Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3738, 24 October 1914
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3738, 24 October 1914" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                          L’ILLUSTRATION

  _Prix du Numéro: Un Franc._            _72ᵉ Année.――Nᵒ 3738._
                       SAMEDI 24 OCTOBRE 1914


[Illustration: LE TRICOT DU COMBATTANT

Dans toutes les familles françaises, grand’mères, jeunes filles,
petites filles, tricotent la laine tout le jour en pensant à ces
vaillants, parmi lesquels elles ont un fils, un frère ou un père,
et qui vont avoir si froid, bientôt, dans leurs tranchées!

_Dessin de J. SIMONT._]



LES GRANDES HEURES


JOFFRE

Le généralissime… Qui de nous n’a senti le poids formidable des
responsabilités――équivalant à des grandeurs――que laisse tomber sur les
épaules de celui qui en est honoré ce terrible et long superlatif,
déroulé comme une ligne de front? Le généralissime! Atlas portant le
fardeau d’un pays, d’une nation… Immense muraille faite d’un seul
homme, auquel plus qu’à des armées entières il est interdit de plier…
Bloc inébranlable et pensant. Rocher d’où à tout moment, sous la
baguette de la décision, doivent jaillir des sources…! Logicien,
calculateur, algébriste, intendant, terrassier, créateur mobile, à
chaque pas, d’une histoire et d’une géographie nouvelles, esprit de
grand espace instantanément ramené, cerveau directeur et protecteur à
un égal degré d’éveil et de puissance, maître foudroyant de la minute
et de l’idée, l’une et l’autre initiale ou suprême, seul juge en
premier et dernier ressort de l’offensive ou de la défensive, absolu
dispensateur des forces, des ressources et des existences… tout cela
et plus encore… il doit l’être! avec une exigence, une abondance de
moyens, un épanouissement large et sûr de dons et de facultés, un
total de perfection si rare que l’on conçoit difficilement l’homme
exceptionnel capable d’incarner ce magnifique ensemble.

Il existe pourtant, et nous avons l’honneur, la chance et le bienfait
de le posséder dans la personne de Joffre, commandant en chef de nos
armées.

Je l’ai vu seulement dans deux rapides entretiens que je voulus
écourter encore, soucieux de ménager le temps sacré de ce travailleur
si riche, de ce Crésus de la réflexion pour lequel une minute est
toujours le _comprimé_ d’une heure. C’était il y a quelques mois,
avant la guerre, et j’ai gardé de ce souvenir une impression qui ne
passera pas.

Je trouvai cette belle, sage et grave figure militaire exactement à
l’échelle du portrait que je m’en étais à la longue tracé.

Il est grand, robuste, solide, large d’épaules, et, tout de suite en
venant à vous, d’un calme, d’une froideur, d’une espèce de paisible et
immanente certitude qui frappent et imposent. Quand le général entre,
en simples habits bourgeois,… rien qu’à la manière, à la qualité
bouclée de son silence, à la détermination de son mutisme et à
l’inexpression résolue de son regard, avant qu’il ouvre la bouche et
précise l’accueil de ses yeux qui m’ont paru bleu pâle et qui, même
ouverts et lumineux de franchise, demeurent fermés sur tout ce qu’ils
ont vu, contiennent et savent… à tous ces signes spéciaux on éprouve
déjà l’irrésistible choc d’une puissance accumulée et remontant très
en arrière à de lointaines distances… Joffre dégage, affirme la
supériorité d’une Préparation. Du seul fait de le voir il résulte, en
une seconde, avec une impérieuse évidence, qu’il est _préparé_. Non
seulement préparé… _prêt_. Et rien n’est plus saisissant que la
communication de confiance et de sécurité donnée par cet homme si peu
communicatif, à la voix moyenne, brève, pensive et douce. On devine, à
l’entendre, qu’il doit parler le moins possible et avec un très petit
effectif de mots. La parole n’est pas son exercice. Il s’en sert à
regret et elle ne se manifeste chez lui que sous les sobres dehors
d’une concession. Il ne paraît pas tenir en estime le verbiage, le son
flatteur de la phrase. Jamais personne ne s’est moins «écouté» que cet
attentif toujours aux aguets de ce qu’il ne dit pas. Mais par contre
comme il écoute! Comme il regarde et recueille! Il se montre, il se
trahit, malgré lui, en perpétuel travail de pensée, suivant des
routes, ruminant des desseins, attaquant des problèmes, alignant des
colonnes,… d’hommes ou de chiffres, capté par des nécessités profondes
qui le forcent dès lors à observer un intarissable silence… Et de là
lui est échu ce beau surnom rigide de Taciturne, qui a la valeur
historique d’un titre de noblesse. Il a passé sa vie jusqu’ici à se
taire.

Pendant que nous bavardions, crédules et légers, que nous menions le
train de nos besognes intéressées et de nos plaisirs ou que nous nous
épuisions en querelles, en luttes fratricides, lui, le _Préparateur_,
il ne soufflait mot, il agissait, dans l’ombre sainte et grise de
l’étude, inaccessible, impénétrable, muet, sans que l’on pût dire au
juste où se cachait la réclusion acceptée, recherchée, de ce
bénédictin des armées, modeste et incomparable serviteur de la plus
grande France. Car en dehors des techniciens et du personnel compétent
de la machine dont il était chargé d’assurer le meilleur
fonctionnement, au delà de son entourage immédiat et professionnel
seul peut-être à même de juger alors la capitale importance des
services qu’il rendait, le général, bien que poussé à la hauteur de sa
situation par la carrière la plus brillante et la mieux remplie,
n’était pas célèbre selon ses mérites. Claustré comme en un Vatican
dans les austères devoirs d’une existence presque monastique, on ne
l’avait pas beaucoup vu dans les décors de Paris, aux réceptions
chamarrées, parmi l’éclat des cérémonies militaires. La foule, qui
s’engoue d’un visage heureux et satisfait, qui acclame une silhouette
tout de suite reconnue et préférée, n’avait pas appris dans un coup de
foudre le nom de Joffre pourtant si simple, net, et si peu réfractaire
à la mémoire. Mais on ne l’ignorait cependant pas. Depuis longtemps ce
nom courait comme un magnifique bruit. Lentement d’abord, puis
rapidement, sûrement, il s’amassait, se propageait, grandissait par
tous les soins que mettait à le tenir effacé celui qui le portait et
qui n’en était plus maître. Partout, en haut et en bas, on savait
qu’il y avait quelque part, dans un coin bien gardé, _un homme qui
travaillait_, accomplissant une œuvre que l’on frémissait de sentir
indispensable, gigantesque, nationale,… et que cet homme-là était
précisément celui qui «en cas de guerre»――par conséquent très tard!
dans des années!… peut-être même jamais!…――aurait le commandement
suprême de nos armées,… serait le généralissime! C’était tout. Mais
cela déjà suffisait à tracer un assez joli commencement d’auréole…
Aussi, quand, un soir d’été, tout à coup, sans prévenir, la guerre
éclata sur le monde, à la minute mis à sa place au plein jour du front
de bataille, Joffre fut populaire, investi, dans un élan spontané, de
la confiance et de l’amour de tous les Français.

Voilà plus de deux mois qu’avec une suprématie splendide de souplesse
et de fermeté, dans des conditions qui ne se sont jamais présentées
depuis que l’on se bat sur la terre, il tient en échec l’ennemi, le
déchiquette, le grignote et le ronge, ne lui mesurant çà et là de
fausses et passagères avances que pour le contraindre à reculer en
désordre et le mener épuisé, là où il veut le battre et en avoir
raison. Cette première et catégorique expérience lui a valu
l’admiration sans réserve de tous ceux, neutres ou intéressés, qui
suivent la marche prévue et fatale du grandiose destin. Et nous, dans
une tranquillité d’âme instinctive et réfléchie qui parvient à dominer
nos angoisses, nous n’avons nulle peine à faire crédit au Fabius en
qui nous avons placé, comme en un lieu sûr, le trésor de nos
espérances.

Oui, pour ma part, pas un matin, pas un soir, pas une heure, je ne
commets le crime de douter du chef qui guide nos soldats, même si
c’est dans la nuit, et si je ne vois pas le chemin qu’ils font.
Qu’importe! Je sais le point de direction final. Il n’y en a qu’un.
C’est là qu’aboutira, j’en ai l’indestructible foi, le tenace et long
effort de bronze dont est capable Joffre, autant qu’il le faudra, sans
oscillations, sans arrêt, sans limite.

