Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dans le cloaque - Notes d'un membre de la Commission d'enquête sur l'affaire Rochette
Author: Barrès, Maurice
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dans le cloaque - Notes d'un membre de la Commission d'enquête sur l'affaire Rochette" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et
n'a pas été harmonisée.



DANS LE CLOAQUE



    MAURICE BARRÈS
    de l'Académie Française


    DANS LE CLOAQUE


    NOTES

    d'un membre de la Commission d'enquête
    sur l'affaire Rochette


    PARIS

    ÉMILE-PAUL FRÈRES, ÉDITEURS

    100, RUE DU FAUBOURG-SAINT-HONORÉ, 100
    PLACE BEAUVAU


    1914



    JUSTIFICATION DU TIRAGE

    2.173



    _A MM. les Électeurs
    du Premier Arrondissement de Paris
    Hommage et Remerciements
    de
    leur Député et Ami_

    _Maurice BARRÈS._


_7 Avril 1914._



DANS LE CLOAQUE



_AU LECTEUR_


_On se rappelle les faits._

_Le_ Figaro _menait une violente campagne contre M. Caillaux, ministre
des finances, et sa politique fiscale. Il l'accusait, notamment, d'avoir
entravé le cours régulier de la justice pour servir l'escroc Rochette.
Une note du procureur général Fabre en faisait foi, disait-il._

_Le 16 mars, Mme Caillaux vint aux bureaux du_ Figaro _et tua à coups de
revolver le directeur du journal, Gaston Calmette._

_L'émotion fut profonde, universelle, Jules Delahaye, à la Chambre,
interpella les ministres._ _Qu'est-ce que cette note du procureur
général Fabre? Tous, par leur silence ou par leurs dénégations, Doumergue
et Monis en tête, donnèrent à entendre à la Chambre qu'ils ne
connaissaient rien de ce fait, ni de cette pièce, et qu'on était en
présence de pures calomnies. Mais Barthou, brusquement, monte à la
tribune et livre à tous le document._

_Ce document, le voici:_


    COUR D'APPEL DE PARIS

    Procès-verbal-copie

    _Cabinet du procureur général_

«J'ai été mandé par M. Monis, président du Conseil. Il voulait me parler
de l'affaire Rochette. Il me dit que le gouvernement tenait à ce qu'elle
ne vînt pas devant la cour le 27 avril, date fixée depuis longtemps;
qu'elle pouvait créer des embarras au ministre des Finances au moment où
celui-ci avait déjà les affaires de liquidation des congrégations
religieuses, celle du Crédit Foncier et autres du même genre. Le
président du Conseil me donna l'ordre d'obtenir du président de la
chambre correctionnelle la remise de cette affaire après les vacances
judiciaires d'août et septembre. J'ai protesté avec énergie, j'ai indiqué
combien il m'était impossible de remplir une pareille mission; j'ai
supplié qu'on laissât l'affaire Rochette suivre son cours normal. Le
président du Conseil maintint ses ordres et m'invita à aller le revoir
pour lui rendre compte. J'étais indigné, je sentais bien que c'étaient
les amis de Rochette qui avaient monté ce coup invraisemblable.

»Le vendredi 24 mars, Me Maurice Bernard vint au parquet. Il me déclara
que cédant aux sollicitations de son ami, le ministre des Finances, il
allait se porter malade et demander la remise après les grandes vacances
de l'affaire Rochette. Je lui répondis qu'il avait l'air fort bien
portant, mais qu'il ne m'appartenait pas de discuter les raisons de santé
personnelles invoquées par cet avocat et que je ne pouvais, le cas
échéant, que m'en rapporter à la sagesse du président.

»Il écrivit à ce magistrat. Celui-ci, que je n'avais pas vu, que je ne
voulais pas voir, répondit par un refus. Me M. Bernard se montra fort
irrité. Il vint récriminer auprès de moi et me fit comprendre par des
allusions à peine voilées qu'il était au courant de tout.

»Que devais-je faire? Après un violent combat intérieur, après une
véritable crise, dont fut témoin et seul témoin mon ami et substitut
Bloch-Laroque, je me suis décidé, contraint par la violence morale
exercée sur moi, à obéir. J'ai fait venir M. le président Bidault de
l'Isle. Je lui ai exposé avec émotion les hésitations où je me trouvais.
Finalement, M. Bidault de l'Isle a consenti, par affection pour moi, la
remise. Le soir même, c'est-à-dire le jeudi 30 mars, je suis allé chez le
président du Conseil. Je lui ai dit ce que j'avais fait. Il a paru très
content. Je l'étais beaucoup moins. Dans l'antichambre, j'ai vu M. du
Mesnil, directeur du _Rappel_, journal favorable à Rochette, et
m'outrageant fréquemment. Il venait sans doute demander si je m'étais
soumis.

»Jamais je n'ai subi une telle humiliation.

    »V. FABRE.

    »Le 31 mars 1911.»


_Sur l'heure, on décide de livrer tout ce mystère à une commission
d'enquête. Je demandai à en faire partie. «La lumière, toute et tout de
suite», dis-je à mes collègues. Ils me nommèrent. Je me suis employé à
tenir parole._

_Voici des pages écrites chaque soir au sortir des séances de la
commission d'enquête. Tout le jour, depuis neuf heures et demie du matin,
nous entendions les témoins, ministres, anciens ministres, députés,
magistrats, journalistes, banquiers. Nous ne cessions guère qu'à sept
heures et, parfois, plus tard. Je n'avais que le temps de jeter en hâte
mes impressions, mes images et mes raisons sur des feuillets que l'on me
prenait un à un pour l'imprimerie._

_Les traces de cette rapidité ne sont que trop_ _visibles. Si je passe
outre et si je laisse réimprimer ces improvisations, c'est que telles
quelles on y voit les couleurs toutes crues de la réalité,--d'une réalité
bonne à dire et à crier dans cette minute même._

    M. B.

    _5 avril 1914._



I

DEUX MAÎTRES, DEUX ESCLAVES


(_Écrit le vendredi soir 20 mars 1914_).

Gaston Calmette a été assassiné lundi soir. Le mardi, j'arrivai à la
Chambre. «Le voilà zigouyé,» disaient-ils. Un collègue me dit: «Calmette
est maintenant calmé.» Un ministre, en ôtant son pardessus, déclara: «Il
n'a que ce qu'il mérite.» Voilà les sentiments auxquels Thalamas se
chargea de donner une forme. Il écrivit sur l'heure sa lettre
impérissable:

   _Madame, je n'ai pas l'honneur de vous connaître, mais je sais
   par expérience quelle est l'infamie de la presse immonde envers
   les_ sentiments les plus intimes et les plus sacrés et quelle
   guerre elle mène contre la famille et les affaires privées les
   plus respectables de ceux qui luttent contres les privilèges des
   riches et les menées cléricales._

   _Vous en avez tué un, bravo!_

   _Lorsqu'un homme en vient jusqu'à se mettre en dehors de la loi
   morale et à côté des pénalités civiles les plus efficaces, il
   n'est plus qu'un bandit. Et quand la société ne vous fait pas
   justice, on n'a qu'à se faire justice soi-même._

   _Faites de ma lettre l'usage que vous voudrez et voyez en elle,
   avec mes respectueux hommages, le cri de la conscience d'un
   honnête homme révolté et d'un journaliste député écœuré des
   procédés de ceux qui déshonorent la presse et le Parlement._

    THALAMAS.

   P.-S.--_Ma femme, qui me prie de vous adresser l'expression de
   ses sympathies, vient de faire sur votre acte un article dans la_
   Dépêche de Versailles, _que je vous enverrai demain._


Ces sentiments, que seul l'insulteur de Jeanne d'Arc avait eu le front de
produire au grand jour, existaient à l'état confus dans toute la majorité
radicale. Elle était avec la meurtrière. Cela apparut dès la première
réunion de la commission d'enquête, le jeudi 19 mars dans l'après-midi.
Il s'agissait seulement, ce jour-là, de dresser le programme des réunions
qui allaient suivre, et d'établir dans quel ordre seraient appelés à
s'expliquer devant nous les divers personnages de la tragédie; mais, dès
cette première journée, les amis de M. Caillaux se montrèrent.

M. Ceccaldi prit la parole. Petit, mince, rapide, un peu roux, l'œil
brillant, la moustache guerrière, pareil à une lame d'épée, il a les
vertus habituelles de sa nation corse. Il s'est choisi un chef, il marche
pour Caillaux, il est de sa _gens_, de sa vendetta, s'il le faut. Il le
dit crânement. Lui et ses amis auraient voulu que MM. Monis et Caillaux
fussent les derniers à s'expliquer, car ils comprenaient l'avantage, pour
les ministres en cause, qu'on fit comparaître avant eux, le procureur
Fabre et qu'il vidât le premier son sac.

C'était peu raisonnable. Ils n'insistèrent pas.

Aujourd'hui, nous venons d'entendre successivement MM. Monis, Caillaux,
le procureur général Fabre et le Président Bidault de l'Isle.

       *       *       *       *       *

En séance publique, le mercredi 18, Monis avait tout nié. Je le regardais
à son banc, près du mien. Il n'était pas à son aise. Il voyait venir
droit sur lui, une effroyable machine de guerre, et sans doute qu'il se
rappelait _in petto_ le mot suprême que lui cria Berteaux sur le champ
d'aviation d'Issy: «Nous allons être fauchés!» Tout perclus, les yeux
ronds, le cœur en désarroi, il ne quittait pas des yeux la bouche de
l'orateur. Ce vieil homme était superbe dans cette attitude expectante,
avec sa tête rentrée dans ses épaules et son énorme dos rond en cuirasse.
A l'instant tragique où Delahaye, adossé à la tribune, les bras croisés,
et le regardant fixement, le sommait de lui répondre sur le document, le
vieillard immobile nous semblait pareil à quelque roc moussu. Toute
l'opposition lui criait: «Parlez!» Ses collègues du ministère, les yeux
baissés, ne remuant que les lèvres, lui disaient: «Ne bougez pas!»
L'_Officiel_ ne rend pas l'ignominie de ce long silence sous les huées,
tous les députés au centre et à droite, debout et criant à ce sourd et
muet: «Répondez!» Et quand l'émotion qui gagnait toutes les travées
contraignit enfin ses collègues et lui-même, quand il se fut rapidement
concerté avec M. Doumergue et qu'il se leva, ce fut pour tout nier.

Aujourd'hui il parle, il avoue à demi.

Quels sont donc les intérêts politiques si puissants qu'il y avait pour
décider MM. Caillaux et Monis à ajourner le procès Rochette?

Eh! nous a répété M. Monis de vingt-cinq manières, M. Caillaux m'a parlé
du grand talent de l'avocat de M. Rochette, Me Maurice Bernard, qui ne
manquerait pas de raconter qu'il y a de nombreuses affaires pareilles aux
affaires de Rochette, et à propos desquelles aucune poursuite n'est
exercée. D'innombrables sociétés sont irrégulières et fonctionnent quand
même sous les yeux du gouvernement. Nous avons cédé à la crainte de cette
plaidoirie qui eût été la révision de nos dix dernières années
financières.

Quel aveu, quelle vue ignoble sur nos mœurs politico-financières! Il est
bien intéressant, ce ministre, quand il nous en trace ce tableau. Il
l'est moins quand il explique son affaire en disant qu'il n'est pas
intervenu judiciairement, mais administrativement! Tous, nous le
regardions avec un lourd ennui. Mais, à mesure que les visages autour de
lui devenaient plus mornes, il éclairait son regard, il risquait un
sourire; peu à peu, il se mit à faire le bonhomme et à griffer
furieusement le procureur général Fabre.

Avec cet homme enveloppé, ankylosé, de sang-froid, prudent, tout en
ouate, M. Caillaux fait un furieux contraste.

A l'ordinaire, c'est un homme élégant, quasi un jeune aristocrate, avec
quelque chose d'extravagant. Aujourd'hui, il est fatigué, plus grave, un
homme sur lequel il a plu. La jeunesse n'est plus que dans la voix et le
raisonnement. Son premier mot, assez saisissant, c'est pour demander la
permission de jurer:

--Sur mon honneur et ma conscience...

Mais le solennel n'est pas son genre. Très vite il rentre dans sa nature,
entraîné, semble-t-il, par sa parole facile et agréable. Et, avec
stupeur, on le retrouve toujours complaisant à soi-même. Écoutez cette
phrase, ce n'est rien, mais c'est toute une lueur sur l'homme: «Je me
retournais sur mon fauteuil, nous dit-il, avec un geste qui m'est
familier.» Il note ses gestes, il se regarde avec plaisir. Il explique
légèrement qu'en ajournant le procès de Rochette il a voulu faire plaisir
à un galant homme, M. Maurice Bernard, son ami.

Ainsi, voilà toute la raison qu'avait le gouvernement de servir Rochette
et de lui sacrifier sept mois encore l'épargne française! C'est peu,
c'est simple, et tout le reste n'est qu'invention du procureur général.
Dès maintenant, il saute aux yeux que pour MM. Monis, Caillaux et leurs
troupes, c'est le procureur général Fabre, le pelé, le galeux, à qui
l'on fera payer cher sa malencontreuse confession et ses scrupules
démodés.

    A grands voleurs, grandes révérences;
    A petits voleurs, grandes potences;

       *       *       *       *       *

Mais voici midi. La séance est levée; on se retrouvera à deux heures et
demie pour entendre les deux magistrats, MM. Fabre et Bidault de l'Isle.
Dans l'entre-deux, je vais à l'enterrement de Gaston Calmette.

Tandis que les chants de la liturgie se développent avec magnificence, je
songe à ce camarade de ma jeunesse tragiquement frappé à son poste de
combat. Dans quelle lutte affreuse il est tombé, cette séance de ce matin
me l'éclaire encore! Ce n'est pas une lutte qui satisfait toute l'âme,
une lutte pour la patrie, la religion, la foi; c'est dans un choc
d'intérêts, plus noir encore par cette absence d'idéal, qu'il a trouvé
son guet-apens.

