Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dictionnaire érotique Latin-Français
Author: Blondeau, Nicolas, Bonneau, Alcide, Noël, François
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire érotique Latin-Français" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Digital Library at http://library.ibb.net/dlib/)



  DICTIONNAIRE
  ÉROTIQUE
  LATIN-FRANÇAIS

  PAR
  NICOLAS BLONDEAU
  Avocat en Parlement, Censeur des livres et Inspecteur de
  l'Imprimerie de Trévoux (XVIIe siècle)

  _Édité pour la première fois sur le Manuscrit original
  avec des notes et additions de_
  FRANÇOIS NOËL
  Inspecteur général de l'Université

  _Précédé d'un_ ESSAI SUR LA LANGUE ÉROTIQUE
  Par le Traducteur du _Manuel d'Érotologie_ de Forberg

  [Marque d'imprimeur: SCIENTIA DUCE. IL.]

  PARIS
  ISIDORE LISEUX, ÉDITEUR
  Rue Bonaparte, nº 25

  1885



_Tiré à

trois cent soixante-quinze exemplaires._

_Nº 204_



AVANT-PROPOS

DE L'ÉDITEUR


Les Amateurs qui veulent bien suivre mes publications se rappellent sans
doute les Adieux dont j'ai fait précéder la _Raffaella_, en Décembre
1884: «Le présent volume,» disais-je, «est peut-être le dernier de son
genre que je mette au jour...; le prochain sera un gros ouvrage de
Théologie.»

J'étais sincère; j'avais débuté, en 1875, par une oeuvre Théologique, la
_Démonialité_, du P. Sinistrari: je voulais finir saintement, comme
j'avais commencé.

Et j'ai tenu parole: j'ai donné, tout récemment, une réimpression des
_Divinités génératrices_ de Dulaure, croyant bien m'arrêter sur cette
oeuvre pie.

Mais ne finit pas qui veut. Or, que faire quand la vie s'obstine et
qu'on n'a pas de goût pour le suicide? Éditer, éditer sans cesse.
Malheureusement, la matière se raréfie, et depuis que d'austères
censeurs, voyant un péril social dans des badinages poétiques du XVIe
siècle imprimés à cent cinquante exemplaires, m'ont traîné sur le banc
des assassins, je suis devenu fort timide. La Théologie elle-même ne me
rassure pas. Si j'essayais de l'Enseignement? Certes, c'est une noble
tâche que de façonner l'esprit de ses semblables, de les initier aux
élégances de cette littérature qui, suivant l'expression d'Ovide,
«_emollit mores, nec sinit esse feros_». Et pouvais-je mieux choisir,
pour inaugurer une nouvelle Bibliothèque d'Éducation, que l'_Aloisia_ de
Chorier, cette incomparable _Civilité juvénile_, ce chef-d'oeuvre Latin
d'un Français du grand siècle: un livre qui, si notre idiome devait
jamais disparaître, lui survivrait avec la langue immortelle dans
laquelle il est écrit?

J'ai donc publié une édition Latine de l'_Aloisia_, plus correcte, je
puis l'affirmer, qu'aucune de ses devancières.

Voici maintenant un second ouvrage, un _Dictionarium eroticum
Latino-Gallicum_, qui peut se rattacher au précédent. Il est aussi du
grand siècle, et tout à fait inédit. Son auteur, Pierre-Nicolas
Blondeau, n'est guères connu: du moins les Biographies Michaud et Didot
n'en font pas mention. Mais une Note[1] annexée au Manuscrit, de la main
d'un de ses possesseurs, Hyacinthe-Théodore Baron, ancien doyen de la
Faculté de Médecine de Paris et bibliophile distingué, nous apprend que
Nicolas Blondeau était avocat en Parlement, censeur des livres et
inspecteur de l'imprimerie établie à Trévoux, vers 1695, par le duc du
Maine, et qu'on lui devait le Dictionnaire classique Français-Latin,
connu sous le nom de _Boudot_. D'après d'autres renseignements, ce
dictionnaire de Boudot n'était que l'abrégé d'un grand Dictionnaire
manuscrit, en quatorze volumes in-4º, composé par Nicolas Blondeau et
qui n'a pas été imprimé.

  [1] Voir ci-après, p. XVII.

Baron étant mort, en 1787, sa volumineuse bibliothèque, dont nous avons
sous les yeux le Catalogue[2] comprenant 6506 numéros, fut mise aux
enchères, et notre Manuscrit,

  _Nº 4495. Petri-Nicolai Blondeau Dictionarium Eroticum
  Latino-Gallicum_, pet. in-4º. _Manuscrit, copie autographe mise au
  net_,

adjugé au prix de 34 livres 4 sous.

  [2] Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier Médecin des
    Camps et Armées du Roi en Italie et en Allemagne, ancien Doyen de la
    Faculté de Médecine de Paris. _Paris_, _Née de la Rochelle_, 1788,
    in-8º.

Quel en fut l'acquéreur immédiat? On l'ignore: mais, deux ans plus tard,
il était préparé pour l'impression, revu, commenté et augmenté, pour
servir d'annexe à un Recueil de Priapées Latines dont voici le titre
projeté, de l'écriture du Commentateur:

  CARMINA ITHYPHALLICA
  vel
  EROTICA LATINA

  _Quibus accedit Dictionarium Eroticum Latino-Gallicum, continens voces
  salaciores apud auctores optimae notae reperiundas, cum eorum
  paraphrasi Gallica_

  _Olim a Petro Nicolao Blondeau, advocato, confectum et in schedis
  manuscriptis relictum, nunc revisum et auctum_

  IN INSULA CYTHERAE
  _Typis Amoris_
  1790

On se proposait, en outre, d'en faire un tirage séparé, avec ce titre
spécial:

  DICTIONNAIRE ÉROTIQUE
  LATIN-FRANÇAIS

  pour servir à l'intelligence de quelques auteurs de la belle
  Latinité, et de Supplément au Dictionnaire dit de _Boudot_

  A CYTHÈRE
  _De l'Imprimerie de l'Amour_
  _L'an deuxième de la Liberté_
  1791

Au verso d'un de ces titres sont de petites notes ou _memoranda_ du
Commentateur, indiquant les ouvrages qu'il devra consulter pour son
édition des _Carmina Ithyphallica_ ou Priapées Latines:

  _Priapeia._

  _Excerpta ex Anthologia Latina._

  _Excerpta ex Catullo, Tibullo, Propertio, Phaedro, Ovidio, Lucretio,
  Horatio, Martiale, Juvenale._

  _Pervigilium Veneris._

  _Ausonii Cupido cruci affixus_; _Cento nuptialis._

  _Ausonii Rosae idyllium._

  Vérifier, dans _Baudii Amores_, les pièces anciennes qui peuvent me
  convenir.

  Le _Delectus Epigrammatum Latinorum_ diffère-t-il de l'Anthologie de
  Burmann?

  Pline le Jeune a écrit quelques vers libres, dont il cherche à
  s'excuser dans deux de ses Lettres. Voyez, au 7e livre des Epîtres de
  Pline, sa lettre à Pontius. Ausone en parle, mais ces poésies se sont
  perdues.

  Apulée a écrit quelques Épigrammes libres, qui se sont perdues; il en
  parle dans sa première Apologie de la Magie.

  On dit qu'il a existé des Lettres de Cicéron à Cerellia, qui respirent
  tous les feux de l'amour.

  Le poème d'_Io_, par Laevius, ancien poète Latin, s'est perdu; il
  avait aussi composé quelques livres sur l'Amour, nommés
  _Erotopaegnia_, dont Barthius a adopté le titre pour ses compositions
  du même genre.

  On trouve à la fin du _Meursius_ de Barbou des fragments de poésies
  libres Latines; mais elles sont modernes.

  Voir _Poetae Latini minores_.

  Je ne prends aucun des vers qui font partie de la Satire de Pétrone,
  pour ne pas démembrer cet ouvrage, qui peut se joindre un jour à
  celui-ci.

Avec ces données, il était facile de reconnaître, dans le Commentateur
anonyme de notre Manuscrit, l'auteur du Recueil de Priapées publié à
Paris en 1798, sous le titre d'_Erotopaegnion_[3]: c'est-à-dire François
Noël, professeur de belles-lettres avant la Révolution, et, de 1802 à
1841, date de sa mort, inspecteur général de l'Université. Et comme
j'avais sous la main plusieurs des innombrables autographes et
compilations manuscrites laissés par Noël, l'identité de l'écriture
n'était pas moins facile à constater.

  [3] _Erotopaegnion, sive Priapeia Veterum et Recentiorum, Veneri
    jocosae sacrum. Lutetiae Parisiorum, Patris, 1798_, pet. in-8º.

Jean-François Noël, né en 1755, mort en 1841, est assez connu: il
suffira d'en dire ce qui se rattache plus directement à notre sujet.
Comme la plupart des jeunes gens qui, sous l'ancien Régime, se
destinaient à l'enseignement, il était entré dans les Ordres, et il
occupait une chaire de professeur au collège Louis-le-Grand, lorsque la
Révolution lui ouvrit une voie nouvelle. D'abord chef de bureau au
Ministère des Relations extérieures, il obtint bientôt des postes
diplomatiques, débuta par une mission à Londres en 1792, fut
successivement ministre plénipotentiaire de la République à La Haye et à
Venise (1793 à 1796); puis, rappelé en France, devint membre de la
Commission de l'Instruction publique, commissaire général de police à
Lyon (1800), préfet du Haut-Rhin (1801), enfin inspecteur général de
l'Instruction publique (1802), place qu'il conserva jusqu'à sa mort. Ses
ouvrages, tous relatifs à l'Enseignement, témoignent d'une infatigable
fécondité: _Leçons de Littérature et de Morale, Françaises, Latines,
Latines modernes, Anglaises, Italiennes, Grecques, Allemandes_,
consistant, pour chaque langue, en deux volumes in-8º; _Leçons
Françaises de Philosophie et de Morale_; _Nouveau Dictionnaire des
Inventions et Découvertes_; _Dictionarium Latino-Gallicum_;
_Dictionnaire Français-Latin_; _Philologie Française, ou Dictionnaire
étymologique, critique, historique, anecdotique et littéraire_;
_Dictionnaire historique des personnages de l'Antiquité_; _Dictionnaire
de la Fable_; _Traduction de Catulle et Gallus_; _Abrégé de la Grammaire
Française_ (avec Chapsal), etc.

Mais ces travaux officiels ne suffisaient pas à son activité. Humaniste
passionné, de la vieille école des Ménage et des La Monnoye, il occupait
ses loisirs à d'incessantes recherches dans des livres rares: anciens
conteurs Latins, Français ou étrangers, épigrammatistes, auteurs de
facéties, qu'il s'amusait à copier par extraits ou même in-extenso.
Outre son _Erotopaegnion_, il fut aussi l'éditeur anonyme des _Poggii
Facetiae_ parues à la même date (1798). Toutefois, ces deux publications
ne représentent qu'une minime partie de ses compilations manuscrites,
J'en possède, comme je l'ai dit plus haut, une notable quantité. C'est,
1º un volumineux Recueil intitulé: _Erycina ridens, seu recentiorum
Poetarum qui Latine cecinerunt Deliciae deliciarum_ (_Venetiae_, 1795):
_Erycina ridens_, en d'autres termes _Venus jocosa_, à laquelle son
_Erotopaegnion_ est dédié; 2º Le _Martial moderne, ou choix d'Épigrammes
tirées des Poètes Latins modernes, depuis la renaissance des lettres
jusqu'à nos jours_; sur le titre, _La Roche-Guyon_, 1827: La Roche-Guyon
est un village près de Mantes (Seine-et-Oise), où Noël avait
probablement sa résidence d'été; 3º _Le Perroquet_, recueil de pièces en
prose et en vers sur cet oiseau, en plusieurs parties: Latine,
Française, Anglaise, Italienne, Orientale; comment expliquer, chez Noël,
cet amour du perroquet, sinon par une sympathie de linguiste? 4º _Basia
variorum, libri IV_; recueil des meilleurs _Baisers_ de Jean Second et
autres imitateurs modernes de Catulle; 5º enfin, _Fabellae Milesiacae_,
ou _Fabellarum Milesiacarum libri, tum erotica et jocosa, tum heroica et
tragica continentes, e veteribus et recentioribus scriptoribus excerpti_
(_Leropolis_, 1809); six gros volumes in-8º, dont le dernier porte la
date de 1840: Noël avait alors quatre-vingt-cinq ans.

Il mourut, comme il a été dit, l'année suivante, et sa bibliothèque fut
aussitôt vendue par adjudication, sauf les Manuscrits, qu'il avait
réservés pour son fils, Charles Noël. Le Catalogue de vente[4], composé
de 1555 numéros, dont plusieurs réunissaient jusqu'à vingt ouvrages
différents, présentait, dans une assez petite proportion, ce qu'on est
convenu d'appeler des livres érotiques. Il fit scandale; la pudeur
officielle en fut alarmée, et cent soixante numéros furent «retirés par
ordre». On peut lire, en effet, sur un feuillet de garde de l'exemplaire
conservé à la Bibliothèque Nationale (_Collection Jullien_), les
curieuses annotations suivantes:

  _«Ce Catalogue est remarquable par le grand nombre de livres
  licencieux qu'il contient..._

  _»Et, par ce triste motif, fort cher et fort recherché.»_

  [4] _Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Fr.
    Noël, ancien conseiller de l'Université, inspecteur général des
    études_, etc. Paris, Galliot, 1841, in-8º.

Puis, d'une autre écriture:

  _«Sur 1555 numéros dont se compose ce singulier et unique Catalogue,
  160 ont été interdits comme contraires aux moeurs; on aurait pu en
  trouver davantage.»_

Le premier annotateur n'était autre, probablement, que le digne
collectionneur Jullien: on sent le bibliophile tout aise de posséder un
article «fort cher et fort recherché», quitte à gémir sur le «triste
motif» de cette cherté.

Quant à la seconde note, rédigée sans doute par un fonctionnaire de la
Bibliothèque, elle est digne d'un de nos magistrats, sévères gardiens de
la morale publique. «_On aurait pu en trouver davantage!_» Voyons donc
ce qu'il y avait de si effrayant dans ces cent soixante numéros retirés
par ordre:

Pour ne rien dissimuler, oui, il y avait deux classiques du genre
proscrit: l'_Arétin Français_ et la _Justine_ en quatre volumes; mais la
grande majorité des autres numéros, c'était des livres comme ceux-ci:

    _Le Système de la Nature_, par d'Holbach;
    _La Callipédie_ de Claude Quillet;
    _Le Balai_; _la Chandelle d'Arras_;
    _Les quatre heures de la Toilette des Dames_;
    _La Nuit et le Moment_, par Crébillon fils;
    _Opus macaronicum Merlini Coccaii_;
    _Les Bigarrures et Touches_ de Tabourot des Accords;
    _OEuvres de Tabarin_;
    _Le Moyen de parvenir_;
    _Aventures de Roquelaure_;
    _L'Art de désopiler la rate_;
    _Mémoires pour servir à la fête des Fous_, par Du Tilliot;
    _Novelle dell' abbate Casti_;
    _Traité des Eunuques_, par Ancillon;
    _Collection d'ana_: _Scaligerana_, _Chevroeana_, etc.

Voilà les monstruosités qu'il était défendu à un littérateur de
posséder, sous le règne du bon roi Louis-Philippe.

                   *       *       *       *       *

Revenons, en terminant, au Manuscrit qui fait l'objet de cette
publication.

Noël y avait fondu ses notes et additions, voulant ne donner qu'un seul
texte; mais les idées comme le style du prêtre défroqué de 1791
n'étaient pas sans disparate avec la manière de penser et d'écrire du
vieux Blondeau: aussi, ai-je préféré distinguer les deux auteurs, en
rejetant au bas des pages ce qui appartient à Noël. Quant au mérite et à
l'utilité de ce Dictionnaire spécial, je laisse à plus compétent que moi
le soin de l'apprécier: je ne puis donc que renvoyer le lecteur à
l'_Essai sur la langue érotique_, travail original et approfondi, qu'on
trouvera ci-après et qui n'est pas la moindre curiosité de ce volume.

ISIDORE LISEUX.

Paris, 30 Avril 1885.

[Dans la version électronique, les entrées de François Noël sont
indiquées par la mention «(N)».]



NOTE

D'HYACINTHE-THÉODORE BARON

Premier Médecin des Camps et des Armées du Roi,

Ancien Doyen de la Faculté de Médecine de Paris.


Un homme de lettres de la fin du dernier siècle[5], composant un petit
Dictionnaire[6], qui a eu la plus grande vogue, avait mis à part les
mots licencieux qui se trouvent dans les différents auteurs Latins. Son
intention était d'en faire un petit Dictionnaire séparé, en y joignant
l'interprétation Française, et des périphrases pour expliquer la
signification des mots de la manière la moins déshonnête qu'il serait
possible; il l'avait intitulé: _Dictionarium vocum obscenarum quae apud
varios authores reperiuntur, ex universali meo decerptum_.

  [5] Me Pierre-Nicolas Blondeau, avocat en Parlement, censeur des
    livres et inspecteur de l'Imprimerie que M. le duc du Maine avait
    établie à Trévoux, sous l'autorité de M. de Malezieux, chancelier de
    la principauté de Dombes.

  [6] Le Dictionnaire vulgairement appelé de _Boudot_, parce que ce
    libraire avait acquis le manuscrit de Me Blondeau.

Ce petit ouvrage manuscrit, de la propre main de l'auteur, a passé
successivement dans le cabinet de plusieurs de ses parents[7], sans
qu'il ait été jamais imprimé, et même sans qu'il en ait été tiré aucune
copie. On a jugé à propos d'en changer le titre, en y substituant le
suivant: _Dictionarium eroticum Latino-Gallicum, continens voces
salaciores apud optimae notae scriptores reperiundas; cum earum
interpretatione Gallica et honesta utcunque periphrasi_.

  [7] Me P.-N. Blondeau demeurait à Paris chez M. Philippe Baron,
    apothicaire ordinaire du Roi, mon aïeul, dont il était cousin issu
    de germain par Marguerite Blondeau, mère de M. Baron; c'est de cette
    manière que le présent Manuscrit m'est parvenu par succession.



ESSAI

Sur la Langue Érotique

PAR LE TRADUCTEUR

du _Manuel d'Érotologie_ de Forberg


Si l'on examine d'un peu près la langue érotique, les termes et
locutions dont elle se compose, tant chez les Anciens que chez les
Modernes, on s'aperçoit que les écrivains puisent les éléments de leur
vocabulaire à trois sources principales.

Il y a d'abord le mot cru, le terme propre, qui peut maintenant nous
paraître assez malsonnant, mais qui certainement à l'origine ne devait
pas être obscène. L'homme donna un nom à ses parties génitales, à celles
de la femme, à l'acte amoureux, aux sécrétions qui en résultent, comme à
toutes les autres parties du corps, à toutes les autres actions et
sécrétions, sans choquer en rien la pudeur. Les Grecs et les Romains
employaient le mot cru, non seulement entre hommes et dans la
conversation familière, mais publiquement, dans les poèmes, dans les
livres, sur la scène. Aristophane disait le mot et exhibait la chose en
plein théâtre. Horace dit ingénument: _dum futuo_; il parle sans
périphrase des humides résultats d'un songe provoqué chez lui par
l'attente d'une servante d'auberge, dans son voyage à Brindes[8]; ses
invectives à Canidie sont intraduisibles en langage décent. Martial a
encore moins de sans-gêne qu'Horace: il se plaît à étaler en ce genre
des énormités et appelle cela parler Latin, user de la simplicité
Romaine[9].

  [8] _Sat._, I, 5, v. 85.

  [9] _Qui scis Romana simplicitate loqui_ (XI, 21.)

Un second élément est puisé dans la langue médicale. Le médecin ne peut
se contenter du mot populaire assigné à tel ou tel organe; le sérieux de
son art ne s'accommoderait pas d'un terme banal ou plaisant et qui fait
rire; de plus, l'anatomie lui a révélé la complexité de cet organe, qui
est un pour le vulgaire, mais qui pour lui se compose d'un certain
nombre de parties distinctes, jouant chacune leur rôle, et auxquelles il
assigne un nom particulier. Il se servira donc, soit de termes vagues,
par décence, comme _inguen_, _abdomen_, _uterus_, _pudenda_,
_muliebria_, _habitare_, _inire_, _coire_, etc.; soit, s'il a besoin
d'être précis, des termes techniques dont il enrichit la langue, et que
l'écrivain ou tout le monde peut employer à son tour, s'ils n'ont pas un
aspect scientifique par trop rébarbatif.

Réduit à ces deux éléments premiers, le vocabulaire érotique serait
encore bien restreint, et la nécessité d'un glossaire spécial se ferait
à peine sentir. Mais ils n'ont, à vrai dire, que la moindre importance,
et le troisième élément, l'élément métaphorique, est de beaucoup la
source la plus abondante. Le peuple crée naturellement et
continuellement des métaphores, en matière érotique comme en toute autre
matière; les écrivains utilisent les locutions passées en usage, en
forgent d'autres, à l'infini, suivant leur tournure d'esprit ou leur
caprice, détournent le sens ordinaire des mots, parlent d'une chose pour
en faire entendre une autre, se servent d'équivoques s'ils ont peur
d'être trop bien compris, et créent ainsi, parallèlement à la langue
générale, une langue particulière, figurée, d'autant plus savoureuse et
d'autant plus riche qu'ils ont plus d'ingéniosité. Quelques-uns en ont
tant, que les seuls initiés comprennent la moitié de ce qu'ils ont voulu
dire et, pour l'autre moitié, en sont réduits aux conjectures. Sans les
anciens scoliastes qui nous avertissent que tel passage d'Aristophane
renferme une allusion obscène, on poursuivrait sans la voir; et les
savants disputent encore sur le sens qu'il faut donner à tel vers de
Perse, de Juvénal, d'Ausone, à telle phrase de Pétrone et d'Apulée.
C'est ici qu'un bon lexique n'est pas de trop, et, malgré quelques
essais estimables, il est encore à faire.

                   *       *       *       *       *

Mais avant de pénétrer plus intimement dans l'étude de la langue
érotique, pourquoi les écrivains, le peuple lui-même, ont-ils recours à
tant de métaphores, périphrases, ambages et circonlocutions, dès qu'il
est question des organes et des rapports sexuels? Si nous n'avons pas
honte d'être hommes, pourquoi n'oser parler qu'à mots couverts de ce qui
rend chez nous manifeste la virilité? La Nature a fait de l'union des
sexes la condition de notre existence et de la perpétuité de la race;
elle y a attaché, en vue de cette perpétuité, l'attrait le plus
puissant, la volupté la plus intense: pourquoi nous en cacher comme d'un
délit ou d'un crime? Pourquoi appeler honteuses ces parties sexuelles où
la Nature a concentré toute son industrie, et rougir de montrer ce dont
nous devrions être fiers? Même à ne considérer que l'acte brutal, il est
encore dans le voeu de la Nature, puisqu'elle nous en fait un besoin, et
la satisfaction d'un besoin ne peut avoir en elle-même rien de honteux.
Des moralistes ont vu, dans cette singulière pudeur, une hypocrisie
injustifiable. Écoutez Montaigne: «Qu'a fait l'action génitale aux
hommes, si naturelle, si nécessaire et si juste, pour n'en oser parler
sans vergongne, et pour l'exclure des propos sérieux et réglés? Nous
prononçons hardiment _tuer_, _desrober_, _trahir_, et _cela_, nous
n'oserions qu'entre les dents. Est-ce à dire que moins nous en exhalons
en paroles, d'autant nous avons loy d'en grossir la pensée? Car il est
bon que les mots qui sont le moins en usage, moins escripts et mieux
teus, soient les mieux sçeus et plus généralement cogneus.» Un autre
grand écrivain, moraliste à sa manière, maître Pietro Aretino, va bien
plus loin: «Quel mal y a-t-il à voir un homme grimper sur une femme? Les
bêtes doivent-elles donc être plus libres que nous? Il me semble, à moi,
que l'instrument à nous donné par la Nature pour sa propre conservation
devrait se porter au col en guise de pendant, et à la toque en guise de
médaillon, puisque c'est la veine d'où jaillissent les fleuves des
générations, et l'ambroisie que boit le monde, aux jours solennels. Il
vous a fait, vous qui êtes des premiers chirurgiens vivants[10]; il m'a
créé, moi qui suis meilleur que le pain; il a produit les Bembo, les
Molza, les Varchi, les Dolce, les Fra Sebastiano, les Sansovino, les
Titien, les Michel-Ange et, après eux, les Papes, les Empereurs, les
Rois; il a engendré les beaux enfants et les très belles dames, _cum
Santo Santorum_: on devrait donc lui prescrire des jours fériés, lui
consacrer des Vigiles et des Fêtes, et non le renfermer dans un morceau
de drap ou de soie. Les mains seraient bien mieux cachées, elles qui
jouent de l'argent, jurent à faux, prêtent à usure, vous font la figue,
déchirent, empoignent, flanquent des coups de poing, blessent et tuent.
Que vous semble de la bouche qui blasphème, crache à la figure, dévore,
enivre et vomit? Bref, les Légistes se feraient honneur s'ils ajoutaient
pour lui une glose à leur grimoire, et je crois qu'ils y viendront.»

  [10] Ce passage est extrait d'une lettre adressée à l'un des plus
    célèbres médecins de l'époque, messer Battista Zatti, de Brescia.

Ce sont des jeux d'esprit, des paradoxes. Diderot, qui reproduit à peu
près dans les mêmes termes la remarque de Montaigne, a du moins le
mérite de la franchise: il écrit en toutes lettres le dérivé Français du
Latin _futuo_[11]; mais Montaigne se sert pudiquement du mot «cela»,
obéissant ainsi au préjugé qu'il blâme; et quant à maître Pietro
Aretino, il s'est donné pour tâche, dans ses étonnants _Ragionamenti_,
de traiter les sujets les plus lubriques sans employer une seule fois le
mot propre: le Diable n'y a rien perdu. Ce préjugé est si fort, si
anciennement enraciné, qu'on ne le détruira pas. On aura beau nous dire
que le membre viril a beaucoup plus de noblesse que le nez, la bouche ou
les mains, nous continuerons à ne pas l'exhiber; et quoique le
rapprochement sexuel soit dans le voeu de la Nature, nous ferons
toujours difficulté de nous y livrer en public. Les premiers couples
humains se cachaient dans les bois pour l'opérer:

    _Tunc Venus in sylvis jungebat corpora amantum_,

dit Lucrèce, parlant de ces temps anciens où l'homme ne se nourrissait
encore que de glands. Cet instinct appartient à l'animal même. Un
naturaliste Anglais, le révérend Philips, attribue la disparition
presque complète aujourd'hui des éléphants, si communs autrefois qu'on
les recrutait par milliers pour les armées, à la pullulation des singes
qui viennent, au moment solennel, les troubler dans leurs solitudes; ils
cherchent en vain un fourré assez impénétrable pour se livrer aux
douceurs de l'hymen hors de la présence de ces importunes bêtes, et,
faute de le trouver, se résignent au célibat. En captivité, ils refusent
de s'accoupler, ainsi du reste que la plupart des animaux non
domestiques, ou ne s'y décident que si on les y amène par supercherie, à
force de ruse et de patience, ne voulant pas qu'un si profond mystère
ait des témoins profanes: à moins qu'on les croie convertis aux idées de
Malthus, et bien résolus à ne pas procréer de pauvres petits destinés à
devenir des malheureux.

  [11] «F..tez comme des ânes débâtés, mais permettez-moi de dire
    f..tre.»

L'homme, d'ailleurs, ne tient pas tant que cela à ressembler aux bêtes.
C'est bien assez qu'on lui dise à présent qu'il descend directement du
gorille, ou qu'il est son proche parent au moyen d'un ancêtre commun.
Précisément peut-être parce qu'il a une obscure conscience de cette
infime origine, il s'efforce d'étouffer ou d'atténuer chez lui le
gorille. Ses besoins naturels le rapprochent le plus de l'animal: il se
cachera donc pour les satisfaire, et il sera logique en cela, quoi qu'on
dise. Il ne se cache pas pour boire et pour manger, étant parvenu à s'en
acquitter proprement, avec décence, de façon à ne pas trop montrer
l'animal qui prend sa pâture; mais il va déposer à l'écart le résultat
de sa digestion. Voilà pourtant un besoin naturel, dont la satisfaction
est légitime; pourquoi le considérer comme immonde?

Ce n'est pas la pruderie ou l'hypocrisie moderne qui a imaginé d'appeler
honteuses les parties sexuelles. Les Latins les appelaient _pudenda_,
les Grecs [Grec: aidoia], mot qui a le même sens. «Faire des choses
malhonnêtes» semble appartenir exclusivement à la langue de M.
Prudhomme: c'est une locution Grecque, [Grec: arrhêta] ou [Grec: aischra
poiein]. Les termes vagues, les périphrases: être, aller, dormir avec
une femme, cohabiter, avoir commerce, remplir le devoir, etc., sont
toutes des locutions Latines: _esse_, _dormire cum muliere_, _coire_,
_cognoscere mulierem_, _habitare_, _habere rem_, _officium fungi_, et
elles ont leurs similaires en Grec; connaître, dormir, dans le sens
érotique, remontent à une civilisation encore plus ancienne, puisqu'on
les trouve dans la Bible: Adam _connut_ Ève, sa femme, et Ruth _dormit_
avec Booz. Les Latins, qui reculaient si peu devant la crudité des mots,
avaient en même temps des termes atténués d'une bien plus grande
délicatesse que nous-mêmes.

                   *       *       *       *       *

Les métaphores, si nombreuses, dans tous les idiomes, qu'elles
constituent à elles seules la principale richesse de la langue érotique,
ont dû être, à l'origine, imaginées dans le même but; mais il faut
convenir que ce but n'a pas toujours été atteint, ou qu'il a été bien
vite perdu de vue. De ces figures, les unes, aussi transparentes que
possible, ne sont que gracieuses ou plaisantes; d'autres, d'un sens plus
caché, forcent l'esprit à s'appesantir sur elles pour les comprendre;
d'autres enfin sont plus ordurières que ne pourrait l'être le mot
propre. Lorsque Martial, par exemple, dit _cacare mentulam_, pour rendre
la sensation du patient dans l'acte pédérastique, et Juvénal, _hesternae
occurrere coenae_, pour faire honte du rôle d'agent, ils sont
volontairement plus obscènes que s'ils disaient en propres termes
_paedicari_ et _paedicare_. Bayle, accusé d'obscénité pour n'avoir pas
adouci la crudité d'expression d'anciens textes qu'il était obligé de
donner, s'est défendu en condamnant sans distinction toutes les
périphrases et métaphores usitées dans le langage érotique, en
affirmant, avec le P. Bouhours, qu'elles sont plus dangereuses que des
ordures grossières.

«Ces manières délicates que l'on se plaint que je n'ai pas employées,»
dit-il[12], «n'empêchent pas que l'objet ne s'aille peindre dans
l'imagination, et elles sont causes qu'il s'y peint sans exciter les
mouvements de la honte et du dépit. Ceux qui se servent de ces
enveloppes ne prétendent point qu'ils seroient inintelligibles, ils
savent bien que tout le monde entendra de quoi il s'agit, et il est fort
vrai que l'on entend parfaitement ce qu'ils veulent dire. La délicatesse
de leurs traits produit seulement ceci, que l'on s'approche de leurs
peintures avec d'autant plus de hardiesse que l'on ne craint pas de
rencontrer des nudités. La bienséance ne souffriroit pas que l'on y
jetât les yeux, si c'étoient des saletés toutes nues; mais quand elles
sont habillées d'une étoffe transparente, on ne se fait point un
scrupule de les parcourir de l'oeil depuis les pieds jusques à la tête,
toute honte mise à part, et sans se fâcher contre le peintre: et ainsi
l'objet s'insinue dans l'imagination plus aisément, et verse jusques au
coeur, et au-delà, ses malignes influences, avec plus de liberté que si
l'âme étoit saisie de honte et de colère. Joignez à cela que quand on ne
marque qu'à demi une obscénité, mais de telle sorte que le supplément
n'est pas malaisé à faire, ceux à qui on parle achèvent eux-mêmes le
portrait qui salit l'imagination. Ils ont donc plus de part à la
production de cette image, que si l'on se fût expliqué plus rondement.
Ils n'auroient été en ce dernier cas qu'un sujet passif, et par
conséquent la réception de l'image obscène eût été très innocente; mais
dans l'autre cas ils en sont l'un des principes actifs: ils ne sont donc
pas si innocents, et ils ont bien plus à craindre les suites
contagieuses de cet objet qui est en partie leur ouvrage. Ainsi ces
prétendus ménagements de la pudeur sont en effet un piège dangereux. Ils
engagent à méditer sur une matière sale, afin de trouver le supplément
de ce qui n'a pas été exprimé par des paroles précises.

  [12] _Éclaircissement sur les obscénités_ (Appendice au _Dictionnaire
    critique_).

»Ceci est encore plus fort contre les chercheurs de détours. S'ils
s'étoient servis du premier mot que les dictionnaires leur présentoient,
ils n'eussent fait que passer sur une matière sale, ils eussent gagné
promptement pays; mais les enveloppes qu'ils ont cherchées avec beaucoup
d'art, et les périodes qu'ils ont corrigées et abrégées, jusques à ce
qu'ils fussent contents de la finesse de leur pinceau, les ont retenus
des heures entières sur l'obscénité. Ils l'ont tournée de toutes sortes
de sens, ils ont serpenté autour, comme s'ils eussent eu quelque regret
de s'éloigner d'un lieu aimable. N'est-ce pas là _ad Sirenum scopulos
consenescere_, jeter l'ancre à la portée du chant des Sirènes? Si
quelque chose a pu rendre très pernicieux les _Contes_ de La Fontaine,
c'est qu'à l'égard des expressions ils ne contiennent presque rien qui
soit grossier. Il y a des gens d'esprit qui aiment fort la débauche. Ils
vous jureront que les satires de Juvénal sont cent fois plus propres à
dégoûter de l'impureté que les discours les plus modestes et les plus
chastes que l'on puisse faire contre ce vice. Ils vous jureront que
Pétrone est incomparablement moins dangereux dans ses ordures
grossières, que dans les délicatesses dont le comte de Rabutin les a
revêtues, et qu'après avoir lu les _Amours des Gaules_, on trouve la
galanterie incomparablement plus aimable qu'après avoir lu Pétrone.»

