus aimable fille,
    N'ayant su le temps ni le jour
    Du susdit glorieux retour
    (Ignoré dans chaque paroisse),
    Faillit s'en pâmer d'angoisse.
    Son chagrin ne peut s'égaler;
    Et quand on la veut consoler
    Avec des fleurs de rhétorique,
    Sa divine bouche s'explique
    (Comme elle a l'esprit excellent)
    D'un air si noble et si galant,
    Et qui jamais ne l'abandonne,
    Que de bon cœur je lui pardonne[124].


Le maréchal de Schomberg ne jouit pas longtemps de cette manifestation
de l'opinion publique, si glorieuse pour lui et pour sa femme, ni de
l'accueil flatteur que lui firent le roi et la reine mère. Il mourut
deux mois après son arrivée à Paris; son corps fut porté au château de
Nanteuil, dans le lieu de sépulture de ses ancêtres, où sa veuve, qui
lui survécut longtemps, lui fit ériger un monument, près duquel
Bossuet ne manquait jamais d'aller prier toutes les fois qu'il passait
à Nanteuil[125].

  [108] SAUVAL, _Galanteries des Rois de France_, 1738, in-12, t.
  II, p. 18 et 277.--DREUX DU RADIER, _Mémoires et Anecdotes des
  Reines et Régentes de France_; Amsterdam, 1782, t. VI, p.
  294.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXVI, p. 370 et 379.--MONGLAT, t.
  XLIII, p. 63.

  [109] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXVI, p. 378 et 379.--MONGLAT,
  _Mém._, t. XLIII, p. 251.--LA PORTE, _Mém._, t. LIX, p.
  394.--SCARRON, _OEuvres_, t. VIII, p. 399.

  [110] MOTTEVILLE, _Mém._, _loc. cit._--MONGLAT, _Mém._, t. XLIII,
  p. 241.--LA PORTE, _Mém._, t. LIX, p. 394.

  [111] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXVII, p. 71.

  [112] LA PORTE, _Mém._, t. LIX, p. 391 et 392.--SCARRON,
  _OEuvres_, t. VIII, p. 190.

  [113] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXVII, p. 63.--LA PORTE, t. LIX, p.
  407.--SCARRON, t. VIII, p. 160, 162, 168.

  [114] MOTTEVILLE, t. XXXVII, p. 32.

  [115] _Ibid._, p. 36.

  [116] _Ibid._, p. 63.--LA PORTE, t. LIX, p. 407.

  [117] _Ibid._, p. 65.--LA PORTE, _loc. cit._

  [118] SCARRON, _Épithalame ou ce qu'il vous plaira sur le mariage
  de M. le maréchal de Schomberg et de madame de Hautefort,
  OEuvres_, t. VIII, p. 252 et 254.

  [119] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXVII, p. 277.

  [120] SCARRON, _OEuvres_, t. VIII, p. 160, 162, 168, 247 et 399.

  [121] DE BAUSSET, _Hist. de Bossuet_, 1814, in-8º, t. I, p. 38 et
  39.

  [122] LORET, t. VII, p. 62, _lettre_ en date du 22 avril 1656.

  [123] LORET, _Muse historique_, liv. VII, p. 63, _lettre 16_, en
  date du 22 avril 1656.

  [124] _Ibid._

  [125] LORET, _Muse historique_, liv. VII, p. 68, _lettre 17_, en
  date du 29 avril 1656, p. 97, _lettre 25_, en date du 24
  juin.--DE BARANTE, dans la _Biographie universelle_, art.
  _Bossuet_.



CHAPITRE VII.

1656.

   Madame de Sévigné passe toute cette année à Paris.--Elle assiste
   aux fêtes nombreuses qui s'y donnent.--Elle a des occasions de
   s'entretenir familièrement avec le jeune roi.--Les partis se
   rapprochent.--Gaston s'arrange avec la cour.--On n'était pas
   satisfait du gouvernement.--Mort du grand prieur Hugues de
   Rabutin.--Cette mort n'interrompt pas les plaisirs de madame de
   Sévigné.--Bussy écrit à sa cousine les événemens de la
   campagne.--Condé délivre Valenciennes.--Turenne prend la
   Capelle.--Départ du roi pour l'armée, le 17 mai.--Bussy va en
   Bourgogne, et revient passer l'hiver à Paris.--Les plaisirs
   n'avaient pas cessé pendant l'été.--Plusieurs occasions y
   donnèrent lieu.--Premier voyage de la reine Christine en
   France.--Admiration qu'elle excite.--Réflexion sur ceux qui se
   démettent du trône.--Christine est reçue en France avec de grands
   honneurs.--Madame de Sévigné est du nombre des femmes qu'elle
   goûte le plus.--C'est avec la France que Christine avait ses
   principales correspondances.--La France avait alors la
   supériorité en tout, et attirait l'attention de l'Europe
   entière.--Un mouvement nouveau s'y faisait remarquer dans les
   esprits.--Entretien à ce sujet, rapporté par
   Saint-Évremond.--Portrait que Saint-Évremond trace des précieuses
   de cette époque, bien avant Molière.--Discussions produites par
   les jansénistes.--Courte exposition de ces
   discussions.--Publications des Provinciales. Jugement sur cet
   ouvrage.--Effet qu'il produit.


Cette circonstance de l'arrivée du maréchal et de madame la maréchale
de Schomberg et les lettres de Bussy démontrent que madame de Sévigné
continua de résider à Paris pendant le cours de cette année 1656[126].
Elle fut donc témoin de toutes les fêles qui se donnèrent à la cour
et chez les grands; et peut-être figura-t-elle dans les ballets et les
mascarades, pour lesquels le jeune roi montrait de jour en jour plus
d'inclination, et auxquels la reine et Mazarin se prêtaient. Le roi
aimait aussi les courses de chevaux, les jeux de bagues, les
carrousels, et il les renouvela cette année. Pendant le carrousel, il
se plut à courir par la ville avec son frère sous divers déguisements,
et à s'affranchir de toute étiquette[127]. Madame de Sévigné dut avoir
plus d'une occasion de s'entretenir avec lui, non-seulement au milieu
de ces grands divertissements, mais chez la princesse de Conti, chez
la duchesse de Mercœur, et chez d'autres jeunes femmes d'un moindre
rang, auxquelles elle se complaisait à faire des visites fréquentes et
familières; et enfin chez le surintendant Fouquet, qui lui donnait,
ainsi qu'au roi, à la reine et à toute la cour, de somptueux repas
dans son château de Saint-Mandé[128]. Malgré tous ces moyens de
dissipation, le théâtre et les concerts publics n'étaient pas moins
fréquentés. La médiocre tragédie de Thomas Corneille (_Timocrate_) eut
un succès qui rappela celui des chefs-d'œuvre de son frère, et les
représentations en furent suivies tout l'hiver avec un empressement
qui n'avait pas encore été égalé[129]. Le roi vint exprès au Théâtre
du Marais, pour voir jouer cette pièce.

Les ressentiments que les divisions de partis avaient fait naître
s'affaiblissaient et disparaissaient, par l'effet de ces fréquentes
réunions, où l'on goûtait en commun les mêmes plaisirs. Les mariages,
que des penchants mutuels ou des convenances de rang et de fortune
faisaient contracter, formaient chaque jour des alliances étroites
entre des familles que les haines politiques séparaient auparavant.
Les exilés étaient presque tous rappelés, et le sort de ceux qui ne
l'étaient pas était adouci[130]. On avait même permis à MADEMOISELLE
de s'approcher de Paris, et elle avait profité de cette permission
pour donner une fête superbe au roi et à la reine d'Angleterre, dans
son château de Chilly. Gaston n'avait pas encore quitté Blois, mais il
avait fait son arrangement avec la cour, et il devait bientôt y
reparaître. Tous ces actes de clémence donnaient de la sécurité, et
augmentaient l'allégresse générale. Elle se répandit dans les
provinces, où l'on cherchait aussi à imiter la capitale, qui elle-même
se modelait sur la cour.

Ce n'est pas qu'on fût complétement satisfait: les changements dans
les monnaies occasionnèrent des murmures; on avait, sur de simples
soupçons, renfermé plusieurs personnes à la Bastille: mais ces sujets
de mécontentement ne pouvaient contre-balancer le bien-être que l'on
éprouvait de se voir délivré des factions et des guerres civiles, par
le rétablissement de l'autorité royale.

La mort de Hugues de Rabutin, grand prieur du Temple, qui eut lieu
cette année, vers le commencement de juin, ne mit point obstacle aux
plaisirs auxquels madame de Sévigné se livrait à cette brillante
époque de son existence. Ce grand prieur avait les manières rudes et
impolies d'un corsaire; il en avait aussi les mœurs dissolues: il
rappelait à madame de Sévigné tous les défauts et les vices de son
mari, sans aucune de ses qualités. Au grand contentement de notre
jeune veuve, Hugues de Rabutin donna tout ce qu'il possédait à son
neveu, le comte de Bussy.

Celui-ci, dans les lettres qu'il écrivait à sa cousine, lui rendait
compte des événements de la campagne[131]; et par la part qu'il y eut,
par le grade qu'il occupait dans l'armée, les détails auxquels il se
livre sont précieux pour l'histoire, et plus certains que ceux des
relations officielles; car la politique, l'intérêt du moment, tendent
toujours dans ces sortes de relations à fausser la vérité. Nous
apprenons encore par ces lettres de Bussy qu'il était en
correspondance réglée avec Corbinelli, et que celui-ci communiquait
exactement à madame de Sévigné toutes les nouvelles qu'il recevait par
ce canal. Le marquis de la Trousse, cousin germain de madame de
Sévigné, était dans l'armée; elle s'intéressait vivement à lui, et
Bussy a grand soin de faire part à sa cousine de tout ce qui concerne
ce jeune homme[132].

Les événements qui font la matière des lettres de Bussy étaient d'une
grande importance. Condé avait délivré Valenciennes avec autant de
bonheur que Turenne avait fait pour Arras; et Turenne, de même que
Condé, s'était illustré par une savante retraite, qui aux yeux des
gens de guerre contribua plus à sa réputation qu'une victoire; ou
plutôt cette défaite même, que l'obstination du maréchal de la Ferté
avait causée, devint pour Turenne l'occasion d'un triomphe. Après une
marche rapide et déguisée, il se présenta devant la Capelle, et prit
cette place, avec tous les magasins que les ennemis y avaient
déposés[133].

Quoique le jeune roi allât chaque année rejoindre l'armée et emmenât
avec lui une portion de sa cour, cependant la guerre n'interrompait
point les plaisirs ni le mouvement ordinaire de la capitale. Les
armées de part et d'autre étaient alors peu nombreuses; on ne s'était
pas encore habitué, dans les calculs de l'ambition ou dans les
combinaisons belliqueuses, à compter les hommes pour peu de chose, et
l'on évitait d'ajouter aux effets destructeurs des combats ceux des
rigueurs de l'hiver. D'un commun accord, on évitait de se mesurer avec
ce terrible ennemi; on se cantonnait, et l'on restait en repos tout le
temps que durait cet engourdissement de la nature; on entrait tard en
campagne, et les officiers généraux ne se rendaient à l'armée que
lorsque les opérations allaient commencer, c'est-à-dire en mai ou en
juin; et ils revenaient souvent en ville en septembre et en octobre.
Grâce au génie de Turenne, on redoutait peu les suites de la guerre.
Avec lui toujours on espérait des succès; et lorsqu'il y avait des
revers, on ne se laissait pas décourager, parce qu'on s'attendait à
les voir presque aussitôt réparés. Ce grand capitaine prévoyait toutes
les chances possibles de la fortune, et savait en effet la retenir
avec fermeté au moment même où elle se disposait à lui échapper.

Ainsi cette année le roi ne partit que le 27 mai[134], et il était de
retour au 9 octobre[135]. Bussy ne quitta l'armée que le 2
novembre[136], et se rendit en Bourgogne, où ses affaires
l'appelaient; mais il passa par Paris, et revint y séjourner pendant
l'hiver. Les plaisirs qu'on y goûtait n'avaient souffert aucune
interruption; des occasions extraordinaires s'étaient présentées qui
même leur avaient donné une nouvelle activité. Après le départ du duc
de Modène, reçu avec une pompe et des honneurs qui excitèrent la
jalousie et blessèrent l'orgueil du duc de Mantoue[137], vint la
visite de la princesse d'Orange à sa mère la reine d'Angleterre[138],
puis ensuite le premier voyage de la reine Christine en France. Le
gouvernement du jeune monarque se surpassa en magnificence et en
générosité hospitalière et chevaleresque, par la réception qui fut
faite à cette reine virile. La curiosité qu'elle excita fut si vive et
si générale, qu'elle fit quelque temps diversion à l'attention que
l'on portait aux événements de la guerre, aux cercles des précieuses,
et aux disputes religieuses, qui par la publication des premières
Provinciales avaient acquis un nouveau degré de chaleur.

Cette fille du grand Gustave, qui parvint jeune à la couronne, s'était
rendue célèbre par l'énergie de son caractère, son application aux
affaires, ses liaisons et ses correspondances avec les savants et les
hommes les plus éminents de son temps. Elle s'était faite leur
disciple, et se montrait digne d'être leur émule; mais à vingt-huit
ans elle résigna son sceptre, changea de religion, et se retira à
Rome, pour se livrer sans distraction à ses penchants pour l'étude.
Par cet acte extraordinaire elle s'attira des éloges universels, et
fut l'objet de l'admiration générale; car c'est une opinion vulgaire
et une erreur commune de penser qu'il n'y a rien de plus grand que le
mépris des honneurs, des richesses, et de la puissance: le véritable
héroïsme consiste à soutenir avec force le fardeau d'un rang éminent
quand la destinée nous l'a imposé, et non pas à la répudier. Quiconque
eut son berceau placé sur un trône ne doit quitter ce trône que pour
un tombeau. En descendre, c'est se dégrader; se démettre de ses
devoirs n'est pas s'en affranchir, mais les méconnaître. L'histoire
nous démontre, par tous ceux qui ont donné de tels exemples au monde,
que les souverains qui veulent entrer dans la vie privée ne trouvent
ni en eux-mêmes ni dans les autres les moyens de s'y faire admettre,
et qu'en cherchant à éviter les soucis des grandeurs, ils ne peuvent
se procurer les avantages des humbles conditions. On sait ce qu'ils
ne sont plus, on ignore ce qu'ils sont, et on ne sait pas bien ce
qu'ils veulent être. Dépossédés des avantages de la puissance, ils ne
peuvent acquérir les douceurs de la liberté; les soupçons ombrageux de
la politique poursuivent également le monarque qui est descendu du
trône de plein gré et celui qui en a été précipité malgré lui: car en
tous deux résident des droits indélébiles, que la force ou la volonté
n'ont pu anéantir, et que la force ou la volonté peuvent faire
renaître; tous deux éprouvent la même contrainte dans leurs actions et
dans leurs paroles; ils sont hors des lois communes, et sont mal
protégés par elles. Aussi les actes pareils à ceux de la reine
Christine ont-ils été toujours suivis d'un long repentir: elle-même,
malgré sa philosophie, ne put échapper à l'ordinaire destinée de ceux
qui ont cessé de porter la couronne[139].

Les dames françaises dont Christine goûta le plus l'esprit et les
manières furent Ninon[140], les comtesses de Brégy et de la Suze[141],
et la marquise de Sévigné. Notre jeune veuve avait fait sur cette
reine une impression dont elle garda le souvenir; car lorsqu'elle fut
de retour à Rome, elle en fit l'éloge dans une lettre qu'elle écrivit
à un de ses correspondants de France[142].

C'est en effet avec la France que Christine entretenait la plus grande
partie de ses relations littéraires[143]. Aucun autre pays n'offrait
alors autant d'hommes remarquables et de génies supérieurs. Descartes
et Corneille s'étaient, chacun dans leur genre, élevés à une hauteur à
laquelle aucun de leurs contemporains en Europe ne pouvait prétendre.
Les guerres qui avaient lieu n'étaient pas de celles où le sort des
combats dépend uniquement de l'art de réunir à temps des masses
énormes et nombreuses pour les précipiter les unes sur les autres, et
où, après un immense carnage, celui qui pouvait faire donner la
dernière réserve était certain de rester maître du champ de bataille.
Les armées étaient peu nombreuses; elles pouvaient se mouvoir
facilement: tout dépendait de l'habileté des chefs et de la valeur des
troupes; et les nobles, qui s'y trouvaient en grand nombre et en
formaient l'élite, leur donnaient l'exemple, et s'exposaient les
premiers au péril. C'était pour la France un grand malheur, mais aussi
un grand honneur, que les armées qui combattaient contre elle, comme
celles qui combattaient pour elle, fussent commandées par des
Français, et que ces Français eussent acquis la réputation d'être les
plus grands capitaines de leur temps. L'Europe entière était attentive
à cette lutte que la suite des événements avait établie entre Condé
et Turenne, et où tous deux déployaient un génie qui accroissait
encore leur grande renommée et excitait l'admiration des plus
illustres guerriers.

Ce spectacle n'était pas le seul qui fût digne de fixer alors
l'attention des étrangers sur la France; elle en offrait un autre, que
Christine était bien capable d'apprécier. Un mouvement nouveau et
extraordinaire se faisait remarquer dans les esprits. L'exemple donné
par l'hôtel de Rambouillet fructifiait; l'instruction se répandait, et
devenait en honneur parmi ces nobles qui faisaient autrefois gloire de
leur ignorance. Le spirituel Saint-Évremond a raconté avec sa grâce
accoutumée une conversation dont il fut témoin, qui peint à merveille
l'état de la cour, et le contraste qu'offraient à cette époque les
jeunes seigneurs à la mode, et ceux qui, plus âgés, étaient restés
partisans des anciennes mœurs et des anciennes habitudes.

La présence de la reine Christine en France fut l'occasion de ce
dialogue, dont les principaux interlocuteurs étaient Guillaume Bautru,
comte de Serrant, connu par ses bons mots et son savoir, et d'autant
plus grand partisan de la reine Christine qu'il en avait été fort
goûté; le commandeur de Jars, de la maison de Rochechouart, bon
guerrier, homme de grand sens, mais qui se vantait de ne rien devoir
aux lettres ni aux sciences, et qui faisait gloire de mépriser ce
qu'il appelait leur jargon[144]; de Lavardin, évêque du Mans, fort
décrié par ses mœurs, recherché pour les délices de sa table, beau
parleur, l'ornement des cercles des précieuses, qui admiraient
son langage fleuri, correct, mais diffus[145]. D'Olonne et
Saint-Évremond, tous deux présents, se contentèrent d'écouter, et ne
prirent point de part à cet entretien. Mais comme avant qu'il ne fût
terminé le comte d'Olonne quitta le salon, Saint-Évremond crut devoir
lui envoyer dans une lettre le récit suivant, dont nous allons
emprunter la substance.

Bautru entama un éloge pompeux de la reine Christine, qui, disait-il,
parlait huit langues, et ne s'était montrée étrangère à aucun genre de
connaissances. Tout à coup le commandeur de Jars se leva, et ôtant son
chapeau d'un air tout particulier: «Messieurs, dit-il, si la reine de
Suède n'avait su que les coutumes de son pays, elle y serait encore:
pour avoir appris notre langue et nos manières, pour s'être mise en
état de réussir huit jours en France, elle a perdu son royaume. Voilà
ce qu'ont produit sa science et ses lumières, que vous nous vantez.»
Alors Bautru de perdre patience, de s'étonner qu'on puisse être si
ignorant; puis de citer Charles-Quint, Dioclétien, Sylla, et tous ceux
qui se sont montrés admirables en se démettant du souverain pouvoir;
puis enfin de mettre en avant Alexandre, César, M. le prince de Condé,
M. de Turenne, et tous les grands capitaines qui ont estimé les
lettres et les ont cultivées..... Bautru aurait continué longtemps, si
le commandeur, impatienté, ne l'eût interrompu avec tant
d'impétuosité, qu'il fut contraint de se taire. «Vous nous en contez
bien, dit-il, avec votre César et votre Alexandre. Je ne sais s'ils
étaient savants ou non savants: il ne m'importe guère; mais je sais
que de mon temps on ne faisait étudier les gentils-hommes que pour
être d'Église; encore se contentaient-ils le plus souvent du latin du
bréviaire. Ceux que l'on destinait à la cour ou à l'armée allaient
honnêtement à l'académie; ils apprenaient à monter à cheval, à danser,
à faire des armes, à jouer du luth, à voltiger, un peu de
mathématique, et c'était tout. Vous aviez en France mille beaux gens
d'armes, galants hommes. C'est ainsi que se formaient les de
Thermes[146] et les Bellegarde[147]. Du latin! de mon temps du latin!
un gentil-homme en eût été déshonoré. Je connais les grandes qualités
de M. le Prince, et suis son serviteur; mais je vous dirai que le
dernier connétable de Montmorency a su maintenir son crédit dans les
provinces et sa considération à la cour sans savoir lire. Peu de
latin, vous dis-je, et de bons Français!»

Bautru, retenu par la goutte sur son fauteuil, ne pouvait se contenir;
il faisait des efforts pour se lever, et allait répliquer, quand le
prélat, charmé de trouver une si belle occasion de faire briller son
savoir et sa belle élocution, étendit les bras entre les deux
interlocuteurs, trois fois toussa avec méthode, trois fois sourit
agréablement à l'apologiste de l'ignorance; puis, lorsqu'il crut avoir
suffisamment composé sa physionomie, il dit qu'il allait concilier les
deux opinions; et il prononça un discours gonflé de fleurs de
rhétorique, chamarré de comparaisons subtiles, embarrassé de
distinctions frivoles, obscurci par d'inutiles définitions; ne
cessant, pendant qu'il parlait, d'accompagner sa voix de gestes
méthodiques, marquant du doigt indicateur le commencement, le milieu
et la fin de chacune de ses longues périodes. Le commandeur ne put y
tenir. «Il faut finir la conversation, reprit-il brusquement; j'aime
encore mieux sa science et son latin que le grand discours que vous
faites.» Bautru, de son côté, avoua qu'il préférait l'agréable
ignorance du commandeur aux paroles magnifiques du prélat.

Ainsi finit cet entretien. L'évêque se retira en montrant une grande
satisfaction de lui-même, et en paraissant avoir pitié de ces deux
gentils-hommes, si peu en état d'apprécier la véritable éloquence et
les savants artifices de l'argumentation, l'un parce qu'il n'avait
aucune étude, l'autre à cause de la fausse direction des siennes[148].

Le parti de ceux qui prônaient la doctrine du commandeur de Jars était
partout le plus faible; le goût de l'instruction était général dans
les hautes classes de la société; l'ascendant des femmes et leur
influence sur le bon ton, le savoir-vivre et la politesse des
manières, s'accroissaient encore par les inclinations naissantes du
jeune monarque, par les ballets, les réunions, les divertissements,
devenus de plus en plus fréquents. Plusieurs cercles s'étaient établis
à l'imitation de celui de l'hôtel de Rambouillet; et quelques-uns
offraient dans l'exagération de leur modèle des côtés ridicules, qui
furent aussitôt saisis par les bons esprits, et que Saint-Évremond fit
ressortir dans une satire intitulée _le Cercle_[149]. Cette pièce,
faiblement versifiée, offre des tableaux moins comiques, mais
peut-être plus exacts, que ceux de la comédie de Molière sur les
précieuses, qui ne fut écrite que trois ans après.

Saint-Évremond, dans sa satire, nous présente d'abord le portrait d'un
habitué

                                De certaine ruelle
    Où la laide se rend aussi bien que la belle,
    Où tout âge, où tout sexe, où la ville et la cour
    Viennent prendre séance en l'école d'amour.

D'abord il peint la prude

                          qui partage son âme
    Entre les feux humains et la divine flamme;

la coquette surannée, et la jeune coquette, qui n'a que la vanité en
tête,

    Contente de l'éclat que fait la renommée;

et la coquette solide, qui,

              opposée à tous ces vains dehors,
    Se veut instruire à fond des intérêts du corps.

Puis

    L'intrigueuse vient là, par un esprit d'affaire;
    Écoute avec dessein, propose avec mystère;
    Et, tandis qu'on s'amuse à discourir d'amour,
    Ramasse quelque chose à porter à la cour.

Mais le portrait de la vraie précieuse, de la précieuse sentimentale,
platonique, de la précieuse subtile et doctrinaire, est celui qui est
tracé avec le plus de bonheur et de vérité:

    Dans un lieu plus secret, on tient la précieuse
    Occupée aux leçons de morale amoureuse.
    Là se font distinguer les fiertés des rigueurs,
    Les dédains des mépris, les tourments des langueurs.
    On y sait démêler la crainte et les alarmes;
    Discerner les attraits, les appas, et les charmes:
    On y parle du temps que forme le désir
    (Mouvement incertain de peine et de plaisir).
    Des premiers maux d'amour on connaît la naissance;
    On a de leurs progrès une entière science;
    Et toujours on ajuste à l'ordre des douleurs
    Et le temps de la plainte et la saison des pleurs.

On sait que la reine Christine ayant demandé qu'on lui donnât une
définition des précieuses, Ninon lui répondit que «c'étaient les
jansénistes de l'amour».

Les jansénistes faisaient alors encore plus de bruit dans le monde que
les précieuses; mais s'ils condamnaient les faiblesses en religion
comme les précieuses en amour, ils ne réduisaient pas le culte au
sentiment, ils mettaient en pratique ses préceptes. Le nombre des
solitaires de Port-Royal s'était accru: cependant il n'allait pas au
delà de vingt-sept; mais ces vingt-sept personnes, par leur conviction
profonde, par leur zèle ardent, leurs vertus, leur abnégation pour le
monde, leur savoir, leur indépendance, le génie supérieur de
quelques-uns d'entre eux, leurs amis et leurs nombreux sectateurs,
partout répandus, formaient une association qui luttait avec l'ordre
puissant des jésuites, avec les abus de la cour de Rome, et la molle
complaisance des ecclésiastiques envers les puissants.

La publication du livre d'Arnauld sur la _fréquente communion_ avait
réveillé la haine des jésuites contre la secte qui s'était attachée à
l'_Augustinus_ de Jansénius, contenant, selon eux, la véritable
exposition de la foi catholique. A l'occasion de ce livre de
Jansenius, on fit rédiger cinq propositions, qu'on prétendit être le
résumé de sa doctrine, et on les déféra au pape, qui les condamna. Les
jansénistes souscrivirent à cette condamnation des cinq propositions,
mais ils soutinrent qu'elles n'étaient point dans Jansenius. Une
assemblée d'évêques, suscitée par Mazarin et les jésuites, sur le
rapport des commissaires qu'elle avait nommés, décida que les cinq
propositions étaient dans Jansenius. Le livre d'Arnauld sur la
fréquente communion fut en même temps déféré à la Sorbonne, où les
docteurs se divisèrent. La dispute s'échauffa: soixante-dix docteurs
furent expulsés. Le livre d'Arnauld fut censuré. Une nouvelle bulle du
pape reconnut que les propositions étaient dans Jansenius: on rédigea
un acte ou formulaire, que tous les prêtres, les religieux et les
religieuses devaient souscrire, en signe de leur orthodoxie et de leur
entière union avec le saint-siége. On avait à combattre une opinion
évidemment contraire aux dogmes de l'Église comme à une saine
philosophie; une opinion qui introduisait dans la religion la doctrine
du fatalisme, et enlevait à l'homme son libre arbitre. Au lieu de
recourir aux moyens de douceur et de persuasion, les seuls permis aux
défenseurs de la foi, on employa la rigueur et la persécution; et en
intéressant ainsi toutes les âmes généreuses au sort de ceux que
l'erreur avait égarée, on fit son succès, on contribua à la propager.

Les jansénistes voulaient à la fois résister aux décisions du pape et
se considérer comme des fidèles qui lui étaient soumis comme au chef
de l'Église: c'est alors que, pour justifier leur résistance et
tranquilliser leurs consciences, ils imaginèrent la subtile
distinction du fait et du droit. Ils reconnaissaient que pour être
sauvé on devait une soumission entière, une foi divine au pape et à
l'Église, dans tout ce qui concernait le dogme, parce que le pape et
l'Église avaient dans ces matières une autorité divine; mais que quand
il s'agissait d'un fait, le pape et l'Église ne pouvaient réclamer des
fidèles qu'une foi humaine, c'est-à-dire que chacun était libre de
décider selon sa conscience. On devait donc condamner les cinq
propositions, d'après la décision du pape; mais on n'était pas forcé
de croire d'après la seule assertion du pape et des évêques, que ces
cinq propositions fussent dans Jansenius.

Il y a trois principes de nos connaissances, de nos convictions: les
sens, la raison, et la foi. Tout ce qui est surnaturel et touche à la
révélation se juge par l'Écriture et les décisions de l'Église, et est
du ressort de la foi; tout ce qui est naturel, et n'est pas relatif à
la révélation, se décide par la raison naturelle. Quant aux faits, on
n'est tenu qu'à en croire ses sens. Les propositions qui ne reposent
que sur des faits, c'est aux sens seuls qu'il appartient d'en
connaître. Dieu n'a pas voulu que jamais la foi pût anéantir la
conviction qui résulte du témoignage des sens, ni que cette conviction
pût être soumise en nous à aucune autorité; car c'eût été vouloir
l'impossible, et anéantir notre propre nature. Les décisions du pape
et de l'Église ne peuvent donc enchaîner la conscience en ce qui
concerne les faits non révélés.

Ainsi raisonnaient les jansénistes; et comme ils soutenaient que les
propositions condamnées n'étaient pas dans Jansenius, ils refusaient
de se soumettre à la bulle du pape qui déclarait qu'elles y étaient;
ils prétendaient que le pape avait été surpris et trompé. Toute cette
contestation reposait sur une subtilité qui semble presque puérile. Il
était bien constant qu'on ne pouvait trouver textuellement les cinq
propositions dans le livre de l'évêque d'Ypres; mais, selon les juges
les plus impartiaux sur ces matières, ces cinq propositions
résultaient des doctrines exposées dans ce livre, et en étaient la
substance. Il fallait bien cependant que les jansénistes ne pensassent
point ainsi, puisqu'ils donnaient leur consentement à la bulle qui les
condamnait.

Quoi qu'il en soit, le refus de reconnaître que ces cinq propositions
fussent dans le livre de Jansenius devint le prétexte d'une
persécution contre les vingt-sept solitaires de Port-Royal. On les
expulsa de leur champêtre asile, et on les força de se disperser.
Seulement Arnault d'Andilly, qui avait rendu de grands services à
l'État dans les hauts emplois de la diplomatie, dont l'attachement au
gouvernement était connu, qui inspirait la plus entière confiance à la
reine et à Mazarin, et était aimé d'eux, obtint qu'aucune violence ne
serait exercée contre les paisibles habitants de la vallée. On se
contenta de leur intimer les ordres du roi; et la promesse qu'Arnauld
avait faite en leur nom, qu'ils y obéiraient sur-le-champ, fut
exécutée. «Je ne dirai point à votre éminence, écrivait Arnauld au
cardinal, que j'obéirai; mais je lui dirai que j'ai commencé à obéir
en quittant la sainte maison où Dieu, par sa miséricorde, m'a donné le
dessein de finir mes jours; et je continuerai d'obéir en allant demain
à Pomponne, que je ne regarde plus comme ma maison, quoique je l'aie
fort aimée, mais comme le lieu de mon exil, et d'un exil si
douloureux, que rien ne m'y peut faire vivre que ma confiance en la
bonté dont la reine et votre éminence m'honorent. Ainsi mon prompt
retour dans mon heureuse retraite n'étant pas une simple grâce que je
demande à votre éminence, mais une grâce qui m'importe de tout, je la
supplie de considérer les jours de mon bannissement comme elle ferait
les années pour d'autres[150].»

C'est dans ces circonstances, c'est lorsque la violation de tous les
droits, des actes d'une tyrannie arbitraire, avaient rendu les
jansénistes l'objet de l'intérêt général, que parurent les lettres
intitulées _les Provinciales_[151]: la première est datée du 23
janvier 1656, et la dernière du 24 mars 1657.

Jamais pamphlets ne produisirent un effet plus puissant; jamais une
cause ne fut défendue avec plus de talent; jamais une attaque ne fut
dirigée avec une si terrible énergie, ni combinée et graduée avec un
art plus subtil. Pour concevoir le succès que durent avoir ces écrits,
qui paraissaient de mois en mois, il faut se rappeler ce que nous
avons déjà dit, qu'à cette époque, où l'on remarquait tant d'ardeur
pour le plaisir, tant d'intrigues immorales, tant d'aventures
scandaleuses, le sentiment religieux était fortement empreint dans les
esprits: ceux qui étaient le plus plongés dans les délices du monde
les interrompaient souvent pour satisfaire ce besoin de l'âme; et même
quelquefois ils les quittaient pour toujours, afin de s'occuper
uniquement de Dieu et de leur salut. Leurs compagnons de plaisirs
admiraient et enviaient leurs résolutions; et, dans le vide et l'ennui
que laissent toujours après elles les passions satisfaites, ils
regrettaient fréquemment de n'avoir pas le courage de les imiter.

Avec une telle disposition des esprits, comment pouvait-on ne pas être
charmé d'un écrivain qui donnait aux raisonnements les mieux
enchaînés, aux discussions les plus savantes, la forme d'un dialogue
animé, la gaieté d'une scène comique, le sel mordant d'une satire
enjouée, l'autorité d'une doctrine irréfragable, l'entraînement de la
plus sublime éloquence? L'intérêt qu'inspiraient de tels écrits
s'augmentait encore quand on savait qu'ils étaient composés pour
venger des solitaires vertueux et inoffensifs, de saintes et faibles
religieuses, des hommes admirés de l'Europe entière par le noble usage
qu'ils faisaient de leur génie et de leurs loisirs, des femmes d'un
mérite supérieur, gloire et modèle de leur sexe; quand on songeait
qu'ils étaient opprimés au nom de la religion par un ministre qui,
après avoir enlevé à tous la liberté politique avec une armée de
soldats, voulait avec une armée de religieux ravir aussi à tous la
liberté de conscience, et anéantir toute discussion sur les intérêts
spirituels, comme il l'avait déjà fait sur les intérêts temporels.

Qu'on ne s'étonne pas qu'un livre composé pour une lutte qui n'existe
plus, et pour un temps si différent du nôtre, ait survécu à l'époque
qui le vit naître, aux motifs qui le firent écrire, et qu'il captive
encore tellement notre attention, qu'on ne peut en quitter la lecture,
lorsqu'une fois on l'a commencée. Ceux-là même qui l'ont le plus loué
n'y ont vu qu'un livre de controverse religieuse, qu'un ouvrage de
circonstance, et n'ont pas su apercevoir, sous la forme spéciale et
théologique qui la déguise, toute la grandeur des questions qui y sont
traitées. Les vérités qu'on y agite ne sont ni fugitives ni
périssables; ce sont celles qui intéressent le plus l'homme sociable
et l'homme religieux. Le système des opinions probables et de la
direction d'intention, qu'est-ce autre chose que la vieille dispute
des stoïciens et des sceptiques? Quel est celui qui ne fait pas un
retour plein d'effroi sur lui-même, alors que l'auteur des
Provinciales prouve, avec une évidence qui s'accroît à chaque page,
que les principes de la morale ne peuvent se modifier ni se laisser
fléchir; et que si par la faiblesse de notre nature on est amené à se
permettre la moindre déviation, le premier pas nous conduit, par une
route de plus en plus divergente, jusque dans l'abîme du crime et de
la folie? Ne sentons-nous pas que nos passions, nos vices et notre
égoïsme sont des casuistes toujours prêts à égarer notre conscience,
et l'obligent à des capitulations qui tendent à altérer sa pureté, et
même à la pervertir entièrement? Ces disputes, qui paraissent toutes
théologiques, sur la grâce suffisante et insuffisante, diffèrent-elles
en rien des doutes et des croyances sur l'absence ou l'existence de
l'intervention céleste dans les choses terrestres, et sur la liberté
de l'homme dans ses rapports avec Dieu? A quelle époque et chez quel
peuple civilisé les philosophes ont-ils cessé de se partager sur ces
questions, ou se sont-ils abstenus de les discuter? En est-il en effet
de plus hautes? en est-il qui intéressent plus l'homme en général? En
est-il qui embrassent d'une manière plus complète toute sa destinée
dans sa vie présente et mortelle et dans son immortel avenir?

Le voile dont se couvrait l'auteur de ces lettres, et qui fut quelque
temps avant de pouvoir être soulevé, contribua encore à leur
réputation. Quand on sut quel était le nom célèbre que cachait le nom
obscur de Montalte, et que Blaise Pascal, connu par ses sublimes
découvertes en physique et en mathématiques, était celui que l'on
cherchait, la surprise se mêla à l'admiration. Tout le monde voulut
lire ces écrits théologiques du jeune et savant géomètre. Madame de
Sévigné, qui avait parmi les solitaires de Port-Royal des amis
dévoués, lut donc aussi les _Petites Lettres_ (c'est ainsi qu'on les
appelait alors); elle les lut avec l'intérêt puissant qu'excitaient
en elle le sujet et les personnages; elle se pénétra des doctrines
qu'elles contenaient. Nous nous en apercevons souvent en lisant ce
qu'elle a écrit, et par cette raison nous avons dû signaler l'époque
de leur apparition comme une circonstance essentielle dans sa vie.

L'effet des _Provinciales_ ne se borna pas à exciter une stérile
admiration. L'opinion publique fut tellement émue par elles, elles
excitèrent une telle clameur, qu'elles forcèrent en quelque sorte
l'autorité à permettre que les solitaires de Port-Royal reprissent
possession de leur vallée chérie, et rouvrissent leur savante école:
le gouvernement permit encore aux saintes vierges du couvent de les
encourager par leurs prières, tandis qu'eux-mêmes les instruisaient
par leurs discours et les édifiaient par leurs exemples[152].

  [126] LORET, _lettre_ du 22 avril 1656, liv. VII, p. 62.--BUSSY,
  dans _Lettres_ de SÉVIGNÉ, t. I, p. 48 et 51, lettres du 2 et 9
  juillet 1656, éd. M.

  [127] LORET, liv. VII, p. 1 et 2, _lettre_ en date du 1er janvier
  1656, p. 14, 15, 19, 29; _lettres_ en date des 22 et 29 janvier,
  19 février 1656.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 1 et 2.--BENSERADE,
  _OEuvres_, t. II, p. 142 à 172.--LORET, liv. VII, p. 23, 61,
  _lettres_ en date des 2 février et 2 avril 1656.

  [128] LORET, t. VII, p. 35, _lettre_ en date du 26 janvier 1656;
  _lettres_ en date des 27 mai et 19 août 1656, p. 191; _lettre_ en
  date du 2 décembre 1656, p. 50, 53, 54; _lettres_ en date des 25
  mars et 1er avril.--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 371.

  [129] Frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre François_, t. VII, p.
  178 à 182.--LORET, liv. VII, p. 198, du 16 décembre 1656.--Ibid.,
  p. 176, apostille de la _lettre_ en date du 5 novembre 1656.

  [130] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 48, 51.--LORET, liv. VII,
  p. 3; _lettre_ en date du 1er janvier 1656.--SÉVIGNÉ, _lettre_ de
  madame de Coulanges du 24 juin. 1695.--LORET, liv. VII, p. 78, en
  date du 20 mars 1656, et p. 29, 30, 35, 36, 103; _lettres_ en
  date des 19 février, 18 avril, 24 juin et 1er juillet
  1656.--SÉVIGNÉ, _lettre_ en date du 15 mai 1671, t. II, p. 72,
  édit. de G. de St.-G., et 2 novembre 1673, t. III, p.
  203.--LORET, liv. VII, p. 104, _lettre_ en date du 1er juillet
  1656.

  [131] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 65 et 72 de l'in-12.--Ibid., t.
  II, p. 78 et 87 de l'in-4º.--SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. Monm., t.
  I, p. 48 et 51; t. I, p. 59 et 82, édit. de G. de St.-G. (9 et 20
  juillet 1656).

  [132] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 50, note _b_, édit. M. (9
  juillet 1656).

  [133] DESORMEAUX, _Histoire du grand Condé_, t. IV, p. 79, 86,
  93.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 7.--GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p.
  303.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 392.--RAGUENET, _Hist. de
  Turenne_, édit. de 1769, p. 264.--BUSSY-RABUTIN, _Mém._, t. II,
  p. 72, 80, 82, édit. in-12; _Discours de_ BUSSY _à ses Enfants_,
  p. 282, 302.

  [134] LORET, liv. VII, p. 84, _lettre_ en date du 27 mai 1656.

  [135] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 10.

  [136] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 84 et 86.--LORET, liv. VII, p.
  181, _lettre_ en date du 18 novembre 1656.

  [137] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 1.

  [138] LORET, liv. VII, p. 22, _lettre_ en date du 5 février.

  [139] LORET, liv. VII, p. 41, 46, _lettres_ en date des 18 mai et
  9 septembre 1656; p. 50, 119, 126, _lettre_ en date du 12 août,
  et p. 143, 144, 150, 155, 178; liv. VIII, p. 180, 181, 183,
  _lettres_ en date des 17 et 24 novembre 1657; liv. IX, p. 34, 42,
  43, des 2 et 16 mars 1658.--MONGLAT, t. LI, p. 12.--MOTTEVILLE,
  t. XXXIX, p. 376, 384, 390 et 392.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII,
  p. 54, 55, 58, 73.--Ibid., t. XLII, p. 266 à 268.--BUSSY-RABUTIN,
  _Hist. am. des Gaules_, t. I, p. 180 à 190, édit.
  1754.--CATTEAU-CATTEVILLE, _Hist. de Christine_, 1815, in-8º, t.
  II, p. 34, 37, 43, 48, 60, 61, 62.--Ibid., t. I, p. 29;
  _Ménagiana_, t. II, p. 257.

  [140] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 392.

  [141] CATTEAU-CATTEVILLE, _Hist. de Christine_, t. II, p. 61.

  [142] _Lettres de_ COSTAR, seconde partie, 1659, in-4º, _lettre_
  199, p. 419.--MENAGII _Poemata_, 1656, in-8º, p. 76.--_Lezione
  d_'EGEDIO MENAGIO _sopra in sonetto VII di messer Francesco
  Petrarca_, p. 62, 68 et 74, dans _Historia Mulierum
  Philosophorum_; Lugduni, 1690, in-12.

  [143] _Ménagiana_, t. I, p. 220, t. IV, p. 24.

  [144] SAINT-ÉVREMOND, _OEuvres_, édit. 1753, t. II, p. 79 à 83.

  [145] DES MAIZEAUX, _Vie de Saint-Évremond_, dans les _OEuvres_,
  t. I, p. 78, 83.

  [146] Paul de la Barthe, maréchal de Thermes.

  [147] Le duc de Bellegarde, grand écuyer.

  [148] SAINT-ÉVREMOND, t. II, p. 83.

  [149] Ibid., p. 83, 85.

  [150] ARNAULD d'ANDILLY, _Mémoires_, t. XXXIV, p. 89, 94.

  [151] _Les Provinciales, ou les Lettres écrites par Louis de
  Montalte à un provincial de ses amis et aux RR. PP. jésuites, sur
  le sujet de la morale et de la politique des saints Pères_;
  Cologne, 1657, in-18, Elzeviers, p. 1 et 369.

  [152] PETITOT, _Notice sur Port-Royal_, dans la _Collection des
  Mémoires sur l'Hist. de France_, t. XXXIII, p. 137.



CHAPITRE VIII.

1657-1658.

   Soins que madame de Sévigné donne à l'éducation de ses deux
   enfants.--Leur amitié prouve qu'ils ont été élevés
   ensemble.--Services rendus par les jésuites à l'éducation
   publique.--Révolution dans la philosophie, produite par
   Descartes. Elle donne l'impulsion aux écrivains de
   Port-Royal.--Bossuet paraît.--Sa doctrine, fondée sur les saintes
   Écritures, ne s'appuie ni sur Jansenius ni sur les
   jésuites.--Madame de Sévigné fait l'éducation de ses enfants sous
   l'influence de ces divers systèmes.--Elle les résume tous en
   elle.--Sa fille s'instruit dans la philosophie de Descartes, et
   est moins religieuse que sa mère.--Son fils est conduit par
   l'influence du jansénisme aux pratiques de la plus haute
   dévotion.--La vie de l'une comme celle de l'autre prouvent
   combien leur éducation fut soignée.--Caractère de madame de
   Grignan.--Caractère du marquis de Sévigné.--Différence d'opinion
   entre la mère, la fille, et le fils, en matière de
   littérature.--De l'abbé Arnauld, et de l'origine de sa liaison
   avec madame de Sévigné.--Ce qu'il dit d'elle lorsqu'il la
   rencontra pour la première fois avec ses enfants.


Les deux enfants de madame de Sévigné étaient tous deux parvenus à cet
âge qui tient le milieu entre l'enfance et l'adolescence, et que les
anciens exprimaient par un mot qui manque à notre langue. Les soins
qu'elle donnait à leur éducation devenaient de jour en jour plus
importants et plus nécessaires; et sans doute une partie du temps
qu'elle était habituée à sacrifier aux amusements du monde fut
consacrée aux deux êtres qui lui étaient les plus chers, et vers
lesquels se dirigeaient ses principales pensées.

Ce n'était pas à cause de ce titre d'excellente mère qu'elle s'était
attiré les prévenances et les assiduités d'un si grand nombre de ses
contemporains et qu'elle était recherchée par les femmes les plus
aimables de son temps; les intérêts de la société, dont elle faisait
le charme, se trouvaient, au contraire, en opposition avec ses devoirs
maternels. Aussi les mémoires et les correspondances de ces temps ne
nous donnent aucun détail sur la manière dont madame de Sévigné
dirigea l'éducation de ses enfants. Mais l'amitié vive et sincère qui
s'établit entre le frère et la sœur semble démontrer qu'ils ont été
élevés ensemble et sous les yeux de leur mère.

On a souvent discuté les avantages et les désavantages de l'éducation
publique et de l'éducation particulière, et cherché à déterminer
quelle est celle des deux qui doit obtenir la préférence sur l'autre.
Montaigne et Pascal n'eurent point d'autres précepteurs que leurs
pères; et nous savons que ceux-ci firent de l'éducation de leurs
enfants l'œuvre principale de leur vie. Cependant ces exemples et
plusieurs autres semblables ne décident point cette question, qui,
comme beaucoup d'autres, n'est pas susceptible d'une solution absolue.
Il en est des divers modes d'éducation comme des différentes formes de
gouvernement, dont les perfections et les vices dépendent de ceux qui
les dirigent. A l'époque dont nous parlons il régnait une grande
émulation pour le perfectionnement de l'éducation publique.
L'université de Paris, après avoir rendu d'immenses services pour la
renaissance des lettres en Europe, était, comme toutes les
corporations privilégiées ou sans rivales, restée stationnaire au
milieu du mouvement progressif de la société et des esprits.
Retranchée derrière ses vieux usages et ses antiques préjugés, elle
serait devenue tout à fait impropre à remplir les fins de sa
création, si les jésuites, en élevant partout des colléges qui ne
ressortissaient pas à sa juridiction, et en admettant dans leur plan
d'éducation tout ce que les mœurs et les progrès de la société
rendaient nécessaire, n'avaient pas produit une heureuse émulation, et
forcé l'université, au commencement du dix-septième siècle, à
introduire quelques innovations dans ses statuts. Ces innovations
furent en petit nombre et insuffisantes; cependant l'université ne put
se décider à les faire sans jeter de hauts cris contre ceux qui l'y
contraignaient, et sans demander aux parlements que les écoles de
ceux-ci fussent fermées. A la suite de ces nouveaux statuts, imprimés
en 1601, elle compare l'ordre des jésuites à une nouvelle Carthage qui
était venue établir son camp sur le territoire de Rome elle-même, et à
un astre contagieux qui produit la flétrissure et la décadence des
études à Paris et dans toutes les académies du royaume[153]. Mais,
heureusement pour les progrès de l'enseignement en France et pour
l'université elle-même, ses plaintes ne furent point écoutées. Les
jésuites, protégés par le pape et les souverains, enlevèrent à
l'université son monopole, et la forcèrent à faire de nouvelles
altérations dans le plan des études, sous peine de voir déserter ses
bancs.

Cette révolution dans l'instruction n'était que le prélude d'une plus
grande. La philosophie d'Aristote était alors exclusivement enseignée
par l'université comme par les jésuites; et l'admiration pour le génie
de cet ancien philosophe était telle, que ses axiomes de physique et
de métaphysique semblaient être les dernières limites de la raison et
celles dans lesquelles elle devait se renfermer. On les regardait
comme des principes aussi incontestables, aussi hors de toute
discussion que les articles de foi, que la religion nous ordonne de
croire. Les nier eût été une sorte de sacrilége ou une preuve de la
plus grossière ignorance.

Un génie puissant, élevé chez les jésuites, venait, à l'époque dont
nous nous occupons, de briser les entraves dans lesquelles la routine
avait si longtemps enchaîné l'esprit humain, et de mettre en crédit
une nouvelle philosophie: c'était Descartes. Toutes les intelligences
vigoureuses s'empressèrent de se mettre à la suite de ce hardi
novateur, de s'enrôler sous les drapeaux de ce nouveau chef, qui les
appelait à une entière liberté, et les délivrait des chaînes qui
jusque alors avaient arrêté leur essor. Les écrivains de Port-Royal
durent au doute universel de Descartes et à ses écrits, au vaste
horizon tracé par sa profonde métaphysique, cette méthode lumineuse de
discussion, cette hauteur de vues, cette déduction sévère dans les
raisonnements, cette lucidité d'expression, cette énergie de style
qu'ils portèrent jusque dans les régions, auparavant si obscures, de
la théologie. Par leur école, mais plus encore par leurs excellents
livres élémentaires, ils opérèrent dans l'enseignement une réforme
complète. Ils introduisirent surtout dans toutes les classes éclairées
le goût des discussions en matière religieuse, et par là ils
contribuèrent à accroître la ferveur de ceux dont la foi était ferme
et sincère. Rien n'est plus propre à raffermir une croyance dont les
semences, implantées dès l'enfance, ont jeté en nous de fortes et
profondes racines, que les efforts qu'il nous faut faire pour
repousser une autre croyance, que nous regardons comme fausse, et
qu'on voudrait nous imposer. Ce qu'il y a de plus mortel pour
l'esprit comme pour le cœur, c'est l'indifférence. Ce vers de la
comédie de Gresset,

    .... Rien n'est vrai sur rien; qu'importe ce qu'on dit?

est le résumé de la doctrine du type brillant et corrompu d'une
société usée, qui n'a plus ni principe, ni croyance, ni morale, et où
tout tend à se dissoudre.

Tandis que Descartes démontrait l'existence de Dieu et l'immortalité
de l'âme par les seuls secours de la raison; que les jansénistes
semblaient concentrer tous les principes de la religion et de la
morale dans leur doctrine sur la grâce; que les jésuites plaçaient
tout espoir de salut dans une soumission aveugle à l'autorité du pape,
un jeune homme parut tout à coup, comme un soleil d'été, qui en se
levant darde aussitôt sur l'horizon la lumière et la chaleur. Survenu
au milieu de ces opinions opposées, mais qui toutes se proposaient le
même but, il s'appuya sur ce que chacune d'elles lui offrait de
conforme aux Écritures et aux décisions de l'Église. Par son génie,
par sa vaste érudition, par son saint enthousiasme, par sa haute
éloquence, il se créa un nouvel apostolat, qui ne se fondait ni sur
une servile obéissance à Rome, ni sur les subtiles doctrines de
Jansenius, ni sur les concessions jésuitiques. Ce jeune homme, tous
nos lecteurs l'ont nommé, c'était Bossuet.

Ce fut en 1657 qu'il parut à Paris pour la première fois dans la
chaire évangélique. Il prêcha le 10 mars à Saint-Thomas d'Aquin, et le
24 du même mois aux Feuillants, en présence de vingt-deux évêques;
puis le 27 octobre suivant il prononça le panégyrique de sainte
Thérèse, en présence de la reine mère et de toute sa cour. Dès ces
premiers débuts il laissa bien loin derrière lui les Boux, les Camus,
les Lingende, et les Testu, qui à cette époque n'avaient point de
rivaux dans la prédication.

Loret, qui l'entendit alors, et qui ne pouvait prévoir la réputation
que ce jeune docteur, comme il l'appelle, devait acquérir un jour, qui
ne vécut même point assez pour la connaître, atteste que jamais
orateur chrétien n'a prêché avec un tel succès; et il résume, avec une
précision qui certes ne lui est pas ordinaire, tout ce qu'il a dit sur
l'effet que produisait le nouveau prédicateur:

    Il presse, il enflamme, il inspire[154].

Telles étaient les diverses sortes d'influences sous lesquelles se
trouvait placée madame de Sévigné lorsqu'elle s'occupait de
l'éducation de ses enfants. Elle était liée particulièrement avec
madame Duplessis-Guénégaud, une des amies intimes du jeune Bossuet, et
elle dut le rencontrer fréquemment chez elle[155]. Par l'oncle de son
mari et par le cardinal de Retz, elle avait toujours eu des
communications fréquentes avec les plus célèbres solitaires de
Port-Royal. Les écrits de Descartes sur la philosophie, dont plusieurs
étaient adressés à des femmes, à la reine Christine ou à la princesse
Élisabeth, se trouvaient, comme les Lettres provinciales, entre les
mains de toutes les personnes dont l'éducation était cultivée. Enfin
les plus savants, les plus illustres dans l'ordre des jésuites étaient
admis à la cour et dans les maisons des grands; ils se répandaient
partout dans le monde, et ne pouvaient être évités. Aussi madame de
Sévigné était liée avec quelques-uns d'entre eux, remarquables par
leur esprit et leur savoir-vivre.

C'est par de bien justes motifs que nous détaillons ici les influences
morales et religieuses qui agissaient alors sur la société en France;
car toutes se sont réalisées sur madame de Sévigné et sur ses enfants.
Ceux-ci ne subirent que l'effet de quelques-unes; mais pour elle, il
semble qu'elle conserva des empreintes de toutes. Ses désirs de
religion étaient tempérés par son goût pour les plaisirs; la sévérité
de ses principes, modifiée par une imagination éprise des charmes de
la belle littérature; la roideur et la subtilité des doctrines de son
jansénisme, rectifiées par un jugement naturellement ennemi de tout ce
qui l'éloignait du bon sens général et de la raison commune. Elle
résumait en elle l'élégance galante et polie de l'hôtel de
Rambouillet, le spiritualisme de Port-Royal, l'indulgence mondaine des
disciples de Loyola, les vives résolutions d'un Bossuet, et quelque
chose de la sensibilité pieuse et de l'amour mystique d'une sœur de
Sainte-Thérèse. Sa fille, avec plus de beauté, eut moins d'esprit
naturel, un savoir aussi varié et plus étendu, une tête plus forte et
plus calme. Moins aimable, elle fut moins aimée, moins flattée par ses
contemporains, qui l'ont jugée avec trop de sévérité, peut-être parce
que, comme nous, ils la comparaient sans cesse à sa mère. Eh! quelle
est la femme qui sortirait avec avantage d'une telle comparaison?
Madame de Grignan avait étudié les œuvres de Descartes et les parties
les plus abstruses de sa métaphysique; elle croyait avoir saisi
l'ensemble du système de ce grand homme, et triomphé des difficultés
qu'il offrait aux intelligences vulgaires. Devenue le disciple de cet
apôtre du doute, elle se soumettait avec moins d'abandon que sa mère à
ce que la foi commandait de croire; elle cherchait plus souvent ses
points d'appui dans la philosophie cartésienne que dans les lumières
de la révélation. Son frère, né et élevé au milieu des doctrines de
Port-Royal, y fut toute sa vie fidèle; mais l'heureuse flexibilité du
caractère de sa mère s'était chez lui convertie en une incurable
légèreté: incapable d'éprouver aucune impression profonde et durable,
il effleura tout, même le désordre. La femme qu'il épousa, et dont il
n'eut point d'enfants, le ploya, dans sa vieillesse, aux habitudes de
la plus haute dévotion.

L'éducation ne peut tout faire; elle ne donne ni le génie, ni la force
de réflexion, ni l'énergie de caractère, ni la constance des
résolutions, ni la sensibilité de cœur. Nous pouvons perfectionner ou
détériorer la nature, mais nous ne pouvons suppléer à ce qu'elle n'a
pas, ni lui ôter ce qu'elle possède. Celui qui a eu occasion de
remarquer combien différemment la même culture et la même instruction
profite à des esprits différents, est d'avance convaincu de
l'absurdité du système d'Helvétius, qui soutient que toutes les
intelligences sont égales, et proclame la toute-puissance de
l'éducation. Non, il n'est pas vrai que l'influence des objets
extérieurs soit la seule cause des modifications que nous éprouvons.
Les impressions reçues produisent des résultats divers, selon le sujet
qui les reçoit. L'homme n'est point une matière inerte, qu'on puisse
façonner à volonté. Le principe vital, selon le plus ou moins de
chaleur du sang, décompose et recompose différemment, dans chaque être
vivant, les substances qu'il s'assimile; de même il y a en nous une
âme qui élabore les sensations, les pensées, et qui fonctionne
différemment dans chaque individu. Dans la multitude innombrable de
créatures humaines répandues sur la surface de la terre, il n'y en a
pas deux qui aient des visages semblables, des sens pareils, des
facultés égales, des volontés identiques, ni les mêmes désirs, ni les
mêmes passions, ni le même caractère. La lumière, telle qu'elle semble
émaner du soleil, est pure de toute couleur, toujours semblable,
toujours la même; mais, selon les corps qui la divisent, la modifient,
l'absorbent ou la réfléchissent, elle donne le rouge, le bleu, le
jaune, le vert, le violet, l'orange, le noir, le blanc, toutes les
teintes, toutes les nuances. Voilà l'image de la même éducation, de la
même instruction agissant sur les individus qui diffèrent par leur
tempérament et leur organisation.

Ces mémoires, si nous y donnions une suite, feraient connaître les
qualités et les défauts du fils et de la fille de madame de Sévigné,
et la part que l'on doit faire en eux au naturel, au temps, aux
circonstances. Mais nous pouvons juger dès à présent, par l'ensemble
de leur vie, combien fut solide et brillante l'éducation que cette
mère tendre et éclairée sut donner à ses enfants, et combien les
résultats en furent heureux.

Sa fille, remarquable par son éclatante beauté, devint la femme d'un
homme deux fois veuf, et beaucoup plus âgé qu'elle. Jamais elle ne fit
soupçonner sa vertu: forcée par le rang et la place qu'occupait son
mari, à une représentation continuelle, elle suffit à toutes les
exigences du grand monde. Contrainte, par le goût de M. de Grignan
pour le faste et l'ostentation, à des dépenses ruineuses, elle sut,
par l'ordre et l'économie, trouver des ressources à mesure qu'il les
épuisait: quand il eut consumé presque tout son bien, elle n'hésita
pas à s'engager pour lui et à lui sacrifier une partie du sien.

Le fils de madame de Sévigné fut un militaire distingué: il se fit
remarquer par son intrépidité et son habileté, en Orient, dans la
petite croisade de la noblesse française contre les Turcs qui
assiégeaient Candie; en Hollande, dans l'armée du maréchal de
Luxembourg; au sanglant combat de Senef et à l'attaque meurtrière du
prince d'Orange. Gai, aimable, prévenant, poli, blond comme sa mère et
sa sœur, d'une figure agréable, il se fit chérir dans le monde, où il
était fort répandu; il en adopta aussi les travers et les
déréglements, mais sans les pousser jusqu'à ce degré qui entache.
Après avoir brillé parmi les hommes de plaisir, il devint, dans sa
vieillesse, le modèle des hommes vertueux. Sa piété, douce et
indulgente, ne fut pas incompatible avec les délassements de l'esprit
et le commerce des Muses; car sous le rapport de l'instruction les
deux enfants de madame de Sévigné ne furent pas moins remarquables que
sous celui des qualités sociales. Sa fille, qui savait un peu de latin
et parfaitement bien la langue italienne, écrivait dans la sienne avec
une pureté et un savoir qui a fait conclure de nos jours qu'elle
devait être pédante: banale accusation, rarement méritée par les
femmes qui s'élèvent au-dessus de la foule par des études sérieuses et
profondes, et que renouvellent sans cesse l'ignorance et la frivolité,
envieuses d'une supériorité qui les choque. Le fils de madame de
Sévigné aimait les belles-lettres. Boileau et Racine, avec lesquels il
fut lié, achevèrent de former son goût, qui était plus pur que celui
de sa mère; mais les principes moins classiques de madame de Sévigné
en littérature étaient peut-être plus favorables aux élans de
l'imagination et à l'originalité du style. Le marquis de Sévigné
avait un talent particulier pour bien lire, surtout les pièces de
théâtre; ce qu'il dut peut-être à sa liaison intime avec la Champmêlé,
dont il fut pendant quelque temps amoureux, autant qu'il pouvait
l'être. Il cultiva toujours la langue latine, et s'y rendit
très-habile. Vers la fin de ses jours, il eut une discussion avec le
célèbre Dacier sur le sens d'un passage d'Horace; et sa dissertation,
qui fut imprimée, lui attira l'approbation des érudits du temps[156].

Ces détails suffisent pour avoir une idée des soins que madame de
Sévigné a donnés à l'éducation de ses enfants. Il est probable qu'a
l'époque dont nous nous occupons leur instruction était le motif qui
la retenait à Paris et la forçait d'y séjourner. Un passage des
mémoires de l'abbé Arnauld semble prouver qu'elle ne les quittait que
rarement de vue, et qu'il était difficile de la rencontrer sans eux.

L'abbé Antoine Arnauld était le fils aîné du célèbre Arnauld
d'Andilly, dont il a été fait mention dans le chapitre précédent.
L'abbé Arnauld avait d'abord, malgré la volonté de son père, choisi la
profession des armes, qu'il quitta, parce que la mort de Feuquières
lui avait ravi tout espoir d'avancement. Il embrassa à vingt-sept ans
l'état ecclésiastique. Attaché à son oncle Henri Arnauld, abbé de
Saint-Nicolas, qui fut depuis évêque d'Angers, quoique janséniste,
l'abbé Arnauld séjourna pendant quelque temps chez les solitaires de
Port-Royal. Il demeura attaché à leurs doctrines, mais par esprit de
famille, et pour satisfaire à sa position, plutôt que par conviction.
Il n'avait aucun goût pour les discussions théologiques, et il avait
conservé, au contraire, de très-fortes inclinations pour le monde et
ses jouissances. Il était lié avec plusieurs femmes aimables, et même
avec plusieurs femmes galantes[157]. Il était l'ami de Renaud de
Sévigné; et la terre de Champiré que possédait celui-ci, dans le
voisinage d'Angers, leur donnait les moyens de se voir fréquemment.
Renaud de Sévigné passait alors presque tous ses hivers à Paris; et il
s'y trouvait lorsqu'un procès y amena l'abbé Arnauld, au commencement
de l'année 1657.

«Ce fut en ce voyage, dit-il, que M. de Sévigné me fit faire
connaissance avec l'illustre marquise de Sévigné, sa nièce, dont le
nom vaut un éloge à ceux qui savent estimer l'esprit, l'agrément et la
vertu. On peut dire d'elle une chose fort avantageuse et fort
singulière; qu'une des plus dangereuses plumes de France [c'est
Bussy-Rabutin que l'abbé Arnauld désigne ici] ayant entrepris de
médire d'elle comme de beaucoup d'autres, a été contrainte, par la
force de la vérité, de lui feindre des défauts purement imaginaires,
ne lui en ayant pu trouver de réels. Il me semble que je la vois
encore telle qu'elle me parut la première fois que j'eus l'honneur de
la voir, arrivant dans le fond de son carrosse tout ouvert, au milieu
de monsieur son fils et de mademoiselle sa fille; tous trois tels que
les poëtes représentent Latone au milieu du jeune Apollon et de la
petite Diane, tant il éclatait d'agréments et de beauté dans la mère
et dans les enfants. Elle me fit l'honneur dès lors de me promettre
de l'amitié, et je me tiens fort glorieux d'avoir conservé jusqu'à
cette heure un don si cher et si précieux. Mais aussi je dois dire, à
la louange du sexe, que j'ai trouvé beaucoup plus de fidélité dans mes
amies que dans mes amis, ayant été souvent trompé par ceux-ci, et ne
l'ayant jamais été par les premières[158].»

Ce fut aussi cette même année que le frère de l'abbé Arnauld, le
célèbre Arnauld de Pomponne, vit les deux enfants de madame de Sévigné
chez leur oncle Renaud de Sévigné; il fut tellement frappé de leur
beauté, que près de vingt ans après, et lorsqu'il était ministre, il
se souvenait de cette journée, et la rappelait à la marquise de
Sévigné. Celle-ci, en écrivant à madame de Grignan, lui dit: «Monsieur
de Pomponne se souvient d'un jour que vous étiez petite fille chez mon
oncle Sévigné. Vous étiez derrière une vitre avec votre frère, plus
belle, dit-il, qu'un ange; vous disiez que vous étiez prisonnière, que
vous étiez une princesse chassée de chez son père. Votre frère était
beau comme vous. Vous aviez neuf ans. Il me fit souvenir de cette
journée. Il n'a jamais oublié aucun moment où il vous a vue[159].»

Au commencement de cette année il parut un recueil de vers où la
louange de madame de Sévigné se trouve réunie à celle du roi, de
Monsieur, de la reine, de Mazarin, des ministres, et des personnes des
deux sexes les plus illustres. Ce recueil est un phénomène
intellectuel qui serait à peine croyable s'il n'était si bien attesté.
Le fils d'un comédien de Paris, nommé Beauchasteau, se montra si
précoce, que dès l'âge de sept à huit ans il parlait plusieurs
langues et improvisait des vers avec facilité. On le fit venir à la
cour; on le mit à l'épreuve, et il surpassa encore l'idée que les
récits en avaient donnée. Mazarin lui fit une pension de mille livres;
le chancelier Séguier lui en accorda une de trois cents; et on publia
un recueil in-4º de ses improvisations, avec les portraits du roi, des
membres de la famille royale, et des personnages objets des madrigaux
de cet Apollon enfant. Le poëte Maynard fut l'éditeur de ce beau
volume; le portrait de Beauchasteau et les vers composés à sa louange
n'y furent pas oubliés. Dès l'année 1656 Beauchasteau avait improvisé
des vers devant Christine, et il fut de nouveau présenté à cette reine
en 1658. Il alla en Espagne, en Angleterre, et parut devant Cromwell.
Partout il excita le même étonnement, la même admiration. La personne
qui l'avait conduit en Angleterre l'emmena en Perse, et on n'entendit
plus parler de lui. Ainsi s'évanouit, presque aussitôt après sa subite
apparition, cette espèce de météore intellectuel. Voici le quatrain
que ce jeune enfant improvisa en voyant madame de Sévigné:

    Sévigné, suspendez vos charmes
    Et les clartés de votre esprit?
    Pour nous faire rendre les armes,
    Voire extrême beauté suffit[160].

  [153] CRÉVIER, _Hist. de l'Université de Paris_, t. VII, p. 60.

  [154] LORET, liv. VIII, p. 36 et 162 (10 et 24 mars
  1857).--Ibid., liv. VIII, p. 28, 48, 200.--DE BAUSSET, _Vie de
  Bossuet_, 1814, in-8º, t. I, p. 130. M. de Bausset n'a pas bien
  connu ces premiers commencements de Bossuet, ni bien déterminé
  les dates de ses premières compositions. _OEuvres de Bossuet_;
  Versailles, 1816, in-8º, t. XVI, p. 463.

  [155] DE BAUSSET, _Hist. de Bossuet_, t. I, p. 21.

  [156] _Dissertation critique sur l'Art poétique d'Horace, où l'on
  donne une idée générale des pièces de théâtre, où l'on examine si
  un poëte doit préférer les caractères connus aux caractères
  inventez_; Paris, chez Barthélemy Girin, M. DC. XVIII (sic),
  in-12.--SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 314, et t. II, p. 6, édit.
  1820, in-8º (1er avril et 8 avril 1671).

  [157] PETITOT, _Notice sur l'abbé Arnauld_, t. XXXIV, p. 112.

  [158] _Mémoires de l'abbé_ ARNAULD dans la _Collection de
  Petitot_, in 8º, t. XXXIV, p. 314; t. II, p. 62 et 63 de l'édit.
  1756.

  [159] SÉVIGNÉ, _Lettres_, en date du 15 janvier 1674, t. III, p.
  210, édit. M., ou t. III, p. 307, édit. G.

  [160] _La Lyre du jeune Apollon, ou la Muse naissante du petit_
  BEAUCHASTEAU, 1657, in-4º, p. 160.--DU TILLET, _Parnasse
  français_, in-folio, p. 321.--WEISS, _Biographie universelle_, t.
  III, p. 621.--LORET, liv. IX, p. 6 (12 janvier 1658), et p. 25,
  liv. X, p. 170.



CHAPITRE IX.

1657-1658.

   Les nombreux décès qui ont lieu à la cour ralentissent les
   fêtes.--L'arrivée des ducs de Modène et de Mantoue et le mariage
   d'Olympe Mancini les raniment.--Les déguisements en femmes dans
   les ballets étaient fréquents.--Louis XIV aime la compagnie des
   femmes.--Il est escorté par plusieurs beautés de la cour dans ses
   promenades à cheval.--Il prend des leçons de politesse et de
   galanterie de la comtesse de Choisy.--Se montre indifférent au
   mariage d'Olympe Mancini.--Joie que la reine en ressent.--Mazarin
   fait sortir deux de ses nièces du couvent, et les introduit à la
   cour.--Louis XIV ne fait d'abord aucune attention aux nièces de
   Mazarin.--Il devient amoureux de mademoiselle de La Mothe
   d'Argencourt.--Mazarin et la reine également intéressés à
   s'opposer à cet amour.--La reine emploie la religion.--Le jeune
   roi fait une retraite, communie, et promet de se
   vaincre.--Mazarin découvre que mademoiselle d'Argencourt a un
   amant.--Le roi voit mademoiselle d'Argencourt dans un bal, et
   s'enflamne de nouveau pour elle.--Mazarin le guérit, en lui
   prouvant que celle qu'il aime le trahit pour un
   autre.--D'Argencourt, abandonnée du roi, veut se consoler avec le
   duc de Richelieu.--Sur la demande de la duchesse, elle est forcée
   d'entrer au couvent, où elle reste volontairement.--Liaison du
   roi avec mademoiselle de Beauvais.--Avec une jeune
   jardinière.--Il en a une fille.--Passage des Mémoires de
   Saint-Simon sur la destinée de ce premier enfant de Louis XIV.


En se livrant à l'éducation de ses enfants, madame de Sévigné eut
cette année moins de sacrifices à faire à ses plaisirs que dans les
années précédentes. La mort de madame de Mancini, du duc de Chevreuse,
celle du duc de Villars, du maréchal de la Mothe-Houdancourt[161], du
duc d'Elbœuf[162], de Pomponne de Bellièvre[163], de la duchesse de
Montbazon[164], de la duchesse de Mercœur, de la duchesse de
Bouillon[165], de la duchesse de Roquelaure[166], qui eurent lieu dans
l'intervalle de quelques mois, contristèrent la cour et la haute
société, et ralentirent les fêtes et les divertissements. Mais cela ne
pouvait durer longtemps. Le nombre de ceux qui dans un grand royaume
sont attachés au service du monarque est trop considérable pour que
les chances habituelles de la mortalité n'y portent pas de fréquentes
atteintes; et l'habitude de voir presque chaque année disparaître
quelques-uns de leurs plus chers serviteurs émousse la sensibilité des
rois. Heureux encore quand la perte de ceux qui les ont servis avec le
plus de zèle ne leur cause pas une satisfaction secrète, par
l'occasion qu'elle leur fournit de conférer des grâces et d'accorder
des faveurs aux objets de leurs plus récentes affections!

Les plaisirs reprirent bientôt leur activité accoutumée. L'arrivée du
duc de Mantoue à Paris, celle du duc de Modène, qui avait si bien
soutenu les armées françaises contre l'Autriche; le mariage de
mademoiselle de Longueville avec le duc de Nemours, celui d'Olympe
Mancini avec le duc de Soissons, devinrent des prétextes pour bannir
tous les signes de deuil et des occasions pour donner mutuellement des
fêtes. Il y eut donc encore des repas splendides, des concerts, des
mascarades, des danses où le jeune monarque et ses courtisans
déployaient leurs grâces et leur habileté, en compagnie avec le
célèbre Bauchamp, le Vestris et le Duport de cette époque[167]. On
joua au Louvre, avec les ballets anciens, un nouveau ballet, _l'Amour
malade_, dont Benserade[168] avait, comme de coutume, versifié les
paroles, mais dont la musique était l'ouvrage d'un jeune et nouveau
compositeur, nommé Baptiste Lully: alors on le nommait tout simplement
Baptiste. Italien de naissance, il avait été amené jeune en France par
le chevalier de Guise, pour être au service de MADEMOISELLE: il
l'avait quittée lorsqu'elle fut exilée. Entré depuis dans la musique
du roi, il commençait déjà la révolution musicale qui devait lui faire
acquérir tant de réputation et de richesses[169]. Dans ce nouveau
ballet il jouait le rôle de Scaramouche; et sa petite taille, sa mine
chétive, ses petits yeux, étaient si bien appropriés au burlesque de
son rôle, qu'il réjouit encore plus les spectateurs par son jeu que
par sa musique. Le goût des nobles figurants de ces ballets et de ces
mascarades pour les déguisements de femmes augmentait chaque année,
surtout pour ceux qui faisaient partie de la maison de MONSIEUR ou
étaient attachés à ce prince[170]. On remarqua aussi que de jour en
jour le jeune roi se plaisait davantage dans la société des femmes; et
un essaim de jeunes beautés, portées comme lui sur de superbes
coursiers, l'entourait presque toujours à la chasse, et le suivait
dans ses rapides et brillantes cavalcades.

Mais les jeunes femmes n'étaient pas celles qu'il recherchait
uniquement ni toujours avec le plus d'empressement. La comtesse de
Choisy, dont le mari était chancelier de la maison de son frère, femme
d'esprit, dans l'âge du retour, qui possédait toutes les grâces de la
politesse et du bon ton, toute la science du savoir-vivre, toutes les
perfections d'une précieuse du beau temps de l'hôtel de Rambouillet,
avait osé dire au jeune roi que s'il voulait devenir un honnête homme
(c'est-à-dire, dans le sens qu'on attachait alors à ce mot, un
cavalier accompli sous le rapport de la galanterie et de l'élégance
des manières), il fallait qu'il eût souvent des entretiens avec elle.
Ce conseil fut suivi; Louis allait dîner familièrement chez la
comtesse de Choisy, et par la suite il se ressouvint de son
institutrice et la récompensa par une pension de huit mille
livres[171].

Après les préférences marquées que dans toute occasion Louis XIV avait
montrées pour Olympe Mancini, on fut étonné de l'indifférence avec
laquelle il apprit le mariage qu'elle allait contracter avec le duc de
Soissons. On en conclut que Louis était encore trop jeune pour être
capable d'éprouver le sentiment de l'amour, et que son goût pour
Olympe Mancini, semblable à celui qu'il avait montré autrefois pour la
duchesse de Châtillon, n'était encore que l'effet passager des
premières habitudes et des souvenirs de l'enfance. La reine le crut
ainsi, et témoigna ouvertement la joie qu'elle en ressentait[172].
Mazarin fit aussi semblant d'en être satisfait; mais, devinant mieux
le naturel du jeune monarque, il se hâta de faire sortir du couvent
deux de ses nièces et de les produire à la cour.

La plus âgée des deux, Marie Mancini, celle-là même qui devait
inspirer à Louis XIV un attachement si vrai et si tendre, était une
grande fille maigre, avec de longs bras, un long cou, un teint brun et
jaune, une grande bouche, mais de belles dents et de grands yeux
noirs, beaux, pleins de feux. Louis fit à elle peu d'attention[173].
Toutefois il la préférait à sa sœur Hortense Mancini, qui devint une
des plus belles personnes de son temps, mais qui était encore dans cet
âge dont Louis ne faisait que de sortir. Au moment où la reine se
félicitait de l'indifférence de son fils à l'égard des femmes, et où
elle espérait que de quelque temps du moins la tendresse qu'il avait
pour sa mère ne serait combattue par aucun autre sentiment, elle
s'aperçut qu'il était devenu amoureux d'une de ses filles d'atour.
Cette fille se nommait de La Mothe d'Argencourt; elle n'avait ni
beaucoup d'esprit ni beaucoup de beauté, mais pourtant toute sa
personne était aimable. Elle dansait admirablement, et sa façon de
parler, mélangée de douceur et de vivacité, plaisait au premier abord.
Sa peau n'était ni très-fine ni très-blanche; mais, par une
singularité piquante, avec de beaux yeux, bleus et des cheveux
blonds, elle avait des sourcils noirs et bien arqués; sa taille était
grande et svelte, les traits de son visage étaient fins et réguliers,
et ses manières pleines de dignité et de grâce. S'il y a au monde
quelque chose qu'il soit impossible de dissimuler, c'est un premier
amour: Louis ne put dérober la connaissance de celui dont il était
atteint aux regards vigilants des personnes intéressées à le
surveiller. Il se divertissait quelquefois le soir à de petits jeux,
auxquels mademoiselle d'Argencourt participait avec plusieurs de ses
compagnes. Dans la familiarité suite nécessaire d'un tel amusement la
force de la passion du jeune roi se manifesta de manière à alarmer la
reine et Mazarin. Anne d'Autriche ne voulait pas que son fils avant
son mariage s'échappât jusqu'à s'abandonner à des plaisirs que la
religion réprouvait; et elle mettait tous ses soins à le conserver
pur. Il paraissait impossible à Mazarin d'empêcher plus longtemps
Louis de se livrer à ses penchants; et pour le maintien de son
influence, il désirait que cette sensibilité amoureuse, qui entraînait
le jeune roi vers le beau sexe, se dirigeât sur une de ses nièces, et
non sur d'autres. La reine et son ministre étaient donc également
intéressés, quoique par des motifs différents, à s'opposer à la
passion naissante de Louis XIV pour mademoiselle d'Argencourt.

La reine usa d'abord de tout le pouvoir qu'elle avait encore sur son
fils. A son profane amour elle opposa cet amour de Dieu qu'elle lui
avait inspiré. Elle effraya la conscience de ce royal adolescent, et
réussit à le convaincre qu'il ne pouvait échapper au danger qui le
menaçait qu'en le fuyant. Louis se retira à Vincennes, chez le
cardinal[174]. Ce ne fut pas sans de douloureux combats qu'il put
persister dans la résolution que lui avaient fait prendre les deux
personnes en possession de toute sa confiance, et auxquelles il
n'ignorait pas qu'il était redevable de sa vie et de sa couronne. Il
gémit, pria, soupira, se confessa, communia; et après une retraite de
huit jours, passés dans ces exercices pieux, il reparut dans le monde
et au milieu de sa cour, où une si longue absence avait été un sujet
d'étonnement et d'entretiens continuels. Le roi évitait de se trouver
avec mademoiselle d'Argencourt, et même de la regarder. La reine et le
cardinal en éprouvaient une vive satisfaction, et saisissaient toutes
les occasions de le féliciter du triomphe qu'il avait remporté sur
lui-même[175].

Mademoiselle d'Argencourt n'en était pas, comme Louis, à son début:
elle avait un amant quand elle reçut la déclaration du jeune monarque;
c'était le beau Chamarante; d'autres disent le marquis de Richelieu:
il n'y a d'incertitude que sur l'un ou sur l'autre de ces personnages,
et les mémoires qui substituent le nom de l'un à celui de l'autre ne
commettent probablement qu'une erreur de date. Cependant ses liaisons
avec l'un ou avec l'autre, ou avec tous deux successivement, étaient
restées secrètes, et sa réputation survivait encore à sa vertu. La
passion que le roi avait pour elle flatta sa vanité, et excita son
ambition. Elle ne lui avait opposé qu'une résistance calculée, et lui
avait fait promettre, si elle consentait à répondre à son amour, de
résister toujours à sa mère et au cardinal, s'ils entreprenaient de
la séparer de lui. Elle en était là lorsque Louis, cédant aux conseils
d'Anne d'Autriche, s'était retiré à Vincennes. Toute la famille de
mademoiselle d'Argencourt, qui avait fondé de grandes espérances sur
sa liaison avec le roi, fut, ainsi qu'elle, extrêmement contrariée de
le savoir renfermé et gardé à vue chez le cardinal. Ils pensèrent
qu'il y était retenu malgré lui; que Mazarin et la reine croyaient que
les refus de mademoiselle d'Argencourt de céder aux désirs du roi
étaient moins dus à sa vertu qu'au projet qu'elle avait de profiter de
la violence d'une première passion et de l'inexpérience de l'âge pour
se faire épouser. Afin de bien dissiper ces craintes, la mère de
mademoiselle d'Argencourt offrit au cardinal et à Anne d'Autriche de
consentir à ce que sa fille demeurât la maîtresse du roi. Elle crut
les contraindre à ne pas s'y opposer en leur faisant confidence de ce
qui s'était passé dans le tête-à-tête entre les deux amants, et des
promesses du roi de résister toujours aux tentatives qu'on pourrait
faire pour le séparer de celle qu'il aimait. Ce fut un motif de plus
pour le cardinal et pour la reine de chercher à rompre une liaison si
menaçante pour leur autorité. La reine en voyant la conduite de son
fils après sa retraite de Vincennes se flatta d'y avoir complétement
réussi, et elle était persuadée qu'elle n'avait plus rien à redouter
de mademoiselle d'Argencourt. Mazarin, moins confiant, ne cessa de
faire épier la jeune fille; et, employant ses moyens ordinaires,
l'argent et les séductions, il connut ses liaisons, se rendit maître
de tous ses secrets, et prit dès lors ses mesures contre tout ce que
sa famille ou elle pourraient tenter.

Tant de précautions semblaient inutiles. Louis tenait bon, et
paraissait ne plus conserver du trace de ce qui s'était passé: il
était plutôt occupé à éviter qu'à rechercher mademoiselle
d'Argencourt. Mais un jour elle parut dans un bal où il se trouvait;
ses charmes étaient encore rehaussés par une parure pleine de
goût[176]. En la voyant entrer le roi tressaillit; mademoiselle
d'Argencourt s'aperçut aussitôt de l'impression qu'elle produisait; et
avec cette assurance que donne à la beauté la conscience de son
irrésistible empire, elle s'avança vers le jeune monarque, lui prit la
main, et le pria de danser avec elle. Toutes les résolutions prises et
gardées avec tant de peine furent abandonnées à l'instant même; la
main de Louis trembla dans celle de son amante, une sueur froide le
saisit, il changea de visage, et fut quelque temps à se remettre. Tous
les regards s'étaient dirigés vers lui, et cette scène avait eu pour
témoins toute la cour. Cet événement devint l'objet des conversations;
personne ne doutait que le triomphe de mademoiselle d'Argencourt sur
le roi ne fût assuré et qu'elle ne parvînt à le rendre durable. La
reine elle-même n'y voyait pas de remède, et déjà l'on faisait des
projets pour s'arranger avec la grandeur future de cette favorite et
de celle de sa famille.

On se trompait; Mazarin en avait décidé autrement. Dès le lendemain du
bal, il avait eu avec Louis un long entretien. A ce jeune néophyte,
qui se trouvait sous le charme d'une passion en vain combattue, il ne
parla point des scrupules de la religion, digue impuissante, déjà
emportée par l'impétuosité du torrent; mais il fit entendre les
maximes du monde, les exigences de l'opinion, ce que l'expérience
enseigne, ce que la prudence prescrit. Il retraça tout ce qu'un homme,
et encore plus un souverain qui savait s'estimer et se faire estimer
des autres, avait droit d'exiger d'une femme quand il se donnait à
elle. Il ne se consuma point en vaines paroles pour signaler les
dangers de l'amour; mais il démontra bien pour tous les hommes, et
encore plus pour un roi, la nécessité de se prémunir contre la
perfidie de celles qui avaient le pouvoir de l'inspirer. Dès que
Mazarin commença à entrer en explication, et qu'il eut parlé des
promesses faites par le monarque à mademoiselle d'Argencourt; qu'il
eut redit les discours qui avaient eu lieu entre les deux amants dans
le tête-à-tête, Louis fut ébranlé, et commença à se croire trahi par
celle qui lui était chère; mais il n'en douta plus quand les lettres
écrites par elle à l'amant qu'elle favorisait lui furent remises.
Celui qui les avait reçues avait eu la lâcheté de les livrer au
ministre tout-puissant, dont il voulait se concilier la faveur; et
Mazarin gardait depuis longtemps pour ce moment décisif, qu'il avait
prévu, le secret de cette correspondance et les preuves qu'il en
avait.

Le dépit et l'orgueil firent ce que la religion et la raison n'avaient
pu faire: Louis sans daigner avoir aucune explication avec
mademoiselle d'Argencourt, ne lui témoigna plus que du dédain. Elle,
qui ignorait la trame qu'on avait ourdie, crut que l'ascendant de la
reine mère et de son ministre avait été plus fort sur le jeune roi que
le pouvoir de ses charmes; et elle attribuait à cette cause l'étrange
changement des manières de Louis à son égard. Elle ne songea donc plus
qu'à se consoler de la chute de ses espérances avec le marquis de
Richelieu. Mais la marquise sa femme s'étant plainte à la reine de
cette liaison scandaleuse, mademoiselle d'Argencourt fut chassée, et
renfermée dans le couvent des Filles de Sainte-Marie de Chaillot. Là
elle apprit l'odieuse intrigue dont elle avait été la victime. Les
douleurs de l'amour trahi, les mécomptes de l'ambition trompée, la
disposèrent à écouter favorablement les leçons de piété et de religion
qui lui furent données par les bonnes religieuses au milieu desquelles
elle se trouvait; leur compassion la toucha, leurs consolations la
convertirent; leur société lui devint agréable et chère: si bien que
lorsqu'on lui permit de rentrer dans le monde, elle s'y refusa. Elle
resta au couvent, et, toujours libre d'en sortir et sans jamais
prononcer aucun vœu, elle y passa toute sa vie, et y mourut, chérie
et regrettée de tous ceux qui la connurent[177].

Après cette aventure, les penchants du jeune roi pour les femmes, que
ses jeux d'enfance avaient donné lieu de soupçonner, ne furent plus un
secret pour personne. La reine avait une femme de chambre nommée
mademoiselle de Beauvais, qu'elle affectionnait beaucoup, à cause de
sa dextérité, de son exquise propreté, du zèle et de l'intelligence
qu'elle mettait à la servir. Dans l'âge du retour, laide et borgne, et
peu scrupuleuse, mademoiselle de Beauvais épiait depuis longtemps les
premiers effets de la puberté dans le jeune roi. Elle savait qu'à cet
âge, si le cœur sait déjà choisir ses affections, les sens obéissent
sans discernement à une première surprise. Elle s'en prévalut; et le
souvenir des instructions que Louis reçut d'elle lui devint par la
suite un moyen d'élévation pour sa famille[178].

Dès que le jeune roi eut appris qu'on pouvait goûter les jouissances
de la volupté sans avoir besoin d'éprouver le sentiment de l'amour, la
violence de ses passions l'emporta sur ses scrupules, mais non pas
encore sur sa pudeur. Il n'osa pas s'attaquer à ces fleurs qui
brillaient éminentes autour de lui, mais qui se trouvaient placées
sous les regards et sous la protection de sa mère; les plus humbles et
les plus cachées lui devinrent préférables, et il s'embarrassa peu
d'avoir à se baisser pour les cueillir. Une jardinière, fraîche et
jolie, devint enceinte de ses œuvres, et en eut une fille. Madame de
Sévigné et les Mémoires du temps, qui nous entretiennent si souvent
des enfants naturels de Louis XIV, ne parlent pas de celui-ci. Le
profond mystère dont le jeune roi enveloppait à cette époque ses
aventures galantes ne pouvait lui permettre d'en déclarer le premier
fruit; l'obscurité de la condition de celle à laquelle il était dû
l'en empêcha par la suite. Mais sa fille lui ressemblait trop pour
qu'il pût la méconnaître. Bontemps, son valet de chambre et son homme
de confiance, fut chargé de la marier à un gentil-homme nommé Laqueue,
seigneur du lieu qui porte ce nom, à six lieues de Versailles. Ce
gentilhomme se promettait une fortune d'une telle alliance, dont le
secret, dit Saint-Simon, lui fut dit à l'oreille; mais il ne parvint
jamais au delà du grade de capitaine de cavalerie. Sa femme était
grande et bien faite; elle savait de qui elle tenait le jour, et
enviait le sort de ses trois sœurs (comme elle filles naturelles),
princesses magnifiquement mariées. Elle vécut ainsi vingt ans, sans
sortir de son village, plus heureuse que si elle avait été admise à la
cour. Sans l'exact Saint-Simon, si bien instruit des détails de ce
grand règne, on eût ignoré jusqu'à l'existence de cette aînée de tous
les enfants du plus illustre de nos rois[179].

  [161] LORET, liv. VIII, p. 2, 13, 17 et 22, _lettres_ en date des
  6 janvier, 3, 10 et 26 février 1657.--Ibid., liv. VIII, p. 47 (7
  avril).

  [162] LORET, liv. VIII, p. 182 (1er décembre 1657).

  [163] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 405.--GUY-JOLY, t. XLVII, p. 414,
  415.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 20.--GUY-PATIN, _Lettres_, p.
  132.

  [164] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 412.--LORET, t. VIII, p. 63.

  [165] LORET, liv. VIII, p. 22 (10 février 1657), p. 103 (10
  juillet 1657).--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 398.--MONGLAT, t. LI, p.
  20.

  [166] MONTPENSIER, t. XLII, p. 264, 268.--LORET, liv. VIII, p.
  195, 22 décembre 1657.

  [167] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 20, 38, 64.--LORET, liv. VIII,
  p. 11 (20 janvier), p. 29 (24 février), p. 73 (26 mai), p. 41 (17
  mars), p. 185 (8 décembre 1657).--LORET, liv. IX, p. 21 (9
  février 1658).

  [168] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 173, 178 et 182.--LORET,
  liv. VIII, p. 9 (20 janvier), p. 15 (27 janvier), p. 21 (10
  février), p. 29 (19 février).--LORET, liv. VIII, p. 75.

  [169] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 400.--SEVELINGES, article
  _Lully_ dans la _Biographie universelle_, t. XXV, p. 423.

  [170] LORET, liv. VIII, p. 9, 15, 21 (20 et 27 janvier, et 10
  février 1657).

  [171] LORET, liv. VIII, p. 59 (28 avril).--CHOISY, _Mém., Notice
  sur sa vie_, t. LXIII, p. 124.

  [172] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 400.--LORET, _Muse
  historique_, liv. VIII, p. 29 (_lettre_ en date du 24 février
  1657).

  [173] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 400.--MONTPENSIER, t.
  XLII, p. 120.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 114.

  [174] LORET, liv. IX, p. 15 (26 janvier 1658).--MOTTEVILLE, t.
  XXXIX, p. 401.

  [175] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 272, lig. 1 (lisez La
  Mothe d'Argencourt au lieu de La Mothe-Houdancourt).

  [176] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 400.--LORET, liv. IX, p. 168, en
  date du 26 octobre, _lettre 42_.

  [177] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 400, 404, 435.--LA FARE, chap. IV,
  t. LXV, p. 157.--DREUX DU RADIER, _Mém. des Reines et Régents de
  France_, 1782, t. VI, p. 363 à 373.--MONTPENSIER, t. XLII, p.
  348.

  [178] SAINT-SIMON, _Mém._, 1829, in-8º, t. I, p. 124, ch. XIV.

  [179] SAINT-SIMON, _Mém._, 1829, in-8º, t. IV, p. 192, ch. XIV.



CHAPITRE X.

1658.

   Partis qui se forment à la cour parmi les
   courtisans.--Commencement de la faveur du prince de
   Marsillac.--Politique de Mazarin dans l'intérieur.--Il gouverne
   pendant la régence, par son influence sur la reine.--Depuis la
   majorité du roi, par l'ascendant qu'il sut prendre sur lui.--Il
   l'occupe des deux choses qu'il aimait le plus, la guerre et la
   galanterie.--Il le force avec autorité de s'occuper
   d'affaires.--Adresse que Mazarin met dans sa conduite envers les
   autres membres de la famille royale.--Il se concilie Gaston et
   MADEMOISELLE.--Il accorde un passe-port au médecin Guenaud pour
   aller soigner Condé, malade.--Procédés de Mazarin envers la
   princesse de Longueville.--Détails sur cette princesse et sur le
   prince de Conti.--Mazarin n'a plus d'autres ennemis à l'intérieur
   que les amis de Retz et les jansénistes.--Politique de Mazarin à
   l'extérieur.--Moyens qu'il emploie pour abattre la puissance de
   la maison d'Autriche.--L'ennemi s'empare de Rocroi.--Cette
   circonstance donne lieu à l'épître de La Fontaine à une
   abbesse.--Madame de Sévigné en entend la lecture chez Fouquet, et
   en fait l'éloge.--Madrigal de La Fontaine à ce sujet, adressé à
   madame de Sévigné.--Grandes richesses de Fouquet.--Il construit
   Vaux.--Protège les beaux esprits.--De mademoiselle de Scudéry et
   de ses romans, et de l'influence qu'elle exerçait.--Madame de
   Sévigné allait fréquemment à Vaux.--Madame Scarron, encore plus
   souvent.--Phrase d'une de ses lettres à madame Fouquet, au sujet
   des jardins de Vaux.--Madame de Sévigné va à sa terre des
   Rochers, et y passe l'automne avec ses trois oncles et son cousin
   de Coulanges.


Les plus légères préférences du jeune roi pour quelques-uns de ses
courtisans n'étaient pas remarquées avec moins de soin que ses plus
petites attentions envers les femmes. L'ambition, qui toujours veille,
épiait avec une jalousie inquiète, ou avec une secrète joie, ses
amitiés comme ses amours. Sa prédilection pour le prince de Marsillac
n'avait échappé à personne, et la faveur naissante de ce fils du duc
de La Rochefoucauld, cet ancien chef de la Fronde, était appuyée par
la reine: tant sur le théâtre mouvant des cours les combinaisons de
l'intérêt font varier rapidement les ligues et les hostilités, les
ressentiments et les affections! Le marquis de Vardes et quelques
autres jeunes courtisans, comme lui intimement liés avec le prince de
Marsillac, le secondaient dans ses efforts pour s'assurer de plus en
plus les bonnes grâces de Louis; mais les comtes de Soissons, de
Guiche, de Villequier, l'abbé Fouquet, formaient, avec plusieurs
autres dans la jeune noblesse, un parti qui lui était opposé. Mazarin
soutenait ce parti, afin de diviser les courtisans, de les empêcher de
se réunir contre lui, et de tenir les fils de leurs intrigues[180].

Pendant la régence, Mazarin gouverna par son influence sur la reine.
Il établit sur cette base le fondement de sa puissance; c'est par là
qu'il parvint à triompher des parlements, de la cour et de la Fronde.
Depuis la majorité, c'est par l'ascendant qu'il sut acquérir sur le
jeune monarque qu'il assura la continuation de son autorité. Par ce
moyen, il se rendit indépendant d'une reine qui n'était pas exempte de
cette versatilité trop ordinaire à son sexe. Il est vrai qu'ainsi il
mécontentait fortement celle à laquelle il devait son élévation, et
qu'il se faisait taxer d'ingratitude par tous ceux qui étaient
attachés à sa personne et reconnaissants de ses faveurs[181]. Mais le
rusé ministre savait qu'Anne d'Autriche lui avait sacrifié trop de
monde pour pouvoir se séparer de lui; qu'elle tenait à lui par trop
de liens pour oser même le désirer. En gouvernant seul et sans son
appui, il flattait Louis, qui, ainsi affranchi de cette tutelle
maternelle, ne se crut vraiment roi que lorsqu'il vit que son
gouvernement n'était plus la proie des intrigues des femmes et des
exigences des courtisans, mais qu'il reposait tout entier dans son
ministre.

Mazarin occupait sans cesse Louis des deux choses pour lesquelles la
jeunesse se passionne le plus facilement: la guerre et la galanterie.
Mais en flattant ainsi les penchants de gloire et d'amour du jeune
monarque, il savait s'en faire estimer, et lui imprimer une haute idée
de ses talents et de sa capacité. Bien loin, comme on l'a prétendu, de
lui dérober le secret des affaires, il cherchait, au contraire, à lui
faire surmonter l'ennui que toute occupation sérieuse cause à cet âge,
où le temps semble manquer au plaisir, où toutes les heures qui
s'écoulent sans lui semblent pénibles et fatigantes. Mazarin savait,
d'autorité, forcer le jeune roi à contracter l'habitude de fixer son
attention sur les détails de son gouvernement. Un jour, Louis XIV
s'absenta à l'heure où le conseil se tenait. Il s'était amusé, pendant
ce temps, à répéter avec Motteville les scènes d'un ballet où ils
devaient jouer ensemble. Mazarin fit à ce sujet au roi une verte
réprimande; il éloigna Motteville de la cour, et donna des ordres
sévères à tous les jeunes courtisans de ne point chercher à distraire
le roi lorsque son devoir l'appelait au conseil[182]. Depuis lors,
Louis XIV ne manqua pas d'y assister régulièrement et de prêter toute
son attention aux affaires qui s'y traitaient.

La conduite de Mazarin envers les autres membres de la famille royale
ne fut pas moins adroite. Il parvint par ses cajoleries, ses
promesses et ses négociations, à rallier à lui Gaston[183] et
MADEMOISELLE[184], et à faire cesser leur correspondance avec Condé.
Envers ce prince, son ennemi, et alors aussi celui de la France,
Mazarin sut montrer de la grandeur d'âme et de la générosité. On
apprit que Condé était tombé dangereusement malade à Bruxelles;
Mazarin se souvint seulement que Condé était Français et prince du
sang royal, qu'il avait rendu d'éminents services à son pays et à son
roi; il s'empressa d'accorder un passeport au médecin Guenaud, pour
qu'il pût aller donner ses soins à l'illustre malade[185]. Quand on
sut que Condé était hors de danger, Mazarin fut un des premiers à
envoyer complimenter la duchesse de Longueville. Celle-ci, bien loin
de favoriser, comme autrefois, la rébellion de son frère, ne cherchait
qu'à se concilier la bienveillance du ministre et de la cour.
Entièrement livrée à la plus sévère dévotion, elle entretenait une
correspondance active avec plusieurs religieuses du couvent des
Carmélites, et entre autres avec mademoiselle du Vigean, célèbre par
la passion qu'elle avait inspirée à Condé et à Saint-Mégrin. Madame de
Longueville eût voulu, à l'imitation de cette amie, consacrer le reste
de sa vie à la retraite; mais ses directeurs spirituels ne le lui
permirent pas, et lui rappelèrent que ses devoirs marquaient sa place
près de son mari, avec lequel il fallait qu'elle se réconciliât.
C'était peut-être la plus rigoureuse pénitence qu'ils pussent lui
imposer; elle la subit cependant, obtint du duc de Longueville le
pardon de ses nombreuses offenses, ne le quitta plus, et se montra
désormais soumise à ses moindres volontés[186].

Soit qu'il fût encore, dans le bien comme dans le mal, soumis à
l'influence de sa sœur, soit qu'il fût converti par les vertus de sa
femme, soit enfin que l'âge eût amorti en lui le feu des passions et
lui eût inspiré d'autres pensées, soit enfin par toutes ces causes
réunies, le prince de Conti devint aussi régulier dans sa conduite,
aussi pieux dans ses sentiments, qu'il s'était précédemment montré
déréglé[187].

La duchesse de Chevreuse et la princesse Palatine étaient depuis
longtemps dévouées au premier ministre[188]. Le duc de Beaufort fut de
tous les chefs de la Fronde un de ceux qu'on eut le plus de peine à
réduire au rôle de suppliant; cependant il s'y résolut, et rentra
aussi en grâces: bientôt après il reçut de l'emploi et un
commandement[189].

Ainsi Mazarin ne rencontrait plus d'obstacles à l'intérieur. Les
partisans du cardinal de Retz, Caumartin, d'Hacqueville, Joly,
Laigues, d'Aubigny, Pelletier de la Houssaye, l'abbé de Lameth,
Montrésor et autres, étaient trop peu nombreux, trop peu puissants
pour former un parti; et Mazarin n'aurait fait aucune attention à eux,
s'ils n'avaient pas été, en secret, aidés par les jansénistes. Par
cette raison, il les surveillait de près, et faisait enfermer de temps
en temps quelques-uns de ces opposants à la Bastille[190].

C'est en quelque sorte en se jouant que Mazarin était parvenu à
déconcerter toutes les intrigues qu'on avait ourdies pour le renverser
ou pour entraver l'exercice de son pouvoir; mais les difficultés du
gouvernement et la politique extérieure demandaient une vue plus vaste
et des talents d'un ordre plus élevé. C'est sous ce rapport surtout
que Mazarin se montra grand ministre. Continuant toujours l'œuvre de
Henri IV et de Richelieu, il cherchait à affaiblir la puissance de la
maison d'Autriche. Tous les moyens qui conduisaient à ce but lui
paraissaient bons et légitimes. C'est ainsi qu'on le vit se lier avec
Cromwell et conclure avec lui un traité. Étranger à toutes les haines
comme à toutes les affections, Mazarin ne connaissait plus ni
sentiment ni convenance quand la raison politique ordonnait. Là où il
trouvait des forces, il cherchait à s'en saisir, quelle que fût leur
origine ou leur cause. Il ne craignit pas de froisser tous les cœurs,
de choquer les royales répugnances, pour arriver à ses fins; et, sur
la demande de l'usurpateur, le roi et les princes d'Angleterre furent
expulsés de France; la reine d'Angleterre, comme fille de Henri IV,
eut seule la permission d'y rester[191]. Mazarin obtint aussi de
Cromwell un renfort de six mille hommes, qui contribuèrent au succès
de la campagne de cette année, signalée par la prise de Montmédy, de
Mardick et de Saint-Venant[192].

Lors de la diète qui fut tenue à Francfort pour l'élection d'un
empereur, Mazarin parvint à faire admettre les plénipotentiaires du
roi de France, qui n'avait aucun droit d'y assister[193]. L'or et
l'intrigue semèrent des divisions dans toute l'Allemagne, obtinrent
des alliés pour la France, créèrent des ennemis à l'Autriche. Toujours
Mazarin joignait les négociations aux armées, et l'adresse à la force.
La guerre se poursuivait avec activité dans les Pays-Bas, en Italie,
en Catalogne[194], tandis que des plénipotentiaires français en
Hollande, à Madrid, à Bruxelles, à Munich, travaillaient à négocier la
paix, mais toujours sous des conditions avantageuses à la France[195].

Malgré les succès constants de Turenne, la France souffrait aussi par
la guerre, et n'avait pas assez de troupes sur pied pour se garantir
des fléaux qu'elle infligeait aux pays ennemis. Les Espagnols
s'étaient rendus maîtres de Rocroi, dont la garnison, commandée par
l'intrépide Montalte, menaçait Reims, et détachait souvent des
partisans. Ceux-ci, pour obtenir de grosses rançons, enlevaient des
riches bourgeois dans toute la Champagne, et même s'avançaient jusque
près de la capitale. Leur audace s'accrut au point que les habitants
de Reims se virent obligés de s'armer pour défendre leur ville contre
le pillage, et que le maréchal de l'Hôpital, gouverneur de Paris, fit
faire des patrouilles dans la banlieue, pour arrêter ou effrayer ces
hardis maraudeurs[196].

Un jeune poëte de Château-Thierry, alors sans réputation, mais non pas
sans talent (c'était La Fontaine), avait été invité par une abbesse de
Mons à venir la trouver: il s'en excusa par le peu de sûreté de la
route, et par la crainte que lui inspiraient Montalte et ses soldats.
L'épître en vers qu'il lui adressa à ce sujet surpassait par l'esprit,
la grâce, la facilité, l'harmonie, les meilleures lettres de Voiture.
La Fontaine en fit la lecture chez le surintendant Fouquet, dont il
était le pensionnaire, en présence d'un assez nombreux auditoire.
Madame de Sévigné en faisait partie: elle fut charmée de cette pièce;
elle exprima le plaisir qu'elle en ressentait, avec cet abandon et ce
ton de franchise qui lui étaient ordinaires. La Fontaine, joyeux d'un
tel suffrage, adressa deux jours après un dizain à Fouquet, dans
lequel il lui dit[197]:

    De Sévigné, depuis deux jours en çà,
    Ma lettre tient les trois parts de sa gloire,
    Elle lui plut, et cela se passa,
    Phébus tenant chez vous son consistoire.
    Entre les dieux (et c'est chose notoire),
    En me louant, Sévigné me plaça.
    Ingrat ne suis: son nom sera pieçà[198]
    Delà le ciel, si l'on m'en voulait croire.

Nous dirons bientôt de quelle manière Fouquet était parvenu à
s'emparer de l'administration des finances, et comment il s'était
acquis une puissance qui commençait à porter ombrage au premier
ministre. Il le surpassait par l'éclat de son luxe et par sa
magnificence. Plus généreux que lui, plus homme de goût, meilleur juge
en littérature, appréciateur plus éclairé des beaux-arts, il
récompensait les auteurs et les artistes avec plus de discernement et
plus de libéralité; ce qui était encore préférable, il s'en faisait
aimer par son accueil affectueux, par la franchise, la simplicité et
l'affabilité de ses manières. Il avait achevé avec une énorme dépense
le beau château de Vaux-le-Vicomte, près de Melun. L'architecte du roi
Le Vau avait construit les bâtiments, le peintre Lebrun les avait
ornés, Le Nostre avait dessiné et planté les jardins et le parc[199].
C'est dans ce somptueux séjour que Fouquet se plaisait à réunir, avec
ce qu'il y avait de plus aimable et de plus considérable en France,
les hommes de lettres en réputation et ceux dont la réputation était à
faire. Chapelain, Ménage, Costar, la comtesse de La Suze, mademoiselle
de Scudéry, s'y trouvaient souvent ensemble; La Fontaine y était admis
depuis longtemps; Molière commençait à y paraître, en même temps qu'il
venait d'obtenir pour sa troupe la permission de jouer à Paris.
L'avocat Pellisson, qui joignait le génie des affaires à celui des
lettres, premier commis de Fouquet, était son intermédiaire avec les
beaux esprits. Pellisson s'était déclaré l'amant de mademoiselle de
Scudéry, mais à la manière poétique de l'hôtel de Rambouillet. C'est
là qu'on lui avait donné le nom d'Acante, et à elle celui de Sapho.
L'admiration que mademoiselle de Scudéry excitait alors était grande.
Un de ses contemporains dit qu'elle est la dixième Muse et aussi la
première. La publication d'un nouveau volume d'un de ses interminables
romans était un événement. Thomas Corneille, pour mieux recommander
une de ses pièces à l'attention publique, a soin d'annoncer qu'elle
est une imitation d'un des ouvrages de mademoiselle de Scudéry. On n'a
pas assez remarqué, ce me semble, que les romans ont toujours exercé
une grande influence sur le théâtre et la poésie. Le roman signale et
détermine le caractère spécial de la littérature de chaque époque.
Dans ce genre, plus que dans tous les autres, les auteurs originaux
sont rares, les imitateurs abondent; par le grand nombre même de
productions qu'il enfante et la multitude de lecteurs qu'il s'attire,
il met en circulation les mêmes classes d'idées et de sentiments,
donne du crédit à des manières particulières de voir et de sentir,
introduit l'usage des mêmes formes de style, imprime au goût ses
habitudes, impose à l'imagination ses préférences; il crée, enfin, une
sorte d'atmosphère dans la littérature et dans les arts, dont le génie
le plus puissant et le plus indépendant subit l'influence, et contre
laquelle la froide critique cherche en vain à se débattre.

Fouquet donnait à Vaux les fêtes les plus somptueuses que l'on eût
encore vues en France. Madame de Sévigné allait souvent à Vaux. C'est
à Vaux que la belle épouse du burlesque Scarron, sans aucune idée de
la destinée qui l'attendait, demandait à madame Fouquet la permission
de se rendre, «pour témoigner, disait-elle, sa reconnaissance au héros
qui en était le maître; osant espérer qu'on ne la trouverait pas de
trop dans ces allées où l'on pense avec tant de raison, où l'on
badine avec tant de grâce[200].»

Mais madame de Sévigné se déroba aux délices de Vaux et de Livry, aux
fêtes de la cour, aux charmes des beaux cercles de la capitale, pour
se rendre en Bretagne, où sa présence était nécessaire au règlement de
ses affaires et aux embellissements qu'elle avait projetés au château
et au parc de sa terre des Rochers.

Cependant elle ne partit point seule: elle fut suivie ou accompagnée
par ses deux oncles, le _bien bon_ Christophe de Coulanges, abbé de
Livry, et par son frère cadet, Charles de Coulanges, seigneur de
Saint-Aubin, homme excellent, très-pieux, mais cependant naturellement
jovial, grand joueur de mail, sans ambition, sans intrigues, et qui
s'acquit, par son caractère et par les qualités de son cœur et de son
esprit, beaucoup d'amis, même dans les rangs les plus élevés. Il les
conserva toute sa vie, quoiqu'en devenant âgé, il eût, pour satisfaire
ses habitudes et ses inclinations, choqué les convenances du monde par
un mariage inégal[201]. Saint-Aubin, comme l'abbé de Coulanges, aidait
madame de Sévigné dans l'administration de ses biens, et dans tous les
travaux qu'elle faisait entreprendre à sa terre des Rochers. Aussi
attaché que son frère à l'aimable veuve, il l'assistait de ses
conseils, et elle lui abandonnait volontiers le soin de leur
exécution. Saint-Aubin, comme sa nièce, aimait les bons livres, et
était d'une complaisance infatigable quand elle lui demandait de lui
faire des lectures.