Je n’ai besoin que de me remettre devant les yeux l’inoubliable image
du travailleur entrevu, cet air d’éternelle insomnie, triomphe de la
volonté, ce visage de méditation, ce front derrière lequel tout se
mobilise et se concentre, en un mot ce personnage de puissance et de
simplicité, de sacrifice et de dévouement, d’orgueil patriotique et
d’abnégation personnelle, pour être tout de suite fortifié, mis en
état de défense, retranché dans mes plus grands souhaits, et pour me
dire que «l’organisateur» est là, qui fera ce qu’il faut. Quand je
suis tenté――car on a des crises de faiblesse――de me laisser surprendre
par les patrouilles des vaines alarmes qui sans cesse rôdent autour de
nous, alors je m’échappe, je cours du côté du grand chef… je le
rejoins au galop de ma pensée… j’essaie de vivre près de lui, dans le
rayon de son apaisement, au foyer même de son activité imperturbable
et souveraine.

Après que je me le suis représenté pâlissant pendant des années sur
des tables, noircissant les planchettes par centaines, possédant la
topographie de la France et de l’Allemagne comme pas un, sachant à
fond l’anatomie des éternels champs de bataille, ainsi qu’un médecin
pour qui l’organisme de l’être humain n’a plus de secrets, ayant
obtenu la science du joueur consommé prêt à s’asseoir devant
l’échiquier où se gagnent les parties décisives… je me plais,
l’arrachant à cette austère existence d’isolement et de prodigieux
labeur, à regarder le généralissime dans la vie multiple,
bouillonnante, épique――et pourtant toujours asservie aux rigueurs de
la règle et de la méthode――où il est aujourd’hui lancé à corps perdu
et restant maître de lui-même. Son ubiquité me confond. Partout sa
présence m’est signalée. Ici, monté sur un fort cheval comme il en
fallait un à Du Guesclin, il reconnaît des positions à la lisière d’un
bois… Là… dans une pièce close, entouré de ses officiers déférents et
debout, il est penché sur la carte, au fracas de la canonnade, avec le
téléphone collé aux oreilles… A la quatrième vitesse de l’auto qui
l’emporte, c’est _lui_ qui file et disparaît là-bas, au loin de cette
grande route, reprise hier par son ordre, et de chaque côté de
laquelle les morts lui présentent encore à terre les armes… qu’ils
n’ont pas lâchées… Ou bien il traverse une salle d’ambulance adressant
au passage à d’irrémédiables mutilés un de ces mots simples et
tonifiants qui tombent sur leur fièvre avec la fraîcheur d’une croix
sur une blessure… Ou bien il songe en quelque ferme aux vitres
brisées, avec des poules dans les jambes et un pauvre chien perdu qui
flaire sa botte. Ou bien il est dans un train et bondit d’un point de
la France à l’autre, en faisant sans sourciller des différences de 300
kilomètres… Ou bien il est à Paris… oui… quelquefois, rien qu’une
heure… Et déjà le voilà reparti… pour le front qui l’attire et
l’aimante.

Songez, au milieu de tout cela… songez alors à l’emploi de sa journée,
à son réveil, à son travail, à la tension de son cerveau, de toutes
ses énergies nerveuses braquées vers la cible et domptées, à son
endurance nécessaire, à la qualité de sa flamme égale et
inextinguible, songez à ce qu’est pour lui le court sommeil occupé et
haché, pendant lequel s’opère la cristallisation de l’attaque, et se
précise le sens du «mouvement»… demandez-vous de quel béton, de quel
inentamable ciment armé doit être faite son idée et construite sa
résolution, sur quelle plate-forme doit reposer la pièce lourde d’une
confiance qu’il traîne partout avec lui, quelle que soit la route et
sans que jamais elle soit dételée et reste en arrière. Car il est tenu
de demeurer jusqu’au bout le ferme disciple de son plan, le croyant de
sa détermination, du concept auquel il s’est arrêté. Pour cela il faut
qu’il trouve, en plus, la force moins aisée de s’abstraire de tout ce
qui n’est pas son but… qu’il ne regarde rien des choses d’en dessous
et même d’à côté, qu’il se couvre d’une cuirasse d’indifférence, qu’il
se détourne et se détache de ce qu’il voit, de ce qu’il entend et qui
pourrait gêner la marche ou les évolutions du grand projet. Il sera
donc en apparence étranger aux émotions qui remplissent par instant de
tristesse et d’horreur les autres hommes, même les plus durs,…
insensible aux villes qui s’écroulent, aux cathédrales qui
s’embrasent, aux crimes, aux incendies, à tout ce qui révolte la vue,
broie le cœur et déconcerte la raison… ne suivant au delà de la
terrible nue que la rouge étoile inclinée déjà aux frontières de
l’avenir et piquée comme un petit drapeau dans la carte céleste de
demain.

C’est seulement en de pareilles conditions qu’il puisera, dans une âme
sereine et sublimée par le devoir, la pure et tranquille autorité de
dire à une certaine heure sans trembler, ces mots définitifs:
«Aujourd’hui se faire tuer sur place plutôt que de reculer. Le salut
de la France en dépend.»

Et le plus magnifique est qu’en s’exprimant avec cette exigence
redoutable il sait qu’on le croira parce qu’on le connaît, et que l’on
obéira, sans marchander, en le prenant au mot. Cette docilité sublime
et joyeuse des armées prouve la valeur du Chef qui a su l’obtenir et
qui sait la garder.

                                                 HENRI LAVEDAN.



AUTRE VISION DU FRONT DE BATAILLE

par PIERRE LOTI


Où donc cela se passait-il?… Une des particularités de cette guerre,
c’est que, malgré mon habitude des cartes, et malgré l’excellence
détaillée de celles que j’emporte en route, je ne sais jamais où je
suis… Enfin, cela se passait bien quelque part. Même je suis sûr,
hélas! que cela se passait en France. Et j’aurais tant préféré que
cela se passât en Allemagne, puisque c’était tout près et sous le feu
des lignes ennemies!

Depuis le matin, j’avais voyagé en auto, traversant je ne sais combien
de villes, grandes ou petites. Je me rappelle cette scène, dans un
village où j’avais fait halte, et qui n’avait certes jamais vu tant
d’autobus, tant de soldats, tant de chevaux. On y amenait une
cinquantaine de prisonniers allemands, pas rasés, pas tondus, bien
vilains; je ne dirai pas qu’ils avaient l’air sauvage, ce serait les
flatter, car la plupart des sauvages, les vrais dans la grande
brousse, ne manquent ni de distinction ni de grâce; non, l’air qu’ils
avaient, c’était l’air goujat, la laideur lourde, bête et incurable.
Une belle fille plutôt équivoque, avec des plumets sur la tête, qui
s’était postée pour les voir passer, les dévisageait avec une
déception mal dissimulée: «Alors, dit-elle, c’est ces cocos-là, que
leur sale kaiser nous propose, pour nous embellir la race?… Ah! ben
vrai!…» Et, pour donner plus de vigueur à sa phrase inachevée, elle
cracha par terre.

Ensuite, pendant une heure ou deux, des campagnes désertes, de grands
bois jaunis, des forêts effeuillées, qui, sous le ciel triste, n’en
finissaient plus. Il faisait froid, un de ces froids âpres,
pénétrants, que l’on ne connaît guère dans mon Sud-Ouest français, et
qui donnait l’impression des pays du Nord. De loin en loin, un
village, où les barbares avaient passé, nous montrait ses ruines
noircies par le feu; mais personne n’y habitait plus. Çà et là, au
bord du chemin, des petites sépultures gisaient, solitaires ou
groupées, tertres tout fraîchement remués, avec un peu de feuillage
jeté dessus, et une croix faite de deux bâtons: des soldats, dont
personne ne saurait plus le nom, étaient tombés là, épuisés, pour y
achever leur agonie sans secours… Nous les apercevions à peine, dans
notre course rapide, que nous accélérions de plus en plus, à cause de
la nuit, déjà hâtive en cette fin d’octobre. A mesure que s’avançait
la journée, un brouillard presque hivernal s’épaississait comme un
voile mortuaire. Un silence plus morne qu’ailleurs tombait sur toute
cette région, dont les barbares avaient été chassés, mais qui se
souvenait encore de tant de tueries, de fureurs, de hurlements et de
feu.

Au milieu d’une forêt, près d’un hameau qui n’avait plus que des pans
de murs calcinés, il y avait côte à côte deux de ces tombes, près
desquelles je m’arrêtai; c’est qu’une petite fille d’une douzaine
d’années, là toute seule, y arrangeait d’humides bouquets, quelques
pauvres chrysanthèmes de son jardinet dévasté, et puis des fleurs des
champs, scabieuses d’arrière-saison cueillies dans les funèbres
entours:

――Tu les connaissais, ma petite, ceux qui sont là couchés?