Bayle semble bien avoir cause gagnée, avec de si bons arguments, et
cependant le procès est toujours en litige; malgré les immunités
réclamées en faveur du franc parler, du mot Latin ou Gaulois, par de si
bonnes raisons, les juges, comme le gros du public, inclineront toujours
à donner tort à ceux qui s'en servent, et à excuser ceux qui disent les
mêmes choses, ou de pires, en termes enveloppés et décents. Il est
curieux d'entendre un de nos contemporains soutenir la même thèse à sa
façon, avec beaucoup moins de solennité académique, mais sans plus de
succès: «La gauloiserie, les choses désignées par leur nom, la bonne
franquette d'un style en manches de chemise, la gueulée populacière des
termes propres, n'ont jamais dépravé personne. Cela n'offre pas plus de
dangers que le nu de la peinture et de la statuaire, lequel ne paraît
sale qu'aux chercheurs de saletés. Ce qui trouble l'imagination, ce qui
éveille les curiosités malsaines, ce qui peut corrompre, ce n'est pas le
marbre, c'est la feuille de vigne qu'on lui met, cette feuille de vigne
qui raccroche les regards, cette feuille de vigne qui rend honteux et
obscène ce que la Nature a fait sacré. Mon livre n'a point de feuille de
vigne, et je m'en flatte. Tel quel, avec ses violences, ses impudeurs,
son cynisme, il me paraît autrement moral que certains ouvrages
approuvés cependant par le bon goût, patronnés même par la vertu
bourgeoise, mais où le libertinage passe sa tête de serpent tentateur
entre les périodes fleuries, où l'odeur mondaine du _Lubin_ se marie à
des relents de marée, où la poudre de riz qu'on vous jette aux yeux a le
montant pimenté du diablotin: romans d'une corruption raffinée, d'une
pourriture élégante, qui cachent des moxas vésicants sous leur style
tempéré, aux fadeurs de cataplasmes. C'est cette _belle et honneste
dame_, fardée, maquillée, avec un livre de messe à la main, et dans ce
livre des photographies obscènes, baissant les yeux pour les mieux faire
en coulisse, serrant pudiquement les jambes pour jouer plus allègrement
de la croupe, et portant au coin de la lèvre, en guise de mouche, une
mouche cantharide. Mais, morbleu! ce n'est pas la mienne, cette
littérature. La mienne est une brave et gaillarde fille, qui parle gras,
je l'avoue, et qui gueule même, échevelée, un peu vive, haute en
couleur, dépoitraillée au grand air, salissant ses cottes hardies et ses
pieds délurés dans la glu noire de la boue des faubourgs ou dans l'or
chaud des fumiers paysans, avec des jurons souvent, des hoquets parfois,
des refrains d'argot, des gaîtés de femme du peuple, et tout cela pour
le plaisir de chanter, de rire, de vivre, sans arrière-pensée de luxure,
non comme une mijaurée libidineuse qui laisse voir un bout de peau afin
d'attiser les désirs d'un vieillard ou d'un galopin, mais bien comme une
belle et robuste créature qui n'a pas peur de montrer au soleil ses
tetons gonflés de sève et son ventre auguste où resplendit déjà
l'orgueil des maternités futures. Par la nudité chaste, par la gloire de
la Nature! si cela est immoral, eh bien! alors, vive l'immoralité![13]»
Un journaliste, M. Henry Fouquier, a cité à l'appui de ces conclusions
une anecdote qui serait bien piquante, si elle était vraie: «Un homme
d'esprit du commencement de ce siècle, membre de l'Institut, s'amusa à
écrire un livre érotique, un bijou d'ailleurs, intitulé: _Point de
lendemain_, et en fit deux versions. L'une à la façon des érotiques
brutaux, tels que Nerciat ou Restif; l'autre où l'on ne trouvait pas un
mot qui ne se pût dire devant des jeunes filles. Il fit lire ces deux
versions à une femme, lui demandant celle qu'elle préférait. La dame,
ingénument, avoua que l'ardeur amoureuse, éveillée en elle par la
version chaste en ses expressions, n'avait pu être calmée que par la
lecture ordurière.» L'historiette est jolie; mais il n'est pas sûr que
cette parodie obscène de _Point de lendemain_, la _Nuit merveilleuse_,
soit aussi de Vivant Denon.

  [13] Jean Richepin, _La Chanson des Gueux_.

Quoi qu'il en soit, que la métaphore et la périphrase laissent plus à
entendre, bien souvent, que le mot propre, que la feuille de vigne
aggrave ou non la nudité, ces jeux de style, ces détours et ces
enveloppements ont pour eux une haute autorité, la Bible. Tout le monde
connaît le fameux Proverbe de Salomon: «Telle est la voie de la femme
adultère; elle mange et, s'essuyant la bouche, dit: Je n'ai pas fait de
mal.» _Talis est via mulieris adulterae, quae comedit, et tergens os
suum, dicit: Non operavi malum._ Le _Cantique des Cantiques_, cet
épithalame Juif d'une poésie sensuelle si épanouie et si parfumée, est
plein de ces figures: _Posuerunt me custodem in vineis, _et vineam[14]
meam_ non custodi_.--__Hortus_ conclusus, soror mea sponsa, _hortus_
conclusus, _fons_ signatus.--Dilectus meus misit manum suam per
_foramen_, et venter meus intremuit ad tactum ejus... _Pessulum ostii_
mei aperui dilecto meo, at ille _declinaverat_... Mane surgamus ad
_vineas_, videamus si floruit _vinea_, si _flores_ fructus parturiunt,
si floruerunt mala Punica: ibi dabo tibi mea ubera... _Vinea_ mea coram
me est_, etc. Sans compter bien d'autres endroits de la Bible où des
yeux perçants entrevoient des allégories plus cachées. Beverland, _De
peccato originali_, prétend que l'arbre du bien et du mal n'est pas
autre chose que le membre viril d'Adam: il se fonde sur ce qu'en Latin,
_arbor_, _truncus_, _ramus_, sont très souvent synonymes de _mentula_.
Il se demande également s'il ne faut pas voir un symbole du même genre
dans le serpent tentateur: _«Verum _Serpentem_ interpretatur sensibilem
carnis affectum, immo ipsum carnalis concupiscentiae genitale viri
membrum.»_ D'après Petrus Comestor, on croit, sans tenir compte du
langage figuré, que les Philistins, s'étant emparés de Samson, lui
firent tourner la meule (_molere_); mais il s'agit de toute autre chose:
le voyant si fort, ils l'obligèrent de coucher avec leurs femmes pour
avoir des enfants vigoureux. _«Hebraei tradunt,»_ dit-il, _«quod
Philistaei fecerunt eum dormire cum mulieribus robustis, ut ex eo prolem
robustam susciperent; nam _molere_ etiam est _subagitare_ vel _coire_.»_
Ces rabbins ont peut-être raison.

  [14] Vigne, dans le sens de _pudendum muliebre_, n'est pas très
    commun. La Fontaine qui, lisant Baruch, n'a pas dû négliger le
    _Cantique des Cantiques_, en a fait son profit:

        Et dans la vigne du seigneur
        Travaillant ainsi qu'on peut croire...

Les métaphores les plus naturelles sont celles qui ont leurs termes
empruntés au labourage: les parties de la femme assimilées au champ, au
sillon qui va recevoir la semence: _campus_, _arvum muliebre_, _sulcus_;
celles de l'homme au soc de la charrue:

    _Atque in eo est Venus ut _muliebria_ censorat _arva_._

   (Lucrèce, IV, 1095).

    _Ejicit enim _sulcum_ recta regione viaque
    _Vomeris_._

  (Id., IV, 1260.)

    _Arentque _sulcos_ in _arvo Venerio_._

  (Apulée, [Grec: Anechom.], 14.)

    _Cur sit ager sterilis, cur uxor lactitet edam:
        Quo fodiatur ager non habet, uxor habet._

  (Martial, XVII, 101.)

Ambroise Paré parle de même du «_cultiveur_ qui _entre dans le champ de
Nature humaine_,» et le vieux naïf médecin Jacques Duval (_Traité des
Hermaphrodits_, chap. VI), «de la première _culture_ qui se fait dans le
_champ naturel_» des filles. Brantôme a dit plus plaisamment: «Le cas
d'une femme est une _terre de marais_; on y enfonce jusqu'au ventre.»
Rabelais appelle le membre viril «le manche que l'on nomme le laboureur
de Nature,» et Maynard le dépeint:

    Roide, entrant tout ainsi que la pointe d'un _soc_
    Qui se plonge et se cache en toute _terre grasse_.

  (_Cabinet satyrique_.)

    Si pour cueillir tu veux donques semer,
    Trouve autre champ et du mien te retire.

  (Clément Marot.)

D'autres locutions Latines appartenant au même ordre d'idées: _Hortus
muliebris_, _hortus Cupidinis_ ou _Hesperidum_, _irrigare hortum_, etc.,
ainsi que les noms de divers instruments et opérations de jardinage:
_ligo_, _raster_, _palus_, _falx_, bêche, hoyau, serpe, façonner, enter,
écussonner, abattre du bois, mettre la cognée dans la forêt, sont
également du style badin. Brantôme dit d'une femme mariée, qu'elle
s'était réservé «l'usage de sa forêt de mort-bois, ou de bois mort;»
Tallemant des Réaux appelle «grand abatteur de bois» un coureur de
femmes. Cueillir des fleurs, des fruits, des roses, dans le jardin de
Vénus, appartient à un jargon tout à fait suranné maintenant, mais nos
vieux poètes et conteurs aimaient assez _jardinet_ et _jardinier_:

    Ces larges reins, ce sadinet
    Assis sur grosses, fermes cuisses,
    Dedans un joly _jardinet_.

  (Villon, _Les regrets de la belle heaumière_.)

«Le _jardinier_, voyant et trouvant le cabinet aussi avantageusement
ouvert, y logea petit à petit son _ferrement_» (Noël Du Fail). On trouve
aussi chez eux: _bêcher_, _biner_, _béquiller_, _planter son piquet_,
_planter le baliveau_, etc. _Orto_, _orticello_, dans ce sens, sont très
fréquents chez les érotiques Italiens; ils disent: _sarchiar l'orto_
(sarcler le jardin), _ficar un porro nell'orto_ (planter un poireau dans
le jardin), _mettere il roncone nella siepe_ (mettre la serpette dans la
haie), _il piantone nel fosso_ (le plantoir dans la rigole), _la
pastinaccia_, _la carota_, _la radice_ (le panais, la carotte, le
radis), _lavorare il terreno_ (façonner le terrain), etc.

Assimiler les rapports sexuels à une bataille, un duel, un combat, et
tirer les termes de comparaison de toutes les armes offensives et
défensives connues, doit être aussi très naturel, car ces sortes de
métaphores se rencontrent mot pour mot dans toutes les langues. Nous
trouvons en Latin: _Militare, depugnare in campe Venereo_; _committere
praelium, duellum_; _ponere castra_; _peragere tacito Marte_; _immergere
ensem, pugionem, mucronem_; _excipere pilum in parma sua_; _pilum
vibrare, torquere_; _arcum tendere_. Toutes les armes des Anciens y ont
passé, et non seulement la pique, le javelot, la flèche, l'épée, le
glaive, le poignard, mais jusqu'à la grosse artillerie: la baliste, le
bélier, la catapulte. Chez les Modernes, bien qu'on ne se serve plus de
pique depuis longtemps, le mot est resté, avec cette acception, dans un
certain nombre de locutions familières: _manier la pique_, _être passée
par les piques_ (ce que les Italiens appellent _recevoir un trente et
un_). _Braquemart_, depuis Rabelais: «De tant de _braquemarts_ enroidis
qui habitent par les brayettes claustrales,» a pris un sens érotique si
décidé, que beaucoup de gens n'oseraient l'employer dans son sens propre
d'épée courte et large, le _gladius_ des Romains, l'ancien briquet de
nos soldats. Il en est de même d'_allumelle_ (de _lamella_, petite
lame). _Poignard_ n'est plus usité; Regnier, La Fontaine, Grécourt s'en
sont servis:

    Mais Robin, las de la servir,
    Craignant une nouvelle plainte,
    Lui dit: «Hâte-toi de mourir,
    Car mon _poignard_ n'a plus de pointe.»

  (Mathurin Regnier.)

    Lève sa cotte, et puis lui donne
    D'un _poignard_ à travers le corps.

  (La Fontaine.)

    Heureuse la nymphe légère
    Qui, trompant sa jalouse mère,
    Peut saisir un _poignard_ si doux!

  (Grécourt.)

Chez Brantôme et nos anciens conteurs, l'amour est toute une stratégie:
engager l'escarmouche, battre la chamade, être fort à l'escrime, mettre
l'épée à la main, reconnaître la forteresse, faire les approches,
dresser les machines, pointer les pièces, envoyer des volées de canon,
cheminer à la sape, allumer la mèche, bouter le feu à la mine, franchir
la contrescarpe, combler le fossé, livrer l'assaut, planter l'étendard
dans la brèche, se loger dans la place. A ces métaphores militaires il
convient d'ajouter celles que les Grecs et les Romains tiraient des
jeux, des luttes d'athlètes, des courses du cirque: _in agonem, in
palaestram descendere_; _conficere stadium_; _properare ad metas_; nos
conteurs, qui se souciaient peu de la palestre, leur ont substitué des
comparaisons empruntées aux joutes et aux tournois: courir la bague,
rompre une lance, mettre la lance en arrêt, envoyer la flèche dans le
but, mettre dans la quintaine; ou bien des termes de vénerie: le faucon
désencapuchonné, l'épervier au poing, etc.

Le savant Gasp. Barthius n'a pas dédaigné de colliger, dans ses
_Animadversiones in Claudianum_, les métaphores tirées par les Anciens
des exercices équestres, et détournées par eux dans le sens érotique.
Nous regrettons de ne pas avoir sous la main son travail, pour en
enrichir le nôtre, et surtout pour nous ôter d'un doute. Nous
rencontrons bien, dans Nicolas Chorier, bon nombre de locutions telles
que: _subigere veredum_, _conscendere_, _insilire in equum_, _ex equo
desilire_, _equitare_, _admovere calcar_, etc., où le rôle de cavalier
est dévolu à l'homme, et celui de monture à la femme; mais nous
craignons fort que l'excellent auteur de l'_Aloisia_ n'ait attribué aux
Latins, sans y trop songer, une idée toute Française et moderne.
Pétrone, faisant passer Embasicaetas de la croupe d'Encolpe à celle
d'Ascylte, dit, il est vrai: _Equum cinaedus mutavit_, «le cinède
changea de cheval;» mais c'est une exception, ils sont là d'ailleurs
entre hommes; dans tous les exemples Latins et Grecs que nous suggère
notre mémoire, c'est toujours la femme qui est le cavalier. La figure
est ainsi plus régulière, car, pour être à cheval, il faut tenir sa
monture entre les jambes, ce qui est le fait de la femme, et non de
l'homme. Ovide recommande à celles qui ont des plis au ventre de monter
à cheval à rebours comme le Parthe, c'est-à-dire en tournant le dos:

    _Tu quoque, cui rugis uterum Lucina notavit,
          Ut celer aversis utere Parthus equis._

  (_Ars amatoria_, III, 785-6.)

Horace dit de même:

    _Clunibus aut agitavit equum lasciva supinum._

  (_Sat._, II, VII, 50.)

Martial:

    _Masturbabantur Phrygii post ostia servi,
          Hectoreo quoties sederat uxor equo._

  (XI, 105.)

Juvénal fait se chevaucher les femmes entre elles:

    _Inque vices equitant..._

  (_Sat._ VI, 311.)

Aristophane nous montre, au moins en deux endroits, que les choses se
passaient de même chez les Grecs:

    [Grec: Kame g' hê pornê chthes eiselthonta tês mesêmbrias,
    hoti kelêtisai 'keleuon, oxythymêtheisa moi
    êret' ei tên Hippiou kathistamai tyrannida.]

  (_Les Guêpes_, 500-2.)

    Comme j'entre chez une putain, sur le midi,
    Et que j'exige qu'elle me chevauche, elle me demande furieuse
    Si je veux rétablir la tyrannie d'Hippias.

    [Grec: Kai malist' osphrainomai tês Hippiou tyrannidos],

    Je flaire là-dessous la tyrannie d'Hippias,

dit encore le choeur des vieillards dans _Lysistrata_, v. 618, lorsque
les femmes voulant s'emparer du gouvernement, il craint qu'elles ne
fassent la loi aux hommes et ne les chevauchent. Dans diverses pièces de
l'_Anthologie_, des courtisanes suspendent en _ex-voto_, devant l'autel
d'Aphrodite, des mors, des fouets, des éperons, pour la remercier de les
avoir fait allègrement caracoler sur leurs coursiers d'Étolie, _id est_
sur de beaux et fringants jeunes hommes.

Tout au contraire, chez les auteurs modernes, quand ils parlent de
chevaucher, cavalcader et caracoler, c'est de l'homme qu'il s'agit, et
la monture est la femme:

    Carmes chevaulchent nos voisines
    Mais cela ne m'est que du meins.

  (Villon, _Petit Testament_.)

    Un médecin, toi sachant,
    Va ta femme chevauchant.

  (Tabourot, sr des Accords.)

«Ny plus ny moins que le manège d'un grand et beau coursier du règne est
bien cent fois plus agréable et plus plaisant que d'un petit bidet, et
donne bien plus de plaisir à son escuyer; mais aussi il faut bien que
cet escuyer soit bon et se tienne bien et montre bien plus de force et
d'adresse: de même se faut-il porter à l'endroit des grandes et hautes
femmes, car de cette taille elles sont sujettes d'aller d'un air plus
haut que les autres, et bien souvent font perdre l'estrier, voire
l'arçon, si l'on n'a bonne tenue, comme j'ay ouy conter à aucuns
cavalcadours qui les ont montées.» (Brantôme, _Dames galantes_, Disc.
I). Il dit encore d'une grande dame que c'était le cheval de Séjan,
«d'autant que tous ceux qui montoient sur elle mouroient, et ne vivoient
guères» (_ibid._), et il emploie souvent les termes fort irrévérencieux
de jument et de haquenée, pour dire une femme.

    La femme et le cheval doivent être semblables...
    Tous deux se doivent rendre à l'homme obéissants,
    Façonnés à l'espron et fiers en ornements,
    Avoir le montoir doux, la descente bénigne.

  (_Cabinet satyrique_.)

Par une singulière image, nos vieux poètes et conteurs ont aussi donné
le nom de bidet, de courtaut, de roussin, au membre viril, sans pour
cela qu'il soit question du rôle joué par l'homme dans les citations
ci-dessus d'Horace, d'Ovide, de Martial et d'Aristophane. P. Aretino dit
en ce sens: _Far stallare i cavalli_ (faire pisser les chevaux), _dar le
mosse a i cavalli_ (donner l'élan aux chevaux). L'Arioste s'est
plaisamment servi de cette figure dans la rencontre d'Angélique avec
l'Ermite:

    La voici étendue sur le dos dans le sable,
    Livrée aux fantaisies du rapace vieillard.

    Il l'étreint et à son gré la caresse;
    Elle dort et ne peut faire résistance.
    Il lui baise tantôt le beau sein, tantôt la bouche,
    Personne qui le voie en ce désert sauvage;
    Mais à l'encontre son destrier trébuche,
    Au désir ne répond pas le corps débile:
    La bête est mal en point, étant trop chargée d'ans,
    Et n'en vaudra pas mieux, tant plus il la fatigue.

    Il a beau essayer toutes voies et moyens,
    Le paresseux roussin n'en saute pas davantage;
    En vain il lui secoue la bride et le tourmente,
    Il ne lui peut faire tenir la tête haute.

  (_Roland furieux_, VIII, st. XLVIII à L.)[15]

  [15] Arioste, Chants I à XV, trad d'Alcide Bonneau (Paris, Liseux,
    1881, 3 vol. pet. in-18).

Est-ce Catulle qui a le premier imaginé la gentille allégorie de
l'oiseau et de la cage? En tous cas, il l'a fait si spirituellement, en
termes si enveloppés, que beaucoup d'érudits ont soutenu que le moineau
de Lesbie était un moineau véritable, et dit des injures à ceux qui
s'obstinaient à croire le contraire. M. Armand Barthet a écrit, sur la
délicieuse pièce de Catulle, une petite comédie dont Rachel interprétait
le principal rôle et où l'on voyait un vrai moineau dans une cage de fil
de fer, sans allégorie aucune. Le sens dans lequel les Latins
entendaient le «_passer deliciae meae puellae_», n'est pourtant pas
douteux, si Martial ne nous déçoit:

    _Issa est passere nequitior Catulli..._

    Issa est plus lascive que le moineau de Catulle,

nous dit-il (III, 110); et encore, s'adressant à Dyndimus, son Giton:

    _Da nunc basia, sed Catulliana;
    Quae si tot fuerint quot ille dixit,
    Donabo tibi passerem Catulli._

  (XI, 7.)

    Donne-moi des baisers, mais Catulliens;
    Et si tu m'en donnes autant qu'il le dit,
    Je te ferai cadeau du moineau de Catulle.

Ainsi compris, on voit quel serait le passereau qui faisait les délices
de Lesbie, qu'elle agaçait du bout du doigt, qui se réfugiait dans son
sein, qui ne pépiait que pour elle et qu'elle aimait plus que ses yeux,
car il était couleur de miel, _nam mellitus erat_[16]. Depuis, Italiens
et Français ont usé et abusé de l'oiseau et de la cage, mais les
Italiens encore plus que les Français. Boccace leur a donné l'exemple en
écrivant son joli conte du _Rossignol_; le _lusignuolo_ et la _gabbia_,
l'_uccello_, le _passerotto_ et la _passerina_, reviennent
continuellement dans l'Aretino; ceux qui connaissent Baffo savent seuls
à combien de sauces l'_osello_ peut s'accommoder. Parmi les Français,
sans oublier la chanson populaire:

    Ah! le bel _oiseau_, maman,
    Qu'Alain a mis dans ma _cage_!

contentons-nous d'en citer deux ou trois:

    Autant et plus que sa vie
    Phyllis aime un passereau;
    Ainsi la jeune Lesbie
    Aima jadis son moineau.

    Mais de celui de Catulle
    Se laissant aussi charmer,
    Dans sa _cage_, sans scrupule
    Elle eut soin de l'enfermer.

  (_Chaulieu._)

    Elle le prit dans sa main blanche,
    Et puis dans sa _cage_ le mit.

  (_Regnard._)

    Lisette avait dans un endroit
        Une _cage_ secrète;
    Lucas l'entr'ouvrit, et tout droit
        D'abord l'_oiseau_ s'y jette.

  (_Collé._)

  [16] Politien, Lampridius, Turnèbe, Vossius ont entendu dans le sens
    érotique l'élégie de Catulle; Scaliger et Sannazar traitent
    d'orduriers ceux qui ont la vue si longue. Volpi propose un moyen
    terme: selon lui, le _moineau de Lesbie_, à force de passer de
    bouche en bouche, a pu donner lieu à des allusions et équivoques
    libertines auxquelles l'auteur n'avait pas songé.

On en a fait de toutes les sortes de ces métaphores, et chaque écrivain
s'est piqué d'en inventer de nouvelles, de trouver les mots les plus
drôles. Rabelais dit: le baston à un bout, le baston de mariage, le
membre nerveux, caverneux, la vivificque cheville, maistre Jean Chouart,
maistre Jean Jeudy, l'anneau de Hans Carvel, le comment a nom, le
callibistris, la boursavit, sacquer, baudouiner, roussiner, jocqueter,
culleter, beluter[17], grimbetiletolleter, jouer du serre-croupière,
jouer des basses marches, sonner l'antiquaille, faire la bête à deux
dos[18], saigner entre les deux gros orteils, etc. L'Aretino: Habiller
ceux qui sont nus, embéguiner le poupard (de peur du froid), abreuver le
chien à l'écuelle, faire compter les solives du plafond, mettre le
fuseau dans la quenouille, le pilon dans le mortier, le cordon dans la
bague. Brantôme affectionne la pénillière, la devantière, moudre au
moulin, hausser le devant, rembourrer le bas, secouer le pellisson, et
donne aux femmes les allures des haquenées: le pas, l'entre-pas, le
trot, l'amble, le galop. Nos conteurs ont emprunté leurs métaphores à
des ordres d'idées si divers qu'on ne saurait les classer par groupes;
la plupart ont d'ailleurs vieilli à force d'être usitées. Notons
cependant les figures religieuses: Temple, autel, sanctuaire,
tabernacle, chapelle, cierge, bourdon de Saint Jacques, aspergés,
goupillon, carillonner, chanter l'_Introït_, aller à l'offrande. Les
Anciens avaient donné l'exemple; nous trouvons chez eux employés dans un
sens érotique: _ara voluptatis_, _adyta Cupidinis_, _Isiaca_ et _pygiaca
sacra_, _penetralia_, sans compter tous les attributs des divinités: la
conque de Vénus, le sceptre de Priape, la verge de Mercure, le Rameau
d'or, le thyrse de Bacchus, la massue d'Hercule.

  [17] Bluter, équivalent presque exact du Latin _crissare_, vanner.

  [18] Shakspeare lui a probablement emprunté cette plaisante métaphore:
    _«Your daughter and the Moor are now making _the beast with two
    backs_»_ (_Othello_); Coquillart s'en était déjà servi, et les
    Latins disaient: faire la bête à quatre pattes, _quadrupedantem
    agere_ (Plaute).

Il y a bien de la forfanterie dans quelques-unes de ces ambitieuses
appellations, et une tendance manifeste à donner des proportions
colossales à ce qui souvent n'est que bien peu de chose, une paille, un
fétu. La massue d'Hercule! nous avons déjà rencontré: baliste, bélier,
catapulte; il y a encore: arbre, poutre, battant de cloche, mât, aviron,
timon, gouvernail, colonne (fréquent dans les Priapées, ainsi que
_malus_ et _arbor_), obélisque. Si c'était vrai à moitié, ou seulement
au quart, Anciens et Modernes n'auraient pas eu besoin de chercher pour
la partie adverse tant de termes désobligeants: _antrum muliebre_,
_fossa_, _caverna_, _lacus_, _barathrum_, l'antre de la Sibylle,
l'énorme solution de continuité, dit Rabelais[19], l'hiatus béant;
d'autres n'auraient pas dit que s'y aventurer c'est jeter l'ancre dans
une mer qui n'a ni fond ni rive, lancer le javelot à travers de vastes
portiques (N. Chorier), pisser dans le jardin par une fenêtre grande
ouverte. «Je l'ay ouy nommer sépulchre et monument au Père Anne de
Joyeuse, en un sermon qu'il fit dans l'église de S. Germain de
l'Auxerrois au temps de Carême de l'an 1607. Le sieur Le Veneur, vivant
évesque d'Évreux, l'appelait vallée de Josaphat, où se fait le viril
combat. Bocace au conte de la belle Alibec, l'appelle Enfer, symbolisant
à ce nom avec les Pères et plus dévots Théologiens Sainct Thomas, Sainct
Augustin et autres, qui l'ont nommé _portam Inferi_, _januam Diaboli_.»
(J. Duval, _Hermaphr._, chap. VIII.)

  [19] La Fontaine a trouvé moyen de mettre en vers cette hyperbole:

          ... mais quand il vit l'énorme
        Solution de continuité...

                   *       *       *       *       *

Les Grecs et les Latins, pour parler des dépravations dont ils
rougissaient ou faisaient semblant de rougir, avaient des termes et des
locutions d'un sens plus caché que les simples métaphores. Pour
_irrumare_ et _irrumari_, ils avaient: [Grec: binein stomati, karizein
tê glôssê, molynai to stoma], _petere summa_ (gagner les hauteurs),
_capitibus non parcere_ (ne pas faire grâce aux têtes), _comprimere
linguam_ (comprimer la langue), _Harpocratem reddere_ (rendre un
Harpocrate), _tacere_ (se taire), et pour _paedicare_ ou _paedicari_:
_concidere_, _percidere_, _incurvare_, _conquiniscere_, demander le
_collarium_ ou l'_officium puerile_; sans compter bien d'autres termes
sur lesquels les commentateurs sont loin d'être d'accord: Chalcidiser,
Phéniciser, _Corinthiari_, Phicidiser, _Coa_ et _Nola_ (Cicéron), les
Clazomènes (Ausone), etc. Les Italiens, héritiers, s'il faut les en
croire[20], des goûts de leurs vieux ancêtres, ont aussi beaucoup de ces
sortes de locutions que les initiés savent comprendre: _Volger le
spalle_ (tourner le dos), _appoggiar la testa al muro_ (appuyer la tête
au mur), _scuotere il pesco_ (secouer le pêcher), _dar le mele_ (offrir
les pommes). Celles dans lesquelles ils opposent le commerce naturel à
l'acte contre nature sont curieuses: _il lesso e l'arrosto_ (le bouilli
et le rôti), _il piovoso e l'asciutto_ (le mouillé et le sec), _la capra
e il capretto_ (la chèvre et le chevreau), _le mele et il finocchio_
(les pommes et le fenouil). Le _messale Culabriense_ et le _Culiseo_
sont de bonnes inventions de maître Pierre Arétin. Bandello, tout évêque
d'Agen qu'il était, s'est servi de quelques-unes de ces locutions; il
dit: _andar in zoccoli per l'asciutto_ (aller en pantoufles par le
chemin sec), opposé à _andar in nave per il piovoso_ (aller en bateau
par où il pleut), et il nous fait à ce propos le bon conte d'un pécheur
endurci qui, arrivé à sa confession dernière, refuse absolument d'avouer
sa préférence pour l'_asciutto_. Le Moine, qui sait de quel pied a
cloché toute sa vie le mauvais garnement, veut lui faire dire à haute
voix qu'il a commis le péché contre nature, qu'il est infecté du vice
abominable; l'autre se récrie et dit qu'on l'accuse à tort. Enfin, sur
une objurgation plus directe, il avoue tout de suite, et comme le Moine
le reprend de l'obstination qu'il mettait à s'en défendre:--«Oh! oh!
révérend Père,» lui répond-il, «vous n'avez pas su m'interroger.
M'amuser avec de jeunes garçons m'est plus naturel à moi qu'il n'est
naturel à l'homme de boire et de manger, et vous me demandiez si je
péchais contre la Nature! Allez, allez, messer, vous ne savez pas ce que
c'est qu'un bon morceau[21].» Voilà comment périphrases et métaphores
peuvent quelquefois n'être pas bien comprises.

  [20] Baffo assure que s'il parle si souvent de _buggerar_, ce n'est
    pas qu'il tienne à la chose, mais seulement pour ne pas faire tort à
    son pays, enlever à ses compatriotes un avantage qui leur a valu
    quelque réputation dans le monde.

  [21] _Nouvelles de Bandello_, tome I; Paris, Liseux, 1879, pet. in-18.

Bon nombre de ces expressions figurées, à double sens, se confondent
avec l'équivoque, autre façon de se faire plus ou moins clairement
entendre, et qui est d'un fréquent usage dans la langue érotique.
Aristophane en a semé partout dans ses comédies, et elles sont souvent
si fines qu'elles passeraient inaperçues. Lysistrata s'étonne de ce que
les femmes de Salamine ne soient pas encore arrivées, et Calonice lui
répond qu'elles ont pourtant dû se mettre en bateau dès le matin: on
venait en barque de Salamine à Athènes. Mais «se mettre en bateau»
([Grec: kelêtizein]) veut dire aussi ce qu'Horace appelle _peccare
superne_ et _equum agitare supinum_. La «tyrannie d'Hippias», citée plus
haut, est un jeu de mots du même genre. Il équivoque encore sur le
_delta_, le _lambda_, et après lui Ausone s'est escrimé sur le _thêta_,
le _psi_, le _phi_, le _rho_, l'_iota_ majuscule, le _tau_: il n'a
oublié que l'_oméga_ souscrit. Cicéron faisait des équivoques érotiques
en plein prétoire, disant, par exemple, que si l'on cherchait Sextus
Claudius, on le trouverait chez la soeur de Publius, _occultantem se
capite demisso_ (_Pro domo_, 31); _demittere caput_ ne signifie, si l'on
veut, que baisser la tête, mais les fines oreilles entendaient _cunnum
lingere_. Il en a commis bien d'autres; il appelait _colei_, pour se
moquer d'eux, des témoins véritables, des témoins appelés à déposer en
justice. Dans notre langue l'équivoque est encore plus facile, beaucoup
plus de mots pouvant se prendre dans un double sens: aussi en
relèverait-on un grand nombre. Rabelais, Noël du Fail, H. Estienne, Th.
de Béze parlent du pays de Surie ou Suerie, qu'on peut entendre Syrie,
mais qui signifie tout bonnement la vérole, pour la guérison de laquelle
on faisait suer les pauvres malades jusqu'à dessiccation presque
complète. «En maintes compagnies, celuy n'est réputé vaillant champion
qui n'a fait cinq ou six voyages en Suerie» (H. Estienne, _Apologie pour
Hérodote_, chap. XII). J. Duval équivoque sur les poulains qui vous
mènent jusque-là, «poulains qui souvent sont assez forts» dit-il, «pour
porter un homme au pays de Surie» (_Hermaphr._, chap. VI); plus tard, on
a dit dans le même sens aller en Suède, et passer par la Bavière de ceux
que la vérole ou le traitement mercuriel faisait saliver, baver. On a
équivoqué sur la bague et le doigt, le doigt mouillé, le poisson et la
nasse, le pied et la chaussure, les fleurs blanches et les fleurs
rouges.

    C'est une bague qui circule
    Et qui se met à tous les doigts,

dit Bonnard d'une femme galante.

    La marquise a bien des appas,
    Ses traits sont vifs, ses grâces franches,
    Et les fleurs naissent sous ses pas,
    Mais hélas! ce sont des fleurs blanches.

  (Maurepas.)

Nos vieux poètes et chansonniers avaient un faible pour l'andouille, le
cervelas, le boudin, la saucisse, le jambon, le lardon et toutes sortes
de charcuteries:

    Item à l'orfèvre Du Boys
    Donne cent clouz, queues et testes,
    De gingembre Sarazinoys:
    Non pas pour accoupler ses boytes,
    Mais pour conjoindre culs et coettes,
    Et couldre jambons et andoilles,
    Tant que le laict en monte aux tettes,
    Et le sang en dévalle aux coilles.

  (F. Villon, _Le Grand Testament_, CI.)

    De tout le gibier, Fauchon
    N'aime rien que le cochon;
    Surtout devant une andouille
    Qu'aux Carmes on choisira,
    Elle s'agenouille, nouille,
    Elle s'agenouillera.

  (Collé.)

Brillat-Savarin note l'exclamation d'une dame en voyant servir une
énorme mortadelle de Bologne.--«Quelle idée a-t-on de faire des
saucissons de cette taille? cela ne ressemble à rien.--Vous trouviez
donc que les autres ressemblaient à quelque chose?» lui demande à
l'oreille son voisin de table. Richelet, sciemment ou non[22], en a
commis une aussi grosse que la mortadelle de Brillat-Savarin: «LAPINE,
s. f. Femelle du lapin. Quelques-uns des plus habiles dans la langue
condamnent le mot de lapine, et prétendent qu'on doit dire femelle du
lapin, et non pas lapine. Néanmoins, comme lapine est dans la bouche de
plusieurs femmes qui parlent bien, je ne le condamnerais point, surtout
en parlant, et dans le style le plus simple.» L'équivoque remarquée dans
Corneille:

    Mais le désir s'accroît quand l'effet se recule,

  (_Polyeucte_, acte I, sc. 1.)

est certainement involontaire; elle n'en est pas moins drôle. Il en est
de même de l'hémistiche reproché à Malherbe:

                ... qu'on survit à sa mort.

Ceux qui voient ces indécences les ont dans l'esprit, remarque très bien
Quintilien; elles ne sont pas le fait de l'auteur. Sans grand renfort de
bésicles on en découvrirait de semblables chez tous. La grotte creuse où
Calypso retient si longtemps Ulysse (_Odyssée_, rhaps. I et V) n'a pas
été à l'abri du soupçon. L'antre des Nymphes, si curieusement décrit par
le bon Homère, qui ne sommeillait pas toujours (_Odyssée_, rhaps. XIII),
cet antre obscur, frais et sacré, ombragé d'un feuillage épais, où les
Naïades versent leurs urnes inépuisables, où les abeilles font leur
miel, où les Nymphes tissent des toiles de pourpre, et qui a deux
portes: l'une pour les hommes, l'autre pour les Dieux, a paru encore
bien plus équivoque à des malins qui y ont vu l'_antrum muliebre_ et la
_postica Venus_ de Pénélope[23].

  [22] Ce qui ferait croire que Richelet y a mis de la malice, c'est
    qu'il manque rarement dans son Dictionnaire l'occasion de médire des
    femmes:

    «APARIER (S'). Le coq coche la poule, le moineau coche sa femelle
    plusieurs fois sans reprendre haleine. Si les hommes avoient ce
    destin à l'égard des femmes, ils en seroient adorés.

    »FEMME. La femme est un animal créé pour donner du plaisir, et
    particulièrement pour en prendre et faire enrager ceux qui l'en
    pensent empêcher. La femme est un animal intéressé.

    »FLON-FLON.

        Si ta femme est méchante,
        Apprends-lui la chanson.
        Voici comme on la chante,
        Avec un bon bâton:
          Flon, flon, flon.

    »LOUVE. Femme insatiable dans la débauche. La plupart des femmes
    sont un peu louves.»

  [23] La Mothe Le Vayer, _Hexaméron rustique_.

