Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Essais de Montaigne, Volume IV - (Self-édition)
Author: Montaigne, Michel de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Essais de Montaigne, Volume IV - (Self-édition)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made


    Au lecteur.

    Cette version électronique reproduit dans son intégralité
    la version originale.

    L’orthographe a été conservée. Seuls quelques mots ont été
    modifiés. La liste des modifications se trouve à la fin du texte.
    Cependant dans l’original l’orthographe des mots et des textes
    cités est parfois modernisée. Nous nous sommes efforcés de rétablir
    l’orthographe originale des mots et des textes cités.

    La ponctuation n’a pas été modifiée hormis quelques corrections
    mineures.

    Les mots en gras dans l’original sont entourés par des =. Les mots
    en italiques gras sont entourés par des +.

    Les parties de texte entre crochets et tirets [-...-] sont biffées
    dans l’original.

    Pour les abréviations courantes, les lettres en exposant sont
    indiquées comme Mme, Mlle, Me, St. Dans d’autres cas comme pour
    l’abréviation de «Général», elles sont indiquées comme G{al}.

    La Table des matières a été amplifiée et des repères ont été
    ajoutés aux titres principaux pour faciliter les recherches.



  ESSAIS DE MONTAIGNE

  (Self-Édition*)

  TEXTE ORIGINAL ACCOMPAGNÉ DE LA TRADUCTION
  EN LANGAGE DE NOS JOURS,

  PAR

  le Général MICHAUD


  QUATRIÈME VOLUME

  _Notice, Sommaire des Essais, Table des citations, Variantes,
  l’Esprit des Essais, Notes, Glossaire._


  PARIS

  LIBRAIRIE FIRMIN-DIDOT ET Cie, ÉDITEURS

  56, RUE JACOB, 56


  1909

  * Édition se suffisant à elle-même.



  Exemplaire
  Nº 127


  ESSAIS DE MONTAIGNE



  [Illustration: LIVRE SECOND, Page 151, annotée]



  [Illustration: _VIRES ACQVIRIT EVNDO_]



  NOTE DE L’ÉDITEUR


  _Le Général Michaud étant décédé au cours de l’impression du
  présent ouvrage, ce IVe volume a été rédigé d’après le texte
  et les notes laissés par l’auteur._



  [A] FASCICULE A


  NOTICE
  SUR MONTAIGNE, LES ESSAIS
  ET LES ILLUSTRATIONS DU PRÉSENT OUVRAGE.



[A.III] RÉSUMÉ CHRONOLOGIQUE
DES FAITS PRINCIPAUX DE LA VIE DE MONTAIGNE.


_François Ier régnant._

1533.--=Naissance= de Michel Eyquem, Seigneur de Montaigne (28 fév.).

1539}
1546}--Il est élevé au collège de Guyenne.

?--Il achève ses classes à la faculté de Bordeaux.


_1547._--_Mort de François Ier, avènement de Henri II._

1548.--Il est témoin à Bordeaux d’un soulèvement populaire dans lequel
le Gouverneur de la ville est massacré.

?--Il fait ses études de droit à l’Université de Toulouse.

1555.--Premier voyage de Montaigne à Paris, où il accompagne son père.

1556.--Celui-ci lui cède sa charge de conseiller à la cour des aides de
Périgueux.

1557.--Il devient conseiller au parlement de Bordeaux par suite de la
fusion de ces deux cours judiciaires.

1558.--Il fait connaissance et se lie d’amitié avec La Boétie, comme
lui conseiller au parlement de Bordeaux.


_1559._--_Mort de Henri II, avènement de François II._

1559.--Autre voyage de Montaigne à Paris, à l’occasion du sacre de
François II; et, de là, à Bar-le-Duc, où le roi se rend peu après.


_1560._--_Mort de François II, avènement de Charles IX._

_1562._--_Bataille de Dreux._

1562.--Autre voyage à Paris, et de là à Rouen où il accompagne la cour.

1563.--Mort de La Boétie.

1564}--Montaigne traduit la «Théologie naturelle» de Sebond.
1568}

1565.--Il épouse Françoise de la Chassaigne (25 sept.).

1566.--Voyage de Charles IX à Bordeaux.

1568.--Mort de Pierre Eyquem, père de Montaigne.


_1569._--_Bataille de Jarnac, combat de la Roche-Abeille, bataille de
Montcontour._

1570.--Montaigne résilie sa charge de conseiller.

1571.--Il a achevé l’installation de sa bibliothèque et commence à
écrire les ESSAIS.

id.--Naissance de sa fille Léonor.

id.--Il est fait chevalier de l’ordre de St-Michel.

?--Le roi le nomme gentilhomme de sa chambre.


_1572._--_Massacre de la Saint-Barthélemy._

_1574._--_Mort de Charles IX, avènement de Henri III._

1577.--Le roi de Navarre lui confère le même titre.

1580.--Publication à Bordeaux de la première édition des Essais.

1580}  {Voyage de dix-huit mois à Paris, la Fère, Soissons, Plombières,
1581}--{la Suisse, l’Allemagne du Sud, l’Italie, employé en partie à
       {faire, en divers endroits, usage des eaux thermales.

1581.--Non encore de retour en France, il est élu maire de Bordeaux
pour une période de deux ans.

1582.--Autre voyage à Paris.

id.--Publication à Bordeaux de la seconde édition des Essais.

1583.--Montaigne est réélu maire de Bordeaux pour une nouvelle période
de deux ans.

id.--Incident du château Trompette que son gouverneur projetait de
livrer à la Ligue.

1584.--Henri de Navarre vient passer deux jours, en partie de chasse,
au manoir de Montaigne.

1585.--Épidémie de peste à Bordeaux qui, s’étendant, oblige Montaigne
et sa famille à errer pendant six mois hors de chez eux.

1586.--Son manoir est envahi et pillé dans les désordres de la guerre
civile.


_1587._--_Bataille de Coutras._

1587.--Le roi de Navarre y couche à nouveau le lendemain de la bataille.

id.--Publication, à Paris, de la troisième édition des Essais.


_1588._--_Journée des Barricades, assassinat du duc de Guise._

1588.--Dernier voyage de Montaigne à Paris; de là à Rouen où le roi
s’est transporté; à Compiègne, chez la mère de Mlle de Gournay dont il
vient de faire la connaissance; à Blois où le roi s’est retiré; entre
temps (10 juillet) Montaigne est arrêté par les Ligueurs et conduit à
la Bastille où il reste détenu quelques heures.

id.--Publication, à Paris, de la quatrième édition des Essais.


_1589._--_Assassinat de Henri III, avènement de Henri IV._

1590.--Mariage de sa fille Léonor.

1591.--Il devient grand-père d’une petite-fille.

1592.--=Mort= de Montaigne (13 sept.).--Il est inhumé au couvent des
Feuillants à Bordeaux.

1595.--Publication posthume, à Paris, de la dernière des éditions
originales des Essais.

1601 (?).--Mort d’Antoinette de Louppes, mère de Montaigne.


_1610._--_Assassinat de Henri IV._

1616.--Mort de Léonor, fille de Montaigne.

1627.--Mort de Françoise de la Chassaigne, sa femme.

1871.--Transfert du corps et du monument funéraire de Montaigne à la
chapelle du lycée de Bordeaux à la suite d’un incendie du couvent des
Feuillants.

1886.--Réédification, sur son emplacement primitif, du monument et
nouvelle translation du corps, le bâtiment ayant été reconstruit et
devenu le palais des Facultés.



[A.V] NOTICE SUR MONTAIGNE.


SA VIE.

Michel Eyquem, Seigneur de MONTAIGNE, auteur des Essais, naquit le
dernier jour de février de l’an 1533, au manoir de Montaigne[1], entre
Castillon et Bergerac, sur les confins de la Guyenne et du Périgord.

  [1] Paroisse de S.-Michel (aujourd’hui commune de Saint-Michel de
  Montaigne), alors juridiction de Montravel; aujourd’hui canton de
  Velines (Dordogne).

Les renseignements les plus anciens que l’on possède sur sa filiation,
remontent à un nommé Ramon de Gaujac, du nom du village dont il était
originaire. Ce Ramon exerçait à Bordeaux, rue Rousselle, un commerce
de vins qu’il exportait à l’étranger, et auquel il avait joint celui
de pastel et de poissons salés. Sa sœur avait épousé un Martin Eyquem,
du village de Blanquefort[2] dans le Médoc; elle en eut un fils, Ramon
Eyquem, que son oncle associa à son commerce, et auquel, à sa mort,
vers 1462, il laissa une fortune déjà assez considérable.

  [2] Blanquefort, chef-lieu de canton à deux lieues environ N.-O.
  de Bordeaux;--Gaujac ou Gajac, hameau à peu de distance de
  Blanquefort.

Ramon Eyquem, né en 1402, est le bisaïeul de Montaigne. En 1477, il
achetait le fief de Montaigne relevant de l’archevêque de Bordeaux, et
mourait l’année suivante, laissant deux fils et deux filles.

Les deux fils demeurèrent associés; le cadet mourut jeune, sans avoir
été marié; l’aîné, Grimon Eyquem, grand-père de Montaigne, paraît avoir
été, en affaires, d’une remarquable activité et avec lui la situation
de fortune de la famille s’accrut encore notablement. De 1483 à 1507,
il fut jurat[3] de Bordeaux. Il mourut en 1519, presque septuagénaire,
laissant quatre fils et deux filles.

  [3] On appelait ainsi, à Bordeaux, les consuls et les échevins,
  autrement dit les membres de la municipalité.

L’aîné, Pierre Eyquem, escuyer, seigneur de Montaigne, comme il
s’appelait lui-même, le père de l’auteur des Essais, hérita du manoir
dont son aïeul avait fait acquisition et où lui-même était né, et
des terres constituant la seigneurie du même nom. Il avait embrassé
la carrière militaire et guerroya en Italie; mais il l’abandonna,
lorsqu’en 1523 il épousa Antoinette de Louppes, dont la famille, du
nom primordial de Lopez, juive et originaire des environs de Tolède,
était venue s’établir, depuis une ou deux générations, à Toulouse
et en Guyenne, pour chercher fortune, y avait réussi et embrassé le
protestantisme.

Le père de Montaigne apparaît dès lors, moitié bourgeois, moitié
gentilhomme de province, occupé, tantôt à Bordeaux à vendre ses vins,
tantôt à agrandir son domaine, rebâtir et fortifier son manoir.
La considération dont il jouissait l’avait fait appeler par ses
concitoyens bordelais à faire partie de la municipalité, et pendant 25
ans il en avait exercé les diverses charges, lorsqu’en 1554 il fut élu
maire pour deux ans, ce qui était la durée légale de ces fonctions.

Cette même année, était créée à Périgueux une Cour des aides[4]; il
y sollicita et obtint une place de conseiller, se proposant de la
résigner dès que cela lui serait possible au profit de son fils aîné,
en faveur duquel il se démit en effet un ou deux ans après, quand
celui-ci atteignit sa vingt-troisième année.

  [4] La Cour des aides était une chambre jugeant en dernier
  ressort les questions afférentes aux aides, subsides établis
  jadis sur les boissons pour subvenir aux dépenses de l’Etat; et
  ultérieurement et par extension tous autres impôts.

Esprit naturellement ingénieux et pratique, Pierre Eyquem avait senti
dans ses guerres d’Italie se développer en lui le goût des arts et des
sciences; et, regrettant sa jeunesse demeurée étrangère aux lettres, il
recherchait volontiers la société de ceux qui s’y étaient livrés, et
s’efforça de doter ses fils de ce qui, sous ce rapport, avait pu lui
faire défaut.

En 1568, il mourait, laissant cinq enfants mâles et trois filles; de
par son testament, Michel, l’aîné de tous par la mort de deux autres
décédés en bas âge héritait de la maison noble de Montaigne et du
droit d’en porter le nom; ce qu’il fit, abandonnant complètement, dès
le premier moment, son nom patronymique, le rayant même sur le livre
de famille qu’il tenait, pour ne conserver que celui-là, le seul sous
lequel il soit connu, qu’il a du reste illustré à un si haut degré et
qui s’est éteint avec lui.

Montaigne a raconté lui-même, dans les Essais, l’histoire de sa vie
avec celle de ses pensées; son enfance rustique, sa première éducation;
le latin appris familièrement par lui dans les bras d’un précepteur
étranger et au milieu d’un entourage qui ne lui parlait jamais qu’en
cette langue; la sollicitude dont il était l’objet; enfin les sept
années de sa vie scolaire passées au collège de Guyenne, qu’il quitta
en 1546 parce que, semble-t-il, la peste régnait à Bordeaux; il avait
alors treize ans et venait d’achever son cours, nom sous lequel on
comprenait alors ce qui correspond à notre classe de rhétorique
d’aujourd’hui.

On est moins renseigné sur son adolescence. On pense qu’il fit sa
philosophie, soit à la faculté des arts de Bordeaux, soit avec des
professeurs particuliers, et son droit à Toulouse, où il avait des
parents du côté de sa mère. Sa liaison avec Henri de Mesmes, Paul de
Foix, Guy de Pibrac et autres, alors étudiants en droit à l’université
de cette ville, porte à croire qu’il en a, lui aussi, suivi les cours
et que c’est là qu’il a fait leur connaissance.

C’est à cette époque (1548) qu’eut lieu à Bordeaux, à propos de l’impôt
de la gabelle auquel on voulait la soumettre, le mouvement populaire
dans lequel perdit la vie Tristan de Moneins, gouverneur de la ville;
spectacle dont Montaigne paraît avoir été témoin et qui le frappa au
point qu’après l’avoir consigné une première fois au ch. 23 du liv. Ier
des Essais, I, 198, il y revient plus tard, dans les additions qu’il y
fait après 1588, en vue d’une édition nouvelle.

En 1556, Montaigne, ainsi qu’il est dit plus haut, était nommé à la
Cour des aides de Périgueux, par suite de la résignation faite par son
père, en sa faveur, de sa charge de conseiller. L’année suivante, cette
cour était fusionnée avec le Parlement de Bordeaux.

C’est peu après que Montaigne fit la rencontre de La Boétie, l’auteur
du «Discours sur la servitude volontaire», comme lui conseiller à ce
même parlement, avec lequel, dès le premier moment, il se lia de la
plus vive et de la plus étroite amitié et dont, par ses écrits, il a
fait la réputation et conservé le souvenir à la postérité.--Dans leurs
rapports, nous attribuons volontiers le premier rang à Montaigne,
laissant La Boétie dans la pénombre; c’est l’inverse de ce qui était.
La Boétie, de trois ans plus âgé que Montaigne, supérieur à lui par le
savoir, l’éducation et le caractère, aux yeux des contemporains et des
deux amis eux-mêmes, tenait le rang de frère aîné. Par son exemple et
ses observations discrètes, il modérait chez son ami, dont la nature
droite mais indécise se prêtait à cette direction, les entraînements
d’une ardeur juvénile assez prononcée, et contribuait à former l’âme
réfléchie, l’esprit observateur et méditatif de l’auteur des Essais.
Montaigne s’en rendait compte et nous le laisse entendre; lui mort,
mort bien plus jeune que Montaigne, il n’en parle jamais qu’avec un
sentiment de respect et lui rapporte tout ce qu’il a fait de meilleur.
Il est à croire que si La Boétie eût vécu davantage, il eût souvent
préservé son ami de l’excès de scepticisme qui a été en lui le
caractère dominant. Son éducation première et son amitié pour La Boétie
sont dans la vie de Montaigne les sujets favoris de ses souvenirs et de
ses réflexions.

En 1555, semble avoir eu lieu le premier voyage de Montaigne à Paris
pour laquelle il montre tant d’affection; il accompagnait son père,
qui venait solliciter du roi le rétablissement des privilèges de la
ville de Bordeaux dont elle s’était vue privée, à la suite de la
sédition de 1548.

Les obsèques de Henri II en 1559 l’y ramènent et il y demeure jusqu’au
sacre de son successeur, cérémonie à laquelle il a dû assister, ayant
avec la cour accompli le voyage de Bar-le-Duc qui suivit.

En 1562 nous l’y retrouvons et l’y voyons prêter, sans y être convié,
devant le Parlement de cette ville, le serment de profession de
religion catholique, qu’en opposition à l’édit de janvier de cette même
année, qui avait reconnu aux Protestants la liberté de leur culte,
cette cour de justice avait imposé à tous ses membres, ce qu’imitèrent
bientôt tous les autres Parlements du royaume.--De Paris, Montaigne
suit la cour à Rouen, dont venait de s’emparer sur les Réformés le
duc de Guise, après un siège où se place le projet d’assassinat ourdi
contre ce prince, dont il est question au ch. 23 du liv. Ier. C’est
durant cette excursion à Rouen que Montaigne eut occasion de voir les
sauvages brésiliens venus en France dont il nous entretient ch. 31 de
ce même livre, et de converser avec eux.

Rentré à Bordeaux, il assista peu après (1563) à la mort de La Boétie,
dont il fait, dans une lettre à son père parvenue jusqu’à nous, un
récit qu’on ne peut lire sans émotion; en le perdant, il crut perdre
plus qu’un frère et ne s’en consola jamais entièrement.

Pour faire diversion à sa douleur, son père lui demanda de lui traduire
l’ouvrage de Raymond Sebond, «le Livre des créatures, ou Théologie
naturelle», écrit en latin mélangé d’espagnol; et aussi, le maria.

Le 25 septembre 1565, il épousait Françoise de la Chassaigne, fille
d’un conseiller à la cour de Bordeaux, qui semble avoir été femme de
grand sens, compagne discrète et dévouée, telle qu’il la fallait à
Montaigne, possédant en ménage les qualités d’ordre et de direction
qui manquaient à son mari dont elle appréciait la valeur, et vis-à-vis
duquel elle eut le tact de s’effacer, lui laissant tout loisir de
penser; si bien que malgré les nuages momentanés et inévitables dont on
retrouve trace, cette union a été heureuse; et Montaigne, laissant à sa
femme le soin exclusif de l’éducation de leur fille, a, de fait, rendu
à ses qualités l’hommage le plus probant; toujours est-il qu’il lui
doit deux immenses services: elle l’a déchargé des soucis du ménage et
a pris soin de ses manuscrits.

Quelques mois après, en 1566, Charles IX venait à Bordeaux, où son
passage fut marqué par une assez verte remontrance infligée en sa
présence et en son nom au Parlement, par le chancelier de l’Hospital.

En 1568, Montaigne perdait son père. A ce moment, il terminait la
traduction de Sebond et la livrait à l’impression; et, en 1570, se
trouvant dans une situation de fortune qui le laissait maître d’en agir
à sa guise, et un laps de temps suffisant s’étant écoulé depuis la mort
de son père pour qu’il pût le faire décemment, résiliant en faveur de
Florimond de Raymond son office de conseiller pour lequel il ne s’était
jamais senti grand goût et qu’il s’était laissé octroyer par déférence
pour la volonté paternelle, il quitta la robe pour l’épée. On ne
saurait dire s’il porta celle-ci seulement en qualité de gentilhomme;
il est cependant probable qu’il prit part à quelques expéditions
militaires, ainsi que plusieurs passages des Essais le donnent à
penser (V. N. =III=, 408: Profession), et surtout celui où il fait ce
magnifique éloge de la vie des camps (ch. 13 du liv. III, =III=, 662),
tout rempli d’un accent guerrier qui serait ridicule sous la plume d’un
homme qui ne l’aurait jamais pratiquée, ce qu’auraient inévitablement
fait ressortir ceux de ses contemporains tels que Brantôme, Scaliger
qui étaient peu disposés pour lui.

Plus libre de son temps, et tout en ne négligeant pas aussi
complètement qu’il l’insinue la gestion de son domaine, il se donne
alors tout entier à la publication des œuvres de La Boétie, à laquelle
il se croyait tenu, ayant hérité de ses livres et de sa bibliothèque.
Ce travail fut pour lui l’occasion d’un nouveau voyage à Paris; c’est
là qu’il reçut la nouvelle de la naissance et de la mort de sa première
fille.

A son retour en Guyenne, envahi par un immense besoin de solitude, il
s’occupe de s’aménager, chez lui, une sorte de réduit où échappant
aux autres, libre de lui-même, il pût méditer à l’aise; il organise en
conséquence la principale tour de son manoir, qui depuis est dite «Tour
de Montaigne». L’inscription latine, dont la traduction suit, qu’avec
nombre d’autres il fait tracer dans sa librairie ou bibliothèque
qui devait constituer son cabinet de travail et dont il donne si
complaisamment la description au ch. 3 du liv. III des Essais, peint
bien quel pouvait être son état d’âme, à ce moment de son existence:
«L’an du Christ 1571, y est-il dit, à l’âge de trente-huit ans, la
veille des calendes[5] de mars, Michel de Montaigne, depuis longtemps
déjà ennuyé de l’esclavage de la cour et des charges publiques, se
sentant encore dispos, est venu dans cette retraite se reposer sur
le sein des doctes vierges, espérant y passer enfin dans le calme
et la sécurité les jours qui lui restent à vivre. Puissent les
destins lui permettre de parfaire cette habitation, où déjà ses pères
venaient agréablement se reposer et qu’il consacre à sa liberté, à sa
tranquillité et à ses loisirs.»

  [5] On donnait ce nom, dans la chronologie romaine, aux premiers
  jours de chaque mois. Les Romains comptaient par calendes,
  lesquelles n’existaient pas chez les Grecs, d’où le proverbe
  «renvoyer une chose aux calendes grecques», pour dire qu’on ne la
  fera jamais; à remarquer ici que la veille des calendes de mars,
  ou dernier jour de février, était la date anniversaire de la
  naissance de Montaigne.

En même temps, il commençait à écrire les Essais, cette œuvre capitale
de sa vie. Il ne semble pas toutefois que ce fût avec l’idée d’en
composer un ouvrage; ce n’était tout d’abord que de simples notes, sur
lesquelles il transcrivait ce qui l’avait frappé dans sa lecture du
jour, accompagné de quelques brèves réflexions d’un caractère général,
ainsi qu’il ressort de la division du livre Ier en chapitres courts,
dont plusieurs parfois sur le même sujet. Quant à ce qui est devenu
plus tard et de plus en plus le dessein avoué et affiché de son livre:
l’étude minutieuse de soi-même, avec parti pris de se peindre tout
entier et à nu, cela paraît si peu avoir été sa première intention que,
dans ces mêmes chapitres, il prend des détours pour parler de lui et ne
se met en scène que sous le voile de l’anonyme, comme par exemple dans
celui intitulé: «Du parler prompt, ou tardif». Ce n’est qu’à la longue
qu’il s’est décidé à livrer au public ces extraits de ses lectures, les
souvenirs de ses observations et de ses causeries, tout ce qu’enfin il
a cueilli en faisant l’école buissonnière.

En cette même année 1571, lui naissait une seconde fille, Léonor, la
seule, sur les six qu’il a eues, qui ne soit pas morte en bas âge;
et, comme si le sort se prenait à railler ses projets de retraite, il
était fait chevalier de l’ordre de S.-Michel, «pour ses vertus et ses
mérites», dit la lettre-patente lui conférant cette distinction.

Les événements furent du reste plus forts que sa résolution; et ici
s’intercalent, pour se continuer par intervalles jusqu’à la fin
de sa vie, les incidents, à la vérité accidentels et passagers et
sur lesquels on n’a que de très vagues données, qui font que, dans
les Essais, Montaigne laisse entendre qu’il a exercé la profession
militaire, ce qui du reste était alors, par circonstance, le cas d’à
peu près tout gentilhomme, et ceux qui lui font attribuer à diverses
époques des missions sur l’objet précis desquelles on n’est pas
davantage fixé, mais qui, étant donné son caractère, son entregent,
la situation à laquelle il parvint, paraissent avoir dû consister
surtout en négociations auprès de certains princes et chefs principaux
des divers partis. Il demeure toutefois trace de l’une d’elles, à lui
confiée en 1574, par le duc de Montpensier, commandant l’armée royale
en Poitou, auprès du Parlement et du Corps de ville de Bordeaux, pour
qu’ils aient à prendre des dispositions de défense.

En 1577, le roi de Navarre le nomme gentilhomme de sa chambre, titre
absolument honorifique pour certains, comme ce fut le cas pour lui, ne
comportant aucun service auprès du prince. Ce même titre lui avait été
ou lui fut dévolu aussi, la date en étant incertaine, par Charles IX
ou son successeur, ainsi qu’en font foi les titres des deux premières
éditions des Essais et son diplôme de citoyen romain.

En 1580, parut la première édition de son ouvrage, qui n’en comprenait
que les deux premiers livres.

Montaigne qui, depuis des années déjà, avait commencé à ressentir des
atteintes de gravelle et vainement avait eu recours pour les combattre
aux eaux thermales de son voisinage, Aigues-Chaudes, Bagnères, se
résolut à cette époque à voyager au loin, autant par goût que pour
essayer si d’autres eaux ne lui seraient pas plus favorables; et aussi,
pense-t-on, pour échapper aux difficultés sans cesse croissantes de la
situation intérieure et à celles non moins pénibles pour lui résultant
du train de vie que, chacun de son côté, menaient le roi et la reine de
Navarre et de leurs rapports, qu’il déplorait d’autant plus qu’il était
particulièrement attaché à tous deux.

Il se rendit d’abord à Paris où il fit hommage de son livre au Roi;
puis à La Fère pour rendre les derniers devoirs au comte de Grammont,
le mari de la belle Corisande d’Andouins, qui venait d’être tué au
siège de cette place et dont il accompagna le corps à Soissons; et, de
là, aux bains de Plombières et de Bade.

De ce voyage qui devait le tenir dix-huit mois hors de chez lui, du
22 juin 1580 au 30 septembre 1581, effectué en courant çà et là à
travers la Suisse, l’Allemagne du Sud et l’Italie, Montaigne a tenu un
journal qui n’a rien de remarquable au point de vue littéraire, mais
est intéressant par la connaissance qu’il nous donne de son auteur; un
de ses frères et un jeune seigneur d’Estissac, probablement le fils de
la dame de ce nom à laquelle est dédié le ch. 7 du liv. II des Essais,
l’accompagnaient.

Entré en Allemagne par Bâle, il pousse jusqu’à Augsbourg, où il cache
ses nom et qualités pour qu’on le croie plus grand seigneur qu’il
n’est, et d’où il revient en Italie par Venise, pour arriver à Rome où
il fait un séjour de cinq mois, entrecoupé d’excursions à Notre-Dame
de Lorette, où il laisse dans la Casa Santa son portrait et ceux de sa
femme et de sa fille; c’était alors un grand honneur d’y figurer: «à
peine est reçu à donner qui veut, dit-il, au moins c’est faveur d’être
accepté»; puis il passe à Florence, et va faire une cure d’eau aux
bains della Villa près de Lucques.

A son arrivée à Rome, ses livres avaient été saisis et parmi eux un
exemplaire des Essais, dont l’examen assez superficiel donna lieu de la
part de la censure à quelques critiques assez anodines, dont l’auteur
ne tint du reste aucun compte et qui n’eurent cette fois aucune
suite fâcheuse, à l’encontre de ce qui en résulta un siècle après où
l’ouvrage fut frappé d’interdit.

Avant de quitter Rome, il sollicita et obtint le diplôme de citoyen
romain. Bien que dans les Essais il le qualifie de «faveur vaine, qui
lui fut octroyée avec toute gratieuse libéralité», il convient dans
son journal avoir employé pour l’obtenir «ses cinq sens de nature»; de
fait, cette concession n’était pas prodiguée.

Montaigne était aux bains della Villa, quand des lettres lui
parvinrent, l’informant qu’un mois et demi auparavant, le 1er juillet
1581, il avait été, à l’unanimité, élu maire de Bordeaux. Il revint à
Rome où il trouva la missive des jurats lui notifiant officiellement
son élection; il s’achemina alors vers la France par le mont Cenis,
laissant à Rome son frère et Mr d’Estissac.

Il avait été nommé maire sans l’avoir brigué: le souvenir des services
rendus par son père dans cette charge, les quatorze années durant
lesquelles lui-même avait siégé au Parlement, les deux premiers livres
des Essais parus l’année précédente qui obtenaient un vif succès, ses
relations l’avaient désigné au choix de ses concitoyens, en même temps
que le désir d’évincer le maréchal de Biron qui quittait ces fonctions,
dont il sollicitait le renouvellement pour lui ou l’attribution à
quelqu’un des siens, mais qui, pendant qu’il les avait occupées, avait
indisposé nombre de personnes et entre autres, à la fois, le roi de
Navarre et sa femme la reine Marguerite sœur du roi de France.

Mais le caractère de Montaigne, autant que ses goûts et même sa santé,
l’éloignaient des charges publiques, et il avait décliné l’honneur qui
lui était fait. Les Bordelais, s’entêtant, s’étaient adressés au roi;
et à son arrivée chez lui, il trouva une lettre de Henri III l’invitant
à accepter: il dut céder; peut-être au fond ne fut-il pas fâché de
cette contrainte, car il était sans ambition, mais non sans vanité.

Ses débuts furent heureux. A une époque des plus troublées, il eut le
mérite de contribuer à maintenir la tranquillité dans la ville et à la
conserver à l’autorité royale, prêtant à cet effet un concours précieux
au maréchal de Matignon, lieutenant du roi en Guyenne; toutefois
sa réélection en 1583, au bout de deux années après lesquelles ses
pouvoirs prenaient fin, ne fut pas unanime et donna lieu à des
protestations auprès du Conseil du roi qui, nonobstant, la confirma.

Les principaux actes de sa gestion au point de vue administratif
furent: une action intentée à un établissement d’enfants assistés,
relevant des Jésuites, où, par faute de soins, la mortalité élevée
accusait de la négligence (1582); la solution de difficultés résultant
d’impôts nouveaux, ce qui motiva un voyage de Montaigne à Paris (1582);
la rédaction et mise en application de nouveaux statuts pour le collège
de Guyenne (1582); des négociations pour la levée d’obstacles apportés
à la libre navigation de la Garonne dans la partie supérieure de son
cours (1583); un projet de reconstruction de la tour de Cordouan. A
citer parmi ses actes d’intervention politique pendant la durée de
son mandat, l’avortement des projets conçus par Vaillac, gouverneur
du château Trompette, dans le but une première fois de livrer cette
forteresse à la Ligue, une seconde fois de déterminer dans la ville un
mouvement en faveur de ce parti (1583), épisodes mentionnés au ch. 23
du livre Ier des Essais.

C’est durant ce temps qu’Henri de Navarre, menant avec lui quarante de
ses gentilshommes et ses équipages de chasse, vint pour la première
fois à Montaigne dont pendant deux jours il fut l’hôte (1584); quelques
mois auparavant était mort le duc d’Anjou, dont la disparition faisait
du roi de Navarre l’héritier du trône de France.

Deux mois avant que la mairie de Montaigne touchât à sa fin, la peste
avait éclaté à Bordeaux, avec une intensité telle, que «quiconque,
en ville, écrivait à la date du 30 juin le maréchal de Matignon venu
pour se rendre compte de la situation, ayant moyen de vivre ailleurs,
l’avait, à peu d’exceptions près, abandonnée». Montaigne était alors
absent; la police sanitaire n’étant pas de son ressort, il ne crut pas
devoir y retourner pour simplement présider, comme il était d’usage,
la séance où devait être élu son successeur; convoqué à cet effet,
il déclina nettement l’invitation, ce dont du reste sur le moment
et pendant les siècles qui suivirent personne ne songea à lui faire
reproche. Certains, de nos jours, se sont montrés sur ce point beaucoup
plus sévères à son égard; mais, en dehors même du peu d’importance
effective de l’acte auquel il s’est dérobé, il faut reconnaître à sa
décharge que les idées de l’époque n’imposaient pas aux grands, comme
il est passé dans les mœurs d’aujourd’hui, de tenir ferme à leur poste
et de donner l’exemple en face de ces fléaux qui défiaient tout remède
humain. Ceux qui restaient pouvant partir, semblaient héroïques; ceux
qui fuyaient n’étaient pas estimés forfaire à l’honneur.

Cependant la contagion s’était étendue, avait atteint le Périgord,
et pendant six mois, fuyant devant elle, suspect à tous à la moindre
indisposition des siens, Montaigne dut errer avec sa famille, d’abri
en abri, cherchant un asile qu’ils ne trouvaient nulle part. Puis,
quand la peste prit fin, ce furent les calamités de la guerre civile
qui vinrent à fondre sur lui. Les excès et les désordres se poursuivant
sans cesse, notamment les méfaits des maraudeurs pires que des
ennemis déclarés, finirent par l’atteindre; et, en 1586, son manoir
jusqu’alors indemne fut envahi, pillé, et ses terres et ses tenanciers
ruinés pour longtemps.

De cette époque date la cordialité de ses relations avec Charron,
chanoine et théologal de l’église primatiale[6] de Bordeaux, dont il
semble avoir fait la connaissance il y avait quelques années déjà,
alors qu’il était maire, qui devint son ami et son disciple et auquel
il inspira son «Livre de la Sagesse», ouvrage de morale estimé, écho
hardi des Essais, bien inférieur toutefois à son modèle.

  [6] Théologal, chanoine plus spécialement chargé dans un chapitre
  de l’étude des questions de théologie.--Primatiale, église
  cathédrale relevant directement de l’archevêque qui est primat
  d’Aquitaine.

En 1587, trois jours après la bataille de Coutras livrée dans ses
environs, Henri de Navarre regagnant le midi où l’appelaient ses
amours, au lieu de poursuivre son adversaire et de tirer ainsi parti
de sa victoire, vint à nouveau passer la nuit à Montaigne, bien que le
seigneur du lieu tînt pour l’armée battue.

Entre temps, celui-ci s’occupait des Essais, faisait de nombreuses
additions aux deux premiers livres et composait le troisième où il se
laisse aller à parler de lui bien davantage et avec plus d’expansion.
Son manuscrit à point, il se rend à Paris pour le faire imprimer
(1588). Ce devait être pour la dernière fois; et c’est chemin faisant,
que, dans la forêt de Villebois près d’Orléans, il tombe dans le
guet-apens qu’il raconte, ch. 12, liv. III, et qui se termina pour lui
mieux qu’il ne semblait au début.

Le bruit de son arrivée, l’annonce d’une nouvelle édition de son livre,
lui valurent la visite de Mlle de Gournay, alors âgée de 23 ans, qui
s’était éprise de son talent et dont l’admiration enthousiaste fit sa
conquête. Invité à Gournay, près de Compiègne, par Mme de Gournay mère,
Montaigne y séjourna près de trois mois, en deux ou trois fois.

Mais les moments heureux qu’il y passa furent troublés par de graves
événements politiques: la journée des Barricades (12 mai 1588), le
départ de Henri III pour Chartres et Rouen, enfin la réunion à Blois
des Etats généraux. Montaigne, en ces circonstances, se fit un devoir
de témoigner d’autant plus de fidélité au roi, qu’il était en situation
difficile; ses allées et venues de Paris à la cour le rendirent suspect
à la Ligue, et, un jour qu’il rentrait de Rouen (10 juillet 1588),
sur l’ordre du duc d’Elbeuf, il fut arrêté et conduit à la Bastille,
en manière de représailles pour l’arrestation, en Normandie, d’un
gentilhomme parent des Guises; sa détention ne fut que de quelques
heures, l’intervention de Catherine de Médicis le fit relâcher le jour
même.

A Blois, il eut une crise de gravelle qui faillit l’emporter et hâta
son retour en Guyenne, d’où il était absent depuis plus de sept mois;
il y arrivait, quand vint l’y surprendre la nouvelle du meurtre du duc
et du cardinal de Guise (décembre 1588). Rentré chez lui, en dépit de
l’affaiblissement constant de ses forces, il se remet à parfaire son
œuvre, ajoutant encore au texte des Essais en vue d’une réimpression
nouvelle.

A cette époque se place le mariage de sa fille Léonor avec François de
la Tour (27 mai 1590). Deux mois après ils le quittaient pour aller
vivre chez eux en Saintonge, et, en 1591, le rendaient grand-père d’une
petite-fille.

Entre temps, en 1589, survenait l’assassinat d’Henri III qui faisait
Henri de Navarre roi de France. Montaigne se rallia franchement au
nouveau roi, auquel l’unissait son affection de si ancienne date; mais
en raison de son état de santé, de son caractère même, le concours
qu’il lui prêta fut plus moral qu’effectif; et quelque insistance que
mît Henri IV à l’attirer à lui, il déclina ses offres, ajournant à
venir le joindre au jour prochain où il pourrait le saluer dans sa
capitale. Mais il comptait sans la mort qui était plus proche et la
victoire plus éloignée qu’il ne pensait[7]. Le 13 septembre 1592,
Montaigne mourait; il était âgé de cinquante-neuf ans.

  [7] L’entrée d’Henri IV à Paris n’eut lieu qu’en 1594.

Depuis quelque temps déjà, ses souffrances s’étaient notablement
accrues, et en particulier les maux de gorge dont, concurremment avec
la gravelle, il souffrait depuis des années. Il ne pouvait plus douter
de sa fin prochaine. II ne s’en effraya pas. Ce sceptique mourut comme
un croyant, avec courage et fermeté, sans que, grâce, il est vrai, aux
réserves qu’il avait émises sur sa foi religieuse, rien, dans sa fin,
démentît en quoi que ce soit sa vie et ses écrits. Le jour même de sa
mort, il avait fait mander quelques gentilshommes, ses plus proches
voisins, pour leur faire ses adieux. Il expira en pleine connaissance
de lui-même, au moment de l’élévation, pendant l’office divin, qu’il
avait fait commencer dès qu’ils se trouvèrent réunis. Quelques jours
avant, il avait distribué à ses gens, de sa propre main, les legs qu’il
leur destinait. Par testament, il laissait Montaigne et ses dépendances
au premier enfant mâle à naître de sa fille Eléonore, et attribuait à
Charron ses armoiries.

Il fut inhumé dans l’église du couvent des Feuillants à Bordeaux.

Quand son mari vint à lui manquer, après une union qui avait duré plus
de vingt-sept ans, Mme de Montaigne se donna la double tâche de lui
ériger un tombeau et de faire rééditer les Essais conformément aux
dernières volontés de leur auteur.

Ce ne fut qu’en 1614 que le monument funéraire qu’elle voulait lui
consacrer fut achevé: il y est représenté en grandeur naturelle,
étendu sur un sarcophage, revêtu d’une armure, ayant son casque et ses
gantelets à côté de lui, et un lion couché à ses pieds, si bien que
malgré ses armes, «on hésiterait à reconnaître le paisible Montaigne
sous cet appareil guerrier», si deux épitaphes, l’une en latin,
l’autre en grec, gravées l’une d’un côté, l’autre de l’autre, résumant
sa vie et sa doctrine, ne renseignaient absolument à ce sujet (P.
BONNEFON).--Toutes deux ont été composées par Jean de St-Martin avocat
au parlement de Bordeaux. La première, pompeuse et banale, est sans
valeur. La seconde résume assez bien sa vie et ses idées; elle est
ainsi conçue:

  «A Michel Montaigne, Périgourdin, fils de Pierre, petit-fils de
  Grimon, arrière-petit-fils de Ramon, Chevalier de S.-Michel,
  citoyen romain, natif de Bordeaux, ancien maire de la cité
  des Bituriges, homme né pour la gloire de la nature; dont la
  douceur de mœurs, la finesse d’esprit, la facilité d’élocution
  et la justesse de jugement ont été estimées au-dessus de
  la condition humaine; qui a eu pour amis les rois les plus
  illustres, les plus grands seigneurs de France et même les chefs
  du parti égaré, quoique lui-même fût d’une moindre condition
  et fidèle observateur des lois et de la religion de ses pères.
  N’ayant jamais blessé personne, aussi incapable de flatter que
  d’injurier, il reste cher à tous indistinctement. Ayant toujours
  fait profession, dans ses discours et dans ses écrits, d’une
  sagesse à toute épreuve contre toutes les attaques de la douleur,
  après avoir lutté longtemps avec courage contre les assauts
  répétés d’une maladie implacable, égalant ses écrits par ses
  belles actions, il a fait, avec la volonté de Dieu, une belle fin
  à une belle vie.

  «Il vécut cinquante-neuf ans, sept mois et onze jours, et mourut
  le 13 septembre de l’an du salut 1592.

  «Françoise de Lachassaigne, pleurant la perte de cet époux fidèle
  et constamment chéri, lui a érigé ce monument, gage de ses
  regrets.»

En 1800, la dépouille de Montaigne fut transférée en grande pompe au
musée de la ville; mais il se trouva que par le fait d’une erreur
ce n’était pas son corps, mais celui d’une de ses nièces inhumée
au-dessus de lui, qu’on avait déplacé. Il continuait donc à demeurer
à la place qu’il occupait depuis deux cents ans, quand, en 1871,
l’incendie de l’église où il reposait, qui respecta son mausolée, amena
son transfert à titre provisoire dans la chapelle du lycée et plus
tard, en 1886, dans le vestibule des Facultés de Bordeaux construites
sur l’emplacement du couvent des Feuillants; c’est là qu’on le voit
actuellement, tandis qu’on n’a pu retrouver le petit vaisseau contenant
le cœur de l’illustre philosophe, déposé à son décès dans l’église de
S.-Michel de Montaigne. Rien n’indiquant qu’il en ait été enlevé, il
doit s’y trouver encore, seulement on ignore où il avait été placé.

En 1616, dans ce même tombeau qui réunit ainsi le père et la fille,
avait été inhumée Léonor. Quant à Françoise de la Chassaigne, qui
mourut en 1627, à l’âge de 83 ans, ayant survécu trente-cinq ans à son
mari, elle alla reposer dans l’église de S.-Michel.

Léonor s’était mariée deux fois: veuve de François de la Tour, elle
avait épousé en secondes noces le vicomte de Gamaches; elle en eut
une seconde fille, Marie; c’est par Marie de Gamaches, mariée à un
de Lur Saluce, que s’est formée la descendance directe de Montaigne
représentée aujourd’hui par les familles O’Kelly-Farrell, de Ségur, de
Puységur et de Pontac. (Voir le tableau généalogique ci-contre).


[Illustration: GÉNÉALOGIE ET DESCENDANCE DE MONTAIGNE

  Ramon Eyquem (1402 à 1478), marié en 1449 Isabeau de Ferraignes.
  Acquéreur en 1477 du fief de Montaigne
          │
          ├───────────┐
          │           ├Pierre (1452-1480), n’a pas été marié.
          │           ├Peregrina, épouse de Lansac.
          │           └Audeta, épouse Verteuil.
          │
  --Grimon Eyquem, né vers 1450, m. en 1519, marié à Jehanne du Four
          │
          ├───────────┐
          │           ├Thomas, dit M. de St-Michel, de ce qu’il était
          │           │  curé de cette paroisse, mort peu âgé.
          │           ├Pierre (minor), dit Seigneur de Gaujac, chanoine
          │           │  de Bordeaux, curé de Lahontan, m. à 67 ans.
          │           ├Raymond, seigneur de Bussaguet, conseiller au
          │           │  parlement de Bordeaux, m. vers 1567.
          │           ├Blanquine, épouse de Belcier.
          │           └Jehanne, épouse Dugrain.
          │
  --Pierre Eyquem, escuyer, seigneur de Montaigne (1495 à 1568), marié
    en 1528 à Antoinette de Louppes, née de 1506 à 1510, morte,
    croit-on, vers 1601.
          │
          ├───────────┐
          │           ├Arnaud ┐
          │           │       ├aînés de Michel, morts en bas âge
          │           ├Pierre ┘  avant sa naissance.
          │           │
          │           ├Thomas, né en 1534, seigneur de Beauregard,
          │           │  protestant, épouse en secondes noces Jacquette
          │           │	 d’Arsac, belle-fille de La Boétie.
          │           ├Pierre, seigneur de la Brousse (1535 à 1597),
          │           │  ne semble pas avoir été marié.
          │           ├Jeanne, née en 1536, protestante, épouse Richard
          │           │  de Lestonna, conseiller au parlement de
          │           │  Bordeaux.
          │           ├Arnaud, dit capitaine St-Martin (1541 à 1564).
          │           ├Léonor, née en 1552, mariée à Thibaud de Camain,
          │           │  conseiller au parlement de Bordeaux.
          │           ├Marie, née en 1554, femme de Bernard de Cazalis.
          │           └Bertrand, né en 1560, seigneur de Mattecoulom,
          │              mort sans postérité, ne semble pas avoir été
          │              marié.
          │
  --MICHEL, seigneur de MONTAIGNE (1533 à 1592), auteur des Essais.
    Ép. en 1565 Françoise de la Chassaigne (1544 à 1627); en a six
    filles, dont cinq meurent avant l’âge d’un an.
          │
  Léonor de Montaigne, (1571 à 1616).
      │
      ├─En 1590, François de Latour (m. en 1594).
      │                    │
      │          1.--Françoise de Latour (1591 à 1613).
      │              Épouse en 1600 Honoré de Lur (1594 à 1660)
      │              (elle avait 9 ans et son mari en avait 6)
      │                    │
      │              Charles de Lur (vicomte d’Oreillan) (1612 à 1639).
      │                Tué au siège de Salces (Roussillon). Mort sans
      │                postérité.
      │
      │              ┌───────────────────────────────────────────┐
      │              │Honoré de Lur et Louis de Lur, qui étaient │
      │              │frères, ont épousé les deux sœurs utérines.│
      │              └───────────────────────────────────────────┘
      │
      └─En 1608, le vicomte de Gamaches[a]
                           │
                 2.--Marie de Gamaches (1610 à 1683).
                     Épouse en 1627 Louis de Lur, Baron de Fargues
                     (m. en 1696).
                           │
                           ├1 Charles-François (1638 à 1669), mort sans
                           │    postérité.
                           ├2 Philbert, né en 1640, sans autre
                           │    renseignement.
                           ├3 Marguerite, épouse L. de Laneau, m. sans
                           │    enfants.
                           ├4 Jeanne, épouse L. de Saint-Jean[b].
                           └5 Claude-Madeleine, épouse L. de Ségur[c].

  [a] A partir de 1622 où, remarié, il quitte Montaigne et se retire
  dans ses terres, sa trace se perd.

  [b]--De Jeanne de Gamaches, descendent les O’Kelly-Farrell, les
  Farrell et les Puységur.

  [c]--De Claude-Madeleine descendent les Ségur-Montaigne et les Pontac.]


En outre de la traduction de la «Théologie naturelle» de Sebond et
des Essais, on a encore de Montaigne: quelques traductions d’ouvrages
grecs et latins accompagnées de dédicaces, quelques poésies en latin
et en français, le journal de ses voyages, trouvé dans un grenier de
son manoir, publié pour la première fois en 1774 et dont le manuscrit a
disparu, une éphémeride assez succincte, enfin quelques lettres:
une d’elles à son père, sur la mort de La Boétie, est assez étendue et
mérite attention; les autres sont sans importance.

On lui a attribué la rédaction d’instructions, rédigées en 1563, par
Catherine de Médicis, à l’adresse de Charles IX qui venait d’atteindre
sa majorité; il y a tout lieu de croire qu’il y est complètement
étranger, et qu’elles ont été dictées par la reine à un homonyme de
Montaigne remplissant auprès d’elle les fonctions de secrétaire, le
même probablement au profit duquel elle faisait délivrer en 1586
une ordonnance de paiement de 150 écus, que l’on a retrouvée, «pour
renouveler un des chevaux de sa charriote et acheter quelques hardes
qui lui sont nécessaires».

Mais tout ce qui a trait à l’auteur des Essais s’efface devant l’éclat
de cette œuvre capitale; par elle, la mémoire de Montaigne rayonne
d’une gloire qui se maintient en ces temps où tout va passant si
rapidement: sa statue orne le principal site de Périgueux; il existe de
lui de nombreux bustes et portraits; en bien des villes, des lycées,
des promenades, des avenues, des rues portent son nom; pendant la
Révolution française il a été le sujet d’une comédie; son éloge a été
mis au concours, et innombrables sont les ouvrages et articles de
littérature, critiques et autres, dont il a été l’objet. Par-dessus
tout, son livre traduit à l’étranger en plusieurs langues, sans cesse
réédité en France à toutes époques, introduit par extraits dans
l’enseignement, lui a donné l’immortalité en ce monde.

Bien que passant trop légèrement sur le scepticisme confinant à
l’égoïsme qui est le fond de cette existence et la flattant un peu,
Villemain dans son panégyrique de Montaigne l’a très heureusement
résumée et appréciée: «Sa vie, dit-il, offre peu d’événements: elle ne
fut point agitée; c’est le développement paisible d’un caractère aussi
noble que droit. La tendresse filiale, l’amitié occupèrent ses plus
belles années. Il voyagea, n’étant plus jeune, et n’ayant plus besoin
d’expérience; mais son âme, nourrie si longtemps du génie antique,
retrouva de l’enthousiasme à la vue des ruines de Rome.--Malgré son
éloignement pour les honneurs et les emplois, élu par le suffrage
volontaire de ses concitoyens, il remplit deux fois les fonctions
de premier magistrat dans la ville de Bordeaux. Il était plus fait
pour étudier les hommes que pour les gouverner: c’était l’objet où se
portait naturellement son esprit; il s’en occupait toujours jusque dans
le calme de la solitude et dans les loisirs de la vie privée.--Les
fureurs de la guerre civile troublèrent quelquefois son repos; et sa
modération, comme il arrive toujours, ne put lui servir de sauvegarde.
Cependant ces orages même ne détruisirent pas son bonheur. C’est ainsi
qu’il coula ses jours dans le sein des occupations qu’il aimait, libre
et tranquille, élevé par sa raison au-dessus de tous les chagrins qui
ne venaient point du cœur, attendant la mort sans la craindre, et
voulant qu’elle le trouvât «occupé à bêcher son jardin et nonchalant
d’elle».--Les «Essais» ne furent pour lui qu’un amusement facile, un
jeu de son esprit et de sa plume. Heureux l’écrivain qui, rassemblant
ses idées comme au hasard, et s’entretenant avec lui-même, sans songer
à la postérité, se fait cependant écouter d’elle. On lira toujours avec
plaisir ce qu’il a produit sans effort. Toutes les impressions de sa
pensée, fixées à jamais par le style, passeront aux siècles à venir.
Quel fut son secret? Il s’est mis tout entier dans son ouvrage; aussi
en lui l’homme ne sera jamais séparé de l’écrivain, non plus que son
caractère ne le sera de son talent.»


LES ESSAIS.

«Livre consubstantiel à son auteur», écrit Montaigne (liv. =II=, ch.
18, =II=, 524 et N. Autheur); autrement dit: mon livre et moi ne
faisons qu’un (=III=, 244).

Les ESSAIS et leur auteur sont en effet inséparables: qui analyse
l’un, analyse l’autre, ils ne sauraient être analysés l’un en dehors
de l’autre; et d’autre part, le proverbe qui dit que nous pouvons nous
flatter de connaître l’homme avec qui nous avons mangé un boisseau de
sel est ici en défaut: qui peut dire en effet combien d’exemplaires des
Essais il faut avoir usés avant de croire qu’on connaît Montaigne!

Ondoyant et divers, est sa caractéristique essentielle en même temps
qu’il nous apparaît être tel ou tel suivant nos propres sentiments,
suivant même nos dispositions du moment; on ne le tient jamais; aucune
doctrine n’est tellement sienne qu’il ne puisse avoir soutenu, dans
quelque coin des Essais, la doctrine contraire.

Aux yeux des uns, il est le plus naturel, le plus pratique, le plus
simple des sages, et voilà de quoi plaire au plus grand nombre; aux
yeux des autres, il est le plus avisé, le plus fin, le plus raffiné
des libres penseurs, et voilà de quoi plaire aux plus délicats;
généralement on aime sa hardiesse, quelques-uns le trouvent osé;
d’autres le louent de maintenir à l’état de questions ouvertes une
foule de problèmes que ceux-là estiment préférable d’écarter en les
passant sous silence.

A première vue moraliste de premier ordre, le jugement et la
connaissance du cœur humain priment en lui l’érudition et sa morale
n’effarouche pas comme celle de tant d’autres qui l’ont devancé ou
suivi. Sous une forme simple et attrayante, il nous montre combien
du fait même de la nature, dont notre raison est l’interprète, sont
faciles et agréables la recherche de la vérité et la pratique de la
vertu, quel contentement elles sont susceptibles de nous procurer, et
que sous leur action réconfortante peu à peu l’apaisement se fait en
nous. Loin de nous détourner des jouissances qu’il nous est donné de
ressentir ici-bas, il nous incite à ne pas les dédaigner, nous mettant
seulement en garde contre l’abus; comme aussi à patienter avec les
misères de l’existence, en les comparant à ce qu’elles pourraient
être, et considérant qu’il est toujours loisible de s’y soustraire à
qui elles sont devenues intolérables.--Élevé dans la pratique de la
foi catholique la plus orthodoxe, il la confesse à maintes reprises,
tout en évitant avec grand soin d’en discuter les dogmes.--Partisan
de la royauté qui, pour lui, représente l’ordre, base essentielle des
sociétés, la domination populaire ne lui semble pas moins être la plus
naturelle et la plus équitable; mais par-dessus tout, il est ennemi
de la violence et des abus d’où qu’ils viennent; rebelle à toute
contrainte, il veut pour chacun la liberté la plus absolue uniquement
limitée par l’obligation de ne pas porter atteinte à celle d’autrui et
d’observer les lois.

Et nonobstant, en le scrutant davantage, peut-on nier que sous le
rapport philosophique, nul plus que lui ne se soit évertué à démontrer
l’inanité de tout système et l’impuissance de l’esprit humain?
Rien n’est absolu, tout est relatif, est sa conclusion en toutes
choses.--Personne a-t-il mieux montré à quel point un homme peut être
irréligieux, avec la volonté de n’être pas antireligieux! jamais
personne n’a fait plus complètement abstraction de la vie éternelle;
sa religion est toute de surface et d’étiquette. Lui si prolixe en
citations, use relativement assez peu de l’Ecriture Sainte et de
la Bible, tout juste assez pour ne pas paraître les ignorer, et sa
solution de la question religieuse n’est autre en définitive que de
«demander à son curé ce qu’il faut croire et n’y plus penser».--Ces
mêmes lois, pour lesquelles, comme citoyen, il professe le plus
grand respect, comme penseur il a pour elles, et pour toutes en
général, un mépris absolu, convaincu qu’il est que pas une n’est
fondée sur la raison et que leur existence seule fait leur autorité
(STAPFER).--Il est humain, réprouve toute rigueur inutile et s’apitoye
volontiers sur le sort des malheureux; il est de commerce facile,
c’est incontestable; mais de la question sociale il ne dit mot, et
d’autre part que d’égoïsme en lui! C’est à un degré tel qu’imbu de ses
idées, un homme peut vivre heureux, mais qu’une nation chez laquelle
chacun s’inspirerait de pareils sentiments, résigné à tout plutôt que
d’accepter d’être troublé dans sa quiétude, laissant aux autres le soin
de lutter pour ce que soi-même on approuve, souhaite ou désire, serait
immanquablement perdue. Et c’est bien là ce qui nous menace: notre
bourgeoisie qui forme le fond sérieux de notre population, absolument
formée sur ce modèle, à peu près satisfaite de son sort, ne voit, elle
aussi, rien au delà (le bien-être est mère de la veulerie); n’ayant au
cœur qu’une passion, l’égoïsme, elle se désintéresse du flot montant
des revendications des classes ouvrières auxquelles elle ne veut pas
prêter l’attention, attacher l’importance qu’elles méritent, soit pour
y donner satisfaction, soit pour y résister, ne semblant pas se douter
qu’en politique comme à la guerre, pour avoir la paix il faut être
fort et redouté, et prévoyant; regarder en face les difficultés, et les
combattre en prenant les devants et non s’incliner. Que peut-on voir
en effet de plus probant sur cette disposition d’esprit chez Montaigne
que ces passages mêmes de son livre: «Ie me contente de iouïr du monde
sans m’en empresser, de viure vne vie seulement excusable et qui
seulement ne poise ny à moi ny à autrui.»--«Si ne sçais à l’examiner
de pres, si selon mon humeur et mon sort, ce que i’ay à souffrir des
affaires et des domestiques, n’a point plus d’abiection, d’importunité
et d’aigreur, que n’auroit la suitte d’vn homme, nay plus grand que
moy, qui me guidast vn peu à mon aise.»--«Ie hay la pauureté à pair
de la douleur; mais ouy bien, changer cette sorte de vie à vne autre
moins braue et moins affaireuse.»--«Ie me consolerois aysement de
cette corruption des mœurs presentes de nostre estat, pour le regard
de l’interest public; mais pour le mien, non. I’en suis en particulier
trop pressé.»--«La plus honorable vacation est de seruir au publiq et
estre vtile à beaucoup. Pour mon regard, ie m’en despars, partie par
conscience, partie par poltronerie» (ch. IX du liv. III, =III=, 390,
392, 396). Ce scepticisme outré, dont on lui fait reproche, s’explique
bien, du reste, par les circonstances dans lesquelles il se trouvait.
En politique, les partis changeaient de thèse au fur et à mesure que
les événements se produisaient, et chacun changeait de parti suivant ce
qu’il croyait plus avantageux, les convictions n’y étaient généralement
pour rien. En matière religieuse, son père était catholique, sa mère
protestante, ses frères et sœurs tenaient les uns pour la première de
ces religions, les autres pour la seconde; les discussions en famille
sur les mérites de l’une et de l’autre devaient être fréquentes en
ce temps où elles étaient l’une des causes essentielles des troubles
qui agitaient si profondément la France. Ce devait être pour lui, qui
aimait à penser, un sujet de méditations constantes, et la méditation
en pareille matière, quand la raison seule s’en mêle à l’exclusion de
la foi (et, chez lui, chacune avait son heure), conduit, ainsi qu’il le
dit, «ayant tout essayé, tout sondé, à ne trouuer en cet amas de choses
diuerses, rien de ferme, rien que vanité» (=II=, 226); «toutes choses
nous sont occultes, il n’en est aucune de laquelle nous puissions
établir quelle elle est» (=II=, 244).

Ste-BEUVE l’appelle «le plus sage des Français»; c’est beaucoup dire,
mais à coup sûr, Montaigne fut un sage; il est un maître sous le
rapport du bon sens, pour cette moyenne de l’humanité qui forme un
groupe si considérable et si honorable, qui n’est bien capable au
cours ordinaire de la vie que d’une sagesse courageuse encore, mais
tempérée et modeste; il nous gouverne, nous dirige, nous inspire, il
est le héros et le hérault du bon sens; et, quand il a affaire à des
âmes plus hautes, plus sévères à la fois et plus ardentes, il ne les
conquiert pas, mais néanmoins il les séduit, les charme jusqu’à les
inquiéter; il s’en fait non des amies, mais, ce qui est plus flatteur,
des ennemies qui ne peuvent détacher de lui ni leurs pensées, ni leurs
regards (FAGUET).--Et cependant, si l’on vous disait d’un homme, sans
le nommer: Il a traversé l’étude, la magistrature, la cour, la guerre,
l’administration, et nulle part il ne s’est arrêté, ni engagé à fond.
Rentré dans la vie privée, il n’y a point pris racine; il a jugé que
les devoirs et les intérêts domestiques étaient encore un cercle trop
large, pour ce que j’appelle sa paresse, une charge trop lourde, pour
ce qu’il appelle son indépendance; il s’est isolé de sa famille après
s’être isolé du monde: comme mari, comme père, il a cru faire assez
en laissant sa femme gronder à l’aise et sa fille s’élever au hasard,
pendant qu’il s’enfermait et rêvait dans une tourelle réservée de son
petit château, sans jamais faire aucun effort pour autrui. Un tel homme
peut-il réellement être considéré comme le type de l’homme vraiment
sage? Que pouvait-il y faire autre que d’observer cet être unique, ce
moi auquel il avait réduit son univers, que par moment il maltraite en
paroles, mais dont il est évidemment trop jaloux, pour qu’on admette
qu’il n’en était pas amoureux; et, frappé des contrariétés et des
complexités de sa nature, concluant de lui-même à nous tous, pouvait-il
se représenter l’homme autrement qu’une énigme indéchiffrable? (G.
GUIZOT).--«Mérite-t-il d’être pris pour modèle, celui qui se félicite
d’être arrivé à ce point de philosophie qu’il puisse mourir sans
regret de chose quelconque, non pas même de sa femme et de ses
enfants; qui, pour n’être point importuné à ce moment par la présence
de ses amis et de ses proches dont il soupçonne les larmes, pour n’être
point obligé de consoler leur douleur ou soutenir leur faiblesse,
souhaite d’aller souffrir et mourir parmi des mercenaires et des
inconnus; qui, apprenant la mort de sa fille unique, envoie à sa femme
une lettre badine, avec un traité de Plutarque pour la consoler?»
(BIOT).

Pour nous, qui avons vécu des années avec lui, Montaigne nous apparaît
vif, exubérant, et avec cela nonchalant, répugnant à prendre une
décision; très malin, très piquant sous une certaine rondeur d’allures,
sociable néanmoins, d’humeur facile, indulgent pour autrui et en somme
agréable compagnon, ne se sachant pas du reste mauvais gré d’être
le bonhomme qu’il paraît et qu’il fait plus encore peut-être qu’il
ne l’est; ayant le jugement sain, l’âme sincère, mais la conscience
peu sévère; c’est un penseur capricieux mais profond, qui a de
l’originalité, le culte de l’antiquité, du pittoresque dans son style,
nerveux, écrivant au jour le jour, par passe-temps, mais s’intéressant
peu à ce qui n’est pas lui, dont il parle avec franchise, tout en ne
confessant guère que les défauts dont on se fait généralement gloire
dans le monde; d’un égoïsme profond, répugnant à l’action et aimant
par-dessus tout le calme et le repos; d’un scepticisme achevé, qui le
porte à accepter par trop toutes les faiblesses humaines, sans jamais
provoquer un effort quel qu’il soit pour les prévenir ou les refréner;
et cependant sensible à la vertu et réprouvant le vice; admirateur du
beau et du bien, tout en se reconnaissant incapable d’y atteindre;
prenant ses maux en patience, compatissant à ceux d’autrui, résigné
à ce qu’il ne peut empêcher, se contentant de son sort; pondéré,
n’exagérant rien, ne se passionnant pas; ne se croyant pas infaillible;
tolérant, n’imposant pas ses idées, respectant les opinions des autres
et même leurs erreurs; considérant la versatilité comme inhérente à la
nature humaine et ne s’en étonnant pas; fuyant les discussions; à tout
procès, préférant un accommodement; assoiffé de liberté pour lui et
pour autrui; respectueux des pouvoirs établis, non qu’il les tînt comme
parfaits, mais parce qu’il estimait qu’il n’y a rien qui ne prête à la
critique et qu’il ne donnait point dans les utopies; tout en étant d’un
parti, se conciliant les autres, sans manquer ni à ses obligations, ni
à ses propres sympathies; ne se mêlant aux affaires publiques qu’à son
corps défendant, et faisant alors, sans jamais outrepasser, ce qu’il
croyait être son devoir; cherchant à esquiver toute ingérence dans les
intérêts et les affaires des autres, ne s’occupant même que modérément
des siennes, préférant l’inconvénient d’être volé à l’obligation de
surveiller ses domestiques; ne s’obstinant pas à vouloir pénétrer quand
même la raison de ce qui est; se laissant vivre, ne faisant fi d’aucune
des jouissances et agréments que l’existence comporte; envisageant
la mort sans appréhension, constamment préparé à sa venue; fidèle à
la religion de ses pères, moins par conviction, que pour n’être pas
troublé par l’ignorance où nous sommes de ce qui se passe après nous,
et, parce qu’il trouvait difficilement à accommoder sa foi avec sa
raison, évitant avec le plus grand soin de les mettre en présence. Avec
cet ensemble de défauts et de qualités, honnête sans être parfait,
satisfaisant, en ces temps extraordinairement agités, aux conditions
essentielles de ce qui procure à l’homme cette tranquillité relative
du corps et de l’âme, qui en somme est le bonheur tel qu’il peut être
ici-bas, réalisant l’_aurea mediocritas_ d’Horace, Montaigne est un
consolateur précieux et, à ce titre, vaut d’être lu et médité de tous.

L’ouvrage de Montaigne est un vrai répertoire de souvenirs et de
réflexions nées de ces souvenirs. Sur chaque sujet, il commence
par dire tout ce qu’il sait et il finit par dire ce qu’il croit et
naïvement, en toutes choses, le pour et le contre; c’est un penseur
profond, mais capricieux; et le cours de ses idées l’entraîne sans
cesse à tous les points imaginables de l’horizon. On lui a reproché de
conter trop d’histoires, mais c’est précisément par là qu’il arrive à
son but: nous montrer l’homme dans toutes les attitudes.

Le succès des Essais s’affirma assez rapidement, bien qu’il semble
que ses contemporains aient été plus vivement choqués que nous ne le
sommes aujourd’hui, des incorrections et des singularités de son style;
PASQUIER lui reprochait qu’en plusieurs endroits de son livre, on
reconnaissait «je ne sais quoi du ramage gascon», et l’invitait à les
corriger, ce dont, du reste, il se garda bien.

Déjà à la fin de son siècle, JUSTE LIPSE avait surnommé l’auteur des
Essais «le Thalès français» et de THOU, qui le qualifie d’«Homme
franc, ennemi de toute contrainte», lui promet l’immortalité; par
contre SCALIGER l’appelle «un ignorant hardi», et les gens d’Église le
traitent de «sophiste».

Dès le milieu du XVIIe siècle, les Essais étaient presque
universellement répandus, beaucoup déjà s’en inspirent et bien diverses
sont, à cette époque, les appréciations émises à leur sujet:

Le cardinal DUPERRON les dénomme «le bréviaire des honnêtes gens».

BACON écrit ses Essais ayant sous les yeux ceux de Montaigne, qu’il
comparait au travail des abeilles.

GUEZ DE BALZAC dit en en parlant: «Ce n’est pas un corps entier,
c’est un corps en pièces, tant l’auteur est ennemi de toute liaison
soit de la nature, soit de l’art. Il sait bien ce qu’il dit, mais ne
sait pas toujours ce qu’il va dire; s’il a dessein d’aller dans un
lieu, le moindre objet qui lui passe devant les yeux, le fait sortir
de son sujet pour courir après ce nouvel objet; mais il s’égare plus
heureusement que s’il allait tout droit et ses digressions sont
agréables et instructives», et il le tient comme ayant porté la raison
humaine aussi haut qu’elle peut s’élever, soit en politique, soit en
morale.

MÉZERAY l’appelle «un Sénèque chrétien».

S.-EVREMOND dit qu’il «s’y plaira toute sa vie».

PASCAL, qui avait commencé par le lire avec passion et le goûter très
vivement, s’élève contre les tendances païennes de sa morale, lui
reproche de mettre toutes choses dans un doute universel, ce qui est
en effet la caractéristique de sa philosophie, et trouve bien sot le
projet qu’il a eu de se peindre. Sur ce dernier point, M. Faguet a
depuis observé judicieusement: «qu’en tous cas, le sot projet ne fut
pas de s’étudier et de se connaître; que c’est peut-être notre premier
devoir que de savoir ce que nous sommes; à qui, en nous, nous avons
affaire; que rien n’est plus digne d’un esprit sérieux, ne lui est plus
nécessaire, ne s’impose plus à lui». Et cependant, malgré les violentes
attaques dont il le poursuit, allant jusqu’à l’accuser de ne penser
qu’à mourir lâchement et mollement, nul plus que Pascal n’a emprunté
à Montaigne, à la vérité sans le nommer, si bien qu’on a pu dire que,
malgré les différences profondes qui les séparent, la Bible est le
seul livre qui ait agi sur Pascal plus que les Essais; et que, par une
dévotion outrée et mal dirigée, il en est arrivé au même point que
Montaigne par son scepticisme exagéré.

Après Pascal, c’est l’école de PORT-ROYAL qui, tout en convenant que
Montaigne a beaucoup d’esprit, lui reproche qu’après avoir bien aperçu
le néant des choses humaines, il croit peu à celles du ciel et réduit
la philosophie à l’art de vivre à son aise ici-bas; qu’en tant que
philosophe, c’est un «menteur» qui se moque du lecteur.

Mme DE LAFAYETTE écrit qu’«il y a plaisir à avoir un voisin tel que
lui».

MOLIÈRE rivalise de sagacité et de profondeur avec lui, quand il peint
la morgue et la vanité des érudits, l’ignorance et le pédantisme des
médecins, les sottes prétentions des femmes savantes et plusieurs
autres ridicules.

LA FONTAINE, qui a à peu près sa méthode et sa morale, imite dans ses
fables sa philosophie naïve.

«Quel aimable homme, qu’il est de bonne compagnie, que son livre est
plein de bon sens!» écrit Mme DE SÉVIGNÉ.

MALEBRANCHE le juge avec sévérité: il le tient pour pédant, parce
qu’il cite beaucoup sans être érudit; comme fort en citations, mais
malheureux et faible en ses raisons et déductions, lui reprochant de
persuader non par des arguments, mais par son imagination; «un trait
d’histoire ne prouve pas, un petit conte ne démontre pas; deux vers
d’Horace, un apophthegme de Cléomènes, un de César ne doivent pas
persuader des gens raisonnables»; et cependant les Essais ne sont
qu’un tissu de traits d’histoire, de petits contes, de bons mots, de
distiques et d’apophthegmes.

HUET, qui ne se piquait cependant pas d’une grande austérité, appelait
les Essais «le bréviaire des honnêtes paresseux et des ignorants
studieux qui veulent s’enfariner de quelque connaissance du monde et
de quelque teinture des lettres». «A peine trouverez-vous, disait-il,
un gentilhomme de campagne qui veuille se distinguer des preneurs de
lièvres, sans un Montaigne sur sa cheminée.»

BAYLE, cet esprit si judicieux, le continue et le commente.

LA BRUYÈRE, qui l’a beaucoup étudié, s’empare de son style; il en a le
pittoresque, mais avec beaucoup plus de hardiesse; et en peu de lignes,
il le venge des attaques de BALZAC et de MALEBRANCHE: «L’un ne pensait
pas assez pour goûter un auteur qui pense beaucoup; l’autre pense trop
subtilement pour s’accommoder de pensées qui sont naturelles.»

Le XVIIIe siècle a pour lui une admiration profonde, dans laquelle
il entre peut-être quelque parti pris: ses idées triomphent; les
philosophes de cette époque le réclament comme un des leurs, un peu
à tort du reste, car à l’opposé des encyclopédistes qui estiment que
l’homme est né bon et que c’est la société qui, mal organisée, le
déprave, Montaigne a plutôt tendance à croire que c’est l’homme, plus
que la société, dont l’amélioration est à poursuivre.

MONTESQUIEU en particulier se fait son défenseur[8].

  [8] V. N. =I=, 552: Inusité.

Mme DU DEFFAND l’excepte lui seul de son dédain pour les philosophes
qui tous, dit-elle, sauf lui, sont des fous.

VOLTAIRE plus que tout autre lui prodigue l’éloge, estime surtout en
lui son imagination[9], trouve charmant le projet qu’il a eu de se
peindre naïvement comme il l’a fait, et ajoute: «Quelle pauvre idée ont
eue Nicole, Malebranche et Pascal de le décrier[10].»

  [9] V. N. =II=, 478: Creu.

  [10] V. N. =II=, 18: Extrauagant.

VAUVENARGUES et DUCLOS marchent sur ses pas, montrant à l’homme ses
travers et ses défauts.

J.-J. ROUSSEAU s’en inspire, le copie souvent, et, comme lui, ne
craint pas de se montrer tout entier et sans voile aux regards de ses
contemporains.

BUFFON développe ses pensées sur la nature.

SEDAINE l’unit à Shakspeare et à Molière, admirant «ce fonds immense de
naturel, de raison, de grâce, de variété, de profondeur et de naïveté
qui caractérise ces grands hommes».

«Il est aussi vraisemblable, dit MARMONTEL, que sans Montaigne on n’eût
pas eu Pascal, qu’il l’est que sans Corneille on n’eût pas eu Racine.»

DUCIS, lui aussi, admire sa raison et sa grâce.

DELILLE lui dresse un piédestal, ainsi qu’on en peut juger par les vers
qui terminent cette notice.

LA HARPE s’exprime ainsi à son sujet: «Écrivain, il a imprimé à la
langue française une sorte d’énergie familière, qu’elle n’avait point
avant lui et qui ne s’est pas usée. Philosophe, il a peint l’homme tel
qu’il est sans l’embellir avec complaisance, sans le défigurer avec
misanthropie. Il n’est jamais vain, ennuyeux, hypocrite, ainsi qu’il
arrive souvent, quand on se met soi-même en scène. Quels trésors de bon
sens! Ses Essais sont le livre de tous ceux qui lisent et même de ceux
qui ne lisent pas.»

Le siècle suivant, s’en rapportant généralement au précédent, ne lui a
pas été moins favorable, bien que ses critiques n’y soient pas en moins
grand nombre que ses admirateurs; mais c’est surtout son style, plus
que ses idées, qui alors est en honneur. En 1812, son éloge était mis
au concours, et dans VILLEMAIN, déjà cité, auquel en fut attribué le
premier prix, on relève: «La morale de Montaigne n’est pas sans doute
assez parfaite pour des Chrétiens; il serait cependant à souhaiter
qu’elle servît de guide à tous ceux qui n’ont pas le bonheur de l’être.
Elle formera toujours un bon citoyen et un honnête homme. Elle n’est
pas fondée sur l’abnégation, mais elle a pour premier principe la
bienveillance envers les autres, sans distinction de pays, de mœurs,
de croyance religieuse. Elle nous instruit à aimer le gouvernement
sous lequel nous vivons, à respecter les lois auxquelles nous sommes
soumis, sans mépriser le gouvernement et les lois des autres nations;
nous avertissant de ne pas croire que nous ayons seuls le dépôt de
la justice et de la vérité. Elle n’est pas héroïque, mais elle n’a
rien de faible: souvent même elle agrandit, elle transporte notre âme
par la peinture des fortes vertus de l’antiquité, par le mépris des
choses mortelles et l’enthousiasme des grandes vérités; mais bientôt
elle nous ramène à la simplicité de la vie commune, nous y fixe par un
nouvel attrait et semble ne nous avoir élevé si haut dans ses théories
sublimes, que pour nous réduire avec plus d’avantage à la facile
pratique des devoirs habituels et des vertus ordinaires.»

MICHELET le traite assez durement: «Les Essais disent le découragement,
l’ennui, le dégoût qui remplissent les âmes; j’y trouve à chaque
instant certain goût nauséabond, comme dans une chambre de malade.»
Ailleurs il l’appelle «ce malade égoïste, clos dans son château de
Montaigne».

G. GUIZOT, dont nous avons plus haut donné des extraits, déclare
nettement, après l’avoir étudié de très près, qu’il l’admire mais ne
l’aime pas: «Montaigne, dit-il, est venu jusqu’à nous, porté par les
flots changeants de l’opinion, dont il est l’enfant gâté; en dépit des
vicissitudes dont elle est coutumière, il est des écrivains de son
temps le seul de qui l’importance et l’influence aient grandi avec les
ans. Esprit singulièrement libre, ouvert, équitable et prudent, de
tous nos grands hommes d’autrefois, il est peut-être celui que nous
aurions le plus de profit à évoquer et à consulter. Il a le génie
de la modération et du langage le plus propre à exprimer. A travers
trois siècles qui nous séparent, nous n’avons pas à faire effort
pour remonter jusqu’à lui, tellement il est près de nous, plus près
que beaucoup d’une date plus récente et d’une langue plus semblable
à la nôtre. Il est nommé et cité partout; il est si répandu, ses
anecdotes et ses traits de style ont tant circulé, que, même anonyme,
on le retrouve sans cesse; de plus, on lui prête autant qu’on lui
emprunte et ce n’est pas peu dire. Mais au fond, tout essayer, tout
esquiver; ne jamais exposer une pensée sans en laisser entrevoir la
contrepartie, et ne jamais conclure; peu de caractère, pas d’idéal,
s’accommodant de tout; vieux de bonne heure, jeune jusqu’à la fin:
voilà Montaigne; c’est un homme de génie, mais en tout un amateur: en
morale, en religion, en politique et même en affections de famille. Les
Essais ont réussi, incontestablement, et avant tout, par le talent,
l’esprit, l’entrain, l’imagination de leur auteur; mais en même temps,
parce qu’il s’y applique à nous apprendre à arranger, à son exemple,
commodément notre vie et à reposer notre tête sur un oreiller doux et
sain.»

Plus près de nous, MARGERIE le résume de la sorte: «Il connaît à
merveille les misères humaines, et les expose sans chercher à les
corriger; sa sagesse est de vivre et de se réjouir, et le meilleur
moyen d’y atteindre est pour lui de ne se troubler de rien et de ne
rien prendre au sérieux. D’une façon générale, il décourage les élans
généreux qui sont la source des grandes choses; et, pour ce motif,
il n’est pas à mettre, en entier, entre les mains de la jeunesse, à
laquelle il enlèverait trop tôt ses illusions. Par contre, de quel
charme n’est-il pas pour celui qui va atteindre l’âge de la retraite;
quand l’expérience lui a appris combien décevantes sont les gloires de
ce monde, et qu’il cherche à orienter sa vie en vue de se reposer des
luttes auxquelles il a pris part, il lui fait voir toutes choses sous
leur véritable jour.» Et il termine: «Bon homme et aimable compagnon,
oui; mais cœur chaud et grand cœur, non; son attitude pendant la peste
de Bordeaux, alors qu’il était maire de cette ville, en témoigne; il
lui manquait en outre une conscience sévère et un vaillant désir de
progrès moral.»

Dans son _Histoire de France_ (tome IX), HENRI MARTIN estime que
la plupart des écrivains, Rabelais même, peuvent s’analyser; seul
Montaigne échappe: «On peut, dit-il, esquisser le profil des Alpes
et des Pyrénées mais comment fixer l’aspect de l’Océan aux flots
mobiles? Chez lui c’est en tout le respect des coutumes établies, non
parce qu’elles sont bonnes, mais parce qu’elles sont, et coûtent trop
à changer en admettant même que nous gagnions au change; mais tout
en nous accommodant de toutes choses extérieures, tout en subissant
patiemment tous les jougs, il veut que nous ne nous y engagions que le
moins possible, que nous conservions la pleine liberté de penser; et
cette réserve est en lui le point de départ d’une guerre à tout ce dont
tout à l’heure il nous commandait le respect, à toute coutume, à toute
convention, à tout préjugé, toute superstition, qui tous sont de sa
part l’objet d’un doute universel.»

Enfin, tout récemment, M. ALBALAT émet sur lui l’appréciation suivante:
«C’est l’homme de Sénèque et de Plutarque; l’antiquité fut son modèle,
d’elle il accepte tout, ne conteste rien. Il en est plein au point
que si l’on retranchait tout ce qu’elle lui a fourni, les Essais se
trouveraient fort abrégés, de nombreux chapitres n’auraient qu’un petit
nombre de lignes et quelques-uns disparaîtraient complètement. C’est un
penseur que n’ont jamais troublé ni les difficultés de la vie présente,
ni les angoisses de la vie future. Né dans la religion catholique, il
est au plus haut degré respectueux de ses dogmes et observateur de
ses pratiques; mais, la plume à la main, après avoir placé la vérité
religieuse au-dessus de tout débat, il fait montre d’un état d’âme et
d’une tournure d’esprit tout autres: Son chapitre sur les croyances et
les légendes est, de fait, la négation de toutes révélations divines
et de toute espèce de miracles; il réfute la théorie du repentir et de
la pénitence: il parle de la mort en homme qui n’est pas précisément
convaincu de l’immortalité de l’âme, et ne demande jamais du courage
et de la résignation à l’idée religieuse; sa morale n’a rien de commun
avec celle du christianisme»; et, bien que ces sujets tiennent une
grande place dans son livre, lui, si prolixe en citations, n’use en
cela de l’Écriture sainte et de la Bible que tout juste assez pour ne
pas paraître les ignorer.

Toutefois ce scepticisme outré qui, chez lui, est un point dominant,
qui se révèle partout dans les Essais et qui l’a amené à une sorte
d’adaptation, dit BRUNETIÈRE, ou accommodation aux circonstances, qui
ne sont jamais, ou bien rarement, les mêmes, ni pour deux d’entre
nous, ni pour chacun de nous, à deux moments différents de son
existence, il faut, pour en juger équitablement, considérer les temps
où vivait Montaigne; tant d’événements extraordinaires venaient de
s’accomplir ou étaient encore en évolution, qui étaient bien faits
pour faire douter quiconque de bonne foi cherchait à se rendre compte.
C’étaient l’invention de l’imprimerie (1440), la chute de l’Empire
d’Orient (1453), la découverte du Nouveau Monde (1492), la Renaissance
(XVe et XVIe siècles), enfin la Réforme de Luther (1517) avec les
troubles de conscience qui en résultèrent et les guerres civiles de si
longue durée, où se donnèrent si longtemps et si pleinement carrière
toutes les passions déchaînées, qui éclatèrent à cette occasion et
dont la France, qu’elles mirent dans le plus complet désarroi, fut
particulièrement le théâtre.

