Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Tome 3)
Author: Saint-Victor, J. B. de (Jacques-Benjamin)
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Tome 3)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  TABLEAU
  HISTORIQUE ET PITTORESQUE
  DE PARIS,

  DEPUIS LES GAULOIS JUSQU'À NOS JOURS.


  Dédié au Roi
  Par J. B. de Saint-Victor


  _Seconde Édition_,
  REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE.

  TOME SECOND.--PREMIÈRE PARTIE.


                       _Miratur molem..... Magalia quondam._
                                                  ÆNEID., lib. 1.



  PARIS,
  À LA LIBRAIRIE CLASSIQUE ÉLÉMENTAIRE,
  CHEZ LESAGE, RUE DU PAON, Nº 8.

  M DCCC XXII.



TABLEAU

HISTORIQUE ET PITTORESQUE

DE PARIS.



IMPRIMERIE DE COSSON, RUE GARANCIÈRE, Nº 5.



QUARTIER MONTMARTRE.

     Ce quartier est borné à l'orient par les rues Poissonnière et du
     Faubourg-Poissonnière exclusivement jusqu'aux barrières; au
     septentrion, par l'extrémité des faubourgs inclusivement; à
     l'occident, par les rues de l'Arcade et du Rocher, jusqu'à la
     barrière de Mouceaux; au midi, par la rue
     Neuve-des-Petits-Champs, la place des Victoires, et par les rues
     des Fossés-Montmartre et Neuve-Saint-Eustache aussi
     inclusivement.

     On y comptoit, en 1789, soixante-dix-huit rues, trois
     culs-de-sac, une église paroissiale, deux chapelles, deux
     couvents d'hommes, deux couvents et une communauté de filles,
     deux places, une salle de spectacle et une bibliothèque publique.


PARIS SOUS LA RÉGENCE DE CHARLES DAUPHIN, SOUS CHARLES V ET CHARLES VI.

La régence du dauphin, depuis Charles V, et le règne de Charles VI, sous
lesquels on éleva l'enceinte qui, du côté oriental, traversoit une petite
portion de ce quartier[1], sont mémorables par les grands événements qui
se passèrent alors dans Paris.

          [Note 1: Elle étoit bâtie sur l'emplacement où sont la rue des
          Fossés-Montmartre et la place des Victoires: c'étoit la seule
          partie du quartier Montmartre qui existât alors.]

Pour bien faire comprendre ces événements, il est nécessaire que nous
revenions encore sur les premiers temps de la monarchie, et que nous
ajoutions quelques traits au tableau que nous avons déjà tracé de la
situation politique des premiers Capétiens.

Nous avons fait voir, dans le volume précédent, quel fut en France le
gouvernement monarchique sous les deux premières races, où il continua de
demeurer tel que les barbares du Nord l'avoient apporté du sein de leurs
forêts; et le miracle de son existence, au milieu de tant de causes de
destruction dont il étoit comme assailli de toutes parts, n'a pu être
expliqué que par l'influence toujours croissante de la religion
chrétienne, seul principe d'unité qui pût maintenir entre elles tant de
parties incohérentes d'un tout aussi mal constitué. Nous avons en même
temps montré que ces deux races de rois tombèrent l'une après l'autre par
des causes absolument semblables, par la foiblesse et la lâcheté de leurs
derniers princes; le courage et la force étant alors la première
condition, une condition indispensable pour acquérir un trône et pour le
conserver; et l'histoire de la chute des enfants de Charlemagne nous a
rappelé, dans toutes ses circonstances essentielles, celle des rois
francs, descendants de Clovis[2]. Toutefois si la catastrophe fut la même
pour l'une et l'autre famille, les résultats de ces deux grandes
infortunes furent bien différents pour l'État. L'heureuse institution des
maires du palais, qui substituoit presque toujours, dans l'administration
de l'empire, un ministre vigoureux à un prince dégénéré, contribua à
sauver la monarchie, au moment où disparoissoit la première race de nos
rois; rien alors ne fut changé dans les rapports qui unissoient la nation
à son chef politique; et Charlemagne, succédant aux droits des
Mérovingiens, régna au même titre que Clovis, avec le même degré de
puissance et les mêmes attributions. Il n'en fut pas de même sous sa
propre race: tous ces rois qui vinrent après lui, si peu capables de
soutenir le trône, au milieu des dangers toujours croissants dont il étoit
entouré, étant demeurés entièrement abandonnés à eux-mêmes, les vices d'un
système politique si imparfait se développèrent aussitôt avec une
effrayante rapidité: la division se mit nécessairement, nous dirions
presque _naturellement_ partout; et la société parut rétrograder jusqu'au
gouvernement domestique des simples peuplades. Ce fut dans ce danger
imminent d'une dissolution entière du corps social, que la puissance
spirituelle devint prépondérante dans l'État, toutes les classes de la
société s'empressant de s'y soumettre, se réfugiant en quelque sorte sous
l'abri de son autorité, par l'instinct de la conservation[3], et par une
de ces inspirations secrètes de la Providence qui seule décide du salut et
de la perte des nations, et les conduit, par des voies admirables et qui
nous sont inconnues, au but que ses décrets leur ont marqué. Que l'Église
ait alors sauvé l'État, qu'elle ait empêché cette belle France de devenir
un champ de carnage et de destruction, et comme un vaste repaire de
soldats farouches, sans cesse armés les uns contre les autres et se
faisant une guerre d'extermination, c'est ce qui est palpable en quelque
sorte pour tous les bons esprits, pour tous ceux qui considèrent d'un oeil
attentif les événements de cette époque mémorable, et qui, pour les bien
juger, s'affranchissent de toute passion et de tout préjugé.

          [Note 2: _Voyez_ t. I, p. 484, 2e partie.]

          [Note 3: _Voyez_ t. I, p. 336, 1re partie.]

Il est remarquable que ce fut contre le voeu de la haute noblesse et des
vassaux les plus puissants, que la race de Charlemagne monta sur le
trône[4], tandis que ce furent ces grands vassaux eux-mêmes qui donnèrent
la couronne à Hugues-Capet. C'est qu'au degré d'indépendance où ils
étoient parvenus vers la fin de la seconde race, un chef choisi par eux et
dans leurs rangs n'avoit rien qui pût le leur rendre redoutable, en même
temps qu'il rendoit légitime tout ce qu'ils avoient usurpé. Nous avons vu
que le premier des Capets reçut la couronne de France aux conditions
auxquelles il leur avoit plu de la lui donner; qu'entouré de quelques
stériles marques d'honneurs, il vécut presque isolé dans sa petite
souveraineté, au milieu de cette agrégation de petits souverains, toujours
indépendants, souvent en révolte ouverte contre lui; et que ses premiers
successeurs demeurèrent comme lui dans cet état de foiblesse et
d'obscurité. Comment leurs descendants trouvèrent-ils le moyen d'en
sortir? Comment dans cette situation qui sembloit, pour ainsi dire,
désespérée, qui les mettoit, en apparence, si fort au-dessous des deux
races qui les avoient précédées, parvinrent-ils à une puissance
incomparablement plus grande et surtout plus solide et plus durable? C'est
ce qu'il convient d'examiner.

          [Note 4: _Ibid._ p. 489, 2e partie.]

Deux causes principales y contribuèrent; et, chose singulière, c'est dans
la foiblesse même de ces princes qu'elles prirent naissance et que s'en
développèrent les premiers effets. Nous avons déjà indiqué la première:
ce fut la cessation du _plaid général_ ou _assemblée de la nation_[5], qui
n'étoit autre chose, sous les deux premières races, qu'une espèce de
confédération de la noblesse entière contre la puissance du monarque, que
chaque année ses lois et ses décrets faisoient rentrer dans les limites
qu'elle lui avoit tracées, dès qu'il avoit fait quelques tentatives pour
en sortir. Ces assemblées tombèrent en désuétude, parce que l'intérêt
général, qui les avoit établies et maintenues, disparut devant un nombre
infini d'intérêts particuliers que le malheur des temps et l'usurpation
avoit créés et mis à sa place. Le plaid général qui limitoit la puissance
des rois mettoit aussi des bornes à celle des vassaux: les seigneurs
cessèrent de s'y rendre, parce qu'il s'y faisoit appellation de leurs
justices particulières, dont ils avoient fait, à la fin de la seconde
race, des justices souveraines; parce que les lois générales qui s'y
faisoient, supposoient, par une conséquence inévitable, une administration
générale dont nul autre que le roi ne pouvoit être dépositaire, à laquelle
il ne leur convenoit plus de demeurer soumis, que même ils ne vouloient
plus absolument reconnoître. Ainsi, par un effet contraire, la puissance
extraordinaire et illégale qu'ils s'étoient arrogée, les isolant les uns
des autres, contribuoit à les affoiblir: car, dès ce moment, et par des
degrés d'abord insensibles, mais dont l'accroissement devint plus rapide,
à mesure que tant d'autres circonstances eurent accru la puissance du roi
comme seigneur féodal, son _plaid particulier_ prit la place du _plaid
général_, et devint la source de toute législation, comme il l'avoit été
de toute justice. Alors tous les vassaux inférieurs, toute la population
des villes, tout ce qui ne fut pas sous la dépendance immédiate des grands
vassaux, devint dépendant du roi, sous tous les rapports qui constituent
la vraie monarchie; et jusqu'à un certain point, les princes de la
troisième races surent en profiter.

          [Note 5: _Voyez_ t. I, p. 144, 1re partie.]

Voilà ce qui accrut leur puissance. Ce qui la consolida, ce fut l'ordre
nouveau de succession qui s'établit dans la famille royale, l'hérédité de
la couronne devenant le partage exclusif de l'aîné des fils du roi, ou de
tout autre prince qui représentoit cet aîné. Il n'est peut-être pas un
seul de nos historiens qui, à l'occasion de cette disposition nouvelle,
devenue par la suite loi fondamentale de l'État, n'ait admiré la politique
profonde des premiers Capets qui avoient su l'établir. Il falloit admirer
la Providence divine qui avoit arrêté que la France deviendroit un grand
et puissant royaume et le premier de la chrétienté, et non les vues
prévoyantes de ces princes dont la puissance étoit trop bornée et trop
précaire pour qu'il leur fût possible de rien arranger dans l'avenir au
profit de leurs descendants. Et en effet, qu'étoit-ce que le partage de la
succession royale sous les deux premières races, sinon le partage du
domaine de la famille, domaine alors immense, et répandu dans toutes les
parties du royaume[6]; et comment les comtes de Paris, devenus rois,
auroient-ils pu partager leur petit comté, de manière à laisser plusieurs
rois après eux? Ils pouvoient encore moins créer pour telles ou telles
provinces des rois sans territoire, qui n'y auroient point été reconnus,
et que le seigneur suzerain du canton eût sans doute fait citer à sa cour
de justice, pour qu'ils eussent à sortir sans délai des terres de sa
dépendance. Il n'y eut donc qu'un seul héritier[7], parce qu'il n'y avoit
qu'un seul domaine indivisible, et que par conséquent il étoit impossible
que la succession fût partagée; et ce qui ne fut que le résultat de
quelques circonstances particulières à la troisième race, circonstances
que ses premiers rois considérèrent sans doute comme très-défavorables
pour eux, devint, dans la suite, la sûreté de cette race, et le gage le
plus sûr de sa splendeur et de sa prospérité.

          [Note 6: T. I, p. 62, 1re partie.]

          [Note 7: Hugues Capet n'eût pu diviser le royaume entre
          plusieurs fils, quand bien même il l'auroit voulu, puisqu'il
          n'en eut qu'un seul, Henri Ier; et les intrigues de Constance,
          femme de Robert, pour porter ce prince à donner la couronne à
          son fils cadet au préjudice de l'aîné, prouvent que le droit
          d'aînesse dans la succession au pouvoir royal n'étoit point
          encore, sous ce dernier prince, irrévocablement établi.]

Et ce qui prouve que dans cette désignation de l'aîné de leur fils pour
leur succéder au trône, ces princes ne suivirent que la loi de la
nécessité et non pas celle que devoit leur tracer une saine politique,
c'est qu'au moment même où des circonstances plus heureuses eurent accru
le domaine royal (et ce fut à Philippe-Auguste qu'il dut cet accroissement
considérable, qui sembloit devoir fixer à jamais les nobles destinées des
rois de France) le successeur de ce prince[8] se hâta de partager entre
ses enfants les provinces nouvellement conquises au profit de la
monarchie, renouvelant ainsi en leur faveur les partages funestes qui
avoient amené la ruine des deux premières races; et il est très-probable
que s'il ne leur donna pas à tous le titre de roi, c'est que la coutume
de l'indivisibilité de la succession au trône avoit déjà pris force de
loi; et que d'ailleurs, nous le répétons, les grands vassaux, maîtres
absolus chez eux, n'eussent point souffert cette multiplicité de
souverains.

          [Note 8: Louis VIII (_Voyez_ t. I, p. 693, 2e partie). Ce ne fut
          que sous Philippe-le-Hardi que la loi des apanages commença
          d'être en vigueur, loi trop tardive, qui mit sans doute un terme
          aux démembrements que chaque règne apportoit au domaine de la
          couronne, mais qui ne put réparer le mal déjà fait, et empêcher
          que la propriété entière des provinces données par les
          prédécesseurs de ce prince à leurs fils cadets, ne se perpétuât
          dans les diverses branches de la famille royale, cette hérédité
          ayant lieu suivant la ligne directe de descendance, et sans
          distinction de mâles et de femelles.

          L'apanage au contraire devint une espèce de majorat ou de
          substitution, et dut ainsi, à défaut d'héritiers, revenir au
          domaine de la couronne.]

Si l'on suit attentivement la marche de ces premiers Capétiens, on n'y
voit qu'un dessein assez constamment suivi et qui semble avoir été tout le
fond de leur politique: ce fut de chercher dans le peuple un appui contre
la noblesse; ce qu'ils firent, comme nous l'avons déjà dit, par le soin
qu'ils eurent, en faisant rentrer les communes sous leur juridiction, de
leur accorder de nouveaux priviléges[9], surtout par l'importance qu'ils
donnèrent aux bourgeois de Paris, qui devoient si étrangement abuser de
ces faveurs extraordinaires et de ces concessions imprudentes. Ce fut une
faute très-grave, qui eut les plus funestes conséquences pour la
monarchie, et d'autant plus funestes qu'en même temps que ces princes
mettoient tous leurs soins à élever le peuple et à abaisser les grands,
ils combattoient de toutes leurs forces l'influence si naturelle, si
légitime et surtout si salutaire de la puissance spirituelle, de cette
puissance qui déjà avoit été le salut de la France, qui seule encore
pouvoit offrir à la puissance politique un véritable appui. Dans cette
situation précaire où il avoit plu aux rois capétiens de se placer, entre
des nobles factieux et des plébéiens indociles, il ne paroît pas qu'aucun
d'eux, à aucune époque, ait entièrement compris quel immense secours il en
pouvoit tirer, et qu'une société chrétienne se trouvoit en contradiction
avec elle-même, si la puissance temporelle n'y étoit, même sous certains
rapports qui semblent aux esprits vulgaires purement politiques, soumise
aux décisions de cette puissance universelle, instituée par Dieu même pour
être la règle suprême de la société entière des fidèles, et pour tout
ramener sans cesse à sa sublime unité. Saint Louis n'est pas lui-même
exempt sur ce sujet de quelques reproches. Mais ce furent surtout les
démêlés violents et scandaleux de Philippe-le-Bel avec le pape Boniface
VIII, démêlés dans lesquels tous les torts étoient évidemment du côté du
monarque françois, qui commencèrent à porter atteinte au respect religieux
dont les peuples jusqu'alors avoient été pénétrés pour le vicaire de
Jésus-Christ. Le séjour forcé de plusieurs papes en France et le grand
schisme d'Occident, plus fatal à la religion que tout le reste, accrurent
encore cette disposition fâcheuse, et les premiers symptômes de la
dissolution sociale ne tardèrent point à se manifester. Ces considérations
si importantes recevront plus tard leur développement: il suffit de les
indiquer ici pour bien faire comprendre la suite des événements.

          [Note 9: _Voyez_ t. I, p. 685 et seqq., 2e partie.]

Nous avons expliqué comment les successeurs de Hugues Capet sortirent peu
à peu de cet état de foiblesse extrême où le chef de leur race avoit été
réduit, quels moyens ils surent employer pour y parvenir, quelles
circonstances heureuses les favorisèrent. Les victoires si éclatantes et
si décisives de Philippe-Auguste firent une impression profonde sur les
grands vassaux, qui, jusqu'alors, ne sembloient point avoir compris
eux-mêmes le danger de leur position, ni ce que le pouvoir royal tiroit de
force de l'isolement dans lequel chacun d'eux s'étoit placé, ainsi que du
caractère nouveau qui lui avoit été donné. Nous avons vu que les plus
puissants d'entre eux renouvelèrent leurs confédérations, non plus pour
former, comme dans les temps anciens, une assemblée nationale qui pût
légalement arrêter les empiétements du monarque sur leurs droits et
priviléges, mais pour créer des ligues et machiner des complots contre
lui, se faisant ainsi ses ennemis parce qu'ils commençoient à redouter
qu'il ne devînt leur maître. Sous la régence de Blanche et sous le règne
mémorable de saint Louis, ils furent contenus; et nous avons déjà dit
pourquoi, dans ces premiers âges de la monarchie, les princes courageux et
d'un grand caractère étoient presque toujours sûrs de triompher dans
cette lutte sans cesse renaissante; mais, sous des règnes plus foibles,
une faute déjà commise et qui ne pouvoit être réparée, rendit à ces
vassaux indociles et orgueilleux tous les avantages qu'ils avoient perdus.

On devine sans doute quelle est cette faute irréparable dont nous voulons
parler: le mariage de Louis-le-Jeune avec Éléonore de Guyenne avoit réuni
à la couronne deux des plus belles provinces de France; son divorce, plus
fatal que vingt défaites, en rendit possesseurs les rois d'Angleterre, et
établit dans le sein même de ce beau royaume une puissance rivale de celle
de ses propres rois, et revêtue comme elle d'un caractère sacré et
inviolable. Les monarques anglois, devenus ainsi vassaux des rois de
France, et ne supportant qu'avec impatience le joug d'un vasselage si
humiliant pour des têtes couronnées, se firent à l'égard de ceux-ci une
politique conforme à leurs nouveaux intérêts, c'est-à-dire que, décidés à
secouer ce joug insupportable, et incapables d'y jamais parvenir, s'ils
demeuroient livrés à leurs propres forces, ils se firent le point d'appui
formidable de tout vassal qui voulut se révolter. La politique de nos
princes devoit être, à son tour, de ne point prendre de repos que ces
dangereux ennemis ne fussent entièrement chassés de France. Il est
probable que Louis VIII et Louis IX eussent pu mettre fin à cette grande
entreprise, pendant le long règne de Henri III, s'ils en eussent senti
toutes les conséquences: ils ne le firent point, et ce foible règne
s'étant prolongé jusque sous celui de Philippe-le-Hardi, la cour de France
continua à ne point s'inquiéter.

Édouard Ier, prince actif et valeureux, lui prouva bientôt, sous
Philippe-le-Bel, combien elle avoit eu tort de se tranquilliser sur un
semblable voisinage: une lutte opiniâtre et continuelle s'engagea entre
ces deux rois, lutte dans laquelle le monarque anglais, trouvant sans
cesse de nouvelles ressources dans l'esprit de révolte et de mutinerie des
grands vassaux, souvent même des petits, causa souvent de très-grands
embarras à son seigneur suzerain, et ne cessant de troubler la France,
montra à ses successeurs la route qu'il leur falloit suivre pour obtenir
des succès plus décisifs, y étendre et y consolider de plus en plus leurs
établissements. Cependant les rois de France, qui ne possédoient encore ni
assez de sujets immédiats ni des revenus assez considérables pour se
soutenir uniquement avec leurs propres forces contre un ennemi qui ne leur
faisoit la guerre qu'en leur suscitant mille autres ennemis, appeloient à
leur secours les peuples à peine affranchis, ajoutoient sans cesse aux
priviléges des villes et des communes pour prix des levées d'hommes et des
subsides extraordinaires qu'ils leur demandoient, et par ces concessions
impolitiques, mais que les fautes précédentes rendoient peut-être
nécessaires, créoient ainsi dans l'État une corporation nouvelle plus
difficile à gouverner, plus portée à la mutinerie et à l'insolence que
cette noblesse altière dont ils eurent sans doute souvent à se plaindre,
mais qui seule cependant leur fournissoit encore de sûrs auxiliaires et
des armées capables de tenir tête à l'ennemi. Ainsi se forma, de cette
complication d'imprudences et de malheurs, le troisième ordre de l'État:
ce fut Philippe-le-Bel lui-même qui le premier appela les députés des
communes à délibérer avec le clergé et la noblesse sur les affaires du
royaume, et donna à ce tiers-ordre une importance politique dont il abusa
si étrangement par la suite, ou, pour mieux dire, à l'instant même qu'elle
lui eut été accordée. Dès lors il devint difficile de rien obtenir sans
assembler les états-généraux que ce prince avoit si malheureusement
institués[10]; ils se tinrent le plus souvent à Paris, dont la population
étoit plus riche, plus nombreuse, voyoit de plus près la cour, étoit
placée au centre des affaires, sur lesquelles, par conséquent, elle
pouvoit exercer une plus grande influence. Alors ce fut à remuer
principalement cette population que s'attachèrent tous les chefs de
factions, au milieu de tant de troubles et de revers de fortune qu'amenoit
sans cesse cette position étrange à laquelle la France étoit réduite; et
c'est ainsi que l'histoire de cette ville fameuse devient, à partir de
cette époque, l'histoire même de la monarchie.

          [Note 10: Pendant long-temps on n'avoit demandé à la noblesse
          que le service personnel; et hors des cas où elle devoit ce
          service, le roi n'avoit d'autres troupes que celles qu'il
          pouvoit soudoyer. Ces cas où la noblesse étoit tenue de servir
          étant assez rares, il arrivoit que les rois, pour obtenir la
          prestation du service personnel, lorsqu'il ne leur étoit point
          dû, convoquoient des assemblées générales où ils faisoient
          approuver leur demande par les barons. Alors ceux-ci levoient la
          taille dans leurs domaines pour l'armée du roi; car ce n'étoit
          que dans ce cas déjà mentionné du service personnel que leurs
          vassaux étoient tenus de s'armer et de les suivre. Il en étoit
          de même pour la noblesse réunie des provinces; et lorsqu'il
          vouloit avoir son assistance, le roi négocioit avec elle comme
          avec les barons.

          Or, les villes appartenantes au roi ayant aussi leurs
          priviléges, il falloit également négocier avec elles.
          Philippe-le-Bel crut bien faire en simplifiant ces opérations,
          et convoqua à cet effet des assemblées générales, où furent
          appelés les députés des villes en même temps que ceux de la
          noblesse. Ce fut en 1304 que se tint la première assemblée de
          cette espèce. Elle présenta avec les anciens parlements de la
          nation cette différence essentielle, que les barons et les pairs
          n'y formèrent point une chambre séparée où, de même que dans le
          _conseil suprême_ décrit par Hincmar[10-A], se seroient
          préparées les propositions qui devoient être ensuite présentées
          à la noblesse du second ordre, et seulement aux députés de cette
          noblesse: car, dans cette première assemblée, ainsi que dans
          quelques-unes des suivantes, les députés des villes n'eurent
          point voix consultative, et ne furent admis qu'à représenter
          leurs besoins et leurs facultés. Si l'assemblée des états eût
          été ainsi divisée en deux chambres, les grands présidents de la
          cour du roi auroient eu seuls le droit d'entrer dans celle des
          seigneurs, et les moindres conseillers n'eussent été placés
          qu'au degré où il leur convenoit d'être. Mais tous les députés
          des différents ordres s'étant réunis dans une seule assemblée,
          les conseillers de la cour firent corps avec les députés des
          villes, ou le tiers-état; le baronnage disparut et les pairs ne
          comparurent pas. Ce changement dans la forme de ces assemblées
          générales eut, en raison du nouvel élément qu'on y avoit
          introduit, les plus graves conséquences. Ce n'étoit plus le
          parlement général de la nation; et comme de telles réunions
          étoient en effet composées de tous les états, il fallut donner
          un nom nouveau à une chose toute nouvelle, et on les nomma
          _états-généraux_.]

          [Note 10-A: _Voyez_ t. I, p. 133, 1re partie.]

Édouard Ier eût poussé plus loin ses avantages, si, heureusement pour la
France, il n'eût trouvé, dans son propre pays, des embarras qui arrêtèrent
le cours de ses projets ambitieux. Sous son foible successeur Édouard II,
les monarques françois reprirent leur ascendant; et les règnes de
Louis-le-Hutin, de Philippe-le-Long et de Charles-le-Bel furent moins
agités. Mais un grand prince monta sur le trône d'Angleterre; et la cause
du mal n'étant point détruite, le caractère de ce nouvel ennemi, et des
circonstances encore plus fâcheuses en aggravèrent bientôt les effets.

Et d'abord la première démarche hostile que fit Édouard III, dont le règne
mémorable préparoit tant de malheurs à la France, fut de disputer la
possession de ce royaume à Philippe de Valois, renouvelant à l'occasion de
l'avénement de ce prince les querelles qui s'étoient élevées entre Jeanne,
fille de Louis-le-Hutin, et Philippe-le-Long. Pour succéder à
Charles-le-Bel, il appuyoit son droit sur ce que sa mère Isabelle étoit
fille de Philippe-le-Bel, dont, par conséquent, il étoit le petit-fils,
et plus proche parent que Philippe-de-Valois, neveu de ce monarque; d'un
autre côté, on revendiquoit aussi la couronne pour Blanche, fille unique
du feu roi, et née après la mort de son père. Mais la même loi[11] qui
avoit donné l'exclusion à Jeanne fit rejeter Blanche; et les prétentions
d'Édouard, qui ne présentoit d'autres titres à cet héritage que ceux que
lui donnoit la ligne féminine, ne semblèrent pas plus légitimes aux barons
assemblés. Forcé de céder, et reconnoissant peut-être au fond de l'âme
combien étoient futiles ces titres sur lesquels se fondoit sa demande, le
roi d'Angleterre n'en feignit pas moins de grands ressentiments comme si
on l'eût dépouillé d'un bien qui lui appartenoit légitimement, et fit de
cette injustice prétendue le principal prétexte de la guerre acharnée
qu'il ne cessa de faire à Philippe, s'alliant à tous ses ennemis, se
déclarant contre lui l'auxiliaire des rebelles et le protecteur des
traîtres.

          [Note 11: Tous nos historiens disent les uns après les autres
          que ce fut en vertu de la loi salique que cette exclusion fut
          prononcée. Il eût été plus exact de dire que ce fut en vertu
          d'une loi commune à tous les Francs, loi qui existoit chez eux
          de temps immémorial, et qui, voulant qu'on fût _brave, robuste,
          utile à la nation_, pour avoir le droit de la gouverner (_Voy._
          t. I, p. 66, 1re partie), déclaroit par cela même les femmes
          incapables de régner. La marque à laquelle Gontram fit connoître
          à Childebert qu'il l'appeloit à l'héritage de son royaume, fut
          de lui mettre une lance à la main: «Mes péchés ont fait, lui
          dit-il ensuite, qu'il ne me reste rien de ma race, si ce n'est
          vous, qui êtes le fils de mon frère: soyez donc mon héritier.»
          (_Greg. Tur._, lib. 7, c. 33, lib. 9, c. 20.) Gontram avoit
          cependant une fille; mais elle ne pouvoit _manier la lance_; et
          il se contenta de lui donner un apanage considérable. La
          cérémonie d'élever un prince sur le _pavois_ ou bouclier pour
          lui faire prendre possession de la royauté, prouve seule que,
          pour être roi, il falloit être homme et guerrier.]

À l'époque où ces ressentiments, vrais ou faux, excitoient contre le
successeur de Charles-le-Bel un ennemi si actif et si puissant, et
sembloient donner une animosité nouvelle à la vieille haine de
l'Angleterre contre la France, si nous examinons la situation de ce prince
à l'égard des autres grands vassaux, nous la voyons également entourée de
périls et d'inimitiés.

Le comté d'Artois avoit été séparé de la couronne avant l'existence de la
loi salutaire qui changeoit en simples apanages les portions du domaine de
la couronne que nos rois avoient jusqu'alors si imprudemment accordées en
toute propriété à leurs fils cadets. Ce grand fief étant devenu vacant par
la mort de Robert II, Philippe-le-Bel, fondé sur ce que la représentation
n'y avoit pas lieu, l'avoit adjugé, en 1302, à Mahaud, fille de ce prince,
par préférence à Robert III, qui n'étoit que son petit-fils, et neveu de
l'héritière. Robert ayant appelé de ce jugement sous Philippe-le-Long, et
essayé même de soutenir son droit par la force des armes, un nouvel arrêt
confirma Mahaud dans la possession du comté-pairie d'Artois, et Robert,
contraint une seconde fois de s'y soumettre, resta tranquille pendant les
règnes assez courts de ce prince et de Charles-le-Bel son successeur.

Mais sous celui de Philippe de Valois, dont il étoit beau-frère, et à qui
il avoit rendu des services assez importants, Robert crut pouvoir faire
revivre ses prétentions, et attaqua, pour la troisième fois, le jugement
rendu en faveur de Mahaud. Il le pouvoit, sans doute, et sans mériter
aucun blâme, au risque de se voir condamné pour la quatrième fois; mais
pour faire réussir une mauvaise cause dont lui-même désespéroit, il
employa des moyens frauduleux, indignes d'un prince, et déshonorants pour
tout homme, quel qu'il pût être[12]. Cette basse et criminelle intrigue
fut découverte, et la condamnation de ce prince est célèbre par toutes les
formalités qui y furent observées, et qui nous ont conservé la manière
dont on procédoit à l'égard des pairs de France dans les causes
criminelles. Banni du royaume, le comte d'Artois va chercher un asile en
Angleterre, où Édouard le reçoit à bras ouverts, l'admet dans tous ses
conseils et ce dangereux esprit, qui ne respiroit que la vengeance, n'a
plus d'autre pensée que d'exciter à la guerre contre son propre pays un
prince ardent et ambitieux qui n'y étoit déjà que trop disposé. En même
temps qu'il le détermine à entrer en France, il l'aide à pratiquer dans
plusieurs provinces des intelligences qui devoient assurer le succès de
son invasion. Édouard se fait donc le chef secret de tous les seigneurs
mécontents. Il pousse à la révolte les Flamands, toujours prêts à se
révolter, et commence les hostilités. Elles n'ont toutefois rien de
décisif; la ligue se dissout, et une trève d'un an qu'il obtient de son
ennemi trop facile, lui donne le temps de mieux prendre ses mesures.

          [Note 12: Il s'étoit fait fabriquer de faux titres, entre autres
          un contrat de mariage de Philippe d'Artois son père, et de
          Blanche de Bretagne sa mère, par lequel le comte d'Artois son
          grand père cédoit le comté à Philippe et à ses enfants mâles, à
          l'exclusion des filles, en s'en réservant seulement l'usufruit.]

Des troubles naissent en Bretagne au sujet de l'hérédité de ce grand fief.
Le roi de France se déclare pour Charles de Blois que le feu duc avoit
institué son héritier; Édouard prend aussitôt le parti de Jean de Montfort
son contendant. La guerre recommence et cesse encore au détriment de
Philippe, qui ne sait point profiter des avantages qu'il avoit obtenus. Le
supplice d'Olivier de Clisson, que le roi fait exécuter comme coupable de
félonie[13], la rallume bientôt, et plus furieuse que jamais. Ici
commence cette suite non interrompue de revers dont la France fut accablée
sous le règne de ce prince, et sous le règne plus malheureux encore de son
successeur. Édouard débarque en Normandie où la trahison lui avoit préparé
des voies qui le conduisent jusqu'aux portes de Paris dont il brûle et
dévaste les environs[14]. Cependant tout étoit tellement livré au hasard
dans les opérations militaires de ce temps-là, que pressé à son tour par
Philippe qui le poursuit sans relâche et l'atteint près de Créci, le roi
d'Angleterre, qui essayoit de faire sa retraite en Flandre, sembloit perdu
sans ressource et ne pouvoir échapper à une entière défaite: la valeur
impétueuse et inconsidérée des Français lui procure, dans cette situation
désespérée, une victoire complète, décisive, et dont les suites sont
terribles. Tout semble perdu; la France consternée ne peut empêcher son
ennemi de prendre Calais, après un siége de trois ans, et de se faire
ainsi une place d'armes d'où il lui devient facile de conduire, dans
quelques jours, une armée jusqu'aux portes de sa capitale et à travers la
plus riche de ses provinces; le peuple est foulé et mécontent, la noblesse
dispersée et découragée; les campagnes ravagées restent sans culture; les
traîtres et les rebelles s'affermissent dans l'alliance de l'étranger, et
le royaume entier est en proie à des maux qui, depuis long-temps, lui
étoient inconnus.

          [Note 13: Le crime de félonie ou de trahison, différent de celui
          de révolte ouverte, avoit été, dans tous les temps, considéré
          chez les Francs comme le plus grand des crimes et puni de mort:
          «La multiplicité des princes à qui il étoit permis de se
          _recommander_, dit du Buat, et qui possédoient comme par indivis
          le droit de régner sur leurs _fidèles communs_, fournissoit
          toujours des protecteurs à la révolte, et en diminuoit en
          quelque sorte la noirceur.»]

          [Note 14: _Voyez_ t. I, p. 735, 2e partie.]

D'un autre côté, cette application de la loi fondamentale de l'État qui
avoit porté sur le trône Philippe-le-Long et Philippe de Valois, au
préjudice de deux filles des rois leurs prédécesseurs, n'avoit pu avoir
lieu sans faire naître une foule de mécontents; et le premier de ces deux
princes s'étoit vu forcé à faire de grands sacrifices pour apaiser les
plus puissants. Dans ces diverses transactions, Eudes de Bourgogne, oncle
de Jeanne, avoit obtenu en mariage la fille aînée du roi, et pour dot le
comté de Bourgogne, ce qui le rendit possesseur des deux grands fiefs de
ce nom. Pour se faire donner un si riche présent, Eudes avoit sacrifié
entièrement les intérêts de sa pupille; et la fille de Louis Hutin, mariée
à Philippe, comte d'Évreux, étoit restée dépouillée de presque tout
apanage jusqu'à l'avénement de Philippe de Valois. Ce prince, en montant
sur le trône, crut devoir lui rendre le royaume de Navarre, comme une
sorte de compensation de la perte qu'elle avoit essuyée; mais cette
donation, qui pouvoit être juste dans les idées et les coutumes de ce
temps-là, suscita bientôt un ennemi de plus aux rois de France, en créant
encore un grand fief; et nous allons bientôt voir Charles, roi de Navarre,
fils de Jeanne et de Philippe d'Évreux, appeler à son tour l'Anglois dans
le coeur de la France.

Jean commença à régner sous ces tristes auspices, au milieu de cette
confusion de tous les droits et de cet oubli de tous les devoirs. Les
Flamands, les Bretons et une partie des seigneurs normands introduisoient
à l'envi les Anglois jusque dans le coeur de la France, marchoient sous
leurs bannières, ou les aidoient de toute leur influence. Mais de tous ces
ennemis intérieurs, le plus dangereux étoit ce fameux roi de Navarre,
Charles-le-Mauvais, prince qui joignoit malheureusement à tous les vices
du coeur toutes les ressources de l'esprit, et dont on ne peut mieux
peindre la perversité qu'en disant qu'il a complétement mérité le surnom
odieux que lui a conservé l'histoire. Maître en Normandie de plusieurs
places fortifiées que le roi lui avoit imprudemment accordées en échange
du comté d'Angoulême, et ne cherchant qu'un prétexte pour lever l'étendard
de la révolte, il feignit d'être mortellement offensé de ce que le roi
avoit donné ce comté au connétable Charles d'Espagne son favori; et se
vengeant de cet affront prétendu comme il convenoit à un caractère tel que
le sien de le faire, il fit assassiner le connétable, et ouvrit aussitôt
aux Anglois toutes ces places qu'il possédoit si près de la capitale du
royaume. Réduit à faire un traité honteux avec ce traître, et le coeur
toujours ulcéré du meurtre de son connétable, Jean fait arrêter à Rouen et
exécuter sur-le-champ les seigneurs qui avoient aidé le Navarrois dans cet
assassinat; ce prince est arrêté lui-même à Paris, où il étoit venu, à la
prière du dauphin, pour assister à sa réception comme duc de Normandie.
«Cette action auroit l'air d'une perfidie, dit le président Hénault, si le
roi n'avoit pas été informé que Charles traitoit avec l'Anglois, et avoit
voulu séduire jusqu'à son fils: mais le meurtre du connétable n'auroit-il
pas été une excuse suffisante à cette vengeance?»

(1356.) L'emprisonnement du roi de Navarre fait courir aux armes son frère
Philippe, et les parents des seigneurs qui avoient été exécutés à Rouen;
ils appellent à leur secours Édouard III: la trève entre la France et
l'Angleterre, tant de fois rompue et renouvelée, se change enfin en une
guerre cruelle et ouvertement déclarée.

Le roi Jean marche contre le prince de Galles, l'atteint à Maupertuis, à
deux lieues de Poitiers, dans des vignes d'où il lui étoit impossible de
se sauver, livre bataille, la perd par cette inconsidération et cette
témérité qui lui ont été trop justement reprochées, est fait prisonnier,
et laisse son royaume en proie aux factieux, déchiré par la guerre civile
et extérieure, et n'ayant pour tout appui, dans de telles extrémités,
qu'un jeune prince sans expérience et sans considération personnelle. En
effet, on auguroit mal de l'esprit du dauphin pour avoir prêté un moment
l'oreille aux séductions du Navarrois, qui vouloit le mettre mal avec son
père; de son courage, parce qu'on l'accusoit de s'être retiré du combat
dès le commencement de la bataille de Poitiers[15]: telle étoit l'opinion
qu'on avoit alors de ce Charles, _jeune d'âge et de conseil_, comme dit
Froissart, et qui fut depuis le sauveur de la France, et l'un de ses plus
grands rois.

          [Note 15: Ce fut, dit-on, la faute de son gouverneur, qui le
          força, ainsi que deux de ses frères, à cette action dont le
          résultat fut d'indisposer contre eux tous les esprits.]

Ce prince revint à Paris aussitôt après cette funeste bataille, y prit le
titre de lieutenant-général du royaume[16], et assembla les états-généraux
pour en obtenir des secours et des conseils dans une situation aussi
pressante. De telles assemblées, si souvent dangereuses, le sont surtout
dans les moments de trouble et de foiblesse du gouvernement. Celle-ci
commença par se plaindre de l'administration, des ministres, etc., et fut
d'autant plus turbulente, que le tiers-ordre y eut la principale
influence[17]. L'arrestation d'un grand nombre de serviteurs du roi[18],
et la mise en liberté de Charles-le-Mauvais furent ensuite demandées; on
vouloit que le dauphin se fît un conseil pris parmi les membres des états,
et que rien ne s'exécutât sans sa participation: c'étoit à ce prix qu'on
lui accordoit des troupes et de l'argent. Ce prince, qui sentit l'atteinte
que de telles demandes portoient à son autorité, feignit d'être disposé à
y consentir, en même temps qu'il cherchoit des mesures pour les
déconcerter. Il n'y en avoit point d'autres à prendre que de rompre à
l'instant cette assemblée de factieux: c'est ce qu'il fit en leur
déclarant qu'il attendoit des ordres du roi, sans lesquels il ne pouvoit
rien décider, et qu'il étoit aussi résolu de consulter à ce sujet
l'empereur son oncle. L'assemblée se sépara, non sans murmures, et le
peuple, à qui on avoit fait concevoir de grandes espérances de la nouvelle
administration, commença à éprouver du mécontentement.

          [Note 16: Le dauphin n'avoit alors que dix-neuf ans, et par les
          lois du royaume il ne pouvoit être majeur qu'à vingt-un ans; sa
          minorité étoit incompatible avec la régence, à moins d'un ordre
          particulier du roi.]

          [Note 17: La noblesse étoit alors sans crédit. Écrasée à la
          bataille de Créci, la défaite de Poitiers avoit achevé sa ruine.
          Ceux qui n'y avoient point été tués ou pris étoient l'objet du
          mépris du peuple, qui les accusoit d'avoir abandonné le roi.]

          [Note 18: Entre autres Pierre de La Forest, chancelier de
          France, archevêque de Rouen; Simon de Bussy, premier président
          du parlement; Robert de Lorris, chambellan du roi; Jean
          Chamillart et Pierre d'Orgemont, présidents du parlement; Jean
          Poilvillain, souverain maître des monnoies, etc.]

Le dauphin partit en effet pour aller trouver l'empereur Charles IV qui
étoit alors à Metz, et laissa le duc d'Anjou son frère à Paris, avec le
titre de son lieutenant. Avant son départ, il avoit été arrêté entre ces
deux princes, que, pendant l'absence du premier, l'autre publieroit une
ordonnance sur la mise en circulation d'une monnoie nouvelle où l'espèce
étoit altérée; fâcheuse, mais seule ressource qu'il fût possible
d'employer, puisqu'on n'avoit obtenu de l'assemblée aucun subside. Une
fermentation sourde régnoit dans la ville: il sembloit qu'elle n'attendît
qu'un coup d'autorité pour éclater. À peine l'ordonnance fut-elle rendue
publique, qu'Étienne Marcel, prévôt des marchands, qui déjà s'étoit fait
remarquer dans l'assemblée des états par la violence de ses opinions, et
qui va jouer un rôle si odieux dans cette funeste époque de notre
histoire, se rendit au Louvre, suivi de quelques factieux, et là parla au
duc d'Anjou avec tant de hardiesse et d'insolence, que ce prince intimidé
consentit à suspendre l'exécution de cette mesure jusqu'à l'arrivée de son
frère.

Instruit par le duc d'Anjou de ce qui se passoit, le dauphin hâta son
retour, dévoré d'inquiétudes et fort incertain de ce qui lui restoit à
faire. Il sembloit que la France entière fût insensible à ces malheurs et
à ces dangers du trône, qui devoient cependant retomber sur elle de tout
leur poids: le prince n'avoit trouvé de bonnes dispositions nulle part,
excepté dans les états de Languedoc qui arrêtèrent de lui envoyer quelques
troupes, mais qui ne purent exécuter cette bonne résolution, parce que
leur pays étoit menacé lui-même par les Anglois, maîtres d'une grande
partie de la Guienne, et qui infestoient toutes les provinces maritimes de
France, depuis la Gascogne jusqu'à la Flandre. Arrivé à Paris, Charles ne
tarda point à reconnoître qu'il lui étoit impossible de détruire le crédit
que Marcel avoit su prendre sur les Parisiens; il essaya donc de le
gagner, car il étoit urgent pour lui de donner cours à la nouvelle
monnoie. Une entrevue eut lieu, dans une maison du cloître
Saint-Germain-l'Auxerrois, entre plusieurs envoyés du prince et le prévôt
des marchands; mais ils essayèrent vainement de le ramener à des
sentiments plus modérés: non-seulement Marcel demeura inflexible et sourd
à toutes leurs propositions, mais, jugeant très-bien qu'il pouvoit mettre
à profit un semblable incident pour accroître encore son influence, il
alla, en sortant de cette assemblée, apprendre au peuple tout ce qui
venoit de s'y passer.

Il y eut aussitôt un soulèvement général; toutes les boutiques furent
fermées; les ouvriers cessèrent leurs travaux; les bourgeois prirent les
armes, et l'on n'entendit plus de tous côtés que des injures et des
menaces contre le gouvernement. On n'avoit point de troupes à opposer à ce
peuple révolté; et ce fut une nécessité de céder pour le moment à l'orage;
en conséquence, le dauphin se rendit le lendemain au palais, et là, en
présence de Marcel, il annonça la suppression de la nouvelle monnoie et le
pardon du tumulte de la veille. Devenu plus audacieux par cet acte de
condescendance, le prévôt des marchands demanda de nouveau la proscription
des serviteurs du roi, qu'il avoit rendus les objets de la haine publique,
ajoutant à cette demande celle de la confiscation de leurs biens, et,
d'une seconde convocation des états-généraux: il fallut encore consentir à
ces demandes séditieuses.

Ce fut dans cette assemblée que l'autorité du dauphin, déjà si
chancelante, reçut les dernières atteintes. Un nouveau conseil lui fut
donné, composé de trente-six membres tirés du sein des états, et il n'est
pas besoin de dire que Marcel fut le premier choisi. Ce conseil eut
l'administration des finances, la conduite de toutes les affaires, et l'on
ne laissa au lieutenant-général du royaume d'autre marque d'autorité que
la triste prérogative de consacrer les délibérations absolues de ces
insolents conseillers, par une ordonnance publiée en son nom. Il avoit été
décidé qu'on leveroit un subside pour former une armée: il fut arrêté
qu'eux seuls pourroient en disposer. Sur leur demande, les deux cours
supérieures du parlement et de la chambre des comptes furent dissoutes, et
ils créèrent eux-mêmes un nouveau parlement qu'ils remplirent de gens
dévoués à leurs volontés. Tels furent les premiers excès auxquels se
livrèrent les factieux pendant la tenue des états; et Robert Lecoq, évêque
de Laon, l'un des plus emportés d'entre eux, termina la dernière séance
par un discours séditieux qui prouva qu'ils ne comptoient point en rester
au point où ils étoient parvenus.

Cependant le roi prisonnier venoit de conclure à Bordeaux une trève de
deux années, pendant laquelle on devoit négocier de sa rançon: la nouvelle
en fut apportée à Paris par le comte d'Eu, le comte de Tancarville et
l'archevêque de Sens. Ces seigneurs étoient en même temps porteurs d'une
lettre signée du roi, qui annuloit, en conséquence du nouveau traité, tout
ce qu'avoient fait les états, et surtout la levée du subside. Ce fut alors
qu'on put voir jusqu'où va l'aveuglement d'un peuple livré à des chefs de
parti. Ceux-ci, voyant le coup terrible qu'un tel message alloit porter à
leur autorité, trouvèrent le moyen de persuader à cette populace insensée
qu'une telle mesure étoit un attentat contre sa propre sûreté; de manière
qu'elle s'attroupa de nouveau, demandant la levée du subside avec une
fureur qui n'eût été explicable que si l'on eût voulu le maintenir, et
qu'elle en eût demandé la suppression. Les députés du roi, menacés pour
leur vie, furent forcés de quitter Paris, et le dauphin ne put apaiser le
tumulte qu'en publiant, contre l'ordre de son père, la prorogation des
états et la levée de l'impôt: ce qui rétablit pour quelque temps un calme
apparent dans la capitale.

Cependant Marcel et ses partisans, qui vouloient une révolte déclarée,
répandirent le bruit que les députés du roi n'avoient quitté Paris que
pour rassembler des troupes contre ses habitants, et que la noblesse des
environs avoit pris parti pour ces trois seigneurs: aussitôt le peuple
effrayé courut aux armes, et plaça des corps-de-garde et des sentinelles
dans les différents quartiers; les portes de la ville furent fermées, des
chaînes furent tendues dans les rues et dans les carrefours; on alla plus
loin, et, avant d'examiner si le bruit avoit quelque fondement, on
entreprit le travail immense d'achever les nouvelles fortifications qui
avoient été commencées après la bataille de Poitiers[19], et dont l'objet
étoit de renfermer dans la ville une partie des faubourgs bâtis depuis le
règne de Philippe-Auguste. Des fossés furent creusés autour de la muraille
qui défendoit la partie occidentale, et embrassèrent les faubourgs situés
à l'orient; on éleva des parapets, on construisit des redoutes, on plaça
sur les remparts des canons et des balistes; et cette terreur panique fit
achever en peu de jours des travaux qui, dans une circonstance ordinaire,
auroient demandé plusieurs années; travaux que ce peuple aveugle avoit
refusé de faire, quelques années auparavant[20], lorsque l'armée anglaise,
campée à Poissy, menaçoit de faire le siége de leur ville. Il résulta
toutefois de ces mesures extrêmes et violentes qui furent prises dans
cette circonstance, que, par la suite, l'autorité du dauphin en fut
affermie, ce qui certainement n'avoit pas été le but des factieux.

          [Note 19: _Voyez_ t. Ier, p. 34, 1re partie.]

          [Note 20: Sous le règne de Philippe-de-Valois. Le peuple de
          Paris s'opposa alors à ce que l'on augmentât les fortifications
          de la ville, parce qu'il eût fallu, pour y parvenir, abattre une
          certaine quantité de maisons, ce qui auroit causé du dommage à
          un assez grand nombre de particuliers.]

Ceux-ci, pour soulever le peuple de Paris, avoient suivi la marche des
démagogues de tous les temps et de tous les pays, en l'enivrant de vaines
illusions, en lui donnant l'espoir d'une félicité jusqu'alors inconnue. Il
arriva qu'ils perdirent leur crédit, comme l'ont toujours perdu leurs
pareils, par l'impossibilité où ils se trouvèrent de réaliser ces
chimériques promesses. Ils rencontrèrent d'abord un obstacle embarrassant
dans le clergé et la noblesse, qui résistèrent à toutes leurs séductions,
et se séparèrent d'eux, aimant mieux abandonner momentanément les rênes
de l'État à ces tyrans subalternes, que d'être, même en apparence,
complices de leurs attentats. Plusieurs députés du tiers-ordre ayant
reconnu la méchanceté de Marcel et de ses complices, se détachèrent
également de leur parti; de manière qu'il ne se trouva plus, du conseil
des réformateurs, que dix à douze membres, bourgeois ou échevins de Paris,
qui voulussent prendre part aux affaires.

Cependant le clergé et la noblesse refusoient en même temps de contribuer
au subside dont le poids entier retomba sur le peuple; il se fit en outre,
dans la perception de cet impôt, des dilapidations telles qu'il fut
impossible de lever les troupes pour lesquelles il avoit été ordonné; d'où
il arriva que Philippe, frère du roi de Navarre, faisant des courses
jusqu'aux environs de Paris, et en ravageant les campagnes sous les yeux
mêmes des Parisiens, on se trouva sans moyens de défense à lui opposer.
Une si fâcheuse situation fit ouvrir les yeux, et les réformateurs
commencèrent à tomber dans le mépris.

Le dauphin crut cette circonstance favorable pour secouer le joug sous
lequel il gémissoit depuis si long-temps. Marcel, l'évêque de Laon et
leurs complices furent mandés au Louvre; et là le prince, leur parlant
avec un ton d'autorité qu'il n'avoit osé prendre jusqu'alors, leur déclara
qu'il prétendoit gouverner désormais sans tuteurs, et qu'il leur défendoit
de se mêler davantage des affaires du royaume. Abandonnés par le peuple,
les factieux se montrèrent aussi lâches qu'ils avoient été insolents dans
leur puissance usurpée: ils se retirèrent confus et consternés. Mais ils
s'étoient trop avancés pour se croire en sûreté dans une entière
soumission, et ils ne parurent céder que pour se donner le temps de tramer
de nouveaux complots. Abandonnés des deux premiers ordres, qui, en se
séparant d'eux, avoient hautement manifesté l'indignation qu'ils
ressentoient de leur audace et de leur insolence, ils reconnurent qu'ils
étoient perdus, s'ils ne se donnoient un chef dont l'autorité fût assez
grande pour les protéger et les maintenir. Le roi de Navarre étoit un
homme tel qu'il le leur falloit pour jouer au milieu d'eux ce premier
rôle: et dès ce moment toutes leurs vues se fixèrent sur lui.

Cependant, après ce coup d'autorité qu'il s'étoit enfin décidé à frapper,
Charles avoit quitté Paris pour aller dans différentes villes du royaume
solliciter les secours qu'il ne pouvoit obtenir de cette ville, et
qu'exigeoit impérieusement la situation pressante des affaires. Ayant donc
pris leurs mesures dans le plus profond secret, les conjurés députèrent
vers lui pour l'engager à revenir au milieu d'eux, lui promettant de
l'argent en abondance, se rétractant de leurs premières demandes, et lui
faisant d'ailleurs de telles protestations de respect et de soumission,
qu'il ne poussa pas plus loin son voyage, n'en ayant pas d'ailleurs
obtenu les résultats qu'il en attendoit. Mais à peine fut-il rentré à
Paris qu'il put reconnoître à quel point il s'étoit trompé en comptant sur
le retour sincère de ces traîtres; car, lorsqu'il fut question de réaliser
les promesses qu'ils lui avoient faites, Marcel, répondant au nom du
conseil, lui déclara qu'ils ne pouvoient rien décider que les états ne
fussent convoqués pour la troisième fois. Ils savoient le parti qu'ils
pouvoient tirer d'une semblable assemblée. Malgré l'expérience du passé,
le dauphin eut encore la foiblesse d'y consentir.

À peine les états étoient-ils ouverts, qu'on apprit l'évasion de
Charles-le-Mauvais. Jean de Pecquigny, gouverneur de l'Artois et l'un des
chefs de la faction, avoit été chargé par ses complices de le délivrer, et
s'étoit acquitté avec bonheur et adresse de cette commission difficile.
Les uns disent qu'il surprit de nuit le château d'Arleux en Pailleul[21],
où il étoit renfermé, d'autres qu'il se le fit délivrer, ayant profité
d'un moment où le gouverneur de cette forteresse étoit absent, et
contrefait un ordre du dauphin de le remettre entre ses mains. Quoiqu'il
en soit, il réussit dans cette entreprise dont les suites devoient être si
funestes, et conduisit sur-le-champ le prince à Amiens. La nouvelle de
son évasion ne tarda point à parvenir à Paris: les gens bien intentionnés
en frémirent; ce fut la joie et le triomphe des factieux. Ils commencèrent
par présenter le roi de Navarre aux Parisiens mécontents comme un ami et
un protecteur, de qui ils avoient le droit de tout attendre: lorsqu'ils
furent assurés de lui avoir gagné l'affection de la multitude, Marcel,
l'évêque de Laon et Pecquigny allèrent, non plus avec une apparence de
soumission, mais avec l'audace qu'inspire le succès, demander au dauphin
un sauf-conduit sans réserve pour son plus cruel ennemi. Ils l'obtinrent
du prince, obligé de dissimuler et accablé d'un tel revers; et le
Navarrois, précédé d'une troupe de brigands qu'il avoit recueillis dans
les prisons d'Amiens, entra dans la capitale, aux acclamations d'une
population immense qui voyoit en lui son libérateur.

          [Note 21: Sur les frontières de la Picardie et du Cambrésis.]

Le lendemain de son arrivée, Charles-le-Mauvais, qui étoit allé loger à
l'abbaye Saint-Germain-des-Prés, monta sur un échafaud dressé contre les
murs de ce monastère, et de là harangua le peuple de Paris qu'il avoit
réuni dans le Pré-aux-Clercs. Il s'y trouva plus de dix mille personnes,
et le prévôt des marchands y étoit présent lui-même, entouré de plusieurs
de ses officiers. Dans ce discours adroit et éloquent, le Navarrois fit
une peinture touchante des injustices et des maux qu'il avoit soufferts,
pour exciter à son égard la pitié et l'intérêt, parla avec amertume des
fautes de l'administration actuelle, afin d'aigrir encore davantage les
esprits contre le jeune prince, et finit par protester de son dévouement
pour la France, faisant même entendre qu'il y auroit maintenu l'ordre s'il
avoit eu quelque autorité.

Le peuple, avide de nouveautés, écouta la harangue du roi de Navarre avec
la plus vive satisfaction. Aussitôt Marcel, dont toutes les démarches
étoient combinées avec lui, alla trouver le dauphin au Palais, où il
venoit de se retirer, et le pria de rendre justice à ce prince sur tous
les griefs dont il se plaignoit. Entouré des satellites de ce brigand, il
fallut que l'héritier présomptif de la couronne consentît, non-seulement à
voir l'ennemi mortel de son père et de toute sa famille, mais encore à lui
faire toutes les satisfactions qu'il lui plut d'exiger. L'entrevue eut
lieu dans l'hôtel de la reine Jeanne, et dès le lendemain, sur la requête
du roi de Navarre, le conseil décida que le dauphin lui donneroit une
amnistie entière pour lui et pour tous les seigneurs de son parti; que
tous ses biens, terres et forteresses confisqués, lui seroient rendus;
qu'on réhabiliteroit la mémoire des seigneurs exécutés à Rouen; et ce qui
passe toute croyance et met le comble à l'opprobre d'un semblable traité,
que toutes les prisons seroient ouvertes pour en laisser sortir tous les
malfaiteurs, quels qu'ils fussent. C'étoit une des conditions
expressément exigées par le Navarrois, qui donna lui-même la liste de
tous les crimes pour lesquels il demandoit grâce[22]. Cette âme atroce, et
qui ne méditoit que des forfaits, sembloit jouir d'avance de son impunité
dans celle de ces misérables, qui d'ailleurs pouvoient lui fournir
d'utiles instruments de ses coupables entreprises.

          [Note 22: Larrons, meurtriers, voleurs de grands chemins, faux
          monnoyeurs, faussaires, coupables de viol, ravisseurs de femmes,
          perturbateurs du repos public, assassins, sorciers, sorcières,
          empoisonneurs, etc. (Trés. des ch. reg. 80, p. 268.)]

Toutefois, malgré ces complaisances, ou pour mieux dire cette extrême
foiblesse du dauphin, la paix entre les deux princes ne fut pas de longue
durée. Après un très-court séjour à Paris, pendant lequel ils se
visitèrent avec une feinte cordialité, et dînèrent même quelquefois
ensemble[23], le Navarrois partit pour aller se mettre en possession des
places qui lui avoient été restituées par le traité; mais comme ceux qui
les gardoient au nom du roi refusèrent de les lui rendre, il saisit ce
prétexte pour lever de nouveau des troupes; et, s'avançant vers Paris, il
en ravagea les environs, et fit des courses jusqu'aux portes mêmes de la
ville.

          [Note 23: On a cru que ce fut dans un de ces festins que le roi
          de Navarre trouva le moyen de faire prendre au dauphin un poison
          si violent, que, malgré la promptitude avec laquelle il fut
          secouru, il en perdit les ongles et les cheveux, et conserva
          toute sa vie une langueur qui en avança la fin.]

Le dauphin, vivement touché des désastres auxquels le peuple des
campagnes étoit exposé, voulut de son côté lever une armée pour s'y
opposer. Les factieux, toujours poursuivis par l'image de leurs crimes,
s'imaginèrent que cet armement se préparoit contre eux, et, pour en
détourner l'effet, ne trouvèrent d'autre moyen que de jeter de nouvelles
alarmes parmi les Parisiens. Ils y réussirent tellement, que, malgré
toutes les protestations du prince, il y eut un refus général de recevoir
dans la ville aucun homme armé; et tandis qu'ils ôtoient ainsi à ce prince
tout moyen de repousser l'ennemi qui désoloit les campagnes environnantes,
ces traîtres l'accusoient auprès du peuple de négligence et d'incapacité,
et le lui présentoient comme l'auteur de tous les maux dont il étoit
accablé. Ces insinuations perfides ayant porté à son comble l'animosité de
cette multitude, Marcel crut que le moment étoit venu de donner à son
parti un caractère d'indépendance et de révolte déclarée. Il fut convenu
que pour s'unir plus étroitement et se distinguer de ceux qu'ils
appeloient des traîtres à la patrie, tous ceux qui suivoient la bonne
cause prendraient un signe visible qui pût leur servir de ralliement: ce
signe étoit un chaperon ou _capuce_[24], mi-parti de drap rouge et
_pers_. Les sentiments religieux dont le peuple ne cessoit point d'être
animé, même au milieu de ses plus grands excès, paroissant aux conjurés
propres à fortifier encore leurs attentats politiques, ils érigèrent une
confrérie sous l'invocation de Notre-Dame, dans laquelle on vint en foule
se faire inscrire. De même on ne vit plus dans les rues que des chaperons
de deux couleurs, et personne n'osa plus sortir sans ce signe de
salut[25].

          [Note 24: Ce capuce ressembloit à celui que portoient les
          religieux. Le _pers_ étoit une couleur d'un bleu tirant sur le
          vert. (DU CANGE.)]

          [Note 25: Cette politique odieuse fut depuis imitée par le duc
          de Guise sous le règne de Henri III.]

Cependant le dauphin, dont l'esprit et le caractère se formoient au milieu
de ces orages populaires, osa cette fois-ci lutter ouvertement contre les
factieux, et, puisque tout se faisoit par le peuple, essayer de leur
disputer son affection. Ayant fait avertir les Parisiens de s'assembler
aux halles, il s'y rendit accompagné seulement de cinq personnes. Cette
marque de confiance fit d'abord impression sur la multitude; et lorsque ce
prince, prenant la parole, eut expliqué les motifs qui l'avoient porté à
lever des troupes, et donné sur ses intentions les explications nobles et
franches qu'il lui étoit si facile de trouver, on vit ce peuple aussi
inconstant dans sa haine que dans son amour, et toujours entraîné par
l'impression du moment, lui rendre toute sa faveur et répondre à son
discours par les plus vives acclamations.

Mais il ne tarda pas à donner une preuve nouvelle de cette méprisable
versatilité: car il arriva que Marcel, justement effrayé de ce changement,
l'ayant à son tour harangué le lendemain dans l'église de
Saint-Jacques-de-la-Boucherie, regagna aussitôt une partie de cette
populace, qui, toujours plus portée à croire les méchants, parce qu'ils
flattent ses passions, rejeta cette fois-ci tout ce que le dauphin put
dire pour la ramener. Il est vrai qu'il fit la faute de ne pas se rendre
lui-même à l'assemblée, et d'y envoyer son chancelier, ce qui ne pouvoit
produire la même impression.

Dans cette nouvelle disposition des esprits, il falloit peu de chose pour
rallumer le feu de la sédition. Le juste supplice du changeur Perrin
Macé[26], qui avoit assassiné, dans la rue, Jean Baillet, trésorier du
dauphin, fut la cause accidentelle de nouveaux excès qui passèrent tous
ceux qui s'étoient commis jusqu'alors. Le coupable s'étoit sauvé dans
l'église de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, d'où il fut arraché par ordre
du dauphin, qui le fit juger et exécuter sur-le-champ. Aussitôt l'évêque
de Paris, qui étoit lui-même un des factieux les plus ardents, se récria
contre la violation des immunités ecclésiastiques, redemanda le corps
qu'on fut obligé de lui rendre, et auquel il fit faire des obsèques
honorables. Le prévôt des marchands y assista suivi d'une foule nombreuse,
qui ne voyoit qu'une victime dans ce meurtrier, et s'animoit de plus en
plus contre le dauphin.

          [Note 26: _Voyez_ t. Ier, p. 552, 2e partie.]

Vainement ce prince essaya-t-il d'intimider les conjurés en faisant
répandre la nouvelle de la délivrance prochaine du roi: ceux-ci, informés,
par leurs liaisons secrètes, de ce qui se passoit en Angleterre, ne
rabattirent rien de leur insolence. Elle éclata même plus vivement encore,
peu de jours après, dans une députation qu'ils lui firent, au sujet de
Charles-le-Mauvais, qui, toujours armé et ne cessant de dévaster la
campagne de Paris, continuoit à demander l'exécution du traité. Un moine
jacobin, nommé frère Simon de Langres, qui étoit à la tête des députés,
eut l'audace de signifier au prince qu'il eût à rendre justice au roi de
Navarre, ajoutant que, par une délibération faite entre eux, il avoit été
arrêté que sur-le-champ toutes ses forteresses lui seroient rendues. Un
autre moine, religieux de Saint-Denis, alla plus loin encore, et lui
déclara qu'ils étoient déterminés à prendre parti contre celui des deux
qui refuseroit de se soumettre à l'arrangement qu'ils venoient de régler.
Ils n'ignoroient pas qu'il ne dépendoit pas du dauphin de faire restituer
au Navarrois ses places de Normandie[27]; mais ils remplissoient leur but,
qui étoit de le rendre odieux au peuple, en le présentant comme
l'infracteur du traité; et Charles-le-Mauvais, dans le projet qu'il
méditoit, n'étoit point fâché d'un incident qui fortifioit des troubles
dont il étoit bien résolu de profiter.

          [Note 27: Les gouverneurs de ces places, bien informés que les
          ordres donnés par le dauphin pour les remettre au roi de Navarre
          lui avoient été extorqués, déclarèrent qu'ils n'en sortiroient
          point, sans un ordre signé de la main même du roi qui les leur
          avoit confiées.]

Toutefois de telles violences n'étoient que le prélude d'attentats plus
grands que préparoit Marcel; et l'on peut ici remarquer que tous ces vils
ambitieux qui cherchent à parvenir au pouvoir suprême par la révolte des
peuples, ne manquent jamais de les pousser à quelques crimes atroces, pour
leur ôter toute idée de retour au devoir, en leur enlevant tout espoir de
pardon. Le jeudi 22 février fut choisi par le prévôt des marchands pour
les scènes sanglantes qu'il avoit depuis long-temps concertées. Dès le
matin une populace armée et nombreuse, composée en partie de gens de
métier, s'assembla, par son ordre, aux environs de l'église de Saint-Éloi
dans la Cité. L'intention de ces furieux paroissoit être d'entourer le
palais où logeoit alors le dauphin, lorsqu'ils en virent sortir
l'avocat-général Regnaut-d'Acy qui s'en retournoit à sa maison, située
près de l'église de Saint-Landri. Il est aussitôt désigné, poursuivi
jusque près de l'église de la Magdeleine, où les séditieux l'atteignent et
le percent de mille coups. Marcel, les voyant échauffés par ce premier
meurtre, se met à leur tête, marche vers le palais, en monte les degrés,
et entre dans la chambre du dauphin. Le voyant étonné et effrayé de cette
multitude qui remplissoit ses appartements: «Sire, lui dit-il, ne vous
esbahissés de choses que vous voyez; car il est ordonné et convient qu'il
soit ainsi.» Se tournant ensuite vers ses gens: «Allons, continua-t-il,
faites en bref ce pourquoi vous êtes venus ici.»

À peine eut-il cessé de parler, que ces furieux se jetèrent sur les
maréchaux de Champagne et de Normandie. Le premier, qui étoit le seigneur
de Conflans, est massacré à l'instant devant le prince. Robert de
Clermont[28], le second de ces deux seigneurs, est immolé dans la chambre
prochaine, où il venoit de se sauver. Tous les officiers qui
environnoient le dauphin fuient et se dispersent épouvantés, le laissant
seul à la merci de ces forcenés. Il crut d'abord un moment qu'on en
vouloit à ses jours; on prétend même qu'il s'abaissa jusqu'à demander la
vie à Marcel, qui lui dit: «Sire, vous n'avez garde[29];» et sur-le-champ
ôtant son chaperon, il le lui mit sur la tête pour gage de sa sûreté.

          [Note 28: C'étoit ce seigneur qui avoit arraché Perrin Macé de
          l'église de Saint-Jacques-de-la-Boucherie.]

          [Note 29: «N'ayez pas peur.»]

Cependant les corps des deux seigneurs massacrés furent traînés devant
l'infortuné Charles, roulés le long des degrés du palais jusqu'à la pierre
de marbre placée sous les fenêtres de son appartement; et là, ils
restèrent exposés tout le reste de la journée aux regards et aux insultes
de cette vile populace[30].

          [Note 30: Ils furent portés le soir au cimetière de
          Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers, où on les enterra _sans
          solennités_, avec Regnaut-d'Acy, tué le même jour.]

Dès que cette oeuvre fut consommée, Marcel se rendit à l'hôtel-de-ville,
entouré des exécuteurs de ses assassinats; et traversant une foule immense
qui remplissoit la place, il parut bientôt à une fenêtre, et de là rendit
compte au peuple de ce qu'il venoit de faire pour son salut et pour le
bien du royaume: on lui répondit par des acclamations générales. Aussitôt
il retourne, ou plutôt il est porté au palais, et ose remonter à
l'appartement du dauphin pour lui demander son approbation sur ce qui
venoit de se passer, disant que tout s'étoit fait _par la volonté du
peuple_. Un refus eût produit de nouveaux crimes. Le prince accorda tout;
et pour gage de réconciliation, le prévôt lui envoya, dès le soir même,
deux pièces de drap aux couleurs de la faction, dont il fut fait
sur-le-champ des chaperons pour lui et pour tous les officiers de sa
maison.

Les états avoient tenu avant ces événements, et tinrent depuis plusieurs
assemblées, dans lesquelles se trouvèrent quelques députés des provinces,
qui n'avoient point encore quitté Paris. Intimidés par les factieux, ils
les laissèrent maîtres absolus des délibérations, et ratifièrent toutes
les lois que ceux-ci proposèrent pour le maintien de leur autorité, lois
qui furent aussitôt portées à la sanction du dauphin, et approuvées par
lui, comme il avoit approuvé le meurtre de ses deux maréchaux.

Sur ces entrefaites, le roi de Navarre arriva à Paris, suivi d'une troupe
nombreuse de gens armés, et il fut visible qu'il y avoit été appelé par
les conjurés; car, le jour même de son arrivée, le prévôt des marchands
alla le trouver à l'hôtel de Nesle, où il étoit descendu, et là eut avec
lui une très-longue conférence. Toutefois il paroît que ce méchant prince
ne trouva pas que les dispositions séditieuses des Parisiens fussent
parvenues au point où il désiroit qu'elles fussent amenées; car il
consentit à entrer dans une sorte d'arrangement avec le dauphin, qui signa
sans contestation tous les articles d'un traité dressé par les chefs de la
faction, et notamment par l'évêque de Laon. Alors le Navarrois, sûr de ses
complices, et bien persuadé qu'il avoit dissipé toutes les méfiances de
Charles, quitta Paris pour aller ourdir ailleurs de nouvelles trames, et
attendre une occasion plus favorable d'y rentrer.

Le lendemain de son départ, le dauphin, qui jusque là n'avoit porté que le
titre de lieutenant du royaume, ayant atteint sa vingt-unième année[31],
prit le titre de régent; et quoique son pouvoir fût plus borné que jamais,
il ne paroît pas que personne se soit avisé de lui contester un titre qui
appartenoit légitimement à l'héritier présomptif de la couronne. Il arriva
seulement que l'éclat de cette nouvelle dignité inquiétant davantage les
conjurés, ils multiplièrent les vexations et les affronts de toute espèce
dont ils prenoient plaisir à l'accabler, le forçant à recevoir dans le
conseil de nouveaux factieux pris parmi les échevins de Paris, le
contrariant dans ses moindres résolutions, observant jusqu'à ses moindres
démarches. Enfin cette tyrannie alla si loin, et lui devint si
insupportable, qu'il résolut de secouer enfin le joug de ces misérables,
en sortant de Paris, bien déterminé à ne rentrer dans cette ville que
lorsqu'il seroit dans une situation à pouvoir punir les traîtres qui
l'avoient soulevée. Ce dessein fut conduit avec mystère et exécuté avec
adresse: car dix-huit mois de contrainte et de malheurs avoient appris à
ce prince à dissimuler à propos ses sentiments. Dès qu'il fut hors des
murs, il se rendit à Compiègne, où toute la noblesse des environs vint
aussitôt le trouver. Toute celle qui habitoit Paris abandonna cette ville
aussitôt qu'elle eut appris son départ, et se rassembla de même auprès de
lui, de manière qu'en peu de jours il se trouva à la tête d'une petite
armée, toute composée de gentilshommes. Il reçut en même temps des députés
de plusieurs provinces, qui lui offroient des subsides et des secours
contre les Parisiens. Enfin, dans l'assemblée des états-généraux qu'il
convoqua sur-le-champ dans la ville où il se trouvoit, tout ce qui s'étoit
passé dans la capitale fut condamné d'une voix unanime, et l'autorité
légitime commença à reprendre sa force et sa dignité.

          [Note 31: Ce fut lui qui fixa depuis cette majorité à quatorze
          ans, comme nous le dirons ci-après.]

(1358.) Alors les factieux sentirent renaître leurs frayeurs; ils
apprirent en outre que, dans une entrevue que le roi de Navarre venoit
d'avoir avec le régent, celui-ci avoit rejeté toutes les propositions que
l'autre avoit pu lui faire d'un accommodement avec les Parisiens, et
montré la ferme résolution de punir tous ceux qui les avoient entraînés
dans la révolte. Ils essayèrent alors de conjurer l'orage en envoyant au
régent quelques membres de l'université, qui, au nom de leur corps,
l'invitèrent à rentrer dans la ville, lui protestant de la soumission de
ses habitants. Charles les reçut avec bonté, et ne refusa point une
amnistie générale; mais sous la condition expresse qu'on livreroit entre
ses mains cinq ou six des chefs les plus coupables, promettant d'ailleurs
de ne point attenter à leur vie.

Marcel et ses complices n'eurent garde d'accepter de semblables
conditions: ils ne crurent pas même que le prince fût disposé à les
remplir; et prenant, comme tous les grands criminels, une sorte d'énergie
dans la terreur même des supplices qu'ils avoient mérités, ils résolurent
d'opposer la force à la force, et, s'il falloit succomber, de reculer du
moins, à quelque prix que ce fût, le moment de leur perte. Ils marchèrent
d'abord vers le Louvre, dont ils s'emparèrent sans éprouver la moindre
résistance. On répara les brèches des fortifications, on creusa des
fossés, on éleva des remparts dans les parties qui étoient encore
découvertes; et toute la multitude, à qui les conjurés avoient persuadé
que Charles s'avançoit à la tête de sa noblesse pour exercer sur elle les
plus terribles vengeances, secondoit leurs travaux avec une incroyable
activité. À cette triste époque, il sembloit qu'une fureur épidémique se
fût emparée de tous les esprits. Tandis que les insensés Parisiens se
fortifioient ainsi dans leur ville, résolus de s'y défendre jusqu'à la
dernière extrémité, la France entière étoit dans la plus épouvantable
confusion: désolée à la fois par les _Grandes compagnies_[32] et par la
révolte frénétique des paysans, connue sous le nom de la _Jacquerie_[33],
elle n'offroit de tous côtés qu'un vaste théâtre de pillages, des
massacres et d'incendies.

          [Note 32: Ces _grandes compagnies_, dont il faut chercher le
          principe dans cette fureur des guerres féodales, qui, armant
          tout seigneur d'un château contre le château de son voisin,
          avoit porté la noblesse françoise à se faire des auxiliaires de
          ses serfs et de ses manants, ces _grandes compagnies_ étoient
          composées, la plupart, de soldats échappés à la bataille de
          Poitiers, auxquels s'étoient joints des vagabonds de tous les
          pays. Cette multitude, accoutumée à vivre de rapines et de
          pillages, s'étoit répandue dans les campagnes, où elle
          commettoit tous les désordres imaginables. La France ne fut
          entièrement délivrée de ce fléau que par le connétable Bertrand
          Duguesclin, qui détermina les grandes compagnies à le suivre en
          Espagne.]

          [Note 33: Ils furent poussés à cette révolte par la situation
          extrême à laquelle les réduisoient les partis qui désoloient la
          France. Les campagnes étoient devenues un séjour affreux pour
          leurs habitants. Également opprimés, rançonnés, dépouillés par
          les vainqueurs et par les vaincus, tant de maux les jetèrent
          dans une sorte de fureur qui fut principalement dirigée contre
          les nobles, dont ils avoient juré l'entière extermination. La
          première étincelle éclata dans le Beauvoisis; et dans un moment
          l'embrasement fut général. Le détail des horreurs auxquelles se
          livra cette multitude féroce et désespérée fait frissonner, et
          passe tout ce que la vengeance et la barbarie ont jamais imaginé
          de plus exécrable. La noblesse, épouvantée d'abord, se réunit
          ensuite pour arrêter ce nouveau fléau, tellement terrible qu'il
          suspendit un moment l'animosité des factions; et ce qui peut
          paroître surprenant, c'est que le roi de Navarre, qui désiroit
          la perte des nobles presque tous attachés au régent, contribua
          beaucoup à la destruction des _Jacques_. Ils furent anéantis
          dans cette même année 1358.]

Cependant l'armée du régent s'accroissoit de jour en jour; il faisoit
fortifier les places qui environnoient Paris, et tout annonçoit qu'il ne
tarderoit pas à marcher sur cette ville. Les rebelles, au nombre d'environ
trois cents, venoient de faire sur la ville de Meaux, alors en son
pouvoir, une tentative qui ne leur avoit point réussi; et le comte de
Foix, à la tête seulement de vingt-cinq hommes d'armes, avoit repoussé
facilement cette troupe mal armée et sans aucune expérience de la guerre.
Leur courage fut tellement abattu de ce petit échec, que, pour le ranimer,
Marcel se vit dans la nécessité de rappeler le roi de Navarre, qui
sembloit avoir compté sur les extrémités où se trouveroient les factieux,
et en attendre impatiemment les effets. Il rentra donc dans Paris, suivi
d'une petite troupe de soldats, jura de le défendre de toutes ses forces,
et reçut le titre de capitaine et de gouverneur général de la ville, titre
qui parut, même aux yeux de ses partisans, avilir sa dignité de roi, mais
qui servoit le dessein où il étoit d'accoutumer par degrés les Parisiens à
sa domination. On l'accuse d'avoir conçu dès ce moment le dessein de
monter sur le trône de France; et sa conduite, chef-d'oeuvre d'adresse et
de perfidie jusqu'à la fin des troubles, ne permet guère d'en douter.

L'armée du régent, nombreuse et aguerrie, étoit déjà sous les murs de la
capitale. Le Navarrois fit d'abord, à la tête de six mille hommes, une
sortie qui ne réussit pas; et sur-le-champ il demanda une seconde fois à
traiter. Vaincu par les sollicitations de la reine Jeanne, le prince
voulut bien y consentir. L'entrevue eut lieu entre Vincennes et l'abbaye
Saint-Antoine, et là une nouvelle convention fut faite, par laquelle
Charles-le-Mauvais s'engageoit de nouveau à s'unir avec lui _envers et
contre tous, le roi de France excepté_. Le régent la signa, intérieurement
convaincu que son ennemi ne tarderoit pas à la violer.

En effet, deux jours après il revint à Paris, sous prétexte d'y faire
ratifier le traité. Les Parisiens, comme il l'avoit prévu, ou pour mieux
dire les chefs de la faction, bien loin de vouloir y accéder, firent une
nouvelle sortie, dans laquelle ils furent complètement battus par les
troupes royales. Alors le roi de Navarre prétendit que par ce combat le
régent avoit enfreint les conditions de l'accommodement, et renouvela ses
alliances avec eux.

Quelque temps après, les rebelles, encouragés par un petit succès qu'ils
avoient obtenu du côté de Corbeil, sortirent de nouveau, et en très-grand
nombre, de Paris, ayant à leur tête le roi de Navarre lui-même; mais, à
leur grand étonnement, dès que ce prince eut aperçu les troupes du régent,
il s'avança vers leurs chefs, eut une longue conférence avec eux, et
ramena ensuite ses gens dans la ville sans avoir combattu. Une telle
conduite commença à le rendre suspect. Ses soldats, qui avoient aussi fait
partie de l'expédition, furent insultés par le peuple, et ce prince,
irrité, ou feignant de l'être, quitta brusquement Paris, et vint s'établir
à Saint-Denis.

Cependant la reine Jeanne, toujours médiatrice entre les deux partis, et
qui étoit restée auprès du régent, dans l'espérance de renouer les
négociations, parvint à l'amener encore une fois à des conférences
nouvelles, qui furent tenues à l'extrémité du pont des Carrières, village
dans lequel ce prince étoit logé. Dans le traité qui fut alors proposé, le
roi de Navarre eut l'air d'abandonner entièrement les Parisiens, qui
devoient se remettre à la discrétion du régent, toutefois avec cette
clause, qu'il ne seroit rien décidé à leur sujet que d'après l'avis
unanime de la reine Jeanne, du roi de Navarre, du duc d'Orléans et du
comte d'Étampes. Le Navarrois s'attendoit bien que les rebelles
recevroient encore plus mal ce second traité que le premier; et en effet
ils ne répondirent que par des menaces et des injures à ceux qui vinrent
le leur présenter, non que le peuple ne fût las des maux qu'il souffroit
et de ses vains efforts pour maintenir sa rébellion, mais parce que
Marcel, désespéré, comprimoit tous les mouvements qui auroient pu le
porter à rentrer dans le devoir.

C'étoit à cette situation extrême que le roi de Navarre vouloit amener le
traître pour le forcer, lui et les siens, à se remettre entièrement entre
ses mains; et c'est ce qui arriva. En effet, le prévôt des marchands,
voyant sa ruine inévitable, et dans cette lassitude du peuple et dans les
forces redoutables qui se dirigeoient contre lui, alla trouver
Charles-le-Mauvais, qui, retiré à Saint-Denis, et toujours flottant en
apparence entre les deux partis, attendoit dans ce lieu le succès de son
astucieuse politique. La situation du rebelle étoit telle, que son salut
dépendoit alors du caprice d'un homme encore plus méchant que lui, et qui
ne le regardoit plus que comme un vil instrument de ses méchancetés. Dès
qu'il eut pris avec le Navarrois le ton d'un suppliant, celui-ci commença
par le dépouiller des trésors qu'il avoit amassés, en exigeant de lui des
sommes considérables; il lui fit perdre ensuite par degrés le peu de
faveur populaire qui lui restoit, en l'engageant dans de fausses démarches
qui aliénoient de plus en plus les esprits, par exemple, en le forçant à
délivrer environ cent cinquante Anglois que les Parisiens avoient
eux-mêmes emprisonnés au Louvre. Enfin les choses en vinrent au point que
Marcel, détesté de ce même peuple dont il avoit été l'idole, et de quelque
côté qu'il tournât les yeux, ne voyant plus qu'une mort honteuse et
certaine, convint de livrer la ville au Navarrois, et promit de le faire
couronner roi de France, s'il vouloit le protéger lui et ses complices,
contre les fureurs de ce peuple détrompé.

Marcel, ayant pris toutes les mesures qu'il jugea nécessaires pour
l'exécution de son projet, fit avertir le roi de Navarre, qui s'approcha
secrètement de la ville avec une troupe nombreuse de soldats. À un signal
convenu, les portes devoient lui en être ouvertes; et la nuit qui
précédoit le 1er d'août étoit celle qu'ils avoient choisie pour
l'exécution de leur complot. En conséquence, le prévôt, accompagné de
quelques bourgeois de sa faction, les uns armés, les autres sans armes, se
rendit à la porte Saint-Denis, qui étoit une de celles qu'il devoit
livrer, en demanda la clef à l'officier du poste, et voulut renvoyer la
troupe qui la gardoit pour la remplacer par ses gens. Les bourgeois qui
veilloient à cette porte, étonnés de cet ordre nouveau, commencèrent à
concevoir des soupçons, et demandèrent à Marcel les raisons qui le
portoient à en agir ainsi. Au milieu de la dispute qui s'élevoit entre
eux, survint Jean Maillard, compère de Marcel, autrefois l'un de ses
partisans les plus dévoués, et qui, ce jour-là même, rompit ouvertement
avec lui. Il commandoit cette même nuit le quartier d'où dépendoit le
poste où l'on se querelloit et étoit arrivé au bruit, avec Simon Maillard
son frère et plusieurs de leurs amis[34].

          [Note 34: Presque tous nos historiens racontent que ce fut
          Maillard qui tua Marcel au moment où il alloit livrer la
          Bastille Saint-Antoine aux troupes du roi de Navarre; et nous
          avions suivi leur récit dans notre première édition. Nous
          ignorions alors que M. Dacier, dans un mémoire lu à l'académie
          des inscriptions et belles-lettres en 1778, avoit prouvé,
          d'après les traditions les plus authentiques, que les choses ne
          s'étoient point passées ainsi, et que cet honneur d'avoir frappé
          le traître appartenoit à un autre: nous offrons donc ici une
          relation nouvelle de cet événement dans laquelle les faits sont
          rectifiés d'après le Mémoire du savant académicien.]

«Estienne, lui dit-il, que faites-vous ici à cette heure?--Jean, répondit
le prévôt, à vous qu'en monte[35] de le savoir? Je suis ici pour prendre
garde à la ville, dont j'ai le gouvernement.--Pardieu, reprit Maillard, il
n'en va mie ainsi, ains n'êtes ici à cette heure pour nul bien, et je vous
montrerai, continua-t-il, en s'adressant à ceux qui étoient auprès de lui,
comme il tient les clefs de la porte en ses mains pour trahir la
ville.--Jean, vous mentés, répliqua le prévôt.--Mais vous, Estienne,
mentés, s'écria Maillard;» aussitôt il monte à cheval, fait flotter une
bannière royale, et suivi des siens, parcourt les rues en criant:
_Montjoie Saint-Denis au roi et au duc_; puis s'arrêtant quelque temps
aux halles, il y donne l'alarme au peuple. Cependant le prévôt conserve,
dans cette situation périlleuse, toute sa présence d'esprit; et trompant
par une ruse ceux qui auroient pu l'arrêter, il répète avec ses gens ce
même cri de _Montjoie Saint-Denis_; et tous se dirigent à grande hâte, et
toujours criant, du côté de la porte Saint-Antoine.

          [Note 35: Qu'importe.]

Pendant cette altercation de Marcel et de Maillard, le sire Pepin
Désessarts, et le sire Jean de Charny, avoient eu, dit Froissard, comme
par inspiration divine, quelque révélation du coup qui se préparoit. Sans
rien savoir de ce qui se passoit, sans avoir avec Maillard aucune
intelligence, ils s'arment; et Martin Désessarts, frère de Pepin, et
Jacques de Pontoise, huissier d'armes, se joignent à eux. À leur premier
appel se rassemblent autour de ces braves un grand nombre de leurs amis et
de bourgeois restés fidèles au roi et au dauphin. D'abord ils se
précipitent dans la maison de Joseran de Marcon, trésorier du roi de
Navarre, agent de ce prince à Paris, et l'un des principaux conspirateurs:
ils ne le trouvent point; déjà il étoit auprès de Marcel. Soudain ils
courent à l'hôtel-de-ville: le chevalier Désessarts y saisit une bannière
royale et se met à la poursuite du prévôt, en criant avec ses amis:
_Montjoie Saint-Denis au roi et au duc: meurent les traîtres_. En un
moment ils sont à la porte Saint-Antoine; ils y surprennent Marcel,
tenant entre ses mains les clefs de Paris, et l'interpellent brusquement.
Là comme à la Bastille Saint-Denis commencent de violents débats; les
esprits s'échauffent: les menaces suivent les injures; déjà Maillard étoit
arrivé avec ses amis, et leur troupe avoit grossi celle des fidèles. Les
amis de Marcel se mettent en défense; on se mêle, on se frappe en tumulte.
Le peuple attroupé poussoit contre eux des cris: _À mort, à mort; tuez,
tuez le prévôt et ses alliés; car ils sont traîtres_. Philippe Giffart,
échevin, étoit bien armé et le casque en tête: il vendit chèrement sa vie.
Marcel, voyant tout perdu, étoit monté sur les degrés de la Bastille; il
alloit s'enfuir: le sire de Charny s'élance à sa poursuite, l'atteint, lui
décharge un coup de hache sur la tête, et le renverse mourant. Pierre
Fouace et d'autres bourgeois se jettent sur lui et l'achèvent à coups
d'épée et de hallebarde. Simon le Paumier et beaucoup de ses satellites,
percés de mille coups, expirent sur son corps plus noblement qu'il
n'appartenoit à de tels scélérats. On cherche de tous côtés les partisans
de Marcel; tous ceux que l'on rencontre sont massacrés; beaucoup sont pris
dans leurs demeures, chargés de fers et traînés en prison. La populace
exerce mille outrages sur le corps du traître et sur ceux de ses
complices les plus criminels; les autres périrent, les jours suivants,
par la main du bourreau, et, à l'exception de l'évêque de Laon, pas un
seul n'échappa[36].

          [Note 36: Ces dernières circonstances de l'événement sont
          racontées un peu différemment par les historiens de Paris. Nous
          avons préféré suivre Vély, le père Daniel, le président Hénault,
          etc.]

Trois jours après ce grand événement, le régent rentra dans la ville
soumise et repentante, au milieu de mille cris de joie, et alla loger au
Louvre. Le gouverneur de ce château, nommé Pierre Caillard, eut la tête
coupée pour l'avoir mal défendu contre Marcel.

Cependant le roi de Navarre, voyant ses projets avortés du côté des
Parisiens, se livre tout entier au roi d'Angleterre, avec lequel il avoit
toujours négocié, même dans le temps qu'il faisoit avec le régent traité
sur traité; et cessant dès lors de garder aucune mesure à l'égard de ce
prince, lui déclare une guerre ouverte, bloque Paris avec une nombreuse
armée, et ravage ses environs. La situation du dauphin parut en ce moment
plus difficile que jamais. Il avoit beaucoup de peine à lever les troupes
nécessaires pour combattre avec succès un ennemi aussi acharné: car la
noblesse étoit rentrée dans ses foyers aussitôt qu'elle l'avoit vu maître
de Paris; et, dans les désordres qu'une licence générale faisoit naître en
France, chaque ville, forcée de songer à sa propre sûreté, ne
s'empressoit guère à lui fournir des soldats. D'un autre côté, il n'osoit
s'éloigner de la capitale, où il y avoit encore des mécontents et de
nouveaux complots à craindre, où son autorité étoit loin d'être bien
affermie. Il en fit dans ce temps-là même une assez fâcheuse expérience:
douze bourgeois accusés d'intelligence avec le roi de Navarre avoient été
arrêtés par son ordre. Cette arrestation excita de grands murmures; et tel
étoit l'esprit de méfiance et de mutinerie qui régnoit encore, que ce
prince fut obligé de se rendre sur la place de Grève, et là, monté sur les
degrés de la croix, de se justifier devant le peuple de cet acte
d'autorité, en donnant la preuve que ces hommes étoient coupables. Bien
qu'ils fussent convaincus, il n'osa pas ensuite les punir.

Toutefois ce prince mit dans sa conduite un tel mélange de douceur et de
fermeté; il montra tellement, par toutes ses démarches, qu'il n'avoit en
vue que le bien de l'État, qu'il parvint peu à peu à se concilier tous les
esprits, et qu'il obtint des états-généraux, qui furent convoqués peu de
temps après, des forces suffisantes pour tenir tête au Navarrois. (1359)
Alors celui-ci osa encore proposer de faire un traité; et tel étoit le
malheur des temps, que le dauphin jugea avantageux de l'accepter, et même
reçut dans Paris, avec toutes sortes d'honneurs et de caresses, un
perfide qui ne méditoit que sa ruine, qui même, en signant cette paix
frauduleuse, continuoit en effet la guerre: car son frère Philippe de
Navarre avoit refusé, d'accord avec lui, d'entrer dans l'accommodement, et
venoit de réunir aux troupes du roi d'Angleterre les soldats qu'il
commandoit, lesquels appartenoient réellement à Charles-le-Mauvais[37].

          [Note 37: Tandis que Philippe dévastoit les provinces avec les
          troupes de son frère, celui-ci conspiroit encore à Paris pour y
          introduire les Anglois. Le complot fut découvert par deux
          fidèles citoyens qu'on avoit voulu y faire entrer. Le roi de
          Navarre quitta alors cette ville avec précipitation, et se
          retira à Mantes, d'où il envoya défier le régent et ses frères.]

Peu de temps après, fut présenté aux États assemblés le traité négocié en
Angleterre pour la liberté du roi Jean: les conditions en étoient si
honteuses, qu'il excita une indignation générale et fut rejeté d'une voix
unanime. Édouard irrité rentre dans la France désolée par tant d'ennemis
intérieurs, l'attaque par l'Artois, la Champagne et la Bourgogne, ne
trouve de résistance nulle part, et s'avance jusqu'aux portes de Paris,
chassant devant lui les habitants de la campagne qui se réfugièrent dans
ses murs. Ce fut dans cette circonstance que le dauphin donna ordre de
mettre le feu aux maisons qui étoient hors de l'enceinte, du côté
méridional[38], afin que les Anglois ne pussent pas s'y loger. Ceux-ci,
après être demeurés huit jours devant la ville, furent forcés de décamper,
faute de vivres[39]. Édouard se retira dans la Beauce avec son armée, et
l'année d'après, le traité de Brétigni[40] rendit la liberté au roi Jean.
Charles-le-Mauvais fit en même temps sa paix avec ce prince, par la
médiation du roi d'Angleterre.

          [Note 38: _Voyez_ t. Ier, p. 34, 1re partie.]

          [Note 39: On dit que dans le dépit qu'il conçut de ne pouvoir
          s'en emparer, Édouard envoya un défi au régent, qui eut le bon
          esprit de le refuser.]

          [Note 40: Un orage violent qu'Édouard essuya dans cet endroit,
          épouvanta, dit-on, si fort son armée, qu'il crut y reconnoître
          l'ordre du ciel de faire la paix. (HÉNAULT.)]

(1360.) Ce fut le 13 décembre de cette année que le roi rentra enfin dans
sa capitale, après une absence de quatre années. Il y fut reçu au milieu
des transports de la plus vive allégresse. Les Parisiens, à son aspect,
sembloient oublier tous les maux qu'ils avoient soufferts, et se
livroient, pour l'avenir, aux plus douces espérances. De nouvelles
calamités les attendoient: une famine affreuse, suite ordinaire des
guerres civiles, vint désoler la ville et y causa de grands ravages. La
misère du peuple étoit à son comble, et cependant il falloit fournir les
sommes énormes[41] qui avoient été promises à l'Anglois par un des
articles du traité. Fidèle observateur de sa parole, Jean rejeta
constamment tous les moyens qu'on put lui offrir de l'éluder; mais ceux
qu'il employa pour l'accomplir attestent la situation extrême à laquelle
il se trouvoit réduit. Il n'en trouva point d'autres qu'une nouvelle
altération des monnoies, et le rappel des Juifs, toujours riches, quoique
sans cesse dépouillés, et aspirant toujours à rentrer dans un pays où ils
devoient s'attendre à chaque instant à une nouvelle proscription. Un tel
phénomène moral étonne d'abord, mais s'explique ensuite facilement, si
l'on considère qu'eux seuls connoissoient l'industrie et le commerce; et
que les François d'alors, oisifs, ignorants et fastueux, étoient, par
leurs passions et par leur paresse, une proie qui se livroit d'elle-même
aux usures sans cesse renaissantes de ces habiles traitants. Ils donnèrent
donc avec empressement une somme très-forte pour la rançon du roi, se
soumirent à un tribut annuel non moins considérable, et, à ces conditions,
obtinrent la liberté de rentrer en France et d'y demeurer pendant vingt
années. Ce fut ainsi qu'on parvint à exécuter cette clause du traité, bien
onéreuse sans doute, mais moins fatale que celles par lesquelles le roi
cédoit aux Anglois les plus belles provinces de la France[42], leur
livroit les points les plus importants de ses côtes, et consentoit à les
établir jusque dans le coeur de ses états.

          [Note 41: Elles s'élevoient à trois millions d'écus d'or.]

          [Note 42: Le Poitou, la Saintonge, l'Agénois, le Périgord, le
          Limousin, le Querci, le Rouergue, le pays de Tarbes,
          l'Angoumois, La Rochelle, Montreuil, Calais et plusieurs autres
          villes avec leurs dépendances, les comtés de Ponthieu et de
          Guines, de Bigorre, de Gavre, de Foix, d'Armagnac, les fiefs de
          Tours, plusieurs autres seigneuries, le tout en pleine
          souveraineté, et sans nulle mouvance de la couronne de France.]

Il se passa, du reste, peu d'événements importants à Paris pendant les
dernières années du règne du roi Jean. Il n'y fut point fait d'autres
fondations que celles des colléges de Boissi, de Boncourt, de Justice, des
petites écoles, et de l'hôpital du Saint-Esprit pour les pauvres
orphelins. Ce prince, aidé des sages conseils de son fils s'occupa à
rétablir la police dans cette grande ville. Il réorganisa le parlement,
dont les désordres de la régence avoient suspendu les séances et dispersé
les membres les plus éclairés et les plus vertueux. Il fit aussi des
réglements pour une meilleure organisation du guet de Paris[43]. (1363)
Une contagion horrible enleva, cette année, près de la moitié de ce qui
restoit d'habitants dans cette capitale.

          [Note 43: L'événement qui donna lieu à l'ordonnance du roi Jean
          mérite d'être cité. Ce fut un procès qui s'éleva entre le prévôt
          et l'évêque de Paris, Jean de Meulant. Les évêques avoient le
          droit de faire faire le guet autour de la cathédrale pendant
          toute la nuit, et d'y faire prendre et punir les malfaiteurs.
          Les archers du Châtelet ayant rencontré les gens de Jean de
          Meulant qui traversoient la ville armés, leur enlevèrent leurs
          armes, et les mirent en prison. Sur la plainte de l'évêque, le
          parlement rendit un arrêt par lequel il fut maintenu dans son
          droit, mais sous la condition que les officiers de sa justice
          seroient obligés de porter leurs armes dans des sacs jusqu'à la
          cour de l'évêché, et de les remporter de même.]

Cependant le royaume continuoit d'être en proie à tous les maux de la
guerre, au sein de cette paix si chèrement achetée que le retour de son
roi lui avoit procurée. Toujours perfide dans sa politique à l'égard de la
France, Édouard n'avoit pas voulu rappeler en Angleterre les soldats, la
plupart Allemands, Brabançons, Gascons, etc., qui composoient les
garnisons des places que le traité l'obligeoit de rendre; il avoit même
négligé à dessein d'acquitter leur solde, de manière que ces troupes,
abandonnées à elles-mêmes au milieu de nos provinces, se joignirent aux
brigands qui déjà les désoloient, et y accrurent cette terrible armée si
connue sous le nom de _grandes compagnies_, l'un des plus cruels fléaux
dont la France eût encore été accablée. Ils se répandirent en Champagne,
en Bourgogne, dans le Lyonnois, dans la Franche-Comté, exterminèrent une
armée de gentilshommes que l'on envoya contre eux, ce qui jusqu'alors
étoit sans exemple, dévastèrent tout le pays qu'ils parcoururent,
pénétrèrent jusqu'aux portes d'Avignon où ils rançonnèrent le pape
épouvanté, et continuèrent leurs courses et leurs ravages dans l'est de la
France, jusque sous le règne suivant, où elle en fut enfin délivrée.

En 1364, Jean, dont la bonne foi est devenue célèbre dans l'histoire,
retourna en Angleterre, pour traiter de la rançon du duc d'Anjou son fils
qui s'en étoit évadé, et y mourut peu de temps après son arrivée: «C'étoit
un prince peu avisé,» dit le président Hénault, qui loue, ainsi que tous
les autres historiens, son grand courage, et cette bonne foi, le trait le
plus remarquable de son caractère[44]. Qu'il fût _peu avisé_, rien ne le
prouve plus qu'un des derniers actes d'autorité qu'il exerça avant de
quitter pour toujours son royaume. En 1361, Philippe de Rouvre, dernier
duc de Bourgogne de la première maison souveraine de ce duché, étoit mort
âgé de quatorze ans. Jean avoit réuni ce grand fief à la couronne par le
droit du sang, comme étant le plus proche parent de ce jeune prince. Tout
sembloit lui faire une loi de le garder, pour réparer, du moins en partie,
les brèches énormes que le traité de Brétigni avoit faites au territoire
de la France. Cependant, par une inconcevable imprudence et un mouvement
de tendresse aveugle que ses enfants payèrent bien cher par la suite, au
lieu de conserver un domaine aussi important, il le donna à
Philippe-le-Hardi son quatrième fils, à titre d'apanage. Cette donation
fut faite le 6 septembre 1363. Ce prince réunit depuis la comté-pairie de
Flandre à la branche de Bourgogne, par son mariage avec Marguerite,
dernière héritière des comtes de cette province; et un nouveau vassal
s'éleva au milieu du royaume, plus puissant et plus redoutable encore que
tous ceux qui le désoloient depuis si long-temps.

          [Note 44: Il disoit que «quand la bonne foi seroit bannie du
          reste du monde, elle devroit se retrouver dans la bouche des
          rois.»]

Cette belle France étoit au dernier degré d'abaissement lorsque Charles V
monta sur le trône. Elle avoit perdu tout ce que Philippe-Auguste avoit
conquis sur les Anglais; les peuples étoient ruinés, les campagnes
dévastées et sans culture, le trésor obéré, l'autorité royale avilie, les
troupes découragées. Ce fut par une faveur spéciale de la Providence
qu'elle obtint un chef d'une prudence aussi consommée, d'un esprit aussi
ferme et aussi pénétrant. Cet esprit supérieur et cette prudence salutaire
lui fournirent les moyens de réparer tous les maux qui avoient affligé le
royaume sous le règne de son père. Le nouveau roi n'étoit point un prince
guerrier: la foiblesse de sa complexion et les infirmités dont il étoit
accablé ne lui permettoient point les exercices militaires, et jamais il
ne parut à la tête de ses armées. Mais tandis que, dans le fond de son
cabinet, il méditoit des plans pour le bonheur de son peuple et la gloire
de son règne, un général, le plus habile de son siècle, et qu'il eut
l'adresse de s'attacher, les exécutoit avec le plus rare bonheur. Qui ne
connoît les faits d'armes presque fabuleux de l'héroïque connétable
Duguesclin, et cette suite non interrompue de victoires qui rendirent à la
France presque tout ce qu'elle avoit perdu sous Philippe de Valois et le
roi Jean; la fin du règne d'Édouard aussi malheureuse que le cours en
avoit été heureux et brillant; tant de merveilles opérées dans six
campagnes, et Charles, dans cinq années de paix, ramenant l'abondance au
sein de ses États, rétablissant l'ordre et la prospérité dans ses
finances, se créant des armées valeureuses et disciplinées? En même temps
qu'il forçoit l'étranger à sortir de ses provinces, les ennemis intérieurs
furent subjugués, entre autres le Navarrois, toujours perfide, toujours
uni aux ennemis de la France, et combattant tour à tour à force ouverte et
par des assassinats. Sous ce règne mémorable, les provinces se virent
enfin délivrées de l'horrible fléau des _grandes compagnies_, que le
connétable sut employer utilement, en les emmenant à la conquête de
l'Espagne[45]. Les lettres fleurirent[46]; l'agriculture se ranima; et si
le ciel eût accordé une vie plus longue à un si grand roi, il est hors de
doute que les malheurs affreux qui désolèrent le règne de son successeur
ne seroient jamais arrivés.

          [Note 45: Il en chassa Pierre-le-Cruel, et fit couronner à sa
          place Henri, comte de Transtamare, frère bâtard du roi.]

          [Note 46: Charles V peut être regardé comme le fondateur de la
          Bibliothèque royale de Paris.]

Sous de tels princes, les capitales des empires sont assez heureuses pour
n'offrir que peu de pages à l'histoire. Le théâtre de la guerre est loin
d'elles: une sage police y maintient l'ordre, et rarement il s'y passe de
grands événements. Paris eut ce bonheur tant que vécut Charles V. Sa
tranquillité ne fut troublée que par quelques querelles qui s'élevèrent
entre les écoliers de l'Université et les fermiers de l'impôt du vin.
Malgré les fraudes dont ceux-ci les accusoient, ils furent maintenus dans
le droit de franchise de cet impôt, dont ils jouissoient de temps
immémorial. Le prévôt de Paris, Hugues Aubriot, qui sembloit vouloir tenir
tête à l'Université elle-même, en différant de prêter le serment qu'il lui
devoit, ne put également soutenir une lutte aussi inégale contre un corps
si puissant et si spécialement favorisé du monarque. (1366) Il fut obligé
de se rendre le 10 octobre dans l'assemblée générale des quatre facultés,
qui se tint aux Bernardins, et là, de faire publiquement le serment par
lequel il s'engagea à conserver les priviléges de l'Université tant qu'il
seroit en charge.

(1368.) La cinquième année du règne de ce prince fut remarquable par
l'établissement des religieux hospitaliers de l'ordre de Saint-Antoine à
Paris, et par la naissance du dauphin, depuis l'un de nos plus malheureux
rois, sous le nom de Charles VI. Quelques jours après sa naissance, ce
prince fut porté avec une pompe extraordinaire dans l'église de
Saint-Paul, et tenu sur les fonts baptismaux par Charles de Montmorenci et
par la reine douairière Jeanne d'Évreux. Le roi donna le Dauphiné en
apanage à son fils aussitôt qu'il eut reçu le jour. Il fut ainsi le
premier des enfants de France qui porta, en naissant, le titre de
dauphin[47].

          [Note 47: Ce fut sous le règne de Philippe-de-Valois que le
          Dauphiné et le comté de Viennois entrèrent dans le domaine de la
          couronne de France, par la cession qu'en fit à ce prince Humbert
          II, dernier prince de la maison de la Tour-du-Pin qui ait
          possédé cette souveraineté. «On a cru mal à propos, dit le
          président Hénault, qu'une des conditions du traité avoit été que
          le titre de dauphin seroit porté par le fils aîné de nos rois.
          Il arriva au contraire que le premier dauphin, nommé par
          Humbert, fut le second fils de Philippe de Valois; mais il est
          vrai que cela n'eut pas lieu, et que ce titre a toujours été
          porté depuis par le fils aîné du roi.»]

(1369.) Assemblée mémorable du parlement, le 9 mai, veille de l'Ascension,
dans laquelle comparurent les comtes d'Armagnac, de Foix, et plusieurs
autres seigneurs, appelants au roi contre Édouard, roi d'Angleterre. Ce
prince y est cité comme vassal de la couronne, et n'ayant pas comparu, les
terres qu'il possédoit en France sont confisquées. Ce fut la cause d'une
guerre nouvelle que le roi prévoyoit, et à laquelle il se préparoit
depuis long-temps. Ce fut alors que l'abbé de Saint-Germain, ayant reçu
l'ordre de fortifier son abbaye, fut obligé, pour le mettre à exécution,
de démolir la chapelle de Saint-Martin-des-Orges, dépendante de
l'Université, et même de disposer de quelques arpents de terrain qui
appartenoient également à cette compagnie, à laquelle il donna en échange
le droit de patronage sur la cure de Saint-Germain-le-Vieux[48].

          [Note 48: _Voyez_ t. Ier, p. 263, 1re partie.]

(1370.) Cette année, Hugues Aubriot, prévôt de Paris, pose la première
pierre des fondements de la Bastille. Cette énorme forteresse ne fut
achevée que sous le règne suivant. Cependant les Anglais, qui s'étoient
avancés dans l'intérieur de la France, pénètrent jusqu'aux portes de la
capitale, et se présentent en bataille entre Ville-Juif et Paris. Le roi,
qui n'avoit que douze cents hommes d'armes, reste renfermé dans la ville,
et permet seulement une légère escarmouche du côté du faubourg
Saint-Marceau. L'ennemi est battu, et décampe le même jour pour se retirer
en Anjou.

(1371.) Le roi confirme les habitants de Paris dans le droit qu'ils
avoient de temps immémorial de jouir de tous les priviléges de la
noblesse[49]. Mort de la reine Jeanne d'Évreux.

          [Note 49: Ils avoient la garde et le bail de leurs enfants; ils
          pouvoient posséder des fiefs nobles et arrière-fiefs, user de
          brides d'or et autres ornements attachés à l'ordre de la
          chevalerie, prendre des armes de chevalier comme les nobles
          d'origine, etc.]

(1374.) On continue l'enceinte de la ville commencée sous la régence; elle
ne fut achevée que sous Charles VI. Le prévôt de Paris fait en même temps
rétablir le grand pont qui s'étoit rompu. On croit que le pont
Saint-Michel fut bâti sous le même règne et quelques années après.

Cette même année est mémorable par l'ordonnance de Charles V, du mois
d'août, qui fixe la majorité de nos rois à quatorze ans. L'Université, le
prévôt des marchands et les échevins de la ville furent présents à
l'enregistrement qui en fut fait au parlement[50].

          [Note 50: Cette loi, dont l'objet étoit de mettre ordre à l'abus
          des régences qui absorboient l'autorité royale, ne reçut son
          dernier perfectionnement que par une ordonnance nouvelle, rendue
          en 1404, laquelle régla qu'en quelque minorité qu'il pût être,
          le roi, à son avénement au trône, seroit réputé roi; et que le
          royaume seroit gouverné par lui, et en son nom par les princes
          les plus proches de son trône, et par les personnes les plus
          sages de son conseil. Nous voyons, sous la première race, que
          tant que l'héritier de la couronne étoit mineur, le royaume
          étoit réellement entre les mains des seigneurs qui le lui
          gardoient conjointement avec les autres rois, ses parents, s'il
          en avoit; et l'on en trouve une preuve assez frappante dans
          l'histoire tragique des fils de Clodomir. Si le prince n'avoit
          point de parents qui pussent le remplacer, et qu'il plût aux
          seigneurs régents de se démettre de leur droit en faveur d'un
          seul gouverneur du jeune monarque, ce gouverneur unique étoit
          roi: c'est ce qui arriva, sous la seconde race, pendant la
          minorité de Charles-le-Simple. Cette coutume se prolongea jusque
          sous la troisième; et quoique le régent du royaume ne portât
          plus alors le titre de roi, il n'en étoit pas moins la source de
          tout le pouvoir; il n'empruntoit point son autorité du prince
          mineur, et les _lettres royaux_ étoient intitulés de son nom.]

(1378.) Entrée solennelle de l'empereur Charles IV, qui vint à Paris
accompagné de son fils Venceslas, roi des Romains[51]. Le motif du voyage
de ce prince étoit d'acquitter un voeu qu'il avoit fait de visiter
l'abbaye de Saint-Maur à Paris. Il mourut quelques mois après. Des
assassins envoyés par le roi de Navarre pour attenter à la vie du roi sont
arrêtés et exécutés.

          [Note 51: _Voyez_ t. Ier, p. 160, 1re partie.]

(1379.) Le roi confisque la Bretagne sur le comte de Montfort, et la
réunit à son domaine pour crime de félonie, sauf les droits des enfants de
Charles de Blois[52]. Commencement du schisme qui, pendant quarante ans,
divisa l'Église, et dont nous examinerons plus tard les funestes
conséquences. Après la mort de Grégoire XI, Urbain VI avoit été élu par
les cardinaux qui étoient alors à Rome. Plusieurs étant sortis de la ville
prétendirent que l'élection n'avoit pas été libre, parce qu'effectivement
ils avoient été contraints par le peuple d'entrer au conclave; et
s'assemblant de nouveau, ils élurent Clément VII, qui se retira à
Avignon. L'Université de Paris, consultée par le roi, reconnut ce dernier
pape qu'il favorisoit.

          [Note 52: Cette réunion n'eut pas lieu, parce que le duc sut se
          défendre, et que le roi mourut peu de temps après. (HÉNAULT.)]

(1380.) La santé du roi avoit toujours été languissante depuis la maladie
terrible qu'il avoit eue pendant sa régence, maladie dont on attribua la
cause au poison qui lui avoit été donné par Charles-le-Mauvais. Un médecin
en suspendit l'effet en lui ouvrant le bras, et déclara que, quand cette
plaie se refermeroit, le prince mourroit. La plaie se referma, et Charles
V mourut le 16 septembre de cette année, âgé de quarante-trois ans.

Ce prince avoit acheté, pendant la prison du roi son père, une maison
appartenante au comte d'Étampes, et située près de l'église Saint-Paul. Il
appeloit ce palais _l'hôtel solennel des grands ébattements_, et
l'habitoit de préférence à toutes les autres demeures royales. Nous
donnerons en son lieu une description de cet hôtel, qu'il orna de tout ce
que le luxe de ce temps-là put lui faire imaginer de plus magnifique.
«L'argent immense qu'il y dépensa, dit le président Hénault, dans des
temps si malheureux, pourroit étonner; aussi donna-t-il des lettres, en
1364, pour que cet hôtel fût réuni au domaine. Mais ce fut l'effet d'une
plus sage administration: car ayant trouvé, à la mort de son père, le
trésor épuisé, il répara les finances, ses troupes furent bien payées, il
gagna les princes ses voisins, il bâtit plus qu'aucun de ses
prédécesseurs, et _il ne mit pas d'impôts_[53].»