Les critiques Latins en voyaient chez Virgile, qui aurait dans ce vers:

    _Dextra mihi Deus, et telum quod missile libro_,

formulé à mots couverts la devise du masturbateur, et ils lui
reprochaient d'avoir écrit:

    _Incipiunt agitata tumescere..._

ce qui prend un sens obscène si on sous-entend _genitalia_; ils avaient
la vue moins perçante qu'Ausone, qui, dans la dernière partie de son
_Cento nuptialis_, a détourné dans le sens érotique une cinquantaine de
vers ou d'hémistiches de l'_Énéide_ et des _Bucoliques_:

    _Perfidus alla petens, ramum qui veste latebat,
    Sanguineis ebuli baccis minioque rubentem,
    Nudato capite, et pedibus per mutua nexis,
    Monstrum horrendum, informe, ingens, cui lumen ademptum,
    Eripit a femore, et trepidanti fervidus instat.
    Est in secessu, tenuis quo semita ducit,
    Ignea rima micans, exhalat opaca mephitim;
    Hic specus horrendum, talis sese halitus atris
    Faucibus effundens nares contingit odore.
    Huc juvenis nota fertur regione viarum,
    Et super incumbens, nodis et cortice crudo,
    Intorquet summis adnixus viribus hastam.
    Haesit, virgineumque alte bibit acta cruorem.
    Insonuere cavae, gemitumque dedere cavernae.
    Illa manu moriens telum trahit, ossa sed inter
    Altius ad vivum persedit vulnere mucro_, etc.

L'équivoque est surtout plaisante quand elle est prolongée; l'adresse
consiste alors à trouver des développements tels, qu'ils conviennent à
deux sujets, l'un honnête et décent, qui est exprimé, l'autre érotique,
sous-entendu, et que les termes dont on se sert s'adaptent aussi
aisément à l'un qu'à l'autre. Les Italiens ont été nos maîtres dans
cette sorte de jeu d'esprit, auquel ils doivent toute une partie, et non
la moins curieuse, de leur littérature, ce qu'ils appellent le genre
Berniesque ou _alla Berniesca_, du nom de Francesco Berni qui y a
excellé; la plupart de leurs poètes du XVIe siècle, La Casa, Firenzuola,
Mauro, Dolce, Varchi, Molza s'y sont exercés avec succès. Une des plus
célèbres pièces est le _Capitolo del Forno_, de G. della Casa[24], dont
les équivoques sont d'autant plus compréhensibles, que le four, le pain,
la pâte, ont donné lieu chez tous les peuples à des plaisanteries qui
sont aussi vieilles que le monde. Hérodote nous dit qu'un oracle
reprochait à Périandre, tyran de Corinthe, d'avoir «mis son pain dans un
four froid», parole énigmatique à laquelle le vulgaire ne comprit rien,
mais qu'entendit parfaitement le prince, qui, ne pouvant se décider à se
séparer d'une femme qu'il aimait, avait eu commerce avec son cadavre.
«Emprunter un pain sur la fournée» est chez nous un vieux proverbe qui
se trouve dans les _Caquets de l'accouchée_. On en trouverait bien
d'autres exemples: «Comme n'estant, disent les boulengers, le pain
refaict et prest d'enfourner toutesfois et quantes que le four est
chaud, à quoy Nature, provide mesnagère et curieuse de la propagation
d'un si digne animal que l'homme, a tellement pourveu, que le four est
chaud et si bien disposé, quand la paste est faicte et le pain prest
d'enfourner, qu'il n'est bien reçeu seulement, mais, comme dit Galen au
livre de la _Semence_, il est aussi curieusement et avidement attiré,
que peut être l'air sucé du corps à l'usage des ventouses médicinales.»
(J. Duval, _Hermaphr._, chap. VI). La Casa nous décrit donc le four et
ses diverses constructions: le four à cuire le pain et le four à cuire
les friandises; il nous dit le soin que les boulangères en prennent,
comme elles le lavent matin et soir, y passent le torchon et l'éponge
toutes les fois qu'elles ont cuit, savent faire lever la pâte, diriger
la pelle en haussant la jambe, et, sans y mettre trop de bonne volonté,
on peut croire qu'il ne s'agit que des mystères de la boulangerie. F.
Berni a célébré dans le même goût la _Flûte_, l'_Anguille_, le _Pot de
chambre_ (_orinale_), Mauro la _Fève_ (les Italiens appellent fève ce
que nous appelons gland), Dolce le _Nez_, Molza les _Figues_, dans un
poème illustré d'un long et savant commentaire par Annibal Caro; Varchi
les _OEufs durs_, la _Ricotta_ (sorte de fromage), le _Fenouil_ «dont
les Italiens,» dit Ginguené, «font un grand usage dans leur cuisine,»
est-ce sérieusement? Franzesi les _Carottes_, les _Cure-dents_, la
_Castagna_ (châtaigne et nature de la femme); Lodovico Martelli la
_Balançoire_; le Bronzino, aussi bon poète que grand peintre, le
_Pinceau_, le _Ravanello_ (raifort ou radis noir), _le Campane_ (le
carillon des cloches et du battant); des anonymes _il mortaio_ (le
mortier et le pilon), _le Mele_ (pommes et fesses), _il pescare_ (pêcher
et cueillir des pêches dans le sens de: secouer le pêcher, indiqué plus
haut); le Lasca la _Saucisse_, le _Melon_ (_mellone_, melon et fessier),
etc. Au temps où la littérature Italienne était très étudiée en France,
quelques-uns de nos poètes, Motin, de Rosset, Rapin, Du Souhait,
Chauvet, ont spirituellement essayé de lutter contre ces maîtres avec le
_Jeu du toton_, le _Jeu de dames_, la _Douche_, les _Joueurs de paume_,
les _Fureteurs_ (chasseurs au furet), les _Batteurs d'amour_ (équivoque
avec les batteurs d'or), les _Pionniers d'amour_, la _Mascarade des
scieurs de bois_, les _Astrologues_, les _Sagittaires_, l'_Arracheur de
dents_, et autres pièces qu'on peut lire dans le _Cabinet satyrique_.

  [24] On a essayé, dans la 1re Série de la _Curiosité littéraire et
    bibliographique_ (Paris, Liseux, 1880), d'en donner une traduction
    littérale.

                   *       *       *       *       *

Une telle quantité de mots ayant été empruntés à la langue ordinaire et
détournés dans un sens érotique, on ne s'étonnera pas qu'il soit arrivé
à certains d'entre eux un accident tout naturel: que ce double sens soit
resté le seul où on les entende communément, et qu'on n'ose plus s'en
servir de peur de créer une équivoque. Le miracle, c'est que l'accident
ne soit pas arrivé à un plus grand nombre. Nul, par exemple, n'a
reproché aux jurisconsultes Romains d'employer au sens propre _testes_,
ni aux écrivains militaires, _vagina_, quoiqu'ils soient l'un et l'autre
d'un usage tout aussi fréquent dans la langue érotique:

    _Magnis _testibus_ ista res agetur._

  (_Priapées_, XIV.)

    _AL. Mihi quoque assunt _testes_ qui illud, quod ego
    dicam, assentiant.
    AM. Qui _testes_?
          AL. _Testes_.
                AM. Quid _testiculare_?_

  Plaute (_Amphitryon_.)

    _Conveniebatne in _vaginam_ tuam machaera militis?_

  Plaute (_Pseudolus_.)

Mais en revanche les grammairiens mettaient à l'index des mots que nous
n'aurions pas soupçonnés d'indécence. Quintilien défend qu'on se serve
des expressions de Salluste: _ductare exercitus_, _patrare bellum_[25].
«Le vieil historien», dit-il, «les a employées honnêtement et en toute
bonne foi; maintenant elles feraient rire, ce dont j'accuse non
l'écrivain, mais le lecteur. On n'en doit pas moins les éviter: des mots
honnêtes sont perdus, par la faute de nos moeurs.» (_Inst. orat._, VIII,
3). Cicéron (_Orator_, XVIII) note d'obscénité _cum nobis_, sans que
nous voyions trop pourquoi (peut-être est-ce à cause d'une équivoque
avec _connubere_ ou _cunnus_) et dit qu'il faut séparer les deux mots
par _autem_: _cum autem nobis_. La Casa reproche de même à Dante d'avoir
employé _chiavare_ dans le sens propre: enfoncer un clou, une cheville,
_chiavare_ ne pouvant plus s'entendre depuis longtemps en Italien que de
la vivificque cheville dont parle Rabelais. Il en est de même chez nous
de bander; Malherbe commence ainsi une ode:

    Je veux bander...

on n'oserait plus aujourd'hui. _Branler_, dans le sens de bouger,
remuer, _décharger_, dans celui de poser à terre un paquet, un fardeau,
ne peuvent plus se dire, à moins qu'on ne veuille de propos délibéré
faire une équivoque, comme dans l'épigramme de Vasselier où un
portefaix, causant un embarras de voitures au milieu d'une rue étroite,
est sommé de décharger par l'homme au carrosse:

        ... Je ne puis me branler,
    Comment veux-tu que je décharge?

répond avec beaucoup de présence d'esprit le pauvre diable. _Le faire_,
_le mettre_, sont dans le même cas. Les vers de Corneille:

    Dis-moi donc, lorsqu'Othon s'est offert à Camille,
    A-t-il paru contraint? a-t-elle été facile?
    Son hommage auprès d'elle a-t-il eu plein effet?
    Comment l'a-t-elle pris, et comment l'a-t-il fait?

seraient aujourd'hui insupportables à la scène. On dit encore _érection_
en parlant de celle d'une statue, mais le temps n'est peut-être pas très
éloigné où l'on n'osera plus le dire. L'_instrument de paix_, _dresser
l'instrument_, sont des locutions encore usitées, dans le langage
diplomatique, pour signifier l'acte authentique d'un traité, d'une
convention: elles n'ont pas longtemps à vivre, mais on les remplacera
aisément. La perte du verbe actif _baiser_ est plus regrettable. Le sens
honnête du mot, donner un baiser, n'était pas, du temps de Molière,
aussi complètement oblitéré par l'autre sens, qu'il l'est à
présent.--«Baiserai-je?» demande ingénument Thomas Diafoirus à son père,
quand on lui présente sa future. «_Baiseuse_, s. f., celle qui baise
volontiers,» dit Richelet, probablement sans y entendre malice,
quoiqu'il soit assez sujet à caution, et qu'il vienne de définir
_baiser_: «avoir la dernière faveur d'une dame.»

    Viens, Margot, viens qu'on te baise,

disait Béranger. Des deux verbes, _baiser_ et _embrasser_, ce serait
plutôt le dernier qui aurait dû devenir indécent, puisqu'il signifie
tenir entre ses bras; c'est le premier à qui est échu ce mauvais sort,
et on le remplace par _embrasser_, non sans faire gauchir la langue, car
il est absurde de dire _embrasser_ pour: donner un baiser, et encore
plus de dire: _embrasser sur la bouche_. Les mots deviennent obscènes ou
grossiers par le temps, par l'usage, sans qu'on puisse bien se rendre
compte du pourquoi, ni de l'époque à laquelle la métamorphose s'est
opérée. On trouve dans Richelet: «_Instrument_, parties naturelles de
l'homme. _Pine_, parties naturelles d'un petit garçon; ex.: Elle lui
prend la pine. _Queue_ (_pudenda hominis_); ex.: La queue lui pend au
petit bonhomme. _Trou du cul_; ex.: Se torcher le trou du cul.» Tous ces
mots sont maintenant bannis des Dictionnaires. Éloi Johanneau
(_Épigrammes contre Martial_, p. 50) dit que de son temps, le jour de
Pâques, à la porte de la cathédrale de Saintes, des femmes vendaient des
gâteaux en forme de Priapes, et criaient: «_A mes pines! qui veut de mes
pines?_» La police y mettrait aujourd'hui bon ordre. Le gendarme qui
arrêterait la délinquante serait sans doute bien embarrassé de dire
pourquoi _pine_ est obscène quand _pénis_ ne l'est pas, mais cela est.

  [25] Entendus dans le sens érotique, _ductare exercitus_ voudrait
    dire: branler l'armée, et _patrare bellum_: décharger la guerre,
    tropes violents qui n'étaient aucunement dans l'esprit de Salluste,
    et dont pourtant Mirabeau a égalé sinon surpassé l'énergie: «Ce
    d'Orléans est un Jeanfoutre qui toujours bande le crime et qui n'ose
    le décharger.»

                   *       *       *       *       *

Les médecins sont en possession de l'immunité complète pour tous les
termes dont ils ont besoin dans l'exercice de leur art. Même dans les
livres qu'ils écrivent pour «l'instruction des gens du monde,» ils
disent librement: pénis, gland, verge, membre viril, vulve, vagin,
érection, sperme, et traitent non seulement de ce qui touche aux
rapports sexuels, mais de toutes les dépravations du sens génital:
pédérastie et Saphisme ou tribadisme, onanisme manuel, anal, vulvaire,
buccal, mammaire, axillaire, titillations uréthrales et clitoridiennes,
etc. Les termes techniques dont ils se servent sont d'ailleurs, sauf
quelques-uns, assez peu accessibles au vulgaire, par leur étymologie
savante, pour que beaucoup de gens fassent leur première connaissance
avec eux lorsqu'Éros les amène, l'oreille basse, dans le cabinet du
docteur. La vieille langue médicale avait plus de sans-façon, barbiers
et sages-femmes, pompeusement qualifiés de chirurgiens et d'obstétrices,
en ayant fourni une bonne moitié, sans que la Faculté y trouvât à
redire. Le jardin et verger de nature, le cabinet de Vénus, le cloître
virginal, le soc viril, le baume naturel, et autres expressions
métaphoriques, n'en étaient pas bannis comme à présent. Les appellations
affectées aux diverses parties de «l'ovale féminin» et de ses alentours:
les barres, les barboles, les landies, l'entreprend, le ponnant, le
guillocquet, le guillevart, les hallerons ou ailerons, la dame du
milieu, se rencontrent quelquefois dans Brantôme et les conteurs; elles
appartiennent par là à la langue érotique. Les anciens prédicateurs, et
surtout les casuistes, se sont également trouvés dans la nécessité de se
constituer un vocabulaire spécial qu'ils ont en partie inventé pour
leurs besoins, en partie emprunté soit aux Latins, soit à la langue
médicale de leur temps. Les casuistes disent _mollities_ pour
_masturbatio_, et distinguent dans ses effets la _distillatio_ de la
_seminatio_, la première étant simplement préparatoire à la seconde;
_fornicatio_, _concupiscentia_, _tactus impudici_, _copula carnalis_,
_delectatio Venerea, amorosa_ et _morosa_, _pollutio in ore_, _osculari
verenda_, appartiennent à cette langue des théologiens, ainsi que le
_vas debitum, legitimum, naturale_, opposé au _vas illegitimum,
innaturale, praeposterum_, la _copula naturalis_ à la _copula
Sodomitica_. L'expression _peccatum mutum_, dont ils se servent aussi,
fait penser au _tacere_, de Martial, _reddere Harpocratem_, de Catulle,
mais n'est pas chez eux synonyme d'irrumation; leur «péché muet» est la
Sodomie. Ils appellent le clitoris: douceur d'amour, _dulcedo amoris_,
et par incubes ou succubes n'entendent pas toujours ces êtres vaporeux
que l'on voit en rêve: ils désignent ainsi, à mots couverts, les
diverses positions que l'homme et la femme peuvent prendre dans le
congrès. Les vieux prédicateurs, parlant en public, avaient un langage
plus familier: Paillards, Sodomites, ribauds, maquereaux, ruffians;
paillarder, forniquer, faire l'oeuvre de chair, hanter les bourdeaux,
trousser les chambrières, payer des manches rouges à sa putain, être à
pot et à cuiller avec sa servante (ce que le populaire, en abrégeant,
traduisait par: être à pot et à cul), gagner sa dot de mariage à la
sueur de son corps, jetter ses enfants ès-rivières et retraits, etc.,
sont les expressions dont se servent Maillard, Menot et Barlette en
reprochant leurs mauvaises moeurs à leurs contemporains[26].

  [26] V. Henri Estienne, _Apologie pour Hérodote_, chap. VI; Dulaure,
    _Des Divinités génératrices_, chap. XV.

Les traducteurs Français des grands satiriques Latins auraient pu, eux
aussi, tenter d'enrichir notre langue érotique en y faisant passer les
hardiesses de Juvénal, de Perse, de Pétrone, de Martial surtout, dont le
vocabulaire est si opulent. Leurs essais n'ont été jusqu'à présent
qu'insuffisants ou ridicules. Trois traductions assez estimées de
Martial: celle de l'abbé de Marolles, une seconde attribuée sur le titre
à des «militaires», et qu'on croit être de Volland, la troisième de
Simon de Troyes et publiée par Auguis, ont été examinées à ce point de
vue par Éloi Johanneau[27]. On se ferait difficilement une idée de leur
niaiserie. L'abbé de Marolles traduit _Priapus_ par visage!

    _Gallo turpius est nihil Priapo_,

  (I, 36.)

«Il n'y a rien de plus vilain que le _visage_ d'un prêtre de Cybèle.» Il
rend _futuere_, par «cajoler, se divertir, passer le temps, aimer,
entretenir, avoir une entrevue»; _fututor_ par «galant, effronté»;
_cunnus_ par «chaînon»; _fellare_ par «ne pas bien user de sa langue»,
_arrigere_ par «se roidir dans les combats, désirer quelque faveur»; sa
manie de décence quand même le conduit tout droit à faire des
contre-sens d'écolier, comme lorsqu'il traduit _paedicare_ par «faire
l'amour»; ailleurs il dit que c'est «faire d'étranges choses», ce qui,
sans être meilleur, montre pourtant qu'il comprenait. Il a le privilège
des périphrases souvent plus lestes que le mot propre de l'original; il
traduit _mentula_ par «je ne sçay quoy qui fait aimer les hommes», et
ajoute en note: «Quelque lasciveté, sans doute»; ailleurs, c'est
«quelque chose que l'on porte». _Inguina_, c'est: «ce que je ne puis
nommer»; _canus cunnus_, «une vieille passion»; _vellere cunnum_,
«farder sa vieillesse»; _percidi_, équivalent de _paedicari_, «se faire
gratter». Il abuse de «quelque chose»; ce «quelque chose» rend les mots
les plus divers: _mentula_, c'est «quelque chose», _inguina_, «quelque
chose», qu'il s'agisse de l'homme (VII, 57) ou de la femme (III, 72), et
_culus_ est «quelque autre chose» (III, 71). _Paedicare_ étant «faire
d'étranges choses», _paedicari_, _irrumari_, c'est «faire quelque chose
de plus» ou «de pis;» mais quoi? l'abbé ne le dit pas, et encore
faudrait-il dire: se laisser faire.

  [27] _Épigrammes contre Martial, ou les mille et une drôleries,
    sottises et platitudes de ses traducteurs_, par un ami de Martial
    (Paris, 1835, in-8º).

Les «militaires» ou Volland se sont dressé à l'avance une espèce de
Barême; ils traduisent constamment les mêmes mots Latins par les mêmes
mots Français auxquels ils donnent souvent un sens conventionnel:
_futuere_ par «aimer» et «forniquer»; entre femmes (VII, 69) c'est aussi
«forniquer»; _fututor_, par «amant, amateur»; _vulva_, _barathrum_,
_cunnus_, par «anneau»; _mentula_, _penis_, _columna_, _veretrum_, par
«béquille», s'inspirant sans doute de la chanson de Collé, _La béquille
du Père Barnaba_; _fellare_ et _lingere_ par «breloquer», d'où
_fellator_, «breloqueur», et _fellatrix_, «breloqueuse»; _irrumare_, qui
signifie une chose, et _percidere_, _irrumpere_ qui en signifient une
autre, par «se faire breloquer»: contre-sens énorme du moment qu'ils
prennent «breloquer» pour l'équivalent de _lingere_ et de _fellare_. Ce
mélange de breloques, de béquilles et d'anneaux, nous donne des
«breloqueurs et breloqueuses d'anneaux», une «béquille énervée», une
«béquille à poils», une «béquille en fureur», une béquille qui «apprend
une route inconnue», ailleurs, des «testicules de cerf remplacés par une
jeune béquille»; un «anneau qui parle», des anneaux «qui se
réjouissent». De temps à autre, ils veulent cependant varier un peu; ils
traduisent alors _paedicare_, tantôt par «faire des polissonneries», et
tantôt par «jouer le second rôle», ce qui montre combien peu ils savent
ce qu'ils disent; _fellator_ par «fripon», _paedico_ par «badin», et
continuellement confondent le rôle actif avec le rôle passif.

Simon de Troyes, et son reviseur Auguis, n'entendaient pas beaucoup
mieux le Latin, car pour eux le _paedico_ est un Ganymède (VI, 33); ils
affectionnent les périphrases les plus pompeuses: _mentula_, organe des
plaisirs, frêle instrument des amours, intention directe; _cunnus_,
ceinture de Vénus; _colei_, les recoins les plus secrets du corps;
_paedicare_, se livrer à une débauche irrégulière, avoir des habitudes
vicieuses; _lingere_, faire d'impudiques caresses aux appas les plus
secrets d'une belle (douze mots pour un), et _irrumare_, demander à
avoir part aux bonnes grâces d'une belle (dix seulement). Encore ces
périphrases, toutes niaises qu'elles sont, feraient-elles croire qu'ils
comprennent; mais non: ils traduisent ailleurs le même verbe _irrumare_
par: «avaler le plaisir avec sa bouche», c'est tout le contraire; et
_periclitari capite_, synonyme d'_irrumari_, par «perdre la tête».

La seule bonne méthode de traduction que l'on doive, suivant nous,
appliquer aux érotiques Grecs et Latins, est celle qui s'impose comme
règle de dire à mots couverts seulement ce que l'auteur a dit à mots
couverts, de ne pas mettre de périphrases où il n'en a pas mis, de
rendre le mot propre par le mot propre, et les métaphores par des
métaphores semblables, tirées des mêmes termes de comparaison. Traduire
autrement sera toujours donner une idée fausse du goût personnel de
l'auteur, de ce qui constitue son style ou sa manière. Mais le mot
propre serait souvent bien plus obscène en Français qu'il n'était en
Latin; les dérivés populaires de _cunnus_, _colei_, _futuere_, les
équivalents de _paedico_, de _cinaedus_, sont absolument ignobles, et
les termes Latins ne l'étaient pas, du moins au même degré[28]. Pour
obvier à cette difficulté, rien n'empêche qu'on ne francise tous ceux
qu'on pourra, conformément au génie de la langue. Mentule, gluber,
vérètre, quelques autres encore, se trouvent dans Rabelais; irrumation,
fellation, dans La Mothe Le Vayer; l'abbé de Marolles a osé fellatrice;
pourquoi ne dirait-on pas fellateur, pédicon et pédiquer, fututeur,
drauque, cinède, cunnilinge, liguriteur, exolète, irrumer, etc? Ces
mots, nous objectera-t-on, ne seront compris que de ceux qui savent le
Latin, et le traducteur doit se faire entendre de tout le monde. Mais
n'en est-il pas de même de sesterce, modius, laticlave, pallium, atrium,
impluvium, vomitoire, vélite, belluaire, et de tant d'autres termes
francisés depuis longtemps par les archéologues? Les définitions vagues
qu'en fournissent les Dictionnaires: monnaie, mesure Romaine, partie du
vêtement, de l'édifice Romain, soldat, gladiateur, donnent-elles la
valeur précise du mot à celui qui ignore le Latin et les moeurs de
l'ancienne Rome?

  [28] «Il y a tout lieu de croire que beaucoup d'expressions dont la
    malhonnêteté nous choque n'avaient pas la même portée chez les
    Romains et n'étaient pas si brutales. Martial dit quelque part que
    les jeunes filles peuvent le lire sans danger. Admettons que ce
    propos soit une fanfaronnade Bilbilitaine, et réduisons l'innocence
    de son recueil à ce qu'elle est en réalité: encore est-il vrai qu'on
    ne se cachait pas pour le lire, que les gens de bon ton, comme on
    dirait chez nous, gens qui ont d'autant plus de pruderie en paroles
    qu'ils sont plus libres dans la conduite, avouaient publiquement
    leur admiration pour Martial. J'ai sans doute bien mauvaise idée de
    la Rome impériale, et je crois peu à la chasteté d'une ville où des
    statues nues de Priape souillaient les palais, les temples, les
    places publiques, les carrefours; où, dans les fêtes de Flore, on
    voyait courir sur le soir, à travers les rues, non pas des
    prostituées, mais des dames Romaines échevelées et nues; où les
    femmes se baignaient pêle-mêle avec les hommes; où les comédiennes
    se déshabillaient quand on leur avait crié du parterre:
    Déshabillez-vous. Mais j'ai peine à croire qu'on pût s'y vanter
    ouvertement de faire ses délices de Martial, si Martial eût été
    aussi impur qu'il nous paraît aujourd'hui.» (Désiré Nisard, les
    _Poètes Latins de la décadence_.)

Le _Dictionnarium eroticum_ de Nicolas Blondeau ne fera pas faire de
grands progrès dans cette voie aux chercheurs de traduction exacte et
littérale. L'auteur, et François Noël qui l'a complété, sont tous les
deux des partisans à outrance de la périphrase, qui enveloppe le mot
comme une orange dans du papier, et de l'équivalent, qui n'équivaut
jamais, qui est toujours au-dessous, au-dessus ou à côté de l'expression
dont il s'agit de rendre l'énergie, la grâce ou la finesse. Il n'en est
pas moins curieux par le nombre, l'abondance de ces équivalents, de ces
périphrases patiemment colligées dans les auteurs ou plaisamment
imaginées, et dont quelques-unes sont de véritables trouvailles[29].
Publié en son temps, il eût été le premier, ce qui est la meilleure
excuse de ses imperfections et de ses lacunes: la série des mots et
surtout des locutions érotiques est loin d'être complète dans les
volumineux Glossaires d'Henri Estienne, de Forcellini et de Du Cange, et
la difficulté de trouver l'acception spéciale au milieu d'une foule
d'autres, fait qu'on songe rarement à y avoir recours. Resté si
longtemps manuscrit, il a été devancé par un autre, bien connu des
amateurs, le _Glossarium eroticum linguae Latinae, sive theogoniae,
legum et morum nuptialium apud Romanos explanatio nova, auctore P. P._
(_Parisiis_, 1826, in-8º), auquel on croit qu'Éloi Johanneau a
collaboré, mais dont l'auteur est resté incertain[30]. Ce recueil est
d'une utilité incontestable pour tous ceux qui veulent lire et
comprendre les érotiques ou satiriques Latins; il abonde en citations
qui éclaircissent les passages obscurs ou douteux, mais les explications
sont en Latin, ce qui laisse à celui de Blondeau et Noël une certaine
supériorité. La comparaison des deux ouvrages est instructive et montre
les difficultés d'un pareil genre de travail. Rien que dans la lettre A,
nous relevons chez Noël et Blondeau soixante-quinze mots ou locutions
qui ne se trouvent pas, au moins à cette place, dans le _Glossarium_ dit
de Pierrugues; en revanche, celui-ci en a deux cent vingt-huit négligés
par ses devanciers, et vingt-deux articles seulement sont communs aux
deux recueils. De plus, si on les collationne avec l'_Index_ du _Manuel
d'Érotologie_, on se convainc que près de la moitié des mots commentés
par Forberg ne se trouvent ni dans l'un ni dans l'autre. Une refonte
générale de ces trois ouvrages, sur un bon plan, donnerait un résultat
sinon parfait, du moins très satisfaisant.

  [29] Le suppositoire vivant, le gobet amoureux, le Calendrier naturel,
    le combat de cinq contre un, le Manuel des solitaires, etc.

  [30] Quérard dit que les initiales P. P. cachent le chevalier P.
    Pierrugues, ingénieur à Bordeaux, qui publia en la même année 1826
    un bon plan de cette ville. On lui attribue également, mais
    peut-être à tort, les Notes de l'_Errotica Biblion_. C. de Katrix,
    auteur d'un Avant-Propos placé en tête de ce dernier ouvrage, dit
    avoir eu entre les mains un exemplaire du _Glossarium_ portant cette
    mention: «_Ab Eligio Johanno constructum, auspicio et cura
    (forsitan) baronis Schonen._ S. E.»

                   *       *       *       *       *

Il nous resterait, en terminant, à dire un mot de la langue érotique
contemporaine; mais quoique nous ayons des «naturalistes», qui ne
reculent pas devant les mots, et même des «pornographes», on serait
embarrassé de relever chez eux les éléments d'un vocabulaire original,
qui leur soit propre. Les plus timides ou les moins maladroits
s'essayent dans les réticences, les sous-entendus de Laclos et de
Crébillon fils; mais comme ils n'ont pas l'art exquis et la finesse de
ces maîtres, on devine l'intention qu'ils avaient de dire quelque chose,
plus qu'on ne voit clairement la scène qu'ils ont voulu décrire.
D'autres se sont fait avec des crudités du vieux Français, mélangées à
des trivialités de faubourg, à ce que Richepin appelle la gueulée
populacière, une langue hybride, bâtarde, assez écoeurante, et il en est
une pire encore, celle dont Alfred Delvau s'est constitué hardiment le
lexicographe dans son _Dictionnaire de la langue verte_, puis dans son
_Dictionnaire érotique moderne_. Nos pères avaient déjà, pour désigner
ces bonnes filles dont le métier est de faire plaisir aux hommes, un
nombre plus que suffisant d'appellations désobligeantes: carogne, catau,
catin, coureuse, créature, donzelle, drôlesse, gueuse, gourgandine,
poupée, putain; comme nous sommes plus riches! nous avons: allumeuse,
baladeuse, blanchisseuse de tuyaux de pipes, bouchère en chambre,
chahuteuse, chameau, chausson, crevette, éponge, gadoue, gaupe, gibier
de Saint-Lazare, gonzesse, gouge, gouine, grenouille, loupeuse, marmite,
menesse, morue, omnibus, paillasse, peau, pierreuse, punaise, rouchie,
rouleuse, rulière, sangsue, taupe, tireuse de vinaigre, tocandine,
toupie, traînée, vache, vadrouille ou vadrouilleuse, et vessie! Ce que
peuvent être les locutions imagées où ces termes choisis entrent en
combinaison avec d'autres de plus basse catégorie encore, on le conçoit
sans peine. Ni l'énergie ni le pittoresque ne leur manquent; mais à part
quelques bonnes et vertes Gauloiseries, ce vocabulaire est par trop
ordurier. Malgré toutes les raisons qu'on peut donner en faveur du
parler à la bonne franquette et contre la pruderie bégueule, nous
penchons à partager l'aversion de beaucoup de gens pour ces mots que
l'on nous dit être la langue de l'amour, et qui sentent mauvais, qui
font sur le papier comme des taches malpropres. Nous sommes volontiers
de l'avis de La Fontaine:

    L'Amour est nu, mais il n'est pas crotté.


Paris, Avril 1885.



DICTIONARIUM

EROTICUM

LATINO-GALLICUM



A


ABSOLVERE HOMINEM VENERI. _Cicero._ Priver un homme des marques de la
virilité; le décharger des soins que l'on rend à Vénus; l'exempter de
faire ses hommages à la déesse d'amour; le dispenser de servir les
dames; mettre un frein à ses désirs amoureux; donner des bornes à ses
galants exploits; retenir l'inclination qu'il peut avoir de faire
service aux belles; le délier des engagements qu'il peut avoir avec la
mère d'Amour; lui retrancher tout commerce galant. Ou, au contraire:
rendre un homme capable de servir Vénus; le perfectionner de manière que
ses soins soient toujours agréables; lui procurer tous les avantages
nécessaires pour faire recevoir ses hommages; le rendre parfait dans
l'art de faire service aux dames; le tourner de sorte qu'il plaise
partout; lui faire prendre un air à réussir près des belles; le mettre
en état de se rendre digne des regards de la mère d'Amour; en faire un
joli homme, un homme consommé dans l'art de la galanterie; rendre un
homme aimable et tout galant. Ou: absoudre un homme de tout ce que Vénus
lui fait faire; lui pardonner tout ce qu'il entreprend en faveur de ses
feux; excuser les fautes amoureuses d'un galant; avoir de l'indulgence
pour les erreurs où sa passion le plonge.

ACERSECOMES, _ae_, m. _Juv._ Catamite.

ADDUCTRIX, _icis_, f. Conciliatrice de volontés, médiatrice[31].

  [31] Voyez AGABULA, LENO.

(N) ADHINNIO, _is, ire_. Crier de joie en voyant une belle femme; se
sentir vivement ému par sa présence, et ne pouvoir modérer les
transports qu'elle excite.

ADINEO, ADINIO, _is, ivi, itum, ire_. _Col._ Dormir à l'Hébraïque.

ADVERSUS ET AVERSUS IMPUDICUS EST. _Cic._ A découvert ou en secret, il
est toujours débauché; qu'on le regarde ou qu'on ne le regarde pas, il
ne s'en livre pas moins à sa passion déréglée; qu'on puisse le savoir ou
l'ignorer, c'est tout un pour son tempérament amoureux; qu'il soit en
compagnie ou sans témoins, il faut que son dérèglement ait son cours;
qu'on le voie ou non, il donne tout au plaisir de ses sens. Ou: l'une et
l'autre Vénus le touchent également; de quelque côté qu'on le prenne, on
n'y trouvera que débauche; s'il aime l'action, il veut bien la souffrir.

AEDOEICA ULCERA, n. Chancres aux parties naturelles.

AEDOEICON, _i_, n. Le membre, la verge.

AEDOEPALMUS, _i_, m. Priapisme, érection continuelle; maladie qui cause
une tension du v.. douloureuse et continue[32].

  [32] Une tension douloureuse et continue dans la partie reproductive
    de l'espèce humaine.

AFFERRE CONSECUTIONEM VOLUPTATIS. _Cic._ Faire jouir de ses amours;
procurer le plaisir de la jouissance; mettre en possession de l'objet de
ses voeux; faire venir le moment heureux en amour; donner la facilité
d'exécuter ses desseins galants; faire naître l'occasion de satisfaire
ses désirs amoureux; mettre un amant au comble de la joie; faire
apercevoir que l'heure du berger sonne; mettre en état de donner dans le
but des amants; rendre un amant heureux; fournir les moyens de se
divertir.

AGABULA, _ae_, m. f. Maquereau; maquerelle.

AGAGULA, _ae_, m. f. Maquereau; maquerelle.

AGAGULO, _onis_, m. Maquereau.

AGERE LENONEM. _Cic._ Faire le métier de pourvoyeur de Vénus; se mêler
d'appareiller des amants; travailler à concilier les volontés en amour;
s'appliquer à l'union des amants; donner ses soins à rendre mutuelles
les inclinations amoureuses; être agent de change en amour; s'attacher à
rendre les amants contents; s'employer à faire réussir les passions
galantes; faire l'office d'appareilleur d'amour; faciliter les approches
intimes des amants; être conciliateur en amour.

AGITO, _are_. _Hor._ Se prend aussi pour faire l'action que demande une
passion qui fait le plaisir et la peine de la plupart des hommes.

AGNEON, _i_, n. Bordel, lieu où l'on trouve des filles de commodité; par
antiphrase, bon lieu[33].

  [33] Ou, plutôt, mauvais lieu que le plaisir n'habite jamais, et où le
    mal habite toujours.

(N) AGO, _is, egi, actum, agere_. Agir; est le contraire de _pati_;
souffrir les agissants. C'est jouer avec ardeur au jeu d'amour. Il est
du style Sodomitique.

AGULA, _ae_, f. Appareilleuse, maquerelle.

ALECTRA, _ae_, f. Celle qui ne laisse pas de prendre les plaisirs de
l'amour, bien qu'elle soit sans mari; celle qui se console galamment de
la solitude du célibat ou de la viduité; celle qui se sert du remède
propre à guérir les chagrins où le célibat et le veuvage peuvent
plonger[34].

  [34] Épicurienne qui laisse à qui les veut les peines et les tourments
    du mariage, mais qui s'en procure les plaisirs.

ALICARIAE, _arum_, f. _Plaut._ Filles de joie qui se tenaient devant les
boutiques des vendeurs de fromentée, attendant aventure.

ALIENUS EST DIU VENERIS USUS EO QUI CONVALUIT. _Cels._ Celui qui relève
de maladie se doit interdire pour un temps l'usage de Vénus; les délices
de l'amour sont un mets dont les convalescents ne doivent point goûter;
au sortir d'une maladie, on doit être dispensé pour quelque temps du
service des belles; les plaisirs de l'amour ne sont point faits pour un
convalescent; il ne sied point du tout de faire le galant tant qu'on a
besoin de reprendre des forces; vouloir faire l'amour pendant une
convalescence, c'est chercher entre les bras de Vénus une rechute[35].

  [35] Ou même la mort. Les vieillards sont comme les convalescents:
    l'usage des plaisirs amoureux les tue ou les rend imbéciles.

ALILARIA, _ae_, f. Garce suivant la Cour, putain de Cour[36].