A ces deux oncles de madame de Sévigné vint se joindre bientôt un
troisième: c'était Louis de Coulanges de Chezières[202]. Celui-ci
était depuis peu de retour d'un grand voyage qu'il avait fait en
compagnie avec son neveu Philippe-Emmanuel de Coulanges, ce même petit
Coulanges avec lequel madame de Sévigné avait passé son enfance au
château de Sucy[203]. Lui et de Chezières s'étaient mis à la suite du
maréchal duc de Gramont et de M. de Lyonne, envoyés en ambassade à
Francfort-sur-le-Mein, auprès des électeurs, qui y avaient été
convoqués pour nommer un empereur. Ils avaient, en compagnie de
Nointel, d'Amelot, de Le Camus, qui depuis devinrent de hauts
personnages, parcouru l'Allemagne et l'Italie. Successivement bien
accueillis à la cour de Bavière, à celle de Wurtemberg, de l'électeur
Palatin, de Piémont, de Toscane, ils avaient vu à Rome le nouveau pape
officier pendant la semaine sainte, et ils étaient de retour à Paris
le 23 octobre 1658. Coulanges alla aussitôt en Picardie voir son oncle
d'Ormesson, qui était intendant de cette province; il rejoignit
ensuite son père à la campagne, chez la marquise de La Trousse, sa
tante, dans la terre de ce nom. Il retrouva là aussi sa tante, ses
deux sœurs, et sa cousine mademoiselle de La Trousse. Son oncle de
Chezières l'avait quitté, et s'était empressé, ainsi que je l'ai dit,
de se rendre aux Rochers[204].

On peut juger combien madame de Sévigné dut être satisfaite de
l'arrivée de cet oncle, qu'elle aimait à l'égal des deux autres. Après
un voyage aussi long et aussi intéressant, sa conversation dut être
d'autant plus délicieuse pour elle pendant les jours d'oisiveté qui
permettent à la campagne de jouir du présent et de faire une pose dans
la vie, que de Chezières était un homme ponctuel dans ses narrations,
retenant avec soin les dates, les noms et les circonstances, et
toujours prêt à redresser les faits et à les expliquer. Il aimait
beaucoup le séjour des Rochers, probablement à cause de l'amitié qu'il
portait à sa nièce; et il y revenait volontiers et souvent[205].

Madame de Sévigné se plaisait tant dans la société de ses trois
oncles, qu'elle ne quitta les Rochers qu'à la fin de l'année et dans
les derniers jours de septembre. Elle retrouva à Paris son cousin de
Coulanges, son ami d'enfance. Mais il faut le laisser parler, et
copier ce qu'il a dit lui-même dans son journal aussitôt après son
retour:

«Vers Noël, madame la marquise de Sévigné, ma cousine germaine, dame
d'un mérite extraordinaire, et pour laquelle j'ai eu toute ma vie une
très-tendre amitié, arriva de ses terres de Bretagne avec l'abbé de
Coulanges, M. de Chezières, qui l'était allé trouver après son retour
d'Allemagne, et M. de Saint-Aubin, ses oncles et les miens. J'eus la
plus grande joie du monde de les embrasser tous, et de voir, par leur
arrivée, toute ma famille paternelle réunie pour longtemps[206].»

  [180] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 411.

  [181] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, 1828, t. II, p. 46.

  [182] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 409.

  [183] LORET, liv. VIII, p. 153.--MONTPENSIER, t. XLII, p. 153.

  [184] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 104, 169, 198, 207, 208,
  215, 238.--LORET, liv. VIII, p. 98, 114 (en date du 6 août 1657),
  p. 121 (13 août), p. 181.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p.
  34.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 47.--LORET, liv. IX, p. 5
  (2 janvier 1658).

  [185] GUY-PATIN, _Lettres_, t. V, p. 145.--MOTTEVILLE, t. XXXIX,
  p. 421.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 26.--DESORMEAUX, _Histoire de
  Condé_, t. IV, p. 102.

  [186] _Vie de madame de Longueville_, édit. 1739, t. II, p. 10,
  11, 18, 22, 24 et 26.

  [187] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 220 et 221.

  [188] _Vie de la duchesse de Longueville_; Amsterdam, 1739,
  in-12, t. II, p. 26.

  [189] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 299.

  [190] GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 410.--PETITOT, _Notice sur
  Port-Royal_, t. XXXIII, p. 137.

  [191] LORET, liv. VIII, p. 136 (18 septembre), p. 156 (13
  octobre).

  [192] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 24, 37.--RAGUENET, _Vie de
  Turenne_, p. 270.--DESORMEAUX, _Hist. de Condé_, t. IV, p.
  103.--JACQUES II, _Mémoires_, t. II, p. 116.--LORET, liv. VIII,
  p. 120, 123, 131, 142 (13 août, 1er et 22 septembre).--RAMSAY,
  _Hist. de Turenne_, t. II, p. 72, 80, édit. in-12.

  [193] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 38 et 40.--GRAMONT, _Mém._, t.
  LVI, p. 275, 436, 445, 452, 463, 464, 477.--LORET, liv. VIII, p.
  106, 136 et 143 (21 juillet, 8 et 12 septembre).--GUY-PATIN,
  _Lettres_, t. V, p. 137.

  [194] MONGLAT, t. LI, p. 64.--LORET, liv. VIII, p. 115 et 116.

  [195] LORET, liv. VIII, p. 162 (27 octobre).

  [196] LORET, liv. VIII, p. 111 (28 juillet).--MONGLAT, _Mém._, t.
  LI, p. 38; _Hist. de la vie et des ouvrages de la Fontaine_, 3e
  éd., t. I, p. 37.

  [197] LA FONTAINE, _OEuvres_, édit. 1827, t. VI, p. 260.

  [198] Longtemps.

  [199] FOUQUET, _Conclusions de ses Défenses_; Elzeviers, 1668,
  in-18, p. 90.

  [200] MAINTENON, _Lettres_, 1756, in-12, t. I, p. 24, _lettre à
  madame Fouquet_.

  [201] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (4 mai 1672), t. I, p. 420, M.; (6
  octobre 1679) t. V, p. 452, 455, 458; (10 et 15 novembre 1688) t.
  VIII, p. 149, 153; (19 novembre) p. 164; (6 décembre 1688) p.
  192; et dans l'édition de Gault de Saint-Germain, voyez t. VI, p.
  152; t. VIII, p. 436, 440, 444, 446, 476; conférez 3e partie de
  ces _Mémoires_, ch. VIII, p. 133.

  [202] COULANGES, _Mémoires_, 1820, in-8º, p. 2 et 49; conf. 3e
  partie, ch. VIII, p. 132.

  [203] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (22 juillet 1676), t. IV, p. 382; dans
  G. de St.-G., t. V, p. 31.

  [204] COULANGES, _Mémoires_, p. 49.

  [205] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (5 août 1671), t. II, p. 143; (23 août
  1671) t. II, p. 168; (30 avril 1675) t. III, p. 264; (10 mai
  1675) t. III, p. 266; (2 octobre 1675) t. IV, p. 13; t. V, p.
  224; conférez dans l'édition de Gault de St.-Germain, t. II, p.
  172, 202; t. III, p. 41, 383.

  [206] COULANGES, _Mémoires_, p. 49 et 50.



CHAPITRE XI.

1657-1658.

   Bussy poursuit son plan auprès de sa cousine.--Il savait
   apprécier son style.--Il aimait à exercer sa critique sur les
   auteurs les plus fameux.--Il se plaisait à faire confidence à sa
   cousine de ses intrigues galantes.--Lettres de Bussy à madame de
   Sévigné.--Ce qu'il a écrit à la marquise d'Uxelles.--Rupture
   entre Bussy et madame de Sévigné.--Bussy déplaît à Turenne.--Il
   fait sa cour à Mazarin et à Fouquet.--Sa galanterie lui fait des
   rivaux et des ennemis.--Il contracte des dettes.--Il remet à
   Fouquet la démission de sa charge.--Bussy reçoit de l'argent de
   Fouquet.--Bussy s'adonne au jeu.--Il a besoin d'argent pour ses
   équipages de campagne.--Madame de Sévigné consent à lui en
   prêter.--Des formalités empêchent la délivrance de la
   somme.--Bussy emprunte sur les diamants de madame de Monglat.--Il
   part furieux contre madame de Sévigné.--Ses malheurs datent de sa
   rupture avec elle.--Il se distingue à l'armée.--Il fait pendant
   la semaine sainte une partie de débauche au château de
   Roissy.--Bussy est disgracié pour cette orgie.--Il fait des vers
   contre Mazarin et des personnes de la cour.--Il compose son
   _Histoire amoureuse des Gaules_, et y place le portrait de madame
   de Sévigné.--Il est mis à la Bastille pour ce libelle.--Supporte
   mal l'infortune.--Comment se passa la fin de sa vie.--Personne ne
   l'aimait, hors madame de Sévigné.--Cependant le souvenir de
   l'injure qu'il lui a faite excite toujours ses craintes.--Bussy
   se repent de ce qu'il a fait contre sa cousine.--Dans une
   circonstance mémorable il se conduit à son égard avec générosité.


Bussy se flattait peu, après une aussi longue résistance, de pouvoir
triompher de sa cousine; mais il goûtait de jour en jour davantage le
commerce épistolaire qu'il entretenait avec elle. Homme de goût et
d'esprit, il se vantait avec quelque raison de son tact en littérature
et de l'indépendance de ses jugements. Chapelain, dont la haute
réputation avait résisté même à la publication de son poëme, n'était
pas à l'abri de ses critiques. Bussy appréciait parfaitement le
naturel, l'élégance, la variété et la vivacité des tours et toutes les
qualités du style de sa cousine. Il en était charmé, et ses lettres
lui causaient un plaisir toujours nouveau. D'ailleurs, il avait la
plus entière confiance dans sa prudence et dans sa discrétion. Obligé
de se soumettre à la défense qu'elle lui avait faite de ne jamais dans
sa correspondance l'entretenir de son amour, il s'en dédommageait en
lui faisant confidence de ses intrigues galantes avec d'autres femmes.
Dans une lettre qu'il lui adressa pendant cette campagne, il lui fait
part de sa correspondance avec la marquise d'Uxelles:


LETTRE DE BUSSY A MADAME DE SÉVIGNÉ.

    «Au camp de Blessy, le 4 août 1657.

   «Votre lettre est fort agréable, ma belle cousine; elle m'a fort
   réjoui. Qu'on est heureux d'avoir une amie qui ait autant
   d'esprit que vous! Je ne vois rien de si juste que ce que vous
   écrivez, et l'on ne peut pas vous dire: Ce mot-là serait plus à
   propos que celui que vous avez mis. Quelque complaisance que je
   vous doive, madame, vous savez que je vous parle assez
   franchement pour ne pas vous dire ceci si je ne le pensais pas;
   et vous ne doutez pas que je ne m'y connaisse un peu, puisque
   j'ose bien juger des ouvrages de Chapelain[207], et que je
   censure assez justement ses pensées et ses paroles. Je vous
   envoie copie de la lettre que j'ai écrite à la marquise
   d'Uxelles. Elle me mande que si j'aime les grands yeux et les
   dents blanches, elle aime, de son côté, les gens tendres et les
   amoureux transis, et que ne me trouvant pas comme cela, je me
   tienne pour éconduit. Elle revient après; et sur ce que je lui
   mande que je la quitterai si elle me rebute, et qu'à moins de se
   déguiser en maréchale pour me surprendre, elle ne m'y rattrapera
   plus, elle me répond que je ne me désespère point, et qu'elle me
   promet de se donner à moi quand elle sera parvenue à la dignité
   pour laquelle, à ce qu'elle dit, on la mange jusqu'aux os; que
   mon poulet ne pouvait lui être rendu plus mal à propos, et que,
   n'ayant pas un denier, elle était dans la plus méchante humeur du
   monde[208].»

On voit, par les particularités contenues dans cette lettre, qu'il
existait entre Bussy et sa cousine tous les genres d'intimité, excepté
celui qu'elle repoussait, et qui n'eût point été compatible avec de
tels aveux. Cependant, c'est alors que leur liaison semblait la plus
étroite, c'est lorsque leur amitié mutuelle s'était accrue par
l'habitude de se communiquer leurs pensées, qu'il y eut entre eux une
rupture absolue. L'outrage qui en fut la suite aurait pu rendre cette
rupture définitive, si l'excellent caractère de madame de Sévigné, la
bonté de son cœur, le repentir sincère de Bussy, sa noble conduite
dans une circonstance délicate, un orgueil de famille assez prononcé
dans le cousin comme dans la cousine, les inclinations qu'ils avaient
toujours eues l'un pour l'autre, n'eussent, après huit ans
d'intervalle, opéré entre eux un rapprochement sincère, et renoué
enfin une correspondance depuis longtemps interrompue.

Mais pour bien connaître la cause de cette rupture, qui eut peut-être
plus d'influence sur la destinée de madame de Sévigné qu'elle-même ne
le soupçonna, il faut continuer à suivre les principaux détails de la
vie de Bussy, comme nous l'avons fait jusque ici.

Bussy dès les premiers moments qu'il fut placé sous les ordres du
maréchal de Turenne, lui avait déplu[209]: Bussy cependant avait un
courage brillant; il était bon officier, entendait bien la guerre, et
fit plusieurs actions d'éclat qui lui méritèrent les éloges de Turenne
lui-même; mais Bussy faisait souvent des fautes par un excès de
présomption. Il était vain et arrogant, et il aimait trop ses plaisirs
pour ne pas souvent négliger ses devoirs[210]. Son esprit médisant et
caustique dirigeait sur tout le monde, et sur ses supérieurs même, des
traits acérés[211]. Trop jaloux des priviléges de sa charge, il
faisait de son plein gré des promotions dans la cavalerie, et
délivrait des commissions d'officier sans en référer au général en
chef[212]. Il en avait le droit; mais dans l'exercice de l'autorité il
faut moins consulter son droit que l'intérêt de la chose qui nous a
été confiée, et le jugement nous indique quand il faut aller au delà
de nos pouvoirs et quand il faut rester en deçà. Le privilége dont
Bussy abusait était de nature à déplaire à tout général en chef, même
en temps de paix; en guerre il était évidemment nuisible au bien du
service, et il entraînait de fâcheuses conséquences.

Malgré son orgueil, Bussy faisait assidûment sa cour à Mazarin et à
Fouquet, dans l'espérance d'obtenir de l'avancement du premier et de
l'argent du second[213]; or, rien n'était plus propre qu'une telle
conduite à lui enlever l'estime de Turenne. Ce grand capitaine se
prévalait de l'appui qu'il prêtait à l'État pour se maintenir dans une
indépendance utile aux succès de ses opérations; il lui importait peu
de déplaire au premier ministre: parfaitement désintéressé, il n'avait
ni richesses ni faveurs à demander, et la nécessité de la discipline
le portait à vouloir que les officiers sous ses ordres dépendissent de
lui et non de Mazarin. Bussy, malgré ses pressantes sollicitations,
n'obtenait point l'exécution des promesses qui lui avaient été faites.
Il attribuait le défaut de succès de ses démarches au peu de crédit
dont il jouissait près de Turenne, et il ne se trompait pas. Quoique
Mazarin fût jaloux de Turenne, il lui rendait justice; il savait
apprécier ses services et ses talents, et il le ménageait. Si Bussy
avait pu obtenir l'appui de ce grand capitaine, Mazarin n'aurait pas
osé lui manquer si souvent de parole.

A tous ces mécomptes de l'ambition Bussy joignait une conduite propre
à lui faire beaucoup d'ennemis: il ne se contentait pas d'une seule
maîtresse, mais toutes les femmes qui lui plaisaient devenaient les
objets de ses poursuites; et comme il réussissait souvent, il avait
contre lui beaucoup d'envieux et de jaloux et un plus grand nombre de
rivaux. Ce qu'il y avait pour lui de plus triste et de plus
désastreux, c'est qu'il n'avait ni ordre dans ses affaires ni
économie dans ses dépenses; son faste, son goût pour les plaisirs lui
en faisaient faire d'excessives, et de très-disproportionnées à sa
fortune. Les sommes qu'il avait empruntées au surintendant pour payer
sa charge eussent exigé de lui qu'il fît des épargnes, afin de pouvoir
en opérer le remboursement et en servir les intérêts; mais, bien loin
de pouvoir y parvenir, il avait contracté de nouvelles dettes. Dans
son marché avec Fouquet, il s'était engagé d'obtenir avant trois ans
un grade supérieur à celui de mestre de camp dans la cavalerie[214],
et de céder cette dernière charge au surintendant, qui voulait la
faire passer dans sa famille. Pour sûreté de cette condition, Bussy
avait remis d'avance à Fouquet la démission de sa charge; mais comme
Bussy ne put obtenir d'avancement dans les délais déterminés, Fouquet
refusa de lui compter les sommes stipulées en cas d'exécution de cette
clause de leur contrat. Bussy voulut alors ravoir la démission
souscrite par lui: pour forcer le surintendant à la lui rendre, il se
servit de l'influence de l'abbé Fouquet, alors brouillé avec son
frère, mais en grande faveur auprès de la reine mère et de Mazarin.
Par le moyen d'une si puissante intervention, Bussy parvint à se faire
rendre la démission qu'il avait donnée; mais il s'attira l'inimitié du
surintendant[215].

Pour qu'aucun travers, aucune cause de ruine ne manquât à Bussy, il
était joueur: il est vrai que, si on l'en croit, il était heureux au
jeu. Cependant il y a lieu de penser qu'il aimait à se vanter de ce
qu'il gagnait, et se taisait sur ses pertes. Il fait mention dans ses
Mémoires des gains considérables qu'il fit pendant qu'il était à
l'armée de Catalogne. Ils lui suffirent pour défrayer toutes ses
dépenses pendant cette campagne; il lui resta même encore dix mille
écus sur cet argent[216]. Dans la lettre à sa cousine dont nous venons
de transcrire une partie, il dit qu'il a gagné huit cents louis[217],
et qu'il est tellement en veine, que personne n'ose plus jouer avec
lui. Cependant, lorsque l'année suivante le moment vint de partir pour
l'armée, il se trouva dans une telle détresse qu'il n'avait pas de
quoi suffire à la dépense de ses équipages[218], et si peu de crédit,
que personne ne voulait lui prêter[219]. Il ne savait comment se tirer
d'embarras, lorsque l'évêque de Châlons, Jacques de Neuchèse, oncle de
sa première femme, dont nous avons parlé précédemment[220], mourut.
Cet évêque avait donné par contrat de mariage à sa nièce, lorsqu'elle
épousa Bussy, une valeur de dix mille écus, et autant à son autre
nièce madame de Sévigné; le tout était payable seulement après sa
mort. Madame de Sévigné, qui désirait avoir une terre de l'évêque de
Châlons rapprochée de Bourbilly, avait proposé à Bussy de traiter avec
lui de ses droits dans la succession de leur oncle. Bussy, sans
rejeter ni accepter cette proposition, mais uniquement occupé du soin
de se tirer de la gêne où il était, envoya Corbinelli à sa cousine,
pour lui demander en son nom de lui faire trouver dix mille écus: il
lui offrit pour garantie le nouvel héritage auquel il avait droit.
Madame de Sévigné accepta, et même elle témoigna sa joie de pouvoir
obliger Bussy; mais elle se laissait gouverner entièrement pour ses
intérêts pécuniaires par son oncle l'abbé de Coulanges; et là où elle
n'avait pas vu de difficultés il en aperçut. L'abbé connaissait le
désordre des affaires de Bussy, et avant de laisser grever les biens
de sa nièce pour une somme de dix mille écus, qui valaient à peu près
60,000 fr. d'aujourd'hui, il voulut savoir si les biens de Bussy
n'étaient pas déjà engagés, et s'assurer quels pouvaient être ses
moyens de remboursement. Il envoya quelqu'un en Bourgogne pour prendre
des informations; et pour déguiser ce que cette mesure avait
d'offensant, l'abbé de Coulanges dit qu'on ne pouvait disposer des
fonds d'une succession qui n'était pas encore partagée; et que par
conséquent il y avait nécessité d'aller trouver l'héritier de M. de
Neuchèse, pour s'assurer de son consentement relativement à
l'hypothèque offerte par Bussy. Madame de Sévigné fit savoir à Bussy
les raisons du retard du prêt qu'elle devait lui faire. Bussy répondit
qu'il lui était impossible d'attendre, parce que l'armée avait déjà
investi Dunkerque, et que s'il ne se trouvait pas à ce siége, il
serait déshonoré: il lui offrit pour sûreté de la somme qu'il
demandait, en attendant le retour de l'homme d'affaires envoyé en
Bourgogne, des ordonnances de ses appointements pour dix mille écus,
disant que, lors même qu'il mourrait à l'armée, il serait facile de se
faire payer du montant de ces ordonnances jusqu'à concurrence de la
somme prêtée, puisque cela ne dépendait que de Fouquet, dont la bonne
volonté à l'égard de sa cousine n'était pas douteuse. Madame de
Sévigné répondit que le surintendant était précisément l'homme du
monde auquel elle consentirait le moins à demander un service
d'argent.

Cette correspondance et ces négociations avaient consumé du temps, et
n'avaient fait qu'augmenter la détresse de Bussy, qui était arrivé à
la veille du jour de son départ. La marquise de Monglat vint à son
secours; elle lui remit ses diamants, qu'il mit en gage; il emprunta
dessus deux mille écus: avec cet argent il partit, mais le cœur
ulcéré contre sa cousine, se croyant trompé par elle, et regardant
comme fausses toutes les protestations qu'il en avait reçues, comme
perfides tous les témoignages de tendresse et d'amitié qu'elle lui
avait donnés. Quoiqu'il ne pût s'empêcher de l'aimer encore, il rompit
tout commerce avec elle. Le dépit et l'orgueil blessé lui inspirèrent
le même désir de vengeance que la haine, et il ne tarda pas, comme
nous le verrons bientôt, à se satisfaire. C'est de cette époque que
datent le déclin de la fortune de Bussy et tous ses malheurs. Si sa
rupture avec sa cousine n'en fut pas la seule cause, il est certain
qu'elle y contribua beaucoup. C'est depuis qu'il eut cessé d'avoir
madame de Sévigné pour confidente et pour amie, depuis qu'il n'eut
plus la crainte d'être désapprouvé par elle, depuis qu'il ne redouta
point ses spirituelles et utiles railleries, et qu'il ne fut plus
encouragé par ses éloges ni éclairé par ses conseils, qu'il passa de
la prodigalité au désordre, et de la galanterie à la débauche.

Au retour de cette campagne, qui fut une des plus brillantes et une
des plus importantes par ses résultats, toute la jeune noblesse qui en
était revenue, enivrée de ses succès et de la gloire commune, se livra
avec plus d'emportement que de coutume aux plaisirs de la capitale.
Bussy, qui s'était distingué par de beaux faits d'armes, fut un des
plus ardents à se dédommager des ennuis et des fatigues de la guerre,
par toutes les joyeuses folies auxquelles l'usage permettait de
s'abandonner pendant le carnaval. Lui et ses compagnons habituels
virent avec peine arriver le moment où les solennités de la semaine
sainte les forceraient d'interrompre et de changer leur genre de vie:
en le continuant ouvertement, ils savaient qu'ils révolteraient les
sentiments de morale publique et s'exposeraient à des dangers.
Vivonne, premier gentil-homme du roi, l'un d'entre eux, leur offrit
d'aller passer ce temps de retraite et de pénitence à son château de
Roissy, à quatre lieues de Paris, leur promettant que, loin de
l'intrusion des fâcheux et des regards de tous les censeurs, ils
auraient pleine liberté pour se réjouir et abondance de tous les
moyens nécessaires à la satisfaction de leurs goûts. Outre Vivonne et
Bussy, il y avait, dans le nombre de ces jeunes débauchés, Cavois,
lieutenant au régiment des Gardes; Mancini, neveu du cardinal Mazarin;
les comtes de Guiche et de Manicamp et l'abbé Le Camus, qu'on est bien
étonné de trouver en telle compagnie, car c'est bien le même qui
depuis, aumônier et prédicateur du roi, évêque et cardinal, devint un
modèle de vertu, de piété et d'humilité chrétienne[221]. En se rendant
au château qui devait être le théâtre de leurs orgies, ces jeunes
écervelés arrêtèrent en route un procureur nommé Chantereau; ils
l'emmenèrent prisonnier, puis, après l'avoir enivré et s'en être
divertis, ils le renvoyèrent. Ils se mirent ensuite à jouer gros jeu;
puis après ils firent venir des violons. Le jour suivant, ou plutôt la
nuit suivante, qui était celle du samedi au dimanche, ils firent ce
qu'on appelait alors _media noche_, c'est-à-dire un repas au milieu de
la nuit, afin de pouvoir s'enivrer et manger de la viande. Malgré les
précautions qu'ils avaient prises, le bruit de leurs excès et de leurs
débauches perça au dehors; tout ce qu'il y avait eu dans leurs actions
de blâmable pour les bonnes mœurs, d'outrageant pour la religion,
devint la matière de récits exagérés: le roi et la reine en furent
informés, et Bussy et tous les auteurs de ces scènes scandaleuses
furent exilés dans leurs terres[222]. Cette disgrâce ôtait à Bussy
tous les moyens d'obtenir l'accomplissement des promesses d'avancement
qui lui avaient été faites. La sévérité dont on usa envers lui dans
cette circonstance lui parut excessive; elle l'aigrit contre Mazarin,
contre la reine, contre Turenne, contre tout ce qui était puissant et
favorisé par eux. Il exhala d'abord, à part lui à la vérité et en
secret, sa malignité dans des satires, des chansons, des épigrammes
dirigées contre les courtisans, les ministres et les généraux. Il en
divertit sa maîtresse[223]. Comme elle prenait goût à ces dangereux
exercices d'esprit, il composa, pour la satisfaire, le curieux et
scandaleux volume qu'il intitula _Histoire amoureuse des Gaules_. Sous
des noms déguisés et faciles à deviner, et sous la forme d'un roman
écrit d'un style naturel et élégant, il y dévoila les intrigues, le
libertinage et les turpitudes de plusieurs personnages de la cour.
Comme il était alors au plus haut point de sa colère contre madame de
Sévigné, il traça d'elle un portrait satirique. C'est ce portrait et
un ou deux autres qui ont fait dire à Saint-Évremond, au sujet de cet
ouvrage, «que son auteur avait dit du mal de certaines femmes dont il
n'avait pas pu même inventer les désordres[224]».

Bussy fit quelques lectures de son ouvrage à des personnes sur la
discrétion desquelles il pouvait compter. Son secret lui fut gardé
pendant quelque temps; mais, ainsi que nous le dirons plus amplement,
il fut trahi par la jalousie d'une de ses maîtresses. Il avait eu la
faiblesse de prêter son manuscrit pendant vingt-quatre heures. Contre
la foi de la promesse qui lui avait été faite, on en fit une copie qui
servit à en faire d'autres, qui circulèrent, et l'ouvrage fut imprimé
en Hollande, sans nom d'auteur d'abord, puis peu après avec le nom de
l'auteur, et donnant la connaissance de tous les personnages dont les
noms étaient déguisés, au moyen d'un index ou clef qu'on avait ajoutée
et imprimée à la fin. Ce ne fut pas tout: en recopiant et en
réimprimant cet ouvrage, on y fit des additions, qui en augmentèrent
le venin et le scandale, et dont Bussy n'était pas l'auteur. Un des
interlocuteurs de cette espèce de roman historique y parlait d'un
cantique qu'on avait chanté, sans dire quel était ce cantique et sans
en rien citer. On en composa un avec des couplets dirigés contre le
roi et les femmes de la cour, et on l'intercala dans cet endroit de
l'ouvrage de Bussy. Cette addition fut faite peu de temps après les
premières éditions: il y avait encore d'autres couplets, moins
coupables, qu'on lui attribuait alors, et qu'il affirmait n'être
point de lui[225]. Ses protestations, ses assertions, et les preuves
dont il offrait de les appuyer, furent repoussées; il fut mis à la
Bastille, et tomba dans une disgrâce complète.

On verra par la suite de ces Mémoires que Bussy ne sut point supporter
avec courage et dignité son infortune, ni profiter de l'intérêt que
l'arbitraire dont il était victime attachait à sa disgrâce. Il
flattait bassement ceux par lesquels il espérait remonter à la faveur,
et il les déchirait en secret. Sa détention ne fut pas de longue
durée; mais vingt années s'écoulèrent sans qu'il pût obtenir la
permission de se montrer à la cour. Il y reparut enfin, mais humilié,
mais sans charge, sans fonctions, sans crédit, sans considération, et
confondu dans la foule des courtisans. Aussi rentra-t-il promptement
dans sa retraite; il y termina ses jours, qu'abrégèrent de tristes
débats de famille et un odieux procès. Saint-Évremond, qui le connut
particulièrement, a dit de lui «qu'il n'aimait personne et parvint à
n'être aimé de qui que ce soit». Cette dure assertion doit être au
moins modifiée, puisqu'elle offre une exception dans madame de
Sévigné. Cependant le commerce qu'elle renoua avec Bussy après leur
rupture ne fut pas semblable à celui qu'elle entretenait avant cette
époque: le souvenir de l'outrage qu'elle en avait reçu était pour son
cœur une plaie que le temps ne put entièrement cicatriser. On
s'aperçoit, en lisant les lettres qu'elle lui a adressées depuis leur
réconciliation, qu'une sorte de crainte et de défiance se mêle à
l'abandon auquel elle aurait voulu se livrer, et qu'elle se tenait
toujours sur ses gardes. Cependant Bussy fut pour elle l'homme le plus
aimable et le plus spirituel, celui avec lequel elle aimait le plus à
s'entretenir. Elle le regardait comme injustement persécuté, et en
butte à des ennemis inférieurs à lui en mérite; elle aurait voulu le
voir heureux, et elle était vivement touchée des revers de sa fortune.
Bussy, après s'être réconcilié avec sa cousine, lui rendit toute sa
confiance, et sentit renaître toute son affection pour elle; il avait
la plus haute estime pour ses vertus, la plus vive admiration pour son
esprit, la plus forte inclination pour son caractère, égal, sensé,
aimable, aimant et gai. Le repentir qu'il éprouvait de l'avoir
offensée fut profond et durable; il le peint avec énergie dans un
endroit de ses Mémoires qu'il écrivait pour lui-même et pour ses
enfants, avec le dessein de ne jamais les publier de son vivant.

«Un peu avant la campagne de 1658, je me brouillai avec madame de
Sévigné. J'eus tort dans le sujet de ma brouillerie; mais le
ressentiment que j'en eus fut le comble de mon injustice. Je ne
saurais assez me condamner en cette rencontre, ni avoir assez de
regrets d'avoir offensé la plus jolie femme de France, ma proche
parente, que j'avais toujours fort aimée, et de l'amitié de laquelle
je ne pouvais pas douter. C'est une tache de ma vie, que j'essayai
véritablement de laver quand on arrêta le surintendant Fouquet.»

Bussy a raison de se vanter de la conduite qu'il tint dans cette
dernière circonstance. Elle fut noble et généreuse, mais ce n'est pas
encore ici l'occasion de la faire connaître. Le but principal de cet
ouvrage nous oblige à perdre quelque temps Bussy de vue; nous
reviendrons à lui lorsqu'il aura cessé d'être brouillé avec madame de
Sévigné. Nous allons continuer à suivre celle-ci dans le monde, où
elle brillait alors avec plus d'éclat encore que par le passé, et où
son esprit, les charmes de sa personne et les agréments de son
commerce lui avaient acquis une véritable célébrité.

  [207] Conférez LORET, liv. VII, p. 21, _lettre_ du 5 février
  1656.

  [208] BUSSY, _Mém._, 1721, in-12, t. II p. 90; édit. in-4º, t.
  II, p. 109; _Supplément_, t. I, p. 158.--SÉVIGNÉ, _Lettres_, t.
  I, p. 53.

  [209] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 85, 89 de l'édit. in-12.--Ibid.,
  t. II, p. 203 et 207 de l'édit. in-4º.

  [210] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 100 à 109 de l'édit. in-12, p. 137
  et 335 de l'édit. in-4º.

  [211] SAINT-ÉVREMOND, _lettre touchant la destinée du comte de
  Bussy-Rabutin_, _OEuvres_, 1753, in-12, t. IX, p. 119.--BUSSY,
  _Mém._, t. II, p. 43, édit. in-12; t. II, p. 91 et 95, édit.
  in-4º.

  [212] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 91, passim.

  [213] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 105.

  [214] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 107 et 108 de l'édit. in-12, et t.
  II, p. 129 de l'édit. in-4º.

  [215] Ibid., _Mém._, t. II, p. 140 à 146, édit. in-12, et t. II,
  p. 171 à 177 de l'édit. in-4º.

  [216] BUSSY, t. I, p. 456, édit. in-12, et t. I, p. 561 de
  l'édit. in-4º.

  [217] SÉVIGNÉ (lettre de Bussy, 4 août 1657), t. I, p. 66, édit.
  G, t. I, p. 54, édit. M.

  [218] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 109 de l'édit. in-12, ou t. II, p.
  132 de l'édit. in-4º.

  [219] BUSSY, _Mém._, passage inédit inséré dans les notes sur
  SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. 1820, t. I, p. 141, et _Lettres_ de
  SÉVIGNÉ, 29 juillet 1668, t. I, p. 133 et 134.--BUSSY, _Mém._, t.
  II, p. 157.

  [220] Voyez 1re partie, ch. XI, p. 149 et 150.

  [221] LORET, liv. VIII, p. 48, du 7 avril 1657.--MOTTEVILLE,
  _Mém._, t. XL, p. 7.--DANGEAU, _Nouveaux Mémoires_, dans l'_Essai
  sur l'établissement monarchique de Louis XIV_, par Lemontey, p.
  23.--DE SUBLIGNY, _Muse Dauphine_, p. 112; _Hist. de la Vie et
  des Ouvrages de La Fontaine_, 3e édit., p. 410.--LA FONTAINE,
  _OEuvres_, 1827, t. VI, p. 162.

  [222] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 153 et 155, édit. in-12.--Ibid.,
  t. II, p. 179 de l'édit. in-4º.--BUSSY, _Hist. amour. de France_,
  1710, p. 273.--Ibid., édit. 1754, t. I, p. 234.--MOTTEVILLE, t.
  XL, p. 6.

  [223] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 162.

  [224] SAINT-ÉVREMOND, _OEuvres_, t. IX, p. 119.

  [225] Le fameux cantique _Alleluia_ ne se trouve point dans les
  deux premières éditions de l'_Histoire amoureuse des Gaules_,
  imprimées à Liége, sans date. La première où il se rencontre, et
  où se trouve aussi le nom de BUSSY, est celle qui est intitulée
  _Histoire amoureuse de France_, par BUSSY-RABUTIN, 1660, petit
  in-12 de 237 pages. Conférez la 3e partie, ch. I, p. 3, et p. 447
  et 448.



CHAPITRE XII.

1658-1659.

   Ardeur pour les plaisirs pendant les deux années qui précédèrent
   le mariage de Louis.--Promenade au Cours.--Foire
   Saint-Germain.--Conduite de madame de Sévigné.--Le roi devient
   amoureux de Marie Mancini.--Le roi a une courte maladie, qui met
   ses jours en danger.--Sentiments divers des courtisans pendant
   cette maladie.--Affliction profonde de Marie de Mancini.--Le roi
   en est instruit, sa passion pour elle s'en augmente.--Anne
   d'Autriche veut la combattre.--Conduite douteuse de Mazarin à ce
   sujet.--L'issue des négociations pour le mariage de Louis XIV
   avec la princesse de Savoie est, par cette passion, rendue
   incertaine.--Ces négociations sont rompues par l'offre de
   l'Espagne de donner l'infante.--Anne d'Autriche, craignant le
   mariage de son fils avec Marie de Mancini, fait rédiger d'avance
   une protestation.--Le cardinal se détermine à envoyer sa nièce au
   Brouage.--On s'est trompé sur les intentions que l'on a supposées
   à Mazarin--Il entrait dans son plan d'inspirer des craintes à
   l'Espagne, de montrer que lui seul voulait la paix.--La violence
   de la passion du roi manqua de faire échouer ces
   combinaisons.--Grand caractère de Mazarin.--Obstacles qu'il a eu
   à vaincre pour parvenir à la paix et au mariage du roi.


Le roi et son frère entraient tous deux dans cet âge où le cœur et
les sens dominent trop la volonté pour qu'elle puisse se soumettre à
la froide raison, et ne pas secouer le joug de ceux qui voudraient
mettre un frein à des passions dont alors les jouissances sont si
vives et les dangers si peu connus. Sans doute les mœurs du temps,
corrompues par la Fronde, et l'état de désordre dont on ne faisait que
de sortir exerçaient leur fâcheuse influence sur ces deux adolescents
et sur toute la jeunesse qui les entourait; mais les inclinations
naturelles du monarque et les exemples qu'il donna pendant la plus
grande partie de son règne augmentèrent l'intensité du venin qui
circulait à la cour et parmi les grands, et qui à la longue se
répandit dans toutes les classes.

Il est des époques où la dissolution des mœurs a été plus grande en
France que dans les deux années qui précédèrent le mariage de Louis
XIV; mais jamais l'entraînement vers le plaisir ne fut aussi fort et
aussi général. C'est le temps où Molière[226], avec sa troupe,
commençait à faire goûter sur la scène tout le prix du vrai et du
naturel; où le fameux acteur Scaramouche[227] y déployait une verve
comique et bouffonne qui excitait un rire irrésistible; où Lully
charmait les oreilles par une nouvelle et délicieuse mélodie[228]; où
le génie des machinistes paraissait avoir acquis toute la puissance
des magiciens et des enchanteurs, dans le nouvel opéra de
_l'Enlèvement d'Hélène_[229]. C'est alors que les promenades au Cours
eurent le plus d'éclat[230]; que la foire Saint-Germain compta ses
plus beaux jours et ses fortunes les plus rapides. Dans ce vaste
bazar, où l'on pénétrait par sept portes[231] principales, les
richesses du monde entier se trouvaient réunies et classées. Chaque
profession avait son quartier séparé, et chaque chose sa place
distincte. A tout ce qui pouvait être utile aux besoins de l'homme, à
son luxe, à ses voluptés, se joignait encore tout ce qui pouvait
exciter sa curiosité ou tenter sa cupidité: des animaux rares, des
faiseurs de tours, des loteries, des jeux de hasard. Pendant deux mois
on se portait en foule dans ce lieu, où aujourd'hui un marché se
trouve ouvert toute l'année. Le peuple y allait le jour; la noblesse
s'y rendait la nuit[232], toujours masquée et déguisée, sans suite,
dans des carrosses sans armoiries, sans cortége, et seulement avec des
grisons, c'est-à-dire avec des cochers et des laquais sans livrées,
vêtus de gris et le visage couvert. Là, au milieu de la clarté
resplendissante des milliers de lustres, de flambeaux, de torches et
de feux allumés (cette foire s'ouvrait en février), on se promenait
dans les plus belles rues, dans celles des orfèvres, des merciers; on
achetait des bijoux, des pierreries, des dentelles, de riches étoffes,
des parfums, des tableaux, des meubles magnifiques, de grands miroirs
(c'était alors un des objets rares); l'on s'écartait dans les allées
sombres, obscures, favorables aux entretiens mystérieux et solitaires;
ou l'on s'asseyait à ces banques, à ces loteries ruineuses, et l'on
profitait d'un impénétrable incognito pour se livrer sans mesure à la
plus ruineuse des passions. Ainsi dans ce lieu, que l'éclat des
flammes, l'agitation et le bruit faisaient ressembler, pendant les
ténèbres et le silence de la nuit, à un immense palais enchanté, on
exploitait tous les vices comme toutes les industries au profit d'un
couvent de religieux qui en étaient propriétaires.

A tous ces plaisirs publics, qui étaient les plus vifs parce qu'on les
partageait avec plus de monde, et qu'il y régnait plus de liberté, il
faut ajouter, pour les grands et pour la cour, les ballets royaux,
plus fréquents que par le passé[233]; les fêtes, les grands repas que
donnaient Fouquet et le cardinal; les bals, les mascarades, et les
divertissements de tous ceux qui, par leur rang et par leurs
richesses, se trouvaient en position de les imiter[234]. A quoi il
faut joindre encore les loteries gratuites, usage dispendieux et
magnifique que le roi introduisit alors; manière galante, ingénieuse
et toute royale de faire des dons aux dames, en y joignant les
piquantes surprises du sort, qui, seul dispensateur des préférences,
ne pouvait causer d'offense à personne.

Anne d'Autriche, dont les inclinations à la retraite et à la dévotion
croissaient avec l'âge, qui s'apercevait que l'empire qu'elle avait eu
sur ses deux fils s'affaiblissait et allait lui échapper entièrement,
ne chercha pointa mettre de digue à ce torrent de dissipation et de
licence, parce qu'elle savait qu'elle l'aurait en vain essayé, et
qu'en cela elle eût plutôt été contrariée que secondée par son
ministre. Elle s'en affligeait en silence, et se contentait de
témoigner sa désapprobation, en ne se mêlant que rarement aux
divertissements de la cour, en faisant de longues et fréquentes
absences au monastère du Val-de-Grâce, et en passant la plus grande
partie de son temps dans cette retraite ou dans son oratoire.

Madame de Sévigné, qui ne voulait ni fuir le monde ni partager ses
travers, s'attacha surtout à la petite cour de MADEMOISELLE. Cette
princesse, sans donner aucune prise à la médisance[235], ne montrait
pas moins d'ardeur pour les plaisirs que dans sa première jeunesse.
Lorsqu'au retour de son exil, Mazarin lui demanda ce qu'elle avait
regretté le plus des amusements de Paris, pendant son séjour au
château de Saint-Fargeau, elle répondit: «Les mascarades, la foire
Saint-Germain, et la promenade au cours.» Ses mémoires nous apprennent
qu'elle aimait singulièrement à aller à cheval avec madame de Sévigné,
mademoiselle de Villeroy et madame de Bonneuil[236]. C'étaient, à ce
qu'elle nous dit, parmi les dames qui composaient sa société
habituelle, les seules assez habiles à manier un coursier pour pouvoir
l'accompagner dans ces sortes de promenades. Elle avoue aussi que
pendant cet hiver de 1659 elle allait presque tous les jours à la
foire Saint-Germain[237], qu'elle y jouait et y gagnait souvent. Et
quant aux mascarades, le choix des déguisements, l'oubli des
convenances, si étrange dans une princesse si fière et si scrupuleuse,
prouvent jusqu'à quel point elle se laissait dominer par son goût pour
ce genre de divertissement. Au reste, le délire à cet égard était si
général, que la reine elle-même, à laquelle son âge, et plus encore sa
dévotion, interdisaient de telles licences, se surprenait à en rire,
et ne pouvait s'empêcher d'y prendre plaisir. Quelques pertes cette
année contristèrent le grand monde; mais plusieurs mariages devinrent
aussi des occasions de réjouissance[238], entre autres celui du comte
de Grignan avec mademoiselle de Rambouillet. Comme amie de la famille
de Rambouillet, madame de Sévigné dut assister à ce mariage, se
doutant peu alors que le nouveau marié serait un jour son gendre[239].

C'est à cette année que se rapportent aussi les récits de la première
partie de l'_Histoire amoureuse des Gaules_ de Bussy de Rabutin; et si
dans cet ouvrage les discours et les lettres des personnages sont
supposés, les faits sont exacts et vrais; il n'en est pas un
d'essentiel qui ne se trouve confirmé par les Mémoires du temps et les
témoignages les moins suspects[240]. Le tort de Bussy n'a donc pas
été, comme on l'a accusé, d'avoir calomnié les mœurs de son temps,
mais de s'être complu à délayer sous la forme des romans alors en
vogue les aventures d'un très-petit nombre de femmes, et de n'avoir
pas, comme le spirituel Hamilton à l'égard de la cour de Charles Ier,
fait connaître les rivalités et les intrigues de celles de la jeune
cour de Louis XIV. Ce tableau fidèlement tracé, et pour lequel les
matériaux ne manquent pas, ne serait pas sans intérêt pour l'histoire;
mais il conviendrait peu à celui où madame de Sévigné figure sur le
premier plan. Il nous suffit de l'avoir indiqué.

Il n'en est pas de même des amours du roi. C'étaient des événements
publics, qui exerçaient une grande influence sur la France, et par
elle sur l'Europe: madame de Sévigné s'en montre trop préoccupée pour
que nous puissions les écarter du cadre qui doit renfermer tout ce qui
concerne ses écrits et sa personne, si intimement liés à la peinture
du siècle où elle a vécu.

Mazarin avait réussi dans ses combinaisons: le roi était épris de
Marie de Mancini. Peu de temps avait suffi pour lui faire gagner
l'embonpoint qui lui manquait[241]; et si elle n'était pas devenue une
beauté, elle avait acquis des attraits qu'on n'aurait pu deviner
lorsqu'elle fut présentée à la cour. Son teint coloré, ses yeux vifs
et brillants, sa physionomie ardente, la vivacité de son esprit
caustique, son caractère ferme et décidé, l'inclination qu'elle
témoignait ouvertement pour le jeune monarque, le soin qu'elle prenait
publiquement de lui plaire, tout concourut à entraîner Louis vers
elle; non par l'effet de ces subites sympathies qui s'emparent de
toutes nos facultés, mais par l'influence, plus lente, plus durable,
du plaisir que l'on trouve à fréquenter une personne qui chaque jour
nous paraît plus aimable; dont le jugement révèle une supériorité que
nous nous savons gré de savoir apprécier; dont la société nous semble
toujours plus attachante; dont la tendresse et les accents passionnés
nous font éprouver le besoin d'aimer avec le même abandon; qui enfin,
par l'ascendant toujours plus grand qu'elle acquiert sur nos pensées,
nos goûts, nos faiblesses, nos fantaisies, fascine nos sens, maîtrise
nos affections, nous empreint de tous ses sentiments, et nous
identifie à elle par l'harmonie parfaite des volontés et des désirs.

Louis en était parvenu à ce point avec Marie de Mancini. En présence
de tous, il lui montrait une préférence marquée; il se plaisait à
s'entretenir seul avec elle; il prenait d'elle des conseils sur tout
ce qui l'intéressait, même sur les affaires d'État. Aussi il employait
tous les moyens pour multiplier les entrevues secrètes. Un jour
qu'elle sortait de chez la reine et qu'elle se trouvait seule dans son
carrosse, Louis monta sur le siége, et lui servit de cocher jusqu'à ce
que la voiture ne fût plus en vue; alors il y entra, et vint se placer
à côté d'elle[242]. Louis, malgré le goût qu'il avait pour se montrer
en public dans les ballets et les tournois, avait toujours eu dès sa
plus tendre jeunesse cet extérieur grave et froid[243] qui par la
suite le rendit si imposant, et imprimait aux plus hardis le respect
et la crainte. Ces caractères sérieux et réservés, lorsqu'on parvient
à les faire descendre à la familiarité, passent plus facilement que
d'autres de la familiarité à la confiance, et de la confiance à
l'amour. Ces progrès dans les sentiments de Louis s'étaient surtout
fait remarquer à la suite de la maladie dangereuse qu'il contracta au
siége de Dunkerque[244]. On eut alors tout lieu de craindre pour sa
vie. Plusieurs courtisans trahirent leurs vœux secrets par des
mouvements de joie qu'ils ne purent déguiser; par d'imprudentes
intrigues dont le frère du roi, l'héritier de la couronne, était
l'objet. La douleur des autres témoigna, au contraire, de leur
attachement. Mais le désespoir de Marie de Mancini et les larmes
qu'elle répandit touchèrent les plus insensibles. Le roi, dans sa
convalescence, fut instruit de tout. Il exila ceux qui avaient spéculé
sur sa fin prochaine, et fit voir à ceux qui avaient manifesté des
sentiments différents combien il leur savait gré de leur affection.
Quant à Marie de Mancini, l'inclination qu'on lui soupçonnait pour
elle se montra dès lors avec éclat, et prit tous les caractères d'un
véritable amour. Spirituelle, hardie, emportée, elle était
singulièrement propre à acquérir de l'ascendant sur un jeune
monarque[245] qui sentait le besoin d'un appui pour s'affranchir de
l'obstacle que sa jeunesse et l'éducation maternelle opposaient à son
entière émancipation.

On ne tarda point à s'apercevoir de cette nouvelle passion du roi et
des changements qui s'opéraient dans son caractère et dans sa
conduite. Mazarin s'en réjouit; la fière Anne d'Autriche s'en alarma
vivement: non qu'elle désirât reprendre sur son fils un empire que
l'âge qu'il avait atteint ne lui permettait plus d'exercer, mais parce
qu'elle craignit que le premier ministre, malgré l'empressement
apparent qu'il mettait à négocier le mariage de Louis XIV avec la
princesse de Savoie, n'eût en secret le projet de lui faire épouser sa
nièce. Par cette raison la reine pressa avec ardeur la conclusion de
cette grande affaire. Ainsi cet amour de Louis XIV, qui semblait
s'accroître à mesure qu'approchait le moment de conclure un hymen qui
en exigeait le sacrifice, jetait tout l'intérêt d'un drame sur les
froides combinaisons de la politique. La cour s'était transportée tout
entière à Lyon; l'entrevue avec le jeune roi et la princesse de Savoie
avait eu lieu; tous les efforts de la sagesse maternelle pour marier
convenablement le roi le plus jeune, le plus beau, et déjà le plus
puissant de l'Europe, semblaient couronnés du succès; rien ne
paraissait s'opposer à la nouvelle alliance. Déjà commençaient les
préparatifs pour l'auguste cérémonie, et cependant l'on doutait encore
qu'elle pût avoir lieu: on craignait que les résultats de tant de
ressorts, de tant d'intrigues, de tant de conférences diplomatiques,
ne fussent rendus inutiles par les séductions et le caractère
énergique d'une jeune fille. Marie de Mancini avait déclaré
ouvertement qu'elle s'opposait à ce mariage, et elle osait se montrer
rebelle aux volontés de la reine et aux volontés déclarées de son
oncle. Elle disait sans détour au jeune roi qu'il était honteux pour
lui qu'on voulût lui donner une femme aussi laide que la princesse de
Savoie. Au moment où tout allait se terminer, où il ne manquait plus
que la signature aux actes que l'on avait déjà dressés, Mazarin rompit
tout à coup les négociations, et le roi et la cour revinrent à Paris.

Tout le monde sait que cette rupture subite fut due à l'offre que
l'Espagne fit de l'infante, avec la paix. Ainsi l'union de deux
grandes monarchies et la cessation de la guerre, si ardemment
désirée, semblèrent dépendre de la volonté de Marie de Mancini, qui
pouvait à elle seule mettre obstacle à d'aussi grands biens ou les
laisser se réaliser. Cette puissance dont elle était investie
dirigeait en quelque sorte sur elle les regards de toute l'Europe. La
passion qu'elle avait inspirée au roi avait acquis toute l'importance
d'un grand événement.

Quoique Anne d'Autriche n'ignorât pas que Mazarin n'entretînt depuis
longtemps des négociations secrètes avec l'Espagne, cependant la
rupture subite de celles qu'il avait conduites avec la Savoie réveilla
ses soupçons et ses défiances. Malgré sa partialité pour son ministre,
elle s'indigna qu'il pût concevoir l'idée d'asseoir une de ses nièces
sur le trône de France. Ses craintes furent assez vives pour qu'elle
prit la précaution de faire rédiger d'avance sa protestation contre le
mariage de Louis XIV avec Marie de Mancini, ainsi que l'acte par
lequel cette protestation devait être enregistrée au parlement, à huis
clos, si ce mariage avait lieu. Ces projets d'actes furent, selon
Loménie de Brienne, montrés au cardinal, qui alors se détermina à
envoyer sa nièce au Brouage et à lui faire rompre tout commerce avec
le roi[246]. Les faits de ce récit sont exacts, mais les intentions
qu'on prête à Mazarin et les motifs auxquels on attribue ses actions
ne le sont pas[247]. Je l'ai déjà dit: les jugements que l'on a portés
sur ce grand ministre n'ont été que les échos de la haine et de
l'envie qu'il a excitées de son vivant. On ne s'est pas donné la peine
d'étudier les ressorts de sa politique, dont les effets ont cependant
été si heureux et si avantageux pour le roi et le royaume. Tous les
détails des négociations du fameux traité des Pyrénées prouvent que
Mazarin, dans les circonstances où se trouvaient alors l'Europe et la
France, était incapable de se laisser séduire par une aussi misérable
ambition que celle qu'on lui a prêtée, de s'arrêter un instant à une
aussi chétive combinaison[248]. Mais il convenait à sa politique à
l'égard de l'Espagne d'être le seul et unique auteur du traité; de
prouver qu'il était le seul aussi qui pût lever les obstacles qui
s'opposaient à sa conclusion: il était nécessaire de faire sentir au
jeune monarque qu'il ne violentait ses inclinations que par la raison
d'État, et qu'il sacrifiait à la gloire du trône, à la prospérité du
royaume, sa propre élévation et celle de sa famille. Il convenait
aussi à sa politique, à l'attachement qu'il avait fait naître, d'avoir
l'air de ne céder qu'aux volontés de la reine, et d'avoir travaillé
nuit et jour contre lui-même, pour l'accomplissement de ses désirs; de
l'avoir servie avec zèle, avec talent, avec désintéressement le plus
grand, le plus entier, dans l'occasion la plus importante où une mère,
et une mère de roi, puisse se trouver. Pour parvenir à tous ces
résultats, dont les uns importaient à l'intérêt de l'État, mais dont
les autres importaient aussi beaucoup à son intérêt propre, Mazarin
devait, ainsi qu'il l'a fait, tolérer la passion des deux amants,
inspirer des craintes à l'Espagne, faire suspecter ses intentions par
la reine. L'amour du roi, sa résistance, le mécontentement d'Anne
d'Autriche, ses consultations, ses projets de protestation contre un
événement qu'elle redoutait, tout entrait dans le plan de Mazarin,
tout y concourait. Dès qu'il crut être certain de réussir, alors il
n'hésita plus, et il chercha de tout son pouvoir à détacher le jeune
roi des liens qui l'enchaînaient.

Cependant il fut sur le point d'échouer, par l'opposition de celle
qu'il avait considérée comme le premier élément de succès. Marie de
Mancini s'arma contre lui de tout l'ascendant que lui donnait l'amour
sur le cœur d'un jeune roi qui connaissait toute la force de sa
volonté, et qui comprenait fort bien que, maître de la destinée des
autres, il devait aussi l'être de la sienne. Toutefois, ne voulant pas
faire violence à son ministre, il chercha à le séduire, et il lui
offrit de faire sa nièce reine de France. Non-seulement Mazarin
n'hésita pas à refuser Louis, mais il lui déclara qu'il aimerait mieux
poignarder sa nièce de ses propres mains, que de voir le roi
contracter avec elle une alliance qui n'était pas moins contraire à la
dignité de sa couronne que préjudiciable à la France. Il dit au roi
que s'il pouvait le croire capable de persister dans un tel dessein,
afin d'en empêcher l'exécution il se mettrait dans un vaisseau avec
ses nièces, et qu'il se transporterait avec elles au delà des mers.

Louis XIV fut ébranlé par une aussi énergique résolution; cependant il
écrivait tous les jours à Marie de Mancini. Mazarin le sut, et il
adressa au jeune monarque une lettre qui seule suffit pour détruire
les soupçons qu'on a dirigés contre ce ministre. Il y peint sa nièce
sous les couleurs d'une coquette ingrate et peu digne d'affection; il
rappelle avec énergie quels sont les devoirs du souverain d'un grand
empire, et il démontre la nécessité de s'y soumettre. Cette admirable
lettre acheva de rendre Louis XIV docile aux conseils de son premier
ministre[249]. Celui-ci se crut assez fort pour séparer d'autorité les
deux amants. Il ordonna que Marie de Mancini et ses deux sœurs se
rendraient à La Rochelle et au Brouage, et y resteraient jusqu'à la
fin des négociations avec l'Espagne. Les adieux de Marie et de Louis
furent déchirants; pourtant lorsqu'elle lui dit, «Vous m'aimez, vous
êtes roi, et je pars,» elle parvint bien à faire couler ses larmes,
mais elle n'obtint pas la révocation de l'ordre que le ministre avait
donné. Cependant Mazarin permit encore une entrevue à Cognac, où le
roi passait pour se rendre à Saint-Jean de Luz; mais avant d'y
consentir le ministre avait acquis la certitude que son jeune maître
ne changerait rien aux généreuses résolutions qu'il lui avait fait
prendre. Il avait aussi eu soin d'intimider sa nièce, de manière à ce
qu'elle n'osât point détourner Louis du grand dessein qui allait
s'accomplir, et pour lequel l'Europe entière était dans l'attente.
Cette entrevue des deux amants fut la dernière, et Mazarin s'attacha
ensuite à rompre entre eux tout commerce[250]. Lorsque la paix des
Pyrénées et le mariage de Louis XIV avec l'infante d'Espagne
Marie-Thérèse furent conclus, l'habileté du premier ministre excita
l'admiration générale, et l'on rendit enfin justice à la hauteur de
ses vues et à son désintéressement. Les sarcasmes clandestins de
quelques courtisans haineux et spirituels, qui ne pouvaient lui
pardonner son élévation ni le croire capable d'un sentiment généreux,
servirent plutôt à rehausser qu'à troubler son triomphe. Ils lui
furent même utiles, en lui donnant des prétextes pour écarter ceux
qui, jugeant mal de l'époque, avaient cru pouvoir se permettre contre
l'autorité royale les mêmes licences qu'au temps de la Fronde.

Les affaires humaines changent de nature selon les circonstances qui
les accompagnent. Pour bien juger Mazarin, il faut se retracer les
écueils dont il était environné et considérer les dangers qui
menaçaient le vaisseau de l'État lorsqu'il en tenait le gouvernail.

Que dans un royaume où règne un calme profond, qu'aucune guerre ne
menace au dehors, un jeune roi qui n'a encore gouverné que par son
ministre vienne à mourir, et laisse la couronne à son frère, encore
plus jeune que lui, ce n'est là qu'un événement de peu d'importance,
un nom substitué à un autre; on ignore ce qu'eût été ce jeune roi, on
ne sait pas encore ce que sera son successeur: que ce roi, au lieu de
succomber à la maladie qui menaçait ses jours, se rétablisse, qu'il
continue à aimer la même femme, ou porte sur une autre ses affections,
il n'y a rien encore en cela qui intéresse le bonheur général, rien
qui puisse exciter de fortes sympathies. C'est un sujet d'entretien
pour la cour, et rien de plus.

Mais telle n'était pas à cette époque la position de la France. La
guerre avec l'Espagne continuait depuis si longtemps, que les deux
royaumes, épuisés par leurs efforts[251], ne pouvaient plus prolonger,
sans danger pour leur existence, cette lutte sanglante. L'alliance de
l'Angleterre et de la France, opérée par Mazarin; la séparation de la
branche autrichienne d'Allemagne de celle d'Espagne, adoptée comme
condition de l'élection du nouvel empereur, qui fut également
l'ouvrage de ce ministre, avaient préparé les succès de la
vingt-quatrième campagne. Turenne s'y surpassa: la bataille des Dunes
fut gagnée, Dunkerque fut pris et remis aux Anglais, Bergues tomba en
notre pouvoir. Frappée de stupeur, l'Espagne se voyait sur le point de
perdre toute la Flandre[252], lorsque la maladie du roi vint ralentir
les victoires de l'armée française, et donner à l'ennemi le temps de
se remettre des coups qu'on lui avait portés et d'organiser ses moyens
de résistance. La mort du roi eût alors entièrement changé l'état des
choses. Le duc d'Anjou avait déjà ses favoris, qui le gouvernaient. En
montant sur le trône, il eût aussitôt renvoyé Mazarin. Tous les
partis, que ce ministre était parvenu à comprimer, à réunir ou à
concilier, se fussent de nouveau divisés, et se seraient réveillés
avec leur ancienne fureur. Les troubles et la guerre civile auraient
recommencé, et l'Espagne eût repris tous ses avantages, avec d'autant
plus de facilité que la mort du duc de Modène et celle de Cromwell,
qui eurent lieu alors, ôtaient à la France deux alliés utiles, l'un au
nord, l'autre au midi, que la politique de Mazarin avait su lui
ménager[253]. Le rétablissement du roi permit au contraire de pousser
les opérations de la guerre avec une nouvelle vigueur. Dixmude,
Oudenarde, Menin, Gravelines furent pris, et reçurent des garnisons
françaises. Ces succès affermissaient l'autorité du roi au dedans, et
ôtaient aux partis tout espoir d'appui dans l'étranger; mais cependant
ils n'assuraient point la paix, et cette paix si désirée n'aurait pu
se conclure, au moins aussi promptement, ni d'une manière aussi
avantageuse à la France, si Mazarin, par le voyage de la cour à Lyon,
n'avait forcé l'Espagne à se hâter d'offrir son infante, par la
crainte de voir Louis XIV épouser la princesse de Savoie; et l'offre
de l'Espagne fût demeurée inutile, si Mazarin s'était laissé tenter
par son ambition personnelle, s'il n'avait su dominer le jeune roi par
le sentiment de sa dignité et par ses désirs de gloire; s'il n'était
parvenu à le faire consentir à éloigner celle qu'il aimait, à
accepter pour épouse celle pour laquelle il n'éprouvait que de
l'indifférence[254]. Dans une de ses lettres confidentielles à
Colbert, son intendant, Mazarin proteste que cette affaire est la plus
délicate qu'il a eu à traiter de sa vie; que c'est celle qui lui a
donné le plus d'inquiétude et de peine: et quand on a approfondi cette
partie de notre histoire, on est facilement convaincu de la vérité et
de la sincérité de son assertion[255].

  [226] _Vie de_ MOLIÈRE, p. XVIII, dans les _OEuvres de M. de
  Molière_, La Haye, 1735.--LA FONTAINE, _OEuvres_, t. VI, p. 40,
  _lettre à de Maucroix_.--Frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre
  françois_, t. VIII, p. 233 à 242.

  [227] _Vie de Scaramouche._--LORET, liv. IX, p. 46, 23 mars 1658.

  [228] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 191 à 211.--LORET, liv. IX,
  p. 8, 26, 28, 34, 35.

  [229] LORET, liv. VIII, p. 198 (22 décembre 1657).--Ibid., liv.
  IX, p. 9 (19 janvier), et p. 45 (23 mars 1658).

  [230] Conférez le Plan de Paris de Berey, en quatre
  feuilles.--SAUVAL, _Hist. et Recherches sur les Antiquités de
  Paris_, t. II, p. 287.--SEGRAIS, _Les Nouvelles françoises, ou
  les Divertissements de la princesse Aurélie_, t. I, p. 147 à 155.

  [231] SAUVAL, _Histoire et Recherches sur les Antiquités de
  Paris_, in-fol., t. I, p. 664, 666.

  [232] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 285, 384, 389,
  390.--BUSSY, _Amours des Gaules_, t. I, p. 25, 49, 52, 54, 56,
  62, 132.

  [233] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 191 à 211.--LORET, liv. IX,
  p. 8, p. 26, 28, 34 et 35.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 285,
  330, 384, 389, 408.--SAINT-SIMON, _Mém. complets et
  authentiques_, t. III, ch. XII.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 46.

  [234] LORET, liv. IX, p. 10 (19 janvier 1658), p. 26, 41,
  127.--Ibid., liv. IX, 26 février 1658.--Ibid., p. 26, 41, 127,
  158.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 276.

  [235] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 47.--LORET, liv. VIII, p. 114,
  121, 129.

  [236] MONTPENSIER, t. XLII, p. 308.

  [237] Ibid., p. 276-411.--SAUVAL, _Hist. et Recherches sur les
  Antiquités de Paris_, in-fol., t. I, p. 664.

  [238] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 238, 255, 257, 305, 308,
  309, 345.

  [239] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 330.--Ibid., p.
  389.--LORET, _Muse historique_, liv. IX, p. 44, 284, 286, 408,
  409.

  [240] MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 423.--MONTPENSIER, t. XLII, p.
  278.--LORET, liv. IX, p. 18, 67 (4 mai), p. 54 (6 avril), p. 154
  (5 octobre).

  [241] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p. 452.

  [242] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 384.--BUSSY, _Am. des
  Gaules_, t. I, p. 29, édit. 1754.

  [243] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 362.

  [244] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 362.--LORET, liv. IX, p.
  107 et 112 (13 et 20 juillet 1658).--GUY-PATIN, _Lettres_, t. V,
  p. 249.--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 429, 436.--MONTPENSIER, t.
  XLII, p. 344.

  [245] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 382.

  [246] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 46, et
  49, 50 et 342.

  [247] _Lettre autographe de Mazarin à Colbert_, en date du 22
  octobre 1659, cote 37 de la Bibl. du Roi.

  [248] _Lettres du cardinal Mazarin_; Amsterdam, 1745, 2 vol.
  in-12, t. I, p. 315, 368, 375; t. II, p. 62.

  [249] Cette lettre curieuse a été publiée, sur l'autographe de
  Mazarin, dans le _Bulletin de la Société d'Hist. de France_, no
  VI (décembre), t. I, p. 176 à 188. Elle se trouvait déjà imprimée
  dans les _Lettres du cardinal_ MAZARIN, t. I, p. 303, 322,
  Amsterdam; 1745, in-12.

  [250] MONGLAT, _Mémoires_, t. LI, p. 115.--CHOISY, _Mém._, t.
  LXIII, p. 196.--LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 384.--MOTTEVILLE,
  t. XL, p. 11, 19, 23.

  [251] DESORMEAUX, _Hist. du grand Condé_, t. IV, p. 117.

  [252] MONTPENSIER, t. LXII, p. 317, 342.--MONGLAT, t. LI, p. 50,
  64.--DESORMEAUX, _Hist. du grand Condé_, t. IV, p. 132, 145, 147,
  148; _Vie de Turenne_, t. II, p. 101.--MOTTEVILLE, _Mém._, t.
  XXXIX, p. 433.

  [253] MONGLAT, _Mém._, t. L, p. 478.--DESORMEAUX, _Hist. du grand
  Condé_, t. IV, p. 117.--RAMSAY, _Hist. du vicomte de Turenne_, t.
  II, p. 114.

  [254] BUSSY, _Discours à ses Enfants_, 1694, p. 89 et
  95.--MONGLAT, t. LI, p. 56, 64.--BRIENNE, t. XXXVI, p. 240 à
  243.--MOTTEVILLE, t. XXXIX, p. 33.--MONTPENSIER, t. XLII, p. 343.

  [255] _Lettre de Mazarin à Colbert_, mss. de la Bibl. du
  Roi.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 1 à 3.--CHOISY, t. LXIII, p. 95.



CHAPITRE XIII.

1658-1659.

   Influence des mœurs sur les romans.--De nos jours ils
   correspondent aux passions populaires.--Sous Louis XIV, à celles
   de la cour.--Les deux premières parties du roman de Clélie
   paraissent, et ont un succès prodigieux.--Il est dû à ce qu'on y
   retrouve les peintures des mœurs modernes dans les temps
   antiques, et les portraits des personnages du monde moderne sous
   des noms anciens.--Portrait de la princesse Clarinte dans Clélie,
   qui est celui de madame de Sévigné.--Le portrait de madame de
   Sévigné par madame de la Fayette a été écrit en imitation de
   celui de Clélie.--Les liaisons de madame de Sévigné et les
   correspondances qu'elle entretint fournissent la preuve de cette
   assertion.--Elle était amie de La marquise de Lavardin, et liée
   avec Lavardin, évêque du Mans, et avec Costar, son
   archidiacre.--Elle entretint une correspondance suivie avec ce
   dernier.--Lettre de Costar à madame de Sévigné.--Celle-ci bien
   appréciée de son vivant; sa célébrité résulte du succès des
   écrits composés à sa louange.--Vers italiens de Ménage pour
   madame de Sévigné.--Plaintes qu'il fait contre elle dans son
   épître à Pellisson.--On pouvait alors sans ridicule parler un
   langage passionné aux femmes reconnues capables de faire naître
   les passions.--Comment s'expliquent les vers de Ménage, les
   lettres de Costar et la tendre déclaration du surintendant
   Servien à madame de Sévigné.--Billets de Ménage et de madame de
   Sévigné à ce sujet.--Age de Servien.--Il était borgne.--Ménage,
   dans ses vers, le compare au soleil.--Trait satirique de Boileau
   à ce sujet.


Nous avons précédemment remarqué l'influence du roman sur le théâtre
et la poésie; mais le roman lui-même ne peut devoir son succès qu'en
s'initiant à toutes les sympathies de la générosité des lecteurs,
qu'en s'emparant des idées qui les préoccupent, des passions qui les
poussent, des penchants dans lesquels ils se complaisent. Ce genre
d'ouvrage n'est donc, à une époque donnée, que la peinture des
sentiments et des préjugés dominants. De nos jours, si féconds en
grands événements, en révolutions, en bouleversements d'États, en
batailles sanglantes, en revers subits de fortune, le roman a revêtu
les formes mâles et sévères de la muse historique, et rattaché ses
moyens de plaire et d'émouvoir aux séditions populaires, aux chances
de la guerre, au brisement des empires. Le moyen âge, par la multitude
des événements, par ses fureurs religieuses et politiques, par
l'incertitude et l'obscurité même de ses annales, devenait donc un
champ favorable aux romanciers de notre époque: de là leur
prédilection pour ces temps de fanatisme, d'anarchie et de violence.
Mais dans leurs fictions, où le spectre d'airain d'une aveugle
fatalité semble seul planer sur la destinée de l'homme; où les actions
criminelles et les faits héroïques sont les résultats des combinaisons
du sort; où les penchants les plus féroces et les plus honteux ainsi
que les sentiments les plus purs sont représentés comme de simples
variations de notre nature, et tour à tour peints avec une égale
complaisance, où le bien comme le mal ne sont que des accidents de la
vie humaine, on aperçoit sur-le-champ le travail des imaginations
d'une époque désabusée de tout par des secousses répétées, et
l'influence d'une société livrée à des agitations sans résultat,
tordue violemment dans tous les sens, foulée, brisée; n'offrant plus
que des individus sans lien commun, sans illusions brillantes, sans
croyance profonde, indifférents au vice comme à la vertu. La Fronde ne
dura pas assez, et la Ligue était depuis trop longtemps oubliée, pour
qu'il en fût ainsi sous Louis XIV. Les bienfaits d'un gouvernement
régulier et les exploits de la noblesse dans la défense de l'État
ajoutaient encore à la splendeur du trône et à l'ascendant du
monarque. Sa cour donnait le ton à la capitale et aux provinces[256]:
on s'intéressait à tout ce qui s'y passait, aux personnages qui y
brillaient; c'est là qu'on cherchait des modèles dans la manière de
parler, de se vêtir, d'agir et de penser. Dans le même temps, le goût
pour la littérature ancienne se développait; l'instruction, plus
répandue dans la noblesse comme dans le tiers état, cessait d'être
restreinte aux seuls membres du clergé ou aux professions savantes:
elle excitait une admiration sans bornes pour les beaux génies de
l'antiquité. Afin de flatter ce double penchant, les romanciers furent
donc conduits naturellement à transporter dans les siècles antiques
les faits et les personnages de leur temps; et ils furent en cela
imités par les auteurs dramatiques[257]. Ces formes de composition, où
l'éclat des héros de tous les âges et de tous les pays semblait
rejaillir sur la France, et où tout ce qu'il y avait d'admirable dans
le passé paraissait revivre pour elle, eurent alors un prodigieux
succès, même parmi les esprits les plus éclairés. La haute classe
était flattée; l'intérêt des autres classes était puissamment excité
par le plaisir de deviner les événements réels et les personnages
vivants cachés sous le voile de la fiction.

Mademoiselle de Scudéry, que son imagination féconde, son style facile
et gracieux, rendirent célèbre, publiait tous les ans, sous le nom de
son frère, de nouveaux volumes de romans qui étaient lus avec avidité.
Le succès des premiers volumes du Clélie, qui parurent en 1658,
surpassa encore celui des précédents. Cet ouvrage fut d'abord imprimé
sous le nom de Scudéry; mais on sut bientôt qu'il était de sa sœur.
On aimait alors à la fureur les portraits, et tous les beaux esprits
s'exerçaient à ce genre d'écrits: mademoiselle de Scudéry avait
prodigué les portraits dans Clélie. Sous des noms romains, grecs,
persans, africains ou carthaginois, elle avait tracé ceux de presque
toutes les personnes qui s'étaient acquis à la cour ou dans le monde
quelque célébrité. Madame de Sévigné n'y était pas oubliée; elle y
paraissait sous le nom de Clarinte. Quoique ce portrait soit écrit
avec une noblesse et une élégance continues, sa prolixité ne serait
pas du goût des lecteurs de nos jours. Nous nous contenterons d'en
rapporter quelques passages, qui suffiront pour prouver que tout le
monde s'accordait à donner à madame de Sévigné le même genre de
louanges et à la peindre sous les mêmes traits.

«La princesse Clarinte a les yeux bleus et pleins de feu. Elle danse
merveilleusement, et ravit les yeux et le cœur; sa voix est douce,
juste et charmante, et elle chante d'une manière passionnée. Elle lit
beaucoup, quoiqu'elle ne fasse pas le bel esprit. Elle a appris la
langue africaine (italienne); elle chante certaines petites chansons
africaines (italiennes) qui lui plaisent plus que celles de son pays,
parce qu'elles sont plus passionnées. Elle aime la gloire... et elle a
tant de jugement, qu'elle a trouvé les moyens, sans être ni sévère, ni
sauvage, ni solitaire, de conserver la plus belle réputation du monde,
et de la conserver dans une grande cour, où elle voit chez elle tout
ce qu'il y a d'honnêtes gens, et où elle donne même de l'amour à tous
les cœurs qui en sont capables. Ce même enjouement qui lui sied si
bien, et qui la divertit en divertissant les autres, lui sert encore à
faire agréablement passer pour ses amis beaucoup de gens qui
voudraient, s'ils osaient, passer pour ses amants. Elle agit avec une
telle conduite, que la médisance a toujours respecté sa vertu, et ne
l'a pas fait soupçonner de la moindre galanterie, quoiqu'elle soit la
plus galante personne du monde. Aussi dit-elle en riant qu'elle n'a
jamais été amoureuse que de sa propre gloire, et qu'elle l'aime
jusqu'à la jalousie. Quand il le faut, elle se passe du monde et de la
cour, et se divertit à la campagne avec autant de tranquillité que si
elle était née dans les bois. En effet, elle en revient aussi belle et
aussi gaie que si elle n'était bougée d'Érico [de Paris]. Elle gagne
le cœur des femmes aussi bien que celui des hommes. Elle a surmonté
l'envie et la médisance. Elle écrit comme elle parle, c'est-à-dire le
plus galamment et le plus agréablement qu'il est possible. Je n'ai
jamais vu ensemble tant d'attraits, tant d'enjouement, tant de
galanterie, tant de lumière, tant d'innocence et de vertu; et jamais
nulle autre personne n'a su mieux l'art d'avoir de la grâce sans
affectation, de la raillerie sans malice, de l'enjouement sans folie,
de la propriété sans contrainte, et de la vertu sans sévérité[258].»

C'est sans doute la lecture de ce roman de Clélie qui donna à madame
de La Fayette l'idée de tracer le portrait de madame de Sévigné, dont
nous avons rapporté les principaux passages au commencement de cet
ouvrage[259]. Les détails où nous allons entrer pour achever de faire
connaître les correspondances et les liaisons de madame de Sévigné
pendant les deux années dont nous nous occupons démontreront que ce
portrait fut écrit par madame de La Fayette à la fin de l'année 1658
ou au commencement de 1659.

Madame de Sévigné était l'amie de la marquise de Lavardin, dont le
mari avait été tué au siége de Gravelines, en 1641. Cette liaison en
avait entraîné une autre, avec Lavardin évêque du Mans. Cet évêque,
lorsqu'il n'était qu'abbé, et abbé très-mondain, s'était attaché
Costar, pour qu'il lui apprît la théologie; et dans ce but il se
retira pendant quelque temps à Malicorne, chez sa belle-sœur, la
marquise de Lavardin. C'est là que madame de Sévigné a pu avoir
occasion de connaître particulièrement Costar. Dans les premières
années de son mariage elle dut le rencontrer souvent; car, quoique
Costar déplût à madame de Rambouillet, il était particulièrement lié
avec les hommes de lettres qu'elle recevait chez elle[260]. Il s'était
fait une grande réputation de bel esprit par sa _Défense de Voiture_.
Il demeurait habituellement au Mans. Ce fut au Mans, où sans doute
madame de Sévigné s'était rendue pour voir M. de Lavardin, que Costar,
dans le mois de mars 1652, eut occasion de la recevoir, ainsi que nous
l'apprenons par une lettre de l'abbé Pauquet à Conrart[261]. Depuis
qu'il était devenu archidiacre de l'évêché, Costar dirigeait
l'éducation du fils unique de la marquise de Lavardin; et madame de
Sévigné eut ainsi occasion d'entrer en correspondance avec lui. Dans
les deux années dont nous parlons, qui précédèrent de peu la mort de
Costar, il fit imprimer en deux gros volumes in-4º des lettres qu'il
avait écrites à divers personnages[262]. Le second de ces volumes
contient deux lettres adressées à madame de Sévigné. La reine
Christine avait fait un grand éloge de notre jeune veuve dans une
lettre écrite à madame de Lavardin, que celle-ci avait communiquée à
Costar. Madame de Sévigné écrivit à ce dernier, pour se plaindre de la
publicité qu'il avait donnée à cette lettre. C'est à cette lettre de
madame de Sévigné que répond la première des deux lettres de Costar.
La seconde prouve encore une liaison plus intime. Costar avait prêté à
la marquise une peau d'ours, qu'elle lui avait renvoyée. Elle lui
avait aussi transmis quatre portraits écrits, dont un était celui de
mademoiselle de Valois, fille de Gaston, et un autre, le sien, sous le
nom d'Iris, «par un inconnu». La modestie de madame de Sévigné lui
faisait dire que c'était un portrait en l'air, «car il n'y avait aucun
moyen d'être si parfaite». C'est à ces envois et à cette autre lettre
de madame de Sévigné que Costar répond dans la dernière qu'il lui a
adressée. Nous allons transcrire ces deux lettres, qui ont échappé à
tous les éditeurs de madame de Sévigné[263].


PREMIÈRE LETTRE DE COSTAR A MADAME DE SÉVIGNÉ.

    «Madame,

«Je vous avoue que j'ai grand tort, et que vous avez raison de me
vouloir du mal. Il y a quelques mois que madame de Lavardin me confia
une belle lettre de la reine Christine, où Sa Majesté témoignait
qu'elle était éblouie comme les autres des lumières de votre esprit,
et enchantée des charmes secrets qui sont en votre aimable personne.
Je fus tellement touché de voir la princesse du monde la plus éclairée
rendre de si glorieux témoignages de votre mérite, que, ne pouvant
retenir ma joie au fond de mon cœur, j'en fis part à une de mes amies
qui vous adore, madame, mais qui est aussi faible que je le suis, et
qui ne put s'empêcher de succomber à la même tentation que je n'avais
pas eu le courage de repousser. Ainsi, madame, la gloire de votre nom
a volé plus loin que vous ne vouliez, et fait à cette heure dans
l'Anjou, et peut-être même dans la Bretagne, un bruit qui vous
importune. En ce cas-là, cette humilité dont vous êtes si jalouse, et
que vous voulez conserver au milieu des qualités éclatantes qui ont
bien de la peine à compatir avec elle, aura sans doute beaucoup à
souffrir. Je suis cause de tout ce désordre par l'indiscrétion de mon
zèle; et ce qui m'afflige davantage en cela, c'est que le repentir de
ma faute ne m'aidera pas à la réparer. Il m'est venu en pensée de vous
faire demander ma grâce par madame la comtesse de La Fayette; et je
l'aurais fait, si je ne me fusse avisé que de ne m'adresser pas tout
droit à vous, c'était vous ravir la gloire de faire une action de
miséricorde. Je me promets, madame, que je l'obtiendrai de votre
bonté, et que vous ne serez pas si cruelle que de la refuser à mes
très-humbles supplications. Autrement, j'ose vous déclarer que, dans
le désespoir où vous me mettrez, je pourrai bien me mutiner, et perdre
une partie du respect que je vous dois. Votre modestie n'aurait pas de
plus dangereux ennemi que moi. D'abord j'apprendrais dans les
provinces (ce qui n'est bien su que de la cour) que vous êtes la
véritable princesse Clarinte de l'incomparable M. de Scudéry; et puis
je remplirais de vos louanges un second volume de lettres que je
donnerai au public sur la fin de cette campagne; et enfin je
célébrerais si hautement vos vertus, qu'on connaîtrait par toute la
France que je serais votre admirateur passionné, quoique je n'eusse
point sujet d'être,

    Madame,

    Votre très-humble serviteur,

    COSTAR[264].»


SECONDE LETTRE DE COSTAR A MADAME DE SÉVIGNÉ.

    «Madame,

«Que j'aimerai toute ma vie mon sac de poil d'ours, de vous avoir
rendu tant de bons offices dans la gelée! Mais, d'autre côté,
j'appréhende dorénavant de le respecter un peu plus qu'il ne me serait
commode, et de n'avoir pas le cœur de mettre les pieds dedans, tant
que je m'imaginerais d'y apercevoir les traces des vôtres, si bien
faits, si droits et si savants..... Je vous remercie très-humblement
de vos quatre excellents portraits..... La peinture de mademoiselle
de Valois est la plus jolie du monde et la plus galante, et celle
d'Iris n'a point reçu de louange qu'elle ne mérite. Je croirais bien
avec vous, madame, qu'elle a été faite à plaisir; mais je ne dirai pas
comme vous: Car quel moyen d'être si parfaite? Ce _car_ n'est bon que
pour ceux qui ne vous virent jamais, qui ne vous ont point ouï parler,
et qui n'ont pas compris la beauté de votre esprit, sa grâce, ses
charmes, sa solidité, sa douceur, et mille autres qualités qui se
trouvent en vous, et qui ne se trouvent qu'en vous si bien assorties.
Je sais, madame, que vous avez sur les yeux un certain bandeau de
modestie qui les empêche de voir en vous les choses comme elles y
sont. J'oubliais à vous dire que l'inconnu ne vous connaît pas assez.
Je ne suis pas trop mal satisfait de ce qu'il dit de votre visage et
de votre taille, mais, bon Dieu! s'il était entré bien avant dans
votre âme, il y aurait découvert bien d'autres trésors que ceux dont
il parle[265].»

Ainsi la célébrité de madame de Sévigné, comme femme éminemment
aimable et spirituelle, ne fut plus renfermée à la cour et dans le
beau monde de la capitale; elle s'étendit dans les provinces par la
publication du Dictionnaire des Précieuses de Somaize, du recueil des
poésies fugitives de Sercy[266], du roman de Clélie, de la
correspondance de Costar, et des poésies de Ménage.

La troisième édition de ces poésies venait de paraître[267]; et, outre
l'idylle intitulée _Alexis_[268], elle contenait deux nouvelles
pièces de vers à la louange de madame de Sévigné. Elles étaient
écrites en italien, que madame de Sévigné comprenait parfaitement.
L'une est un sonnet au sujet de son portrait[269]; l'autre est un
madrigal allégorique, où madame de Sévigné est comparée à la fleur de
la _belladonna_ (belle dame)[270]. Aucune de ces deux pièces ne mérite
d'être traduite ni citée. Mais, indépendamment des pièces grecques et
italiennes qui parurent pour la première fois dans cette troisième
édition, on y lit aussi des pièces en français qui n'avaient point
paru dans les éditions précédentes, entre autres une épître à
Pellisson, où Ménage se plaint amèrement à son ami,

    De l'aimable marquise
    Qui lui vola sa franchise.

Il l'appelle perfide, infidèle, orgueilleuse, cruelle, tigresse au
cœur d'acier; il ne songe plus à ses paroles attrayantes et à ses
paroles charmantes que quatre-vingt-trois fois la nuit et trente-huit
fois le jour[271]. Tout le monde savait, lors de la publication de
cette épître, que ces extravagances de Ménage concernaient la marquise
de Sévigné, quoique son nom ne fût pas prononcé; mais, dans la crainte
que la postérité l'ignorât, il a pris soin de le lui apprendre
lui-même dans la table des matières de la septième édition de ses
poésies, qui ne fut pas la dernière[272]. Personne alors ne fut
surpris de ce langage; aucun des critiques de Ménage ne l'accusa
d'inconvenance à ce sujet, ni ne le frappa de ridicule. Ceci prouve ce
que nous avons remarqué précédemment, que d'après les usages du beau
monde, mis en crédit par l'hôtel de Rambouillet, il était permis aux
hommes de parler en toute liberté d'amour, malgré l'inégalité de l'âge
et du rang. Il semble même qu'on eût passé pour grossier, si envers
une femme jeune, jolie, spirituelle, on eût paru si peu faire
attention à ses charmes, si peu apprécier son esprit, que de ne pas
lui faire entendre le langage flatteur et passionné auquel elle était
accoutumée de la part de ses fervents adorateurs. Sans cela on ne
pourrait expliquer à l'égard de madame de Sévigné ni les vers que
Ménage lui adressa ou ceux qu'il a écrits à son sujet, ni les lettres
galantes de Costar goutteux et sur le bord de la tombe, ni les
déclarations tendres dont elle fut l'objet de la part du surintendant
Servien, après une entrevue qu'elle avait eue avec lui relativement à
une affaire qui dépendait de sa décision. Ménage avait été
l'intermédiaire entre elle et ce ministre; il l'avait assurée du désir
qu'il avait de la revoir. C'est à ce sujet qu'elle lui écrivait: «Vous
me dites des choses si obligeantes de l'estime que vous avez donnée de
moi à M. Servien, qu'encore que j'y aie peu contribué et que je
craigne même de la détruire, je ne laisse pas pourtant d'en sentir une
certaine gloire, que toute autre personne ne m'aurait pu donner[273].»
Ensuite, répondant à un autre billet flatteur de Ménage, qui lui
faisait part de l'effet que ses charmes avaient produit sur Servien,
elle dit: «Votre billet est le plus joli du monde; c'est ainsi que je
vous conseille de les faire. Je suis ravie que mes petits yeux aient
fait de si jolies conquêtes. Je me trouverais bien honorée s'ils
portaient le désordre jusque dans le conseil d'en haut, mais je crains
que l'histoire ne soit telle qu'à demi. En tout cas, je me contente de
l'estime, et je vous conjure de me la conserver, puisque c'est vous
qui me l'avez acquise. Pour M. de Noirmoutier [Louis de la Trémouille,
duc de Noirmoutier[274]], j'en prendrai le soin; car il prend le
chemin de venir céans, et c'est là que je l'attends pour lui gagner le
cœur. Après tout, vous avez la gloire que j'aie été plus friande du
vôtre que de tous les autres; mais, quelque honte qu'il y ait pour moi
au temps que j'ai employé à l'acquérir, j'en suis toute consolée quand
je songe à ce qu'il vaut.»

D'après les détails que nous avons donnés dans le commencement de cet
ouvrage[275] sur les premiers temps des liaisons de Ménage avec Marie
de Rabutin-Chantal, nous n'avons pas besoin de faire remarquer à nos
lecteurs tout ce qu'il y avait de coquetterie tendre et affectueuse
dans ces dernières lignes de madame de Sévigné, et de l'impression
qu'elles devaient faire sur Ménage.

Quant à Abel Servien, il pouvait se déclarer l'adorateur de madame de
Sévigné sans compromettre sa réputation. Il avait alors soixante-cinq
ans, et de plus il était borgne; circonstance qui a fourni un trait de
satire de Boileau contre Ménage. Celui-ci, dans son églogue intitulée
_Christine_, avait donné à ce ministre des éloges fades et exagérés,
et l'avait comparé au soleil; et Boileau dit:

    De là vint cet amas d'ouvrages mercenaires,
    Stances, odes, sonnets, épîtres liminaires,
    Où toujours le héros passe pour sans pareil,
    Et, fût-il louche et borgne, est réputé soleil[276].

  [256] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 388.

  [257] Frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre françois_, t. VIII, p.
  196 et 197.--LORET, liv. IX, p. 169; liv. VIII, p. 77.

  [258] _Clélie, histoire romaine_, par M. DE SCUDÉRY, gouverneur
  de Notre-Dame de la Garde; suite de la troisième partie; chez
  Augustin Courbé, 1658, in-8º, p. 1331-1333. Conférez encore p.
  1397, 1409, 1402, 1416, 1417, 1422, 1424, 1425.

  [259] Voyez _Lettres de Madame de_ SÉVIGNÉ, t. I, p. XXIV, éd. de
  1734. C'est dans cette édition que ce portrait a été imprimé pour
  la première fois, t. I, p. XXXIV, dans l'édit. de 1754.

  [260] _Vie de_ M. COSTAR, dans _Tallemant des Réaux_;, t. VI, p.
  280, 284, édit. in-8º, 1635; et t. IV, p. 89, ou t. VII, p. 6 de
  l'édit. in-12.

  [261] _Lettre de l'abbé Pauquet à Conrart_, en date du 5 mars
  1652, extraite des manuscrits de Conrart, Bibliothèque de
  l'Arsenal, t. IX, p. 877; communiquée par M. Monmerqué.

  [262] _Lettres de_ M. COSTAR; chez Augustin Courbé, Paris, 1658,
  in-4º; _Lettres de_ M. COSTAR, seconde partie; chez Augustin
  Courbé, 1659, in-4º.--Costar mourut le 3 mai 1660.

  [263] _Lettres de_ M. COSTAR, seconde partie: à Paris, chez
  Augustin Courbé, 1659, in-4º, p. 19, _lettre 199_, p. 308, 812.

  [264] _Lettres de_ M. COSTAR, seconde partie; à Paris, chez
  Augustin Courbé, 1659, in-4º, p. 419, _lettre 199_.

  [265] _Lettres de_ COSTAR, seconde partie, p. 812, _lettre 308_.

  [266] Voyez ci-dessus, Ire partie, chap. XXXVI, p. 498, 2e édit.

  [267] ÆGIDII MENAGII _Poemata_, édit. 3a 1658, in-8º.

  [268] ÆGIDII MENAGII _Poemata_, p. 170, édit. 1680, ou p. 158,
  édit. 1663.

  [269] _Sopra il ritratto della bellissima signora marchesa di
  Sevigny_, dans le MENAGII _Poem._, 4e édit., p. 305; 7e édit., p.
  289, sonetto 2.

  [270] _Pianto di bella donna; madrigale per la signora marchesa
  di Sevigny_, madrigale 12, p. 813 de la 4e édit.

  [271] ÆGIDII MENAGII _Poemata_, 3a édit., in-8º, p. 111.--Ibid.,
  4a édit., Elzeviers, 1663, in-18, liv. IV, p. 268.

  [272] ÆGIDII MENAGII _Poemata_, 1680, septima editio, apud Petrum
  Le Petit, liv. IV, p. 260, et la table des matières au mot
  _Sévigny_.--Ibid., 1687; Amstelodami, apud Westenium, octava
  édit., p. 296, et la table des matières, p. 337, au mot
  _Sévigny_.

  [273] SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. de Monmerqué, 1820, in-8º, t. I,
  p. 55, no 29.--Ibid., édit. de Gault de Saint-Germain, t. I, p.
  68, _lettre 31_.

  [274] _Lettre de madame de_ SÉVIGNÉ _à_ MÉNAGE, dans les
  _Mémoires de_ COULANGES publiés par M. Monmerqué, 1820, in-8º, p.
  324.

  [275] Voyez ci-dessus, Ire partie, ch. X, de 185 à 191, surtout à
  la p. 182.

  [276] BOILEAU, épître IX, vers 142 à 140.--MENAGII _Poemata_,
  _Christine_, éclogue; 4e édit., Elzeviers, p. 169 du liv. I.
  Éclogues et idylles, 7e édit., 1680, in-12, p. 180. Ménage avait
  dit:

    Le grand, l'illustre Abel, cet esprit sans pareil,
    Plus clair, plus pénétrant que les traits du soleil.



CHAPITRE XIV.

1659-1660.

   La Fronde finit comme une pièce dramatique bien
   combinée.--Mariage du roi.--Rentrée de Condé.--Mort de
   Gaston.--Le cardinal de Retz est dans l'impuissance de
   nuire.--Pompes de la rentrée du roi.--La cour avait été obligée
   de faire de longues absences hors de la capitale pendant que se
   traitait l'affaire de la paix.--La noblesse alors resta à
   Paris.--Le théâtre devint pour ses divertissements sa principale
   ressource.--Une grande distance séparait la noblesse de la
   bourgeoisie.--La noblesse protégeait les acteurs.--Ceux-ci
   tenaient une conduite honorable.--Plusieurs étaient hommes de
   lettres.--Les auteurs dramatiques les ménageaient.--Ils accordent
   l'entrée de leurs théâtres à tous les membres de l'Académie
   Française.--Leur fréquentation avec les gens de cour et les
   grands leur donnait, sous le rapport des manières, une grande
   supériorité sur la bourgeoisie de la capitale et sur la noblesse
   de province.--Quelques-uns étaient gentils-hommes, et ne
   perdaient point leurs priviléges en devenant acteurs.--Molière
   n'éprouva aucun obstacle pour l'établissement de son nouveau
   théâtre.--Sa troupe, inférieure à celle des deux autres
   théâtres.--Son génie était son seul moyen de succès.--Succès du
   _Dépit amoureux_.--Vogue prodigieuse des _Précieuses
   ridicules_.--La raillerie était en honneur à la cour de Louis
   XIV.--Les véritables précieuses et leurs amis furent les premiers
   à rire de la pièce de Molière.--Toute la famille de Mme de
   Rambouillet se trouvait à la représentation de cette
   pièce.--Motifs qui font présumer que Mme de Sévigné y était
   aussi.--La preuve qu'elle était alors à Paris résulte du récit de
   Tallemant sur l'affaire du marquis de Langey.--Réflexions sur
   cette affaire.


La Fronde se termina comme un poëme dramatique bien combiné: toutes
les intrigues qu'elle avait enfantées se dénouèrent par un mariage;
presque tous les principaux acteurs se réconcilièrent, et celui qui
toujours et sans cesse avait été occupé à tout brouiller fut écarté de
la scène. Louis XIV épousa l'infante Marie-Thérèse; le traité des
Pyrénées fut conclu; deux grandes monarchies, qui se faisaient la
guerre depuis vingt-cinq ans, devinrent alliées; les frontières de la
France furent reculées au nord, à l'est et au sud[277]. Condé fit sa
soumission, et ramena avec lui cette courageuse noblesse qui avait
suivi sa destinée[278]; le duc de Lorraine, retenu depuis six ans dans
les prisons d'Espagne, à cause de ses liaisons avec la France, en
sortit[279]; Retz, condamné à l'exil, forcé de fuir et de se cacher,
ne fut plus à craindre[280]; l'indécis et faible Gaston, qui se
défiait de tout le monde et de lui-même, qui ne s'intéressait à
personne et auquel personne ne s'intéressait, mourut peu après[281].

Le faste et l'éclat qui avaient accompagné la demande de l'infante;
les galanteries chevaleresques et les attentions du jeune roi pour sa
femme[282]; la pompe triomphale de leur entrée dans Paris; la
magnificence des réjouissances publiques qui la suivit, tout contribua
à répandre un aspect de bonheur et un air de grandeur sur les
commencements d'un règne qui s'annonçait d'une manière si
brillante[283]. Le royaume entier semblait renouvelé et rajeuni par
son monarque[284].

Mais les négociations qui avaient précédé ce moment avaient été
longues et difficiles[285]; et plus on désirait les voir se terminer
heureusement, plus on se trouvait agité par la crainte et par
l'espérance, selon qu'on apprenait qu'elles avançaient vers leur
terme, ou qu'elles étaient sur le point d'être rompues. Tout le monde
paraissait pressé d'en finir, excepté les négociateurs eux-mêmes,
Jules Mazarin et Louis de Haro, qui, sur leur petite île de la
Bidassoa, combattaient ensemble de ruses et de finesses dans leurs
interminables conférences. Ces délais, cette longue attente, les
absences prolongées du roi, de la reine, du cardinal et de tous ceux
de leurs maisons, avaient en quelque sorte dérouté les habitudes du
grand monde de la capitale. La cour se trouvait partagée en deux,
parce qu'une partie seulement avait pu être du voyage de Lyon; l'autre
était restée à Paris. Le roi n'y revint qu'en février; Mazarin en
repartit vers le milieu de l'été, pour se rendre à Saint-Jean de
Luz[286]; et le roi, la reine et leur suite nombreuse allèrent peu
après rejoindre le ministre et voyager dans le midi, en attendant le
terme des négociations. Tout ce qui n'était point du voyage n'eut
aucune envie de quitter Paris, où l'on s'attendait de jour en jour à
voir revenir ceux dont on s'était séparé avec tant de regret: de
fréquents courriers apportaient de leurs nouvelles, et instruisaient
de tout ce qui préoccupait si fortement les esprits. Comme l'ouverture
des négociations avait suspendu les opérations de la guerre, nul ne se
trouvait forcé de s'absenter. La capitale était donc pourvue d'un plus
grand nombre de personnes de la haute noblesse, ou de personnes riches
et vivant noblement, qu'elle n'avait coutume de l'être dans cette
saison. Mais comme les ballets royaux, les fêtes et les cercles de la
cour, les bals et les mascarades, n'avaient plus lieu, on eut plus de
loisir pour suivre les représentations théâtrales, et elles tinrent le
premier rang parmi les jouissances de cette année.

Nous avons vu qu'indépendamment des deux troupes d'acteurs de l'hôtel
de Bourgogne et du Marais, une troisième troupe (c'était celle de
Molière) avait obtenu la permission de s'établir à Paris, et jouait
sur le théâtre du Petit-Bourbon.

Il ne faut pas oublier l'inégalité des rangs qui existait à cette
époque, et les effets qu'elle produisait. Un intervalle considérable
séparait le bourgeois le plus riche d'un noble, d'un grand seigneur.
Celui-ci donnait du lustre et de l'importance à tous ceux qu'il
admettait à l'honneur de sa familiarité ou aux bienfaits de sa
protection. Les grands choisissaient de préférence pour clients ceux
qui pouvaient rehausser l'éclat de leur rang ou contribuer à leurs
plaisirs. De là cette faveur dont jouissaient auprès d'eux les
artistes, les gens de lettres, les chanteurs et les acteurs[287]. La
condition de ces derniers, du moins dans la capitale, n'était point
ravalée au-dessous de celle de la bourgeoisie, comme cela a lieu
depuis que leur nombre s'est multiplié si extraordinairement avec
celui des théâtres, et encore plus depuis que les lois ont voulu
promener leur niveau sur tous les rangs, sur toutes les professions.
Les lois peuvent bien contraindre les actions de l'homme, mais ne
peuvent rien sur ses opinions: les lois veulent en vain établir en
toute chose une parfaite égalité, rendre semblable ce qui diffère,
rapprocher ce qui se repousse; l'opinion, qui exerce sur les lois
mêmes son empire absolu, élève aussitôt ce qu'elles ont abaissé,
abaisse ce qu'elles ont élevé, prononce ses incompatibilités et
établit ses distinctions.

A l'époque dont nous parlons, les princes et les grands, qui, à
l'exemple du monarque, aimaient à s'exercer dans l'art théâtral, et
associaient à leurs divertissements les acteurs, ne laissaient
échapper aucune occasion de manifester à ceux-ci l'intérêt qu'ils leur
portaient, et le cas qu'ils faisaient de leurs talents. Ils les
aidaient à maintenir l'ordre dans leurs représentations; ils
n'hésitaient pas, pour les mettre à l'abri des insultes de la foule, à
leur prêter le secours de leurs propres gardes ou de leurs nombreux
valets, et souvent ils ne dédaignaient pas d'intervenir en personne,
lorsque les circonstances l'exigeaient. Plus honorés, les acteurs
tenaient aussi une conduite plus honorable. Ils maintenaient dans
leurs petites républiques une police excellente[288]. Liés entre eux
par un même intérêt et par les rapports continuels de leurs communs
travaux, ils se secouraient mutuellement, et ne souffraient jamais
qu'aucun d'eux, qu'elle que fût son infortune, tombât à la charge de
la charité publique. Ce qui ajoutait encore à la considération dont
jouissaient particulièrement les acteurs des deux théâtres royaux de
l'hôtel de Bourgogne et du Marais, c'est que plusieurs étaient hommes
de lettres, et composaient des pièces dans lesquelles ils jouaient.
Dans ce nombre étaient Hauteroche, Villiers, Poisson, Champmeslé, la
Thorillière: par ceux-ci, la nuance qui séparait les acteurs des gens
de lettres faisant profession de travailler uniquement pour la scène
était faible et peu marquée; car ces derniers étaient obligés de
fréquenter les acteurs, de faire société avec eux; ils avaient besoin
de leur appui, et semblaient appartenir à leur théâtre et faire partie
de leur troupe. Les acteurs, de leur côté, se montraient dignes, par
leur générosité, d'une telle confraternité. Ils avaient accordé à tous
les membres de l'Académie Française le droit d'entrer à leur spectacle
sans payer. Ainsi les acteurs, par leur liaison avec les beaux
esprits, par la nature même de leur profession, possédaient toujours
ce genre d'instruction qui contribue le plus aux agréments de la
conversation, et leur fréquentation avec les grands leur donnait
cette élégance dans les manières, cette pureté dans le langage, cette
politesse naturelle, et toutes les qualités brillantes de l'homme du
monde, alors si inégalement réparties, auxquelles la bourgeoisie était
entièrement étrangère, et qu'on ne trouvait même pas parmi la noblesse
de province: elles semblaient être l'apanage presque exclusif de la
cour, des cercles et des ruelles de la capitale. C'était donc un
immense avantage que de les posséder, et les acteurs y trouvaient pour
l'exercice de leur profession un élément de succès: ils s'étudiaient
continuellement à les acquérir, et parvenaient sous ce rapport à
égaler leurs modèles. Enfin, la plupart d'entre eux étaient sortis de
la bourgeoisie, et quelques-uns même de la noblesse. Ces derniers ne
dérogeaient pas alors en montant sur les planches. Floridor, le
meilleur acteur de cette époque, était de ce nombre. Le fisc voulut
lui contester son titre, et le priver des priviléges et exemptions
qu'il tenait de sa naissance; mais la justice prononça en sa
faveur[289], et le rétablit dans ses droits, sans que pour cela il fût
obligé de renoncer au théâtre. Plus tard, Le Noir de La Thorillière
quitta la glorieuse profession des armes, et le grade de capitaine de
cavalerie, pour se faire acteur; et ce fut avec le consentement et
l'approbation du roi qu'eut lieu ce changement d'état[290].

Ainsi Poquelin, ce fils d'un tapissier du roi sous les Piliers des
halles[291], n'avait pas, autant qu'on l'a cru, trompé l'espoir de sa
famille en mettant de côté la soutane du séminariste[292] et la robe
d'avocat, pour devenir acteur et chef de troupe, surtout depuis que,
par la protection du prince de Conti et de MONSIEUR, il eut obtenu la
permission de s'établir dans la capitale. Sa profession ne parut
nullement incompatible avec la charge de valet de chambre du roi,
qu'il tenait de son père, et avec l'honneur qu'il avait, lorsqu'il
était de service, de faire quelquefois le lit de Sa Majesté[293]. Mais
si Molière était favorisé par l'opinion, les mœurs et les besoins de
son temps[294] pour l'établissement d'un nouveau théâtre à Paris, il
trouvait de grands obstacles dans les deux autres théâtres, qui depuis
longtemps étaient en possession d'attirer la foule. Les acteurs qui y
jouaient, déjà en faveur auprès du public, avaient une grande
supériorité sur ceux du sien; aucun auteur en réputation ne voulait
consentir à confier ses pièces à ces comédiens de province, si peu
habiles. Tous moyens de succès leur étaient donc ravis, hors un seul:
le génie de celui qui était leur chef. Instruits par lui, inspirés par
lui, les camarades de Molière, médiocres dans les pièces des autres,
jouaient les siennes avec un ensemble, une verve, un naturel, qui ne
laissaient rien à désirer. Pour que la nouvelle troupe réussît et
l'emportât sur les deux autres, il fallait donc que Molière composât
des pièces pour elle, et que ces pièces fussent supérieures à celles
que l'on jouait aux autres théâtres: c'est ce qu'il fit, du moins pour
les comédies. Déjà _les Étourdis_ et _le Dépit amoureux_ avaient
commencé à attirer le public à son théâtre, et lui avaient fait
entrevoir la possibilité de réussir; lorsqu'une simple farce en prose,
en un seul acte, composée en quelques jours, dont l'intrigue ou la
conduite, misérable en elle-même, ne lui appartenait pas[295], lui
procura un succès prodigieux[296], et lui acquit tout à coup une
réputation qui ne fit que s'accroître depuis, mais que les deux
comédies en cinq actes et en vers qu'il avait déjà fait jouer
n'avaient pu lui faire obtenir. Dans cette parade bouffonne, Molière
faisait ressortir les ridicules du langage affecté et des manières
composées de la haute classe, en montrant ce qu'ils devenaient
lorsqu'ils étaient singés par la bourgeoisie et les gens de bas étage.
Ces ridicules avaient déjà été signalés, mais personne n'avait
soupçonné qu'ils fussent aussi comiques. Ces scènes sans liaison
étaient une suite de peintures admirables par cet air de vérité auquel
l'exagération même donne plus de relief; c'était une satire mordante,
spirituelle et comique des folies les plus extravagantes, et des
travers les plus saillants, de la société de cette époque. Personne ne
put s'empêcher d'en rire; les plus grandes précieuses et leurs
sectateurs s'en amusèrent comme les autres, tant était contagieuse
cette verve de gaieté qui animait les dialogues dans les endroits où
l'auteur avait placé ses traits les plus malins. «Qui ne sait pas
supporter la raillerie, dit Loménie de Brienne dans ses mémoires, ne
doit point vivre à la cour[297].» La raillerie fut à cette époque même
le sujet d'un ballet, où le roi représenta le principal
personnage[298]; la cour de Louis XIV était essentiellement railleuse
et moqueuse, et cette disposition générale des esprits contribua
beaucoup au succès de Molière et aux allures franches et hardies de
son génie. Non-seulement on ne lui en voulut point de ses piquants
sarcasmes sur les ruelles de la capitale et sur celles des provinces,
mais on lui en sut gré. C'est en vain que quelques envieux cherchèrent
à animer contre lui les courtisans, les grands seigneurs et les
grandes dames qu'il avait eu, disaient-ils, l'audace de traduire sur
le théâtre[299]; personne ne s'avisa de réclamer le privilége d'être
sot et ridicule par droit de naissance. Nous savons qu'à la réserve de
M. et de madame de Montausier, qui étaient dans leur gouvernement
d'Angoumois, toute la famille de madame de Rambouillet se trouvait à
la première représentation des _Précieuses_ de Molière; Ménage y vit
madame la marquise de Rambouillet, mademoiselle de Rambouillet, sa
fille, madame la marquise de Grignan, son autre fille, le marquis de
Grignan, son gendre, et leurs nombreux amis. Tous applaudirent à ces
réjouissantes caricatures, à ces scènes d'un comique si vrai, si
spirituel, si original surtout, et qui ne rappelaient en rien les
imitations des pièces anciennes ou des pièces espagnoles, dont on
était rassasié. On connaît le mot de Ménage et son espèce de
palinodie: «Dès cette première représentation, dit-il, on revint du
galimatias et du style forcé[300].» On connaît l'exclamation énergique
d'un vieil amateur: «Courage, Molière! voilà de la bonne comédie.»
Mais ce qui est ignoré, ce qui importe à notre objet, c'est que
probablement madame de Sévigné se trouvait aussi à cette première
représentation des _Précieuses ridicules_. Du moins est-il certain
qu'elle était alors à Paris: nous en avons la preuve par le récit de
Tallemant des Réaux sur l'affaire du marquis de Langey, dans lequel
madame de Sévigné figure au nombre des jeunes femmes vives et légères
qui ne voyaient que le côté plaisant de cette cause singulière,
devenue le sujet de tous les entretiens. Elle partageait l'attention
publique au point de faire oublier les succès prodigieux de la comédie
des _Précieuses ridicules_ et de la tragédie de _Bélisaire_ du sieur
de la Calprenède, et même les négociations de Saint-Jean du Luz[301].
L'étrange et scandaleuse accusation d'une jeune femme contre un mari,
si opposée à la réputation d'homme à bonnes fortunes qu'il s'était
acquise, avait forcément monté toutes les conversations sur un tel ton
de licence dans l'expression, qu'on doit peu s'étonner du propos que
Tallemant des Réaux dit avoir été tenu par madame de Sévigné au
marquis de Langey[302], pour exprimer à celui-ci qu'elle ne doutait
nullement des moyens victorieux qu'il avait de gagner sa cause.