       *       *       *       *       *

Le procureur général Fabre. Un homme à cheveux blancs, intimidé dans la
minute où il franchit notre porte et qui, assis, fait un effort pour se
ressaisir et y parvient.

Tout de suite les amis de M. Caillaux essaient de l'intimider. Comme il
cite une date, en donnant l'année, sans plus, on lui demande de préciser
le mois. Il s'excuse et reçoit ce soufflet:

--Vous avez oublié de faire une note, cette fois!

Mais l'instant d'après, il dit:

--Mon document je l'ai confié au ministre de la Justice, qui ne devait
pas en disposer.

Et, pour une seconde, le voici redevenu _persona grata_.

--Très bien! Très bien! disent les mêmes qui viennent de murmurer.

M. Fabre est un homme nerveux, méridional, qui parle bien, très bien. Je
n'ai jamais vu un homme dépenser autant d'éloquence à établir le bilan
des humiliations qu'il a encaissées. Il a reçu un ordre, et, trente fois,
il insiste sur le mot «ordre». L'acte qu'il a dû accomplir a fait courir
sur lui mille bruits à sa honte.

--Pouvais-je résister à cet ordre injuste? Oui, mais c'était ma perte
certaine. A la première occasion, on aurait brisé ma carrière. Ah! vous
pensez que j'aurais dû démissionner? Rien de plus commode que de donner
des leçons de vertu et d'héroïsme...

--Langage cynique, disaient à mi-voix quelques-uns des enquêteurs.

Et moi, je dis:

--Non, il est net.

Ce n'est plus le procureur drapé dans sa rhétorique, c'est le pauvre
fonctionnaire, bien désarmé devant les puissants et qui défend son
gagne-pain.

--J'ai servi treize ministres de la justice, dit-il. Puisse ce treizième
ne pas me porter malheur! Croyez-vous que ce soit facile de vivre, de
durer au milieu d'hommes politiques qui se déchirent? Je me suis maintenu
comme j'ai pu entre ces frères ennemis.

Ah! nous ne permettons pas à nos fonctionnaires de n'être pas sublimes!
Nous voudrions qu'ils s'ouvrissent le ventre plutôt que d'obéir aux
ordres injustes que nous leur donnons! Nous le méprisons, ce
fonctionnaire sans héroïsme! Moi je commence à l'aimer. C'est un esclave,
un pauvre esclave que je vois là, sur cette chaise, tourmenté de
questions par Ceccaldi, Franklin-Bouillon, Hesse, Paul Meunier, toute une
armée. Les heures passent; ils redoublent. Mais lui, il trouve une force
nouvelle dans sa joie de proclamer combien il fut humilié.

       *       *       *       *       *

Nous avons entendu les trois protagonistes, et nous ne sommes pas arrivés
à nous faire dire l'intérêt que trouvait le gouvernement à être agréable
à Rochette et à lui donner un supplément de loisir pour continuer son
brigandage. Du premier coup d'œil, on vit bien que ce ne serait pas M.
Bidault de l'Isle qui éclaircirait le mystère.

Assez empêtré de gestes, un peu sourd, portant binocle, il commence:

--Je n'ai pas dit la vérité en 1912, je vais la dire cette fois-ci:

On murmure:

--Le pauvre homme!

C'est un esclave encore. Et qui d'ailleurs ne ménage guère le premier. Il
en fait une caricature:

--M. Fabre dit dans sa note qu'il était indigné. Je ne m'en suis pas
aperçu, non plus que de ses scrupules. Il est toujours un peu vibrant. A
l'audience, quand il parle, je voudrais lui souffler: «Calmez-vous donc!»

Lui, il a trouvé tout si simple! Un jour, le procureur général, qui
représente l'intérêt public, et l'avocat Maurice Bernard, qui représente
l'intérêt de Rochette, se sont trouvés d'accord pour la remise de
l'affaire; alors il s'est accommodé à l'avis de ces messieurs. Et
pourtant, quel ennui c'était pour lui de déranger son tableau d'ordre!
quel tracas, quel surcroît de complications!

--Je n'ai pas envisagé ce qu'était Rochette, je ne m'en soucie pas, je ne
sais pas s'il a fait des opérations frauduleuses. Je ne sais pas non plus
ce qu'ont voulu MM. Caillaux et Monis. C'est de la politique. La
politique n'a pas pour moi d'importance.

On lui montre qu'il n'est plus d'accord avec ses déclarations de la
première enquête.

--C'est que je ne voulais pas contredire M. le Procureur général!

Il a beaucoup de succès. Comme un auditoire varie! Tout à l'heure on
savait mauvais gré à M. Fabre de ses humiliations, celles de M. Bidault
de l'Isle enchantent.

Un autre mot de lui qui soulève une vive satisfaction, c'est quand il
déclare avec autorité d'un de ses confrères (d'ailleurs justement
estimé):

--Ah! M. Le Poittevin! Il est si fort qu'en huit jours il a fait un
volume.

_O sancta simplicitas!_ Mais ne ferait-il pas le naïf? Ne jouerait-il pas
les Jean-Jean?

J'ai à part moi l'idée qu'entre ces deux robins, maître Bernard était un
prétexte honnête et que tous deux, Bidault de l'Isle comme Fabre, ils
comprenaient très bien de quoi il retournait.

Il retournait de sacrifier l'épargne française, l'immense peuple des
gogos, aux brigandages de Rochette, aux combinaisons du gouvernement, et
à je ne sais quelle caisse noire.

Aujourd'hui, deux maîtres et deux esclaves n'ont pas voulu nous
renseigner. Demain, quelque rayon de lumière viendra-t-il éclairer ce
cloaque où il y a du sang?



II

MONSIEUR X


    (_Écrit le samedi soir 21 mars 1914._)

Il est près de huit heures, et voici seulement que nous sortons de la
séance de la Commission. Elle fut consacrée à l'audition d'une série de
magistrats qui sont venus en corps, pourrait-on dire, soutenir le
procureur général et faire bloc, ma foi, contre les politiciens. Tous,
l'un après l'autre, dans cette sorte de défilé corporatif, ils exhalent
une même plainte; ils dénoncent la pression abusive exercée sur eux et
sur la justice par le pouvoir exécutif... Mais je vais à l'essentiel. Un
nouveau personnage vient de faire son apparition sur la scène. C'est lui
qui préside le drame, c'est lui qui l'a créé, il en sait tous les
secrets. Malheureusement, il porte un masque sur son visage.

Il a surgi cet après-midi, et c'est Me Maurice Bernard qui a introduit
parmi nous ce personnage mystérieux.

Me Maurice Bernard, un Lorrain de Nancy, devenu une figure de Paris. Un
homme solide, armé d'une merveilleuse clarté d'esprit et de parole, et
qui le sait. Ah! l'avocat ne ressemble pas aux magistrats que nous avons
vu défiler hier et ce matin. Il a une autre liberté, un autre ton, une
autre allure. Il avait l'air de nous dire: «Si vous n'êtes pas
satisfaits, messieurs, de mes paroles et de mes silences, eh bien! ça
m'est égal. Je n'ai besoin d'aucun de vous. J'ai des amis et ma
conscience.»

Aujourd'hui, il s'est fait fort de son indépendance d'avocat pour
proposer à la France entière une effroyable énigme.

--Un jour, nous raconte-t-il, quelqu'un que je ne veux pas nommer vint me
trouver dans mon cabinet et me dit: «Vous pouvez demander la remise de
l'affaire Rochette au procureur général, car elle est accordée
d'avance.» Je n'y croyais pas beaucoup, car M. Fabre poursuivait Rochette
avec ardeur. Mais c'était l'intérêt de Rochette et, d'autre part, je me
sentais fatigué. Je demandai la remise au magistrat. Elle me fut refusée.
Je fus fort mécontent, non pas du refus en lui-même, mais d'avoir fait un
pas de clerc. Très peu de jours après, on vint me dire de réitérer ma
demande, et que la remise, cette fois, me serait accordée. Je refusai de
faire cette seconde démarche. On me dit qu'en ne sollicitant pas cette
remise, je mettais le procureur général dans un mauvais cas. On me pria
de vouloir bien accepter ce que j'avais refusé la veille. Enfin je cédai,
je fis la demande, et j'eus ma remise. Et même, on me la donna avec
magnanimité, à très longue échéance, sans que j'eusse pensé à la désirer
aussi lointaine.

Le voici donc posé, et qui s'avance à pas feutrés, le tout-puissant
personnage qui sait tous les secrets du drame dont il fut le principe, le
mystérieux inconnu qui, désormais, attire sur lui tout l'intérêt du
débat.

--Vous ne voulez pas le nommer, maître Bernard?

Et, par trente fois, Me Maurice Bernard répond:

--Mon honneur d'avocat m'empêche de dire son nom. Sachez, toutefois,
qu'il n'est ni un homme politique, ni un journaliste.

Je pris alors la parole.

--Maître, vous venez de créer un personnage qui entre, à cette heure,
dans l'histoire du régime parlementaire. Vous n'avez pas levé son masque.
Mais comment ne pas le reconnaître, ce visiteur que votre devoir vous
empêche de nommer, qui soigne si puissamment les affaires de Rochette,
qui n'appartient ni au journalisme, ni à la politique, et qui dispose des
ministres? Aucun doute. C'est Rochette. Rien de plus logique. Rien de
plus infamant pour nos maîtres.

Me Maurice Bernard s'est tu.

Cette apparition monstrueuse, c'est le grand fait qui domine la journée.
Après cela, qu'importe le défilé des magistrats qui sont venus pendant
des heures, successivement, certifier, en la nuançant, la véracité du
procureur général. Il y a entre eux des divergences, mais, au total
(c'était l'avis unanime), à trois ans de distance, ils s'accordent mieux
sur l'historique des faits consignés dans le document Fabre, que nous
autres, commissaires, nous ne sommes à même de le faire sur telle
déposition de la veille, quand nous n'en avons plus la sténographie sous
les yeux. Ils piétinaient, répétaient à satiété des faits devenus
indifférents, maintenant que nous savons qu'un certain Monsieur X a mis
en branle Me Bernard, le procureur et les ministres.

Au soir, dans le moment où l'on allume l'électricité, nous vîmes
réapparaître soudain, parmi nous, le mystérieux personnage. C'est M.
Monis qui se chargeait de nous le ramener.

La mise en scène, cette fois, était, au vrai sens du mot, dramatique, car
sur notre petit théâtre, je veux dire au centre de notre table en fer à
cheval, ce n'était pas comme tout à l'heure un personnage qui faisait
paisiblement sa déposition, mais deux adversaires qui s'affrontaient.
Nous avions mis en présence M. Monis et le procureur général Fabre.

Deux chaises étaient préparées. Elles parurent trop rapprochées à un
huissier prudent. Il avait vu dans les couloirs ces deux messieurs et il
jugeait que la lutte ne serait pas sportive, les champions n'étant pas de
même classe, Monis plus lourd, Fabre plus svelte. Il s'élança pour
écarter les deux chaises.

Les deux lutteurs s'assirent et commencèrent de disputer, mais sans
jamais se mesurer du regard.

M. Monis a-t-il donné un ordre? C'est l'affirmation de M. Fabre. Ou bien
a-t-il simplement donné des suggestions? C'est ce que le ministre
affirme.

M. Jaurès, paternellement, les exhortait à faire un effort pour
harmoniser leurs souvenirs.

Peine perdue, éloquence superflue! Ils se seraient plutôt dévorés.

--Si je vous avais donné un ordre, dit Monis (et rien ne respirait plus
la haine que ce dialogue pressé entre ces deux hommes qui se touchaient
presque du coude, se déchiraient avec des mots et ne se jetaient pas un
regard), si je vous avais donné un ordre, vous n'auriez eu qu'à obéir;
vous ne seriez pas revenu me voir.

--Mais je suis revenu parce que vous m'avez téléphoné! Et c'est ce même
coup de téléphone qui a bien obligé mes hésitations à cesser. Ce fut un
coup de fouet qui m'a rappelé à la réalité.

Et quelle réalité! La destitution prochaine, si l'esclave n'était pas
docile.

Mais Monis bondit:

--Jamais je ne vous ai téléphoné, ni fait téléphoner.

_Moi._--Le téléphone marche donc tout seul dans votre cabinet
ministériel, monsieur Monis?

_Lui._--Il y a toujours des mystificateurs. Ainsi, tenez, l'autre jour,
on me dit: «M. Caillaux vous demande au téléphone.» J'y vais, j'y trouve
en effet M. Caillaux, qui me répond: «Moi! mais je ne vous demande pas!
Au contraire, on m'a dit que vous m'appeliez.»

Et le pauvre M. Monis ne voulut pas démordre de cette explication
piteuse. Il n'avait pas envoyé le coup de téléphone, et il ne pouvait
pas soupçonner qui l'avait envoyé.

Holà! monsieur le ministre, vous aussi, comme Me Maurice Bernard, vous
faites surgir M. X? Car enfin, soyons net. Cette affaire de la remise à
obtenir, cet ordre ou cette suggestion que vous venez de donner à votre
procureur, n'étaient connus que de vous, du procureur Fabre et du
mystérieux X, que nous venons de voir apparaître plus haut chez Me
Maurice Bernard. Si ce n'est pas vous qui avez téléphoné ou fait
téléphoner, ce ne peut être que M. X, impatient d'obtenir ce qu'il veut.

Et, cette fois encore, nous sommes bien obligés de conclure que cet X,
cet homme masqué, qui semble chez lui au Ministère, c'est Rochette.

M. Monis ne trouve pas de son goût cette observation.

--Ah! s'écrie-t-il, vous êtes d'une ingéniosité que j'admire. J'ai posé
devant votre objectif qui n'est pas bienveillant. Le talent que vous
mettez dans les descriptions me fait plaisir, parce que je sais savourer
l'art partout où je le trouve, mais en vérité, j'admire votre
ingéniosité. Parce qu'il y a un coup de téléphone, il faut admettre que
j'ai chez moi quelqu'un qui est le mandataire de Rochette.