  [36] Comme les gens de Cour sont au-dessus des préjugés, c'est pour
    cela qu'elles y abondent.

ALLUDERE AD SCORTUM. _Ter._ Se jouer à une courtisane[37].

  [37] Badiner, folâtrer avec une fille de joie.

(N) ALUTA, _ae_, f. Peau inutile; boyau sans ressort et propre à être
livré au mégissier. _Aluta Priami_: vieil outil qui ne peut plus servir
qu'à exciter les sarcasmes des jeunes filles. Instrument fêté dans sa
jeunesse, et méprisé, comme tant d'autres choses, lorsqu'il se trouve
usé par le service ou la vieillesse.

AMASCUS, _i_, m. _Plaut._ V. AMASIUS.

AMASIA, _ae_, f. _Gell._ Celle qui aime, ou qui est aimée, maîtresse.
Ou: femme galante[38].

  [38] Bonne amie à qui il ne manque que le contrat matrimonial pour
    être une femme parfaite.

AMASIO, _onis_, m. _Apul._ V. AMASIUS.

AMASIOLA, _ae_, f. Une petite maîtresse, une jeune enfant qu'on aime.

AMASIOLUS, AMASIUNCULUS, _i_, m. _Petr._ Un jeune amoureux, un petit
galant. Ou: un petit favori, un jeune mignon.

AMASIUS, _ii_, m. _Plaut._ Un amoureux, un galant, le berger d'une
bergère, l'amant d'une belle. Ou: celui qui est porté à l'amour, qui est
enclin aux plaisirs de Vénus. Ou: un favori, un mignon, celui qui
souffre les caprices amoureux d'une passion déréglée.

AMATIO, _onis_, f. _Plaut._ Amourachement, amourette; attachement
galant, inclination amoureuse.

AMATOR, _oris_, m. _Ter._ Un amoureux, un galant, un passionné, un
amant[39].

  [39] En Français, le mot _amateur_ équivaut à libertin: un friand de
    jeunes tendrons.

AMATORCULUS, _i_, m. _Plaut._ Diminutif d'_amator_.

AMATORIA VOLUPTATE FRUI. _Cic._ Goûter les plus parfaites douceurs de
l'amour; jouir des plaisirs amoureux; satisfaire ses amoureux désirs;
s'enivrer des délices de l'amour.

AMATRICULA, _ae_, f. V. AMASIOLA.

AMATRIX, _icis_, f. _Plaut._ Amante, amoureuse, bergère, maîtresse.

AMATUS, _us_, m. Ce qu'on aime, objet aimé, ses amours, son inclination.

AMBULARE IN MASCULOS. _Sen._ Donner dans ses amours l'exclusion au beau
sexe; prendre un sexe pour l'autre dans ses divertissements amoureux;
faire un affront aux femmes et à la nature; se méprendre au sexe dans
ses amours; aimer ses pareils avec dérèglement.

(N) AMICUS LAEVIS vel LEVIS. Ami jeune et sans barbe, qui chez les
Anciens tenait lieu d'une amie et en faisait les fonctions.

AMISSI CORPORIS DAMNUM. _Phaed._ Le dommage que cause la perte de la
virilité, la perte de ce qui nous distingue et qui nous fait aimer des
femmes.

(N) AMOR, _is_, m. L'Amour, le fils de Vénus; la passion d'aimer. Cette
passion n'est point obscène par elle-même, mais l'abus de l'amour le
devient. _Amor Socraticus_: l'amour Socratique, quoique portant le nom
d'un sage, doit être proscrit de la bonne compagnie et relégué dans les
collèges, les séminaires, les couvents et dans toutes les sociétés
composées d'hommes qui connaissent trop ou trop peu les femmes. La bonne
philosophie n'est point de contrarier la nature. L'amour Platonique est
au moins fondé sur la délicatesse, mais les femmes commencent à
l'abjurer comme inutile et ridicule.

AMPHICAUSTIS, _is_, f. (dans les comiques). La partie sans laquelle les
femmes seraient bien malheureuses.

AMPHIDAEUM, _i_, n. Les lèvres rebordées de la bouche inférieure, qui
engloutit la plus pure substance des hommes.

(N) AMPLEXUS, _us_, m. Étreinte amoureuse, embrassement, baiser.

ANAGRIPH, ind. Le plaisir amoureux pris avec une fille, ou avec une
veuve.

ANAITIS, _idis_, f. Vénus Assyrienne, dans les temples de laquelle les
filles des meilleures maisons tiraient gloire d'avoir gagné leur mariage
en satisfaisant les désirs amoureux de tous ceux qui se présentaient, et
après ce galant noviciat trouvaient à se marier plus avantageusement, vu
leur grande expérience[40].

  [40] Si les divinités des Assyriens avoient des temples en France, nos
    jeunes filles n'auraient pas les pâles couleurs.

ANAPHLASMUS, _i_, m. Le plaisir amoureux.

ANAPHLYSTIUM, _ii_, n. Le mariage solitaire, le combat de cinq contre
un.

ANAPHLYSTIUS, _ii_, m. Qui trouve une femme dans sa main.

ANAPHRODISIA, _ae_, f. Apathie de la nature, insensibilité pour les
plaisirs de l'amour[41].

  [41] Mort anticipée.

ANAPHRODISUS, _a, um_. Qui est insensible aux plaisirs de Vénus; qui est
dans l'indolence à l'égard de l'amour; qui n'a aucun goût pour les
douceurs amoureuses; que les charmes de Vénus n'attirent point; qui
n'est ému d'aucuns désirs pour la beauté; que les délices de l'amour ne
tentent pas; qui n'est point touché des attraits de Vénus; qui n'a
aucune pente aux divertissements amoureux; qui ne se sent point;
insensible aux traits de l'Amour; sur qui les appas de Vénus ne font
point d'effet.

ANCUBA, _ae_, f. Succube, qui est introduite dessous.

ANCYRA, _ae_, f. V. MENTULA.

ANDROGENIA, _ae_, f. L'union des corps qui perpétue le genre humain; la
liaison des deux sexes pour la propagation des hommes; le mélange des
corps et des esprits pour reproduire son semblable; ce qui donne
naissance à l'amour et ensuite aux hommes.

ANDROGENUS, _a, um_. Qui s'étudie à la reproduction; qui prend soin de
la propagation humaine; qui fait ce qu'il peut pour perpétuer le genre
humain; qui travaille à se faire des successeurs; qui s'emploie à se
donner une postérité.

(N) ANDROGYNUS, _i_, m. Androgyne. On appelle de ce nom l'être qui
réunit les deux sexes. Deux androgynes parfaits équivaudraient à quatre
personnes ordinaires; mais comme la Nature les crée presque tous
imparfaits, douze androgynes ne valent ni un homme ni une femme.

ANDROPHYTIDES, _is_, _omn. gen._ Qui est propre à donner des habitants à
sa patrie; qui a tous les talents nécessaires pour peupler le monde; à
qui rien ne manque pour fournir des sujets à l'État; qui ne laissera pas
périr la race des hommes par sa faute; qui est en état de travailler à
la propagation du genre humain.

ANDROSATHUS, _i_, m. Que l'Amour a libéralement fourni; avantageusement
pourvu des dons de l'Amour[42]; qui a de grandes parties pour Vénus; à
qui l'Amour a fait présent d'un sceptre magnifique; qui est avantagé de
la nature en faveur des dames; qui a un grand talent pour persuader en
amour; un substitut du dieu des jardins; un second Zagachrist. V.
MENTULATUS.

  [42] Qui a de grands moyens de plaire au beau sexe.

(N) ANHELO, _as, are_. _Juv._ Montrer toute sa vigueur et se mettre hors
d'haleine; être sur le grabat pour avoir trop travaillé.

ANITERGIUM, _ii_, n. Mouchoir de commodité, torchecul[43].

  [43] Si ce mot n'est pas propre, au moins il est expressif.

ANO FASCINUM INSERERE. _Petr._ Introduire un suppositoire vivant.

ANTILLO, _as, are_. V. SCORTOR.

ANULARE, _is_, n. La bague que l'on court en amour; l'anneau que l'amour
cherche à mettre à son doigt[44].

  [44] Et qui est propre à tous les hommes.

ANXITIA, _ae_, f. Fille de joie, garce[45].

  [45] Coquine.

APHRODISIA, _orum_, n. _Plaut._ Les plaisirs de Vénus, les jeux où Vénus
engage les amants, les combats amoureux, les victoires amoureuses, les
exercices d'amour.

APHRODISIAS, _adis_, f. Ile dans le golfe Persique, où Vénus était
servie de la manière la plus tendre et la plus vigoureuse.

APHRODISIASMUS, _i_, m. Le service de Vénus; l'usage des contentements
que Vénus peut procurer; le doux emploi auquel la mère d'Amour destine
les amants; le devoir amoureux.

APHRODISIUM, _ii_, n. Les délices où Vénus invite; le plaisir sans
lequel on ne verrait point d'amants; les douceurs qu'offre la mère
d'Amour pour payer les maux que son fils fait souffrir.

APHRODISIUS, _a, um_. Qui est tout à Vénus; qui s'est voué tout entier à
la mère d'Amour.

APHRODITARIUM, _ii_, n. Médicament propre au service de Vénus.

APOCOPUS, _i_, m. Eunuque; homme qui a souffert un retranchement
considérable; personnage de mauvais augure pour les dames; inhabile ou
impuissant; celui dont les forces ne lui permettent pas de servir sous
les enseignes d'Amour; auquel il n'est pas permis de lever l'étendard
amoureux; qui est dans l'impuissance de combattre amoureusement[46].

  [46] Dont le lit est un lit de repos.

APORAPHANIDOSIS, _is_, f. Peine des pauvres surpris en adultère à
Athènes, auxquels on fourrait un navet dans le cul après leur en avoir
arraché les poils; d'où est venu le proverbe: _Drôle à la fesse
tondue_[47].

  [47] Le code criminel d'Athènes méritait aussi d'être réformé.

AQUACULO, _as, are_. Maquereller, faire le maquerellage. V. AGERE
LENONEM.

AQUARIOLUS, _i_, m. _Cic._ AQUARIUS, _ii_, m. _Juv._ Maquereau,
pourvoyeur d'amour[48]. Ou (_Apul._): cocu volontaire, mari commode. Ou
(_Fest._): suppôt de bordel, souteneur, mangeur de blanc.

  [48] Voy. BALLIO.

AQUATICULUS, _i_, m. Le bas du ventre; l'endroit où sont les parties
destinées à la génération, qui, par l'abondance d'une chaleur humide qui
y règne, se couvre de poils; le pénil; la motte[49].

  [49] L'aqueduc d'amour.

ARARE FUNDUM ALIENUM. _Plaut._ Cultiver le champ d'autrui; travailler à
la tâche d'un autre; mettre en oeuvre le fonds de son voisin; prendre
soin des plaisirs de la femme de quelqu'un; se divertir aux dépens des
maris.

ARCUM TENDERE. _Apul._ Se mettre en état de servir les belles; être en
amour sous les armes; se tenir prêt pour le combat amoureux; se disposer
à l'attaque amoureuse; diriger son intention au service des dames.

ARDERE FELICITER. _Ovid._ Être heureux en amour; avoir du bonheur dans
ses amours; être vu de bon oeil par les dames; être bien reçu des
belles; être favorisé du beau sexe; ne point soupirer à crédit; ne
s'enflammer jamais seul; ne point brûler d'une passion infructueuse;
être homme à bonne fortune.

ARGA, _ae_, f. Le vase amoureux.

ARGENTARIAE ELECEBRAE. _Fest._ Filles de joie.

ARIETINO, _as, are_. Beliner.

(N) ARMA VIRILIA. Les armes propres à la joute amoureuse.

ARRHENOCOETES, _ae_, m. Pédéraste, adonné à l'amour des mâles,
bougre[50], Sodomite[51].

  [50] Bulgare.

  [51] Hérétique en amour.

ARRIDET FORTUNAE HORA. _Petr._ Voici l'heure du berger; berger, ton
heure sonne; le moment heureux est venu.

ARRIGERE AD VETULAS. _Mart._ Être fort galant près des vieilles; ne pas
mépriser les vieilles amoureuses[52].

  [52] Heureux qui peut ainsi faire, car les jeunes doivent bien trouver
    leur compte avec un tel homme.

    Le mot _arrigere_ s'emploie presque toujours avec un autre mot qui
    détermine le genre d'action qu'il exprime. En langage lubrique, cela
    veut dire: avoir la lance en arrêt pour attaquer les jeunes filles
    et les jolies femmes. _Arrigere in aliquam_: avoir une intention,
    des désirs de préférence pour une dame. _Arrigis? en propera_, dit
    Pétrone à une jeune fille qui n'osait pas profiter d'une bonne
    occasion.

ARSENOCOETA, _ae_, m. V. ARRHENOCOETES.

ARSENOTHETA, _ae_, m. Corrupteur de jeunes garçons[53].

  [53] Homme dangereux, qui ne fait rien qu'à rebours du bon sens.

ARTICULOS OMNES COMMODITATIS & SCIRE. _Plaut._ Connaître l'heure du
berger[54].

  [54] Deviner le moment de la faiblesse des dames.

(N) ARVA CONSERERE MULIEBRIA. Ensemencer les champs d'amour; rendre une
femme fertile.

ARVUM GENITALE. _Virg._ ARVUM MULIEBRE. _Lucr._ Le champ que l'amour
fait cultiver; le jardin de Vénus; la patrie commune de tous les hommes;
le pays natal; le lieu de la naissance.

ASINIS (AB) AD BOVES TRANSIRE. _Plaut._ Quitter la mandille pour devenir
fermier général; passer du régiment de l'arc-en-ciel dans la brigade de
la fortune; parvenir d'une condition médiocre à une fortune
considérable.

ASOTIUM, _ii_, n. Endroit où l'on se divertit; lieu de plaisir; maison
de divertissement; maison libre; maison de liberté; maison où l'on se
réjouit.

ASSILIO, _is, lii, lui, ultum, ire_. _Col._ Saillir; couvrir; faire
l'action naturelle; sauter sur les quatre quartiers[55].

  [55] Cela se dit plutôt des animaux que des hommes.

ASTYANASSA, _ae_, f. La suivante d'Hélène, qui composa un livre des
différentes manières d'androgyniser: ce que Philénis et Éléphantine
imitèrent depuis; et, de nos jours, Louise Sigée de Tolède, dame
Espagnole, et le magnifique Molza, Florentin.

ATAURUS, _a, um_. Qui n'a point encore fait l'exercice de Vénus[56].

  [56] Novice qui ne connaît rien aux plaisirs de l'amour.

ATHYR, ATHYRI, ind. L'antre des Nymphes; la fontaine où l'on porte
l'eau; la boutique où l'Amour fait travailler en peau.

ATTENUATUS AMORE. _Ovid._ Atténué par les fatigues de l'exercice
amoureux.

ATTRECTARE UXOREM ALICUJUS. _Cic._ Manier, patiner, tâtonner la femme de
quelqu'un[57].

  [57] La caresser.

AVERSA VENUS. _Jul. Cap._ Amour désordonné, dérèglement en amour; injure
faite à Vénus et aux belles; la Vénus antistrophe; l'art subtil.



B


BABALUM, _i_, n. La pique du dieu gardien des jardins; le sceptre de
Cupidon.

(N) BACCHANALIA. Bacchanales, ou les fêtes en l'honneur de Bacchus, dieu
de la vendange. D'abord elles furent décentes, mais elles offrirent
ensuite tous les désordres de la débauche la plus crapuleuse. On portait
en procession des membres virils couronnés par des matrones
respectables. Les Bacchantes couraient les rues toutes nues. Aujourd'hui
il n'y a de Bacchanales que dans de petits appartements consacrés à
cela, et ces fêtes se nomment, comme autrefois, orgies.

BADAS, _ae_, m. Qui se laisse métamorphoser en fille; qu'on emploie pour
fille[58].

  [58] Par une erreur bien volontaire.

BAETA, _ae_, m. Qui se laisse prendre pour une jolie fille, et qu'on
traite de même.

BALANUS, _i_, m. Le gland qu'on offre à Vénus; la tête du dieu Priape.

BALLIO, _onis_. _Cic._ Conciliateur d'amourettes; pourvoyeur
d'amour[59].

  [59] Négociant en jeunes filles.

(N) BALNEA, _eorum_. Bains publics, endroits de rendez-vous et
préparatoires à la prostitution. Les Romains y allaient pour examiner
les hommes nus, et choisir en quelque sorte les jeunes gens les plus
propres à contenter leur goût singulier pour le péché contre nature. On
dit que, dans plusieurs de ces endroits, les hommes et les femmes se
baignaient pêle-mêle. Véritablement, les Romains ont poussé très loin ce
genre de mollesse, qui se retrouve en Asie.

(N) BAPTAE, _arum_, m. Prêtres de Cotytto, dont il sera parlé plus bas.
C'étaient de francs vauriens et les plus débauchés des hommes. De tous
temps les prêtres ont été libertins plus ou moins ouvertement.

(N) BASIATIO, _onis_, f. Baiser, l'action d'embrasser. Voy. OSCULUM.

(N) BASIO, _as, are_. Baiser, donner des baisers, embrasser.

BASSARA, _ae_, f. Fille de joie, courtisane.

BATALUM, _i_, n. BATALUS, _i_, m. Le batail, ou le battant de la cloche
amoureuse.

BATALUS, _i_, m. Qui souffre qu'on le fasse servir de femme; qui laisse
exiger de lui le plaisir que les femmes seules devraient donner. Ou:
Voy. PODEX.

BETA, _ae_, f. Voy. BAETA.

BILBIL, _ind._ BILBIS, _idis_, f. _Fest._ BILLIS, _is_, f. Le lait
d'amour répandu à terre[60].

  [60] Esprit-de-vin évaporé contre l'intention de la Nature.

(N) BONA DEA. Cérès, ou la Bonne Déesse. Ses mystères, inconnus aux
historiens et aux mythologistes, ne l'étaient pas à Juvénal. Si on l'en
croit, il s'y passait de son temps des choses qui offensent rudement la
pudeur. Cérès était la déesse de la terre et de la fécondité; une de ses
fêtes avait lieu au mois de Mai, si célèbre par la révolution qui se
fait dans la nature, qu'une chaleur nouvelle semble vivifier alors et
rappeler aux actes d'une régénération entière. Ce que dit Juvénal de la
licence de ces fêtes fait croire que, quoique dans les premiers temps de
leur institution à Rome elles eussent été chastes, néanmoins, par
analogie avec les propriétés du mois de Mai, il s'y serait introduit des
mystères très opposés à leur première institution. Les prêtres de tous
les pays ont le talent de régénérer, par des institutions commodes, la
religion lorsqu'elle se perd. Les mystères d'Isis, de Vénus, de Bacchus,
de Priape, n'étaient guère plus chastes. Clodius, à Rome, tenta le
premier de violer les mystères de la Bonne Déesse, qui se célébraient à
huis clos entre femmes, et, sous un déguisement féminin, s'introduisit
dans la maison de César pour mieux jouir de Pompeia, qu'il aimait.
Pompeia était la femme de César: elle ne pouvait mieux se venger de ses
infidélités qu'avec ce Clodius, l'un des plus beaux chevaliers de son
temps.

Voy. Juvénal, sat. 6e, vers 313 et suiv.; Apulée, au liv. 8e de ses
_Transformations_.

BIPENNA, _ae_, f. L'instrument avec lequel l'Amour taille sa besogne.

BUBALIUM, _ii_, n. La bague qu'on court dans l'académie amoureuse.

BUCHEIS, _idis_, f. Palma Christi, plante merveilleuse pour les
exercices d'amour. Elle croît en Syrie[61].

  [61] Rien n'est plus dangereux que ces remèdes aphrodisiaques. Ils
    conduisent à l'impuissance par le plus court chemin.



C


CADERE CREBRO. _Plaut._ Tomber souvent sur les bras d'une aimable
ennemie[62].

  [62] C'est un plaisir qu'on n'a pas toujours le pouvoir de se procurer
    et qui n'en est que plus piquant lorsqu'on l'éprouve.

CADURCA, _orum_, n. Les bords de la fontaine d'amour; les lèvres de la
bouche amoureuse; ce qu'on appelle, aux vieilles, les babines.

CADURCUM, _i_, n. Le cabinet de Vénus, la loge amoureuse[63].

  [63] La chambrette des délices.

CAPULUS, _i_, m. _Priap._ Le manche amoureux; la poignée d'amour.

CARUNCULA, _ae_, f. Carnosité; excroissance de chair; chair glanduleuse
et spongieuse; caroncule, dont quatre forment une barricade au devant du
chemin couvert de la forteresse d'amour. Palissade sur laquelle niche
quelquefois cet oiseau rare qu'on appelle aux Indes oiseau de Paradis,
et en France pucelage.

CASALBADIUM, _ii_, n. _Petr._ Fille de commodité, fille de joie.

CASALVIUM, _ii_, n. Lieu, à Athènes, où l'on pouvait se fournir de
filles commodes.

CASAURA, _ae_, f. Fille commode.

CASAURIUM, _ii_, n. Bordel, lieu de plaisir.

CASTRA CUPIDINIS. _Ovid._ Le camp de l'amour; le poste amoureux.

(N) CASTRO, _as, are_. Ôter le sexe à un homme; le rendre neutre,
inhabile à la génération; le priver de ce qui attire les dames, de ce
lien qui joint un sexe à l'autre et des deux n'en fait qu'un. _Eunucho
committere juvenem_ exprime la même chose que _castrare_.

CATADACTYLIUM, _ii_, n. La bague puérile, que courent certaines gens
d'un goût extraordinaire.

(N) CATAMITUS, _i_, m. Favori de Jupiter, Ganymède; jeune garçon
substituant les filles. Notre mot Français _chattemite_, que l'on
interprète par ceux-ci: _patelin_, _rusé_, _hypocrite_, n'aurait-il pas
aussi quelque analogie avec celui-ci? Voy. CONCUBINUS, PULLUS.

CATAPYGOS, _i_, m. Qui recherche la Vénus antistrophe. Ou: le doigt du
milieu auquel on met quelquefois une bague, mais qui n'en porte
jamais[64].

  [64] Des religieux Asiatiques, par esprit de pénitence, se mettent au
    gland un anneau assez lourd pour empêcher l'effet des désirs
    charnels.

CATAPYGOSINE, _es_, f. L'amour de Vénus antistrophe, l'exercice de l'art
subtil; la passion à laquelle les auteurs orientaux disent que la femme
de Loth s'était soumise.

(N) CATIA MATRONA. Femme qui s'habille à la manière des courtisanes, qui
savent faire valoir tous leurs avantages corporels; femme leste,
élégante.

CAUDA, _ae_, f. _Hor._ Ce qu'on appelle la queue dans les animaux qui
n'en ont point.

CAULIS, _is_, m. CAULOS, _i_, m. La tige du genre animal.

(N) CELLA, _ae_, f. La cellule des prêtresses de Vénus; la petite alcôve
où elles se retirent pour sacrifier à l'amour dans un lieu de
prostitution.

CERCOLIPA, _ae_, m. _Catull._ Voy. PENIS.

(N) CEVEO, _es, cevi, cevere_. _Juv._ Il a la même acception que le mot
_crissare, crisso_, cité plus bas. Cependant le verbe _cevere_ désigne
plus spécialement le mouvement des hommes pendant le plaisir à la
Grecque: _Ego te ceventem, Sexte, verebor._ _Juvenalis._

CHALAMYDES, _dum_, f. Celles qui, par humilité, veulent bien prendre sur
elles le fardeau du genre humain.

(N) CHALCIDISSO, _as, are_. Mot tiré du Grec, qui exprime un genre de
fantaisie érotique qui consiste à se faire lécher ou sucer les parties
naturelles par des enfants. Les anciens habitants de la Chalcide
chérissaient cette singulière volupté.

CHELIDON, _onis_, f. La caverne de Vénus; le gouffre où se précipitent
la plupart des hommes.

CHIA, _ae_, f. _Mart._ (_Subaud._ FICUS). La figue que les Ganymèdes
donnent à entamer, que Martial dit être d'un goût piquant et qui excite:
au lieu que, dans les femmes, il dit qu'elle est fade et insipide, et la
nomme _marisca_, et prétend que c'est un second c...

CHOEROS, _i_, m. La bauge où se vautrent les hommes les plus propres; le
bourbier où presque tous les hommes se plongent.

CHRYSION, _ii_, n. Le Priape enfantin, une courte, une guigi, une
margot.

(N) CICINNIA, _ae_, f. La patronne des mignons ou Ganymèdes.

CIDARIUS, _ii_, m. Pédéraste; qui aime les jeunes garçons.

CILLO, _onis_, m. _Sext. Pomp. Ict._ Qui se laisse assujettir à
l'ouvrage dont les femmes sont jalouses; qui usurpe l'emploi des femmes
dans la République d'Amour; qui souffre les caresses qui ne sont dues
qu'aux femmes[65].

  [65] Et mérite par conséquent leur juste indignation.

CINAEDIA, _ae_, f. CINAEDIUM, _ii_, n. La patience à se laisser
métamorphoser en femme.

CINAEDOLOGUS, _i_, m. Qui s'entretient de ce que les Italiens appellent
l'art subtil; qui parle de l'amour déréglé pour les jeunes garçons.

CINAEDOLOGI, _orum_, m. Vers qui traitent de l'art subtil des Italiens.

CINAEDUS, _i_, m. _Catull._ Jeune garçon qui se livre à toutes les
caresses que l'on veut lui faire[66].

  [66] Octave, qui depuis fut appelé Auguste, passe pour avoir joué ce
    rôle auprès de César, qui, par reconnaissance, l'adopta. Les
    Romains, avant que d'être abrutis par l'esclavage, lui firent un
    jour sentir qu'ils savaient bien qu'il devait le trône à cette
    complaisance, et applaudirent devant lui à ce vers d'une comédie que
    l'on jouait:

        _Videsne ut cinaedus orbem digito temperet?_

    Ce goût paraît être celui des grands rois, et c'est peut-être pour
    cela que le grand Frédéric en était entiché de nos jours.

CIPUS, _i_, m. Le terrain où se plante le piquet amoureux.

CISTUS, _i_, m. _Plin._ La corbeille féminine; le panier où l'Amour met
ses oeufs[67].

  [67] Heureux qui les casse!

CLAVUS CUPIDINIS. _Plaut._ Le clou de Cupidon, qui entre par la
tête[68].

  [68] Le passe-partout du jardin de Cypris.

(N) CLAZOMENAE, _arum_, f. Les fesses: la partie chérie des hérétiques
en amour. Comme les habitants de la ville Grecque nommée Clazomène
étaient fort amateurs en ce genre, le nom de la ville est resté à
l'objet de leur amour. C'est comme nous appliquons le nom de _Normand_ à
quelqu'un que nous jugeons fin et cauteleux.

CLINOPALE, _es_. _Suet._ L'exercice de la couchette; les tours de lit;
la lutte amoureuse sur un lit, de peur de se blesser en tombant[69].

  [69] Les gens à tempérament regardent cet exercice comme aussi
    nécessaire que celui de boire et de manger; et souvent ils ne
    considèrent les femmes que comme un meuble de ménage. Cette idée
    n'est point galante: en conséquence, il faut que les femmes fassent
    payer à ces gens-là leur utilité.

CLITORIAZO, _is, ire_. Clitoriser, se chatouiller le clitoris avec le
bout du doigt pour se faire rire; ou faire cette action sur une personne
dans la même intention. Badiner à l'endroit sensible; se jouer à la
partie chatouilleuse; folâtrer du bout du doigt avec le loquet du
cabinet d'amour[70].

  [70] Gratter à la porte du palais d'amour.

CLITORIS, _is_, f. CLITORIUM, _ii_, n. Le clitoris, petit corps très
sensible au haut de la partie naturelle de la femme; il a la figure du
membre de l'homme. Le loquet du cabinet d'amour; le Priape féminin.

(N) CLIVUS, _i_, m. La double colline qui se trouve au bas du dos. Voy.
CLUNES.

(N) CLUNES, _ium_, f. _Clunes agitare, movere._ _Priap._ S'agiter, se
remuer pendant le plaisir amoureux; faire sauter son homme. Ce qui suit
s'applique aux non-conformistes comme aux femmes: _clunibus fluctuare
crispatis_.

COA, _ae_, f. Femme qui boit bien, et qui ne refuse pas d'autres
plaisirs[71].

  [71] _Venus Coa_: femme débauchée, libertine à table. _In triclinio
    Coa, in cubiculo Nola._

COEO, _is, ivi, itum, ire_. _Ovid._ Se choquer amoureusement; unir les
corps comme les coeurs; s'exercer au combat amoureux; faire l'action;
faire en compagnie le voyage amoureux.

(N) COETUS, _us_, m. L'union charnelle des corps, légitime lorsque des
contrats l'ont sanctionnée; illégitime quand elle tient à la convention
du moment ou à la volonté passagère de deux individus. _Coitus_ et
_concubitus_ lui sont synonymes.

COIRE FURTIM. _Ovid._ Dérober la connaissance d'un duel amoureux;
prendre à la dérobée le plaisir, qui est plus doux quand on le
dérobe[72].

  [72] Si toutefois on dérobe un plaisir consenti par les deux personnes
    intéressées à ce plaisir.

COGNOSCO, _is, ovi, itum, ere_. _Ovid._ Connaître de la manière la plus
intime et la plus sensible, et par celui de tous les sens qui fait le
plus de plaisir[73].

  [73] Connaître est alors synonyme avec posséder et jouir.

COGNOSCERE AMORES SUOS. _Ovid._ Jouir de ses amours; connaître
actuellement quel est le plaisir qu'on peut tirer de ce qu'on aime.

COLEATUS, _a, um_. _Pomp. Ict._ Qui a des témoins pour prouver son droit
en amour.

COLEATA CUSPIS. _Pomp. Ict._ L'aiguille de l'horloge d'amour et ses
contrepoids; le dard, ou la flèche de Cupidon garnie de ses pennes.

COLEPHIUM, _ii_, n. Pain qui avait la figure de ce que, par excellence,
l'on appelle le membre[74].

  [74] _Coliphia_: c'était le pain dont se nourrissaient les athlètes.
    On croit qu'il était de même sorte que la béquille du Père Barnaba,
    et qu'on y glissait de la racine de satyrion pour augmenter les
    forces dans la lutte amoureuse.

COLES, _is_, m. _Cels._ La pique du dieu qui gardait les jardins; le
dard de Cupidon, la flèche de l'Amour[75].

  [75] La clef de toutes les serrures féminines.

COLEUS, _i_, m. _Cic._ Témoin en justice amoureuse; ce qui rend
témoignage de la virilité; témoin de la validité d'un mariage.

COLUMBOR, _ari_, dép. _Sen._ Baiser à la pigeonne; pigeonner; donner et
recevoir des coups de langue qui n'offensent point[76].

  [76] Ou, par périphrase, _humida dare oscula pugnantibus linguis_.
    _Tibull._ S'embrasser de tout coeur.

COLUMNA, _ae_, f. La colonne de l'architecture humaine.

COMMITTERE OSCULA LINGUAE. _Ovid._ Commettre à la langue le soin de
l'assaisonnement des baisers; faire servir la langue à rendre les
baisers plus délicieux.

COMPRESSA VIRGO. _Ter._ Fille qui a été vivement embrassée; fille qui a
souffert les plus tendres et les plus sensibles embrassements[77].

  [77] _Comprimere patronam_, mettre une femme en presse.

COMPRESSUS, _us_. _Ter._ L'accolade de Cupidon; une embrassade tendre,
vive et très sensible; le plus vif de tous les embrassements[78].

  [78] L'étreinte la plus douce, le moment où deux corps ne font qu'un.

EX COMPRESSU EJUS GRAVIDA FACTA EST. _Ter._ Cette fille est grosse de
son fait; il a engrossé cette fille.

CONCHA, _ae_, f. _Plaut._ La coquille de Vénus.

CONCILIATRIX, _icis_, f. _Cic._ Conciliatrice; celle qui s'insinue dans
les bonnes grâces, qui gagne les coeurs, ou pour soi-même, ou pour
d'autres.

CONCILIATRIX ANCILLA. _Plaut._ Une suivante qui ménage les intrigues de
sa maîtresse; une fille qui entre dans le commerce amoureux de sa dame;
une confidente des galanteries de sa maîtresse; l'intendante des
plaisirs de sa dame[79].

  [79] Duègne qui trahit son maître pour contenter sa maîtresse, et
    _vice versa_.

CONCILIUM GENITALE. _Lucr._ Conseil où l'on agite si l'on mettra un
homme au monde; assemblée où l'on traite plaisamment de la génération de
l'homme; accord mutuel de la nature; correspondance des natures.

CONCIPERE EX ALIQUO. _Cic._ Concevoir du fait de quelqu'un; être grosse
des oeuvres d'une personne; s'être imprimé fortement les plus vives et
les plus sensibles expressions d'amour de quelqu'un.

CONCUBINA, _ae_, f. _Cic._ Concubine; maîtresse; femme d'un homme qui
n'est pas marié; celle à qui un homme ne s'est pas engagé pour
toujours[80].

  [80] Synonymes: _concuba, concubia, succuba, pellex_.

CONCUBINATUS, _us_. _Plaut._ Concubinage; habitude de plaisir amoureux
avec une personne[81].

  [81] Qui n'est point sa femme par contrat notarié.

CONCUBINUS, _i_, m. _Catull._ Qui a une maîtresse; qui est en habitude
amoureuse avec une fille; qui a une concubine. Ou (_Quintil._): qui a
une patience féminine en amour; catamite[82].

  [82] Ganymède. Voy. CATAMITUS, PULLUS.

CONCUBITOR, _oris_, m. Qui couche avec un autre de quelque sexe que ce
soit, ou par compagnie, ou dans la vue du plaisir.

CONCUBITUS, _us_, m. _Ovid._ Les caresses du lit; la tâche des amants;
le devoir amoureux; l'ouvrage d'amour[83].

  [83] _Concubitus quaerere_: désirer, rechercher le plaisir amoureux.

CONCUBITUM PETERE, PATI. _Ovid._ Rechercher, souffrir les caresses du
lit.

(N) CONCUBO, _as, are_, CONCUMBO, _is, ubui, ubitum, umbere_. Coucher
avec quelqu'un, homme ou femme: ce mot n'est obscène qu'autant que, de
l'action très innocente de coucher deux, il résulte un plaisir qui n'est
pas innocent.

CONFICERE VIRGINEM. _Ter._ Abattre la fermeté d'une fille; avoir les
gants d'une belle; humilier une pucelle[84].

  [84] Forcer la garde du palais d'Amour.

CONFUTUO, _is, ere_. _Catull._ Faire de compagnie ce qu'on appelle
f...... Ou: pondre au même nid qu'un autre[85].

  [85] Posséder à deux les faveurs d'une belle.

CONGENUO, _as, are_. _Varr._ Serrer les genoux pour être plus ferme en
lice.

(N) CONGRESSUS, _us_, m. Combat de deux personnes sur un lit ou sur un
canapé. _Congressio_ exprime la même chose.

CONISALUS, _i_, m. Les armes de Priape.

CONJUGIUM, _ii_, n. _Virg._ L'action du mariage, le devoir conjugal.

CONJUGIO ALTERIUS POTIRI. _Virg._ Faire un cocu; jouir de la femme d'un
autre; planter des cornes à quelqu'un.

CONNATATIO, _onis_, f. V. CONNATIO.

CONNATILIS, m. f. _le_, n. _is_, g. Qui travaille au même atelier
amoureux; qui entre de part dans une intrigue amoureuse; qui nage en
amour dans la même eau; qui fait société avec un autre pour un commerce
d'amour; qui vogue en amour sur la même mer.

CONNATIO, _onis_, f. _Plaut._ Course dans la même lice amoureuse;
société en amour; jouissance par indivis; travail au même atelier
amoureux; intrigue amoureuse partagée de concert. Ou, autrement: partage
des faveurs d'une belle avec quelqu'un.

CONNATO, _as, are_. _Plaut._ Partager un coeur avec un autre; être rival
heureux d'un amant bien traité; cultiver amoureusement avec quelqu'un le
même champ; travailler au même atelier d'amour, n'être pas seul qui ait
part aux faveurs d'une belle; goûter les douceurs d'amour au même
endroit qu'un autre; aimer sans jalousie en même lieu; être en société
d'amour avec quelqu'un; avoir un compagnon de jouissance.