          [Note 53: Le président Hénault se trompe: Charles V fut dans la
          nécessité de mettre des impôts; et ce qui le prouve, c'est que
          le jour même de sa mort, il supprima, par une ordonnance
          expresse, une partie de ceux qu'il avoit établis. Mais ces
          impôts étoient mis pour le bien public; et c'est ce qu'un
          religieux augustin, prêchant le jour de l'Ascension devant
          Charles VI, la reine et le duc d'Orléans, eut la hardiesse de
          dire, ajoutant qu'alors on connoissoit l'emploi de l'argent
          qu'on levoit sur les peuples; qu'il avoit servi au feu roi à
          chasser l'ennemi du royaume, à fortifier ses places, à reprendre
          celles qui lui avoient été enlevées; et que sous ce nouveau
          règne on ne voyoit point qu'il s'en fit un semblable usage,
          quoique les peuples fussent bien plus chargés, etc. (Hist.
          anonyme, liv. XXV, ch. 6.)]

Sous le règne de Charles V furent fondés les colléges de Bayeux, de
Daimville et de Beauvais.

Gouvernée par un prince si sage, la France avoit respiré un moment; elle
commençoit à se remettre des blessures profondes qu'elle avoit reçues sous
les premiers Valois, lorsqu'un nouveau règne, plus malheureux qu'aucun de
ceux qui l'avoient précédé, la replongea dans des désastres plus grands
encore, et la réduisit à de telles extrémités, qu'il s'en fallut peu que,
devenue une des provinces de son plus implacable ennemi, elle cessât
d'être comptée au nombre des nations. Dans ce tableau, dont nous allons
rassembler les principaux traits, on verra réunis tous les fléaux dont la
vengeance du ciel peut affliger un peuple qu'elle a résolu de punir: une
minorité orageuse, et le long règne d'un roi en démence; des princes
avides et ambitieux, se disputant le pouvoir; la France entière divisée en
factions, au gré de ces tyrans subalternes; l'ennemi extérieur prenant
part à nos guerres civiles, et introduit dans le sein même de l'État par
ceux qui devoient le défendre; l'honneur et la foi bannis de tous les
coeurs; la fureur aveugle, le vil intérêt, tous les genres de corruption
infectant toutes les classes de la société; enfin, ce qui passe tant
d'horreurs, ce qui est presque sans exemple dans les annales du monde, une
reine à la fois voluptueuse et cruelle, femme coupable, mère dénaturée,
qui trahit son époux malheureux, qui conspire contre son propre fils, le
proscrit, se ligue avec l'étranger pour lui ravir son héritage, satisfaite
de le voir chasser du trône de ses ancêtres, si elle peut obtenir une part
de ses dépouilles: le règne de Charles VI offre le spectacle de toutes ces
calamités.

Les trois frères de Charles V lui avoient survécu: ils étoient encore dans
la force de l'âge, tous les trois ambitieux, et cette passion se joignoit,
dans le duc d'Anjou, à la cruauté et à une insatiable avarice; dans le duc
de Berri les mêmes vices étoient tempérés par une indolence qui faisoit le
fonds de son caractère; le duc de Bourgogne étoit le seul dont
l'ambition, plus dangereuse peut-être, étoit ennoblie par quelques
qualités brillantes, et par des sentiments moins indignes de sa naissance
et de son rang.

Les vives contestations qui s'élevèrent entre ces trois princes au sujet
d'une régence qui ne devoit durer que deux années, furent un triste
pronostic des troubles et des divisions auxquels la France alloit être
livrée. À peine Charles eut-il les yeux fermés que les ducs de Berri et de
Bourgogne se rendirent à Melun, où ils s'emparèrent de la personne de
l'héritier du trône et de ses frères, alors dans cette ville. Quant au duc
d'Anjou, il courut à Paris se saisir des trésors du feu roi. On convoqua
ensuite une assemblée, où fut appelé tout ce qu'il y avoit de plus grand
dans l'État: là, après une contestation très-longue et très-animée, dans
laquelle le duc d'Anjou fit éclater les prétentions les plus immodérées,
on nomma des arbitres qui lui déférèrent la régence et la présidence du
conseil. L'éducation du roi et la surintendance de sa maison furent
confiées au duc de Bourgogne et au duc de Bourbon, oncle maternel du jeune
prince; mais il fut arrêté en même temps que, _pour le bien de la chose
publique et pour le bon gouvernement du royaume_, le roi seroit émancipé
et sacré avant l'âge.

Cependant la ville de Paris étoit entourée de soldats, que les princes,
dans ces circonstances difficiles, avoient jugé à propos d'y appeler. Le
duc de Bourgogne, qui les commandoit, pressoit journellement le duc
d'Anjou de payer leur solde sur les fonds dont il s'étoit emparé:
non-seulement le régent refusoit de le faire, mais il levoit encore sur
les Parisiens de nouveaux impôts, dont il accroissoit les sommes immenses
qu'il avoit déjà amassées. Il en résulta que les soldats, privés de leur
paie, ravagèrent les campagnes, et que les paysans, dépouillés et
maltraités par eux, vinrent encore augmenter la misère des Parisiens en se
réfugiant dans la ville. Le mécontentement que fit naître, dans une
circonstance aussi fâcheuse, cette augmentation d'impôts, s'accrut encore
de la rigueur avec laquelle on les exigeoit. Des murmures on en vint aux
menaces. Les violences des percepteurs continuant toujours, la populace se
soulève, et s'assemblant tumultuairement, force le prévôt des marchands de
marcher à sa tête, et de la conduire au palais, où elle demande à grands
cris l'abolition des impôts, ordonnée en mourant par le feu roi. Le duc
d'Anjou savoit prendre des mesures violentes et tyranniques, mais il
n'avoit point dans le caractère assez de vigueur pour les soutenir. Il
plia devant les rebelles, accrut par là leur insolence, et dès lors on put
prévoir un soulèvement général, si toutes les demandes qu'ils avoient
faites ne leur étoient accordées. Tels furent les premiers effets de
l'avarice et de la foiblesse du régent.

Le sacre du jeune roi fit naître des espérances qui parurent calmer
quelques instans les esprits. Cette cérémonie eut lieu le 4 novembre, et
le même jour le duc d'Anjou quitta le titre de régent; mais il n'en resta
pas moins à la tête du conseil, dont il dirigeoit toutes les opérations.
L'influence qu'il y conservoit se fit bientôt reconnoître par les
nouvelles exactions dont la France entière, et particulièrement la ville
de Paris, furent accablées, et aussitôt la sédition se ralluma. Un nouveau
rassemblement se forme: les mutins tirent l'épée, s'emparent encore du
prévôt des marchands qu'ils entraînent avec eux au palais, et demandent à
grands cris que le roi, ou le duc d'Anjou, se présente pour entendre leurs
plaintes. Le duc paroît, monte sur la table de marbre, écoute le prévôt
forcé de parler dans le sens de la multitude, et fait une réponse vague,
dans laquelle il fait entendre à ces furieux qu'on pourra avoir égard à
leurs demandes lorsqu'ils cesseront d'employer la violence pour les
obtenir. De semblables paroles annonçoient le dessein de résister à la
rébellion, et en même temps trop peu de courage d'esprit pour l'exécuter.
Le peuple se retira en effet, mais enhardi par ce qui venoit de se passer,
et bien résolu de se porter aux dernières extrémités, si l'on cherchoit
encore à l'amuser de vaines promesses. Du reste, toutes ces demandes, si
coupables dans la forme, étoient justes en effet; et c'étoit le régent qui
poussoit le peuple au désespoir.

Cependant le conseil du roi s'étoit rassemblé, et l'on délibéroit sur les
demandes des séditieux, dont le nombre augmentoit à chaque instant. Enfin
l'avis le plus timide, et par conséquent le plus mauvais, prévalut. Il fut
décidé qu'on annonceroit une abolition de tous les nouveaux subsides
imposés en France depuis le règne de Philippe-le-Bel; et telle étoit la
frayeur de la cour, que le chancelier, en publiant cette ordonnance à la
multitude assemblée, le fit en des termes pleins de douceur et de
bienveillance, déclarant que le roi abolissoit ces impôts pour récompenser
l'_obéissance et la fidélité de son peuple_. L'effet d'un tel discours fut
de porter au dernier degré l'insolence de cette populace. À peine le
chancelier avoit-il cessé de parler, qu'un cri général s'éleva pour
demander l'expulsion des juifs, dont plusieurs étoient au nombre des
receveurs publics. Le chancelier, déconcerté, retourne au conseil faire
part de cet incident; et sur-le-champ, sans attendre une nouvelle
délibération, la foule se porte aux maisons de ces malheureux, enfonce les
portes, brise les caisses, pille les meubles et l'argent, massacre tous
ceux qu'elle peut rencontrer, sans distinction de sexe ni d'âge. La
plupart d'entre eux se sauvèrent au Châtelet, où les cachots leurs
servirent d'asile. Cependant ce nouvel attentat resta encore impuni. On se
contenta de rétablir les juifs dans leurs demeures, et d'exiger des
Parisiens une restitution des effets pillés, à laquelle personne n'obéit.

(1380.) Dans les états-généraux, qui furent tenus peu de temps après, les
princes tentèrent vainement de rétablir les impôts qu'ils avoient été
forcés de supprimer. Non-seulement ils n'obtinrent rien de cette
assemblée, mais il arriva ce qui est un effet assez ordinaire de ces
sortes de réunions sous un gouvernement foible et corrompu: c'est que les
députés, qui sentirent l'avantage qu'ils avoient sur un ministère inhabile
et incertain dans ses résolutions, parlèrent et agirent dans le sens des
factieux, demandant un changement total dans l'administration, proposant
des réformes, réclamant les anciennes _franchises et libertés_ de la
nation, imaginant des plans de constitution, etc., toutes choses
inexécutables, dont la plupart furent cependant adoptées par ce conseil
imprudent et pusillanime, qui, loin de diriger les événements, se laissoit
entraîner par l'impulsion journalière qu'il en recevoit. Il en résulta que
le peuple, bercé d'espérances chimériques, conçut, de l'inexécution de ces
projets absurdes, un mécontentement profond que rien ne put apaiser, et
qu'on peut regarder comme la source principale de tous les désordres qui
se succédèrent jusqu'à la fin de ce règne déplorable.

(1381.) Le duc d'Anjou venoit d'être appelé au trône de Naples par
l'adoption de la reine Jeanne. Avant de sortir de France, il voulut faire
encore quelques tentatives pour en arracher des sommes nouvelles: il
sembloit que ce fût une proie qu'il n'abandonnoit qu'à regret. Dans le
conseil, c'étoit toujours sur les besoins de l'État et sur la création de
nouveaux impôts qu'il ramenoit toutes les délibérations; il essaya même
quelques tentatives auprès de la multitude, à qui il envoya Philippe de
Villiers et Jean Desmarets, avocat du roi, dont le crédit étoit très-grand
auprès d'elle; mais, loin de persuader le peuple par les discours qu'ils
lui tinrent à ce sujet, ils ne tirèrent d'autre fruit de leur éloquence
que d'exciter tout à coup une nouvelle sédition. À peine les Parisiens
eurent-ils connu les intentions de la cour, qu'ils déclarèrent ennemi
public quiconque entreprendroit de rétablir les impôts abolis par le roi.
Ils ne s'en tinrent pas à cette déclaration; ils prirent les armes, se
saisirent des portes, tendirent des chaînes, et se formèrent en compagnies
pour la sûreté commune. Plusieurs autres villes, où l'on voulut exercer
les mêmes actes d'autorité, se livrèrent aux mêmes excès, entre autres la
ville de Rouen. La révolte y prit même un caractère si grave et si
inquiétant qu'on jugea nécessaire d'en faire un exemple éclatant, et qui
pût intimider les autres. En conséquence il fut résolu que le roi
partiroit sur-le-champ avec une armée pour faire justice de la ville
rebelle. Il y fut suivi de ses oncles et de toute la cour.

Le duc d'Anjou crut cette circonstance favorable pour réaliser ses projets
financiers, principalement pour rétablir les aides, dans lesquelles on lui
avoit accordé un droit; mais par une supercherie ridicule, et qui prouve
l'extrême foiblesse de son caractère, il avoit ordonné que, pendant son
absence, le bail en fût proclamé à huis clos dans les cours du Châtelet.
Il le fut en effet; des adjudicataires osèrent se présenter, et le
lendemain l'adjudication en fut publiée, au milieu du marché, par un homme
à cheval, qui s'enfuit ensuite à toute bride. Le jour suivant, les
receveurs se présentèrent aux halles: le premier qui entra en exercice
s'étant approché d'une pauvre fruitière, et voulant lever sur sa
marchandise ce droit qui n'étoit que d'un denier, elle appela à son
secours, et sur-le-champ il fut mis en pièces. Le soulèvement, déjà
préparé, sembloit n'attendre qu'un premier meurtre pour éclater avec plus
de violence que jamais. Cinq cents hommes de la lie du peuple se trouvent
rassemblés dans un moment: armés de bâtons, de fourches et de tous les
instruments que le hasard peut leur présenter, ils poursuivent les
collecteurs, les massacrent partout où ils les rencontrent, jusqu'au pied
des autels, où plusieurs d'entre eux s'étoient réfugiés; leurs maisons
sont pillées et démolies; à chaque instant le nombre des séditieux
augmente, et les quartiers les plus fréquentés en sont inondés. Leur
audace s'accroissant avec le nombre, ils courent à l'hôtel-de-ville, en
enfoncent les portes, se saisissent des habillements de guerre, des armes,
et particulièrement de _maillets_[54] de plomb fabriqués sous le règne
précédent, et déposés dans cet édifice. Il manquoit un chef à ces mutins:
ils se souvinrent que Hugues Aubriot, ancien prévôt des marchands, accusé
peu de temps auparavant par l'Université qui le haïssoit, et condamné sur
ses poursuites à une prison perpétuelle, étoit alors enfermé dans les
cachots de l'évêché. Ils allèrent aussitôt l'en tirer, et le mirent à leur
tête. Mais ce magistrat donna, en cette circonstance, une grande preuve de
fidélité: car, la nuit suivante, il trouva le moyen de s'échapper de leurs
mains, et sortit de Paris.

          [Note 54: C'est de là que ces séditieux reçurent le nom de
          _Maillotins_.]

De l'hôtel-de-ville les séditieux se rendirent en appareil de guerre à
l'abbaye Saint-Germain, où on leur avoit dit que plusieurs partisans et un
grand nombre de juifs s'étoient réfugiés avec les deniers royaux. Ce
monastère étoit alors revêtu des fortifications commencées sous le dernier
règne, et ils y livrèrent vainement plusieurs assauts, dans lesquels,
malgré leur acharnement, ils furent toujours repoussés. Les plus emportés
proposèrent alors d'aller piller et raser les maisons royales: on ne sait
ce qui les détourna de cette résolution.

La nuit vint suspendre leur fureur; mais le lendemain ils se rassemblèrent
de nouveau, et plus animés que jamais, ils sortirent en foule de la ville,
dans l'intention d'aller couper le pont de Charenton, pour fermer le
retour aux troupes royales. La crainte d'être enveloppés par les gens de
guerre qu'ils aperçurent dans la campagne fit qu'ils rentrèrent
précipitamment, sans avoir pu exécuter ce projet.

Cependant, tout ce qu'il y avoit de citoyens aisés et paisibles étoit dans
les plus vives alarmes; dix mille bourgeois s'étoient armés, résolus
d'opposer la force à la force, si cette populace tentoit le pillage de la
ville, et les deux partis en présence s'apprêtoient à s'entr'égorger. Dès
le commencement de l'émeute, l'évêque, les principaux magistrats, tous
ceux qui, par leur autorité ou leur influence, auroient pu arrêter les
progrès de la sédition, s'étoient enfuis, dans la crainte d'en être les
victimes: Jean Desmarets eut seul le courage de rester, et cet acte de
dévouement apaisa l'orage. Il étoit éloquent; le peuple l'aimoit et le
respectoit; il osa lui parler et essayer de le ramener à l'obéissance.
Mêlant avec adresse des menaces de la vengeance du roi à la promesse de
l'abolition des impôts, intimidant à la fois et donnant des espérances à
ces furieux, il parvint à les calmer un peu, et à les déterminer à
attendre qu'on fît droit à leurs demandes.

(1382.) La nouvelle du soulèvement de Paris parvint à Rouen, où le roi
étoit resté quelque temps, après avoir tiré une vengeance exemplaire de la
rébellion de cette ville. Aussitôt le conseil fit marcher des troupes vers
la capitale, résolu de faire subir un châtiment non moins terrible à ses
habitants. Ceux-ci, de leur côté, instruits de ce qui venoit de se passer
à Rouen, étoient bien déterminés à se défendre jusqu'à la dernière
extrémité, et surtout à ne point entendre parler de subsides. Ils avoient
posé des corps-de-garde dans les principaux quartiers ainsi qu'aux portes
de la ville, et le feu de la révolte paroissoit prêt à se rallumer.
Cependant les bourgeois de Paris, étrangers à tous ces mouvements, placés
entre les fureurs de la populace et les ressentiments de la cour, qui
pouvoit les confondre dans sa vengeance, pensoient à apaiser la colère du
roi. Ils obtinrent en conséquence qu'on lui envoyât une députation
composée de membres de l'Université, à la tête de laquelle l'évêque de
Paris s'offrit de marcher. Elle fut introduite auprès du prince, auquel
elle présenta les supplications de cette classe fidèle de citoyens en des
termes si touchants, qu'il en fut profondément ému, et accorda en leur
faveur la suppression des impôts si ardemment désirée, et une amnistie
générale, de laquelle il exceptoit cependant les auteurs de la révolte.
Cette grâce fut publiée aussitôt dans Paris par Desmarets lui-même, qui,
accablé d'années et d'infirmités, se fit porter en litière, pour avoir la
joie d'annoncer une si heureuse nouvelle à ce peuple coupable; mais il eut
la douleur de le trouver insensible à cet acte de clémence: l'esprit de
révolte étoit si loin d'être éteint, que les mutins s'opposèrent
ouvertement à l'exécution de quelques-uns de leurs chefs, que le prévôt
des marchands vouloit envoyer au supplice. Un nouveau soulèvement étoit
sur le point d'éclater, si la cour n'eût ordonné de suspendre ces
exécutions; on fut obligé de faire noyer[55] secrètement les plus
criminels.

          [Note 55: Cette manière de faire mourir ceux qu'on ne vouloit
          pas exécuter publiquement étoit fort en usage dans ce siècle. On
          enfermoit les criminels qu'on vouloit faire périr ainsi dans un
          sac lié par en haut; on les précipitoit ordinairement sous le
          pont au Change ou hors de la ville, au-dessus des Célestins.
          L'auteur des _Antiquités de Paris_ pense que c'est de là qu'est
          venue l'expression de _gens de sac et de corde_, employée pour
          désigner les scélérats. (_Antiq. de Paris._, t. II, liv. 10.)]

Le roi, ne jugeant pas à propos de rentrer à Paris, à cause de ces
mauvaises dispositions du peuple, parcourut diverses villes peu éloignées
de cette capitale, telles que Compiègne, Meaux, Pontoise, et partout son
conseil eut des conférences avec les députés des provinces pour le
rétablissement des impôts; partout il éprouva une résistance que soutenoit
l'exemple donné par les Parisiens. On tenta alors avec ceux-ci de
nouvelles négociations, dans lesquelles ils se montrèrent aussi
intraitables qu'auparavant. Ils refusèrent l'établissement des gabelles,
auquel le conseil réduisoit ses demandes, comme ils avoient refusé celui
des aides. Enfin le duc d'Anjou, voyant qu'il étoit impossible de vaincre
l'obstination de cette multitude, prit la résolution de faire revenir les
troupes, et de leur abandonner la campagne de Paris. Les dégâts qu'elles y
commirent retomboient principalement sur les riches bourgeois de la ville,
c'est-à-dire sur ceux qui n'avoient pris aucune part à la révolte; mais il
en résulta que, par leur entremise, les conférences furent renouées, et
que, par un accord qui satisfit à la fois et le peuple et la cour, le roi
rentra dans Paris, sous la condition qu'il ne seroit plus parlé des
impôts, source de toutes ces querelles, mais que la ville lui paieroit une
somme de cent mille francs[56], à titre de présent. Cette somme fut encore
livrée au duc d'Anjou, mais ce fut la dernière de ses exactions; il partit
enfin pour la conquête de Naples, où l'on sait qu'il perdit et ses
trésors et la vie. Le duc de Bourgogne le remplaça dans la direction
suprême des affaires. Quant au duc de Berri, il gouvernoit alors le
Languedoc, dont il étoit à la fois le spoliateur et le tyran.

          [Note 56: Environ un million de notre monnoie.]

Peu de temps après, le roi marcha avec une armée au secours, de Louis de
Male, comte de Flandre, dont les sujets s'étoient révoltés. Le duc de
Bourgogne, héritier par sa femme de ce comté, commandoit les François, et
gagna sur les Flamands la bataille de Rosebecq, qui les força à rentrer
sous le joug de l'autorité légitime.

Pendant cette expédition, les _Maillotins_, toujours inquiets sur les
dispositions de la cour, crurent l'occasion favorable pour recommencer
leurs désordres. Il y eut de nouveaux rassemblements de factieux, dans
lesquels il n'étoit question de rien moins que de raser le Louvre et la
Bastille; mais ils en furent détournés par un marchand nommé Nicolas le
Flamand, qui leur conseilla d'attendre l'issue de la guerre de Flandre,
qu'ils espéroient devoir être fatale au roi. Cette circonstance ne fit
qu'accroître la colère de ce prince, qui, revenant sous les murs de Paris
avec une armée triomphante, résolut enfin de faire un exemple éclatant de
cette ville rebelle.

On n'osa pas, cette fois, lui en disputer l'entrée; elle se fit par la
porte Saint-Denis, dont toutes les barrières furent arrachées. Une
députation voulut en vain arrêter le jeune roi, qui s'avançoit au milieu
de ses oncles et de toute sa cour. Il passa outre sans daigner l'écouter,
se rendit à la cathédrale, et de là au Palais. L'armée, distribuée dans
les différents quartiers, s'empara des corps-de-garde, des places
publiques et de tous les lieux où les rebelles avoient coutume de
s'assembler.

Alors les habitants reçurent l'ordre de déposer leurs armes au Palais et
au château du Louvre[57]. On procéda en même temps à la recherche des plus
coupables, qui furent arrêtés au nombre de trois cents; deux furent
exécutés sur-le-champ, et les autres conduits en prison. La duchesse
d'Orléans, l'Université en corps tentèrent vainement de fléchir le
monarque, que son oncle, le duc de Berri, maintenoit dans son
inflexibilité.

          [Note 57: Il fut résolu en même temps d'abattre l'ancienne porte
          Saint-Antoine, d'achever la Bastille, commencée sous le règne
          précédent, et de construire à côté du Louvre une nouvelle tour,
          qui seroit environnée d'un fossé rempli d'eau, et rendroit ainsi
          le roi maître des deux principales entrées de Paris.]

Les jours suivants on noya un grand nombre de rebelles arrêtés. Nicolas le
Flamand eut la tête tranchée. Son supplice étoit juste sans doute[58], et
tous ces actes de rigueur étoient nécessaires; mais cette vengeance
légitime que le prince tiroit de ses sujets fut souillée par le meurtre du
vertueux Desmarets. Ce magistrat vénérable, plus que septuagénaire,
l'organe des lois, l'honneur et l'amour de ses concitoyens, fut condamné à
subir la même peine que les factieux dont il avoit si souvent arrêté les
excès. On lui faisoit un crime de ce qui auroit dû lui mériter des
récompenses, d'être resté au milieu de ces mutins. Son véritable crime
étoit de s'être attiré la haine des ducs de Berri et de Bourgogne, en
prenant hautement contre eux le parti du duc d'Anjou. Il protesta de son
innocence sur l'échafaud, et son supplice couvrit d'une honte éternelle
ceux qui l'avoient condamné.

          [Note 58: Ce séditieux avoit déjà reçu une fois sa grâce pour
          avoir participé au meurtre des maréchaux massacrés sous la
          régence du dauphin, depuis Charles V.]

Ces exécutions terribles n'étoient que les préliminaires d'une scène plus
effrayante encore, mais dont les suites furent moins funestes. On avoit
dressé un trône sur les degrés du Palais. Charles VI y parut accompagné
des princes, du conseil et d'un grand nombre de seigneurs. Une foule
immense remplissoit la cour: dès que le roi eut pris place, le chancelier
d'Orgemont prononça un discours véhément, dans lequel il remit sous les
yeux de cette multitude tous les crimes dont elle s'étoit rendue coupable,
et rappela les exécutions déjà faites, ajoutant que tout n'étoit pas fini,
et qu'un grand nombre subiroient encore la mort qu'ils avoient méritée. À
ces mots, les oncles du roi se jetèrent à ses genoux, en le priant d'avoir
pitié de son peuple. _Les dames et les demoiselles de Paris, sans
coiffure, échevelées_, demandèrent la même grâce, tandis que les hommes,
prosternés, _crioient miséricorde_. Alors le jeune roi, dont la leçon
étoit faite, dit qu'il pardonnoit aux Parisiens, et qu'il convertissoit la
peine criminelle en _civile_, c'est-à-dire en amendes. L'avarice des
princes avoit imaginé ce honteux expédient; et de ces amendes, qui furent
excessives, il n'en entra pas un tiers dans le trésor royal.

Du reste, les aides, les gabelles et autres impôts furent rétablis sans la
moindre opposition; la charge du prévôt des marchands supprimée et réunie
à celle du prévôt de Paris; l'échevinage aboli, ainsi que les quarteniers,
dixainiers et autres officiers de ce genre, etc. C'est ainsi que se
terminèrent ces premiers troubles; mais il étoit aisé de voir qu'ils
avoient laissé dans les coeurs de profonds ressentiments, et que la
moindre occasion suffiroit pour les faire renaître.

Il y eut une trêve d'un an entre la France et l'Angleterre, qui reprirent
ensuite les armes à l'occasion du schisme. Tandis que le pape Urbain, pour
qui tenoit l'Angleterre, publioit dans ce pays une espèce de croisade
contre la France, Clément VII, que le clergé français avoit reconnu, et
qui avoit établi son siége à Avignon, tenta de lever sur tous les
bénéfices du royaume une taxe à laquelle l'Université s'opposa de toutes
ses forces. Le roi défendit la levée du subside imposé; et le pape, malgré
ses plaintes et ses menaces, se vit forcé d'y renoncer.

La mort du comte de Flandre commença cette puissance formidable des ducs
de Bourgogne. Philippe-le-Hardi, son gendre, lui succéda dans les comtés
de Flandre, de Bourgogne, d'Artois, de Rethel, de Nevers, etc. L'année
d'après, ce prince fit sa paix avec les Flamands, qui n'avoient pas cessé
d'être en révolte ouverte contre leur dernier souverain. Cette même année,
un projet de descente en Angleterre, habilement concerté par le connétable
de Clisson, manqua par la faute du duc de Berri, qui arriva trop tard au
rendez-vous. On prétend que ce prince avare avoit été gagné par Richard
II, que cette expédition eût perdu sans ressource. L'hiver suivant, on fit
de nouveaux préparatifs, toujours dirigés par Clisson, sujet fidèle et
grand capitaine. Cette fois-ci, le monarque anglois s'adressa au duc de
Bretagne, qui croyoit avoir quelque sujet de se plaindre du connétable:
poussé par son animosité personnelle, plus encore que par le désir de
plaire à Richard, le duc attira Clisson dans ses états, et l'y retint
prisonnier. Son premier projet avoit été de le faire mourir; mais revenu à
des sentiments plus humains, sans se montrer cependant entièrement
généreux, il le rendit au roi de France, moyennant une forte rançon, et
en se faisant céder quatre ou cinq places. Cet événement déconcerta encore
les projets formés contre l'Angleterre.

Ce fut à cette époque que commencèrent les querelles entre l'Université et
les Jacobins, au sujet de l'immaculée conception de la Vierge, que ces
derniers refusoient d'admettre. L'Université porta la question au pied du
trône pontifical, où elle fut jugée en sa faveur. Les Jacobins s'étant
obstinés, malgré cette décision, à la rejeter, furent retranchés du corps
enseignant, et forcés par l'autorité temporelle à se rétracter. Ce ne fut
qu'après seize ans de querelles et de persécutions qu'ils parvinrent enfin
à se réconcilier avec l'Université, qui leur permit de rentrer dans son
sein, et de continuer à donner des leçons[59]. On ne peut nier que dans
cette controverse cette compagnie n'ait montré plus d'animosité contre les
Dominicains que de véritable zèle pour la vérité.

          [Note 59: Quoique le concile de Bâle ait décidé depuis que
          l'opinion de l'immaculée conception devoit être embrassée par
          tous les catholiques, et que le concile de Trente ait fait une
          déclaration qui confirme cette opinion, cependant il est de fait
          que l'Église ne s'est point prononcée sur cette question de
          manière à en faire un article de foi; et que plusieurs papes,
          Pie V, Grégoire XV et Alexandre VII ont défendu de traiter
          d'hérétiques ceux qui soutenoient la doctrine contraire.]

L'attentat du duc de Bretagne auroit eu des suites funestes pour lui, si
les ducs de Berri et de Bourgogne, jaloux du crédit de Clisson, n'eussent
apaisé la colère du roi et ménagé une négociation dont le résultat fut que
le duc remettroit au connétable l'argent et les places qu'il lui avoit
extorqués. Ce prince vint ensuite à Paris, où il rendit hommage au roi, et
fit à Clisson une simple réparation civile, qui ne rétablit entre eux
qu'une vaine apparence d'amitié. Cette année fut remarquable par la mort
de Charles-le-Mauvais[60].

          [Note 60: Il mourut d'un accident aussi horrible que singulier.
          Pour ranimer ses forces épuisées par la débauche, il avoit
          coutume de se faire coudre dans un drap imbibé d'eau-de-vie. Le
          feu y ayant pris un jour par l'imprudence d'un domestique, il
          fut consumé par les flammes, et périt après trois jours des plus
          excessives souffrances. Peu de temps avant sa mort, il avoit
          tenté de faire empoisonner Charles VI et sa famille.]

(1389.) La reine Isabelle de Bavière, que le roi avoit épousée quatre ans
auparavant, fait son entrée à Paris. Cette princesse, qui devint depuis un
objet de haine et d'horreur pour tous les bons Français, en étoit alors
l'amour et l'espérance. Elle avoit déjà donné un dauphin, et étoit
enceinte lorsqu'elle fit cette entrée, qui surpassa en magnificence tous
les spectacles de ce genre offerts jusqu'alors à la curiosité des
Parisiens.

Peu de temps après le roi voulut enfin prendre les rênes de l'État, que
les ducs de Bourgogne et de Berri avoient si long-temps sacrifié à leur
ambition et à leur intérêt. Ces deux princes, malgré leur mécontentement,
se virent forcés de céder un pouvoir emprunté, et se retirèrent, l'un dans
son gouvernement de Languedoc, l'autre dans ses États de Flandre. Les
nouveaux ministres, à la tête desquels fut placé le duc de Bourbon, oncle
du roi, avoient de l'habileté et de bonnes intentions: ils réformèrent de
nombreux abus dans l'administration de la justice et des finances; une
partie des impôts fut supprimée. D'un autre côté, le connétable
n'attendoit que l'expiration d'une trève faite avec les Anglois pour
achever de les chasser de France, et leur rendre ensuite les maux qu'ils
nous avoient faits, en portant la guerre dans leur propre pays. Tout
sembloit annoncer un règne glorieux et fortuné: cet espoir ne fut pas de
longue durée. La nuit du 13 au 14 juin 1392, ce seigneur, sortant peu
accompagné de l'hôtel Saint-Paul, est attaqué, dans la rue
Culture-Sainte-Catherine, par vingt hommes armés, que Pierre de Craon,
favori du duc d'Orléans, frère du roi, avoit apostés pour
l'assassiner[61]. Clisson, après s'être long-temps défendu, aidé par un
seul domestique, qui eut le courage de ne point l'abandonner, tomba sur le
seuil d'une porte entr'ouverte, où il reçut encore plusieurs coups d'épée
de ses assassins, qui le crurent mort et se retirèrent. Cependant il
n'étoit point blessé mortellement, et guérit. Trois des complices de Craon
ayant été saisis, firent bientôt connoître le principal auteur du crime,
qui se sauva aussitôt de Paris et alla se réfugier en Bretagne. Le duc,
sommé de le rendre, répondit qu'il avoit passé sur ses terres, mais qu'il
n'y étoit plus. Le roi, que les liaisons de ce vassal avec l'Angleterre,
et sa mauvaise foi dans l'exécution du traité conclu avec Clisson, avoient
déjà fort indisposé, résolut aussitôt de porter la guerre dans ses états.
Les ducs de Berri et de Bourgogne, à qui il envoya l'ordre de venir le
joindre avec les troupes qu'ils devoient fournir, obéirent, mais en criant
hautement que cette guerre étoit injuste. Le 5 d'août l'armée partit du
Mans et prit la route de Nantes; on prétend qu'on remarquoit, depuis trois
ou quatre jours, quelque égarement dans l'esprit et dans les yeux du roi:
une espèce d'apparition qui s'offrit à lui[62] pendant qu'il traversoit
la forêt du Mans augmenta le désordre dans lequel il étoit plongé, et peu
d'instants après il fut frappé d'un coup de soleil qui acheva de le rendre
furieux. On le vit tout à coup s'élancer, l'épée à la main, sur ceux qui
l'environnoient; et, avant qu'on eût pu le saisir et le désarmer, il tua,
dit-on, quatre de ses officiers. Tels furent les premiers signes de cette
démence qui, pendant un long règne, ne lui laissa que quelques intervalles
de raison, et plongea l'État dans les malheurs inouïs dont il nous reste à
parler.

          [Note 61: Il accusoit le connétable de lui avoir fait perdre les
          bonnes grâces de ce prince.]

          [Note 62: On prétend qu'un grand fantôme noir, revêtu d'une robe
          blanche, ayant la tête et les pieds nus, l'air égaré et le
          regard furieux, s'élança subitement d'entre deux arbres, et
          saisit la bride de son cheval, en lui criant: _Roi, ne chevauche
          plus avant, mais retourne, car tu es trahi_. Le roi, glacé
          d'horreur, s'arrêta en frémissant et sans pouvoir proférer une
          seule parole. Quelques hommes d'armes qui se trouvoient auprès
          de lui frappèrent sur les mains du spectre, ce qui le
          contraignit à lâcher les rênes. Il se retira ensuite sans que
          personne songeât à l'arrêter. Saint-Foix, qui juge mieux qu'à
          l'ordinaire de cette époque de notre histoire, croit voir, dans
          cet événement singulier, une nouvelle manoeuvre des indignes
          princes qui obsédoient l'infortuné monarque; et il est difficile
          en effet d'en juger autrement.]

Dès ce moment il ne fut plus question de faire la guerre au duc de
Bretagne; on ramena le roi à Paris: les ministres qu'il s'étoit choisis
furent chassés et persécutés par les ducs de Berri et de Bourgogne, qui
s'emparèrent de nouveau du gouvernement; on ne pensa plus à profiter des
troubles dont l'Angleterre étoit agitée; une trève de vingt-huit ans fut
signée avec Richard II. Sur la demande de ce prince, Pierre de Craon
obtint sa grâce, et cet assassin revint à la cour en même temps qu'on en
bannissoit Clisson, et qu'on le dépouilloit de toutes ses charges.

Depuis cette époque jusqu'à celle de la mort du duc de Bourgogne, il se
passa peu d'événements importants à Paris. De temps en temps l'état du roi
sembloit donner des lueurs d'espérances qui ne tardoient pas à s'évanouir;
les processions, les prières publiques, l'exposition des reliques, tout ce
que le zèle religieux des peuples pouvoit imaginer étoit inutilement
employé pour obtenir du ciel sa guérison; les moyens humains n'étoient pas
plus efficaces, et l'art des médecins s'étoit vainement épuisé à chercher
des remèdes à cette funeste maladie[63]. Cependant les ducs de Berri et de
Bourgogne continuoient à gouverner et à dépouiller la France. Le duc
d'Orléans, non moins ambitieux et peut-être encore plus avide, ne voyoit
qu'avec une extrême jalousie le pouvoir de ces deux princes, et se
plaignoit de ce qu'étant frère du roi, et par conséquent plus près du
trône que ses oncles, il n'avoit cependant qu'une très-petite part dans
l'administration. Il haïssoit surtout le duc de Bourgogne, plus actif et
plus entreprenant que l'autre; et cette haine, qui bientôt devint
réciproque, fut dès lors poussée à un tel point, que les deux rivaux
rassemblèrent des troupes aux environs de Paris, et qu'il s'en fallut peu
qu'ils ne donnassent à ses habitants le spectacle d'un combat où le sang
françois seul auroit coulé. La reine et les autres princes du sang
parvinrent avec beaucoup de peine à rétablir entre eux une apparente
réconciliation. Toutefois, le conseil, assemblé par ordre du roi dans un
de ces moments de calme que lui laissoit son mal, décida que le duc de
Bourgogne auroit la principale administration, parce qu'effectivement il
avoit plus d'expérience, et paroissoit moins disposé à abuser de
l'autorité que le duc d'Orléans, qu'entraînoient la fougue de ses
passions, et un goût de dépense effréné. Celui-ci, forcé de céder, en
conserva un ressentiment profond; dès lors ce ne fut plus que cabales et
intrigues de la part de ces deux princes, cherchant mutuellement à se
supplanter, à s'arracher le pouvoir; la reine soutenoit son beau-frère,
les ministres et le peuple donnoient la préférence au duc de Bourgogne.
Tel fut le prélude des désordres que devoit produire la longue rivalité de
ces deux maisons, rivalité dans laquelle on vit la nation françoise,
toujours légère, enthousiaste quelquefois jusqu'à l'imbécillité, déchirer
elle-même son propre sein pour soutenir l'odieuse querelle de princes qui
ne combattoient qu'afin d'usurper le droit d'être ses tyrans.

          [Note 63: Le roi, fatigué de tant de tentatives inutiles, ne
          vouloit plus absolument voir de médecins, lorsque le maréchal de
          Sancerre, qui commandoit en Guienne, lui envoya deux moines
          augustins de ce pays-là, qui passoient pour très-habiles dans la
          médecine et dans l'astrologie. Ces deux hommes osèrent accuser
          le duc d'Orléans d'avoir jeté un sort sur le roi son frère.
          L'accusation étoit insensée de toutes manières: ayant été
          interpellés d'en donner des preuves, et n'ayant pu le faire, ils
          furent condamnés à mort et exécutés. C'est à cette occasion que
          fut donnée la déclaration qui accorde des confesseurs aux
          criminels, ce qui auparavant ne se pratiquoit pas en France. Ce
          fut Pierre de Craon qui sollicita cette déclaration.]

(1399.) Révolution en Angleterre. Richard II est détrôné par son cousin
germain le duc de Lancastre, qui fut proclamé roi sous le nom de Henri IV,
et qui le fit mourir peu de temps après avoir usurpé son trône. Richard
avoit épousé la fille aînée de Charles VI, et dans toute autre situation
ce monarque eût sans doute tiré vengeance de son assassinat; mais l'avis
du duc de Bourgogne fut de reconnoître l'usurpateur, et il prévalut.
Cependant l'occasion eût été favorable pour rompre une trève onéreuse, et
enlever aux Anglois le peu de places et de châteaux qui leur restoient en
France. Dans ses courts intervalles de bon sens le roi revenoit sans cesse
à cette pensée; il ordonnoit d'envoyer des troupes en Guienne, et des
secours aux mécontents; mais ces ordres restoient sans exécution, parce
qu'il retomboit presque aussitôt dans sa déplorable démence.

(1402.) Naissance du cinquième fils de Charles, lequel fut roi depuis sous
le nom de Charles VII. Les deux aînés étoient morts en bas âge; les deux
autres vivoient encore.

(1404.) Nous touchons à cette époque où il n'y a plus ni patrie, ni roi,
ni nation. Le duc de Bourgogne meurt le 7 avril de cette année à Hall,
dans le Brabant. Jean, dit _Sans peur_, son fils aîné, après avoir pris
possession de ses nombreux états, vient à la cour, où la reine et le duc
d'Orléans, maîtres absolus de l'esprit du malheureux roi tour à tour
imbécile ou furieux, ne se servoient de l'autorité entièrement remise
entre leurs mains que pour assouvir leur avarice et leurs voluptés. Le
mécontentement étoit extrême et général; le nouveau duc de Bourgogne, qui
venoit de marier sa fille aînée au dauphin, et le comte de Charolois son
fils avec une des filles du roi, appuyé de cette double alliance et de sa
qualité de prince du sang, demanda dans le conseil une place qu'on ne put
lui refuser. Il s'en servit habilement pour détruire le crédit de son
rival, en s'élevant fortement contre les impositions nouvelles que
celui-ci ne cessoit d'y proposer; par là il gagna la faveur des Parisiens,
tandis que leur haine croissoit à chaque instant contre le duc d'Orléans.
Quelque temps après il se retira de la cour, comme s'il lui eût été
impossible de supporter plus long-temps le spectacle des profusions de la
reine et de son beau-frère, et leurs indécentes familiarités[64].

          [Note 64: On soupçonnoit entre eux quelque intrigue galante; et
          le caractère de tous les deux rend ce soupçon
          très-vraisemblable.]

Cependant le désordre augmentoit de jour en jour davantage; la misère du
peuple étoit à son comble; on murmuroit de tous les côtés contre le luxe
insolent de la cour, et contre cette avidité du duc d'Orléans, que rien ne
pouvoit assouvir. Un moine augustin, prêchant devant la reine, osa se
rendre l'organe de ces plaintes populaires; on essaya de l'effrayer, mais
il n'en parla qu'avec plus de force devant le roi, qui avoit désiré de
l'entendre[65]. Ce prince, dont le coeur étoit droit et les intentions
bonnes, fut frappé du discours du prédicateur, et comme il se trouvoit
alors dans un moment où son mal lui laissoit quelque relâche, il assembla
lui-même le conseil pour délibérer sur la situation de l'État. Il s'y
trouva des conseillers assez hardis pour confirmer tout ce qu'avoit dit le
moine; dès lors une réforme fut résolue, et l'on manda le duc de
Bourgogne. Il partit pour Paris aussitôt qu'il en eut reçu l'ordre; mais
il eut soin de se faire suivre par un gros corps de troupes, et cette
opération fut conduite avec un tel mystère, que, lorsque la nouvelle en
parvint à la cour, son armée étoit déjà sous les murs de la capitale.

          [Note 65: _Voyez_ p. 76.]

Le roi venoit de tomber dans un accès plus violent qu'aucun de ceux qu'il
avoit éprouvés jusqu'alors; on ne pensoit déjà plus aux projets de
réforme, et la reine, ainsi que le duc d'Orléans, étoient alors plus
puissants que jamais. Cette arrivée subite du duc de Bourgogne les frappa
de terreur. Ils n'avoient aucune force à lui opposer; le peuple les
détestoit; presque tout le conseil étoit contre eux, et ils se trouvoient
en quelque sorte à la merci de leur ennemi. Dans cette situation extrême,
le duc d'Orléans ne vit d'autre parti à prendre que celui de la fuite; et
la reine, qui n'eut pas honte de le suivre, chargea, avant son départ,
Louis de Bavière son frère, et quelques seigneurs qui lui étoient
attachés, d'enlever le dauphin. Elle les attendoit à Corbeil, où le duc
d'Orléans étoit allé la joindre; mais le duc de Bourgogne, instruit à
temps de cet enlèvement, avoit volé aussitôt sur les traces des
ravisseurs, et ramené le jeune prince, qui d'ailleurs ne s'étoit décidé à
les suivre qu'avec la plus grande répugnance. Alors la reine et son
beau-frère, plus effrayés que jamais, quittèrent Corbeil et se réfugièrent
à Melun. Le dauphin, conduit par le duc de Bourgogne, rentra dans Paris
aux acclamations de tous ses habitants.

Cependant le duc d'Orléans faisoit fortifier Melun, et envoyoit des ordres
dans toutes les provinces pour faire lever des troupes; en même temps le
parlement recevoit de lui des lettres, dans lesquelles l'action du duc de
Bourgogne étoit traitée d'attentat contre la majesté souveraine. Bientôt
il se trouva à la tête de vingt mille hommes, avec lesquels il s'approcha
de la capitale. Son ennemi prenoit, de son côté, des mesures pour
défendre cette ville, et il étoit secondé par ses habitants. Les chaînes
et les armes qu'on leur avoit enlevées lors de la révolte des Maillotins
leur furent rendues; on mit le Louvre et la Bastille en état de défense;
plus de vingt-cinq mille soldats furent rassemblés dans l'enceinte de la
ville, sans compter les corps répandus dans les villages circonvoisins. On
s'attendoit à une bataille, dont l'issue ne pouvoit qu'être funeste à la
France, quel qu'eût été le vainqueur. Les princes du sang sentirent alors
toute l'étendue du péril; ils se firent médiateurs entre les deux rivaux,
et, après deux mois de mouvemens et d'alarmes, on parvint enfin à conclure
à Vincennes un traité dans lequel le duc de Bourgogne fut admis à partager
avec le duc d'Orléans l'autorité de lieutenant-général du royaume.

(1406.) Cette paix hypocrite dura une année, pendant laquelle les deux
princes, à la tête des deux armées qu'on avoit levées pour achever
d'expulser les Anglois du royaume, se montrèrent aussi mauvais capitaines
qu'ils étoient habiles en intrigues et en factions. (1407.) Ils reparurent
ensuite dans le conseil, où leur animosité réciproque sembla avoir pris de
nouvelles forces. Toujours opposés l'un à l'autre dans les débats,
soutenant leur avis avec aigreur et emportement, on trembloit à chaque
instant qu'ils n'en vinssent à quelque violence, et les princes n'étoient
occupés que du pénible soin d'apaiser ces fougueux ennemis. Cependant on
étoit loin de s'attendre à la catastrophe qui étoit sur le point
d'arriver. Le duc de Bourgogne avoit formé, depuis six mois, le dessein de
faire assassiner le duc d'Orléans. On prétend qu'une indiscrétion de ce
dernier, qui s'étoit vanté d'avoir obtenu les faveurs de la duchesse de
Bourgogne, contribua plus encore que leur haine politique à pousser
l'époux outragé à cet horrible attentat. Quoi qu'il en soit, il fut médité
et conduit avec un sang-froid et une patience qui le rendent encore plus
exécrable. Les assassins, au nombre de dix-huit, entrèrent, le 6 novembre,
dans une maison portant l'enseigne de Notre-Dame, près la porte Barbette,
et y restèrent cachés pendant dix-sept jours. Le 20 du même mois il se
fit, par les soins du duc de Berri, une nouvelle réconciliation entre les
deux princes; et l'on ne peut raconter sans frémir que, conduits tous les
deux aux Augustins par leur médiateur, ils y communièrent à la même messe,
et que mille témoignages de confiance et d'amitié succédèrent à cette
pieuse cérémonie.

Trois jours après, le duc d'Orléans, qui avoit passé une partie de la
journée à l'hôtel Saint-Paul, se rendit à l'hôtel Barbette, où demeuroit
la reine, alors en couches; il y soupa. Vers huit heures, Schas de
Courte-Heuse, valet de chambre du roi, et l'un des conjurés, se fit
annoncer, et lui dit que ce prince le demandoit à l'instant à l'hôtel
Saint-Paul pour une affaire de la plus grande importance. Le duc fit
seller sa mule et partit sur-le-champ, accompagné seulement de deux
écuyers montés sur le même cheval, et précédé de quelques valets de pied
qui portoient des flambeaux. Les assassins étoient rangés le long d'une
maison située au-dessus de l'hôtel Notre-Dame: aux premiers mouvements
qu'ils firent, le cheval qui portoit les deux écuyers prit le mors aux
dents, et ne s'arrêta qu'à l'entrée de la rue Saint-Antoine. Le duc fut
aussitôt enveloppé par cette troupe de scélérats, qui l'attaqua en criant:
_À mort!--Je suis le duc d'Orléans_, dit-il en élevant la voix. Tant
mieux, repartit un des meurtriers, _c'est ce que nous demandons_, et en
même temps un coup de hache lui abattit la main gauche, dont il tenoit le
pommeau de sa selle. Plusieurs coups de glaive et de massue s'étant
rapidement succédés, il tomba bientôt de cheval, épuisé par le sang qu'il
perdoit, et se défendit encore quelque temps à terre, relevé sur ses
genoux, et parant avec le bras les nouveaux coups qu'on lui portoit.
_Qu'est ceci? d'où vient ceci?_ s'écrioit-il de temps en temps. Enfin un
dernier coup de massue lui fit sauter la cervelle, et l'étendit roide mort
sur le pavé[66]. Les assassins, en se retirant, mirent le feu à la maison
qui leur avoit servi de retraite, et semèrent des chausses-trapes pour
arrêter ceux qui voudroient les poursuivre.

          [Note 66: Lorsqu'il ne donna plus aucun signe de vie, les
          assassins approchèrent un flambeau, pour voir s'il étoit mort.
          Alors un homme, dont le visage étoit caché sous un _chaperon
          vermeil_, sortit de l'hôtel Notre-Dame: il tenoit une massue,
          dont il déchargea un dernier coup sur le prince, en disant:
          _Éteignez tout, allons-nous-en, il est mort_. Étoit-ce le duc de
          Bourgogne? (VILLARET.)]

Cependant les écuyers revinrent; les domestiques qui étoient restés à
l'hôtel Barbette arrivèrent[67]; ils relevèrent le cadavre défiguré de
leur maître, et le portèrent dans l'hôtel du maréchal de Rieux, situé
vis-à-vis de l'endroit où le meurtre venoit de se commettre. Dans un
moment la funeste nouvelle est répandue: la reine, à demi morte de douleur
et d'effroi, se fait transporter à l'hôtel Saint-Paul. Dès la pointe du
jour les princes s'assemblent à l'hôtel d'Anjou, rue de la Tixeranderie;
on fait fermer les portes de la ville; des corps-de-garde sont placés dans
les rues, et l'on commence la recherche des assassins. Le corps du duc
d'Orléans fut alors transféré dans l'église des Blancs-Manteaux, où les
princes allèrent le visiter. Aucun d'eux ne donna plus de signes de
douleur, ne manifesta une plus vive indignation que le duc de Bourgogne;
il croyoit son crime bien caché: en effet, on n'eut garde de jeter les
soupçons sur lui, et ils errèrent pendant plusieurs jours sur diverses
personnes que le duc d'Orléans avoit offensées. Enfin le prévôt de Paris
ayant appris qu'un des assassins s'étoit réfugié dans l'hôtel de
Bourgogne, vint sur-le-champ au conseil, et demanda des ordres pour être
autorisé à faire des perquisitions dans les palais des princes du sang. Le
duc, qui jusque là avoit joué son rôle avec toute l'audace d'un scélérat
consommé, perdit alors contenance. Frappé comme d'un coup de foudre par
cet incident, auquel il étoit loin de s'attendre, prévoyant quelle seroit
la décision du conseil et les suites terribles qu'elle alloit avoir, il
conduisit le duc de Berri à l'une des extrémités de la salle, et là, d'une
voix tremblante et la pâleur sur le front, il lui confessa son crime et
sortit. L'horreur qu'un tel aveu inspira à ce prince ne lui permit de
prendre à l'instant même aucune mesure contre l'assassin. Le lendemain on
voulut, mais trop tard, s'assurer de sa personne; il étoit déjà loin de
Paris et hors de toute atteinte[68].

          [Note 67: Les valets de pied qui l'accompagnoient s'étoient
          enfuis; un seul, nommé Jacob, voyant son maître renversé, se
          jeta sur lui, essayant de lui faire un rempart de son corps. On
          le trouva expirant lorsqu'on vint relever le corps du duc:
          _Haro, monseigneur mon maître_, s'écria ce fidèle et courageux
          serviteur, et il rendit les derniers soupirs.]

          [Note 68: Il fit rompre le pont de Sainte-Maxence, pour arrêter
          ceux qui pourroient le poursuivre; et ayant trouvé des chevaux
          préparés sur la route, il arriva en six heures à Bapaume. En
          mémoire de son heureuse délivrance, ce prince ordonna qu'on y
          sonneroit à perpétuité l'_Angelus_ à une heure après midi. Ces
          pratiques de dévotion; mêlées aux crimes les plus exécrables
          sont des traits qui caractérisent ce siècle.]

(1407.) Les suites furent loin de répondre au premier mouvement
d'indignation qu'avoit produit un crime aussi atroce. Vainement la
duchesse d'Orléans[69], qui étoit à Château-Thierry lorsqu'elle apprit
cette fatale nouvelle, accourut à Paris se jeter aux pieds du roi et lui
demander vengeance; vainement l'infortuné monarque, alors dans son bon
sens, lui jura de faire un grand exemple du coupable: le duc de Bourgogne,
qui ne voyoit de salut pour lui que dans son audace, du fond de ses États
où il rassembloit toutes ses forces, menaçoit déjà ses ennemis, et leur
faisoit éprouver toutes les terreurs dont il avoit été un moment frappé.
Non-seulement on n'avoit point de troupes à lui opposer, mais la reine et
les princes voyoient avec douleur que les Parisiens, satisfaits de la mort
du duc d'Orléans, étoient disposés à favoriser son assassin, que ses
déclamations contre les impôts avoient rendu cher à la populace. On se vit
donc bientôt dans la triste nécessité de négocier avec celui qu'on avoit
voulu punir: les conférences se tinrent à Amiens, et le duc de Bourgogne
s'y montra tellement intraitable, que le duc de Berri et le roi de
Sicile[70], qu'on avoit envoyés auprès de lui pour obtenir qu'au moins il
demandât pardon au roi de son crime, s'en revinrent sans avoir pu rien
terminer. Alors il s'approcha de la capitale avec son armée, résolu d'y
entrer de vive force, si l'on tentoit de lui opposer quelque résistance.

          [Note 69: Valentine de Milan.]

          [Note 70: Louis II, fils du duc d'Anjou, qui, après la mort de
          son père, revint en France, et conserva le titre de roi,
          quoiqu'il n'eût pas un pouce de terrain dans le royaume dont il
          se prétendoit souverain.]

À l'approche du meurtrier de son époux, la duchesse d'Orléans sortit de
Paris. Le Bourguignon y entra comme dans une place conquise, au milieu de
la consternation de la cour, et des transports de joie du peuple, qui
voyoit en lui son libérateur. Il osa non-seulement se présenter aux yeux
du roi, mais demander à justifier l'assassinat du duc d'Orléans. Cette
justification inouïe eut lieu dans la grande salle de l'hôtel Saint-Paul;
l'assemblée étoit composée des princes du sang, des prélats, des
seigneurs, des cours souveraines, du prévôt des marchands et des
principaux bourgeois. Un cordelier nommé Jean Petit, dont la mémoire doit
être encore plus exécrable que celle du duc, y parut en son nom, et
prononça une harangue dans laquelle il osa étaler et soutenir les maximes
les plus abominables du tyrannicide. Un morne silence régnoit dans
l'assemblée pénétrée d'horreur. Le lendemain, l'infâme orateur répéta son
discours sur un échafaud dressé au milieu du parvis de Notre-Dame; et la
populace assemblée l'écouta avec les plus vifs applaudissements.

La reine effrayée s'enfuit précipitamment à Melun avec le dauphin et ses
autres enfants; les princes du sang la suivirent. C'étoit ce que demandoit
le duc de Bourgogne, qui, devenu par là l'arbitre suprême du gouvernement,
n'éprouva plus aucun obstacle pour arracher à un monarque en démence cette
approbation qu'il désiroit avec tant d'ardeur. Charles VI signa en effet
des lettres, dans lesquelles il déclaroit que le duc de Bourgogne n'avoit
tué son frère _que par le fervent et loyal amour et bonne affection qu'il
a eu à lui et à sa lignée_.

(1408.) Le triomphe de ce prince fut court; et c'est une chose
remarquable, dans ces temps de désastres, que cette alternative de bons et
de mauvais succès, signe évident de la foiblesse des deux factions. Tandis
que le duc de Bourgogne dominoit à Paris, la reine et la duchesse
d'Orléans rassembloient leurs partisans; le duc de Bretagne leur amenoit
une armée; et bientôt leurs forces furent telles que ces deux princesses
menacèrent à leur tour la capitale, et que leur adversaire ne chercha
qu'un prétexte honorable pour leur céder la place. Il le trouva dans la
révolte des Liégeois contre leur souverain. Celui-ci l'appeloit à son
secours: il y vola. Alors la reine, la duchesse et les princes entrèrent à
Paris, où ils ne trouvèrent que haine et ressentiment contre eux, tandis
qu'on y regrettoit ouvertement le duc de Bourgogne. À peine furent-ils
arrivés, qu'ils firent indiquer un lit de justice, où la mémoire du duc
d'Orléans fut justifiée, et une accusation intentée contre son meurtrier.
On alloit le condamner, lorsqu'on apprit la nouvelle de la victoire
signalée qu'il venoit de remporter sur les Liégeois dans la plaine de
Tongres. Ce succès jeta l'effroi au milieu de cette cour foible et
incertaine, en même temps qu'il accrut l'insolence et l'animosité des
Parisiens. On vit à son tour le duc de Bourgogne se rapprocher en
vainqueur des murs de la capitale, et forcer de nouveau ses ennemis à la
fuite; mais cette fois-ci ils jugèrent à propos d'emmener avec eux le
malheureux Charles, et cette cour fugitive prit la route de la Touraine,
tandis que le duc rentroit à Paris.

Le départ du roi déconcerta ce prince: quel que fût pour lui l'attachement
des Parisiens, il avoit besoin de la présence du monarque pour ôter à sa
conduite une apparence de révolte qui auroit fini par lui enlever tous ses
partisans. Cette circonstance le rendit disposé à écouter les propositions
qui lui furent faites par ses ennemis, non moins embarrassés que lui. Une
nouvelle négociation fut donc entamée, et la mort de la duchesse
d'Orléans[71], qui arriva sur ces entrefaites, la rendit plus facile qu'on
ne l'avoit d'abord espéré. Enfin on conclut à Tours un traité dans lequel
la paix devoit être scellée par le mariage du comte de Vertus, fils puîné
du duc d'Orléans, avec une fille du duc de Bourgogne[72], et la ville de
Chartres fut choisie pour le lieu de l'entrevue. Elle se fit dans la
cathédrale; le duc s'y prosterna aux pieds du roi, et lui demanda pardon.
Se présentant ensuite devant les jeunes fils du duc d'Orléans[73], il les
pria d'ôter de leur coeur tout souvenir de son crime. Les réponses,
concertées d'avance, furent favorables; on s'embrassa mutuellement, et
chacun se sépara conservant dans son coeur sa haine et ses projets de
vengeance. Le roi revint alors à Paris, accompagné du duc de Bourgogne, et
les princes d'Orléans retournèrent à Blois.

          [Note 71: Elle mourut de douleur de la fin funeste de son mari,
          et du regret de n'en pouvoir tirer vengeance.]

          [Note 72: Ce mariage ne se fit point.]

          [Note 73: Ce prince avoit laissé trois fils légitimes: Charles,
          père de Louis XII; Philippe, comte de Vertus; et Jean, comte
          d'Angoulême, aïeul de François Ier; il avoit un fils naturel,
          qui fut le célèbre comte de Dunois.]

(1409.) Pour ne point voir le triomphe de son ennemi, la reine se retira
de nouveau à Melun, emmenant avec elle le dauphin qui entroit dans sa
quatorzième année; et, par une politique mal entendue, elle affecta de ne
paroître à la cour que dans les intervalles de santé dont jouissoit
quelquefois le roi. C'étoit ce que demandoit le duc de Bourgogne: il mit à
profit ces instants précieux pour regagner la confiance des princes; des
recherches sévères qu'il affecta de faire sur les dilapidations des
financiers, et le supplice du surintendant Montagu[74], qui fut la suite
de cette enquête, lui acquirent de nouveaux droits à l'attachement des
Parisiens; enfin il trouva le moyen d'endormir la reine elle-même dans une
fausse sécurité, en ayant l'air de n'oser rien entreprendre sans la
consulter, en lui faisant part de toutes les délibérations. Par cette
conduite habile et modérée, il parvint à se faire nommer surintendant de
l'éducation du dauphin, et maître absolu des affaires, au point que la
haine et la jalousie des princes se réveillèrent avec une nouvelle fureur.
Tel fut le motif (1410) de leur première confédération, tenue à Gien le 15
avril de cette année. L'intérêt de l'État, le maintien de la justice, le
service du roi étoient les prétextes de cette ligue; l'expulsion du duc de
Bourgogne en était le véritable objet. Ce fut à cette conférence qu'on
arrêta le mariage du duc d'Orléans, qui venoit de perdre son épouse, avec
Bonne, fille du comte d'Armagnac. Ce seigneur, l'un des plus grands hommes
de son temps, devint alors l'âme du parti auquel il étoit attaché; il eut
le funeste privilége de lui donner son nom, et en fut par la suite l'une
des plus illustres victimes.

          [Note 74: Il avoit la faveur du roi, de la reine et de la
          plupart des princes; et l'estime qu'en avoit faite avant eux
          Charles V, qui l'avoit élevé par degrés aux emplois les plus
          éminents, prouve que Jean de Montagu n'étoit pas un homme
          ordinaire. On le fit mettre à la question, où il avoua, dit le
          père Daniel, _ce qui étoit et ce qui n'étoit pas_; et sur ce
          qu'il avoit confessé, il fut condamné à avoir la tête tranchée.
          Ce fut le prévôt de Paris Désessarts qui présida le tribunal par
          lequel il fut condamné, tribunal de _commissaires_ et non de
          _juges_, suivant l'observation naïve et profonde qu'en fit un
          religieux de l'abbaye de Marcoussy[74-A] à François Ier. On dit
          que ce prince fut si frappé de cette distinction, que, mettant
          la main sur l'autel, il fit serment de ne jamais faire mourir
          personne par commissaires.]

          [Note 74-A: Montagu y avoit été enterré, quelques années après
          son exécution.]

Le duc de Bourgogne se préparoit, de son côté, à recevoir ses ennemis. Il
rassembloit des troupes, il s'assuroit des alliés, et entre autres le duc
de Bretagne, qu'il avoit trouvé le moyen de détacher du parti contraire.
Cependant les _Armagnacs_, car il faut maintenant employer ce mot et celui
de _Bourguignons_ pour désigner les deux factions qui s'apprêtoient à
déchirer l'État, les _Armagnacs_ s'avançoient des bords de la Loire vers
Paris, ravageant impitoyablement tout le pays. Arrivés à Chartres, les
princes écrivirent au roi une lettre dans laquelle ils déclaroient
n'avoir pris les armes que pour l'affranchir, ainsi que le dauphin, de la
tyrannie du duc de Bourgogne. Le conseil y répondit par une injonction de
mettre bas les armes; le roi, qui trouvoit toujours juste le parti entre
les mains duquel il étoit, vouloit lui-même marcher contre les rebelles,
dont l'armée, divisée en trois corps, campoit déjà sous les murs de Paris.

Cependant tant de préparatifs formidables, car chaque armée s'élevoit à
près de cent mille combattants, ne produisirent rien de décisif. L'hiver
approchoit, et les princes craignoient le manque de vivres et la
dissolution de leurs troupes: de son côté, le duc de Bourgogne étoit peu
sûr d'alliés rangés sous ses drapeaux pour un intérêt qui leur étoit
étranger; et il éclatoit déjà dans son armée des germes de divisions qui
lui donnoient de vives inquiétudes. Un nouveau traité fut donc encore
conclu au château de Wicestre[75] par les soins du duc de Berri, le
médiateur accoutumé. Les conditions de ce traité, que dictoit
l'impuissance de se nuire, furent que les chefs des deux partis se
retireroient de la cour, et ne pourroient y reparoître sans un ordre du
roi. Ils s'engageoient en outre à ne point armer avant Pâques de l'année
1412, époque à laquelle on espéroit que le dauphin seroit en état de
gouverner par lui-même.

          [Note 75: Depuis Bicêtre. On le nommoit ainsi, parce qu'il avoit
          appartenu à Jean, évêque de Wicestre en Angleterre.]

(1411.) Cette paix fut rompue presque aussitôt que signée, et l'on ne peut
dissimuler que le duc d'Orléans fut l'infracteur du traité[76]. Les deux
partis arment de nouveau. Pour prévenir les malheurs dont on étoit menacé,
la reine veut faire déclarer le dauphin régent du royaume. Le vieux duc de
Berri, toujours ambitieux et jaloux, s'oppose à cette mesure, qui auroit
pu sauver l'État. Cependant l'animosité des _Armagnacs_ et des
_Bourguignons_ éclatoit par les menaces et les injures les plus violentes.
Les premiers avoient passé la Seine, et s'avançoient vers Paris, ravageant
le Beauvoisis et le Soissonnois, tandis que le duc de Bourgogne
rassembloit ses forces dans le Vermandois. De nouvelles conférences tenues
à Melun n'eurent aucun succès; et le duc de Berri, par la partialité qu'il
y montra pour la faction orléanoise, perdit toute la confiance des
Parisiens; on le soupçonna même de vouloir leur livrer la ville, ce qui le
força d'en sortir. Dans cet état de trouble et d'inquiétude, le corps
municipal et les principaux bourgeois, craignant le retour des horreurs
dont ils avoient déjà été les témoins, crurent bien faire en nommant à la
place de gouverneur de Paris, vacante par la retraite du duc, le comte de
Saint-Pol, zélé partisan du Bourguignon; et en cela, loin de détruire le
mal, ils l'aggravèrent. Pour favoriser le parti auquel il étoit attaché,
le nouveau gouverneur de Paris voulut rendre sa domination indépendante de
la cour, et ce fut dans les dernières classes du peuple qu'il chercha des
instruments propres à l'exécution d'un tel projet. Une compagnie, composée
de bouchers, d'écorcheurs et d'un ramas de misérables pris dans la plus
vile populace, fut rassemblée sous le commandement des _Goix_, des
_Sainctyon_, des _Thibert_, propriétaires de la Grande-Boucherie de
Paris[77]. Ce corps reçut le nom de _Milice royale_, et ce fut à lui que
la garde de Paris fut confiée. Il s'en rendit bientôt la terreur: ces
hommes féroces parcoururent la ville, répandant le sang humain comme celui
des animaux qu'ils étoient accoutumés à verser. Le nom d'_Armagnac_ devint
un signe de proscription; et quiconque le recevoit d'un de ses ennemis
étoit, sur-le-champ, et sans examen, assommé, noyé ou massacré. Il
suffisoit de déplaire à ces scélérats ou d'exciter leur avidité pour
éprouver leurs fureurs; et s'ils épargnoient quelques-uns des plus riches
citoyens, c'étoit pour les traîner en prison, et leur faire acheter
chèrement leur liberté. Toutes les autorités se taisoient devant eux; ils
assiégeoient journellement le palais du souverain, les diverses
juridictions, et il ne se publioit plus d'ordonnances qu'au gré de cette
insolente milice; enfin leurs excès allèrent au point qu'on ne crut pas le
roi et le dauphin en sûreté à l'hôtel Saint-Paul, et qu'on jugea
nécessaire de les transférer au Louvre. Des citoyens paisibles s'étoient
exilés de la ville, espérant trouver un asile dans les campagnes: des
dangers plus grands encore les y attendoient. Les paysans, à qui le roi
avoit permis, l'année précédente, de s'armer pour résister aux gens de
guerre qui les opprimoient, étoient devenus eux-mêmes des brigands qui
prenoient le nom de _Bourguignons_ pour se livrer impunément au meurtre et
au pillage; et l'on vit se renouveler, non-seulement aux environs de
Paris, mais dans la France entière, toutes les horreurs de la _Jacquerie_.

          [Note 76: En faisant arrêter le seigneur de Crouy, que le duc de
          Bourgogne envoyoit en qualité d'ambassadeur au duc de Berri. Le
          duc d'Orléans le soupçonnoit d'être un des assassins de son
          père. Il est vrai que ces assassins avoient été exclus du
          traité; mais il n'étoit pas permis d'arrêter Crouy et de le
          faire mettre à la question sur un simple soupçon.]

          [Note 77: _Voyez_ t. Ier, p. 539, 2e partie.]

Ce n'étoit pas assez pour ces indignes princes d'avoir armé les malheureux
François les uns contre les autres, et de détruire ainsi la France par les
mains de ses propres enfants, on les vit appeler à cette destruction nos
plus implacables ennemis. Les deux partis mendièrent bassement le secours
des Anglois, qui, malgré la trève, ne cessoient de désoler nos côtes; et
le duc de Bourgogne eut le honteux avantage d'en obtenir les premiers
secours. Par suite d'un traité qu'il signa avec le roi d'Angleterre Henri
IV, six mille archers lui furent envoyés sous la conduite du comte
d'Arundel. Il fit depuis avec Henri V un traité encore plus infâme, dont
nous ne tarderons pas à parler.

Cependant les troupes orléanoises s'avançoient dans l'intention de
s'emparer de Paris; mais il n'y avoit pas d'apparence qu'elles pussent y
entrer autrement que de vive force, car la cour, entourée de la faction
bourguignonne, n'avoit pas la liberté du choix; et, assiégée dans le
Louvre par les factieux, elle se voyoit dans la nécessité de se déclarer
pour leur parti. Les princes apprirent alors que le duc de Bourgogne,
après avoir pris d'assaut la ville de Ham, et réduit toutes les places
environnantes, marchoit à leur rencontre: ils lui évitèrent la moitié du
chemin, et les deux armées se trouvèrent en présence près de Montdidier.
Une bataille décisive sembloit inévitable; mais un incident qui résultoit
de la mauvaise discipline militaire de ces temps-là les empêcha encore
d'en venir aux mains. Les Flamands, qui faisoient la principale force du
duc, se retirèrent tout à coup de son armée, alléguant que le temps pour
lequel ils s'étoient engagés venoit d'expirer. Prières, menaces,
promesses, rien ne put les retenir, et le duc, frémissant de rage, fut
obligé de faire lui-même une prompte retraite devant ses ennemis.

Alors les troupes orléanoises, traversant l'Oise, se dirigèrent rapidement
sur Paris, qu'elles regardoient comme une proie assurée. À leur approche,
toutes les villes ouvrirent leurs portes, excepté Saint-Denis, qui bientôt
fut forcé de capituler. Il n'en fut pas de même de la capitale: vainement
les princes y envoyèrent des hérauts d'armes pour annoncer la fuite du duc
de Bourgogne, et protester de la pureté de leurs intentions. Cette horde
de brigands, qu'avoit armée le comte de Saint-Pol, se composoit alors de
presque tous les artisans de la ville; aux Goix, aux Thibert et autres
chefs s'étoient joints Jean de Troyes, chirurgien, et un écorcheur nommé
_Caboche_[78], d'où les nouveaux factieux furent appelés _Cabochiens_. Ces
misérables exerçoient un empire absolu, et les crimes atroces qu'ils
avoient commis, ceux qu'ils commettoient encore tous les jours, ne leur
laissoient d'autre ressource que de se défendre en désespérés. La reine,
que le départ du duc de Bourgogne avoit déterminée à revenir à Paris pour
essayer d'y ressaisir l'autorité, s'y trouvoit alors traitée en captive;
la cour, tremblante devant cette troupe forcenée, rendoit contre les
princes ordonnances sur ordonnances; les chaires retentissoient
d'invectives et d'anathèmes contre eux: et ces déclamations augmentoient
encore la haine des Parisiens, toujours religieux, même au milieu de leurs
plus grandes fureurs. Ils demandèrent à grands cris de faire une sortie
contre les _Armagnacs_, qui campoient alors tranquillement à leurs portes:
le comte de Saint-Pol et le prévôt de Paris Désessarts, cédant à leur
désir, les conduisirent vers un poste ennemi; mais ils furent complètement
battus, quoique six fois plus nombreux. Peu de jours après ils s'en
vengèrent en allant mettre le feu au château de Wicestre, qui appartenoit
au duc de Berri. Cependant il n'y avoit pas d'apparence qu'une populace
presque sans armes et nullement aguerrie pût faire lever le siége à une
armée telle que celle des princes, lorsque le duc de Bourgogne, qui venoit
d'être joint par les troupes que le roi d'Angleterre s'étoit engagé à lui
fournir, accourut au secours de la capitale, où il entra, non sans quelque
danger.

          [Note 78: C'étoit un sobriquet qu'on lui avoit donné. Son
          véritable nom étoit _Simon Coutelier_.]

À son arrivée tout changea de face: une nouvelle ordonnance plus précise
et plus sévère que celles qui l'avoient précédée fut rendue contre les
princes ligués et leurs adhérents; ils y furent déclarés ennemis publics
et criminels de lèse-majesté. La publication qu'on en fit porta un coup
mortel à la faction orléanoise; la désertion commença à se mettre parmi
ses partisans, et devint en peu de temps si forte, que, se trouvant dans
l'impossibilité de défendre les postes qu'il avoit enlevés, le duc
d'Orléans fut à son tour obligé de songer à une retraite, qui de jour en
jour devenoit plus urgente. Elle fut exécutée de nuit, et l'armée marcha
sans se reposer jusqu'à Étampes. À peine fut-elle partie, que les
_Bourguignons_ se répandirent dans la campagne de Paris, achevant d'y
dévaster ce qui avoit échappé au brigandage des _Armagnacs_. Ils
s'emparèrent ensuite de Dourdan et d'Étampes, où le parti ennemi avoit
laissé une forte garnison. De leur côté, les troupes orléanoises
remportèrent près de Tours un avantage assez considérable sur le comte de
la Marche[79].

          [Note 79: Le boucher _Goix_, blessé dans ce combat, vint mourir
          à Paris; on lui fit des funérailles magnifiques, auxquelles le
          duc de Bourgogne n'eut pas honte d'assister.]

(1412.) Ce fut alors que les princes négocièrent ouvertement avec
l'Angleterre, pour la détacher du parti bourguignon. Tandis qu'ils
prenoient l'engagement de lui livrer une portion considérable de la
France, en renouvelant les principales clauses du traité de Brétigni, le
duc de Bourgogne se servoit à Paris de cette indigne transaction pour
prouver au roi et à la France entière que la faction orléanoise avoit
formé le projet de le détrôner. L'animosité des partis parut alors plus
furieuse que jamais: plusieurs provinces devinrent tour à tour le théâtre
de la guerre, entre autres le Berri, dans lequel le roi s'avança à la tête
de cent mille hommes. Toutes les villes lui ouvrirent leurs portes, et il
arriva en maître irrité devant Bourges, dont le siége fut aussitôt
entrepris. Le duc de Berri épouvanté fit faire des propositions
d'accommodement, que le Bourguignon voulut d'abord faire rejeter; mais
telle étoit alors la mauvaise constitution des armées, que les vainqueurs
se trouvoient en peu de temps aussi embarrassés que les vaincus. L'armée
royale manquoit de vivres, et étoit sur le point de se dissoudre. On
saisit donc avec empressement cette ouverture d'une nouvelle paix, qu'on
espéroit enfin rendre plus durable que les précédentes. Le dauphin, gendre
du duc de Bourgogne, força en quelque sorte ce prince à une entrevue avec
le duc de Berri, par suite de laquelle fut signé un nouveau traité, qui
renouvela toutes les conditions de celui de Chartres. On le ratifia peu de
temps après dans une assemblée solennelle tenue à Auxerre, où se
trouvèrent tous les grands du royaume et des députés de toutes les cours
souveraines[80]. Les deux partis y renoncèrent à toute alliance
étrangère, surtout à celle de l'Angleterre. Enfin des tournois et des
fêtes brillantes terminèrent ce congrès de manière à faire espérer un
avenir meilleur, si l'on n'avoit pas eu une si triste expérience du passé.

          [Note 80: Le duc de Bourgogne, dans un conseil secret qu'il tint
          avec deux de ses créatures, Jacqueville et Désessarts, leur fit
          part du projet qu'il avoit conçu, de profiter de l'occasion de
          cette assemblée pour faire égorger à la fois les ducs de Berri,
          d'Orléans et le comte de Vertus. Désessarts ne put dissimuler
          l'horreur qu'un tel projet lui inspiroit, et détermina ce
          méchant prince à l'abandonner. Il fit en même temps avertir le
          duc d'Orléans, qui vint à Auxerre escorté par deux mille hommes
          d'armes. Le Bourguignon sut depuis cette trahison, et ne la
          pardonna jamais à Désessarts.]

Les méfiances et les haines étoient en effet bien loin d'être apaisées; et
déjà auprès des deux partis existants s'en élevoit un troisième plus
imposant, auquel chacun des deux autres essaya de se rattacher: ce parti
étoit celui du dauphin. Ce jeune prince, d'un caractère altier et
bouillant, commençoit à s'indigner de cette ambition de son beau-père, qui
ne cessoit d'attaquer un pouvoir dont il devoit un jour hériter. Pour la
combattre avec avantage, il imagina de favoriser les partisans de la
maison d'Orléans, tandis que le duc de Bourgogne, qui ne désiroit rien
tant que la rupture du traité, leur suscitoit mille difficultés pour en
éluder les conditions et aigrir leurs ressentiments. Il étoit aussi de son
intérêt de jeter dans le peuple de nouveaux ferments de révolte contre la
cour; et pour y parvenir il provoqua une assemblée des états-généraux,
dans laquelle l'administration désastreuse des finances fut exposée au
grand jour, et attaquée surtout par les députés du tiers-état. Un moine
nommé Eustache de Pavilly y lut un mémoire, dans lequel aucun des agents
de ce ministère ne fut épargné; ce qui jeta une telle terreur parmi eux,
que la plupart s'enfuirent, entre autres Désessarts, le plus coupable de
tous. Long-temps créature du duc de Bourgogne, il s'étoit attiré la haine
de ce prince en le trahissant[81], et cette haine étoit devenue plus
violente encore depuis qu'il s'étoit attaché ouvertement au parti du
dauphin.

          [Note 81: _Voyez_ la note précédente.]

(1413). Ce changement fit sa perte: par suite de cette nouvelle liaison,
il quitta, l'année suivante, la ville de Cherbourg, où il s'étoit retiré,
se rapprocha de Paris, et trouva le moyen de s'emparer de la Bastille. Son
dessein, concerté avec le dauphin, étoit, dit-on, d'enlever ce jeune
prince et de le mettre à la tête du parti orléanois, qui devoit ensuite
lui fournir les moyens de rentrer en maître dans la capitale. Alors le duc
de Bourgogne, poussé à bout, ne balance plus à lever le masque: ses
partisans s'assemblent, c'est-à-dire cette troupe de brigands qui avoit
déjà désolé la ville; ils soulèvent le peuple; on court à la Bastille, où
Désessarts, surpris et déconcerté, consent à se livrer, avec Antoine
Désessarts[82] son frère, entre les mains du duc, après en avoir obtenu la
promesse qu'il ne leur seroit fait aucun mal. Les deux prisonniers furent
sur-le-champ conduits au Louvre.

          [Note 82: Ce fut cet Antoine Désessarts qui fit depuis élever le
          Saint-Christophe colossal que l'on voyoit dans l'église de
          Notre-Dame. (_Voy._ t. I, p. 323, 1re partie.)]

Devenue plus insolente par ce premier succès, la populace furieuse se
précipite vers l'hôtel de Guienne, où logeoit le dauphin, en brise les
portes et pénètre jusqu'à l'appartement du prince. On saisit devant lui
plusieurs de ses officiers[83], que l'on conduit en prison dans l'hôtel
même du duc de Bourgogne; quelques-uns sont massacrés avant d'y arriver.
Le lendemain les séditieux demandent à grands cris qu'on leur livre
Désessarts; et le duc, malgré la foi jurée, l'abandonne à ces forcenés. Il
est plongé dans les cachots du Châtelet. Alors se renouvelèrent, avec des
excès plus grands encore, les horreurs des premiers mouvements populaires;
et la plume fatiguée se refuse presque à retracer ce tableau monotone des
mêmes violences et des mêmes assassinats. Le dauphin est retenu
prisonnier dans l'hôtel Saint-Paul; de nouvelles listes de proscriptions
sont dressées; les factieux osent violer ce qu'ils avoient jusqu'alors
respecté, l'appartement même du roi. Ils y entrent armés, et s'emparent à
ses yeux des plus grands seigneurs de sa cour[84], et de vingt dames ou
demoiselles attachées au service de la reine. Les proscrits, sans
distinction de sexe ni d'âge, sont liés deux à deux, placés sur des
chevaux, et dans cet état conduits en prison, au milieu des huées et des
outrages de la multitude; et l'on force le roi à publier des ordonnances
qui autorisent ces attentats. Un grand nombre de ces infortunés sont noyés
pendant les ténèbres ou massacrés dans les cachots. Un nouveau code dicté
par ces scélérats parut alors sous le nom d'_ordonnances cabochiennes_; et
le roi, accompagné des princes et du conseil, ayant sur la tête le
chaperon blanc, nouveau signe de ralliement adopté par la faction, fut
forcé d'aller au parlement faire enregistrer ces monuments de crime et de
licence. Désessarts, qui, dans des circonstances à peu près pareilles,
avoit condamné Montagu à mort, périt du même supplice et par un jugement
non moins inique, mais qu'on peut regarder comme un juste châtiment de la
Providence. Enfin les excès de cette populace en vinrent à un tel point,
que le duc de Bourgogne, principal moteur de toutes ces atrocités,
commença à en craindre pour lui-même les aveugles effets, et crut prudent
d'éloigner de cette ville désolée le duc de Charolois son fils, et le seul
espoir de sa race.

          [Note 83: Le duc de Bar, Jean de Wailly, son nouveau chancelier,
          les seigneurs de la Rivière, de Marcoignet, de Boissay, de
          Rambouillet, etc.]

          [Note 84: Ces seigneurs étoient Louis de Bavière, frère de la
          reine, l'archevêque de Bourges, le chancelier et le trésorier
          d'Aquitaine, etc.; les dames Baune d'Armagnac, chancelière de la
          reine, du Quénoy, d'Anclus, de Noviant, du Châtel, etc.]

Il résulta de cette inquiétude du duc de Bourgogne, et de la situation
violente du dauphin, qu'on poussoit au désespoir, un changement dans les
affaires plus prompt qu'on ne pouvoit l'espérer. Ce jeune prince avoit
vainement tenté de s'échapper: on le gardoit à vue; et tous les jours en
butte à de nouveaux outrages[85], il n'attendoit désormais son salut que
de la faction des princes, avec laquelle il trouvoit le moyen d'entretenir
des relations secrètes. Leur ligue, qui s'étoit fortifiée par la jonction
du roi de Sicile et du duc de Bretagne commençoit aussi à alarmer leur
ennemi. La guerre sembloit prête à renaître: cependant, avant de
commencer les hostilités, ils jugèrent convenable de proposer à la cour de
nouvelles négociations, basées sur les conditions de la paix d'Auxerre.
Elles furent tenues à Pontoise; et le duc de Bourgogne, placé entre des
ennemis puissants, les ressentiments du dauphin et une multitude effrénée
qu'il ne pouvoit plus maîtriser, se vit forcé d'y envoyer des députés. Un
projet de pacification, dont le principal article fut la soumission
entière des princes à l'autorité du souverain, fut présenté au roi et
ratifié par le parlement, auquel la cour crut devoir l'envoyer, afin d'en
imposer aux mutins par un acte aussi éclatant. Il eut tout l'effet qu'on
en pouvoit désirer. Les citoyens honnêtes, qui gémissoient en silence de
tant de calamités, se ranimèrent dès qu'ils virent l'autorité disposée à
les soutenir; on tint dans divers quartiers des assemblées dont le but
étoit de chercher des moyens de désabuser le peuple sur les scélérats qui
l'entraînoient dans l'abîme. Il fut moins difficile à persuader qu'on ne
l'avoit craint d'abord; et le désir de la paix commençoit à devenir
général, lorsque le traité qu'on avoit renvoyé aux princes fut remis,
ratifié par eux, entre les mains du roi.

          [Note 85: Nous en citerons un exemple: Jacqueville, capitaine de
          la milice de Paris, passant avec sa troupe près de l'hôtel
          Saint-Paul, où le dauphin donnoit un bal, monta brusquement à
          l'appartement du prince, et lui reprocha la dissolution dans
          laquelle il vivoit. S'adressant ensuite au seigneur de La
          Trémoille, il l'accabla d'invectives, l'accusant d'être le
          conseiller et le ministre de ces indécentes orgies. Le dauphin
          indigné tira sa dague, et s'élança sur Jacqueville pour l'en
          percer. Alors les soldats de celui-ci se jetèrent sur La
          Trémoille, qu'ils auroient massacré, si le duc de Bourgogne, qui
          survint, ne lui eût sauvé la vie.]

Alors les chefs des rebelles tentèrent un dernier effort: ils se rendirent
à l'hôtel Saint-Paul, et demandèrent qu'on leur communiquât les articles.
Sur le refus qu'on leur en fit, ils coururent s'emparer de
l'hôtel-de-ville; et dans ce poste, où ils étoient les plus forts, ils
décidèrent qu'à l'instant la ville délibéreroit sur le traité; mais ils ne
purent empêcher que cette délibération ne fût remise à la pluralité des
voix recueillies dans les quartiers. Ce fut là le coup mortel porté à la
faction bourguignonne. Il se trouva, par un heureux hasard, qu'une partie
de sa milice étoit sortie de la ville pour une expédition, sous la
conduite de Jacqueville, ce qui les empêcha de tenter de nouvelles
violences. Vainement le chirurgien de Troyes essaya-t-il le lendemain de
haranguer le peuple assemblé: un cri de paix qui s'éleva de tous côtés le
força bientôt à se taire. Le parlement, les cours souveraines,
l'université se rendirent à l'hôtel Saint-Paul, où le roi leur donna
audience des fenêtres du palais. Là il fut supplié d'ordonner l'exécution
du traité de Pontoise, et l'élargissement des prisonniers.

Alors les factieux désespérés se rassemblèrent au nombre d'environ trois
mille hommes près de Saint-Germain-l'Auxerrois, résolus de marcher vers
l'hôtel Saint-Paul. Mais la troupe qui accompagnoit le dauphin et le duc
de Berri, grossie à tous moments par les bourgeois armés qui venoient s'y
réunir en foule, s'élevoit déjà à plus de trente mille hommes, et le duc
de Bourgogne, jugeant que la partie n'étoit pas égale, fit avertir ces
furieux de se retirer. On le vit lui-même, s'efforçant de faire bonne
contenance, venir se joindre aux deux princes, qu'il accompagna toute la
journée; mais il comptoit si peu qu'il y eût désormais quelque sûreté pour
lui à Paris, qu'il s'enfuit peu de jours après, abandonnant à la rigueur
des lois ceux de ses partisans qui avoient différé de se sauver[86]. Alors
les _Armagnacs_ rentrèrent en vainqueurs; et par cette révolution subite,
qui suivoit toujours le succès de l'un ou de l'autre parti, les ministres
et officiers institués par le duc de Bourgogne furent destitués et
remplacés par des créatures des princes; de nouvelles déclarations faites
par le roi abolirent toutes celles qu'il avoit publiées contre eux; enfin
le gouvernement absolu de l'État fut tout entier entre les mains de la
faction triomphante.

Jusqu'ici les _Bourguignons_ et les _Armagnacs_, tour à tour oppresseurs
ou opprimés, n'ont excité aucun intérêt, soit dans leurs succès, soit dans
leurs revers. Cependant si, dans cette lutte de factieux qui cherchent à
s'arracher un pouvoir usurpé, on éprouve moins d'indignation contre un des
deux partis, ce parti est sans contredit celui des princes de la maison
d'Orléans. Sans parler de l'assassinat qui rend le duc de Bourgogne si
détestable, et qui légitime en quelque sorte la haine et la vengeance de
ses ennemis, entre deux partis dont l'un emploie sans cesse les fureurs de
la populace, les massacres, les supplices, toutes les violences pour
assurer ses succès, tandis que l'autre a dans ses intérêts tous ceux qui,
dans les désordres publics, ont quelque chose à perdre, il est difficile
de rester long-temps indécis.

          [Note 86: Plusieurs furent punis du dernier supplice, entre
          autres le frère de Jean de Troyes. On trouva chez ce scélérat
          une liste de proscription qui dévouoit à la mort plus de
          quatorze cents personnes.]

Presque tous ceux qui ont écrit l'histoire de France nous semblent n'avoir
pas établi avec assez de discernement les caractères si différents de ces
deux factions. Incertains dans leurs jugements, vagues dans leurs récits,
ils les confondent sans cesse dans le même mépris, dans la même
indignation, ce qui est injuste dans toutes les époques de leurs longs
débats, ce qui l'est surtout dans la catastrophe à jamais exécrable dont
il nous reste à parler.

Le dauphin manquoit de jugement et de caractère; il étoit livré à ses
plaisirs, foible et emporté tout à la fois; enfin, sous tous les rapports,
incapable de gouverner dans des temps aussi difficiles. Cependant il étoit
avide du pouvoir; et c'étoit pour en avoir été écarté par le duc de
Bourgogne, qu'il avoit appelé le parti orléanois à son secours. Les chefs
de ce parti, parmi lesquels se trouvoit un homme supérieur, le comte
d'Armagnac, sentant l'incapacité de ce jeune prince, l'éloignèrent
également des affaires. Cette conduite lui sembla tyrannique et
insupportable. Un acte de rigueur exercé par sa mère contre quelques
seigneurs[87], compagnons de ses plaisirs, acheva de pousser sa patience à
bout; et, changeant aussitôt de parti, au gré de ses passions insensées et
impétueuses, il ne cessa d'écrire lettres sur lettres au duc de Bourgogne,
pour l'inviter à venir le délivrer de cette servitude. Celui-ci étoit
alors dans ses états de Flandre, où il songeoit déjà à réparer l'échec
qu'il avoit essuyé, en levant des impôts et des soldats. Il saisit avec
avidité ce prétexte de recommencer la guerre, et s'avança de nouveau vers
Paris à la tête d'une nombreuse armée, annonçant hautement le projet
d'arracher le dauphin à ses tyrans. Ici commence une nouvelle suite de
malheurs que nos historiens n'ont pas manqué de rejeter sur cette
prétendue tyrannie des Armagnacs: cependant que pouvoient-ils faire?
Placés entre un roi imbécile, une reine ambitieuse et avare, un ennemi
aussi atroce que perfide, un jeune prince sans prudence et sans énergie;
entourés d'une multitude aveugle et dévouée au parti contraire,
devoient-ils abandonner et le salut de la France et le soin de leur
propre sûreté à des mains incapables d'en répondre? N'étoient-ils pas
réellement les seuls protecteurs des citoyens honnêtes et paisibles? Les
vit-on jamais commettre des assassinats pour maintenir leur autorité? Ne
falloit-il pas que l'État fût gouverné; et ne valoit-il pas mieux qu'avec
les mêmes droits et de meilleures intentions que le duc de Bourgogne, les
princes de la maison d'Orléans s'emparassent de ce gouvernement?

          [Note 87: C'étoient les seigneurs de Moï, de Brimeu, de
          Montauban et de Croy. Ils furent arrêtés dans sa chambre, parce
          qu'on les soupçonnoit d'être attachés au duc de Bourgogne. Le
          dauphin fut si irrité de cet affront, qu'il voulut sortir pour
          appeler le peuple à son secours; les princes le retinrent.]

Mais si l'on pouvoit prouver en outre que, dès cette époque, l'infâme
Bourguignon avoit conclu avec le roi d'Angleterre[88] un traité par lequel
il reconnoissoit ses droits au trône de France, et s'engageoit à lui
livrer son roi et son pays, est-il possible alors de balancer un seul
instant? ne faut-il pas voir désormais dans les _Armagnacs_ les défenseurs
de la patrie, le vrai parti de l'État, et un insensé dans le jeune prince
qui appelle à son secours l'ennemi le plus dangereux de sa famille, un
traître digne du dernier supplice? Ce traité existe[89]; excepté le père
Daniel et Villaret, aucun de nos historiens ne semble l'avoir connu; et,
pour en avoir ignoré la véritable date, ni l'un ni l'autre n'en tire les
conséquences qu'il est nécessaire d'en tirer. Cependant la face des choses
est entièrement changée par l'existence et surtout par la date de cette
pièce. Elle explique et les mesures prises contre l'aveuglement du dauphin
et la violence des poursuites exercées contre le duc de Bourgogne, et la
mort subite du second dauphin; elle fait comprendre l'entreprise, folle en
apparence, de Henri V, abordant les côtes de France avec une armée peu
nombreuse, non plus pour rentrer dans la possession de quelques villes,
mais avec la résolution manifeste de s'emparer du royaume.

          [Note 88: Henri V, qui venoit de succéder à son père, mort en
          1412.]

          [Note 89: Ces deux auteurs n'en parlent qu'à la date de 1416, et
          Saint-Foix prouve très-bien qu'il ne fut que renouvelé à cette
          époque et qu'il avoit été conclu dès l'année 1414. Dans cette
          transaction, le duc de Bourgogne expose que:

          «Jusqu'alors, faute de bonnes informations, il avoit méconnu et
          ignoré les véritables droits du roi d'Angleterre et de ses
          héritiers à la couronne de France; qu'en ayant pris
          connoissance, il les reconnoît justes et légitimes; qu'il promet
          et s'engage en conséquence de faire une guerre mortelle à
          Charles VI et au dauphin, et se soumet à faire hommage-lige
          audit roi d'Angleterre, dès qu'il sera en possession d'une
          notable partie du royaume de France; reconnoissant que, quoique
          cet hommage soit dû dès à présent, il a été différé, pour le
          plus grand avantage de l'un et de l'autre;

          »Que, par toutes les voies secrètes qu'il saura ou qui lui
          seront indiquées, il fera en sorte que ledit roi d'Angleterre
          soit mis en possession réelle et paisible dudit royaume;

          »Que, pendant que ledit roi d'Angleterre sera occupé à
          poursuivre ses droits, lui, duc de Bourgogne, fera la guerre
          avec toutes ses forces aux ennemis que ledit roi d'Angleterre a
          dans le royaume de France; c'est à savoir, à A. B. C. D. et à
          tous leurs pays et partisans désobéissants audit roi
          d'Angleterre;

          »Que, dans les traités d'alliance, lettres-patentes ou
          autrement, s'il paroît toujours tenir pour Charles VI,
          soi-disant roi de France et pour le dauphin, ce ne sera que par
          dissimulation, pour un plus grand bien et pour faire mieux
          réussir le projet formé entre ledit roi d'Angleterre et lui, duc
          de Bourgogne.»

          C'est ainsi qu'un prince du sang, petit-fils du roi Jean, et
          premier pair du royaume, se lioit avec les ennemis naturels de
          sa patrie pour arracher le sceptre de sa maison, et le faire
          passer dans celle d'un usurpateur, d'un étranger, à qui même la
          couronne d'Angleterre n'appartenoit pas. (SAINT-FOIX.)]

Reprenons la suite des faits: le duc de Bourgogne arriva à Saint-Denis
avec une armée trop peu nombreuse pour faire le siége de Paris; mais il
comptoit sur l'affection que lui portoit toujours la multitude, et sur le
parti que pouvoit avoir le dauphin: il en arriva autrement qu'il ne
l'avoit espéré. Il avoit affaire à un homme d'un grand caractère; et le
comte d'Armagnac prit sur-le-champ le parti qu'il falloit prendre. Il
força le dauphin de désavouer son beau-père; un messager que celui-ci osa
adresser au roi fut renvoyé sans être entendu, et menacé de mort s'il
osoit reparoître. En même temps qu'une ordonnance du monarque déclaroit ce
prince ennemi de l'État, des mesures sévères contenoient le peuple,
toujours prêt à se soulever. Les artisans et autres gens de peine eurent
défense d'approcher des remparts, sous peine de mort; tous les habitants
indistinctement furent désarmés; on leur ôta de nouveau les chaînes qui
leur avoient été rendues; des soldats parcouroient les rues, marchant en
bataille, enseignes déployées, prêts à fondre sur les mutins au premier
signal; et c'est alors que l'on put juger combien il étoit facile de
contenir cette multitude, si terrible lorsqu'elle a brisé ses entraves.
Personne n'osa remuer; mais les Parisiens en conçurent contre le comte
d'Armagnac une haine implacable.

(1414.) Des mesures si vigoureuses déconcertèrent le duc de Bourgogne, qui
s'enfuit précipitamment dans ses États, où il fut poursuivi par une armée
nombreuse que commandoit le roi en personne. Battu sur tous les points,
réduit aux dernières extrémités, il se vit contraint à demander lui-même
une paix qu'il falloit lui refuser, que jamais les princes, et surtout le
comte, ne lui eussent accordés, mais que l'impatient dauphin sut faire
accepter à son père, parce qu'il croyoit y trouver une occasion de secouer
ce qu'il appeloit la tyrannie des Armagnacs.

Cette nouvelle paix fut signée à Arras; mais si l'on en considère les
articles, il n'est pas difficile de voir que le dauphin, mécontent du
parti d'Orléans, ne se méfioit pas moins du duc de Bourgogne, dont il
connoissoit sans doute alors les liaisons avec le roi d'Angleterre. Entre
autres conditions extrêmement dures, il fut expressément enjoint à ce
prince de ne point approcher de Paris sans la permission du roi et du
dauphin: il s'y soumit; mais tout étoit déjà préparé pour l'horrible
trahison qu'il méditoit depuis long-temps.

Pendant l'absence de Charles, des ambassadeurs de Henri V étoient venus à
Paris demander la princesse Catherine sa fille en mariage pour le nouveau
roi; et par une audace que la trahison du duc de Bourgogne peut seule
expliquer, ils réclamèrent en même temps le rétablissement des clauses du
traité de Brétigni. Le duc de Berri, qui les reçut, les renvoya, en leur
disant qu'il ne pouvoit rien décider par lui-même. Le roi d'Angleterre
fit, dès ce moment, ses préparatifs pour porter la guerre en France.

Après la paix d'Arras, les princes et le dauphin revinrent ensemble à
Paris, mais déjà divisés entre eux. _Armagnacs_ et _Bourguignons_, tout
étoit également odieux au fils de Charles VI; il vouloit le pouvoir sans
partage, et son parti entièrement détaché des deux autres parut bientôt à
découvert. Cependant les premières tentatives qu'il fit pour secouer le
joug ne lui réussirent point[90], et les ducs d'Orléans et de Bourbon,
instruits à temps, rompirent ses mesures. Alors le jeune prince, outré de
dépit, sort de Paris et se rend à Bourges. La reine et les princes
effrayés lui écrivent dans les termes les plus pressants pour l'engager à
revenir; il a l'air de se rendre à leurs sollicitations, leur indique un
rendez-vous à Corbeil; et par une ruse hardie qu'on étoit loin d'attendre
de son caractère, tandis que toute la cour l'attendoit dans cette ville,
il force sa marche vers Paris, fait lever, en passant, le pont de
Charenton, arrive au Louvre, s'empare de la ville, dont il fait fermer les
portes, et envoie sur-le-champ ordre à tous les princes, le duc de Berri
excepté, de se retirer dans leurs terres.

          [Note 90: Les conjurés, dont les chefs étoient les courtisans du
          dauphin, devoient aller au Louvre, mettre ce prince à leur tête,
          s'emparer des postes les plus importants, chasser les Orléanois
          et massacrer ceux qui feroient résistance.]

Devenu maître par ce coup d'autorité, le dauphin s'abandonna, dès ce
moment, à toute la fougue de son caractère altier et violent, à son goût
effréné pour les plaisirs et pour la dissipation. Les trésors de l'État
furent prodigués aux compagnons et aux ministres de ses voluptés; mais ce
qui prouve, contre l'avis de plusieurs historiens, que le duc de Bourgogne
n'étoit pour rien dans l'entreprise qu'il venoit de faire, c'est qu'un des
premiers essais qu'il fit de son pouvoir fut de reléguer à Saint-Germain
la dauphine, fille de ce prince, afin de se livrer sans contrainte à ses
déréglements.

(1415.) Il étoit impossible qu'un semblable caractère pût se maintenir
dans les circonstances plus critiques encore où la France alloit se
trouver, et lui-même parut le sentir. En effet, Henri V venoit de
débarquer à Harfleur[91], dont il s'étoit emparé; et, maître de la
campagne, il s'avançoit à travers la Picardie, demandant hautement la
couronne de France, en vertu des droits d'Édouard. Dans cette extrémité il
fallut songer à remettre la défense de l'État à l'un des deux partis:
quels que fussent les ressentiments du dauphin à l'égard des princes
d'Orléans, il n'hésita pas un seul instant à leur donner la préférence sur
un perfide dont la trahison étoit maintenant dévoilée à ses yeux; le duc
osa faire des offres de services[92], qui furent rejetées avec mépris.
Enfin, après la malheureuse bataille d'Azincourt[93], plus sanglante que
décisive, il tenta de nouveau de séduire et le roi et le dauphin, en leur
offrant une armée qu'il s'engageoit à mettre entièrement à leur
disposition; mais il fut de nouveau repoussé; on lui défendit de paroître
à la cour autrement qu'avec sa suite ordinaire, et les villes reçurent
l'ordre de refuser passage à ses troupes.

          [Note 91: Depuis le Havre-de-Grâce.]

          [Note 92: Villaret, toujours persuadé que le traité du
          Bourguignon avec le roi d'Angleterre n'existoit point encore,
          blâme, comme impolitique, un refus très-raisonnable, et une
          méfiance qu'on auroit dû avoir plus tôt. Pour n'avoir point
          connu un point historique aussi essentiel, cet historien ne peut
          ici rien éclaircir, rien expliquer, et donne aux personnages des
          motifs, aux événements des causes entièrement opposées à la
          vérité.]

          [Note 93: Elle fut perdue par la faute du connétable d'Albret,
          qui y périt avec la fleur de la noblesse françoise et six
          princes du sang. Le duc d'Orléans y fut fait prisonnier.
          Cependant le vainqueur, épuisé et réduit à dix-huit mille
          hommes, de cinquante qu'il avoit à son arrivée, fut forcé de
          regagner Calais et de repasser en Angleterre. _Sa victoire_, dit
          Rapin de Thoiras, _ne lui avoit pas acquis un pouce de terre_;
          plus des deux tiers de l'armée françoise n'avoient pas donné; et
          rien n'eût été plus facile à réparer qu'un semblable échec dans
          des circonstances ordinaires.]

Ce fut pendant le cours de cette négociation, où le duc de Bourgogne tenta
vainement de ramener à lui le dauphin, que ce jeune prince mourut d'un mal
subit et violent qui l'emporta en six jours. On soupçonna qu'il avoit été
empoisonné, et les deux factions s'en accusèrent réciproquement: mais
parmi leurs chefs, lequel avoit le plus besoin de cette mort? qui, du
Bourguignon et des princes d'Orléans, étoit le plus accoutumé à commettre
des assassinats?

À ce dauphin Louis succédoit le prince Jean son frère, âgé de dix-sept
ans. Il étoit alors à Valenciennes, auprès du comte de Hainaut, dont il
avoit épousé la fille. Le nouveau dauphin, d'un esprit borné et d'un
caractère encore plus foible que son frère, ne faisoit rien que d'après
les conseils de son beau-père. Il refusa de revenir à la cour où on le
pressoit de se rendre, si le roi ne faisoit sa paix avec le duc de
Bourgogne, auquel le duc de Hainaut étoit entièrement dévoué.

Cependant le comte d'Armagnac, appelé à Paris par Charles, venoit de
recevoir de sa main l'épée de connétable et le titre de premier ministre.
Tout plioit sous ses ordres, et pour la première fois les rênes de l'État
se trouvèrent dans une main capable de les diriger. C'est une grande
inconséquence de la part du continuateur de Vély d'avoir accusé ce grand
homme de hauteur et d'inflexibilité dans la situation extraordinaire où il
se trouvoit. Cet historien n'avoit pas vécu au milieu des discordes
civiles: s'il en eût fait la triste expérience, il eût su que ce n'est
point par la confiance et la douceur que l'on peut ramener des esprits
qu'une longue licence a livrés à tous les genres de corruption. Paris fut
tranquille, parce que l'administration fut sévère et même dure; et en
effet il ne s'agissoit point ici de se faire aimer, mais de se faire
craindre. Le nouveau ministre employa, pour déconcerter les traîtres,
étouffer les complots, tous les moyens de rigueur nécessaires, l'exil,
l'emprisonnement, les supplices: il fit ce qu'il devoit faire, et il faut
en accuser le malheur des temps. Tandis qu'il maintenoit ainsi la
tranquillité dans Paris, la défense du royaume n'étoit point oubliée: il
faisoit réparer les forteresses, méditoit des plans pour chasser les
Anglois du continent, et s'efforçoit de rétablir l'ordre dans les
finances. Enfin il résulta des mesures prises par le connétable, que le
duc de Bourgogne, cantonné dans la Brie[94], où une foule de petits
combats fatiguoient inutilement son armée, attendant vainement quelque
mouvement favorable des partisans qu'il avoit dans la ville, se vit dans
la nécessité de se faire donner, par le dauphin, un ordre de désarmer,
afin de couvrir au moins la honte de sa retraite.

          [Note 94: Il se tenoit principalement dans la ville de Lagny, ce
          qui lui fit donner par les Parisiens le nom de _Jean de Lagny
          qui n'a pas hâte_.]

La fin de cette année fut remarquable par l'arrivée de l'empereur
Sigismond à Paris. Ce prince, qui venoit, en apparence, dans l'intention
de faire cesser les divisions de la France et de l'Angleterre, prit en
effet des engagements contre elle avec Henri V et le duc de Bourgogne,
trouva le moyen de mécontenter tout le monde pendant le court séjour qu'il
fit dans la capitale[95], et partit ensuite pour Calais, d'où il alla à
Londres continuer ses intrigues.

          [Note 95: _Voyez_ t. Ier, p. 161, 1re partie.]

(1416.) Les conspirations renaissoient à chaque instant; les partisans du
duc de Bourgogne, toujours nombreux, toujours actifs, malgré les rigueurs
employées contre eux, profitèrent d'un moment où le connétable étoit allé
en Normandie, pour tenter une nouvelle entreprise. Elle devoit être
décisive: il ne s'agissoit pas moins que de massacrer le roi et la reine,
les princes, et sans distinction tous les partisans de la faction
orléanoise. Cet horrible complot fut découvert par la femme d'un changeur
nommé Michel Laillier. Les conjurés périrent dans les supplices, et
avouèrent avant de mourir que toutes ces horreurs avoient été
non-seulement approuvées, mais commandées par le duc de Bourgogne.

À la première nouvelle de cet événement, le connétable revint
précipitamment à Paris, où sa présence porta de nouveau la terreur dans le
parti contraire. Ce fut alors que la Grande-Boucherie, berceau de toutes
les séditions, et point de rassemblement des factieux, fut rasée jusqu'aux
fondements. Les taxes furent augmentées; on multiplia les proscriptions,
les emprisonnements, les supplices: personne n'osa murmurer. On ne peut
assez admirer le généreux courage de ce grand ministre, qui, dans une
situation aussi terrible, entouré d'ennemis intérieurs qu'il avoit tant de
peine à contenir, n'en rejetoit pas moins avec une noble fierté toute
espèce de trève avec les Anglois, qu'il vouloit absolument chasser de
France. Il partit en effet de nouveau pour aller faire le siége de
Harfleur, qu'il fut bientôt forcé d'abandonner, trahi dans cette
entreprise hardie par la fortune plus que par son génie; et c'est alors
que Henri, ne trouvant plus d'obstacles, se disposa à rentrer en France;
que le Bourguignon alla à Calais renouveler l'infâme traité de 1414; et
que tout se prépara pour consommer la ruine de ce malheureux royaume.

Le duc de Berri, oncle du roi, mourut cette année à Paris, dans son hôtel
de Nesle. Ce prince, l'un des principaux artisans des malheurs publics,
étoit alors sans pouvoir et sans considération. Personne ne le regretta;
sa mort même ne fit aucune sensation; mais le connétable en profita pour
commencer à produire le jeune Charles, comte de Ponthieu, second fils du
roi; il le fit nommer gouverneur de Paris.

Cependant le dauphin refusoit toujours de se rendre à la cour; et le comte
de Hainaut sur les nouvelles sollicitations qui furent faites à ce jeune
prince, osa venir lui-même à Paris signifier qu'on ne devoit point compter
sur son retour, si l'on ne faisoit la paix avec le duc de Bourgogne. On
savoit que ce seigneur étoit la seule cause de cette obstination insensée:
on résolut de l'arrêter. Instruit de ce dessein, il se retira
précipitamment à Compiègne, où il trouva, à son arrivée, le dauphin
expirant. On ne douta point qu'il n'eût été empoisonné, et les soupçons
tombèrent tour à tour sur la reine, sur le connétable, sur le roi de
Sicile, beau-père du nouveau dauphin, sur le duc de Bourgogne. Les
présomptions des historiens se portent principalement sur le roi de
Sicile: mais l'homme qui avoit déjà commis et médité tant d'assassinats;
qui, dans ce moment même, venoit de jurer la perte de toute la famille
régnante, ne doit-il pas être plus justement soupçonné d'un crime qui ne
pouvoit être utile qu'à lui? Le comte de Ponthieu devint par cette mort
l'héritier présomptif du trône et l'unique espoir de la France.

Henri V venoit de descendre à la Touques, en Normandie; le duc de
Bourgogne s'avançoit, de son côté, à la tête d'une armée nombreuse,
appelant les peuples à la défense de la patrie, publiant des manifestes
contre les Armagnacs, dans lesquels il nioit impudemment ses liaisons avec
l'étranger. Partout où il passoit il abolissoit les impôts; et la
multitude, se laissant prendre à cet appât frivole et usé, combloit de
bénédictions un perfide qui n'avoit pour objet que de faire ainsi une
diversion en faveur de l'Angleterre. Cependant le connétable, entouré de
tant d'ennemis, manquant d'argent pour lever des soldats, forcé
d'abandonner la campagne à l'Anglois et au Bourguignon, avoit encore à
lutter contre les jalousies de la reine, avide de pouvoir et incapable de
commander; contre l'orgueil des grands, qu'humilioit la hauteur de son
caractère et l'excès de sa puissance. Dans ce temps malheureux, où il n'y
avoit plus ni honneur ni patrie, on haïssoit, on vouloit perdre le seul
homme capable de tout sauver. (1417.) La reine surtout, dévorée d'ambition
au milieu de la vie molle et voluptueuse qu'elle menoit au château de
Vincennes, étoit son ennemie la plus acharnée et la plus redoutable[96].
Ce fut pour prévenir ses mauvais desseins qu'il avertit le roi de ses
intrigues galantes avec Boisbourdon, son grand-maître d'hôtel. On arrêta
Boisbourdon; il fut mis à la question où il avoua tout, cousu dans un sac
et jeté dans la rivière. Isabelle fut reléguée à Tours; et le dauphin,
d'après l'avis du connétable, se saisit, pour les besoins de l'État, des
trésors qu'elle avoit amassés. Depuis l'assassinat du duc d'Orléans, elle
ne pouvoit entendre prononcer le nom du duc de Bourgogne sans frémir: cet
horreur céda au désir de se venger; et, quoique gardée à vue, elle trouva
le moyen de lui écrire pour implorer son secours. Depuis deux mois le
traître rôdoit aux environs de Paris, s'éloignant, s'approchant, et
assiégeant les petites villes des environs. Sa faction étoit si puissante
dans cette capitale, que le connétable et le dauphin n'osoient presqu'en
sortir, ce qui favorisoit les progrès des Anglois en Normandie[97]. À la
réception de cette lettre, il part à la tête de quinze cents cavaliers
choisis, arrive à Tours avec une diligence inconcevable, délivre la reine
et la conduit à Troyes. Elle y établit sa cour, prend le titre de régente,
crée une chambre souveraine à Amiens, après avoir cassé le parlement de
Paris et les autres cours supérieures, et défend de reconnoître l'autorité
du roi et du dauphin, sous le prétexte si souvent employé qu'ils ne
jouissoient pas de leur liberté.