――Oh! non, monsieur. Mais je sais que c’étaient des Français… J’ai vu
quand on les a enterrés… Monsieur, c’étaient des jeunes, ils n’avaient
pas encore leurs moustaches tout à fait poussées.

Rien d’écrit, sur ces croix que l’hiver va coucher sur le sol et qui
seront bientôt émiettées dans l’herbe. Qui étaient-ils? Fils de
paysans, ou de bourgeois, ou de châtelains? Qui les pleure? Mère en
grands voiles de crêpe élégants, ou mère en modeste deuil de paysanne?
En tout cas, ceux et celles qui les aimaient achèveront de vivre sans
jamais savoir qu’ils se seront décomposés là, au bord d’une route
solitaire de l’extrême Nord,――ni que cette gentille petite, au logis
détruit, est venue leur offrir des fleurettes, un soir d’automne,
pendant qu’un grand froid descendait, avec la nuit, sur la forêt
enveloppante…

Plus loin, dans certain village où s’est établi le commandant d’une
armée, un officier monte avec moi pour me guider vers un point
déterminé de l’immense front de bataille.

Encore une heure de route, très vite, à travers des solitudes.
Cependant nous dépassons un de ces longs convois d’autobus, jadis
parisiens, qui depuis la guerre sont devenus des boucheries à
roulettes. Aux places où s’asseyaient bourgeois et bourgeoises, des
moitiés de bœufs se balancent, toutes saignantes, pendues à des crocs.
Si on ne savait qu’il y a des centaines de mille hommes à nourrir
là-bas dans les champs, on se demanderait pourquoi charroyer tout ça,
au milieu de ce désert où nous courons à toute vitesse.

Le jour baisse beaucoup, et on commence à entendre le grondement
continu d’un orage qui semble se déchaîner à fleur de terre. Or, ce
tonnerre-là, depuis des semaines, il gronde sans interruption sur
toute une ligne sinueuse qui va de l’Est à l’Ouest de la France, et où
chaque jour, hélas! s’amoncellent des morts.

Nous voici arrivés, dit l’officier qui me guide. Si je ne connaissais
déjà les aspects nouveaux que les Allemands ont donnés aux fronts de
bataille, je croirais, malgré la canonnade, qu’il se trompe, car, à
première vue, on n’aperçoit ni armée, ni soldats; nous sommes dans un
lieu sinistre, sur un vaste plateau où la terre grisâtre est pelée,
déchiquetée, avec çà et là des arbres plus ou moins brisés comme par
quelque cataclysme de foudre et de grêlons; aucun vestige humain, pas
même les ruines d’un village; rien qui précise telle ou telle époque
de l’histoire, ni même de la géologie. Et, comme on aperçoit au loin
d’immenses horizons de forêts, qui vont de tous côtés se perdre dans
les brumes presque noires du crépuscule, on pourrait aussi bien se
croire ramené aux périodes primitives du monde.

«Nous voici arrivés»――cela veut dire qu’il est temps de cacher notre
auto sous des arbres, pour ne pas lui attirer un arrosage d’obus et
risquer de faire tuer nos chauffeurs――car il y a, dans la forêt
embrumée d’en face, beaucoup de vilains yeux qui nous guettent, et de
merveilleuses jumelles qui leur font la vue aussi perçante que celle
des grands Rapaces. Donc, pour arriver sur la ligne de feu, notre
devoir est de continuer à pied.

Quel étrange sol! Il est criblé de ces trous que font les obus et qui
ressemblent à de gigantesques entonnoirs, et puis il est égratigné,
piqué, il est semé de balles pointues, de douilles de cuivre, de
débris de casques à pointe et d’autres saletés barbares. Mais cette
région qui semblait déserte, au contraire elle est très
peuplée!――Seulement c’est par des troglodytes sans doute, car les
habitations, disséminées sous bois et invisibles d’abord, sont des
espèces de cavernes, de taupinières, à demi recouvertes de branches et
de feuillages; jadis, à l’île de Pâques, j’avais vu de telles
architectures… Et, dans ce vaste décor de forêt sans âge, ces demeures
humaines complètent l’impression, que l’on avait déjà, d’un recul au
fond des temps.

En vérité, cela revenait de droit aux Prussiens, de nous faire
rétrograder ainsi. La guerre qui était autrefois une chose élégante,
où l’on paradait au soleil, avec de beaux uniformes et des musiques,
la guerre, ils l’ont rendue sournoise et laide, ils la font comme des
animaux fouisseurs. Et il nous a fallu les imiter, bien entendu.

Cependant, des têtes apparaissent çà et là, sortent des terriers pour
voir qui arrive. Et elles n’ont rien de préhistorique, non plus que les
képis qui les coiffent: figures de soldats de chez nous, l’air bien
portant et de belle humeur, l’air amusé de vivre là comme des lapins.
Un sergent s’avance, aussi terreux qu’une taupe qui n’aurait pas eu le
temps de faire sa toilette, mais il a une jolie expression jeune et
gaie.――«Prenez donc deux ou trois hommes avec vous, lui dis-je, pour
aller dévaliser mon auto qui est là-bas derrière ces arbres; vous y
trouverez un millier de paquets de cigarettes et des journaux à
images, que des Parisiens et des Parisiennes vous envoient, pour vous
aider à passer le temps dans les tranchées.»――Quel dommage que je ne
puisse pas rapporter, en remerciement aux aimables donateurs, tous les
sourires de satisfaction avec lesquels sont accueillis leurs cadeaux!

Un ou deux kilomètres encore à faire à pied, pour arriver à la ligne
de feu… Un vent glacé souffle des forêts d’en face, de plus en plus
noyées dans des brumes noires, des forêts hostiles où gronde ce
semblant d’orage. Il fait lugubre, au crépuscule, sur ce plateau des
pauvres taupinières, et j’admire qu’ils puissent être si gais, nos
chers soldats, au milieu de ces ambiances désolées.


     (_A suivre._)                               PIERRE LOTI.



SUR LE FRONT D’ALSACE ET DE LORRAINE

Le glacis de la défense française paraissait s’étendre de Belfort à
Longwy; Belfort, Epinal, Toul, Nancy, semblaient les points les plus
exposés qui devaient supporter dès le premier jour l’attaque de
l’adversaire. Or il est paradoxal, mais vrai, de dire que les camps
retranchés de Belfort, d’Epinal et de Toul n’ont pas encore reçu un
seul coup de canon, et que Nancy n’a été bombardé que pendant quelques
heures. Comment ces villes ont-elles été préservées de toute attaque
et quelle est la situation de ces départements, c’est ce qu’une
mission dans l’Est vient de me permettre d’observer.

                                .*.

Au mois d’août, l’offensive française se prononça vers Colmar en
Alsace et vers Sarrebourg en Lorraine, dans le même temps où elle
s’engageait en Belgique. Notre offensive fut arrêtée par le nombre et
par diverses circonstances à Mulhouse et à Morhange, en même temps
qu’à Charleroi. Mais, tandis que notre retraite au Nord laissa
pénétrer les Allemands jusqu’à la Marne, à l’Est ceux-ci furent
arrêtés devant Dannemarie et Thann en Alsace, devant la Moselle en
Lorraine. En Alsace nous n’avons jamais cessé de tenir le Sud du pays,
et ces tranchées au delà de Dannemarie et de Thann sont la meilleure
protection de Belfort dont elles constituent comme une défense mobile.

En Lorraine, l’attaque allemande fut des plus vives. Après la
malheureuse affaire de Sarrebourg, le 20 août, les Allemands se
croyaient tout permis; ils se promettaient de percer nos lignes par la
fameuse trouée de Neufchâteau, entre Epinal et Toul. Pour parvenir de
Lorraine à Neufchâteau, on doit franchir le Madon vers Mirecourt et la
Moselle vers Charmes.

Maîtres de Lunéville et de toute la région, les régiments allemands
s’avancent le 24 août, pleins de confiance, en rangs serrés, fifres en
tête; ils ont traversé la Meurthe grossie de la Mortagne et se
dirigent vers la Moselle. Mais, dans la nuit, les généraux de
Castelnau et Dubail ont réuni et transporté tout ce qu’ils ont pu
trouver d’artillerie sur les hauteurs de Bayon et de la côte d’Essey.
L’armée allemande, massacrée à bonne distance, est arrêtée net et
c’est ce que l’on appelle dans le pays la «Victoire de Bayon»; elle
est d’une importance capitale dans l’histoire de cette guerre, car,
si, après Sarrebourg, les Allemands étaient passés par la trouée de
Charmes-Mirecourt-Neufchâteau, c’était notre aile droite tournée et
les derrières de la grande armée du Nord-Est menacés.