CONQUINIO, _is, ire_, CONQUINISCO, _is, ere_. _Plaut._ Offrir le présent
de Ganymède. Ou: baisser la tête et plier le corps, pour donner belle à
l'enfilade.

(N) CONSTUPRO, _as, are_. Violer, faire violence à la pudeur; vouloir
donner par force du plaisir à des femmes qui n'en veulent pas avoir.

CONSUESCERE ALICUI. _Ter._ ALIQUO ou & CUM ALIQUO. _Plaut._ Être l'un
avec l'autre dans la dernière privauté; avoir l'un pour l'autre une
amoureuse complaisance; se donner ensemble de telles libertés, qu'on ne
puisse se refuser rien; être familier au dernier point avec une
personne[86].

  [86] Être bien d'accord ensemble.

CONSUESCERE CUM MULIERE. _Cic._ Être en intrigue avec une belle; avoir
commerce ou des liaisons secrètes avec une personne; avoir une habitude;
avoir une inclination; avoir une maîtresse; faire galanterie avec une
belle.

CONSUETIO, _onis_, f. _Plaut._ Commerce amoureux, galanterie; habitude
galante; intrigue; liaison d'amour.

(N) CONTUBERNIUM, _ii_, n. Cohabitation qui dégénère quelquefois en
colibertinage, et tellement que ce mot, dans Suétone, veut dire
_concubitus_. _Vesticontubernium_ exprime la même chose.

(N) CONTUS PEDALIS _vel_ SESQUIPEDALIS. La perche d'amour. Ce mot est
bien expliqué à l'article MENTULA.

CONVENIO, _is, ire_. _Plin._ S'accorder dans le point qui fait la
liaison la plus étroite des deux sexes; ne faire qu'un tout amoureux de
deux moitiés séparées; en venir aux prises sous les étendards de
l'Amour; livrer le combat amoureux; s'assembler amoureusement.

COPA, _ae_, f. _Virg._ Fille de plaisir; fille de joie; fille de
commodité; courtisane; fille commode.

(N) COPULO, _as, are_. Se joindre deux à deux, corps à corps: s'unir
étroitement; jouir amoureusement.

COROLLARIUM PUERILE. _Apul._ La bague que courent certains amoureux
dévoyés du chemin naturel; le soleil rouge-brun de Vénus antistrophe.

CORONA, _ae_, f. La tête du dieu Priape.

(N) COTYTTIA, _orum_, n. Les mystères de la déesse Cotytto, ou de
l'impudicité. Cette déesse n'était ci-devant qu'une danseuse, dont
l'extrême lubricité mérita des autels; ses prêtres s'appelaient
_Baptae_; ils dansaient en contrefaisant les femmes, et probablement
prenaient leur place quand ils trouvaient des amateurs. Eupolis fit une
comédie intitulée _Baptae_: Alcibiade, le Socratique Alcibiade, s'y
trouvant désigné, tua tout bonnement l'auteur pour l'empêcher de
critiquer les moeurs de ses contemporains.

(N) COXA, _ae_, f. La cuisse touche de bien près au temple de Vénus, et
celui-ci est souvent désigné chez les poètes par tout ce qui l'avoisine.
_Laufella tollit pendentis praemia coxae_ (_Juven._): cela veut dire
qu'elle se présente de si bonne grâce au combat amoureux, qu'elle
remporte la victoire.

CRISSANS, _tis_, _omn. gen._ _Juven._ Qui remue les fesses; qui joue du
croupion; qui tortille les fesses; qui remue le cul fort dru.

CRISSATURA, _ae_, f. _Lucret._ Remuement de fesses: jeu du croupion;
mouvement de cul fort prompt; tortillement de fesses fort dru.

CRISSO, _as, are_. Remuer les fesses; faire des mouvements de fesses
fort drus; jouer du croupion; tortiller le cul légèrement; faire des
tortillements de cul fort prompts. Ce verbe est particulier aux femmes
et à ceux qui en font l'office[87].

  [87] On croit qu'il se prend plus particulièrement pour la posture
    qu'adopte la femme quand elle se met sur l'homme pour ne pas avoir
    le dessous; alors elle s'agite beaucoup mieux, et cela donne
    l'explication du _lumbi fluctuantes_ de la 18e Priapée.

(N) CROCOTULA, _ae_, f. _Movere lumbos in crocotula._ Habit léger pour
les femmes, et couleur de safran, peut-être par allusion à quelques
usages dans les orgies des Anciens autrement appelées fêtes nocturnes,
mystères, etc. Habits de combat qui ne mettent que peu d'obstacles à la
jouissance. Si l'on veut avoir des détails sur les habillements des
femmes voluptueuses de l'Antiquité, il faut consulter l'_Errotika
Biblion_, p. 94.

(N) CRYPTA, _ae_, f. La grotte de Vénus.

CTIR, ind. La fontaine des amoureux et le gazon qui l'environne[88].

  [88] La carte des pays bas.

CUCURBITA, _ae_, f. _Plaut._ Femme galante[89].

  [89] Qui se livre aisément.

CUCURBITARIUS, _ii_, m. Qui met en oeuvre la femme d'autrui,
principalement celle de son seigneur de fief, ou de son maître, ou
quelqu'une de leurs parentes.

CUCURBITATIO, _onis_, f. La liberté qu'on prend de semer dans le jardin
secret d'autrui, etc.

CUCURBITO, _as, are_. Planter dans le jardin de plaisir d'autrui, et
particulièrement de son seigneur de fief, ou de son maître; ou mettre en
oeuvre quelqu'une de leurs parentes.

CULICES PATI. Se laisser Ganymédiser.

(N) CULUS, _i_, m. Visage à deux parties, autrement dit postérieur;
objet du culte des hérétiques en amour. _Culus tritus_, autel trop
fréquenté, où les sacrifices sont banaux. Synonymes: _pars postica,
clunes_.

CUNNAGIUM, _ii_, n. Le droit du seigneur en amour; droit de coucher, la
première nuit des noces, avec les femmes de ses vassaux, possédé
autrefois par les comtes chanoines de Lyon[90].

  [90] Tout cela est aboli, en France, avec les droits de fiefs.

CUNNATUS, _a, um_. Qui est pourvu de la partie qui fait presque tout le
mérite des femmes.

CUNNILINGUS, _a, um_. _Priap._[91]. Qui lèche le plat dans lequel on
sert le mets amoureux; lèche-c.., épithète des petits chiens des dames,
qui, par là, deviennent souvent enragés[92].

  [91] _Lingua maritus_ (_Martial._)

  [92] Il y a des hommes qui leur envient ce nom. On dit que les chiens
    deviennent enragés à force de s'occuper de cet ouvrage: mais il faut
    l'être pour les imiter.

CUNNOSUS, _a, um_. Qui loge au large les pèlerins d'amour[93].

  [93] Anneau trop grand pour le doigt.

CUNNULUS, _i_, m. Ce qui ne se trouve que chez les petites filles, un
conin, un conichon.

CUNNUS, _i_, m.[94] _Hor._ Le conduit de l'urine féminine; le vase
amoureux; le chemin couvert de l'amour; la coquille de Vénus; le pays
natal du genre humain; le but où visent les amants; l'endroit, chez les
femmes, qu'on dit, mais qu'on n'imprime pas; l'autel où l'on sacrifie à
l'Amour; le temple de Vénus; l'objet des peines et des plaisirs des
amants; le bel endroit; le carquois de Cupidon; la boutique où l'Amour
fait travailler en peau; le colombier de Vénus; le point d'honneur des
dames[95]; le centre des délices amoureuses; le champ de bataille
d'amour; le manège des coursiers de Cupidon; la nasse où se prennent les
anguilles amoureuses; la salle d'armes du dieu d'amour; la fontaine où
l'on porte l'eau; le réservoir de propagation; le four qui fait lever la
pâte; la cuve de la brasserie humaine; le marais d'amour où l'on enfonce
jusqu'au ventre; le trébuchet amoureux; le nid de l'oiseau d'amour; le
nord de l'aiguille amoureuse; le calendrier naturel; le puits d'amour;
la grotte de Vénus; l'embrasure des canons de Cupidon; le mortier
amoureux; le terroir où l'on plante l'herbe sensitive; le champ qu'on
aime à défricher; le terrier du lapin de Vénus; l'hôtellerie des
pèlerins amoureux; l'objet de la galanterie; le creux où l'on moule les
hommes; le cadran qui a souvent besoin d'aiguille; la manufacture de
Cupidon; le tronc où chacun s'empresse de mettre la pièce; le trône du
dieu des appas; le tribunal d'amour; le clocher où Vénus fait
carillonner; le fourreau propre à toutes lames; le chemin qui conduit au
plaisir; le receveur des droits de la mère d'Amour; le lieu de la
folâtrerie; le bureau de la confrérie de Vénus; le bassin où l'on met
les offrandes amoureuses; le peloton où Vénus fiche ses épingles; le
fourneau où l'on fixe le mercure d'amour; le camp où l'Amour fait
planter le piquet; le plus fort des objets de la tentation; le
manichordion de Vénus; le creuset où l'on met les hommes en fonte; le
palais de la galanterie; la galère qu'une seule rame met en mouvement;
la prairie des amours; le cabinet de Vénus; le jardin de plaisir; la
lice des coursiers d'Amour; le magasin des plaisirs amoureux; la niche
du dieu Priape; la foulerie d'Amour; l'abreuvoir des coursiers de
Cupidon; le tire-moelle amoureux[96].

  [94] EPIGRAMMA JOANNIS SECUNDI

        _Dicite, grammatici, cur mascula nomina _cunnus_.
            Et cur foemineum _mentula_ nomen habet?
        Sic ego, sic aliquis senior de gente verenda
            Rettulit, attollens longa supercilia:
        Mentula foeminei gerit usque negotia sexus,
            Inde genus merito vindicat illa sibi;
        Indefessus agit res qui, sine fine, virorum,
            Mascula non temere nomina _cunnus_ habet._

  [95] Ce que les dames appellent «leur honneur», le «coeur» du
    chevalier de Boufflers.

  [96] La partie qui distingue spécialement le sexe féminin. Nulle femme
    sans c.., nul homme sans v... Synonymes Latins de ce bijou: _vagina,
    fossa inguinis, sulcus, arvum muliebre, genitale, hortus Cupidinis,
    pudendum muliebre, puta, selinon, prodigiosa Venus, meatum Veneris,
    feminal, virginal, radius Veneris, scrobs virginalis, barathrum
    foemineum, lanuvium, xanion, ulcus, rima, caverna, custon_.

        _Infelix, cui torpet hebes locus ille!..._

      (Ovid.)

CURRUCA, _ae_, m. Celui que nous appelons improprement _cocu_, à qui sa
femme donne un substitut[97].

  [97] Qui n'est pas seul possesseur de son bien.

CYANISSANS, _tis_, _omn. gen._ Qui a envie de travailler naturellement;
qui veut mettre en pratique le symbole de la fève qui a encore sa peau
(c'est la fève de marais, symbole qui a fait dire à Pythagore: _Abstine
a fabis_, abstenez-vous des fèves)[98].

  [98] Axiome rejeté par les femmes, même les plus philosophes.

(N) CYBELE, _es_. f. Cybèle, la mère des Dieux, la Bonne Déesse. Ses
mystères se célébraient dans le plus grand secret, mais il paraît que la
chasteté et la tempérance n'y présidèrent pas toujours, quoique les
femmes eussent été dans l'origine les seules initiées. P. Clodius fut le
premier qui entreprit de les violer en s'introduisant, sous l'habit
d'une danseuse, dans l'appartement de Pompeia, épouse de Jules César. La
chronique dit qu'il voulait abuser de cette femme. Les prêtres de cette
déesse se nommaient _Galli_, et avaient été privés de cette partie qui
nous rend hommes. Dans les temps de corruption, des hommes faisant
fonctions de femmes imitèrent entre eux ces mystères et, comme on peut
le croire, y introduisirent ce que la lubricité humaine a de plus
dégoûtant.

CYDON, _onis_, m. Pédéraste, Gomorrhiste.

CYLLO, _onis_, m. _Cic._ Qui a été amplement pourvu par l'Amour en
faveur des dames; personnage bien envitaillé.

(N) CYNAEDUS. Voy. CINAEDUS.

CYSONIPTES, _ae_, m. Baigneur qui a soin de tenir propre tout ce qui est
plus particulièrement dédié à l'amour.

CYSOS, _i_, m. L'écrin du bijou d'amour; la gaine du poignard de
Cupidon.

CYSTHOS, _i_, m. V. CYSOS. Ou: les fesses. Ou: le trou du cul.



D


(N) DECURRERE SPATIUM AMORIS. Faire la course au jardin d'amour; courir
la bague; jouir amoureusement.

(N) DEGLUTIO, _is, ire_. Prendre à la bouche la flûte de Cupidon; la
recevoir, la presser avec les lèvres:

    _Deglutit, fellat, molitur per utramque cavernam._

  (_Auson._)

DEJICERE CAPUT. Baisser la tête en courbant les reins pour offrir mieux
la bague; présenter le cul en haut[99].

  [99] Voyez la différence entre _dejicere caput_ et _demittere caput_,
    au mot DEMITTERE.

DELPHYS, _yos_, f. La coquille du limaçon d'amour. Ou: la matrice.

DELTA, ind. Le triangle de la géométrie d'amour; l'entrée du jardin de
Vénus; l'ouverture de l'antre des Nymphes.

DEMITTERE CAPUT. Faire près d'une femme l'office de petit chien; lécher
la baratte où l'on bat le beurre en amour[100].

  [100] Voy. VORARE TENTA.

(N) DEPRENSUS, DEPRENSA. Pris sur le fait: _Nihil est audacius, illis
deprensis (adde mulieribus.)_ _Juven._

    _Quantum deprensi damna pudoris ement._

  (_Auson._)

DEPSO, _is, psui, psitum, ere_. _Cic._ Pétrir le levain amoureux; battre
le beurre d'amour.

DESTUPRATRIX, _icis_, f. _Mart._ Une tribade.

(N) DIFFUTUTUS, _a, um_. Épuisé par trop de jouissance. Voy. EXFUTUTUS.
_Virgo diffututa_, fille commode, qui se laisse caresser par tout le
monde.

(N) DIGITUS IMPUDICUS, INFAMIS. C'est le substitut d'un très joli
instrument dont les dames aiment à jouer. Les Anciens paraissent avoir
employé ce doigt à plusieurs usages: tantôt à procurer du plaisir aux
femmes, tantôt à montrer aux hommes le désir d'une jouissance contre
nature.

DINDYMUS, _i_, m. Le trou de la verge de l'homme.

(N) DIOBOLARES, _ium_, f. Courtisanes pour le bas peuple; raccrocheuses;
salopes à deux sols; paillasses de corps-de-garde.

(N) DISSAVIOR _vel_ DISSUAVIOR, _aris, ari_. Embrasser avec ardeur, avec
vivacité.

DIVIDERE CUM ALIQUA. _Petr._ Partager avec une belle les plaisirs de
l'amour; diviser le terrain amoureux.

DIVISOR, _oris_, m. _Cic._ Corrupteur de jeunes garçons.

DIVOLTRES, _ium_, f. Garces à canailles; donneuses de bonsoir[101].

  [101] Coureuses de nuit; chauves-souris.

DO, _as, are_. _Dare solet._ _Mart._ Elle a coutume de s'en faire
donner[102].

  [102] _Dare._ Ce verbe se prête à beaucoup d'obscénités; c'est un de
    ces mots commodes dans les langues, que l'on prend en bonne ou
    mauvaise part selon l'intention louable ou maligne de l'écrivain.
    Donner, prêter, accorder, consentir, voilà ses acceptions dans le
    langage amoureux.

DARE OPERAM LIBERIS. _Cic._ S'étudier à faire des enfants; s'appliquer à
se faire des successeurs; s'employer à perpétuer sa race; travailler à
sa postérité.

DORILLUS, _i_, m. Le jardin de Nature; le champ de Vénus; le clapier
d'amour.

DRAUCUS, _i_, m. _Mart._ Pédéraste.

DRILOPOTA, _ae_, m. Celui qui boit dans un vase qui représente le
laboureur de la Nature[103].

  [103] _Vitreo bibit ille Priapo_ (_Juven._).

DUCO, _is, xi, ctum, cere_. _Plaut._ Trouver une femme, ou un mari, dans
sa main[104].

  [104] Faire jouer le prépuce sur le gland.

DUCTO, _as, are_. _Ter._ Conduire au plaisir.

DUCTARE AMICAM. _Plaut._ Conduire du bout du doigt sa maîtresse au
plaisir.



E


EMASCULATOR, _oris_, m. _Apul._ Pédéraste. Ou: qui effémine, qui rend
efféminé[105].

  [105] Bourreau des facultés viriles; destructeur d'hommes.

(N) EFFEMINO, _vel_ EFFOEMINO, _as, are_. Être sans force et sans
courage. Ce verbe a des rapports, au figuré, avec _ementulare_.
_Effeminatus culus._ _Priap._ Bijou Grec sans ressort, ou dont le
ressort est usé par le service.

(N) ELECEBRAE, _arum_, f. Courtisanes, filles de joie.

(N) ELEPHANTIS, _idis_. _Priap._ Jeune fille Grecque auteur d'ouvrages
galants dans le genre de ceux de l'Arétin, des _Élégances Latines_ du
faux Meursius, du _Portier des Chartreux_, et de tous les livres
lubriques à l'usage des modernes. Philænis et Cyrène, autres jeunes
filles Grecques, passent pour avoir composé de pareilles tablettes où
étaient peintes les postures libidineuses et leur explication. Elles
étaient autrefois, comme à présent, les leçons préparatoires pour la
jeunesse de l'un et l'autre sexe que les personnes d'un âge mûr ne
prenaient pas la peine d'instruire. De jeunes filles innocentes venaient
offrir en don ces tablettes au dieu Priape, pour lui demander la réalité
des peintures. On doit croire qu'elles traitaient fort mal leur
protecteur, lorsque le voeu n'était pas exaucé; Sotade, poète de
Mantinée, a composé un ouvrage intitulé _Cinaedica_; c'est Suidas qui
nous l'apprend. L'empereur Tibère avait orné les murs de sa chambre à
coucher, à Caprée, de ces peintures lubriques, et cette mode a été
adoptée par quelques vieux et invétérés libertins de son siècle et des
suivants.

EMASCULATUS, _a, um_. Bardache, Ganymède, catamite. Ou: châtré; ou:
rendu efféminé.

EMASCULO, _as, are_. _Apul._ Châtrer. Ou: efféminer, rendre efféminé.
Ou: métamorphoser un mâle en femelle; se servir d'un mâle aux usages
féminins.

EMBOLUM, _i_, n. Ce qui est cause que l'écusson des filles est fait en
losange; le losange de la géométrie d'amour; l'entrée du palais de
Vénus.

EMENTULO, _as, are_. Priver du sceptre amoureux[106].

  [106] Retrancher la partie spécifique du sexe masculin.

ENTESYPATHIA, _ae_, f. Ce qui se passe dans celui qui se laisse
Ganymédiser; ce que souffre un successeur de Ganymède.

EPISIUM, _ii_, n. Ce qu'on recherche dans le sexe féminin, quoiqu'on lui
donne le nom de partie honteuse.

(N) EQUITO, _as, are_. Faire la cavalcade; se frotter mutuellement
l'endroit sensible en remuant l'un sur l'autre; tribader:

    _Inque vices equitant, ac luna teste moventur._

  (_Juven._)

EQUUS HECTOREUS. _Mart._ La posture favorite du sexe; le cheval
d'Hector; l'amoureuse situation qu'Andromaque exigeait de la
complaisance d'Hector[107].

  [107]  Et dont toutes les femmes font usage dans le déduit.

EREBINTHINUS, _a, um_. Qui concerne le bélier d'amour.

EREBINTHUS, _i_, m. Bélier de Cupidon; la machine avec laquelle l'Amour
force les remparts amoureux.

EROMENE, _es_, f. Maîtresse; inclination; bonne amie.

EROMENUS, _i_, m. Mignon; favori; Ganymède.

EROTIUM, _ii_, n. _Plaut._ Une petite maîtresse; un petit amour; une
jeune mignonne[108].

  [108] Sunamite.

(N) ERUCA, _ae_, f. _Herba salax_; c'est une herbe qui excite à l'amour.
Les personnes d'un tempérament paresseux en font usage. C'est, selon
Tournefort, la _roquette_. Les oignons et le satyrion, les artichauts,
font, à ce qu'on dit, le même effet; mais malheur à ceux qui en font
trop usage, car il est pernicieux.

ESCHARA, ESCHARIA, _ae_, f. Les lèvres de la bouche d'en bas[109].

  [109] V. ci-dessous EXSORBERE VIROS.

EUGIUM, _ii_, n. _Laber. et Lucil._ Le clitoris. Ou: la membrane Hymen.
Ou: voy. CUNNUS.

(N) EUNUCHUS, _i_, m. Triste sujet, homme nul, impropre au plaisir des
dames et, par conséquent, l'objet de leur antipathie. En Asie, ils sont
les gardiens de la vertu des belles; mais celui qui porte la clef de
leur trésor est toujours sûr de s'en rendre maître, malgré ces odieux
Argus. En France, et surtout en Italie, ils sont fort utiles aux
prélats, soit pour la musique de la cathédrale, soit pour un usage moins
canonique.

Il y a cependant des eunuques à qui il reste l'image de la virilité, et
qui n'en ont perdu que les témoins: ceux-ci sont encore utiles au beau
sexe, qui s'en amuse sans danger pour la grossesse. Martial a dit:

    _Cur tantum eunuchos habeat tua Gellia quaeris,
        Pannice? Vult futui Gellia, non parere._

EXERCINATES, _is_, _omn. gen._ Qui sait remuer les fesses; savant en
l'exercice des fesses; dressé au manège des fesses; qui sait jouer du
croupion.

EXFORNICOR, _ari_. Pécher contre nature.

EXFUTIO, _is, ui, utum, ire_. Énerver; effouter[110].

  [110] Rendre nul, impuissant.

EXFUTUTOR, _oris_, m. EXFUTUTRIX, _icis_, f. Qui énerve; qui effoute.

EXFUTUTUS, _a, um_. _Catull._ Énervé; effouté[111].

  [111] _Latera exfututa_: flancs mis à sec par trop de jouissance.

EXIMEQUI, _orum_. m. Pourvoyeurs d'amour.

(N) EXOLETUS, _a, um_. Usé, anéanti par les débauches.

EXONIROTTICUS, _a, um_. A qui les pollutions nocturnes sont fréquentes;
qui répand d'ordinaire sa semence pendant la nuit.

EXONIROGMUS, _i_, m. Écoulement de semence involontaire pendant le
sommeil.

(N) EXPATRO, _as, are_. Faire la douce affaire. V. PATRO.

EXPERTA PUELLA VIRUM. _Hor._ Fille qui sait ce que c'est qu'un homme;
fille qui connaît par expérience les plaisirs qu'un homme peut lui
procurer; fille qui s'est fait essayer; fille qui a combattu en champ
clos; fille qui s'est éprouvée avec un homme.

EXPROCOR, _ari_. Demander la courtoisie. Ou: obtenir la dernière faveur.

EXPUGNATOR PUDICITIAE. _Cic._ Un galant dangereux; un crocheteur de
pucelages; un forceur de remparts amoureux[112].

  [112] Un dénicheur de vertu.

EXPUGNARE PUDICITIAM PUELLAE. _Cic._ Forcer un jeune coeur à se rendre à
ses désirs galants; tirer les premières faveurs d'une jeune fille; venir
à bout d'une jeune personne; avoir les gants d'une belle; obliger un
jeune enfant à céder à ses galanteries; crocheter un pucelage; cueillir
les premiers fruits de l'amour.

(N) EXSORBERE VIROS. Avaler des hommes (par métaphore.) C'est assez pour
les dames d'avaler la partie qui leur plaît davantage, et cela par la
voie ordinaire; car l'idée de l'extraordinaire fait vomir.



F


(N) FACILIS VIRIS. Complaisant avec les hommes; ne sachant pas les
refuser, quand même il s'agirait d'offenser la nature.

FACIO, _is, ere_. _Plaut._ Faire ce qu'on appelle _faire_[113].

  [113] Par excellence. C'est agir d'une manière agréable.

FACTURIO, _is, ivi, itum, ire_. _Plaut._ Avoir envie de le faire;
souhaiter de travailler d'après nature[114].

  [114] Désirer ardemment le déduit.

FASCINOSUS, _a, um_. _Priap._ Bien fourni du charme viril; amplement
pourvu de ce qui charme les belles; qui a un grand persuasif en amour.

FASCINUM, _i_, n. _Hor._ Le membre par excellence; le charme viril; le
laboureur naturel[115].

  [115] L'instrument de la propagation humaine.

FASCINUS, _i_, m. _Petr._ Petite figure du laboureur naturel qu'on
pendait au cou des enfants pour les préserver des charmes; le
contre-charme de Priape[116].

  [116] Les Vestales sacrifiaient au culte du dieu _Fascinus_, et
    peut-être s'en servaient-elles comme de correctif au voeu de
    virginité qui leur interdisait tout commerce charnel avec les
    hommes. Pauvre consolation, mais bien connue des Religieuses qu'on
    vient de rendre à la société. Que de dévotes le dieu _Fascinus_ va
    perdre!

FELES VIRGINALIS ou VIRGINARIA, f. _Plaut._ Celui ou celle qui dérobe
des jeunes filles pour les dédier à Vénus[117].

  [117] Corruptrice de jeunes filles.

FELES PULLARIA, f. _Auson._ Qui enlève des petits garçons pour en faire
des Ganymèdes[118].

  [118] Autre genre de corruption, mais contraire aux lois de la Nature.

FELLATOR, _oris_, m. _Mart._ Suceur; qui boit des hommes; qui suce le
doigt qui est sans os.

FELLATRIX, _icis_, f. Suceuse; qui emploie la bouche supérieure à
l'usage de l'inférieure; qui boit des hommes.

FELLICANDUS, _a, um_. _Solin._ Qu'on donne à sucer; qu'on donne à teter.

FELLICATIO, _onis_, f. Le sucement; l'action de teter le trayon
amoureux.

FELLICO, _onis_, m. V. FELLATOR.

FELLICO, _as, are_. _Solin._ Sucer, teter.

FELLITO, _as, are_. _Solin._ Sucer souvent.

FELLO, _as, are_. _Mart._ Sucer, teter. Ou: sucer le doigt qui n'a point
d'os; teter ce qui n'est pas fait pour être teté; prendre à la bouche le
trayon amoureux[119].

  [119] Se dit des femmes qui consentent à cette vilenie.

FEMINAL, _is_, n. L'endroit par où les femmes se distinguent[120].

  [120] La partie spécifique du sexe féminin.

FEMINALIA, _um_, n. _Suet._ Haut de chausses, caleçons, et tout ce qui
sert à couvrir les cuisses et les parties de la génération.

(N) FEMEN, FEMINA, n. Se prend quelquefois pour _femur_ et _femora_. On
veut aussi que cela signifie le chemin de la création, ce qui ne serait
pas extraordinaire, vu la proximité.

(N) FEMUR et FEMORA, n. Les cuisses, ou les grosses colonnes du temple
de Cypris; ou le temple lui-même. _Femori conserere femur, committere,
vel imponere_: jouir, confondre deux corps en un.

(N) FESCENNINI VERSUS. Vers obscènes qui se chantaient aux noces.
Catulle, dans l'Epithalame de Julie et de Manlius, dit:

    _Nec diu taceat procax
    Fescennina locutio._

Lorsqu'on veut dire des injures en vers, cela s'appelle _Fescennina
licentia_.

(N) FIBULA, _ae_, f. Cadenas de chasteté; gaine où l'on renfermait les
instruments de la génération, soit pour les cacher par pudeur, soit pour
empêcher les jeunes gens d'en abuser, ou les chanteurs de perdre leur
voix. Les Juifs en faisaient assez d'usage: c'est ce que Martial appelle
_Judaeum pondus_.

_Fibula_ indique aussi l'anneau de sagesse dont les Anciens se bridaient
le prépuce en le passant à travers des deux côtés de cette peau qui
couvre le gland. On le soudait lorsqu'on voulait le conserver longtemps;
mais je pense que le plus grand nombre ressemblaient aux anneaux qui
servent à enchaîner plusieurs clefs. _Fibulare_, _infibulare, fibulatio,
infibulatio_, dérivent de _fibula_. Quelques religieux Asiatiques ont
conservé l'infibulation par esprit de pénitence. _Theca_ est synonyme de
_fibula_.

FLAGITATUS, _a, um_. _Fest._ Qui s'est laissé employer aux usages
amoureux; qu'on a mis en oeuvre en amour.

FLAGITO, _as, are_. _Apul._ Employer aux usages amoureux; soumettre aux
désirs amoureux; mettre en oeuvre amoureusement.

FLAGITARE ANCILLAM. _Ulp._ Mettre en oeuvre sa servante; employer
amoureusement sa servante.

(N) FLAGITIUM, _ii_, n. Crime que les jeunes filles pardonnent à l'amant
chéri. Le viol est un attentat contre la pudeur: l'amour seul peut le
faire pardonner.

FLOS, _oris_, m. _Catull._ Le pucelage.

(N) FODERE JACENTEM. Sonder quelqu'un amoureusement. V. STUPRO.

    _Servus erit minus ille miser, qui foderit agrum,
    Quam dominum..._

  (_Juven._)

FORNIX, _icis_, f. _Hor._ Maison de plaisir; bordel; lieu de
prostitution; maison de débauche. Ou (_Suet._): personne prostituée de
l'un ou de l'autre sexe; fille de commodité; ou: Ganymède.

FORNIX BITHYNICUS. _Suet._ Jules César, galantisé dans sa jeunesse par
Nicodème, roi de Bithynie.

(N) FOSSAE INGUINIS. Périphrase. V. CUNNUS. _Fossa notissima cinaedis_
est le contraire de _cunnus_.

FRANGO, _is, ere_. Ganymédiser.

(N) FRICARE TERGA, FRICARE MEATUM VENERIS. Frotter, électriser la partie
amoureuse. Le frottement produit le feu: c'est ce qui rend les femmes si
endiablées, que plus on les frotte et plus elles veulent être frottées.

FRICATRIX, _icis_, f. _Mart._ Frotteuse; celle qui fait une légère
friction sur quelque partie, soit pour le plaisir, soit pour la santé.

FRICTRIA, _ae_, FRICTRIX, _icis_, f. Tribade; femme qui veut contrefaire
l'homme dans les fonctions d'amour[121].

  [121] Mais un palliatif n'a jamais valu l'objet à remplacer.

FRUTINAL, _is_, n. _Fest._ Temple dédié à Vénus qui procure la
jouissance.

FRUTIS, _is_, f. _Solin._ Surnom de Vénus qui procure la jouissance.

FULLO, _onis_, m. _Naev._ Pédérastie. Ou: pédéraste.

FULLONIUS FRUCTUS. _Plaut._ Le gland de Cupidon. _Cras mihi potandus
fructus est fullonius._ _Plaut._ Je dois demain passer par les piques;
il faudra demain que je prenne le gobet amoureux.

FURTIVA VENUS. _Ovid._ De furtives amours; un mariage clandestin; des
larcins amoureux; une amourette cachée; des plaisirs d'amour
dérobés[122].

  [122] Paillardise secrète.

FURTA VENUS SUA VULT CELARI. _Ovid._ Vénus pardonne les larcins qu'on
lui fait, pourvu qu'on s'en taise; la mère d'Amour impose silence sur
les faveurs qu'on lui dérobe; on ne doit point parler des larcins
amoureux[123].

  [123] _Furta novare ignota Venere_: s'égayer, se ravigoter par une
    jouissance nouvelle.

FUTUITIO, _onis_, f. _Mart._ L'art de la génération; l'exercice de
Vénus; le combat amoureux; l'enfilade amoureuse; l'estocade d'amour; la
lutte amoureuse.

FUTUO, _is, tui, tutum, ere_. _Mart._ Exercer l'art de la génération;
combattre amoureusement; faire l'exercice de Vénus; pousser une estocade
amoureuse; le faire; baiser; lutter amoureusement; courir dans la lice
amoureuse; empaler amoureusement; donner, et recevoir le plaisir
amoureux; goûter les délices d'amour; faire la joie; enfiler
amoureusement; travailler naturellement; sangler; exploiter[124].

  [124] Et, selon Martial, tribader.

FUTUTIO, _onis_, f. _Catull._ V. FUTUITIO.

FUTUTOR, _oris_, m. FUTUTRIX, _icis_, f. _Mart._ Qui le fait; qui exerce
l'art de la génération; qui fait l'exercice de Vénus; qui court dans la
lice amoureuse; qui combat amoureusement; qui donne, et qui reçoit le
plaisir amoureux; qui goûte, et fait goûter les délices d'amour; qui
travaille naturellement; qui lutte amoureusement; qui baise[125].

  [125] Martial appelle une tribade _fututor foemina_.

FUTUTUS, _a, um_. _Mart._ Exercé amoureusement; employé à l'exercice de
Vénus; à qui on l'a fait; enfilé amoureusement; travaillé naturellement;
baisé; sanglé; exploité amoureusement[126].

  [126] Caressé.



G


(N) GALLUS, _i_, m. En langage ordinaire, _gallus_ est un coq; mais en
style obscène, _gallus_ veut dire un chapon, un castrat, un chanteur à
voix claire, un prêtre de Cybèle. _Gallo turpius est nihil Priapo._
_Mart._

(N) GANEO, _onis_, m. Libertin; pilier de mauvais lieux.

(N) GANYMEDES, _is_, m. Fils de Tros, roi des Troyens. C'était un beau
garçon, et si beau, qu'il plut à Jupiter, qui tour à tour s'amusait avec
les hommes et avec les femmes. Or donc, Jupiter en fit son page, son
échanson, son mignon, son giton, et lui donna les grandes entrées à la
Cour céleste, afin de le voir plus souvent. Depuis ce temps, beaucoup de
potentats, de grands seigneurs, tant laïques qu'ecclésiastiques, ont
voulu avoir leur Ganymède. Cette fantaisie gagna les villes et les
faubourgs dans les pays civilisés; et, ce qu'il y a de singulier, c'est
que des sauvages ont eu le même goût.

GENITALE, _is_, n. _Plin._ Le laboureur de nature; le coutre de la
charrue d'amour; l'instrument de la génération; l'outil de Cupidon[127].

  [127] _Genitalia_ se dit pour les parties de la génération.

GENITALE ARVUM. _Ovid._ V. ARVUM GENITALE.

(N) GESTIO, _is, ire_. Exprimer ses désirs par des mouvements
involontaires, quoique très naturels.

(N) GLANS, _dis_, f. Le gland; c'est la partie obscène de la partie
naturelle de l'homme, celle où réside la sensation la plus vive des
plaisirs Vénériens.

GLOTTISMUS, _i_, m. Un baiser à la pigeonne.

GLUBO, _is, ere_. _Varr._ V. FELLO.

GNATHO, _onis_, m. _Cic._ Suceur; qui entreprend sur l'office d'une
espèce de bouche[128].

  [128] Destinée par la Nature à cet usage.

GNATHONICUS, _a, um_. _Ter._ De suceur, de teteur; de suceuse, de
teteuse; qui concerne ceux dont la bouche entreprend sur l'office d'une
espèce de bouche.

GNATO, _as, are_, GNATURIO, _is, ire_. Travailler à se faire une
postérité; s'exercer à la multiplication de son espèce.

GRAOSOBA, _ae_, m. Consolateur d'une vieille amoureuse: savetier en
amour; amoureux charitable qui ne dédaigne pas la vieillesse[129].

  [129] Nos abbés, par prudence, se sont destinés à ce service: il y a
    trop de danger avec les jeunes.

GREGARIA VENUS. _Solin._ Une coureuse; une Vénus du tiers-ordre; une
raccrocheuse nocturne; une chauve-souris d'amour; une à tous venants
beau jeu; une femme du genre humain. Ou: inclination pour les maîtresses
du public; penchant pour celles qui ne refusent personne; attache pour
les publiques.



H


HABERE REM CUM ALIQUA, _Ter._ NOTITIAM & FOEMINAE. _Cic._ Avoir avec une
femme le commerce le plus particulier; connaître à fond une femme autant
qu'il se peut faire; avoir les plus étroites liaisons avec une belle;
prendre connaissance d'une belle personne de la manière la plus intime;
avoir affaire avec une femme[130].