          [Note 96: On avoit fait un fonds pour le paiement des troupes;
          cette princesse avare voulut s'en emparer, sous prétexte de
          l'entretien de sa maison et des pensions qui lui étoient dues:
          le connétable s'y opposa, elle le menaça. Il la connoissoit, et
          crut devoir aller au-devant de sa vengeance.]

          [Note 97: Du désordre que le duc de Bourgogne causoit dans
          l'État, il arrivoit que les autres grands vassaux séparoient
          leurs intérêts de ceux de la monarchie. La reine de Sicile,
          duchesse du Maine et de l'Anjou, fit une trève avec Henri pour
          ses terres, c'est-à-dire qu'elle s'engagea à ne point fournir
          son contingent à la France; le duc de Bretagne en fit une
          pareille; la Bourgogne, la Champagne, la Picardie, l'Artois et
          la Flandre étoient au pouvoir du duc de Bourgogne: on peut juger
          dans quel embarras devoient être le connétable et le dauphin
          pour trouver de l'argent et des troupes. (SAINT-FOIX.)]

(1418.) Pendant ce temps les hostilités continuoient aux portes mêmes de
Paris. On se prenoit mutuellement des villes; on se harceloit par de
petits combats; dans les murs, les conspirateurs ne cessoient point de
s'agiter, et leurs conspirations sans cesse avortées produisoient de
nouvelles rigueurs, qui augmentoient encore le nombre des mécontents.
Cependant les Anglois s'avançoient rapidement dans l'intérieur de la
France, et la réunion de tous les membres de la famille royale, si elle
eût été possible, pouvoit seule sauver le royaume. Quelques évêques
s'entremirent pour tâcher d'arriver à ce but si désirable. La prétendue
régente et le duc de Bourgogne nommèrent des députés; le dauphin en nomma
de son côté. Ces députés tinrent plusieurs assemblées au village de la
Tombe, entre Montereau et Bray-sur-Seine, dans lesquelles on finit par
convenir que la décision des principaux articles seroit remise à deux
légats du Saint-Siége qui étoient venus offrir leur médiation. Ces légats
assistèrent donc aux conférences, et dressèrent ensuite un traité qui
portoit que le dauphin et le duc de Bourgogne gouverneroient conjointement
le royaume. Le connétable et le chancelier de Marle détournèrent hautement
le roi et le dauphin de ratifier une semblable transaction[98]; et tout
espoir de rapprochement fut rompu de nouveau et sans retour.

          [Note 98: Villaret accuse encore ici l'ambition du connétable
          d'Armagnac, que cette paix auroit, dit-il, dépouillé de toute sa
          puissance. La même erreur produit jusqu'à la fin les mêmes
          inconséquences dans le récit de cet historien.]

La vigilance et la vigueur d'esprit du connétable étoient telles, qu'on
peut présumer que le duc de Bourgogne n'eût point recueilli de ses crimes
tout le fruit qu'il en attendoit, si une trahison tramée par un petit
nombre de citoyens obscurs, et par cela même aussi inattendue
qu'impénétrable, n'eût renversé en un instant toutes les mesures prises
par son redoutable adversaire. Il arriva que, dans un moment où presque
toutes les troupes royales étoient sorties de la ville pour essayer de
reprendre Marcoussy, Montlhéry et quelques autres villes enlevées par le
parti bourguignon, un certain _Perrinet Leclerc_, fils d'un marchand de
fer sur le Petit-Pont, fut maltraité par les gens d'un des seigneurs du
parti d'Armagnac, et n'en put obtenir justice du prévôt de Paris. Outré de
ce refus, il résolut de se venger, s'associa quelques complices, et fit
savoir à Lisle-Adam, qui commandoit dans Pontoise pour le duc de
Bourgogne, que, s'il vouloit s'approcher secrètement de la ville, il
espéroit pouvoir l'y introduire par la porte de Bucy. Dans la nuit du 28
au 29 mai, ce seigneur s'y présenta, accompagné de huit cents hommes
d'armes. Perrinet Leclerc, qui en avoit dérobé les clefs sous le chevet du
lit de son père, l'un des quarteniers de la ville, et gardien de cette
porte, la lui ouvrit à un signal convenu. Lisle-Adam entre avec sa troupe;
ils marchent en silence jusqu'au Châtelet, où cinq cents bourgeois,
avertis par les émissaires de la faction bourguignonne, venoient de se
rassembler, et se joignent à eux. Tous s'écrient à l'instant: _La paix! la
paix! vive le roi et Bourgogne!_ et, se partageant en plusieurs corps, se
répandent dans les quartiers, où ces cris sont répétés. La populace se
précipite aussi des maisons dans les rues en faisant retentir l'air des
mêmes acclamations, et, s'armant aussitôt de tout ce qu'elle peut trouver,
se joint aux conjurés. Ils vont à l'hôtel Saint-Paul, éveillent le roi,
l'obligent de s'habiller, de marcher à cheval à leur tête, et le promènent
ainsi dans les rues, pour faire croire qu'il approuve l'entreprise.
Tanneguy-du-Châtel, prévôt de Paris, tremblant aux premiers cris pour les
jours du dauphin, avoit volé à son hôtel. Ce jeune prince dormoit
tranquillement: il l'enveloppe dans un de ses draps, l'enlève de son lit,
et est assez heureux pour arriver à la Bastille, chargé de ce précieux
fardeau. Le lendemain il le conduisit à Melun. Cependant les chefs des
conjurés dirigent leurs hordes sur les hôtels du chancelier, des ministres
et des principaux partisans de la faction contraire. Le chancelier de
Marle, l'archevêque de Reims, plusieurs évêques, une foule de seigneurs et
de membres des cours souveraines sont arrachés de leurs lits, chargés de
fers et traînés en prison. Le comte d'Armagnac qu'on avoit vainement
cherché dans sa demeure, ne tarda pas à être découvert et arrêté[99].
Toutefois, pendant la première nuit et les deux jours qui la suivirent, il
y eut peu de sang de répandu. On attendoit le retour d'un courrier expédié
au duc de Bourgogne, alors à Dijon, lorsque Tanneguy-du-Châtel, le
maréchal de Rieux et les autres seigneurs qui s'étoient emparés de la
Bastille, rentrèrent dans cette forteresse, avec seize cents hommes
d'armes, et de là se jetèrent dans la ville, espérant surprendre les
Bourguignons, et délivrer le connétable, mais ils rencontrèrent ceux-ci
préparés à les recevoir, et il se livra, au milieu de la rue
Saint-Antoine, un combat opiniâtre dans lequel, accablés par la
supériorité du nombre, ils furent forcés de se retirer, après avoir laissé
quatre cents des leurs sur la place. La Bastille se rendit alors à
composition. Sur ces entrefaites, l'horrible milice des bouchers,
proscrite et bannie de la ville par les Armagnacs, y rentra, ne respirant
que la vengeance et le crime; et le 10 juin arrivèrent enfin les nouvelles
que l'on attendoit du duc de Bourgogne. Aussitôt les bruits les plus
sinistres et les plus alarmants sur les projets des partisans du dauphin
sont répandus parmi le peuple, dont on allume à dessein la fureur; ces
bruits s'accroissent en volant de bouche en bouche, et cette multitude est
bientôt persuadée que son salut dépend de l'entière extermination des
Armagnacs. Enfin le 12 juin, jour à jamais exécrable, parvenue au dernier
degré de la rage, elle court d'abord à la Conciergerie, en enfonce les
portes, en fait sortir tous les prisonniers, et, quels qu'ils soient,
Armagnacs, Bourguignons, criminels, débiteurs, les égorge tous, sans
épargner ni le sexe, ni l'âge; dans un moment la cour du palais est
inondée de sang et couverte de cadavres; le chancelier, six évêques, un
grand nombre de membres du parlement expirent percés de mille coups; le
connétable est au nombre de ces illustres victimes. Les mêmes atrocités se
renouvellent dans toutes les prisons. Au Grand-Châtelet, les prisonniers,
au désespoir, veulent résister, et du haut de ses tours essaient de
repousser leurs assassins: on y met le feu, et on les force à se
précipiter eux-mêmes sur la pointe des piques et des épées placées en bas
pour les recevoir. Ces scènes abominables se terminèrent par le spectacle
peut-être plus horrible encore des outrages que ces barbares exercèrent
sur les restes mutilés de leurs victimes. Les cadavres du connétable et du
chancelier, après avoir été traînés pendant trois jours dans les rues,
furent jetés à la voirie.

          [Note 99: Il s'étoit caché chez un maçon, qui n'eut pas le
          courage de braver un ordre par lequel il étoit défendu, sous
          peine de mort, de donner asile aux Armagnacs. Dès que cet ordre
          eut été publié, il alla lui-même dénoncer le connétable.]

Le 14 juillet, la reine et le duc de Bourgogne arrivèrent à Paris. «Ils y
firent, disent les historiens, une entrée triomphante; le peuple jetoit
des fleurs sur leur passage; on n'entendoit de tous côtés qu'un cri
général d'acclamation et d'allégresse; la joie brilloit sur tous les
visages.» Entourés de ces bandes d'assassins, cortége bien digne d'eux,
ils allèrent descendre à l'hôtel Saint-Paul, où l'infortuné Charles,
entièrement privé de sa raison, reçut Isabelle comme l'épouse la plus
tendre et la plus vertueuse, et le duc de Bourgogne comme le sujet le
plus affectionné et le plus fidèle.

«Le ciel, dit Saint-Foix, purgea Paris de ses infâmes habitants[100];
avant la fin de l'année il en mourut plus de cent mille, _presque tous de
la populace et meurtriers_[101].»

          [Note 100: Il y eut encore, quelques jours après, de nouveaux
          assassinats. Les troupes qui environnoient Paris empêchant les
          vivres d'arriver, on persuada au peuple que c'étoient les
          Armagnacs qui étoient cause de la famine; sur ce bruit ses
          fureurs se rallumèrent; il courut aux prisons, où il massacra
          encore toutes les personnes arrêtées depuis la première
          boucherie. Capeluche, bourreau de la ville, étoit à la tête des
          assassins, et le duc de Bourgogne, moteur secret de ces
          nouvelles horreurs, eut une conférence avec lui au palais.
          Quelques jours après, voyant que ces excès alloient plus loin
          qu'il ne l'avoit voulu d'abord, il fit saisir et exécuter ce
          scélérat, ainsi que plusieurs autres chefs, et tout rentra dans
          l'ordre.]

          [Note 101: _Juvénal des Ursins._ Il est l'auteur d'une histoire
          de Charles VI depuis 1380 jusqu'à 1422, et étoit fils du célèbre
          prévôt des marchands du même nom, qui exerça cette charge sous
          ce malheureux prince, et fut un de ses plus fidèles et de ses
          plus courageux serviteurs.]

Les événements qui terminèrent ce malheureux règne n'appartiennent plus
qu'indirectement à l'histoire de la ville de Paris, désormais soumise aux
tyrans qu'elle s'étoit choisis, et n'osant plus secouer un joug dont elle
commença aussitôt à sentir toute la pesanteur. Le roi d'Angleterre
s'avançoit en conquérant dans la Normandie, où cependant la résistance
héroïque de la ville de Rouen le retint assez long-temps, et lui fit
perdre assez de monde pour qu'on pût juger qu'il n'eût retiré de son
expédition que des revers et de la honte, si la France n'eût pas été
d'avance trahie et livrée entre ses mains. Tandis que l'armée angloise
étoit occupée à ce siége, le dauphin, qui résistoit à peine au duc de
Bourgogne, voyant un nouvel ennemi prêt à fondre sur lui, essaya de
traiter avec Henri, qui accepta la négociation, la fit durer tout le temps
qu'il jugea nécessaire à ses intérêts, et la rompit en faisant des
propositions absurdes qu'il fallut rejeter. (1419.) Déjà les Anglois
étoient répandus dans l'Île-de-France, et faisoient des incursions jusque
dans les faubourgs de Paris. Le dauphin, au désespoir, ne voit plus de
ressources que dans une réconciliation avec le duc de Bourgogne: il fait
faire auprès de lui des démarches qui sont accueillies; il en résulte une
entrevue à Poissy-le-Fort, où les deux princes se donnent des témoignages
très-vifs de confiance et d'amitié qui pouvoient être sincères de la part
du dauphin, mais qui, suivant toutes les probabilités, n'étoient qu'une
nouvelle perfidie de l'infâme Bourguignon. Ils signèrent un traité dans
cette conférence, et il y fut convenu qu'ils se reverroient le 18 août
suivant à Montereau-Faut-Yonne. Dans cette seconde entrevue,
Jean-sans-Peur est poignardé par les gens de la suite du dauphin. Les
historiens ont tellement varié sur les circonstances de ce meurtre, qu'on
ignorera probablement toujours s'il étoit prémédité, et si le jeune
prince fut réellement ce complice d'un assassinat que rien ne peut
justifier, quoiqu'il eût été commis sur un des hommes les plus exécrables
qui aient jamais existé. Son caractère, naturellement doux et humain qui
ne se démentit pas un seul instant dans tout le cours de sa vie, porte à
croire qu'il n'avoit aucune connoissance du complot, et qu'il l'eût
empêché, s'il l'avoit connu. D'ailleurs, pourquoi supposer un complot?
N'est-il pas plus naturel de penser que le duc de Bourgogne, accoutumé à
tous les crimes, ayant voulu commettre ici le plus détestable de tous en
s'emparant de ce dernier rejeton de la famille royale, dont il avoit
d'ailleurs promis la ruine à l'usurpateur, fut tué dans le cas d'une
légitime défense[102]?

          [Note 102: C'est ainsi que plusieurs historiens ont présenté cet
          événement.]

Quoi qu'il en soit, ce meurtre, loin d'avancer les affaires du dauphin,
les rendit encore plus mauvaises. L'odieuse Isabelle se lia contre son
propre fils avec Philippe-le-Bon, fils et successeur de Jean-sans-Peur; et
ce jeune prince, aveuglé par la vengeance, n'eut pas honte de seconder les
projets formés par le roi d'Angleterre pour la destruction de sa propre
maison. Le résultat de leur triple alliance fut cette convention inouïe
signée à Troyes le 21 mai, par laquelle Henri V, devenu l'époux de la
princesse Catherine, est déclaré régent et héritier du royaume après la
mort de Charles VI.

(1420.) Cette même année les deux rois firent leur entrée à Paris le
premier dimanche de l'Avent. Charles VI fut conduit à l'hôtel Saint-Paul,
où la coupable Isabelle, désormais sans honneurs et sans crédit, fut
obligée de le suivre. Le roi d'Angleterre se logea au Louvre. Bientôt les
taxes multipliées, les outrages et les violences de toute espèce apprirent
aux Parisiens la différence qu'il y a entre le règne du souverain légitime
et celui de l'étranger. Insolents et mutins sous l'autorité paternelle de
leurs rois, ils se montrèrent dociles et même rampants sous celle de leurs
oppresseurs. Telles sont les bassesses du coeur humain, lorsqu'il est
livré à sa corruption.

Le 23 décembre, le roi tient un lit de justice où dominent les juges
vendus à Henri V. Les auteurs de l'assassinat du duc de Bourgogne y sont
déclarés criminels de lèse-majesté, et par conséquent indignes de toute
succession. Le roi, dans cette déclaration, ne parle du roi d'Angleterre
qu'en le qualifiant de son _très amé fils, héritier et régent du royaume_,
tandis que, parlant de son propre fils, il le nomme sans cesse Charles,
_soit-disant dauphin_[103].

          [Note 103: Il faut remarquer, dans cette déclaration, qu'aucun
          des complices du meurtre de Jean-sans-Peur n'y est nommé, et
          que, malgré la terreur que pouvoit inspirer la présence du roi
          d'Angleterre, qui désiroit sans doute que le dauphin fût déclaré
          coupable, on n'y parle de lui, à l'occasion du meurtre, qu'en
          termes équivoques; ce qu'il est d'autant plus nécessaire
          d'observer, que tous nos historiens qui ont parlé de cet arrêt
          en ont parlé sans l'avoir vu, et se sont contentés de copier
          Monstrelet, qui, en historien téméraire, a cru que le dauphin
          fut cité à la table de marbre, etc., et que, n'ayant pas
          comparu, il fut jugé par contumace avec tous ses complices,
          banni à perpétuité, et déclaré incapable de succéder à la
          couronne, ce qui est absolument contraire à la vérité. (_Rapin
          Thoyras, acte de Rymer._) Les pères Bénédictins s'expliquent de
          même. (_Art de vérifier les dates._) «Ce fait, quoique attesté
          par Monstrelet et par tous les historiens, ne paroît pas
          néanmoins bien constant.» (HÉNAULT.)]

Cependant ce jeune prince ne se laissoit point abattre à des coups aussi
rudes, et songeoit à reconquérir par la force un bien qui lui appartenoit
si légitimement. Il faisoit fortifier les villes d'au-delà de la Loire,
transportoit à Poitiers le parlement et l'université de Paris, et prenoit
hautement le titre de régent du royaume. «Ainsi, disent nos historiens, on
vit en même temps en France deux rois, deux reines, deux parlements, deux
universités de Paris.»

(1421.) La bataille de Beaugé, gagnée par le maréchal de La Fayette sur le
duc de Clarence, lieutenant-général de Normandie, qui y fut tué, en
l'absence de Henri V son frère, repassé en Angleterre, rassure le dauphin.
Le comte de Douglas, qui lui avoit amené sept mille Écossais, eut grande
part à cette victoire, et fut fait connétable.

(1422.) Henri V repasse la mer et accourt pour se venger de la défaite de
Beaugé; il livre plusieurs combats, et meurt à Vincennes le 31 août, âgé
de trente-six ans. Il laisse la régence de France à son frère le duc de
Bedfort, et celle d'Angleterre à son cadet le duc de Glocester.

Charles VI le suivit de près. Sa mort sauva la France, comme celle de
Jean-sans-Terre avoit sauvé l'Angleterre.

       *       *       *       *       *

Les événements politiques sont tellement enchaînés les uns aux autres
pendant le cours du malheureux règne dont nous venons de tracer le
tableau, qu'il n'a pas été possible d'y placer les événements moins
importants qui se passèrent, à la même époque, dans Paris. Il n'y fut
construit qu'un seul monument public, le pont Notre-Dame; et l'on n'y voit
d'autre fondation que celle de trois colléges[104].

          [Note 104: Les colléges de Fortet, de Reims et de Cocquerel.]

Sous ce règne l'Université se mêla moins des affaires de l'État
qu'auparavant, parce que ceux qui gouvernoient parurent moins disposés à
le souffrir; mais on la voit, soutenant toujours ses priviléges avec la
même ardeur, fermer ses classes sur le moindre déni de justice, jeter
ainsi l'alarme dans tous les esprits, et obtenir, par ce moyen
immanquable, une prompte satisfaction de ses ennemis. Elle força Charles
de Savoisi, dont les gens avoient insulté et maltraité ses suppôts, à une
réparation flétrissante pour ce seigneur, qui étoit chambellan du roi, et
jouissoit à la cour de la plus haute considération. Elle osa braver le
conseil du roi même, qui portoit atteinte à ses droits, et le conseil fut
obligé de céder. N'eût-il pas mieux valu ne pas l'offenser, puisqu'elle
étoit si redoutable, que de compromettre ainsi l'autorité? ou plutôt ne
doit-on pas s'étonner qu'une compagnie de gens de lettres ait eu alors une
telle influence? Ceci prouve du moins que nos aïeux, que l'on nous
présente sans cesse comme si ignorants et si grossiers, faisoient une
grande estime, peut-être même une estime exagérée, de la science et des
savants, qu'à tort ou à raison ils considéroient comme très-utiles au
perfectionnement de la société; et que tous les efforts de ceux qui la
gouvernoient tendoient à ce perfectionnement.

Au milieu de la confusion horrible des temps dont nous venons de présenter
le tableau, et lorsque l'État sembloit prêt à se dissoudre, une
institution remise à propos en vigueur contribua puissamment à le sauver.
Ce fut le rétablissement, fait par Charles V, des lois et de l'ancienne
discipline de la chevalerie, négligées depuis plusieurs siècles, et même
tombées en désuétude. Il dut à ces nobles institutions les succès
éclatants qui illustrèrent son règne et qui sauvèrent alors la France. Une
sage politique l'avoit porté à les faire refleurir; elles se soutinrent
sous son fils Charles VI, par la passion que ce prince eut toute sa vie
pour les armes et pour les exercices militaires[105]. Pendant les troubles
qui agitèrent son déplorable règne, la chevalerie dégénéra, parce que les
chefs de parti, qui avoient besoin d'instruments de leurs fureurs,
multiplièrent sans mesure le nombre des chevaliers, et firent entrer dans
cet ordre une foule de gens indignes d'y prendre place, tant par la
bassesse de leur origine que par leur inexpérience dans la guerre. Elle se
releva de nouveau sous Charles VII, conquérant et pacificateur de la
France.

          [Note 105: Son ardeur pour les tournois étoit telle, qu'elle lui
          attira souvent des reproches dans ces temps où les tournois
          étoient le plus en honneur. Contre l'usage ordinaire des
          princes, et surtout des rois, il s'y mesuroit avec les plus
          braves et les plus adroits jouteurs, sans aucun examen de la
          disproportion du rang; et en même temps qu'il compromettoit sa
          dignité, il exposoit témérairement ses jours dans ces luttes
          imprudentes. Cette passion ne l'abandonna pas même dans les
          dernières années de sa vie, où sa maladie avoit presque
          entièrement épuisé ses forces, et, en 1414, on le voit encore
          paroître dans les tournois.]

Dès Philippe-le-Bel, le duel judiciaire avoit été défendu en matière
civile, mais il fut encore autorisé long-temps dans les poursuites
criminelles; et, sous le règne de Charles VI, on fit à Paris une triste
épreuve de cette coutume barbare. La dame de Carrouge avoit accusé auprès
de son mari un gentilhomme nommé Legris d'avoir attenté à son honneur:
Legris nia le fait, et, sur la plainte de Carrouge, le parlement déclara
qu'il _échéoit gage_, et ordonna le duel. Legris y fut tué, et, dans la
suite, son innocence fut reconnue par le témoignage même de l'auteur du
crime, qui le déclara en mourant.

Les fleurs de lis _sans nombre_ dans l'écu de France, avant le règne de
Charles V, furent réduites à trois par ce prince, en l'honneur de la
Sainte-Trinité, comme cela est prouvé par un passage où Raoul de Presle
parlant à Charles lui dit: _Si portez les armes de trois fleurs de lis, en
signe de la benoîte Trinité_, etc.


ORIGINE DU QUARTIER MONTMARTRE.

Ce quartier est ainsi appelé, parce qu'une de ses rues principales conduit
à une montagne située au nord de Paris, laquelle porte maintenant le nom
de _Montmartre_, mais dont le nom primitif est incertain. Frédégaire, un
de nos plus anciens chroniqueurs, l'appelle _mons Mercomire_, _mons
Mercori_, _mons Cori_; Abbon, dans son poëme du siége de Paris, la nomme
en différents endroits _mons Martis_, _cacumina Martis_. C'est d'après ces
deux autorités que quelques-uns de nos historiens l'ont désigné
indifféremment sous les noms de _mont de Mercure_ et de _mont de Mars_;
ils ont de même prétendu que les deux églises qu'on y a bâties
remplaçoient deux temples consacrés sur cette montagne à ces fausses
divinités. On ne peut en effet donner une autre interprétation que celle
de _mont de Mars_ aux expressions dont Abbon s'est servi; mais Jaillot
remarque que ce même auteur a employé le mot _Cori_ pour exprimer le vent
de _nord-ouest_, et il en conclut qu'il ne seroit pas impossible que
Frédégaire ne l'eût entendu qu'en ce sens, en désignant la montagne
seulement par sa situation, et que ses copistes, qui ne comprenoient pas
ce mot, ne l'eussent rendu par celui de _mons Mercori_ ou _mons Mercurii_.
Dans ce cas le nom primitif de _mons Martis_ ou _mont de Mars_ seroit le
seul véritable.

Quoi qu'il en soit de cette difficulté si peu importante à éclaircir,
Hilduin, abbé de Saint-Denis, qui écrivoit ses _Aréopagitiques_ vers l'an
834, est le premier qui se soit servi du nom de _mont des Martyrs_, au
lieu de celui de _mont de Mercure_, que ce lieu portoit alors suivant son
témoignage. C'est sur la foi de cet historien que l'on a cru, d'après une
tradition qui s'est conservée jusqu'à nous, que saint Denis et ses
compagnons avoient été martyrisés sur cette montagne. Toutefois cette
tradition a été combattue: on lui a opposé l'auteur de la vie de sainte
Geneviève et celui des actes de saint Denis, qui fixent le lieu du martyre
de ces saints confesseurs à six milles de Paris, _in sexto à Parisiis
milliario vitam finierunt_. L'un d'eux appelle ce lieu _vicus
Catoliacencis_, et l'on a cru y reconnoître la ville de Saint-Denis. Ceux
qui prennent parti pour Hilduin, après avoir prouvé que son témoignage
étoit préférable à celui des deux écrivains anonymes cités contre lui, le
fortifient encore de celui de l'auteur des gestes de Dagobert, qui, sans
désigner le lieu du martyre de saint Denis et de ses compagnons, dit
qu'ils furent exécutés _à la vue même de la ville_, _In prospectu ipsius
civitatis interemptos_. Ils ajoutent à cette circonstance un grand nombre
d'autres raisons qui prouvent leur patience et leur sagacité, et rendent
leur sentiment beaucoup plus probable que l'autre; cependant leurs preuves
ne nous semblent point assez évidentes pour qu'il soit possible de
prononcer définitivement sur une question qui d'ailleurs est d'une si
petite importance, qu'on peut regretter que de savants hommes aient
employé leurs veilles et perdu un temps précieux à faire des recherches
aussi frivoles.

Si nous examinons maintenant le quartier qui doit son nom à cette montagne
fameuse, nous trouvons que, bien que son extrémité méridionale fût
renfermée dans l'enceinte élevée sous Charles V et Charles VI, cependant
il n'a réellement commencé à se former que dans les premières années du
dix-septième siècle, et lorsque cette enceinte eut été abattue. Jusque là
un grand terrain couvert de cultures et de marais remplissoit l'espace qui
séparoit les faubourgs Montmartre et Saint-Honoré, dont les grandes rues
isolées se prolongeoient à travers la campagne.

À l'époque où Louis XIII fit construire la dernière muraille fortifiée
dont Paris ait été entouré, la porte Montmartre, située[106] à peu près
entre la rue Neuve-Saint-Eustache et celle dite des Fossés-Montmartre, fut
reculée, comme nous l'avons déjà dit, à plus de deux cents toises de sa
première position, à l'endroit où est maintenant le boulevart, et où
commence la rue du faubourg qui porte le même nom. Dans ce nouvel espace,
qui, dans sa largeur, s'étendoit jusqu'à la porte Saint-Honoré, on
commença dès lors à percer des rues et à élever de nouveaux édifices.

          [Note 106: _Voyez_ pl. 77. Nous donnons une représentation de
          cette ancienne porte Montmartre, d'après le plan de Paris
          exécuté en tapisserie sous Charles IX. Quant à la nouvelle, elle
          ressembloit entièrement à la porte Saint-Honoré, bâtie également
          sous Louis XIII.]

Ces murailles furent, peu de temps après, démolies par ordre de Louis XIV,
et sur la place qu'elles occupoient, on planta la double rangée d'arbres
qui forment la promenade appelée aujourd'hui _Boulevart_. Ces nouveaux
ouvrages avoient été poussés, en 1684, jusqu'à la porte Sainte-Anne, et
là, la suite en fut interrompue par la rencontre des fossés de la ville,
des buttes de terre qui avoient autrefois servi aux fortifications, et de
quelques maisons bâties sur les contrescarpes. Cet obstacle, qui dura deux
années, fut enfin levé par des lettres-patentes du mois de juillet 1686,
lesquelles, confirmant deux arrêts précédents, permirent aux prévôts des
marchands et échevins de faire aplanir les buttes, combler les fossés, et
de se mettre en possession des maisons et terrains qui se trouvoient dans
l'alignement du _cours_, après en avoir payé la valeur aux propriétaires.
Tout l'emplacement des fortifications et les matériaux provenant des
démolitions leur furent également accordés, sous la condition que le
produit en seroit employé aux embellissements de la ville. L'espace entier
qu'entouroit la nouvelle promenade fut bientôt couvert d'édifices.

Ce n'est qu'à la fin du siècle dernier qu'on a vu s'élever, sur la portion
de ce quartier située au-delà du boulevart, et qu'on nomme
_Chaussée-d'Antin_, ces belles constructions qui en font une des parties
les plus régulières et les plus belles de Paris, et la demeure de ses plus
riches habitants.


MONASTÈRE DES CAPUCINES.

Pour ne point mettre de confusion dans la description des monuments de ce
quartier, nous sommes forcés de faire ici quelque changement à l'ordre que
nous suivons ordinairement. Au lieu de commencer par les édifices qui sont
situés dans sa partie orientale, nous transporterons d'abord le lecteur à
l'extrémité de la rue Neuve-des-Petits-Champs, pour le ramener, en suivant
cette rue, jusqu'à la place des Victoires, d'où nous pourrons ensuite nous
avancer, par une marche assez régulière, jusqu'aux extrémités de l'espace
que nous avons à parcourir.

C'étoit dans cette partie de la rue Neuve-des-Petits-Champs, et vis-à-vis
de la place Vendôme, qu'étoient situés l'église et le monastère des
religieuses Capucines, dont les jardins s'étendoient jusqu'aux boulevarts.
Elles avoient occupé, dans le principe, un autre couvent à peu de distance
de celui-ci; mais quoique nous ayons déjà indiqué[107] à quelle occasion
elles le quittèrent pour venir s'établir dans cette nouvelle habitation,
il convient cependant de donner ici avec plus de détails l'histoire de la
fondation de cet ordre et de l'établissement de ces religieuses.

          [Note 107: _Voyez_ t. Ier, p. 976, 2e partie.]

Elles reconnoissoient pour leur fondatrice Louise de Lorraine, veuve de
Henri III. Après la mort funeste de ce prince, la reine s'étoit retirée à
Moulins, où des oeuvres de piété occupèrent entièrement les dernières
années de sa vie: ce fut dans cette retraite qu'elle forma le projet de
fonder un couvent de l'ordre des Capucines; mais la mort l'ayant surprise
avant qu'elle eût pu l'exécuter, elle en chargea, par son testament[108],
Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur, son frère, auquel elle
légua les sommes qu'elle crut nécessaires pour la fondation et la dotation
de ce couvent. Le duc de Mercoeur étant mort lui-même l'année d'après,
Marie de Luxembourg sa veuve se fit un devoir d'exécuter les dernières
volontés de la reine sa belle-soeur[109]; et son zèle la porta même à
ajouter de ses propres deniers à la somme de 60,000 liv. léguée par cette
princesse, somme qui ne se trouva point encore suffisante pour l'entière
exécution de ce pieux dessein.

          [Note 108: Ce testament, en date du 28 janvier 1601, énonce que
          ce couvent doit être fondé dans la ville de Bourges; et les
          lettres-patentes que Henri IV accorda, au mois d'octobre 1602,
          pour autoriser cet établissement, portent que la fondation avoit
          été faite à Paris. Il paroît qu'il y eut des obstacles à
          l'accomplissement littéral des dernières volontés de la reine;
          mais aucun des historiens de Paris ne fait connoître la raison
          de cette discordance. On sait seulement que madame de Mercoeur,
          qui devoit être instruite des intentions de la reine sa
          belle-soeur, se crut obligée de faire demander le consentement
          de l'archevêque et des maire et échevins de la ville de
          Bourges.]

          [Note 109: Elle éprouva d'abord quelques difficultés de la part
          des Capucins, qui s'opposoient à Rome à cet établissement, ne
          voulant en aucune manière se charger de confesser et gouverner
          ces religieuses; mais le pape Clément VIII le leur ayant ordonné
          par son bref de l'an 1603, ces religieux s'y soumirent, et les
          obstacles furent entièrement levés.]

L'hôtel de Retz, appelé alors l'hôtel du Péron, situé sur une partie du
terrain qu'occupe actuellement la place Vendôme, lui ayant paru convenable
à la fondation qu'elle méditoit, madame de Mercoeur en fit l'acquisition,
et donna des ordres pour qu'on y construisît sur-le-champ une chapelle et
les autres lieux réguliers qui constituent un monastère. Elle en posa
elle-même la première pierre le 29 mai 1604; toutefois, pour que cet
établissement auquel elle prenoit un vif intérêt n'éprouvât aucun retard,
cette princesse, mettant à profit le temps que demandoient les
constructions et les dispositions intérieures qu'elle faisoit faire dans
cet hôtel, s'étoit retirée au faubourg Saint-Antoine, dans une grande
maison composée de deux corps de logis[110], dont elle occupa l'un, et
destina l'autre pour les filles qui voudroient embrasser la vie austère de
l'ordre réformé de Saint-François. Douze filles prirent l'habit de cet
ordre le 24 juillet 1604; et deux ans après les bâtiments de leur
monastère étant achevés, le cardinal de Gondi, assisté de l'évêque de
Paris, son neveu, y installa solennellement les douze nouvelles
religieuses[111].

          [Note 110: Cette maison se nommoit _la Roquette_, et étoit
          accompagnée de prés et de terres labourables. Elle a été occupée
          depuis par des religieuses hospitalières.]

          [Note 111: Les Capucins, au nombre de quatre-vingts, allèrent
          les chercher à leur demeure du faubourg Saint-Antoine, et les
          conduisirent processionnellement jusqu'à leur nouveau
          monastère.]

La règle de ce monastère étoit, celle des filles de Sainte-Claire
exceptée, la plus austère de toutes les règles établies dans les
communautés de filles. Vêtues de la bure la plus grossière, les Capucines
ne vivoient que d'aumônes, marchant toujours nu-pieds, excepté dans la
cuisine et dans le jardin, et ne faisant jamais usage de chair, même dans
les maladies mortelles, etc. Cette rigoureuse austérité a fait croire que
le couvent de Paris étoit le seul de cet institut de France; mais il est
bien certain qu'il y en avoit trois, un à Tours, un autre à Marseille et
celui de Paris.

Les religieuses Capucines demeurèrent dans la maison fondée par la
duchesse de Mercoeur jusqu'au 19 avril 1688, époque de leur translation au
couvent que Louis XIV leur fit bâtir dans la rue Neuve-des-Petits-Champs,
lorsque le projet eut été formé d'élever la place Vendôme. Ce prince leur
accorda de nouvelles lettres-patentes le 25 mars 1689; et le 27 août
suivant leur église fut dédiée sous le titre de Saint-Louis.

Le portail de cette église, construit seulement en 1722, étoit un des
exemples les plus frappants de ce goût bizarre pire que la barbarie, dans
lequel l'architecture étoit tombée au commencement du siècle dernier. Deux
pilastres d'ordre dorique, quoique de proportion toscane, s'élevoient de
chaque côté; ils étoient surmontés d'un entablement gigantesque, dont la
frise et la corniche formoient un plein-cintre énorme qui couronnoit cette
singulière composition; l'archivolte de la porte, hors de toute proportion
avec une si vaste corniche, étoit surmontée d'un bas-relief remplissant
tout l'espace qui séparoit ces deux portions de cercle, ce qui complétoit
le ridicule de cette décoration; enfin elle étoit si mauvaise de tous
points, qu'on n'a jamais su quel fut l'architecte qui en avoit donné le
dessin, tous ceux à qui on crut devoir l'attribuer dans les ouvrages
écrits à cette époque s'étant empressés de la désavouer.

L'auteur de la sculpture étoit Antoine Vassé. Cet ouvrage médiocre, mais
cependant bien supérieur au portail, étoit composé d'un grand cartouche
soutenu par trois anges, au milieu duquel on lisoit ces mots en lettres
d'or: _Pavete ad sanctuarium meum, ego Dominus_. Au-dessus de la corniche
s'élevoit une croix qu'accompagnoient deux anges en adoration.

L'intérieur de l'église étoit peu spacieux, mais proprement décoré, et
remarquable surtout par des chapelles[112] et des mausolées d'une grande
magnificence.

          [Note 112: En 1756, il fallut reprendre sous oeuvre et le
          portail et l'église, qui étoient d'une construction peu solide;
          alors ces mausolées furent détruits et rétablis ensuite, mais
          avec négligence. C'étoit pour la troisième fois qu'on restauroit
          ce portail, qu'il eût mieux valu abattre dès la première.
          (_Voyez_ pl. 77.)]

Les bâtiments du monastère, construits sur les dessins de _d'Orbay_,
avoient coûté au roi près d'un million; toutes les cellules des
religieuses étoient boisées, et les cloîtres vitrés; ce qui fut fait sans
doute pour prévenir les accidents auxquels elles étoient exposées par
l'excessive sévérité de leur institution[113].

          [Note 113: Ce monastère, ainsi que tant d'autres monuments de ce
          genre, a été démoli depuis la révolution. Sur son emplacement on
          a percé une rue qui forme la traverse de la rue
          Neuve-des-Petits-Champs au boulevart. (_Voyez_ l'article
          _Monuments nouveaux_.)]


     CURIOSITÉS DU MONASTÈRE ET DE L'ÉGLISE DES CAPUCINES.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une descente de croix, copie de _Jouvenet_,
     par _Restout_[114].

          [Note 114: L'original, qu'avoient autrefois possédé ces
          religieuses, avoit été transporté dans les salles de l'académie
          de peinture.]

     Dans la chapelle dite de Louvois, une résurrection, par _Antoine
     Coypel_.

     Dans la première chapelle à droite en entrant, le martyre de
     saint Ovide, par _Jouvenet_.

     Dans une autre chapelle, saint Jean, par _François Boucher_.


     TOMBEAUX.

     Au milieu du choeur des religieuses reposoit, sous une simple
     tombe de marbre noir, le corps de Louise de Lorraine, reine de
     France, et fondatrice de ce couvent. Elle avoit ordonné par son
     testament que son corps y fût inhumé. L'épitaphe, aussi modeste
     que le tombeau, étoit conçue en ces termes:

          «Ci gist Louise de Lorraine, reine de France et de Pologne, qui
          décéda à Moulins en 1601, et laissa vingt mille écus pour la
          construction de ce couvent, que Marie de Luxembourg, duchesse de
          Mercoeur, sa belle-soeur, a fait bâtir l'an 1605. _Priez Dieu
          pour elle._»

     Dans la chapelle de Saint-Ovide[115] étoit le tombeau de Charles,
     duc de Créqui, mort le 13 février 1687. Ce monument, exécuté par
     _Pierre Mazeline_, a été déposé depuis au musée des
     Petits-Augustins[116].

          [Note 115: Le corps de ce saint avoit été donné par ce seigneur
          aux Capucines. Ce fut le concours extraordinaire de peuple
          qu'attiroit sa fête, célébrée le 31 août, qui donna naissance à
          la foire de Saint-Ovide, tenue jusqu'en 1771 sur la place
          Vendôme, et transportée depuis à la place Louis XV.]

          [Note 116: Sur un cénotaphe en marbre blanc est couchée la
          statue, aussi en marbre blanc, du duc, revêtu du grand habit de
          l'ordre du Saint-Esprit; l'Espérance le console et lui soutient
          la tête, tandis qu'un génie, placé à ses pieds, semble pleurer
          sa mort.]

     Armande de Lusignan, épouse du duc de Créqui, morte le 11 août
     1707, fut inhumée dans le même tombeau.

     Une autre chapelle servoit de sépulture à la famille de
     Letellier-Louvois. On y voyoit le tombeau du marquis de
     Louvois[117].

          [Note 117: Ce monument, également déposé au musée des
          Petits-Augustins, représente ce célèbre ministre à moitié couché
          sur un sarcophage de marbre vert antique; une femme assise à ses
          pieds, et tenant un livre ouvert, le regarde en pleurant; cette
          figure est le portrait d'Anne de Souvré de Courtanvaux son
          épouse. Le groupe entier est de la main de _Girardon_, et
          présente des beautés remarquables.

          Au bas du sarcophage sont deux figures en bronze, l'une, du même
          sculpteur, offrant la Sagesse sous la forme de Minerve; l'autre,
          commencée par _Desjardins_, et terminée par _Vancleve_,
          représentant la Vigilance.]

     Dans ce même tombeau avoient été inhumés: Anne de Souvré de
     Courtanvaux, épouse du marquis de Louvois, morte en 1715;

     Louis-François-Marie, marquis de Barbesieux, fils du marquis et
     de la marquise de Louvois, mort en 1691;

     Camille Letellier, connu sous le nom de l'abbé de Louvois, frère
     du précédent, mort en 1718.

     Les autres personnages remarquables qui avoient leur sépulture
     dans cette église étoient:

     M. de Saint-Pouange, fils de Jean-Baptiste Colbert, cousin
     germain de M. de Louvois, mort en 1706;

     Marie de Berthemet de Saint-Pouange son épouse, morte en 1732;

     La marquise de Pompadour, morte en 1764;

     Alexandrine Le Normand d'Étiole sa fille.


LES NOUVELLES-CATHOLIQUES.

Cette communauté de filles, instituée pour la propagation de la religion
catholique, apostolique et romaine, étoit établie rue Sainte-Anne, entre
les rues Neuve-Saint-Augustin et des Petits-Champs. En formant cet
établissement, on avoit eu pour but d'offrir aux personnes du sexe, qui
désiroient renoncer au judaïsme ou à l'hérésie, un asile où elles pussent
trouver des secours temporels et l'instruction nécessaire pour assurer
leur conversion. Le projet de cette institution, conçu par le père
Hyacinthe, franciscain, fut approuvé en 1634 par François de Gondi,
premier archevêque de Paris, et autorisé par une bulle d'Urbain VIII, du 3
juin de la même année. Le roi Louis XIII la confirma par ses
lettres-patentes du mois d'octobre 1637, et Louis XIV, par de nouvelles
lettres du mois d'octobre 1649.

Les premières supérieures de cette communauté furent la soeur Garnier, de
l'hospice de la Providence, et mademoiselle Gaspi, deux saintes filles qui
avoient eu connoissance, dès le principe, du projet du père Hyacinthe, et
l'avoient favorisé de tout leur pouvoir. La nouvelle institution fut
d'abord placée derrière Saint-Sulpice, dans la rue des Fossoyeurs; de là
les Nouvelles-Catholiques furent transférées rue Pavée, au Marais. Elles y
étoient encore en 1647; mais peu de temps après on leur procura une maison
plus commode, située rue Sainte-Avoie. Il étoit à craindre cependant que
cette communauté, qui n'avoit encore aucuns fonds permanents pour
subsister, ne pût se soutenir long-temps. Mais il en arriva autrement; et
c'est une chose remarquable que, dans ce royaume et principalement dans sa
capitale, un établissement public conçu dans des vues utiles, et surtout
avec l'intention d'instruire et d'édifier, n'a jamais manqué de trouver de
puissants protecteurs et de nobles libéralités dans la première classe de
ses habitants. Cette bienfaisance éclairée se propageoit de race en race,
et l'on peut dire que de telles traditions d'honneur, de vertu et de
bienséance n'étoient pas un des moindres soutiens de l'État. Les
Nouvelles-Catholiques, à qui le roi faisoit une pension annuelle de 1,000
livres, virent bientôt leur existence assurée par les dons de plusieurs
personnes pieuses, et notamment d'une des plus illustres maisons de
France[118]; ce qui les mit en état, non-seulement de remplir sans
inquiétude l'objet de leur institution, mais encore, au moyen d'une
économie sévère établie dans leur administration, d'acheter, rue
Sainte-Anne, un terrain sur lequel elles firent bâtir une maison et une
chapelle[119].

          [Note 118: La maison de Créqui.]

          [Note 119: Quelques historiens ont avancé que c'étoit M. de
          Turenne qui avoit donné aux Nouvelles-Catholiques leur maison de
          la rue Sainte-Anne. Jaillot présente une opinion contraire; et
          les raisons sur lesquelles il se fonde nous ont paru assez
          solides. «Je ne doute point, dit-il, que M. de Turenne, qui
          avoit abjuré la religion protestante, n'ait été du nombre des
          bienfaiteurs des Nouvelles-Catholiques; mais je n'ai trouvé
          aucune preuve qu'il leur eût donné la maison où elles demeurent
          actuellement. Il n'est pas nommé dans le contrat d'acquisition,
          et si sa modestie l'eût engagé à cacher ses bienfaits, la
          reconnoissance des Nouvelles-Catholiques se seroit empressée de
          les publier après sa mort, ou au moins de consigner ce fait dans
          leurs archives.»]

La première pierre du maître-autel fut posée, au nom de la reine, par la
duchesse de Verneuil, le 12 mai 1672; et la chapelle fut bénite le 27 du
même mois, sous le titre de l'exaltation de la Sainte-Croix et de sainte
Clotilde. Cette maison jouissoit de tous les priviléges accordés aux
maisons de fondation royale; priviléges qui furent renouvelés et confirmés
de nouveau par lettres-patentes du roi, en date du mois d'avril 1673,
sous la condition expresse qu'elle ne pourroit être changée en maison de
profession religieuse, et que les filles qui en feroient partie
resteroient dans l'état séculier, et vivroient selon les règles et statuts
donnés par l'archevêque de Paris.

Les principales charges de cette communauté étoient triennales, et les
engagements entre le corps et ses membres, étant réciproquement libres,
pouvoient se rompre de part et d'autre sans aucune difficulté[120].

          [Note 120: Il y avoit un second établissement de ce genre, connu
          sous le nom de _Filles de l'Union Chrétienne_, communément
          appelées _Filles de Saint-Chaumont_. Nous en parlerons en son
          lieu.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DES NOUVELLES-CATHOLIQUES.

     Sur le maître-autel, un beau tableau de _le Brun_, représentant
     un Christ. On voyoit au pied de la croix sainte Clotilde, reine
     de France, y déposant sa couronne.

     Au-dessus de la grille du choeur, un saint Sébastien, sans nom
     d'auteur. Vis-à-vis une descente de croix attribuée à
     _Palme-le-Vieux_.

     Près de la chaire, saint Claude ressuscitant un enfant, par
     _Pierre d'Ulin_.

Cette communauté avoit pour sceau une croix avec ces paroles: _Vincit
mundum fides nostra_[121].

          [Note 121: La maison des Nouvelles-Catholiques a été détruite et
          remplacée par des maisons particulières.]


BIBLIOTHÉQUE DU ROI.

La bibliothéque du Roi est placée rue de Richelieu, dans le vaste édifice
qui s'étend depuis l'arcade Colbert jusqu'à la rue Neuve-des-Petits
Champs.

De même que la ville de Paris, dont elle est un des plus beaux ornements,
cette bibliothéque eut de très-foibles commencements; et son accroissement
suivit pour ainsi dire celui de cette capitale.

Charlemagne fut le premier de nos souverains qui essaya de faire naître en
France le goût des sciences et des lettres; mais ses efforts, et ceux des
savants qu'il avoit attirés à sa cour, n'eurent pas le succès qu'il en
avoit espéré. La France redevint barbare sous le règne de ses foibles
successeurs; et, pendant près de quatre siècles de guerres intestines et
de désordres de toute espèce, les ténèbres les plus épaisses couvrirent ce
beau royaume, que la religion chrétienne put seule empêcher alors de
redevenir une contrée tout-à-fait sauvage. Cependant tous les
établissements utiles créés par ce grand monarque ne périrent pas avec
lui: les écoles qu'il avoit instituées auprès des monastères et de chaque
cathédrale subsistèrent et continuèrent à être fréquentées, même dans les
temps de la plus profonde ignorance. Il est vrai que les leçons qu'on y
donnoit se réduisoient à peu de chose: et si l'on en excepte la théologie,
la première des sciences, et toujours la même dans tous les temps et dans
tous les lieux où règne la religion catholique, quelques principes de
grammaire, les subtilités de la dialectique d'alors, et la musique qui
n'étoit autre chose que le plain-chant, telles étoient les connoissances
qu'on y acquéroit, et ces connoissances ne sortoient pas des cloîtres. Les
clercs et les moines étoient les seuls qui sussent lire en France, et qui
possédassent le petit nombre des livres existants dans ce royaume, sans
que personne fût tenté de leur envier une semblable possession. On voyoit
parmi ces livres peu d'exemplaires des ouvrages grecs et latins, qui
passoient alors pour aussi profanes que leurs auteurs, et qu'on ne lisoit
point sans permission. Des copies de la Bible, quelques traités des Pères,
des canons, des missels, des livres liturgiques et de plain-chant,
formoient dans ces temps-là toutes les bibliothéques. Saint Louis, qui
semble avoir eu quelque projet de créer un dépôt public de livres[122],
n'y donna point de suite, puisqu'il légua sa bibliothéque aux Jacobins et
aux Cordeliers de Paris, à l'abbaye de Royaumont et aux Jacobins de
Compiègne. Avant et depuis ce prince jusqu'à Charles V, nos rois n'avoient
d'autres livres que ceux qui étoient nécessaires à leur usage particulier;
et quoique Sauval ait dit que ce dernier prince «tira du Palais-Royal tous
les livres que lui et ses prédécesseurs avoient amassés avec non moins de
dépenses que de curiosité,» on peut cependant avancer sans crainte de se
tromper, que cette collection n'étoit pas nombreuse; et nous apprenons par
le _Mémoire historique sur la bibliothéque du roi_, imprimé à la tête du
catalogue des livres qui la composent, que le roi Jean n'avoit que six
volumes de sciences et d'histoire, et trois ou quatre de dévotion.

          [Note 122: _Voy._ t. I, p. 713, 2e partie.]

Charles V doit donc être regardé comme le véritable fondateur de la
bibliothéque royale. Ce prince aimoit les lettres et les savants. La
protection qu'il leur accordoit en augmenta le nombre et multiplia les
ouvrages; on s'empressoit de toutes parts à lui en offrir, et il faisoit
copier tous ceux qu'il jugeoit les plus utiles. Cette collection, immense
pour le temps, fut placée, comme nous l'avons déjà dit, dans une tour du
Louvre qu'on nomma la _tour de la librairie_. Elle en occupoit les trois
étages; l'inventaire que Gilles Mallet en fit en 1373 nous apprend que
cette bibliothéque étoit alors composée de 910 volumes[123].

          [Note 123: _Voyez_ t. Ier, p. 772, 2e partie.]

Elle fut entièrement dispersée sous le règne désastreux de l'infortuné
Charles VI. Le duc de Bedford, qui prenoit alors le titre de régent du
royaume, en acheta la plus grande partie pour la somme de 1200 livres, et
la fit passer en Angleterre, avec les archives déposées également dans le
palais du Louvre.

Charles VII, pendant les troubles continuels qui agitèrent son règne, ne
put s'occuper du rétablissement de cette bibliothéque. Louis XI, plus
tranquille, recueillit quelques livres épars dans différentes maisons
royales, et l'imprimerie nouvellement inventée lui fournit des moyens plus
faciles d'en augmenter le nombre. Charles VIII joignit à cette petite
collection quelques livres qu'il avoit rapportés de Naples, seul fruit
qu'il retira de la conquête de ce royaume. La garde de cette collection
fut confiée à Laurent Palmier.

Elle s'accrut encore sous Louis XII, qui y réunit la bibliothéque formée à
Blois par Louis d'Orléans, laquelle étoit composée de quelques volumes
tirés originairement de la librairie du Louvre. Ce prince y ajouta encore
les livres qui avoient appartenu au célèbre Pétrarque, et la bibliothéque
des ducs de Milan. Le gardien qu'il y préposa se nommoit Jean de La Barre.

Cependant toute cette collection, déposée alors dans cette même ville de
Blois, ne contenoit encore, en 1544, que 1,890 volumes, lorsque François
Ier l'incorpora à celle qu'il avoit commencé de former à Fontainebleau,
sous la garde de Mathieu La Bise. Ce prince, nommé à si juste titre le
restaurateur des sciences et des lettres, sentant l'extrême importance
d'un semblable dépôt, chargea ses ambassadeurs auprès des cours étrangères
d'acheter et de recueillir tous les manuscrits grecs ou latins qu'ils
pourroient se procurer. Plusieurs savants distingués voyagèrent aussi par
ses ordres dans les contrées lointaines pour le même objet. Cette
bibliothéque royale commença alors à devenir vraiment digne du titre
qu'elle portoit. Pierre Duchâtel en étoit le gardien.

Cependant, quoique l'imprimerie eût déjà fait de rapides progrès, à
l'exception de 200 volumes imprimés, il n'y avoit encore que des
manuscrits dans la bibliothéque royale. Henri II contribua plus
efficacement à son augmentation par son ordonnance de 1556[124], laquelle
enjoignoit aux libraires qui faisoient imprimer, de fournir un exemplaire
en vélin, et relié, de chaque livre dont on leur accordoit le privilége.
Cette utile et sage précaution avoit été imaginée par un avocat nommé
Raoul Spifame. Catherine de Médicis joignit à tant de livres déjà
rassemblés la bibliothéque que le maréchal de Strozzi avoit achetée après
la mort du cardinal Ridolfi, neveu du pape Léon X[125]. Pierre Duchâtel
fut conservé par Henri II. Pierre de Montdoré lui succéda.

          [Note 124: Cette ordonnance fut renouvelée par Louis XIII en
          1617.]

          [Note 125: Elle s'empara de cette bibliothéque, sous le prétexte
          plus spécieux que réel qu'elle étoit un démembrement de la
          bibliothéque des Médicis.]

Cette bibliothéque resta languissante sous Henri III, et ne fut augmentée
que des livres imprimés avec privilége. Après Montdoré le célèbre Jacques
Amiot, nommé maître de la librairie, se fit un plaisir d'en procurer
l'entrée aux savants. Il eut pour successeur un homme non moins célèbre,
l'historien Jacques-Auguste de Thou.

Henri IV, dont le règne fut malheureusement si court et si agité, étendit
néanmoins ses soins sur cet établissement. Par ses lettres du 14 juin
1594, il donna des ordres pour faire transporter à Paris la bibliothéque
que François Ier avoit établie à Fontainebleau[126]; il y ajouta celle de
Catherine de Médicis, malgré l'opposition et les vives réclamations des
créanciers de cette reine; et la collection entière fut placée dans les
salles du collége de Clermont, alors vacant, sous la garde du président de
Thou, qui avoit succédé à son père. En 1604, cette bibliothéque fut
transportée dans une grande salle du cloître des Cordeliers. Isaac
Casaubon étoit alors maître de la librairie et conserva cette place
jusqu'à la mort de Henri IV.

          [Note 126: Cet ordre ne fut exécuté qu'au mois de mai 1599.]

Sous Louis XIII, elle fut enrichie de manuscrits syriaques, turcs, arabes,
persans, sans compter les livres imprimés avec privilége. Elle fut alors
transférée du cloître des Cordeliers, dans une grande maison située rue de
la Harpe, au-dessus de Saint-Côme. On y distribua les livres dans le
rez-de-chaussée et dans le premier étage, ce qui la fit appeler la haute
et la basse librairie[127]. Cependant, malgré les efforts réunis de tant
de souverains, la bibliothéque royale ne contenoit pas encore 7,000
volumes à la mort de ce prince[128].

          [Note 127: Les principaux gardes de la bibliothéque, depuis
          cette époque jusqu'à nos jours, furent MM. Dupuy, Jérôme Bignon,
          Bignon fils, l'abbé Le Tellier, l'abbé Bignon; Bignon, prévôt
          des marchands, son neveu; Bignon, fils du précédent, etc.]

          [Note 128: C'est ce qu'on peut juger par l'état où elle se
          trouvoit en 1661. Suivant le _Mémoire historique_ ci-dessus
          cité, Louis XIV y avoit joint plus de 9,000 volumes imprimés et
          200 manuscrits légués par MM. Dupuy, 1923 volumes manuscrits du
          comte de Béthune, etc. Cependant la bibliothéque ne contenoit
          alors que 6088 manuscrits et 10,658 volumes imprimés. On y
          ajouta dans la suite et après la mort du cardinal Mazarin les
          manuscrits de Brienne.]

Louis XIV, dont le nom rappelle tant de genres de gloire, imprima à cet
établissement le caractère de grandeur qui a signalé toutes les
entreprises de son règne. Les acquisitions que fit ce prince, soit en
manuscrits, soit en livres imprimés, furent si considérables et se
succédèrent si rapidement, qu'en 1674 on y comptoit déjà plus de 30,000
volumes; et qu'à sa mort, arrivée en 1715, il en renfermoit environ
70,000[129].

Dès 1666, la maison de la rue de la Harpe ne suffisoit plus pour contenir
la bibliothéque du roi, qui s'accroissoit de jour en jour. Louis XIV lui
destinoit une place au Louvre, dont il avoit déjà fait reprendre les
travaux. En attendant qu'on pût y placer ce précieux dépôt, M. de Colbert
le fit transporter rue Vivienne, dans deux maisons qui lui appartenoient
et qui touchoient son hôtel. Ce fut alors qu'on y joignit les autres
curiosités qu'elle contient maintenant, et dont nous ne tarderons pas à
parler. M. de Louvois, qui succéda à ce ministre, songeoit à la
transporter dans les bâtiments de la place Vendôme, qu'on élevoit en 1687,
lorsque sa mort fit évanouir ce projet.

          [Note 129: Louis XV l'augmenta depuis plus qu'aucun de ses
          prédécesseurs; à la fin de son règne le nombre des livres
          imprimés s'élevoit déjà à plus de 100,000 volumes.]

La bibliothéque, augmentée encore par les soins du régent, resta donc dans
les deux maisons de la rue Vivienne jusqu'en 1721, époque à laquelle il
devint impossible de l'y laisser plus long-temps, à cause de la quantité
toujours croissante des livres qu'elle contenoit. Alors, sur la
proposition de M. l'abbé Bignon, qui, à cette époque, en étoit le gardien,
le duc d'Orléans la fit placer dans les vastes bâtiments qu'elle occupe
encore aujourd'hui[130].

          [Note 130: Ces bâtiments étoient un démembrement du palais du
          cardinal Mazarin, qui avoit été divisé en deux parties par ses
          héritiers.]

Ces bâtiments s'étendent dans la rue de Richelieu depuis la rue
Neuve-des-Petits-Champs jusqu'à celle de Colbert, et, dans cette immense
façade, n'offrent qu'un mur presque entièrement nu et une porte cochère
dépouillée de tout ornement. Cette porte donne entrée dans une cour assez
vaste, mais dont la proportion est vicieuse, et les constructions
correspondantes sans symétrie. On peut reconnoître au premier coup d'oeil,
et par ce manque de régularité, et par la mauvaise disposition de ces
constructions, que non-seulement cet édifice n'a pas été bâti pour
contenir une bibliothéque, mais encore que les corps-de-logis qui le
composent ont été élevés à plusieurs reprises et pour divers usages: il
ne faut donc point s'étonner de n'y pas trouver l'heureuse distribution et
les communications commodes que l'on auroit le droit d'exiger dans un
monument construit exprès pour une semblable collection.

Toutes les salles du rez-de-chaussée, qui entourent la cour dans une
étendue de 115 toises, sont destinées à servir aux bureaux, magasins et
ateliers dépendans de la bibliothéque, laquelle est divisée en cinq
départements ou dépôts.


DÉPÔT DES LIVRES IMPRIMÉS.

Il est situé au premier étage, et l'on y arrive par un grand escalier,
précédé d'un vestibule, lequel est à droite de l'entrée principale. Cet
escalier[131], remarquable par la hardiesse de sa construction et la
beauté de sa rampe de fer, conduit dans une première galerie de neuf
croisées de face, de là dans un salon de quatre, et enfin dans une autre
immense galerie, formant deux retours d'équerre, laquelle est éclairée par
trente-trois croisées. Toutes ces ouvertures donnent sur la cour; et sur
les murs opposés sont distribués des corps d'armoires dans toute la
hauteur du plancher. Cette hauteur est divisée par un balcon en saillie,
qui continue horizontalement dans toute la longueur de ces galeries. On y
monte par plusieurs petits escaliers pratiqués dans la boiserie, de
manière que tous les livres, rangés par étage depuis le parquet jusqu'au
plafond, peuvent être atteints et communiqués au public avec la plus
grande facilité.

          [Note 131: Il y avoit sur la voûte une peinture à fresque
          exécutée du temps du cardinal Mazarin par un Italien nommé
          _Pellegrini_. Elle étoit tellement dégradée par le temps et
          l'humidité, qu'on a jugé à propos de l'effacer entièrement, lors
          de la restauration qu'on a faite de cet escalier.]

Ce dépôt étoit composé, en 1789, d'environ 150,000 volumes[132], sans
compter une quantité prodigieuse de pièces rares sur toutes les matières
possibles, conservées avec soin dans des porte-feuilles. Les livres y sont
divisés en cinq classes: _théologie_, _jurisprudence_, _histoire_,
_philosophie_ et _belles-lettres_.

          [Note 132: On aura peine à croire que, pendant les vingt années
          de la révolution, cette bibliothèque se soit accrue de près de
          200,000 volumes. Il n'y a cependant aucune exagération dans ce
          calcul, et nous pouvons affirmer, d'après les autorités les plus
          sûres et les renseignements les plus exacts, qu'elle contient
          aujourd'hui au moins 300,000 volumes. La manie de faire des
          livres, est une maladie épidémique qui a gagné l'Europe entière;
          et certes ce dépôt, tout immense qu'il est, ne contient pas la
          moitié des sottises, des erreurs, des folies niaises ou
          perverses qui s'impriment depuis la Tamise jusqu'à la Néva.]


     CURIOSITÉS DU DÉPÔT DES LIVRES IMPRIMÉS.

     Dans la partie de la grande galerie qui traverse d'une aile à
     l'autre sont:

     1º. Les bustes en marbre de Jérôme Bignon et de l'abbé Bignon,
     tous les deux bibliothécaires;

     2º. Le monument en bronze élevé à la gloire de Louis-le-Grand, de
     la France et des arts, par _Titon du Tillet_. Tous les grands
     écrivains dont la France s'honore, principalement ceux du
     dix-septième siècle, y sont représentés rangés sur le
     Mont-Parnasse: des médaillons sont consacrés aux auteurs d'un
     moindre mérite. Ce monument, dont les figures n'ont pas plus d'un
     pied de proportion, est mesquin et de mauvais goût;

     3º. Dans une cinquième salle qui communique à la dernière aile de
     cette galerie, on voit la partie supérieure des deux fameux
     globes composés à Venise par _Vincent Coronelli_, frère mineur,
     et présentés à Louis XIV en 1683 par le cardinal d'Estrées, qui
     les avoit fait faire exprès pour ce monarque. Ils ont
     trente-quatre pieds six pouces et quelques lignes de
     circonférence, et sont entourés de deux grands cercles de bronze
     de treize pieds de diamètre, qui en forment les horizons et les
     méridiens[133]. La partie inférieure de ces deux sphères
     colossales est placée dans une pièce à rez-de-chaussée, dont le
     plafond, ouvert circulairement, laisse passer dans la salle du
     premier étage une portion de leurs hémisphères[134];

          [Note 133: Ces cercles ont été exécutés par Butterfieldt, fameux
          ingénieur du roi, mort à Paris en 1724, âgé de 89 ans.]

          [Note 134: Ces deux globes furent placés en 1704 dans les deux
          pavillons du jardin de Marly; de là on les transporta dans une
          salle du Louvre, d'où Louis XV les fit tirer, en 1722, pour en
          orner la bibliothèque. Ce n'est qu'en 1731 que fut construit le
          salon dans lequel ils sont placés. Il est inutile sans doute de
          dire que, d'après les nouvelles découvertes faites en
          géographie, ces belles machines ne sont plus que des objets de
          pure curiosité.]

     4º. Aux deux angles des retours en équerre de la même galerie
     sont placés deux petits globes gravés et réduits d'après les
     grands;

     5º. On y conserve aussi plusieurs planches de l'imprimerie en
     bois, appelée imprimerie à planches fixes, laquelle a précédé la
     découverte de l'imprimerie à caractères mobiles.


DÉPÔT DES MANUSCRITS.

Sur le même palier à droite est la porte d'entrée qui conduit à ce
précieux dépôt. Il est renfermé dans cinq petites pièces en retour, qui
forment le premier étage du petit côté de la cour, au-dessus du vestibule
et dans une grande galerie dite _galerie Mazarine_, dont le
rez-de-chaussée dépend des bâtiments de la trésorerie.

Cette belle galerie est éclairée par huit croisées en voussures, ornées de
coquilles dorées. En face sont des niches décorées de paysages[135], par
_Grimaldi Bolognèse_, qui en a également couvert les embrasures des
croisées; mais ce qui est surtout remarquable, c'est le plafond peint à
fresque en 1651, par _Romanelli_. Ce peintre célèbre y a représenté
plusieurs sujets de la fable; et il n'est aucun de ses ouvrages qui offre
une plus belle couleur, un meilleur goût de dessin[136], une disposition
plus gracieuse. Ces divers tableaux sont distribués dans des
compartiments bien entendus, mêlés de médaillons en camaïeux, soutenus par
des figures et ornements imitant le stuc. Toute cette décoration, faite
dans le style du temps, n'a pas sans doute l'élégante simplicité qu'on
exigeroit aujourd'hui, mais n'est point cependant dépourvue de noblesse et
d'élégance.

          [Note 135: Ces peintures sont masquées aujourd'hui par les
          tablettes où sont placés les manuscrits.]

          [Note 136: Nous ne prétendons pas dire par là que ce dessin soit
          excellent. _Romanelli_ avoit les défauts communs à presque tous
          les peintres de son temps. Ses figures sont maniérées, et le
          style est loin d'en être sévère. Il n'en est pas moins vrai que
          cette grande machine, peinte avec franchise et vigueur, est une
          production très-estimable. Elle a conservé encore toute sa
          fraîcheur.]

Les cinq pièces qui précèdent cette galerie sont aussi décorées de
peintures à fresque que le temps a dégradées.

Les manuscrits contenus dans ce dépôt sont divisés par fonds; et chaque
fonds porte le nom de celui qui en a fait la collection, qui l'a légué ou
vendu à la bibliothéque.

Cette collection, la plus riche et la plus intéressante qui existe en ce
genre, s'élevoit, en 1789, à près de 50,000 volumes. Elle se composoit
d'abord de manuscrits en langues anciennes et orientales, rangés dans
l'ordre suivant: les manuscrits hébreux, les syriaques, les samaritains,
les cophtes, les éthiopiens, les arméniens, les arabes, les persans, les
turcs, les indiens, les siamois, les livres et manuscrits chinois, les
grecs, les latins, etc.; ce qui formoit à peu près 25,000 volumes.

Les manuscrits italiens, allemands, anglois, espagnols, françois, etc.,
formoient une seconde division non moins nombreuse; parmi ces derniers, on
distingue une suite très-précieuse de mémoires, titres et autres
matériaux relatifs à l'histoire de France, et qui peuvent y répandre un
grand jour, surtout depuis Louis XI[137].

          [Note 137: Cette collection a été, de même que celle des livres
          imprimés, considérablement augmentée pendant la révolution, et
          s'étoit élevée alors jusqu'à 70,000 volumes. Les accroissements
          qu'elle avoit reçus se composoient de 500 manuscrits de la
          bibliothéque du Vatican; de ceux de la bibliothéque de
          Saint-Marc à Venise; de plusieurs autres tirés de Bologne, de
          Milan, de Munich et autres villes d'Allemagne et d'Italie; mais
          surtout des riches collections de la Sorbonne, de Saint-Victor,
          de Saint-Germain-des-Prés[137-A], etc., etc. Nous saisissons
          avec plaisir cette occasion de rappeler que c'est en grande
          partie aux soins de M. _Van-Prat_, savant distingué et l'un des
          conservateurs actuels de la bibliothéque, qu'on doit la
          conservation de cette dernière collection, qui fut sur le point
          d'être consumée dans l'incendie des bâtiments de l'abbaye,
          arrivé pendant la révolution.]

          [Note 137-A: On a rendu, depuis la restauration, les manuscrits
          enlevés aux diverses bibliothéques de l'Europe.]

Les principaux fonds qui composent cette immense collection sont d'abord
l'ancien fonds du roi; ensuite ceux de Dupuy, de Béthune, de Brienne, de
Gainières, de Dufourni, de Louvois, de La Mare, de Baluse, de de Mesme, de
Colbert, de Cangé, de Lancelot, de du Cange, de Serilly, d'Huet, de
Fontanieu, de Sautereau, etc.


     CURIOSITÉS DU DÉPÔT DES MANUSCRITS.

     Elles se composent principalement de missels, d'heures et
     d'évangiles du moyen âge, dont les couvertures sont chargées
     d'ornements et de sculptures en or, en argent, en ivoire, etc.
     Parmi ces manuscrits, qui sont en très-grande quantité, on
     distingue principalement:

     1º Le manuscrit fameux des épîtres de saint Paul, en grec et en
     latin, écrit à deux colonnes, en belles lettres majuscules. C'est
     un des plus anciens que l'on connoisse; il paroît être du sixième
     ou du septième siècle;

     2º. La bible et les heures de Charles-le-Chauve. La couverture
     des heures est enrichie de pierres précieuses et de deux
     bas-reliefs d'ivoire d'un travail très-curieux.


DÉPÔT OU CABINET DES MÉDAILLES.

Le salon qui contient ce précieux dépôt est situé à l'extrémité de la
première partie de la grande galerie des livres imprimés.

François Ier, Henri II et Charles IX paroissent avoir été les premiers de
nos rois qui aient songé à faire des collections d'antiques et de
médailles[138]. Mais les troubles qui agitèrent la France sur la fin du
règne de ce dernier prince, et sous celui de son successeur, dispersèrent
ce que ses prédécesseurs et lui avoient eu tant de peine à recueillir.
Henri IV eut aussi le projet de former une collection semblable; sa mort
précipitée l'empêcha de le réaliser.

          [Note 138: François Ier plaça dans le garde-meuble environ vingt
          médailles d'or et une centaine d'argent. Henri II en recueillit
          un assez grand nombre, qu'il réunit dans sa bibliothéque avec
          celles de François Ier; il y joignit ensuite la collection
          précieuse que Catherine de Médicis avoit apportée en France.
          Enfin Charles IX essaya de consolider cet établissement, en
          assignant au Louvre une salle pour y rassembler les médailles
          antiques, et en créant un garde particulier pour ces objets.]

Il étoit réservé à Louis XIV d'exécuter un semblable dessein, à peine
commencé jusqu'à lui. «Gaston d'Orléans, dit M. l'abbé Barthélemy, avoit
donné au roi une suite de médailles en or; et comme M. de Colbert
s'aperçut que Sa Majesté se plaisoit à consulter ces restes de l'antiquité
savante, il n'oublia rien pour satisfaire un goût si honorable aux
lettres. Par ses ordres et sous ses auspices, M. Vaillant[139] parcourut
plusieurs fois l'Italie et la Grèce, et en rapporta une infinité de
médailles singulières. On réunit plusieurs cabinets à celui du roi: et des
particuliers, par un sacrifice dont les curieux seuls peuvent apprécier
l'étendue, consacrèrent volontairement dans ce dépôt ce qu'ils avoient de
plus précieux en ce genre. Ces recherches ont été continuées dans la suite
avec le même succès. Le cabinet du roi a reçu des accroissements
successifs, et l'on pourroit dire qu'il est à présent au-dessus de tous
ceux qu'on connoît en Europe, s'il ne jouissoit depuis long-temps d'une
réputation si bien méritée.

          [Note 139: D'autres savants parcoururent aussi, par ordre du
          roi, la Sicile, la Grèce, l'Égypte, la Perse, l'Asie-Mineure, et
          concoururent, par leurs recherches, à la splendeur de ce
          cabinet, entre autres MM. Demonceaux, Vaufleb, Petit de La
          Croix, Galland, de Nointel, ambassadeur à Constantinople, Paul
          Lucas, etc.]

»Cette immense collection est divisée en deux classes principales,
l'antique et la moderne. La première comprend plusieurs suites
particulières: celle des rois, celle des villes grecques, celle des
familles romaines, celle des empereurs, et quelques-unes de ces suites se
subdivisent en d'autres, relativement à la grandeur des médailles et au
métal. C'est ainsi que des médailles des empereurs on a formé deux suites
de médaillons et de médailles en or; deux autres de médaillons et de
médailles en argent; une cinquième de médaillons en bronze; une sixième de
médailles de grand bronze; une septième de celles de moyen bronze; une
huitième enfin de médailles de petit bronze. La moderne est distribuée en
trois classes: l'une contient les médailles frappées dans les différents
États de l'Europe; l'autre, les monnoies qui ont cours dans presque tous
les pays du monde; et la troisième, les jetons. Chacune de ces suites,
soit dans le moderne, soit dans l'antique, est, par le nombre, la
conservation et la rareté des pièces qu'elle contient, digne de la
magnificence du roi et de la curiosité des amateurs[140].»

          [Note 140: Ceci a été écrit en 1754. Depuis, cette collection a
          reçu, comme toutes les autres, de grands accroissements, et
          principalement jusqu'au moment de la révolution, par les soins
          et les recherches de M. l'abbé Barthélemi lui-même. Depuis cette
          époque elle avoit été presque doublée par toutes les collections
          enlevées à Rome et dans l'Italie. Une partie de ces richesses a
          été rendue à ses propriétaires.]

Ces médailles furent d'abord réunies au Louvre, ainsi que les antiquités
éparses dans les maisons royales. M. de Louvois eut ordre ensuite de faire
transférer ce cabinet à Versailles, où il fut placé auprès de
l'appartement du roi, et confié à la garde de Rainsart, savant antiquaire.
Ce n'est que vers la fin du siècle dernier qu'il fut rapporté à la
bibliothéque et déposé dans la salle où on le voit aujourd'hui.

Dans cette même salle sont réunis la collection des pierres gravées et le
cabinet des antiques. La première contient un grand nombre de
chefs-d'oeuvre des artistes grecs, gravés en creux et en relief, et les
plus belles agates gravées par les modernes. On remarque principalement,
parmi les monuments antiques, le tombeau de Chilpéric Ier, roi de France,
découvert à Tournai en 1653; les deux grands boucliers votifs, en argent,
trouvés dans le Rhône et en Dauphiné en 1656 et 1714; la fameuse agate de
la Sainte-Chapelle; la sardoine onyx, dite _vase de Ptolémée_, etc., etc.

Il contient encore un très-grand nombre de figures, de bustes, de vases,
d'instruments de sacrifices, de marbres chargés d'inscriptions, d'urnes
funéraires, de meubles, de bijoux, etc., recueillis des antiquités
grecques et romaines. Vers le milieu du dix-huitième siècle, M. le comte
de Caylus ajouta à tant de richesses une quantité considérable
d'antiquités égyptiennes, étrusques, etc., que cet illustre amateur avoit
rassemblées, et qu'il a publiées en vingt-six planches, accompagnées de
notes et de dissertations justement estimées.


DÉPÔT OU CABINET DES PLANCHES GRAVÉES ET ESTAMPES.

Ce cabinet occupe l'entresol au-dessous des cinq premières pièces du dépôt
des manuscrits.

On doit encore à Louis XIV la création de cette collection à laquelle il
en est peu en Europe qui soient comparables. Le goût dont ce prince étoit
possédé pour tout ce qui avoit quelque rapport aux beaux-arts, le porta à
faire l'acquisition de l'importante collection amassée à grands frais par
l'abbé de Marolles, et composée des meilleures estampes depuis l'origine
de la gravure jusqu'au moment où il vivoit. Elle est contenue en 264
volumes, format grand atlas, et fut le premier fonds de ce cabinet.

Quelques années auparavant, Gaston d'Orléans avoit légué au roi une suite
d'histoire naturelle, qu'il avoit fait peindre en miniature par Nicolas
Robert, d'après les plantes de son jardin botanique et les animaux de sa
ménagerie de Blois. Cette suite fut jointe à celle de l'abbé de Marolles,
et augmentée des productions de trois artistes, Jean Joubert, Nicolas
Aubriet et mademoiselle Basseport, qui, sous la fin du règne de ce prince
et sous Louis XV, continuèrent de peindre de la même manière des objets
pris dans les trois règnes de la nature. Cette partie seule contenoit 60
volumes in-folio[141].

          [Note 141: M. Van-Spandonck, qui vient de mourir, étoit chargé,
          dès 1789, de la continuation de ce beau travail.]

La collection léguée au roi, en 1712, par M. de Gaignières, vint encore
augmenter la richesse de ce cabinet de plus de 30,000 portraits rangés par
pays et par états, et pris dans toutes les conditions, depuis le sceptre
jusqu'à la houlette.

Louis XV l'enrichit aussi par les acquisitions qu'il fit des
collections[142] de M. de Beringhem, de M. l'Allemand de Betz, de M. de
Fontette, de M. Begon, et enfin d'une partie du cabinet de M. Mariette.

          [Note 142: La collection de M. de Beringhem est composée de 466
          volumes et de 50 porte-feuilles de cartes célestes, terrestres
          et hydrographiques.--Celle de M. l'Allemand de Betz, de 80
          volumes.--Celle de M. de Fontette remplissoit 60
          porte-feuilles.--Enfin dans celle de M. Begon est une suite
          d'oiseaux peints à la gouache, que l'on attribue à la célèbre
          Sibylle de Mérian.]

Enfin ce précieux cabinet, augmenté considérablement depuis par les
acquisitions successives faites dans le siècle dernier, contenoit en 1789
environ 5,000 volumes, lesquels sont divisés en douze classes.

La première comprend les sculpteurs, architectes, ingénieurs et graveurs,
depuis l'origine de la gravure jusqu'à nos jours; cette classe est
distribuée par école, et chaque école par oeuvres de maîtres; les estampes
gravées en bois et en clair-obscur, distinguées sous les noms de
vieux-maîtres et de grands-maîtres, se trouvent aussi dans cette première
classe.

La seconde est composée des livres d'estampes de piété, de morale,
d'emblèmes et de devises sacrées.

La troisième renferme tout ce qui concerne la fable et les antiquités
grecques et romaines.

Dans la quatrième sont les médailles, monnoies, généalogie, chronologie et
blason.

La cinquième contient les fêtes publiques, cavalcades, tournois, etc.

La sixième est destinée à la géométrie, aux machines, aux mathématiques, à
tout ce qui concerne la tactique, les arts et métiers.

On trouve dans la septième les estampes relatives aux romans, facéties,
bouffonneries, etc.

La botanique, l'histoire naturelle dans tous ses règnes, composent la
huitième.

La neuvième est consacrée à la géographie.

Dans la dixième sont les collections des plans, l'élévation des édifices
anciens et modernes, sacrés et profanes, palais, châteaux, etc.

La onzième contient les portraits, au nombre de plus de cinquante mille.

La douzième et dernière est un recueil complet de modes, habillements,
coiffures et costumes de tous les pays du monde; on trouve dans ce recueil
les modes françoises depuis Clovis jusqu'à nos jours.

Ce cabinet possède en outre une collection de planches gravées au nombre
de près de deux mille[143].

          [Note 143: Il faut ajouter à tant de richesses les acquisitions
          nombreuses faites depuis la révolution, pendant laquelle les
          productions de la gravure se sont multipliées plus que jamais.]


DÉPÔT DES TITRES ET GÉNÉALOGIES.

Ce département, placé au second étage sur la droite de la cour, étoit
composé de neuf pièces, dont trois contenoient les titres originaux des
maisons et familles nobles de la France et de l'Europe.

Deux autres renfermoient les généalogies; dans la sixième étoient les
mémoires des maisons et familles qui faisoient leurs preuves pour être
présentées à la cour, reçues dans les chapitres nobles, etc.

On avoit commencé en 1785 un supplément qui devoit occuper les trois
dernières pièces[144].

          [Note 144: Ce dépôt pouvoit passer pour le plus riche et le plus
          précieux de l'Europe, par l'ancienneté et l'originalité des
          titres dont il étoit composé. Les cabinets de MM. de Gaignières
          et d'Hozier en formèrent le premier fonds, lequel fut augmenté
          en 1720 par M. l'abbé Bignon de tout ce qu'il put trouver de
          purement généalogique dans les dépôts des manuscrits et des
          livres imprimés. On y joignit depuis les cabinets du chevalier
          Blondeau, de M. Jault; les généalogies d'André Duchesne, de
          Kerc-Daniel, de Scohier, etc., etc., etc.]


PLACE DES VICTOIRES.

Il est peu de personnes qui ignorent que cette place fut construite dans
le dix-septième siècle, par les ordres de François, vicomte d'Aubusson,
duc de La Feuillade, pair et maréchal de France, colonel des
gardes-françoises. Ce seigneur, comblé de bienfaits par son souverain, et
poussant jusqu'à l'enthousiasme les sentiments d'admiration et d'amour
qu'il ressentoit pour lui, voulut éterniser sa reconnoissance par un
monument public élevé à la gloire de son auguste bienfaiteur. Sa première
pensée fut de faire exécuter en marbre une statue de Louis XIV, et de la
placer ensuite dans l'endroit de la ville le plus apparent et le plus
convenable. Mais, la statue faite, il se dégoûta de ce premier dessein;
et, ne trouvant pas qu'il répondît à la grandeur du monarque qu'il vouloit
honorer, il conçut un plan plus vaste et plus magnifique: ce fut de
chercher un emplacement sur lequel on pût construire une place publique,
et d'y élever un monument plus imposant qu'une simple statue. L'hôtel de
la Ferté-Senecterre, édifice vaste et isolé, situé entre les rues
Neuve-des-Petits-Champs (aujourd'hui la Vrillière), du Petit-Reposoir et
des Fossés-Montmartre, lui ayant paru propre à l'exécution de son projet,
il l'acheta en 1684, et sur-le-champ en fit commencer la démolition. Mais
comme cet emplacement ne suffisoit pas, le corps-de-ville, voulant
partager avec le duc de La Feuillade la gloire de cette entreprise, acheta
l'hôtel d'Émery et quelques maisons et jardins contigus, qui s'étendoient
le long de la rue du Petit-Reposoir et de celle des Vieux-Augustins. On
commença aussitôt la place: Jules Hardouin Mansard en donna le dessin; la
ville traita, en 1685, avec le sieur Predot, architecte, pour la
construction des bâtiments qui l'environnent, et le duc de La Feuillade se
chargea seul des dépenses relatives à l'érection du monument.

Cette place est d'un diamètre peu considérable en comparaison de plusieurs
autres places régulières de Paris, car elle n'a que quarante toises de
diamètre. Mais la manière dont elle est située lui donne sur toutes un
grand avantage: environnée de six rues qui viennent y aboutir et dont
trois[145] ont une longueur considérable, elle offre, sous différents
points de vue et à une très-grande distance, la perspective de ses riches
constructions, plus remarquables encore lorsque s'élevoit au milieu
d'elles le beau monument que nous allons bientôt décrire.

          [Note 145: La rue de la Feuillade, au bout de laquelle se
          prolonge la rue Neuve-des-Petits-Champs; celle des
          Fossés-Montmartre, et la rue Croix-des-Petits-Champs.]

Une ligne droite de bâtiments symétriques termine d'un côté la place des
Victoires; circulaire dans le reste de son étendue, elle y présente une
ordonnance uniforme qui n'est pas dépourvue de beauté. Un grand ordre de
pilastres ioniques qui embrasse deux rangs de croisées s'élève sur un
soubassement décoré d'arcades à refends; chaque croisée du premier étage
est séparée par un pilastre, et celles du second sont placées sous
l'architrave, dont la saillie est soutenue par de petites consoles d'un
très-mauvais goût. Mais le plus grand défaut qu'on reproche à tout cet
ensemble, c'est le comble à la _Mansarde_ qui le termine: cette ridicule
invention de croisées isolées au milieu des toits défigure le plus grand
nombre des somptueux édifices élevés dans le dix-septième siècle; et en
effet, l'oeil le moins exercé peut sentir la différence prodigieuse que
produiroit, pour l'élégance et la majesté de la place que nous décrivons,
une ligne continue de balustrades remplaçant ces niches mesquines et
gothiques auxquelles Mansard a eu le malheur de donner son nom.

Du milieu de cette place s'élevoit, sur un piédestal en marbre blanc
veiné, la statue pédestre de Louis XIV. Ce prince, revêtu des habits de
son sacre, fouloit aux pieds un Cerbère dont les trois têtes désignoient
la triple alliance; une figure ailée, représentant la Victoire, un pied
posé sur un globe, et l'autre en l'air, d'une main lui mettoit sur la tête
une couronne de laurier, et de l'autre tenoit un faisceau de palmes et de
branches d'olivier; ce groupe fondu d'un seul jet étoit de plomb doré,
ainsi que les ornements[146] qui l'accompagnoient. Au bas de la statue on
lisoit cette inscription en lettres d'or: _Viro immortali_[147]. Aux
quatre angles du piédestal étoient autant de figures en bronze de
proportion, représentant des esclaves chargés de chaînes; on croyoit assez
communément que ces figures désignoient les nations que Louis XIV avoit
subjuguées; mais il est plus naturel de penser qu'on avoit voulu seulement
exprimer, par une allégorie générale, la puissance de ce prince, et le
bonheur de ses armes.

          [Note 146: Ces ornements étoient un globe, une massue d'Hercule,
          une peau de lion, un casque et un bouclier.]

          [Note 147: Plusieurs autres inscriptions, auxquelles on a
          reproché avec raison d'être trop fastueuses, couvroient les
          diverses faces du piédestal. Nous ne rapporterons que celle qui
          sert de dédicace, et qui explique le sujet de tout l'ouvrage.

          _Ludovico Magno; Patri exercituum, et ductori semper
          felici.--Domitis hostibus. Protectis sociis. Adjectis imperio
          fortissimis populis. Extructis ad tutelam finium firmissimis
          arcibus. Oceano et Mediterraneo inter se junctis. Prædari
          vetitis toto mari piratis. Emendatis legibus. Deletâ calvinianâ
          impietate. Compulsis ad reverentiam nominis gentibus
          remotissimis, cunctisque summâ providentia et virtute domi
          forisque compositis.--Franciscus vice comes d'Aubusson, dux de
          La Feuillade, ex Franciæ paribus, et tribunis equitum unus, in
          Allobrogibus prorex, et Prætorianorum præfectus.--Ad memoriam
          posteritatis sempiternam. P. D. C. 1686._

          Cette même inscription étoit répétée en françois:

          À Louis-le-Grand, le père et le conducteur des armées, toujours
          heureux.--Après avoir vaincu ses ennemis, protégé ses alliés,
          ajouté de très-puissants peuples à son empire, assuré les
          frontières par des places imprenables, joint l'Océan à la
          Méditerranée, chassé les pirates de toutes les mers, réformé les
          lois, détruit l'hérésie, porté, par le bruit de son nom, les
          nations les plus barbares à le venir révérer des extrémités de
          la terre, et réglé parfaitement toutes choses au dedans et au
          dehors par la grandeur de son courage et de son
          génie.--François, vicomte d'Aubusson, duc de La Feuillade, pair
          et maréchal de France, gouverneur du Dauphiné et colonel des
          gardes-françoises.--Pour perpétuelle mémoire à la postérité.]

Les bas-reliefs qui couvroient les quatre faces du piédestal
représentoient, le premier, la préséance de la France sur l'Espagne en
1662; le second, la conquête de la Franche-Comté en 1668; le troisième, le
passage du Rhin en 1672; et le quatrième, la paix de Nimègue en 1678. Le
monument entier, depuis la base jusqu'au sommet de la statue, avoit
trente-cinq pieds d'élévation; le pourtour, jusqu'à neuf pieds de
distance, étoit pavé de marbre et entouré d'une grille de fer de la
hauteur de six pieds.

Enfin quatre grands fanaux ornés de sculpture éclairoient cette place
pendant la nuit; ils étoient élevés chacun sur trois colonnes doriques, de
marbre veiné, disposées en triangle, et dont les piédestaux étoient
chargés de plusieurs inscriptions relatives aux actions les plus
mémorables du roi. La dédicace de la statue se fit le 28 mars 1686[148]
avec toute la pompe et toutes les cérémonies usitées en pareille
circonstances[149]. Martin _Vanden Bogaer_, plus connu sous le nom de
_Desjardins_, avoit conduit avec autant de talent que de succès tous ces
ouvrages, dont il avoit fourni les dessins. C'étoit pour la première fois
que la ville de Paris étoit ornée d'un monument en relief d'un volume
aussi considérable, et l'on mettoit justement alors au nombre des
chefs-d'oeuvre de l'art une production à laquelle on ne pouvoit rien
comparer dans les travaux de ce genre qui l'avoient précédée. Nous dirons
plus: depuis on n'a rien fait, dans la sculpture monumentale, qui l'ait
égalée, surtout sous le rapport de la composition. L'attitude du monarque
étoit pleine de noblesse et de majesté, et le groupe entier pyramidoit
avec une rare élégance. Quoique les esclaves placés au pied de la statue
fussent d'une proportion colossale, cependant l'oeil n'en étoit point
blessé, parce qu'elles se trouvoient dans un rapport exact avec toutes les
autres parties du monument: du reste, le faire savant et gracieux de ces
figures ne le cédoit point à celui de la statue du héros; et elles étoient
surtout estimées pour la beauté des expressions.

          [Note 148: La place n'étoit pas encore entièrement finie en
          1691.]

          [Note 149: Le duc de La Feuillade y parut à cheval, et fit trois
          fois le tour du monument, suivi du régiment des gardes, dont il
          étoit colonel; à quoi il ajouta toutes les prosternations que
          les Romains faisoient autrefois devant les statues de leurs
          empereurs. Le prévôt des marchands et les échevins assistèrent à
          cette cérémonie. Il y eut le soir un grand feu d'artifice devant
          l'Hôtel-de-Ville, et des feux de joie dans toutes les rues de
          Paris.]

Afin de rendre ce monument aussi durable que les ouvrages des hommes
peuvent l'être, le duc de La Feuillade céda et substitua perpétuellement
de mâles en mâles, à ceux de sa maison, et après l'extinction de sa race,
à la ville de Paris, le duché de La Feuillade, valant alors 22,000 livres
de rente, à la charge par les possesseurs de pourvoir à toutes les
réparations nécessaires, de faire redorer, tous les vingt-cinq ans, le
groupe et les ornements qui l'accompagnoient, enfin d'entretenir dans les
quatre fanaux des lumières suffisantes pour éclairer la place pendant la
nuit dans toutes les saisons de l'année. Malgré tant de précautions
prises pour assurer la durée de cette fondation, à peine le duc de La
Feuillade fut-il mort qu'on y donna atteinte. Ce seigneur mourut au mois
de septembre 1691, et dès le 20 avril 1699 le conseil d'état rendit un
arrêt qui ordonnoit que dorénavant il ne seroit plus mis de lumière dans
les quatre fanaux de la place des Victoires[150]; cet arrêt donna lieu à
un autre, qui fut rendu deux ans après la mort de Louis-le-Grand, par
lequel il fut permis au maréchal Louis de La Feuillade son fils de faire
démolir ces fanaux, qui, n'étant plus allumés, étoient devenus entièrement
inutiles[151].

          [Note 150: Cet arrêt étoit motivé sur des raisons de police si
          frivoles, qu'elles en sont presque ridicules: «Les habitants des
          maisons de cette place étoient, disoit-on, incommodés par
          l'attroupement des fainéants et des vagabonds qu'attiroit la
          lumière de ces fanaux.» On n'a pu découvrir la véritable cause
          d'une semblable détermination, que quelques personnes ont
          attribuée à ce distique assez plaisant qu'un Gascon afficha,
          dit-on, sur le piédestal de la statue.

            La Feuillade, sandis, je crois que tu me bernes,
            De placer le soleil entre quatre lanternes.]

          [Note 151: Les dégradations de ce monument ont commencé quelques
          jours avant la fédération du 14 juillet 1790. Alors les quatre
          figures d'esclaves furent enlevées et déposées dans la cour du
          Musée; on les a depuis transportées aux Invalides, où elles sont
          encore. Les quatre bas-reliefs avoient été déposés au Musée des
          monuments françois, et adaptés au soubassement d'une colonne
          triomphale qui ornoit le jardin de cette maison. Quant à la
          statue, elle fut abattue le 10 août.

          La représentation que nous donnons du monument entier est
          d'autant plus précieuse, qu'il n'en existe, même à la
          bibliothèque, que des gravures grossières qui n'en peuvent
          donner aucune idée satisfaisante. Celle-ci a été faite sur un
          dessin très-exact, exécuté, d'après le monument même, par un
          artiste distingué.]

»L'abbé de Choisy, dit Saint-Foix, raconte que le maréchal de La Feuillade
avoit dessein d'acheter une cave dans l'église des Petits-Pères, et qu'il
prétendoit la pousser sous terre, jusqu'au milieu de cette place, afin de
se faire enterrer précisément sous la statue de Louis XIV. Je sais que le
maréchal de La Feuillade n'avoit pas mérité, par des actions et des
victoires signalées, d'avoir un tombeau à Saint-Denis, comme Duguesclin et
Turenne; mais il n'étoit pas aussi de ces courtisans inutiles[152] à
l'État, qu'on devoit enterrer au pied de la statue de leur maître, dans la
place publique consacrée à l'idole qu'ils ont encensée et peu servie. La
plaisanterie de l'abbé de Choisy est de ces traits qui tombent à faux, et
qui ne font tort qu'à l'écrivain dont ils décèlent la malignité.»

          [Note 152: Il s'étoit fait avantageusement connoître à la
          bataille de Rethel, en 1650; aux siéges de Mouson, de
          Valenciennes, d'Arras, etc. Il ne se fit pas moins remarquer au
          combat de Saint-Gothard contre les Turcs, en 1664, ainsi que
          dans la campagne du roi en Franche-Comté, où il emporta le fort
          Saint-Étienne l'épée à la main.]

Le témoignage de Saint-Foix est ici d'autant moins suspect, qu'il saisit
assez volontiers l'occasion de lancer un sarcasme et de placer une
épigramme, lorsqu'il s'agit des cours et de courtisans. Cependant on ne
peut s'empêcher de reconnoître que le duc de La Feuillade, dans son amour
pour Louis XIV, passa peut-être les bornes des affections qu'il est permis
d'avoir pour un simple mortel; et, en rejetant l'histoire du caveau qui
n'est point appuyée d'autorités suffisantes, du moins faut-il convenir
qu'il avoit résolu de fonder des lampes qui auroient brûlé nuit et jour
devant la statue; projet insensé dont l'exécution ne manqua que parce
qu'on ne voulut pas lui permettre de l'exécuter.


LES AUGUSTINS RÉFORMÉS, DITS LES PETITS-PÈRES.

Nous avons déjà eu occasion de remarquer que, dans le quatorzième siècle,
soit par le malheur des temps, soit par une suite naturelle de la
foiblesse de l'homme qui tend sans cesse au relâchement, plusieurs ordres
monastiques avoient beaucoup perdu de leur première ferveur. Quelques
saints personnages, animés d'un zèle apostolique, entreprirent à
différentes époques de faire revivre les observances établies par les
fondateurs, et d'introduire la réforme dans les monastères qui s'étoient
plus ou moins écartés de l'esprit de leur institution. Tel fut le père
Thomas de Jésus, augustin portugais, d'une famille illustre par ses
dignités et ses services, lequel conçut, en 1565, le projet de ramener les
religieux de son ordre à une vie plus régulière. Quoiqu'il soit regardé
par la plupart des historiens comme le principal auteur de la réforme des
Augustins, cependant il est certain qu'il n'eut pas la satisfaction
d'exécuter un si beau dessein: car on voit dans un abrégé de la vie de ce
saint religieux, placé à la tête du livre des _Souffrances de
Jésus-Christ_, dont il est l'auteur, «que son zèle pour la rigueur de
l'observance lui fit entreprendre une réforme, mais qu'il trouva de si
grands obstacles dans l'exécution, qu'il fut obligé d'_abandonner son
projet_.» Il paroît en effet que tous ses efforts ne purent les surmonter,
et qu'une longue captivité qu'il endura ensuite en Afrique le força à
renoncer entièrement à une si louable et si grande entreprise.

Ce ne fut que cinq ou six ans après sa mort, arrivée en 1582, que le
projet de la réforme fut renouvelé et accepté par le chapitre général,
tenu à Tolède le 30 novembre 1588. Le père Louis de Léon, premier
définiteur, en rédigea les constitutions, qui n'étoient que les anciennes
observances, et elles furent approuvées par le pape Sixte-Quint. Cette
réforme, reçue sous le nom d'Augustins _déchaussés_, fit des progrès
rapides en Espagne et en Italie, où elle fut d'abord soumise à la
juridiction du provincial de Castille. Mais comme les Augustins non
réformés crurent pouvoir lui disputer cette autorité, le pape Clément
VIII, par sa bulle du 11 février 1682, érigea les couvents réformés en
province, avec faculté d'élire un provincial et des prieurs. Cette réforme
étoit alors composée de dix congrégations, toutes hors de France, et
gouvernées chacune par un vicaire général, sous la juridiction, visite et
correction du général de l'ordre.

En 1594, Guillaume d'Avançon, archevêque d'Embrun et alors ambassadeur du
roi auprès du souverain pontife, proposa d'établir dans le royaume des
religieux de cette réforme, et offrit de les recevoir dans son prieuré de
Villars-Benoît[153], ce qui fut agréé par un bref de Clément VIII, du 23
novembre 1595. Toutes les formalités nécessaires pour l'exécution de ce
projet étant remplies, les pères François Amet et Mathieu de
Sainte-Françoise, augustins françois, qui, quelque temps auparavant,
s'étoient rendus à Rome pour y vivre au milieu des Augustins réformés,
revinrent en France à la sollicitation de l'archevêque d'Embrun, et
s'établirent à Villars-Benoît vers la fin de juillet 1596.

          [Note 153: Il étoit prieur commendataire de ce bénéfice, situé
          dans le diocèse de Grenoble, non loin de Mont-Meillan.]

Les deux puissances temporelle et spirituelle concoururent à favoriser
cette réforme. Le pape, par un bref du 21 décembre de l'an 1600, permit
aux religieux de la nouvelle observance de s'étendre par toute la France,
de recevoir des novices, des fondations, etc.; et Henri IV leur accorda,
le 26 juin 1607, des lettres-patentes par lesquelles il approuve leur
établissement à Villars-Benoît, et leur permet d'en former d'autres dans
telle partie de son royaume qu'ils voudroient choisir. Mais ce fut à
Marguerite de Valois, première femme de ce monarque, que les Augustins
durent particulièrement leur établissement à Paris. Cette princesse étant
revenue dans cette capitale en 1605, et voulant accomplir le voeu qu'elle
avoit fait d'y fonder un monastère en action de grâces du danger imminent
dont elle avoit été délivrée lorsqu'elle étoit renfermée dans le château
d'Usson en Auvergne, résolut de bâtir un couvent et une église sous
l'invocation de la Sainte-Trinité, avec une chapelle dite _des Louanges_,
où quatorze religieux, se relevant tour à tour, deux par deux et d'heure
en heure, devoient chanter les louanges de Dieu jour et nuit sans
discontinuation. Pour l'exécution de ce dessein, elle jeta les yeux sur
la communauté du père Amet son confesseur et son prédicateur ordinaire,
le chargea de rassembler le nombre de sujets nécessaires pour composer
cette nouvelle communauté, et céda ensuite à ces religieux, sous le nom
d'_Augustins réformés déchaux_, un terrain suffisant pour la construction
de l'église et du couvent[154], avec 6,000 livres de rente, aux charges et
conditions portées par le contrat de fondation. Ce contrat, en date du 26
septembre 1609, fut approuvé par un bref du pape du 1er juillet 1610, et
confirmé par les lettres-patentes du roi, données le 20 mars de la même
année. Ces actes n'étoient que la confirmation solennelle des engagements
que cette princesse avoit pris précédemment avec les Augustins: car, avant
que leur demeure pût les recevoir, elles les avoit logés dans son palais;
et, dès le 21 mars 1608, la première pierre de la chapelle dite des
Louanges, qui a subsisté jusqu'à ces derniers temps, avoit été posée par
ses ordres.

          [Note 154: L'emplacement cédé par la reine Marguerite consistoit
          en un terrain précédemment occupé par les frères de la Charité,
          et une portion du petit pré aux Clercs, contenant six arpents,
          qu'elle avoit pris à cens et à rentes de l'université; ce qui
          formoit en partie cet espace que nous voyons environné du quai
          Malaquais et des rues des Petits-Augustins, Jacob et des
          Saints-Pères, emplacement qu'elle avoit d'abord destiné à faire
          les jardins de son hôtel, situé rue de Seine.]

Les Augustins réformés prirent possession du monastère et des revenus que
la reine Marguerite leur avoit donnés, et ils en jouissoient depuis trois
ans, lorsque cette princesse, soit par inconstance, soit par quelque
mécontentement particulier à l'égard du père Amet, révoqua la donation
qu'elle avoit faite en faveur de ces religieux, et les obligea, le 29
décembre 1612, à sortir de leur couvent, et à le céder à d'autres
Augustins réformés de la province de Bourges, qu'elle leur substitua par
contrat du 12 avril 1613.

La reine Marguerite chercha à couvrir l'inconséquence et l'injustice de ce
procédé, en alléguant que les Augustins déchaussés ne remplissoient pas et
ne pouvoient pas remplir les clauses du contrat du 26 septembre 1609, dont
une portoit textuellement que lesdits religieux s'obligeoient «de faire
chanter en ladite _Chapelle des Louanges_, en l'intention de ladite dame
royne, perpétuellement les hymnes, cantiques et psaumes d'action de grâce
ci-dessus mentionnés, _et selon les airs qui en seront baillez par ladite
dame royne, etc._» Or, disoit Marguerite, la règle des Augustins
déchaussés ne leur permet pas de chanter, mais seulement de psalmodier; de
plus ils sont constitués ordre mendiant: donc ils ne peuvent posséder des
rentes, etc. Ceux-ci répondoient en peu de mots que toutes ces
difficultés, qui existoient au moment de la donation comme alors, avoient
été levées par leur acquiescement au contrat de fondation, et par la
sanction du pape et du roi. Une telle réponse n'admettoit aucune réplique;
mais la puissance l'emporta sur la justice, et les Augustins déchaussés,
malgré leurs réclamations et leurs protestations plusieurs fois réitérées,
furent contraints d'abandonner leur couvent, et même de quitter Paris et
de retourner à Avignon et à Villars-Benoît[155].

          [Note 155: Saint-Foix, qui a fait de ses Essais sur Paris un
          recueil d'épigrammes, dit à ce sujet: Assurément _ces pères
          n'aimoient pas la musique, car ils s'obstinèrent à ne vouloir
          que psalmodier_. On voit combien cette froide plaisanterie porte
          à faux. Mais ce qui est réellement plaisant, c'est de voir avec
          quelle complaisance tous les auteurs de _Manuels_, de _Voyages_,
          de _Promenades_, de _Miroirs_, et autres ouvrages de ce genre
          sur Paris, ont servilement répété ce quolibet de Saint-Foix, et
          mille autres qui, pour la plupart, n'ont pas de fondement plus
          solide que celui que nous relevons ici.]

Les historiens ne sont pas d'accord sur l'époque du retour de ces
religieux dans la capitale: cependant on peut conjecturer avec quelque
fondement qu'ils y revinrent vers l'année 1619[156], puisque la
permission de M. de Gondi, archevêque de Paris, pour l'établissement d'un
couvent de cette réforme, est du 19 juin 1620. Ils se logèrent alors dans
une maison qu'ils avoient louée, hors de la porte Montmartre, près de
l'endroit où fut bâtie depuis l'église de Saint-Joseph.

          [Note 156: L'abbé Lebeuf place ce retour en 1623, les historiens
          de Paris en 1629; mais ces dates ne conviennent ni à leur
          premier établissement à Paris en 1608, ni à ceux qu'ils ont eus
          depuis, soit à Paris, soit aux environs. Sauval s'est encore
          trompé en disant qu'ils avoient été établis avant cette époque
          dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye, puisque le roi ne leur
          donna la chapelle _des Loges_, située dans cette forêt, qu'en
          1626; que la reine Anne d'Autriche ne fit bâtir leur église
          qu'en 1644; et qu'enfin elle ne s'en déclara la fondatrice que
          par ses lettres-patentes du mois de février 1648. C'est
          également sans fondement que l'abbé Lebeuf place au même endroit
          des ermites de Saint-Augustin, dans le seizième siècle.]

Leur communauté s'étant fort augmentée, et le local qu'ils occupoient
devenant trop resserré, les Augustins déchaussés achetèrent, en 1628, un
terrain contenant environ huit arpents, lequel étoit situé près du Mail,
entre le faubourg Saint-Honoré et le faubourg Montmartre, et prièrent le
roi Louis XIII, alors régnant, de vouloir bien se déclarer le fondateur du
nouveau couvent qu'ils avoient le projet de bâtir sur cet emplacement. Ce
monarque, ayant consenti à leur accorder cette faveur, descendit, le 9
décembre 1629, dans les fondements, posa la première pierre de l'église;
et en reconnoissance des victoires qu'il avoit remportées par
l'intercession de la Sainte-Vierge, et spécialement de celle qui lui avoit
soumis la Rochelle l'année précédente, il ordonna que l'église qu'on
alloit bâtir fût dédiée sous l'invocation de _Notre-Dame-des-Victoires_.

Cette église étant devenue trop petite relativement au quartier, dont la
population s'augmentoit tous les jours, on commença à en bâtir une
nouvelle en 1656. Elle fut bénie le 20 décembre de l'année suivante; mais,
faute de moyens pécuniaires, la construction en fut interrompue à
différentes reprises, et ce n'est qu'en 1730 qu'elle fut totalement
achevée. M. Leblanc, évêque de Joppé, qui avoit été religieux augustin, la
consacra le 13 novembre de la même année.

Les religieux qui vivoient sous la règle de Saint-Augustin étoient fort
multipliés au seizième siècle; mais les différentes congrégations de cet
ordre n'étoient point uniformes dans leur habillement ni dans leur chant.
Benoît XIII, par son bref du 27 janvier 1726, enregistré en parlement le
27 juillet de la même année, ordonna qu'ils se conformeroient au chant
grégorien, qu'ils porteroient un capuce rond, et se feroient raser la
barbe; un autre bref de Benoît XIV, du 1er février 1746, approuvé par
lettres-patentes du roi, données le 7 avril suivant, permit aux Augustins
déchaussés de porter la chaussure comme les autres religieux augustins.
Ils furent soumis, à cette époque, et par ce même bref, à un
vicaire-général élu par le chapitre de la congrégation.

Quant au nom de _Petits-Pères_ qu'on donnoit vulgairement à ces religieux,
nous n'avons rien trouvé de bien authentique sur son origine. Les uns
croient qu'ils durent cette dénomination à la petitesse et à la pauvreté
de leur premier établissement; d'autres racontent que Henri IV ayant
aperçu dans son antichambre les pères Mathieu de Sainte-Françoise et
François Amet, qui étoient fort petits, demanda qui étoient ces _petits
pères-là_, et que dès-lors on commença à les appeler _Petits-Pères_.

L'église de cette congrégation, qui existe encore, mais qui a changé de
destination[157], n'est ni d'une étendue considérable, ni d'une bonne
distribution. Elle se compose d'une nef de trente-quatre pieds de largeur
dans oeuvre, sur vingt-deux toises, cinq pieds de longueur, y compris le
sanctuaire, et de quarante-neuf pieds de hauteur sous clef. Cette nef,
décorée d'une ordonnance ionique de vingt-six pieds d'élévation, est
flanquée dans toute sa longueur de chapelles de quinze pieds de
profondeur, dont les murs de refend étoient fermés de portes et de grilles
de fer. Ces portes étoient dans l'alignement des petites portes
collatérales du portail, de manière que les chapelles de cette église lui
tenoient lieu alors de bas-côtés.

          [Note 157: Elle a servi, pendant les premières années de la
          révolution, de salle d'assemblée pour la municipalité, les
          élections, etc. Elle fut depuis la _Bourse_ provisoire de la
          ville de Paris; et les bâtiments du couvent formoient une des
          douze maisons municipales de cette ville. Depuis cette église a
          été rendue au culte.]

Au-dessus de l'ordre ionique s'élève la voûte, laquelle est sphérique, en
plein cintre, et se prolonge sur toute la capacité du vaisseau. On y a
pratiqué des croisées formant lunettes, et séparées par des archivoltes
qui tombent à l'aplomb de chaque pilastre, le tout couvert de cassettes,
tables chantournées, etc. Le maître-autel, qui séparoit le choeur de la
nef, étoit isolé à la romaine, construit en marbre et enrichi de bronzes,
dorures, etc. On estimoit la menuiserie du jeu d'orgues et celle du
choeur; du reste cette église, décorée de tribunes en pierres, percée de
cette quantité d'arcades formant chapelles, surchargée d'ornements
bizarres et mesquins, est encore un de ces monuments du mauvais goût qui a
régné si long-temps dans l'architecture françoise. Les fondations en
furent commencées par Pierre-le-Muet; Libéral Bruant éleva l'église
jusqu'à sept pieds au-dessus de terre; et elle fut enfin achevée par un
troisième architecte, Gabriel Leduc. Toutefois l'ouvrage resta imparfait
jusqu'en 1739, qu'on construisit le portail sur les dessins de Cartaud,
architecte du roi.

Ce portail est encore une imitation de ces formes pyramidales imaginées
par Mansard, et employées dans presque toutes les églises bâties à cette
époque. Il est composé de deux ordres de pilastres, l'un ionique et
l'autre corinthien. Les critiques d'alors blâmèrent ces pilastres, et
auroient préféré des colonnes; mais, quelque parti qu'on eût pris, avec de
semblables lignes et un ensemble aussi bizarre, il étoit bien impossible
de produire un beau monument. La façade entière a soixante-trois pieds
d'élévation non compris le fronton, et soixante-quinze pieds et demi de
largeur[158].

          [Note 158: _Voyez_ pl. 77.]

Les bâtiments du couvent étoient situés à la gauche du choeur, et
n'avoient rien de remarquable[159].

          [Note 159: Il y avoit dans l'église des Augustins une confrérie
          de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs; si l'on en croit Baillet, la
          dévotion à la Vierge, sous cette dénomination, est la plus
          ancienne de toutes; elle commença en orient, et passa en
          occident du temps des croisades. Elle consiste à honorer Marie
          affligée au pied de la croix. Ce fut la reine Anne d'Autriche
          qui établit cette confrérie dans l'église de ces religieux; elle
          fut approuvée par Alexandre VII, qui donna un bref d'indulgences
          le 26 mai 1656; des lettres-patentes du 20 décembre de la même
          année l'autorisèrent; la reine s'en déclara la protectrice; et,
          le 24 mars de l'année suivante, elle vint dans cette église, où
          elle fut reçue en cette qualité. Les princesses et autres dames
          qui l'accompagnoient se firent inscrire en même temps dans cette
          sainte association.]


     CURIOSITÉS DU MONASTÈRE ET DE L'ÉGLISE DES AUGUSTINS DÉCHAUSSÉS.

     TABLEAUX.