Étudiant de plus près l’influence qu’ont pu avoir sur l’œuvre de
Montaigne et les opinions qu’il y manifeste, l’origine de sa famille,
la situation à laquelle il était arrivé, ses alliances et les
événements au milieu desquels sa vie s’est déroulée, MALVEZIN, en 1875,
s’exprimait ainsi:

  «Michel Eyquem descendait de ces anciens bourgeois de Bordeaux
  (son père prenait encore ce titre), continuateurs du municipe
  romain, qui vivaient dans une véritable république, ne
  reconnaissant au-dessus d’eux aucun seigneur, si ce n’est le
  duc de Guyenne et plus tard le roi de France, avec lesquels
  ils étaient souvent en lutte quand ceux-ci, toujours à court
  d’argent, cherchaient à faire peser plus lourdement sur eux,
  sur leur commerce ou sur leurs terres leur joug fiscal, alors
  que ceux-là considéraient ne leur devoir que l’hommage de
  souveraineté et l’octroi volontairement consenti de subsides et
  d’impôts.

  «Ces fiers marchands, qui dans leurs actes prenaient le titre de
  «Sire», n’avaient pas encore perdu l’habitude de se gouverner
  eux-mêmes, de voter eux-mêmes leurs taxes, de lever des troupes
  et de les commander; ils possédaient des maisons nobles, des
  juridictions, des seigneuries, des baronnies au même titre que
  les gentilshommes et s’anoblissaient eux-mêmes comme citoyens de
  Bordeaux, sans souci du pouvoir royal, lui rendant seulement le
  service militaire du ban et de l’arrière-ban pour leurs terres
  nobles.

  «Quant aux gentilshommes du pays, ils avaient encore, eux aussi,
  l’habitude de penser et de s’exprimer librement; la royauté
  n’avait encore que peu de puissance sur eux et les souvenirs de
  la nationalité perdue n’étaient pas éteints.

  «A l’indépendance de ces bourgeois dont il était issu, de ces
  gentilshommes parmi lesquels il comptait, Montaigne joignait
  celle de l’érudit qui s’était fait un idéal du citoyen des cités
  grecques et romaines; c’est en obéissant à ce courant d’idées
  qu’il a porté la lumière sur les abus les plus criants de son
  époque et attaqué les superstitions et erreurs de son temps.
  Les questions politiques, sociales et religieuses ne faisaient
  pas plus défaut à ce moment que maintenant, et c’est ainsi
  que nous le voyons signaler les inconvénients de la vente des
  offices de judicature, du mode d’éducation; l’abolition de la
  torture qui était avec l’instruction secrète des procès un des
  modes d’exercer la justice, celle des peines édictées contre les
  sorciers.

  «Mais s’il voulait remédier aux abus, il ne reconnaissait pas
  moins combien il est dangereux de vouloir renverser tout ce
  qui existe, au lieu de procéder avec mesure et avec l’aide du
  temps. Il vivait alors que catholiques et huguenots rivalisaient
  de haines sauvages et de fureurs sanglantes; dans la Guyenne
  même les cruautés du catholique de Montluc étaient égalées par
  celles du protestant baron des Adrets; dans toute la France se
  répétaient officiellement les massacres de la Saint-Barthélemy,
  les Guises assassinaient Coligny, le roi assassinait les Guises,
  Jacques Clément assassinait le roi; dans les campagnes, chaque
  gentilhomme faisait la guerre de partisan pour le Roi ou pour
  la Ligue, pour les catholiques ou pour les huguenots; dans les
  villes, les émeutes et les massacres populaires étaient suivis
  des pendaisons et des massacres royaux; et, dans ces conditions,
  Montaigne «assis au moyeu de tout le trouble» des guerres civiles
  de France, était fondé à redouter les «nouvelletez», à prêcher
  l’obéissance à la loi et faire appel, sans distinction de parti,
  à la tolérance et à la modération. Véritable précurseur des temps
  modernes, il nous montre l’idéal que nous n’avons pas encore
  atteint: la liberté sans la licence, l’ordre sans le despotisme.»

S’il parle de lui, dit-on souvent, il ne se livre pas: «Sauf de son
père, ce qu’il dit des siens est fort vague; de ses amis, à part La
Boétie et Mlle de Gournay, il ne dit mot; il fait parfois allusion
à des événements auxquels il a été mêlé, mais fort rarement et sans
jamais préciser; au point que la profession militaire à laquelle en
certains passages il fait allusion et que semble lui confirmer le
monument funéraire élevé sur sa tombe, a été mise en doute; de même
qu’on n’a par lui aucune donnée sur les missions et négociations dont
il a été chargé et que d’autres documents établissent.» A cela lui-même
a répondu par avance: «Ce ne sont mes gestes que i’escris: c’est moy,
c’est mon essence» (vol. =I=, pag. 680).--Peut-être est-on plus fondé
quand on lui reproche de n’avouer guère, en les présentant comme tels,
que des défauts discutables, tenus souvent pour des qualités; mais avec
quel art il les discute et nous amène à leur sujet à faire un retour
sur nous-mêmes!

Il est à remarquer que bien que Montaigne ait étudié l’homme à fond, et
qu’au ch. 13 du liv. III (=III=, 670) il dise qu’il s’adonne volontiers
aux petits, il ne parle guère des prolétaires qu’en deux occasions,
pour les plaindre d’être foulés par tous les partis et lui aussi par
contre-coup, et pour faire ressortir avec quelle résignation ils
supportent le mauvais sort; il est vrai qu’en ces temps, ils tenaient
bien peu de place et que son égoïsme le portait à s’en désintéresser.

C’est cette communauté de sentiments entre leur auteur et la
bourgeoisie qui fait que les Essais sont un des livres de prédilection
de celle-ci; elle s’y retrouve avec ses qualités et ses défauts: son
bon sens, son honnêteté native, son amour de la paix à tout prix, sa
versatilité, sa vanité et ses idées tant soit peu frondeuses.

Cette vogue, un dessin humoristique de GAVARNI, daté de 1840, la fait
bien ressortir: un détenu à la prison de Clichy pour dettes (à cette
époque tout créancier pouvait faire incarcérer un débiteur laissant en
souffrance ses engagements), reçoit la visite de sa femme et de leur
enfant; celle-ci l’aborde en lui disant: «Petit homme, nous t’apportons
ta casquette, ta pipe d’écume et ton Montaigne.»--Non moins probante
est cette inscription funéraire que porte au Père-Lachaise, principal
cimetière de Paris, la tombe d’Auguste Collignon, secrétaire général
du Ministère de la guerre, en 1800, sous Carnot: «Il vécut en homme de
bien et puisa la vérité dans les Essais de Montaigne.»

Les Essais sont moins un livre, qu’un journal divisé en chapitres, qui
se suivent sans se lier et qui portent chacun un titre sans se soucier
beaucoup d’en tenir les promesses (CHRISTIAN): ces en-tête dépistent
le lecteur plus qu’ils ne le guident, ce sont de vrais trompe-l’œil.
Il est question de tout dans cet ouvrage: poésie, médecine, histoire
naturelle, art militaire, politique, religion, éducation, morale, et
de bien d’autres choses, et tout y est confondu; ce qui y est dit
sur un même sujet est épars un peu partout, pêle-mêle, que viennent
encore accroître des digressions fréquentes, des citations nombreuses
n’ayant parfois qu’un rapport éloigné avec le texte où elles sont
enchâssées, souvent avec une signification tout autre que celle
qu’elles ont dans l’ouvrage d’où elles sont tirées; des répétitions et
aussi des intercalations faites après coup qui rompent le sens, que
l’auteur ne se donne pas la peine de rétablir, ce qui le rend par place
de compréhension difficile; véritable maquis littéraire où, à tout
instant, malgré les flots de lumière que le style y répand, on a besoin
d’être éclairé, d’où une curiosité sans cesse éveillée qui n’est pas un
des moindres attraits des Essais.

Aucun plan préconçu n’a évidemment présidé à leur rédaction et même, au
début, ils n’étaient pas destinés à l’impression; c’est ce qui explique
qu’ayant commencé à les écrire en 1571, Montaigne n’en a publié
qu’environ neuf ans après les deux premiers livres, rédigés cependant
au courant de la plume, ce qui était vrai alors, et sans les retouches
et augmentations notables qu’il y a apportées depuis.

C’est vraisemblablement après cette première publication, et à ce
moment seulement, que Montaigne a pris à cœur ce travail, s’est décidé
à en accroître l’importance, l’a retouché, y a ajouté et écrit le
troisième livre où, de parti pris, se mettant résolument en cause, il
peut dire en toute vérité qu’il en est le sujet principal et constant.

Mais cette absence de plan ne nuit en rien à l’unité de doctrine qui
n’est autre, et sur ce point l’auteur ne se dément pas une seule fois,
que l’inanité et l’inutilité de tout système philosophique; chacun,
s’étudiant, doit se suffire à lui-même.

Certes il y a des secrets de l’art d’écrire que Montaigne ne possède
pas, mais par son charme, il en fait oublier l’absence; les mérites qui
tiennent de la méthode lui sont inconnus; mais il écrit comme il parle,
en cela il a été l’un des précurseurs de ce genre, et les qualités qui
tendent à l’expression proprement dite lui sont innées et il atteint
à l’éloquence quand il exprime les beaux sentiments et loue les
belles actions. La plupart des grands écrivains du XVIIe siècle l’ont
beaucoup étudié, et l’originalité de son style leur a fourni nombre
d’expressions et d’images que l’on retrouve en lui.--En vrai gascon, du
reste, il va au-devant de toutes les critiques: Il n’a souci, dit-il,
ni de l’orthographe, ni de la ponctuation; si les mots lui font défaut,
il en forge; peu lui importe que les faits qu’il cite soient vrais
ou non; c’est intentionnellement qu’il saute d’un sujet à un autre,
qu’il n’énonce pas les sources où il puise; si ce qu’il dit ici est
en contradiction avec ce qu’il a dit là, c’est qu’alors il pensait
différemment que maintenant; les erreurs légères de rédaction qu’on
pourra relever, il n’y a pas à lui en tenir compte; celles de quelque
importance sont à attribuer à ses imprimeurs.

La langue française ne faisait guère que commencer à se former, il
est même de ceux qui ont le plus contribué à la fixer; le jargon que
parlaient nos aïeux dans les siècles précédents commençait à peine à
s’affiner; les meilleurs ouvrages s’écrivaient en latin, et les Essais
eux-mêmes, bien qu’écrits en français, l’ont été comme l’on écrit en
latin. C’est à cela qu’on doit d’y rencontrer de si nombreux mots
latins francisés, de si fréquentes tournures et constructions de phrase
latines, et notamment des ellipses répétées; si bien qu’on peut dire
que Montaigne a créé la langue dont il a fait emploi, en usant avec
toute la liberté d’un inventeur; les formules reçues sont pour lui
sans autorité; il pense et les mots ne servent qu’à peindre sa pensée;
rarement se rencontrent en lui des circonlocutions; toujours vif et
précis, il est économe de mots et prodigue d’idées (LA DIXMERIE);
et ce que, dans sa préface de _Mithridate_, Racine dit en parlant
d’Amyot, lui est de tous points applicable: «Je rapporte les paroles
de Plutarque, telles qu’Amyot les a traduites, parce qu’elles ont
une grâce, dans le vieux style de ce traducteur, que je ne crois pas
pouvoir égaler dans notre langue moderne.»

A l’éloge de Sénèque et de Plutarque, Montaigne a consacré un de
ses chapitres; c’est à bon droit, car les emprunts qu’il leur a
faits et aussi les idées, les inspirations qu’il leur a prises sont
considérables; Cicéron également a été mis largement à contribution,
quoique cependant à un degré moindre, et il a été aussi ingrat
qu’injuste envers lui en le traitant aussi mal qu’il l’a fait à
diverses reprises.

Quant à écrire à bride abattue, à ne pas se relire comme il le dit, il
n’en est rien, du moins à partir du moment où il cesse d’écrire pour
lui seul. L’examen des diverses éditions des Essais fixe complètement à
cet égard. C’est alors un écrivain raffiné et habile qui sait cacher,
sous des dehors innocents, la hardiesse de la pensée; son style n’a ni
masque, ni fard, mais il a de la toilette; non seulement il corrigeait,
mais il ajoutait; et quand il ajoutait ce n’était pas en une fois
et d’un jet. En regardant les notes manuscrites de l’exemplaire de
Bordeaux, dont il est question plus loin, on voit qu’en deux tiers de
page, la plume et l’encre changent jusqu’à dix fois, et, au lieu que
ce soit le flot courant d’une conversation abondante, cela apparaît
comme un chef-d’œuvre de marqueterie (G. GUIZOT); si bien que ses trois
éditions principales de 1580, 88, 95, apparaissent en quelque sorte
comme trois livres distincts écrits sous des impressions différentes,
ce sont trois images d’un même homme le plus mobile, le plus ondoyant
qui fut jamais, le plus habile à se dérober tout en ayant l’air de
se livrer jusqu’à l’abandon, et qu’on ne peut un peu connaître qu’en
superposant la seconde de ces images à la première et la troisième aux
deux autres (BRUNETIÈRE): idée fort judicieuse que réalise le procédé
indiqué dans l’avant-propos par lequel, dans la présente édition,
débute le fascicule afférent aux variantes. V. _infra_, p. 97.

Mais ces constatations une fois faites, de quelle valeur sont-elles
devant le satirique et immuable bon sens de Montaigne, sa
verve constante, son style pittoresque, ses expressions au ton
nerveux, original, auquel on ne peut toucher sans les affaiblir
considérablement, sans courir risque souvent d’altérer le fond de la
pensée et de lui enlever partie de sa force et de son agrément? Tout
cela, jusqu’à l’allure de hasard qu’affecte son livre, en rend la
lecture facile et attrayante. Ces qualités, jointes à ce qu’il est
éternellement vrai, font qu’il se lit et se lira toujours, alors que
déjà bien rares sont les ouvrages sérieux qui se lisent aujourd’hui;
on en écrit encore, on les parcourt quelquefois, on ne les lit plus,
on n’en a plus le temps; en dehors de ce qui a trait à la profession
de chacun, le journal du matin, le roman et la pièce de théâtre du
jour suffisent à notre époque, et cela semble devoir aller sans cesse
en s’accentuant, par suite du surmenage intellectuel qu’impose la
satisfaction des besoins de la vie matérielle de plus en plus exigeante
et difficile à assurer.

Les Essais, pour qui les connaît, et dans un certain milieu nul ne les
ignore, échappent à cette loi, parce que leur lecture, ne demandant
aucun effort, repose de l’état de surexcitation dans lequel nous
vivons. Ils se lisent sans suite, à bâtons rompus, comme ils ont été
écrits, et c’est là un de leurs plus grands charmes: pas n’est besoin
de marquer où vous en êtes resté; ouvrez-les à n’importe quelle page,
et le passage sur lequel vous êtes tombé vous intéressera sans qu’il
soit nécessaire de vous reporter à ce qui précède, non plus qu’à ce qui
suit; et plus tard, vous le relirez encore, lorsqu’il se représentera à
vous, sans que l’idée vous vienne de tourner le feuillet.

Il s’y rencontre bien, de ci, de là, quelques expressions de nature
à choquer la pruderie de nos jours, où l’on tient plus de compte de
la forme que du fond; elles s’expliquent par ce fait qu’autrefois on
n’attachait pas à la pureté des termes employés celle des sentiments
et des idées; lascif dans ses expressions, Montaigne était pudibond en
pensée: _versu lascivus, mente pudicus erat_; et s’en souvenant, on
passe outre sans en être autrement offusqué.

En somme la grande singularité et le plus grand mérite des Essais,
c’est que, mettant en pratique la philosophie, toute opinion extrême y
est combattue; qu’ils enseignent la paix, la douceur, la bienveillance
entre les hommes, et que, quoi que l’on pense de leur auteur à un
titre quelconque, le langage dans lequel il s’exprime ne laisse pas de
captiver.



PASSAGES DES ESSAIS


§ =1=.--=Où il est plus particulièrement question de cet ouvrage=[11].

  [11] Voir _Nota_, fasc. B, p. 3.

Quelle fin Montaigne s’est proposée en écrivant les Essais, =I=,
58.--Il les considère comme l’essai de ses facultés naturelles et non
de ses facultés acquises, =II=, 60.

Sa manière de les composer, =I=, 210, 552.

Comparaison relative aux Essais, =I=, 296.

Pourquoi il s’est pris lui-même pour sujet d’étude, =I=, 676.

Diversité du sujet qu’il traite, =III=, 108.

Connaissance approfondie qu’il en a, =III=, 110.

Faute, dans sa vie, d’actions de quelque intérêt, il enregistre ses
fantaisies, =III=, 376.

Il exprime ses idées du moment, demain elles seront peut-être autres,
=I=, 232.

Pourquoi il parle si souvent de lui-même dans son livre, =II=, 524.

Ce qu’il gagne à publier ses mœurs, =III=, 440.

Peut-être se faisant connaître, se fera-t-il un ami, =III=, 444.

Il esquisse plutôt qu’il ne traite les sujets dont il s’occupe, =I=,
434.

Malgré les apparences, les sujets traités se tiennent toujours plus ou
moins les uns les autres, =III=, 470.

Il s’est imposé d’oser dire tout ce qu’il ose faire, =III=, 186.

Aveu de l’obligation où il est cependant de voiler parfois sa pensée,
=III=, 474.

Ce qu’il pense de ceux qui condamnent la licence de ses écrits, =III=,
186.

Comment il excuse cette licence, =III=, 270.

Dans quel but Montaigne a inséré dans son livre des citations et des
passages empruntés à d’autres auteurs, =III=, 582.

Ses principes à l’égard de ces citations et de ces imitations, =I=,
232.--Il ne compte pas ces emprunts, il les pèse, =II=, 60.

Motifs pour ne pas citer les auteurs où il puise et ne pas mettre
d’ordre dans ses récits, =II=, 62.

Raison de l’absence de toute méthode dans son ouvrage, =I=, 552.

Pourquoi il aime les digressions, =III=, 470.

Caractère de son style, =II=, 476.

Son français corrompu par le langage du pays où il vit, =II=, 478.

Langage qu’il s’est appliqué à employer, =I=, 278.

Comment il travaillait aux Essais, =III=, 22.

Plusieurs feuillets lui en ont été soustraits, =III=, 22.

Il fait volontiers des additions à son livre, mais ne le corrige pas,
=III=, 410.

Il craint, par faute de mémoire, de se répéter, =III=, 406.

Il ne se mêle ni de l’orthographe, ni de la ponctuation, et ne revise
pas le travail de l’imprimeur, =III=, 412.

Affection qu’il a pour son livre, =II=, 52.

Ses différentes appréciations sur sa valeur, =III=, 366.

Sa soumission à la critique que l’Église peut en faire, =I=, 578.

Il est loin d’en être complètement satisfait, =II=, 474.

Succès auquel il lui semble pouvoir prétendre, =I=, 572.

Comment il peut être utile à la santé de l’âme et à celle du corps,
=III=, 628.

Destinée qui lui paraît réservée, =III=, 448.


§ =2=.--=Notes ayant trait à la contexture des Essais.=

Origine de ce titre «les Essais», N. =I=, +Titre+, ESSAIS.

Montaigne esquisse plutôt qu’il ne traite les sujets dont il s’occupe,
N. =I=, 434, Air.

Toute assertion, exacte ou non, lui est bonne, comme point de départ
d’une idée qu’il se propose d’exposer, N. =I=, 40, Dit.

Précautions oratoires prises avant l’émission d’idées peu orthodoxes,
N. =I=, 578, Icy.

Tendance de Montaigne à écrire le français en latin, N. =II=, 584,
L’enuie.

Il altère souvent les citations qu’il donne, N. =II=, 242, Profuerunt.

Montaigne, les Essais et Henri III, N. =II=, 524, Autheur.


La première édition des Essais parut en 1580.

Cette édition, imprimée à Bordeaux, ne comprenait que les deux premiers
livres, chacun formant un volume in-8º dont l’impression n’est pas
faite avec les mêmes caractères pour tous deux; les citations y sont
peu nombreuses; les sonnets de La Boétie, objet du ch. 28 du livre Ier,
y figurent.

En 1582, Montaigne en publiait une seconde édition, revue et augmentée,
mais toujours réduite à ses deux premiers livres, renfermés cette fois
en un seul volume in-8º.

En 1587, troisième édition, celle-ci du format in-12; la ponctuation
y est améliorée, d’assez nombreuses corrections de style et quelques
phrases remaniées.

Ces trois premières éditions sont devenues fort rares; dans diverses
ventes publiques du siècle dernier, des exemplaires de la première ont
été vendus: 527, 515, 645, 1.050 et jusqu’à 2.060 francs; un de la
seconde a dépassé 200 francs, un de la troisième a atteint près de 500
francs.

Enfin en 1588, autre édition, in-4º cette fois, qui, d’après son titre,
serait la cinquième. La quatrième n’existe pas; on pense qu’elle
avait pu être publiée dans l’intervalle en Angleterre, ou encore en
France, le privilège de l’imprimeur de l’édition précédente étant
expiré; mais on manque de données précises à cet égard. Imprimée à
Paris, l’édition de 1588 se trouve, toujours d’après le titre même de
l’ouvrage, augmentée d’un troisième livre et de six cents additions aux
deux premiers; la pagination du dernier livre y est distincte de celle
des deux autres; les additions introduites interrompent déjà assez
fréquemment le texte primitif et l’alourdissent parfois.

Cette édition est la dernière publiée du vivant de Montaigne, qui
mourut encore occupé à en préparer une nouvelle. Les rapports qui
s’étaient établis entre lui et le poète Pierre de Brach d’une part et
Mlle de Gournay de l’autre, lors de l’impression de l’édition de 1588 à
laquelle ils semblent s’être intéressés, firent que naturellement, et
peut-être aussi sur sa recommandation, Françoise de la Chassaigne sa
veuve, résolue à donner suite aux intentions de son mari, s’adressa à
eux pour l’y aider.

Montaigne consignait toutes les modifications et additions qu’il
projetait sur un exemplaire de l’édition de 1588, y joignant des notes
détachées. Pierre de Brach reçut mission de les transcrire, en les
mettant au net sur un autre exemplaire, qu’il adressa à Mlle de Gournay
chargée d’en surveiller l’impression. Tous deux s’acquittèrent avec
conscience et promptitude de leurs tâches respectives; moins de trois
ans après la mort de l’auteur, l’édition nouvelle, portant la date de
1595, était livrée au public.

Cette édition, in-folio, est d’un tiers plus considérable que la
précédente. Comparée à l’exemplaire annoté de la main de Montaigne
qui, conservé par la famille, a ensuite appartenu aux Feuillants
et se trouve actuellement à la Bibliothèque publique de Bordeaux,
l’orthographe en est plus simple, la ponctuation établie de manière
à n’avoir que de très courtes phrases, et dans les cas très rares
où les deux textes diffèrent, les divergences, toutes de forme, ne
consistent guère qu’en quelques termes adoucis, quelques expressions
moins primesautières, des mots ajoutés, retranchés ou modifiés pour
rectifier des incorrections de style, ce qu’immanquablement l’auteur
eût opéré lui-même, avant de livrer son travail au public, témoignant
de la part de ses exécuteurs testamentaires de la fidélité la plus
absolue.--Qu’eût été cette édition si elle avait été publiée du
vivant de l’auteur? Nul ne le saurait dire; immanquablement, jusqu’au
dernier moment, il eût fait encore des modifications aux notes d’après
lesquelles celle-ci a été établie (sur l’exemplaire de Bordeaux,
Montaigne écrit et raye trois fois avant de l’admettre la citation:
_Ille beatus_.... [Vol. =I=, pag. 484, lig. 25]; rien ne prouve que
finalement il l’eût maintenue), de telle sorte que le texte définitif
des Essais n’ayant pas existé, ne sera jamais connu.

Il est à observer que par le fait d’une omission qui n’a pas été
constatée à temps, cette édition ne porte pas l’_Avis au lecteur_ qui
devrait figurer en tête; par contre, elle est précédée d’une préface
assez étendue et par trop apologétique de Mlle de Gournay qui l’a dotée
en outre d’une table analytique assez détaillée; enfin par suite d’une
mention bien ou mal interprétée, inscrite sur le manuscrit de Bordeaux,
les sonnets de La Boétie n’y sont pas reproduits.--Quant à l’exemplaire
qui a servi de copie, il n’existe plus; il semble avoir été détruit,
aussitôt l’impression achevée.

Mlle de Gournay, sa fille d’alliance comme il l’appelait et titre dont
elle aimait à se parer, s’était donnée de toute son âme à Montaigne
et à son œuvre; postérieurement à l’édition de 1595, elle en a publié
nombre d’autres (une dizaine environ), dérivant toutes de celle-ci;
entre autres:

Une en 1608, portant en marge des sommaires, forcément réduits à
quelques mots; ce qui avait déjà été réalisé, dès 1595, à Lyon, dans
une réédition de celle de 1588.

Une en 1611, où elle donne l’indication de la plupart des sources où
Montaigne a pris ses citations.

Une en 1617, qui présente la traduction de toutes ces mêmes citations.

Enfin la magnifique édition in-folio de 1635, dédiée au cardinal
de Richelieu, dont la libéralité avait aidé à la publication. Pour
la première fois, figure au frontispice de l’ouvrage la devise de
Montaigne: «Que sçais-je», avec la balance. La préface est celle de
l’édition-mère, notablement augmentée et corrigée. Le texte présente
parfois avec celui de l’édition de 1595 de légères différences;
certains changements y ont été malencontreusement apportés, sur la
demande expresse des imprimeurs, pour rajeunir le style et rendre
l’ouvrage plus facile à lire.

Depuis, les éditions des Essais n’ont cessé de se succéder. Le docteur
Payen, mort en 1870, qui s’était adonné avec passion à Montaigne et
à tout ce qui s’y rattache, en possédait cent trente-six, dont une
vingtaine en langue allemande, anglaise, hollandaise et italienne, et
sa collection, aujourd’hui propriété de la Bibliothèque nationale,
n’était pas complète; leur nombre s’accroît chaque jour.

Parmi elles, nous citerons:

Deux éditions données de 1724 à 1725 et enrichies de notes nombreuses
par Pierre Coste qui, lui aussi, a pris pour base l’édition de 1595,
mais en en rajeunissant l’orthographe.

Une édition de Naigeon, également annotée par lui, stéréotypée par
Firmin-Didot, portant la date de 1802 et imparfaitement établie d’après
le manuscrit de Bordeaux, et en outre en en altérant l’orthographe.

Une édition de 1820, d’Amaury Duval; en tête de chaque chapitre se
trouvent des sommaires détaillés, permettant d’en embrasser l’ensemble
et de se retrouver dans ce dédale d’idées qu’est l’ouvrage; le texte
est celui de 1595, mais l’orthographe est de convention.

Une de 1826, de J.-V. Leclerc, dans les mêmes conditions que la
précédente.

Une de MM. Barckhausen et Dezeimeris (1873), donnant le texte original
de l’édition première de 1580, avec les variantes de celles de 1582 et
1587.

Une de MM. Courbet et Royer (1872 à 1900), réédition de celle de 1595,
remarquable par son exactitude et son exécution typographique, suivie
d’une notice des plus complètes sur Montaigne, et d’un relevé des
variantes des éditions de 1580, 1582, 1587, 1588 et du manuscrit de
Bordeaux.

Une de MM. Motheau et Jouaust (1873-80), très soignée, éditée d’après
l’édition de 1588 et donnant en notes toutes les variantes de celle de
1595 en respectant scrupuleusement l’orthographe de l’une et de l’autre.

Une dite «Edition municipale de Bordeaux», en cours de publication aux
frais de cette ville qui en a confié l’exécution à M. Strozzi. Elle
a pour base le texte de 1588, que suit celui de 1580, et en second
lieu les additions et même les ratures manuscrites de l’exemplaire de
Bordeaux, le tout imprimé avec des différences typographiques qui ne
permettent aucune confusion.

A l’étranger, une de 1897, à laquelle un grand soin a été apporté;
publiée à Londres, elle est une réédition d’une autre de 1603, la
première en langue étrangère.

Celle-ci enfin, qui porte, en regard du texte de 1595, sa traduction en
langage de nos jours, et dans un volume à part tous les renseignements
propres à lui permettre, ainsi que son titre l’indique, de se suffire
à elle-même.--Puisse le lecteur la lire avec le même intérêt que nous
avons éprouvé à la composer et chacun réaliser le souhait qu’au début
de ce siècle, Delille formait en parlant de Montaigne, dont en ces
quelques vers il appréciait fort judicieusement l’œuvre:

    Riche du fonds d’autrui, riche aussi par son fonds,
    Fidèle à son caprice, infidèle à ses titres,
    Il sait parler au sage et causer en ami.
    Heureux ou malheureux, en ville, à la campagne,
    Que son livre charmant partout vous accompagne.



PASSAGES DES ESSAIS

OU IL EST PLUS PARTICULIÈREMENT QUESTION DE MONTAIGNE ET DES SIENS[12].

  [12] Dans cette table comme dans toute autre des Essais, ce
  Protée insaisissable, tout point qui s’y trouve mentionné, bien
  que quelque peu précisé dans la page dont le numéro suit, se
  rattache plus ou moins directement aux pages qui précèdent et qui
  suivent dans lesquelles il est comme enchâssé, formant en quelque
  sorte un tout indivisible, considération dont le lecteur a à
  tenir compte.

_Dans chaque groupe de deux nombres, le premier indique le volume, le
second la page._


=Les aïeux de Montaigne.=--Noms patronymiques de Montaigne, =II=,
456.--Éloge de ses aïeux, =II=, 96.--Son affection pour eux, =II=,
522.--Leur longévité, =III=, 34.

=Le père de Montaigne.=--Portrait de Pierre Eyquem, père de Montaigne,
quelques particularités de sa vie, =I=, 620.--Ses soins pour les
affaires de la ville de Bordeaux pendant qu’il en fut maire, =III=,
488.--Il aimait à bâtir, =III=, 380.--Un de ses projets, =I=, 388.--Il
tenait un journal des faits intéressant sa famille, =I=, 390.--Soins
qu’il prit pour l’éducation de son fils, =I=, 282; =III=, 670.--Ses
dispositions à l’égard des savants, =II=, 110.--Il demande à son fils
de faire pour lui la traduction de la «Théologie naturelle» de Raymond
Sebonde, =II=, 112.


MONTAIGNE.

=Jeunesse de Montaigne.=--Observation sur la durée de la grossesse de
sa mère, =II=, 330.--Temps précis de sa naissance, =I=, 110.--Tenu sur
les fonts baptismaux par des personnes de la plus basse extraction,
=III=, 670.--Montaigne en nourrice, =III=, 670.--Dressé dès le plus
bas âge à la plus commune façon de vivre, =III=, 670.--Précaution avec
laquelle on l’éveillait dans son enfance, =I=, 282.--Douceur avec
laquelle il a été élevé, =II=, 26.--Comment il apprit le latin, =I=,
280;--le grec, =I=, 282.--Collège où il fit ses études et fruit qu’il
en retira, =I=, 284.--Sa paresse était telle, qu’elle résistait même
à l’attrait du jeu, =I=, 282.--Comment il prit goût à la lecture dès
l’âge de huit ans, =I=, 284.--Ne lut jamais de romans, =I=, 284.--Vers
douze ans, jouait au collège les premiers rôles dans des tragédies
latines, =I=, 286.--Souvenir d’un soulèvement populaire à Bordeaux,
=I=, 198.--Bien qu’il eût un jugement sain et des idées au-dessus
de son âge, ses facultés intellectuelles ne se sont développées que
lentement, =I=, 282.

=Montaigne à âge d’homme.=--Son portrait au physique et au moral,
=II=, 482.--Effet de l’âge sur lui après trente ans, =I=, 598.--Ses
armoiries, =I=, 514.--Sa devise, =II=, 276.--Montaigne combattant
un effet d’imagination, =I=, 138.--Son mépris pour le jeu d’échecs,
=I=, 552.--Son jurement ordinaire, =III=, 246.--Montaigne chevalier
de l’ordre de S.-Michel, =II=, 370.--Mort de son frère le capitaine
S.-Martin, =I=, 114.--Histoire d’un accident qui lui causa un long
évanouissement, =I=, 668.--Duel de son frère le Sr de Mattecoulom,
=II=, 574.--Il obtient le titre de bourgeois de la ville de Rome,
=III=, 280.--Il est élu maire de Bordeaux, =III=, 488, 518.--A quelles
extrémités il fut réduit par la peste qui le chassa de chez lui, =III=,
566.--Personnages de son temps qu’il tient le plus en estime, =II=,
518.--Éloge de Mlle de Gournay, =II=, 518.--Son souhait pour ses vieux
jours, =III=, 390.--Ses dispositions morales dans sa vieillesse, =II=,
180.--Usages auxquels il se trouvait asservi à cette époque de sa vie,
=III=, 636.--Dans sa demeure, il a donné l’hospitalité à des rois,
=III=, 458.--Particularité de l’une des tours de son manoir, =I=, 156.

=Ses qualités physiques.=--Il était de forte constitution, mais
nonchalant et peu dégourdi, =II=, 482; =III=, 662.--Il a ressenti
jusque dans la vieillesse les effets de cette bonne constitution,
=III=, 664.--Excellence de sa vue; comment il la ménageait quand elle
a commencé à être fatiguée, =III=, 680.--Geste qui lui était propre et
qui pouvait passer pour la marque d’une sotte fierté, =II=, 466.--Sa
disposition particulière à sentir les odeurs et à s’en imprégner,
=I=, 574.--Son goût pour l’équitation et son endurance à cheval,
=I=, 532; =II=, 550; =III=, 430.--Ses sentiments se reflètent sur
son visage, =III=, 664.--Son air naïf a été d’un grand secours dans
deux circonstances très importantes, =III=, 592.--La sincérité de ses
intentions qui paraît dans ses yeux et dans sa voix empêche qu’on ne
prenne en mauvaise part la liberté de ses discours, =III=, 596.--Effet
sur lui du bruit imprévu d’une arquebusade, =I=, 82.

=Ses qualités morales et intellectuelles.=--Sa disposition naturelle
à la pudeur, =I=, 34.--Son peu de mémoire, =I=, 58; =II=, 496, 498,
500; =III=, 406, 408.--Il s’en défiait, lors même qu’il avait appris
un discours par cœur, =III=, 410.--Son horreur naturelle pour les
vices, =II=, 96.--Son aversion pour le mensonge, =I=, 64;--pour
toute espèce de tromperie, même au jeu, =I=, 158.--Son sentiment sur
l’ivrognerie, =I=, 618.--Son éloignement pour la curiosité, =I=,
656.--Son aversion pour le larcin, =II=, 24.--Son aversion particulière
pour la cruauté, =II=, 98.--Son humanité à l’égard des bêtes, =II=,
104.--Il haïssait la dissimulation, =II=, 492.--En quoi consistait
la vertu de Montaigne, =II=, 94.--En quoi consistait ce qu’il avait
de bon, =II=, 98.--Inconstance et diversité de ses dispositions
morales et intellectuelles, =I=, 348.--Il a l’esprit primesautier;
ce qu’il ne comprend pas d’abord, il le comprend encore moins en s’y
obstinant, =II=, 64.--Il était naturellement irrésolu, =II=, 348,
504, 506.--Délibérer l’importune, =II=, 488.--Ses dispositions à la
paresse, =II=, 484.--Son incapacité à soutenir un travail pénible, à
parler ou composer à volonté, =I=, 70.--Il était peu fait aux mœurs de
son siècle, =II=, 490.--Était dégoûté de l’ambition par l’incertitude
qui l’accompagne, =II=, 488.--Son stoïcisme dans la plupart des
circonstances qui causent ordinairement une grande affliction, =I=,
462.--Il aimait à louer le mérite dans ses amis et même dans ses
ennemis, =II=, 514.

=Son caractère.=--Son caractère dans ses premières années, =I=,
282.--Conformité de son caractère, dans l’âge mûr, avec celui
qu’il annonçait dans ses premiers ans, =II=, 486.--Application du
caractère de Persée, roi de Macédoine, à l’homme en général et à
lui-même en particulier, =III=, 624.--Il est naturellement porté à
la commisération, =I=, 18.--Son éloignement pour la tristesse, =I=,
22.--Son penchant pour la nonchalance, =II=, 486.--Son peu de goût
pour la vie de gentilhomme campagnard, =II=, 502; =III=, 388.--Il
aime à vivre dans la médiocrité, =III=, 322.--Aurait préféré une vie
tranquille à celle si belle d’un Régulus, =III=, 324.--Il aime à se
recueillir, =II=, 512.--Il produisait ordinairement ses plus profondes
pensées à l’improviste, =III=, 248.--Se délivrait d’une passion
par une autre passion, =III=, 170.--Peu accessible toutefois aux
passions violentes, =II=, 351.--Sa sympathie va surtout aux faibles,
=III=, 670.--Sa loyauté dans les petites choses, =I=, 158.--Il ne
peut même pas souffrir qu’on se trompe sur son compte, =III=, 82.--Se
tenait comme absolument obligé par les engagements de probité et les
promesses, =III=, 416.--Caractère de son courroux dans les grandes
et les petites affaires, =II=, 618.--Il a toujours été chatouilleux
et sensible aux offenses, mais il le devient encore davantage en
vieillissant, =III=, 184.--Ses conseils à sa famille pour le cas où
il se met en colère, =II=, 616.--Il ne présume les vices qu’après les
avoir vus, =III=, 390.--Son peu de goût pour les grandeurs, =III=,
324.--Sa franchise, =II=, 492.--Était naturellement ouvert et libre
avec les grands, =II=, 496.--Dans les affaires, il s’offre toujours
par ses opinions les plus vives et par la forme la plus sienne, =II=,
82.--Il aimait par-dessus tout l’indépendance, =III=, 418.--N’aimait
ni à maîtriser, ni à être maîtrisé, =III=, 324.--Sa passion pour
la liberté, =III=, 614.--Pourquoi il s’opposait aux affections qui
l’attachaient à autre chose qu’à lui-même, =III=, 484.--Avait soin de
ne pas devenir esclave de ses affections, =III=, 504.--Était ennemi
de toute obligation et contrainte, =II=, 498.--L’était au point qu’il
comptait comme un gain d’être dégagé de son attachement à certaines
personnes par leur ingratitude, =III=, 418.--Limites dans lesquelles
il est prêt à se sacrifier, =III=, 84.--N’aime à solliciter, ni à
contracter d’engagement ni pour lui-même, ni pour autrui, =III=,
422.--II hait la pauvreté à l’égal de la douleur, =III=, 392.--Préfère
donner que recevoir, =III=, 422.--Il osait dire ce qu’il osait faire,
=III=, 186.--Il était fort porté à imiter, =III=, 246.--Influence sur
lui de l’imagination, =I=, 132; =III=, 684.--Son éloignement pour
toute espèce de nouveauté surtout en politique, =I=, 178.--Il jugeait
mieux de lui-même par ses propres réflexions sur sa conduite, que par
les reproches ou les louanges de ses amis, =III=, 114.--Prenait son
jugement pour direction ordinaire de ses actions, =III=, 124.--Il ne
partage pas cette erreur commune de juger d’un autre d’après soi, =I=,
398.--Se servait rarement des avis d’autrui et en donnait rarement aux
autres, =III=, 128.--Ne se repentait jamais de la manière dont il avait
conduit ses affaires, =III=, 124.--Pourquoi il ne s’affligeait pas
lorsque les événements ne répondaient pas à ses désirs, =III=, 130.--Il
était plus sage et plus modéré dans la prospérité que dans l’adversité,
=III=, 380.--Beaucoup de choses sont des sujets d’affliction pour les
autres hommes, qui n’en sont pas pour lui, =I=, 462.--Pourquoi il
étendait ses besoins au delà de ce que la nature exige nécessairement,
=III=, 496.--Il était porté à ravaler le prix des choses qu’il
possédait et à ne pas faire grand cas de lui-même, =II=, 468.

=Ses mœurs.=--Il s’étudiait lui-même plus qu’aucun autre sujet; ce
qu’il apprenait par là, =III=, 618.--Cette étude le mettait, en outre,
à même de juger passablement des autres, =III=, 622.--Ses discours
s’accordaient avec ses mœurs, =III=, 698.--Il était moins réglé dans
ses opinions que dans ses mœurs, =II=, 96.--Son antipathie pour la
cérémonie, =I=, 84.--Comment dans la conduite de ses affaires et de
ses propres actions, il évitait les inconvénients en les prévenant,
=III=, 506.--A quel prix il s’est appliqué à éviter les procès, =III=,
510.--Il était ennemi des décisions trop hardies, =III=, 534.--Il
s’opposait tout d’abord au progrès de ses passions, =III=, 504.--Il
aimait une sagesse douce et gaie et fuyait l’âpreté des mœurs, =III=,
186.--Il appréciait à leur valeur les voluptés naturelles, =III=,
684.--Il ne devait guère qu’au hasard de sa complexion ce qu’il a pu
montrer de sagesse; il ne se sent pas grand empire sur lui-même, =II=,
96.--C’est par cela qu’il a pu résister aux plus fortes impressions
de la volupté, =II=, 98.--Il hait à peu près également une lourde
oisiveté et un travail pénible, =III=, 276.--Dans quel rang il mettait
les plaisirs purs de l’imagination et les plaisirs corporels, =III=,
686.--Son intention est de passer doucement et non laborieusement ce
qui lui reste de vie, =II=, 62.--En somme, il l’aime et cherche à en
tirer le meilleur parti, =III=, 696.

=Son mariage.=--Sa répugnance pour le mariage et sa conduite par
rapport aux devoirs de cette union, =III=, 200.--Date de son mariage,
=II=, 26.--Sa confiance en sa femme pour la conduite de sa maison,
=III=, 432.--Il lui avait abandonné tout ce qui concernait l’éducation
de leur fille, =III=, 208.--Exemple de sa circonspection à l’égard
de cette éducation, =III=, 208.--Réforme qu’il a introduite dans sa
famille, =II=, 32.--II ne souffrait pas volontiers près de lui les
enfants nouveau-nés, =II=, 22.--Comment il a supporté la perte de ses
enfants en bas âge, =I=, 462.--Ne comptait pas pour un malheur de
n’avoir point d’enfants qui pussent porter son nom, =III=, 478.

=Montaigne et La Boétie.=--Sa liaison avec La Boétie, =I=,
296.--Comment, dès leur première rencontre, ils s’aimèrent de la plus
parfaite amitié, =I=, 298, 300, 306, 310.--Regrets de Montaigne sur sa
perte, =I=, 316.--Éloge qu’il en fait, =I=, 318.

=Économie domestique.=--Répugnance qu’éprouvait Montaigne à s’occuper
de soins domestiques, =I=, 422; =III=, 382 et suiv.--Ne jouissant
encore d’aucuns revenus, il dépensait sans compter, =I=, 466.--Il
thésaurisait au début, quand il a commencé à être le maître de sa
fortune, =I=, 468.--Ce n’est que plus tard qu’il s’est mis à dépenser
en proportion de ce qu’il possédait, =I=, 472.--Ses dispositions et
ses idées à l’égard de l’administration de sa maison, =III=, 392 et
suiv.--Il était peu fait pour amasser, =III=, 394.--Trouvait commode,
pour ses dépenses, de se fier à ses domestiques, quoi qu’il pût lui en
coûter, =III=, 390.

=Vie sociale.=--Était trop délicat dans le commerce qu’on est obligé
d’entretenir avec le commun des hommes, =III=, 138.--Passionné pour
des amitiés exquises, il est peu propre aux amitiés communes, =III=,
140.--Il aime la société des honnêtes gens, =III=, 146.--Son sentiment
sur les rangs et préséances, =III=, 444.--Sa manière d’être dans
la conversation, =III=, 138.--Son goût pour la discussion, =III=,
334.--Souffrait sans peine la contradiction, =III=, 336.--N’aimait
pas à être interrompu quand il parlait, =III=, 248.--Aimait à
railler et à être raillé, mais il déteste les jeux de main, =III=,
366.--Hait la sottise chez ceux avec lesquels il cause; ne perd pas
son temps à relever celles qu’on dit devant lui, =III=, 362.--Son peu
de disposition pour la flatterie, =II=, 476, 496.--Mention de ses
relations avec la cour, =III=, 82.--Quelle était la solitude qu’il
désirait, =III=, 146.

=Vie publique.=--Montaigne se félicitait de ne rien devoir aux princes
et de vivre dans l’indépendance, =III=, 420.--Les compositions que
nécessite la vie publique l’en ont dégoûté, =III=, 466.--Il n’a
jamais souhaité de postes fort élevés, =III=, 322.--Il fuyait les
emplois publics, =III=, 464.--Son éloignement pour la magistrature,
=III=, 90.--Sa règle de conduite dans les charges publiques, =III=,
492, 500, 524.--Élu maire de Bordeaux, il est obligé d’accepter
cette charge; comment il s’en est acquitté; elle lui est continuée
par seconde élection, =III=, 488.--Portrait qu’il fit de lui-même à
Messieurs de Bordeaux, =III=, 488.--Attitude qu’il conseille à l’égard
de troupes convoquées pour une revue dont on était en défiance, =I=,
200.--Jugement qu’on fit de la manière dont il s’était acquitté de sa
mairie, =III=, 518.--Montaigne et le métier des armes, =II=, 450, 500;
=III=, 638, 662.--Comment il entendait le rôle de négociateur, =III=,
82, 86.

=Montaigne et les guerres civiles.=--Ses sentiments à l’égard de son
temps, =I=, 398.--Tranquillité de sa conscience durant les guerres
civiles, =II=, 356.--Il n’embrassait aucun parti avec trop d’ardeur,
=III=, 84.--Sa conduite vis-à-vis de personnes de différents partis,
=III=, 86.--En épousant un parti, il n’épousait point les injustices
et les entêtements ridicules de ce parti, =III=, 500.--Comment pendant
longtemps, au début, il se trouva préservé, dans une maison sans
défense, =II=, 438.--Les troubles s’aggravant, il a la douleur de
n’être plus à l’abri du pillage que grâce à la protection d’autrui,
=III=, 414.--En butte aux excès des deux partis, il finit par en pâtir
considérablement, =III=, 554, 560.--En quoi, en cette occurrence, il
faisait consister tout son bonheur, =III=, 132.--Mention de la mort
de son page, =I=, 658.--Détails sur deux circonstances critiques dans
lesquelles il s’est trouvé, =III=, 592.--Son opinion sur la meilleure
forme de gouvernement et sur les révolutions, =III=, 398 et suiv.

=Quelques-unes de ses idées sur certains points.=--Son opinion sur la
nature de Dieu, =II=, 250.--Sur la Patenôtre, =II=, 578.--Ses idées
philosophiques, =III=, 698.--Seuls biens qu’il mette en ligne de
compte, =III=, 72.--Il préfère l’estime présente à celle qui pourrait
le suivre après sa mort, =III=, 72.--Il n’a pas l’ambition d’être jugé
plus favorablement après sa mort, qu’il ne l’aura été de son vivant,
=III=, 72.--Il regarde tous les hommes comme ses compatriotes, =III=,
428.--Son sentiment sur l’exil, =III=, 428.--Son opinion sur la science
et ses dispositions à l’égard des savants, =II=, 110.--Ce qu’il jugeait
de la langue française, =III=, 242.--Sur les miracles et les prodiges,
=III=, 528.--Aveu de quelques idées superstitieuses de sa part, =III=,
334.--Son procédé pour consoler une personne affligée, =III=, 158.--Son
remède contre le chagrin, =III=, 170.--Sa tendresse pour Paris, =III=,
428.--Son admiration pour la ville de Rome, =III=, 474.--Pourquoi il
se défiait de l’habileté d’un homme qu’il voyait en situation élevée.
=III=, 360.--Ses observations sur le mal de mer fondées sur sa propre
expérience, =III=, 288.

=Montaigne et les femmes.=--De la douceur qu’il trouvait dans le
commerce des femmes, =III=, 148.--Il voulait que ce commerce fût
accompagné de sincérité, =III=, 150.--Son goût sur le chapitre de
l’amour, =III=, 264.--Cette passion l’a beaucoup fait souffrir dans
sa jeunesse, =III=, 148.--Il n’a jamais beaucoup fréquenté les femmes
publiques, =III=, 152.--En amour, il préférait les grâces du corps
à celles de l’esprit, =III=, 152.--Discrétion et bonne foi qu’il
apportait dans ses amours, =III=, 272.--Croyait salutaire l’amour pris
avec modération, =III=, 276.--Son opinion sur l’âge où l’amour est
convenable, =III=, 282.

=Montaigne, les livres et les lettres.=--Ouvrage qui lui inspira le
goût de la lecture et moyen par lequel on entretint ce goût en lui.
=I=, 284.--Il se complaisait dans le commerce des livres, =III=,
154.--Ce qu’il dit de sa bibliothèque et de sa situation, =III=,
156.--Ce qu’il recherchait dans les livres, =II=, 62.--Effet de la
lecture sur son esprit, =III=, 138:--Indication de ses auteurs de
prédilection, =I=, 284; =II=, 64.--Pourquoi il préférait les anciens
aux modernes, =II=, 64.--Son goût particulier pour l’histoire et la
poésie, =I=, 228, 404; =II=, 76.--Sa méthode pour la lecture des
historiens, =I=, 94.--Poètes latins qu’il mettait au premier rang,
=II=, 66.--Modifications successives de son goût pour la poésie, =I=,
404.--Ce qu’il pensait d’Ovide à la fin de ses jours, =II=, 64.--Quel
usage il faisait de Sénèque et de Plutarque, =II=, 70.--Comment il
s’y prenait pour juger d’un ouvrage d’esprit que l’auteur soumettait
à son appréciation, =III=, 666.--Aveu du peu de profondeur de ses
connaissances en fait de sciences, =II=, 226.--Son ignorance des choses
les plus vulgaires, =II=, 502.

=Son langage, son style, etc.=--Son langage, =II=, 476; =I=,
480.--Fort libre dans ses paroles, comment il excuse cette licence,
=II=, 186.--Détails sur sa manière d’écrire et de parler, =II=, 474;
=III=, 244.--Sur son style, =I=, 152, 278.--Son mode de travail,
=III=, 22.--Son peu de succès dans la poésie, =II=, 472.--Son motif
pour traduire la «Théologie naturelle» de Raymond Sebonde, =II=,
112.--Pourquoi, excepté Plutarque, il aime à se passer de livres en
écrivant, =III=, 244.--Quand il composait, ne se faisait aider par
personne, =III=, 244.--En Guyenne il acheta les imprimeurs, ailleurs
ils l’achètent, =III=, 116.--Son genre pour le style épistolaire,
=III=, 436.--Était ennemi des compliments outrés qu’on emploie dans les
lettres, =II=, 438.--Peu propre à écrire des lettres de recommandation,
=II=, 438.--Il écrivait ses lettres avec beaucoup de rapidité et de
négligence, =II=, 438.--Celles qui lui coûtent le plus sont celles qui
valent le moins, =II=, 440.--Il n’aime pas à se relire et ce n’est qu’à
contre-cœur qu’il se corrige, =III=, 406.

=Voyages.=--Pourquoi il se plaisait à voyager, =III=, 380.--En voyage,
il ne pense qu’à lui, =III=, 394.--Autres avantages qu’il y trouve,
=III=, 430.--Raisons qui auraient pu l’en détourner, réponse qu’il
y fait, =III=, 456.--Sa manière de voyager, =III=, 450 et suiv.--Sa
manière de voyager à cheval, =III=, 430.--Il se prêtait sans peine
aux différents usages et modes de chaque pays, =III=, 454.--Pratique
à laquelle il s’était habitué en voyage, =I=, 92.--Aurait aimé un
compagnon de voyage avec lequel il eût pu s’entretenir, =III=,
456.--Mésaventure qui lui est survenue dans un voyage à Paris, =III=,
596.--Autre aventure qui s’est produite dans un voyage qu’il faisait
avec son frère le sieur de la Brousse, =I=, 658.--Mention d’un voyage
à Orléans, =I=, 272.--A Rouen, =I=, 374.--A Vitry-le-François, =I=,
136.--A Bar-le-Duc, =II=, 504.--A la Fère, =III=, 174.--A Soissons,
=III=, 174.--Aux stations thermales, =III=, 56.--En Allemagne, =III=,
630.--En Italie, =I=, 238; =III=, 474.--Impression que fit sur lui le
Tasse devenu fou, =II=, 212.

=Ses goûts, ses habitudes, ses dispositions naturelles.=--Détails sur
ses goûts, habitudes, etc., relatifs aux actions les plus communes
de la vie, =III=, 484, 630, 660.--Ses songes étaient plus ridicules
que tristes, =III=, 666.--Quand il était jeune, il aimait à se parer,
=III=, 294.--Règles qu’il observait à l’égard de ses vêtements, =I=,
394; =III=, 678.--Sa démarche; il se tenait fort peu dans une même
situation, =III=, 682.--Son habitude de porter une canne, =II=,
564.--Ses habitudes de table, =I=, 268, 548; =III=, 638, 642, 668,
672 et suiv.--Peu sensible au plaisir de boire, =I=, 622.--Jeûnait
quelquefois et pourquoi, =III=, 676.--Sain ou malade, il suivait
volontiers ses appétits naturels, =III=, 642.--Il était peu délicat à
table, =III=, 668.--Ce qu’il jugeait des plaisirs de la table, =III=,
682.--Son goût a eu ses changements et ses révolutions, =III=, 676.--Il
avait soin de se tenir le ventre libre, =III=, 640.--N’aimait pas à
demeurer dans un air confiné, =III=, 680.--La chaleur l’incommodait
plus que le froid, =III=, 680.--Ne pouvait souffrir ni coche, ni
litière, ni bateau, =III=, 290.--Ses raisons pour renoncer aux jeux de
hasard, =III=, 506.--Les odeurs les plus simples et les plus naturelles
sont celles qui lui plaisent davantage, =I=, 574.

=Montaigne et la maladie.=--Sa bonne constitution, =II=, 482; =III=,
664.--Son peu de confiance dans la médecine, =I=, 192; =II=, 34;
=III=, 648.--En quel état il serait, s’il venait à se livrer aux
mains des médecins, =II=, 76.--Malade, il conservait la même manière
de vivre que lorsqu’il se portait bien, =III=, 630.--Son esprit peu
troublé par les maladies du corps, =III=, 666.--Pourquoi parler lui
nuisait dans ses maladies, =III=, 644.--Sa santé sur ses vieux jours,
=III=, 654.--Devenu sujet à la colique (gravelle), avec le temps il
s’accommode avec ce mal, =III=, 24.--Quels avantages il retire de cette
douloureuse maladie, =II=, 26; =III=, 650 et suiv.--Il pense la tenir
de son père, =II=, 32.--Il arrive à se posséder assez bien dans ses
accès, =II=, 30.--Tout bien considéré, il se console de ses infirmités,
=III=, 660.--Eaux thermales dont il a fait usage, =II=, 58.

=Montaigne et la mort.=--Quels étaient ses préparatifs par rapport
à la mort, =III=, 446.--L’idée de la mort est plus pénible en santé
qu’en maladie, =I=, 122.--De quel genre de mort il s’accommoderait le
mieux, =III=, 450.--Il lui est indifférent de mourir loin des siens,
=III=, 438.--Voudrait être assisté d’un sage ami en sortant de ce
monde, =III=, 440.--Son projet pour ses derniers moments, =I=, 56.--Son
opinion sur les cérémonies des funérailles, =I=, 38.

=Jugements de Montaigne sur lui-même.=--Estime qu’il avait de lui-même,
=II=, 470, 508.--Idée qu’il avait de la justesse de ses opinions,
=II=, 510.--Par le fait même qu’il écrit sur lui-même, il est tenu de
s’observer dans ses mœurs, =III=, 442.--Lui-même était le miracle le
plus réel à ses yeux, =III=, 532.--En quelles sortes d’affaires il
aurait pu être employé utilement, =III=, 518.--Il se serait cru propre
à parler librement à son maître et à lui apprendre à se connaître
lui-même, =III=, 624.


NOTES ayant trait à Montaigne et aux siens.

_Nota._--L’indication N. =I=, 620, Italie, signifie qu’il y a lieu de
se reporter aux notes (N) afférentes au premier volume (=I=), page 620;
et, parmi elles, à celle ayant pour indice le mot Italie.


=Le père de Montaigne.=--Détails sur Pierre Eyquem, N. =I=, 620,
Italie.--Oncles de Montaigne, N. =III=, 34, Quatre.--Frères et sœurs
de Montaigne, N. =III=, 32, Mere.--Naissance de son dernier frère,
N. =I=, 620, Miracles.--Parenté protestante de Montaigne, N. =III=,
560, Voysinage.--Pierre Eyquem maire de Bordeaux, N. =III=, 488,
Appelé.--Mise de sa maison en état de défense, N. =II=, 438, Faitte.

=Montaigne, sa jeunesse.=--Prononciation de son nom, N. =I=, =Titre=,
MONTAIGNE.--Observation sur la durée de la grossesse de sa mère, N.
=II=, 330, Moys.--Son prénom, N. =III=, 670, Attacher.--Lacune de son
éducation, N. =I=, 280, Moy.--Son précepteur allemand, N. =I=, 280,
Latine.--Ses frères et sœurs, N. =I=, 114, Frère.

=Montaigne à âge d’homme.=--Montaigne et son nom patronymique, N.
=III=, 424, Nom.--Ses armoiries, N. =I=, 514, Face.--Sa devise,
N. =II=, 276, «Que sçay-ie».--Montaigne élu maire, N. =III=, 488,
Aussi.--Montaigne réélu, N. =III=,518, Charge.--Montaigne maire et
Montaigne simple particulier, N. =III=, 500, Claire.--Henri de Navarre
chez Montaigne, N. =III=, 458, Pompe.--Mlle de Gournay, N. =II=, 518,
D’alliance.

=Ses qualités morales et intellectuelles.=--Son peu de mémoire, N. =I=,
58, Mienne.--Montaigne et le bon sens, N. =II=, 310, Inconstante; N.
=III=, 366, L’asne.--Son humeur paresseuse, N. =III=, 396, Volonté.

=Mœurs.=--Procès relatif à sa succession, N. =II=, 44, Masculines.

=Son mariage.=--Date de son mariage, N. =II=, 26, Ans.--Sa retenue
dans le mariage, N. =I=, 346, Simple.--Ses filles, N. =I=, 462,
Fascherie.--Paix du ménage, N. =III=, 382, Cher.--Son nom s’est éteint
avec lui, N. =III=, 478, Nom.

=Montaigne, les livres et les lettres.=--Ses livres, N. =III=, 156,
Liures.--Montaigne comparé à Sénèque, N. =II=, 476, Seneque.--Montaigne
qualifié de «sage ignorant», N. =I=, 232, Autruy.

=Son langage, son style, etc.=--Traduction de la «Théologie naturelle»
de Sebond, N. =II=, 112, Mort.--Lettres de Montaigne, N. =I=, 436,
Chose.--Son écriture, N. =I=, 438, Mal.--Il usait aussi de secrétaires,
N. =III=, 156, Dicte.--Montaigne et son imagination, N. =II=, 478, Creu.

=Économie domestique.=--Son souhait de vivre en s’en remettant à un
gendre de tout souci matériel, N. =III=, 390, Amy.--Ce qu’est devenu
son patrimoine entre ses mains, N. =I=, 472, Folies; N. =I=, 472,
Terres.

=Vie sociale.=--Montaigne et Charron, N. =III=, 444, Ioindre.--Séjours
de Montaigne à la cour, N. =III=, 146, Vie.

=Vie publique.=--Montaigne et les différents chefs de parti, N. =I=,
152, Partis.--Il ne voulait s’inféoder à aucun d’eux, N. =I=, 246,
Particulieres.--De parti pris, il repousse toute avance tendant à le
faire rentrer dans la vie publique, N. =II=, 210, Viure.--Auprès de qui
il a joué le rôle de négociateur, N. =III=, 80, Princes.--Quelle était
sa profession, N. =III=, 408, Profession.

=Montaigne et les guerres civiles.=--Sur ce qu’il pensait de la
moralité publique en son époque, N. =I=, 550, Nous.--Guerres de
religion du temps de Montaigne, N. =I=, 668, Deuxiemes.--Pillage de sa
maison, N. =III=, 414, Sac.--Montaigne à la Bastille, N. =III=, 614,
Receu.

=Quelques-unes de ses idées sur certains points.=--Montaigne
chrétien et moraliste, N. =I=, 590, Instruisants.--Le doute
est de règle dans les controverses religieuses, N. =II=, 332,
Reseruément.--Résumé de la morale de Montaigne, N. =III=, 546, Sequi;
N. =III=, 704, Extrauagance.--Montaigne et le suicide, N. =I=, 628,
Contestations.--Montaigne et la fatalité, N. =III=, 126, Regret.--Son
influence sur nos lois, N. =III=, 610, Iustice.

=Voyages.=--Journal de voyage de Montaigne, N. =I=, 92, Voyages; N.
=III=, 654, Experience.--Sur son titre de bourgeoisie romaine, N. =III=,
480, Bulle.

=Montaigne et la maladie.=--Maladie dont il est mort, N. =III=, 438,
Gorge.

=Montaigne et la mort.=--Lui-même distribue à ses serviteurs les
legs qu’il leur destine, N. =III=, 448, Iour.--Sa mort, N. =I=, 122,
Mort.--Son tombeau, N. =III=, 438, Miens.



[A.XXXIV] LES ILLUSTRATIONS DU PRÉSENT OUVRAGE.


PLANCHE I (Ier volume).

=Portrait de Montaigne.=--Il existe soit en original, soit reproduits
par la gravure, d’assez nombreux portraits de Montaigne plus ou moins
authentiques, faits de son vivant, à différents âges.

Celui qui présente le plus d’authenticité et en même temps semble le
mieux rendre sa physionomie telle qu’elle pouvait être et que nous nous
la représentons à l’époque où il écrivait les Essais, aurait été peint
en 1581, à Rome, pendant le voyage qu’il y fit (il avait donc alors 48
ans), par Palma Vecchio (le vieux), peintre italien (né en 1548 et mort
en 1588). Ce portrait, alors que Montaigne était maire de Bordeaux,
aurait été donné par lui en 1583 au musée de cette ville, où en 1640
il a été copié par Ribeira, dit l’Espagnolet, pour la famille qui le
détient encore. L’original a disparu, sans qu’on sache ce qu’il est
devenu, bien que certains prétendent qu’il n’est autre qu’un portrait
qui se trouverait actuellement au château de Montaigne.

De ce tableau et de sa copie, il existe plusieurs gravures dont les
plus anciennes remontent à 1772; la vignette en tête de notre premier
volume est la reproduction de l’une d’elles exécutée en 1826 par
Henriquet Dupont. Le ruban et la médaille qu’y porte Montaigne sont
ceux de l’ordre de S.-Michel, dont les règlements imposaient à ses
titulaires de ne jamais les quitter, fût-ce au péril de la vie; quand
il se faisait peindre à Rome, Montaigne en était chevalier depuis une
dizaine d’années.

Des diverses gravures le représentant, il en est une reproduisant son
portrait par Thomas de Leu; nous la signalons parce qu’au-dessous se
lit ce quatrain attribué à Malherbe:

    «Voicy du grand Montaigne vne entiere figure,
    Le peinctre a peinct le corps et luymesme l’esprit;
    Le premier par son art egale la Nature,
    Le second la surpasse en tout ce qu’il escrit.»

Une autre de ces gravures porte ces vers de l’abbé Gacon:

        «Ennemi de tout fanatisme,
    Après avoir réglé son esprit et ses mœurs,
        Par un aimable pyrrhonisme
    Il rendit ses écrits le charme des lecteurs.»

Les vers suivants en accompagnent une autre de 1837:

    «Philosophe sublime en sa naïveté,
    Lorsque le fanatisme appelait l’ignorance,
    En enseignant le doute il illustra la France
    Et sut, dans son portrait, peindre l’humanité.»

Une édition des Essais de 1611, est la première qui soit ornée d’un
portrait.


=Armoiries.=--«Ie porte d’azur semé de trefles d’or, à une pate de
lyon de mesme, armée de gueules, mise en face» (liv. I, ch. 46, =I=,
514); ce qui, pour les profanes, se traduit de la sorte: Mon écusson
est sur fond d’azur (bleu), semé de trèfles d’or (jaune); y figure une
patte de lion de même couleur, armée de gueules (ayant les griffes
rouges), mise en face (posée de face) et brochant sur le tout (allant
d’un bord à l’autre de l’écusson); cette dernière indication n’est pas
dans le texte, mais la disposition qu’elle marque existe.--Montaigne,
à sa mort, n’ayant point d’héritier mâle, légua ses armes à Charron,
l’auteur de la _Sagesse_, qui, en ses derniers ans, était devenu son
ami et son disciple.

=Signature.=--Cette signature est le fac-similé de celle apposée sur
une lettre adressée, le 21 mai 1582, par Montaigne aux jurats (sorte de
conseillers municipaux) de Bordeaux, alors qu’il en était maire.

Il est à observer que l’n de son nom est supprimée, ce qui était assez
fréquent dans la façon d’écrire de l’époque, quand dans la syllabe
cette lettre était suivie d’une voyelle, ainsi qu’on peut voir sur
la planche IV; elle se remplaçait alors par un trait sur la lettre
précédente, trait qui dans sa signature se confondait avec la barre du
t.

A la mort de son père, Montaigne devenu chef de famille a cessé, dans
sa signature, de faire précéder son nom de son prénom, que ses frères,
au contraire, continuèrent à apposer concurremment.

=Prononciation du nom de Montaigne.=--Se reporter à ce sujet à la note
y afférente, =I=, 13, MONTAIGNE.


PLANCHE II (IIe volume).

=Plan et perspective du manoir de Montaigne au XVIIIe siècle et croquis
topographique des environs.=--Le manoir ou maison noble de Montaigne,
sa «maison» comme il l’appelle, ne mérite le nom de château qu’on lui
donne la plupart du temps, que depuis sa réfection à peu près complète
vers 1860, et sa reconstruction totale, la tour exceptée, 1887.

Il est situé à environ 4 kil. N. de la route de Bergerac à Libourne
par Castillon et de la Dordogne que longe cette route, et est distant
de 20 kil. E. de Bergerac à l’O. et de 8 kil. de Castillon à l’E. Cet
immeuble fait partie du territoire de la commune de S.-Michel-Montagne,
appelée aussi Saint-Michel-Bonnefare (agglomération d’environ 400
habitants dont il est éloigné de 5 à 600m); cette commune qui relève
du canton de Vélines, arr. de Bergerac, dép. de la Dordogne, est
limitrophe du département de la Gironde.

Le manoir est construit sur un mouvement de terrain d’à peu près 70m
d’élévation, à pentes moyennes, au pied duquel coule la Lidoire, petit
affluent de la Dordogne; en ce point, la vallée est assez large et,
de l’habitation dans la direction de N.-O., la vue s’étend assez loin
sur les plaines du Périgord et du Bordelais. Suivant une description
de 1778, quoique habité, il était, à cette époque, dans un état de
délabrement complet; du reste, il n’avait jamais dû présenter rien de
grandiose, ne devait d’avoir résisté à l’action du temps que grâce à
la solidité de ses murs et n’était intéressant que par le souvenir de
Montaigne.

Il se composait d’une enceinte rectangulaire complètement fermée.

La face S.-O. N.-E. était flanquée de deux tours. Joignant celle du S.
mais sur l’autre face y attenant, était la porte d’entrée, des plus
simples, quoique garnie de mâchicoulis. Elle donnait accès dans une
sorte de préau étroit servant de passage, qui contournait en partie la
tour et d’où par une seconde porte on débouchait dans la cour qui était
de forme à peu près carrée et avait cinquante pas environ de longueur
sur à peu près autant de largeur; elle était plantée d’arbres sur son
pourtour.

La maison d’habitation en occupait le côté faisant face aux deux tours;
les trois autres l’étaient par les communs. La maison comprenait
un rez-de-chaussée et deux étages; la distribution en était assez
confuse et mal entendue. Derrière était une longue et large terrasse,
présentant des ombrages et des parterres, d’où l’on avait une vue belle
et étendue; une balustrade, rendue nécessaire par des soutènements
assez abrupts, la clôturait du côté de la vallée.

La tour S. encore existante et sur laquelle nous reviendrons à propos
des illustrations de la planche III, assez massive et un peu écrasée,
comprend également un rez-de-chaussée et deux étages; elle est connue
sous le nom de Tour de Montaigne. L’auteur des Essais y avait
une chambre où il couchait parfois et sa bibliothèque. Un beffroi
surmontait cette tour et abritait une cloche dont il est fait mention
au ch. 22 du liv. I des Essais, page 156, elle sonnait l’Angelus et
servait à appeler les tenanciers du fief les jours de fête et aussi en
cas d’alarme. L’autre tour, moins grosse et un peu plus élevée, était
dite tour de Trachère et il semble que c’est uniquement par opposition
avec le nom de la première, et à tort, qu’on l’appelle parfois Tour
de Madame; ni la femme, ni la mère de Montaigne ne l’ont occupée. De
construction beaucoup plus récente que l’autre, vraisemblablement
bâtie pour accroître la force défensive de la demeure, elle était déjà
en ruines au commencement du siècle dernier, et, ne faisant plus que
masquer le coup d’œil, elle a depuis complètement disparu.

Vendu à diverses reprises, ce manoir en était venu, faute d’entretien,
à un tel état de délabrement, qu’il n’était plus guère habitable, quand
en 1857 il fut entièrement restauré, mais en tenant compte du progrès
en matière de confort; seule, la tour de Montaigne le fut en conservant
sa distribution intérieure, toutefois le beffroi fut supprimé. En 1885,
ruiné de fond en comble par un incendie, il fut réédifié peu après,
mais cette fois sans s’astreindre à respecter aussi passivement le plan
primitif, dont on s’écarta aussi bien pour les détails extérieurs que
dans l’aménagement; c’est devenu une très belle habitation, luxueuse à
l’intérieur, justifiant aujourd’hui le nom de château qu’on lui avait
donné prématurément. Par contre, de la maison de Montaigne il ne reste
plus que l’emplacement et la tour, que le feu avait encore épargnée
grâce à sa situation à l’écart et à l’épaisseur de ses murs; sauf le
beffroi, elle garde sa physionomie d’antan.

On peut remarquer que le croquis topographique (copie de la Carte
de l’Etat-Major) porte S.-Michel-Montagne, conformément à la
prononciation locale que pour un centre d’habitations il y aurait en
effet inconvénient à altérer sur une carte; tandis qu’il y est écrit
Château de Montaigne d’après les errements anciens existant encore; la
prononciation n’en est pas moins la même, dans le pays, pour l’un comme
pour l’autre.


PLANCHE III (IIIe volume).

=Tour de Montaigne.=--Cette tour, dont il a été indiqué, à propos de
la planche II, la situation par rapport au reste du manoir, semble,
par ses assises, dater du XIIIe siècle; elle a 10m de diamètre, 13m de
haut; au ras du sol ses murs sont épais de près d’un mètre cinquante.

Elle comprend, a-t-il été dit, un rez-de-chaussée et deux étages,
auxquels on accède par un escalier en colimaçon aménagé dans une
tourelle latérale. En outre, un appentis, surmontant la porte d’entrée
et son porche intérieur, la joint et faisant corps avec elle communique
à chaque étage qui se trouve ainsi accru chacun d’une pièce de
dégagement mesurant 3m50 sur 3m.

Le rez-de-chaussée est aménagé en chapelle. A l’extérieur, au-dessus de
la porte y donnant accès, sont sculptées les armes de Montaigne, qui
se retrouvent là un peu partout; l’intérieur est de forme carrée, aux
angles arrondis; le plafond, de 3m d’élévation, est voûté; la pièce,
assez obscure, ne reçoit de jour que par la porte et deux soupiraux;
l’autel est placé dans une niche éclairée par la partie supérieure.

Au premier étage, se trouve une chambre à coucher carrée de sept mètres
de côté. Il y a une cheminée et deux fenêtres assez étroites auxquelles
on parvient par quatre marches pratiquées dans l’épaisseur des murs.
Une ouverture, ménagée dans le carrelage du sol, permet d’avoir vue
sur l’autel de la chapelle et de suivre ce qui s’y passe. La pièce de
l’appentis attenante à la chambre forme débarras.

Quarante-six marches conduisent du pied de la tour au deuxième étage
où était la bibliothèque de Montaigne, dont il donne si complaisamment
la description au ch. 14 du liv. III des Essais (IIIe vol., page 156).
Cette bibliothèque est de forme circulaire, de 8m50 de diamètre; il
y a trois fenêtres et pas de cheminée; le plafond a 3m d’élévation;
ses poutres et solives font saillies et sont couvertes d’inscriptions
latines et grecques tracées au pinceau, nous en donnons ci-après la
traduction. La pièce contiguë de l’appentis possède une cheminée, sa
fenêtre permet de voir tout ce qui se passe à l’intérieur du manoir.
C’était le cabinet de travail et le lieu de repos de Montaigne; il
s’était plu à l’ornementer. On y retrouve des vestiges de peintures
murales parmi lesquelles on distingue encore: Les amours de Mars et
de Vénus, Cimon allaité par sa fille, etc.; c’est là enfin qu’était
l’inscription latine dont la traduction suit, consacrant ce local aux
Muses, annonçant la détermination du maître du logis de renoncer aux
tracas de la vie publique et fixant la date à laquelle il a commencé à
écrire: «L’an du Christ 1571, à l’âge de 38 ans, la veille des calendes
de Mars, anniversaire de sa naissance, Michel de Montaigne, ennuyé déjà
depuis longtemps de l’esclavage de la cour et des charges publiques,
alors qu’il se sentait encore dispos, est venu ici pour s’isoler et s’y
reposer sur le sein des doctes vierges, dans le calme et la sécurité;
il y passera les jours qui lui restent à vivre. Espérant que le destin
lui permettra de parfaire cet asile, cette douce retraite qu’il doit à
ses ancêtres, il la consacre à sa liberté, à sa tranquillité et à ses
loisirs.»

Voir sur le contenu de cette bibliothèque les notes: =III=, 156,
Liures; =II=, 82, Lisant.

=Inscriptions de la bibliothèque de Montaigne.=--C’est aussi Montaigne
qui a fait peindre les sentences qui se lisent sur les poutres et
solives du plafond de la bibliothèque; on peut donc les considérer
comme reflétant, mieux que tout, ses dispositions d’esprit; au moins à
cette époque, où il fit aménager ce local; c’est à ce titre que nous en
donnons le relevé fait en 1861 par MM. Galy et Lapierre, traduites par
eux et consignées dans l’opuscule intitulé «Montaigne chez lui».

Ces sentences étaient au nombre de 56; quatre n’ont pu être
déchiffrées. Le plus grand nombre est tiré de l’Ecclésiaste, des
Epîtres de S. Paul, de Stobée et de Sextus Empiricus; elles dénotent
bien dans leur ensemble le scepticisme dont Montaigne était imbu. La
plupart sont insérées, soit textuellement, soit en substance, dans les
Essais, notamment dans l’Apologie de Sebond: celles pour lesquelles il
en est ainsi, sont signalées ci-dessous par une astérisque; celles en
grec sont marquées de l’indication I. G., les autres sont en latin.

--* Pour l’homme l’extrême science, c’est d’approuver les choses telles
qu’elles sont; et, quant au reste, de l’envisager avec confiance
(d’après l’Ecclésiaste).

--* La curiosité de connaître les choses a été donnée aux hommes pour
fléau, dit la Sainte Écriture (d’après l’Ecclésiaste).

--Le souffle enfle les outres vides, l’opinion enfle les cerveaux creux
des hommes (I. G., Stobée, attribué à Socrate).

--* Tout ce qui est sous le ciel, court loi et fortune pareilles.

--* Pas plus ceci que cela; pourquoi ceci plutôt que cela? (Sextus
Empiricus).

--Dieu a mis en nous l’idée des œuvres grandes ou petites qu’il a
multipliées sur la terre.

--* Je vois en effet que tous, en cette vie, ne sommes que des
simulacres ou des ombres légères (I. G., Stobée).

--O faible esprit humain! ô cœurs aveugles! dans quelles ténèbres,
parmi quels dangers vous usez, en tous temps, votre existence!
(Lucrèce).

--Celui qui compte sur son élévation, sera renversé par le premier
accident venu (I. G., Stobée).

--* Tout, et le ciel et la terre et les eaux, ne sont rien auprès de
l’immensité de l’univers (Lucrèce).

--* Avez-vous vu un homme qui se croit sage? Espérez mieux de celui
auquel la raison fait défaut (Proverbes de Salomon).

--Par ce fait que tu ignores comment l’âme est unie au corps, tu ne
connais pas l’œuvre de Dieu (d’après l’Ecclésiaste).

--Cela se peut et aussi ne se peut pas (I. G., Sextus Empiricus).

--* Le beau, digne d’admiration (I. G., d’après Platon).

--* Homme, vase fragile (I. G.).

--Ne soyez point sages à vos propres yeux (St Paul aux Romains).

--* La superstition suit l’orgueil et lui obéit comme à son père (I.
G., Stobée, attribué à Socrate).

--* C’est à elle seule (la Majesté divine) qu’appartient la science et
la sagesse (I. G., Hérodote).

--Ni désirer, ni craindre son dernier jour (Martial).

--Homme, tu ne sais pas si ceci te convient plutôt que cela, ou si les
deux ne te sont pas nécessaires (d’après l’Ecclésiaste).

--* Je suis homme et crois être soumis à toutes les conditions de ma
nature humaine (Térence).

--* Ne soyez pas plus sage qu’il n’est nécessaire, de peur que vous
n’en deveniez stupide (Ecclésiaste).

--* L’homme qui croit savoir, ne sait ce que c’est que savoir (St Paul
aux Corinthiens).

--* Celui qui pense être quelque chose n’est rien, et se leurre
lui-même (St Paul aux Galates).

--* Ne soyez pas plus sage qu’il ne faut, soyez modéré dans votre
sagesse (St Paul aux Romains).

--Nul homme n’a su, nul homme ne saura rien de certain (I. G.,
Xénophon).

--* La vie que nous vivons est-elle la vie, ou est-ce ce que nous
appelons mort qui est la vie? (I. G., Stobée).

--Tout ce que l’homme voit est de trop grande difficulté pour qu’il
puisse l’interpréter (I. G., d’après l’Ecclésiaste).

--* Il est très aisé de parler à tort et à travers, pour et contre (I.
G., Iliade).

--Le genre humain est trop avide de fables (Lucrèce).

--Quelle inanité en toutes choses! (Perse).

--Partout vanité! (Ecclésiaste).

--* Garder mesure, ne pas dévier de sa voie, suivre nature (Lucain).

--* Bourbe et cendre, qu’as-tu à te glorifier? (Ecclésiaste).

--* Malheur à vous qui êtes sages à vos propres yeux! (Isaïe).

--* Jouis agréablement de ce que tu as, que t’importe le reste?
(d’après l’Ecclésiaste).

--* Il n’y a pas de raison qui n’ait sa contraire (I. G., Sextus
Empiricus).

--Notre esprit erre dans les ténèbres; privé de lumière, il ne peut
apercevoir la vérité (Michel de l’Hospital).

--* Dieu a fait l’homme semblable à l’ombre; qui peut en juger quand le
soleil n’est plus? (d’après l’Ecclésiaste.--Pline).

--* Il n’y a de certain que l’incertitude, et rien de plus misérable et
de plus orgueilleux que l’homme (Pline).

--De toutes les œuvres de Dieu, rien n’est plus inconnu à l’homme que
la trace du vent (d’après l’Ecclésiaste).

--Chacun s’occupe à sa manière des dieux et des hommes (I. G.,
Euripide).

--L’opinion que tu as de ton importance te perdra, parce que tu te
crois quelque chose (I. G., Stobée).

--* Les hommes sont tourmentés par les opinions qu’ils ont des choses,
non par les choses mêmes (I. G., Stobée).

--* L’homme élève sa pensée, mais il reste mortel (I. G., Stobée).

--A quoi bon charger son âme d’une ambition qu’elle ne saurait porter?
(Horace).

--Les jugements de Dieu sont des abîmes profonds (Psalmiste).

--* Je n’établis rien (I. G., Sextus Empiricus).