  [130] La posséder entièrement.

HARPOCRATEM REDDERE. _Catull._ Empêcher de parler en mettant quelque
chose dans la bouche; engager une bouche au silence en l'occupant aux
fonctions d'une autre espèce de bouche; obliger à se taire en faisant
subir à la bouche la peine dont le gardien des jardins menace les
voleurs qui ont de la barbe; rendre muet en mettant le doigt amoureux à
la bouche; fermer la bouche en faisant prendre le gobet amoureux.

(N) HASTA, _ae_, f. Pique d'amour; sceptre de Cythère. Voy. MENTULA:
c'est le mot propre; celui-ci n'est que figuré.

(N) HEMITHEON, _is_, m. Hémithéon de Sybaris, auteur de livres
Sybaritiques cités par Martial et Lucien pour leur lubricité.

(N) HERMAPHRODITUS, _a, um_. Hermaphrodite: être neutre, qui porte
souvent les marques spécifiques des deux sexes et qui n'est parfaitement
d'aucun. Cela s'appelle une curiosité d'histoire naturelle. En amour,
ces êtres ne sont bons que pour les personnes qui n'aiment pas les
routes ordinaires.

HILLAS CAEDERE. _Laber._ Chercher une femme dans sa main[131].

  [131] Tuer des hommes dans leur plus tendre enfance.

(N) HIPPOMANES, _is_, n. C'est la liqueur qui sort de la vulve d'une
jument lorsqu'elle est en chaleur. Les sorcières et empoisonneuses s'en
servaient dans la composition de leurs drogues infernales.

HIPPOPORNOS, _i_, f. Amoureuse d'un cheval: surnom de Cérès lorsque,
s'étant changée en cavale, Neptune, son frère, sous la figure d'un
cheval, l'engrossa. Surnom de Philyra, mère du centaure Chiron,
engrossée par Neptune sous la figure d'un cheval. Surnom de Méduse, que
Neptune, sous la figure d'un cheval, engrossa du cheval ailé
Pégase[132].

  [132] Les dieux des Anciens avaient tous les vices, et il paraît que
    Neptune était le patron de la bestialité.

HIPPOS, _i_, m. Le coursier d'amour.

(N) HIRQUITALLUS, _i_, m. _Fest._ Jeune garçon qui s'abandonne à l'amour
Socratique, qui souffre les caresses des hommes.

HORTI HESPERIDUM. Les jardins de l'Amour[133].

  [133] _Hortus Cupidinis_ dit la même chose au singulier.

HUMIDUS LACUS. _Plaut._ Le lac où l'on pêche quelquefois de cuisants
souvenirs.

HYSTERA, _ae_, f. La matrice; ou: le chemin qui conduit à la matrice, la
gaine.

HYSTERICA, _ae_, f. Suffocation de matrice: maladie qui ordinairement se
guérit par l'introduction d'un pessaire vivant[134].

  [134] Les médecins de cette maladie sont très faciles à trouver; c'est
    pourquoi rarement les femmes en meurent. Les plus honnêtes,
    cependant, sont celles qui l'éprouvent le plus souvent.



I


(N) ILLIC. Là; à l'endroit. _Illic habere manum_: avoir la main à
l'endroit du plaisir.

(N) ILLUD. Cela. Faire cela; se donner du plaisir plus ou moins
gracieux, plus ou moins hérétique.

ILLUDERE CORPORI MULIERIS. _Quint. Curt._ Se divertir avec une femme;
tirer d'une femme tout le plaisir qu'on en peut prendre. Ou: Ganymédiser
une femme[135].

  [135] S'amuser avec une femme par tous les bouts.

ILLUDERE FOEMINARUM CAPITIBUS. _Suet._ Ôter aux femmes l'usage de la
parole d'une manière toute extraordinaire; priver les femmes de deux
plaisirs qui leur sont chers, en leur fermant la bouche d'une façon peu
séante, et laissant l'autre mâcher à vide.

IMMEIERE VULVAE PATRICIAE. _Pers._ Pisser dans un pot de chambre de
qualité[136].

  [136] Consacrer ses soins aux dames de qualité. Autrefois ces soins
    menaient à la fortune les gens de lettres et les abbés.

IMMINUERE VIRGINIS PUDICITIAM. _Plaut._ Dépuceler une fille; avoir le
pucelage d'une belle. Ou: apprivoiser une fille; accoutumer une belle
aux caresses; mettre amoureusement une belle sur le pied de ne pas
s'effaroucher; ébranler la retenue d'une jeune personne; écorner la
fermeté d'une jeune enfant[137].

  [137] Faire une brèche à la pudeur.

(N) IMPUDICUS, _a, um_. Paillard ou paillarde: reproche que l'on fait
aux gens qui aiment à goûter le plaisir amoureux. _Impudicum digitum
ostendere_: montrer le doigt impudique, que les Anciens appelaient le
doigt infâme. C'est le doigt du milieu qui, par sa longueur, fait le
mieux plaisir aux belles, ou sert à indiquer la secte des amoureux.

(N) IMPURUS, _a, um_. Impudique; crapuleux libertin qui laisse souiller
son corps par des complaisances infâmes.

(N) INACHIDOS LIMINA. Le portique du temple d'Isis, ou le temple même de
cette déesse, où se rendent tous ceux qui font des plaisirs de l'amour
leur occupation favorite. Voy. ISIACA SACRA.

INAM CAEDERE. Jeter un homme à terre, étant cinq contre un; branler la
pique sans faire peur à personne; répandre un homme informe; se battre
amoureusement contre l'air.

(N) INCESTARE SE INVICEM. _Suet._ Se livrer à qui mieux mieux à la
luxure; se souiller mutuellement par la plus sale lubricité; faire le
chapelet comme les colimaçons; s'enfiler réciproquement; se tenir comme
les hannetons.

(N) INCESTUM, _i_, n. Toute copulation contraire aux lois de la nature
ou de la société est un inceste, ou manque de respect envers l'une ou
l'autre. _Cestum_ est la ceinture dont Vénus ornait les filles sages qui
se destinaient au mariage, et Vénus n'a jamais présidé aux mariages que
la chasteté réprouve: de là on a nommé incestueux les gens qui violaient
la chasteté.

INCUBA, _ae_, f. Celle qui veut prendre le dessus dans la lutte
amoureuse; celle qui, dans le combat d'amour, se veut soumettre ce
qu'elle aime; celle qui veut primer dans les exercices
androgyniques[138].

  [138] C'est de l'orgueil tout pur. Il faut espérer que les femmes
    nobles y renonceront dorénavant, en admettant leurs inférieurs dans
    leur lit; car on les accuse de conserver, même en amour, l'étiquette
    du rang.

INCUBITATUS, _a, um_. _Plaut._ A qui l'on a introduit un pessaire animé,
ou un suppositoire vivant.

(N) INCLINARE MARITOS IPSOS. _Juv._ Courber les maris après avoir
renversé leurs femmes. Voy. INCURVO.

INCURVO, _as, are_. _Mart._ Faire montrer le nord de l'aiguille animale;
le faire présenter beau[139].

  [139] Faire ramasser des cerises aux jeunes gens. _Inclinare_ exprime
    la même chose. _Inclinare discipulos_: habitude de collège dont il
    faut se garder.

INEO, _is, ire_. _Cic._ _Idem ac_ COEO. Prendre le plaisir amoureux;
jouir de ses amours; entrer dans le plus particulier de ce qu'on aime;
pénétrer dans l'intime de l'objet aimé.

(N) INEQUITATIO, _onis_. f. L'une des postures amoureuses dont on donne
des leçons à Lampsaque: c'est celle où la femme se met à cheval sur son
amie pour tribader, ou, plus agréablement, sur son ami, pour en recevoir
ou lui donner plus de plaisir. Voy. EQUITO.

INERRARE IN FILIOS. _Minut. Fel._ Se tromper en prenant amoureusement de
jeunes garçons pour des filles.

INIRE ALIQUAM. _Suet._ Faire galanterie avec une belle; sonder
l'intérieur d'une jolie personne.

INIRE CUBILE ALICUJUS. _Cic._ Se mêler de partager avec quelqu'un les
plaisirs de son lit; entrer dans les plaisirs secrets de la femme
d'autrui[140].

  [140] Cocufier.

INFAMIAM (AD) USQUE ORIS LIBIDINIBUS & FLAGRARE. _Suet._ Être si déréglé
dans ses plaisirs que d'en salir sa bouche ou celle d'autrui.

INFAMIS DIGITUS[141]. _Pers._ Le doigt du milieu de la main (à cause de
certains usages auxquels il est préférablement employé).

  [141] _Vel impudicus._

INFORATIO, _onis_, f. L'action de mettre amoureusement en perce.

INFORATOR, _oris_, m. _Apul._ Celui qui, par plaisir, perce un trou qui
est déjà tout fait[142].

  [142] Enfonceur de porte ouverte.

INFORATUS, _a, um_. Qu'on a mis amoureusement en perce.

INFORO, _as, are_. _Plaut._ Percer amoureusement un trou qui est déjà
percé.

(N) INGUEN, _inis_; INGUINA, _um_, n. Les parties naturelles de l'homme
et de la femme, et tout ce qui les avoisine, comme l'aine, le haut des
cuisses, le bas-ventre, etc. _Inguina recutita._ _Hor._ Les parties de
l'homme marquées de la circoncision, ou dont la peau du prépuce a été
coupée.

INSCENSUS, _us_, m. _Apul._ La cavalcade d'amour; le manège amoureux; le
saut sur les quatre quartiers.

INTERFEMINEUM, _i_, n. _Apul._ A l'égard des hommes: le périnée,
l'entrefesson. Ou, à l'égard des femmes: la situation d'où un des
moindres animaux, voulant éviter Scylla, tomberait en Charybde. Ou: le
détroit d'entre les deux colonnes de Vénus[143].

  [143] Le pont du Diable qui sépare Charybde de Scylla.

INTERNUCULUS, _i_, m. _Petr._ Un petit Ganymède.

INTESTABILIS, m. f., _le_, n., INTESTATUS, _a, um_, INTESTIS, m. f.,
_te_, n. _Plaut._ Léger de deux grains au trébuchet d'Amour; à qui on a
enlevé les témoins amoureux; qui manque de témoins pour prouver sa
galanterie; eunuque; châtré; chapon; chaponné.

INVITARE IN AMPLEXUS, ATQUE IN CUBITUM. Demander la courtoisie; prier
d'amour (grâce que ce galant d'empereur Caligula demandait à la
Lune)[144].

  [144] Jouer le rôle de Putiphar avec Joseph.

IRRUMATIO, _onis_, f. _Catull._ L'action de faire teter à la bouche
supérieure ce qui n'est fait que pour l'inférieure.

IRRUMATOR, _oris_, m. _Catull._ Celui qui fait prendre à la bouche d'en
haut ce qui n'est dû qu'à la bouche d'en bas; qui fait servir la bouche
supérieure à l'usage de l'inférieure; qui met à la bouche le gobet
amoureux[145].

  [145] Cet expédient était nécessaire aux vieux libertins usés par la
    jouissance, et, lorsqu'on voyait un vieillard rechercher les femmes,
    _irrumatorem esse suspicabatur_ (Dussaulx, sur Juvénal, p. 399). On
    appelait les femmes qui se livraient à cette lubricité,
    _fellatrices_. Les hommes s'en mêlaient aussi: car de quoi ne se
    mêlent-ils pas? Il paraît que ce badinage était fort usité en Italie
    du temps des Romains: on en juge par le fréquent emploi du mot dans
    les auteurs Latins. Les artistes Grecs ont reproduit cette action
    dans leurs peintures: témoin le tableau de Parrhasius, dans lequel
    Atalante se voit représentée à genoux devant Méléagre, qu'elle
    caresse à la mode des Lesbiennes.

IRRUMATUS, _a, um_. _Mart._ Dont la bouche a servi à l'usage de certaine
autre bouche; qui a pris avec la bouche le gobet amoureux; irrumé; à qui
l'on a fait teter le trayon amoureux.

IRRUMO, _as, are_. _Mart._ Faire teter le trayon amoureux; employer la
bouche supérieure aux usages de l'inférieure; faire prendre avec la
bouche le gobet d'amour; donner à la bouche d'en haut ce qui n'est dû
qu'à la bouche d'en bas; faire servir la bouche de vase amoureux;
irrumer[146].

  [146] Se dit des hommes qui usent entre eux de cette affreuse
    jouissance.

ISIACA SACRA. Le plus secret du mystère amoureux; le sacrifice d'amour;
les mystères de Vénus.

ISICAE SACRARIA LUNAE. _Juv._ Les petits temples d'Isis, où quantité
d'aventures galantes se mettaient à fin[147].

  [147] Les mystères de cette déesse devinrent ceux de l'amour et de la
    débauche. Le culte en fut proscrit sous le consulat de Pison et de
    Gabinius; mais Auguste le rétablit, pour amuser le peuple qu'il
    voulait asservir.

ITHYPHALLUS, _i_, m. Le Priape en belle humeur porté en procession, et
les poésies qu'on y chantait à sa louange, aux fêtes d'Osiris en Égypte,
et à celles de Bacchus et de Priape à Athènes.



J


(N) JACEO, _es, ere_. Être couché dans une posture favorable au plaisir.
_Briseis multum aversa jacebat_: Briséis, selon Martial, voyait très
fréquemment la feuille à l'envers; c'est qu'elle avait un héros pour
ami.

(N) JUDAEUM PONDUS. Le paquet des trois pièces utiles à la génération.
Voy. FIBULA, PENSILIA, PONDUS.



K


(N) KALENDAE FOEMINEAE. Les Calendes de Mars, pendant lesquelles il y
avait, dans l'intérieur des maisons, des fêtes pour les domestiques du
genre féminin. Les maîtresses les servaient alors, comme les maîtres
servaient leurs esclaves mâles pendant les Saturnales. Ces fêtes étaient
appelées _Matronalia_. Les uns veulent qu'elles aient été instituées en
mémoire de la paix avec les Sabins à pareille époque, pour cause de
l'enlèvement des Sabines; d'autres disent que c'est en l'honneur de
Vénus. Il en est aussi qui assurent que les premiers jours du printemps
étaient comme des jours de fête pour les dames; qu'elles paraient leurs
appartements, et qu'alors elles recevaient des présents de leurs maris
ou de leurs galants. Juvénal reprend quelques hommes efféminés de son
siècle pour les imiter en cela (Sat. IX, vers 46 et suiv.).



L


LABDA, _ae_, m. f. _Varr._ Qui fait usurper à sa bouche l'emploi d'une
autre espèce de bouche; qui engloutit des hommes liquides; qui boit le
plaisir amoureux; qui dévore les hommes avant qu'ils puissent être vus.

LABDACE, _es_, f. _Varr._ Le suçage du trayon amoureux; le sucement du
doigt qui est sans os; l'action de faire servir sa bouche aux usages
d'une autre espèce de bouche.

(N) LABRA MORDERE. Pincer avec les dents les lèvres de sa mie. Ces
petits amusements ont lieu en attendant des plaisirs plus vifs.

LACINATA MULIER. _Petr._ Femme qu'on a déchirée à force de vouloir lui
faire plaisir.

LAECASTRA, _ae_, f. Une courtisane sous les armes; une fille commode en
équipage de conquête.

LAECACITAS, _atis_, f. Maquerellage. Ou: paillardise.

LAECATOR, _oris_, m. Pourvoyeur d'amour. Ou: paillard.

LAECO, _as, are_. Faire un maquerellage. Ou: paillarder, faire la joie.

(N) LAEVIS. Voy. LEVIS.

(N) LAMBERE MEDIOS VIROS. Faire un métier de chien; Voy. DEMITTERE
CAPUT, PHOENICISSARE, TERERE INGUINA. C'est faire aux dames, avec la
langue, le même plaisir qu'elles font aux hommes avec la bouche.

LAMPADIUM, _ii_, n. Sortes de filles de joie qui se tenaient la nuit
dans les rues avec une petite lampe à la main, afin que le marchand pût
voir si la marchandise lui plaisait. A Rome, il y a encore de petits
coquins qu'on trouve assis le soir dans les places et dans les rues,
avec une petite lumière, et qui crient de temps en temps: «_Chi me vuol
levar?_»

(N) LAMPSACUM, _i_, n. Lampsaque, ville de Bithynie, célèbre par le
culte de Vénus, de Cupidon et de Cybèle. C'est à Lampsaque que le dieu
Priape, fils de Bacchus et de Vénus, fut élevé. Par reconnaissance, il
fit toutes sortes de niches aux habitants de cette ville, c'est-à-dire
aux maris des plus belles femmes, ce qui d'abord le fit chasser. Il
finit cependant par y être adoré, et son culte y devint public.

LANDICA, _ae_, f. Voy. CUNNUS.

LANGORES, _orum_, m. Débauchés aux femmes.

LANGUS, _i_, m. Adonné aux femmes. Ou: bardache.

LANUVINI, _orum_, m. _Cic._ Les témoins d'amour, vénérables par leur
barbe.

LANUVIUM, _ii_, n. _Prop._ La foulerie d'Amour; le fouloir de Vénus; la
fouloire de Cupidon.

(N) LASCIVIA, _ae_, f. Lubricité; recherche des moyens de varier,
augmenter, suspendre ou prolonger les plaisirs amoureux. _Improbitas
Venerea_, selon Juvénal.

(N) LASCIVIRE. C'est prolonger la jouissance; user des plaisirs de
l'amour tantôt avec délicatesse, quelquefois avec assez d'emportement
pour se mettre hors de combat.

LASTAURUS, _i_, m. Celui qu'en amour on appelle bien fourni; qui est
bien emmanché. Ou: qui a l'entrefesson velu. Ou: l'entrefesson, le
périnée. Ou: paillard, ribaud.

(N) LATUS MOLLE. La croupe, les parties supérieures aux fesses; le
fessier lui-même.

    _Quantum et quale latus! quam juvenile femur!_

  (_Ovid._)

(N) LAXUS, _a, um_. Se dit des hommes et des femmes dont le vase
amoureux s'est élargi à force de servir. Il y a du remède avec
l'_onguent de la Comtesse_; mais les palliatifs ne rendent jamais à la
nature son vrai mérite.

LECTAMBULUS, _i_, m. Qui essaie de diverses garnitures de lit sans se
fixer à pas une; un pirate d'amour; galant qui se divertit aux dépens
des maris; un amant qui vit sur le commun; un corsaire en amour; qui
court le bon bord en amour.

LECTICARIOLA, _ae_, f. _Mart._ Une femme qui trouve du ragoût dans les
porteurs de chaise.

LECTI FURTIVI FOEDERA. _Tib._ Les secrètes liaisons où les larcins
amoureux engagent; les tendres engagements que font prendre les vols que
l'on fait en amour.

LEGAEGYNAECES, _cum_, f. Femmes âpres à la curée; gaillardes de grand
appétit[148].

  [148] Femmes à tempérament.

LENA, _ae_, f. _Plaut._ Appareilleuse; conciliatrice de volontés;
entremetteuse; médiatrice de plaisir; pourvoyeuse d'amour; maquerelle;
ministre de Vénus[149].

  [149] Tante d'Opéra. _Lena juventa_, dans Ausone: la fraîcheur de
    l'âge attire les hommages.

LENO, _onis_, m. _Ter._ Marchand d'esclaves. Ou: ministre d'amour;
intendant des plaisirs amoureux; pourvoyeur d'amour; appareilleur de
Vénus; agent de change en amour; conciliateur de volontés amoureuses;
courtier de plaisirs; maquereau; médiateur de tendres unions[150].

  [150] Accapareur de filles; marchand de chair humaine.

LENO, _as, are_. _Vet. epigr._ Être marchand d'esclaves. Ou: fournir des
sujets de plaisirs amoureux; concilier les volontés en amour; être
ministre de Vénus; appareiller des amants; être courtier de plaisir; se
mêler de pourvoir aux besoins amoureux; être pourvoyeur de Cupidon; être
agent de change en amour; faire trafic de ce que recherchent les amants;
s'entremettre d'unir les coeurs et les corps; être médiateur de tendres
unions; faire commerce de marchandise amoureuse; négocier en faveur des
amants; battre la caisse pour enrôler sous les étendards de Vénus;
maquereller; prostituer.

LENOCINAMENTUM, _i_, n. Voy. LENOCINIUM.

LENOCINATOR, _oris_, m. Voy. LENO.

LENOCINE, adv. _Lamprid._ En maquereau; à la manière des pourvoyeurs
d'amour; en courtier de Vénus; par maquerellage.

LENOCINIUM, _ii_, n. _Cic._ Trafic d'esclaves. Ou: conciliation de
volontés en amour; intendance de plaisirs amoureux; trafic d'union de
coeurs et de corps; charge de pourvoyeur de Vénus; médiation entre les
amants; commerce de sujets de plaisirs amoureux; emploi d'appareilleur
d'amants; courtage de plaisir; négociation en faveur des amants; office
d'entremetteur d'amour; négoce de marchandise amoureuse; commerce de
prostitution. Ou (_Sueton._): coquetterie; air coquet; soin excessif de
se parer; afféterie; affectation dans la propreté; manière affétée.

LENONICE, adv. Voy. LENOCINE.

LENONIUS, _a, um_. _Plaut._ Qui concerne les marchands d'esclaves. Ou:
qui concerne les ministres des plaisirs amoureux.

LEPUS, _oris_, m. _Ter._ Qui est, comme le lièvre, tantôt mâle, tantôt
femelle; qui se laisse Ganymédiser. Ou (_Ovid._): le lièvre qu'on fait
lever pour le mener au gîte. Ou (_Plaut._): Terme de caresse amoureuse.

LESBIO, _as, are_. Aimer à la manière de Sapho; vouloir imiter les
hommes dans les caresses qu'on fait aux belles personnes de son sexe;
tribader[151].

  [151] Gamahucher. Les Lesbiennes sont célèbres pour avoir rendu la
    bouche le plus fréquent organe de la volupté. Elles employaient la
    langue à se faire plaisir mutuellement, et elles affectaient la
    blancheur aux lèvres.

(N) LEVIS. Homme efféminé, qui prend soin de son corps comme une femme;
qui se fait épiler pour qu'on se méprenne à la douceur de sa peau, et
pour mieux jouer le rôle de femme.

LIBIDINES IN ALIQUO FACERE. _Catull._ Soumettre quelqu'un au dérèglement
de ses passions[152].

  [152] _Libido praepostera_: passion bizarre des non-conformistes.

(N) LIBIDINOR, _aris, ari_. Polissonner; s'abandonner à la débauche.

(N) LIBIDINOSUS, _a, um_. Débauché; libertin, tantôt impudique, et
tantôt voluptueux.

(N) LIBIDO, _inis_, f. Passion; désir; volonté; fantaisie; débauche.

LIGURIRE NATURAM CAPRIS. _Suet._ Employer sa langue à découvrir la
propreté de la nature de nos chèvres[153].

  [153] Il est difficile de rendre proprement cette expression. Voy.
    LESBIO, TERERE INGUINA.

LIMARE CAPUT CUM ALIQUA. _Plaut._ Donner à une personne et en recevoir
coup sur coup des baisers affectueux; s'entrebaisotter. Ou: joindre de
près une belle; se frotter avec elle.

(N) LINGERE CUNNUM. Voy. LIGURIRE et CUNNILINGUS. Fantaisie
ultramontaine et Florentine: les Français ont le coeur trop faible pour
s'y livrer aussi fréquemment que les Italiens. Selon Martial, Eryx, fils
de Vénus et de Butis, en est mort; mais les mythologistes prétendent
qu'Hercule l'a tué, ce qui est bien différent.

(N) LINGUA MALA. Mauvaise langue, en terme ordinaire. Ici, cela veut
dire une langue impudique, lubrique. Voy. LAMBERE MEDIOS VIROS.

(N) LINGUA MARITUS. _Martial._ Langue qui entreprend sur les droits d'un
mari, d'un amant.

LONGANO, _onis_, m. _Varr._ L'intestin rectum, que les Italiens
appellent _budel gentile_. Pourquoi cela? je m'en rapporte. Le boyau
culier; le gros boyau[154].

  [154] Le gentil boyau: instrument de fantaisie.

LONGANON, _is_, m. _Veget._ LONGANUM, _i_, n. Voy. LONGANO.

LUCUS HUMIDUS. _Plaut._ Le bosquet que l'Amour a soin d'arroser.

LUDERE, EDERE, BIBERE. _Hor._ Boire, manger, dormir à l'Hébraïque.

LUDERE IN UMBRA VOLUPTATIS. _Petr._ Se divertir en idée; goûter des
plaisirs en imagination; s'arrêter à des voluptés imaginaires. Ou:
préluder amoureusement; tâter le clavier amoureux.

LUDERE CUM ALIQUA. _Petr._ Badiner avec une personne; se jouer avec une
belle; se divertir avec quelqu'une[155].

  [155] Folâtrer, préluder, batifoler.

(N) LUMBI, _orum_, m. Les reins: le levier d'amour; la puissance motrice
et génératrice; la source de la liqueur séminale.

LUPA, _ae_, f. _Cic._ Courtisane; fille de joie; personne de commodité.

LUPAL, LUPANAR, _is_, n. _Juv._ Lieu de plaisir; maison de commodité;
retraite de débauche; bordel.

LUPANARIS, m. f., _re_, n. _Apul._ De maison de commodité; de bordel;
qui concerne les lieux de plaisir.

LUPANARIUM, _ii_, n. _Ulp._ Voy. LUPANAR.

LUPANARIUS, _ii_, m. _Lamprid._ Suppôt de bordel; un souteneur; un
mangeur de blanc. Ou: coureur d'aiguillette.

LUPOR, _ari_, dép. _Accius._ Courir l'aiguillette; rechercher les belles
apprivoisées; mordre sur toute bête comme un chien d'amour affamé; en
vouloir jusqu'aux chèvres coiffées; ne mépriser pas en amour les restes
du genre humain; se plonger dans la débauche des femmes.

LUSIZONOS, _i_, f. Celle qui a éprouvé ce que vaut un homme; personne
qui a fait expérience des talents amoureux d'un galant; fille qui a
expérimenté combien un homme peut être utile au sexe[156].

  [156] Voy. LYZIZONA.

LUSTRO, _onis_, m. _Catull._ Chercheur de bonnes fortunes aisées;
fureteur de lieux de plaisir; coureur d'aiguillette.

LUSTROR, _ari_, dép. _Plaut._ Courir l'aiguillette; fureter les lieux de
plaisir; fréquenter les maisons de commodité.

LUSTRUM, _i_, n. _Cic._ Lieu de plaisir; maison de commodité; bordel.

(N) LUXURIA, _ae_, LUXURIES, _ei_, f. La luxure; la débauche;
l'impureté.

                _... Saevior armis
    Luxuria incubuit, victumque ulciscitur orbem._

  (_Juven._)

Le péché de luxure a son agrément, lorsqu'il n'est pas poussé trop loin.

LYZIZONA, _ae_, f. Fille devenue femme; celle qui a fait épreuve des
bons offices mutuels que les deux sexes peuvent se rendre. Voy.
LUSIZONOS.



M


MACROCAULUS, MACROCOLUS, _i_, m. Piquier dans le régiment de Vénus;
lancier en la milice d'Amour; un longue-queue.

(N) MAENADES, _dum_, f. C'étaient des espèces de prêtresses de Bacchus
ou de Priape, qui, dans les fêtes de Cérès, ou de la Bonne Déesse, ou
d'Isis, contrefaisaient peut-être ensemble, par chasteté, les mystères
de l'amour, comme les philosophes Socratiques les contrefaisaient entre
eux, par sagesse. Il résultait de tout cela que de l'imitation on
voulait venir à la réalité, et que, sortant des mystères, les Ménades ou
les Bacchantes couraient après les hommes, _ululabant Priapum_, avec une
fureur qui écartait tout le monde. Aussi, ne trouvant personne à qui
parler, on assure qu'elles sollicitaient les animaux.

(N) MALA, _orum_, n. _Priap._ Ce sont les petites pommes de l'arbre de
vie. Ève en fut gourmande, et ses descendantes ont conservé le même
appétit pour ce fruit. Voy. COLEUS, TESTES.

(N) MAMMA, _ae_, f. La mamelle; le sein d'une femme; la pomme d'amour.
_Mamilla_ est le diminutif; le terme est plus joli, mais la chose vaut
mieux dans une belle et juste proportion. _Mamilla_ se prend aussi pour
la fraise ou le bouton qui couronne le sein d'une femme. _Mamma
inclinata_: pendard.

(N) MANGO, _onis_, m. _Mart._ Un maquignon; un Mercure procureur
d'amourettes; intendant de sérail; directeur des menus plaisirs de la
cour de Cythère.

(N) MANUS PULLARIA, PROTERVA. Main libertine ou officieuse, qui rend à
d'autres le service qu'on peut se rendre à soi-même. La jeune amie
d'Ovide ne lui refusait pas cet aimable service:

    _Hanc etiam mea non est dedignata puella
        Leniter admota sollicitare manu._

La main d'une belle femme a produit des miracles, et rajeuni des
vieillards dont le coeur toutefois n'était pas mort:

    _Illius ad tactum Pylius juvenescere possit,
        Tithonusque annis fortior esse suis._

  (_Ovid._)

MARISCA, _ae_, f. _Mart._ (_Subaud._ FICUS). Voy. CHIA[157].

  [157] Tumeurs au fondement, par l'effet du libertinage contre nature.

MASTRUPATOR, _oris_, m. _Mart._ Voy. MASTUPRATOR.

MASTRUPOR, _ari_, dép. _Mart._ Voy. MASTUPROR.

MASTRYLLIUM, _ii_, n. Voy. LUPANAR.

MASTUPRATOR, _oris_, m. _Mart._ Assassin d'hommes informes; qui se passe
de femme parce qu'il a cinq doigts à chaque main; celui qui se conduit
par la main au plaisir; qui trouve une femme dans sa main; qui se joue à
soi-même[158]. (En cas que ce mot soit composé de _manus_ et de
_stupror_: car s'il est fait de _mas_ et de _stupror_, il signifie un
Ganymédiseur; un puériseur; celui qui emploie dans ses plaisirs un sexe
pour l'autre; qui métamorphose des garçons en filles; un bougre.)

  [158] Un Narcisse, un Hippolyte; tout homme épris des jouissances
    solitaires: onanisme, et, pour les femmes, nymphomanie.

MASTUPROR, _ari_, dép. _Mart._ Assassiner des hommes informes; se passer
de femme parce qu'on a cinq doigts à chaque main; trouver une femme dans
sa main; se jouer à soi-même; conduire au plaisir par la main (soi ou un
autre); clitoriser. Cette signification n'est qu'en cas que ce verbe
soit composé de _manus_ et de _stupror_: car, si on le dérive de _mas_
et de _stupror_, il signifie Ganymédiser; puériser; métamorphoser des
garçons en filles; faire emploi d'un sexe pour l'autre dans ses
plaisirs[159].

  [159] User du Manuel des Solitaires.

MASTURBATOR, _oris_, m. _Mart._ Qui devient mari de sa main; ou: qui
conduit au plaisir par la main. Voy. MASTUPRATOR.

MASTURBATUS, _a, um_. _Mart._ Qui est devenu le mari de sa main; qui a
été conduit au plaisir par la main; qui s'est amoureusement chatouillé
pour se faire rire; qui s'est joué soi-même; qui a trouvé une femme dans
sa main. Ou: clitorisé.

MASTURBO, _are_, MASTURBOR, _ari_, dép. _Mart._ Voy. MASTUPROR.

(N) MATRIMONIUM, _ii_, n. Honnête concubinage ordonné par des lois et
fondé sur des conventions entre hommes et femmes, qui presque toujours
s'en repentent. Les Anciens en usaient avec encore plus d'appareil que
les Modernes. Ils avaient une multitude de dieux, grands et petits, qui
présidaient à toutes les cérémonies du mariage. Quand la fille avait
engagé sa foi, les matrones la conduisaient au dieu Priape et la
faisaient asseoir sur le membre énorme de ce dieu: là, on ôtait la
ceinture de la jeune mariée, et l'on invoquait la déesse _Virginensis_.
Le dieu _Subigus_ soumettait la fille aux transports du mari. Le déesse
_Prema_ la contenait sous lui pour l'empêcher de remuer à contre-temps.
Enfin la déesse _Pertunda_, ou Perforatrice, ouvrait à l'homme le
sentier de la volupté. Dans les Indes, ce sont les prêtres qui se sont
emparés de cette fonction divine. D'autres dieux et déesses présidaient
aux travaux de l'enfantement; mais ici il ne s'agit que du plaisir, et
non de la peine qui le suit.

MELLINA, _ae_, f. _Plaut._ Le cabaret où l'Amour enivre les hommes; le
lieu où l'on goûte ses douceurs.

(N) MEMBROSUS, _a, um_. _Priap._ _Membrosior aequo Priapus_: bien fourni
de la pièce essentielle au jeu d'amour: puissant plus que l'homme n'a
coutume de l'être.

(N) MEMBRUM, _i_, n. Il y a beaucoup d'épithètes à ce mot. Voy. MENTULA.

MENTULA, _ae_, f. _Mart._ Le sceptre d'amour[160]; le bâton de
commandement dans la milice amoureuse; le flambeau de Cupidon; le
poisson de Vénus; l'arc-boutant de Nature; le coutre de la charrue
d'amour; le serpent tentateur; le pilon du mortier amoureux; la lardoire
et le lardon dont fait piquer sa viande Cupidon; le pinceau qui redonne
la couleur aux filles; le chalumeau dont l'Amour se sert pour enfler son
ballon; le hoyau des jardins de Vénus; le bourdon des pèlerins amoureux;
ce qui n'est qu'une ligne droite et fait pourtant les cornes aux cocus;
le ciseau des sculpteurs d'amour; le refouloir des canonniers de Vénus;
l'aiguillon de la volupté; le prototype des chevilles; la clef du
cabinet de la mère d'Amour; l'instrument que l'Amour emploie à faire un
étui pour les âmes; la quille, le mât et le gouvernail des vaisseaux
amoureux; la lame que Vénus aime bien au fourreau; le hochet des amours;
le plongeon de Vénus; le battant de la cloche amoureuse[161].

  [160] Ce sceptre amoureux a plus d'une fois procuré le trône à des
    mortels favorisés de la Nature:

        _Imperium nobis mentula sola dedit._

      (_Priap._)

  [161] La plume de l'Amour.

    Voici les synonymes Latins de cette partie essentielle: _Pars
    obscena, pars tegenda, tenta, penis, telum, columna, trabs, palus,
    contus pedalis, fascinum pedale, coleata cuspis, sceptrum, seminale
    membrum, ventris arma, vena tenta, hasta, Priapus, anguis, thyrsus,
    pensilia, peculium, muto, nota virilis, virilis nervus, mutinus,
    verpa, inguen, taurus, glans, babalum, psoleon, pyramis, clavus
    Cupidinis, vir, sica, sicula vel parva sica, cauda turgens, aluta,
    pipinna, iota longum_.

MENTULATUS, _a, um_. _Plaut._ Qui est pourvu d'un grand persuasif en
amour; qui est avantageusement partagé en faveur des dames; qui est bien
fourni, doué par la Nature de magnifiques talents pour le service des
belles; qui a de quoi servir le sexe à bouche que veux-tu; qui a une
ample garniture amoureuse; que Nature a libéralement fourni à l'usage
des dames, bien entalenté pour le sexe.

MERENDUM (AD) A LENONE COGI. _A. Gell._ Être forcé par un marchand
d'esclaves à s'attirer les caresses du public par sa complaisance.

MERETRICATIO, _onis_, f. Voy. MERETRICIUM.

MERETRICIE, adv. _Plaut._ En courtisane; en coquette outrée; à la
manière des filles de joie; d'un air de garce; en putain.

MERETRICIUM, _ii_, n. _Suet._ Coquetterie outrée; profession de
courtisane; métier de fille de joie.

MERETRICIUS, _a, um_. _Cic._ De coquette outrée; de fille de joie; de
courtisane; de fille de commodité; de putain.

MERETRICOR, _ari_, dép. _Colum._ Fréquenter les maisons de commodité;
hanter les lieux de plaisir.

MERETRICULA, _ae_, f. _Cic._ Diminutif de MERETRIX.