Et M. Monis de soulever un incident en me contestant le droit de publier
des articles.

Là-dessus, immédiatement, j'ai interrogé la Commission:

--Ai-je outrepassé mon droit?

Le président et mes collègues ont été d'avis que la question n'avait même
pas à être posée.

Que diable! dans ces ignominies il est temps que le public soit
renseigné. C'est la tâche que je me donne.



III

LES FRÈRES ENNEMIS


    (_Écrit le lundi soir 23 mars 1914._)

Ce matin, je suis arrivé un peu en avance à la Commission. Nous avons
quelques minutes avant que le spectacle commence, voulez-vous que je vous
dise comment cela se passe?

Nous siégeons dans un des bureaux où se réunissent les commissions
ordinaires. Une pièce assez haute, assez grande, dont les deux larges
fenêtres donnent sur le jardin intérieur du Palais-Bourbon. Une table à
tapis vert, en forme de fer à cheval, l'occupe entièrement. Nous nous
asseyons tout autour au hasard de notre arrivée et chacun a devant soi
du papier, de l'encre, des plumes. Faute de places, les derniers venus
doivent se tenir en arrière, contre le mur, et prennent des notes sur
leurs genoux.

Dans un coin, près de la fenêtre, devant une petite table, se tiennent
quelques sténographes et le rédacteur chargé de rédiger cette analyse que
les journaux publient chaque jour. A l'angle opposé, près de la porte, se
trouve une autre petite table chargée de bouteilles d'eau, de verres et
de petits pains. De temps à autre, entre deux dépositions, nous crions:
«Fenêtre! fenêtre!» Et, pour quelques minutes, on renouvelle l'air
empesté.

Hélas! la puanteur morale est moins facile à dissiper.

A chaque fois qu'un témoin est introduit, tout le monde se lève. Le
président lui adresse un mot de courtoisie et, en face de lui, l'invite à
s'asseoir entre les deux branches que dessine notre table. Le témoin
parle sans que personne l'interrompe. Ceux des commissaires qu'une phrase
met en éveil, d'un geste se font inscrire. Quand le témoin a cessé de
parler, le président procède à l'interrogatoire, puis, selon l'ordre
d'inscription, donne à chacun de ses collègues la parole. Et pour finir,
après un remerciement du président, chacun s'étant de nouveau levé, le
témoin se retire.

O vertu des formes procédurières! ô puissance calmante de la règle! Au
fond de cette affaire, il y a un homme assassiné, il y a d'innombrables
malheureux mis à nu par un escroc, il y a des chefs de gouvernement qui
mentent avec solennité, il y a des hommes politiques qui se poursuivent
le poignard à la main. Mais les formalités brisent les mouvements de
passion, et les interminables palabres recouvrent sous des mots
l'affreuse réalité des faits. Ce qui permet aux uns de dire, quand un
détail prête à sourire, que c'est une affaire comique, et aux autres de
souligner tout ce fatras en s'écriant: «Et c'est avec ces ragots que l'on
trouble un grand et beau pays!» Mais ni les uns ni les autres n'arrivent
à dissimuler, sous une apparence de comédie parlementaire, le drame
profond qui se joue. Et celui qui maintient son regard sérieux sur ces
choses confuses ne cesse pas un instant d'y discerner un grand spectacle
d'histoire.

       *       *       *       *       *

A neuf heures trente-cinq, on introduit M. Caillaux. Il entre, salue,
s'assied et trouve quelque difficulté à étaler son dossier sur une
chaise. Alors un de ses amis, se levant, lui cède sa place à la table des
commissaires, à la gauche du président. Il l'accepte, s'y va installer,
mais dans le même moment on apporte une petite table et, d'un accord
commun, il retourne à la chaise ordinaire des témoins.

Ce n'est plus le Caillaux, le personnage Louis XV, que nous sommes
accoutumés de voir. Son visage, à l'ordinaire d'une mobilité
extraordinaire, a plus de sérieux, un sérieux aigu et fort. Contre son
habitude, il lit, avec de longs arrêts, pour mettre en valeur sa pensée,
et une action très variée. Continuellement il frappe des deux mains à
plat sur la table, comme sur un piano, accompagnant et soutenant de
cette musique ses serments. Par instants, il est profondément ému, les
yeux et la voix troublés. Il a la fièvre. «Donnez-moi à boire,» dit-il à
l'huissier qui lui verse un verre d'eau. Il charge, dans un récit bien
mené, MM. Barthou et Briand et dix autres personnes. Il prend à témoin
ses amis: «N'est-ce pas, Ceccaldi?» Ah! la campagne est féroce contre
moi. Eh bien! je me défends! L'instant d'après, il pose son poignard et
redevient un conteur agréable de choses financières. Il fait une
brillante leçon sur le caractère général des affaires créées par
Rochette. Il signale leur vice et indique que ce même vice se retrouve
dans d'autres affaires créées par d'autres financiers et non poursuivies.
Le morceau est excellent de clarté pédagogique. On dirait un chapitre
d'_Eulalie ou les Finances sans larmes_.

Pour finir, avec l'élasticité et le ressort d'un danseur, il se lève,
paraît s'élancer, et déclare:

--M. le procureur Fabre prétend que le 22 mars, M. Monis lui a dit que je
désirais une remise de l'affaire Rochette, à la suite d'une conversation
que j'avais eue avec Me Maurice Bernard. Or, voici un agenda qui est tenu
très exactement pour tous mes rendez-vous. Il indique que c'est le 24
mars seulement que j'ai reçu Me Maurice Bernard.

C'est taxer d'inexactitude le document Fabre. A tour de rôle nous
examinons l'agenda. C'est un petit registre de bureau en chagrin noir. Au
24 mars, la page porte une dizaine de rendez-vous. L'avant-dernier, avec
Me Maurice Bernard.

On décide d'entendre le procureur Fabre. Mais avant de le faire entrer,
il y a suspension de séance. M. Caillaux a demandé dix minutes pour se
reposer.

       *       *       *       *       *

A onze heures, entrent les deux témoins pour la confrontation. M.
Caillaux passe devant. Ils prennent place, M. Caillaux fixant assez
impérieusement le magistrat, qui, lui, ne détourne pas les yeux de
Jaurès.

Jaurès met le procureur au courant de l'agenda et le lui tend. Le
procureur sans bouger, d'un geste déférent et indifférent, indique qu'il
juge inutile d'examiner le registre.

La minute est émouvante. Si le procureur convenait de s'être trompé sur
la date, toute la troupe qui assiste de son amitié, de ses vœux, le chef
malheureux, crierait:

--Il s'est trompé sur la date: la mémoire lui a manqué; elle lui a manqué
sur le tout. Une erreur disqualifie tout le document.

Bien plus, ils reprendraient le système essayé puis abandonné par M.
Monis: le document est de fabrication récente.

Mais le procureur, avec son air triste et résigné, sous tous ces fusils,
ne bronche pas. Et de cet accent méridional, qui ne semble fait que pour
accompagner le plaisir, il répète avec douceur:

--Eh! que voulez-vous que j'y fasse! J'ai mis sur cette note, sur cet
aide-mémoire la date exacte. Dans ce premier moment, tout près de
l'entrevue, je n'ai pas pu me tromper.

Alors, Caillaux continue. Employant tour à tour, avec les ressources les
plus pathétiques, l'autorité d'un chef sur un subordonné, et les accents
d'un galant homme envers un égal, il veut arracher au malheureux
magistrat des charges contre Briand et Barthou. A plusieurs reprises,
d'un jeune élan, il se lève, le bras et la main tendus:

--Je jure que je dis la vérité!

Mais M. Fabre, toujours assis, n'a pas moins l'accent d'un homme
véridique. Sa manière terne et ferme, son sourire résigné et ses
négations constantes ne sont pas moins persuasives que la fougue et la
variété de son brillant adversaire. Sur certains points il donne
satisfaction à l'ancien ministre:

--Jamais, parlant à ma personne, vous ne m'avez entretenu de Rochette.

Et M. Caillaux, à mi-voix, de dire: «Merci, monsieur.» Il répète encore:
«Merci.» De quoi le remercie-t-il? Le procureur a toujours dit que
c'était par Monis seul qu'il croyait connaître l'intérêt de Caillaux pour
la remise du procès Rochette.

A peine M. Caillaux pense-t-il s'être dégagé une jambe qu'immédiatement
il cherche à se dégager l'autre et redevient féroce. Il envoie des coups
de poignard dans toutes les directions. A Briand, à Barthou, ailleurs, et
plus haut encore. Pour ma part, je ne comprenais pas toujours où
tendaient ces furieuses attaques, car je sais mal les secrets du sérail
gouvernemental.

Devant cette commission où sa bonne grâce et ses faveurs lui ont assuré
de longue date les plus nombreuses et les plus énergiques amitiés, vous
pensez s'il était soutenu. Ses partisans criblaient de questions le
procureur et lui firent subir, tous en même temps, dans cette longue
heure, plus de réquisitoires qu'il n'en dresse dans un semestre.

Les amateurs frémissaient de joie. Le cercle se resserrait. Toutes les
têtes étaient tendues. On faisait: «Ah! ah!» aux bons coups. C'est
Caillaux qui le tient! Non! non! le procureur le met par terre.

Quel affreux, quel injuste spectacle qui m'offense! Je ne puis pas
supporter qu'on dégrade un homme et moins encore une fonction. Et
surtout, que m'importe ces discussions qui ne changent rien au fait
principal, trop prouvé: un procès avait lieu, et le président du conseil
a voulu en parler avec le magistrat en s'appuyant sur l'autorité du
ministre des finances. Cela n'est pas douteux. Cette intrusion, à elle
seule, est un scandale. La justice n'existe qu'à la condition qu'aucune
espèce de puissance n'intervienne auprès du juge.

       *       *       *       *       *

Après sa déposition, M. Caillaux, sorti de notre salle, dit à l'huissier
dans le couloir:

--Appelez monsieur Ceccaldi!

Ceccaldi arriva au trot. L'autre l'entraîna dans l'embrasure d'une
fenêtre, et les deux hommes debout, se tenant par la taille, causèrent,
la bouche contre l'oreille. Ainsi enlacés et chuchotants, ils demeurèrent
là, plusieurs minutes, immobiles, au milieu du va-et-vient des curieux.
Pour finir, Caillaux, resserrant encore l'étreinte, embrassa Ceccaldi:

--C'est bon un ami, dit-il.

       *       *       *       *       *

Vers le soir, notre cinématographe nous ramène Me Maurice Bernard,
toujours pareil à lui-même et toujours peu disposé à soulever le masque
de M. X..., sous lequel il n'est que trop facile de deviner le
tout-puissant Rochette.

En vain Jaurès l'adjure:

--Quel est-il donc, ce monsieur X..., qui est venu vous dire: «Maître
Bernard, demandez une remise, vous l'aurez. Marchez, la voie est libre?»

Me Bernard, les bras croisés, écoute, soupire, regarde le sol, le
plafond, et laisse couler une éloquence contre laquelle il m'a tout l'air
mithridatisé.

Maintenant, c'est son tour de bien parler. Il affirme froidement qu'il
est, lui aussi, rempli d'émotion. «Toutefois, dit-il galamment à Jaurès,
c'est une émotion moins débordante que la vôtre.» Il s'attache surtout
dans la vie à la solidité morale des principes. Et c'est pour lui un
principe intangible que le respect du secret professionnel.

J'admire ces deux âmes oratoires, mais je n'espère pas que de leur choc
jaillisse la lumière.

En vain appelle-t-on Caillaux à la rescousse. Ces messieurs se retirent
et font place à Briand, sans que nous connaissions le secret de
Polichinelle.

A cinq heures et demie, M. Briand commence de parler. Une parfaite
simplicité de ton, qui ne prête à aucun commentaire. A peine un peu de
pâleur. Il entame sur le champ un long récit très clair de son rôle dans
toutes les phases de cette interminable affaire Rochette. Il nous
confirme l'authenticité du document Fabre, et il ajoute qu'à ses yeux
cette note n'était pas une pièce de chancellerie, qu'elle ne se
rattachait officiellement à aucun dossier et que, d'autre part, lui et
Barthou avaient énergiquement pesé sur leur ami Calmette pour qu'il ne la
publiât pas:

--Gaston Calmette, pour qui j'avais la plus grande amitié, et de qui je
respecte la mémoire, nous avait donné, à l'un et à l'autre, sa parole
d'honneur de ne pas publier cette pièce dont il s'était, je ne sais
comment, procuré une copie, et je suis sûr que ce parfait honnête homme
n'eût pas manqué à sa parole.

Et ses deux mains jouant, tantôt ouvertes, tantôt fermées, sur le buvard
de sa table, il avait l'air de nous raconter une histoire du boulevard,
quand tout d'un coup nous nous sommes aperçus que nous entrions en plein
Byzantinisme, dans l'Histoire secrète de Procope. Qui n'aimerait cette
manière sobre jusqu'au grisâtre de raconter des choses sinistres? Depuis
le matin nous voyions donner des coups de poignard. Celui-ci ne s'en
priva guère. Mais ceux qu'il tuait, en deux tours de main il les mettait
à nu. C'était superbe et affreux.

Voici quelques échantillons de la manière.

Quand M. Briand eut reçu du procureur général le document, il se hâta
d'en donner quelques indications au Conseil des ministres, car il n'eût
pas voulu garder pour lui seul ce qui devait légitimement intéresser ses
collègues. Dans la suite, il eut l'occasion d'en dire quelques mots à M.
Caillaux et à M. Monis,--ce pauvre M. Monis, à la mémoire toute courte,
qui oublia absolument cette communication, comme on l'a bien vu dans la
séance publique. Là-dessus, M. Caillaux, pris d'émulation, voulut, tout
comme M. Briand, avoir son petit document Fabre. Il fit venir à son
cabinet le procureur général, et le pria de lui faire certain récit sur
le rôle qu'aurait joué M. Briand dans l'arrestation de Rochette.
Cependant il avait posté derrière un rideau son secrétaire qui, au
départ, rédigea et livra à son patron le procès-verbal de l'entrevue. Tel
est le récit de M. Briand qui ajoute: «J'en fus informé par une personne
que M. Caillaux lui-même chargea de m'avertir pour m'inviter à me tenir
tranquille.»