     Au-dessus de la corniche du pourtour de la croisée, les quatre
     Évangélistes, par _Robin_.

     Dans la quatrième chapelle à gauche, un saint Jean dans le
     désert, par _Bon Boullogne_.

     Dans la première chapelle à droite, un autre saint Jean dans le
     désert, par _La Grenée jeune_.

     Dans la quatrième chapelle du même côté, saint Nicolas de
     Tolentin, par _Galloche_.

     Le choeur étoit décoré de sept tableaux peints par _Carle
     Vanloo_.

          1º. Le baptême de saint Augustin, et celui d'Alipe son ami.

          2º. Saint Augustin prêchant devant Valère.

          3º. Son sacre.

          4º. Sa dispute contre les Donatistes.

          5º. La mort de ce saint évêque.

          6º. La translation de ses reliques.

          7º. Louis XIII, accompagné du cardinal de Richelieu, promettant
          à la Vierge de lui bâtir une église.

     Sur la porte de la sacristie, saint Grégoire délivrant les âmes
     du purgatoire, par _Bon Boullogne_.

     Au fond de cette même sacristie, la translation que fit faire
     _Luitprand_, roi des Lombards, des reliques de saint Augustin,
     par _Galloche_.

     Il y avoit un grand nombre de tableaux de différents maîtres dans
     le cloître, le réfectoire et la bibliothèque, et principalement
     dans un cabinet contenant des médailles, des antiquités et des
     objets d'histoire naturelle.--La collection qu'on y voyoit étoit
     composée, dit-on, de morceaux très-précieux des trois écoles.


     SCULPTURES ET TOMBEAUX.

     Dans la chapelle de la Vierge, sa statue, sous le nom de
     Notre-Dame de Savone. Cette chapelle avoit été revêtue de marbre
     en 1674, par ordre de Louis XIV, qui en avoit fait la promesse à
     la reine sa mère. La statue de la Vierge y fut alors placée.

     C'étoit une figure de marbre blanc de Carrare, de six pieds de
     proportion, revêtue d'un manteau, et ayant sur la tête une
     couronne dorée, telle que l'aperçut, dans une vision, _Antoine
     Botta_, paysan des environs de Savone, qui institua cette
     dévotion. Sa figure, en petit et à genoux, se voyoit sur une
     console près de l'autel.

     Dans la chapelle en face, la statue en marbre de Saint-Augustin,
     par _Pigalle_.

     La sixième chapelle à droite contenoit le tombeau du marquis de
     l'Hôpital, mort en 1702, par _Jean-Baptiste Poultier_. Ce tombeau
     étoit de marbre noir. Au-dessus on voyoit une pleureuse assise,
     tenant d'une main un mouchoir, et de l'autre un médaillon, sur
     lequel étoient deux têtes, représentant le marquis et la marquise
     de l'Hôpital.

     Dans la quatrième chapelle à gauche étoit le tombeau du musicien
     _Lulli_, mort en 1687. Ce monument, qui fut transporté au musée
     des Petits-Augustins, est composé d'un cénotaphe noir, auquel
     sont adossées deux femmes dans l'attitude de la plus profonde
     douleur. Deux génies, qu'on suppose représenter les deux genres
     de la musique, sont assis sur la pierre du tombeau: au-dessus est
     placé le buste en bronze de ce musicien célèbre. Toute cette
     composition, qui n'est pas dépourvue de mérite, quoiqu'un peu
     maniérée, surtout dans le jet des draperies, a été exécutée par
     un sculpteur nommé _Cotton_, élève du célèbre Anguier.

     Dans le même tombeau avoit été aussi inhumé Michel Lambert,
     beau-père de Lulli, mort en 1696.

     Dans une autre chapelle étoit la sépulture de Gédéon Dumetz,
     comte de Rosnay, président honoraire de la chambre des comptes,
     mort en 1709.

La bibliothèque de ces pères, l'une des plus belles des monastères de
Paris, avoit cent trente-un pieds de long sur dix-neuf de large; elle
contenoit près de 40,000 volumes, rangés dans un très-bel ordre. On y
voyoit deux globes de Coronelly, et beaucoup de portraits de grands hommes
et de savants, parmi lesquels on remarquoit celui d'un de leurs religieux,
peint par _Rigaud_. Au milieu du plafond étoit une fresque remarquable en
ce qu'elle avoit été exécutée en dix-huit heures par _Mathey_; elle
représentoit la Religion s'unissant à la Vérité pour chasser l'Erreur.


L'ÉGLISE SAINT-JOSEPH.

Cette chapelle, qui dépendoit de la paroisse de Saint-Eustache, n'étoit
pas précisément une succursale, comme quelques auteurs l'ont cru: car
l'abbé Lebeuf observe qu'elle n'avoit ni saint ciboire ni fonts
baptismaux. Voici ce que les historiens de Paris, qui ont parlé
très-succinctement de cette petite église, nous apprennent de son origine:
Le cimetière de la paroisse de Saint-Eustache étoit placé, en 1625, dans
la rue du Bouloi, derrière l'hôtel du chancelier Séguier. Ce terrain, qui
contenoit environ trois cents toises, se trouvant à la convenance de ce
magistrat, il fit un traité avec les marguilliers de Saint-Eustache, par
lequel ils lui cédèrent l'emplacement de leur cimetière, à la charge de
leur en fournir un autre dans le faubourg Montmartre, et d'y faire
construire une chapelle sous l'invocation de saint Joseph. Cette
convention fut ratifiée, la même année, par l'archevêque de Paris[160].
Cependant il paroît qu'elle ne fut pas exécutée sur-le-champ; car des
lettres du même archevêque, du 14 juillet 1640, nous apprennent que, ce
même jour, la première pierre d'une chapelle qui devoit être dédiée sous
le titre et l'invocation de saint Joseph, fut bénite par le curé de
Saint-Eustache, et posée par M. le chancelier Séguier, qui s'étoit obligé
de la faire construire à ses frais. Le cimetière de la rue du Bouloi fut
en même temps transféré à côté de cette chapelle. Il existoit à Paris peu
d'édifices de ce genre dont l'architecture fût plus simple et plus
médiocre; mais ce lieu n'en est pas moins à jamais célèbre: c'étoit là que
deux des plus beaux génies du grand siècle littéraire de la France,
_Molière_ et _La Fontaine_, avoient leur sépulture[161].

          [Note 160: On avoit déjà accordé une semblable permission en
          1560.]

          [Note 161: On a fait de l'église un marché, qui conserve le nom
          de Saint-Joseph. L'emplacement du cimetière ayant été couvert de
          maisons, les cendres de ces deux grands écrivains en furent
          retirées, renfermées dans des sarcophages, et déposées dans le
          jardin du Musée des monuments françois.]


LES FILLES DE SAINT-THOMAS-D'AQUIN.

Les filles Saint-Thomas étoient des religieuses de l'ordre de
Saint-Dominique, dont le couvent étoit situé rue Neuve-Saint-Augustin, en
face de la rue Vivienne[162]. Ces filles devoient leur établissement à
Paris à Anne de Caumont, femme de François d'Orléans de Longueville, comte
de Longueville, comte de Saint-Pol et duc de Fronsac. Cette dame ayant
obtenu du cardinal Barberin, légat du pape Urbain VIII[163], la permission
de fonder à Paris un monastère de religieuses de l'ordre des frères
prêcheurs réformés, sous l'invocation de sainte Catherine de Sienne, fit
venir de Toulouse, avec le consentement de l'archevêque de cette ville, la
mère Marguerite de Jésus et six autres religieuses du même ordre. Arrivées
à Paris le 27 novembre 1626, elles furent installées, le 2 mars de l'année
suivante, avec l'approbation de l'archevêque de Paris, dans une maison
appelée l'hôtel du Bon Air, située au faubourg Saint-Marcel, rue
Neuve-Sainte-Geneviève. Ces religieuses y demeurèrent jusqu'en 1632,
qu'elles allèrent se loger vieille rue du Temple, au Marais; mais la
maison qu'elles y occupoient n'étant pas encore d'une distribution assez
commode pour une communauté, on construisit pour elles, dans la rue
Neuve-Saint-Augustin, un couvent où elles vinrent s'établir le 7 mars
1642[164], et dans lequel elles sont demeurées jusqu'à leur suppression.

          [Note 162: Cette partie de la rue Neuve-Saint-Augustin prit,
          quelque temps après, le nom de rue des Filles-Saint-Thomas.]

          [Note 163: Par une bulle datée du 5 octobre 1625.]

          [Note 164: Plusieurs historiens, entre autres Sauval, l'abbé
          Lebeuf, La Caille, Labarre et Piganiol ne placent cette
          translation qu'en 1652. Nous avons suivi Jaillot, qui,
          ordinairement très-exact dans ses recherches, assure avoir vu
          des plans publiés en 1641 et en 1647, lesquels indiquent ce
          couvent comme existant déjà dans la rue Neuve-Saint-Augustin.]

Ces religieuses, étant entrées dans leur nouveau domicile le jour que
l'église célèbre la fête de saint Thomas, l'un des personnages les plus
illustres de l'ordre de saint Dominique, jugèrent à propos de signaler une
époque si solennelle pour leur communauté en prenant le nom de ce saint
docteur: telle est l'origine de cette dénomination.

Le portail extérieur de leur monastère faisoit face à la rue Vivienne et
n'avoit rien de remarquable. Le frontispice de l'église, qui ne fut
totalement achevée qu'en 1715, ne l'étoit pas davantage[165]; cette église
étoit décorée intérieurement de pilastres et d'arcades, et n'avoit
d'autre ornement qu'un tableau peint par _d'Ulin_, représentant saint
Jérôme au désert.

          [Note 165: Ce monastère a été détruit. Ses jardins, qui
          occupoient un vaste emplacement depuis la rue
          Notre-Dame-des-Victoires jusqu'à une petite distance de celle de
          Richelieu, furent en partie dénaturés dès les premières années
          de la révolution. On y construisit dès-lors un passage[165-A],
          une rue nouvelle et un théâtre.

          Sur ce qui reste de ce terrain on a élevé un vaste et magnifique
          monument qui sert de Bourse à la ville de Paris. _Voyez_
          l'article _Monuments nouveaux_.]

          [Note 165-A: Le passage Feydeau.]

La comtesse de Saint-Pol, fondatrice des Filles Saint-Thomas, avoit été
inhumée dans l'église de leur ancien couvent au Marais. Ses cendres furent
transportées dans celle du nouveau monastère, lorsque ces religieuses y
eurent été établies.


THÉÂTRE ITALIEN.

Ce théâtre, uniquement occupé, depuis son érection, par la troupe de
l'Opéra-Comique, doit le nom qu'il porte encore aux comédiens italiens,
dont les acteurs _chantants_ ne furent pendant long-temps que de simples
associés. L'établissement en France de ces farceurs ultramontains remonte
jusqu'au règne de Henri III, qui en fit demander une troupe à Venise pour
jouer devant lui, pendant les états de Blois. Ils vinrent ensuite à Paris,
où ils débutèrent le 15 juin 1577, à l'hôtel du Petit-Bourbon, sous le
titre singulier de _gli Gelosi_[166]. «Il y avoit un tel concours, dit un
auteur contemporain, que les quatre meilleurs prédicateurs de Paris n'en
avoient pas tous ensemble autant quand ils prêchoient.» Le même auteur
ajoute «que le 26 juin suivant, la cour assemblée aux Mercuriales fit
défense aux _Gelosi_ de plus jouer leurs comédies, parce qu'elles
n'enseignoient que paillardises.»

          [Note 166: _Les Jaloux._ Ce nom doit s'entendre ici dans le sens
          de _jaloux ou ambitieux de plaire_.]

Cette défense ne tarda pas à être levée: par ordre exprès du roi, les
comédiens italiens rouvrirent leur théâtre après trois mois
d'interruption, et continuèrent encore pendant quelque temps de
représenter leurs farces grossières; mais les troubles du royaume les
forcèrent bientôt de l'abandonner et de retourner en Italie.

En 1584 on vit paroître une autre troupe qui ne fit à Paris qu'un
très-court séjour, et fut remplacée, en 1588, par une troisième dont
l'apparition ne fut pas de plus longue durée. Henri IV en amena de Piémont
une quatrième qui quitta encore la France au bout de deux années. Trois
nouvelles troupes se succédèrent sans beaucoup de succès sous Louis XIII
et sous le ministère du cardinal Mazarin. Enfin il en vint une qui, plus
heureuse ou pourvue de meilleurs acteurs, obtint sous Louis XIV la
permission de jouer d'abord à l'hôtel de Bourgogne[167] alternativement
avec les comédiens françois; puis sur le théâtre du petit Bourbon avec la
troupe de Molière; ensuite sur celui du Palais-Royal. Bientôt après, les
deux troupes d'acteurs françois s'étant réunies dans les salles de la rue
Guénégaud, les comédiens italiens se trouvèrent seuls possesseurs de
l'hôtel de Bourgogne, où ils continuèrent leurs représentations.

          [Note 167: Rue Mauconseil.]

La composition de leurs pièces, les personnages qu'ils y faisoient
paroître, sembloient offrir quelque image imparfaite de l'ancienne comédie
latine; mais du reste on y retrouvoit toute la licence et toute la
barbarie d'un théâtre encore dans son enfance. Ces personnages dont les
noms et les caractères étoient invariablement fixés, et qui reparoissoient
sans cesse dans toutes leurs intrigues, étoient en Italie au nombre de
douze[168], dont quatre seulement furent conservés en France sur leur
théâtre devenu par degrés plus régulier. Quant aux pièces italiennes,
c'étoient de simples canevas qu'on attachoit derrière les coulisses, et
que chaque acteur consultoit avant d'entrer en scène, où il parloit
ensuite d'inspiration. Il résultoit le plus souvent de cette comédie
improvisée des conversations plates, diffuses et ennuyeuses, mais
quelquefois aussi un dialogue très-naturel et très-plaisant, lorsque
l'acteur avoit de l'esprit, et que le fond de la situation étoit
réellement comique. Les deux _Dominique_, _Thomassin_ y excellèrent; et,
vers la fin du siècle dernier, on a vu le dernier et peut-être le plus
parfait de ces arlequins, _Carlin_, aussi amusant par le naturel de son
jeu que par la finesse naïve de ses saillies, attirer encore la foule et
charmer la meilleure compagnie de Paris dans des scènes entières qu'il
composoit, dit-on, sur-le-champ, et rendoit aussitôt avec une grâce
inimitable.

          [Note 168: L'arlequin, le pantalon, le docteur, le scapin, le
          beltrame, le capitan, le scaramouche, le giangurgolo, le
          mezzetin, le tartaglia, le polichinelle et le pierrot. Les
          quatre premiers sont ceux qui furent conservés.]

Cependant ces pièces à canevas, débitées au milieu de la capitale, dans
une langue étrangère, n'eurent jamais un succès général; et les comédiens
italiens, qui sentoient l'impossibilité de se soutenir avec d'aussi
foibles ressources, hasardèrent, dès le commencement de leur établissement
à l'hôtel de Bourgogne, d'y mêler quelques pièces françoises. Les acteurs
françois s'en plaignirent: Louis XIV ayant daigné se faire juge du
différent, une saillie[169] de l'arlequin Dominique, qui portoit la parole
au nom de sa troupe, décida le gain de sa cause; et le monarque, qu'il
avoit fait rire, voulut que les Italiens continuassent à jouer en
françois. Mais ils abusèrent de cette permission: les pièces qu'ils
représentoient, composées par des auteurs médiocres, n'eurent de succès
que par les indécences et les personnalités dont elles étoient remplies.
Ils poussèrent même l'audace jusqu'à travestir sur leur scène les
personnages les plus distingués[170]; et ce scandale devint si
intolérable, que le roi donna ordre que leur théâtre fût fermé, avec
défense expresse aux acteurs de jouer à Paris sur quelque autre théâtre
que ce fût. Cet ordre fut exécuté le 4 mai 1697.

          [Note 169: Baron, qui parloit au nom des comédiens françois,
          ayant exposé les griefs de sa troupe, le roi ordonna à Dominique
          de parler à son tour: _Sire_, dit-il, _comment
          parlerai-je_?--_Parle comme tu voudras_, lui répondit le
          roi.--_Il ne m'en faut pas davantage_, reprit Dominique, _j'ai
          gagné ma cause_; et en effet ce jeu de mots la lui fit gagner.]

          [Note 170: On les accusa d'avoir voulu peindre le caractère de
          madame de Maintenon dans une comédie intitulée _la Fausse
          prude_, qu'ils étoient sur le point de donner. Ce fut cette
          accusation vraie ou fausse qui décida leur perte.]

Dix-neuf ans après, le duc d'Orléans, régent, fit venir d'Italie une
nouvelle troupe pour laquelle on rouvrit le théâtre de l'hôtel de
Bourgogne, où elle débuta le 16 mai 1716, par une pièce intitulée
l'_Inganno Fortunato_ (l'Heureuse surprise). À leurs anciens canevas
italiens, ces nouveaux acteurs joignirent aussi des pièces françoises,
mais qui furent faites avec plus d'art et de talent; et c'est alors que
Marivaux et Boissy enrichirent ce théâtre de leurs ouvrages. Cependant son
succès fut si médiocre, qu'en 1721 ses acteurs imaginèrent de quitter
l'hôtel de Bourgogne pour venir s'établir à la Foire. Ils y jouèrent trois
années consécutives, pendant le temps de la foire seulement[171]. Mais la
fortune ne les ayant pas traités plus favorablement dans ce nouvel
établissement, ils se virent forcés de retourner à leur ancien domicile.

          [Note 171: À leurs canevas italiens ils joignirent alors des
          parodies, des intermèdes, des ballets héroïques ou pantomimes,
          et jusqu'à des feux d'artifice.]

Dans cette même année 1721, où les comédiens italiens faisoient leur début
à la foire Saint-Laurent, on y vit reparoître les acteurs de
l'_Opéra-Comique_ qui en avoient été long-temps exclus, et qui étoient
alors, pour les premiers, des rivaux extrêmement redoutables. Ce
spectacle, dont la destinée a été si brillante vers la fin du siècle
dernier, avoit eu l'origine la plus obscure, ne jouissoit encore que d'une
existence précaire, et éprouva de grandes vicissitudes avant d'obtenir
quelque consistance. En 1678 une misérable troupe ambulante étoit venue
s'établir aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent; elle y représenta
quelques intermèdes qui n'étoient qu'un composé bizarre de plaisanteries
grossières, de danses, de machines et de sauts périlleux: tels furent les
commencements de l'_Opéra comique_.

Toutefois ces comédiens forains ne prirent ce dernier titre que
trente-sept ans après, au moyen d'un traité qu'ils firent avec les syndics
et directeurs de l'Opéra. Les pièces qui composèrent leur premier
répertoire n'étoient que de petites comédies en prose mêlées de
vaudevilles, et accompagnées de danses et de ballets, auxquelles ils
joignirent des parodies de toutes les pièces représentées à l'Opéra et à
la Comédie Françoise. Plusieurs écrivains d'un véritable talent, entre
autres le célèbre _Le Sage_, ne dédaignèrent point alors de travailler
pour ce théâtre. On y vit bientôt paroître une foule de petits ouvrages
pétillant d'esprit et de gaieté, qui y attirèrent un tel concours de
spectateurs, que les grands théâtres furent entièrement abandonnés. Les
comédiens françois, voyant leur salle déserte, se plaignirent de nouveau,
et, faisant valoir leurs priviléges, obtinrent une ordonnance qui
défendoit aux comédiens forains de jouer autre chose que des pantomimes.
Réduits au rôle des personnages muets, ceux-ci imaginèrent plusieurs
expédients qui piquèrent la curiosité et ajoutèrent encore à leurs succès.
Le premier fut d'écrire sur des cartons, et en caractères assez gros pour
qu'on pût les lire dans toute la salle, la prose ou les vers qu'il étoit
interdit à l'acteur de débiter[172]. Le second, qui parut plus piquant,
fut de faire jouer par leur orchestre des airs connus sur lesquels des
gens payés par eux et répandus dans le parterre chantoient des couplets,
tandis que l'acteur faisoit des gestes sur le théâtre. Il arrivoit souvent
que les spectateurs s'unissoient à eux par un _chorus_ général, ce qui
répandoit une sorte d'ivresse dans la salle, et faisoit tourner toutes les
têtes. Enfin l'engouement pour les acteurs de l'Opéra-Comique devint tel,
que les comédiens françois ne virent d'autres moyens pour éviter leur
ruine complète, que d'obtenir que ce théâtre seroit tout-à-fait fermé. Ce
fut à la foire Saint-Laurent de 1718 que la défense de revenir aux foires
suivantes leur fut signifiée.

          [Note 172: Ces cartons étoient roulés; chaque acteur en avoit
          dans une de ses poches le nombre qui lui étoit nécessaire pour
          son rôle. Il tiroit le carton dont il avoit besoin, le dérouloit
          et le mettoit ensuite dans la poche opposée. Ce moyen bizarre
          n'amusa pas long-temps.]

Cette défense dura trois ans. En 1721 on les vit reparoître, comme nous
venons de le dire, d'abord à la foire Saint-Germain, où ils ne jouèrent
que des vaudevilles, et ensuite à celle de Saint-Laurent, où ils obtinrent
la permission de représenter des opéras comiques. Depuis cette époque
jusqu'en 1752, pendant un espace de trente ans, tour à tour supprimés ou
rétablis, ils passèrent successivement sous l'administration de plusieurs
directeurs toujours incertains de conserver leur entreprise, et faisant
d'ailleurs d'assez mauvaises affaires à cause des obstacles de tout genre
que leur suscitoient les grands théâtres. Enfin, en 1752, le privilége de
l'Opéra-Comique ayant été accordé pour la seconde fois au sieur Monnet, il
imagina de faire bâtir une salle élégante à la foire Saint-Laurent,
rassembla un orchestre excellent, fit un choix de pièces agréables, ce qui
ramena le public à ce spectacle, et lui fournit le moyen de faire une
petite fortune après quatre ans d'administration. À sa retraite, la
direction de ce théâtre passa entre les mains d'une compagnie à la tête de
laquelle étoit le sieur Favart. Il en fit l'ouverture à la foire
Saint-Germain, et l'enrichit d'un grand nombre de petits ouvrages dont
l'agrément sembloit devoir assurer la prospérité de son entreprise. Mais
la nouvelle société étoit à peine établie, que l'Académie royale de
musique, toujours maîtresse souveraine des destinées de tous ces théâtres
subalternes, jugea à propos de lui retirer son privilége et de l'affermer
aux Italiens, qui ne l'avoient sollicité que dans l'espérance de se
relever un peu, par cette réunion, du discrédit dans lequel ils étoient
tombés. Les deux théâtres quittèrent alors pour toujours les foires
Saint-Laurent et Saint-Germain, et se fixèrent à l'hôtel de Bourgogne.
Ceci arriva en 1761.

Ce fut là l'époque brillante de l'Opéra-Comique. Alors parurent les jolies
bagatelles qui formèrent le fond de son répertoire, et les compositeurs
célèbres dont la musique expressive et gracieuse fait encore aujourd'hui
le charme des amateurs. Cette troupe possédoit en même temps des acteurs
excellents; son orchestre étoit un des meilleurs de Paris; enfin tout
sembloit réuni pour faire de l'Opéra-Comique un spectacle nouveau, bien
frivole sans doute, mais par cela même bien fait pour enchanter la société
oisive et plus frivole encore à laquelle il étoit destiné. Il en résulta
que les canevas italiens, déjà discrédités, parurent encore plus insipides
après la réunion. Plusieurs acteurs qui se retirèrent ne furent point
remplacés; et après la retraite de Carlin, qui seul soutint ce genre
jusqu'en 1780, il n'y eut plus d'Italiens à ce théâtre. L'Opéra-Comique y
tint alors la première place, et joua alternativement avec les comédiens
françois de la troupe italienne, qui peu à peu ont aussi disparu, parce
qu'ils étoient médiocrement goûtés.

En 1783, ces deux dernières troupes, encore réunies, quittèrent la rue
Mauconseil pour s'établir dans la nouvelle salle qu'on venoit de
construire pour eux, entre les rues de Grammont et de Richelieu, sur
l'emplacement d'un hôtel appartenant à M. le duc de Choiseul. Cet édifice,
qu'ils ont quitté encore depuis la révolution, est celui dont nous
donnerons ici la description.

Il fut élevé en 1782 sur les dessins de Heurtier. Un péristyle de huit
colonnes de l'ordre ionique antique en décore la façade. Six de ces
colonnes sont placées sur le devant, et deux en retour sont engagées dans
le massif du bâtiment. Les proportions de cette ordonnance ont un
caractère mâle et peut-être trop sévère pour un édifice de ce genre.
L'architecte s'est même abstenu d'y introduire aucun ornement de
sculpture: un acrotère lisse couronne le dessus de l'entablement et les
joints horizontaux de l'appareil sont la seule richesse qui relève le mur
du fond, percé de baies, carrées au rez-de-chaussée, et cintrées en
arcades au premier étage[173].

          [Note 173: _Voyez_ pl. 75.]

La place sur laquelle donne cette façade est régulièrement bâtie, et ce
monument a l'avantage de présenter une masse parfaitement isolée entre
quatre points de communication, la place, le boulevart et les deux rues
latérales; ce qui donne à son ensemble un aspect assez imposant. Toutefois
les connoisseurs éprouvent quelque regret de voir adossée à cet édifice
une maison particulière dont le terrain, réuni à celui du théâtre, eût
fourni à l'architecte les moyens d'étendre sa composition, en pratiquant,
du côté du boulevart, un portique, de vastes foyers, une salle de
répétition; enfin en mettant cette partie dans un rapport symétrique avec
le reste du monument. C'est ainsi que, dans les grandes entreprises
d'architecture faites à Paris, il arrive trop souvent que des vues
d'intérêt personnel viennent en traverser l'exécution, et mécontentent à
la fois et le public et l'architecte.

L'intérieur de la salle offroit dans le principe une forme ovale divisée
en trois rangs de loges, couronnées par un entablement, derrière lequel
s'élevoit une grande voussure en caissons. Peu de temps après on jugea à
propos d'y faire des changements dont la direction fut confiée à M. de
Wailly. Dans la hauteur de cet entablement et de la voussure, il pratiqua
deux rangs de loges de plus sur les côtés, et, dans la partie qui fait
face au théâtre, un _paradis_ en forme d'amphithéâtre.

Le plafond, peint par Renou, représentoit Apollon et les Muses. Il a été
détruit dans les dernières restaurations faites à cette salle[174].

          [Note 174: Dans ces restaurations faites en 1797, l'architecte,
          M. Bienaimé, a jugé à propos de changer les dispositions
          intérieures de la salle, à laquelle il a donné une forme
          sphéroïdale; il a aussi donné une nouvelle distribution aux
          loges, et un aspect nouveau à la décoration générale. Tous ces
          changements ont paru de bon goût.]


LES CAPUCINS DE LA CHAUSSÉE-D'ANTIN.

Dans les vingt dernières années qui précédèrent la révolution, le
quartier de la Chaussée-d'Antin avoit totalement changé de face; on y
avoit percé de nouvelles rues et bâti un grand nombre de belles maisons
qui se remplissoient d'habitants. Il en résulta bientôt que cette partie
de la ville, devenant de jour en jour plus considérable, se trouva trop
éloignée de la paroisse Saint-Eustache, dont elle dépendoit, pour en
obtenir régulièrement les secours nécessaires à une si nombreuse
population. Cette circonstance fit naître l'idée d'y établir un couvent de
religieux; et le gouvernement ayant jeté les yeux sur les Capucins, qu'il
jugea propres à remplir le but qu'il se proposoit, leur fit construire, au
bout de la rue Thiroux, la maison dont nous parlons. Dès qu'elle fut
achevée, les religieux de cet ordre qui habitoient le monastère de la rue
Saint-Jacques y furent transférés solennellement, ce qui se fit le 15
septembre 1783. La bénédiction de l'église avoit été faite par
l'archevêque le 20 novembre 1782.

Ce monument, qui existe encore[175], offre, du côté de la rue Thiroux, une
surface de vingt-sept toises de largeur sur sept de hauteur, y compris le
portail de l'église. La façade, d'une belle proportion, présente, dans
son étendue, un corps de logis et deux pavillons en avant-corps[176]. Les
pavillons sont composés d'un grand fronton et d'un petit attique, et sur
la ligne entière de la façade sont pratiquées huit niches destinées à
recevoir des figures; au-dessus étoient placés deux bas-reliefs de
_Clodion_, qui ont été arrachés.

          [Note 175: On y a établi un collége de l'université.]

          [Note 176: _Voy._ pl. 77.]

On entre dans cet édifice par trois portes percées dans le corps de logis
et dans les deux pavillons. Celle du milieu conduit à une grande cour
couverte en terrasse; elle est élevée de deux marches, et décorée d'un
ordre toscan, qui présente en petit une imitation des monuments de
_Pestum_[177]. Cette galerie servoit de point de communication entre les
diverses parties de l'édifice: elle conduisoit à l'église, située dans le
pavillon à gauche, et aux logements des religieux, qui occupoient celui de
la droite. La façade contenoit un vestibule, les parloirs, les escaliers;
et par les portes latérales extérieures on entroit dans l'église et dans
les cellules.

          [Note 177: _Voy._ pl. 76.]

Ce joli monument fait le plus grand honneur à son architecte, M.
Brongniart. Les formes en sont gracieuses, les profils purs, l'ordonnance
générale d'une noble simplicité. L'intérieur de l'église est également
digne d'attention: il est décoré d'une ordonnance dorique; des joints
d'appareil sont tracés sur toute la surface des murs et des voûtes; et
cette décoration, élégante et simple, est exécutée avec autant
d'intelligence que de goût.

Le porche d'entrée de l'église forme tribune; l'ancien autel en forme de
sarcophage, étoit en bois; et au fond du choeur des religieux, pratiqué
derrière cet hôtel, on voyoit pour toute peinture une grisaille imitant le
bas-relief, laquelle représentoit la prédication de saint François.

Plusieurs personnes se sont étonnées et s'étonnent encore de ce que, dans
une église si nouvellement bâtie, on ne voit de chapelles que d'un côté:
c'étoit un usage anciennement établi dans les maisons de l'ordre de
Saint-François, et l'architecte a été forcé de s'y conformer.

Cet ordre n'est pas le seul où cet usage singulier, et dont nous n'avons
pu découvrir l'origine, soit constamment pratiqué. Plusieurs autres
maisons d'ordre mendiants l'observent dans la construction de leurs
églises; et nous citerons entre autres les Augustins, qui n'ont également
qu'un rang de chapelles latérales.

Au-delà du cloître est un jardin d'une assez grande étendue, et une cour
de service ayant entrée sur la rue.

La bibliothèque de ces religieux étoit composée de cinq à six mille
volumes, parmi lesquels on distinguoit la première bible imprimée au
Louvre. On y voyoit aussi cinq tableaux de _Vignon_, représentant
différents traits de la vie de saint François.


LA CHAPELLE NOTRE-DAME-DE-LORETTE, OU DES PORCHERONS.

Cette chapelle étoit située[178] au bout du faubourg Montmartre, à
l'extrémité de la rue Coquenart. On ignore et l'époque précise de son
érection et le nom de son fondateur. Le premier acte authentique où il en
soit fait mention est un titre du 13 juillet 1646, par lequel M. de Gondi,
archevêque de Paris, permet aux habitants des Porcherons, des paroisses de
Saint-Eustache et de Montmartre, d'y établir une confrérie sous le titre
de Notre-Dame-de-Lorette, dont la fête devoit être célébrée le jour de la
Nativité de la Sainte-Vierge. On y voit, par les lettres que ce prélat fit
expédier à cette occasion, que c'étoient ces mêmes habitants qui avoient
demandé et obtenu la permission de faire construire cette chapelle pour y
recevoir, _en cas de nécessité_, les sacrements et autres consolations
spirituelles. Comme elle fut bâtie sur le territoire de la paroisse de
Montmartre, elle ne fut reconnue alors que pour une _aide_ de cette
paroisse, et non pour une succursale, comme le dit Jaillot, qui confond
mal à propos ces deux dénominations. En effet, les lettres de l'archevêque
de Paris dont nous venons de parler portent que les confrères n'y pourront
faire chanter la messe à haute voix, excepté les jours de fêtes consacrés
spécialement à la Vierge; qu'on n'y fera point d'eau bénite, et qu'il n'y
sera offert de pain à bénir que pendant ces mêmes solennités. Ce n'est que
vers la fin du dernier siècle que le service divin s'est fait dans cette
chapelle d'une manière régulière, comme dans une église succursale. Nous
n'avons pu découvrir si cet usage s'introduisit par le consentement formel
du curé de Montmartre, ou simplement avec son approbation tacite.

          [Note 178: Elle a été détruite. Il n'en reste plus que la façade
          à demi ruinée; et son intérieur forme maintenant un cul-de-sac
          où l'on a construit des baraques.]

Le jour de la fête de la présentation, dite de _la Chandeleur_, tous les
garçons des Porcherons et des environs avoient le privilége d'y rendre le
pain bénit, et alloient à l'offrande un cierge à la main.


LA CHAPELLE SAINT-JEAN-PORTE-LATINE.

Cette chapelle, bâtie peu de temps avant la révolution, sur la droite de
la grande rue du faubourg Montmartre, au-dessus de la rue de Buffaut,
étoit desservie par deux prêtres, et servoit d'aide à la paroisse
Saint-Eustache.

On y a depuis quelque temps transporté la dévotion de
Notre-Dame-de-Lorette; et elle est devenue paroisse sous ce dernier nom.


HÔTELS.

ANCIENS HÔTELS DÉTRUITS.

_Hôtel de Beautru._

Il étoit situé rue Neuve-des-Petits-Champs. On en fit depuis les écuries
d'Orléans.


_Hôtel de Choiseul._

Il étoit situé rue de Richelieu, à l'endroit où est maintenant la rue
Neuve-Saint-Marc. C'est sur l'emplacement de ses jardins qu'ont été bâtis
le théâtre italien et les édifices qui l'environnent[179].

          [Note 179: _Voyez_ p. 241.]


_Hôtel de Cléry._

Cet hôtel existoit en 1540 dans la rue qui porte son nom, et aboutissoit
alors aux fossés de la ville.


_Hôtel de la Ferté-Senecterre._

Ce vaste édifice, isolé entre les rues Neuve-des-Petits-Champs et des
Fossés-Montmartre, fut abattu lors de la construction de la place des
Victoires[180].

          [Note 180: _Voyez_ p. 206.]


_Hôtel de Menars._

Cet hôtel, élevé dans la rue qui en a pris le nom, avoit succédé à celui
de Grancey et au jardin Thevenin, dont Sauval fait une longue et pompeuse
description.


_Hôtel de Grammont._

Il étoit situé rue Neuve-Saint-Augustin. Cet hôtel fut démoli en 1766, et
c'est sur son emplacement que fut ouverte la rue désignée sous le même
nom, et qui aboutit au boulevart. C'étoit un édifice immense
qu'accompagnoit un jardin magnifique. Les ducs de Grammont l'ont possédé
pendant trois ou quatre générations.


_Hôtel de Louvois._

Cet hôtel s'élevoit dans la rue de Richelieu, où il occupoit un terrain
considérable en face de la rue de Colbert. Il avoit été mis en vente peu
de temps avant la révolution, et étoit dès ce temps-là destiné à être
abattu, pour ouvrir une communication avec la rue Sainte-Anne. Ce projet a
été exécuté depuis, et un grand nombre de constructions nouvelles ont été
élevées sur son vaste emplacement[181].

          [Note 181: Trois rues ont été percées, et deux théâtres ont été
          bâtis, depuis la révolution, sur le terrain de cet hôtel.
          (_Voyez_ les articles _Rues nouvelles_ et _Monuments
          nouveaux_.)]


HÔTELS EXISTANTS EN 1789.

_Hôtel de la duchesse de Bourbon_ (rue Neuve-des-Petits-Champs).

Tout l'intérieur en avoit été décoré par Rousset, architecte du roi. Il
étoit enrichi de peintures des plus grands maîtres.


_Hôtel de la compagnie des Indes._

Cet hôtel, dont la principale entrée est sur la rue
Neuve-des-Petits-Champs, faisoit anciennement partie du palais Mazarin, le
plus grand qu'il y eût alors à Paris, après les maisons royales. Il
s'étendoit depuis la rue Vivienne jusqu'à celle de Richelieu, et se
composoit, dans ce vaste espace, d'un très-grand nombre d'appartements
magnifiquement décorés, où ce ministre, plus puissant et plus riche que
bien des souverains, avoit rassemblé une quantité immense d'objets d'arts
les plus précieux. On comptoit dans ce palais plus de quatre cents
morceaux des plus belles sculptures antiques en marbre, en bronze, en
porphyre, etc. Il étoit décoré de plus de quatre cents tableaux des plus
grands peintres, parmi lesquels il s'en trouvoit sept de _Raphaël_, trois
du _Corrège_, huit du _Titien_, deux d'_André del Sarte_, douze de _Louis
Carrache_, cinq de _Paul Véronèse_, vingt-un du _Guide_, vingt-huit de
_Vandick_, etc., etc.

La bibliothèque, placée dans une galerie qui règne le long de la rue de
Richelieu, étoit composée des livres les plus rares; et si l'on en croit
_Gabriel Naudé_, un des plus savants bibliothécaires de ces temps-là, on y
comptoit plus de quarante mille volumes[182]. Tous ces livres furent
dispersés pendant ces troubles de la fronde qui forcèrent le cardinal
Mazarin à sortir du royaume.

          [Note 182: Pour bien apprécier un luxe aussi prodigieux, il faut
          se rappeler qu'à cette époque la bibliothèque du roi en
          contenoit à peine sept mille.]

Après la mort de ce ministre, son palais fut partagé en deux parties par
ses héritiers. La plus considérable demeura au duc de Mazarin, et continua
de porter le nom de palais Mazarin, jusqu'en 1719, que le roi en fit
l'acquisition pour y placer les bureaux de la compagnie des Indes. C'est
aussi dans l'enceinte de cet hôtel qu'en 1724 on établit la _Bourse_ du
commerce de Paris.

L'autre partie, qui étoit échue en partage au marquis de Mancini, duc de
Nevers, prit le nom d'hôtel de Nevers qu'il porta jusqu'à l'époque où le
régent en fit l'acquisition pour y établir la banque royale, dont le trop
fameux _Law_ fut le directeur. Nous avons déjà dit qu'après la suppression
de cette banque, on y plaça la bibliothèque.


_Ier hôtel de Choiseul_ (rue Grange-Batelière).

Il fut bâti par Carpentier, architecte du roi, pour feu M. Bouret. Il a
appartenu successivement à M. de La Borde, à M. de La Reynière, et en
dernier lieu à M. le duc de Choiseul dont il a pris le nom.


_Hôtel de Colbert_ (rue Vivienne, en face de la rue de Colbert).

Cet hôtel fut appelé de Croisi, parce qu'il avoit appartenu à M. de
Colbert, marquis de Croisi.


_Hôtel du contrôleur-général_ (rue Neuve-des-Petits-Champs).

Louis Levau en fut l'architecte; et il l'avoit bâti pour Hugues de Lionne,
secrétaire d'état. Louis Phelippeaux de Pont-Chartrain, chancelier de
France, l'acheta en 1703. Cet hôtel fut ensuite destiné par le roi,
d'abord au logement des ambassadeurs extraordinaires, ensuite à celui du
ministre des finances. Lorsque M. de Calonne parvint à ce ministère, il y
fit faire de grands embellissements, et l'orna d'un grand nombre d'objets
d'arts extrêmement précieux, entre autres d'une collection de tableaux
des trois écoles qui a joui d'une grande réputation[183].

          [Note 183: Cet hôtel n'a point changé de destination, et depuis
          la révolution, n'a point cessé d'être habité par le ministre des
          finances.]


_Hôtel de Gesvres_ (rue Neuve-Saint-Augustin).

Il fut élevé par l'architecte Le Pautre, pour M. de Boisfranc, chancelier
du duc d'Orléans. Par le mariage de la fille de ce personnage avec le duc
de Tresme, cet hôtel passa dans cette maison; il fut connu depuis sous le
nom d'hôtel de Tresme.


_Hôtel des Menus-Plaisirs_ (rue Bergère).

Cet hôtel, qui a sa principale entrée sur cette rue, occupe une vaste
étendue de terrain. Il servoit d'entrepôt aux machines employées dans les
divertissements destinés à la cour, et l'on y avoit bâti une jolie salle
de spectacle, dans laquelle on faisoit les répétitions des opéras et des
ballets qui devoient se donner à Versailles[184].

          [Note 184: Cet hôtel sert encore de magasin pour toutes les
          décorations et machines de l'Opéra.]

L'école royale de chant et de déclamation étoit placée dans un bâtiment
construit exprès au coin des rues Poissonnière et Bergère, et qui fait
partie de l'hôtel des Menus-Plaisirs. L'ouverture de cette école, établie
sous la monarchie par les soins de M. le baron de Breteuil, se fit le 1er
avril de l'année 1784[185].

          [Note 185: Cet hôtel, qui conserve toujours la même destination,
          est connu maintenant sous le nom de _Conservatoire de Musique_.]


_Grand hôtel de Montmorency_ (rue Saint-Marc).

Ce grand et magnifique hôtel, bâti en 1704 sur les dessins de Lassurance,
de l'académie royale d'architecture, dans une situation avantageuse, avec
un superbe jardin[186], appartenoit, au moment de la révolution, à M. le
duc de Montmorency, qui y avoit fait faire des embellissements
considérables. La façade sur la cour est décorée d'un ordre d'architecture
ionique, élevé sur les dessins de Perin.

          [Note 186: Sur les divers changements qu'a éprouvés cet hôtel,
          _Voy._ l'article _Monuments nouveaux_.]


_Petit hôtel de Montmorency_ (rue Basse-du-Rempart).

Il a vue sur le boulevard; ses deux faces équilatérales sont décorées de
colonnes, à l'aplomb desquelles on a placé des figures. Ce joli édifice a
été élevé sur les dessins de Le Doux, architecte du roi.


_Hôtel de Richelieu._

Cet hôtel, situé rue Neuve-Saint-Augustin, avoit été bâti en 1707 avec
plus de dépense que de goût et de régularité, sur les dessins d'un
architecte nommé Pierre Levé. Son premier propriétaire fut un riche
financier; il passa ensuite au comte de Toulouse, puis au duc d'Antin,
directeur-général des bâtiments; enfin le maréchal de Richelieu, qui
l'acheta en 1757, en fit sa demeure habituelle, et l'embellit de tout ce
que les arts purent lui fournir alors de plus riche et de plus élégant.

Ces décorations, qui passeroient aujourd'hui pour être de mauvais goût,
ont été entièrement changées; mais ce qui étoit digne, dans cette maison,
de fixer en tout temps l'attention des connoisseurs, c'étoient trois
statues placées dans ses jardins, dont une étoit antique, et les deux
autres passoient pour être de la main de Michel-Ange[187].

          [Note 187: Les deux statues attribuées à Michel-Ange ont été
          transportées au Muséum, et placées pendant quelque temps à
          l'entrée de la grande galerie des tableaux.

          Les jardins de l'hôtel de Richelieu, qui s'étendoient jusqu'au
          boulevard, où ils étoient terminés par un joli pavillon nommé
          _pavillon d'Hanovre_, ont été considérablement diminués depuis
          la révolution; une rue nouvelle a été ouverte, et beaucoup de
          maisons ont été bâties sur la partie qu'on en a détachée.]


_Hôtel Thélusson_ (rue de Provence, en face de la rue d'Artois).

Il avoit été bâti pour madame Thélusson, par l'architecte Le Doux. Peu de
temps avant la révolution il étoit occupé par M. de Pons-Saint-Maurice.

Cette maison, construite dans un goût tout-à-fait moderne, est remarquable
par une très large voussure décorée de caissons, qui en forme l'entrée.
Elle est composée d'un avant-corps circulaire qui domine sur les deux
ailes, ce qui donne à ce petit édifice de la grâce et de la légèreté.
C'est une des plus jolies habitations particulières de Paris.


_Hôtel d'Uzès_ (rue Montmartre).

Ce bâtiment a encore été construit sur les dessins de Le Doux. Il est
remarquable par l'arc de triomphe qui lui sert d'entrée, et par la
décoration imposante de la façade qui règne sur la cour[188].

          [Note 188: L'hôtel d'Uzès est actuellement occupé par
          l'administration des douanes.]


_Hôtel de la Vallière_ (rue Neuve-Saint-Augustin.)

Il appartenoit, dans le principe, au duc de Lorges, qui le vendit à la
princesse, première douairière de Conti. À sa mort, arrivée en 1739, le
duc de La Vallière, étant devenu propriétaire de cet hôtel, lui donna son
nom, qu'il a toujours porté depuis.


AUTRES HÔTELS

LES PLUS REMARQUABLES DE CE QUARTIER.

  Hôtel d'Aubeterre, rue d'Artois.

  ----  d'Aumont, rue Caumartin.

  ----  de Balincourt, rue de la Chaussée-d'Antin.

  ----  de Bertin, au coin de la rue Neuve-des-Capucines et du
        boulevart[189].

  ----  de Bérulle, rue de Richelieu.

  ----  de Boufflers, rue de Choiseul, au coin du boulevart.

  ----  de Boulainvilliers, rue Bergère.

  ----  de Brancas, au coin de la rue Taitbout et du boulevart.

  ----  de Caumont, même rue.

  ----  (deuxième) de Choiseul, rue d'Artois.

  ----  du Dreneuc, rue de Provence.

  ----  d'Egmont, rue de Louis-le-Grand.

  ----  de Gouy, rue de Provence.

  ----  de Grammont, rue Grange-Batelière.

  ----  d'Inécourt, rue Boudreau.

  ----  le Pelletier-d'Aunay, rue Neuve-des-Mathurins.

  ----  de Lubert, rue de Cléry.

  ----  de Marsan, rue Neuve-St-Augustin

  ----  de Massiac, place des Victoires.

  ----  de Mathan, rue Neuve-des-Capucines.

  ----  de Miromesnil, rue de Richelieu.

  ----  de Montfermeil, rue de la Chaussée-d'Antin.

  ----  de Montesson, rue de Provence.

  ----  de Montholon, boulevart Montmartre.

  ----  de Moy, rue de Richelieu.

  ----  de Noé, rue Neuve-des-Mathurins.

  ----  de Pons, rue Neuve-Saint-Augustin.

  ----  de St-Chamant; rue Chantereine.

  ----  de Talaru, rue Vivienne.

  ----  de Thun, rue de Provence.

  ----  de Tourdonnet, rue de Richelieu.

  ----  de Valentinois, rue Saint-Lazare.

          [Note 189: Cet hôtel est maintenant occupé par le ministre des
          affaires étrangères.]


BARRIÈRES.

Les limites du quartier Montmartre terminent la ville de Paris du côté du
septentrion, dans un espace qui s'étend depuis la barrière de Mouceaux
jusqu'à celle de Sainte-Anne, et comprend dans cette partie des nouvelles
murailles cinq barrières placées dans l'ordre suivant:

  1. Barrière de Clichy.

  2. ------   de la Croix-Blanche.

  3. ------   des Martyrs.

  4. ------   Rochechouart.

  5. ------   Poissonnière.


FONTAINES.

_Fontaine des Petits-Pères._

Cette fontaine adossée au mur du couvent de ces religieux, au coin des
rues Vide-Gousset et Notre-Dame-des-Victoires, n'a rien de remarquable que
l'inscription suivante composée par Santeuil.

  _Quæ dat aquas, saxo latet hospita nympha sub imo:
  Sic tu cum dederis dona, latere velis._


_Fontaine de Colbert._

Cette fontaine, qui donne de l'eau de la Seine, est située dans la rue
Colbert dont elle a pris le nom.


_Fontaine de la rue Montmartre._

Elle a été construite dans la rue qui porte ce nom, vis-à-vis celle de
Saint-Marc, donne également de l'eau de la Seine, et n'offre rien, dans sa
construction, qui mérite d'être remarqué.


RUES ET PLACES DU QUARTIER MONTMARTRE.

_Rue d'Amboise._ Cette rue, qui donne, d'un côté dans la rue de Richelieu,
de l'autre dans celle de Favart, fut percée vers le temps où l'on bâtit le
Théâtre Italien, c'est-à-dire, de 1783 à 1784.

_Rue Sainte-Anne._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
commence à la rue Neuve-des-Petits-Champs et finit à la rue
Neuve-Saint-Augustin. Dans tous les plans publiés au commencement du
siècle dernier, elle est désignée sous le nom de _Lionne_, qu'elle devoit
à l'hôtel de M. de Lionne, secrétaire d'état. Nous ignorons à quelle
époque elle prit celui de Sainte-Anne, que portoit déjà l'autre partie, et
que la rue entière a gardé jusqu'au commencement de la révolution[190].

          [Note 190: Elle fut nommée alors rue _Helvétius_. Elle a repris,
          depuis 1815, son ancien nom.]

_Rue d'Antin._ Elle donne d'un bout dans la rue Neuve-Saint-Augustin, de
l'autre dans la rue Neuve-des-Petits-Champs, vis-à-vis l'hôtel d'_Antin_,
depuis de _Richelieu_, d'où elle a pris son nom. Dès le 14 mai 1713, il
avoit été ordonné qu'il seroit percé une rue en face de cet hôtel; mais
cet arrêt n'ayant pas été exécuté alors, il en fut rendu un second
confirmatif du premier, avec lettres-patentes du premier décembre 1715,
enregistrées le 8 février suivant.

Le marché aux chevaux se tenoit anciennement dans l'espace occupé par la
rue et l'hôtel d'Antin.

_Rue d'Artois_[191]. Elle fut ouverte en 1769 sur le boulevart, et
vis-à-vis la rue de Grammont. On la perça à travers des jardins qui
appartenoient à M. de La Borde. Alors la rue de Provence n'existoit point
encore, et la nouvelle rue aboutissoit à un égout situé sur une partie du
terrain que l'autre occupe aujourd'hui.

          [Note 191: Pendant la révolution, elle a porté le nom de
          _Cérutti_. Depuis 1814 cette rue a repris son premier nom.]

_Rue Neuve-Saint-Augustin._ Elle aboutit d'un côté à la rue de
Richelieu, et de l'autre à celle de Louis-le-Grand. Cette rue, qui fut
percée vers le milieu du dix-septième siècle, s'appela rue
_Saint-Augustin_ depuis la rue Notre-Dame-des-Victoires jusqu'à celle de
Richelieu, et l'on donna ensuite indifféremment le même nom et celui de
rue _Neuve-Saint-Augustin_, à la continuation qu'on en fit jusqu'à la
rue de Gaillon. Dans un censier de l'archevêché de 1663, on la trouve
indiquée sous le nom de _rue Neuve-de-Saint-Augustin, jadis dite de
Saint-Victor_; mais il n'est point dit dans quelle partie elle a pu
porter ce dernier nom. Elle finissoit à la rue de _Lorges_, nom que
portoit alors la partie septentrionale de la rue de Gaillon. Ce ne fut
qu'en mars 1701 que le roi ordonna qu'elle seroit prolongée, et qu'elle
formeroit jusqu'à la rue Neuve-des-Petits-Champs un retour d'équerre
qui seroit appelé rue de _Louis-le-Grand_. Cet arrêt fut confirmé par un
autre du 3 juillet 1703, par lequel il paroît que depuis la rue de
Gaillon jusqu'à celle de Louis-le-Grand, la continuation de la rue
Neuve-Saint-Augustin devoit être appelée rue _de Lorges_. Soit qu'il se
fût élevé des difficultés sur l'acquisition des terrains nécessaires,
soit que les religieux de Saint-Denis-de-la-Chartre, qui avoient des
droits sur cet emplacement, eussent fait naître alors des obstacles à
l'exécution de ces arrêts pour la conservation de leur censive, ou pour
en être indemnisés, on voit par un troisième arrêt, du premier décembre
1715, que ce projet avoit été suspendu, au moins en partie. Il n'a été
absolument exécuté qu'en 1718.

La rue Saint-Augustin étoit ainsi nommée, parce qu'elle régnoit le long
d'un mur de clôture des religieux augustins, vulgairement appelés
Petits-Pères.

_Rue de la Tour-d'Auvergne._ Elle va transversalement de la rue de
Rochechouart à celle des Martyrs. Cette rue ne se trouve indiquée sur
aucun plan avant 1762; c'étoit la continuation du chemin qui conduisoit de
la Nouvelle-France à Montmartre.

_Rue Basse_ ou _chemin du Rempart_. Elle règne le long du boulevart. Par
arrêt du conseil, du 7 août 1714, il avoit été défendu de bâtir le long du
rempart à plus de trente toises de distance. L'objet de cette défense
étoit de conserver ce chemin pour les voitures, et de ménager à ce moyen
le sol du boulevart. Les mêmes défenses furent renouvelées en 1720, mais
avec une exception qui permettoit à la ville de supprimer ce chemin depuis
la Ville-l'Évêque jusqu'à la chaussée de Gaillon. Il le fut en effet, mais
on ne tarda pas à sentir combien il étoit nécessaire, et l'on décida qu'il
seroit rétabli. Ce fut alors qu'on commença à construire dans sa longueur
les jolies maisons qui lui ont fait donner le nom de rue _Basse_, parce
que le terrain en est beaucoup plus bas que celui du rempart.

_Rue Baudin._ C'est une petite ruelle qui, commençant d'un côté à la rue
Blanche, aboutit de l'autre à la rue Saint-George, dans les marais des
Porcherons; elle tenoit ce nom d'un jardinier qui avoit présidé à
l'établissement d'une grande partie des jardins dont sont accompagnées les
maisons qui forment cette rue[192].

          [Note 192: On a changé son nom en celui de rue _de la Tour des
          Dames_; elle se trouve fermée par un mur élevé dans la rue de
          _la Rochefoucault_, où elle vient finir aujourd'hui.]

_Ruelle Beauregard._--Voyez _rue des Martyrs_.

_Rue Bellefond._ Elle traverse de la rue Poissonnière dans celle de
Rochechouart. On croit qu'elle doit son nom à madame de Bellefond, abbesse
de Montmartre. Dans quelques plans on la trouve mal à propos indiquée sous
le nom de rue _Jollivet_.

_Rue Bergère._ Elle aboutit à la rue Poissonnière et à celle du
Faubourg-Montmartre. Ce n'étoit dans son origine qu'un chemin dont la
direction a souvent varié du côté du faubourg Montmartre. La communication
en fut ensuite interrompue, et il ne forma plus qu'un cul-de-sac dans
lequel il y en avoit un autre plus petit qui subsistoit encore en 1738.
Tous deux aboutissoient à des jardins potagers. Enfin ce chemin fut ouvert
et continué en ligne droite, et l'on commença à y bâtir des maisons. Comme
cette rue coupe en partie le terrain qu'on appeloit anciennement _Clos aux
Halliers_, elle ne fut long-temps connue que sous cette dénomination
générale donnée à tout le territoire. Cependant d'anciens titres de
l'archevêché prouvent que le nom de rue _Bergère_ qu'on lui donna
ensuite, étoit un vieux nom sous lequel elle étoit désignée dès 1652. On
la trouve aussi indiquée dans quelques plans sous celui de rue _du
Berger_.

_Rue Blanche._--Voyez _rue de la Croix-Blanche_.

_Rue Bleue._--Voyez _rue d'Enfer_.

_Rue Boudreau._ Cette rue, percée depuis 1780, donne d'un côté dans la rue
Caumartin, de l'autre dans celle de Trudon.

_Rue de Buffaut._ Cette rue, percée également depuis 1780, aboutit d'un
côté à la rue du Faubourg-Montmartre, de l'autre à la rue Coquenart.

_Rue Cadet._ Elle commence au faubourg Montmartre presque vis-à-vis la rue
de Provence, et aboutit à la rue de Rochechouart, au coin des rues d'Enfer
et Coquenart. Sur presque tous les plans on la trouve indiquée sous le nom
de _Voirie_, parce qu'en effet il en a existé une pendant long-temps dans
cet endroit. On a depuis donné le nom de _Cadet_, tant à cette rue qu'à
une croix élevée à l'une de ses extrémités. Ce nom vient du _clos Cadet_
lequel étoit situé au-dessous à droite.

_Rue Neuve-des-Capucins._ Cette rue fut ouverte dans la chaussée d'Antin à
l'époque où l'on bâtit le nouveau couvent de ces religieux; elle donne
d'un côté dans la rue Thiroux, et de l'autre dans celle de la chaussée
d'Antin[193].

          [Note 193: Cette rue a pris, dans la révolution, le nom de rue
          _Joubert_.]

_Rue des Capucines._ Elle fait la continuation de la rue
Neuve-des-Petits-Champs, depuis la rue Louis-le-Grand et la place Vendôme
jusqu'au boulevart. Elle doit son nom au couvent des religieuses capucines
qui y étoit situé. Quelques historiens ne la distinguent pas de la rue
Neuve-des-Petits-Champs.

_Rue Caumartin._ C'est une de ces rues nouvelles percées depuis 1780 dans
les marais de la chaussée d'Antin. Elle est ouverte d'un côté sur le
boulevart, et aboutit de l'autre à la rue Neuve-des-Mathurins.

_Rue de Chabanais._ Cette rue, ouverte en 1777, commence dans la rue
Neuve-des-Petits-Champs, entre les rues Sainte-Anne, et de Richelieu, et,
par un retour d'équerre, se termine à la rue Sainte-Anne.

_Rue Neuve-des-Petits-Champs._ Elle aboutit à la rue de la Feuillade et à
celle des Capucines. Son nom vient du lieu où elle est située, lequel
étoit couvert de marais et de jardins potagers. Elle commençoit autrefois
à la rue des Petits-Champs (depuis rue de la Vrillière), et ne fut
prolongée que successivement. Il paroît que, de là jusqu'à la rue
Vivienne, elle fut appelée ensuite rue _Beautru_, du nom d'un hôtel qui y
étoit situé.

_Rue Chantereine._ C'étoit autrefois une petite rue qui faisoit la
continuation de la rue des Postes, et aboutissoit à celle du
Faubourg-Montmartre; elle se nommoit alors _Chantrelle_. Jaillot avoit
déjà pensé que ce nom étoit un mot altéré qui venoit de _Chante-Reine_,
lequel avoit été le véritable nom de cette rue. Ce n'étoit autrefois,
ainsi que la rue des Postes, qui en fait la continuation, qu'une ruelle
qui traversoit des jardins, et toutes les deux ne sont désignées dans les
plans du siècle dernier, que sous le nom de _ruellette au marais des
Porcherons_. Aujourd'hui la rue Chantereine, qui se prolonge jusqu'à la
rue de la Chaussée-d'Antin, est couverte de beaux édifices, et a pris
place parmi les plus belles rues de Paris.

_Rue Chauchat._ Cette rue nouvelle, percée depuis 1780, donne d'un bout
dans celle de Provence, de l'autre dans la rue Chantereine.

_Rue de la Chaussée-d'Antin_[194]. Elle va du boulevart à la rue
Saint-Lazare. Ce n'étoit, dans le dix-septième siècle, qu'un chemin
tortueux qui conduisoit aux Porcherons[195]. Il commençoit à la porte de
Gaillon, et tout le long régnoit un égout découvert. De là lui sont venus
les différents noms de _Chemin des Porcherons_, de _rue de l'Égout de
Gaillon et de Chaussée de Gaillon_. On l'a aussi appelée, dès ce temps-là,
_la Chaussée d'Antin_, à cause de l'hôtel d'Antin, depuis de Richelieu, en
face duquel ce chemin étoit ouvert. Il prit ensuite le nom de chemin de
_la Grande Pinte_, de l'enseigne d'un cabaret situé à son extrémité. Enfin
on le désigna sous celui de rue _de l'Hôtel-Dieu_, à cause d'une ferme
appartenant à cet hospice, située rue Saint-Lazare, et d'un pont placé sur
l'égout, appelé le pont de l'Hôtel-Dieu.

          [Note 194: Cette rue a reçu, dans la révolution, le nom de rue
          de _Mirabeau_ et celui de rue du _Montblanc_.]

          [Note 195: Les Porcherons étoient autrefois une espèce de bourg
          séparé du quartier Montmartre, et situé un peu au-dessus des
          barrières. Ce lieu étoit rempli de cabarets, où le peuple se
          rendoit en foule le dimanche, parce que le vin s'y vendoit à
          meilleur marché. Depuis que les Porcherons ont été compris dans
          l'enceinte de Paris, ils ont cessé d'être fréquentés, et c'est
          principalement à Belleville que se font maintenant ces sortes de
          rassemblements. Il y avoit et il y a encore aux environs de
          Paris un assez grand nombre d'endroits de cette espèce, que l'on
          désigne sous la dénomination générale de _Guinguettes_, tels que
          la Nouvelle-France, la Petite-Pologne (auprès des Porcherons),
          la plaine des Sablons, et celle de Grenelle, le moulin de
          Javelle, Vaugirard, le Grand et le Petit-Chantilly, la Rapée, le
          Grand et le Petit-Charonne, Ménil-Montant, la Haute-Borne, la
          Courtille, le Gros-Caillou, le Port-à-l'Anglais.]

Le quartier de Gaillon s'étant considérablement augmenté au commencement
du dix-huitième siècle, surtout après la mort de Louis XIV, le roi
ordonna, par son arrêt du conseil, du 31 juillet 1720, que le chemin de
Gaillon, qui, comme nous l'avons dit, alloit en serpentant, seroit
redressé jusqu'à la barrière des Porcherons, dans la largeur de dix
toises, et planté d'un rang d'arbres de chaque côté; mais, la ville ayant
représenté qu'il seroit plus convenable et plus utile de faire construire
une rue droite de huit toises de large, et de redresser l'égout jusqu'à la
barrière de la Grande Pinte, une ordonnance du 4 décembre de la même année
lui en accorda la permission. L'égout fut revêtu de murs et voûté, et la
rue percée et alignée d'après le plan présenté.

Telle est l'origine de la rue de la _Chaussée d'Antin_, maintenant l'une
des plus belles de Paris; les rues qui l'environnent se formèrent
successivement, et un nouveau quartier, le plus riche aujourd'hui et le
plus brillant de tous, fut ajouté à la ville.

_Rue du Gros-Chenet._ Elle aboutit d'un côté dans la rue de Cléry, de
l'autre dans celle du Sentier, et doit son nom à l'enseigne que portoit
autrefois une maison située au coin de la rue Saint-Roch. Valleyre la
désigne, sur son plan, sous le nom de _Gros-Chêne_. Il paroît que c'est
une erreur, et rien n'indique qu'elle ait jamais porté ce nom.

_Rue de Choiseul._ Elle a été ouverte depuis 1780, à travers les hôtels
qui bordoient la partie septentrionale de la rue Neuve-Saint-Augustin, et
de là elle s'étend jusqu'au boulevart.

_Rue de Cléry._ La partie de cette rue qui est de ce quartier, va de la
rue Montmartre à celle des Petits-Carreaux. Son nom vient de l'hôtel de
Cléry qui y étoit situé. Valleyre dit que cette partie de la rue
s'appeloit aussi _Mouffetard_. C'est une erreur; ce nom n'a été donné
autrefois qu'à la partie qui va des Petits-Carreaux à la porte
Saint-Denis.

_Rue de Clichy._ Cette rue, qui commence dans celle de Saint-Lazare, et
aboutit à une des barrières de Paris, a porté jusqu'en 1780 le nom de rue
_du Coq_. Elle le devoit à une grande maison située vis-à-vis de son
ouverture, et qu'on appeloit le _Château-Cocq_ ou _du Cocq_, du nom d'une
ancienne famille dont on voyoit encore, vers la fin du siècle dernier, les
armes sculptées sur une vieille porte murée, avec la date de 1320.
Au-dessus étoit une chapelle où l'on disoit la messe les dimanches et
jours de fêtes. L'hôtel _Cocq_ étoit aussi connu sous le nom de _Château
des Porcherons_.

La rue du Coq n'est désignée sur les anciens plans que sous le nom de
_Chemin de Clichy_, parce qu'effectivement elle conduit à ce village.

_Rue de Colbert._ Elle traverse de la rue Vivienne dans celle de
Richelieu, et doit son nom à l'hôtel de Colbert, en face duquel elle a été
ouverte vers le milieu du dix-septième siècle, sur une partie de
l'emplacement du palais Mazarin.

_Rue Coquenart._ Elle donne d'un bout dans la rue du Faubourg-Montmartre,
de l'autre elle joint l'extrémité de la rue Cadet. Elle est ainsi appelée
du lieu où elle a été percée, lequel est désigné dans de vieux titres sous
ceux de _Coquemart_ et _Coquenart_. L'abbé Lebeuf l'appelle rue
_Goguenard_. À la fin du dix-septième siècle elle reçut de la chapelle qui
y est située, le nom de rue de _Notre-Dame-de-Lorette_.

_Rue du Croissant._ Elle va de la rue Montmartre à celle du Gros-Chenet,
et doit à une enseigne ce nom sous lequel elle étoit connue dès 1612.

_Rue Sainte-Croix._ C'est une rue nouvelle percée depuis 1780, laquelle
fait la continuation de la rue Thiroux, et aboutit à la rue Saint-Lazare.

_Rue de la Croix-Blanche._ Elle commence à la rue Saint-Lazare ou des
Porcherons, et aboutit à la barrière. On l'appeloit aussi simplement _rue
Blanche_.

_Rue de la Tour des Dames._ Cette rue est parallèle à la rue de la
Croix-Blanche, et fut ainsi nommée d'un moulin qui s'y trouvoit, lequel
appartenoit aux dames de Montmartre. On l'appelle maintenant rue de _la
Rochefoucauld_.

_Rue de l'Égout._ Elle fait suite à la rue de Provence, prenant son
origine à la rue de la Chaussée d'Antin, et finissant à celle de la
Pologne, où se termine le quartier. Cette rue, qui fut ouverte à peu près
en même temps que celle dont elle est la continuation, doit son nom à
l'égout découvert qui se prolongeoit autrefois sur ce terrain et dans
cette direction. On la nomme aujourd'hui rue Saint-Nicolas.

_Rue d'Enfer._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Cadet, de l'autre dans
la rue Poissonnière où finit le quartier. On ignore l'origine de ce nom
qu'elle a changé, pendant la révolution, contre celui de rue _Bleue_.

_Rue Neuve-Saint-Eustache._ Elle donne d'un bout dans la rue Montmartre,
et de l'autre dans celle des Petits-Carreaux. Cette rue, qui fut formée
sur l'emplacement du fossé de l'enceinte de Charles VI, s'appeloit
anciennement _rue Saint-Côme_ ou _du Milieu-du-Fossé_[196]. Dès l'an 1641
on la trouve désignée sous le nom de rue Neuve-Saint-Eustache.

          [Note 196: Arch. de l'archev.]

_Rue Favart._ Elle commence à l'extrémité du _Pâté des Italiens_, forme à
droite un des côtés de la place de la Comédie italienne, et va se
terminer au boulevart. Elle fut construite en même temps que le monument.

_Rue de la Feuillade._ Elle fait la continuation de la rue
Neuve-des-Petits-Champs, et aboutit à la place des Victoires. On lui a
donné ce nom en l'honneur de M. de La Feuillade, qui avoit fait bâtir la
place des Victoires et élever le monument qui la décoroit. Avant cette
époque cette rue étoit connue sous le nom de _rue des Jardins_[197].

          [Note 197: Arch. de l'archev.]

_Rue Feydeau._ Cette rue donne d'un bout dans la rue Montmartre, de
l'autre dans celle de Richelieu; elle a été ainsi appelée du nom d'une
famille qui, sous la monarchie, avoit rempli les plus hautes places de la
magistrature. On la désignoit en 1675 sous le titre de rue _des
Fossés-Montmartre_ auquel on ajouta l'épithète de _Neuve_, pour la
distinguer de celle des Fossés-Montmartre, qu'on nommoit alors simplement
rue _des Fossés_. La rue Feydeau ne portoit ce nom qu'à son extrémité, du
côté de la porte _Gaillon_; mais elle s'étendoit sous celui _des Fossés_
jusqu'à la porte Montmartre. Toute cette partie ayant été couverte des
maisons et jardins qui formèrent la rue Neuve-Saint-Augustin, on donna à
celle qui fut conservée le nom de _Feydeau_, qu'elle avoit déjà porté vers
la fin du dix-septième siècle.

_Rue Saint-Fiacre._ Elle va de la rue des Jeûneurs aux boulevarts, et, à
la fin du dernier siècle, elle se fermoit encore à ses deux extrémités.
Cette rue doit son nom à l'ancien fief de Saint-Fiacre sur lequel elle est
située. Sauval l'a confondue avec le cul-de-sac du même nom, situé rue
Saint-Martin, qu'il appelle _rue du Figuier_. Elle conserve aujourd'hui le
premier de ces noms qu'elle portoit originairement, comme on le voit dans
les plans de de Chuyes, et même dans un acte de 1630[198].

          [Note 198: Arch. de l'archev.]

_Rue des Trois Frères._ Elle a été percée pour ouvrir une communication
entre la rue de Provence et la rue Chantereine. Nous ignorons l'étymologie
de son nom, de même que celui de _Houssaie_ que porte aujourd'hui sa
partie méridionale.

_Rue de Gaillon._ Cette rue qui s'étendoit autrefois d'un côté jusqu'à la
rue Saint-Honoré, se prolongeoit de l'autre entre les emplacements de
l'hôtel de Richelieu et de celui de la Vallière jusqu'à une des portes de
la ville, qui avoit reçu d'elle le nom de porte _Gaillon_. Louis XIV ayant
ordonné en 1645 que toutes les places vides entre les portes Saint-Denis
et Saint-Honoré fussent vendues et couvertes d'édifices, la partie de
celle-ci qui dépassoit la rue Neuve-Saint-Augustin fut supprimée, et la
porte abattue en 1700. Nous avons déjà fait connoître, en parlant de la
rue Saint-Roch, l'étymologie du nom de celle de Gaillon.

_Rue Saint-Georges._ Ce n'étoit dans le principe qu'une ruelle qui donnoit
dans la rue Baudin et dans celle de Saint-Lazare; c'est maintenant une rue
superbe, couverte de riches hôtels, qui traverse cette dernière, et se
prolonge jusqu'à la rue de Provence.

_Rue de Grammont._ Elle fait la continuation de la rue Sainte Anne et
aboutit au boulevart. Cette rue a été percée, en 1767, sur l'emplacement
de l'hôtel de Grammont rue Neuve-Saint-Augustin, lequel fut démoli à cette
époque.

_Rue Grange-Batelière._ Elle commence au boulevart, et conduisoit à une
maison appelée encore dans le siècle dernier _la Grange-Batelière_,
laquelle lui a donné son nom. Cette maison, qui avoit appartenu, dans le
principe, à l'évêque, fut donnée par la suite avec son territoire au
chapitre de Sainte-Opportune, et le prélat en conserva seulement la
suzeraineté; elle passa depuis en plusieurs mains. À la fin du quatorzième
siècle, on voit que ce fief étoit possédé par Gui, comte de Laval; et un
acte de 1424 contient la donation que fait Jean de Malestroit, évêque de
Nantes et chancelier de Bretagne, de l'hôtel, cour, grange, colombier,
jardins, etc., de la Grange-Batelière, au monastère de Saint-Guillaume des
Blancs-Manteaux. On apprend par le même acte que cet hôtel relevoit de
l'évêque de Paris, et que les terres qui en dépendoient contenoient 120
arpents. En 1473 il appartenoit à Jean de Bourbon, comte de Vendôme, qui
sans doute l'avoit acheté de ces religieux.

Lorsqu'on traça le boulevart, il y avoit devant cette maison une place
vague où les eaux et les boues de la rue de Richelieu venoient se perdre
dans une fosse profonde qu'on y avoit creusée; ce qui répandoit une
infection dangereuse pour les quartiers environnants. Cette circonstance
détermina à former de cette place une rue de même largeur et dans la
même direction que la rue de Richelieu. On en perça une autre en retour
d'équerre jusqu'à la rencontre du chemin des marais; on y pratiqua un
égout découvert qui alloit se perdre dans le grand, et cette nouvelle
rue fut appelée rue _des Marais_. Telle est l'origine du cul-de-sac _de
la Grange-Batelière_. Le retour d'équerre que fait la rue du même
nom dans celle du Faubourg-Montmartre fut alors appelé rue
_Neuve-Grange-Batelière_, quoiqu'il eût été tracé avant l'autre partie.
Il y passoit aussi un égout.

Les noms de la Grange-Batelière varient beaucoup dans les anciens titres.
Elle est indiquée en 1243 sous celui de _Granchia Batilliaca_; en
1252 et 1254, elle est appelée _Granchia Bataillie_; en 1290,
_Granchia-Bail-Taillée_, et en 1308, _la Grange au Gastelier_, etc.

_Rue de Grétry._ Elle forme derrière le pâté des Italiens un retour
d'équerre avec la rue de Favart, et aboutit de l'autre côté à la rue de
Grammont. Elle a été construite, comme toutes les rues environnantes, en
même temps que le théâtre italien.

_Rue de Hanovre._ Voyez _rue Projetée_.

_Rue de la Houssaie._ Voyez rue _des Trois Frères_.

_Rue des Jeûneurs._ Elle va de la rue Montmartre à celle du Gros-Chenet.
Le véritable nom de cette rue est celui de _Jeux-Neufs_, lequel vient de
deux jeux de boules dont elle occupe la place; et ce n'est que par
corruption qu'on la nomme rue des Jeûneurs. Cependant cette dernière
dénomination a prévalu. Elle portoit ce nom de _Jeux-Neufs_ en 1643[199].

          [Note 199: Arch. de l'archev.]

_Rue Joquelet._ C'est une petite rue qui traverse de la rue Montmartre
dans celle de Notre-Dame-des-Victoires. Elle a pris ce nom d'un bourgeois
qui y avoit une maison. Elle le portoit dès 1622.

_Rue Saint-Joseph._ Cette rue, qui aboutit à la rue Montmartre et à celle
du Gros-Chenet, est désignée sur tous les plans publiés dans le
dix-septième siècle sous le nom de rue _du Temps-Perdu_. Cependant elle
étoit connue sous celui de Saint-Joseph dès 1646; et c'est ainsi qu'elle
est appelée dans un contrat ensaisiné à l'archevêché le 13 juillet de
cette année. De Chuyes l'indique aussi sous ces deux noms dans son _Guide
des chemins_ de 1647. Celui de Saint-Joseph lui vient de la chapelle qui y
étoit située.

_Rue Joubert._ Voyez _rue Neuve-des-Capucins_.

_Rue Saint-Lazare._ Elle va de la Pologne à la rue du Faubourg-Montmartre.
Elle est aussi connue sous le nom de rue des Porcherons. Plusieurs plans
du dernier siècle la nomment _rue des Porcherons_ ou _d'Argenteuil_, parce
qu'elle conduit à ce bourg.

_Rue de Louis-le-Grand._ Elle commence à la rue Neuve-des-Petits-Champs,
et finit au boulevart. D'après les plans manuscrits et gravés du siècle
dernier, il paroît qu'il y avoit, le long du monastère des Capucines, un
chemin qui fut depuis couvert par les maisons de la rue Louis-le-Grand. Un
arrêt du conseil, du 20 mars 1701, ordonna l'ouverture de cette rue. Elle
ne devoit s'étendre que depuis la rue Neuve-Saint-Augustin jusqu'à celle
des Petits-Champs; mais on la prolongea jusqu'au boulevart, en vertu d'un
arrêt du 3 juillet 1703. Elle avoit reçu, dans la révolution, le nom de
rue des Piques. On l'appelle maintenant rue _de la Place Vendôme_.

_Rue du Mail._ Cette rue aboutit dans celle des Petits Pères et dans la
rue Montmartre; elle doit son nom à un _mail_ ou _palemail_ sur lequel
elle fut ouverte, et qui régnoit depuis la porte Montmartre jusqu'à celle
de Saint-Honoré. Elle portoit ce nom dès 1636. Un traité fait sous Louis
XIII, pour la continuation des fortifications commencées par ordre de
Charles IX, adopté par le conseil le 23 novembre 1633, et enregistré au
parlement le 5 juillet de l'année suivante, portoit entre autres clauses
l'ouverture et la construction des rues du Mail, Cléry,
Neuve-Saint-Eustache, Neuve-Saint-Augustin, Notre-Dame-des-Victoires,
Neuve-des-Petits-Champs, Richelieu, Sainte-Anne, Neuve-Saint-Honoré, etc.

_Rue Saint-Marc._ Elle traverse de la rue de Richelieu dans la rue
Montmartre. C'étoit un chemin de communication entre les faubourgs
Montmartre et Saint-Honoré. Elle a été ouverte vers le milieu du
dix-septième siècle, et doit vraisemblablement son nom à quelque enseigne.

_Rue Neuve-Saint-Marc._ Elle fait la continuation de la précédente, et
donne d'un bout dans la rue de Richelieu, de l'autre sur la place de la
comédie italienne. Cette rue a été ouverte sur une partie de l'hôtel de
Choiseul.

_Rue de Marivaux._ Cette rue parallèle à celle de Favart, et qui a reçu,
comme elle, le nom d'un des auteurs les plus renommés du théâtre italien,
a été construite en même temps et sur le même plan.

_Rue des Martyrs_[200]. Cette rue, qui est la continuation de celle du
Faubourg-Montmartre jusqu'à la barrière, doit son nom à une chapelle
érigée à l'endroit où l'on croit que Saint-Denis et ses compagnons ont été
décapités. Elle étoit connue anciennement sous le nom de rue des
Porcherons. Sur plusieurs plans on la trouve confondue avec la rue du
Faubourg-Montmartre.

          [Note 200: On a percé, dans cette rue, un chemin qui aboutit aux
          murs de Paris, et qu'on a nommé ruelle _Beauregard_.]

_Rue Neuve-des-Mathurins._ Cette rue, percée en 1778, aboutit d'un côté à
la rue de la Chaussée d'Antin, de l'autre à celle de l'Arcade, où finit le
quartier. Elle doit son nom à son emplacement sur lequel les Mathurins
avaient plusieurs possessions.

_Rue de la Ferme des Mathurins._ Elle fut percée à la même époque dans la
rue précédente, d'où elle va aboutir dans la rue Saint-Nicolas, ci-devant
de l'Égout.--Il y a vis-à-vis un cul-de-sac qui porte le même nom.

_Rue de Menars._ Elle aboutit d'un côté dans la rue de Richelieu, de
l'autre dans celle de Grammont. Le nom qu'elle porte lui vient d'un hôtel
situé en cet endroit, lequel appartenoit au président de Menars. C'étoit
autrefois un cul-de-sac qui avoit été percé en 1767 sur le terrain de
l'hôtel de Grammont.

_Rue de la Michodière_[201]. Cette rue, qui fait suite à celle de Gaillon,
et vient aboutir au boulevart, a été percée depuis 1780 sur une partie du
terrain et des jardins de l'hôtel de Richelieu et des maisons adjacentes.
Elle doit son nom à M. de La Michodière, conseiller d'état.

          [Note 201: À côté de cette rue, et sur les jardins de l'hôtel de
          Richelieu, on a percé une rue nouvelle qui donne dans celle de
          Louis-le-Grand, et se nomme rue _du Port-Mahon_.]

_Rue Monthalon._ Cette rue, qui fait suite à la rue Coquenart, et vient
aboutir à celle du Faubourg-Poissonnière, a été percée sur des jardins
depuis 1780.

_Rue Montmartre._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier ne
commence qu'à la rue Neuve-Saint-Eustache, et aboutit au boulevart. Dans
cette rue se trouve le _cul-de-sac de Saint-Pierre_, qui doit ce nom à la
rue Saint-Pierre dont il est voisin. En 1622 il portoit le nom _des
Mazures_. Il prit ensuite celui de _cul-de-sac de la rue
Neuve-Montmartre_; puis _des Marmouzets_. La Caille et Piganiol le nomment
_Gourtin_ et _Saint Pierre Gourtin_.

Il y avoit encore autrefois dans cette rue un autre cul-de-sac nommé
cul-de-sac _des Commissaires_. C'étoit anciennement une rue nommée de
_l'Arche_, parce qu'elle étoit ouverte sur le fief de l'Arche, autrefois
Saint-Mandé. Lorsqu'on eut coupé cette rue, la partie qui subsista fut
nommée cul-de-sac de _l'Épée Royale_, comme on peut le voir dans de
Chuyes; c'étoit le nom d'une enseigne. En 1647, il le quitta pour prendre
celui d'un particulier appelé _Ragouleau_. Ce cul-de-sac est désigné sous
ce nom dans un censier de l'archevêché de 1663. Enfin on lui avoit donné
celui _des Commissaires_, nous ignorons à quelle occasion.

_Rue du Faubourg-Montmartre._ Elle va du boulevart à l'abbaye de
Montmartre, en comprenant sous ce nom la rue des Martyrs dont nous venons
de parler[202].

          [Note 202: L'église et l'abbaye de Montmartre, étant situées
          hors des murs de Paris, se trouvent naturellement rejetées de
          notre plan. Cependant la célébrité du lieu est tel, que, sans en
          faire l'histoire, nous croyons devoir du moins lui consacrer une
          note. Il y avoit, dès la fin du septième siècle ou au
          commencement du suivant, une église consacrée sur cette montagne
          à Saint-Denis, et une petite chapelle, _ædicula, parva
          ecclesia_, où l'on conservoit les reliques de plusieurs autres
          martyrs dont les noms ne sont pas parvenus jusqu'à nous. En
          1096, ces deux églises furent données, avec quelques terres qui
          en dépendoient, aux moines de Saint-Martin-des-Champs. Ces
          religieux les cédèrent, en 1133, au roi Louis-le-Gros, en
          échange de Saint-Denis-de-la-Chartre[202-A]; et, l'année
          suivante, ce prince et Alix de Savoie, sa femme, y fondèrent
          l'abbaye de Bénédictines, qui en jouissoit encore dans les
          derniers temps de la monarchie. Le couvent qu'on y voyoit
          occupoit la place de la chapelle: il fut d'abord érigé en
          prieuré dépendant de l'abbaye située sur le sommet de la
          montagne; mais depuis il avoit été réuni. Les religieuses, ayant
          fait ensuite bâtir des lieux réguliers et une église, laissèrent
          l'ancienne église pour le service de la paroisse.]

          [Note 202-A: _Voyez_ t. Ier, p. 271, 1re partie.]

_Rue des Fossés-Montmartre._ Elle traverse de la rue Montmartre à la place
des Victoires. Avant la construction de cette place, elle s'étendoit
jusqu'à la rue des Petits-Champs, en face de l'hôtel de la Vrillière,
aujourd'hui de Toulouse. Cette rue doit son nom au fossé qui se
prolongeoit jusqu'à la porte Montmartre, et c'est sur son emplacement
qu'elle a été bâtie. Elle fut d'abord nommée rue _du Fossé_, _des Fossés_.
Cependant dès 1647 elle portoit le même nom qu'aujourd'hui.

_Rue Saint-Nicolas._ Voyez _rue de l'Égout_.

_Rue Papillon._ C'est une petite rue de traverse ouverte depuis 1780 qui
donne d'un côté dans la rue Monthalon, et de l'autre dans celle d'Enfer.

_Rue le Pelletier._ C'est une rue nouvelle percée peu de temps avant la
révolution, et qui donne sur le boulevart et dans la rue de Provence.

_Rue des Petits-Pères._ Elle aboutit d'un côté aux rues de la Vrillière et
de la Feuillade, de l'autre au coin de la rue Vide-Gousset. C'est une
continuation de l'ancien mail et de la rue qui en porte le nom. Elle doit
le sien au couvent des religieux augustins réformés, vulgairement appelés
_Petits-Pères_.

_Rue Pétrelle._ Voyez _rue de la Rochefoucault_.

_Rue Saint-Pierre._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Montmartre, de
l'autre, dans celle de Notre-Dame-des-Victoires. Elle doit son nom à une
maison qui avoit pour enseigne l'image de Saint-Pierre. Elle prit en 1603
celui de _Pénécher_, d'un particulier qui y demeuroit. On en fit ensuite
par corruption la rue _Péniche_; puis en 1666 rue _Péniche, dite de
Saint-Pierre_. Il paroît qu'elle avoit été ouverte sur un terrain que les
titres du seizième siècle appellent _le clos Gautier_, autrement des
_Mazures_, et le _petit chemin herbu_.

_Rue Pigalle._ Voyez _rue Royale_.

_Rue des Postes._ C'étoit ainsi qu'on nommoit autrefois la partie de la
rue Saint-Georges qui va de la rue Chantereine à celle de Saint-Lazare.
Des postes de commis, établis en cet endroit par les fermiers-généraux
pour empêcher la contrebande, lui avoient fait donner ce nom. Nous avons
déjà fait connoître, à l'article de la rue Chantereine, celui sous lequel
elle étoit désignée avant cette dernière dénomination.

_Rue Projetée._ C'est une rue nouvelle, ouverte sur la rue de Choiseul, et
qui lui sert de communication avec la rue de la Michodière et celle de
Louis-le-Grand: on la nomme aujourd'hui rue de Hanovre.

_Rue de Provence._ Le projet de cette rue fut conçu en 1771, lorsque l'on
eut résolu de couvrir l'égout qui traversoit ce terrain dans toute sa
longueur. Elle est devenue depuis une des plus belles rues de Paris, et
n'est presque composée que d'hôtels somptueux et de maisons élégantes.

_Rue Ribouté._ Cette petite rue, ouverte depuis 1780, communique de la rue
d'Enfer à celle de Monthalon.

_Rue de Richelieu._ La partie de cette rue située dans ce quartier
commence à la rue Neuve-des-Petits-Champs et finit au boulevart. Dans le
principe elle se nommoit rue Royale, et venoit aboutir à une porte du même
nom, située près de la rue Feydeau. La porte fut démolie en 1701; et en
1704, un arrêt du conseil ordonna que la rue seroit continuée jusqu'au
boulevart.

_Rue de la Rochefoucault._ Voyez _rue de la Tour-des-Dames_.

_Rue Saint-Roch._ Elle fait la continuation de la rue des Jeûneurs, ou
Jeux-Neufs, et va de la rue du Gros-Chenet à la rue Poissonnière. Elle est
indiquée _sans nom_ dans le plan de de Chuyes.

_Rue de Rochechouart._ Elle fait la continuation de la rue Cadet, et
aboutit au chemin de Clignancourt. Elle doit sans doute son nom à
Marguerite de Rochechouart de Mont-Pipeau, abbesse de Montmartre, morte en
1727. Le chemin sans nom qui est au bout de cette rue est nommé maintenant
rue _Pétrelle_.

_Rue Richer._ Cette rue, qui communique de la rue du Faubourg-Montmartre à
celle du Faubourg-Poissonnière, étoit un passage sans nom avant 1772.
Depuis il avoit reçu celui de _Passage de la grille_. La rue Richer n'a
été couverte de maisons que depuis la révolution.

_Rue Royale._ Ce n'étoit autrefois qu'un chemin qui, de la rue de la
Croix-Blanche conduisoit à Montmartre. C'est maintenant une très-belle rue
garnie de maisons élégantes, et qui se termine à la barrière nommée
aujourd'hui de _Montmartre_[203].

          [Note 203: Cette rue a été nommée, depuis la révolution, rue
          _Pigalle_, parce que ce sculpteur y avoit une maison. On y a
          percé à droite une rue transversale qu'on a appelée rue de
          _Laval_.]

_Rue du Sentier._ Cette rue fait la continuation de celle du Gros-Chenet,
et aboutit au boulevart. Elle doit son nom au sentier sur lequel on l'a
bâtie. On la trouve désignée mal à propos dans quelques plans sous les
noms de _Centière_, _Centier_ et _Chantier_.

_Rue Taitbout._ Cette rue, percée depuis 1780 sur le boulevart, entre la
rue d'Artois et celle de la Chaussée-d'Antin, va aboutir à la rue de
Provence.

_Rue Thiroux._ Cette rue a été ouverte, depuis 1780, dans la rue
Neuve-des-Mathurins, vis-à-vis la rue Caumartin. Elle donne dans celle de
Sainte-Croix, qui en fait la continuation.

_Rue des Filles-Saint-Thomas._ Elle commence à la rue
Notre-Dame-des-Victoires, et finit à celle de Richelieu, vis-à-vis la rue
Neuve-Saint-Augustin. Cette rue doit son nom au couvent des
Filles-Saint-Thomas qui y étoit situé; elle a été ouverte en partie sur le
terrain des Augustins, partie sur celui de ces religieuses.

_Rue de la place Vendôme._ Voyez _rue Louis-le-Grand_.

_Rue Notre-Dame-des-Victoires._ Elle fait la continuation de la rue des
Petits-Pères, et va, par un retour d'équerre, aboutir dans la rue
Montmartre. Son nom lui vient de l'église des Augustins, qui étoit sous
l'invocation de Notre-Dame-des-Victoires. On l'a nommée anciennement le
_chemin Herbu_, rue des _Victoires_; et en 1647, rue des _Augustins
déchaussés_, autrement, de _Notre-Dame-des-Victoires_.

_Rue Vivienne._ Elle traverse de la rue des Petits-Champs dans celle des
Filles-Saint-Thomas, et se prolongeoit autrefois jusqu'à la rue Feydeau;
mais dans cette dernière partie elle s'appeloit rue Saint-Jérôme[204].
Elle doit le premier nom à une famille très-connue qui portoit celui de
Vivien. On la trouve indiquée sous ce nom de _Vivien_, sur les plans de
_Gomboust_ et de _Bullet_.

          [Note 204: Les religieuses de Saint-Thomas avoient ensuite
          renfermé cette partie de rue dans l'enceinte de leur monastère.]

_Rue Vide-Gousset._ Elle commence au bout des rues des Petits-Pères et de
Notre-Dame-des-Victoires, et se termine à la place des Victoires. Avant la
construction de cette place elle faisoit partie de la rue du
Petit-Reposoir, qui se trouve de l'autre côté. Son nom lui vient
probablement de quelque vol qui aura été commis dans cet endroit. Avant la
construction de la place, elle faisoit partie de la rue qui existe encore
de l'autre côté, et qui porte le nom du _Petit Reposoir_.


PLACES.

_Place des Victoires._ Voyez p. 205.

_Place de la Comédie Italienne._ Elle est peu spacieuse et formée par les
rues de Favart et de Marivaux, par la façade du monument, et par un
bâtiment isolé nommé le _Pâté des Italiens_.


PASSAGES.

_Passage Cendrier._ Il aboutit d'un côté à la rue Neuve-des-Mathurins, de
l'autre à la rue Basse-du-Rempart.

_Passage des Petits-Pères._ Il aboutit d'un côté à la rue des
Petits-Pères, maintenant rue Neuve-des-Petits-Pères et de l'autre à
l'église.

_Passage Saulnier._ Il communique de la rue Bleue à la rue Richer.


RUES NOUVELLES.

_Rue Neuve-Saint-Augustin._ C'est une continuation de cette rue ouverte
sur l'ancien terrain des Capucines. Elle traverse la rue de la Paix et
vient aboutir au boulevart.

_Rue du Helder._ Elle a été ouverte depuis la révolution sur l'emplacement
d'une caserne des gardes françoises, et aboutit d'un côté au boulevart, de
l'autre à la rue de Provence.

_Rue de Laval._ Cette rue nouvelle, percée depuis la révolution, commence
à la rue Pigalle et vient aboutir à la barrière.

_Rue de Louvois._ Elle a été ouverte sur le terrain de l'ancien hôtel
Louvois, et donne d'un bout dans la rue de Richelieu, de l'autre dans la
rue Sainte-Anne.

_Rue de Lully._ Cette rue ouverte sur le même terrain communique de la rue
de Louvois à la rue Rameau.

_Rue Pinon._ C'est l'ancien cul-de-sac _Grange-Batelière_ que l'on a
ouvert sur la rue d'Artois. Le nom de _Pinon_ est celui d'un président à
mortier du parlement de Paris, propriétaire du fief de Grange-Batelière.

_Rue du Port-Mahon._ Elle commence au carrefour Gaillon, et donne, de
l'autre bout, dans la rue de Hanovre.

_Rue Rameau._ Cette rue, ouverte sur le terrain de l'hôtel Louvois et
parallèle à celle qui porte ce dernier nom, communique de même de la rue
de Richelieu à la rue Sainte-Anne.

_Rue de la Paix._ Cette rue nouvelle ouverte sur l'ancien terrain des
Capucines, commence à la rue Neuve-des-Petits-Champs, vis-à-vis la place
Vendôme, et vient aboutir au boulevart: c'est une des plus belles rues de
Paris.


PASSAGES NOUVEAUX.

_Passage Feydeau._ Ce passage ouvert sur l'ancien terrain du couvent
des Filles-Saint-Thomas, communique d'un côté à la rue des
Filles-Saint-Thomas, de l'autre à la rue Feydeau.

_Passage du Panorama._ Il a été ouvert dans la rue Saint-Marc, et
communique de cette rue au boulevart.


CULS-DE-SACS NOUVEAUX.

_Cul-de-sac de Briare._ Il est situé dans la rue de Rochechouart, entre
les rues de la Tour-d'Auvergne et Coquenart.

_Cul-de-sac Coquenart._ On le trouve dans la rue du même nom, presque
vis-à-vis la rue de Buffaut.

Il y a dans la rue Richer un cul-de-sac sans nom.


ANTIQUITÉS ROMAINES

DÉCOUVERTES DANS LE QUARTIER MONTMARTRE.

_Sculptures en bas-relief; monuments sépulcraux._ Ces restes d'antiquités
furent découverts en 1751 dans une fouille que l'on faisoit rue Vivienne,
pour établir les fondements d'une écurie. On y trouva:

1º. Huit fragments de marbre, ornés de bas-reliefs qui représentent, entre
autres sujets, un homme à demi couché sur un lit et un esclave portant un
plat; Bacchus et Ariane; une prêtresse rendant des oracles, et un homme
qui les écrit dans un livre; un repas de trois convives couchés sur des
lits, et encore un esclave portant un plat, etc. M. de Caylus, qui a
publié la gravure, et donné la description de ces fragments,[205] ne
doutent point qu'ils n'appartiennent à des tombeaux; et, en effet, il
n'eut point de sujets plus souvent répétés sur les cippes et les
sarcophages qui nous sont restés de l'antiquité, que l'histoire symbolique
de Bacchus, et ces repas funèbres que l'on faisoit en l'honneur des morts.

          [Note 205: Recueil d'antiq., t. II, p. 373, et suivantes.]

2º. Un cippe cinéraire en marbre, dont la face principale est ornée d'une
guirlande de fleurs et de fruits, que soutiennent deux têtes de bélier.
L'inscription placée au-dessous de ce feston nous apprend que _Pithusa_ a
fait exécuter ce monument pour sa fille _Ampudia Amanda_, morte à l'âge de
dix-sept ans.

3º. Un couvercle de marbre, richement orné de sculptures, qui a dû
appartenir à un autre cippe d'une plus grande dimension que le précédent.

_Autre monument sépulcral._ C'est un cippe cinéraire semblable à celui que
nous venons de décrire. Il fut découvert dans la même rue en 1806, et dans
une fouille que l'on faisoit également pour quelques réparations ou
constructions, dans la maison de cette rue qui porte le numéro 8. À chaque
angle de cette urne, des têtes de béliers soutiennent des festons de
fleurs et de fruits, dont les quatre côtés du cippe sont décorés. Quatre
aigles éployées occupent la partie inférieure des quatre angles, et sur le
feston de la face principale où est gravée l'inscription, est sculptée une
biche dont un autre aigle déchire le dos. Nous apprenons par cette
inscription que _Chrestus_, affranchi, a fait ériger ce monument à son
patron _Nonius Junius Epigonus_. Les autres faces offrent, au-dessous de
chaque feston, une plante, un patère et une aiguière ou _præfericulum_.

Dans une autre maison de cette même rue, on trouva sous terre une épée de
bronze que Montfaucon a fait graver dans ses antiquités.

On déterra encore à peu de distance de là, depuis la révolution, et en
creusant la terre pour établir les fondations de la nouvelle Bourse,
plusieurs fragments de poterie romaine, et deux poids antiques de
verre[206].

          [Note 206: «En 1628, un jardinier, fouillant la terre dans
          l'endroit de cette rue où se tenoit la Bourse, y trouva neuf
          cuirasses qui avoient été faites pour des femmes; on n'en
          pouvoit douter à la façon dont elles étoient relevées en bosse,
          et arrondies sur l'un et l'autre côté de l'estomac. Quelles
          étoient ces héroïnes, et dans quel siècle vivoient-elles? c'est
          ce que je n'ai pu découvrir; j'ai seulement trouvé dans Mézerai,
          année 1147, à l'article de la croisade prêchée par saint
          Bernard, que plusieurs femmes ne se contentèrent pas de prendre
          la croix, mais qu'elles prirent aussi les armes pour la
          défendre, et composèrent des escadrons de leur sexe, rendant
          croyable tout ce qu'on a dit des prouesses des Amazones.»
          (SAINT-FOIX.)]

Nous apprenons de Frodoart[207] que sur le penchant de ce monticule, et vers
le nord, il existoit un vieil édifice qui fut renversé en 944, par un
ouragan très-violent. On présumoit que c'étoient les restes d'un temple
consacré à quelque divinité du paganisme, et probablement au dieu Mars,
dont ce lieu avoit reçu le nom.

Des fouilles ayant été ordonnées dans cet endroit en 1737 et 1738, et
d'après l'indication laissée par cet ancien historien, on y découvrit les
restes d'un bâtiment dont le plan offroit un parallélogramme divisé en
cellules, dont quelques-unes contenoient des fourneaux. On y reconnut les
vestiges de deux chambres cimentées intérieurement et extérieurement; du
côté du midi, un canal qui descendoit de la fontaine du Buc, apportoit
l'eau dans cet édifice; et cette eau y pénétroit par une ouverture voisine
des fourneaux. L'abbé Lebeuf, qui avoit suivi les travaux de ces fouilles,
a cru y voir une maison de bains particuliers. M. de Caylus, qui
recueillit depuis avec le plus grand soin toutes les notions relatives à
ces recherches, pensa que ce pouvoit être un bâtiment destiné à des
fonderies. Tous les deux s'accordent à n'y point reconnoître un temple
payen. Dans les ruines de ce même édifice, furent trouvés un vase de terre
d'un travail grossier, et une tête de bronze grande comme nature[207].

          [Note 207: Antiquités, etc., t. III.]

Au bas de cette même montagne, et dans la partie opposée, on découvrit
encore, en creusant un puits, deux fragments de bas-reliefs en marbre
blanc, offrant des enfants ailés qui montent sur un char; un bras de
bronze qui a dû appartenir à une statue d'environ huit pieds de
proportion, un petit buste et quelques fragments de poterie romaine.


MONUMENTS NOUVEAUX

ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS 1789.

_Place des Victoires._ La statue colossale du général Desaix, tué à la
bataille de Marengo, y a occupé quelques années la place où s'élevoit
auparavant le monument de Louis XIV; et c'étoit là une de ces idées
heureuses qui ne pouvoient entrer que dans une tête comme celle de
Buonaparte. Cette statue étoit en bronze, et représentoit ce général
entièrement nu, (ce qui étoit encore dans les convenances de ce temps-là),
tenant une épée de la main droite, et affublé d'un petit manteau jeté sur
l'épaule gauche. Même avant la fin du règne de l'usurpateur, on fut obligé
de détruire ce monument monstrueux et ridicule tout à la fois; et rien
jusqu'à la restauration ne l'avoit remplacé.

La statue de Louis XIV va reprendre la place qui lui appartient. Le grand
monarque y sera représenté à cheval, et M. Bosio est chargé de l'exécution
de ce monument.

_Église des Petits-Pères._ Cette église, qui a été rendue au culte,
possède deux nouveaux tableaux dont la ville de Paris lui a fait présent,
et que l'on a placés dans le choeur. L'un représente la _Conversion de
saint Augustin_, l'autre, la _Vision de sainte Monique_. Tous les deux
ont été exécutés par M. Gailliot, et forment le complément de l'Histoire
de Saint-Augustin, dont les principaux événements ont été retracés dans
les six tableaux de Carle Vanloo, déjà mentionnés.

À l'entrée de l'église, à gauche et au-dessus du bénitier, on a gravé sur
une table de marbre, avec sa traduction latine, ce vers grec _rétrograde_
qui est très-connu,

  [Grec: Nipson anomêmata mê monan opsin.]

  Ablue peccata non solam faciem.

On fait dans la chapelle qui contenoit le tombeau de Lully les réparations
nécessaires pour y replacer ce monument; et cette même chapelle est déjà
ornée du portrait en médaillon de ce musicien célèbre. Au-dessous est
gravée en lettres d'or une inscription en six vers latins, composée par
Santeuil.

Il a été placé un pavillon télégraphique au-dessus du clocher de cette
église.

_Théâtre Feydeau._ Cette salle fut élevée en 1791, sur une portion du
terrain appartenant aux Filles-Saint-Thomas, et sur les dessins de MM.
Legrand et Molinos. Elle avoit été construite pour une troupe de bouffons
italiens, qui en prit possession dans cette même année; et cet édifice
porta d'abord le nom de théâtre de _Monsieur_.

Après avoir été successivement occupée par plusieurs autres troupes, et un
moment par les comédiens françois, cette salle appartient, depuis quinze
ans environ, à la troupe de l'Opéra-Comique françois.

La façade de ce monument, entourée, dans la rue Feydeau de maisons qui
permettent à peine de la voir, s'y présente obliquement sur un plan
circulaire, et se compose de parties trop grandes pour l'emplacement
resserré dans lequel elle a été construite. Trois arcs percés dans le
soubassement permettent de descendre de voiture sous le vestibule: c'est
une heureuse idée, et qui produiroit beaucoup d'effet, si elle avoit été
exécutée et développée sur une ligne plus étendue. Des caryatides d'un bon
style forment l'accompagnement de sept arcades qui décorent le premier
étage. C'est un monument élevé avec célérité au milieu des difficultés
insurmontables que présentoit le terrain, et qui par conséquent ne doit
point être jugé avec sévérité.


_La Bourse._ Cet édifice, dont la première pierre fut posée en 1808, et
qui n'est point encore entièrement achevé, s'élève sur l'emplacement du
couvent des Filles-Saint-Thomas. Son plan offre un parallélogramme de 212
pieds dans sa longueur, et de 126 pieds dans sa largeur. Il est entouré
d'un péristyle composé de 66 colonnes corinthiennes, formant, tout autour
de l'édifice, une galerie couverte à laquelle on arrive par un perron de
seize marches qui occupe toute la face occidentale du monument. Des
bas-reliefs ornent cette galerie, et représentent des sujets symboliques,
qui tous se rapportent au commerce et à l'industrie.

Un grand vestibule sert de communication pour se rendre à droite aux
salles particulières des agens et des courtiers de change, à gauche au
tribunal de commerce.

La salle de la Bourse, située au rez-de-chaussée et au centre de
l'édifice, a 116 pieds de longueur sur 76 de largeur. Elle est éclairée
par le comble, et peut contenir 2000 personnes.

Ce monument, que l'on doit mettre, pour la pureté du style, au nombre des
plus beaux de Paris, a été élevé sur les dessins de M. Brogniart. Cet
architecte étant mort en 1813, la suite des travaux a été confiée à M.
Labarre, qui, dit-on, a scrupuleusement suivi le plan primitif.

On assure que la rue Vivienne sera prolongée jusqu'au boulevart; et que,
du côté de la rue Notre-Dame-des-Victoires, il sera percée une rue
nouvelle de soixante pieds de large, laquelle devra se prolonger jusqu'à
la rue Montmartre. Il est difficile, en effet, qu'un édifice de cette
importance n'amène pas quelques changements dans la disposition des
maisons et des rues dont il est environné.


_Théâtre de l'Opéra._ L'Opéra ne quitta le théâtre provisoire qui lui
avoit été élevé sur le boulevart Saint-Martin[208] pour s'établir rue de
Richelieu, que dans les premières années de la révolution. Ce vaste
édifice, qui s'élève vis-à-vis la bibliothéque du roi, n'avoit point été
construit pour recevoir un tel spectacle; et sous le rapport de
l'architecture, il ne présente rien d'intéressant. Toutefois, par suite de
cette translation, il subit, tant dans sa forme que dans sa décoration
intérieure, plusieurs changements remarquables.

          [Note 208: _Voyez_ l'article _Opéra_, dans la description du
          quartier Saint-Martin, 2e partie de ce volume.]

C'est un bâtiment isolé au milieu des quatre rues qui l'environnent, et la
face principale, qui donne sur la rue de Richelieu, offre un grand
portique composé de onze arcades, au-dessus duquel est le foyer.

Le vestibule intérieur est décoré de colonnes doriques, qui soutiennent le
plafond. La salle qui porte en partie sur ce vestibule a 60 pieds de
diamètre, et l'avant-scène présente 45 pieds d'ouverture.

Le foyer public est vaste et commode; il forme une galerie divisée sur sa
longueur en trois parties par huit colonnes ioniques.

Personne n'ignore, et l'assassinat du duc de Berri, le 13 février 1820, au
moment où il sortoit de ce théâtre, et toutes les circonstances si
terribles et si touchantes qui accompagnèrent ses derniers moments;
circonstances parmi lesquelles le lieu où la Providence avoit voulu placer
le lit dans lequel ce malheureux prince mourut en héros et en chrétien,
n'étoit pas la moins singulière et la moins frappante. La salle de l'Opéra
dut être fermée dès ce jour même, et pour toujours; mais on trouva bientôt
plusieurs millions pour en construire une nouvelle, plus vaste, plus
magnifique, qui s'est élevée en peu de mois, comme par enchantement,
tandis que plusieurs de nos églises restent dépouillées, sont à peine et
lentement réparées, et que, faute d'une somme qui seroit à peine en
capital l'intérêt annuel de celles qu'a coûté ce nouvel Opéra, les
bâtiments neufs du séminaire de Saint-Sulpice sont interrompus, et
tomberont peut-être en ruines avant d'avoir été achevés! Nous parlerons
tout à l'heure de cette salle, qui est ouverte depuis près d'une année.


_Théâtre des Variétés._ Il a été construit par l'architecte Cellérier sur
le boulevart Montmartre, et dans un emplacement long et étroit qui lui
présentoit de très-grandes difficultés, difficultés qu'il a su vaincre
avec autant d'adresse que de bonheur. L'entrée de ce théâtre offre un
grand vestibule orné avec élégance, au fond duquel deux rampes d'escaliers
conduisent aux loges et au foyer. Ce foyer, placé au-dessus du vestibule,
se termine par un balcon qui a vue sur le boulevart.

La façade est à deux étages tétrastyles. Les colonnes du rez-de-chaussée
sont doriques, et celles du premier étage, ioniques. Au-dessus s'élève un
fronton, derrière lequel est un amortissement. Cette décoration a de
l'élégance et de la simplicité.


_Nouvelle salle de l'Opéra._ Cet édifice a été bâti dans la rue le
Pelletier sur un terrain qui dépend de l'hôtel Choiseul; il se compose au
rez-de-chaussée de sept arcades élevées sur six marches, et présente des
deux côtés un avant-corps avec terrasses, pour servir d'entrée aux
piétons. Le premier étage est orné de huit colonnes ioniques, à moitié
engagées dans le mur, avec attiques, portant huit statues qui représentent
_huit_ muses: la _neuvième_ manque! peut-être l'architecte ignoroit-il
qu'elle existât; il n'y a que ce moyen d'expliquer une si étrange
omission. Les intervalles des colonnes sont percés de neuf grandes
arcades, dont les archivoltes sont portées sur des colonnes et des
pilastres d'ordre dorique, et d'une moindre dimension que les colonnes
ioniques déjà citées. Les tympans sont ornés de figures et d'attributs
symboliques. Tout cet ensemble a une apparence très-mesquine, et il est
difficile de rien imaginer d'un plus mauvais goût.


_Saint-Vincent de Paule._ Cette église nouvelle a été construite dans la
rue Monthalon. Elle n'a point de portail; la dimension en est très-petite;
et l'intérieur jusqu'à présent ne présente rien qui mérite d'être
remarqué.


_Le Timbre royal._ Cet édifice, situé dans la rue de la Paix, se compose
en grande partie d'anciens bâtiments qui appartenoient au couvent des
Capucines, et d'une façade nouvelle qui donne sur la rue. Cette façade,
qui ressemble assez à celle d'une prison, se compose d'un grand mur tout
nu, portant de chaque côté deux médaillons dans lesquels sont deux figures
de génies sculptées en bas-relief.


_Église des capucins de la Chaussée-d'Antin._ On a élevé dans cette
église un tombeau à M. le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur du roi
de France à Constantinople avant la révolution, et auteur d'un voyage en
Grèce. Il se compose d'un tronçon de colonne noire, qui s'élève sur une
base en marbre blanc, et que surmonte une urne en marbre blanc. Une
inscription apprend que ce tombeau lui a été élevé par son épouse.


_Fontaines des capucins de la Chaussée-d'Antin._ Ces deux fontaines
extrêmement simples, mais de bon goût dans leur simplicité, se composent
de deux cuves de forme antique qui reçoivent l'eau de deux mascarons
placés au-dessus.


_Abatoir de Rochechouart._ Il est situé vers la barrière qui porte ce nom,
et adossé au mur d'enceinte. (Voyez à la fin du troisième volume, 2e
partie, l'article _Abatoirs_.)



QUARTIER SAINT-EUSTACHE.

     Ce quartier étoit borné à l'orient par les rues de la
     Tonnellerie, Comtesse-d'Artois et Montorgueil exclusivement,
     jusqu'au coin de la rue Neuve-Saint-Eustache; au septentrion, par
     les rues Neuve-Saint-Eustache et des Fossés-Montmartre, et par la
     place des Victoires aussi exclusivement; à l'occident, par la rue
     des Bons-Enfants inclusivement; et au midi, par la rue
     Saint-Honoré exclusivement.

     On y comptoit, en 1789, trente-six rues, un cul-de-sac, une
     église paroissiale, deux chapelles, une communauté de filles, une
     halle au blé, etc.


Avant Philippe-Auguste, le quartier que nous allons décrire formoit un de
ces bourgs dont Paris étoit alors environné, et que ce prince renferma
dans la nouvelle enceinte qu'il fit élever. Ce bourg, bâti sur un
territoire dépendant de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois, déjà entourée
elle-même d'un gros bourg qui portoit son nom, étoit connu sous la
dénomination de nouveau bourg Saint-Germain-l'Auxerrois[209].

          [Note 209: _Voyez_ le plan de Paris sous Louis-le-Jeune.]

La muraille que ce prince éleva autour de sa capitale ne renferma
cependant qu'une partie de l'espace qui forme aujourd'hui le quartier
Saint-Eustache. Cette muraille passoit entre les rues d'Orléans et de
Grenelle, traversoit le terrain occupé depuis par l'hôtel de Soissons
(aujourd'hui par la Halle au blé), et de là se prolongeoit le long des
rues Plâtrière, du Jour, la pointe Saint-Eustache, la rue Montorgueil,
etc. Il y avoit dans cet espace deux portes: celle qui étoit placée
vis-à-vis Saint-Eustache, entre les rues Plâtrière et du Jour, et une
_fausse_ porte percée dans la rue Montorgueil pour la commodité des comtes
d'Artois, qui possédoient un hôtel dans les environs.

Les murailles élevées sous Charles V et Charles VI achevèrent de renfermer
dans la ville ce qui restoit encore de ce quartier hors de la vieille
enceinte. Ces nouveaux murs passèrent sur l'emplacement où est situé
l'hôtel de Toulouse, traversèrent ensuite le terrain de la place des
Victoires, et se prolongèrent sur la ligne de la rue des
Fossés-Montmartre, des rues Montmartre, de Bourbon, etc. Cet état de chose
fut maintenu jusqu'au règne de Louis XIII.