Depuis le 24 août, une lutte sans trêve ne laisse pas avancer les
Allemands d’un pas et après le 6 septembre la victoire de la Marne
fait sentir son contrecoup en Lorraine: les Allemands évacuent les
territoires de Saint-Dié-Lunéville pour ne plus tenir au Sud de Nancy
que des parcelles infimes du sol français. La solidité de nos lignes
d’Alsace, la victoire de Bayon et l’admirable résistance du Grand
Couronné de Nancy ont protégé de toute atteinte nos cités de l’Est
sauvées par l’armée de Castelnau et de Dubail.

Après la victoire de la Marne, le combat est devenu quotidien sur
cette ligne Nancy-Dannemarie et aucun spectacle n’est plus grandiose
que celui de ces troupes qui depuis deux mois se battent chaque jour,
veillent chaque nuit auprès de leurs canons ou dans leurs tranchées et
restent pleines de bonne humeur et d’espérance, sans avoir le soutien
moral d’une offensive interdite. J’ai vu le calme de ceux qui se
battaient, calme aussi grand quand ils faisaient un mouvement au
combat de Seppois que quand ils se reposaient en arrière des
tranchées, à Nayemont-les-Fosses, et j’ai vu l’impatience de ceux qui
restaient, loin du combat, dans le tranquille séjour d’un Belfort ou
d’un Epinal.

Cette lutte tenace et héroïque a donc assuré la sécurité de notre sol
et celle de l’aile droite de notre grande armée; elle n’a pas été sans
de douloureux sacrifices.

La plaine d’Alsace et le plateau lorrain ont été à nouveau le témoin
de la lutte traditionnelle des deux civilisations et à leur surface on
suit les fastes de cette histoire d’hier: des tertres modestes ou
immenses jalonnent son sol; une baïonnette ou un képi, un drapeau ou
une grossière croix de bois arrêtent le regard du passant et la
charrue du paysan; les branches des arbres sont déchiquetées, les obus
ont creusé leurs «marmites» et, le long de la route, les tombes
portent des fleurs.

Entre deux combats, des cérémonies à la mémoire des morts sont
célébrées en plein champ. J’ai assisté à celle du dimanche 11 octobre,
entre Gerbeviller et Moyen, sur les hauteurs du plateau lorrain. La
veille, à Gerbeviller, au milieu des ruines de la petite ville, dans
sa maison seule épargnée, la sœur Julie, portée à l’ordre du jour de
l’armée pour son dévouement pendant les jours tragiques de la fin
d’août, avait invité M. Maurice Barrès, avec qui je voyageais, à venir
apporter un dernier adieu aux morts de Lorraine.

Les nuages pleins de pluie, la brume épaisse au milieu de laquelle
nous venions de faire le pèlerinage des villages brûlés se sont
dissipés; une atmosphère limpide et calme nous apporte les sonneries
funèbres des clochers qui se devinent vers l’Ouest; à l’Est, le son
sourd du canon retentit à intervalles réguliers; un soleil d’octobre
auréole l’autel improvisé, les drapeaux et la grande croix de bois au
pied de laquelle trois cents morts sont couchés sous le tertre allongé.

[Illustration:

  Sœur Julie.      M. G. Louis-Jaray.      M. Maurice Barrès.

Pendant la messe des morts, dite en plein champ par un prêtre-soldat,
près de Gerbeviller.

Au premier plan, la sœur Julie, qui protégea vaillamment nos blessés,
et qui a été citée à l’ordre du jour de l’armée.]


[Illustration: La cérémonie à la mémoire des morts célébrée le 11
octobre, près de Gerbeviller, dans un champ où reposent, sous un
tertre, trois cents de nos soldats.――_Phot. de M. G. Louis-Jaray._]

Sœurs de Gerbeviller, soldats du cantonnement voisin, paysans restés
vivants des villages incendiés, tous sont là autour du prêtre-soldat
qui dit la messe pour les morts, autour du missionnaire inconnu et de
M. Maurice Barrès qui disent les paroles d’espérance dont ces morts
sont le gage. Et, derrière l’autel, dans un pli du terrain,
Gerbeviller laisse voir la silhouette tragique de ses deux cents
maisons brûlées à la torche et de son clocher, à moitié abattu par les
boulets, qui ont dessiné, dans la tour de l’église, une sorte de
gigantesque croissant de pierre en place de la croix disparue.

                                .*.

On a dit jadis la grande pitié du royaume de France lors des guerres
de religion, puis les horreurs de la guerre de Trente Ans; mais rien
ne saurait dépasser les ruines de ces villages lorrains et c’est en
quelques jours qu’elles ont été accumulées par une horde barbare.
Partez de Saint-Dié, non loin des lignes ennemies; voici en arrivant
une belle villa qui domine la vallée, il n’en reste qu’une façade
branlante; les gens du pays affirment qu’elle a été brûlée à la main;
à Saint-Dié même deux quartiers ne sont plus qu’un amas de décombres.
Suivez la vallée de la Meurthe, tous les villages sont des victimes du
feu; Raon-l’Etape raconte les assassinats allemands, et les dix sœurs
de l’ambulance, qui soignent encore aujourd’hui les blessés ennemis,
nous disent les brutalités des occupants et leur fusillade dans la
brume; le maire nous conduit à l’église où tout a été systématiquement
pillé, détruit et enfin passé au feu. Le même spectacle de maisons
éventrées et brûlées se présente aux yeux à Saint-Michel, à
Nompatelize, à Baccarat et dans toute la vallée.

Traversez ensuite au milieu des tranchées allemandes le col de la
Chipotte ou Domptail et allez dans la vallée de la Mortagne, c’est la
même vision à Rambervillers, à Saint-Pierremont, à Gerbeviller,
partout.

Mais le triomphe de la Mort a été accompli à Nomény, au Nord de Nancy,
et à Gerbeviller.

[Illustration: En Alsace reconquise: la mairie de Dannemarie, sur
laquelle flotte maintenant le drapeau français.]

Devant ce gros village une section d’admirables alpins tiennent toute
la journée contre des forces énormes; le soir venant, ils ont accompli
leur mission et s’évanouissent dans la nuit vers les lignes
françaises; derrière eux, furieux de la résistance, entrent des brutes
déchaînées; pas une maison ne reste debout, sauf celle de la sœur
Julie; l’ordre est donné de mettre le feu à la torche et les torches
sont là comme témoignage; dans les maisons on jette des capsules
fusantes pour que l’incendie fasse bien son œuvre et on montre celles
que les Allemands ont laissées inemployées; avant le feu, officiers et
soldats organisent la rapine systématiquement; et, le soir, quand tout
est fini, ils reviennent pour vider les caves; entre temps, ils
assaillent la population et il faudrait un Mirbeau pour décrire le
«Jardin des Supplices» infligés aux hommes et aux femmes de ce
malheureux village. A l’ambulance, la sœur Julie s’interpose
courageusement entre les blessés qui agonisent et les officiers
pénétrant comme à l’assaut, tenant d’une main, me raconte la sœur, un
poignard et de l’autre un revolver. Ils découvrent ou déshabillent les
malheureux blessés, mais leurs poignards n’osent les achever devant
les sœurs.

[Illustration: M. Maurice Barrès au sommet du ballon d’Alsace: dans le
fond, une tranchée-abri française.]

[Illustration: Un document éloquent: sur une feuille de papier
officiel allemand de la justice de paix de Dannemarie, le dessinateur
alsacien Zislin, maintenant soldat français comme Hansi, a établi et
signé le reçu d’un lot d’effets de laine apporté à ses camarades par
MM. Maurice Barrès et Gabriel Louis-Jaray.]

Chaque village raconte une histoire tragique; certaines dépassent
l’imagination par le raffinement de cruauté qu’elles révèlent. A
Voivre, par exemple, les Allemands saisissent le curé, accusé
d’espionnage pour avoir chez lui une carte plantée de petits drapeaux
qui marquaient les lignes ennemies. Ils l’emmènent et lui annoncent
qu’ils vont le fusiller. Chemin faisant, une femme les voit et
intercède auprès du chef; on la saisit pour lui faire partager le sort
du curé; plus loin un vieil homme aperçoit le cortège et supplie qu’on
leur fasse grâce; on le prend à son tour et on les entraîne tous trois
hors du village en leur annonçant leur exécution. Le prêtre est placé
debout au milieu des deux vieillards à genoux et sur eux trois il
chante le _Libéra nos, Domine_; le peloton tire, mais a ordre de ne
viser que le prêtre; les deux autres sont épargnés; on a voulu
seulement leur donner une leçon d’humanité.