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais quand j'entends de pareilles
histoires, je tâte mes poches pour savoir si j'ai toujours ma montre, mon
porte-monnaie et mon portefeuille.

Ah! cette déposition de Briand! Quel jour sur la vie des ministres à ce
moment de la troisième République! On s'explique la tristesse, le
désabusement de ce procureur général, qui est venu d'Aix-en-Provence, où
il collectionnait les œuvres de Mistral, pour vivre cette vie infernale
entre ces politiciens qui aiguisent sur son crâne leurs couteaux!



IV

LES TROIS FILS DE LA LOUVE


    (_Écrit le mardi soir 24 mars 1914._)

Maintenant, c'est le tour de Barthou.

Qu'il entre, qu'il s'explique, le traître, et tous les hommes de Caillaux
piétinent d'impatience guerrière.

Qu'ils le détestent! En leur cœur est toujours vivante la séance
publique du 17 mars, la séance où le document Fabre apparut à la lumière.
Si nous voulons ressentir ce qui se passe en eux, ranimons en nous ces
images d'il y a huit jours.

Monis venait de nier largement, nettement, qu'il connût le document, et
qu'il eût pesé sur le procureur Fabre. Doumergue s'était écrié: «C'est
aux accusateurs d'apporter la preuve; on n'a rien prouvé.»--«J'ai vu le
document,» avait dit crânement Delahaye.--«L'original ou la copie?»--«La
copie.» Tous alors de le chasser de la voix et du geste. L'allégresse de
la majorité se répandait avec fureur. C'était une danse du scalp: «On ne
veut plus écouter... Vous n'avez qu'à descendre de la tribune... Nous
sommes édifiés.» Mais soudain un socialiste a une idée: «M. Barthou
pourrait peut-être nous fournir quelques éclaircissements?» L'autre se
dresse: «Me voici!» et s'en va vers la tribune, d'où Delahaye, en hâte,
descend, comme un artificier, sa mèche allumée, décampe.

M. Barthou prit la parole. Son récit est aujourd'hui fameux: «Le
procureur général Fabre, dit-il, a raconté qu'il avait été victime d'une
pression de M. Monis. Il en a dressé un procès-verbal.» Et ce disant, de
sa poche gauche, avec le geste le plus aisé, il tire un papier proprement
plié qu'il pose sur la table de la tribune: «Voici le document, voici
l'original.»

Des poings tendus le menacent: c'est lui qui a fait la campagne du
_Figaro_! Et dans les couloirs, après la séance, tous disaient: «Nous le
traînerons devant une Haute Cour.»

       *       *       *       *       *

Telle était la fureur le 17. Huit jours ne l'ont pas apaisée. Mais trêve
de souvenirs. Louis Barthou vient d'entrer dans notre bureau de la
Commission d'enquête. Levons-nous tous. Asseyons-nous. Il commence de
parler, ce petit homme aux yeux fatigués. Il n'a pas l'air d'un saint
Sébastien. C'en est un, pourtant! tout transpercé par les regards et les
mille flèches silencieuses des fidèles archers de Caillaux. «Le voilà,
disent-ils, celui d'où nous vient tout le mal! Gare au défaut de sa
cuirasse!»

Mais pour débuter, c'est lui, l'audacieux Béarnais, qui hardiment prend
l'offensive.

--Moi! j'aurais fait la campagne du _Figaro_! Allons donc! je l'ai
empêchée, il y a deux mois. Sur la sollicitation de M. Doumergue et de M.
Caillaux, j'ai convaincu M. Calmette d'abandonner les armes terribles
qu'il avait en main.

Quelles armes? Des dépêches mortelles pour M. Caillaux, et qui concernent
la politique étrangère.

Il dit, et, sans laisser à l'adversaire le temps de respirer, il lui
porte une nouvelle botte:

--Je tiens de M. Caillaux lui-même la raison pour laquelle il a demandé à
M. Monis d'obtenir la remise de l'affaire Rochette: Rochette avait la
liste des frais d'émission relatifs à ses entreprises, et menaçait de la
publier.

Quelle révélation!

Vous pensez bien qu'elle ne resta pas cinq minutes enfermée dans notre
bureau. Avec la rapidité d'une bombe, elle alla faire explosion au milieu
des journalistes et des députés. Ah! ah! disaient-ils, nous nous en
doutions. Les puissants de ce monde subventionnés par Rochette, pour
n'être pas dénoncés, ont pressé sur Caillaux et Monis!

Nous écoutons Barthou. Nous ne bougeons plus. Cependant il continue et
profite de la prise qu'il a sur son auditoire pour nous expliquer le plus
délicat de son affaire, à savoir comment il est entré en possession du
document Fabre.

--J'ai été un peu embarrassé par ce document d'un caractère imprévu. Je
voulais le verser à la direction des affaires criminelles. «Non! m'a dit
Briand, gardez-vous-en bien. C'est un document qui m'a été remis
personnellement.--Que faut-il que j'en fasse?--Vous le passerez à votre
successeur!»

Son successeur! s'écrièrent en chœur les archers de Caillaux. Il l'a mis
dans sa poche!

O scandale! ô mes frères! Voilons-nous le visage. Et sous le voile nous
nous répétons cette histoire d'un Ministre bien connu qui, le lendemain
de sa chute, sur ses épaules encore meurtries, emportait quarante
kilogrammes de documents secrets. Il fallut que les huissiers et les
commis l'arrêtassent. Il allait déménager tout le ministère!

--J'ai fait observer à M. Briand, poursuit Barthou imperturbable, que ce
n'était pas un document de chancellerie. La meilleure preuve est qu'il
n'est pas enregistré, comme je voyais de graves inconvénients à le faire
passer de main en main, je l'ai gardé. J'ai pensé un instant à le brûler.
Heureusement que je n'en ai rien fait! Que ne dirait-on pas aujourd'hui?
Je gardai donc le document, considérant que j'en étais dépositaire envers
M. Briand. Je l'ai toujours refusé à ceux qui me le demandaient. Quand
mon ami Gaston Calmette, qui l'avait eu je ne sais d'où, a eu l'intention
de le publier, je l'ai supplié de n'en rien faire. Et j'y suis parvenu,
grâce à l'appui que m'a donné dans le même sens M. Briand.

Pour faire face aux murmures que soulève sa déclaration chez ses
adversaires, M. Barthou, une fois encore, prend à partie M. Caillaux. Et
il reprend l'ignoble histoire du rideau:

--Je reçus un jour Me Maurice Bernard, qui m'apprit que M. Caillaux
venait de lui dire: «Ils ont leur procès-verbal, moi aussi, j'ai le mien.
Le procureur général Fabre m'a raconté chez moi, dans quelles conditions
MM. Barthou et Briand lui avaient donné l'ordre de mentir devant la
Commission d'enquête. Et, tandis que M. Fabre parlait dans mon cabinet,
j'avais deux personnes dissimulées derrière les portières qui ont tout
entendu et qui en ont dressé un procès-verbal.»

Voilà des histoires à dégoûter de tous nos politiciens, mais bien propres
à faire de Barthou un petit Saint-Jean à côté de Caillaux! Elles eurent
l'effet qu'il en espérait, un effet calmant, lénifiant, sur ses âpres
ennemis.

Ah! tous les membres de la Commission n'étaient pas satisfaits! Beaucoup
étaient irrités, d'une irritation longue et accumulée, et plus encore de
ne pas trouver le moyen de satisfaire leur haine. Mais ce malin Béarnais,
bien à l'aise, trouvait autant de vérités désagréables à entendre qu'on
lui posait de questions difficiles à résoudre, et les envoyait tout droit
comme des pelotes sur le mur du fronton. O miracle d'un souple joueur! Ce
fut une matinée charmante, à la française. Tel est l'art subtil et
familier des compatriotes du bon roi Henri IV.

Je le répète, un charmant travail bien français, mais tout de même d'une
philosophie un peu courte. Sans doute, quand on est au mur de la pelote
basque, ce n'est pas le temps de philosopher. Mais si l'on a l'honneur de
tenir le rôle, le grand rôle de vengeur de la morale publique, que
diable! il faut le savoir! Non, Barthou, ce n'est pas pour honorer la
mémoire de Calmette, pour riposter à Caillaux, que vous avez porté
courageusement à la tribune le document Fabre, c'est pour dénoncer et
empêcher à l'avenir l'intrusion de la politique dans l'exercice de la
justice.

Mais que vais-je parler d'intérêt général, d'assainissement politique, de
conception philosophique et de volonté du bien public! Nous n'assistons
pas là à des chocs de systèmes, mais à des luttes de personnalités. Je
regarde MM. Caillaux, Briand et Barthou. Pourquoi se battent-ils? Ils
sont si bien faits pour collaborer! Ce sont des intelligences capables de
s'engrener les unes dans les autres, comme les roues d'une montre. Il ne
manque que l'horloger pour monter, ajuster l'instrument. Nous vivons en
parlementarisme, et la règle du jeu, c'est la bataille. Nos gens se
battent, mais ils ont à peu de chose près la même conception politique.
Sans doute Caillaux veut l'impôt sur le revenu que repoussent les deux
autres. Mais qui ne sent que c'est là une opinion prise comme une arme.
Cette arme de l'impôt sur le revenu, Barthou ou Briand auraient pu la
saisir s'ils l'avaient crue favorable à leur ambition. Il n'y a là rien
qui tienne à la formation profonde d'aucun des trois. Expliquez-moi
pourquoi cet aristocrate de Caillaux se trouve être un chef de la
démocratie avancée? Caillaux, Briand et Barthou me semblent trois jeunes
chiens qui ont formé leurs forces en jouant ensemble dans le chenil
parlementaire. Ce sont trois vigoureuses bêtes d'une même portée dans la
minute où l'on sert la soupe. Vienne le moment où ces hommes, dont les
visées et l'horizon ne diffèrent pas, sont amenés à se disputer le
pouvoir; ils ne savent et ne peuvent que se faire une guerre personnelle.
Ils s'envient les portefeuilles pour le plaisir légitime d'exercer leur
activité, mais non pour faire triompher chacun une vue particulière. De
là l'âpreté de cette lutte. Ils ne peuvent pas s'atteindre dans leurs
idées: ils n'en ont pas ou elles leur sont communes. Ils s'atteignent
dans leurs personnes. Si MM. de Mun, Ribot, Jaurès se disputaient le
pouvoir, ils n'auraient que faire de se poursuivre dans les faits de leur
vie, ils se reprocheraient chacun leurs conceptions de l'univers.
Caillaux, Briand et Barthou n'ont point de si vastes surfaces de
frottement. Ils se bombardent d'accusations personnelles, parce qu'ils ne
peuvent pas se jeter les principes à la tête, et faute de pouvoir se
saisir solidement par leurs programmes, ils se saisissent aux cheveux.

Quelle lutte atroce! Les uns et les autres finiront par mourir d'une
maladie de cœur. C'est la destinée des hommes politiques. Mais pas tout
de suite! Ils dureront: ils ont de la défense. Leur cœur périssable
palpite sous une épaisse cuirasse. Tout de même, dans ce moment, leur
mère, la louve parlementaire, doit les regarder avec bien de la
tristesse!

Elle-même, la pauvre bête, elle est bien malade. Il n'y a plus de partis
dans cette Chambre, ni peut-être dans le pays. Rien qu'une masse amorphe
et désabusée, avide d'être vigoureusement gouvernée, où quelques bêtes de
proie se disputent, comme elles peuvent, une précaire royauté.

       *       *       *       *       *

_P.-S._--L'après-midi fut indigne d'une si heureuse matinée. Nous
n'avions aucune grosse pièce à notre tableau. Des magistrats, des
liquidateurs, à qui nous demandions vainement où en étaient les affaires
de Rochette au moment de la remise exigée par Caillaux et Monis.
Avez-vous pu trouver trace de subventions données à des hommes puissants
qui auraient agi sur les ministres?

A ces questions intéressantes, nous n'avons obtenu aucune réponse
notable. Et pourtant, aujourd'hui que la véracité du document est
certaine, il faut nous en tenir là, revenir devant la Chambre en
affirmant la forfaiture des ministres, ou bien obtenir (mais où?) des
réponses à cette question que tout homme de bon sens se pose: Pourquoi
voulait-on servir Rochette? que craignait-on de lui? qu'espérait-on de
lui?

Toute cette affaire est inexplicable s'il n'y a pas quelque grand secret
à son origine. Il faut chercher _cui prodest_ et se souvenir qu'un escroc
ne réussit qu'autant qu'il intéresse à ses escroqueries quelques
personnages puissants.



V

LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE


    (_Écrit le mercredi soir 25 mars 1914._)

Aujourd'hui, c'est la quadruple confrontation: Monis, Caillaux, Fabre,
Maurice Bernard. La plus brillante rencontre de la saison, comme on dit
dans les journaux sportifs.

On installe ces messieurs protocolairement: Monis et Caillaux, aux tables
d'honneur, MM. Fabre et Maurice Bernard, en lapins, aux deux bouts de
notre fer à cheval.

_Le président._--Vous jurez de dire toute la vérité?

--Je le jure... je le jure... Je le jure, sauf le secret professionnel.

Oh! oh! me dis-je. S'ils se mettent maintenant à dire la vérité, il va
falloir tout recommencer!

       *       *       *       *       *

A prolonger ainsi ces séances, ne sommes-nous pas en train de recouvrir
sous des bavardages ce que nous avons pu obtenir de clarté? Nous voulons
qu'à trois ans de distance on nous fournisse sur toutes choses, et sur
les plus minces détails, des précisions de dates, de sentiments et de
mots. Nous tenons à crime qu'on nous déclare sur quelque point ne pas se
souvenir. Nous sommes trente-trois à exiger des réponses nettes. C'est le
bon moyen pour recevoir des erreurs et des mensonges.