L'ÉGLISE SAINT-EUSTACHE.

Cette grande paroisse n'étoit d'abord qu'une simple chapelle, sous
l'invocation de sainte Agnès. Les conjectures les plus probables portent à
croire qu'elle fut bâtie et érigée vers le commencement du treizième
siècle, mais ce sont de simples conjectures: car il ne nous reste aucun
renseignement certain ni sur l'époque précise de sa fondation, ni sur le
nom de son fondateur. Une tradition vulgaire veut que _Jean Alais_ ait
fait construire cette chapelle de Sainte-Agnès _en satisfaction d'avoir
été le premier auteur d'un impôt d'un denier sur chaque panier de poisson
qui arrivoit aux Halles_[210]. Il porta même plus loin, dit-on, le
témoignage de son repentir et de ses regrets; car, selon quelques
écrivains[211], il voulut que son corps fût jeté, après sa mort, dans un
cloaque où se perdoient les eaux et les immondices de ce marché. Cet
égout, qui existoit encore au milieu du dernier siècle, au bas de la rue
Montmartre et de la rue Traînée, étoit effectivement couvert d'une pierre
élevée qu'on nommoit le _Pont Alais_.

          [Note 210: Hist. de Par., t. I, p. 348.]

          [Note 211: _Ibid._]

Quoi qu'il en soit de la vérité de cette tradition, qui n'est appuyée sur
aucun titre, il est certain que, dès l'an 1213, il y avoit en cet endroit
une chapelle de Sainte-Agnès, qui dépendoit du chapitre de
Saint-Germain-l'Auxerrois. On lit en effet, dans un cartulaire de cette
église[212], un jugement rendu au mois de février 1213, sur une
contestation survenue entre le doyen et les chanoines, au sujet des
offrandes qui se faisoient aux quatre principales fêtes de l'année dans la
chapelle de Sainte-Agnès, nouvellement bâtie, _super oblationibus novæ
capellæ sanctæ Agnetis_; et ce jugement est le premier acte où il soit
fait mention de l'origine de cette église. L'abbé Lebeuf semble n'avoir
pas eu connoissance de cette pièce, car, en citant une sentence arbitrale
rendue en 1216, par laquelle il est décidé que le doyen de
Saint-Germain-l'Auxerrois a les mêmes droits dans la chapelle de
Sainte-Agnès que dans l'église Saint-Germain, il ajoute ensuite que _c'est
le premier acte qui regarde l'origine de la paroisse de
Saint-Eustache_[213].

          [Note 212: _Cart. S. Germ. Autiss._]

          [Note 213: Hist. de Par., t. I, p. 92.--T. III, p. 97.]

Il y a lieu de penser que, peu de temps après la dernière de ces deux
époques, cette chapelle fut érigée en paroisse, pour la commodité du grand
nombre d'habitants qui demeuraient aux environs; car, dès l'an 1223, on la
trouve qualifiée du titre d'_Ecclesia sancti Eustachii_. On voit en outre
dans l'histoire de Paris que des contestations élevées entre Guillaume de
Varzi, doyen de Saint-Germain, et le prêtre ou curé de cette église,
furent terminées au mois de juillet de la même année 1223[214]; et l'on
présume qu'ayant déjà été rebâtie et agrandie, elle avoit été dédiée sous
le nom de saint Eustache, parce qu'elle possédoit sans doute quelques
reliques de ce saint, qui souffrit le martyre à Rome, mais dont le corps
étoit déposé, depuis environ un siècle, dans l'abbaye de Saint-Denis.
Forcés de choisir entre des conjectures, celle-ci nous paroît beaucoup
plus vraisemblable que ce qui a été avancé sans aucune preuve par l'auteur
anonyme d'une vie de saint _Eustase_, abbé de Luxeu. Cet auteur prétend
que «l'Église de Saint-Eustache doit son titre à une chapelle consacrée
sous l'invocation de saint _Eustase_, qui existoit depuis plusieurs
siècles près de celle de Sainte-Agnès, et que le peuple, altérant la
prononciation d'_Eustase_, en avoit fait _Eustache_, lequel se trouve
écrit dans les anciennes chroniques saint _Wistasse_, saint _Vitase_, et
saint _Huitace_[215].» Cette opinion a été rejetée par tous les historiens
de Paris.

          [Note 214: _Cart. S. Germ. Autiss._--_Gall. Christ._, t. VII,
          col. 257. _Car. Livriac._]

          [Note 215: Vie de S. Eustase, 1569.]

Aussitôt que cette chapelle eut été érigée en paroisse, plusieurs pieux
citoyens s'empressèrent d'y fonder des chapellenies[216], qui, avec les
oblations ordinaires des fidèles, assurèrent la subsistance de son clergé.
On trouve dans les titres de ces fondations qu'un riche particulier nommé
_Guillaume Poin-Lasne_, fonda, au mois de mars de l'année 1223, dans
l'église de Saint-Eustache, deux chapellenies avec une dotation de 300
liv. de rente[217]. Une autre fut fondée en 1342, avec une rente de 12
liv., en exécution d'une clause du testament de dame _Marie la Pointe
pâtissière_. Cette fondation étoit établie sous la condition de trois
messes par semaine; et les exécuteurs testamentaires demandèrent qu'elle
fût exécutée à l'autel de Saint-Jacques et de Sainte-Anne[218]. Enfin on
lit parmi les noms des fondateurs de ces chapellenies ceux de Louis
d'Orléans, frère du roi Charles VI, de MM. Nicolaï, seigneurs de
Gausainville, et de quelques autres personnages distingués.

          [Note 216: Les chapellenies, dont nous avons déjà parlé plus
          d'une fois, étoient des espèces de bénéfices auxquels étoient
          attachés certains revenus provenant d'un capital ou d'un
          immeuble cédé par le fondateur, à la charge par celui qui en
          jouissoit de dire des messes ou autres prières dans une chapelle
          érigée ou désignée à cet effet parmi celles qui existoient dans
          l'église. Comme les immeubles légués avoient quelquefois une
          certaine étendue, ils acquirent, dans la suite des temps, de
          l'importance, à raison de l'accroissement du quartier où ils se
          trouvoient situés. Ainsi nous voyons que les chapelains de
          Saint-Eustache avoient, au commencement du quatorzième siècle,
          droit de basse-justice, et des amendes jusqu'à soixante sous en
          trois rues, hors des murs de la ville et dans le quartier
          Saint-Eustache. En conséquence ils préposoient des officiers
          pour rendre la justice dans les lieux soumis à leur juridiction.
          Ces droits, qui furent confirmés à différentes époques par des
          arrêts du parlement, avoient fait de ces chapellenies de
          très-bons bénéfices. Aussi les trouve-t-on qualifiées, dans les
          anciennes chartes, d'_optimæ capelleniæ_.]

          [Note 217: Rech. sur Paris, t. II, quart. S. Eust., p.
          29.--Cart. de l'évêché. A. 5185, fol. 67.]

          [Note 218: Pet. Cart., charte 378.--_Hist. Eccles. Paris_, t.
          II, p. 634.]

Plusieurs confréries furent aussi établies dans cette église: une des plus
anciennes étoit celle de Saint-Louis, instituée par les porteurs de blé,
avec la permission de Charles VI. Le premier président du parlement fut
également autorisé, en 1496, à former une confrérie en l'honneur de
Saint-Roch, dans une chapelle de la même église; et en 1622, on y trouve,
sous le nom de Notre-Dame-de-Bon-Secours, une autre confrérie créée pour
le soulagement des pauvres honteux[219].

          [Note 219: Hist. du dioc. de Par., t. II, p. 634.]

L'église de Saint-Eustache fut, à différentes époques, réparée et
augmentée; mais en 1532 la résolution ayant été prise de la rebâtir
entièrement, on commença à y travailler le 19 août de la même année[220].
Les dépenses considérables que nécessitoit la construction d'un édifice
aussi important, élevé sur un plan extrêmement vaste, ne permirent pas de
le terminer aussi promptement qu'on l'eût désiré. Il ne put être achevé
qu'en 1642; et ce fut particulièrement aux libéralités du chancelier
Séguier et de M. de Bullion, surintendant des finances, que l'on dut son
entier achèvement. Cependant, dès le mois d'avril 1637, la consécration en
avoit été faite par M. de Gondi, archevêque de Paris.

          [Note 220: On prit à cet effet un terrain considérable du côté
          de la rue du Jour. Il paroît qu'il y avoit anciennement, entre
          l'église et cette rue, une autre rue parallèle. Jaillot pense
          que ce pouvoit être la rue de la _Croix-Neuve_, désignée sur
          d'anciens plans.]

L'architecture de cette église excita, dans le temps, une admiration
générale, et l'on regardoit comme un chef-d'oeuvre de goût ce dessin
extraordinaire, qui, s'éloignant du gothique pour se rapprocher des formes
antiques, offre cependant un mélange bizarre de l'un et de l'autre[221].
On trouvoit qu'elle réunissoit tout ce qu'on peut désirer dans un monument
de ce genre; grandeur du vaisseau, belle disposition, richesse de
matières, ornements délicats, etc.; le portail surtout enlevoit tous les
suffrages: «Il est environné, dit un des anciens historiens de Paris, d'un
grand circuit formé de balustres, et c'est un des plus beaux de Paris
pour sa largeur et l'excellence de ses ouvrages taillés fort mignonnement
et délicatement sur la pierre[222].»

          [Note 221: _Voyez_ pl. 80.]

          [Note 222: _Voyez_ pl. 83.]

Cependant le goût ne tarda pas à devenir meilleur. Sous le règne de Louis
XIV, on reconnut que ce portail avoit été bâti sur un plan défectueux;
alors M. de Colbert fit don d'une somme de 20,000 livres[223] pour en
faire construire un autre, somme qui se trouva tellement insuffisante,
qu'il fut impossible à la fabrique de remplir les intentions du donataire.
Sur les représentations qui lui furent faites, ce ministre permit qu'on en
différât l'exécution jusqu'à ce que les intérêts de cette somme réunis au
capital eussent formé un fonds assez considérable pour l'entier achèvement
de cette construction.

          [Note 223: Piganiol dit 40,000 liv.; nous avons suivi Jaillot,
          qui est toujours plus exact.]

En 1752, le curé et les marguilliers, voyant que les 20,000 livres et les
intérêts s'élevoient à un capital de 111,146 livres, jugèrent qu'il étoit
temps d'en remplir la destination; et la construction du nouveau portail
fut décidée. La première pierre en fut posée avec grand appareil par le
duc de Chartres le 12 mai 1754. À peine ce portail eut-il été élevé
jusqu'au premier ordre, qu'il se trouva que la somme amassée étoit déjà
épuisée, ce qui força d'interrompre les travaux. Ils furent repris en
1772; mais le manque de fonds obligea une seconde fois de les suspendre,
et jusqu'à ce jour cette façade est restée imparfaite. Elle avoit été
érigée sur les dessins de Mansard de Joui, et continuée après lui par
Moreau, architecte du roi et de la ville de Paris.

Cette composition, qu'on peut regarder comme une imitation malheureuse du
portail de Servandoni, à Saint-Sulpice, n'a d'autre mérite que d'avoir été
exécutée sur une assez grande échelle. La largeur beaucoup trop
considérable de ses entre-colonnements, surtout au second ordre,
entraînera sa destruction; et déjà le poids énorme de la plate-bande qui
supporte le fronton y a causé de fâcheuses dégradations, et semble écraser
les maigres colonnes qui la soutiennent. Le genre de cette architecture
massive, et qui n'est ni antique ni moderne, n'a d'ailleurs aucune espèce
de rapport avec le reste de l'édifice[224]; on en peut dire autant du
bâtiment de la sacristie, pratiqué au rond-point de l'église, sur le
carrefour dit la Pointe-Saint-Eustache, bâtiment parasite, qui renouvelle
le funeste exemple, tant de fois donné, d'adosser des maisons
particulières aux temples, dont le caractère principal est d'être isolé de
toute habitation profane.

          [Note 224: _Voy._ pl. 79. Au côté méridional de cette église est
          un autre portail construit en même temps que le corps du
          bâtiment; et bien qu'il offre un mélange de plusieurs genres
          d'architecture, il est cependant fort supérieur à celui-ci et
          pour l'élégance des formes et pour le mérite de l'exécution.
          (_Voy._ pl. 83.)]

L'intérieur de cette église, la plus spacieuse de Paris après celle de
Notre-Dame, n'est remarquable que par la hauteur extraordinaire de ses
voûtes: car, nous le répétons, il n'est rien de plus choquant que ce
mélange d'architecture gothique et moderne dont elle est composée. Au
milieu de la voûte de la croisée et au centre de celle qui termine le fond
du choeur sont deux clefs pendantes, dont la saillie est très-grande, et
où viennent aboutir les arêtes de ces voûtes. Du reste, les piliers sont
tellement multipliés dans la longueur de la nef, qu'il faut absolument
être au milieu pour bien juger de l'étendue de tout le vaisseau.

À la construction du nouveau portail étoit lié le plan d'une place
symétrique qui l'auroit entouré, et le roi avoit déjà même accordé 100,000
écus pour les premiers frais de cette opération; mais plusieurs
circonstances obligèrent de changer la destination de cette somme[225]; et
ce projet, qui eût été à la fois utile et agréable aux habitants de ce
quartier, resta sans exécution.

          [Note 225: Elle fut employée à bâtir une maison, rue Traînée,
          pour le logement du curé et des prêtres attachés au service de
          cette paroisse.]

Le maître-autel de cette église étoit décoré d'un corps d'architecture
soutenu par quatre colonnes de marbre d'ordre corinthien. Six statues de
la même matière ornoient cet autel; elles étoient de la main du célèbre
Sarrasin, et représentoient saint Louis[226], la Vierge, saint Eustache,
sainte Agnès et deux anges en adoration.

          [Note 226: Cet artiste avoit imaginé de donner à la figure de
          saint Louis la ressemblance de Louis XIII; celle de la Vierge
          étoit le portrait d'Anne d'Autriche, et le petit Jésus qu'elle
          tenoit entre ses bras ressembloit à Louis XIV encore enfant.]

L'oeuvre, dessinée par Cartaud, et la chaire à prêcher, exécutée sur les
dessins de Lebrun par Le Pautre, avoient de la réputation comme ouvrages
de sculpture et de menuiserie. On remarquoit en outre dans cette église un
très-grand nombre de peintures et de monuments, dont nous allons donner,
suivant notre coutume, une notice exacte et détaillée.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE SAINT-EUSTACHE.

     TABLEAUX.

     Derrière le maître-autel, une Cène attribuée à _Porbus_.

     Dans la chapelle de la Vierge, deux tableaux de _Lafosse_, placés
     des deux côtés de l'autel, et représentant l'un et l'autre la
     Salutation angélique.

     Dans la septième chapelle à droite, saint Jean dans le désert,
     par _Le Moine_.

     Dans la chapelle suivante, la prédication du même saint, par
     _Vincent_.

     Lors de la construction du nouveau portail, on détruisit deux
     chapelles. Dans la troisième étoient trois tableaux à fresque de
     _Pierre Mignard_.

     1º. Au plafond, les cieux ouverts et le Père éternel au milieu
     d'une gloire d'anges;

     2º. Sur la partie droite du mur, la Circoncision;

     3º. Sur la partie gauche, saint Jean baptisant Jésus-Christ dans
     le Jourdain.

     On voyoit dans l'autre trois sujets exécutés dans la même manière
     par _Lafosse_; au plafond, le Père éternel accompagné des quatre
     évangélistes donnoit la bénédiction aux mariages d'Adam et d'Ève
     et de Marie avec Joseph, qui étoient peints sur les murs latéraux
     de cette chapelle.


     STATUES ET TOMBEAUX.

     Au-dessus de la chaire du prédicateur étoit représenté saint
     Eustache implorant le secours du ciel pour ses deux enfants
     emportés par un lion et une louve. Ce morceau de sculpture avoit
     été exécuté sur les dessins de _Le Brun_.

     Sur la grille de fer qui séparoit la nef du choeur s'élevoit un
     crucifix de bronze, l'un des plus grands morceaux de ce genre
     qu'il y eût en France. Il étoit d'un sculpteur nommé _Étienne
     Laporte_. Ce Christ, qui pesoit, avec la croix, 1054 livres, fut
     transporté ensuite dans la chapelle des fonts.

     Sous un grand arc, à côté de la chapelle de la Vierge, étoit le
     tombeau de J.-B. Colbert, ministre sous Louis XIV, mort en
     1683[227].

          [Note 227: Au bas de ce tombeau, du côté de la chapelle qui lui
          étoit adossée, on lisoit l'épitaphe suivante:

               D. O. M.

               _Præclarâ ac pernobili stipite equitum Colbertorum, qui
               anno Domini 1285 ex Scotiâ in Galliam transmigrarunt, ortus
               est vir magnus, Joannes Baptista Colbertus, marchio de
               Seignelai, etc., regi administer, oerarii rationes in
               certum et facilem statum redegit. Rem navalem instauravit.
               Promovit commercium. Bonarum artium studia fovit. Summa
               regni negotia pari sapentiâ et æquitate gessit. Fidus,
               integer, providus, Ludovico Magno placuit. Obiit Parisiis,
               anno Domini 1683, ætatis 64._

          _Nota._ L'auteur qui rapporte cette épitaphe ajoute qu'elle
          étoit très-peu apparente et presque cachée, ce qu'il attribue à
          la crainte que le public ne remarquât avec malignité que l'on
          faisoit descendre Colbert d'une famille noble d'Écosse, tandis
          que réellement il étoit d'une origine françoise fort commune.]

     Colbert, représenté à genoux sur un sarcophage de marbre noir,
     avoit les yeux fixés sur un livre qu'un ange tenoit ouvert devant
     lui; la Religion et l'Abondance, grandes comme nature, étoient
     assises des deux côtés du monument. La figure du ministre et
     celle de l'Abondance étoient de _Coyzevox_; celles de l'ange et
     de la Religion, de _Tuby_[228].

          [Note 228: Ce monument, vanté comme un chef-d'oeuvre de noblesse
          et de correction par tous les historiens, avoit été déposé au
          Musée des monuments françois. On ne peut nier qu'il n'y ait de
          la vérité dans la figure de Colbert; mais les deux statues
          allégoriques de l'Abondance et de la Religion manquent de
          caractère et d'expression, et présentent, dans le jet de leurs
          draperies, l'affectation et le mauvais goût qui entraînoient
          déjà l'École vers cette dégradation totale où elle est tombée
          sous le règne de Louis XV. La figure de l'ange a été détruite
          pendant la révolution.]

     Des médaillons de bronze représentoient Joseph occupé à faire
     distribuer du blé au peuple d'Égypte, et Daniel donnant les
     ordres du roi Darius aux satrapes et aux gouverneurs de Perse;
     sur les jambages de l'arcade, sous laquelle étoit posé le
     tombeau, on lisait plusieurs passages de l'Écriture.

     J.-B. Colbert, marquis de Seignelay, fils aîné du ministre, mort
     en 1690, fut inhumé dans le même tombeau.

     Vis-à-vis de ce monument, et sur un des piliers de la nef, un
     bas-relief de marbre blanc représentait l'Immortalité soutenant
     le buste de Martin Cureau de La Chambre, médecin ordinaire de
     Louis XIV, et membre de l'Académie françoise, mort en 1669, à
     l'âge de soixante-quinze ans. Ce morceau, que l'on a vu aussi au
     Musée des monuments françois, avoit été exécuté par _Tuby_,
     d'après les dessins du _Cavalier Bernin_.

     Plusieurs autres personnages illustres, soit par leur naissance,
     soit par leurs talents, avoient encore leur sépulture dans cette
     église. Les plus remarquables étoient:


     René Benoît, docteur de Sorbonne, d'abord curé de Saint-Eustache,
     puis nommé à l'évêché de Troie[229], mort en 1608. Il fut un de
     ceux qui, en 1593, furent appelés pour instruire Henri IV dans la
     religion catholique.

          [Note 229: Il ne put obtenir de bulles, et fut obligé de
          renoncer à cet évêché.]

     François d'Aubusson de La Feuillade, pair et maréchal de France,
     mort en 1691. Nous avons déjà parlé de ce personnage en donnant
     la description de la place des Victoires.

     Anne-Hilarion de Constantin, comte de Tourville, vice-amiral,
     maréchal de France, et l'un des plus grands hommes de mer qu'elle
     ait possédés, mort en 1701.

     Gabriel-Claude, marquis d'O, lieutenant-général des armées
     navales du roi, mort en 1728.

     Gabriel-Simon, marquis d'O, brigadier des armées du roi, mort en
     1734, âgé de trente-sept ans. En lui finit la maison d'O, l'une
     des plus anciennes de la Normandie.

     François de Chevert, lieutenant-général des armées du roi, mort
     en 1769. On voyoit au Musée des monuments françois son buste et
     son tombeau, avec une épitaphe composée par d'Alembert pour ce
     grand capitaine[230].

          [Note 230: Cette épitaphe, écrite en françois, mérite d'être
          rapportée:

          «François de Chevert, gouverneur de Givet et de Charlemont,
          lieutenant-général des armées du roi: sans aïeux, sans fortune,
          sans appui, orphelin dès l'enfance, il entra au service à l'âge
          de XI ans; il s'éleva, malgré l'envie, à force de mérite, et
          chaque grade fut le prix d'une action d'éclat. Le titre seul de
          maréchal de France a manqué, non pas à sa gloire, mais à
          l'exemple de ceux qui le prendront pour modèle. Il étoit né à
          Verdun-sur-Meuse, le 2 février 1693; il mourut à Paris le 24
          janvier 1769.»]

     Bernard de Girard, seigneur du Haillan, né à Bordeaux en 1535. Il
     fut historiographe de France, secrétaire des finances, et le
     premier qui exerça la charge de généalogiste du
     Saint-Esprit[231]: mort en 1610.

          [Note 231: Son Histoire de France depuis Pharamond jusqu'à la
          mort de Charles VIII est le premier recueil de ce genre qu'on
          ait composé en françois; mais les erreurs innombrables dont elle
          est remplie, et la barbarie du style, l'ont fait reléguer dans
          la poussière des bibliothéques.]

     Marie Jars de Gournay, fille adoptive de Montaigne, et à laquelle
     on est redevable de la compilation des oeuvres de cet homme
     célèbre: morte en 1645[232].

          [Note 232: On lisoit sur sa tombe l'épitaphe suivante:

          «_Maria Gornacensis, quam Montanus ille filiam, Justus Lipsius
          adeòque omnes docti sororem agnoverunt, vixit annos 80, devixit
          13 Jul. an. 1685. Umbra æternùm victura_».]

     Vincent Voiture, écrivain qui passa pour le plus bel esprit de la
     France, quelque temps avant qu'elle eût produit des hommes de
     génie, mort en 1648.

     Claude Favre, sieur de Vaugelas, habile grammairien, mort en
     1650.

     François de La Mothe Le Vayer, savant illustre, et précepteur de
     Philippe de France, duc d'Orléans, mort en 1672.

     Amable de Bourzeis, abbé de Saint-Martin-des-Cores, mort en 1672.

     Antoine Furetière, célèbre par un bon dictionnaire françois, et
     par ses démêlés avec l'Académie françoise, mort en 1688.

     Isaac de Benserade, poète ingénieux et habile courtisan, mort en
     1691.

     Claude Genest, auteur de plusieurs tragédies, entre autres de
     _Pénélope_, qui est restée au théâtre. Il étoit abbé de
     Saint-Vilmer, aumônier de la duchesse d'Orléans, et secrétaire
     des commandements de M. le duc du Maine, mort en 1719.

     _Nota._ Les sept derniers personnages que nous venons de nommer
     étoient tous membres de l'Académie françoise.

     Charles Lafosse, l'un des meilleurs peintres de son temps, mort
     en 1716.

     Guillaume Homberg, chimiste, physicien, naturaliste, renommé par
     ses vastes connoissances et par les nombreux écrits dont il a
     enrichi les Mémoires de l'Académie des sciences, mort en 1715.

     À côté du choeur, à droite, étoit la chapelle de sainte
     Marguerite, dans laquelle on voyoit deux petits monuments en marbre
     et en bronze doré. Ils avoient été élevés à la mémoire d'Hilaire
     de Rouillé du Coudray et du marquis de Vins.

     À peu de distance et du même côté, on trouvoit une autre chapelle
     dite de saint Jean-Baptiste, dans laquelle avoient été inhumés
     deux ministres d'état, père et fils: Joseph-Jean-Baptiste
     Fleuriau d'Armenonville, garde des sceaux de France en 1722, mort
     en 1728; Charles-Jean-Baptiste Fleuriau, comte de Morville,
     secrétaire d'état sur la démission de son père en 1722, et reçu
     la même année à l'Académie françoise, mort en 1732. Leur tombeau,
     exécuté par _Bouchardon_, consistoit en une urne accompagnée de
     quelques ornements fort simples.


La paroisse de Saint-Eustache étoit un démembrement de celle de
Saint-Germain-l'Auxerrois; et la nomination de la cure appartenoit au
chapitre de Notre-Dame, comme ayant succédé, après la réunion, aux droits
du chapitre de Saint-Germain. La circonscription de cette paroisse étoit
d'une très-grande étendue; elle comprenoit:

La rue de la Lingerie des deux côtés, le côté gauche de la rue aux Fers;
de là elle prenoit le côté gauche de la rue Saint-Denis jusqu'à l'espace
compris entre la rue Mauconseil et celle du Petit-Lion. Ensuite,
traversant la rue Françoise, elle s'étendoit jusqu'au cul-de-sac de la
Bouteille, d'où elle reprenoit la rue Montorgueil, la rue des
Petits-Carreaux, et suivoit tout le côté gauche de la rue Poissonnière.

Cette paroisse avoit encore le côté gauche de la rue d'Enfer, des rues
Coquenart et de Saint-Lazare. En revenant elle avoit les rues nouvellement
bâties dans la Chaussée-d'Antin; puis la rue Neuve-Saint-Augustin, une
partie de la rue de Richelieu jusqu'à la rue Saint-Honoré; et depuis le
coin de la rue Saint-Honoré, tout le côté gauche, jusqu'à celle de la
Lingerie, point de départ.

Parmi les reliques qu'on gardoit dans cette église, on en remarquoit une
de saint Eustache, son patron, renfermée dans une châsse d'argent. Cette
relique lui avoit été envoyée, sous le pontificat de Grégoire XV, par le
cardinal d'Est et par le chapitre de Saint-Eustache de Rome[233].

          [Note 233: L'église de Saint-Eustache, rendue au culte, est
          aujourd'hui l'une des paroisses de Paris.]


COMMUNAUTÉ DE SAINTE-AGNÈS.

Cette communauté, située dans la rue Plâtrière, avoit été instituée dans
l'intention charitable de procurer aux jeunes filles pauvres du quartier
un moyen honnête d'existence, en les élevant gratuitement dans les
différents genres d'industrie propres à leur sexe, tels que la couture, la
broderie, la tapisserie, etc.[234] _Léonard de Lamet_, curé de
Saint-Eustache, avoit conçu l'idée de cet établissement, à la formation
duquel plusieurs personnes pieuses s'empressèrent de concourir. Ces
premières libéralités suffirent aux besoins les plus pressants de cette
maison, qui ne fut d'abord composée que de trois soeurs; mais en 1681,
trois ans après sa fondation, on y comptoit déjà quinze soeurs-maîtresses,
qui donnoient des leçons à plus de deux cents jeunes filles. Le roi,
convaincu des avantages que la classe indigente pouvoit retirer d'un
pareil établissement, le confirma par lettres-patentes du mois de mars
1682, enregistrées le 28 août 1683. Par ces lettres il est dit que cette
communauté jouira de toutes les franchises et priviléges des maisons de
fondation royale, à condition néanmoins qu'elle ne pourra être changée en
maison de profession religieuse, et qu'elle continuera, comme elle a
commencé, à remplir l'objet de son institution. La même année M. de
Colbert lui fit don de 500 livres de rentes.

          [Note 234: Sauval, t. I, p. 650.]

Rien n'étoit comparable au zèle et à la charité des saintes filles qui
dirigeoient cette utile fondation. Dans l'extrême pauvreté où elles
vivoient, elles se privoient souvent du nécessaire pour fournir aux
besoins des enfants qui leur étoient confiés. On les vit, dans l'hiver
rigoureux de 1709, et dans la disette qui le suivit, pousser cette ardente
charité jusqu'à sacrifier leur contrat de 500 livres, seul bien qu'elles
possédassent, pour acheter la farine nécessaire à la subsistance de leurs
pauvres petites élèves. Tels sont les prodiges du christianisme; et une
vertu si touchante mérite d'autant plus d'être louée, que, trouvant en
elle-même la seule récompense qu'elle désire, elle évite la louange, et
fait ses délices de l'obscurité.

Le curé de Saint-Eustache étoit chargé de la surveillance de la communauté
de Sainte-Agnès, dont la maison avoit, dans la rue du Jour, une porte par
laquelle les soeurs se rendoient à l'office divin de la paroisse. On y
prenoit aussi en pension de jeunes demoiselles qui recevoient une
éducation honorable et chrétienne dans une partie de l'édifice séparée de
l'école des pauvres filles[235].

          [Note 235: Cette institution n'existe plus. Ses bâtiments sont
          maintenant occupés par des particuliers.]


CHAPELLE DE SAINTE-MARIE-ÉGYPTIENNE, OU DE LA JUSSIENNE.

On ignore également et le nom du fondateur et dans quel temps fut bâtie
cette chapelle, qui faisoit le coin de la rue Montmartre et de celle de la
Jussienne. Tous les auteurs qui en ont parlé n'ont présenté que des
conjectures qui ne sont appuyées sur aucun acte authentique. Dubreul, dom
Félibien, et Piganiol qui les copie, lui assignent une origine fort
ancienne, et, sur la foi de quelques titres mal interprétés, se sont
imaginé qu'elle avoit été donnée aux Augustins lors de leur premier
établissement à Paris, c'est-à-dire vers l'an 1250[236].

          [Note 236: Dubreuil, p. 550.--Hist. de Par., t. I, p. 331.]

L'abbé Lebeuf conjecture que «cette chapelle a pu servir de clôture à une
femme de Blois, qui s'y sera renfermée pour faire pénitence de s'être
mêlée du métier des Égyptiens ou Bohémiens, ou bien à une autre de ces
Égyptiennes qui se disoient condamnées à faire des pélerinages par
pénitence et par mortification, et qui se seroit renfermée dans cette
chapelle pour y finir ses jours, à l'imitation de sainte
Marie-Égyptienne[237].

          [Note 237: T. I, p. 105. Cette chapelle est désignée dans
          quelques titres sous le nom de
          Sainte-Marie-l'Égyptienne-de-Blois.]

Jaillot pense que toutes ces opinions sont destituées de fondement. Il
prétend d'abord que les Augustins n'ont jamais possédé cette chapelle; et
les preuves qu'il en donne sont que ces religieux achetèrent une maison
et un jardin hors la porte de Montmartre; que non-seulement il n'est point
fait mention dans le contrat d'acquisition qu'il y eût alors de chapelle
en ce lieu, mais qu'il est au contraire prouvé qu'il n'y en avoit point,
par l'acte même d'amortissement du mois de décembre 1259, lequel porte
qu'ils y devoient faire construire une maison et une chapelle, _ibidem
domum et oratorium construere_[238]. Celle qu'ils y firent élever portoit
le nom de Saint-Augustin, et c'est ainsi qu'elle est désignée dans la
bulle du pape Alexandre IV, du 6 juin 1260. Lorsque les Augustins
abandonnèrent cette demeure en 1285, il n'est fait mention de la chapelle
ni dans la cession qu'ils firent de leur manoir, en 1290, à Guillaume le
Normand, ni dans la vente que l'évêque de Paris en fit en 1293 à Robert,
fils du comte de Flandre. «On stipula, dit-il, dans cet acte, que _le
cimetière ne seroit point employé à des usages profanes_: le silence qu'on
garde sur la chapelle ne donneroit-il pas lieu de penser que, si elle eût
existé, on auroit également stipulé ou qu'elle seroit conservée, ou que si
l'on venoit à l'abattre, le terrain n'en seroit pas moins respecté que
celui du cimetière? Il y a plus: auroit-on permis aux Augustins de la
vendre à un particulier? Il en faut donc conclure qu'elle ne subsistoit
plus alors, et que celle de Sainte-Marie-Égyptienne fut bâtie depuis sur
l'emplacement de l'ancienne ou sur celui du cimetière qui lui étoit
contigu[239].»

          [Note 238: Pet. Cart. de l'évêché, fol. 128, chart. 158.]

          [Note 239: Rech. sur Par., quart. S. Eust., p. 33.]

Le même critique oppose aux conjectures de l'abbé Lebeuf que les Égyptiens
ou Bohémiens dont il parle ne furent connus à Paris, suivant les anciens
auteurs, que dans l'année 1427[240], et que cette chapelle existoit bien
auparavant, puisqu'il en est fait mention dans le censier de l'évêché de
1372, où elle est appelée chapelle de _Quoque Héron_, et dans celui de
1399, où elle est indiquée sous le nom de la chapelle de l'_Égyptienne_;
et que le surnom de _Blois_ se trouve pour la première fois dans une
opposition faite par l'évêque, le 19 juin 1438, aux criées d'une maison
rue Coq-Héron, près l'_Égyptienne-de-Blois_.

          [Note 240: Paris étoit alors au pouvoir des Anglois. La populace
          ignorante et crédule de cette malheureuse ville reçut, comme des
          gens inspirés, ces étrangers qui la bercèrent des contes les
          plus ridicules. Ils débitèrent que, nés dans la Basse-Égypte,
          ils avoient d'abord abjuré leur fausse religion pour embrasser
          la religion catholique; mais qu'étant ensuite retombés dans
          leurs premières erreurs, ils n'avoient pu en obtenir
          l'absolution du pape que sous la condition de courir le monde
          pendant sept ans. Ils arrivèrent d'abord au nombre de douze,
          dont l'un se disoit duc et l'autre comte; les dix autres
          passoient pour des gens de leur suite, et les traitoient avec
          une apparence de respect. Le reste de la troupe les suivit de
          près; mais comme ils étoient environ cent vingt, hommes, femmes,
          vieillards et enfants, ils reçurent l'ordre de s'arrêter au
          village de la Chapelle, entre Paris et Saint-Denis. Ce fut là
          que les Parisiens, et surtout les femmes, allèrent consulter ces
          vagabonds, qui abusèrent bien étrangement de leur simplicité.
          Ils disoient aux femmes: _ton mari t'a fait cousse_; aux hommes:
          _ta femme t'a fait coux_. Ces oracles impertinents produisirent
          un tel désordre dans les ménages, que l'évêque fut obligé, pour
          les faire cesser, de se rendre lui-même au village de la
          Chapelle; là un religieux prêcha avec force contre les diseurs
          de bonne aventure, et excommunia, par son ordre, tous ceux qui
          leur avoient montré leurs mains et avoient ajouté foi à leurs
          prédictions. Cette cérémonie effraya tellement les esprits, que,
          dès le jour même, le village de la Chapelle fut désert, et que
          les Bohémiens, n'y trouvant plus de pratiques, allèrent chercher
          fortune ailleurs.]

Après avoir détruit l'assertion des auteurs qui l'ont précédé, Jaillot
avoue qu'il n'a rien trouvé d'authentique, ni sur la fondation de cet
édifice, ni sur l'étymologie de son nom; nous imiterons sa réserve,
n'ayant pas plus que lui le moyen d'éclaircir ce point si obscur de
l'histoire des monuments de Paris[241].

Les marchands drapiers avoient choisi cette chapelle pour y placer leur
confrérie, et y faisoient dire une messe tous les dimanches et fêtes,
usage qui s'est pratiqué jusqu'à la révolution.

          [Note 241: Cette chapelle a été détruite dans la révolution, et
          remplacée par une maison particulière.]


COLLÉGE DES BONS-ENFANTS[242], ET CHAPELLE SAINT-CLAIR.

          [Note 242: Cette dénomination des Bons Enfants étoit autrefois
          commune à tous les colléges de France; mais ces établissements
          s'étant multipliés, on s'accoutuma à les distinguer par le nom
          de leurs fondateurs.]

Ce collége, depuis long-temps détruit, étoit situé près de l'église
Saint-Honoré, dans la rue à laquelle il a donné son nom; et la chapelle de
Saint-Clair en dépendoit. Quelques historiens en ont attribué la fondation
à _Renold Chereins_ ou _Cherei_, fondateur de l'église collégiale de
Saint-Honoré; d'autres assurent avec plus d'autorité[243] que la
construction de cette basilique n'étoit pas encore achevée, lorsque
_Étienne Belot_ et _Ada_ sa femme projetèrent, en 1208, de faire
construire auprès d'elle une maison pour treize pauvres écoliers, qui
seroient instruits par un chanoine de Saint-Honoré, dont ils auroient
fondé la prébende. Ce qui a pu tromper ceux qui ont soutenu l'autre
opinion, c'est que Renold Cherei voulut bien contribuer à cette bonne
oeuvre par la cession de l'emplacement sur lequel fut bâtie cette maison,
laquelle fut appelée _l'Hôpital des pauvres écoliers_.

          [Note 243: _Hist. univ. Par._, t. III, p. 45.]

C'étoit l'évêque de Paris qui nommoit les boursiers de ce collége; et,
quoiqu'il ne fût pas situé dans le quartier de l'Université, il n'en étoit
pas moins soumis à ses lois comme toutes les autres institutions du même
genre. Les choses restèrent en cet état jusqu'en 1432, que, sur la demande
du chapitre de Saint-Honoré qui se disoit fort pauvre, cet établissement,
alors composé seulement d'un chanoine-maître, d'un chapelain et de quatre
pauvres écoliers, fut réuni avec sa chapelle à cette collégiale, par
Jacques du Chastelier, évêque de Paris[244]; mais ce changement ne fut pas
de longue durée. L'Université se hâta de représenter qu'il existait une
prébende spécialement fondée pour le service de ce collége, et cette
représentation détermina l'évêque à casser l'union qu'il avoit prononcée,
et à rétablir le collége sur le même pied qu'auparavant. Ceci dura
jusqu'en 1602, époque à laquelle les Chanoines de Saint-Honoré, par des
raisons que les historiens n'indiquent pas, obtinrent une nouvelle réunion
de ce collége à leur chapitre, réunion qui fut confirmée par une bulle de
Clément VIII du mois d'octobre de la même année, vérifiée au parlement le
30 juillet 1605.

          [Note 244: Manusc. de Saint-Germ.-des-Prés, c. 453, fol. 252.]

Il paroît vraisemblable que le chapitre avoit promis de se charger
directement d'y faire continuer l'enseignement, car dans l'année 1611 on y
voit encore deux professeurs. Mais cette nouvelle administration ne fut
point continuée; les études y cessèrent bientôt entièrement, et le collége
resta incorporé et annexé au chapitre, ainsi que la chapelle qui en
dépendoit. Dédiée d'abord sous l'invocation de la Sainte-Vierge, elle prit
ensuite le nom de Saint-Clair, à l'occasion d'une confrérie en l'honneur
de ce saint qui y avoit été établie en 1486, et qui l'en a fait regarder
depuis comme le principal titulaire[245].

          [Note 245: Dans cette chapelle avoit été inhumé Geoffroi Coeur
          ou Cueur, maître-d'hôtel du roi Louis XI, et fils de Jacques
          Coeur, trésorier du roi Charles VII. Cette circonstance a fait
          croire à quelques-uns qu'il étoit l'un des fondateurs de cette
          chapelle et du collége, ce qui ne pouvoit être, puisqu'il mourut
          en 1478, ainsi que le portoit son épitaphe. On ne peut le
          regarder que comme un bienfaiteur qui aura contribué à leur
          rétablissement.]


HALLE AU BLÉ.

La Halle au blé, placée autrefois dans le quartier où étoient les
principales Halles de Paris, consistoit en une place irrégulière, mais
d'une très-vaste étendue, et entourée de maisons. On peut s'en faire une
idée assez juste en se figurant un grand espace vide au milieu des maisons
qui donnent sur les rues de la Lingerie, de la Cordonnerie, des
Grands-Piliers, de la Tonnellerie et de la Friperie.

Il y avoit une autre Halle ou Marché au blé, qui, de temps immémorial, se
tenoit dans la Cité, vis-à-vis l'église de la Magdeleine. Ce marché
appartenoit aux rois de France; et l'on trouve qu'en 1216
Philippe-Auguste, qui venoit de faire construire les Halles dans
_Champeaux_, en fit présent à son échanson, dont il vouloit récompenser
les services. Un siècle après il appartenoit à un chanoine de Notre-Dame
de Paris, et en 1436 le chapitre de cette église en étoit le propriétaire.
Ce n'est que vers le milieu du dix-septième siècle que l'on jugea à
propos de réunir ensemble les deux marchés au blé dans le quartier commun
à tous les marchés de Paris.

La ville ayant fait l'acquisition, en 1755, du terrain qu'avoit occupé
l'hôtel de Soissons, démoli quelques années auparavant, la résolution fut
prise de bâtir sur cet emplacement une nouvelle halle au blé, et
d'abandonner l'ancienne, dont l'incommodité se faisoit sentir de jour en
jour davantage. Cet édifice, commencé en 1763, fut achevé dans l'espace de
trois ans, par les soins de M. de Viarmes, prévôt des marchands[246],
d'après les dessins de M. Le Camus de Mézières, architecte.

          [Note 246: Le projet de démolir l'hôtel de Soissons avoit été
          conçu dès le règne de Louis XIV, et M. de Colbert avoit résolu
          de faire de ce grand espace une des plus belles places
          monumentales de Paris. On eût vu au sommet d'un rocher
          très-élevé et dont la base eût été assise au milieu d'un immense
          bassin, la statue en bronze de Louis XIV foulant aux pieds la
          Discorde et l'Hérésie. Quatre fleuves, également en bronze, et
          d'une proportion colossale, auroient versé de larges nappes
          d'eau dans le bassin entouré d'une balustrade de marbre; là se
          seroient rendues les eaux de l'aquéduc d'Arcueil, pour être
          ensuite distribuées par des canaux dans différents quartiers de
          la ville. Tout étoit disposé pour l'exécution de ce grand
          dessein, lorsque la mort du ministre le fit avorter. Le modèle
          du monument, déjà exécuté en petit par _Girardon_, a long-temps
          orné le cabinet de ce sculpteur.]

Ce monument, formé d'un vaste portique circulaire qui règne autour d'une
cour de vingt pieds de diamètre, est le seul de ce genre qui existe à
Paris, et qui puisse nous donner une idée des théâtres et amphithéâtres
des anciens, composés, il est vrai, les uns d'un simple demi-cercle, les
autres dans une forme elliptique, mais dont la masse devoit offrir à
l'oeil un effet à peu près semblable à celui que présente ce monument.

La cour immense que renferme cet édifice fut laissée à découvert lors de
sa construction; mais on s'aperçut bientôt que les portiques voûtés qui
l'environnent n'étoient pas suffisants pour abriter tous les grains auquel
il sert d'entrepôt, et le projet de couvrir cette cour fut arrêté. MM.
Legrand et Molinos, architectes, chargés, en 1782, de ce grand travail,
l'exécutèrent avec une rare perfection, d'après le système ingénieux et
économique de Philibert Delorme, c'est-à-dire en charpente, composée de
planches de sapin appareillées deux à deux[247]. Cette coupole, presque
égale en diamètre à celle du Panthéon de Rome, percée de vingt-cinq rayons
garnis de vitraux, produisoit le plus grand effet, et paroissoit d'une
grandeur et d'une légèreté surprenantes. L'oeil parcouroit avec étonnement
cette voûte immense de cent quatre-vingt-dix-huit pieds de développement
dans sa montée, trois cent soixante-dix-sept pieds de circonférence, et
cent pieds de hauteur du pavé à son sommet; on ne concevoit pas comment
elle pouvoit se soutenir ainsi découpée, et sur moins d'un pied
d'épaisseur apparente[248].

          [Note 247: Ces planches n'avoient qu'un pied de largeur, un
          pouce d'épaisseur et quatre pieds de longueur.]

          [Note 248: _Voyez_ pl. 81. Cette coupole ayant été incendiée en
          1802, par la négligence d'un plombier, a été reconstruite depuis
          dans la même forme, mais en matières incombustibles; et, l'on y
          a fait une heureuse application de l'appareil en fer fondu que
          l'on avoit employé dans la construction des ponts de l'Arsenal
          et des Arts.]

Ce monument, si imposant par sa masse, mérite encore d'être remarqué pour
sa construction soignée, la légèreté de ses voûtes en briques, la forme
recherchée et l'appareil de ses deux escaliers; enfin il est peu
d'édifices à Paris qui présentent, sous tous les rapports d'ensemble et de
détails, un aspect plus satisfaisant[249].

          [Note 249: Sur le mur de face intérieure on voyoit trois
          médaillons en bas-relief, exécutés par M. Roland, représentant
          les portraits de Louis XV, de M. Le Noir, lieutenant de police,
          et de Philibert Delorme. Les deux premiers ont été détruits.]

La colonne astronomique que l'on voit accolée à sa surface extérieure est
celle que Catherine de Médicis fit élever, en 1572, dans la cour de
l'hôtel de Soissons, et le seul débris qui reste de cette demeure royale.
Cette colonne, d'ordonnance dorique, a quatre-vingt-quinze pieds
d'élévation. Bullant, qui en fut l'architecte, creusa dans son intérieur
un escalier[250] qui existe encore, et qui conduisoit autrefois à une
espèce d'observatoire établi sur le tailloir, dans lequel on prétend que
Catherine de Médicis se retiroit souvent avec ses astronomes.

          [Note 250: Cet escalier est orné de bas-reliefs qui représentent
          des trophées, des couronnes, des _C_ et des _H_ entrelacés, des
          miroirs cassés, et des lacs d'amour déchirés, emblèmes du
          veuvage et de la douleur de cette princesse.]

À l'époque de la construction de la Halle au blé, cette colonne, qui avoit
été conservée par les soins généreux d'un simple particulier[251], fut
engagée dans le mur du nouveau monument, ce qui lui a fait perdre une
partie de son effet. On pratiqua en même temps dans le soubassement une
fontaine publique; et sur le fût on traça un méridien, très-ingénieux,
composé par le père Pingré, chanoine régulier de Sainte-Geneviève, et de
l'Académie des Sciences.

          [Note 251: M. Louis Petit de Bachaumont, le même qui nous a
          laissé trente volumes d'anecdotes et de nouvelles. On alloit la
          démolir avec le reste de l'hôtel lorsqu'il en fit l'acquisition
          moyennant 800 liv., et la céda ensuite à la ville, sous la
          condition qu'elle seroit conservée.]


HOSPICE DE LA RUE DE GRENELLE.

Cet hôpital ou hospice, qui existoit encore en 1760, avoit été fondé en
1497[252] dans cette rue, pour huit pauvres filles ou veuves de quarante à
cinquante ans. Il étoit situé près de la rue des Deux-Écus, et devoit son
établissement à Catherine Du Homme, veuve de Guillaume Barthélemi, qui
légua à cet effet un jardin dont elle étoit propriétaire dans la rue de
Grenelle, chargeant les enfants de sa soeur de l'exécution de ses volontés
à cet égard.

          [Note 252: Sauval, t. I, p. 509.--Hist. de Par., préf.]


HÔTELS.

ANCIENS HÔTELS DÉTRUITS.

_Hôtel d'Aligre._

Cet hôtel, situé rue d'Orléans, s'étendoit anciennement jusqu'aux rues
Saint-Honoré et de Grenelle[253]. Il appartenoit, sous le règne de Henri
II, à M. de Roquencourt, contrôleur-général des finances[254], qui en fit
don à Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois. De cette famille il
passa à Pierre Brûlart, marquis de Sillery; puis à Achille de Harlay,
maître des requêtes. Son fils ayant été nommé premier président en 1669,
le vendit à M. de Verthamont. Du reste, cet édifice n'avoit rien de
remarquable ni dans son architecture ni dans son intérieur.

          [Note 253: Il en existe encore une partie assez considérable
          dans la rue d'Orléans.]

          [Note 254: Sauval, t. II, p. 121.]


_Hôtel de Chamillart._

Cet hôtel étoit situé rue Coq-Héron. Il a porté le nom d'hôtel de Gesvres,
puis celui de Chamillart, contrôleur-général des finances, qui en avoit
fait l'acquisition. Il prit ensuite celui de Coigny, du maréchal de ce nom
qui l'habita long-temps, ainsi que sa famille. Il n'avoit rien de
remarquable.


_Hôtel de Flandre._

Sauval, le seul des historiens de Paris qui ait parlé de cet hôtel avec
quelque détail, est tellement obscur et embrouillé dans ce qu'il en dit,
son récit offre même tant de contradictions évidentes, qu'il n'est pas
facile d'y démêler la vérité. Cependant, en le comparant avec les foibles
renseignements que l'on rencontre ailleurs, on trouve que Gui de
Dampierre, comte de Flandre, acheta, vers l'an 1292, d'un bourgeois nommé
Coquillier, une grande maison située dans la rue appelée de son nom rue
_Coquillière_, et que ce seigneur ne la trouvant point assez vaste, il
acquit encore de Simon Matiphas de Buci, évêque de Paris, trois arpents et
demi de terres voisines, sur lesquels il fit construire son hôtel et les
jardins qui en dépendoient. Cet hôtel étoit situé près des murailles qui
formoient l'enceinte de la ville sous le règne de Charles V, et avoit sa
principale entrée sur la rue Coquillière.

Il paroît qu'il occupoit tout l'espace renfermé entre les rues des
Vieux-Augustins, Pagevin, Plâtrière et Coquillière[255]. Robert, fils aîné
du comte de Flandre, fit, en 1293, une nouvelle acquisition de l'évêque de
Paris. Les censiers de l'archevêché nous apprennent qu'il en acheta[256]
le _pourpris_ ou _manoir_, qui avoit servi aux Augustins lors de leur
premier établissement dans cette ville, et toutes les terres qui
l'environnoient[257].

          [Note 255: Arch. de l'archev.]

          [Note 256: _Voyez_ l'article de la chapelle
          Sainte-Marie-Égyptienne, page 317.]

          [Note 257: Cet espace comprenoit tout ce que nous voyons
          aujourd'hui entre les rues de la Jussienne, Montmartre, des
          Vieux-Augustins et Pagevin.]

Cet hôtel appartint à ses descendants jusqu'au mariage de Marguerite de
Flandre avec Philippe de France, fils du roi Jean, et premier duc de
Bourgogne de la seconde race. Il passa ensuite à Antoine de Bourgogne, duc
de Brabant, leur second fils. Après sa mort et celle de ses fils, qui ne
laissèrent point d'enfants, cet hôtel fut réuni aux domaines des ducs de
Bourgogne, comtes de Flandre.

En 1493, il appartenoit encore à Marie de Bourgogne, fille unique du
dernier duc de ce nom, laquelle épousa Maximilien, archiduc d'Autriche;
leurs enfants en héritèrent, et l'hôtel subsista jusqu'en 1543. Au mois de
septembre de cette année, François Ier ordonna, par lettres-patentes,
qu'il seroit démoli, et l'emplacement divisé en plusieurs places, que l'on
vendroit à des particuliers. On ne conserva de cet édifice que deux gros
pavillons carrés, bâtis, l'un dans l'alignement de la rue Coquillière, et
l'autre le long de la rue Coq-Héron, lesquels ne furent démolis qu'en
1618.

L'enceinte de cet hôtel étoit si étendue que sur le terrain qu'il occupoit
on bâtit depuis les hôtels d'Armenonville (actuellement des Postes), de
Chamillart, de Bullion, et un grand nombre d'autres maisons moins
considérables.


_Hôtel de Laval._

Cette maison, dont François Mansard fut l'architecte, avoit été bâtie au
bout de la rue Coquillière, près de l'emplacement des anciennes
fortifications de la ville. Elle appartenoit, en 1684, à M. Berrier, qui,
faisant faire des fouilles dans son jardin, y trouva, à deux toises de
profondeur, les fondements d'un ancien édifice, et dans les ruines d'une
vieille tour, une tête de femme[258] en bronze antique. Elle étoit un peu
plus grande que nature, surmontée d'une tour qui lui servoit de coiffure;
et les yeux en avoient été arrachés, apparemment parce qu'ils étoient
d'argent. La découverte de cette figure exerça beaucoup la sagacité des
antiquaires, et fit naître une foule de conjectures. La tour crénelée et à
six faces dont elle étoit couronnée parut à quelques-uns une preuve
convaincante que c'étoit une tête de la déesse Cybèle, autrefois en grande
vénération dans les Gaules. Le père Molinet pensa que ce pouvoit être
celle d'une statue d'Isis spécialement honorée à Paris. Enfin les auteurs
du Journal de Trévoux crurent y voir une représentation de la ville
elle-même, déifiée sous le nom de la _déesse Lutèce_.

          [Note 258: Cette tête se voit maintenant au cabinet des antiques
          de la Bibliothéque du roi.]


_Hôtel de Royaumont._

Cet hôtel, bâti en 1613 par Philippe Hurault, évêque de Chartres et abbé
de Royaumont, étoit situé rue du Jour, et fut pendant quelque temps le
rendez-vous général des duellistes de Paris. Il étoit alors occupé par
François de Montmorency, comte de Boutteville; et les braves de la cour et
de la ville s'y assembloient le matin dans une salle basse, où l'on
trouvoit toujours du pain et du vin sur une table dressée exprès, et des
fleurets pour s'escrimer.


_Hôtel de Soissons._

Cet hôtel, bâti sur l'emplacement qu'occupe actuellement la Halle au blé,
s'étendoit d'un côté jusqu'aux rues Coquillière, du Four, de Grenelle, et
de l'autre comprenoit dans son enceinte une partie des rues d'Orléans et
des Vieilles-Étuves; mais il n'eut pas toujours ni le même nom ni la même
étendue: car depuis le treizième siècle, époque à laquelle remontent les
notions que l'on possède sur ce monument, jusqu'à sa destruction, nous
trouvons qu'il changea vingt fois de maître et cinq fois de nom. Il fut
nommé d'abord l'hôtel de _Nesle_, puis l'hôtel de _Bohème_, ensuite le
_couvent des Filles Pénitentes_, l'hôtel de _la Reine_, enfin l'hôtel de
_Soissons_.

Il fut d'abord connu sous le nom d'hôtel de Nesle, parce qu'il
appartenoit, au treizième siècle, aux seigneurs de cette illustre maison.
On voit, par les titres du trésor des chartes, que Jean II de Nesle,
châtelain de Bruges, et Eustache de Saint-Pol sa femme, le donnèrent, en
1232, au roi saint Louis et à la reine Blanche sa mère[259], à laquelle
il appartint presque aussitôt en entier par le don que le roi lui fit de
tous les droits qu'il pouvoit y avoir. Dès que la reine Blanche en fut
devenue l'unique propriétaire, elle en fit sa demeure habituelle; et ce
fut dans cette maison qu'elle mourut.

          [Note 259: Il y avoit à Paris deux hôtels de _Nesle_: celui dont
          il est fait mention ici, et le fameux hôtel dont nous avons déjà
          parlé plusieurs fois, lequel étoit situé de l'autre côté de la
          rivière, et près de la porte du même nom. Quelques auteurs ont
          avancé que ce fut ce dernier qui fut donné à saint Louis et à sa
          mère; mais plusieurs titres authentiques prouvent d'une manière
          évidente que l'hôtel en question étoit dans la censive de
          l'évêque de Paris. L'hôtel de Nesle, situé sur la rive
          méridionale, étoit dans la seigneurie de l'abbé de
          Saint-Germain; d'où il s'ensuit nécessairement que ce devoit
          être celui dont nous parlons ici.]

Il est très-probable qu'après la mort de la reine Blanche cet hôtel fut
réuni aux domaines de la couronne, puisqu'en 1296 Philippe-le-Bel,
petit-fils de saint Louis, le donna à Charles, comte de Valois, son frère,
et qu'en 1327 Philippe de Valois, depuis roi de France, en fit présent à
son tour à Jean de Luxembourg, roi de Bohème. Jusqu'à cette époque l'hôtel
de Nesle n'avoit pas changé de nom; mais alors on lui donna celui du
nouveau propriétaire, et depuis ce temps on le trouve désigné dans
plusieurs chartes du quatorzième siècle sous les noms de _Behagne_,
_Bahaigne_, _Béhaine_, _Bohaigne_, etc., dont on se servoit alors pour
exprimer celui de _Bohème_. Après la mort du roi de Bohème, Bonne de
Luxembourg sa fille, ayant épousé Jean de France, fils aîné de Philippe
de Valois, et depuis son successeur, cet hôtel revint de nouveau, par ce
mariage, au domaine de la couronne.

On trouve ensuite que Jean et Charles son fils en firent don à Amédée VI,
comte de Savoie, en vertu d'un traité conclu entre eux le 5 janvier 1354.
Cet hôtel passa ensuite à la maison d'Anjou; mais nous n'avons trouvé
aucun titre qui ait pu nous instruire si ce fut par don ou par acquisition
que cette famille en devint propriétaire. Quoi qu'il en soit, il est
certain qu'en 1388 il appartenoit à Marie de Bretagne, veuve de Louis de
France, fils du roi Jean, duc d'Anjou, roi de Jérusalem et de Sicile, et à
Louis IIe du nom leur fils; car, dans cette année 1388, ils le vendirent
12,000 livres au roi Charles VI, qui le donna à son frère Louis de France,
duc de Touraine et de Valois, depuis duc d'Orléans. On continua cependant
toujours à l'appeler l'hôtel de Bohème; et il fut connu sous ce nom
jusqu'en 1492 ou 1493, époque à laquelle le duc d'Orléans (depuis Louis
XII) accorda une partie de cet hôtel aux Filles Pénitentes pour y établir
leur communauté[260]: il prit alors le nom de _Maison des Filles
Pénitentes_.

          [Note 260: _Voyez_ t. I, p. 584, 2e partie.]

Comme ce fut à cette occasion que commencèrent les changements qui par
degrés firent disparoître toutes les anciennes constructions de ce
monument, nous croyons à propos de donner ici une idée de ce qu'il étoit à
cette époque.

L'hôtel, ou plutôt le palais de Bohème, presque toujours habité par des
souverains ou par des princes du sang de France, ne le cédoit alors ni au
Louvre ni aux autres maisons royales, soit par l'étendue, soit par la
richesse des décorations intérieures. Le principal corps de logis
contenoit deux grands appartements de parade avec tous leurs accessoires.
Ils étoient éclairés par des croisées longues, étroites et fermées de fil
d'archal; les lambris et plafonds étoient en bois d'Irlande couvert de
sculptures, ce qui étoit alors un très-grand luxe: car ceux qui décoroient
au Louvre les appartements du roi et de la reine n'étoient ni d'un autre
travail ni d'une autre matière. Le jardin placé devant ces appartements
avoit à peu près quarante-cinq toises de longueur, et s'étendoit depuis la
rue d'Orléans jusqu'à la place qui est devant Saint-Eustache; au milieu de
ce jardin étoit un bassin avec un jet d'eau, et auprès une grande
esplanade où le roi et les princes venoient s'exercer à la joute et aux
autres jeux guerriers en usage dans ces temps-là. Tel étoit le magnifique
manoir qui excitoit l'admiration de nos aïeux, et dont les historiens nous
ont transmis la description la plus détaillée, avec les regrets les plus
vifs de ce qu'après la cession faite d'une partie de cette maison aux
Filles Pénitentes, de si beaux lieux eussent été convertis en chapelles,
dortoirs, cloîtres, etc.

Ces filles achetèrent, en 1498, le reste de la maison, et alors cet hôtel
ne fut plus désigné que sous le nom de _Maison des Filles Pénitentes_.
D'après ce que nous venons de dire, on voit qu'il occupoit dès lors une
vaste étendue de terrain; cependant on se tromperoit si l'on croyoit qu'il
comprît à cette époque tout celui qui fut renfermé depuis dans l'hôtel de
Soissons. Qu'on se figure les murs de l'enceinte de Philippe-Auguste qui
traversoient cet endroit à une certaine distance de la rue de Grenelle;
qu'on se représente la rue d'Orléans prolongée jusqu'à la rue Coquillière,
on aura une idée assez juste de l'étendue de l'hôtel de Bohème remplissant
l'espace intermédiaire, ce qui pouvoit former à peu près la moitié du
terrain qu'a occupé depuis l'hôtel de Soissons. Déjà même on avoit percé
et démoli le mur de clôture de la ville pour agrandir cet édifice, lorsque
les Filles Pénitentes s'y établirent. Elles y restèrent jusqu'en 1572,
époque à laquelle Catherine de Médicis, ayant abandonné la construction
des Tuileries, les fit transférer rue Saint-Denis, et choisit cet endroit
pour y faire bâtir un nouveau palais qui fut appelé _hôtel de la Reine_.

Cette princesse acheta pour cet effet plusieurs maisons du côté de la rue
du Four, et fit abattre le monastère et l'église des Filles Pénitentes
avec tout ce qui en dépendoit; par ses ordres on coupa les rues d'Orléans
et des Étuves, qu'elle fit renfermer dans le plan du nouvel édifice; de
sorte qu'il ne resta pas le moindre vestige ni de l'hôtel de Nesle, ni de
celui de Bohème, ni du couvent des Filles Pénitentes. Les bâtiments
qu'elle fit élever formoient cinq appartements immenses, et d'une
magnificence vraiment royale. En effet Sauval dit l'avoir vu occupé en
même temps par plusieurs princes du sang; et il ajoute que cet hôtel étoit
si vaste et si commode, qu'il n'y avoit à Paris que le Palais Cardinal qui
pût lui être comparé[261].

          [Note 261: _Voy._ pl. 82.]

On entroit dans cette belle demeure par un superbe portail imité de celui
de Farnèse à Caprarole; au-delà de la grande cour étoit un parterre, au
milieu duquel s'élevoit une Vénus de marbre blanc, ouvrage de Jean Goujon;
elle étoit portée sur quatre consoles, et placée au-dessus d'un bassin en
marbre de la même couleur.

Du côté des rues Coquillière et de Grenelle, on avoit tracé un autre grand
parterre, accompagné de plusieurs allées d'arbres qui servoient de
promenade publique. À l'un des angles de ce jardin s'élevoit une chapelle
qui passoit pour la plus grande et la plus ornée qu'il y eût alors à
Paris.

À sa mort, arrivée en 1589, Catherine de Médicis avoit légué son hôtel à
Christine de Lorraine sa petite-fille; mais ses créanciers empêchèrent
l'effet de cette donation[262], et il fut vendu, en 1601, à Catherine de
Bourbon, soeur de Henri IV. Trois ans après, cette princesse mourut, et
cet édifice changea encore de maître. L'acquisition en fut faite par
Charles de Soissons, fils de Louis de Bourbon, premier prince de Condé,
d'où il passa dans la maison de Savoie, par le mariage d'une de ses filles
avec Thomas François de Savoie, prince de Carignan. Cette princesse lui
porta en dot cet hôtel, qui ne cessa point d'être appelé hôtel de
Soissons.

          [Note 262: Dans les mémoires du temps, on voit qu'en 1591 la
          duchesse de Nemours et sa fille y demeuroient, ainsi que le duc
          de Mayenne son fils. Cet hôtel étoit alors nommé l'hôtel _des
          Princesses_.]

Après la mort du prince de Carignan, la propriété en fut transmise à ses
créanciers, qui le firent démolir en entier dans les années 1748 et 1749,
à la réserve de la colonne dont nous avons déjà parlé. Enfin, en 1755, la
ville de Paris, en vertu de lettres-patentes, fit l'acquisition de ce
terrain, pour y faire construire la Halle au blé[263].

          [Note 263: On peut remarquer qu'en 1604 Charles de Soissons
          acheta cet hôtel en entier 90,300 liv., et que cent cinquante
          ans après, en 1755, la ville de Paris acheta l'emplacement seul
          2,800,367 liv.]


_Hôtel du duc de Berri._

Cet hôtel, situé dans la rue du Four, occupoit presque tout l'espace
compris entre l'hôtel de Bohème et les rues des Vieilles-Étuves et des
Deux-Écus. Il passa au connétable d'Albret vers le commencement du
quinzième siècle, fut ensuite confisqué sur son fils, et vendu à divers
particuliers. Nous croyons que c'est le même hôtel qui appartenoit, un
siècle auparavant, à Jacques de Bourbon, connétable de France sous le
règne du roi Jean.


_Hôtel de Calais._

Il étoit situé rue Plâtrière et à l'entrée de cette rue, du côté de la rue
Coquillière. Cet hôtel, que l'on appeloit aussi le _Châtel de Calais_,
appartenoit dans le quatorzième siècle au comte de Joigny, et ensuite au
sieur Bernard de Chaillon; enfin, au mois de mai 1387, il fut donné par le
roi à Guillaume de La Trémoille[264]. Cet hôtel tenoit à des écuries et à
un manége que Charles V avoit fait bâtir dans une rue adjacente, et que
l'on nommoit _le Séjour du Roi_[265], et l'hôtel de Laval avoit été en
partie élevé sur son emplacement.

          [Note 264: 3e liv. des Chartes, fol. 10.]

          [Note 265: _Voyez_ dans la liste des rues, la rue _du Jour_.]


HÔTELS EXISTANTS EN 1789.

_Hôtel de Bullion_ (rue Plâtrière).

Cet hôtel fut bâti vers l'an 1630 par Claude de Bullion, surintendant des
finances. Un tel édifice, qui n'a rien que de médiocre dans son
architecture, nous paroîtroit peu digne aujourd'hui de servir de logement
à un surintendant des finances[266]. On remarquoit seulement dans
l'intérieur deux galeries qui avoient été peintes et décorées par trois
artistes célèbres, _Vouet_, _Blanchard_ et _Sarazin_. Ces décorations ont
été détruites.

          [Note 266: Il est depuis long-temps habité par des particuliers.
          Avant la révolution, le rez-de-chaussée avoit déjà été converti
          en salles de vente, où l'on faisoit surtout des expositions de
          tableaux.--Il continue d'être employé au même usage.]


_Hôtel des Fermes, ci-devant de Séguier_ (rue de Grenelle).

Cet hôtel, dont la porte principale est dans la rue de Grenelle, a été
habité par des princes et par plusieurs personnages illustres. Il est
connu dès le seizième siècle, et consistoit alors en deux maisons qui
appartenoient à Isabelle Le Gaillard, femme de René Baillet, seigneur de
Sceaux, et second président du parlement. Cette dame les vendit, en 1573,
à Françoise d'Orléans, veuve de Louis de Bourbon, premier prince de Condé.
On voit ensuite cette demeure passer entre les mains de Henri de Bourbon,
dernier duc de Montpensier, et sa veuve le revendre, après sa mort, à
Roger de Saint-Larri, duc de Bellegarde, qui en étoit propriétaire en
1612. Celui-ci le fit rebâtir et agrandir, au moyen de quelques
acquisitions qu'il fit dans la rue du Bouloi; et ces nouvelles
constructions furent faites sous la direction de Ducerceau. Elles furent
composées, suivant l'usage de ce temps-là, d'assises de briques liées
ensemble par des chaînes de pierres en bossage; mauvais genre
d'architecture dont nous avons déjà remarqué la bizarrerie.

Pierre Séguier, chancelier de France, ayant acheté cet hôtel en 1633,
l'augmenta depuis de deux vastes galeries construites l'une sur l'autre,
et qui régnoient entre les deux jardins, depuis le grand corps-de-logis
jusqu'à la rue du Bouloi. La galerie supérieure formoit une bibliothéque;
et toutes les deux avoient été ornées de peintures par Simon Vouet.

Le même peintre avoit enrichi la chapelle de tableaux, dont les sujets
étoient pris de la vie de la sainte Vierge et de celle de Jésus-Christ.
Sur l'autel étoient deux statues de Sarrazin, qui représentoient saint
Pierre et sainte Magdeleine, patrons du chancelier Séguier et de son
épouse.

Ce fut dans cet hôtel que ce magistrat se fit un plaisir d'accueillir les
artistes et les savants, qui trouvèrent en lui un protecteur puissant et
éclairé. Ce zèle et cet amour qu'il témoigna toute sa vie pour les
sciences et les arts déterminèrent l'Académie françoise à le choisir pour
son chef après la mort du cardinal de Richelieu. Le chancelier ayant
accepté un patronage qui alors étoit très-honorable, cette compagnie tint
ses séances dans sa maison jusqu'en 1673, que le roi lui accorda une salle
au Vieux-Louvre.

Ce fut dans ce même hôtel que le chancelier Séguier eut plus d'une fois
l'honneur de recevoir Louis XIV, et qu'en 1656 la reine de Suède honora
l'Académie françoise de sa présence.

Vers la fin du dix-septième siècle, les fermiers-généraux en firent
l'acquisition pour y tenir leurs assemblées et placer leurs bureaux; et
ils en sont demeurés propriétaires jusqu'au moment de la révolution.


_Hôtel des Postes_ (rue Plâtrière).

Cet hôtel n'étoit, vers la fin du quinzième siècle, qu'une grande maison,
appelée l'_Image Saint-Jacques_, laquelle appartenoit à Jacques Rebours,
procureur de la ville. Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon,
l'ayant achetée et fait rebâtir, elle fut vendue par Bernard de Nogaret
son fils à Barthélemi d'Hervart, contrôleur-général des finances, qui la
fit reconstruire presque en entier, et n'épargna rien pour en faire une
habitation magnifique. On y remarquoit particulièrement plusieurs ouvrages
de Mignard, et le tableau de la chapelle, représentant la Prédication de
saint Jean-Baptiste, par Bon Boulongne.

Cet hôtel passa ensuite à M. Fleuriau d'Armenonville, secrétaire d'état,
et au comte de Morville son fils, ministre secrétaire d'état aux affaires
étrangères; il portoit encore le nom d'hôtel d'Armenonville, lorsqu'en
1757 le roi le fit acheter pour y placer les bureaux des postes. On y fit
alors les constructions et distributions nécessaires à sa nouvelle
destination[267].

          [Note 267: Elle n'a point changé depuis la révolution.]

La maison de l'intendant-général des postes est renfermée dans l'enceinte
de cet hôtel. Sa porte d'entrée, qui donne sur la rue Coq-Héron, est
accompagnée de deux pavillons.


_Hôtel de Toulouse._

Cet hôtel fut bâti vers l'an 1620, sur les dessins de François Mansard,
pour Raymond-Phelypeaux de la Vrillière, secrétaire d'état; en 1701 il fut
vendu à M. Rouillé, maître des requêtes; enfin le comte de Toulouse, qui
l'acheta en 1713, lui donna le nom qu'il n'a point cessé de porter
jusqu'aux derniers temps de la monarchie. Cet hôtel est situé en face de
la petite rue de la Vrillière. Le portail, que l'on a long-temps admiré,
passoit pour un des ouvrages les plus remarquables de Mansard.

Cet édifice, bâti sur un terrain irrégulier, s'étend le long de la rue
Neuve-des-Bons-Enfants jusqu'à la rue Baillif. Il n'offre rien dans sa
construction de vraiment beau; et dans un temps où l'on n'étoit pas
difficile en architecture, on y trouvoit déjà de grands défauts.

Les vastes et nombreux appartements qu'il renferme étoient décorés avec un
luxe d'ornements prodigieux. La galerie et les cabinets contenoient une
collection de tableaux de grands maîtres, qui jouissoit de beaucoup de
réputation. Formée par le comte de Toulouse, elle avoit été augmentée par
son fils M. le duc de Penthièvre, qui, à l'époque de la révolution,
habitoit cet hôtel avec madame la princesse de Lamballe sa fille.

Le grand escalier intérieur, placé dans l'aile gauche, conduisoit à une
salle dite _des Amiraux_, et ainsi appelée parce qu'on y voyoit les
portraits de tous les amiraux de France, depuis Florent de Varennes, qui
vivoit en 1270, jusqu'à M. le duc de Penthièvre inclusivement[268].

          [Note 268: Cet hôtel est maintenant occupé par l'administration
          de la Banque de France. _Voyez_ l'article _Monuments
          nouveaux_.]


_Hôtel de Gesvres._

Cet hôtel, situé dans la rue Croix-des-Petits-Champs, a eu autrefois
quelque célébrité, moins à cause du nom qu'il portoit, que parce qu'il
étoit le seul endroit où l'on tolérât autrefois les jeux de hasard, ces
jeux que, depuis, la sagesse de nos rois avoit entièrement supprimés, et
que l'on a vus l'objet des spéculations fiscales, et pour ainsi dire des
encouragements de tous les gouvernements révolutionnaires qui se sont
succédé. En 1750, une compagnie d'assurances en avoit fait aussi le lieu
de ses assemblées; et c'est pourquoi on y voyoit sculptées sur la porte
les armes du roi, avec une ancre de vaisseau.


FONTAINES.

_Fontaine de la nouvelle Halle._

Elle a été pratiquée dans le piédestal de la colonne astronomique élevée
par Catherine de Médicis, et qui se trouve maintenant adossée à la Halle
au blé.


RUES ET PLACES DU QUARTIER SAINT-EUSTACHE.

_Rue des Vieux-Augustins._ Elle aboutit d'un côté à la rue Montmartre, de
l'autre à la rue Coquillière, et doit cette dénomination aux
Grands-Augustins qui s'y établirent en arrivant à Paris. Il paroît que
depuis cette époque elle a toujours été appelée ainsi, mais seulement
jusqu'à la rue Pagevin, qui donnoit autrefois son nom à la continuation de
celle-ci jusqu'à la rue Coquillière. En effet, le territoire de ces
religieux ne s'étendoit pas au-delà de la rue _Soli_. Ce domaine, qui
passa ensuite dans les mains de plusieurs propriétaires, s'appeloit, au
seizième siècle, _le clos Gaultier Saulseron_[269].

          [Note 269: Reg. des Ensaisin. du chap. S. Honoré, fol. 373,
          _verso_. Lorsque les Augustins quittèrent ce quartier en 1293,
          leur manoir passa à Robert, comte de Nevers, qui le donna à son
          fils en 1296. (Grand cart. de l'évêché, fol. 90, _verso_; cart.
          137.) Il appartint depuis aux évêques de Paris: car on a trouvé
          qu'en 1315 Guillaume Baufet, qui tenoit alors le siége épiscopal
          de cette ville, donna ce terrain à cens à Jean de Clamart.
          (Arch. de l'archev.)]

_Rue Babille._ En construisant la Halle au blé sur l'emplacement de
l'hôtel de Soissons, on pratiqua six rues pour en faciliter l'accès et les
débouchés; celle-ci forme la continuation de la rue d'Orléans, et doit son
nom à M. Babille, avocat au parlement, chevalier de l'ordre du roi, alors
échevin.

_Rue Baillifre_, vulgairement appelée _Baillif_. Elle va de la rue des
Bons-Enfants à celle de la Croix-des-Petits-Champs. Tous les plans du
dix-septième siècle la confondent avec la rue des Bons-Enfants, qu'ils
font aboutir en retour d'équerre dans la rue Croix-des-Petits-Champs. Elle
en étoit cependant distinguée, dès le siècle précédent. Sauval dit qu'elle
s'appelle _Baliffre_, et qu'elle doit ce nom à Claude Baliffre,
surintendant de la musique de Henri IV, à qui ce prince donna les places
qui bordent cette rue. Jaillot pense que cette assertion n'est pas juste,
et que Sauval a confondu les noms. Cet emplacement avoit été donné, selon
lui, par la ville à bail emphytéotique à Claude Baillifre, sur la
succession duquel elle fut saisie, et adjugée par décret, le 19 décembre
1626, à Henri Bailli. La maison est énoncée dans ce décret «comme étant
située rue _Bailliffre_, au bout de la rue des Petits-Champs, dans la
pointe du rempart, tenant d'une part au sieur Bailli, intendant de la
musique du roi, et de l'autre à Mathieu Baillifre.» Mathieu et Claude
Baliffre sont aussi désignés dans les censiers de l'archevêché comme
propriétaires de maisons situées rue _Baliffre_.

_Rue du Bouloi_ ou _Bouloir_. Elle aboutit d'un côté à la rue Coquillière,
de l'autre à celle de la Croix-des-Petits-Champs. Sauval, qui l'appelle
rue _du Bouloir_, dit qu'en 1359 elle se nommoit la rue _aux Bulliers_,
dite la _cour Basile_, et que, de _Bulliers_ ou _Boulliers_, le peuple a
fait _Bouloi_ ou _Bouloir_. En effet, dans tous les titres de
l'archevêché du quatorzième siècle, elle est désignée sous le nom de _rue
aux Bouliers_ et de la _cour Basile_. Cette cour étoit située vis-à-vis le
cimetière de Saint-Eustache, qui fut vendu, comme nous l'avons dit, au
chancelier Séguier[270]. La maison du _Bouloi_, qui a donné son nom à
cette rue, étoit située vis-à-vis la douane, et on l'appeloit ainsi dès le
commencement du seizième siècle[271]. Les Carmélites ont eu autrefois un
couvent dans cette rue, où elles s'établirent en 1656.

          [Note 270: _Voyez_ p. 228.]

          [Note 271: Cens. de l'évêché.]

_Rue du Bout du Monde._ Elle traverse de la rue Montmartre à celle de
Montorgueil. On la nommoit, en 1489, _ruelle des Aigoux_; en 1564, _rue où
soûloient être les égouts de la ville_. C'étoit en effet le passage d'un
égout découvert. Un misérable _rébus_, qui formoit l'enseigne d'une
maison[272], lui fit donner le nom qu'elle porte aujourd'hui; on y avoit
représenté un os, un bouc, un duc (oiseau) et un globe, figure du monde,
avec l'inscription _os bouc duc monde_ (au bout du monde).

          [Note 272: C'étoit la cinquième à droite en entrant par la rue
          Montmartre.]

_Rue de Calonne_[273]. Cette rue, ouverte depuis 1780, lorsque M. de
Calonne étoit contrôleur-général des finances, sert de communication entre
les rues des Prouvaires et de la Tonnellerie, où se termine ce quartier à
l'orient.

          [Note 273: Depuis rue de la Fayette, autrefois rue du
          Contrat-Social.]

_Rue Croix-des-Petits-Champs._ Cette rue, qui donne d'un bout dans la rue
Saint-Honoré, et de l'autre aboutit à la place des Victoires, tire la
dernière partie de son nom du terrain sur lequel elle a été construite,
lequel consistoit en jardins et en petits champs. Elle ne fut
originairement connue que sous ce nom de _rue des Petits-Champs_, et
alors elle se terminoit à la rue qui s'appelle aujourd'hui de la
Vrillière; on la prolongea jusqu'à la place des Victoires peu de temps
après la construction de cette place. La dénomination de _rue de la
Croix-des-Petits-Champs_ qu'elle reçut dans la suite, et qu'elle conserve
encore aujourd'hui, lui vient d'une croix qui s'y trouvoit placée à
l'entrée, du côté de la rue Saint-Honoré, et qu'on recula depuis jusqu'à
l'angle formé par la rue du Bouloi. Elle a aussi porté le nom d'_Aubusson_
dans la partie voisine de la place des Victoires; mais ce nom n'a pas
subsisté long-temps.

_Rue Coq-Héron._ Elle fait la continuation de la rue de la Jussienne, et
aboutit à la rue Coquillière. On l'a ainsi appelée dès son origine, qui
est très-ancienne; du reste on ignore l'étymologie ou la cause de cette
dénomination. Ce n'étoit qu'un cul-de-sac en 1298. On trouve dans le grand
cartulaire de l'évêché le titre d'une reconnoissance de huit deniers sur
une maison située au bout d'une ruelle _sine capite quæ vocatur
Quoqueheron_[274].--Cette rue s'est ensuite prolongée jusqu'à la rue
Montmartre. Plusieurs titres du seizième siècle la nomment rue de
l'_Égyptienne_, dite _Coquehéron_; mais cette dénomination ne peut
s'appliquer qu'à la partie de cette rue qui est connue aujourd'hui sous le
nom de la _Jussienne_.

          [Note 274: Fol. 273, cart. 437.]

_Rue Coquillière._ Elle aboutit d'un côté à la petite place qui est
devant l'église de Saint-Eustache, et de l'autre à la rue
Croix-des-Petits-Champs. Quelques auteurs ont dit, d'après Sauval, que
cette rue fut d'abord nommée _Coquetière_, parce que les coquetiers, qui
font trafic d'oeufs, arrivoient à la Halle par cette rue; et que, du
temps de Marot, on l'appeloit _Coquillart_, du nom d'un particulier. Il
est plus vraisemblable qu'elle doit son nom à Pierre Coquillier, qui, en
1292, vendit à Gui de Dampierre une grande maison qu'il avoit fait bâtir
dans cette rue. Il paroît constant que cette famille étoit ancienne dans
ce quartier: car on lit dans un manuscrit de la Bibliothéque du roi[275]
qu'en 1262 et 1265 Odeline Coquillière (Coclearia) fonda une chapelle de
Saint-Eustache; dans un acte de 1255 il est également fait mention d'Adam
et Robert Coquillière. Enfin la considération dont jouissoient ces
bourgeois étoit telle qu'ils firent donner leur nom à celle des portes de
l'enceinte de Philippe-Auguste qui fut élevée à l'extrémité de cette rue;
on la trouve effectivement désignée, dans les titres de ce siècle et du
suivant, sous le nom de _la porte au Coquiller_[276].

          [Note 275: Côté 5185:B.]

          [Note 276: Traité de la Pol., t. I, p. 76.]

_Rue des Deux-Écus._ Cette rue, qui traverse de la rue des Prouvaires dans
celle de Grenelle, n'a pas toujours eu une aussi grande étendue.
Quoiqu'elle fût autrefois bornée par la rue d'Orléans, elle portoit trois
noms, depuis cette rue jusqu'à celle des Prouvaires. À partir de cette
dernière jusqu'à la rue du Four, et même jusqu'à celle des
Vieilles-Étuves, on la trouve nommée _Traversaine_, _Traversane_ et
_Traversine_; ensuite entre ces deux rues, _rue des Écus_, _des
Deux-Écus_; enfin _rue de la Hache_ et _des Deux-Haches_[277], depuis la
rue des Vieilles-Étuves jusqu'à celle de _Nesle_, dite depuis d'Orléans;
et ses diverses parties étoient encore distinguées sous ces trois noms au
commencement du siècle. Corrozet indique aussi la rue des Deux-Écus et
celle des Deux-Haches; il ajoute ensuite la _rue de la Vieille_, celle _de
la Brehaigne_ et _Pressoir du Bret_. Guillot parle aussi d'une _rue
Raoul-Menuicet_. Les changements survenus à l'hôtel de Nesle, dit depuis
hôtel _de Soissons_, ont fait disparoître ces rues, dont nous allons
indiquer la situation.

          [Note 277: Cens. de l'évêché.--Cart. de S. Germ. l'Aux.--Compte
          des annivers., 1482.]

La rue d'Orléans s'appeloit alors _rue de Nesle_; elle traversoit le
terrain de l'hôtel de Soissons, et aboutissoit à la petite place qui fait
face à l'église Saint-Eustache; il en subsiste encore une partie dans la
rue Oblin, qui, avant la démolition de cet hôtel, se nommoit _cul-de-sac
de l'hôtel de Soissons_.

La rue des Vieilles-Étuves se prolongeoit aussi et aboutissoit dans la rue
de Nesle, presque vis-à-vis la porte de l'hôtel du même nom; c'est cette
partie de rue, depuis celle des Deux-Écus jusqu'à l'angle qu'elle formoit
avec la rue de Nesle, qu'on appeloit la _Vieille Brehaigne_, nom que
Corrozet a mal à propos séparé en deux.

À l'égard du _Pressoir du Bret_[278], il étoit vis-à-vis, dans la rue des
Deux-Écus, entre celles du Four et des Vieilles-Étuves.

          [Note 278: C'est par altération que ce pressoir est nommé _du
          Bret_; il faut dire _d'Albret_, la maison du connétable d'Albret
          étant située entre ces trois rues.]

C'est dans ce même endroit, c'est-à-dire entre les rues des
Vieilles-Étuves et d'Orléans, que la rue des Deux-Écus s'appeloit _des
Deux-Haches_, de l'enseigne d'une maison située au coin de la rue des
Étuves, dite aujourd'hui rue de Varennes.

Quant à la rue _Raoul Menuicet_, ou plutôt _Raoul Mucet_, Jaillot la place
dans la partie de la rue des Veilles-Étuves comprise dans l'hôtel de
Soissons; il fonde cette assertion sur le dit des rues de Guillot, dont
voici les termes[279].

  En la rue Raoul Menuicet
  Trouvai un homme qui mucet,
  Une femme en terre et ensiet,
  La rue des Étuves en prêt siet.

          [Note 279: _Voyez_ t. Ier, p. 436, 1re partie.]

Il s'appuie en outre du témoignage de l'abbé Lebeuf[280], qui croit
reconnoître cette rue dans le cul-de-sac de Soissons, lequel faisoit la
continuation des rues de Nesle et des Étuves qui y aboutissoient, d'où il
résulte que la rue _Raoul Mucet_ devoit être près de celle des Étuves.

          [Note 280: T. I, p. 584.]

Enfin il ajoute qu'il y avoit un cimetière en cet endroit, lequel étoit
certainement situé entre la rue du Four et la continuation de celle des
Vieilles-Étuves. En effet, les censiers de l'évêché indiquent en cet
endroit plusieurs maisons qui appartenoient à la fabrique de
Saint-Eustache; celui de 1372 énonce _une maison aux bourgeois de
Saint-Huitasse, qui est à présent cimetière_; et, pour ne laisser aucun
doute sur sa position, la désigne comme contiguë aux maisons qui _furent
au vicomte de Melun_. Or, tous les titres[281] nous apprennent qu'il y en
avoit qui furent acquises par Mathieu de Nanterre, président au parlement,
et qu'elles étoient situées entre les rues que nous nommons du Four, des
Deux-Écus et de la Nouvelle-Halle au blé.

          [Note 281: Cens. de 1489, fol. 47; _verso_.]

Enfin la rue des Deux-Écus fut depuis prolongée jusqu'à la rue de
Grenelle; ce fut, selon le plus grand nombre des historiens de Paris,
Catherine de Médicis qui la fit ouvrir sur son terrain pour la commodité
du public, et en quelque sorte pour le dédommager des parties des rues
d'Orléans et des Vieilles-Étuves qu'elle avoit supprimées et enclavées
dans son hôtel. Cependant Jaillot pense qu'elle ne fut ouverte qu'après la
mort de cette reine, dans l'an 1606.

_Rue des Bons-Enfants._ Elle commence à la rue Saint-Honoré, et aboutit à
la rue Baillif et à la rue Neuve-des-Bons-Enfants. Cette rue doit son nom
au collége qui jadis y étoit situé, et dont nous avons déjà plusieurs fois
parlé. Avant l'établissement de ce collége et la fondation de l'église
Saint-Honoré, cette rue n'étoit connue que sous la dénomination de _chemin
qui va à Clichi_; elle prit ensuite le nom de _ruelle par où l'on va au
collége des Bons-Enfants_[282], et de _rue aux Écoliers de Saint-Honoré_.

          [Note 282: Cens. de 1372, 1489 et 1573.]

_Rue Neuve-des-Bons-Enfants._ Elle fait la continuation de la rue des
Bons-Enfants, et aboutit à la rue Neuve-des-Petits-Champs. Cette rue fut
percée sur un terrain de sept cent onze toises que le cardinal de
Richelieu avoit acquis en 1634, et qu'il rétrocéda à un particulier nommé
Barbier. Quelques titres paroissent fixer l'époque de l'ouverture de cette
rue à l'année 1640; il est certain du moins que, l'année suivante, elle
étoit couverte de maisons du côté du Palais-Royal.

_Rue des Veilles-Étuves._ Elle va de la rue Saint-Honoré à celle des
Deux-Écus, et doit ce nom à des étuves ou bains, particulièrement
destinés aux dames[283], qui s'y trouvoient situés. En 1300 on la nommoit
simplement des Étuves, et en 1350, des Vieilles-Étuves[284].

          [Note 283: L'usage des étuves étoit anciennement aussi commun en
          France, même parmi le peuple, qu'il l'est et l'a toujours été
          dans la Grèce et dans l'Asie; on y alloit presque tous les
          jours. Saint Rigobert avoit fait bâtir des bains pour les
          chanoines de son église, et leur fournissoit le bois pour
          chauffer l'eau. Grégoire de Tours parle de religieuses qui
          avoient quitté leur couvent, parce qu'on s'y comportoit dans le
          bain avec peu de modestie. Le pape Adrien Ier recommandoit au
          clergé de chaque paroisse d'aller se baigner processionnellement
          tous les jeudis, en chantant des psaumes.

          Il paroît que les personnes que l'on prioit à dîner ou à souper
          étoient en même temps invitées à se baigner. «Le roi et la
          reine, dit la Chronique de Louis XI, firent de grandes chères
          dans plusieurs hôtels de leurs serviteurs et officiers de Paris;
          entre autres, le dixième de septembre mil quatre cent
          soixante-sept, la reine, accompagnée de madame de Bourbon, de
          mademoiselle Bonne de Savoie sa soeur, et de plusieurs autres
          dames, soupa en l'hôtel de maître Jean Dauvet, premier président
          en parlement, où elles furent reçues et festoyées
          très-noblement, et on y fit quatre beaux bains richement ornés,
          croyant que la reine s'y baigneroit, ce qu'elle ne fit pas, se
          sentant un peu mal disposée, et aussi parce que le temps étoit
          dangereux; et en l'un desdits bains se baignèrent madame de
          Bourbon et mademoiselle de Savoie; et dans l'autre bain à côté
          se baignèrent madame de Monglat et Perrette de Châlon,
          bourgeoise de Paris..... Le mois suivant, le roi soupa à l'hôtel
          de sire Denis Hesselin, son panetier, où il fit grande chère, et
          y trouva trois beaux bains richement tendus, pour y prendre son
          plaisir de se baigner, ce qu'il ne fit pas, parce qu'il étoit
          enrhumé, et qu'aussi le temps étoit dangereux.» (SAINT-FOIX.)]

          [Note 284: Arch. de l'archev.]

_Rue du Four._ Elle conduit de la rue Saint-Honoré au carrefour qui est
vis-à-vis l'église Saint-Eustache, et doit son nom au four bannal de
l'évêque qui y étoit. On l'appeloit, en 1255, _le Four de la
Couture_[285], parce qu'il étoit situé dans la _Couture_ de l'évêque,
_vicus Furni in Culturâ et justitiâ episcopi_.

          [Note 285: Temporalité de N. D.--Bibl. du roi, côté B., nº
          5181.]

_Rue de Grenelle._ Cette rue aboutit d'un côté dans celle de Saint-Honoré,
et de l'autre dans la rue Coquillière; elle doit vraisemblablement son nom
à _Henri de Guernelles_, qui y demeuroit au commencement du treizième
siècle[286]. C'est par altération dans la manière de le prononcer qu'il a
été changé depuis en ceux de _Guarnelles_, _Guarnales_, _Garnelle_, et
enfin de _Grenelle_, que cette rue porte aujourd'hui[286].

          [Note 286: Pet. cart. de l'évêché, fol. 140 et 163.]

_Rue du Jour._ Elle donne d'un côté dans la rue Coquillière, et de l'autre
dans la rue Montmartre. Cette rue a porté d'abord, en 1256 et 1258[287],
le nom de _Raoul Roissolle_ ou _Rissolle_, ensuite celui de _Jehan le
Mire_, qui, dans le quatorzième siècle, possédoit des maisons dans cette
rue. Vers l'an 1434 elle prit le nom de rue du _Séjour_, d'un manége et de
plusieurs autres bâtiments que Charles V y fit construire. Cet hôtel,
appelé le _Séjour du roi_ lorsque la rue se nommoit encore _Jehan le
Mire_, consistoit en trois cours, six corps de logis, une chapelle, une
grange et un jardin. Ce dernier nom fut ensuite abrégé, et l'on
s'accoutuma à dire seulement la _rue du Jour_. On la trouve indiquée ainsi
dès 1526.

          [Note 287: Past. A, fol. 675 et 681.]

_Rue de la Jussienne._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Coq-Héron, et
de l'autre dans la rue Montmartre. Son vrai nom est rue _de
Sainte-Marie-l'Égyptienne_, qu'elle devoit à la chapelle dédiée sous
l'invocation de cette sainte, qui y étoit située. On la trouve sous
cette dénomination et sous celles de _l'Égyptienne_, de
_l'Égyptienne-de-Blois_, _Gipecienne_[288], et enfin, par une altération
plus grande, de la _Jussienne_. Elle faisoit autrefois partie de la rue
Coq-Héron.

          [Note 288: Cens. de l'évêché, 1489.]

_Rue Mercier._ Cette rue va d'un bout à la rue de Grenelle, de l'autre à
la Halle au blé. Elle doit son nom à M. Mercier, l'un des échevins de la
ville lors de la construction de cette halle, et fut percée à la même
époque.

_Rue Montmartre._ La partie de cette rue qui se trouve dans ce quartier
commence à la pointe Saint-Eustache, et finit au coin des rues
Neuve-Saint-Eustache et des Fossés-Montmartre. On l'appeloit, au
quatorzième siècle, _rue de la Porte-Montmartre_, parce que la porte
désignée sous ce nom y étoit située.

Il y a, dans cette partie de la rue Montmartre, un cul-de-sac nommé
_cul-de-sac de Saint-Claude_. Les censiers de l'évêché du siècle passé
l'indiquent sous le nom de _cul-de-sac de la rue du Bout-du-Monde_.
Boisseau, sur son plan, le nomme _rue du Rempart_, et sur un plan
manuscrit il est nommé _rue du Puits_; de Chuyes et Valleyre l'appellent
_rue Saint-Claude_, quoiqu'il y ait plus de deux siècles que ce soit un
cul-de-sac. Ce dernier nom lui vient d'une enseigne.

_Rue Oblin._ Elle va de la place qui est devant Saint-Eustache à la Halle
au Blé, et doit son nom à l'un des entrepreneurs de ce dernier édifice.

_Rue d'Orléans._ Elle va de la rue Saint-Honoré à celle des Deux-Écus.
Son premier nom étoit _rue de Nesle_, et alors elle se prolongeoit
jusqu'à la rue Coquillière. Lorsque le roi de Bohème, Jean de
Luxembourg, y demeura, elle prit le nom de _Bohème_; et en 1388 on
l'appela rue _d'Orléans_, après que Louis de France, duc d'Orléans, fut
devenu propriétaire de l'hôtel de Bohème. On la trouve aussi quelquefois
sous la dénomination de _rue d'Orléans_, dite _des Filles-Pénitentes_ et
_des Filles-Repenties_[289].

          [Note 289: Arch. de l'archev.]

_Rue Pagevin._ Elle fait la continuation de la rue Verderet, depuis la rue
Coq-Héron jusqu'à celle des Vieux-Augustins, et doit son nom à un
particulier qui y demeuroit. Cette rue existoit dès 1293, et n'étoit
connue alors que sous la dénomination de _ruelle_; depuis elle fut appelée
_rue Breneuse_, vieux mot qui désignoit une rue étroite et malpropre;
peut-être n'étoit-ce qu'une altération du nom de _Jacques Berneult_, sous
lequel elle est indiquée dans le rôle de taxe de l'année 1313. On la
trouve encore nommée _rue Berneuse_ sur le plan de Dheullan et dans
Corrozet; cependant elle étoit connue sous celui de Pagevin dès 1575[290].

          [Note 290: Cens. de l'évêché.]

_Rue du Pélican._ C'est une petite rue qui traverse de la rue de Grenelle
dans celle de la rue Croix-des-Petits-Champs. Le nom obscène qu'elle
portoit anciennement a été heureusement changé depuis plus de deux cents
ans en celui de _Pélican_. Cette rue est ainsi nommée dans un titre de
1565[291].

          [Note 291: Arch. de l'archev.]

_Rue Plâtrière._ Elle fait la continuation de la rue de Grenelle depuis la
rue Coquillière jusqu'à la rue Montmartre. Sauval dit que, dans une charte
de 1283, il a trouvé «_Domus Guillelmi Plasterii in vico Henri de
Guernelles_; or, ajoute-t-il, comme la rue de Grenelle est contiguë à la
rue Plâtrière, de là on peut inférer que la rue Plâtrière s'appeloit
anciennement _rue Guernelle_, et qu'avec le temps elle a pris son nom de
ce Guillaume Plâtrier.»

Cette conjecture, adoptée par plusieurs auteurs, est rejetée par Jaillot,
qui pense que le nom de cette rue ne vient point de celui d'un
particulier, mais d'une plâtrière qui se trouvoit dans cet endroit. On ne
la trouve point en effet sous la dénomination de _Guillaume Plâtrier_,
comme cela devroit être si ce particulier lui eût donné son nom; mais tous
les actes de ce temps et la taxe de 1313 l'indiquent sous celui de _la
Plâtrière_, _vicus Plastrariæ_ et _Plastreriæ_[292]. Cet ancien nom et la
preuve de sa véritable étymologie sont également consignés dans le contrat
de vente que fit, en 1293, _Simon Matifas de Buci_, évêque de Paris, en
faveur du comte de Flandre, du terrain qu'avoient occupé les Augustins, et
des terres labourables qui en étoient voisines[293]. Ce terrain étoit
séparé de celui de l'hôtel de Flandre par une ruelle représentée
aujourd'hui par la rue Pagevin; l'évêque cède cette ruelle autant qu'il
est en lui, et s'exprime ainsi: _Ruellam pourprisio antedicto, quæ ruella
in directum protenditur, usque ad murum mansionis, vel manerii
potentissimi viri comitis antedicti, et tendit usque ad vicum qui dicitur
vicus_ MAVERSÆ _in quo vico est_ PLASTRERIA _quædam_.

          [Note 292: Arch. de l'archev.]

          [Note 293: _Ibid._]

C'est donc cette plâtrière qui a fait donner à la rue dont il s'agit le
nom qu'elle porte, et qu'elle a toujours conservé depuis. Pendant la
révolution on l'appeloit rue J.-J. Rousseau, parce que cet écrivain y
avoit demeuré.

_Rue des Prouvaires._ Elle fait la continuation de la rue du Roule, et
aboutit à la rue Traînée, en face du portail méridional de
Saint-Eustache. Le véritable nom de cette rue est celui des _Prévoires_ ou
_Provoires_[294], mot qui, dans l'ancien langage, vouloit dire _prêtres_;
et ce nom lui avoit été donné parce que, dès le treizième siècle, les
prêtres de Saint-Eustache y demeuroient. La preuve que le mot _provoire_
ou _prévoire_ signifioit autrefois _prêtre_ se trouve dans une chronique
françoise du quatorzième siècle, où on lit que _li prevoires chantèrent
leurs litanies par la ville, et gittèrent eau bénite par les
hosteux_[295].

          [Note 294: Role de Taxe de 1313.--Cens. de l'évêché, 1372.]

          [Note 295: En 1476, Alphonse V, roi de Portugal, vint à Paris
          pour y solliciter des secours contre Ferdinand, fils du roi
          d'Aragon, qui lui avoit enlevé la Castille. Louis XI, disent les
          historiens, lui fit rendre de grands honneurs, et tâcha de lui
          procurer tous les agréments possibles. On le logea rue des
          Prouvaires, chez un épicier nommé _Laurent Herbelot_. On le mena
          au Palais, où il eut le plaisir d'entendre plaider une belle
          cause. Le lendemain il alla à l'évêché, où l'on procéda en sa
          présence à la réception d'un docteur en théologie; et, le
          dimanche suivant, premier décembre, on ordonna une procession de
          l'université qui passa sous ses fenêtres. Tels étoient les
          amusements d'alors.]

_Rue du Reposoir_, ou _du Petit-Reposoir_. On ignore l'étymologie du nom
de cette rue, qui, faisant la continuation de la rue Pagevin, vient
aboutir à la place des Victoires; elle se prolongeoit autrefois jusqu'à la
rue du Mail, et la rue Vide-Gousset en faisoit partie avant la
construction de la place. On ne la connoissoit dans le principe que sous
le nom de rue Breneuse, qui lui étoit commun avec la rue Pagevin et la rue
Verderet, dont nous allons parler tout à l'heure.

_Rue de Sartine._ Cette rue, qui commence au carrefour des rues
Coquillière, Plâtrière et de Grenelle, et va aboutir à la Halle au blé,
fut ainsi nommée parce que M. de Sartine étoit lieutenant-général de
police lorsqu'elle fut ouverte.

_Rue Soly._ Cette rue qui traverse de la rue de la Jussienne dans celle
des Vieux-Augustins, a pris son nom d'un particulier appelé _Bertrand
Soly_, lequel étoit propriétaire de plusieurs maisons dans la rue des
Vieux-Augustins[296].

          [Note 296: Cens. de l'évêché.]

_Rue Tiquetonne._ Elle va de la rue Montmartre dans celle de Montorgueil.
On la nommoit en 1372 rue de _Denys le Coffrier_, du nom d'un de ses
habitants. Celui de Tiquetonne lui vient, par altération, de Rogier de
_Quiquetonne_, boulanger, lequel y demeuroit en 1339, et obtint, après
Denys le Coffrier, l'honneur de lui donner le nom qu'elle a conservé
jusqu'à ce jour[297].

          [Note 297: _Ibid._]

_Rue Traînée._ Elle règne le long de l'église de Saint-Eustache, depuis la
rue du Four jusqu'à la rue Montmartre. Sauval dit qu'en 1313 on lit la
_ruelle_ au curé de _Saint-Huystace_. Cette rue s'appeloit aussi
anciennement _rue de la Barillerie_; elle est ainsi énoncée dans les
titres de l'archevêché, et dans les criées d'une maison qui y étoit située
en 1476. Les censiers de 1489 et de 1530 lui donnent le même nom, et
l'indiquent comme située devant _le petit huis Saint-Eustache_. C'est dans
un titre _nouvel_ du 2 mars 1574, qu'on la trouve pour la première fois
nommée rue _Traînée_. Du reste, on ignore l'étymologie de ce dernier nom.

_Rues de Vannes_, _de Varennes_ et _de Viarmes_. Ce sont des
communications pratiquées pour faciliter l'entrée de la Halle au Blé.

La rue de Viarmes est l'espace circulaire qui règne autour de la Halle;
elle doit son nom à M. _de Viarmes_, prévôt des marchands. Celle de Vannes
doit le sien à M. _Jolivet de Vannes_, avocat et procureur du roi et de la
ville; et celle de Varennes à M. _de Varennes_, échevin.

_Rue Verderet_ ou _Verdelet_. Elle aboutit d'un côté à la rue Plâtrière,
et de l'autre au coin des rues de la Jussienne et Coq-Héron. Ce nom est
altéré. Nos aïeux, plus naïfs, voulant désigner une rue très-malpropre,
l'avoient appelée rue _Merderet_. Tel étoit son véritable nom en
1295[298]. Au siècle suivant, on la trouve sous celui de _l'Orderue_,
autrement la rue sale, et de rue _Breneuse_[299]; ce dernier nom lui étoit
commun, comme nous l'avons dit, avec les ruelles qui en faisoient la
continuation. Cette rue fut élargie en 1758 de cinq pieds qu'on prit sur
le terrain de l'hôtel des postes.

          [Note 298: Cart. de S. Magl.]

          [Note 299: Nécrol. de N. D.]

_Rue de la Vrillière._ Elle traverse de la rue Croix-des-Petits-Champs
dans la rue Neuve-des-Petits-Champs, dont autrefois elle faisoit partie.
Son nom lui vient de M. Phelypeaux _de la Vrillière_, secrétaire d'état,
qui y fit bâtir, en 1620, un magnifique hôtel, lequel passa depuis au
comte de Toulouse[300].

          [Note 300: _Voyez_ p. 344.]

_Rue (petite) de la Vrillière._ Elle va de la grande rue de la Vrillière à
la place des Victoires, qui, dans l'origine, n'avoit point d'issue de ce
côté; il y avoit même un corps-de-logis bâti dans la rue de la Vrillière,
sur la partie du terrain qu'avoit occupée la rue des Fossés-Montmartre,
laquelle se prolongeoit anciennement jusqu'à cet endroit. M. Phelypeaux
de Châteauneuf obtint qu'il seroit abattu, et procura par là à son hôtel
un point de vue à peu près semblable à celui dont il jouissoit avant que
la place eût été bâtie. Cette nouvelle issue fut d'abord appelée _rue
Percée_, ensuite petite rue _de la Vrillière_.


ANTIQUITÉS ROMAINES

DÉCOUVERTES DANS LE QUARTIER SAINT-EUSTACHE.

_Tête d'Isis Cybèle._ Nous avons déjà fait mention de ce monument[301] qui
a fort exercé la sagacité de nos antiquaires, et que chacun d'eux a
expliqué suivant les conjectures plus ou moins heureuses qui se sont
présentées à son esprit. Aux savants que nous avons déjà cités il faut
joindre le comte de Caylus qui a fait sur cette tête une dissertation dans
laquelle il cherche à éclaircir difficilement ce qui ne présente pas la
moindre difficulté. Avant que le christianisme eût été introduit dans les
Gaules, elles étoient déjà devenues provinces romaines, et l'on y adoroit
les dieux des Romains: il ne faut donc pas plus s'étonner d'avoir trouvé à
Paris une tête de Cybèle ou d'Isis, que d'y avoir découvert un autel
consacré à Jupiter, à Mercure, à Vénus, etc. Tous ces dieux du paganisme y
avoient des temples et sans doute des statues; et s'il faut s'étonner de
quelque chose, c'est de n'en avoir pas trouvé de plus nombreux
débris.[302]

          [Note 301: _Voyez_ p. 332.]

          [Note 302: Antiquités, etc., t. II, p. 379.]


MONUMENTS NOUVEAUX

ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS 1789.

_Église Saint-Eustache._ Le portail de cette église est maintenant dégagé
des échoppes qui l'obstruoient, et fermé d'une grille de fer.--La ville de
Paris lui a donné quatre tableaux exécutés par des peintres modernes, et
représentant la conversion de saint Augustin; le baptême de Jésus-Christ;
sa prédication; un martyr.

_Halle au blé._ La voûte en bois de ce monument ayant été brûlée vers
l'année 1802, on conçut, comme nous l'avons déjà dit, l'heureuse idée de
la reconstruire en cercles de fer, dont les diverses parties sont liées
entre elles par des écrous; ces cercles, posés les uns au-dessus des
autres, vont diminuant de diamètre jusqu'au sommet de la voûte, formant
dix-huit assises à partir de son extrémité inférieure. Ils sont recouverts
en lames de cuivre que l'on a étamées afin de les préserver de
l'oxidation. Ainsi cette voûte unit maintenant la plus grande solidité à
sa légèreté première, et se trouve à l'abri de presque tous les accidents
possibles.

_Banque de France._ Elle a été placée dans l'hôtel de Toulouse, auquel on
a fait, à cette occasion, des réparations immenses, et où l'on a pratiqué
toutes les dispositions nécessaires à un aussi vaste établissement. La
porte d'entrée a reçu aussi une décoration nouvelle: dans son tympan ont
été sculptées deux figures en bas-relief, dont l'une tient un aviron et
l'autre porte une corne d'abondance, symboles de l'agriculture et du
commerce. L'attique est surmonté de deux autres figures de ronde bosse et
également symboliques; sur la clef sont deux mains serrées, et dans une
niche au fond de la cour on a placé une statue de Mercure.

_Marché des Prouvaires._ Il a été établi entre les rues des Prouvaires, du
Four, des Deux-Écus, et se prolonge jusqu'à la rue Traînée. Tout cet
espace a été divisé en compartiments par des poteaux qui soutiennent des
charpentes couvertes. Certains jours de la semaine on y étale de la
viande, et dans d'autres jours il est destiné à la vente du fromage.


PASSAGES.

_Passage des Prouvaires._ Ce passage a été percé en face du nouveau
marché, et conduit à l'ancienne Halle à la viande.



QUARTIER DES HALLES.

     Ce quartier est borné à l'orient par la rue Saint-Denis
     exclusivement, depuis le coin de la rue de la Ferronnerie
     jusqu'au coin de la rue Mauconseil; au septentrion, par la rue
     Mauconseil aussi exclusivement; à l'occident, par les rues
     Comtesse-d'Artois et de la Tonnellerie inclusivement; et au midi,
     par la rue de la Ferronnerie et partie de celle de Saint-Honoré
     exclusivement.

     On y comptoit, en 1789, vingt-quatre rues, une place, plusieurs
     halles, etc., et plus anciennement, une église paroissiale et un
     cimetière public.


Sous le règne de Charles VII, lorsque, par une suite des malheurs du règne
précédent, un prince anglois s'arrogeoit le titre de roi de France, et que
Paris, sous sa domination tyrannique, recevoit un juste châtiment de sa
rébellion, le quartier que nous allons décrire fut le théâtre de plusieurs
scènes aussi tragiques que touchantes. C'étoit aux halles que l'on
exécutoit ordinairement les coupables de conspiration contre l'État, ou de
trahison contre les intérêts du prince; et comme on appeloit alors
traîtres et conspirateurs tous ceux qui, restés fidèles à leur légitime
souverain, cherchoient à le servir autrement que par des voeux stériles,
plusieurs citoyens généreux qui conspirèrent ainsi, à différentes époques,
pour l'honneur et pour la justice, criminels uniquement par le mauvais
succès de leur entreprise, vinrent sur cette place recevoir la mort de la
main d'un bourreau.

Dans cette épouvantable confusion où la démence de Charles VI et les
attentats de Jean-sans-Peur avoient plongé la France, dans cette suite
d'événements prodigieux qui la relevèrent contre toute probabilité, qui
arrachèrent enfin sa capitale au joug de l'étranger, il se trouve un tel
enchaînement de causes et d'effets, que l'histoire de Paris devient plus
que jamais celle de la monarchie entière, et qu'on ne peut en rendre la
suite intelligible sans présenter en même temps quelque esquisse de ce
vaste tableau.

Tout paroissoit désespéré: l'autorité légitime avoit non-seulement perdu
la force qui lui étoit nécessaire pour se maintenir et se faire respecter,
mais encore presque tout son ascendant moral qui seul pouvoit la lui faire
recouvrer. Charles, déshérité par son père, soupçonné d'un meurtre qui
sembloit justifier ce traitement barbare, sembloit ne posséder d'ailleurs
aucune de ces qualités brillantes qui, dans les situations difficiles,
éblouissent et ramènent le vulgaire, maîtrisent les événements, et
finissent par enchaîner la fortune. Pour reconquérir un grand royaume, il
falloit joindre à une activité infatigable une constance à toute épreuve,
une politique profonde, toute la science d'un habile général. Le dauphin,
à peine âgé de vingt ans, n'avoit que le courage d'un soldat: du reste, il
montroit un caractère foible, doux, facile à dominer, un penchant très-vif
pour les plaisirs et la volupté, une indolence presque invincible; telles
étoient les dispositions apparentes d'un prince qui, resserré entre les
pays asservis sous la domination angloise et les vastes états du duc de
Bourgogne[303], entouré d'une noblesse valeureuse sans doute, mais où l'on
ne comptoit pas alors un seul chef expérimenté[304], d'une poignée de
soldats découragés et sans discipline, avoit à lutter contre un
ennemi[305] maître de sa capitale et de la plus grande partie de ses
provinces, contre des armées puissantes que commandoient les premiers
capitaines de l'Europe. D'ailleurs, telle étoit alors la corruption où un
demi-siècle de discordes intestines avoit plongé les esprits, qu'aux yeux
d'un très-grand nombre de François un roi d'Angleterre, petit-fils de leur
propre souverain, apportant en outre à la couronne de France de prétendus
droits, toujours contestés, mais réclamés sans cesse, n'avoit nullement
les apparences d'un usurpateur. Un prince du sang royal, puissant et
considéré, s'étoit déclaré en sa faveur; et le nouveau duc de Bourgogne,
succédant à la haine de son père contre Charles, sembloit faire un acte de
piété filiale qui augmentoit encore cette affection aveugle que le peuple
portoit à sa maison. Enfin, tel étoit l'état des choses et le vertige qui
entraînoit la nation, que, s'il eût été possible que les conquérants,
oubliant qu'ils avoient une autre patrie, se fussent faits François pour
gouverner la France, il est presque indubitable que la révolution eût été
complète et sans retour.