Les vers énergiques de Boileau, l'absurde contradiction de deux
jugements contraires rendus pour et contre un seul homme, et le
plaidoyer de Lamoignon[303], amenèrent dans notre législation, à
l'égard du mariage, un changement qui, considéré sous le point de vue
religieux, n'était pas aussi fondé en raison que le pensent ceux qui
n'ont fait attention qu'aux circonstances scandaleuses de cette
affaire[304].

  [277] BRIENNE, _Mém._, t. XXXVI, p. 244.

  [278] DESORMEAUX, _Hist. de Louis de Bourbon, second du nom,
  prince de Condé_, t. IV, p. 162.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 39.

  [279] LORET, liv. X, p. 190 (6 décembre 1659).--GUY-JOLY, _Mém._,
  t. XLVII, p. 435.

  [280] _Hist. de la Mon. fr._, 1697, t. II, p. 14.--_Mém._ de
  RAIS, 1836, t. I, p. 584 de la collect. Michaud.

  [281] Le 2 février 1661. Voy. LORET, liv. XI, p. 24 (_lettre_ du
  7 février).

  [282] LORET, liv. XI, p. 133-136.--LA FONTAINE, _OEuvres_, édit.
  1827, t. VI, p. 458 à 467.

  [283] LORET, _Muse historique_, liv. X, p. 23 (9 février), 28,
  31, 35, 46, 53, 68, 70, 77, 83.--BENSERADE, _OEuvres_, p.
  207.--MONTPENSIER, t. XLII, p. 407.

  [284] _Journal contenant la relation véritable du voyage du Roi
  et de son Éminence_, 1659, in-4º (12 décembre 1659).--_Suite du
  Journal historique du Voyage._--_Journal historique_, 3e
  partie.--_Traité de paix_ en 124 articles, signé le 7 novembre
  1659; in-4º, 64 pages.--_Nouveau Journal historique, contenant la
  relation véritable de ce qui s'est passé au voyage de Son
  Éminence et aux cérémonies du mariage de Sa Majesté, célébrées à
  Fontainebleau et à Saint-Jean de Luz_; 1660, in-4º (22
  mai).--_Nouvelle Relation contenant l'entretien et le serment des
  Rois_; 1660, in-4º.--_Suite de la nouvelle Relation contenant la
  marche de Leurs Majestés_; 1660, in-4º, 8 pages (avec le portrait
  de Marie-Thérèse, par Larmesin).--_Relation du Retour de Leurs
  Majestés jusqu'à Fontainebleau_, 8 pages.--_Le triomphe de la
  France pour l'entrée royale de Leurs Majestés_; 1660,
  in-4º.--_Nouvelle Relation de l'Entrée royale_, le 26 août 1660;
  in-4º de 24 pages.--_La véritable Explication en prose et en vers
  des figures thermes, etc._; 1660, in-4º de 20 pages.

  [285] Conférez _Lettres du cardinal_ MAZARIN, 2 vol., 1745,
  in-12.

  [286] LORET, _Muse historique_, lib. X, p. 97.--MOTTEVILLE,
  _Mém._, t. XL, p. 6.

  [287] CHAPUZEAU, _Hist. du Théâtre françois_, p. 139-185.

  [288] Voyez CHAPUZEAU, _Hist. du Théâtre franç._, 1674, in-12, p.
  121 et 156.--Les frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre franç._, t.
  XI, p. 284 à 326.

  [289] Frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre franç._, t. VIII, p. 18.

  [290] _Ibid._, t. XI, p. 326.--AIMÉ MARTIN, _Hist. de la Troupe
  de Molière_, dans son édition de Molière, t. I, p. CLXXXVI.

  [291] DE LA MARINIÈRE, _Estat général des officiers de la maison
  du Roy_, 1660, in-8º, p. 84: «TAPISSIERS, Jean Poquelin et Jean
  son fils [c'est Molière], en survivance, 300 livres.»

  [292] TALLEMANT DES RÉAUX, _Mém._, t. VI, p. 22, édit. in-8º, et
  t. X, p. 51, édit. in-12.--_OEuvres de_ LA FONTAINE, t. VI, p.
  509, édit. 1823.

  [293] CHAPUZEAU, _Hist. du Théâtre franç._, 1678, in-12, p. 139.

  [294] BEAUCHAMPS, _Recherches sur les Théâtres de France_, t.
  III, p. 146 et 364.

  [295] Conférez _le Cercle des Femmes, ou le Secret du lit
  nuptial_, de CHAPUZEAU, 1656.

  [296] LORET, liv. X, p. 192 (6 décembre 1659).

  [297] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém. inédits_.

  [298] _OEuvres de_ BENSERADE, t. II, p. 207.

  [299] BODEAU DE SOMAIZE, _les Véritables Précieuses_, 1660,
  préface, p. 1.

  [300] _Ménagiana_, t. II, p. 65.

  [301] LORET, _Muse histor._, liv. X, p. 24, 109, 151, 297.--Les
  frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre franç._, t. VIII, p.
  297.--FRANÇOIS DE NEUFCHATEAU, _Esprit du grand Corneille_, p.
  254.

  [302] TALLEMANT DES RÉAUX, _Mémoires_, t. VI, p. 189, 195, 205 de
  l'édit. in 8º, ou t. X, p. 191, 196, 207.--Extraits des
  _manuscrits de Pierre le Gouz_, dans BARRIÈRE, _La cour et la
  Ville sous Louis XIV et Louis XV_, p. 53.

  [303] BOILEAU, satire VIII, v. 143 à 146, t. I, p. 126, édit. de
  Saint-Marc, 1747.--LORET, _Muse historique_, liv. IX, p. 199;
  _ibid._, liv. X, p. 19, _lettre_ du 1er février 1659.

  [304] _Journal du Palais_, 4e édition, 1755, in-fol., t. I, p.
  780-789; LAMOIGNON, _Plaidoyer pour le Congrès_, 1680, in-18, p.
  6; BOUCHER d'ARGIS, _Principes sur la nullité du mariage pour
  cause d'impuissance_, 1756, in-8º, p. 5, 63.



CHAPITRE XV.

1661.

   Mort de Mazarin.--Une nouvelle ère commence pour la France.--La
   cour ne se sépare plus.--Elle part tout entière pour
   Fontainebleau.--Les divertissements sont interrompus à Paris dans
   la belle saison.--Plaisirs de Fontainebleau.--Intrigues
   amoureuses du roi avec mademoiselle de La Vallière;--de MADAME
   avec le comte de Buckingham et le comte de Guiche;--de la
   duchesse de Toscane avec le duc de Lorraine.--Les personnes qui à
   Paris étaient invitées à la cour ne se trouvaient plus dans la
   même position à Fontainebleau.--Elles étaient obligées dans ce
   séjour à de grandes dépenses.--Madame de Sévigné se retire à sa
   terre des Rochers pendant l'été.--Durant l'hiver elle participe
   aux plaisirs de Paris.--Plusieurs mariages brillants y donnent
   lieu à des fêtes nombreuses.--On redonne aux théâtres les
   chefs-d'œuvre de Corneille.--Il compose la _Toison d'Or_, le
   premier opéra allégorique.--Molière s'essaye dans le genre
   héroïque; il y réussit peu, et revient à la comédie.--Toutes ces
   pièces furent jouées successivement à Paris, à Fontainebleau, et
   chez Fouquet à Vaux et à Saint-Mandé.--Madame de Sévigné, quand
   elle était à Paris, était de toutes les fêtes; elle ne se trouva
   point à la plus somptueuse de toutes.--Elle quitte sa terre pour
   faire un voyage au mont Saint-Michel.--Ce qu'elle écrit à sa
   fille trente ans après, au sujet de ce voyage.--Citation d'une
   lettre d'un conseiller au parlement, au sujet de madame de
   Sévigné et de sa fille, à l'époque de ce voyage.


Mazarin n'était plus: sa mort avait presque aussitôt suivi la paix
qu'il avait conclue, et une nouvelle ère commença pour la France[305].
La haute société prit une nouvelle forme; elle se trouva forcée de
changer les habitudes qu'elle avait contractées depuis longtemps.
Pendant toute la durée de la guerre, une portion de ceux qui la
composaient, appelée à l'armée, que suivaient le roi, la reine mère et
son ministre, s'absentait régulièrement de Paris pendant la belle
saison; l'autre portion, au contraire, restait dans la capitale, parce
que là on se trouvait plus à portée d'être bien instruit des
événements, de communiquer avec les amis, les parents que l'on avait à
la cour, foyer ambulant de toutes les intrigues et de toutes les
ambitions. Ainsi les cercles, les divertissements n'éprouvaient point
d'interruption; et c'est alors qu'en l'absence du monarque et du
premier ministre, MADEMOISELLE, le surintendant Fouquet, ou d'autres
personnages moins considérables, étalaient le luxe de leur grande
fortune, et comblaient le vide produit par l'absence du souverain.

Pour la première fois depuis vingt-quatre ans, cet ordre de choses fut
changé. Toute la cour partit dès le mois d'avril pour Fontainebleau,
avec les reines, le roi, et son frère MONSIEUR, qui emmenait avec lui
l'aimable fille du roi d'Angleterre, devenue sa femme. Deux reines
mères, celle de France et celle d'Angleterre; un jeune monarque; une
jeune reine déjà enceinte[306]; plusieurs princesses nouvellement
mariées; un essaim de beautés empressées à plaire; de jeunes
seigneurs, guerriers déjà illustrés par nombre d'actes de valeur; la
sécurité qu'on ressentait en voyant les Condé, les Beaufort, ces
redoutables héros de la Fronde, devenus d'assidus courtisans[307]; le
soulagement que l'on éprouvait d'être délivré d'un ministre avare,
rusé, quinteux, sous lequel on s'était vu forcé de ployer, après
l'avoir outragé et proscrit[308]; l'espérance qui surgissait de voir
appelé à lui succéder[309] ce surintendant si poli, si aimable envers
tous, si insinuant, si serviable envers la richesse, si généreux, si
prodigue même envers la haute noblesse, le talent, la faveur ou la
beauté; enfin le printemps, un ciel pur, les eaux du fleuve, les
ombrages de la forêt, tout contribua à exalter la joie générale, à
imprimer un élan vers les plaisirs, qui se manifesta avec encore plus
de force et d'éclat que dans les années précédentes. Les ballets, la
comédie, les concerts, les navigations sur le canal, les bains de
rivière, les cavalcades, les carrousels, les promenades en calèche,
les chasses, les repas en plein air, les jeux folâtres, les
mascarades, les parties nocturnes, les illuminations, les feux
d'artifice, donnèrent pendant plusieurs mois à Fontainebleau et à
toutes les campagnes des environs un aspect de fêtes toujours varié,
toujours plus ravissant[310]. Favorisées par toutes les circonstances
des lieux et des temps, les intrigues amoureuses se développèrent
rapidement parmi cette brillante jeunesse, dont la joie était exaltée
par des plaisirs sans cesse renaissants. Il semblait que la volupté
s'empressât d'entourer de ses guirlandes, et de couvrir de ses fleurs,
ce trône qu'elle se montrait jalouse de disputer à la gloire. Là se
formèrent des liaisons qui devaient tenir une si grande place dans les
événements de ce règne; là se développèrent des passions qui devaient
exercer une si puissante influence sur les mœurs et les destinées du
monde[311]. L'amour du roi pour mademoiselle de La Vallière[312],
celui de MADAME pour Buckingham[313], et ensuite pour le comte de
Guiche, favori de son mari[314]; celui de la duchesse de Toscane,
fille de Gaston, pour le duc Charles de Lorraine[315], cessèrent
d'être un mystère pour des courtisans, si intéressés à pénétrer les
secrets de leurs maîtres, et empressés à justifier leurs excès par de
tels exemples. Aussi, à la réserve de la chaste épouse de Louis XIV,
asservie, ainsi que la reine sa belle-mère, à une piété sévère, il n'y
eut peut-être pas dans toute cette cour, si nombreuse en jeunes
femmes, une seule qui ne fût alors, soit pour elle-même, soit pour une
autre, engagée dans quelque intrigue amoureuse. Le récit des aventures
galantes qui eurent lieu alors, et dans cette seule saison, a rempli
plusieurs volumes, qui sont loin d'avoir épuisé la matière[316].

Cette translation et ce séjour du monarque à Fontainebleau
produisirent un changement dans l'existence des personnes qu'on voyait
habituellement à la cour, ou qui se trouvaient à ces divertissements
sans qu'elles fussent obligées d'y être, sans qu'elles possédassent
aucune charge ou eussent aucun emploi auprès du monarque, ou auprès
des princes. Dans la capitale, ces personnes avaient avec la cour des
points de contact et des jouissances communes à tous, par le moyen des
promenades publiques, des théâtres, et des foires, alors
très-fréquentées par la haute société. Lorsqu'elles se rendaient aux
invitations du monarque, des reines ou des ministres, pour ajouter aux
agréments ou à la pompe des ballets, des carrousels, des banquets,
elles ne changeaient en rien leur genre de vie habituel. Elles
n'abandonnaient point leurs somptueux hôtels, où plusieurs rendaient
aussi à la cour les repas et les fêtes qu'elles en avaient reçus. Ces
personnes semblaient ainsi plutôt consentir à être de la cour, que
demander à en être: elles n'aliénaient pas leur liberté, leur
indépendance. Mais, en quittant leur domicile pour se transporter à
Fontainebleau, elles se mettaient à la suite de la cour; elles
montraient l'intention de solliciter l'honneur d'y être admises, de
participer à l'éclat des fêtes qui s'y donnaient et aux plaisirs qu'on
y goûtait; elles manifestaient la volonté de parcourir la carrière
d'ambition et d'intrigues qui y était ouverte. Elles se trouvaient
alors nécessairement entraînées à supporter toutes les charges d'une
telle existence: le gros jeu, les somptueux équipages, un grand luxe
de maison, devenaient nécessaires.

Madame de Sévigné, que l'éducation de sa fille occupait alors
fortement, était trop raisonnable, trop économe, pour se placer dans
une telle situation. D'ailleurs, tout le fracas des fêtes et des
intrigues de Fontainebleau ne convenait nullement à ses habitudes, à
ses projets, à la pureté, à la délicatesse de ses sentiments. Aussi
pendant ce temps se retira-t-elle à sa terre des Rochers. Une lettre
d'un conseiller au parlement, que nous aurons bientôt occasion de
citer, nous prouve qu'elle s'y était rendue au commencement du
printemps, et au moment même du départ de la cour pour Fontainebleau:
deux lettres d'elle, l'une à Ménage[317] et l'autre à Pomponne, nous
démontrent qu'elle s'y trouvait encore au mois d'octobre.

Mais il est probable qu'elle séjourna dans la capitale durant l'hiver
qui précéda ce voyage de Fontainebleau, et celui qui le suivit. A la
vérité, nous n'en avons d'autre preuve que son genre de vie pendant
plusieurs des précédentes années, où nous la voyons assez empressée à
saisir les occasions de s'associer aux plaisirs de la cour. Ils furent
très-actifs et très-brillants pendant ces deux hivers, signalés par
les négociations et la conclusion de la paix, la naissance d'un
Dauphin[318]; les mariages du duc d'Anjou avec Henriette
d'Angleterre[319]; de mademoiselle d'Orléans, l'une des filles de
Gaston et de Marguerite de Lorraine[320], avec le grand-duc de
Toscane; celui de Marie de Mancini avec le connétable de Colonne[321];
celui de sa sœur la belle Hortense avec Armand de La Porte, qui prit
le nom de duc de Mazarin[322]. Pendant l'un et l'autre carnaval, la
joie se manifesta par des actions hors de toute prudence, hors de
toute convenance. La passion pour le jeu et les mascarades alla
toujours en croissant. On risqua des sommes énormes sur une seule
carte[323]; des personnages de haute distinction coururent les rues,
déguisés en poissardes, en Scaramouches, en Trivelins[324]. Durant ces
deux années aussi, le théâtre jeta un grand éclat. Je ne veux point
parler de la magnificence des ballets royaux[325], mais de la
splendeur, bien préférable, que la scène reçut des chefs-d'œuvre
dramatiques qui furent représentés alors. Le génie du vieux Corneille
sembla se ranimer, et reprendre une nouvelle forme pour faire luire un
dernier rayon sur ce nouveau règne. Corneille avait donné le premier
modèle de la comédie dans le _Menteur_, composé le premier
chef-d'œuvre de tragédie dans le _Cid_; dans la _Toison d'Or_ il
offrit le premier l'exemple d'une pièce à machines, également propre à
être déclamée ou chantée, écrite avec noblesse, conduite avec
régularité; enfin le premier exemple d'un bon opéra. On remit aussi
alors au théâtre toutes les pièces qui avaient fait la gloire de ce
créateur de la scène française, et elles excitèrent le même
enthousiasme que dans la nouveauté. Son frère, uni avec lui d'intérêt,
de fortune et de renommée, fit une pièce de circonstance intitulée
_Camma_, dont le sujet avait été fourni par Fouquet. Le succès fut
complet. Ainsi, cette époque, favorable pour la gloire et la
prospérité de la France, le fut aussi pour son grand poëte[326].
Molière, trop sensible aux reproches que lui faisaient ses Aristarques
et ses ennemis, de ne réussir que dans la farce, voulut habiller en
grande dame et assujettir aux belles manières sa muse joyeuse,
énergique, un peu dévergondée, mais vive, franche, naturelle, et
habituée à marcher librement et à visage découvert. Il fit _Don Garcie
de Navarre_, pièce dans le genre noble, qui n'eut point de succès et
n'en méritait pas. Mais celui qu'il obtint presque aussitôt après, par
son _École des Maris_, dut lui prouver qu'il vaut mieux supporter les
défauts de son génie que de le contraindre dans son allure. La troupe
de Molière était la troupe en vogue, celle que préféraient le monarque
et le public, parce que c'était la plus réjouissante, et la seule à
qui il fût permis de jouer les pièces de son directeur. On lui accorda
le théâtre du Palais-Royal, et elle jouait alternativement sur ce
théâtre et devant la cour, au Louvre ou à Fontainebleau, et chez
Fouquet, à Vaux ou à Saint-Mandé[327].

Fouquet donnait encore plus fréquemment des fêtes que dans les années
précédentes; et nous avons déjà exposé les motifs qui doivent faire
penser que madame de Sévigné se trouvait à toutes ces fêtes. Cependant
elle n'était pas présente à celle qui surpassa toutes les autres, à
celle que Louis XIV avait demandée, à celle où Molière fit jouer pour
la première fois la comédie des _Fâcheux_, à celle qui fut la dernière
où Vaux resplendit d'une magnificence toute royale, à celle qui
précéda de si peu de temps la chute du malheureux surintendant.

Lorsque fut donnée cette fête, qui amusa tant le bon La Fontaine, et
dont il nous a laissé une si charmante description[328], madame de
Sévigné était retirée aux Rochers, car c'était l'époque où la cour se
trouvait à Fontainebleau: on était au mois d'août, et tant que dura la
belle saison madame de Sévigné ne quitta sa terre que pour faire un
petit voyage, qui ne dut pas lui coûter une bien longue absence ni lui
occasionner beaucoup de fatigue. Accompagnée de sa fille, elle se
rendit au mont Saint-Michel. L'isolement de ce mont, sur une vaste
plage couverte deux fois par jour des eaux de la mer; son double
sommet, son château, son église, son abbaye; la salle où se
rassemblaient les chevaliers de l'ordre formé sous l'invocation de
l'archange dont il porte le nom; les prisonniers d'État renfermés dans
ses sombres cachots; les superstitions, les pèlerinages dont il fut
l'objet, lui ont donné depuis longtemps une grande célébrité[329].
Pour s'y rendre, en partant des Rochers, madame de Sévigné n'eut qu'un
trajet de quinze à dix-huit lieues à faire; et dans sa route elle
traversait Fougères, où son mari avait été gouverneur, et dont les
environs sont si riants et si fertiles. C'est à cette époque de sa vie
que madame de Sévigné faisait allusion, trente ans après, lorsqu'elle
écrivait de Dol à madame de Grignan: «Je voyais de ma chambre la mer
et le mont Saint-Michel, ce mont si orgueilleux que vous avez vu si
fier, et qui vous a vue si belle; je me suis souvenue avec tendresse
de ce voyage[330].»

En effet, madame de Grignan, si elle avait revu le mont Saint-Michel
lorsque sa mère lui écrivait cette lettre, ne lui aurait pas trouvé un
aspect aussi imposant qu'au temps de sa jeunesse. A cette époque ses
deux cimes étaient couronnées de deux majestueuses constructions, la
plus haute par l'abbaye, la moins élevée par le château; mais ce
château avait été rasé en 1669. Ce mont Saint-Michel n'aurait pas non
plus retrouvé en 1689 madame de Grignan, âgée de quarante-trois ans,
aussi fraîche et aussi belle que mademoiselle de Sévigné l'était en
1661, quoiqu'elle n'eût à cette époque que treize ans. Sa mère ne la
flattait pas, lorsqu'elle lui disait qu'elle était alors déjà
remarquable par ses naissants attraits. Voici de quelle manière
s'exprimait, dans une lettre adressée à un ami, un conseiller au
parlement qui se trouvait à Fontainebleau le 3 novembre 1661[331]:

«J'ai eu l'avantage d'être un mois durant voisin de madame de Sévigné,
dont la maison n'est qu'à deux lieues de nous. Cette favorable
conjoncture me l'a bien mieux fait connaître par elle-même, que par ce
grand et légitime bruit que son mérite fait dans le monde. Je ne vous
en dirai rien du tout et je vous renvoie, ou à la connaissance que
vous en avez, ou à la foi publique... Mademoiselle sa fille est une
autre merveille, dont je ne vous dirai rien non plus:

    Vous la verrez, si vous ne l'avez vue,
    Vous la verrez, de mille attraits pourvue,
      Briller d'un éclat sans pareil;
    Et vous direz, en la voyant paraître:
    C'est un soleil qui ne fait que de naître
      Dans le sein d'un autre soleil.

«Le lieu où ces déités me sont apparues est une maison située à une
lieue de Vitré, grande et belle pour ses bâtiments et ses jardins, où
madame de Sévigné passe de temps à autre quelques mois, et où, dans un
fond de province, on trouve la même politesse que dans l'Ile de
France.

«J'ai encore à vous rendre compte du pèlerinage que j'ai fait au mont
Saint-Michel... Ce mont est une chose singulière, où il y a une fort
belle abbaye; et c'est tout vous dire que madame de Sévigné avait eu
la même curiosité huit ou dix jours avant moi, et en avait été fort
satisfaite; ce qui me donna lieu de lui en écrire, à mon retour, une
lettre que je ne mets ici que pour vous servir de description de cette
montagne.»

L'emphatique description que l'anonyme adresse à madame de Sévigné se
termine ainsi:

    Vous l'avez vu, madame, et savez si je mens.
    Vous avez triomphé de la roche superbe;
    Vos beaux pieds l'ont foulée, ainsi qu'on foule l'herbe:
    Elle fléchit pour vous son invincible orgueil;
    Et, sentant sur sa croupe une charge si belle,
    Elle vous caressa par un muet accueil;
    Puis de votre départ voyant l'heure cruelle,
    Dans ses concavités elle en pleura le deuil.
    Elle ne le dit pas; et je le dis pour elle[332].

  [305] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém. inéd._, t. II, p.
  142.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 536.--GOURVILLE, _Mém._,
  t. LII, p. 345.--LORET, liv. XII, p. 41 (_lettre_ du 13 mars
  1661).--COULANGES, _Mém._, p. 379.

  [306] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 8.

  [307] MOTTEVILLE, _Mém._ t. XL, p. 115.

  [308] MONGLAT, _Mém._, t. L, p. 112-114.

  [309] GUY-PATIN, _Lettres_, t. V, p. 205 (_lettre_ du 5 avril
  1661).

  [310] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 289.--MOTTEVILLE, t. XL, p.
  111-137.--LA FAYETTE, t. LXIV, p. 145.--LORET, t. XII, p. 71 (7
  mai), p. 95 (9 janvier).

  [311] GRAMONT, _Mém._, t. LVII, p. 88.

  [312] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 134 et 136.--LA FAYETTE, t.
  LXIV, p. 397 à 402.--MONGLAT, t. LI, p. 119.--_Hist. de la Vie et
  des Ouvrages de la Fontaine_, 3e édit., p. 84 à 85.

  [313] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 375, 381, 391, 393.

  [314] MONTPENSIER, t. XLIII, p. 21.--MOTTEVILLE, t. XL, p.
  124.--LA FAYETTE, t. LXIV, p. 400.

  [315] CHOISY, t. LXIII, p. 237.

  [316] LA FAYETTE, _Histoire d'Henriette_, t. LXIV, p. 409,
  411.--BUSSY-RABUTIN, _Histoire amoureuse des Gaules_;
  _Galanteries de la Cour de France_; _la France galante_; _Amours
  des Dames illustres_.

  [317] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 58 et 60, édit. Monmerqué.

  [318] LORET, _Muse historique_, liv. XII, p. 173 (6 novembre
  1665).--MOTTEVILLE, t. XL, p. 154.--MONTPENSIER, t. XLIII, p. 21.

  [319] LORET, liv. XII, p. 55 (2 avril 1661).

  [320] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 108.--LORET, liv. XI, p. 188 (27
  novembre 1660).--LORET, liv. XII, p. 61 (23 avril 1661).

  [321] LORET, liv. XII, p. 39.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 89 (5 mars
  1661).

  [322] LORET, _Muse historique_, t. XII, p. 39.--GUY-PATIN,
  _Lettres_, t. V, p. 201.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 89.--MONTPENSIER,
  t. XLIII, p. 3.

  [323] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 333, 334, 336.--GUI-JOLY,
  _Mém._, t. XLVII, p. 339.

  [324] LORET, _Muse historique_, t. XII, p. 14 (22 avril 1661).

  [325] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 289.--LORET, _Muse histor._,
  liv. XI, p. 142; liv. XII, p. 30 et 34.--BENSERADE, _OEuvres_, t.
  II, p. 217, 231.

  [326] LORET, liv. XII, p. 19 et 31.--FRANÇOIS DE NEUFCHATEAU,
  _Esprit du grand Corneille_, p. 265 à 281.

  [327] LORET, _Muse historique_, liv. XI, p. 170, _lettre_ du 30
  octobre 1660; liv. XII, p. 110, 129, 136, 183 et 184; _lettres_
  des 17 juin 1660, 20, 27 août et 19 novembre 1661.

  [328] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 120.--_Hist. de la Vie et des
  Ouvrages de La Fontaine_, p. 74 à 91.--LA FONTAINE, _OEuvres_,
  édit. 1827, t. V, p. 473.

  [329] NOUAL DE LA HOUSSAYE, _Voyage au mont Saint-Michel et à la
  Roche aux Fées_, 1811, in-18.--PIGANIOL DE LA FORCE, _Nouvelle
  Description de la France_, 1754, in-12, t. IX, p. 521.--Martin
  ZEILLER, _Topographia Galliæ_; Francofurti, pars 8, p. 20, 1657,
  in-folio.

  [330] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (en date du 9 mai 1689), t. VIII, p.
  469, édit. de Monmerqué.--_Ibid._, t. IX, p. 301, édit. de G. de
  S.-Germ.

  [331] SÉVIGNÉ, t. VIII, p. 463, édit. de Monmerqué, note _a_.

  [332] SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. de Monmerqué, 1820, in-8º, t.
  VIII, p. 463. M. Monmerqué a trouvé une copie de cette lettre
  dans le ms. no 902, in-fol., t. IX, p. 484, de la Bibliothèque de
  l'Arsenal.



CHAPITRE XVI.

1661.

   Les peuples ressentent bien plus leurs maux après les dissensions
   civiles que pendant qu'elles durent.--Situation de la France
   après le traité des Pyrénées.--Misère du peuple.--Abus et
   confusion des pouvoirs.--Vénalité, immoralité, désordre des
   finances.--Craintes et regrets que cause la mort de
   Mazarin.--Personne ne pouvait remplir sa place.--On redoute les
   inclinations martiales de Louis XIV.--La France ressentait le
   besoin de la paix.--Corneille se rend l'organe de l'opinion
   publique.--Citation d'un passage de _la Toison d'Or_.--Le roi se
   résout à gouverner par lui-même.--Personne ne croit que cette
   résolution sera de longue durée.--Des espérances que faisaient
   naître ses actes.--Madame de Sévigné croit que le cardinal de
   Retz succédera au cardinal Mazarin.--Louis XIV ne rappelle point
   le cardinal de Retz, et se montre aussi contraire aux jansénistes
   que l'avait été Mazarin.--Arnauld d'Andilly était le seul de ce
   parti qui fût aimé du roi et de la reine mère.--Madame de Sévigné
   était liée avec ses deux fils, l'abbé Arnauld et Pomponne;
   détails sur ce dernier.--Il était ami de Fouquet.--Pomponne ne
   pouvait obtenir de l'avancement, parce qu'il appartenait à la
   secte des jansénistes.--Madame de Sévigné espère que Fouquet
   succédera à Mazarin.--Fouquet avait aussi cette espérance.--Le
   voyage du monarque et de sa cour en Bretagne est résolu.--Madame
   de Sévigné apprend dans sa terre des Rochers que Fouquet est
   arrêté, et que le roi a résolu sa mort.


Les maux qu'amènent à leur suite la guerre civile et la guerre
étrangère ne sont jamais mieux sentis qu'après la cessation des causes
qui les produisent. Dans les temps de violentes agitations, l'esprit,
fortement préoccupé des événements, soutient les forces et le courage,
et donne l'énergie nécessaire pour supporter les plus grands revers,
les plus désastreuses calamités; mais quand le calme est rétabli,
chacun regarde autour de soi, se ressouvient avec tristesse des maux
passés, ressent avec douleur ceux qui l'affligent encore, et mesure
avec effroi, par la pensée, les malheurs dont le présent menace
l'avenir.

Tel était le sentiment qui prévalait en France après la mort de
Mazarin. Le monarque et sa cour se plongeaient dans les plaisirs; les
courtisans, les ambitieux, les intrigants étaient pleins de joie et
d'espérance; mais le peuple était dans l'abattement, les gens de bien
et les hommes réfléchis s'abandonnaient à leurs sombres prévisions.

Les abus dominaient partout; partout la vénalité et l'anarchie des
pouvoirs; les manufactures et le commerce languissaient; le bas
peuple, accablé d'impôts, était exposé à des vexations de toute
espèce. La noblesse, qui conférait alors les priviléges, la puissance,
l'exemption des charges publiques, était usurpée sans aucun titre, ou
acquise à prix d'argent, ou conférée gratuitement, sans aucun service.
Les juges, choisis par l'intrigue ou par la corruption, sans probité
comme sans savoir, faisaient le mal au nom des lois et avec les
formalités qu'elles prescrivent. Les fraudes et les subtilités de la
chicane étaient encouragées, et une multitude de procès interminables
dévoraient le patrimoine des familles. Dans le clergé, une licence de
mœurs déplorable ou un rigorisme excessif. Les gens puissants,
habitués à arracher les grâces au pouvoir par des compromis et des
intrigues, se créaient des droits imaginaires sur tout ce qui était à
leur bienséance. Les gouverneurs des villes de guerre négligeaient de
faire exécuter les réparations les plus urgentes aux places dont la
défense leur était confiée, et ils gardaient le produit des taxes qui
leur avaient été abandonnées pour subvenir à cette dépense; puis ils
cherchaient à couvrir leurs malversations par la crainte, et
devenaient autant de petits tyrans des territoires soumis à leur
commandement. Les marches des troupes et l'indiscipline des soldats
occasionnaient des ravages continuels dans les campagnes. Les finances
étaient dans un désordre inextricable; toutes les ressources se
trouvaient épuisées. Le payement des sommes les plus légitimement dues
était suspendu ou ajourné; on manquait souvent d'argent pour les
dépenses journalières les plus urgentes, tandis que les financiers,
les gens de cours enrichis, étalaient un luxe insolent. Comme il
arrive toujours, le déréglement des mœurs accompagnait le désordre de
l'État[333]. Le jeu était devenu une passion générale et
effrénée[334]; la licence et le libertinage avaient pénétré dans
toutes les classes, et profanaient par de honteux scandales
l'austérité des cloîtres[335].

On avait détesté Mazarin surtout à cause de son avarice, du trafic
honteux des places, des charges et des honneurs, et des immenses
revenus que lui donnaient les bénéfices ecclésiastiques et les abbayes
qu'il avait accumulés sur sa tête; mais quand il ne fut plus, on
reconnut qu'au lieu d'être la cause des calamités dont on se
plaignait, il avait cherché à les prévenir, et qu'elles étaient dues
principalement aux obstacles qu'on avait opposés à l'autorité royale,
dont il était le dépositaire. La paix, qui était son ouvrage, était le
premier pas et le plus important pour la réparation des malheurs
publics. Dès qu'on le vit exercer enfin le pouvoir sans contrôle, on
comprit que le plus sûr moyen qu'il avait de l'affermir dans ses
mains était de faire cesser les abus, de rétablir l'ordre, de
travailler sincèrement à la prospérité du royaume, de gouverner en vue
du bien public; on savait qu'il en avait la volonté, et l'on avait
commencé à s'apercevoir qu'il s'y appliquait avec succès. Ce ne fut
donc pas sans une peine profonde que ceux même qui s'étaient montrés
autrefois les plus contraires à Mazarin virent que la France venait
d'être privée d'un homme d'État capable de réparer les maux dont elle
souffrait. On s'inquiétait de voir le royaume dans une situation si
déplorable, sans une seule tête qui pût le diriger. Bien loin d'avoir
aucune confiance dans un roi si jeune, si entièrement livré à sa
passion pour les plaisirs, on redoutait ses inclinations guerrières,
et les fautes où il serait entraîné dès qu'il cesserait d'être dirigé
par la prudence d'un ministre qui avait su capter sa confiance et
résister à ses passions. On craignait l'influence qu'allait exercer
sur lui le génie belliqueux des Condé et des Turenne et de toute cette
jeune noblesse, qui ne connaissait d'autre occupation que la guerre,
qui n'avait aucun autre moyen de se rendre nécessaire[336]. Corneille
se fit généreusement l'organe de l'opinion publique à cet égard. Dans
cette même pièce de _la Toison d'Or_, qui lui avait été commandée pour
flatter le jeune monarque, il osa faire comparaître la France,
exposant elle-même, dans un dialogue avec la Victoire, les funestes
effets de la guerre et de l'indiscipline militaire.

    A vaincre tant de fois mes forces s'affaiblissent,
    L'État est florissant, mais les peuples gémissent;
    Leurs membres décharnés courbent sous mes hauts faits,
    Et la gloire du trône accable les sujets[337].

Cependant, aussitôt après la mort de Mazarin, le roi avait déclaré ses
intentions de gouverner par lui-même; il travaillait en effet
exactement avec les ministres qu'il s'était choisis, mais personne ne
croyait à la constance de cette résolution[338]. Depuis la mort de
Henri IV on était habitué à voir la souveraineté ne s'exercer que par
délégation, et par l'intermédiaire des ministres. Louis XIV lui-même,
depuis sa majorité, n'avait montré ni les désirs ni les dispositions
propres à changer cet état de choses. On l'avait vu si fortement
enclin à l'amour, si occupé à jouir des avantages et des priviléges de
la royauté, qu'on ne pouvait penser qu'il voulût jamais consentir à en
accepter les charges, ni qu'il lui fût possible de s'astreindre à la
contention d'esprit et à l'ennui journalier qu'entraîne le détail
d'affaires difficiles et compliquées, dont la décision seule devait
consumer la plus grande partie des heures qu'il était habitué à donner
à la chasse, aux ballets, aux carrousels, aux conversations galantes.
Aussi son changement de vie, la fermeté de ses volontés, l'application
qu'il mettait à s'instruire sur toutes les parties du gouvernement, ne
produisirent aucun changement sur l'opinion qu'on s'était formée de
lui: on attribuait sa conduite à une sorte de présomption orgueilleuse
et au plaisir que sa vanité lui faisait éprouver d'exercer une
autorité dont il avait été si longtemps privé. On s'attendait de jour
en jour à voir cesser cette ardeur de jeune homme; on croyait qu'il
se lasserait bientôt de vouloir faire le capable, comme le disait sa
mère; et qu'il ne tarderait pas à se décharger sur un premier ministre
d'un fardeau beaucoup trop pesant pour ses mains jeunes et
inexpérimentées. On ne savait pas que Mazarin depuis longtemps avait
pris la peine d'exposer lui-même au jeune monarque toutes les affaires
difficiles, et de lui communiquer les motifs des décisions; qu'il
l'initiait à tous les secrets de sa politique; qu'il l'engageait sans
cesse à vouloir s'appliquer aux détails de la haute administration;
qu'il lui répétait: «qu'il n'avait besoin que de vouloir pour devenir
le plus glorieux roi qui eût jamais existé[339].» Comme Louis XIV
avait assez de jugement pour reconnaître la supériorité de son
ministre, et qu'il le laissait agir, ou avait conçu une faible idée de
sa capacité. Cependant Mazarin avait déclaré «qu'on ne le connaissait
pas, et qu'il y avait en lui de l'étoffe pour faire quatre rois et un
honnête homme[340].»

Mais, dans l'ignorance où l'on était à cet égard, on blâmait ou on
approuvait le gouvernement, selon les espérances que ses actes
faisaient naître de voir la place de Mazarin occupée par celui que les
vœux et les prédilections de chacun y appelaient.

Madame de Sévigné, dont les amitiés étaient franches, vives et
constantes, n'était pas entièrement désintéressée à cet égard. Après
la mort du premier ministre, la noblesse s'était flattée d'y voir
arriver le maréchal de Villeroi ou le grand Condé[341]; mais lorsqu'on
vit que ni l'un ni l'autre n'était admis au conseil, on prêta au roi
un autre projet, et le bruit courut que le cardinal de Retz allait
prendre le timon des affaires. Il avait de nombreux amis; il était le
seul des ennemis de Mazarin que ce ministre eût paru redouter, le seul
qu'il eût persécuté jusqu'à la fin. L'intérêt que l'on portait à cet
illustre exilé s'augmentait encore de toute l'aversion qu'avait fait
naître son heureux rival; et si Retz, après avoir été si longtemps en
butte à une injuste animadversion, ne redevenait pas sur-le-champ en
faveur, si le besoin qu'on avait de ses talents ne le faisait pas
nommer ministre, du moins on ne doutait pas que comme archevêque de
Paris on ne se hâtât de le rappeler, afin de rétablir la paix et le
bon ordre dans l'administration ecclésiastique du premier diocèse du
royaume.

On se trompait; le roi se montra encore plus que Mazarin opposé à
Retz, à ses amis les jansénistes, dont les opinions, depuis la
publication des lettres de Pascal, faisaient cependant chaque jour des
progrès parmi ce qu'il y avait de plus recommandable et de plus
estimable dans la haute société. Un des plus fervents de la secte, un
des frères de l'intraitable docteur Arnauld, avait, ainsi que nous
l'avons dit, conservé l'affection particulière de Louis XIV et de la
reine mère. Il la devait aux services qu'il avait rendus à l'État
pendant sa longue vie politique; au respect qu'inspirait son âge, aux
ouvrages par lesquels il avait honoré et illustré sa laborieuse
retraite; à cette aménité de caractère, à ces formes flatteuses et
polies qu'un long usage de la cour et du grand monde lui avait
données. Un savant, un sage, un saint octogénaire, avec le doux
langage et les manières gracieuses d'un courtisan, voilà ce qu'était
Arnauld d'Andilly.

Un de ses fils, Simon de Pomponne, par son esprit, son aptitude aux
affaires, paraissait destiné à le reproduire. Comme son frère aîné,
l'abbé Arnauld, dont nous avons parié précédemment, Pomponne était au
nombre des amis les plus intimes de madame de Sévigné. Elle avait eu
occasion de le connaître et de le voir souvent dans sa jeunesse à
l'hôtel de Rambouillet, où il était admis, et chez la princesse
Palatine, ainsi que chez madame du Plessis Guénégaud[342]. L'intimité
de Pomponne et de madame de Sévigné s'était accrue par les sentiments
d'amitié et de reconnaissance qui les unissaient tous deux à Fouquet.
Simon de Pomponne, d'abord nommé intendant à Casal, en 1642, avait
obtenu deux ans après d'être admis dans les conseils du roi. Il fut
successivement chargé des négociations de Piémont et du Montferrat, et
de l'intendance des armées de Naples et de Catalogne; mais lorsqu'en
1649 il demanda le consentement royal pour la charge de chancelier du
duc d'Anjou, il lui fut refusé. Malgré l'appui de Fabert et les
sollicitations de ses nombreux et puissants amis, Pomponne ne put
vaincre la résistance de Mazarin, qui lui opposa toujours, comme un
obstacle insurmontable pour un tel emploi, les opinions religieuses
professées par son père et par toute sa famille[343]. Par les mêmes
motifs, le roi, depuis la mort du premier ministre, malgré l'estime
qu'il avait conçue pour Pomponne, malgré la bonne opinion qu'il avait
de ses talents, s'abstenait de lui donner de l'avancement.

Madame du Sévigné se trouvait donc contrariée et affligée de voir
s'évanouir les espérances que la mort de Mazarin lui avait fait
concevoir pour l'élévation du cardinal de Retz et de ses autres amis;
surtout sachant que la cause des empêchements qu'ils éprouvaient était
due à ces opinions religieuses qui lui étaient communes avec tous ceux
qu'elle aimait et qu'elle estimait le plus. D'un autre côté, l'amitié,
mêlée d'amoureuse tendresse, qu'avait pour elle le surintendant, lui
donnait lieu de croire que les changements nécessités par la perte du
premier ministre seraient utiles à tous ceux qu'elle voudrait
protéger, et par suite à l'établissement de ses enfants, surtout de sa
fille, qui déjà commençait à être l'objet de ses pensées principales
et de ses plus chères affections. Elle avait écrit au surintendant à
l'occasion des affaires et du mariage de son cousin germain M. le
marquis de la Trousse[344]; et si Fouquet cherchait à prolonger ce
commerce de lettres au delà de ce qui était nécessaire, c'est qu'il
est présumable que madame de Sévigné ne désirait pas qu'il cessât, et
qu'elle sut y répandre ce charme et ces agréments qui naissaient sans
effort sous sa plume.

Des trois ministres que Louis XIV avait choisis, Lyonne, Le Tellier et
Fouquet, ce dernier était le seul qu'on croyait digne d'occuper la
place de premier ministre. A la cour et dans tout le royaume, il
comptait autant d'amis et de partisans que Mazarin avait eu d'ennemis
ou d'antagonistes déclarés ou cachés. Fouquet était personnellement
aimé et protégé par la reine mère; le roi semblait se plaire à
travailler avec lui, et lui confiait les affaires les plus secrètes.
Jamais il ne lui refusait d'audiences particulières lorsqu'il lui en
demandait, et il lui en demandait souvent[345]. Aussi, lorsqu'on sut
que Fouquet, afin d'être compris dans la promotion des chevaliers de
l'Ordre qui allait avoir lieu, venait de vendre sa charge de procureur
général, et que par son conseil toute la cour allait faire le voyage
de Nantes pour la tenue des états de Bretagne, on ne douta pas qu'il
ne fût arrivé au plus haut degré de la faveur, et qu'il ne devint
très-prochainement premier ministre[346].

Madame de Sévigné, alors aux Rochers, crut que les espérances qu'elle
avait conçues étaient au moment de se réaliser. Madame de La Fayette
et ses autres correspondances de Paris la confirmaient dans sa
croyance, en lui annonçant que le roi allait bientôt se rendre, avec
ses ministres, en Bretagne. Dans son château, peu éloigné de Nantes,
madame de Sévigné attendait avec une agréable anxiété les nouvelles
qui devaient lui arriver de cette ville. Elles arrivèrent en effet,
mais elles lui apprirent que le surintendant était enfermé dans une
étroite prison; que le roi, furieux contre lui, voulait sa mort; que
tous ses affidés étaient arrêtés ou en fuite, tous ses amis dans la
stupeur; que les scellés allaient être apposés sur tous ses papiers;
que Pellisson, son premier commis, était conduit à la Bastille[347].

  [333] LOUIS XIV, _Mémoires historiques, OEuvres_, t. I, p. 9 à
  57.

  [334] GOURVILLE, t. LII, p. 331, 332, 334.--GRAMONT, _Mémoires_,
  t. LVII, p. 89.

  [335] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 480.

  [336] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 426.

  [337] _La Toison d'Or_, prologue, scène 1, vers 30-23, _Théâtre
  de_ PIERRE CORNEILLE, revu et corrigé par l'auteur, 1692, in-12,
  t. IV, p. 246.

  [338] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém. inéd._; t. II, p. 156, 157;
  CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 209, 211, 223.

  [339] MAZARIN, _Lettres_, 1745, in-12, t. I, p. 2, 15, 27
  (_lettres au Roi_, des 29, 30 juin et 2 juillet 1659).

  [340] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 192.

  [341] DESORMEAUX, _Hist. de Condé_, t. IV, p. 189.--MONGLAT, t.
  LI.

  [342] _Recueil de quelques Pièces nouvelles et galantes_,
  Cologne, Pierre Marteau, 1667, 2e partie, p. 79 à 80.--MONMERQUÉ,
  _Biographie universelle_, t. XXXV, p. 32, article _Pomponne_.

  [343] _Lettres et pièces tirées des manuscrits de_ POMPONNE, à la
  suite des _Mémoires de Coulanges_; Paris, J.-J. Blaise, 1820, p.
  376.

  [344] SÉVIGNÉ, t. I, _Lettres_, p. 59 (_lettre_ en date du 11
  octobre 1661).

  [345] Louis XIV, _Instructions au Dauphin_, t. I, p. 103 des
  _OEuvres_ (année 1661).

  [346] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 111.

  [347] LA FONTAINE, _lettre_ à de Maucroix, _OEuvres_, t. VI, p.
  484.--LORET, liv. XII, p. 142, 143 et 154.--RACINE, _Fragments
  historiques_, dans les _Mémoires sur la Vie de J. Racine_, 1747,
  in-12, part. 2, p. 22.



CHAPITRE XVII.

1661.

   Aveux qu'a faits Louis XIV sur l'arrestation et le procès de
   Fouquet.--Cet événement mal jugé par les historiens.--Ce fut la
   fin du ministérialisme.--De la connaissance approfondie de
   l'affaire de Fouquet dépend l'intelligence complète du règne de
   Louis XIV.--Nomination de Fouquet à la surintendance des finances
   avec Servien.--Fouquet reste le seul surintendant.--Fonctions et
   attributions d'un surintendant.--Ordre qui était établi dans les
   finances.--Trois trésoreries de l'épargne.--Contrôleur ou teneur
   du registre des fonds.--Ordonnances de payement.--Billets de
   l'épargne.--Assignations et réassignations.--De quelle manière
   s'y prenaient les financiers et les traitants pour s'enrichir aux
   dépens de l'État et des particuliers.--Lorsque Fouquet parvint
   aux finances, il n'y avait ni crédit ni ressources.--Il emprunte
   sur son crédit.--Subvient à toutes les dépenses.--Fait
   disparaître tout contrôle.--Le désordre se met dans la
   comptabilité.--Fouquet lui-même ne connaît pas sa position; mais
   il est le seul maître des revenus de l'État.--Dispose d'énormes
   richesses.--Fait bâtir des palais.--Étale le luxe le plus
   prodigieux.--Fait des pensions aux hommes puissants.--Rivalise en
   influence Mazarin.--Colbert signale dans un mémoire ses
   malversations, et dresse un plan pour le perdre.--Fouquet
   intercepte la lettre.--Emploi qu'il fait de la connaissance de ce
   secret pour se maintenir.--Mazarin, ayant besoin d'argent pour
   conclure la paix, écrit à Colbert de se raccommoder avec
   Fouquet.--Ce que Colbert lui répond.--Défiance du surintendant
   depuis cette époque.--Il fortifie Belle-Isle.--Projet de
   résistance mis sur le papier, et retrouvé derrière une glace à
   Saint-Mandé.--Mazarin connaissait les grands talents de Fouquet,
   et ne voulait pas en priver son roi.--Comparaison de Mazarin et
   de Richelieu, de Louis XIII et de Louis XIV.--Richelieu força le
   roi à supporter son joug, Mazarin fit aimer le
   sien.--Instructions que Mazarin donne à Louis XIV, et comment il
   lui apprit à régner.--Aveux et recommandations de Mazarin à
   Louis XIV.--Position à l'égard de son roi, différente de celle de
   Richelieu.--Mazarin était moins le dominateur du monarque que son
   tuteur et son protecteur.--Tout le gouvernement, toute la cour
   étaient en lui.--Louis XIV, plein de reconnaissance pour Mazarin,
   accomplit toutes ses volontés, et suit tous ses
   conseils.--Mazarin avait conseillé à Louis XIV d'employer
   Fouquet.--Colbert est nommé pour tenir le livre des fonds.--Le
   roi déclare à Fouquet qu'il veut être instruit exactement sur ses
   finances.--Fouquet présente au roi des comptes simulés.--Il est
   démasqué secrètement par Colbert.--Le roi, s'apercevant de son
   système de déception, est résolu à le perdre.--Il dissimule avec
   lui.--Précautions qu'il avait à prendre.--Louis XIV se décide à
   différer l'arrestation de Fouquet.


Dans ses admirables _Instructions au Dauphin_, Louis XIV a dit que de
toutes les affaires qu'il avait eues à traiter, l'arrestation et le
procès du surintendant était celle qui lui avait fait le plus de peine
et causé le plus d'embarras[348]. Et cependant les historiens n'en
parlent que brièvement, et s'étonnent que le roi ait déployé dans
cette circonstance un appareil de puissance tout à fait inutile; qu'il
ait usé d'une dissimulation peu digne de la majesté royale. C'est que
jusque ici on a considéré la chute de Fouquet plutôt comme un incident
que comme un événement grave; on n'y a vu qu'un acte violent de
despotisme envers un homme auquel ses grandes qualités personnelles,
les amis qu'il s'était faits dans la prospérité, le courage qu'il a
montré dans l'adversité, ont attaché un intérêt puissant.

Il y a tout autre chose dans le procès de Fouquet. Par les résultats
qui en devaient être la suite, ce ne fut pas seulement un mémorable
exemple des revers de la fortune donné par la chute d'un ministre; ce
fut une véritable révolution, ce fut l'anéantissement du
ministérialisme en France et le rétablissement de l'autorité royale
dans toute sa plénitude. Ce fut la chute d'un gouvernement qui depuis
plus d'un demi-siècle ne put jamais s'établir et se maintenir qu'en
s'appuyant sur l'oligarchie nobiliaire, ou sur le frêle soutien de la
faveur, que les courtisans et les familiers travaillaient toujours à
lui enlever; consumant ainsi en efforts pour son existence les forces
dont il avait besoin pour agir; faisant souvent le mal sans volonté,
et renonçant au bien par impuissance. L'anéantissement de ce pouvoir,
superposé à la couronne, concentra l'autorité dans le monarque seul,
dont le droit et la puissance étaient hors de toute contestation, et
qui loin d'avoir dans ses propres agents des ennemis, qui s'opposaient
à lui ou cherchaient à le renverser, n'y trouvait plus que des
instruments dociles, empressés, dévoués, qu'il pouvait déplacer,
écarter, briser, selon qu'il le jugeait utile ou convenable à ses
desseins. Alors on eut en France un roi et un gouvernement fort; c'est
ce qu'on n'y avait pas vu depuis Henri IV. Mais rien ne nous montre
mieux la fermeté, l'habileté et les lumières qui étaient nécessaires
dans le souverain pour fonder ce gouvernement, que le procès de
Fouquet. L'intelligence complète du règne de Louis XIV et du caractère
de ce monarque dépend de la connaissance exacte de la situation des
affaires lorsqu'il commença à gouverner par lui-même. On ne peut
l'acquérir qu'en se faisant une idée précise de l'administration du
surintendant, et en recherchant avec soin toutes les causes qui ont
préparé sa chute, toutes les circonstances qui l'ont hâtée et
aggravée.

Nous avons déjà dit comment, en 1652, Fouquet, d'abord accolé à
Servien, était devenu, par le fait, le seul surintendant des
finances, quoique les lettres patentes qui le reconnaissent comme tel
ne lui aient été délivrées qu'en 1659, après la mort de son
collègue[349]. Mais pour concevoir de quelle manière Fouquet, par le
moyen de cette charge, qui ne lui conférait aucune part à la direction
du gouvernement, put acquérir une puissance qui rivalisait avec celle
du premier ministre, il est nécessaire de faire connaître quelle était
à cette époque l'organisation des finances en France, et surtout le
mode de comptabilité du trésor public ou de l'épargne, comme on disait
alors.

Un surintendant général des finances n'était point un comptable, mais
un ordonnateur. Il ne recevait aucun fonds, ne dépensait aucune somme;
mais il ordonnançait toutes les recettes et toutes les dépenses. Il
n'était point justiciable des cours souveraines sagement instituées
pour examiner, juger et arrêter les comptes de tous les comptables
publics; il ne devait justifier de sa gestion qu'au roi. Le
surintendant général n'était astreint dans sa gestion à aucune loi, à
aucune règle particulière, qu'à celles qu'il plaisait au roi de lui
imposer. Le compte qu'il rendait était un compte de clerc à maître, un
compte de conscience[350].

Cependant il ne faut pas croire que les finances du royaume et la
gestion du surintendant fussent sans contrôle. Ce contrôle se trouvait
dans les comptes des trésoriers de l'épargne, et dans la tenue du
registre des fonds. Il y avait trois trésoriers de l'épargne, qui
géraient à tour de rôle pendant un an, et qui rendaient leurs comptes
à la cour des comptes séparément, et par exercice. Aucune somme ne
pouvait être reçue ou payée pour le roi ou pour l'État, ou par le roi
et par l'État, sans qu'il en fût fait écriture sur les registres du
trésor de l'épargne. Ce trésorier ne recevait et ne payait que d'après
les ordonnances du surintendant; ses registres ne faisaient connaître
que la date de ces ordonnances, et les différends fonds sur lesquels
elles étaient assignées. Mais près de lui se trouvait celui qui était
chargé de tenir le registre des fonds sur lequel étaient enregistrées
jour par jour toutes les sommes versées à l'épargne ou payées par
elle, en vertu de toutes les ordonnances de recettes et de dépenses,
avec les origines et les motifs de toutes ces ordonnances, ou de tous
les payements et de tous les versements. Ce registre des fonds n'était
point produit à la cour des comptes; il restait secret entre le roi et
le surintendant. Les ordonnances de ce dernier étaient les seules
pièces que les trésoriers de l'épargne eussent à produire pour la
régularisation de leurs comptes, et le registre des fonds servait en
même temps à contrôler leur gestion et celle du surintendant. Le
teneur du registre des fonds et les trois trésoriers de l'épargne
étaient nommés par le roi, et par conséquent indépendants du
surintendant.

Rien ne semblait mieux imaginé pour que le roi ou son gouvernement,
sans être gêné par la cour des comptes dans l'emploi des revenus de
l'État, sans lui révéler des secrets qu'elle ne devait pas connaître,
pût la faire servir à faire régner l'ordre dans les finances; et aucun
moyen ne paraissait plus simple, ni plus propre à se garantir des
inconvénients qui pouvaient résulter, dans la comptabilité, de la
négligence ou de l'erreur, ou à prévenir les abus, plus grands encore,
de la collusion et de l'improbité. Il est vrai que si cet ordre de
choses eût été maintenu, toute confusion eût été impossible; et
quelque multipliés, quelques compliqués que fussent d'ailleurs les
comptes particuliers, quelque nombreuses que fussent les différentes
espèces de dépenses et les diverses natures de recettes, le souverain
eût toujours pu connaître l'état au vrai de ses finances, la grandeur
de ses charges et l'étendue de ses ressources. Mais ce n'était pas là
ce que voulaient les financiers. Examinons comment ils parvinrent à
échapper aux entraves qu'on avait mises à leurs fraudes et à leur
rapacité.

Toute ordonnance de payement, ou commandement fait à un trésorier de
l'épargne de payer une somme au nom du roi ou de son conseil, devait
être signée ou contre-signée par le surintendant. Mais cela ne
suffisait pas encore pour qu'elle pût être payée. Dans cet état, une
ordonnance de payement n'était qu'une reconnaissance de la dette,
qu'un ordre général portant que telle dépense était faite; elle devait
être soldée par l'épargne. Pour que l'argent fût délivré à la personne
ainsi reconnue créancière de l'État, il fallait encore qu'il fût mis
au bas de cette ordonnance un ordre particulier du surintendant, qui
assignait sur un fonds spécial[351] le payement de la somme qui y
était mentionnée. Le trésorier de l'épargne ne pouvait et ne devait
vous payer qu'autant qu'il avait des valeurs appartenant au fonds sur
lequel le payement de l'ordonnance était assigné; et comme il n'en
avait presque jamais, vu les retards qui avaient lieu dans la
perception des diverses branches de revenu public, au lieu d'argent
il donnait en échange de l'ordonnance un billet de l'épargne, qui
était une sorte de mandat sur le traitant, le fermier de l'impôt, ou
tel autre débiteur, envers l'épargne, du fonds sur lequel le payement
de l'ordonnance était assigné. Par ce mandat, le trésorier de
l'épargne déclarait qu'il tiendrait compte à celui-ci de la somme
payée par lui sur le fonds qui se trouvait désigné, et qu'on lui en
fournirait quittance.

Pour la facilité des affaires et des payements, on subdivisait le plus
souvent le montant d'une même ordonnance en plusieurs billets de
l'épargne; et comme il y avait plusieurs espèces de fonds ou plusieurs
sources de revenus publics, il y avait aussi plusieurs espèces de
billets de l'épargne. Par la même raison, ainsi qu'il y avait des
revenus ou des fonds encore intacts, ou dont les rentrées étaient
certaines et prochaines au moment de l'émission des billets qui les
concernaient, on en trouvait d'autres dont les rentrées étaient
incertaines et éloignées; d'autres qui se trouvaient entièrement
épuisés, sans qu'on pût en avoir la preuve qu'au moment de la
reddition du compte. Il en résultait qu'il y avait des billets de
l'épargne dont la valeur était au pair avec l'argent; d'autres, plus
ou moins au-dessous du pair; d'autres, absolument sans valeur, quoique
cependant tous ces billets, et les ordonnances qu'ils représentaient,
émanassent des mêmes autorités, fussent revêtus des mêmes signatures.
Mais les billets sans valeur pouvaient redevenir tout à coup
supérieurs à ceux dont la valeur était incertaine; et voici comment:

On assignait souvent, par erreur ou autrement, des ordonnances dont le
montant total était quelquefois le triple et le quadruple du fonds qui
devait les acquitter; cela donnait lieu à ce qu'on appelait une
réassignation de billet, c'est-à-dire à un second ordre de payer tel
ou tel billet sur un autre fonds que celui qui était mentionné dans
l'ordonnance. Cette réassignation pouvait être faite sur un fonds du
même exercice, ou, comme on disait, d'une même épargne; alors cette
réassignation se mettait tout simplement au pied du billet. Mais si
cet exercice était terminé, et qu'il fallût réassigner sur un autre
exercice, c'est-à-dire faire peser le billet sur le compte d'un autre
trésorier, il était nécessaire de rendre une ordonnance de comptant ou
de remise. Cette ordonnance de comptant ou de remise se trouvant
séparée du billet pour lequel elle avait été obtenue, il était facile
de l'annexer à un autre billet, et de changer ainsi un papier d'une
valeur incertaine ou nulle, en un autre dont la réalisation
n'éprouvait aucun retard[352]. On comprend ainsi sans peine de quelle
manière les ordonnances de payement se trouvant morcelées en un grand
nombre de billets assignés sur des fonds différents de leur mandat
primitif, puis réassignés sur d'autres fonds, et brisés en plusieurs
exercices, payés souvent sur des ordonnances de comptant qui ne leur
appartenaient pas, finissaient par former dans la comptabilité une
complication que pouvaient seuls démêler le surintendant, les
trésoriers de l'épargne et les traitants qui en étaient les auteurs.
On voit aussi pourquoi la finance était devenue un arcane, une science
secrète, dont la connaissance était réservée à une certaine classe de
personnes; pourquoi les financiers formaient en quelque sorte une
classe à part, et peu estimée. Les profits que les trésoriers de
l'épargne pouvaient faire par leur collusion avec les fermiers des
impôts étaient énormes, puisque les uns pouvaient payer les
ordonnances et les autres les taxes, avec des billets qui entre leurs
mains étaient évalués au pair, et qui en d'autres mains, même celles
des détenteurs primitifs, des ayant-droit, des créanciers légitimes,
pouvaient être dépréciés au tiers, au quart, au dixième de leur
valeur, ou même réduits à rien. Car lorsque les billets de l'épargne
avaient vieilli, et qu'on avait laissé passer un trop grand nombre
d'exercices sans les réassigner, leur réassignation devenait de plus
en plus difficile à obtenir. Les billets récents, qui représentaient
les besoins du moment, les dépenses courantes, obtenaient la
préférence sur les anciens, considérés comme une dette surannée; et si
ceux-ci n'étaient pas annulés légalement par un arrêt de déchéance,
ils l'étaient de fait par le refus absolu de réassignation. On imagine
facilement combien, dans un tel état de choses, un surintendant peu
scrupuleux avait de moyens de s'enrichir et de dilapider la fortune
publique; lui, qui était maître d'assigner les payements sur telles
espèces de fonds qu'il lui plairait de choisir, d'accorder ou de
refuser les assignations ou les réassignations, de faire ou de ne pas
faire des ordonnances de remises; lui, chargé de passer les baux avec
les fermiers des impôts; lui, qui pouvait autoriser un débiteur de
l'épargne à retarder ou à anticiper les termes de ses payements; lui,
enfin, qui, par l'autorité de sa charge, avait le pouvoir de
surveiller, de corriger tous les abus, et qui pouvait prendre de
telles mesures qu'aucun agent des finances ne pût faire de gains
illicites sans qu'il lui en revînt la plus forte part. Plus la pénurie
du trésor était grande, plus il était facile à un surintendant de
malverser, plus il devenait difficile de le convaincre de
malversation.

A cet égard Fouquet se trouva dès son début dans la position la plus
favorable lorsqu'il fut nommé surintendant. Le maréchal de la
Meilleraye, qui avait dirigé les finances, venait de faire une
véritable banqueroute en donnant en payement à tous les créanciers de
l'État des billets de l'épargne assignés sur des fonds depuis
longtemps épuisés. Nonobstant le discrédit complet produit par une
mesure aussi déloyale, Fouquet trouva encore des ressources pour
toutes les dépenses. Il emprunta sur son crédit propre, sur celui de
ses amis, et prêta ensuite à l'épargne, mais à des intérêts
considérables. Les traités qu'il conclut comme surintendant des
Finances furent approuvés par le roi, c'est-à-dire par Mazarin: la
nécessité le voulut ainsi. Mais les intérêts stipulés, quoiqu'ils
fussent au moins de douze pour cent, et allassent même jusqu'à
dix-huit, n'étaient pas les seuls profits de ceux qui s'engageaient
avec Fouquet dans les affaires du gouvernement. Avant de traiter ils
avaient soin d'acheter communément au denier dix, et souvent à moins,
un certain nombre des billets de l'épargne émis par le maréchal de la
Meilleraye; et ils stipulaient, dans les conditions de l'emprunt qui
leur était fait, qu'outre l'intérêt convenu, les billets de l'épargne
dont ils étaient porteurs seraient réassignés par des ordonnances de
comptant; et par le moyen de cette réassignation, faite de concert
avec les trésoriers sur des fonds disponibles, ils parvenaient à
obtenir le payement intégral de ces ordonnances[353]. Cela leur était
d'autant plus facile que la plupart de ces prêteurs étaient devenus
aussi, par le moyen du surintendant, les fermiers des impôts. Ils se
payaient par leurs mains, au fur et à mesure des rentrées;
c'est-à-dire qu'ils donnaient en payement de leurs engagements envers
l'épargne ces mêmes billets de l'épargne qu'ils avaient achetés à vil
prix et fait réassigner[354].

Ce n'était pas encore tout. Les lois et les ordonnances royales, qui
en tenaient lieu, ne permettaient pas à l'État d'emprunter à un taux
plus élevé que le denier dix-huit, ou à cinq cinq-neuvièmes pour cent.
Les cours souveraines chargées de la vérification des comptes ne
pouvaient donc admettre un taux plus fort; mais comme l'intérêt qu'on
était obligé de subir était le double et le triple de l'intérêt légal,
les prêteurs faisaient sur les sommes qu'ils versaient à l'épargne la
retenue de la différence, et on leur donnait quittance de la somme
entière stipulée dans leurs engagements, sans faire mention de cette
retenue; puis on faisait des ordonnances, qu'on appelait _ordonnances
de fonds_, qui assignaient sur un fonds effectif ou imaginaire, au
profit de gens inconnus ou supposés, le payement de la différence
entre le taux légal et le taux réel de l'emprunt. Ces ordonnances,
délivrées par le conseil des finances, contre-signées par le
surintendant, servaient aux trésoriers de l'épargne à régulariser leur
comptabilité. Il fallait bien, pour couvrir leur responsabilité, avoir
recours à de fausses écritures en recettes et en dépenses. Les
ordonnances de fonds faites au nom du roi et de son conseil opéraient
une simulation qui mettait les traitants à l'abri de toute
recherche[355]. Ces ordonnances de fonds en valeurs fictives étaient
cependant, comme les autres, scindées et converties en billets de
l'épargne, selon que cela était nécessaire pour la commodité du
service et la régularisation des écritures sur les différents fonds.
Souvent le traité qui avait donné lieu à une ordonnance était révoqué.
Alors les billets qu'on avait faits en exécution de cette même
ordonnance devaient être rapportés, et biffés par le surintendant et
ceux du conseil du roi qui avaient signé la première ordonnance, et
qui signaient également l'ordonnance de révocation. Ces billets, lors
même qu'ils n'étaient point biffés, se trouvaient nuls de droit; et de
là on prenait occasion de négliger de les biffer et de les annuler.
Mais comme ils pouvaient être séparés de fait des ordonnances qui les
avaient autorisés, et se trouvaient sous la forme de billets de
l'épargne, on parvenait, par des assignations et des réassignations, à
déguiser entièrement leur origine, et à convertir en valeurs réelles
des valeurs primitivement fictives, mais qui n'étaient plus même alors
des valeurs fictives, qui n'étaient plus rien. Ainsi, on faisait payer
deux fois à l'État une différence d'intérêt déjà si énormément
usuraire.

Celui qui tenait le registre des fonds, obligé de coucher sur ce
registre le détail de toutes les opérations financières, de décharger
ce même registre des traités annulés, des billets qui en étaient
provenus, aurait pu, par l'utilité de son contrôle, mettre obstacle à
d'aussi énormes dilapidations; mais ce registre, soit par l'influence
de Fouquet, soit par négligence, soit par impéritie, ne fut pas tenu
avec exactitude[356]. Cependant la comptabilité de l'épargne, tout
imparfaite, toute sommaire qu'elle était, aurait pu jeter quelque jour
sur ces désastreuses opérations, et empêcher qu'on ne s'y livrât avec
autant d'audace et d'impudeur; mais ce contrôle, si faible, si
insuffisant, fut anéanti par Fouquet, non pas peut-être de dessein
prémédité, mais par suite de l'exigence et de l'entraînement des
affaires.

En effet, quand il parvint aux finances, il n'y avait rien dans
l'épargne. Par la seule confiance qu'on avait dans ses talents, dans
sa loyauté, dans sa sincérité, dans sa fidélité à remplir ses
engagements, il trouva les fonds dont on avait besoin. Plusieurs
d'entre ses prêteurs étaient aussi, comme lui, des centres de crédit,
et eurent pour plus grande sûreté les impôts ou les branches de
revenus publics, qu'il leur délégua en sa qualité de surintendant;
d'autres devinrent les principaux gérants de sa vaste administration.
Tous avaient sa garantie personnelle pour les engagements contractés
envers l'État; c'était à lui qu'on prêtait, à lui que les prêteurs
avaient affaire: c'était donc en quelque sorte lui qui prêtait à
l'État; c'est à lui seul que le roi ou son gouvernement était
redevable[357]. Comme les besoins d'argent étaient souvent pressants,
instantanés, les sommes qu'on se procurait par son moyen étaient
remises à Mazarin ou aux chefs de service, directement par les commis
ou les caissiers du surintendant, et pour son propre compte[358]. Le
surintendant faisait ensuite des ordonnances pour se rembourser, et se
payait par les billets de l'épargne faits en vertu de ces ordonnances.
Ces billets étaient acquittés au fur et à mesure de la rentrée des
impôts ou des différentes branches de revenus publics sur lesquels le
payement en était assigné; et, pour éviter tout retard, ces sommes
étaient versées directement dans les caisses du surintendant; de sorte
que, selon l'expression de cette époque, l'épargne se faisait chez
lui, c'est-à-dire que la comptabilité de l'État se trouvait confondue
avec sa comptabilité personnelle, et celle du trésor public devenait
celle de sa caisse particulière. Il était à la fois ordonnateur,
receveur et payeur. Les trésoriers de l'épargne, qui étaient parents
ou amis de Fouquet, et associés à ses immenses opérations, recevaient
de lui les ordonnances et les billets acquittés: ils les
enregistraient avec exactitude; mais comme ils ne recevaient rien que
du papier, et ne payaient rien qu'avec du papier, leur comptabilité
devint toute fictive: recette et dépense, tout se réduisait à des
écritures. Les comptes des trésoriers de l'épargne ne pouvaient donc
plus contrôler les actes du surintendant, puisque ces trésoriers
recevaient de lui toutes les pièces qui devaient former et justifier
ces comptes[359]. Les profits qui résultaient pour eux de leur
participation à tous les emprunts ne leur donnaient que le désir de
voir prolonger un tel état de choses; leurs charges, étant devenues un
moyen certain de s'enrichir, se vendaient à des prix exorbitants[360].

Ainsi Fouquet était devenu le seul dispensateur de la fortune
publique, et tenait dans ses mains la ruine ou la prospérité de tous
ceux qui avaient des intérêts à régler avec l'État, puisqu'il pouvait
à son gré accorder ou refuser, avancer ou retarder le payement de ce
qui était dû par l'État, donner de la valeur à des créances simulées,
et réduire à rien les créances les plus légitimes. Comme surintendant,
Fouquet avait encore l'administration entière des colonies. Son père
était le président du conseil qu'il avait institué pour les régir.
Alors ces possessions lointaines n'étaient considérées que sous le
rapport fiscal, et produisaient de si faibles revenus, que Fouquet
aliéna l'île de Sainte-Lucie tout entière pour la modique somme de
39,000 liv. (78,000 fr. de notre monnaie actuelle)[361].

Dans les grands mouvements de fonds, dans les opérations financières
qui donnent lieu à une comptabilité compliquée, dès qu'on néglige les
moyens propres à faire reconnaître incessamment les erreurs et les
concussions, ou qu'on s'en écarte à dessein, le désordre s'introduit
aussitôt; et, s'accroissant toujours, il arrive que celui même qui l'a
voulu faire naître à son profit ne peut plus s'y reconnaître, et qu'il
devient facile de s'en servir contre lui-même. C'est ce qui arriva à
Fouquet. En proie aux fraudes de ses agents, il en vint au point de ne
plus savoir quelle était sa position à l'égard de l'État. Il paraît
constant, d'après ses propres défenses, que lorsqu'il fut arrêté il
devait quatorze millions (vingt-huit millions de notre monnaie
actuelle)[362]; et il y eut dans ses comptes six millions de billets
réassignés, pour lesquels il fut impossible de savoir s'ils formaient
un déficit réel, ou s'ils n'avaient d'autre origine que des dépenses
fictives résultant des ordonnances de différence de fonds[363].

Mais, quelle que fût sa position, il disposait à son gré des revenus
de la France. Les sommes qui résultaient des emprunts, comme les
recettes qui provenaient des impôts, étaient versées dans ses caisses,
et il avait toujours à son commandement des capitaux immenses en
argent comptant. Il en usa avec une profusion inouïe; il construisit
des palais, forma des bibliothèques, des collections d'un prix
inestimable en tableaux et en statues[364]. Il vécut avec une
magnificence royale, joua gros jeu, eut des maîtresses jusque dans les
rangs les plus élevés; fit des pensions aux courtisans besoigneux, aux
femmes de cour intrigantes, aux artistes, aux gens de lettres, à tous
ceux qui le louaient ou qui pouvaient lui être utiles[365]. Il donnait
sans cesse des fêtes et des repas somptueux au roi, aux reines, aux
ministres, à la cour, aux princes, et aux étrangers illustres qui
visitaient la France[366]. Il avait partout des agents, et
particulièrement auprès des souverains et des hommes puissants;
ils lui rendaient compte de tout, et le servaient par leurs
intrigues[367]. Il gratifiait ses frères, ses parents, ses amis, des
plus belles charges, soit en les achetant pour eux, soit en leur
prêtant l'argent nécessaire pour les acquérir[368]. C'est ainsi qu'il
parvenait à usurper en quelque sorte la nomination aux plus hautes
comme aux plus modiques fonctions de l'État, et à être instruit de
toutes les affaires les plus secrètes, et les plus étrangères aux
finances. Par ces divers moyens il s'acquit une puissance presque
égale à celle du premier ministre, et à laquelle se rattachait la
haute influence de tous ceux qui détestaient la personne de celui-ci
et étaient opposés à sa politique; car, bien que le traité des
Pyrénées eût obtenu l'approbation publique, et fût généralement
considéré comme le chef-d'œuvre de l'habileté de Mazarin, cependant
il y avait aussi un parti assez nombreux qui blâmait ce traité, et qui
aurait voulu qu'au lieu d'arrêter le succès de nos armes et de
chercher à contracter une alliance avec l'Espagne, on fît la conquête
des Pays-Bas, et qu'on adjoignît à la France ces riches et
florissantes contrées. Dans ce parti était Turenne, tous les hommes de
guerre, tous les débris de la Fronde que Mazarin n'avait pu ou voulu
rallier à lui, et aussi une grande portion de la noblesse
indépendante. Les raisons que toutes les personnes de ce parti
alléguaient en faveur de leur opinion se trouvent toutes réunies et
exprimées d'une manière aussi piquante que spirituelle dans une lettre
que Saint-Évremond, l'un d'eux, écrivit au marquis de Créquy, lors des
négociations de Saint-Jean de Luz. Cette lettre, depuis saisie dans
les papiers de Fouquet, devint la cause de l'exil de celui qui l'avait
écrite et de son long séjour en Angleterre[369].

C'est à la même époque, c'est-à-dire pendant que l'on traitait avec
l'Espagne, que Colbert fit pour Mazarin un mémoire où il lui
signalait les dilapidations du surintendant et les énormes abus qui
avaient lieu dans l'administration des finances. Colbert était devenu,
par l'entremise de Le Tellier, allié à sa famille[370], l'intendant de
la maison du cardinal, et, ce qui était encore préférable, son homme
de confiance. Dans le mémoire où il lui exposait les malversations de
Fouquet, il proposait en même temps de le faire arrêter et de le faire
juger par une commission; puis de créer une chambre de justice qui
déciderait du sort de ceux qui s'étaient rendus complices du
surintendant, et qui les forcerait à rendre une partie des sommes
qu'ils avaient extorquées à l'État. Colbert, s'élevant ensuite dans ce
mémoire à la hauteur de la tâche qu'il eut depuis à remplir, y
développait un plan de finances fondé sur l'ordre et l'économie, qui
fournissait les moyens de pourvoir aux dépenses publiques sans avoir
besoin de recourir à la désastreuse ressource des emprunts et à de
ruineuses anticipations.

Ce mémoire, envoyé à Mazarin tandis qu'il était à Saint-Jean de Luz,
fut intercepté par un employé de la poste aux lettres, et communiqué
au surintendant; il en prit copie, et le laissa ensuite parvenir à sa
destination[371]. Mais, embarrassé sur les mesures qu'il lui fallait
prendre pour déconcerter le projet formé contre lui, il appela près de
lui Gourville, et lui fit part de ce qu'il avait découvert. Gourville,
pour parer aux dangers qui menaçaient Fouquet, fit voir une habileté
consommée et une présence d'esprit admirable. Mazarin avait besoin
d'argent pour le succès de ses négociations; et si elles
réussissaient, il lui en fallait encore plus pour les dépenses
qu'occasionnerait le mariage du roi. Il en demandait donc au
surintendant. Celui-ci lui dépêcha Gourville pour s'expliquer avec lui
sur cette demande. Gourville exposa que tous les fonds dont le
surintendant pouvait disposer étaient épuisés, qu'il ne pouvait plus
en trouver que sur son crédit; mais que ce crédit n'était fondé que
sur l'opinion de la faveur dont il jouissait auprès du roi et de son
éminence. Il était donc bien important, si l'on voulait que le
surintendant continuât à rendre les mêmes services, que des marques
signalées de confiance lui fussent données, et qu'on fît disparaître,
autrement que par de vagues assurances, les bruits qui couraient que
par suite des calomnies du sieur Colbert, et à son instigation, la
disgrâce du surintendant était imminente. Tant que la moindre trace de
cette opinion subsisterait, il ne fallait pas espérer que le
surintendant ni aucun de ses amis pussent trouver un seul prêteur.
Dans une seconde conférence qui eut lieu sur ce sujet entre Mazarin et
Fouquet, ce dernier confirma tout ce qu'avait dit Gourville. Le
surintendant se répandit en même temps en plaintes amères sur Colbert,
et laissa percer qu'il avait connaissance du mémoire que celui-ci
avait écrit contre lui. Cependant Fouquet affirmait que Colbert avait
été le premier à lui faire des offres de service, et qu'il ne s'était
déclaré son ennemi que parce qu'il avait refusé d'accéder aux demandes
injustes de plusieurs de ses parents.

Mazarin, pour obtenir les millions dont il avait besoin, se détermina
à donner toute satisfaction au surintendant, à écrire à Colbert
dans le plus grand détail, et, sans émettre aucune opinion sur
les accusations dirigées contre le surintendant, ni sur les
justifications qu'il faisait valoir, il exhorta Colbert à aller voir
ce dernier aussitôt qu'il serait de retour à Paris, et à travailler à
détruire dans son esprit l'idée que lui, Colbert, était son ennemi
personnel.

Colbert, dans une longue lettre qu'il écrivit à Mazarin, en réponse à
celle dont nous venons de faire l'analyse, examine avec une grande
sagacité comment le mémoire qu'il avait envoyé à son éminence, connu
de lui seul, a pu l'être de Fouquet. Après avoir épuisé tous les
moyens par lesquels on peut supposer que ce secret a été divulgué,
Colbert conclut qu'il n'y en a qu'un seul possible: c'est la trahison
du sieur Nouveau, officier des postes, qu'il n'hésite pas à croire
coupable; et à cet égard il ne se trompait pas[372]. Dans une seconde
lettre, qui fait suite à la première, Colbert se justifie des
accusations que Fouquet avait portées contre lui, et avoue les
obligations qu'il lui a: il prouve qu'au lieu de se montrer ingrat
envers le surintendant, il a cherché, au contraire, à lui rendre le
plus éminent de tous les services, en l'engageant à renoncer à des
pratiques et à des opérations qui pouvaient nuire à sa réputation et
avoir pour lui les plus fâcheuses conséquences. Malgré cet
avertissement, les rapines et les dilapidations de Fouquet et de ses
agents n'ont fait qu'augmenter. C'est alors que Colbert a cru de son
devoir de s'écarter du surintendant, et d'avoir avec lui le moins de
relations possible[373]. Quant au désir que Fouquet témoignait de
faire cesser cet état de choses, et de bien vivre avec Colbert,
celui-ci répond: «Cela lui sera très-facile: car ou il changera de
conduite, ou votre éminence agréera celle qu'il tient, ou l'excusera
sur la disposition présente des affaires, ou enfin elle trouvera que
ses bonnes qualités doivent l'emporter sur ses mauvaises; et, dans
quelque cas que ce soit, je n'aurai aucune peine à me conformer aux
intentions de votre éminence, lui pouvant protester devant Dieu
qu'elles ont toujours été et seront toujours les règles des mouvements
de mon esprit[374].»

Lorsque après le mariage du roi toute la cour et les ministres
revinrent à Paris, Colbert eut avec Fouquet l'entretien que Mazarin
avait désiré; mais cet entretien ne calma pas les craintes et les
défiances du surintendant, peut-être même ne fit-il que les augmenter.
Le sentiment des dangers dont il se croyait menacé le troubla au point
de lui faire prendre les mesures les plus imprudentes, de former les
desseins les plus insensés. Confiant dans le grand nombre d'amis,
d'obligés et de créatures qu'il avait dans les plus hautes places
comme dans les plus infimes, il traça un plan d'instruction sur ce que
tous auraient à faire dans le cas où, arrêté à l'improviste, il
n'aurait pas le temps de fuir. Il fortifia Belle-Isle, qu'il avait
achetée. Son projet ne tendait à rien moins qu'à une résistance à main
armée, à une rébellion ouverte. La mort de Mazarin vint bientôt
soulager Fouquet, et effacer de son esprit toute pensée de cette
nature. Les souvenirs de la Fronde avaient pu lui faire concevoir la
possibilité de lutter avec un ministre, mais non pas avec le roi; et
d'ailleurs, bien loin de soupçonner qu'il eût rien à redouter, il se
croyait en faveur. Cependant le brouillon de son ancien projet, trouvé
derrière un miroir dans sa maison de Saint-Mandé, forma la base de
l'accusation dirigée contre lui, compromit toutes les personnes qui y
étaient nommées, et faillit lui coûter la vie[375].

Fouquet se trompait sur les intentions de Mazarin, qui n'étaient
nullement hostiles à son égard. Mazarin rendait justice à ses grands
talents, et aurait voulu même n'en pas priver son roi.

Les moyens qu'avait employés Richelieu pour gouverner Louis XIII
furent les mêmes que ceux dont Mazarin fit usage pour conserver son
ascendant sur Louis XIV. Tout le secret de ces deux ministres fut de
démontrer sans cesse à leurs souverains que les membres de leurs
familles, les plus chers objets de leurs affections, les courtisans,
les prêtres, les guerriers, les gens de loi, cherchaient tous
également à se servir de l'autorité royale, ou à mettre obstacle à son
action, par un seul et unique motif, leur intérêt propre. Il était
facile à ces ministres de prouver que cet intérêt était presque
toujours en opposition directe à celui de la puissance royale et à la
prospérité du royaume, dont les rois étaient comptables envers Dieu et
envers leurs sujets. Le père comme le fils eurent assez de jugement et
de discernement pour reconnaître qu'une partie des haines que
s'attirait celui auquel ils résignaient leur pouvoir était due à sa
fermeté pour soutenir leur sceptre et accroître la splendeur de la
monarchie. Tels furent les seuls points de ressemblance entre les deux
rois et les deux ministres; mais la différence des âges et des
caractères fit naître dans leurs positions, leurs sentiments et leur
conduite plus de contrastes que de similitudes. Richelieu imposa son
joug à son maître, et le lui fit détester; Mazarin accoutuma son
pupille à se soumettre au sien, et le lui fit aimer. Les deux rois
éprouvaient également le besoin de se laisser conduire; mais dans
Louis XIII ce sentiment n'était que la conscience de sa faiblesse et
de son impéritie; dans Louis XIV c'était l'instinct d'une âme
énergique et élevée, qui se sent capable d'égaler de grands modèles,
mais qui reconnaît le besoin de s'instruire et redoute son
inexpérience. Comment Louis XIV n'aurait-il pas conçu de l'attachement
pour Mazarin? Dès que ce roi enfant eut atteint l'âge de raison, ne
vit-il pas de ses yeux Mazarin proscrit, dépouillé de tous ses biens,
menacé de perdre la vie, en butte à la violence de tous les partis,
uniquement parce qu'il soutenait les droits de la couronne contre le
peuple, le parlement et les nobles? Ce fils, l'objet de tous les soins
et de toute la tendresse de sa mère, dès qu'il fut capable d'un
sentiment, put-il ne pas se montrer sensible aux larmes de cette mère,
à ses gémissements, à ses anxiétés, à ses ressentiments, lorsqu'elle
fut forcée de consentir à l'éloignement de celui qui était son seul
appui, son seul conseil? Ne fut-il pas habitué par elle à prier Dieu
sans cesse à ses côtés pour le succès de tout ce qu'entreprenait le
cardinal? Les premières peines qu'éprouva Louis XIV, ce fut donc
Mazarin qui les causa; les premiers vœux qu'il forma furent pour
Mazarin, et les premiers plaisirs qu'il goûta lui vinrent aussi de
Mazarin; car c'est dans la famille de ce ministre qu'il trouva les
aimables compagnes de ses jeux d'enfance. L'une d'elles fut l'objet de
la plus forte passion de son adolescence; et quand, jeune homme, il
put comprendre ce que c'était que la gloire, les premiers préceptes
qu'il en reçut lui furent donnés par Mazarin. Ce ministre lui inculqua
un juste mépris pour les rois fainéants; il lui inspira la crainte de
se voir classé parmi eux, et il fortifia en lui la volonté de régner
par lui-même. L'admiration de Louis XIV pour Mazarin et la confiance
qu'il avait en lui durent s'accroître encore lorsque, après le refus
de le laisser épouser sa nièce, il le vit, au milieu des douleurs de
la goutte, hâter sa fin prochaine par un travail excessif, afin de
terminer les négociations du mariage avec l'infante, auxquelles
étaient attachés la paix, le repos et l'avenir de la France[376].

Louis XIV, qui se trouvait à cette époque de la vie où l'on n'est
point en garde contre les illusions, fut vivement touché des derniers
témoignages de tendresse qui lui furent donnés par Mazarin et des
dernières marques de ses sollicitudes. En effet, ce ministre déjà
condamné par les médecins, certain de mourir, comprimant ses douleurs,
surmontant sa faiblesse, et, selon l'énergique expression de madame de
Motteville, faisant bonne mine à la mort[377], ne perdit pas un moment
pour donner au jeune roi toutes les instructions dont il avait besoin.
Il tint de fréquents conseils, afin de le mettre au courant de toutes
les affaires qui devaient s'y traiter; et après ces conseils il
passait encore trois ou quatre heures avec son royal élève dans des
conférences particulières. De peur que sa mémoire ne pût retenir tous
les enseignements qu'il lui donnait, il prenait ensuite le soin de
les rédiger par écrit, afin que lorsqu'il aurait cessé de vivre, Louis
XIV pût y recourir. Il lui démontrait la nécessité de régir par
lui-même toutes les grandes affaires et de les embrasser dans tous
leurs détails; surtout de mettre de l'ordre dans les finances, et de
ne s'en fier qu'à lui-même pour ce ressort principal de son
gouvernement, comme pour la guerre et pour les négociations avec les
puissances. Il lui recommanda de ne livrer aucun de ses secrets ni à
sa femme, ni à ses maîtresses, ni à ses courtisans, ni à ses
domestiques; de n'avoir ni favori ni premier ministre[378]; et de
veiller, au contraire, à ce que les ministres qu'il choisirait se
renfermassent chacun dans les attributions de leur département, et ne
s'occupassent que des affaires qu'il leur confierait.

Lorsque Mazarin s'aperçut que son dernier jour approchait, il fit au
jeune roi une confession entière; lui révéla les abus auxquels pour
garder le pouvoir il avait été obligé de participer; ceux qu'il
n'avait pu empêcher: il ne lui cacha pas quelle était son immense
fortune[379], et par quels moyens il l'avait acquise; le sort futur et
la grandeur de sa famille et de son nom, cet ouvrage de toute sa vie,
il mit tout à la disposition de son royal élève, et par un acte
authentique il lui fit donation pleine et entière de tous ses
biens[380]. L'effet de cette franchise fut tel que Mazarin l'avait
prévu. Louis XIV, plus pénétré de reconnaissance pour les éminents
services de son ministre, après ces humiliants aveux, qu'il ne
l'était avant, n'accepta rien du don qui lui était fait; il rendit à
Mazarin toutes ses richesses, quoiqu'elles fussent assez considérables
pour tenter la cupidité d'un roi.

Le grand mérite de Richelieu et de Mazarin, comme ministres ambitieux
de gouverner, fut d'avoir su discerner le caractère du souverain dont
le pouvoir leur était délégué, et d'y avoir assujetti leur conduite.
Louis XIII et Louis XIV différaient encore plus par le naturel que par
l'âge. Le premier, timide, indolent, soupçonneux, réservé; le second,
fier, impétueux, énergique, ferme et constant dans ses résolutions;
capable d'effort et d'application. Richelieu berça son roi dans sa
faiblesse, et le retint dans la retraite et dans l'obscurité de la vie
privée, afin qu'il n'eût ni la possibilité ni l'envie de lui reprendre
un pouvoir qu'il ne lui laissait qu'à regret; il le domina toujours,
et régna par lui, sur lui, et sans lui. Mazarin, au contraire, mit
toujours en avant son roi dès qu'il fut sorti de l'enfance; il
l'exerça de bonne heure à remplir les fonctions royales; il lui en
montra toutes les difficultés, et l'instruisit sur les moyens de les
surmonter; il mit tout son art à s'immiscer dans sa confiance, et
composa avec ses passions pour les diriger; mais il sut leur résister
et les dominer, lorsqu'elles compromettaient l'intérêt de l'État et la
dignité du trône[381]: il le tint sans cesse près de lui à l'armée,
dans le cabinet, dans les voyages; il partageait et soignait ses
plaisirs, mais le forçait de s'adjoindre à ses occupations; et, bien
loin de réprimer ses impérieuses dispositions, il s'en servait pour
dégager son autorité de toutes les influences qui pouvaient
l'entraver[382]: peu soucieux de cultiver dans son élève les vertus de
l'homme privé, mais actif, mais habile à développer dans cette âme
altière toutes les qualités d'un grand roi.

Richelieu et Mazarin n'étaient rien par eux-mêmes, et ne s'étaient
élevés ni par la naissance ni par l'influence des richesses ou d'un
sang illustre; ils ne pouvaient gouverner qu'en comprimant les grands
et la cour. Richelieu y parvint par les échafauds et la terreur, et il
fit si bien qu'il n'y eut plus de cour ni de courtisans. Il manifesta
toute la force de son despotisme en isolant son roi de sa mère, de sa
femme, de tous les princes de son sang, et même de ses favoris et de
ses familiers quand ils lui portaient ombrage. Mazarin, au contraire,
affermit sa puissance en y agglomérant tous les intérêts personnels,
en ralliant autour du monarque toute sa famille, autour du trône tous
les grands du royaume; en faisant cesser les craintes et en suscitant
les espérances. Mazarin parvint au même but que Richelieu par des
moyens non-seulement différents, mais contraires. Richelieu affligea
et humilia la vieillesse de Louis XIII par de sanglantes proscriptions
contre ceux qui avaient été le plus honorés de la confiance et de la
faveur royale; jamais Mazarin ne mit obstacle ni aux amitiés ni aux
amours de la jeunesse de Louis XIV, ni à sa tendresse filiale; mais il
sut lui faire comprendre que tous les intérêts étaient continuellement
en lutte contre celui dont le devoir est de défendre l'intérêt public;
qu'un roi était un être à part, qui n'était ni fils, ni parent, ni
ami, ni amant, là où les affaires de son royaume étaient engagées;
que lui seul était responsable de tout le mal qu'il n'empêchait pas,
de tout le bien qui était à faire, et qui ne se réalisait pas[383].

Bien loin d'écarter du roi la foule des courtisans, comme Richelieu
l'avait fait, Mazarin environna le monarque d'une cour brillante. Mais
l'habile ministre, pour n'avoir rien à redouter de cette cour, voulut
en être le chef; il voulut qu'elle lui appartînt, qu'elle se confondît
avec sa propre maison; et en la composant, la payant et la dirigeant
lui-même, il en obtint tous les avantages, et évita tous les
inconvénients dont Richelieu n'avait pu se garantir qu'en
l'anéantissant. C'est là une des parties de la politique de Mazarin
qui a été la moins comprise. Ce faste royal qu'il affecta, ces
superbes colléges qu'il fonda, ces magnifiques palais qu'il orna, ces
repas somptueux, ces fêtes qu'il donna, ces gardes, ces officiers dont
il entourait le faste de sa maison, tandis que celle du jeune roi
était, sans lui, petite, mesquine et mal payée, tout cela a été
attribué à son orgueil, tandis que c'était, au contraire, l'effet
d'une prudence consommée et d'une haute prévision. Il évitait par ce
moyen les fortes influences qui n'auraient pas manqué de s'exercer à
l'entour de son royal pupille, par les grandes charges et les riches
emplois de ceux qui auraient été attachés à sa personne. Par
l'attitude que Mazarin avait prise, il ne semblait point être, comme
Richelieu, l'usurpateur du sceptre royal, le dominateur de la
couronne; mais, comme lui, il voulait montrer qu'il en soutenait tout
le poids, et paraissait en être moins l'agent et le serviteur que le
protecteur et l'appui. Cette déférence qu'avaient pour lui la reine
mère et le roi en souscrivant à cet ordre de choses lui soumit les
grands et les courtisans, rendit l'obéissance facile, et
l'obséquiosité même honorable. Comme le séjour de Vincennes était
favorable à sa santé, la cour s'y transportait souvent tout
entière[384]. Les conseils ne se tinrent plus, vers la fin, que dans
sa chambre à coucher[385]. Le roi veillait lui-même à ce qu'on ne
l'interrompît point dans ses heures de travail, à ce qu'on ne troublât
pas celles de son repos. Ses envieux et ses ennemis s'indignaient de
ces attentions du jeune monarque, et les regardaient comme une
profanation de la majesté royale; ils disaient énergiquement que
jamais ministre n'avait fait plus que Mazarin litière de la
royauté[386]. C'est qu'en effet le roi, la cour, l'État, tout se
confondait alors dans la personne de ce ministre, qui jamais ne rendit
de plus signalés services que quand il fut près de descendre dans la
tombe.

Je ne dirai plus qu'un mot sur Richelieu et Mazarin. Tons deux
moururent, après avoir agrandi le royaume et consolidé la monarchie,
sans être regrettés. Louis XIII lui-même se réjouit de la mort de son
ministre; mais Louis XIV pleura le sien. Le soupçonneux Mazarin crut
s'apercevoir, dans les derniers jours de la maladie qui le conduisit
au tombeau, que le jeune roi était empressé de sortir de sa tutelle,
et qu'il désirait peut-être sa mort: cette idée accrut les douleurs de
ses derniers moments[387]. Son erreur fut comme une juste punition de
son ambition; car au contraire Louis XIV fut le seul qui après la mort
de Mazarin montra cet abattement, cette tristesse insurmontable qui
accompagne la perte de quelqu'un qui nous est cher et qui laisse un
grand vide dans notre existence. Depuis, par tous ses discours et
toutes ses actions, le monarque n'a pas donné lieu de douter de la
sincérité de ses regrets; il accomplit religieusement toutes les
dernières volontés de Mazarin, quoiqu'elles le forçassent à conférer à
la famille de ce ministre des faveurs exorbitantes; il exécuta tout ce
qu'il avait prescrit, en mourant, relativement aux affaires d'État; et
Mazarin dans la tombe sembla gouverner encore la France[388]. Cette
haute opinion que le monarque avait de son ministre et la
reconnaissance qu'il croyait lui devoir lui firent traiter dans le
commencement avec des égards et des honneurs qui n'étaient dus qu'à un
prince du sang ce pauvre et ridicule Armand de La Porte, auquel on
imposa l'immense fortune et le nom de Mazarin, avec une des plus
belles et des plus spirituelles femmes de ce temps[389]. A une époque
où il n'était plus permis de douter que Louis XIV n'eût le désir et le
talent de gouverner par lui-même, il a plusieurs fois déclaré que si
Mazarin avait vécu, il lui aurait laissé longtemps encore entre les
mains le pouvoir et la conduite des affaires. Dans plusieurs de ses
lettres et de ses écrits, Louis XIV donne fréquemment l'épithète de
grand homme à Mazarin[390]. Il consultait souvent les instructions
qu'il lui avait laissées[391]; il se plaisait à lire, en présence de
Condé et de ceux qui avaient été le plus opposés à Mazarin, les
passages les plus remarquables de ces instructions, afin de justifier
la haute estime qu'il avait pour sa mémoire[392]. Rien n'est plus à la
gloire de Mazarin, rien n'est plus propre à nous faire concevoir une
grande idée de ses talents et de sa capacité, que cette opinion
qu'avait de lui un monarque qui, de tous ceux qui ont occupé un trône,
s'est montré le plus judicieux et le plus habile appréciateur des
hommes.

Rien aussi ne prouve plus le discernement et l'impartialité de
Mazarin, et combien, même à son lit de mort, il avait à cœur
l'intérêt du monarque et de la monarchie, que le conseil qu'il donna à
Louis XIV, dans ses derniers moments, d'employer Fouquet[393]. Il le
lui indiqua comme l'homme le plus capable de le bien seconder dans
l'administration de son royaume, comme celui de tous les ministres qui
connaissait le mieux les personnes et les ressources de la France;
mais en même temps il recommanda au jeune roi de faire cesser les
dilapidations du surintendant et de ses agents, en établissant un
ordre rigoureux dans les finances. Il l'instruisit des moyens d'y
parvenir, et pour les mettre en œuvre il lui donna Colbert.

Colbert fut donc nommé intendant des finances, et chargé de tenir ce
fameux registre des fonds dont nous avons parlé[394].

Louis XIV, dès les premiers jours qu'il travailla avec Fouquet,
l'avertit que son intention était d'être instruit de tout ce qui
concernait ses finances, et de donner tous ses soins à cette partie de
son gouvernement. Il lui défendit de signer aucun traité, aucun bail à
ferme, sans lui en donner connaissance[395]. Si Fouquet avait su aussi
bien que Mazarin discerner le caractère du jeune roi, il n'eût pas
manqué d'y conformer sa conduite: il eût avoué les fautes du passé,
indiqué les moyens de les réparer, organisé l'avenir. Grand financier
et bon administrateur, il se serait associé à la gloire de ce beau
règne, il en eût augmenté l'éclat, et eût joué un rôle non pas plus
glorieux, mais plus brillant, que celui de Colbert.

Fouquet crut que la mort de Mazarin l'avait délivré du seul obstacle
qui s'opposait à son ambition[396]. Sa supériorité sur Le Tellier et
sur de Lionne (ministres cependant très-habiles[397]); l'importance
des affaires dont il était chargé; la préférence que le roi lui
accordait, en traitant avec lui seul les affaires les plus délicates
et les plus secrètes[398]; la multitude de clients, d'amis, de
pensionnaires qu'il avait près du monarque, dans toute la France, dans
toutes les branches d'administration; la faveur de la reine mère;
enfin la composition du conseil, qui lorsqu'on opinait se bornait à
trois voix, dont une, celle de de Lionne, lui était vendue[399], tels
étaient les motifs de la confiance de Fouquet, les causes de son
aveuglement.

Le Tellier, son ennemi secret, dissimulait, et paraissait ne mettre
aucun obstacle au désir que le surintendant avait d'occuper le premier
rang[400]. Colbert travaillait dans l'ombre.

Tout semblait en apparence favorable aux desseins de Fouquet. Louis
XIV s'était laissé jusque alors guider par sa mère et par Mazarin,
tant pour les choses qui lui étaient personnelles que pour celles de
l'État, et Fouquet ne pouvait se persuader qu'il voulût sérieusement
régler par lui-même les unes et les autres, et reprendre à la fois
l'autorité d'un roi et les pénibles fonctions d'un premier
ministre[401]. Déjà donc le surintendant assignait le terme, peu
éloigné, où son jeune maître, fatigué de tant de détails, si propres à
le rebuter, allait le charger d'un fardeau que son inexpérience et le
seul attrait de la nouveauté l'avaient engagé à essayer de soulever.
La fascination de Fouquet à cet égard était telle, qu'il offrit à la
reine mère d'employer ses bons offices et la faveur dont il jouissait
pour lui redonner l'influence qu'elle avait eue autrefois sur son
fils, et que Mazarin par ses conseils, qui furent alors taxés de noire
ingratitude, lui avait fait perdre[402]. Pour s'acquérir sur les
affaires ecclésiastiques la même prépondérance qu'il se promettait
dans toutes les autres parties dit gouvernement, lorsqu'il faisait ces
offres à la reine mère, Fouquet négociait en même temps avec le
cardinal de Retz, afin d'obtenir de lui, à prix d'argent, qu'il donnât
sa démission de l'archevêché de Paris. Le surintendant ne doutait pas
qu'il ne lui fût facile de faire ensuite nommer à ce siége si envié un
de ses frères, déjà archevêque[403].

La présomption, défaut ordinaire des esprits prompts, faciles, féconds
en ressources, empêcha Fouquet de reconnaître les dangers de la route
où il s'engageait. Il en fut averti cependant par ses principaux
collaborateurs, et surtout par le plus habile et le plus clairvoyant
de tous, Pellisson[404]; mais il ne voulut pas se rendre à leurs
conseils: peut-être ne le pouvait-il plus. Il continua hardiment son
système de fraude et de déception, et présenta au roi de faux états de
situation, qui, sans qu'il le sût, étaient aussitôt rectifiés par
Colbert, au moyen du registre des fonds et des écritures de l'épargne,
tenus alors sous son inspection avec une rigoureuse exactitude. Les
états au vrai, présentés chaque jour au roi par Colbert, dévoilèrent
toutes les concussions et les fourberies du surintendant, et les
plaies profondes faites à l'État par sa connivence avec les traitants
ou les fermiers des impôts. Louis XIV fut outré de se voir ainsi joué
par son ministre, et de se trouver en quelque sorte sous sa dépendance
pour la partie principale de son gouvernement. Le nombre des amis et
des créatures que se faisait le surintendant en prodiguant l'argent du
royaume, son luxe, ses fêtes somptueuses, les prétentions qu'il
manifestait de remplacer Mazarin, ses intrigues, le grand nombre de
ses partisans, la haute opinion qu'on avait de lui, tout contribua à
accroître encore l'animadversion du jeune monarque. Dès lors le plan
que Colbert avait proposé autrefois à Mazarin pour mettre en jugement
ce grand coupable, et opérer le rétablissement des finances, fut de
nouveau reproduit. Louis XIV l'adopta; et il ajouta encore à la
rigueur des mesures qu'il contenait contre la personne de
Fouquet[405]. Ce plan une fois arrêté, il fallut forcément en différer
l'exécution. Fouquet n'avait pas cessé de fortifier Belle-Isle, où il
aurait pu se retirer et chercher à produire quelque mouvement parmi la
jeune noblesse et le peuple de la Bretagne et de la Normandie, deux
provinces écrasées d'impôts et fort mécontentes. De plus, les
priviléges de la charge de surintendant, qui soustrayaient Fouquet à
la juridiction des cours souveraines, et le rendaient justiciable du
roi seul, autorisaient bien la formation d'une commission spéciale
nommée par le roi pour juger Fouquet, conformément au plan proposé par
Colbert; mais cette forme était à juste titre considérée comme
illégale, injuste et despotique, par les parlements; et Fouquet
n'était pas seulement surintendant général des finances, il était
encore procureur général du parlement de Paris. Nul doute que cette
puissante compagnie, si on avait voulu faire juger par commission son
principal officier, ne s'y fût opposée, et n'eût évoqué cette affaire
comme étant du ressort de sa juridiction. Il fallait donc différer
l'accusation de Fouquet et bien dissimuler les projets formés contre
lui, jusqu'à ce qu'on l'eût déterminé à vendre sa charge de procureur
général; et, comme je l'ai dit, on en vint à bout en lui donnant
l'espoir d'être compris dans la promotion de chevaliers des ordres du
roi, qui allait avoir lieu[406].

Il ne faut pas partager l'erreur où sont tombés ici tous les
historiens, et considérer cette époque du règne de Louis XIV comme
celle qui l'a suivie, lorsque le roi, affermi par l'exercice de sa
puissance, ôtait par sa seule parole jusqu'à la pensée même de lui
résister. Lors même que les grandes crises politiques sont apaisées,
il existe toujours, quand elles sont récentes, des habitudes
d'insubordination qui excitent les justes craintes du pouvoir et
augmentent ses embarras. Nous voyons par des lettres non encore
publiées de Mazarin[407] à Colbert, qui sont sous nos yeux, que tandis
que ce ministre était occupé à Saint-Jean-de-Luz aux négociations de
la paix, il craignait que la Normandie, à laquelle cette paix ne
plaisait pas, ne se soulevât, et qu'il faisait surveiller cette
province. Dans le même temps, malgré son opposition et les ordres
formels du roi, Mazarin ne put empêcher Turenne d'offrir et d'envoyer
de l'argent et des troupes au duc d'York, dans le but de rétablir son
frère Charles II sur le trône, quoique rien ne fût plus contraire à la
politique que le ministre avait adoptée dans les intérêts de la
France[408]. Louis XIV, qui n'ignorait aucun des obstacles qu'il avait
fallu vaincre, devait craindre que sa jeunesse et l'opinion que l'on
avait de son inexpérience et de son peu de connaissance des affaires
ne fussent la cause de nouvelles désobéissances. Il faut aussi
rappeler que Fouquet n'était pas seulement un habile financier, qui
dans des occasions importantes avait su créer des ressources et
réaliser des sommes immenses, lorsque l'État était dans un discrédit
complet; Fouquet était encore un grand ministre, à vues étendues et
profondes; il était le seul qui dans le conseil eût songé aux intérêts
du commerce. Plusieurs vaisseaux armés pour son compte fréquentèrent
les Antilles, le Sénégal, la côte de Guinée, Madagascar, Cayenne,
Terre-Neuve. Il encouragea les particuliers à s'intéresser dans ces
différentes entreprises; et c'est à lui que les colonies françaises
durent de pouvoir se soutenir contre les rivalités de l'Espagne, de
l'Angleterre, de la Hollande. Il établit un fret sur les vaisseaux
étrangers pour protéger la navigation: la pêche de la sardine à
Belle-Isle, qui produisit plusieurs millions à l'État, lui était due
entièrement[409]. Il était donc aussi considéré, aussi aimé des
commerçants, des bourgeois, que des courtisans et des hommes de
lettres: pour tous il semblait être le ministre indispensable.

Un autre motif encore plus fort que tous ceux que nous venons
d'énumérer forçait Louis XIV de différer l'exécution du projet conçu
contre Fouquet: c'était le manque d'argent. Fouquet devait faire des
versements, mais il fallait en attendre les échéances. Telle était la
pénurie de l'épargne, que, quoique ces versements eussent été
effectués au moment de l'arrestation de Fouquet, Louis XIV se vit
obligé d'écrire au duc de Mazarin pour lui demander de lui prêter deux
millions[410].

Enfin, une raison majeure d'intérêt public fixait une époque avant
laquelle on ne pouvait songer à rien entreprendre contre Fouquet.
L'arrestation et la mise en jugement du surintendant, la création
d'une chambre de justice, entraînaient la résiliation de tous les
baux, de tous les traités à ferme conclus avec ceux qui devaient être
cités devant cette chambre; tous ces baux, tous ces traités devaient
être promptement renouvelés, afin que la perception des impôts et des
différentes branches de revenus publics n'éprouvât point de retard.
Cela ne pouvait se faire avec avantage qu'en automne; et lorsque Louis
XIV eut arrêté dans son esprit l'exécution du projet de Colbert, on
n'était encore qu'au printemps[411].

  [348] LOUIS XIV, _Instructions au Dauphin_, dans les _OEuvres_,
  t. I, p. 101 à 113.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 139.

  [349] FOUQUET, _Défenses_, édit. Elzev., 1665, in-18, t. II, p.
  58, 60, 81, 91.--MONGLAT, _Mém._, t. L, p. 398; t. LI, p.
  70.--LORET, _Muse historique_, liv. IV, p. 20; liv. X, p. 29
  (_lettres_ du 8 février 1653 et du 22 février 1659).

  [350] PELLISSON, _2e Discours_ pour Fouquet, t. II, p. 120 des
  _OEuvres diverses_, 1735, in-12 (_Lettres et Provisions de MM.
  Servien et Fouquet, de la surintendance des finances_, en date du
  8 février 1653); dans FOUQUET, _Défenses_, t. II, p.
  353.--_Ibid._, t. I, p. 50; t. II, p. 58.

  [351] PELLISSON, _OEuvres diverses_, t. II, p. 144, 145, 150.

  [352] PELLISSON, _2e Discours au Roi pour la Défense de Fouquet_,
  dans les _OEuvres diverses_, t. II, p. 152, 154, 160.

  [353] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 314, 317, 318, 319, 322.

  [354] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 314 et 319.

  [355] PELLISSON, _2e Discours au Roi_, t. II, p. 136 et 149.

  [356] PELLISSON, _2e Discours, OEuvres diverses_, t. II, p. 131.

  [357] PELLISSON, _OEuvres diverses_, t. II, p. 96 et 108.

  [358] Ibid. p. 138.

  [359] PELLISSON, _OEuvres diverses_, t. II, p. 132.

  [360] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 322.

  [361] _De la Production de_ M. FOUQUET _contre celle de_ M.
  TALON, t. III des _Défenses_, p. 350 à 368.

  [362] PELLISSON, _2e Discours_, t. II, p. 141 à 176.

  [363] FOUQUET, _Défenses_, t. II, p. 333; t. III, p.
  233.--PELLISSON, _OEuvres diverses_, t. II, p. 262.

  [364] FOUQUET, _Défenses_, t. III, p. 138.

  [365] FOUQUET, t. III des _Défenses_, p. 181, 186 et 201.--LOUIS
  XIV, _OEuvres_, t. II, p. 25.