--* Je ne comprends pas, je m’arrête, j’examine (I. G., Sextus
Empiricus).

--* Je prends pour guide la coutume et les sens.

--Par le raisonnement alternatif.

--Je ne puis comprendre (I. G.).


PLANCHE IV (IVe volume).

=Fac-simile de la page 151 de l’exemplaire de Bordeaux=, donnant la
fin du ch. 5 du liv. II, pages 660, l. 37 à 664, l. 5 du 1er volume
de la présente édition. Cette page se compose de deux éléments: l’un,
typographique, est le texte de l’édition de 1588, dont le livre est un
exemplaire; l’autre, manuscrit, est de la main même de Montaigne.

Ci la transcription de ces inscriptions manuscrites avec leur
orthographe et leur ponctuation:

Premier renvoi figurant dans la marge de droite et prenant place après
le mot asseurance: [-_Maior animus et natura erat ac maiori fortunæ
assuetus quam vt reus esse sciret et summittere se in humilitatem
causam dicentium_-] (citation de Tite-Live écrite puis rayée par
l’auteur, elle n’a été reproduite dans aucune édition): _il auoit le
ceur trop gros de nature et acostume a trop haute fortune dit Tite
Liue pour qu’il sceu estre criminel et se desmettre a la bassesse de
deffandre son [-cause-] innocence_ (cette addition est la traduction de
la citation raturée qui précède; elle figure dans l’édition de 1595).

Renvoi figurant dans la marge de gauche et prenant place après le mot
verité: _Et celuy qui les peut souffrir cache la verité et celuy qui ne
les peut souffrir_ (addition introduite dans l’édition de 1595).

Première rature dans le texte: _est appuie sur_, substitué à [-_vient
de_-] (variante qui n’a pas été insérée dans l’édition de 1595).

Deuxième renvoi figurant dans la marge de droite et prenant place
après le mot douleurs: _Etiam innocenter cogit mentiri dolor. Dou il
auient que celluy que le iuge a [-faict-] geiner pour ne le faire
mourir innocent il le face mourir et innocent et geiné_ (addition qui
figure dans l’édition de 1595).

Deuxième rature dans le texte: _confessions_, substitué à
[-_accusations_-] (variante qui figure dans l’édition de 1595).

Troisième rature dans le texte: _loge_, substitué à [-_compte_-]
(variante qui figure dans l’édition de 1595).

Intercalation dans le texte, après le mot c’est, _dict on_ (addition
introduite dans l’édition de 1595).

Addition inscrite dans le bas de la page et faisant suite au mot
inuenter. _Bien inhumainement pourtant et bien inutilement a mon
auis. Plusieurs nations moins barbares en cela que la grecque et la
romaine qui les en apellent estiment horrible et cruel de tourmanter
et desrompre un home de la faute du quel uous estes encores en doubte.
[-Et que pour ne le tuer sans raison vous luy facies pis que le tuer.
Information plus penible que le supplice.-] Que peut-il mais de uostre
ignorance [-pour estre ainsi traicte-]. Estes vous pas [-iustes-]
iniustes qui pour ne le tuer sans [-raison-] occasion luy faictes pis
que le tuer. Qu’il soit ainsin; voies combien de fois il aime mieux
mourir sans raison que de passer par cette information plus penible
que le supplice: et qui souuent par son aspreté deuance le supplice et
[-la comdemnation-] l’execute. Ie ne sçai dou ie tiens ce conte mais il
raporte exactement la conscience de nostre iustice. Vne feme de village
accusoit deuant un general d’armee grand iusticier un soldat pour auoir
arrache a ses petits enfans ce peu de la bouillie qui luy restoit a
les sustanter cette armee aiant rauage tous les villages a l’enuiron.
De preuue il n’y en auoit point le [-iuge-] general apres auoir somme
la feme de regarder bien a ce qu’elle disoit d’autant qu’elle seroit
coupable de l’accusation si elle mantoit et elle persistant il fit
ouurir le vantre au soldat pour s’esclaircir de la verite du faict. Et
la feme se trouua auoir raison. Condemnation instructiue_ (addition
introduite dans l’édition de 1595).

Remarquer la mutilation que, du fait du relieur, ont subie la plupart
des mots terminant les lignes manuscrites de la marge de droite.


FLEURONS DIVERS.

=QUE SÇAY IE?= (=I=, verso du faux-titre).

C’est la devise de Montaigne (=II=, 276); elle répond bien au doute
universel qui est le fond de sa philosophie et aux réflexions que lui
suggéraient ses lectures habituelles. C’est la même pensée qui lui
inspirait cette médaille qu’il faisait frapper à son nom, portant en
exergue ἐπέχω «(je doute)» (N. =II=, 276, Que sçay-ie), qui, sous une
autre forme, exprime la même idée laquelle, de fait, est celle de
tout homme qui sans le secours de la foi, s’adressant uniquement à la
raison, médite sur ces questions insolubles relatives à la divinité, à
l’immortalité de l’âme, la vie future, etc.

=FAY TON FAICT ET TE COGNOY= (=II=, verso de la planche II).

C’est la règle de conduite des sages de l’antiquité et de toutes les
époques: elle rentrait d’une façon absolue dans les idées de notre
philosophe dont l’âme était foncièrement honnête et qui de plus
s’étudiait constamment.

=CACHE TA VIE= (=III=, verso du faux-titre).

Il semble que cette sentence d’Épicure ou de quelqu’un des siens soit
mal venue à être appliquée à l’auteur des Essais qui dit son «livre
consubstantiel à son autheur» (=II=, 524), ajoutant que «sa fin
principale et perfection c’est d’estre exactement mien» (=III=, 244);
et cependant nul moins que lui n’a tenu ce qu’il promet. Il donne
bien sur lui-même quelques détails physiques, cite quelques-uns de
ses penchants, mais, sauf quelques mots sur son enfance et la mention
de son élection à la mairie de Bordeaux, de son obtention de l’ordre
de St-Michel et de la qualité de citoyen romain, il est absolument
muet sur ses faits et gestes. En dehors de quelques allusions sur sa
vie de famille, nous n’en connaissons rien, rien de ce qu’il a pu
faire pendant qu’il était conseiller au parlement; il semble avoir
été aux armées, rien ne nous révèle à quels moments et dans quelles
conditions; les relations de ses contemporains le présentent comme
ayant été employé à diverses reprises à des missions politiques, il
n’en dit mot et là encore le doute subsiste. Pour savoir par quoi ont
été marquées ses quatre années de mairie, sauf une circonstance, il
faut avoir recours aux archives de l’époque; les seuls renseignements
que l’on ait sur sa vie publique, sa vie intime et les siens, à part
de rares détails bien insignifiants, c’est ailleurs que dans son livre
qu’il faut les rechercher; et, pour quelqu’un qui répète en plusieurs
endroits qu’il y est tout entier, il est difficile de dire moins de
soi-même qu’il ne fait.

=RIEN TROP= (=III=, verso de la dernière page).

Cette maxime (citée =I=, 292) résume le livre et aussi la vie de
Montaigne, telle qu’elle ressort de son aveu et de ce que nous en
savons; il semble, de parti pris, ne s’être passionné pour rien, afin
de s’assurer une existence tranquille autant que le permettaient, dans
les temps troublés où il vivait, la lutte des partis et ses propres
sympathies qui, avant tout, allaient à lui-même; aussi cette devise
est-elle tout indiquée comme conclusion des Essais.

=VIRES ACQUIRIT EUNDO= (=IV=, verso de la planche IV).

«Plus il va, plus ses forces acquièrent de développement.» Est-il une
épigraphe qui soit d’application plus exacte que celle-ci, inscrite
par Montaigne en tête de l’exemplaire de Bordeaux et marquant les
accroissements successifs de chaque édition des Essais, pour qualifier
également le développement constant qu’à la suite de l’ouvrage
lui-même, ont pris les dissertations, interprétations et notes de toute
nature auxquelles il a donné lieu?



  [B] FASCICULE B


  SOMMAIRE DES ESSAIS
  (RELEVÉ DES SOMMAIRES INTERCALÉS DANS LA TRADUCTION).


Dès 1595, dans une édition publiée à Lyon, et jusqu’au commencement du
siècle dernier, la plupart des éditions des Essais ont été pourvues de
«sommaires» accompagnant le texte et insérés en marge. En l’état, outre
qu’ils modifiaient légèrement la contexture apparente de l’ouvrage, ils
se trouvaient forcément réduits à quelques mots et par suite manquaient
parfois de clarté; c’est pourquoi, depuis, ils ont été généralement
supprimés malgré leur incontestable utilité, car ils aident fort à s’y
reconnaître.

Pour bénéficier des avantages qu’ils présentent et parer aux
inconvénients, Amaury Duval, dans son édition de 1820-22, a établi ses
sommaires par chapitre et les a placés en tête de chacun d’eux; il a
pu, notamment, leur donner de la sorte plus de précision et une liaison
qui leur avait manqué jusqu’alors. Mais la lecture de Montaigne ne se
fait guère par chapitre; on l’ouvre au hasard et là où le livre s’est
ouvert, on lit.

Ces considérations nous ont amené à intercaler ces sommaires dans
la traduction, ce qui a permis de les libeller d’une façon plus
intelligible, tout en respectant la physionomie du texte original; et
simultanément, à les réunir à part pour l’ouvrage entier, dont ils
donnent ainsi une idée d’ensemble que l’on ne peut se former en le
lisant, en raison des nombreuses digressions et intercalations qui s’y
trouvent.

Les sommaires de la présente édition sont, pour la plupart, reproduits,
le plus souvent textuellement, d’Amaury Duval; il eût été, en effet,
difficile de faire mieux.


=Nota.=--Les nombres en chiffres romains, sans autre indication,
marquent le volume; ceux en chiffres arabes indiquent la page.



ESSAIS DE MONTAIGNE.


SOMMAIRE DES ESSAIS.

(RELEVÉ DES SOMMAIRES INTERCALÉS DANS LA TRADUCTION).


[B.5] LIVRE PREMIER.


CHAPITRE I.

=Divers moyens mènent à même fin=, =I=, 17.--Par une extrême soumission
on peut désarmer la colère; parfois on parvient au même but en
inspirant l’estime et l’admiration (le prince EDOUARD, SCANDERBERG,
CONRAD III, PÉLOPIDAS, ÉPAMINONDAS et les THÉBAINS, POMPÉE), 17.--Mais
quelquefois aussi un courage obstiné irrite le vainqueur et le rend
implacable (DENYS L’ANCIEN et PHYTON, SYLLA, ALEXANDRE LE GRAND à
l’égard de BÉTIS et des THÉBAINS), 19.


CHAPITRE II.

=De la tristesse=, =I=, 23.--La tristesse est une disposition d’esprit
des plus déplaisantes, 23.--Effet des grandes douleurs en diverses
circonstances; tout sentiment excessif ne se peut exprimer (PSAMMÉNIT
et CAMBYSE, le cardinal CHARLES DE LORRAINE, le sacrifice d’IPHIGÉNIE,
NIOBÉ, le seigneur DE RAÏSCIAC), 23.--Saisissement causé par la joie,
la honte, etc. (SOPHOCLE, DENYS L’ANCIEN, THALNA, LÉON X, DIODORE le
dialecticien), 25.


CHAPITRE III.

=Nous prolongeons nos affections et nos haines au delà de notre propre
durée=, =I=, 29.--L’homme se préoccupe trop de l’avenir, 29.--La
sagesse voudrait qu’on s’occupât davantage du temps présent et qu’on
s’appliquât à se bien connaître (PLATON, ÉPICURE), 29.--C’était une
loi très sage que celle qui ordonnait d’examiner la conduite des rois
après leur mort, 29.--Nous leur devons obéissance, mais l’estime
et l’affection ne sont dus qu’à leurs vertus (NÉRON, LACÉDÉMONE),
31.--Réflexions sur ce mot de Solon que nul, avant sa mort, ne peut
être dit heureux (ARISTOTE), 33.--Honneurs rendus et influence prêtée
à certains après leur mort (DUGUESCLIN, BARTHÉLEMY D’ALVIANE, NICIAS,
AGÉSILAS, EDOUARD I, roi d’Angleterre, JEAN GHISKA, TRIBUS INDIENNES),
33.--Fermeté de BAYARD sur le point d’expirer, 35.--Particularités
afférentes à l’empereur MAXIMILIEN et à CYRUS, 35.--Nos funérailles
doivent être en rapport avec notre situation, aussi éloignées d’une
pompe exagérée que de la mesquinerie (MARCUS LEPIDUS, LYCON, SAINT
AUGUSTIN, SOCRATE), 37.--Cruelle et dangereuse superstition des
Athéniens sur la sépulture à donner aux morts (combat près des ILES
ARGINEUSES et DIOMÉDON, combat près de l’île de NAXOS et CHABRIAS), 39.


CHAPITRE IV.

=L’âme exerce ses passions sur des objets auxquels elle s’attaque sans
raison quand ceux, cause de son délire, échappent à son action=, =I=,
41.--Il faut à l’âme, en proie à une passion, des objets sur lesquels
elle l’exerce à tort ou à raison, 41.--Souvent même, en pareil cas,
nous nous en prenons à des objets inanimés (XERXÈS et le MONT ATHOS,
CYRUS et le GYNDDE, CALIGULA; folie d’un ROI voulant se venger de DIEU
lui-même, d’AUGUSTE contre NEPTUNE et lors du désastre de VARUS, des
THRACES contre le ciel en temps d’orage), 43.


CHAPITRE V.

=Le commandant d’une place assiégée doit-il sortir de sa place pour
parlementer=, =I=, 45.--Jadis on réprouvait l’emploi de la ruse contre
un ennemi (LUCIUS MARCIUS et PERSÉE; les ROMAINS envers PYRRHUS et
les PHALISQUES, les ACHÉENS, les peuples de TERNATE, FLORENCE),
45.--Aujourd’hui, nous tenons comme licite tout ce qui peut conduire
au succès; aussi est-il de principe que le gouverneur d’une place
n’en doit pas sortir pour parlementer (les seigneurs de MONTMORD et
de l’ASSIGNY et le comte DE NASSAU, GUY DE RAIGON et le seigneur de
l’ECUT, EUMÈNE et ANTIGONE), 47.--Exemple d’un cas où cependant le
gouverneur d’une place s’est bien trouvé de se fier à son adversaire
(HENRY DE VAUX et BARTHÉLEMY DE BONNES), 49.


CHAPITRE VI.

=Le temps durant lequel on parlemente est un moment dangereux=, =I=,
51.--La parole des gens de guerre, même sans que cela dépende d’eux,
est toujours sujette à caution (ÆMILIUS REGGIUS et la ville de PHOCÉE,
CLÉOMÈNE et les ARGIENS), 51.--C’est souvent pendant les conférences
en vue de la capitulation d’une place, que l’ennemi s’en rend maître
(CASILINUM, CAPOUE, YVOY, GÊNES, LIGNY en Barrois), 53.--La victoire
devrait toujours être loyalement disputée (Principe ITALIEN, CHRYSIPPE,
ALEXANDRE LE GRAND et DARIUS), 53.


CHAPITRE VII.

=Nos actions sont à apprécier d’après nos intentions=, =I=, 55.--Il
n’est pas toujours vrai que la mort nous libère de toutes nos
obligations (HENRY VII d’Angleterre et le duc DE SUFFOLK, les comtes
D’EGMONT et DE HORN, l’architecte de RHAMPSINET, roi d’Égypte), 55.--Il
est trop tard de ne réparer ses torts qu’après sa mort, et odieux de
remettre à ce moment de se venger, 57.


CHAPITRE VIII.

=De l’oisiveté=, =I=, 27.--L’esprit est comme une terre qu’il faut
sans cesse cultiver et ensemencer; l’oisiveté le rend ou stérile ou
fantasque, 57.


CHAPITRE IX.

=Des menteurs=, =I=, 59.--Montaigne déclare qu’il manque de mémoire, ce
qui n’est pas un aussi grand désavantage qu’on le croit communément.
Cela a l’inconvénient de le faire parfois taxer de manque de bonne
volonté, mais lui procure l’avantage de lui interdire l’ambition, de
lui faire juger des choses par lui-même, de le porter à parler peu
et le dispose à l’oubli des offenses (DARIUS), 59.--Un menteur doit
avoir bonne mémoire, 63.--Le mensonge est odieux et expose à bien des
dangers; il est, avec l’entêtement, à combattre dès le début chez
l’enfant, 65.--Mésaventures de deux ambassadeurs (FRANÇOIS Ier et
FRANCISQUE DE TAVERNA, un ambassadeur du pape JULES II), 67.


CHAPITRE X.

=De ceux prompts à parler et de ceux auxquels un certain temps est
nécessaire pour s’y préparer=, =I=, 69.--Certaines gens ayant à parler
en public, ont besoin de préparer ce qu’ils ont à dire; d’autres n’ont
pas besoin de préparation. La première de ces qualités est le propre
des prédicateurs, la seconde convient aux avocats (le chancelier
POYET et le cardinal DU BELLAY), 69.--Il en est chez lesquels la
contradiction stimule le talent oratoire (SEVERUS CASSIUS), 71.--Il y a
des personnes qui, sans préparation, parlent mieux qu’elles n’écrivent,
quelque peine et travail qu’elles apportent à rédiger, 71.


CHAPITRE XI.

=Des pronostics=, =I=, 73.--Les anciens oracles avaient déjà perdu
tout crédit avant l’établissement de la religion chrétienne, 73.--On
croit encore cependant à certains pronostics. Origine de l’art de la
divination chez les Toscans, art vain et dangereux qui ne rencontre
la vérité que par l’effet du hasard (le marquis DE SALUCES, citation
d’HORACE, DIAGORAS surnommé l’athée, JOACHIM abbé de la Calabre,
l’empereur LÉON), 73.--Ce que paraît avoir été le démon familier de
SOCRATE, 79.


CHAPITRE XII.

=De la constance=, =I=, 79.--En quoi consistent la résolution et
la constance, 79.--Il est parfois licite de céder devant l’ennemi,
quand c’est pour le mieux combattre (les TURCS, SOCRATE et LACHÈS,
les LACÉDÉMONIENS à PLATÉE, les SCYTHES et DARIUS), 81.--Chercher à
se soustraire à l’effet du canon, quand on est à découvert, est bien
inutile par suite de la soudaineté du coup (le marquis DU GUAST,
LAURENT DE MÉDICIS), 81.--Les stoïciens ne dénient pas au sage d’être,
sur le premier moment, troublé par un choc inattendu; mais sa conduite
ne doit pas en être influencée, 83.


CHAPITRE XIII.

=Cérémonial des entrevues des rois=, =I=, 85.--Attendre chez soi un
grand personnage dont la visite est annoncée, est plus régulier que
d’aller au devant de lui, ce qui expose à le manquer (MARGUERITE DE
NAVARRE), 85.--Dans les entrevues de souverains, on fait en sorte
que celui qui a la prééminence, se trouve le premier au rendez-vous
(CLÉMENT VII et FRANÇOIS Ier; CLÉMENT VII et CHARLES-QUINT), 85.--Il
est toujours utile de connaître les formes de la civilité, mais il faut
se garder de s’en rendre esclave et de les exagérer, 87.


CHAPITRE XIV.

=On est punissable quand on s’opiniâtre à défendre une place au delà
de ce qui est raisonnable=, =I=, 87.--La vaillance a ses limites;
et qui s’obstine à défendre une place trop faible, est punissable
(le connétable DE MONTMORENCY à PAVIE et au château de VILLANE, le
capitaine MARTIN DU BELLAY à TURIN), 87.--L’appréciation du degré de
résistance et de faiblesse d’une place est difficile, et l’assiégeant
qui s’en rend maître est souvent disposé à trouver que la défense a été
trop prolongée, 89.


CHAPITRE XV.

=Punition à infliger aux lâches=, =I=, 89.--La lâcheté ne devrait pas
être punie de mort chez un soldat, à moins qu’elle ne soit l’effet de
mauvais desseins (le seigneur DE VERVINS), 89.--Les peuples anciens
et modernes ont souvent varié dans la manière de sévir contre la
poltronnerie (CHARONDAS, l’empereur JULIEN, les ROMAINS après la
défaite de CANNES, le seigneur de FRANGET, etc.), 91.


CHAPITRE XVI.

=Façon de faire de quelques ambassadeurs=, =I=, 93.--Les hommes
aiment à faire parade de toute science autre que celle objet de leur
spécialité (PÉRIANDRE, CÉSAR, DENYS l’Ancien), 93.--Pour juger de
la valeur d’un chroniqueur, il importe de connaître sa profession,
95.--Les ambassadeurs d’un prince ne doivent lui cacher quoi que ce
soit (Ambassadeurs de FRANÇOIS Ier auprès de CHARLES-QUINT), 95.--Rien
de la part des subordonnés n’est apprécié par un supérieur comme leur
obéissance pure et simple (PUBLIUS CRASSUS), 97.--Une certaine latitude
est cependant à laisser aux ambassadeurs (fâcheux errements des
PERSES), 97.


CHAPITRE XVII.

=De la peur=, =I=, 99.--La peur est la plus étrange de toutes les
passions; ses effets sur le vulgaire, 99.--Les soldats eux-mêmes en
sont atteints (un ENSEIGNE à l’attaque de S.-PAUL, lors du siège de
Rome par M. de Bourbon, épisode de la guerre de GERMANICUS contre
les ALLEMANDS), 99.--Elle a souvent des effets contraires, elle
nous immobilise ou nous donne des ailes (l’empereur THÉOPHILE),
101.--Quelquefois elle détermine des actions d’éclat (les ROMAINS à la
bataille de la TRÉBIE), 101.--Elle domine toutes les autres passions
et, plus qu’aucune autre, nous démoralise (les compagnons de POMPÉE),
101.--Terreurs paniques (CARTHAGE), 103.


CHAPITRE XVIII.

=Ce n’est qu’après la mort, qu’on peut apprécier si, durant la vie, on
a été heureux ou malheureux=, =I=, 103.--Par suite des vicissitudes
continuelles de la fortune, ce n’est qu’après notre mort qu’on peut
dire si nous avons été heureux ou non; incertitude et instabilité des
choses humaines (CRÉSUS et CYRUS, AGÉSILAS, un successeur d’ALEXANDRE
LE GRAND, DENYS LE JEUNE à Corinthe, POMPÉE en Égypte, LUDOVIC SFORZA,
MARIE STUART), 103.--Une belle mort absout parfois une vie coupable;
elle finit dignement une vie innocente et pure (SCIPION, ÉPAMINONDAS),
105.


CHAPITRE XIX.

=Philosopher, c’est apprendre à mourir=, =I=, 107.--Ce que c’est que
philosopher, 107.--Le plaisir est le seul but de la vie, mais on ne
se le procure surtout que par la vertu; la difficulté ajoute aux
satisfactions qu’elle nous cause, 109.--Le mépris de la mort est l’un
des plus grands bienfaits que nous lui devons, 111.--La mort est le
but essentiel de la vie; le mot en était désagréable aux Romains,
113.--La mort nous surprend inopinément de bien des façons (un duc
de BRETAGNE, HENRY II roi de France, PHILIPPE fils de Louis le Gros,
ÆMILIUS LEPIDUS, AUFIDIUS, CORNELIUS GALLUS, TIGELLINUS, LUDOVIC DE
GONZAGUE, SPEUSIPPE, BABIUS, CAIUS JULIUS, le capitaine S.-MARTIN frère
de Montaigne), 115.--Il faut toujours être préparé à la mort, et l’idée
en être toujours présente à notre esprit (coutume des ÉGYPTIENS, PAUL
ÉMILE et PERSÉE, raison d’être des CIMETIÈRES autour des temples au
milieu des villes, combats de GLADIATEURS chez les Romains pendant
les festins), 115.--Intérêt que nous avons à y penser fréquemment.
Le mépris de la vie est le fondement le plus assuré de la religion,
117.--La mort fait partie de l’ordre universel des choses; la vie
n’est par elle-même ni un bien ni un mal (SOCRATE, les ÉPHÉMÈRES),
127.--L’immortalité n’est pas désirable. Pourquoi la mort est mêlée
d’amertume (CHIRON, THALÈS), 131.--Pourquoi elle nous paraît autre à
la guerre que dans nos foyers; pourquoi elle est accueillie avec plus
de calme par les gens du commun que par les personnes des classes plus
élevées, 133.


CHAPITRE XX.

=De la force de l’imagination=, =I=, 133.--Effets de l’imagination
(GALLUS VIBIUS), 133.--Des émotions violentes peuvent occasionner
des modifications radicales dans notre organisme (CIPPUS, LE FILS
de Crésus, ANTIOCHUS, LUCIUS COSSITIUS, IPHIS, MARIE GERMAIN),
135.--L’imagination peut produire des extases, des visions, des
défaillances considérées jadis comme le fait d’enchantements (le roi
DAGOBERT, S. FRANÇOIS, EXEMPLES rapportés par Celse, par S. Augustin,
plaisante ANECDOTE dont Montaigne a été l’auteur, AMASIS roi d’Égypte
et LAODICE, la BRU de Pythagore), 137.--Comment les mariés doivent se
comporter dans la couche nuptiale, 143.--Nos organes sont sujets à
aller à l’encontre de notre volonté qui, elle-même, échappe parfois
à toute direction, 143.--Du seul fait de l’imagination, les maladies
peuvent se guérir ou s’aggraver; exemples à l’appui, 147.--Les bêtes,
elles aussi, en ressentent les effets, 149.--Notre imagination est
susceptible d’agir même sur d’autres que sur nous (FEMMES DE SCYTHIE,
IMPRESSIONS ressenties par les enfants dans le sein de leur mère,
FASCINATION exercée sur des animaux), 149.--Montaigne cite les faits
qui arrivent à sa connaissance, sans se préoccuper de leur exactitude;
il se borne à en prendre texte pour ses réflexions. L’impossibilité
de contrôler ceux qu’ils consignent fait que le rôle de chroniqueur
ne convient guère ni à un philosophe, ni à un théologien; motifs pour
lesquels l’auteur s’est refusé à écrire la chronique de son temps, 151.


CHAPITRE XXI.

=Ce qui est profit pour l’un, est dommage pour l’autre=, =I=,
155.--Dans toute profession, on ne fait bien ses affaires qu’aux dépens
d’autrui (DEMADE l’Athénien), 155.


CHAPITRE XXII.

=Des coutumes et de la circonspection à apporter dans les modifications
à faire subir aux lois en vigueur=, =I=, 155.--Force de l’habitude;
elle s’exerce même malgré des intermittences de certaine durée
(MITHRIDATE, ALIMENTATION de certains peuples, endurcissement de
l’ATHLÈTE, habitants des CATARACTES, MUSIQUE CÉLESTE, VÊTEMENTS
parfumés, bruit de CLOCHES), 155.--Les vices prennent pied chez
l’enfant dès le bas âge et devraient être combattus dès ce moment,
159.--Habileté à laquelle on peut atteindre par l’habitude,
161.--Puissance de la coutume sur les opinions; elle est cause de
la diversité des institutions humaines, 161.--Coutumes bizarres de
certains peuples, 161.--Les lois de la conscience dérivent plus des
coutumes que de la nature; notre attachement au gouvernement, au pays,
est notamment un fait d’habitude, 169.--L’habitude est aussi la source
de grands abus, entre autres la vénalité des charges de la justice, son
mode d’administration; et, en fait de choses de moindre importance, le
grotesque de certains vêtements de notre époque; difficulté d’aller à
l’encontre, 173.--Il n’en faut pas moins se conformer aux usages et,
sauf le cas d’absolue nécessité, se garder de toute innovation dans les
institutions publiques. Ébranlement causé en France par l’introduction
de la Réforme (CHARONDAS, LYCURGUE, l’ÉPHORE et la CYTHARE, la RÉFORME
et la LIGUE, le SÉNAT ROMAIN, l’ORACLE de DELPHES), 177.--L’obéissance
aux lois est un principe de la religion chrétienne; quant à ses propres
dogmes, ils sont hors de toute discussion, 181.--Cas où l’absolue
nécessité impose des modifications à l’état de choses existant
(OCTAVIUS, CATON, AGÉSILAS, ALEXANDRE LE GRAND, les LACÉDÉMONIENS avec
Lysandre et Périclès, PHILOPŒMEN), 185.


CHAPITRE XXXIII.

=Une même ligne de conduite peut aboutir à des résultats
dissemblables=, =I=, 187.--La clémence désarme souvent des conjurés (le
duc DE GUISE à Rouen, AUGUSTE envers Cinna), 187.--La médecine n’est
pas le seul art où la fortune ait une large part dans le succès; les
beaux-arts, les lettres, les entreprises militaires sont dans le même
cas, 193.--Parti à prendre lorsque ce qui peut s’ensuivre présente de
l’incertitude, 195.--Il n’est pas avantageux de s’attacher à prévenir
les conjurations par la rigueur (DION et CALYPSUS, ALEXANDRE LE GRAND
et PHILIPPE son médecin), 195.--Triste état d’un prince enclin à la
défiance, 197.--La hardiesse permet seule de réaliser de grandes
choses (SCIPION et SYPHAX, LOUIS XI, CÉSAR), 197.--Conduite à tenir en
présence d’émeutes; la confiance qu’on montre doit, pour porter fruit,
être ou paraître exempte de crainte, 199.--Confiance de César en sa
fortune, 201.--Conseil donné à un tyran pour se mettre à couvert des
complots qu’on pouvait former contre lui (DENYS de Syracuse, le duc
d’ATHÈNES à Florence), 201.--Mourir vaut mieux parfois que d’être sous
la menace continue d’une fin tragique, 203.


CHAPITRE XXIV.

=Du pédantisme=, =I=, 203.--Les pédants sont et ont été de tous temps
méprisés et ridiculisés malgré leur savoir (DU BELLAY, PLUTARQUE,
RABELAIS, MARGUERITE DE VALOIS), 203.--Les philosophes de l’antiquité
étaient au contraire généralement estimés, parce que sous leur
originalité et leur dédain pour les fonctions publiques, existait une
science profonde; différence essentielle entre eux et les pédants de
nos jours (ARCHIMÈDE, CRATÈS, HÉRACLITE; EMPÉDOCLE, THALÈS, ANAXAGORE),
205.--Les pédants ne s’occupent que de meubler leur mémoire et à en
faire parade, sans que bénéficient de ce qu’ils apprennent ni leur
jugement, ni leur conscience, 209.--Exemple de ce Romain qui se
croyait savant, parce qu’il avait des savants à ses gages, 211.--La
science n’est utile qu’autant qu’elle nous devient propre. Caractères
distinctifs des vrais et des faux savants (LUCULLUS, PROTAGORAS, ADRIEN
TURNEBUS), 213.--La science sans le jugement ne saurait porter fruit,
peut-être est-ce là le motif pour lequel nous la tenons comme une
superfétation chez la femme (FRANÇOIS duc de Bretagne), 217.--Nos pères
n’en faisaient pas grand cas; et, chez ceux auxquels les dispositions
naturelles pour en bénéficier font défaut, elle est plus dangereuse
qu’utile; la plupart des pédants de notre époque est dans ce cas, parce
qu’ils ne s’y sont adonnés que pour en tirer profit (ARISTON de Chio),
217.--Les Perses s’appliquaient à apprendre la vertu à leurs enfants
(ASTYAGE et CYRUS); les Lacédémoniens à les mettre en présence de la
réalité, les instruisant par l’exemple de ce qu’ils auraient à faire
quand ils seraient devenus des hommes (AGÉSILAS), 221.--Différence
entre l’éducation que recevaient les Spartiates et celle que recevaient
les Athéniens (les LACÉDÉMONIENS et ANTIPATER, AGÉSILAS et XÉNOPHON),
223.--Comment Socrate se joue d’un sophiste se plaignant de n’avoir
rien gagné à Sparte, 223.--Les sciences amollissent et efféminent les
courages (les TURCS, les SCYTHES, les PARTHES, TAMERLAN, les GOTHS en
Grèce, CHARLES VIII en Italie), 225.


CHAPITRE XXV.

=De l’éducation des enfants=, =I=, 227.--Montaigne déclare n’avoir
que des données assez vagues sur les sciences; en dehors de Plutarque
et de Sénèque, il n’a guère d’auteurs qui lui soient familiers. Tout
en traitant des sujets sur lesquels il n’a que des connaissances
superficielles, il se garde d’imiter ces trop nombreux écrivains
qui, donnant dans une erreur trop commune, empruntent dans une
large mesure aux auteurs anciens, croyant ainsi en imposer à leurs
lecteurs (CHRYSIPPE, ÉPICURE, CENTONS de Capilupus et de Juste Lipse),
227.--L’éducation de l’enfant doit commencer dès le bas âge; il est
difficile de préjuger par ses premières inclinations de ce qu’il sera
un jour, aussi ne faut-il pas y attacher trop d’importance (CIMON,
THÉMISTOCLE, PLATON), 233.--La science convient surtout aux personnes
de haut rang; non celle qui apprend à argumenter, mais celle qui rend
habile au commandement des armées, au gouvernement des peuples, etc.,
235.--Le succès d’une éducation dépend essentiellement du gouverneur
qui y préside, lequel doit avoir du jugement, des mœurs plutôt que
de la science, s’appliquer à aider son élève à trouver lui-même sa
voie et l’amener à exposer ses idées au lieu de commencer par lui
suggérer les siennes (SOCRATE, ARCÉSILAS), 235.--Chaque enfant est à
instruire suivant le tempérament qui lui est propre; appliquer à tous
une même méthode, ne peut donner pour le plus grand nombre que de
mauvais résultats, 237.--L’élève ne doit pas adopter servilement les
opinions des autres et n’en charger que sa mémoire; il faut qu’il se
les approprie et les rende siennes, 239.--Le profit de l’étude est
de rendre meilleur. Ce qu’il faut développer, c’est l’intelligence;
savoir par cœur, n’est pas savoir. Tout ce qui se présente aux yeux
doit être sujet d’observation, 241.--Les voyages bien dirigés sont
particulièrement utiles; il faut les commencer de bonne heure,
243.--L’enfant gagne à être élevé loin des siens; il faut l’habituer
aux fatigues, endurcir son corps en même temps que fortifier son âme,
243.--En société, l’adolescent s’appliquera plus à connaître les autres
qu’à vouloir paraître; et, dans ses propos, il se montrera réservé et
modeste, 245.--Il sera affectionné à son prince, prêt à le servir avec
le plus grand dévouement pour le bien public, mais mieux vaut qu’il ne
recherche pas d’emploi à la cour, 247.--On lui inspirera la sincérité
dans la discussion; il prêtera attention à tout, s’enquerra de tout,
247.--L’étude de l’histoire est de première importance; supériorité
de Plutarque comme historien (MARCELLUS, ALEXANDRIDAS), 249.--La
fréquentation du monde contribue beaucoup à nous former le jugement
(SOCRATE), 251.--Le monde doit être notre livre d’étude de prédilection
(PYTHAGORE et les JEUX OLYMPIQUES), 253.--La philosophie servant à
diriger notre vie, est ce qui doit tout d’abord être enseigné à l’homme
quand il est jeune, 253.--Avant d’observer le cours des astres, il doit
observer ses propres penchants et s’attacher à les régler, 255.--Il
pourra ensuite se livrer aux autres sciences, les scrutant à fond au
lieu de se borner à n’en apprendre que quelques définitions vides
de sens, 257.--La philosophie, dégagée de l’esprit de discussion et
des minuties qui la discréditent trop souvent, loin d’être sévère et
triste, est d’une étude agréable (DÉMÉTRIUS le grammairien et HÉRACLÉON
DE MÉGARE, BRADAMANTE et ANGÉLIQUE), 257.--La vertu est la source de
tous les plaisirs de l’homme par cela même qu’elle les légitime et les
modère, 261.--L’éducation à donner à l’enfant ne doit pas se régler
d’après le rang des parents dans la société, mais d’après ses propres
facultés, 261.--La philosophie est de tous les âges; trop de science
abêtit (ARISTOTE et ALEXANDRE LE GRAND, ÉPICURE et MENICEUS, CARNÉADE),
263.--Toutes les circonstances, même le jeu, prêtent à l’étude de la
philosophie (SOCRATE), 265.--Le dressage du corps chez l’enfant, doit
être mené de front avec celui de l’âme, 265.--L’étude doit lui être
rendue attrayante, et tout procédé violent pour l’y astreindre être
banni, 267.--L’homme ne doit se singulariser en rien; être capable de
se conformer aux usages de son milieu quel qu’il soit, mais n’aimer
à faire que ce qui est bien (GERMANICUS, CALLISTHÈNE et ALEXANDRE LE
GRAND, ALCIBIADE chez les Perses et les Lacédémoniens, ARISTIPPE),
269.--C’est par ses actes qu’on jugera du profit qu’un jeune homme a
retiré de l’éducation qu’il a reçue (PLATON, HÉRACLIDE DU PONT, DIOGÈNE
et HÉGÉSIAS, ZEUXIDAMUS), 271.--Ce qu’il saura bien, il arrivera
toujours à l’exprimer suffisamment; la connaissance des choses importe
plus que les mots pour les rendre (CLÉOMÈNE et les AMBASSADEURS de
Samos, deux ARCHITECTES d’Athènes, CICÉRON et CATON), 273.--Dans un
poème, l’idée et le vers sont deux choses essentiellement distinctes
(MÉNANDRE, RONSARD, DU BELLAY), 275.--Les subtilités sophistiques
qui s’enseignent dans les écoles sont à mépriser; un langage simple
est à rechercher (ARISTIPPE, CHRYSIPPE, ARISTOPHANE le grammairien
et ÉPICURE, caractéristiques du LANGAGE chez les Athéniens, les
Lacédémoniens et les Crétois, PHILOLOGUES et LOGOPHILES), 277.--Comment
Montaigne apprit le latin et le grec; causes qui empêchèrent ce mode
d’instruction de porter tous ses fruits, 281.--Comment naquit chez lui
le goût de la lecture, 285.--Les jeux et les exercices publics sont
utiles à la société, 287.


CHAPITRE XXVI.

=C’est folie de juger du vrai et du faux avec notre seule raison=, =I=,
289.--L’ignorance et la simplicité se laissent facilement persuader;
mais si l’on est plus instruit, on ne veut croire à rien de ce qui
paraît sortir de l’ordre naturel des choses, 289.--Et cependant, autour
de nous, tout est prodige, et l’habitude seule nous empêche de tout
admirer (CHILON), 291.--S’il est des choses que l’on peut rejeter,
parce qu’elles ne sont pas avancées par des hommes qui peuvent faire
autorité, il en est de très étonnantes qu’il faut au moins respecter,
lorsqu’elles ont pour témoins des personnes dignes de notre confiance
(FROISSART, PLUTARQUE, CÉSAR, PLINE, BOUCHET, S. AUGUSTIN), 293.--En
matière de religion, ce n’est pas à nous à décider ce que l’on peut ou
non concéder aux ennemis de la foi, 295.


CHAPITRE XXVII.

=De l’amitié=, =I=, 297.--Le discours de La Boétie sur la servitude
volontaire, a été le point de départ de l’amitié qui l’unit si
étroitement à Montaigne, 297.--L’amitié vraie est le sentiment le
plus élevé de la société; il est essentiellement différent des autres
affections qui s’y rencontrent communément et en ont l’apparence,
299.--Toute contrainte exclut l’amitié; c’est ce qui fait que les
rapports entre les pères et les fils revêtent un autre caractère; de
même entre les frères que divisent souvent des questions d’intérêt
(ARISTIPPE), 299.--Entre hommes et femmes, dans le mariage comme
en dehors, un autre sentiment prédomine et l’amitié ne saurait y
trouver place, 301.--Les unions contre nature admises chez les
Grecs y tendaient parfois (PLAIDOYER à ce sujet des philosophes
de l’Académie; ACHILLE et PATROCLE, HARMODIUS et ARISTOGITON),
303.--Caractère essentiel de l’amitié parfaite; elle ne se raisonne
pas et deux âmes, unies par ce sentiment, n’en font qu’une (LA BOÉTIE
et MONTAIGNE, TIBERIUS GRACCHUS et BLOSIUS), 307.--Dans les amitiés
communes, il faut user de prudence et de circonspection (CHILON,
ARISTOTE), 311.--Entre amis véritables, tout est commun; et, si l’un
est assez heureux pour pouvoir donner à son ami, c’est celui qui
donne, qui est l’obligé (DIOGÈNE le philosophe, testament d’EUDAMIDAS
et ARÉTHÉE le Corinthien), 311.--Aussi, dans l’amitié véritable, les
deux amis ne s’appartenant plus, ce sentiment est exclusif chez eux
et ils ne sauraient l’étendre à une personne tierce, 313.--Dans les
autres relations que l’on peut avoir, peu importent d’ordinaire le
caractère, la religion, les mœurs des personnes avec lesquelles on est
en rapport; il n’en est pas de même en amitié, 315.--Regrets profonds
qu’a laissés à Montaigne, jusqu’à la fin de ses jours, la perte de son
ami, 317.--Pourquoi Montaigne substitue au Discours sur la servitude
volontaire de La Boétie, qu’il avait dessein de transcrire ici, la
pièce de vers du même auteur qu’il donne dans le chapitre suivant, 319.


CHAPITRE XXVIII.

=Vingt-neufs sonnets d’Étienne de La Boétie=, =I=, 319.


CHAPITRE XXIX.

=De la modération=, =I=, 345.--Il faut de la modération, même dans
l’exercice de la vertu (HORACE, S. PAUL, HENRI III, la MÈRE DE
PAUSANIAS, le dictateur POSTHUMIUS), 345.--La philosophie elle-même
poussée à l’extrême, comme toutes autres choses, est préjudiciable
(CALLICLÈS), 345.--Dans tous les plaisirs permis, entre autres
dans ceux du mariage, la modération est nécessaire (S. THOMAS, les
MUSULMANS, ZÉNOBIE, JUPITER, les rois de PERSE, ÉPAMINONDAS et
PÉLOPIDAS, SOPHOCLE et PÉRICLÈS, l’empereur ÆLIUS VÉRUS), 347.--L’homme
s’applique à aggraver les misères de sa condition: c’est avec des
privations et des souffrances qu’on croit guérir ou calmer les
passions, c’est donner d’un excès dans un autre, 351.--C’est à ce
sentiment qu’il faut rattacher les sacrifices humains généralement
pratiqués dans les temps passés et qui subsistaient également en
Amérique, lors de sa découverte (AMURAT, les peuples d’AMÉRIQUE,
FERNAND CORTEZ), 351.


CHAPITRE XXX.

=Des Cannibales=, =I=, 353.--Fausse opinion que l’on a quelquefois des
peuples que l’on dit «barbares» (PYRRHUS et les ROMAINS, FLAMINIUS,
PUBLIUS GALBA et les GRECS), 353.--De la découverte de l’Amérique; il
n’est pas probable que ce soit l’Atlantide de Platon, ni cette terre
inconnue où voulurent s’établir les Carthaginois (VILLEGAIGNON, SOLON,
ARISTOTE), 355.--Qualités à rechercher chez ceux qui écrivent des
relations de voyage; chacun devrait exposer ce qu’il a vu et ne parler
que de ce qu’il sait pertinemment, 357.--Pourquoi et combien à tort
nous qualifions de «sauvages» les peuples d’Amérique, 359.--Description
d’une contrée du nouveau continent; manière de vivre de ses habitants,
leurs demeures, leur nourriture, leurs danses, leurs prêtres, leur
morale (les SCYTHES), 363.--Comment ils font la guerre; pourquoi ils
tuent et mangent leurs prisonniers; en quoi ils sont, en cela même,
moins barbares que nous dans certains de nos actes (les SCYTHES, les
PORTUGAIS, les STOÏCIENS, les GAULOIS à Alésia, les GASCONS), 365.--Ils
ne se proposent, dans leurs guerres, que d’acquérir de la gloire sans
rechercher d’agrandissement de territoire; tous leurs efforts auprès de
leurs prisonniers tendent à leur faire demander merci (les HONGROIS),
369.--La vaillance consiste essentiellement dans notre force d’âme et
non dans notre supériorité physique; aussi y a-t-il des défaites plus
glorieuses que des victoires (LÉONIDAS aux Thermopyles, ISCHOLAS contre
les Arcadiens), 371.--Constance des prisonniers chez ces peuplades
sauvages, en présence des tourments qui les attendent, 373.--Les
femmes, dans cette contrée, mettent un point d’amour-propre à procurer
d’autres compagnes à leurs maris (les FEMMES d’Abraham et de Jacob,
LIVIA femme d’Auguste, STRATONICE), 373.--Opinions émises sur nos mœurs
par trois de ces sauvages venus visiter la France, 375.--Privilèges que
confère chez eux la suprématie, 377.


CHAPITRE XXXI.

=Il faut apporter beaucoup de circonspection quand on se mêle d’émettre
un jugement sur les décrets de la Providence=, =I=, 377.--On ne croit
à rien si fermement qu’aux choses qui ne peuvent être soumises au
raisonnement, 377.--Pour appuyer la vérité de la religion chrétienne,
il ne faudrait jamais apporter en preuve le succès de telle ou telle
entreprise; c’est donner matière à toutes sortes de contestations
(combats de LA ROCHE-ABEILLE, de MONTCONTOUR et de JARNAC; bataille de
LÉPANTE, ARRIUS et le pape LÉON, HÉLIOGABALE, S. IRÉNÉE), 379.--Les
événements sont dus à des causes que Dieu seul connaît et qu’il n’est
pas donné à l’homme de pénétrer, 381.


CHAPITRE XXXII.

=Les voluptés sont à fuir, même au prix de la vie=, =I=,
381.--Abandonner la vie, quand elle est misérable et tourmentée, n’a
rien que d’ordinaire et naturel; mais se donner la mort au milieu de
toutes les prospérités et pour se soustraire aux joies de ce monde
et de la volupté est plus singulier (SÉNÈQUE et LUCILIUS, ÉPICURE et
IDOMÉNÉE; S. HILAIRE, sa fille HABRA et sa FEMME), 381.


CHAPITRE XXXIII.

=La fortune marche souvent de pair avec la raison=, =I=, 385.--La
fortune agit dans les conditions les plus diverses: parfois elle se
substitue à la justice (le duc de VALENTINOIS et le pape ALEXANDRE VI),
385.--Elle détermine les événements les plus bizarres qui vont jusqu’à
tenir du miracle (le Sieur DE LIQUES, les deux CONSTANTIN, CLOVIS à
Angoulême, le roi ROBERT près d’Orléans, le capitaine RENSE à Erone),
385;--opère des cures inespérées (JASON de Phères), 387;--produit dans
les arts, dans nos affaires les effets les plus inattendus (le peintre
PROTOGÈNE, ISABELLE reine d’Angleterre, TIMOLÉON, les deux IGNATIUS),
387.


CHAPITRE XXXIV.

=Une lacune de notre administration=, =I=, 389.--Utilité dont serait
dans chaque ville un registre public où chaque habitant pourrait
insérer des annonces et des avis, proposer ce qu’il veut vendre ou
acheter, etc. (Lilius Gregorius GIRALDI et Sébastien CHASTEILLON),
389.--Intérêt que présenterait également la tenue dans chaque famille
d’un livre où seraient consignés, jour par jour, les petits événements
qui l’intéressent: mariages, naissances, décès, voyages, nouvelles
bonnes et mauvaises, etc., 391.


CHAPITRE XXXV.

=De l’habitude de se vêtir=, =I=, 393.--La nature nous a-t-elle formés
pour être vêtus? Dans des contrées où cependant le froid est rigoureux,
il y a des nations, comme des individus, qui se sont accoutumés à
vivre nus ou presque nus (les PEUPLADES d’Amérique, nos PAYSANS, le
FOU du duc de Florence, le roi MASSINISSA, l’empereur SÉVÈRE, les
ÉGYPTIENS et les PERSES, AGÉSILAS, CÉSAR, ANNIBAL, les HABITANTS DU
PÉGU, le ROI de Pologne), 393.--Du froid en certaines circonstances
(dans le LUXEMBOURG, au PALUS MÉOTIDES, les ROMAINS et les CARTHAGINOIS
à la bataille près de Plaisance, en ARMÉNIE lors de la retraite des
DIX MILLE; ARBRES FRUITIERS enterrés pour les protéger du froid),
395.--Usages à la cour de l’empereur du Mexique, 397.


CHAPITRE XXXVI.

=Sur Caton le Jeune=, =I=, 399.--Il ne faut pas juger des autres
d’après soi, 399.--Aujourd’hui la vertu n’est qu’un vain mot; on n’est
vertueux que par habitude, par intérêt ou par ambition (les SPARTIATES
et ARISTODÈME), 399.--Il est des hommes qui cherchent à rabaisser les
personnages éminents par leurs vertus; il faudrait au contraire les
offrir sans cesse comme des modèles à l’admiration du monde (CATON
D’UTIQUE), 401.--Comment cinq poètes anciens ont parlé de Caton;
la vraie poésie nous transporte, mais ne peut s’analyser (MARTIAL,
MANILIUS, LUCAIN, HORACE et VIRGILE), 403.


CHAPITRE XXXVII.

=Une même chose nous fait rire et pleurer=, =I=, 405.--Un vainqueur
pleure souvent la mort d’un vaincu, et ce ne sont pas toujours des
larmes fausses (ANTIGONE vis-à-vis de PYRRHUS, RENÉ DE LORRAINE
vis-à-vis de CHARLES DE BOURGOGNE, le comte DE MONTFORT vis-à-vis
de CHARLES DE BLOIS, CÉSAR vis-à-vis de POMPÉE), 405.--Des passions
multiples et souvent contraires subsistent en effet simultanément dans
le cœur de l’homme (NÉRON; XERXÈS), 407.--D’ailleurs nous n’envisageons
pas sans cesse une même chose sous un même aspect (TIMOLÉON), 409.


CHAPITRE XXXVIII.

=De la solitude=, =I=, 411.--Les méchants sont nombreux; nul doute
que leur société ne soit funeste, c’est un motif de rechercher la
solitude (BIAS, l’ECCLÉSIASTIQUE, ALBUQUERQUE, CHARONDAS, ANTISTHÈNE),
411.--Ce que la plupart des hommes y recherchent, c’est d’y vivre loin
des affaires et dans le repos; mais elle ne nous dégage ni de tous
soins domestiques, ni surtout de nos vices (SOCRATE), 413.--Affranchir
notre âme des passions qui la dominent, la détacher de tout ce qui est
en dehors de nous, c’est là la vraie solitude; on peut en jouir au
milieu des villes et des cours (STILPON, ANTISTHÈNE, l’évêque PAULIN),
415.--Les hommes se passionnent pour mille choses qui ne les concernent
pas, 417.--La retraite convient surtout à ceux qui ont consacré la
majeure partie de leur vie au service de l’humanité (THALÈS), 419.--Il
faut être capable de faire abstraction de toutes nos obligations,
et, faisant un retour sur nous-mêmes, être exclusivement à nous;
tempéraments qui s’y prêtent le mieux; comment y arriver, 419.--Il
faut user de ce que nous avons, mais sans nous en faire une nécessité,
et être prêts à nous en passer, si la fortune vient à nous en priver,
421.--Occupations qui conviennent davantage dans la vie solitaire
(CYRUS, DÉMOCRITE), 423.--Pline et Cicéron conseillent de mettre à
profit la retraite pour se faire un nom par quelque œuvre littéraire,
423.--Cas particulier de ceux qui, par dévotion, recherchent la vie
solitaire, 425.--Combien peu est raisonnable le conseil de Pline et
de Cicéron, 425.--Études et soins auxquels on peut se livrer dans la
solitude; sciences dont, à ce moment, il ne faut pas s’embarrasser
l’esprit, 427.--La gloire et le repos sont choses incompatibles
(ÉPICURE et SÉNÈQUE), 427.


CHAPITRE XXXIX.

=Considérations sur Cicéron=, =I=, 431.--Cicéron et Pline le Jeune
étaient des ambitieux pleins de vanité; ils ont été jusqu’à solliciter
les historiens de faire l’éloge de leurs faits et gestes, 431.--Même
dans leurs lettres intimes, ils ont recherché l’élégance du style;
elles semblent n’avoir été écrites que pour être publiées (XÉNOPHON
et CÉSAR; SCIPION, LÆLIUS et TÉRENCE), 431.--Les rois et les grands
ne doivent pas tirer vanité d’exceller dans les arts et les sciences;
seuls les talents et qualités qui importent à leur situation sont
susceptibles de leur faire honneur (CYRUS, CHARLEMAGNE, PHILIPPE et
DÉMOSTHÈNE, PHILIPPE et ALEXANDRE, IPHICRATE, ANTISTHÈNE), 433.--Dans
ses Essais, Montaigne dit avoir intentionnellement évité de développer
les sujets qu’il traite; il se borne à les esquisser, sans même se
préoccuper de la forme sous laquelle il les présente, 435.--Combien
sont différents de Pline et de Cicéron, Épicure et Sénèque qui
critiquent cette soif de célébrité dans un style moins brillant, mais
plus sensé, 437.--Raisons qui font que Montaigne préfère la forme qu’il
donne à ses Essais au genre épistolaire pour lequel il avait cependant
des dispositions particulières, 437.--Rien de ridicule comme les
formules oiseuses de respect et d’adulation qu’on prodigue de nos jours
dans la correspondance privée; comment lui-même procédait (ANNIBAL
CARO, MONTAIGNE), 439.


CHAPITRE XL.

=Le bien et le mal qui nous arrivent ne sont souvent tels que par
l’idée que nous nous en faisons=, =I=, 441.--La diversité des opinions
sur les biens et les maux est grande; la mort elle-même n’apparaît pas
à tous comme un mal, 441.--Des gens plaisantent sur son seuil même, en
allant au supplice, etc. (THÉODORE et LYSIMAQUE, les habitants d’ARRAS;
plaisanteries de CONDAMNÉS conduits au supplice, de BOUFFONS à leurs
derniers moments), 443.--Dans les Indes, les femmes s’ensevelissent
ou se brûlent vivantes sur le corps de leurs maris; fréquemment les
vicissitudes de la guerre amènent des populations entières à se donner
volontairement la mort (au royaume de NARSINGUE, le peuple de MILAN,
les XANTHIENS, les GRECS lors des guerres médiques), 447.--Souvent
l’homme sacrifie sa vie à la conservation de ses opinions religieuses
(les TURCS, les JUIFS sous Jean et Emmanuel de Portugal, les
ALBIGEOIS), 447.--Parfois la mort est recherchée comme constituant un
état préférable à la vie; elle ne saurait donc être un sujet de crainte
(PYRRHON), 449.--La douleur est tenue par certains comme le plus
grand des maux; il en est qui nient sa réalité, tandis que d’autres
au contraire, mentant à eux-mêmes, prétendent faussement ne redouter
dans la mort que la douleur qui d’ordinaire l’accompagne (ARISTIPPE,
HIÉRONYME, POSIDONIUS et POMPÉE, Saint AUGUSTIN), 451.--La réalité de
la douleur n’est pas douteuse, c’est même le propre de la vertu de la
braver, 453.--Plus elle est violente plus elle est courte, et plus il
est possible à l’homme d’en diminuer l’acuité en réagissant contre
elle, ce que nous permettent de faire les forces de l’âme, et ce à quoi
nous parvenons tous sous l’empire de sentiments divers (les FEMMES
EN COUCHES, en particulier celles des SUISSES et les BOHÉMIENNES;
la femme de SABINUS, des enfants de LACÉDÉMONE, MUTIUS SCEVOLA, les
GLADIATEURS, les FEMMES par coquetterie, une FILLE de Picardie, les
TURCS, S. LOUIS, GUILLAUME dernier duc de Guyenne, FOULQUES comte
d’Anjou, Q. MAXIMUS, M. CATON, L. PAULUS, TÉREZ roi de Thrace, les
ESPAGNOLS, austérité du cardinal BORROMÉE, ACCIDENT funeste que
certains supportent sans peine), 455.--Est-ce un bien ou non d’avoir
beaucoup d’enfants (MONTAIGNE, THALÈS)? 465.--L’opinion que nous en
avons fait seule le prix des choses, 465.--Comment Montaigne réglait
ses dépenses alors qu’il n’était pas encore maître de ses biens,
467.--L’indigence peut subsister chez le riche comme elle existe chez
le pauvre, 469.--Être riche est un surcroît d’embarras; on est bientôt
en proie à l’avarice et à ses tourments (MONTAIGNE, CÉSAR, DENYS et
un Syracusain), 469.--Vivre au jour le jour suivant ses revenus, sans
trop se préoccuper de l’imprévu, est le parti le plus sage (FÉRAULEZ
seigneur Persan, un vieux PRÉLAT), 471.--Les biens ne sont donc pas
plus réels que les maux; les uns comme les autres ne sont tels que par
l’appréciation que nous en portons, 475.--En somme, il faut savoir
se commander et, finalement, il nous est toujours loisible de mettre
un terme à ce que nous envisageons comme des maux, quand ils nous
deviennent intolérables, 475.


CHAPITRE XLI.

=L’homme n’est pas porté à abandonner à d’autres la gloire qu’il a
acquise=, =I=, 477.--Le vain désir d’acquérir de la réputation nous
fait renoncer à des biens plus réels, tels que le repos, la santé,
etc.; et nous porte même à sacrifier notre vie. La gloire n’est qu’une
illusion, une ombre, et cependant on voit jusqu’à des philosophes qui,
tout en la décriant, la recherchent, 477.--On trouve rarement des
hommes qui abandonnent aux autres leur part de gloire; exemples de
cette abnégation de soi-même (CATULUS LUCTATIUS, ANTOINE DE LÈVE et
CHARLES-QUINT, ARCHÉLONIDE mère de Brasidas, EDOUARD III d’Angleterre,
LÆLIUS et SCIPION, THÉOPOMPE roi de Sparte, l’évêque de BEAUVAIS à la
bataille de Bouvines), 479.


CHAPITRE XLII.

=De l’inégalité qui règne parmi les hommes=, =I=, 481.--Extrême
différence que l’on remarque entre les hommes; on ne devrait les
estimer qu’en raison de ce qu’ils valent par eux-mêmes et après les
avoir dépouillés de tout ce qui n’est pas eux; c’est par leur âme qu’il
faut les juger, 481.--De vaines apparences extérieures distinguent
seules le roi du paysan, le noble du roturier, etc. Que sont les rois?
des acteurs en scène, des hommes plus méprisables quelquefois que le
dernier de leurs sujets, soumis aux mêmes passions, aux mêmes vices
(les ROIS DE THRACE, ALEXANDRE LE GRAND et ses flatteurs, ANTIGONE
et le poète HERMODORE), 485.--Le bonheur est dans la jouissance
et non dans la possession; or peut-il jouir des avantages de la
royauté celui qui ne sait apprécier son bonheur, celui dont l’esprit
est borné, l’âme grossière, ou qui est tourmenté par des douleurs
physiques? 487.--Combien le sort des rois est à plaindre; leurs
devoirs constituent une lourde charge (SÉLEUCUS, CYRUS), 489.--La
satiété leur rend tous les plaisirs insipides (le roi HIÉRON, le GRAND
SEIGNEUR), 489.--Ils sont constamment sous les yeux de leurs sujets qui
les jugent avec sévérité (le roi HIÉRON; le roi ALPHONSE), 491.--La
vie d’un seigneur retiré dans ses terres, loin de la cour, est bien
préférable, 493.--Les rois ne connaissent pas l’amitié, la confiance;
ils n’ont autour d’eux que des flatteurs et des hypocrites (HIÉRON,
l’empereur JULIEN), 493.--Les commodités effectives dont ils jouissent
leur sont communes avec les autres hommes (l’empereur DIOCLÉTIEN),
495.--Gouvernement idéal (ANACHARSIS), 495.--Une folle ambition les
porte souvent à ravager le monde lorsqu’ils pourraient, sans effort, se
procurer le repos et les vrais plaisirs (CINÉAS et PYRRHUS), 495.


CHAPITRE XLIII.

=Des lois somptuaires=, =I=, 497.--Interdire l’usage de l’or et de la
soie à certaines classes de la société dans le but d’enrayer le luxe,
c’est aller à l’encontre de ce que l’on se propose, 497.--L’exemple des
grands fait loi, c’est pourquoi ils devraient se distinguer par leur
simplicité (ZELEUCUS), 497.--Bizarrerie et incommodité de certaines
modes, 499.--Même dans les modes, les changements sont dangereux pour
la jeunesse (PLATON), 501.


CHAPITRE XLIV.

=Du sommeil=, =I=, 501.--Sans doute le sage peut commander à ses
passions; mais il n’est pas impassible et il ne peut les empêcher
d’émouvoir son âme; aussi, faut-il regarder comme très extraordinaires
ces hommes qui, dans les plus importantes circonstances de leur vie
et lorsqu’ils devraient éprouver les plus vives agitations, ont pu
se livrer au sommeil (ALEXANDRE LE GRAND, l’empereur OTHON, CATON
D’UTIQUE, le jeune MARIUS), 501.--Le sommeil est-il nécessaire à la vie
(PERSÉE, PLINE, HÉRODOTE, ÉPIMÉNIDE)? 505.


CHAPITRE XLV.

=Sur la bataille de Dreux=, =I=, 505.--Il importe peu que, dans une
action de guerre, un chef ne fasse pas tout ce que commande le devoir
ou la bravoure, pourvu qu’il obtienne la victoire; le succès est le
seul objectif à poursuivre (le duc DE GUISE, PHILOPŒMEN, AGÉSILAS), 505.


CHAPITRE XLVI.

=Des noms=, =I=, 509.--Il est des noms qui sont pris en mauvaise
part; certains sont, par tradition, plus particulièrement usités
dans telle ou telle famille de souverains, d’autres plus ou moins
répandus chez tel ou tel peuple (NOBLESSE répartie en un festin suivant
la ressemblance des noms; METS servis dans l’ordre alphabétique),
509.--Il est avantageux de porter un nom aisé à prononcer et qui
se retient facilement, 509.--Influence des noms (un JEUNE HOMME de
Poitiers; PYTHAGORE, les CALVINISTES), 511.--Il serait bon de ne
jamais traduire les noms propres et de les laisser tels qu’ils sont
écrits et se prononcent dans leur langue d’origine (JACQUES AMYOT),
511.--Inconvénient qu’il y a à prendre, comme cela se fait en France,
des noms de terre; la tendance à falsifier les généalogies s’en trouve
favorisée, 513.--Les armoiries passent également des uns aux autres
(Armoiries de MONTAIGNE), 515.--On se donne bien de la peine pour
illustrer un nom qui souvent sera altéré par la postérité; un nom,
après nous, n’est en fin de compte qu’un mot et un assemblage de traits
sans objet (DUGUESCLIN), 515.--Parfois, de notre vivant même, ce n’est
qu’un pseudonyme (NICOLAS DENOIST, SUÉTONE, BAYARD, ESCALIN), 515.--A
qui le souvenir que les noms consacrent, s’applique-t-il parmi le grand
nombre d’êtres connus et inconnus de l’histoire, qui ne sont plus et
qui ont porté le même nom? 517.--Qu’importe après eux aux grands hommes
la gloire de leur nom (ÉPAMINONDAS, SCIPION L’AFRICAIN)? 547.


CHAPITRE XLVII.

=Incertitude de notre jugement=, =I=, 519.--En maintes occasions on
peut être incertain sur le parti à prendre, par exemple: Faut-il
poursuivre à outrance un ennemi vaincu? L’adversaire peut regarder
comme un témoignage de faiblesse que vous ne poursuiviez pas le cours
d’un succès; et, d’autre part, c’est quelquefois une imprudence qui
peut devenir fatale, le désespoir pouvant donner de nouvelles forces
au vaincu (le duc d’ANJOU à Montcontour, les ESPAGNOLS à S.-Quentin,
POMPÉE à Oricum, SYLLA et MARIUS pendant la guerre sociale, M. DE FOIX
à Ravenne, les LACÉDÉMONIENS, CLODOMIR, roi d’Aquitaine), 519.--Faut-il
permettre que les soldats soient richement armés? Leur courage en
est quelquefois exalté; ils sont plus fiers et ont davantage le
désir de conserver des armes précieuses, mais on présente à l’ennemi
un appât de plus (les PEUPLES D’ASIE, les ROMAINS et les SAMNITES,
réponse d’ANNIBAL à ANTIOCHUS, LYCURGUE), 521.--Faut-il permettre aux
soldats de braver l’ennemi par leurs propos au moment d’en venir aux
mains? S’il est bon de maintenir en eux l’idée de leur supériorité
sur leurs adversaires, il peut arriver aussi que les injures rendent
le courage à ceux qui l’avaient perdu (VITELLIUS et OTHON), 523.--Un
général doit-il, pour le combat, se déguiser pour n’être pas reconnu
des ennemis? Cette ruse a quelquefois du succès, mais elle expose
le chef à être méconnu de ses troupes (le roi PYRRHUS, ALEXANDRE,
CÉSAR, LUCULLUS, AGIS, AGÉSILAS, GYLIPPE), 523.--Est-il préférable au
combat de demeurer sur la défensive ou de prendre l’offensive? D’une
part celui qui attend en position sent faiblir son courage; mais, de
l’autre, en se portant à l’attaque, on risque de se désagréger et
d’épuiser ses forces dans la course finale (bataille de PHARSALE,
CLÉARQUE à Cunaxa), 525.--Vaut-il mieux attendre l’ennemi chez soi
ou aller le combattre chez lui? Chez soi, le pays est foulé par les
deux partis, ses ressources sont annihilées, les habitants molestés,
un échec peut les conduire à prendre de fâcheuses résolutions; par
contre, on y dispose de tout, il vous est favorable et connu dans tous
ses détails, les communications de l’ennemi y sont difficiles, il est
obligé de se garder de toutes parts, en cas de revers la retraite
peut lui être coupée (invasion de la PROVENCE par les Espagnols sous
FRANÇOIS Ier, SCIPION et ANNIBAL, les ATHÉNIENS en Sicile, AGATHOCLE
en Afrique), 525.--Cette même indécision, que nous relevons dans
des circonstances ayant trait à la guerre, existe dans toutes les
déterminations, de quelque nature qu’elles soient, que nous pouvons
avoir à prendre, 529.


CHAPITRE XLVIII.

=Des chevaux d’armes=, =I=, 529.--Chez les Romains, les chevaux avaient
différents noms suivant l’emploi auquel ils étaient destinés; usage
simultané à la guerre de deux chevaux chez eux et chez les Numides,
529.--Il y a des chevaux dressés à défendre leurs maîtres, à se
précipiter sur ceux qui les attaquent (ARTIBIUS général Persan, CHARLES
VIII à Fornoue, chevaux des MAMELUKS), 531.--Particularités relatives
aux chevaux d’Alexandre et de César, 531.--L’exercice du cheval
est salutaire, 533.--Pour combattre, les Romains faisaient parfois
mettre pied à terre à leurs gens à cheval; aux peuples nouvellement
conquis ils ôtaient leurs armes et leurs chevaux, 533.--Nos ancêtres
combattaient généralement à pied afin de moins compromettre leurs
chances de succès, 533.--Les armes les plus courtes sont les
meilleures, une épée vaut mieux qu’une arquebuse, 535.--Aussi faut-il
espérer qu’on abandonnera cet usage des armes à feu, pour reprendre
les armes anciennes; ce qu’était la phalarique, 535.--Autres armes des
anciens qui suppléaient à nos armes à feu, 537.--Plusieurs peuples ont
excellé dans l’art de manier les chevaux, 537.--Dans certains pays
les mules et mulets sont considérés comme des montures déshonorantes,
dans d’autres comme fort honorables (les chevaliers de l’ÉCHARPE, les
ABYSSINS), 539.--Comment en usaient les ASSYRIENS avec leurs chevaux,
539.--Dans des cas de nécessité, les chevaux ont servi à nourrir
les hommes (les SARMATES, les CRÉTOIS, les TURCS, les TARTARES, les
MOSKOVITES), 539.--Effet produit par l’apparition des chevaux, lors de
la découverte de l’Amérique, sur les peuplades qui n’en avaient jamais
vu, 541.--Montures diverses en usage dans les Indes, 541.--Comment,
au combat, accroître l’impétuosité des chevaux (RUTILIANUS contre les
Sarmates, FLACCUS contre les Celtibériens), 541.--Autres particularités
relatives au cheval (ACTE DE VASSALITÉ du duc de Moskovie vis-à-vis
des Tartares, CHEVAUX ÉVENTRÉS pour se garantir du froid, BAJAZET fait
prisonnier, CHEVAUX DÉCONSIDÉRÉS par la perte de leur crinière et la
mutilation des oreilles, manière de combattre des DAHES), 541.--Aucun
peuple ne surpasse les Français pour leur adresse et leur grâce à
cheval; exemples d’habileté hippique (M. DE CARNAVALET, TOURS DE FORCE
équestres, le prince de SULMONE), 543.


CHAPITRE XLIX.

=Des coutumes des anciens=, =I=, 545.--Il est naturel de tenir aux
usages de son pays; cela rend plus surprenant encore l’instabilité des
modes en France, 545.--Coutumes diverses des anciens, en particulier
des Romains; ils combattaient l’épée d’une main, l’autre enveloppée
dans un pan de leur manteau; ils se baignaient avant leurs repas,
mangeaient couchés, s’épilaient (CATON après la bataille de Pharsale),
547.--Comment ils se saluaient (PASICLÈS le philosophe), 547.--Usage
auquel ils employaient les éponges; récipients disposés dans les rues
pour les besoins des passants, 549.--Ils faisaient rafraîchir le vin
avec de la neige, se servaient de réchauds et avaient pour les voyages
des cuisines portatives, 549.--Nous n’arrivons pas plus à les égaler
dans leurs débauches que dans leurs vertus, 549.--Être nommé avant ou
après un autre n’était d’aucune importance chez les Romains au point de
vue de la prééminence, 551.--Les dames Romaines aux bains, 551.--Les
passages en bateau se payaient au départ, 551.--Les femmes couchaient
du côté de la ruelle du lit; elles portaient le deuil en blanc (CÉSAR
et NICOMÈDE, les dames à ARGOS et à ROME), 551.


CHAPITRE L.

=Sur Démocrite et Héraclite=, =I=, 553.--En toutes choses le jugement
est nécessaire; Montaigne, dans les Essais, en fait une application
constante. Dans la composition de cet ouvrage, il ne s’astreint à
aucune règle, tout sujet lui est bon, et il l’effleure ou l’approfondit
plus ou moins, suivant l’idée qui lui vient, 553.--Dans n’importe
quel acte de la vie le caractère de l’homme se révèle, et à toutes
choses notre âme imprime un cachet personnel; aussi peut-on juger
les hommes dans leurs petites comme dans leurs plus grandes actions,
à table, au jeu, comme à la tête des armées: au jeu d’échecs par
exemple, si ridicule par la contention d’esprit qu’il nécessite pour un
passe-temps, ont part toutes les facultés de notre âme (CICÉRON, CATON,
SOCRATE, ALEXANDRE), 555.--Démocrite riait, Héraclite pleurait de nos
sottises; le premier était dans le vrai, il faut rire de ce que l’on
méprise et non s’en affliger (DIOGÈNE, TIMON LE MISANTHROPE, STATILIUS
et BRUTUS, HÉGÉSIAS, THÉODORE), 559.


CHAPITRE LI.

=Combien vaines sont les paroles=, =I=, 559.--La rhétorique est
l’art de tromper (THUCYDIDE et PÉRICLÈS), 559.--Les républiques bien
ordonnées ont toujours fait peu de cas des orateurs; c’est surtout dans
celles en décadence qu’a fleuri l’éloquence (la CRÈTE, LACÉDÉMONE,
ATHÈNES, RHODES, ROME; ARISTON, SOCRATE, PLATON; les MAHOMÉTANS, les
ATHÉNIENS; POMPÉE, CÉSAR, CRASSUS, LUCULLUS, LENTULUS, METELLUS;
VOLUMNIUS), 559.--Ayant surtout action sur les masses, l’art de la
parole est moins en honneur dans les monarchies (MACÉDOINE, PERSE),
561.--Abus qu’on en fait dans toutes les professions (le MAÎTRE D’HÔTEL
du cardinal Caraffa, les ARCHITECTES, les GRAMMAIRIENS), 561.--Abus
qui se produisent également dans les titres pompeux que nous donnons
à certaines charges et les surnoms glorieux que nous attribuons à de
médiocres personnages (PLATON et l’ARÉTIN), 563.


CHAPITRE LII.

=Parcimonie des anciens=, =I=, 565.--Exemples de la parcimonie avec
laquelle ont vécu certains personnages illustres de l’antiquité et de
Rome en particulier (ATTILIUS REGULUS, CATON L’ANCIEN, SCIPION ÉMILIEN,
HOMÈRE, PLATON, ZÉNON, TIBERIUS GRACCHUS), 565.


CHAPITRE LIII.

=A propos d’une phrase de César=, =I=, 565.--L’imperfection de l’homme
est démontrée par l’inconstance de ses désirs; à peine possède-t-il un
bien, qu’il soupire après un autre; il ne sait jamais jouir du bonheur
présent (LUCIEN, ÉPICURE, CÉSAR), 565.


CHAPITRE LIV.

=Inanité de certaines subtilités=, =I=, 567.--Certaines subtilités
et les talents frivoles ne méritent pas d’être encouragés; il est
plus facile qu’on ne pense d’exceller en ce genre (certains POÈTES,
l’HOMME au grain de millet), 567.--En bien des choses les extrêmes
se touchent; la peur et un courage excessif produisent parfois en
nous les mêmes effets physiques (dénominations de SIRE, de DAME; DON
SANCHE), 569.--Aux prises avec la souffrance, la bêtise et la sagesse
en arrivent aux mêmes fins, 571.--Les esprits simples sont propres à
faire de bons chrétiens et les esprits élevés des chrétiens accomplis;
les esprits médiocres sont sujets à s’égarer (PAYSANS, PHILOSOPHES et
DEMI-SAVANTS), 571.--La poésie populaire est souvent comparable à la
plus parfaite (VILLANELLES), 573.--Ayant fait de vains efforts pour
sortir de la médiocrité, Montaigne pense que si ses Essais ne plaisent
ni aux esprits vulgaires ni aux intelligences supérieures, peut-être
pourront-ils se soutenir dans la région moyenne, 573.


CHAPITRE LV.

=Des odeurs=, =I=, 575.--On a dit de certaines personnes que les
émanations de leur corps avaient une odeur suave; mieux vaut encore ne
rien sentir que sentir bon (ALEXANDRE LE GRAND, les FEMMES SCYTHES),
575.--Il est des personnes extrêmement sensibles aux odeurs qui,
pourtant, ne sont pas plus sujettes que les autres aux maladies
épidémiques qui se propagent par l’air (MONTAIGNE, SOCRATE), 575.--Il
semble que les médecins pourraient tirer plus de parti des odeurs,
car elles ont sur nous une action très sensible (emploi de l’ENCENS
dans les églises), 577.--En Orient on fait emploi des parfums dans
l’apprêt des viandes (le ROI DE TUNIS), 577.--La puanteur est une des
incommodités des grandes villes (VENISE, PARIS), 577.


CHAPITRE LVI.

=Des prières=, =I=, 579.--Profession de foi de Montaigne: elle prime
tout ce qu’il peut dire ou écrire sur la religion, 579.--De toutes
les prières, l’oraison dominicale est celle dont on devrait faire le
plus fréquemment usage, 579.--Dieu ne devrait pas être indifféremment
invoqué à propos de tout; on devrait avoir l’âme pure, quand on le
prie, 579.--Mais le plus souvent on prie par habitude; on donne une
heure à Dieu, le reste au vice, 581.--Que peuvent valoir les prières
de ceux qui vivent dans une inconduite persistante; on en voit qui
vont jusqu’à sacrifier leurs convictions religieuses à leurs intérêts
temporels, 583.--Quelle prétention que de penser que toute croyance
autre que la nôtre est entachée d’erreur, 583.--Les psaumes de David
ne devraient pas être chantés indifféremment par tout le monde, c’est
les profaner; la Bible ne devrait pas davantage se trouver dans toutes
les mains, elle ne doit être lue qu’avec respect et lorsqu’on y est
préparé, son étude n’amende point les méchants, 585.--Il n’y a pas
d’entreprise plus dangereuse qu’une traduction de la Bible en langage
vulgaire, peu de personnes étant aptes à prononcer sur les difficultés
d’interprétation (les JUIFS, les MUSULMANS), 587.--Une grande prudence
est à apporter dans l’étude des questions dogmatiques sur lesquelles,
aujourd’hui, les femmes et même les enfants se mêlent de discuter (les
MYSTÈRES du temple de Delphes, les empereurs THÉODOSE et ANDRONIC
COMNÈNE, les habitants de l’île DIOSCORIDE, les PAÏENS), 587.--On ne
devrait jamais mêler la théologie aux discussions philosophiques; c’est
une science à part, qui a son objet propre et sur laquelle les initiés
seuls devraient être appelés à écrire (S. JEAN CHRYSOSTOME), 589.--Le
nom de Dieu ne devrait être invoqué que dans un sentiment de piété,
591.--Abus qu’on fait de la prière (anecdote contée par MARGUERITE
DE NAVARRE), 591.--Que de choses on demande à Dieu, qu’on n’oserait
lui demander en public et à haute voix (les PYTHAGORICIENS, ŒDIPE),
593.--On dirait que pour beaucoup, la prière n’est qu’une sorte de
formule cabalistique pouvant faciliter l’accomplissement de nos désirs,
593.


CHAPITRE LVII.

=De l’âge=, =I=, 595.--Qu’entend-on par la durée naturelle de la vie
de l’homme, alors que tant d’accidents surviennent qui en interrompent
le cours (CATON D’UTIQUE)? 595.--Mourir de vieillesse n’est pas un
genre de mort plus naturel qu’un autre et c’est la mort la plus rare
de toutes, 597.--C’est un vice des lois d’avoir retardé jusqu’à 25
ans l’âge auquel il est permis de gérer soi-même ses affaires; dès
l’âge de vingt ans, on peut le plus souvent augurer ce que nous serons
(SERVIUS TULLIUS, l’empereur AUGUSTE), 597.--On cite un bien plus grand
nombre d’hommes qui se sont distingués par de belles actions avant leur
trentième année, qu’on n’en cite qui se sont rendus célèbres après
(ANNIBAL, SCIPION), 599.--La vieillesse arrive promptement; aussi
ne faudrait-il donner à l’apprentissage de la vie, c’est-à-dire à
l’éducation, que le temps strictement nécessaire, 599.



[B.21] LIVRE SECOND.


CHAPITRE I.

=De l’inconstance de nos actions=, =I=, 601.--On trouve dans l’homme
tant de contradictions, qu’on chercherait en vain à les expliquer
(MARIUS LE JEUNE, BONIFACE VIII, NÉRON), 601.--Tout homme a un
caractère indéterminé (l’empereur AUGUSTE), 601.--Rien de plus
ordinaire en nous que l’inconstance; à peine l’antiquité nous
offre-t-elle quelques hommes toujours fermes dans leurs desseins,
cependant le caractère de la sagesse est la constance dans tout ce
qui est juste et bon (SÉNÈQUE, DÉMOSTHÈNE), 601.--C’est toujours
l’occasion qui fait les hommes tels qu’ils nous apparaissent (FILLE
de vertu équivoque qui tente de se tuer parce qu’elle craint d’être
violentée; SOLDAT d’Antigone qui, venant à guérir d’une maladie, perd
sa valeur; autre SOLDAT devenu courageux pour avoir été dévalisé),
603.--Essentiellement variable, l’homme est tantôt humble, tantôt
orgueilleux; un jour chaste, un autre jour débauché; avare et
prodigue, etc. (le CHEF DES JANISSAIRES de Mahomet II), 607.--Pour
être véritablement vertueux, il faudrait l’être dans toutes les
circonstances de la vie; autrement c’est à l’action et non à l’homme
que l’on doit des éloges (les GRECS, les CIMBRES, les CELTIBÉRIENS),
609.--Peu d’hommes ont de belles qualités qui ne présentent des taches.
La vaillance même d’Alexandre le Grand n’en est pas exempte; quoique
extrême en son genre, elle n’a pas toujours été parfaite et ne s’est
pas étendue à tous ses actes, 609.--Notre inconstance dans les diverses
circonstances de la vie n’a rien qui puisse surprendre, attendu que
nul d’entre nous n’a de règle de conduite bien définie (SOPHOCLE, les
PARIENS et les MILÉSIENS), 611.--On ne saurait porter un jugement sur
les hommes d’après les actes isolés dont l’ambition, l’amour ou toute
autre passion ont pu les rendre capables; pour les bien connaître,
il faudrait pénétrer profondément dans leur âme et les examiner
longuement; devant une tâche aussi difficile beaucoup, qui se mêlent de
juger, devraient s’abstenir, 611.