          [Note 303: Voici quelle étoit la position respective des deux
          partis: Les Anglois, maîtres de Paris, possédoient la Normandie,
          l'Île-de-France, la Brie, la Champagne, la Picardie, le
          Ponthieu, le Boulonois, le Calaisis jusqu'aux frontières de
          Flandre; la partie la plus considérable de l'Aquitaine jusqu'aux
          Pyrénées et à l'Océan; ils disposoient, par leur alliance avec
          le duc de Bourgogne, du duché de ce nom et des provinces de
          Flandre et d'Artois.

          Charles étoit réduit à la province de Languedoc, arrachée avec
          peine au comte de Foix, à celles du Dauphiné, de l'Auvergne, du
          Bourbonnais, du Berry, du Poitou, de la Saintonge, de la
          Touraine et de l'Orléanois. Il pouvoit aussi compter sur
          quelques parties de l'Anjou et du Maine, qui jusque là n'avoient
          point été entamées. La Bretagne, incertaine encore entre les
          deux partis, sembloit attendre les événements.]

          [Note 304: Ils se formèrent depuis dans les combats innombrables
          qu'il leur fallut livrer pour rétablir leur maître sur son
          trône; et en effet l'expérience n'a que trop prouvé que, dans la
          guerre surtout, la théorie n'est rien sans une pratique
          continuelle. Mais, à cette époque, Xaintrailles, La Hire, La
          Fayette, Narbonne, le duc d'Alençon, etc., etc., n'étoient
          encore que de braves guerriers, tandis que Salisbury, Warwick,
          Arundel, Sommerset, Suffolk, Talbot, étaient des généraux aussi
          habiles que courageux.]

          [Note 305: Henri VI, nommé pendant près de vingt ans roi de
          France et d'Angleterre, et depuis chassé du premier royaume et
          dépouillé du second, n'étoit alors qu'un enfant de neuf mois;
          mais l'intrépidité et les lumières de Henri V sembloient revivre
          dans son frère, le duc de Bedfort, qu'il avoit nommé, en
          mourant, régent de France.]

Mais c'est un vice radical attaché à toute conquête où le vainqueur,
conservant les liens naturels qui l'attachent à son pays, apporte au
milieu de la nation conquise son esprit national et ses habitudes
étrangères, que, dès le commencement de sa domination, il s'établit
nécessairement entre ses anciens et ses nouveaux sujets des différences
humiliantes pour ces derniers, et qui excitent en eux de vifs
ressentiments. Leur mécontentement fait bientôt naître des méfiances qui
divisent sans retour les deux peuples; et la tyrannie d'un côté, la
révolte de l'autre, sont des suites inévitables de ce choc des passions et
des intérêts. Dans cet état de choses, si la nation est brave et
généreuse, et qu'il se présente un chef assez imposant pour rallier autour
de lui tous ceux qui sont impatients du joug, ce n'est pas une armée qu'il
rassemble, c'est une population entière, à laquelle il est difficile que
le conquérant, qui n'a que des soldats, puisse long-temps résister. Telle
fut, dans la révolution qui rendit à Charles VII l'héritage de ses pères,
la marche et la cause des événements; et nous pensons, contre l'opinion de
plusieurs historiens, que ce fut moins par amour pour son roi que par
haine contre un vainqueur insolent, que la France entière se souleva pour
replacer sur le trône un prince qu'elle en avoit vu chasser, pour ainsi
dire, avec joie. Du reste, ces discordes intestines, ces désordres qui
sembloient devoir perdre à la fois l'État et son souverain, augmentèrent
en effet la vigueur et la prospérité de l'un et de l'autre: car de telles
révolutions ne se font point sans que l'autorité légitime n'en acquière de
nouvelles forces, par la raison que, revenant à elle à cause du besoin
extrême qu'ils en ont, les sujets sont alors disposés à lui accorder même
plus qu'elle n'eût jamais osé demander. Aussi verrons-nous, par suite de
cet heureux retour, le peuple françois prendre un esprit meilleur, et la
monarchie plus de puissance et de majesté.

(1422.) Charles étoit dans le château d'Espally, situé auprès du Puy en
Velay, lorsqu'il reçut la nouvelle de la mort de son père. Après les
premiers moments donnés à sa douleur, il pensa à poursuivre le projet
légitime qu'il avoit formé de remonter sur le trône de ses ancêtres. La
bannière de France fut déployée dans la chapelle du château; un petit
nombre de courtisans et d'officiers qui l'accompagnoient l'y proclamèrent
roi, et, peu de jours après, le nouveau monarque prit la route de
Poitiers, où il se fit couronner avec le plus grand appareil. On vit à
cette cérémonie les princes de Clermont, d'Alençon, et les principaux
seigneurs attachés à son parti.

Tandis que ces choses se passoient, le duc de Bedfort, régent du royaume,
rassembloit à Paris, dans la grand'chambre du parlement, tous les membres
de cette cour suprême, les magistrats des autres cours supérieures, ceux
du Châtelet, les députés des divers chapitres, l'université, le prévôt de
la ville, ses échevins et ses principaux bourgeois. Dans cette assemblée,
si imposante en apparence, mais dont les membres étoient, ou dominés par
la terreur, ou aveuglés par la passion, le chancelier fit du traité de
Troyes une lecture et une apologie qui furent suivies d'un serment de
fidélité au roi d'Angleterre Henri VI, que l'on exigea de tous les
assistants, que prêtèrent ensuite tous les bourgeois séparément, et
généralement tous les habitants de la ville, depuis les princes et les
prélats jusqu'aux domestiques et aux simples artisans.

Après cette vaine formalité, qui, loin d'affermir le pouvoir de
l'usurpateur, prouvoit au contraire l'embarras de sa situation présente,
et ses inquiétudes pour l'avenir, le duc de Bedfort sortit de Paris au
milieu de l'hiver, car la rigueur de la saison n'avoit point suspendu les
hostilités, et s'avança vers Meulan, dont ses troupes avoient déjà ouvert
le siége. Ce fut vainement qu'un corps de royalistes, commandé par les
comtes de Narbonne et d'Aumale, entreprit de le faire lever: la
mésintelligence des chefs et le défaut de paye des soldats arrêta cette
troupe à six lieues de la ville; elle se débanda, et Meulan se rendit.
Pendant ce temps, le maréchal de l'Île-Adam, l'un des généraux du duc de
Bourgogne, recouvroit la Ferté-Milon, dont les François s'étoient emparés;
et Luxembourg achevoit de les chasser de Picardie. Une conspiration tramée
en faveur du roi fut découverte en même temps à Paris, et n'eut d'autre
résultat que le supplice de la plupart des conjurés. Michel Lallier, qui
en étoit le chef, et que nous verrons reparoître par la suite, eut le
bonheur de se sauver.

(1423.) À ces mauvais succès du parti de Charles se joignit bientôt la
défection du duc de Bretagne, entraîné dans celui des Anglois par le duc
de Bourgogne, plus animé que jamais à poursuivre la vengeance du meurtre
de son père. Une entrevue qui eut lieu à Amiens entre le régent et ces
deux princes s'y termina par une triple alliance et un double mariage. Le
duc de Bedfort épousa Anne de Bourgogne, soeur de Philippe; et la dauphine
Marguerite fut accordée au comte de Richemont, frère du duc de Bretagne, à
ce Richemont, depuis le sauveur de la France, alors son ennemi. Les trois
princes jurèrent de s'aimer comme des frères, de s'entr'aider comme
n'ayant qu'un même intérêt; et dès le commencement les affaires de Charles
parurent perdues sans ressource.

Un nouveau revers l'attendoit encore. Les hostilités continuoient avec le
même acharnement; une foule de petites places étoient tour à tour prises,
reprises par l'un et l'autre parti. Les Anglois s'étoient emparés de
Pont-sur-Seine, de Vertus, de Mortagne, etc.; de leur côté, les royalistes
avoient emporté Mâcon, et ensuite Crevant, que les ennemis ne tardèrent
pas à leur arracher. Il arriva qu'au moment où cette dernière place
capituloit, Stuart, connétable d'Écosse, nouvellement arrivé avec quelques
renforts que ce pays fournissoit au roi, accourut, suivi de quelques chefs
royalistes, pour l'empêcher de se rendre. Trouvant la ville entre les
mains des ennemis, et se voyant, par leur réunion, à la tête d'environ dix
mille hommes, les généraux françois résolurent de la reprendre de vive
force. Le général Salisbury, occupé alors au siége de Montaguillon, le
quitte à cette nouvelle avec la plus grande partie de ses troupes, vole à
la rencontre des François, et traverse l'Yonne à la vue de ses impétueux
ennemis, qui sur-le-champ abandonnent une position formidable, d'où rien
n'auroit pu les forcer, pour s'élancer dans la plaine et y provoquer un
combat inégal. Le courage étoit le même des deux côtés: la discipline et
la science militaire assuroient la supériorité des Anglois. Jamais
victoire ne fut plus complète: cette petite armée, presque la seule
ressource de l'infortuné Charles, fut anéantie. La défection d'une foule
de places qui tenoient encore pour lui dans diverses provinces suivit de
près ce fatal événement. L'Anjou et le Maine furent ravagés, et la
victoire que le comte d'Aumale remporta quelque temps après à la
Gravelle[306] sur une portion de l'armée angloise, assez importante pour
donner au parti royaliste le temps de respirer, mais non pour offrir aucun
résultat décisif, laissa toujours une supériorité marquée au parti de
l'usurpateur.

          [Note 306: Petite ville située sur le ruisseau de l'Oudon, entre
          les rivières du Maine et de la Villaine.]

(1424.) La bataille de Crevant avoit mis Charles à deux doigts de sa
perte; celle de Verneuil parut achever entièrement sa ruine. Elle se donna
sur les frontières du Perche et de la Normandie; le duc de Bedfort,
Salisbury, Warwick commandoient les troupes angloises. Les François,
conduits encore par le connétable d'Écosse, venoient de reprendre la
petite ville d'Ivry: les généraux anglois qui accouroient pour en faire
lever le siége leur offrirent la bataille qu'ils acceptèrent avec la même
imprudence, et qu'ils perdirent par le même défaut d'ordre et de
discipline. Cinq mille hommes restèrent sur le champ de bataille, parmi
lesquels étoit le général écossois et la fleur de la noblesse françoise:
elle fut écrasée à cette bataille comme à celle d'Azincourt.

Cette victoire fut célébrée à Paris par des réjouissances publiques; et
l'on voudroit en vain dissimuler que la multitude de ses habitants, alors
dévouée au duc de Bedfort, la reçut avec la plus vive allégresse. Pour
changer en si peu de temps ces esprits foibles et passionnés, il avoit
suffi de supprimer quelques impôts, appât grossier, mais immanquable,
qu'ont toujours su mettre en usage ceux qui connoissent les bassesses du
vulgaire, et qui ont besoin de sa faveur. Cependant, dans le temps même où
ce peuple insensé faisoit éclater sa joie, des citoyens fidèles
conspiroient encore pour le roi; et le duc, à son retour, eut de nouveaux
conjurés à punir.

Charles n'avoit plus de troupes; ses finances étoient épuisées, ses
partisans découragés[307]. Après la déroute des François à Verneuil,
l'ennemi s'étoit jeté dans le Maine, dont il avoit enlevé les principales
places; et ses partis parcouroient sans résistance l'Anjou et toutes les
provinces voisines jusqu'aux bords de la Loire. Les Bourguignons étoient
sur le point de se joindre aux Anglois pour achever d'anéantir le petit
nombre de royalistes qui luttoient encore contre la fortune. C'en étoit
fait de la monarchie: des divisions particulières qui s'élevèrent tout à
coup entre le duc de Glocestre et Philippe-le-Bon furent la première cause
de son salut.

          [Note 307: Ce fut alors que les Anglois, enorgueillis de tant de
          succès, lui donnèrent le nom de _roi de Bourges_.

            Les Anglois, avec leurs croix rouges,
            Voyant lors sa confusion,
            L'appelèrent le roi de Bourges
            Par forme de dérision.

               (_Vigiles de Charles VII._)]

Jacqueline de Hainaut, veuve du dauphin Jean[308], et depuis mariée au duc
de Brabant, n'avoit point voulu reconnoître ce second époux, et venoit de
contracter un troisième mariage avec le duc de Glocestre, à qui elle
apportoit en dot un des plus riches héritages de l'Europe. Le duc de
Brabant étoit neveu du duc de Bourgogne: celui-ci, irrité de l'affront
qu'on faisoit à un prince de sa maison, s'en plaignit au duc de Bedfort,
qui, prévoyant les suites fâcheuses d'un semblable événement, voulut dès
le principe en arrêter les effets. Mais l'imprudent Glocestre, loin
d'écouter les sages conseils de son frère, levoit des troupes en
Angleterre pour soutenir les prétentions de son épouse; et ces troupes,
avec lesquelles il arriva à Calais six semaines après la bataille de
Verneuil, furent employées, non à achever d'écraser l'ennemi commun,
incapable alors d'opposer la moindre résistance, mais à marcher contre
l'allié le plus considérable de son parti, qu'il attaqua sur-le-champ en
s'emparant du Hainaut. Le duc de Bourgogne, surpris, mais non déconcerté,
eut bientôt rassemblé une armée suffisante pour arrêter les progrès de son
adversaire; et les Pays-Bas, auparavant si tranquilles, devinrent le
théâtre d'une guerre acharnée. Toutefois elle ne fut pas de longue durée:
Glocestre étoit alors hors d'état de résister long-temps à un aussi
puissant souverain; et bientôt, accablé par des forces supérieures, il se
vit forcé de retourner honteusement en Angleterre; mais l'effet de cette
entreprise extravagante fut tel, que le roi de France put s'apercevoir,
dans une négociation qu'il osa tenter auprès du duc de Bourgogne, que ce
prince, blessé jusqu'au fond du coeur de la conduite de l'Anglois,
pourroit revenir un jour au seul parti que son honneur et son véritable
intérêt lui ordonnoient de suivre.

          [Note 308: _Voyez_ p. 144.]

On négocioit en même temps auprès du duc de Bretagne; et Charles,
profitant avec habileté du mécontentement du comte de Richemont, que le
duc de Bedfort venoit d'offenser[309], lui faisoit offrir l'épée de
connétable. Cette démarche, mal reçue d'abord, eut bientôt un plein
succès. Le projet d'alliance fut approuvé par le duc de Bretagne et par
les états assemblés; et Richemont, qui étoit allé en Flandre pour obtenir
l'agrément de Philippe sur la nouvelle dignité qui lui étoit proposée,
trouva ce prince disposé non-seulement à le lui accorder, mais même à
sacrifier ses ressentiments, si Charles eût voulu également lui sacrifier
les meurtriers de son père, devenus ses favoris. Le refus qu'il en fit
éloigna seul cette réconciliation, et prolongea les malheurs de la France.

          [Note 309: Il lui avoit refusé le commandement des troupes.]

Avant de rien accepter, Richemont avoit demandé que du moins ces
favoris[310] fussent éloignés; et, dans l'extrémité où il se trouvoit,
Charles n'avoit rien osé refuser. À peine ces demandes du nouveau
connétable furent-elles connues, que la petite cour du monarque fut
remplie de cabales et d'intrigues. La division se mit entre les
courtisans; et l'on vit, ce qu'on ne pourra croire, ce jeune prince,
incapable de résister à leurs séductions et même à leurs violences[311],
fuir de ville en ville à l'approche de son connétable, qui revenoit auprès
de lui à la tête d'une armée qu'il avoit rassemblée pour le défendre.
Enfin il fallut céder au cri général qui s'éleva contre son aveugle
obstination. Tanneguy du Châtel eut la générosité de s'exiler lui-même;
les autres reçurent ordre de se retirer de la cour; mais, en s'éloignant,
l'un d'eux (le président Louvet) eut l'adresse de se faire remplacer
auprès de Charles par le seigneur de Giac, sa créature. (1425.) L'indolent
monarque s'abandonna également sans réserve à ce nouveau ministre, qui,
plus dangereux et plus avide encore que les autres, laissa sans solde,
sans vivres, sans secours, la petite armée de Richemont, qui venoit
d'entrer en campagne. (1426.) Le connétable éprouve des revers, revient à
la cour frémissant d'indignation; et, par une hardiesse que les
circonstances terribles où étoient réduites les affaires peuvent à peine
justifier, il fait enlever Giac, le livre, pour la forme, à un tribunal
devant lequel ses crimes et ses déprédations sont dévoilés, et fait tomber
sa tête sur un échafaud. Un nouveau favori le remplace, et, loin d'être
effrayé de la catastrophe de son prédécesseur, abuse encore plus
insolemment de sa faveur: le connétable le fait assassiner; et lorsque
Charles, indigné, lui demande compte de ces violences injurieuses, il ne
se justifie qu'en lui déclarant que ce qu'il a fait est pour le bien du
royaume. Cependant cet homme, si redoutable aux flatteurs de son roi,
commit bientôt après une faute irréparable, en mettant lui-même dans la
confiance de ce jeune prince un homme qu'il croyoit entièrement dévoué à
ses intérêts, et qui devint bientôt le plus fatal de tous ses ennemis, et
le plus grand obstacle au rétablissement de la monarchie. La Trémoille,
plus adroit, plus ambitieux, d'une naissance plus illustre que tous ceux
qui l'avoient précédé, prit bientôt, sur un maître qui ne demandoit qu'à
être dominé un ascendant que, pendant long-temps, rien ne put détruire; et
le premier usage qu'il fit de sa faveur fut de se mettre en état de
n'avoir rien à craindre des entreprises de celui qui la lui avoit
procurée. Par ses intrigues, Charles, déjà offensé de la hauteur de son
connétable, lui donne tous les dégoûts qui peuvent le détacher de ses
intérêts; et, dans une situation à peu près désespérée, se prive lui-même
du seul sujet qui pouvoit empêcher sa ruine entière. Tout étoit perdu, si
la conduite des Anglais n'eût été aussi impolitique, ou, pour mieux dire,
aussi insensée que celle du monarque françois. Ils traitoient déjà la
France en pays de conquête, eux qui ne s'y maintenoient que par l'espèce
de délire dont la nation étoit en quelque sorte enivrée. Le duc le Bedfort
en partageoit les provinces avec son frère le duc de Glocestre; ils
accabloient d'impôts les peuples dont le soulèvement pouvoit en un moment
détruire leurs foibles armées[312] et leur puissance factice. Ils avoient
déjà commencé à mécontenter un prince dont les dispositions favorables ou
contraires auroient seules suffi pour décider de leur sort; et l'affaire
de Jacqueline de Hainaut, que le duc de Glocestre s'obstina à soutenir,
même après avoir été chassé de la Flandre, et qu'il n'abandonna que
lorsque cette princesse eut été entièrement dépouillée de ses états par le
duc de Bourgogne, fut, comme nous l'avons dit, la source d'un
refroidissement que nous allons voir s'accroître de jour en jour, jusqu'au
moment où il se changera en une rupture ouverte qui leur portera les
derniers coups.

          [Note 310: Entre autres le président Louvet, Davaugour,
          Frottier, et le prévôt Tanneguy du Châtel. Les trois premiers
          avoient trempé dans la conjuration des Penthièvre contre le duc
          de Bretagne, et le dernier étoit toujours soupçonné d'être le
          principal auteur de la mort de Jean-sans-Peur.]

          [Note 311: Le comte dauphin d'Auvergne fut tué en plein conseil,
          aux yeux mêmes du roi, par Tanneguy du Châtel.]

          [Note 312: Quoique beaucoup plus puissants que le parti de
          Charles, ils n'avoient pas alors dix mille hommes de troupes
          effectives.]

(1427.) Cependant cette rupture étoit loin encore d'éclater, et les
divisions qui régnoient dans le parti du roi favorisoient les entreprises
des Anglois. Ils continuoient à prendre des villes, lorsqu'ils se virent
tout à coup arrêtés par le bâtard d'Orléans, si fameux depuis sous le nom
de Dunois. Ce prince, à peine alors sorti de l'enfance, remporta une
victoire complète sur deux capitaines expérimentés, Suffolk et Warwick, et
leur fit lever le siége de Montargis. Sur cette nouvelle, le duc de
Bedfort, absent depuis huit mois, hâte son retour en France, amenant avec
lui des renforts considérables. À son arrivée, le duc de Bretagne, qu'il
menace, abandonne le parti du roi, sans pouvoir ébranler la fidélité du
comte de Richemont, qui persiste à suivre la mauvaise fortune d'un prince
ingrat, dont il étoit haï et persécuté. Mais en même temps qu'il donnoit
des preuves d'un dévouement si magnanime, on le vit, par un effet de cette
hauteur de caractère qu'il ne pouvoit dompter, essayer, en s'unissant aux
princes aussi fatigués que lui de l'insolence de La Trémoille, de former
un parti qui pût écraser ce perfide. Déjà les conjurés s'étoient emparés
de Bourges, lorsque le roi, quittant avec précipitation la ville de
Chinon, qui étoit sa résidence ordinaire, vint se présenter à eux. Son
arrivée et les intrigues du favori dissipèrent en un instant ces premiers
germes de guerre civile; toutefois le connétable, exclu de la paix que
firent les princes, se vit forcé de se réserver pour des temps meilleurs.

(1438.) Assuré du duc de Bretagne, croyant n'avoir plus rien à redouter
des suites de la querelle de Glocestre avec le duc de Bourgogne, Bedfort
jugea le moment favorable pour achever d'abattre un prince livré à ses
flatteurs, entouré de mécontents, sans troupes, sans argent, réduit enfin
aux dernières extrémités. Afin de rendre ce dernier coup décisif, il
convoqua à Paris une nouvelle assemblée, dans laquelle il eut l'imprudence
de demander tous les biens, rentes et héritages donnés aux églises depuis
quarante ans. Il étoit inouï qu'on eût jamais fait une demande aussi
audacieuse, aussi contraire aux idées qui régnoient alors non-seulement à
Paris, mais dans toute la France: aussi le duc éprouva-t-il une
résistance telle qu'il se vit forcé de suspendre d'abord, et ensuite
d'abandonner entièrement son projet. Il en résulta néanmoins ce mauvais
effet, que le peuple, dont une légère suppression d'impôts lui avoit gagné
les esprits, commença à murmurer contre son gouvernement, et à sentir
toute la pesanteur du joug étranger.

Ces difficultés n'empêchèrent pas le duc d'ouvrir la campagne avec des
forces tellement supérieures, que Charles n'osa pas même tenter de mettre
quelque obstacle à leurs mouvements. Salisbury étoit à leur tête, et
parcourut en conquérant cette vaste partie de la France qui est renfermée
entre la Seine et la Loire. Toutes les places qui environnoient Orléans
ouvrirent leurs portes ou furent emportées d'assaut, et le siége de cette
ville importante fut résolu par le général anglois. C'étoit une entreprise
décisive, mais difficile: la garnison, peu nombreuse à la vérité, étoit
commandée par des chefs intrépides; La Hire, Xaintrailles, Chabannes,
Villars, le bâtard d'Orléans, suivis de la fleur de la noblesse françoise,
s'étoient jetés dans la place, résolus de défendre jusqu'à la dernière
extrémité ce dernier boulevart de la monarchie, et ils avoient inspiré aux
moindres soldats ainsi qu'aux habitants toute l'ardeur dont ils étoient
animés. La sape, la mine, des assauts continuels, tout fut employé du côté
des assiégeants, dont l'armée grossissoit à chaque instant; les assiégés,
qui recevoient aussi de temps en temps des renforts, disputoient le
terrain pied à pied, ne cédoient un fort que lorsqu'ils se voyoient prêts
à être ensevelis sous ses ruines, et offroient, dans un rempart nouveau,
construit à l'instant même, de nouveaux obstacles à l'ennemi. La mort de
Salisbury, emporté par un boulet de canon, n'interrompit pas les
opérations du siége; et les capitaines qui lui succédèrent, Talbot,
Suffolk, le lord Poll, n'en exécutèrent pas moins le projet qu'avoit conçu
cet habile général, d'entourer la place d'une circonvallation qui rendoit
l'arrivée des convois de jour en jour plus difficile et plus meurtrière.
La ville, bloquée de toutes parts, commença bientôt à ressentir la disette
des vivres, et devoit succomber dans peu si elle n'étoit promptement
secourue. À une armée de vingt-quatre mille hommes qui l'assiégeoit,
Charles ne pouvoit opposer que trois mille soldats mal disciplinés, et
dont ni lui ni ses généraux ne savoient même tirer parti. Cependant cette
foible ressource lui fut encore enlevée dans cette bataille, si fameuse
sous le nom de la _Journée aux Harengs_[313], où cette petite troupe,
commandée par le comte de Clermont, fut presque entièrement exterminée. À
cette fatale nouvelle, le roi, voyant tout perdu, vouloit se retirer dans
le Dauphiné: il en fut détourné par la reine son épouse, princesse d'un
courage et d'une vertu supérieure; on dit que la fameuse Agnès Sorel ne
lui donna pas des conseils moins généreux. Mais il étoit réservé à une
femme plus célèbre et plus digne de l'être que la maîtresse d'un roi, de
sauver la France, et de rendre à Charles l'honneur et sa couronne. (1429.)
C'est au milieu de cette indécision honteuse à laquelle ce malheureux
prince étoit livré, qu'on voit paroître cette fille étonnante, singulière,
que l'on crut alors envoyée par le ciel même, dont encore aujourd'hui le
courage et l'enthousiasme religieux forcent au respect les esprits même
les plus corrompus, et feront à jamais l'admiration de la postérité.
Quelque idée que l'on puisse se faire des inspirations puissantes,
invincibles, qui poussèrent une jeune vierge, aussi innocente que timide,
née dans l'obscurité, élevée dans l'ignorance, à vaincre tant d'obstacles
pour arriver jusqu'à un grand monarque, pour oser lui promettre des
victoires regardées comme chimériques par ses meilleurs capitaines, en
fixer l'époque, s'en déclarer le principal instrument; inspirations dont
l'effet fut si prodigieux, qu'on vit le roi de France, son intrépide
noblesse, son armée entière, subjugués par le plus inconcevable ascendant,
marcher sous la conduite d'une simple villageoise à des combats qui
sembloient devoir achever leur perte, et obtenir des triomphes qu'on avoit
jusque là jugés impossibles; quelques conjectures que l'on forme, quelque
opinion que l'on adopte sur cet événement unique dans l'histoire, les
contempteurs des miracles, tout superbes et dédaigneux qu'ils ont coutume
d'être, ne pourront s'empêcher du moins d'y reconnoître un des coups les
plus éclatants de cette Providence spéciale à laquelle les païens, même
les plus grossiers, ont rendu hommage, Providence qui veille sur les
empires, décide de leur sort, les perd ou les sauve à son gré, souvent par
les agents les plus obscurs, par les moyens qui sont les plus éloignés de
toute prévoyance humaine. Jeanne d'Arc, dite la Pucelle, avoit promis que
l'ennemi leveroit le siége d'Orléans, que le roi seroit couronné et sacré
à Reims, que Paris rentreroit sous sa domination, que les Anglois seroient
entièrement expulsés du royaume. Pour commencer l'accomplissement de sa
prédiction, elle pénètre dans la ville assiégée à la tête d'un convoi: son
aspect y fait renaître l'espérance; et les assiégeants, déjà frappés de sa
renommée, sont saisis d'une terreur soudaine. Les François, conduits par
cette héroïne, osent attaquer à leur tour, jusque dans ses forts, cet
ennemi qui, la veille encore, insultoit leurs remparts; et le siége
d'Orléans est levé en peu de jours comme par une sorte d'enchantement.
Jargeau, Beaugency, plusieurs autres villes de l'Orléanois sont emportées
par les royalistes, qui reprennent aussitôt l'offensive. Bedfort,
déconcerté, envoie des renforts à ses troupes éperdues: l'armée françoise,
plus foible que celle des Anglois, mais désormais invincible, marche à sa
rencontre, et remporte, à Patay, une victoire éclatante, que suit bientôt
la reddition d'une foule de places. Les routes de la Champagne sont
ouvertes; sur les sollicitations de l'héroïne, Charles, renfermé dans la
petite ville de Loches, où il vivoit dans l'oisiveté et dans les plaisirs,
tandis qu'on faisoit pour lui la conquête de son royaume, se décide alors
à la quitter et à marcher vers Reims: car Jeanne avoit déclaré que l'objet
principal de sa mission étoit de le conduire dans cette ville pour y
recevoir l'onction sacrée. Sur la route elle parvient à ménager une
réconciliation entre le roi et son fidèle connétable; la ville de Troyes,
qui veut résister, est forcée; Châlons ouvre ses portes; les Bourguignons,
renfermés dans Reims, et qui pouvoient le défendre, l'évacuent à l'arrivée
de l'armée royale[314]; enfin, le 27 juillet 1429, Charles fait son entrée
dans cette ville aux acclamations du peuple, et peu de jours après il y
est sacré, et reconnu solennellement roi légitime de la France.

          [Note 313: Elle fut ainsi nommée, parce que le général anglois
          conduisoit un convoi composé principalement de barils remplis de
          cette espèce de poisson. Le but du comte de Clermont étoit
          d'enlever ce convoi.]

          [Note 314: On présuma qu'ils en avoient reçu secrètement l'ordre
          du duc de Bourgogne.]

Une révolution si rapide, si inattendue, jeta le duc de Bedfort dans des
terreurs qu'il ne lui fut plus possible de dissimuler. Il se vit alors
réduit à implorer ce même duc de Bourgogne, que, quelques mois auparavant,
il avoit lui-même outragé[315], lorsqu'il voyoit d'avance la chute
d'Orléans inévitable, et la conquête de la France assurée. Sur ses
instances réitérées, Philippe, respectant encore en lui son beau-frère,
vint à Paris et parut se prêter aux mesures qui furent prises pour en
contenir les habitants, disposés à se soulever en faveur de leur roi. On
tint divers conseils pour former un plan de campagne qui pût arrêter les
progrès rapides de l'ennemi. Les chaires retentirent de nouveau de
déclamations furieuses contre les Armagnacs; des processions publiques
furent ordonnées; enfin, dans une assemblée où il avoit encore convoqué
les principaux habitants de Paris, le régent essaya d'exciter leur
indignation en faisant relire devant eux le traité conclu entre
Jean-sans-Peur et le dauphin, en remettant sous leurs yeux l'assassinat de
Montereau, la foi du serment violé, etc.; mais il fut loin d'en obtenir
l'effet qu'il attendoit; et ce discours, auquel le duc de Bourgogne mêla
ses anciennes protestations, fut accueilli avec des marques visibles
d'improbation. On n'en exigea pas moins de nouveaux serments d'attachement
au roi d'Angleterre, serments qui n'étoient pas plus sincères que les
vaines démonstrations du duc de Bourgogne. En effet ce prince ne tarda pas
à reprendre la route de ses états; et tandis qu'on attendoit à Paris des
troupes qu'il avoit promises, et qu'il n'envoya pas, il s'arrêtoit à Arras
pour y écouter des députés de Charles, qui conçut enfin des espérances
fondées de l'amener à cette réconciliation tant désirée.

          [Note 315: Les généraux qui commandoient dans cette place, ayant
          perdu l'espoir de la défendre encore long-temps, avoient offert
          de la mettre en séquestre entre les mains du duc de Bourgogne,
          et ce prince avoit agréé leur proposition; mais le duc de
          Bedfort la rejeta avec une hauteur et des réflexions offensantes
          qui blessèrent Philippe jusqu'au fond du coeur.]

De nouveaux succès étoient le moyen le plus sûr d'y parvenir; et déjà le
monarque vainqueur s'étoit avancé jusqu'à Dammartin[316], menaçant sa
capitale. Deux fois le duc de Bedfort en sortit, et vint s'établir dans un
camp retranché, en face de l'armée françoise, espérant l'engager dans
d'imprudentes attaques; mais l'expérience des fautes passées n'avoit point
été perdue; les François surent contenir leur impétuosité, et le régent
rentra dans Paris sans avoir pu les faire donner dans le piége. La
réduction de Compiègne et de Beauvais suivit de près cet événement; et le
prince anglais, qui voyoit en frémissant tomber ainsi toutes les places
qui protégeoient la capitale, se vit cependant forcé d'en sortir
précipitamment pour aller s'opposer au connétable, qui venoit de se jeter
dans la Normandie, avoit surpris Évreux, et parcouroit sans obstacle toute
la province. Les précautions qu'il prit avant son départ prouvèrent qu'il
ne comptoit plus sur l'affection d'un peuple détrompé. La garnison fut
augmentée d'un renfort considérable; une police active et sévère, répandue
dans tous les quartiers, jeta la méfiance et l'alarme dans ces coeurs
ulcérés et accablés sous le poids de leurs regrets et de leurs maux: car
Paris subissoit alors dans toute sa rigueur le sort ordinaire des villes
rebelles à leurs souverains légitimes. La misère et la tyrannie avoient
détruit ou fait fuir le plus grand nombre de ses habitants, et ceux qui
restoient étoient dépouillés chaque jour de leurs biens pour fournir à
leurs tyrans de nouveaux moyens de les opprimer. Les gens d'église
eux-mêmes n'étoient point épargnés; on s'étoit saisi de tous les dépôts
judiciaires; le commerce et l'industrie avoient disparu; enfin Paris
n'étoit plus que l'ombre de cette ville autrefois si peuplée et si
florissante.

          [Note 316: À neuf lieues de Paris.]

Cependant, ni les forces dont ils s'entouroient, ni la sévérité de leur
police, ni l'appareil des supplices ne suffisoient pour rassurer les
oppresseurs; et par cette inconséquence, qui est une suite presque
inévitable de l'inquiétude continuelle des tyrans, ils imaginèrent de
lier par des serments nouveaux un peuple que leurs violences pouvoient à
peine contenir. Ce fut l'évêque de Thérouanne, Jean de Luxembourg,
gouverneur de la ville en l'absence du duc de Bedfort, qui conçut cette
idée absurde de convoquer encore une assemblée générale des cours
souveraines, de l'université, des chefs du clergé, des principaux
bourgeois, assemblée dans laquelle furent renouvelés et la garantie du
traité de Troyes, et ce serment de fidélité déjà prêté tant de fois; mais
le comble de la démence fut de nommer des commissaires, qui reçurent
l'ordre de parcourir les divers quartiers, et d'y recevoir le même serment
de tous les corps et de tous les habitants de la ville.

Le roi étoit alors à Compiègne, incertain s'il marcheroit sur Paris, ou
s'il se dirigeroit vers la Picardie, dont les principales villes étoient
disposées à le reconnoître. Il paroît que la crainte de causer quelque
ombrage au duc de Bourgogne, avec lequel il continuoit toujours à
négocier, le détermina à prendre le premier parti. Il entra donc à
Saint-Denis, que les ennemis avoient abandonné, et en même temps ses
soldats occupèrent les postes de la Chapelle, d'Aubervilliers et de
Montmartre. Le duc de Bedfort étoit absent: cette circonstance fit espérer
qu'il pourroit s'exciter dans le peuple quelque mouvement favorable[317],
et l'on résolut de tenter un assaut. On a accusé Jeanne d'Arc d'avoir
conçu cette entreprise vraiment téméraire; mais il existe de fortes
preuves qu'elle n'y eut d'autre part que d'y avoir vaillamment combattu.
Depuis le grand événement de Reims, regardant sa mission comme finie, elle
avoit plusieurs fois sollicité sa retraite, que Charles lui avoit toujours
refusée. On la vit dès lors s'éloigner des conseils, et, moins sûre de la
victoire, ne plus paroître dans les batailles que pour y prodiguer sa vie,
et donner aux soldats l'exemple du courage le plus héroïque.

          [Note 317: Quelques jours auparavant, le duc d'Alençon et les
          autres généraux avoient trouvé le moyen de faire semer dans
          Paris plusieurs écrits, par lesquels ils exhortoient les
          citoyens à reconnoître leur souverain légitime, et à seconder
          les efforts qu'il alloit faire pour les délivrer de l'oppression
          sous laquelle ils gémissoient. Pour effacer l'impression que ces
          lettres auroient pu produire, les Anglois firent courir le bruit
          que le roi, plus irrité que jamais contre les Parisiens, avoit
          juré leur entière destruction; que son projet étoit d'abord de
          livrer la ville au pillage et à la brutalité de ses soldats,
          ensuite de tout exterminer sans distinction de sexe ni d'âge, de
          renverser de fond en comble les édifices, et de faire passer la
          charrue sur le sol qu'ils occupoient. Ces fables grossières
          firent alors peu d'impression[317-A], et ont été employées
          depuis avec plus de succès dans des siècles où l'on a prétendu
          avoir plus de raison et de lumières.]

          [Note 317-A: Les registres du parlement disent positivement que
          ce projet _ne paroissoit pas vraisemblable_.]

L'assaut décidé, le dimanche 8 septembre, l'armée, commandée par le duc
d'Alençon, le comte de Clermont et le sire de Montmorency, s'approcha de
la porte Saint-Denis, et fit de ce côté une fausse attaque, tandis qu'un
corps de troupes se portoit sur un retranchement élevé devant le rempart
du _Marché aux pourceaux_, situé à l'endroit où est aujourd'hui la butte
Saint-Roch. Le rempart fut emporté; mais le soulèvement sur lequel on
avoit compté ne se fit point, parce que les Anglois eurent l'adresse de
répandre sur-le-champ dans la ville des bruits sinistres qui jetèrent
l'alarme et continrent les esprits. Tandis qu'ils couroient à la défense
de la partie attaquée, des voix s'élevèrent dans tous les quartiers,
s'écriant _que tout étoit perdu; que les royalistes, maîtres de la ville,
n'épargnoient personne, et que chacun songeât à sa propre sûreté_. Cette
ruse eut tout l'effet qu'on en pouvoit attendre; les habitants effrayés se
hâtèrent de se réfugier dans leurs maisons, et les royalistes, ne voyant
paroître sur les murailles que des ennemis, prirent le parti de se
retirer. Jeanne fut blessée dans cette action d'un trait d'arbalète qui
lui traversa la cuisse[318]. Quatre jours après l'armée décampa, et prit
la route de Lagny-sur-Marne, qui venoit de se soumettre au roi.

          [Note 318: Elle reçut cette blessure pour s'être obstinée à
          rester sur le bord du fossé, criant qu'on lui apportât des
          fascines pour le combler, lorsque l'armée avoit déjà commencé sa
          retraite. Forcée, par la douleur et par le sang qu'elle perdoit,
          de se coucher derrière le revers d'une petite éminence, elle y
          resta jusqu'au soir, que le duc d'Alençon vint enfin la
          chercher, et la fit transporter à Saint-Denis. L'indifférence
          avec laquelle elle avoit été traitée dans cette circonstance lui
          fit renouveler avec plus d'instances que jamais ses
          sollicitations auprès du roi pour obtenir enfin la liberté de
          quitter la cour; mais Charles persista toujours à lui refuser
          son congé.]

Tandis que Charles s'éloignoit, Bedfort rentroit dans Paris, et employoit
toutes les ressources de son courage et de son esprit pour réparer ses
fautes passées, et ramener la fortune qui l'abandonnoit. Il venoit
d'écrire en Angleterre afin de presser l'envoi de nouveaux secours; frappé
de l'effet qu'avoit produit sur les peuples la cérémonie du sacre de
Charles, il demandoit qu'on fît partir au plus tôt le jeune Henri, et
publioit avec éclat que ce prince venoit pour être couronné dans sa ville
capitale; il cherchoit enfin à regagner l'amitié du duc de Bourgogne,
qu'il combloit de caresses, de marques de déférence, qu'il ne cessoit
d'inviter à revenir à Paris, en lui manifestant sa résolution de ne plus
rien faire que de concert avec lui.

(1430.) Il y vint en effet, mais ce retour, loin d'avancer les affaires du
régent, sembla en précipiter la ruine. Philippe fit son entrée dans cette
ville à la tête d'une nombreuse noblesse et de huit cents hommes d'armes,
qui lui donnèrent à l'instant sur son allié, humilié et jaloux, une
prépondérance qu'augmentoit encore l'affection que lui portoient les
Parisiens. Cette supériorité fut telle que peu de jours après il ne
craignit point de publier, dans la grand'salle du Palais, une trève que
ses députés venoient de conclure, à Saint-Denis, avec les ambassadeurs du
roi, principalement pour les provinces de Picardie, d'Artois, de Champagne
et de Bourgogne. Il alla plus loin: dans la même journée, sur la demande
des habitants et de l'université, il se fit nommer, jusqu'à Pâques de
l'année suivante, lieutenant-général du royaume et gouverneur de Paris; et
le régent, réduit alors au seul gouvernement de la Normandie, se vit forcé
de remettre la plus grande partie de la France entre les mains d'un prince
à qui, six mois auparavant, il avoit refusé le séquestre d'Orléans. Outré
de dépit, il partit aussitôt pour cette province; et Philippe retourna en
Flandre, laissant le maréchal de l'Île-Adam pour commander dans la ville.

L'hiver n'interrompit point les hostilités: elles continuèrent sans aucun
succès décisif; mais ces combats partiels, dans lesquels on exerçoit
contre les malheureux habitants des provinces toutes les violences que
légitimoit alors l'insubordination de l'état militaire, satisfaisoient
l'avidité des chefs et des soldats, qui, presque indépendants de leurs
souverains, formoient alors plutôt des bandes de partisans que de
véritables armées. Aussi la misère des peuples et la barbarie de cette
guerre ne se peuvent-elles concevoir: il n'y avoit plus d'asile dans les
campagnes pour le laboureur, à qui l'on ôtoit tout, jusqu'au moyen de les
cultiver; dans une foule de siéges, où les villes étoient tour à tour
prises, reprises par les deux partis, l'usage étoit de ne faire aucun
quartier aux habitants, qu'on massacroit tous sans exception, si
quelques-uns d'entre eux avoient pris part à la défense; quant à la
garnison, on l'envoyoit ordinairement au supplice. Enfin, telle étoit la
licence inconcevable de ces temps malheureux, qu'au milieu de cette guerre
nationale on vit des seigneurs attachés au bon parti se faire des guerres
particulières[319], aussi funestes au roi qu'à eux-mêmes; d'autres, au
milieu des suspensions d'armes, ravager les provinces déjà soumises, afin
de maintenir sous leurs ordres les aventuriers qu'ils soudoyoient. Il
falloit que le prince tolérât toutes ces horreurs, et ce n'étoit qu'en
désolant la France qu'il étoit possible de la sauver.

Charles, en quittant l'Île-de-France, en avoit laissé le gouvernement au
comte de Clermont, qui s'empara de quelques villes, prenant toujours la
précaution de se tenir à une très-petite distance de Paris. Le terme de
Pâques approchoit, époque à laquelle le duc de Bourgogne devoit en rendre
le commandement aux Anglois: la crainte de rentrer sous leur domination,
et la proximité de l'armée royale firent concevoir encore à quelques
sujets fidèles le projet de s'emparer de la ville pour la remettre aux
généraux de Charles. Les conjurés, au nombre desquels on comptoit
plusieurs membres du parlement et du Châtelet, et quelques-uns des
principaux bourgeois, trouvèrent le moyen de correspondre avec les
royalistes, par l'entremise d'un religieux qui se chargea de la commission
périlleuse de porter leurs messages. Toutes les mesures sembloient
heureusement concertées; à un signal donné, on devoit livrer une des
portes aux troupes du roi; des marques avoient été distribuées pour servir
de signe de ralliement à tous les membres de la conspiration; elle alloit
éclater, lorsque le religieux fut arrêté. Appliqué à la torture, les
tourments lui arrachèrent les noms de ses complices, dont on s'empara, au
nombre de plus de cent cinquante; six furent décapités aux Halles,
plusieurs exécutés secrètement ou précipités dans la Seine. Quelques-uns
rachetèrent leur vie par la perte de leur fortune.

Jusqu'à l'époque qui devoit faire rentrer Paris sous cette autorité
royale, après laquelle il soupiroit, il devoit se passer encore de bien
nombreux événements. Dans la situation embarrassante où il se trouvoit, le
duc de Bedfort n'épargnoit aucun moyen pour s'attacher le duc de
Bourgogne: négociations, caresses, dons, promesses, tout fut employé de
nouveau pour regagner sa confiance et son amitié. Cette obstination ne fut
pas sans quelque succès; toutefois le concert de ces deux princes, plutôt
apparent que réel, n'eut d'autre effet que de prolonger les malheurs de la
France.

Philippe continua donc à faire la guerre au roi, et commença la campagne
par le siége de Compiègne, dont il ne put s'emparer[319]. Mais la plus
belle victoire n'eût pas semblé aux Anglois plus avantageuse pour eux que
cette vaine entreprise, puisqu'elle les rendit maîtres de celle qu'ils
regardoient comme l'unique cause de tous leurs désastres. Jeanne, qui
s'étoit jetée dans la place, fut faite prisonnière dans une sortie.
Personne n'ignore quelle fut la suite de ce malheureux événement:
indignement livrée à ses implacables ennemis, traînée long-temps de
cachots en cachots, amenée à Rouen devant un tribunal composé pour sa
perte, condamnée par ces barbares au plus affreux supplice, elle fit
éclater, dans ce long cours d'iniquités, une patience, une grandeur d'âme
qui augmentent encore l'admiration qu'inspirent son courage et ses
vertus. L'opprobre dont on voulut la couvrir dans cette infâme procédure,
retomba tout entier sur ses juges abominables; et Charles, qui, vingt-cinq
ans après, réhabilita sa mémoire et confirma les titres de noblesse qu'il
avoit accordés à cette héroïne et à sa famille, ne peut être absous du
reproche d'avoir abandonné, dans de telles extrémités, celle à laquelle il
devoit son honneur et le salut de la France.

          [Note 319: Charles attachoit une si grande importance à
          l'alliance de Philippe, que, dès qu'il sut qu'il vouloit
          attaquer Compiègne, il donna des ordres qu'on remît cette ville
          entre ses mains, et que le gouverneur fût puni pour l'avoir
          défendue et conservée malgré lui.]

Reprenons la suite des événements: les royalistes triomphoient partout;
après la délivrance de Compiègne, une foule de places tombèrent entre
leurs mains; Xaintrailles battit les Anglais à Germigni; Barbazan remporta
sur les Bourguignons une victoire éclatante à la Croisette[320];
l'empressement des villes et des provinces à rentrer sous l'autorité du
roi sembloit s'accroître de jour en jour; (1431) le découragement, la
terreur étoient alors passés dans le parti des Anglois, qui n'opposoient
plus que des efforts languissants au mouvement de cette révolution qu'un
enthousiasme si extraordinaire avoit commencée. Le retour du duc de
Bourgogne manquoit seul à la fortune de Charles, qui, du reste, toujours
indolent, toujours livré aux caprices et aux intérêts de son favori, ne
triomphoit encore que par l'expérience et la valeur de ses généraux. On le
vit même, tant étoit grand son aveuglement pour ce La Trémoille qui le
dominoit, prendre parti pour lui dans la guerre particulière qu'il avoit
en Poitou contre le connétable, et employer, pour assiéger les places du
premier officier de sa couronne, des troupes nécessaires au salut de la
France et au rétablissement de ses affaires. Tel étoit alors ce prince,
qui depuis, par une conduite entièrement opposée, fit voir qu'il étoit
loin d'être dépourvu des qualités d'un roi.

          [Note 320: Aux environs de Châlons en Champagne.]

Vers ce temps-là Henri VI, qui depuis dix-huit mois étoit en France,
quitta enfin la ville de Rouen, et vint à Paris pour cette cérémonie du
couronnement, dont on attendoit de si grands effets. Il y fit son entrée,
entouré de seigneurs anglois; et l'on doit dire, pour l'honneur de la
noblesse françoise, qu'il ne s'y trouva aucun membre de ses plus illustres
maisons. La ville déploya, dans cette occasion, toute la magnificence
alors en usage dans les entrées de nos rois. Les rues par lesquelles le
monarque passa étoient tendues en tapisseries; on avoit élevé d'espace en
espace des échafauds sur lesquels des acteurs muets représentoient des
mystères[321]. On voyoit près de la porte de Paris un enfant monté sur une
longue estrade, revêtu d'habits royaux, et la tête ornée de deux
couronnes; autour de lui étoient de jeunes garçons représentant les pairs
de France et d'Angleterre, dont ils portoient sur leurs vêtements les
armes relevées en broderies. Lorsque Henri VI parut, cette troupe s'avança
vers lui, et lui offrit les deux écus des deux nations. Le cortége se
rendit d'abord au palais, où le roi s'arrêta quelque temps pour visiter
les reliques et autres curiosités de la Sainte-Chapelle; de là il prit le
chemin du palais des Tournelles[322], qu'on avoit préparé pour le
recevoir. Quelques jours après, ce jeune prince reçut l'onction sacrée,
dans la cathédrale, des mains du cardinal de Wincester, et dîna le même
jour publiquement au palais. On lui fit tenir ensuite un lit de justice,
dans lequel il reçut le serment des corps et l'hommage des seigneurs; du
reste le peuple n'éprouva dans cette circonstance solennelle aucune
marque de cette munificence paternelle à laquelle ses souverains
l'avoient accoutumé; les subsides continuèrent à être levés avec plus de
rigueur que jamais; il ne fut accordé aucune grâce ni publique ni
particulière; et peu de temps après son couronnement Henri VI quitta Paris
et la France pour retourner en Angleterre.

          [Note 321: Il n'y avoit pas long-temps qu'on avoit imaginé ces
          sortes de pantomimes; jusque là les mystères avoient été des
          espèces de drames, où l'acteur parloit et gesticuloit à la fois.
          Nous aurons occasion d'en parler plus longuement par la suite.]

          [Note 322: Les historiens racontent que ce prince, passant
          devant l'hôtel Saint-Paul, qui n'étoit séparé du palais des
          Tournelles que par la rue Saint-Antoine, on lui fit remarquer, à
          une des fenêtres, la reine son aïeule, qu'il salua _en abaissant
          son chaperon_. La malheureuse Isabelle ne put soutenir un
          spectacle qui lui rappeloit le souvenir de ses crimes; elle
          rendit le salut, laissa échapper quelques larmes, et courut
          renfermer au fond de son palais sa honte et ses remords.]

(1432.) Cette année et les trois suivantes n'offrent guère que le
spectacle affligeant et monotone de combats partiels, de forteresses
emportées tour à tour par les deux partis, de ravages, de massacres, de
pillages continuels; mais, au milieu de tant d'horreurs, il est facile de
reconnoître que le parti du roi prenoit chaque jour un nouvel ascendant.
La ville de Chartres venoit de lui être livrée; peu s'en fallut qu'un coup
de main ne le rendît maître de Rouen. Bedfort, dont les embarras
augmentoient de jour en jour sur le continent, voyoit croître encore ses
alarmes des brouilleries qui s'élevoient en Angleterre, où le parlement
refusoit de fournir de nouveaux subsides pour une conquête qui achevoit
d'épuiser la nation. Le duc de Bourgogne, occupé dans ses propres états
par ses sujets révoltés, étoit sur le point de lui échapper, et ne tenoit
plus à son parti que par la tendresse qu'il avoit pour la duchesse de
Bedfort sa soeur. La mort prématurée de cette princesse rompit ce dernier
lien. Cependant tel étoit l'aveuglement de l'usurpateur, tel étoit
l'orgueil dont l'avoit enflé l'habitude du succès, que, dans des
conférences qui furent tenues peu de temps après pour tenter d'arriver à
une paix générale, il refusa à Charles le titre de roi, et, pour vouloir
tout avoir, perdit l'occasion de conserver sans danger la plus grande
partie de sa conquête.

Toutefois les événements se pressoient pour sa ruine. Par son nouveau
mariage avec Jacqueline de Luxembourg, Bedfort sembla prendre plaisir
lui-même à changer en mésintelligence déclarée la froideur qui existoit
depuis long-temps entre lui et le duc de Bourgogne; la Normandie entière
se souleva; enfin le roi, plutôt fatigué de son favori qu'éclairé sur les
torts dont il étoit coupable, permit qu'on le lui enlevât par un moyen à
peu près semblable à celui qui l'avoit débarrassé des autres[323], et
Richemont, le soutien et l'espoir de la France, fut enfin rappelé. Alors
Philippe sort de cette incertitude funeste où il étoit demeuré si
long-temps. Décidé à faire sa paix avec le roi, il veut, par un reste
d'égards, tenter un dernier effort pour faire entrer l'Anglois dans le
traité. Celui-ci, plus aveuglé que jamais, refuse la cession que le roi
consent à lui faire de la Guienne et de la Normandie, et se retire sans
même daigner entamer les négociations. (1435.) Sa retraite détermine cette
paix tant désirée entre le roi et son terrible vassal, qui en dicte les
conditions, humiliantes pour son souverain, et par cela même honteuses
pour lui, puisqu'elles prouvèrent que c'étoit son intérêt particulier et
non un mouvement généreux qui le portoit à un acte d'où dépendoit le salut
de la France.

          [Note 323: Il fut enlevé à Chinon, à l'insu du roi, chargé de
          fers et conduit au château de Montrésor. Charles d'Anjou, comte
          du Maine, et la reine de Sicile, étoient, en apparence, à la
          tête de ce complot, dont Richemont, quoique absent, étoit
          l'âme.]

Isabelle de Bavière mourut dix jours après la signature de ce traité. On
prétend que la terreur dont fut frappée cette mère dénaturée à la nouvelle
d'une paix qui ne lui laissoit plus que la honte d'un crime inutile, hâta
le moment de sa mort. Cependant dès long-temps sa punition avoit commencé,
et l'histoire offre peu d'exemples aussi frappants des vengeances que le
ciel exerce sur les grands coupables. En horreur à tous les bons François
qu'elle avoit trahis, méprisée des Anglois eux-mêmes qui profitoient de sa
trahison, rassasiée d'outrages, réduite souvent aux dernières extrémités
de la misère, depuis la signature du traité de Troyes, elle traînoit, dans
l'hôtel Saint-Paul, une vieillesse obscure et déshonorée, n'obtenant pas
même la pitié que l'on accorde aux derniers des humains. Cette haine et ce
mépris la poursuivirent jusqu'après sa mort: à peine ses funérailles
furent achevées, que tous ceux qu'un reste de respect humain avoit forcés
d'y assister, abandonnèrent son cercueil; on le transporta, la nuit, de
Notre-Dame au port Saint-Landri, escorté seulement de quatre personnes; là
il fut déposé dans un petit bateau, qui le conduisit à Saint-Denis, où on
l'inhuma, sans aucune pompe, auprès du tombeau de Charles VI[324].

          [Note 324: On lui érigea depuis un tombeau en marbre, que l'on a
          vu déposé au Musée des monuments françois, avec ceux de Charles
          VI, du duc d'Orléans son frère, de Valentine de Milan, de
          Tanneguy du Châtel, etc. Tous ces personnages y sont
          représentés, suivant l'usage du temps, revêtus de leurs habits,
          et couchés sur leur tombe.]

Mais une mort plus remarquable fut celle du duc de Bedfort. Il succomba,
comme Isabelle, au chagrin que lui causoit une paix qui achevoit
d'arracher la France de ses mains. Sa perte porta le dernier coup au parti
anglois, qu'il soutenoit seul depuis long-temps par la vigueur et
l'activité de son esprit, après l'avoir ébranlé par son orgueil et sa
fausse politique. La nouvelle de sa mort[325] vint encore augmenter les
alarmes des troupes qu'il avoit laissées à la garde de la capitale. Les
chefs qui les commandoient imaginèrent, dans cette extrémité, de tenter
une expédition sur Saint-Denis, qu'ils enlevèrent, et dont ils rasèrent
les fortifications. Ils espéroient, par cette opération, ôter du moins une
ressource à l'ennemi, qui les pressoit chaque jour davantage; mais les
royalistes, maîtres de toutes les places qui environnoient Paris,
chassèrent les soldats qui s'étoient logés dans la place démantelée,
occupèrent le pont de Charenton, et bloquèrent ainsi cette grande ville de
tous les côtés. Bientôt les horreurs de la famine vinrent accroître les
maux qu'y causoit la tyrannie.

          [Note 325: Il mourut à Rouen.]

(1436.) À mesure que la situation de l'étranger devenoit plus périlleuse,
cette tyrannie devenoit plus cruelle. La ville étoit remplie de délateurs;
la terreur avoit frappé tous les esprits; les fers, les tortures, les
supplices punissoient à l'instant non-seulement les murmures, mais le
moindre signe d'impatience et de mécontentement; et ce qui peint mieux que
tout ce qu'on pourroit dire le désordre affreux de ces temps déplorables,
c'est que trois évêques[326] étoient les principaux auteurs de tant de
maux. Par l'ordre de cet odieux triumvirat, plusieurs citoyens, soupçonnés
seulement d'être attachés au parti du roi, furent précipités secrètement
dans la Seine; et l'activité de leurs recherches sembloit rendre toute
conspiration impossible.

          [Note 326: Les évêques de Thérouanne, de Beauvais et de Paris.]

Il se trouva cependant des hommes d'un courage assez héroïque pour ne pas
s'effrayer du danger presque inévitable qui les menaçoit, et pour tenter
de nouveau la noble entreprise de remettre Paris sous l'autorité
légitime. À leur tête étoit ce Michel Lallier[327] que nous avons déjà vu
échouer une fois dans ce grand projet, et qui avoit trouvé, on ne sait
comment, le moyen de rentrer dans la ville. Uniquement occupés de
l'intérêt commun, ces magnanimes citoyens firent avertir le roi de leur
dessein, ne lui demandant, pour prix d'un service aussi signalé, qu'un
pardon général pour leurs compatriotes. Assurés de sa parole royale et des
promesses du duc de Bourgogne, ils ne pensèrent plus alors qu'aux moyens
d'accomplir leur projet; et tandis qu'ils formoient, dans les murs de
Paris, un parti composé de tous les habitants dont la fidélité leur étoit
connue, le connétable, d'accord avec eux, rassembloit les garnisons des
places voisines, et se tenoit prêt à tout événement.

          [Note 327: Les autres se nommoient Jean de La Fontaine, Michel
          de Lancrais, Thomas Pigache, Nicolas de Louvier et Jacques de
          Bergières.]

Les mesures furent si bien concertées, et le choix des nouveaux conjurés
fait avec tant de bonheur et de prudence, que les ennemis ne purent monter
à la source de la conspiration, quoiqu'il en transpirât des indices
suffisants pour les jeter dans les plus vives alarmes. Leur trouble se
manifesta bientôt dans l'incertitude de leurs résolutions, et dans les
mesures insensées qui les suivirent. D'un côté ils écrivoient au conseil
de régence établi à Rouen pour demander des secours; de l'autre ils
députoient au duc de Bourgogne pour obtenir qu'il ménageât une suspension
d'armes. Ils ordonnoient des processions publiques; ils faisoient défendre
aux habitants, sous peine de mort, d'approcher des remparts; enfin, comme
s'ils eussent voulu se rendre aussi ridicules qu'ils étoient odieux, ils
imaginèrent, pour dernière ressource, de faire prêter encore le serment du
traité de Troyes. Cependant la garnison angloise, composée seulement de
deux mille hommes, manquoit de munitions de guerre, et n'avoit plus de
vivres que pour trois jours.

Enfin tout étant préparé pour le succès de la conspiration, les chefs de
l'entreprise firent avertir le connétable de s'avancer. Ce prince, suivi
seulement d'un corps de troupes suffisant pour seconder la bonne volonté
des Parisiens, accompagné du maréchal de l'Île-Adam, du bâtard d'Orléans
et de plusieurs autres seigneurs et chevaliers d'un courage éprouvé,
marcha toute la nuit, et vint, à la pointe du jour, se poster derrière les
Chartreux: c'étoit le vendredi 15 avril 1436. Des soldats qu'il envoya
aussitôt à la porte Saint-Michel lui rapportèrent qu'on leur avoit crié,
du haut des murs, «Que cette porte ne pouvoit s'ouvrir, qu'ils allassent à
celle de Saint-Jacques, et qu'_on besognoit pour eux aux Halles_.»
Richemont, sans perdre de temps, se rend à la porte où il étoit attendu;
il y renouvelle à haute voix l'assurance de l'amnistie déjà promise, et à
l'instant même on lui ouvre une poterne, par laquelle les gens de pied
commencent à défiler. Les premiers entrés brisent la serrure qui retenoit
le pont-levis, et donnent passage à la cavalerie. Cependant l'Île-Adam,
impatient de se signaler, s'étoit saisi d'une échelle qu'on lui avoit
tendue du haut des murailles, et déjà parvenu sur les remparts, il y avoit
arboré la bannière royale, en s'écriant _ville gagnée_! À ces cris, à
l'aspect du connétable et de ses braves guerriers qui se précipitoient
dans la ville, le peuple s'assemble, les rues retentissent d'acclamations;
les cris de _vivent le roi et le duc de Bourgogne_ se mêlent à ceux des
vainqueurs. Les Anglois, surpris et effrayés, courent aux armes; Wilbi,
gouverneur de la ville, l'évêque de Thérouanne, Morhier, prévôt de Paris,
le boucher Sainctyon se mettent à leur tête, et leur troupe se dirige vers
les quartiers des Halles, Saint-Denis et Saint-Martin, où ils espéroient
pouvoir se retrancher. Mais le signal avoit été donné en même temps
partout; partout ils rencontrent les habitants en armes, et portant déjà
la croix blanche sur leurs habits. On les presse de toutes parts, on les
repousse de rue en rue, on les écrase du faîte des maisons; et, à mesure
qu'ils reculent, on tend les chaînes. Animé par ce premier succès, le
peuple court au rempart Saint-Denis, et pointe sur eux quelques pièces
d'artillerie, qui augmentent encore leur désordre, et les forcent à fuir
précipitamment vers la porte Saint-Antoine, où Wilby, accompagné de
l'élite de sa troupe, essayoit encore de tenir ferme. Mais tout l'effort
de la multitude s'étant alors porté de ce côté, les Anglois, accablés sous
le nombre, déjà réduits aux deux tiers des leurs, ne virent plus d'autre
moyen de salut que de se renfermer dans la Bastille, où ils eurent à peine
le temps d'arriver. Cependant le connétable recevoit, sur le pont de
Notre-Dame, Lallier, qui, suivi des autres chefs de la conjuration, venoit
lui présenter un étendard aux armes de France. Il embrassa ce généreux
citoyen, et, s'adressant aux bourgeois qui l'environnoient: «Mes bons
amis, leur dit-il, le bon roi Charles vous remercie cent mille fois, et
moi de par lui, de ce que si doucement lui avez rendu la maîtresse cité de
son royaume; et si quelqu'un a mépris par devers monsieur le roi, soit
absent ou présent, il lui est tout pardonné.» Les soldats reçurent en même
temps la défense, sous peine de mort, d'exercer la moindre violence contre
les habitants; et le jour même de cette révolution, qui n'avoit pas coûté
une seule goutte de sang françois, on vit la tranquillité rétablie dans la
ville; des marchés publics, fermés depuis plus de trente années, furent
rouverts, et l'abondance et la joie prirent la place de la famine et du
désespoir. Deux jours après, les Anglois, pressés par la disette, se
trouvèrent heureux d'obtenir une capitulation qui leur permettoit de se
retirer en Normandie. Telle étoit la haine qu'ils avoient inspirée, qu'on
fut forcé de les conduire par les dehors de la ville pour les soustraire
aux insultes de la populace.

Le parlement, auquel il étoit possible d'adresser de justes reproches,
mais qui pouvoit aussi s'excuser sur les violences dont on avoit usé à son
égard, vint faire ses soumissions. Il étoit alors réduit à vingt
membres[328], parmi lesquels on comptoit un très-petit nombre de partisans
des Anglois. Avant de lui laisser reprendre le cours de ses séances, le
connétable eût désiré avoir l'ordre du roi; mais les inconvénients qui
pouvoient résulter de l'interruption de la justice, ne lui permirent pas
de l'attendre, et les juridictions inférieures rentrèrent également dans
l'exercice de leurs fonctions; enfin le rappel des bannis, sous la
condition de prêter un nouveau serment, acheva de combler les voeux de la
ville de Paris, qui vit bientôt rentrer dans son sein toutes les familles
que les troubles en avoient exilées.

          [Note 328: Le roi le recomposa, cette année même, avec les
          magistrats qui l'avoient suivi à Poitiers; mais ceux qui étoient
          restés à Paris furent conservés, ce qui prouve qu'on trouva,
          dans le malheur du temps, des raisons suffisantes pour excuser
          leur apparente infidélité. Toutefois il convient de remarquer
          ici, et nous aurons occasion d'en parler par la suite avec de
          plus grands développements, que c'est à cette époque de
          discordes civiles et de malheurs publics que le parlement
          commença à donner quelques signes d'indépendance, et à se
          mettre, sinon ouvertement, du moins par une marche systématique
          et savamment combinée selon les temps et les circonstances, à la
          tête du parti populaire, et en opposition avec le monarque et
          les autres ordres de l'État.]

L'université eut sa part de ce pardon général, et elle en avoit besoin. On
ne peut dissimuler que, pendant une époque si honteuse pour la France,
elle n'eût démenti cette fidélité dont sous les règnes précédents elle ne
s'étoit jamais départie. On peut dire plus: c'est qu'elle prodigua aux
ennemis de l'État les marques de dévouement le plus vil et le plus lâche,
lorsque le parlement, les cours supérieures, le corps de ville, soumis à
la même tyrannie, gardoient du moins le silence en lui obéissant.
Cependant, malgré ce pardon, cette compagnie perdit, dès ce moment,
beaucoup de l'autorité et de la considération[329] dont elle avoit joui
jusqu'alors.

          [Note 329: Jusque là elle n'avoit connu, en matière de
          discipline, que l'autorité du souverain pontife; sous ce règne
          elle se vit forcée de recevoir de la puissance séculière des
          règles de moeurs et de conduite.]

(1437.) La guerre continuoit avec les Anglois; mais le duc de Bourgogne,
embarrassé par les séditions sans cesse renaissantes de ses sujets, ne
pouvoit être d'une grande utilité au roi, qui, après tout, n'en avoit pas
un extrême besoin. La campagne de cette année s'ouvrit par la prise de
plusieurs places; elle fut surtout mémorable par le siége de
Montereau-faut-Yonne, dans lequel Charles, déployant cette valeur
héroïque[330] qui semble avoir été héréditaire dans la maison de France,
s'exposa plus sans doute qu'il ne convient à un roi, mais accrut encore
l'amour de ses sujets, et arracha l'admiration de ses ennemis. Ce fut au
milieu de l'éclat que répandoit sur lui cet exploit guerrier que ce prince
rentra dans sa capitale, vingt ans après en être sorti. Jamais entrée ne
fut plus touchante et plus solennelle: la joie des Parisiens alloit
jusqu'à l'ivresse; le souverain et les sujets, également attendris,
confondoient ensemble leurs larmes et leurs transports. Les façades des
maisons décorées de riches tapis, des spectacles disposés, de distance en
distance sur des échafauds, des représentations de mystères, des fontaines
d'où couloient des flots de vin et de liqueurs, offroient à chaque pas des
témoignages de l'allégresse et de l'enthousiasme des habitants. Les clefs
furent présentées au roi, dès le village de la Chapelle, par le corps de
ville; les échevins portèrent d'abord le dais, et furent ensuite relevés
par le corps des marchands. Le goût bizarre du siècle se mêloit à la
magnificence de ce grand appareil: une mascarade composée des _sept péchés
mortels_ à cheval, et des _sept vertus_, conduisoit la marche des
seigneurs, du parlement et des juridictions inférieures; trois anges
_chantant moult mélodieusement_, reçurent le roi à la porte Saint-Denis,
tandis que d'autres anges, élevés sur une terrasse, _entouroient un saint
Jean-Baptiste montrant l'Agnus Dei_. Le roi et le dauphin s'avançoient au
milieu de ce cortége, armés de toutes pièces et la tête découverte. Le
grand écuyer[331] portoit le casque, le roi d'armes une cuirasse, et un
autre écuyer l'épée royale; à la droite du roi marchoit le connétable,
tenant à la main le bâton blanc, marque de sa dignité. Huit cents archers
composoient la _bataille du roi_. Les princes du sang, une foule de
seigneurs et de chevaliers se pressoient sur ses pas, étalant sur leurs
habits et sur tout leur attirail un luxe éblouissant. Ils étoient
couverts, ou plutôt chargés, eux et leurs chevaux, de draps d'or,
d'argent, et de plaques d'orfévrerie armoriées. Charles mit pied à terre
au portail de la cathédrale, où il écouta la harangue de l'université, et
prêta _le serment de l'évêque_[332]. De l'église il se rendit au palais,
où il coucha. Le lendemain le monarque montra lui-même au peuple assemblé
les reliques conservées dans la Sainte-Chapelle, et le même jour il quitta
la Cité pour aller habiter l'hôtel situé vis-à-vis le palais des
Tournelles[333].

          [Note 330: Il se précipita le premier dans le fossé, le traversa
          ayant de l'eau jusqu'à la ceinture, planta lui-même une échelle,
          et, l'épée à la main, parvint au haut des murs à travers une
          grêle de traits.]

          [Note 331: Pothon de Xaintrailles.]

          [Note 332: Voici quelle étoit la forme de cet ancien usage
          introduit par la piété de nos monarques: «Le jour de sa première
          entrée dans la capitale, le roi, accompagné des princes de son
          sang, des seigneurs et de toute sa cour, se rend dans le parvis
          de la cathédrale, dont les portes sont fermées; l'évêque, revêtu
          de ses habits pontificaux et escorté de son clergé, les fait
          ouvrir, et vient au devant du souverain avec la croix,
          l'encensoir et le livre des Évangiles. Il lui adresse ces
          paroles: Seigneur, avant que vous entriez dans cette église,
          vous devez et êtes tenu de prêter le serment, à l'exemple de vos
          prédécesseurs rois de France, à leur nouvel et joyeux avénement.
          Le prince adore la croix, baise le livre des Évangiles; un
          ecclésiastique présente la formule du serment conçu en ces
          termes: Suivant les anciennes concessions qui nous ont été
          accordées par vos prédécesseurs, nous vous demandons que vous
          conserviez à chacun de nous, et aux églises qui nous sont
          confiées, le privilége canonique, le bénéfice de la loi, la
          justice et la protection, ainsi qu'un roi y est obligé envers
          chaque évêque et l'église dont il a l'administration. Le
          monarque s'oblige dans les mêmes termes au maintien des
          priviléges, et confirme son serment par ces mots: _Ainsi je le
          veux et le promets_.» (Extrait et traduit par Villaret des
          manuscrits de M. de Brienne, vol. 268, fol. 1).]

          [Note 333: Cette entrée offre à peu près les mêmes
          particularités que celle de Henri VI; et ces deux récits
          suffisent pour donner une idée de celles qui les ont précédées,
          lesquelles ne diffèrent de celles-ci que par quelques
          circonstances de peu d'importance, principalement en ce qu'on
          n'y représenta point de mystères, ce genre de spectacle n'ayant
          été introduit à Paris que sous Charles VI.]

Telle fut cette pompe solennelle, qu'on peut vraiment appeler une fête
nationale, puisqu'elle sembloit le gage d'un avenir aussi heureux que le
passé avoit été misérable. Cependant ces jours de bonheur et de repos
étoient encore éloignés. Malgré la misère excessive des peuples, les
besoins extrêmes de l'État forcèrent le roi à maintenir les impôts, et
même à les exiger avec une sorte de rigueur. Pour comble de maux, une
épidémie affreuse, qui se répandit sur toute la France, exerça
principalement ses ravages sur Paris, où elle enleva en peu de temps plus
de cinquante mille habitants. Le roi se hâta de quitter cette malheureuse
ville; les princes, les seigneurs, les gens de guerre la désertèrent en
foule; et elle se trouva tellement abandonnée, qu'on eut quelque crainte
de la voir retomber au pouvoir de l'ennemi. Mais plusieurs citoyens
courageux[334] se dévouèrent dans un péril si imminent, et, bravant les
dangers de la contagion, restèrent dans la ville, en prirent le
commandement, et y maintinrent un tel ordre, que les Anglois n'osèrent pas
faire la moindre tentative. La famine vint joindre ses horreurs à celles
de la peste, comme si le ciel n'eût pas encore épuisé toute sa vengeance
sur ce peuple coupable, à qui son roi avoit pardonné.

          [Note 334: Ambroise de Lore, prévôt de Paris, Adam de Cambrai,
          premier président, et Simon Charles, président de la chambre
          des comptes.]

Les dernières années de ce règne, si fécond encore en grands événements,
n'ont plus qu'une foible liaison avec l'histoire de Paris, désormais
soumis et paisible sous l'autorité de son roi légitime. Charles VII y fit
peu de séjour: lorsque la guerre lui donnoit quelque relâche, c'étoit à
Chinon, à Tours, à Angers, qu'il faisoit habituellement sa demeure. Une
grande partie de la France restoit encore à conquérir: elle ne le fut
entièrement qu'au bout de treize années, avec des alternatives
continuelles de bons et de mauvais succès. Enfin la bataille de Fourmigni
acheva cette grande révolution; et les Anglois, chassés de la Normandie,
leur dernier refuge, se virent, en 1450, réduits à la seule ville de
Calais, qu'ils possédèrent encore pendant plus d'un siècle. On sait
d'ailleurs que Charles eut d'autres ennemis non moins dangereux à
combattre. À peine les grands et les princes se furent-ils aperçus que
l'autorité royale commençoit à se raffermir, qu'ils renouèrent leurs
intrigues et recommencèrent leurs cabales; et, chose singulière, le
dauphin[335], depuis si jaloux de son autorité et des prérogatives du
trône, lorsqu'il fut devenu roi, se trouvoit sans cesse mêlé à toutes ces
révoltes, prêtoit aux factieux l'appui de son nom et les encourageoit par
son exemple. Personne n'ignore à quel point les égarements de ce fils
ingrat et rebelle, les trahisons de ceux-là même qui avoient reçu les
marques les plus éclatantes de sa faveur, et ces conspirations sans cesse
renaissantes dont il étoit entouré, répandirent d'amertume sur les
derniers jours de Charles VII. Il fut le seul qui ne jouit pas de ce repos
que donnoient à la France ses victoires et ses travaux. Quelque temps
avant sa mort il soupçonna même la fidélité des Parisiens, et cessa de
revenir au milieu d'eux. Toutefois ses soupçons n'étoient pas fondés[336];
et si l'on excepte les disputes éternelles de l'université avec les
bourgeois et les autres autorités, il ne se passa rien dans cette ville
qui en troublât la tranquillité, ni qui mérite d'être remarqué.

          [Note 335: Louis XI.]

          [Note 336: Ils furent occasionnés par un voyage mystérieux que
          fit à Paris Antoine, bâtard du duc de Bourgogne; le roi
          s'imagina qu'il se tramoit encore quelque nouvelle ligue entre
          le duc de Bourgogne et les Parisiens; et ses inquiétudes le
          portèrent même à envoyer des officiers pour y faire une enquête,
          dont le résultat le rassura entièrement sur la fidélité de sa
          capitale.]

(1461.) Charles mourut à Mehun-sur-Yèvre, le 22 juillet de cette année. Si
l'on en croit les historiens du temps, un homme de la cour, qu'il aimoit
et qui lui avoit donné des preuves de fidélité et d'attachement dont il
lui étoit impossible de douter, étant venu l'avertir qu'on cherchoit à
l'empoisonner, et lui ayant même fait entendre que le dauphin n'étoit
point étranger à cet horrible complot, l'impression qu'il reçut de cette
révélation fut si terrible, qu'elle le jeta dans une espèce de frénésie
pendant laquelle il refusa obstinément de prendre aucune nourriture,
quelle que fût la main qui la lui présentât. Lorsqu'il fut revenu à lui,
il n'étoit plus temps; et cette longue abstinence[337] avoit attaqué en
lui le principe de la vie. Il mourut quelques jours après, dans de grands
sentiments de piété, demandant pardon à Dieu de son incontinence, qui
étoit presque l'unique vice que l'on pût reprocher à cet excellent roi.

          [Note 337: Il avoit passé sept à huit jours sans manger.]

On ne sauroit comprendre le jugement étrange que porte de ce prince le
président Hénault: «Charles VII, dit-il, ne fut que le témoin des
merveilles de son règne; on eût dit que la fortune, en dépit de
l'indifférence du monarque, et pour faire quelque chose de singulier,
s'étoit plu à lui donner à la fois des ennemis puissants et de vaillants
défenseurs, sans qu'il semblât avoir part aux événements..... Sa vie étoit
employée en galanteries, en jeux, en fêtes, etc.» Il est vrai que la
première moitié de cette vie si orageuse semble oisive: retiré au-delà de
la Loire, on ne voit point le monarque détrôné paroître à la tête de ses
soldats; il se laisse maîtriser par ses favoris; il se livre à son goût
pour les voluptés; il n'est occupé que d'amusements frivoles. Mais au
milieu même de ces foiblesses et de ces désordres que nous ne pensons
point à justifier, il savoit confier la conduite de ses armées et le soin
de défendre ce qu'il n'avoit point encore perdu de son royaume, aux La
Hire, aux Xaintrailles, à tout ce que la France possédoit alors de plus
vaillants hommes, qui devinrent depuis d'habiles généraux; et c'est déjà
beaucoup pour un prince aussi jeune et d'aussi peu d'expérience que de
savoir choisir ses serviteurs. Peut-être même, comme l'observe
très-judicieusement le P. Daniel, étoient-ce ces braves capitaines
eux-mêmes qui, voyant que le salut de l'État étoit tout entier dans la
conservation de ce prince, l'éloignoient par prudence des dangers qu'il
auroit courus dans un temps où son parti pouvoit à peine se soutenir
contre les Anglois, maîtres alors de la plus grande et la plus belle
partie de son royaume. Mais, dès qu'une suite de victoires qu'on peut
appeler miraculeuses l'eût placé dans une position plus digne d'un roi de
France, il ne faut que lire le simple récit des faits d'un si glorieux
règne, pour reconnoître dans Charles VII toutes les qualités qui font les
grands princes, une bravoure qui va jusqu'à l'héroïsme, une activité
infatigable qui nous le montre à la tête de ses armées, partout où la
guerre semble présenter quelque chose de grand et de décisif: car, et
c'est encore une remarque de l'historien que nous venons de citer, ce fut
cette résolution qu'il prit de faire la guerre en personne autant qu'il le
pourroit, qui fut le salut du royaume, et qui sembla fixer désormais la
victoire sous ses drapeaux. Dans sa conduite envers un fils ingrat et des
sujets révoltés, il n'est pas moins admirable par un mélange de fermeté,
de prudence et de bonté, qui lui ramenoit les uns, et réduisoit bientôt
les autres à n'avoir plus d'autre recours que la clémence du prince qu'ils
avoient offensé. Ajoutons encore que son administration fut ferme et
bienfaisante; qu'il fit une foule de réglements utiles, principalement
dans l'administration de la justice, raffermissant ainsi par sa sagesse le
trône dont l'épée de ses capitaines lui avoit d'abord rouvert le chemin,
et dont la sienne avoit achevé la conquête.

Mais si les peuples furent plus tranquilles et plus heureux sous son
gouvernement qu'ils ne l'avoient été depuis bien des siècles, ils durent
surtout cet état nouveau de calme et de bonheur à une entreprise d'une
politique et d'une vigueur qui annoncent dans ce prince un esprit aussi
éclairé que courageux. Nous avons montré à quel point, au commencement de
la troisième race, le gouvernement féodal avoit dégénéré de sa première
institution, et l'anarchie désastreuse qui avoit été l'inévitable
conséquence d'une si profonde corruption. Au milieu de ces longs
désordres, les peuples étoient devenus libres; ils avoient été armés; et
les malheureux règnes que nous venons de parcourir nous prouvent que cette
révolution qui avoit créé un troisième ordre dans l'État y avoit introduit
en même temps un ferment nouveau de révolte et de destruction, plus
redoutable peut-être que tous les maux qui jusqu'alors l'avoient désolé.
Dans cette lutte continuelle des vassaux contre le souverain, on avoit vu
cette puissance nouvelle flotter au milieu des partis, au gré de ses
passions aveugles et féroces, se fortifier des divisions funestes qui
agitoient l'État, et prendre un tel ascendant qu'il eût fallu une toute
autre puissance que celle des rois d'alors pour la détruire; et qu'essayer
de la diriger étoit tout ce qu'il étoit possible de faire: c'est ce que
fit Charles VII. Les armées n'étoient plus comme autrefois uniquement
composées de gentilshommes: à l'exception de quelques corps d'élite, ce
n'étoit plus, sous la conduite de quelques seigneurs indociles, qu'un
ramas de vagabonds indisciplinés, plus redoutables peut-être pendant la
paix que pendant la guerre, qui, portant partout le pillage et la
désolation, achevoient de détruire ce que l'ennemi avoit oublié de piller
et de ravager. De tous les maux dont la France étoit accablée, c'étoit le
plus intolérable; c'étoit l'obstacle le plus grand à l'entière expulsion
de l'ennemi qui l'avoit envahie: car, après l'avoir vaincu, il devenoit
impossible avec de pareilles troupes de profiter de la victoire. Charles
sut donc se servir avec la plus grande habileté de cette puissance
nouvelle que les malheurs publics lui avoient donnée: sous prétexte
d'avoir toujours sur pied des troupes suffisantes pour résister aux
invasions des Anglois, ce prince, en licenciant ses autres troupes,
conserva un corps de neuf mille hommes d'infanterie et de seize mille
cavaliers; des fonds furent assignés pour l'entretien de cette petite
armée, qui fut soumise à une discipline militaire constante et régulière,
commandée par des officiers dévoués au monarque, et distribuée dans les
places de son royaume qu'il jugea les plus favorables à la surveillance
générale qu'il vouloit établir. La plus illustre noblesse ne tarda pas à
briguer l'honneur d'entrer dans ce corps, et s'accoutuma dès lors
non-seulement à n'attendre que du souverain les honneurs et les
récompenses, mais encore à dépendre absolument de son autorité. Il résulta
de cette heureuse innovation que la milice féodale, composée de vassaux
rassemblés à la hâte sous les bannières de leurs seigneurs, tomba peu à
peu dans le mépris, parce qu'elle ne pouvoit soutenir la comparaison avec
cette troupe vraiment militaire; elle cessa par là même d'être redoutable
au prince, et dès ce moment l'action du pouvoir monarchique devint plus
imposante et plus régulière.

C'étoit avoir fait un grand pas; et la véritable monarchie eût été dès
lors établie en France, si, par une inconséquence que maintenant on peut à
peine expliquer, et qui fut, ainsi que nous l'avons déjà dit, commune à
tous les rois de la troisième race, et comme le fond de leur politique,
Charles VII n'eût point, à l'imitation de ses prédécesseurs, attaqué et
affoibli autant qu'il étoit en lui de le faire la puissance spirituelle
dont tous ces rois auroient dû faire leur principal refuge, et dans
laquelle ils eussent indubitablement trouvé leur plus solide appui. C'est
sous ce règne que l'on vit pour la première fois dans l'Occident un
concile élever sa puissance au-dessus de celle du pape qui l'avoit
convoqué, poser des bornes à sa juridiction, pousser même l'audace jusqu'à
élire un autre pontife, lorsqu'il n'avoit d'existence que par la volonté
de ce même pape qu'il prétendoit déposer; et par une contradiction non
moins inexplicable que tout le reste, on vit le roi de France, en même
temps qu'il recevoit les décrets du concile de Bâle dans tout ce qui
attaquoit la juridiction papale, repousser les décrets de ce même concile
en demeurant dans l'obédience d'Eugène, et en rejetant le pape
schismatique que ce concile avoit créé. Telle fut l'origine de la fameuse
_pragmatique-sanction_, l'une des plus grandes plaies qui aient été faites
à l'Église et aux sociétés chrétiennes, plaie que les siècles suivants
n'ont fait qu'accroître et envenimer. Nous réservons pour le commencement
du règne de Louis XI le tableau de tant d'outrages faits au chef de la
chrétienté dès le règne de Philippe-le-Bel et peut-être même auparavant;
et nous essaierons ensuite, et dans tout le cours de cette histoire, de
faire comprendre, même aux plus aveugles et aux plus prévenus, quels en
furent pour le pouvoir temporel les funestes résultats.

Il n'y eut sous ce règne d'autre fondation que celle de l'hôpital des
veuves, dans le quartier Saint-Eustache[338].

          [Note 338: _Voyez_ p. 328.]


LES HALLES.

Le premier marché qu'il y ait eu à Paris étoit situé dans la Cité, entre
le monastère de Saint-Éloi et la rue ou chemin qui conduisoit d'un pont à
l'autre, et qui subsiste encore sous le nom de la rue du Marché-Palu.
L'accroissement de la ville du côté du nord obligea d'en établir un autre
à la place de Grève, et ce nouveau marché subsista jusqu'au règne de
Louis VI, dit le Gros[339]. D'après les conjectures les plus probables, ce
fut ce prince qui le fit transporter sur l'emplacement qu'il occupe encore
aujourd'hui, lequel n'étoit originairement qu'une grande pièce de terre
nommée _Campelli_, _Champeaux_ ou _Petits-Champs_, et située entre
l'ancienne ville de Paris et quelques-uns des bourgs qui y furent
renfermés sous Philippe-Auguste.

          [Note 339: L'existence de ce marché à la place de Grève est
          prouvée par une charte de Louis VII de l'an 1141; et ce fut sans
          doute parce que Louis-le-Gros en avoit établi un aux Champeaux,
          que Louis VII consentit, moyennant soixante-dix livres, que la
          place de Grève restât à perpétuité libre et sans édifice.]

Ce territoire étoit dans la censive de plusieurs seigneurs: le roi,
l'évêque de Paris, le chapitre de Sainte-Opportune, le prieuré de
Saint-Martin-des-Champs, celui de Saint-Denis-de-la-Chartre, l'évêque de
Thérouanne, en avoient chacun une partie[340]. Ces droits divers, défendus
avec toute la licence qu'autorisoit alors le régime féodal, donnèrent de
l'embarras à nos rois, qui ne parvinrent à lever de tels obstacles qu'en
faisant des transactions, et en accordant des indemnités, dont il est
resté des traces jusque dans le dix-septième siècle. Dans une charte de
l'an 1137, Louis VII reconnoît devoir cinq sous de cens au chapitre de
Saint-Denis-de-la-Chartre, pour le rachat de ses droits sur un fonds de
terre dans Champeaux. Il est probable que tous les autres propriétaires
reçurent de semblables dédommagements; mais ce fut surtout l'évêque de
Paris qu'il fut difficile de satisfaire. Possesseur de la plus grande
partie de ce vaste emplacement, il fallut que le roi consentît à partager
avec lui et la souveraineté et les droits qui se percevoient dans le
marché. C'est alors que fut faite cette fameuse transaction dont nous
avons déjà parlé[341], par laquelle il fut convenu que l'évêque jouiroit
de la troisième partie de tous ces droits[342].

          [Note 340: Le chapitre de Notre-Dame y possédoit aussi quelque
          chose. On voit dans ses registres que Louis-le-Gros lui donna
          _locum in suburbio Paris., qui dicitur Campellus, et ejusdem
          loci fossatum_. Ces lettres sont datées de l'an 29 de son règne,
          et 4 de Louis son fils.]

          [Note 341: _Voyez_ t. Ier, p. 349, 1re partie.]

          [Note 342: Telle est l'origine de la _tierce-semaine_ de
          l'évêque dont il est parlé dans une foule d'actes, et des
          juridictions opposées du For-le-Roi, et du For-l'Évêque. Ce
          droit de l'évêque subsistoit encore dans le dix-septième siècle;
          mais comme il survenoit fréquemment des contestations entre les
          préposés des deux parties pour la perception, le roi jugea à
          propos, en 1664, de le racheter; et par différents arrêts on
          liquida à 25,882 liv. ce qui pouvoit revenir à ce prélat, tant
          pour son droit de tierce-semaine que pour l'indemnité de ses
          justices supprimées et réunies au Châtelet en 1674.]

Quoique tout porte à croire que le règne de Louis-le-Gros fut l'époque de
la translation du marché de la Grève aux Champeaux, cependant les
historiens ni aucuns titres ne nous donnent de renseignements certains sur
l'époque précise de ce nouvel établissement; on ne connoît pas non plus
d'une manière positive quelle étoit l'étendue de ce terrain, dont Sauval
établit les bornes du côté de la ville à l'endroit de la rue Saint-Denis
où étoit le couvent des religieuses de Saint-Magloire[343]. Les juifs
établis dans Champeaux, comme il est prouvé par une bulle de Calixte II de
l'an 1119[344], occupoient alors, suivant toutes les apparences, l'espace
qui est entre les rues de la Lingerie, de la Tonnellerie et de la
Cordonnerie. Un diplôme de Louis VII de 1137[345], appelé _la grande
charte de Saint-Martin_, nous apprend qu'il y avoit aussi en cet endroit
des merciers et des changeurs.

          [Note 343: Cet écrivain tombe ici dans une erreur assez grave,
          car il ajoute que, dans les dixième et douzième siècles, le
          prieuré de Saint-Martin-des-Champs devoit en faire partie; c'est
          la conséquence qu'il tire de la dénomination de _S. Martinus de
          Campellis_, qui se trouve, dit-il, dans les bulles de Benoit VI
          et d'Alexandre III, et dans les lettres de Louis VII. Une simple
          réflexion pouvoit lui suffire pour éviter ces anachronismes et
          ces méprises; il auroit vu 1º qu'il ne pouvoit être question du
          prieuré de Saint-Martin-des-Champs, qui n'existoit plus au
          dixième siècle, et qui n'a été rebâti que vers 1060, par
          conséquent plus de quatre-vingts ans après le pontificat de
          Benoit VI, mort en 974; 2º ce n'est pas Benoit VI, mais son
          successeur immédiat Benoit VII, qui a donné une bulle dans
          laquelle il est fait mention de Saint-Martin _in Campellis_: or,
          cette bulle sans date, qu'on peut fixer, avec les auteurs du
          _Gallia Christiana_, vers 980, confirme à Élysiard, évêque de
          Paris, la possession de cette église comme une dépendance ou
          appartenance de son évêché. Ce pape est mort en 984, et Élysiard
          en 988, par conséquent plus de douze ans avant que
          Saint-Martin-des-Champs fût rebâti. La bulle d'Innocent II, dont
          Alexandre III a adopté tous les termes, indique seulement
          _Ecclesiam in Campellis_; mais ce n'est qu'une confirmation en
          faveur de l'église de Paris de toutes les dépendances qui lui
          appartenoient alors; or Sauval n'ignoroit pas que jamais
          l'évêque de Paris n'a eu de droit sur l'abbaye du prieuré de
          Saint-Martin-des-Champs, et que dans les actes qu'il cite il
          n'en est pas question, mais de la petite abbaye ou église de
          _Saint-Martin-de-Champeaux_ en Brie, qui véritablement dépendoit
          de l'église de Paris.

          À l'égard des lettres de Louis VII de l'an 1137, que cite
          Sauval, il ne les avoit pas sans doute lues, car dans deux
          endroits cette église est nommée _S. Martinus de Campanis_,
          ainsi que dans les diplômes de Henri Ier et de Philippe Ier, et
          dans les bulles des papes. Depuis 1060, on lit toujours _S.
          Martinus ad Campos_ ou _de Campis_. (JAILLOT.)]

          [Note 344: _Hist. S. Mart._, p. 157.]

          [Note 345: _Ibid._, p. 28.]

À peine Philippe-Auguste fut-il monté sur le trône, qu'il s'occupa du soin
d'embellir et d'agrandir la ville de Paris. Le marché de Champeaux lui
ayant paru mériter une attention particulière, il le fit environner de
murs, et y transféra la foire de Saint-Ladre ou Saint-Lazare, qu'il acheta
à cet effet des religieux de ce prieuré, et des lépreux, qui, demeurant
hors la ville, avoient apparemment quelques droits sur cette foire. Cette
acquisition fut faite en 1181; et si quelques auteurs ne placent
l'établissement des Halles que deux ans plus tard, c'est que la
construction n'en fut entièrement achevée qu'en 1183. Elle se composoit de
magasins ou appentis bien clos pour conserver les marchandises et les
préserver des injures de l'air, et d'étaux pour les exposer en vente.
Lorsque ce marché eut été achevé, on eut soin d'y adapter des portes qui
étoient exactement fermées la nuit, pour la sûreté des marchands et celle
de leurs denrées. L'expulsion des juifs et la confiscation de leurs biens
facilitèrent l'exécution de cet utile établissement.

Les Halles s'augmentèrent sous saint Louis. Ce prince y fit construire
deux bâtiments pour les marchands de draps, et un troisième pour les
merciers et corroyeurs. Ces derniers lui payèrent d'abord 75 livres de
loyer, vu qu'il en étoit propriétaire; mais en 1263 ils obtinrent de ce
prince l'entière propriété de leur marché, à charge de 13 deniers parisis
de cens et d'investiture. Saint Louis permit aussi aux lingères et aux
vendeurs de menues friperies d'étaler le long d'un des murs du cimetière
des Saints-Innocents.

Philippe-le-Hardi y ajouta une halle pour les cordonniers et les
peaussiers. Enfin, dans les siècles suivants, les Halles se multiplièrent
tellement, qu'il n'y avoit guère de sorte de marchands qui n'eût la
sienne. C'est de là que viennent les noms de la plupart des rues
environnantes, telles que celles de la Toilerie, la Lingerie, la
Cordonnerie, la Friperie, la Poterie, etc.; on y vendoit aussi, à certains
jours, des oeufs, du beurre, des graisses, du poisson, des grains et du
vin; enfin plusieurs marchands forains y avoient des halles particulières
qui portoient le nom de leurs villes, telles que la halle de Douai,
d'Amiens, celles de Pontoise, de Beauvais, etc.[346].

          [Note 346: La boucherie de Beauvais, qui existoit encore pendant
          les premières années de la révolution, devoit son nom à cette
          halle qu'on prit en partie, en 1416, pour y établir vingt-huit
          étaux de bouchers. Les habitants de Beauvais y renoncèrent
          entièrement en 1474; et l'on perça en 1553 le passage par lequel
          on alloit de la rue de la Féronnerie à cette boucherie. (Mémor.
          O, fol. 153.)]

Les halles subsistèrent en cet état jusqu'à François Ier; alors on nomma
des commissaires pour retirer au profit du roi les loges et étaux du
domaine qui avoient été aliénés. On racheta les halles, on les détruisit
pour en former de nouvelles, telles à peu près qu'on les voyoit avant la
révolution; ce qui ne fut entièrement exécuté que sous Henri II.

Les Champeaux ou les halles étoient un des anciens lieux patibulaires de
Paris. Dès l'an 1209 plusieurs criminels y avoient été suppliciés; et
Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, y fut décapité sur un échafaud qui
étoit dressé à demeure sur cette place[347]. Le pilori, situé près de
l'endroit où se tient encore aujourd'hui, à certains jours, le marché au
beurre et au fromage[348], n'a été démoli qu'en 1786. C'étoit une tour
octogone[349], percée à l'étage supérieur de grandes fenêtres sur toutes
les faces; au milieu de cet espace vide on avoit pratiqué une machine de
bois tournante, également percée de trous, dans lesquels on faisoit passer
la tête et les bras de certains criminels, tels que les banqueroutiers
frauduleux, les concussionnaires et autres, dont les délits n'étoient pas
assez graves pour que la loi les condamnât à la perte de la vie. On les y
exposoit pendant trois jours de marché consécutifs, deux heures chaque
jour; et de demi-heure en demi-heure on leur faisoit faire le tour du
pilori pour qu'ils fussent vus de tous les côtés et exposés aux insultes
de la populace.

          [Note 347: On lit dans Sauval des détails de cette exécution,
          qui sont curieux et propres à faire connoître les usages de ces
          temps.

          «On sait que Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, eut la tête
          tranchée en 1477, sous le règne de Louis XI. Cet infortuné
          seigneur fut conduit de la Bastille aux halles, monté sur un
          cheval caparaçonné de noir. Étant arrivé, il fut mené aux
          chambres de la halle aux poissons lesquelles on avoit exprès
          tendues en noir; on les avoit aussi arrosées de vinaigre, et
          parfumées avec deux sommes de cheval de bourrée de genièvre,
          qu'on y avoit fait brûler pour ôter le goût de la marée que
          lesdites chambres et greniers sentoient. Ce fut là que le duc de
          Nemours se confessa; et pendant cet acte de religion, on servit
          une collation composée de _douze pintes de vin, du pain blanc et
          des poires_, pour messieurs du parlement et officiers du roi
          étant lesdits greniers. Pour cette collation on donna douze sous
          parisis à celui qui l'avoit fournie. Le duc de Nemours, s'étant
          confessé, fut conduit à l'échafaud par une galerie de charpente
          qu'on avoit pratiquée depuis lesdites chambres et greniers
          jusqu'à l'échafaud du pilori, où il fut exécuté.»]

          [Note 348: Les plus fameux étymologistes du dix-septième siècle,
          tels que _Borel_, _Spelman_, _Ducange_, _Ménage_, ont cherché
          l'étymologie du mot _pilori_, et aucun d'eux n'a pu en trouver
          une satisfaisante. Sauval dit que ce nom a été donné à ce gibet
          par altération, parce qu'il y avoit en cet endroit un puits
          qu'un contrat de l'année 1295 appelle _Puteus dictus Lori_, et
          que le puits _Lori_, ou de _Lori_, a fait donner le nom au gibet
          qui a été bâti aux environs, trois cents ans après. Cette
          étymologie est assez ingénieuse et paroît d'abord assez
          vraisemblable; mais Jaillot la combat par des raisons si
          solides, qu'il est impossible de l'admettre. Il établit, 1º que
          _pilori_ est un mot générique qui signifie un poteau ou pilier
          du seigneur, au haut duquel sont ses armes, et qui porte au
          milieu des chaînes ou carcans, marques de sa haute justice; que
          ces poteaux étoient connus à Paris et dans les provinces sous le
          nom de _pilori_, quoiqu'il n'y eût ni puits ni voisins qui
          s'appelassent _Lori_; 2º que Sauval, qui dit que ce pilori n'a
          été élevé qu'en 1542, en fait mention en plusieurs autres
          endroits avant l'époque qu'il lui donne ici, et qu'il ne pouvoit
          ignorer qu'il en existoit de semblables dans le quatorzième
          siècle aux carrefours des rues de Bussy, du Four et des
          Boucheries; 3º enfin un tableau conservé à
          Saint-Germain-des-Prés, que _dom Bouillart_ a fait graver, et a
          inséré dans l'histoire de cette abbaye, représente le pilori
          qu'elle avoit en 1368, à peu près semblable à celui des halles.]

          [Note 349: _Voyez_ pl. 88.]

Dans cette même place, auprès de la tour dont nous venons de parler,
s'élevoit une croix, ainsi qu'il y en avoit aux autres gibets de Paris.
C'étoit au pied de cette croix que les cessionnaires devoient venir
déclarer l'abandon qu'ils faisoient de leurs biens, et qu'ils recevoient
le bonnet vert de la main du bourreau. Sans cette cérémonie infamante, les
effets de la cession n'avoient pas lieu.

La disposition des Halles a reçu de grandes améliorations lors de la
suppression du cimetière des Innocents et de la démolition de l'église et
des charniers qui environnoient cette enceinte, démolition qui étoit à
peine entièrement effectuée au moment de la révolution. Voici la situation
des différentes halles ou marchés dans les dernières années de la
monarchie.


_Halle à la Marée._

Cette halle étoit située auprès de la rue de la Cossonnerie. À l'époque où
saint Louis destina ce lieu à la vente du poisson de mer, il dépendoit
d'un fief appartenant à une famille de Paris, du nom d'_Hellebick_, qu'il
fallut indemniser, et à laquelle on accorda pour cet effet de certains
droits à prendre sur la vente du poisson. Après l'extinction de la famille
_Hellebick_, ce droit se trouva partagé: une partie fut acquise par les
élus et procureurs de la marchandise de poisson de mer; l'autre fut cédée,
en 1530, à l'Hôtel-Dieu de Paris[350]. Le manoir de ce fief et les droits
qu'il donnoit sur la vente du poisson ont subsisté jusqu'à la suppression
des droits féodaux.

          [Note 350: On lit dans un état des biens de cette maison,
          imprimé en 1651, que le revenu casuel de la moitié de ce fief
          consistoit alors dans le droit de deux deniers sur chaque
          charrette de marée venant aux halles, et qu'il produisoit deux
          cents livres, année commune.

          Le marché de la marée s'étend maintenant le long de la rue du
          Marché-aux-Poirées (ci-devant de la Fromagerie), jusqu'à la
          seconde entrée de la halle à la viande.]


_Halle au Poisson d'eau douce._

Elle se tenoit, avant la révolution, dans une maison située rue _de la
Cossonnerie_. C'étoit là que se faisoit, à trois heures du matin, la
distribution du poisson aux petits marchés de Paris[351].

          [Note 351: La destination de cette maison a été changée; elle
          est habitée par des particuliers, et le marché au poisson d'eau
          douce se tient maintenant au bout de la rue de la Cossonnerie,
          vis-à-vis les piliers des potiers d'étain.]


_Halle à la Viande._

Elle se tenoit dans la boucherie de Beauvais, située vis-à-vis de la rue
au Lard, entre la rue Saint-Honoré et celle de la Poterie[352].

          [Note 352: Elle a été transportée depuis sur la place qui
          servoit autrefois de halle au blé, et qui porte maintenant le
          nom de _halle à la viande_. On vend aussi de la volaille sur
          cette même place, mais seulement dans la partie située au nord.]


_Halle aux Fruits._

C'étoit dans l'ancienne halle au blé, où se tient aujourd'hui le marché
de la viande, que se vendoit tout le fruit qui arrivoit à Paris. Cette
vente se faisoit pendant la nuit et au lever du jour[353].

          [Note 353: Le marché aux fruits se tient maintenant le matin sur
          la place des Innocents, le long de la rue aux Fers. D'un côté de
          la fontaine se vendent les fruits rouges, et de l'autre les
          fruits à pepin.]


_Halle aux Poirées._

Elle occupoit un emplacement situé entre la rue de la Fromagerie
(maintenant rue _du Marché aux Poirées_), celle de la Lingerie et la rue
aux Fers[354].

          [Note 354: Ce marché n'a point changé de place.]


_Halle aux Herbes et aux Choux._

Il se tenoit le long de la rue de la Ferronnerie, et obstruoit le passage
avant que les charniers eussent été abattus[355].

          [Note 355: Il se tient maintenant, partie dans cette rue et
          partie sur la place des Innocents.]


_Halle au Fromage._

Elle se tenoit le mardi matin, sur l'ancienne place de la halle au blé.
C'étoit là que l'on vendoit aussi le beurre et les oeufs[356].

          [Note 356: Ces denrées se vendent encore, le mardi, dans le même
          emplacement, et les autres jours, sous les piliers des potiers
          d'étain. (_Voyez_ pour les mutations nouvelles qui ont pu être
          faites à ces divers marchés, l'article _Monuments nouveaux_).]


_Halle aux Cuirs._

Cette halle étoit originairement située entre la rue au Lard et celle de
la Lingerie. On la transféra, en 1785, rue Mauconseil, dans un autre
emplacement dont nous aurons bientôt occasion de parler.


_Halle aux Draps et aux Toiles._

Cette halle, isolée entre les rues de la Poterie et de la Petite-Friperie,
aboutit par ses deux extrémités opposées aux rues de la Lingerie et de la
Tonnellerie. Elle a été restaurée en 1787, sur les dessins et sous la
conduite de MM. Legrand et Molinos, qui employèrent, pour la couvrir, les
procédés déjà si heureusement appliqués à la coupole de la halle au blé.
Ce monument, composé d'une voûte en berceau, formant un demi-cercle
parfait de cinquante pieds de diamètre sur quatre cents pieds de longueur,
est éclairé par un grand nombre de croisées carrées, que séparent des arcs
doubleaux ornés de sculpture, et présente, dans sa masse et dans ses
détails, une élégante simplicité[357].

          [Note 357: Elle fait le fond de la place des Innocents du côté
          des piliers des Halles. (_Voyez_ la vue de cette place, pl.
          87.)]


L'ÉGLISE DES SAINTS-INNOCENTS.

L'église des Saints-Innocents étoit située vis-à-vis la rue Saint-Denis,
sur une partie de l'emplacement des halles. Cette église doit être mise au
nombre des plus anciennes de Paris; et, quoiqu'on ignore la date précise
de sa fondation, des titres authentiques prouvent qu'elle existoit déjà
dans le douzième siècle. En effet, sans citer l'autorité des auteurs du
_Gallia christiana_, qui disent qu'en 1150 les doyen et chapitre de
Saint-Germain-l'Auxerrois consentirent au décret de l'évêque de Paris, qui
décidoit que la présentation à la cure des Saints-Innocents appartiendroit
au chapitre de Sainte-Opportune, on trouve dans un Cartulaire de
Saint-Magloire[358] l'acte d'une permutation faite en 1156 contre le
chapitre de Saint-Merri et l'abbaye Saint-Magloire, à laquelle ce
chapitre donne une certaine portion de terrain en échange d'une autre qui
est _au chevet de l'église des Saints-Innocents: Pro parte cujusdam terre
que est ad capucium ecclesie Sanctorum Innocentium_.

          [Note 358: _Fol. 37, ex Bibl. Reg._, nº 5414.]

L'existence de l'église des Saints-Innocents dans le douzième siècle est
encore confirmée par les bulles d'Adrien IV, du 4 des ides de mars 1159,
et d'Alexandre III, des calendes d'octobre 1178, lesquelles énoncent,
parmi les priviléges du chapitre de Sainte-Opportune, le droit de
nomination à la cure des Saints-Innocents, droit confirmé par une foule
d'actes subséquents, et d'autant plus légitime que le terrain sur lequel
cette église étoit bâtie appartenoit primitivement à ce chapitre[359].

          [Note 359: Des chartes de Louis VII, publiées en 1625, par
          Gosset, chevecier de cette église, paroissent supposer qu'en
          vertu d'un traité fait entre Louis-le-Gros et l'évêque de Paris,
          une partie du territoire de Champeaux, sur lequel étoit bâtie
          l'église des Innocents, appartenoit au clergé de
          Sainte-Opportune.]

D'après des actes si précis et si authentiques, on ne peut s'empêcher
d'être étonné qu'il ait régné une si grande diversité d'opinions entre les
historiens de Paris sur l'origine de cette église. La plupart se
contentent de dire qu'elle fut bâtie ou _rebâtie_ sous le règne de
Philippe-Auguste: quelques-uns même ont insinué que ce prince y employa
une partie des sommes confisquées sur les juifs, lors de leur expulsion
du royaume, ce qui placeroit l'origine de ce monument à une époque
postérieure à l'an 1182. Nous venons de donner la preuve qu'il existoit
bien antérieurement[360].

          [Note 360: Sauval a commis plusieurs anachronismes en parlant de
          cette église. Il dit qu'en 1380 le pape Clément VIII unit cette
          cure au chapitre de Saint-Opportune: c'étoit alors Urbain VI qui
          occupoit le siége de l'Église, Clément VIII n'ayant été élu pape
          que le 30 janvier 1591. Il n'est pas mieux fondé à dire que
          cette union fut cassée par une bulle de Calixte III, du 1er
          septembre 1457: car il est certain que la cure des
          Saints-Innocents dépendoit du chapitre de Sainte-Opportune plus
          de quatre cents ans avant cette dernière époque.]

D'autres, sur la foi d'une ancienne chronique, ont avancé que l'église des
Saints-Innocents fut construite à l'occasion d'un jeune enfant appelé
_Richard_, que les juifs avoient crucifié à Pontoise; et la seule preuve
qu'ils en rapportent, c'est que, dans cette chronique, elle est
quelquefois désignée sous le nom de _Saint-Innocent_ (_Ecclesia Sancti
Innocentii_). On ne peut avancer une assertion dont la fausseté soit plus
évidente. En effet l'événement dont il est question eut lieu à Pontoise
dans l'année 1179; et, selon d'autres historiens du temps, le corps du
jeune martyr y fut transféré de cette ville dans l'_église des Innocents_:
donc elle existoit à cette époque, et nous ajouterons qu'il est même
très-probable que déjà elle avoit été reconstruite[361].

          [Note 361: Dubreul et Piganiol se sont trompés en disant que ce
          fut dans le cimetière que cette relique fut déposée, et que
          par-dessus on éleva une tombe de la hauteur de trois pieds.
          Rigord, auteur contemporain, dit formellement que ce fut dans
          l'église, le lieu saint convenant certainement mieux au dépôt du
          corps d'un martyr qu'on vouloit exposer à la vénération des
          fidèles.]

Sur l'origine du nom qu'elle portoit, il y a lieu de croire que cette
église, bâtie à l'angle du cimetière, avoit remplacé une chapelle dédiée
sous le vocable des saints Innocents, pour lesquels le roi Louis VII avoit
une dévotion particulière. On sait en effet que dans les anciens
cimetières il y avoit toujours quelque chapelle dans laquelle les fidèles
venoient offrir des prières pour les morts; et ce qui fortifie cette
opinion, c'est qu'à l'époque où Philippe-Auguste fit entourer de murs le
cimetière de Champeaux, rebâtir et augmenter[362] l'église des
Saints-Innocents, il existoit dans cet enclos une chapelle semblable sous
le nom de Saint-Michel[363], laquelle fut renfermée dans l'enceinte de
l'église: on la voyoit dans la seconde aile, du côté du midi.

          [Note 362: _Voyez_ pl. 85. Les constructions faites par ordre de
          ce prince existoient encore à l'époque où cette église a été
          détruite. La tour, dont le haut fut refait dans le dix-huitième
          siècle, et les galeries qui entouroient cet édifice, annonçoient
          bien, par leur style, l'époque de Philippe-Auguste. Il faut en
          excepter cependant cette seconde aile méridionale, laquelle
          sembloit être un peu plus moderne.]

          [Note 363: C'étoit aussi une coutume de bâtir dans les
          cimetières une chapelle sous le vocable de cet archange.]

Cette église ne fut dédiée qu'en 1445, par Denis Dumoulin, patriarche
d'Antioche et évêque de Paris. L'époque de cette dédicace a fait encore
croire à quelques auteurs que, construite sous Philippe-Auguste, elle
avoit été rebâtie en 1445. Ils auroient évité cette erreur s'ils eussent
fait attention qu'on ne peut pas déduire de l'époque de la dédicace d'une
église celle de sa construction. En effet, il y avoit un grand nombre
d'églises à Paris, qui, quoique élevées dans le quatorzième et le
quinzième siècle, n'avoient été dédiées que dans le seizième, les évêques
ne faisant guère autrefois de dédicaces qu'elles ne leur fussent
demandées[364].

          [Note 364: Selon l'abbé Lebeuf, l'église de Notre-Dame n'a pas
          encore été dédiée.]