Ce matin, je voyais clairement qu'il n'y avait plus rien à tirer de nos
gens. Avec trente-six tâtonnements, ils ont à cette heure, tous ensemble,
sous nos yeux, construit un système autour du document. Qu'ils en soient
satisfaits ou non, ils n'osent plus y toucher. Il leur faudrait se
dédire, rattraper la sténographie. Vaille que vaille, ils s'entêteront.
C'est une construction de fortune, bâtie de silences, de mensonges, de
demi-vérités, d'erreurs, mais cette mauvaise glaise est figée, séchée,
définitive.

Toutefois, au milieu de cette bâtisse sans vérité, il y a une carcasse de
métal qui soutient la glaise et le carton. Voici des faits acquis pour
tous, et que nos quatre témoins n'ont cessé de nous rappeler toute la
matinée:

M. Caillaux déclare que pour faire plaisir à Me Maurice Bernard, qui se
sentait fatigué, et à qui il était reconnaissant d'avoir plaidé pour lui,
il a demandé à M. Monis de voir si l'on ne pourrait pas accorder la
remise de l'affaire Rochette. M. Monis déclare qu'il a fait venir le
procureur général et lui a suggéré de ménager le renvoi de l'affaire. Le
procureur général déclare qu'il a reçu de M. Monis l'ordre de faire
renvoyer l'affaire, et qu'après de tragiques débats intérieurs, il s'est
résigné à obéir pour ne pas être brisé. Me Bernard déclare qu'il a reçu
la visite de M. X... qui lui a dit: «Demandez la remise de l'affaire
Rochette. Elle vous sera accordée.»

--Mais qu'avez-vous dit, maître Bernard, à M. Caillaux?

--Je refuse de répondre à cause du secret professionnel.

--Et vous, monsieur Caillaux, qui n'êtes pas lié par le même secret, que
vous a dit Me Bernard?

--Il m'a dit qu'il était un peu fatigué.

--Est-ce bien là, maître Bernard, ce mystère que vous empêche de dévoiler
le secret professionnel?

--Je refuse de répondre.

Que demander de plus? A quoi bon, durant des heures, prolonger des
querelles de dates, des explosions de rancunes, des bavardages sans
rapport avec le principe du débat? Je ne vois là qu'un moyen de tout
embrouiller et, comme on dit, de noyer le poisson. La cause politique est
entendue. Pour favoriser un escroc, le gouvernement a pesé sur les juges.
Quant à fixer le degré de criminalité de chacun, ce n'est pas en les
faisant plus longtemps causer qu'on en saura davantage.

Et vous en seriez certain comme moi, si vous veniez d'entendre, durant
sept heures d'horloge, ces fastidieux palabres où voltigeaient avec une
souveraine aisance les adverbes: loyalement, franchement, sincèrement, où
chacun s'écrie à tour de rôle: J'affirme de toutes les forces de mon
énergie et de ma conscience!

Vraiment, je ne vous apprendrais rien en vous répétant ce qu'ont dit ces
Messieurs aujourd'hui pour la trentième fois. Et plus que leurs paroles,
ma foi, leurs attitudes sont instructives. Regardons-les ensemble.

Caillaux surveille avec une attention aiguë et une perpétuelle agitation.
En se déplaçant sur sa chaise, il murmure à mi-voix des menaces
sibyllines qu'il jette à droite et à gauche.

Monis a l'air d'être caché dans un sac de pommes de terre. Mais cet homme
paisible est toujours prêt à se fâcher. (En cela, d'ailleurs, je lui
accorde des circonstances atténuantes.)

Me Bernard, toujours le même, bon pied, bon œil, et de la verve,
surveille, lui aussi, l'horizon. Mais surtout il surveille la pendule.
Des quatre, c'est lui le plus tranquille. Car il a tout près de lui son
impénétrable terrier, où il se glisse à la moindre alerte: le secret
professionnel.

Mais j'ai tort. C'est un lion! Il y a de la fierté dans cette
indépendance des avocats qui maintiennent devant les politiciens la
dignité de leur état.

Le procureur général Fabre ne parle guère. D'ailleurs, qu'a-t-il besoin
de rien ajouter? Son document parle tout seul et défie toutes les
critiques. C'est un homme brimé qui se dit en regardant Monis, Caillaux
et leurs zélateurs: «Rien d'eux ne m'étonne plus.» Quand Monis, Caillaux,
Me Bernard et la majorité des commissaires assènent sur ce petit
vieillard leurs regards furieux et leurs invectives, je crois voir
l'assemblée des animaux malades de la peste dénonçant:

   Ce pelé, ce galeux, d'où nous vient tout le mal.

       *       *       *       *       *

Il y a des minutes où l'on s'aperçoit que l'on a peu de cœur, ou tout au
moins que l'on possède un cœur de qualité bien inférieure! Ce fut le
cas pour moi, lorsque M. Monis vint nous raconter, comme une chose qui
devait nous tirer des larmes: «Un dimanche matin, au début de mon
ministère, M. Caillaux m'a dit qu'il avait un scrupule de conscience
d'avoir accepté un portefeuille avant d'avoir pu arranger une affaire de
sa vie privée, mais que cette affaire était réglée. Je m'en réjouis avec
lui. Il ajouta qu'il avait éprouvé une vive satisfaction du concours que
lui avait prêté Me Bernard. Aussi, quelques jours après, quand M.
Caillaux m'a parlé du désir de Me Bernard d'obtenir la remise, je n'ai
pas été surpris qu'il eût dessein de lui être agréable.»

En voilà un raisonnement! Me Bernard a été excellent pour M. Caillaux. Je
vais en sa faveur bouleverser la justice. C'est très drôle, très drôle!
Surtout qu'il y eut un lapsus de Monis, nous disant combien son vieux
cœur avait été ému des confidences de M. Caillaux, et s'écriant d'un air
attendri: «Il m'a raconté ses méfaits!»

Le pauvre! Il voulait dire ses ennuis. Mais s'il n'avait jamais fait que
ce lapsus!

       *       *       *       *       *

Le roi de la journée (je pense toujours au personnage de la fable de La
Fontaine, le roi des _Animaux malades de la peste_), ce fut M. Caillaux.
Son panégyrique occupa la séance de l'après-midi. Il est vrai que ce fut
lui qui le prononça. Mais il a parmi nous une majorité de partisans qui
lui faisaient, par leur seule respiration, un profond et constant
soutien.

Il n'y a vraiment que dans leur cercle qu'il pourra faire accepter
l'explication qu'il donne du rideau derrière lequel il avait caché ses
secrétaires: «Je voyais se développer contre moi une campagne.
J'entendais parler d'un document du procureur général. N'étais-je pas en
état de légitime défense? N'avais-je pas le droit de faire venir le
procureur général? Et si le hasard voulait qu'un témoin y assistât...
Enfin, quoi! je n'allais pas attendre simplement le coup de poignard!»

Cet homme, le plus haï de France, groupe autour de lui, dans la Chambre,
une véritable garde de zélateurs fanatiques. Ils se laissent séduire et
prennent pour une vertu vraie ce qui n'est qu'une conception forcenée de
la vie. Avec admiration, ils répètent ce qu'il leur disait ces jours-ci:
«Ils me tueront peut-être; ils ne m'abattront pas.»

Nul, toutefois, ne lui refuse de la résistance, de la défense. Après tant
de nuits qu'il a dû passer sans sommeil, il parlait clair aujourd'hui,
avec arrogance, et même, le croirait-on? avec frivolité. Dans son long
discours _pro domo_, à chaque fois qu'il sortait de ses explications
techniques de financier, il recommençait à donner des coups de poignard
et s'y amusait si fort, qu'ayant à reproduire un propos de Briand, il
l'imita, le mima, se mit, ô surprise! à rendre cette voix un peu
caverneuse et lente, et se balança, puis rit lui-même de sa bonne farce.
A cette minute, il avait si parfaitement oublié sa situation, qu'il
s'amusait, se complaisait dans ses effets et dans l'applaudissement des
siens, à nouveau il goûtait la vie.

Sa plaidoirie terminée, le voilà qui allume sa cigarette dans cette salle
où tout le monde s'est imposé de ne pas fumer.

Quel homme! Il y a chez lui de l'enfant gâté. Enfant heureux, privilégié,
il devait arriver dans son collège, à Stanislas peut-être, léger,
heureux, aimable, un petit riche avec sa voiture à la porte et de belles
cravates variées. Et les deux autres! les Briand, les Barthou, de quel
air, amical sans doute, mais de haut, il les eût regardés, ces deux
petits camarades plébéiens! Aujourd'hui, l'enfant élégant, l'enfant
vieilli, sans rien perdre de sa gentille manière qui enchante ses
familiers, est devenu un pur, un chef de la démocratie avancée et doit
bien rire, quand il nous traite de vieux réactionnaires encroûtés, nous
autres petits bourgeois! La grande affaire, voyez-vous, pour un
aristocrate, c'est de ne jamais être un bourgeois. Les grands cercles ou
le marchand de vins! Mais l'entre-deux désoblige.

Ah! pourquoi parler d'aristocratie à propos d'un homme qui ne sait que
détruire les choses, les autres et soi-même? A la minute où j'écris, je
suis frappé au cœur par la mort de Mistral. Et ma pensée, écœurée des
spectacles sur lesquels depuis cinq jours je la maintiens, s'évade pour
s'enfuir pieusement à Maillane. C'est là que je salue et que va reposer
pour toujours un vrai noble qui sut se créer immortel et tout autour de
lui ranimer, grouper, protéger tout ce qui nous importe _pro aris et
focis_.

O Provence, ô sainte bergerie sur laquelle a veillé un pasteur plus
diligent que nous n'en trouvons pour la France!



VI

LA FIN DU CINÉMA


    (_Écrit le jeudi soir 26 mars 1914._)


Le cinéma de la Commission n'a pas cessé de fonctionner toute la journée.

Comme toujours, M. Jaurès ne quitte pas l'écran. En face de lui viennent
se placer, d'heure en heure, des personnages nouveaux.

Comment préside-t-il, Jaurès? me dit-on.

C'est bien simple. Chaque matin, à neuf heures et demie, il commence un
discours qu'il termine vers sept heures du soir; mais je me hâte de le
dire, il permet libéralement les interruptions. Et c'est sous forme
d'interruptions que se placent les dépositions des témoins et les
questions des commissaires.

Pour résumer mon impression sur la manière dont, aux meilleurs moments,
il dirige la controverse, je puis dire que nous avons à notre tête, dans
ce révolutionnaire, un excellent président de thèse en Sorbonne.

Ce matin, nous nous sommes préoccupés de connaître quelles affaires
menait Rochette à l'époque de la remise de son procès. Notre juste
hantise est de découvrir quels gens pouvaient avoir intérêt à ce qu'on
lui laissât du répit. S'agissait-il pour lui de mener à bien certaines
affaires en cours, dont il aurait partagé le bénéfice avec ses
protecteurs? On parle d'une tourbe dorée qui lui faisait une garde du
corps.

Les noms? Les noms? Nous les demandons à M. Lescouvé.

Il nous donne lecture d'actes de sociétés; il énumère des noms
d'administrateurs. Mais comment nous y reconnaître? Quel gibier y a-t-il
pour nous dans tout cela?

Nous sommes naturellement de mauvais juges d'instruction. Ce n'est pas
notre métier. Et puis, peut-on instruire une affaire à trente? Nos
questions auraient fait perdre la tête à M. Lescouvé s'il ne l'avait
fort solide. Elles le tirent à hue et à dia; elles l'entraînent dans
vingt directions différentes. Et nous ne restons jamais sur le fait.

Voilà que Painlevé abandonne Rochette et ses sociétés pour venir à
Maurice Bernard.

--Qu'est-ce que vous nous disiez, l'autre jour, monsieur Lescouvé? Maître
Bernard vous a affirmé que la remise avait été demandée, non pas pour
servir son intérêt personnel, sa convenance, mais bien pour obéir aux
désirs du président du Conseil et du ministre des Finances. Dans ce cas,
c'est le gouvernement qui a pris l'initiative de tirer Rochette
d'affaire?

--Parfaitement, dit M. Lescouvé. C'est bien ce que j'ai toujours compris
dans les propos de maître Bernard.

Alors, Painlevé de juxtaposer cette déposition avec celle de Maurice
Bernard! Ce sont deux textes qu'il épluche. Dans chacun d'eux il souligne
les mots significatifs, étudie leur place, recherche l'accent avec lequel
ils ont été prononcés. Puis il demande, à plusieurs reprises, que le
témoin exprime de nouveau sa pensée. Il compare les mots des diverses
explications, recherche leurs sens divers et leurs étymologies. Et à
mesure qu'il creuse, toute clarté s'évanouit, tant il s'éloigne de la
vie. Mon éminent confrère, dans un état affreux, se livre tout entier à
son génie mathématique. Ah! Painlevé, distinguons toujours l'esprit de
finesse et celui de géométrie!

M. Hébrard, lui, n'est pas géomètre. Quel fin vieillard en biscuit de
Sèvres, fragile et fort! Nous lui crions tous:

--Nous comptons sur vous pour nous livrer le secret de Polichinelle.

--Après vous, messieurs, répond-il.

Et une fois de plus, comme nous ne sommes pas capables de suivre une
idée, au lieu de continuer à parler de M. X... et de la troupe des
ventres dorés qui s'ébattaient autour de Rochette, nous filons par la
tangente sur l'immense affaire de la _Grande Chartreuse_, dont nous ne
sommes ni saisis ni informés.

M. Hébrard s'efface, Rosemberg apparaît. Un homme jeune, élégant,
étrange, plus qu'étrange, stupéfiant d'exotisme et d'accent. Je n'en ai
jamais vu de pareil que dans les sleeping-cars. Un accent guttural, des
yeux de gazelle, un ressort intérieur: de ces gens qui jetteraient bas
toute la chrétienté pour obtenir une heureuse différence de cours.