CHAPITRE II.

=De l’ivrognerie=, =I=, 613.--Tous les vices ne sont pas de même
gravité; il y a entre eux des degrés, 613.--L’ivrognerie est un vice
grossier qui n’exige pas, comme d’autres, de l’adresse, du talent, du
courage, 615.--Dans l’ivresse on n’est plus maître de ses secrets. On
a vu cependant quelques hommes conserver, en cet état, le sentiment de
leurs devoirs; mais d’autres, en pareille situation, ont pu éprouver
les plus grands outrages sans même en rien sentir (l’historien JOSÈPHE
et un ambassadeur, AUGUSTE et LUCIUS PISON, TIBÈRE et COSSUS, CIMBER,
CASSIUS, les ALLEMANDS, ATTALE et PAUSANIAS, une VILLAGEOISE des
environs de Bordeaux), 615.--Les anciens ont peu décrié le vice de
l’ivrognerie; c’est en effet celui qui porte le moins de dommage à
la société, il est des plus faciles à satisfaire et dans les mœurs
de certains peuples (SOCRATE, CATON LE CENSEUR, CYRUS), 617.--Les
anciens passaient les nuits à table et quelquefois les jours; nous
avons tendance en France à nous modérer sous ce rapport, mais nous nous
dédommageons en nous adonnant davantage au libertinage, 619.--Portrait
et caractère du père de Montaigne; ce qu’il pensait de la chasteté des
femmes, 619.--Boire est à peu près le dernier plaisir qui demeure à
la vieillesse. D’où vient l’usage de boire de grands verres à la fin
des repas (ANACHARSIS), 621.--Platon interdit le vin aux adolescents
tout en le permettant aux hommes faits; encore devraient-ils s’en
abstenir lorsqu’ils sont à la guerre ou dans l’exercice de fonctions
publiques; son abus est nuisible aux vieillards (les CARTHAGINOIS,
STILPON, ARCÉSILAS), 623.--Le vin peut-il triompher de la sagesse? Pour
répondre, il ne faut que réfléchir combien est grande la faiblesse
humaine (LUCRÈCE, VIRGILE, PLUTARQUE), 625.--Les faits d’impassibilité
au milieu des tourments que nous fournissent les philosophes et
aussi les martyrs chrétiens, sont des effets de surexcitation due
à un enthousiasme frénétique (MÉTRODORE, ANAXARQUE, les MARTYRS),
627.--Cette surexcitation apparaît également dans les propos tenus
sous l’effet d’idées fixes; nous la constatons aussi chez les
guerriers, les poètes chez lesquels l’âme peut, sous cette influence,
s’élever au-dessus d’elle-même (ANTISTHÈNE, SEXTIUS, ÉPICURE, ARISTOTE,
PLATON), 627.


CHAPITRE III.

=A propos d’une coutume de l’île de Céa=, =I=, 629.--Il y a des
accidents pires que la mort; celui qui ne la craint pas, brave toutes
les tyrannies et toutes les injustices (DAMINDAS, AGIS, un enfant
de LACÉDÉMONE, les LACÉDÉMONIENS et ANTIPATER, les LACÉDÉMONIENS
et PHILIPPE), 629.--C’est un bienfait de la nature que d’avoir mis
constamment, comme elle l’a fait, la mort à notre portée, et, par
elle, de nous avoir faits libres d’accepter ou de refuser l’existence
qui nous est faite. Arguments en faveur du suicide (BOIOCALUS, le
grammairien SERVIUS, les STOÏCIENS, HÉGÉSIAS, DIOGÈNE et SPEUSIPPE),
631.--Objections contre le suicide; c’est une lâcheté de fuir
l’adversité; c’est aller contre les lois de la nature que de ne
pas supporter l’existence telle qu’elle nous l’a faite (REGULUS et
CATON, MARTIAL, LUCAIN, PLATON), 633.--Pour ceux qui admettent comme
licite de se donner la mort, dans quel cas est-on fondé à user de
cette faculté? Tant que demeure un reste d’espérance on ne doit pas
disposer de sa vie, et les revirements de la fortune sont tels qu’il
n’y a jamais lieu de désespérer (les VIERGES de Milet, THERYCION et
CLÉOMÈNE, JOSÈPHE, CASSIUS et BRUTUS, le duc D’ENGHIEN à Cérisoles),
637.--Cependant des maladies incurables, d’irrémédiables infortunes
peuvent autoriser une mort volontaire (DÉMOCRITE chef des Étoliens,
ANTINOÜS et THEODOTUS, un SICILIEN à Goze, les FEMMES JUIVES lors
de la persécution d’Antiochus, SUBTERFUGE employé par sa famille
vis-à-vis d’un criminel, SCRIBONIA et son neveu LIBO, mort courageuse
de RAZIAS lors de la persécution de Nicanor), 639.--Elle est glorieuse
chez les femmes qui n’ont d’autre moyen de conserver leur honneur, ou
auxquelles il a été ravi par la violence, ce dont beaucoup pourtant
finissent par prendre leur parti (PELAGIA et SOPHRONIA, une FEMME de
Toulouse, CLÉMENT MAROT), 641.--Les raisons les plus diverses ont été
cause de semblables résolutions (L. ARUNTIUS, GR. SILVANUS et STATIUS
PROXIMUS, SPARGAPIZEZ, BOGÈS, NINACHETUEN seigneur indien, COCCEIUS
NERVA), 643.--Femmes se donnant la mort pour encourager leurs maris
à faire de même (SEXTILIA femme de Scaurus, PAXEA femme de Labeo,
la FEMME de Fulvius), 645.--Mort de Vibius Virius et de vingt-sept
autres sénateurs de Capoue, 645.--Inhumanité de Fulvius consul romain
(TAUREA JUBELLIUS), 647.--Indiens qui se brûlent tous dans une ville
assiégée par Alexandre le Grand, 647.--Fin tragique des habitants
d’Astapa, ville d’Espagne assiégée par les Romains, 649.--Fin analogue
des habitants d’Abydos; de semblables résolutions sont plus facilement
décidées par les foules que par les individus, 649.--Privilège accordé
du temps de Tibère aux condamnés à mort qui se la donnaient eux-mêmes,
649.--Parfois on se donne la mort dans l’espoir des félicités d’une
vie future (S. PAUL, CLÉOMBROTE, JACQUES DU CHATEL évêque de Soissons,
les INDIENS), 651.--Plusieurs coutumes et institutions politiques
autorisaient le suicide et s’y prêtaient (à MARSEILLE, dans l’île de
CÉA; mort courageuse, dans ces conditions, d’une FEMME de haut rang de
cette île qui s’empoisonne en public; chez une NATION HYPERBORÉENNE),
651.--Conclusion: de grandes douleurs et une mort misérable en
perspective sont les motifs les plus excusables qui peuvent nous porter
à nous ôter la vie, 653.


CHAPITRE IV.

=A demain, les affaires=, =I=, 655.--Amyot nous a rendu un réel
service en traduisant Plutarque, ouvrage si plein d’enseignements; il
ferait également œuvre utile en traduisant Xénophon, 655.--Plutarque
nous cite, entre autres, un exemple de discrétion donné par Rusticus
différant d’ouvrir un message de l’empereur, pour ne pas troubler une
conférence, 655.--Si trop de curiosité est répréhensible, trop de
nonchalance ne l’est pas moins et, de la part de quelqu’un chargé des
affaires publiques, ce peut avoir les plus graves inconvénients (M.
DE BOUTIÈRES, JULES CÉSAR, ARCHIAS tyran de Thèbes), 657.--Ligne de
conduite qu’il semble possible de tracer à ce sujet (PLACE CONSULAIRE),
657.


CHAPITRE V.

=De la conscience=, =I=, 659.--On dissimule en vain; l’âme se révèle
toujours par quelque côté (un GENTILHOMME du parti contraire à celui
de Montaigne, BESSUS), 659.--Qui va contre sa conscience, l’a contre
lui; le châtiment d’une faute commence au moment même où elle se commet
(PLATON, HÉSIODE, APOLLODORE, tyran de Potidée, ÉPICURE, JUVÉNAL),
659.--Par contre, une bonne conscience nous donne confiance (SCIPION),
661.--Injustice et danger de la torture pour obtenir des aveux des
accusés (PUBLIUS SYRUS, PHILOTAS), 663.--Ce procédé d’information est
réprouvé par certaines nations que nous qualifions de barbares et qui,
en cela, le sont moins que nous (BAJAZET Ier), 663.


CHAPITRE VI.

=De l’exercice=, =I=, 665.--Le raisonnement et la science ne suffisent
pas pour lutter contre les difficultés de la vie; il faut nous y
exercer pour pouvoir en triompher le cas échéant, 665.--Mais si l’on
peut par l’expérience fortifier son âme contre la douleur, l’indigence,
etc., contre la mort, nous n’avons pas cette ressource parce qu’on
ne la souffre qu’une fois, 665.--Exemple mémorable de J. Canius
qui, au moment de mourir, ne songeait qu’à observer l’impression
qu’il en pouvait ressentir, 667.--Il y a pourtant possibilité de
se familiariser avec la mort et presque de l’essayer; le sommeil
en est une image, les évanouissements lui ressemblent plus encore,
667.--Comme tant d’autres choses, la mort produit plus d’effet de loin
que de près, 669.--Accident survenu à Montaigne qui lui causa un long
évanouissement, 669.--Ce qu’il éprouva pendant cette défaillance et
en reprenant ses sens, 671.--Ce fut pour lui une preuve de l’idée,
qu’il s’était faite depuis longtemps, que les affres de la mort sont
les effets d’une désorganisation à laquelle l’âme ne participe pas,
671.--L’agonie est un état analogue à celui d’un homme qui ne serait
ni tout à fait éveillé, ni complètement endormi, 673.--Au début de son
accident Montaigne demeure anéanti, ses mouvements comme ses réponses
sont inconscients, seul règne en lui un sentiment de bien-être qui le
tient tout entier; à ce moment où la mort était si proche, sa béatitude
était complète, 675.--Peu à peu renaissant à l’existence, la mémoire
lui revient, et en même temps les souffrances l’envahissent et prennent
une place prépondérante, 677.--Si Montaigne s’est si longuement arrêté
sur cet accident, c’est que son but est de s’étudier dans toutes les
circonstances de la vie, afin d’offrir aux autres d’utiles documents
(PLINE L’ANCIEN), 677.--C’est à tort que l’on accuse de vanité ceux
qui se confessent publiquement et qui, en toute sincérité, montrent à
découvert leurs actes et leurs passions; nous sommes à nous-mêmes, pour
qui sait s’observer, une précieuse source d’enseignements (SOCRATE),
679.--Il faut reconnaître toutefois que cette étude de soi-même est des
plus délicates, 681.--S’occuper de soi n’est pas se complaire en soi,
c’est le moyen de se connaître; par suite d’arriver à mieux, ce qui est
le but de la sagesse, 683.



[B.23] DEUXIÈME VOLUME


CHAPITRE VII.

=Des récompenses honorifiques=, =II=, 11.--Les distinctions
honorifiques sont éminemment propres à récompenser la valeur
(l’empereur AUGUSTE), 11.--A cet égard, l’institution des ordres de
chevalerie est une conception des plus heureuses (ordre de S. MICHEL),
11.--Les récompenses pécuniaires s’appliquent à des services rendus de
tout autre caractère, 13.--La vaillance est une vertu assez commune
qui prime chez nous la vertu proprement dite, laquelle est bien
autrement rare, 13.--Conditions dans lesquelles se décernait l’ordre
de Saint-Michel; abus qui en a été fait, discrédit en lequel il est
tombé; mieux vaudrait ne pas le donner à des gens le méritant, que
l’avilir en le prodiguant, 13.--Ce discrédit rend difficile de mettre
en honneur un nouvel ordre de chevalerie (ordre du S.-ESPRIT), 15.--En
France, la vaillance tient chez l’homme le premier rang comme la
chasteté chez la femme, 17.


CHAPITRE VIII.

=De l’affection des pères pour leurs enfants=, =II=, 19.--Comment
Montaigne a été amené à écrire et à faire de lui-même le sujet de
ses Essais, et pourquoi il consacre ce chapitre à Madame d’Estissac,
19.--L’affection des pères pour les enfants est plus grande que celle
des enfants pour leurs pères, ce qui tient à ce que tout auteur
s’attache à son œuvre et que, toujours, celui qui donne aime plus
que celui qui reçoit, 21.--Il ne faut pas trop se laisser influencer
par les penchants que l’on nomme naturels; on ne doit d’amitié aux
enfants que s’ils s’en rendent dignes; et c’est une faute qui se
produit fréquemment, d’être plus généreux envers les enfants lorsqu’ils
sont très jeunes, que lorsque à un âge plus avancé leurs besoins se
sont accrus; il semble qu’alors on les jalouse, 21.--Il faudrait,
au contraire, partager de bonne heure ses biens avec eux; cela leur
permettrait de s’établir plus tôt et dans de meilleures conditions,
et ne les inciterait pas, comme il arrive parfois, à commettre par
besoin des actions viles, des vols par exemple, auxquelles ils
s’habituent (un GENTILHOMME adonné au vol), 23.--Mauvaise excuse des
pères qui thésaurisent pour conserver le respect de leurs enfants;
c’est par leur vertu et leur capacité seules qu’ils peuvent se rendre
respectables, 25.--Trop de rigueur dans l’éducation forme des âmes
serviles (MONTAIGNE, LÉONORE sa fille), 27.--Il ne faut pas se marier
trop jeune; l’âge le plus favorable au mariage semble être de trente à
trente-cinq ans, cette règle ne s’appliquant pas toutefois aux classes
inférieures de la société où tout homme vivant du travail de ses mains
a intérêt à avoir beaucoup d’enfants (ARISTOTE, PLATON, THALÈS, les
GAULOIS, un ROI DE TUNIS, les ATHLÈTES en Grèce, coutume dans les
INDES), 27.--Un père ne doit pas se dépouiller trop jeune en faveur
de ses enfants, 29.--Celui qu’accablent les ans et les infirmités ne
devrait garder pour lui que le nécessaire (l’empereur CHARLES-QUINT),
29.--Mais peu de gens savent se retirer à temps quand l’âge les gagne,
31.--En faisant l’abandon de l’usufruit de son superflu à ses enfants
un père doit se réserver la faculté de les surveiller, de vivre avec
eux et même de reprendre ses biens s’il a des motifs de plainte
(singularité d’un DOYEN de S.-Hilaire de Poitiers), 31.--Appeler les
parents des noms de père et de mère, ne devrait pas être interdit
aux enfants; on se trompe quand on croit se rendre plus respectable
à eux par la morgue et la hauteur; il vaut mieux s’en faire aimer
que s’en faire craindre, 33.--Exemple d’un vieillard qui, voulant se
faire craindre, était joué par tout son entourage, 35.--Quand les
vieillards sont chagrins, grondeurs, avares, toute leur maison: femme,
enfants, domestiques, se ligue contre eux pour les tromper (CATON),
37.--Profitons pour nous diriger à ce moment de la vie, des exemples
que nous voyons autour de nous, 39.--Un père regrette parfois de s’être
montré trop grave, trop peu bienveillant pour ses enfants (le maréchal
DE MONTLUC), 39.--Dans la vieillesse c’est surtout un ami qu’il
faudrait; l’amitié est préférable à toutes les liaisons de famille,
41.--C’est un tort de laisser à sa veuve les biens dont les enfants
devraient jouir. Ce n’est pas non plus toujours une bonne affaire que
d’épouser une femme ayant une belle dot, quoique une femme pauvre ne
soit pas par cela même plus maniable, aucune considération ne modifiant
sur ce point le caractère de la femme, 41.--Un mari ne doit attribuer à
sa veuve que ce qu’il lui faut pour se maintenir dans le rang qu’elle
a dans la société; on ne doit la laisser maîtresse de disposer de la
fortune de ses enfants que durant le temps de leur minorité, 43.--Pour
la répartition des biens qu’on laisse en mourant, le mieux est de s’en
rapporter aux lois admises dans le pays; les testaments sont presque
toujours injustes, 43.--Les substitutions en vue d’éterniser notre
nom sont ridicules. On fait fréquemment erreur en déshéritant des
enfants dont l’extérieur ne pronostique pas un avenir avantageux; dans
son enfance, Montaigne était lourdaud et peu dégourdi, 45.--Raisons
données par Platon pour que les questions d’héritage soient réglées
par les lois, 45;--Revenons aux femmes: Il ne faut pas leur laisser le
droit de partager les biens que les enfants tiennent de leur père, la
mobilité et la faiblesse de leur jugement ne leur permettant pas de
faire de bons choix; le plus souvent ce sont ceux qui le méritent le
moins, qu’elles affectionnent le plus, 47.--On compte en vain sur ce
qu’on appelle la tendresse maternelle; en ont-elles celles qui confient
à des étrangères, et souvent aux mamelles des animaux, les enfants
qu’elles devraient allaiter? 47.--Les hommes chérissent les productions
de leur esprit bien plus que leurs propres enfants, et en effet c’est
bien plus exclusivement leur ouvrage (LABIENUS, CASSIUS SEVERUS,
CREMUTIUS CORDUS, LUCAIN, ÉPICURE, S. AUGUSTIN, MONTAIGNE, ÉPAMINONDAS,
ALEXANDRE et CÉSAR, PHYDIAS, PYGMALION), 49.


CHAPITRE IX.

=Des armes des Parthes=, =II=, 55.--Mauvaise habitude, aux armées, de
la noblesse de nos jours de ne s’armer qu’au dernier moment, 55.--Nos
armes actuelles sont plus incommodes par leur poids qu’elles ne sont
propres à la défense (ALEXANDRE LE GRAND, les anciens GAULOIS, LUCULLUS
et les MÈDES), 55.--On est plus vigilant, quand on se sent moins
protégé (SCIPION ÉMILIEN), 57.--C’est le défaut d’habitude qui nous
fait paraître nos armes si pesantes; poids énorme porté par les soldats
romains (CARACALLA, les SOLDATS DE MARIUS, SCIPION ÉMILIEN en Espagne),
57.--Ressemblance des armes des PARTHES avec celles dont nous faisons
usage nous-mêmes aujourd’hui (DÉMÉTRIUS et ALCINUS), 57.


CHAPITRE X.

=Des livres=, =II=, 61.--En écrivant ses Essais, Montaigne n’a pas
de plan arrêté, il donne libre cours à sa fantaisie; il sait combien
il est ignorant, aussi, tout en disant sur chaque chose ce qu’il
juge à propos, peu lui importe les erreurs que l’on pourra relever,
61.--Double motif qu’il a pour ne pas nommer les auteurs auxquels
il emprunte des idées, voire même des passages entiers et dont il
donne des citations; il veut orner son ouvrage et rire de la critique
que l’on fera peut-être en lui, et sans s’en douter, des auteurs de
l’antiquité auxquels il fait des emprunts, 61.--Il renouvelle l’aveu
de son ignorance, mais la science coûte trop à acquérir et il préfère
passer doucement la vie; aussi, ne lit-il que les auteurs qui l’amusent
et ceux qui lui apprennent à bien vivre et à bien mourir, 63.--Parmi
les auteurs des temps modernes simplement amusants, Montaigne
n’apprécie guère que BOCCACE, RABELAIS et JEAN SECOND; il a toujours
trouvé insipides les romans des AMADIS et, l’âge ayant modifié ses
goûts, ARIOSTE et même Ovide qui dans son enfance lui plaisait tant,
n’ont plus d’attrait pour lui, 65.--Il regrette d’avoir à confesser
qu’il n’apprécie pas l’AXIOCHE de PLATON, c’est probablement un effet
de son ignorance, 65.--Les fables d’Ésope renferment généralement un
sens plus profond que celui qui ressort à première vue, 67.--Parmi
les poètes latins, les premiers pour lui, sont: VIRGILE, surtout par
ses GÉORGIQUES et le cinquième livre de l’ÉNÉIDE; LUCRÈCE, CATULLE et
HORACE; il prise aussi LUCAIN, mais plus pour ses pensées que pour son
style, 67.--Combien TÉRENCE est au-dessus de PLAUTE; quelle élégance,
quelle grâce inimitable, un rien lui suffit pour provoquer l’intérêt;
quelle différence sous ce rapport entre eux et les poètes comiques de
nos jours! 67.--Les bons poètes ont toujours évité l’affectation et
la recherche: c’est ce qui fait que les épigrammes de CATULLE sont
si supérieures dans leur simplicité, aux satires de MARTIAL dont
les pointes sont aiguisées avec tant de soin, 69.--Comme les bons
plaisants, les bons poètes n’ont pas non plus besoin de déguisements,
d’ornements superflus pour exciter l’intérêt: Que l’on compare VIRGILE
et ARIOSTE: le premier fend l’air d’un vol hardi, le second ne fait
que voleter de branche en branche, 71.--D’entre les ouvrages sérieux,
PLUTARQUE et SÉNÈQUE sont ceux que préfère Montaigne; comparaison entre
ces deux auteurs, 71.--Quant à Cicéron, ce que Montaigne apprécie le
plus en lui, ce sont ses ouvrages philosophiques; mais il l’ennuie
par ses longs préambules et ses éternelles définitions, il arrive
trop tard au sujet. On peut en dire autant de PLATON dont la forme
dialoguée alourdit le style, ce n’est point ainsi qu’écrivent PLINE et
quelques autres, 73.--Les lettres de CICÉRON à Atticus sont d’un grand
intérêt par les particularités qu’elles contiennent sur les mœurs et
le caractère de l’auteur qui, bon citoyen, avait peu d’énergie, était
dévoré d’ambition et de vanité et avait la faiblesse de se croire
un grand poète (BRUTUS), 75.--Son éloquence hors de pair, a trouvé
cependant des censeurs; on lui a reproché ses trop longues périodes
et les mots à effet par lesquels il les termine si souvent (CICÉRON
LE JEUNE et CESTIUS), 75.--De tous les auteurs de divers genres, les
historiens sont ceux que Montaigne affectionne le plus, parce qu’ils
font connaître l’homme en général; et, parmi les historiens ceux qui,
tels que PLUTARQUE et DIOGÈNE LAERCE, ont écrit la vie de grands
personnages, 77.--Éloge des COMMENTAIRES DE CÉSAR, 77.--Les meilleurs
historiens, sont ceux, assez rares du reste, qui, ayant le génie de
l’histoire, s’imposent par leur valeur, et ceux qui l’écrivent avec
simplicité et bonne foi; les autres nous induisent en erreur par leurs
relations tronquées ou altérées et leurs jugements erronés (FROISSART),
79.--Les bonnes histoires sont surtout celles faites par des hommes
ayant pris part aux événements qu’ils racontent; difficulté de fixer,
même dans ce cas, les détails de certains faits (ASINIUS POLLIO et
les COMMENTAIRES DE CÉSAR, BODIN), 81.--Jugements de Montaigne sur
GUICHARDIN, PHILIPPE DE COMINES, GUILLAUME et MARTIN DU BELLAY; ces
deux derniers paraissent avoir eu pour but de faire le panégyrique de
François Ier, plutôt que d’écrire des mémoires (Sire DE JOINVILLE,
ÉGINHARD), 81.


CHAPITRE XI.

=De la cruauté=, =II=, 85.--La bonté a l’apparence de la vertu; mais
celle-ci lui est supérieure en ce qu’elle suppose une lutte perpétuelle
contre les passions (les STOÏCIENS, ÉPICURIENS et ARCÉSILAS),
85.--C’est par les combats qu’elle livre, que la vertu se perfectionne
(ÉPAMINONDAS, SOCRATE, METELLUS), 87.--Dans les âmes touchant à la
perfection, la vertu est facile à pratiquer parce qu’elle y est à
l’état d’habitude (SOCRATE), 89.--Combien est belle la mort de CATON
D’UTIQUE, étant donnés ses circonstances et son mobile, 91.--L’espèce
de gaîté qui accompagne la mort de SOCRATE met encore celle-ci
au-dessus de celle de CATON (ARISTIPPE), 93.--La vertu comporte divers
degrés: résister au vice d’une façon continue et en triompher, est
plus beau que de réagir après y avoir cédé de prime abord; et cette
réaction elle-même est plus méritoire que de ne pas s’abandonner à mal
faire par nonchalance de tempérament, 93.--Certaines vertus nous sont
attribuées qui ne proviennent que de la faiblesse de nos facultés, ce
dont il y a lieu de tenir compte avant de porter un jugement sur nos
actes (appréciation sur la bravoure chez les ITALIENS, les ESPAGNOLS,
les FRANÇAIS, les ALLEMANDS et les SUISSES), 93.--Montaigne déclare
qu’il a dû à son tempérament, plus qu’aux efforts qu’il a faits
pour leur résister, de ne pas céder à ses passions, et qu’il était
plus réglé dans ses mœurs que dans ses pensées et ses propos, ainsi
que cela arrive chez bien d’autres (ARISTIPPE, ÉPICURE), 95.--Il
estime, contrairement à ce qu’en pensent les STOÏCIENS, que, pour
être adonné à un vice, on n’est pas nécessairement sujet à tous les
autres (SOCRATE, STILPON), 99.--Il est possible à l’homme, quoique le
contraire ait été soutenu, de demeurer maître de ses pensées et de
sa volonté sous les caresses les plus ardentes de la femme la plus
désirée, plus encore que sous l’excitation de la chasse pour qui a
cette passion, 101.--Sensibilité de MONTAIGNE; son horreur pour tout
ce qui est cruauté (JULES CÉSAR), 101.--Même à l’égard des criminels,
la peine de mort devrait être appliquée sans aggravation de tourments
barbares qui n’ajoutent rien à son effet (un SOLDAT prisonnier),
103.--Ces barbaries devraient, tout au plus, s’exercer sur les corps
inanimés des suppliciés; d’autant qu’il est à remarquer que mutiler les
cadavres, produit une grande impression sur le peuple. Aujourd’hui, au
contraire, on en est arrivé à tuer et à torturer les gens uniquement
pour le plaisir de leurs souffrances (le voleur CATENA, ARTAXERXÈS,
les ÉGYPTIENS), 103.--Humanité de MONTAIGNE vis-à-vis des bêtes,
105.--Le dogme de l’immortalité de l’âme a conduit au système de la
métempsycose auquel, pour sa part, Montaigne ne croit guère (PYTHAGORE,
les ÉGYPTIENS, les anciens GAULOIS), 107.--Chez certains peuples,
certains animaux étaient divinisés; c’était un hommage rendu, soit
aux services que nous en retirons, soit aux qualités essentielles
qui les caractérisent, 107.--Nous devons nous montrer justes envers
nos semblables et avoir des égards pour toutes les autres créatures
susceptibles d’en sentir les effets; des peuples entiers, des
hommes célèbres ont témoigné par des monuments et autrement leur
reconnaissance à des animaux (les TURCS, les OIES du Capitole, les
BÊTES DE SOMME employées à Athènes à l’érection d’un temple, les
AGRIGENTINS, les ÉGYPTIENS, CIMON, XANTIPPE, PLUTARQUE), 109.


CHAPITRE XII.

=Apologie de Raimond Sebond=, =II=, 111.--Est-il vrai que la science
soit mère de toutes les vertus, comme l’ignorance de tous les vices?
111.--Son père avait les savants en haute estime et les accueillait
avec distinction; pour lui, Montaigne, il se contente de les aimer,
111.--Un de ces savants, Pierre Bunel, qui avait prévu les immenses
conséquences de la Réforme, laquelle commençait à poindre en France,
ayant donné le traité de Raimond de Sebond sur «la Théologie naturelle»
au père de Montaigne, celui-ci le fit traduire d’espagnol en français
par son fils, traduction qui depuis a été publiée, 111.--Éloge de ce
livre (ADRIEN TURNEBUS), 113.--Cet ouvrage a soulevé des objections; la
première c’est qu’«il ne faut pas appuyer de raisons humaines ce qui
est article de foi», 115.--Il est vrai que la raison est insuffisante
pour démontrer par elle-même des faits au-dessus de notre intelligence;
il faut que d’abord nous soyons éclairés par la foi qui est une grâce
de Dieu; la raison a alors son utilité en venant corroborer ce que la
foi enseigne, 115.--Chez le CHRÉTIEN, la foi fait généralement défaut;
aussi sa vie qui, dirigée par la Divinité elle-même, devrait être si
édifiante, prête-t-elle si fort au reproche; les uns font semblant
de croire, les autres se persuadent qu’ils croient et ne savent ce
que c’est que croire (les MAHOMÉTANS, les PAÏENS, S. LOUIS et un ROI
TARTARE converti, un JUIF voyageant à Rome), 117.--Dans les guerres
de religion, ce sont les intérêts des partis qui les guident, si bien
que parfois les maximes de l’un sont abandonnées par lui et reprises
par l’autre qui les combattait, 119.--Chacun fait servir la religion à
ses passions; le zèle du chrétien éclate surtout pour produire le mal;
si notre foi était sincère, outragerions-nous sans cesse Dieu comme
nous le faisons et craindrions-nous la mort qui doit nous réunir à
lui (ANTISTHÈNE, DIOGÈNE)? 121.--C’est ne pas croire, que croire par
faiblesse ou par crainte, 123.--Les athées ne le sont guère que par
vanité; ils veulent se montrer au-dessus des croyances populaires;
en présence de la mort, ils reviennent aux idées religieuses (BION),
125.--L’opinion de PLATON, que les enfants et les vieillards sont plus
portés à la religion que les hommes dans la force de l’âge, n’est pas
exacte; ce n’est pas par faiblesse d’esprit que nous y sommes amenés,
mais parce que Dieu se manifeste à nous par ses œuvres; ce que nous
en saisissons explique ce qui nous en échappe; c’est ce que Sebond
s’applique à démontrer, 127.--Ses arguments, par leur conformité avec
ce que nous enseigne la foi, ont une valeur indéniable (SOCRATE, CATON,
SEBOND), 129.

La seconde objection faite à Sebond, c’est que «ses arguments sont
faibles»; mais est-il possible d’en produire d’autres, étant donné
le peu que nous pouvons par nous-mêmes? 129.--Il faut tout d’abord
reconnaître qu’il est bien des choses qui ne peuvent s’expliquer par
la raison seule (S. AUGUSTIN), 131.--L’homme se croit une grande
supériorité sur toutes les autres créatures; examinons ce qui en est,
133.--Est-il fondé à prétendre que le ciel, la mer et toutes les
merveilles de la nature n’ont été créés que pour lui? 135.--S’il est
vrai que les astres ont de l’influence sur nos ¡destinées, pouvons-nous
dire que nous commandons, quand nous ne faisons qu’obéir? 135.--Que
savons-nous de ces astres, sur quoi pouvons-nous appuyer les
suppositions que nous émettons à leur sujet? mais notre présomption
est sans limites (ANAXAGORE), 135.--Vis-à-vis des animaux, en quoi
consiste notre supériorité? nous pensons, nous parlons, mais est-il
sûr que les bêtes n’aient pas, elles aussi, des idées et un langage
(l’AGE D’OR d’après Platon)? 137.--Les bêtes se comprennent entre
elles; si nous ne les comprenons pas, est-ce à elles ou à nous que
cela est imputable? 139.--Celles qui n’ont pas de voix se font
comprendre par les mouvements du corps; que de choses n’exprimons-nous
pas nous-mêmes, par gestes (un AMBASSADEUR d’Abdère et AGIS roi de
Sparte)? 139.--Leur habileté surpasse celle de l’homme, si bien qu’il
semblerait que la nature les a traitées plus favorablement que nous
(les ABEILLES, les HIRONDELLES, l’ARAIGNÉE), 141.--Il n’en est rien; en
dépit des apparences, elle a donné à l’homme tout ce qui est nécessaire
à sa conservation, 145.--Il ne tiendrait qu’à nous de nous passer de
vêtements, même dans les climats froids; et, sans cultiver le sol, ni
nous livrer à aucune préparation d’aliments, nous pourrions trouver
partout notre nourriture (certaines PEUPLADES SAUVAGES, les GAULOIS,
les IRLANDAIS), 145.--L’homme est naturellement mieux armé que beaucoup
d’autres animaux; et s’il a recours, pour accroître sa force, à des
moyens de défense artificiels, d’autres animaux, qui ont des armes
naturelles, agissent de même (l’ÉLÉPHANT, le TAUREAU, le SANGLIER,
l’ICHNEUMON), 147.--Le langage n’est pas chez l’homme une chose
naturelle; mais, de même que les animaux manifestent leurs sentiments
et se font comprendre en donnant de la voix, il y a lieu de penser
que nous-mêmes avons un parler inné, car nous nous faisons comprendre
d’eux; et, de ce langage, il semble qu’il y ait trace chez l’enfant,
149.--Tout cela dénote que nous ne sommes ni au-dessus ni au-dessous
du reste des animaux, 151.--Les bêtes, comme les hommes, suivent
librement leurs inclinations; comme eux, elles sont susceptibles de
réflexion dans ce qu’elles font (RENARDS employés par les Thraces pour
vérifier l’adhérence de la glace), 151.--Si nous les asservissons,
n’en est-il pas de même des hommes vis-à-vis les uns des autres?
Souvent même, nous nous astreignons à l’égard des bêtes, à ce que ne
feraient pas pour nous nos propres serviteurs (les CLIMACIDES, les
FEMMES DE THRACE, les GLADIATEURS, les SCYTHES, DIOGÈNE), 151.--Les
animaux (les TIGRES, les LIONS, le CHIEN, le BROCHET, l’HIRONDELLE,
l’ÉPERVIER, la CIGOGNE, l’AIGLE, les FAUCONS en THRACE, les LOUPS
dans les Palus-Méotide, la SEICHE) pratiquent la chasse comme font
les hommes, parfois de commun accord, 155.--La force de l’homme est
inférieure à celle de bien des animaux, et de bien plus petits que lui
en triomphent aisément (SYLLA), 157.--Les bêtes savent discerner ce
qui peut leur être utile soit pour leur subsistance, soit en cas de
maladie (les CHÈVRES de Candie, la TORTUE, le DRAGON, les CIGOGNES,
les ÉLÉPHANTS), 157.--Exemple caractéristique de raisonnement chez
le chien, 157.--Les bêtes sont capables d’être instruites (CHIENS
savants, CHIENS d’aveugle, CHIEN du théâtre de Marcellus, les BŒUFS
des jardins de Suze), 159.--On constate que quelques-unes se livrent à
l’instruction des autres, et il y en a qui s’instruisent elles-mêmes
(le ROSSIGNOL, des ÉLÉPHANTS de cirque, une PIE, un CHIEN qui veut
se désaltérer), 161.--Subtilité et pénétration des ÉLÉPHANTS,
163.--D’hommes à hommes, nous traitons de sauvages ceux qui n’ont pas
les mêmes usages que nous; de même nous nous étonnons de tout ce que,
chez les animaux, nous ne comprenons pas, 167.--Il semble que chez
l’ÉLÉPHANT, il y ait trace de sentiment religieux; l’échange d’idées
entre animaux auxquels la voix fait défaut, n’est pas niable (les
FOURMIS de Cléanthe), 167.--Propriétés que nous ne possédons pas et
dont jouissent certains animaux (le REMORA, le HÉRISSON, le CAMÉLÉON,
le POULPE, la TORPILLE), 169.--Les prédictions fondées jadis sur le
vol des oiseaux, pouvaient avoir leur raison d’être (les OISEAUX de
passage), 171.--N’attribue-t-on pas aux chiennes de savoir discerner,
dans une portée, le meilleur de leurs petits? 171.--Sous bien des
rapports, nous devrions prendre modèle sur les animaux, 171.--Ils ont
le sentiment de la justice, leur amitié est plus constante que celle
de l’homme (le CHIEN du roi Lysimaque, celui de PYRRHUS), 173.--Dans
leurs goûts, leurs affections, en amour, ils sont délicats, bizarres,
extravagants comme nous-mêmes (propension des CHEVAUX pour ceux de même
robe, l’ÉLÉPHANT et la BOUQUETIÈRE D’ALEXANDRIE, le BÉLIER DE GLAUCIA),
173.--Subtilité malicieuse d’un MULET, 177.--Certaines bêtes paraissent
sujettes à l’avarice, d’autres sont fort ménagères (La FOURMI et le
GRAIN DE BLÉ), 177.--Quelques-unes, ce sont des exceptions, se font la
guerre à l’instar des hommes chez lesquels elle dénote une si grande
imbécillité, les princes, qui sont soumis aux mêmes passions que nous,
la faisant pour des motifs aussi futiles que ceux qui occasionnent les
querelles des particuliers et son issue étant souvent amenée par des
incidents des moins importants de la vie ordinaire (causes de la guerre
de TROIE, de la guerre civile entre ANTOINE et AUGUSTE; intervention
de la poussière dans les batailles livrées par SERTORIUS à POMPÉE,
par EUMÈNE à ANTIGONE, par SURÉNA contre CRASSUS; des ABEILLES au
siège de Tamly), 177.--Fidélité et gratitude des animaux (le CHIEN
D’HÉSIODE et autres, le LION D’ANDROCLÈS), 161.--Comme nous, ils se
constituent en sociétés pour se défendre mutuellement; des individus
d’espèces différentes s’associent pour pourvoir à leur sûreté et à leur
subsistance (les BŒUFS, les POURCEAUX, etc.; l’ESCARE, le BARBIER;
la BALEINE et son GUIDE, le CROCODILE et le ROITELET, la NACRE et le
PINOTHÈRE; les THONS), 187.--Nous trouvons en eux des exemples de
magnanimité, de repentir, de clémence (fierté d’un CHIEN, repentir
d’un ÉLÉPHANT, clémence d’un TIGRE), 189.--L’ingéniosité de l’ALCYON
dans la construction de son nid défie notre intelligence, 189.--Les
animaux nous ressemblent et nous égalent aussi par l’imagination
puisque, comme nous, ils ont des songes et des souvenirs (le CHEVAL,
les CHIENS), 191.--Quant à la beauté, pour savoir si nous avons sur eux
quelque avantage de ce fait, il faudrait tout d’abord être fixé sur
ce en quoi elle consiste; or, que d’opinions diverses sur ce point:
telles formes, telles couleurs appréciées dans un pays, sont rebutantes
dans un autre (les ORIENTAUX, les femmes BASQUES, les MEXICAINES, les
ITALIENS, les ESPAGNOLS), 193.--A cet égard, nous ne sommes nullement
fondés à nous croire privilégiés par rapport aux bêtes, celles qui ont
le plus de ressemblance avec nous sont les plus laides, 195.--L’homme
a plus de raisons que tout autre animal de couvrir sa nudité, tant il
y a d’imperfections en son corps, 197.--Du reste tous les biens qu’il
s’attribue sont imaginaires, et les biens réels il les départ aux
animaux (HÉRACLIDE et PHÉRÉCIDE, ULYSSE et CIRCÉ), 199.--Malgré cela,
estimant notre forme extérieure au-dessus de tout, nous n’admettons de
supériorité sous aucun rapport de qui n’est pas formé à notre image,
199.

Examinons maintenant si l’homme a lieu de s’enorgueillir de ses
connaissances. Avec tant de vices et d’appétits déréglés, est-il en
droit de se glorifier de sa raison? 201.--La science ne nous garantit
ni des maladies, ni des incommodités de la vie (VARRON, ARISTOTE),
201.--Les ignorants sont plus sages et savent plus que bien des
savants, 203.--Dès le principe, Dieu nous a interdit la science; la
religion veut que nous demeurions ignorants et obéissants (la GENÈSE,
les SIRÈNES et ULYSSE, S. PAUL), 203.--Mais la présomption est le
partage de l’homme (CICÉRON, LUCRÈCE, DÉMOCRITE, ARISTOTE, CHRYSIPPE,
SÉNÈQUE), 205.--Et pourtant, combien la force d’âme de nos philosophes
est impuissante contre les douleurs physiques devant lesquelles
l’ignorant souvent demeure impassible (POSIDONIUS, ARCÉSILAS, DENYS
D’HÉRACLÉE), 207.--Les effets de l’ignorance sont préférables à ceux de
la science; selon quelques philosophes, reconnaître la faiblesse de son
jugement est le souverain bien (PYRRHON, au BRÉSIL), 209.--Les maladies
du corps et de l’esprit sont souvent causées par l’agitation de notre
âme, le génie est proche de la folie (LE TASSE), 211.--L’indolence
de l’esprit, non toutefois une indolence complète laquelle n’est du
reste ni possible ni durable, produit la vigueur corporelle et la
santé (CRANTOR et ÉPICURE), 213.--La science nous renvoie souvent à
l’ignorance pour nous adoucir les maux présents, 215.--La philosophie
agit de même, lorsqu’elle nous incite à oublier les maux passés
(LYCAS, THRASYLAUS), 215.--En nous concédant de mettre fin à notre vie
quand elle nous est devenue insupportable, elle témoigne encore plus
nettement de son impuissance (CICÉRON, HORACE, DÉMOCRITE, ANTISTHÈNE,
CHRYSIPPE, CRATÈS, SEXTIUS), 219.--La simplicité et l’ignorance
sont des conditions de tranquillité (VALENS, LICINIUS, MAHOMET,
LYCURGUE), 221.--Il est dans le NOUVEAU MONDE des nations qui, sans
magistrats et sans lois, vivent plus régulièrement que nous ne faisons,
221.--Funestes effets de la curiosité et de l’orgueil, 223.--A quoi
SOCRATE a dû le nom de Sage, 223.--Les recherches sur la nature divine
sont condamnables; nos notions sur l’Être suprême sont imparfaites, lui
seul peut se connaître et s’interpréter (S. AUGUSTIN, TACITE, PLATON,
CICÉRON), 223.--Ce que nous possédons de la vérité, ce n’est point
avec nos propres forces que nous y sommes arrivés, nous en sommes
incapables (S. PAUL), 225.--A la fin de leur vie, les plus savants
philosophes se sont aperçus qu’ils n’avaient rien appris (VELLEIUS,
PHÉRÉCIDE, SOCRATE, PLATON, CICÉRON), 227.--Examinons jusqu’à quel
degré de connaissances ont pu parvenir les plus grands génies, 229.--Il
y a trois manières de philosopher: l’une dogmatique, qui est celle
de ceux qui assurent avoir trouvé la vérité; l’autre, académique,
est appliquée par ceux qui déclarent qu’elle est au-dessus de notre
compréhension; la troisième, sceptique, est le propre de ceux qui la
cherchent encore, 229.--État d’esprit et doctrine des PYRRHONIENS qui
personnifient ce dernier mode, 231.--Avantage de leur doctrine; toutes
les opinions étant contestables, il n’y a pas de raison pour se décider
et adopter plutôt l’une que l’autre, 233.--Dans la vie ordinaire, ils
agissent comme tout le monde, se soumettant aux lois, aux usages, parce
qu’ils doutent qu’on puisse leur en substituer de meilleurs (PYRRHON),
235.--Combien sont plus faciles à gouverner les esprits simples et peu
curieux; plus que tous autres, ils sont préparés à recevoir la parole
de Dieu, 237.--Quant aux DOGMATISTES qui prétendent avoir trouvé la
vérité, leur assurance ne fait guère que masquer leur doute et leur
ignorance (SOCRATE, CICÉRON, ARISTOTE, ÉPICURE), 239.--Souvent les
philosophes affectent d’être obscurs, pour ne pas révéler le vide de
leur science (ARISTOTE, CARNÉADE, ÉPICURE, HÉRACLITE), 241.--Certains
ont dédaigné les arts libéraux et même les sciences, prétendant
que ces études détournent des devoirs de la vie (CICÉRON, ZÉNON,
CHRYSIPPE, PLUTARQUE, ÉPICURE, SOCRATE), 241.--On ne sait si Platon
était dogmatiste ou sceptique; ses opinions ont donné naissance à dix
sectes différentes, 243.--On peut en dire autant de la plupart des
philosophes anciens de quelque renom; combien se contredisent eux-mêmes
(ANAXAGORE, PARMÉNIDE, XÉNOPHANE, SÉNÈQUE, PLUTARQUE, EURIPIDE,
DÉMOCRITE, EMPÉDOCLE)! 243.--Il ne faut pas s’étonner de voir tant de
gens s’efforcer ainsi de découvrir la vérité, il y a quelque charme à
cette recherche (les STOÏCIENS, DÉMOCRITE), 245.--L’étude de la nature
est également une occupation où se complaît notre esprit (EUDOXE),
247.--Mais il est peu probable qu’ÉPICURE, PLATON et PYTHAGORE nous
aient donné comme réels, l’un ses atomes, l’autre son spiritualisme,
le dernier ses nombres; en émettant ces théories, ils n’ont sans doute
que voulu faire échec à d’autres systèmes préconisés, ne reposant pas
sur des bases plus solides, 247.--La vraie philosophie consiste à ne
rien donner comme certain et à respecter ostensiblement la religion
et les lois de son pays, tout en réservant son jugement, 249.--Malgré
notre impuissance à déterminer ce que c’est que DIEU, la question a été
fort agitée par les anciens; l’opinion la plus fondée est celle qui
le représente comme une puissance incompréhensible qui a produit et
conserve tout (VALERIUS SERANUS, S. PAUL, PYTHAGORE, NUMA), 251.--Mais
il faut au peuple une religion palpable qui émeuve l’homme dans ses
croyances et quand il prie; et, de tous les cultes, le plus excusable
est celui du SOLEIL, 258.--Opinions diverses des philosophes sur la
nature de DIEU; elles sont sans nombre (THALÈS, ANAXIMANDRE, ANAXIMÈNE,
ANAXAGORE, ALCMÉON, PYTHAGORE, PARMÉNIDE, EMPÉDOCLE, PROTAGORAS,
DÉMOCRITE, PLATON, SOCRATE, SPEUSIPPE, ARISTOTE, HÉRACLIDE DU PONT,
THÉOPHRASTE, STRATON, ZÉNON, DIOGÈNE D’APOLLONIE, XÉNOPHANE, ARISTON,
CLÉANTHE, PERSÉE, CHRYSIPPE, DIAGORAS, THÉODORE, ÉPICURE, ENNIUS),
255.--Cette diversité montre la faiblesse de notre raison; mais ce qui
est le comble de l’extravagance, c’est de faire des DIEUX des hommes
que nous connaissons tant, on comprend mieux que des bêtes on ait fait
des dieux parce qu’elles nous sont moins connues. Une autre folie, est
de déifier certaines abstractions, comme la concorde, la liberté, ou
certains de nos maux comme la peur, la fièvre, etc., 257.--Impudente
prudence des ÉGYPTIENS au sujet de leurs dieux, 259.--Est-ce
sérieusement que les philosophes ont traité de la hiérarchie de leurs
divinités, comme aussi de la condition des hommes dans une autre vie
(PLATON, MAHOMET)? 259.--Il n’est pas concevable que notre âme dégagée
des sens ses organes, puisse conserver ses goûts, ses affections; et
si, dans une autre vie, nous n’existons plus tels que nous sommes sur
la terre, ce n’est pas nous qui sentirons, qui jouirons; ce qui a cessé
d’être, n’est plus (PYTHAGORE, le PHÉNIX, le VER A SOIE), 261.--Et
puis, pourquoi les dieux récompenseraient-ils ou puniraient-ils
l’homme, après sa mort? n’est-ce pas par leur volonté qu’il a été
tel? 263.--Il est ridicule de prétendre arriver à connaître Dieu,
sa nature, etc., en prenant l’homme pour terme de comparaison, ainsi
que cela s’est toujours fait, 265.--C’est en partant de là qu’on a
cru l’apaiser par des prières, des fêtes, des présents, et même en
immolant des êtres humains sur ses autels (TIBERIUS SEMPRONIUS, PAUL
ÉMILE, ALEXANDRE LE GRAND, ÉNÉE, les GÈTES, AMESTRIS, les idoles de
THEMIXTATAN, les CARTHAGINOIS, les LACÉDÉMONIENS, IPHIGÉNIE, les deux
DECIUS), 265.--Prétendre satisfaire à la justice divine en choisissant
soi-même son expiation, est un contre-sens; est-ce au criminel à
fixer le châtiment qu’il a encouru (POLYCRATE, les CORYBANTES, les
MÉNADES, certains MAHOMÉTANS)? 267.--Il n’est pas moins ridicule de
juger d’après nous-mêmes du pouvoir et des perfections de DIEU; de
croire qu’il peut se réjouir, se fâcher, etc., que ses règlements, sa
juridiction ressemblent aux nôtres, et que c’est à notre intention
qu’il a fait les lois qui régissent le monde (STILPON), 269.--Non
seulement ces lois s’appliquent à notre monde mais aux autres encore
si, comme il est vraisemblable, il en existe en nombre infini,
probablement bien différents de celui-ci où l’éloignement des lieux
suffit pour que de grandes différences subsistent entre les êtres qui
s’y trouvent (PLATON, DÉMOCRITE, ÉPICURE, PLINE, HÉRODOTE, PLUTARQUE),
271.--Les règles que nous avons cru déduire de la nature sont sans
cesse démenties par les faits; tout est obscurité et doute; nous ne
savons même pas si nous vivons. Diversité des opinions sur le MONDE
et la NATURE (MÉTRODORE DE CHIO, EURIPIDE, MELISSUS, PROTAGORAS,
NAUSIPHANE, PARMÉNIDE, ZÉNON), 275.--C’est que la puissance divine
ne peut être définie par aucun langage humain, dont l’imperfection
est cause de toutes les erreurs et contestations qui se produisent,
277.--C’est par suite de cette même imperfection que nous disons
qu’il y a des choses impossibles à Dieu, comme de ne pas être, de
faire que le passé ne soit pas, etc.; du reste notre outrecuidance à
vouloir tout soumettre à notre examen, à faire Dieu à notre image,
fait que nous lui prêtons des attributs qui, pour lui, sont dépourvus
de sens, alors qu’il ne nous est pas donné d’avoir de lui la moindre
conception (PLINE, ÉPICURE, THALÈS, PLATON, PYTHAGORE, TERTULLIEN,
STRATON, CICÉRON, S. AUGUSTIN, S. PAUL), 279.--Nous l’avons tellement
rabaissé que nous, incapables de créer quoi que ce soit, sommes arrivés
à faire des dieux à la douzaine (FAUSTINE, AUGUSTE, les THASIENS et
AGÉSILAS, TRISMÉGISTE), 281.--Énoncé de quelques-uns des arguments que
les philosophes ont mis en avant pour déterminer la nature de DIEU,
283.--On allait jusqu’à admettre couramment que les DIEUX pouvaient
entrer en rapport avec la femme (PAULINE; un GARDIEN du temple
d’Hercule, LAURENTINA et TERUNCIUS, APOLLON, ARISTON et PÉRICTIONE,
les MERLINS), 285.--Chaque être s’estimant la perfection, si les bêtes
s’avisaient de faire des divinités, chacune les ferait, elle aussi, à
son image (XÉNOPHANE), 287.--L’homme s’est imaginé que tout, dans le
monde, n’existe que pour lui; que pour lui seul il fait jour, il pleut,
il tonne; que les dieux ne parlent et n’agissent que pour lui, qu’ils
épousent ses querelles, partagent ses plaisirs (NEPTUNE et JUNON, les
CAUNIENS), 289.--Il donnait à chacun d’eux telle ou telle attribution:
l’un guérissait de la toux, l’autre de la fièvre, etc.; il y en avait
dont la puissance était si bornée, qu’il en fallait bien cinq ou six
pour produire un épi de blé, 289.--Outre qu’il était de principe que,
dans son propre intérêt, on doit laisser ignorer au peuple beaucoup de
choses vraies et lui en donner à croire de fausses, dès que l’esprit
humain veut pénétrer certains mystères, il s’y perd. Combien d’idées
n’ont-elles pas été émises sur la matière dont est formé le soleil?
en vérité, mieux eût valu s’abstenir (SCÉVOLA, VARRON, S. AUGUSTIN,
ANAXAGORE, ZÉNON, ARCHIMÈDE, SOCRATE, POLYENUS), 291.--N’a-t-on pas
imaginé que le mouvement des corps célestes fonctionne d’après les
mêmes moyens que les machines de notre invention! 293.--En somme, la
philosophie nous présente toutes choses comme font les poètes, sous
forme d’énigmes (TIMON et PLATON), 293.--Du reste l’homme n’a pas
d’idées plus nettes sur lui-même que sur tout ce qui l’entoure: en
combien de parties différentes du corps n’a-t-on pas logé l’âme? quelle
explication a pu être donnée de ce que celle-ci s’unit à une substance
matérielle (une SERVANTE de Milet, CICÉRON et DÉMOCRITE, SOCRATE)?
295.--Ce qui fait qu’on ne révoque pas en doute ces théories, c’est
qu’on ne les discute jamais; on les accepte sous l’autorité du nom de
qui les a émises et, si on vient à tenter de les soumettre à l’examen,
on s’égare soi-même (ARISTOTE, PYTHAGORE), 299.--Voulons-nous, pour
nous décider, recourir à l’expérience? les sens nous trompent; à la
raison? sujette elle aussi à l’erreur, elle ne peut pas mieux nous
guider que les sens, 303.--Que nous apprend celle-ci sur la nature de
l’âme par exemple? A chaque philosophe elle enseigne que l’âme est
une substance différente suivant l’idée que chacun s’en fait (CRATÈS,
DICÉARQUE, PLATON, THALÈS, ASCLÉPIADE, HÉSIODE, ANAXIMANDRE, PARMÉNIDE,
EMPÉDOCLE, POSSIDONIUS, CLÉANTHE, GALIEN, HIPPOCRATE, VARRON, ZÉNON,
HÉRACLIDE DU PONT, XÉNOCRATE, les ÉGYPTIENS, les CHALDÉENS, ARISTOTE,
LACTANCE, SÉNÈQUE, les DOGMATISTES, CICÉRON, S. BERNARD, HÉRACLITE),
305.--Où loge-t-elle? la même divergence règne sur ce point (nombre
d’entre les PHILOSOPHES déjà cités; HIÉROPHILE, DÉMOCRITE, ÉPICURE,
MOÏSE, STRATON, CHRYSIPPE, les STOÏCIENS, etc.), 305.--Ces opinions
diverses ne prouvent-elles pas la vanité des recherches philosophiques,
joint à cela les définitions incohérentes émises sur le monde et
sur l’homme? Faiblesse du système des atomes et de quelques autres
(PLATON, les ÉPICURIENS, COTTA, ZÉNON, SOCRATE), 309.--Si bien qu’on
est tenté de croire que ce n’est pas sérieusement que ces philosophes
ont débité leurs rêveries; de fait, il n’y a rien d’absurde qui n’ait
été dit sur ces sujets, par l’un ou par l’autre, 311.--Pour en revenir
à l’âme, l’opinion la plus vraisemblable est qu’elle loge au cerveau
et que de là, au moyen des différents organes, elle gouverne le corps,
313.--Quant à son origine, nouvel embarras; diversité des opinions à ce
sujet; est-ce une émanation de l’âme universelle? préexiste-t-elle au
corps? est-elle immortelle ou non? 313.--Ce qu’il y a de certain, c’est
qu’elle naît avec le corps, croît, se fortifie et s’affaiblit avec
lui; qu’il ne faut pour la troubler, pour faire d’un sage un furieux,
qu’un accident souvent léger, une maladie, la bave d’un chien (SOCRATE,
CATON), 317.--Les plus hardis Dogmatistes eux-mêmes ne soutiennent que
faiblement le dogme de l’immortalité de l’âme (PHÉRÉCYDE DE SYROS,
THALÈS), 321.--Bien que certaines considérations portent à concevoir ce
dogme, aucun de ceux qui l’ont admis n’ont insisté et n’ont produit à
l’appui de raisons de quelque valeur; ils n’ont rencontré juste que par
hasard, et il nous faut sur ce sujet nous en rapporter uniquement à ce
que nous enseigne la révélation, 323.--Arguments qui, selon différents
philosophes, militent pour ce principe; tous sont défectueux et, avec
eux, le système de la métempsycose et autres auxquels il a donné lieu
(PYTHAGORE, ORIGÈNE, VARRON, CHRYSIPPE, PLATON, PINDARE, PLUTARQUE),
325.--La manière dont se forme le corps humain est aussi inconnue que
la nature de l’âme, tout est mystère dans la génération (ARCHÉLAÜS,
PYTHAGORE, PLATON, ALCMÉON, DÉMOCRITE, ÉPICURE, ARISTOTE, GALIEN),
329.--D’où cette conclusion: ne se connaissant pas lui-même, l’homme ne
peut arriver avec ses propres moyens à la connaissance de quoi que ce
soit (PROTAGORAS, THALÈS), 331.

En raison de notre impuissance à faire la lumière par nous-mêmes,
les arguments qui précèdent ne sont pas sans danger; ils peuvent se
retourner contre nous, 333.--L’esprit humain malgré les mesures prises
pour le contenir et le guider, ayant toujours tendance à échapper et
à divaguer, mieux vaut s’en tenir sur ces questions aux enseignements
de la foi et éviter toute controverse; toutefois si, avec certaines
gens, on est obligé de les discuter, ces arguments pourront être
utilement employés, 335.--Actuellement, les sciences sont l’objet
d’un enseignement officiel, en dehors duquel toute innovation est
abusivement prohibée, 337.--Il n’en est pas moins vrai que l’esprit
humain ne peut outrepasser certaines limites dans la connaissance des
choses, parce qu’il ignore les causes premières et que, l’âme étant
incapable de distinguer entre la vérité et le mensonge, force nous
est de nous arrêter dès les premiers pas, 339.--Aussi est-il plus
facile et moins hasardeux d’être Pyrrhonien et de refuser à l’homme
la possibilité d’une certitude sur quoi que ce soit, que d’être
Dogmatiste et d’admettre dans une certaine mesure cette possibilité,
339.--En dehors de l’infinie diversité d’opinions qui nous divisent,
nous varions nous-mêmes constamment dans les jugements que nous
portons sur un même sujet, 343.--Ces jugements sont essentiellement
variables avec nos dispositions physiques, et cette influence est
bien difficile à constater; ceux qui parlent en public, par exemple,
n’arrivent-ils pas à subir eux-mêmes l’effet de leur propre parole
(CLÉOMÈNE, l’ARÉOPAGE, MONTAIGNE)? 345.--Les passions auxquelles l’âme
est en proie, n’ont pas une action moindre; les plus grands hommes
sont ceux qui éprouvent les passions les plus fortes; quelle confiance
par suite avoir en notre jugement soumis à de pareils mobiles, d’autant
qu’il semble que plus il est exalté plus il a part aux secrets des
dieux (THÉMISTOCLE, DÉMOSTHÈNE)? 353.--Peut-on disconvenir que sous
l’influence de l’amour nous voyons, nous pensons, nous agissons tout
autrement que lorsque nous sommes au calme? Sommes-nous plus dans la
vérité dans un cas que dans l’autre? C’est un point qu’il n’est pas
facile de décider (MONTAIGNE, PYRRHON), 355.--De tout cela il résulte
qu’il ne faut pas se laisser aller aisément aux opinions nouvelles,
on risque de perdre au change; et puis, quel privilège ont donc les
nouveautés pour nous séduire et nous entraîner (CLÉANTHE DE SAMOS,
NICÉTAS DE SYRACUSE, COPERNIC)? 355.--Quelles garanties particulières
de stabilité présentent-elles pour l’avenir (ARISTOTE, PARACELSE,
THÉOPHRASTE, JACQUES PELETIER, PTOLÉMÉE)? 357.--Tout en ce monde et
ce monde lui-même ne se modifient-ils pas continuellement? Combien
sont incertaines les données que nous avons sur son origine (PLATON,
les PRÊTRES D’ÉGYPTE et HÉRODOTE, ARISTOTE et CICÉRON, SALOMON et
ISAIE, HÉRACLITE, APULÉE, ALEXANDRE, les CHALDÉENS, ZOROASTRE, SAÏS,
ATHÈNES, ÉPICURE), 361.--Dans le Nouveau Monde, n’a-t-on pas retrouvé
des pratiques et des traditions ayant cours, qui existent ou ont
existé dans le monde ancien? 363.--Malgré ces ressemblances qu’on
relève en des lieux différents bien éloignés les uns des autres, il
est certain que l’esprit de l’homme change suivant les climats et les
siècles, et son inconstance dans ses désirs est une preuve indéniable
de sa faiblesse (VÉGÈCE, les PRÊTRES D’ÉGYPTE, SOLON, ATHÈNES, THÈBES,
CYRUS), 367.--Incapables de discerner ce qui leur conviendrait, souvent
les hommes demandent au ciel des biens qui sont pour eux une source
de malheurs (SOCRATE, les LACÉDÉMONIENS, MIDAS, CLÉOBIS et BITON,
TROPHONIUS et AGAMÈDE), 369.--Dans l’impossibilité où ils sont de
discerner en quoi consiste le souverain bien, il semble que ce qui en
est le plus approchant soit ce que les Pyrrhoniens considèrent comme
tel: l’ataraxie, c’est-à-dire le calme absolu de l’esprit ne décidant
jamais sur rien (PYTHAGORE, ARISTOTE, ARCHÉSILAS), 371.--En prenant la
raison pour guide, la confusion, nos embarras sont les mêmes, car tout
change autour de nous, et les lois plus encore que toute autre chose;
souvent ce qui est légitime ici est criminel ailleurs, 373.--On n’est
même pas d’accord sur ce qu’on appelle les lois naturelles; elles sont
aussi inconstantes que les autres; pas une n’est observée par toutes
les nations (PROTAGORAS, ARISTON, THRASYMAQUE), 375.--Que de choses,
sur lesquelles l’accord devrait exister, voyons-nous acceptées par les
uns, proscrites par les autres, en raison du point de vue différent
auquel chacun se place (PEUPLADES chez lesquelles les enfants mangent
leurs pères et mères défunts, LYCURGUE, PLATON, ARISTIPPE et DENYS
LE TYRAN, ARISTIPPE et DIOGÈNE, SOLON pleurant son fils, SOCRATE
pleuré par sa femme), 377.--Les plaidoyers des avocats et en maintes
occasions les embarras des juges, prouvent combien les lois prêtent
à interprétation; les idées sur la morale n’ont pas plus de fixité
(ARCÉSILAS, DICÉARQUE), 379.--Les lois et les mœurs tiennent surtout
leur autorité de ce qu’elles existent. Si on remontait à leur origine,
on constaterait parfois combien sont discutables les principes qu’elles
consacrent; aussi les philosophes qui se piquaient le plus de ne rien
accepter sans examen, ne se faisaient-ils nullement scrupule de ne pas
les observer et de ne tenir aucun compte des bienséances (CHRYSIPPE,
MÉTROCLÈS et CRATÈS, DIOGÈNE, HIPPARCHIA), 381.--Des philosophes ont
avancé que, dans un même sujet, subsistent les apparences les plus
contraires; ce qu’il y a de certain, c’est que les termes les plus
clairs peuvent toujours être interprétés différemment et que bien des
écrits obscurs ont, grâce à cela, trouvé des interprétations qui les
ont mis en honneur (HÉRACLITE, PROTAGORAS), 383.--Homère n’a-t-il
pas été présenté comme ayant traité en maître les questions de tous
genres? Et Platon n’est-il pas constamment invoqué comme s’étant
prononcé en toutes choses, dans le sens de celui qui le cite, etc.?
387.--Quoique les notions qui nous viennent des sens puissent, comme
on l’a dit, être erronées, les sens sont pourtant la source de toutes
nos connaissances (CHRYSIPPE, CARNÉADE), 389.--Si nous ne pouvons tout
expliquer, peut-être est-ce parce que certains sens existent dans la
nature et que l’homme s’en trouve dépourvu, ce qu’il lui est impossible
de constater, 391.--C’est par les sens que, malgré les erreurs en
lesquelles ils nous induisent, toute science s’acquiert; chacun d’eux
y contribue et aucun ne peut suppléer à un autre (ÉPICURE, TIMAGORAS),
395.--L’expérience révèle les erreurs et les incertitudes dont est
entaché le témoignage des sens qui, bien souvent, en imposent à la
raison (PHILOXÈNE, NARCISSE, PYGMALION, DÉMOCRITE, THÉOPHRASTE, le
JOUEUR DE FLÛTE de Gracchus), 399.--Par contre, les passions de l’âme
ont également action sur les opérations des sens et concourent à les
altérer, 403.--C’est avec raison que la vie de l’homme a été comparée
à un songe; que nous dormions ou que nous soyons éveillés, notre état
d’âme varie peu, 405.--En général, les sens des animaux sont plus
parfaits que ceux de l’homme; des différences sensibles se peuvent
aisément constater entre eux, 405.--Même chez l’homme, nombreuses sont
les circonstances qui modifient les témoignages des sens, et leur
enlèvent tout degré de certitude, d’autant que souvent les indications
données par l’un sont contradictoires avec celles fournies par un
autre, 409.--En somme, on ne peut rien juger définitivement des choses
d’après les apparences que nous en donnent les sens, 413.--En outre,
rien chez l’homme n’est à l’état stable; constamment en transformation,
il est insaisissable (PLATON, PARMÉNIDE, PYTHAGORE, HÉRACLITE,
ÉPICHARME, PLUTARQUE), 415.--D’où nous arrivons à conclure qu’il n’y a
rien de réel, rien de certain, rien qui n’existe que Dieu; que l’homme
n’est rien, ne peut rien par lui-même; et que, seule, la foi chrétienne
lui permet de s’élever au-dessus de sa misérable condition (PLUTARQUE,
SÉNÈQUE), 417.


CHAPITRE XIII.

=Du jugement à porter sur la mort d’autrui=, =II=, 421.--Peu d’hommes
témoignent à leur mort d’une réelle fermeté d’âme; il en est peu qui
croient à ce moment que leur dernière heure est venue, 421.--Quand nous
en sommes là, nous sommes portés d’ordinaire à croire la nature entière
intéressée à notre conservation et que nous ne pouvons périr sans que
le monde en soit bouleversé (CÉSAR), 421.--Pour juger du courage de
qui s’est donné la mort, il faut examiner dans quelles circonstances
il se trouvait; la fermeté que nous admirons ne vient souvent que
de la crainte de souffrir une mort lente ou honteuse (CALIGULA,
TIBÈRE, HÉLIOGABALE), 423.--Exemples de faiblesse chez des gens qui
avaient décidé de se tuer (L. DOMITIUS, PLAUTIUS SYLVANUS, ALBUCILLA,
DÉMOSTHÈNE, G. CIMBRIA, OSTORIUS), 425.--Une mort prompte et inattendue
est la plus désirable (l’empereur ADRIEN, CÉSAR), 425.--Noble constance
de SOCRATE dans l’attente de la mort, 427.--Exemples (POMPONIUS
ATTICUS, le philosophe CLÉANTHE, TULLIUS MARCELLINUS), 427.--Courage de
CATON aidant, en pareille circonstance, la mort à accomplir son œuvre,
429.


CHAPITRE XIV.

=Comment notre esprit se crée à lui-même des difficultés=, =II=,
431.--Le choix de l’homme entre deux choses de même valeur se détermine
par si peu, qu’on est amené à en conclure que tout ici-bas est doute et
incertitude (PLINE), 431.


CHAPITRE XV.

=Notre désir s’accroît par la difficulté qu’il rencontre à se
satisfaire=, =II=, 433.--La difficulté de les obtenir et la crainte de
les perdre sont ce qui donne le plus de prix à nos jouissances; les
obstacles rendent notamment les plaisirs de l’amour plus piquants;
tout ce qui est étranger a pour nous plus d’attrait (JUPITER et DANAÉ,
LYCURGUE et les lois de LACÉDÉMONE, la courtisane FLORA), 433.--Les
femmes ne se voilent et n’affectent de la pudeur, que pour exciter
davantage nos désirs (l’impératrice POPPÉE), 435.--C’est pour réveiller
notre zèle religieux, que Dieu permet les troubles qui agitent
l’Église, 437.--En interdisant le divorce, on a affaibli les nœuds du
mariage, 437.--La sévérité des supplices, loin d’empêcher les crimes,
en augmente le nombre; il y a des peuples qui ont existé sans lois
répressives (les ARGYPPÉES), 437.--Montaigne, au milieu des guerres
civiles, a garanti sa maison de toute invasion, en la laissant ouverte
et sans défense, 439.


CHAPITRE XVI.

=De la gloire=, =II=, 441.--En tout, il y a lieu de distinguer le nom
et la chose, 442.--A Dieu seul appartient gloire et honneur; l’homme
manque de tant d’autres choses qui lui sont autrement nécessaires,
qu’il est bien puéril à lui de rechercher celles-là, 441.--Plusieurs
philosophes ont prêché le mépris de la gloire laquelle, chez l’homme,
est cause de si grands dommages; elle n’est à rechercher que lorsque
d’autres avantages plus réels l’accompagnent (CHRYSIPPE, DIOGÈNE, les
SIRÈNES et ULYSSE), 443.--Et cependant l’homme est tellement complexe
que bien que ce mépris fût un des dogmes fondamentaux de sa doctrine,
Épicure lui-même, à son heure dernière, n’a pas été sans se préoccuper
du soin de sa réputation, 445.--Selon d’autres philosophes la gloire
est désirable pour elle-même; le plus généralement on admet qu’il ne
faut ni la rechercher, ni la fuir (CARNÉADE, ARISTOTE), 447.--Erreur
de ceux qui ont cru que la vertu n’est désirable que pour la gloire
qui l’accompagne (CICÉRON), 447.--S’il en était ainsi, il ne faudrait
jamais faire de belles actions que lorsqu’on est remarqué (SEXTUS
PEDUCEUS, SEXTILIUS RUFUS, M. CRASSUS et Q. HORTENSIUS), 447.--La vertu
serait chose bien frivole, si elle tirait sa recommandation de la
gloire, 449.--Quant à Montaigne, toute la gloire qu’il désire, c’est
de passer une vie tranquille, telle qu’il la conçoit, 449.--C’est le
hasard qui donne la gloire: que de belles actions demeurent inconnues
(CÉSAR, ALEXANDRE), 449.--La vertu est à rechercher pour elle-même,
indépendamment de l’approbation des hommes, 451.--Le jugement des
foules est méprisable; le sage ne doit pas attacher de prix à l’opinion
des fous (DÉMÉTRIUS, CICÉRON), 453.--Quand on ne suivrait pas le droit
chemin uniquement parce qu’il est droit, il faudrait encore le suivre
pour son propre avantage, les choses honnêtes étant ordinairement
celles qui profitent le plus (PAUL ÉMILE, FABIUS), 453.--On fait
trop cas de la louange et de la réputation, d’ailleurs on n’est
jamais jugé que sur des apparences; aussi notre juge le plus sûr,
c’est nous-mêmes, 455.--Certains vont jusqu’à vouloir que leurs noms
soient connus à tout prix, même par des crimes (ÉROSTRATE, MANLIUS
CAPITOLINUS), 457.--Qu’est-ce pourtant que la gloire attachée à un nom?
n’est-il pas des noms communs à plusieurs familles, témoin celui de
MONTAIGNE? 457.--Peu d’hommes, sur un très grand nombre, jouissent de
la gloire à laquelle ils pourraient prétendre (les GRECS, les ROMAINS,
les LACÉDÉMONIENS), 459.--Les écrits qui relatent leurs actions, le
souvenir qui s’en conserve sont eux-mêmes de bien courte durée, 459.--A
quel degré ne faut-il pas atteindre pour que notre mémoire se perpétue!
dans de telles conditions, et la vertu portant elle-même sa récompense,
est-ce la peine de sacrifier à la gloire? 461.--On peut cependant
arguer en sa faveur qu’elle est un stimulant pour les hommes; qu’elle
les porte quelquefois à la vertu, parce que redoutant le blâme de la
postérité, ils recherchent son estime (TRAJAN, NÉRON, PLATON), 461.--Un
semblable mobile équivaut à avoir recours à la fausse monnaie quand
la bonne ne suffit pas; cela a été le cas de tous les législateurs
(NUMA, SERTORIUS, ZOROASTRE, TRISMÉGISTE, ZAMOLXIS, CHARONDAS,
MINOS, LYCURGUE, DRACON et SOLON, MOÏSE, la religion des BÉDOUINS),
463.--Quant aux femmes, elles ont tort d’appeler honneur ce qui est
leur devoir; celles qui ne sont retenues que par la crainte de perdre
leur honneur, sont bien près de céder, 463.


CHAPITRE XVII.

=De la présomption=, =II=, 465.--La présomption nous fait concevoir
une trop haute idée de notre mérite, elle nous représente à nous-mêmes
autres que nous ne sommes; mais, pour fuir ce défaut, il ne faut
pas tomber dans l’excès contraire et, par une excessive modestie,
s’apprécier moins qu’on ne vaut; en toutes choses, il faut être
vrai et sincère, 465.--Se peindre soi-même est le moyen de se faire
connaître pour qui mène une vie obscure; c’est ce qui, contrairement
aux conventions mondaines, a déterminé MONTAIGNE à parler de lui-même
et l’incite à continuer (LUCILIUS), 462.--Remontant à son enfance,
il remarque, qu’ainsi qu’il arrive souvent, il avait des gestes
habituels qui, chez lui, pouvaient indiquer de la fierté; on ne saurait
en inférer qu’il soit réellement atteint de ce défaut (ALEXANDRE,
ALCIBIADE, JULES CÉSAR, CICÉRON, CONSTANTIN), 467.--Il ne trouve bien
rien de ce qu’il fait, et estime toujours moins les choses qu’il
possède que celles qui appartiennent aux autres, 469.--La trop bonne
opinion que l’homme a de lui-même, semble à Montaigne être la cause des
plus grandes erreurs, 471.--Il sait le peu qu’il vaut, il a toujours
été peu satisfait de ce que son esprit a produit, surtout lorsqu’il
s’est essayé dans la poésie que cependant il aime, 471.--Accueil
fait aux jeux olympiques à celle de DENYS L’ANCIEN, 473.--Opinion
que Montaigne a de ses propres ouvrages; il a grand’peine à rendre
ses idées et ne s’entend nullement à faire valoir les sujets qu’il
traite (CICÉRON, XÉNOPHON, PLATON), 475.--Son style est embarrassé,
sa nature primesautière s’accommode mieux de parler que d’écrire; sa
prononciation est altérée par le patois de son pays; avec l’âge, il a
perdu l’habitude qu’il avait, étant enfant, de s’exprimer et d’écrire
en latin (SALLUSTE, CÉSAR, SÉNÈQUE, PLUTARQUE, MESSALA), 477.--De
quel prix est la beauté corporelle? c’est elle qui, la première, a
mis de la différence entre les hommes, 479.--Montaigne était d’une
taille au-dessous de la moyenne. A l’encontre de ce qui est pour la
femme, chez l’homme une taille élevée est la condition essentielle et
presque unique de la beauté (C. MARIUS, les ÉTHIOPIENS, les INDIENS,
JÉSUS-CHRIST, PLATON, PHILOPŒMEN), 481.--Généralement maladroit aux
exercices du corps, il était cependant vigoureux et résistant, quand
les fatigues auxquelles il se livrait provenaient de sa propre volonté,
483.--Son état de fortune à sa naissance lui assurait l’indépendance,
il s’en est tenu là, 485.--Sa nonchalance est telle, qu’il préfère
ignorer les préjudices qu’il peut en éprouver que d’avoir à s’en
préoccuper, 487.--Toute réflexion, toute délibération lui sont
pénibles, bien qu’une fois sa détermination prise, la résolution ne
lui fasse pas défaut, 487.--L’incertitude du succès l’a dégoûté de
l’ambition, qu’il n’admet que chez ceux qui sont dans l’obligation
de chercher fortune pour se maintenir dans la condition où ils sont
nés (le chancelier OLIVIER), 489.--Son siècle, par sa dépravation,
ne convient nullement à son humeur, 491.--On n’y connaît pas la
franchise, la loyauté et, lui, abhorre la dissimulation (ARISTOTE,
APPOLLONIUS), 493.--La fourberie finit presque toujours par avoir de
mauvais résultats; il est plus nuisible qu’utile pour les princes
d’y avoir recours (METELLUS MACEDONICUS, LOUIS XI, TIBÈRE, SOLIMAN),
495.--Montaigne, ennemi de toute contrainte et de toute obligation,
apportait dans ses relations avec les grands une entière liberté de
langage (ARISTIPPE), 493.--L’infidélité de sa mémoire lui rendait
impossible de prononcer des discours de longue haleine, 497.--Il était
tellement rebelle à toute pression, que sa volonté elle-même était
parfois impuissante à obtenir obéissance de lui-même (un ARCHER),
497.--Son peu de mémoire qui se révélait en maintes occasions, le
mettait notamment hors d’état de démêler dans ce qui lui venait à
l’esprit, ce qui lui était propre de ce qui était une réminiscence
de ses lectures (MESSALA CORVINUS, GEORGES TRAPEZUNCE), 499.--Il
avait l’esprit lent et obtus, mais ce qu’il avait une fois compris
il le retenait bien (PLINE LE JEUNE), 501.--Son ignorance à propos
des choses les plus communes, 503.--Il était foncièrement irrésolu,
trouvant tour à tour également bonnes les raisons alléguées pour ou
contre, ce qui le portait dans les cas douteux à suivre les autres ou
à s’en rapporter au hasard, plus qu’à se décider par lui-même (RENÉ
DE LORRAINE, CHRYSIPPE, MATHIAS, SOCRATE), 505.--Par la même raison,
il est peu favorable aux changements politiques, parce qu’on n’est
jamais sûr des institutions nouvelles qu’on veut substituer à celles
existant depuis longtemps déjà (MACHIAVEL), 507.--Sur quoi est fondée
l’estime que Montaigne a de lui-même; il croit à son bon sens, du reste
personne au monde ne s’imagine en manquer, 509.--C’est ce qui fait que
les ouvrages uniquement inspirés par le bon sens, attirent si peu de
réputation à leurs auteurs; chacun se croit capable d’en faire autant,
511.--Montaigne estime que ses opinions sont saines; il en voit une
preuve dans le peu de cas qu’il n’a jamais cessé de faire de lui-même
malgré la profonde affection qu’il se porte, 511.--Les autres regardent
en avant d’eux; lui ne regarde que lui-même, s’examine, se contrôle et
exerce ainsi constamment son jugement, 513.--Il estime peu son époque;
peut-être ce sentiment provient-il en partie de son commerce continu
avec l’antiquité autrement riche à tous égards, 513.--C’est toujours
avec plaisir qu’il loue le mérite partout où il le constate, chez ses
amis et même chez ses ennemis (les PERSES), 515.--Les hommes complets
sont rares; éloge de son ami Étienne de la Boétie, 515.--Les gens de
lettres sont vains et faibles d’entendement; peut-être exige-t-on trop
d’eux et est-on, envers eux, moins porté à l’indulgence, 515.--Mauvaise
direction imprimée à l’éducation qui se borne, en fait de morale, à des
définitions, au lieu de nous en inculquer les principes, 517.--Effets
d’une bonne éducation; elle modifie le jugement et les mœurs. Les
mœurs du peuple, en leur simplicité, sont plus réglées que celles des
philosophes de ce temps, 517.--Hommes de guerre, hommes politiques,
poètes et autres qui, seuls, parmi ceux de son siècle, semblent à
Montaigne mériter une mention spéciale (le duc DE GUISE, le maréchal
STROZZI, les chanceliers OLIVIER et L’HOSPITAL, DAURAT, THÉODORE DE
BÈZE, BUCHANAN, MONT-DORÉ, TURNEBUS, RONSARD, DU BELLAY, le duc d’ALBE,
le connétable DE MONTMORENCY, M. DE LA NOUE), 519.--Éloge de MARIE
DE GOURNAY, sa fille d’alliance, 519.--En ces temps de guerre civile
continue, la vaillance, en France, a atteint presque à la perfection et
y est devenue une vertu commune, 521.


CHAPITRE XVIII.

=Du fait de donner ou recevoir des démentis=, =II=, 521.--Si, dans
son livre, Montaigne parle aussi souvent de lui-même, dont la vie
n’offre rien de remarquable, c’est pour laisser un souvenir de lui à
ses amis (CÉSAR, XÉNOPHON, ALEXANDRE, AUGUSTE, CATON, SYLLA, BRUTUS),
521.--Mais alors même que personne ne le lirait, il n’en aurait pas
moins employé, d’une manière agréable, à s’étudier et à se peindre, une
grande partie de sa vie; que lui importe le reste, 525.--Son siècle
est si corrompu que l’on ne se fait plus scrupule de parler contre la
vérité, défaut imputé à bien des époques aux Français (PINDARE, PLATON,
SALVINUS MASSILIENSIS), 527.--Et cependant rien ne les offense plus
que de leur en faire reproche, probablement parce que les reproches
mérités blessent plus que les accusations non fondées; et aussi,
parce que mentir est une lâcheté (LYSANDRE), 527.--Le mensonge est un
dissolvant de la société; il est en abomination chez certains peuples
de l’Amérique récemment découverte, 529.--Les Grecs et les Romains,
moins délicats que nous sur ce point, ne s’offensaient pas de recevoir
des démentis (CÉSAR), 529.