Il est à peine besoin d’insister sur la misère de ces populations
envahies. Il faut les empêcher de mourir de faim, de froid et leur
assurer un abri. De leurs maisons, de leurs vêtements, de leurs
récoltes, il ne reste rien. Plus tard, le gouvernement s’occupera de
les indemniser; aujourd’hui, il s’agit seulement de les faire vivre;
et il faut faire vivre aussi ceux qui ont quitté leur village pour les
parties non envahies du département et tous ceux qui, sur la
frontière, sont sans ressources parce que l’usine où ils travaillaient
a dû fermer ou parce que la terre dont ils se nourrissaient a été
razziée; même dans la vallée de la Moselle, qui de Nancy à sa source
est restée inviolée, l’approche de l’ennemi a causé des désastres; ce
ne sont pas seulement les arbres abattus pour permettre le feu de
notre artillerie; au gué de la Moselle, Charmes, si exposé, est
intact, et M. Barrès, plus heureux que M. Poincaré à Sampigny, que M.
Hanotaux à Pargnan, que M. Lavisse à Nouvion, plus heureux aussi que
son voisin le général Lyautey, a retrouvé sa maison debout: ses
boiseries du dix-huitième siècle, son fauteuil de sorcier et son bahut
lorrain, ses naïves peintures paysannes sur verre et ses vieilles
gravures, tout est à sa place, comme le cadran solaire qui marque
l’heure sur la façade de sa maison. Mais déjà dans le malheureux
jardin des arbres gisent à terre; toutefois les fleurs n’ont pas
souffert et le propriétaire peut en prendre une gerbe pour les porter
à l’un de ceux qui ont défendu les approches de Charmes, au colonel
Marchand, blessé à la tête de la brigade coloniale qu’il commandait.

[Illustration: La maison de M. Maurice Barrès, à Charmes, restée
intacte.]

Les arbres jetés bas sont le moindre malheur. Mais, en plusieurs
endroits, la récolte n’a pu être levée, faute de bras, la population
mâle de 16 ans à 60 ans étant occupée aux travaux de terrassements
militaires; bientôt, faute d’hommes et de chevaux, le labourage et
l’ensemencement ne pourront peut-être se faire et ce sera une nouvelle
ère de misère.

Dans la partie de l’Alsace occupée par nos troupes, le flux et le
reflux des armées ont causé un universel malheur et la souffrance
qu’endurent ces paysans d’Alsace est inexprimable. Sachons leur
montrer que le premier geste de la «Douce France» qui vient à eux est
un geste de secours et de compassion. Apportons-leur la vie et non la
mort.

Aussi tous ceux qui n’ont pas subi l’invasion doivent-ils, dans un
élan fraternel, venir à l’aide de ces malheureux qui ont souffert pour
chacun de nous; c’est pour tous les Français un devoir de charité
nationale, c’est pour tous les amis de la France la plus belle des
œuvres que le secours aux victimes innocentes des barbares[1].

                                                 GABRIEL LOUIS-JARAY.


     [1] Nous nous permettons d’indiquer à nos lecteurs que cette
     œuvre est organisée dans le grand Comité de Secours
     National, par la commission des départements envahis, dont
     le siège est 21, rue Cassette, à Paris.

[Illustration: La maison du général Lyautey, à Crévic, sur laquelle
les Allemands se sont acharnés, et qu’ils ont incendiée après l’avoir
pillée.]

[Illustration: PROMOTION SUR LE FRONT.――Un héros de Roye est fait
sous-lieutenant.

                      _Dessin de G. SCOTT_]

On voudrait pouvoir désigner ce brave par son nom. Mais le confrère
anglais qui nous raconta son odyssée a négligé sans doute de s’en
informer. Et puis, dans cette guerre où l’héroïsme se manifeste à
chaque pas et à chaque heure, que de faits mémorables demeurent
anonymes!

C’est à Roye que celui-ci s’est distingué. Il était adjudant et
commandait à trente-deux hommes: la moitié de ce qui demeurait de sa
compagnie. Il fut chargé, comme on voulait reprendre Roye, de défendre
un poste qu’on lui assigna, en lui donnant pour consigne de tenir bon.
Et, se retranchant, il tint jusqu’au bout, en effet. Comme, à la nuit
tombante, le gros de la force avec laquelle il coopérait s’était
replié, ne voulant pas s’exposer à une surprise de nuit dans la ville,
lui, n’ayant reçu aucun ordre, demeura là, avec ses trente-deux
hommes. L’ennemi s’avança en nombre de la ville qu’il avait réoccupée.
A 50 mètres seulement, l’adjudant reconnut les Allemands: il les
accueillit de tout son feu. Ils ne marchandèrent pas sur la riposte:
ce fut une véritable pluie de fer. Cette poignée d’hommes résista,
continua de tirer. La fusillade probablement rappela nos troupes et
enfin l’adjudant put dégager son monde, le ramener vers une carrière,
puis, sous bois, jusqu’au quartier général.

«Nous n’étions plus que vingt, racontait le chef de cette poignée de
héros. Je ne sais ce que sont devenus les autres, mais nous avions
tenu notre position contre plusieurs milliers d’ennemis assez
longtemps pour permettre à nos troupes de revenir et de les repousser
au delà de Roye. Le colonel passa mes dix-neuf soldats et moi en revue
le lendemain matin; il nous dit que nous avions fait une belle chose;
il m’embrassa et me fit sous-lieutenant sur-le-champ.»

Après quoi on donna au nouvel officier, pour fêter son galon, quelques
jours de repos. C’était la seule récompense qu’il n’eût pas
ambitionnée. Les heures d’inactivité lui parurent longues et, comme un
prisonnier aspire à la liberté, il n’avait qu’un rêve: retourner au
feu, et recommencer.

[Illustration:

  Prêtres catholiques.      Un pasteur.      Un rabbin.

AUMONIERS MILITAIRES.――Un premier et heureux résultat de la guerre
actuellement déchaînée a été de mettre immédiatement un terme aux
divisions, aux querelles confessionnelles; avec un zèle égal, les
ministres des diverses religions se sont empressés vers le devoir, et
ceux que la mobilisation n’appelait pas sous les drapeaux ont
multiplié les démarches pour être admis aux armées soit comme
aumôniers, soit comme ambulanciers; la photographie ci-dessus est le
témoignage parlant de cette union à l’ombre du drapeau.]

[Illustration: L’Impératrice Eugénie

UNE ÉVOCATION DE LA PRÉCÉDENTE GUERRE FRANCO-ALLEMANDE

Quarante-quatre ans après les revers qui amenèrent sa déchéance, celle
qui fut l’impératrice des Français soigne, en Angleterre, ceux qui
viennent de verser leur sang pour la France.]

[Illustration:

Farnborough-Hill, la résidence de l’impératrice Eugénie, transformée
en hôpital pour les blessés de l’armée britannique.]

[Illustration: UNE ÉMOUVANTE CÉRÉMONIE A MONTPELLIER.――La présentation
aux troupes d’un drapeau revenant du feu.]

Des diverses cérémonies consacrées par les rites militaires pour
honorer le drapeau, il n’en est sans doute point de plus émouvante, en
dehors du champ de bataille, que celle qui réunissait ces jours
derniers la garnison de Montpellier devant l’étendard du 81ᵉ de
ligne. Déchiré par les balles, la hampe brisée, le glorieux emblème a
dû être renvoyé au dépôt du régiment. Deux officiers successivement
préposés à sa garde, les sous-lieutenants Servent et Dejeanne, sont
tombés sur le champ de bataille; d’autres officiers, blessés à ses
côtés, ont soutenu ses débris devant les troupes auxquelles le
commandant Delattre a rappelé le serment fait par le colonel, le 5
août dernier, au nom du régiment, de défendre le drapeau jusqu’au
dernier sacrifice. Tous, vétérans ou jeunes recrues, renouvelèrent
dans le fond de leur cœur le serment si bien tenu. La parade achevée,
on vit un vieillard sortir des rangs, s’avancer près de l’étendard et
poser ses lèvres sur la soie ternie; c’était le père du porte-drapeau
Servent.

[Illustration: UN DRAPEAU QUI FUT BIEN DÉFENDU.――C’est celui du 81ᵉ
d’infanterie: la hampe est brisée, l’étoffe est déchirée, le
porte-drapeau a été tué à l’ennemi.――_Phot. H. Manuel._]

[Illustration:

  _Dessin de GEORGES SCOTT._                    NOTRE 75 EN ACTION

_Voici, au fort de l’action, une de ces batteries de notre 75, dont on
ne cesse de vanter la puissance et la précision. C’est l’instant où le
coup de la pièce la plus proche de nous vient de partir: la réaction a
fait reculer la bouche à feu sur les glissières de l’affût, sans
l’ébranler, grâce à ce frein incomparable, au mécanisme ingénieux, qui
est l’un des avantages primordiaux de notre artillerie et qui fait que
le canon demeure pointé une fois pour toutes quand le tir a été réglé.
Pas de grosses volutes de fumée: seulement une blanche vapeur, vite
dissipée, qui se résout en légers flocons emportés par le vent,――si
bien qu’il est fort difficile, pour l’ennemi, sinon presque
impossible, de repérer de loin les positions des batteries._]

[Illustration: Les officiers d’un bataillon de Sénégalais devant leur
résidence d’automne en Champagne.