  [366] LORET, liv. X, p. 114; liv. XI, p. 113; liv. XII, p. 14,
  109, 129, 132, 136.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 81.

  [367] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. I, p. 102.--MONTPENSIER, _Mém._,
  t. XLII, p. 368.--SAUVAL, _Amours des Rois de France_, t. II, p.
  111; _Vie de Maucroix_; _Histoire de la Vie et des Ouvrages de_
  LA FONTAINE.

  [368] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 107, 108, 142, 170 et
  171.--FOUQUET, _Défenses_, t. VIII, p. 105.

  [369] DES MAIZEAUX, _Vie de Saint-Évremond_, dans les _OEuvres
  de_ SAINT-ÉVREMOND, t. I, p. 36 et 52.--BUSSY, _Mém._, t. II, p.
  106.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 140.

  [370] _Vie de Colbert_ (par Sandraz de Courtils); Cologne, 1695,
  p. 4.

  [371] FOUQUET, _Défenses_, t. II, p. 26 et 36.--GOURVILLE,
  _Mém._, t. LII, p. 326.--SAINT-SIMON, _OEuvres_, t. I, p. 221
  (octobre 1659), t. IX, p. 274 (janvier 1660); ibid., t. IX, p.
  280, 282.

  [372] SAINT-SIMON, _OEuvres complètes_, édit. 1791, t. IX, p. 274
  à 287; GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 326.

  [373] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 322 et 325.--CHOISY, _Mém._,
  t. LXIII, p. 251.

  [374] _Lettres_ de COLBERT à MAZARIN, _mss. autographes à la
  Bibliothèque du Roi_.--SAINT-SIMON, _OEuvres_, t. IX, p. 274,
  287, édit. 1791.

  [375] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 337, 338 et 340.

  [376] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 92, 93, 111.--MOTTEVILLE, t. XL,
  p. 100.--LORET, liv. X, p. 166.--_Lettres du cardinal_ MAZARIN,
  1745, in-12, t. I, p. 2, 15, 20, 27, 42, 62, 315, 318, 375, 377;
  t. II, p. 301.

  [377] MOTTEVILLE, t. XL, p. 80.--LORET, liv. XI, p. 117.

  [378] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 131.

  [379] FOUQUET, _Défenses_, t. II, p. 21. Si l'on en croit
  Fouquet, la fortune de Mazarin se montait à 40 ou 50 millions, 80
  ou 100 millions de notre monnaie actuelle.

  [380] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 198, 201.

  [381] MAZARIN, _Lettres_, 1745, in-12, t. I, p. 70 à 81, 282 et
  286, 363 à 368; _lettres_ en date des 16 juillet, 28 et 29 août
  1659.

  [382] MAZARIN, _Lettres_, 2 vol. in-12, 1745, t. I, p. 284 et
  286, du 26 août 1659.

  [383] GRAMONT, _Mémoires_, t. LVII, p. 89.

  [384] LORET, liv. X, p. 83 (en date du 31 mai 1659).

  [385] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, 1828, in-8º, t. II,
  p. 299, ch. XIII.--LORET, liv. XI, p. 182 (20 novembre 1660).

  [386] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 112.

  [387] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 111.

  [388] POMPONNE, _lettre à Arnauld d'Andilly_, en date du 9 mars,
  _Mém. de Coulanges_, p. 381.--LA FAYETTE, _Mém._, t LXIV, p. 375,
  377.

  [389] _Lettre de_ POMPONNE _à Arnauld d'Andilly_, _Mém. de_
  COULANGES, p. 378.

  [390] LOUIS XIV, _Lettres_, t. VI, p. 12 et 15.

  [391] POMPONNE, _lettre à Arnauld d'Andilly_, _Mém. de_
  COULANGES, p. 378; _lettre_ en date du 4 février 1661.

  [392] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 104.

  [393] POMPONNE, _lettre à Arnauld d'Andilly_, dans les _Mém._ de
  COULANGES, p. 379.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 132.--MONGLAT,
  t. LI, p. 123.

  [394] FOUQUET, _Recueil des Défenses_, t. I, p. 61.--LOUIS XIV,
  _OEuvres_, t. I, p. 33.--Conférez ci-dessus, p. 213 et 220.

  [395] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 325.

  [396] PELISSON, _OEuvres inédites_, t. II, p. 114, 116.

  [397] Conférez MIGNET, _Introduction aux négociations relatives à
  la succession d'Espagne sous Louis XIV_, t. I, p. LVI.

  [398] CHOISY, t. LXIII, p. 248.

  [399] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 53.

  [400] _Lettre de Pomponne à Arnauld d'Andilly_, en date du 19
  mars 1661, dans les _Mém._ de COULANGES, p. 382,
  in-8º.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 132.

  [401] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 376.

  [402] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 158.

  [403] GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 445.

  [404] PELLISSON, _OEuvres mêlées_, t. II, p. 120 et 123.--CHOISY,
  _Mém._, t. LXIII, p. 122.

  [405] FOUQUET, _Défenses_, t. II, p. 26 et 36, et ci-dessus.

  [406] GOURVILLE, t. LIII, p. 337, 346.--LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém.
  inédits_, t. II, p. 179.--CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 248, 249,
  251, 261, 262, 263.

  [407] _Lettre de_ MAZARIN _à Colbert_, en date du 22 octobre
  1659, _mss. de la Bibliothèque du Roi_.

  [408] _Vie de_ JACQUES II, _roi d'Angleterre, d'après les
  Mémoires écrits de sa propre main_, in-8º, t. I, p. 124 à 137.

  [409] FORBONNAIS, _Recherches et considérations sur les finances
  de France_, édit. in-12, 1758, t. II, p. 120, 121.

  [410] LOUIS XIV, dans ses _OEuvres_, t. V, p. 54.--Ibid.,
  _Instructions de Louis XIV pour le Dauphin_, dans ses _OEuvres_,
  t. II, p. 57.

  [411] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 53, _lettre à la
  reine-mère_, en date du 5 septembre.--CHOISY, _Mém._, t. LXIII,
  p. 248 à 251.



CHAPITRE XVIII

1661-1664.

   Fouquet cherche à séduire mademoiselle de La Vallière.--Le roi,
   dans un moment de colère, veut le faire arrêter au milieu d'une
   fête qu'il lui donnait.--La reine-mère l'en empêche.--Fouquet a
   connaissance de l'ordre qu'avait donné le roi.--Fouquet fait à
   Louis XIV un aveu des abus qu'il s'était permis, et promet une
   réforme complète.--Cet aveu ne satisfait pas Louis
   XIV.--Différence des effets produits par les gains illicites de
   Mazarin et par ceux de Fouquet, relativement à l'État.--Louis XIV
   ne pouvait pardonner à Fouquet sans détruire le plan qu'il avait
   formé pour la restauration des finances.--Fouquet de son côté ne
   pouvait reculer.--Il continue dans le même système de corruption
   et de profusion.--Louis XIV dissimule.--Il fait arrêter le
   surintendant.--Beau trait d'éloquence de Pellisson au sujet de la
   dissimulation du roi, qui a causé la perte de Fouquet.--Louis XIV
   établit l'ordre dans ses finances.--On poursuit les traitants, et
   on fait rentrer à l'épargne des sommes considérables.--L'affaire
   de Fouquet était un coup d'État, par le grand nombre de personnes
   qui furent citées à la chambre de justice.--Rigueur mise dans le
   procès de Fouquet; effet qu'elle produit.--Manière dont on a jugé
   la conduite de Louis XIV en cette circonstance.--Position des
   hommes qui exercent le pouvoir, à l'égard de leur siècle et de la
   postérité.


Ce fut avec peine que le jeune roi se soumit à une aussi longue
dissimulation. La contrainte qu'il éprouvait pour laisser croire au
surintendant qu'il était dupe de ses stratagèmes augmentait
l'irritation que lui causait un délai nécessaire. Cependant Fouquet,
plongé dans une funeste sécurité, continuait son genre de vie
habituel, mêlant toujours la galanterie aux affaires. Il chercha à
séduire la belle La Vallière, et voulut acheter ses faveurs à prix
d'argent. La résistance qu'il éprouva lui fit découvrir qu'elle était
aimée du roi. Possesseur d'un secret encore ignoré de toute la cour,
Fouquet crut pouvoir en profiter pour son ambition[412]. Ne doutant
pas que les promesses d'un ministre aussi puissant que lui ne
pouvaient qu'être agréables à mademoiselle de La Vallière, il
s'empressa de l'entretenir en particulier, et de lui offrir son
concours pour tirer le plus d'avantages possible de sa position. La
douce, la modeste La Vallière, que l'amour seul avait entraînée hors
de la route de l'honneur, et qui ne voyait dans le beau et jeune Louis
que l'amant et non le roi, rougit en écoutant le surintendant, et se
retira sans lui répondre. Fouquet interpréta ce silence en sa faveur,
et le regarda comme un consentement qu'un reste de pudeur dans une
jeune fille encore novice ne lui avait pas permis d'exprimer d'une
manière plus explicite[413]. Mais La Vallière était restée muette
d'étonnement et de honte, en apprenant qu'une autre personne que celle
qui servait d'intermédiaire entre elle et le roi avait connaissance de
sa coupable liaison. En faisant à son amant le sacrifice de sa vertu,
elle avait obtenu de lui la promesse que sa réputation serait
respectée et que le voile le plus épais couvrirait leurs amours.
Quelle fut sa douleur d'apprendre que le seul bien qui lui restât
allait lui échapper! Elle redit tout au roi, en répandant d'abondantes
larmes. La fureur de Louis XIV contre le surintendant fut portée au
plus haut degré. Il n'y avait donc plus de secret dont cet audacieux
ministre ne parvînt à se procurer la connaissance? Ses perfides
intrigues le poursuivaient sans cesse et partout, jusque dans son
intérieur le plus intime, jusque dans le cœur de celle qu'il aimait!
Il aspirait au moment où il lui serait enfin permis d'en faire
justice. C'est alors que Fouquet, toujours abusé, toujours dans
l'opinion qu'il était l'homme le plus agréable à son roi, le seul
nécessaire, lui donna à Vaux cette magnifique fête dont nous avons
parlé. Ce jour, Louis XIV aperçut, dans un des cabinets du château de
Vaux, un portrait de mademoiselle de La Vallière, qu'un peintre avait
exécuté sans qu'elle le sût. A la vue de ce portrait, le jeune
monarque ne put contenir son ressentiment. Il éclata: dans son premier
mouvement, il donna l'ordre d'arrêter le surintendant au milieu même
de la fête, et dans sa propre maison. La reine mère, qui se trouvait
là, n'eut pas de peine à démontrer à son fils l'inconvenance du lieu
et du moment, et l'ordre fut révoqué[414]. La reine mère avait
attribué la colère du roi à un mouvement de jalousie; mais elle apprit
bientôt que cette cause de l'animadversion de son fils envers le
surintendant n'était pas la seule: elle fut instruite de tous les
projets formés depuis longtemps contre lui. La duchesse de Chevreuse,
qui avait beaucoup de crédit sur son esprit, sut lui persuader de n'y
mettre aucun obstacle. Cette intrigante duchesse était devenue
l'ennemie du surintendant depuis qu'elle avait épousé en secret de
Laigues, qui croyait avoir à s'en plaindre[415].

Cependant le mouvement de colère auquel Louis XIV s'était abandonné,
cet ordre donné et révoqué trahit ses desseins, et Fouquet en fut
averti par madame Duplessis-Bellière, un de ses plus habiles et de ses
plus courageux agents, dans les affaires de finances comme dans les
intrigues d'amour[416]. Fouquet aperçut dès lors toute la profondeur
du précipice où il était près de tomber. Il crut pouvoir éviter sa
chute en imitant Mazarin: il fit au roi l'aveu de ses fautes, et
promit une réforme complète. Mais son aveu et ses promesses ne
conjurèrent pas l'orage, et ne firent que lui en déguiser les
approches. Louis XIV sembla pardonner, et dissimula si profondément
ses sentiments et ses pensées, qu'il fit illusion à Fouquet, et le
persuada qu'il n'avait plus rien à redouter[417]. Les aveux de Fouquet
n'avaient été que partiels; et alors, bien loin de satisfaire Louis
XIV, ils furent à ses yeux un tort de plus, puisqu'ils lui
paraissaient une nouvelle ruse pour le tromper encore. Fouquet chercha
aussi maladroitement (on le voit par ses défenses) à s'autoriser de
l'exemple qu'avait donné le premier ministre, et à s'excuser par les
pratiques que celui-ci s'était permises. Mais rien n'était semblable
ni dans la position ni dans la nature de la culpabilité. Mazarin, en
cumulant des abbayes, en recevant de l'argent pour les charges qu'il
conférait ou pour les grâces qu'il accordait, en dépensant pour sa
maison les sommes destinées à la maison du roi[418], enlevait les
moyens de s'enrichir à des courtisans ambitieux, avides et frondeurs;
mais ces concussions ne diminuaient en rien les revenus publics; car
aucune des sommes dont Mazarin faisait son profit n'était destinée à
entrer dans l'épargne; Mazarin ne faisait donc rien perdre à
l'État[419]. Fouquet, au contraire, ne s'enrichissait qu'en le ruinant
de plus en plus, puisque c'étaient les produits mêmes des impôts, dont
il était chargé de faire opérer les rentrées et de surveiller
l'emploi, qu'il dilapidait et laissait dilapider. Déjà il avait dévoré
en avance quatre années des revenus de la France. Quand Mazarin, après
avoir reculé les limites du royaume et raffermi la couronne sur la
tête de son roi, lui rendit son immense fortune, celui-ci dut être
satisfait de pouvoir, en la lui conférant par un acte émané de sa
royale volonté, récompenser d'un seul coup, et magnifiquement, les
longs et immenses services de son fidèle ministre. Il faisait par là
une action qui avait sur son gouvernement une heureuse influence, en
montrant une générosité sans bornes envers celui qui l'avait servi
ainsi que l'État avec un entier dévouement. Mais en pardonnant à
Fouquet Louis XIV eût encouragé les rapines et la déloyauté. Le
surintendant absous, il devenait impossible de poursuivre ses agents,
et de faire annuler les engagements ruineux qu'il avait fait
contracter à l'État. Sans cette dernière mesure, toute amélioration
dans les finances devenait impossible. A cette époque il n'y avait pas
de grosses dettes publiques fondées, et reconnues inaltérables,
inviolables; point de théories du crédit qui fissent considérer comme
une chose funeste de manifester l'intention d'affranchir l'État des
dettes usuraires qu'on avait contractées en son nom. Un autre ordre de
choses avait fait adopter d'autres principes; et le roi, en forçant
les financiers et les maltôtiers[420], comme on les appelait alors, à
rendre une partie de leurs immenses profits, se rendait populaire et
s'attirait l'approbation générale, lors même que tout le monde eût été
persuadé que ces profits n'avaient pu avoir lieu qu'au moyen des
opérations faites par le gouvernement et sous le sceau et avec
l'approbation de ceux qui agissaient en son nom.

Fouquet se trouvait d'ailleurs dans l'impossibilité de remplir les
promesses de réforme qu'il faisait à Louis XIV. Il était lui-même
entraîné dans le gouffre où il entraînait le royaume. Pour rester en
place, et rentrer comme surintendant dans les voies du devoir et de la
conscience, il eût fallu que Fouquet devînt cruel et perfide, et qu'il
étouffât en lui les sentiments les plus chers et les plus sacrés;
qu'il trahît, qu'il poursuivît, qu'il précipitât dans l'abîme ceux-là
même avec lesquels il avait contracté, au nom de l'État, des
engagements usuraires, et avec lesquels il avait connivé pour couvrir
tous les genres d'irrégularités; et ceux-là étaient ses parents, ses
amis, ses partisans à la cour, ses pensionnaires, ses maîtresses, ses
clients, ses protégés. Fouquet avait dans le cœur de la bonté, de la
générosité; dans le caractère et dans ses relations particulières, de
la franchise et de la grandeur d'âme; il lui était donc impossible de
prendre une résolution qui aurait entraîné de telles conséquences. Il
ne vit de salut que dans la continuation de son système de profusion
et de corruption, et par la nécessité même où il se trouvait de
monter encore ou de tomber, il poursuivit ce système avec plus
d'intrépidité qu'il ne l'avait fait sous Mazarin; de telle sorte qu'il
n'y avait presque pas une seule personne qui approchât du roi qui ne
lui fût vendue[421]. Le roi, qui s'en aperçut, pour mieux déguiser ses
desseins, et à mesure que le moment approchait de les mettre à
exécution, se vit obligé de donner au surintendant des preuves
simulées d'une faveur toujours croissante. Louis XIV paraissait avoir
pour Fouquet la plus sincère affection, pour ses conseils la plus
grande déférence; il multipliait les entretiens particuliers qu'il
avait avec lui, et semblait vouloir ne décider que par lui les
affaires les plus importantes[422]. «On ne doutait pas, dit madame de
La Fayette, que le surintendant ne fût appelé à gouverner[423].» Louis
XIV n'osa pas se fier à son capitaine des gardes, ni à ses officiers
les plus intimes, quand il fallut sévir contre son ministre. Il cacha
avec soin son secret jusqu'au moment où il donna l'ordre de
l'arrestation; et il chargea de l'exécution de cet ordre un officier
qui n'y était pas appelé par son rang[424]. Cette constante
dissimulation du monarque, en donnant trop de sécurité à Fouquet,
l'empêcha de céder aux conseils qui lui étaient donnés, et arracha à
son défenseur, le généreux Pellisson, un cri de douleur qui est un des
plus beaux passages de son éloquent plaidoyer[425].

Cependant Fouquet pressentit le danger qui le menaçait. La reine mère,
qui le protégeait, lui avait fait dire de se défier de la duchesse de
Chevreuse. Avant de partir pour Nantes, il eut à ce sujet un entretien
avec Loménie de Brienne, dont le père avait la confiance du roi, et
auquel celui-ci s'était ouvert de ses projets sur Fouquet. Loménie de
Brienne nous peint, dans ses Mémoires, la cruelle perplexité à
laquelle était en proie le malheureux surintendant au sujet de ce
fatal voyage. Il hésitait à l'entreprendre, et aurait mieux aimé fuir
et se retirer à Venise ou à Livourne. Il était abattu, consterné;
mais, après bien des alternatives, un peu rassuré en se rappelant les
promesses que le roi lui avait faites, il se décida à partir, en
compagnie avec de Lionne, son ami[426].

Nous avons ailleurs détaillé les circonstances de son arrestation,
raconté les émotions du sensible La Fontaine, lorsqu'il contempla les
murs de la prison où son bienfaiteur était enfermé[427].

Après l'arrestation de Fouquet, Louis XIV abolit la charge de
surintendant, et en fit lui-même les fonctions. Colbert établit un
ordre admirable dans les recettes et dans les dépenses; il mit le roi
à portée de connaître à tous les instants les ressources dont il
pouvait disposer[428]. C'était le roi qui signait toutes les
ordonnances, et qui au commencement de chaque année arrêtait de sa
propre main, sur le livre des fonds, toutes les recettes qui étaient à
faire, et après l'année expirée toutes les recettes et toutes les
dépenses qui avaient été effectuées[429].

Le procès de Fouquet donna les moyens de poursuivre les traitants;
d'annuler les traités qui avaient été conclus avec eux; d'affermer les
impôts avec d'autant plus de profit que les nouveaux fermiers,
contractant directement avec le roi, n'ignoraient pas qu'il avait
lui-même pris connaissance de leurs marchés, et que, bien loin de
redouter aucune recherche, aucune rigueur de sa part, ils espéraient,
en remplissant avec fidélité leurs engagements, s'enrichir, et en même
temps acquérir de la faveur et du crédit.

Les papiers saisis chez Fouquet furent portés directement au roi, qui
les examina lui-même, connut ainsi les ennemis cachés de son
gouvernement, les secrets des plus puissantes familles et les
intrigues ourdies à l'entour du trône. La création d'une chambre de
justice pour rechercher les malversations qui avaient pu être faites
dans les finances touchait les plus grandes familles de robe et
d'épée, dont plusieurs s'étaient enrichies par les prêts usuraires
faits à Fouquet ou par ses dons et ses prodigalités[430]; de sorte que
son arrestation ne fut pas une disgrâce seulement personnelle, mais un
acte qui eut tout l'éclat et tout le retentissement d'une affaire
générale et d'un coup d'État. Elle répandit parmi les grands et les
courtisans une crainte qui les rendit plus souples et plus obéissants,
et inspira la terreur aux concussionnaires. Le secret avec lequel
cette affaire fut conduite, la dissimulation qui la prépara, la
rigueur des ordres qui furent donnés, l'inflexibilité qu'on déploya à
l'égard de ceux qui en étaient frappés, tout fit reconnaître dans le
jeune élève de Mazarin l'habileté de son maître, unie au caractère
altier et énergique de Richelieu. Personne ne douta plus que Louis XIV
n'eût la volonté et les moyens de gouverner par lui-même; et dès lors
son règne commença[431]. La puissance est comme le crédit, dont les
résultats dépendent moins des moyens réels dont on peut disposer que
de l'opinion qu'on parvient à faire prévaloir de leur existence et de
leur efficacité.

La rigueur dont on usa envers Fouquet pendant tout le cours de son
procès prouve que Louis XIV voulait faire en lui un grand exemple,
et ne laisse aucun doute que son intention était de le faire
condamner à mort[432]. Peut-être cette intention, trop ouvertement
manifestée, la violence des accusateurs, l'iniquité des procédures,
contribuèrent-elles, encore plus que l'éloquence et l'habileté
employées dans la défense, à sauver la vie du coupable. Il fut
condamné à l'exil perpétuel et à la confiscation de tous ses biens.
Louis XIV, qui avait trouvé un obstacle à ses volontés dans la
conscience des juges, aggrava la peine: il retint, malgré ce jugement,
le surintendant en captivité, et le fit garder avec une sévérité qui
ne s'adoucit que dans les dernières années de la vie du malheureux
prisonnier. D'où vient cette longue persévérance de Louis XIV dans un
acte de cruauté dont avant la révocation de l'édit de Nantes son long
règne n'offre pas un second exemple[433]? Voulait-il empêcher Fouquet
de trahir les secrets de l'État qu'il lui avait confiés? Redoutait-il
toujours l'effet de ses intrigues? Lui avait-il reconnu une audace
capable de tout oser[434]? Quoi qu'il en soit, la disgrâce du
surintendant, dès qu'elle fut connue, fit taire l'envie que sa haute
prospérité avait inspirée. La dureté avec laquelle il fut traité
pendant tout le cours de son procès excita la compassion dans tous les
cœurs généreux. On le plaignit, et l'intérêt que ses amis et ses
partisans prenaient à son sort devint général. La sentence rendue
contre lui parut rigoureuse, et son inexécution et la peine plus forte
qu'on y substitua furent considérées avec raison comme une violation
de tous les principes de justice. L'odieux d'un tel abus de pouvoir
rejaillit sur Colbert et sur Le Tellier, qui étaient regardés comme
les persécuteurs acharnés du surintendant: le nombre de satires,
d'épigrammes, de libelles par lesquels s'exhala la haine qu'avaient
fait naître ces deux ministres fut grand, et rappela le temps de la
Fronde et des Mazarinades[435]. Peut-être ce soulèvement de l'opinion
contribua-t-il à empêcher Louis XIV de céder au sentiment de la
clémence; peut-être sentait-il le besoin de donner à des ministres
dévoués une garantie, en leur sacrifiant celui dont le nom était comme
un drapeau sous lequel se ralliaient tous leurs ennemis. Le caractère
généreux de Fouquet, ses longues souffrances, ont fait oublier ses
torts à la postérité, qui n'a vu dans la conduite de Louis XIV à son
égard qu'un acte inutile de cruauté, de vengeance et de despotisme. Il
est bien difficile, et peut-être même impossible, de bien juger
certaines actions du pouvoir, d'en bien déterminer les causes, d'en
apprécier les motifs, lorsque les hommes et les circonstances qui les
ont nécessitées ont disparu. Ceux qui ont été mêlés d'une manière
active aux affaires humaines savent de combien d'éléments frivoles et
impurs, qu'enfantent l'intérêt, la légèreté et l'ignorance, se forme
quelquefois l'opinion publique. Ils sont convaincus qu'il est
impossible d'opérer le bien, si l'on a la faiblesse de vouloir
courtiser toujours cette reine du monde, quelquefois si belle et si
pure, mais quelquefois hideuse comme une prostituée. Qui n'a pas le
courage de renoncer aux jugements précipités et inconstants de ses
contemporains doit renoncer à les gouverner, à guider leurs destinées,
à conduire un peuple à la gloire, à la prospérité, au bonheur.
Cependant rien n'exige plus d'énergie dans le caractère que le
sacrifice de cette satisfaction que l'on éprouve par l'approbation
générale donnée à celles de nos actions qui ont pour but le bien
public. C'est la récompense la plus précieuse, la seule précieuse,
pour les grandes âmes. Quelle force de vertu, quelle fermeté de
conscience, quelle haute sagesse ne réclament pas l'abandon de cette
enivrante popularité et le courage de braver l'aveugle haine et les
sinistres attentats dont elle cherche à nous rendre victime, pour
accomplir, après de pénibles efforts, ce qui mérite de tous la
reconnaissance et l'amour! Toutefois, il semble que dans une aussi
pénible position la vertu peut trouver un dédommagement dans
l'impartiale justice de la postérité.--Non; il faut renoncer à ce
consolant espoir: cette précieuse et unique récompense n'est qu'une
illusion, et l'arrêt rendu en présence des faits et des personnes est
presque toujours irrévocable: les moyens manquent aussi bien que la
volonté pour rectifier cet arrêt, lorsque le temps et la tombe ont
fait disparaître tous les témoins qui pouvaient guider la justice
humaine. Elle est vraiment dure la condition de l'homme d'État, qui,
pour être digne de la mission que la Providence lui a imposée, doit se
soumettre d'avance à subir les injustes condamnations du siècle qui
l'a vu naître et des siècles à venir, et qui ne peut penser qu'à Dieu
seul pour apprécier le mérite ou le démérite de ses actions!

  [412] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 317, 377, 404, 413.

  [413] _Histoire de la Vie et des Ouvrages de_ LA FONTAINE, 3e
  édit., p. 70.--Idem, _OEuvres complètes de_ _La Fontaine_, édit.
  1827, t. VI, p. 473.

  [414] RACINE, _Fragments historiques_, t. VI, p. 335 des
  _OEuvres_, édit. de Geoffroy.--LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires
  inédits_, t. II, p. 177.--CHOISY, _Mémoires_, t. LXIII, p. 253.

  [415] MOTTEVILLE, _Mémoires_, t. XL, p. 132.

  [416] FOUQUET, _Défenses_, t. II, p. 15 et 16, édit. in-18,
  Elzeviers.

  [417] Ibid., p. 100.--CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 256.

  [418] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém. inédits_, t. II, p. 136, 138,
  142.

  [419] MOTTEVILLE, t. XL, p. 106.

  [420] Voyez les caricatures qui furent faites contre les
  maltôtiers en 1661, dans le XXVIIe vol. de l'_Hist. de Fr. par
  estampes_, à la Bibliothèque Royale.

  [421] LOUIS XIV, _Instructions pour le Dauphin son fils_, dans
  ses _OEuvres_, t. I, p. 109 à 114.

  [422] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 120 à 122.--CHOISY, t. LXIII, p.
  251.

  [423] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 403.

  [424] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mém. inédits_, t. II, p. 205.--LA
  FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 404.--BUSSY, _Mém._, t. II, p.
  170.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 41.

  [425] PELLISSON, _Discours au Roi_, t. II, p. 274.

  [426] LOMÉNIE de BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 183 à
  186.

  [427] _Hist. de la Vie et des Ouvrages de J. de la Fontaine_, 3e
  édit., p. 112.

  [428] LOUIS XIV, _Instructions pour le Dauphin, son fils_, dans
  ses _OEuvres_, t. I, p. 104, 108.--MONGLAT, _Mémoires_, t. LI, p.
  123.

  [429] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 277.

  [430] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 162.--GOURVILLE, _Mém._, t.
  LII, p. 354.--LORET, liv. XII, p. 187.

  [431] LA FARE, _Mém._, t. LXV, p. 149, 145.--LOUIS XIV,
  _OEuvres_, t. I, p. 37, 39.--MONGLAT, t. LI, p. 511.

  [432] RACINE, _Fragments historiques_, t. VI, p. 335 des
  _OEuvres_.--FOUQUET, _Défenses_, t. I, p. 141, 142.--GUY-PATIN,
  _Lettres_, t. V, p. 218, 219 et 244; _lettre_ en date du 14
  juillet 1662.

  [433] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 48.--LORET, liv. XI, p. 42
  (1660).--LEMONTEY, _Essai sur l'établissement monarchique de
  Louis XIV_, p. 455-460.--BUSSY, _Discours à ses Enfants_, p. 309.

  [434] LA FAYETTE, _Mém._, t. LXIV, p. 379.

  [435] _Tableau de la Vie et du Gouvernement de MM. les cardinaux
  Richelieu et Mazarin et de M. Colbert_, etc., 1694, in-12, p.
  220-234.



CHAPITRE XIX.

1661-1664.

   Plusieurs lettres de madame de Sévigné sont trouvées dans les
   papiers du surintendant.--Louis XIV en prend connaissance.--Il en
   parle de manière à ne laisser aucune prise à la malignité
   publique; cependant elle s'exerce sur cet incident.--Chagrin
   qu'en ressent madame de Sévigné.--Lettre qu'elle écrit à Pomponne
   à ce sujet.--Madame de Sévigné se montre plus attachée aux amis
   du surintendant, parce qu'ils étaient exilés. Simon de Pomponne
   était de ce nombre.--Noble conduite des gens de lettres envers
   Fouquet.--Mademoiselle de Scudéry correspond avec lui.--Madame de
   Sévigné écrit à Ménage pour l'engager à détruire les bruits qui
   couraient sur son compte au sujet des lettres trouvées chez
   Fouquet.--Citation de cette lettre.--Fouquet comparait devant le
   tribunal qui doit le juger.--Madame de Sévigné, alors à Paris,
   écrit à Pomponne plusieurs lettres sur ce procès.--Position de
   Pomponne.--Intérêt des lettres que madame de Sévigné lui adresse
   au sujet de Fouquet.--Faveur dont madame de Sévigné jouissait
   auprès de la cour et de Louis XIV.--Fidélité de madame de Sévigné
   au malheur.--Sa sensibilité pour Fouquet partagée par madame de
   Guénégaud, avec laquelle elle était liée--Détails sur Arnauld
   d'Andilly;--sur le procès de Fouquet;--sur madame de
   Guénégaud.--L'hôtel de Nevers, des lettres de madame de Sévigné,
   et l'hôtel Guénégaud.--Madame de Sévigné agissait en faveur du
   surintendant.--Elle craignait qu'il ne fût condamné à mort.--Ses
   anxiétés pendant le procès.--Apparition d'une comète.--L'effet
   qu'elle produit sur les esprits.--Ce qu'en dit de Neuré.--Détails
   sur de Neuré.--Madame de Sévigné annonce à Pomponne que Fouquet a
   la vie sauve.--Louis XIV aurait voulu le faire condamner à
   mort.--Madame de Sévigné craint qu'on n'empoisonne Fouquet; la
   vue de la comète la rassure.--Madame de Sévigné mande à Pomponne
   le départ de Fouquet pour Pignerol.--Louis XIV, par la sévérité
   de son maintien, inspirait le respect et la crainte.--Les lettres
   de madame de Sévigné à Pomponne ne sont pas inférieures aux
   autres qu'elle a écrites.--Suite de l'histoire de Fouquet.--Il
   n'obtient la permission de voir sa femme qu'au bout de sept ans
   de captivité.--Son entrevue avec Lauzun.--Sa mort obscure.--On
   est incertain s'il est mort avant ou après avoir recouvré son
   entière liberté.


Comme tous ceux qui ont de nombreuses affaires dont les documents
devront être réunis sous leurs yeux lorsqu'ils auront à s'en occuper,
Fouquet conservait avec soin toutes ses lettres. Elles furent saisies.
Les correspondances qu'il entretenait avec plusieurs femmes de la cour
se trouvaient réunies dans des cassettes particulières[436]. Celles-ci
furent portées directement au roi, qui les examina. Il en trouva un
certain nombre de madame de Sévigné, qui attirèrent son attention par
l'enjouement, la grâce et la facilité du style. Mais quoiqu'il eût
dit, et que Le Tellier eût répété après lui, que ces lettres,
uniquement relatives à des affaires de famille, ne pouvaient que faire
honneur à celle qui les avait écrites, dès qu'on en connut l'existence
la malignité publique s'exerça sur notre aimable veuve. On voit par la
lettre suivante, que madame de Sévigné écrivit alors à de Pomponne,
combien elle était péniblement affectée des discours qu'on tenait à ce
sujet dans le monde.


LETTRE DE MADAME DE SÉVIGNÉ A M. DE POMPONNE.

    «Aux Rochers, ce 11 octobre 1661.

«Il n'y a rien de plus vrai, que l'amitié se réchauffe quand on est
dans les mêmes intérêts. Vous m'avez écrit si obligeamment là-dessus,
que je ne puis y répondre plus juste qu'en vous assurant que j'ai les
mêmes sentiments pour vous que vous avez pour moi, et qu'en un mot je
vous honore et vous estime d'une façon toute particulière. Mais que
dites-vous de tout ce qu'on a trouvé dans ces cassettes? Eussiez-vous
jamais cru que mes pauvres lettres, pleines du mariage de M. de La
Trousse et de toutes les affaires de sa maison, se trouvassent placées
si mystérieusement? Je vous assure, quelque gloire que je puisse tirer
par ceux qui me feront justice, de n'avoir jamais eu avec lui d'autre
commerce que celui-là, que je ne laisse pas d'être sensiblement
touchée de me voir obligée de me justifier, et peut-être fort
inutilement, à l'égard de mille personnes qui ne comprendront jamais
cette vérité. Je pense que vous comprenez bien la douleur que cela
fait à un cœur comme le mien. Je vous conjure de dire sur cela ce que
vous savez. Je ne puis avoir trop d'amis en cette occasion. J'attends
avec impatience monsieur votre frère [l'abbé Arnauld][437], pour me
consoler un peu avec lui de cette bizarre aventure; cependant je ne
laisse pas de souhaiter de tout mon cœur du soulagement aux
malheureux, et je vous demande toujours, monsieur, la consolation de
votre amitié[438].

      *       *       *       *       *

Simon de Pomponne, lorsque madame de Sévigné lui écrivait cette
lettre, subissait le sort de plusieurs amis du surintendant, qui, sans
être inculpés ni impliqués en rien dans son procès, et même sans être
entièrement en disgrâce, avaient cependant, par mesure de précaution,
été envoyés en exil. Les amis du surintendant étaient aussi ceux de
madame de Sévigné, et ils lui étaient devenus plus chers depuis qu'ils
étaient malheureux et persécutés. Aussi se montrait-elle très-active
dans sa correspondance avec eux, afin d'avoir plus fréquemment de
leurs nouvelles, et de ne pas laisser échapper une seule occasion de
leur être utile.

On connaît la noble conduite des gens de lettres envers Fouquet, qui
s'était montré leur protecteur éclairé. Tous lui restèrent attachés
dans son infortune[439]; et peut-être est-ce le concours unanime de
leurs écrits qui a le plus contribué à intéresser si puissamment la
postérité en sa faveur et à couvrir d'un voile les torts graves qui
avaient fait de sa chute une des nécessités du bien public.
Mademoiselle de Scudéry ne cessa point de lui écrire pendant tout le
temps de sa captivité. Ce fut elle aussi qui s'éleva avec le plus de
force contre ceux qui prenaient occasion des lettres trouvées dans les
cassettes du surintendant pour se permettre des insinuations
calomnieuses contre madame de Sévigné[440].

Les bruits qu'on répandait à ce sujet la tourmentaient tellement,
qu'elle s'adressait à tous ses amis pour les engager à détruire ce
qu'ils avaient d'injurieux à son égard. Elle en écrivit à Ménage; mais
lui n'avait pas attendu ses instances pour s'acquitter de ce devoir,
avec tout le zèle que lui inspirait son vif et ancien attachement.
Dans la réponse qu'il lui adressa, il lui manda ce qu'il avait déjà
fait; et en même temps il lui donna des nouvelles de la querelle
survenue au sujet de la préséance des ambassadeurs de France et
d'Espagne à Londres, qui fut sur le point d'occasionner le
renouvellement de la guerre. C'est à cette lettre qu'elle répondit des
Rochers par celle qu'elle lui écrivit en date du 22 octobre.

«Je me doutais, dit-elle, que vous auriez prévenu ma prière, et qu'il
ne fallait rien dire à un ami si généreux que vous. Je suis au
désespoir de ce qu'au lieu de vous écrire, comme je le fis, je ne vous
envoyai pas tout d'un train une lettre de remercîments. Je m'en
acquitte présentement, et vous supplie de croire que j'ai toute la
reconnaissance que je dois de vos bontés. Je vous demande un
compliment à mademoiselle de Scudéry sur le même sujet. Vous m'avez
fait un extrême plaisir de me mander le détail de la grande nouvelle
dont il est présentement question. Il n'en fallait pas une moindre
pour faire oublier toutes celles que l'on découvre tous les jours dans
les cassettes de M. le surintendant. Je voudrais de tout mon cœur que
cela le fît oublier lui-même[441].»

Il n'en était pas ainsi. Le procès de Fouquet se suivait avec ardeur,
mais le nombre de pièces qu'il fallait dépouiller pour dresser un acte
d'accusation de cette nature était immense. Trois ans se passèrent
avant que l'accusé pût comparaître devant les magistrats commis pour
le juger. Le surintendant fut amené pour la première fois devant ce
tribunal illégal qu'il récusait, le 14 novembre 1664. Madame de
Sévigné se trouvait alors à Paris. L'attention générale était en
quelque sorte concentrée sur cette grande affaire. On s'en entretenait
sans cesse; on en recueillait avec avidité les moindres détails de la
bouche des juges ou des personnes qui leur appartenaient. Madame de
Sévigné, outre le vif intérêt qu'elle y prenait elle-même, avait
encore un motif particulier pour s'informer de tout avec exactitude.
Elle s'était imposé la tâche de tenir au courant de toutes les phases
et de toutes les circonstances du procès Simon de Pomponne et les
autres exilés amis du surintendant, de manière à les mettre à portée
d'apprécier avec exactitude les motifs de crainte ou d'espérance qu'on
pouvait avoir.

Simon de Pomponne, devenu suspect au roi par son amitié pour
Fouquet[442] et son jansénisme, avait d'abord été exilé à Verdun; mais,
protégé par de Lionne, qui était resté ministre, et aussi par Bertillac,
trésorier de la reine mère, de Pomponne, après un an de séjour à Verdun,
eut la permission de se rendre à La Ferté-sous-Jouarre, où des
affaires de famille réclamaient sa présence[443]. De Pomponne resta
dix-huit mois à La Ferté-sous-Jouarre. Ce ne fut qu'après ce temps
écoulé qu'il lui fut permis de se retirer à sa terre de Pomponne; et
c'est là que madame de Sévigné lui adressait les lettres où elle lui
rendait compte de ce qui se passait à Paris, et surtout de tout ce qui
concernait le procès de Fouquet.

Toutes les lettres que de Pomponne recevait de madame de Sévigné, il
les communiquait à son père, le célèbre Arnauld d'Andilly, qui se
trouvait alors avec lui, et qu'on avait forcé aussi, à cause du
surintendant, de s'éloigner de Port-Royal. Ces mêmes lettres
étaient ensuite transmises au château de Fresne, peu éloigné de
celui de Pomponne[444]. Madame de Guénégaud, qui revint à Paris
et rejoignit madame de Sévigné avant la fin du procès, madame
Duplessis-Bellière[445], et d'autres exilés amis et amies du
surintendant, s'adressaient à de Pomponne pour en avoir des nouvelles,
et pour s'informer de ce que madame de Sévigné lui en avait écrit.
Madame de Sévigné ne l'ignorait pas. Aussi écrivait-elle exactement ce
qu'elle appelait elle-même la gazette du procès.

Les lettres qui renferment cette gazette sont peut-être de tous les
écrits qui nous restent de madame de Sévigné ceux qui témoignent le
plus de la sensibilité de son cœur, de sa grandeur d'âme, de sa
constance et de son désintéressement dans le commerce de l'amitié.
Lorsqu'elle les écrivit, elle était, ainsi qu'on le verra bientôt, en
grande faveur à la cour. Elle avait autant d'admiration que
d'affection pour Louis XIV; elle pensait déjà à l'établissement de sa
fille; et ces nouveaux liens, ces intérêts si grands et si chers, ne
l'arrêtèrent pas, et ne l'empêchèrent point de manifester les tendres
et vives sympathies qui l'attachaient toujours à ses anciens amis, en
butte aux rigueurs du pouvoir, et d'épancher tous les sentiments que
lui inspiraient ses vives anxiétés sur le sort qui attendait le
malheureux surintendant.

Madame de Sévigné ne doutait point que les lettres qu'elle écrivait à
de Pomponne ne fussent décachetées et lues par les agents du
gouvernement; mais elle ne s'en inquiète pas, et elle mande à son
correspondant que pour continuer à lui écrire, elle a seulement besoin
de savoir si ses lettres lui parviennent[446].

Ces lettres parurent pour la première fois en 1756, dans un recueil
séparé, dont l'éditeur est resté inconnu[447].

La première de ces lettres est datée du 17 novembre 1664; la dernière,
du mois de janvier 1665, ce qui comprend un intervalle de temps d'un
mois et demi[448]. Ces lettres renferment les seuls détails
authentiques relatifs au procès de Fouquet étrangers aux actes
juridiques et aux actes officiels; et, dans un procès de cette nature,
ces détails sont les plus intéressants et même les plus importants de
tous, parce que les récits qu'ils contiennent sont les vraies pièces
d'après lesquelles la postérité juge les juges et l'accusation.

Dans ces lettres, madame de Sévigné ne nomme jamais l'illustre accusé
que _notre cher ami_[449]; et tous les traits de présence d'esprit, de
fermeté et de dignité de caractère qu'il déploie, elle les note avec
soin, et n'oublie aucune des circonstances, quelque minutieuses
qu'elles soient, qui peuvent leur donner du relief. En les racontant,
elle verse des larmes[450]. Elle n'approuve pas cependant que son ami
s'impatiente contre ses juges; quelquefois elle dit: «Cette manière
n'est pas bonne. Il se corrigera; mais, en vérité, la patience
échappe, et il me semble que je ferais tout comme lui[451].»

A mesure qu'approche l'instant qui doit décider du sort de Fouquet,
madame de Sévigné ne paraît plus susceptible de s'occuper d'autre
chose, et, au lieu de vouloir se distraire de sa douleur, elle se
complaît dans tout ce qui la lui rappelle, dans tout ce qui peut
l'accroître. Elle se transporte dans une maison voisine de l'Arsenal,
uniquement pour voir passer Fouquet; et, protégée par son masque, elle
a enfin cette triste satisfaction; mais ses jambes tremblent, et son
cœur bat si fort qu'elle est sur le point de se trouver mal[452].

Madame de Sévigné fait ressortir, avec une raillerie piquante ou une
indignation amère, la partialité de certains juges, leur lâcheté, et
l'animosité de Colbert, qu'elle appelle _Petit_[453]. Ce n'est pas
qu'elle s'aveugle entièrement sur les torts de son ami. Elle
comprenait bien quelles étaient les parties faibles ou glissantes,
comme elle les appelle, de la défense[454]; mais elles augmentaient
ses peines, sans rien diminuer de sa compassion. Ce qui lui importait
dans cette cause n'était pas la culpabilité ou l'innocence de
l'accusé; c'était le danger qui le menaçait, et les chances qu'il
pouvait avoir d'y échapper ou d'y succomber. Et à cet égard les
différentes phases du procès et les alternatives de crainte et
d'espérance qu'elles faisaient naître la tenaient dans un état
d'angoisse que sa plume nous peint à merveille.

«Je ne crois pas, dit-elle, qu'il m'ait reconnue; mais je vous avoue
que j'ai été extrêmement saisie quand je l'ai vu entrer dans cette
petite porte. Si vous saviez combien on est malheureux quand on a le
cœur fait comme je l'ai, vous auriez pitié de moi; mais je pense que
vous n'en êtes pas quitte à meilleur marché, de la manière dont
je vous connais. J'ai été voir votre chère voisine (madame
Duplessis-Guénégaud); je vous plains autant de ne l'avoir plus, que
nous nous trouvons heureux de l'avoir. Nous avons bien parlé de notre
cher ami (Fouquet). Elle a vu Sapho (mademoiselle Scudéry), qui lui a
donné du courage. Pour moi, j'irai demain en reprendre chez elle; car
de temps en temps je sens que j'ai besoin de reconfort. Ce n'est pas
que l'on ne dise mille choses qui doivent donner de l'espérance; mais,
mon Dieu, j'ai l'imagination si vive, que tout, ce qui est incertain
me fait mourir[455].»

A cette époque la pénurie des finances et le système d'économie
substitué par Colbert à celui des emprunts firent supprimer un
quartier des rentes sur l'hôtel de ville, ce qui ajouta encore au
mécontentement qu'occasionnait le procès de Fouquet. Madame de Sévigné
avait de ces rentes, et elle dit au sujet du retranchement et du
procès: «L'émotion est grande, mais la dureté l'est encore plus. Ne
trouvez-vous pas que c'est entreprendre bien des choses à la fois?
Celle qui me touche le plus n'est pas celle qui me fait perdre une
partie de mon bien[456].»

Il est souvent fait mention dans ces lettres du vieil ami,
c'est-à-dire du père de M. de Pomponne, d'Arnauld d'Andilly, qui,
malgré son grand âge, suivait avec un vif intérêt tous les détails du
fameux procès. Le chancelier Pierre Seguier, dévoué à Colbert,
présidait le tribunal avec une révoltante partialité. Comme il
affectait une dévotion sévère, et que le chef-d'œuvre de Molière, le
_Tartufe_, faisait alors grand bruit, Arnauld d'Andilly disait au
sujet de Seguier, que c'était Pierrot métamorphosé en Tartufe[457].
Madame de Sévigné fut si charmée de ce bon mot, qu'elle déclara être
au désespoir de ne l'avoir pas dit la première. Le même aveu lui
échappe, et elle éprouve le même plaisir, toutes les fois qu'on lui
raconte une saillie, un trait d'esprit, une réflexion juste, une
maxime utile, exprimée d'un manière vive et piquante.

Pendant tout le cours du procès madame de Sévigné allait souvent dîner
à l'hôtel de Nevers[458], chez madame Duplessis-Guénégaud, dont le
mari, autrefois ministre et secrétaire d'État, se trouvait impliqué
dans la disgrâce du surintendant. Madame Duplessis-Guénégaud avait,
pendant la Fronde, servi la cour avec zèle, en cherchant à réconcilier
le prince de Condé avec la reine. C'était une femme d'un grand sens,
spirituelle, pleine de bonté et de dévouement pour ses amis. «Avec
elle, dit madame de Motteville, on goûtait le véritable plaisir de la
société agréable et vertueuse. Madame de Sévigné, qui trouvait dans le
cœur de madame de Guénégaud les mêmes sympathies que celles qu'elle
éprouvait, sentait encore s'augmenter l'affection qu'elle avait pour
elle. Rien n'étreint plus fortement les nœuds de l'amitié que
lorsqu'on participe aux mêmes peines et aux mêmes émotions.

Il ne suffisait pas à madame de Sévigné de s'apitoyer sur le sort de
son ami: elle agissait vivement, et sollicitait en sa faveur
d'Ormesson, qui, nommé juge rapporteur du procès, pouvait avoir une si
grande influence sur le jugement.

«Voilà qui est donc fait, dit-elle, c'est à M. d'Ormesson à parler; il
doit récapituler toute l'affaire: cela durera encore toute la semaine
prochaine, c'est-à-dire qu'entre ci et là ce n'est pas vivre que la
vie que nous passerons. Pour moi, je ne suis pas reconnaissable, et je
ne crois pas que je puisse aller jusque là. M. d'Ormesson m'a priée de
ne plus le voir que l'affaire ne soit jugée. Il est dans le conclave,
il ne veut pas avoir de commerce avec le monde; il affecte une grande
réserve; il ne parle point, il écoute: et j'ai eu ce plaisir, en lui
disant adieu, de lui dire tout ce que je pense[459].»

La famille de Fouquet et ses affidés ne croyaient point qu'il pût être
condamné à mort. Cette sécurité faisait mal à madame de Sévigné,
intimement liée avec plusieurs ennemis du surintendant: elle
n'ignorait ni leurs dispositions, ni leur puissance, ni les intentions
du roi. Aussi elle n'aimait à parler de cette affaire qu'avec madame
Duplessis-Guénégaud, qui partageait toutes ses craintes. Cependant
elle écrivait: «Au fond de mon cœur, j'ai un petit brin d'espérance.
Je ne sais d'où il me vient et où il va; et même il n'est pas assez
grand pour que je puisse dormir en repos[460].»

Si l'arrêt est tel qu'elle peut l'espérer, elle pense à la joie
qu'elle aura d'envoyer un courrier, à bride abattue, porter cette
nouvelle à de Pomponne. Toutes ses craintes se renouvellent, parce
qu'elle a su que le roi avait dit à son lever «que Fouquet était un
homme dangereux[461]». Et en effet un tel propos de la part du roi,
dans la situation où se trouvait l'affaire, était une condamnation;
c'était ravir l'indépendance aux juges et l'impartialité à la justice.

Aussi, lorsque madame de Sévigné apprit que d'Ormesson avait opiné au
bannissement perpétuel de l'accusé et à la confiscation de tous ses
biens, elle s'en réjouit, et, en annonçant cette nouvelle à de
Pomponne, elle ajoute: «M. d'Ormesson a couronné par là sa réputation.
L'avis est un peu sévère; mais prions Dieu qu'il soit suivi.» En
effet, le rapport de M. d'Ormesson et son opinion modérée lui
donnèrent dans le monde la réputation d'un homme de talent et de
courage.

Les premiers juges qui opinèrent après le rapporteur furent
Saint-Hélène et Pussort, l'oncle de Colbert. Fouquet, mais en vain,
les avait récusés tous deux. Ils conclurent à ce que l'accusé eût la
tête tranchée. Mais un des juges, nommé Berrier, voué à Colbert et à
toutes ses haines, devint fou pendant qu'on était aux opinions, et
avant le jugement. Dans cet intervalle aussi une comète apparut; M. de
Neuré, fameux astrologue, assurait qu'elle était d'une grandeur
considérable. Tout cela mit les esprits en émoi, et ajoutait aux
agitations de madame de Sévigné. C'est très-sérieusement qu'elle
entretient de Pomponne du pronostic de cette comète. Ce n'étaient pas
seulement les femmes qui croyaient alors à l'influence des astres sur
les affaires humaines[462], c'étaient aussi des hommes remarquables
par leur esprit et leurs lumières. Cependant Fouquet n'avait pas cette
faiblesse; et lorsqu'il sut que l'on rattachait l'apparition de la
comète à ce qui lui arrivait de personnel, il dit spirituellement: «La
comète me fait trop d'honneur[463].»

Mais plus le moment qui devait décider de son sort, s'approchait, plus
l'on s'occupait de lui, plus s'augmentaient aussi les anxiétés de
madame de Sévigné. «Tout le monde, dit-elle, s'intéresse dans cette
grande affaire. On ne parle d'autre chose; on raisonne, on tire des
conséquences, on compte sur ses doigts, on s'attendrit, on craint, on
souhaite, on hait, on admire, on est triste, on est accablé; enfin,
mon pauvre monsieur, c'est une chose extraordinaire que l'état où l'on
est présentement, c'est une chose divine que la résignation et la
fermeté de notre cher malheureux. Il sait tous les jours ce qui se
passe, et il faudrait faire des volumes à sa louange[464].»

Enfin, le samedi 20 décembre madame de Sévigné envoie un courrier à de
Pomponne, pour lui annoncer que Fouquet a la vie sauve. Dans la lettre
qu'elle écrivit ensuite, quoiqu'elle ait appris que le roi avait
aggravé la peine, changé l'exil en prison et refusé à Fouquet sa
femme, elle ne veut pas que de Pomponne rabatte rien de la joie qu'a
dû lui causer l'arrivée de son courrier. «La mienne, dit-elle, est
augmentée s'il se peut, et le procédé me fait mieux voir la grandeur
de notre victoire.» Elle avait raison: le roi prouvait par cet abus de
sa puissance combien il avait compté sur la condamnation à la peine
capitale[465]. Fouquet ne l'ignorait pas, ainsi que le prouve le
passage suivant de la lettre où madame de Sévigné raconte ce qui eut
lieu lorsqu'on reconduisit le surintendant en prison, après qu'il eut
entendu la lecture de l'arrêt qui le condamnait. «Cependant M. Fouquet
est allé dans la chambre de M. d'Artagnan: pendant qu'il y était, il a
vu par la fenêtre passer M. d'Ormesson, qui venait de reprendre
quelques papiers qui étaient entre les mains de M. d'Artagnan. M.
Fouquet l'a aperçu; il l'a salué avec un visage ouvert et plein de
joie et de reconnaissance; il lui a même crié qu'il était son humble
serviteur. M. d'Ormesson lui a rendu son salut avec une grande
civilité, et s'en est venu, le cœur tout serré, me conter ce qu'il
avait vu[466].»

Comme on avait séparé Fouquet, non-seulement de sa femme, mais de son
médecin resté son ami, et de son plus fidèle domestique, on crut que
ses ennemis, après l'avoir vu échapper à regret à une exécution
publique, avaient formé le projet de l'empoisonner. En tout temps, une
des premières punitions que subissent ceux qui tiennent le pouvoir
quand ils s'écartent des formes de la justice est d'être aussitôt
jugés capables des crimes les plus odieux.

«Si vous saviez, dit madame de Sévigné, comme cette cruauté paraît à
tout le monde, de lui avoir ôté Pecquet et Lavallée! C'est une chose
inconcevable; on en tire des conséquences fâcheuses, dont Dieu le
préserve, comme il a fait jusque ici!» Puis après cette citation,
_Tantæne animis cœlestibus iræ_, qui prouve ses études classiques,
elle ajoute: «Mais non, ce n'est point de si haut que cela vient. De
telles vengeances, rudes et basses, ne sauraient partir d'un cœur
comme celui de notre maître. On se sert de son nom, et on le profane,
comme vous voyez.» Cependant elle a vu le même jour la comète avec sa
longue queue, et elle y met une partie de ses espérances[467]. Puis
ses soupçons lui reviennent, et elle écrit à son correspondant:
«Soyons comme lui, ayons du courage, et ne nous accoutumons pas à la
joie que nous donna l'admirable arrêt de samedi. Il a couru un bruit
qu'il était malade. Tout le monde disait: Quoi, déjà[468]!...»

Il fallait que la crainte de voir condamner à mort le surintendant eût
été bien forte et bien générale, pour que madame de Sévigné donnât
l'épithète d'admirable à un arrêt qui consommait la ruine totale de
l'accusé et le condamnait à un exil perpétuel. Tous ceux qui à la cour
lui étaient attachés dans son malheur s'efforçaient de lire sur le
visage du monarque l'espérance d'un meilleur avenir. Mais madame de
Sévigné, à qui Louis XIV n'adressa jamais que des paroles agréables et
flatteuses, nous prouve, par ce qu'elle dit de lui à ce sujet, qu'il
eut dès sa jeunesse cet air digne et réservé qui ne permettait pas de
pouvoir deviner aucune des pensées qui l'occupaient ou des sentiments
dont il était agité, et qu'il conservait même au milieu des fêtes et
des plaisirs cet aspect sévère qui imposait à tous ceux qui
l'approchaient. Après avoir raconté à de Pomponne les détails qu'elle
a appris sur le voyage de Fouquet à sa prison de Pignerol, d'où il ne
devait plus sortir, elle parle ensuite des égards que d'Artagnan,
chargé de le conduire, avait pour lui. «On espère toujours des
adoucissements à son sort; je les espère aussi. L'espérance m'a trop
bien servie pour l'abandonner. Ce n'est pas que toutes les fois qu'à
nos ballets je regarde notre maître, ces deux vers du Tasse ne me
reviennent en mémoire:

    Goffredo ascolta, e in rigida sembianza
    Porge più di timor che di speranza[469].»

Louis XIV avait trop de grandeur d'âme et un cœur trop généreux pour
conserver du ressentiment contre ceux qui s'étaient montrés sensibles
à l'amitié et étaient restés fidèles à l'infortune. Les amis et les
parents de Fouquet rentrèrent en grâce auprès du jeune monarque;
plusieurs même jouirent de toute sa faveur, et firent un chemin
rapide; mais il ne se relâcha en rien de ses rigueurs contre le
prisonnier de Pignerol. Le temps travaille vite pour ceux qui sont
heureux. Bientôt Fouquet, avec lequel il était devenu impossible de
communiquer, pour lequel il était défendu de solliciter, fut oublié.
Ceux même qui l'avaient chéri le plus, qui lui avaient donné les plus
grandes preuves de dévouement, satisfaits d'avoir, par la courageuse
conduite qu'ils avaient tenue au moment du procès, contribué à lui
sauver la vie, n'en parlèrent plus. De nouveaux événements, plus
importants, se succédèrent avec rapidité, et attirèrent l'attention
publique. Madame de Sévigné, dans une lettre écrite à sa fille huit
ans après le jugement rendu contre Fouquet, nous apprend qu'il
supportait héroïquement sa prison[470], et qu'il espérait de voir
alléger sa peine. Mais la manière dont elle en parle prouve bien que,
même chez elle, le souvenir de cet ami de sa jeunesse s'était affaibli
avec les années, et qu'entièrement livrée à d'autres intérêts et
d'autres affections, elle en était peu préoccupée. Les espérances
qu'avait alors Fouquet de voir se relâcher les rigueurs de sa
captivité furent encore longues à se réaliser; car ce ne fut que dix
ans après qu'il lui fut permis de s'entretenir avec sa femme[471].
C'était l'époque où Lauzun fut aussi enfermé à Pignerol[472]. Les
chambres des deux prisonniers étaient l'une au-dessous de l'autre. Par
un trou que Lauzun pratiqua, il parvint à communiquer avec
Fouquet[473]. Quelle fut la surprise de celui-ci, qui depuis quinze
ans avait été tenu au secret, et dans une ignorance complète de tout
ce qui s'était passé dans le monde, de voir ce Puiguilhem, ce cadet de
Gascogne, qu'il avait laissé jeune homme, pointant à peine à la cour,
lui raconter comment il avait été fait général des dragons, capitaine
des gardes du corps, général d'armée; puis lui donner les détails des
dispositions prises pour son mariage avec la grande MADEMOISELLE,
mariage qui devait se faire avec le consentement du roi! Fouquet crut
que Puiguilhem était devenu fou, et n'était enfermé que pour cette
cause; sa surprise fut au comble lorsqu'on lui assura que M. de Lauzun
n'avait rien dit qui ne fût vrai[474]. Enfin la captivité de Fouquet
devint moins sévère; il put voir sa famille, et même les officiers et
les habitants de la ville de Pignerol[475]. Il paraît qu'on finit
alors par lui accorder la permission de sortir de sa prison, pour
aller aux eaux de Bourbonne y rétablir sa santé. Si cette permission
fut accordée, elle parvint trop tard à Pignerol; Fouquet n'était déjà
plus. Dans une lettre datée du 3 avril 1680, madame de Sévigné exprime
en deux ou trois lignes le chagrin que lui cause l'annonce de cette
mort; mais elle paraît en même temps bien plus affectée de légères
altérations qu'éprouvait alors la santé de madame de Grignan, que de
la perte de cet ami de sa jeunesse[476].

Ainsi, cet homme dont l'existence avait eu tant de splendeur et
d'éclat, et qui pendant les neuf dernières années de sa prospérité
avait été entouré de tant de clients, de protégés, de partisans et de
flatteurs; qui avait eu si souvent pour hôtes, à sa table, des rois et
des reines; qui, avide de toutes les jouissances des sens et de
l'esprit, s'était saturé de toutes les délices de la vie, après une
captivité qui dura dix-neuf ans, disparut du monde, tellement oublié,
tellement délaissé, obscur, inaperçu, que ce fut un problème, même
parmi ses amis d'autrefois, de savoir s'il était mort en prison, ou
quelques jours après avoir recouvré sa pleine et entière liberté[477].

Voltaire lui-même ayant paru incertain sur le lieu où mourut Fouquet,
on a, selon l'usage, cherché à fonder sur ce doute les plus étranges
romans. On a fait du surintendant un ermite des Cévennes, et on a
voulu trouver en lui l'Homme au masque de fer. Aujourd'hui aucun doute
sur ce sujet n'est permis pour qui sait apprécier la valeur des
preuves historiques, et dégager leur lumière vive et pure des
brouillards dont la crédulité et l'amour du merveilleux se plaisent
souvent à l'envelopper. Des actes authentiques et notariés et la
correspondance de Louvois avec Saint-Mars démontrent que Fouquet est
mort à Pignerol, où alors se trouvaient présents sa femme et un de ses
fils, auxquels son corps fut livré pour être inhumé selon leur
volonté[478]. Cette mort presque subite contraria les généreuses
intentions de Louis XIV et de ses ministres, qui depuis longtemps
avaient résolu de donner la liberté au surintendant[479]. A cette
époque (en 1680) les ministres savaient que Fouquet n'était plus à
craindre pour eux; qu'il ne pouvait plus participer aux affaires, ni
rentrer en grâce auprès du monarque. Le temps avait diminué
l'importance des secrets d'État qui avaient forcé Louis XIV à faire
subir à Fouquet une si longue et si dure incarcération. Les événements
qui s'étaient passés avaient cessé d'en faire craindre la divulgation.
La mort de Fouquet enleva à Louis XIV tout le fruit de sa tardive
clémence, et vint donner à une juste punition ce caractère
d'implacable cruauté, qui eût disparu si ce grand coupable, devenu un
homme sage et pieux, eût passé les restes d'une vie qui pouvait encore
longtemps se prolonger, auprès de son héroïque femme et dans le sein
de sa famille, encore riche, heureuse et puissante, par les bienfaits
du monarque. Les graves délits du surintendant furent oubliés; on ne
se souvint plus que de ses talents, de sa prospérité, de sa chute et
de ses souffrances. Sa mort, qui sembla prématurée, fit même
soupçonner un crime; et le procès qui lui fut fait est devenu le
canevas banal sur lequel aiment à broder ceux qui s'imposent la tâche
facile d'émouvoir la sensibilité des lecteurs vulgaires, et qui ne
voient dans les actes du pouvoir que des motifs de haine, de
vengeance, et d'odieuse tyrannie; et dans ceux qu'il est obligé de
frapper, que des héros du malheur et des victimes innocentes.

  [436] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 256 à 259.--MOTTEVILLE, LXL,
  p. 162.

  [437] Voyez ci-dessus, p. 205 et 206.

  [438] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 58, édit. de Monmerqué, 1820;
  t. I, p. 86 de l'édit. de G. de S.-G.

  [439] _Histoire de la Vie et des Ouvrages de La Fontaine_, 3e
  édition, p. 390.

  [440] _Ménagiana_, t. I, p. 19.

  [441] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 60, édit. 1820; ou t. I, p.
  96, édit. de G. de S.-G.

  [442] SÉVIGNÉ, t. I, p. 58, note _a_, édit. 1820.--PETITOT,
  _Notice sur Port-Royal_, dans les _Mémoires_, t. XXXIII, p. 161.

  [443] L'abbé ARNAULD, _Mém._, t. XXXIV, p. 318.--MONMERQUÉ, dans
  les _Mém. de Coulanges_, p. 383, et l'article _Pomponne_, dans la
  _Biographie universelle_, t. XXXV, p. 321.

  [444] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 62 (en date du 17 novembre).

  [445] _Lettre de madame Duplessis-Bellière à Pomponne_, dans les
  _Mémoires de_ CONRART, t. XLVIII, p. 259, datée de Châlons le 19
  septembre 1661.

  [446] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 79 (en date du 24 au 26
  novembre).

  [447] _Lettres de madame de S*** à M. de Pompone_; à Amsterdam,
  1756, in-12 (73 pages).

  [448] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 62-105, édit. Monm.; t. I, p.
  100 à 149 de l'édit. de G. de S.-G.

  [449] SÉVIGNÉ, t. I, p. 65.

  [450] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 66, 69-84 (du 18 novembre
  1664).

  [451] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 70.

  [452] Ibid., p. 77 (en date du 27 novembre).

  [453] Ibid., p. 67.

  [454] Ibid., p. 71 (en date du 20 novembre 1664).

  [455] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 78 (27 novembre 1664).

  [456] Ibid., ibid.

  [457] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 82 (_lettre_ en date du 1er
  décembre 1664).

  [458] Cet hôtel, placé où est actuellement l'hôtel des Monnaies,
  acheté par Guénégaud à la duchesse de Nevers, en 1641, fut nommé
  l'hôtel Guénégaud. Conférez: MOTTEVILLE, _Mém._, t. XXXIX, p.
  373.--GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 351.--BEREY, _Plan de
  Paris_, en quatre feuilles, 1654.--JAILLOT, _Recherches sur
  Paris_, quartier Saint-Germain des Prés, t. V, p. 54, 68, 69.--M.
  B*** (Germain Brice), _Description nouvelle de ce qu'il y a de
  plus remarquable dans la ville de Paris_, 1685, in-12, t. II, p.
  217; édit. de 1698, p. 389.--LE MAIRE, _Paris ancien et nouveau_,
  1685, t. III, p. 237.--PIGANIOL DE LA FORCE, _Description de
  Paris_, t. VIII, p. 231.--GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p.
  330.--JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 213.

  [459] SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. de Monmerqué, t. I, p. 88 (en
  date du 5 décembre 1664).

  [460] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 90, édit. 1820 (en date du 9
  novembre 1664).

  [461] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 96 (en date du 17 décembre
  1664).

  [462] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 97 (du 17 décembre
  1664).--GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 360.

  [463] CHOISY, _Mémoires_, t. LXIV, p. 249 à 265.

  [464] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 99 (en date du 17 décembre
  1664).

  [465] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 211.

  [466] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 104 (en date du 22 décembre
  1664).

  [467] SÉVIGNÉ, _Lettres_, p. 105 et 106.

  [468] Ibid., p. 107.

  [469] TASSO, _Gerusalemme liberata_, canto V, st. 35.

  [470] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. II, p. 369 (en date du 23 mars
  1672).

  [471] _Lettre de Louvois_, du 18 octobre 1672, dans DELORT,
  _Histoire de la Détention des Philosophes_, etc., t. I, p. 40 et
  195.

  [472] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. V, p. 394 (en date du 27 février
  1679).--SAINT-SIMON, _OEuvres_, t. X, p. 137-138.

  [473] _Lettre de Louvois_, avril 1680.

  [474] Voyez les _Lettres de Louvois_, en date des 24 janvier et
  18 avril 1680, dans DELORT, _Histoire de la Détention des
  Philosophes et des Gens de lettres_, t. I, p. 314 et 317.

  [475] _Lettres de Louvois_, 15 février, 6 mars et 10 mai 1679,
  dans DELORT, _Histoire de la Détention des Philosophes et des
  Gens de lettres_, t. I, p. 286.

  [476] SÉVIGNÉ, _lettre_ du 3 avril 1680, t. VI, p. 217.

  [477] GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 401.--SÉVIGNÉ, _Lettres_, 5,
  6 avril 1680, t. VI, p. 223.--BUSSY, _Lettres_, t. IV, p.
  428.--BAROLETTI, _Notice sur la mort du surintendant Fouquet_,
  Turin, 1812, in-4º.--_Mercure de France_, octobre 1754, p. 142 et
  143.

  [478] _Lettres de Louvois_ à Saint-Mars depuis les années 1672 à
  1680, dans DELORT, _Hist. de la détention de Fouquet, de
  Pellisson et Lauzun_, t. I de l'_Hist. de la Détention des
  Philosophes et des Gens de lettres_, p. 195, 321.

  [479] PAROLETTI, _Notice sur la mort du surintendant Fouquet_,
  Turin, 1812, in-4º.--GOURVILLE, _Mém._, t. LII, p. 461.--BUSSY,
  _Lettres_, t. IV, p. 428.



CHAPITRE XX.

1662-1663.

   Louis XIV prend en main les rênes de son gouvernement.--Situation
   critique des affaires.--Ses réformes.--Ordre qu'il introduit dans
   les finances.--Il assure la préséance de ses
   ambassadeurs.--Sépare le pouvoir judiciaire du pouvoir
   administratif, et restreint la puissance des gouverneurs de
   place.--Nomination de Péréfixe à l'archevêché de
   Paris.--Prédications de Bossuet.--L'activité des esprits trouve
   un aliment dans les controverses religieuses.--Commencements des
   persécutions religieuses.--Mesures de Louis XIV contre le
   jansénisme et les protestants.--Zèle religieux du prince de
   Conti.--L'opposition politique ne se manifeste que par des
   vaudevilles et des épigrammes.--Goût de la nation pour la
   littérature dramatique.--Protection accordée par Louis XIV aux
   gens de lettres; bienfaits qu'il répand sur eux.--Corneille se
   remet à composer pour le théâtre, et donne _Sertorius_.--Il fait
   des vers à la louange du roi.--Libelle de l'abbé d'Aubignac
   contre Corneille.--Succès de l'_École des Femmes_.--Guerre
   littéraire qu'il occasionne.--Molière répond à ses ennemis par la
   _Critique de l'École des Femmes_.--Vers de Boileau à sa
   louange.--Boileau n'avait rien publié, mais ses premières Satires
   étaient connues.--Nouvelle génération d'écrivains qui fait la
   guerre aux coteries littéraires.--Vives attaques de
   Boileau.--Racine commence en province; il est lié avec La
   Fontaine.--Ces quatre poëtes jettent un vif éclat sur le règne de
   Louis XIV.--Ce roi, après avoir organisé l'État, s'occupe de
   régler sa cour.--Différence de la position des souverains de
   cette époque avec ceux d'aujourd'hui.--La cour renfermait alors
   en hommes tout ce qui faisait la gloire et la force du
   pays.--Molière ne put peindre impunément les ridicules que parce
   qu'il était protégé par le roi.--Boileau fut obligé de modérer
   l'âcreté de ses Satires.--Nominations de cordons bleus.--Condé
   est admis à en choisir un.--Il nomme Guitaut, ami de madame de
   Sévigné, son voisin en Bourgogne.--Fureur du comte de Coligny à
   ce sujet. Louis XIV institue les justaucorps bleus.--Privilége
   qu'il y attache.--Il s'occupe de ses fêtes aussi bien que de ses
   négociations.--Ballet d'_Hercule amoureux_.--Beau carrousel donné
   en 1662.--Louis XIV se laisse aller à son penchant pour les
   femmes.--La cour est remplie d'intrigues amoureuses.--La comtesse
   de Soissons est contre La Vallière.--Ne pouvant réussir auprès du
   roi, elle favorise ses amours avec La Mothe-Houdancourt.--La
   Vallière en conçoit un si grand chagrin, qu'elle se retire à
   Chaillot.--Le roi va la reprendre.--Intrigue coupable ourdie par
   la comtesse de Soissons, Vardes et mademoiselle Montalais, pour
   faire chasser La Vallière.--Intrigues de MADAME avec le comte de
   Guiche, de La Mothe-Houdancourt avec le comte de Gramont.--Toutes
   ces intrigues n'aboutissent qu'à faire expulser de la cour la
   comtesse de Soissons, le comte de Gramont, le comte de Guiche, et
   occasionnent la disgrâce, non méritée, du duc et de la duchesse
   de Navailles.--Corbinelli, l'ami de madame de Sévigné, mêlé dans
   l'affaire de mademoiselle Montalais et du comte de Guiche.--Point
   de lettres de madame de Sévigné pendant cette année; elle
   s'éloigne peu de la capitale.--Madame de La Fayette, pendant
   qu'elle en était absente, dut l'instruire de ce qui se passait à
   Fontainebleau, à Saint-Cloud, à Versailles.--Madame de Sévigné
   présente à la cour sa fille, qui figure dans les ballets
   royaux.--Liée avec les religieuses de Sainte-Marie, elle a dû
   assister au panégyrique de saint François de Sales.--Corbinelli
   est membre d'une académie italienne.--Le _Grand Dictionnaire des
   Précieuses_ paraît.--Portrait que l'auteur fait de madame de
   Sévigné et de Corbinelli.


Revenons sur nos pas. Oublions Fouquet, Mazarin, la Fronde, l'hôtel de
Rambouillet, et toutes les intrigues et tous les acteurs de ces temps:
ils ne sont plus. Louis XIV règne; et, comme il le dit lui-même dans
le premier conseil qu'il tint, «La face du théâtre change[480]». Elle
change en effet, avec la rapidité qu'imprime toujours aux affaires et
aux destinées d'un grand État l'homme qui, né pour commander aux
autres, est appelé à exercer le pouvoir quand toutes les résistances
ont cessé, et que tous les partis se sont mutuellement anéantis par
leurs excès[481]. Dans cette première année, où il eut à lutter contre
tous les embarras d'une disette[482], Louis XIV licencia la plus
grande partie de son armée, et rendit ainsi, sans trouble, une foule
de bras à l'agriculture et à l'industrie; il établit l'ordre et
l'économie dans toutes les parties de l'administration; réduisit le
taux des impôts, qui était excessif, et cependant augmenta leurs
produits par de fortes réductions dans les frais de perception, et par
une répartition plus égale. Les habitants du Boulonais, se trouvant
lésés par les mesures qu'il prit à cet effet, se révoltèrent; il les
châtia sévèrement. «La coutume de nos voisins (dit-il dans ses
Instructions au Dauphin, en parlant de cette révolte et de la
promptitude qu'il mit à la réprimer) est d'attendre leurs ressources
des révolutions de la France[483].» Il régla toutes ses dépenses sur
le pied de paix, et en même temps éleva son revenu sur le pied de
guerre; imitant ainsi la politique des Romains, chez qui la guerre
était toujours populaire, parce que pour y subvenir on répandait
l'aisance parmi les citoyens, en dissipant les trésors amassés pendant
la paix. Louis XIV dans cette même année acquit, par une cession, des
droits sur la Lorraine et le Barrois[484], et acheta Dunkerque au roi
d'Angleterre. Il protégea le Portugal contre l'Espagne, l'empereur et
Venise contre les Turcs, l'électeur de Mayence contre ses sujets, la
Hollande contre l'Angleterre et contre l'évêque de Munster. A Londres
et à Rome, il assura le rang de préséance à ses ambassadeurs, avec une
fermeté et une hauteur qui étonnèrent l'Europe, accrurent la dignité
de sa couronne, et imprimèrent un grand respect à son nom[485]. Il mit
tous ses soins à régulariser l'action de la puissance royale, de
manière à empêcher les factions de renaître. Il cassa des arrêts que
le parlement avait rendus pour la libre circulation des grains. Par
lui, le pouvoir judiciaire se trouva nettement séparé du pouvoir
civil, et le pouvoir administratif de la force militaire. Afin de
tenir celle-ci dans une dépendance plus étroite, il ne donna plus aux
commandants des places de guerre et aux titulaires des grands
gouvernements, des provisions que pour trois ans[486].

Le cardinal de Retz fut amené à donner sa démission pure et simple de
son archevêché de Paris; et Louis XIV, en nommant à ce premier siége
du royaume Péréfixe, qui avait été son précepteur et lui était tout
dévoué, ajoutait encore à la stabilité du trône par la sanction que la
religion lui donne[487]. La puissance de la religion sur les esprits
était grande alors. Le jeune Bossuet, par sa profonde doctrine, par
son zèle de missionnaire, par sa chaleur d'apôtre, par son éloquence
inégale, mais souvent sublime, donnait à cette époque un vif éclat à
la chaire évangélique. Les excellents traités des solitaires de
Port-Royal, et les lettres piquantes de Pascal, alors si répandues et
si goûtées, donnaient aux prédicateurs un auditoire préparé à tout ce
que la croyance catholique peut acquérir d'empire sur les esprits.
Banni du domaine de la politique, le génie de la controverse, des
cabales et des partis s'était réfugié dans les régions de la
théologie. A cet égard le jeune roi se montra moins sage que Mazarin;
il commença dès lors à s'engager dans la route qui contribua tant à
rendre déplorable la fin de son règne, si lumineux à son matin, si
éclatant à son midi. Il voulut employer la contrainte là où la
contrainte ne peut rien. Il commença par de légères mais injustes
persécutions contre les jansénistes et les protestants, quoique les
premiers professassent, dans leurs déclarations du moins, la plus
entière soumission au pape et à son autorité, et que le culte des
seconds se trouvât sous la protection des édits rendus par les
prédécesseurs de Louis XIV et confirmés par lui. Un grand nombre de
temples protestants, qu'on prétendit avoir été ouverts contrairement
aux ordonnances, furent fermés. Le prince de Conti, qui commandait en
Languedoc, était devenu dévot; il fanatisait les peuples en envoyant
de tous côtés d'ardents et intolérants missionnaires, et il expulsait
les comédiens dans toute l'étendue de son gouvernement[488].

Cependant le goût général de la nation, et de Louis XIV lui-même, pour
les représentations théâtrales et la littérature dramatique,
s'accroissait toujours. Une nouvelle troupe, après celle de Molière,
s'était encore établie à Paris, sous la protection de MADEMOISELLE;
elle était dirigée par un certain Dorimon, ainsi que Molière auteur et
acteur, mais qui n'avait que ces points de ressemblance avec le grand
comique. Aussi cette troupe ne put-elle se maintenir; le haut
patronage qui la soutenait vint bientôt à lui manquer[489]. Louis XIV,
qui voulait tout asservir aux besoins de sa politique, mécontent que
sa cousine eût refusé d'épouser le roi de Portugal, l'exila de la
cour, et la força de se retirer encore une fois à son château de
Saint-Fargeau[490]. Mais les deux Corneille eurent part aux bienfaits
que le jeune roi répandait alors sur les gens de lettres[491]; et
quoique cette part fût modique, elle suffit pour les attirer à Paris,
et ramener dans la carrière du théâtre le vieil auteur de _Cinna_ et
des _Horaces_; il produisit _Sertorius_, et ce fut son dernier
chef-d'œuvre. De tous les poëtes du temps qui firent des vers à la
louange de Louis XIV, en échange des dons qu'ils en avaient reçus, ce
fut encore l'auteur du _Cid_ qui sut faire entendre les accents les
plus nobles et les plus harmonieux pour célébrer un monarque qui
connaissait si bien

    L'art de se faire craindre et de se faire aimer.....
    Qui prévient l'espérance et surprend les souhaits.

Dans l'effusion de sa reconnaissance, le poëte termine en disant:

    Commande, et j'entreprends; ordonne, et j'exécute[492].

Les nouveaux succès de Corneille excitèrent encore l'envie contre ce
grand homme: il fut attaqué par l'abbé d'Aubignac, et défendu par de
Visé, mais beaucoup mieux encore par sa réputation et son génie[493].
Cependant cette guerre littéraire ne fut rien en comparaison de celle
que fit naître contre Molière la réussite de _l'École des Femmes_.
Depuis le _Cid_ jamais pièce de théâtre n'avait eu une telle vogue; et
aucune n'excita un si violent soulèvement, ni ne donna lieu contre son
auteur à tant de virulentes attaques. Molière, fort de l'approbation
du public, osa se venger de ses détracteurs en les traduisant tous sur
la scène, dans la petite pièce intitulée _la Critique de l'École des
Femmes_. Tous ceux qui avaient écrit contre la nouvelle comédie, ou
qui la désapprouvaient par leurs discours, prétendaient que c'était
une production médiocre, dépourvue de goût, de décence et de raison,
et sans aucune connaissance des règles de l'art. A ces jugements
iniques le jeune Boileau opposa le sien, qui fut celui de la
postérité. Dans les stances qu'il adressa à ce sujet à l'auteur des
_Précieuses ridicules_, il lui disait:

    Ta muse avec utilité
    Dit plaisamment la vérité;
    Chacun profite à ton école:
    Tout en est beau, tout en est bon,
    Et ta plus burlesque parole
    Est souvent un docte sermon[494].

Boileau n'avait encore rien publié, et cependant nous voyons, par le
libelle de l'abbé d'Aubignac contre Corneille, et par les lettres
particulières de Racine, que déjà le suffrage de _monsieur Despréaux_
faisait autorité[495]. C'est que déjà il avait composé trois de ses
satires; qu'il en avait fait des lectures; et que ses vers précis,
nombreux, élégants, abondants en saillies, s'étaient gravés dans la
mémoire d'un grand nombre de personnes, et étaient cités avant d'avoir
été rendus publics. Molière et Boileau se présentaient à la nouvelle
génération, dont ils faisaient partie, pour accomplir une même
mission. Leur talent était divers, leurs moyens différents, mais leur
but était le même. Tous deux venaient faire une guerre implacable aux
vices, aux ridicules et aux travers de la société de leur temps, et
voulaient venger la raison et le bon goût, du pédantisme, de
l'hypocrisie et du faux bel esprit. Tous deux, sans autre appui que
leur génie, se déclaraient avec courage contre les coteries
littéraires et les ruelles, qui, à l'imitation de l'hôtel de
Rambouillet, avaient la prétention de servir de modèle au beau monde
et de régler ses mœurs, ses manières, ses jugements et son langage.
Boileau, plus jeune, indépendant, insouciant des richesses, sans
ambition, sans fortune à conserver, sans fortune à faire, sans
protecteurs à ménager, sans autre passion que celle des vers, mit dans
ses attaques plus d'audace, de brusquerie et de rudesse. Dès son
début, il inséra dans ses satires les noms des personnes qu'il voulait
livrer à la risée ou au mépris public[496]. Chapelain lui-même, cet
oracle de la littérature, dont le grand Corneille ne parlait qu'avec
respect, ne fut pas à l'abri des atteintes du jeune et intrépide
réformateur du Parnasse. Cependant Chapelain jouissait de la faveur et
de la confiance du monarque, et il était pour les gens de lettres le
distributeur des grâces du pouvoir. Le jeune Racine, qui, au sortir de
la sévère discipline des solitaires de Port-Royal, ne s'était occupé
qu'à faire des vers et des dettes, avait obtenu par Chapelain, pour
une ode assez médiocre, une gratification du roi de 800 livres. Retiré
en province chez un oncle dont il espérait un bénéfice, il étudiait
avec dégoût la théologie, et avec délices les poëtes grecs et latins.
Il tâchait de se consoler de son exil en entretenant une
correspondance avec La Fontaine[497]. Celui-ci, moins inconnu alors
que Racine, mais encore peu célèbre, après avoir partagé l'exil d'un
de ses parents, ami du surintendant et enveloppé dans sa disgrâce, de
retour dans sa ville natale, y cultivait les Muses pour ses amis et
pour lui-même, sans prôneurs et sans ennemis. Encouragé, comme il
l'avait été par Fouquet, par la plus aimable des nièces de Mazarin,
Marianne Mancini, qui venait d'épouser le duc de Bouillon et de
Château-Thierry[498], La Fontaine, déjà lié avec Molière, le fut
bientôt avec Boileau; et par lui Racine devint l'ami de tous les
trois. Ces quatre hommes, depuis réunis à Paris, surent s'apprécier
mutuellement, et opposèrent par leur union une force invincible à
leurs antagonistes. Ils répandirent un grand éclat sur ce règne par
des chefs-d'œuvre de genres très-différents, mais tous remarquables
par le naturel, la grâce, le goût, la vigueur et les richesses d'un
style toujours approprié au sujet.

Louis XIV ne crut pas sa tâche accomplie lorsqu'il eut réglé les
finances, l'administration intérieure, la force militaire, la
politique étrangère; lorsqu'il eut pourvu à ce qui concernait la
religion, la justice, la prospérité des lettres et des arts. A lui,
jeune roi, qui voulait dominer non-seulement par son rang, mais par sa
volonté propre, sur tant de guerriers, d'hommes d'État, de courtisans
habiles et spirituels, qui presque tous l'avaient vu naître ou ne
l'avaient vu qu'enfant et adolescent, docile et soumis à sa mère ou au
directeur de son éducation; à lui, dis-je, il importait avant tout de
savoir imposer à tous et dans tous les instants. C'est dans ce but
qu'il organisa sa cour; et il le fit de manière à la rendre un modèle
pour les autres souverains de l'Europe. A cet égard Louis XIV ne fut
en rien redevable aux leçons de Mazarin, il dut son succès à son
caractère, à ses inclinations naturelles, qui le portaient vers ce qui
avait de la dignité, de l'élévation, de la grandeur, de la
magnificence; et aussi à cet orgueil qu'avait eu soin d'entretenir en
lui l'éducation maternelle; orgueil qui ne ressemblait en rien à celui
des autres hommes. C'était chez lui un sentiment infus avec la vie,
tel seulement qu'il peut en naître un dans le cœur d'un enfant né
roi; sentiment qui a commencé avec lui, grandi avec lui, que l'âge n'a
cessé d'accroître et de renforcer en lui; devenu tellement naturel,
que la conscience qu'il lui donnait de sa supériorité le faisait
paraître à ceux qui l'approchaient un être supérieur. On s'est étonné
que Louis XIV n'oubliât jamais ce qu'il était, et qu'il ne le laissât
pas oublier aux autres, même dans la familiarité la plus intime, même
dans le sein des plaisirs et dans le tumulte de la joie: c'est que,
lors même qu'il l'eût voulu, cela lui eût été impossible: il eût fallu
pour cela qu'il se dépouillât de son individualité.

Depuis que les progrès du commerce et de l'industrie ont réparti plus
également les richesses; qu'elles ne sont plus exclusivement l'apanage
du rang et de la naissance, depuis que l'instruction est plus
généralement répandue; que le grand nombre de journaux et que la
multiplicité des livres ont rendu tous les genres de connaissances
accessibles à tous; que les communications entre les différents États
sont devenues plus promptes et plus faciles; et que, par toutes ces
causes, il s'est créé dans les masses, en dehors des souverains, une
force qui leur est étrangère, les gouvernement se trouvent dans
l'obligation de diriger cette force ou de la comprimer: sans quoi elle
les entrave dans leurs fonctions, et les désordres qui s'introduisent
dans les mouvements sociaux brisent bientôt le sceptre et l'épée de
celui qui se montre impuissant à les diriger et à les régler. Partout,
depuis que le système des emprunts et du crédit public a placé les
gouvernements sous l'influence et presque sous la dépendance de cette
force, une cour splendide, richement rétribuée, affaiblit plutôt
qu'elle n'affermit le monarque; c'est de lui qu'elle reçoit tout, et
elle ne lui donne rien. Ce n'est point par elle qu'elle agit sur le
peuple; elle l'en sépare.

Mais il n'en était pas ainsi lorsqu'il existait encore des princes,
des grands, qui, propriétaires d'immenses domaines, étaient revêtus de
droits et de priviléges attachés à leurs possessions, à leurs titres,
sources de puissance réelle. Sans doute les progrès successifs de
l'autorité royale avaient fort réduit ces droits, ces priviléges; mais
ils ne les avaient pas anéantis. Alors une cour avec son cérémonial,
son étiquette, les devoirs qu'elle imposait, ralliait tous ces hommes
à la personne du monarque: elle les plaçait sous sa dépendance et sans
cesse sous ses yeux; elle donnait les moyens de s'en faire craindre,
et, ce qui était mieux, de s'en faire aimer. Une cour n'était pas
alors une cause de dépenses inutiles, une vaniteuse et nuisible
superfétation de la dignité royale: c'était un moyen de gouvernement,
un des ressorts les plus puissants du pouvoir.

Louis XIV le comprit; et en cela, comme dans tout le reste, il ne
forma pas dès l'abord de combinaisons profondes, de plan prémédité de
despotisme, comme l'a cru un écrivain ingénieux, mais systématique. De
même que tous les véritables hommes d'État, il discerna les nécessités
de sa position, et sut y pourvoir. C'est en cela que consiste le grand
art de régner. Prétendre fonder des constitutions ou agir d'une
manière efficace sur les destinées d'un peuple avec une autorité
incertaine ou flottante, c'est entreprendre d'élever un édifice
lorsqu'un tremblement de terre secoue le sol sur lequel on veut
construire.

Les résultats prouvèrent combien Louis XIV eut raison de mettre une
grande importance à rassembler autour de lui une cour nombreuse et
splendide. Tout ce qui faisait la gloire et la richesse de l'État s'y
centralisa; là se trouva réuni tout ce qu'il y avait de plus illustre
dans la religion, les armes et la magistrature. Ce ne fut qu'en se
mettant sous l'égide du monarque et de ses courtisans que les gens de
lettres, cessant d'appartenir à des coteries puissantes, purent
trouver quelque indépendance[499]. Ainsi Molière, en frondant des gens
de cour dans sa comédie des _Fâcheux_, a grand soin de faire un
pompeux éloge de la cour; et il renouvelle cet éloge dans ses autres
pièces, toutes les fois qu'il en trouve l'occasion[500]. Boileau fut
recherché, dès son début, par des hommes du plus haut rang, qui
aimaient à lui entendre réciter ses satires; tous faisaient partie de
la cour, et jouissaient d'une grande faveur auprès du monarque: il
n'en fallut pas davantage pour que le poëte qui s'était proposé pour
modèle le virulent Juvénal se rapprochât de la manière d'Horace, et
retranchât, lorsqu'il la fit imprimer, les vers les plus énergiques de
sa première satire[501]. Par une complaisance de courtisan, il adoucit
la teinte trop sombre de ses tableaux, et se prit à diriger, de
préférence, ses attaques contre le mauvais goût en littérature, plutôt
que contre les mauvaises inclinations et les mauvaises mœurs. S'il
attaqua quelquefois celles-ci, ce fut avec ménagement, et en évitant
de lancer ces traits acérés qui auraient pu atteindre les puissants de
la cour. Il fit la satire des ridicules de son siècle, et en épargna
les vices. Les peintures trop fidèles et trop vives de ceux-ci eussent
offensé le monarque, et démenti une partie des éloges que sa muse se
plaisait à lui prodiguer.

Louis XIV trouva dans la réserve que s'était imposée Mazarin de ne
nommer aucun chevalier des Ordres, un moyen de donner à sa cour un
grand éclat. Il put, sans violer les statuts, faire en une seule fois
une promotion de soixante et dix cordons bleus. Tout ce qu'il y avait
de plus considérable et de plus respectable en France par le rang et
l'influence, l'âge et les services, se trouva donc redevable au jeune
monarque de la plus grande et de la plus enviée des distinctions
honorifiques. A ce sujet, Louis XIV eut pour le prince de Condé une
déférence qui flatta beaucoup le héros: il lui accorda le pouvoir de
nommer, par désignation, un chevalier des Ordres[502]. Le choix de
Condé tomba sur le comte de Guitaut, son premier gentil-homme, ami de
madame de Sévigné et son voisin en Bourgogne, puisqu'il était, par sa
femme, possesseur de la seigneurie d'Époisses, dont Bourbilly relevait
comme fief. Cette préférence de Condé pour Guitaut mit en fureur un
autre des zélés partisans et des serviteurs les plus courageux du
prince, le comte de Coligny, qui l'abandonna depuis lors et resta
brouillé avec lui. Coligny a exhalé sa haine en traçant de Condé, sur
les marges d'un Psautier, un portrait hideux du héros, qui contient
les révélations les plus singulières. Cette virulente diatribe,
évidemment calomnieuse sur plusieurs points, a été décorée par
plusieurs auteurs du titre de _Mémoires de Jean de Coligny_, et
imprimée dans un recueil où on ne s'attendrait pas à la trouver[503].

Louis XIV, non encore entièrement satisfait des honneurs qu'il avait
répandus autour de lui par cette grande promotion des chevaliers des
Ordres, imagina une nouvelle distinction tenant entièrement à sa
personne, qu'il pouvait donner ou retirer à volonté; pour laquelle il
n'était astreint à aucune règle, et qui, uniquement de mise à la cour,
ne fût point un indice des services rendus à l'État, mais une marque
de la bienveillance particulière du monarque et de sa faveur spéciale.
Il donna, par brevet, la permission de se parer de justaucorps bleus
absolument pareils à ceux qu'il portait lui-même. Ceux qui obtinrent
de ces brevets contractaient l'obligation de se montrer assidus auprès
de sa personne, et avaient seuls la permission de l'accompagner dans
ses chasses et dans ses promenades à la campagne. Le grand Condé et
les plus illustres guerriers sollicitèrent cette frivole faveur, et se
montrèrent jaloux de porter cette livrée de courtisan[504].

Les fêtes qui eurent lieu se ressentirent de la nouvelle splendeur de
la cour. Louis XIV s'en occupait avec autant d'ardeur que s'il n'avait
pas eu d'autres soins[505]. Il se montrait ambitieux de suffire à
tout, de régler tout par lui-même. Ainsi qu'autrefois Clovis, qui, au
milieu de l'embarras de ses conquêtes, avait écrit à Théodoric pour
qu'il lui envoyât des musiciens italiens, Louis XIV, dans le même
temps que les affaires de ses ambassadeurs l'obligeaient à multiplier
les dépêches diplomatiques, écrivait au duc de Parme pour le prier de
lui procurer un bon Arlequin, et au duc de Toscane, pour lui
recommander de ne pas permettre qu'un virtuose qui se rendait en
Italie excédât le congé qui lui avait été donné[506]. Louis aimait
encore, comme par le passé, à paraître dans les ballets qu'il faisait
composer; il figura dans celui qu'on donna cette année sous le titre
d'_Hercule amoureux_. Le machiniste s'y surpassa par la magnificence
des décorations; Benserade, par les louanges ingénieuses données au
roi, et par la finesse des allusions aux jeunes seigneurs, et à toutes
les beautés de la cour qui chantaient, jouaient et dansaient avec le
roi[507].

Puis vint ce célèbre carrousel qui a fait changer le nom de cette
grande place des Tuileries où il fut exécuté. La reine était le
prétexte de toute cette pompe vraiment étonnante; mais la belle La
Vallière en était le motif secret. La reine semblait être celle à
laquelle s'adressaient tous les hommages; La Vallière était la
divinité invisible et cachée de celui qui avait tout ordonné: vers
celle-ci se reportaient souvent les regards du souverain, comme pour
l'assurer que c'était l'amour qu'elle inspirait, que c'était
l'admiration de ses charmes qui mettait en mouvement ces héros si
magnifiquement parés, ces superbes coursiers, et cette foule immense
rassemblée pour jouir du plus magnifique spectacle qu'on eût encore
contemplé: car ce n'était point cette fois une fête pour la cour,
c'était une fête pour la capitale, pour la France, pour l'Europe. Par
le grand nombre des étrangers qu'elle attira dans Paris, le fisc
recueillit des sommes plus fortes que celles que le trésor avait
dépensées pour en faire les apprêts; ce qui ne doit point étonner. Les
frais les plus considérables ne furent pas à la charge de l'État, mais
tombèrent principalement sur les princes et les grands seigneurs qui y
figurèrent, et qui cherchèrent à se surpasser mutuellement par la
richesse de leurs costumes, l'éclat de leurs armes et la beauté de
leurs coursiers. Tous firent à cette occasion[508] des dépenses
considérables; et plusieurs, pour y subvenir, furent obligés de
s'endetter. Ce fut un avantage pour le roi, qui voyait ainsi cette
noblesse naguère si fière, si turbulente, se placer d'elle-même, de
plus en plus, sous sa dépendance, par une folle vanité et par des
prodigalités que lui-même lui suggérait.

Cependant Louis XIV ne cessait de tenir toujours hautes et fermes les
rênes de son vaste gouvernement. Il se montrait vigilant, prompt et
décisif pour les grandes affaires, laborieux et infatigable dans les
détails. On avait renoncé à le conduire, en lui inspirant le goût de
l'indolence et de l'oisiveté, qu'on regardait comme inhérent au titre
de roi; mais l'ambition crut pouvoir mettre à profit, pour ses
desseins et ses intérêts particuliers, le penchant immodéré pour les
femmes qui se manifestait dans Louis avec plus de violence encore que
dans son aïeul Henri IV, parce qu'il était monté plus jeune sur le
trône. Les licences qu'il se permettait dans ce genre, il ne pouvait
prétendre à les réprimer dans les jeunes courtisans qui l'entouraient;
et l'on vit toute la cour, à l'imitation du monarque, remplie
d'intrigues amoureuses. Le détail de celles qui eurent lieu cette
année remplirait un volume, en retranchant les additions romanesques
ou niaises dont on les a surchargées. Il suffira, pour notre but, de
rappeler ici celles qui peuvent servir à éclairer la correspondance de
madame de Sévigné, et à faire connaître les personnages avec lesquels
elle fut liée.

La comtesse de Soissons (Olympe Mancini) avait en vain cherché à
rallumer dans le cœur du roi une passion depuis longtemps éteinte;
mais par son esprit, par cette liberté de paroles qu'on ne peut
refuser à une ancienne intimité, par l'effet de l'habitude et des
souvenirs, Louis XIV se plaisait dans sa société[509], et il allait
souvent la voir: elle ne désespéra pas de reprendre sur lui assez de
son ancienne influence pour satisfaire son orgueil et de faire réussir
ses ambitieux projets. Profondément corrompue, elle se rendit la
confidente de ses amours et l'entremetteuse de ses plaisirs. Elle
l'encourageait dans ses goûts de volupté; et ses conseils flatteurs
avaient d'autant plus de succès sur son esprit, qu'il pensait que si
la politique et le bien de ses sujets avaient exigé qu'il se fît
violence et qu'il sacrifiât les sentiments les plus chers à son
cœur, il avait aussi, par là, acquis le droit de se livrer aux
inclinations plus ou moins durables qui pouvaient le distraire des
soucis de la royauté[510]. La comtesse de Soissons favorisa les
visites nocturnes du roi à l'appartement des filles d'honneur de la
reine, où Louis XIV allait s'entretenir tête à tête avec l'une
d'elles, la belle La Mothe-Houdancourt. La comtesse de Soissons
haïssait La Vallière, uniquement parce que celle-ci aimait trop
sincèrement le roi pour le tromper, et qu'elle avait pour se prêter à
des intrigues trop de simplicité et de vertu. Tout sentiment pur et
désintéressé est vertueux, quoique, par la faiblesse de notre nature,
il puisse nous conduire à des actions que condamne la morale et que
les lois sociales réprouvent. Louis XIV parut assez captivé par les
charmes de sa nouvelle maîtresse, pour que la sensible La Vallière
essayât d'aller ensevelir pour toujours dans le couvent des
Filles-Sainte-Marie de Chaillot sa douleur et son amour. Sa fuite
réveilla toute la passion que le roi avait pour elle. Il alla lui-même
se faire ouvrir les portes de la sainte retraite qu'elle avait
choisie, et l'arracha, tout éplorée, à son repentir et à son
Dieu[511].

La comtesse de Soissons n'ayant pu réussir à se délivrer de La
Vallière par l'inconstance du roi, chercha à exciter contre elle le
ressentiment de la reine, et, par ce moyen, à la faire expulser des
Tuileries. Elle crut y parvenir en faisant remettre à Marie-Thérèse
une fausse lettre de son père, le roi d'Espagne. L'écriture de cette
lettre avait été habilement imitée; le style et les expressions, en
langue espagnole, étaient conformes à ce qui émanait ordinairement de
la plume de ce roi. Mais cette noire trame, ourdie par des moyens si
coupables, auxquels se mêlèrent les intrigues de MADAME et de son
amant, le comte de Guiche, celles de Marsillac, de Vardes, de la
duchesse de Châtillon et du chevalier de Gramont, n'aboutit qu'à
rendre Louis XIV plus amoureux de La Vallière; qu'à faire expulser de
la cour la comtesse de Soissons, le comte de Guiche, le chevalier de
Gramont[512]; et à faire renfermer dans un couvent mademoiselle de
Montalais, une des filles d'honneur de MADAME, qui, amie de La
Vallière, avait abusé de sa confiance, et s'était rendue la confidente
et l'agent le plus actif de toutes ces perfidies[513].

Tous ces événements eurent lieu pendant cette année (1662); mais ils
eurent des suites qui produisirent quelque temps après la disgrâce de
la duchesse de Navailles et de son mari, victimes de la calomnie
et de leur attachement à ce que le devoir et l'honneur leur
prescrivaient[514]. Puis l'on vit plus tard le long exil du marquis de
Vardes, le plus coupable de tous, dont les fourberies furent enfin
démasquées; et aussi le renvoi définitif du comte de Guiche, ainsi
que beaucoup d'autres révolutions de cour, produites par la même
cause.

Corbinelli, que nous avons déjà fait connaître comme ami intime de
madame de Sévigné, l'était aussi de mademoiselle de Montalais.
Celle-ci avait déposé toutes les lettres qui lui avaient été
personnellement adressées entre les mains de son amant Malicorne et de
Corbinelli. Dans le nombre de ces lettres étaient celles que le comte
de Guiche, amant de MADAME, lui avait écrites. Malicorne et
Corbinelli, voyant avec peine mademoiselle de Montalais oubliée dans
sa captivité par les personnages puissants qu'elle avait servis,
voulurent les forcer à s'occuper de ses intérêts et à employer leur
crédit et leur influence pour lui faire recouvrer sa liberté. Ils y
parvinrent en profitant de l'important dépôt dont ils étaient nantis.
La mère du comte de la Fayette, supérieure du couvent de Chaillot,
cette ancienne fille d'honneur d'Anne d'Autriche, qui avait été
l'objet des froides et pudiques amours de Louis XIII, intervint dans
cette affaire. Le maréchal duc de Gramont, père du comte de Guiche, le
courtisan le plus délié et le plus recherché à la cour, s'y employa
d'une manière active; et de Vardes, amoureux aussi de MADAME, fit tous
ses efforts pour que Corbinelli lui remît les lettres du comte de
Guiche, dont il était dépositaire[515]. L'étroite liaison que
Corbinelli contracta à cette époque avec le marquis de Vardes fut un
des principaux obstacles qui s'opposèrent par suite à sa fortune[516].

Il ne nous reste malheureusement aucune lettre de madame de Sévigné
pendant toute la durée de cette année, si pleine d'événements qui
devaient l'intéresser vivement. Nous n'avons pu découvrir aucune
pièce, aucun document qui se rattache à elle, et qui nous apprenne
d'une manière certaine où elle séjournait en 1662, si ce fut à
Bourbilly, aux Rochers, ou dans son hôtel à Paris. Mais tout fait
présumer qu'elle ne quitta pas la capitale pendant la durée des fêtes;
qu'elle assista au carrousel, à la représentation des ballets royaux;
et que si elle alla visiter une de ses terres pendant la belle saison,
elle connut en partie tout ce qui agitait en secret la cour, par la
correspondance qu'elle entretenait alors avec son amie la plus intime,
madame de La Fayette. Celle-ci avait formé avec le duc de La
Rochefoucauld une union si constante que la mort seule put la
dissoudre. Madame de La Fayette était très-avant dans la faveur de
MADAME, dont elle a écrit la vie; et elle la suivait partout,
quoiqu'elle n'eût aucune charge dans sa maison. Elle connut peut-être
mieux, et plus promptement que tout autre, les intrigues compliquées
dont les sombres allées, les voûtes de verdure et les ruelles de
Fontainebleau, de Saint-Germain, de Versailles, de Saint-Cloud, furent
successivement le théâtre. Longtemps après, les récits plus ou moins
véridiques qu'on a faits les ont rendues publiques; mais alors
c'étaient encore des mystères que des voiles impénétrables dérobaient
aux regards curieux ou intéressés des courtisans[517].

Un des motifs qui doivent faire croire que madame de Sévigné séjourna
à Paris dans cette année 1662, et qu'elle s'y trouvait du moins encore
au milieu d'avril, c'est qu'alors on célébra dans l'église des Filles
de Sainte-Marie la béatification de François de Sales; et, par la
liaison qui avait existé entre ce saint évêque et la pieuse
Chantal[518], cette cérémonie était en quelque sorte une fête de
famille pour madame de Sévigné. Plusieurs de ses lettres nous
démontrent combien elle avait d'attachement pour les filles de
Sainte-Marie, combien elle aimait à aller les visiter dans leurs
couvents. Il est probable que ce fut à elles qu'elle confia pendant
quelque temps l'éducation de sa fille chérie, dont elle eût, dit-elle,
la barbarie de se séparer. Elle la mit au couvent un peu avant
l'époque dont nous traitons, probablement pour mieux la préparer à
l'accomplissement du plus grand des devoirs religieux[519].

Ce qui confirme toutes nos conjectures relativement au séjour de
madame de Sévigné dans la capitale pendant la plus grande partie de
cette année, ou peut-être pendant toute cette année, c'est qu'elle
paraît avoir été occupée à instruire sa fille pour la produire dans le
monde. Nous apprenons par des vers de Saint-Pavin adressés à
mademoiselle Marguerite-Françoise de Sévigné, à l'époque où elle
devait être âgée de quatorze ans, que la jeune Manon, comme on avait
coutume de l'appeler, s'offensait déjà qu'on lui donnât ce nom;
qu'elle commençait à faire le charme de la société de sa mère, où on
ne l'appelait que la belle Madelonne; qu'abandonnant les oiseaux et
les poupées, elle avait pris goût au jeu de reversi[520]. Ce fut
pendant l'hiver qui termina cette année et qui commença l'année 1663
que madame de Sévigné présenta[521] pour la première fois sa fille à
la cour, où nous la verrons figurer dans les ballets royaux. A cette
époque, madame de Sévigné n'avait point de motif pour rechercher la
solitude; elle se trouvait portée par sa position, comme elle l'était
par ses inclinations, à se répandre dans le monde. Nous avons des
preuves qu'on s'y occupait beaucoup d'elle. Quoique Corbinelli fût, à
Paris, membre d'une académie italienne, qu'il avait contribué à
former[522], cependant nous apprenons par le _Grand Dictionnaire des
Précieuses_, publié alors, que Corbinelli devait la plus grande partie
de sa célébrité à un portrait de madame de Sévigné qu'on disait avoir
été écrit par lui, et aussi à l'avantage qu'il avait d'être compté au
nombre des amis de notre belle veuve. De Somaize, dans son
dictionnaire, n'a pas manqué de donner un article sur madame de
Sévigné, qu'il désigne sous le nom de _Sophronie_; et un autre plus
court sur Corbinelli, qu'il nomme _Corbulon_[523]. Nous citerons ces
deux articles, qui, quoique d'un médiocre écrivain, acquièrent
cependant de l'importance par la date de leur publication. La plus
simple esquisse, tracée d'après nature, vaut mieux, pour la
ressemblance, que la peinture la plus savamment élaborée loin de
l'objet qu'on a voulu représenter, ou longtemps après qu'il a disparu.


    «SOPHRONIE (la marquise de Sévigné).

«Sophronie est une veuve de qualité; le mérite de cette précieuse est
égal à sa naissance; son esprit est vif et enjoué, et elle est plus
propre à la joie qu'au chagrin. Cependant il est aisé de juger par sa
conduite que la joie chez elle ne produit pas l'amour; car elle n'en a
que pour celles de son sexe, et se contente de donner son estime aux
hommes; encore ne la donne-t-elle pas aisément. Elle a une promptitude
d'esprit la plus grande du monde à connaître les choses et à en juger.
Elle est blonde, et a une blancheur qui répond admirablement à la
beauté de ses cheveux. Les traits de son visage sont déliés, son teint
est uni; et tout cela ensemble compose une des plus agréables femmes
d'Athènes [Paris]. Mais si son visage attire les regards, son esprit
charme les oreilles, et engage tous ceux qui l'entendent ou lisent ce
qu'elle écrit. Les plus habiles font vanité d'avoir son approbation.
Ménandre (Ménage) a chanté dans ses vers les louanges de cette
illustre personne. Cresante (Chapelain) est un de ceux qui la visitent
le plus souvent. Elle aime la musique et hait mortellement la satire.
Elle loge au quartier de Léolie (le Marais du Temple).»

    CORBULON (Corbinelli)[524].

«Corbulon est illustre dans l'empire des précieuses, pour avoir fait
le portrait de Sophronie, où il a parfaitement réussi, et pour être de
plus son lecteur. Il est natif de l'Étrurie, et fort noble; il a
l'esprit fin et beaucoup de douceur. Il aime fort la musique, et loge
au quartier de Léolie (le Marais du Temple).»

  [480] LOMÉNIE DE BRIENNE, _Mémoires inédits_, t. II, p. 156 et
  157.--GRAMONT, _Mémoires_, t. LVII, p. 90 et 430.

  [481] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 56.

  [482] LORET, _Muse historique_, liv. XIII, p. 56, 58,
  70.--COLLETET, _Abrégé des Annales de Paris_, 1664, in-12, p.
  423.

  [483] LOUIS XIV, _Instructions pour le Dauphin son fils_, dans
  ses _OEuvres_, t. I, p. 211, 216, 227.

  [484] MONGLAT, _Mém._, t. LI, p. 126.

  [485] CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 271.--JOLY, _Mém._, t. XLVII,
  p. 460.--MONGLAT, _Mémoires_, t. LI, p. 128.--LOUIS XIV,
  _OEuvres_, t. V, p. 110, 119; _lettres au roi de Pologne_, en
  date du 1er et du 9 février 1663.

  [486] LOUIS XIV, _Instructions pour le Dauphin son fils_, dans
  ses _OEuvres_, t. I, p. 197, 198.

  [487] LORET, liv. XIII, p. 35 (4 mars 1662); dans LOUIS XIV,
  _OEuvres_, t. I, p. 197; ibid., t. V, p. 81 (_lettre_ en date du
  17 mars 1662).--JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 454, 460 et 462.