CHAPITRE XIX.

=De la liberté de conscience=, =II=, 529.--Le zèle religieux est
souvent excessif et conséquemment injuste, 529.--C’est à ce zèle outré
des premiers chrétiens qu’il faut attribuer la perte d’un grand nombre
d’ouvrages de l’antiquité (l’empereur TACITE et CORNELIUS TACITE),
531.--Leur intérêt les a aussi portés à louer de très mauvais empereurs
favorables au christianisme, et à en calomnier de bons qui lui étaient
contraires; du nombre de ces derniers est JULIEN, surnommé l’Apostat,
qui était un homme de premier ordre; sa continence, sa justice
(ALEXANDRE, SCIPION), 531.--Appréciation portée sur lui par deux
historiens chrétiens ses contemporains, AMMIEN MARCELLIN et EUTROPE,
533.--Sa sobriété, son application au travail, son habileté dans l’art
militaire (ALEXANDRE LE GRAND), 533.--Sa mort a quelque similitude avec
celle d’Épaminondas, 535.--On l’a surnommé l’Apostat; c’est un surnom
qu’il ne mérite pas, n’ayant vraisemblablement jamais été chrétien par
le cœur. Il était excessivement superstitieux; l’exclamation qu’on lui
prête, lorsqu’il se sentit frappé à mort, ne semble pas avoir été dite
(MARCUS BRUTUS), 535.--Il voulait rétablir le paganisme et détruire les
chrétiens en entretenant leurs divisions par une tolérance générale,
525.--Nos rois, probablement par impuissance, suivent le même système à
l’égard des catholiques et des protestants, 537.


CHAPITRE XX.

=Nous ne goûtons rien qui ne soit sans mélange=, =II=, 537.--Les
hommes ne sauraient goûter de plaisirs sans mélange; toujours quelque
amertume se joint à la volupté; il semble que, sans cet ingrédient,
on ne saurait la supporter (ARISTON, PYRRHON, ÉPICHARME, SOCRATE,
MÉTRODORE, ATTALE), 537.--Au moral, il en est de même; point de bonheur
sans quelque teinte de vice, point de justice sans quelque mélange
d’injustice (PLATON), 541.--Dans la société même, les esprits les plus
parfaits ne sont pas les plus propres aux affaires; tel homme du plus
grand sens ne sait pas conduire sa maison, tel qui connaît l’économie
publique laisse glisser en ses mains toute une fortune (SIMONIDE et le
roi HIÉRON), 541.


CHAPITRE XXI.

=Contre la fainéantise=, =II=, 543.--C’est un devoir pour un prince de
mourir debout, c’est-à-dire sans cesse occupé des affaires de l’État;
pourquoi des sujets se sacrifieraient-ils au service et aux intérêts
d’un souverain dont l’âme est avilie par l’oisiveté (les empereurs
VESPASIEN et ADRIEN)? 543.--Il est naturel qu’un prince commande ses
armées; les succès qu’il remporte sont plus complets et sa gloire plus
justifiée (SÉLIM I, BAJAZET II, AMURAT III et CHARLES V; les rois
de CASTILLE et de PORTUGAL), 545.--A l’activité les princes doivent
joindre la sobriété (l’empereur JULIEN, la JEUNESSE LACÉDÉMONIENNE et
la JEUNESSE PERSANE, les ANCIENS ROMAINS), 545.--Le désir de mourir
bravement et utilement est très louable, mais cela n’est pas toujours
en notre pouvoir (les LÉGIONS ROMAINES de M. Fabius, quelques SOLDATS
INDIENS, PHILISTUS), 547.--Bel exemple de vertus guerrières donné par
MOULEY-MOLUCH, roi de Fez, dans un combat où il expire vainqueur des
Portugais, 547.--Tranquillité d’âme de CATON, résolu à la mort et sur
le point de se la donner, 551.


CHAPITRE XXII.

=Des postes=, =II=, 551.--Montaigne, petit et trapu, courait volontiers
la poste dans sa jeunesse, 551.--L’usage de disposer à demeure des
chevaux de relais, de distance en distance, a été établi par CYRUS, roi
de Perse; les ROMAINS ont agi de même (VIBULLIUS RUFUS, CÉSAR, TIBERIUS
NÉRON, SEMPRONIUS GRACCHUS), 553.--Emploi d’hirondelles, de pigeons
pour faire parvenir rapidement des nouvelles (CECINA, D. BRUTUS),
553.--Au PÉROU, c’était avec des porteurs que se courait la poste;
mesure prise en TURQUIE pour assurer le service des courriers, 553.


CHAPITRE XXIII.

=Des mauvais moyens employés à bonne fin=, =II=, 553.--Les états
politiques sont sujets aux mêmes vicissitudes et accidents que le corps
humain; lorsque leur population s’accroît outre mesure, on recourt
aux émigrations, à la guerre, etc. (les anciens FRANCS, les GAULOIS
et BRENNUS, les GOTHS, les VANDALES, les TURCS, les ROMAINS, ÉDOUARD
III roi d’Angleterre, PHILIPPE DE VALOIS), 553.--La faiblesse de
notre condition nous réduit à recourir parfois, dans un bon but, à de
mauvais moyens (LYCURGUE, CONDAMNÉS A MORT livrés vivants au scalpel
des médecins), 557.--Les spectacles de GLADIATEURS avaient été inventés
pour inspirer au peuple romain le mépris de la mort (l’empereur
THÉODOSE), 557.


CHAPITRE XXIV.

=De la grandeur romaine=, =II=, 559.--Montaigne ne veut dire qu’un mot
de la grandeur des Romains, à laquelle il ne trouve rien de comparable.
N’étant encore que simple citoyen romain, CÉSAR donne, vend, propose
des trônes (CÉSAR et CICÉRON, M. FURIUS, le roi DÉJOTARUS et un
GENTILHOMME DE PERGAME, le roi PTOLÉMÉE), 559.--Une lettre du sénat
romain suffit pour faire abandonner ses conquêtes à un roi puissant
(POPILIUS et le roi ANTIOCHUS), 561.--Les Romains rendaient leurs
royaumes aux rois qu’ils avaient vaincus, pour faire de ceux-ci des
instruments de servitude (AUGUSTE, le roi breton COGIDUNUS, SOLIMAN),
562.


CHAPITRE XXV.

=Se garder de contrefaire le malade=, =II=, 563.--Exemples de
personnes devenues soit goutteuses, soit borgnes après avoir
feint de l’être pendant quelque temps (CELIUS, un HOMME cité par
Appien), 563.--Réflexion de Montaigne sur un vœu formé par quelques
gentilshommes anglais, 565.--Il faut empêcher les enfants de
contrefaire les défauts physiques qu’ils aperçoivent chez les autres,
de peur qu’ils ne les contractent eux-mêmes, 565.--Exemple d’un homme
devenu aveugle en dormant, 565.--Une folle habitant la maison de
Sénèque, devenue aveugle, croyait que c’était la maison qui était
devenue obscure; réflexion de ce philosophe sur ce que les hommes
ressemblent à cette folle, attribuant toujours leurs vices à d’autres
causes qu’à eux-mêmes, 565.


CHAPITRE XXVI.

=Du pouce=, =II=, 567.--Usage chez certains rois barbares de cimenter
leurs alliances en entrelaçant leurs pouces, les piquant, et suçant le
sang l’un de l’autre, 567.--Étymologie du mot pouce, 567.--Coutume des
Romains d’abaisser ou d’élever le pouce pour applaudir ou pour ordonner
la mort des gladiateurs, 567.--La mutilation du pouce chez les anciens
dispensait du service militaire (les ROMAINS, AUGUSTE, C. VATIENUS,
PHILOCLÈS, les ATHÉNIENS et les ÉGINÈTES, les LACÉDÉMONIENS), 569.


CHAPITRE XXVII.

=La poltronnerie est mère de la cruauté=, =II=, 569.--Vérité de l’adage
qui fait le titre de ce chapitre; le vrai brave pardonne à l’ennemi
qu’il a vaincu, le lâche l’injurie et le frappe même lorsqu’il est
réduit à l’impuissance (ALEXANDRE tyran de Phères), 569.--Tuer son
ennemi quand il est abattu, c’est se priver de la vengeance; mieux
vaudrait le conserver à la vie, pour jouir de sa honte. Celui qui
succombe n’est pas du reste le plus à plaindre; le repos lui est
acquis, tandis que le survivant est obligé de fuir, de se cacher (BIAS,
LYSISCUS, coutume du royaume de NARSINGUE), 571.--Une chose inexcusable
c’est d’attendre la mort d’un ennemi pour publier des invectives contre
lui (ASINIUS POLLION et PLANCUS, ARISTOTE), 573.--Les duels dérivent
d’un sentiment de lâcheté, de la crainte que notre adversaire ne
renouvelle ses offenses; l’usage de s’y faire accompagner de tenants
dans les querelles particulières part de ce même sentiment, la peur de
se voir abandonné à soi-même devant le danger; devoirs des tenants en
pareille occurrence (le duc D’ORLÉANS et le roi HENRY d’ANGLETERRE,
les ARGIENS et les LACÉDÉMONIENS, les HORACES et les CURIACES, un
frère de MONTAIGNE), 573.--S’il est vrai que, seul, le courage doive
être honoré, l’art de l’escrime est à flétrir, puisqu’il ne procure la
victoire qu’à force de feintes et de ruses; de plus, il porte à violer
les lois (le consul P. RUTILIUS, CÉSAR à Pharsale), 577.--D’ailleurs,
à la guerre, cet art est inutile et parfois dangereux (PHILOPŒMEN,
PLATON), 579.--Les gens sanguinaires et cruels sont généralement
lâches, et un premier acte de cruauté en amène nécessairement d’autres
(l’empereur MAURICE et PHOCAS; PHILIPPE roi de Macédoine, THÉOXÈNE
et PORIS), 581.--Les tyrans s’ingénient à prolonger les tourments de
leurs victimes; mais leur intention est souvent trompée, les tortures
violentes tuant, et celles qui sont tolérables ne suffisant pas à leur
rage, 583.--Dans les exécutions ordinaires de la justice tout ce qui
outrepasse la mort simple, est cruauté (JUIFS crucifiés), 583.--Détails
de quelques supplices atroces; Montaigne pense que les plus hideux à
voir, ne sont pas toujours ceux qui causent le plus de douleur aux
malheureux qui ont à les subir (l’empereur MECHMET en ÉPIRE, CRÉSUS;
GEORGES SÉCHEL, chef des paysans polonais révoltés), 585.


CHAPITRE XXVIII.

=Chaque chose en son temps=, =II=, 587.--Ce furent deux grands hommes
que CATON LE CENSEUR et CATON D’UTIQUE; mais celui-ci l’emporte de
beaucoup sur le premier, 587.--Dans sa vieillesse, CATON LE CENSEUR
s’avisa d’apprendre le grec; c’est un ridicule, toutes choses doivent
être faites en leur temps (Q. FLAMINIUS, EUDÉMONIDAS et XÉNOCRATE,
PHILOPŒMEN et le roi PTOLÉMÉE), 587.--Nos désirs devraient être amortis
par l’âge, mais nos goûts et nos passions survivent à la perte de
nos facultés; quant à lui, MONTAIGNE, il ne pense qu’à sa fin et ne
forme pas de projets dont l’exécution nécessiterait plus d’une année,
589.--Sans doute un vieillard peut encore étudier, mais ses études
doivent être conformes à son âge, elles doivent lui servir à quitter le
monde avec moins de regrets (CATON D’UTIQUE), 589.


CHAPITRE XXIX.

=De la vertu=, =II=, 591.--Par le mot vertu, il faut entendre ici
la force d’âme. Ce n’est pas en des élans impétueux mais passagers
que consiste ce genre de vertu; elle demande de la persévérance, un
caractère solide et constant, et se rencontre rarement, 591.--Bien
qu’il la possédât à un haut degré, PYRRHON essaya vainement de toujours
mettre sa vie en conformité avec sa doctrine; c’est que ce n’est pas
tout de témoigner de la fermeté d’âme dans une circonstance donnée, le
difficile est de se montrer tel dans toutes ses actions, 591.--Traits
de courage amenés par une soudaine résolution (un PAYSAN et un
GENTILHOMME du pays de Montaigne, une FEMME de Bergerac), 593.--Autres
exemples, ceux-là suite de déterminations, de projets arrêtés longtemps
à l’avance; ces actions fortes et courageuses longuement préméditées
sont, en général, le fruit de préjugés absurdes ou de fausses doctrines
(les FEMMES HINDOUES, les GYMNOSOPHISTES, CALANUS), 595.--Le dogme
de la fatalité, souvent mis en avant mais facile à réfuter, est
fréquemment exploité pour surexciter les esprits; c’est lui qui inspire
tant d’audace aux TURCS (les BÉDOUINS, deux MOINES de Florence, un
JEUNE TURC, HENRY DE NAVARRE), 597.--Quant aux assassins, la plupart du
temps ce sont les passions religieuses ou politiques qui arment leur
bras (les assassins du PRINCE D’ORANGE et du DUC DE GUISE, la secte des
ASSASSINS), 601.


CHAPITRE XXX.

=A propos d’un enfant monstrueux=, =II=, 605.--Description d’un enfant
et d’un pâtre monstrueux; ce qui nous paraît tel, ne l’est pas pour la
nature, 605.


CHAPITRE XXXI.

=De la colère=, =II=, 607.--Il vaut mieux confier les enfants au
gouvernement qu’à leurs propres parents (les institutions de LACÉDÉMONE
et de CRÈTE), 607.--Ceux-ci les châtient quelquefois dans des
transports de colère, ils les accablent de coups, les estropient; ce
n’est pas correction, c’est vengeance, 607.--La colère nous fait le
plus souvent envisager les choses sous un aspect trompeur; les fautes
qui nous irritent ne sont pas telles qu’elles nous paraissent. Combien
hideux sont les signes extérieurs de la colère (CÉSAR et RABIRIUS),
609.--Il ne faut pas juger de la vérité ou de la fausseté des croyances
et des opinions des hommes par leur conduite habituelle (EUDAMINONDAS,
CLÉOMÈNE, CICÉRON et BRUTUS, CICÉRON et SÉNÈQUE, les ÉPHORES de
Sparte), 611.--Modération de quelques grands hommes sous l’empire de la
colère (PLUTARQUE et un de ses esclaves, ARCHYTAS de Tarente, PLATON,
le lacédémonien CHARYLLE et un ilote), 611.--Nous cherchons toujours à
trouver et à faire trouver notre colère juste et raisonnable (CNEIUS
PISON), 613.--Les femmes naturellement emportées, deviennent furieuses
par la contradiction; le silence et la froideur les calment (l’orateur
CELIUS, PHOCION), 615.--Pour cacher sa colère, il faut des efforts
inouïs; elle est moins terrible quand elle éclate librement (les HOMMES
de guerre, DIOGÈNE et DÉMOSTHÈNE), 615.--Attentions à avoir quand,
dans son intérieur, on a sujet de se mettre en colère, 617.--Caractère
du courroux de MONTAIGNE; il feint parfois d’être plus en colère qu’il
ne l’est réellement, 617.--Il ne croit pas que la colère puisse jamais
avoir de bons effets, même quand il s’agit de forcer les autres à
pratiquer la vertu; c’est une arme dangereuse; elle nous tient, nous ne
la tenons pas (ARISTOTE), 619.


CHAPITRE XXXII.

=Défense de Sénèque et de Plutarque=, =II=, 621.--Combien est fausse
la comparaison que l’on a voulu établir entre SÉNÈQUE et le cardinal
DE LORRAINE, en s’appuyant sur le portrait injurieux que l’historien
Dion trace du premier; il est plus rationnel de croire ce qu’en disent
Tacite et quelques autres qui en parlent d’une manière très honorable,
621.--Quant à PLUTARQUE, il a été accusé par Bodin, d’ignorance,
d’excessive crédulité et de partialité; réfutation de ces accusations.
Sur le reproche d’ignorance, Montaigne n’a pas le savoir nécessaire
pour en juger, 623.--Nombreux exemples témoignant que les faits avancés
par Plutarque et qualifiés d’incroyables par son critique, n’ont rien
d’impossible (un enfant de LACÉDÉMONE, PYRRHUS, les jeunes SPARTIATES,
AMMIEN MARCELLIN et les ÉGYPTIENS, un PAYSAN ESPAGNOL et L. PISON,
EPICHARIS, de simples VILLAGEOIS du temps de Montaigne), 623.--C’est un
tort de vouloir juger du possible et de l’impossible par ce dont nous
sommes nous-mêmes capables (AGÉSILAS), 629.--La partialité de Plutarque
en faveur des Grecs et au détriment des Romains n’est pas mieux fondée,
d’autant qu’il ne prétend pas que les grands hommes de ces deux peuples
qu’il met en parallèle, ont même valeur; il ne porte pas sur eux
d’appréciation d’ensemble, il ne compare que des points de détail en
des situations déterminées, 629.


CHAPITRE XXXIII.

=Histoire de Spurina=, =II=, 633.--Nous apprendre à commander à nos
passions, tel est le but de la philosophie. Mais il en est d’une
violence extrême; et, des appétits qu’elles font naître en nous, ceux
que l’amour occasionne semblent les plus excessifs; peut-être est-ce
parce qu’ils intéressent à la fois le corps et l’âme, 633.--De combien
de moyens ne s’est-on pas servi pour les amortir: les mutilations,
les cilices, les réfrigérants de toutes espèces (un PRINCE français,
XÉNOCRATE), 633.--Chez quelques-uns, l’ambition est plus indomptable
que l’amour; Jules César, qui était d’une incontinence excessive, a
toujours su réprimer la fougue de cette passion quand il s’agissait de
grands intérêts (CÉSAR, MAHOMET II), 635.--D’autres, au contraire, ont
fait céder l’ambition à l’amour (LADISLAS roi de Naples), 637.--César
ne sacrifiait jamais à ses plaisirs une heure de son temps quand
les affaires l’exigeaient tout entier; il était à la fois le plus
actif et le plus éloquent de son époque; il était aussi très sobre
(CÉSAR et CATON), 639.--Sa douceur et sa clémence ont paru douteuses;
mille exemples prouvent qu’il avait ces qualités (les CAPITAINES
de Pompée, César à PHARSALE, C. MEMMIUS, C. CALVIUS, CATULLE, C.
OPPIUS), 641.--Mais son ambition effrénée l’a amené à renverser la
république la plus florissante qui ait jamais existé, ce dont rien,
d’après Montaigne, ne saurait l’absoudre (MARC ANTOINE), 643.--Exemple
extraordinaire d’un jeune Toscan, SPURINA, qui, extrêmement beau,
se cicatrisa tout le visage pour se soustraire aux passions qu’il
inspirait, 645.--Une telle action ne se peut approuver; il est plus
noble de lutter que de se dérober aux devoirs que la société nous
impose, autrement c’est mourir pour s’épargner la peine de bien vivre
(SCIPION et DIOGÈNE), 645.


CHAPITRE XXXIV.

=Observations sur les moyens que Jules César employait à la guerre=,
=II=, 647.--Dans le chapitre précédent, Montaigne a examiné les
vices et les qualités de CÉSAR, il s’occupe ici de ses hauts faits
et de ses talents militaires; selon lui, ses commentaires devraient
être le bréviaire de tout homme de guerre, 647.--Pour rassurer ses
troupes alarmées de la supériorité numérique de l’ennemi, il leur
exagérait lui-même cette supériorité; il accoutumait ses soldats
à lui obéir sans les laisser commenter ses desseins; très ménager
du temps, il savait amuser l’ennemi pour le surprendre avec plus
d’avantage (le roi JUBA, CYRUS, les SUISSES), 647.--Il n’exigeait
guère de ses soldats que la vaillance et la discipline, parfois il
leur donnait toute licence; il aimait qu’ils fussent richement armés,
les honorait du nom de «Compagnons», ce qui n’empêchait pas qu’il ne
les traitât, le cas échéant, avec beaucoup de sévérité, 649.--Il se
complaisait aux travaux de campagne, 651.--Il aimait à haranguer ses
troupes avant le combat, et ses harangues sont des modèles d’éloquence
militaire, 651.--Rapidité de César dans ses mouvements; aperçu de ses
guerres nombreuses en divers pays, 653.--Il voulait tout voir par
lui-même; préférait obtenir le succès en négociant, plutôt que par
la force des armes; il était plus circonspect qu’Alexandre dans ses
entreprises, et donnait hardiment de sa personne chaque fois que la
nécessité le comportait (bataille de TOURNAI, siège d’AVARICUM, guerre
contre AFRANIUS et PETREIUS, César à DYRRACHIUM, César franchissant
l’HELLESPONT), 653.--Sa confiance et sa ténacité au siège d’ALÉSIA;
deux particularités dignes de remarque à propos de ce siège (LUCULLUS,
VERCINGÉTORIX), 657.--Avec le temps, César devint plus retenu dans ses
entreprises. Quoique peu scrupuleux, il n’approuvait cependant pas
qu’on se servît de toutes sortes de moyens à la guerre pour obtenir le
succès (ARIOVISTE), 659.--Il savait très bien nager et aimait à aller à
pied, 659.--Ses soldats et ses partisans avaient pour lui une extrême
affection et lui étaient tout dévoués (l’amiral DE CHATILLON, SCEVA
soldat de César, GRANIUS PETRONIUS, le siège de SALONE), 661.


CHAPITRE XXXV.

=Trois bonnes femmes=, =II=, 663.--Quelques épigrammes de Montaigne
contre les femmes qui font parade de leur affection pour leurs maris
seulement quand ils sont morts (la VEUVE d’un prince français),
663.--Cependant, dans l’antiquité, il en relève trois qui voulurent
partager le sort de leurs époux se donnant la mort. La première, une
italienne, citée par Pline le Jeune, était de naissance commune; son
dévouement, 665.--Les deux autres sont nobles; l’une est ARRIA, femme
de Cecina PÆTUS; son énergie, 667.--L’autre est PAULINA POMPEIA, femme
de Sénèque; son histoire, 671.--Singulière preuve d’amour que, de son
côté, Sénèque, renonçant pour elle à mourir, avait donnée à sa femme,
675.



[B.42] TROISIÈME VOLUME.


CHAPITRE XXXVI.

=Quels hommes occupent le premier rang entre tous=, =III=, 11.--Trois
hommes des temps passés occupent, selon Montaigne, le premier rang
entre tous. Le premier, c’est HOMÈRE, le prince, le modèle de tous
les poètes; estime que l’on en a fait dans tous les temps (ARISTOTE,
VARRON, VIRGILE, ALEXANDRE LE GRAND, CLÉOMÈNE, PLUTARQUE, ALCIBIADE,
HIÉRON, PLATON et PANETIUS, MAHOMET II et le pape PIE II), 11.--Le
second est ALEXANDRE LE GRAND: ses belles actions pendant sa vie si
courte; il est préférable à César qui pourtant lui est supérieur sous
certains rapports (ANNIBAL, les MAHOMÉTANS), 15.--Le troisième et le
meilleur de tous, c’est ÉPAMINONDAS; il l’emporte sur Alexandre et
César, mais son théâtre d’action a été beaucoup plus restreint. Les
Grecs l’ont nommé le premier d’entre eux; il réunissait toutes les
qualités que l’on trouve éparses chez les autres, et chez lui elles
atteignaient la perfection, 19.--SCIPION ÉMILIEN pourrait lui être
comparé, s’il eût eu une fin aussi glorieuse. Ce qu’on peut dire
d’ALCIBIADE, 21.--Bonté, douceur, équité et humanité d’Épaminondas
(PÉLOPIDAS, les BÉOTIENS), 21.


CHAPITRE XXXVII.

=De la ressemblance des enfants avec leurs pères=, =III=, 23.--Comment
Montaigne a fait son livre: il n’y travaillait que lorsqu’il avait
des loisirs; un valet lui a emporté une partie de son manuscrit, il
le regrette peu, 23.--Il y a sept ou huit ans qu’il a commencé à
l’écrire, et depuis dix-huit mois il souffre d’un mal qu’il avait
toujours redouté, de coliques néphrétiques, 23.--Combien les hommes
sont attachés à la vie! Pour lui, il est bien plus sensible aux
maux physiques qu’aux douleurs morales, et cependant il commence à
s’habituer à sa cruelle maladie qui lui offre cet avantage de le
mieux familiariser avec la mort (MÉCÈNE, TAMERLAN et les lépreux,
ANTISTHÈNE et DIOGÈNE), 23.--Il n’est point de ceux qui réprouvent
que l’on témoigne par des plaintes et des cris les souffrances
que l’on ressent, quoiqu’il arrive à assez bien se contenir, et
que, même dans les plus grandes douleurs, il conserve sa lucidité
d’esprit, s’observe et se juge, 27.--Ce qui l’étonne et qu’il ne peut
s’expliquer, ce sont ces transmissions physiques et morales, directes
et indirectes, des pères, des aïeux, des bisaïeuls aux enfants (la
famille des LÉPIDES à Rome, une famille de THÈBES), 31.--Il pense
tenir de son père ce mal de la pierre dont il est affecté, comme aussi
il a hérité de lui de son antipathie pour la médecine, 31.--Motif du
peu d’estime en laquelle il tient cette science, elle fait plus de
malades qu’elle n’en guérit, 35.--La plupart des peuples, les Romains
entre autres, ont longtemps existé sans connaître la médecine (les
ROMAINS, CATON LE CENSEUR, les ARCADIENS, les LIBYENS, nos VILLAGEOIS),
39.--L’utilité des purgations imaginées par la médecine n’est rien
moins que prouvée; sait-on du reste jamais si un remède agit en bien
ou en mal et s’il n’eût pas mieux valu laisser faire la nature (un
LACÉDÉMONIEN, l’empereur ADRIEN, un LUTTEUR et DIOGÈNE, NICOCLÈS),
39.--Les médecins se targuent de toutes les améliorations qu’éprouve
le malade et trouvent toujours à excuser le mauvais succès de leurs
ordonnances (PLATON, ÉSOPE), 41.--Loi des ÉGYPTIENS obligeant les
médecins à répondre de l’efficacité du traitement de leurs malades
(ESCULAPE), 43.--Le mystère sied à la médecine; le charlatanisme
qu’apportent les médecins dans la désignation et le mode d’emploi
de leurs drogues, leur attitude compassée près de leurs malades en
imposent; ils devraient toujours discuter à huis clos et se garder de
traiter à plusieurs un même malade, ils éviteraient ainsi de déceler
les contradictions qui règnent entre eux, 45.--Sur la cause même des
maladies, que d’opinions diverses! 47.--Quand la médecine a commencé à
être en crédit; fluctuations que, depuis cette époque, ont subies les
principes sur lesquels elle repose (HIPPOCRATE, CHRYSIPPE, ÉRASISTRATE,
HIÉROPHILE, ASCLÉPIADE, THÉMISSON, MUSA, VECTIUS VALENS, THESSALUS,
CRINAS de Marseille, CHARINUS, PLINE L’ANCIEN, PARACELSE, FIORAVENTI,
ARGENTARIUS), 47.--Rien de moins certain que les médicaments qui ne
font pas de bien ne font pas de mal; en outre, les méprises sont
fréquentes; la chirurgie offre une bien plus grande certitude,
49.--Comment ajouter foi à des médicaments complexes, composés en
vue d’effets différents, souvent contraires, devant se produire
simultanément sur divers de nos organes? 53.--Chaque maladie devrait
être traitée par un médecin distinct qui s’en serait spécialement
occupé (les ÉGYPTIENS), 55.--Faiblesse et incertitude des raisonnements
sur lesquels est fondé l’art de la médecine: l’un condamne ce que
l’autre approuve, 55.--Quoique Montaigne n’ait confiance en aucun
remède, il reconnaît que les bains sont utiles, peut-être aussi les
eaux thermales; diversité dans les modes d’emploi de ces eaux (sources
minérales en FRANCE, en ALLEMAGNE, en ITALIE), 57.--Conte assez
plaisant contre les gens de loi et les médecins (les HABITANTS du
pays de Lahontan), 61.--Autre conte sur la médecine (un BOUC nourri
d’herbes apéritives et de vin blanc), 63.--Ce n’est que leur science
que Montaigne attaque chez les médecins et non eux, pour lesquels il a
la même estime que pour les gens de n’importe quelle autre profession;
limite dans laquelle il se confie à eux; combien au surplus ne font
pas, pour eux-mêmes, usage des drogues qu’ils prescrivent à autrui
(LYCURGUE, un GENTILHOMME gascon), 65.--C’est la crainte de la douleur,
de la mort, qui fait qu’on se livre communément aux médecins (les
BABYLONIENS, les ÉGYPTIENS), 67.--Sur quoi, du reste, la connaissance
que les médecins prétendent avoir de l’efficacité de leurs remèdes
est-elle fondée (GALIEN)? 69.--Insertion d’une lettre de Montaigne à
Madame de Duras. Elle lui a entendu exposer ses idées sur la médecine,
elle les retrouvera dans son ouvrage où il se peint tel qu’il est,
ne voulant pas paraître après lui autre qu’il n’était de son vivant,
se souciant peu de ce que, lui mort, on en pourra penser (TIBÈRE),
71.--S’il a parlé si mal de la médecine, ce n’a été qu’à l’exemple de
PLINE et de CELSE, les seuls médecins de Rome ancienne qui aient écrit
sur leur art, 75.--Il se peut que lui-même en arrive à se remettre
entre les mains des médecins; c’est qu’alors, comme tant d’autres, il
sera gravement atteint et ne sera plus en possession de la plénitude de
ses facultés; au surplus, sur ce sujet comme sur toutes autres choses,
Montaigne admet fort bien que tout le monde ne soit pas de son avis
(PÉRICLÈS), 75.



[B.44] LIVRE TROISIÈME.


CHAPITRE I.

=De ce qui est utile et de ce qui est honnête=, =III=, 79.--La perfidie
est si odieuse que les hommes les plus méchants ont parfois refusé de
l’employer, même quand ils y avaient intérêt (TIBÈRE et ARMINIUS),
79.--L’imperfection de la nature humaine est si grande que des vices
et des passions très blâmables, sont souvent nécessaires à l’existence
de la société; c’est ainsi que la justice recourt quelquefois et bien
à tort à de fausses promesses, pour obtenir des aveux, 79.--Dans
le peu d’affaires politiques auxquelles Montaigne a été mêlé, il a
toujours cru devoir se montrer franc et consciencieux (HYPÉRIDE et
les ATHÉNIENS, ATTICUS), 81.--Quelque danger qu’il y ait à prendre
parti dans les troubles intérieurs, il n’est ni beau, ni honnête de
rester neutre (GÉLON tyran de Syracuse, MORVILLERS évêque d’Orléans),
85.--Quel que soit le parti que l’on embrasse, la modération est à
observer à l’égard des uns comme vis-à-vis des autres, 87.--Il est
des gens qui servent les deux partis à la fois; ils sont à utiliser,
tout en se gardant du mal qu’ils peuvent vous faire, 87.--Quant à
Montaigne, il disait à tous les choses telles qu’il les pensait, et se
contentait de ce qu’on lui communiquait sans chercher à pénétrer les
secrets de personne, ne voulant du reste être l’homme lige de qui que
ce fût (PHILIPPIDE et LYSIMAQUE), 87.--Cette manière de faire n’est
pas celle que l’on pratique d’ordinaire, mais il était peu apte aux
affaires publiques qui exigent souvent une dissimulation qui n’est
pas dans son caractère, 89.--Il y a une justice naturelle, bien plus
parfaite que les justices spéciales à chaque nation, que chacune a
créées à son usage et qui autorisent parfois des actes condamnables
lorsque le résultat doit en être utile (l’indien DENDAMIS), 91.--La
trahison, par exemple, est utile dans quelques cas, elle n’en est pas
plus honnête; ceux qui s’y prêtent en sont flétris et on ne saurait
vous imposer d’en commettre (deux COMPÉTITEURS au royaume de Thrace,
l’empereur TIBÈRE et POMPONIUS FLACCUS, les LACÉDÉMONIENS et ANTIPATER,
les ROIS D’ÉGYPTE et leurs juges), 93.--Si elle est excusable, ce n’est
qu’opposée à une autre trahison sans que pour cela le traître cesse
d’être méprisé; parfois il est puni par ceux-là mêmes qu’il a servis
(FABRICIUS et le médecin de Pyrrhus, JAROLEPC duc de Russie, ANTIGONE
et les soldats d’EUMÈNE, l’ESCLAVE de Sulpitius, CLOVIS, MAHOMET II,
la FILLE DE SÉJAN), 95.--Ceux qui consentent à être les bourreaux de
leurs parents et de leurs compagnons encourent la réprobation publique
(WITOLDE, prince de Lithuanie), 99.--Les princes sont quelquefois dans
la nécessité de manquer à leur parole; ils ne sont excusables que
s’ils se sont trouvés dans l’impossibilité absolue d’assurer autrement
les intérêts publics dont ils ont charge, 99.--Comment le SÉNAT DE
CORINTHE s’en remit à la Fortune, du jugement qu’il avait à porter sur
TIMOLÉON qui venait de tuer son propre frère, 101.--Acte inexcusable
du SÉNAT ROMAIN revenant sur un traité qu’il avait ratifié, revirement
fréquent dans les guerres civiles, 101.--L’intérêt privé ne doit
jamais prévaloir sur la foi donnée; ce n’est que si on s’est engagé
à quelque chose d’inique ou de criminel, que l’on peut manquer à sa
parole, 103.--Chez ÉPAMINONDAS, l’esprit de justice et la délicatesse
de sentiments ont toujours été prédominants; son exemple montre qu’ils
sont compatibles avec les rigueurs de la guerre et qu’il est des actes
qu’un homme ne peut se permettre même pour le service de son roi, non
plus que pour le bien de son pays (POMPÉE, CÉSAR, MARIUS, un SOLDAT de
Pompée, un AUTRE à une époque un peu postérieure), 103.--En résumé,
l’utilité d’une action ne la rend pas honorable, 107.


CHAPITRE II.

=Du repentir=, =III=, 107.--Avant d’entrer en matière, MONTAIGNE jette
un regard sur lui-même et expose que, si la peinture qu’il fait de
lui dans son ouvrage ne le représente pas constamment avec les mêmes
idées, c’est qu’il se peint au jour le jour et que rien n’est stable
en ce monde; il change, parce que tout change (DEMADE), 107.--Quoique
sa vie n’offre rien de particulier, l’étude qu’il en fait, n’en a pas
moins son utilité, étant donné que c’est un homme qu’il dépeint, et non
un grammairien, un poète ou un jurisconsulte; que jamais auteur n’a
traité un sujet qu’il possédait mieux, et qu’il ne veut que raconter
et non enseigner, 109.--Tout vice laisse dans l’âme une plaie qui
tourmente sans cesse; une bonne conscience procure, au contraire, une
satisfaction durable; c’est ce qui fait que Montaigne se félicite
de n’avoir, malgré la contagion de son siècle, causé ni la ruine ni
l’affliction de personne, de n’avoir pas attenté publiquement aux
lois, ni manqué à sa parole, 111.--Chacun devrait être son propre
juge, les autres n’ont qu’une fausse mesure de nous-mêmes; ce n’est
pas nous qu’ils voient, mais ce qu’ils croient deviner de nous sous
le masque dont nous nous couvrons, 113.--Le repentir est, dit-on, la
suite inévitable d’une faute; cela n’est pas exact pour les vices
enracinés en nous, 115.--La vie extérieure d’un homme n’est pas sa vie
réelle, il n’est lui-même que dans sa vie privée; aussi combien peu
font l’admiration de ceux qui vivent constamment dans leur intérieur
et même dans leur voisinage immédiat. C’est surtout chez les hommes
de condition sociale peu élevée, que la grandeur d’âme se manifeste
(BIAS, LIVIUS DRUSUS, AGÉSILAS, MONTAIGNE, ARISTOTE, ALEXANDRE et
SOCRATE, TAMERLAN, ÉRASME), 115.--Les inclinations naturelles, les
longues habitudes se développent, mais ne se modifient ni ne se
surmontent par l’éducation; aussi ceux qui entreprennent de réformer
les mœurs, se trompent-ils en croyant y arriver: ils n’en changent que
l’apparence, 121.--Les hommes en général, même dans leur repentir,
ne s’amendent pas réellement; s’ils cherchent à être autres, c’est
parce qu’ils espèrent s’en trouver mieux; pour lui, son jugement a
toujours dirigé sa conscience (un PAYSAN de l’Armagnac), 121.--Aussi
ne se repent-il aucunement de sa vie passée; dans la gestion de ses
propres affaires, il a pu commettre des erreurs importantes: c’est à
la fortune, et non à son jugement, qu’il en impute la faute, 125.--Les
conseils sont indépendants des événements; lui-même en demandait peu
et n’en tenait guère compte; d’autre part, il en donnait rarement.
Une fois une affaire finie, il se tourmentait peu de la tournure
qu’elle avait prise, lors même qu’elle était contraire à ses désirs
ou à ses prévisions (PHOCION), 129.--On ne saurait appeler repentir
les changements que l’âge apporte dans notre manière de voir et par
suite dans notre conduite; la sagesse des vieillards n’est que de
l’impuissance; ils raisonnent autrement, et peut-être moins sensément
que dans la vigueur de l’âge (ANTISTHÈNE), 131.--Il faut donc
s’observer dans la vieillesse pour éviter, autant que possible, les
imperfections qu’elle apporte avec elle (SOCRATE), 133.


CHAPITRE III.

=De la société des hommes, des femmes et de celle des livres=, =III=,
137.--La diversité des occupations est un des caractères principaux de
l’âme humaine; le commerce des livres est de ceux qui la distraient
(CATON L’ANCIEN), 137.--Pour Montaigne, son occupation favorite était
de méditer sur lui-même; par la lecture, il ajoutait à ses sujets de
méditation; il se plaisait aussi aux conversations sérieuses, sans
bannir toutefois les sujets ayant de la grâce et de la beauté; les
entretiens frivoles n’étaient pour lui d’aucun intérêt (ARISTOTE),
137.--Peu porté à se lier, il apportait beaucoup de circonspection
dans ces amitiés de rencontre qu’engendre la vie journalière; cette
réserve, commandée aussi par le mauvais esprit du temps, n’a pas été
sans indisposer beaucoup de personnes contre lui; par contre, assoiffé
d’amitié vraie, il se livrait sans restriction s’il venait à se
rencontrer avec quelqu’un répondant à son idéal (SOCRATE, PLUTARQUE),
139.--Il est utile de savoir s’entretenir familièrement avec toutes
sortes de gens et il faut se mettre au niveau de ceux avec lesquels on
converse; aussi n’aime-t-il pas les personnes au langage prétentieux
(PLATON, les LACÉDÉMONIENS), 141.--Cette sorte de langage est un défaut
fréquent chez les savants et qui lui fait fuir les femmes savantes; que
la femme ne se contente-t-elle de ses dons naturels; si, cependant,
elle veut étudier, qu’elle cultive la poésie, l’histoire et ce qui, en
fait de philosophie, peut l’aider à supporter les peines de la vie,
143.--Montaigne, de caractère ouvert et exubérant, s’isolait volontiers
autant par la pensée au milieu des foules, à la cour par exemple, que
d’une manière effective, chez lui, où on était affranchi de toutes les
contraintes superflues qu’impose la civilité, 145.--Dans le monde, il
recherchait la société des gens à l’esprit juste et sage, lesquels sont
bien plus rares qu’on ne croit; nature des conversations qu’il avait
avec eux. C’est là ce que finalement il appelle son premier commerce
(HIPPOMACHUS), 147.--Le commerce avec les femmes vient en second lieu;
il a sa douceur, mais aussi ses dangers; les sens y jouent un grand
rôle; Montaigne voudrait que de part et d’autre on y apportât de la
sincérité, à cet égard l’homme est au-dessous de la brute (les FILLES
des Brahmanes), 149.--Idée qu’il donne de ses amours; les grâces du
corps, en pareil cas, l’emportent sur celles de l’esprit bien que
celles-ci y aient aussi leur prix (l’empereur TIBÈRE, la courtisane
FLORA), 153.--Un troisième commerce dont l’homme a la disposition,
est celui des livres; c’est le plus sûr, le seul qui ne dépende pas
d’autrui; les livres consolent Montaigne dans sa vieillesse et dans la
solitude (JACQUES roi de Naples et de Sicile), 153.--Sa bibliothèque
est son lieu de retraite de prédilection; description qu’il en donne,
155.--Les Muses sont le délassement de l’esprit. Dans sa jeunesse,
Montaigne étudiait pour briller; dans l’âge mûr, pour devenir plus
sage; devenu vieux, il étudie pour se distraire, 159.--Mais le commerce
des livres a, lui aussi, des inconvénients; il n’exerce pas le corps:
de ce fait, dans la vieillesse, il est préjudiciable à la santé, 159.


CHAPITRE IV.

=De la diversion=, =III=, 159.--C’est par la diversion qu’on parvient
à calmer les douleurs vives. On console mal par le raisonnement; il
faut distraire l’esprit, appeler son attention sur d’autres objets,
mais l’effet en est de courte durée (CLÉANTHE, les PÉRIPATÉTICIENS,
CHRYSIPPE, ÉPICURE, CICÉRON), 159.--A la guerre, la diversion se
pratique utilement pour éloigner d’un pays un ennemi qui l’a envahi,
pour gagner du temps (PÉRICLÈS, le SIEUR D’HIMBERCOURT, ATALANTE et
HIPPOMÈNE), 161.--C’est aussi un excellent remède dans les maladies de
l’âme, par elle on rend moins amers nos derniers moments; SOCRATE est
le seul qui, dans l’attente de la mort, sans cesser de s’en entretenir,
ait constamment, durant un long espace de temps, gardé la plus parfaite
sérénité (les disciples d’HÉGÉSIAS et le roi PTOLÉMÉE), 165.--Chez les
condamnés à mort, la dévotion devient une diversion à leur terreur,
165.--Fermeté, lors de son exécution, de SUBRIUS FLAVIUS condamné à
mort, 167.--Sur un champ de bataille, dans un duel, l’idée de la mort
est absente de la pensée des combattants (L. SILANUS), 167.--Dans
les plus cruelles calamités, nombre de considérations rendent notre
situation moins pénible; sommes-nous menacés d’une mort prochaine,
l’espérance d’une vie meilleure, le succès de nos enfants, la gloire
future de notre nom, l’espoir que nous serons vengés, etc., tout se
présente à notre esprit, l’occupe et le distrait (DIDON, ARIANE,
XÉNOPHON, ÉPICURE, ÉPAMINONDAS, ZÉNON), 167.--Moyen de dissiper un
ardent désir de vengeance, 169.--C’est encore par la diversion qu’on
se guérit de l’amour, comme de toute autre passion malheureuse; par
elle, le temps, qui calme tout, exerce son action, 169.--De même en
détournant l’attention, on fait tomber un bruit public qui vous offense
(ALCIBIADE), 171.--Un rien suffit pour attirer et détourner notre
esprit; en présence même de la mort, les objets les plus frivoles
entretiennent en nous le regret de la vie (PLUTARQUE, la ROBE de César,
TIBÈRE), 173.--L’orateur et le comédien en arrivent souvent à ressentir
en réalité les sentiments qu’ils expriment dans le plaidoyer qu’ils
débitent ou le rôle qu’ils jouent (les PLEUREUSES, le convoi de M.
DE GRAMMONT, QUINTILIEN), 175.--Singulier moyen que nous mettons en
œuvre pour faire diversion à la douleur que nos deuils peuvent nous
causer, 177.--Nous nous laissons souvent influencer par de purs effets
d’imagination; parfois, il n’en faut pas davantage pour nous porter aux
pires résolutions (CAMBYSE, ARISTODÈME, MIDAS, PROMÉTHÉE), 177.


CHAPITRE V.

=A propos de quelques vers de Virgile=, =III=, 179.--La vieillesse
est si naturellement portée vers les idées tristes et sérieuses que,
pour se distraire, elle a besoin de se livrer quelquefois à des
actes de gaîté; à l’âge où il est parvenu, Montaigne se défend de la
tempérance comme il se défendait autrefois de la volupté, 179.--Aussi
saisit-il avidement toutes les occasions de goûter quelque plaisir et
pense qu’il vaut mieux être moins longtemps vieux, que vieux avant
de l’être (PLATON), 181.--Ce qu’il y a de pire, dans la vieillesse,
c’est que l’esprit se ressent des souffrances et de l’affaiblissement
du corps, 185.--La santé, la vigueur physique font éclore les grandes
conceptions de l’esprit; la sagesse n’a que faire d’une trop grande
austérité de mœurs, elle est par essence gaie et sociable (PLATON,
SOCRATE, CRASSUS), 185.--Ceux qui se blessent de la licence des
écrits de Montaigne devraient bien plutôt blâmer celle de leurs
pensées. Pour lui, il ose dire tout ce qu’il ose faire et regrette
que tout ce qu’il pense ne puisse de même être publié; il est du
reste à présumer que la confession qu’il fait de ses fautes, aura
peu d’imitateurs (THALÈS, ORIGÈNE, ARISTON), 187.--Ce que les hommes
craignent le plus, c’est qu’une occasion quelconque mette leurs mœurs
à découvert; et pourtant, comment un homme peut-il être satisfait
d’être estimé, honoré, lorsqu’il sait qu’il ne mérite ni l’estime,
ni la vénération? Montaigne, qui va maintenant entrer dans le vif de
son sujet, appréhende que ce chapitre des Essais ne fasse passer son
livre du salon de ces dames dans leur boudoir (ARCHÉLAÜS, SOCRATE),
191.--Comment se fait-il que l’acte par lequel se perpétue le genre
humain, paraisse si honteux qu’on n’ose le nommer? Il est vrai que si
on tait son nom, il n’en est pas moins connu de tout sexe (ARISTOTE,
PLUTARQUE, LUCRÈCE), 193.--Pourquoi avoir voulu brouiller les Muses
avec Vénus? Rien n’inspire plus les poètes que l’amour, et rien ne
peint mieux ses transports que la poésie; pour s’en convaincre, il
ne faut que lire les vers où Virgile décrit avec tant de chaleur une
entrevue amoureuse de Vénus avec Vulcain, 193.--Le mariage diffère de
l’amour; c’est un marché grave, dicté par la raison, que l’on contracte
en vue de la postérité; les extravagances amoureuses doivent en être
bannies; au surplus, les mariages auxquels l’amour a seul présidé, ont,
plus que tous autres, tendance à mal tourner (ARISTOTE), 195.--L’amour
ne fait pas partie intégrante du mariage, pas plus que la vertu n’est
d’une façon absolue liée à la noblesse. Digression sur le rang en
lequel sont tenus les nobles dans le royaume de Calicut (ANTIGONE),
195.--Un bon mariage, s’il en existe, est une union faite d’amitié et
de confiance, qui impose des devoirs et des obligations mutuelles;
il n’est pas d’état plus heureux dans la société humaine (SOCRATE),
199.--Montaigne répugnait beaucoup à se marier, cependant il s’est
laissé assujettir par l’exemple et les usages à ce commun devoir; et,
tout licencieux qu’on le croit, il a mieux observé les lois du mariage
qu’il ne l’avait promis et espéré. Ceux-là ont grand tort qui s’y
engagent sans être résolus à s’y comporter de même, 201.--Différence
entre le mariage et l’amour; une femme peut céder à un homme, dont
elle ne voudrait pas pour mari (VIRGILE, ISOCRATE, LYCURGUE, PLATON),
203.--Nos lois sont trop sévères envers les femmes, on voit qu’elles
ont été faites par les hommes. Nous voulons qu’elles maîtrisent
leurs désirs plus ardents encore que les nôtres, que nous n’essayons
même pas de modérer (ISOCRATE, TIRÉSIAS, PROCULUS et MESSALINE, une
FEMME DE CATALOGNE et la REINE D’ARAGON, SOLON), 205.--Il n’y a pas
de passion plus impérieuse, et nous nous opposons à ce qu’elles en
tempèrent les effets ou reçoivent entière satisfaction; épousent-elles
un jeune homme, cela ne l’empêche pas d’avoir des maîtresses; un
vieillard, c’est comme si elles restaient vierges (le philosophe
POLÉMON, la vestale CLODIA LÆTA, BOLESLAS roi de Pologne et KINGE sa
femme), 209.--L’éducation qu’on donne aux jeunes filles, tout opposée
à ce qu’on exige d’elles, éveille constamment en elles ce sentiment:
elles n’entendent parler que d’amour; ce qu’on leur en cache, souvent
maladroitement, elles le devinent; aussi, leur imagination aidant, en
savent-elles plus que nous qui prétendons les instruire, et Boccace
et l’Arétin n’ont rien à leur apprendre (la FILLE DE MONTAIGNE),
209.--Du reste c’est l’amour, c’est l’union des sexes qui sont la
grande affaire de ce monde; aussi ne faut-il pas s’étonner si les plus
grands philosophes ont écrit sur ce sujet (SOCRATE, ZÉNON, STRATON,
THÉOPHRASTE, ARISTIPPE, PLATON, DÉMÉTRIUS DE PHALÈRE, HÉRACLIDE DU
PONT, ANTISTHÈNE, ARISTON, CLÉANTHE, SPHEREUS, CHRYSIPPE, l’école
d’ÉPICURE), 211.--Dans l’antiquité, les organes de la génération
étaient déifiés; aujourd’hui, comme alors, tout du fait de l’homme
comme de celui de la nature, rappelle constamment l’amour aux yeux de
tous (à BABYLONE, dans l’île de CHYPRE, à HÉLIOPOLIS, les ÉGYPTIENNES,
les MATRONES DE ROME, la CHAUSSURE DES SUISSES, les COSTUMES des hommes
et des femmes chez nous et ailleurs, un PAPE), 213.--Mieux vaudrait
renseigner de bonne heure la femme sur les choses de l’amour, que de
lui en faire mystère et de laisser son imagination travailler, ce qui
la porte notamment à des exagérations qui aboutissent à des déconvenues
lorsqu’elle est en présence de la réalité; en somme, dans toutes les
règles qu’il a édictées, l’homme n’a eu que lui-même en vue (PLATON,
les FEMMES de l’INDE, LIVIE, les LACÉDÉMONIENNES, S. AUGUSTIN),
215.--Il est bien difficile, dans l’état actuel de nos mœurs, qu’une
femme demeure toujours chaste et fidèle (S. JÉRÔME), 217.--Elles n’en
ont que plus de mérite, lorsqu’elles parviennent à se maintenir sages;
mais ce n’est pas en se montrant prudes et revêches qu’elles feront
croire à leur vertu. Ce à quoi elles doivent s’appliquer, c’est à
conserver leur réputation, ou, si elles l’ont perdue, à la rétablir.
L’indiscrétion des hommes est un grand tourment pour elles, 219.--La
jalousie est une passion inique dont elles ont également à souffrir,
etc.; le préjugé qui nous fait considérer comme une honte l’infidélité
de la femme n’est pas plus raisonnable. Que de grands hommes se sont
consolés de cet accident; les DIEUX du paganisme, VULCAIN entre autres,
ne s’en alarmaient pas. Chez la femme, la jalousie est encore plus
terrible que chez l’homme; elle pervertit en elle tout ce qu’il y a
de bon et de beau et la rend susceptible des pires méfaits (le berger
CHRATIS, LUCULLUS, CÉSAR, POMPÉE, ANTOINE, CATON, LÉPIDE, VULCAIN et
VÉNUS, OCTAVE et PAULIA POSTHUMIA), 223.--La chasteté est-elle chez
la femme une question de volonté? Pour réussir auprès d’elle, tout
dépend des occasions et il faut savoir oser (Montaigne était de ceux
qui n’osent guère); celles qui se prétendent sûres d’elles-mêmes, ou
n’ont pas été exposées à la tentation, ou se vantent; du reste ce que
nous entendons leur interdire à cet égard, est mal défini et peut se
produire parfois inconsciemment (les FEMMES SCYTHES, FATUA femme de
Faustus, la FEMME DE HIÉRON), 227.--C’est d’après l’intention qu’il
faut juger si la femme manque, ou non, à son devoir; qu’a-t-on à blâmer
chez celle qui se prostitue pour sauver son mari? à celle qui a été
livrée au libertinage avant l’âge d’avoir pleine connaissance? et puis,
quel profit retirons-nous de prendre trop de souci de la sagesse de
nos femmes (PHAULIUS D’ARGOS et le roi PHILIPPE, GALBA et MÉCÈNE, les
FEMMES DE L’INDE, le philosophe PHÉDON, SOLON)? 231.--Il vaut mieux
ignorer que connaître leur mauvaise conduite; un honnête homme n’en
est pas moins estimé parce que sa femme le trompe. C’est là un mal
qu’il faut garder secret, mais c’est là un conseil qu’une femme jalouse
ne saurait admettre, tant cette passion, qui l’amène à rendre la vie
intolérable à son mari, la domine une fois qu’elle s’est emparée d’elle
(PITTACUS, le SÉNAT DE MARSEILLE), 233.--Un mari ne gagne rien à user
de trop de contrainte envers sa femme; toute gêne aiguise les désirs de
la femme et ceux de ses poursuivants (un HÔTE DE FLAMINIUS, MESSALINE
et CLAUDE), 237.--Lucrèce a peint les amours de Vénus et de Mars
avec des couleurs plus naturelles que Virgile décrivant les rapports
matrimoniaux de Vénus et de Vulcain; quelle vigueur dans ces deux
tableaux si expressifs! Caractère de la véritable éloquence; enrichir
et perfectionner leur langue est le propre des bons écrivains; quelle
différence entre ceux des temps anciens et ceux du siècle de Montaigne
(VIRGILE, LUCRÈCE, GALLUS, HORACE, PLUTARQUE, RONSARD et la PLÉIADE),
239.--La langue française, en l’état, se prête mal, parce qu’on ne
sait pas en user, à rendre les idées dont l’expression comporte de
l’originalité et de la vigueur; ce qui fait qu’on a souvent recours à
l’aide du latin et du grec, alors qu’on en pourrait tirer davantage.
On apporte également trop d’art dans le langage employé dans les
questions de science (LÉON L’HÉBREU, FICIN, ARISTOTE, BAMBO, ÉQUICOLA),
243.--Montaigne aimait, quand il écrivait, à s’isoler et à se passer de
livres pour ne pas se laisser influencer par les conseils et par ses
lectures; il ne faisait exception que pour Plutarque (un PEINTRE, le
musicien ANTIGENIDE), 245.--Il a grande tendance à imiter les écrivains
dont il lit les ouvrages, aussi traite-t-il de préférence des sujets
qui ne l’ont pas encore été; n’importe lequel, un rien lui suffit (des
SINGES et ALEXANDRE, SOCRATE, ZÉNON et PYTHAGORE), 247.--Les idées les
plus profondes, comme les plus folles, lui viennent à l’improviste,
surtout lorsqu’il est à cheval; le souvenir qu’il en conserve est des
plus fugitifs, 249.--Revenant à son sujet principal, Montaigne estime
que l’amour n’est autre que le désir d’une jouissance physique; et,
considérant ce que l’acte lui-même a de ridicule, il est tenté de
croire que les dieux ont voulu par là apparier les sages et les fous,
les hommes et les bêtes (SOCRATE, PLATON, ALEXANDRE), 249.--D’autre
part, pourquoi regarder comme honteuse une action si utile, commandée
par la nature? On se cache et on se confine pour construire un homme;
pour le détruire, on recherche le grand jour et de vastes espaces
(les ESSÉNIENS, les ATHÉNIENS), 251.--N’y a-t-il pas des hommes, et
même des peuples, qui se cachent pour manger? chez les Turcs, des
fanatiques qui se défigurent? un peu partout des hommes qui s’isolent
de l’humanité? On abandonne les lois de la nature, pour suivre celles
plus ou moins fantasques des préjugés, 253.--Parler discrètement de
l’amour, comme l’ont fait Virgile et Lucrèce, c’est lui donner plus
de piquant; ainsi font les femmes qui cachent leurs appâts pour les
rendre plus attrayants; et les prêtres, leurs dieux pour leur donner
plus de lustre (VIRGILE, LUCRÈCE, OVIDE, MARTIAL), 255.--L’amour, tel
que le pratiquent les ESPAGNOLS et les ITALIENS, plus respectueux et
plus timide que chez les FRANÇAIS, plaît à Montaigne; il en aime les
préambules; celui qui ne trouve de jouissance que dans la jouissance
n’est pas de son école. Le pouvoir de la femme prend fin, dès l’instant
qu’elle est à nous (THRASONIDE), 257.--La coutume d’embrasser les
femmes lorsqu’on les salue, lui déplaît, c’est profaner le baiser; les
hommes eux-mêmes n’y gagnent pas: pour trois belles qu’ils embrassent
il leur en faut embrasser cinquante laides (SOCRATE), 259.--Il approuve
que, même avec des courtisanes, on cherche à gagner leur affection
afin de ne pas avoir que leur corps seulement (les ITALIENS, la VÉNUS
DE PRAXITÈLE, un ÉGYPTIEN, PÉRIANDRE, la LUNE et ENDYMION), 259.--Les
femmes sont plus belles, les hommes ont plus d’esprit en ITALIE qu’en
FRANCE; mais nous avons autant de femmes d’exquise beauté et d’hommes
supérieurs que les Italiens. La femme mariée est, chez eux, trop
étroitement tenue, ce qui est d’aussi fâcheuse conséquence que de
leur laisser trop de licence, 261.--Il est de l’intérêt de la femme
d’être modeste et d’avoir de la retenue; même n’étant pas sages,
elles sauvegardent de la sorte leur réputation; la nature d’ailleurs
les a faites pour se refuser, du moins en apparence, car elles sont
toujours prêtes; par ces refus, elles excitent beaucoup plus l’homme
(les SARMATES, ARISTIPPE, THALESTRIS et ALEXANDRE), 265.--Il y a de
l’injustice à blâmer l’inconstance de la femme; rien de violent ne
peut durer et, par essence, l’amour est violent; d’autre part, c’est
une passion qui n’est jamais assouvie, il ne faut donc pas leur savoir
mauvais gré si, après nous avoir acceptés, s’apercevant que nos
facultés, notre mérite ne sont pas ce qu’elles attendaient de nous,
elles se pourvoient ailleurs (la reine JEANNE DE NAPLES, PLATON),
265.--Quand l’âge nous atteint, ne nous abusons pas sur ce dont nous
sommes encore capables, et ne nous exposons pas à être dédaignés,
267.--Montaigne reconnaît la licence de son style, mais il tient à ce
que son livre soit une peinture exacte de lui-même; et, bien qu’aimant
la modestie, il est obligé par les mœurs de son temps à une grande
liberté de langage qu’il est le premier à regretter (THÉODORE DE BÈZE,
SAINT-GELAIS), 269.--Il est injuste d’abuser du pouvoir que les femmes
nous donnent sur elles en nous cédant; à cet égard, il n’a rien à se
reprocher: il tenait religieusement les engagements pris avec elles,
en observait toutes les conditions, souvent au delà et plus même
qu’elles n’eussent voulu, 273.--Même dans ses plus vifs transports, il
conservait sa raison. Il estime qu’en pareille matière, la modération
doit être de règle; tant qu’on reste maître de soi et que ses forces
ne sont point altérées, on peut s’abandonner à l’amour; quand viennent
les ans, l’imagination, substituée à la réalité, nous ranime encore (le
philosophe PANETIUS, AGÉSILAS, ANACRÉON, SOCRATE), 275.--Dans l’usage
des plaisirs, l’esprit et le corps doivent s’entendre et s’entr’aider
pour que chacun y participe dans la mesure où cela lui est possible,
comme il arrive de la douleur, 279.--L’amour chez le vieillard que n’a
pas encore atteint la décrépitude, ranimerait le corps, obligerait à en
prendre plus de soin, ragaillardirait l’esprit, ferait diversion aux
tristesses et aux chagrins de toutes sortes qui l’assaillent; mais il
ne saurait exiger un amour réciproque; surtout qu’il ne s’adresse pas
à des femmes hors d’âge. A dire vrai, l’amour sans limites ne convient
qu’à la première jeunesse (BION, CYRUS, MÉNON, l’empereur GALBA, OVIDE,
EMONÈS de Chio et le philosophe ARCÉSILAS, HORACE, HOMÈRE, PLATON, la
reine MARGUERITE de Navarre, SAINT JÉRÔME), 281.--On voit souvent les
femmes sembler faire de l’amour une question de sentiment et dédaigner
la satisfaction que les sens peuvent y trouver, 285.--En somme, hommes
et femmes ont été pétris dans le même moule, et un sexe n’est guère en
droit de critiquer l’autre (PLATON, ANTISTHÈNE), 287.


CHAPITRE VI.

=Des coches=, =III=, 287.--Différence des opinions des philosophes sur
les causes et les origines de divers usages et accidents, par exemple
sur l’habitude de dire: «Dieu vous bénisse!» à qui éternue, sur le
mal de mer; digression sur la peur (PLUTARQUE, MONTAIGNE, SOCRATE,
ÉPICURE), 287.--Variété d’emploi des chars à la guerre; usage qui en a
été fait pendant la paix, par nos premiers rois, par divers empereurs
romains (les HONGROIS et les TURCS, les ROIS FAINÉANTS, MARC-ANTOINE,
HÉLIOGABALE, l’empereur FIRMUS), 293.--En général, les souverains ont
grand tort de se livrer à des dépenses de luxe pour se montrer avec
plus d’apparat, donner des fêtes au lieu d’employer leurs trésors à
élever des monuments et des établissements utiles; ces prodigalités
sont mal vues des peuples qui estiment, avec raison, qu’elles sont
faites à leurs dépens (ISOCRATE, DÉMOSTHÈNE, THÉOPHRASTE, ARISTOTE, le
pape GRÉGOIRE XIII, la reine CATHERINE, l’empereur GALBA), 295.--Un
roi, en effet, ne possède rien, ou ne doit rien posséder en propre et
il se doit tout entier à son peuple; une sage économie et la justice
doivent présider à ses libéralités d’autant que, quoi qu’il fasse, il
lui sera toujours impossible de satisfaire l’avidité de ses sujets
(DENYS LE TYRAN, CYRUS et CRÉSUS), 297.--On pouvait à Rome excuser
la pompe des spectacles, tant que ce furent des particuliers qui en
faisaient les frais, mais non quand ce furent les empereurs, parce
que c’était alors les deniers publics qui en supportaient la dépense
(PHILIPPE père d’Alexandre), 301.--Description de ces magnifiques
et étranges spectacles; ce que l’on en doit le plus admirer, c’est
moins leur magnificence que l’invention et les moyens d’exécution;
nous y voyons combien les arts, que nous croyons arrivés chez nous à
la perfection, sont moins avancés que chez les anciens; l’artillerie
et l’imprimerie qui viennent d’apparaître chez nous, étaient connues
depuis mille ans en Chine (l’empereur PROBUS, SOLON et les PRÊTRES
ÉGYPTIENS), 301.--Un nouveau monde vient d’être découvert; ses
habitants sont gens simples, moins corrompus que nous, ayant du bon
sens; des arts leur sont absolument inconnus, d’autres, à en juger par
certaines de leurs œuvres, ne le cèdent en rien à ce que nous-mêmes
pouvons produire, 307.--Pour ce qui est de leur courage, il n’est
pas douteux que, s’ils ont succombé, c’est beaucoup plus par ruse et
par surprise que du fait de la valeur de leurs ennemis, 309.--Tout
autre eût été le sort de ces peuples s’ils étaient tombés entre les
mains de conquérants plus humains et policés comme étaient les anciens
Grecs et Romains; les réponses que firent certains d’entre eux à leurs
envahisseurs se présentant pour pénétrer chez eux, témoignent de leur
mansuétude et de leur bon sens, 311.--Mauvaise foi et barbarie des
ESPAGNOLS à l’égard des derniers rois du Pérou et de Mexico; horrible
autodafé qu’ils firent un jour de leurs prisonniers de guerre, conduite
odieuse que la Providence n’a pas laissée impunie, 313.--L’or, par
lui-même, n’est pas une richesse, il ne le devient que s’il est mis en
circulation, 317.--Les MEXICAINS croyaient à cinq âges du monde, et
pensaient se trouver dans le dernier quand les Espagnols vinrent les
exterminer, 319.--La route de QUITO à CUSCO, au Pérou, surpasse sous
tous rapports n’importe quel ouvrage qui ait été exécuté en Grèce,
à Rome et en Égypte, 319.--Pour en revenir aux coches, ils étaient
inconnus dans le Nouveau Monde; le dernier roi du Pérou était, au
milieu de la mêlée, porté sur une chaise d’or élevée sur des brancards
d’or, lorsqu’il fut fait prisonnier par les Espagnols, 321.


CHAPITRE VII.

=Des inconvénients des grandeurs=, =III=, 321.--Qui connaît les
grandeurs et leurs incommodités, peut les fuir sans beaucoup d’efforts
ni grand mérite, 321.--Montaigne n’a jamais souhaité des postes très
élevés; bien différent de César, il préférait être le deuxième ou le
troisième dans sa ville, que le premier à Paris; une vie douce et
tranquille lui convient bien mieux qu’une vie agitée et glorieuse;
il ne voudrait ni commander ni obéir, si ce n’est aux lois (THORIUS
BALDUS et REGULUS, OTANEZ), 323.--Il est très porté à excuser les
fautes des rois, parce que leur métier est des plus difficiles; leur
toute-puissance est une prérogative dangereuse; on leur cède en tout,
ils n’ont jamais la satisfaction de la difficulté vaincue (deux AUTEURS
ÉCOSSAIS, BRISSON et ALEXANDRE, CARNÉADE, HOMÈRE et VÉNUS), 325.--Leurs
talents et leurs vertus ne peuvent se manifester, parce que ceux qui
les entourent se sont fait une règle de louer indifféremment toutes
leurs actions et qu’ils leur cachent leurs défauts de crainte de les
offenser. Comment dans ces conditions s’étonner qu’ils commettent tant
de fautes; ce sont leurs flatteurs, cause de ce mal, qui seraient à
punir (TIBÈRE et le SÉNAT ROMAIN; les COURTISANS d’ALEXANDRE, de DENYS,
de MITHRIDATE, le philosophe FAVORINUS et l’empereur ADRIEN, POLLION et
AUGUSTE; PHILOXÈNE, PLATON et DENYS), 329.


CHAPITRE VIII.

=Sur l’art de la conversation=, =III=, 331.--En punissant les
coupables, la justice ne saurait avoir qu’un but: empêcher les autres
hommes de commettre les mêmes fautes; c’est ainsi que l’aveu que
Montaigne fait de ses erreurs, doit servir à corriger les autres
(PLATON, CATON, un JOUEUR DE LYRE), 331.--Mais où l’esprit se forme le
plus c’est, selon notre moraliste, dans la conversation; cet exercice
lui paraît plus instructif encore que l’étude dans les livres, 333.--On
y apprend à supporter la sottise, la contradiction et la critique.
Sur le premier point, Montaigne connaissant la faiblesse de l’esprit
humain, écoutait patiemment les propositions les plus absurdes, les
opinions les plus folles, 335.--La contradiction éveille l’esprit
et aide parfois à la découverte de la vérité, mais il faut qu’elle
ait lieu en termes courtois. La critique est susceptible de nous
corriger, mais il faut être de bonne foi et savoir l’accepter, ce qui
n’est pas donné à tout le monde (SOCRATE, ANTISTHÈNE), 335.--Dans les
conversations, la subtilité et la force des arguments importent moins
que l’ordre; le vulgaire en met souvent dans ses discussions plus que
les philosophes et les savants; les conversations sans méthode, sans
ordre, dégénèrent vite en dispute; et, pour ce qui est de discuter
avec un sot, il ne faut absolument pas s’y prêter, 339.--Les disputes
devraient être interdites; quand on en arrive là, chacun, sous l’empire
de l’irritation, y perd la notion de ce qui est raisonnable; on se
quitte ennemis, sans avoir fait faire un pas à la question (PLATON),
341.--L’attitude des gens de science, l’usage qu’ils en font, laissent
souvent à désirer; suivant qui la possède, c’est un sceptre ou la
marotte d’un fou, 341.--C’est l’ordre et la méthode qui donnent du
prix aux conversations; la forme y importe autant que le fond; il en
est de même dans notre vie familiale, où nous supportons plus aisément
les fautes de nos domestiques que les mauvaises excuses que, par
bêtise, ils s’entêtent à nous présenter pour les pallier (DÉMOCRITE,
ALCIBIADE), 343.--C’est un grand défaut de ne pouvoir souffrir les
sottises des autres; ne se trompe-t-on pas soi-même en les croyant
des sottises; sommes-nous donc si sûrs de notre propre jugement? que
de fois ce que nous reprochons aux autres, existe chez nous-mêmes
(HÉRACLITE, MYSON, PLATON, SOCRATE)! 347.--Ce qui frappe nos sens a
une grande influence sur nos jugements: la gravité d’un personnage,
son costume, sa situation, etc., tout cela donne du poids aux sottises
qu’il débite, 349.--Parfois aussi les grands paraissent plus sots
qu’ils ne sont, parce qu’en raison de leur position on attend plus
d’eux que du commun des mortels; le plus souvent leur intérêt est de
garder le silence, de la sorte leur ignorance ressort moins (MÉGABYSE
et APELLE), 351.--Et pourquoi les grands seraient-ils plus éclairés
que les autres? c’est le hasard qui, la plupart du temps, distribue
les rangs, donne les places et il ne saurait guère en être autrement,
353.--Le succès obtenu dans les grandes affaires n’est pas une preuve
d’habileté; souvent il est dû au hasard qui intervient dans toutes les
actions humaines (les CARTHAGINOIS, les ROMAINS, le persan SYRAMNEZ,
THUCYDIDE), 355.--Pour juger des grands, voyez ceux que la fortune
fait tomber de leur rang élevé; comme ils paraissent au-dessous
du médiocre, lorsqu’ils ne sont plus entourés d’un éclat imposant
(MÉLANTHE et DENYS, ANTISTHÈNE, les MEXICAINS), 357.--Montaigne est
porté à se défier de l’habileté d’un homme, dès lors que cet homme a
une haute situation ou jouit de la faveur populaire, 359.--Il n’accepte
qu’avec réserve les mots heureux de ses interlocuteurs, qui peuvent les
avoir empruntés et ne pas se rendre compte eux-mêmes de leur valeur,
361.--Il se méfie également de ceux qui, dans leurs reparties, se
renferment dans des généralités; il faut les amener à préciser pour
savoir au juste ce qu’ils valent, 361.--Souvent les sots émettent des
idées justes, mais elles ne sont pas d’eux; hors d’état d’en faire
une judicieuse application, il n’y a qu’à les laisser aller, ils
ne tardent pas à s’embourber (HÉGÉSIAS, CYRUS), 363.--Reprendre un
sot, avec l’espérance de rectifier son jugement, c’est peine perdue,
365.--Ce qu’il y a de plus déplaisant chez un sot, c’est qu’il admire
toujours tout ce qu’il dit, 365.--Les causeries familières, à bâtons
rompus, où on fait assaut d’esprit, ont aussi leurs charmes; les propos
vifs et hardis qui s’y échangent, forment le caractère et peuvent
parfois nous éclairer sur nos défauts, 367.--Les jeux de main sont à
proscrire; ils dégénèrent trop souvent en voies de fait (deux PRINCES
de la famille royale), 367.--Comment Montaigne s’y prenait pour juger
d’une œuvre littéraire sur laquelle l’auteur le consultait; sur les
siennes, sur ses Essais, il était toujours hésitant, bien plus que
lorsqu’il s’agissait de celles des autres, 367.--Un point sur lequel
il faut se montrer très réservé, c’est lorsqu’on rencontre des idées
qui peuvent ne pas appartenir en propre à l’auteur, sans qu’on ait de
certitude à cet égard (PHILIPPE DE COMMINES, TACITE, SÉNÈQUE, CICÉRON),
369.--Digression sur TACITE. Cet historien a relégué au second plan
les faits de guerre et s’est plutôt attaché aux événements intérieurs,
qu’il juge plus qu’il ne les raconte, 371.--Sa sincérité ne fait pas
doute, il est du parti de l’ordre; néanmoins, il semble avoir jugé
Pompée avec trop de sévérité; à propos de TIBÈRE, Montaigne a quelque
doute sur l’impeccabilité de son jugement, 371.--C’est à tort qu’il
s’excuse d’avoir parlé de lui-même dans son histoire; Montaigne, lui,
non seulement ne craint pas de parler de lui-même dans ses Essais, mais
il ne parle que de lui et en observateur désintéressé, 373.--Caractère
de TACITE à en juger par ses écrits; on ne saurait que le louer, lui et
tous les historiens qui ont agi de même, d’avoir recueilli et consigné
tous les faits extraordinaires et les bruits populaires (VESPASIEN),
375.


CHAPITRE IX.

=De la vanité=, =III=, 377.--Montaigne plaisante sur la manie qu’il a
d’enregistrer toutes les idées qui lui passent par la tête; c’est là
une occupation qu’il pourrait prolonger, tant qu’il y aura au monde de
l’encre et du papier (un GENTILHOMME, DIOMÈDE, GALBA), 377.--On devrait
faire des lois contre les écrivains ineptes et inutiles; il y en a
tant que pendant qu’on sévirait contre les plus dangereux, il aurait,
lui, le temps de s’amender (le médecin PHILOTINUS), 379.--Comment les
politiques amusent le peuple, alors qu’ils le maltraitent le plus (les
SPARTIATES), 379.--Tout différent des autres, Montaigne se sent plus
porté à devenir meilleur dans la bonne que dans la mauvaise fortune
(XÉNOPHON), 381.--Il aimait le changement et, comme conséquence, les
voyages, qu’il affectionnait aussi parce qu’ils le sortaient de chez
lui et que, s’il est agréable de commander chez soi, si modeste que
soit son domaine, la situation a ses ennuis, 381.--Peu fait à la
gestion de ses biens, ce qu’il considère du reste comme chose aisée,
elle lui était d’autant plus à charge, que ce qu’il possédait lui
suffisait et qu’il n’avait nulle envie d’accroître son patrimoine,
383.--Les voyages ont l’inconvénient de coûter cher, mais cela ne
l’arrêtait pas; il s’arrangeait seulement à y subvenir sans entamer son
capital qu’il estimait devoir suffire à son unique héritier, puisqu’il
lui avait suffi à lui-même (PHOCION, CRATÈS), 385.--Si peu qu’il
s’occupât de son intérieur, ce pourquoi il avait peu d’aptitude, il y
trouvait mille sujets de contrariété qui, si légers qu’ils fussent,
constamment répétés, ne laissaient pas de le blesser souvent davantage
que de bien plus grands maux; aussi préférait-il la vie hors de chez
lui (DIOGÈNE), 385.--Nullement sensible au plaisir de bâtir, s’il a
fait quelques changements dans sa maison, cela a été pour se conformer
à l’intention qu’en avait eue son père. Il n’aime non plus ni la
chasse, ni le jardinage, et, si profitable que ce soit, il n’est pas
porté à s’occuper des affaires publiques; jouir de l’existence, lui
suffit (PLATON), 387.--Il souhaiterait pouvoir abandonner la gestion
de ses biens à quelque ami honnête, à un gendre par exemple, auquel il
en céderait les revenus et qui lui assurerait le bien-être jusqu’à la
fin de ses jours, 391.--Il se fiait à ses domestiques, évitant de se
renseigner sur eux pour ne pas être obligé de les avoir en défiance,
391.--Sa répugnance à s’instruire de ses propres affaires était telle,
qu’il n’a jamais pu prendre sur lui de lire un titre, un contrat
(CRATÈS), 393.--Chez lui, la moindre chose qu’il voit le préoccupe; que
n’a-t-il au moins pour l’assister dans la direction de son intérieur
un second, sur lequel il puisse se reposer; obligé de veiller à tout,
sa manière de recevoir les étrangers s’en ressent, chose contraire
à son tempérament beaucoup plus porté à dépenser qu’à thésauriser
(PLATON), 395.--Une autre raison qui le portait à voyager, c’est la
situation morale et politique de son pays, dont il souffre, moins
par intérêt pour la chose publique, tout finissant par s’arranger,
que pour lui-même qui n’a pas le courage de voir tant de corruption
et de déloyauté (le roi PHILIPPE), 397.--Toutes les discussions, les
disputes sur la meilleure forme de gouvernement, sont parfaitement
inutiles; le monde existe: si on peut le redresser, on ne saurait lui
faire perdre un pli qui est déjà pris. Pour chaque nation, le meilleur
gouvernement est celui auquel elle est accoutumée (SOLON, VARRON, DE
PIBRAC et Monsieur DE FOIX), 399.--Rien n’est plus dangereux pour
un état qu’un changement radical; il faut s’appliquer à améliorer,
mais non à renverser (les MEURTRIERS DE CÉSAR), 401.--Les réformes
elles-mêmes sont souvent difficiles; un gouvernement même vicieux
peut se maintenir malgré ses abus, sans compter que, parfois, si on
regardait chez ses voisins, on y trouverait pire (PACUVIUS CALUVIUS,
SOLON), 401.--L’empire romain est un exemple qu’une domination étendue
ne témoigne pas qu’à l’intérieur tout soit pour le mieux, et montre
que, si miné que soit un état, il peut se soutenir longtemps par la
force même des choses (ISOCRATE), 405.--De la corruption générale des
états de l’Europe, Montaigne conclut que la France peut se relever
de son état actuel; toutefois, il redoute qu’elle ne se désagrège,
405.--Montaigne craint de parfois se répéter dans ses Essais; il le
regretterait, mais sa mémoire va lui faisant de plus en plus défaut
(LYNCESTE), 407.--S’il a à prononcer un discours qu’il ait préparé,
la crainte de perdre le fil de ses idées le paralyse; aussi, comme le
lire c’est se lier les mains et qu’il n’est pas capable d’improviser,
il a pris la résolution de s’en abstenir désormais (l’orateur CURION),
409.--Il fait volontiers des additions à son livre, mais ne corrige
pas; ce serait faire tort aux acheteurs des éditions précédentes; et
puis, il a vieilli sans s’assagir et les changements qu’il pourrait
y introduire ne vaudraient peut-être pas ce qui y est (ANTIOCHUS),
411.--Il s’en rapporte uniquement à ses éditeurs pour l’orthographe
et la ponctuation; des fautes d’autre nature peuvent être relevées
dans le texte, il ne s’en préoccupe pas; qu’elles proviennent de la
copie ou de l’impression, le lecteur, qui connaît ses idées, saura
les rectifier, 413.--Vivant au foyer des guerres civiles, il est
exposé aux insultes de tous les partis; il souffre beaucoup dans ses
intérêts de cet état de choses, bien que, jusqu’ici, il ait échappé au
pillage, ce qu’il attribue à ce qu’il n’a pas mis sa maison en état
de défense, à l’estime dont il jouit dans le pays, aux services qu’il
rend à ses voisins et à sa bonne fortune; il regrette que les lois
soient impuissantes à le protéger et d’en avoir obligation à d’autres
(LYCURGUE D’ATHÈNES), 415.--Il se considère comme absolument obligé
par ses engagements et ses promesses; mais il est tellement ennemi de
toute contrainte, qu’il lui répugne même d’être lié par les devoirs
de la reconnaissance et tient pour avantageux de se trouver délivré,
par leurs mauvais procédés à son égard, de son attachement à certaines
personnes, 417.--Il ne doit rien aux grands et ne leur demande que de
ne pas s’occuper de lui; il s’applique à tout supporter et à se passer
de tout; il aime à obliger ses amis, mais ils l’importunent s’ils lui
demandent d’intervenir en leur faveur auprès de tiers; en tout cas,
s’il lui faut contracter des obligations envers autrui, il souhaite que
ce soit pour tout autre chose qu’obtenir protection contre les fureurs
de la guerre civile (HIPPIAS D’ÉLIS, BAJAZET et TAMERLAN, l’empereur
SOLIMAN et l’empereur DE CALICUT, CYRUS, LE PREMIER DES SCIPIONS),
419.--Il vit dans des transes continues; ces désordres étaient, du
reste, un mal depuis longtemps à l’état latent, et peut-être est-il
préférable de le voir passé à l’état aigu; c’est encore là une des
causes qui font qu’il voyage tant, bien qu’il ne soit pas assuré
de trouver mieux, 425.--Quoique les troubles qui la déchirent le
dégoûtent de la France, il aime Paris; il n’est français que par cette
capitale; puisse-t-elle demeurer à l’abri de dissensions intestines,
ce serait sa ruine, 429.--Au surplus, il regarde tous les hommes, à
quelque nation qu’ils appartiennent, comme ses compatriotes; le monde
entier est pour lui une patrie, aussi ne redouterait-il pas la peine
de l’exil (les ROIS DE PERSE, SOCRATE), 429.--Avantages que Montaigne
trouve à voyager; il demeure sans peine huit à dix heures consécutives
à cheval et, sauf les chaleurs excessives (il voyage alors de nuit),
ne redoute aucunes intempéries (les ANCIENS ROMAINS, les PERSES dans
l’antiquité, les ESPAGNOLS), 431.--On le blâme de ce que, vieux et
marié, il quitte sa maison pour voyager; mais il y laisse une gardienne
fidèle qui y maintient l’ordre. La science du ménage est la plus utile,
la plus honorable chez une mère de famille; il est vrai que bien
des femmes ne pensent qu’à leur toilette et vivent dans l’oisiveté,
la sienne n’est pas telle, 433.--On objecte que c’est témoigner peu
d’affection à sa femme que de s’en éloigner; mais l’absence momentanée
aiguise, au contraire, le désir de se revoir; il se connaît en amitié,
et affirme qu’on n’aime pas moins son ami absent que présent (les
ENSORCELÉS de Kareinty), 433.--Pourquoi craindre de voyager quand on
est vieux? C’est alors que les voyages sont le plus utiles; il peut
mourir en route, dira-t-on, qu’importe; c’est une éventualité dont
il ne se préoccupe pas quand il se met en route (les STOÏCIENS),
437.--Quoiqu’il lui soit indifférent de mourir là ou ailleurs, il
préférerait que la mort le surprit à cheval et hors de chez lui; il
serait plus en paix et sentirait moins de peine et de regrets autour
de lui, 439.--Quelle fâcheuse habitude que notre entourage s’apitoie
sur nos maux, cela nous énerve; voir auprès de nous moins de mines
impressionnées nous disposerait plus favorablement, 441.--A publier
cette étude sur lui-même, Montaigne trouve qu’elle a ce grand avantage
de lui servir de règle de conduite et que les critiques seront moins
portés à dénaturer ses qualités, sa confession devant les désarmer en
partie; il reconnaît, du reste, avoir toujours été traité au-dessus de
ses mérites (ANTIGONE et le philosophe BION), 443.--Peut-être aussi sa
lecture fera-t-elle que quelqu’un lui convenant, sera désireux d’entrer
en rapport d’amitié avec lui: Oh! un ami! que ne donnerait-il pas pour
en avoir un, 445.--C’est finir par devenir à charge aux nôtres que
de les occuper constamment de nos maux. Viendrait-il à tomber malade
dans un coin perdu, il a de quoi se suffire avec ce qu’il porte avec
lui; et puis, dès qu’il se sent malade, il a toujours soin de mettre
en ordre ses affaires de conscience et autres, ce qui fait qu’il est
toujours prêt (les INDIENS), 447.--Son livre ne lui survivra que peu
d’années, d’autant que notre langue se transforme continuellement;
il n’en constitue pas moins une précaution pour qu’après lui, on ne
le juge pas autre qu’il n’est, 449.--Genre de mort dont Montaigne
s’accommoderait le mieux; toujours est-il qu’il a cette satisfaction
que la sienne ne sera pour les siens, dont les intérêts sont assurés,
un sujet ni de plaisir, ni de déplaisir (les COMMOURANTS d’Antoine et
de Cléopâtre, PÉTRONE, TIGELLINUS, le philosophe THÉOPHRASTE), 451.--Il
ne recherche pas ses aises en voyage; il va au jour le jour, sans
itinéraire fixe; aussi est-il toujours satisfait, même s’il ne trouve
pas dans un pays ce qu’il venait y voir, il apprend du moins que la
curiosité signalée n’existe pas, 453.--Il sait s’accommoder de tout et
se plie à tous les usages du pays où il se trouve, rien ne lui paraît
étrange; aussi blâme-t-il fort la sotte tendance qu’ont les Français
à l’étranger de tout y dénigrer, et ne se joignait-il pas à leurs
sociétés quand il en rencontrait, 455.--Tout ce qu’il demanderait, ce
serait d’avoir un compagnon de voyage de même humeur que lui, car il
aime à communiquer ses idées (SÉNÈQUE, CICÉRON, ARCHYTAS, ARISTIPPE),
457.--La situation qu’il a, le bien-être dont il jouit, devraient,
ce semble, le détourner de sa passion des voyages; mais il y trouve
l’indépendance, et elle lui est si chère qu’il rejette les commodités
de la vie par crainte d’en être asservi, 457.--C’est là, dira-t-on,
de la vanité, mais où n’y en a-t-il pas? Les plus belles maximes
philosophiques, les plus beaux règlements de vie sont vains; et ceux-là
mêmes qui les émettent ne les suivent pas. Ne voit-on pas journellement
un juge prononcer une condamnation pour un fait que lui-même a commis
ou va commettre? La faute en est aux lois, qui exigent de nous plus
que nous ne pouvons (ARISTON, XÉNOPHON, SOLON, ANTISTHÈNE, DIOGÈNE,
la courtisane LAÏS), 461.--On peut encore, à la rigueur, admettre que
dire et faire soient dissemblables chez les gens qui professent la
morale; mais lui, parlant de lui-même, est tenu à être plus conséquent.
L’homme public doit compter avec les vices de son temps; Montaigne a
reconnu par lui-même que les affaires publiques ne se traitent pas
d’après les mêmes principes que les affaires privées, son caractère ne
se prête pas à semblable compromission; au surplus, il est fréquent de
ne pas trouver réunies chez un même homme les qualités nécessaires à
ces deux genres d’affaires (CATON, un ROI DE FRANCE, PLATON, SOCRATE,
SATURNINUS), 465.--Une vertu naïve et sincère ne peut être employée
à la conduite d’un état corrompu; du reste, sa notion s’altère dans
un milieu dépravé; quoi qu’il en soit, on doit toujours obéissance à
ceux qui ont charge d’appliquer les lois, si indignes qu’ils soient
(SÉNÈQUE, AGÉSILAS), 469.--Si Montaigne sort aussi fréquemment de son
sujet, c’est qu’il s’abandonne au flux de ses idées qui, en y regardant
de près, ne sont cependant pas aussi décousues qu’elles en ont l’air;
et puis, il oblige ainsi le lecteur à plus d’attention, ce qui déjà
l’a porté à donner à ses chapitres plus d’extension qu’au début
(PLATON, TÉRENCE, PLUTARQUE), 471.--Affection particulière de Montaigne
pour la ville de Rome, due au souvenir des grands hommes qu’elle a
produits; lui, qui a le culte du passé, ne voit ses ruines qu’avec
émotion et respect; aujourd’hui encore, n’est-elle pas la métropole
de la chrétienté, la ville universelle, la seule au monde qui ait ce
caractère (ARCÉSILAS et CTESIBIUS)? 475.--Il doit beaucoup à la fortune
pour l’avoir ménagé jusqu’ici. Il est vrai que l’avenir est inquiétant,
mais que lui importe ce qui adviendra quand il ne sera plus? il n’a
pas d’enfant mâle qui continuera son nom; et puis, même ne pas avoir
d’enfants du tout ne lui semble pas chose bien regrettable, 477.--Il
laissera après lui son patrimoine tel qu’il l’a reçu, la fortune ne lui
ayant jamais octroyé que de légères faveurs sans consistance, 479.--De
ces faveurs, il n’y en a pas à laquelle il ait été plus sensible
qu’au titre de citoyen romain qui lui a été accordé quand il était à
Rome, titre dont il reproduit textuellement la teneur, pour ceux que
cela intéresse et aussi un peu par vanité, 479.--C’est qu’en effet
l’homme est tout vanité; et c’est parce que nous sommes déçus par ce
que nous voyons quand nous venons à nous observer, que nous reportons
constamment nos regards partout ailleurs que sur nous-mêmes, 483.