MERETRIX, _icis_, f. Coquette outrée; courtisane; fille de commodité;
fille commode; fille de joie; garce; putain; débauchée; fille
d'amour[162].

  [162] Synonymes: _alicaria, diobolaris, elecebra, schoenicula,
    scortum_.

MERITORIUS PUER. _Cic._ Jeune mignon qu'on entretient dans la vue de
s'en servir à sa fantaisie; un Ganymède.

MERITORIA TABERNA. _Suet._ Maison de commodité.

MERITORIA SCORTA. _Suet._ Personnes qui s'attirent les bonnes grâces par
des complaisances sans réserve.

(N) MOBILIS, m. f., _e_, n. Cet adjectif est pris dans un sens assez
lubrique par Ovide au second livre des _Amours_, où il parle du mérite
des femmes et soutient que celle dont la démarche est hardie, agaçante,
doit procurer sur un lit la plus voluptueuse agitation:

    _Sive procax aliqua est, capior, quia rustica non est,
        Spemque dat in molli mobilis esse thoro._

(N) MOECHA, _ae_, f. Femme mariée qui se livre aux désirs de tous les
hommes qui lui font la cour; femme adultère; impudique, infidèle.

(N) MOECHISSO, _are_. Entretenir un commerce adultère; pondre dans le
nid d'autrui; cocufier son voisin, son ami, son parent.

MOECHOCINAEDUS, _i_, m. _Lucil._ Le mignon du mari et de la femme; celui
qui rend à la femme ce que lui prête le mari; celui qui souffre du mari
les caresses qu'il fait à la femme.

(N) MOECHOR, _ari_, dép. Violer le lit nuptial; déchirer le contrat de
mariage.

(N) MOECHUS, _i_, m. Mari débauché, qui porte à la femme d'autrui ce qui
n'appartient qu'à la sienne; adultère.

    _Fundum alienum arat: incultum familiarem deserit._

  (_Plaut._)

_Semitarii moechi_: libertins, coureurs de filles dans les carrefours et
les places publiques.

(N) MOLLES MARES. Hommes efféminés qui se prostituent à d'autres hommes;
Ganymèdes, etc. Le synonyme de _mollis_ serait le mot _facilis_. Voy.
PATHICUS.

MOLO, _is, ere_. _Petr._ Moudre amoureusement[163].

  [163] _Molitur per utramque cavernam_: moudre à tout vent; ne refuser
    aucune proposition; entreprendre en tout sens. _Molitor_, dans
    Ausone, se distingue de _moechus_ et _adulter_.

MONETA, _ae_, f. Le lieu où se frappe la monnaie d'amour; la pièce avec
laquelle les femmes se font battre monnaie.

(N) MORARI GAUDIA, _vel sustinere sese in gaudiis_. _Ovid._ Suspendre,
arrêter, prolonger le plaisir et la volupté d'une jouissance. C'est un
talent heureux, et auquel les amants délicats et bien constitués savent
se livrer. Ovide prétend qu'il faut avoir sept lustres, ou trente-cinq
ans, pour bien savourer le plaisir des sens; mais cela dépend d'une
constitution plus ou moins forte.

(N) MORDERE LABELLA. _Catull._ Sorte de caresse amoureuse imitée des
oiseaux, qui se mordent bec en bec dans leurs transports érotiques. La
marque qui reste quelquefois de cette morsure ne fait pas plaisir aux
dames.

MORIGERARI ORE ALICUI. _Suet._ Livrer sa bouche aux plaisirs de
quelqu'un; accommoder quelqu'un de sa bouche[164].

  [164] _Tacere_, pris obscènement, veut dire la même chose.

MORIGERARI SIBI CUM ALIQUA. _Plaut._ Se divertir avec une belle; se
donner du plaisir avec une personne; se satisfaire avec quelque belle;
trouver une personne complaisante à tout ce qu'on veut d'elle; ne se
refuser rien auprès d'une personne.

(N) MORSIUNCULA, _ae_, f. Voy. NOTA MEMOR.

(N) MOTUS IONICI. Mouvements gracieux perfectionnés par les filles
d'Ionie:

    _Motus doceri gaudet Ionicos
    Matura virgo, et fingitur artubus._

  (Horat., od. 6, l. III.)

(N) MUGILIS, _is_, m. Muge ou mulet: c'est un poisson vorace que l'on
appliquait, à Athènes, au fondement d'un homme surpris en adultère. Ce
genre de supplice devait être cruel, en raison de la force de l'animal.
On épilait aussi le derrière de ces criminels avec de la cendre chaude,
ou on leur enfonçait un raifort dans le fondement. La jalousie conjugale
a inventé tous ces supplices, dont il est parlé dans Catulle et Juvénal.

MULIEBRIA, _ium_, n. _Quintil._ Ce que les dames aiment à souffrir[165].

  [165] Le plaisir des dames.

MULIEBRIA PASSUS A CENTURIONE ADOLESCENS. _Quintil._ Jeune garçon qui a
souffert qu'un capitaine l'enrôlât au nombre des femmes.

MULIEBRIA, _ium_, n. La principale, et peut-être l'unique chose qui fait
considérer les femmes dans le monde[166].

  [166] La distinction spécifique du sexe.

MULIEBRE BELLUM GERERE. _Cic._ Combattre une aimable ennemie; faire la
douce guerre.

MULIERO, _are_. _Varr._ Employer en guise de femme: faire servir de
femme; métamorphoser en femme.

(N) MUSAEUS, _i_, m. Auteur de livres lubriques. Voy. ELEPHANTIS.

MUTINUS, _i_, m. Le dieu Priape, ou son arme.

MUTO, _onis_, m. _Hor._ Le membre par excellence.

MUTONIATUS, _a, um_. _Mart._ Voy. MENTULATUS.

MUTONIUM, _ii_, n. Le coin des charpentiers naturels.

MUTONUS, MUTUNUS, _i_, m. _Solin._ Voy. MUTINUS[167].

  [167] _Mutona verba_: paroles obscènes en usage parmi les libertins.

(N) MYSTAE, _arum_, m. Les prêtres de Priape et de Bacchus. On peut voir
par là combien leur ministère était utile et respectable. Les prêtres
ont été partout les ministres de la débauche et du mensonge.



N


(N) NASUTUS BENE, _vel bene mentulatus_. Bien fourni d'un instrument qui
fait plaisir aux dames; bien savant dans l'art de la luxure.

(N) NATES MOVERE. Remuer les fesses: mouvement très naturel pendant la
durée du plaisir amoureux. _Pastas glande nates habere_: se livrer au
plaisir contre nature.

(N) NATURA, _ae_, f. Se prend pour les parties naturelles des femmes
comme des hommes.

NECESSARIA, _ae_, f. _Cic._ Amie intime; bonne amie; personne qui est de
moitié dans nos plaisirs.

(N) NEQUITIA, _ae_, f. Petites folies amoureuses; badinages lascifs;
débauche; vie déréglée; fredaines de la jeunesse. Martial prétend que
les habitants de l'Égypte les connaissaient mieux que les autres peuples
du monde. Juvénal les appelle _lasciviam et improbitatem Veneream_.

(N) NOLANI ORE MORIGERANTES. Fantaisie en amour à laquelle les habitants
de Nole étaient fort adonnés. Voy. les mots ILLUDERE FOEMINARUM
CAPITIBUS, et ORE MORIGERARI. Les Osques et les habitants de la campagne
de Rome connaissaient ce genre de volupté. Les Florentins en ont un
autre, et rendent aux femmes avec la langue le plaisir que celles-ci
cherchent à donner aux hommes avec la bouche. Ces sortes de voluptés
servent à diversifier une action qui deviendrait fastidieuse par son
uniformité.

(N) NOTA MEMOR. _Hor._ Suçon amoureux.

(N) NOTA VIRILIS. Caractère spécifique du sexe masculin.

(N) NUPTIAE TURPES, SPONSAE TURPES. _Juv._ Mariage d'un homme avec un
homme. Les Romains avaient poussé jusque-là le dérèglement des passions.
Rome et Sodome depuis longtemps sont synonymes. En outre, les Romains
couchaient sans scrupule avec de jeunes esclaves fruits de leurs amours:
cela s'appelait _injustae nuptiae et illegitimae_.



O


(N) OBSCENA, _orum_, n. Tout ce qui est contre la pudeur et l'honnêteté
des moeurs est obscène et bon à cacher. _Obscena pars_, la partie
obscène et que les dames ne voient pas sans rougir.

(N) OFFENDERE BUCCAM. La même chose que ORI ILLUDERE, MORIGERARI.

OFFICIUM, _ii_, n. _Cic._ Ce que l'on appelle le devoir, le bon office
amoureux[168].

  [168] Ovide ne veut pas que l'on fasse par devoir ce qu'on peut faire
    par plaisir: à la bonne heure pour les maris!

(N) OPUS JUVENILE. Travail d'amour, dont on se charge volontiers quand
on est jeune. Voy. CONCUBITUS. _Opus dulce_ (_Ovid._): la douce affaire,
l'occupation la plus gracieuse de la vie.

ORTHOPHALLICUS, _a, um_. _Varr._ Qui se tient droit comme un Priape de
noce.

ORTHOPHALLUS, _i_, m. Priape en belle humeur; un Priape de noce.

(N) OS, _oris_, n. La bouche. Elle ne devient obscène que par l'abus
qu'on en fait en la prêtant aux plaisirs de l'amour. Voy. MORIGERARI
ORE. Martial prétend qu'avec la bouche on ressuscite le physique d'un
homme usé par la jouissance ordinaire:

    _Quid miseros frustra cunnos culosque lacessis?
        Summa petas: illic mentula vivit anus._

(N) OSCULUM, _i_, n. Petite bouche qui donne grand appétit; préliminaire
du jeu d'amour; charmant badinage; baiser: le plus innocent, le plus
aimable des plaisirs amoureux. _Oscula delibare, dare, adfigere alicui_:
donner et prendre des baisers; cueillir des baisers sur une bouche
vermeille. _Jungere salivas oris_: s'embrasser étroitement.

    _Oscula cognosco cupidae; luctantia linguae_,

dit Ovide; et c'était un grand maître, à qui tous les jeux d'amour
étaient si bien connus, qu'il en a pu donner la leçon à qui voudrait en
profiter.



P


PAEDERASTES, _ae_, m. Pédéraste; puériseur; qui aime à caresser les
jeunes garçons[169].

  [169] Sodomite.

PAEDERASTIA, _ae_, f. Pédérastie; amour désordonné pour les jeunes
garçons; l'art subtil des Italiens[170].

  [170] Et des Grecs.

PAEDEROS, _otis_, m. Voy. PAEDICO.

PAEDICATIO, _onis_. Voy. PAEDERASTIA.

PAEDICATOR, _oris_, m. _Suet._, PAEDICO, _onis_, m. _Catull._ Pédéraste;
puériseur; qui aime à caresser désordonnément les jeunes garçons; qui
exerce l'art subtil des Italiens; Gomorrhiste, bougre,
Ganymédiseur[171].

  [171] Jupiter est le premier qui ait eu cette fantaisie à la cour
    céleste, et Laïus, père d'OEdipe, l'a fait connaître sur terre. Il
    enleva Chrysippe, fils de Pélops, à l'imitation de Jupiter, qui
    avait fait enlever Ganymède; et le mauvais exemple a été imité par
    toute la terre.

PAEDICO, _are_. _Mart._ Puériser; exercer l'art subtil;
Ganymédiser[172].

  [172] Faire l'amour à la Grecque. Il existe un distique Latin composé
    par un ancien poète, où, dans les premières syllabes des quatre noms
    propres qu'il contient, se trouve le mot _pedicare_ écrit par l'_e_
    simple:

        __Pe_nelopes primam _Di_donis prima sequatur,
          Et primam _Ca_ni syllaba prima _Re_mi._

    Voici un autre _rébus_ Latin faisant allusion au même mot:

        _Quum loquor, una mihi peccatur littera, nam _T_
          _P_ dico semper; blaesaque lingua mihi est._

PAEDISCA, _ae_, f. Servante qu'on emploie à tout; une domestique dont on
fait litière; servante caressée par son maître[173].

  [173] Par conséquent, servante maîtresse.

PAEDISCIUM, _ii_, n. Voy. LUPANAR.

PAEDOMANES, _is_, m. Éperdument porté à l'amour des jeunes garçons; qui
aime les jeunes garçons à la folie.

PAEDOMANIA, _ae_, f. Amour désordonné pour les jeunes garçons.

PAEDOPHTHORIA, _ae_, f. Corruption de jeunes garçons.

PAEDOPHTHORUS, _i_, m. Qui débauche les jeunes garçons; corrupteur de
jeunesse; puériseur.

PAEDOPOEIA, _ae_, f. Génération des enfants.

PAEDOPOEUS, _i_, m. Qui fait des enfants.

PAEDURGIA, _ae_, f. Le travail qui fait des enfants; l'exercice de la
génération; la manière de faire des enfants.

PAEDURGUS, _a, um_. Qui travaille à faire des enfants; qui s'exerce à la
génération; qui fait des enfants[174].

  [174] Qui s'occupe de sa postérité.

PALAESTRA, _ae_, f. _Cic._ Magasin de pourvoyeur d'amour; lieu de
plaisir; maison de commodité: académie d'Amour; collège de Vénus[175].

  [175] Gymnase ou lieu d'exercice pour le libertinage.

PALAESTRICA, _ae_, f. _Petr._ Femme qui donne des leçons de lutte; celle
qui forme aux exercices du corps et de l'esprit les personnes qu'elle
veut rendre agréables; maîtresse d'académie galante.

PALPATIO, _onis_, f. _Plaut._ Patinage; patinement[176].

  [176] Maniement.

PALPATOR, _oris_, m. _Plaut._; PALPO, _onis_, m. _Pers._ Patineur.

PALPATUS, _a, um_. Patiné[177].

  [177] Touché, manié.

PALPO, _are_. _Juv._; PALPOR, _ari_, dép. _Hor._ Patiner[178].

  [178] Manier, toucher.

PALPARI MULIERI. _Plaut._ Caresser une femme. Ou: Sonder le coeur d'une
femme.

(N) PALUS RUBER. Un pieu; un pal plus humain que ceux dont on se sert en
Turquie. C'est un instrument dont le dieu des jardins est toujours armé.
Voy. MENTULA.

(N) PANNUCEA MENTULA. Hochet dont les jeunes filles ne peuvent plus
faire usage; instrument hors de service, flétri, ridé.

(N) PAPILLA, _ae_, f. Le mamelon; la fraise qui termine le sein d'une
femme; les mamelles. _Carpere papillas_, cueillir les pommes d'amour;
mettre la main sous le mouchoir des belles.

    _Forma papillarum quam fuit apta premi!_

  (_Ovid._)

(N) PARATUS, _a, um_. Prêt à faire plaisir aux dames.

(N) PARCERE LATERI. _Juv._ Faire le paresseux; dormir auprès d'une
femme, au lieu de s'occuper à lui faire plaisir.

(N) PATENS, _tis_, _omn. gen._ Ouvert. En amour il ne faut pas être trop
ouvert.

PATHICUS, _i_, m. _Juv._; PATHICUS, _a, um_. _Juv._ Qui souffre qu'on le
Ganymédise; qu'on emploie à l'office amoureux de Ganymède[179].

  [179] Synonymes: _mollis, facilis_. Sénèque nous apprend qu'on
    connaissait un homme de cette espèce à la manière dont il se
    grattait la tête: _uno digito scalpit caput_ était passé en proverbe
    à cet égard.

PATHICA PUELLA. _Priap._ Jeune fille qu'on Ganymédise; une jeune enfant
qu'on fait servir de Ganymède; fille dont on se sert comme d'un jeune
garçon qu'on emploie pour une fille.

PATHICISSIMUS, _a, um_. _Mart._ Qui se souffre employer à tout ce que
peut demander une passion déréglée.

PATIENTIAE MULIEBRIS LEGEM ACCIPERE. _Petr._ Supporter les fatigues où
le beau sexe s'expose lorsqu'il entre dans la milice amoureuse.

PATI CONCUBITUS. _Ovid._ Souffrir les caresses du lit[180].

  [180] Ne pas repousser le plaisir. _Pathicus_ en dérive.

PATI TANGI. _Ovid._ Se laisser patiner; se souffrir manier; vouloir bien
être tâtonnée.

PATRANS, _tis_, _omn. gen._ _Pers._ Qui fait ce qu'on appelle faire; qui
travaille à l'ouvrage naturel; qui fait l'action.

PATRANS OCELLUS. _Pers._ Un oeil mourant de plaisir.

PATRATIO, _onis_, f. _Cornut._ L'accomplissement de ce qu'on appelle
l'action; le travail amoureux; l'exercice de Vénus.

PATRATOR, _oris_, m. _Tac._ Un faiseur; un artiste amoureux.

PATRO, _are_. _Sall._ Ce qu'on appelle faire; se mettre à l'ouvrage
naturel; s'exercer au travail amoureux; faire l'action.

(N) PECULIO, _are_. Entrer au petit magasin d'amour; jouir
amoureusement.

PECULIUM, _ii_, n. _Petr._ Le magasin d'amour et sa marchandise.

PECULIUM PROLATUM. _Petr._ Marchandise amoureuse étalée.

PECULII MAJORIS HOMINES. _Lampr._ Les hommes les mieux fournis; les
substituts de Priape.

(N) PELLEX, _icis_, f. Fille commode; concubine; femme entretenue; femme
galante dont la physionomie et les grâces attirent les hommes.

(N) PELLICATUS, _us_, m. Concubinage.

PENIS, _is_, m. _Cic._ La queue des animaux, tant raisonnables
qu'irraisonnables[181].

  [181] Le battant de la cloche d'amour. Voy. MENTULA. _Agere inter
    viscera penem._ _Juv._ S'amuser au jeu contre nature.

PENI DEDITI ADOLESCENTES. _Cic._ Jeunes gens qui s'en prennent à
eux-mêmes quand la passion les presse[182].

  [182] Disciples de Narcisse et d'Hippolyte.

PENSILIA, _ium_, n. _Priap._ Le paquet d'amour; l'aiguille et les
contrepoids de l'horloge amoureuse[183].

  [183] Les trois pendards masculins; les trois pièces.

(N) PERAGERE VIRUM AUT MULIEREM. Jouir d'un homme ou d'une femme; se
prêter aux désirs amoureux.

(N) PERCIDO, _ere_; PERCISUS, _a, um_; PRAECIDO, _ere_; & PRAECISUS.
C'est à peu près la même signification que _perforare_, mais il
s'applique aux hommes plutôt qu'aux femmes. _Puer percisus, virgo
perforata_, sont deux individus violés, chez qui l'on est entré de
force.

PERDEPSO, _is, ere_. _Catull._ Pétrir vigoureusement dans le pétrin
naturel.

(N) PERDUCO, _ere_. Conduire une femme contre sa volonté chez un
amateur; la tromper; la produire contre son intention.

PERDUCTATIO, _onis_, f. Maquerellage.

PERDUCTATOR, _oris_, m. Voy. PERDUCTOR.

PERDUCTO, _are_. _Plaut._ Maquereller.

PERDUCTOR, _oris_, m. _Cic._ Courtier d'amour; pourvoyeur de Vénus;
maquignon de plaisirs; appareilleur de coeurs; conciliateur de volontés
amoureuses.

PERFICIO, _is, ere_. _Jul. Cap._ Achever une besogne qu'on voudrait
toujours recommencer.

(N) PERFORO, _are_. Entrer de force; faire un trou plus grand qu'il
n'était; dépuceler; jouir amoureusement. Le dieu des jardins menaçait
les voleurs de tout sexe de leur faire subir cette peine: aussi était-il
souvent volé.

PERIRE MULIEREM. Ces deux mots sont marqués dans le _Dictionnaire_ de
Danet pour être de Plaute. Ils n'en sont pas; mais ils se trouvent dans
le premier vers de l'argument acrostiche du _Truculentus_ de Plaute. Ces
arguments acrostiches des comédies de Plaute sont ordinairement
attribués à Priscien, qui aurait fait une faute dans cette construction,
s'il avait entendu se servir de _perire_ dans le sens ordinaire. Il a
prétendu rire, et, pour cadrer à son jeu, il a fait un verbe de _per_ et
de _ire_, aller au travers: pour peu qu'on y ait été en sa vie, on
entendra bien ce que signifie _perire mulierem_[184].

  [184] Traverser le beau sexe. Voy. PERAGERE.

PERMOLENDUS, _a, um_. _Plaut._ A qui il faut faire broyer le vermillon
de Vénus.

PERMOLITOR, _oris_, m. _Plaut._ Qui moud et fait moudre amoureusement
sous soi.

PERMOLO, _is, ere_. _Hor._ Moudre et faire moudre amoureusement sous
soi; broyer le vermillon de Vénus[185].

  [185] _Permolere uxores alienas_: caresser la femme d'autrui; pondre
    dans un nid qui n'est pas le sien; ensemencer un champ que d'autres
    labourent.

PERPELLO, _ere_. _Ter._ Faire tomber à la renverse sans risque de
blessure[186].

  [186] Sur le dos, et comme il faut que tombe toute fille.

PERPULIT MIHI PUDICITIAM PRIMUS. _Plaut._ Il m'a dépucelée; il a eu mon
pucelage; il a eu ma fleur; il est le premier qui m'ait entamée.

PERTUNDA, _ae_. La déesse qui présidait à l'attaque d'un pucelage; la
présidente au premier assaut nuptial[187].

  [187] _Pertundere tunicam tentigine_: sentir l'aiguillon d'amour.

PHALLAGOGIA, _orum_, n. Les fêtes de Bacchus et de Priape.

PHALLICA, _orum_, n. Les mystères de Bacchus et de Priape.

PHALLICUS, _a, um_. Qui concerne le laboureur du champ de Nature; ou:
qui concerne le symbole de la fécondité de la Nature.

PHALLICUM CARMEN. Hymne, poème, chanson à la louange de l'instrument de
la vie animale, qu'on chantait aux processions en l'honneur de Bacchus,
de Priape ou d'Osiris.

PHALLOPHORI, _orum_, m. _Cic._ Ceux qui portaient la représentation du
dieu Priape, ou du laboureur naturel, à la procession des fêtes d'Osiris
en Égypte, et à celle des fêtes de Bacchus et de Priape à Athènes; ou:
ceux qui portaient ce symbole de fécondité pendu au col dans le temps de
la célébration de ces fêtes[188].

  [188] Les chevaliers de l'ordre de Cupidon. On trouvera dans Apulée le
    détail de ces fêtes et de ces cérémonies obscènes dont les prêtres
    Phallophores avaient la direction.

PHALLOPHORIA, _orum_, n. Procession en Égypte aux fêtes d'Osiris, et à
Athènes aux fêtes de Bacchus et de Priape, où le symbole de la fécondité
naturelle était porté en pompe au bout d'un bâton.

PHALLOPOTES, _ae_, m. f. _Jul. Cap._ Qui boit dans un Priape de verre,
ou d'autre matière[189].

  [189] On a vu plus haut que les Anciens avaient des pains de même
    figure.

PHALLOVITROBOLUS, _i_, m. _Jul. Cap._ Priape de verre qui sert de tasse.

PHALLUS, _i_, m. Figure du laboureur naturel, faite de bois de figuier,
que portaient pendue au col ceux et celles qui célébraient en Égypte les
fêtes d'Osiris, et à Athènes celles de Bacchus et de Priape, et qu'on
portait aussi en pompe au bout d'un bâton aux processions qui se
faisaient alors[190].

  [190] Le Phallus est encore adoré chez les Chrétiens par beaucoup de
    filles recluses, de vierges timides et de veuves qui craignent les
    suites des plaisirs amoureux. Le pessaire, le godemiché et le
    Phallus des Anciens ne font qu'un.

(N) PHICIDISSO, _are_. _Suet._ Employer de jeunes chiens à lécher les
testicules. Ce mot vient du Grec.

(N) PHOENICISSO, _are_. L'une des hérésies des libertins. V. le mot
LIGURIRE NATURAM MULIEBREM, et celui DEMITTERE CAPUT; c'est la même
chose que _Lesbiare_. Les Phéniciens différaient des Lesbiens, en ce que
les premiers se rougissaient les lèvres pour mieux imiter l'entrée du
sanctuaire de l'amour: les Lesbiens, au contraire, n'y mettaient d'autre
fard que l'empreinte des libations amoureuses qui les rendaient
blanches: _demisso labra notata sero_ (_Catull._). Chaque peuple et
chaque individu a son goût favori en amour, et il n'y a rien dont un
homme usé de débauche ne s'avise pour ranimer la langueur de ses sens.
Mais autant de tentatives de ce genre, autant de pas faits vers la mort,
ou l'imbécillité, qui est un état plus affreux.

PHORMISIUM, _ii_, n. Voy. CUNNUS.

PHYSSIONUS, _a, um_. Pour qui la Nature a été prodigue, ou avare, selon
les besoins qu'en ont les deux sexes dans les plaisirs mutuels.

(N) PIPINNA, _ae_, f. Joli diminutif d'un nom qui ne manque pas de
synonymes. Nous avons en Français le même nom, à peu de chose près. Voy.
MENTULA.

(N) PODEX, _icis_, m. C'est le contraire de _cunnus_; mais il y a des
gens qui se plaisent à rapprocher les contraires, et pour qui tout est
bon, lorsqu'ils sont tourmentés du désir charnel. Une chose singulière,
c'est que chaque homme tient à la partie qu'il préfère avec beaucoup
d'obstination, et qu'il est presque impossible de convertir un hérétique
en amour. Synonyme: _luteum symplegadis antrum_.

(N) POLLA, _ae_, f. _Mart._ Il paraît que les commentateurs et les
lexicographes Latins n'ont pas connu la signification de ce mot, qui
doit avoir de l'analogie avec MENTULA.

(N) POLLUO, _ere_. Tacher son linge ou celui d'autrui; tuer des hommes
avant leur naissance; tromper la nature; abuser de sa main, de ses
doigts, ou de la bouche de quelques gens commodes; céder trop vite à ses
désirs; y succomber trop tôt.

(N) POLYGITON, _onis_, m. Archibougre; archilibertin; dictateur en
crapule, en Sodomie.

POMUM, _i_, n. Voy. COLEUS.

PONDUS, _eris_, n. _Hor._ Le poids de la virilité; le paquet
d'amour[191].

  [191] Voy. PENSILIA, JUDAEUM PONDUS.

(N) POPPYSMA CUNNI. Le cliquetis des armes de Cupidon, lorsque le dard
remue dans le fourreau naturel. C'est, pour la bouche, le sifflement du
baiser, le bruit qu'on entend quand deux amants s'embrassent bien
tendrement.

PORCA, _ae_, f. _Varr._ Le conin des petites filles (parce que c'est une
victime digne d'être immolée par celui qui aime, de même que les
nouveaux mariés immolaient un porc, et ceux qui concluaient une paix
immolaient une truie).

(N) POSTICA PRAELIA. Combat Socratique, pendant lequel les combattants
ne se regardent jamais en face.

(N) POTIOR, _iri_, dép. Jouir. C'est en amour le bien suprême et la
source du bonheur.

POTUS, _i_, m. _Virg._ Catamite; Ganymède; bardache.

(N) PRAEBERE SE. Accorder ses faveurs; se livrer; consentir aux désirs
de quelqu'un. Voy. DO.

PRAECIDO, _ere_. _Mart._ Voy. PAEDICO.

PRAECISUS, _a, um_. _Sen._ Voy. PATHICUS.

(N) PRAEMIA COXAE TOLERE. Remporter le prix de la lubricité.

PRAEPUTIO, _are_. Jouer du prépuce. Ou: se jouer du prépuce.

PRAEPUTIUM, _ii_, n. _Juv._ Prépuce: la barrette de Priape; le capuce du
dieu des jardins; le bonnet du laboureur naturel.

PRAEPUTIA DUCERE. _Juv._ Jouer du prépuce; se conduire au plaisir par la
main; s'en prendre à soi-même pour apaiser son ardeur. Ou: se jouer du
prépuce; conduire au plaisir par la main; coiffer et décoiffer Priape de
moment en moment[192].

  [192] M. Dussaulx dit que c'est amortir ses désirs impatients.

PREMA, _ae_, f. Une des divinités du lit nuptial qui présidait aux
saccades amoureuses; la déesse qui avait l'intendance sur l'ouvrage des
foulons amoureux; la déesse de Bourre-fort.

PREMO, _ere_. Fouler amoureusement.

PRIAPISCUS, _a, um_. Fait en manière de Priape.

PRIAPISCUS, _i_, m. Le refouloir des tribades: un clitoris démesuré.

PRIAPISMUS, _i_, m. Priapisme: maladie qui cause une tension douloureuse
et continuelle du membre génital.

PRIAPOLITHUS, _i_, m. Sorte de caillou blanchâtre formé par la Nature en
figure de Priape, et dont le canal est représenté par une veine de
cristal très pur. Quelquefois on le trouve aussi garni de ses
contre-poids. Il y en a de droits, de courbés, et d'autres qui
paraissent comme rongés par des chancres; le gland y est marqué. Ces
sortes de cailloux se trouvent, dit Borel, près de Castres en Albigeois.
Il y en a aussi d'autres qui ont la figure du jardin de nature
animale[193].

  [193] Une plante, dont j'ai oublié le nom, a la même forme. Ce sont
    des jeux de la Nature, qui n'ont aucun mérite en comparaison de
    l'original.

PRIAPUS, _i_, m. _Ovid._ Priape, le dieu des jardins naturels et
artificiels. Ou (_Juven._): le laboureur naturel; le membre par
excellence[194].

  [194] Le dépuceleur banal; le fléau des pucelages. Voici ses
    synonymes: _Ruber hortorum deus, rigidus deus, salax deus,
    ithyphallus, triphallus, ligneus hortorum custos, rari nemoris
    custos_. _Ululare Priapum_: invoquer Priape.

(N) PRIAPUS VITREUS. Verre à boire représentant la forme d'un Priape.

(N) PROCAX FASCINUM. Un bel échantillon de virilité.

(N) PRODUCO, _ere_. Produire dans le monde; annoncer une jeune fille que
l'on veut livrer pour de l'argent aux désirs des amateurs. C'est un
synonyme de PROSTITUERE.

(N) PROPUDIUM FISSILE. La partie soi-disant honteuse des dames: car,
plus cette partie est jolie, moins elle doit craindre la honte.
_Propudium de viris dicitur, libidines de foeminis_ (_Plaut._): un
adjectif ajouté à un nom détermine son application à l'un ou l'autre
sexe; l'adjectif _fissile_, joint à _propudium_, fait ici connaître
qu'il s'agit d'un instrument féminin.

PROSTERNO, _ere_. _Catull._ Prostituer; abandonner à tous venants; faire
litière.

PROSTERNERE SORORES EXOLETIS SUIS. _Suet._ Prostituer ses soeurs à ses
mignons[195].

  [195] C'est un joli métier, digne des empereurs Romains et des gens de
    Cour, qui sacrifient tout à la fortune.

PROSTIBILIS, m. f. _le_, n. _is_, gén. _Plaut._ Prostitué; abandonné à
tous venants.

PROSTIBULA, _ae_, f. _Plaut._ Prostituée; abandonnée à tous venants.

PROSTIBULATUS, _a, um_. Prostitué.

PROSTIBULUM, _i_, n. _Plaut._ Lieu de prostitution. Ou: voy.
PROSTIBULA[196].

  [196] _Prostibula_, mis comme pluriel de _prostibulum_, signifie la
    même chose, mais en collection. Voy. LUPANAR.

PROSTIBULUS, _a, um_. Prostitué.

PROSTITUERE SE TOTO CORPORE. _Catull._ Abandonner son corps à toutes
sortes de lubricités; se livrer tout entier à la prostitution.

PROSTITUTA, _ae_, f. _Sen._ Prostituée; abandonnée à tous venants.

PROSTITUTUS, _a, um_. _Plin._ Prostitué; abandonné à tous.

PROSTO, _are_. _Juv._ Se prostituer; s'abandonner à tous venants; être
toujours prêt à être mis en oeuvre; être prostitué; être abandonné à
tous[197].

  [197]

        _... Nam quo non prostat foemina templo?_

      (_Juven._)

    Voy. PROSTERNO, PROSTITUERE SE. Le _stare in carcere fornicis_ de
    Juvénal exprime la même chose.

PROSTARE IN LOCIS OCCULTIS. _Plaut._ S'exposer à tous venants en des
lieux secrets.

PROSTRATUS, _a, um_. _Suet._ Prostitué, abandonné à tous; exposé au
premier venu.

PROSTRATA REGI PUDICITIA. _Suet._ Pudicité prostituée au roi[198].

  [198] Sacrifiée au rang.

PROSTRO, _are_. Voy. PROSTITUO.

(N) PRURIGO, _inis_, f.; PRURITUS, _us_, m. Sensation délicieuse et
parfois gênante, selon les tempéraments; chatouillement; érection.

(N) PRURIO, _ire_. Chatouiller; exciter au jeu d'amour.

PSOLE, _es_, f. Voy. MENTULA.

(N) PSOTION, _onis_, m.; PSOTOENTA, _ae_, m. _Priap._ L'architecte du
genre humain. Ce mot vient du Grec.

PTERYGOMATA, _um_, n. Les lèvres de la bouche perpendiculaire; les bords
du bassin amoureux. Ou: les nymphes; les dames des eaux du palais de
Vénus; les ailes, les ailerons que l'Amour applique quelquefois à son
caducée.

PUBERALE, _is_, n. Le mont de Vénus; la motte; le pénil.

PUBES, _is_, f. _Cic._ Le poil qui couvre le mont de Vénus[199]. Ou
(_Virg._): Voy. CUNNUS.

  [199] Ou qui se trouve à l'origine des parties génératives de l'homme.

PUBES, _eris_, _omn. gen._ _Cic._ A qui le poil follet commence à
couvrir le mont de Vénus; qui entre en puberté.

PUBIS, _is_, f. _Prud._ Voy. PUBES.

PUDENDA, _orum_, n. Les parties de la pudeur[200].

  [200] C'est un terme d'anatomie.

PUDENDAGRA, _ae_, f. La vérole, le mal de Naples; ou: chancre aux
parties de la génération, etc.; maladie qui rend véritablement honteuses
les parties qu'elle attaque.

PUDENDUM, _i_, n. La partie de la pudeur[201].

  [201] Celle que l'on cache pour en doubler le prix lorsqu'on la
    montre.

(N) PUDOR, _oris_, m. La pudeur, le fard du beau sexe. _Pudorem pellere,
vel ponere_: oublier la pudeur. Il n'y a rien de plus agréable pour un
homme, que de causer cet oubli pour quelques instants. Elle revient chez
certaines femmes, mais il y en a qui s'en privent, par goût: ce ne sont
pas les plus aimables.

PUELLA EXPERTA VIRUM. _Hor._ Fille qui a éprouvé ce que vaut un homme en
amour; belle qui a goûté des fruits de l'amour[202].

  [202] Qui sait à quoi s'en tenir sur les mystères de la nature.
    _Puella procax_ (_Ovid._): fille agaçante, et dont l'aimable
    vivacité excite le désir du combat amoureux.

PUELLASCO, _ere_. _Varr._ S'efféminer; prendre des airs de fille;
contrefaire la fillette; imiter les jeunes filles; faire la poulette;
faire la mignarde, la pouponne; se mignarder[203].

  [203] _Quod non solum innubae fiunt communes, sed etiam veteres
    puellascunt, et multi pueri puellascunt (Fragmentum ex M. T.
    Varrone)._

PUELLITOR, _ari_, dép. _Laber._ Clitoriser; jouer du clitoris; badiner
au clitoris; folâtrer du bout du doigt avec une jeune fille; chatouiller
au bel endroit; jouer du bout du doigt à la manière des jeunes filles.

PUER, _i_, m. _Mart._ Un jeune mignon; un Ganymède[204].

  [204] Les jeunes esclaves mâles avaient souvent, chez les Anciens, le
    bonheur de plaire à leurs maîtres par cette sorte de complaisance.
    Les Grecs et les Romains menaient de front l'amour de la femme et de
    l'homme; et ceux-ci avaient souvent la préférence sur les femmes,
    quoique, pour plaire à leurs amants ou à leurs maris, elles se
    prêtassent souvent à leurs sales fantaisies.