  [488] LORET, _Muse historique_, liv. XIII, p. 52 (_lettre_ du 1er
  avril 1662). Vingt-deux temples protestants furent fermés dans le
  seul pays de Gex.--RACINE, _lettre à Vitart_, en date du 25
  juillet, p. 162 et 165, t. VI des _OEuvres_, dans l'édit. d'Aimé
  Martin.--GUY-PATIN, _Lettres_, t. V, p. 22 (en date du 14 juillet
  1662).

  [489] Frères PARFAICT, _Hist. du Theâtre françois_, t. IX, p. 1
  et 64.--LORET, _Muse historique_, liv. XIII, p. 165 (28 octobre,
  7 janvier 1662).

  [490] MONTPENSIER, t. XLIII, p. 26, 28, 31.

  [491] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. I, p. 223.

  [492] CORNEILLE, _Remercîments au roi_, t. XI, p. 95, édit. de
  Lefèvre, in-8º.

  [493] _Deux dissertations concernant le poëme dramatique, en
  forme de remarques sur deux tragédies de M. Corneille,
  intitulées_ Sophonisbe _et_ Sertorius, _envoyées à madame la
  duchesse R***_ (Richelieu); Paris, l'abbé D'AUBIGNAC, chez
  Jacques Dubreuil, 1663, petit in-12 de 104 pages.--VISÉ,
  _Défence_ (sic) _du Sertorius de M. Corneille_, dédiée à M. de
  Guise, 1663, in-12.

  [494] BOILEAU, _OEuvres_, édition de Berriat Saint-Prix, 1830,
  in-8º, t. II, p. 436, ou de l'édit. de Saint-Surin, 1821, t. II,
  p. 523; édit. de Saint-Marc, 1747, p. 417.

  [495] RACINE, t. VII, p. 173, édit. de Geoffroy.

  [496] BOILEAU, _Satire VII_, édit. 1666, p. 68 et 69; édit. 1667,
  p. 4, et édit. 1669, p. 9.

  [497] RACINE, _OEuvres_, _lettres_ à Vitart, t. VII, p. 107 de
  l'édit. 1808, in 8º, et t. I, p. 119.

  [498] LORET, liv. XIII, p. 58 (22 avril 1662).

  [499] LORET, liv. XI, p. 59, liv. XIII, p. 69, 130, 154, 199; 13
  mars, 26 août, 7 octobre 1662, 17 avril 1660.

  [500] MOLIÈRE, _Critique de l'École des Femmes_, scène IV (VI par
  faute d'impression), p. 86 de la première édition, 1663, et aussi
  dans les _Femmes savantes_, acte IV, scène III.

  [501] Voyez _Satires de B***_, édit. de 1660, p. 4 et 5.

  [502] DESORMEAUX, _Histoire de Louis II, prince de Condé_, t. IV,
  p. 197, édit. in-12; _Histoire de France en estampes_, in-folio,
  année 1682, t. XXVIII (Bibliothèque royale).

  [503] _Mémoires de Jean de Coligny_, dans MUSSET-PATHAY, _Contes
  historiques_, 1826, in-8º, p. 234 et 237.--_Lettres_ de SÉVIGNÉ,
  édit. de Monmerqué, t. I, p. 120, note _a_; t. II, p. 16, à la
  note de la _lettre_ du 25 octobre 1673.--Depuis les Mémoires
  complets de Coligny ont été imprimés.

  [504] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 191.--LOUIS XIV, _OEuvres_, Paris,
  1806, t. VI, p. 375. (Modèle du brevet de justaucorps bleu
  accordé à Condé.)

  [505] LORET, _Muse historique_, liv. XIII, p. 2, 15, 18, 21, 23,
  199, _lettres_ en date des 7 et 28 janvier, 11, 14 février, 24
  décembre 1662.

  [506] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. II, p. 25, _Vies de plusieurs
  Personnages célèbres_, t. I, p. 158, article _Clovis_.

  [507] LORET, liv. XIII, p. 29, 32, 59.--BENSERADE, t. II, p.
  254-280.

  [508] _Description du carrousel_ en 1667, in-folio, 1670, format
  atlas, orné de figures.--LORET, liv. XIII, p. 67 et 85, 6 mai, 10
  juin 1662.--MONTPENSIER, t. XLIII, p. 42.

  [509] LA FAYETTE, _Hist. d'Henriette d'Angleterre_, t. LXIV, p.
  381.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 173.

  [510] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 70.

  [511] LA FAYETTE, _Hist. d'Henriette d'Angleterre_, t. LXIV, p.
  412-415.--CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 282.--MOTTEVILLE, t. XL,
  p. 170 et 179.--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLIII, p. 23, 43,
  44.--Voy. ci-après la IIIe partie, chap. XII, p. 209.

  [512] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLIII, p. 43, 44.--MOTTEVILLE, t.
  XL, p. 174, 175.--LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 160.--LA
  FAYETTE, _Hist. d'Henriette d'Angleterre_, t. LXIV, p.
  407.--HAMILTON, _Mém. de Gramont_, t. I, p. 103, édit. de ses
  _OEuvres_ par Renouard, 1812, in-8º.

  [513] LA FAYETTE, _Hist. d'Henriette d'Angleterre_, t. LXIV, p.
  407, 408, 422, 423, 424.--LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 90,
  _lettre_ en date du 22 août.--CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 280.

  [514] Voyez ci-après, IIIe partie, chap. XII, p. 197.

  [515] LA FAYETTE, _Histoire d'Henriette_, t. LXIV, p. 427.--LOUIS
  XIV, _OEuvres_, t. V, p. 103 (lettre du 20 décembre
  1662).--Maréchal DE GRAMONT, _Mém._, t. LVII, p. 93.

  [516] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 283.

  [517] LORET, liv. XIII, p. 69, 100-170, 13 mai, 1er juillet, 4
  nov. 1662.--MOTTEVILLE, t. XL, p. 177.--LA FAYETTE, _Mém._, t.
  LXIV, p. 395.

  [518] LORET, _Muse historique_, liv. XIII, p. 62 (16 avril 1662).

  [519] SÉVIGNÉ, _Lettres_ (6 mai 1676), t. IV, p. 422, édit. de G.
  de S. G., t. IV, p. 281, édit. M.

  [520] SAINT-SURIN, _Notice sur Sévigné_, et _Lettres de
  Saint-Pavin_ à _madame de Sévigné_, t. I, p. 84, et p. VII et
  VIII des _Pièces préliminaires_, dans l'édit. de Monmerqué des
  _Lettres_ de SÉVIGNÉ.

  [521] SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. de 1734, p. XIX de la préface du
  chevalier Perrin, ou t. I, p. XXVI de l'édit. de 1754.

  [522] LORET, lib. VIII, p. 148 (_lettre_ du 29 avril 1657).

  [523] DE SOMAIZE, _Grand Dictionnaire des Précieuses_, 1661,
  in-12, t. II, p. 150.--LA CLEF, p. 15, Sophronie, _madame la
  marquise de Seuigny_.

  [524] DE SOMAIZE, le _Grand Dictionnaire des Précieuses_, 1661,
  in-12, t. I, p. 93.



CHAPITRE XXI.

1663-1666.

   Réflexions sur les sentiments maternels.--Amour de madame de
   Sévigné pour ses enfants, et particulièrement pour sa
   fille.--Constance et durée de son affection pour elle.--Comment
   on doit désormais la considérer et la juger.--La tendresse de
   madame de Sévigné pour sa fille nous a valu ses Lettres.--Elles
   sont des mémoires curieux du siècle de Louis XIV.--Chaque année
   ajoute à la splendeur de ce règne.--Louis XIV envoie de puissants
   secours à l'empereur d'Allemagne.--Soins que Louis XIV se donnait
   pour maintenir la discipline, pour régler
   l'intérieur.--Circulaire envoyée par ses ordres aux
   intendants.--Travaux entrepris au Louvre et à
   Versailles.--Jonction des deux mers par un canal.--Encouragements
   donnés aux génies qui surgissent à cette époque.--Boileau fait
   paraître son _Discours au roi_ et ses premières _Satires_.--La
   Fontaine, ses _Contes_.--Molière fait jouer les trois première
   actes de son _Tartufe_.--De Molière et de Lulli.--De Boileau, de
   La Fontaine et de Racine.--Les fêtes de Louis XIV étalent données
   pour mademoiselle de La Vallière.--Sa liaison avec le roi devient
   publique.--La reine mère voulut en vain s'y opposer.--Elle tombe
   malade.--Soins de Louis XIV pour sa mère.--Témoignage que lui
   rend madame de Motteville.--Louis XIV exige que les dames de la
   cour suivent mademoiselle de La Vallière.


Les sentiments énergiques et durables se rencontrent rarement: des
désirs modérés, des volontés faibles ou changeantes, sont le partage
du plus grand nombre. C'est là un des bienfaits de la nature. Si une
vive et forte sensibilité, quand elle est satisfaite, exalte l'âme
jusqu'au plus haut degré de félicité auquel l'humanité puisse
parvenir, elle la plonge aussi dans le plus profond abîme de douleur
et d'amertume quand elle est dépouillée de ses illusions ou déchue de
ses espérances. Cependant comment se fait-il que le vulgaire se
complaise dans la peinture des passions les plus délirantes, qu'il
n'éprouva jamais, qu'il n'est pas même susceptible d'éprouver? C'est
que ces passions, qui ne sont toujours au fond que l'amour ou
l'ambition différemment modifiés, se rattachent aux plus impérieux
besoins de notre nature, à nos penchants les plus universels, les plus
irrésistibles; à cette sympathie qui entraîne les deux sexes l'un vers
l'autre, ou à cette aversion pour toute contrainte, à ce désir de
domination, à cette avidité pour les richesses, à ces jouissances de
luxe, à ces émotions de haine, à ces désirs de vengeance, à ces
mouvements d'orgueil et de vanité, que tous conçoivent parce que tous
les ont éprouvés ou les éprouvent plus ou moins fortement. Mais, par
la même raison, les passions qui sont les résultats de circonstances
moins générales, ou qui naissent de notre organisation ou des facultés
qui nous sont particulières, rencontrent moins de sympathie, ou n'en
rencontrent point du tout; et dans ce dernier cas ceux qui en sont les
témoins, ne pouvant les concevoir, en rejettent l'existence, et
considèrent comme de simples apparences, ou comme des émotions
factices, tout ce qui émane de sentiments étrangers à leur nature, et
selon eux à toute nature humaine. Cependant il est de violents
penchants dont personne ne conteste la réalité, quoiqu'il n'y ait
qu'une certaine classe d'individus qui soient appelés à les partager.
La nature nous en fournit des exemples journaliers, et qu'il nous est
impossible de méconnaître sans cesser d'obéir à cette loi de notre
raison qui veut que des effets toujours semblables nous paraissent
produits par des causes semblables. L'amour maternel est dans le genre
de ces passions exceptionnelles que tout le monde conçoit, sans qu'on
se sente capable de les éprouver. Par une sage disposition de la
Providence, cette passion n'a jamais plus de force chez les femmes que
lorsque leurs enfants, en bas âge, réclament plus de soins, plus de
vigilance, une protection plus constante. Aussi toutes les faiblesses,
toutes les douleurs, toutes les anxiétés d'une mère pour son jeune
enfant, émeuvent les personnes même qui ne sont pas destinées à
éprouver le sentiment qui les fait naître; dès expériences
journalières leur ont démontré la présence de ce sentiment dans le
cœur de toutes les mères, et cette conviction leur suffit pour
sympathiser avec toutes celles qui l'éprouvent. L'affection qui unit
une mère à son enfant devenu grand, qui la surpasse par les forces du
corps ou de l'intelligence, qui n'a plus besoin de ses soins, qui a
pris son essor, a formé d'autres liens, qui n'est plus identifié avec
elle par ses désirs et son amour, se conçoit bien encore comme un
sentiment tendre, calme, réglé par la raison et avoué par elle, mais
nullement comme une passion, parce qu'habituellement la tendresse
maternelle n'a point alors cette force entraînante, irrésistible, qui
caractérise la passion. Cependant il peut arriver que cet instinct,
que ce besoin qui unit d'une manière si intime une mère à l'innocence
au berceau, s'accroisse encore par les charmes attirants de
l'adolescence, par l'éclatante beauté de la jeunesse, par les talents
brillants, les qualités aimables et les hautes vertus d'un âge plus
avancé; qu'ainsi l'amour maternel, au lieu de diminuer avec le temps,
ne fasse que s'augmenter et se développer avec une chaleur et une
énergie toujours croissantes; et qu'enfin dans le cœur d'une mère
exempte de tout autre attachement il prenne le caractère d'une de ces
passions ardentes qui absorbent une vie tout entière. Mais comme une
telle passion doit être aussi rare que la réunion des circonstances
qui peuvent la faire naître, comme elle contredit l'expérience
journalière, elle ne sera pas toujours comprise, et trouvera beaucoup
d'incrédules.

Tel a été le sort de madame de Sévigné. Toutes les affections, toute
la sensibilité de cette âme aimante s'étaient concentrées sur ses
enfants, et plus particulièrement sur sa fille. L'admiration qui se
joignait à la tendresse qu'elle avait pour elle lui faisait toujours
croire qu'elle ne pouvait jamais la chérir et la louer assez, et
toujours craindre de n'en être pas assez aimée. Il est difficile que
l'expression si souvent répétée d'un sentiment qui par sa force et sa
durée est une sorte de phénomène ne fatigue pas promptement; aussi
a-t-on reproché aux lettres de madame de Sévigné ces éloges continuels
donnés à sa fille, ces regrets sans cesse renouvelés, et ces
répétitions fréquentes sur la douleur qu'elle éprouve d'en être
séparée. On a cru qu'il y avait chez elle à cet égard défaut de
sincérité, ou tout au moins exagération; et il devait en être ainsi,
d'après les raisons que nous venons d'exposer.

Par les réflexions qui précèdent, je ne prétends pas que l'on doive se
plaire à la lecture de toutes les lettres où madame de Sévigné a
répandu avec tant de profusion, et sous des formes toujours variées,
ses vives émotions; qu'on doive trouver les expressions de sa
tendresse aussi naturelles que si elles étaient celles d'un amant à sa
maîtresse, quoique cependant elles soient aussi tendres, aussi
passionnées, quoiqu'elles soient les indices d'un sentiment aussi vrai
et plus durable: j'ai voulu seulement avertir mes lecteurs que,
parvenu à l'époque où madame de Sévigné a présenté sa fille dans le
monde, c'est en qualité de mère que nous aurons à les entretenir de
cette femme célèbre. Ils doivent encore être prévenus que ce n'est
point seulement d'une mère tendre, affectionnée, dont il s'agira
désormais dans cet ouvrage, mais d'une mère dont le cœur était frappé
d'une véritable passion, et que cette passion ne différait de celle à
laquelle on a donné trop exclusivement le nom d'amour, qu'en ce qu'au
lieu de diminuer, comme elle, par l'effet du temps, de l'âge et de
l'absence, elle croissait toujours en force par toutes ces causes. Ce
n'est point là un éloge que nous voulons faire de madame de Sévigné,
c'est simplement un fait que nous voulons signaler: parce qu'il est
nécessaire que nos lecteurs le connaissent, pour bien saisir le but
déguisé ou avoué, secret ou patent, de toutes ses actions, de toutes
ses pensées, pendant les années de sa vie qui nous restent à
parcourir. Ce fait fut de bonne heure reconnu par ses contemporains.
Le grand Arnauld reprochait à madame de Sévigné qu'elle faisait de sa
fille son idole, et il l'avait surnommée la jolie païenne. Au reste,
pardonnons-lui ce besoin qu'elle éprouvait de s'occuper toujours de
celle qu'elle chérissait, de lui écrire sans cesse lorsqu'elle en
était séparée, de chercher à lui plaire, à la distraire, à
l'intéresser par des traits d'esprit, d'imagination, des réflexions
sérieuses des nouvelles plaisantes; pardonnons-lui ses écarts, ses
redites, ses divagations, ses faiblesses, ces susceptibilités d'un
cœur trop sensible, et les désirs insatiables de cette amitié goulue,
comme dit Molière[525]; pardonnons-lui tout cela, puisque c'est à cela
que nous devons les mémoires les plus amusants, les mieux écrits, les
particularités les plus curieuses de l'histoire du règne de Louis XIV.

De ce règne chaque année accroissait l'éclat. La France était en paix
avec toute l'Europe; mais le jeune roi avait envoyé un puissant
secours à l'empereur d'Allemagne contre les Turcs. Les nombreuses
lettres qu'il écrivit à Coligny, auquel il avait confié le
commandement de cette petite armée, nous prouvent combien il avait à
cœur l'honneur des armes françaises, la bonne discipline des troupes;
combien il se donnait de peines et de soins pour récompenser les
belles actions. Ces lettres sont des instructions particulières
propres à Louis XIV, lettres confidentielles, et indépendantes de
celles que ses ministres écrivaient en son nom pour les besoins du
service[526]. Il nous reste encore de lui d'autres lettres, écrites
alors à La Feuillade, parti pour la même expédition à la tête d'un bon
nombre de gentils-hommes volontaires, où nous voyons comme ce jeune
roi savait surveiller ses généraux[527], et se faire instruire par
plus d'une voie de la conduite de chacun. La même sagesse, la même
sollicitude se font voir dans les lettres adressées au duc de
Beaufort[528] et à Vivonne, relativement à l'expédition de Gigeri en
Afrique, et dans celles qu'il écrivit au marquis de Tracy, qui
commandait dans les colonies[529]. A cette époque Louis XIV
n'employait les forces de la France que pour protéger la civilisation
et la chrétienté contre la barbarie du mahométisme, et délivrer les
mers de la tyrannie et de la cruauté des pirates[530]. En même temps
que par tous ses actes il imprimait au dehors le respect et la
crainte[531], tout était par lui au dedans assujetti à des formes
régulières, à des améliorations rapides et successives. Il terminait
le Louvre et commençait Versailles[532]; il ordonnait que le projet de
canal conçu pour la jonction des deux mers fût exécuté[533]; il
donnait, par la construction des routes, une nouvelle vie au commerce
intérieur; il faisait renaître le commerce maritime, en encourageant
l'esprit d'association et en autorisant l'établissement d'une
Compagnie des Indes orientales[534]; il enrichissait les artistes en
leur confiant d'importants travaux; il acquérait pour son compte la
manufacture des Gobelins[535], pour placer ensuite à la tête de cet
établissement le peintre Le Brun; et la musique, la danse, l'art du
décorateur, étaient naturalisés en France, avec des conditions de
perfectionnement toujours croissantes par la fondation de
l'Opéra[536]. Lorsqu'il voyageait, le jeune roi avait soin de faire
prévenir les autorités de tous les lieux où il devait se rendre, afin
qu'elles avertissent les habitants des campagnes et des villes du jour
et de l'heure de son passage, et que tous ceux qui auraient à former
des plaintes ou des demandes pussent les lui présenter en
personne[537]. En même temps Colbert, par ses ordres, envoyait à tous
les intendants du royaume une circulaire qui contenait un système
entier et complet d'instruction, pour les recherches à faire sur
toutes les branches de l'administration de la France[538].

Par une rencontre heureuse, des génies d'un ordre supérieur se
développaient à la même époque pour célébrer les merveilles du nouveau
règne, et en augmenter le nombre par leurs immortels chefs-d'œuvre.
Les derniers rayons de la gloire du grand Corneille brillaient encore
à l'aurore de celle de Louis XIV; et alors que Racine, encore inconnu,
faisait entendre les premiers accents de sa muse harmonieuse[539], les
premiers vers de Boileau furent publiés dans un recueil, sans l'aveu
de leur auteur. Dans le _Discours au Roi_, tous les genres de mérite
qui distinguaient le jeune monarque et le recommandaient à l'amour du
peuple y étaient dignement célébrés[540]. Le recueil qui contenait ce
discours renfermait aussi les premières satires du jeune poëte, où
Ménage et Chapelain[541], ces hautes puissances littéraires, étaient
attaqués sans ménagements, et où Molière était exalté et vengé de tous
ses critiques. Racine venait de débuter au théâtre par une pièce
assez faible, et La Fontaine avait mis en même temps au jour
quelques-uns de ses Contes. Les écrits de ces quatre amis, qui se
succédèrent rapidement, ne tardèrent pas à opérer une révolution dans
le goût du public; et de tous les poëtes (trop prônés d'abord, trop
dépréciés depuis) du règne de Richelieu, de la Fronde et de Mazarin,
un seul resta debout, ce fut Corneille; semblable à un grand colosse
qu'aurait entouré de ruines un tremblement de terre, sans pouvoir
ébranler sa masse, et qui devient plus imposant et plus majestueux par
les vieux débris couchés sur le sol et par les nouvelles constructions
qu'on y a élevées.

Mais Molière était alors le seul des quatre nouveaux poëtes dont la
réputation fût faite, dont le mérite fût reconnu[542] et
universellement apprécié; le seul qui fût en possession de la faveur
du roi. Déjà, dans une de ces fêtes brillantes données à la cour, où
il figurait toujours et comme auteur et comme acteur, on avait
représenté les trois premiers actes (les seuls qui fussent achevés) de
son plus étonnant chef-d'œuvre, le _Tartufe_. Pour Louis XIV, tout
divertissement eût été incomplet sans l'esprit de Molière et la
musique de Lulli: les sons mélodieux de ce dernier étaient fort bien
assortis à ces ballets magnifiques où le jeune monarque aimait à
développer ses talents pour la danse; et ils convenaient aux
madrigaux, aux allégories ingénieuses et quelquefois graveleuses que
composait Benserade; mais le génie de Molière n'avait aucune analogie
avec ces brillantes fadaises. Il était difficile de comprendre comment
la comédie maligne et moqueuse, avec son franc-parler, ses mordantes
saillies, pouvait se mêler à toute cette pompe, à tout ce bruit, à
tout ce mouvement, de manière à ne pas former un ensemble qui ne fût
pas incohérent. N'importe, il le fallait; le roi demandait, et Molière
se prêtait à tout pour lui plaire; de là _l'Impromptu de Versailles_,
_le Mariage forcé_, _la Princesse d'Élide_[543], compositions
irrégulières, indéfinissables, dans lesquelles l'auteur, sachant faire
ployer son art aux fantaisies du monarque, écrivait encore des scènes
empreintes de naturel et de comique; et dans les efforts même qu'il
faisait pour échapper aux difficultés qu'on lui imposait, mêlant
ensemble la prose et les vers, des airs et du dialogue, du récitatif
et des danses, des sujets sérieux et des jeux bouffons, il inventait
de nouveaux genres de compositions scéniques, qui ont eu depuis leurs
théâtres spéciaux, et ont contribué à varier les plaisirs des
représentations théâtrales chez la nation qui a toujours montré pour
elles le plus de prédilection et a su le mieux les apprécier.

Ce n'était pas le besoin de vaines distractions qui engageait Louis
XIV à prodiguer des sommes considérables pour donner des fêtes
splendides, à l'époque même où il cherchait, par une sévère économie,
à mettre de l'ordre dans ses finances. Mais de même que ses désirs de
gloire le portaient à violenter ses habitudes, à se condamner tous les
jours à plusieurs heures de travail fastidieux, pour être puissant et
redouté en Europe; de même l'amour l'excitait à se montrer généreux et
galant, à déployer ses grâces et son adresse dans des exercices de
corps; à se montrer vêtu avec goût et magnificence au milieu de son
brillant cortége; à paraître toujours plus grand et plus aimable, pour
être toujours plus admiré et plus aimé. Personne n'ignorait, depuis
quelque temps, que ces fêtés multipliées, données sous divers
prétextes aux reines ou à MADAME, avaient lieu principalement pour
mademoiselle de La Vallière, dont la liaison avec le monarque n'était
plus un mystère[544]. Divers emblèmes de ces fêtes, les vers qu'on y
récitait, les airs qu'on y chantait, faisaient des allusions non
déguisées aux inclinations amoureuses du roi, à celle qui en était
l'objet, et à toutes les liaisons de même nature qui avaient lieu dans
cette cour galante et voluptueuse. Si Benserade se les permettait,
c'est qu'il savait que c'était un moyen de plaire au roi, qui, fier et
orgueilleux de sa belle maîtresse et de l'amour qu'il lui
inspirait[545], croyait qu'il était au-dessous de sa dignité de
feindre et de se cacher; qui éprouvait le besoin de faire connaître
son bonheur, et d'y faire participer une cour jeune, indulgente et
facile.

Anne d'Autriche, ne pouvant empêcher les écarts de son fils, avait
voulu l'engager à sauver au moins les apparences. Mais tous ses
efforts, et les vertueuses résistances ménagées ou appuyées par elle,
ne servirent qu'à irriter le jeune monarque: il signala ses
impérieuses volontés par d'éclatantes disgrâces, dans lesquelles Anne
d'Autriche parut elle-même enveloppée. Mais alors elle tomba malade;
et l'affection que son fils lui portait se manifesta par des actes
touchants, qu'à tort on a cru peu dignes de la majesté de l'histoire.
L'histoire, au contraire, ne doit rien laisser en oubli de tout cc qui
peut contribuer à nous mieux faire connaître les personnages qui ont
exercé une grande influence sur les destinées des hommes et des États.

Tant que Louis XIV put craindre de perdre sa mère, toutes les
réjouissances furent suspendues. Les emportements de l'amour ne
l'empêchèrent pas de consacrer à cette mère chérie tous les moments
que les affaires de son royaume lui laissaient pendant le jour. La
nuit, il couchait près d'elle tout habillé, sur un matelas qu'il
faisait étendre au pied de son lit. Madame de Motteville, qui veilla
seule plusieurs fois auprès d'Anne d'Autriche, vit dormir le roi dans
cette situation. Son visage, qui brillait alors de tout l'éclat de la
première jeunesse, acquérait, dit-elle, par le sommeil, plus de
douceur, sans rien perdre de sa beauté et de sa majesté. Madame de
Motteville montre dans tout ce qu'elle a écrit un jugement exquis et
un rare discernement; mais elle avait cependant, comme toutes les
femmes de son temps, la mémoire remplie de faits chevaleresques et des
aventures amoureuses des héros de l'Arioste, d'Astrée, d'Amadis, des
romans de La Calprenède et de mademoiselle de Scudéry. C'étaient les
lectures favorites des femmes les plus spirituelles de cette époque.
Madame de Motteville, d'un âge déjà mûr, avoue avec naïveté qu'en
contemplant le jeune monarque ainsi endormi, oubliant la tristesse et
les inquiétudes que lui causait l'état où se trouvait la reine mère,
il lui est arrivé quelquefois, dans le silence de la nuit, de
s'abandonner aux rêves de son imagination, et que, moitié éveillée
moitié assoupie, elle croyait être une jeune princesse qui, après
mille courses aventureuses, avait été transportée dans l'épaisseur
d'un bois ou sur le rivage de la mer, où un beau guerrier, un héros
illustre, accablé par la fatigue et plongé dans un profond sommeil,
s'était offert à ses regards[546]. Puis, honteuse de ces folles
pensées et de l'impression qu'elle en ressentait, elle se levait de
dessus son fauteuil, et se mettait à genoux, priant Dieu avec ferveur
pour celui qui les lui avait inspirées. Ce mélange d'émotions
sensuelles ou profanes et de sensibilité religieuse caractérise
surtout les personnages de ce temps, et se retrouve dans presque tous.

Louis XIV ne se reposait sur personne pour la surveillance des soins
dont dépendaient les jours de sa mère. «Il l'assistait, dit madame de
Motteville, avec une application incroyable; il aidait à la changer de
lit, et la servait mieux et plus adroitement que toutes ses
femmes[547].» Ce témoignage rendu à la piété filiale de Louis XIV est
d'autant moins suspect, que madame de Motteville, amie de madame de
Navailles, ne jouissait pas de la faveur du roi; il attribuait à ses
conseils la sévérité de sa mère à son égard, et il pensa un instant à
la séparer d'elle en l'exilant.

Lorsque Anne d'Autriche fut convalescente, Louis XIV lui témoigna son
repentir des chagrins qu'il lui avait causés; mais il ne se montra pas
plus disposé à en tarir la source. Au contraire, son amour pour La
Vallière continuant à prévaloir sur toute autre considération, il
déclara que, sous peine d'encourir sa disgrâce, les dames de qualité
devaient la suivre. Cette résolution du jeune monarque remplit
pendant quelque temps la cour d'intrigues et de cabales; les
résistances et les complaisances auxquelles elle donna lieu devinrent
l'origine de l'abaissement des uns et de l'élévation des autres[548].

  [525] MOLIÈRE, _École des Femmes_, acte II, scène III, p. 24 de
  l'édition de 1663; t. III, p. 26 de l'édition d'Auger.

  [526] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V; _Lettres_, p. 203-205, 208,
  209, 260 (des 7 et 15 août 1664).

  [527] LOUIS XIV, t. V, p. 179-220.--MONGLAT, _Mém._, t. LI, p.
  131.--BUSSY, _Mém._, t II, p. 208 et 209, édit. in-12.

  [528] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 145, 193, 210, 228, 264,
  269, 281, 291, 305, 311, 318, 356, 365, 368, 377, 380, 384, 388,
  403.

  [529] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 262.--LORET, liv. XV, p. 63.

  [530] LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 205-225.

  [531] LA FARE, _Mémoires_, t. LXV, p. 149.--MONGLAT, _Mém._, t.
  LI, p. 130.

  [532] LORET, liv. XIV, p. 58-61 (21 et 28 avril 1664).

  [533] _Histoire de la Monarchie Françoise_, 1697, in-12, t. II,
  p. 236.

  [534] Ibid., t. II, p. 226 et 166.

  [535] LORET, liv. XIV, p. 124 (en date du 29 juillet 1663).

  [536] LA FONTAINE, _OEuvres_, édit. 1827, t. VI, p. 109, note 1.

  [537] LOUIS XIV, t. V, p. 204 et 205 (_lettre_ à Courtin, datée
  de Fontainebleau, le 10 août 1664).

  [538] D'HAUTERIVE, _Quelques Conseils à un jeune Voyageur_ (16
  avril 1826), in-8º.

  [539] François DE NEUFCHATEAU, _Esprit du grand Corneille_, p.
  434.

  [540] _Suite du Nouveau Recueil de plusieurs pièces diverses et
  galantes de ce temps_, 1665, p. 82 et 86 (avec la sphère).

  [541] _Nouveau Recueil de plusieurs pièces diverses et galantes
  de ce temps_, in-12, p. 24, la satire à Molière; p. 56, la satire
  à La Mothe Le Vayer.

  [542] Frères PARFAICT, _Hist. du Théâtre françois_, t. IX, p.
  304.

  [543] MOLIÈRE, édit. d'Auger, t. III, p. 386, et t. III, p. 296,
  édit. d'Aimé Martin.

  [544] BENSERADE, t. II, p. 237.--GUERET, _Carte de la Cour_,
  1663, p. 69.

  [545] MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 141, 212 et 213.

  [546] MOTTEVILLE, _Mémoires_, t. XL, p. 185-186.

  [547] Ibid., p. 186.

  [548] MOTTEVILLE, t. XL, p. 199, 201, 203, 211, 213, 218, 225.



CHAPITRE XXII.

1663-1664.

   Nouvelles fêtes à la cour.--Mademoiselle de Sévigné y
   paraît.--Mot du marquis de Tréville en la voyant.--Détails sur ce
   qui la concerne.--Comparée avec sa mère.--Éloge et reproche que
   lui adresse La Fontaine.--Elle danse dans le ballet du
   roi.--Vers de Benserade faits pour elle dans ce ballet.--Éloges
   qu'en fait Loret dans sa gazette.--Loret dit que La Vallière est
   digne d'avoir un balustre.--Usage du balustre.--Éloge que Loret
   fait de mademoiselle de Mortemart, devenue madame de
   Montespan.--La liberté dans le langage ne choquait point
   alors.--La semaine sainte interrompt les fêtes.--Diverses causes
   les font recommencer avec plus d'ardeur.--Mademoiselle de Sévigné
   reparaît dans le ballet des _Amants déguisés_.--Vers de Benserade
   pour elle dans ce ballet.--Éloge que Loret fait de ce ballet et
   de mademoiselle de Sévigné.--Divertissements de cette année, plus
   variés que de coutume.--Jeux de la ramasse.--Foire
   Saint-Germain.--Bal masqué donné par la reine.--Ballet des
   _Amants déguisés_.--Fêtes du mois de mai de 1664.--Il est
   probable que madame de Sévigné s'y est trouvée avec sa
   fille.--Elle se rend à sa terre de Bourbilly, et se retrouve avec
   Bussy.--Il y a tout lieu de croire que son départ de la capitale
   n'eut lieu qu'après celui de la cour.


Si on excepte le temps que dura la maladie de la reine mère, et les
intervalles qui paraissaient bien longs du carême et de la semaine
sainte, pendant lesquels le jeune abbé Bossuet faisait entendre des
paroles fortes et sévères[549], les années du nouveau règne
s'écoulaient dans une suite presque continuelle de bals, de jeux, de
spectacles et de divertissements. Durant cette année (1663), des
mariages et des naissances dans la famille royale et dans d'autres
grandes familles; la création de nouveaux ducs et pairs; les grâces du
roi, répandues sur plusieurs de ses serviteurs; la présence du prince
royal de Danemark et des envoyés de la confédération des Suisses à
Paris; l'arrivée d'un légat du pape; le retour du prince et de la
princesse de Conti dans la capitale, et plusieurs autres circonstances
moins importantes, donnèrent encore plus d'activité aux fêtes, et les
rendirent plus fréquentes[550].

Ce fut dans ces fêtes que parut pour la première fois à la cour la
fille de madame de Sévigné. Elle avait quinze ans: en la voyant, le
marquis de Tréville, connu par son esprit et par ses bons mots, dit:
«Cette beauté brûlera le monde.» Et en effet au teint éclatant d'une
blonde mademoiselle de Sévigné joignait les traits les plus réguliers
et une taille svelte, aux formes les plus gracieuses; elle montrait
alors une intelligence prompte et facile. Sa mère sut mettre à profit
ces dispositions naturelles, par l'éducation la plus complète et la
mieux dirigée. Lorsque cette éducation fut terminée, mademoiselle de
Sévigné écrivait non-seulement sa langue, mais encore la langue
italienne, avec beaucoup de pureté; elle savait un peu de latin, et,
selon la coutume de cette époque, parmi les femmes d'un certain rang,
de ne point rester étrangères à tout ce qui faisait l'entretien des
hommes, elle apprit la philosophie de Descartes, dont on s'occupait
beaucoup alors. L'application qu'elle mettait aux études sérieuses
n'avait point nui à l'acquisition des talents ni aux arts d'agrément.
Elle excellait surtout dans la danse, et ce fut sans doute ce qui lui
valut l'honneur d'être admise, si jeune, à danser avec le roi[551]. On
ne peut disconvenir qu'en la laissant déployer toutes ses grâces et
tous ses attraits aux yeux d'un monarque facile à enflammer, et en la
produisant de si bonne heure au milieu d'une cour voluptueuse, madame
de Sévigné ne s'abandonnât avec trop peu de prudence aux jouissances
de l'orgueil maternel. Heureusement pour elle et pour sa fille, la
prédiction du marquis de Tréville ne s'accomplit pas. Mademoiselle de
Sévigné a donné une preuve de plus que la beauté et la supériorité du
savoir et des talents ne suffisent pas seules pour faire naître les
grandes passions; que l'admiration ne produit pas toujours la
tendresse; et que l'esprit et les yeux peuvent être satisfaits sans
que le cœur soit touché. Beaucoup plus belle que sa mère, plus
savante peut-être, plus habile dans les arts d'agrément, mademoiselle
de Sévigné, avec une riche dot, dans tout l'éclat de la jeunesse, eut
de la peine à rencontrer un parti sortable, et ne fit jamais naître
l'amour; tandis que tous les hommes qui voyaient madame de Sévigné se
passionnaient pour elle, et qu'elle aurait pu, même après un veuvage
déjà avancé, choisir un époux à son gré et contracter encore un
mariage brillant, si sa tendresse pour ses enfants, et surtout pour sa
fille, ne l'en eût empêchée. La cause de ceci nous est connue:
mademoiselle de Sévigné était froide et réservée, et son premier abord
avait quelque chose de dédaigneux; elle ne possédait pas la moindre
étincelle de ce feu qui animait sa mère; elle n'avait rien de cette
vivacité affectueuse, de cette sensibilité exquise, de cette verve
spirituelle, qui charmait tant dans madame de Sévigné, et lui
prêtaient des attraits souvent enivrants pour ceux à qui elle voulait
plaire; et elle le voulait presque pour tous. Elle mettait son bonheur
à être recherchée, admirée, louée, et surtout à être aimée. Il n'en
était pas ainsi de mademoiselle de Sévigné: sa froideur était si
connue, si généralement sentie, que La Fontaine lui en fait un
reproche dans une fable qu'il lui a dédiée; mais, avec ce tact fin qui
le caractérise, il déguise le blâme sous les termes ambigus d'un
éloge:

    Vous qui naquîtes toute belle,
    A votre indifférence près[552].

Ainsi, selon La Fontaine, une femme ne pouvait être parfaitement belle
si elle était indifférente. La Fontaine avait raison: la beauté froide
est cette Galatée muette et immobile, cette statue de la fable, que le
souffle divin n'a point animée, et qui ne peut inspirer d'amour qu'à
celui dont elle fut l'ouvrage. Si, comme Pygmalion, madame de Sévigné
eût pu transmettre son âme à celle qui lui devait la vie, à celle
qu'elle s'était plu à former et à combler de tant de perfections, elle
n'eût pas été la seule à la chérir, à s'occuper d'elle avec délices, à
épuiser en sa faveur toutes les formes de l'éloge, toutes les
expressions de la tendresse; et cette beauté, comme avait dit le
marquis de Tréville, eût brûlé le monde. Mais celle qui était
remarquable par ses attraits fut admirée; celle qui se montra sage
dans sa conduite fut estimée, et ce fut tout. Tout..., je me trompe:
celle qui ne chercha point à plaire déplut, celle qui mit trop peu de
prix à paraître aimable ne fut point aimée. Dans le monde moral, comme
dans le monde physique, toujours les conséquences sont conformes aux
prémisses.

Au temps dont nous nous occupons, on cherchait à la voir, on aimait à
la regarder comme un astre nouvellement levé sur l'horizon: on ne
voulait point la juger. Au milieu de tant de beautés ravissantes, la
jeune Sévigné apparaissait semblable à une des fleurs, à peine
entr'ouverte, d'un buisson de roses, mais brillant par de si fraîches
et de si vives couleurs, qu'elle fixe les regards de préférence à
toutes les autres. Ce fut en janvier 1663, et dans le _ballet des
Arts_, qu'elle dansa pour la première fois: la sensation qu'elle
produisit fut grande; c'est ce que Benserade fait entendre dans les
premiers vers récités dans ce ballet, à son sujet:

    Déjà cette beauté fait craindre sa puissance;
    Et, pour nous mettre en butte à d'extrêmes dangers,
    Elle entre justement dans l'âge où l'on commence
    A distinguer les loups d'avecque les bergers.

Dans ce même ballet, qui fut joué pendant tout l'hiver, le roi
représentait un berger[553], MADAME jouait le rôle de Pallas, et
mademoiselle de Sévigné dansait avec elle, dans la septième entrée,
avec mesdemoiselles de Mortemart, de Saint-Simon et de La Vallière.
Toutes les quatre étaient vêtues en Amazones. Les vers chantés ou
récités à cette occasion pour mademoiselle de Sévigné, démontrent
tout ce qu'on permettait de licence à la muse de Benserade dans ces
représentations théâtrales, où se trouvaient cependant deux reines, et
où la plus jeune figurait comme actrice.

    _Pour mademoiselle de_ SÉVIGNY, Amazone.

    Belle et jeune guerrière, une preuve assez bonne
    Qu'on suit d'une Amazone et la règle et les vœux,
    C'est qu'on n'a qu'un teton: je crois, Dieu me pardonne,
        Que vous en avez déjà deux[554].

Loret, en rendant compte de la première représentation de ce ballet,
dans sa Gazette du 20 janvier 1663, après avoir décrit l'entrée de
MADAME et des demoiselles Saint-Simon, Mortemart et La Vallière,
ajoute:

    Sévigny, pour qui l'assemblée
    Était de merveille comblée,
    Chacun paraissant enchanté
    De sa danse et de sa beauté.
    Fille jeune, fille brillante,
    Fille de mine ravissante,
    Et dont les jolis agréments
    Charment les cœurs à tous moments[555].

Loret fait ensuite l'éloge du roi, qu'il appelle un brave
porte-couronne. Le plaisir que Louis XIV prenait à ces danses et à ces
divertissements était singulièrement augmenté par les éloges détournés
et les allusions ingénieuses qu'ils suggéraient à Benserade dans la
composition des vers de ces ballets.

On joua encore de nouveau, l'année suivante, le _ballet des Arts_: les
mêmes personnages y figurèrent; et parmi les belles dont Loret fait
l'éloge, au sujet de cette reprise, mademoiselle de Sévigné n'est pas
oubliée:

    Les autres beautés renommées,
    Qu'ailleurs j'ai toutefois nommées,
    C'était Saint-Simon, Sévigny
    De mérite presque infini;
    La Vallière, autre fille illustre,
    Digne un jour d'avoir un balustre.

Ce dernier vers fait allusion à l'usage où l'on était d'entourer d'un
balustre l'estrade sur laquelle le lit était élevé; ce qui n'avait
lieu que pour les rois, les reines, et les personnages d'une haute
distinction. Mademoiselle de Mortemart, qui figurait encore dans ce
ballet avec mademoiselle de Sévigné, comme une des quatre Amazones,
s'était mariée à Montespan depuis la première représentation; et c'est
par cette raison que Loret la nomme la défunte Mortemart, car, dit-il,

    Depuis qu'elle n'est plus pucelle,
    Ce n'est plus ainsi qu'on l'appelle[556].

On voit d'après cette citation, à laquelle je pourrais en joindre
d'autres, que les gazettes de Loret, qui ne circulaient qu'à la cour
et dans le beau monde, étaient écrites d'un style aussi libre que les
ballets de Benserade. L'on doit, d'après cela, moins s'étonner de
certaines expressions de Molière et des auteurs de ce temps, et par
conséquent de celles qui se présentaient sous la plume de madame de
Sévigné, ou qui lui échappaient dans la vivacité du dialogue.
Quoiqu'elle eût passé sa première jeunesse parmi les précieuses, la
mobilité de son imagination lui faisait facilement adopter les
nouveaux usages qui étaient favorables à la gaieté de son caractère.

Le carême et la semaine sainte vinrent interrompre tout divertissement
mondain, et ramenèrent le règne des prédicateurs et les somptueuses
cérémonies ecclésiastiques. Dans celles-ci, la musique de La Barre, de
Boisset, de Hottman, de Molière (j'entends le musicien, et non pas le
poëte), et les belles voix des demoiselles Hilaire, Saint-Christophe
et Cercamanans, faisaient, comme dans les fêtes profanes, les délices
des assistants[557]. Les deux reines et les personnes pieuses
joignaient, à leur exemple, aux actes de dévotion, qui étaient de
rigueur, de fréquents voyages à l'ermitage du mont Valérien, alors
occupé par des dominicains; ce pèlerinage était fort en vogue[558].

Après ce temps de pénitence et de privations, les plaisirs
recommencèrent par des festins, des bals donnés par le roi et les
grands de la cour[559], auxquels succédèrent des chasses brillantes à
Versailles, à Vincennes et à Chantilly; puis, la foire Saint-Laurent,
qui jamais n'avait eu tant d'éclat[560].

Lorsque l'hiver survint, au commencement de l'année suivante, on monta
un nouveau ballet, intitulé _les_ _Amours déguisés_. Mademoiselle de
Sévigné était un trop grand ornement de ces ballets, pour que le roi
ne désirât pas qu'elle figurât dans tous. Elle était dans celui de
l'année 1664 au nombre des Amours déguisés en Nymphes maritimes, avec
mademoiselle d'Elbœuf, madame de Montespan et madame de Vibraye:
Benserade termine les vers qu'il fit pour elle, à cette occasion, par
un compliment à sa mère[561]:

    _Pour mademoiselle_ DE SÉVIGNY, _Amour déguisé en Nymphe
       maritime_.

    Vous travestir ainsi, c'est bien être ingénu,
    Amour! c'est comme si, pour n'être pas connu,
        Avec une innocence extrême,
        Vous vous déguisiez en vous-même.
    Elle a vos traits, vos feux, et votre air engageant,
    Et, de même que vous, sourit en égorgeant.
        Enfin, qui fit l'une a fait l'autre,
    Et, jusques à sa mère, elle est comme la vôtre.

Loret, dans sa gazette, a fait une description pompeuse de la première
représentation de ce ballet, qui eut lieu dans le milieu de février
1664. On voit, par son récit, que les grands de la cour y figuraient
avec les acteurs et les actrices les plus renommés, avec

    L'excellent acter Floridor,
    Qui vaut mieux que son pesant d'or,

et la célèbre Desœillets, et Montfleury et sa fille. Après avoir,
selon son usage, commencé par l'éloge du roi, de MONSIEUR, des reines,
des princesses, Loret en vient aux filles d'honneur, et termine tous
ces éloges par celui de mademoiselle de Sévigné.

    J'ai pensé faire une folie
    En oubliant cette jolie,
    Cette pucelle Sévigny,
    Objet de mérite infini.
    Certes, moi qui l'ai deux fois vue
    De divers agréments pourvue,
    Et d'une très-rare beauté,
    Aux ballets de Sa Majesté,
    Si quelqu'un s'en venait me dire,
    Et fût-ce le roi notre sire:
    As-tu rien vu de plus mignon?
    Je lui dirais hardiment: Non[562].

La reine mère, se ployant aux goûts et aux désirs de son fils, donna
un bal masqué vers la fin du carnaval. A tous les plaisirs des années
précédentes, la rigueur du froid en fit joindre un d'un genre tout
nouveau: c'était le jeu qu'on appelle _la ramasse_, qui eut alors une
grande vogue. Ce jeu consistait à se faire précipiter de haut en bas
avec une grande rapidité, au moyen d'une machine qui devait ressembler
à celle des montagnes russes, que nous avons vue de nos jours[563]. La
foire Saint-Germain offrit aussi cette fois une richesse et une pompe
extraordinaires; elle fut plus fréquentée, eut un aspect encore plus
gai, plus animé que dans les années précédentes.

Mais toutes les fêtes de l'hiver furent surpassées par celles que
Louis XIV donna au printemps, dans le parc de Versailles: elles
commencèrent le 7 mai, et durèrent six jours. Le décorateur Vigarani
donna pour titre à ces fêtes: _les Plaisirs de l'île enchantée_. Comme
celles du Carrousel et des Tuileries, elles laissèrent un long
souvenir. Benserade[564] composa des sonnets, des madrigaux et des
quatrains, contenant l'éloge de tous ceux qui y figuraient, à
commencer par le roi. Molière, à cette occasion, composa _la Princesse
d'Élide_ et _le Mariage forcé_[565]. Nous ne pouvons douter que madame
de Sévigné et sa fille n'aient assisté à ces fêtes, qui eurent lieu au
commencement de mai, surtout si nous remarquons que mademoiselle de
Sévigné participait à la représentation de _l'Amour déguisé_, qui fut
donnée chez MONSIEUR, au Palais-Royal, à la fin de février. Cependant
nous n'avons aucune preuve directe de leur présence à Versailles à
cette époque; et nous savons que madame de Sévigné se rendit cette
année dans sa terre de Bourbilly, en Bourgogne, où elle se retrouva
dans la société de son cousin Bussy[566]; mais ses départs pour la
province n'avaient ordinairement lieu que lorsque la cour quittait la
capitale pour transporter son séjour à Saint-Germain, à Compiègne ou à
Fontainebleau.

  [549] LORET, liv. XV, p. 66 (15 mai 1664).

  [550] LORET, liv. XV, p. 33, 61, 123, 165, 195-203, 200, 3 mars,
  28 avril, 29 juillet, 6 octobre, 1er et 15 décembre
  1663.--MOTTEVILLE, _Mém._, t. XL, p. 195.--MONTPENSIER, _Mém._,
  t. XLIII, p. 54-67.

  [551] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. II, p. 92.

  [552] LA FONTAINE, _Fables_, liv. IV, fable 1; I; t. I, p. 177
  des _OEuvres_ de LA FONTAINE, édit. 1827, in-8º.

  [553] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 285, 288.

  [554] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 299.

  [555] LORET, _Muse historique_, liv. XIV, p. 10.

  [556] LORET, liv. XIV, p. 26 (17 février).

  [557] LORET, _Muse historique_, liv. XIV, p. 46 (31 mars 1663).

  [558] Ibid., p. 13, 18, 48 et 49 (27 janvier, 3 février, 17 mars,
  et 7 avril 1663).

  [559] Id., liv. XIV, p. 188, 192 (17 et 24 novembre
  1663).--MONTPENSIER, _Mém._, t. XLIII, p. 54.--LORET, liv. XIV,
  p. 33 (3 mai).

  [560] Id., liv. XIV, p. 139, 140 (25 août), p. 174 (20 octobre).

  [561] BENSERADE, _OEuvres_, 1697, t. II, p. 316.--LORET, liv. XV,
  p. 25, _lettre 6_, en date du 9 février 1664.

  [562] LORET, liv. XV, p. 27 (16 février 1664).--Ibid., p. 32 et
  33, et 35 (1er mars).

  [563] Ibid., pag. 18 (2 février).

  [564] BENSERADE, _OEuvres_, t. II, p. 319 à 324.

  [565] LORET, _Muse historiques_, liv. XV, p. 73.--BENSERADE, t.
  II, p. 319, 324.--MOLIÈRE, _OEuvres_ t. III, p. 105 à 150, édit.
  d'Auger; t. III, p. 447, édit. d'Aimé Martin.--MARIGNY, _Relation
  des fêtes que le roi a données aux reines dans le parc de
  Versailles_ (14 mai 1664), dans les _OEuvres de_ MARIGNY, p.
  34.--_Les Plaisirs de l'île enchantée_, 1 vol. in-folio,
  accompagné de neuf planches gravées par ISRAEL SYLVESTRE.

  [566] _Lettre de Bussy à madame de Sévigné_, le 21 novembre 1866,
  dans SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 109, édit. M.; t. I, p. 154,
  édit. G.



CHAPITRE XXIII.

1665.

   Aucune femme ne figurait dans les fêtes de Versailles.--Nouveau
   ballet donné à la cour.--Mademoiselle de Sévigné y figure sous le
   costume d'Omphale.--Vers de Benserade à sa louange.--Madrigal en
   langue italienne composé pour elle par Ménage.--Épigramme du même
   sur madame de Sévigné.--Les éloges donnés à son teint, dans cette
   pièce, sont confirmés par Bussy et madame de la Fayette.--Le
   temps entre 1663 et 1669 fut le plus heureux de la vie de madame
   de Sévigné.--Elle le passa dans la société de ses anciens amis et
   amants et dans des fêtes continuelles.--Intrigues de cour qui
   donnaient un grand intérêt à ces fêtes.--Madame de Sévigné était
   répandue dans la société des gens de robe et de finance, comme
   parmi ceux de la cour.--Elle était liée avec madame
   Duplessis-Guénégaud; elle l'allait voir à Fresnes, où celle-ci
   donnait des fêtes fréquentes.--Madame de Guénégaud donne un
   ballet à mascarades à Fresnes, lors du mariage de sa fille.--Son
   mari est obligé de rendre des comptes, et elle est privée d'une
   partie de sa fortune.--Louis XIV contraint à l'obéissance, par
   des moyens despotiques, tous ceux qui résistent à ses
   ordonnances.--Bussy est arrêté et mis à la Bastille.


Si madame de Sévigné se trouva avec sa fille aux fêtes de Versailles,
elles furent toutes deux au nombre des spectatrices, et mademoiselle
de Sévigné n'eut point de rôle à jouer; ce qui ne doit point étonner,
puisque aucune dame de la cour ne figura dans ces fêtes. Il y eut une
course de bague, où les hommes se montrèrent sous divers déguisements.
Louis XIV y parut habillé d'abord en berger, et ensuite sous le
costume du chevalier Roger, ce fameux paladin du poëme de l'Arioste.
Il y eut des festins, des feux d'artifice, la comédie, des
cavalcades, mais aucune représentation de ballet royal[567].

On en composa un nouveau pour l'hiver suivant. Il était intitulé: _la
Naissance de Vénus_. Le duc de Saint-Aignan en était l'inventeur;
Benserade avait mis ses idées en vers; Vigarani avait construit les
décorations; les deux plus fameuses cantatrices de l'époque,
mademoiselle Hilaire et mademoiselle Christophe, y faisaient entendre
leurs voix. Mademoiselle de Sévigné, sous le costume d'Omphale,
figurait avec le roi dans la dernière entrée de ce ballet. Les vers de
Benserade que l'on y récitait à la louange de la jeune Omphale
contenaient aussi un éloge de sa mère; et tout le monde applaudissait
le poëte qui, au milieu de tant de licence, rendait justice à la
vertu, et savait être flatteur sans flatterie.


_Pour mademoiselle_ DE SÉVIGNY, Omphale.

    Blondins accoutumés à faire des conquêtes,
    Devant ce jeune objet si charmant et si doux,
      Tous grands héros que vous êtes,
    Il ne faut pas laisser pourtant de filer doux.
    L'ingrate foule aux pieds Hercule et sa massue;
    Quelle que soit l'offrande, elle n'est point reçue:
    Elle verrait mourir le plus fidèle amant,
    Faute de l'assister d'un regard seulement.
    Injuste procédé, sotte façon de faire,
    Que la pucelle tient de madame sa mère,
    Et que la bonne dame au courage inhumain,
    Se lassant aussi peu d'être belle que sage,
    Encore tous les jours applique à son usage,
        Au détriment du genre humain[568].

Mademoiselle de Sévigné avait alors atteint l'âge de dix-sept ans;
ses charmes avaient acquis tous leurs développements, et sa beauté
était déjà devenue célèbre. Ménage, dans la nouvelle édition de ses
poésies, avait adressé un madrigal en vers italiens «à la très-belle
et très-vertueuse demoiselle Françoise de Sévigné». Il la prie de ne
pas croire son cœur insensible, parce qu'il ne ressent pas pour elle
l'amour qu'elle inspire à tous; mais ce cœur a déjà été enflammé par
sa mère, et réduit en cendre par elle: il n'a plus la faculté de
brûler[569]. Ménage ne croyait pas qu'il y eût du ridicule dans de
pareilles fadaises, parce qu'il les écrivait en langue étrangère. Il
donne encore, dans une petite pièce qu'il a intitulée, à la manière
des anciens, _Épigramme_, parce qu'elle était courte, des éloges à
mademoiselle de Sévigné; mais ce n'est que pour rehausser ceux de sa
mère.

    _A madame la marquise_ DE SÉVIGNY.

    ÉPIGRAMME.

    Je l'ai dit dans la famille,
    Et je le dirai toujours,
    Vous n'aimez point votre fille,
    Ce miracle de nos jours.
    Par l'éclat incomparable
    De votre teint, de vos yeux,
    Par votre esprit adorable,
    Vous l'effacez en tous lieux[570].

Cet éloge était vrai sous le rapport de l'esprit, vrai sous le rapport
de la vivacité des yeux. On pourrait croire, relativement à ce que
Ménage dit du «teint incomparable,» qu'il fait son métier de poëte et
d'amant, et qu'il flatte; car mademoiselle de Sévigné était blonde
comme sa mère, et dans toute sa fraîcheur. Cependant l'assertion de
Ménage est confirmée par les portraits que Bussy-Rabutin et madame de
La Fayette ont faits de madame de Sévigné. Le premier commence le sien
en disant: «Madame de Sévigné a d'ordinaire le plus beau teint du
monde[571]....» La seconde, en s'adressant à madame de Sévigné
elle-même, dit: «Je ne veux point vous accabler de louanges, ni
m'amuser à vous dire que votre taille est admirable, que votre teint a
une fleur qui assure que vous n'avez que vingt ans[572]....» Madame de
Sévigné en avait environ trente-trois lorsque ces deux portraits
furent écrits, et on doit remarquer que l'intention de Bussy, dans le
sien, était de la déprécier, et non de la louer; de l'offenser, et non
pas de la flatter. Il est vrai que lorsque Ménage écrivit son
épigramme, elle avait quelques années déplus: elle était âgée
d'environ trente-huit ans; mais c'est à cet âge que, dans nos climats
du moins, les femmes prennent un embonpoint, signe de force et de
santé, qui leur donne un teint plus égal, plus reposé, non aussi
frais, mais plus vif que dans leur première jeunesse. C'est cette
seconde jeunesse, c'est cette jeunesse de l'âge mûr, qui est dans la
vie comme le second mouvement de la séve des végétaux dans le déclin
de l'année, et que l'on a nommée avec énergie le regain de la beauté.


On peut affirmer, avec toute certitude, que cette époque a été pour
madame de Sévigné la plus heureuse. Lorsqu'on réfléchit à sa fortune,
à son rang, à sa position dans le monde, à son organisation vive et
sensible, accessible à toutes les impressions agréables, parfaitement
adaptée aux jouissances de son temps, il est permis de croire qu'il
est peu de femmes qui aient jamais été appelées à jouir d'un aussi
grand bonheur. Tous ses amis de la Fronde étaient rentrés. Le cardinal
de Retz lui-même avait obtenu la permission de se rendre à
Fontainebleau, et de se présenter devant le roi; madame de Sévigné
était allée à sa rencontre jusqu'à Saint-Denis. S'il ne lui fut plus
permis de demeurer à la cour, si la carrière de l'ambition lui fut
pour toujours fermée, il fut plus entièrement livré à ses amis et à
ceux dont il se faisait chérir. Il n'erra plus loin de sa patrie; et
après tant d'agitations, dans sa belle retraite de Commercy, il put
passer dans le repos les dernières années de sa vie[573]. Il s'y
occupa de philosophie, de métaphysique[574], et s'amusa à rédiger ses
Mémoires, qui lui ont acquis, comme écrivain, le premier rang en ce
genre. Les autres amis de madame de Sévigné, Turenne, le comte du
Lude, Tonquedec, le gai Marigny, et tant d'autres, restés en faveur,
ou pardonnés, étaient revenus de leur exil. Ainsi tous ceux qui
l'avaient vue entrer à la cour et dans le monde, elle les retrouvait;
ils composaient encore sa société intime, et, toujours belle, riche,
spirituelle, elle jouissait également des nouveaux hommages que ses
charmes lui attiraient parmi les jeunes gens, et de ceux que depuis
longtemps lui rendaient ses anciens adorateurs. Mais les succès
qu'elle obtenait n'étaient rien en comparaison des jouissances que lui
donnaient ceux de sa fille. C'est par elle, c'est pour elle, qu'elle
semblait vivre et plaire, pour elle qu'elle éprouvait tant d'orgueil
et de délices à ces ballets. La jeunesse et les grâces de mademoiselle
de Sévigné attiraient tous les regards; et jamais peut-être les fêtes
ne furent plus multipliées que depuis sa présentation à la cour
jusqu'à son mariage, c'est-à-dire depuis l'année 1663 jusqu'à l'année
1669. Il y en avait sans cesse, il y en avait partout; car on ne se
contentait pas de celles que donnaient le roi et les princes: à leur
imitation, les personnages qui, par leur rang ou leur fortune,
tenaient un grand état de maison avaient aussi leurs ballets, leurs
mascarades, leurs musiciens et leurs danseurs.

Madame de Sévigné était invitée aux fêtes les plus magnifiques: elle
n'était pas seulement répandue dans la noblesse; ses liaisons avec
Fouquet lui avaient procuré des amis parmi les gens de robe et
parmi ceux de la haute finance. Ainsi qu'on l'a vu, madame
Duplessis-Guénégaud avait conçu une vive amitié pour elle: cette
amitié s'était augmentée par l'intérêt qu'elle lui vit prendre au
surintendant, lors du fameux procès; ce qui faisait dire alors en
plaisantant, à madame de Sévigné, que madame de Guénégaud l'aimait
«par réverbération.» Madame de Sévigné nous dépeint madame de
Guénégaud «comme une femme d'un grand esprit et de grandes vues, et
qui avait un grand art de posséder une grande fortune[575].» Ceci est
dit à cause des fêtes brillantes que M. et Madame de Guénégaud
donnèrent dans le magnifique hôtel qu'ils avaient fait construire sur
l'emplacement de l'hôtel de Nevers, et dans leur beau château de
Fresnes. La plus remarquable de ces fêtes eut lieu à Paris en 1665,
lors du mariage de mademoiselle de Guénégaud avec le duc de
Caderousse[576]. Les amis de madame de Guénégaud y exécutèrent un
ballet-mascarade, intitulé: _les Muets du Grand Seigneur_. Madame de
Guénégaud y était désignée sous le nom d'Amalthée; et voilà pourquoi
madame de Sévigné la nomme si souvent ainsi dans sa correspondance.

On voyait dans ce ballet des démons habillés sous mille formes
différentes, pour faire invasion dans le beau palais d'Amalthée,
c'est-à-dire dans cet hôtel de Guénégaud, qu'on nommait encore l'hôtel
de Nevers. Puis les ombres racontaient ce qu'elles avaient observé de
la vie intérieure d'Amalthée; ce qui leur donnait occasion de dévoiler
sa bonté, sa générosité, toutes les qualités qui la faisaient chérir,
et de varier, au moyen des caractères de chaque démon, les louanges
délicates qui lui étaient adressées.

Lorsque Duplessis-Guénégaud jouissait ainsi avec profusion de sa
grande fortune, il n'ignorait pas que l'examen de la chambre de
justice chargée de prononcer sur la gestion de ceux qui avaient eu
part aux opérations du surintendant tendait à l'en priver[577]; mais
en ne changeant rien à sa manière de vivre il croyait montrer par là
qu'il n'avait rien à craindre des poursuites dirigées contre lui, et
qu'il suffisait seulement de gagner du temps: il espérait que Louis
XIV se relâcherait des mesures de rigueur que l'on présumait lui être
inspirées par les ennemis du surintendant.

Mais au milieu des pompes et des délices de sa cour, dont il
paraissait uniquement occupé, le jeune monarque poursuivait ses
desseins avec une constance et une ardeur que nul autre souverain n'a
égalées. Malheureusement il ne connaissait que les mesures
despotiques, dont le règne de Richelieu et l'anarchie de la Fronde lui
avaient facilité l'emploi, en donnant lieu de penser qu'ils étaient
les seuls moyens de gouvernement possibles et efficaces[578]. La
Bastille et le For-l'Évêque se remplissaient de financiers, de
maltôtiers, prévenus de prévarications; de gentils-hommes et de
militaires qui, au mépris des ordonnances, s'étaient battus en duel ou
étaient accusés de contraventions à d'autres édits du roi[579]; de
jansénistes qui s'opposaient au formulaire et à la bulle du pape
Alexandre VII, pour l'enregistrement de laquelle Louis XIV s'était
rendu lui-même au parlement et avait fait violence à cette
compagnie[580]. On emprisonnait aussi arbitrairement tous ceux qui
avaient offensé, soit par leurs écrits, soit par leurs discours, la
personne du roi ou mal parlé de son gouvernement, ou même qui étaient
simplement soupçonnés de ce délit. Dans le nombre de ces derniers se
trouvait le comte de Bussy de Rabutin; il fut arrêté le 17 avril
1665, et renfermé à la Bastille[581]. Pour bien connaître les causes
de son arrestation, il faut reprendre la suite de ses aventures, et
l'histoire de sa liaison et de ses rapports avec madame de Sévigné,
depuis l'époque où nous avons cessé d'en entretenir nos lecteurs,
jusqu'à cet événement même, qui eut une si triste influence sur le
reste de sa vie. Ce récit fera le sujet des deux chapitres suivants.

  [567] LORET, _Muse historique_, liv. XV, p. 73.

  [568] BENSERADE, t. II, p. 364.--LORET, _Muse historique_, liv.
  XVI, p. 23.

  [569] ÆGIDII MENAGII, 1680, in-12, édit. 7me, p. 304.

  [570] ÆGIDII MENAGII, 4e édit., 1663, p. 288. Ménage supprima
  cette pièce, et elle ne se trouve plus dans la 7e édition de ses
  poésies, publiée en 1680.

  [571] BUSSY DE RABUTIN, _Hist. am. des Gaules_, édit. 1754, t. I,
  p. 242.--_Hist. amoureuse de France_, p. M***, 1710, in-12, p.
  283.

  [572] SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. de G. de S.-G., t. I, p. CXXIX;
  édit. de Grouvelle, 1811, t. I, p. CLXIX.

  [573] GUY-JOLY, _Mém._, t. XLVII, p. 446-468, 470,
  473-474.--LOUIS XIV, _OEuvres_, t. V, p. 81 (_lettre_ en date du
  17 mars 1662).--Ibid., t. V, p. 186 (en date du 27 mai 1685).

  [574] Conférez M. COUSIN, _Journal des Savants_, 1842.

  [575] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. V, p. 192, édit. de Monmerqué,
  _lettre_ en date du 18 août.

  [576] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 168, édit. de Monmerqué;
  _Lettres à Pomponne_ en date du 18 novembre 1664; _Pièces
  galantes_, 1667, Cologne, chez Pierre Marteau, seconde partie, p.
  79 à 93.

  [577] HÉNAULT, _Abrégé chronologique_, t. III, p. 651.

  [578] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLIII, p. 35, 38, 39.

  [579] LORET, liv. XIII, p. 41 (18 mars).--Ibid., liv. XIV, p.
  56.--CHOISY, _Mém._, t. LXIII, p. 277.

  [580] _Abrégé chronologique des principaux événements qui ont
  précédé la constitution_ Unigenitus; Utrecht, 1730, in-24, p.
  10.--GUY-PATIN, _Lettres_, t. V, p. 22.

  [581] BUSSY, _Mémoires_, t. II, p. 301, édit. 1721,
  in-12.--Ibid., t. II, p. 399, édit. in-4º.--BUSSY, _Discours à
  ses Enfants_, p. 374.



CHAPITRE XXIV.

1658-1665.

   Bussy abandonne le parti de Condé.--Il se rend désagréable au
   roi.--Désordre de ses affaires.--Il a recours au
   surintendant,--et ensuite au roi.--Il n'obtient rien.--Il se
   retire dans sa terre.--Ses amours avec madame de Monglat.--C'est
   pour son amusement qu'il compose l'_Histoire amoureuse des
   Gaules_.--Il en fait des lectures.--Il en prête le manuscrit à la
   marquise de La Baume.--Aventure de la marquise de La Baume avec
   le duc de Candale.--Elle est mise au couvent.--Billet d'elle
   trouvé dans les papiers de Fouquet.--Elle tire copie du manuscrit
   de l'_Histoire amoureuse des Gaules_.--Bussy assure à celui-ci
   que cette copie est brûlée.--Le jeune Louvois devient l'ami de
   madame de La Baume.--Bussy se répand en injures contre
   elle.--Elle fait imprimer, pour se venger, l'_Histoire amoureuse
   des Gaules_, et y ajoute une clef.--L'ouvrage était
   interpolé.--Déchaînement général contre Bussy.--Il fait remettre
   au roi son manuscrit original.--Bussy n'a jamais osé rien écrire
   contre Louis XIV.--Preuves de ce fait.--Louis XIV en était
   convaincu.--Louis XIV ne détestait pas la satire contre ceux qui
   l'entouraient.--Il ne la souffrait pas contre lui.--Louis XIV
   accorde une entrevue particulière à Bussy.--Il approuve sa
   nomination à l'Académie Française.--Condé et son parti sont
   furieux contre Bussy.--Louis XIV fait mettre Bussy à la Bastille,
   pour le sauver de ses ennemis.--Une jeune religieuse devient
   amoureuse de lui.--Il tombe malade de tristesse.--On le force à
   vendre sa charge de mestre de camp de cavalerie.--Il obtient sa
   liberté.--Il est exilé dans sa terre.--Il est trompé.--Chagrin
   qu'il en ressent.--Il se réconcilie avec sa cousine la marquise
   de Sévigné.--Elle lui rend son amitié, mais non pas sa confiance.


Bussy, malgré ses efforts[582], ne put jamais recueillir de sa
défection du parti de Condé le prix qu'il en avait espéré. En
abandonnant dans un moment décisif ce parti pour s'offrir à Mazarin
dans le temps où ce ministre était le plus détesté, il s'était fait
des ennemis de tous les partisans des princes, du parlement et de la
Fronde. Il perdit ainsi l'appui et l'affection de tous ceux qu'il
avait quittés, et n'obtint pas la confiance de ceux à qui il s'était
donné. Il ne réussit point à la cour: on y redoutait son esprit
caustique et railleur; on y détestait son caractère égoïste, vaniteux,
faux et versatile. Le pire, c'est qu'il devint personnellement
désagréable au roi. Comme il servait avec distinction, on lui permit
cependant d'acheter la charge de mestre de camp de la cavalerie
légère; mais cette grâce, dont on pensa qu'il devait se contenter, lui
fut onéreuse par le prix considérable qu'il fut obligé d'y
mettre[583]. Il était déjà obéré quand il fit l'acquisition de cette
charge; pour la payer, il eut recours au surintendant, et se trouva
ainsi forcé à des déférences et à des souplesses envers un homme qu'il
détestait, parce qu'il était son rival auprès de sa cousine. Mais ses
sentiments secrets étaient ignorés; on n'en pouvait juger que par ses
actions. Son intimité et ses liaisons avec Fouquet, auquel il était
obligé de rendre continuellement des devoirs par les besoins qu'il
avait de lui, le rendirent de plus en plus suspect à Mazarin.
Cependant il n'obtint pas non plus tout ce qu'il désirait du
surintendant, qui ne l'aimait pas; et sa fortune continua à se
délabrer par son inconduite et sa prodigalité.

Mazarin mourut; et l'arrestation de Fouquet et la saisie de ses
papiers firent connaître au roi l'engagement que Bussy avait pris de
donner sa démission de la charge de mestre de camp de la cavalerie
légère en faveur du surintendant, afin que celui-ci pût en disposer et
la faire donner à un de ses parents ou à quelqu'un qui lui fût dévoué.
Dès ce moment Bussy devint suspect à Louis XIV. En vain Bussy faisait
partout et en toute occasion l'éloge du roi[584], en vain il devint un
souple et obséquieux courtisan: il ne put obtenir ni argent, ni grade,
ni honneurs, ni même un accueil gracieux[585]. Le roi lui montra
toujours un visage froid et sévère. On ne lui payait pas la pension
qui lui était due pour sa charge de mestre de camp; il ne fut point
compris dans la nombreuse promotion qui eut lieu de chevaliers des
Ordres, faveur à laquelle il avait des droits, et que le maréchal de
Turenne, qu'il s'était aliéné, refusa de demander pour lui[586].
Enfin, il ne fut pas même désigné pour figurer dans le fameux
carrousel de 1662, où il ne pouvait se trouver comme simple
spectateur, puisque tous ceux qui avaient comme lui commandé en chef à
la guerre y figuraient. Le dépit et la nécessité de déguiser sa
disgrâce obligèrent donc Bussy à se retirer dans sa terre. Là, son
amour pour la marquise de Monglat le consolait en partie de ses revers
de fortune et des mécomptes de l'ambition. Cependant, comme dans le
malheur l'esprit est plus accessible aux soupçons, et le cœur plus
susceptible et plus exigeant, Bussy crut s'apercevoir que son
adversité et sa défaveur auprès du roi refroidissaient la passion que
la marquise lui avait montrée jusque alors; mais par ses protestations
et par les témoignages de sa tendresse elle parvint à dissiper ces
noires impressions de jalousie[587].

C'était pour plaire à la marquise de Monglat et pour son amusement que
Bussy, deux ans auparavant (en 1660) avait mis par écrit, sous la
forme d'un petit roman[588] et sous des noms supposés, le récit de
quelques intrigues amoureuses de plusieurs dames de la cour et une
partie des siennes. Il y avait dans ce petit ouvrage des anecdotes
scandaleuses, mais vraies; des portraits satiriques, mais ressemblants
et spirituellement touchés. Il n'en fallait pas tant sur un pareil
sujet pour exciter vivement la curiosité. Bussy ne se contenta point
de régaler madame de Monglat de sa maligne production; il en fit
quelques lectures à plusieurs de ses amis, et bientôt l'existence de
cet ouvrage fut connue à la cour. Ceux qui l'avaient entendu lire
parlèrent avec exagération de ce qu'il renfermait de piquant et de
spirituel, et donnèrent grande envie aux jeunes gens et aux jeunes
femmes de le connaître. Les sollicitations dont Bussy fut assiégé à ce
sujet flattèrent son amour-propre d'auteur, et le firent céder
plusieurs fois aux instances qui lui étaient faites; ce qui accrut la
célébrité de l'ouvrage.

Une dame que Bussy avait courtisée avec succès, sans qu'il cessât
d'aimer madame de Monglat, désira vivement connaître cet écrit, dont
tout le monde parlait. Cette dame (Bussy ne la désigne pas autrement
dans ses Mémoires) était alors renfermée au couvent de la Miséricorde,
par lettre de cachet obtenue par son mari. Elle ne pouvait sortir,
mais il était assez facile de la voir; et dans le dessein de la
satisfaire, Bussy se rendit à la grille du parloir du couvent au jour
et à l'heure qu'elle lui avait indiqués. Cependant il ne put, dans ce
rendez-vous, avoir avec elle un assez long tête-à-tête pour lui donner
une lecture entière de son ouvrage. Elle le supplia de vouloir bien
lui prêter son manuscrit, promettant de ne le garder que deux
jours[589], et de ne le communiquer à personne.

Cette dame était la marquise de La Baume, connue par ses attraits, ses
caprices, son humeur quinteuse, et le scandale de sa vie. C'était la
nièce du premier maréchal de Villeroi, et la mère de celui qui fut
depuis le maréchal de Tallard[590]; enfin la belle-sœur de cette
marquise de Courcelles dont nous parlerons plus amplement dans la
suite de ces Mémoires. La marquise de La Baume demeurait à Lyon. La
mort de son amant, le duc de Candale, l'avait plongée dans le
désespoir. Le jour même qu'elle en apprit la nouvelle, son mari,
qu'elle détestait, entra dans sa chambre au moment où on la peignait;
et il se mit à la louer sur ses cheveux, d'un blond admirable, et
remarquables par leur abondance et leur longueur. Obsédée par la
douleur qu'il lui fallait cacher, et dépitée des fadeurs et des
tendresses maritales, voulant s'en délivrer à tout prix, elle saisit
fortement sa belle chevelure dans une de ses mains, et, de l'autre,
prenant ses ciseaux, elle la coupa tout entière[591]. Prodigue et
adonnée au jeu, le besoin d'argent la rendait souvent peu scrupuleuse
sur les moyens d'en obtenir. On en eut la preuve par ce billet écrit
de sa main, qui fut trouvé parmi les papiers de Fouquet, et qu'elle
lui avait adressé dans un temps où elle voulait obtenir de lui dix
mille écus: «Je ne vous aime point, je hais le péché, mais je crains
encore plus la nécessité; c'est pourquoi venez tantôt me voir[592].»
On ignore quelles furent les nouvelles galanteries qui, mettant à bout
la patience du mari de la marquise de La Baume, le forcèrent à la
faire mettre au couvent, et de quelle manière a commencé sa liaison
avec Bussy. Ce que nous savons, c'est qu'elle fut en partie fidèle à
la promesse qu'elle lui avait faite, et qu'elle lui rendit son
manuscrit au bout de deux jours; mais elle se garda bien de lui dire
que, dans ce court intervalle de temps, elle en avait tiré une copie.

Bussy apprit peu après, par madame de Sourdis, qu'il était trahi, et
qu'une copie de son ouvrage avait été communiquée à plusieurs
personnes par madame de La Baume. Il eut avec elle une explication
très-vive, après laquelle ils se séparèrent brouillés[593]. Le comte
du Lude cependant se fit médiateur entre eux: il alla trouver la
marquise de La Baume, et obtint d'elle de brûler lui-même en sa
présence la copie de l'_Histoire amoureuse des Gaules_ qu'elle
possédait. Le comte du Lude fit ensuite part à Bussy du succès de sa
négociation. D'après ce qui avait été convenu, Bussy promit, de son
côté, de ne rien dire et de ne rien faire qui fût contraire aux
intérêts de la marquise de La Baume; de ne jamais parler d'elle, ni en
bien ni en mal.

Mais dans les deux parties contractantes il n'y avait aucune
sincérité: après avoir tous deux trompé leur négociateur, elles
voulaient se tromper mutuellement[594]. Le jeune Louvois, fils du
chancelier Le Tellier, déjà dans les charges, et qui depuis s'acquit
comme ministre une si grand célébrité, devint l'amant favorisé de la
marquise de La Baume. Ce fut là l'origine de l'inimitié qui subsista
toujours entre Louvois et Bussy. Depuis lors Bussy ne parla plus
qu'avec mépris de cette marquise; et elle le méritait bien, si, comme
il l'avance dans ses Mémoires, après avoir été longtemps la maîtresse
de Louvois, elle descendit ensuite à son égard au rôle ignoble de
confidente[595].

Quoi qu'il en soit, il paraît constant que ce fut la marquise de La
Baume qui communiqua d'abord, à tous ceux qui voulaient le lire ou le
copier, l'ouvrage de Bussy. Cet ouvrage se répandit par les copies qui
en furent faites; mais cette publicité clandestine ne suffisait point
à la marquise, qui, toujours plus animée contre Bussy, voulait se
venger de lui en lui mettant sur les bras un plus grand nombre
d'ennemis. Elle fit imprimer l'ouvrage en Hollande. Cette première
édition in-18, avec les types des Elzeviers, sans date ni nom
d'imprimeur, portant le nom de Liége pour lieu d'impression et pour
fleuron une croix de Saint-André, paraît avoir été mise au jour à la
fin de l'année 1664, ou au commencement de 1665[596]. Cette édition
semble conforme au manuscrit primitif; mais l'auteur avait eu soin
d'atténuer le venin de son ouvrage en donnant à des faits trop
véridiques une apparence romanesque, et en masquant les personnes par
des noms supposés. La marquise de la Baume, en livrant l'ouvrage à
l'impression, y ajouta une clef, où les noms véritables se trouvaient
en regard de ceux que l'auteur leur avait substitués. Alors cet
ouvrage, par le fait de l'impression et par la divulgation des
personnages, changea entièrement de nature. Il devait être, dans
l'intention de Bussy, un roman spirituel et amusant, où la malignité
des gens de cour devait avoir le plaisir de deviner les allusions à
des intrigues qui leur étaient connues, et de saisir la ressemblance
des portraits, en apparence imaginaires, avec les individus qui
avaient pu servir de modèles. Au moyen de la clef, le livre prit le
caractère d'un libelle odieux et déhonté, où l'on dévoilait aux
provinces et à l'étranger les mœurs de la cour, et les déportements
scandaleux de femmes d'une grande naissance; où des hommes revêtus de
hautes dignités, ou environnés de gloire, étaient représentés sous des
couleurs fantasques ou ridicules.

Alors le déchaînement contre Bussy devint général. Il en craignit les
suites; et, sachant que son ouvrage avait été dénoncé au roi[597], il
lui fit remettre le manuscrit original par le duc de Saint-Aignan, son
ami, qui supplia même temps le monarque de daigner le lire en entier.
Quoique Louis XIV fût mentionné dans cet ouvrage, Bussy pouvait, sans
y rien changer, désirer qu'il en prît lecture.

On a dit que la principale cause de la longue disgrâce de Bussy et son
emprisonnement provenaient d'un cantique obscène contre Louis XIV, qui
se trouve inséré dans les éditions de l'_Histoire amoureuse des
Gaules_ que l'on a faites après la première; mais, quoique cette
opinion soit générale, elle n'en est pas moins fausse, et elle prouve
seulement qu'on ne s'est pas donné la peine d'étudier les événements
de cette époque, le caractère des personnages qui y ont joué un rôle,
leur position, et les intérêts qui les faisaient agir.

D'abord Bussy ne s'est jamais servi, en écrivant, d'expressions
obscènes. Dans les récits des nombreuses aventures galantes et
licencieuses qui se trouvent dans ses Mémoires, il n'y a pas un seul
de ses vers ni une seule ligne de sa prose qui puissent fournir un
exemple d'un mot que le bon goût ne puisse avouer, ou que le bon ton
réprouve. Dans tout ce qu'il a écrit, il prend soin d'éviter les mots
ignobles; et quand il est forcé de parler des choses qui les
expriment, il a soin d'user à dessein de périphrases obscures.
D'ailleurs, quoiqu'il se soit permis des épigrammes, des chansons, des
traits satiriques en vers et en prose contre tous ceux qu'il n'aimait
pas, hommes et femmes, financiers, gens de robe, gens de cour,
généraux, ministres, princes du sang même, jamais cependant il n'osa
s'attaquer au roi, autrement que par des plaintes amères sur ses
injustices à son égard. Ses discours, ses écrits, livrés au grand jour
de l'impression; ses lettres particulières les plus secrètes, les plus
confidentielles, sont marquées au coin de l'enthousiasme le plus
grand pour Louis XIV, de la louange la plus sincère ou de la flatterie
la plus basse. Lors même qu'on accorderait qu'il lui est échappé
contre le roi quelque épigramme, comme celle que Loménie de Brienne
lui attribue[598], et que nous ne croyons pas être de lui, ce ne
serait pas une raison suffisante pour qu'on pût supposer qu'il ait
écrit l'infâme et burlesque cantique qu'on a laissé passer sous son
nom. Si jamais Louis XIV eût seulement soupçonné Bussy capable de
l'insulter à ce point, jamais sa liberté ne lui aurait été rendue, et
il serait mort dans un des cachots de la Bastille. Le chancelier
Seguier, qui se montra si souple dans l'affaire de Fouquet; le duc de
Saint-Aignan, ce courtisan si fin, si délié, si dévoué, qui ne cessa
jamais d'être le confident le plus intime et le plus utile des amours
de son maître, étaient aussi les amis particuliers de Bussy. Le duc de
Saint-Aignan, qui non-seulement ne l'abandonna pas dans la disgrâce,
mais qui le servit avec chaleur auprès du roi, eût-il osé avouer son
amitié pour Bussy, s'il n'avait pas eu la conviction que celui-ci
n'avait ni rien dit ni rien écrit contre Louis XIV? Bussy lui-même,
livré au pouvoir de ses ennemis, sous les verrous de la Bastille,
exhorte dans ses défenses ses amis à le renier, à l'abandonner, s'ils
le croient coupable d'un tel délit. Il offre sa tête à l'échafaud, si
l'on fournit la moindre preuve qu'il soit l'auteur des chansons et des
écrits satiriques contre le roi qu'on a voulu lui attribuer. Il défie
de montrer une seule ligne de lui où il soit question du roi, sans
qu'elle ne contienne son éloge; il se soumet aux peines les plus
rigoureuses, si l'on peut le convaincre qu'il ait tenu au sujet du
roi le moindre propos qui soit contraire aux sentiments qu'il a
manifestés par écrit. Bussy eût-il tenu ce langage s'il avait pu
croire que le résultat pût lui être contraire? Trois éditions
successives de l'_Histoire amoureuse des Gaules_, sous la rubrique de
Liége, parurent sans le cantique que les imprimeurs de Hollande eurent
l'impudence d'y insérer depuis[599].

Louis XIV était lui-même convaincu que Bussy n'avait ni la volonté ni
l'audace de s'attaquer à lui. Conformément à la demande qu'il lui
avait faite, il lut son livre. Cette lecture eut lieu vers la fin de
mars 1665, au retour d'un voyage que le roi fit à Chartres pour un
pèlerinage à la sainte Vierge, afin d'accomplir un vœu que la reine
avait fait pendant sa grossesse[600]. Cet acte de dévotion sincère
n'empêchait pas que le roi ne fût alors dans une disposition d'esprit
très-propre à se plaire aux récits des aventures galantes dont se
composait l'ouvrage de Bussy, et aux traits satiriques qui y étaient
répandus. Les intrigues d'amour tenaient alors une grande place dans
la vie de Louis XIV; et pourvu que le sarcasme ne l'atteignît pas, il
se plaisait à le voir lancer contre ceux qui, maintenant si souples et
si soumis, s'étaient montrés si arrogants et si remuants pendant sa
minorité. Là se trouve le secret de la haute protection qu'il
accordait à Molière, et de la hardiesse des scènes de cet auteur.
L'ouvrage de Bussy, bien loin donc de déplaire à Louis XIV, l'amusa;
mais il ne lui inspira aucune estime pour son auteur, et encore moins
d'affection: il regarda Bussy comme un homme dangereux, qu'il fallait
peut-être contenir, même ménager, et surveiller toujours. Bussy lui
ayant demandé la faveur d'une audience particulière, il la lui
accorda. Bussy fut touché jusqu'aux larmes de la manière aimable dont
il fut accueilli: le roi lui promit de ne prêter l'oreille à aucune
accusation, sans lui donner les moyens de se justifier; et, de son
côté, Bussy fit serment de ne se permettre aucune action, aucun écrit,
aucun discours qui pût déplaire au roi[601]. Ce qui démontre, malgré
ce qui se passa ensuite, que Louis XIV était sincère dans ses
promesses, c'est l'approbation qu'il donna au choix que l'Académie
Française fit de Bussy pour remplacer Perrot d'Ablancourt[602].

Cette indulgence et cette bienveillance apparentes furent ce qui
perdit Bussy. Tous ceux qui se trouvaient blessés par la publicité
donnée à son ouvrage s'agitèrent. Lenet, qui, comme nous l'avons vu,
était l'ami de sa jeunesse, mais dévoué aux Condés, rompit avec
lui[603]. Il fut un des plus ardents à faire entendre de vives
réclamations contre l'espèce d'autorisation ou de tolérance accordée à
un ouvrage qui contenait des outrages contre le premier prince du
sang, le plus grand guerrier de son siècle. On produisit des chansons,
des épigrammes, des libelles récemment composés contre le roi et son
gouvernement, que l'on attribuait à Bussy. Il était généralement
considéré comme le plus bel esprit de la cour; admiré au delà de son
mérite, plus redouté que redoutable. Il ne fut pas difficile de
persuader à la reine mère, dont le nom se trouvait souvent dans ces
pièces satiriques, de se joindre aux ennemis de Bussy pour appeler
contre lui des mesures de rigueur. Elle dit un jour, à son cercle: «Je
suis surprise que monsieur le Prince, qui ne passe pas pour endurant,
souffre patiemment ce que Bussy a dit de lui[604].» Ces paroles
réveillèrent la fureur du grand Condé; et il se proposait de faire un
affront à Bussy; celui-ci ne l'ignorait pas, et il ne marchait qu'armé
et cuirassé. Louis XIV, pour éviter un éclat et pour prévenir des
violences qu'il eût été obligé de punir, fit, ainsi que nous l'avons
dit, arrêter Bussy. Il fut conduit à la Bastille le 17 avril
1665[605]. Les accusations se renouvelèrent avec plus de force contre
l'imprudent auteur de l'_Histoire amoureuse des Gaules_. On le
représenta comme un factieux, et on parvint à donner quelque
vraisemblance aux assertions qui le faisaient auteur de certains
écrits contre le roi, récemment publiés dans l'étranger. Le président
Tardieu, celui-là même dont les vers de Boileau ont rendu célèbres la
sordide avarice et la funeste fin[606], fut chargé d'interroger Bussy
au sujet de ces libelles. Louis XIV demeura convaincu qu'il n'en était
pas l'auteur; mais il le retint cependant à la Bastille, autant pour
donner satisfaction à ses ennemis que pour le protéger contre leur
fureur. Bussy tomba malade de tristesse. Dans sa convalescence, le
désir de faire cesser sa captivité lui faisait adresser sans cesse au
roi et à la reine mère des placets où il prodiguait les éloges les
plus emphatiques et les supplications les plus basses. Il assiégeait
de ses lettres le duc de Saint-Aignan, Montausier, Le Tellier,
l'archevêque de Paris, tous ceux qu'il savait à la cour lui porter de
l'intérêt. Ils intercédaient en sa faveur auprès du roi; mais Louis
XIV ne répondait à aucune de ces sollicitations[607]. Ce ne fut
qu'après que Bussy eut consenti à résigner à Coislin sa charge de
mestre de camp de la cavalerie légère, pour une somme moindre que
celle qu'elle lui avait coûté, qu'il obtint enfin un adoucissement à
son sort. Il sortit de la Bastille le 17 mai 1666, et il lui fut
permis d'aller chez le chirurgien Dallancé (le même qui avait secouru
Marigny) pour y rétablir sa santé[608]. Dans le mois d'août suivant,
il fut exilé dans sa terre. Il partit le 6 septembre de Paris, et
arriva quatre jours après dans son château de Bussy, où il commença
une vie de retraite qui aurait pu être heureuse, s'il avait su bannir
de son cœur les passions qui le dominaient. Mais l'amour et
l'ambition ne cessaient point de le tourmenter. Pendant son séjour à
la Bastille, une jeune religieuse, âgée de moins de vingt ans, s'était
éprise de lui, et voulait tout sacrifier pour contribuer à sa
délivrance. Ce fut lorsqu'il recevait une preuve si touchante d'un
attachement auquel il ne répondit pas, qu'il apprit que madame de
Monglat le trahissait, et en aimait un autre. Elle était la femme dont
il se croyait le plus aimé, et il la jugeait incapable de
l'abandonner dans le malheur[609]; aussi son désespoir ne se peut
décrire quand il fut certain qu'elle le trompait: «Je faillis en
mourir, dit-il, et je suis venu, à la fin, à ce bienheureux état
d'indifférence qu'elle méritait il y avait longtemps[610].» Mais on
pourrait douter, malgré cette assertion, que ce bienheureux état ait
jamais existé pour lui: quatorze ans après sa rupture avec madame de
Monglat, il faisait des vers contre elle; et les inscriptions et les
emblèmes qui se voyaient au château de Bussy, et qui y sont peut-être
encore, sont des preuves irrécusables que le souvenir de cette
infidélité lui fut toujours amer[611].

Cependant madame de Sévigné, que Bussy avait si odieusement outragée,
voulut se rapprocher de lui quand elle le sut malheureux et captif: ce
qui s'est passé entre elle et lui à cette époque orageuse de leur
liaison sera l'objet du chapitre suivant.

  [582] Voyez ci-dessus, chapitre XI, p. 130 à 144.

  [583] BUSSY, _Discours à ses Enfants_, 1694, in-12, p.
  403.--_Mémoires_, t. II, p. 354. Bussy acheta cette charge
  252,000 livres, environ 500,000 francs monnaie actuelle.

  [584] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 171.

  [585] Ibid., t. II, p. 167.

  [586] Ibid., t. II, p. 179.

  [587] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 182.

  [588] BUSSY, _lettre au duc de Saint-Aignan_, dans ses
  _Mémoires_, t. II, p. 326 de l'édit. in-12.--Ibid., édit. in-4º,
  t. II, p. 162.

  [589] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 194.--BUSSY DE RABUTIN,
  _Supplément aux Mémoires et Lettres_, t. I, p. 65.

  [590] SAINT-SIMON, _Mém._, ch. XXXVII, t. X, p. 449 et
  450.--Ibid., t. V, chap. VII, p. 102 et 103.--SÉVIGNÉ, _Lettres_,
  t. V, p. 377, note _b_, édit. de Monmerqué.--MONTPENSIER, _Mém._,
  t. XLII, p. 400.--CHAVAGNAC, _Mém._, t. I, p. 198.--CHOISY,
  _Mém._, t. LXIII, p. 418.

  [591] MONTPENSIER, _Mém._, t. XLII, p. 400.

  [592] CONRART, _Mém._, t. XLVIII, p. 258.

  [593] BUSSY, _Discours à ses Enfants_, 1694, in-12, p. 373.

  [594] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 200 à 214.

  [595] BUSSY, _Supplément_, t. I, p. 65.

  [596] _Histoire amoureuse des Gaules_, Liége, in-18, en deux
  parties, dont la première a 190 pages, la seconde 69, et la
  clef.--SÉVIGNÉ, _lettre de Bussy-Rabutin_ en date du 19 juillet
  1669, t. I, p. 136, édit. de Monmerqué.

  [597] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 200.

  [598] DE BRIENNE, _Mém. inédits_, t. II, p. 304, ch. XXVIII.

  [599] La première avec une croix de Saint-André sur le titre, et
  deux paginations finissant, l'une à la page 190, l'autre à 69; la
  seconde (suivant nous), avec une arabesque triangulaire sous le
  titre, et une seule pagination finissant p. 208: ces deux
  éditions sont sans date; la troisième avec une sphère sur le
  titre, intitulée _édition nouvelle_, portant la date de 1666, et
  n'ayant qu'une seule pagination finissant à la p. 260.

  [600] LORET, _Muse historique_, liv. XVI, p. 149.--BUSSY, _Mém._,
  t. II, p. 297, 298.

  [601] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 283.

  [602] Ibid., p. 295.

  [603] BUSSY, _Supplément_, Ire _partie_, p. 68.

  [604] BOUHIER, _Manuscrits_ cités dans _la Cour et la Ville_,
  publiés par M. Barrière, p. 464.

  [605] BUSSY, _Mém._, t. I, p. 301.--BUSSY, _Discours à ses
  Enfants_, p. 374.

  [606] BOILEAU, _Satire X_, v. 253 à 328, t. I, p. 182 à 185 de
  l'édit. de Saint-Marc, 1747, in-8º.

  [607] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 336-356-358-367-368-370-372.

  [608] Voyez la Ire partie de ces Mémoires, ch. XXXV, p. 479.
  Dallancé mourut fort riche, et laissa un fils, physicien célèbre.
  Conférez BOILEAU, Sat. X, v. 434, t. I, p. 194 de l'édit. de
  Saint-Marc.

  [609] BUSSY, _Mém._, t. II, p. 362.

  [610] Ibid.

  [611] MILLIN, _Voyages dans les départements du Midi_, t. I, p.
  210, 213.--CORRARD DE BREBAN, _Souvenirs d'une visite aux ruines
  d'Alise et au château de Bussy-Rabutin_, Troyes, 1833, p. 18.



CHAPITRE XXV.

1658-1668.

   Attachement réciproque de madame de Sévigné et de Bussy.--Bussy
   se repent vivement d'avoir offensé sa cousine.--Belle conduite de
   Bussy envers elle, lors des lettres qui furent trouvées chez
   Fouquet.--Discussion qu'il eut à ce sujet avec de Rouville, son
   beau-frère.--Madame de Sévigné est sensible au procédé de
   Bussy.--Ce qui s'était passé à l'égard du portrait de madame de
   Sévigné de l'_Histoire amoureuse des Gaules_.--Madame de Sévigné
   prête de l'argent à Bussy.--Bussy et madame de Sévigné se voient
   en Bourgogne, et sont charmés l'un de l'autre.--Madame de Sévigné
   apprend qu'il court des copies de l'ouvrage de Bussy.--Elle rompt
   tout commerce avec lui.--Il est mis à la Bastille.--L'intérêt que
   lui porte madame de Sévigné se réveille.--Elle envoie savoir de
   ses nouvelles.--Elle se brouille avec la marquise de La
   Baume.--Rapports inexacts faits à Bussy sur madame de
   Sévigné.--Il la croit contre lui.--Elle est la première à l'aller
   voir chez Dallancé.--Ils n'osent s'expliquer, et se séparent à
   moitié réconciliés.--Leur correspondance recommence.--Lettre de
   Bussy à madame de Sévigné, contenant le récit d'une visite au
   château de Bourbilly.--Madame de Sévigné met peu d'empressement à
   répondre.--Reproche que lui en fait Bussy.--Il lui confie toutes
   ses affaires.--Peu satisfait d'elle, il est quelque temps sans
   lui écrire.--Elle lui rappelle qu'elle lui a écrit la
   dernière.--Explication entre Bussy et madame de Sévigné.--Bussy
   retrace sa conduite envers elle, et il lui reproche de l'avoir
   abandonné.--Nouvelle lettre de Bussy qui renouvelle les reproches
   de la première.--Madame de Sévigné répond par une longue
   apologie.--Réplique de Bussy.--Madame de Sévigné lui demande la
   généalogie des Rabutins.--Nouvelles explications, et nouvelles
   réfutations de madame de Sévigné des reproches de Bussy.--Fin de
   cette discussion.--Bussy écrit à sa cousine qu'il se rend à
   discrétion.--Réplique aimable de madame de
   Sévigné.--Renouvellement de leur correspondance et de leur
   intimité.


Quoique, dans le nombre de ceux qui composaient la société de madame
de Sévigné, Bussy n'était pas celui qui lui paraissait le moins exempt
de défauts, c'était celui pour lequel elle se sentait cependant la
plus forte inclination. D'un autre côté, si, dans toutes les femmes
que Bussy avait connues, madame de Sévigné n'était pas celle qui lui
avait inspiré le plus violent amour, ce fut celle vers laquelle il se
sentait le plus constamment attiré par les liens les plus durables,
par la confiance la plus intime, par l'estime la mieux sentie. Madame
de Sévigné admirait dans son cousin les talents militaires, une
bravoure brillante, les grâces du courtisan, le savoir et les talents
de l'homme de lettres. Elle exagérait beaucoup sans doute son mérite,
surtout sous ce dernier rapport; toutefois, elle avait raison de le
considérer comme un des hommes les plus spirituels de la cour, un de
ceux qui parlaient et écrivaient avec le plus de facilité et de
pureté. Lui, ne faisait que porter sur sa cousine un jugement
équitable, quand il voyait en elle la femme la plus aimable de son
temps, celle qui dans un cercle, ou la plume à la main, possédait le
plus de moyens de plaire. Il la flattait quand il lui disait qu'elle
était la plus jolie femme de France; mais il lui rendait justice quand
il se montrait persuadé qu'elle était la femme la plus attrayante et
du mérite le plus accompli.

Tous les deux éprouvaient une peine extrême de se trouver brouillés
l'un avec l'autre, parce qu'en effet en rompant ensemble chacun avait
perdu son plus sincère admirateur, son confident le plus intime.
Madame de Sévigné ressentait contre son cousin un courroux qui n'était
que trop justifié par les mortifications que son perfide écrit lui
faisait subir; mais elle avait en même temps de vifs regrets que les
conseils de son oncle lui eussent fait perdre l'occasion de rendre à
son cousin le service qu'il lui avait demandé, et de lui avoir donné
lieu de soupçonner sa sincérité et son amitié. Quant à Bussy, il
éprouvait un remords profond de s'être vengé d'une manière si cruelle.
C'est lui-même qui nous le dit[612]. Il ne pouvait se pardonner
«d'avoir offensé une femme jolie, excellente, sa proche parente, qu'il
avait toujours aimée et de l'amitié de laquelle il ne pouvait pas
douter».

Avec ces mutuelles dispositions, la moindre circonstance pouvait
opérer une réconciliation. Cette circonstance se présenta.

Lorsqu'on sut que parmi les papiers saisis chez le surintendant il se
trouvait un grand nombre de lettres qui lui avaient été adressées par
madame de Sévigné, la malignité publique, qui, telle qu'un génie
infernal, se comptait surtout dans la chute de ce qu'il y a de plus
pur et de plus parfait, s'empara aussitôt d'une réputation qu'elle
s'était vue contrainte de respecter jusque ici, pour se donner le
plaisir de la déchirer. Elle y procéda avec cette dextérité cruelle
que donne l'envie qui s'attache à la vertu: on fouilla dans le passé,
on rappela toutes les attentions, tous les soins, toutes les
galanteries de Fouquet pour madame de Sévigné. Si jusque ici,
disait-on, elle avait échappé aux soupçons qui pour tant d'autres
s'étaient convertis en certitude, c'est qu'elle avait su mieux
dissimuler et mieux sauver les apparences. En vain ses nombreux amis
s'efforçaient-ils de persuader que sa correspondance avec le
surintendant n'était relative qu'à des affaires de famille; en vain
on citait, pour le prouver, les paroles du roi et de son ministre:
Fouquet n'avait pas coutume de serrer des papiers d'affaires dans sa
cassette réservée. On savait quelles étaient les lettres de
mademoiselle de Menneville, et de plusieurs autres dames de la cour,
qui avaient été trouvées dans cette mystérieuse cassette: pouvait-on
croire que celles de madame de Sévigné fissent exception et fussent
d'une autre nature?

Il est des circonstances où l'on donne plus de poids aux accusations
quand on cherche à les combattre: telle était la position où se
trouvait placée madame de Sévigné. Tâcher de repousser les soupçons
auxquels elle était en butte, c'était déjà reconnaître qu'ils
pouvaient être fondés, et renoncer à ce juste orgueil d'une bonne
conscience, qui nous persuade que nous sommes au-dessus des atteintes
de la calomnie; avoir la force de les mépriser est peut-être le moyen
le plus efficace de les anéantir. D'ailleurs, la faveur dont madame de
Sévigné jouissait à la cour, la manière dont le monarque s'exprimait
sur son compte, ne permettaient pas d'en agir avec elle comme avec
celles dont les papiers trouvés chez Fouquet avaient mis à nu les
intrigues et la vénalité, et dont la conduite scandaleuse avait été
punie par l'exil ou le couvent. C'était avec ménagement qu'on se
permettait contre elle les plus perfides insinuations; c'était avec de
cruelles réticences, avec de malins sourires, ou un air de compassion
et de tristesse hypocrite, qu'on s'entretenait de ses liaisons avec le
surintendant, et des malheureuses lettres qu'on avait trouvées dans la
fatale cassette. On peut se présenter en face devant la diffamation
qui se produit dans les carrefours, ou qui s'annonce à son de trompe;
mais celle qui s'enferme dans des réduits, qui ne parle qu'à
l'oreille, qui renie ses actes et dissimule son visage, comment
l'atteindre? Cependant les blessures faites par des coups portés dans
l'ombre ne sont ni moins nombreuses ni moins douloureuses; le feu
attisé pour consumer ce que vous avez de plus cher, votre honneur,
votre bonne renommée, n'en est pas moins dévorant, quoiqu'il couve et
se propage sous la cendre, et qu'il ne jette point de flamme. Ainsi,
madame de Sévigné, journellement exposée à des attaques qu'elle
ignorait, se trouvait dans l'impuissance de se justifier, en faisant
connaître quelles avaient été ses relations avec Fouquet, et en
mettant au grand jour sa sincérité, son désintéressement et
l'innocence de sa vie.

Bussy fut celui qui ressentit plus vivement toute la peine qu'elle
éprouvait: comme parent, il s'indigna des discours qu'on tenait sur
son compte; il s'en affligea comme amant. Les sentiments de tendresse
qu'il avait autrefois ressentis pour cette cousine si bonne, si
aimable, si séduisante, et qui jamais n'avaient été entièrement
éteints, se réveillèrent alors avec force. Le remords de l'avoir
offensée, d'avoir contribué à accroître contre elle la puissance des
calomniateurs; le besoin qu'il éprouvait de laver, comme il le dit
lui-même, une tache dans sa vie, le portèrent à défendre la réputation
de madame de Sévigné, à la justifier de tous les torts qu'on voulait
lui imputer[613].

Cependant Bussy, en homme qui par sa propre expérience a acquis des
preuves répétées de la fragilité des femmes, crut devoir agir avec
prudence. Avant de se déclarer le champion de l'honneur de sa cousine
avec toute l'énergie et la hauteur que comportaient l'orgueil de son
caractère et ses titres de gentil-homme et de guerrier, il crut
devoir s'assurer si, comme on le prétendait, les lettres qu'elle
avait écrites à Fouquet n'étaient pas de nature à ébranler la
confiance qu'on devait avoir dans sa vertu. Laissons-le s'expliquer
lui-même sur ce sujet délicat: «Avant de m'embarquer, dit-il, à la
défense de la marquise, je consultai Le Tellier, qui seul avait vu,
avec le roi, les lettres qui étaient dans la cassette de Fouquet. Il
me dit que celles de la marquise étaient d'une amie qui avait bien de
l'esprit, qu'elles avaient bien plus réjoui le roi que les douceurs
des autres; mais que le surintendant avait mal à propos mêlé l'amour
avec l'amitié.»

Sûr de son fait, Bussy se fit hautement, avec chaleur et en toute
occasion, l'avocat de madame de Sévigné. Il éleva la voix contre tous
ceux qui voulaient la confondre avec les maîtresses de Fouquet. De
Rouville, beau-frère de Bussy, ignorant ce qu'il pensait à cet égard,
parla un jour, dans une société où ils se trouvaient tous deux, de
l'intrigue de la jolie marquise de Sévigné comme d'une chose connue,
avérée et démontrée par ses lettres. Bussy prit la parole pour lui
répondre, et donna avec calme des explications qui satisfirent toutes
les personnes présentes à cette discussion, à la réserve de Rouville,
qui souffrait impatiemment, surtout de la part d'un beau-frère, de se
trouver convaincu d'avoir mal parlé d'une femme digne de considération
et de respect. Comme tous ceux qui n'ont ni assez de justice dans le
cœur ni assez de loyauté dans le caractère pour convenir qu'ils ont
tort, et qui, dans l'impuissance de réfuter la défense, s'attaquent au
défenseur, de Rouville dit à Bussy: «Il est bien plaisant de vous voir
défendre si fortement madame de Sévigné, après en avoir parlé comme
vous avez fait.»--«Jamais, répondit Bussy d'une voix tonnante, je n'ai
attaqué sa vertu.»--«Après avoir fait tant de bruit contre elle, dit
de Rouville, il vous sied mal de trouver mauvais que d'autres en
fassent.»--«Je le trouve très-mauvais, au contraire, répondit Bussy;
et je n'aime le bruit que quand je le fais moi-même[614].»

Nous ignorons comment se termina cette querelle entre les deux
beaux-frères; mais ce que nous en savons nous prouve l'ardeur avec
laquelle Bussy plaida la cause de sa cousine. Rien ne contribua plus à
rectifier l'opinion sur madame de Sévigné, et à lui faire rendre enfin
toute la justice qui lui était due, que le témoignage d'un parent avec
lequel elle était depuis longtemps brouillée, qui avait donné des
preuves publiques d'animosité contre elle, qui par son caractère était
porté au dénigrement, dont l'esprit malin et caustique aimait
singulièrement à s'exercer contre les femmes, et se plaisait à en
médire. Le bien que Bussy fit à madame de Sévigné dans cette
circonstance surpassa de beaucoup le mal qu'il lui avait fait par son
écrit; ou plutôt on peut dire avec vérité qu'il lui eût été impossible
de lui faire autant de bien, s'il ne lui avait pas fait tant de mal.

Madame de Sévigné fut extrêmement touchée de la conduite de son
cousin. A cette époque l'_Histoire amoureuse des Gaules_ n'était
connue que par quelques lectures qu'en avait faites Bussy, devant un
très-petit nombre de personnes, dont les indiscrétions avaient seules
donné connaissance à madame de Sévigné du portrait satirique que son
cousin avait fait d'elle. Madame de Monglat, qui désirait gagner
l'affection de madame de Sévigné, lui dit qu'elle avait obligé Bussy à
retrancher de sa scandaleuse histoire tout ce qui la concernait, et
qu'elle l'avait fait consentir à brûler devant elle toute cette partie
de son ouvrage.

Alors rien ne s'opposait plus à une réconciliation que madame de
Sévigné ne désirait pas moins que Bussy. Elle eut lieu lorsque, en
1662, madame de Sévigné revint à Paris, après avoir passé en Bretagne
les six premiers mois qui suivirent l'arrestation de Fouquet. Cette
réconciliation fut sincère de part et d'autre, et cimentée par un
échange mutuel de bons offices[615]. Bussy, dont les affaires étaient
toujours en désordre, ayant eu besoin (en 1663) d'une somme de quatre
mille livres pour se rendre au camp de Marsal, les trouva dans la
bourse de sa cousine. Ils se virent ensuite familièrement en
Bourgogne, car il y a lieu de présumer que ce fut au commencement de
l'année 1664 que Bussy se rendit dans sa terre pour y recevoir le
maréchal Duplessis-Praslin, qui allait à Lyon prendre le commandement
de l'armée d'Italie[616]; madame de Sévigné les reçut tous deux dans
son château de Bourbilly, où alors elle se trouvait[617]. Quoi qu'il
en soit, il est certain que ce fut au retour d'un voyage fait en
Bourgogne que Bussy et madame de Sévigné revinrent mutuellement
charmés l'un de l'autre; c'est à cette époque que leur liaison reprit
ce caractère d'intimité qui leur rappelait à tous deux les belles
années de leur jeunesse[618].