LA VIE DANS LES TRANCHÉES]

[Illustration: Où l’on vit et où l’on meurt pour la France: tout près
de leurs tranchées, nos soldats ont enterré ceux qui ont trouvé la
mort.]

[Illustration: Tirailleurs sénégalais attendant mélancoliquement dans
leurs abris, que sonne la charge.

LES LONGUES HEURES DE LA GUERRE DE TRANCHÉES]

[Illustration: La façade principale et le beffroi de l’Hôtel de Ville,
après le bombardement et l’incendie.――_Phot. Ed. Ruff._]

[Illustration: Mgr Lobbedey, évêque d’Arras, avec M. le vicaire
général Rambure, visite les ruines.]

[Illustration: L’Hôtel de Ville, vu d’une des maisons écroulées de la
rue Vinocq.

DANS LES RUINES D’ARRAS]

[Illustration: APRÈS LE CRIME DE REIMS, LE CRIME D’ARRAS.――L’Hôtel de
Ville de la vieille capitale de l’Artois, incendié par les Allemands.

_Dessin de P. Leven et Lemonier._]

[Illustration: La Grande Place d’Arras.]



ARRAS EN FLAMMES

(LETTRE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL.)


                                      Arras, le 16 octobre 1914.

Qu’elle était charmante, cette Petite Place! c’était la plus jolie
parce qu’elle avait la parure de l’Hôtel de Ville et j’ai encore toute
fraîche à la mémoire la joie qu’elle m’a causée, ce soir d’octobre, il
y a exactement quatorze ans, quand je l’ai découverte.

Je venais d’être nommé à un nouveau poste de fonctionnaire et
j’arrivais dans ce pays sombre, à la terre noire, aux lourdes brumes
qui, en automne, se lèvent avec le soleil, feutrent la ville et les
champs, puis s’abaissent, dès le crépuscule, pour noyer les toits, les
murs, les arbres jusqu’à l’heure où sonne l’_Angelus_. Alors, comme si
elles obéissaient à un mot d’ordre, les brumes se condensent, se
déposent et c’est aussitôt un égouttement d’une infinie mélancolie qui
nous environne. Il n’y a qu’ici où j’aie goûté cette sorte de
tristesse, si absolue qu’elle vous fait regagner un peu plus vite
votre foyer, mais si douce qu’elle ne vous écrase pas.

Oui, je me souviens de ce soir d’octobre où j’ai découvert les places
d’Arras! C’est sous la lune que j’ai connu leur alignement de
colonnes, leur dentelle de pignons, et l’Hôtel de Ville, et le
beffroi.

Je les ai tout de suite aimées; mais je les aimais comme on aime les
choses qui vous séduisent sans vous impressionner, parce qu’elles sont
tout près de vous, parce qu’elles vous accueillent dès vos premiers
pas et vous parlent sans façon, parce qu’il n’est question, entre
elles et vous, que du plaisir de se trouver ensemble, parce qu’elles
sont reposantes, parce qu’elles sont bourgeoises, parce qu’elles ne
vous dominent pas, parce que leur éternité n’a rien de solennel.

Oui, je les aimais bien, les places d’Arras! Je me reproche de ne pas
les avoir vénérées. Nous n’avions pas d’ensemble plus complet et je
n’en connaissais pas de plus intime. Il n’y avait pas de maisons qui
fussent trop belles, pas une qui eût assez de richesses pour nous
arracher de la contemplation générale,――néanmoins chacune avait sa
physionomie. L’écrin qu’elles formaient n’était pas somptueux comme
celui de Venise, pas opulent comme celui de Bruxelles, pas cossu comme
celui de Bruges: le pays se définissait là. Les façades n’étaient pas
surchargées de sculptures. Un ou deux motifs au-dessus des
arceaux――pour l’enseigne――une couronne ou une guirlande pour entourer
la lucarne, une fine moulure pour les frontons, c’était tout. Du
moins, chaque unité avait accepté le pignon, la lucarne, les volutes
et ces colonnes de grès qui cheminaient de l’Hôtel de Ville à la
Grande Place et revenaient, par la rue des Balances, à la Petite
Place. C’était un long voyage devant les boutiques, devant les
ouvertures des caves, au-dessous des enseignes: _Au Mouton blanc_, _Au
Grenadier français_, _A la Barre d’or_, _Aux Trois Coquelets_, _A la
Herse_, _Au Bouquet_, _Aux Neuf Fillettes_, _Au Grand Homme_… Tout
cela parlait à l’esprit.

Enfin, il y avait l’Hôtel de Ville! c’était le maître de ce royaume.
Il avait une admirable face gothique et un habit renaissance d’une
richesse et d’une fantaisie qui n’avaient pas d’égales dans les
Flandres.

Arrêtons-nous là: il n’existe plus…

Il n’existe plus et l’on n’a même pas le droit de souhaiter qu’on en
conserve les ruines: les siennes ne sont pas belles. Je les ai devant
moi, rouges, blêmes, grises, noires, blanches, écornées, labourées ou
trouées par les obus, faites de pierres et de briques rongées par le
feu et qui tombent en poussière dès qu’on y porte la main. C’est un
visage de lépreux qui a remplacé l’adorable visage que nous avons
connu.

Pour effacer ce soufflet, pour essuyer cette souillure, il faudra
reconstruire, mais avec un tel respect du passé, avec une telle
ferveur que la fantaisie nouvelle n’y aura pas accès. Et il faudra,
aussi, refaire les places telles qu’elles étaient il y a quinze jours,
telles qu’elles étaient encore le 6 octobre à 8 heures ½. Jusque-là,
il ne s’était pas trouvé un criminel pour porter la main sur elles.
Maintenant, l’acte est accompli: la Grande Place est endommagée, la
Petite Place est en partie détruite!

Les infamies de Louvain, de Senlis, de Reims, se sont renouvelées ici
et avec une telle précision, avec un tel entêtement, avec une telle
abominable intelligence dans la destruction imbécile qu’il faut
trembler pour tous les trésors d’art qui sont à la portée de cette
horde. Il faut trembler pour Lille, pour Gand, pour Bruges; il faut
trembler pour les précieux témoins de notre génie humain que menacent
des êtres à face humaine.

                                .*.

Tous les témoins que j’ai interrogés sur le bombardement s’accordent à
dire que la matinée du 6 octobre était une matinée de veille de
catastrophe.

La couche de nuages était si épaisse et si uniforme qu’on y voyait à
peine à 8 heures, mais il n’y avait pas de brume. Les magasins étaient
fermés; la ville, plus d’à moitié évacuée, semblait ne pas parvenir à
secouer son sommeil. Les portes des maisons particulières ne
s’ouvraient pas quand on frappait; les orifices des caves étaient
aveuglés avec des sacs de terre, des pierres ou des plaques de fonte;
et, malgré tout, malgré les affiches qui énonçaient les précautions à
prendre contre les obus, il y avait encore des gens qui ne pouvaient
croire qu’on tirerait sur leur cité. La garnison était, en grande
partie, hors des murs: pourquoi aurait-on redouté de voir anéantir la
ville? De plus, notre artillerie ne tirait pas.

Or, un peu après 8 heures ½, soudain le premier obus tomba aux
environs de la gare et tua un enfant; on portait le corps du pauvre
petit dans un café voisin quand le second projectile ronfla; celui-ci
frappa une épicerie de la place du Théâtre.

Hôtel de l’Univers, un lieutenant qui se trouvait au pied de
l’escalier prononça sans émoi, à l’instant où se produisit un fracas
épouvantable au premier étage:

――Bast! Il ne faut pas vingt-quatre heures pour s’habituer à cette
musique.

Cet obus-là était tombé dans la chambre même que l’officier venait de
quitter!

A partir de ce moment, la canonnade ne cessa plus.

Des caves où ils étaient descendus, les habitants ne se rendaient pas
compte de la direction du tir et des dégâts qu’il causait à la ville;
mais, le soir, les hommes qui se risquèrent à remonter apprirent que
le quartier de l’Hôtel de Ville était à peu près anéanti et que
l’Hôtel de Ville lui-même était touché.