        _Divisit Natura mares: pars una puellis,
                 Una viris genita est..._

    dit Martial. Je ne crois pas que Buffon, qui a mieux étudié que lui
    la nature humaine, ait été de cet avis.

    _Pusio_ est synonyme de _puer_. Lisez le nº VI dans les _Monuments
    de la vie privée des Césars_, pages 21 à 24.

(N) PUERA, _ae_, f. Fille qui oublie son sexe et qui sert de Ganymède.

PUERARIUS, _ii_, Voy. PAEDICO.

PULLARIA, _ae_, f. _Plaut._ Main qui patine, qui farfouille[205].

  [205] Qui chiffonne.

PULLARIAM FACERE. _Petr._ Patiner; farfouiller.

PULLARIUS, _ii_, PULLIPREMO, _onis_, Voy. PAEDICO.

PULLUS, _i_, m. _Fest._ Mignon; Ganymède; bardache[206].

  [206] Mon poulet: c'est le nom que l'on donnait à son mignon.

(N) PUSIO, _onis_, m. Jeune garçon; jeune esclave mâle réservé pour la
couche du maître. Voy. PUER.

PUTA, _ae_, f. _Hor._ La conque amoureuse[207].

  [207] Virgile a dit _putus_ pour désigner un Giton.

PUTILLA, _ae_, f. _Hor._ Un conichon; un conin; une coniche.

PUTILLUS, _i_, m. _Plaut._ Une courte; une guigi; une margot; une gotte.

(N) PYGAE, _arum_, f.; NATES, _ium_, f.; CLUNES, _ium_, f. Ce sont trois
synonymes pour dire la même chose. En Français: les fesses, ou les
coussins d'amour.

PYGIACA SACRA. _Petr._ PYGIACA, _orum_, n. Le combat des fesses. Ou: les
fêtes de Vénus antistrophe; ou: ses mystères postérieurs; l'exercice de
l'art subtil.

PYGISMA, _tis_, n. Voy. PAEDICATIO.

PYGISTA, _ae_, m; PYGISTES, _ae_, m. Voy. PAEDICO.

(N) PYRAMIS TENTA LIBIDINOSA NERVOS. La pique d'amour dans toute sa
raideur.

PYTISMA, _tis_, n. _Juv._ Onction avec du crachat pour faire couler;
liniment avec du crachat pour faire glisser; enduit de crachat pour
faciliter l'introduction[208].

  [208] Chez les jeunes filles trop étroites. Les femmes cessent trop
    tôt d'avoir besoin de ce liniment.



Q


(N) QUADRUPUS, _odis_, m. f. L'androgyne; le genre humain faisant la
bête à quatre pieds, la bête à deux dos.



R


RADIUS, _ii_, m. Le rayon de la géométrie d'amour.

(N) RAMUS, _i_, m. Le rameau pacificateur entre mari et femme, entre
amant et maîtresse; l'arbre de vie. Voy. HASTA, MENTULA. Ausone, dans
son _Cento nuptialis_, a plaisamment parodié le vers de Virgile en
disant de l'époux prêt à livrer le premier assaut: _aperit ramum qui
veste latebat_.

(N) REN, _renis_, m. _Auson._ Il prend les reins pour la matrice, par
licence poétique:

    _Utere rene tuo: casta puella anus est._

C'est un précepte très humain, que celui qui prescrit de faire usage des
membres et des biens qu'on reçoit de la Nature; mais le mot, dans le
vers cité, est obscène par l'idée qu'il présente.

(N) RESOLUTA FOEMINA. _Ovid._ Femme en attitude de combat.

RESUPINANDUS, _a, um_. _Cels._ Qu'il faut coucher le ventre en haut;
qu'on doit renverser sur le dos; à qui l'on doit faire voir la feuille à
l'envers.

RESUPINATUS, _a, um_. _Juv._ Voy. RESUPINUS.

RESUPINO, _are_. _Liv._ Coucher le ventre en haut; renverser sur le dos.
Ou (_Juv._): faire voir la feuille à l'envers.

RESUPINUS, _a, um_. _Ovid._ Couché le ventre en haut; renversé sur le
dos; à qui l'on fait voir la feuille à l'envers. Ou (_Quintil._): mou,
efféminé.

RETRO AGERE ALIQUEM. _Plin._ Faire travailler quelqu'un du derrière;
Ganymédiser quelqu'un; aiguillonner quelqu'un postérieurement.

(N) RIGIDUS DEUS. Priape, le dieu le plus ferme. _Rigere_ ou _arrigere_
servent, dans le style licencieux, à exprimer le mouvement naturel qui
fait qu'un homme se trouve capable d'en créer un autre.

(N) RUMPERE LATUS IN VENERE. Se fatiguer au jeu d'amour; ne pouvoir plus
remuer les reins. _Rumpi tentigine_, être en proie aux plus violents
désirs.

(N) RUSTICUS, _a, um_. En style amoureux, c'est celui qui va trop vite
au fait, sans préliminaires ni consentement.



S


SACANDRUS, _i_, m. La partie qui mérite des saccades amoureuses.

SAGITTATA OSCULA. _Plaut._ Des baisers à la pigeonne; baisers où les
coups de langue vont dru[209].

  [209] Où les langues se dardent.

(N) SALACITAS, _atis_. f. Extrême lubricité.

SALAPUTIUM, _ii_, n. Voy. PUTILLUS.

(N) SALAX, _acis_. De _salire_: celui que la Nature rend très habile au
jeu d'amour. _Salax deus_, Priape, dieu de l'impureté; _salax eruca_, la
roquette, herbe aphrodisiaque ou qui excite à l'amour.

(N) SALIO, _ire_. Monter à l'assaut; couvrir la femelle (ce qui se dit
des animaux). _Vox saliente libidine_: cri que le plaisir arrache à qui
jouit passionnément.

SALMACIDA SPOLIA. _Cic._ Une victoire amoureuse.

SALTUS, _us_, m. _Plaut._ Le bocage amoureux; la garenne d'amour; le
bosquet de Vénus; le taillis où l'Amour va giboyer.

SARABUS, _i_, m.; SARON, _i_, n. Voy. CUNNUS.

(N) SAVIARI (_pro_ SUAVIARI). S'embrasser avec tendresse.

SCATINIA LEX. Loi faite contre les professeurs de l'art subtil et contre
leurs disciples.

(N) SCELERARE TEMPLA. Profaner, souiller les temples par des actes de
lubricité.

SCHEMA, _ae_. f. _Suet._ Manière particulière d'embrasser
homocentriquement; la manière de faire cela.

(N) SCEPTRUM, _i_, n. Le sceptre d'Amour; voy. MENTULA.

(N) SCHOENICULA, _ae_, f. Courtisane; prostituée.

(N) SCINDO, _ere_. Rompre et déchirer tous les obstacles qui s'opposent
à la jouissance; enlever un pucelage; forcer les barrières de la
volupté.

SCORTATIO, _onis_. Voy. SCORTATUS.

SCORTATOR, _oris_, m. _Cic._ Qui aime les filles de joie; putassier;
bordelier; coureur de garces.

SCORTATUS, _us_, m. _Apul._ Inclination pour les filles de joie; ou:
l'exercice qu'on fait faire aux filles de commodité; ou: leur
fréquentation.

SCORTILLUM, _i_, n. _Catull._; SCORTISCUM, _i_, n. Une jeune fille de
joie; une petite garce[210].

  [210] Ou: une fille de joie pour le petit peuple.

SCORTOR, _ari_. dép. _Ter._ Courir les filles de joie; fréquenter les
filles de commodité; hanter les maisons de plaisir; ou: mettre en
exercice les filles commodes; faire travailler les filles de Vénus.

SCORTUM, _i_, n. _Cic._ Fille de joie; fille commune. Ou (_Suet._): un
Ganymède.

SCORTUS, _i_, m. Voy. CINAEDUS.

(N) SCROBS VIRGINALIS. La fossette naturelle chez les dames; le puits
d'amour. Voy. CUNNUS.

SECUTULEIA, _ae_, f. _Petr._ Celle qui recherche les caresses de
l'homme; belle de haut appétit; personne âpre à la curée[211].

  [211] Femme à tempérament.

SELINON, _i_, n. Voy. CUNNUS.

(N) SEMEN HUMANUM. La graine d'hommes; la liqueur générative dont
l'expansion est le but que la Nature se propose dans le déduit amoureux.

(N) SEMINALE MEMBRUM. La gerbe d'amour. Voy. MENTULA.

(N) SEMIVIR, _i_, m. Eunuque; prêtre de Cybèle.

SICULA, _ae_, f. _Catull._ La dague amoureuse[212].

  [212] _Parva sica._

(N) SIPHNIASSO, _are_. _Plin._ Fantaisie lubrique en usage parmi les
anciens habitants de Siphno, l'une des îles Cyclades. Érasme dit que
c'est _manum admovere postico_: aider les plaisirs du devant par ceux du
derrière.

(N) SOCRATES; SOCRATICI DISCIPULI. Tous ces messieurs les Sages, en
fuyant la compagnie des femmes, en déclamant contre leurs défauts et
contre l'amour, ont donné pour la plupart dans des accès bien plus
répréhensibles. La nature ne perd jamais ses droits, et encore moins
qu'ailleurs dans des climats brûlants.

(N) SOLLICITARE INGUINA. Réveiller le chat qui dort; irriter les désirs
charnels.

(N) SOTADES, _is_, m. Sotadès, poète de Mantinée, le premier qui ait
écrit sur l'amour Grec ou l'amour malhonnête et contre nature.

(N) SPADO, _onis_, m. Eunuque: homme qui n'est plus homme, et qui peut
servir de femme à ceux qui ne les cherchent pas où elles sont, ou les
prennent à rebours lorsqu'ils les trouvent.

SPATALOCINAEDUS[213], _i_, m. _Petr._ Un joli Ganymède.

  [213] Ou: SPATHALOCINAEDUS.

SPETLOMA, _atis_, n. Le bruit du concert amoureux.

SPHINGA, _ae_, f. Voy. MERETRICULA.

SPHINX, _gis_, f. Voy. MERETRIX.

SPINTRIA, _ae_, m. _Suet._ Inventeur de nouvelles attitudes amoureuses;
qui trouve en amour des postures inusitées. Ou: Voy. PATHICUS.

(N) SPONSA TURPIS. Une épouse qu'on ne peut avouer. Les Romains avaient
une sorte de mariage infâme et bien qualifié du nom _turpis_: deux
hommes se mariaient ensemble. Juvénal en parle en plusieurs endroits de
ses Satires, notamment dans la deuxième, vers 134 et suiv.

          _... Quid quaeris? nubit amicus,
    Nec multos adhibet. Liceat modo vivere, fient,
    Fient ista palam, cupient et in acta referri.
    Interea tormentum ingens nubentibus haeret,
    Quod nequeunt parere, et partu retinere maritos.
    Sed melius, quod nil animis in corpora juris
    Natura indulget: steriles moriuntur, et illis
    Turgida non prodest condita pyxide Lyde,
    Nec prodest agili palmas praebere Luperco._

Voyez le mariage de Gracchus avec un musicien, décrit dans la deuxième
Satire, vers 117.

Néron épousa publiquement Sporus, son Ganymède; et le plaisant de
l'affaire, c'est qu'après l'avoir épousé comme homme, il voulut
décidément lui faire changer de sexe, et tenta pour cela le secours de
la chirurgie et des enfants d'Esculape. Le pauvre Sporus en demeura tout
mutilé: aussi, pourquoi se mariait-il à Néron?

Martial a parlé de ces noces abominables. Elles se sont, à ce qu'on dit,
renouvelées sous Héliogabale, et sous notre ridicule Henri III, roi
Français de Sodomitique mémoire.

On a dit plaisamment que Domitien, père de Néron, aurait agi prudemment
en épousant un homme. En effet il n'eût pas eu d'enfant, et la terre
n'eût pas été souillée par l'existence d'un monstre tel que Néron.

(N) SPORUS, _i_, m. Non d'un eunuque. Voy. SPONSA TURPIS.

SPURIA, _ae_, f.; SPURIUM, _ii_, n. La coquille des pèlerins d'amour.

STRUTHEUM, _i_, n.; STRUTHEUS, _i_, m.; & STRUTHIUM, _ii_, n.; STRUTHOS,
_i_, m. L'oiseau d'amour; la racine amoureuse; le moineau de Vénus.

STULTICEN, _inis_, m. Un poète folâtre; qui ne chante que des
folâtreries.

STUPRATIO, _onis_, f. _Plaut._ Engagement où l'on met une belle de se
rendre à sa passion; la soumission à ses désirs amoureux qu'on exige de
la complaisance d'une personne; prise de possession de l'honneur d'une
jolie personne; la douce et agréable violence faite aux dames; prise de
corps amoureuse; l'effort auquel les dames succombent avec plaisir.

STUPRATOR, _oris_, m. _Quintil._ Qui soumet une belle à ses désirs
amoureux; qui fait aux dames une agréable et douce violence; qui pousse
son inclination amoureuse aussi loin qu'elle peut aller; qui engage une
jolie personne à se rendre à sa passion; qui s'empare de ce que les
dames n'osent offrir; qui prend amoureusement possession de l'honneur
d'une belle; qui fait des efforts où les dames succombent avec plaisir;
qui exige la dernière complaisance des belles; qui pousse amoureusement
sa pointe jusqu'au bout; un abatteur de bois remuant; un Poliorcète en
amour.

STUPRATUS, _a, um_. _Cic._ Qui a laissé prendre une amoureuse possession
de son honneur; qui s'est laissé aller à la passion amoureuse d'autrui;
pris amoureusement au corps; qui a donné les dernières marques de
complaisance en amour; qui a succombé aux efforts amoureux de quelqu'un;
qui s'est donné aux désirs amoureux d'autrui; qui s'est amoureusement
soumis aux inclinations de quelqu'un; dont on a exigé les dernières
faveurs; à qui l'on a fait une amoureuse et douce violence; qui a été
poussé amoureusement à bout; qui a été engagé à se rendre aux
sollicitations amoureuses; qui a souffert des secousses d'amour; qui a
été employé amoureusement hors de l'état de mariage.

STUPRISEQUESTRA, _ae_, f. _Plaut._ Fille de joie. Ou: appareilleuse.

STUPRO, _are_. _Plaut._ S'emparer de l'honneur d'une belle; engager une
personne à se rendre à sa passion; prendre amoureusement au corps;
s'attirer les dernières marques de complaisance en amour; soumettre à
ses inclinations amoureuses; faire une amoureuse et douce violence;
exiger les dernières faveurs; faire succomber sous ses efforts amoureux;
pousser amoureusement à bout; prendre une amoureuse possession; engager
à se rendre à ses sollicitations amoureuses; faire céder à ses
empressements amoureux; employer amoureusement hors de l'état de
mariage.

STUPROSUS, _a, um_. _Val. Max._ Voy. STUPRATOR.

STUPRUM, _i_, n. _Cic._ Prise de possession de l'honneur d'une fille ou
d'une femme; excès de familiarité amoureuse; l'effort où les dames
succombent avec plaisir; la douce et amoureuse violence faite aux
belles; amoureuse prise de corps; exaction des dernières faveurs; emploi
qu'on fait d'une belle hors de l'état de mariage.

(N) SUAVIOR, _ari_, dép. S'embrasser, se baiser amoureusement. Voy.
SAVIOR.

(N) SUAVIUM, _ii_, n. Baiser sur la bouche. Synonymes: _basium,
osculum_. Servius donne l'explication de ces trois mots: _basium_ est le
baiser qu'on donne à une épouse; _suavium_ est celui que l'on donne à
une maîtresse; _osculum_ est le baiser de paternité, ou que les pères et
mères donnent à leurs enfants: c'est aussi le baiser de paix et de
cérémonie. Il y a un gros livre sur les baisers, par Kempius. On peut le
lire lorsque l'on veut approfondir la matière en curieux et en savant:
pour ceux qui ne le sont pas, la chose vaut mieux que le mot.

SUBACTIO, _onis_, f. _Cic._ L'action de fouler amoureusement; le travail
amoureux qu'on fait faire sous soi.

SUBACTOR, _oris_, m. _Lampr._ Voy. FUTUTOR. Ou: Voy. PAEDICO.

SUBACTRIX, _icis_, f. Voy. FRICTRIX. Voy. TRIBAS.

SUBACTUS, _a, um_. Foulé amoureusement; repassé naturellement ou contre
nature.

SUBACTUS, _us_, m. _Plin._ Voy. SUBACTIO.

SUBADMOVERE MARI FOEMINAM. _Colum._ Mettre aux prises le mâle et la
femelle; engager les deux sexes au combat de Vénus.

SUBAGITATIO, _onis_, f. _Plaut._ Le travail amoureux qu'on fait faire
sous soi; les mouvements qu'on cause à ce qu'on caresse amoureusement;
le branle qu'on donne à l'objet de ses plaisirs; les secousses
amoureuses.

SUBAGITATOR, _oris_, m.; SUBAGITATRIX, _icis_, f. Qui met en mouvement
l'objet de ses désirs; qui fait travailler amoureusement sous soi; qui
met en branle ce qu'il aime.

SUBAGITATUS, _a, um_. Qu'on a mis amoureusement en branle; mis en
mouvement amoureux; à qui l'on a donné des secousses amoureuses; qui
travaille amoureusement sous autrui.

SUBAGITO, _are_. _Plaut._ Faire mouvoir amoureusement sous soi; mettre
en amoureux mouvement; mettre en branle ce qu'on aime; donner des
secousses amoureuses à l'objet de ses plaisirs.

SUBALARIA NEGOTIA. Affaires amoureuses.

SUBANS, _tis_, _omn. gen._ _Plin._ Qui refoule amoureusement. Ou: qui
est en amour; qui est en chaleur.

SUBATIO, _onis_, f.; SUBATUS, _us_, m. _Plin._ Voy. SUBACTIO. Ou: la
chaleur des femelles; le désir du mâle[214].

  [214] Ce qui se dit plus spécialement des animaux.

SUBATUS, _a, um_. Qui a été amoureusement refoulé. Voy. SUBAGITATUS.

SUBIGATRIX, _icis_. f. Voy. SUBIGITATRIX.

SUBIGENDUS, _a, um_. _Col._ Qu'il faut refouler amoureusement; qu'on
doit faire travailler amoureusement sous soi.

SUBIGITATRIX, _icis_. f. _Plaut._ Tribade, moderne Sapho.

SUBIGITO, _are_. _Plaut._ SUBIGO, _ere_. _Cic. Suet._ Refouler
amoureusement; faire travailler amoureusement sous soi; refouler la
charge amoureuse[215].

  [215] Cela se dit des hommes et des femmes: _Nicomedes Caesarem
    subegit_.

SUBIGUS, _i_, m. Le dieu qui présidait au renversement des belles[216].

  [216] Aux premiers sacrifices à l'Amour.

SUBO, _are_. _Plin._ Rechercher le mâle; être en amour; être en
chaleur[217]. Ou (_Hor._): Voy. SUBIGO.

  [217] Se remuer, s'agiter pendant le plaisir amoureux. Voy. SURIO.

SUBANDO CUBILIA RUMPERE. _Hor._ Enfoncer le lit à force de faire
rage[218].

  [218] Et de mouvoir le croupion.

(N) SUBSIDERE MARIBUS. Se dit des femelles des animaux, qui s'arrêtent
et se tiennent fermes pour recevoir le mâle.

SUBULA, _ae_, f. _Colum._ L'alène de Cupidon.

SUBULO, _onis_, m. Voy. PAEDICO.

SUBULO, _are_. Voy. PAEDICO.

(N) SUBURRANA PUELLA. Fille publique; courtisane; raccrocheuse. La
Suburra est le quartier de Rome où logent toutes les filles publiques.
_Suburrana uxor, vel Summoeniana uxor_: une prostituée, une femme qui se
marie au premier venu pendant un quart d'heure.

SUCCUBA, _ae_, f. _Ovid._ Concubine; maîtresse; celle dont on a les
faveurs.

SUCCUBO, _are_. _Apul._ Se soumettre aux caresses amoureuses; travailler
amoureusement sous une personne.

SUCCUBONEUS, _a, um_. _Titinn._; SUCCUBUS, _a, um_. _Prud._ Qui se
soumet aux caresses amoureuses; qui travaille amoureusement sous autrui.

SUCCUMBO, _ere_. _Varr._ Voy. SUCCUBO.

SUCCUMBERE ANTE NUPTIAS QUIBUS & VELLENT. _Varr._ Se soumettre, avant le
mariage, aux caresses de tous ses amants; en donner à tous ceux qui en
veulent avant d'être mariée; ne refuser personne avant ses noces.

(N) SULCUS, _i_, m. Sillon charmant; fosse d'amour.

SUPERCUNNUM, _i_. n. Les broussailles du mont de Vénus.

(N) SURIO, _ire_. Ce mot exprime pour les hommes ce que _subare_ veut
dire des dames.

(N) SUSTINERE SESE (_scilicet in gaudiis_). Savoir jouir; s'arrêter à
propos pour prolonger le plaisir que l'on peut donner à son amie dans
l'acte Vénérien. Voy. MORARI.

(N) SYBARITICI LIBELLI. Catéchismes pour les libertins, dans lesquels la
gymnastique lubrique était enseignée avec la plus grande perfection.
Selon Lucien, ils ont pour auteur Hémithéon, natif de Sybaris.

SYNCOETIUM, _ii_, n. Le paiement des plus vives caresses amoureuses;
l'honoraire en amour; le prix des dernières faveurs.

SYNUSIA, _ae_, f. La plus intime liaison que puissent avoir ensemble les
deux sexes; la plus étroite union que puissent former deux personnes de
sexe différent.



T


(N) TABELLAE, _arum_, f. Tablettes ou billets doux écrits par des
amants.

(N) TABELLAE VOTIVAE ET PICTAE. Tablettes où se trouvent peintes toutes
les postures inventées à Lampsaque. Les jeunes filles qui possédaient de
ces tablettes en faisaient hommage à Priape, afin qu'il leur accordât la
réalité. On ne voit pas de ces _ex-voto_ dans les églises Chrétiennes.
Properce a déclamé contre ces tablettes obscènes:

    _Quae manus obscenas depinxit prima tabellas
        Et posuit casta turpia visa domo,
    Illa puellarum ingenuos corrupit ocellos,
        Nequitiaeque suae noluit esse rudes._

  (_Propert._, II, 5, 19.)

(N) TACEO, _ere_. Se taire est un acte très simple de sa volonté; mais
quand on se laisse mettre dans la bouche quelque chose d'humain qui
l'emplit, il y a bien force. En ce sens, _tacere_ est synonyme de
_morigerari_, et très obscène. Vossius dit que _tacere_ signifie la même
chose que _irrumari_.

TAEDAE JURE COIRE. _Ovid._ User des droits de l'Hyménée en faveur du
plaisir; prendre l'ascendant amoureux que donne l'Hymen; se servir
amoureusement des libertés que donne le mariage.

(N) TANGERE MULIEREM MANIBUS. Faire l'imposition des mains sur une
femme; aller à la découverte du bosquet de Cythère; y faire naître avec
les doigts mille sensations agréables, qui préparent une de ces crises
charmantes qui font perdre la vie pendant quelques minutes.

TAUROPOLIA, _orum_, n. Le carquois de Cupidon.

TAURUS, _i_, m. _Fest._ Le laboureur du champ de la Nature.

(N) TENDO, _ere_. Dans le style lubrique, signifie l'érection causée par
les désirs charnels. _Tendere alutam_ (_Mart._)

(N) TENER, _era, erum_. Jeune, délicat, agréable, joli, charmant:

          _... Sed tu sane tenerum et puerum te
    Et pulchrum, et dignum cyatho coeloque putabas._

  (_Juven._)

TENTIGINOSUS, _a, um_. Qui bande toujours son imagination vers les
plaisirs de l'amour.

TENTIGO, _inis_, f. _Mart._ L'érection, le désir de Vénus. Ou (_Juv._):
Priapisme volontaire, ou involontaire.

TENTARE DIGITIS LOCA FOEMINARUM. _Colum._ Tâter si les poulettes ont
l'oeuf; mettre les doigts où il n'en faut qu'un bon.

TENTUM, _i_. n. La tente de la plaie amoureuse.

TERERE INGUINA. _Juv._ Se donner des branles amoureux[219].

  [219] Sonder avec la langue l'antre de Cypris. Voy. PHOENICISSO,
    LESBIO.

(N) TESTES, _ium_, m. Les témoins du pouvoir génératif.

(N) TESTICULI, _orum_, m. Les témoins et les assistants du jeu d'amour.
Ils sont presque toujours deux, et quelquefois trois.

TESTICULO, _are_; TESTICULOR, _ari_, dép. _Fest._ Donner le mâle aux
femelles.

(N) THALASSIO, _onis_, m. L'action qui est le premier but du mariage; le
dieu des noces; la chanson nuptiale ou épithalame. Martial a dit:
_Indicare thalassionem manibus libidinosis._

(N) THECA, _ae_, f. La boîte ou l'étui dans lequel on serrait toute la
marchandise qui sert à la génération. Il y en avait en métal ou en cuir.
Voy. FIBULA.

(N) THORUS, _i_, m. Le lit ou le canapé où l'on se livre aux jouissances
de l'amour.

(N) THYRSUS, _i_, m. Le thyrse d'amour. Voy. MENTULA.

(N) TOLLERE PEDES. Faire des gambades sur un lit; mettre les gens plus à
leur aise en levant les pieds et les jambes en l'air pendant le combat
amoureux.

(N) TRABES, _is_, f. Arc-boutant de la génération. Voy. MENTULA.

(N) TRACTARE MENTULAM. Le beau Narcisse et le sauvage Hippolyte fuyaient
les femmes pour se livrer plus à leur aise à ce plaisir, qui n'en est
plus un lorsqu'il conduit à la mort. C'est l'Onanisme, dont Tissot a
montré tous les dangers. Chacun voit cela à sa manière, et de grands
capitaines assurent que l'Onanisme est nécessaire à la guerre. Moi je
prétends qu'il doit y être rare ou bien ménagé: sans quoi les dames
n'auraient plus de plaisir à recevoir les militaires en quartier
d'hiver, et ces messieurs dépeupleraient le monde de toutes les
manières.

TRIBAS, _adis_, f. _Mart._ Tribade; moderne Sapho; femme qui entreprend
sur les fonctions viriles auprès de son sexe; clitoriseuse.

TRIEMBOLUM, _i_. n. Le membre par excellence.

TRIPHALLUS, _i_, m. _Tibull._ Surnom de Priape, à cause de sa grande
fourniture. Ou: un magnifique sceptre amoureux.

(N) TRUSO, _are_. Presser vivement l'entrée du palais d'Amour; s'agiter
pour s'y introduire. Vient de _trudere_.

TUTUNUS, _i_, m. Voy. PRIAPUS.



U


(N) ULCUS, _i_, m. Ulcère ou plaie, que toutes les femmes ont plus ou
moins grande et qu'elles font soigner par les hommes. Cette plaie, fort
heureusement, ne guérit jamais, malgré les visites fréquentes qu'ils y
font.

(N) ULULARE PRIAPUM. Invoquer Priape; lui demander la réalité des
plaisirs que l'imagination sait peindre.

UNICOLEUS, _a, um_; UNITESTIS, m. f., _te_, n. Qui n'a qu'un testicule;
qui n'a qu'un témoin amoureux[220].

  [220] Le nombre n'y fait rien, mais la bonne qualité en fait le
    mérite.

UPUPA, _ae_, f. _Plaut._ Fille de joie; fille de plaisir; fille de
commodité; belle commode; courtisane; fille apprivoisée; fille de Vénus;
fille d'amour.

UXORCULO, _are_. _Plaut._ Efféminer; rendre efféminé.



V


(N) VALEO, _ere_. Être vigoureux en amour.

VANNO, _are_. _Lucil._ Jouer du croupion; remuer amoureusement les
fesses.

(N) VASATUS BENE. Riche des dons de la Nature; bien pourvu de ce qui
fait plaisir aux dames. Voy. MUTONIATUS.

VELITARI PRAELIIS VENERIS. _Apul._ S'entre-agacer amoureusement; faire
les approches amoureuses; escarmoucher amoureusement. Ou: tâcher de
n'avoir pas le dernier au combat d'amour.

(N) VELLERE CUNNUM. Arracher la barbe au capucin; s'épiler dans un
endroit secret. C'est une petite coquetterie de femme qui veut passer
pour jeune encore et près de la puberté. Les femmes Turques se rasent en
cet endroit, ce qui rend le jeu plus plaisant.

(N) VENA TENTA. Marteau d'Amour. Voy. MENTULA.

VENEREAE RES. _Cic._ Les plaisirs de Vénus; les délices d'Amour; les
voluptés amoureuses.

VENEREUM ARVUM. _Apul._ Le champ de Vénus; le terrain amoureux; le
territoire d'Amour.

VENERIPETA, _ae_, m. f. Qui recherche les plaisirs de Vénus.

VENERIS PER RES JUNGI. _Lucr._ Être unis par les liens les plus étroits
du corps; être joints par les liens d'amour.

VENERIS MODUM IN ALIQUA SIBI FACERE. _Ovid._ S'acquérir le fonds des
bonnes grâces d'une aimable personne; être le tenant chez une belle;
trouver ses nécessités amoureuses chez une belle.

VENEREM VENDERE. _Suet._ Vendre des plaisirs qui ne le sont
véritablement que lorsqu'ils sont donnés; faire trafic des faveurs
amoureuses[221].

  [221] Voici le conseil d'Ovide sur ce point:

        _Parcite, formosae, pretium pro nocte pacisci;
          Non habet eventus sordida praeda bonos._

    Plaute nous donne le portrait du véritable amour dans une jeune
    fille qui préfère un baiser de son amant à tous les honneurs et à
    toutes les richesses de la terre.

VENEREM IN ALIAM HABERE. _Apul._ Être sectatrice de Sapho; prendre des
plaisirs à la Lesbienne; vouloir passer pour homme près d'une personne
de son sexe; tribader; contrefaire les fonctions de l'homme auprès de
celles de son sexe.

VENERIVAGUS, _a, um_. _Varr._ Aventurier d'Amour; qui court le bord en
amour; qui courtiserait jusqu'aux chèvres coiffées; coureur de belles
apprivoisées.

(N) VENUS, _eris_, f. Vénus, la déesse de la beauté; la mère des Amours;
la fontaine des plaisirs. _Venus Coa_: Vénus libertine: _in triclinio
Coa, in cubiculo Nola_; voy. NOLANI. _Venus ebria_: Vénus crapuleuse.

            _... Quid enim Venus ebria curat?
    Inguinis et capitis quae sint discrimina nescit._

  (_Juven._)

_Quieta Venus_: Vénus tranquille ou qui aime ses aises. Il y a un mot
plus énergique.

VENUS FOEMINEA. _Ovid._ Le plus grand plaisir que l'on puisse prendre
avec les femmes; le plus doux plaisir que les belles peuvent causer; le
déduit.

VENUS FURTIVA. _Ovid._ Les plaisirs que l'on dérobe en amour.

VEPENIS, _is_, m. _Mart._ Une courte; une guigi; une margot. Ou: un
pauvre engin; un faible outil.

VERETILLA, _ae_, f. Sorte de coquille de mer qui a une figure Priapique.

VERETILLUM, _i_, n. _Apul._ Diminutif de _veretrum_.

VERETILLUM ET VIRGINAL QUAERERE. _Apul._ S'escrimer en amour et d'estoc
et de taille; en vouloir amoureusement aux deux sexes; aimer les grandes
filles et les petits garçons; greffer (en amour) en fente et en écusson;
s'attaquer à Priape et à Vénus.

VERETRUM, _i_, n. _Suet._ Voy. MENTULA.

VERETRUM MULIEBRE. _Tert._ Le clitoris.

VERPA, _ae_, f. _Catull._ Le sceptre humain[222]. Voy. MENTULA.

  [222] Ce mot s'adapte aux instruments naturels dont on a circoncis le
    prépuce; c'est pourquoi les Juifs par excellence peuvent être
    appelés _verpae, verpi_. Il paraît que les Romains se moquaient des
    circoncis.

VERPULENTUS, _a, um_. V. MENTULATUS.

VERPUS, _i_, m. _Catull._ Le doigt du milieu du corps. Ou (_Juv._): un
circoncis.

VERRETRUM, _i_, n. Voy. VERETRUM.

(N) VESTA, _ae_, f. Déesse du feu, ou le feu lui-même. Comme le feu se
combine sous mille formes, son culte devait être varié.

(N) VESTALIS, _is_, f. Prêtresse de Vesta. L'auteur de l'_Errotika
Biblion_ assure que le collège des Vestales peut être regardé comme le
plus fameux sérail de tribades qui ait jamais existé; que certaines
parties de leur culte les appelaient à des idées voluptueuses bien
difficiles à concilier avec le voeu de virginité qu'elles prononçaient.
Les Vestales, dit-il, sacrifiaient au dieu _Fascinus_; elles attachaient
l'image de ce dieu aux chars des triomphateurs (voy. FASCINUS); ainsi le
feu sacré qu'elles entretenaient était censé se propager dans l'Empire
par les voies véritablement vivifiantes. Il est certain que plusieurs
des mystères de la religion des Anciens n'étaient autres que les
mystères de la Nature, qui se célébraient en secret par les initiés.

VIR, _i_, m. _Catull._ La partie qui fait l'homme; le sceptre de
Cupidon.

VIRGINAL, _is_, n. _Solin._ Pucelage; membrane en quoi il consiste, et
que cependant plusieurs célèbres anatomistes disent n'avoir jamais
vue[223].

  [223] Ce mot se prend aussi pour toute la partie indicative du sexe
    féminin.

VIRGINAL CONCRETUM. _Solin._ VIRGINAL INTACTUM. _Prud._ Pucelage en son
entier, qui n'est point entamé.

VIRGINALE, _is_, n. Voy. VIRGINAL.

VIRILE, _is_, n. _Ovid._ Le membre viril.

VIRILIA, _ium_, n. _Plin._ Les parties qui marquent la virilité.

VIRILIORES, _ium_, m. Ceux qui sont les mieux fournis pour l'amour; ceux
qui ont de plus grands talents pour le service des belles.

VIRILITAS, _atis_, f. _Tac._ La virilité; les parties viriles; ce qui
fait homme l'homme.

(N) VIROSUS, _a, um_. Passionné pour les hommes. Cela n'est point
obscène dans une femme.

(N) VIRUS, _i_, n. Se prend, en bonne et en mauvaise part, pour la
liqueur qui s'écoule par l'excès du plaisir ou du mal d'amour.

(N) VORARE TENTA. Prêter sa bouche à un usage obscène; sucer la flûte de
Cupidon; manger le père des hommes et détruire sa progéniture. _Se ipse
vorare demisso capite_: manger soi-même sa race; c'est le comble du
libertinage et de la folie.

VULVA, _ae_, f. _Juv._ Le chemin qui conduit à la matrice; le canal qui
mène au plaisir amoureux; le conduit des délices d'amour; la galerie de
Vénus. Selon Pline: la matrice.



X


XANION, _ii_, n. La pièce avec laquelle les femmes se font valoir; ce
qui fait presque tout le mérite des femmes; la pièce avec quoi les dames
croient pouvoir rendre la monnaie de toutes choses[224].

  [224] Et la rendent en effet. La base principale de leur triomphe sur
    les hommes.



Z


ZONAM SOLVERE. _Catull._[225]. Dépuceler; avoir les gants d'une belle;
prendre les premières faveurs[226].

  [225] Dénouer la ceinture d'une fille.

  [226] Catulle et Agathemerus l'appellent _zonula_: voyez celui-ci dans
    son _Hymne à Priape_. Vossius nous dit que les jeunes filles
    Romaines emprisonnaient leur virginité au moyen d'une ceinture faite
    de cuir, de peau ou de métal, afin qu'elle fût moins fragile; et que
    la partie qui touchait la peau était garnie d'une étoffe de laine.
    On empêchait aussi par de semblables moyens les jeunes garçons
    d'abuser de leur corps. Mais, avec le temps et l'adresse, toutes ces
    précautions devenaient inutiles, et chaque partie reprenait les
    fonctions qui leur sont naturelles. C'est pourquoi _zonam_ ou
    _fibulam solvere_ signifient mettre les jeunes gens à leur aise, les
    émanciper.


FIN


Paris.--Charles UNSINGER, imprimeur, 83, rue du Bac.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire érotique Latin-Français" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home