Cet heureux temps ne fut pas de longue durée. Le manuscrit de
l'_Histoire amoureuse des Gaules_, qui fut prêté à la marquise de La
Baume, contenait le portrait de madame de Sévigné, soit qu'il n'eût
jamais été retranché de l'ouvrage, soit, comme le prétend Bussy,
qu'après avoir été déchiré, et non pas brûlé, en présence de la
marquise de Monglat et de son mari, ce dernier en eût ensuite ramassé
et rejoint les morceaux, et en eût fait faire une copie que Bussy
voulut revoir, et qu'il eût la faiblesse de prêter à la marquise de La
Baume, dont il ne pouvait prévoir la trahison[619]. Ce qu'il y a de
certain, c'est que madame de Sévigné fut à peine de retour à Paris,
qu'on la prévint que Bussy la trompait; qu'il n'avait point détruit le
portrait satirique qu'il avait fait d'elle; on assurait même l'avoir
vu entre les mains de la marquise de La Baume. Madame de Sévigné
n'ajouta aucune foi aux bruits qui couraient à cet égard. Elle crut
que c'était une invention des ennemis de Bussy, devenus nombreux et
implacables depuis qu'il circulait des copies de son scandaleux
libelle. Mais il fallut bien se rendre à l'évidence lorsque l'ouvrage
fut imprimé. Madame de Sévigné eut le cœur navré d'une telle
perfidie. Aussitôt qu'elle eut vu le livre, convaincue par ses propres
yeux qu'on lui avait dit la vérité, elle en parla à Bussy, qu'elle
rencontra avec toute la cour chez MONSIEUR, au Palais-Royal. Bussy
resta d'abord interdit par la vivacité de ses reproches; mais ensuite
il chercha à lui persuader qu'il avait réellement retranché de son
ouvrage les passages qui la concernaient, et qu'il fallait que depuis
ils eussent été rétablis de mémoire par celle qui avait voulu se
venger de lui, en livrant à l'impression ce qu'il ne lui avait
communiqué que sous le sceau du secret. Madame de Sévigné ne fut pas
dupe des mensonges de son cousin. Dès ce moment il ne lui fut plus
possible d'avoir confiance en lui, ni d'être pour lui ce qu'elle avait
été.

Cependant, ce fut presque aussitôt après cette explication que Bussy
fut mis à la Bastille. On sut que la publication de son ouvrage était
la principale cause de son arrestation, et que cette publication était
due à la trahison de la marquise de La Baume, avec laquelle il s'était
brouillé[620]. Madame de Sévigné n'eut plus le même ressentiment
contre Bussy dès qu'elle le sut malheureux: elle envoya s'informer de
sa santé; mais il paraît qu'on n'eut pas soin d'instruire le
prisonnier de ces marques d'intérêt qui lui étaient données par sa
cousine. On lui dit, au contraire, que, très-animée contre lui, elle
se répandait en plaintes amères sur l'indignité de ses procédés. Il
n'en était rien: madame de Sévigné ne parlait de Bussy qu'avec
attendrissement, et pour exprimer la peine qu'elle éprouvait de le
savoir captif. Elle rompit tout commerce avec la marquise de La
Baume[621], condamna hautement sa conduite, et soutint qu'une femme ne
doit jamais chercher à se venger des injures qui lui sont faites,
parce que pour atteindre ce but il faut qu'elle abdique cette vertu du
cœur qui est le plus bel attribut de son sexe, la bonté. Bussy, qui,
malgré la haute opinion qu'il avait de sa cousine, ne connaissait pas
toute sa grandeur d'âme, ajouta foi aux rapports mensongers qui lui
étaient faits. Madame de Sévigné ne fut donc point au nombre des
personnes avec lesquelles il chercha à se mettre en communication dans
sa prison. Il ne la pria point d'intercéder en sa faveur, et préféra
s'adresser pour cet objet à madame de Motteville, avec laquelle il
était lié d'une manière bien moins intime[622].

Cependant, lorsque Bussy sortit de la Bastille, la première personne
qui vint le voir chez Dalancé, ce fut madame de Sévigné. Cette visite,
à laquelle il ne s'attendait pas, lui fit un plaisir extrême, malgré
les torts qu'il supposait à sa cousine; il en avait envers elle de si
graves, qu'il n'osa pas lui faire des reproches. Il évita donc avec
soin une explication; madame de Sévigné, qui croyait n'avoir pas
besoin d'en donner, n'en provoqua aucune. Ils se séparèrent avec les
dehors d'une apparente cordialité et les sentiments d'une défiance
réciproque[623].

Telles étaient leurs dispositions l'un envers l'autre lorsque leur
correspondance recommença; mais ce fut d'abord, comme on va le voir,
lentement et péniblement.

Bussy, retiré dans sa terre, où il resta exilé pendant dix-sept ans,
écrivit le premier à sa cousine une lettre affectueuse et
galante[624]. Il venait de visiter le château de Bourbilly, et se
rappelait avec tristesse la dernière et aimable réception que sa
cousine lui avait faite dans ce séjour.

«Je fus hier à Bourbilly, dit-il; jamais je n'ai été si surpris, ma
belle cousine. Je trouvai cette maison belle; et quand j'en cherchai
la raison, après le mépris que j'en avais fait il y a deux ans, il me
sembla que cela venait de votre absence. En effet, vous et
mademoiselle de Sévigné enlaidissez ce qui vous environne; et vous
fîtes ce tour-là il y a deux ans à votre maison. Il n'y a rien de si
vrai; et je vous donne avis que si vous la vendez jamais, vous fassiez
ces marchés par procureur; car votre présence en diminuerait le prix.
En arrivant, le soleil, qu'on n'avait pas vu depuis deux jours,
commença à paraître, et lui et votre fermier firent bien les honneurs
de la maison: celui-ci en me faisant une bonne collation, et l'autre
en dorant toutes les chambres que les Christophle[625] et les
Guy[626], s'étaient contentés de tapisser de leurs armes. J'y étais
allé en famille, qui fut aussi satisfaite de cette maison que moi. Les
Rabutins vivants, voyant tant d'écussons, s'estimèrent encore
davantage, connaissant par là ce que les Rabutins morts faisaient de
cette maison.»

Madame de Sévigné était en Bretagne, à sa terre des Rochers, qu'elle
s'occupait à agrandir et à embellir, lorsqu'elle reçut cette lettre de
son cousin. Elle ne mit pas beaucoup d'empressement à répondre. Elle
attendit l'époque de son retour à Paris. Sa réponse est du 20 mai
1667, c'est-à-dire postérieure de quatre mois et demi à la lettre que
Bussy lui avait écrite. Elle excuse, mais assez mal, ce long
retard[627]. Bussy lui en fait de légers reproches[628]. Madame de
Sévigné répondit encore; mais comme nous n'avons pas sa lettre, nous
ne pouvons juger si Bussy fut mécontent de ce qu'elle avait de nouveau
trop tardé à lui écrire, ou s'il fut peu satisfait des choses qu'elle
lui avait écrites: ce qui est certain, c'est qu'il suspendit alors sa
correspondance avec elle. Dans sa dernière lettre, cependant, il avait
montré la plus entière confiance dans sa cousine; il lui avait fait
part de ses affaires, il lui avait envoyé copie de toutes les lettres
qu'il avait adressées au roi.

Madame de Sévigné fut étonnée du long silence de Bussy à son égard, et
désira y mettre fin. Soit qu'elle se reprochât d'y avoir donné lieu en
tardant trop à lui répondre, soit qu'elle se repentît de la manière
dont elle lui avait répondu, soit par toute autre cause, elle se
décida à lui écrire de nouveau. Dans sa lettre en date du 6 juin 1668,
lettre très-courte mais très-significative, elle rappelle à son cousin
que c'est elle qui lui a écrit la dernière; qu'elle a de trop
légitimes sujets de plaintes contre lui pour qu'il en ajoute de
nouveaux en la négligeant.

Alors commence une longue explication, que quelques mots dits chez
Dalancé auraient rendue inutile; mais nous ne devons point regretter
que ces mots n'aient point été prononcés, car nous n'aurions pas les
lettres qui nous font le mieux connaître le noble caractère de madame
de Sévigné.

La défense de Bussy contre la trop juste accusation que lui intente sa
cousine est un chef-d'œuvre d'adresse. Il commence d'abord par faire
l'éloge de son accusatrice, et il accompagne cet éloge de phrases
pleines de tendresse et de galanterie. Il avoue qu'il a été bien
coupable; mais du moins les remords de sa faute ont été sincères,
tandis que sa cousine ne paraît pas avoir fait franchement le
sacrifice de son ressentiment, et qu'elle semble même se repentir de
lui avoir pardonné[629]. Il lui rappelle que lorsqu'ils étaient
encore brouillés, il prit sa défense contre ses calomniateurs, et
qu'au contraire elle l'a abandonné lorsqu'il était accablé par ses
ennemis: «Ces changements, dit-il, sont étranges en vous, car vous
êtes pleine de douceur et d'amitié pour moi: seulement, vous n'avez
pas la force de résister à la mode, et je n'y suis plus: voilà mon
malheur.»

Madame de Sévigné ne fit point d'abord de réponse à cette lettre, ce
qui laissa le temps à son cousin de lui en écrire une autre,
très-courte, six semaines après[630]. Dans celle-ci, Bussy demande à
madame de Sévigné de le recommander à un conseiller rapporteur dans un
procès qu'il avait au grand conseil, si toutefois elle ne craint pas
de se compromettre en témoignant de l'intérêt pour un homme tombé en
disgrâce.

Alors madame de Sévigné n'y peut tenir, elle éclate; et dans une
longue lettre, écrite avec une éloquente impétuosité, elle accable son
cousin de toute la puissance et de toute la force de la vérité, et
termine, sans aigreur, par les assurances de sa tendresse, exprimées
de la manière la plus vive et la plus aimable.

Elle commence cette lettre remarquable en lui disant[631]:

«Mon cousin, apprenez de moi que ce n'est pas la mode de m'accuser de
faiblesse pour mes amis. J'en ai beaucoup d'autres, comme dit madame
de Bouillon, mais je n'ai pas celle-là. Cette pensée n'est que dans
votre tête; et j'ai fait ici mes preuves de générosité sur le sujet
des disgraciés, qui m'ont mise en honneur dans beaucoup de bons lieux,
que je vous dirais bien si je voulais. Je ne crois donc pas mériter
ce reproche: il faut que vous rayiez cet article sur le mémoire de mes
défauts... Mais venons à vous.»

Elle y vient en effet; et c'est pour lui montrer toutes les
contradictions, les absurdités dans lesquelles lui, homme d'esprit,
était tombé, par l'impossibilité de se justifier autrement que par des
impostures. Elle réfute les sophismes par lesquels il a voulu rejeter
sur elle des torts qui étaient les siens; elle déjoue toutes les ruses
de son esprit, et le poursuit dans tous les subterfuges de sa
conscience; puis, certaine qu'il ne peut rien opposer à l'évidence des
faits, à la force des arguments, elle termine ainsi:

«Voilà ce que je voulais vous dire une fois en ma vie, en vous
conjurant d'ôter de votre esprit que ce soit moi qui ait tort. Gardez
ma lettre, et la relisez, si jamais la fantaisie vous prenait de le
croire; et soyez juste là-dessus, comme si vous jugiez d'une chose qui
se fût passée entre deux autres personnes: que votre intérêt ne vous
fasse pas voir ce qui n'est pas. Avouez que vous avez cruellement
offensé l'amitié qui était entre nous, et je suis désarmée. Mais de
croire que si vous répondez, je puisse jamais me taire, vous auriez
tort, car ce m'est impossible. Je verbaliserai toujours; au lieu
d'écrire en deux mots, comme je vous l'avais promis, j'écrirai en deux
mille; et enfin j'en ferai tant par des lettres d'une longueur cruelle
et d'un ennui mortel, que je vous obligerai, malgré vous, à me
demander pardon, c'est-à-dire à me demander la vie. Faites-le donc de
bonne grâce.»

Bussy pourtant ne voulut pas accepter tout ce que cette lettre avait
d'accablant pour lui. Dans une réponse très-longue, et qui commence
sur le ton le plus sérieux et le plus froid[632], il cherche par de
nouvelles explications à démontrer que si les torts qu'il a eus ont
été les plus graves, ce n'est pas une raison pour donner à sa cousine
le droit de penser qu'elle n'en a eu aucun. Toute sa lettre se résume
par les paroles suivantes, qui étaient sincères, et qui même, dans
l'accusation qu'elles renferment, n'étaient pas dénuées de
vérité[633]:

«Je vous avoue que j'ai mille fois plus de torts que vous, parce que
ma représaille a été plus forte que l'offense que vous m'aviez faite,
et que je ne devais pas m'emporter si fort contre une jolie femme
comme vous, ma proche parente, et que j'avais toujours bien aimée:
pardonnez-moi donc, ma cousine, et oublions le passé au point de ne
nous en souvenir jamais. Quand je serai persuadé de votre bonne foi
dans votre retour pour moi, je vous aimerai mille fois plus que je
n'ai jamais fait; car, après avoir ce qu'on appelle tourné et viré, je
vous trouve la plus agréable femme de France.»

Madame de Sévigné n'ignorait pas que pour mieux convaincre il faut
quelquefois ne pas montrer trop d'empressement à le faire, et qu'on a
plus de facilité à détruire une opinion quand la chaleur de l'esprit
est refroidie et laisse au jugement toute sa liberté. Au lieu donc de
répondre à son cousin sur ce que renfermait sa dernière lettre, elle
se contenta de lui en accuser réception, promettant d'y faire de
longues apostilles quand elle en aura le loisir. Pour le moment elle
lui demande les copies des titres de la maison de Rabutin, pour M. de
Caumartin, qui s'occupe de mettre en ordre les preuves de noblesse
relatives aux familles de la province: «Ne manquez pas à cela, lui
dit-elle: il y va de l'honneur de notre maison; on ne peut être plus
vive sur cela que je le suis. Adieu, faites réponse à ceci; je vous
écrirai plus à loisir[634].»

Bussy transmet à sa cousine les pièces qu'elle réclame[635], et en
même temps il montre une grande impatience de recevoir son commentaire
à la dernière lettre qu'il lui a écrite.

Enfin arrive la réponse de madame de Sévigné à cette lettre de son
cousin[636], cette _duplique_ à la réplique, comme elle l'appelle
plaisamment. Elle insiste cette fois, plus fortement que la première,
pour prouver qu'elle n'a pas eu les premiers torts, et elle entre à
cet égard dans de grandes explications; peut-être parce que c'était là
le point le plus difficile de la cause. Il lui était impossible de
trouver l'argent que lui avait demandé Bussy, «à moins, dit-elle, de
l'aller prendre dans la bourse du surintendant, où je n'ai rien voulu
chercher ni trouver. Ensuite elle remet dans tout son jour, mais avec
gaieté, et dans un style tout différent de celui de sa première
lettre, toute la cruauté, tout l'odieux des procédés de Bussy à son
égard, qui après un raccommodement, après qu'elle s'était remise avec
lui de bonne foi, l'avait livrée sans pitié aux brigands,
«c'est-à-dire, dit-elle, à madame de La Baume. Ne me dites point que
c'est la faute d'un autre, cela n'est point vrai; c'est la vôtre
purement: c'est sur cela que je vous donnerais un beau soufflet, si
j'avais l'honneur d'être près de vous, et que vous me vinssiez conter
ces lanternes.» Afin d'adoucir tout le mordant de ses arguments, elle
termine en disant: «Adieu, comte; je suis lasse d'écrire, et non pas
de lire tous les endroits tendres et obligeants que vous avez semés
dans votre lettre[637].»

Bussy voulut ne pas avoir l'air de se montrer assez peu galant, de
continuer une discussion où sa cousine voulait avoir le dernier: il
commence sa réponse par déclarer que, sans même demander à capituler,
il se rend à discrétion. «On ne peut pas être moins capable de
triplique que je le suis, ma belle cousine: pourquoi m'y voulez-vous
obliger? Je me suis rendu dans la réplique que je vous ai faite; je
vous ai demandé la vie. Vous me voulez tuer à terre, et cela est un
peu inhumain. Je ne pensais pas que vous vous mêlassiez, vous autres
belles, d'avoir de la cruauté sur d'autres chapitres que celui de
l'amour. Cessez donc, petite brutale, de vouloir souffleter un homme
qui se jette à vos pieds et qui vous avoue sa faute, et qui vous prie
de la lui pardonner. Si vous n'êtes pas encore contente des termes
dont je me sers en cette rencontre, envoyez-moi un modèle de la
satisfaction que vous souhaitez, et je vous la renverrai écrite et
signée de ma main, contre-signée d'un secrétaire, et scellée du sceau
de mes armes. Que vous faut-il davantage[638]?»

«Levez-vous, comte, dit madame de Sévigné dans sa réponse à cette
dernière lettre de Bussy, je ne veux point vous tuer à terre; ou
reprenez votre épée, pour recommencer le combat. Mais il vaut mieux
que je vous donne la vie et que nous vivions en paix[639].»

Ainsi finit cette explication; les résultats en furent heureux. Par là
madame de Sévigné et Bussy se purgèrent de toutes ces humeurs
rancuneuses, de toutes ces réticences qui sont mortelles en amitié. En
même temps, le désir qu'ils avaient de se plaire et de renouer leur
correspondance les porta à adoucir les reproches qu'ils s'adressaient,
par des éloges si flatteurs et des protestations si affectueuses,
qu'ils restèrent pleinement rassurés sur les dispositions où ils se
trouvaient l'un envers l'autre. Les restes d'animosité et de défiance
qu'ils avaient conservés se dissipèrent. Si l'intimité de leur
commerce fut quelquefois troublée par de légers nuages, du moins elle
n'éprouva plus d'interruption; leur correspondance redevint fréquente
et active; et les liens de parenté, le voisinage de leurs terres,
l'admiration qu'ils avaient l'un pour l'autre, tout leur fit un besoin
de se communiquer leurs pensées: ce besoin devint une habitude que la
mort seule eut le pouvoir de rompre.

  [612] BUSSY, COMTE DE RABUTIN, _Mém. mss._ cités dans Monmerqué,
  _Lettres_ de SÉVIGNÉ, t. I, p. 56.

  [613] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 57, édit. 1820.

  [614] BUSSY, _Mém. mss._; dans SÉVIGNÉ, _Lettres_, édit. 1820, t.
  I, p. 58.

  [615] SÉVIGNÉ, _lettre_ en date du 26 juillet 1668, t. I, p. 129.

  [616] BUSSY-RABUTIN, _Mém._, t. II, p. 201.

  [617] BUSSY-RABUTIN, _lettre à madame de Sévigné_ (datée de
  Forléans, le 21 novembre 1666), t. I, p. 109 et 110 de l'édit. de
  Monmerqué.

  [618] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 129, en date du 26 juillet
  1668.

  [619] BUSSY, _lettre_ en date du 29 juillet 1669, t. I, p. 135.

  [620] SÉVIGNÉ, _lettre_ en date du 20 juillet 1668, t. I, p. 131.

  [621] BUSSY, _loc. cit._

  [622] BUSSY, _Mém._, t. III, p. 337.

  [623] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 131-137 (_lettre de madame de
  Sévigné_, en date du 26 juillet, et _de Bussy_, en date du 29).

  [624] BUSSY (_lettre_ du 21 novembre 1666), dans SÉVIGNÉ, t. I,
  p. 109.

  [625] Christophle de Rabutin, seigneur de Sully et de Bourbilly,
  né vers 1500, mort en 1529.

  [626] Guy de Rabutin, né en 1532, le premier qui porta le titre
  de baron de Chantal.

  [627] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 111 (en date du 20 mai 1667).

  [628] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 113 (_lettre de_ BUSSY, en
  date du 23 mai 1667).

  [629] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 121 (le 9 janvier 1668).

  [630] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 126 (en date du 17 juillet
  1668).

  [631] Ibid., p. 127 (en date du 26 juillet 1668).

  [632] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 133 (_lettre_ en date du 29
  juillet 1668).

  [633] Ibid., p. 138 (_lettre_ du 29 juillet 1668).

  [634] SÉVIGNÉ, t. I, p. 143, édit. de Monmerqué (_lettre_ en date
  du 14 août 1668).

  [635] Ibid., p. 144 (_lettre_ en date du 14 août).

  [636] SÉVIGNÉ, _lettre_ en date du 28 août 1668, t. I, p. 145.

  [637] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 146, _lettre_ en date du 28
  août 1669.

  [638] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 149, _lettre de_ BUSSY, en
  date du dernier août 1668.

  [639] SÉVIGNÉ, _Lettres_, t. I, p. 150 (en date du 4 septembre
  1668).


Nous finissons ici cette seconde partie des Mémoires sur madame de
Sévigné. Celles qui suivent resteront peut-être encore longtemps entre
les mains de leur auteur, si nous nous déterminons à les mettre au
jour. Il y a plus de dix ans que nous avons composé et achevé cet
ouvrage. Un motif qui paraîtrait bien léger, mais qui est pour nous
d'un grand poids, nous a engagé à donner nos soins à la publication de
ces deux volumes, lorsque tout concourait à nous écarter d'un tel
travail, et que nous éprouvions une extrême répugnance à soumettre au
jugement du public une production étrangère aux travaux qui nous
occupent exclusivement. Ce qui doit nous servir d'excuse, c'est que
ces deux parties forment un tout distinct, et ont une utilité
spéciale. En effet:

Dans la première partie prenant madame de Sévigné au berceau, nous
l'avons montrée recevant la plus heureuse éducation, sans qu'il en
coûtât aucun sacrifice aux moindres joies de son enfance; puis au sein
des richesses goûtant d'abord tout le bonheur et éprouvant ensuite
toutes les peines de l'état conjugal; veuve, enfin, et encore jeune et
belle, sachant, au milieu de la plus effroyable licence, se conserver
pure, quoique sans cesse assiégée par les plus dangereuses séductions.

Dans la seconde partie on a vu madame de Sévigné, femme aimable et
mère héroïque, se consacrer à l'éducation de ses enfants sans rompre
avec le monde, sans fuir les hommages que ses charmes et les grâces de
son esprit lui attiraient. L'histoire de son siècle, celle des
personnages qui lui furent attachés par les liens du sang ou de
l'amitié, ou que subjugua une plus forte passion; la description des
mœurs et des habitudes des temps qu'elle a traversés, nous ont occupé
autant qu'elle-même; de sorte que ces deux parties forment, nous le
croyons, une introduction complète à ce recueil des lettres que nous
devons aux besoins de son cœur maternel, en proie aux tourments de
l'absence. Lorsque ce recueil parut, on ne le considéra que comme une
œuvre littéraire, que comme une longue et charmante causerie, qui
offrait un parfait modèle du style épistolaire; mais un des hommes les
plus spirituels de cette époque, qui avait vu finir le grand siècle,
écrivait, après en avoir achevé la lecture:

«Je n'ai jamais eu l'imagination aussi frappée: il m'a semblé que d'un
coup de baguette, comme par magie, elle avait fait sortir cet ancien
monde, que nous avons vu si différent de celui-ci, pour le faire
passer en revue devant moi[640].»

Cet ancien monde est encore bien plus différent du nôtre que celui du
milieu du dix-huitième siècle, dont il est fait mention dans la lettre
du duc de Villars-Brancas, que nous venons de citer; mais les vives
peintures que madame de Sévigné en a tracées, obscurcies par le temps,
ont besoin, pour reprendre tout leur éclat, qu'une main réparatrice en
fasse ressortir les curieux détails et les principales figures, et
nous montre combien les tableaux dont ils font partie sont féconds en
instructions historiques.

  [640] Duc de VILLARS-BRANCAS, _Lettre_ dans l'édition de Sévigné
  de M. Monmerqué, 1820, in-8º, t. I, p. XXIV.



NOTES

ET

ÉCLAIRCISSEMENTS.



NOTES

ET

ÉCLAIRCISSEMENTS.



PREMIÈRE PARTIE.

CHAPITRE PREMIER.

    Page 3, ligne 25: Le pain des pauvres.

Il faut remarquer que ce ne fut que longtemps après la mort de madame
de Sévigné que Fremyot de Chantal fut déclarée sainte. Elle fut
d'abord béatifiée par les filles entre les bras desquelles elle
mourut. Cette béatification fut confirmée par le pape en 1751; mais
sainte Chantal ne fut canonisée qu'en 1767, le 16 juillet.

    Page 7, ligne 7: Ce fut le célèbre Cromwell.

Tout ce que nous savons du fameux Cromwell à l'époque du combat de
l'île de Ré semble réfuter la supposition qu'il s'y soit trouvé. Le
nom de Cromwell n'est pas rare en Angleterre; peut-être le guerrier
qui blessa mortellement le baron de Chantal portait-il ce nom, et cela
aura occasionné une méprise. Les Anglais furent ensuite repoussés de
l'île de Ré par Toiras. Cotin a célébré ce succès dans un cantique.
Voyez _Poésies chrétiennes_ de l'abbé Cotin, 1668, in-12, pages 112 à
118.


CHAPITRE II.

    Page 10, ligne 5: Le joli village de Sucy.

Ce nom est écrit _Sussy_ sur la plupart des cartes, et on l'avait
converti en _Sully_ dans plusieurs éditions des lettres de madame de
Sévigné, ce qui a causé beaucoup du méprises de la part des éditeurs.

    Page 10, ligne 7: Emmanuel y était né.

Pour preuve du lieu de naissance de Coulanges, on peut conférer à
l'endroit cité les vers qu'il adresse à un vieux lit de famille
retrouvé à Sucy, et qui commencent ainsi:

    Enfin je vous revois, vieux lit de damas vert;
    Je vous revois, vieux lit si chéri de mes pères,
        Où jadis toutes mes grand'mères,
    Lorsque Dieu leur donnait d'heureux accouchements,
    De leur fécondité recevaient compliments.

Coulanges était né en 1631.

    Page 14, ligne 11-16.

Nous avons plusieurs portraits gravés de madame de Sévigné; un des
moins ressemblants, ou plutôt un des plus certainement faux est celui
qui est dans la meilleure édition de ses lettres, 1re et 2e édit. de
M. Monmerqué, 1818 et 1820, in-8º. Un des meilleurs est celui qui est
dans l'édition de Simart, 1734; il est gravé par Jacques Chereau, et
pour un âge plus avancé que celui qui a été gravé par Edelinck,
d'après un pastel de Nanteuil. Conférez la notice qui est à la fin de
ce volume _sur les différents portraits de madame de Sévigné_.


CHAPITRE IV.

    Page 31, ligne 27: Polie sans affectation.

Huet s'exprime sur madame de Rambouillet exactement comme Fléchier:
_Maxima erat hoc tempore Rambullietanæ domus celebritas, quam
magnopere exornaverat Catharina Vivonnæa, marchione Rambullieto pridem
viduata, primaria femina natalibus, ita animis et moribus vere
Romana_.--Huetii _Commentarius de rebus ad eum pertinentibus_, p. 212.

    Page 35, ligne 14: Durant le temps de leur règne.

Balzac écrivait à Conrart: «Votre mauvaise santé vous permet-elle de
fréquenter souvent le temple des Muses, de l'Honneur et de la Vertu?
(C'est le nom que je donne d'ordinaire à l'hôtel Rambouillet.) La
déesse qui y préside est-elle toujours favorable à vos vœux?» _Lettre
de Balzac à Conrart_, p. 26. Et encore: «Je n'écris pas à madame la
marquise de Rambouillet, mais je ne laisse pas d'être toujours un de
ses dévots, et d'avoir la vénération que les hommes doivent aux choses
divines.» Ibid., p. 215. La Mesnardière, dans son _Hymne sur les plus
belles connaissances de la nature_, Poésies, Paris, 1656, in-folio, p.
89, compare la marquise de Rambouillet aux astres, et il la nomme
l'arbitre du destin; il ne croit pas, après tant de louanges, lui en
donner une plus grande que de lui dire qu'elle a enfanté Julie:

    Sang des héros de France et des dieux d'Italie,
    Et, pour comble d'honneur, la mère de Julie.

Voyez encore à ce sujet la dédicace du troisième acte de la
_traduction du Berger fidèle_, 1665, in-12, et la troisième partie de
ces _Mémoires_, p. 455.


CHAPITRE V.

    Page 38, ligne 3 du texte: Les rideaux de soie bleue.

Sauval a décrit très en détail l'hôtel que madame de Rambouillet fit
construire avec une si parfaite intelligence des distributions
intérieures, avec tant de goût et d'élégance dans l'architecture,
que cet hôtel devint un modèle pour les constructions de même
nature. Sauval mourut en 1670. Son ouvrage n'a été imprimé que
cinquante-quatre ans après, en 1724. L'emphase qu'il met dans
quelques-uns de ses écrits lui attira un sarcasme de Boileau. Voyez
satire VII, t. I, p. 175, édit. de Saint-Surin. Si ce défaut existait
dans ses _Recherches sur Paris_, ses éditeurs l'ont fait disparaître.
L'ouvrage de Sauval a aussi été lu et revu en manuscrit non-seulement
par Colbert, mais aussi par Costar, Pellisson et le père Le Long.

C'est dans la chambre bleue de l'hôtel de Rambouillet que Voiture
demandait, dans sa lettre à mademoiselle de Bourbon, qu'il lui fût
dressé un pavillon de gaze, où il serait servi et traité
magnifiquement par deux demoiselles, en réparation du tort qu'on lui
avait fait.

Dans tout le cours de la description que donne Sauval de l'hôtel de
Rambouillet, il se conforme à l'usage galant et respectueux de son
temps: il n'a désigné madame de Rambouillet que par le nom
d'Arthénice, anagramme de celui de Catherine, qui était le sien.
Segrais, secrétaire de _Mademoiselle_, fille de Gaston d'Orléans,
habitué au Luxembourg, où il logeait, s'étonnait de ne pouvoir
parvenir auprès de madame de Rambouillet que par «une enfilade de
pièces, d'antichambres, de chambres et de cabinets.» Voyez Segrais,
_OEuvres_, 1755, t. I, p. 20.

La position précise de l'hôtel de Rambouillet dans la rue Saint-Thomas
du Louvre n'a été indiquée par aucun des auteurs qui ont écrit sur
Paris. Le plan de Berey dressé en 1654 nous jetterait à cet égard dans
l'erreur, parce qu'il fait par son dessin une confusion de l'hôtel de
Rambouillet et de celui de Chevreuse, et que le nom du premier hôtel
est placé après celui de Chevreuse, et plus près de la rue du Doyenné.
Mais ce plan est bien inférieur à celui de Gomboust, levé et dressé
géométriquement, sous l'inspection de Petit, directeur des
fortifications de Paris. Sur ce plan, l'on trouve que l'hôtel de
Rambouillet touche à l'hôtel de Chevreuse, mais est plus rapproché de
la place du Palais-Royal; cet hôtel touche aux Quinze-Vingts, hospice
qui bordait la place du Palais-Royal. Le Jardin de Rambouillet avait
pour mur mitoyen, sur le derrière, le petit enclos qui formait le
cimetière des Quinze-Vingts. Sur le plan de Paris de Buillet, dressé
en 1676, toute la partie de l'enclos des Quinze-Vingts sur la rue
Saint-Thomas du Louvre est pointillé comme consistant en maisons
jusqu'à l'hôtel de Longueville, le seul hôtel qui y soit marqué.
L'hôtel de Rambouillet, qui alors portait le titre d'hôtel de
Montausier, n'y est point marqué. On n'y trouve nommé que l'hôtel de
Longueville, qui allait de la rue Saint-Thomas du Louvre à la rue
Saint-Nicaise; mais c'est une omission qu'on a réparée dans une
nouvelle édition de ce plan, corrigé par Jaillot en 1707. On trouve
sur ce plan rectifié l'hôtel de Rambouillet parfaitement bien dessiné,
à côté de l'hôtel Longueville, avec l'élévation des bâtiments, la
cour, le parterre. Dans le plan en détail de Lacaille, 1714, in folio
(quartier du Palais-Royal, pl. XI), on lit la description de l'hôtel
de Rambouillet, imprimée derrière la planche. Sur le plan dit de
Turgot, en perspective, et terminé en 1739, on voit cet hôtel dessiné;
mais le jardin semble déjà occupé par d'autres constructions, et ce
plan, comme celui de Lacaille, donne des constructions particulières,
faites sur la rue, et dépendant de l'enclos des Quinze-Vingts.
L'entrée de cet hospice se trouvait rue Saint-Honoré, vis-à-vis la rue
de Richelieu, et les rues de Rohan et de Valois en occupent
actuellement l'emplacement. Le plan de Turgot nous montre rue
Saint-Nicaise, entre cette rue et la rue Matignon, près de l'hôtel de
Créquy et plus près du quai, un assez grand hôtel, nommé l'hôtel de
Crussol. L'éditeur de la dernière édition de Germain Brice, de 1752,
t. I, p. 190, s'est trompé; il dit: «que l'hôtel Montausier, autrefois
l'hôtel de Rambouillet, appartient à présent à Jean-Charles de Crussol
d'Uzès, et qu'il se nomme hôtel d'Uzès.» Il est certain que l'hôtel de
Rambouillet porte le nom d'hôtel d'Uzès sur le plan de Buillet, revu
par Jaillot en 1707; sur celui de Regnard, revu par Jaillot en 1717,
et sur un plan mauvais de de Fer, de 1692. En 1739, les ducs d'Uzès
ont dû demeurer à l'hôtel Crussol. Depuis, ils ont encore changé de
demeure, et ont fait construire, sur les dessins de Le Doux, ce
magnifique hôtel rue Montmartre, où on avait placé l'administration
des douanes.

Il y a eu à Paris au moins trois hôtels ou habitations dites de
Rambouillet; ce qui a causé des confusions et des erreurs dont les
historiens les plus exacts et les plus savants de la ville de Paris
n'ont pas toujours su se garantir. On compte d'abord sous ce nom: 1º
l'hôtel de Rambouillet qu'a occupé le marquis de Rambouillet et ses
ancêtres, qui fut acheté en 1602 par le duc de Mercœur, pour agrandir
le sien. C'est en partie sur l'emplacement de cet hôtel qu'a été
construit le palais Cardinal, nommé depuis Palais-Royal; 2º le marquis
de Rambouillet a occupé depuis l'hôtel de Pisani ou de son beau-père,
qui ainsi que nous l'avons expliqué ailleurs, devint le fameux hôtel
de Rambouillet; 3º Enfin, il y avait la maison des quatre pavillons,
avec le vaste endos de Reuilly, dans le hameau de ce nom, englobé
depuis dans le faubourg Saint-Antoine, qui, à cause du financier
Rambouillet de la Sablière, fut quelquefois nommé aussi hôtel
Rambouillet. Jaillot, trompé par un vice de rédaction qui se trouve
dans cet endroit de l'ouvrage de Sauval, a confondu les deux premiers
hôtels; d'autres auteurs ont confondu les deux derniers, et le marquis
avec le financier. Dans la _Description nouvelle de la ville de Paris,
par M. B***_ (Germain Brice), imprimée en 1685, l'hôtel de Rambouillet
porte le nom d'hôtel de Montausier, parce qu'après la mort de la
marquise de Rambouillet il appartenait au duc de Montausier, qui avait
épousé Julie d'Angennes, unique héritière des biens de la maison de
Rambouillet, ses deux frères étant morts, ainsi que sa sœur madame de
Grignan, et les deux sœurs qui lui restaient s'étant faites
religieuses.

L'ouvrage de Colletet, intitulé _Ville de Paris_, que j'ai cité,
quoique portant sur le frontispice de mon exemplaire la date de 1689,
doit être de l'année 1671, puisque le privilége est du mois de juillet
1671; et même il ne paraît être qu'un livre plus ancien, antérieur à
1665, plusieurs fois réimprimé. Ce qui semble prouver qu'on a
seulement changé le titre, c'est que l'auteur, p. 108, s'exprime
ainsi: «L'hostel de Rambouillet, rue Saint-Thomas du Louvre, où loge
aussi Mgr le duc de Montausier, mon illustre maître et Mécène.» Ceci
paraît écrit antérieurement à la mort de madame de Rambouillet,
lorsque son gendre et sa fille demeurèrent avec elle. Quoi qu'il en
soit, immédiatement après cet article, François Colletet ajoute:
«Autre hôtel de Rambouillet, au bout du faubourg Saint-Antoine, qui
est la maison des quatre pavillons.»

Selon Sauval, l'hôtel de Montausier ou de Rambouillet, avant de porter
le nom de Pisani, avait porté les noms d'O et de Noirmoutier. Outre
les erreurs commises par ceux qui ont étudié l'ancienne topographie de
Paris, il y a celles de ceux qui ne la connaissent pas du tout, dont
je ne parlerai pas. Je remarquerai seulement que M. Taschereau,
écrivain consciencieux et exact, dans sa _Vie de Molière_ (p. 350),
introduit encore un nouveau sujet de confusion dont personne ne
s'était avisé, en affirmant que le célèbre hôtel de Rambouillet était
situé rue des Fossés-Montmartre, sur l'emplacement des maisons 1 et 3;
et il cite pour garant la _Gazette des Tribunaux_, du 27 mai 1827.
C'est assurément là une des erreurs les plus fortes et les plus
manifestes que l'on ait commises sur cette matière. J'ignore ce qui
l'a causée, n'ayant point la _Gazette_ que l'on cite; mais je
remarquerai qu'il a peut-être encore existé à Paris un quatrième hôtel
de Rambouillet, indépendamment des trois que j'ai mentionnés; car
Rambouillet de la Sablière et sa femme n'ont jamais habité la maison
des quatre pavillons, qui était pour Rambouillet le père une maison de
plaisance, et non de ville. Il se pourrait donc que la maison dont a
parlé la _Gazette des Tribunaux_ eût pris le nom d'hôtel de
Rambouillet d'après Rambouillet de la Sablière, surtout dans les
derniers temps du siècle de Louis XIV, et lorsque le fameux hôtel de
Rambouillet avait pris le nom d'hôtel de Montausier. Alors ce nom de
Rambouillet ne se trouva plus attaché dans Paris et dans ses faubourgs
qu'à des propriétés appartenant à la famille du financier Rambouillet,
qui n'avait rien de commun avec celle des d'Angennes ou du marquis de
Rambouillet. L'emplacement de l'hôtel où demeurait madame de la
Sablière serait d'autant plus intéressant à découvrir que La Fontaine
y a passé vingt ans de sa vie.

On lit dans les _Mémoires_ de Retz, de Motteville, de la Rochefoucauld
et autres, que le prince de Condé, retiré à Saint-Maur, et le duc
d'Orléans, qui se trouvait à Paris, se rendirent à Rambouillet pour
conférer ensemble. Comme ce nom de Rambouillet sans autre explication
doit s'entendre de la ville qui est à treize lieues de Paris, on
cherche le motif qui a pu engager ces princes à se transporter si
loin. Mais les _Mémoires_ de Talon nous expliquent que ce Rambouillet
était «la maison du jardin de Rambouillet, qui est dans Reuilly, hors
de la porte Saint-Antoine.» Ce lieu se trouvait effectivement entre
Saint-Maur et le palais du Luxembourg. (Talon, _Mém._, collection de
Petitot, t. LXII, p. 227 et 235.) Dans le portefeuille XXV de la
collection intitulée _l'Histoire de France par estampes_, Bibliothèque
du Roi, il y a un plan du combat du faubourg Saint-Antoine, entre
Condé et Turenne, le 2 juillet 1652, où l'on voit ce qu'était ce
faubourg de Paris à cette époque; on y trouve Reuilly et le clos de
Rambouillet, avec le plan du jardin. La gravure de ce plan est
moderne; mais il a été probablement copié sur un plan ancien, dressé
pour les campagnes de Condé ou de Turenne. Dans l'édition de Germain
Brice que nous avons citée, il est dit qu'assez proche de l'hôtel
d'Uzès on a établi depuis fort peu de temps une nouvelle manufacture
de fer fondu, dont on fait des ouvrages de serrurerie d'une beauté qui
n'avait point encore paru dans ce genre, sous la conduite de M. de
Réaumur, de l'Académie des Sciences. Piganiol de la Force,
_Description historique de Paris_, 1765, t. II, p. 350, dit aussi que
l'hôtel de Rambouillet prit le nom d'hôtel Montausier, qu'il a porté
jusqu'à la mort du duc de Montausier, arrivée en 1690, et qu'après il
fut appelé hôtel d'Uzès, parce que Marie-Julie de Saint-Maur épousa
Emmanuel de Crussol, duc d'Uzès. Piganiol dit encore, p. 348,
qu'en sortant du Palais-Royal, et en entrant dans la rue des
Filles-Saint-Thomas, on voit l'hôtel d'Uzès. Mais Saint-Foix, dans ses
_Essais historiques sur Paris_, t. I, p. 325, dit, en parlant de la
rue Saint-Thomas du Louvre: «Vers le milieu de cette rue, cette maison
bâtie de pierres et de briques, qui appartient aujourd'hui à M.
Artaud, était, il y a cent ans, l'hôtel de Rambouillet, tant célébré
par mademoiselle de Scudéry et les autres beaux esprits de ce
temps-là.»

N'oublions pas de rappeler que l'hôtel de Rambouillet porte le nom
d'hôtel d'Uzès sur le beau plan de Paris de Buillet, architecte du roi
et de la ville, en 12 feuilles, augmenté par Jaillot en 1707, et
pareillement sur un autre plan de Bernard Jaillot, en 4 feuilles,
dédié à Bignon, prévôt des marchands. Cependant, en 1714, Lacaille,
dans sa description du plan du quartier du Palais-Royal, ne lui donne
pas d'autre nom que celui d'hôtel de Rambouillet; ce qui prouve que
les noms d'hôtel de Montausier, d'hôtel d'Uzès, qui avaient succédé,
n'avaient pas fait dans l'usage disparaître l'ancien nom. Je
remarquerai aussi qu'autrefois le côté occidental de la rue
Saint-Thomas du Louvre s'avançait jusqu'à l'alignement de la rue
Saint-Honoré, et resserrait, avec le côté oriental de la rue
Froidmanteau, qui a gardé son prolongement, la place qui est devant le
Palais-Royal: cela est encore ainsi dans le grand plan de 1739.
L'hôtel Rambouillet, situé au no 15, où était l'hôtel de Belgique
lorsque j'écrivis cette note il y a douze ans, occupait donc à peu
près le milieu de la rue, comme le disent les descriptions, tandis que
son emplacement actuel se trouve au commencement, parce qu'on a abattu
les maisons qui de ce côté prolongeaient la rue jusqu'à l'alignement
transversal de la rue Saint-Honoré. Le plan manuscrit qui fut fait
pour l'agrandissement de la place du Palais-Royal, en 1719, par le
régent, et qui contient toute la rue Saint-Thomas du Louvre, existe à
la Bibliothèque du Roi, portefeuille III des _Détails topographiques
sur Paris_. On y voit qu'entre le bout de la rue Saint-Thomas du
Louvre, du côté de la rue Saint-Honoré et de l'hôtel de Montausier, il
y avait six maisons, et que cet hôtel resserrait plus l'hôtel de
Longueville de ce côté que du côté de la rue Saint-Nicaise, et faisait
un angle droit enfoncé avec le terrain de l'hôtel de Longueville, qui
était sur cette rue. Les plans anciens prouvent que l'hôtel de
Longueville n'avait pas une aussi longue façade sur la rue
Saint-Thomas du Louvre, et que dans les agrandissements qu'il a subis
de ce côté il a englobé une partie de l'hôtel de Rambouillet.

Il existe un plan gravé _de la paroisse royale de Saint-Germain
l'Auxerrois, fait par les soins du curé de ladite paroisse, en 1698_;
l'hôtel d'Uzès et l'hôtel de Longueville s'y trouvent dessinés, mais
leur cour intérieure et leur principale entrée sont tracées de sorte
que ces deux hôtels semblent séparés par des maisons, quoique
primitivement ils se touchassent. Il y a un autre plan de la même
paroisse, plus beau et mieux gravé, intitulé _Plan de la paroisse de
Saint-Germain l'Auxerrois divisé en neuf quartiers_, fait par
l'ordre de M. Labrue, curé de ladite paroisse, en octobre 1730,
levé géométriquement par M. Faure. Dans toute la rue des
Filles-Saint-Thomas, on ne voit sur ce plan, qui est très-grand, qu'un
seul hôtel: c'est celui de Longueville. Mais, comme sur le plan de
Turgot, on voit l'hôtel Crussol, dans la rue Saint-Nicaise et sur le
Carrousel, attenant à l'hôtel de Longueville, du côté du quai. Comme
l'hôtel de Montausier est encore entier sur le plan manuscrit de 1719,
c'est entre cette année et 1739 qu'est l'époque où l'hôtel de
Rambouillet a disparu, et fut converti en maisons particulières; et
que les Crussol, ducs d'Uzès, ont été occuper leur nouvel hôtel, rue
Saint-Nicaise. C'est donc en copiant les anciennes éditions que les
éditeurs de Germain Brice, en 1752, ont encore placé l'hôtel d'Uzès
rue Saint-Thomas du Louvre: il n'y était plus. Il y a un plan gravé,
de Lenoir, des bâtiments construits sur les terrains des
Quinze-Vingts, qui éclaircit les changements faits dans ce quartier.
Il existe aussi des vues de l'hôtel de Longueville, gravées par Jean
Marot, qui nous le montrent tel qu'il était primitivement; mais je
n'en connais pas de l'hôtel de Rambouillet.

    Page 38, ligne 13 et 14: A travers les colonnes dorées de cette
      alcôve.

Je ne trouve le mot _alcôve_ dans aucun de nos dictionnaires
antérieurs à celui de Richelet, en 1680. Il n'est point dans le
_Thresor de la Langue Françoise_, par Jean Nicot (sic), 1606,
in-folio, ni dans le _Grand Dictionnaire François-Latin, recueilli de
plusieurs hommes doctes, entre autres de M. Nicod_ (sic), 1625, in-4º;
il n'est point dans le _Dictionnaire François et Anglois de Cotgrave_,
en 1632. La Fontaine, dans son roman de _Psyché_, en 1669, fait
mention des alcôves comme d'une nouveauté, et pour le mot et pour la
chose. (Voyez _OEuvres de La Fontaine_, édition 1827, in-8º, t. V, p.
57.) Furetière avait employé le mot _alcôve_ avant La Fontaine, dans
son _Roman comique_, qui parut en 1666. Dans la nouvelle de _l'Amour
égaré_ on lit: «Elle avait certains jours destinés à recevoir le monde
dans son alcôve.» (_Roman comique_, édit. 1724, Amsterdam, in-12, p.
208.) _Le Lutrin_, qui fut publié en 1674, contient, comme tout le
monde sait, un vers où se trouve le mot _alcôve_, ch. I, vers 57. Ce
sont là, selon ce que j'ai pu découvrir, les premiers auteurs où ce
mot se voit employé; mais une preuve qu'il était nouveau, c'est qu'on
ne savait de quel genre il devait être. Scarron, madame de Villedieu,
un puriste nommé Milon, souvent cité comme autorité par les auteurs de
ce temps, tenaient pour le masculin; d'Ablancourt, Boileau, Ménage, le
voulaient féminin. Richelet en 1680, et l'Académie en 1694, dans leurs
dictionnaires, ne se décidèrent pour aucun de ces deux genres, et
laissèrent la chose indécise (voyez Alamand, _Nouvelles Observations_,
ou _guerre civile des François sur la Langue_, 1688, in-12, p. 89 ).
L'usage a fait prévaloir le féminin. Félibien des Avaux, dans le livre
intitulé _Plans et description des deux plus belles maisons de Pline
le consul_, ne traduit jamais le _cubiculum dormitorium_, ou le
_zoteca_, par alcôve, quoique ce fût le mot propre. M. Mazois, au
contraire, n'a pas hésité à rendre ces mots par celui d'alcôve; il a
raison. (Voyez _Palais de Scaurus_, deuxième édition, 1622, in-8º, p.
96.) Le mot français _alcôve_ vient de l'espagnol _alcoba_, qui
signifie une chambre à coucher; et le mot espagnol vient du mot arabe
_al-cobba_, qui signifie un dôme, une voûte.

Ces alcôves étaient très-vastes, et formaient une petite chambre
renfermée dans une plus grande. Le lit était placé au milieu, sur une
estrade, souvent entouré d'un balustre, et laissant de chaque côté une
vaste ruelle. Aussi la conclusion de la requête de Ribercour, dans le
_Procès des Précieuses_, de Somaize, est que, pour leur châtiment,

      Le lit desdites femelles
    Soit les deux côtés sans ruelles,
    Et qu'il soit mesmement placé
    Sans être du tout exaucé.

Cette conclusion hostile y est répétée trois fois.

On lit dans le _Jeu poétique_, à M. des Yvetaux, du père Le Moine:

    On n'y voit point le sang des races dévorées,
    En estrades d'ivoire, en alcôves dorées.

(_Recueil des plus belles Pièces des Poëtes françois_, 1692, in-12, t.
III, p. 337.)

Cet exhaussement des lits était fort ancien; et Sauval, t. II, p. 280,
remarquant que dès le règne de Charles V les lits étaient placés sur
une estrade, ajoute: «Par là il se voit que sous Charles V les
alcôves, dont les dames «de notre siècle s'attribuent l'invention,
étaient en usage.» Non; car l'estrade seule ne constitue pas l'alcôve.
Ainsi ce passage de Sauval, au lieu de contredire l'assertion de
Tallemant, la confirme, puisqu'il nous apprend que l'usage des alcôves
était récent, et qu'on en attribuait l'invention aux femmes. Scarron,
dans ses œuvres, parle plusieurs fois des alcôves: «Il y avait des
meubles, des alcôves, des estrades, et une provision de bonne
senteur.» (_Le Chastiment de l'Avarice_, dans les _Dernières OEuvres_
de Scarron; 1700, in-12, p. 112.)

    Les tapis chinois sont foulés
    Dans leurs alcôves bien meublés.

(Scarron, _la Baronéide_, dans les _Dernières OEuvres_, 1700, in-12,
p. 175.)

L'usage des femmes de réunir le matin la société dans leurs alcôves
fit que le mot _ruelle_ s'employa pour celui de _réduit_, puis pour
ceux d'_assemblée_, de _cercle_, d'_académie_. Cependant ces mots
n'étaient pas tout à fait synonymes.

Boileau a dit:

    Ne vous enivrez pas des éloges flatteurs
    Qu'un amas quelquefois de vains admirateurs
    Vous donne en ces _réduits_, prompts à crier merveille.

Et ailleurs:

    Que de son nom, chanté par la bouche des belles,
    Benserade en tous lieux amuse les _ruelles_.

Furetière, dans son _Roman bourgeois_, nous fournit les passages
suivants, qui prouvent ce que nous avançons: «La qualité la plus
nécessaire à un poëte pour se mettre en réputation, c'est de hanter la
cour ou d'y avoir été nourri; car un poëte bourgeois, ou vivant
bourgeoisement, y est peu considéré. Je voudrais qu'il eût accès dans
toutes les _ruelles_, _réduits_ et _académies illustres_.» (T. I, p.
162.) Tout ce passage est contre Benserade; et en général ce roman de
Furetière est plein d'allusions à des personnages du temps, mais qui
ne sont pas comprises, faute d'un commentaire, dont cet ouvrage ne
serait pas indigne. Voici encore les autres passages qui prouvent que
Furetière faisait une distinction entre les mots _réduits_ et
_ruelles_, liv. I; p. 147: «On permit aussi à Javotte de voir le beau
monde, de faire des visites dans les beaux _réduits_, et de se mêler
en des compagnies d'_illustres_ et de _précieuses_.» Page 166:
«J'avoue bien, Pancrace, que ceux qui sont déjà en réputation, et dont
les ouvrages ont été loués dans les _ruelles_ et par la cabale, l'ont
pu conserver dans leurs recueils.» Page 171: «Car, comme dans les
académies de jeu on pipe souvent avec de faux dés et de fausses
cartes; de même, dans les _réduits académiques_, on pipe souvent
l'impromptu.» Et, page 150: «Il s'amassait tous les jours bonne
compagnie chez Angélique. Quelques fois on y traitait des questions
curieuses; d'autres fois on y tenait des conversations galantes, et on
tâchait d'imiter tout ce qui se pratique dans les _belles ruelles_ par
les précieuses du premier ordre.» Ainsi, le mot _réduit_ s'employait
de préférence pour les assemblées qui se tenaient dans d'autres
chambres que celles où étaient des alcôves, et chez des hommes;
quoique cependant Somaize mette parmi ceux qui tenaient _ruelles_
Ménage et l'abbé Testu.

Somaize désigne comme les principaux introducteurs des ruelles de son
temps l'abbé Bellebat et l'abbé du Buisson (voyez page 311). Dans la
comédie intitulée _les Véritables Précieuses_, on lit ce dialogue,
page 32:

    LE BARON.

Avez-vous grande foule d'alcovistes chez vous? Qui préside? Qui est de
quartier?

    ISABELLE.

Nous en avons plusieurs de la vieille roche.

Dans le _Grand Dictionnaire des Précieuses, ou la clef des ruelles_,
1660 (ouvrage de Somaize différent de celui qui est intitulé aussi
_Grand Dictionnaire des Précieuses, historique, critique_, 1661, 2
vol. in-12), p. 79, on lit que ces mots, _qui préside? qui est de
quartier chez vous?_ sont synonymes de _Qui est-ce qui vient souvent
vous voir?_

Cet usage de recevoir dans les alcôves en produisit un autre, qui
subsista longtemps: ce fut celui qu'avaient les jeunes mariées de
recevoir, assises sur leur lit, en grande parure, les visites qui leur
étaient faites le lendemain de leurs noces.

Saint-Simon (_Mémoires complets et authentiques_, t. I, p. 277),
parlant de son mariage, dit:

«Nous couchâmes dans le grand appartement de l'hôtel de Lorges. Le
lendemain, M. d'Anneuil, qui logeait vis-à-vis, nous donna un grand
dîner, après lequel la mariée reçut sur son lit toute la France à
l'hôtel de Lorges, où les devoirs de la vie civile et la curiosité
attirèrent la foule....» «Le lendemain elle reçut toute la cour sur
son lit, dans l'appartement de la duchesse d'Arpajon, comme plus
commode, parce qu'il était de plain pied.» (Page 278.)

En parlant de sa belle-sœur, Saint-Simon dit: «Mademoiselle de
Quentin ne tarda pas à avoir son tour. M. de Lausun la vit sur le lit
de sa sœur, avec plusieurs autres filles à marier.» Quand de Lausun
est marié avec mademoiselle de Quentin, il dit, en parlant du duc de
Lausun: «Le lendemain, il fit trophée de ses prouesses. Sa femme vit
le monde sur son lit.» (Page 280.) Puis, pour le jour d'après, il
ajoute: «Elle vit toute la cour sur son lit, et tout s'y passa comme à
mon mariage.»

Le même Saint-Simon (t. II, p. 125 et 126), en parlant du mariage de
mademoiselle d'Aubigné, nièce de madame de Maintenon, avec le comte
d'Ayen, dit: «La déclaration s'en fit le mardi 11 mars. Le lendemain
madame de Maintenon se mit sur son lit, au sortir de table, et les
portes furent ouvertes aux compliments de toute la cour.» Ceci se
passait avant la messe de mariage; après cette messe, Saint-Simon
ajoute encore: «L'après-dînée, madame de Maintenon, sur son lit, et la
comtesse d'Ayen sur un autre, dans une autre pièce joignante, reçurent
encore toute la cour.»

C'est sur cet usage que La Bruyère s'exprime en ces termes:

«Le bel et judicieux usage que celui qui, préférant une sorte
d'effronterie aux bienséances et à la pudeur, expose une femme d'une
seule nuit, sur un lit, comme sur un théâtre, pour y faire pendant
quelques jours un ridicule personnage, et la livre en cet état à la
curiosité de l'un ou de l'autre sexe, qui, connus ou inconnus,
accourent de toute une ville à ce spectacle pendant qu'il dure! Que
manque-t-il à une telle coutume pour être entièrement bizarre et
incompréhensible, que d'être lue dans quelque relation de la
Mingrélie?»

    (La Bruyère, _Caractères_, ch. VII, _De la Ville_.)

Cet usage continua dans le dix-huitième siècle. Au sujet du mariage du
duc de Berri, en 1710, on lit dans Saint-Simon:

«Au sortir de table, le roi alla dans l'aile neuve, à l'appartement
des mariés. Toute la cour, hommes et femmes, l'attendait, en haie dans
la galerie, et l'y suivit avec tout ce qui avait été du souper. Le
cardinal Janson fit la bénédiction du lit. Le coucher ne fut pas
long. Le roi donna la chemise à M. le duc de Berri.»

Le même Saint-Simon, en racontant le mariage du fils de Tallard avec
une fille du prince de Rohan, qui eut lieu chez la duchesse de
Ventadour, en 1713, dit, t. X, p. 455: «Le lendemain la mariée reçut
sur le lit la duchesse de Ventadour, les visites de toute la cour, et
celles que les duchesses ont accoutumé de recevoir des personnes
royales.» Voy. la note, p. 697, de notre édition de La Bruyère.

    Page 38, ligne 4: N'y laissait pénétrer qu'un demi-jour azuré.

Dans la pièce de Somaize, Roguespine, un des personnages, dit (_Procès
des Précieuses_, p. 47):

    Je considérais fort la chambre
    Dans laquelle à loisir je vis
    Des précieuses de Paris
    Une longue et nombreuse bande.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Cette chambre était assez sombre;
    Le grand jour n'y pouvait entrer,
    A cause qu'elles font tirer,
    Pour l'empêcher de trop paraître,
    Des rideaux devant la fenêtre;
    Sachant que la grande clarté
    Efface un peu la beauté.
    J'y remarque de plus ensuite,
    Quoique la chambre fût petite,
    Un paravent qui s'étendait
    Jusque près de la cheminée.

    Page 39, ligne 5: C'était mademoiselle Paulet.

Mademoiselle Paulet était la fille d'un Languedocien, Charles Paulet,
secrétaire du roi, qui inventa le fameux impôt de _la paulette_. Si
l'on en croit Tallemant des Réaux, mademoiselle Paulet fut galante
dans sa jeunesse; mais l'amitié de madame de Clermont d'Entragues,
femme d'une grande vertu, la remit en crédit. «Madame de Rambouillet,
dit-il, la reçut pour son amie; et la grande vertu de cette dame
purifia pour ainsi dire mademoiselle Paulet qui depuis fut chérie et
estimée de tout le monde.» (Tallemant, _Historiettes_, p. 200.)
Mademoiselle Paulet avait une très-belle voix. Lorsqu'elle vint pour
la première fois à Rambouillet, madame de Rambouillet la fit recevoir
à l'entrée du bourg par les plus jolies filles du lieu, couronnées de
fleurs; une d'entre elles lui présenta les clefs du château, et on
tira deux petites pièces d'artillerie. Mademoiselle Paulet mourut en
1651, chez madame de Clermont en Gascogne.

    Page 40, ligne 2: Madame Duplessis.

La maison de madame Duplessis-Guénégaud était le rendez-vous de ce
qu'il y avait de plus distingué à la cour et à la ville. Ce fut elle
qui depuis contribua à former la société de Fouquet, et qui lui
indiqua les gens de lettres et les hommes de mérite qu'il devait
protéger.

    Page 40, ligne 9: de la fameuse guirlande.

Dans le _Hueliana_, page 105, le don de cette guirlande est rapporté à
l'année 1633 ou 1634, au lieu de 1640, qui est sa véritable date. Ce
beau manuscrit a été vendu 14,510 fr. à la vente de La Vallière.

    Page 40, ligne 15: Moitié assis, moitié couchés sur leurs manteaux.

Roguespine, dans la pièce de Somaize, continuant sa description, dit:

    Pour ne pas perdre le moment
    Que j'avais de lorgner ces belles
    Dedans l'une de leurs ruelles.
    Seize environ elles étaient;
    De plus, toutes elles avaient,
    Au moins il ne s'en fallait guère,
    Assis sur leurs manteaux par terre,
    Paraissant fort humiliés,
    Un homme chacune à leurs pieds;
    Sans ceux qui, très-fort à leur aise,
    Étaient assis dans une chaise,
    Et faisaient peu les courtisans.

Dans _la Comtesse d'Escarbagnas_, un homme ridicule qui cherche à
singer les airs du grand monde s'assoit au pied de la comtesse pour
écouter la comédie.--Dans le récit d'un bal de province, le comte de
Bussy, en parlant du comte de Souvré, dit: «Il était au premier rang
de ceux qui étaient assis sur leurs manteaux.»

    Page 40, ligne 20.

Somaize parle dans son Dictionnaire de madame du Vigean, sous le nom
de Valérie, page 36 de la clef; et t. II, page 195 du Dictionnaire, il
lui donne le nom de mademoiselle.--Voiture et l'annotateur des
chansons manuscrites lui donnent le titre de madame, et ce dernier
nous apprend qu'elle était sœur de la duchesse de Richelieu.

    Page 41, ligne 8: Toutes les dames tenaient une petite badine.
      Roguespine dans Somaize, continuant sa narration, dit:

    La plupart encore d'entre elles,
    Soit des laides, ou soit des belles,
    Tenaient avec un air badin
    Chacune une canne à la main,
    La faisant brandiller sans cesse.

    Page 41, lignes 13: Les blancs et gros panaches de leurs petits
      chapeaux.

Roguespine dit encore:

    Ils avaient, selon leurs coutumes,
    Des chapeaux tout chargés de plumes.

L'auteur du _Récit de la Farce des Précieuses_; Anvers (1660, p. 19),
dans le récit du costume de Mascarille, fait mention de son chapeau,
si petit «qu'il était aisé de juger que le marquis le portait bien
plus souvent dans la main que sur la tête.» Ce récit est de
mademoiselle Desjardin; il a été composé après la première
représentation des _Précieuses_, et avant que la pièce ne fût
imprimée. Il est en forme de lettre adressée à une dame dont le nom,
omis comme celui de l'auteur, était madame de Morangis. J'ai puisé ces
détails dans les manuscrits de Conrart qui sont à la bibliothèque de
l'Arsenal, no 902; on y trouve une copie du _Récit_, t. IX, p. 1017.

    Page 41, ligne 20: Chapelain.

Le cardinal de Retz dit que Chapelain avait de l'esprit; et Retz
était bon juge en cette matière. (Voyez _Collection des Mémoires_ de
Petitot, t. XLIV, p. 158.)

    Page 41, ligne 22: L'abbé Bossuet, le petit abbé Godeau.

L'abbé Godeau était parent de Conrart, et ce fut lui qui le produisit
à l'hôtel de Rambouillet.--Bossuet, né en 1627, n'avait que dix-sept
ans en 1644; mais on sait qu'il fut très-précoce, et l'on connaît le
mot de Voiture sur un sermon récité par lui à l'âge de seize ans à
l'hôtel de Rambouillet.

    Page 42, ligne 18: Voiture demeure dans cette rue.

Voiture mourut rue Saint-Thomas du Louvre, le 27 mai 1648.

    Page 44, ligne 18: Afin de ne pas froisser ses canons.

A l'époque du mariage de madame de Sévigné, on portait de grands
canons; on les portait moins longs lorsque Molière s'en moquait dans
_les Précieuses ridicules_, en 1659; puis huit ans après, lorsque _le
Misanthrope_ fut représenté en 1667, les grands canons redevinrent à
la mode.

Molière a dit dans _l'École des Maris_, acte I, scène 1:

    Et de ces grands canons où, comme en des entraves,
    On met tous les matins ses deux jambes esclaves,
    Et par qui nous voyons ces messieurs les galants
    Marcher écarquillés ainsi que des volants.

La pièce de Molière fut donnée en 1661. L'auteur des _Lois de la
Galanterie_, que l'on trouve dans le _Recueil des pièces choisies en
prose_, publié en 1658, s'exprime exactement de la même manière: «Si
quelques-uns disaient encore autrefois qu'ils se formalisaient de ce
rond de botte fait comme le chapiteau d'une torche, dont l'on avait
tant de peine à conserver la circonférence, qu'il fallait marcher en
écarquillant les jambes, comme si l'on eût quelque mal caché; et si
depuis, ayant quitté l'usage des bottes, et porté de simples canons de
la grandeur d'un vertugadin, on en a fait de pareilles plaintes,
c'était ne pas considérer que ces gens qui observent ces modes vont à
pied le moins qu'ils peuvent. D'ailleurs, quoiqu'il n'y ait guère que
cela ait été critiqué, la mode est déjà changée. Les genouillières
rondes et étalées n'ont été que pour les grosses bottes, les bottes
mignonnes ayant été ravalées depuis jusqu'aux éperons, et n'ayant eu
qu'un bec rehaussé devant et derrière. Quant aux canons de linge qu'on
étalait au-dessus, nous les approuvions bien dans leur simplicité,
quand ils étaient fort larges et de toile de batiste bien empesée,
quoique l'on ait dit que cela ressemblait à une lanterne de papier, et
qu'une lingère du Palais s'en servit un soir, mettant sa chandelle au
milieu, pour la garder contre le vent. Afin de les orner davantage,
nous voulions dès lors que d'ordinaire il y eût double et triple rang
de toile, soit de batiste, soit de Hollande; et d'ailleurs cela était
encore mieux s'il s'y pouvait avoir deux ou trois rangs de point de
Gênes. Ce qui accompagnait le jabot devait être de même parure (p. 66
et 67).... Depuis que, l'usage des bottes étant aboli, si ce n'est
pour aller à la guerre ou se promener aux champs, les grands canons
ont été en crédit, soit de toile simple, ou ornés de belles dentelles;
à quoi il fallut que les vrais galants se soient accoutumés, parce que
c'était un équipage magnifique, et que d'ailleurs cela servait
grandement à cacher la défectuosité de quelques jambes cagneuses ou
trop menues. Mais s'il arrive que maintenant la mode de ces canons se
passe, il faut que chacun porte des bas de soie..... L'on a aussi
porté des canons d'étoffe au lieu de ceux de toile.....»

Scarron, continuant le portrait dont nous avons cité le commencement,
dit:

    Il avait deux canons, ou plutôt deux rotondes,
    Dont le tour surpassait celui des tables rondes;
    Il chantait en entrant je ne sais quel vieux air,
    S'appuyait d'une canne, et marchait du bel air.
    Après avoir fourni sa vaste révérence,
    Se balançant le corps avecque violence,
    Il me dit..... etc.

Dans la description que fait Loret de son noble de province, il dit,
livre VII, p. 87, _lettre 22_, du 3 juin:

      Il portait en son haut de chausse
      Des galons jusqu'à seize cent.
      . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Ce _nobilis_ voyait avec ravissement
      Ses rubans de couleur exquise,
      Et ses canons d'étoffe grise,
      Qui de rondeur, chacun à part,
      Avaient deux aunes et mi-quart.
      . . . . . . . . . . . . . . . . .
      De petits enfants à jaquette
      Qui jouaient à cligne-musette:
      Deux d'entre eux s'allèrent cacher
      (Pour se faire longtemps chercher)
      Sous les canons du gentil-homme.
      . . . . . . . . . . . . . . . . . .
      Ils étaient spacieux assez
    Qu'on ne leur voyait pieds ni tête, etc.
      . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
      Ma muse et moi nous maintenons
      Que ces démesurés canons
      Sont une extravagante mode,
      Laide, embarrassante, incommode:
      Cependant messieurs les coquets
      Disent qu'outre leurs doux caquets,
      Cet attirail est nécessaire
      Pour ravir, pour charmer, pour plaire;
      Que l'honneur, l'esprit, la vertu,
      Sont estimés moins qu'un fétu
      Dans l'empire des amourettes;
      Et que pour dompter des coquettes,
      Des Suzons, Fanchons et Nanons,
      On ne le peut pas sans canons.

    Page 48, ligne 6: LA SÉPARATION.

Ce rondeau ne se trouve pas dans la première édition de Voiture, 1650,
in-4º. C'est dans cette première édition qu'est le seul bon portrait
de Voiture; il est gravé par Nanteuil, d'après Philippe de Champagne.
Il y a eu une seconde édition de la même année, in-4º, corrigée et
augmentée. Celle que je cite, in-12, est la meilleure, et le rondeau
s'y trouve.

    Page 49, ligne 12: Parce qu'il est votre grand madrigalier.

Conrart avait surnommé La Sablière le grand madrigalier français. Voy.
Ancillon, _Vie des Personnages célèbres_.

    Page 50, ligne 1: De toutes les façons, etc.

Dans les éditions de Montreuil, cette pièce y est intitulée _Pour
madame de Sévigny jouant à colin-maillard_ (on écrivait alors Sevigny
au lieu de Sévigné; Scarron et Bussy-Rabutin n'écrivent pas
autrement). Dans le recueil de Sercy, où cette pièce avait paru
d'abord, le nom de madame de Sévigné ne se trouve pas. Les œuvres de
Montreuil contiennent en outre deux lettres adressées par lui à madame
de Sévigné, pag. 5, 107 de l'édit. 1666, et 4 et 72 de l'édit. de
1671. Il faut que les éditeurs de madame de Sévigné n'aient point
connu ces lettres, puisqu'ils ne les ont pas, selon leur plan,
réimprimées avec les siennes. La seconde édition du recueil de
Montreuil ne paraît être qu'une réimpression de la première: elle est
seulement moins belle. La meilleure pièce de Montreuil n'est point
dans ce recueil: c'est son épître à Martin Pinchesne, qu'il a imprimée
dans les œuvres de ce dernier après la mort de l'auteur. On a souvent
confondu Mathieu Montreuil avec Jean Montreuil, son frère aîné, qui
fut un des plus jolis hommes de France. (Retz, _Mém._, t. XLV, p. 181
et 191.) Ce dernier fut très-utile à la cause des princes, par son
esprit et son adresse; il fut reçu de l'Académie Française, et mourut
à trente-sept ans. Petitot, ou l'ancien éditeur des Mémoires de Joly,
_Collection des Mémoires_, t. XLVII, p. 107, confond, dans une de ses
notes, Mathieu avec Jean. (Voy. Pellisson, _Hist. de l'Académie
Française_, 1729, in-4º, p. 261 à 265). Il paraîtrait, d'après un
passage des _Mém. de Conrart_, t. XLVIII, p. 57, que Montreuil
l'académicien a été secrétaire des commandements de MADAME, femme de
Gaston.

    Page 51, lignes 9 et 10: Faisons encore jouer madame de Sévigné
      à colin-maillard.

Le jeu de colin-maillard, qui nous paraît si enfantin, était alors
fort à la mode parmi les gens du grand monde. Le comte de Gramont,
dans ses Mémoires, parle du goût de mademoiselle Stewart pour ce jeu.
La mode le maintint longtemps en vogue. Loret, dans sa _Muse
historique_, liv. III, p. 7, lettre 2, du 14 janvier 1652, en parlant
des divertissements qui se donnent chez MADEMOISELLE, dit:

    Enfin, en ce palais d'honneur
    On a ce merveilleux bonheur
    De s'y réjouir d'importance;
    Et, mieux que pas un lieu en France,
    Comédie, bal, en tout temps,
    Y rendent les esprits contents.
    Au chagrin on y fait la moue,
    Et tous les soirs presque on y joue
    A ce jeu plaisant et gaillard
    Qu'on appelle colin-maillard.

Louis XIV aimait ce divertissement dans sa jeunesse. Un jour qu'il y
jouait chez madame de Puisieux, il mit son cordon bleu autour de
Puisieux pour mieux se déguiser; et cela plus tard fit nommer Puisieux
chevalier des ordres. Saint-Simon, t. IV, p. 288 (chapitre 24).

    Page 52, ligne 16: Des fauteuils, des chaises et des placets.

J'ai fait mention des placets, ci-dessus, page 41, ligne 17.

Boileau a dit dans sa satire:

    Saint-Amand n'eut du ciel que sa veine en partage:
    Un lit et deux _placets_ composaient tout son bien.

Dans le Lutrin:

    En achevant ces mots, cette amante enflammée
    Sur un _placet_ voisin tombe demi-pâmée.

Brienne dit, p. 203: «Cependant la reine me fit donner un _placet_.»
Et p. 218: «Mon père....., comme il ne pouvait se tenir debout,
s'asseyait sur un _placet_ qui était au bout de la table.»

    Page 53, lignes 9 et 10: _Théodore vierge et martyre_,
      tragédie chrétienne.

C'est de cette tragédie que Voltaire a dit qu'il n'y avait rien de si
mauvais. Il a épuisé à son égard les expressions les plus dures que le
mépris et le dégoût peuvent inspirer. Sa critique est outrée, et on
aurait d'après elle une fausse idée de la pièce. On la lit sans ennui;
Corneille s'y retrouve assez souvent. Elle eut du succès en province,
mais n'en eut aucun à Paris. Elle a été bien appréciée par François de
Neufchâteau.

    Page 55, ligne 8: Tout le monde dirigea ses regards sur
      l'ecclésiastique adolescent.

Bossuet fut introduit à l'hôtel de Rambouillet par le marquis de
Feuquières, et y prêcha un sermon à l'âge de seize ans. Il vint à
Paris en 1642, et ce ne fut que postérieurement qu'il alla résider à
Metz, pour y achever ses études ecclésiastiques.


CHAPITRE VI.

    Page 59, ligne 6: Un _honnête homme_.

Voici comment s'exprime l'auteur des _Lois de la Galanterie_ à
l'endroit cité: «Il faut que chacun sache que le parfait courtisan que
le comte Balthazar de Chastillon a voulu décrire en langage italien,
et l'honnête homme que le sieur Faret a entrepris de dépeindre en
français, ne sont autre chose qu'un vrai galant.» Le mot _gentleman_
en anglais correspond à plusieurs de ces significations vagues, et à
nuances diverses, du mot honnête homme dans le siècle de Louis XIV.

    Page 60, ligne dernière: Boileau l'a cependant employée depuis.

Boileau a dit dans une de ses épîtres, longtemps après madame de La
Fayette:

    Les yeux, d'un tel discours faiblement éblouis,
    Bientôt dans ce tableau reconnaîtraient Louis.

Le poëte Lebrun a fait sur ces vers la remarque suivante: «Des yeux
éblouis d'un discours, c'est-il bien français? On n'est point ébloui
de ce qu'on ne voit pas. M. Auger s'étonne avec raison d'une telle
critique de la part d'un poëte, et répond que chaque jour on emprunte
des mots à un ordre de sensations, pour les appliquer à un autre. Mais
l'expression de madame de La Fayette, quoique en apparence semblable,
est tout autre et bien plus hardie que celle de Boileau; car c'est
réellement, et non pas au figuré, qu'elle affirme que madame de
Sévigné, par sa conversation, éblouissait les yeux.

    Page 63, ligne 19.

    Ma plume, pour rimer, rencontrera Ménage.

Presque tous les commentateurs de Boileau ont commis une erreur,
lorsqu'ils ont dit que ce vers et celui qui le précède n'avaient
existé qu'en manuscrit. Cette satire adressée à Molière parut pour la
première fois dans le _Recueil de Vers choisis_, imprimé en 1665, sans
nom de ville ni d'imprimeur, avec une sphère sur le titre. Les vers
sur Ménage s'y trouvent tels que nous les avons rapportés.

    Page 63, ligne 23: Substitua l'abbé de Pure.

    Si je veux d'un galant dépeindre la figure,
    Ma plume, pour rimer, rencontrera de Pure.

Voyez _Nouveau Recueil_, etc., 1665, in-12, p. 24.

    Page 68, ligne 3: L'interprétation que nous leur avons donnée.

M. Monmerqué (t. I, p. 39) fixe la date de la lettre que j'ai citée à
l'année 1655: je la crois postérieure. Cette lettre se rattache à
celle du no 29, p. 55, et à celle qui a été publiée dans les _Mémoires
de Coulanges_, p. 323; ce qui doit faire croire qu'il y est question
de Servien, et non de Fouquet. De même, la lettre du 12 janvier, t. I,
p. 16, que nous avons citée en second, classée par M. Monmerqué sous
l'année 1654, nous paraît devoir être placée sous l'année 1652,
lorsque madame de Sévigné revint de Bretagne après son veuvage,
Conférez Loret, _Muse historique_, t. I, p. 157, en date du 19
novembre 1651.

    Page 70, note 2: BUSSY, _Histoire amoureuse des Gaules_.

L'édition que j'ai citée dans cette note et dans plusieurs autres me
paraît être l'édition originale du fameux ouvrage de Bussy. Elle est
in-18, sans date, sans nom de libraire ni d'imprimeur, et ayant
seulement une croix de Saint-André sur le frontispice. L'ouvrage
commence au haut de la page, sans que le titre soit répété. La
pagination se suit jusqu'à la page 190, puis elle recommence à
l'histoire d'Ardelise jusqu'à la page 69, et ensuite il y a une clef.
Le caractère est beau et semblable à celui des Elzevirs. Il y a du
même ouvrage une autre édition pareillement indiquée comme étant
imprimée à Liége, sans date ni nom d'imprimeur, mais avec un grand
fleuron triangulaire sur le frontispice: ce volume, moins bien imprimé
que le précédent, a 208 pages, sans la clef; la pagination se suit, et
l'historiette de Ménage est à la page 189. Barbier a commis une faute
grave, dans son Dictionnaire des Anonymes, en confondant, t. I, p. 46,
l'_Histoire amoureuse des Gaules_ de Bussy avec le recueil intitulé:
_les Amours des Dames de notre siècle_, recueil de libelles composés
par différentes mains, la plupart de Sandraz de Courtils. A la vérité,
dans l'édition de 1754, en 4 volumes, on a compris toutes ces petites
chroniques scandaleuses sous le titre général d'_Amours des Gaules_,
et on a attribué le tout à Bussy; mais il n'y a de lui dans ces 4
volumes que le 1er; et cette édition de ses _Amours des Gaules_,
quoique la plus connue, n'est pas bonne. Nous reviendrons sur ce
recueil au sujet d'une autre édition, où les vrais noms sont mieux
indiqués que dans l'édition de 1754, et que nous avons découverte
depuis. Nous prouverons aussi que les _Amours des Gaules_ de Bussy ont
été composées en 1659 et 1660, mais n'ont été imprimées qu'en 1662.
Les diverses pièces renfermées dans le recueil intitulé _les Amours
des Dames de notre siècle_ sont toutes postérieures à cette époque.
(Voyez la IIIe partie de ces _Mémoires_, p. 445.)

    Page 75, ligne 10: Telle était Montreuil.

    On ne voit point mes vers, à l'envi de Montreuil,
    Grossir impunément les feuillets d'un recueil.

       BOILEAU, _satire_ VII.

M. de Saint-Surin, dans son commentaire, a dit à tort que le Montreuil
dont parle Boileau fut de l'Académie Française. Il le confond avec son
frère, qui en fut, et mourut en 1650 sans avoir rien publié.
Pellisson, dans son _Histoire de l'Académie Française_, et Saint-Marc,
probablement d'après Pellisson, prétendent que le véritable nom est
Montreul. Cela se peut; mais dans les deux éditions que Mathieu
Montreuil a publiées lui-même de ses ouvrages, l'i s'y trouve; il y a
Montreüil, et jamais Montreul. Voyez _OEuvres de Montreuil_, édit.
1666, p. 5, et édit. 1671, p. 4.

    Page 75, ligne dernière: Ce chansonnier de la Fronde, gros, court.

Le poëte Saint-Amand, dans son poëme sur la Vigne, s'exprime ainsi sur
Marigny, dont il était l'ami:

    Marigny, rond en toute sorte,
    Qui parmi les brocs te transporte,
    Et dont l'humeur, que je chéris,
    M'a pu faire quitter Paris.

La petite seigneurie de Marigny était située près de Nevers.

    Page 76, ligne 11: Saint-Pavin, le petit bossu.

Le nom de Saint-Pavin était Denis Sanguin de Saint-Pavin. Titon du
Tillet (_Parnasse Français_, 1722, in-folio, p. 298) nous apprend que
de son temps la maison de Saint-Pavin appartenait au duc de Lorges. Je
ne sais où M. Durozoir (_Biographie universelle_, t. XL, p. 36) a
trouvé que Saint-Pavin le poëte avait été pourvu de l'abbaye de Livry,
et qu'il avait précédé l'abbé de Coulanges à cette abbaye. Je crois
qu'il a confondu avec le poëte Saint-Pavin Denis Sanguin de
Saint-Pavin, évêque de Senlis, qui en effet fut pourvu de l'abbaye de
Livry après, et non avant, l'abbé de Coulanges. L'abbé Le Bœuf dit
avoir vu dans l'église Notre-Dame de Livry la tombe d'un M. Sanguin,
seigneur de Livry, mort en 1650. C'était peut-être celle de Christophe
Sanguin, seigneur de Livry. (Voyez _Histoire du Diocèse de Paris_, t.
VI, p. 197.) M. Gault de Saint-Germain, dans une note sur les Lettres
de madame de Sévigné, t. III, p. 275, a dit que Saint-Pavin était abbé
de Livry; et c'est probablement dans cet auteur, si rempli
d'inexactitudes, que M. Durozoir aura puisé ce fait.

    Page 77, ligne 11: Amenant avec lui ses compagnons de plaisir.

Parmi les joyeux convives qui fréquentaient le plus la maison de
Saint-Pavin et venaient avec lui chez l'abbé de Coulanges, madame de
Sévigné nomme Saint-Germain.

    Page 79, ligne 7: Sont faits égaux comme de cire.

Vers de Marot dans l'épigramme qui commence ainsi:

    Monsieur l'abbé et monsieur son valet
    Sont faits égaux tous deux comme de cire.

Page 79, avant-dernière ligne: Les éloges que dans la suite Boileau.

    Que Segrais, dans l'églogue, en charme les forêts.


CHAPITRE VII

    Page 85, ligne 4, note 1.

«Les quatre grands diseurs de bons mots de notre temps, dit Ménage,
étaient Angevins: M. le prince de Guémenée, M. de Beautru, M. le comte
de Lude, et M. le marquis de Jarzé.»

    Page 88, ligne 14: Une ode de Racan adressée au père de Bussy.

Nous citerons ici une belle strophe de cette ode de Racan, dont Bussy,
puisqu'il l'admirait tant, aurait dû profiter.

    Que sert aux courtisans ce pompeux appareil,
    Dont ils vont dans la lice éblouir le soleil,
        Des trésors de Pactole?
    La gloire qui les suit après tant de travaux
    Se passe en moins de temps que la poudre qui vole
        Du pied de leurs chevaux.

Bussy fut reçu à l'Académie Française en 1665, à l'âge de
quarante-sept ans.

    Page 91, ligne 9: Agé de près de vingt ans.

Bussy naquit à Épiry, en 1618; il eut quatre frères, et par leur mort
il resta l'unique rejeton de la descendance mâle des Rabutins dans la
branche cadette. Il entra dans la carrière militaire en 1634, et se
distingua au siége de La Motte en Lorraine. Il fut fait mestre de camp
d'infanterie en 1638, après trois campagnes. C'est en 1644 qu'il
acheta 12,000 écus la lieutenance des chevau-légers. C'était la
compagnie d'ordonnance de Henri de Bourbon, prince de Condé,
gouverneur de Bourgogne, père du grand Condé. C'est aussi en 1644 que
le père de Bussy mourut, et que, par la protection du prince de Condé,
il devint lieutenant du roi en Nivernais; il fit le 18 février 1645
son entrée dans cette province.

    Page 91, ligne 11: Qui comptait environ vingt-cinq ans.

Bussy dit dans ses _Mémoires_ (t. I, p. 3, édit. in-12) qu'il est né à
Épiry, le vendredi saint, troisième avril 1618. Selon Monmerqué, on
devrait lire, d'après un manuscrit, le treizième d'avril: différence
peu importante. Cette date est confirmée par le tableau généalogique
des Rabutins, extrait de la bibliothèque de Dijon, publié dans les
_Lettres inédites_ (Paris, 1819, in-12), et aussi par son épitaphe,
composée par la comtesse d'Alets, qui donne à son père soixante-quinze
ans au moment de sa mort, arrivée le 9 avril 1693. Cependant Bussy,
dans ses Mémoires, dit, sous la date de 1638, en marge (t. I, p. 38 de
l'édit. in-12, et p. 47 de l'édit. in-4º): «Ma maîtresse avait
vingt-cinq ans; je n'en avais guère plus de seize;» et en 1640,
suivant toujours le même système, il ne se donne que dix-huit ans, et
il dit (t. I, p. 54 de l'édit. in-12, ou t. I, p. 67 de l'édit.
in-4º): «Avec tout cela, une femme de quinze ans n'en peut guère
savoir plus qu'elle n'en savait; pour moi, qui en avais dix-huit,
j'étais bien plus habile.» La marge porte en cet endroit 1640. Le
premier éditeur des Mémoires de Bussy s'est aperçu de cette
contradiction, et a cherché à y remédier dans l'errata. Il a corrigé
pour la page 3, c'est-à-dire à la date de la naissance, 1622 au lieu
de 1618; et à la page 6 il met dans le texte, en toutes lettres, «plus
de vingt» au lieu de plus de dix-huit. Ces deux corrections se
contredisent; il y en a une évidemment fausse. La première est pour
faire concorder la date de seize ans que Bussy se donne à la page 47,
et dont l'éditeur ne parle pas: et en effet, s'il était né en 1622, il
n'aurait eu que seize ans en 1638. La seconde correction, au
contraire, est pour faire concorder la date de la page 63 avec celle
qui a été donnée à la page 3 pour la naissance; car, né en 1618, Bussy
en 1640 avait vingt-deux ans, et non dix-huit, comme il le dit; mais
s'il était né en 1622, il n'en avait plus que dix-huit. On doit se
rappeler que les Mémoires de Bussy n'ont paru qu'en 1696, trois ans
après sa mort. S'il les avait publiés lui-même, il aurait achevé de
les rédiger, et il eût fait disparaître ces contradictions. C'est
probablement d'après ces erreurs de l'éditeur (qui est, je crois, le
père Bouhours) qu'Auger, dans son article Bussy (_Biographie
universelle_, t. VI, p. 374), fait débuter Bussy dans la carrière
militaire à l'âge de douze ans, ce qui est invraisemblable; il fit, au
contraire, des études brillantes et complètes, qui ne furent terminées
qu'à seize ans. Il ne commença sa carrière militaire, au siége de La
Motte en Lorraine, qu'en 1624. Mais je m'aperçois qu'Auger a puisé
cette erreur dans la notice de Grouvelle sur Bussy-Rabutin (Lettres de
Sévigné, édition d'Herhan; 1811, in-12, t. I, p. 134.)

    Page 91, ligne dernière: François de L'Hospital.--Et page 92, ligne 12:

    Elle vécut avec Louis de Lorraine.

François de L'Hospital, comte de Rosny, seigneur du Hallier, fut abbé
de Sainte-Geneviève et évêque de Meaux, sous Henri IV; il fut fait
maréchal de France le 23 avril 1643, et mourut le 20 avril 1660, âgé
de soixante-dix-sept ans; il était donc né en 1583, et avait
cinquante-cinq ans lors de la visite que lui fit Bussy en 1638. Sa
première femme, Charlotte des Essarts, était fille unique de François
des Essarts, seigneur de Sautour, qui fut tué à Trèves, en 1590. Ce
fut vers cette époque qu'elle vécut avec Henri IV. Elle en eut deux
filles légitimées, qui eurent le titre de princesses. La première,
Jeanne-Baptiste de Bourbon, mourut abbesse de Fontevrault, le 16
juillet 1680; la seconde, abbesse de Chilly, le 10 février 1680; elle
se nommait Marie-Henriette de Bourbon. On a prétendu que Charlotte des
Essarts avait été mariée clandestinement au cardinal de Guise, par
contrat de mariage du 4 février 1611. Ce fait est probable. Il en eut
cinq enfants: trois garçons et deux filles. La seconde, Louise de
Lorraine, dame de Romorantin, dont il est question dans les Mémoires
de Bussy, épousa, le 24 novembre 1639, Claude Pot, seigneur de Rhodes,
grand maître des cérémonies de France. Elle mourut sans enfants, à
Paris, le 15 juillet 1652. Il en sera souvent fait mention dans cet
ouvrage. La Borde (t. II, p. 200 de son édition _des Amours du grand
Alcandre_) inscrit deux fois, comme deux enfants différents, Louise de
Lorraine, dame de Romorantin, et Louise de Lorraine, sans titre. C'est
une erreur: il n'y en a qu'une. Le même confond les enfants de Henri
IV avec ceux du cardinal de Guise. Charlotte des Essarts, ou la
maréchale de L'Hospital, étant morte le 8 juillet 1651, le maréchal de
L'Hospital se remaria à Claudine-Françoise Mignot, fille d'une
herbière du Brachet, près de Grenoble, et alors veuve de Pierre de
Portes, trésorier de la province du Dauphiné. Ce mariage se fit le 24
août 1653. Après la mort du maréchal de L'Hospital, Claudine Mignot se
remaria une troisième fois, dans son hôtel, à Paris, rue des
Fossés-Montmartre, le 4 novembre 1672, à Jean-Casimir, autrefois roi
de Pologne, et alors abbé commendataire de Saint-Germain des Prés, de
Saint-Saurin à Évreux, et d'autres abbayes, et qui mourut le 16
décembre suivant. Claudine Mignot vécut jusqu'au 30 novembre 1711.

    Page 94, ligne 11: Plus jeune que lui.

Bussy dit cependant: «Mademoiselle Romorantin avait vingt ans, et je
n'en avais pas dix-sept.» Mais il nous apprend que ce fut en 1639
qu'il passa l'hiver à Chalons. Né en 1618, il avait donc alors vingt
et un ans. On comprend cette préoccupation de Bussy, qui le porte à se
rajeunir toujours de trois ou quatre ans. Toutes les faiblesses qui
tiennent à l'orgueil ou à la vanité, il les avait.

    Page 98, ligne 4: Elle devint veuve en 1650.

Pendant les grandes intrigues de madame de Rhodes à Paris, Bussy en
était absent, et suivait un autre parti. Fort liée avec mademoiselle
de Chevreuse, dont elle favorisa les amours avec le cardinal de Retz,
madame de Rhodes fut sur le point d'épouser, par l'entremise de
mademoiselle de Chevreuse, le président de Bellièvre.

    Page 101, ligne dernière: Bussy épousa peu de temps après
      mademoiselle de Toulongeon.

Bussy épousa Gabrielle de Toulongeon, fille d'Antoine de Toulongeon,
gouverneur de Pignerol, et de Françoise de Rabutin, fille du baron de
Chantal, à Alonne près d'Autun, le 28 mai 1643.


CHAPITRE VIII.

    Page 116, note 1.

Je remarque que quoique les Mémoires de Bussy n'aient été imprimés
qu'en 1696, c'est-à-dire deux ans après son _Discours à ses Enfants_,
le nom de madame de Sévigné, qui était en toutes lettres dans le
Discours, se trouve en blanc dans les Mémoires.


CHAPITRE IX.

    Page 119, ligne 3 du texte: Il eut la douleur de perdre sa femme.

Dans la généalogie de Marie de Rabutin par le comte de Bussy, publiée
dans les _Lettres inédites de madame de Sévigné_ (1819, p. 18), qui a
été reproduite par M. Gault de Saint-Germain dans son édition de
_Sévigné_ (t. I, p. 72), on place la mort de Gabrielle de Toulongeon
en 1648. C'est évidemment une erreur, qui tient à ce que les Mémoires
de Rabutin portent en marge dans cet endroit l'année 1648; mais
l'auteur dit dans son texte que trois jours après il apprit aussi la
mort du prince de Condé; et cette mort eut lieu le 28 décembre 1646.

M. Weiss, dans la _Biographie universelle_ (t. IX, p. 391), indique
une date un peu différente; mais cette différence ne provient que de
celle qui existe entre l'ancien et le nouveau calendrier; il paraît,
d'après cela, que Gabrielle Toulongeon mourut vers le 15 décembre
1646.

    Page 120, ligne 24.

Le _lambel_ dont madame de Sévigné parle dans cette lettre est une
barre crénelée qu'on met dans les armoiries, pour indiquer une branche
cadette ou collatérale. Ainsi la maison d'Orléans avait les mêmes
armes que le roi de France, les trois fleurs de lis, mais surmontées
d'un _lambel_.


CHAPITRE X.

    Page 125, ligne 16: D'un vieux bourgeois nommé le Boccage,
      propriétaire d'un domaine.

D'après le nom du personnage, il est évident que ce domaine était
celui de Lagrange au Bocage, à quatre lieues et demie de Sens et à
quatre lieues au nord-est de la commanderie de Launay, nommée Lanny,
par erreur du graveur, sur la carte de Cassini. Il y a un court
article sur cette commanderie dans le grand Dictionnaire de la France
d'Expilly.

    Page 125, ligne 27: Et, de plus, millionnaire.

Bussy dit qu'elle avait quatre cent mille écus de bien, c'est-à-dire
deux millions quatre cent mille livres, monnaie de cette époque. C'est
près de cinq millions de notre monnaie actuelle.

    Page 127, ligne 26: Qu'ils restaient toujours impunis.

Le père du comte de Chavagnac, despote altier, voulait, comme ancien
chef huguenot, forcer son fils à épouser la veuve d'un M. de Montbrun,
fille de Courval, et très-riche héritière. Il la fit enlever, au nom
de son fils, par quinze gentils-hommes de ses amis ou vassaux. Elle
était vieille et laide, et sans esprit; elle voulut réclamer, intenter
un procès, et protester contre un mariage fruit de la force: celui
qu'on voulait lui faire épouser ne désirait pas plus qu'elle-même ce
mariage. Chavagnac parvint à contraindre son fils, aussi bien que la
veuve, en menaçant de se porter contre tous deux à de plus grandes
violences; et le mariage fut maintenu.

    Page 129, note 1: L'ABBÉ DE CHOISY, _Vie de Madame de Miramion_.

L'édition in-12 de la _Vie de madame de Miramion_ (1707) n'est que la
réimpression de l'in-4º, accompagnée d'un beau portrait de cette dame,
par Edelinck, qui a été réduit par le même graveur dans l'édition
in-12.

    Page 132, ligne 26: Grand-père du mari qu'elle avait perdu.

Ce M. de Choisy, conseiller d'État, était un des frères du père de
l'abbé de Choisy, l'auteur des _Mémoires_, puisqu'il est dit page 19
de la _Vie de madame de Miramion_, que lui, abbé de Choisy, était
cousin germain de madame de Miramion, c'est-à-dire de son mari.

    Page 133, ligne 23: Sur la route qui conduit de Saint-Cloud au
      mont Valérien.

Bussy désigne très-exactement l'emplacement où se trouvait posée sa
petite troupe. C'était «au-dessus du jardin de madame du Tillet, que
Philippe de France acheta pour agrandir le sien.» Ainsi, cet
emplacement doit être actuellement renfermé dans le parc de
Saint-Cloud.

    Page 134, ligne 9: Avant d'entrer dans le bois de Boulogne.

C'est ainsi que s'exprime Bussy; ce qui prouve que dès lors la route
directe de Saint-Cloud à Issy, qui oblige de passer deux fois la
rivière, était déjà pratiquée, et qu'il y avait un bac vis-à-vis le
_Point du Jour_.

    Page 138, ligne 3: Un chevalier de Malte.

Il est probable que ce chevalier était Guy de Rabutin, le dernier des
frères suivants de Bussy, qui mourut au Temple, un an après cet
enlèvement de madame de Miramion.


CHAPITRE XI.

    Page 150, ligne 8 du texte: Au nord de Montargis.

L'abbaye de Ferrières se trouve à peu de distance de la jonction du
Loing avec une petite rivière nommée Cléry. Il est dit dans la _Gallia
Christiana_, t. XII, p. 160: «_Ferrariæ a ferri venis, e quibus
elicitum olim metallum, nomen videntur invenisse; Ferrariæ positus est
locus in Wastiniensi pago_ (le Gâtinais), _ad Clarisam amnem, in
Lupum_ (le Loing) _influentem; tribus admodum leucis ab urbe Montis
Argivi_.»

    Page 151, ligne 1: Dont il fut fait évêque.

Jacques de Nuchèze naquit en 1591, le 26 octobre, de Jacques Nuchèze,
baron de Bussy-les-Francs, et de Marguerite Fremyot, sœur de sainte
Chantal. Il fut nommé évêque comte de Châlons en 1624, et mourut en
mai 1652, âgé de soixante-six ans et six mois, après avoir occupé
trente-trois ans le siége de Châlons-sur-Saône, dont il fut le
soixante-dix-neuvième évêque.

    Page 154, ligne 13: La belle terre de Savigny-sur-Orges.

Conférez Le Bœuf, _Histoire de Diocèse de Paris_, t. XII, p. 70, et
Monmerqué, _Sévigné_, t. II, p. 180. Cette terre de Savigny, qui avait
appartenu au comte de Montrevel, devint la propriété du marquis de
Vins, qui la possédait en 1708. Le comte du Luc, héritier de la
marquise de Vins, a depuis eu cette terre, et y est décédé, en juillet
1740.


CHAPITRE XII.

    Page 166, ligne 15: La reine est si bonne.

Ce mot est de La Feuillade, le père de celui qui fut à la cour de
Louis XIV, et auquel nous devons la place des Victoires.

    Page 180, ligne 28: Et le marquis de Sévigné.

Conrart dit: «Le marquis de Sévigné était étrangement frondeur, comme
parent du coadjuteur.» Mais dans la phrase suivante Conrart a commis
une erreur, que son savant éditeur, M. Monmerqué, a relevée.

    Page 161, ligne 17.

Ce fut le 13 septembre que la reine se retira à Ruel. Ce château était
celui que le cardinal de Richelieu avait laissé à sa nièce, la
duchesse d'Aiguillon.

    Page 181, ligne 19: Ramena la reine à Paris.

«La reine, dit madame de Motteville, partit de Saint-Germain pour
revenir à Paris la veille de la Toussaint.»


CHAPITRE XIII.

    Page 184, ligne 28: Au premier jour de l'an mil sept cent
      quarante-neuf.

Il faut corriger le second vers de cette petite pièce, et changer les
mots de _mil sept cent soixante-neuf_ en ceux de _mil sept cent
quarante-neuf_, faute qui se trouve dans les œuvres de Marigny et
dans le _Recueil des plus belles Pièces des Poëtes français_, chez de
Sercy. Cela est démontré par le recueil de Sercy, où cette pièce a été
imprimée pour la première fois, en 1653. On voit par là combien une
seule faute d'impression peut jeter de confusion dans les recherches
historiques, combien il est essentiel de toujours recourir aux
éditions originales, et de se défier des réimpressions. Le mot
_franchise_ signifiait liberté à cette époque. Il y en a des exemples
sans nombre.

    Page 190, ligne 5: Le lendemain du jour qui suivit le départ de
      cette lettre.

L'attaque de Charenton eut lieu le 8 février. Le départ de Bussy de
Saint-Denis eut lieu le 6 et non pas le 10, comme on a mis par faute
d'impression dans les _Mémoires de Bussy_. Comme la lettre qu'il
adressa à madame de Sévigné est antérieure d'un jour à ce départ, elle
doit porter la date du 5 février, au lieu du 15. Ni le P. d'Avrigny,
dans son ouvrage sur le règne de Louis XIV, ni aucun des éditeurs des
lettres de madame de Sévigné, ne se sont aperçus de cette
contradiction; tous ont reproduit les erreurs de chiffres que
l'imprimeur ou les copistes ont introduites dans les _Mémoires de
Bussy_.

    Page 191, ligne 4: La lettre suivante pour madame de Sévigné.

Je rectifie encore ici les dates des lettres de Bussy, que les
éditeurs de ses _Mémoires_ et, par suite, ceux des _Lettres de madame
de Sévigné_, ont altérées. En effet, au lieu des 25 et 26 mars pour
ces deux lettres, il faut 5 et 6 mars. Nous savons, par les _Mémoires
de Monglat_, t. L, p. 159, et _d'Omer Talon_, t. LXI, p. 424, que la
ville de Brie-Comte-Robert fut pillée le 27 février, et que son
château se rendit le 28. Bussy dit que cette expédition ne dura que
huit jours, et qu'il écrivit à sa cousine, au sujet de ses chevaux,
aussitôt après son retour; ce qui nous porte juste au 5 mars, le mois
de février n'ayant que 28 jours. D'ailleurs, il parle, dans sa lettre,
de la paix comme entravée par les négociations et n'étant pas encore
conclue. S'il avait écrit le 26 mars, il n'aurait pas ignoré que cette
paix était signée depuis quinze jours. Aucun des éditeurs de _Madame
de Sévigné_ n'a soupçonné cette erreur, et la correction doit être
faite dans toutes les éditions.

    Page 195, ligne 20: Les projets de mariage...

Pendant son voyage à Dijon, Bussy voulut épouser la fille du président
B***; mais il prétend que L*** (probablement Lenet) fit manquer
l'affaire.


CHAPITRE XIV.

    Page 108, ligne 21: Telle était son intention; mais le soir même...

Bussy dit que cette conversation qu'il eut avec le prince de Condé eut
lieu le mardi, et que l'arrestation des princes se fit le même jour;
mais tous les Mémoires du temps placent au 18 cette arrestation. Il y
a donc erreur de date dans Bussy. Ses _Mémoires_ en renferment de plus
fortes, et nous en avons signalé quelques-unes.

    Page 203, ligne dernière: Son mariage projeté avec Louise de
      Rouville.

Louise de Rouville, que Bussy-Rabutin épousa en secondes noces, était
fille du second lit de Jacques de Rouville (chevalier d'honneur de
madame la duchesse de Montpensier) et d'Isabelle de Longueval.


CHAPITRE XV.

    Page 214, ligne 21: Le poëte Marlet.

Guy-Patin le nomme Morlet. Sa satire était intitulée: _la Custode du
Lit de la Reine_.

    Page 220, note 1: _Le Secret, ou les véritables causes_, etc.

Cet écrit, peu connu, qui parut presque aussitôt après la sortie des
princes, dévoile toutes les intrigues de la cour aussi complétement
que l'ont fait les Mémoires que l'on a publiés depuis. On y trouve,
page 45, la phrase latine que le coadjuteur improvisa dans une séance
du parlement, comme étant une citation de Cicéron.

    Page 221, ligne dernière: Sévigné, de race frondeuse.

Loret écrit Cevigny, et ailleurs Sevigny; c'est de cette dernière
manière qu'on écrivait alors habituellement ce nom.

    Page 221, lignes 20 et 21: Sa protectrice mademoiselle de
      Longueville.

Elle était fille du duc de Longueville et de Louise de
Bourbon-Soissons, sa première femme. Formée à l'hôtel de Rambouillet,
elle partagea sa vie entre la culture des lettres et l'administration
de ses grands biens. Elle occupait à Paris, de moitié avec la
princesse de Carignan, sa tante, ce magnifique hôtel de Soissons qui a
été abattu, et que la halle aux blés a remplacé. Loret, liv. I, p. 9,
nous apprend que la duchesse de Nemours était blonde. Le château de
Trie, près de Coulommiers, lui appartenait. Elle mourut en 1707, à
quatre-vingt-six ans. Saint-Simon raconte différemment des autres
auteurs l'anecdote piquante du confesseur.


CHAPITRE XVI.

    Page 225, note 3: COSTAR, _Lettres_.

Le premier recueil des Lettres de Costar, publié par Costar lui-même,
est dédié à Fouquet. Dans sa préface, il parle «des faveurs
continuelles dont il a eu la bonté de le prévenir.» Le vrai nom de
Costar était Coustart. Voyez à ce sujet le _Ménagiana_ et la lettre
que Costar adressa à son cousin de Coustart, part. II, p. 773, lettre
23; et la _Vie de Costar_, t. VI, p. 233 des _Historiettes_ de
Tallemant des Réaux, édit. in-8º.

    Page 225, ligne 18: Leur château de Champiré près Segré; et
      p. 226, ligne 1: Renaud de Sévigné.

Costar écrit Sévigny, comme tous ceux de son temps. Il reproche
galamment à mademoiselle de Lavergue d'avoir la bouche trop
petite.--Aucun livre n'est inutile: après avoir cherché Champiré dans
le dictionnaire de la poste aux lettres et dans tous les dictionnaires
de géographie de la France les plus amples, j'ai trouvé dans le
_Journal de la Mode_, ou _Revue du Monde élégant_, quatrième année,
douzième livraison, à la p. 32, dans la liste des souscripteurs pour
ces deux filles héroïques, Marie Bossy et Charlotte Moreau, «le comte
de Narcé, au château de Champiré, près Segré.» Nul doute que ce
château ne soit celui qui a appartenu à Renaud de Sévigné.

    Page 226, ligne 14: Qu'à la sérieuse et savante comtesse
      de La Fayette.

Auger et M. de Saint-Surin font naître madame de La Fayette en 1632;
mais Grouvelle, dans son édition des _Lettres de madame de Sévigné_,
l'auteur de la notice sur madame de La Fayette dans la _Galerie
Française_, et celui de la Collection des meilleurs romans
(Dauthereau, 1827, in-18), la font naître en 1633.

    Page 228, ligne 26: Une satire intitulée _la Mazarinade_.

Le passage de Guy-Joly prouve que _la Mazarinade_ fut écrite en 1649.

    Page 229, ligne dernière: Mais à la mode du Marais.

Cette sœur de Scarron, qui fut maîtresse du marquis de Tresme, était
fort belle. Scarron avait une autre sœur. Une des deux aimait le vin.

    Page 230, ligne 3: Qui mourut dans le cours de l'année 1650.

Denon, conteur aimable, espiègle et spirituel, a fait à M. de
Saint-Aulaire un récit sur Marion de Lorme, que l'historien de la
Fronde a pris au sérieux, et qu'il a de bonne foi inséré dans son
histoire, t. I, p. 58, et t. III, p. 51, parmi les pièces
justificatives. Je parle de la première édition de cet ouvrage. On en
a fait depuis une seconde: j'ignore si cette anecdote y a été
reproduite.

    Page 230, ligne 5: Afin de ne voir son mari ni dans ce monde
      ni dans l'autre.

Tallemant attribue ce mot à la comtesse de la Suze, et le _Ménagiana_
à mademoiselle de Montausier.

    Page 231, ligne 8: Un sujet bachique.

Le sujet de l'autre tableau était le ravissement de saint Paul.


CHAPITRE XVII.

    Page 236, ligne 17: Anne de Lenclos a vécu près de quatre-vingt-dix
      ans.

Voltaire, qui était fils du notaire de mademoiselle de Lenclos, nous a
conservé sur elle quelques anecdotes précieuses, mais plutôt d'après
les souvenirs de l'abbé de Châteauneuf que d'après les siens propre;
il a écrit avec légèreté, et n'a pas pris la peine, dans ce qu'il a
dit de cette femme célèbre, de se mettre d'accord avec lui-même. Il ne
lui fut présenté que peu de temps avant qu'elle mourût. Elle avait
alors quatre-vingt-neuf ans, et lui onze et demi, et non treize, comme
il le dit. Il donne, dans ses _Mélanges_, t. XLIII, édit. Renouard,
p. 470, soixante-dix ans à Ninon lors de son aventure avec
Châteauneuf; et dans le _Dictionnaire philosophique_, t. XXXV, p. 224,
il ne lui en donne plus que soixante à cette même époque; il dit
aussi, p. 125, qu'il a vu Ninon décrépite à l'âge de quatre-vingts
ans; et il oublie que lorsque Ninon avait quatre-vingts ans, lui,
Voltaire, n'avait que deux ans. A quatre-vingt-neuf ans elle sut
apprécier dans le jeune Arouet le génie précoce d'un enfant de onze
ans, puisqu'elle lui légua une assez forte somme pour acheter des
livres. Bret a recueilli, sans choix et sans critique, tous les contes
qu'il a trouvés épars dans les recueils d'ana. Douxmesnil a écrit avec
plus de discernement, d'après les récits et les souvenirs de
Fontenelle et de la comtesse de Sandwich, de l'abbé Fraguier et de
l'abbé Gedoyn, qui tous cependant n'avaient connu Ninon que dans sa
vieillesse. Tous ces ouvrages doivent être employés avec précaution.
On trouve de meilleurs et de plus sûrs matériaux dans les Mémoires du
temps écrits par les contemporains de Ninon, surtout dans les Mémoires
de Tallemant des Réaux, qui étaient manuscrits lorsque nous en avons
fait usage; ainsi que dans les œuvres de Saint-Évremond, dans les
lettres de madame de Sévigné, de madame de Maintenon, et dans les
Mémoires de Saint-Simon.

    Page 239, ligne 1: Et qui n'engage à aucune reconnaissance.

Il est probable que l'abbé de Châteauneuf, qui tenait la doctrine de
Ninon de sa propre bouche, l'a rendue dans les mêmes mots. Aussi nous
n'y avons rien changé.

    Page 239, ligne 2: Abandonnée à elle-même dès l'âge de quinze ans.

Elle perdit sa mère à quatorze ans, en 1630, et son père à quinze, en
1631.

    Page 240, ligne 10.

Dans la pièce gracieuse, mais beaucoup trop longue, de la Mesnardière,
que nous citons; intitulée: _Galanterie à mademoiselle de Lenclos_, le
poëte lui dit:

    Prenez soin de corriger
    Votre enfant Amour, qui m'outrage.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Pardonnez-moi si je le chasse:
    Mais que voulez-vous que j'en fasse?
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Mais, pour dormir en patience
    Et conserver quelque embonpoint,
    Ninon, que ne ferait-on point?
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    J'observe . . . . . . . . . . . . . .
    Qu'il m'aime fort auprès de vous;
    Et pour moi, j'y voudrais bien être.
    Mais aussi je voudrais connaître
    Que sa maman n'aimât que moi;
    Et je doute fort que le roi
    Puisse avoir ce crédit en France.

    Page 241, ligne 6: Un attrait inexprimable.

Au-devant des Mémoires de Bret sur Ninon est une réduction de son
portrait peint par Ferdinand, et qui peut nous donner quelque idée de
ses traits; mais son portrait de profil, que M. Renouard a inséré dans
son édition de Voltaire, est tout à fait faux et imaginaire.

    Page 244, ligne 5: Le gentil et spirituel Charleval.

Charleval mourut en 1693.

    Page 244, ligne 10: Le marquis de Soyecourt, si fameux dans les
    annales de la galanterie.

C'est de Soyecourt (on prononçait Saucourt) que Benserade a dit, au
sujet d'un ballet où il représentait un diable:

    Contre ce fier démon voyez-vous aujourd'hui
            Femme qui tienne?
    Et toutes cependant sont contentes de lui,
            Jusqu'à la sienne.