--A quelle époque avez-vous appartenu à l'affaire la Lianosoff?

--L'affaire! dit-il en joignant les mains, avec un accent sublime, comme
s'il prononçait le nom de son dieu.

Il nous a donné mille renseignements sur la hausse et les beaux
dividendes de la Lianosoff, et je m'attendais à ce qu'il nous invitât à
prendre des actions. Il ajouta que sa maison et tous ses amis y avaient
gagné de l'argent et qu'il ne pouvait pas souhaiter mieux. Pour conclure,
galamment, il nous déclara:

--Vous savez, si quelqu'un a été une fois ministre en France, cela suffit
à l'Etranger. Et dans les Conseils d'administration on les aime!

Ah! nous avons du prestige.

Décidément, il faut renoncer à apprendre de tout ce monde qui est M.
X... Profitons du moins de nos nouvelles relations pour savoir quel homme
est Rochette.

En deux mots, j'ai cru comprendre que Rochette n'était à aucun degré un
industriel, mais un financier joueur. Il lui arrivait d'avoir de bonnes
affaires. Mais son propre était de les fausser. Il jouait toujours sur
les valeurs, les faisait monter et baisser et détruisait même celles qui
étaient bonnes.

       *       *       *       *       *

L'après-midi, M. Bienvenu-Martin est venu tout doucement, paisiblement,
comme un bon et honnête vieux monsieur, expliquer à la Commission ce
qu'il savait du document Fabre.

Vous trouvez drôle que nous ayons attendu la dernière heure du dernier
jour pour questionner le garde des sceaux, quand depuis une semaine nous
passons nos journées avec ses magistrats et qu'il s'agit d'une pièce qui
a traversé son cabinet de la place Vendôme. On s'explique mieux la chose
quand on a passé une demi-heure en face de M. Bienvenu-Martin. C'est un
homme tout blanc, un peu embrouillassé, très doux, empêché pour un rien,
fût-ce par le cordon de son binocle, sympathique d'ailleurs, mais un peu
insignifiant.

--Ce n'est pas un combatif, me dit un de mes voisins. Lors de la
constitution du dernier ministère Rouvier, notre groupe radical l'envoya,
avec un autre, en messager auprès de M. Rouvier pour protester et lui
dire qu'il n'avait pas notre confiance. On ne les a jamais vus revenir!
L'autre les avait retenus et en avait fait deux ministres.

Évidemment, c'est un homme faible.

N'empêche qu'il nous a raconté des choses pleines de substantifique
moelle.

--Quand on s'est mis à parler de tous les côtés qu'il y avait un document
Fabre (c'est-à-dire vers le temps de l'assassinat de Calmette), j'ai fait
chercher dans toutes les armoires du ministère le document, et je ne l'ai
pas trouvé.

Ainsi parle-t-il. Aimable naïveté! On le presse de continuer.

--Qu'avez-vous fait après cette déception, monsieur le garde des sceaux?

--J'ai interrogé M. le procureur Fabre. Il m'a dit qu'en effet il avait
remis à M. Briand une note dont il m'exposa le sens. Je le priai de me la
donner. Il hésitait. «Mais enfin, lui dis-je, je suis le ministre.--Oui,
me répondit-il, mais je préfère tout de même ne pas vous la
donner.--Pourquoi?--C'est un document à moi.»

--Et alors, monsieur le ministre? lui disions-nous.

--Alors? J'en suis resté là. Je craignais de paraître user
d'intimidation. J'ai jugé plus correct de me tenir sur la réserve.

Vous pensez quel effondrement! J'ai demandé la parole.

--Monsieur le ministre, ai-je dit, il y a deux conclusions à tirer de
votre témoignage. C'est d'abord que vous ne teniez pas beaucoup à entrer
en possession de cette pièce. C'est ensuite que vous la connaissiez tous
sur le banc des ministres, quand, au cours de la séance Delahaye, vous
niiez si énergiquement qu'elle vous fût connue.

Je pense que vous voyez la couleur de cette petite scène, une des plus
réussies de notre cinéma. C'est gris, très gris. Les amis du gouvernement
faisaient grise mine. M. Bienvenu-Martin gardait sa mine habituelle. Et
nous avions le triomphe modeste: à vaincre sans péril, on triomphe sans
gloire.

       *       *       *       *       *

A la fin du spectacle, comme deux vedettes impatiemment attendues, MM.
Briand et Barthou, l'un après l'autre, sont revenus devant la Commission.

Ils désiraient apporter quelques retouches ou plutôt quelques précisions
dans le débat.

M. Barthou déclara qu'au moment où il avait reçu le document de M.
Briand, il ne dit pas à son collègue qu'il entendait le garder. (On
reconnaît ce courage, cette netteté que, dès la première heure, au cours
de cette affaire, nous avons salués chez M. Barthou.)

M. Briand avait désiré rencontrer devant nous M. le procureur général
Fabre.

--Monsieur le procureur, lui dit-il, vous avez déclaré que vous aviez vu
passer treize ministres de la justice et que vous aviez beaucoup de peine
à vous équilibrer entre ces frères ennemis. Avez-vous jamais pensé que
vos fonctions fussent au service de mes convenances politiques ou de
celles de mes amis?

Et le procureur général de répondre avec une triste philosophie:

--L'enquête prouve assez qu'ils existent, les frères ennemis! Mais
j'affirme que jamais M. Briand ne m'a fait entendre une parole
d'irritation ou de haine contre aucun de ses collègues.

Le procureur se retire. Et M. Briand de passer à un second point:

--On a dit l'autre jour ici que la mise en liberté de Rochette avait eu
des conséquences plus graves que la remise de son procès, et qu'elle
avait été accordée sous un ministère dont je faisais partie. Permettez!
Cette mise en liberté fut accordée conformément au vœu de la Commission
d'enquête déjà présidée par M. Jaurès. Mais moi et le parquet nous nous
efforcions de retenir en prison ce Rochette pour qui, alors, monsieur
Jaurès, vous réclamiez la liberté.

Dame! personne n'a rien répondu. En huit jours, que les temps sont
changés! Quel silence aujourd'hui devant Briand et tout à l'heure devant
M. Barthou! Eux-mêmes, sûrs de leur fait, ont eu le mérite qu'on
apprécie, surtout après avoir vu M. Caillaux, de ne pas dépenser de force
inutile et de n'allonger que des coups qui portent. Ils n'ont jamais
perdu leur sang-froid, depuis le début de l'affaire. Et maintenant ils
parviennent à l'imposer autour d'eux. S'il est vrai que l'on reconnaît un
bon cavalier à la tranquillité puissante de sa monture, l'attitude de
toute la Commission témoigne que voilà MM. Barthou et Briand bien en
selle. Contre eux, autour de notre table, plus un mot, plus un geste de
lutte. Ce sont des chefs qui reviennent sur un champ de bataille d'où les
fourgons d'ambulance viennent d'emporter MM. Ernest Monis et Caillaux.

Et c'est fini. Ce soir, on éteint les lumières dans la salle du cinéma.

Aujourd'hui, vendredi, tandis que mes lecteurs parcourent cet article, la
Commission aborde la dernière partie de sa tâche, je veux dire
l'établissement de ses conclusions. Cela ne va pas aller tout seul.
Quelle méthode employer? Pour moi, le mieux serait de dresser un
questionnaire où nous ramasserions, dans leur ordre, les faits et leurs
circonstances, et auquel nous répondrions comme fait le jury en présence
d'un crime.

Quel sera l'avis de mes collègues? Et surtout, à quelle sanction vont-ils
s'arrêter? Comment se classeront-ils? Sur quelles troublantes discussions
se départageront-ils? Pourrons-nous faire l'unanimité? Il ne m'appartient
pas de rien préjuger, encore moins de rien divulguer. Cette dernière
partie de nos travaux est secrète, sans sténographie.

Je quitte mes lecteurs pour les retrouver quand nos conclusions seront
publiées.

Sortirons-nous du cloaque?



VII

JE DEMANDE DES POURSUITES


    (_Écrit le mardi soir 31 mars 1914._)

Il ne m'appartient pas d'entrer dans le détail des discussions qui
aboutirent à l'établissement du texte des conclusions adoptées par la
Commission d'enquête.

Cette après-midi, quand M. Jaurès en eut donné la lecture définitive et
avant qu'il fût procédé au vote sur l'ensemble, j'ai fait la déclaration
suivante:

   «Messieurs,

   «Je ne puis accepter vos conclusions.

   Et cela pour trois raisons:

   «1º La première, c'est que la méthode même de travail que vous
   avez adoptée pour les rédiger enlève toute portée à ces
   conclusions.

   «M. Jaurès avait proposé un texte. Il valait ce qu'il valait,
   mais il était l'expression d'une pensée. Ce texte a été gâché,
   laminé, adultéré, démantibulé,--prenez toutes les métaphores de
   destruction que vous voudrez,--phrase par phrase et mot par mot.
   Sur la construction de M. Jaurès ont travaillé trente autres
   pensées. Je n'y verrais pas d'inconvénient, car on pourrait
   appliquer cette critique à tous les débats, s'il ne s'agissait
   ici d'une question de points de faits, et si ce travail de
   critique n'avait consisté à essayer d'établir un accord entre les
   commissaires aux dépens de la crudité de ces faits.

   «Le produit de cette opération transactionnelle, ces conclusions
   que je suis impuissant à vous empêcher de voter, constituent un
   document tellement hybride et minimisé qu'en le lisant dans son
   ensemble, je me suis demandé si j'avais vraiment assisté aux
   séances auxquelles vous m'avez vu assidu. Dans cette composition
   politico-littéraire, qui devait être un vigoureux raccourci de la
   réalité, il en reste si peu de cette réalité, et présenté avec
   des nuances si atténuées, que, pour ma part, je ne la retrouve
   plus,--et pourtant j'en ai été le témoin.

   »2º Ma seconde raison est que ce document ainsi minimisé ne
   saurait plus comporter de sanction. Votre apparente impartialité
   est une absolution, et une absolution non justifiée.

   »Parmi tous les faits qui nous ont été apportés ici, prenons-en
   un seul comme exemple:

   »M. Monis fait venir le procureur général. Il dépose à notre
   barre: «Je ne lui ai pas donné d'ordre; je ne l'ai pas «menacé».
   Pourquoi? Parce que je n'ai pas prononcé le mot: «Je vous
   l'ordonne», parce que je n'ai pas dit: «Si vous n'obéissez pas,
   je vous frappe.» Mais, messieurs, depuis quand est-ce qu'il y a
   besoin de formuler ce mot: «Je vous ordonne», pour ordonner?
   Est-ce qu'il n'y a pas le regard, le geste, l'accent de la voix?
   Et quand un magistrat, entré dans le cabinet d'un premier
   ministre, en sort avec une volonté retournée au point qu'il
   exerce dans ses fonctions professionnelles une action telle que
   ses collègues disent de lui (on nous l'a déclaré): «Ou bien il
   est fou, ou bien il a reçu de l'argent, ou bien il a reçu un
   ordre», eh bien! quand ce magistrat agit ainsi, je dis, moi: «Ou
   bien il y a des effets sans cause, ou bien il y a eu ordre et
   menace.»

   »Or, je me reporte à l'article 179 du Code pénal, j'y vois que le
   mot _menace_ y est inscrit et que seul il permet d'atteindre M.
   Monis. N'est-il pas assez naturel que M. Monis, qui connaît le
   Code mieux que moi, ne vienne pas nous dire un mot qui eût
   signifié: «Je tombe sous le coup de l'article 179»?--Il me semble
   moins naturel à moi que des commissaires chargés, au nom du pays,
   de faire justice de procédés qui ne visent à rien moins qu'à
   compromettre la sûreté de tous les citoyens par l'intrusion de
   l'exécutif dans le judiciaire, aient d'avance soustrait à cet
   article 179 un homme politique qui a commis un abus de pouvoir
   évident, puisqu'il a été suivi d'effets, et de quels effets!

   »Je pourrais refaire le même raisonnement à propos de M.
   Caillaux. Il est le complice. Et lui-même, s'il n'avait pas été
   menacé en lui ou en ses amis, il n'aurait pas pesé sur son
   collègue le chef du cabinet. Cet article 179, vous le voyez,
   s'étend donc loin dans l'espèce, et plus il s'étend loin, plus
   est grande la responsabilité de ceux qui soustraient tant de
   coupables au châtiment.

   »Puisque je suis en train de signaler votre excessive indulgence,
   j'en veux encore donner un exemple. Comment pouvez-vous laisser
   sans les blâmer, sans même les signaler, les dénégations opposées
   en séance par le ministère actuel à toutes les indications qui
   nous étaient données sur l'existence et le sens de ce document?
   Sans l'intervention de M. Barthou, elles allaient tromper le
   Parlement et le pays.

   «3º Il y a une troisième raison pour laquelle je ne puis pas
   m'associer à vos conclusions. C'est que je les considère comme
   une atteinte à la conscience nationale. Il ne suffit pas de dire
   qu'on fait œuvre de justice avec l'éloquence la plus enflammée.
   Il faut la faire. Il ne faut pas que les humbles, que les faibles
   puissent dire: Il n'y a pas de châtiment pour les puissants. Il
   ne faut pas, dans un pays qui souffre profondément du mal des
   divisions politiques, qu'il soit dit qu'il suffit d'être d'un
   parti pour que ce parti couvre toutes les défaillances, si graves
   et si avouées qu'elles soient. C'est une leçon d'immoralité
   politique que vous allez donner au pays. Je ne m'y associerai
   pas.»



VIII

LA POURRITURE DES ASSEMBLÉES

    Un mal qui s'attrape par des
    poignées de mains.