CHAPITRE X.

=Il faut contenir sa volonté=, =III=, 485.--Montaigne ne se passionnait
pour rien; il se gardait de prendre des engagements, résistant même
à ce à quoi le poussaient ses propres affections, parce qu’une fois
entraîné, on ne sait plus où l’on va; si, nonobstant, on parvenait
à l’intéresser à des affaires autres que les siennes, il promettait
de s’en charger, mais modérément, ayant bien assez de celles-ci
pour l’occuper, 485.--Beaucoup se font les esclaves des autres, se
prodiguant pour s’employer à ce qui ne les regarde pas; cela devient
une nécessité chez eux; il ne manque cependant pas sur notre propre
route de mauvais pas dont nous avons assez à faire de nous garder,
487.--Élu maire de Bordeaux, Montaigne n’accepta qu’à son corps
défendant cette charge à laquelle il fut réélu à l’expiration de son
mandat. Portrait qu’il fit de lui à Messieurs de Bordeaux, leur faisant
connaître qu’ils ne devaient pas compter qu’il s’emploierait tout
entier à leurs affaires, comme avait fait son père qui avait également
occupé ces fonctions, 489.--Son père était imbu de ce principe si
généralement enseigné et que des sages ont eux-mêmes prêché il y a
longtemps, que nous devons nous oublier pour ne travailler que pour le
bien public; est-ce raisonnable? Le vrai sage qui sait bien ce qu’il
se doit, trouve par là même ce qu’il doit aux autres, 491.--Il faut
se dévouer aux fonctions que l’on occupe, mais ce ne doit être qu’un
prêt temporaire et accidentel de sa personne; il ne faut pas qu’elles
nous absorbent entièrement ni qu’elles nous passionnent, ce qui nous
entraînerait à manquer de prudence et d’équité, 493.--Excellent
caractère d’un prince du temps de Montaigne, qui était supérieur
aux accidents de la fortune. Même au jeu, il faut être modéré; nous
le serions plus, si nous savions exactement combien peu nous est
nécessaire (SOCRATE, MÉTRODORE, ÉPICURE, CLÉANTHE), 495.--Bien que
les besoins que nous tenons de la nature soient faciles à satisfaire,
nos habitudes, notre position dans le monde, notre âge nous portent
à en étendre le cercle; c’est dans ces limites que nous devons
les contenir; les multiplier, c’est offrir à l’adversité plus de
chance encore de nous atteindre (CALENDRIER GRÉGORIEN), 497.--C’est
folie de s’enorgueillir de l’emploi que l’on occupe et de ne pas
s’apercevoir que la plupart du temps, c’est la robe du magistrat
que l’on salue et non sa personne; notre personnalité doit toujours
demeurer indépendante de la fonction que nous remplissons (MONTAIGNE),
501.--Si l’on se jette dans un parti, ce n’est pas une raison pour
qu’on en excuse toutes les injustices, toutes les fureurs, tous les
entêtements ridicules; la raison veut qu’on reconnaisse ce qui est
mal dans le parti qu’on a embrassé et ce qui est bien dans le parti
contraire (MARCUS MANLIUS), 501.--Facilité extraordinaire des peuples
à se laisser mener par les chefs de parti (APOLLONIUS, MAHOMET),
505.--Différence entre la guerre que se faisaient CÉSAR et POMPÉE et
celle qui eut lieu entre MARIUS et SYLLA; avertissement à en tirer,
505.--Du danger qu’il y a à être l’esclave de ses affections (DIOGÈNE),
505.--Il faut s’efforcer de prévenir ce qui, dans l’avenir, peut nous
attirer peines et difficultés; c’est ainsi que Montaigne évitait
d’avoir des intérêts communs, surtout avec des parents; il fuyait
les discussions et les gens de caractère difficile (le roi COTYS),
507.--Quelques âmes fortement trempées affrontent les tentations; il
est plus prudent à celles qui s’élèvent peu au-dessus du commun, de ne
point s’y exposer et de s’efforcer de maîtriser ses passions dès le
début; ce qui se passe dans le cas de la volupté et du plaisir de se
venger en témoigne; il est trop tard de leur fermer la porte, lorsque
déjà elles ont pénétré (CATON, ZÉNON et CHRÉMONYDE, SOCRATE, CYRUS et
PANTHÉE, le S.-ESPRIT), 509.--Montaigne fuyait les procès, alors même
que ses intérêts devaient en souffrir; il n’en a jamais eu, non plus
que de duels; et, jamais une épithète malsonnante n’a été associée
à son nom, 511.--Les plus grands troubles ont le plus souvent des
causes futiles; dans toutes les affaires, et particulièrement dans nos
querelles, il faut réfléchir avant d’agir; mais une fois lancé, il
faut aller, dût-on périr à la peine; le manque de prudence conduit
au manque de cœur (le dernier DUC DE BOURGOGNE, la chute de ROME
RÉPUBLICAINE, la guerre de TROIE, PLUTARQUE, BIAS), 513.--La plupart
des réconciliations qui suivent nos querelles sont honteuses; quand
on ne le fait pas de son plein gré, démentir ce qu’on a fait ou dit
est une lâcheté, 515.--Jugement que l’on a porté sur la manière dont
Montaigne s’est acquitté de sa mairie de Bordeaux et appréciation qu’il
en porte lui-même. Diversité des jugements des hommes sur ceux qui
les administrent. Il avoue que ceux qui lui reprochent de n’avoir pas
apporté dans ces fonctions une ardeur excessive, sont dans le vrai;
mais, de fait, la population n’a pas dû être trop mécontente de son
administration puisqu’elle l’a réélu. Il faisait ce qu’il fallait;
n’aimait ni le bruit, ni l’ostentation; et, en fin de compte, il a
maintenu l’ordre et la paix, 517.--Il n’est pas de ceux qui ont de
l’ambition, laquelle n’est pas de mise quand les questions que l’on
a à traiter sont affaires courantes dont il ne faut pas exagérer
l’importance, 521.--La renommée ne s’attache pas qu’à des actes qui
sortent de l’ordinaire; elle vient d’elle-même, nos sollicitations n’y
font rien, 523.--En somme, il n’avait qu’à maintenir l’état de choses
existant; il l’a fait, y donnant de lui-même plus qu’il ne s’y était
engagé; il n’a offensé personne, ne s’est attiré aucune haine; et,
quant à être regretté, il ne l’a jamais souhaité, 525.


CHAPITRE XI.

=Des boiteux=, =III=, 527.--Critique des changements opérés dans le
calendrier par la réforme grégorienne; depuis tant de siècles que le
monde existe, nous ne sommes pas encore arrivés à nous entendre sur
la forme à donner à l’année, 527.--Vanité des recherches de l’esprit
humain; on veut découvrir les causes d’un fait, avant d’être assuré que
ce fait est certain, 527.--Comment de prétendus miracles s’accréditent
par notre propension à vouloir persuader les autres de ce que nous
croyons nous-mêmes, et par l’autorité que prend sur nous toute
croyance qui a de nombreux adeptes et est éclose depuis un certain
temps déjà; que ne va-t-on au fond des choses (un PRINCE GOUTTEUX
et un PRÊTRE)? 529.--La plupart d’entre eux reposent sur des riens,
et on se perd à leur chercher des causes sérieuses; le seul miracle
que Montaigne ait constaté, c’est lui-même: il a beau s’étudier, il
ne parvient pas à s’expliquer, 533.--Histoire d’un miracle bien près
d’être accrédité, qui ne reposait que sur de simples plaisanteries,
533.--Tous les préjugés de ce monde viennent de notre présomption et
de notre ignorance, nous ne voulons pas douter; pourtant il est une
ignorance qu’il ne faudrait jamais craindre d’avouer (IRIS [l’arc en
ciel] et THAUMANTIS, CORRAS, l’ARÉOPAGE), 535.--De ce que les livres
sacrés relatent des miracles, il ne faut pas en conclure qu’il doive
s’en opérer de nouveaux de notre temps, 537.--Montaigne n’admet pas
qu’on maltraite ceux d’opinions contraires aux nôtres, 537.--Oter
la vie aux sorciers pour se défendre contre leurs prétendus actes
surnaturels, c’est faire peu de cas de l’existence humaine; la plupart
du temps les accusations portées contre eux sont sans fondement; et
puis, on n’est pas obligé de croire à un miracle qui se peut démasquer
ou expliquer, 539.--Montaigne est très porté à croire que ces gens, et
il en a observé plusieurs, ont l’imagination malade et sont fous plutôt
que criminels; il ne prétend pas d’ailleurs qu’on se range de son avis
(PRESTANTIUS), 539.--Réflexions sur un proverbe italien qui attribue
aux boiteux des deux sexes plus d’ardeur aux plaisirs de l’amour, et
explications qu’on en donne (la REINE DES AMAZONES, les BOITEUX, les
TISSERANDES), 543.--L’esprit humain admet comme raisons les choses
les plus chimériques, et souvent on explique un même effet par des
causes opposées (LE TASSE, les FRANÇAIS et les ITALIENS, ANTIGONE et
un PHILOSOPHE CYNIQUE), 543.--C’est ce qui a amené les Académiciens à
poser en principe de douter de tout, ne tenant rien pour absolument
vrai, non plus que pour absolument faux (CLITOMAQUE, CARNÉADE, ÉSOPE),
545.


CHAPITRE XII.

=De la physionomie=, =III=, 547.--Presque toutes nos opinions ne se
forment que par l’autorité d’autrui. Nous admirons SOCRATE sans le
connaître, parce qu’il est l’objet de l’approbation universelle. Il
est vrai qu’il n’en impose pas comme Caton, et s’il vivait à notre
époque, peu d’hommes feraient cas d’un enseignement donné sous la
forme simple et naïve qu’il emploie, 547.--Notre bonne fortune a
voulu que sa vie et ses enseignements nous aient été transmis par des
témoins très fidèles et compétents. Quel immense service n’a-t-il
pas rendu à l’homme en lui montrant, dans un langage à la portée de
tous, ce qu’il peut par lui-même, 549.--L’homme est incapable de
modération, même dans sa passion d’apprendre; la science d’une utilité
discutable, qui ne nous conduit seulement pas à affronter la mort
avec plus de fermeté qu’un paysan, n’est même pas sans danger. Ce qui
nous est vraiment utile est naturellement en nous, mais il faut le
découvrir et c’est ce que Socrate enseignait (la MÈRE D’AGRICOLA, les
TUSCULANES), 549.--SÉNÈQUE et PLUTARQUE ont traité de la préparation
à la mort; le premier s’en montre très préoccupé, le second beaucoup
moins. L’indifférence et la résignation avec lesquelles les pauvres
gens la supportent, elle et les autres accidents de la vie, sont plus
instructives que les enseignements de la science à ce même propos,
553.--C’est au milieu des désordres de la guerre civile que Montaigne
écrit ce passage de son livre; excès qui se commettent, indiscipline
des troupes; les meilleurs, en ces circonstances, finissent par se
gâter (les ARMÉES ROMAINES et les ARMÉES TURQUES), 555.--Quels que
soient les abus d’un gouvernement, s’armer contre lui sous prétexte
d’y porter remède, n’est pas excusable: il faut laisser faire la
Providence (FAVONIUS, PLATON), 559.--Le peuple se trouve ruiné pour de
longues années par les déprédations qui se commirent alors; lui-même
eut de plus à souffrir des suspicions de tous les partis, aggravées
par le peu de souplesse de son caractère, 561.--Dans son infortune,
Montaigne, ne voyant pas d’amis à qui s’adresser, prend le parti de ne
compter que sur lui-même et de lutter sans se préoccuper de ce qu’il
avait perdu, pour ne songer qu’à conserver ce qui lui reste; et, dès
lors, il agit comme s’il devait en être réduit aux pires extrémités.
D’autre part, se désintéressant complètement de ce qui ne le touche pas
directement, il se prend à considérer uniquement comme un sujet d’étude
l’effondrement auquel il assiste et en suit les progrès presque avec
intérêt; il avoue, à sa honte, en être arrivé de la sorte à n’être pas
troublé dans son repos et sa tranquillité d’esprit, 563.--Pour comble
de malheur, la peste survint; il dut, avec sa famille, pour laquelle
il redoutait la contagion, errer à l’aventure pendant six mois; le
fléau avait fait de grands ravages et pendant longtemps la main-d’œuvre
fit défaut pour la culture, 567.--Résignation des gens du peuple dans
ce désastre général (les NÉORITES, nos PAYSANS, les SOLDATS ROMAINS
après la défaite de Cannes), 569.--De combien peu de secours nous
sont les enseignements de la science dans les grands événements de la
vie! ils ne font que porter atteinte à la force de résistance que la
nature a placée en nous; à quoi bon appeler notre attention sur les
maux auxquels nous sommes exposés, ne vaut-il pas mieux les ignorer
jusqu’au moment où ils nous frappent (SÉNÈQUE)? 571.--L’expérience
qu’elle prétend nous donner est déjà un tourment; apprendre à souffrir
et à mourir, c’est souffrir et mourir avant le temps; la science ne
nous prépare pas à la mort, mais aux approches de la mort; laissons
faire la nature, elle se charge au moment voulu de suppléer à tout
ce que nous ne savons pas et, par elle, nous serons en meilleures
dispositions que n’était Aristote (CÉSAR), 573.--SOCRATE, par ses
discours et ses exemples, nous enseigne à suivre purement la nature.
Sa défense devant ses juges: «Il ne sait ce que c’est que la mort; si
c’est une transmigration des âmes, n’ayant rien à se reprocher, il
ne s’effraie pas d’aller rejoindre tant de grands personnages qui ne
sont plus. Que ses juges décident suivant leur conscience; s’il a un
conseil à leur donner, c’est de récompenser sa vie passée à prêcher
le bien, en le nourrissant le restant de ses jours, en raison de sa
pauvreté, aux frais du trésor public. Il ne les implore pas, non par
dédain, mais parce que ce serait se démentir, leur faire injure et
douter des dieux», 577.--Quelle naïveté et, à la fois, quelle hauteur
de sentiments dans ce plaidoyer si digne de lui; aussi en quel honneur
le tient, à si juste raison, la postérité, tandis que ses accusateurs,
accablés par le mépris public, de désespoir en sont venus à se pendre
(SOCRATE et l’orateur LYSIAS), 581.--Socrate y parle de la mort comme
d’un incident naturel de la vie, et il est dans le vrai; ce n’est
pas la mort que les âmes simples redoutent, mais la douleur qui
l’accompagne; la nature ne saurait en effet nous faire prendre en
horreur ce passage de vie à trépas indispensable à l’accomplissement
de son œuvre; par la simplicité de sa vie et celle avec laquelle il
rend ses idées, Socrate est admirable (les CHEVAUX, les CYGNES, les
ÉLÉPHANTS), 581.--Bien qu’il vienne de dire que nous ne vivons pas
assez sur notre propre fond, Montaigne a, lui aussi, introduit quantité
de citations dans son ouvrage; ce n’était pas dans son idée première,
mais il s’est laissé entraîner par le goût de son époque et le besoin
d’occuper ses loisirs; il n’indique pas d’où il les tire, parfois il
les transforme ou les détourne de leur vrai sens, et cela pour ne pas
faire étalage d’une science qui n’est pas en lui (SOCRATE et EUTHYDÈME,
un PRÉSIDENT), 583.--Il est dangereux de se mettre à écrire sur le
tard, l’esprit a perdu sa verdeur; lui-même eût dû s’y prendre plus
tôt, mais il ne se propose pas tant de montrer ce qu’il sait que ce
qu’il ne sait pas; et, voulant peindre sa vie, il a dû attendre le
moment où elle se déroulait tout entière à ses yeux, 585.--A propos de
physionomie, Montaigne revient à Socrate: il est fâché qu’une si belle
âme se soit trouvée dans un corps si disgracié, il pense qu’il y a une
certaine relation et conformité entre le corps et l’esprit (LA BOÉTIE),
587.--Comme Platon et la plupart des anciens philosophes, il estime
singulièrement la beauté; toutefois, une physionomie avantageuse n’est
pas toujours fondée sur la régularité des traits du visage, et on ne
peut pas toujours faire fond sur la physionomie pour porter un jugement
sur un individu (PHRYNÉ, CYRUS, ALEXANDRE, CÉSAR, SCIPION), 589.--En
principe, il faut suivre les indications de la nature; les lois et la
religion, au lieu de servir de régulateurs à nos devoirs, nous les
dictent; et on en arrive à s’imaginer, bien à tort, que les observances
religieuses, sans de bonnes mœurs, suffisent au salut d’un état,
591.--Physionomie de Montaigne; son air naïf lui attirait la confiance.
Récit de deux aventures où le bon effet qu’il produisait à première vue
et sa franchise lui ont été très avantageux, 593.--La simplicité de ses
intentions, qu’on lisait dans son regard et dans sa voix, empêchaient
qu’on ne prît en mauvaise part la liberté de ses discours; dans la
répression des crimes, il n’était pas pour trop de sévérité (ARISTOTE,
CHARILLE), 597.


CHAPITRE XIII.

=De l’expérience=, =III=, 599.--L’expérience n’est pas un moyen sûr
de parvenir à la vérité, parce qu’il n’y a pas d’événements, il n’est
point d’objets absolument semblables; on ne peut, par suite, juger
sainement par analogie, 599.--Par cette même raison, la multiplicité
des lois est fort inutile; jamais les législateurs ne peuvent embrasser
tous les cas; les meilleures lois sont les moins nombreuses, les
plus simples, n’embrassant que les cas généraux, 601.--Celles de
la nature nous procurent plus de félicité que celles que nous nous
donnons, et les juges les plus équitables seraient peut-être les
premiers venus, jugeant uniquement d’après les inspirations de leur
raison (quelques RÉPUBLIQUES ITALIENNES, FERDINAND LE CATHOLIQUE,
PLATON), 603.--Pour vouloir être trop précis, les textes de lois
sont conçus en termes si obscurs, dont l’obscurité est encore accrue
par les gloses et commentaires qui se sont greffés sur eux (ce qui
est du reste le propre de toutes les interprétations), que, si bien
qu’on s’exprime dans la vie ordinaire, on n’arrive pas dans les
contrats et testaments à formuler ses idées d’une façon indiscutable;
à quoi s’ajoute que, sur chaque chose, il y a autant d’opinions que
d’hommes, et que souvent le même homme pense différemment en des
temps différents, parfois à des heures différentes de la même journée
(ULPIAN, BARTHOLDUS, BALDUS, ARISTOTE, les CHIENS D’ÉSOPE, CRATÈS
et HÉRACLITE), 603.--Si les interprétations se multiplient à ce
point, la cause en est à la faiblesse de notre esprit qui, en outre,
ne sait se fixer. En nos siècles, on ne compose plus, on commente;
comprendre un auteur est devenu notre seule science; nos opinions ne
se forment plus elles-mêmes, elles se entent les unes sur les autres.
Les Essais de Montaigne reviennent souvent à parler d’eux-mêmes; on
y trouvera peut-être à dire, son excuse c’est que lui-même en est le
sujet, 607.--Ce qu’il y a de singulier, c’est que les discussions,
les disputes ne roulent guère que sur des questions de mots. Si on ne
trouve nulle part de similitude absolue, la dissemblance ne l’est pas
davantage, et dans les choses dissemblables se trouve toujours quelque
joint qui fait que chacun les interprète à sa façon (LUTHER, SOCRATE et
MÉNON), 609.--Imperfection des lois; exemples d’actes d’inhumanité et
de forfaits judiciaires auxquels elles conduisent; refus d’assistance
à des malheureux en péril; exécution d’innocents, victimes de ce que
leurs condamnations n’étaient entachées d’aucun vice de forme. Combien
de condamnations sont prononcées, qui sont plus criminelles que les
crimes qui les motivent (des PAYSANS du pays de Montaigne, des JUGES
de la même contrée, PHILIPPE DE MACÉDOINE)! 611.--Montaigne partage
l’opinion des anciens, qu’il est prudent, qu’on soit accusé à tort
ou non, de ne pas se mettre entre les mains de la justice. Puisqu’il
y a des juges pour punir, il devrait y en avoir pour récompenser
(ALCIBIADE, les CHINOIS), 613.--Il n’a jamais eu de démêlés avec la
justice, et il est si épris de liberté, qu’il irait n’importe où, s’il
se sentait menacé dans son indépendance, 615.--Les lois n’ont autorité
que parce qu’elles sont les lois et non parce qu’elles sont justes.
Comment le seraient-elles, étant le plus souvent l’œuvre de sots, ou
de gens qui, en haine de l’égalité, manquent à l’équité; pour lui,
il a renoncé à leur étude; c’est lui seul qu’il étudie, et, pour le
reste, il s’en remet simplement à la nature, 615.--Que ne prêtons-nous
plus d’attention à cette voix qui est en nous et qui suffit pour nous
guider? Quand nous constatons que nous nous sommes trompés en une
circonstance, à moins d’être un sot, nous devrions être à tout jamais
en défiance de nous dans toutes les circonstances analogues; c’est
ce qui lui arrive pour sa mémoire; aussi devons-nous nous étudier
constamment pour que nos passions ne viennent pas pervertir notre
jugement, 617.--«Se connaître soi-même» est la science capitale;
ceux-là seuls qui la pratiquent savent combien peu nous savons; celui
qui sait, hésite et est modeste; l’ignorant est affirmatif, querelleur,
opiniâtre, ce résultat est le fait de l’école du monde; c’était aussi
ce qu’en pensait Socrate (SOCRATE et EUTHYDÈME, ARISTARQUE, ANTÉE,
ANTISTHÈNE et SOCRATE), 621.--Montaigne étudiait sans cesse les autres,
pour se mieux connaître; il en était arrivé à les juger avec assez de
discernement; toutefois, il était très hésitant pour se prononcer,
rien n’étant difficile comme de déterminer dans quelle catégorie doit
prendre place telle ou telle de nos actions. En général, l’homme est
mal équilibré; quel service on rend à qui sait l’entendre, de lui
dire avec franchise ce qu’on pense de lui (PERSÉE roi de Macédoine,
MONTAIGNE)! 623.--Montaigne estime qu’il n’est propre à rien, sauf
à parler librement à un maître auprès duquel il eût été placé, lui
dire ses vérités et faire qu’il se connaisse lui-même. Pareil censeur
bénévole et discret qui, sans paraître censurer leur conduite, leur
en ferait apercevoir les conséquences, les tiendrait au courant de ce
que le peuple pense d’eux, serait chose précieuse pour les rois, sur
lesquels cette engeance maudite des flatteurs a un effet si pernicieux
(MONTAIGNE, ALEXANDRE), 625.--Ses Essais sont une sorte de cours
expérimental, fait sur lui-même, d’idées afférentes à la santé de
l’âme et du corps. Pour ce qui est de l’âme, on y apprend moins ce qui
est à faire que ce qui n’est pas à faire; quant au corps, on peut en
déduire que chacun qui s’observe, est à lui-même son meilleur médecin.
Exposé du régime qu’il a suivi toute sa vie durant (TIBÈRE, SOCRATE,
PLATON), 627.--Montaigne conservait le même genre de vie, qu’il fût
malade ou bien portant; il fuyait la chaleur émanant directement du
foyer (MODE DE CHAUFFAGE usité à Augsbourg, EVENUS), 631.--Les coutumes
d’un pays sont parfois le contraire de celles de quelque autre nation;
tendance que nous avons à aller chercher ailleurs, dans l’antiquité
notamment, des arguments que notre époque nous fournirait amplement,
633.--Exemples de singularités résultant de l’habitude: ANDRON l’argien
traversant sans se désaltérer les déserts de la Libye, GENTILHOMME
passant des mois et même une année entière sans boire; SAVANT qui
aimait à travailler au milieu du bruit; SOCRATE dans son intérieur;
SÉNÈQUE ne mangeant rien de ce qui avait eu vie (SEXTIUS, ATTALE),
633.--Nos goûts se transforment par l’effet de l’habitude; il faut
faire en sorte, surtout quand on est jeune, de n’en avoir aucun dont
nous soyons les esclaves et contre lequel nous ne puissions aller à
un moment donné (PYTHAGORE, PHILOPŒMEN), 635.--Habitudes qu’avait
contractées MONTAIGNE dans sa vieillesse; passer la nuit au grand air
l’incommodait, faiblesse contre laquelle la jeunesse doit se prémunir;
soin qu’il avait de se tenir le ventre libre (MARIUS, CÉSAR), 637.--Ce
que les malades ont de mieux à faire, c’est de ne rien changer à leur
mode d’existence; lui-même, malade ou bien portant, ne s’est jamais
abstenu de ce qui lui faisait envie; il en a été de même des plaisirs
de l’amour qu’il a commencé si jeune à connaître, que ses souvenirs
ne remontent pas jusque-là (QUARTILLA), 641.--L’incertitude de la
médecine autorise toutes nos envies, 645.--Montaigne avait un timbre
de voix élevé, ce qui faisait qu’il fatiguait en parlant; dans la vie
courante, l’intonation de notre voix est à régler suivant l’idée qu’on
veut rendre (CARNÉADE), 645.--Les maladies, comme tout ce qui a vie,
ont leurs évolutions dont il faut attendre patiemment la fin; laissons
faire la nature, nous luttons en vain. Dès notre naissance, nous sommes
voués à la souffrance et, arrivés à la vieillesse, l’effondrement est
forcé; les médecins n’y peuvent rien, sinon nous troubler par leurs
pronostics (CRANTOR, les MEXICAINS, CTÉSIPHON), 647.--Dans ses maux,
Montaigne aimait à flatter son imagination: atteint de gravelle, il
s’applaudit que ce soit sous cette forme qu’il ait à payer son tribut
inévitable à l’âge; c’est une maladie bien portée; peut-être comme
tant d’autres finira-t-elle avant lui; en tout cas, elle ne le prive
pas de tenir sa place en société et, par les souffrances qu’elle lui
fait endurer, le prépare insensiblement à la mort, 649.--Passant
habituellement par les mêmes phases, on sait au moins avec elle à quoi
s’en tenir; et si les crises en sont particulièrement pénibles, quelle
ineffable sensation quand, d’un instant à l’autre, le bien-être succède
à la douleur (les STOÏCIENS, SOCRATE), 655.--La gravelle a encore
l’avantage sur bien d’autres maladies, de ne pas entraîner d’autres
maux à sa suite, de laisser au patient l’usage de ses facultés, la
possibilité de vaquer à ses occupations et à ses plaisirs; elle
n’altère pas sa tranquillité d’esprit, s’il ne prête pas l’oreille
à ce que lui en diraient les médecins, 657.--Montaigne était grand
dormeur, ce qui est préjudiciable à la santé; cependant en cela, comme
en toutes choses, il savait s’accommoder aux circonstances. Sa petite
taille lui faisait préférer aller à cheval qu’à pied dans les rues et
quand il y avait de la boue (PLATON, SCIPION), 661.--Le métier des
armes est de toutes les occupations la plus noble et la plus agréable,
663.--Montaigne était d’excellente constitution; touchant à la
soixantaine, il est encore vigoureux pour cet âge; chez lui, les maux
du corps n’avaient que peu de prise sur l’âme, 665.--Ses préoccupations
n’ont pas souvent troublé son sommeil, et ses songes étaient rarement
tristes (PLATON, SOCRATE, XÉNOPHON, ARISTOTE, les ATLANTES, PYTHAGORE,
le philosophe THÉON, le VALET de Périclès), 667.--Il était peu délicat
sous le rapport de la nourriture; la délicatesse est le fait de
quiconque affecte une préférence trop marquée pour quoi que ce soit
(FAVORINUS), 669.--Dès le berceau, Montaigne avait été habitué à vivre
comme les gens de la plus basse classe et à se mêler à eux; cette
fréquentation l’a rendu sympathique au sort des malheureux (la reine
CHÉLONIS, FLAMINIUS, PYRRHUS), 671.--Il n’aimait pas rester longtemps à
table; les anciens Grecs et Romains entendaient beaucoup mieux que nous
cette jouissance (AUGUSTE), 673.--Indifférent à ce qu’on lui servait,
il se laissait aller à manger de tout ce qui paraissait sur la table,
673.--C’est une grâce que Dieu nous fait quand la mort nous gagne
peu à peu, ce qui est l’effet de la vieillesse; le moment fatal doit
alors nous moins affecter, puisque ce n’est plus qu’une fraction de
nous-mêmes qu’elle atteint; du reste la mort est indissolublement liée
à la vie, on en constate en nous la présence et les progrès dans tout
le cours de notre existence (SOLON), 675.--Montaigne n’a jamais acquis
la certitude que certains mets lui fussent nuisibles; il en est dont il
s’accommodait parfaitement, dont ensuite il s’est mal trouvé et que,
plus tard, il a très bien supportés, 677.--Il lui est arrivé parfois de
se passer de prendre un repas, quand il voulait se ménager pour mieux
manger le lendemain, avoir l’esprit dégagé, ou quand il n’avait pas une
société qui lui convint. Il est bon de manger doucement, fréquemment
plutôt que beaucoup à la fois. Tout régime trop longtemps suivi, cesse
d’être efficace (ÉPICURE, CHILON), 677.--Il ne sert de rien non plus
de se trop couvrir, on s’y habitue et cela n’a plus d’effet, 679.--Nos
occupations et nos plaisirs nous portent à donner plus d’importance au
souper qu’au dîner; l’estomac, d’après Montaigne, s’accommode mieux
du contraire. Il buvait peu, seulement aux repas et uniquement du vin
coupé d’eau (AUGUSTE, DÉMOCRITE, CRANAÜS roi d’Athènes), 679.--Il
n’aimait pas l’air confiné; était plus sensible au froid qu’au chaud;
avait bonne vue, mais elle se fatiguait aisément; sa démarche était
vive, il ne pouvait tenir en place; à table, il mangeait avec trop
d’avidité (la SERVANTE de Chrysippe, DIOGÈNE), 681.--Des convives
agréables, des mets délicats, une table bien servie, sont essentiels
pour un bon repas; il est des gens qui dédaignent ce genre de plaisir
qui est cependant de ceux que la nature nous offre elle-même, ce
dédain est le fait d’un esprit maladif et chagrin (ALCIBIADE, VARRON,
XERXÈS), 683.--Les plaisirs de l’âme sont peut-être supérieurs à ceux
du corps; les plus appréciables sont ceux auxquels l’une et l’autre
participent simultanément (les PHILOSOPHES CYRÉNAÏQUES, ARISTIPPE,
ZÉNON, PYTHAGORE, SOCRATE, PLATON), 685.--Tout ce qui est de nécessité
la nature l’a rendu agréable, et le sage use des voluptés comme de
toutes autres choses; bien vivre et imprimer une bonne direction à sa
vie, est la seule et véritable fin de l’homme (BRUTUS, les deux CATON),
687.--Les délassements siéent aux âmes fortes et généreuses comme aux
autres, ainsi qu’il ressort des exemples d’ÉPAMINONDAS, de SCIPION
et de SOCRATE, 689.--La grandeur d’âme consiste surtout à régler sa
conduite et à la circonscrire dans de justes limites; elle ne doit
pas fuir les plaisirs que lui offre la nature, mais les goûter avec
modération et montrer une égale fermeté dans la volupté comme dans la
douleur (EUDOXUS, PLATON), 693.--Pour lui, Montaigne, bien qu’au déclin
de sa vie et prêt à la quitter sans regret parce que c’est dans l’ordre
naturel des choses, il ne se contente pas de passer le temps; et, quand
il ne souffre pas, il le savoure, jouissant du calme qui s’est fait en
lui, sans préoccupation de l’avenir, ce poison de l’existence humaine
(ALEXANDRE), 695.--La vie est à accepter telle que Dieu nous l’a faite;
tout ce qui vient de lui est bon; c’est se montrer ingrat à son égard
que de repousser les satisfactions dont il l’a dotée (ÉPIMÉNIDE),
697.--Vivons suivant la nature, ce guide si doux autant que prudent
et judicieux; chez la plupart des gens dont les idées vont s’élevant
au-dessus du ciel, les mœurs sont plus bas que terre (SOCRATE),
699.--En somme, dans tous les états de la vie, il faut jouir loyalement
de ce que l’on est, et c’est folie de vouloir s’élever au-dessus de
soi-même (SOCRATE, PLATON, ALEXANDRE et PHILOTAS, les ATHÉNIENS et
POMPÉE), 703.



  [C] FASCICULE C


  TABLE DES CITATIONS
  ET INDEX DES AUTEURS D’OU ELLES SONT TIRÉES.

Cette table des citations, établie par ordre alphabétique, donne, en
regard de chacune d’elles, l’indication de l’auteur d’où elle est tirée.

Elle a surtout pour objet d’aider à la collation des diverses éditions,
étant le plus sûr moyen de trouver aisément dans l’une un passage
relevé dans une autre, par la détermination et la recherche de la
citation qui la précède ou de celle qui la suit.

Ces citations, réparties entre 96 auteurs, sont au nombre de 1.308,
y compris cinq qui ne figurent que dans l’exemplaire de Bordeaux et
trois qui ne se trouvent que dans les éditions antérieures à 1595, dans
lesquelles on en relève en outre deux qui y sont reproduites deux fois
chacune.

Une annexe donnant la liste alphabétique des auteurs ainsi mis à
contribution, suit avec indication du chiffre de leur apport; parmi
eux, Cicéron, Lucrèce, Horace, Virgile et Sénèque y occupent de ce
fait, et de beaucoup, le premier rang.

Montaigne n’indique jamais la source de ses citations; bien plus,
il en change très souvent un ou plusieurs mots, soit pour la mieux
approprier à sa pensée, soit encore, mais rarement, par pudeur.
Souvent aussi, il y ajoute un membre de phrase de son crû, ou amalgame
deux fragments d’un même auteur ou d’auteurs différents; aussi les
recherches, auxquelles se sont particulièrement livrés Mademoiselle de
Gournay, Coste, Le Clerc et autres pour adapter à chacune le nom de qui
elles émanent, ont-elles dû présenter une certaine difficulté; dans
le nombre, trente-six demeurent encore d’origine inconnue.--A noter
aussi que Montaigne les détourne très fréquemment du sens qu’elles
ont dans le texte d’où il les tire, ou les applique à des sujets tout
différents, ce qui, à la vérité, est un procédé en usage de temps
immémorial.

A ces mêmes auteurs et à quelques autres, Montaigne a fait bien
d’autres emprunts, dont partie sont signalés dans les notes, mais il
n’est question ici que des citations proprement dites.

Dans la table, les mots en +égyptienne italique+ sont les premiers
de chaque citation; les deux nombres qui suivent indiquent le volume
et la page; les astérisques, quand il y en a, marquent qu’elles ont
donné lieu à une note; le nom qui vient après, en PETITES MAJUSCULES,
est celui de l’auteur; puis, en _italiques_ et généralement en abrégé,
celui de l’ouvrage; les nombres qui terminent en indiquent suivant sa
nature: le livre, le volume ou l’acte; le chapitre ou la scène; enfin
l’alinéa ou le vers selon qu’il y a lieu.

Dans l’annexe, le nombre qui suit le nom de chaque auteur est celui des
citations extraites de lui; les autres indiquent l’époque où il a vécu,
les dates de sa naissance et de sa mort, date suivie de av., si elle
est antérieure à l’ère chrétienne.

Ex. de Bord. signifie: Exemplaire de Bordeaux.

Ed. de 80, 88, ant. signifient: Édition de 1580, 1588, antérieures à
1595.


[C.67] ESSAIS DE MONTAIGNE.

TABLE DES CITATIONS.

(INDICATIONS REPORTANT A L’ÉDITION DITE «SELF-ÉDITION»).


A

  +A demain.+--=I=, 656.--PLUTARQUE, _de l’Esprit familier de
    Socrate_.
  +A multis.+--=II=, 194.--SÉNÈQUE, _Epist._ 124.
  +A natura.+--=III=, 182.--SÉNÈQUE, _Epist._ 99.
  +A quo ceu.+--=III=, 12.--OVIDE, _Amor._, III, 9, 25.
  +A sole.+--=I=, 516.--CICÉRON, _Tusc._, V, 17.
  +Abducendus.+--=III=, 164.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 35.
  +Ablatum.+--=III=, 366.--OVIDE, _Trist._, I, 6, 29.
  +Ac veluti.+--=II=, 652.--VIRGILE, _Enéide_, XII, 684.
  +Ad deos.+--=I=, 180.--TITE-LIVE, X, 6.
  +Ad hæc.+--=I=, 516.--JUVÉNAL, _Sat._, X, 137.
  +Ad ictus.+--=I=, 536.--TITE-LIVE, XXXVIII, 5.
  +Ad nos.+--=II=, 458.--VIRGILE, _En._, VII, 646.
  +Ad nullum.+--=III=, 184.--PSEUDO-GALLUS, I, 125.
  +Ad primum.+--=III=, 636.--JUVÉNAL, VI, 576.
  +Ad quamcumque.+--=II=, 232.--CICÉRON, _Acad._, II, 3.
  +Ad summum.+--=II=, 204.--HORACE, _Epist._, I, 1, 106.
  +Ad unum.+--=III=, 268.--HORACE, _Ep._, XII, 15.
  +Adde heliconiadum.+--=III=, 12.--LUCRÈCE, III, 1050.
  +Adeo minimis.+--=II=, 288.--TITE-LIVE, XXVII, 23.
  +Adeo nihil.+--=I=, 178.--TITE-LIVE, XXXIV, 54.
  +Adeo pavor.+--=I=, 100.--QUINTE-CURCE, III, 11.
  +Adhuc ardens.+--=III=, 204.--JUVÉNAL, _Sat._, VI, 128.
  +Aditum.+--=I=, 184.--SÉNÈQUE, _Œdipe_, III, 686.
  +Æque pauperibus.+--=I=, 264.--HORACE, _Epist._, I, 1. 25.
  +Age! si hæc.+--=III=, 348.--TÉRENCE, _Andr._, IV, 11. 9.
  +Agnosco veteris.+--=III=, 194.--VIRGILE, _En._, IV. 23.
  +Agros divisere.+--=II=, 480.--LUCRÈCE, V, 1109.
  +Ah! tum.+--=III=, 222.--CATULLE, _Carm._, XV. 17.
  +Ainsi voit-on.+--=III=, 606.--LA BOÉTIE.
  +Alcon hesterno*.+--=III=, 60.--AUSONE, _Epigr._, 74.
  +Aliquis.+--=I=, 638.--SÉNÈQUE, _Epist._ 13.
  +Alloquar.+--=I=, 318.--CATULLE, LXV, 9.
  +Alter ab.+--=I=, 286.--VIRGILE, _Eglog._, VIII, 39.
  +Alter remus aquas, alter mihi.+--=III=, 460.--PROPERCE, III, 3,
    23.
  +Alter remus aquas, alter tibi.+--=II=, 490.--PROPERCE, III, 2, 23.
  +Alter ridebat.+--=I=, 556.--JUVÉNAL, _Sat._, X, 28.
  +Amor ordinem*.+--=III=, 286.--S. JÉRÔME, _Lettre à Chromatius_.
  +Amorem conatum.+--=I=, 306.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 34.
  +An poterunt.+--=II=, 392.--LUCRÈCE, IV. 487.
  +An quidquam.+--=II=, 452.--CICÉRON, _Tusc._, V, 36.
  +An vivere*.+--=III=, 640.--PSEUDO-GALLUS, _Eleg._, I, 155, 247.
  +Animus multo.+--(=III=, 510).--Serait de SÉNÈQUE. (Ne se
    trouve que dans l’ex. de Bord.).
  +Animus quod.+--=III=, 180.--PÉTRONE, _Satyr._, c. 128.
  +Ante oculos*.+--=III=, 434.--OVIDE, _Trist._, III, 4, 57.
  +Apud alios.+--=I=, 210.--CICÉRON, _Tusc._, V, 36.
  +Ἀριστα χωλός*.+--=III=, 542.--THÉOCRITE, _Idylle_, IV, 62.
  +Ἀριστον μέτρον*.+--=III=, 674.--DIOGÈNE LAERCE, I, 93.
  +Aristoni tragico.+--=I=, 288.--TITE-LIVE, XXIV, 24.
  +Arma acri.+--=III=, 224.--VIRGILE, _En._, VIII, 441.
  +Arma enim.+--=II=, 56.--CICÉRON, _Tusc._, II, 16.
  +Arma proferri.+--=I=, 532.--CÉSAR, _de Bello gall._, VII, 11.
  +Arma rogo.+--=III=, 224.--VIRGILE, _En._, VIII, 383.
  +Armati terram.+--=III=, 396.--VIRGILE, _Enéid._, VII, 748.
  +Arripe dilatam.+--=II=, 556.--PRUDENCE, _Cont. Symm._, II, 643.
  +Ἀσώτους ex.+--=I=, 218.--CICÉRON, _de Nat. deor._, III, 31.
  +At tibi nil.+--=I=, 548.--MARTIAL, _Epigr._, II, 58, 11.
  +At tu Catulle.+--=III=, 466.--CATULLE, _Carm._, VIII, 19.
  +Athenis tenue*.+--=II=, 366.--CICÉRON, _de Fato_, 4.
  +Atque adeo.+--=II=, 128.--MANILIUS, IV, 907.
  +Atque aliquis.+--=III=, 222.--OVIDE, _Métam._, IV. 187.
  +Atque idem.+--=I=, 54.--VIRGILE, _En._, X, 732.
  +Atque illum.+--=II=, 222.--CICÉRON, _trad. du Timée_, 2.
  +Atque in se.+--=I=, 128.--VIRGILE, _Georg._, II, 402.
  +Attonitus novitate.+--=II=, 370.--OVIDE, _Métam._, XI, 128.
  +Audit iter.+--=I=, 112.--CLAUDIEN, _in Ruf._, II, 137.
  +Auferimur.+--=II=, 400.--OVIDE, _de Rem. Amor._, I, 343.
  +Auro quoque*.+--=III=, 304.--CALPURNIUS, _Eclog._, VII, 53.
  +Aut bibat.+--=II=, 218.--CICÉRON, _Tusc._, V, 4.
  +Aut fuit*.+--=I=, 452.--LA BOÉTIE.--OVIDE, _Ep. d’Ariadne_.
  +Aut nimiis.+--=III=, 382.--LUCRÈCE, V, 216.
  +Aut qui non.+--=I=, 276.--QUINTIL., VIII, 3.
  +Aut verberatæ.+--=III=, 383.--HORACE, _Od._, III, 1, 29.
  +Aves quasdam.+--=I=, 72.--CICÉRON, _de Nat. deor._, II, 64.
  +Avida est.+--=I=, 454.--SÉNÈQUE, _de Prov._, 4.
  +Ayme l’estat.+--=III=, 398.--DE PIBRACQ, _Quatrains_.


B

  +Balteus.+--=III=, 302.--CALPURNIUS, _Eclog._, VIII, 47.
  +Basti*.+--=I=, 92.--PROPERCE, II, 1, 43, trad. italienne.
  +Belli.+--=III=, 238.--LUCRÈCE, I, 33.
  +Belluæ.+--=II=, 106.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 36.
  +Bellum.+--=II=, 378.--VIRGILE, _En._, III, 539.
  +Beneficia.+--=III=, 368.--TACITE, _Ann._, IV, 18.
  +Bina.+--=II=, 406.--LUCRÈCE, IV, 451.
  +Bona iam.+--=III=, 478.--Source inconnue.
  +Bouha.+--=I=, 210.--_Dicton gascon._
  +Brevis esse.+--=II=, 476.--HORACE, _Art. poét._, 25.
  +Brevis est*.+--=II=, 118.--QUINTILIEN, XII, 11.


C

_Chercher par =Q= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Cædebant.+--=I=, 534.--VIRGILE, _En._, X, 756.
  +Cædimur.+--=II=, 506.--HORACE, _Epist._, II, 2, 97.
  +Cætera pars.+--=II=, 312.--LUCRÈCE, III, 144.
  +Calamitosus.+--=I=, 28.--SÉNÈQUE, _Epist._ 99.
  +Capienda.+--=II=, 490.--SÉNÈQUE, _Agam._, II, 1, 47.
  +Captisque.+--=III=, 540.--TITE-LIVE, VIII, 18.
  +Caspamus.+--=I=, 426.--PERSE, _Sat._, V, 151.
  +Casta.+--=II=, 668.--MARTIAL, I, 14.
  +Casus.+--=II=, 458.--JUVÉNAL, _Sat._, XIII, 9.
  +Catoni.+--=II=, 90.--CICÉRON, _de Off._, I, 31.
  +Cavete.+--=II=, 204.--S. PAUL, _ad Coloss._, II, 8.
  +Ceu flamina.+--=III=, 510.--VIRGILE, _En._, X, 97.
  +Ceux qui.+--=III=, 192.--D’après PLUTARQUE, _Qu’il faut qu’un
    philosophe converse avec les princes_, c. 5.
  +Che non.+--=I=, 238.--DANTE, _Inf._, XI, 93.
  +Che ricordasi.+--=II=, 214.--LE TASSE, _Jér. dél._
  +Chi puo.+--=I=, 26.--PÉTRARQUE, _sonnet_ 137.
  +Chi troppo.+--=II=, 332.--PÉTRARQUE, _Chants_, XI, 48.
  +Clare.+--=I=, 592.--HORACE, _Epist._, I, 16, 59.
  +Clarus.+--=II=, 240.--LUCRÈCE, I, 640.
  +Coacervanturque.+--=II=, 548.--TITE-LIVE, II, 47.
  +Cogitationes.+--=II=, 244.--_Liv. de la Sagesse_, IX, 14.
  +Come quei.+--=I=, 670.--LE TASSE, _Ger. lib._, VIII, 26.
  +Come segue.+--=I=, 302.--ARIOSTO, X, 7.
  +Communi*.+--=I=, 566.--CÉSAR, _de Bello civ._, II, 4.
  +Concessa.+--=III=, 236.--LUCAIN, II, 446.
  +Conentur.+--=I=, 422.--HORACE, _Ep._, I, 1, 19.
  +Confusum.+--=III=, 602.--SÉNÈQUE, _Epist._ 89.
  +Coniicito humorem.+--=III=, 170.--LUCRÈCE, IV, 1062.
  +Coniugis.+--=I=, 386.--CATULLE, LXVIII, 81.
  +Coniugium*.+--=II=, 368.--JUVÉNAL, X, 352.
  +Conscia.+--=I=, 660.--OVIDE, _Fast._, I, 485.
  +Consiliis*.+--=I=, 516.--CICÉRON, _Tusc._, V, 17.
  +Consueta.+--=II=, 192.--LUCRÈCE, IV, 999.
  +Consuetudine.+--=I=, 290.--CICÉRON, _de Nat. deor._, II, 38.
  +Consuetudinis.+--=I=, 156.--CICÉRON, _Tusc._, II, 17.
  +Consurgit*.+--=II=, 558.--PRUDENCE, _Cont. Symm._, II, 617.
  +Contemnite.+--=II=, 434.--PROPERCE, II, 14, 19.
  +Contextus.+--=III=, 240.--SÉNÈQUE, _Epist._ 33.
  +Contorta.+--=I=, 276.--CIC., _Acad._, II, 24.
  +Contrahi*.+--=II=, 320.--CICÉRON, _de Divin._, II, 58.
  +Convenit.+--=III=, 510.--CICÉRON, _de Off._, II, 18.
  +Converso.+--=II=, 568.--JUVÉNAL, III, 36.
  +Corpoream.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 176.
  +Corruptibile.+--=II=, 136.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XIII, 15.
  +Cosi per.+--=II=, 148.--DANTE, _nel Purg._, XXVI, 34.
  +Cras vel.+--=II=, 278.--HORACE, _Od._, III, 29, 43.
  +Credit.+--=II=, 422.--LUCAIN, V, 653.
  +Credo.+--=II=, 450.--ARIOSTO, _Orlando_, XI, 81.
  +Crocodilon.+--=II=, 108.--JUVÉNAL, XV, 2-7.
  +Cui cor.+--=III=, 688.--CICÉRON, _de Fin. bon. et mal._, II, 8.
  +Cui cum.+--=III=, 620.--LUCAIN, IV, 599.
  +Cui malus.+--=II=, 12.--MARTIAL, XII, 82.
  +Cui sit.+--=II=, 490.--HORACE, _Epist._, I, 1, 51.
  +Cui vivendi.+--=I=, 610.--CICÉRON, _Parad._, V, 1.
  +Cujus in*.+--=III=, 280.--HORACE, _Epod._, XII, 19.
  +Cujus livida.+--=III=, 258.--MARTIAL, VII, 94.
  +Cujusque.+--=III=, 12.--MANILIUS, II, 18.
  +Cum de.+--=II=, 324.--SÉNÈQUE, _Epist._ 117.
  +Cum in summa.+--=II=, 272.--LUCRÈCE, II, 1077.
  +Cum jam.+--=II=, 100.--LUCRÈCE, IV, 1099.
  +Cum moriar.+--=I=, 120.--OVIDE, _Am._, II, 10, 36.
  +Cum morosa.+--=III=, 170.--PERSE, _Sat._, IV, 73.
  +Cum relego.+--=II=, 474.--OVIDE, _de Ponto_, I, 5, 15.
  +Cum res.+--=I=, 274.--SÉNÈQUE, _Cont._, 111.
  +Cum semper.+--=III=, 518.--Q. CICÉRON, _de Petit. Consulat._, 2.
  +Cum suspicimus.+--=II=, 134.--LUCRÈCE, V, 1203.
  +Cum vini.+--=I=, 614.--LUCRÈCE, III, 475.
  +Cuncta ferit.+--=II=, 580.--CLAUDIEN, _in Eutr._, I, 182.
  +Cunctaque.+--=II=, 400.--OVIDE, _Métam._, III, 424.
  +Cupidine.+--=III=, 536.--TACITE, _Hist._, I, 22.
  +Cur amplius.+--=I=, 126.--LUCRÈCE, III, 954.
  +Cur isto.+--=I=, 72.--CICÉRON, _de Divin._, II, 57.
  +Cur hanc.+--=I=, 74.--LUCAIN, II, 4, 44.
  +Cur non.+--=I=, 126.--LUCRÈCE, III, 951.
  +Curæ.+--=I=, 26.--SÉNÈQUE, _Hipp._, II, 3, 607.
  +Curatio.+--=I=, 38.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, I, 12.
  +Curentur.+--=III=, 462.--JUVÉNAL, XIII, 124.
  +Curis.+--=III=, 572.--VIRGILE, _Georg._, I, 123.


D

  +D’autant es-tu.+--=III=, 702.--PLUTARQUE, _Pompée_, c. 7
    (_Amyot_).
  +Dare pondus.+--=III=, 528.--PERSE, V, 20.
  +De capsula*.+--=III=, 144.--D’après SÉNÈQUE, _Epist._ 115.
  +De la vertu.+--=II=, 218.--PLUTARQUE, _Cont. des Phil. Stoïq._
    (_Amyot_).
  +Debet enim.+--=I=, 634.--LUCRÈCE, III, 874.
  +Debilem*.+--=III=, 24.--SÉNÈQUE, _Epist._ 101.
  +Deça vers.+--=II=, 442.--D’après HOMÈRE, _Od._, XII. 184.
  +Dedit hoc.+--=II=, 452.--QUINTILIEN, _Inst. orat._, I, 12.
  +Defienda.+--=III=, 642.--Dicton espagnol.
  +Deliberata*.+--=II=, 90.--HORACE, _Od._, I, 37.
  +Democriti pecus.+--=I=, 422.--HORACE, _Ep._, I, 12, 12.
  +Democritum postquam.+--=II=, 218.--LUCRÈCE, III, 1052.
  +Denique connubia.+--=II=, 328.--LUCRÈCE, III, 777.
  +Denique cur.+--=II=, 314.--LUCRÈCE, III, 741, 746.
  +Denique ut.+--=II=, 410.--LUCRÈCE, IV, 714.
  +Deprendas.+--=I=, 258.--JUVÉNAL, IX, 18.
  +Desinit in.+--=I=, 296.--HORACE, _Art. poét._, 4.
  +Deum namque*.+--=II=, 314.--VIRGILE, _Georg._, IV, 221.
  +Deus hæc.+--=III=, 406.--HORACE, _Epod._, XIII, 7.
  +Deus ille.+--=II=, 206.--LUCRÈCE, V, 8.
  +Deus ita.+--=II=, 280.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XI, 22.
  +Deus superbis.+--=II=, 130.--S. PIERRE, _Epist._ I, 5, 5.
  +Di citatorie.+--=II=, 220.--ARIOSTO, _Orland. fur._, 14, 84.
  +Diaboli*.+--=III=, 218.--S. JÉRÔME, _Contre Jovinien_.
  +Dicendum.+--=II=, 228.--CICÉRON, _de Divin._, II, 3.
  +Difficultatem*.+--=III=, 604.--QUINTILIEN, _Inst. orat._, X, 3.
  +Diriguisse*.+--=I=, 24.--OVIDE, _Métam._, VI, 304.
  +Diis te.+--=III=, 702.--HORACE, _Od._, III, 6, 5.
  +Distinguo.+--=I=, 608.--Terme de logique.
  +Diversos.+--=II=, 588.--PSEUDO-GALLUS, I, 104.
  +Divitiarum.+--=I=, 472.--CICÉRON, _Parad._, VI, 2.
  +Dixerat.+--=III=, 194.--VIRGILE, _En._, 387, 392.
  +Dolus an*.+--=I=, 46.--VIRGILE, _En._, II, 390.
  +Dominus novit.+--_Psaume_ XCIII, 11. {=II=, 238.
                                          {=III=, 460.
  +Domitosque.+--=II=, 288.--HORACE, _Od._, II, 12, 6.
  +Dubia.+--=II=, 488.--SÉNÈQUE, _Agam._, III, 1, 29.
  +Ducimur.+--=I=, 602.--HORACE, _Sat._, II, 7, 82.
  +Dum abest.+--=I=, 566.--LUCRÈCE, III, 1095.
  +Dum æs.+--=I=, 550.--HORACE, _Sat._, I, 5, 13.
  +Dum fortuna.+--=I=, 518.--LUCAIN, VII, 734.
  +Dum in.+--=II=, 506.--TÉRENCE, _Andr._, I, 6, 32.
  +Dum licet.+--=III=, 186.--HORACE, _Epod._, XIII, 7.
  +Dum melior.+--=III=, 624.--VIRGILE, _En._, V, 415.
  +Dum nova.+--=III=, 276.--JUVÉNAL, _Sat._, III, 26.
  +Dum spectant.+--=I=, 148.--OVIDE, _De rem. amor_, 615.
  +Dum tela*.+--=III=, 106.--LUCAIN, VII, 320.
  +Duris ut.+--=I=, 634.--HORACE, _Od._, IV, 4, 57.


E

  +E cosi.+--=I=, 406.--PÉTRARQUE.
  +Ἡ δεισιδαιμονια*.+--=II=, 222.--STOBÉE, _Serm._, XXII, 189.
  +Ἐ ζῆν*.+--=I=, 380.--D’après STOBÉE, _Serm._, 20.
  +Ea non.+--=III=, 84.--TITE-LIVE, XXXII, 21.
  +Eam vir.+--=I=, 46.--FLORUS, I, 12.
  +Ego deum.+--=II=, 256.--ENNIUS, _ap._ CIC., _de Div._, II, 50.
  +Ego hoc.+--=II=, 452.--CICÉRON, _de Fin._, II, 15.
  +Ego illos.+--=III=, 476.--SÉNÈQUE, _Epist._ 64.
  +Ego vero*.+--=II=, 76.--CICÉRON, _de Senect._, 10.
  +Egregium.+--=III=, 470.--JUVÉNAL, XIII, 64.
  +Eheu! cicatricum.+--=III=, 402.--HORACE, _Od._, I, 35, 33.
  +Ejulatu*.+--=III=, 28.--CICÉRON, _Tusc._, II, 14.
  +E’l silenzio.+--=II=, 140.--LE TASSE, _Aminta_, II, 34.
  +Emori*.+--=II=, 426.--CICÉRON, _Tusc._, I, 8.
  +Emunctæ.+--=I=, 274.--HOR., _Sat._, I, 4, 8.
  +Ἐν τῷ.+--=II=, 218.--SOPHOCLE, _Ajax_, 552.
  +Enimvero*.+--=III=, 404.--PLAUTE, _Prologue des Captifs_.
  +Ense maritali.+--=III=, 222.--Source inconnue.
  +Eodem enim.+--=III=, 692.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 31.
  +Ἐπέων δὲ.+--=I=, 518.--HOMÈRE, _Iliade_, XX, 249.
  +Equi sine.+--=I=, 538.--TITE-LIVE, XXXV, 11.
  +Equidem.+--=III=, 374.--QUINTE-CURCE, IX, 1.
  +Eritis.+--=II=, 204.--HOMÈRE, _ap._ CIC., _de Fin._, V, 18.
  +Esse unum.+--=III=, 270.--Q. CICÉRON, _de Petit. consul._, 14.
  +Esse videatur.+--=II=, 76.--CICÉRON, _de Orat._, 23.
  +Est prudentis.+--=III=, 418.--CICÉRON, _de Amic._, 17.
  +Est quædam flere.+--=II=, 538.--OVIDE, _Trist._, IV, 3, 27.
  +Est quædam vox.+--=III=, 646.--QUINTILIEN, XI, 3.
  +Est situm.+--=II=, 216.--CICÉRON, _de Fin._, I, 17.
  +Estne.+--=I=, 406.--CATULLE, LXVI, 15.
  +Et cantharus.+--=III=, 394.--HORACE, _Epist._, I, 5, 23.
  +Et casta.+--=II=, 266.--LUCRÈCE, I, 99.
  +Et cuncta.+--=I=, 404.--HORACE, _Od._, II, 1, 23.
  +Et errat.+--=II=, 26.--TÉRENCE, _Adelph._, I, 1, 40.
  +Et fugit.+--=II=, 434.--VIRGILE, _Eglog._, III, 65.
  +Et gens.+--=I=, 538.--LUCAIN, IV, 682.
  +Et habet.+--=III=, 186.--MARTIAL, VII, 58, 9.
  +Et ii, qui.+--=II=, 86.--CICÉRON, _Epist. fam._, XV, 19.
  +Et invictum.+--=I=, 404.--MANILIUS, _Astr._, IV, 87.
  +Et ipse.+--=I=, 300.--HORACE, _Od._, II, 2, 6.
  +Et languor.+--=II=, 432.--HORACE, _Epod._, XI, 9.
  +Et laxas.+--=II=, 522.--CATULLE, XCIV, 8.
  +Et lupus.+--=II=, 570.--OVIDE, _Trist._, III, 5, 35.
  +Et male.+--=I=, 528.--MANILIUS, IV, 95.
  +Et mentem.+--=III=, 210.--VIRGILE, _Georg._, III, 267.
  +Et mihi.+--=III=, 200.--PSEUDO-GALLUS, I, 61.
  +Et militavi.+--=III=, 642.--HORACE, _Od._, III, 26, 2.
  +Et minimæ.+--=III=, 184.--OVIDE, _Trist._, III, 11, 22.
  +Et mutæ.+--=II=, 138.--LUCRÈCE, V, 1058.
  +Et nihil.+--=II=, 262.--LUCRÈCE, III, 857.
  +Et nudam.+--=III=, 254.--OVIDE, _Amor._, I, 5, 24.
  +Et nulla.+--=III=, 104.--OVIDE, _de Ponto_, I, 7, 37.
  +Et Numidæ.+--=I=, 538.--VIRGILE, _En._, IV, 41.
  +Et obscenas.+--=II=, 380.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 33.
  +Et patimur.+--=II=, 554.--JUVÉNAL, VI, 291.
  +Et plaga.+--=II=, 366.--VÉGÈCE, I, 2.
  +Et post.+--=I=, 412.--HORACE, _Od._, III, 1, 40.
  +Et quærendum.+--=III=, 266.--CATULLE, _Carm._, LXVII, 27.
  +Et quo ferre.+--=I=, 534.--LUCAIN, VIII, 384.
  +Et quo quemque.+--=I=, 254.--VIRGILE, _En._, III, 459.
  +Et se n’aflige.+--(=III=, 26).--Auteur inconnu. (Ne se trouve
    que dans les éd. ant. à 1595).
  +Et secum.+--=II=, 616.--CLAUDIEN, _in Eutrop._, I, 237.
  +Et solem*.+--=II=, 404.--VIRGILE, _Enéide_, IV, 470.
  +Et sua sunt*.+--=III=, 406.--Source inconnue.
  +Et supera*.+--=III=, 304.--LUCRÈCE, V, 327.
  +Et taciti.+--=III=, 268.--OVIDE, _Amor._, I, 7, 21.
  +Et tellus.+--=II=, 146.--LUCRÈCE, II, 1157.
  +Et velut.+--=III=, 16.--VIRGILE, _Enéid._, XII, 521.
  +Et veniunt.+--=I=, 360.--PROPERCE, I, 2, 10.
  +Et via.+--=I=, 26.--VIRGILE, _En._, XI, 151.
  +Et versus.+--=III=, 194.--JUVÉNAL, VI, 196.
  +Et vulgo.+--=II=, 408.--LUCRÈCE, IV, 73.
  +Etenim.+--=III=, 510.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 18.
  +Etiam.+--=I=, 662.--_Sentences_ de PUBLIUS SYRUS.
  +Εῦλογον*.+--=I=, 636.--DIOGÈNE LAERCE, VIII, 130.
  +Ex quo Ennius.+--=I=, 212.--CICÉRON, _de Off._, III, 45.
  +Ex quo intelligitur.+--=I=, 462.--CICÉRON, _Tusc._, III, 28.
  +Ex senatus-consultis.+--=III=, 92.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Excindintur*.+--=III=, 516.--Source inconnue.
  +Excludat.+--=III=, 434.--HORACE, _Ep._, II, 1, 38 et 45.
  +Excursusque.+--=II=, 70.--VIRGILE, _Georg._, IV, 194.
  +Excutienda.+--=III=, 444.--CICÉRON, _de Amic._, 6. (Se trouve
    une seconde fois dans l’éd. de 88, =II=, 60).
  +Exeat aula.+--=III=, 464.--LUCAIN, VIII, 493.
  +Exeat inquit.+--=III=, 302.--JUVÉNAL, _Sat._, III, 153.
  +Experta.+--=III=, 266.--MARTIAL, VII, 58, 3.
  +Exsilia tormenta.+--=III=, 572.--SÉNÈQUE, _Epist._, 91, 107.
  +Exsilioque.+--=III=, 254.--VIRGILE, _Georg._, II, 511.
  +Exstantesque.+--=II=, 398.--LUCRÈCE, IV, 398, 390, 421.
  +Exsuperat.+--=III=, 554.--VIRGILE, _Enéid._, XII, 46.
  +Extrema.+--=II=, 666.--VIRGILE, _Georg._, II, 473.


F

  +Faber est.+--=I=, 468.--SALLUSTE, _de Rep. Ord._, I, 1.
  +Faciasne.+--=II=, 518.--HORACE, _Sat._, II, 3, 253.
  +Facta etenim.+--=II=, 134.--MANILIUS, III, 58.
  +Falciferos.+--=I=, 674.--LUCRÈCE, III, 642.
  +Falsus honor.+--=II=, 454.--HORACE, _Epist._, I, 16, 39.
  +Fata viam.+--=III=, 354.--VIRGILE, _En._, III, 395.
  +Fate ben*.+--=III=, 282.--Proverbe italien.
  +Fatum est.+--=III=, 202.--JUVÉNAL, _Sat._, IX, 32.
  +Fautor.+--=II=, 568.--HORACE, _Epist._, I, 18, 66.
  +Favellar.+--=III=, 142.--Expression italienne.
  +Fay ton faict.+--=I=, 28.--PLATON, _Timée_.
  +Felix qui.+--=III=, 516.--VIRGILE, _Georg._, II, 490.
  +Ferox gens.+--=I=, 462.--TITE-LIVE, XXXIV, 17.
  +Festinatio.+--=III=, 494.--QUINTE-CURCE, IX, 9, 12.
  +Fit etiam.+--=II=, 402.--CICÉRON, _de Divin._, I, 37.
  +Flagitii.+--=III=, 214.--ENNIUS, _ap._ CICÉRON, _Tusc._, IV, 33.
  +Flere omnes.+--=I=, 42.--TITE-LIVE, XXV, 37.
  +Flexilis.+--=II=, 58.--CLAUDIEN, _contre Rufin_, II, 358.
  +Fluctus uti.+--=III=, 618.--VIRGILE, _En._, VII, 528.
  +Folliculos.+--=III=, 172.--LUCRÈCE, V, 801.
  +Formæ.+--=II=, 258.--CICÉRON, _de Nat. deor._, II, 28.
  +Fors etiam.+--=III=, 234.--CATULLE, _Carm._, LXVII, 170.
  +Fortes creantur.+--=II=, 314.--HORACE, _Od._, IV, 4, 29.
  +Fortis imaginatio.+--=I=, 132.--SÉNÈQUE, _Epist._ 24.
  +Fortuna vitrea*.+--=I=, 468.--_Ex Mim. P. Syri._
  +Fortunæ cetera.+--=III=, 478.--OVIDE, _Métam._, II, 140.
  +Fortunæ miseras.+--=I=, 350.--PROPERCE, III, 7, 44.
  +Fractam et.+--=II=, 76.--CICÉRON, _de Orat._, 18.
  +Fructus enim.+--=III=, 390.--CICÉRON, _de Amicit._, 19.
  +Frui paratis.+--=III=, 704.--HORACE, _Od._, I, 31, 17.
  +Fu il vincer.+--=I=, 52.--ARIOSTO, XV, 1.
  +Fulgur ibi.+--=II=, 178.--LUCRÈCE, II, 325.
  +Fugax rerum.+--=III=, 484.--OVIDE, _Trist._, III, 2, 9.
  +Fuge suspicari*.+--=III=, 268.--HORACE, _Od._, II, 4, 12.
  +Furem signata.+--=II=, 438.--SÉNÈQUE, _Epist._, 68.
  +Furit alter.+--=II=, 134.--MANILIUS, IV, 79, 118.


G

  +Galla nega.+--=II=, 432.--MARTIAL, IV, 37.
  +Gaudeat.+--=II=, 346.--Dicton judiciaire.
  +Gentes esse.+--=II=, 376.--OVIDE, _Métam._, X, 331.
  +Gigni pariter.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 446.
  +Gloria in.+--=II=, 442.--S. LUC, _Evang._, II, 14.
  +Gloria nostra.+--=II=, 450.--S. PAUL, _Ep. ad Corinth._, II,
    1, 12.
  +Gloria, quantalibet.+--=II=, 442.--JUVÉNAL, _Sat._, VII, 81.
  +Gratatusque.+--=I=, 548.--OVIDE, _de Ponto_, IV, 9, 13.
  +Gratum est.+--=II=, 608.--JUVÉNAL, XIV, 70.
  +Gravissimi.+--=I=, 520.--PORCIUS LATRO.


H

  +Habita fides.+--=I=, 196.--TITE-LIVE, XXII, 22.
  +Habitum quemdam.+--=I=, 304.--LUCRÈCE, III, 100.
  +Hac duce.+--=I=, 612.--TIBULLE, II, 1, 75.
  +Hæc demum*.+--=I=, 278.--FABRICIUS, II, 10.
  +Hæc loca.+--=I=, 364.--VIRGILE, _En._, III, 414.
  +Hæc nempe*.+--=II=, 486.--HORACE, _Epist._, I, 6, 45.
  +Hæc neque.+--=III=, 374.--TITE-LIVE, I, _Præf._, et VIII, 6.
  +Hæc perinde.+--=I=, 486.--TÉRENCE, _Heaut._, I, 3, 21.
  +Hæc si.+--=III=, 274.--TÉRENCE, _Eunuch._, I, 1, 16.
  +Hæc sunt.+--=III=, 168.--CICÉRON, _Tusc._, II, 23.
  +Hæret lateri.+--=I=, 412.--VIRGILE, _En._, IV, 73.
  +Hanc amplissimam.+--=I=, 270.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 3.
  +Harum sententiarum.+--=II=, 306.--CICÉRON, _Tusc._, I, 11.
  +Has meus.+--=II=, 64.-PROPERCE, IV, 1, 70.
  +Has vobis.+--=I=, 548.--MARTIAL, _Epigr._, VII, 48, 4.
  +Haud cuivis.+--=I=, 592.--PERSE, II, 6.
  +Haud ignarus.+--=II=, 94.--VIRGILE, _En._, XI, 154.
  +Hector erat.+--=II=, 260.--OVIDE, _Trist._, III, 11, 27.
  +Hem! vir.+--=I=, 480.--TÉRENCE, _Eun._, II, 3, 1.
  +Heredis, fletus.+--=I=, 406.--PUBLIUS SYRUS.
  +Hesterno*.+--=I=, 614.--VIRGILE, _Egl._, V, 15.
  +Heu! patior.+--=I=, 178.--OVIDE, _Ep. Phyl. Dam._, v. 48.
  +Heu! reliquias.+--=II=, 104.--CICÉRON, _Tusc._, I, 44.
  +Heu! senibus.+--=I=, 122.--PSEUDO-GALLUS, I, 16.
  +Heu! tantum.+--=III=, 592.--Source inconnue.
  +Hi, motus.+--=II=, 180.--VIRGILE, _Georg._, IV, 86.
  +Hic illius.+--=II=, 288.--VIRGILE, _En._, I, 16.
  +Hic exultat.+--=II=, 306.--LUCRÈCE, III, 142.
  +Hic rogo.+--=I=, 634.--MARTIAL, II, 80, 2.
  +His dantem.+--=I=, 404.--VIRGILE, _En._, VIII, 670.
  +His quidam.+--=II=, 142.--VIRGILE, _Georg._, IV, 219.
  +His se.+--=III=, 172.--LUCRÈCE, II, 42.
  +Hoc age*.+--=II=, 72.--Sentence tirée du grec.
  +Hoc est.+--=III=, 180.--MARTIAL, X, 23, 7.
  +Hoc ipsum ita.+--=III=, 418.--CICÉRON, _de Off._, I, 9.
  +Hoc ipsum, quo.+--=I=, 590.--PERSE, II, 51.
  +Hoc liberiores.+--=II=, 232.--CICÉRON, _Acad._, II, 3.
  +Hoc quoque.+--=I=, 616.--PSEUDO-GALLUS, I, 47.
  +Hoc salsum.+--=I=, 562.--TÉRENCE, _Adelph._, III, 3, 71.
  +Hoc sermone.+--=III=, 144.--JUVÉNAL, VI, 189.
  +Homo homini*.+--=III=, 200.--CECILIUS, d’après Symmaque,
    _Epist._, X, 104; et PLAUTE, _Asinar._, II, 4, 88.
  +Honesta.+--=I=, 178.--TÉRENCE, _Andr._, I, 1, 114.
  +Hos inter.+--=II=, 558.--STACE, _Sylv._, I, 6, 51.
  +Hos natura.+--=I=, 362.--VIRGILE, _Georg._, II, 20.
  +Hostis adest.+--=III=, 554.--OVIDE, _de Ponto._, I, 3, 57.
  +Huic versatile.+--=III=, 136.--TITE-LIVE, XXXIX, 40.
  +Humani a se*.+--=I=, 624.--TÉRENCE, _Heaut._, I, 1, 25.
  +Humani qualis.+--=III=, 352.--CLAUDIEN, _in Eutrop._, I, 303.
  +Hunc ego.+--=I=, 672.--VIRGILE, _En._, IV, 702.
  +Hunc saltem.+--=III=, 556.--VIRGILE, _Georg._, I, 500.