Une statue de bronze adossée à l'un des piliers de la chapelle de la
Vierge représentoit _Alix La Burgote, recluse_[365] du quinzième siècle,
décédée en 1466, et inhumée dans cette paroisse. Cette figure,
originairement couchée sur un marbre noir soutenu par quatre lions de
bronze, formoit la décoration d'un tombeau qui avoit été élevé à cette
sainte fille par ordre de Louis XI. Ce même monarque avoit fondé dans
cette église, en 1474, six places d'enfants de choeur pour y faire le
service en musique, ce qui s'est exécuté jusqu'à sa destruction.

          [Note 365: Les _Recluses_ étoient des femmes qui, par un zèle
          extrême de dévotion, faisoient voeu de se renfermer à perpétuité
          dans des cellules pratiquées auprès de quelque église. Ces
          cellules, dont la porte étoit murée dès qu'elles y étoient
          entrées, avoient deux ouvertures étroites et grillées, l'une du
          côté de l'église, par laquelle la recluse entendoit le service
          divin, l'autre du côté opposé, par laquelle elle recevoit ses
          aliments. La cellule des Saints-Innocents étoit la plus célèbre.
          Alix La Burgote y vécut quarante-six ans, ainsi que le portoit
          son épitaphe; avant elle, une autre femme, nommée _Jeanne La
          Vodrière_, y avoit été renfermée, et l'on en compte encore
          plusieurs autres dans le courant du même siècle.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DES INNOCENTS.

     TABLEAUX.

     Sur le maître autel, un tableau représentant le massacre des
     Innocents, par _Michel Corneille_.


     SCULPTURES ET TOMBEAUX.

     Dans une chapelle voisine de la porte méridionale, on voyoit la
     figure en relief d'un prêtre revêtu des habits sacerdotaux, et la
     tête couverte de l'aumusse. Cette représentation gothique, d'une
     assez bonne exécution, paroissoit être du commencement du
     treizième siècle.

     Les personnages les plus remarquables inhumés dans cette église
     étoient:

     Simon de Perruche, évêque de Chartres, neveu du pape Martin VI,
     mort en 1297: sa tombe étoit dans le choeur.

     Jean Sanguin, seigneur de Betencourt, conseiller et maître de la
     chambre des comptes, mort en 1425, et Guillaume Sanguin, échanson
     du roi Charles VI, conseiller et maître d'hôtel du duc de
     Bourgogne, vicomte de Neufchâtel, mort en 1441. Ces deux
     personnages avoient été inhumés dans le même tombeau.

     On y voyoit aussi les épitaphes de plusieurs personnes du nom de
     Potier, à commencer par Nicolas Potier, seigneur de Groslay, mort
     en 1501, jusqu'à Bernard Potier de Blancmesnil, mort en 1610.

Les historiens de Paris rapportent une anecdote qui peint assez vivement
les moeurs singulières des temps malheureux dont nous venons de tracer un
rapide tableau. En 1429, lorsque les Anglois étoient encore maîtres de
Paris, un cordelier nommé frère Richard arriva dans cette ville pour y
prêcher la réforme et la pénitence. Afin de frapper plus vivement les
esprits, il déclara d'abord à la multitude qu'il venoit d'outremer, où il
avoit visité le tombeau de J.-C. Cette circonstance fit à l'instant de ce
moine un objet de vénération, et la foule se porta dans l'église des
Saints-Innocents, où le nouvel apôtre, monté sur un échafaud de huit à
neuf pieds de hauteur, prêcha plusieurs jours de suite depuis cinq heures
du matin jusqu'à dix, sans qu'un sermon aussi long parût le fatiguer, ni
ennuyer cinq à six mille personnes qui s'étouffoient pour l'entendre.
L'impression qu'il fit fut telle que les auditeurs, touchés jusqu'aux
larmes, sortoient de son sermon pour allumer des feux où ils jetoient
_leurs dez_, _leurs cartes_, _les billes de billards_, _les boules_ et
autres jeux. Les femmes, par un plus grand sacrifice encore, y faisoient
brûler leurs rubans, leurs parures, en chargeant d'injures pieuses toutes
ces frivolités. Les flammes consumèrent encore un grand nombre de
talismans connus alors sous le nom de _madagoires_, _mandragores_ ou
_mains de gloire_, que les plus crédules conservoient précieusement dans
leurs maisons comme des gages certains des faveurs de la fortune. Frère
Richard prêcha aussi dans d'autres églises, notamment dans celle de
Notre-Dame de Boulogne. Enfin il devoit débiter son dernier sermon un
dimanche à Montmartre: l'empressement pour aller l'écouter fut si vif,
qu'un grand nombre d'habitants de Paris de tout sexe et de tout âge
sortirent de la ville dès le samedi, et couchèrent dans les champs, afin
d'être mieux placés le lendemain à cette intéressante cérémonie. Mais leur
attente fut cruellement trompée; et le matin ils apprirent, à leur grand
chagrin, que frère Richard étoit sorti précipitamment de Paris pour aller
joindre le roi Charles. Ce monarque, sentant de quelle utilité pouvoit
être un homme qui avoit un talent si merveilleux pour toucher la
multitude, n'avoit rien épargné pour l'attirer dans son parti. Ainsi la
politique d'alors, plus habile que celle de nos jours, savoit appeler la
religion à son secours; et dans ces temps de confusion, de désordre, la
religion étoit en effet son plus ferme appui, ou, pour mieux dire, son
unique refuge. On abusa sans doute trop souvent de ce ministère de paix et
de vérité, mais cette fois-ci il fut habilement employé dans une cause
noble et juste; et frère Richard contribua, en prêchant dans les villes et
les villages, à augmenter le nombre des partisans du roi. Du reste, on ne
tarda pas à l'oublier à Paris. «On regretta, disent les historiens, les
billards brûlés; les femmes reprirent tous les affiquets et les joyaux
qu'elles avoient abandonnés, et toutes mirent bas les médailles au nom de
Jésus qu'elles portoient, pour remettre à la place la croix de saint André
que frère Richard leur avoit fait ôter.»

L'église des Innocents n'avoit de paroissiens que dans trois rues. Sa
circonscription comprenoit la rue de la Ferronnerie, des deux côtés, la
partie de la rue Saint-Denis qui étoit derrière l'église, et le côté de la
rue aux Fers qui touchoit à la galerie du cloître, ce qui formoit en tout
soixante à quatre-vingts maisons. L'abbé Lebeuf cite cinq ou six
chapellenies fondées dans cette église pendant le cours du quinzième
siècle.


LE CIMETIÈRE DES SAINTS-INNOCENTS.

Ce cimetière, qui occupoit l'emplacement où se tient actuellement le grand
marché aux fruits et aux légumes, avoit fait autrefois partie du
territoire de Champeaux, situé à peu de distance de l'enceinte de la
ville. Il est probable que, dès la plus haute antiquité, ce terrain fut
destiné à la sépulture des habitants de ce quartier[366]; car les premiers
chrétiens, à l'imitation des Romains, n'enterroient point leurs morts dans
les villes, mais sur les grands chemins ou dans les champs qui en étoient
voisins. Il n'y avoit, dans les premiers temps du christianisme, que les
rois, les princes, les évêques et les abbés qui obtinssent l'honneur
d'être inhumés dans les cryptes des basiliques, ou dans les oratoires
qu'on avoit bâtis auprès: c'est ainsi que Clovis, sainte Clotilde sa
fille, et les enfants de Clodomir eurent leur tombeau dans la basilique de
Saint-Pierre, depuis consacrée à Sainte-Geneviève; Childebert, dans celle
de Saint-Vincent; et Saint-Germain, évêque de Paris, dans l'oratoire de
Saint-Symphorien.

          [Note 366: Les autres cimetières avoient été placés
          primitivement sur la montagne de Sainte-Geneviève, hors de
          l'enceinte, du côté du midi. Il y avoit aussi un cimetière aux
          environs de Saint-Gervais.]

Le lieu dont nous parlons servit d'abord de cimetière aux paroissiens de
Saint-Germain, et devint bientôt commun, d'abord aux paroisses qui en
furent démembrées, ensuite à quelques autres, ainsi qu'aux hôpitaux qui se
trouvoient dans le voisinage. C'étoit, dans le principe, un grand terrain
ouvert de toutes parts, au milieu d'un espace entièrement désert; mais
lorsque les Champeaux eurent été renfermés dans la ville, et qu'on eut
établi les halles à peu de distance de ce lieu consacré, il arriva que le
silence religieux qui devoit y régner fut bientôt troublé par le bruit et
le passage continuel d'une population entière qui se portoit en foule aux
divers marchés; les cendres des morts furent profanées, foulées aux pieds
par les hommes et par les animaux les plus vils; les anciens historiens
prétendent même, ce qui semble presque incroyable, que, dès que le jour
avoit cessé, il devenoit, pour les dernières classes du peuple, un lieu de
débauche et de prostitution. Instruit de ces désordres, Philippe-Auguste
se hâta d'y remédier, en faisant entourer ce cimetière de murs où l'on
pratiqua des portes qui ne s'ouvroient que pour les cérémonies funéraires.
Cette clôture fut faite en 1186[367], quoique plusieurs auteurs mal
informés la placent deux ans plus tard.

          [Note 367: Dubreul, p. 783 et 830.]

L'augmentation progressive des habitants de Paris se faisant sentir
très-rapidement, surtout dans ce quartier, il devint bientôt urgent de
donner plus d'étendue au cimetière: ce fut aux libéralités de Pierre de
Nemours, évêque de Paris, que l'on dut cet accroissement. Ce prélat fit
don, en 1218, d'une place qui lui appartenoit du côté des halles,
laquelle, d'après son intention, fut jointe à l'ancien emplacement[368].
Depuis, cet enclos n'a point été augmenté.

          [Note 368: Arch. de l'archevêché.]


LES CHARNIERS.

Autour du cimetière des Innocents s'élevoit une immense galerie voûtée,
connue sous le nom de _Charniers_[369]. Ses arcades avoient été
construites à diverses époques, et notamment vers la fin du quatorzième
siècle, par plusieurs notables bourgeois de Paris, dont elles portoient le
chiffre ou les armes[370]. Quelques-unes offroient des inscriptions,
principalement celle qui avoit été élevée par Nicolas Flamel, du vivant de
sa femme; elle étoit située du côté de la rue de la Lingerie: on y voyoit
le chiffre de cet écrivain, _N. F._, et plusieurs figures symboliques,
entre autres _un homme tout noir_ peint sur la muraille. Lorsqu'en 1786 on
détruisit cette enceinte, il y avoit long-temps que toutes ces figures
avoient disparu, mais on y déchiffroit encore ce reste d'inscription.

  Hélas mourir convient,
  Sans remède homme et femme,
  ........ Nous en souvienne.
  Hélas mourir convient,
  Le corps..........
  Demain peut-être dampnés,
  A faute........
  Mourir convient,
  Sans remède homme et femme.

          [Note 369: _Voyez_ pl. 86.]

          [Note 370: La cinquième du côté de la rue de la Lingerie avoit
          été bâtie par Nicolas Boulard, bourgeois de Paris, qui y avoit
          fait graver son écusson. On a conservé aussi une inscription
          placée sur une de ces voûtes, et conçue en ces termes: _L'an de
          grâce 1397 fut fondé ce charnier, et le fit faire Pierre Potier,
          pelletier et bourgeois de Paris, en l'honneur de Dieu et de la
          vierge Marie, et tous les benoîts saints et saintes du paradis,
          pour mettre les ossements des trépassés. Priez Dieu pour lui et
          pour les trépassés._ On devoit aussi plusieurs de ces arcades au
          maréchal de Boucicault, mort au commencement du quinzième
          siècle.]

La première arcade du côté de la rue Saint-Denis étoit encore due aux
libéralités de Flamel; et c'est là qu'étoit placé le monument que cet
homme, si singulièrement célèbre, avoit fait élever uniquement pour sa
femme: car l'opinion qui veut qu'il ait aussi été enterré sous les
charniers des Innocents est fausse; il eut sa sépulture à
Saint-Jacques-de-la-Boucherie[371]. Ce tombeau de Pernelle a vivement
exercé l'imagination d'une foule de visionnaires entêtés des chimères de
l'alchimie, lesquels ont prétendu trouver, dans les figures qui y étoient
représentées, ainsi que dans celles du portail de Notre-Dame, un sens
mystérieux et profond qui n'a jamais existé que dans leurs cerveaux
malades[372].

          [Note 371: _Voyez_ t. Ier, p. 552, 2e partie.]

          [Note 372: Cette sculpture représentoit le Père éternel soutenu
          par deux anges jouant des instruments; trois autres anges
          environnoient sa tête, et portoient des rouleaux sur lesquels
          étoient gravés des passages de l'Écriture et des sentences
          dévotes. À droite et à gauche on voyoit Flamel et Pernelle
          présentés à Dieu par saint Pierre et saint Paul; au-dessus, dans
          de petits cartels, étoient sculptés des animaux symboliques,
          etc. Il n'y a rien dans tout cela d'extraordinaire, ni qui sorte
          du goût de dévotion en usage dans ce temps-là.

          Au-dessus du cintre qui contenoit ce bas-relief, on lisoit en
          gros caractères gothiques:

          _Nicolas Flamel et Pernelle sa femme._

          À l'entour étoient plusieurs tables en pierre, qui contenoient
          les vers suivants:

            Les pauvres âmes trépassées,
           Qui de leurs oirs sont oubliées,
            Requièrent des passants par cy,
            Qu'ils prient à Dieu que mercy
            Veuille avoir d'elles, et leur fasse
            Pardon, et à vous doint sa grace.
              L'église et les lieux de céans
            Sont à Paris bien moult séans,
            Car toute pauvre créature
            Y est reçue à sépulture,
            Et qui bien y fera, soit mis
            En paradis et ses amis.
              Qui céans vient dévotement
            Tous les lundis ou autrement,
            Et de son pouvoir y fait dons,
            A indulgence et pardons,
            Écrits céans en plusieurs tables,
            Moult nécessaires et profitables.
            Nul ne sait que tels pardons vaillent
            Qui durent quand d'autres bons faillent.
              De mon paradis,
              Pour mes bons amis,
              Descendu jadis,
              Pour être en croix mis[372-A].]

          [Note 372-A: Pour exécuter un projet de construction, les
          marguilliers de la paroisse des Saints-Innocents voulurent faire
          abattre ce monument; mais ceux de Saint-Jacques-de-la-Boucherie
          s'y opposèrent, en qualité d'exécuteurs testamentaires de
          Nicolas Flamel, et leur opposition força les autres de renoncer
          à leur projet.]


     AUTRES MONUMENTS ET CURIOSITÉS DU CIMETIÈRE DES SAINTS-INNOCENTS.

     _La Tour de Notre-Dame-des-Bois._ Ce monument, qui a subsisté
     jusqu'à la suppression du cimetière, est au nombre de ceux dont
     l'origine et l'usage sont entièrement inconnus. Il étoit d'une
     forme octogone, d'une construction demi-gothique, haut d'environ
     quarante pieds, et placé en avant et à droite du portail de
     l'église. Sauval et Piganiol, qui lui ont supposé une antiquité
     antérieure même au christianisme, antiquité que démentoit le seul
     aspect de sa construction, ont débité à ce sujet une foule de
     conjectures dépourvues de preuves et de critiques. Nous croyons
     que, dans l'ignorance complète où nous sommes à ce sujet, le
     silence est préférable à de vaines et inutiles suppositions. Une
     niche contenant l'image de la Vierge, et pratiquée dans sa partie
     orientale, lui avoit fait donner le nom qu'il a porté jusqu'à sa
     destruction[373].

               [Note 373: _Voyez_ pl. 85.]

     _La Croix Gastine._ Cette croix avoit d'abord été élevée sur
     l'emplacement d'une maison appartenante à Philippe de Gastine,
     pendu en 1571, par arrêt du parlement, pour avoir tenu chez lui
     des assemblées de calvinistes. Nous avons déjà dit que, par suite
     de l'édit de pacification accordé à ces sectaires, cette croix
     avoit été transportée dans le cimetière des Innocents: elle étoit
     placée vis-à-vis la première arcade des charniers du côté de la
     rue Saint-Denis, et près de la face latérale de l'église. Ce
     monument, d'une forme pyramidale et d'une architecture élégante,
     étoit surtout remarquable par un bas-relief de la main de Jean
     Goujon, représentant le triomphe du Saint-Sacrement[374].

          [Note 374: _Voyez_ pl 85. Nous croyons que ce monument est
          actuellement dans une maison de campagne aux environs de Paris.]

     _Le Prêchoir._ C'étoit un petit bâtiment carré, orné de quatre
     pilastres qui supportoient un toit pyramidal extrêmement élevé.
     Il étoit situé vis-à-vis le portail de l'église, et à peu de
     distance de la partie des Charniers qui s'étendoit le long de la
     rue aux Fers. Nous ignorons quelle étoit la destination de cette
     construction singulière; mais son nom semble indiquer qu'elle
     servoit à faire des sermons ou des conférences à certains jours
     de l'année[375].

               [Note 375: _Voyez_ pl. 85.]

     _Le Calvaire._ Ce monument gothique, et de plein relief, étoit
     placé du même côté sous une arcade des charniers, et entouré
     d'une grille dans toute sa hauteur. Il représentoit, suivant
     toutes les apparences, le Christ apparoissant aux saintes Femmes.
     Il a été entièrement détruit.

     _La chapelle de Villeroy._ Ce petit monument, d'un style gothique
     assez élégant, étoit adossé aux Charniers qui régnoient le long
     de la rue de la Lingerie. On ignore à quelle époque il a été
     construit, et quel nom il portoit avant que la famille de
     Villeroy en eût fait l'acquisition pour en faire un lieu de
     sépulture qui lui appartenoit exclusivement[376].

               [Note 376: _Voyez_ pl. 88.]

     _La chapelle Pomereux._ Elle étoit située du même côté, en se
     rapprochant de la rue de la Féronnerie. C'étoit un simple massif
     carré, en pierres de taille, surmonté d'une calotte et d'une
     croix. Elle servoit également de sépulture à la famille dont elle
     portoit le nom.

     _Le Squelette de Germain Pilon._ Cette petite figure en ivoire
     étoit précieusement conservée dans une armoire pratiquée dans
     une des faces de la tour de Notre-Dame-des-Bois, et qui ne
     s'ouvroit pour le public qu'une fois par an, le jour de la
     Toussaint. Cet ouvrage, digne, par son exécution, du sculpteur
     célèbre qu'on en croit l'auteur, avoit été déposé, depuis la
     révolution, au Musée des monuments françois.

     Le cimetière des Innocents contenoit encore un grand nombre
     d'autres monuments sépulcraux, croix, tombes, inscriptions, etc.,
     dont nous ne tarderons pas à parler.


     SÉPULTURES.

     Parmi la multitude innombrable de personnes qui avoient été
     inhumées dans ce cimetière, on n'en cite qu'un très-petit nombre
     qui méritent d'être remarquées; savoir:

     Jean Le Boulanger, premier président du parlement, mort en 1482.

     Cosme Guymier, président aux enquêtes, écrivain du quinzième
     siècle.

     Jean l'Huillier, conseiller au parlement, mort en 1535.

     André Sanguin, conseiller, mort en 1539.

     Nicolas Lefebvre, qui fut précepteur de Henri de Bourbon, prince
     de Condé, puis de Louis XIII, mort en 1612.

     Le célèbre historien François-Eudes de Mézerai, mort en 1683.

     Suivant Gilles Corozet, on lisoit, de son temps, dans ce
     cimetière, l'épitaphe suivante, gravée sur une plaque de cuivre:

     _Cy gist Iollande Bailly, qui trépassa l'an 1514, la
     quatre-vingt-huitième année de son âge, la quarante-deuxième de
     son veuvage, laquelle a vu ou pu voir, devant son trépas, deux
     cent quatre-vingt-treize enfants issus d'elle[377]._

          [Note 377: On rapporte qu'en 1365, sous Charles V, Raymond du
          Temple, architecte de ce prince, faisant, par son ordre, des
          réparations dans le Louvre, et manquant de pierres pour ce
          travail, fut obligé d'en prendre dans le cimetière des
          Innocents. Il acheta, le 27 septembre de cette même année 1365,
          dix tombes, qu'il paya 14 sols parisis la pièce, à _Thibaud de
          La Nasse_, marguillier de la paroisse des Saints Innocents.

          En 1484, les Anglois, maîtres de Paris, choisirent ce cimetière
          pour en faire le théâtre d'une fête, qu'ils donnèrent en
          réjouissance de la bataille de Verneuil. Ce fut un spectacle
          anglois dans toute la force du terme: des personnages des deux
          sexes, de tout âge et de toutes conditions, y passèrent en revue
          et exécutèrent diverses danses, ayant la mort pour coryphée.
          Cette triste et dégoûtante allégorie s'appeloit la danse
          _Macabrée_. Villaret prétend en trouver l'étymologie dans les
          mots anglois _to make_, faire, et _to breack_, briser; mais cet
          historien n'explique point le rapport qu'il peut y avoir entre
          ces deux mots et une pareille danse. Nous serions tout aussi
          embarrassés que lui de le faire.]

Les galeries des charniers étoient occupées par un grand nombre de
marchands de toute espèce, par des écrivains publics, qui ne craignoient
pas d'habiter continuellement un foyer de putréfaction, dont l'activité
devenoit de jour en jour plus forte et plus dangereuse. Il y avoit déjà
long-temps qu'on en sentoit les graves inconvénients, même pour la ville
entière, au centre de laquelle il étoit placé. Dès l'an 1765, le parlement
de Paris avoit rendu un arrêt par lequel il ordonnoit qu'à partir du 1er
janvier 1766 il ne seroit plus fait d'inhumations dans les cimetières
situés dans l'intérieur de la ville; et il avoit en même temps indiqué les
endroits qui paroissoient les plus convenables et les plus commodes pour
huit cimetières communs. Il sembloit que la sagesse d'un tel réglement
n'eût dû éprouver ni obstacles ni contradictions: cependant, par des
motifs plus spécieux que solides, et qui n'auroient pas dû entrer un
moment en comparaison avec un intérêt aussi grand que celui de la
conservation des citoyens, l'exécution de cet arrêt fut suspendue pendant
très-long-temps, et ce n'est qu'en 1780 qu'on cessa tout-à-fait
d'enterrer des morts dans le cimetière des Innocents.

La démolition en fut commencée environ six ans après, sous la direction de
MM. Legrand et Molinos. On abattit l'église et les charniers; les fosses
furent ouvertes à une grande profondeur, et l'on s'occupa d'en recueillir
les ossements avec le soin le plus religieux. Tandis que cette opération
se faisoit, on préparait hors de la ville un lieu convenable pour les
recevoir. Une maison située près de la barrière Saint-Jacques, et nommée
la _Tombe-Isouard_, avoit paru propre à remplir le but qu'on se proposoit,
en ce qu'elle étoit située au-dessus des carrières de Montrouge, et qu'il
étoit facile d'y ouvrir une communication avec ces vastes souterrains: un
puits fut creusé à cet effet dans un petit enclos attenant à cette maison,
et les ossements, apportés successivement dans des chariots couverts, y
furent descendus et déposés sur deux lignes parallèles, et à six pieds de
hauteur. Des prêtres en surplis et chantant l'office des morts suivoient
les chariots. Lorsque le transport fut entièrement achevé, on éleva un mur
en maçonnerie qui sépara ces nouvelles catacombes des autres parties des
carrières, et l'archevêque lui-même y descendit pour les bénir[378].

          [Note 378: Ces catacombes existent encore, et l'entrée en est
          ouverte au public.]

Quant aux monuments sépulcraux, tels que les croix, les tombes en pierre
et en plomb, les épitaphes et autres inscriptions, ils furent rangés avec
beaucoup d'ordre dans le jardin de cette maison, où l'on a pu les voir
encore dans les premiers temps de la révolution. Nous croyons que, sous le
règne de la Convention, ils ont été en grande partie détruits ou
dispersés.


HÔTELS.

_Hôtel du comte d'Artois_ (détruit).

Cet hôtel, qui appartenoit à Robert II, neveu de saint Louis, et que
probablement il avoit fait bâtir, étoit situé dans la rue dite aujourd'hui
_Comtesse-d'Artois_, entre les rues Pavée et Mauconseil. Nous apprenons
que ce prince avoit fait percer le mur d'enceinte en cet endroit, tant
pour sa commodité que pour celle du public; et l'on y avoit pratiqué, par
son ordre, une fausse porte, laquelle prit le nom de _Porte au comte
d'Artois_, et le donna, dit-on, à la rue.


LA PLACE ET LA FONTAINE DES INNOCENTS.

Cette fontaine, construite en 1550 sur les dessins de Pierre Lescot, et
ornée de sculptures par Jean Goujon, n'avoit point dans l'origine la forme
qu'elle offre maintenant. Composée alors seulement de trois arcades, elle
occupoit l'angle de la rue Saint-Denis et de la rue aux Fers, développant
en ligne droite deux de ses arcades sur cette dernière rue, et la
troisième en retour sur la rue Saint-Denis. Dans cet espace, elle
remplaçoit une ancienne fontaine qui existoit dès le treizième siècle,
puisqu'il en est fait mention dans un accord passé en 1273, entre
Philippe-le-Hardi et le chapitre de Saint-Merri. Chacune de ses arcades,
comprise dans la hauteur d'un ordre de pilastres composites, avec
piédestal, entablement et attique, étoit couronnée d'un fronton, et le
tout s'élevoit sur un soubassement d'où l'eau s'échappoit par de petits
mascarons. Cinq figures de naïades occupoient les intervalles des
pilastres, et six bas-reliefs ornoient les frontons et les entablements.

Lorsque la démolition de l'église et des charniers des Innocents eut été
achevée, et que l'on eut converti leur emplacement en un marché public, on
sentit aussitôt la nécessité de décorer d'un monument public la nudité de
cette place immense. La destination du lieu indiquoit que ce monument
devoit être une fontaine, et l'on regrettoit que celle des Innocents,
reléguée à l'une de ses extrémités, n'offrît pas dans sa construction un
ensemble qui la rendît propre à cette décoration. L'irrégularité de sa
forme sembloit y opposer en effet des obstacles invincibles, lorsqu'une
inspiration heureuse rendit tout-à-coup facile ce qui d'abord avoit paru
impraticable. M. Six, architecte, eut la gloire de résoudre ce problème
abandonné par mille autres: il proposa au baron de Breteuil, alors
ministre de Paris, d'oser changer la forme primitive de cette fontaine, et
de la reconstruire au centre de la place sans faire aucun changement à sa
décoration, mais en ajoutant seulement une quatrième face aux trois
premières, et en faisant du tout un carré parfait.

Ce moyen à la fois simple, ingénieux et économique, dont le résultat étoit
d'isoler, sous un aspect peut-être encore plus élégant, un monument conçu
dans son origine sur un plan si différent, fut accueilli avec
empressement, et valut une récompense à son inventeur. Sous la direction
de M. Poyet, alors architecte de la ville, et de MM. Legrand et Molinos,
architectes des monuments publics, la fontaine fut démontée, transportée
et reconstruite sans que la sculpture eût éprouvé la moindre altération.
M. Pajou, chargé de l'exécution des bas-reliefs et des trois figures qui
devoient décorer la nouvelle façade, sut imiter le style de son modèle de
manière à mériter des éloges. Les lions du soubassement et les autres
ornements furent partagés entre MM. l'Huilier, Mézières et Daujon. Le
monument offrit alors, dans son nouvel ensemble, un quadrilatère surmonté
d'une coupole recouverte en cuivre, et formée en écailles de poisson: le
tout, posé sur un socle et des gradins de dix pieds de hauteur, présenta
une élévation totale de quarante-deux pieds et demi.

Ce chef-d'oeuvre, l'honneur de l'école françoise, et comparable peut-être
aux plus belles productions de l'antiquité, n'a pas toujours été apprécié
à sa juste valeur, même par des gens de l'art; et, dans le siècle dernier,
un architecte célèbre[379] trouvoit qu'il n'avoit pas le caractère mâle
qui convenoit à une fontaine; que les ornements trop riches et trop
recherchés dont il est couvert étoient une faute contre le goût et les
convenances. Plus éclairés aujourd'hui sur les vrais principes de la belle
architecture, les connoisseurs admirent au contraire avec quel
discernement exquis les deux grands artistes ont su allier, dans leur
ouvrage, la simplicité de l'ensemble à la richesse des détails, étaler
avec une sage retenue, et dans une harmonie parfaite, ce que
l'architecture a de plus brillant, ce que la sculpture peut offrir de plus
élégant et de plus gracieux. Ce n'étoit pas trop de tout le luxe
corinthien pour accompagner ces bas-reliefs incomparables dans lesquels
Jean Goujon semble s'être surpassé lui-même. C'est là surtout que l'on
peut voir ce qu'étoit le talent de cet homme extraordinaire, qu'on a
comparé au Corrége pour la grâce de ses productions, et qui certainement
l'emportoit de beaucoup sur lui pour la noblesse du style et la pureté du
dessin. Ici la finesse des contours, la souplesse des mouvements,
l'heureux agencement des draperies sous lesquelles le nu se développe avec
le sentiment le plus délicat, tout rappelle la naïveté et la perfection de
l'antique, dont Goujon a été, depuis la renaissance des arts, le plus
excellent imitateur; et nous ne craignons point d'être accusés
d'exagération, en donnant à ces bas-reliefs le premier rang parmi les
chefs-d'oeuvre de la sculpture moderne.

          [Note 379: Jacques François Blondel.]

Cette merveille de l'art excita, dès son origine, une vive et profonde
admiration, devenue plus grande encore aujourd'hui que le goût de l'école
est plus que jamais porté vers l'étude et l'imitation de l'antique.
Cependant nous ferons remarquer comme une singularité assez frappante
qu'elle ne put inspirer au meilleur poëte latin du dix-septième siècle,
chargé d'en faire l'éloge, qu'une pensée froide et absurde, renfermée dans
un distique qu'on ne laissa pas de graver sur le soubassement. Au milieu
de tant de grâces et de perfections, Santeuil ne fut saisi que de la
vérité avec laquelle le sculpteur avoit rendu les eaux, qui cependant sont
d'une imitation très-médiocre, par la raison qu'il est impossible à la
sculpture de les imiter; et cette impression bizarre lui fit composer ces
deux vers, qui ne le sont guère moins:

  _Quos duros cernis simulatos marmore fluctus,
      Hujus nympha loci credidit esse suos._

Dans les petites tables placées au-dessous des impostes, on lit ces mots:
_Fontium Nymphis_; et, avant que cette fontaine eût été changée de place,
une inscription françoise, gravée sur le soubassement du côté de la rue
Saint-Denis, faisoit savoir que ce côté avoit été disposé, en 1708, pour
fournir une plus grande quantité d'eau.

Cet édifice, dont l'entretien avoit été fort négligé, fut réparé dans
cette même année 1708. Vers 1741 on se proposa de le restaurer une seconde
fois; mais comme cette restauration auroit altéré la beauté de la
sculpture, que les entrepreneurs avoient imaginé de faire regratter, on
fit heureusement jeter bas les échafauds avant que cette opération barbare
eût été commencée; et il fut décidé que l'on conserveroit à la postérité
ce magnifique ouvrage dans toute sa pureté[380].

          [Note 380: On a introduit depuis peu dans cette fontaine un
          très-grand volume d'eau, qui, se répandant en nappes et en
          gerbes dans les bassins, contribue à augmenter le bel effet de
          sa masse. (_Voyez_ pl. 88.)]


_Fontaine du Marché-Carreau ou Pilori._

Elle fut construite en 1601, alors qu'Antoine Guyot, président en la
chambre des comptes, étoit prévôt des marchands; mais les eaux n'y furent
conduites que sous la prévôté de François Miron. C'est à quoi faisoit
allusion l'inscription en vers latins qu'on y lisoit avant la révolution:

  _Saxeus agger eram, ficti modo fontis imago:
      Viva mihi laticis_ MIRO _fluenta dédit_[381].

          [Note 381: Sur les restaurations faites à cette fontaine,
          _voyez_ l'article _Monuments nouveaux_.]


RUES ET PLACES DU QUARTIER DES HALLES.

_Rue de la Chanverrerie._ Un de ses bouts donne dans la rue Saint-Denis,
l'autre dans celle de Mondetour. L'orthographe du nom de cette rue a
considérablement varié. On trouve _Chanverie_ dans Guillot, _Chanvrerie_
dans la taxe de 1313, _Chanvoirerie_ dans Corrozet, _Champ-verrerie_ dans
Sauval, _Chanverrerie_ dans de Chuyes, _Champvoirie_ dans La Caille,
_Champvoirerie_, _Chanvoirie_, etc. Cette différence d'orthographe a fait
naître deux opinions sur l'étymologie de ce nom. Quelques-uns ont cru que
l'endroit où cette rue est située étoit une campagne, ou faisoit partie du
terrain de Champeaux, dans lequel se seroit trouvée une verrerie; et
qu'ainsi il faut écrire _Champ-verrerie_. Ce sentiment, destitué de toute
preuve, n'est appuyé que sur l'autorité de Sauval. L'autre opinion fait
venir le nom de cette rue du mot _chanvre_, et semble plus probable. En
effet, 1º on trouve qu'on vendoit aux halles les filasses et les chanvres,
et l'on ne trouve aucune mention ni indice qu'il y ait eu une verrerie en
cet endroit; 2º le nom de _Chanverie_ que lui donne Guillot, et celui de
_Chanvrerie_ qu'on lit dans la taxe de 1313, sont plus analogues au
chanvre qu'à une verrerie; 3º ce qui semble lever toute difficulté est le
mot latin _Canaberia_, que des actes lui donnent. Dans les lettres de
Pierre de Nemours, évêque de Paris, du mois de juin 1218[382], il est fait
mention d'une maison _in vico de Chanaberia, prope S. Maglorium_. Dans un
amortissement du mois d'octobre 1295, cette rue est nommée _Vicus
Canaberie_[383]; et afin qu'on ne la confonde pas avec une autre, elle y
est indiquée _in censiva Morinensi_ (le fief de Thérouenne). Enfin les
registres capitulaires de Notre-Dame indiquent toujours cette rue sous les
noms de _Chanvrie_, de _Chanvrerie_[384].

          [Note 382: _Cart. S.-Magl._, fol. 181.]

          [Note 383: _Ibid._, fol. 58.]

          [Note 384: Reg. Cap. 3, p. 206 et 246. Dès 1459 il y avoit dans
          cette rue une maison appelée _l'hôtel de la marchandise du
          poisson de mer_. Cette maison, destinée pour y faire dessaler le
          poisson, fut transportée depuis dans la rue de la Cossonnerie.]

_Rue Comtesse d'Artois._ Elle commence à la pointe Saint-Eustache, et
finit à la rue Montorgueil, au coin de la rue Mauconseil. Dans les titres
du quatorzième siècle, elle est indifféremment nommée rue _au comte
d'Artois_; rue de la _Porte à la Comtesse_, et rue _à la Comtesse
d'Artois_. Le nom de rue au comte d'Artois venoit de Robert II, neveu de
saint Louis, dont l'hôtel étoit situé entre les rues Pavée et Mauconseil.
Cette rue est confondue maintenant avec la rue Montorgueil, dont elle a
pris le nom[385].

          [Note 385: L'abbé Lebeuf, dans ses notes sur le _dit_ des rues
          de Paris par Guillot, avance, et d'autres ont répété d'après
          lui, que cette rue s'appeloit, en 1253, rue de la _Savaterie_;
          en 1300, _au Comte d'Artois, de Bourgogne, Nicolas Arode_, et de
          _la porte à la Comtesse_ au quinzième siècle. On ne trouve aucun
          acte où cette rue soit appelée de la _Savaterie_, non plus que
          de _Bourgogne_; à l'égard de la rue _Nicolas Arode_, l'abbé
          Lebeuf, qui croit la reconnoître dans la rue
          _Comtesse-d'Artois_, avoit oublié qu'il en avoit indiqué une de
          ce nom dans le quartier Saint-Martin-des-Champs; d'où l'on
          pourroit supposer, ou qu'il y en avoit deux du même nom, ce
          qu'on ne trouve nulle part, ou que cette rue portoit ce nom
          avant qu'on lui eût donné celui de _Comtesse d'Artois_, ce qui
          ne peut se concilier avec l'énoncé du rôle de 1313. Voici ce
          qu'il porte: «_La première Queullette de la paroisse de
          Saint-Huystace se commence de la porte feu Nicolas Arode jusqu'à
          la pointe Saint-Huystace, d'illec jusqu'à la porte de
          Montmartre...... La troisième Queullette, de la porte au comte
          d'Artois jusqu'au coin devant le Pilori._» D'où il est facile de
          concevoir que la rue Nicolas Arode devoit être celle que nous
          nommons rue de la Pointe-Saint-Eustache, et non la rue de la
          Comtesse-d'Artois, laquelle commençoit où l'autre finissoit.]

_Rue de la Cordonnerie._ Elle traverse de la rue de la Tonnellerie au
marché aux Poirées. Elle a pris son nom des cordonniers[386] et vendeurs
de cuirs, qui quittèrent, suivant les apparences, la rue des _Fourreurs_
nommée d'abord de la Cordonnerie, pour venir s'établir aux halles dans
celle que nous décrivons.

          [Note 386: Ce n'est que par syncope que ceux qui font et vendent
          des souliers sont nommés cordonniers, car originairement on les
          appeloit _cordouanniers_, parce que le premier cuir dont les
          François se servirent pour leurs souliers venoit de Cordoue, et
          en conséquence étoit appelé du _Cordouan_.]

_Rue de la Coçonnerie_, ou _Cossonnerie_. Elle va de la rue Saint-Denis
aux halles. Cette rue est fort ancienne. Sauval dit[387] qu'au douzième
siècle elle portoit le nom de _Via Cochoneria_, et en 1330 de la
Coçonnerie. On lit _Vicus Quoconneriæ_ dans un titre de Saint-Magloire, en
1283[388]; in _Buco Coconnerie ante halas_, dans un acte du mois
d'octobre 1295. Sauval dit que ces noms viennent des cochons et de la
charcuterie qu'on y vendoit, ou des volailles, gibiers et oeufs qui s'y
débitoient, _Cossonnerie voulant dire la même chose que Poulaillerie_. On
la trouve indiquée dans nos nomenclatures _Cossonnerie_, ce qui ne suit
pas aussi exactement l'orthographe du vieux mot latin que l'autre manière.

          [Note 387: T. I, p. 128.]

          [Note 388: Lebeuf, t. II, p. 586.]

_Rue du Cygne._ Elle va de la rue Saint-Denis dans celle de Mondetour, et
doit ce nom à une enseigne. Dès la fin du treizième siècle on connoissoit
la maison _O Cingne_. Guillot indique la rue au _Cingne_, et le rôle de
1314 la rue au _Cigne_.

_Rue de l'Échaudé._ C'étoit un petit passage qui alloit de la rue au Lard
dans celle de la Poterie. On ignore d'où lui vient ce nom qu'on ne donne
qu'à trois rues disposées en triangle: il se confond maintenant avec la
rue _Le Noir_, dont il fait la suite.

_Rue de la Pointe Saint-Eustache._ Un de ses bouts donne à l'extrémité de
la rue Traînée, et l'autre se termine aux halles, au coin de la rue de la
Tonnellerie. Son nom vient, selon quelques-uns, du clocher de l'église de
Saint-Eustache, qui étoit bâti en pointe ou pyramide. Selon d'autres, il
vient de la pointe formée par les rues qui y viennent aboutir. Ce
carrefour est en effet indiqué en 1300 et dans les siècles suivants sous
le nom de la _Pointe Saint-Huystace_. Nous avons déjà dit que nous croyons
cette rue la même que celle qui est désignée par Guillot sous le nom de
_Nicolas Arode_[389].

          [Note 389: On la nomme maintenant _place de la pointe
          Saint-Eustache_.]

_Rue aux Fers._ Elle va de la rue Saint-Denis au marché aux Poirées. On a
beaucoup varié sur le nom de cette rue qui est très-ancienne, étant connue
dès le treizième siècle. Sur plusieurs plans, tant anciens que modernes,
on lit _rue aux Fers_; d'autres écrivent _au Ferre_, et _aux Fèves_. Le
voisinage de la halle où l'on vend des légumes a sans doute servi de
fondement à cette dernière dénomination. Le rôle de 1313 et d'autres actes
l'indiquent sous le nom de rue _au Feure_. Sauval dit qu'elle le portoit
en 1297[390]; et il peut lui convenir, ainsi que celui de _Fouare_, qui
signifie aussi paille, parce qu'on croit, dit-il, qu'elle a _servi de
marché_. Jaillot pense que son véritable nom est celui de rue _au Fèvre_,
qu'on écrivoit anciennement _au Feure_ la consonne _v_ ne se distinguant
point alors dans les actes d'avec la voyelle _u_. Dans ce sens le mot
_fèvre_ veut dire un artisan, un fabricant, _faber_. C'est ainsi qu'elle
est nommée dans un arrêt du 26 mars 1321: _in capite vici Fabri juxta
halas_. Ainsi la dénomination de rue _aux Fers_, qu'on lui donne depuis
plus de cent cinquante ans, n'a pas d'autre fondement que l'usage.

          [Note 390: T. I, p. 134.]

_Rue de la Friperie_ (la grande et la petite). Ces deux rues doivent leur
nom aux fripiers qui en habitent la plus grande partie; elles aboutissent
toutes deux à la rue de la Tonnellerie. La grande rue de la Friperie se
termine à la rue Jean-de-Beausse, et la petite à celle de la
Lingerie[391].

          [Note 391: La petite rue de la Friperie est indiquée sur
          quelques plans sous le nom de la _Chausseterie_. On donnoit
          anciennement ce nom à la rue Saint-Honoré, depuis les piliers
          des halles jusqu'à la rue des Prouvaires.]

_Rue de la Fromagerie._ Elle aboutit d'un côté dans la rue de la
Pointe-Saint-Eustache; de l'autre dans le marché aux Poirées. On la
nommoit anciennement _vieille Fromagerie_, sans doute à cause des
marchands de fromage qui y demeuroient[392]; et c'est ainsi qu'on la
trouve indiquée dans les plans de la fin du quinzième siècle. Guillot
l'appelle _de la Formagerie_.

          [Note 392: Sauval, t. I, p. 137.]

_Rue Jean-de-Beausse._ Elle traverse de la rue de la Friperie dans celle
de la Cordonnerie, et doit son nom à un particulier qui y avoit un étal.
Il en est fait mention dans un compte du hallage, en 1484. Son nom n'a pas
varié depuis[393].

          [Note 393: Il y avoit encore, à la fin du siècle dernier, une
          petite rue qui formoit une partie circulaire, laquelle sortoit
          de la rue Jean-de-Beausse et y rentroit. Cette rue, qu'on
          nommoit _du Petit-Saint-Martin_, s'appeloit, au quinzième
          siècle, suivant Jaillot, ruelle ou rue _du Four-Saint-Martin_.
          Cette opinion est fondée sur des actes qui prouvent que, dès
          1119, le prieuré de Saint-Martin-des-Champs jouissoit d'un four
          aux halles. Ce four, dont il est fait mention dans une bulle de
          Calixte II, est désigné dans tous les titres de cette abbaye
          sous le nom de _fief de la Rapée_ (au marché aux Poirées), _in
          vico qui dicitur Judæorum_. Or, cette rue des Juifs, le même
          auteur la croit remplacée par la grande rue de la Friperie, qui
          aboutissoit à celle du _Petit-Saint-Martin_. Il ne reste plus
          aucun vestige de cette dernière, dont l'emplacement est
          entièrement couvert par des maisons. On a également fermé un
          cul-de-sac ou passage qui donnoit dans cette rue, et qui
          existoit encore avant la révolution. On l'avoit alors partagé en
          deux parties qui formoient des cours, et on l'appeloit rue
          _Grosnière_. Ce nom, dont nous ignorons l'origine, a beaucoup
          varié, et l'on trouve ce même passage sous ceux de
          l'_Engronnerie_, l'_Angrognerie_, de la _Grongnerie_. On l'a
          aussi nommé _petite rue Saint-Martin_.]

_Rue au Lard._ Elle commence à la rue de la Lingerie et aboutit à la
boucherie de Beauvais. Presque toutes les nomenclatures portent rue
_Aulard_, comme si elle eût emprunté ce nom d'un particulier. Cependant
il est certain qu'on y vendoit autrefois du lard et des charcuteries, ce
qui donne lieu de croire qu'il faut écrire _au Lard_, opinion que fortifie
la vue de plusieurs anciens plans où l'on s'est conformé à cette
orthographe[394].

          [Note 394: L'ancienne boucherie de Beauvais étoit placée en face
          de cette rue, et en faisoit la continuation. C'est maintenant un
          cul-de-sac, nommé, comme la rue, _cul-de-sac au Lard_.]

_Rue de la Lingerie._ Une de ses extrémités donne dans la rue de la
Féronnerie, l'autre dans le marché aux Poirées, au coin de la rue aux
Fers. Elle doit son nom aux lingères et vendeurs de menues friperies à qui
saint Louis permit d'étaler le long du cimetière des Innocents jusqu'au
marché aux Poirées, privilége qui leur fut confirmé par plusieurs de ses
successeurs. Les gantiers étoient établis de l'autre côté de cette rue:
aussi trouve-t-on dans plusieurs actes la lingerie et la ganterie
indiquées au même endroit. Les étaux de lingères subsistèrent en ce lieu
jusqu'au règne de Henri II. Ce prince, ayant racheté toutes les halles,
vendit cet emplacement à des particuliers pour y construire des
maisons[395], lesquelles ont formé une rue qui a pris le nom de _rue de la
Lingerie_.

          [Note 395: Ils s'étoient engagés à les construire avec des
          arcades de pierres et quatre étages au-dessus, ce qui ne fut pas
          entièrement exécuté.]

_Rue de Mondetour._ Elle aboutit d'un côté dans la rue des Prêcheurs, et
de l'autre dans celle du Cygne. Guillot et ceux qui l'ont suivi ont écrit
_Maudetour_, et avec raison. Elle est ainsi nommée dans les rôles de 1300
et de 1313; et ce nom subsistoit encore du temps de Corrozet. Sauval dit
qu'elle s'appeloit, au quatorzième siècle, _Maudestour_ et
_Maudestours_[396], et, depuis la rue du Cygne jusqu'à celle de la
Truanderie, ruelle ou rue _Jean Gilles_. On varie sur l'étymologie de ce
nom. L'abbé Lebeuf a inféré du nom de _Maudetour_, qui veut dire _mauvais
détour_, ou que c'étoit un endroit dans lequel on avoit fait quelque
mauvaise rencontre, ou que ce nom pouvoit venir de l'ancien château de
Maudestor[397]. Jaillot pense que c'est un nom de famille, et il cite à
l'appui de son sentiment plusieurs titres anciens, et entre autres les
déclarations rendues en 1540, parmi lesquelles on trouve celle d'une
maison sise rue Pyrouet en Thérouenne, aboutissant des deux parts aux
héritiers de feu _Claude Foucault, sieur de Maudetour_[398].

          [Note 396: T. I, p. 151.]

          [Note 397: T. II, p. 587.]

          [Note 398: Rec. de Blondeau, t. XXVIII, 1er cahier.]

_Rue Le Noir._ Cette rue, qui donne de la rue Saint-Honoré dans celle de
la Poterie, a été ouverte depuis 1780, et doit son nom à M. Le Noir,
lieutenant-général de police.

_Rue Pirouette._ Voyez _Tirouane_.

_Rue de la Poterie._ Elle donne d'un bout dans la rue de la Lingerie, et
de l'autre dans celle de la Tonnellerie. Son nom lui vient des poteries
qui s'y vendoient encore dans le dix-septième siècle. Elle a porté
anciennement les noms de _rue des deux Jeux de Paume_, _rue Neuve des deux
Jeux de Paume_, parce qu'effectivement il y en avoit deux qui occupoient
l'emplacement où est aujourd'hui la halle aux draps et aux toiles.

_Rue des Potiers d'Étain._ On désigne sous ce nom la partie des piliers
des halles qui règne depuis la rue Pirouette jusqu'à celle de la
Cossonnerie. Elle doit ce nom aux potiers d'étain qui s'y sont établis. On
la désignoit plus ordinairement sous le nom général de _Piliers des
Halles_, et quelquefois sous celui de _Petits Piliers_, parce qu'il y en a
un plus petit nombre de ce côté[399].

          [Note 399: On la nomme aujourd'hui rue _des Piliers des Potiers
          d'Étain_.]

_Rue des Prêcheurs._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Saint-Denis, et de
l'autre à la halle. On la connoissoit sous ce nom dès le douzième siècle.
Sauval dit qu'en 1300 elle s'appeloit _rue aux Prêcheurs_, et depuis _au
Prêcheur_, à cause d'une maison où pendoit pour enseigne le _prêcheur_, et
qui étoit nommée en 1381 l'hôtel du Prêcheur[400].

          [Note 400: T. I, p. 159.]

Jaillot croit que la maison et l'enseigne devoient leur nom à un
particulier: car il dit avoir vu des lettres de Maurice de Sully, évêque
de Paris, de l'an 1184[401], qui attestent que _Jean de Mosterolo_ avoit
donné à l'abbaye de Saint-Magloire ce qu'il avoit de droit _in terra
Morinensi_, et 9 sous sur la maison de Robert le Prêcheur, _Prædicatoris_.
Au siècle suivant, cette rue se nommoit des Prêcheurs; elle est indiquée
ainsi dans un amortissement du mois de juin 1252, concernant une maison
située _in vico Prædicatorum_[402].

          [Note 401: _Cart. S. Magl._, fol. 40.]

          [Note 402: _Ibid._, fol 38.]

_Rue de la Réale._ Elle donne d'un bout dans la rue de la grande
Truanderie, et de l'autre sous les piliers des halles. Dans les titres du
quinzième siècle, elle est appelée ruelle ou rue Jean _Vingne_, _Vuigne_,
_Vigne_, des _Vignes_. Ce mot, que Jaillot croit être une altération de
celui de Jean _Bigne_, _Bingue_ ou _Bigue_, ainsi que l'écrivoit Guillot,
a été le nom de plusieurs particuliers dont les actes font mention[403].
Du reste, on trouve cette rue déjà désignée sous le nom de _la Réale_, sur
tous les plans du dix-septième siècle.

          [Note 403: On trouve un Jean _Bigue_ échevin de Paris en 1281.]

_Rue Tirouane._ Elle va d'un côté aux rues de Mondetour et de la Petite
Truanderie, et de l'autre aux piliers des halles. On la connoît également
sous le nom de rue _Pirouette_. Il y a apparence que ce terrain formoit
anciennement deux rues, dont l'une s'appeloit _Therouenne_, qui est le nom
du fief. Quant au nom de la seconde, il a été souvent altéré. On trouve
dans la liste des rues du quinzième siècle, rue _Petonnet_, et rue
_Tironne_, ou _Térouenne_; dans Corrozet et Bonfons, rue du _Petonnet_,
_du Peronnet_, _Tironnet_ et _Teronne_. Enfin elles semblent ne former
plus qu'une seule rue sous le nom de _Pirouet_ en _Tiroye_, en _Tiroire_,
en _Theroenne_, _Tirouer_, _Therouanne_ et _Tirouanne_; en 1413, _Pierret
de Terouenne_; _Pirouet en Therouenne_ dans le quinzième et le seizième
siècle; enfin _Pirouette en Therouenne_, qui est son véritable nom.

_Rue de la Tonnellerie._ Elle aboutit d'un côté à la rue Saint-Honoré, de
l'autre à celle de la Fromagerie et à la halle; elle portoit ce nom dès le
treizième siècle. On la trouve quelquefois désignée sous le nom de la
_Toilerie_, parce qu'autrefois cette rue étoit distinguée en deux parties:
la Tonnellerie étoit la rue ou chemin sous les piliers, l'autre côté étoit
la Toilerie. On l'appeloit aussi rue des _Toilières_; et au quatrième
livre des comptes de Marcel, en 1557, elle est indiquée rue _des
Toilières, qui fait front aux rues de la Tonnellerie et aux Toilières du
côté de la halle au blé_. On connoît plus particulièrement cette rue sous
le nom _des grands Piliers des Halles_[404].

          [Note 404: Molière naquit, dit-on, dans une maison de cette rue,
          laquelle subsiste encore: c'est la seconde du côté de la rue
          Saint-Honoré, sous les piliers. On y a placé son buste, avec une
          inscription qui rappelle cet événement. Depuis quelques années
          ce petit fait a été contesté.]

_Rue de la Grande Truanderie._ Elle traverse de la rue Comtesse d'Artois
dans celle de Saint-Denis. On donne à ce nom deux étymologies: les uns le
font venir du vieux mot _truand_, qui signifioit un gueux, un vagabond, un
diseur de bonne aventure, espèce de gens que les partisans de cette
étymologie supposent avoir occupé autrefois cette rue, à laquelle ils
auroient donné leur nom. D'autres, et c'est le plus grand nombre, font
dériver ce nom du vieux mot _tru_, _truage_, qui signifie tribut, impôt,
subside. Jaillot penche pour cette dernière opinion. «De ce mot _trus_,
dit Pasquier dans ses Recherches, vient celui de _Truander_, pour dire
gourmander, parce que ceux qui sont destinés à exiger les tributs sont
ordinairement gens fâcheux qui ont peu de pitié des pauvres, sur lesquels
ils exercent les mandements du roi.» Il y a grande apparence, ajoute-t-il,
qu'on donna le nom de truanderie aux rues où les bureaux de ces fermiers
et receveurs étoient établis.

Guillot parle en cet endroit du carrefour _de la Tour_.

  Où l'on geite mainte sentence
  En la maison à dam Sequence[405].

          [Note 405: _Voyez_ t. Ier, p. 436, 1re partie.]

Ce carrefour étoit la première entrée des halles; il est vraisemblable
qu'on y percevoit les droits sur les marchandises qui arrivoient à ce
marché, et que la rue en avoit pris le nom qu'elle n'a point cessé de
porter jusqu'à ce jour. Ce carrefour subsiste encore à l'endroit où les
deux rues de la Truanderie forment un angle.

_Rue de la Petite Truanderie._ Elle commence au coin de la rue Mondetour
et aboutit dans la rue de la Grande Truanderie, à la place du puits
d'Amour[406], d'où cette rue fut appelée anciennement rue du _Puits
d'Amour_ et de _l'Arian_, ou _Arienne_.

          [Note 406: Ce puits, qui ne subsiste plus, se trouvoit à la
          pointe de la grande et de la petite _Truanderie_. Il fut,
          dit-on, ainsi nommé à cause de la fin tragique d'une jeune fille
          qui s'y précipita et s'y noya, se voyant trompée et abandonnée
          par son amant. Environ trois cents ans après cette aventure, un
          jeune homme, réduit au désespoir par les rigueurs de sa
          maîtresse, choisit le même puits pour terminer sa vie et ses
          tourments; mais le résultat en fut bien différent: il s'y jeta
          avec tant de bonheur, qu'il ne fut pas même blessé, et que sa
          maîtresse, touchée de cette preuve d'amour, consentit ensuite à
          l'épouser. L'heureux époux, voulant marquer sa reconnoissance
          envers ce puits, le fit refaire à neuf, et fit graver sur la
          margelle ces deux vers, qu'on y lisoit encore, dit Sauval, vers
          la fin du seizième siècle.

            L'amour m'a refait,
            En 1525, tout-à-fait.

          Cependant Piganiol n'a aucun égard à ces anecdotes, et prétend
          que le puits d'amour n'a reçu ce nom que _parce qu'il servoit de
          rendez-vous aux valets et aux servantes, qui, sous prétexte de
          venir puiser de l'eau, y venaient faire l'amour_. (T. III, p.
          311.) Jaillot trouve cette nouvelle explication suspecte, ainsi
          que celle de _puy_ ou _podium_, nom qui, selon le même auteur,
          signifie un carrefour ou une petite éminence, et qu'il suppose
          avoir été donné anciennement à cet endroit à cause de sa
          situation. Toutefois ce critique ne paroît pas adopter davantage
          l'autre étymologie, et pense que ce nom vient du propriétaire ou
          de l'enseigne de la maison à laquelle le puits étoit adossé.]

_Rue Verdelet._ Cette rue, qui traverse de la rue Mauconseil dans celle de
la Grande Truanderie, se nommoit anciennement rue _Merderiau_,
_Merderai_, _Merderel_ et _Merderet_. On a adouci ce mot en changeant deux
lettres; et, au commencement du dix-septième siècle, on la nommoit déjà
rue _Verdelet_.


MONUMENTS NOUVEAUX

ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS 1789.

_Marché des Innocents._ Il étoit autrefois occupé tous les jours par des
marchands fripiers, immédiatement après avoir servi de marché aux légumes.
Depuis la révolution, les fripiers ont été transportés au marché du
Temple; et sur le vaste emplacement de la place des Innocents on a élevé
quatre rangs de poteaux figurés en colonnes, et soutenant des charpentes
recouvertes en ardoises; et là sont placés plus commodément ceux qui
vendent les légumes, les herbes, les fruits, etc.

_Marché au Poisson._ Il a été nouvellement construit sur son ancien
emplacement: c'est un grand carré, circonscrit et divisé par des poteaux.
Ceux de l'extrémité sont en pierres de taille, et ceux de l'intérieur
simplement en bois et d'une plus petite dimension. Tout ce carré est
couvert, et abondamment pourvu d'eau par diverses fontaines.

_Ancienne halle à la Viande._ Elle est aujourd'hui destinée à la vente du
beurre et des oeufs, et se divise comme les autres en compartiments formés
par des poteaux que recouvre une toiture. Plusieurs maisons ont été
abattues afin de rendre l'entrée de cette halle plus commode.

_Fontaine de la Pointe-Saint-Eustache._ Cette fontaine, dont la simplicité
étoit extrême, a reçu une décoration fort élégante. Elle se compose
maintenant d'une niche au fond de laquelle est un masque de Silène
vomissant l'eau dans une coquille d'où elle se répand dans un vase à deux
anses, porté par quatre gaînes formées de pates et de têtes de lions, dont
deux rejettent l'eau dans un bassin demi-circulaire. Sur le vase, un
bas-relief représente une nymphe qui donne à boire à un amour.



QUARTIER SAINT-DENIS.

     Ce quartier est borné à l'orient par la rue Saint-Martin et par
     celle du faubourg du même nom exclusivement; au septentrion, par
     les faubourgs Saint-Denis et Saint-Lazare inclusivement et
     jusqu'aux barrières; à l'occident, par les rues du
     Faubourg-Poissonnière, Poissonnière et Montorgueil jusqu'au coin
     de la rue Mauconseil inclusivement; et au midi, par les rues aux
     Oues[407] et Mauconseil aussi inclusivement.

          [Note 407: Vulgairement _aux Ours_.]

     On y comptoit, en 1789, cinquante et une rues, onze culs-de-sacs,
     trois églises paroissiales, une église collégiale, une chapelle,
     une communauté d'hommes, un couvent et trois communautés de
     filles, un hôpital, etc.


Ce quartier, qui commence au centre de la ville, et qui finit à son
extrémité septentrionale, a suivi, dans son accroissement, celui des
diverses enceintes qui se sont succédé.

Avant Philippe-Auguste il n'existoit point encore, puisque la clôture qui
environnoit Paris du temps de Louis-le-Jeune passoit à l'endroit où est
aujourd'hui le cloître Saint-Merri. Les murailles que Philippe fit bâtir
embrassèrent un vaste terrain qui, dans la partie dépendante de ce
quartier, s'étendoit depuis dans la rue Montorgueil jusqu'à celle du
Bourg-l'Abbé, renfermant dans son circuit une partie du bourg qui a donné
son nom à cette dernière rue, l'hôpital Saint-Josse et le couvent de
Saint-Magloire, avec les cultures qui en dépendoient[408].

          [Note 408: _Voyez_ le deuxième plan de Paris, et successivement
          les autres plans.]

Ces cultures furent bientôt couvertes de maisons; et la rue Saint-Denis,
qu'on nomma depuis _la grant rue_, _la grant chaussée de M. saint Denis_,
commença à se former. Un faubourg nouveau la prolongea bientôt hors de
l'enceinte; et lorsque, sous Charles V, on jugea nécessaire de reculer les
fortifications de la ville, le terrain qui fut renfermé dans le quartier
dont nous parlons étoit déjà presque entièrement couvert de maisons. La
porte Saint-Denis fut dès lors placée à l'endroit où elle étoit encore au
commencement du règne de Louis XIV[409]: car, depuis Charles V jusqu'à
cette époque, cette partie de l'enceinte de Paris ne reçut aucun nouvel
accroissement. Mais à peine eut-elle été bâtie, qu'on vit une autre rue
extérieure, faisant encore suite à la rue Saint-Denis, se prolonger dans
la campagne avec le nom de rue du Faubourg Saint-Denis.

          [Note 409: _Voyez_ pl. 91.]

Cette dernière rue, qui conduisoit à la maison Saint-Lazare, resta,
jusqu'au règne de Louis XIV, isolée au milieu des champs. Sous ce prince,
on la voit enfin coupée par quelques rues transversales qui la lient aux
autres faubourgs; mais le terrain que renfermoient ces rues ne contenoit
encore que des jardins, des marais et autres terres labourables.

Ce n'est que dans le dix-huitième siècle qu'on a commencé à couvrir ces
places vides, et que ce faubourg est devenu successivement un des plus
populeux de la capitale.


SAINT-JACQUES-DE-L'HÔPITAL.

Cet hôpital et son église avoient été fondés pour y recevoir les pélerins
qui iroient à Saint-Jacques de Compostelle et qui en reviendroient: mais
par qui et à quelle époque? c'est sur quoi les historiens ne sont pas
d'accord. On a pu déjà remarquer que, dans l'histoire des anciens
monuments de Paris, ce sont presque toujours ces deux points qui sont
enveloppés d'une plus profonde obscurité. Ce n'est qu'en discutant les
différentes opinions, en comparant les dates, en vérifiant les actes,
qu'on peut espérer d'y jeter quelques lumières, et de démêler la vérité à
travers tant de traditions confuses et d'erreurs accréditées ou par
l'ignorance ou par l'intérêt personnel. Par exemple, une ancienne
tradition attribue la fondation de l'hôpital et de l'église de
Saint-Jacques à Charlemagne; et quoique cette opinion soit destituée de
tout fondement, elle a cependant été adoptée par une foule d'écrivains,
tant anciens que modernes[410]. Les chanoines mêmes de cette église
sembloient l'avoir autorisée par la forme de leur sceau, qui représentoit
d'un côté saint Jacques, et de l'autre Charlemagne. Cependant il n'y a
d'autre autorité, pour soutenir une origine aussi peu vraisemblable, que
la Chronique du faux Turpin, où il est dit que ce monarque avoit fait
bâtir, entre Paris et Montmartre, une église du titre de Saint-Jacques.
Non-seulement on s'est trompé en croyant que cela devoit s'entendre de
Saint-Jacques-de-l'Hôpital, mais il s'est trouvé qu'on commettoit une
double erreur: car, quoique le fait ne soit pas plus vrai à l'égard de
Saint-Jacques-de-la-Boucherie, cependant ceux qui ont fabriqué l'histoire
de Turpin n'ont pu avoir en vue que cette dernière église, puisqu'il
existe des manuscrits de cette histoire fabuleuse écrits dès le treizième
siècle, temps auquel l'église de Saint-Jacques-de-l'Hôpital n'étoit
certainement pas bâtie. Les auteurs les plus exacts fixent l'époque de sa
fondation en 1315; une ancienne inscription gravée sur une des portes la
marquoit en 1317; l'abbé Lebeuf la place en 1322.

          [Note 410: Fauchet, Corrozet, Belleforest, Duchesne, Lemaire,
          les auteurs du Dictionnaire historique.]

Il paroît constant que cet hôpital fut fondé, au commencement du
quatorzième siècle, par des Parisiens qui, ayant fait le pélerinage de
Saint-Jacques de Compostelle, lequel étoit célèbre dès le neuvième siècle,
imaginèrent, pour perpétuer la mémoire de ce pieux voyage, de former entre
eux une société ou confrérie. Quelques historiens prétendent que, dès
1298, elle tenoit ses assemblées dans l'église de Saint-Eustache; mais on
ne voit point qu'elle ait été autorisée avant le règne de Louis X, qui,
par ses lettres-patentes du 10 juillet 1315, approuva cette association,
et lui permit de tenir ses assemblées aux Quinze-Vingts.

Charles de Valois, comte d'Anjou, et plusieurs notables bourgeois de
Paris, s'y étant fait inscrire, en augmentèrent tellement les fonds par
leurs libéralités, que, dès 1317, les confrères se crurent assez riches
pour entreprendre la construction d'un hôpital et d'une chapelle. Ils
achetèrent à cet effet le terrain qu'occupoient encore, dans ces derniers
temps, l'église, le cloître et les maisons de leur dépendance; mais,
s'étant bientôt aperçus qu'ils avoient commencé une entreprise au-dessus
de leurs facultés, ils s'adressèrent à l'official de Paris, qui, en 1319,
leur accorda des lettres par lesquelles les fidèles étoient exhortés à
secourir de leurs aumônes les confrères pélerins de Saint-Jacques, et qui
autorisoient ceux-ci à faire des quêtes dans les différents quartiers de
la ville et au dehors, pour la construction de leur hôpital. Ces quêtes
eurent un succès complet, et procurèrent des sommes plus que suffisantes
pour continuer les bâtiments déjà commencés.

Cependant ils se virent forcés d'en suspendre quelque temps les travaux,
par les oppositions que formèrent bientôt à leur établissement le chapitre
de Saint-Germain-l'Auxerrois et le curé de Saint-Eustache. Une requête que
les confrères adressèrent alors au pape Jean XXII, pour faire lever ces
obstacles, nous apprend que leur intention étoit que la chapelle fût
desservie par quatre chapelains, dont l'un, sous le nom de _trésorier_,
auroit l'administration des biens destinés pour la célébration du service
divin, et seroit comptable envers les administrateurs choisis par les
confrères; que ce service seroit célébré par lesdits chapelains, lesquels
seroient obligés de dire l'office canonial, et de résider; que le
trésorier auroit 50 liv. de revenu, et les chapelains 40 liv.; que toutes
les offrandes faites à l'hôpital, pour quelque cause que ce fût, seroient
employées totalement, tant à la construction de l'hôpital qu'à la
nourriture des pélerins, des pauvres et des malades; qu'enfin il y auroit,
pour le service de la chapelle, une cloche de poids suffisant, et près de
l'hôpital un cimetière destiné à la sépulture des pélerins, des pauvres et
des serviteurs de la maison[411].

          [Note 411: Hist. de Par., t. I, p. 546; et t. III, p. 328.]

Jean XXII, par une bulle du 18 juillet 1322, donna son approbation au
projet des confrères pélerins, toutefois après avoir fait vérifier par des
commissaires délégués à cet effet si la confrérie avoit les moyens
d'exécuter les promesses mentionnées dans la requête[412]. Ces mêmes
commissaires réglèrent en même temps les indemnités qu'il étoit juste de
payer aux chapitre et doyen de Saint-Germain-l'Auxerrois, ainsi qu'au curé
de Saint-Eustache, sur le territoire desquels cet hôpital devoit être
bâti, et qui, comme nous venons de le dire, s'étoient d'abord opposés à
son établissement. Les premiers abandonnèrent leurs prétentions moyennant
la somme de 40 liv. parisis, et le curé de Saint-Eustache renonça aux
siennes pour celle de 160 liv. Les commissaires décidèrent aussi que les
confrères, étant garants du revenu de 170 liv. affecté aux quatre prêtres
de cet hôpital, il étoit juste qu'ils présentassent aux bénéfices; qu'en
conséquence la nomination du trésorier seroit faite par l'évêque d'après
leur présentation, et celle des chapelains par le trésorier. Ce droit de
patronage et de présentation fut ensuite confirmé en faveur des confrères
pélerins par une bulle du même pape Jean XXII de l'année 1326, et par une
autre du pape Clément VI en 1342.

          [Note 412: Cette bulle fut adressée à l'évêque de Beauvais, et
          non à celui de Paris, sans qu'on puisse en connoître la raison.
          La même année 1322, Charles-le-Bel avoit donné des
          lettres-patentes pour autoriser cet établissement. (Dubreul, p.
          985.)]

Les choses restèrent dans cet état jusqu'au commencement du quinzième
siècle, où il se fit, dans la chapelle de cet hôpital, appelée alors
église, plusieurs autres fondations de chapelains de deux espèces
différentes[413]: la première fut de quatorze chapelains, depuis réduits à
douze, lesquels devoient dire un certain nombre de messes, avec le droit
et l'obligation d'assister à l'office du choeur, de loger dans le cloître,
et de recevoir certaines distributions. On créa dans la seconde neuf
autres chapelains, distingués des premiers en ce qu'ils n'avoient ni
séance au choeur ni logement dans le cloître; ces derniers furent
supprimés en 1482, et l'on appliqua une partie des fonds de leurs
chapellenies à l'entretien des enfants de choeur. Depuis cette époque on
ne compta dans l'église de Saint-Jacques-de-l'Hôpital que vingt
titulaires, dont huit étoient chargés de faire l'office du choeur à tour
de semaine, et prenoient en conséquence la qualité de chanoines; les douze
autres, qui n'étoient tenus que d'assister à l'office et de dire un
certain nombre de messes, avoient conservé le nom de chapelains. On y
ajouta depuis quatre vicaires, un sacristain et quatre enfants de choeur.

          [Note 413: Il avoit aussi été réglé, vers la fin du quinzième
          siècle, qu'on pourroit admettre au nombre des confrères des
          fidèles qui n'auroient pas fait le voyage de Saint-Jacques en
          Galice, sous la condition qu'ils constateroient en avoir été
          empêchés par quelque incommodité, et qu'ils donneroient à
          l'hôpital une somme égale à celle que le voyage auroit coûté.
          Aux quinzième et seizième siècles, on admit encore dans cette
          société les confrères de deux autres célèbres pélerinages,
          savoir, celui de Saint-Claude en Franche-Comté, et celui de
          Saint-Nicolas de Varengeville, connu autrement sous le nom de
          Saint-Nicolas en Lorraine.]

Les confrères pélerins continuèrent à jouir, sans aucune contestation, du
plein exercice de leurs droits sur cet hôpital et sur cette église,
jusqu'au mois de décembre 1672. Le roi ayant rendu à cette époque un édit
par lequel il donnoit à l'ordre de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de
Saint-Lazare-de-Jérusalem l'administration et la jouissance perpétuelle
des maisons, droits, biens et revenus de plusieurs ordres hospitaliers,
hospices, hôpitaux, etc., Saint-Jacques-de-l'Hôpital se trouva au nombre
des maisons dont cet acte d'autorité changeoit la destination. Les
confrères réclamèrent vivement contre une telle spoliation: après vingt
ans de contestations et de plaidoiries, un nouvel édit, vérifié au grand
conseil le 9 avril 1693, révoqua celui du mois de décembre 1672, et remit
Saint-Jacques-de-l'Hôpital à ses premiers administrateurs. De nouvelles
difficultés s'élevèrent bientôt au sujet de cette maison; mais comme il
seroit aussi long que fastidieux d'en donner le détail, nous nous
bornerons à dire qu'en 1722 elle fut réunie une seconde fois à l'ordre du
Mont-Carmel et de Saint-Lazare, et qu'enfin elle en fut encore séparée en
1734. Les arrêts du conseil qui rétablirent l'ancienne administration
furent confirmés par lettres-patentes du 15 avril de la même année, et
enregistrés au parlement le 4 juin suivant. Les choses restèrent en cet
état jusqu'au 1er juillet 1781, que de nouvelles lettres-patentes
décidèrent irrévocablement du sort de cet hôpital, dont elles accordèrent
les biens à celui des Enfants-Trouvés; celui-ci en a joui jusqu'au moment
où on les a vendus comme biens nationaux.

À l'époque de 1789, il ne restoit plus de bénéficiers dans
Saint-Jacques-de-l'Hôpital qu'un trésorier, quatre chapelains, un
vicaire-sacristain et quatre enfants de choeur. Le trésorier exerçoit les
fonctions curiales dans l'étendue du cloître seulement. Tous les ans, le
premier lundi d'après la fête de saint Jacques-le-Majeur, les confrères
s'assembloient dans l'église, et faisoient une procession solennelle, où
ils assistoient, ayant un bourdon d'une main et un cierge de l'autre.

Cette église, qui n'avoit rien de remarquable, avoit été bâtie en 1322,
et dédiée, en 1323, par Jean de Marigni, évêque de Beauvais[414]. Le
trésor contenoit différens reliquaires fort riches, qu'il devoit aux
libéralités de Philippe-le-Long, de Jeanne d'Évreux, troisième femme de
Charles-le-Bel, et de quelques autres bienfaiteurs.

          [Note 414: Les historiens varient beaucoup sur la personne qui
          posa la première pierre de cette église. Dubreul et dom Félibien
          prétendent qu'elle fut posée par la reine Jeanne d'Évreux,
          assistée de sa mère, de ses filles et autres princes et
          princesses. Mais le premier entend par là Jeanne, reine de
          France et de Navarre, femme de Philippe-le-Bel, laquelle mourut
          en 1304; le second, Jeanne d'Évreux, troisième femme de
          Charles-le-Bel, qui ne fut mariée qu'en 1325. Piganiol et
          Lemaire ont cru faire une découverte en y voyant Jeanne de
          France, fille de Louis Hutin; mais cette princesse, qui, à la
          vérité, a été reine de Navarre, et mariée à Philippe, comte
          d'Évreux, n'a jamais été reine de France, n'a point eu de soeur,
          et Marguerite de Bourgogne sa mère étoit morte dès 1315. Enfin
          Jaillot pense que la reine qui fit cette cérémonie étoit Jeanne
          de Bourgogne, femme de Philippe-le-Long. Ce sentiment paroît en
          effet plus probable: sa mère Mahaut, comtesse d'Artois, vivoit
          encore; et la reine, alors veuve, avoit elle-même trois filles.]

On lisoit au-dessus des portes de l'hôpital, du côté du cloître, les deux
inscriptions suivantes, gravées en lettres d'or sur deux tables de marbre
noir.

     _Nullos fundatores ostento, quia humiles, quia plures, quorum
     nomina tabella non caperet, coelum recipit: vis illis inseri?
     Vestem præbe, panem frange pauperibus peregrinis._

Sur la seconde:

     «Hôpital fondé, en l'an de grâce 1317, par les pélerins de
     Saint-Jacques, pour recevoir leurs confrères; réparé et augmenté
     en l'année 1652[415].»

          [Note 415: Les bâtiments de cette collégiale ne sont point
          entièrement détruits, et servent de magasins à divers
          particuliers; le cloître, qui existe encore, est devenu un
          passage public, qui a trois issues sur les rues Mauconseil et du
          Cygne. La représentation que nous donnons de l'église est
          gravée, pour la première fois, d'après un dessin fait dans le
          dix-septième siècle. (_Voyez_ pl. 92.)]


L'HÔPITAL DE LA TRINITÉ.

La plupart des historiens de Paris qui nous ont précédés nous offrent peu
de secours lorsqu'il est question de fixer les dates et de démêler les
origines; et il suffit qu'un monument ait quelque antiquité pour que l'on
trouve à son sujet vingt opinions contradictoires. Par exemple, au sujet
de l'hôpital de la Trinité, Corrozet et Sauval disent que «deux
chevaliers, seigneurs de Galendes, donnèrent en 1202 leur maison pour y
fonder un prieuré de l'ordre de Prémontré, lequel fut achevé en 1210.»
Dubreul et le Maire ont écrit que «deux Allemands firent construire un
hôpital pour les pélerins; qu'en 1210 ils obtinrent la permission d'y
bâtir une chapelle, et qu'ils fondèrent trois religieux de Prémontré.»
L'auteur des _Tablettes parisiennes_ n'en place la fondation qu'en 1217,
et La Caille en recule l'époque jusqu'en 1544. Sans entrer dans la
discussion des raisons qui ont fait assigner des époques si différentes à
l'origine de cet hôpital, nous tâcherons de la découvrir par l'examen des
titres qui en font mention. Quoiqu'il n'en reste aucun qui soit antérieur
à l'an 1202, il est hors de doute cependant que ces titres ne sont
pas les premiers, puisqu'on trouve dans le cartulaire de
Saint-Germain-l'Auxerrois[416] des lettres d'Eudes de Sully, évêque de
Paris, dans lesquelles il déclare que de son consentement et de son
autorité on avoit construit une chapelle dans la maison hospitalière de
_la Croix-de-la-Reine_. Or, ces lettres, qui sont de la date de 1202, et
qui furent données pour terminer une contestation élevée entre les frères
de cet hôpital et le chapitre de Saint-Germain, prouvent évidemment que
la fondation en avoit été faite avant cet incident. Ces mêmes lettres nous
apprennent en outre, 1º que cet hôpital avoit été fondé par Guillaume
_Escuacol_, à l'usage des pauvres de ce quartier, _ad opus pauperum
ejusdem loci_; 2º qu'il s'appeloit l'hôpital de la _Croix-de-la-Reine_, à
cause d'une croix ainsi nommée, placée au coin des rues Greneta et de
Saint-Denis où cet hôpital avoit été construit; 3º enfin, que l'on convint
qu'il seroit payé par les frères, à l'église de Saint-Germain, une rente
de 10 sous, pour l'indemniser des droits qu'elle avoit sur ce terrain, et
qu'il n'y auroit point de cloches à la chapelle. Toutefois ce dernier
article ne fut pas long-temps observé, et les frères de l'hôpital
prétendirent bientôt avoir des cloches. Le chapitre de Saint-Germain s'y
opposa avec une grande vivacité. Choisi une seconde fois pour arbitre,
Eudes de Sully décida, par sa sentence du mois d'août 1207[417], que les
frères auroient ces cloches qu'on leur contestoit, en payant annuellement
10 autres sous au chapitre de Saint-Germain. On voit dans cet acte que
cette maison prit dès lors le nom de _la Sainte-Trinité_, qui étoit
apparemment le vocable de la chapelle.

          [Note 416: Fol. 18, _verso_.]

          [Note 417: _Cart. S. Germ. Autiss._, folio 18, _verso_.]

Il paroît que cet état de choses subsista jusqu'en 1210, et que jusqu'à
cette époque cet hôpital, administré par un chapelain, fut véritablement
un lieu d'asile pour les pauvres. Mais soit que les fondateurs eussent
reconnu des vices dans cette forme d'administration, soit que leurs
affaires particulières ne leur permissent pas d'y donner tous leurs soins,
ils jugèrent plus convenable de n'y recevoir désormais que des pélerins,
et d'en confier la conduite aux religieux de Prémontré. Des lettres de
Pierre de Nemours, évêque de Paris, de cette dernière année[418], nous
apprennent que Guillaume Escuacol et Jehan Paâlée, son frère utérin,
offrirent à Thomas, abbé d'Hermières, la direction de cette maison, à
condition qu'il y auroit au moins trois religieux de son ordre chargés d'y
exercer l'hospitalité à l'égard des pélerins, mais seulement de ceux qui
ne font que passer. _Ministerium hospitalitatis peregrinorum tantummodò
transeuntium_; qu'ils célèbreroient la messe et l'office divin, etc. On
lit dans les annales de l'ordre de Prémontré que l'abbé Thomas souscrivit
à ces conditions, et y envoya un maître et quatre de ses chanoines[419].

          [Note 418: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 19, _verso_.]

          [Note 419: L'abbé Lebeuf dit, en parlant de cet hôpital (t. I,
          p. 116), qu'en 1348 on en prit le cimetière pour inhumer les
          pestiférés, et qu'au seizième siècle cela se pratiquoit encore.
          Ce fait, dont il n'apporte aucune preuve, manque tout-à-fait de
          vraisemblance. Le cimetière de la Trinité ne devoit pas être
          fort vaste; et comme, suivant les historiens de Paris, la
          maladie épidémique qui régnoit alors emportoit, à l'Hôtel-Dieu
          seulement, plus de cinq cents personnes par jour, et que
          d'ailleurs on avoit été obligé de fermer le cimetière des
          Innocents, il n'est pas croyable que celui de cet hôpital pût
          contenir tant de morts. Il est probable que l'abbé Lebeuf a
          anticipé sur l'époque, et qu'il a voulu parler d'un acte de
          1353, dont il est fait mention dans un manuscrit de la
          bibliothéque de Saint-Germain-des-Prés (Manusc. de l'abbé
          d'Estrées, fol. 6), par lequel les religieux qui étoient à la
          Trinité cédèrent à la ville une partie de leur jardin pour y
          faire un cimetière commun, et se chargèrent de l'entretenir,
          moyennant 18 deniers par fosse ordinaire, et 6 deniers pour
          celles des enfants.]

Les religieux d'Hermières restèrent seuls maîtres de la maison de la
Trinité jusqu'en 1545; mais long-temps avant cette époque l'hospitalité
avoit cessé d'y être exercée; et ce qui pourra sembler aussi étonnant que
bizarre à ceux qui n'entrent pas dans l'esprit de ces temps anciens, c'est
que cette maison religieuse, où les offices divins ne cessèrent point
d'être pratiqués, fut en même temps, et pendant plus d'un siècle, la seule
salle de spectacle que possédât la ville de Paris. Nous nous réservons,
lorsque nous traiterons de l'histoire du Théâtre Français, de dire à
quelle occasion les représentations des _mystères_ succédèrent aux
bouffonneries obscènes des _jongleurs_ qui existoient en France de temps
immémorial; et comment, par un zèle indiscret qu'il est facile toutefois
de comprendre et d'expliquer, on voulut faire un moyen d'édification des
mêmes spectacles qui pendant si long-temps avoient été des écoles de
scandale et de libertinage. Il ne sera question ici que de leur
établissement à Paris.

Delamarre et dom Félibien prétendent que le premier essai s'en fit, en
1398, à l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés[420]. Les pieux histrions qui
figuroient dans ces mystères étoient alors nommés _pélerins_, parce qu'ils
n'avoient point encore de demeure fixe, et qu'ils promenoient de ville en
ville le spectacle nouveau et bizarre qu'ils avoient inventé. Le succès
qu'ils obtinrent leur fit naître l'idée de venir se fixer à Paris, où ils
ne trouvèrent point de local plus commode pour leurs représentations
qu'une salle de l'hospice de la Trinité, destinée originairement à loger
les voyageurs, mais déjà vacante à cette époque. Ils louèrent cette salle,
qui avoit vingt et une toises de long sur six de large, et débutèrent par
le _mystère de la Passion_, qui leur attira une grande foule de
spectateurs. Mais bien que le goût d'alors ne fût pas très-délicat, le
mélange monstrueux qu'ils y firent de ce que la morale a de plus saint aux
plaisanteries les plus grossières, fit une impression si désagréable sur
les esprits éclairés, qu'une ordonnance du prévôt de Paris, du 3 juin de
la même année, défendit _de représenter aucun jeu de personnages, soit des
vies des saints ou autrement, sans le congé du roi, à peine d'encourir son
indignation, et de forfaire envers lui_.

          [Note 420: Cette abbaye étoit située sur les bords de la Marne,
          à deux lieues de Paris.]

Cette défense détermina les pélerins à recourir à l'autorité du roi
lui-même; et, pour se le rendre favorable, ils imaginèrent d'ériger leur
société en confrérie de _la Passion de Notre Seigneur_. Leur entreprise,
présentée sous un aspect nouveau qui flattoit un genre de dévotion alors
répandu dans toutes les classes de la société, changea totalement de
nature, même aux yeux les plus prévenus. Charles VI, qui aurait peut-être
repoussé les histrions, accueillit les _confrères_ avec bienveillance,
assista à leur mystère, et leur permit, par ses lettres-patentes du mois
de décembre 1402, de le représenter, ainsi que d'autres pièces semblables,
tant à Paris que dans l'étendue de la prévôté, et vicomté. Ces mêmes
lettres nous apprennent que cette confrérie étoit déjà fondée dans
l'église de la Trinité sous le titre de _maître et gouverneurs de la
confrérie de la Passion et Résurrection de Notre Seigneur_; que ces
spectacles avoient déjà été représentés avant 1402; et, ce qui est plus
curieux sans doute, que Charles VI s'étoit fait inscrire au nombre des
confrères. Au reste, le succès de ces drames absurdes, regardés alors
presque comme des cérémonies religieuses, fut si prodigieux, et
l'invention en parut si favorable à la piété, que, pendant long-temps, les
curés de Paris eurent la complaisance d'avancer l'heure des vêpres, les
dimanches et fêtes, jours de ces représentations, afin de procurer à leurs
paroissiens la liberté de jouir d'un spectacle si édifiant[421]. Il perdit
depuis beaucoup de sa première vogue; mais ce n'est pas ici le lieu d'en
parler.

          [Note 421: Hist. de Par., t. II, p. 726.]

Toutefois les choses restèrent en cet état jusque vers le milieu du
seizième siècle. Dès le 14 janvier de l'an 1536, le parlement avoit
ordonné «que les deux salles de la Trinité, dont la haute servoit pour la
représentation des farces et jeux, seroient appliquées à l'hébergement de
ceux qui étoient infectés de maladies vénériennes et contagieuses.» Mais
il paroît que cet arrêt n'eut point son exécution: car on voit ces mêmes
malades placés à l'hôpital Saint-Eustache, en vertu d'un autre arrêt du 3
mars de la même année. Enfin, en 1545, un troisième arrêt ayant ordonné
»que les enfants mâles des pauvres, étant au-dessus de l'âge de sept ans,
seroient ségrégés d'avec leurs pères et mères, et mis à un lieu à part,
pour y être nourris, logés et enseignés en la religion chrétienne,»
l'hôpital de la Trinité parut le lieu le plus convenable qu'il fût
possible de choisir pour ce nouvel établissement; et les confrères de la
Passion, malgré leurs vives réclamations, se virent forcés d'abandonner
leur salle, dans laquelle on pratiqua des dortoirs pour ces pauvres
enfants.

Les religieux de Prémontré, qui desservoient précédemment cet hôpital,
continuèrent cependant, malgré ce changement, d'y faire leur demeure et
d'y célébrer le service divin, ce qui dura jusqu'en 1562, qu'ils jugèrent
convenable d'en laisser l'administration entière à ceux que le parlement
en avoit chargés.

Ces administrateurs étoient le curé de la paroisse de Saint-Eustache et
quatre bourgeois notables de la ville[422]. L'établissement avoit été
fondé pour y recevoir cent garçons et trente-six filles orphelins de père
ou de mère, mais valides. Les garçons donnoient, en entrant, 400 liv., et
les filles 50, sommes qui leur étoient rendues en sortant. Le frère et la
soeur ne pouvoient être reçus dans cette maison que successivement. On
leur apprenoit à tous à lire et à écrire, et les métiers pour lesquels ils
montroient le plus d'aptitude; et pour parvenir plus facilement à ce but
de l'institution, on avoit obtenu que l'enclos de la maison seroit
privilégié. Les artisans qui s'y établissoient gagnoient la maîtrise en
instruisant dans leur art un de ces enfants, qui acquéroit en même temps
la qualité de fils de maître[423].

          [Note 422: Le procureur-général fut par la suite chef des
          administrateurs.]

          [Note 423: Comme ces enfants étoient vêtus d'étoffe bleue, ils
          étoient vulgairement connus sous le nom d'_Enfants bleus_.]

Cet établissement, si utile à la classe indigente, si salutaire à la
société en général, puisqu'il arrachoit aux désordres, qui sont la suite
de la misère et de l'oisiveté, une foule de malheureux jetés dans son sein
sans aucune ressource, avoit obtenu de nos rois une protection spéciale et
paternelle qui en assuroit le succès, lorsque la révolution, opérée,
disoit-on, pour rendre au foible et au pauvre _ses droits
imprescriptibles_, est venue l'envelopper dans cette destruction générale
qu'elle a faite de tous les établissements créés pour la foiblesse et
l'indigence.

L'église de cette maison fut rebâtie et agrandie en 1598. Elle étoit
sombre, peu commode, et n'avoit rien de remarquable que son portail, élevé
dans le siècle suivant (en 1671), sur les dessins de François d'Orbay.
Cette construction, qui subsiste encore, est composée d'une ordonnance
corinthienne, surmontée d'un attique[424].

          [Note 424: _Voyez_ pl. 91. Cette église sert maintenant de
          magasin à un marchand de liqueurs; du reste, tous les bâtiments
          de l'hôpital ont été dénaturés, divisés entre plusieurs
          particuliers; et la cour est devenue un passage public.]


ÉGLISE PAROISSIALE DE SAINT-SAUVEUR.

Cette église n'étoit originairement qu'une chapelle, bâtie auprès d'une
ancienne tour qui s'élevoit au coin de la rue Saint-Sauveur, et qu'on
n'a démolie que dans l'année 1778. La chapelle en avoit reçu le nom de
_chapelle de la Tour_, et dépendoit de Saint-Germain-l'Auxerrois, à qui
appartenoit ce territoire. On ignore absolument par qui et dans quel
temps elle fut construite; il ne se trouve aucun acte, aucun titre qui
puisse indiquer l'époque de cette fondation. Sauval et ses copistes ont
imaginé que cette chapelle avoit été bâtie, vers l'an 1250, par l'ordre
de saint Louis, pour y faire ses prières, et se reposer lorsqu'il alloit
à pied à Saint-Denis. Il est très-possible que ce monarque se soit
arrêté plusieurs fois dans cette chapelle, dans cette dévote intention,
mais il s'en faut tellement que l'on trouve dans cette circonstance la
preuve qu'il l'avoit fait bâtir, que le contraire est évidemment prouvé
par la simple comparaison des époques: tout le monde sait que saint
Louis partit pour la Terre-Sainte le 12 juin 1248, et n'en revint qu'en
1254; et, quand même on n'auroit pas cet argument décisif à opposer, il
seroit facile de produire des titres relatifs à ce monument, lesquels
sont antérieurs à la naissance de ce saint roi. En effet, dès l'an 1216
il y eut une sentence arbitrale rendue au mois de décembre, qui confirma
le doyen de Saint-Germain-l'Auxerrois dans la perception des droits
qu'il prétendoit avoir sur la chapelle de la Tour[425].

          [Note 425: _Gall. christ._, t. VII, p. 257.]

On n'est pas plus instruit sur le temps où elle fut érigée en église
paroissiale sous le nom de Saint-Sauveur, et l'on a vainement cherché
quelque titre qui fixât l'époque de son érection. Les pièces les plus
anciennes où il soit fait mention de la paroisse de Saint-Sauveur sont
deux actes que Jaillot dit avoir découverts dans les archives de
l'archevêché et dans le cartulaire de Saint-Germain-l'Auxerrois: l'un est
un amortissement de 1284, accordé par l'évêque de Paris au _curé_ de
Saint-Sauveur, de 10 sous parisis sur trois maisons situées près de la
porte Montmartre; l'autre est un contrat du 10 août 1299, par lequel
Mathilde donne au _prêtre_ de Saint-Sauveur 12 deniers de cens à prendre
sur sa maison sise dans la rue qui porte le même nom. La découverte de
ces titres est d'autant plus importante que l'abbé Lebeuf, ordinairement
assez exact dans ses recherches, se contente de dire qu'en 1303 le
chapitre de Saint-Germain tiroit quelque revenu de cette église, laquelle
portoit alors le nom de Saint-Sauveur; et qu'en 1335 Thomas de Ruel, qui
en étoit curé, avoit prêté serment aux chanoines en cette qualité.

On voit, par ce que nous venons d'établir, que, dès le commencement du
treizième siècle, cette chapelle étoit une succursale de
Saint-Germain-l'Auxerrois, et qu'elle fut érigée en paroisse vers la fin
de ce même siècle. Les faubourgs de Paris s'étant considérablement accrus
et peuplés depuis l'enceinte de Philippe-Auguste, il est assez
vraisemblable que l'éloignement de l'église de Saint-Germain occasionnant
des difficultés pour l'administration des sacrements, le chapitre de cette
église sentit la nécessité de faire ériger en paroisse la chapelle de la
Tour qui étoit située au-delà de cette enceinte[426].

          [Note 426: On a pu remarquer que cette origine est commune au
          plus grand nombre des paroisses de Paris.]

Cette église fut entièrement reconstruite sous le règne de François Ier,
et sept chapelles y furent bénites en 1537; on l'agrandit en 1571 et en
1622; enfin, en 1713, elle fut réparée et embellie au moyen du bénéfice
d'une loterie qui lui fut accordé par le roi. C'étoit un édifice d'un
gothique assez élégant[427]. Une partie de ses constructions ayant été
ébranlée par la démolition de la tour qui l'avoisinoit, et l'église
entière menaçant ruine, on l'avoit abattue quelque temps avant la
révolution; et sur l'emplacement qu'elle occupoit s'élevoit déjà une
nouvelle et très-belle basilique, dont M. Poyet, architecte du duc
d'Orléans, avoit donné le plan, lorsqu'arriva le règne de _la philosophie
et de la raison_: l'église prit aussitôt la forme d'une salle de comédie,
qui cependant n'a point été achevée[428].

          [Note 427: _Voyez_ pl. 92.]

          [Note 428: Ce sont des bains publics qui occupent aujourd'hui
          cet emplacement.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-SAUVEUR.

     Il n'y avoit de remarquable dans l'ancienne église que la
     chapelle de la Vierge. Les dessins en avoient été donnés par
     _Blondel_, architecte du roi. _Jean-Baptiste Lemoine_ fils avoit
     fait les sculptures, et _Noël-Nicolas Coypel_ les peintures, qui
     consistoient en un tableau de l'_Assomption_ placé au-dessus de
     l'autel, et un plafond représentant les cieux qui s'ouvroient
     pour recevoir la Sainte-Vierge.


     SÉPULTURES.

     Sauval assure que _Turlupin_, _Gautier Garguille_,
     _Gros-Guillaume_ et _Guillot-Gorju_, _les plus excellents
     acteurs[429] qu'il y ait jamais eu_, ont été enterrés dans cette
     église; néanmoins on ne trouve que le nom de Gautier-Garguille
     sur les registres mortuaires de cette paroisse. Mais il faut
     observer qu'avant 1660 il n'y avoit point de registres réguliers
     dans les églises paroissiales, et que la négligence avec laquelle
     on constatoit les naissances et décès étoit telle, qu'il en est
     résulté des erreurs et des omissions sans nombre, qui ne
     permettent de regarder comme certains et authentiques que tous
     les actes de ce genre faits depuis cette dernière époque.

          [Note 429: Ces trois personnages sont fameux dans l'ancienne
          histoire du théâtre françois, et excelloient effectivement dans
          les farces qui précédèrent chez nous la renaissance de la bonne
          comédie. Nous aurons occasion d'en reparler.]

     Dans l'église de Saint-Sauveur avoient été inhumés:

     Guillaume Colletet, avocat au parlement, un des quarante de
     l'Académie françoise, plus connu par les satires de Boileau que
     par ses ouvrages, mort en 1659.

     Raymond Poisson, comédien, mort en 1659.

     Jacques Vergier, poète érotique, mort en 1720.

La cure de cette église étoit, dans l'origine, à la nomination du chapitre
de Saint-Germain-l'Auxerrois; mais, depuis qu'il avoit été réuni au
chapitre de Notre-Dame, le curé étoit nommé par l'archevêque de Paris.

Une particularité assez remarquable touchant l'église de Saint-Sauveur,
c'est que, dans le commencement du quinzième siècle, Alexandre Nacart, qui
en étoit curé, étoit en même temps procureur au parlement, et s'acquittoit
à la fois de ce double ministère. Les historiens de Paris[430] rapportent
fort au long les contestations de ce curé avec les doyens et chapitre de
Saint-Germain-l'Auxerrois, qui prétendoient avoir droit aux offrandes et
émoluments curiaux qui se percevoient dans cette église; ils se
plaignoient en outre que Nacart ne résidoit point, et qu'il donnoit plus
d'application à ses fonctions de procureur qu'à celles de curé. Nacart
ayant été condamné par sentence de l'official du 16 mars de l'an 1407, se
soumit à tout ce qu'on exigea de lui; et les parties demeurèrent d'accord,
sans qu'il fût plus question de sa non-résidence, ni de ce qu'on lui avoit
objecté touchant sa qualité de procureur.

          [Note 430: Hist. de Par., t. I, p. 349.]

La circonscription de cette paroisse formoit un carré à angles fort
inégaux. En partant de la rue Saint-Denis, elle commençoit à la première
maison qui se trouve après la rue Mauconseil, suivoit ce côté de la rue
Saint-Denis, d'où elle entroit dans la rue de Bourbon, qu'elle comprenoit
du même côté jusqu'à la rue du Petit-Carreau; suivant ensuite le côté
gauche de cette dernière rue, elle embrassoit une partie de la rue
Montorgueil du même côté, jusque vis-à-vis le cul-de-sac de la Bouteille.
À cet endroit, la ligne qui séparoit les territoires des paroisses
Saint-Sauveur et Saint-Eustache coupoit les deux côtés de la rue
Françoise; et de là celle de Saint-Sauveur embrassoit les maisons qui se
trouvoient derrière jusqu'au point de départ.


HÔTEL-DIEU DE JEAN CHENART.

Cet hospice avoit été fondé en 1425 dans la rue Saint-Sauveur par Jean
Chenart, épicier, et garde de la Monnoie de Paris, pour huit pauvres
femmes veuves de la paroisse dont dépendoit cette rue et dont nous venons
de parler. Nous ignorons en quel temps a cessé cette fondation; mais le
censier de l'évêché en fait encore mention en 1489.


HÔPITAL DE PIERRE GODIN.

C'est ainsi qu'est nommé cet hôpital dans les censiers de l'évêché de
1489; mais ils indiquent en 1372 qu'il avoit été fondé par Philippe de
Marigny. Il en est fait mention, dans plusieurs titres, sous le nom de
l'Hôtel-Dieu Saint-Eustache.


COMMUNAUTÉ DES FILLES-DIEU.

L'opinion la plus vraisemblable sur l'établissement des Filles-Dieu, est
qu'il doit son origine à Guillaume d'Auvergne, depuis évêque de Paris.
Prédicateur plein de zèle et de charité, il avoit déterminé, par la force
et l'onction de ses sermons, plusieurs femmes de mauvaise vie à sortir du
vice où elles étoient plongées, et à expier par la pénitence les désordres
de leur vie passée. Touché de leur repentir, mais craignant les rechutes
auxquelles leur misère ou leur foiblesse pouvoit les exposer, le pieux
ecclésiastique forma le dessein de les réunir dans un asile où elles
pussent vivre loin du monde, et au milieu des pratiques continuelles de la
religion. Il leur fit bâtir à cet effet une maison sur une partie du
terrain que Guillaume Barbette, bourgeois de Paris, lui avoit vendu; ce
terrain, de deux arpents et demi, étoit situé hors de la ville, et près de
Saint-Lazare[431].

          [Note 431: Cet établissement éprouva d'abord quelques obstacles
          de la part des prieur et religieux de Saint-Martin-des-Champs et
          du curé de Saint-Laurent, sur le territoire et paroisse desquels
          cette maison avoit été bâtie; mais ils furent entièrement levés
          au mois d'avril de l'année 1226, par un accord qui fut passé
          entre ces pauvres femmes nouvellement converties, les religieux
          de Saint-Martin et le curé de Saint-Laurent. Par cet acte il fut
          convenu que la maison seroit érigée en hôpital, qu'elle ne
          pourroit servir à un autre usage sans le consentement des
          parties contractantes; que le curé de Saint-Laurent seroit
          indemnisé des droits curiaux arbitrés à 20 sous de rente
          annuelle; que les chapelains seroient à la nomination du prieur
          de Saint-Martin; que ces femmes auroient un cimetière, des fonts
          et deux cloches, et qu'elles pourroient acquérir jusqu'à treize
          arpents de terrain. (Hist. de Par., t. V, p. 602.)]

Ce fut l'an 1226 que ces filles[432] entrèrent dans cette maison. Cette
date, sur laquelle presque tous les historiens sont d'accord, suffit pour
réfuter l'opinion du petit nombre de ceux qui regardent saint Louis comme
le fondateur de cette communauté, puisque ce prince, alors âgé de douze
ans, ne monta sur le trône qu'à la fin de cette même année; mais la
bienveillance particulière dont il ne cessa d'honorer cet établissement,
les bâtiments nouveaux qu'il fit élever dans son enceinte, les revenus
qu'il fixa pour l'entretien des filles qui l'occupoient, et les priviléges
qu'il leur accorda lui ont justement mérité ce titre de fondateur, et
c'étoit sans doute pour ces motifs qu'il étoit désigné comme tel dans
l'inscription placée sur la porte d'entrée de ce monastère.

          [Note 432: Elles furent dès lors connues sous le nom de
          _Filles-Dieu_, sans qu'on sache pour quelle raison et par qui
          elles furent autorisées à s'appeler ainsi. Cependant Sauval dit
          qu'elles ne prirent le nom de _Filles-Dieu_ qu'en 1232, et que
          jusque là on les appela _Filles nouvellement converties_.]

L'an 1232 il y eut une cession faite aux Filles-Dieu par les frères et
prieur de Saint-Lazare, de quatre arpents de terre avec la censive et la
justice qu'ils y exerçoient, ainsi que le droit de dîmes; cession qui fut
faite moyennant 12 liv. de rente[433]. On voit aussi, par les anciennes
chartes, qu'en 1253 elles acquirent encore huit autres arpents de terre
contigus aux précédents. Saint Louis leur accorda presque aussitôt
l'amortissement des fonds qu'elles venoient d'acquérir, y ajouta la
permission de tirer de l'eau de la fontaine de Saint-Lazare, et de la
faire conduire dans leur couvent, et pour mettre le comble à ses
bienfaits, les dota de 400 l. de rente assignées sur son trésor. Mais, en
faisant cette dotation, il augmenta le nombre de ces religieuses, qui fut
alors porté jusqu'à deux cents[434].

          [Note 433: Dubreul, p. 885.]

          [Note 434: Le titre de cette fondation ne se trouve pas; mais le
          nombre des religieuses et le revenu qui leur fut affecté sont
          connus par les lettres du roi Jean du mois de novembre 1350,
          rapportées tout au long dans l'Histoire de Paris de dom Félibien
          et Lobineau, t. III, p. 116 et suiv.]

Vers l'an 1349, la peste horrible qui ravagea Paris, la famine, la misère
qui en furent la suite, firent périr plus de la moitié de ces religieuses.
Ce triste événement engagea l'évêque de Paris à réduire leur nombre à
soixante. Sur une telle réduction faite par l'autorité du diocésain, et
dont la communauté ne pouvoit être responsable, les trésoriers de France
se persuadèrent qu'ils avoient le droit de réduire aussi de leur côté la
rente de ces religieuses à 200 liv. Ils donnoient pour raison que saint
Louis n'avoit constitué la rente de 400 l. qu'à condition qu'elles
seroient au nombre de deux cents, et que l'évêque n'avoit pu, de son
autorité privée, diminuer ce nombre sans le consentement du roi. Les
Filles-Dieu réclamèrent vivement contre ce retranchement de leurs revenus,
et leurs représentations furent favorablement écoutées par le roi Jean. Ce
prince, par sa charte de l'an 1350, leur continua la rente entière que
saint Louis leur avoit accordée, mais sous la condition qu'à l'avenir
elles seroient au moins au nombre de cent.

Les Filles-Dieu demeurèrent dans ce monastère jusqu'après la malheureuse
bataille de Poitiers, dans laquelle ce monarque fut fait prisonnier. Nous
avons déjà dit[435] que les Parisiens épouvantés, croyant déjà voir
l'ennemi au pied de leurs murailles, prirent la résolution d'en accroître
les fortifications, brûlèrent les faubourgs peu considérables qui
s'étendoient autour de l'enceinte méridionale, et renfermèrent dans les
fossés et arrière-fossés les faubourgs beaucoup plus étendus qui s'étoient
formés au nord de la ville. D'après le plan arrêté, les arrière-fossés
devoient traverser la culture et l'enclos des Filles-Dieu: elles furent
donc obligées d'abandonner leur maison, de la faire démolir, et de se
retirer dans la ville. Jean de Meulant, alors évêque de Paris, les
transféra dans un hôpital situé près la porte Saint-Denis, et fondé en
1316 par _Imbert de Lyons_ ou _de Lyon_, bourgeois de Paris, en exécution
des dernières volontés de deux de ses fils morts avant lui. Leur but, en
fondant cet hôpital, avoit été de procurer l'hospitalité aux femmes
mendiantes qui passeroient à Paris. Elles devoient y être logées une nuit,
et congédiées le lendemain avec _un pain et un denier_. Il paroît, par les
différents actes, que la chapelle de cette maison étoit sous le titre de
Saint-Quentin.

          [Note 435: _Voyez_ t. I, p. 37, 1re partie, et dans ce vol. p.
          32.]

L'évêque, en établissant les Filles-Dieu dans ce nouvel asile, y fonda une
autre chapelle sous le nom de la Magdeleine; et, les soumettant aux mêmes
pratiques de charité qui s'y exerçoient auparavant, il régla, dans les
statuts qu'il leur donna, qu'il y auroit douze lits pour les pauvres
femmes mendiantes. Ces religieuses firent construire alors les lieux
réguliers nécessaires à leur communauté; et, pour n'être point troublées
dans les exercices du cloître et dans la récitation des divins offices,
elles commirent le soin de l'hospitalité à des soeurs converses[436].

          [Note 436: On n'a aucun renseignement précis sur la règle que
          suivoient ces religieuses, ni sur la couleur et la forme de leur
          vêtement; mais il paroît qu'elles étoient particulièrement
          soumises à l'évêque de Paris, qui nommoit, pour gouverner le
          spirituel et le temporel de ce monastère, un prêtre sous le
          titre de maître-proviseur et gouverneur de la maison des
          Filles-Dieu.]

Les désordres et l'esprit de licence qui marquèrent la fin de ce siècle
introduisirent peu à peu le relâchement dans cette maison. L'ordre et
l'esprit monastique se perdirent; on vit s'affoiblir par degrés la ferveur
et la piété des premiers temps; et le relâchement en vint au point que les
divins offices, d'abord négligés, y cessèrent enfin tout-à-fait. Aux
religieuses, dont le nombre diminuoit de jour en jour, succédèrent des
victimes infortunées du libertinage, qui, bien différentes de celles pour
lesquelles cet asile avoit été fondé, cherchèrent moins à y cacher la
honte de leurs désordres, qu'à se préserver de l'indigence, qui en est la
suite ordinaire; et ce _lieu_, suivant l'expression d'une ordonnance de
Charles VIII, _fut appliqué à pécheresses qui, toute leur vie, avoient
abusé de leurs corps, et à la fin étoient en mendicité_. Résolu de faire
cesser un tel scandale, ce monarque ordonna qu'on fît venir des
religieuses réformées de Fontevrault pour occuper ce monastère; mais
quoique les lettres-patentes données par lui à cet effet soient du 27
décembre 1483, cependant quelques discussions sur les droits que l'évêque
exerçoit précédemment dans cet hôpital, droits qui sembloient contraires
aux constitutions de l'ordre de Fontevrault[437], apportèrent du retard à
l'exécution des ordres de Charles VIII. L'obstacle fut enfin levé par le
sacrifice que le prélat fit de ses priviléges, en considération de
l'avantage qui devoit résulter de ce changement; et, dans l'année 1494 ou
1495, huit religieuses de cet ordre célèbre[438] furent installées dans
cette maison, où il ne restoit plus que trois ou quatre des anciennes
religieuses, et à peu près autant de soeurs converses, qui négligeoient
même de s'acquitter des devoirs de l'hospitalité qui leur étoit confiée.

          [Note 437: Personne n'ignore que toute l'autorité, dans l'ordre
          de Fontevrault, résidoit dans l'abbesse, dont les religieux
          mêmes dépendoient immédiatement.]

          [Note 438: On les avoit tirées du monastère de la Magdeleine,
          près d'Orléans, et de celui de Fontaine, près de Meaux.]

Les nouvelles religieuses, quoique toujours soumises à la règle de
Fontevrault, prirent le nom de Filles-Dieu, qu'elles ont conservé jusqu'à
la destruction des ordres religieux, et continuèrent à exercer
l'hospitalité prescrite par le fondateur de la maison jusque vers l'an
1620, où l'hôpital et la chapelle furent détruits. On ignore par quelle
raison ce changement eut lieu, et si elles furent autorisées par les
supérieurs ecclésiastiques; mais il est présumable que les lois de police,
qui, à cette époque, commençoient à se perfectionner, avoient déjà
considérablement diminué le nombre des femmes mendiantes auxquelles cet
hôpital devoit servir d'asile, et rendu cette fondation à peu près
inutile.

L'année même de leur établissement, les nouvelles Filles-Dieu commencèrent
à faire construire l'église qu'on voyoit encore avant la révolution. Ce
fut Charles VIII qui en posa la première pierre, sur laquelle étoient
gravés le nom de ce roi et les armes de France. Cette église, achevée
seulement en 1508, fut dédiée la même année. Elle n'avoit rien de
remarquable dans son architecture ni dans son intérieur. Le maître-autel,
décoré de quatre colonnes corinthiennes en marbre, fut élevé depuis sur
les dessins de François Mansard. Contre un des piliers de la nef étoit une
statue du Christ attachée à la colonne[439].

          [Note 439: Les nombreux historiens de Paris, dont aucun ne s'est
          montré difficile sur le mérite des ouvrages de l'art,
          conviennent tous cependant que le dessin de cette figure étoit
          très-mauvais; mais on ne peut s'empêcher de trouver quelque
          chose de risible dans l'emphase avec laquelle ils parlent de la
          corde qui l'attachoit à la colonne. «L'exécution en étoit si
          vraie, disent-ils, que les cordiers eux-mêmes y étoient
          trompés.» On sait aujourd'hui apprécier à leur juste valeur les
          prestiges d'une imitation aussi puérile, prestiges tellement
          faciles à produire dans ces minces accessoires, que les grands
          artistes les négligent presque toujours, et que ces minuties
          font ordinairement tout le mérite de ceux qui n'en ont aucun.]

Avant la révolution on voyoit encore, au chevet extérieur de cette église,
un crucifix devant lequel on conduisoit anciennement les criminels qu'on
alloit exécuter à Montfaucon; ils le baisoient, recevoient de l'eau
bénite, et les Filles-Dieu leur apportoient trois morceaux de pain et du
vin: ce triste repas s'appeloit _le dernier repas du patient_. On ignore
l'origine et les motifs de cet usage. Plusieurs ont pensé qu'il étoit
imité des Juifs, qui donnoient du vin de myrrhe, et quelques autres
drogues fortifiantes aux criminels, pour les rendre moins sensibles au
supplice qu'ils alloient souffrir[440].

          [Note 440: Les bâtiments des Filles-Dieu ont été en partie
          détruits; et sur l'emplacement qu'occupoient ces constructions a
          été percée une rue qui établit une communication nouvelle entre
          la rue Bourbon-Villeneuve et celle de Saint-Denis. La portion
          conservée a changé de forme: c'est maintenant un passage garni
          de boutiques, que l'on nomme _Foire du Caire_. (_Voyez_
          l'article _Monuments nouveaux_.)]

Dans un titre de 1581 on voit que Pierre de Gondi, évêque de Paris, unit à
ce monastère la chapelle de Sainte-Magdeleine, que Jean de Meulant avoit
fondée lorsqu'il transféra les Filles-Dieu dans la ville.


LES FILLES

DE L'UNION-CHRÉTIENNE,

OU DE SAINT-CHAUMONT.