Avant-hier et hier, jeudi et vendredi, 2 et 3 avril, durant trois
séances, un public immense--trente mille cartes, me dit-on, furent
demandées à la questure--un public immense est venu au Palais-Bourbon
avec l'idée de voir pendre deux ministres. O monotone répétition de
l'histoire! Cette perspective, cet espoir excitèrent toujours
merveilleusement les imaginations! Dès midi et demi, des femmes
élégantes, pour être plus sûres de trouver place au beau spectacle,
s'asseyaient sur leurs manchons, le long des grilles du Palais-Bourbon.
Le soir, ce fut bien pire; il fallut appeler les soldats de garde pour
prêter main-forte aux huissiers débordés et refouler sur le quai d'Orsay
ce public de grande première, en frac et en robes de soirées, à qui l'on
avait dit: «Quand les députés siègent le soir, c'est le plus beau: ils se
tuent!»

Les spectateurs et spectatrices, paraît-il, n'ont pas été satisfaits. A
les croire, on ne leur aurait pas présenté le grand jeu. Ils se trompent.
Ils ont vu quelque chose d'importance historique: les aveux d'un système
qui meurt. Seulement, je l'accorde, cette flore de mensonge ne
s'épanouissait pas tout à son aise. Les députés étaient contractés,
tendus, absorbés. Au cours de ces deux journées, ils ne se livrèrent pas
de plein cœur, en toute liberté, au plaisir de la partie. Ceux-là mêmes
qui, pour l'ordinaire, s'abandonnent le plus passionnément à la fureur
sportive du lieu avaient leurs regards et leur imagination ailleurs. Où
donc? Dans leurs circonscriptions.

Cela apparut dès la première heure de cette longue discussion, dès le
discours par où Jules Delahaye ouvrit ce dernier acte de l'affaire. Ce
fut un réquisitoire de procureur général, vigoureux et violent, offensant
à chaque ligne, contre lequel, en toute autre saison, ils eussent réagi
en braves combattants. Mais cette fois, ils l'écoutèrent sans broncher.
Inutile de se compromettre, pensaient-ils. L'électeur nous regarde, qui,
peut-être, n'aime pas qu'on protège les escrocs.

--Eh bien! vous allez faire merveille pour sauver votre ami? disais-je à
un radical.

--Mon ami! Ah! croyez-moi, je m'en f.... de Caillaux. Je vous jure que je
ne sais plus ni son nom, ni son prénom: je ne connais que mon parti.
(Lisez: ma réélection).

Nous étions à deux doigts d'une débâcle des radicaux, dans une atmosphère
de sauve-qui-peut.

       *       *       *       *       *

Le second jour, je pris la parole. Voici mon discours[1]:

  [1] D'après l'_Officiel_ du samedi 4 avril.


«Messieurs, je faisais partie de la commission d'enquête; je ne me suis
pas rangé dans sa majorité, je réclame des poursuites judiciaires. Je ne
puis pas m'associer aux conclusions de mes honorables collègues.

»Pourquoi?

»Parce que je n'y retrouve pas la réalité que, pendant dix jours, j'ai vu
défiler sous mes yeux. Les conclusions de la commission sont à la fois
incomplètes et amoindries.

»Elles sont incomplètes. Je vous prierai, par exemple, de vous reporter à
la page 161 du compte rendu sténographique. Vous verrez qu'elles ne font
aucune allusion à un incident demeuré mystérieux et qui est
singulièrement étrange.

»M. le procureur général Fabre a déposé devant la Commission que trois ou
quatre jours après qu'il avait été appelé chez M. Monis et qu'il en avait
reçu l'ordre d'obtenir une remise, tandis qu'il était hésitant, plein de
scrupules, plein de douleur, un coup de téléphone est venu, brutal comme
un coup de fouet, a-t-il dit, le mettre en demeure et l'a obligé à se
courber, à prendre sa décision.

»Quand nous avons demandé à M. Monis ce qu'était ce coup de téléphone
parti de son cabinet, il n'a pas voulu savoir de quoi nous lui parlions,
et quand nous lui avons dit: «Mais enfin, c'est bien extraordinaire que
M. le procureur général ait reçu ce rappel. Cela ne vous dit rien?», il a
invoqué une histoire véritablement pitoyable. Il nous a répondu: «Ah!
messieurs, si vous saviez comment les choses se passent! Il n'y a pas
plus d'une huitaine de jours, on m'a dit que M. Caillaux me téléphonait.
Je suis allé au téléphone. Je lui ai dit: «Vous m'appelez?» Il m'a
répondu: «Non! on m'a dit aussi que vous m'appeliez?» et c'était une
mystification.»

»M. Monis a-t-il voulu nous donner à croire qu'une conversation qui ne
pouvait être connue que de lui et de M. le procureur général sur un sujet
si grave, avait permis à je ne sais quel farceur d'intervenir?
(_Applaudissements au centre et à droite._)

»Sur ce mystère, pas un mot, pas un éclaircissement dans les conclusions
qui vous sont apportées et, dans ces conclusions, il n'est guère
davantage question du véritable scandale auquel nous avons tous assisté,
quand nous avons vu jusqu'à la dernière minute le ministère actuel faire
tous ses efforts, soit par des dénégations formelles, soit par un silence
obstiné, pour empêcher la vérité d'éclater devant la Chambre et le pays.
(_Applaudissements au centre et à droite._)

»Les ministres qui siègent à ce banc, par leur silence, par leurs
affirmations, jusqu'à la dernière heure ont voulu nous laisser entendre
qu'ils ne savaient rien du document Fabre, et cela, dans un moment où
véritablement une telle persistance à tromper le pays était, qu'ils me
permettent de le dire, puérile, n'avait plus l'excuse d'être un expédient
de Gouvernement pour éviter un scandale. A ce moment-là, de toutes parts
le scandale fusait, et ces dénégations obstinées, ce silence mensonger ne
pouvaient même pas obtenir de résultat. (_Applaudissements au centre et à
droite._)

»Mais ces conclusions, elles ne sont pas seulement incomplètes, elles
sont d'un bout à l'autre édulcorées et elles le sont par la méthode même
de travail que la commission a été amenée à employer.

»M. Jaurès avait établi un texte. Ce texte valait ce qu'il valait. A mon
avis, c'était une pensée minima. Mais enfin c'était une pensée logique;
c'était la pensée de M. Jaurès.

»Là-dessus, pendant une longue suite de jours, phrase par phrase, mot par
mot, chacun des commissaires s'est appliqué à modifier ce texte, à le
tirailler dans tous les sens et d'ailleurs à le tirailler dans le sens
que vous pouvez deviner d'après la composition de la majorité, de telle
manière que la commission a abouti à une dissertation politique qui ne
présente plus un rapport serré avec les faits qu'elle avait à définir,
mais seulement, tant bien que mal, arrive à vous fournir, comme dans un
miroir, l'image des commissaires. (_Applaudissements et rires au centre
et à droite._)

»J'ajoute que ces conclusions, édulcorées dans leur ensemble, le sont
gravement sur le point principal, à savoir sur l'entrevue de M. Monis
avec le procureur Fabre. D'une façon très nette et très certaine, pour
celui qui a entendu, pour celui qui a vu, pour celui qui a lu la
sténographie, pour celui qui réfléchit sur les événements, c'est bien un
ordre, accompagné de menaces, qui a pesé sur ce magistrat. Entré dans le
cabinet du ministre en homme qui avait toujours pris position, d'une
manière presque personnelle, très combative, contre Rochette, il en est
sorti avec sa volonté retournée. Comme on l'a déposé devant nous, dans
tout le Palais, on disait: ou bien le procureur général est devenu fou,
ou bien il a reçu de l'argent, ou bien il a reçu des ordres.

»Quand un homme se met dans une telle situation, il faut reconnaître
qu'il a subi une pression menaçante pour lui, ou bien il faut abandonner
ce principe général qu'il n'y a pas d'effet sans cause.
(_Applaudissements au centre et à droite._)

»Mais là, nous distinguons très bien pourquoi la commission ne voulait
pas entendre qu'il y eut ordre et menace. C'est que le fait de la menace
faisait tomber les ministres sous le coup de l'article 179 et qu'on
voulait ne pas aboutir à des poursuites. (_Applaudissements au centre et
à droite._)

»Pourquoi? Pourquoi la thèse du châtiment a-t-elle fait reculer les
commissaires? Pourquoi les mots que nous entendions, les situations que
nous examinions, ne produisaient-ils pas les mêmes effets dans nos
esprits? Pourquoi ne réagissions-nous pas, tous, de la même manière?

»Il est aisé de s'en rendre compte.

»Il y avait parmi nous des hommes attachés, liés, dominés, commandés par
leurs amitiés, par leur fidélité dans le malheur. Sur ceux-là, je ne
ferai aucun commentaire. D'autres jugeaient que M. Caillaux, en se
faisant l'interprète du désir d'un avocat son ami, Me Maurice Bernard,
avait voulu être obligeant, avait donné un témoignage de bienveillance
naturelle, une preuve de camaraderie, que M. Monis, d'autre part, en
cédant au désir de M. Caillaux, était entré dans le même esprit de
bienveillance, de camaraderie, de facilité. On semblait autour de moi
trouver qu'il est tout naturel à des ministres, pour satisfaire des amis,
de fausser le mécanisme de la justice en faveur du plus notoire des
escrocs. Dans une telle conception, aux yeux de nos commissaires, les
grands coupables, ce sont les Briand et les Barthou; ce sont eux les
méchants qui s'acharnent sur ces hommes véritablement bons et tombés dans
l'embarras à cause de leur bonté même, les Caillaux et les Monis.
(_Applaudissements et rires au centre et à droite._)

»Facilitons-nous la vie aux uns les autres, voilà le sentiment qui
dominait les esprits dans la commission (_Applaudissements et rires sur
les mêmes bancs_), et cela s'accorde avec la définition qu'Anatole France
donne de notre régime quand il écrit: «C'est le régime de la facilité.»
(_Sourires à droite._)

»Cet état d'esprit de ceux qui veulent l'acquittement, ce renversement de
la morale, c'est un mal bien connu, analogue à celui qui sévit dans les
grandes agglomérations de malades et qu'on appelle la pourriture des
hôpitaux, c'est la pourriture des assemblées. (_Applaudissements à
droite._)

»La Chambre est-elle atteinte de cette pourriture des assemblées, de
cette maladie qui se gagne par les poignées de main? C'est ce que votre
vote aura à décider.

»Le problème n'est pas un problème restreint, médiocre, vous n'aurez pas
à juger des défaillances individuelles; vous aurez à vous prononcer et à
dire si vous acceptez la défaillance même du régime.

»Je parle du corps parlementaire et je diagnostique sur lui une maladie.
Cette maladie, elle se révèle d'ailleurs d'une manière évidente pour tous
ceux qui connaissent cette Assemblée depuis un certain nombre d'années.

»J'en appelle à l'expérience de tous les anciens et à ceux qui veulent
réfléchir sur le passé le plus récent de notre Parlement. J'ai ici des
souvenirs qui datent déjà de vingt-cinq années.

»Il y a vingt-cinq années, c'était tout autre chose qu'aujourd'hui, il y
avait des partis constitués à l'intérieur du Parlement, et je parle
surtout de ces bancs où se trouve cette majorité nombreuse de laquelle
sortent les chefs qu'elle suit successivement dans les directions les
plus variées. (_Rires et applaudissements à droite._)

»Autrefois les partis affichaient hardiment des doctrines; il y avait des
programmes politiques, programmes immédiats et à plus longue échéance.
Les partis étaient raccordés dans le pays à des hommes qui, sans
s'occuper étroitement de politique, étaient en accord avec les chefs
parlementaires par un ensemble de conceptions philosophiques. Ces idées
et ces sentiments, ces principes et ces aspirations en commun donnaient à
l'activité quotidienne des partis une certaine noblesse et de l'unité.

»Mais aujourd'hui, que voyons-nous sur ces bancs de la majorité? Nous
voyons des combinaisons momentanées. Nous voyons des hommes autour
desquels se groupent un plus ou moins grand nombre de députés pour des
opérations déterminées, à échéance limitée. Il se passe ici quelque chose
d'analogue à ce que l'on voit dans le monde financier, où l'on dit
couramment: un tel et son groupe; où l'on dit couramment: un tel marche
avec un tel; où l'on peut très bien voir, quelques semaines après, le
même individu se détacher, faire une autre opération à échéance limitée,
marcher avec un autre chef.»

_M. Marcel Sembat._--«C'est tout à fait juste!»

_M. Charles Benoist._--«C'est du condottiérisme politique!»

_M. Maurice Barrès._--«Au lieu de partis fixes ayant des conceptions
précises, vous avez des groupements d'intérêts, et comme ces groupements
ne sont pas clairs, comme ils ne sont pas en accord avec une vérité
profonde, comme ils n'ont pas un caractère historique, ils ne se relient
dans le pays qu'à d'autres groupements d'intérêts, à des cercles où
entrent des hommes qui comptent, moyennant qu'ils accusent leur bonne
volonté à ces chefs momentanés, obtenir des décorations, des faveurs.
(_Applaudissements au centre et à droite._)

»Et souvent, dans cette disparition des anciens partis, ces groupes
mobiles de députés sont raccordés étroitement aux groupes financiers du
dehors auxquels je viens de vous dire qu'ils ressemblent.

»Ici nous touchons au dernier degré de la pourriture parlementaire.

»Messieurs, il dépend de nous tous de remédier à cet état de choses, il
dépend surtout de nous tous de nous affirmer, dès aujourd'hui, contre un
état, ou, si vous croyez que j'exagère, contre un danger qui est
pressant...

»J'entends un collègue qui parle de vertu... Vous vous méprenez
singulièrement sur le sens de ce que je vous dis. J'essaye, en termes
raccourcis, de vous indiquer l'historique du Parlement dans notre pays
depuis quelques années. C'est un autre problème de venir ici parler au
nom de la vertu: ce n'est pas la tâche que j'ai entreprise. Je vous dis
que j'ai connu, que nous avons tous connu, il y a un certain nombre
d'années, un Parlement organisé en partis, ayant des vues déterminées.»