I

_Chercher par =J= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Id cinerem.+--=I=, 516.--VIRGILE, _En._, IV, 34.
  +Id cum.+--=I=, 540.--TITE-LIVE, XL, 40.
  +Id genus.+--=I=, 378.--HORACE, _Sat._, I, 2, 2.
  +Id maxime.+--=III=, 90.--CICÉRON, _de Off._, I, 34.
  +Igneus est.+--=II=, 304.--VIRGILE, _En._, VI, 730.
  +Ignoratur.+--=II=, 304.--LUCRÈCE, I, 113.
  +Illam meæ.+--=I=, 316.--HORACE, _Od._, II, 17, 5.
  +Ille beatus.+--=I=, 484.--SÉNÈQUE, _Ep._, 115.
  +Ille etiam.+--=II=, 422.--VIRGILE, _Georg._, I, 466.
  +Ille licet.+--=I=, 116.--PROPERCE, III, 18, 25.
  +Ille quod.+--=II=, 196.--OVIDE, _de Rem. amor._, 429.
  +Ille solus.+--=II=, 34.--TÉRENCE, _Ad._, IV, 2, 9.
  +Ille velut.+--=II=, 466.--HORACE, _Sat._, II, 1, 30.
  +Illis est.+--(=III=, 688).--Source inconnue. (Ne se trouve que
    dans l’ex. de Bord.).
  +Illisos*.+--=II=, 116.--Imité de VIRGILE, _En._, VII, 587.
  +Illiterati.+--=II=, 202.--HORACE, _Epod._, 8, 17.
  +Illud in his.+--=I=, 120.--LUCRÈCE, III, 913.
  +Illud sæpe.+--=III=, 288.--MARTIAL, VII, 62, 6.
  +Immortalia.+--=II=, 224.--LUCRÈCE, V, 122.
  +Immunis.+--=I=, 594.--HORACE, _Od._, III, 23, 17.
  +Impellens.+--=III=, 14.--LUCAIN, I, 149.
  +Imperet bellante.+--=I=, 432.--HORACE, _Carm. sæc._, v. 51.
  +Imperiti enim.+--=III=, 490.--QUINTILIEN, _Inst. orat._, II, 17.
  +Impiger... et.+--=II=, 424.--LUCAIN, IV, 798.
  +Impius hæc*.+--=III=, 424.--VIRGILE, _Eglog._, I, 71.
  +Imponit finem.+--=II=, 586.--JUVÉNAL, VI, 444.
  +Importunus.+--=III=, 284.--HORACE, _Od._, IV, 13, 9.
  +In æquo.+--=II=, 432.--SÉNÈQUE, _Epist._ 98.
  +In culpa*.+--=I=, 414.--HORACE, _Ep._, I, 14, 13.
  +In divitiis.+--=I=, 468.--SÉNÈQUE, _Epist._ 74.
  +In ferrum.+--=II=, 462.--LUCAIN, I, 461.
  +In fragili.+--=III=, 182.--CICÉRON, _de Senect._, I, 18.
  +In genere.+--=I=, 222.--Formule scolastique.
  +In manicis.+--=I=, 124.--HORACE, _Epist._, I, 16, 76.
  +In me omnis.+--=III=, 420.--TÉRENCE, _Adelph._, III, 5, 9.
  +In negotiis*.+--=III=, 486.--SÉNÈQUE, _Epist._ 22.
  +In rebus.+--=II=, 404.--LUCRÈCE, IV, 812.
  +In solis.+--=I=, 416.--TIBULLE, IV, 13, 12.
  +In tam*.+--=III=, 510.--Source inconnue.
  +In vera.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 898.
  +In virtute.+--=II=, 206.--CICÉRON, _de Nat. deor._, III, 36.
  +In vitium.+--=I=, 678.--HORACE, _de Art. poet._, 31.
  +Incedis per.+--=III=, 488.--HORACE, _Od._, II, 1, 7.
  +Incertam.+--=III=, 574.--PROPERCE, II, 27, 1.
  +Inde furor.+--=II=, 378.--JUVÉNAL, XV, 37.
  +Inde toro.+--=I=, 546.--VIRGILE, _En._, II, 2.
  +Inde tragus.+--=III=, 642.--MARTIAL, XI, 22, 7.
  +Indignare si.+--=III=, 648.--SÉNÈQUE, _Epist._ 91.
  +Indum sanguineo.+--=III=, 268.--VIRGILE, _Enéid._, XII, 67.
  +Indupedita.+--=II=, 150.--LUCRÈCE, V, 874.
  +Iners malorum.+--=II=, 216.--SÉNÈQUE, _Œdipe_, III, 7.
  +Infirmum.+--=II=, 268.--S. PAUL, _Ep. aux Corinthiens_, I, 1, 25.
  +Inguina.+--=I=, 550.--MARTIAL, _Epigr._, VII, 35, 1.
  +Insani sapiens.+--=I=, 344.--HORACE, _Ep._, I, 6, 15.
  +Insita.+--=III=, 530.--TITE-LIVE, XXVIII, 24.
  +Instillata.+--=II=, 314.--Auteur inconnu.
  +Inter cætera.+--=II=, 136.--SÉNÈQUE, _de Ira_, II, 9.
  +Inter enim.+--=II=, 262.--LUCRÈCE, III, 872.
  +Inter furor.+--=II=, 378.--JUVÉNAL, XV, 37.
  +Inter se.+--=I=, 126.--LUCRÈCE, II, 75, 78.
  +Inter visa.+--=II=, 340.--CICÉRON, _Acad._, II, 28.
  +Interdum.+--=II=, 436.--PROPERCE, II, 15, 6.
  +Intolerantissima.+--=II=, 54.--TITE-LIVE, X, 28.
  +Intrandum.+--=III=, 698.--CICÉRON, _de Fin. bon. et mal._, V, 16.
  +Invenies.+--=II=, 390.--LUCRÈCE, IV, 479, 483.
  +Invitum qui.+--=II=, 428.--HORACE, _de Art. poet._, 467.
  +Ipsa consuetudo.+--=II=, 504.--CICÉRON, _Acad._, II, 21.
  +Ipsa dies.+--=III=, 380.--PÉTRONE, _Fragments_.
  +Ipsa felicitas.+--=II=, 538.--SÉNÈQUE, _Epist._ 74.
  +Ipsa se velocitas.+--=III=, 494.--SÉNÈQUE, _Epist._ 44.
  +Ipsa si velit.+--=III=, 402.--TÉRENCE, _Adelph._, IV, 7, 43.
  +Ipsa veritatis.+--=II=, 324.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XI, 22.
  +Ipsæ res.+--=I=, 274.--CICÉRON, _de Fin._, III. 5.
  +Ipse ego*.+--=II=, 106.--OVIDE, _Métam._, XV, 160.
  +Ipse inter.+--=II=, 480.--VIRGILE, _Enéide_, VII, 783.
  +Ipsi animi.+--=III=, 586.--CICÉRON, _Tusc._, I, 33.
  +Irarumque.+--=III=, 238.--VIRGILE, _En._, XII, 499.
  +Ista sic.+--=I=, 74.--CICÉRON, _de Divin._, I, 6.
  +Istud nihil.+--=II=, 214.--CICÉRON, _Tusc._, III, 6.
  +It nigrum.+--=II=, 180.--VIRGILE, _En._, IV, 404.
  +Ita est.+--=II=, 286.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 27.
  +Ita finitima.+--=III=, 528.--CICÉRON, _Academ._, II, 21.
  +Italiam si*.+--=II=, 422.--LUCAIN, V, 579.


J

_Chercher par =I= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Jactantius*.+--=II=, 664.--TACITE, _Ann._, II, 77.
  +Jam fuerit.+--=I=, 118.--LUCRÈCE, III, 928.
  +Jam nemo.+--=I=, 290.--LUCRÈCE, II, 1037.
  +Jam prece*.+--=III=, 596.--CATULLE, _Carm._, LXVI, 65.
  +Jamque adeo.+--=III=, 306.--LUCRÈCE, II, 1151.
  +Jamque caput.+--=II=, 420.--LUCRÈCE, II, 1165.
  +Jovis incunabula.+--=II=, 290.--OVIDE, _Métam._, VIII, 99.
  +Jucundum quum.+--=I=, 118.--CATULLE, LXVIII, 16.
  +Junctaque.+--=II=, 288.--OVIDE, _Fast._, III, 81.
  +Jupiter omnipotens.+--=II=, 250.--VALERIUS SORANUS d’ap. S.
    Augustin, _de Civ. Dei_, VII, 9 et 11.
  +Jure perhorrui.+--=III=, 516.--HORACE, _Od._, III, 16, 18.
  +Jus hoc.+--=I=, 666.--LUCAIN, VIII, 633.
  +Justa pari.+--=II=, 506.--TIBULLE, IV, 41.


L

  +L’husbergo.+--=II=, 56.--ARIOSTO, XII, 30.
  +La fama.+--=I=, 476.--TASSO, _Gerus. lib._, XIV, 63.
  +La fortune.+--=I=, 386.--MÉNANDRE, trad. de Montaigne.
  +La lumière.+--=II=, 252.--RONSARD.
  +Labor callum.+--=I=, 244.--CICÉRON, _Tusc._, II, 15.
  +Laborum nulla.+--=III=, 28.--VIRGILE, _Enéide_, VI, 103.
  +Lætius est.+--=I=, 454.--LUCAIN, IX, 404.
  +Lætus in.+--=I=, 74.--HORACE, _Odes_, II, 16, 25.
  +Languidior*.+--=II=, 228.--CATULLE, _Carm._, LXVII, 21.
  +Largus enim.+--=I=, 408.--LUCRÈCE, V, 282.
  +Latent ista.+--=II=, 294.--CICÉRON, _Acad._, II, 39.
  +Latius excisæ*.+--=II=, 438.--RUTILIUS, _Itiner._, I, 397.
  +Laudandis.+--=III=, 476.--SIDOINE APOLLINAIRE, _Carm._, XXIII,
    _Narbo_, v. 62.
  +Laudari haud.+--=II=, 454.--PERSE, _Sat._, I, 47.
  +Les œuvres.+--=II=, 244.--PLUTARQUE, _des Oracles qui ont
    cessé_ (_trad. d’Amyot_).
  +Levationes.+--=II=, 214.--CICÉRON, _Tusc._, III, 15.
  +Licet quot.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 1103.
  +Licet sapere.+--=I=, 244.--SÉNÈQUE, _Epist._ 103.
  +Liquidus.+--=II=, 68.--HORACE, _Epist._, II, 2, 120.
  +Lotus nobiscum.+--=III=, 60.--MARTIAL, VI, 53.
  +Lurida præterea.+--=II=, 406.--LUCRÈCE, IV, 333.
  +Luxuria ipsis.+--=III=, 262.--TITE-LIVE, XXXIV, 4.


M

  +Ma or.+--=II=, 28.--TASSO, _Ger. lib._, X, 39.
  +Magis magnos.+--=I=, 204.--RABELAIS, _Garg._, I, 39.
  +Magna dii.+--=II=, 280.--CICÉRON, _de Nat. deor._, II, 66.
  +Magna pars.+--=III=, 670.--SÉNÈQUE, _Epist._ 123.
  +Magna servitus.+--=III=, 156.--SÉNÈQUE, _Cons. ad Polyb._, 26.
  +Magnam rem.+--=I=, 610.--SÉNÈQUE, _Epist._ 120.
  +Magno veluti.+--=II=, 614.--VIRGILE, _Enéid._, VII, 462.
  +Magnum stridens.+--=I=, 536.--VIRGILE, _En._, IX, 705.
  +Magnus animus.+--=III=, 552.--SÉNÈQUE, _Epist._ 115, 114.
  +Mais ie hay.+--=I=, 204.--JOACHIM DU BELLAY.
  +Maiorem fidem*.+--=III=, 536.--Source inconnue.
  +Malam mortem.+--=I=, 452.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, I, 11.
  +Male cuncta.+--=III=, 492.--STACE, _Thébaïde_, X, 704.
  +Malo me*.+--=I=, 54.--QUINTE-CURCE, IV, 13.
  +Malum consilium est consultori.+--=I=, 660.--AULU-GELLE, IV, 5.
  +Malum consilium est quod.+--=I=, 600.--AULU-GELLE, XVII, 14.
  +Manco male.+--=III=, 472.--Expression italienne.
  +Μανείην μᾶλλον*.+--=I=, 626.--AULU-GELLE, IX, 5.
  +Manent+ (dict-il)*.--=I=, 120.--VIRGILE, _En._, IV, 88.
  +Manente memoria.+--=III=, 104.--TITE-LIVE, XXV, 18.
  +Materiam culpæ.+--=III=, 236.--OVIDE, _Trist._, IV, 1, 34.
  +Maximum hoc.+--=I=, 492.--SÉNÈQUE, _Thiest._, II, 1, 30.
  +Me si fata.+--=III=, 456.--VIRGILE, _En._, IV, 340.
  +Me tabula*.+--=III=, 274.--HORACE, _Od._, I, 5, 13.
  +Medio de.+--=II=, 538.--LUCRÈCE, IV, 1130.
  +Mediocribus.+--=II=, 472.--HORACE, _de Arte poet._, 372.
  +Medium non.+--=II=, 312.--CLAUDIEN, _de Sexto cons. Hon._, V, 411.
  +Melius non*.+--=III=, 506.--SÉNÈQUE, _Epist._ 72.
  +Melius scitur.+--=II=, 222.--S. AUGUSTIN, _de Ord._, II, 16.
  +Meminerint Deum.+--=II=, 448.--CICÉRON, _de Off._, III, 10.
  +Memineris maximos.+--=I=, 454.--CICÉRON, _de Fin._, I. 15.
  +Memini etiam.+--=II=, 216.--CICÉRON, _de Fin._, II, 32.
  +Memoria certe.+--=II=, 500.--CICÉRON, _Acad._, II, 7.
  +Mene huic.+--=III=, 524.--VIRGILE, _Enéid._, V, 849.
  +Mens immota.+--=I=, 82.--VIRGILE, _En._, IV, 449.
  +Mens intenta*.+--=III=, 180.--OVIDE, _Trist._, IV, 1, 4.
  +Mensque pati.+--=III=, 184.--OVIDE, _de Ponto_, I, 5, 18.
  +Mentem sanari.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 509.
  +Mihi nempe.+--=II=, 510.--LUCRÈCE, V, 959.
  +Mihi quidem.+--=III=, 524.--CICÉRON, _Tusc._, II, 26.
  +Mihi sic.+--=I=, 314.--TÉRENCE, _Heaut._, I, 1, 28.
  +Mille animas*.+--=III=, 582.--OVIDE, _Fastes_, I, 380.
  +Minister veteris.+--=II=, 538.--CATULLE, XXVII, 1.
  +Minus afficit.+--=III=, 574.--QUINTILIEN, _Inst. Orat._, I, 12.
  +Minus illi.+--=II=, 68.--MARTIAL, _Préf. du liv._ VIII.
  +Minutatim.+--=II=, 482.--LUCRÈCE, II, 1131.
  +Miramur.+--=III=, 532.--SÉNÈQUE, _Epist._ 118.
  +Mirum quo.+--=II=, 278.--PLINE, _Nat. Hist._, II, 23.
  +Misce stultitiam.+--=III=, 182.--HORACE, _Od._, IV, 12, 27.
  +Miser! ô miser.+--=I=, 120.--LUCRÈCE, III, 911.
  +Misero quod*.+--=I=, 26.--CATULLE, _Carm._, LI, 5.
  +Μισω σοφιστην.+--=I=, 71.--EURIPIDE, _ap._ CICÉRON, _ap. fam._,
    XIII, 15.
  +Mista senum.+--=III=, 566.--HORACE, _Od._, I, 28, 19.
  +Modus quo.+--=II=, 298.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XXI, 10.
  +Mœchus ex.+--=II=, 382.--MARTIAL, III, 70.
  +Molliter.+--=II=, 484.--HORACE, _Sat._, II, 2, 12.
  +Morbis in.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 464.
  +More ferrarum.+--=II=, 172.--LUCRÈCE, IV, 1261.
  +Mores cuique.+--=I=, 496.--CORNELIUS NEPOS, _Att._, 11.
  +Mors utinam.+--=I=, 442.--LUCAIN, IV, 580.
  +Morte carent.+--=II=, 106.--OVIDE, _Métam._, XV, 158.
  +Morte obita.+--=III=, 696.--VIRGILE, _Enéide_, X, 641.
  +Motus doceri.+--=III=, 208.--HORACE, _Od._, III, 6, 21.
  +Mugitus veluti.+--=II=, 616.--VIRGILE, _Enéid._, XII, 103.
  +Mulciber in.+--=II=, 338.--OVIDE, _Trist._, I, 2, 5.
  +Mulier tum*.+--=I=, 574.--PLAUTE, _Mostell._, I, 3, 116.
  +Multa cernunt.+--=I=, 72.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, II. 65.
  +Multa dies.+--=I=, 638.--VIRGILE, _En._, XI, 425.
  +Multi fallere.+--=III=, 390.--SÉNÈQUE, _Epist._ 3.
  +Multimodis.+--=II=, 404.--LUCRÈCE, IV, 1152.
  +Multo... mortem.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 939.
  +Multos in.+--=I=, 634.--LUCAIN, VII, 104.
  +Multum interest.+--=I=, 270.--SÉNÈQUE, _Epist._ 90.
  +Multum sibi.+--=II=, 86.--SÉNÈQUE, _Epist._ 13.
  +Mundus domus*.+--=II=, 292.--VARRON.
  +Mundus universus*.+--=III=, 500.--PÉTRONE.
  +Muris nulla.+--=III=, 560.--CLAUDIEN, _in Eutrop._, I, 244.
  +Mus in pisce.+--=III=, 606.--Proverbe latin.
  +Muta ferrarum.+--=II=, 106.--CLAUDIEN, _in Ruf._, II, 482-491.
  +Mutat enim.+--=II=, 416.--LUCRÈCE, V, 826.


N

  +Næ iste.+--=III=, 78.--TÉRENCE, _Heaut._, III, 5, 8.
  +Nam cupide.+--=II=, 112.--LUCRÈCE, V, 1139.
  +Nam istis.+--=I=, 74.--PACUVIUS, _ap._ CIC., _de Divin._, I, 57.
  +Nam mulier.+--=II=, 272.--LUCRÈCE, IV, 1266.
  +Nam nos quoque.+--=III=, 148.--CICÉRON, _Parad._, V, 2.
  +Nam nox nulla.+--=I=, 130.--LUCRÈCE, V, 579.
  +Nam Pater.+--=III=, 44.--VIRGILE, _Enéid._, VII, 770.
  +Nam qui putat.+--=III=, 368.--SÉNÈQUE, _Epist._ 81.
  +Nam quod adest.+--=II=, 360.--LUCRÈCE, V, 1411.
  +Nam quum vidit.+--=I=, 566.--LUCRÈCE, IV, 9.
  +Nam si quando.+--=III=, 286.--VIRGILE, _Georg._, III, 98.
  +Nam si quod.+--=III=, 496.--LUCILIUS, _lib._ 5, _ap._ NONIUS,
    V, 98.
  +Nam si tantopere.+--=II=, 316.--LUCRÈCE, III, 674.
  +Nam tibi.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 957.
  +Nam veræ.+--=I=, 104.--LUCRÈCE, III, 57.
  +Namque sagacius.+--=I=, 574.--HORACE, _Epod._, XII, 14.
  +Namque unam.+--=III=, 286.--LUCRÈCE, VI, 704.
  +Namquodcumque.+--=I=, 154.--LUCRÈCE, II, 752.
  +Narras et.+--=III=, 142.--HORACE, _Odes_, III, 19, 3.
  +Narratur et.+--=I=, 616.--HORACE, _Od._, III, 51, 11.
  +Nascentes morimur.+--=I=, 126.--MANILIUS, _Astron._, IV, 16.
  +Nasutus sis.+--=II=, 504.--MARTIAL, II, 13.
  +Natura homo.+--=III=, 640.--SÉNÈQUE, _Epist._ 92.
  +Ne amores.+--=II=, 380.--CICÉRON, _de Fin._, III, 20.
  +Ne nos inducas.+--=III=, 508.--S. MATTHIEU, VI, 13.
  +Ne si, ne no.+--=II=, 504.--PÉTRARQUE.
  +Ne toga.+--=II=, 522.--MARTIAL, XIII, I, 1.
  +Ne utile.+--=I=, 74.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, III, 6.
  +Ne veraque.+--=I=, 484.--LUCRÈCE, II, 47.
  +Nec ad melius*.+--=III=, 342.--CICÉRON, _de Fin._, I, 19.
  +Nec calidæ.+--=I=, 486.--LUCRÈCE, II, 34.
  +Nec divis.+--=III=, 224.--CATULLE, _Carm._, LXVIII, 141.
  +Nec facilis.+--=I=, 614.--JUVÉNAL, XV, 47.
  +Nec fas*.+--=I=, 316.--TÉRENCE, _Heaut._, I, 1, 97.
  +Nec gentibus.+--=III=, 404.--LUCAIN, I, 82.
  +Nec habetur.+--=II=, 176.--OVIDE, _Métam._, X, 325.
  +Nec id.+--=II=, 466.--TACITE, _Agric._, 1.
  +Nec in regnis.+--=II=, 280.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, III, 35.
  +Nec jam*.+--=III=, 404.--LUCAIN, I, 138.
  +Nec me.+--=III=, 540.--CICÉRON, _Tusc._, I, 25.
  +Nec mihi.+--=III=, 194.--Auteur inconnu.
  +Nec minimo.+--=I=, 562.--JUVÉNAL, _Sat._, V, 123.
  +Nec nisi.+--=II=, 570.--CLAUDIEN, _Ep. ad. Had._, 30.
  +Nec, si.+--=II=, 268.--LUCRÈCE, III, 859.
  +Nec sibi.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 932, 935.
  +Nec sunt.+--=III=, 420.--VIRGILE, _Enéid._, XII, 519.
  +Nec tam.+--=III=, 130.--QUINTILIEN, _Inst. orat._, V, 12.
  +Nec tamen.+--=II=, 396.--LUCRÈCE, IV, 380, 396.
  +Nec tantum.+--=III=, 210.--CATULLE, _Carm._, LXVI, 125.
  +Nec ultra.+--=II=, 98.--JUVÉNAL, _Sat._, VIII, 164.
  +Nec Veneres.+--=II=, 196.--LUCRÈCE, IX, 1182.
  +Nec vincet.+--=I=, 612.--HORACE, _Sat._, I, 3, 115.
  +Nec vitiant.+--=III=, 666.--OVIDE, _Trist._, III, 8, 25.
  +Necnon libelli.+--=III=, 210.--HORACE, _Epod._, VIII, 15.
  +Neminem.+--=I=, 52.--CICÉRON, _de Off._, III, 17.
  +Nemo altero.+--=I=, 118.--SÉNÈQUE, _Epist._ 91.
  +Nemo enim.+--=III=, 386.--SÉNÈQUE, _Epist._ 13.
  +Nemo expergitus.+--=I=, 664.--LUCRÈCE, III, 942.
  +Neque in.+--=II=, 512.--PERSE, IV, 23.
  +Nemo satis.+--=III=, 462.--JUVÉNAL, XIV, 233.
  +Nempe et.+--=I=, 116.--HORACE, _Od._, III, 2, 14.
  +Neptunus*.+--=II=, 288.--VIRGILE, _En._, II, 610.
  +Neque affectui.+--=III=, 150.--TACITE, _Annal._, XII, 45.
  +Neque enim disputari.+--=III=, 336.--CICÉRON, _de Fin. bon. et
    mal._, I, 8.
  +Neque enim eædem.+--=II=, 14.--TITE-LIVE, XXV, 19.
  +Neque enim est.+--=I=, 300.--CATULLE, LXVIII. 17.
  +Neque extra.+--=II=, 502.--Source inconnue.
  +Neque gratia.+--=II=, 224.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 17.
  +Neque illa.+--=II=, 174.--HORACE, _Sat._, I, 2, 69.
  +Neque sepulcrum.+--=I=, 40.--ENNIUS, _ap._ CIC., _Tusc._, I, 44.
  +Neque submissam.+--=III=, 520.--CICÉRON, _de Off._, I, 34.
  +Neque ut.+--=I=, 244.--CICÉRON, _Acad._, II, 3.
  +Nequidquam.+--=I=, 212.--ENNIUS, _ap._ CICÉRON, _de Off._, III,
    15.
  +Nescio quis.+--=I=, 148.--VIRGILE, _Egl._, III, 103.
  +Nihil actum.+--=III=, 696.--ARRIEN, _de Exp. Alex._, V, 26.
  +Nihil enim.+--=I=, 608.--CICÉRON, _Tusc._, II, 27.
  +Nihil est his.+--=III=, 410.--CICÉRON, _Acad._, II, 4.
  +Nihil est tam populare.+--=II=, 492.--CICÉRON, _pro Lig._, XII.
  +Nihil est tam utile.+--=III=, 472.--SÉNÈQUE, _Epist._ 2.
  +Nihil est turpius.+--=III=, 620.--CICÉRON, _Acad._, I, 13.
  +Nihil in.+--=III=, 558.--TITE-LIVE, XXXIX, 16.
  +Nihil itaque.+--=II=, 376.--Source inconnue.
  +Nihil sanantibus.+--=III=, 342.--SÉNÈQUE, _Epist._ 59.
  +Nihil supræ.+--=III=, 478.--HORACE, _Od._, II, 18 et 11.
  +Nihil tam absurde.+--=II=, 312.--CICÉRON, _de Divin._, II, 58.
  +Nil adeo fieri*.+--=I=, 408.--LUCRÈCE, III, 183.
  +Nil adeo magnum.+--=I=, 172.--LUCRÈCE, II, 1027.
  +Nihil admirari.+--=II=, 372.--HORACE, _Epist._, I, 6, 1.
  +Nil ego.+--=I=, 316.-HORACE, _Sat._, I, 5, 44.
  +Nihil mihi*.+--=II=, 556.--CATULLE, LXVIII, 77.
  +Nil sciri.+--=II=, 230.--LUCRÈCE, IV, 470.
  +Nil tam inæstimabile.+--=II=, 452.--TITE-LIVE, XXXI, 34.
  +Nimirum hac.+--=I=, 104.--MACROBE, _Sat._, II, 7.
  +Nimirum propter.+--=III=, 212.--Auteur inconnu.
  +Nimirum, quia.+--=I=, 496.--LUCRÈCE, V, 1431.
  +Nimirum sapiunt.+--=III=, 268.--VETERUM POETARUM CATALECTA,
    _ad Matronas_.
  +Nimium boni.+--=II=, 212.--ENNIUS, _ap._ CIC., _de Fin._, II, 13.
  +Nisi purgatum.+--=I=, 414.--LUCRÈCE, V, 44.
  +Nisi tu servare.+--=II=, 434.--OVIDE, _Amor._, II, 19, 47.
  +Nollo barbam.+--=III=, 282.--MARTIAL, X, 90, 9.
  +Nomen habent.+--=II=, 166.--MARTIAL, IV, 29, 6.
  +Νόμοις επεσθαι.+--=I=, 176.--_Ex traged. græcis_ HUG. GROTII.
  +Non æstimatione.+--=III=, 382.--CICÉRON, _Parad._, VI, 3.
  +Non agimur.+--=II=, 484.--HORACE, _Epist._, II, 201.
  +Non alia longe.+--=II=, 140.--LUCRÈCE, V, 1029.
  +Non alio pacto.+--=II=, 320.--LUCRÈCE, III, 111.
  +Non alium videre.+--=I=, 128.--MANILIUS, I, 529.
  +Non ampliter.+--=III=, 452.--Poète cité par NONIUS, XI, 19.
  +Non armis.+--=III=, 554.--Source inconnue.
  +Non emolumento.+--=II=, 452.--CICÉRON, _de Fin._, I, 10.
  +Non domus.+--=I=, 486.--HORACE, _Epist._, I, 2, 47.
  +Non enim gazæ.+--=I=, 484.--HORACE, _Od._, II, 16, 9.
  +Non enim hilaritate.+--=I=, 454.--CICÉRON, _de Fin._, II, 10.
  +Non enim nos.+--=II=, 236.--CICÉRON, _de Divin._, I, 18.
  +Non enim parenda.+--=I=, 212.--CICÉRON, _de Finibus_, I, 1.
  +Non enim patria*.+--=III=, 104.--CICÉRON, _de Off._, III, 23.
  +Non equidem*.+--=II=, 522.--PERSE, V, 19.
  +Non esse.+--=I=, 472.--CICÉRON, _Parad._, VI, 3.
  +Non est loquendum.+--=I=, 210.--SÉNÈQUE, _Epist._ 108.
  +Non est ornamentum.+--=I=, 434.--SÉNÈQUE, _Ep._ 115.
  +Non est ut.+--=I=, 634.--SÉNÈQUE, _Théb._, I, 190.
  +Non hoc amplius.+--=III=, 664.--HORACE, _Od._, III, 10, 19.
  +Non ipse pro.+--=III=, 492.--HORACE, _Od._, IV, 9, 51.
  +Non jam.+--=II=, 122.--LUCRÈCE, III, 612.
  +Non levia.+--=I=, 514.--VIRGILE, _En._, XII, 764.
  +Non nobis.+--=III=, 522.--_Psaume_ CXIII, 1.
  +Non ponebat.+--=III=, 182.--ENNIUS, _ap._ CICÉRON, _de Off._,
    I, 24.
  +Non potest.+--=II=, 338.--CICÉRON, _Acad._, II, 41.
  +Non pudeat.+--=III=, 186.--Auteur inconnu.
  +Non pudet.+--=I=, 160.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 30.
  +Non quidquid.+--=II=, 456.--PERSE, _Sat._, I, 5.
  +Non recito*.+--=II=, 522.--HORACE, _Sat._, I, 4, 73.
  +Non schivar.+--=II=, 578.--TASSO, _Ger. lib._, XII, 55.
  +Non secus.+--=III=, 648.--PSEUDO-GALLUS, I, 171.
  +Non si te.+--=II=, 284.--HORACE, _Sat._, II, 3, 19.
  +Non siculæ.+--=I=, 110.--HORACE, _Od._, III, 1, 18.
  +Non sumus.+--=I=, 238.--SÉNÈQUE, _Epist._ 33.
  +Non tam commutandarum.+--=III=, 400.--CICÉRON, _de Off._, II, 1.
  +Non tam id sensisse.+--=II=, 250.--Source inconnue.
  +Non tam omnia.+--=III=, 502.--TITE-LIVE, XXXIV, 21.
  +Non tam patientibus.+--=I=, 536.--TITE-LIVE, XXXVIII, 36.
  +Non tanta cœlo.+--=II=, 422.--PLINE, _Hist. nat._, II, 8.
  +Non viriliter*.+--=II=, 592.--TIBULLE, _Priap._, 84.
  +Non vitæ.+--=I=, 216.--SÉNÈQUE, _Ep._ 106.
  +Non vultus.+--=I=, 124.--HORACE, _Od._, III, 3, 3.
  +Nonne videmus, nil.+--=I=, 482.--LUCRÈCE, II, 16.
  +Nonne videmus, quid.+--=I=, 602.--LUCRÈCE, III, 1070.
  +Nonne vides.+--=III=, 330.--HORACE, _Sat._, I, 4, 409.
  +Nosse cui.+--=II=, 282.--LUCAIN, I, 452.
  +Nostre mal.+--=III=, 554.--Source inconnue.
  +Nostri nosmet.+--=III=, 252.--TÉRENCE, _Phor._, I, 3, 20.
  +Notumque.+--=III=, 224.--VIRGILE, _En._, V, 21.
  +Nudaque.+--=I=, 396.--OVIDE, _Trist._, III, 10, 23.
  +Nul avant*.+--=I=, 32.--HÉRODOTE, I, 32.
  +Nulla ars.+--=III=, 296.--CICÉRON, _de Fin. bon. et mal._, V, 6.
  +Nulla placida.+--=III=, 458.--SÉNÈQUE, _Epist._ 26.
  +Nullæ sunt.+--=III=, 224.--PROPERCE, II, 8, 3.
  +Nullum intra.+--=III=, 276.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Nullum scelus.+--=II=, 26.--TITE-LIVE, XXVII, 28.
  +Nullum sine.+--=II=, 538.--SÉNÈQUE, _Epist._ 69.
  +Nullus in urbe.+--=II=, 384.--MARTIAL, I, 74.
  +Num tu quæ.+--=III=, 218.--HORACE, _Od._, II, 12, 21.
  +Nunc caput.+--=II=, 558.--MANILIUS, _Astron._, IV, 225.
  +Nunc levior*.+--=II=, 458.--PERSE, _Sat._, I, 37.
  +Nunc, si.+--=II=, 490.--JUVÉNAL, XIII, 60.
  +Nunquam ad liquidum.+--=III=, 532.--QUINTE-CURCE, IX, 2.
  +Nunquam adeo.+--=II=, 508.--JUVÉNAL, VIII, 183.
  +Nunquam naturam.+--=I=, 458.--CICÉRON, _Tusc._, V, 27.
  +Nunquam simpliciter.+--=III=, 458.--QUINTE-CURCE, IV, 14.
  +Nunquam tutelæ.+--=I=, 238.--SÉNÈQUE, _Epist._, 33.


O

  +O ego, di*.+--=III=, 282.--OVIDE, _ex Ponto_, I, 4, 49.
  +O fortes.+--=III=, 688.--HORACE, _Od._, I, 7, 30.
  +O Iane!+--=I=, 550.--PERSE, _Sat._, I, 58.
  +O Iupiter.+--=I=, 588.--PLUTARQUE, _Traité de l’amour_, 12.
  +O pater.+--=II=, 326.--VIRGILE, _Enéid._, VI, 719.
  +O misero frater.+--=I=, 316.--CATULLE, LXVIII, 20.
  +O miseri! quorum.+--=III=, 254.--PSEUDO-GALLUS, I, 180.
  +O prima.+--=III=, 178.--PROPERCE, III, 5, 7.
  +O sancte.+--=II=, 288.--CICÉRON, _de Divin._, II, 56.
  +O seclum.+--=II=, 66.--CATULLE, XLIII, 8.
  +Obest plerùmque.+--=I=, 236.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 5.
  +Obstetrix.+--=III=, 230.--S. AUGUSTIN, _De Civ. Dei_, I, 18.
  +Obstupui, steteruntque.+--=I=, 98.--VIRGILE, _En._, II, 774.
  +Obstupuit virgo.+--=III=, 162.--OVIDE, _Métam._, X, 666.
  +Obuersentur.+--=I=, 428.--CICÉRON, _Tusc._, II, 22.
  +Occultum quatiens.+--=I=, 658.--JUVÉNAL, XIII, 195.
  +Occupavi te.+--=I=, 626.--CICÉRON, _Tusc._, V, 9.
  +Ocyor.+--=II=, 652.--LUCAIN, V, 405.
  +Odi homines.+--=I=, 206.--PACUVIUS, _ap._ GALLIUM, XIII, 8.
  +Offendor.+--=III=, 230.--MARTIAL, 7, 6.
  +Officii.+--=II=, 460.--Source inconnue.
  +Ogni medaglia.+--=III=, 544.--Proverbe italien.
  +Ole quid.+--=III=, 462.--MARTIAL, VII, 9, 1.
  +Olim jam.+--=II=, 588.--SÉNÈQUE, _Epist._ 77.
  +Omne adeo.+--=III=, 214.--VIRGILE, _Georg._, III, 244.
  +Omne magnum.+--=II=, 540.--TACITE, _Ann._, XIV, 44.
  +Omnem credo.+--=I=, 116.--HORACE, _Epist._, I, 4, 13.
  +Omnes clari.+--=III=, 168.--CICÉRON, _Tusc._, II, 24.
  +Omnes eodem.+--=I=, 110.--HORACE, _Od._, II, 3, 25.
  +Omnes pene.+--=II=, 226.--CICÉRON, _Acad._, I, 12.
  +Omnia cum.+--=II=, 270.--LUCRÈCE, VI, 679.
  +Omnia fanda.+--=III=, 554.--CATULLE, _de Nupt. Pel. et Thet._,
    V, 405.
  +Omnia incerta.+--=II=, 298.--PLINE, _Nat. Hist._, II, 37.
  +Omnia non.+--=III=, 106.--PROPERCE, III, 9, 7.
  +Omnia quæ secundum naturam fiunt.+--=III=, 674.--CICÉRON, _de
    Senect._, c. 19.
  +Omnia quæ secundum naturam sunt*.+--=III=, 698.--CICÉRON, _de
    Fin. bon. et mal._, III, 6.
  +Omnia te.+--=I=, 130.--LUCRÈCE, III, 981.
  +Omnia vitia.+--=II=, 616.--SÉNÈQUE, _Epist._ 56.
  +Omnino amicitiæ.+--=I=, 306.--CICÉRON, _de Amic._, 20.
  +Omnino si.+--=II=, 512.--CICÉRON, _de Off._, I, 31.
  +Omnis Aristippum.+--=I=, 270.--HORACE, _Epist._, I, 17, 23.
  +Omnium rerum.+--=II=, 432.--SÉNÈQUE, _de Benef._, VII, 9.
  +Oncques ne furent.+--=I=, 21.--LA BOÉTIE.
  +Opinio est.+--=I=, 476.--CICÉRON, _Tusc._, II, 22.
  +Optat ephippia.+--=I=, 92.--HORACE, _Epist._, I, 14, 43.
  +Optato quam.+--=III=, 198.--CATULLE, _de Coma Beren._, LXIV, 79.
  +Ora tument.+--=II=, 608.--OVIDE, _de Arte amandi_, III, 503.
  +Orabunt causas*.+--=I=, 432.--VIRGILE, _En._, VI, 51.
  +Ὡς οὐδὲν ἡ.+--=I=, 216.--_Ap._ STOBÉE, III, 37.
  +Oscula dat*.+--=II=, 400.--OVIDE, _Métam._, X, 256.
  +Οὐ γὰρ ἐᾷ.+--=II=, 130.--HÉRODOTE, VII, 10.


P

  +Pacisque bonus.+--(=III=, 448).--VIRGILE, _En._, XI, 658.--(Cette
    citation ne figure que dans l’éd. de 88, pag. 444, au lieu et place
    de celle «+Uterque bonus+», dont elle n’est qu’une inversion).
  +Pallada*.+--=II=, 288.--OVIDE, _Fast._, III, 81.
  +Pannonis haud.+--=I=, 42.--LUCAIN, VI, 220.
  +Paridis propter.+--=II=, 178.--HORACE, _Epist._, I, 2, 6.
  +Parem passis.+--=III=, 572.--SÉNÈQUE, _Epist._ 74.
  +Parum mihi*.+--=II=, 242.--SALLUSTE, _Bell. Jug._, 85.
  +Paterna vestis.+--=II=, 522.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, I, 13.
  +Pati natæ.+--=III=, 264.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Paucis opus.+--=III=, 550.--SÉNÈQUE, _Epist._ 106.
  +Paucos servitus.+--=I=, 492.--SÉNÈQUE, _Epist._ 22.
  +Paulum sepultæ.+--=II=, 446.--HORACE, _Od._, IV, 9, 29.
  +Pectus est.+--=III=, 240.--QUINTILIEN, X, 7.
  +Pecuniarum.+--=III=, 300.--CICÉRON, _de Off._, I, 14.
  +Pejoraque.+--=III=, 396.--JUVÉNAL, _Sat._, XIII, 28.
  +Pejus vexabar.+--=III=, 288.--SÉNÈQUE, _Epist._ 53.
  +Per dispositos.+--=II=, 532.--TITE-LIVE, XXXVII, 7.
  +Per quæ luxuria.+--=III=, 668.--SÉNÈQUE, _Epist._ 18.
  +Per varios.+--=III=, 598.--MANILIUS, I, 59.
  +Perché, dubbiosa.+--=I=, 670.--LE TASSE, _Ger. lib._, XII, 74.
  +Perdam sapientiam.+--=II=, 324.--S. PAUL, _Corinth._, I, 1, 19.
  +Permitte divis.+--=III=, 356.--HORACE, _Od._, I, 9, 9.
  +Perspicuitas.+--=III=, 560.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, III, 4.
  +Petite hinc.+--=I=, 262.--PERSE, V, 64.
  +Pinguis amor.+--=I=, 488.--OVIDE, _Amor._, II, 19, 25.
  +Placet! pare*.+--=II=, 218.--SÉNÈQUE, _Epist._ 70.
  +Plenus rimarum*.+--=II=, 500.--TÉRENCE, _Eunuch._, I, 2, 25.
  +Plerumque gratæ.+--=I=, 490.--HORACE, _Od._, III, 29, 13.
  +Plus dolet.+--=III=, 576.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Plus salis*.+--=III=, 452.--CORNÉLIUS NEPOS, _Atticus_, 13.
  +Plus sapit.+--=II=, 518.--LACTANCE, _Div. Instit._, III, 5.
  +Plus sonat.+--=I=, 276.--SÉNÈQUE, _Epist._ 40.
  +Pocula Lethæos.+--=III=, 408.--HORACE, _Epod._, XIV, 3.
  +Pœna minor.+--=III=, 574.--Source inconnue.
  +Pœte, non dolet.+--=II=, 668.--PLINE LE JEUNE, III, 16.
  +Point ne se fault.+--=I=, 44.--PLUTARQUE, trad. d’Amyot.
  +Pol! me occidistis.+--=II=, 216.--HORACE, _Epist._, II, 2, 138.
  +Pone seram.+--=III=, 232.--JUVÉNAL, _Sat._, VI, 346.
  +Possint ut.+--=III=, 280.--HORACE, _Od._, IV, 13, 26.
  +Post, bellator.+--=II=, 184.--VIRGILE, _En._, XI, 89.
  +Posterior... res.+--=II=, 344.--LUCRÈCE, V, 1413.
  +Posthume non.+--=I=, 574.--MARTIAL, II, 12, 14.
  +Postquam cupidæ.+--=III=, 256.--CATULLE, _Carm._, LXIV, 147.
  +Postquam docti.+--=I=, 218.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Potare et.+--=II=, 216.--HORACE, _Epist._, I, 5, 14.
  +Potentissimus.+--=III=, 564.--SÉNÈQUE, _Epist._ 90.
  +Prætulerim...+--=I=, 114.--HORACE, _Epist._, II, 2, 126.
  +Prima est.+--=I=, 660.--JUVÉNAL, _Sat._, XIII, 2.
  +Prima quæ.+--=I=, 126.--SÉNÈQUE, _Herc. fur._, III, 874.
  +Primitiæ.+--=II=, 576.--VIRGILE, _Enéide_, XI, 156.
  +Primoque.+--=II=, 104.--OVIDE, _Métam._, XV, 106.
  +Primus clamor.+--=I=, 534.--TITE-LIVE, XXV, 41.
  +Principis est.+--=III=, 354.--MARTIAL, VIII, 15.
  +Profecto fortuna.+--=II=, 448.--SALLUSTE, _Bell. Catil._, 8.
  +Profecto non.+--=II=, 284.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XII, 15.
  +Proinde quod.+--=II=, 396.--LUCRÈCE, IV, 500.
  +Pronaque.+--=II=, 194.--OVIDE, _Métam._, I, 84.
  +Proptereaque.+--=I=, 392.--LUCRÈCE, IV, 936.
  +Provehimur.+--=II=, 420.--VIRGILE, _En._, III, 72.
  +Proxima deinde.+--=II=, 632.--VIRGILE, _En._, VI, 434.
  +Prudens futuri.+--=I=, 74.--HORACE, _Odes_, III, 29 et suivants.
  +Psilothro nitet.+--=I=, 546.--MARTIAL, _Epigr._, VI, 93, 9.
  +Puellæ hunc.+--=I=, 486.--PERSE, _Sat._, II, 38.
  +Pugiles etiam.+--=III=, 28.--CICÉRON, _Tusc._, II, 23.
  +Pulchrumque.+--=III=, 664.--VIRGILE, _Enéid._, II, 317.
  +Pungit dolor.+--=II=, 218.--CICÉRON, _Tusc._, II, 14.
  +Pungit in.+--=II=, 312.--LA BOÉTIE.
  +Pusi sæpe.+--=I=, 548.--LUCRÈCE, IV, 1024.


Q

_Chercher par =C= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Qua Deus.+--=III=, 616.--PROPERCE, III, 5, 26.
  +Qua facie.+--=II=, 306.--CICÉRON, _Tusc._, I, 28.
  +Quæ fuerant.+--=III=, 114.--SÉNÈQUE, _Epist._ 39.
  +Quæ fuit.+--=II=, 266.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, III, 6.
  +Quæ ista.+--=III=, 522.--CICÉRON, _de Fin. bon. et mal._, II, 15.
  +Quæ magis.+--=III=, 552.--CICÉRON, _Tusc._, V, 5.
  +Quæ mare.+--=II=, 296.--HORACE, _Epist._, I, 12, 16.
  +Quæ mens*.+--=III=, 114.--HORACE, _Odes_, IV, 10, 7.
  +Quæ molitio.+--=II=, 134.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, I, 8.
  +Quæ nequeunt.+--=III=, 560.--OVIDE, _Trist._, III, 10, 65.
  +Quæ nisi.+--=I=, 590.--PERSE, II, 4.
  +Quæ procul.+--=II=, 258.--LUCRÈCE, V, 123.
  +Quæ quasi.+--=I=, 110.--CICÉRON, _de Fin._, I, 18.
  +Quæ quia.+--=II=, 464.--OVIDE, _Amor._, III, 4, 4.
  +Quæ sunt.+--=II=, 136.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, I, 31.
  +Quæ te nunc.+--=III=, 458.--ENNIUS, _ap._ CIC., _de Senect._, I.
  +Quæ tellus.+--=I=, 248.--PROPERCE, IV, 3, 39.
  +Quæ venit.+--=III=, 650.--OVIDE, _Heroid._, V, 8.
  +Quæ veritati.+--=I=, 278.--SÉNÈQUE, _Epist._ 40.
  +Quænam ista.+--=III=, 250.--CLAUDIEN, _in Eutrop._, I, 26.
  +Quæramus ad.+--=II=, 380.--SÉNÈQUE, _Epist._ 123.
  +Quæris quo*.+--=I=, 40.--SÉNÈQUE, _Troad._, II, 30.
  +Quærite quos.+--=III=, 616.--LUCAIN, I, 417.
  +Quæstuque.+--=II=, 104.--VIRGILE, _Enéide_, VII, 501.
  +Qual l’alto.+--=III=, 194.--LE TASSE, _Gerus. liber._, XII, 63.
  +Qualis gemma.+--=II=, 644.--VIRGILE, _Enéid._, X, 134.
  +Qualis ubi alterno.+--=II=, 354.--VIRGILE, _Enéide_, XI, 624.
  +Qualis ubi Oceani.+--=III=, 16.--VIRGILE, _Enéid._, VIII, 589.
  +Quam docti.+--=II=, 238.--Source inconnue.
  +Quam miserum.+--=III=, 424.--OVIDE, _Trist._, IV, 1, 9.
  +Quam multi.+--=II=, 180.--VIRGILE, _Enéid._, VII, 718.
  +Quam vereri*.+--=I=, 398.--CICÉRON, _Tusc._, V, 2.
  +Quamcumque Deus.+--(=I=, 426).--Source inconnue.--(Ne se trouve
    que dans les édit. ant. à 88).
  +Quamvis non*.+--=III=, 304.--MARTIAL, XII, 29, 15.
  +Quando leoni.+--=II=, 178.--JUVÉNAL, XV, 100.
  +Quantaque.+--=II=, 134.--MANILIUS, I, 55; IV, 93.
  +Quanto quisque.+--=III=, 478.--HORACE, _Od._, III, 16, 21 et 42.
  +Quantum vis.+--=I=, 606.--HORACE, _Epist._, II, 2, 39.
  +Quare etiam.+--=II=, 272.--LUCRÈCE, II, 1072.
  +Quare vitia.+--=III=, 186.--SÉNÈQUE, _Epist._ 53.
  +Quasi non sit.+--=II=, 448.--CICÉRON, _de Off._, I, 4.
  +Quasi quidquam.+--=I=, 280.--PLINE, _Hist. nat._
  +Quasi vero forti*.+--=III=, 102.--CICÉRON, _de Off._, III, 30.
  +Quasi vero mensuram.+--=II=, 330.--PLINE, _Hist. nat._, II, 1.
  +Quasi vero quidquam.+--=III=, 530.--CICÉRON, _de Divinat._, II,
    39.
  +Que sçay-je.+--=II=, 276.--Devise de MONTAIGNE.
  +Quem circumcursans.+--=III=, 642.--CATULLE, _Carm._, LXVI, 133.
  +Quem duplici*.+--=I=, 270.--HORACE, _Epist._, I, 17, 25.
  +Quem semper.+--=I=, 316.--VIRGILE, _En._, 49.
  +Quem si puellarum.+--=I=, 282.--HORACE, _Od._, II, 5, 21.
  +Queis arte.+--=I=, 216.--JUVÉNAL, XIV, 34.
  +Qui alicujus.+--=I=, 276.--SÉNÈQUE, _Epist._ 59.
  +Qui autem*.+--=I=, 370.--CICÉRON, _de Fin._, V, 5.
  +Qui capite.+--=I=, 112.--LUCRÈCE, IV, 474.
  +Qui certis.+--=II=, 236.--CICÉRON, _Tusc._, II, 2.
  +Qui corpus.+--=II=, 102.--S. LUC, XII, 4.
  +Qui disciplinam.+--=I=, 270.--CICÉRON, _Tusc._, II, 4.
  +Qui genus.+--=II=, 216.--LUCRÈCE, III, 1056.
  +Qui nisi sunt.+--=I=, 452.--LUCRÈCE, IV, 486.
  +Qui quid sit.+--=III=, 12.--HORACE, _Epist._, I, 2, 3.
  +Qui requirunt.+--=II=, 240.--CICÉRON, _de Nat. Deor._, I, 5.
  +Qui se unus.+--=II=, 216.--ÉPICURE, _ap._ CIC., _de Fin._, II, 3.
  +Qui se non.+--=III=, 368.--Q. CICÉRON, _de Pet. cons._, 9.
  +Qui sibi amicus.+--=I=, 490.--SÉNÈQUE, _Epist._ 6.
  +Qui ut rationem.+--=I=, 294.--CICÉRON, _Tusc._, I, 21.
  +Qui velut*.+--=III=, 700.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, XIV, 5.
  +Qui vigilans.+--=II=, 228.--LUCRÈCE, III, 1061, 1059.
  +Quia etiam.+--=I=, 476.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, V, 14.
  +Quia quidquid.+--=III=, 418.--VALÈRE MAXIME, II, 2, 6.
  +Quibus desultorum.+--=I=, 530.--TITE-LIVE, XXIII, 29.
  +Quibus vivere.+--=III=, 138.--CICÉRON, _Tusc._, V, 38.
  +Quicumque Argolica.+--=III=, 148.--OVIDE, _Trist._, I, 1, 83.
  +Quid brevi.+--=I=, 118.--HORACE, _Od._, II, 16, 17.
  +Quid causas.+--=III=, 222.--VIRGILE, _En._, VIII, 395.
  +Quid dixi.+--=III=, 592.--TÉRENCE, _Heaut._, I, 1, 42.
  +Quid enim.+--=II=, 368.--JUVÉNAL, _Sat._, X, 4.
  +Quid fas.+--=I=, 252.--PERSE, III, 59.
  +Quid juvat.+--=II=, 258.--PERSE, _Sat._, II, 61 et 62.
  +Quid moveant*.+--=I=, 254.--PROPERCE, IV, 1, 89.
  +Quid quisque.+--=I=, 114.--HORACE, _Od._, II, 13, 13.
  +Quid terras.+--=I=, 414.--HORACE, _Od._, II, 16, 18.
  +Quid vesani.+--=II=, 556.--PRUDENCE, _Cont. Symm._, II, 672.
  +Quidquid id est*.+--=II=, 396.--LUCRÈCE, V, 577.
  +Quidquid principes.+--=I=, 498.--QUINTILIEN, _Decl._, 3.
  +Quin etiam.+--=I=, 120.--SILIUS ITALICUS, XI, 51.
  +Quin ut aliquid.+--=III=, 388.--VIRGILE, _Eglog._, II, 71.
  +Quippe etenim.+--=II=, 320.--LUCRÈCE, III, 801.
  +Quippe ubi fas.+--=III=, 396.--VIRGILE, _Georg._, I, 504.
  +Quippe ubi se.+--=I=, 660.--LUCRÈCE, V, 1157.
  +Quippe videbis.+--=II=, 192.--LUCRÈCE, IV, 988.
  +Quis accurate.+--=I=, 278.--SÉNÈQUE, _Epist._ 75.
  +Quis desiderio.+--=I=, 316.--HORACE, _Od._, I, 24, 1.
  +Quis est enim iste.+--=I=, 304.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 34.
  +Quis est enim quem.+--=I=, 180.--CICÉRON, _de Divin._, I, 40.
  +Quis est enim qui.+--=I=, 76.--CICÉRON, _de Divin._, II, 59.
  +Quis hominum.+--=I=, 380.--_Livre de la Sagesse_, IX, 13.
  +Quis mediocris.+--=I=, 458.--CICÉRON, _Tusc._, II, 17.
  +Quis non malarum*.+--=II=, 100.--HORACE, _Epod._, II, 37.
  +Quis puer.+--=I=, 550.--HORACE, _Od._, II, 11, 18.
  +Quis sub Arcto.+--=II=, 348.--HORACE, _Od._, I, 26, 3.
  +Quis tumidum.+--=III=, 666.--JUVÉNAL, XIII, 162.
  +Quis vetat*.+--=III=, 222.--OVIDE, _de Arte amandi_, III, 93.
  +Quisquam vix*.+--=I=, 32.--LUCRÈCE, III, 890 et 895.
  +Quisque suos.+--=III=, 460.--VIRGILE, _En._, IV, 743.
  +Quisquis ubique*.+--=I=, 58.--MARTIAL, VII, 73.
  +Quo diversus.+--=III=, 470.--VIRGILE, _En._, V, 166.
  +Quo, haud.+--=I=, 532.--TITE-LIVE, IX, 22.
  +Quo in plures.+--=III=, 298.--CICÉRON, _de Off._, II, 15.
  +Quo me cumque.+--=III=, 576.--HORACE, _Epist._, I, 1, 15.
  +Quo mihi fortunas.+--=III=, 496.--HORACE, _Epist._, I, 5, 12.
  +Quo quis.+--=II=, 494.--CICÉRON, _de Off._, II, 9.
  +Quo rapiat.+--=III=, 196.--VIRGILE, _Georg._, III, 137.
  +Quo timoris.+--=III=, 290.--TITE-LIVE, XXII, 5.
  +Quod beatum.+--=II=, 280.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 17.
  +Quod crebo.+--=II=, 606.--CICÉRON, _de Divin._, II, 31.
  +Quod est ante*.+--=II=, 296.--CICÉRON, _de Divin._, II, 13.
  +Quod finxere.+--=II=, 280.--LUCAIN, I, 486.
  +Quod futuit*.+--=II=, 198.--MARTIAL, _Epigr._, XI, 21, 3.
  +Quod licet.+--=II=, 436.--OVIDE, _Amor._, II, 19, 3.
  +Quod me jus*.+--=III=, 418.--TÉRENCE, _Adelph._, III, 5, 44.
  +Quod mutatur.+--=II=, 260.--LUCRÈCE, III, 756.
  +Quod pectus.+--=I=, 546.--MARTIAL, _Epigr._, II, 62, 1.
  +Quod petiere.+--=II=, 434.--LUCRÈCE, IV, 1076.
  +Quod petiit.+--=I=, 602.--HORACE, _Epist._, I, 1, 98.
  +Quod sit.+--=III=, 626.--MARTIAL, X, 47, 12.
  +Quorum igitur.+--=II=, 134.--CICÉRON, _de Nat. deor._, II, 54.
  +Quos fama.+--=II=, 460.--VIRGILE, _En._, V, 302.
  +Quos, quoniam.+--=II=, 290.--OVIDE, _Métam._, I, 194.
  +Quos ultra.+--=I=, 612.--HORACE, _Sat._, I, 1, 107.
  +Quoties non modo.+--=I=, 448.--CICÉRON, _Tusc._, I, 37.
  +Quoties nos descendentis.+--=III=, 302.--CALPURNIUS, _Eclog._,
    VII, 64.
  +Quoties pacem.+--=III=, 424.--LUCAIN, I, 255 et 56, 251.
  +Quum de religione.+--=I=, 182.--CICÉRON, _de Nat. deor._, III, 2.
  +Quum in se.+--=II=, 574.--Source inconnue.
  +Quum veritatem.+--=II=, 290.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, IV, 31.


R

  +Rabie jecur.+--=II=, 608.--JUVÉNAL, VI, 647.
  +Rapuitque.+--=II=, 652.--LUCAIN, IV, 151.
  +Rari quippe.+--=I=, 410.--JUVÉNAL, 13, 26.
  +Rarum est enim.+--=I=, 418.--QUINTILIEN, X, 7.
  +Rarus enim.+--=III=, 350.--JUVÉNAL, VIII, 73.
  +Ratio et prudentia.+--=I=, 412.--HORACE, _Ep._, I, 2, 25.
  +Re succumbere.+--=II=, 206.--CICÉRON, _Tusc._, II, 13.
  +Rebus in adversis.+--=I=, 634.--MARTIAL, XI, 56, 15.
  +Recte facti.+--=II=, 460.--SÉNÈQUE, _Epist._ 81.
  +Regibus hic.+--=I=, 482.--HORACE, _Sat._, I, 2, 86.
  +Rem gratissimam.+--=II=, 322.--SÉNÈQUE, _Epist._ 102.
  +Rerum natura.+--=III=, 436.--CICÉRON, _Acad._, II, 29.
  +Res quæ in*.+--=III=, 666.--CICÉRON, _de Divin._, I, 22.
  +Res... quæque.+--=II=, 150.--LUCRÈCE, V, 921.
  +Respice enim.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 985.
  +Rheni mihi.+--=II=, 650.--LUCAIN, V, 289.
  +Rhedarum transitu.+--=III=, 42.--JUVÉNAL, III, 236.
  +Ridentem dicere.+--=III=, 250.--HORACE, _Sat._, I, 1, 24.
  +Rides nos.+--=I=, 574.--MARTIAL, VI, 55, 4.
  +Rimula dispeream.+--=III=, 270.--TH. DE BÈZE, _Juvenilia_.
  +Risi successu*.+--=II=, 454.--OVIDE, _Heroïd._, I, 18.
  +Rupi jam.+--=I=, 414.--PERSE, _Sat._, V, 158.


S

  +Sæpe duobus.+--=II=, 178.--VIRGILE, _Georg._, IV, 67.
  +Sæpe etiam.+--=III=, 224.--CATULLE, _Carm._, LXVIII, 141.
  +Sæpius olim.+--=II=, 268.--LUCRÈCE, I, 83.
  +Sanctius est.+--=II=, 222.--TACITE, _de Mor. Germ._, 34.
  +Sanguineam.+--=II=, 304.--VIRGILE, _En._, IV, 349.
  +Sanitatis.+--=III=, 530.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, VI, 10.
  +Sapere aude.+--=I=, 254.--HORACE, _Epist._, II, 1, 40.
  +Sapiens divitiarum.+--=III=, 698.--SÉNÈQUE, _Epist._ 119.
  +Sapiens, pol!+--=I=, 482.--PLAUTE, _Trin._, II, 2, 84.
  +Sapiens, sibique.+--=I=, 482.--HORACE, _Sat._, II, 7, 83.
  +Satius est.+--=II=, 246.--SÉNÈQUE, _Epist._ 88.
  +Saxis globosis.+--=I=, 536.--TITE-LIVE, XXXVIII, 29.
  +Scilicet, avolsus.+--=II=, 262.--LUCRÈCE, III, 562.
  +Scilicet et fluvius.+--=I=, 290.--LUCRÈCE, VI, 674.
  +Scilicet et grandes.+--=I=, 484.--LUCRÈCE, IV, 1123.
  +Scilicet et morbis.+--=II=, 202.--JUVÉNAL, XIV, 156.
  +Scilicet ultima*.+--=I=, 102.--OVIDE, _Mét._, III, 135.
  +Secreti celant.+--=II=, 258.--VIRGILE, _En._, VI, 443.
  +Sed nec vocibus.+--=II=, 566.--MARTIAL, XII, 98, 8.
  +Sed neque quam*.+--=III=, 622.--VIRGILE, _Georg._, II, 103.
  +Sed videat.+--=III=, 98.--CICÉRON, _de Off._, III, 29.
  +Segnius homines.+--=II=, 212.--TITE-LIVE, XXX, 21.
  +Semianimesque.+--=I=, 674.--VIRGILE, _En._, X, 396.
  +Semper Ajax.+--=II=, 350.--CICÉRON, _Tusc._, IV, 23.
  +Semper enim.+--=I=, 477.--TITE-LIVE, XXVII, 45.
  +Sensus! o superi.+--=III=, 392.--Source inconnue.
  +Sentit enim.+--=II=, 146.--LUCRÈCE, V, 921.
  +Seorsum cuique.+--=II=, 392.--LUCRÈCE, IV, 490.
  +Serpente ciconia.+--=II=, 154.--JUVÉNAL, XIV, 74, 81.
  +Sers ton mary.+--=III=, 202.--Dicton du XVe siècle.
  +Servare modum*.+--=III=, 546.--LUCAIN, II, 381.
  +Servitus obedientia.+--=III=, 392.--CICÉRON, _Parad._, V, 1.
  +Seu Libra.+--=II=, 96.--HORACE, _Od._, II, 17, 17.
  +Seu plures.+--=III=, 544.--VIRGILE, _Georg._, I, 89.
  +Sex me vix.+--=III=, 642.--OVIDE, _Amor._, III, 7, 26.
  +Si blando.+--=III=, 266.--VIRGILE, _Georg._, III, 127.
  +Si consilium.+--=II=, 370.--JUVÉNAL, _Sat._, X, 346.
  +Si contigerit.+--=III=, 456.--CICÉRON, _de Off._, I, 43.
  +Si cum hac.+--=III=, 456.--SÉNÈQUE, _Epist._ 6.
  +Si cupidus.+--=I=, 212.--JUVÉNAL, VIII, 14.
  +Si forte.+--=II=, 238.--CICÉRON, _trad. du Timée_, 3.
  +Si fractus.+--=I=, 634.--HORACE, _Od._, III, 3, 7.
  +Si furtiva.+--=III=, 272.--CATULLE, _Carm._, LXVIII, 145.
  +Si gravis.+--=I=, 454.--CICÉRON, _de Fin._, II, 29.
  +Si in corpus.+--=II=, 314.--LUCRÈCE, III, 671.
  +Si interminatam*.+--=III=, 304.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 20.
  +Si l’espine.+--=I=, 598.--Proverbe du Dauphiné.
  +Si melius.+--=II=, 128.--HORACE, _Epist._, I, 5, 6.
  +Si modica.+--=III=, 668.--HORACE, _Epist._, I, 5, 2.
  +Si munitæ*.+--=I=, 624.--HORACE, _Od._, III, 28.
  +Si nocturnus.+--=I=, 580.--JUVÉNAL, VIII, 144.
  +Si non longa.+--=III=, 268.--VETERUM POETARUM CATALECTA,
    _Priapus_.
  +Si non prima.+--=III=, 170.--LUCRÈCE, IV, 1067.
  +Si nunc primum.+--=I=, 290.--LUCRÈCE, II, 1021.
  +Si nunquam*.+--=II=, 432.--OVIDE, _Amor._, II, 19, 27.
  +Si qua volet.+--=II=, 434.--OVIDE, _Amor._, II, 19, 33.
  +Si quid enim.+--=II=, 474.--Auteur inconnu.
  +Si quid Socrates.+--=I=, 244.--CICÉRON, _de Off._, I, 41.
  +Si succederit*.+--=I=, 370.--SÉNÈQUE, _de Prov._, 2.
  +Si ventri.+--=I=, 488.--HORACE, _Epist._, I, 12, 5.
  +Si vitiis.+--=II=, 96.--HORACE, _Sat._, I, 6, 65.
  +Sibi arma.+--=III=, 182.--CICÉRON, _de Senect._, c. 16.
  +Sic abiit.+--=II=, 90.--CICÉRON, _Tusc. Quæst._, I, 30.
  +Sic est.+--=III=, 460.--CICÉRON, _de Off._, I, 31.
  +Sic fatur.+--=I=, 624.--VIRGILE, _En._, VI, 1.
  +Sic rerum.+--=III=, 582.--LUCRÈCE, II, 74.
  +Sic tauriformis.+--=III=, 654.--HORACE, _Od._, IV, 14, 25.
  +Sic ubi.+--=III=, 120.--LUCAIN, IV, 237.
  +Sic voluenda.+--=II=, 356.--LUCRÈCE, V, 1275.
  +Sicut aquæ.+--=I=, 58.--VIRGILE, _En._, VIII, 22.
  +Sigillatim.+--=II=, 362.--APULÉE, _de Deo Socratis_.
  +Simia quam.+--=II=, 196.--ENNIUS, _ap._ CIC., _de Nat. deor._,
    I, 35.
  +Simplex illa.+--=III=, 554.--SÉNÈQUE, _Epist._ 95.
  +Simpliciora.+--=III=, 410.--QUINTILIEN, _Inst. Orat._, XI, 1.
  +Simul ævo.+--=II=, 320.--LUCRÈCE, III, 459.
  +Sincerum est.+--=III=, 684.--HORACE, _Epist._, I, 2, 54.
  +Singula de.+--=II=, 482.--HORACE, _Epist._, II, 2, 55.
  +Sinistras sagis.+--=I=, 546.--CÉSAR, _de Bello civ._, I, 75.
  +Siquidem Tyrio.+--=II=, 164.--JUVÉNAL, XII, 107.
  +Sit Cato.+--=I=, 404.--MARTIAL, VI, 32.
  +Sit meæ.+--=II=, 388.--HORACE, _Od._, II, 6, 6.
  +Sit mihi.+--=III=, 562.--HORACE, _Epist._, I, 18, 107.
  +Sit tandem.+--=III=, 206.--MARTIAL, XII, 90, 10.
  +Smyrna*.+--=III=, 14.--AULU-GELLE, III, 11.
  +Sola sapientia.+--=III=, 622.--CICÉRON, _de Fin. bon. et mal._,
    III, 7.
  +Solum certum*.+--=II=, 430.--PLINE, _Nat. Hist._, II, 7.
  +Solve senescentem.+--=II=, 30.--HORACE, _Epist._, I, 1, 8.
  +Somnia sunt.+--=II=, 322.--CICÉRON, _Acad._, II, 38.
  +Somnia terrores.+--=I=, 290.--HOR., _Ep._, II, 2, 208.
  +Sors cecidit.+--=II=, 506.--_Act. Apost._, I, 26.
  +Speciosus forma.+--=II=, 482.--_Psaume_ XVL, 3.
  +Speculataque.+--=II=, 134.--MANILIUS, I, 60.
  +Spem pretio.+--=II=, 488.--TÉRENCE, _Adelph._, II, 3, 11.
  +Sperat et.+--=I=, 636.--PENTADIUS, _de Spe._
  +Spero equidem.+--=III=, 168.--VIRGILE, _Enéide_, IV, 382, 387.
  +Spondam regis.+--=I=, 550.--SUÉTONE, _César._, 29.
  +Spumantemque*.+--=I=, 626.--VIRGILE, _En._, IV, 158.
  +Stercus cui que.+--=III=, 346.--Proverbe latin.
  +Sterilisque.+--=I=, 354.--HORACE, _Art poét._, 65.
  +Stetit agere.+--=I=, 198.--LUCAIN, V, 316.
  +Stillicidi casus.+--=III=, 386.--LUCRÈCE, I, 314.
  +Stulte quid.+--=III=, 648.--OVIDE, _Trist._, III, 8, 11.
  +Stulti vita.+--=III=, 694.--SÉNÈQUE, _Epist._ 15.
  +Stultitiæ proprium.+--=III=, 700.--SÉNÈQUE, _Epist._ 74.
  +Suave mari.+--=III=, 80.--LUCRÈCE, II, 1.
  +Suavis laborum.+--=II=, 216.--EURIPIDE, _ap._ CIC., _de Fin._,
    II, 32.
  +Sub aliena*.+--=III=, 342.--SÉNÈQUE, _Epist._ 33.
  +Sudores itaque.+--=I=, 624.--LUCRÈCE, III, 155.
  +Sufficit ad id.+--=III=, 496.--SÉNÈQUE, _Epist._ 90.
  +Suffundere malis*.+--=I=, 90.--TERTULLIEN, _Apologétique_.
  +Sulmone creator.+--=II=, 264.--VIRGILE, _En._, X, 517.
  +Summum nec.+--=III=, 26.--MARTIAL, X, 47.
  +Sunt qui*.+--=I=, 398.--D’après CICÉRON, _Tusc._, II, 1.
  +Sursum corda.+--=II=, 72.--Tiré de l’ordinaire de la messe.


T

  +Tacito mala.+--=I=, 592.--LUCAIN, V, 104.
  +Tacitum sylvas.+--=I=, 426.--HORACE, _Ep._, I, 4, 4.
  +Tala facit.+--=III=, 10.--PROPERCE, II, 34, 79.
  +Tales sunt*.+--=I=, 604; =II=, 346.--Traduits de l’_Odyssée_,
    XVIII, 135.
  +Tam blanda.+--=II=, 286.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 27.
  +Tam multæ.+--=III=, 426.--VIRGILE, _Georg._, I, 506.
  +Tandem efficaci.+--=III=, 628.--HORACE, _Epod._, XVII, 1.
  +Tanquam thura.+--=III=, 260.--MARTIAL, XI, 103, 12, et 59, 8.
  +Tanta vis.+--=III=, 476.--CICÉRON, _de Fin._, V, 1 et 2.
  +Tantaque in.+--=II=, 406.--LUCRÈCE, IV, 638.
  +Tanti mihi.+--=II=, 484.--JUVÉNAL, _Sat._, III, 54.
  +Tantum cura.+--=II=, 562.--MARTIAL, VII, 39, 8.
  +Tantum doluerunt*.+--=I=, 456.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, I, 10.
  +Tantum ex publicis.+--=III=, 564.--TITE-LIVE, XXX, 44.
  +Tantum religio.+--=II=, 266.--LUCRÈCE, I, 102.
  +Tantum se fortunæ.+--=III=, 500.--QUINTE-CURCE, III, 2, 18.
  +Tantus est.+--=II=, 268.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, VI, 10.
  +Ταυτόματον*.+--=I=, 386.--MÉNANDRE.
  +Τῆ χειρὶ δεῖ*.+--=III=, 296.--PLUTARQUE, _Si les Athéniens ont été
    plus excellents en armes qu’en lettres_.
  +Te tenet.+--=III=, 260.--TIBULLE, I, 6, 35.
  +Tegmina.+--=II=, 54.--VIRGILE, _En._, VII, 742.
  +Temo aureus*.+--=I=, 292.--OVIDE, _Métam._, II, 107.
  +Tempora certa.+--=I=, 276.--HOR., _Sat._, I, 4, 58.
  +Tenez chaults.+--=II=, 172.--Aphorisme populaire.
  +Tentatum.+--=II=, 54.--OVIDE, _Métam._, X, 289.
  +Terramque.+--=II=, 270.--LUCRÈCE, II, 1085.
  +Terrigenam*.+--=III=, 44.--CICÉRON, _de Divin._, II, 64.
  +Tetrica sunt.+--=III=, 186.--SIDOINE APOLLINAIRE, _Epist._, I, 9.
  +Τί Πλειάδεσσι.+--=I=, 254.--ANACRÉON, _Od._, XXVII, 10.
  +Tibi quod.+--=II=, 434.--TÉRENCE, _Phorm._, I, 3, 9.
  +Tibi si datur.+--=III=, 260.--CATULLE, LXVIII, 147.
  +Τίς δ’ οἶδεν*.+--=II=, 274.--PLATON, _Gorgias_.
  +Tot circa.+--=II=, 420.--SÉNÈQUE, _Suasor_, I, 4.
  +Tot Galatæ.+--=II=, 560.--CLAUDIEN, _in Eutr._, I, 203.
  +Tot per impotentia.+--=I=, 466.--CATULLE, IV, 18.
  +Tot qui.+--=III=, 234.--LUCRÈCE, III, 1039, 1041.
  +Tota philosophorum.+--=III=, 574.--CICÉRON, _Tusc._, I, 30.
  +Totus et argento.+--=I=, 488.--TIBULLE, I, 2, 70.
  +Totus hic locus.+--=I=, 38.--CICÉRON, _Tusc._, I, 45.
  +Transcurramus.+--=I=, 108.--SÉNÈQUE, _Epist._ 117.
  +Transvolat.+--=II=, 434.--HORACE, _Sat._, I, 2, 108.
  +Tres mihi.+--=II=, 370.--HORACE, _Epist._, II, 2, 61.
  +Tristemque.+--=III=, 186.--Auteur inconnu.
  +Tu dea.+--=III=, 192.--LUCRÈCE, I, 22.
  +Tu sapientium.+--=I=, 614.--HORACE, _Od._, III, 21, 14.
  +Tu secanda.+--=II=, 588.--HORACE, _Od._, II, 18, 17.
  +Tum pavor.+--=I=, 100.--ENNIUS, _ap._ CIC., _Tusc._, IV, 8.
  +Tum porro.+--=II=, 144.--LUCRÈCE, V, 223.
  +Tum quoque.+--=III=, 424.--OVIDE, _Trist._, III, 10, 67.
  +Tum vero in.+--=II=, 386.--VIRGILE, _En._, V, 720.
  +Tum vertice.+--=I=, 394.--SILIUS ITALICUS, I, 250.
  +Tun’, vetule.+--=I=, 428.--PERSE, _Sat._, I, 22.
  +Tunc animis.+--=III=, 594.--VIRGILE, _En._, VI, 261.
  +Tuo tibi.+--=III=, 114.--CICÉRON, _Tusc._, I, 25 et _de Nat.
    deorum_, III, 35.
  +Turpe est.+--=II=, 490.--PROPERCE, III, 9, 5.
  +Turpis Romano.+--=II=, 192.--PROPERCE, II, 17, 26.
  +Tuta et parvula.+--=I=, 420.--HORACE, _Ep._, I, 15, 42.
  +Tutumque.+--=I=, 406.--LUCAIN, IX, 1037.


U

_Chercher par =V= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Uberibus.+--=III=, 158.--JUVÉNAL, _Sat._, VI, 272.
  +Ubi iratos*.+--=II=, 268.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_, VI, 10.
  +Ubi jam.+--=I=, 598.--LUCRÈCE, III, 452.
  +Ubi non.+--=III=, 552.--SÉNÈQUE, _Epist._ 75.
  +Ubi velis.+--=III=, 236.--TÉRENCE, _Eun._, IV, 8, 43.
  +Un vit.+--=III=, 270.--SAINT-GELAIS, _Œuv. poét._
  +Ubi mortifero.+--=II=, 594.--PROPERCE, III, 13, 17.
  +Ubique mors.+--=I=, 630.--SÉNÈQUE, _Théb._, I, 1, 151.
  +Udum et molle.+--=I=, 262.--PERSE, III, 23.
  +Unde rigent.+--=II=, 482.--MARTIAL, II, 36, 5.
  +Undique totis.+--=III=, 560.--VIRGILE, _Eglog._, I, 11.
  +Unicuique ista.+--=II=, 248.--SÉNÈQUE, _Suasor_, 4.
  +Unusquisque*.+--=I=, 426.--PROPERCE, II, 25, 28.
  +Ure meum.+--=II=, 154.--TIBULLE, I, 9, 21.
  +Usque adeo mortis.+--=I=, 634.--LUCRÈCE, III, 79.
  +Usque adeo res.+--=I=, 104.--LUCRÈCE, V, 1231.
  +Usque adeone.+--=I=, 422.--PERSE, _Sat._, I, 23.
  +Usuram nobis.+--=I=, 324.--CICÉRON, _Tusc._, I, 31.
  +Usus efficacissimus.+--=I=, 156.--PLINE, _Nat. hist._, XXVI, 2.
  +Ut bona sæpe.+--=II=, 306.--LUCRÈCE, III, 103.
  +Ut cibus.+--=II=, 410.--LUCRÈCE, III, 103.
  +Ut despici.+--=II=, 402.--TITE-LIVE, XLIV, 6.
  +Ut enim.+--=II=, 464.--CICÉRON, _de Fin._, II, 15.
  +Ut externus*.+--=I=, 64.--PLINE, _Nat. Hist._, VII, 1.
  +Ut fuerit.+--=I=, 216.--CICÉRON, _Tusc._, II, 4.
  +Ut haberent*.+--=II=, 562.--TACITE, _Agricola_, 14.
  +Ut homo.+--=II=, 104.--SÉNÈQUE, _Epist._ 90.
  +Ut Hymettia.+--=II=, 338.--OVIDE, _Métam._, X, 284.
  +Ut magis.+--=III=, 598.--TITE-LIVE, XXIX, 21.
  +Ut maris.+--=II=, 352.--CICÉRON, _Tusc._, V, 6.
  +Ut me conspexit.+--=I=, 26.--VIRGILE, _En._, III, 306.
  +Ut missum.+--=III=, 286.--CATULLE, _Carm._, LXV, 19.
  +Ut necesse est.+--=I=, 288.--CIC., _Acad._, II, 12.
  +Ut olim.+--=III=, 600.--TACITE, _Ann._, III, 25.
  +Ut omnium.+--=III=, 550.--SÉNÈQUE, _Epist._ 106.
  +Ut palam.+--=III=, 476.--PLINE, _Nat. Hist._, III, 5.
  +Ut potero.+--=II=, 238.--CICÉRON, _Tusc._, I, 9.
  +Ut quasi.+--=I=, 134.--LUCRÈCE, IV, 1029.
  +Ut quisque.+--=III=, 356.--PLAUTE, _Pseud._, II, 3, 13.
  +Ut quum facta.+--=II=, 604.--CICÉRON, _de Divin._, II, 31.
  +Ut quum, in*.+--=II=, 234.--CICÉRON, _Acad._, II, 33.
  +Ut satius multo.+--=I=, 488.--LUCRÈCE, V, 1126.
  +Ut si quis*.+--=III=, 44.--CICÉRON, _de Divin._, II, 64.
  +Ut stultitia.+--(=I=, 28).--Auteur inconnu.--(Cette citation
    qui existe dans l’ex. de Bord, est remplacée par sa traduction
    dans l’éd. de 1595).
  +Ut tandem.+--=I=, 676.--OVIDE, _Trist._, 3, 14.
  +Ut tragici.+--=II=, 462.--CICÉRON, _de Nat. deor._, I, 20.
  +Ut vinum.+--=II=, 200.--CICÉRON, _de Nat. deor._, III, 27.
  +Utatur motu*.+--=III=, 82; =III=, 502.--CICÉRON, _Tusc._ IV, 25.
  +Uterque bonus.+--=III=, 448.--VIRGILE, _En._, XI, 658. (V. la
    citation +Pacisque+).
  +Uxor si.+--=III=, 436.--TÉRENCE, I, 1, 7.


V

_Chercher par =U= les citations qui ne se trouveraient pas ici._

  +Vah! quemquamne.+--=I=, 418.--TÉRENCE, _Ad._, I, 1, 13.
  +Variæque.+--=II=, 148.--LUCRÈCE, V, 1077, 1090, 1082, 1083.
  +Variam semper.+--=I=, 58.--LUCAIN, IV, 704.
  +Vascones ut.+--=I=, 366.--JUVÉNAL, _Sat._, XV, 93.
  +Vellere queis.+--=I=, 460.--TIBULLE, I, 8, 45.
  +Velut ægri.+--=I=, 58.--HORACE, _Art poét._, 7.
  +Velut minuta.+--=II=, 348.--CATULLE, _Epigr._, XXV, 12.
  +Velut rupes.+--=III=, 508.--VIRGILE, _En._, X, 693.
  +Venantumque.+--=II=, 192.--LUCRÈCE, IV, 992.
  +Venit et epoto.+--=I=, 540.--MARTIAL, _Spect. Lib._, épig. 3,
    v. 4.
  +Ventus ut.+--=I=, 40.--LUCAIN, III, 362.
  +Venus huic.+--=III=, 204.--OVIDE, _Métam._, III, 323.
  +Vera et sapiens.+--=II=, 448.--CICÉRON, _de Off._, I, 19.
  +Verbaque previsam*.+--=I=, 274.--HOR., _Art poét._, 311.
  +Verbis indisciplinatis*.+--=I=, 588.--S. AUGUSTIN, _de Civ. Dei_,
    X, 29.
  +Verbis, quæ.+--=I=, 606.--HORACE, _Epist._, II, 2, 36.
  +Veri juris.+--=III=, 90.--CICÉRON, _de Off._, III, 17.
  +Versamur ibidem.+--=I=, 128.--LUCRÈCE, III, 1093.
  +Vertuntur species.+--=III=, 356.--VIRGILE, _Georg._, I, 420.
  +Verum animo.+--=III=, 448.--LUCRÈCE, I, 403.
  +Verum nil.+--=II=, 472.--MARTIAL, XII, 63, 13.
  +Verum ut.+--=III=, 306.--LUCRÈCE, V, 331.
  +Vi morbi.+--=II=, 672.--LUCRÈCE, III, 485.
  +Via qua munita.+--=II=, 390.--LUCRÈCE, V, 103.
  +Victor, Marce.+--=II=, 546.--TITE-LIVE, II, 45.
  +Victoria nulla.+--=I=, 370.--CLAUDIEN, _de sexto Consul. Hon._,
    248.
  +Victrix causa.+--=I=, 404.--LUCAIN, I, 128.
  +Videantur sane.+--=III=, 538.--CICÉRON, _Academ._, II, 27.
  +Videas desertaque.+--=III=, 568.--VIRGILE, _Georg._, III, 476.
  +Videndum est.+--=III=, 362.--CICÉRON, _de Off._, I, 41.
  +Vidi ego nuper.+--=III=, 262.--OVIDE, _Amor._, III, 4, 13.
  +Vidimus et.+--=II=, 422.--LUCAIN, IV, 178.
  +Vince, Hannibal.+--=I=, 518.--PÉTRARQUE, _Sonnets_, III.
  +Vincitur haud.+--=I=, 520.--LUCAIN, IV, 275.
  +Vires ultra.+--=III=, 430.--VIRGILE, _Enéid._, VI, 114.
  +Virga tua.+--=II=, 370.--_Psaume_ XXII, 4.
  +Viri a diis.+--(=I=, 362).--SÉNÈQUE, _Ep._ 90. (Cette citation
    ne se trouve que dans l’ex. de Bord.).
  +Virtus repulsæ.+--=II=, 450.--HORACE, _Od._, III, 2, 17.
  +Virtutem verba.+--=I=, 398.--HORACE, _Epist._, I, 6, 31.
  +Vis... animai.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 498.
  +Vis morbi.+--=II=, 318.--LUCRÈCE, III, 491.
  +Visere gestiens.+--=III=, 456.--HORACE, _Od._, III, 3.
  +Vitam adolescentibus.+--=III=, 674.--CICÉRON, _de Senect._, 19.
  +Vitam regit.+--=II=, 452.--CICÉRON, _Tusc._, V, 9.
  +Vitamque sub.+--=I=, 242.--HORACE, _Odes_, III, 2, 5.
  +Vitasque in.+--=I=, 660.--VIRGILE, _Georg._, IV, 238.
  +Vitia otij.+--=III=, 136.--SÉNÈQUE, _Epist._ 36.
  +Vivere, mi Lucili.+--=III=, 664.--SÉNÈQUE, _Epist._ 96.
  +Vivere si recte.+--=II=, 218.--HORACE, _Epist._, II, 2, 213.
  +Vivit, et est.+--=I=, 672.--OVIDE, _Trist._, I, 3, 12.
  +Vixere fortes*.+--=III=, 304.--HORACE, _Carm._, IV, 9, 25.
  +Vixi et quem.+--=II=, 588.--VIRGILE, _En._, IV, 653.
  +Volucrem sic*.+--=I=, 480.--JUVÉNAL, VIII, 57.
  +Voluptatem contemnunt.+--(=I=, 608).--Semble tirée de SÉNÈQUE.
    (Cette citation ne se trouve que dans l’ex. de Bord.).
  +Volutantibus res.+--=II=, 540.--TITE-LIVE, XXXII, 20.
  +Vos, o patritius.+--=I=, 214.--PERSE, I, 61.
  +Vosne velit.+--=I=, 46.--ENNIUS, _ap._ CIC., _de Off._, I, 12.
  +Vota puer.+--=I=, 134.--OVIDE, _Mét._, IX, 793.