Pendant la nuit, le bombardement se ralentit et, à l’aube, les
Artésiens, déjà, croyaient être au bout de leurs angoisses quand ils
entendirent la parole nette et impérative de notre 75. Au bout d’une
heure, ils perçurent un bruit qu’ils ne connaissaient pas encore:
c’était bien un ronflement d’obus, seulement la vibration était moins
vive, plus molle, plus indécise, et l’éclatement était celui d’une
poche de liquide qui crève. Plus notre 75 parlait, plus ces nouveaux
obus tombaient sur la ville.

C’étaient les bombes incendiaires que les Allemands――dépités de ne pas
repérer nos positions――envoyaient sur la malheureuse cité.

Ce jour-là, le soleil se coucha sans qu’on pût s’en douter: le coin
Sud de la Petite Place, la rue Saint-Géry, les rues voisines, le
quartier de la gare, le coin Nord de la Grande Place et différents
points de l’agglomération étaient en flammes.

Dominant le brasier, le beffroi apparaissait comme une formidable
torche; à ses pieds, l’Hôtel de Ville flambait…

                                                 GASTON CHÉRAU.


_Nous publierons la semaine prochaine la suite de la lettre de M.
Gaston Chérau._

[Illustrations:

                       Avant.         Après.

Façade gothique de l’Hôtel de Ville sur la Petite Place d’Arras, avant
et après l’incendie.]

[Illustration:

  Le sergent-aviateur Frantz.    Le soldat-mécanicien Quenault.
                        _Phot. M. B._
  LES VAINQUEURS D’UN COMBAT AÉRIEN]

Il faut lire les longues listes de décorations ou de citations à
l’ordre du jour pour connaître quelques-uns des exploits de nos
aviateurs. Sur ces prouesses, comme sur beaucoup d’autres,
l’état-major se montre sobre de détails; les soldats du front
eux-mêmes, souvent, les ignorent. Car s’ils voient aisément les taubes
tournoyer au-dessus d’eux, il leur est moins facile d’apercevoir les
avions français qui se perdent dans les nuages pour aller repérer les
positions de l’adversaire. D’une audace superbe, prêts à s’envoler à
toute heure et par tous les temps, c’est surtout comme agents de
reconnaissance que les héros de l’air rendent à l’armée des services
incomparables. Mais il leur arrive aussi de donner la chasse aux
avions ennemis et, plus d’une fois déjà, nos troupes ont pu, du fond
de leurs tranchées, contempler cet épisode fantastique de la guerre
moderne: un combat aérien. Le plus émotionnant peut-être, celui sur
lequel nous possédons le plus de détails, s’est déroulé le 5 octobre,
à Jonchery, près de Reims. Un biplan du type _Aviatik_, après avoir
inspecté nos lignes, se préparait à regagner le camp allemand.
Soudain, le sergent Frantz, avec le soldat Quenault, son mécanicien,
s’envole à la poursuite de l’ennemi, sur un appareil armé d’une
mitrailleuse. A une grande hauteur, les Français attaquent de flanc
l’avion, que montaient deux Allemands. Une balle atteint le pilote à
la gorge, une autre provoque l’explosion du moteur et l’appareil en
flammes s’abat dans nos lignes. Le sergent Frantz, qui avait reçu
précédemment la médaille militaire, a été nommé chevalier de la Légion
d’honneur; la médaille militaire a récompensé son compagnon, le soldat
Quenault. Ajoutons que les exploits des aviateurs anglais ne le cèdent
en rien à ceux de leurs camarades français: presque en même temps que
le sergent Frantz, le lieutenant Dawes, du corps d’aviation
britannique, était lui-même décoré de la Légion d’honneur. C’est le
second aviateur anglais qui reçoit cette distinction depuis le début
de la guerre.

[Illustration: Les foyers détruits.

Effroyable et singulier écroulement d’une maison d’angle en briques
atteinte par un obus.]

[Illustration: Les enfants dans la rue.

Famille de réfugiés de la banlieue d’Anvers, qui ont emporté leurs
plus jeunes enfants dans une brouette.]

[Illustration: Le grand exode de la population d’Anvers avant l’entrée
des troupes allemandes: la foule se pressant sur le quai de l’Escaut
afin de prendre les derniers bateaux pour la Hollande, l’Angleterre ou
la France.

L’HÉROÏQUE ET INFORTUNÉ PEUPLE BELGE]

[Illustration: Les Monténégrins couvrent de fleurs, à Rieka, le 24
septembre, les pièces de siège françaises de 155 qui vont armer le
mont Lovcen.

Les canons débarqués à Antivari par notre escadre ont été transportés
par chemin de fer jusqu’au lac de Scutari, puis chargés sur des
chariots qui ont gravi les pentes du mont Lovcen pour bombarder de là
Cattaro et les cuirassés autrichiens qui s’y abritent.――_Phot. A.
Jovitchevitch._]

[Illustration: Arrivée à Rieka (Montenegro), du détachement français
de Scutari d’Albanie.]

[Illustration: Carte des bouches et du golfe de Cattaro que bloquent
plusieurs unités navales françaises et britanniques.

L’ACTION DE LA FRANCE CONTRE L’AUTRICHE DANS L’ADRIATIQUE]



LA DOUZIÈME SEMAINE DE GUERRE


Voici donc la guerre portée jusqu’au littoral de la mer du Nord, où
les lignes alliées se prolongent sur les flots par une escadre
anglaise qui a participé à la bataille en ouvrant le feu sur l’ennemi
parvenu à Nieuport. De ce côté, les trois alliés: Anglais, Belges,
Français, font face, avec succès, à une de ces ruées en masse qui
semblent le fond de la tactique allemande. C’est par là qu’il faut
commencer le récit des faits de la semaine.


EN BELGIQUE

L’armée belge, malgré la hâte avec laquelle un corps allemand
franchissant l’Escaut cherchait à l’obliger à se réfugier en Hollande,
échappait au danger, contenait un moment l’ennemi aux abords de Gand
et parvenait dans la région de la Flandre occidentale traversée par le
petit fleuve Yser. Les Allemands précipitaient leur marche; dès le 14,
ils arrivaient dans les régions de Bruges et de Thielt, se dirigeant
vers Ostende. Notre armée, appuyée par les Anglais, ayant déjà déblayé
tout le pays sur la rive gauche de la Lys, se portait à leur
rencontre. Nos avant-gardes atteignaient bientôt l’Yperlé ou canal
d’Ypres qui relie la ville d’Ypres à l’Yser: leur gauche s’étendait
jusqu’à la mer.

Le 16, le contact était pris: notre brigade de fusiliers marins,
attaquée sur le canal, repoussait l’ennemi, cependant bien plus
nombreux. A ce moment, les Allemands avaient atteint Ostende et
prolongé leurs lignes jusqu’à Menin par Thourout.

Le 17, ils attaquaient les Belges concentrés derrière l’Yser; là
encore ils échouaient. Le lendemain, portant sans doute leur effort
plus à l’Est, ils se contentaient d’une violente canonnade qui se
poursuivait depuis Nieuport, où intervenait l’escadre anglaise,
jusqu’auprès de Dixmude. Le même jour, les alliés prenaient
vigoureusement l’offensive et se portaient vers la ville de Roulers,
sur le chemin de fer de Lille à Ostende, à 20 kilomètres d’Ypres.
L’armée belge prenait une part prépondérante à ce combat. Les
Allemands, ayant reçu des forces nouvelles, continuent à menacer la
ligne de l’Yser. D’Ypres à Nieuport, l’action se poursuit très
violente. Le 21, elle s’est étendue au Sud d’Ypres jusqu’à la Lys,
autour de la ville franco-belge de Warneton.


DANS LE NORD

Pendant ce temps, la bataille se poursuivait entre les collines de
l’Artois, la Lys et les abords de Lille où, l’on s’en souvient, les
Allemands étaient parvenus, forts d’un corps d’armée.

Notre cavalerie, appuyée par les colonnes d’infanterie, avait
complètement balayé la région au Nord de la Lys; Hazebrouck et
Bailleul étaient dégagés; vers le 13, nos troupes, poursuivant ce
premier succès, refoulaient les Allemands de l’autre côté de la Lys;
le 16, on apprenait que presque tous les points de passage étaient à
nous; nous occupions la ville industrielle d’Estaires, où aboutissent
les routes vers la Flandre maritime française et la Flandre belge. Dès
que la rivière put être traversée, nos avant-gardes prenaient
possession du village de Laventie, dans une région marécageuse appelée
le Pays Bas, puis, descendant la rive droite de la Lys, atteignaient
Fleurbaix et les faubourgs d’Armentières. La ville elle-même était
réoccupée par nous: la nouvelle en parvenait le 18. Pendant ce temps,
d’autres colonnes se dirigeaient vers la Bassée et Lille et
atteignaient Fromelles, Illies, Givenchy.