Voici encore une de ces institutions créées par l'esprit de charité, et
que nous voyons s'élever presque à chaque pas que nous faisons dans cette
grande cité, pour le pauvre, pour le foible, pour celui qui souffre, pour
toutes les misères humaines. Tels sont les prodiges d'une religion
attaquée, calomniée par tant de mauvais esprits, devenus aveugles et
presque stupides à force de perversité. Il n'est point ici besoin
d'apologie: les murs de ces touchants asiles, leurs ruines, s'il en est
encore que la cupidité n'ait pas fait disparoître, ont une éloquence qui
l'emporte de beaucoup sur tout ce que pourroit dire l'historien. Plus nous
avançons dans notre carrière, plus ils vont se multiplier à nos yeux; et
nous ne doutons pas que le lecteur, frappé du simple récit des faits,
n'admire cette harmonie merveilleuse de la religion et du pouvoir, liés
ensemble sous la monarchie par d'indissolubles noeuds, et se prêtant de
mutuels secours pour rendre les hommes meilleurs et plus heureux.

Près de la porte Saint-Denis, et sur le côté droit de la rue du même nom,
étoit la communauté des Filles de l'Union-Chrétienne, autrement dites de
Saint-Chaumont. Elle avoit été fondée en 1661 par demoiselle Anne de
Croze, d'une famille noble et ancienne, pour l'instruction des nouvelles
catholiques et des jeunes filles qui manquoient de secours temporels et de
protecteurs qui pussent les leur procurer. L'association des Filles de la
Providence, formée par madame de Pollalion, servit de modèle à la nouvelle
institution: ce fut même dans la maison créée par cette sainte veuve que
les premiers fondements en furent jetés. Toutefois c'est par erreur que
plusieurs historiens lui en ont attribué l'origine; et ce ne fut que trois
ans après sa mort, arrivée en 1657, que commença l'établissement dont nous
parlons ici.

Mademoiselle de Croze fut aidée dans l'exécution de son dessein par un
saint prêtre nommé Jean-Antoine Le Vachet, qui, depuis plusieurs années,
travailloit à Paris avec beaucoup de succès à l'instruction des nouvelles
catholiques. Trois dames, élèves de madame de Pollalion, s'étant offertes
pour partager les travaux de la pieuse fondatrice, elle leur proposa de
s'établir avec elle dans une maison qui lui appartenoit à Charonne; et
c'est là que furent faits les premiers essais de ce nouvel institut. Ils
furent si heureux que cette charitable demoiselle résolut d'y consacrer
entièrement sa personne et ses biens, et fit sur-le-champ au séminaire
qu'elle venoit de former une donation de la maison et des dépendances qui
y étoient attachées. Non-seulement Louis XIV approuva ce contrat, mais il
y ajouta la faveur de donner en 1673 des lettres-patentes qui autorisèrent
l'établissement, et permit à ces filles de recevoir, acquérir et posséder
tous dons, legs et héritages à titre de fondation. On doit bien penser que
l'équité et la reconnoissance mirent la fondatrice à la tête de cette
communauté, laquelle ne tarda pas à procurer à la religion des avantages
supérieurs même aux espérances qu'on en avoit conçues. Pour les rendre
encore plus efficaces, la soeur de Croze et ses associées jugèrent qu'il
étoit nécessaire de transférer leur institution dans le sein même de la
capitale; et M. de Harlai, archevêque de Paris, auprès de qui elles en
sollicitèrent la permission, n'apporta aucun obstacle à ce projet. Il
s'agissoit de choisir un local: ces dames n'en trouvèrent point qui fût
plus convenable que l'hôtel de Saint-Chaumont, près la porte Saint-Denis.
Ce lieu, qu'on nommoit, au commencement du dix-septième siècle, _la Cour
Bellot_, avoit reçu son nouveau nom de Melchior Mitte, marquis de
Saint-Chaumont, qui, en 1631, en avoit fait l'acquisition, et qui, s'étant
également rendu propriétaire de dix maisons environnantes, avoit fait
bâtir un hôtel sur ce vaste emplacement. Cette propriété, passée depuis en
d'autres mains, étoit alors en vente, et les soeurs de l'Union-Chrétienne
se trouvèrent en état de l'acheter pour la somme de 92,000 liv. Le contrat
d'acquisition fut passé le 30 août 1683. Le roi autorisa encore cette
translation par de nouvelles lettres-patentes données au mois d'avril
1687, et enregistrées le 18 novembre de la même année, lesquelles portent
expressément que _cette maison ne pourra être changée ni convertie en
maison de profession religieuse; que les soeurs qui y sont actuellement et
celles qui leur succéderont seront toujours en l'état de séculières,
suivant leur institut_. Cette formalité nécessaire pour rendre un
établissement légal n'étoit cependant pas entièrement remplie, lorsque les
Filles de l'Union-Chrétienne vinrent à Paris, car elles s'y rendirent au
commencement de l'année 1685, dès que l'acte qui assuroit leur possession
eut été ratifié; et, au mois de février suivant, leur chapelle fut bénite
sous l'invocation de Saint-Joseph.

Les maisons de cet institut se multiplièrent: on en comptoit vingt
distribuées dans différentes villes du royaume, et qui formoient une
congrégation dont le séminaire de Saint-Chaumont étoit la maison
principale, et la résidence de la supérieure générale.

Une partie de cette maison ainsi que la chapelle avoient été rebâties en
1781, sur les dessins de M. Convers, architecte de la princesse de Conti.
Ce fut cette princesse, protectrice de la communauté de Saint-Chaumont,
qui en posa la première pierre, et, l'année suivante, la bénédiction en
fut faite par l'archevêque de Paris. Cette chapelle, dont la façade existe
encore, offre une décoration composée de colonnes ioniennes, au-dessus
desquelles règne une voûte ornée de caissons. On voyoit sur le
maître-autel un tableau représentant une Nativité, par Ménageot[441].

          [Note 441: Ces bâtiments existent encore, et sont occupés par
          des marchands et des particuliers.]

C'est dans le jardin de cette maison, où logea autrefois le duc de La
Feuillade, que fut jetée en fonte la statue de Louis XIV qui étoit sur la
place des Victoires.


NOTRE-DAME

DE BONNE-NOUVELLE.

Cette église, située dans le quartier qu'on appeloit autrefois
Ville-Neuve-sur-Gravois, entre la rue Beauregard et celle de la Lune, a
succédé à une chapelle qui y avoit été construite en 1551, pour servir de
succursale à la paroisse Saint-Laurent. Cette chapelle porta le nom de
Saint-Louis et de Sainte-Barbe jusqu'en 1563, qu'elle fut dédiée par
Jean-Baptiste Tiercelain, évêque de Luçon, sous l'invocation de la
Sainte-Vierge[442]. Ce n'étoit au reste qu'un très-petit édifice, long de
treize toises sur quatre de large.

          [Note 442: Piganiol et ceux qui l'ont copié se sont trompés en
          disant que cette dédicace n'eut lieu qu'après la reconstruction
          de cette chapelle. (L'abbé Lebeuf, p. 491.)]

Lors des guerres de la Ligue, en 1593, on avoit été obligé de raser les
maisons de ce quartier, ainsi que cette chapelle, pour y construire des
fortifications. La paix et la tranquillité ayant succédé aux désordres
que ces divisions intestines avoient fait naître, ce lieu abandonné se
repeupla assez promptement, au moyen des priviléges qui furent accordés
aux ouvriers qui vinrent s'y établir. En 1624, la population en étoit
déjà si nombreuse que ses habitants déclarèrent à l'archevêque de Paris
que, se trouvant trop éloignés de la paroisse de Saint-Laurent, ils
désiroient obtenir la permission de faire rebâtir la chapelle de
Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, dont il restoit encore quelques débris;
permission qui leur fut accordée par ce prélat, toutefois après qu'il se
fut assuré du consentement du curé de Saint-Laurent[443]. Il paroît que
ce pasteur, qui le donna d'abord, jugea à propos par la suite de le
retirer: car il survint des difficultés qui suspendirent l'entier
achèvement de l'église; et, quoiqu'une inscription placée au frontispice
marquât qu'elle avoit été achevée en 1626, ce n'est cependant qu'en 1652
qu'un arrêt du 21 mai permit aux habitants d'en reprendre les travaux.
Cependant plusieurs actes antérieurs portent à croire qu'on y célébroit
le service divin avant cette dernière époque. Elle ne fut érigée en cure
ou vicairie perpétuelle que dans le mois de juillet 1673.

          [Note 443: L'abbé Lebeuf, p. 491.]

Les curés de cette église eurent depuis quelques contestations moins
importantes avec les prieurs et religieux de Saint-Martin-des-Champs,
curés primitifs de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, et qui réclamoient tous
les ans certains priviléges et certaines redevances auxquels ces pasteurs
cherchèrent vainement à se soustraire. Un arrêt du parlement, donné en
1676, les força à reconnoître le patronage de ce monastère, et à remplir
les obligations contractées envers lui. On remarquera ici qu'il faut dire
et écrire Notre-Dame-_de-Bonne-Nouvelle_, et non pas _de
Bonnes-Nouvelles_, comme plusieurs auteurs l'ont cru mal à propos: car le
titre de cette église est relatif à l'Annonciation de la Vierge; et dans
tous les actes latins passés par les curés de cette église, ils se
qualifient _pastor à Bono Nuntio_.

La circonscription du territoire de cette paroisse étoit triangulaire.
Elle commençoit au coin de la rue de Bourbon et de celle du Petit-Carreau;
et toutes les maisons à droite qui terminoient cette dernière rue, ainsi
que toutes celles du côté droit de la rue Poissonnière, étoient de cette
paroisse. Au bout de cette rue, suivant le rempart aussi à droite,
revenant au premier coin de la rue de Bourbon, et longeant ensuite cette
dernière rue jusqu'à son bout qui donne dans la rue du Petit-Carreau, on
se trouve avoir fait le tour du triangle. Ce triangle renfermoit ainsi,
dans ces deux côtés, la moitié de la rue de Cléry, la rue Beauregard, et
plusieurs autres petites rues adjacentes.


FILLES DE LA PETITE

UNION-CHRÉTIENNE,

OU LE PETIT SAINT-CHAUMONT.

Cet établissement faisoit partie de la congrégation de l'Union-Chrétienne,
dont nous venons de parler; il avoit à peu près le même but et la même
destination. Ce fut au vertueux ecclésiastique dont le zèle avoit si
puissamment contribué à la fondation de la première communauté, que l'on
dut encore cette nouvelle institution. Témoin des dangers et des embarras
auxquels étoient exposées des personnes persécutées par leurs parents pour
avoir embrassé la foi catholique, des extrémités auxquelles étoient
réduites de jeunes filles qui, cherchant à se mettre en condition,
manquoient de toutes les ressources de la vie, et même d'asile, il
persuada à plusieurs personnes pieuses de partager l'intérêt que lui
inspiroient ces êtres foibles et malheureux, et leur eut bientôt trouvé
des protecteurs assez puissants[444] pour pouvoir penser à leur procurer
une retraite et les secours nécessaires. Les membres de cette association
charitable jetèrent les yeux sur une maison située rue de la Lune, que
François Berthelot, secrétaire des commandements de Marie-Victoire de
Bavière, dauphine de France, et Marie Regnault son épouse, avoient fait
bâtir pour y recevoir et soigner cinquante soldats revenus de l'armée,
malades ou blessés. La construction de l'hôtel royal des Invalides, que le
roi avoit ordonnée vers ce temps-là, ayant rendu inutiles les vues
bienfaisantes de ces deux époux, ils acceptèrent avec plaisir les
propositions qui leur furent faites de céder cette maison aux Filles de
l'Union-Chrétienne, que la soeur Anne de Croze envoya de Charonne pour
administrer le nouvel établissement. Ceci se passa en 1682; des
lettres-patentes du mois de février 1685, enregistrées au parlement du 5
février 1686, et à la chambre des comptes le 4 du même mois de l'année
suivante, confirmèrent ensuite cette donation.

          [Note 444: Louis-Antoine de Noailles, évêque de Châlons; la
          duchesse de Noailles sa mère; mademoiselle de Lamoignon;
          mademoiselle Mallet, etc.]

Sainte-Anne étoit la patronne titulaire de cette maison, qui a subsisté
jusqu'au commencement de la révolution[445].

          [Note 445: La maison, qui existe encore, est maintenant habitée
          par des particuliers.]


LA PORTE SAINT-DENIS.

Dans la première enceinte, élevée sous le règne de Philippe-Auguste, la
porte Saint-Denis étoit située entre la rue Mauconseil et celle du
Petit-Lion; sous Charles IX elle fut reculée et placée entre les rues
Neuve-Saint-Denis et Sainte-Appoline. Une suite constante de victoires et
de prospérités avoit déjà fait ériger deux arcs-de-triomphe à la gloire de
Louis XIV: la rapidité de ses conquêtes en 1672, le passage du Rhin,
quarante villes fortifiées, et trois provinces soumises dans l'espace de
deux mois, engagèrent la ville de Paris à lui élever ce nouveau monument
de son amour et de sa reconnoissance.

Les murailles de Paris avoient été abattues; les faubourgs touchoient à la
ville, dont ils terminoient alors le vaste circuit. L'isolement du nouveau
monument, sa forme, son caractère, ses attributs, ses inscriptions, tout
concouroit à en donner une autre idée que celle que produit l'aspect
d'une _porte_ de ville. Cependant cette dénomination populaire a prévalu,
tant pour cet arc-de-triomphe que pour celui qui l'avoisine[446]; et,
quoiqu'elle manque entièrement de justesse, la tyrannie de l'usage ne nous
permet pas d'en employer une autre.

          [Note 446: La porte Saint-Martin.]

François Blondel, le plus savant et peut-être le plus grand architecte du
dix-septième siècle, fit élever sur ses dessins cette magnifique
composition. Il lui donna une largeur de soixante-douze pieds sur une
hauteur précisément égale; puis, partageant cette largeur en trois
parties, chacune de vingt-quatre pieds, il assigna celle du milieu pour
l'ouverture de l'arc, et réserva les deux autres pour ses piédroits, au
milieu desquels il perça deux portes de cinq pieds d'ouverture sur le
double de hauteur[447].

          [Note 447: Ces portes avoient été faites, dans l'origine de ce
          bâtiment, pour le passage des gens de pied. L'intérieur de
          chaque passage, voûté en cintre bombé, sert de communication à
          un escalier qui monte à des entresols pris au-dessus les uns des
          autres dans l'épaisseur des piles. L'un de ces escaliers,
          contenant cent cinquante marches, s'élève depuis le
          rez-de-chaussée jusqu'à la plate-forme.

          Du reste ce fut contre son gré que Blondel fit ces ouvertures,
          et il se plaint avec juste raison, dans un de ses ouvrages, de
          la nécessité de pratiquer de telles percées dans les piédestaux
          et sous les pyramides qui semblent avoir besoin d'un
          soubassement de la plus grande solidité.]

Sur le nu de ces piédroits sont placées de grandes pyramides en
bas-relief, qui, de leurs piédestaux, s'élèvent jusqu'au-dessous de
l'entablement, où elles se terminent par un globe que porte un petit
amortissement. Ces piédestaux et ces pyramides, également répétés sur la
façade qui regarde la ville, et sur celle qui est tournée vers le
faubourg, sont chargés de trophées d'armes disposés avec un art admirable,
et dont l'exécution rappelle jusqu'à un certain point celle des ornements
de la colonne Trajane.

Au pied des pyramides qui sont en regard de la ville, à droite est
représenté le Rhin saisi d'étonnement et d'épouvante; on voit à gauche la
Hollande, sous la figure d'une femme éperdue, assise sur un lion
demi-mort, qui, d'une de ses pates, tient une épée rompue, et de l'autre
un faisceau de flèches brisées et en partie renversées[448]. Les pyramides
de l'autre façade n'offrent point de figures: elles posent sur des lions
couchés[449].

          [Note 448: Blondel dit qu'il a imaginé ces figures au bas des
          pyramides, «à l'exemple des médailles que nous avons d'Auguste
          et de Titus, où l'on voit des figures de femmes assises au pied
          des trophées et des palmiers, qui marquoient ou la conquête de
          l'Égypte par Auguste, ou celle de la Judée par Titus.»]

          [Note 449: Sur des tables placées sous les piédestaux des
          pyramides étoient quatre inscriptions, composées par Blondel
          lui-même, aussi bon littérateur que grand architecte, savoir:

          À droite du côté de la ville:

          _Quod diebus vix sexaginta Rhenum, Vahalim, Mosam, Isalam
          superavit. Subegit provincias tres. Cepit urbes munitas
          quadraginta._

          À gauche, du même côté:

          _Emendatâ malè memori Batavorum gente. Præf. et Ædil. Poni_ C.
          C. _anno_ R. S. M. DC. LXXII.

          À droite, sur la façade en regard du faubourg:

          _Præf. et Ædil. Poni_ C. C. _anno_ R. S. M. DC. LXXIII.

          À gauche, sur la même façade:

          _Quod Trajectum ad Mosam XIII diebus cepit_.

          À côté de ces inscriptions, et sur le retour supérieur des
          piédroits des portes, sont des trophées d'armes en bas-relief,
          dans le goût de ceux du piédestal de la colonne Trajane.]

Deux bas-reliefs, placés au-dessous de l'arc, représentent, du côté de la
ville, le passage du Rhin à Tholuys; de l'autre, la prise de Maëstricht;
dans la frise de l'entablement qui règne immédiatement au-dessus, on
lisoit en gros caractères cette inscription: _Ludovico Magno_. Une niche
carrée, figurée au-dessous des bas-reliefs, reçoit la porte: elle a pour
claveau la dépouille d'un lion dont la tête et les pates pendent sur le
sommet de l'archivolte; et dans les tympans triangulaires de la niche sont
sculptées des Renommées en bas-relief, tant à la face du faubourg qu'à
celle de la ville.

Girardon avoit été chargé d'abord de l'exécution de tous ces ornements de
sculpture; et déjà il avoit achevé les rosaces du grand archivolte,
lorsqu'il se vit obligé d'abandonner cette entreprise pour aller à
Versailles, où le roi l'appeloit à d'autres travaux. Anguier l'aîné, qui
lui succéda, ne le fit point regretter; et l'on convient généralement
qu'il n'a point été produit, dans le siècle de Louis XIV, de sculpture qui
soit supérieure à celle de ce monument.

Sous le rapport de l'architecture, il est également considéré, tant pour
l'harmonie et le grand caractère de ses proportions, que pour l'excellente
exécution de toutes ses parties, comme un des plus beaux ouvrages de cette
époque célèbre. »On peut même avancer, dit un habile architecte (M.
Legrand), qu'il n'est peut-être point d'édifice en France qui porte un
caractère plus viril et plus capable de mériter l'attention des hommes qui
se destinent aux arts, et d'attirer l'admiration des connoisseurs.»


LA MAISON DE SAINT-LAZARE.

Il y a grande apparence que la maison de Saint-Lazare a été bâtie sur les
ruines du monastère de Saint-Laurent, dont Grégoire de Tours fait
mention[450], et dont nous ne tarderons pas à parler. Toutefois ce sont de
simples conjectures; et il faut avouer qu'il est impossible de rien
présenter de certain sur les commencements de cet ancien hospice. Il avoit
été institué pour servir d'asile aux malades attaqués de la lèpre, et l'on
a des preuves qu'il existoit dès le douzième siècle. Cependant, bien qu'on
ne puisse fixer précisément la date de son établissement, on peut assurer
qu'à cette époque il étoit encore nouveau, par la raison qu'il n'y avoit
pas très-long-temps que la maladie affreuse et incurable qu'on y soignoit
avoit pénétré en France. En effet, soit qu'avant les croisades le peu de
communications que nous avions avec l'Orient, où elle existoit de temps
immémorial, nous eût préservés de ce fléau, soit que les progrès en
eussent été arrêtés par cette police sage et sévère qui interdisoit
l'entrée des villes aux lépreux, nous ne voyons pas qu'on ait établi de
léproseries dans ce royaume sous les deux premières races de nos rois.

          [Note 450: _Lib. VI, cap. 9._]

Une des principales causes de l'obscurité qui règne sur l'origine de
Saint-Lazare, c'est la perte presque totale des titres originaux de cette
maison. Ils furent en grande partie dispersés ou détruits dès le
commencement de ces temps malheureux où la ville de Paris étoit sous la
domination des Anglois, ainsi que le roi Charles VI le reconnoît lui-même
dans ses lettres du 1er mai 1404. De là l'incertitude et les
contradictions des historiens, tant sur l'état primitif de cette espèce de
communauté, que sur celui de la léproserie qui y étoit jointe.

Quelques-uns ont pensé que c'étoit un prieuré de Saint-Augustin, sans
doute parce que, dans plusieurs actes, il est fait mention du prieur et du
couvent de Saint-Lazare. L'abbé Lebeuf, qui penche pour cette opinion,
ajoute qu'on ne connoît rien de certain sur cette maison avant l'an 1147,
et que ce n'est qu'en 1191 qu'il y fut établi un clergé régulier, composé
d'un prieur et de religieux de l'ordre que nous venons de nommer.

Lemaire a avancé une autre opinion[451]: il a prétendu que les religieux
du monastère de Saint-Laurent, qui existoit anciennement en cet endroit,
prirent le titre de Saint-Lazare, qui leur fut donné par Philippe-Auguste
au mois de juin 1197. Les auteurs du _Gallia Christiana_ disent au
contraire[452] qu'en 1150 Louis-le-Jeune ayant ramené avec lui de la
Terre-Sainte douze chevaliers de Saint-Lazare, il leur donna un palais
qu'il avoit hors de la ville et la chapelle qui en dépendoit, laquelle
depuis ce temps a pris le nom de Saint-Lazare.

          [Note 451: T. II, p. 67.]

          [Note 452: T. VII, Col. 1045.]

Le commissaire Delamare, qui a adopté leur sentiment[453], donne à cet
événement une époque antérieure: il dit que les Sarrasins ayant chassé les
chrétiens de la Terre-Sainte, les chevaliers de Saint-Lazare se retirèrent
en France l'an 1137, et se mirent sous la protection de Louis VII, qui
leur donna la maison dont nous venons de parler. Mais ni ces anecdotes ni
ces dates ne sont malheureusement soutenues de la moindre autorité. 1º.
Lorsque Louis-le-Jeune revint de la Terre-Sainte, l'hôpital de
Saint-Lazare existoit depuis plus de quarante ans; et, s'il fut donné par
lui aux chevaliers hospitaliers, ce n'est pas d'eux qu'il a pris son nom,
puisqu'il le portoit auparavant. 2º. On ne trouve aucune preuve de ce don;
il n'existe pas la moindre trace que les chevaliers de Saint-Lazare aient
joui de cette maison, qu'ils l'aient conservée, ni qu'ils l'aient cédée,
soit volontairement, soit par autorité.

          [Note 453: Traité de la Pol., t. I, p. 607.]

Nous n'essaierons pas d'ajouter des conjectures nouvelles à celles de ces
écrivains; et, laissant pour incertain ce qui ne peut être suffisamment
éclairci, nous nous bornerons à faire connoître ce que nous avons pu
réunir de plus authentique sur cette institution, d'après les titres et
les actes qui en font mention.

C'est, comme nous venons de le dire, lorsque nous parlerons de l'église
Saint-Laurent, que nous donnerons les raisons qui nous portent à croire
que cette basilique étoit située, dans le principe, à l'endroit où fut
construite depuis la léproserie dont il est ici question; mais sans nous
occuper ici de cette origine, si nous examinons uniquement ce dernier
établissement, nous ne voyons pas qu'il en soit fait mention nulle part
avant le règne de Louis-le-Gros. Le premier qui en ait parlé est un auteur
contemporain de ce prince[454], lequel nous apprend qu'en allant à
Saint-Denis y prendre l'oriflamme il s'arrêta long-temps dans la maison
des lépreux, _tandem foràs progrediens, leprosorum adiit officinas_. On
sait aussi qu'Adélaïde de Savoie sa femme en fut la principale
bienfaitrice; que le même prince accorda à cette maison, en 1110, une
foire, qui fut depuis rachetée par Philippe-Auguste, et transférée aux
halles, comme nous l'avons remarqué en parlant du quartier où elles sont
maintenant situées. Enfin les marques de bienveillance et de protection
que leur donnèrent ces souverains et leurs premiers successeurs[455]
furent telles, que la plupart des historiens en ont tiré la conséquence
que cette maison étoit de fondation royale, et lui en ont donné la
qualification.

          [Note 454: _Odo de Diogilo_, _Hist. Ecc. Par._, t. II, p. 456.]

          [Note 455: Nous apprenons d'une charte de Louis-le-Jeune, de
          l'an 1147, que les lépreux de Saint-Lazare avoient droit de
          faire choisir dans les caves de Paris, où étoit le vin du roi,
          dix muids de vin par an, et qu'ensuite on leur donna en échange
          la pièce de boeuf royal avec six pains et quelques bouteilles de
          vin.]

On ne peut douter que cette léproserie n'ait eu, dès ses commencements,
une chapelle, et qu'on n'ait donné à l'une et à l'autre le nom de
saint-Lazare, vulgairement _Saint-Ladre_: car la plus grande partie des
établissements de ce genre sont sous son invocation[456]. Il est certain
aussi que cette maison étoit gouvernée par un prêtre qui prenoit la
qualité de prieur; mais nous pensons avec Jaillot, et contre le sentiment
de l'abbé Lebeuf, que ce titre n'indique point ici le supérieur d'une
communauté régulière. En effet, les termes de _prieur_ et de _couvent_
n'avoient pas toujours alors l'acception positive qu'on leur donne
aujourd'hui: le mot _religiosi_ ne signifioit pas toujours des religieux,
mais une société de personnes pieuses engagées dans l'état ecclésiastique,
ou vivant en communauté, quoique séculières. Telle étoit sans doute la
communauté des frères et soeurs qui composoient la maison dont nous
parlons; et l'on peut opposer aux actes où son chef est appelé prieur une
foule de titres non moins authentiques, où il n'est question que _du
maître et des frères tant sains que malades de la maison de
Saint-Lazare_[457]. Mais il est une preuve plus forte, et même sans
réplique, qu'on ne peut voir dans cette institution un ordre régulier:
c'est que cette maison étoit dans la dépendance du chapitre de
Notre-Dame[458], et que le maître, nommé par l'évêque, étoit amovible à sa
volonté. L'évêque seul avoit le droit de visiter la léproserie, de faire
des réglements, de les changer, de réformer les abus, de se faire rendre
des comptes, etc.; et l'on sait que tous ces actes d'autorité étoient
exercés, dans les communautés régulières, par le chapitre général et
particulier. Enfin, dans les institutions de ce genre, on nomme souvent
pour prieurs d'une maison des sujets qui lui sont étrangers; ici le
prieur devoit être pris dans la maison même; l'abbé Lebeuf, qui cite les
statuts que Foulques de Chanac, évêque de Paris, donna en 1348 à la maison
de Saint-Lazare, statuts qui furent confirmés par Audouin, son successeur
immédiat, détruit lui-même par cette citation l'opinion qu'il a avancée.
Un des article porte «que le prieur seroit un frère _Donné_, et cependant
prêtre; qu'il seroit _curé_ des frères et des soeurs, et administrateur de
leurs biens.» Or il ne pouvoit ignorer ce qu'étoient les Donnés[459]; et
ce seul mot devoit suffire pour le convaincre qu'il n'y avoit point de
religieux à Saint-Lazare.

          [Note 456: Les historiens modernes ont souvent confondu les
          léproseries avec les hôpitaux, en les appelant _maladeries_, qui
          est le nom de ces derniers, au lieu de _maladreries_, qui ne
          convient qu'aux léproseries.]

          [Note 457: Hist. de Par., t. V, p. 602, 603.--_Hist. eccles.
          Par._, t. II, p. 454, 455.]

          [Note 458: Past. A. p. 712, B. p. 307, D. p. 285. La maison de
          Saint-Lazare étoit assujettie à une redevance envers le clergé
          et les marguilliers de Notre-Dame de Paris, dont un manuscrit de
          l'an 1490 parle en ces termes: «Les marguilliers ont toujours
          pris, le lundi avant l'Ascension, quand la procession est
          retournée de Montmartre à Saint-Ladre, XXI sistreuses de vin
          (chaque sistreuse contenant trois chopines) par les mains des
          sergents du chapitre; lequel vin les frères Saint-Ladre payent
          et livrent auxdits sergents.»]

          [Note 459: Les frères DONNÉS, _Donati_, _Condonati_, étoient
          différents de ceux qu'on appeloit _Oblats_, _oblati_. On
          entendoit, par les premiers, des personnes qui se dévouoient à
          des monastères, auxquels elles donnoient leur bien en tout ou en
          partie, pour y être vêtues, nourries et logées. C'étoient des
          personnes libres qui prenoient ce parti par dévotion, et pour
          éviter les dangers que l'on court dans le monde. Cette classe
          étoit composée d'ecclésiastiques et de séculiers. Les _Oblati_,
          au contraire, étoient des gens d'une condition basse, qui
          s'agrégeoient à un monastère pour y rendre les services les plus
          vils. Ils étoient astreints les uns et les autres à l'obéissance
          envers l'abbé ou les supérieurs; mais il y avoit une différence
          marquée dans leur dévouement et dans leurs fonctions: les uns ne
          se donnoient aux monastères que pour s'y sanctifier, et y mener
          une vie douce et tranquille; un contrat solennel déposé sur
          l'autel formoit leur engagement. Les autres, au contraire,
          sembloient contracter une sorte de servitude; ils se passoient
          autour du cou la corde des cloches, et se mettoient sur la tête
          trois ou quatre deniers, qu'ils déposoient ensuite sur l'autel
          en signe d'esclavage.]

Il y a une grande apparence que cette maison fut ainsi administrée
jusqu'au commencement du seizième siècle: mais les visites que l'évêque y
fit en 1513 l'ayant convaincu de la nécessité d'une réforme et de la
difficulté d'y réussir sans changer entièrement l'administration, il usa
du droit qu'il avoit, et y introduisit en 1515 des chanoines réguliers de
Saint-Victor. Il paroît que même alors cette maison ne prit pas le titre
de prieuré, ou du moins qu'il lui fut contesté: car le parlement, qui, dès
1560, avoit nommé des commissaires pour la visiter, donna enfin, sur le vu
des lettres, titres et papiers concernant cette maison et _prétendu
prieuré de Saint-Lazare_, un arrêt de réglement, le 9 février 1566, par
lequel le tiers du revenu de ladite maison est destiné à _la nourriture et
entretenement des pauvres lépreux, auquel est affectée la léproserie dudit
lieu_, un autre tiers à la subsistance des religieux, et le tiers restant
à payer les dettes dudit _prétendu prieuré_. Cet arrêt prouve au moins que
le parlement ne regardoit pas cette maison comme un prieuré, et en outre
qu'à cette époque il y avoit encore en France des lépreux. Par ce même
arrêt, l'évêque est maintenu dans son droit de visite et de réforme, et le
prieur est tenu de lui représenter tous les trois mois les registres de
recette et de dépense, et une fois chaque année de lui rendre compte de
son administration. Un tel acte suffit seul pour détruire absolument
l'opinion de Lemaire et autres, qui supposent un prieuré affecté à
Saint-Lazare, auquel on joignit depuis une léproserie.

Au commencement du siècle suivant, les guerres de religion et les malheurs
de la Ligue furent des obstacles à l'entière exécution du réglement dont
nous venons de parler. La lèpre ayant cessé en France, on ne voyoit plus
de malades à Saint-Lazare; la mésintelligence régnoit entre le chef et les
membres; la subordination n'existoit plus, et le temporel étoit mal
administré. Adrien Lebon, alors prieur ou chef de cette maison, n'ayant
pu, malgré sa sagesse et sa prudence, y rétablir l'ordre et la concorde,
prit enfin le parti d'offrir la conduite de cet établissement au célèbre
Vincent-de-Paul, instituteur et supérieur des Prêtres de la Mission, et de
consentir à l'union qui en fut faite à cette congrégation par un concordat
du 7 janvier 1632.


_Les Prêtres de la Mission._

Ce ne fut pas tout-à-fait, comme le dit le père Hélyot, dans son Histoire
des ordres religieux, à l'instar de la congrégation de l'Oratoire, ni dans
la vue de former de jeunes ecclésiastiques à la piété et à la vertu, que
le saint personnage que nous venons de nommer jeta les fondements de la
congrégation de la Mission. Le nom seul de cette institution annonce
l'objet que Vincent-de-Paul se proposoit: il avoit reconnu par lui-même le
besoin d'instruction qu'on éprouvoit dans les campagnes, où trop souvent
la négligence des pasteurs, quelquefois même leur peu de lumières et de
discernement, laissoit les hommes simples et grossiers qui les habitent
dans l'ignorance des premiers éléments de la religion. Ce fut donc pour
dissiper cette ignorance, aussi préjudiciable aux individus qu'à la
société, que cet homme apostolique se dévoua particulièrement à ces
missions. Quelques prêtres vertueux et choisis par lui l'aidoient dans ces
pieux travaux; et le fruit qu'ils produisirent dans les terres du comte de
Joigny, auquel Vincent-de-Paul étoit attaché, fit naître à ce seigneur,
ainsi qu'à la dame son épouse, le désir de former à Paris un établissement
de ce genre, et sous sa direction. Toutefois ce projet, conçu dès 1617,
n'eut son exécution que quelques années après. Ce fut en 1624 que M. de
Gondi, archevêque de Paris, et frère de M. le comte de Joigny, voulant
favoriser un projet si utile et si saint, donna à Vincent-de-Paul la place
de principal et chapelain du collége des Bons-Enfants, près de
Saint-Victor. Ce prélat destina dès lors ce collége pour la fondation de
la nouvelle congrégation, à laquelle il l'unit et l'incorpora par son
décret du 8 juillet 1627.

Cependant il restoit encore beaucoup à faire pour arriver au but que l'on
s'étoit proposé: le collége et les maisons qui en dépendoient menaçoient
ruine, et les revenus en étoient trop modiques pour subvenir aux besoins
de l'établissement. M. et Mme de Joigny sentirent la nécessité d'achever
l'oeuvre qu'ils avoient si heureusement commencée, et donnèrent une somme
de 40,000 liv., tant pour la reconstruction des édifices que pour
l'entretien des membres de la communauté. Le contrat, qui est du 7 avril,
annonce la piété des fondateurs et l'objet de l'institut, dont les
«membres doivent s'occuper de l'instruction des pauvres de la campagne, ne
prêcher ni administrer les sacrements dans les grandes villes, sinon en
cas d'une notable nécessité, et assister spirituellement les pauvres
forçats, afin qu'ils profitent de leurs peines corporelles.»

Les services que la congrégation des Missions rendit dès ses commencements
furent si utiles à la religion, que le souverain pontife, par sa bulle du
mois de janvier 1632, l'érigea en titre, sous le nom de _Prêtres de la
Mission_; ce qui fut depuis confirmé par lettres-patentes du mois de mai
1642, enregistrées au mois de septembre suivant.

Ce fut à cette époque que M. Lebon, prieur ou chef de la maison de
Saint-Lazare, en offrit l'administration à saint Vincent-de-Paul.
Celui-ci, vaincu par des instances réitérées pendant plus d'une année, et
déterminé par des conseils qu'il ne pouvoit ni ne devoit rejeter,
consentit enfin à l'accepter. Le concordat fut passé, comme nous l'avons
dit, le 7 janvier 1632, enregistré le 21 mars suivant, et approuvé par la
bulle d'Innocent X, du 18 avril 1645. De nouvelles lettres-patentes du
mois de mars 1660, enregistrées le 15 mai 1662, confirmèrent cette
transaction.

En plaçant à Saint-Lazare les Prêtres de la Mission, le cardinal de Gondi
exigea qu'il y eût au moins douze ecclésiastiques pour célébrer les saints
offices, et acquitter les fondations; il les chargea de recevoir les
lépreux de la ville et des faubourgs, de faire des missions chaque année
dans quelques bourgs ou villages de son diocèse[460], de faire des
catéchismes, de confesser, prêcher, et préparer les jeunes ecclésiastiques
aux ordinations. Personne n'ignore que, jusqu'au moment de sa suppression,
les membres de cette congrégation s'acquittèrent de tous ces devoirs avec
autant de zèle que de succès[461].

          [Note 460: La bulle d'érection portoit que les ecclésiastiques
          qui voudroient y entrer s'obligeroient à ne jamais prêcher dans
          les villes où il y a archevêché, évêché ou présidial. Cette
          congrégation étoit du corps du clergé séculier; on y faisoit
          cependant les quatre voeux simples, dont on ne pouvoit être
          relevé que par le pape ou le supérieur général.]

          [Note 461: Il s'y faisoit en outre des retraites pour les
          ecclésiastiques à chaque ordination; on y recevoit également des
          laïques qui vouloient faire des exercices spirituels, et
          particulièrement des jeunes gens dérangés que leurs parents y
          faisoient renfermer: ce qui s'exécutoit sur un ordre du roi.]

Dès que saint Vincent-de-Paul et ses dignes associés furent entrés en
possession de Saint-Lazare, tout commença à y prendre une face nouvelle.
La maison, qui menaçoit ruine de tous côtés, fut réparée en attendant
qu'on en eût bâti une plus grande et plus convenable à une communauté
aussi nombreuse: elle devint bientôt le chef-lieu de la mission et la
résidence du supérieur-général.

Ce fut Edme Joly, troisième général de la congrégation, qui fit élever la
plupart des vastes et solides édifices qui composent cette maison, et qui
existent encore aujourd'hui. Cependant le grand corps-de-logis qui donne
du côté de la ville avoit été construit quelque temps avant lui. Quant aux
anciens bâtiments de l'hôpital Saint-Lazare, ils avoient tous été
détruits, à l'exception de l'église, qui étoit petite[462], et dont la
construction gothique n'avoit rien de remarquable. L'enclos de cette
communauté étoit le plus grand qu'il y eût à Paris et dans les
faubourgs[463].

          [Note 462: Nous donnons une vue de cette église telle qu'elle
          étoit avant la construction du corps-de-logis qui fait la façade
          du bâtiment. (_Voyez_ pl. 92.)]

          [Note 463: Cet enclos, planté d'arbres, existe encore en entier.
          Il est seulement bordé de maisons du côté du faubourg
          Poissonnière. Il paroît qu'on y fera passer une branche du
          canal de l'Ourcq.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE SAINT-LAZARE.

     TABLEAUX.

     Dans la nef, un tableau représentant l'apothéose de saint
     Vincent-de-Paul; par frère _André_.

     Dans le choeur, huit autres tableaux, savoir:

     1. Saint Vincent-de-Paule prêchant les pauvres de l'hôpital du
     Saint-Nom-de-Jésus; par le même.

     2. Le même saint faisant une mission dans les campagnes; par _de
     Troy_.

     3. Louis XIII au lit de la mort, assisté par ce saint prêtre,
     comme il l'avoit désiré; par le même.

     4. Saint Vincent présidant une conférence ecclésiastique, par le
     même.

     5. Le conseil de conscience établi par Anne d'Autriche, dans
     lequel siégeoit saint Vincent; par le même.

     6. Saint Vincent prêchant les galériens; par _Restout_.

     7. Le même saint présentant à Dieu les prêtres de sa
     congrégation; par _Baptiste_.

     8. Le saint au milieu d'une assemblée de dames, qu'il exhorte à
     faire des charités aux enfants trouvés; par _Galloche_.

     Au fond du réfectoire, où le général de la congrégation mangeoit
     toujours au milieu de deux pauvres, qui partageoient les mets
     qu'on lui servoit, étoit un grand tableau représentant le déluge
     universel. Ce réfectoire pouvoit contenir plus de deux cents
     personnes.


     TOMBEAUX ET INSCRIPTIONS.

     Au milieu du choeur, près de l'aigle, étoit autrefois une tombe
     plate, sur laquelle on lisoit:

     _HIC JACET_

     _Venerabilis vir_ Vincentius à Paulo, _præsbyter, fundator, seu
     institutor et primus superior generalis congregationis missionis,
     nec non puellarum charitatis. Obiit die 26 septembris anno 1660,
     ætatis verò suæ 84_.

     Vincent-de-Paul ayant été béatifié par le pape Innocent XIII, le
     13 août 1729, le 29 septembre suivant son corps fut exhumé en
     présence de l'archevêque de Paris, et déposé dans une châsse
     d'argent, que l'on plaça sur l'autel de la chapelle de
     Saint-Lazare.

     Sur le premier pilier de l'église, en entrant dans le choeur, à
     gauche, étoit une inscription latine où étoient gravées les
     principales conditions auxquelles l'hôpital Saint-Lazare avoit
     été donné à saint Vincent-de-Paul et à sa congrégation.

     L'apothicairerie et la bibliothéque méritoient d'être vues, pour
     le bel ordre qui y régnoit.

Lorsque nos rois vouloient faire leur entrée solennelle dans Paris, ils se
rendoient autrefois à Saint-Lazare, où ils recevoient le serment de
fidélité et d'obéissance de tous les ordres de la ville. Cette cérémonie
se faisoit dans un bâtiment nommé le _Logis du Roi_; puis la cavalcade
partoit de là pour entrer ensuite dans la ville par la porte
Saint-Denis[464]. L'usage étoit aussi de déposer dans cette maison les
corps des rois et des reines de France, lorsqu'on les conduisoit à
Saint-Denis pour être inhumés. L'archevêque de Paris et tous les prélats
du royaume se trouvoient entre les deux portes du prieuré, pour recevoir
le convoi, chantoient sur le cercueil le _De profundis_ et les autres
prières accoutumées, y donnoient l'eau bénite, et ensuite le corps étoit
porté à Saint-Denis par les _hannouars_, ou vingt-quatre porteurs de sel
jurés de la ville[465].

          [Note 464: Vers la fin du dix-huitième siècle, ces entrées
          commencèrent à se faire par la porte Saint-Antoine.]

          [Note 465: Voici ce qu'on lit dans le récit de la pompe funèbre
          de Charles VIII: «Marchoient les vingt-quatre porteurs de sel de
          la ville, qu'on nomme _hannouars_; lesquels disoient que, par
          privilége, ils devoient porter le corps dudit seigneur
          roi[465-A], depuis Paris jusqu'à la Croix-Pendante, près de
          Saint-Denis; mais il fut dit que les gentilshommes de la chambre
          le porteroient, sans préjudice du privilége que disoient avoir
          lesdits hannouars.»

          «Sur quel motif, dit Saint-Foix, pouvoit être fondé ce
          privilége? Voici ce que j'imagine: On avoit perdu l'art
          d'embaumer les corps; on les coupoit par pièces, qu'on saloit
          après les avoir fait bouillir dans de l'eau pour séparer les os
          de la chair. Apparemment que les porteurs de sel étoient chargés
          de ces grossières et barbares opérations, et qu'ils obtinrent
          l'honneur de porter ces tristes restes, etc.[465-B]»]

          [Note 465-A: Ils avoient porté les corps de Charles VI et de
          Charles VII, et portèrent celui de Henri IV. (De Thou, liv. III,
          chap. 25.)]

          [Note 465-B: Henri V, roi d'Angleterre, étant mort à Vincennes
          en 1422, «son corps fut mis par pièces et bouilli dans un
          chaudron, tellement que la chair se sépara des os; l'eau fut
          jetée dans un cimetière, et les os avec la chair furent mis dans
          un coffre de plomb, avec plusieurs espèces d'épices et de choses
          odoriférantes et sentant bon.»]

À l'extrémité de l'enclos de Saint-Lazare et sur la rue du faubourg étoit
une grande maison appelée _le Séminaire Saint-Charles_; c'étoit une
dépendance de celle des Prêtres de la Mission, destinée pour ses membres
convalescents et pour les retraites de quelques ecclésiastiques[466].

          [Note 466: La maison de Saint-Lazare est actuellement destinée à
          la réclusion des femmes condamnées par jugement du tribunal
          criminel. Elles y sont occupées aux différents travaux
          convenables à leur sexe.]


LES FILLES DE LA CHARITÉ.

La maison principale des Filles de la Charité, également instituée par
saint Vincent-de-Paul, étoit vis-à-vis celle de Saint-Lazare. Quoique cet
établissement ne soit pas fort ancien, les historiens de Paris ne
paroissent cependant pas d'accord sur l'époque de son institution. Cette
discordance vient sans doute des différentes manières dont chacun d'eux a
considéré cet établissement, comme projeté, naissant ou consolidé par
l'autorité civile et ecclésiastique. En effet, dom Félibien et l'abbé
Lebeuf placent l'institution des Filles de la Charité en 1642; Piganiol en
1633; La Caille et l'auteur des _Tablettes parisiennes_ en 1653. On en
pourroit faire remonter l'origine jusqu'à l'année 1617, dans laquelle ce
saint prêtre institua en province _l'Association de la Charité des
Servantes des Pauvres_.

Cette louable et pieuse institution avoit pour objet de rendre aux pauvres
malades les soins qu'exigeoit leur état. Elle se répandit dans les
provinces voisines, et fut même adoptée à Paris dans la paroisse de
Saint-Sauveur; mais une telle association n'étoit alors que ce que nous
appelons encore aujourd'hui _Assemblées de Dames de Charité_. Le zèle et
la prévoyance ne suffisoient pas: il falloit des forces et une certaine
activité qu'on ne peut guère trouver dans des personnes délicates et
élevées dans toutes les habitudes de l'aisance et de la mollesse. _Louise
de Marillac_, veuve de M. Legras, secrétaire des commandements de la reine
Marie de Médicis, se distinguoit alors par son ardente charité envers les
pauvres, au service desquels elle s'étoit particulièrement dévouée:
l'exercice des vertus chrétiennes augmentant de jour en jour l'ardeur de
son zèle, cette vertueuse dame désira de s'y consacrer encore d'une
manière plus spéciale, c'est-à-dire par un voeu solennel. Vincent-de-Paul,
sous la direction duquel elle s'étoit placée, l'ayant soumise aux épreuves
réitérées que la prudence exigeoit, lui permit enfin d'entreprendre
l'utile établissement qu'elle projetoit. Madame Legras commença, le 21
novembre 1633, à en faire l'essai dans la maison qu'elle occupoit près
Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Le succès passa ses espérances, et le nombre
de celles qui, entraînées par un si grand exemple, vinrent s'offrir pour
partager ses charitables travaux, devint en peu de temps assez
considérable pour l'engager à chercher une plus vaste demeure: en 1636
elle alla habiter une maison située à la Villette: dans ce nouvel asile la
communauté continua à s'accroître; mais elle étoit également éloignée des
secours de la maison de Saint-Lazare, sous l'administration et la
direction de laquelle elle avoit été mise, et des pauvres auxquels ses
services étoient consacrés. Ces inconvénients engagèrent, cinq ans après,
madame Legras à se rapprocher de Saint-Lazare, et à s'établir vis-à-vis de
cette maison. Ce fut dans ce dernier domicile que cette communauté,
chef-lieu de toutes les maisons des Soeurs de la Charité, demeura fixée
jusqu'au moment où la révolution, après avoir anéanti les premières
classes de la société, exerça ses fureurs jusque sur les servantes des
pauvres, qu'elle chassa de leur asile, qu'elle dispersa au nom de la
philosophie et de l'humanité[467].

          [Note 467: Les Soeurs de la Charité ont été rétablies par les
          révolutionnaires eux-mêmes, forcés ainsi de rendre à la religion
          un hommage involontaire, et de reconnoître qu'il est des choses
          qu'il n'appartient qu'à elle de commander et d'opérer. Le
          chef-lieu de cette sainte et admirable institution est
          maintenant rue du Bac, faubourg Saint-Germain.]

La communauté des Soeurs de la Charité avoit été érigée en confrérie par
M. de Gondi, coadjuteur de l'archevêque de Paris, le 20 novembre 1646: ce
prélat, plus connu sous le nom du cardinal de Retz, ayant succédé à M. de
Gondi son oncle, approuva, le 18 janvier 1655, les réglements que
Vincent-de-Paul avoit faits pour cette communauté. L'autorité royale ne
tarda pas à confirmer cet établissement par des lettres-patentes, qui
furent expédiées au mois de novembre 1658 et enregistrées le 16 décembre
suivant.

Par les règles et constitutions données aux Filles ou Soeurs de la
Charité, elles étoient mises sous la direction perpétuelle du général de
la Mission, et l'on renouveloit tous les trois ans l'élection de leur
supérieure. Il n'y eut que madame Legras, fondatrice de la communauté,
qui, à la prière de saint-Vincent-de-Paul, conserva cette dignité suprême
pendant le reste de sa vie. Elle mourut le 15 mars 1660, âgée de
soixante-huit ans.

Les Soeurs de la Charité n'étoient, dans le commencement de leur
institution, que des filles de la campagne ou d'une naissance commune,
propres par leurs habitudes et leur éducation à des travaux pénibles et
grossiers; mais la charité chrétienne qui rapproche tous les états, et la
piété qui consulte moins les forces que le courage, montrèrent bientôt
dans leurs rangs des filles de bonne famille et d'une naissance
distinguée, qui, suivant à la lettre les maximes de l'Évangile,
quittoient le monde pour Dieu, préféroient le vêtement le plus humble et
les occupations les plus dures, les plus rebutantes, au luxe et à la
vanité du siècle, souffroient avec patience et douceur les rebuts et les
vivacités de ceux qu'elles servoient, et, par cette vertu plus qu'humaine,
prouvoient qu'il est de ces âmes privilégiées qui réunissent tous les
caractères que saint Paul donne à la charité, et qui en remplissent tous
les devoirs. On les appeloit vulgairement _Soeurs Grises_, de la couleur
de leur habillement. Après cinq ans d'épreuves, elles faisoient des voeux
simples qu'elles renouveloient le 25 mars de chaque année. Leur emploi
étoit de prendre soin des pauvres et des malades dans les paroisses, les
hôpitaux, et d'instruire les jeunes filles auxquelles elles apprenoient à
lire et à écrire. L'utilité de ces établissements en avoit si heureusement
multiplié le nombre, qu'on en comptoit environ quatre cents dans le
royaume. Il y avoit quarante de ces filles aux Invalides, vingt aux
Incurables, et plus de quatre-vingts dans les principales paroisses de
Paris[468].

          [Note 468: Le bâtiment de cette communauté a été détruit en
          partie, et en partie changé en maisons particulières. Sur son
          emplacement on a percé une rue nouvelle qui conduit à l'église
          Saint-Laurent.]


LA FOIRE SAINT-LAURENT.

Nous avons déjà eu plus d'une fois l'occasion de rappeler que
Louis-le-Gros avoit accordé une foire aux lépreux de Saint-Lazare, et que
cette concession, confirmée par Louis-le-Jeune, avoit été rachetée, en
1181, par Philippe-Auguste, lorsqu'il fit établir les halles de Champeaux.
Cette acquisition avoit été faite moyennant la somme de 300 liv., que ce
même prince échangea ensuite avec la maison de Saint-Lazare, en lui
accordant la foire Saint-Laurent, laquelle n'étoit, dans l'origine, qu'un
rendez-vous momentané de marchands, tel qu'on en voit encore dans toutes
les parties de la France, à certains jours de fêtes patronales. Cette
foire, qui commençoit alors le matin de la Saint-Laurent, et finissoit le
soir de la même journée, fut successivement prolongée jusqu'à quinze
jours. Elle éprouva ensuite quelque interruption; et ce n'est que lorsque
les Prêtres de la Mission eurent été établis à Saint-Lazare, qu'il fut
question de faire revivre cet ancien privilége. Cependant, quoiqu'ils
eussent été substitués à tous les droits de cette maison, et que cette
foire leur eût même été spécialement accordée, ils furent obligés, dans
cette circonstance, de recourir à l'autorité du roi, qui, par ses
lettres-patentes du mois d'octobre 1661, enregistrées le 30 janvier 1665,
«approuva, ratifia et confirma le don qui avoit été fait précédemment de
la foire aux Prêtres de la Mission, avec tous les droits et priviléges qui
y étoient attachés.»

Cette foire s'étoit tenue jusque là dans le faubourg, sur une place
découverte que l'on appeloit le _Champ de Saint-Laurent_. Par ces mêmes
lettres, il fut permis aux Prêtres de la mission de la transférer dans un
lieu quelconque de leur domaine. Ils destinèrent à cet effet un champ de
cinq à six arpents, entouré de murs, dans lequel ils firent percer des
rues bordées d'arbres, et construire des boutiques qu'occupèrent des
traiteurs, des limonadiers et des marchands de toute espèce. La foire de
Saint-Laurent, qui n'a cessé d'être fréquentée qu'à la fin du dix-huitième
siècle, duroit alors trois mois, étant ouverte le 1er juillet et finissant
le 1er septembre. Ce lieu, jusque-là désert, s'animoit alors, devenoit le
rendez-vous de toutes les classes de la société, et offroit ce mélange
amusant et varié que présentent toutes les réunions publiques des grandes
villes, réunions que la gaieté françoise rendoit encore plus piquantes et
plus remarquables à Paris que partout ailleurs. Il s'y établit des
spectacles qui pendant long-temps firent les délices de la société oisive
et frivole de cette grande ville; et cette foire partagea avec celle de
Saint-Germain la gloire d'avoir été le berceau de l'opéra-comique[469].

          [Note 469: L'enclos de la foire Saint-Laurent, presque
          entièrement abandonné, n'est maintenant rempli que de masures,
          dans lesquelles cependant on trouve encore quelque trace de
          l'ancienne disposition des bâtiments.]


CHAPELLE SAINTE-ANNE.

Ce petit monument, qui n'existe plus depuis long-temps, avoit été élevé,
sous l'invocation de cette sainte, dans la rue qu'on nomme aujourd'hui rue
du Faubourg-Poissonnière, pour la commodité de quelques habitants trop
éloignés de l'église de Montmartre. Sur la permission qu'il en obtint de
l'abbesse de ce monastère, Roland de Buce, confiseur, destina à cet
établissement une maison dont il étoit propriétaire dans ce faubourg. Il
fit construire la chapelle et la maison du chapelain, puis céda le tout à
l'abbaye de Montmartre, par contrat du 23 octobre 1656. Toutefois cette
cession fut loin d'être désintéressée: car il ne la fit qu'à condition
d'être remboursé de la valeur de la terre et des frais de la construction.

Cette chapelle, qui étoit située un peu au-dessus de la rue de Paradis et
du côté opposé, fut bénite le 27 juillet 1657; et, le 11 août suivant,
l'archevêque de Paris permit d'y célébrer le service divin, toutefois sous
la condition expresse de reconnoître le curé de Montmartre comme pasteur.


HÔTELS.

_Hôtel de Bourgogne_ (détruit).

Cet hôtel avoit été originairement bâti pour les comtes d'Artois: il
paroît qu'il étoit situé dans la rue Pavée, non loin des murs de
l'enceinte de Philippe-Auguste, lesquels bornoient l'espace où il étoit
renfermé. Cette enceinte ayant été reculée de ce côté, l'hôtel
d'Artois s'étendit dans la rue Mauconseil jusque vis-à-vis
Saint-Jacques-de-l'Hôpital. Marguerite, comtesse d'Artois et de Flandre,
qui dès lors en étoit propriétaire, le porta en dot à Philippe-le-Hardi,
fils du roi Jean, lequel fut la tige de la nouvelle branche de
Bourgogne. Il devint ensuite l'habitation favorite de Jean-sans-Peur son
fils, qui le préféra à l'hôtel de Flandre, dont ce prince lui avoit
laissé le choix[470]. Les ducs de Bourgogne qui lui succédèrent en
firent également leur demeure, sans qu'il perdît totalement pour cela
son premier nom d'hôtel d'Artois, qu'on retrouve encore dans plusieurs
actes; cependant dès lors et depuis on l'appela plus communément l'hôtel
de Bourgogne.

          [Note 470: Sauval rapporte que _Jean-sans-Peur_, assassin du duc
          d'Orléans, y avoit fait construire une chambre toute en pierres
          de taille, avec tous les accessoires nécessaires pour s'y
          défendre, et que c'étoit là qu'il couchoit toutes les nuits. Ces
          terreurs dont il étoit agité ont été, dans tous les temps, la
          première punition des grands crimes, et jamais surnom ne convint
          moins à un scélérat et à un tyran que celui de _sans Peur_ qu'on
          lui avoit donné.]

Cet hôtel, ainsi que les autres biens de la maison de Bourgogne, ayant été
réuni à la couronne après la mort de Charles-le-Téméraire, tué au siége de
Nanci en 1477, fut successivement occupé par différents particuliers,
auxquels nos rois avoient accordé des logements dans les habitations
royales, ce qui dura jusqu'au temps de François Ier. Alors cet antique
édifice, apparemment mal entretenu, tomboit si fort en ruine qu'il devint
presque inhabitable, ce qui détermina ce monarque à ordonner, par son édit
du 20 septembre 1543, qu'il seroit démoli, et son emplacement divisé par
portions, que l'on vendroit à l'enchère. Peu de temps après, les confrères
de la Passion, qu'on venoit d'expulser de l'hôpital de la Trinité,
achetèrent de Jean Rouvet, acquéreur principal, une partie de ce terrain,
moyennant 16 livres de cens, et 225 livres de rente rachetable de 4500
livres, à la charge d'y faire construire une salle pour les
représentations de leur spectacle, et des loges dont une appartiendroit
audit Rouvet et aux siens leur vie durant. Le contrat d'acquisition est du
30 août 1548. Un arrêt du 17 novembre de la même année nous apprend que la
salle étoit déjà construite, puisqu'il permet d'y jouer des sujets
profanes et licites, et qu'il défend aux confrères d'y représenter le
mystère de la Passion, ni quelque autre mystère sacré que ce soit. Des
lettres d'amortissement pour cette acquisition furent expédiées par le roi
Charles IX au mois de janvier 1566, et enregistrées en la chambre des
comptes le 25 février 1567. Dès que les confrères eurent fait construire
leur salle, on ne donna plus d'autre nom à cet édifice que celui d'hôtel
de Bourgogne.

D'après la défense qui venoit de leur être faite, les confrères, ne
croyant pas qu'il fût de leur honneur de monter sur le théâtre pour y
représenter des pièces profanes, prirent le parti de louer leur hôtel[471]
et leur privilége à une troupe de comédiens qui venoit de se former, se
réservant toutefois deux loges pour eux et leurs amis, lesquelles furent
appelées loges des maîtres.

          [Note 471: Ils avoient fait sculpter sur l'une des portes (celle
          qui donnoit sur la rue Françoise), les instruments de la
          Passion; mais c'est à tort que Piganiol a prétendu que ce fut
          _pour marquer que leur théâtre étoit uniquement destiné à la
          représentation des choses saintes_, puisque l'arrêt de 1548 le
          leur défendoit expressément. Ils vouloient seulement indiquer,
          par cet emblème, le droit de propriété qu'ils avoient sur cet
          hôtel.]

Les confrères de la Passion demeurèrent propriétaires de l'hôtel de
Bourgogne jusqu'au mois de décembre 1676, époque à laquelle cette
association fut supprimée, et ses revenus furent attribués à l'hôpital
général, pour la nourriture et l'entretien des enfants trouvés. On voit
alors le théâtre de cet hôtel occupé par les comédiens italiens qui
s'étoient introduits en France sous le règne de Henri III. Un ordre du roi
ayant fait fermer ce théâtre en 1617, il servit ensuite de salle pour le
tirage des loteries jusqu'au 18 de mai de l'an 1716, que le duc d'Orléans,
régent, y rétablit les comédiens italiens.

Nous avons déjà raconté les révolutions, les alternatives de bonne et de
mauvaise fortune qu'éprouva cette troupe étrangère jusqu'au moment où,
réunie aux acteurs de l'Opéra-Comique, elle abandonna l'hôtel de Bourgogne
pour venir s'établir dans le nouveau théâtre qu'on lui avoit construit sur
l'emplacement de l'hôtel de Choiseul, événement qui n'arriva qu'en
1783[472].

          [Note 472: _Voy._ p. 241.]

La salle fut ensuite abattue, et sur l'espace vide qu'elle occupoit on
transféra, en 1784, le marché aux Cuirs, situé auparavant dans le quartier
des Halles.


HÔTELS EXISTANTS EN 1789.

Parmi un assez grand nombre de maisons nouvellement construites à
l'extrémité du quartier Saint-Denis, et principalement dans le faubourg
Poissonnière, on remarque:

  L'hôtel d'Espinchal, au coin de la rue des Petites-Écuries du roi.
  ----    de Jarnac, même rue.
  ----    de Tabari, même rue[473].

          [Note 473: Depuis la révolution, le nombre des maisons élégantes
          bâties dans cette partie de la ville s'est prodigieusement
          augmenté.]


FONTAINES.

_Fontaine des Filles-Dieu._

Elle étoit située dans la rue Saint-Denis, à côté de la porte d'entrée de
ce couvent; établie d'abord en 1265, détruite dans les siècles suivants,
elle fut reconstruite au même endroit en 1605. Cette fontaine, qui n'a
rien de remarquable dans sa construction, existe encore et reçoit l'eau de
l'aquéduc des Prés-Saint-Gervais.


_Fontaine de la Croix de la Reine_ ou _de la Trinité_.

Cette ancienne fontaine subsiste encore au coin de la rue Greneta, et
présente dans sa forme actuelle une portion de cercle adossée à l'angle de
la rue. Son premier nom est le même que celui qu'avoit porté, dans
l'origine, l'hôpital de la Trinité, et dont nous avons fait connoître
l'étymologie[474].

          [Note 474: _Voyez_ p. 206.]


_Fontaine du Ponceau._

Cette fontaine, réparée en 1605, donnoit alors de l'eau de l'aquéduc des
Prés-Saint-Gervais; elle est alimentée aujourd'hui par le canal de
l'Ourcq[475].

          [Note 475: _Voyez_ l'article _Monuments Nouveaux_.]


_Fontaine Saint-Lazare._

Elle fut construite dans le treizième siècle, vis-à-vis de cette maison,
et réparée dans le dix-septième. L'eau qu'elle donne vient de l'aquéduc
des Prés-Saint-Gervais.


MARCHÉ AUX CUIRS.

_Voyez_ ci-dessus, p. 564.


BARRIÈRES.

Les limites de ce quartier terminent la ville du côté du septentrion, et
renferment trois barrières, savoir:

  1. Barrière Sainte-Anne[476].
  2. ----     Saint-Denis.
  3. ----     des Vertus[477].

          [Note 476: Depuis barrière Poissonnière, aujourd'hui du
          Télégraphe.]

          [Note 477: Cette barrière a été fermée.]


RUES ET PLACES DU QUARTIER SAINT-DENIS.

_Rue Sainte-Apolline._ Elle traverse de la rue Saint-Denis dans la rue
Saint-Martin. C'est par erreur que sur les plans de Jouvin et de Bullet
elle est désignée sous le nom de _rue Neuve-d'Orléans_, la rue qui porte
ce nom en étant très-éloignée et séparée par le boulevart.

_Rue Sainte-Barbe._ Elle commence à la rue Beauregard, et se termine au
boulevart; cette rue étoit connue sous ce nom dès 1540, et le devoit à la
chapelle érigée sous l'invocation de saint Louis et de sainte Barbe, dont
nous avons parlé à l'article de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

_Rue Beauregard._ Elle aboutit aux rues de Cléry et Poissonnière; on la
connoissoit, dès le seizième siècle, sous ce nom, dont nous ignorons
d'ailleurs l'étymologie.

_Rue Beaurepaire._ Elle donne d'un bout dans la rue Montorgueil, et de
l'autre dans celle des Deux-Portes. Cette rue, qui existoit dès 1255, se
trouve indiquée dans les cartulaires de l'évêché de cette année[478],
sous le nom de _Bellus locus_; on la trouve encore dans un acte de 1258
sous celui de _Vicus qui dicitur Bellus Reditus_[479]. Dès l'an 1313 cette
rue et le terrain sur lequel elle étoit située avoient changé leur nom
latin en celui de _Beaurepaire_. En 1478 on y voyoit une plâtrière qui
portoit le même nom.

          [Note 478: Fol. 162, _verso_, cart. 219.--Fol. 80, _verso_,
          cart. 3.]

          [Note 479: _Parv. cart._, fol. 117, _recto_.--Cart. 185.]

_Rue de Bourbon[480]._ Cette rue, qui aboutit d'un côté aux rues des
Petits-Carreaux et Montorgueil, et de l'autre vient finir à la porte
Saint-Denis, doit son nom à dame Jeanne de Bourbon, abbesse de
Fontevrault, à qui les dames de la communauté des Filles-Dieu, sorties de
cet ordre, voulurent faire honneur; en effet ce furent elles qui
changèrent son ancienne dénomination, laquelle étoit rue _Saint-Côme_ et
_rue du Milieu des Fossés_, noms qu'elle portoit conjointement avec celles
qui couvroient le fossé qu'on avoit creusé en cet endroit. On la trouve
indiquée, dès 1639, sous le nom de rue de Bourbon.

          [Note 480: Pendant la révolution elle a porté le nom de rue
          _d'Aboukir_. Les bâtiments de cette rue n'étoient pas encore
          entièrement achevés au commencement du dix-huitième siècle.]

_Rue du Bourg-l'Abbé._ Elle aboutit d'un côté dans la rue aux Oues (ou aux
Ours), et de l'autre dans la rue Greneta. Il y a plusieurs opinions sur
l'étymologie du nom de cette rue. Sauval[481] prétend qu'elle le doit à un
particulier nommé _Simon du Bourg-l'Abbé_ ou _du Bourlabbé_; Jaillot
présume qu'elle le doit à un ancien bourg qui existoit sous les rois de la
seconde race. Ce bourg s'étant accru, on y construisit la chapelle de
Saint-Georges, dont nous avons déjà parlé, laquelle prit depuis le nom de
Saint-Magloire; et comme elle dépendoit de l'abbé de ce monastère, il lui
paroît vraisemblable que le bourg voisin, qui s'augmentait tous les jours,
en prit le nom de _Bourg-l'Abbé_.

          [Note 481: T. I, p. 115.]

Le commissaire Delamare a cru que ce nom venoit de l'abbé de
Saint-Martin-des-Champs[482], sur la censive duquel ce bourg étoit,
dit-il, en partie situé; mais il a confondu le Beaubourg, qui étoit
véritablement dans la censive de Saint-Martin-des-Champs, avec le
Bourg-l'Abbé, qui a été jusqu'aux derniers temps dans celle de
Saint-Magloire.

          [Note 482: Traité de la Pol., t. I, p. 139.]

_Rue du Petit-Carreau_ ou _des Petits-Carreaux_. Elle commence à la rue
Saint-Sauveur, et va jusqu'à celle de Cléri, en faisant la continuation de
la rue Montorgueil. La plupart des anciens plans ne la distinguent point
de cette dernière rue; mais ils indiquent en cet endroit _les
Petits-Carreaux_, qui étoient l'enseigne d'une maison, laquelle subsistoit
encore à la fin du siècle dernier, et devoit ce nom au lieu où elle étoit
située. En 1628 le registre des ensaisinements désigne aussi la rue sous
le nom _des Petits-Carreaux_; Sauval lui donne le même nom. Ce n'est que
dans les plans et nomenclatures modernes qu'elle est nommée _du
Petit-Carreau_. La partie de cette rue qui tient à la rue Poissonnière
contenoit plusieurs étaux de bouchers, et s'appeloit, en 1637, rue _des
Boucheries_[483].

          [Note 483: Il y avoit autrefois dans cette rue deux
          culs-de-sacs. Le premier s'appeloit de la Corderie. Il forme
          aujourd'hui l'entrée de la rue Thévenot et le cul-de-sac de
          l'Étoile.

          Le second a porté différents noms; en 1622 on l'appeloit ruelle
          du Crucifix, et il le portoit encore en 1646. Suivant les
          censiers de l'archevêché, de Chuyes et Valleyre le nomment
          cul-de-sac du Petit-Jésus; et sur plusieurs plans on le trouve
          sous la dénomination de cul-de-sac _de Saint-Claude_. Ces
          différents noms viennent des enseignes qu'on a substituées les
          unes aux autres. Il avoit repris son nom _du Crucifix_ au milieu
          du dix-septième siècle, et il est encore énoncé ainsi dans un
          arrêt du conseil du 9 août 1768, et dans les lettres-patentes
          expédiées en conséquence le 1er septembre suivant, en vertu
          desquelles, de l'avis du prévôt des marchands et des échevins,
          donné le 7 mars précédent, il est permis au sieur _Pierre
          Leprieur_ de le supprimer et d'employer le terrain à son profit,
          moyennant 3 deniers de cens par toise, et une redevance
          annuelle de 30 livres au domaine.]

_Rue Saint-Claude._ Cette rue, qui aboutit d'un côté dans la rue
Sainte-Foi, et de l'autre dans la rue de Cléri, n'est ouverte que depuis
1652. On lui donna d'abord le nom de _Sainte-Anne_; celui qu'elle porte
aujourd'hui lui vient d'une maison faisant l'un des coins de la rue de
Bourbon, laquelle avoit pour enseigne l'image de Saint-Claude[484].

          [Note 484: Reg. des ensaisin. de l'archev., 1666.]

_Rue de Cléri._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier commence
à la rue des Petits-Carreaux, et se termine à celle de Saint-Denis. On a
déjà remarqué qu'elle devoit son nom à l'hôtel de Cléri, et qu'elle le
portoit, dès 1540, dans toute son étendue. Il y a quelques actes du
dix-septième siècle dans lesquels la partie de cette rue qui s'étend du
côté de la porte Saint-Denis est nommée rue _Mouffetard_.

Il y a dans cette rue une ruelle, autrefois sans nom, qui va dans la rue
Beauregard; on la nomme aujourd'hui rue _des Degrés_.

_Rue Saint-Denis._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
commence aux rues aux Oues et Mauconseil, et aboutit à la porte
Saint-Denis. Nous avons déjà remarqué qu'on l'appeloit anciennement _la
chaussée_ et _la grant rue Saint-Denys_.

Il y a dans la rue Saint-Denis quatre culs-de-sac.

Le premier se nomme _cul-de-sac des Peintres_; il est situé près de
l'endroit où étoit l'ancienne porte de l'enceinte de Philippe-Auguste,
laquelle fut démolie en 1535. C'étoit anciennement une ruelle appelée de
l'_Arbalète_, de l'enseigne d'une maison dans laquelle étoient deux jeux
de paume pratiqués le long des anciens murs. On la nomma ensuite ruelle
_sans chef_, _dite des Étuves_, puis ruelle _de l'Asne-Rayé_, de
l'enseigne d'une hôtellerie qui lui étoit contiguë; enfin on croit que ce
cul-de-sac a pris le nom qu'il porte aujourd'hui d'un peintre nommé Guyon
Le Doux, qui fit bâtir une maison avec une tournelle en saillie au coin de
cette ruelle: d'autres pensent que cette dénomination lui vient d'une
famille qui y demeuroit au treizième siècle; car en 1303 la maison de
l'Arbalète appartenoit aux enfants de _Gilles le Peintre_, ce qui est
prouvé par un acte authentique de cette même année.

Le second, situé du même côté, près la Trinité, a le nom de _cul-de-sac de
Bas-Four_; il a porté successivement ceux de _rue sans-chef_, _ruelle
sans-chef_, _aboutissant à la Trinité_; _ruelle sans-chef_ appelée
_Bas-Four_. On ignore l'étymologie de ce dernier nom, qui a prévalu.

Le troisième, appelé _cul-de-sac de l'Empereur_[485], est situé de l'autre
côté de la rue. Il doit ce nom à l'enseigne d'une maison, et le portoit
dès 1391; cependant il paroît que cette ruelle, ainsi que la rue Thévenot,
portoient aussi les noms de rue _des Cordiers_ et _de la Corderie_, parce
qu'elles renfermoient plusieurs ateliers de ce genre. On la trouve
indiquée sous ce dernier nom, et en même temps sous celui de l'_Empereur_
dans un titre de 1591.

          [Note 485: On le nomme maintenant _cul-de-sac Mauconseil_.]

Le quatrième cul-de-sac, appelé _cour Sainte Catherine_, doit son nom à
une maison et à un jardin anciennement appelés le _Pressoir_, lesquels
appartenoient aux religieuses de Sainte-Catherine; elles avoient acquis
cette propriété pour venir y prendre de temps en temps quelque repos, et y
avoient fait construire une chapelle en 1641.

_Rue des Degrés._--Voyez _rue de Cléri_.

_Rue du Faubourg-Saint-Denis._ Elle commence à la porte Saint-Denis, et
finit à la maison de Saint-Lazare et au coin de la rue Saint-Laurent.

_Rue Neuve-Saint-Denis._ Elle traverse de la rue Saint-Denis dans celle de
Saint-Martin. On l'appela d'abord rue _des Deux-Portes_, parce qu'elle
aboutissoit aux portes Saint-Denis et Saint-Martin. On la trouve indiquée,
dès 1655, sous le nom de rue _Neuve Saint-Denis_[486].

          [Note 486: Arch. de l'archev.]

_Rue Basse-Saint-Denis._ Cette rue règne le long du boulevart, et
continuoit autrefois jusqu'à la rue du Faubourg-Poissonnière; mais vers
1770 elle fut coupée presque à la moitié de son ancienne étendue. On
l'appeloit autrefois rue _des Fossés-Saint-Denis_, _Basse-Villeneuve_,
_Neuve-des-Filles-Dieu_.


Il y a dans cette rue trois culs-de-sac.

1º. Le _cul-de-sac Saint-Laurent_, qui doit sans doute son nom au
territoire où il est situé, lequel dépendoit de la paroisse Saint-Laurent.

2º. Le _cul-de-sac des Filles-Dieu_, parce qu'il se trouve sur le terrain
de leur ancien enclos. Ce cul-de-sac s'appeloit anciennement _ruelle
Couvreuse_.

3º. _Le cul-de-sac des Babillards._ On ignore l'étymologie de cette
dénomination; à l'extrémité de cette rue, du côté du faubourg
Poissonnière, étoit le cimetière de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle[487].

          [Note 487: Sur l'emplacement qu'il occupoit on a élevé une
          maison particulière.]

_Rue de l'Échiquier._ Cette rue, construite depuis 1780, traverse de la
rue du Faubourg-Poissonnière dans celle de Saint-Denis. Elle a pris ce nom
d'une maison dite de l'_Échiquier_, située sur une partie du terrain au
travers duquel elle a été percée.

_Rue des Petites-Écuries._ Elle donne aussi d'un bout dans la rue du
Faubourg-Saint-Denis, et de l'autre dans celle du Faubourg-Poissonnière,
et doit son nom aux petites-écuries du roi, situées autrefois dans la
première de ces deux rues.

_Rue d'Enghien[488]._ Cette rue, parallèle à celle de l'Échiquier, et plus
avancée dans le faubourg, traverse également de la rue du
Faubourg-Poissonnière à celle du Faubourg-Saint-Denis. Elle a été ouverte
quelques années avant la rue de l'Échiquier.

          [Note 488: Pendant la révolution elle avoit pris le nom de rue
          de _Mably_.]

_Rue Saint-Étienne_ ou _rue Neuve-Saint-Étienne-à-la-Villeneuve_. Un de
ses bouts donne dans la rue Beauregard, l'autre sur le boulevart. Elle
étoit connue sous ce nom en 1540, et on le lui a redonné, environ cent ans
après, lorsqu'on a rebâti les maisons de la Villeneuve.

_Rue des Filles-Dieu._ Elle va de la rue Saint-Denis dans celle de
Bourbon. Le censier de l'archevêché de 1530 la nomme _rue Neuve de
l'Ursine_ alias _des Filles-Dieu_. Dans celui de 1643 on indique une _rue
Saint-Guillaume_ entre les rues Neuve-des-Fossés et de Cléri, et une
maison sise rues Saint-Guillaume et Sainte-Foi. Ainsi l'on doit en
conclure que la rue Saint-Guillaume est représentée par le retour
d'équerre que fait aujourd'hui la rue des Filles-Dieu dans celle de
Bourbon.

_Rue Sainte-Foi._ Elle commence à la rue Saint-Denis, et se termine à
celle des Filles-Dieu. On l'appela _rue du Rempart_, ensuite _des
Corderies_, enfin rue _Sainte-Foi_. Elle portoit ce dernier nom dès 1644.

_Rue Françoise._ Elle traverse de la rue Mauconseil dans la rue Pavée. Le
premier nom qu'elle ait porté étoit simplement _rue Neuve_. On la trouve
ainsi indiquée dans plusieurs actes concernant la vente et l'adjudication
de l'hôtel de Bourgogne. On la voit désignée sous celui de _rue
Neuve-Saint-François_ dans Sauval; et un autre auteur ajoute à ce nom
l'épithète de _Percée_. Corrozet ne l'indique que sous le nom général de
_rue qui traverse par dedans l'hôtel de Bourgogne_. Elle fut ouverte, en
1543, par ordre de François Ier, sous le règne duquel il se fit de grands
changements dans ce quartier par la démolition de l'hôtel de Bourgogne.

C'est dans cette rue qu'étoit la principale porte de la salle des
confrères de la Passion, au-dessus de laquelle on voyoit encore, peu de
temps avant la révolution, une croix et quelques autres instruments de la
Passion.

_Rue Greneta._ Elle va de la rue Saint-Denis dans celle de Saint-Martin.
Tous les titres du treizième siècle nous apprennent que cette rue se
nommoit alors _Darnetal_ ou _d'Arnetal_. On la trouve cependant désignée,
dans un acte de 1236, sous le nom de _la Trinité_. Le nom d'_Arnetal_,
qu'elle portoit en 1262, 1265, etc., s'altéra insensiblement dans les
siècles suivants, et se changea en ceux de _Guernetat_, _Garnetat_, et
_Grenetat_, enfin, en supprimant la lettre finale, _Greneta_. Dans cette
rue étoit placée la principale entrée de l'hôpital de la Trinité[489].

          [Note 489: Cette entrée et la cour de cet hôpital forment
          maintenant un passage qui donne de la rue Greneta dans celle de
          Saint-Denis, vis-à-vis l'ancien emplacement de Saint-Sauveur. Il
          se nomme _passage de la Trinité_.

          C'étoit à l'origine de la rue Grenata qu'étoit placée la porte
          aux Peintres, bâtie du temps de Catherine de Médicis.]

_Rue Guérin-Boisseau._ Elle traverse de la rue Saint-Denis dans celle de
Saint-Martin, et doit son nom à un particulier. Cette rue étoit connue dès
le milieu du treizième siècle, et les actes de ce temps en font mention
sous le nom _vicus Guerini Bucelli_[490]; au commencement du siècle
suivant on disoit _rue Guerin-Boucel_, et dès 1345 rue _Guérin-Boisseau_.

          [Note 490: Arch. de S. Martin des Champs.]

_Rue Hauteville._ Cette rue, qui fut ouverte dans le siècle dernier, donne
d'un bout dans la rue Basse-Saint-Denis, et, se prolongeant dans le
faubourg, va aboutir dans celle de Paradis. Nous ignorons l'étymologie de
ce nouveau nom. Dans l'origine elle portoit celui de la _Michodière_.

_Rue du Grand-Hurleur._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Bourg-l'Abbé,
et de l'autre dans celle de Saint-Martin. Elle est nommée de _Heuleu_ et
_Huleu_ dans un bail à cens du mois de février 1253[491]; et ce nom se
retrouve dans un nombre infini de titres[492], ainsi que sur les anciens
plans. Jaillot dit avoir vu des manuscrits où elle est indiquée sous le
nom de _rue du Pet_; et en effet elle est ainsi désignée sur les plans de
Gomboust et de Bullet. Dans des actes de 1627 et 1643, on la nomme _rue
des Innocents_, autrement dite _du Grand-Heuleu_; elle porte le même nom
des _Innocents_ dans le procès-verbal du 24 avril 1636.

          [Note 491: Arch. de l'archev.]

          [Note 492: Cart. de S. Magl., fol. 75, 76, 369, etc.]

_Rue du Petit-Hurleur._ Elle commence rue Bourg-l'Abbé, et aboutit dans
celle de Saint-Denis. On l'appeloit, suivant Corrozet et Boisseau, _du
Petit-Heuleu_, de même que la précédente avoit le nom _du Grand-Heuleu_;
et _du Petit-Leu_, suivant Gomboust et Bullet. Elle est nommée sur
quelques plans _rue Palée_; ce nom venoit apparemment de Jean Palée, l'un
des fondateurs de l'hôpital de la Trinité, ou de quelqu'un de sa famille,
car dans une transaction du mois d'octobre 1265, elle est nommée _vicus
Johannis Palée_[493]; elle le portoit encore en 1540.

          [Note 493: Arch. de l'archev.]

Piganiol remarque, d'après Adrien Le Valois, que le nom de ces rues est
altéré; qu'il faut dire _Hue-le_. Selon ces auteurs, l'étymologie de ce
mot vient de ce que, ces rues étant autrefois habitées par des filles
publiques, dès que le peuple y voyoit entrer un homme, il excitoit les
enfants à se moquer de lui, en disant _hüe-le_ (_raille-le, crie après
lui_). Jaillot combat cette étymologie, qui ne soutient pas l'examen d'une
saine critique. En effet, nous venons de voir qu'il n'y avoit que la rue
du Grand-Hurleur qui fut appelée _de Heuleu_ tout court; ainsi
l'étymologie de M. Le Valois n'auroit aucune application à la petite; en
outre, dans le nombre des rues désignées, par les ordres de saint Louis et
de ses successeurs, pour servir de retraite aux femmes publiques, qu'ils
se virent forcés de tolérer, on ne trouve point celle de _Heuleu_. Elle ne
devoit donc pas son nom aux huées que méritent les courtisanes et ceux qui
les fréquentent. Il y a plus, l'ordonnance de saint Louis n'est que de
1254; et, comme nous l'avons observé plus haut, la rue se nommoit de
_Heuleu_ dès 1253 et même auparavant. Jaillot pense qu'il est plus
vraisemblable de croire que cette rue doit son nom à un particulier. Il
est certain, ajoute-t-il, qu'anciennement on disoit _Heu_ pour _Hugues_ et
_Leu_ pour _Loup_. On trouve un amortissement fait par un chevalier nommé
_Hugo Lupus_, d'un don fait à l'église de Saint-Magloire au mois de mars
1231[494]; et enfin, dans les archives de l'abbaye d'Hières, il y avoit un
acte de concession d'un moulin faite à cette abbaye vers l'an 1150, par
lequel on voit que Clémence, abbesse d'Hières, étoit soeur de _Heu-Leu_,
_Hugonis Lupi_. Il conclut de tout ceci que l'ancienne orthographe usitée
du temps de saint Louis, où l'on écrivoit _hüe leu_, est la véritable.
L'abbé Lebeuf avoit avant lui adopté cette opinion[495].

          [Note 494: _Cart. S.-Magl._, fol. 42.]

          [Note 495: T. I, p. 298.]

_Rue Saint-Laurent._ Elle traverse du faubourg Saint-Lazare dans celui de
Saint-Laurent, et doit son nom à l'église Saint-Laurent, qui se trouve
auprès. On l'a quelquefois appelée _rue Neuve-Saint-Laurent_, pour la
distinguer de celle du faubourg, qu'on appeloit aussi _rue Saint-Laurent_.

_Rue du Faubourg-Saint-Lazare._ Ce n'est que la continuation du faubourg
Saint-Denis, à laquelle on a donné ce nom, et même celui de _rue
Saint-Lazare_, parce que l'église y étoit située[496].

          [Note 496: On l'appelle aujourd'hui indistinctement _faubourg
          Saint-Denis_. On comptoit dans cette rue trois casernes des
          Gardes-Françoises.]

_Rue du Petit-Lion._ Elle fait la continuation de la rue Pavée, et aboutit
à celle de Saint-Denis. En 1360 elle s'appeloit rue _du Lion d'or outre la
porte Saint-Denis_[497]. Dans ce même siècle et dans le suivant, on la
nommoit simplement _rue au Lion_ ou _du Lion_; mais dans les quinzième et
seizième siècles on l'appeloit _rue du Grand-Lion_, de l'enseigne d'une
maison qui y étoit située; elle prit peu de temps après le nom _du
Petit-Lion_, qu'elle a toujours gardé depuis. Sauval[498] et quelques
autres ont dit que cette rue s'est quelquefois appelée _rue de l'Arbalète_
ou _des Arbalétriers_, qui, dit-il, y ont eu long-temps un lieu très-vaste
destiné à leurs exercices: toutefois elle n'est ainsi nommée dans aucun
titre; mais comme en 1421 les maisons de la _rue au Lion_ aboutissoient,
par-derrière, au jardin du maître des arbalétriers[499], on peut croire
qu'elle en avoit reçu la dénomination populaire de rue _de l'Arbalète_.

          [Note 497: Reg. des Chartres.]

          [Note 498: T. I, p. 147.]

          [Note 499: Compt. des confisc. 1421, p. 36.]

_Rue de la Longue-Allée._ Ce n'est qu'un passage qui conduit de la rue
Saint-Denis dans celles du Ponceau, des Égouts et Neuve-Saint-Denis; elle
s'est appelée aussi _rue de la Houssaie_. On la nomme aujourd'hui _passage
Lemoine_.

_Rue de la Lune._ Elle va d'un bout dans la rue Poissonnière, et de
l'autre au boulevart, près la porte Saint-Denis. Elle étoit bâtie dès
1648, et l'on croit que son nom lui vient de quelque enseigne.

_Rue Martel._ Cette rue, percée depuis 1780, donne d'un bout dans celle
des Petites-Écuries, de l'autre dans la rue de Paradis.

_Rue Mauconseil._ Elle traverse de la rue Saint-Denis dans celle de
Montorgueil; il ne paroît pas que cette rue ait jamais porté d'autre nom;
dès 1250 elle est appelée _vicus Mali Consilii_; en 1269, 1300, etc., _rue
Mauconseil_. Sauval[500] pense que le nom de _Mauconseil_ vient du
seigneur du château de Mauconseil, situé en Picardie: cette étymologie
paroît assez vraisemblable.

          [Note 500: T. I, p. 150.]

_Rue Montorgueil._ Elle fait la continuation de la rue Comtesse-d'Artois,
et aboutit à celle des Petits-Carreaux. On ignore l'étymologie du nom de
cette rue, qu'on désignoit, dès le treizième siècle, sous celui de _vicus
Montis Superbi_.

Il y a dans cette rue un cul-de-sac appelé _cul-de-sac de la Bouteille_,
qui règne le long des anciens murs de l'enceinte de Philippe-Auguste. Ce
cul-de-sac se nommoit, dans le dix-septième siècle, _cul-de-sac de la
Cueiller_[501], et devoit ce nom à une maison qui y étoit située en 1603.
Il fut nommé ensuite _rue Commune_, et prit enfin, d'une enseigne, le nom
de cul-de-sac de la _Bouteille_, qu'il porte aujourd'hui.

          [Note 501: Arch. de l'archev.]

Vis-à-vis de ce cul-de-sac, et au milieu de la rue Montorgueil, on voyoit
encore, à la fin du quinzième siècle, une tour de l'ancienne enceinte;
mais comme elle gênoit le passage pour arriver aux halles, sur la requête
des habitants de cette rue et de Nicolas Janvier, marchand de poisson, la
ville en ordonna la démolition le 17 décembre 1498.

_Rue Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle._ Elle traverse de la rue Beauregard au
boulevart. Il paroît qu'elle a remplacé une ancienne rue qui étoit en cet
endroit avant la démolition de la Villeneuve, et qui s'appeloit _rue
Neuve-Saint-Louis et Sainte-Barbe_. Elle doit son nom à l'église de
Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

_Rue Notre-Dame-de-Recouvrance._ Elle va également de la rue Beauregard au
boulevart; en 1540 elle portoit déjà ce nom. Quand on la rebâtit, au
commencement du dix-septième siècle, on l'appela _Petite rue
Poissonnière_, probablement parce qu'elle est parallèle à la rue
Poissonnière; depuis elle a repris le nom qu'on lui avoit donné dans son
origine.

_Rue Neuve d'Orléans._ Elle traverse, le long du boulevart, du faubourg
Saint-Denis à celui de Saint-Martin, et n'offre qu'un rang de maisons qui
donnent sur cette promenade. Quelques-uns ont cru que la rue
Sainte-Apolline avoit anciennement ce nom. Si véritablement elle l'a
porté, on a voulu le conserver en le donnant à celle-ci, qui n'étoit dans
l'origine qu'un simple chemin, lequel ne fut couvert de maisons que
long-temps après l'autre. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'elle étoit
désignée ainsi il y a plus de cent cinquante ans, ce qui est prouvé par
des plans qui remontent à cette époque.

_Rue aux Ours (ou aux Oues)._ Elle donne d'un bout dans la rue
Saint-Denis, de l'autre dans celle de Saint-Martin. Nous avons déjà dit
que c'étoit par corruption que cette rue étoit appelée _aux Ours_, et
désignée ainsi sur les inscriptions qui sont à ses extrémités. Nos
ancêtres écrivoient et prononçoient _Oë_ ou _Ouë_ pour Oie; et comme il y
avoit, dès le treizième siècle, des rôtisseurs établis dans cette rue, la
grande quantité d'oies qu'ils faisoient cuire en avoit fait donner le nom
à la rue, _vicus ubi coquuntur anseres_[502], la rue où l'on cuit les
oies; _vicus Anserum_, la rue _as Oues_, _via ad Aucas_, _vicus ad
Ocas_[503].

          [Note 502: Cart. de Saint-Martin-des-Champs.]

          [Note 503: Au milieu de cette rue, et au coin qui la joint à la
          _rue Salle-au-Comte_, étoit autrefois une statue de la Vierge,
          enfermée dans une grille de fer, et connue vulgairement sous le
          nom de _Notre-Dame de la Carole_. Il n'est aucun historien de
          Paris qui ait omis de parler d'un attentat sacrilége commis sur
          cette statue par un soldat, le 3 juillet 1418. On rapporte que
          ce malheureux, sortant désespéré d'un cabaret où il avoit perdu
          tout son argent, frappa cette figure de plusieurs coups de
          couteau, _qui_, ajoute-t-on, _en firent sortir du sang_. Ayant
          été pris et conduit devant le chancelier de Marle, son procès
          lui fut fait, et il subit le dernier supplice. Toutes ces
          circonstances étoient représentées dans un tableau qu'on voyoit
          à Saint-Martin-des-Champs, dans la chapelle de la Vierge,
          derrière le choeur. Les uns ajoutent qu'après cet attentat la
          statue fut portée dans cette église, et qu'il est vraisemblable
          que c'étoit elle qu'on voyoit posée dans la nef sur un autel, où
          elle étoit révérée sous le nom de _Notre-Dame de Carole_, parce
          que cet événement arriva, disent-ils, sous le règne de Charles
          VI: d'autres prétendent qu'elle fut laissée à sa place, et que
          c'étoit la même qu'on voyoit encore dans la rue au moment de la
          révolution.

          Quelques auteurs judicieux, entre autres Jaillot, ont manifesté
          des doutes sur la réalité du fait qui a donné lieu à cette
          dévotion et à tout ce qui s'est pratiqué depuis à ce sujet.
          Voici les motifs sur lesquels ils se fondent pour ne pas adopter
          légèrement cette histoire, d'après une tradition incertaine.

          1º. Le journal de Charles VI, l'histoire de ce prince par Jean
          Juvénal des Ursins, la continuation de celle de Le Laboureur,
          par Jean Lefèvre, de même que nos meilleurs historiens, ne
          parlent point de ce fait.

          2º. En le supposant vrai, on ne peut pas dire que le coupable
          ait été traduit devant le chancelier de Marle, puisque ce
          magistrat, victime de la faction de Bourgogne, avoit été
          massacré le 12 juin précédent.

          3º. Les registres du parlement portent que le 29 mai, avant
          l'aurore, le duc de Bourgogne étant entré dans Paris, le
          parlement suspendit ses fonctions, et ne les reprit que le 25
          juillet suivant.

          4º. La chapelle de Notre-Dame de la Carole, qui étoit au
          rond-point ou chevet de l'église de Saint-Martin-des-Champs, et
          la statue qu'on y voyoit, existoient sous ce nom avant le règne
          de Charles VII; enfin, ce n'est que sur la tradition de
          l'événement dont il s'agit qu'on plaça à l'entrée de cette
          chapelle un tableau qui en représentoit les diverses
          circonstances.

          Quoi qu'il en soit, il y avoit un grand concours de peuple dans
          cette rue le 3 juillet de chaque année; le soir on y allumoit un
          feu d'artifice, et l'on brûloit ensuite une figure d'osier
          revêtue de l'habit des Suisses. Cette nation réclama contre un
          usage qui lui étoit injurieux, et dont elle avoit d'autant plus
          lieu de se plaindre qu'il n'y avoit point de Suisses en France à
          l'époque où l'on suppose que cet événement arriva. Sous le règne
          de Louis XV, le gouvernement fit cesser ces justes plaintes; et
          l'on supprima d'abord le feu d'artifice, qui d'ailleurs, dans un
          endroit si resserré, pouvoit occasionner des incendies.
          Toutefois la coutume de promener le même jour dans Paris une
          figure gigantesque et ridicule, qui n'étoit propre qu'à effrayer
          les femmes enceintes et les enfants, subsista encore quelque
          temps, et ne fut abolie que peu d'années avant la fin de la
          monarchie.]

_Rue de Paradis._ Elle aboutit d'un côté à la rue du Faubourg-Saint-Denis,
de l'autre à la rue Poissonnière. Ce n'étoit autrefois qu'une ruelle
indiquée sous ce nom dès 1643; auparavant elle se nommoit rue
Saint-Lazare, parce qu'elle faisoit la continuation de la grande rue de ce
nom, ainsi que la rue d'Enfer.

_Rue Pavée._ Elle commence à la rue Montorgueil, et se termine à celle du
Petit-Lion, au coin de la rue des Deux-Portes; elle est très-ancienne, et
énoncée sous ce nom dans le rôle de taxe de 1313, et dans plusieurs actes
postérieurs.

_Rue Saint-Philippe._ Elle va de la rue de Bourbon dans celle de Cléri,
et fut ouverte, en 1719, sur un terrain vide qui étoit entre ces deux
rues. On ignore pourquoi elle porte le nom de Saint-Philippe.

_Rue Poissonnière._ Elle fait la continuation de la rue des
_Petits-Carreaux_, et se termine au boulevart. Avant que la clôture de
Charles VI eût été reculée sous Louis XIII, ce n'étoit qu'un chemin appelé
_du val Larroneux_; il est ainsi nommé dans un acte de l'an 1290,
_cheminus qui dicitur vallis Latronum_[504]. Il devoit ce nom au terrain
auquel il est contigu: on le nomma aussi _chemin et rue des Poissonniers
et des Poissonnières_, parce que c'étoit par cet endroit qu'arrivoient les
marchands de marée. On le trouve aussi sous les noms _de la Poissonnerie_
et de _rue de Montorgueil_, dite _de la Poissonnerie_. Une partie des
bâtiments qui forment cette rue fut faite en 1633; le terrain sur lequel
elle est située s'appeloit, en 1391, le clos _aux Halliers_[505],
autrement dit _les masures de Saint-Magloire_; depuis on l'a nommé _le
champ aux Femmes_.

          [Note 504: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 44.]

          [Note 505: Arch. de l'archev.]

_Rue du Faubourg-Poissonnière._ Elle fait la continuation de la rue
Poissonnière par-delà le boulevart, et traverse jusqu'à la barrière cette
portion de Paris connue sous le nom de la _Nouvelle-France_[506]. Cet
endroit, dont la population étoit considérable dès le milieu du
dix-septième siècle, fut érigé en faubourg en 1648, et prit, ainsi que la
rue, le nom de _Sainte-Anne_, de la chapelle qui y fut bâtie à peu près
dans ce temps sous l'invocation de cette sainte. Telle est l'opinion de
quelques historiens de Paris; cependant comme la chapelle ne fut érigée
qu'en 1655, il est plus probable que le nom de rue Sainte-Anne lui venoit
d'une porte construite à l'entrée du faubourg en 1645, et qui avoit été
ainsi nommée pour faire honneur à la reine Anne d'Autriche. Auparavant
cette rue n'étoit connue que sous le nom de _chaussée de la
Nouvelle-France_.

          [Note 506: La Nouvelle-France étoit autrefois une des
          guinguettes de Paris.]

_Rue du Ponceau_ ou _des Égouts_. Elle va de la rue Saint-Denis à celle de
Saint-Martin. Les plans de Paris et les tables des rues diffèrent presque
tous en cet endroit; les uns ne présentent qu'une seule rue des Égouts,
d'autres distinguent cette rue de celle du Ponceau; il y en a qui placent
la rue du Ponceau, du côté de la rue Saint-Martin, jusqu'au coude qui s'y
trouve; d'autres, au contraire, lui donnent ce nom depuis ce coude jusqu'à
la rue Saint-Denis; et c'est l'opinion qui paroît la mieux fondée[507].

          [Note 507: Cette division avoit été adoptée dans ces derniers
          temps; mais, dans la dernière nomenclature, la rue entière étoit
          désignée sous le nom de _rue du Ponceau_.]

Ces deux noms viennent d'un égout qui passe encore aujourd'hui dans cette
rue, et d'un petit pont qu'on avoit construit au-dessus pour la facilité
du passage. On trouve dans les archives de Saint-Martin-des-Champs une
foule de titres qui font mention, dès le quatorzième siècle, _du Poncelet
des maisons bâties sur le Poncel, à l'opposite de la chapelle Ymbert, et
près le Ponceau et la rue Guérin-Boisseau_. Les registres capitulaires de
Notre-Dame indiquent en 1413 _le Ponceau Saint-Denis emprès les Nonains_
(les Filles-Dieu.)

Cet égout fut couvert en 1605, et l'on y fit une rue par l'ordre et aux
dépens de M. Miron, alors prévôt des marchands. Ce magistrat fit en même
temps réparer la fontaine voisine, qui porte le même nom.

_Rue des Deux-Portes._ Elle va de la rue Pavée dans la rue Thévenot. Ce
nom lui vient de deux portes qui la fermoient autrefois à ses extrémités;
en 1427 elle finissoit à la rue Saint-Sauveur, et se nommoit alors _rue
des Deux-Petites-Portes_.

_Rue du Renard._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Saint-Denis, de
l'autre dans celle des Deux-Portes. Sauval n'a point parlé de cette rue,
quoiqu'elle soit fort ancienne; il en est fait mention dans le rôle des
taxes de 1313, sous le nom de _rue Perciée_, et depuis _rue Percée_. Il y
a toute apparence qu'elle doit son nom à un particulier: car on trouve
dans le censier de l'évêché, de 1372, que Robert Renard avoit sa maison au
coin de cette rue, devant la Trinité; et dans celui de 1399, que cette
maison avoit pour enseigne _le Renard_: la rue en avoit pris le nom dès la
fin du quatorzième siècle.

_Rue Saint-Sauveur._ Elle va de la rue Saint-Denis à l'endroit où se
joignent les rues Montorgueil et des Petits-Carreaux: ce nom lui vient de
l'église Saint-Sauveur. On voit par plusieurs actes que cette rue existoit
dès l'an 1285.

_Rue Neuve-Saint-Sauveur._ Elle aboutit dans les rues de Bourbon et des
Petits-Carreaux, et fut ainsi nommée parce qu'on avoit projeté d'ouvrir
une rue qui devoit traverser de la rue de Bourbon dans celle de
Saint-Sauveur. Ce projet n'ayant pas été exécuté, on a donné à celle-ci le
nom qu'on avoit destiné à l'autre. Anciennement elle s'appeloit _rue de la
Corderie_, ensuite _rue Boyer_, du nom d'un particulier. On la trouve sous
ces deux noms dans les censiers de l'archevêché: celui de 1603 la nomme
_rue des Corderies_, alias _cour des Miracles_, et celui de 1622, _rue
Neuve-Saint-Sauveur_, anciennement dite _Boyer_[508].

          [Note 508: Dans cette rue est la cour des _Miracles_. Ce nom
          étoit commun à tous les endroits où se retiroient autrefois les
          gueux, les vagabonds et gens sans aveu, et celui-ci étoit un des
          plus considérables. Cette cour consistoit en une place assez
          vaste et un très-grand cul-de-sac[508-A]. On assure qu'avant
          qu'on enfermât les mendiants dans l'Hôpital-Général, à Bicêtre,
          etc., on y comptoit plus de cinq cents familles entassées les
          unes sur les autres.

          Ce fut par antiphrase que l'on donna aux lieux qui étoient
          habités par de pareilles gens, le nom de _cour des miracles_,
          parce que ces gueux, qui pendant la journée erroient dans la
          ville, contrefaisant les malades et les estropiés, trouvoient,
          _sans miracle_, en rentrant le soir dans leur repaire, la santé
          la plus parfaite et le libre usage de leurs membres.

          Dans les années qui précédèrent la révolution, on avoit établi
          dans cette cour, et du côté de la rue Bourbon-Villeneuve, une
          halle au poisson qui n'existe plus.]

          [Note 508-A: La disposition des lieux est changée. La cour des
          Miracles offre actuellement un passage qui communique par trois
          ouvertures à différentes rues. _Voyez_ l'art. _Rues nouvelles_.]

_Rue Saint-Spire._ Elle a été bâtie sur un emplacement de figure
triangulaire qui se trouvoit entre les rues de Bourbon, de Sainte-Foi et
des Filles-Dieu; elle traverse de l'une à l'autre de ces deux dernières.

Le cimetière de Saint-Sauveur étoit dans cette rue.

On y voit aussi un cul-de-sac appelé de la _Grosse-Tête_. On présume que
ce nom lui vient de celui d'un particulier qui, en 1341, avoit sa maison
dans cet endroit, ou peut-être d'une enseigne: car le censier de l'évêché,
de 1372, énonce la maison de _la Grosse-Tête_.

_Rue de Marie-Stuart._--Voyez _rue Tireboudin_.

_Rue Thévenot._ Elle traverse de la rue des Petits-Carreaux à celle de
Saint-Denis. Ce n'étoit, dans son origine, qu'un cul-de-sac dans la rue
des Petits-Carreaux, qu'on appeloit, en 1372, _des Cordiers_, ensuite _de
la Cordière_ et _de la Corderie_. Elle portoit encore cette dernière
dénomination, lorsqu'à la fin du dix-septième siècle on la prolongea
jusqu'à la rue Saint-Denis. Le sieur André Thévenot, ancien contrôleur des
rentes de l'hôtel-de-ville, y ayant fait bâtir plusieurs maisons, elle
prit aussitôt son nom.

La partie du cul-de-sac qui subsistoit encore hors de l'alignement de la
rue a été conservée, et forme le _cul-de-sac de l'Étoile_, lequel doit son
nom à une enseigne.

_Rue Tireboudin._ Cette rue, qui aboutit d'un côté dans la rue des
Deux-Portes, et de l'autre dans celle de Montorgueil, portoit anciennement
un nom très-indécent, et qui se ressentoit de la simplicité, ou, pour
mieux dire, de la grossièreté des moeurs de nos ancêtres. Sur le
changement de nom qu'elle a éprouvé, Saint-Foix raconte, sans examen,
l'anecdote suivante: «Marie Stuart, femme de François II, passant dans
cette rue, en demanda le nom: il n'étoit pas honnête à prononcer; on en
changea la dernière syllabe, et ce changement a subsisté.» Celui qui a
fourni ce petit conte à cet écrivain a manqué d'exactitude: car Marie
Stuart, reine d'Écosse, fut mariée à François II en 1558; et dès 1419 le
censier de l'évêché indique cette rue sous le nom de _Tireboudin_: elle
porte le même nom dans le compte des confiscations pour les Anglois, en
1420 et 1421[509].

          [Note 509: Cependant, d'après ce récit évidemment faux, la rue a
          reçu, depuis quelques années, la dénomination de rue _de Marie
          Stuart_.]

_Rue de Tracy._ Cette rue, percée en 1781, lorsqu'on construisit le
nouveau portail de Saint-Chaumont, donne d'un côté dans la rue du Ponceau,
et de l'autre dans celle de Saint-Denis. Elle portoit, dans l'origine, le
nom de _rue des Dames de Saint-Chaumont_.


MONUMENTS NOUVEAUX ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS
1789.

FONTAINES.

_Fontaines de la rue Saint-Denis._ Elles sont établies des deux côtés de
cette rue, en forme de piliers carrés, et fournissent abondamment à ses
nombreux habitants des eaux qui viennent du canal de l'Ourcq.

On a aussi construit sous cette rue un vaste égout qui s'étend dans toute
sa longueur, et qui a procuré à cette partie populeuse de Paris une
propreté et une salubrité que l'on avoit jusqu'alors essayé vainement de
lui donner.

_Fontaine du Ponceau._ Cette fontaine, située à l'angle que forme le
retour de cette rue dans celle de Saint-Denis, a reçu des eaux plus
abondantes qui lui viennent du canal de l'Ourcq, et une forme nouvelle
plus élégante. Elle se compose maintenant d'un demi-bassin circulaire,
au-dessus duquel s'élève un jet d'eau; et de ce bassin l'eau tombe en
nappe dans un autre bassin de plus grande dimension, qui s'élève seulement
à deux pieds de terre, et sert d'abreuvoir aux chevaux.


RUES NOUVELLES.

_Rue du Caire._ Cette rue, percée sur le terrain des Filles-Dieu, aboutit,
d'un côté, dans la rue de Bourbon, de l'autre dans la rue Saint-Denis.

_Rue de la Chapelle._ Elle aboutit d'un côté à l'enceinte de Paris entre
les barrières des Vertus et de Saint-Denis, de l'autre dans celle de
Château-Landon.

_Rue de la Charité._ Elle commence en face du portail de Saint-Laurent, et
donne dans la rue qui porte le nom de cette église.

_Rue de Château-Landon._ Elle donne d'un bout dans la rue du
Faubourg-Saint-Martin, et de l'autre vient finir à la barrière des Vertus.

_Rue du Chaudron._ Elle prend son origine dans la rue précédente, et vient
finir vers la conduite d'eau du canal de l'Ourcq.

_Rue de la Fidélité._ Elle commence dans la rue du Faubourg-Saint-Denis en
face de la rue du Paradis, et aboutit dans celle du Faubourg-Saint-Martin.

_Rue des Forges._ Elle a été ouverte sur l'ancienne cour des Miracles, et
donne, de l'autre bout, dans la rue du Caire.

_Rue des Fossés-Saint-Martin._ Elle donne d'un bout dans la rue du
Faubourg Saint-Lazare, de l'autre dans celle du Faubourg-Saint-Martin.

_Rue des Messageries._ Elle traverse la rue de Paradis, et vient par un
retour d'équerre aboutir à celle du Faubourg-Poissonnière.

_Chemins sans nom._ Il y en a deux qui communiquent de la rue du
Faubourg-Saint-Denis dans celle de la Chapelle.


PASSAGES.

_Passage du Caire._ Il a été ouvert dans le bâtiment des Filles-Dieu, et
aboutit d'un côté à la rue de Bourbon, de l'autre à la rue Saint-Denis. Ce
passage est occupé par des marchands de tout genre.


FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE DU DEUXIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES.

SECOND VOLUME.--PREMIÈRE PARTIE.


                                                                Pages.

QUARTIER MONTMARTRE.

  Paris sous la régence de Charles, dauphin; sous Charles V et
    Charles VI.                                                      1

  Origine du quartier Montmartre.                                  165

  Monastère des Capucines.                                         170

  Les Nouvelles-Catholiques.                                       178

  Bibliothéque du Roi.                                             182

  Place des Victoires.                                             205

  Les Augustins-Réformés.                                          214

  L'église Saint-Joseph.                                           228

  Les Filles de Saint-Thomas-d'Aquin.                              229

  Théâtre Italien.                                                 232

  Les Capucins de la Chaussée-d'Antin.                             243

  La chapelle Notre-Dame-de-Lorette.                               247

  La chapelle Saint-Jean-Porte-Latine.                             249

  Hôtels anciens et nouveaux.                                  _Ibid._

  Fontaines.                                                       260

  Rues et places du quartier Montmartre.                           262

  Rues nouvelles.                                                  284

  Antiquités romaines.                                             286

  Monuments nouveaux.                                              289


QUARTIER SAINT-EUSTACHE.

  Origine du quartier.                                             296

  L'église Saint-Eustache.                                         291

  Communauté de Sainte-Agnès.                                      313

  Chapelle Sainte-Marie-Égyptienne.                                315

  Collége des Bons-Enfants, et chapelle Saint-Clair.               320

  Halle au Blé.                                                    323

  Hôtels.                                                          329

  Fontaines.                                                       347

  Rues et places du quartier Saint-Eustache.                       348

  Antiquités romaines.                                             364

  Monuments nouveaux.                                              365


QUARTIER DES HALLES.

  Paris sous Charles VII.                                          370

  Les Halles.                                                      427

  L'église des Saint-Innocents.                                    440

  Le cimetière des Saints-Innocents.                               448

  Les Charniers.                                                   451

  Hôtels.                                                          459

  Place et Fontaine des Innocents.                                 460

  Rues et places du quartier des Halles.                           466

  Monuments nouveaux, etc.                                         478


QUARTIER SAINT-DENIS.

  Origine du quartier.                                             480

  Saint-Jacques-de-l'Hôpital.                                      482

  L'hôpital de la Trinité.                                         491

  L'église de Saint-Sauveur.                                       501

  Hôtel-Dieu de Jean Chenart.                                      507

  Hôpital de Pierre Godin.                                     _Ibid._

  Communauté des Filles-Dieu.                                      508

  Les Filles de Saint-Chaumont.                                    517

  Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.                                    522

  Les Filles de la Petite Union-Chrétienne.                        525

  La porte Saint-Denis.                                            527

  Maison de Saint-Lazare.                                          531

  Les prêtres de la Mission.                                       540

  Les Filles de la Charité.                                        548

  La Foire Saint-Laurent.                                          553

  Chapelle Sainte-Anne.                                            555

  Hôtels.                                                          556

  Fontaines.                                                       560

  Rues et places du quartier Saint-Denis.                          563

  Monuments nouveaux.                                              584

  Rues nouvelles.                                                  585


FIN DE LA TABLE DE LA 1re PARTIE DU SECOND VOLUME.



[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

Autres corrections effectuées:

--Page 35: "dans différentes villes de royaume" remplacé par "dans
différentes villes du royaume".

--Page 66: "(1563) Une contagion horrible enleva" remplacé par "(1363)
Une contagion horrible enleva".

--Page 83: "(1581.) Le duc d'Anjou venoit" remplacé par "(1381.) Le duc
d'Anjou venoit".

--Page 147: "renouveler l'infâme traité de 1314;" remplacé par "renouveler
l'infâme traité de 1414;".

--Page 213: "mais ils n'étoient pas aussi" remplacé par "mais il n'étoit
pas aussi".

--Page 238: "Réduits aux rôle des personnages muets" remplacé par "Réduits
au rôle des personnages muets".

--Page 262: "rue Neuve-des-Petits-Petits-Champs" remplacé par "rue
Neuve-des-Petits-Champs".

--Page 311: "Claude Favre, sieur de Vaugeas," remplacé par "Claude Favre,
sieur de Vaugelas,".

--Page 311: "dans lequel on voyoit deux" remplacé par "dans laquelle on
voyoit deux".

--Page 338: "qu'a occupé depuis l'hôtel Soissons" remplacé par "qu'a
occupé depuis l'hôtel de Soissons".

--Page 376: "Bedfort, Salisbury, Warwich" remplacé par "Bedfort,
Salisbury, Warwick".

--Page 419: "se virent, en 1350, réduits" remplacé par "se virent, en
1450, réduits".

--Page 476: "y a grande apparence," remplacé par "Il y a grande
apparence,".

--Note 74: "qui l'avoit élevé par degrés aux emplois les éminents"
remplacés par "qui l'avoit élevé par degrés aux emplois les plus
éminents".

--Note 347: "étant esdits greniers." remplacé par "étant lesdits
greniers.".

--L'ancre de la note 302 n'étant pas présente dans le texte, elle a été
rajoutée en fin de paragraphe.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Tome 3)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home