    Page 248, ligne 14: D'une manière peu honorable.

Tallemant dit que Lenclos se conduisit indignement dans le duel avec
Chaban, et que son action pouvait passer pour un assassinat. Chaban
avait un pied dans la portière de sa voiture lorsque Lenclos le perça
de son épée.

    Page 248, ligne 15: Lenclos jouait fort bien du luth.

C'est ce qui a fait dire que Ninon était fille d'un joueur de luth;
mais Douxmesnil réfute cette erreur, mieux instruit à cet égard que
Voltaire, qui la reproduit.

    Page 249, lignes 3 et 5: Saint-Étienne fut le premier amant de
      Ninon.

Chocquart de Saint-Étienne, originaire d'Amiens, servit pendant
vingt-cinq campagnes avec une valeur extraordinaire: d'abord comme
chevau-léger, puis en qualité de maréchal des logis, d'aide-major, de
cornette, de lieutenant et de capitaine dans les régiments de
cavalerie de Bussy de Vère, Mérinville-Pardaillan et Plessis-Praslin.
Louis XIV lui accorda des lettres de noblesse pour lui et ses
descendants, le 19 septembre 1660.

    Page 249, lignes dernières: Elle comptait au nombre de ses amis
      plusieurs créatures du cardinal.

Bois-Robert était très-lié avec Ninon, et on sait quelles étaient les
mœurs de cet abbé. Tallemant raconte qu'un jour on faisait la guerre
à Bois-Robert sur le vice honteux qu'on lui connaissait; il ne se
défendit que faiblement, en disant: On ne doit pas parler de cela en
présence de mademoiselle de Lenclos. (Voyez le _Ménagiana_, t. I, p.
45.)

    Page 250, ligne 7: Ce fut Marion de Lorme, selon Chavagnac.

Dans les Mémoires de Chavagnac, les personnages ne sont pas nommés, et
Marion de Lorme n'est désignée que par des astérisques. La troisième
édition de ces Mémoires, 1721, in-12, n'est qu'une réimpression de la
première, et a de même les noms en blanc. Dulaure, qui rapporte ce
passage dans son Histoire de Paris, a mis les noms en toutes lettres,
mais sans en prévenir ses lecteurs. Richelieu naquit le 5 septembre
1585. C'est dans les Mémoires de Chavagnac que Bret semble avoir puisé
le fait que Richelieu fit de vaines tentatives auprès de Ninon.

    Page 250, ligne 24: Raré, cet aimable garçon.

Saint-Simon fait mention d'une madame de Langle qui était fille de M.
de Raré.

    Page 251, ligne 8: Une circonstance peu importante.

Tallemant dit que la jeune Ninon, sévèrement surveillée par sa mère,
ayant un jour aperçu Raré dans la rue, descendit en toute hâte de chez
elle pour lui parler. Un mendiant vint troubler leur conversation.
N'ayant point d'argent à lui donner, elle se hâta de lui remettre un
mouchoir bordé d'une belle dentelle, en lui disant: «Va-t'en;» et elle
se débarrassa ainsi de ce témoin importun.

    Page 251, ligne 15: Elle alla se jeter dans un couvent, et annonça
      l'intention d'y rester.

Scarron confirme ceci, et, dans son épître à Sarrasin, dit:

    Puis j'aurais su...
    Ce que l'on dit du bel et saint exemple
    Que la Ninon donne à tous les mondains,
    En se logeant avecques les nonains;
    Combien de pleurs la pauvre jouvencelle
    A répandus quand sa mère, sans elle,
    Cierges brûlant, et portant écussons,
    Prêtres chantant leurs funèbres chansons,
    Voulut aller, de linge enveloppée,
    Servir aux vers d'une franche lippée.

La fin de cette épître prouve qu'elle a été écrite trois jours après
la mort de la mère de Ninon:

    Fait à Paris, dessous ma cheminée,
    Par moi Scarron, carcasse décharnée,
    Trois jours après que les yeux furent clos
    Pour tout jamais à la mère Lenclos.

    Page 252, ligne 11: De Bois-Dauphin (Souvré).

Madeleine de Souvré, femme de Philippe-Emmanuel de Laval, marquis de
Sablé, seigneur de Bois-Dauphin, mourut en 1678.

    Page 252, ligne 21: Coligny, marquis d'Andelot, depuis duc de
      Châtillon.

Gaspard, duc de Châtillon, marquis d'Andelot, mourut lieutenant
général, le 9 février 1649, à l'attaque de Charenton. Il eut en 1641
le régiment de Piémont. Il paraît, en comparant les _Mémoires_ de
Chavagnac avec les autres récits, que Chavagnac a mal compris son
frère, ou que ses souvenirs, en écrivant, l'ont trompé. Le frère de
Chavagnac était l'ami intime de d'Andelot, et il paraît avoir aimé
Marion de Lorme à la même époque où d'Andelot se passionna pour Ninon.
C'est dans les _Mémoires_ de Chavagnac qu'on trouve le récit le mieux
circonstancié de la mort de Châtillon; Chavagnac se trouvait près de
lui au moment fatal.

    Page 254, ligne 3: A Châtillon succéda Miossens, depuis maréchal
      d'Albret.

Miossens ou Miossans est une des douze grandes baronnies du Béarn. Le
nom de Miossens était Charles Amanien d'Albret. Il mourut en 1678; en
lui s'éteignit la postérité masculine des Miossens.

    Page 254, lignes 13 et 15: D'Elbène était connu par l'originalité
      de son esprit.

Guy d'Elbène fut marié à Charlotte Refuge, qui, dit-on, lui apporta en
dot quatre-vingts procès. Elle mourut le 3 septembre 1680. En 1649
d'Elbène fut envoyé à Rome. (Voyez RETZ, _Mém._, t. XLV, p. 56.) Guy
d'Elbène mourut à l'hôpital. (Voyez la lettre de Ninon à
Saint-Évremond, dans Douxmesnil, p. 194.) Un Alphonse d'Elbène,
peut-être le frère de celui-ci, fut évêque d'Orléans en 1646, et
mourut le 2 mai 1665. Il en est parlé dans le Voyage de Chapelle et
Bachaumont, 1755, in-12.

    Page 255, lignes 26 à 27: Ses liaisons avec le chevalier de Méré
      datent de cette époque.

George Brossin, chevalier et marquis de Méré, descendait d'une
ancienne famille du Poitou. Il était cadet, et avait fait quelques
campagnes sur mer. Il se retira dans une terre qu'il avait en Poitou.
«La société de madame la marquise de Pont, sa belle-sœur, n'a pas
peu contribué à le détacher du monde et de la cour. Il lui laissa
tout son bien.»

    Page 256, ligne 3: Le cardinal archevêque de Lyon lui rendit
      de fréquentes visites.

Le caractère sévère de du Plessis de Richelieu, son âge et sa piété
bien connue, le mettent à l'abri de tout soupçon dans ses relations
avec Ninon; voilà pourquoi j'ai dû interpréter favorablement ce
passage assez singulier des _Mémoires_ de Tallemant: «Elle se mit dans
un couvent: le cardinal de Lyon devint amoureux de sa belle humeur, et
fit quelques folies pour elle». Dans un autre endroit de ses
_Mémoires_, Tallemant parle d'un abbé de Richelieu qui entretenait
Claudine Colletet. Cet abbé était probablement neveu du cardinal et du
ministre. Conférez _OEuvres de La Fontaine_, édit. 1828, t. VI, p.
270.

    Page 259, lignes 1 et 2: Cette réponse à la reine, qui, selon
      Saint-Simon et Chavagnac.....

Douxmesnil (p. 154) a tort de vouloir faire considérer ce fait comme
invraisemblable. Il est attesté par les meilleures autorités, par les
hommes les mieux instruits sur ce qui concerne Ninon: Chavagnac,
Tallemant des Réaux, Saint-Simon et Voltaire. Il se peut que sous
Louis XV, en 1751, lorsque Douxmesnil écrivait, on s'inquiétât peu des
liaisons amoureuses et de la conduite scandaleuse ou non des femmes
nobles ou non nobles; mais il n'en était pas ainsi sous la régence
d'Anne d'Autriche, ni même sous le règne de Louis XIV, qui plus tard,
et lorsqu'il avait tant de motifs pour être indulgent sur cet article,
obligea cependant mademoiselle de La Force à mettre un terme à son
genre de vie peu réglé et à se retirer dans un couvent. Conférez
l'_Histoire de la Vie et des Ouvrages de La Fontaine_, troisième
édition, page 513.

    Page 259, ligne 3: Qu'elle laissa Ninon en repos.

Chavagnac dit que la reine, en apprenant cette réponse, dit en riant:
«Fi! la vilaine! qu'elle s'en aille où elle voudra. «Ceci est plus
dans le caractère d'Anne d'Autriche que ce que dit Saint-Simon.

    Page 259, ligne 20.

Voltaire attribue ce mot à Ninon même; mais le _Ménagiana_ est une
autorité antérieure et préférable. Le mot est meilleur dans la bouche
d'un autre que dans celle de Ninon.

    Pages 260, lignes 2 et 3: Émery vivait depuis longtemps
      avec la femme de Coulon.

Un de ces couplets, dans mon recueil manuscrit, se termine ainsi:

    . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Ne t'étonne pas si Coulon
    Aime bien la fille Ninon,
    Car il a droit de représailles.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . .
      Daye d'Andaye.

Dans mon exemplaire il y a cette note marginale. «Ninon est celle
qu'on appelle aujourd'hui mademoiselle de Lenclos.» Cette note a été
évidemment écrite dans la dernière époque de la vie de Ninon, et
prouve ce que nous avons dit sur la manière de la désigner. Il a été
fait de ces recueils manuscrits de chansons et de vaudevilles
satiriques un grand nombre de copies. Il y en a dans diverses
bibliothèques particulières, à la Bibliothèque du Roi, à la
Bibliothèque Mazarine, et ailleurs. Il y a dans les _Mémoires_ de
Tallemant le récit d'une dispute entre Coulon et sa femme, en présence
de madame de Tallemant, au sujet d'Émery, mais qui est trop ignoble
pour pouvoir être rapportée.

    Page 261, lignes 4 et 5: Il (d'Aubijoux) mourut le 9 novembre 1656.

François-Jacques d'Aubijoux était baron de Castelnau, de Bonnefons, de
Sauveterre et de Casaubon. Sa famille descendait d'un frère du
cardinal d'Amboise. Les vers du _Voyage de Chapelle et Bachaumont_
dont nous parlons sont ceux qui commencent ainsi:

    Sous ce berceau, qu'Amour exprès, etc.

La mort du comte d'Aubijoux, qui arriva en 1656, nous fait penser que
ce voyage eut lieu en 1655. L'édition faite sur le meilleur manuscrit
est celle de La Haye, 1732, chez Pierre Gosse. Saint-Marc, le seul qui
ait exécuté sur cet auteur un travail d'éditeur, en fait l'aveu; mais
il dit qu'il a connu trop tard cette édition pour pouvoir en faire
usage. Toutes les éditions postérieures à celle de Saint-Marc ne sont
que des réimpressions de la sienne. La plus mauvaise et la plus belle
est celle de Lille, 1826, in-8º.

    Page 263, ligne 11: D'un oculiste nommé Thévenin.

Tallemant nous apprend que madame Thévenin, la femme de l'oculiste,
était la tante de M. Paget. (Tallemant, _Historiettes_, t. II, p.
232.)


CHAPITRE XVIII.

    Page 265, note 2, et page 269, note 1: BUSSY, _Hist. am. des
      Gaules_.

J'ai cité quatre éditions primitives de l'ouvrage de Bussy: la
première ayant pour titre: _Histoire amoureuse des Gaules_; Liége,
sans nom d'imprimeur, sans date, de 208 pages, petit in-12. Le morceau
sur madame de Sévigné est pages 170-171. Le titre du livre porte des
arabesques en triangle. Le titre de l'autre édition est pareil, porte
aussi le nom de Liége, mais a une croix de Saint-André noire et
pleine. Cette édition est faite avec des caractères elzéviriens, et
sur plus beau papier que la précédente. Elle a deux paginations. Le
morceau sur madame de Sévigné commence à la page 23, et se termine à
la page 46 de la seconde pagination. Dans ces deux éditions les noms
sont déguisés, et il y a une clef à la fin. Le cantique inséré page
236 de l'édition de 1754, qui commence ainsi,

    Que Deodatus est heureux, etc.,

ne se trouve dans aucune des deux éditions primitives. Deux autres
éditions portent la date de 1666; l'une, intitulée: _Édit. nouvelle_,
a une clef; l'autre porte le nom de Bussy, et est, je crois, la
première avec les noms réels insérés dans le texte. Une autre édition
du même ouvrage, intitulée _Histoire amoureuse de France_, chez Adrian
Moetjens, 1710, 2 vol. in-12, minces, a aussi les noms réels. Elle n'a
point été connue de l'éditeur de 1754, qui a rétabli ces noms
uniquement d'après la clef; mais cette clef ne les donne pas tous, de
sorte que l'éditeur a laissé dans certains endroits des noms feints,
dont les véritables étaient donnés par l'édition de 1710. Il y a dans
cette édition de 1710 un frontispice gravé, qui paraît être de
l'invention de Bussy, car il y a au bas: _Bus. inv._--_Rabut. excud._
C'est peut-être la réduction d'un dessin du manuscrit original. Il
représente une Renommée, à la trompette de laquelle est attaché un
drapeau portant l'_Histoire amoureuse des Gaules_. Cette renommée
s'envole au-dessus du globe de la terre, sur lequel on lit ces mots:
_la Gaule_; un Amour dirige des flèches sur l'endroit où ce mot est
écrit, et un groupe de petits Zéphyrs se précipite sur le même lieu.
Dans cette édition de 1710 on trouve le cantique, mais à la fin, et
avec d'autres vers de Bussy. Le volume est terminé par la lettre de
Bussy au duc de Saint-Aignan, qui est placée en tête dans l'édition de
1754. Le morceau sur madame de Sévigné est aux pages 281-308. Cette
édition de 1710 est presque entièrement conforme au manuscrit de
l'_Histoire amoureuse de France_ qui est dans la bibliothèque de
l'Institut, no 220, in-4º, quoiqu'elle n'ait point été faite sur ce
manuscrit, comme le prouvent des variantes importantes. Ce manuscrit
commence par la relation des amours de la cour de Savoie, et ne
contient ensuite que l'_Histoire amoureuse de France_.


CHAPITRE XIX.

    Page 273, ligne 12: Il (Scarron) se décida à s'embarquer.

Une femme, nommée Céleste Palaiseau, devait accompagner Scarron dans
ce voyage. C'était une fille bien née, qu'il avait séduite dans sa
jeunesse. Elle s'était faite ensuite religieuse. Son couvent ayant été
supprimé en raison des dettes qu'il avait contractées, Scarron l'avait
reprise avec lui par commisération. (Conférez la note suivante.)

    Page 274, ligue 12: Cependant la première embarcation pour la
      nouvelle colonie eut lieu.

La Martinière, dans la _Vie de Scarron_, t. I, p. 47, et madame
Guizot, dans la _Vie des Poëtes Français_, t. I, p. 485, ont confondu
les dates relatives à la formation de cette compagnie et au mariage de
Scarron. Cette compagnie se forma en l'année 1651, et le mariage de
Scarron ne se fit que l'année suivante. Nous mettrons ici les extraits
des lettres de Scarron et de Loret relatifs à cette curieuse affaire.

«Je jurerais bien qu'arrivant à l'Amérique, où mon chien de destin me
mène....» _Lettre à la comtesse de Fiesque_, dans les _OEuvres de
Scarron_, t. I, p. 34.

«Mais mon chien de destin m'emmène dans un mois aux Indes
occidentales; ou plutôt j'y suis poussé par une sorte de gens fâcheux
qui se sont depuis peu élevés dans Paris, et qui se font appeler
_pousseurs de beaux sentiments_. On ne demande plus parmi eux si on
est honnête homme; on demande si on pousse de beaux sentiments. Voilà,
notre cher ami, le plus spirituel de l'Europe, ce qui me fait fuir en
Amérique. Je me suis donc mis pour mille écus dans la nouvelle
compagnie des Indes, qui va faire une colonie à trois degrés de la
ligne, sur les bords de l'Orillane et de l'Orénoque. Adieu, France;
adieu, Paris; adieu, tigresses déguisées en anges; adieu, Ménage,
Sarrazin, Marigny: je renonce aux vers burlesques, aux romans comiques
et aux comédies, pour aller dans un pays où il n'y aura ni faux béats,
ni filoux de dévotion, ni inquisition, ni hiver qui m'assassine, ni
fluxion qui m'estropie, ni guerre qui me fasse mourir de faim.»
Scarron, _OEuvres_, 1737, t. I, p. 41.

Madame Guizot regrettait de ne pas connaître la date de cette lettre
de Scarron; on voit, par la gazette de Loret, liv. II, p. 14, lettre
4, en date du 22 janvier 1652, qu'elle a dû être écrite en décembre
1651:

    Une prudente maréchale
    Dans l'Amérique occidentale
    Va, dit-on, planter le piquet:
    Non pas pour jouer au piquet,
    Ni planter des choux ni des raves,
    Mais pour, en trafiquant d'esclaves,
    Gagner bravement tous les ans
    Des cent cinquante mille francs;
    Ninon, la belle courtisane,
    Et le sieur d'Aubigny, dit-on,
    Parent du défunt roi breton.

Et liv. II, p. 179 (lettre en date du 31 décembre), Loret dit encore:

    Monsieur Scarron, dit-on, se pique
    De transporter dans l'Amérique
    Son corps maigret, faible et menu,
    Quand le printemps sera venu;
    Et que l'aimable sœur Céleste,
    Qui pour l'esprit en a de reste,
    Doit être aussi, sans manquement,
    Comprise en cet embarquement.

Cet embarquement eut lieu un peu au-dessous de Paris, le 13 mai 1652,
ainsi que nous l'apprend la gazette de Loret:

    Hier samedi, chose certaine,
    Sur le beau fleuve de la Seine,
    S'embarquèrent dessous Paris,
    Tant veufs que garçons, que maris,
    Non point pour aller en Afrique
    Mais en un coin de l'Amérique,
    Des hommes jusques à sept cents,
    Sans y comprendre les absents;
    De plus, sept douzaines de filles,
    Pour établir là des familles,
    Et multiplier audit lieu,
    Selon l'ordonnance de Dieu.

    LORET, III, 57e lettre, du 10 mai 1652, p. 68.

Un abbé de Mariveau, qui était le chef principal de l'entreprise, se
noya dans la Seine, près du Cours, en voulant sauter dans le bateau.
(Cf. Raynal, _Hist. des Établissements européens dans les deux
Mondes_, édit 1820, in-8º, t. VII, p. 44, et Ternaux-Compans, _Notice
hist. sur la Guyane française_, 1843, in-8º, p. 50 à 59.)

    Page 276, ligne 6: Ménage, qui n'aimait pas le marquis.

Tallemant rapporte que Ménage disait sans cesse à madame de Sévigné
que son plus grand malheur était d'avoir épousé le marquis de Sévigné,
et qu'il n'était personne qui, les connaissant tous deux, ne dit
aussitôt: «Quel homme pour une telle femme!»


CHAPITRE XX.

    Page 279, ligne 21: Un des fils Galland, avocat célèbre.

Il paraît que l'avocat Gondran est le même qui fut greffier du grand
conseil, et dont Loret, dans l'endroit cité, fait un grand éloge
comme royaliste, et comme homme charitable. Galland son père était
peut-être celui auquel on doit un _Traité sur le Franc-Alleu_, cité
par de Marca dans son _Histoire de Béarn_, p. 850, à l'_errata_.

    Page 280, ligne 6: Avec La Roche-Giffard, gentil-homme breton.

Ce La Roche-Giffard prit le parti de la Fronde, et fut tué à l'attaque
de la porte Saint-Antoine.

    Page 281, ligne 5: Le jeune abbé d'Aumale.

L'abbé d'Aumale fut sacré archevêque de Reims sous le nom de Henri IV,
en 1651. Il épousa Marie d'Orléans, fille unique du duc de
Longueville, en 1657, et mourut le 5 janvier 1659.


CHAPITRE XXI.

    Page 286, ligne dernière, et 287, ligne première: Il (le marquis de
    Sévigné) ne fut.

Conrart dit de Sévigné: «Quoiqu'il eût quelque esprit et qu'il fût
bien fait de sa personne, on ne s'accommodait point de lui, et il
passait presque partout pour un fâcheux.» Ceci a été écrit avant la
comédie de Molière, et démontre que cette expression était en usage
avant notre grand comique.

    Page 289, ligne 24: Portaient ainsi un remède à la sédition.

Le prévôt des marchands et toute la cour, intimidés de la hardiesse et
de l'insolence des séditieux, voulaient qu'Anne d'Autriche allât loger
avec le roi à l'hôtel de ville; mais elle eut plus de courage et de
tête que tout ce qui l'entourait, et comprit toute l'importance d'une
telle démarche.

    Page 292, ligne 11: Ce parti, proposé par de vils et ambitieux
    courtisans.

M. de Saint-Aulaire ne parle qu'obscurément de ce projet, et semble
l'attribuer à la reine. Anne d'Autriche gardait bien ses secrets; on
voit que même avec le maréchal Duplessis, qui lui était tout dévoué,
elle dissimulait, et qu'elle ne laissa pas percer vis-à-vis de lui le
projet qu'elle avait de faire arrêter M. le Prince: alors elle voulut
envoyer Duplessis en province. (Voyez Duplessis, _Mémoires_, t. LVII,
p. 363-368.)

    Page 292, ligne 21: Les députés de la noblesse et des provinces.

Les députés de la noblesse s'étaient d'abord réunis chez le duc de
Nemours; depuis, ils tinrent leurs assemblées aux Cordeliers.

    Page 294, ligne 11: Que des personnes qui détestaient ce ministre.

Villeroy, Roquelaure, Joyeuse, qui occupaient les premières charges de
la cour, étaient du parti de _Monsieur_, ou du duc d'Orléans. «Je
n'ai, disait Anne d'Autriche dans un moment de découragement, que des
traîtres et des poltrons à l'entour de moi.»

    Page 294, ligne 15: Secondée par la duchesse de Navailles.

C'est à Mazarin que Navailles devait son titre de duc.

    Page 299, ligne 12: Les théâtres, aussi encombrés de spectateurs.

La foule se portait surtout au théâtre de la rue Guénégaud, où les
allusions à ce qui se passait en Angleterre, et l'impopularité du
grand Condé, firent accueillir froidement la pièce nouvelle du grand
Corneille, _Don Sanche d'Aragon_, tandis que son frère (qui se faisait
appeler Corneille Delisle) s'attirait des applaudissements pour sa
comédie intitulée _l'Amour à la Mode_; il y donnait dans Oronte le
type de tous les petits maîtres qui ont été depuis mis au théâtre.
_Don Sanche_ fut imprimé en 1650, mais ne fut joué qu'en 1651; le
prince de Condé a donc pu y assister. Ceci rectifie ce qu'a dit M.
Taschereau, _Vie de Corneille_, 1829, in-8º, p. 159.

    Pages 299, deux dernières lignes: Dont elle gratifiait
    deux fois la semaine toute la haute société.

Le mariage du duc de Mercœur avec une fille de Mancini, nièce du
cardinal, fut une occasion de fêtes; il en était de même pour le
mariage projeté de mademoiselle de Chevreuse et du prince de Conti.
Les occasions qu'on cherchait à faire naître pour déterminer
_Mademoiselle_ et sa sœur la duchesse d'Alençon, ainsi que
mademoiselle de Longueville et d'autres riches partis, étaient aussi
des motifs puissants pour toutes ces réjouissances. Les ambassadeurs
étrangers, qui étaient invités à toutes ces réunions, voulurent faire
honneur à leur nation, et rendirent des fêtes non moins splendides.
L'ambassadeur de Venise en donna une magnifique, dans les premiers
jours de novembre 1651. Elle commença par une collation, puis après il
y eut comédie, ensuite bal, puis le dîner, après feu d'artifice, et
enfin concert. Ces fêtes duraient presque toujours toute la journée.
Dans les fêtes que donnait MADEMOISELLE, elle faisait venir aussi des
acteurs; après la comédie, on dansait, on jouait au colin-maillard.
Toute la famille royale d'Angleterre se trouvait à ces réunions, et ce
fut alors que le duc d'York fut sur le point d'épouser mademoiselle de
Longueville. (Montpensier, _Mémoires_, t. XLI, p. 156.)


CHAPITRE XXII.

    Page 307, ligne 21: Du grand prieur de Malte.

Le grand prieur de Malte, Hugues Rabutin, mourut en 1656; il était né
en 1588.

    Page 308, ligne 15: A la place, celle de mon veuvage.

J'ai suppléé dans ce passage ces mots: _et le commencement d'une
existence_, qui ne se trouvent point dans le texte; ce texte est
incomplet sans cela. Si le texte original est conforme à l'impression,
c'est madame de Sévigné elle-même qui aura fait cette omission, ce qui
arrive fréquemment lorsqu'on écrit rapidement une lettre, et sans la
relire. Cela est évident; le _qui_ et tout ce qu'il régit ne peuvent
se rapporter à l'année de son veuvage, mais à sa vie entière; le sens
et les adjectifs féminins le font assez connaître. Ce passage et une
grande portion de cette lettre ont été donnés au public pour la
première fois dans l'édition de M. Monmerqué; mais aucun éditeur n'a
remarqué que la phrase était incomplète.

    Page 315, ligne 17: Le seul parmi les parlements du royaume
    qui se fût déclaré pour lui.

Le parlement de Bordeaux ne se sépara des autres parlements qu'en
haine du duc d'Épernon, que la reine s'obstina à vouloir maintenir
comme gouverneur de Guyenne.

    Page 317, ligne 12: A l'exclusion de Mazarin, qu'ils détestaient.

La Rochefoucauld, la duchesse de Nemours et plusieurs autres crurent
que Châteauneuf était parvenu à gagner les bonnes grâces de la reine,
et que Mazarin n'était plus désiré que par les partisans qu'il avait à
la cour, qui s'agitaient pour le faire revenir, en haine des ministres
et de Châteauneuf; mais une élude approfondie de tous les documents de
cette époque démontre qu'il n'en était pas ainsi, et que tous ceux qui
l'ont cru ont été trompés par la profonde dissimulation d'Anne
d'Autriche. Conférez surtout les _Mémoires_ de Duplessis-Praslin, t.
LVII, p. 336.

    Page 318, ligne 17: Par un arrêt il confirma celui de Mazarin.

Les précédents arrêts de la même cour, des 7 et 8 février, 11 mars, 2
et 8 août, rendus pour le même objet et dans la même année, se
trouvent, avec l'arrêt cité, dans un recueil que nous possédons.
L'arrêt cité fut rendu le 29 décembre; il est signé Du Tillet. Il fut
publié à son de trompe, dans tous les carrefours de Paris, le vendredi
30 décembre 1651, ville et faubourgs, par Canto, juré-crieur ordinaire
du roi, accompagné de trois trompettes de S. M.

    Pages 318 et 319, lignes dernière et première: Qu'on s'interdisait
      même contre les pirates.

Heureusement que cette atrocité n'eut d'autre suite que celle
d'occasionner les plaisanteries de Marigny, qui dressa un état de
répartition des 150,000 livres accordées pour la tête de Mazarin, et
mettait tant pour le nez, tant pour les oreilles, tant pour la langue
de M. le cardinal, tant pour les membres, etc.


CHAPITRE XXIII.

    Page 323, ligne 23: La cour même et la plus grande partie des
      royalistes.

Loret emploie dans cet endroit le mot _royaliste_, que nous avons
conservé.

    Page 327, note 1re: Chavagnac.

Ces _Mémoires_ de Chavagnac sont fort curieux, et ils auraient dû,
ainsi que ceux de Bussy et de Navailles, être insérés par Petitot dans
sa collection, plutôt que les Mémoires anonymes relatifs au
dix-septième siècle, qui sont supposés; compilation médiocre, qui
n'apprend rien qu'on ne trouve ailleurs.

    Page 327, ligne 14: A lever un régiment pour ce prince.

Il y avait encore à cette époque un reste de ligue parmi les seigneurs
huguenots, puisqu'ils faisaient une pension de huit mille livres au
père du comte de Chavagnac. (Chavagnac, _Mémoires_, t. I, p. 141.)

    Pages 328, lignes 13 et 14: C'est pourquoi il s'attachait à se
      rendre maître de l'esprit du duc d'Orléans.

Il est difficile de deviner ce qui a pu porter Lemontey à faire du
cardinal de Retz un factieux dans la première partie de sa vie, un
héros dans la seconde, si ce n'est la manie d'établir des contrastes
piquants, et d'entasser des phrases ingénieuses aux dépens de la
vérité. Cependant la lecture seule des _Mémoires_ du cardinal de Retz,
faite avec discernement, suffit pour démentir l'idée que Lemontey veut
en donner. Cet auteur ne paraît avoir étudié l'histoire de la Fronde
que dans les _Mémoires_ de Retz; et il était difficile de choisir un
guide plus infidèle et plus partial.

    Page 329, lignes 23 et 24: Et voulait brûler la maison où elles
      s'étaient réfugiées.

Cette maison appartenait à un nommé Vaurouy.

    Page 331, ligne 6: Cependant Innocent.

C'est par une distraction bien singulière qu'Anquetil a écrit (dans
l'_Intrigue du Cabinet_, t. IV, p. 145) _Léon X_, au lieu d'_Innocent
X_. Cette faute n'est point corrigée dans l'_errata_.

    Page 333, ligne 8: La duchesse d'Aiguillon et Fabert.

Fabert était tout dévoué à Mazarin, qui lui avait confié l'importante
place de Sedan, et lui avait donné ses nièces à garder.

    Page 334, ligne 7: Une autorité au moins nominale.

Condé adjoignit à son frère, pour commander sous son nom, le comte de
Marsin, un des généraux les plus expérimentés.

    Page 334, lignes 9 et 10: A des libelles outrageants pour tous deux.

Conrart, à l'endroit cité, a le passage suivant: «On assure qu'ils
(Jarzé et Sarrazin) ajoutaient qu'étant survenu quelque chose de
pressé, où il fallait avoir les ordres du prince de Conti, on les
avait été chercher dans la chambre de madame de Longueville, où on les
trouva tous deux au même lit. Ces placards se sont vus imprimés.»

    Page 334, ligne dernière: Négligeait par trop le soin de sa
      personne.

Cette malpropreté était de famille; car le grand Condé, selon
_Mademoiselle_, était remarquable sous ce rapport. (Montpensier,
_Mém._, t. XLI, p. 314; t. XLII, p. 220.)

    Page 336, ligne 8: A la muse spirituelle de Benserade.

Cette chanson de Benserade commençait ainsi:

    Châtillon, gardez vos appas
      Pour une autre conquête:
        Si vous êtes prête,
        Le roi ne l'est pas.

Bussy, dans son _Histoire amoureuse des Gaules_, rapporte le premier
vers de cette chanson, et nomme l'auteur, Prospère. Ce qui prouve
encore que les éditeurs de l'édition de 1754 ont mis les noms d'après
la clef de la première édition, c'est que cette clef ne contenait pas
l'explication du nom de Prospère, et qu'ils ont laissé ce nom sans
explication. Loménie de Brienne nomme Benserade au lieu de Prospère,
et dans l'édition de l'_Histoire amoureuse de France_ de 1710 le nom
de Benserade est substitué à celui de Prospère. Les éditions récentes
de l'_Histoire amoureuse des Gaules_, sous format in-8º, ne sont que
des réimpressions de l'édition de 1754, avec de nouvelles fautes
d'impression.

    Page 336, ligne 20: Cambiac se retira lorsqu'il sut que Condé
      était son rival.

Lenet dit: «La princesse (de Condé la mère) tint un conseil composé de
Roquette, de la duchesse (de Châtillon), de madame de Bourgneuf, de
Cambiac, et de moi.» Ce passage prouve que Cambiac était du conseil
intime de la princesse douairière, et confirme tout ce que Bussy en
dit, page 181. On doit remarquer que MADEMOISELLE et Lenet confirment
ce que Bussy dit sur Cambiac; ce qui vient à l'appui de l'assertion de
Bussy dans sa lettre au comte du Saint-Aignan, où il affirme que dans
l'_Histoire amoureuse des Gaules_ il n'a fourni que la broderie, mais
que pour les faits, il n'a écrit que ce qui était connu à la cour. Il
y a ici de notables différences entre les diverses éditons de ce
livre. Celle de 1710, intitulée _Histoire amoureuse de France_, donne
sans déguisement le nom de Cambiac.

    Page 338, ligne 15: Publiaient l'un contre l'autre des libelles
      anonymes.

Gondi répondit à tous les écrits de Chavigny par un petit écrit
intitulé _les Contre-temps du sieur de Chavigny_; pamphlet plein de
sel et de gaieté, qui fit, dit-on, pleurer de rage celui contre lequel
il était dirigé.

    Page 339, lignes 12 et 13: En empêchant les troupes du roi de
      pénétrer dans Orléans.

On fit alors une estampe satirique qui représentait MADEMOISELLE en
amazone, armée d'un grand balai, et balayant, comme une ordure,
Mazarin hors des portes d'Orléans.

    Page 341, ligne 19 et 20: Qu'il protégeait contre tous les maux
      de la guerre-civile.

Brienne dit: «On eût bien pu trouver des endroits convenables, en
Normandie, au séjour de la cour; mais on craignait de donner de la
jalousie et du soupçon à M. de Longueville, qui faisait en sorte que
le roi y jouissait d'une partie de ses revenus, qui empêchait qu'on
s'y soulevât, et qu'on y causât le moindre préjudice au service de S.
M.; mais il donnait assez à entendre qu'il ne fallait pas en demander
davantage de lui.»

    Page 342, lignes 4 et 5: Et une hideuse famine.

Balzac écrivait à Conrart, le 20 novembre 1651: «Quand la paix se
ferait demain, cette courte guerre y laissera une longue mémoire des
maux qu'elle a faits. Si on réforme et si on règle ainsi les États,
bien heureux sont les États qu'on laisse dans le désordre et la
corruption.»


CHAPITRE XXIV.

    Page 346, ligne 5: Une actrice.

Cette actrice se nommait Baron.

    Page 347, ligne 4: La duchesse d'Orléans.

La duchesse d'Orléans mit aussi à profit la fureur du jeu, et joua ses
meubles contre des sommes qui surpassaient leur valeur, mais dont la
destination était marquée d'avance. Cet exemple fut imité.

    Page 348, ligne 15: Leurs ouvrages et leurs exemples avaient donné
      un caractère plus grave à ces réunions d'hommes de lettres.

Un maître des requêtes, membre de l'Académie Française, Habert de
Montmor, était à cette époque le Mécène des gens de lettres. Il
cultivait également les sciences et la littérature, et faisait
facilement des vers latins. Il avait table ouverte pour les savants et
les beaux esprits. Il en logeait plusieurs dans son hôtel. Gassendi,
l'homme le plus universel de son temps, ce digne rival de Galilée et
de Kepler, ce précurseur de Newton et de Leibnitz, logea chez lui, et
y mourut. Les réunions dont il était l'oracle et le patriarche ne
discontinuèrent pas même pendant les crises orageuses de l'année
suivante. On y lisait fréquemment des lettres de la reine Christine,
alors en correspondance avec Gassendi et avec plusieurs autres savants
de Paris, qu'elle cherchait à attirer en Suède, donnant ainsi
l'exemple rare, parmi les souverains, de sa prédilection pour un genre
de gloire préférable à celui des conquêtes.

    Page 355, ligne 7: Saint-Évremond.

Saint-Évremond a fait le portrait de la comtesse d'Olonne dans le
temps où il en était lui-même amoureux. Sa mère se nommait Marie de
Raynier. La comtesse d'Olonne mourut le 13 juin 1714.

    Page 359, avant-dernière ligne: Fit échouer les projets du cardinal.

La sœur cadette de la comtesse d'Olonne épousa le maréchal de la
Ferté. Les deux sœurs se ressemblaient par les mœurs, et demeurèrent
ensemble vers la fin de leur vie. Elles étaient d'une branche cadette
de la maison d'Angennes. Elles moururent toutes deux en 1714.
Saint-Simon rapporte sur elles une anecdote curieuse à l'endroit cité.


CHAPITRE XXV.

    Page 362, ligne 6: Quand on veut jaser et qu'on n'ose.

Loret donne une épithète à chacune de ses lettres, pour en
caractériser par un seul mot le contenu, et il a surnommé _tremblante_
celle du 18 août. A la page 40 du livre III, il nous apprend que sur
le Pont-Neuf les crieurs faisaient retentir la place des nouvelles
victoires remportées contre les mazarinistes, tandis que chez le
maréchal de L'Hospital on faisait ceux-ci victorieux.

    Page 362, lignes 17 et 18: On s'empressait aux sermons du père
      Le Boux.... du père George.....

Le père Berthod indique encore un autre prédicateur qui, comme le père
George, prêchait contre Mazarin; mais il n'en donne pas le nom. Nous
apprenons par Loret que c'était à l'église de Saint-Severin que
prêchait le père Le Boux; le père George prêchait aux Jacobins de la
rue Saint-Honoré.

    Page 365, ligne 23: Le déguisement qu'il avait emprunté.

On commanda à Condé de brider un cheval, et il ne sut comment s'y
prendre. Une autre fois, on lui donna la queue de la poêle à tenir
pour faire cuire une omelette, et, en voulant la retourner, il la jeta
dans le feu. M. de Saint-Aulaire, dans son _Histoire de la Fronde_, t.
III, p. 120, se trompe lorsqu'en parlant de cette marche il dit de
Condé, «qu'il s'acquittait mieux qu'aucun de ses compagnons des
différents rôles que lui imposait la nécessité». Il est à présumer
qu'il n'a lu ni la relation de Chavagnac ni celle de Gourville, qui
sont les deux véritables autorités pour ce point d'histoire. Nemours,
qui avait fait une traversée semblable avec Chavagnac, pour aller en
Flandre chercher les troupes espagnoles, s'était montré encore plus
inexpérimenté. Malgré son courage, il ne pouvait supporter la fatigue
et les privations; et il subissait tous les inconvénients d'une
éducation molle et efféminée.

    Page 365, ligne 23: Contre un gentil-homme royaliste.

La Rochefoucauld nomme ce gentil-homme La Bassinière; Chavagnac le
nomme Bassiniac. Chavagnac raconte, à la page 151, un singulier acte
de brutalité de Condé envers Guitaut.

    Page 367, lignes 13 et 14: Le Languedoc ne lui eût point été
      contraire.

Du Languedoc il faut excepter la ville de Toulouse, que le parlement
eût maintenue dans le parti du roi.

    Page 367, ligne 23: Condé se rendit à Paris.

Loret nous apprend que ce fut un jeudi que Condé entra dans Paris. Le
bas peuple cria _vive Condé!_ et des femmes du peuple allèrent à sa
rencontre avec des lauriers.


CHAPITRE XXVI.

    Page 373, ligne 3: Il chemina lentement.

Le roi alla loger au Louvre, qui était alors entouré de fossés, et non
aux Tuileries.

    Page 373, note 2: _Loménie de Brienne_.

On dira peut-être, au sujet de cette citation de Loménie de Brienne,
qu'elle prouve peu, parce que dans ce passage c'est le fils du
maréchal de Villeroi qui dément les bruits injurieux répandus sur son
père relativement à l'éducation de Louis XIV, dont le maréchal était
gouverneur; mais ce témoignage vaut bien celui des ennemis de Mazarin,
qui avaient plus d'intérêt à noircir ce ministre, que Villeroi fils à
le disculper longtemps après sa mort.

    Page 377, ligne 12: La dispersion du papier par ceux de la paille.

L'affaire du papier, quoique réprimée, produisit cependant son effet;
elle amena la concession des passe-ports qu'on avait refusés aux
bourgeois députés par le roi, et la démission de Broussel de sa place
de prévôt des marchands.

    Page 377, ligne 16: Les partisans du roi dans Paris.

Sève, annonçant au roi qu'il était suivi par un grand nombre de ses
concitoyens, dit: «Sire, laissez-vous vaincre à leurs prières,
rendez-vous à leurs larmes, etc.»

    Page 378, note 2: Berthod.

La publication récente des Mémoires du P. Berthod a jeté un jour tout
nouveau sur cette partie importante de l'histoire de la Fronde. Quand
les masses sont préparées à une révolution, l'influence individuelle a
une grande puissance; quand, au contraire, elles sont opposées à tout
changement, cette influence est nulle.

    Page 380, ligne 19: Jaloux de la faveur dont il jouissait.

Loret lui-même, quoique bon royaliste, n'aimait pas Mazarin, et dit
qu'il est haï des provinces.

    Page 382, ligne 12: Mazarin reparut.

Tandis que Condé pillait les convois de grains qui entraient dans la
capitale, Mazarin les faisait protéger par les troupes royales. Quand
il fallut conférer pour l'entrée du roi, ce ne fut pas aux chefs des
partis, ou au prévôt des marchands, ou au gouverneur, que l'on voulut
avoir affaire, mais avec les six corps des marchands et avec les trois
cents bourgeois qui commandaient la garde urbaine. Voilà de
l'habileté. MADEMOISELLE s'enfuit, masquée et déguisée, et sous un
faux nom, dans le carrosse de madame de Montmort. Gaston, en partant,
ne voulut point la voir; il lui reprochait de l'avoir poussé contre la
cour. Les caractères faibles se font justice: ils sentent qu'ils ne
peuvent rien par eux-mêmes, et attribuent toujours aux autres les
fautes qu'ils commettent. Tous les membres du parlement, quelles que
fussent leurs opinions, quelle qu'eût été leur conduite, furent
convoqués au Louvre, à la réserve d'un très-petit nombre des plus
factieux; savoir, Broussel, Vial, de Thou, Portail, Bertaut, Croissy,
Fouquet, Machault-Fleury. Vincennes et la Bastille furent rendus par
Louvière et madame de Chavigny, sur un simple ordre du roi. Gaston et
le parti des princes voulurent faire croire à la cour que Paris était
encore trop près de la révolte; ils demandaient du temps pour disposer
la population à recevoir le roi; mais on était trop bien instruit de
l'état des choses pour se laisser tromper, et la cour continua sa
marche. La même situation se retrouva pour Louis XVIII. Fouché
persuada au conseil du roi que les jacobins étaient encore redoutables
dans Paris, et il arrêta le monarque à Saint-Ouen; par là on crut cet
homme nécessaire ainsi que les siens, et il souilla la royauté de son
ministère. On apprit ainsi aux peuples que le sceptre résidait entre
les mains de la peur. Tous les malheurs qui suivirent viennent de
cette première faute. Lorsque Louis XVIII crut devoir s'arrêter à
Saint-Ouen, les jacobins avaient encore moins d'influence dans Paris
que les frondeurs lors du retour de Louis XIV. On ne sut pas séparer
le parti conventionnel ou jacobin du parti militaire ou bonapartiste;
ces deux partis étaient bien distincts, et opposés. Ils se réunirent
quand ils se virent enveloppés par la royauté dans une même défiance.
Alors le roi et la monarchie restèrent dépouillés de leurs plus fermes
appuis, et eurent pour ennemis les bonapartistes, qui alors, ayant
répudié leur chef, avaient intérêt à tout conserver, à tout affermir,
et au besoin à tout reconquérir.

    Page 383, lignes 4, 5 et 6: Cette marche habile lui acquit l'estime
      de tous les cabinets étrangers.

De même que Richelieu, Mazarin ne sépara jamais ses intérêts de ceux
du royaume, ni le royaume de la personne du roi. Lorsque Condé voulait
dominer le roi, Mazarin conseillait à la reine de s'unir au
coadjuteur, qui pourtant était son plus grand ennemi; et plus tard il
préférait mettre le roi sous le joug de Condé, et par conséquent sous
celui de ses sujets révoltés, plutôt que sous la domination des
Espagnols.

    Page 386, ligne 21: Au lieu d'armer et de se fortifier.

Le roi d'Angleterre (le prétendant) prêta au cardinal de Retz jusqu'à
cent vingt hommes pour se fortifier.

    Page 387, lignes 5 et 6: Où il étala tant de luxe et de
      magnificence.

Pendant la durée de cette ambassade, sa dépense se montait à huit
cents écus par jour.


CHAPITRE XXVII.

    Page 392, lignes 21, 23, 24: Condé... vient siéger sur les fleurs
      de lis.

Monglat dit que ce fut le 10 août que Condé vint siéger au parlement.

    Page 393, note 1: DE VILLEFORE, la véritable vie d'Anne-Geneviève
      de Bourbon, duchesse de Longueville, etc.

L'édition qui porte pour titre: _Vie de madame de Longueville_, et
qui est sans nom de lieu, est faite à Paris. L'auteur n'est point
nommé, tandis qu'il l'est deux fois dans l'édition d'Amsterdam, dans
un avis du libraire et dans un avertissement d'éditeur. L'avis du
libraire, qui indique les retranchements qu'a subis l'édition de
Paris, est à la fin du volume.

    Page 399, ligne 2: C'est dans le château de celui-ci que se fit le
      mariage.

Ce mariage se fit en 1646, vers la fin de l'hiver. Mademoiselle de
Rohan avait vingt-sept à vingt-huit ans, et était d'une vertu sévère.

    Page 400, ligne 9: Sa mort termina ce romanesque procès.

Tancrède mourut le 1er février 1649, âgé de dix-neuf ans. Conférez
l'_Histoire de Tancrède de Rohan_ (par le père Griffet); Liége, 1767,
in-12, p. 55 et 91. Ce volume, par les pièces justificatives qui le
terminent, contient quelques documents curieux pour l'histoire.


CHAPITRE XXVIII.

    Page 404, ligne 21: La duchesse n'y paraissait point.

Mademoiselle de Montpensier décrit, dans ses Mémoires, une fête qui
eut lieu chez la comtesse de Choisy, où il y eut comédie et collation.
Puis elle ajoute: «Tout ce qu'il y avait d'hommes et de femmes à Paris
y vinrent.» Ce qui veut dire, dans son langage, qu'il n'y avait pas un
seul homme ni une seule femme de la classe bourgeoise.

    Page 404, les deux dernières lignes: C'est que c'était aux
      Tuileries, où elle demeurait alors.

Mademoiselle de Montpensier fut délogée des Tuileries au retour du
roi. Il faut lire dans l'endroit cité les regrets qu'elle exprime
d'être forcée de quitter ces magnifiques appartements, où elle avait
toujours habité.

    Page 408, ligne 12: Adonnée à l'astrologie et à la divination.

Il faut lire dans Segrais la curieuse histoire de l'abbé Brigalier.

    Page 409, lignes 27 et 28: La présidente de Pommereuil pour
      le cardinal de Retz.

Le cardinal de Retz donna au roi et à la reine d'Angleterre un repas
si magnifique, qu'il fut pendant quelques jours, dans Paris, l'objet
principal des entretiens des cercles et des ruelles.

    Page 410, ligne 3: Chez la marquise de Bonnelle.

C'était, à ce qu'il paraît, d'après Loret, chez la marquise de
Bonnelle que l'on jouait alors. Le jeu à la mode était celui de
quinola ou le reversis. Il venait d'Espagne.

    Page 410, lignes 6 et 7: MADEMOISELLE faisait presque toujours
      venir les vingt-quatre violons.

Les vingt-quatre violons firent partie de la maison du roi, mais ils
ne formaient pas les seuls musiciens de la chambre; il y avait encore
les joueurs de violons ordinaires, les joueurs de hautbois, de
_saqueboutes_ et _cornets_, les joueurs de _phiphres_, _tabourins_ et
_muzettes_. Tous avaient des gages, et les sommes qu'ils recevaient se
lisent p. 143, 144, 168 et 169 de l'ouvrage du sieur de LA MARINIÈRE,
intitulé _Estat général des officiers, domestiques et commençaux de la
Maison du Roy_; Paris, 1660, in-8º. Ce livre est curieux et peu connu,
et il ne faut pas le confondre avec l'_État de la France_, dont on
publiait une nouvelle édition presque tous les ans, et auquel a
succédé l'_Almanach royal_.

    Page 411, ligne 2: Joints aux négociations.

La duchesse d'Aiguillon négociait à Saint-Germain pour le prince de
Condé. Voyez Chavagnac, t. I, p. 167. Il y a dans cet endroit une
erreur de pagination.

    Page 411, ligne 16: La gaieté régnait au milieu des dangers.

Remarquons cependant que dans le midi la guerre se faisait avec
acharnement, et donnait lieu à d'atroces forfaits: témoin l'affaire du
chevalier de Canolle, pendu quoique prisonnier de guerre, et celle du
père de Chavagnac, livré par ses propres troupes et assassiné par son
maître d'hôtel.

    Page 412, lignes 14 et 15: Ces divers spectacles attiraient hors
      de Paris.

Ces divertissements et ces communications eurent surtout lieu lorsque
Turenne s'était retranché derrière le bois qui est sur les hauteurs de
Villeneuve-Saint-Georges; alors les princes se trouvaient campés
proche de Boissy-Saint-Léger, dans la plaine qui est entre ce village
et le bois de Villeneuve-Saint-Georges (le bois du château de La
Grange); le bois séparait les deux camps, et formait l'intervalle
qu'aucune des deux armées n'osait franchir.


CHAPITRE XXIX.

    Page 413, ligne 2 du texte: Fut encore augmenté par l'arrivée
      du duc de Lorraine à Paris.

Ce fut le 5 septembre que le duc de Lorraine vint à Paris, accompagné
du duc de Wurtemberg. Le duc de Lorraine était né en 1604.

    Page 414, lignes 10, 11 et 12: Faisait profession de ne tenir à
      sa parole qu'autant que son intérêt l'y obligeait.

Pavillon, dans son Testament de Charles IV, a très-bien dit de lui:

    Il donna librement sa foi
    Tour à tour à chaque couronne;
      Il se fit l'étrange loi
    De ne la garder à personne.

Cette morale dépravée fut commune parmi les guerriers de ce temps, et
le duc de Lorraine fit plus d'un élève. On peut lire dans les
_Mémoires de Loménie de Brienne_, t. II, p. 295, quels affreux
conseils donnait à ce jeune homme entrant dans le monde le duc de
Vendôme.

    Page 414, ligne 20: En épousant ensuite Béatrix de Cusane,
      princesse de Cantecroix.

Le mariage du duc de Lorraine avec la princesse de Cantecroix eut lieu
en 1637, à Besançon.

    Page 415, ligne 25: Les déterminations de Charles IV.

La duchesse de Châtillon elle-même ne craignait pas de donner de la
jalousie à Condé, en faisant des coquetteries au duc de Lorraine.

    Page 416, ligne 2: Ses manières si étranges parurent piquantes.

Dans une promenade au Cours que le duc de Lorraine fit avec la
duchesse de Chevreuse, sa fille, et madame de Frontenac, sa
conversation fut tout à fait ordinaire. Voyez les Mémoires de Conrart.

    Page 416, ligne 10: Les troupes de tous les partis.

Les troupes du duc de Lorraine n'étaient pas les seules qui commissent
des désordres; celles des princes, les troupes royales elles-mêmes, ne
se conduisaient pas mieux. Pour donner une idée de l'indiscipline de
ces dernières, il suffit de dire que le maréchal d'Hocquincourt, qui
les commandait, ne put empêcher sa maison d'être dévastée. Chavagnac
avoue que pendant deux jours qu'il fut cantonné à Poissy, il reçut de
riches présents des propriétaires des environs pour empêcher qu'ils ne
fussent pillés.

    Page 416, ligne 20: Le chef d'une troupe de démons que, comme
      un général d'armée...

Loret, dans sa gazette, raille ainsi les Parisiens de l'accueil qu'ils
faisaient au duc de Lorraine:

    Les soldats du duc de Lorraine
    Ont enfin traversé la Seine,
    Et plusieurs des gens de Paris,
    Loin d'en avoir les cœurs marris,
    Après avoir mangé leurs soupes,
    Allèrent voir passer ces troupes
    Avant-hier, qu'il faisait beau,
    Dans la plaine de Long-Boyau.
    Ils ont brûlé cinq cents villages,
    Ravi douze cents pucelages,
    Fait deux mille maris cornus,
    Et pourtant sont les bien-venus.

    Page 418, ligne 15: L'abbesse de Pont-aux-Dames.

Conrart place ce fait le 4 juin.

    Page 421, lignes 6 à 8: Elles portaient des rubans, des montres
      d'or, etc.

Au sujet des habillements de ces religieuses, voici comment s'exprime
saint Vincent de Paul:

«Plures vestes monialum deferunt indecentes, et immodestas. In
locutoriis se ostentant vittis ignei coloris fulgentes; horarias
aureas, seu horologia aurea gestitant; chirotecas etiam raras, et quas
vocant hispanas, induunt.» (G. DELORT, _Mes Voyages aux environs de
Paris_, in-8º, t. II, p. 173.)


CHAPITRE XXX.

    Page 425, ligne 6: Où chaque guerrier se bat avec acharnement.

Cette bataille eut lieu le 5 juillet. Les descriptions qu'en ont
données les historiens que j'ai cités se ressemblent toutes, et sont
exactes; mais elles sont dépourvues de ces scènes animées qu'on trouve
dans les Mémoires, et dont nous avons tenté de donner une esquisse. Il
y a dans Ramsay, ainsi que dans Désormeaux, un très-beau plan de cette
bataille; c'est le même dans les deux ouvrages. Il a été réduit dans
l'édition in-12 de l'ouvrage de Désormeaux.

    Page 425, ligne 21: En versant des torrents de sang.

L'aide de camp de Chavagnac, après s'être battu en brave homme, fut
tellement frappé d'horreur du massacre de cette journée, qu'il quitta
l'état militaire et se fit capucin.

    Page 426, ligne 16: Mais nul plus que Saint-Mesgrin.

Personne n'était plus aimé à la cour que Saint-Mesgrin. Malgré sa
jeunesse, il avait commandé en chef une armée en Catalogne, et déployé
dans cette campagne les plus grands talents pour la guerre. La reine
mère, dont il était chéri et favorisé, le pleura, et le fit inhumer
avec pompe à Saint-Denis. Saint-Simon donne très en détail, dans
l'endroit cité, toute l'histoire du père de ce jeune homme, qui mourut
en 1665, à l'âge de quatre-vingt-trois ans. Il était gendre du
maréchal de Roquelaure, et grand sénéchal de Guyenne. Saint-Simon nous
apprend que le vrai nom du père de Saint-Mesgrin était Esthbuert; ce
fut par une héritière de Caussade, dont il joignit son nom au sien,
qu'il devint Saint-Mesgrin. Dans l'insipide ouvrage de Somaize, il y a
quelques détails sur la duchesse de Chaulnes, qui fut veuve de
Saint-Mesgrin, et sur les femmes qui étaient ses amies. Elle est
désignée sous le nom de Clidaris; Sophronie est madame de Sévigné; le
Palais-Sénèque est le Palais-Royal; Barsane est cette marquise des
Brosses dont j'ai raconté les aventures touchantes dans la Vie de
Maucroix. Le jeune de Fouilloux s'était joint aussi à Saint-Mesgrin,
et périt dans la même action.

    Page 428, lignes 8 et 9: Dans une maison de particulier.

Cette maison était celle d'un nommé de La Croix, maître des comptes.


CHAPITRE XXXI.

    Page 431, ligne 16: Le duc de Beaufort, le héros de la populace
      de Paris.

L'hôtel de Beaufort était alors rue Quincampoix.

    Page 431, lignes 19, 20: Qui épouvantèrent le gouverneur, le
      prévôt des marchands, les échevins.

Le carrosse du prévôt des marchands fut attaqué par la populace, et un
échevin fut blessé. On pilla la boutique d'un armurier nommé
Regnicourt. Un nommé L'Espinois, capitaine de son quartier, manqua
d'être jeté à l'eau, parce qu'il était accusé d'être retz ou mazarin.

    Page 431, ligne 21: Et forcèrent à fuir sous divers déguisements...

La maréchale de Turenne, qui demeurait alors rue Saint-Louis au
Marais, alla rejoindre la cour; Seguier, premier président, en fit
autant, ainsi que le roi et la reine d'Angleterre, qui se trouvaient
alors à Paris. (Loret, liv. III, p. 64.)

    Page 432, ligne 9: Força de recourir à une assemblée générale.

Talon donne, dans cet endroit de ses Mémoires, des renseignements
curieux et intéressants sur les grandes et les petites assemblées de
la ville de Paris.

    Page 432, lignes 16 et 17: De ses soldats déguisés en gens du peuple.

Lefebvre de La Barre, prévôt des marchands, donna sa démission
aussitôt après le tumulte.

    Page 432, ligne 22: A se soustraire à la fureur populaire.

Les vers de Loret, quoiqu'ils soient toujours dépourvus de grâce et de
poésie, ont, en racontant ces scènes déplorables, une naïveté qui
plaît, parce qu'on y voit une douleur sincère dans celui qui les
écrivait. Ce gazetier si insipide, ce versificateur si plat, était un
des plus honnêtes hommes de cette époque; il montre partout les
sentiments d'un bon Français; et s'il flattait les grands, il ne les
abandonnait pas dans le malheur, comme le prouva l'affaire de Fouquet.

    Page 434, ligne 24: Avaient encore augmenté le resserrement de la
    population.

Talon dit qu'il y avait alors cent mille personnes auxquelles la
charité était distribuée. Le pain blanc valait le 6 juillet onze à
douze sous la livre (c'est vingt-quatre sous d'aujourd'hui). Le pain
bis valait sept sous (quatorze sous).

    Page 435, ligne 21: Pour un vol de 300,000 livres de marchandises.

C'est Chavagnac lui-même qui raconte ce fait. Ces marchandises
appartenaient à des bourgeois de Paris.

    Page 435, ligne 25: Gaston fit aussitôt conduire le comte de
      Rieux à la Bastille.

Il est fait mention de cette affaire du comte de Rieux dans plusieurs
des Mémoires du temps; mais c'est dans les Mémoires de Talon qu'elle
est le mieux détaillée.

    Page 436, ligne 11: Beau, galant, gracieux et enjoué.

Voici le portrait que Bussy-Rabutin, qui n'est pas louangeur, nous a
laissé du duc de Nemours: «Ce duc avait les cheveux fort blonds, le
nez bien fait, la bouche petite et de belle couleur; il avait la plus
jolie taille du monde, et dans ses moindres actions une grâce qu'on ne
pouvait assez admirer; l'esprit fort enjoué et badin.»

    Page 438, ligne 25: Pour en arracher cette détermination.

Condé, par le moyen de ses liaisons avec l'Espagne, avait obtenu, au
moyen d'une rançon, la liberté du duc de Guise, fait prisonnier par
les Espagnol, lors de son expédition contre le royaume de Naples; mais
en arrivant à Paris le duc de Guise se déclara pour le roi, et siégea
dans la séance où la déclaration royale qui proscrivait Condé fut
enregistrée. Le duc de Rohan aussi accepta l'amnistie, et ne suivit
pas Condé.

    Page 439, ligne 24: Depuis qu'il n'était plus obligé de la disputer
      à Nemours.

Lorsque Condé, par une habile manœuvre, eut enfermé l'armée de
Turenne entre la sienne et celle du duc de Lorraine, il fut saisi
d'une fièvre qui lui dura quelques jours, et l'empêcha de profiter des
succès de ses combinaisons. Guy-Joly dit, dans ses Mémoires, que cette
indisposition de M. le Prince fut causée par une comédienne dont il
s'était trop approché. Ce qui me semble prouver, comme je l'ai dit,
que Condé bien avant son départ de Paris était fort refroidi à l'égard
de la duchesse de Châtillon.

    Pages 441, lignes 1 et 2: De femmes qui dans le vice conservassent
      moins de respect pour la vertu.

Sauval donne encore pour amants à la duchesse de Châtillon, Bouchu,
intendant de Bourgogne, et Cambiac, auquel il donne le titre de
chanoine d'Alby et de Montauban. Mais Sauval, mal instruit des choses
de la cour, a écrit longtemps après les événements. Pour tous ces
petits faits scandaleux, qui ont de l'importance par leur influence
sur les grands événements, il faut consulter les Mémoires des
personnes qui ont connu les personnages mêmes auxquels ces anecdotes
sont relatives. Les Mémoires de Montpensier, de Motteville, et surtout
ceux de Bussy, sont les meilleures sources et les plus authentiques.


CHAPITRE XXXII.

    Page 446, ligne 17: Telles étaient les dispositions où se trouvait
      Balzac.

Jean-Louis Guez, seigneur de Balzac, naquit en 1594 et mourut en 1655.
Employé d'abord à Rome sous le cardinal de la Valette, il avait été
fait conseiller d'État.

    Page 448, lignes 20 et 27: Le suivirent à Nantes.

Salmonet était d'avis que le cardinal de Retz s'évadât; et s'il avait
suivi ce conseil et qu'il eût cessé d'intriguer avec ceux du parti de
Condé, il se serait encore arrangé avec la cour, tant la possession de
l'archevêché de Paris et son union avec le clergé de cette ville le
rendaient puissant, et exigeaient de ménagements de la part de
l'autorité.

    Page 451, lignes 17 et 18: Après ce piquant écrit: _Vita Mamurræ_.

La _Vita Gargillii Mamurræ_ fut composée en 1636, et imprimée en 1643
par Adrien de Valois, dans un recueil de pièces contre Montmaur, t. I,
p. 23. L'Anti-Gomorrhe, t. I, p. 44, de Sallengre, est de Charles
Vion. Sallengre cite des mots de Montmaur très-spirituels. La _Vita
Mamurræ_ est dédiée à un nommé Ferramus, avocat; il était de Boulogne.

    Page 452, ligne dernière du texte: Dans cette première édition des
      poésies de Ménage.

Ménage, à la cinquième édition, ajouta à l'idylle d'Alexis les deux
vers suivants, p. 146:

    Digne objet de mes vœux, à qui tous les mortels
    Partout, à mon exemple, élèvent des autels.

Et dans la septième, à ces mots: _à la tendre amitié_, il substitua:
_aux lois de l'amitié_; et à ceux-ci: _et dont l'âme insensible_,--_et
toujours insensible_.


CHAPITRE XXXIII.

    Page 456, ligne 1re du texte: Le marquis de Tonquedec était...

Conrart rapporte les deux versions qui coururent dans le public sur
cette première rencontre de Tonquedec et de Rohan: la version de Rohan
et celle de madame de Sévigné (p. 91). Celle de madame de Sévigné
mérite le plus de confiance, et est aussi la plus vraisemblable.

    Page 459, lignes 22 et 23: Et Loret même en avait parlé dans sa
      gazette.

Loret, dans sa _Muse historique_, annonce ainsi cette affaire.

    Rohan, dont le cœur et la mine
    L'ont fait parvenir à l'hermine,
    Et le marquis de Tonquedec,
    Quoique dans un lieu de respec,
    Savoir, chez Sevigny la belle,
    Eurent entre eux grosse querelle, etc.

    Page 461, ligne 25: Le duc de Rohan mourut.

Loret a donné la date précise de la mort du duc de Rohan, dans sa
gazette datée du 6 mars, lorsqu'il dit:

    Ce fut depuis sept jours en çà
    Que le noble duc trépassa, etc.


CHAPITRE XXXIV.

    Page 464, ligne 1re: Scarron se maria.

L'époque du mariage de Scarron avec Françoise d'Aubigné (depuis madame
de Maintenon) se trouve exactement déterminée par la gazette de Loret;
cependant presque tous les auteurs qui ont écrit sur elle ou sur
Scarron l'ont ignorée, ou, ce qui est pire, lui ont assigné une fausse
date. M. Monmerqué, si curieux et si exact dans ses recherches, ne
donne point la date de ce mariage dans l'article _Maintenon_, dont il
a enrichi la _Biographie Universelle_. Madame Suard et Dreux du Radier
placent ce mariage en 1650, deux ans avant sa véritable date. Madame
Guizot le met en 1651, probablement sur l'autorité de La Beaumelle,
qui même va jusqu'à désigner en marge le mois d'avril; mais la date de
l'année comme celle du mois sont également fausses. Segrais, par ses
contradictions, est la première cause de ces erreurs; dans une page de
ses _Souvenirs_, il dit que Scarron se maria en 1650 (voyez page 100),
et dans une autre, p. 105, en 1651. Les auteurs subséquents ont pris à
peu près au hasard l'une ou l'antre date, sans se douter qu'ils ne
choisissaient qu'entre deux erreurs. Cependant, longtemps avant moi,
les frères Parfaict, dans leur _Histoire du Théâtre français_,
avaient, d'après la gazette de Loret, donné la véritable date. M.
Fabien Pillet, dans l'article _Scarron_, de la _Biographie
Universelle_, a bien dit que ce mariage eut lieu en 1652, mais sans
aucune discussion, et sans détermination plus précise. C'est dans sa
lettre 52, du 31 décembre 1651 (liv. II, p. 179), que Loret parle du
projet de Scarron de se transporter en Amérique avec la sœur Céleste
(mademoiselle de Palaiseau), quand le printemps sera venu; nulle
mention alors que Scarron eût pris femme: c'est dans la lettre 22 du 9
Juin 1652 (liv. III, p. 77) que Loret parle du mariage récent de
Scarron, et de son procès avec sa belle-mère.

    Monsieur Scarron, esprit insigne...,
    Avait un procès d'importance,
    Lequel il a perdu tout net.
    . . . . . . . . . . . . . . .
    Car enfin ledit personnage
    Ayant contracté mariage
    Avec une épouse ou moitié,
    Qu'il a prise par amitié,
    Il était chargé, ce me semble,
    De deux pesants fardeaux ensemble.

C'est à l'imitation de Scarron que Loret écrivait sa gazette en style
burlesque. Il le regardait comme son maître et son modèle dans ce
genre d'écrire. Il professait pour lui la plus grande admiration. Il
donne place dans sa gazette aux plus petites choses qui le concernent.
Si donc ce mariage avait été antérieur de plus de quinze jours à cette
feuille du 9 juin, Loret n'aurait pas manqué d'en faire mention dans
les gazettes antérieures; il n'en dit rien: donc c'est entre la
gazette qui a précédé celle-ci et le 9 juin que ce mariage a eu lieu.

    Page 463, note 2: _Lettre_ à mademoiselle d'Aubigné.

Cette curieuse lettre de Scarron est certainement adressée à
mademoiselle d'Aubigné, quoique son nom ne soit pas dans les éditions.
Les correspondances de Scarron, de madame de Maintenon, et de Bussy,
ont été imprimées avec une négligence qui les rend souvent
inintelligibles même aux plus instruits.

    Page 464, lignes 7 et 8: Agée de seize ans et demi.

Madame de Maintenon était née le 28 novembre 1635; elle avait donc
seize ans et demi lors de son mariage; son frère était plus jeune.

    Page 465, lignes 6 et 7: Contemplez cet enfant qui se joue sur le
      rivage de Sicile.

Des recherches récentes, dues à un savant Italien, sur l'origine de la
famille de Mazarin, ont constaté ces faits. Ils m'ont été communiqués
par M. Artaud de Montor, qui a résidé longtemps en Italie, auquel nous
devons la meilleure traduction et la meilleure vie du Dante, et tant
d'excellents ouvrages qui concernent l'Italie. Saint-Simon, si curieux
et si savant sur tout ce qui se rapporte aux recherches généalogiques,
avait en quelque sorte deviné la naissance infime de Mazarin; car dans
ses _Mémoires_, après avoir parlé des nièces du cardinal, il dit: «Si
les pères de ces nièces n'étaient rien, leurs mères, sœurs du
cardinal Mazarin, étaient, s'il se peut, encore moins. Jamais on n'a
pu remonter plus haut que le père de cette fameuse éminence, ni savoir
où elle est née, ni quoi que ce soit de sa première jeunesse. On sait
seulement qu'ils étaient de Sicile; on les a crus des manants de la
vallée de Mazare, qui avaient pris le nom de Mazarin, comme on voit à
Paris des gens qui se font appeler Champagne, Bourguignon. La mère du
cardinal était Buffalini. Son père mourut obscur à Rome, en 1654, âgé
de soixante-dix-huit ans. Cela n'y fit pas le moindre bruit. Les
nouvelles publiques de Rome eurent la malice d'y insérer ces mots:
«Les lettres de Paris nous apprennent que le seigneur Pietro Mazarini,
père du cardinal de ce nom, est mort en cette ville de Rome, etc.» (T.
XI, p. 190.) Loménie de Brienne, qui écrivait du vivant même de
Mazarin, et lorsqu'il était tout-puissant, ne savait rien non plus sur
son origine; il dit, t. II, p. 10: «Que le cardinal fût de Rome ou de
Mazara, qu'il fût né gentil-homme ou non, je laisse ces difficultés à
débrouiller aux généalogistes.»

    Page 466, ligne 24: Au dur despotisme d'une parente avare.

Cette parente était la comtesse de Neuillant, mère de madame la
duchesse de Navailles.

    Page 466, lignes 26 et 27: On la croyait née en Amérique.

Saint-Simon le croyait encore, et ignorait de qui elle était
descendue. La justice vient tard pour les personnages qui ont exercé
un grand pouvoir; tout ce que dit Saint-Simon sur madame de Maintenon
est l'expression de la haine et le résultat de la plus injuste
partialité. Il en est de même de ce qu'a dit MADAME (mère du duc
d'Orléans, régent) dans sa correspondance. Il en est de même de
presque tous ceux qui ont écrit sur cette femme célèbre dans le temps
de sa faveur. Pendant tout le dix-huitième siècle les philosophes, à
cause de sa dévotion, lui ont attribué sur les affaires une influence
qu'elle n'avait pas, afin de pouvoir rejeter sur elle les malheurs
publics et les désastres des dernières années du règne de Louis XIV.
Ce n'est que de nos jours que l'on a commencé à la juger
impartialement.

    Page 467, lignes 17 et 18: Loret, en devisant sur ce prétendu
      voyage dans sa bavarde gazette.

Dans la lettre 25, en date du 5 octobre 1652, liv. III, p. 139, Loret
dit:

    Monsieur Scarron, auteur burlesque,
    Fort aimé du comte de Fiesque,
    Est parti de cette cité
    Ayant sa femme à son côté,
    Ou du moins en étant bien proche,
    Lui dans une chaise, elle en coche,
    Pour devers la ville de Tours
    Aller attendre quelques jours
    L'embarquement pour l'Amérique,
    Où sa personne poétique
    Espère trouver guérison.

Puis, dans la lettre 45, en date du 9 novembre 1652, liv. III, p. 154,
c'est-à-dire un mois après la lettre précédente:

    J'avais dit, en juin ou juillet,
    Que cet esprit rare et follet,
    Admiré de tout galant homme,
    Qui le petit Scarron se nomme,
    Avait choisi par amitié
    Une jeune et belle moitié.
    J'ai dit, en une autre semaine,
    Que vers les champs de la Touraine
    Icelui s'était transporté
    Ayant sa femme à son côté,
    Avec intention formée
    (Ce disait lors la Renommée)
    D'attendre, sans y manquer,
    La saison propre à s'embarquer,
    Pour voguer en terre lointaine,
    Que l'on appelle américaine,
    En laquelle il prétend, dit-on,
    Devoir rehausser son menton.
    Or, j'ai maintenant à vous dire
    Que cet auteur à faire rire,
    Nonobstant son corps maladif,
    Est devenu génératif;
    Car un sien ami tient sans feinte
    Que sadite épouse est enceinte
    De trois ou quatre mois et plus.
    Et puis dites qu'il est perclus!

Madame de Maintenon écrivait, dans une de ses lettres à son frère:
«Vous savez que je n'ai jamais été mariée.»

    Page 468, lignes 15 et 16: C'est elle-même qui a fait l'aveu de ce
    dernier motif comme d'une faiblesse...

Dans le passage cité de La Beaumelle, elle dit: «J'en suis punie
aujourd'hui par l'excès de faveur; comme si Dieu m'eût dit, dans sa
colère: Tu veux de la gloire et des louanges: eh bien! tu en auras
jusqu'à en être rassasiée.»

    Pages 468 et 469, lignes dernière et première: Les doutes qu'on a
      élevés sur madame Scarron au sujet du marquis de Villarceaux.

Tallemant des Réaux, après avoir rapporté un voyage que madame Scarron
fit au château de Villarceaux avec Ninon, et l'amour que Villarceaux
avait pour madame Scarron, et les efforts qu'il fit pour la séduire,
termine ainsi: «On croit cependant qu'elle n'a pas franchi le pas.»
Scarron à l'endroit cité marque le commencement de sa liaison avec
Villarceaux, et ajoute: «Je vous en dirai demain davantage chez
mademoiselle de Lenclos, où je me ferai porter à l'heure du dîner.»

    Page 469, ligne 21.

La pièce de Scarron intitulée _Étrenne à mademoiselle de Lenclos_ est,
suivant moi, du temps de la jeunesse de Scarron et de Ninon. Voici le
passage de Saint-Simon sur la liaison de madame de Maintenon avec
Ninon: «Elle (Ninon de Lenclos) avait été amie intime de madame de
Maintenon tout le temps que celle-ci demeura à Paris. Madame de
Maintenon n'aimait pas qu'on lui parlât d'elle, mais elle n'osait la
désavouer. Elle lui a écrit de temps en temps jusqu'à sa mort avec
amitié. Lenclos (car Ninon avait pris ce nom depuis qu'elle eut quitté
le métier de sa jeunesse longtemps poussée) n'y était pas si réservée
avec ses amis intimes; et quand il lui est arrivé de s'intéresser
fortement pour quelqu'un ou quelque chose, ce qu'elle savait rendre
rare et bien ménager, elle en écrivait à madame de Maintenon, qui la
servait efficacement et avec promptitude; mais depuis sa grandeur
elles ne se sont vues que deux ou trois fois, et bien en secret.»

    Page 472, ligne 14: Il propose des plans d'entreprise.

Il s'agissait de créer des offices de _déchargeurs_ pour les
marchandises, auxquels une compagnie aurait avancé des fonds pour
payer les droits, et faire rendre et décharger les marchandises dans
les magasins, aux frais, risques et périls des déchargeurs.

    Page 473, ligne 7: Sa femme obtint une pension.

La Beaumelle place en 1653 la pension de seize cents livres que madame
de Maintenon obtint par l'entremise de madame Fouquet.

    Page 473, lignes 17 et 18: Qui chantaient les louanges de la belle
      Indienne.

Voici quelques vers de la pièce de La Mesnardière, intitulée _la Belle
Indienne_, à la jeune, belle et spirituelle madame Scarron:


_Galanterie._

    Quant à moi, je me persuade
    Que ce rare et plaisant malade,
    Votre fameux et cher époux,
    Se passera fort bien de vous.
    . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Et pour lui faire voir, ma belle,
    Combien votre approche est mortelle,
    Je connais des gens à la cour
    Qui, pour avoir vu certain jour
    Seulement votre gorge nue,
    En ont la fièvre continue.
    Quel devrait être leur tourment,
    S'ils vous voyaient à tout moment!

Ceci prouve, au reste, qu'alors la mode pour les femmes était de se
découvrir le sein lorsqu'elles étaient habillées; mais ce n'est pas
sur ce ton que la Mesnardière louait les appas de la marquise de
Rambouillet, ou de sa fille, la duchesse de Montausier. Segrais
rapporte que Scarron avait un valet fort simple et fort benêt, auquel
les jeunes seigneurs qui venaient chez lui s'amusaient à demander si
son maître ne ferait pas bien un enfant à sa femme, parce qu'il
répondait toujours: «Oui-da, monsieur, s'il plaît à Dieu.»

    Page 473, ligne 23: Qu'avant l'invention des sonnettes de renvoi.

Saint-Simon dit aussi de l'abbé de Fleury, dans ses _Mémoires_, qu'il
s'était rendu agréable dans plusieurs maisons, et qu'il suppléait aux
sonnettes avant leur invention.

    Page 474, ligne 16: Nos recherches n'ont pu nous faire découvrir.

J'ai cherché en vain l'époque de l'invention des sonnettes de renvoi
dans les ouvrages qui décrivent l'art de la serrurerie, dans le grand
Dictionnaire des Inventions. Elle n'est pas ancienne; et en parcourant
les gazettes publiques du commencement de la régence, on doit pouvoir
la déterminer facilement. Ceci m'a donné occasion de remarquer
plusieurs passages de Saint-Simon qui nous indiquent les époques
auxquelles il a écrit les différents volumes de ses _Mémoires_. Né en
janvier 1675, déjà en 1699, à l'âge de vingt-quatre ans, il les avait
commencés, puisque alors il consultait l'abbé de Rancé pour savoir si
en sûreté de conscience il pouvait se permettre de les continuer. Ce
qui concerne l'année 1714 a été écrit ou retouché postérieurement à
l'année 1732 (voy. t. XI, p. 371), puisque Saint-Simon cite dans cet
endroit ce que Du Halde lui a dit en 1732. L'année 1715 a été écrite
en septembre 1745 (voyez t. XII, p. 248); une autre portion de ces
_mémoires_, en 1746, c'est-à-dire plus de trente ans après
l'événement. Le discours préliminaire, ou l'introduction, est daté de
juillet 1743; c'est dans cette année ou dans l'année précédente qu'a
été écrit le XVIIIe volume, qui concerne les années 1719 et 1721.

    Page 474, deux dernières lignes: Qu'elle fit pleuvoir sur ses
      anciennes protectrices.

On trouve dans les lettres de Scarron quelques détails curieux sur les
rapports de madame Scarron avec les grandes dames ses protectrices,
dont quelques-unes ont été depuis protégées par elle. Scarron, t. I,
p. 92, écrit au maréchal d'Albret: «Madame Scarron a été à
Saint-Mandé. Elle est fort satisfaite de la civilité de madame la
surintendante (madame Fouquet); et je la trouve si férue de ses
attraits, que j'ai peur qu'il ne s'y mêle quelque chose d'impur. Mais
comme elle ne va que quand ses amis la mènent, faute de carrosse, elle
ne peut lui faire sa cour aussi souvent qu'elle le souhaite.»--Il dit
encore au maréchal d'Albret: «Votre carrosse rendait ma petite porte
vénérable à tous les habitants de la rue Saint-Louis.»--Dans sa lettre
au duc d'Elbœuf, il se plaint que madame de Montchevreuil lui a
enlevé madame Scarron.


CHAPITRE XXXV.

    Page 479, avant-dernière ligne: Dans le grenier d'une maison
      voisine

Le maître de la maison dans laquelle Marigny s'était retiré ne sut que
longtemps après qu'il avait donné refuge à un criminel d'État, et les
soins que sa servante lui avait rendus. C'est presque aussitôt après
s'être évadé de Paris, et au commencement de l'année 1655, que Marigny
écrivit de Bruxelles cette lettre à Gaston, qui depuis a été imprimée,
et où il lui parle de toutes les beautés que le prince avait eu
occasion de fréquenter autrefois pendant son séjour dans la capitale
de la Flandre. Cette lettre nous apprend que la comtesse flamande qui
envoya un médaillier à Gaston, dont parle mademoiselle de Montpensier,
mais qu'elle ne nomme pas, était la marquise de Lédé.


CHAPITRE XXXVI.

    Page 488, ligne 19: Nulle femme n'a jamais su mieux qu'Anne
      d'Autriche tenir un cercle.

Saint-Simon dit que Louis XIV, élevé dans les cercles brillants de la
reine sa mère, aurait voulu les faire revivre, mais qu'il ne put y
parvenir. Ces cercles finirent avec elle.

    Page 490, ligne 24: Toutes les fois qu'on donnait _le Cid_.

On représenta _le Cid_ aux noces de mademoiselle de Schomberg, et il
eut alors un succès extraordinaire.

    Page 492, lignes 16 et 17: Dans son château de Saint-Fargeau,
      qu'elle agrandissait.

Ce fut Le Vau, architecte du roi, qui fit les nouvelles constructions
du château de Saint-Fargeau. MADEMOISELLE y dépensa plus de 200,000
fr., valeur de cette époque (400,000 fr.). Elle avait avec elle dans
son exil la vieille comtesse de Fiesque, puis sa belle-fille la
comtesse de Fiesque la jeune, et madame de Frontenac. Elle eut de
fréquentes querelles avec ces deux dernières: elle n'en était guère
aimée, et leur rendait le change. La vieille madame de Fiesque voulut
introduire dans le château mademoiselle d'Outrelaise, qu'à cette
occasion Loret nomme la _divine_. Nous reviendrons sur cette
expression, et sur mademoiselle d'Outrelaise, lorsque madame de
Sévigné, qui fait mention d'elle, nous en fournira l'occasion.

    Page 492, ligne 19: Sa naine.

Loret, dans sa gazette, annonce sa mort et fait son épitaphe. Il dit
qu'en la mettant dans une petite balance, avec sa robe, sa chemise et
sa coiffure, elle ne pesait pas plus qu'un louis d'or. Si le fait
était rigoureusement vrai, il resterait à déterminer quel était le
poids d'un louis d'or en 1653.

    Page 492, ligne 20: Entretenait une troupe de comédiens.

Nous avons dit qu'on ne donnait pas une grande fête, pas un grand
repas, sans le secours des comédiens. Ainsi lorsque le président
Tubœuf régala toute la cour dans son château de Ruel, qui avait
appartenu au cardinal de Richelieu, il fit représenter, avec des
décorations de Beaubrun, la pastorale d'_Amarillis_, qui avait eu tant
de succès l'année précédente. Beaubrun était un fameux peintre de
portraits, qui mourut en 1692, à quatre-vingt-huit ans. Loret a décrit
le repas donné au mois d'août à MONSIEUR par Mazarin, et où se
trouvèrent le roi, les deux reines, c'est-à-dire la reine mère et la
reine d'Angleterre, avec les princes ses fils, le prince et la
princesse de Galles, le duc d'York et le duc de Glocester, qui venait
d'arriver; et dans cette description le gazetier n'oublie pas de nous
dire

    Qu'après les friands aliments
    Vinrent les divertissements,
    Savoir, d'excellentes musiques
    Et de beaux spectacles comiques.

Loret nous apprend que le service fut fait en argent ou porcelaine. La
porcelaine était donc alors en usage. Voyez Loret, liv. IV, p. 97, et
liv. V, p. 24.

Loret, en décrivant le repas donné par le duc d'Arpajon, dit:

    Tout y fut assez jovial,
    Car la comédie et le bal
    Qui suivirent cette abondance
    Divertirent fort l'assistance.

Et aussi, lors du festin pour les noces du marquis de Bade:

    Enfin, après ce grand repas
    Si semé de plats et d'appas,
    On ouït quelque mélodie,
    Et sur le soir la comédie.

Voyez Loret, liv. V, p. 19, lettre en date du 7 janvier 1654, et p.
24, lettre en date du 21 février 1654. Je pourrais multiplier ces
exemples.

    Page 493, ligne 25: Et celui du Petit-Bourbon.

Loret nous apprend ce fait dans sa gazette du 30 août 1653:

    Une troupe de gens comiques
    Venus des climats italiques,
    Dimanche dernier, tout de bon,
    Firent dans le Petit-Bourbon
    L'ouverture de leur théâtre.

    Page 494, ligne 19: Ayant pour titre _la Nuit_.

La description de ce ballet de _la Nuit_ fut imprimée chez Ballard;
mais il en existe une copie manuscrite in-folio à la bibliothèque de
l'institut, avec les dessins de tous les personnages revêtus de leurs
costumes, peints à l'aquarelle. Ces costumes étaient riches en
couleurs, chargés d'or et d'argent, de galons, et de paillettes
brillantes, bizarres et fantastiques.

Je remarque que, dans la prolixe description qu'il a donnée de ce
ballet, Loret parle de Villequier (probablement le duc de Villequier)
qui distribuait des billets, et faisait placer tout le monde. La rue
qui passait devant le théâtre du Petit-Bourbon, et qui était une
continuation de la rue actuelle des Poulies, se nomme Villequier sur
le plan de Paris de Berey de 1654; et je crois que ce nom a échappé à
Jaillot, et à tous les laborieux scrutateurs des origines de Paris.

    Page 496, lignes 12 et 13: La suite en fit voir de déplorables
      conséquences.

Philippe de France ou MONSIEUR, frère de Louis XIV, naquit le 21
septembre 1640; Louis XIV, le 5 septembre 1638. Les preuves abondent
sur les goûts dépravés de MONSIEUR, qui inspiraient à son frère une
juste aversion. Saint-Simon, à l'endroit cité, dit: «Le goût de
MONSIEUR n'était pas celui des femmes, et il ne s'en cachait pas.» A
ce ballet de _la Nuit_, le duc de Buckingham, fils de celui qui excita
si vivement la jalousie de Louis XIII par ses attentions pour Anne
d'Autriche, représenta le démon du feu. (Benserade, t. II, p. 57.)

Je remarque dans les diverses descriptions de ce ballet que certains
objets de luxe étaient alors d'une cherté qu'on a peine à concevoir
aujourd'hui: ainsi Loret nous apprend qu'une orange de Portugal
coûtait cinq livres, c'est-à-dire dix livres de notre monnaie
actuelle. (Loret, liv. IV, p. 59.)

    Page 497, lignes 11 et 12: Monsieur et madame de Montausier
      étaient occupés à solliciter.

La marquise était venue à Paris la première, pour solliciter Mazarin.
Son mari ne vint l'y rejoindre qu'après la paix de Bordeaux, le 31
juillet.

    Page 498, lignes 20 et 21: Ne sont pas toujours exemptes
      d'obscénités.

Voyez, p. 74 de ce recueil de Sercy, une pièce intitulée _A une
demoiselle tourmentée de vents_, dont je ne puis rien citer. Cela se
dédiait à un aumônier du roi, et s'imprimait avec privilége du roi. Le
privilége est du 19 janvier 1653. Le livre fut achevé d'imprimer le 24
mars de la même année.

    Page 498, note 1: _Poésies choisies_, etc.

C'est dans ce recueil de Sercy qu'on trouve aussi pour la première
fois imprimés les vers pour la Guirlande de Julie, et les épigrammes,
rondeaux et impromptus auxquels la dispute des sonnets de Job et
d'Uranie a donné lieu.


CHAPITRE XXXVII.

    Page 505, note 1: CORBINELLI, _Histoire de la maison de Gondi_.

L'histoire généalogique de la maison de Gondi a été composée par
Corbinelli, en commun avec Ant. Pezay. La duchesse de Lesdiguières en
fit les frais. C'est un ouvrage magnifique, pour la beauté des
portraits. Des _Anciens Historiens réduits en Maximes_, il n'y a
d'imprimé que les extraits de Tacite.

    Page 505, ligne 11: Il se logea dans le quartier du Marais du
      Temple.

Saint-Simon nous apprend qu'au sujet des différents quartiers de
Paris, et des statues de nos rois qui s'y trouvaient, on disait: Henri
IV avec son peuple sur le Pont-Neuf, Louis XIII avec les gens de
qualité à la place Royale, et Louis XIV avec les maltôtiers à la
place des Victoires. Sur quoi Saint-Simon ajoute: «Celle de Vendôme,
faite longtemps depuis, ne lui a guère donné meilleure compagnie.»

    Page 506, ligne 3: Il l'acheta 270,000 livres.

Bussy dit quatre-vingt-dix mille écus. C'était l'écu de 1641, qu'on
appelait louis blanc; mais alors le louis d'or ne valait que 12 f., ou
plutôt 11 f. 05. Voyez l'_Extrait de tous les Édits et déclarations
sur les Monnaies_, 1643, in-4º. Bussy, dans l'histoire qu'il adonnée
de cette charge de mestre de camp de la cavalerie légère, remonte
jusqu'à sa première formation, due à un seigneur albanais nommé George
Castriol, sous Charles VIII. Le prix de ces charges était énorme.
Ainsi le marquis de Soyecourt vendit 400,000 liv. (800,000 fr.) la
charge de maître de la garderobe au duc de Roquelaure, qui se maria
ensuite à la belle du Lude (Loret, _Muse historique_, liv. IV, p. 106
et 107). Beringhen acheta le même prix de Saint-Simon (le père de
l'auteur des _Mémoires_), alors en disgrâce, la chaire de premier
écuyer, et de plus 20,000 fr. de pension sa vie durant. De tels prix
ne pouvaient provenir que des droits et priviléges lucratifs attachés
à ces charges. Mais ce qu'on a plus de peine à comprendre, c'est le
haut revenu des gouverneurs des petites places de guerre. Celle de
Doullens une des moindres, valait à son gouverneur vingt mille écus
(120,000 fr. monnaie actuelle).

    Page 507, ligne 26: La vicomtesse de Lisle.

Cette madame de Lisle, dont parle Bussy, était probablement
belle-fille du comte de Lisle qui en 1654 servait sous Conti, à
l'armée de Catalogne. Voyez _Histoire de la Monarchie Françoise sous
le règne de Louis le Grand_, 1697, in-12, t. II, p. 66, 4e édit.

    Page 513, ligne 1: Madame de Précy s'aperçut qu'elle était jouée.

Dans les éditions de 1710 (p. 337), comme dans l'édition de 1754, le
récit de Bussy finit ainsi: «J'en avertis madame de Monglas, ce qui
fut cause qu'elles rompirent ensemble, et que dans la suite cette
belle eut toutes les raisons du monde de croire que j'avais
véritablement de l'amour pour elle.» Dans les deux éditions de Liége
sans date, page 69 de l'une, page 207 de l'autre, on lit pour cette
fin: «Le grand jour obligea la compagnie à se séparer, et la fin de
cette histoire mit fin à l'entretien des quatre illustres pénitents,
qui après une si belle préparation s'en retournèrent à Paris faire
leurs pasques.» Au lieu de cette fin, qui est une dérision, on lit ce
qui suit dans le manuscrit de l'Institut: «Mais madame de Monglas, qui
était prévenue de ses artifices, lui battit froid là-dessus; et c'est
là où finit cette plaisante affaire, à cause que la fonction de ma
charge m'obligea d'aller à l'armée.»


CHAPITRE XXXVIII.

    Page 515, ligne 8: Le nombre de mariages.

Les principaux mariages qui eurent lieu pendant cet hiver dans la
noblesse furent ceux du marquis de Bade et de la princesse de Savoie,
et du comte d'Orval. Le grand maître de l'artillerie donna un dîner au
roi; les religieuses même s'en mêlèrent. Il y eut un repas magnifique
donné à la reine par l'abbé de Saint-Antoine, qui coûta 3,130 écus, ou
environ 18,760 francs de notre monnaie actuelle.

    Page 517, note 1: _Description particulière du grand ballet de_
      Pélée et Thétis, etc.

Dans cet ouvrage les costumes de chaque rôle sont décrits; on donne
les noms de tous les acteurs, au nombre desquels étaient le roi de
France, le duc d'York, la princesse d'Angleterre. Les figures de
l'exemplaire qui est à la bibliothèque de l'Institut sont sur papier,
mais peintes ou enluminées, et collées sur vélin. Le roi (Louis XIV)
s'y trouve avec son costume d'Apollon. Ainsi que je l'ai déjà dit, ces
costumes n'ont rien d'antique; ils sont bizarres, de mauvais goût,
seulement éclatants par la richesse.

Le ballet de _Pelée et Thétis_ fut joué alors, pour la dernière fois,
en mai 1654. Cependant ce goût des ballets dura longtemps: dans un
beau tableau de Mignard, que nous possédons, madame de Thianges est
représentée en Thétis, tenant par la main le duc du Maine, âgé
d'environ douze ans, costumé en guerrier, et figurant Achille
adolescent. Loret nous apprend que des particuliers, à l'exemple du
roi, firent jouer chez eux des ballets en action. Un sieur Maréchal
fit représenter chez lui un ballet intitulé _les Plaisirs de la Vie_.

    Page 518, ligne 8: Par les révélations de La Porte.

Voltaire a très-bien jugé ce fait, et bien apprécié la conduite de La
Porte. La haine contre le cardinal l'aveugla; il crut avoir trouvé
occasion de le perdre par la plus absurde des accusations. Mais La
Porte était de bonne foi dans cette accusation.

    Page 518, ligne 24: Cette gentille Henriette.

Louis XIV, à qui Henriette d'Angleterre plut peut-être trop par la
suite, ne l'aimait pas dans sa jeunesse; ou plutôt encore adolescent,
et dans la première effervescence des sens, l'instinct de la nature
lui faisait préférer les femmes formées à celles qui étaient à peine
sorties de l'enfance. En 1645, dans un bal où se trouvait la princesse
d'Angleterre, il se disposait à commencer la danse avec Olympe
Mancini: l'impétueuse Anne d'Autriche, qui était présente, devint
rouge de colère, arracha à son fils la nièce du cardinal, qu'il tenait
à la main, et le força d'aller prier la princesse d'Angleterre. Elle
lui fit sévèrement sentir qu'étant roi, c'était à lui, plus qu'à tout
autre, de donner l'exemple du respect et des honneurs dus au sang
royal, et que la jeunesse de la princesse, comme lui issue de Henri
IV, et sa parente, ne le dispensait pas de ce devoir. (Voir
Motteville, t. XXXIX, p. 367-368.)

    Page 519, note 4: MONMERQUE.

Le savant biographe donne sur ce sujet des détails curieux, et
auparavant inconnus. Il rapporte une épître de Godeau, évêque de
Vence, à Conrart, en date du 22 janvier 1655, qui prouve que la
première partie de _Clélie_ a dû paraître en 1654. Cependant
l'exemplaire que j'ai vu porte pour cette première partie 1656. Est-ce
un titre renouvelé, ou une réimpression?

    Page 520, ligne 21: La mort du marquis de La Vieuville.

La Vieuville mourut le 2 janvier 1654.

    Page 522, ligne 14: Ses châteaux de Vaux et de Saint-Mandé.

La bibliothèque que Fouquet avait réunie à Saint-Mandé était une des
plus belles de l'Europe.

    Page 523, ligne 25: De celle qu'il venait d'épouser.

Turenne s'était marié en 1653, à Charlotte de Caumont, fille du
maréchal de La Force, riche héritière, qui mourut sans enfants.


CHAPITRE XXXIX.

    Page 528, ligne 13: Ce nom de Saint-Nectaire.

Dans la gazette de Loret il est parlé «du bonhomme Senetaire, raffiné
courtisan, vieil ami de maint partisan.» Ainsi Bussy, Loret, les
Mémoires de madame de Motteville et ceux de Retz nous donnent des
exemples de la transformation successive de ce nom de Saint-Nectaire
en Senectaire, Senetaire, et Senneterre.

    Page 533, lignes 3 et 4: «_Si l'on pouvait avoir de vos poulets,
      madame, on ne ferait pas tant de cas de vos lettres._»

Le mot _poulet_ signifiant un billet galant n'est pas fort ancien; il
ne se trouve ni dans Nicot, ni dans Cotgrave. Il vient évidemment de
l'usage d'appeler amoureusement une jeune fille _poulette_. Du temps
de Voiture, qui s'est rendu célèbre par l'élégance de ses _poulets_,
ce mot était fort en usage. Il l'était encore lorsque Bussy écrivait
sa lettre à madame de Sévigné; mais, vingt-cinq ans après, Richelet
remarqua dans son Dictionnaire (1699, in-4º, t. II, p. 199) que «le
mot _poulet_ en ce sens (de petite lettre d'amour ou galante) n'est
pas si en usage qu'il était autrefois.» Cependant l'Académie Française
n'a pas cessé dans toutes les éditions de son Dictionnaire, depuis la
première jusqu'à la dernière (1694-1835) de mettre le mot _poulet_
avec la signification donnée par Richelet, sans reproduire sa
remarque, qui n'a pas cessé d'être vraie.

    Page 536, ligne 16: La marquise d'Uxelles lui plaisait plus par
      son esprit que par sa beauté.

La lettre du 20 juin 1672 nous apprend que la marquise d'Uxelles était
devenue fort grasse, et qu'elle avait eu une intrigue avec le fils du
duc de Longueville. La lettre du 14 août 1676 prouve son étroite
intimité avec un nommé La Garde, dont le mariage la contrarie si
fortement.

    Page 536, ligne 10: Déjà mariée en secondes noces.

Anne-Élisabeth, comtesse de Lannoi, fut mariée en premières noces à
Henri-Roger du Plessis, comte de La Roche-Guyon. Elle fut mariée en
secondes noces au duc d'Elbeuf, le 7 mars 1648, et mourut à vingt-huit
ans, le 3 octobre 1654.

    Page 537, lignes 6 et 7: Ne comptait pas une année de mariage.

Il résulte des deux lettres citées de Loret que le mariage de la
duchesse de Roquelaure a eu lieu entre le 20 et le 26 septembre 1653.
Dans la première lettre de Loret il est parlé des fiançailles de la
duchesse de Roquelaure, et nous y apprenons que le duc de Roquelaure
donne à sa fiancée douze bourses parfumées, contenant six mille pièces
d'or de onze livres dix sous chacune, faisant 69,000 livres monnaie de
cette époque, ou 138,000 fr. valeur actuelle.

    Page 538, avant-dernière ligne: La cour entière fut attristée par
      sa mort.

D'après la dernière lettre de Loret que nous citons, nous voyons que
cet accouchement, à la suite duquel mourut la duchesse de Roquelaure,
était au moins le second, et que le premier accouchement avait été
également difficile. Loret en annonçant cette mort de la duchesse de
Roquelaure,

    Plus fraîche et plus belle que Flore

ajoute:

    Quand au Louvre on sut le trépas
    De cet objet rempli d'appas,
    Une tristesse générale
    S'empara de la cour royale;
    Et les cœurs les plus généreux,
    Qui sans doute étaient amoureux
    De ses vertus et de ses charmes,
    Versant abondance de larmes,
    Firent bien voir que cette mort
    Les touchait et les blessait fort.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    O fleurs d'une aimable jeunesse,
    Vous êtes charmantes et belles,
    Mais vous n'êtes pas immortelles.



DEUXIÈME PARTIE.


CHAPITRE I.

    Page 3, ligne 13: Le 7 juin.

Deux jours après, le jeune roi toucha les écrouelles.

    Page 4, ligne 17: Quand tout paraissait perdu, il sauva tout.

Ce sont les expressions mêmes de la lettre de Philippe IV à Condé: «Mi
primo, he intendido toto estava perdido, V. A. ha conservado toto.»

    Page 7, ligne 2: Il s'était servi de l'abbé Fouquet.

L'abbé Fouquet fut soupçonné d'avoir profité de la confiance que lui
accordait Mazarin, et des vilaines fonctions dont il l'avait chargé,
pour assouvir ses vengeances particulières. Un jour le gardien de la
Bastille témoignait son étonnement à la vue d'un lévrier qui se
trouvait dans la cour, et demandait pourquoi il était là: «C'est, lui
répondit un prisonnier, parce qu'il aura mordu le chien de l'abbé
Fouquet.»

    Page 8, ligne 4: Ses intrigues avec les anciens frondeurs.

Le président Le Coigneux, qui avait été un des plus violents dans le
parlement contre Mazarin, fut un des premiers corrompus.

    Page 8, lignes 10 et 11: Après la mort de son oncle.

L'oncle du cardinal de Retz mourut le 21 mars 1654.

    Page 9, lignes 7 et 8: Dans le château de Nantes.

Le cardinal de Retz sortit de Vincennes pour aller à Nantes, le 30
mars 1654.

    Page 11, ligne 4: Il s'évada en plein jour.

Retz se sauva de Nantes le samedi 8 août, à cinq heures du soir. Il
arriva à Belle-Isle le 14 août.

    Page 12, ligne 6: dans l'île Majorque.

Retz pour traverser la Méditerranée s'embarqua au port de Vivaros en
octobre 1654.

    Page 13, ligne 2: Que pour venir à temps.

Le cardinal de Retz fit son entrée dans Rome le 28 novembre 1654.

    Page 13, lignes 5 et 6: Un souverain pontife.

Innocent X mourut le 7 janvier 1655.

    Page 14, ligne 22: Soit à Belle-Isle.

Je pense que ce fut de Machecoul ou de Belle-Isle, et non d'Espagne,
comme le croit M. Monmerqué, que Retz écrivit à madame de Sévigné.
D'abord on doit supposer que Retz, dont l'honneur se trouvait
compromis par sa fuite, devait être empressé de faire parvenir au
maréchal les motifs qui pouvaient l'excuser. De plus, les _Mémoires de
Joly_ prouvent (t. XLVII, p. 322) que Retz aborda à Belle-Isle le
vendredi 14 août, et en Espagne le 12 septembre (t. XLVII, p. 330). La
lettre de madame de Sévigné est du 1er octobre; par conséquent celle
de Retz a dû lui parvenir le 29 septembre au plus tard, puisqu'elle
dit l'avoir envoyée au maréchal le 30. Il est difficile de croire
qu'une lettre partie d'Espagne, pays avec lequel on était en guerre,
soit parvenue à Paris, et ensuite envoyée en Bretagne, et remise au
château des Rochers, où était madame de Sévigné, dans un espace de
quinze à seize jours, à une époque où les communications étaient
difficiles et lentes. Encore même, pour qu'il y ait quinze à seize
jours d'intervalle, faut-il supposer que la lettre de Retz a été
écrite et est partie d'Espagne le lendemain ou le surlendemain de son
débarquement, et que Ménage l'a transmise à madame de Sévigné le jour
même où il l'a reçue.


CHAPITRE II.

    Page 18, ligne 5 du texte: Et son vicaire Chassebras.

La sentence du parlement qui bannit à perpétuité Chassebras, vicaire
de la Madeleine, est du 27 septembre 1652.

    Page 18, ligne 8 du texte: Le retour du jeune roi dans sa capitale.

Loret (livre VI, page 106) dit qu'il y avait cent six carrosses à
cette entrée.

    Page 19, ligne 7: D'une des demoiselles de Mortemart.

Cette demoiselle de Mortemart, qui fut marquise de Thianges, était la
sœur de celle qui fut depuis connue sous le nom de duchesse de
Montespan.

    Page 19, ligne 9: Celui de Loménie de Brienne.

Les fiançailles de Loménie de Brienne eurent lieu en décembre 1654, et
le mariage seulement en janvier 1656. Ces détails, qui nous sont
donnés par Loret, ont été ignorés par le spirituel éditeur des
_Mémoires de Loménie de Brienne_, qui parle de ce mariage sans en
donner la date.

    Page 19, ligne 12: Non-seulement le jeune monarque.

Le roi et son frère furent de toutes les fêtes données par Mazarin,
par le duc d'Amville, par le chancelier Seguier. Le roi dansa dans le
ballet qui fut donné par le chancelier Seguier. Loret (liv. V, p. 77)
fait la description d'une magnifique fête donnée par Hesselin, dans
son palais d'Essone. Loret le nomme.

    Goinfre du plus haut étage,
    Rare et galant personnage.

Madame de La Sablière était une demoiselle Hesselin, et cet Hesselin
était peut-être son père.

Je remarque que Loret, au milieu de ces descriptions de fêtes et de
divertissements, liv. VI, t. II, p. 159, dans la lettre en date du 16
octobre, fait mention d'une attaque de _cholera-morbus_ dont fut
subitement attaqué un nommé Coquerel, directeur des carmélites,
pendant qu'il était à Marseille:

    Et quoique ce mal fût mortel,
    Son bonheur cependant fut tel,

qu'il en réchappa. Ainsi dès cette époque le _cholera-morbus_ était
connu par son vrai nom et dès cette époque aussi il était considéré
comme mortel.

    Page 19, ligne 16: Il y fit jouer trois nouveaux ballets.

Louis XIV représentait dans le ballet des _Plaisirs_ le génie de la
danse, un berger et un débauché; mais ce dernier rôle n'était
introduit que pour motiver des vers contre la débauche. (Benserade, t.
II, p. 117, 131, 137.) En février 1656, lors de la visite de la
princesse d'Orange, Mazarin donna à dîner à toute la famille royale,
et l'on entendit la fameuse La Barre et la signora Bergerota. Créqui
donna à dîner au frère du roi en février (Loret, t. VII, p. 32), et
Seguier à toute la famille royale (t. VII, p. 33 ). Mazarin donna une
fête au duc de Mantoue, le 18 septembre. Loret dit qu'il y eut cette
année

        ..... Plus de mille assemblées
    En des maisons fort signalées.

    Page 21, lignes 7 et 8: Composèrent dès lors des tragédies latines.

Loret, qui assistait à ces représentations, dit que ces pièces latines
furent écoutées par plus de sept mille auditeurs. Le naïf gazetier
avoue qu'il n'a jamais su le latin. Les jésuites commencèrent d'abord
par composer des pièces chrétiennes. On joua cette année, au collége
de Navarre, une tragédie intitulée _Sainte Julienne_. Loret nous
apprend que le jeune marquis de Bretoncelle joua admirablement le rôle
de l'impératrice, et que les jeunes d'Humières, La Vallière, Colbert,
Menardeau, Beauvais, s'attirèrent également les applaudissements de la
docte assemblée. Il y eut une autre tragédie latine, jouée au collége
de Clermont (aujourd'hui le collége Louis le Grand), sur un plus vaste
théâtre; mais le sujet en était national, et tiré de l'histoire de la
maison de Foix.

    Page 23, ligne 9: Le carrousel que le roi.

Le roi avait pris pour devise, dans ce carrousel, un soleil avec ces
mots: _Ne più, ne pari_; c'est en langue italienne la fameuse devise
adoptée dans les médailles, un soleil avec ces mots: _Nec pluribus
impar_.

    Page 28, ligne 7: Jusqu'à Lésigny.

Lésigny est dans le département de Seine-et-Marne, près
Brie-sur-Yères.


CHAPITRE III.

    Page 32, ligne 26: La princesse de Condé, douairière.

La princesse de Condé douairière mourut en 1650; le récit de sa mort,
dans madame de Motteville, est plein d'intérêt. On n'a pas assez
remarqué combien les _Mémoires de Madame de Motteville_ font honneur à
son talent d'écrivain. Son style offre moins d'imagination que celui
de madame de Sévigné; mais il est plus pur, plus travaillé; et c'est
par cette raison peut-être qu'il a moins de charme. Elle dispose
admirablement toutes les parties d'un récit. Ce qui est plus rare que
son talent, c'est sa belle âme, son bon cœur, et son amour pour la
vérité. C'est ce qui a nui à sa réputation. Comment dans le siècle où
nous sommes, et dans celui qui l'a précédé, peut-on se résoudre à
admirer une femme qui avec beaucoup d'esprit est pieuse, ennemie de la
médisance, et qui se croit tenue de défendre la mémoire de sa
maîtresse auprès de la postérité, quoique cette maîtresse fût une
reine?

    Page 35, ligne 3: Qui eussent été servies de tous.

Lenet en servait une: c'était une fort jolie Anglaise, nommée
mademoiselle Gerbier. Bourdelot, médecin du prince de Condé, si connu
par ses relations avec la reine Christine et tous les beaux esprits de
son temps, était alors à Chantilly en même temps que Lenet, ainsi
qu'un certain abbé de Massé, aimable et brillant d'esprit.

    Page 35, ligne 6: La marquise de Gouville.

Le nom de la marquise de Gouville était Lucie Cotentin de Tourville,
femme de Michel d'Argouges, marquis de Gouville.


CHAPITRE IV.

    Page 40, ligne 17: Ce fut Prudhomme.

Chavagnac arrive à Paris avec le duc de Candale, et dit: «Nous mîmes
pied à terre chez Prudhomme, baigneur de réputation, où arriva dans le
moment le maréchal d'Albret, qui vint l'embrasser (le duc de Candale),
en lui disant qu'en quittant la botte il fallait aussi quitter
l'altesse.»

    Page 40, ligne 20: La Vienne devint par la suite...

Le passage des _Mémoires de Saint-Simon_, relatif à La Vienne est
tronqué dans les œuvres de Saint-Simon données par Soulavie. Dans les
_Mémoires_ Saint-Simon dit: «La Vienne avait passé sa vie avec les
plus grands seigneurs, et n'avait jamais pu apprendre le moins du
monde à vivre. C'était un gros homme noir, frais, de bonne mine, qui
gardait encore sa moustache comme le vieux Villars; rustre,
très-volontiers brutal; pair et compagnon avec tout le monde; n'ayant
d'impertinent que l'écorce; honnête homme, même bon homme et
serviable.»

    Page 42, ligne 6: Datée de Paris le 19 juillet.

Il n'y a que cinquante lieues de Paris à Landrecies, où était Bussy;
cependant cette lettre de madame de Sévigné, datée du 19 juillet, ne
parvint à Bussy que le 7 août, et fut par conséquent dix-sept jours en
route, tant le service des postes était alors lent et mal organisé.

    Page 43, ligne 2: Que son cousin s'était distingué à Landrecies.

Monglat indique la prise de Landrecies au 14 juillet. Le même raconte
le revers qu'essuya Bussy, et comment il se laissa prendre ses
drapeaux. Sur cette déroute, voyez Bussy, _Mém._, t. II, p. 37. La
tranchée devant Landrecies avait été ouverte du 26 au 27 du mois
précédent. «Le 29, dit l'auteur de la _Monarchie Françoise_, le sieur
de Bussy-Rabutin, mestre de camp général de la cavalerie, releva la
tranchée, et au signal de deux coups de canon il commença sur la
palissade un logement capable de contenir deux cents hommes, après
avoir chassé les ennemis de la contrescarpe.» Bussy se distingua
encore au siége de Condé le 10 août: voyez _les Fastes des Rois de la
maison d'Orléans et celle de Bourbon_ (par le père du Londel), 1697,
in-8º, p. 195.

    Page 46, ligne 19: Une petite lettre en galopant.