_M. Franklin-Bouillon._--«Permettez-moi, monsieur Barrès, de vous
demander si vous êtes bien d'accord avec vous-même? Ce Parlement si bien
organisé, dites-vous, autrefois, vous l'attaquiez de la même façon à
cette époque, au nom du boulangisme. Comment pouvez-vous en faire l'éloge
rétrospectif aujourd'hui?»

_M. Jules Delahaye._--« Mais le boulangisme, c'était une réaction contre
la pourriture parlementaire!»

_M. Maurice Barrès._--«Monsieur Franklin-Bouillon, le boulangiste que
j'ai été adressait au système parlementaire des critiques que
l'expérience a justifiées. Dans le système parlementaire, les
inconvénients et le danger augmentent à mesure qu'au lieu d'être
solidement organisés les partis se dissolvent en groupes comme nous
voyons à cette heure. (_Très bien! très bien! sur divers bancs au centre
et à droite_).

«Le moyen de nous dégager de cette liquéfaction, de rompre ces liens
malsains créés dans l'intérieur des groupes et qui vous mèneraient à
l'indulgence pour ce qui ne peut pas mériter l'indulgence, c'est de ne
considérer que l'intérêt général, que l'intérêt national.

«La même disparition des partis se manifeste dans le pays et, pour parler
d'un terrain que je connais mieux, pour parler de Paris où j'ai quelque
connaissance de la politique et où je prie ceux qui en ont plus que moi
l'expérience de contrôler ce que j'en affirme, je dis que dans Paris, si
l'on met à part le parti socialiste et le monde catholique, qui ont,
chacun à leur manière, leur organisation, les autres partis sont tout
désorganisés, qu'ils ne sont que de minces groupements, des cadres sans
grande force, sans grande solidité, mais que de plus en plus, dans cette
masse se dégage un sentiment qui fait l'union: le désir de voir juger
toutes choses non du point de vue d'un clan, d'une coterie (les partis ne
sont plus que cela) mais du point de vue de l'intérêt national.
(_Applaudissements au centre et à droite._)

«Inspirez-vous de ces vues. Dans le vote que je vous demande d'émettre
aujourd'hui, en repoussant les conclusions de la commission, en ne vous
prêtant pas à cette excessive indulgence, en déférant les coupables à la
justice, il s'agit de mettre le bien public au-dessus de tous ces groupes
incertains. En réclamant des sanctions pénales contre des ministres
coupables d'avoir entravé par ordres et menaces l'action régulière de la
justice qui poursuivait un escroc, c'est l'intérêt national que je vous
demande de mettre au-dessus d'une camaraderie et au-dessus de ces luttes
de groupes où les petits papiers remplacent les programmes, et dont les
chefs se poursuivent dans l'ombre avec des poignards à la main. (_Très
bien! très bien! au centre et à droite._)

»Faites une besogne de salubrité publique en frappant les deux ministres
coupables.» (_Vifs applaudissements au centre et à droite._)

_M. Bedouce._--«Tous les coupables, non pas deux.» (_Applaudissements à
l'extrême-gauche._)

_M. Maurice Barrès._--«Je n'en connais que deux.»



IX

LA CLEF DES CHAMPS

(SUITE DU DÉBAT SUR LES CONCLUSIONS DE LA COMMISSION).


    (_Écrit le 4 avril 1914._)

Comme j'avais raison de leur dire, à ces radicaux, qu'ils ne sont plus un
parti organisé, hiérarchisé! Déjà, dans la Commission, je les avais vus
animés, dirigés, sauvés par la seule pensée de Jaurès, tout incapables
par eux-mêmes de trouver la voie et les moyens, la formule pour sauver
leurs chefs Caillaux et Monis. Au cours de cette séance, leur débandade
de moutons affolés était telle qu'en écoutant ce Briand, si détesté
l'avant-veille, ils se disaient entre eux: «Il a figure de chef.
Puisqu'aussi bien Caillaux est mort, pourquoi ne prendrions-nous pas
celui-ci pour régner sur nous?»

Dans leur affolement, ils auraient passé sur le ventre de leur ancien
berger Monis, et même de Caillaux. Ils ne pensaient qu'à fuir l'abattoir
électoral. Et certainement, en fin de journée, ils s'en seraient allés
piquer une tête dans la rivière, s'ils n'avaient eu, les pauvres, pour
les ramener, pour les rallier, MM. Jaurès et Sembat, ces loups devenus
bergers.

Ce fut Sembat qui, juste après mon discours, fit la sonnerie au drapeau
radical. Depuis une demi-heure nous l'écoutions sans trop le comprendre,
en dépit de ses phrases si nettes. Où voulait-il en venir? Il réclamait
la répression et, tout à la fois, blaguait les justiciers. Soudain, il se
saisit de l'argument déjà fourbi à la Commission par Jaurès:

--Si Caillaux avait suivi, comme ministre des Finances, une autre
politique et soutenu moins vigoureusement ses projets financiers, il
n'aurait pas eu à subir la même campagne de moralité; jamais le document
Fabre n'aurait paru.

Mais ces socialistes qui veulent sauver le radicalisme dans la personne
de MM. Monis et Caillaux veulent surtout mettre à mal «le modérantisme»
dans la personne de MM. Briand et Barthou,--Barthou plus qu'aucun autre.

Et eux, les deux hommes en danger, ils sont là, l'un et l'autre, tout
prêts à faire face. Sitôt leurs noms prononcés, ils réclament la parole.

Briand d'abord, et qui s'en tire avec une maëstria dont les amateurs, du
plus grand au plus petit, demeurent bouche bée. Les troupes
radicalo-socialistes se consolent en pensant qu'elles vont se rattraper
sur Barthou. Il y a toujours cette diable d'histoire du document qu'il a
pris pour empêcher qu'un autre ne le prenne! Mais ce grief, qui leur
paraît si énorme en l'absence de Barthou, sitôt qu'ils sont devant lui
ils ne savent plus le formuler. Il leur explique bien en face son bon
droit, sans qu'ils trouvent le défaut de la cuirasse. Et encore
s'abstient-il, bien à tort selon moi, de leur offrir son meilleur
argument, à savoir qu'il a agi dans l'intérêt général. Ah! Barthou à la
tribune, c'est un bon petit Béarnais qui sait gaillardement défendre ses
mollets contre les chiens qui veulent en tâter.

Et puis, quoi! nous n'oublions pas que c'est lui qui a fait triompher la
loi de trois ans.

Au terme de cette excédante discussion, dans l'atmosphère empestée et
surchauffée de la séance de nuit, le vendredi soir, Jaurès, président de
la commission d'enquête, entra en bataille avec toute l'artillerie des
arguments de sa cause. Ivre de fatigue et du prodigieux effort qu'il
vient de fournir, le sang à la tête, n'en criant que plus fort, se
livrant éperdument à ses inventions d'images, il exposa autour de la
tribune, comme six prisonniers enchaînés, MM. Caillaux, Monis, Barthou,
Briand, Fabre et Bidault de l'Isle, et après avoir commis l'injustice de
ce pilori, où les plus coupables et les plus innocents étaient
indignement confondus, il se donna les airs du plus scrupuleux des juges,
qui ne trouvait dans le Code aucune sanction pénale contre les faits
incriminés.

--Aucune sanction, M. Jaurès! Mais je viens de vous le dire tout à
l'heure, à la tribune, il y a l'article 179 du Code pénal qui s'applique
comme un gant à vos amis.

Sembat, comme Jaurès, repousse l'idée de déférer MM. Monis et Caillaux
aux tribunaux ordinaires. Mais il accepterait volontiers l'idée de les
traduire devant une Haute-Cour. (Le bon apôtre! Je vois d'ici le tableau;
elle ne retiendrait que Barthou.)

Je ne pus me contenir:

--Ah! non, m'écriai-je, j'ai vu trop d'honnêtes gens en Haute-Cour, je
n'y enverrai pas ceux-là!

Et, ma foi, je suis sûr qu'à ce moment de grandes et nobles figures
passèrent devant tous les esprits.

       *       *       *       *       *

Vers minuit, la plus étrange opération fut tentée. Un être bizarre, tout
pareil à un œuf d'autruche piqué de quelques poils, le député de la
circonscription où se trouve Pégomas--et naturellement ses amis
l'appellent avec bonne humeur le bandit de Pégomas--parut à la tribune.
Son premier geste fut de porter son pouce à ses lèvres, et, levant le
coude, il fit entendre clairement à l'huissier qu'il désirait vider un
verre. L'échanson de la tribune obtempéra à son désir légitime. Il but et
commença de lire trois, quatre articles de vieux journaux, avec une telle
mimique que tous nous crûmes que c'était un divertissement, une entrée de
clowns, et l'on se mit à rire. «Ne riez pas, me dit un voisin avec un
grand sérieux: il est sorti premier de l'École normale! Mais, soudain,
l'on s'aperçut que le bizarre personnage avait un couteau à la main:

«--Ce que je viens de vous lire, déclara-t-il, c'est un jugement rendu
contre M. Jules Delahaye et qui m'empêche de le suivre dans son œuvre de
justicier.»

En quatre mots, Delahaye remet toutes choses au point:

«--Depuis dix ans, chaque matin, des lettres me menacent de révélations.
Les voilà donc! J'ai toujours sur moi l'arrêt en bonne et due forme qui a
cassé ce jugement. Regardez-le! Ah! si j'avais quelque chose à me
reprocher, les divers gouvernements que j'ai tous attaqués n'auraient pas
attendu aujourd'hui pour me briser les reins!»

Et le citoyen de Pégomas, cette figure de minuit pareille à celle de
quelque docteur Plume ou de quelque professeur Goudron sorti des rêves
d'Edgar Poë, de s'excuser, de s'incliner, de ne pas s'expliquer et de
s'évanouir dans la foule comme une buée sur le cloaque.

Mais qui donc avait mis ce couteau de carton aux mains de cet
extravagant?

       *       *       *       *       *

Vers deux heures du matin, à la faveur des ténèbres amoncelées dans le
cirque par les discussions confuses autour des ordres du jour, les six
captifs, innocents et coupables, prirent lestement la clef des champs.

Briand, en tête, comme dans un fauteuil, correct, grave, paisible, la
redingote impeccable, seulement la voix un peu éraillée.

Barthou, plus pâle, tiraillé, harcelé par la meute, de bonne humeur
quand même, par nature et par volonté courageuse, courait pour le
rejoindre et le rejoignait.

Loin derrière, Caillaux, dépouillé de toutes ses présidences, soutenu
pourtant par quelques fidèles et surtout par les socialistes.

Et Monis? Vraiment Monis s'en est tiré? On l'avait laissé pour mort dans
le fossé de la route. Il s'est relevé dans l'ombre, paraît-il. Mais je le
crois malade.

Qu'ils soient courants ou gisants, MM. Monis et Caillaux, ce n'est point
l'intérêt de cette affaire. Elle vaut pour nous montrer toute la
ménagerie en action. Elle vaut surtout comme un trait de lumière qui nous
fait voir comment nous sommes gouvernés, par des hommes qui ne croient
plus au parlementarisme et qui le suppléent par des expédients illégaux,
voire criminels.

Il n'y a pas de loi en France contre les ministres coupables. C'est ce
que vient de proclamer et de voter la Chambre. C'est le sens, la moralité
de cette longue discussion et de l'ordre du jour où vient d'aboutir la
majorité.

Cette majorité radicale-socialiste peut être satisfaite. Elle triomphe.
Le ministère n'est même pas tombé, mais il y a une plus grande ruine
suspendue au-dessus de nos têtes: l'énorme masse du système parlementaire
qu'un souffle peut jeter par terre.



TABLE DES MATIÈRES


                                               Pages

             INTRODUCTION                          3



    Deux maîtres, deux esclaves                    7

              II

    Monsieur X                                    21

             III

    Les frères ennemis                            31

              IV

    Les trois fils de la louve                    47

               V

    Les animaux malades de la peste               59

              VI

    La fin du cinéma                              71

             VII

    Je demande des poursuites                     83

            VIII

    La pourriture des Assemblées                  89

              IX

    La clef des champs                           107


    IMPRIMERIE CHAIX. RUE BERGÈRE, 20, PARIS.--7442-4-14.



OEUVRES DE MAURICE BARRÈS

Collection à 3 fr. 50 c.

    LE CULTE DU MOI

    * SOUS L'OEIL DES BARBARES                                1 vol.
    ** UN HOMME LIBRE                                         1 vol.
    *** LE JARDIN DE BÉRÉNICE                                 1 vol.


    LE ROMAN DE L'ÉNERGIE NATIONALE

    * LES DÉRACINÉS                                           1 vol.
    ** L'APPEL AU SOLDAT                                      1 vol.
    *** LEURS FIGURES                                         1 vol.


    LES BASTIONS DE L'EST

    * AU SERVICE DE L'ALLEMAGNE                               1 vol.
    ** COLETTE BAUDOCHE, histoire d'une jeune fille de Metz.  1 vol.

    L'ENNEMI DES LOIS                                         1 vol.
    DU SANG, DE LA VOLUPTÉ ET DE LA MORT                      1 vol.
    AMORI ET DOLORI SACRUM (_La Mort de Venise_)              1 vol.
    LES AMITIÉS FRANÇAISES                                    1 vol.
    SCÈNES ET DOCTRINES DU NATIONALISME                       1 vol.
    LE VOYAGE DE SPARTE                                       1 vol.
    GRECO OU LE SECRET DE TOLÈDE                              1 vol.
    LA COLLINE INSPIRÉE                                       1 vol.
    HUIT JOURS CHEZ M. RENAN  1 vol.
    LA GRANDE PITIÉ DES ÉGLISES DE FRANCE                     1 vol.

    ADIEU A MORÉAS. Une brochure                          Prix 1 fr.
    UN DISCOURS A METZ (15 août 1911). Une brochure       Prix 1 fr.


_Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation réservés
       pour tous pays. Copyright by Émile-Paul frères, 1914._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dans le cloaque - Notes d'un membre de la Commission d'enquête sur l'affaire Rochette" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home