Le 19, les communiqués du quartier général jusqu’alors très sobres,
révélaient que, depuis dix jours, une des plus violentes batailles de
la campagne se livrait, de la Bassée aux abords d’Arras, dans la vaste
région houillière qui a pour centre la ville de Lens, illustrée par la
victoire du grand Condé. La lutte prenait un caractère extrêmement
pénible et sanglant, l’ennemi ayant fait des nombreuses et vastes
agglomérations ouvrières autant de forteresses, qu’il faut enlever
maison par maison. Ainsi, la gracieuse ville de la Bassée est devenue
un enfer; ainsi, au Sud-Ouest de Lens, aux sources de la Deule, le
village d’Ablain-Saint-Nazaire fut le théâtre d’un ardent combat de
rues. Tout le pays noir, comme on dit là-bas, est couvert de
mitraille. Notre artillerie a de nouveau accompli son œuvre sanglante:
une batterie, à elle seule, a détruit quinze mitrailleuses dont deux
blindées.

[Illustration: Le théâtre des opérations militaires dans le Nord.

_Voir, pour l’ensemble, la carte imprimée sur la couverture, face à la
première page._]

Et la lutte dure toujours: le 20, on la disait très violente en avant
de Lille où l’ennemi résistait, aux abords d’Armentières, à Fournes,
village situé à 10 kilomètres à peine de Lille, et enfin à la Bassée.
Mais nulle part les Allemands ne réussissaient dans leurs attaques ou
leurs répliques.

D’autres combats, peut-être des batailles, avaient lieu entre Arras et
Lens depuis le 13. Aucun renseignement n’a été fourni sur cette partie
des opérations. Les communiqués se bornaient à annoncer chaque jour un
progrès.


DE LA SOMME A L’ARGONNE

Sur ce front, très étendu, nous manquons également de précisions; le
15, une violente canonnade était signalée depuis l’Oise jusqu’à la
Somme; peut-être masquait-elle l’affaiblissement des lignes de
l’ennemi par suite de l’envoi de renforts dans le Nord. Le 18――nous
donnons ces dates d’une façon un peu approximative, les communiqués
précisant rarement――le 18 une violente contre-attaque avait lieu
contre nos positions autour de Chaulnes à mi-chemin de Roye et de
Péronne, région où, si longtemps, la lutte fut effroyable, et d’où les
Allemands se sont partiellement retirés, en laissant des milliers de
leurs morts non ensevelis.

Entre Albert et Péronne, à 6 kilomètres de la première de ces villes,
près du village de Mametz, une attaque violente a été dirigée, le 19
sans doute, contre nos lignes; l’ennemi n’a pas davantage réussi.

Des bords de l’Aisne et du Soissonnais, aucune nouvelle n’a été
donnée; par contre, des informations successives ont fait supposer
l’abandon progressif par les Allemands des environs de Reims; chaque
jour une nouvelle avance de nos troupes a été signalée dans ce qu’on
appelait la région de Berry-au-Bac, c’est-à-dire le point où l’Aisne,
abandonnant la plaine champenoise, pénètre dans les collines du
Soissonnais. Malgré le peu de précision des renseignements, on peut
supposer que nous dépassons la base du plateau de Craonne. De même au
Sud-Est de Reims, où, peu à peu, nous commençons l’enveloppement des
hauteurs de Nogent-l’Abbesse, d’où l’artillerie allemande bombarda la
ville et la cathédrale. Mais, depuis le 15, les communiqués sont muets
sur cette partie du front. De même aux abords de l’Argonne où on
annonça cependant l’avance de nos lignes au delà de Souain.

Sur la forêt d Argonne, silence moins absolu; vers le 16, on apprenait
que les Allemands avaient attaqué les positions que nous occupons au
Sud de Montfaucon, à Malancourt. Cette attaque avait été repoussée. Le
19, l’ennemi portait son effort, non moins infructueux, au Sud-Est de
Varennes, contre le village de Vauquois.


MEUSE ET WOEVRE

La bataille n’a presque pas fait trêve sur les bords du fleuve, sur
les Côtes de Meuse et dans la plaine de Woëvre, mais il n’en est venu
que des échos affaiblis; il est même difficile de comprendre ce qui se
passe là-bas. Une force allemande considérable semble à demi investie
entre le fleuve et la plaine, dans la région de grands bois creusée de
vallons qui entourent Saint-Mihiel. L’ennemi fait effort pour en
déboucher par la route de Metz qui descend au flanc des Côtes sur
Apremont. Toutes les tentatives pour s’emparer de ce village ont été
infructueuses; le 15 et le 17, on annonçait, au contraire, que nous
avancions dans la région de Saint-Mihiel. Le 20, une dépêche un peu
plus précise faisait connaître que nous avions pénétré dans la grande
boucle de la Meuse qui précède la ville de Saint-Mihiel et que ferme
le cône tronqué du camp des Romains. Les Allemands tentèrent en vain
de nous chasser de la presqu’île, ils durent se replier; nous serions
donc à faible distance de Saint-Mihiel, 3 kilomètres au plus.

Dans la Woëvre, les indications ne sont pas moins imprécises; le 13,
nous avions atteint le Sud de la route de Verdun à Metz, mais rien
n’indiquait le point de départ de nos colonnes; le 15, nouveaux
progrès dans les mêmes parages. Ensuite on nous disait que nous étions
à hauteur de Marchéville-en-Woëvre. Le 20, c’était la nouvelle d’une
attaque ennemie contre Champlon, village situé à l’Ouest de
Marchéville, au pied des Côtes. De nouveau l’ennemi fut repoussé.


DANS LES VOSGES

Il y eut recrudescence d’activité de la part des Allemands au Nord de
Saint-Dié, mais tous leurs efforts ont été vains; ils ont été refoulés
vers le point d’où ils étaient venus, sans doute le col de Saales.

Au Sud, depuis le col du Bonhomme, jusqu’aux abords de Belfort, c’est
nous qui marquons l’offensive, après avoir fortement occupé les cols
et les crêtes de la grande chaîne; nos troupes, ayant réoccupé la
vallée de la Thur et Thann, descendent peu à peu dans les vallées qui
ouvrent sur la plaine d’Alsace, surtout vers celles qui conduisent à
Colmar; c’est ainsi que la vallée de la Weiss et celle de Munster sont
en partie occupées par nous. Les journaux suisses signalent des
combats quotidiens dans le Sundgau, région comprise entre leur pays et
Mulhouse, mais aucun communiqué n’y a fait allusion.


NOS ALLIÉS RUSSES ET LES AUSTRO-ALLEMANDS

A l’extrême Nord, les Allemands résistent toujours à leur frontière,
sur le chemin de fer de Pétrograd; dans la région lacustre de la
Mazurie, ils défendent pas à pas les passages entre les lacs, mais
sont refoulés par l’armée russe qui a pris Lyck.

En Pologne, les Allemands s’étaient portés avec une extrême rapidité
dans la direction de Varsovie et d’Ivangorod, dans l’espoir d’enlever
ces deux forteresses par une attaque brusquée et de franchir le
fleuve.

Les Russes ne se sont pas opposés à la marche de l’ennemi; ils
attendaient celui-ci aux abords du grand cours d’eau. Ils ont répondu
à l’attaque par une vigoureuse contre-offensive. Dès le 13, les
attaques contre les deux villes ont été victorieusement repoussées;
les Austro-Allemands éprouvèrent des pertes terribles. Depuis lors,
ayant subi sous Varsovie et dans la région de la Piliza――voir la carte
de _L’Illustration_ du 17 octobre――de graves échecs, ils battent en
retraite, à travers un pays hostile, abandonnant convois et canons,
laissant des fuyards dans tous les bois.

La lutte se poursuit en amont de la Vistule jusqu’au confluent du San,
rivière que les Autrichiens reformés tentent en vain de franchir, dans
l’espoir qu’un succès aiderait à la levée du siège de Przemysl, mais
ils n’ont pu arrêter les progrès des Russes devant cette grande place
dont les forts tombent un à un.

                                                 ARDOUIN-DUMAZET.



AU LECTEUR:

L’orthographe et la ponctuation sont conformes à l’original. On a
cependant résolu les abréviations par signes conventionnels, et
introduit accents et apostrophes selon l’usage habituel. On a corrigé
dans le texte français environ 12 cas de lettres manquantes, y aussi
compris les trois corrections suivantes:

  s’épaisissait à s’épaississait …hivernal s’épaisissait…
  éprouvèvrent à éprouvèrent …Austro-Allemands éprouvèrent des pertes…
  sant à sans …venus, sans doute le col de Saales…





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3738, 24 October 1914" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home