Les contre-vérités que renferme le commencement de cette lettre sont
prises au sérieux par M. G. de St.-G., éditeur des _Lettres de Madame
de Sévigné_, quoique le sens ironique fût fort clair, et explicitement
annoncé par Bussy lui-même, qui dans sa lettre du 13 août dit: «J'ai
bien ri en _lisant vos contre-vérités_.» Bussy, _Mém._, t. II, p. 32.


CHAPITRE V.

    Page 50, ligne 26: Il séduisit la femme de chambre.

Dans le grand nombre de passages des Mémoires du temps où le nom de
Bartet se trouve, il est souvent défiguré, par la faute des imprimeurs
ou copistes, qui mettent Barlet ou Baret. Le conseiller au parlement
de Navarre chez lequel était la femme de chambre qu'épousa Bartet se
nommait Giraud.

    Page 53, ligne 7: Candale avait rendu de grands services.

Certaines aventures du duc de Candale sont d'une nature si
extraordinaire et si tragique, qu'elles pourraient fournir la matière
de plusieurs romans. Un jour il court à franc étrier de Paris à
Bordeaux, pour aller joindre une maîtresse qui l'attendait; il arrive
à sa maison; il monte précipitamment les escaliers, trouve toutes les
portes ouvertes, se précipite dans sa chambre, préoccupé du plaisir
qu'il va éprouver en la serrant sur son sein. Là, il est frappé à la
vue du cadavre de celle qu'il aimait, posé sur un drap mortuaire,
entouré de six cierges, sur lequel se penchaient deux chirurgiens, qui
considéraient avec attention les entrailles déjà séparées du corps,
tandis que la tête, ensanglantée et défigurée, était d'un autre côté.
Deux religieux étaient auprès, et récitaient des prières. (Voyez
Chavagnac, _Mém._, t. I, p. 210.) Le portrait que Saint-Évremond nous
a laissé du duc de Candale est un des meilleurs morceaux de ce
spirituel écrivain. Sur ses amours avec madame d'Olonne, on peut
consulter Bussy. Madame de Saint-Loup avait été sa première maîtresse.
Il a terminé sa carrière galante par une intrigue avec la marquise de
Gange, objet d'un attentat qui surpasse ce que les romanciers ont
inventé de plus atroce.

    Page 54, ligne 4: Bartet n'obtint aucune réparation.

Bartet avait été disgracié, et vécut trente ans exilé; mais Louis XIV,
sollicité par Villeroi, lui permit de reparaître à la cour. Voyez
_Dangeau_, sous la date du 16 janvier 1690, t. II, p. 251, édit. de
Paul Lacroix, 1830, in-8º. Bartet mourut à Neufville, près de Lyon, en
1707, âgé de plus de cent ans. Voyez CONRART, _Mém._, p. 270, note de
M. Monmerqué, qui cite les _Mémoires de_ CHOISY, t. II, p. 205;
Utrecht, 1727.

    Page 55, ligne 7: Sa femme se fit connaître par des désordres
      honteux.

La femme de Bautru (Nicolas Ier) se nommait Marie Coulon. Le valet
avec lequel fut surprise cette comtesse de Bautru fut condamné à être
pendu; la peine fut commuée. Marie Coulon n'aimait pas qu'on l'appelât
Bautru, mais Nogent, parce qu'Anne d'Autriche prononçait le premier
nom à la manière espagnole ou italienne. Nicolas Bautru mourut à
soixante dix-sept ans. Il disait souvent que si les Bautru étaient
c...., ils n'étaient pas _sots_, jouant ainsi sur l'ancienne et double
signification de ce dernier mot. Il ne faut pas confondre Marie Coulon
avec Marthe Bigot, femme de Guillaume Bautru, frère de Nicolas Ier.

    Page 55, lig. 21: Madame de Roquelaure est revenue tellement belle.

MADEMOISELLE, dans ses Mémoires, dit, en parlant des personnes qui
vinrent la voir à Juvisy: «J'y vis aussi madame de Roquelaure, dont la
beauté faisait grand bruit: assurément c'était une belle créature.»

    Page 57, ligne 1: Qu'il eut avec mademoiselle de Guerchy.

Les noms sont en blanc dans les Mémoires de Chavagnac; mais nous
apprenons par eux que mademoiselle de Guerchy fut piquée avec une
épingle empoisonnée; qu'elle entra en convulsion dans le moment, et
mourut dans les douleurs les plus horribles. Au sujet du nom de
Montjeu, que portait Jeannin de Castille, je remarque dans Loret, liv.
V, p. 22, que dans sa lettre en date du 7 février 1654 il est fait
mention d'une certaine madame Mondejeu qui s'enfuit un jour de chez
son mari et se retira au couvent. Mondejeu est-il le même nom que
Montjeu, et est-il question dans cette anecdote de Jeannin et de sa
femme? Je le crois.


CHAPITRE VI.

    Page 60, ligne dernière: Protégea contre la main scrupuleuse d'un
      monarque.

La circonstance des pincettes paraît avoir été inventée à plaisir.
Elle ne se trouve pas dans le premier passage cité de Sauval, mais
dans l'autre du même volume; et elle est reproduite en outre dans une
estampe, aussi ridicule que le conte. L'abbé de Bois-Robert a fait
des vers à la louange de la gorge de madame de Schomberg, au sujet
d'une perle tombée dans son sein.

    Page 61, ligne 7: La confidente la plus intime.

La pièce de Scarron intitulée _Étrennes_ doit dater du temps de la
jeunesse de l'auteur, et est de l'époque de l'amour de Louis XIII pour
mademoiselle de Hautefort. Elle commence ainsi:

    Visible déité d'un monarque amoureux.

Elle est d'un style tout différent de celui qui est ordinaire à
l'auteur. Il est probable que ce n'est que plus tard, et pour se
distraire de ses infirmités, que Scarron adopta le burlesque, où il
eut tant de succès.

    Page 61, ligne 20: Chemerault, autre dame de la reine.

La Porte dit que les lettres de Chemerault au cardinal de Richelieu
relatives à son espionnage auprès de mademoiselle de Hautefort sont au
nombre de dix-sept, et qu'elles furent imprimées pendant les troubles
de la Fronde. Je suis informé qu'il existe une vie manuscrite de
madame la maréchale de Schomberg, et des lettres du maréchal à la
suite de celles de son père, à la Bibliothèque royale.

    Page 63, ligne 27: Qu'elle ne se fît religieuse.

C'est à cause de sa dévotion que Scarron la nomme souvent dans ses
vers sainte Hautefort, et qu'il lui dit Votre Sainteté.

    Page 64, lignes 3: Elle épousa en 1646.

Mademoiselle de Hautefort, qu'on appelait madame de Hautefort parce
qu'elle était dame d'atour, avait été exilée avec sa sœur
mademoiselle d'Escars en 1644.

    Page 64, note 118: Scarron, _épithalame_.

Scarron dit du maréchal de Schomberg, dans cet épithalame:

    Il a l'âme savante et bonne
    Autant qu'un docteur de Sorbonne,
    L'esprit à son courage égal,
    Adroit à pied comme à cheval,
    Faisant toute chose sans peine,
    Où les autres perdent haleine.
    S'il chante, les plus entendus
    Au métier en sont confondus;
    S'il danse, c'est la même chose.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Mais dans la paix, s'il est aimable,
    Dans la guerre il est effroyable. (P. 254)

Remarquons que le mot _effroyable_ est employé ici dans le sens de ce
qui cause et produit l'effroi, dans le sens direct et favorable, et
non dans le sens réfléchi et défavorable; et à cet égard je dirai
aussi que le mot _pitoyable_ appliqué à quelqu'un ne signifiait pas
autrefois celui ou celle qui inspire la pitié, mais une personne
susceptible de pitié, capable de se laisser fléchir. Jean-Jacques
Rousseau, dans sa _Nouvelle Héloïse_, a encore employé ce mot dans ce
sens.

    Page 66, ligne 5: La file des carrosses s'étendait.

On y voyait, dit Loret,

    Plusieurs gens de mérite exquis,
    Des ducs, des comtes, des marquis.

Puis parmi les femmes il cite la duchesse de Liancourt, connue par sa
vertu et sa dévotion; la maréchale de La Mothe, la duchesse de
Roquelaure, la duchesse de Choiseul-Praslin, madame Desmarest,
accompagnée de sa fille, une des plus jolies personnes de cette
époque; madame de Toussy, madame de Bonnelle. Le maréchal de Schomberg
et sa femme allèrent loger à l'hôtel de Liancourt ou de La
Rochefoucauld, rue de Seine (détruit de nos jours pour construire la
rue des Beaux-Arts). La date de l'arrivée du duc et de la duchesse de
Schomberg à Paris n'est pas celle de la lettre de Loret; car il est
dit p. 64:

    Ledit Schomberg et son épouse,
    Depuis des jours environ douze,
    Sont dans l'hôtel de Liancour.

Ainsi la lettre de Loret étant du 22 avril, il en résulterait que le
maréchal de Schomberg et sa femme entrèrent dans Paris le 10 avril,
qui est le jour de la mort de madame de La Flotte.


CHAPITRE VII.

    Page 69, ligne première: Elle fut donc témoin de toutes les fêtes.

Le duc de Gramont donna cette année une fête splendide. La reine
elle-même donna un ballet, à la suite d'un repas, veille des Rois, où
la fève échut au duc d'Amville. Les représentations du ballet de
_Psyché_ se continuèrent. Il y eut chez le cardinal de Mazarin un bal
masqué, ou les Trivelin et les Scaramouche amusèrent l'assemblée; puis
un concert, où chantèrent Baptiste, La Barre, Saint-Hilaire, la
signora Bergerota, le délicieux Sarcamanan. Ce furent les mêmes
virtuoses qui chantèrent Ténèbres aux Feuillants, pendant
l'interruption de tous les plaisirs. Le chancelier Seguier donna un
bal masqué, où le roi dansa.

    Page 69, ligne 18: Le théâtre et les concerts publics.

Une petite comédie intitulée _Intrigue d'amour_, d'un nommé Lambert,
qui a échappé aux recherches exactes et minutieuses des auteurs de
l'_Histoire du Théâtre françois_, charma aussi le public de cette
époque. (Voyez Loret, liv. VII, p. 198, lettre en date du 16
décembre.)

    Page 70, ligne 7: Les mariages.

Parmi les mariages notables que l'on vit cette année furent ceux du
marquis de La Luzerne avec la fille d'un fameux financier, nommé
Picard; du prince d'Harcourt avec mademoiselle de Bouillon, nièce de
Turenne; celui de Soyecourt avec la fille du président de Maisons; du
marquis de Rambures avec mademoiselle de Nogent; du marquis de Vardes
avec mademoiselle de Nicolaï (pauvre duchesse de Roquelaure!); de
Bignon avec mademoiselle de Pontchartrain. Parmi les exilés qui furent
rappelés, on remarqua le père George, capucin, ce fameux prédicateur
de la Fronde. Mademoiselle de Montpensier (t. XLII, p. 37) fait
mention des demoiselles d'Harcourt, privées de leur mère.
Alphonse-Henri-Charles de Lorraine, comte d'Harcourt, fut marié, le 2
février 1667, à mademoiselle de Brancas. Voyez _Sévigné_ (_Lettre_ en
date du 23 mai 1667), t. I, p. 163, édit. de G. de S.-G.

    Page 72, ligne première: Le marquis de La Trousse.

Le nom du marquis de La Trousse était Philippe-Auguste Le Hardi. La
terre de La Trousse en Brie avait été érigée en marquisat sous son
père, par lettres patentes de 1605 (Monmerqué).

    Page 72, ligne 14: Devant Capelle.

La Prise de Capelle eut lieu le 18 août.

    Page 73, ligne 14: Bussy quitta l'armée le 2 novembre.

Bussy, à son passage à Paris, put assister au nouveau ballet royal qui
fut donné le 18 novembre.

    Page 73, ligne 20: Après le départ du duc de Modène.

Aidé des troupes françaises commandées par le duc de Mercœur, le duc
de Modène s'empara de Valenza le 6 septembre, ce qui contribua à
augmenter en Italie la considération de la France. Monglat, t. LI, p.
19.

    Page 81, ligne 17: L'intrigueuse vient là.

On ne dit plus aujourd'hui intrigueur et intrigueuse, mais intrigant
et intrigante. A l'époque où Saint-Évremond écrivait on ne disait ni
l'un ni l'autre; c'était un mot forgé ou un mot nouveau, mais non
encore adopté, et qui ne le fut de longtemps. Dans le Dictionnaire de
Nicot, imprimé en 1666, on ne trouve ni intrigueur ni intrigant; il en
est de même dans le Dictionnaire de Richelet, imprimé en 1680; mais on
trouve l'un et l'autre de ces mots dans la première édition du
Dictionnaire de l'Académie Française, qui remarque qu'intrigueuse est
plus souvent employé qu'intrigueur; et c'est ce féminin, dont la
désinence en _gueuse_ était désagréable, qui aura déterminé à préférer
intrigante et intrigant.


CHAPITRE VIII.

    Page 90, ligne 4 du texte: Un mot qui manque à notre langue.

Les mots _infans_ et _puer_, que nous ne pouvons traduire que par le
seul mot enfant, exprimaient chez les Romains deux âges différents de
la vie.

    Page 95, note 154, ligne 3 de la note: M. de Bausset n'a pas
      bien connu.

M. de Bausset, dans sa _Vie de Bossuet_, dit que cet homme illustre
n'a commencé ses prédications à Paris que vers la fin de l'année de
1658, par le panégyrique de saint Joseph, ce qui est une erreur. Il y
a pareillement erreur de la part du dernier et savant éditeur des
œuvres de Bossuet, qui, entraîné peut-être par l'assertion de M. de
Bausset, a placé le panégyrique de sainte Thérèse à la date de l'année
1658. Il est antérieur d'un an. Les détails que nous n'avons pu
qu'indiquer, sur les premiers débuts de Bossuet dans la chaire
évangélique forment une véritable lacune dans l'histoire de M. de
Bausset, qui les a ignorés. Cette _Vie de Bossuet_ est d'ailleurs un
ouvrage d'un grand mérite; et bien qu'elle n'ait pas eu le même succès
que la _Vie de Fénelon_, elle lui est, suivant nous, supérieure: elle
offrait plus de difficultés dans son exécution.

    Page 100, note 1: _Dissertation critique_.

Ce livre fut achevé d'imprimer le 3 août 1697. Ainsi sur le titre il
faut lire M. DC. XCVIII au lieu de M. DC. XVIII, qui est une faute de
l'imprimeur. On a réimprimé à la suite des éditions de _Madame de
Sévigné_ cette dissertation, ainsi que celles de Dacier et de
Dumarsais, sur le même sujet.

    Page 103, ligne 4: Mazarin lui fit une pension de mille livres.

M. Weiss s'est trompé quand il a dit que Richelieu avait accordé une
pension de 1,000 francs à Beauchâteau. Cet anachronisme ne peut être
qu'une inadvertance du savant auteur. M. Weiss dit que cet enfant
célèbre naquit à Beauchâteau, le 8 mai 1645; j'ignore sur quelle
autorité Loret (liv. IX, p. 25, lettre en date du 16 février) ne lui
donne que onze ans lorsqu'en février 1658 il présenta lui-même son
recueil imprimé à l'Académie Française. C'est dans la lettre du 1er
novembre 1659 (liv. X, p. 170) que Loret nous apprend qu'il était en
Espagne.


CHAPITRE IX.

    Page 105, ligne 3: Qui eurent lieu dans l'intervalle de quelques
      mois.

La mort du duc de Chevreuse et celle du duc de Villars produisirent
peu de sensation, parce qu'ils étaient presque octogénaires. On
regretta peu la mort du maréchal de La Mothe-Houdancourt, qui s'était
montré pendant la Fronde d'une fidélité douteuse. Celle du duc
d'Elbœuf ne fut remarquée que par la magnificence de son enterrement.
La duchesse de Bouillon était une femme d'un grand mérite, mais dont
on n'avait plus rien à espérer ni à craindre. La duchesse de Mercœur
se trouvait à l'extrémité dans le moment où le roi dansait un ballet;
et le lendemain on vint avertir qu'elle était morte. Elle mourut le 8
février. La duchesse de Montbazon mourut à cinquante ans, encore
belle. De tous ces décès, celui qui occasionna le plus de regrets fut
celui de Pomponne de Bellièvre, premier président du parlement de
Paris; non que sous plusieurs rapports ce fût un magistrat
très-recommandable: il était paresseux et voluptueux, adonné aux
délices de la table; mais il était en même temps généreux,
hospitalier, bienfaisant, et jouissait avec magnificence de sa
fortune. Sa probité, son désintéressement, son patriotisme, la fermeté
avec laquelle il résistait au premier ministre, et le retard qu'il
apportait à l'enregistrement des édits qui créaient de nouveaux
impôts, l'avaient rendu cher au peuple et à sa compagnie. Mazarin fut
le seul satisfait de sa perte; mais celle de sa nièce la duchesse de
Mercœur, enlevée en quelques heures de maladie, lui fut
très-sensible.

    Page 105, ligne 18: L'arrivée du duc de Mantoue.

On ne fit pas un aussi bon accueil au duc de Mantoue qu'au duc de
Modène, parce que, par les séductions de sa femme, le premier s'était
laissé entraîner dans le parti de l'Espagne.

    Page 106, lignes 19 et 20: Le goût... pour les déguisements de
      femme.

Dans le ballet nouveau de _l'Amour malade_, le jeune duc d'Amville,
déguisé en femme, joua le rôle d'une mariée. L'ancien ballet de
_Psyché_ fut de nouveau représenté. (Loret, liv. VIII, p. 9, du 19
février.) MONSIEUR donna un repas magnifique au roi et à la reine et
au cardinal, après lequel on joua la fameuse tragédie de Thomas
Corneille, intitulée _Timocrate_; une autre fois on fit jouer les
vingt-quatre violons. Le duc de Guise, à l'imitation du roi, fit
représenter un ballet, où il dansa avec Beauchamps. (Loret, liv. VIII,
p. 29.) Mais le même donna une fête plus magnifique et un repas de 200
couverts, lorsque la princesse de Guise fut nommée abbesse de
Montmartre. (Loret, 75.) Pendant la campagne de cette année, le
maréchal de La Ferté traita dans son camp le roi et toute sa suite,
avec la même magnificence, avec la même recherche de mets qu'il aurait
pu faire à Paris. Au retour de cette campagne, Louis XIV parut masqué,
avec toute sa cour, dans un bal magnifique, qui fut donné par le
maréchal de L'Hôpital, gouverneur de Paris. (Loret, liv. IX, p. 21, 9
février 1658.)

    Page 110, ligne 6: Après une retraite de huit jours.

Madame de Motteville n'indique pas la durée de la retraite du roi à
Vincennes; mais Loret, qui écrivait au moment même des événements, dit
qu'elle dura une semaine.

    Page 110, note 175: MONTPENSIER.

Il faut dans cet endroit des _Mémoires de_ MONTPENSIER substituer La
Mothe d'Argencourt à La Mothe-Houdancourt, qui est une faute de
copiste, ou une mauvaise correction d'éditeur. La même faute avait été
commise dans les _Mémoires de_ LA FARE, et a été rectifiée par M. de
Monmerqué, d'après l'autorité des manuscrits.

    Page 112, ligne 3: Mais un jour elle parut.

Puisque Loret nomme encore mademoiselle d'Argencourt au nombre des
filles de la reine, dans sa lettre du 26 octobre, la scène de bal dont
parle madame de Motteville ne peut être postérieure à ce mois. Le
départ subit de la cour en septembre, qui n'était pas ordinaire,
annoncé par Loret, tenait peut-être à cette aventure: on comprit qu'il
fallait se presser d'aller négocier le mariage du roi.

    Page 115, ligne 21: Bontemps... fut chargé de la marier.

Saint-Simon remarque que dans l'acte du mariage de cette fille de
Louis XIV il ne fut fait aucune mention de son père ni de sa mère. Il
dit aussi que Laqueue, ce gendre de Louis XIV, ne paraissait presque
jamais à la cour; quand il y paraissait, c'était, dit-il, comme un
simple officier, et le moins recueilli de la foule. Bontemps ne
laissait pas de lui donner de temps en temps de l'argent.
(_Saint-Simon_, t. IV, p. 182.)


CHAPITRE X.

    Page 120, ligne 2: Gaston et MADEMOISELLE.

La lettre de Loret nous apprend que lorsque MADEMOISELLE revint à
Paris, en 1658, elle alla loger au Luxembourg.

    Page 121, notes 1 et 3: _Vie de la duchesse de Longueville_,
      édit. 1739.

On sait que l'édition de Paris est intitulée _De la Vie de la duchesse
de Longueville_, et qu'on en a ôté tout ce qui pouvait avoir trait au
jansénisme.

    Page 121, ligne 18: Cependant il s'y résolut.

Le duc de Beaufort ne revint en cour qu'en 1658.

    Page 122, lignes 24 et 25: La reine d'Angleterre... eut seule la
      permission d'y rester.

Encore ne resta-t-elle point à la cour. Elle se rendit cette année aux
eaux de Bourbon.

    Page 123, ligne 11: Tandis que des plénipotentiaires français.

Ce furent le duc de Gramont et de Lionne que Mazarin envoya comme
négociateurs à la diète de Francfort; mais il tenait lui seul tous les
fils de ses négociations, où il employait d'autres personnages que
ceux qui étaient accrédités. Ainsi un castrat nommé Atto, qu'il avait
fait venir d'Italie pour la musique, fut envoyé en Bavière, parce
qu'il le savait bien avec l'électrice. A une autre époque il envoya
son secrétaire particulier.

    Page 123, ligne 12: En Hollande.

Ce fut de Thou qu'on envoya en Hollande, avec laquelle alors on était
en paix.


CHAPITRE XI.

    Page 131, ligne 25: Puisque j'ose bien juger des ouvrages de
      Chapelain.

Loret disait alors:

    Le ciel, parmi tant de lumières,
    N'a qu'un soleil qui luise à point;
    La terre n'a qu'un Chapelain.

    Page 136, lignes 23 et 24: Envoya Corbinelli à sa cousine.

On voit par là que Grouvelle se trompe quand il dit que madame de
Sévigné ne connut Corbinelli qu'en 1661. Leur liaison était bien
antérieure. Voyez la première partie de ces Mémoires, chapitre XXXVII,
page 503, et Grouvelle, _notice sur_ CORBINELLI, dans l'édition in-12
des _Lettres de Madame de Sévigné_, t. I, p. CXLVII.


CHAPITRE XII.

    Page 146, ligne 15: Par une nouvelle et délicieuse mélodie.

Lambert, Boisset et Molière (c'est le musicien, et non l'auteur)
contribuèrent aussi à cette révolution musicale. On commençait à
introduire alors dans les orchestres un plus grand nombre
d'instruments; aux violons on joignit les flûtes, les clavecins, les
guitares, les téorbes, les luths. (Loret, liv. IX, p. 26-28.) Les
cantatrices en vogue, mesdemoiselles La Barre, Raymond et Hilaire,
ajoutaient, par la beauté et la puissance de leur voix, aux charmes de
la nouvelle musique.

    Page 146, ligne 18: C'est alors.

Mazarin donna alors un grand repas, qui coûta, dit-on, 300,000 liv.;
somme qui ne surprendra pas quand on saura qu'il y eut à la suite de
ce repas une loterie. Loret a décrit avec beaucoup de prolixité dans
sa gazette le bal donné par MADEMOISELLE à la cour, ainsi que les
fêtes données par Fouquet, par Mazarin, par la duchesse de
Lesdiguières, par la maréchale de L'Hospital, par madame de La
Bazinière.

    Page 146, lignes avant-dernière et dernière: Que les promenades
      au Cours, que la foire Saint-Germain.

La foire Saint-Germain se tenait à la même place où l'on a construit
un marché qui porte aussi le nom du saint, et dans deux halles longues
de 130 pas, larges de cent, composées d'une charpente fort exhaussée,
divisées régulièrement en neuf rues, et partagées en vingt-quatre îles
bordées d'un nombre considérable de loges ou de boutiques, enfermées
dans un enclos où l'on entrait par sept portes. Cette charpente fut
brûlée en 1763. Il n'y avait pas alors à Paris ce luxe de boutiques et
de magasins qui depuis le siècle de Louis XIV, et surtout dans ces
dernières années, n'a cessé de s'accroître sans fin et sans mesure; de
sorte que l'ouverture de la foire Saint-Germain fut pendant longtemps
un événement pour les Parisiens. Elle avait lieu le 3 février. Cette
foire se prolongeait jusqu'à la semaine sainte, et souvent même au
delà.

De même, pour se rendre compte de l'attrait que pouvait avoir alors la
promenade du Cours, il faut se représenter l'état de Paris à cette
époque. Ses magnifiques boulevards n'existaient pas, ou plutôt Paris
avait de véritables boulevards, c'est-à-dire des fortifications
flanquées de bastions: toute la ville était entourée de remparts et de
fossés profonds qui servaient à sa défense, mais point aux promeneurs.
Les rues étaient étroites, resserrées; la place des Victoires, la
place Vendôme et la place Louis XV n'existaient pas. Le Luxembourg ou
palais d'Orléans, qui plus tard fut renfermé dans l'enceinte de Paris,
était hors de ses murs, et ses jardins n'étaient point publics: il en
était de même de ceux du palais Cardinal ou Palais-Royal. Les seules
promenades publiques qui existassent dans l'intérieur de la ville se
réduisaient donc à la place Royale (au Marais), au jardin du Temple,
qui n'existe plus aujourd'hui, et aux Tuileries. Mais le jardin des
Tuileries, qui fait aujourd'hui l'admiration de l'Europe, n'était pas
tel, alors, que Le Nostre et les accroissements successifs de la
capitale l'ont fait depuis. Subdivisé en une trentaine de
plates-bandes ou de bosquets (dont un formait un labyrinthe)[A], tous
égaux, séparés par des allées étroites, il était beaucoup plus
resserré qu'aujourd'hui. A l'extrémité du massif d'arbres qui succède
au parterre, l'espace découvert où est le grand bassin était
l'intérieur d'un bastion dont les terrasses latérales étaient les
faces, et dont la pointe se trouvait à l'endroit où est actuellement
l'entrée du jardin: là existait avant nos révolutions le petit pont de
bois qu'on nommait encore le pont tournant, quoiqu'il ne tournât plus.
Au delà, au lieu de cette magnifique place Louis XV, de ces massifs
d'arbres, de ces longues allées qu'on nomme les Champs-Élysées, qui
font suite au jardin des Tuileries et se prolongent jusqu'à l'Arc de
triomphe, on n'apercevait que des terres labourables, nues, sans une
seule plantation. Trois routes ou chemins coupaient ces champs, et
aboutissaient à deux portes de la ville, l'une à la porte
Saint-Honoré, près la place actuelle de la Madeleine; l'autre à la
porte de la Conférence, placée à l'extrémité actuelle de la terrasse
des Tuileries du côté de la Seine. (Voyez le plan de Paris de Berey,
en quatre feuilles). Après avoir gagné par une de ces deux portes,
mais ordinairement par la dernière, le chemin qui bordait la rivière,
on arrivait, après un court trajet, à la promenade que l'on nommait le
_Cours la Reine_, parce qu'elle avait été faite par Marie de Médicis
pendant sa régence. Cette promenade se composait de trois allées
d'arbres, longues de six cents toises, entourées de fossés, et ayant
aux deux extrémités deux grands portails, qui se fermaient par des
grilles en fer. L'allée du milieu avait six à sept toises de largeur,
et les deux autres la moitié. Un vaste espace rond, de trente-cinq
toises de diamètre, coupait ces trois allées par le milieu. C'est dans
cette promenade, qui ne fut détruite qu'en 1723, que la cour au temps
de madame de Sévigné se rendait dans les beaux jours, en voiture et à
cheval; c'était le bois de Boulogne, le Hyde-Park de Londres de cette
époque, si toutefois ces deux promenades elles-mêmes, si brillantes au
temps de ma jeunesse, ne sont pas passées de mode. Sauval dit qu'au
Cours on se rencontrait, on se saluait, on se parlait, et que les
hommes y avaient presque toujours le chapeau bas. Il en était ainsi
avant nos révolutions, le jeudi, sur les boulevards du nord, où trois
files de voitures se promenaient lentement, pour que les dames qui
étaient dedans pussent s'entretenir avec les personnes de leur
société, qui étaient à pied et à cheval; là on se disait les
nouvelles, là on se faisait des invitations. Il n'était d'usage
d'aller au bois de Boulogne que le dimanche, et dans l'allée de
Longchamps; et là, comme sur les boulevards, les carrosses marchaient
lentement ou s'arrêtaient, à cause des nombreuses conversations
particulières. Aujourd'hui cette manière serait mortellement
ennuyeuse; on a besoin de courir, comme des gens qui s'enfuient et
s'évitent.

  [A] Conférez Segrais, _Nouvelles françaises, ou les
  Divertissements de la princesse Aurelie_, t. I, p. 147 à 155, et
  les plans de Paris de Gomboust, 1652.

    Page 148, lignes 21, 24, 25: Anne d'Autriche..... ne chercha point
      à mettre de digue à ce torrent de dissipation et de licence.

Ce fut surtout au retour du voyage de la cour à Lyon, et dans l'hiver
de 1659, que le goût des mascarades se répandit. La reine elle-même
avait peine à se défendre du plaisir que causaient alors ces sortes de
divertissements. «On se déguise souvent, dit mademoiselle de
Montpensier; nous fîmes une mascarade la plus jolie du monde.» Elle
rapporte qu'elle et mademoiselle de Villeroi étaient habillées en
paysannes de la Bresse. «Mon corps, dit-elle, était lacé de perles et
attaché avec des diamants; il y en avait partout.» Le comte de Guiche,
le duc de Roquelaure, Puiguilhem (depuis le duc de Lauzun, qui épousa
MADEMOISELLE), et le marquis de Villeroi, étaient au nombre des
bergers... Le roi et tous ceux qui l'accompagnaient étaient déguisés
en vieillards, et toutes les femmes de sa troupe en vieilles. «La
reine, ajoute MADEMOISELLE, nous trouva fort à sa fantaisie, ce qui
n'est pas peu. Nous allâmes à l'Arsenal, où le maréchal de la
Meilleraye donnait une grande assemblée.» Cette même mascarade eut
encore lieu un autre jour et de la même manière, parce que la reine, à
qui elle avait beaucoup plu, le désira. (Montpensier, _Mém._, t. XLII,
p. 408.) MADEMOISELLE nous donne encore des détails curieux sur la
mascarade que firent le chevalier de Sillery, la comtesse d'Olonne et
le prince de Marsillac, alors son amant. Toute la troupe alla
s'habiller chez Gourville. Ces détails confirment tout ce que Bussy a
raconté, dans son _Histoire amoureuse des Gaules_, sur ces
personnages. Le chevalier de Gramont, qui courtisait à la même époque
la comtesse d'Olonne, était outré que le prince de Marsillac eût mieux
réussi que lui; et comme ce dernier ne passait pas pour avoir beaucoup
d'esprit, Gramont avait coutume de dire que Marsillac, comme un autre
Samson, avait vaincu ses rivaux avec une mâchoire d'âne.

Il y eut encore à cette époque une aventure qui fit rire tout Paris,
et qui prouve ce que nous avons avancé dans le texte au sujet des
mascarades. Un jeune page de MADEMOISELLE, remarquable par la
fraîcheur de son teint, la finesse de ses traits et sa figure
féminine, prenait plaisir à se promener déguisé en jeune fille, à
écouter les discours et les galanteries de ceux qui se méprenaient sur
son sexe; mais un jeune et riche bourgeois en devint sérieusement
amoureux: le page poussa les choses au point de se laisser emmener
chez le bourgeois; et au moment où celui-ci se croyait au comble de
ses vœux, le page se débat, s'échappe d'entre ses bras, s'enfuit,
fait une chute, et laisse apercevoir sous ses jupes, au bourgeois
étonné, ses vêtements de page. Ces scènes indécentes étaient le
prélude de celles, bien autrement coupables, de la jeunesse de l'abbé
de Choisy. (Conférez Montpensier, _Mém._, t. XLII, p. 330; _ibid._, p.
389; Loret, _Muse historique_, lib. IX, p. 44, 6 juillet; _Vie de
l'abbé de Choisy_, l'_Histoire de la comtesse de Barre_, et une note
de M. Monmerqué dans son édition des _Lettres de Madame de Sévigné_,
qui indique que le manuscrit, beaucoup plus complet, de cette histoire
existe à la bibliothèque de l'Arsenal.) En 1658, le premier jour de
carême, on vit une troupe de masques déguisés en capucins et en
capucines. Les prédicateurs dénoncèrent en chaire cette impiété; la
reine se fâcha, et l'on sut que les coupables étaient l'abbé de
Villarceaux, Ivry, ce mylord anglais amant de la duchesse de
Châtillon, le comte d'Olonne et sa femme, Jeannin, trésorier de
l'épargne. (Loret, liv. IX, p. 31, 23 février, et p. 43, 16 mars
1658.)

    Page 149, ligne 18: Ses Mémoires nous apprennent.

«Les deux premiers jours, dit MADEMOISELLE (t. XLII, p. 308), après le
départ de la cour (en 1658), je m'ennuyai un peu, particulièrement le
temps où j'avais accoutumé d'aller au Louvre. J'en fus bientôt
désaccoutumée. J'allais tous les jours au Cours, je me promenais deux
ou trois fois à cheval. Mademoiselle de Villeroi y vint avec moi, et
Bonneuil, qui était retiré à Paris, et madame de Sévigné. Hors elles,
tout ce qui était accoutumé de se promener avec moi ne montait pas à
cheval.» (Conférez t. I, p. 292 de la collect. de Michaud.)

Ce fut pour désennuyer MADEMOISELLE pendant son exil, que Segrais, qui
était son secrétaire, composa cette suite de petits romans intitulée
_Nouvelles françaises, ou les Divertissements de la princesse
Aurélie_, 1657, in-8º. Dans la première, intitulée _Eugénie_ (t. I, p.
41), un amant se déguise en femme de chambre pour s'introduire près de
sa maîtresse. C'est dans les Mémoires de MADEMOISELLE que nous
trouvons les détails les plus curieux sur l'influence fâcheuse de ces
sortes de déguisements relativement aux mœurs de la cour, et surtout
sur celles du jeune duc d'Anjou et de ses indignes favoris, Guiche,
Villequier, Manicamp, etc. (Voyez l'_Hist. am. des Gaules_, 1754, t.
I, p. 49, 52, 56, 62, 132; Montpensier, t. XLII, p. 408.) Toute la
vigilance d'Anne d'Autriche n'y put rien: peut-être eût-il mieux valu
qu'elle en eût eu moins, et que ce jeune prince eût pu avoir à se
défendre contre une séductrice moins âgée que la princesse Palatine.
Un tel début, des appas si flétris, n'étaient pas propres à lui donner
du goût pour le commerce des femmes.

    Page 150, ligne 9: Plusieurs mariages.

C'est dans cette année que le prince de Marsillac épousa l'héritière
de Liancourt (Loret, liv. IX, p. 67, en date du 4 mai), et que la
fille de Servien fut mariée au marquis de Rosny (Loret, liv. IX, p.
154, en date du 5 octobre).

    Page 155, note 2, _lettre autographe de Mazarin à Colbert_.

Soulavie a imprimé cette lettre dans les _OEuvres de Saint-Simon_, t.
I, p. 241, mais mutilée, et avec des fautes d'impression sans nombre:
au lieu d'Hervart, ce financier si connu, il écrivit Hervaut; au lieu
de madame de Venel (gouvernante des nièces de Mazarin), il met Venès;
et ainsi du reste.

    Page 157, ligne 25: Il écrivait tous les jours.

La première séparation de Louis XIV et de Marie de Mancini eut lieu le
22 juin 1659. Dans la correspondance qui s'établit ensuite par lettres
entre eux, Vivonne fut l'intermédiaire.


CHAPITRE XIII.

    Page 164, ligne 3: Sa cour donnait le ton à la capitale et aux
      provinces.

MADEMOISELLE, dans ses Mémoires, parle de deux jeunes femmes qu'elle
vit à Lyon, l'une veuve d'un officier, l'autre femme d'un lieutenant
général. Elles étaient accomplies sous le double rapport de l'esprit
et de la figure. MADEMOISELLE, pour en faire l'éloge, dit: «Elles sont
bien faites et spirituelles, pour femmes de province.» (Montpensier,
t. XLII, p. 38.) Ceci rappelle ce vers de Gresset, que j'avais à tort
attribué à Regnard dans la première édition de cet ouvrage:

    Elle a de fort beaux yeux, pour des yeux de province.

    Page 164, ligne 15: Ils furent en cela imités par les auteurs
      dramatiques.

Les auteurs dramatiques mettaient alors dans la bouche des héros de
l'antiquité les discours de galanterie et les raffinements de
sentiments à la mode dans les ruelles. Ils travestissaient tous les
héros de l'antiquité en seigneurs de la Fronde. Ainsi l'_Amalasonte_
de Quinault, donnée en 1657, est une véritable précieuse; et cette
pièce valut à l'auteur une gratification du roi. _Le Mariage de
Cambyse_, du même auteur, est une pièce écrite dans ce style.
Corneille le jeune, dans sa tragédie de _Bérénice_, se vantait d'avoir
imité un roman de Scudéry.

    Page 166, ligne 7: La plus galante personne du monde.

Nous voyons ici le mot _galante_ employé dans une signification qui
n'a plus cours que pour le genre masculin du même adjectif. C'est
dans ce sens qu'on dit un galant homme c'est-à-dire un honnête homme,
un homme qui sait vivre, qui a une conduite honorable; mais on ne dit
plus une galante femme, bien qu'on dise encore, mais dans un autre
sens, une femme galante.

    Page 166, ligne 25: Donna à madame de La Fayette l'idée de tracer
      le portrait de madame de Sévigné.

On a inséré ce portrait dans toutes les éditions de _Madame de
Sévigné_, mais aucun éditeur n'a indiqué où il a été imprimé pour la
première fois. Je n'ai pu remonter qu'à l'édition des _Lettres de
Madame de Sévigné_ de 1734. L'éditeur, le chevalier Perrin, en
l'insérant dans sa préface, dit: «J'ai heureusement trouvé le portrait
qu'en fit autrefois, sous le nom d'un inconnu, madame de La
Fayette...» Ces mots semblent indiquer que ce portrait a été trouvé
manuscrit dans les papiers de madame de Simiane, que Perrin a eus à sa
disposition pour la publication des lettres de madame de Sévigné, et
qu'avant ce portrait n'avait jamais été imprimé.

    Page 171, avant-dernière ligne: La troisième édition de ces
      poésies.

C'est dans cette troisième édition que Ménage fit paraître pour la
première fois ses poésies grecques et italiennes; cependant la seconde
édition (1656) contenait, p. 117, un sonnet italien à mademoiselle de
La Vergne.

    Page 172, ligue 4: Un madrigal allégorique.

La fin du madrigal est jolie, mais elle est de Guarini, et non de
Ménage; et il est étonnant que celui-ci ait songé à s'approprier des
vers si connus. La muse de Ménage, quoique si souvent gratifiée des
dons de sa mémoire, n'en est pas devenue plus riche.

    Page 172, lignes avant-dernière et dernière: La septième édition,
      qui ne fut pas la dernière.

C'est la huitième qui est la dernière et la meilleure, et est
accompagnée d'excellentes tables. Toutes ces éditions sont rares. Il
est probable qu'elles furent tirées à petit nombre. La plus jolie de
toutes, celle imprimée par les Elzeviers, est celle que j'ai le plus
souvent rencontrée. J'ai donné une liste de toutes ces éditions à la
page 452 de la première partie de ces _Mémoires_.

    Page 174, ligne 10: M. de Noirmoutier.

Louis de La Trémouille, duc de Noirmoutier, mourut en 1666, le 15
octobre, à l'âge de cinquante-quatre ans.


CHAPITRE XIV.

    Page 177, avant-dernière ligne: Un aspect de bonheur.

Loret, selon sa coutume, a rempli sa gazette de la description des
fêtes données pendant l'hiver qui précéda le départ du roi pour le
midi. Voici celles dont nous avons tenu note, comme des plus
remarquables. En février (le roi ne revint de Lyon qu'à cette époque),
divers bals chez le maréchal de L'Hospital, gouverneur de Paris, chez
le duc de Saint-Simon; ballet royal de _la Raillerie_, plusieurs fois
dansé par le roi; concert de soixante instruments, et des chantres et
des chanteuses, les plus remarquables; mascarade en traîneaux à la
place Royale, où tous les jeunes seigneurs étaient masqués: toute la
cour y assistait, et était dans l'hôtel des Hameaux; plus tard, fête
donnée par le roi, où il y eut une loterie de 100,000 livres. Le 3
mai, le roi fait des courses à cheval au bois de Vincennes; le 10 de
mai, grand dîner de MONSIEUR au roi, à Saint-Cloud. Fête superbe
donnée au roi par de Lionne, dans son château de Berny: Mazarin en fit
les frais. Cette fête était toute diplomatique: Pimentel, le
négociateur du roi d'Espagne, s'y trouvait, et il était le véritable
but de la fêle. A Vincennes, revue de soldats, ballets, danses et
parades. On joua une pastorale de Trivelin-Canaille et de Scaramouche,
qui amusa fort, et fit beaucoup rire.

    Page 178, note 2: _Journal contenant_, etc.

Toutes ces pièces sont de Colletet; elles furent publiées comme un
journal, au moment même des événements; la réunion en est rare. J'en
donne les titres d'après un exemplaire qui renferme encore un volume
in-4º en espagnol, accompagné de plans et de portraits, qui décrit la
marche de l'infante jusqu'à la frontière de France. A ces pièces il
faut joindre les ouvrages que j'ai cités dans mon édition de _La
Fontaine_ au sujet de la lettre de notre fabuliste à de Maucroix, sur
l'entrée de la reine. Ceux qui désireraient tout connaître sur cette
époque célèbre ne doivent pas négliger de consulter les volumes de la
collection d'estampes sur l'histoire de France, qui est à la
Bibliothèque Royale. Au tome XXVI, ils trouveront une très-belle
estampe de l'entrevue des deux rois, de la reine et de l'infante, et
une autre, de Charles Le Brun, qui représente le mariage dans l'église
de Saint-Jean de Luz. Dans une autre estampe allégorique, un Espagnol
dit à un Français:

    A voir sur vos habits ces monceaux d'aiguillettes,
    Vos poudres, vos galands, vos canons, vos manchettes,
        Rien qu'un esprit ne vous peut inspirer.

    Page 179, ligne 21: Pour suivre les représentations théâtrales.

Le goût des spectacles faisait naître le désir de les varier. Ce fut
au mois d'avril de l'année 1660 que plusieurs particuliers, par zèle
pour l'art théâtral, donnèrent au public, dans la maison d'un sieur de
La Haye, à Issy, l'exemple d'une comédie française toute chantée. La
musique était de Lambert, les paroles de l'abbé Perrin. Cette pièce,
exécutée par les plus belles voix de cette époque, charma les
spectateurs. Le 30 du même mois, Mazarin la fit représenter à
Vincennes: elle plut tellement à la cour, que Mazarin ordonna a l'abbé
Perrin d'en composer une seconde; il fit _Ariane, ou le Mariage de
Bacchus_. Ainsi fut fondé un spectacle qui ne pouvait se maintenir que
par la munificence royale, et dont la pompe et la splendeur se sont
cependant toujours accrues depuis près de deux siècles, au milieu de
toutes les révolutions, de toutes les banqueroutes et des pénuries des
finances, et sans que jamais le public s'y soit porté avec assez
d'empressement pour subvenir à la dépense qu'il exige.

    Page 183, ligne première: En mettant de côté la soutane du
      séminariste.

J'ai rapporté dans mes notes sur la _Vie de La Fontaine_ le passage
des Mémoires manuscrits de Tallemant des Réaux qui nous apprend que
les parents de Molière l'avaient d'abord fait étudier pour être
d'Église; et ceci se trouve confirmé par ce qui est dit dans la _Vie_
de notre grand comique composée par l'éditeur de ses œuvres en 1730:
c'est ce que paraissent avoir ignoré les récents éditeurs de
_Molière_, qui, par des arguments nullement concluants, ont rejeté le
témoignage contemporain de Tallemant des Réaux, tandis qu'ils n'ont
pas fait difficulté d'admettre, sans critique et sans examen, les
faits rapportés sur Molière par Grimarest, quoique lorsque cette _Vie_
parut Boileau ait déclaré qu'elle fourmillait d'erreurs et de contes
absurdes. Je suis revenu sur ce point de critique littéraire dans la
quatrième édition que j'ai préparée de l'_Histoire de La Fontaine_,
non encore publiée.

    Page 184, lignes 5 et 6: Dont l'intrigue ne lui appartenait pas.

Dans la pièce de Chapuzeau qui fut donnée en 1756, trois ans avant
_les Précieuses ridicules_, il y a, comme dans cette dernière pièce,
un homme dont la déclaration est fort mal reçue par une femme infatuée
de bel esprit, et qui s'en venge en introduisant auprès d'elle son
valet, déguisé en marquis magnifique, qui lui plaît beaucoup plus.

    Page 185, note 299: BODEAU DE SOMAIZE.

Somaize ne s'est point nommé dans cette préface des _Véritables
Précieuses_. Il accuse Molière d'avoir imité _le Médecin et les
Précieuses_ de l'abbé de Pure, et plusieurs autres pièces italiennes;
et il cherche à le rendre odieux aux gens de cour. Cependant ce
misérable écrivain spécula sur le succès de la pièce de Molière, et la
mit en mauvais vers. On voit, par l'avertissement, que les libraires
propriétaires de l'édition de la pièce de Molière mirent opposition à
la vente de la traduction en vers. La pièce des _Précieuses
ridicules_, en vers (1660, in-12), est dédiée à Marie de Mancini, dont
Somaize parle souvent dans son _Grand Dictionnaire des Précieuses_.
Somaize composa encore _le Procès des Précieuses_, en vers burlesques
(1660, in-12), qu'il dédia à la marquise de Monloy; c'est probablement
cette madame de _Monlouet_ dont il est fait mention dans madame de
Sévigné.


CHAPITRE XV.

    Page 188, ligue première du texte: Mazarin n'était plus.

Mazarin mourut le 9 mars, entre deux et trois heures du matin.

    Page 189, ligne 24: Une jeune reine déjà enceinte.

La grossesse de la reine fut soupçonnée dès le 9 mai.

    Page 190, ligne 16: Donnèrent pendant plusieurs mois à
      Fontainebleau.

Madame de Motteville avoue, en parlant des fêtes de Fontainebleau, que
même dans le beau temps de la régence jamais la cour n'eut cet éclat;
et ce temps de la régence était cependant celui de sa jeunesse.

    Page 191, ligne 2: L'amour du roi pour mademoiselle de La Vallière.

Le roi parut hésiter quelque temps entre sa belle-sœur, mademoiselle
de Pons, et La Vallière; mais l'attrait qu'eut pour lui l'amour le
plus sincère et le plus entier, accompagné de la modestie et de la
pudeur, l'emportèrent sur les agaceries d'Henriette d'Angleterre,
duchesse d'Orléans, et sur les avances de mademoiselle de Pons.

    Page 191, ligne 3: Celui de MADAME pour Buckingham.

Le duc de Buckingham était le fils de celui qui fut soupçonné d'avoir
obtenu les bonnes grâces d'Anne d'Autriche.

    Page 191, ligne 4: Et ensuite pour le comte de Guiche.

Madame de La Fayette nous apprend que le comte de Guiche se déguisait
en femme pour pénétrer chez MADAME. On se rappelle ce que j'ai dit de
ces déguisements dans les ballets du roi.

    Page 191, ligne 5: Celui de la duchesse de Toscane.

La duchesse de Toscane avait eu le désir d'épouser Charles de
Lorraine, qu'elle aimait. Elle n'avait pas encore rejoint son mari
lorsqu'elle donna à penser qu'elle n'avait rien refusé à son amant.
Choisy la compare à un ange pour la beauté, mais non pas pour la
conduite.

    Page 191, ligne 13: Soit pour elle-même, soit pour une autre.

Quoique Montalais, dit madame de La Fayette, eût pour amant Malicorne,
elle était confidente de beaucoup d'autres liaisons, qu'elle
favorisait, et dont elle se mêlait sans aucun intérêt pour elle-même,
et par besoin d'intrigues.

    Pages 193 et 194, lignes dernière et première: On risqua des
      sommes énormes sur une seule carte.

Fouquet dans une seule partie avec Gourville perdit 55,000 fr. en une
demi-heure. L'abbé de Gordes, en 1660, perdit avec le roi 150,000 fr.
en une seule séance. Il faut doubler ces sommes pour avoir le montant
de ces pertes en valeur actuelle.

    Page 194, ligne 5: La magnificence des ballets royaux.

Les deux ballets royaux montés dans ces deux années furent ceux de
_l'Impatience_ et des _Saisons_; le roi dansa dans les deux. Les
beautés de la cour qui y figurèrent furent mesdemoiselles de Pons,
Argencourt, Villeroi, Montbazon, Châtillon, Noailles, Brancas,
Arpajon, La Fayette, Guiche, Fouilloux, Meneville, Chemerault,
Bonneuil, La Vallière. Le ballet des _Saisons_ fut joué à
Fontainebleau, et eut pour décoration les beaux arbres de la forêt.
Celui qui disposait alors les théâtres de la cour et était employé aux
décorations était un nommé Houdin (Antoine-Léonor), architecte du
Louvre. Nous avons de cet artiste une excellente vue en perspective,
présentée au roi en 1661, et des plans du Louvre. C'est cet architecte
qui probablement a bâti le palais Mazarin, où est actuellement la
Bibliothèque Royale, dont une partie, l'hôtel de Nevers, a été
réparée, en 1709, par Dulin. (Conférez Germain Brice, _Description de
Paris_, 1752, in-12, t. I, p. 362.)

    Page 196, ligne 8: Elle se rendit au Mont Saint-Michel.

L'ouvrage latin que j'ai cité, de Martin Zeiller, _Topographia
Galliæ_, 1657, in-folio, _pars_ VIII, p. 20, donne une vue bien
détaillée et très-exacte du Mont Saint-Michel, tel qu'il se trouvait à
l'époque où madame de Sévigné s'y rendit avec sa fille.


CHAPITRE XVI.

    Page 201, ligne 15: Profanaient par de honteux scandales.

On doit lire à ce sujet les curieuses particularités que MADEMOISELLE
nous donne sur la vie que menaient les religieuses de Perpignan, dont
les désordres étaient publics.

    Page 208, ligne 1re: Jamais il ne lui refusait d'audiences
      particulières.

«Ce qui m'incommodait davantage, dit Louis XIV dans ses Instructions
au Dauphin, en parlant de Fouquet, c'est que, pour augmenter la
réputation de son crédit, il affectait de me demander des audiences
particulières, et que, pour ne pas lui donner de défiance, j'étais
contraint de les lui accorder.»

    Page 208, ligne 21: Que le roi, furieux contre lui, voulait sa
      mort.

La Fontaine, dans la lettre citée, dit, en parlant de cet événement:
«Il est arrêté; le roi est violent contre lui, au point qu'il dit
avoir dans les mains des pièces qui le feront pendre[B].» Racine, dans
ses _Fragments historiques_, nous apprend qu'on avait entendu dire à
Louis XIV que si Fouquet avait été condamné, il l'aurait laissé
mourir.

  [B] L'autographe de cette lettre de La Fontaine est dans ma
  collection.

Grouvelle, connu par une édition des _Lettres de Madame de Sévigné_,
dit (t. I, p. LXXX), dans la spirituelle notice qu'il a composée sur
sa vie, qu'au moment de l'arrestation de Fouquet elle s'était retirée
dans sa terre, par crainte des coups d'autorité. Selon Grouvelle,
madame de Sévigné, en butte à la haine de Louis XIV, se croyait en
sûreté contre sa puissance dans son château des Rochers. C'est avec
cette ignorance des faits, avec ce défaut de jugement, que l'histoire
se trouve le plus souvent écrite.


CHAPITRE XVII.

    Page 212, ligne 3: Qu'en 1659, après la mort de son collègue.

Servien mourut le 16 février 1659.

    Page 218, ligne 27: Le payement intégral de ces ordonnances.

Gourville avoue (en 1657) qu'il se fit par ce moyen de grandes
fortunes; puis il ajoute naïvement: «Ayant tous ces exemples devant
moi, j'en profitai beaucoup.»

    Page 224, ligne 10: Aux femmes de cour intrigantes.

On trouve à l'endroit cité des Défenses de Fouquet un état duquel il
résulte qu'il avait payé 245,528 livres en gratifications, en une
seule année, à des dames de la cour, et une somme de 204,498 livres à
madame Duplessis-Bellière seule. On sait qu'elle était sa confidente
pour les affaires d'amour; aussi sa fille, la marquise de Créqui,
reçut de Fouquet 200,000 livres lorsqu'elle se maria.

    Page 224, ligne 12: Et donnait sans cesse des fêtes et des repas
      somptueux.

Mazarin lors de son départ pour Saint-Jean de Luz alla loger
familièrement chez lui, à Vaux, le 25 juin 1659.

    Page 224, ligne 15: Il avait partout des agents.

Ainsi nous voyons qu'il était instruit de tout ce qui se passait à la
cour de Savoie, par une dame d'honneur qu'il pensionnait. Il avait
envoyé de Maucroix à Rome, qui sous le faux nom d'abbé de Crécy y
était son chargé d'affaires.

    Page 226, ligne 4: Le Tellier allié à sa famille.

Le Tellier avait épousé la sœur de Jean-Baptiste Colbert, seigneur de
Saint-Pouange, cousin du Colbert qui fut ministre.

    Page 226, ligne 6: Dans le mémoire où il lui exposait les
      malversations de Fouquet.

C'est le 28 septembre 1659 que Colbert écrivit son mémoire. La copie
qui en fut trouvée dans les papiers de Fouquet a servi à convaincre
les juges de l'ancienne haine de Colbert contre Fouquet, et a
contribué beaucoup à adoucir la sentence.

    Page 228, ligne 15: Dans une seconde lettre.

Les originaux de ces deux lettres de Colbert, avec les réponses à
mi-marge de la main de Mazarin, sont sous nos yeux: en les confrontant
avec la publication qu'en a faite Soulavie dans cet incohérent mais
curieux recueil d'extraits et de pièces qu'il a intitulé _OEuvres de
Saint-Simon_, on s'aperçoit qu'il les a mal lues, et qu'il a laissé
passer à l'impression une foule de fautes grossières. Ainsi, au
commencement de celle qui est datée du 28 octobre 1659, au lieu de ces
mots, «J'ai reçu à désir les dépêches, etc.,» on lit dans
l'autographe: «J'ai reçu à Decize les dépêches, etc.» Partout où se
trouve le nom d'Hervart, on a imprimé _Herveau_, etc.

    Page 232, ligne 22: Toutes les instructions dont il avait besoin.

Deux jours avant sa mort, Mazarin entretint encore longtemps Louis XIV
de ces grands objets, et lui renouvela ses dernières recommandations.

    Page 233, ligne 24: Il lui fit donation pleine et entière de tous
      ses biens.

Si l'on en croit Fouquet dans sa défense, la fortune de Mazarin se
montait à 40 ou 50 millions (80 ou 100 millions de notre monnaie
actuelle).

    Page 236, ligne 5: Mazarin environna le roi d'une cour brillante.

Ce fut en 1657 que Mazarin acheva d'organiser la maison du roi d'une
manière somptueuse. L'état des payements de tous ceux qui se
trouvaient gagés et employés au service du jeune roi fut alors dressé,
et ensuite imprimé dans un livre curieux, que j'ai souvent cité, mais
dont je donnerai ici le titre entier:

_Estat général des officiers, domestiques et commensaux de la Maison
du Roy. Ensemble l'ordre et règlement qui doit estre tenu et observé
en la Maison de Sa Majesté, tiré des mémoires de M. de Saintot,
maistre des cérémonies de France._ Mis en ordre par le sieur de LA
MARINIÈRE; Paris, chez Jean Guignard, 1660, in-8º.

Environ six mille noms de personnes se trouvent inscrits et classés
dans ce livre, avec les sommes qu'elles recevaient annuellement. Mais
«_le surintendant au gouvernement et à la conduite de la personne du
Roy et celle de monseigneur le duc d'Anjou, monsieur le cardinal_
MAZARIN,» s'y trouve porté, p. 113, sans désignation d'appointements.
Cet ouvrage démontre que près de six mille personnes, appartenant
presque toutes à la classe des bourgeois et des industriels, étaient
salariées par le roi, et que les gages et les profits qu'elles
tiraient de leurs places n'étaient pas le seul motif d'intérêt qui les
attachait aux soutiens du trône. En vertu de lettres patentes de
Charles IX, d'Henri III, renouvelées et confirmées par Henri IV, Louis
XIII et Louis XIV, tous ces salariés formaient, en leurs qualités
d'_officiers, domestiques, commensaux et marchands suivant la cour_,
une classe privilégiée comme la noblesse sous le rapport des impôts,
jouissant, comme disent les lettres patentes, eux et leurs veuves
pendant leur viduité, «des exemptions, franchises, libertés,
affranchissements de contributions et subventions généralement
quelconques faites et à faire.» Toutes ces lettres patentes sont
imprimées _in extenso_, et à la suite de _l'ordre et règlement qui
doit estre tenu et observé en la Maison du Roy_; Paris, 1657, in-8º. A
Paris, chez Marin Leché, imprimeur du Roi.

L'état donné par La Marinière offre de singuliers contrastes
relativement aux appointements. Le maître à danser de Sa Majesté a
2,000 livres, son maître d'écriture 300 livres, son maître de dessin
1,500 livres, les _galopins_ qui servaient dans la cuisine sous les
officiers de bouche, au nombre de trois seulement, ont chacun 300
livres, etc., etc.

    Page 237, ligne 20: Le soupçonneux Mazarin.

La partie des Mémoires de Brienne citée ici en note en est la plus
curieuse. Les détails sur les derniers moments de Mazarin sont d'un
grand intérêt. C'est une belle leçon de morale que la mort de ce
ministre, soupçonnant tout ce qui l'environne, sachant qu'il est
condamné par les médecins; semblable à un spectre, promenant ses
regards, dans son palais, sur ses beaux tableaux, ses riches
ameublements; puis, disant arec amertume: «Il faut quitter tout cela,
_Guénaud l'a dit_.»

    Page 240, ligne 17: L'importance des affaires dont il était chargé.

Louis XIV se servit de Fouquet pour les négociations avec le roi
d'Angleterre. Louis XIV voulait, malgré la clause du traité des
Pyrénées, secourir le Portugal contre l'Espagne. Pour que ses ruses ne
fussent pas découvertes, il trompa d'Estrades, son propre ambassadeur
en Angleterre. C'était se montrer de bonne heure un vrai disciple de
Mazarin.

    Page 241, ligne 1: Le Tellier, son ennemi secret.

Pomponne écrivait à son père, aussitôt après la mort de Mazarin: «M.
le procureur général et M. Le Tellier paraissent fort unis; j'espère
qu'ils le seront toujours, c'est leur intérêt.»

    Page 241, lignes 17-21: Offrit à la reine d'employer ses bons
      offices pour l'influence que Mazarin lui avait fait perdre.

Ceci occasionna un refroidissement entre la reine mère et Mazarin,
dont on s'aperçoit dans une lettre que la reine mère écrivit à ce
ministre; lettre curieuse, qui donne beaucoup à penser sur la nature
de leur ancienne liaison. Nous avons imprimé cette lettre à la fin de
la troisième partie de ces _Mémoires_, p. 471.


CHAPITRE XVIII.

    Page 248, ligne 3: Qu'elle était aimée du roi.

Madame de La Fayette dit qu'on a cru que Louis XIV vit La Vallière
pour la première fois à Vaux; mais on se trompait: nous savons
actuellement qu'avant cette époque il la voyait, d'une manière plus
efficace, dans l'appartement du comte de Saint-Aignan.

    Page 249, ligues 24 et 25: La duchesse de Chevreuse..... sut lui
      persuader.

Le voyage de la reine mère à Dampierre, chez la duchesse de Chevreuse,
eut lieu dans les derniers jours de mai et le commencement de juin.

    Page 250, note 418: LOMÉNIE DE BRIENNE.

Le mot de Mazarin à madame de Tubœuf, rapporté par Brienne dans cet
endroit de ses Mémoires, «Puisqu'il faut vous donner, madame, je vous
donne le bonjour,» ressemble beaucoup à celui d'un Anglais très-riche
et très-avare (Elves), à qui on demandait ce qu'il donnait à son fils
en mariage. Il entra d'abord dans une grande colère, puis termina en
disant: «Moi, je donne... je donne mon consentement.»

    Page 253, lignes 19 et 20: Un officier qui n'y était pas appelé
      par son rang.

Ce fut d'Artagnan (Charles de Baatz) qui arrêta Fouquet.

    Page 253, ligne dernière: Qui est un des plus beaux passages
      de son éloquent plaidoyer.

«..... N'employa-t-il pas pour votre service tout ce qu'il avait reçu
du prix de sa charge? Cette fois je ne puis croire que Votre Majesté
puisse en rappeler le souvenir sans en être touchée. Que serait-ce si
elle voyait cet infortuné, à peine connaissable, moins changé et moins
abattu de la longueur de sa prison que du regret d'avoir pu déplaire
à Votre Majesté, et qu'il lui dit: «Sire, j'ai failli; si Votre
Majesté le veut, je mérite toutes sortes de supplices... Je ne me
plains point de la colère de Votre majesté; souffrez seulement que je
me plaigne de ses bontés. Quand est-ce qu'elles m'ont permis de
connaître mes fautes et ma mauvaise conduite? Quand est-ce que Votre
Majesté a fait pour moi ce que les maîtres font pour leurs esclaves
les plus misérables, ce qu'il est besoin que Dieu fasse pour tous les
hommes et pour les rois même, qui est de les menacer avant de les
punir?» (Pellisson, _Premier Discours au Roi_, page 74.)

    Page 255, ligne 20: Dont plusieurs s'étaient enrichies.

Gourville fut obligé de donner 500,000 fr. pour se racheter contre les
poursuites de la chambre de justice, et il resta encore fort riche.

    Page 256, ligne 7: Dès lors son règne commença.

Les Instructions de Louis XIV au Dauphin sont ce qui a été écrit de
mieux sur l'administration d'un grand royaume. Quelle pitié qu'elles
aient si peu profité à ses successeurs!

    Page 257, lignes 1 et 2: N'offre pas un second exemple.

J'ai donné à dessein ici les citations pour l'affaire de Fargues,
qu'on pourrait m'objecter si elle était telle que Lemontey la raconte;
mais en l'approfondissant on s'aperçoit qu'elle est tout autre. Ce
personnage n'avait pas seulement pris parti contre le roi au temps de
la Fronde: il avait d'abord été dans le parti du roi; il s'était fait
donner le commandement de la place de Hesdin, qu'il vendit aux
ennemis. Il fut à la vérité, sous Mazarin, compris dans un traité, et
il avait obtenu des lettres d'abolition pour sa trahison (Loret, liv.
XI, page 42), mais il négligea d'obtenir sa grâce du roi. Il se tint
caché dans une de ses terres, à Courson. S'il y avait été sous son
nom, le roi l'aurait su. Louis XIV s'irrita de l'audace de ce traître,
jouissant si près de lui de ses grandes richesses; il lui fit faire
son procès. Fargues fut convaincu comme concussionnaire, et pendu.
C'est un acte de despotisme d'autant plus blâmable, que Fargues ne fut
point jugé par le parlement, mais par une commission. Fargues avait
mérité la mort, mais il fallait le juger régulièrement. Toutefois, sa
conduite avait été si odieuse, que sa condamnation ne fut point
blâmée.

    Page 257, lignes 4 et 5: Lui avait reconnu une audace capable de
      tout oser.

Madame de La Fayette dit, en parlant de Fouquet: «Homme d'une ambition
sans bornes, dont les desseins étaient infinis pour les affaires aussi
bien que pour la galanterie.»


CHAPITRE XIX.

    Page 265, lignes 17 et 18: Pomponne resta dix-huit mois à la
      Ferté-sous-Jouarre.

Les affaires qui appelaient Pomponne à la Ferté-sous-Jouarre
concernaient la succession que Nicolas Ladvocat, son beau-père, avait
laissée à sa femme. Fouquet avait contribué au mariage de Pomponne
avec mademoiselle Ladvocat. La belle-mère de Pomponne se nommait
Marguerite de Bouillé.

    Page 270, ligne 13: Dîner à l'hôtel de Nevers; et note 458:
      Cet hôtel.

Ma note et mes nombreuses citations ne peuvent suffire pour redresser
toutes les erreurs auxquelles l'hôtel de Nevers a donné lieu. Madame
de Sévigné, Pomponne, et plusieurs de leurs contemporains, désignent
toujours l'hôtel qu'habitait madame de Guénégaud par le nom d'_hôtel
de Nevers_, parce qu'en effet c'était cet hôtel, situé près des fossés
de l'ancienne enceinte de la ville et de la porte de Nesle, où est
actuellement l'hôtel des Monnaies, que Henri de Guénégaud, ministre et
secrétaire d'État, avait acheté, en 1641, de la princesse Marie de
Gonzague de Clèves, veuve du duc de Nevers. Guénégaud embellit et
rebâtit presque en entier cet hôtel; il l'agrandit, en y joignant un
autre hôtel, plus petit, qui se trouvait voisin. Cependant on
continuait toujours à appeler cet hôtel _hôtel de Nevers_, quoique sur
les plans gravés de Paris, de l'année 1654, il eût déjà pris le nom
d'_hôtel de Guénégaud_ (voyez le plan de Berey, celui de Gomboust, et
celui de Builet). La rue des Deux-Portes, qui longeait les murs de cet
hôtel, avait pris le nom de _rue de Nevers_, qu'elle a conservé.
Trompé par ce nom d'hôtel de Nevers, appliqué par continuation à
l'hôtel Guénégaud, M. Monmerqué a quelquefois cru qu'il était
question, dans les écrits du temps, d'Anne de Gonzague ou de la
princesse Palatine, quand il s'agissait de madame Duplessis-Guénégaud;
ce qui l'a fait tomber dans quelques erreurs. (Voyez _Lettres de
Sévigné_, t. I, p. 81, note _a_; _Mémoires de Coulanges_, 1820,
in-8º, p. 383; _Biographie Universelle_, t. XXXV, p. 321, article
POMPONNE.) Ainsi, c'est chez madame de Guénégaud qu'allait madame de
Sévigné lorsqu'elle se rendait à l'hôtel de Nevers. C'est chez madame
de Guénégaud que Pomponne se rendit lorsqu'il vint à Paris, au retour
de son exil. C'est chez madame de Guénégaud, et non chez la princesse
Palatine, qui n'habitait plus alors Paris, que Boileau lut ses
premières satires, et Racine sa première tragédie (_Alexandre_). M. de
Saint-Surin est donc dans l'erreur aussi à cet égard (voyez _OEuvres_
de Boileau, édit. de 1821, t. I, p. 41 de la notice biographique).

L'hôtel de Nevers, situé à côté de la tour de Nesle, et près des
fossés de la ville et de l'ancienne enceinte, avait remplacé l'hôtel
de Nesle. L'hôtel de Guénégaud remplaça l'hôtel de Nevers en 1652. En
1670 le prince de Conti l'acheta, et alors il devint l'hôtel de Conti;
et l'édifice actuel de la Monnaie a remplacé l'hôtel de Conti. Marie
de Gonzague, qui épousa successivement Wladislas IV, et Casimir, roi
de Pologne, a bien possédé et occupé l'hôtel de Nevers; mais il est
douteux que sa sœur cadette, Anne de Gonzague, qui fut mariée à
Édouard, prince palatin de Bavière, et qu'on nommait la princesse
Palatine, ait jamais logé dans cet hôtel. Il y a trois vues
intéressantes gravées de l'hôtel de Nevers avant qu'il eût été abattu
en tout ou en partie pour devenir l'hôtel Guénégaud, dans Martin
Zeiler, _Topographia Galliæ_; _Francofurti_, in-folio, t. I, pages 58,
59 et 60.

Duplessis-Guénégaud acheta non-seulement l'hôtel de Nevers, mais il
acquit encore de la ville de Paris tous les terrains vagues laissés
par les fossés de la ville, qui se trouvaient derrière. C'est sur ces
terrains que l'on construisit depuis le collége des Quatre-Nations (le
palais de l'Institut) et la rue Mazarine, tracée exactement dans la
direction de ces anciens fossés. Les nouvelles constructions de
l'Hôtel de Guénégaud paraissent avoir été terminées avant qu'on eût
rien bâti sur ces anciens fossés; car ils sont tracés encore sur le
plan de Berey en quatre feuilles, où le nom d'hôtel Guénégaud a
remplacé celui d'hôtel de Nevers. Ce nom d'hôtel Guénégaud est aussi
le seul qu'on trouve en cet endroit sur le grand plan de Paris de
Gomboust, fait sous la direction de Petit, maître des fortifications
de Paris. Il en est de même du plan de Builet, en douze feuilles; mais
on voit que dans l'usage on continuait d'appeler cet hôtel hôtel du
Nevers; car de Joly, dans ses _Mémoires_ (t. XLVII, p. 213), en
racontant une émeute de la populace qui eut lieu en 1652, et qu'on fut
obligé de réprimer par la force, dit: «Son Altesse Royale fut obligée
d'envoyer des gardes et de faire armer des bourgeois pour dissiper une
troupe de canaille qui voulait piller l'_hotel de Nevers_, appartenant
au sieur de Guénégaud, secrétaire d'État.»

Nous lisons dans les _Mémoires de Gourville_ (t. LII, p. 330) qu'il se
rendit à Paris, dans une maison que madame Duplessis-Guénégaud lui
avait fait bâtir. En effet, dans le _Paris ancien et nouveau_ de Le
Maire, édition de 1685, t. III, p. 269, il est dit que l'hôtel de
Sillery a été bâti, il y a environ trente ans, dans un cul-de-sac de
l'hôtel de Conti, c'est-à-dire de l'hôtel de Guénégaud. Gourville
était fort lié avec madame Duplessis-Guénégaud; et ce fut chez elle
qu'il déposa ses papiers et son argent quand il partit pour faire le
voyage de Nantes. (_Mémoires de Gourville_, t. LII, p. 354.)

Après la mort de Mazarin, il y eut un autre hôtel de Nevers; ce fut la
partie du palais Mazarin qui échut en partage à son neveu le marquis
de Mancini, duc de Nevers. C'est celui qu'occupe aujourd'hui la
Bibliothèque du Roi, rue de Richelieu. (Voyez _Piganiol de La Force_,
t. III, pages 57, 58 et 140.) Je n'ai pas besoin de dire que cet hôtel
n'a d'autre rapport que le nom avec celui qui fut occupé par les
anciens ducs de Nevers, et dont je viens de tracer les diverses
transformations. Madame Duplessis-Guénégaud était sœur de la
maréchale d'Étampes, dame d'honneur de la duchesse d'Orléans
douairière.

    Page 273, ligne 3: M. de Neuré, fameux astrologue.

Ce Neuré ne pouvait être soupçonné de vouloir favoriser Fouquet.
Gourville en parle comme d'un vieux philosophe qui avait pris à ferme
un petit domaine du marquis de Vardes. C'est dans ce domaine, et par
conséquent chez Neuré, que Vardes mit Gourville, qui y resta quelque
temps, caché sous un nom supposé, lorsqu'on 1662 Gourville, poursuivi,
par suite de l'affaire de Fouquet, par la chambre de justice, se
rendit en secret à Paris, sur l'invitation de Vardes, qui avait besoin
de conférer avec lui relativement à la fausse lettre du roi d'Espagne
à la reine de France, écrite par Vardes et remise à la Molina, femme
de chambre de cette dernière. Gourville raconta plaisamment comment le
bonhomme Neuré, de fort mauvaise humeur contre les financiers et les
traitants, louait fort la chambre de justice et la rigueur qu'elle
mettait dans ses poursuites contre de telle gens. «Parmi ceux, dit
Gourville, qui lui blessèrent le plus l'imagination, il me nommait
souvent, surtout parce qu'il avait vu chez M. de La Rochefoucauld une
pendule de grand prix, qui allait six mois, laquelle m'appartenait. Je
ne manquais pas de l'applaudir, et de renchérir sur tout ce qu'il
disait, et même contre moi en particulier.»

    Page 274, ligne 11: A la condamnation à la peine capitale.

«Contre toute espérance, dit Loménie de Brienne, Fouquet eut la vie
sauve.»

    Page 276, ligne 17: Ces deux vers du Tasse me reviennent en
      mémoire.

La fin de l'affaire du procès de Fouquet n'a pas dû être la fin de la
correspondance de madame de Sévigné avec Pomponne. Elle aimait à
écrire, et sa tendresse pour sa fille n'a pas été le seul motif qui
l'ait rendue si active dans sa correspondance épistolaire. Voici ce
qu'elle répond aux remercîments que Pomponne lui fit sur son
exactitude à l'instruire de tout ce qui avait concerné Fouquet: «Il me
semble, par vos beaux remercîments que vous me donnez mon congé; mais
je ne le prends pas encore. Je prétends vous écrire quand il me
plaira; et dès qu'il y aura des vers du Pont-Neuf ou autres, je vous
les enverrai fort bien.» (Lettre en date de janvier 1665.) Et en
effet, dans un _post scriptum_ de cette même lettre, écrit plusieurs
jours après, elle demande à Pomponne son avis sur les stances, les
couplets qu'elle lui a envoyés. Il est probable que c'étaient quelques
vers des nombreuses chansons que l'on fit alors contre Colbert et
autres ennemis du surintendant, et contre les juges qui avaient opiné
à mort.

    Page 278, ligne 3: Ce Puiguilhem, ce cadet de Gascogne.

Lauzun était Périgourdin. Puiguilhem (l'orthographe de ce nom est
presque toujours défigurée) est une paroisse du Périgord, à trois
lieues au sud-ouest de Bergerac. (Conférez le _Nouveau Dénombrement du
Royaume_, 1720, in-4º, p. 226; d'Expilly, _Grand Dictionnaire des
Gaules et de la France_, in-folio, t. V, p. 1014.)


CHAPITRE XX.

    Page 284, ligne 3: Dans cette première année.

Bussy dit «qu'au lieu de ce mic-mac et des faiblesses comme du temps
de Mazarin, on vit des hauteurs dignes d'un grand prince.»

    Page 284, ligne 4: Contre tous les embarras d'une disette.

On fit venir des grains, qu'on vendait à bas prix au peuple. On fit à
Paris un four ménager, pour donner le pain aux pauvres à meilleur
marché. On vendait à Paris un setier de blé 26 livres. Louis XIV
réduisit les dépenses des forêts, et gagnait quatre millions en
affermant de nouveau les octrois. Il dégreva les provinces d'une
partie de leurs tailles.

    Page 284, ligne 24: Sur la Lorraine et le Barrois.

Le duc de Lorraine voulut vendre son duché et en frustrer son
héritier, par amour pour la fille d'un apothicaire nommé Pajot. Louis
XIV sut profiter de cette disposition.

    Page 285, ligne 6: Imprimèrent un grand respect à son nom.

La lettre écrite par Louis XIV au roi de Pologne en 1663, au sujet de
l'affaire de Rome, est un chef-d'œuvre d'adresse, de diction et de
dignité.

    Page 285, ligne 15: Des provisions que pour trois ans.

Pour qu'on ne pût pas murmurer de cette innovation, il commença par
donner ainsi, pour trois ans seulement, le gouvernement de Paris au
duc d'Aumont, l'un de ses quatre capitaines des gardes.

    Page 285, ligne 17: Le cardinal de Retz fut amené à donner sa
      démission.

Un court billet du roi accuse au cardinal de Retz la démission de son
archevêché. Il ne fut pas même permis à Retz de venir en cour. Il
avait cependant été consulté sur l'affaire de Rome; et ce fut lui qui
donna l'idée de la pyramide. (Voyez Joly, _Mémoires_, t. XLVII, page
454, 460, 462.) Chandenier, qui avait tout quitté pour suivre le parti
de Retz, ne voulut accepter aucun dédommagement pour sa place de
capitaine des gardes.

    Page 286, ligne 11: Le jeune roi se montra moins sage que Mazarin.

Entre les catholiques, les jansénistes et les protestants, venait se
placer la secte des libertins ou incrédules, que nous avons déjà
signalée, mais trop peu nombreuse alors et trop obscure pour que le
gouvernement pût deviner qu'elle devînt un jour la plus dangereuse.
Elle se moquait de tout, et son opposition au gouvernement et à
l'Église se manifestait par des vaudevilles, des épigrammes, et de
malignes satires. Ce fut cette année que Saint-Évremond écrivit sa
_Conversation du maréchal d'Hocquincourt et du père Canaye_
(Saint-Évremond, _OEuvres_, t. III, p. 54, et _Vie de Saint-Évremond_,
par Desmaiseaux). Dans le pays de Gex, Louis XIV fit fermer cette
année vingt-deux temples protestants; et dans le mois de juillet de
cette même année il fit mettre à la Bastille le libraire Des Prés,
pour avoir réimprimé la lettre de Pavillon, évêque d'Ath, où étaient
déduites les raisons qui empêchaient cet évêque de signer les cinq
propositions. La lettre de Racine à Vitart prouve que les jansénistes
étaient déjà menacés dans le midi.

    Page 288, ligne 5: Il fut attaqué par l'abbé d'Aubignac.

Voici un échantillon de la critique de l'abbé d'Aubignac: «Pour moi,
qui depuis dix-sept ans me suis retiré dans les ténèbres de mon
cabinet sans voir la cour, je pourrais bien en avoir oublié le langage
aussi bien que les mystères. Mais M. Corneille, qui depuis tant
d'années en fait un Pérou, ne devait pas tant de fois et si souvent
donner cette qualité de suivantes aux dames et aux filles qui servent
ces princesses, si cela ne s'accorde pas au faste et aux intrigues des
belles cours.» Qui eût dit qu'on eût jamais osé reprocher à Corneille
d'être homme de cour!

    Page 290, lignes 5 et 6: Il inséra dans ses satires les noms
      des personnes qu'il voulait livrer à la risée et au mépris
      public.

Dans les éditions de 1667 et de 1669 des Satires de Boileau on trouve
les vers suivants:

    Je ne puis arracher du creux de ma cervelle
    Que des vers plus forcés que ceux de _la Pucelle_.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Faut-il d'un froid rimeur dépeindre la manie,
    Mes vers comme un torrent coulent sur le papier;
    Je rencontre à la fois Perrin et Pelletier,
    Bardou, Mauroy, Boursault, Colletet, Titreville;
    Et pour un que je veux j'en trouve plus de mille.

Bien pour ces vers, qui ne frondaient que l'esprit; mais comment
l'auteur ne se faisait-il pas des affaires avec les tribunaux pour les
vers suivants, qui concernaient un procureur fameux, un libraire fort
connu, un avocat, compilateur estimable et laborieux de l'histoire de
Paris, dont il imprimait les noms dans ses satires sans aucun
déguisement?

    J'appelle un chat un chat, et Rollet un fripon.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Faut-il peindre un fripon fameux en cette ville,
    Ma main, sans que j'y rêve, écrira Saumaville;
    Faut-il d'un sot parfait montrer l'original,
    Ma plume, au bout du vers, d'abord trouve Saufal (Sauval).

Quoi qu'en ait dit M. de Saint-Surin (_OEuvres de Boileau_, t. II, p.
271), il y a Saumaville dans l'édition de 1666; dans l'édition de 1667
on trouve Raumaville; mais ce doit être une faute d'impression, car
celle de 1669 porte derechef Saumaville.

    Page 290, note 2: RACINE, _lettres de Vitart_.

Je cite ici l'édition de Racine de Geoffroy, non que ce soit la
meilleure, mais parce que c'est dans cette édition que les lettres de
Racine à Vitart et à l'abbé Levasseur ont été imprimées en entier, et
d'après les originaux manuscrits. Racine le fils, en les publiant le
premier, y avait fait des retranchements. On voit par la lettre p.
119, que Racine, sans souvenir du passé, approuve toutes les rigueurs
contre le surintendant. On voit aussi (t. VII, p. 22) qu'alors il
faisait grand cas de Perrault.

    Page 294, ligne 3: Une cour nombreuse.

Le frère du roi alla habiter le palais Cardinal ou le Palais-Royal. Il
y donnait, ainsi qu'à Saint-Cloud, des fêtes et des repas à la famille
royale; il allait souvent à son château de Villers-Cotterets, que
Louis XIV lui avait donné pour apanage. Le duc de Beaufort, qui
demeurait dans la rue Saint-Honoré, donnait aussi des repas au roi et
à la reine, aussi bien que le président de Maisons. MONSIEUR donna au
Palais-Royal une fête au roi et à toute sa cour.

    Page 294, ligne 12: Il renouvelle cet éloge.

Dans la _Critique de l'École des Femmes_, Molière fait dire à son
Dorante «qu'on peut être habile avec un point de Venise et des plumes,
aussi bien qu'avec une perruque courte et un petit rabat uni; que la
grande épreuve de toutes les comédies, c'est le jugement de la cour;
que c'est son goût qu'il faut étudier pour trouver l'art de réussir;
qu'il n'y a point de lieu où les décisions soient si justes... et
qu'on s'y fait une manière d'esprit qui sans comparaison juge plus
finement des choses que tout le savoir enrouillé des pédants.» Il
reproduit les mêmes idées en vers dans _les Femmes Savantes_.

    Page 294, lignes 13 et 20.

Voyez la tirade qui commence par ces vers:

    Je sais bien que souvent un cœur lâche et perfide, etc.

Alors en fulminant contre les crimes, il ne craignait pas de nommer
les criminels.

    Et Monleron ne doit qu'à ses crimes divers
    Ses superbes lambris, ses jardins toujours verts.

Ce Monleron n'était pas un nom supposé, mais un homme très-riche, et
vivant lorsque Boileau imprima sa satire. Tout cela a été retranché
dans les éditions subséquentes. Voyez la note de l'édition de
Saint-Marc, 1747, in-8º, t. I, p. 32.

    Page 295, ligne 11: Soixante-dix cordons bleus.

Il est dit dans l'_Histoire de France en estampes_ que le roi fit
soixante-trois chevaliers d'épée, et huit d'Église. Ce serait
soixante-onze.

    Page 296, ligne 2: Du titre de _Mémoires de Coligny_.

Depuis que ceci a été écrit, les vrais _Mémoires de Coligny_, dont
cette note marginale n'était qu'un fragment, ont été publiés par la
Société de l'Histoire de France, et ont eu pour éditeur M. Monmerqué.

    Page 297, ligne 19: Puis vint le célèbre carrousel; et page 298,
      note 508: _Description du Carrousel_.

Il y a un exemplaire de cette description officielle du carrousel de
1662, avec toutes les figures, supérieurement peintes en miniature, à
la Bibliothèque de Versailles. Dans cette bibliothèque il y a encore
deux autres ballets avec tous les personnages et leurs costumes peints
en grand. Ce fut Fléchier qui traduisit en latin la description du
carrousel de 1662, et le même fit des vers latins sur ce sujet. C'est
dans ce carrousel que Louis XIV prit pour la première fois cette
devise orgueilleuse qu'il a toujours gardée depuis, et qu'il cherche à
justifier dans ses Instructions au Dauphin, contre les critiques
nombreuses qu'on en a faites. On sait qu'elle avait pour corps un
soleil éclairant le globe de ses rayons, et pour âme ces mots latins:
_Nec pluribus impar_.

    Page 300, lignes 2 et 3: Aux inclinations qui pouvaient le
      distraire des soucis de la royauté.

«Le roi, dit naïvement madame de Motteville, avait le cœur rempli de
ces misères humaines qui font le faux bonheur de tous honnêtes gens.»

    Page 300, lignes 17 et 18: Dans le couvent des Filles Sainte-Marie
      de Chaillot.

Cette retraite de La Vallière avait été précédée d'une altercation
avec le roi. Elle eut l'esprit comme égaré d'avoir osé dissimuler avec
lui.

    Page 300, ligne dernière: En faisant remettre à Marie-Thérèse.

La reine connaissait bien avant cette lettre la liaison du roi avec La
Vallière. Elle dit en espagnol à madame de Motteville, qui la vint
voir pendant ses couches, tandis que La Vallière était présente:
«_Esta donzella con las aracades de diamante es esta a que el rey
quiere._»

    Page 301, ligne 12: A faire enfermer dans un couvent mademoiselle
      de Montalais.

La lettre du roi à l'abbesse de Fontevrault lui recommande de ne
laisser communiquer personne avec mademoiselle de Montalais. Celle-ci
s'était non-seulement rendue la confidente des amours du comte de
Guiche et de MADAME, mais aussi de celles de mademoiselle de
Tonnay-Charente (depuis madame de Montespan), qui avait de
l'inclination pour le marquis de Marmoutiers, et désirait l'épouser.
Le comte de Guiche se déguisa plusieurs fois en femme pour pénétrer
près de MADAME (Conrart, _Mém._, t. XLVIII, p. 280; Montpensier,
_Mém._, t. XLIII, p. 43). Gramont avait osé disputer mademoiselle de
La Motte-Houdancourt au roi. Il fut exilé, et alla en Angleterre
rejoindre Saint-Évremond; mais ensuite il revint, et rentra en grâce.

    Page 302, ligne 14: Ils y parvinrent; et note 1: LOUIS XIV,
      _lettre_ du 20 décembre 1662.

La lettre de Louis XIV adressée à l'abbesse de Fontevrault est pour
donner la liberté à Montalais.

    Page 303, ligne 25: C'étaient encore des mystères.

La liaison de Louis XIV avec La Vallière était encore un secret pour
la cour lors de la naissance de la fille qui fut le premier fruit de
cet amour. Cette enfant mourut peu après sa naissance, en novembre
1662. Voyez Motteville, t. XL, p. 177. Nous voyons dans Loret, liv.
XIII, p. 109, que le roi donna un dîner à Versailles; et ce fut le
premier. Les dames à Saint-Germain allaient à la chasse avec le roi.
Le 4 novembre la chasse de Saint-Hubert eut lieu à Saint-Germain.
(Loret, liv. XIII, p. 170.)

    Page 304, ligne 2: La béatification de saint François de Sales.

Ce fut l'évêque de Montpellier qui fit l'éloge de saint François de
Sales. La canonisation de saint François de Sales eut lieu en 1665; la
cérémonie, au mois de mai. (_Histoire de la Monarchie Françoise_,
1697, t. II, p. 235.)

    Page 305, ligne 9: Quoique Corbinelli fût à Paris membre d'une
      académie italienne.

L'ambassadeur de Venise était le protecteur de cette académie
italienne. Le chevalier Amalthée et Corbinelli en étaient les
chanceliers honoraires.


CHAPITRE XXI.

    Page 313, ligne 4: Il imprimait au dehors le respect et la
      crainte.

Le légat du pape et un cardinal vinrent demander pardon au roi pour ce
qui s'était passé à Rome. En même temps Louis XIV se conduisait d'une
manière toute chevaleresque envers ses alliés, et rendait à l'empereur
d'Allemagne les drapeaux conquis sur les Turcs.

    Page 313, ligne 7: Il terminait le Louvre et commençait
      Versailles.

Loret dès le mois d'octobre 1663 parle déjà du labyrinthe de
Versailles et de la ménagerie. Le Vau était l'architecte du Louvre.
Les grands travaux de Versailles ne commencèrent qu'en 1664. Ils ont
coûté 116 millions ou 190 millions de notre monnaie actuelle, somme
que Mirabeau exagérait en la portant à 1,200 millions, et Volney à
quatre milliards six cents millions! et cela dans des _Leçons
d'Histoire_ (1799, in-8º, p. 141). Conférez la troisième partie de
ces _Mémoires_, p. 450.

    Page 314, lignes 5 et 6: Pour les recherches à faire sur toutes
     les branches d'administration du royaume.

Voici ce que dit au sujet de cette circulaire M. d'Hauterive, un des
hommes les plus instruits et les plus habiles en administration du
règne de Napoléon: «Je viens dans le moment même de découvrir une
minute de la circulaire qui fut adressée par Colbert, par ordre du
roi, en 1664, à tous les intendants du royaume. Elle contient un
système tout à fait complet de recherches sur tous les objets que j'ai
passés trop rapidement en revue dans mes conseils (_Conseils à un
jeune Voyageur_). Ce système présente dans de bien minutieux détails
les rapports de toutes les administrations du royaume avec toutes les
classes des sujets et les individus de toutes les classes. Les objets
d'informations y sont classés d'une manière admirable; rien n'y est
omis: produits, échanges, rangs, mœurs et usages; divisions
géographique, administrative, ecclésiastique, militaire; ordre
judiciaire, finances, et toutes les parties de chacune des
administrations de l'État y sont proposés à l'examen et à l'étude de
l'observateur officiel, pour qu'il y remarque le bien, le mal, le
moyen d'améliorer ou le remède, et qu'il rende successivement compte
de ses observations. Les actes de l'autorité sont tous nominativement
mis en regard des droits et des besoins des peuples, et le ministre
exprime sur chaque point la sollicitude du souverain sur des abus
qu'il ignore, qu'il veut connaître, et qu'il est dans sa royale
intention de prévenir et de réformer.»

    Page 314, ligne 16: Dans le _Discours au Roi_, et note 540
      _Suite du Nouveau Recueil._

Le _Recueil_ où le _Discours au Roi_, de Boileau, se trouve imprimé
pour la première fois a échappé aux nombreux commentateurs de l'auteur
de l'_Art Poétique_, quoiqu'il ait dû être dans le temps fort répandu.

    Page 314, lignes 19 et 20: Les premières satires du jeune poëte;
      et note 541: _Nouveau Recueil_.

Dans la satire à Molière, telle qu'elle est imprimée dans le _Recueil_
cité, qui est de 1665, antérieur à la première édition donnée par
l'auteur, on lit:

    Si je pense parler d'un galant de notre âge,
    Ma plume pour rimer rencontrera Ménage.

Ainsi les commentateurs de Boileau se sont trompés quand ils ont
avancé que ces vers n'avaient jamais été imprimés ainsi, et que cette
variante n'avait existé que sur le manuscrit.

    Page 317, ligne 7: Mademoiselle de La Vallière, dont la liaison
      avec le monarque n'était plus un mystère.

Dans le ballet royal des _Arts_, La Vallière jouait, déguisée en
bergère; et Benserade fait dire à ce sujet:

    Et je ne pense pas que dans tout le village
    Il se rencontre un cœur mieux placé que le sien.

Guéret, dans sa _Carte de la Cour_, qui parut en 1663, fait ainsi le
portrait de Clarice: «L'ingénieuse Clarice paraît aussi beaucoup dans
ces lieux; et si je n'ose dire hardiment qu'elle en est l'âme (comme
plusieurs personnes disent à sa gloire), du moins j'avancerai avec
assurance qu'elle en est un des plus beaux ornements. L'on croit que
ses conquêtes s'étendent bien au delà de cette cour.» Et en marge il
est écrit: _La Vallière_.

    Page 319, ligne 16: Plus adroitement que toutes ses femmes;
      et note 547.

Les médecins prescrivirent le quinquina; ce qui prouve que ce
médicament était connu alors.


CHAPITRE XXII.

    Page 322, lignes 9 et 10: Donnèrent encore plus d'activité
      aux fêtes.

La foire de Saint-Laurent cette année fut très-brillante (25 août);
Loret, liv. XIV, p. 136. Il y eut le mariage de mademoiselle de Valois
et celui de M. le Duc, fils du prince de Condé (Montpensier, t. XLIII,
p. 54, 68). On donna un carrousel pour l'arrivée du légat (Loret, liv.
XV, p. 123). Il y eut une jolie fête à Vincennes, où le roi figura. On
y joua à l'escarpolette (Loret, liv. XIV, p. 189, 191). Il y eut
aussi des fêtes en Bretagne pour la tenue des états (Loret, liv. XIV,
p. 152).

    Page 327, lignes 15 et 18: Mademoiselle de Mortemart.... s'était
      mariée à Montespan.

Nous apprenons par Loret que l'hôtel où se firent les noces de
mademoiselle de Mortemart se nommait l'hôtel d'Antin. Le fils que
madame de Montespan eut de son mari, et dont nous avons les Mémoires,
imprimés par la Société des Bibliophiles, portait le titre de duc
d'Antin.

    Page 327, note 549: LORET.

Loret nous apprend qu'il y a une relation de ce ballet des _Arts_
imprimée chez Ballard, et que la _Gazette_ en rapporte «maintes
choses»: c'était la _Gazette de France_ de Renaudot, la seule qui
existât alors. Ce ballet fut joué aussi au Palais-Royal, chez
MONSIEUR, à la fin de février (Loret, liv. XIV, p. 35, en date du 1er
mars).

    Page 329, ligne 9: Pour _mademoiselle_ DE SÉVIGNY.

Loret écrit souvent Cevigny, mais quelquefois mieux Sevigny; dans
Benserade et dans Bussy, c'est toujours Sevigny. Le goût que l'on
avait pour la langue italienne faisait affecter les terminaisons
italiennes.

    Page 330, ligne 19: Le jeu qu'on appelait _la ramasse_.

Loret parle ainsi du jeu nommé _la ramasse_:

    Mercredi le roi notre sire,
    A qui de longs jours je désire,
    Dans Versailles traita la cour,
    Et quoique ce fût un beau jour,
    On n'y fit point, dit-on, de chasse;
    Mais le plaisir de _la ramasse_,
    Plus rapide que hasardeux,
    Les divertit une heure ou deux.

Au mot _ramasse_, par un renvoi, Loret a mis en marge: _Machine de
nouvelle invention_.

    Page 330, avant-dernière et dernière lignes: Toutes les fêtes
      de l'hiver furent surpassées par celles que Louis XIV donna
      au printemps.

La description de ces fêtes se trouve dans toutes les éditions de
notre grand comique. Benserade fait commencer ces fêtes le 10 mai; la
lettre de Marigny, mélangée de prose et de vers, où elles sont
décrites, est datée du 14 mai 1664.


CHAPITRE XXIII.

    Page 334, ligne 9: Il n'a plus la faculté de brûler.

    Arde per voi d'Amore.
    Fuor del mio, vaga FILLI,
    Ogni più nobil core
    Non accusi però vostra bellezza
    Questo cor di rozzezza!
    Che con mille beltà vaghe, leggiadre
    Di mille e mille flamme al mondo note,
    L'arse, et l'incenerì della madre;
    E cosa incenerita arder non puote.


CHAPITRE XXIV.

    Page 342, lignes 11 et 12: On lui permet d'acheter la charge de
      mestre de camp de la cavalerie légère.

Bussy, dans son _Discours à ses Enfants_, et la maréchale de
Clérambault, au mari duquel Bussy acheta cette charge de mestre de
cavalerie, disent qu'elle coûta 90,000 écus; et Bussy, dans ses
_Mémoires_, dit 252,000 livres. C'était environ cinq cent mille francs
de notre monnaie actuelle.

    Page 350, lignes 4 et 5: Quelque épigramme comme celle que Loménie
      de Brienne lui attribue.

Voici cette épigramme, dont la pointe est fondée sur le surnom de
Louis Dieudonné, conféré à Louis XIV lors de sa naissance:

    Ce roi si grand, si fortuné,
    Plus sage que César, plus vaillant qu'Alexandre,
    On dit que Dieu nous l'a donné:
    Hélas! s'il voulait le reprendre!

    Page 353, ligne 7: Elle dit un jour à son cercle; et note 2.

Cette anecdote a été racontée par Roquette, évêque d'Autun, à Boubier
lui-même.

    Page 355, lignes 9 et 10: Les inscriptions et les emblèmes qui se
      voyaient au château de Bussy.

On sait que Bussy avait réuni dans cette galerie les portraits de
toutes les femmes qu'il avait aimées. Il les avait accompagnés
d'inscriptions et d'emblèmes. Sous le portrait de la marquise de
Monglat on lisait: «Isabelle-Cécile Hurault de Cheverny, marquise de
Monglat, qui par son inconstance a remis en honneur la matrone
d'Éphèse et les femmes d'Astolfe et de Joconde.» Bussy avait fait
peindre cette marquise dans le bassin d'une balance. Elle était
emportée par le bassin vide, et sur le plateau où elle se trouvait on
lisait: _Levior aura_, «plus légère que l'air». Dans un autre endroit
de sa galerie il l'avait encore fait peindre avec les emblèmes et sous
les attributs de la Fortune, et on lisait: _Leves ambo, ambo ingratæ_,
«toutes deux légères, toutes deux ingrates».


CHAPITRE XXV.

    Page 363, lignes 8 et 9: Cette réconciliation fut sincère de part et
      d'autre.

«Vous savez encore, dit-elle, notre voyage de Bourgogne, et avec
quelle franchise je vous redonnai toute la part que vous aviez jamais
eue dans mon amitié.»

    Page 364, ligne 6: Ce dernier en eut ensuite ramassé et rejoint les
      morceaux.

Ce récit de Bussy-Rabutin est invraisemblable, et ne le justifie pas.

    Page 367, ligne 14: A sa terre des Rochers, qu'elle s'occupait
      à agrandir et à embellir.

Elle acheta de nouvelles terres, fit un labyrinthe (à cette époque, à
l'imitation de Versailles, on en faisait partout), et elle augmenta
son parc.


SUR DIFFÉRENTS PORTRAITS QU'ON A GRAVÉS DE MADAME DE SÉVIGNÉ.

J'ai dit à la page 380 de ce volume, dans la note sur la page 14,
lignes 10 et 15 de la première partie de ces _Mémoires_, que le
portrait de madame de Sévigné inséré dans les éditions de 1818 et de
1820 était un des moins ressemblants de tous ceux qui ont été gravés.
J'ai acquis depuis la certitude que ce portrait est celui d'une autre
femme, qui n'avait avec la célèbre madame de Sévigné aucune
ressemblance. L'erreur est ancienne: Odieuvre, dans sa collection de
portraits, a donné comme portrait de madame de Sévigné la figure d'une
femme peinte par Ferdinand et gravée par Schmidt; le cadre de cette
peinture avait les armes de Grignan et de Sévigné, et c'est ce qui a
produit l'erreur. C'est ce portrait (dont Petitot a fait une
miniature) qui, gravé par Masquelier, a été inséré dans les éditions
des _Lettres de Sévigné_, de 1818 et de 1820. Le graveur Saint-Aubin,
en le transformant pour le mettre de profil, a encore plus fait
ressortir les dissemblances entre cette figure et celle de madame de
Sévigné, surtout relativement à la longueur du nez. Néanmoins ce
portrait a été reproduit un grand nombre de fois par la gravure, comme
étant celui de madame de Sévigné.

Sur environ quarante portraits gravés de madame de Sévigné, que nous
avons eu occasion d'examiner, il y en a un qui est bien certainement
authentique: c'est celui qui a été réduit et gravé par Édelinck,
d'après une peinture au pastel de Nanteuil, exécutée d'après nature.
Ce portrait, dans la gravure, a environ deux pouces et demi de
hauteur; la tête, un pouce de hauteur. Il a depuis été gravé plus en
grand par Delegorgue, d'après le pastel original de Nanteuil, tiré du
cabinet de M. Traullé. Dans cette gravure ce portrait a trois pouces
et demi de haut; mais les traits sont moins bien modelés que dans
celui d'Édelinck, et l'on s'aperçoit qu'il a été fait sur un original
en partie effacé par le temps. C'est ce portrait qui a été réduit, et
plus ou moins altéré, dans les diverses gravures qu'on a insérées dans
les nombreuses éditions de madame de Sévigné, dans les notices que
l'on a écrites sur cette femme célèbre, et dans les diverses
collections de personnages célèbres. Il a été habilement lithographié
pour la collection de madame Delpech.

Il y a une lithographie exécutée à Rennes, qui est un portrait de
femme âgée, nullement ressemblant à madame de Sévigné. Pourtant au
bas de cette lithographie on lit: _Marie-Rabutin Chantal, marquise de
Sévigné, née en 1549, morte en 1610, dessinée et lithographiée d'après
le portrait original de Mignard, qui existe au château des Rochers
près Vitré_. Serait-ce le portrait de l'aïeule du marquis de Sévigné,
retrouvé à Vitré, qui aurait donné lieu à cet exemple curieux
d'ignorance dans le pays même où madame de Sévigné habita si
longtemps, et où son souvenir vit encore?

       *       *       *       *       *

Je n'ajouterai que peu de lignes à la note précédente, réimprimée
d'après la première édition de ce volume. Je donnerai seulement le
résultat des recherches que j'ai faites depuis sur les portraits de
madame de Sévigné, me réservant de justifier plus tard mes assertions
par une dissertation spéciale sur ces portraits et sur ceux de
plusieurs femmes célèbres du temps de Louis XIV. Ce sujet a de
l'intérêt, non-seulement pour l'histoire de madame de Sévigné, mais
pour celle des mœurs et des habitudes du siècle où elle a vécu.

Nous avons trois portraits authentiques de madame de Sévigné: celui
qui a été gravé par Édelinck, et ensuite par Delegorgue, lithographié
par Delpech, est le plus certain et le principal. Ce portrait est du
temps de la régence d'Anne d'Autriche, et madame de Sévigné avait
alors trente et un ans. Le portrait gravé et enluminé ou peint à
l'aquarelle, gravé par Gatine et dessiné par Lanté, sous la direction
de M. Lamésangère, d'après un original peint par Mignard, et une
mignature sur vélin, est en pied; il a été fait à la même époque que
le précédent; il est le même pour la tête: c'est le portrait de madame
de Sévigné qui nous donne l'idée la plus fidèle de son port et de sa
physionomie. Je ne parle pas des tableaux originaux d'après lesquels
ces deux portraits ont été gravés; je ne les ai pas vus. C'est sur le
tableau de ce portrait gravé en pied, dans lequel madame de Sévigné
tient une lettre, d'une main et une plume de l'autre, que Ménage a
écrit un sonnet en italien inséré dans la troisième édition de ses
poésies, en 1658, page 16.

Le portrait qui est dans l'édition des _Lettres de Sévigné_ de 1734
diffère des deux précédents; il appartient à un âge différent, lorsque
madame de Sévigné avait environ quarante à quarante-cinq ans; il
provient d'un tableau qu'avait Bussy-Rabutin, et que son fils l'évêque
de Luçon a communiqué au chevalier Perrin, ami de madame de Simiane et
éditeur des _Lettres de Madame de Sévigné_.

Le prétendu portrait de madame de Sévigné qui est dans la galerie de
Versailles, et qui a été gravé, est la copie d'un tableau de la
galerie du château d'Eu. Ce portrait est celui de la belle-fille de
madame de Sévigné: c'est celui de Jeanne-Marguerite de Brehant de
Mauron, marquise de Sévigné, et non pas celui de Marie de
Rabutin-Chantal. Le portrait gravé par Masquelier, d'après une
mignature de Petitot, et inséré dans l'édition des lettres de madame
de Sévigné par M. Monmerqué, est aussi le portrait de sa belle-fille,
et non le sien. Quant aux portraits gravés de madame de Grignan, il
n'y a lieu à aucune rectification; ils sont tous dérivés de copies
plus ou moins bien faites primitivement, d'après un seul et même
original peint par Mignard.


FIN.



TABLE SOMMAIRE

DES CHAPITRES DE CE VOLUME.


CHAPITRE PREMIER.--1654-1655.

                                                                 Pages

    De Mazarin et de Retz.--Lettres de Retz à madame de
    Sévigné.--Lettres de madame de Sévigné à Ménage.--Détails
    sur Girault.                                                     1


    CHAPITRE II.--1655-1656.

    Succès de Turenne.--Carrousel.--Mariage de mademoiselle de
    La Vergne avec le comte de La Fayette.--Madame de Sévigné
    va à Saint-Fargeau.                                             18


    CHAPITRE III.--1655.

    De la marquise de Gouville et de Bussy.--Conduite de Bussy
    à l'égard de madame de Sévigné.                                 30


    CHAPITRE IV.--1655.

    Active correspondance entre Bussy et madame de Sévigné.         37


    CHAPITRE V.--1655.

    De la marquise de Gouville; aventure de Bartet et du duc
    de Candale.                                                     48


    CHAPITRE VI.--1656.

    De madame de Sévigné, et de Marie de Hautefort, maréchale
    de Schomberg.                                                   59


    CHAPITRE VII.--1656.

    De madame de Sévigné, et du roi.--Correspondance de
    Bussy et de madame de Sévigné.--Détails sur la reine
    Christine.--Sur les _précieuses_ de cette époque.--Publication
    des _Provinciales_.                                             68


    CHAPITRE VIII.--1657-1658.

    Madame de Sévigné fait l'éducation de ses enfants.--Leurs
    caractères.--Liaison de madame de Sévigné avec l'abbé
    Arnauld.--De Bossuet.                                           90


    CHAPITRE IX.--1657-1658.

    De Louis XIV, de sa cour, de la comtesse de Choisy,
    d'Olympe Mancini, et de mademoiselle de La Mothe
    d'Argencourt.                                                  104


    CHAPITRE X.--1658.

    Des partis qui se forment à la cour.--Conduite de
    Mazarin.--Madrigal de La Fontaine pour madame de
    Sévigné.--Madame de Sévigné reste à sa terre des Rochers
    avec ses trois oncles.                                         117


    CHAPITRE XI.--1657-1658.

    Correspondance de Bussy avec madame de Sévigné.--Rupture.
    --Intrigues de Bussy.--Publication de l'_Histoire amoureuse
    des Gaules_.--Conduite de madame de Sévigné à son égard.       130


    CHAPITRE XII.--1658-1659.

    Conduite de madame de Sévigné dans le monde.--De Louis XIV,
    et de Marie de Mancini.                                        145


    CHAPITRE XIII.--1658-1659.

    Roman de _Clélie_.--Portrait de madame de Sévigné.--Ses
    liaisons avec la famille de Lavardin, avec Costar.--Vers
    que Ménage compose pour madame de Sévigné.                     162


    CHAPITRE XIV.--1659-1660.

    Heureux dénoûments de toutes les guerres et de toutes
    les intrigues de la Fronde.--Mariage du roi.--Mort de
    Gaston.--Les théâtres.--Vogue des _Précieuses ridicules_.      176


    CHAPITRE XV.--1661.

    Mort de Mazarin.--La cour à Fontainebleau.--Intrigue
    amoureuse du roi avec La Vallière.--Madame de Sévigné
    passe l'été à sa terre des Rochers, et fait un voyage
    au mont Saint-Michel.                                          188


    CHAPITRE XVI.--1661.

    Situation des affaires.--Madame de Sévigné est liée avec
    les deux fils d'Arnauld de Pomponne.--Ses espérances
    pour Fouquet.--Fouquet est arrêté.                             199


    CHAPITRE XVII.--1661.

    Fouquet, surintendant des finances.--Ses malversations,
    et sa conduite envers Louis XIV.                               209


    CHAPITRE XVIII.--1661-1664.

    Du procès de Fouquet.                                          247


    CHAPITRE XIX.--1661-1664.

    Des lettres de madame de Sévigné trouvées dans la cassette
    de Fouquet, et de celles qu'elle écrivit pendant la durée
    du procès de Fouquet.--Captivité et mort de Fouquet.           260


    CHAPITRE XX.--1662-1663

    Louis XIV et son gouvernement.--Prédications de
    Bossuet.--Représentation de _Sertorius_.--De Boileau, de
    Racine, de La Fontaine, et de Molière.--Ballets.--Intrigue
    du roi avec mademoiselle de La Mothe-Houdancourt.--Révolutions
    de cour.--Correspondance de madame de Sévigné avec madame
    de La Fayette.--Portraits de madame de Sévigné et de
    Corbinelli, par Somaize.                                       282


    CHAPITRE XXI.--1663-1666.

    De l'amour de madame de Sévigné pour ses enfants.--De
    Louis XIV, de Boileau, de Molière, de Lulli, de La Fontaine,
    et de Racine.--Fêtes.--Anne d'Autriche tombe malade.--Tendres
    soins de Louis XIV pour sa mère.--Vision de madame de
    Motteville.                                                    307


    CHAPITRE XXII.--1663-1664.

    Fêtes données à la cour, dans lesquelles figure mademoiselle
    de Sévigné.--Madame de Sévigné se rend à sa terre de
    Bourbilly, et voit Bussy.                                      321


    CHAPITRE XXIII.--1665.

    Nouveaux ballets, où figure mademoiselle de Sévigné.--Vers
    que Benserade a composés à sa louange.--Fêtes et plaisirs
    auxquels madame de Sévigné prend part. Sa liaison avec
    madame Duplessis-Guénégaud.--Conduite de Bussy avec madame
    de Sévigné.                                                    332


    CHAPITRE XXIV.--1658-1665.

    Des intrigues de Bussy avec madame de Monglat et la marquise
    de La Baume.--Publication des _Amours des Gaules_.--Bussy
    est mis à la Bastille.--Il obtient sa liberté, est exilé
    dans ses terres, et se réconcilie avec madame de Sévigné.      341


    CHAPITRE XXV.--1658-1668.

    Longue discussion entre madame de Sévigné et Bussy au
    sujet de la conduite qu'ils ont tenue l'un envers
    l'autre.--Renouvellement de leur correspondance et de leur
    intimité.                                                      356

    Conclusion.                                                    375


    NOTES ET ÉCLAIRCISSEMENTS.

    Première partie.                                               379

    Seconde partie.                                                463

    Table sommaire des chapitres.                                  515





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires touchant la vie et les écrits de Marie de Rabutin-Chantal, (2/6)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home