Z

  +Zon sus l’œil.+--=II=, 524.--CL. MAROT, _Ep. de Fripelippes à
    Sagon_.


[C.91] INDEX ALPHABÉTIQUE

DES AUTEURS D’OU SONT TIRÉES LES CITATIONS INSÉRÉES DANS LES ESSAIS.


ACTES DES APÔTRES, 1.--Livre du Nouveau Testament, rédigé en grec par
S. Luc, vers l’an 63.

AMYOT, 6.--Évêque d’Auxerre, traducteur de Plutarque (1513 à 1593).

ANACRÉON, 1.--Célèbre poète lyrique grec, dont les poésies exaltent
surtout le plaisir (560 à 478 av.).

APULÉE, 1.--Écrivain latin du IIe s., auteur de l’_Ane d’or_.

ARIOSTE (L’), 5.--Célèbre poète italien, auteur du _Roland furieux_
(1474 à 1533).

ATTIUS, 2.--Ou Accius; poète tragique latin (170 à 94 av.).

AULU-GELLE, 3.--Écrivain latin du IIe s., auteur des _Nuits attiques_.

AUSONE, 1.--Poète latin, né à Bordeaux (309 à 394).

BELLAY (Du), 1.--Fut un de ceux qui s’efforcèrent de régénérer la
poésie française; auteur également de quelques poésies latines (1524 à
1560).

BÈZE (THÉODORE de), 1.--Un des principaux chefs de la Réforme en
France; auteur dans sa jeunesse de poésies élégantes, mais licencieuses
(1519 à 1605).

BOÉTIE (LA), 4.--Écrivain français, ami de Montaigne, auteur du
_Discours sur la Servitude volontaire_ et de quelques poésies latines
(1530 à 1563).

CALPURNIUS, 3.--Poète latin du IIIe s., on a de lui quelques églogues.

CATALECTA (VETERUM POETARUM), 2.--Recueil de fragments de poètes latins
anciens, édité en Hollande au XVIe siècle.

CATULLE, 28.--Poète latin, né vers l’an 86 av., ses poésies sont
élégantes et naïves.

CECILIUS Statius, 1.--Poète comique latin, dont il ne reste que des
fragments, m. en 174 av.

CÉSAR, 3.--Célèbre général romain, l’un des plus grands capitaines de
l’antiquité; écrivain militaire distingué, auteur des _Commentaires_
(101 à 44 av.).

CICÉRON, 180.--Le plus célèbre des orateurs romains; le premier des
prosateurs latins, auteur de plaidoyers et de traités philosophiques
remarquables (106 à 43 av.).

CICÉRON (QUINTUS), 3.--Frère de Cicéron, Ier s. av.

CLAUDIEN, 12.--Poète latin du IVe s.

CORNELIUS NEPOS, 1.--Auteur latin du Ier s.; auteur de biographies.

DANTE ALIGHIERI, 2.--Célèbre poète italien, auteur de la _Divine
Comédie_; est regardé comme le père de la poésie italienne (1265 à
1321).

ENNIUS, 9.--Un des plus anciens poètes latins, grec de naissance (239 à
169 av.).

ÉPICHARME, 1.--Poète et philosophe pythagoricien (540 à 450 av.).

EURIPIDE, 2.--Illustre poète tragique grec, élégant et pathétique (480
à 406 av.).

FABRICIUS, 1.--Bibliographe allemand, auteur d’une _Bibliothèque
latine_ et d’une _Bibliothèque grecque_ qui sont des monuments
d’érudition (1668 à 1736).

FLORUS, 1.--Historien latin (IIe s.), auteur d’un _Abrégé d’histoire
romaine_.

GENÈSE, 1.--Le premier livre de la Bible, attribué à Moïse, récit de la
création du monde et histoire primitive jusqu’à la mort de Joseph.

GROTIUS (Hugues), 1.--Publiciste hollandais, auteur du célèbre ouvrage,
_Du droit de guerre et de paix_ (1583 à 1645).

HÉRODOTE, 2.--Célèbre historien grec, dont les écrits sont un des
monuments les plus précieux de l’antiquité (484 à 406 av.).

HOMÈRE, 3.--Poète grec, regardé comme le plus grand de tous les poètes,
auteur de l’_Iliade_ et de l’_Odyssée_ (Xe s. av.).

HORACE, 150.--Célèbre poète latin (64 av. à 4); ses poésies: _odes_,
_épîtres_, _satires_ sont des modèles de délicatesse et de bon goût.

ISOCRATE, 1.--Célèbre orateur athénien; se recommande par l’élégance et
l’harmonie (436 à 338 av.).

JUVÉNAL, 50.--Célèbre poétique satirique latin; se distingue par son
énergie (42 à 120).

LACTANCE, 1.--Écrivain latin, surnommé le «Cicéron chrétien» en raison
de l’élégance de son style (250 à 325).

LUCAIN, 39.--Poète latin, auteur de la Pharsale (39 à 65).

LUCILIUS, 1.--Poète satirique latin (180 à 103 av.).

LUCRÈCE, 148.--Poète latin, auteur du poème _De la nature des choses_
où il fait preuve d’un souffle puissant et atteint parfois au sublime
(95 à 51 av.).

MACROBE, 1.--Écrivain latin du Ve s., auteur des _Saturnales_.

MANILIUS, 12.--Poète latin de la fin du règne d’Auguste; on ne sait
rien autre de lui.

MAROT (CLÉMENT), 1.--Poète français; son style, empreint d’une grâce
naïve, a fait école (1495 à 1544).

MARTIAL, 42.--Poète latin, auteur d’_Épigrammes_; est élégant,
spirituel, mais licencieux (43 à 104).

MÉCÈNE, 1.--Favori d’Auguste, protecteur des lettres, des sciences et
des arts; a composé lui-même quelques poésies dont il ne reste que des
fragments (m. vers l’an 8 av.).

MÉNANDRE, 1.--Poète comique grec (342 à 290 av.).

NONIUS, 1.--Grammairien latin (IIIe s.); a laissé un traité précieux
par quelques fragments d’auteurs anciens qui s’y trouvent conservés.

OVIDE, 71.--Poète latin; auteur des _Métamorphoses_ (43 av. à 17).

PACUVIUS, 2.--Un des plus anciens poètes dramatiques de Rome (220 à 130
av.).

PAUSANIAS, 1.--Géographe et historien grec du IIe s.

PENTADIUS, 1.--Épigrammatiste latin du commencement du VIe s.

PERSE, 22.--Poète satirique latin (34 à 62); de principes rigides,
style énergique et concis.

PÉTRARQUE, 5.--L’un des créateurs de la langue italienne, célèbre par
les _Sonnets_ et les _Chants_ qu’il écrivit pour Laure de Noves (1304 à
1374).

PÉTRONE, 3.--Écrivain latin, auteur du _Satyricon_; m. en 66.

PIBRACQ (DE), 1.--Magistrat français, auteur de _Quatrains moraux_
(1529 à 1584).

PLATON, 2.--Célèbre philosophe grec, fondateur de l’Académie; consigna
dans de nombreux écrits, la plupart sous forme de dialogues, sa
doctrine et celle de Socrate son maître (430 à 347 av.).

PLAUTE, 5.--Poète comique latin; remarquable par sa verve et son
originalité (227 à 184 av.).

PLINE L’ANCIEN, 8.--Célèbre naturaliste romain; auteur d’une _Histoire
naturelle_, sorte d’encyclopédie encore estimée de nos jours; m. en 79.

PLINE LE JEUNE, 1.--Littérateur romain, auteur de _Lettres_ célèbres
(62 à 115).

PORCIUS LATRO, 1.--Rhéteur, ami de Sénèque (Ier s.).

PROPERCE, 21.--Poète latin, auteur d’_Élégies_ (51 à 14 av.).

PROVERBES et SENTENCES, 13.

PRUDENCE, 4.--Poète latin chrétien du IVe s., d’origine espagnole.

PSALMISTE, 5.--Le roi David (Xe s. av.), auteur du livre des
_Psaumes_, cantiques sacrés de l’Ancien Testament, considérés comme le
chef-d’œuvre de la poésie lyrique.

PSEUDO-GALLUS, 7.--Pseudonyme attribué à Maximianus, poète latin du Ve
ou VIe s.

PUBLIUS SYRUS, 3.--Poète latin, auteur de sentences et de maximes (Ier
s.).

QUINTE-CURCE, 7.--Historien latin, auteur d’une _Histoire d’Alexandre
le Grand_ (Ier s.).

QUINTILIEN, 12.--Célèbre rhéteur latin (42 à 120).

RABELAIS, 1.--Écrivain français, auteur de _Gargantua_, ouvrage
satirique (1493 à 1553).

RONSARD, 1.--Célèbre poète français, chef d’une école littéraire qui
infusa à la poésie française plus de verve, d’harmonie et de rythme
(1524 à 1585).

RUTILIUS, 1.--Né en Gaule, a écrit en vers elégiaques un voyage dans
cette contrée (Ve s.).

SAGESSE (LIVRE DE LA), 3.--L’un des livres sapientiaux de la Bible,
attribué à Salomon (Xe s. av.).

S. AUGUSTIN, 17.--Un des Pères de l’Église latine (354 à 430); a laissé
de nombreux ouvrages dont _La Cité de Dieu_ et les _Confessions_.

S. GELAIS, 1.--Évêque d’Angoulême; auteur, avant son entrée dans les
ordres, de poésies légères (1466 à 1502).

S. JÉROME, 2.--Docteur de l’Église latine (331 à 420); c’est à lui que
l’on doit la traduction de la Bible appelée _Vulgate_.

S. LUC, 2.--L’un des quatre évangélistes, auteur des _Actes des
Apôtres_; m. vers 70.

S. MATTHIEU, 1.--Apôtre et évangéliste.

S. PAUL, 4.--Surnommé l’Apôtre des Gentils, auteur d’_Épîtres_ à
certaines Églises primitives; m. en 66.

S. PIERRE, 1.--Prince des Apôtres, auteur de deux _Épîtres_ aux
premiers chrétiens; m. en 66.

SALLUSTE, 3.--Auteur latin (86 à 38 av.); a écrit l’histoire de la
_Conjuration de Catilina_ et des _Guerres de Jugurtha_.

SÉNÈQUE le philosophe, 93.--D’origine espagnole; célèbre philosophe
latin, auteur d’un grand nombre de traités de philosophie morale (2 à
65).

SÉNÈQUE le rhéteur, 5.--D’origine espagnole; père du précédent;
professa la rhétorique à Rome (61 av. à 32).

SIDOINE APOLLINAIRE, 2.--Évêque de Clermont, poète et écrivain latin
(430 à 488).

SILIUS ITALICUS, 2.--Poète (Ier s.); auteur d’une épopée sur la seconde
guerre punique.

SOPHOCLE, 1.--Célèbre tragique grec, dont il ne nous reste que sept
pièces, considérées toutes comme des chefs-d’œuvre (495 à 405 av.).

SOURCE INCONNUE, 36.

STACE, 2.--Poète latin (61 à 96), auteur de _la Thébaïde_.

STOBÉE, 3.--Savant moine et compilateur grec (IVe s.).

SUÉTONE, 1.--Historien latin, auteur des _Vies des douze Césars_ (65 à
135).

TACITE, 9.--Historien latin des plus estimés, auteur des _Annales_, des
_Histoires_ et des _Mœurs des Germains_ (54 à 140).

TASSE (Le), 7.--Torquato Tasso; illustre poète italien (1544 à 1595),
auteur de la _Jérusalem délivrée_, chef-d’œuvre de poésie épique.

TÉRENCE, 24.--Poète comique latin, dont il ne nous reste que six
comédies (194 à 158 av.).

TERTULLIEN, 2.--Célèbre docteur de l’Église, auteur d’une
_Apologétique_ remarquable (160 à 245).

TIBULLE, 8.--Poète latin, auteur d’_Élégies_ empreintes d’élégance et
d’une exquise sensibilité (54 av. à 18).

TITE-LIVE, 38.--Historien romain (59 av. à 19); a écrit une _Histoire
romaine_ en 140 livres, dont il ne reste que 35.

VALÈRE MAXIME, 1.--Historien latin du temps de Tibère (Ier s.).

VALERIUS SORANUS, 1.--Médecin, orateur, poète et écrivain distingué,
ami de Cicéron (Ier s. av.).

VARRON, 1.--Poète latin épique et didactique assez estimé, dont il ne
reste que quelques fragments (82 à 37 av.).

VÉGÈCE, 1.--Écrivain latin, auteur d’un _Traité d’art militaire_ (IVe
s.).

VIRGILE, 118.--Le plus célèbre des poètes latins, esprit délicat
faisant appel aux sentiments les plus intimes, style noble et correct;
auteur de l’_Énéide_, des _Géorgiques_ et des _Bucoliques_ (70 à 1 av.).



  [Da.95] FASCICULE Da

  VARIANTES

  DE L’ÉDITION DE 1595 PAR RAPPORT AUX ÉDITIONS DE 1580
  ET 1588; ET DE CETTE DERNIÈRE A CELLE DE 1580.


Ce relevé a été établi principalement d’après l’édition de 1872-90 de
MM. Courbet et Royer et celle de 1889 de MM. Motheau et Jouaust.


Montaigne a, de son vivant, publié les _Essais_ en 1580; les a réédités
en 1582, 1587, 1588, et en avait préparé une nouvelle réédition quand
il est mort (1592). Cette autre a été mise au point et publiée par ses
exécuteurs testamentaires en 1595. En outre, l’un des exemplaires de
l’édition de 1588 annotés par lui, qui ont servi à cette mise au point,
dit «Exemplaire de Bordeaux», retrouvé trois siècles après, et depuis
imprimé tel que, porte à six le nombre des éditions ayant l’attache de
l’auteur.

De ces diverses éditions, la moins complète est naturellement la
première; elle n’en a pas moins un intérêt de premier ordre parce
que, de toutes, elle est celle qui, dans chacun de ses chapitres pris
isolément, présente le plus d’unité et même d’originalité d’expressions
auxquelles porte atteinte, dans les éditions suivantes, le grand
nombre de corrections, d’additions, intercalations, transpositions
successives, faites continuellement par Montaigne lui-même, sans que
souvent ait été suffisamment modifié en conséquence ce qui les précède
ou ce qui les suit; d’où des interruptions fréquentes dans le cours des
idées, et le sens rendu parfois obscur et difficile à saisir.

L’édition de 1580 a été constituée de morceaux détachés sur des sujets
n’ayant aucun rapport entre eux, écrits par Montaigne au cours de son
existence, suivant l’impression du moment, pour sa seule satisfaction,
sans l’idée préconçue de les faire imprimer.

Sa traduction de l’ouvrage de Sebond achevée, il en avait repris le
thème et l’avait à nouveau traité à sa façon, en manière d’essai, c’est
le cas de le dire, et ce commentaire l’avait satisfait. D’autre part,
son éducation première, dirigée d’une façon qui n’était pas celle de
tout le monde, les mauvais souvenirs qu’il avait conservés de certains
errements suivis en la matière, avaient été pour lui l’occasion
d’écrire sur ce sujet quelques pages dont il n’était pas mécontent, non
plus que de quelques autres que lui avaient inspirées son amitié pour
la Boétie, mort récemment.

La publication de cette traduction de Sebond et celle des œuvres de la
Boétie auxquelles il venait de s’adonner, la première à l’instigation
de son père, la seconde comme exécuteur testamentaire de son ami, et
le désœuvrement et la vanité aidant, il se dit qu’il pourrait bien
agir vis-à-vis de lui-même ainsi qu’il l’avait fait pour d’autres.
Réunissant alors ses opuscules, pour en former autant de chapitres et
en constituer un livre, il les donne à imprimer.

Le succès le met en appétit, et ce livre devient la grande distraction
de sa vie: il le corrige, y ajoute, le réédite; comme, après lui,
l’annoter, le débrouiller, l’analyser, le commenter, le traduire
et aussi le rééditer sont devenus une des grandes occupations des
générations suivantes, passées, présentes et probablement futures;
car, en ces temps de progrès si considérables dans les sciences et les
arts industriels, les originalités littéraires se font de plus en plus
rares, les productions de ce genre étant engendrées par notre seule
imagination qui va sans cesse tournant dans le même cercle.--Toutefois
les premières rééditions des Essais, de 1582 et 1587, ne présentent
que des retouches insignifiantes, qui n’altèrent sensiblement ni la
forme, ni le fond de l’œuvre primitive; ce sont de nouveaux tirages,
plutôt que des éditions nouvelles, et c’est pourquoi nous ne nous en
occuperons pas davantage.

Tout autre est l’édition de 1588.--De 1580 à 1588, la guerre
civile s’est étendue; ses excès se sont aggravés, Montaigne a eu
personnellement à en pâtir. Simultanément, il a joué un rôle politique,
a effectué un long voyage de dix-huit mois dans l’est de la France,
en Allemagne et en Italie, a été maire de Bordeaux; la vivacité de ses
sentiments généreux se ressent de la connaissance plus approfondie
qu’il a acquise de l’homme, et c’est durant cette période qu’il compose
le troisième livre des Essais qui jusqu’alors n’en avaient compris
que deux. Aussi ce troisième livre reflète-t-il plus particulièrement
cette phase de sa vie et l’impression qu’il conserve des événements
auxquels il s’est trouvé mêlé, à quoi s’ajoutent aussi beaucoup plus
de confidences personnelles que par le passé; et il en est de même
des additions, déjà importantes, qu’il fait en même temps à ses deux
premiers livres.

De 1588 à 1592, malade, fatigué, désabusé, confiné chez lui, il
n’enfante plus, mais va polissant et repolissant (certaines de ses
phrases ont été refaites jusqu’à cinq fois); il remanie son texte où il
intercale citations, anecdotes, dissertations en nombre et en étendue
sensiblement plus considérables que par le passé, pour aboutir de la
sorte à l’édition de 1595, à laquelle la mort l’empêche de mettre la
dernière main. Mais sa famille confie cette tâche à deux érudits, en
communion intime d’idées avec lui: à Pierre de Brack pour la mise
au point, à Mlle de Gournay pour l’impression, ce dont tous deux
s’acquittent avec le plus grand scrupule et un soin tout filial.

En somme, ces trois éditions essentielles des Essais (1580, 1588
et 1595), comparées les unes aux autres, accusent de nombreuses
retouches, suppressions, modifications, additions. Nonobstant, il n’est
pas une suppression ou modification qui présente de l’importance;
toutes ne consistent qu’en quelques mots supprimés ou changés en vue
d’éviter des répétitions, donner plus de correction à la phrase et
quelquefois, mais rarement, en préciser ou accentuer davantage le sens;
les passages complètement remaniés sont peu fréquents. Aussi, les
reproduire eût constitué un travail d’impression absolument dépourvu
d’utilité et d’intérêt, où le lecteur, à moins d’y apporter une extrême
attention, n’eût fait que se perdre; à très peu près, personne ne
l’eût consulté. Il a paru suffisant de consigner dans les notes celles
qui exceptionnellement valent d’être signalées.--Il n’en est pas de
même des additions: qu’elles comprennent des pages entières ou se
réduisent à un ou plusieurs mots, toutes ajoutent au sens, et par les
idées nouvelles qu’elles introduisent, et par la précision qu’elles
apportent, donnant ainsi possibilité de se rendre compte de l’évolution
que l’âge et les événements ont amenée chez l’auteur. Dans l’édition
de 1580 on le voit ayant une tendance nettement accusée au stoïcisme,
alors qu’il écrit étant dans la force de l’âge et que, jusque-là, des
épreuves personnelles n’ont pas encore tempéré la fougue de la jeunesse
et ébranlé les illusions. Les additions de 1588 nous le montrent envahi
davantage par le scepticisme, né de l’impression ressentie durant
cette période si agitée de 1580 à 1588. Postérieurement, de 1588 à
1592, assoiffé de repos, convaincu par expérience du néant des choses
d’ici-bas, son parti pris de s’accommoder de tout ce qui peut survenir,
pour n’être troublé que le moins possible dans sa tranquillité, ressort
dans les additions de 1595.

C’est ce qui nous porte à ne donner ici, en ce qui touche ces éditions
de 80 et de 88, que les additions qui y ont été apportées; nous bornant
pour les autres variantes, de quelque nature qu’elles soient, de ces
deux éditions, à renvoyer aux notes (fascicules Fa, Fb, Fc).


Mais, par lui-même, ce relevé ne dit rien, et à qui voudra se rendre
compte d’une façon effective de ces transformations successives, nous
conseillons l’emploi, avec son aide, du procédé graphique ci-après,
d’exécution simple, qui les fera nettement ressortir:

_Le volume est indiqué au titre courant_;--_les nombres en caractères
gras marquent la page_;--_ceux en caractères ordinaires, la ligne_.

_Les indications affectées de la lettre C s’appliquent aux additions
faisant défaut dans l’édition de 1580_;--_celles affectées de la lettre
B aux additions faisant défaut à la fois à 1580 et à 1588_;--_enfin,
celles réduites à des nombres, renvoient aux notes où il est question
des variantes autres_.

Ceci étant, on marquera longitudinalement en marge du texte, d’un trait
au crayon, les variantes affectées d’un C, et on doublera ce trait
pour celles affectées d’un B, en même temps que pour les unes et les
autres des parenthèses, également au crayon, indiqueront où chacune
commence et où elle finit. De la sorte, les parties du texte sans trait
signaleront le texte de 1580; celles sans trait ou affectées d’un trait
simple, celui de 1588; et le tout, marqué ou non, celui de 1595; à quoi
des astérisques pourront être ajoutés pour les variantes simplement
désignées par des nombres.

La page ci-après des Essais (II, 432) présente un spécimen de ce que
l’on obtiendra de la sorte:


  CHAPITRE XV.

  _Que nostre desir s’accroist par la malaisance._


  Il n’y a raison qui n’en aye vne contraire, dit le plus sage party
  des philosophes. Ie remaschois tantost ce beau mot, * qu’vn ancien
  allegue pour le mespris de la vie: Nul bien nous peut apporter
  plaisir, si ce n’est celuy, à la perte duquel nous sommes
  preparez: ║_In æquo est dolor amissæ rei, et timor amittendæ_║. Voulant
  gaigner par là, que la fruition de la vie ne nous peut estre
  vrayement plaisante, si nous sommes en crainte de la perdre. Il
  se pourroit toutesfois dire au rebours, que nous serrons et embrassons
  ce bien, d’autant plus estroit, * et auecques plus d’affection,
  que nous le voyons nous estre moins seur, et craignons qu’il nous
  soit osté. Car il se sent euidemment, comme le feu se picque à
  l’assistance du froid, que nostre volonté s’aiguise aussi par le
  contraste:

     │_Si numquam Danaen habuisset ahenea turris,
    Non esset Danae de Ioue facta parens_:│

  et qu’il n’est rien naturellement si contraire à nostre goust
  que la satieté, qui vient de l’aisance: ny rien qui l’aiguise
  tant que la rareté et difficulté. _Omnium rerum voluptas ipso quo
  debet fugare periculo crescit._

    _Galla, nega; satiatur amor, nisi gaudia torquent._

  Pour tenir l’amour en haleine, Lycurgue ordonna que les mariez
  de Lacedemone ne se pourroient prattiquer qu’à la desrobée, et
  que ce seroit pareille honte de les rencontrer couchés ensemble
  qu’auecques d’autres. La difficulté des assignations, le danger
  des surprises, la honte du lendemain,

        _Et languor, et silentium,
    Et latere petitus imo spiritus_,

  c’est ce qui donne pointe à la sauce. ║Combien de ieux tres-lasciuement
  plaisants, naissent de l’honneste et vergongneuse maniere
  de parler des ouurages de l’Amour? ║La volupté mesme cherche à
  s’irriter par la douleur│. Elle est bien plus sucrée, quand elle cuit,
  et quand elle escorche│. La courtisane Flora disoit n’auoir iamais
  couché auec Pompeius, qu’elle ne luy eust faict porter les merques
  de ses morsures.



ESSAIS DE MONTAIGNE.

VARIANTES

DE L’ÉDITION DE 1595 PAR RAPPORT AUX ÉDITIONS DE 1580 ET 1588; ET DE
CETTE DERNIÈRE A CELLE DE 1580.


AV LECTEVR.

=14.=--10.--13.--20.


LIVRE PREMIER.

=16.=--=Ch. I.=--3, B, par submission.--=18=, 11 à 16, C, L’vn et
l’autre... auec eux.--38 à =20=, 20, B, Dionysius... la mer.

=20=, 29 à =22=, 11, C, Et directement... moins?--8.--11 à 29, B,
ou qu’il l’estimast... esclaues.--=Ch. II.=--30, C, Ie suis...
passion.--30 à =24=, 5, B, et ne l’espere... sages.--=26=, 8, C, _Et
via... dolore est._--9 à 21, B, En la guerre... par terre.--32 à 36,
C, Aussi n’est... d’amour.--38, C, au giron... iouïssance.--39.--42
à 47, C, La surprise... _fatur_.--=28=, 11 à 13, C, Ie suis...
discours.--=Ch. III.=--14 à 20, C, Ceux qui... ouurage.--20 à 22,
B, nous imprimant... science.--22 à 26, C, Nous ne sommes... serons
plus.--26 à =30=, 4, B, _Calamitosus..._ l’aduenir.

=30=, 5 à 11, C, Entre les... Princes.--11 à =32=, 16, B, qui ont
à... n’est plus.--17 à 21, C, _Quisquam... Vindicat._--33 à 39,
C, De vray... Bœotiens.--41.--=34=, 11 à 20, C, Iean Zischa...
d’encouragement.--=36=, 9 à 13, B, L’ordonnance... religion.--13
à 35, C, Ce conte... coust.--14.--35 à =38=, 2, B, S’il estoit...
mechaniques.--2 à 4, C, religion.--13 à 35, C, Ce conte...
coust.--14.--35 à =38=, 2, B, S’il estoit... Ie lairrois... charge.--5
à 10, B, _Totus..._ respond-il.--10 à 15, C, Si i’auois... mort.--15 à
=40=, 18, B, A peu, que... qu’on dit.

=40.=--=Ch. IV.=--30 à 31, C, _Ventus... inani._--=42=, 8 à 15, C,
Ainsin... _hastam_.--21 à 25, B, Liuius... le deuil.--32 à =44=, 6, B,
Le peuple... bestise.--14.--16 à 18, B, A l’exemple... fleche.--22, C,
Mais nous... esprit.--=Ch. V.=--=46=, 11.--14 à 29, B, Les Achaïens...
_Martinella_.--=48=, 18 à 35, C, Eumenes... demandoit.--37 à =50=, 2,
C, Ie me fie... loyauté.

=50.=--=Ch. VI.=--11 à 26, B, Et a tousiours... militaire.--31 à
=52=, 13, B, Pendant le... par tout.--37 à =54=, 6, C, Et plus...
_armis_.--=Ch. VII.=--=56=, 4 à 20, B, I’ay veu... apertement.--=Ch.
VIII.=--=58=, 1 à 4, C, _Sicut... tecti._--10, C, _Quisquis...
habitat._--=Ch. IX.=--25.--30.--30, B, Platon... deesse:--32 à =60=,
13, C, si en mon... sur ce.

=60=, 14 à 23, B, que c’est... memoire.--23 à 25, C, Que mon...
l’inuention.--25 à 28, B, Si elle... discours.--28 à 33, C, C’est
pitié... iugement.--33 à =62=, 4, B, Et c’est... fois.--4 à 5, C,
secondement... ancien.--5 à 9, B, il me faudroit... Atheniens.--9 à 10,
C, et que les... nouuelleté.--23 à =64=, 7, C, Dequoy i’ay... estre.--7
à 32, B, En verité... silence.--=68.=--=Ch. X.=

=70=, 5 à 7, C, La part... France.--24 à 26, C, ainsi qu’il...
ouuert.--33 à 36, B, Ie ne me... à part moy.--38 à =72=, 9, B, Cecy
m’aduient... hesitation.--=Ch. XI.=--13 à 15, B, Et ces mots...
_contemptius_.--15 à 18, B, ausquels Platon... d’icelles.--18, B,
_Aues... putamus._--19, C, des fouldres... riuieres.--20 à 22, B,
_Multa... portentis._--=74=, 1 à 5, C, _Cur hanc... timenti._--6, B,
_Ne vtile... angi._--39 à =76=, 1, B, Et ceux... cette art.--1 à 2, C,
Naissance... songes.--3 à 13, B, Et de vray... adolescence.--13 à 15,
C, I’en voy... mensonge.--15, B, _Quis est... collineet._--16 à 18, C,
Ie ne les... tousiours.--18 à 30, B, Ioint que... diuination.--30 à 32,
C, D’autant... vanitez.--30 à =78=, 10, B, Ie voudrois... plaira.--10
à 16, C, Le demon... agitations.--16 à 18, B, d’vne opinion...
prudence.--18, C, Et en ay eu.--18 à 20, B, de pareillement...
Socrates.--20 à 22, C, ausquelles ie... diuine.--=Ch. XII.=--32 à =80=,
24, B, Plusieurs nations... saoul.

=80.=--=82=, 10 à 14, C, Ie ne me puis... que moy.--14 à 30, B, Ny
entendent... modere.--=84.=--=Ch. XIII.=--10 à 16, C, Pour moy...
taniere.--30 à =86=, 14, B, Non seulement... communicable.--=Ch. XIIII=
(XL dans les éd. ant.). [Le chapitre XIV des éditions de 1580 à 1588
est le chapitre XL de celle de 1595; et tous les chapitres de XV à
XXXIX de ces premières éditions ont leur numéro supérieur d’une unité
à celui qu’ils ont dans cette dernière].--=88=, 16.--18 à 21, B, Et au
quartier... mercy.--22 à 23, C, Ainsi sur... et armé.--=Ch. XV= (XVI
dans les éd. ant.).

=90=, 20, B, _Suffundere... effundere._--28 à 32, B, L’aspre...
ennemis.--=92.=--=Ch. XVI= (XVII dans les éd. ant.).--9 à 11, C,
_Basti... armenti._--17 à 30, B, Voyez... offense.--=94=, 23.--=96=, 7
à 37, B, Nous nous... decret.--=98.=--=Ch. XVII= (XVIII dans les éd.
ant.).--30 à =100=, 1, C, Pareille rage... partoit.

=100=, 7, C, _Adeo... formidat._--11 à =102=, 16, B, Lors exprime...
Paniques.--=Ch. XVIII= (XIX dans les éd. ant.).--=104=, 8 à 12, B,
La plus belle... cruauté.--24.--28.--=106=, 3 à 14, C, I’ay veu...
perfection.--14 à 21, B, Il est des... course.--21 à 24, C, Au
iugement... sourdement.--=Ch. XIX= (XX dans les éd. ant.).--=108=,
2, B, que le plaisir... but.--5 à =110=, 11, B, Les dissentions...
barriere.

=110=, 14.--26 à 29, C, _Omnes... cymbæ._--31 à 34, Il n’est...
_impendet_.--38 à 41, _Non Siculæ... reducent._--=112=, 1 à 2, C,
_Audit... futura._--16 à 21, C, Par ce que... Maistre-Iehan.--=114=,
1.--22, C, le capitaine S. Martin.--=116=, 6 à 7, C, puis qu’il...
homme.--11 à 13, C, et que nulle... _caput_.--34 à 36, B, Il n’y
a... pas mal.--=118=, 10, C, _Iam fuerit... licebit._--20, B, Et me
rechante... auiourd’huy.--26, B, _Nemo... certior._--28, C, œuure.--33
à 37, B, Comme celuy... la mort.--40, C, _Quid... Multa._

=120=, 5 à 11, B, Ie suis... saines.--12 à 13, C, _Miser...
vitæ._--19.--27 à 28, C, _Illud... vna._--36 à 39, C, _Quin...
mensis._--40 à 42, B, Et comme... seras tel.--=122=, 2 à 7, Il y
paroist... vtile fin.--30 à 34, C, Voyons à... _manet_.--35 à 37,
B, Cesar... en vie.--37 à =124=, 7, C, Qui y... douloureux.--14 à
17, C, _Non vultus... manus._--30 à =126=, 12, C, Que chaut-il...
ridicule.--17 à 18, C, _Inter se... tradunt._--25.--26 à 32, B, Tout ce
que... essentiellement.--32 à 39, C, Si vous auez... _omne_.--40 à 41,
B, La vie... faictes.--=128=, 5, B, _Non alium... aspicient._--13 à 14,
C, _versamur... annus._--17 à 20, B, L’équalité... comprins.--25 à 36,
C, Et si vous... _videmus_.--37, B, Elle ne vous... estes plus.--40 à
43, C, et ne vous... _fuerit_.--44 à 47, B, L’vtilité... vescu.--48 à
=130=, 1, B, encore n’y... issüe.

=130=, 3, C, _Omnia... sequentur._--7 à 9, C, _Nam nox...
atri._--10 à =132=, 1, B, A quoy faire... arriue.--14, C, et de
prescheurs.--20.--=Ch. XX= (XXI dans les éd. ant.).--29 à =134=, 12,
B, Son impression... empirer aussi.--=136=, 1 à 14, C, Passant à...
aux filles.--19 à 27, B, Sainct Augustin... haleine.--27.--35, C, De
qui ie... moy-mesme.--=138=, 2, B, à coup.--3 à 13, B, Et de là...
foiblesse.--16 à 22.--12 à =140=, 32, B, Il vaut mieux... sacrifices.

=140=, 32 à 34.--34 à 36, B, La bru... cotte.--36, C, de
l’assaillant.--=142=, 4 à 5.--5 à =146=, 11, B, Les mariez...
mesmes.--21, C, domestique.

=150=, 13 à 16, C, Les discours... accidens.--16 à =152=, 29, B, Si ie
ne comme... ainsi.--=154.=--=Ch. XXI= (XXII dans les éd. ant.).--=Ch.
XXII= (XXIII dans les éd. ant.).--=156=, 8, B, _Vsus... magister._--9,
B, l’antre... republique, et.--13 à 20, C, et en ce monde...
venimeuses.--20 à =160=, 1, B, _Consuetudinis_... respecte plus.

=160=, 8.--23 à 25, B, Et est tres... _veritatis_.--26 à 33, C,
I’estime... ordure.--33 à =162=, 15, B, Desrobons... peuples.--15 à
=164=, 29, C, où sauf sa... crud.--29 à =166=, 7, B, Où le grand...
noble.--7 à 9, C, Où l’on vit... effroy.--9 à 11, B, Où les femmes...
pucellage.--11 à 32, C, Où l’on salue... gentillesse.--32 à 35, B,
où ils nourrissent... l’oposite.--35 à 38, C, Où les peres... leurs
fils.--38 à =168=, 2, B, Où aux assemblées... aux autres.--12.--15 à
17.--21 à 23, C, Fit elle... honneur.--26 à =170=, 4, B, Celuy qu’on...
applaudissement.

=170=, 4 à 6, C, Quand ceux... coustume.--C, 15 à 35, B, Par où...
Thessalie.--=172=, 14 à 34, B, C’est cette... fussent.--=174=, 9 à
14, B, Non selon... marchandise.--=176=, 20 à 22, C, comme ce...
inique.--=178=, 5 à 14, C, Ie suis desgouté... sa ruine.--8.--14 à 15,
B, Le fruict... pescheurs.--15 à 18, C, La liaison... iniures.--18
à 24, B, La maiesté... effort.--25 à 34, C, Toutes sortes...
dangereux.--35, B, _Adeo... est._

=180=, 1 à 6, C, Si me semble... pays propre.--6 à 18, B, Est-ce pas...
estoit propre.--18 à 33, C, La religion... malheur.--33 à =182=, 2,
B, _Quis est_... party.--2 à 5, C, Car qui... introduit.--5 à 30, B,
Cette si... _sequor_.--30 à =184=, 4, C, Dieu le... intestines.--7 à
13, C, Si est-ce... inequalité.--13, B, _Aditum... fides._--13 à 17,
C, D’autant que... obeissance.--17 à 19, B, L’aller... effrené.--30,
C, et cet autre... May.--=186.=--=Ch. XXIII= (XXIV dans les éd.
ant.).--=188=, 8.

=190.=--=192=, 34.--=194=, 6, C, Ie suis... Sylla.--23 à 24, C, et
puis... droit.--31.--=196=, 2 à 25, C, Et puis ce... y voye.--14.--25 à
30, B, I’en sçay... leué.--30 à 31, C, La prudence... executions.--31
à 39, B, Scipion... _obligat_.--39 à =198=, 7, C, A vne vie...
rebelle.--8 à 10, B, _Stetit... metuens._--11 à =200=, 16, Mais il
est... confidence.--=198=, 27.--28.--30.--40 à =200=, 2.

=200=, 18.--24 à =202=, 2, C, Vn estranger... vent.--2 à 8, B, Le
Duc... domination.--22.--=Ch. XXVI= (XXV dans les éd. ant.).--=204=,
3 à 6, C, Mais en... _pedantesque_.--15 à 19, C, A receuoir...
aux autres.--20, B, et les lampes... d’huile.--21, B, et de
matiere.--31.--31 à =206=, 11, B, leurs opinions... hommes.--18, B,
_Odi... sententia._--31 à 38, B, Mais aucuns... compagnie.--=208=,
1, B, Et refusa... offrirent.--2.--9 à 15, B, Ce qu’Aristote...
prudents.--16.--22 à 25, B, Criez d’vn... testes.--30, B, et la
conscience.

=210=, 1 à 9, B, C’est merueille... future.--13 à 20, B, _Apud_...
sommes là.--32 à 37, B, I’en cognoy... derriere.--37.--=212=, 8.--9 à
14, C, Nous nous... mendiée.--17.--18 à 19, B, _Ex quo... quiret._--20
à 22, C, _Si cupidus... sapientia est._--22 à 26, B, Dionysius...
la faire.--33 à =214=, 1, B, Il en deuoit... experience.--2, B, ces
sçauantaux.--20 à 22, C, Et qui auoit... _sannæ_.--32 à 34, C, Et
hay... il est.--36.--=216=, 4 à 5, C, _Queis... Titan._--8.--21, B,
_Non vitæ... discimus._--26, B, _vt fuerit... didiscisse._--=218=, 7 à
=220=, 1, B, _Postquam... exire._

=220=, 4 à 14, B, Platon... craindre.--21, B, Exemple... ses
loix.--=222=, 33 à =224=, 25, B, Il est tres... guerriers.
--=226.=--=Ch. XXV= (XXVI dans les éd. ant.).--11 à 12, B, Et
à l’aduenture... nostre vie.--13.--15.--16 à 24, B, Et n’est enfant...
rien.--=228=, 23, i’engendrerois des monstres: comme font.--23 à 25, B,
Il faut... gens là.--30 à 36, B, c’estoient deux... allegation.

=230=, 11 à =232=, 7, B, Reprendre en... Politiques.--25.--30 à
36, B, Tout ainsi... nourrir.--=234=, 2 à 6, C, Voyez Cimon...
facilement.--10.--16 à 17, B, Platon en... d’autorité.--=236=, 5.--21
à =238=, 1, B, Socrates, et... discipline.--7 à 8, B, prenant...
Platon.--11.--11 à 15, C, Nostre ame... esteinte.--16, B, _Numquam...
fiunt._--17 à 24, C, Ie vy... Rome.--25, B, simple.--29, C, _Che non...
m’aggrada._--32 à 35, B, Qui suit... au moins.

=240=, 2 à 4, B, Ce n’est... mesme.--9 à 16, B, Qu’il cele... sage.--21
à 22, C, de la Rhetorique et de la Grammaire.--24 à 31, B, Sçauoir
par... fard.--32, C, de mon temps.--35.--35 à =242=, 12, B, ou qu’on...
à iuger.--30 à 31, C, _Vitamque... rebus._--32 à =244=, 12, B, Ce
n’est... corde.--25 à 37, B, Qu’il se... _assequebantur_.--=246=, 10 à
25, B, _Neque, vt_... matiere.--26.--26, B, et n’ayent... conduite.--30
à 34, B, Que l’opiniatrer... philosophiques.--=248=, 15 à 16, C, _Quæ
tellus... ferat._--22.--23 à 24, B, et le seul... part.--27 à 28, B, la
date de... ny tant.--30 à 37, B, C’est à mon... penetrent.

=250=, 2.--6 à 9, C, Comme ce... volontaire.--19 à 20, B, Ceux qui...
paroles.--36 à =252=, 1, C, A qui il... orage.--5 à 6, C, Nous
sommes... preiudice.--29 à 35, B, Nostre vie... la leur.--39 à 43, C,
_Quid... gignimus._--=254=, 7, C, _Et quo... laborem._--12 à 13, B,
Entre les... l’vtilité.--29 à 31, C, _Quid_... astres et.--36 à 41, B,
Anaximenes... monde.--=256=, 2.--3.--12.--19, B, qui se treuue.--20, B,
par opinion et par effet.--=258=, 3 à 5, C, _Deprendas... facies._--10
à 12, B, La plus expresse... serein.--15.--17 à =262=, 3, B, Elle a
pour... leur ame.

=260.=--=262=, 7 à 8, C, _Vdum... rota._--11 à 16, B, Cicero...
necessaires.--35 à 36, C, _Petite... canis._--37 à 40, C, C’est ce
que... saison.--41.--=264=, 2 à 9, B, Ny ne... ongles.--=266=, 5, B,
bonne.--6, B, la musique.--8, B, et la disposition de la personne.--13
à 15, Et à l’ouïr... contraire.--16.--17.--25 à =268=, 12, B, Enfant...
musique.--13 à 15, B, Qui ne... soleil.--29, B, son exercitation...
l’vsage.

=270=, 1 à 2, B, _multum... nesciat._--19.--19 à 33, B, Celuy-là...
actions.--38 à =272=, 3, B, _Qui disciplinam_... vies.--38, B, à
la conception.--39.--=274=, 5, B, Et c’est... _rapiunt_.--23 à 28,
C, Et quoy... feray.--32 à 33, B, S’il n’est... en soy.--38, C,
_Emunctæ... versus._--=276=, 2 à 5, C, _Tempora... poetæ._--11.--14,
B, _Plus sonat... valet._--20 à 26, B, Qu’il s’en... d’aage.--22, C,
_contorta... sophismata._--31 à 36, B, _aut qui_... querir.--=278=, 2
à 4, B, non tant... _feriet_.--5.--8.--12, B, Et si ne... appelle.--9
à 14, C, I’ay volontiers... parler.--14 à 18, B, Toute affectation...
mesprisant.--20 à 26, B, _Quæ veritati_... pensent de mesmes.--40.

=280.=--=282=, 25.--35.--=284=, 25.--=286=, 7.--7 à 25, B, Ie sens...
ne fay.--26 à 27, B, et des iugements... cognoissoit.--30 à =288=,
2, C, Mettray-ie... louablement.--2 à 5, B, Il estoit loisible...
_deformabat_.--5 à 15, C, Car i’ay... paternelle.--15 à 17, B, et
qu’aux... occultes.--33, C, Pour reuenir... propos.--=Ch. XXVI= (XXVII
dans les éd. ant.).--28 à =290=, 1, B, _Vt necesse_... persuasion.

=290=, 29 à 30, C, _iam nemo... templa._--41 à 44, C, _scilicet...
videtur._--45 à =292=, 1, B, _Consuetudine_... causes.--1.--2.--7 à
13, B, si l’on entendoit... Chilon.--18, C, à Mante.--38.--=294=, 12,
B, _Qui vt... frangerent._--39.--=296.=--=Ch. XXVII= (XXVIII dans les
éd. ant.).--25.--=298=, 6, C, peut estre.--7 à 9, B, (moy qu’il...
papiers).--13, B, longue espace.--20 à 28, B, Et dit Aristote...
iustice.--22 à 28, B, en general... coniointement.

=300=, 7.--10 à 11, C, que nous... vers.--34 à 35, C, _Et ipse...
paterni._--=302=, 25.--34 à 35, B, où l’homme... entier.--37, B, et par
les... reietté.--39 à =306=, 15, B, Laquelle pourtant... _sunt_.--23,
B, qu’en respondant... c’estoit moy.--26 à =308=, 6, B, Nous nous
cherchions... qu’à soy.--9 à 11, B, qui ayant... pareille.--24.--27 à
35, B, Ils estoient... eux mesmes.

=310=, 10 à 17, C, mais ie ne... ordinaires.--17 à 19, B,
coustumieres... nul amy.--30 à 32, B, et leur conuenance...
d’Aristote.--=312=, 5.--7 à 8, B, Quand le... demandoit.--35 à =314=,
8, B, si deux... monde.--14 à 38, B, et qui me... ailleurs.--=316=,
20.--34 à 38, C, _Illam... ruinam._--=318=, 8.--21, C, et auec
raison.--30.--=Ch. XXVIII= (XXIX dans les éd. ant.).

=320.=--=330.=

=340.=--=344.=--=Ch. XXIX= (XXX dans les éd. ant.).--20.--22 à
=346=, 18, B, I’ay veu... trace.--19.--22 à 24, B, Bien apprentis...
deffend.--25 à 26.--29 à 35, B, Ces encheriments... simple.--38, C,
prudente et.--=348=, 1, B, C’est vn... Platon.--1 à 6, C, Certaines
nations... mariage.--7 à 14, B, C’est de... parents.--20 à 25, C, Tous
plaisirs... Capitaines.--25 à 30, B, Sophocles... chastes.--34 à 37, B,
Et nostre... desbordez.

=350=, 5, C, _Fortunæ... vias._--6 à 12, B, La sagesse... bornes.--20
à 25, C, et qu’il y... ressentiment.--34 à 37, C, Cette impression...
religions.--37 à 40, B, Encore du... trespassé.--40 à =352=, 29, C, Et
en ces... voicy.--=Ch. XXX= (XXXI dans les éd. ant.).--=354=, 2 à 3, B,
et Philippus... Galba.--13.--31 à 33, C, _Hæc loca... foret._--=356=,
7 à 23, C, Il semble... fourriers.--23 à 25, B, Et voyons de...
païs.--=358=, 40 à =360=, 2, Et si pourtant... culture.

=360=, 8 à 10, C, _Et veniunt... canunt._--13 à 16, B, Toutes choses...
derniere.--35.--=362=, 2, C, _Hos natura... dedit._--20 à 21, C, comme
Suidas... manger.--=364=, 27 à 37, B, C’est don... imposture?--=366=,
7 à 8, B, par le bout... offencé.--43 à 44, C, _Vascones...
animas._--=368=, 34.

=370=, 1.--3 à 9, B, _Victoria_... contre eux.--21, B, _si
succiderit... pugnat._--26, C, les plus vaillants... infortunez.--26
à =372=, 13, B, Aussi, y a-il... battre.--=374=, 4.--4 à 12, B, Les
nostres... pere.--=376.=--=Ch. XXXI= (XXXII dans les éd. ant.).--26 à
30, B, A cette cause... cachee.--=378=, 10 à 14, C, En vne nation...
discours.

=380=, 7 à 12, B, Dieu nous... raison.--20, B, _Quis hominum...
Dominus?_--=Ch. XXXII= (XXXIII dans les éd. ant.).--=384.=--=Ch.
XXXIII= (XXXIV dans les éd. ant.).--=386=, 3.--6 à 8, B, Semble-il...
finit.--38.--42 à =388=, 18, B, Icetes auoit... prudence.--19 à 31, C,
Pour la fin... l’autre.--=Ch. XXXIIII= (XXXV dans les éd. ant.).--34.

=390=, 15, B, ou secourus... estoient.--24 à 39, B, En la police...
failly.--=392.=--=Ch. XXXV= (XXXVI dans les éd. ant.).--25 à 36, B,
et soubs... nostre.--27 à 29, B, les yeux... ventre.--33 à =394=,
3, B, Pourquoy semble... deuotion?--14 à 21, B, ce qu’on dit...
descouuertes.--28 à 33, B, Vn Venitien... a mise.--33 à 43, C, Celuy
que... reuerence.--43 à =396=, 1, C, (non pas moy... pere).--5.--8 à
11, C, Les gelées... nauale.--11 à 30, B, Les Romains... voir.--31 à
35, A, sur le subject... deux fois.--=398.=--=Ch. XXXVI= (XXXVII dans
les éd. ant.).--2.--2 à 14, B, Pour me sentir... exemples.--16, B,
_Sunt qui... confidunt._--18, B, inimitable.--21, et débauche.--24.--27
à 28, C, _virtutem... ligna._--29 à 31, B, _quam vereri..._
parement.--31.

=400=, 6, B, autre cause mouuante.--8 à 19, B, En cette...
passe.--19.--24 à 28, C, Grande subtilité... volonté.--28 à =402=,
2, B, Ils ne font... le font.--5.--10.--10 à 11, B, Sottes gens...
gloire.--16 à =404=, 13, B, et pour l’interest... carriere.--=Ch.
XXXVII= (XXXVIII dans les éd. ant.).--=408=, 2 à 10, B, Quand ie...
definition.--10 à 14, C, Qui pour... pitié.--17 à 22, C, _Largus
enim..._ imperceptiblement.--22 à 30, B, Artabanus... larmes.--24 à 43,
C, _Nil adeo... videtur._

=410.=--=Ch. XXXVIII= (XXXIX dans les éd. ant.).--17.--21 à 22, C,
_Rari quippe... Nili._--26 à =412=, 8, C, Et les marchands... à
bord.--13 à 15, C, Charondas... compagnie.--13 à 20, B, Il n’est
rien... maladies.--=414=, 11 à 12, C, comme les... secouant.--42 à 45,
B, C’est ce que... naufrage.--=416=, 20, C, _In solis... locis._--21
à 22, B, La vertu... effects.--=418=, 7 à 9, C, La solitude...
Thales.--22 à 35, B, Il est temps... office.

=420=, 31 à 35, B, Ie n’estime... liberalement.--=422=, 38 à 39, C,
_Vsque... alter?_--=424=, 1 à 20, B, Il semble... de vie.--22.--=426=,
12 à 13, C, et choisir... _ire via_.--34.--=428=, 3, C, _Tun’,
vetule... escas?_--35, B, _obuersentur... animo._

=430.=--=Ch. XXXIX= (XL dans les éd. ant.).--=432=, 11 à 12, C, et me
feroit... creance.--22 à 27, B, I’ay veu... qualitez.--27 à 38, C, Les
compagnons... _sciat_.--=434=, 10 à 14, C, Vn Roy... ceux-là.--16 à 35,
B, Ie sçais... _concinnitas_.--=436=, 26 à 27, C, Sur ce subiect...
chose.--28 à =438=, 1, B, Et eusse... succedé.--1 à 21, C, I’ay
naturellement... conception.--15 à 19.--21 à 26, B, A bienuienner...
lasches.--26 à =440=, 19, Ce sont grands... imprimer.

=440.=--=Ch. XL= (XLI dans les éd. ant.).--=442=, 22 à 29,
C, Celui-là... _daret!_--26 à 29, B, Or, laissons... leur
mort.--30.--=444=, 21.--=446=, 1 à 9, C, Au royaume... maistre.--18 à
=448=, 36, B, Toute opinion... _concurrerunt_.--36 à 40, C, I’ay veu...
ardente.

=450=, 20, B, si nous en deuenons... lasches.--28, B, Aristippus,
Hieronymus et.--29.--=452=, 20.--22 à 35, B, Toutesfois... la
douleur.--=454=, 6.--16 à 17, B, _Non enim... beati._--25, _si
grauis... leuis._--27 à 30, B, Si tu ne la... _exeamus_.--35.--33
à =456=, 25, B, de ne nous... desclouë.--30 à 31, B, Comme le...
l’âme.--33.--=458=, 7 à 11, B, Outre tant... iumeaux.--12 à 14.--20
à 25, B, Et Cicero... _mollissimus._--41 à =460=, 2, B, _Quis...
contraxit?_

=460=, 4.--10 à 11, C, _Vellere... nouam._--16 à 32, B, Il est
ordinaire... cuisses.--=462=, 10 à =474=, 21, C, Q. Maximus...
glace.--=462=, 10, Q. Maximus... _ægritudinem_.--32 à 35, B, Caton
Consul... _armis esse_.--=464=, 14 à 29, B, La plus commune... la
medecine.--11, B, à m’acquiter.--=468=, 6 à 8, B, n’y ayant...
_frangitur_.--14 à 15, B, Elles viennent... _fortunæ_.--16 à 21, B, _In
diuitiis..._ subiects?--21.--32 à 36, B, I’en faisoy... prudence.

=470=, 2, B, de monnoye.--8, B, Tout compté... l’acquerir.--11, B, Pour
auoir... pas moins.--16, B, vous n’oseriez l’escorner.--22, B, (elles
sont... bonnes).--27 à 33, B, Selon cette... prudence.--33.--=472=,
9 à 12, B, Et est follie... faict.--13, B, de quoy ie n’ay que
faire.--14, B, _Non esse... vectigal est._--16, B, _Divitiarum...
satietas._--20.--21 à =474=, 6, B, Feraulez... cœur.--9 à 16, B,
Chascun est... malheureuse.--30, B, diuersement les hommes.--=476=, 1
à 4, B, _Opinio est... impares._--6, B, humaine faiblesse.--7.--9 à
11, B, Nul n’est... feroit-on.--=Ch. XLI.=--17 à 21, C, _La fama...
sgombra._--23 à 25, C, c’est la plus... l’encontre.--23, B, _Quia...
cessat._--=478=, 34 à =480=, 16, C, _Semper enim..._ aux pieds.--=478=,
42 à =480=, 16, B, Comme les... aux pieds.

=480.=--=Ch. XLII.=--18.--20.--22.--23 à 25, B, _Hem!_...
innumerables.--29 à 31, C, _Volucrem... circo._--=482=, 42.--43, B,
_Sapiens... sibi._--=484=, 3.--8 à 9, B, vn noble... pauure.--11 à 16,
B, En Thrace... essentielle.--21 à 23, C, _Scilicet... potat._--25,
B, _Ille beatus... felicitas est._--32 à 37, C, et le soing... _ab
auro_.--=486=, 18 à 24, C, _Puellæ... mala._--33.--36 à 39, B, Tout
ainsi... rebours.--=488=, 2 à 3, C, il a beau... _et auro_.--21 à 24,
C, _Vt satius..._ commande.--29 à 30, C, _Pinguis... nocet._

=490=, 6 à 11, B, Il n’est... fauconniers.--14 à 27, C, Et ie ne
sçay... balafre.--19 à 20, B, De vray... plaist.--35, C, parleurs
et.--36 à 39, C, Le Roy... seruiteurs.--=492=, 3 à 20, C, Les
auantages... _tenent_.--20, B, _Paucos... tenent._--29 à 31, C,
_Maximum... laudare._--=494=, 7.--14 à 28, C, Toutes les... au
vice.--=496.=--=Ch. XLIII.=--16, C, qui mangent du turbot.--18.--20,
C, tels excez... Prince.--=498=, 1.--7.--23 à =500=, 17, C, C’estoit
vne... esté autres.--=498=, 21, B, à leur deuoir et.--24, B,
_Quicquid... videntur._--25.

=500=, 5 à 17, B, Platon en... esté autres.--=Ch. XLIIII.=--=502=,
42.--=504=, 21 à 24, B, Chez Herodote... de suitte.--=Ch. XLV.=--=506=,
17 à 32, C, En cette... sauueté.--=508.=--=Ch. XLVI.=--19 à 23, C, Il
est autant... des autres.--26.

=510=, 3 à 5, B, Et Socrates... enfants.--14 à 20, C, Cette
correction... l’endormit.--=512=, 12 à =514=, 8, C, Il y a tant...
confusion.--13 à 18, B, O la courageuse... iouët.--=516=, 3 à 6, B, Et
en diuerses... cognu.--12, C, _Id cinerem... sepultos?_--13 à 24, B,
Quel ressentiment... le sçait.--=518.=--=Ch. XLVII.=

=520=, 10 à 17, C, _grauissimi_... malheur.--11, B, _grauissimi...
necessitatis._--13 à 17, B, Voyla pourquoi... malheur.--27 à 29, B,
Raison... choses.--34 à 39, C, Antiochus... soyent.--=524=, 1 à 5,
B, Alexandre... impérial.--25 à 31, B, En cette... à trait.--=528=,
23.--24 à 26, B, Nous raisonnons... hazard.--=Ch. XLVIII.=

=530=, 9 à 34, B, Les Numides... commande.--35.--=532=, 14, B,
Platon... santé.--17.--23, B, institution... Cyrus.--28 à 35, B, et
pour l’aduantage... empire.--=534=, 2, B, la plus part du temps.--5, B,
quoy qu’en... Xenophon.--12 à 15, C, _cædebant... decernit._--14 à 15,
B, Leurs battailles... routes.--23 à 27, C, On assene... _gladiis_.--32
à =536=, 31, B, Celle dequoy... inuentions.--32.--33.--=538=, 4.--9,
C, et bardelles.--11 à 19, C, Ce que i’ay... _currentium_.--17 à 19,
B, _Et Numidæ... currentium._--24 à =544=, 9, C, Le Courtisan... son
assiette.--=538=, 24 à 36, B, Le Courtisan... exercice.

=540=, 4 à 9, B, Pour verifier... salent.--21 à 35, B, Quelcun
de... _transcurrerunt_.--=542=, 7 à 17, B, Bajazet... Herodote.--24
à 36, B, Ie n’estime... viuoit.--=544=, 8 à 9, B, pour montrer...
son assiette.--=Ch. XLIX.=--14.--=546=, 6 à 8, B, Il n’y a...
insensiblement.--30.--=548=, 2, C, comme font les Venitiens.--4 à 8, B,
Et touchoyent... l’autre?--29, B, comme i’en ay veu.

=550=, 23.--28 à 39, C, Ils prenoyent... estois creu.--=552.=--=Ch.
L.=--15.--15 à 17, B, Car ie ne... faire veoir.--17 à =554=, 1.--5
à =556=, 12, B, Entre les... qu’vn autre.--17 à 19, C, _Alter...
alter._--=558=, 2 à 7, B, Conformement... risible.--=Ch. LI.=--9 à
10, C, C’est vn... pied.--12 à 17, C, et croy... gaigne.--23 à 31, B,
Ariston... perorations.

=560=, 9 à 15, B, contre l’opinion... dit-il.--15, B, à Rome.--24, B,
bonne institution et.--=562=, 1 à 2, C, _Nec minimo... secetur._--20 à
23, C, Oyez dire... chambriere.--27.--27.--=564.=--=Ch. LII.=--23 à 25,
C, Il ne fut... Romains.--=Ch. LIII.=--=566=, 11 à 13, C, _Dum abest...
tenet._--20 à 28, C, _Nam cum... venirent._--35.--=Ch. LIIII.=--=568=,
14, B, merueilleux.--23 à 25, C, Les daiz... tauernes.--30 à 37, B, Le
saubriquet... à plat.

=570=, 5 à 6, B, Le desir... volupté.--21 à =572=, 22, C,
Il se peut... prix.--=570=, 21 à 24, B, il y a ignorance...
premiere.--25.--26, B, simplement.--=572=, 8 à 22, B, Les
païsants... prix.--29.--29.--31.--=574.=-=-Ch. LV.=--10.--19 à
=576=, 30, C, I’ayme... sa boue.--=574=, 25 à 30, B, les senteurs...
parfumees.--=576=, 7 à 10, B, On lit de... plus mal.--16 à 27, B, Ie
voudrois... soudain.--=578.=--=Ch. LVI.=--1 à 13, C, Ie propose...
comme icy.--6 à 10, B, tenant pour... suis nay.--20.--21, B, sinon...
tousiours.--22 à 24, B, C’est l’vnique... cette là.

=580=, 5, B, et peut... ayder.--7 à 9, B, comme il... pouuoir.--9.--10
à 15, B, Platon... constance.--26 à 32, C, _Si nocturnus..._
malice.--28 à 32, B, Et l’assiette... malice.--34 à =584=, 6,
C, Et me desplaist... part.--=582=, 2.--7 à =584=, 6, B, Quelle
prodigieuse... part.--7.--15 à =590=, 11, C, Ny n’est... taire.--=584=,
15.--17, B, C’estoyent... esbats.--23 à 33, B, Ce n’est pas...
temerité.--33.--=586=, 10 à =588=, 17, B, L’vn de noz... le nom.--36,
B, _verbis indisciplinatis._--38.--38 à =590=, 5, B, Ie propose... non
instruisants.

=590=, 11.--22.--25.--36, B, et le conuions à l’iniustice.--26,
C, _Quæ, nisi... diuis._--33 à 38, C, Au pied... _ipse_.--33 à
35, B, Au pied... auarice.--=592=, 11.--18 à 19, C, _Tacito...
concipimus._--20.--31 à 35, B, Les Dieux... prudence.--36, B, comme
d’vn iargon, et.--39, C, ou de nostre contenance.--=594=, 2.--11
à 16, C, Ny les... _mica_.--11 à 12, B, Ny les... meschant.--=Ch.
LVII.=--24.--=598=, 3 à 5, C, Si l’espine... Daulphiné.--9 à 14, B,
Ouy, en... d’eux-mesmes.--21 à 28, C, _Vbi iam..._ dangereux.--29.


LIVRE SECOND.

=600.=--=Ch. I.=--18.--19 à =602=, 9, C, Il y a... vray.--8, B, et
distinctement... à piece.--37 à 39, C, _Nonne... possit._--=604=,
5 à 6, B, Nous flottons... constamment.--9 à 12, B, (Empedocles...
mourir).--30.--38.--=606=, 11 à 18, B, Quand nous... despit.--24 à
=608=, 4, C, Cette variation... Logique.--=606=, 24 à 29, B, Cette
variation... simple.--36, B, chaste, luxurieux.--38, B, sçauant...
prodigue.--=608=, 20 à 36, C, Quand estant... courage.--20 à 26, B,
Quand estant... _proficiscatur_.--28 à 29, B, Toute incomparable...
taches.--34 à 36, B, Et l’exces... courage.

=610=, 4.--8, B, _cui viuendi... prouisa est._--25 à 32, B, Ny ne
trouue... publiques.--34, C, chaque moment.--36, B, _Magnam...
agere._--=612=, C, _Hac duce... venit._--=Ch. II.=--29 à =614=, 3, C,
La confusion... incognus.--=612=, 45 à =614=, 3, B, Comme Socrates...
incognus.--10 à 16, C, et estonne... de soy.--15 à 16, B, Le pire... de
soy.--20 à 22, C, _Tu sapientium... Lyæo._--31 à 34, B, Et commit...
vin!--36 à =616=, 21, C, _Nec facilis..._ ensemble.--1 à 21, B, Ie
n’eusse pas... ensemble.--26 à 27, C, _Hoc quoque... ferunt._--28.--30
à 31, C, _Narratur... virtus._--38.--38 à 39, C, Et escrit-on...
affaires.--=618=, 10 à =620=, 30, B, Vn homme... bouteilles.

=620=, 33.--=622=, 2 à 3, B, Les autres... prix.--5 à =624=, 5, C, Ie
ne puis... Arcesilaüs.--=622=, 8 à =624=, 5, B, Ma constitution...
Arcesilaüs.--24 à 27, C, _Sudores... videmus._--29 à 32, B, comme
vn... fadeze.--33 à 34.--36, B, qui feignent... poste.--=626=, 4 à
11, Laissons... pilez.--26, B, mot d’Antisthenez.--32, C, et dignes
de luy.--=628=, 16 à 20, C, et s’en respond... celeste.--16 à 20, B,
Platon... celeste.--=Ch. III.=--24.--31.

=630=, 10 à 11, B, Et à Philippus... mourir?--12 à 16, C, Nous
pouuons... Romains.--=632=, 2 à 5.--3 à 21, B, C’est foiblesse... de
vie.--22.--27 à 29, B, que nous ne sommes... contre nous.--36, B,
d’espreuue.--=634=, 22, B, _Hic, rogo... mori?_--28.--32 à 37, B,
Platon... craintiue.--46, B, Il n’en vaudroit de rien mieux.--49 à 51,
C, _Debet... accidere._--=636=, 32 à 33, C, _Sperat... minax._--=638=,
9.--13 à 22, C, A la iournée... _locauit_.--13 à 19, B, A la iournée...
_superstes fuit._--24.--25.--25 à 26, B, Seneque... l’ame.--28 à 42, B,
Damocritus... les siens.

=640=, 28, B, par l’vne... playes.--30, B, sur eux.--35 à =642=, 1,
B, L’histoire... conscience.--17 à =650=, 2, C, Lucius Aruntius...
testament.--=642=, 18 à =644=, 16, B, Granius Siluanus... le feu.--35
à =646=, 43, B, Vibius Virius... Consul.--49 à =648=, 28, B, Astapa...
iugements.

=650=, 7 à 10, B, Par où... iugement.--16 à 25, B, En
certain... partie.--25 à 26.--=652=, 30 à 31, C, La douleur...
incitations.--=654.=--=Ch. III.=--1.--7.--=656=, 5 à 6, C,
vers laquelle... complexion; et.--9 à 14, C, Ie n’en...
d’autruy.--20.--36.--=658.=--=Ch. V.=--1 à 2.--7.--11 à 15, C, Comme
il... esperance.

=660=, 2.--13 à 15, C, _Quippe... dedisse._--24 à 26, C, Et ie puis...
desseins.--=662=, 1 à 4, il auoit... innocence.--6 à 7, B, Et
celuy... souffrir.--17 à 24, C, Que ne diroit... gehenne.--19 à 21,
B, _Etiam..._ gehenné.--22.--25, B, dit-on.--26 à =664=, 5, B, bien
inhumainement... instructiue.--=Ch. VI.=--11.--=666=, 2.--16, C, _Jus
hoc... habebat._--25 à 33, B, Combien... crainte.--38.--38.--=668=, 9 à
13, C, Voicy que... ailleurs.--39.

=670=, 18 à 19, C, _Perchè... mente._--25 à 26, C, _Come...
desto._--40.--=672=, 3 à 7, C, _vi morbi... fatigat._--14, C,
_Viuit... suæ._--20 à 31, C, Ie n’imagine... misere.--=674=, 10,
C, _Semianimésque... retractant._--13 à 22, C, et ont des...
_dolorem_.--23.--42, C, et arrosée.--=676=, 13.--15, C, _Vt tandem...
mei._--20.--38 à =682=, 26, B, Et ne me doibt... sa bouche.



SECOND VOLUME


=10.=--=Liv. II, Ch. VII.=--=12=, 10 à 11.--12.--16.--25, B, non
plus... mesmes.--28.--14, 12 à 14, C, Et qui... militaire.--20, B,
_Neque enim... sunt._--=16=, 11.--=18.=--=Ch. VIII.=--17.--21, B,
vostre mari.

=20=, B, vostre fils.--24 à 36, B, Ioint cette... prendre.--=22=, 7, B,
et ne les... de moy.--17.--24, B, Comme... pour sortir.--27, B, nous
mesler d’.--=24=, 22 à 23, C, Ie le hay... personne.--23.--27.--36
à 37, B, (de vray... d’auarice).--=26=, 11 à 29, C, I’accuse...
opiniastres.--18, B, Leonor.--32, B, _nullum... habet._--40 à 42, Ie me
maryai... Aristote.--42 à =28=, 7, B, Platon... importune.--10 à 19, C,
d’autant... dix ans.--11, B, par l’accouplage des femmes.--15 à 22, B,
Muleasses... Venerien.--37.

=30=, 1, C, à l’imitation... qualibre.--28.--=32=, 32, B, comme
nostre... miliers.--=34=, 5, C, vrais epouuantails de cheneuiere.--6
à =38=, 20, C, Quand ie... auantageusement.--=34=, 13, B, le plus...
France.--31 à =36=, 14, B, Ce seroit... effect.--31 à 34, B, Le vieil
Caton... à nous.--=38=, 2 à 20, B, Au cas que... auantageusement.

=40=, 7.--9 à 17, C, O mon amy... que ce soit.--9 à 13, O mon amy...
priuation.--34 à =42=, 8, C, Pourtant... belles.--19 à =46=, 6, B,
En general... laissez.--26.--=48=, 3, B, autour de.--15 à 20, B, Ie
croy... premiers pas.--20.--32 à 34, B, Platon... Minos.--35 à =50=, 5,
B, Heliodorus... façon.

=50=, 33 à 37, C, Pareil... manger.--=52=, 22, C, Et ie ne... que
moy.--22, B, beaucoup.--24 à 31, B, A cettuy-ci... que moy.--33.--34 à
35, B, Car selon... ouurage.--39.--=54.=--=Ch. IX.=--25 à 26, B, Tite
Liue... _gerebant_.--27 à 31, C, ou se couuroient... rarement.--=56=,
2, B, ou autrement.--7 à 15, C, et comme... victoire.--24 à 28, C,
Et craignoit... gauche.--24 à 25, B, Et craignoit... garder.--36, B,
L’Empereur... armée.--40, B, _arma... dicunt._--=58=, 3 à 5, C, iusques
à... haste.--7 à 9, B, Le ieune... cuit.--17.--32 à 36, C, _Flexilis...
armos._

=60.=--=Ch. X.=--15.--16.--17 à =62=, 12.--31.--=64=, 2, C, _Has
meus... equus._--5 à 12, C, Si ie m’y... reiterées.--7 à 8, B,
et contention... ferme.--9, B, Ma veue... dissipe.--20.--34, B,
anciens.--34.--39, C, et aduoue.--=66=, 13, C, Et le cinquiesme...
parfaict.--19, B, à toute heure... à luy.--28, C, _O seclum...
infacetum!_--30, C, cestuy-ci... Gentil-homme.--31, B, et
preference.--32 à 34, B, fait beaucoup... compagnon.--=68=, 10.--26, C,
ils montent... iambes.--26.--29.--31 à 35, C, Et les dames... ordinaire.

=70=, 1.--14.--22, B, et dependance.--22.--31, C, selon moy.--31, B,
en particulier.--=72=, 2, C, il nous... pousse.--4.--7.--15, B, ou
éloquent.--28, B, à qui il... portera.--31, que nous... _corda_ [manque
dans 88].--36 à =74=, 6, B, La licence... dressent.--10.--29, B,
ambitieuse.--35.--=76=, 21 à 25.--28.--30 à 34, B, ou plus entendu...
fantasies.--=78=, 8.

=80=, 7.--16, B, ou au moins... sorte.--20.--22.--=84.=--=Ch.
XI.=--=86=, 12 à 16, B, quoy que die... iamais des coqs.--23, B, et en
ses mœurs.--25 à 27, B, _et ij qui... retinent._--34, B, _multum...
lacessita._--=88=, 19, B, et imperfections.

=90=, 8.--14, B, _Sic abijt... gauderet._--23, C, et d’vne...
virile.--26, C, _Deliberata... ferocior._--26.--32 à 43, B, La
philosophie... à sa vie.--=92=, 10 à 13, B, A ce tressaillir...
aduenir.--16 à 17, B, Aristippus... fit-il.--=94=, 22 à 23, C, _Haud
ignarus... possit._--27 à 30, C, I’ay veu... Au demeurant.--=96=,
12 à 15, C, _Seu Libra... vndæ._--17 à 19, C, La responce... en
horreur.--25 à 43, C, Ie diray... exemple.--26, B, par là en plusieurs
choses.--28 à 43, B, Aristippus... exemple.--=98=, 1 à 2.--9, C, _nec
vltra... foueo._--19 à 24, B, Ce sont incontinant.--27 à 29, B, Et les
familiers... l’autre.--31 à 33, C, L’innocence... d’art.

=100=, 9 à 12.--12.--18 à 20.--22 à 25.--25.--29.--31 à 33, B, Il
n’est... peintes.--=102.=--7.--12 à 31, B, Ces iours... changée.--36
à =104=, 17, C, comme Dieu... essentielle.--36 à =104=, 2, B, comme
Dieu... _diuexarier_.--14 à 17, Les Ægyptiens... essentielle.--28, C,
en angoisse.--30, B, _Vt homo... occidat._--37 à 38, C, _quæstuque...
similis._--45 à =106=, 5, C, Apres qu’on... desmembrer.--12, C,
nations.--22 à 37, C, _Muta ferrarum... formæ._--42, B, _Belluæ...
consecratæ._--=108=, 1 à 5, C, _Crocodilon... venerantur._--10 à
14.--19.--26 à 30, C, Ie ne crain... bestes.--35 à =110=, 3, B, Les
Agrigentins... trespas.

=110.=--=Ch. XII.=--28, C, non plus... predecesseurs.--=112=,
12.--14.--22, C, _Nam cupidè... metutum._--25, B, particulier.--28,
C, comme celuy-là.--31, B, nommément... foible.--32.--=114=,
9.--25.--=116=, 39 à =118=, 2, C, Voulez vous... Chrestiens.--2 à 7, B,
Toutes autres... verité.--7 à 18, C, Pourtant eut... vicieuses.--23 à
26, B, _Breuis..._ croire.--34.--36 à =120=, 21, B, Sentez si... dire.

=120=, 31, B, et casuelles.--32 à =122=, 2, B, Ie voy cela...
incite.--9 à 26, B, Le meilleur... prestre.--30 à 32, C, _Non iam...
ceruus._--=124=, 6 à 7, C, Nous sommes... Alemans.--9.--13 à 15,
B, Plaisante... descroire.--17 à =126=, 10, B, Ils establissent...
peuuent.--10 à 15, C, L’erreur du... imbecillité.--36 à =128=, 2, C,
Car ce monde... intelligibles.--9.

=130=, 3 à 7.--22 à 25, B, Abbattons... aux hommes.--3 à =132=, 2,
B, Car Sainct Augustin... entremise.--34 à =134=, 4, B, Ont elles...
accouplage.--41 à 43, B, _quæ molitio... fuerunt?_--=136=, 2 à 9, B,
Dirons nous... _angustiæ_.--10 à 11, B, y deuiner... Anaxagoras?--14
à 17, B, _Inter... cogitantem._--19.--34 à =138=, 12, B, Quand ie...
temps.--18 à 23, C, Toutesfois... mouuements.--25.--31 à 34, C, _Et
mutæ... gliscunt._--34.--38, B, leurs mouuemens... traictent.

=140=, 1 à 2, C, _Non alia... linguæ._--10 à 11, C, _E’l silentio...
parole._--12 à 37, C, Quoy des mains... intelligible.--12 à 32, B, Quoy
des mains... d’autre langue.--=142=, 6.--39.--=144=, 19 à 31, C, _Tum
porro... rerum._--33.--36 à 39, C, Nos anciens... froid.--40.--=146=,
12, C, _Sentit... abuti._--21.--=148=, 18 à 28, C, Comment ne... rire
encore.--32 à 35, C, _Variæque... cantus._

=150=, 7, C, _Indupedita... vinclis._--10 à 11, C, _Res quæque...
seruant._--28, B, et de plus riches effects des facultez plus
riches.--30 à 31, B, ou quelque... meilleure.--=152=, 30 à 33, C, et
les Climacides... en coche?--35 à 36, B, Les femmes... mary.--39 à
=154=, 15, C, Des armées... tombe.--10 à 15, B, Quand les... tombe.--18
à 25, B, A quel... seruis.--32 à 41, C, _Serpente..._ ses rets.--43, B,
des colliers.--=156=, 34 à 35.--=158=, 36.

=160=, 28 à =162=, 1, C, Nous pouuons... harmonie.--=164=, 16.--18 à
19, C, qui tient... ordonnée.--21 à 24, C, _Si quidem... turrim._--34
à 39, C, comme faisoient... aspreté.--=166=, 1, B, et siecles.--1 à
3.--22.--22 à 24, C, et i’ay... traictent.--=168=, 9.

=170=, 6, B, desquelles... à nous.--38.--=172=, 10.--15 à 22, C,
Et reiettent... _ictum_.--=176=, 26.--=178=, 7 à 9, C, _Quando...
apri?_--10, B, pourtant.--22 à 25, C, _Fulgur... mundi._

=180=, 2 à 7, _Quam... tellus._--21 à 22, C, qui ont... Crassus.--25
à 44, C, Qu’on... elephant.--25 à 33, B, Qu’on... à dire.--45, B,
vifue.--43 à =186=, 3, C, Nous pleurons... les nostres.--=188=, 23 à
27, C, Touchant... mourir.

=190.=--=192=, 38 à 40, B, de laquelle... appetit.--41, C,
_Turpis... color._--43 à =194=, 19, C, et chargent... l’espaule.--6
à 9, B, Et vn homme... d’oreille.--14 à 19, B, Non seulement...
Pline.--23 à 26, B, Tout ainsi... boule.--31 à 35, B, _A multis..._
aërées.--=196=, 4 à 8, B, Quels animaux... bestes?--12, B, _Simia...
nobis!_--13.--17.--20.--25.--31.--32.--33 à 39, C, Ce n’est...
_amore_.--=198=, 5.--38.--41 à =200=, 4, B, Car en fin... tantost.

=200.=--14 à 24, C, S’il ne nous... _dari_.--15.--18 à 24, B, _Vt
vinum... dari._--=202=, 1 à 20, C, A on trouué... sa vie.--11.--13,
B, ou pour... richesse.--15 à 20, B, Il ne nous... à sa vie.--39
à =204=, 2, B, d’autant... peché.--5 à 7, B, Et les Sereines...
science.--10 à 11, B, _Cauete... mundi._--11.--14.--20.--22 à 24, C,
Les Dieux... essence.--=206=, 1 à 9, C, _Deus..._ sapience.--14.--14
à 17, B, Conformément... surmonte.--19.--34.--28 à =208=, 5, B, _Re
succumbere..._ Stoïques.--17.--18, et ceux d’vn cheual [manque à 88].

=210=, 10, C, à present.--14.--14 à 20, B, Ce qu’on... quelconque.--25
à =212=, 19, C, comme elle... guider.--18 à 19, B, Il nous faut...
guider.--24.--25, B, _Segnius... sentiunt._--34.--36.--36 à 38, B,
comme disoit... _mali_.--=214=, 7 à 19, B, Si ne la... suiure.--26
à 27, B, retirer... et de.--30 à 31, B, _Leuationes... ponit._--37
à 39, C, Ce seroit... _la noia_.--=216=, 2 à 4, B, et conseil...
_memoria_.--13 à 16, B, Et cela... _volo_.--17, B, _qui se...
ausus._--22, B, _Iners... est._--=218=, 15 à 20, B, _Placet?..._ V.
le B.--35 à =220=, 7, C, Et Crates... corps.--=218=, 35 à 36, B, Et
Crates... hart.

=220=, 22, B, par les Espagnols.--=222=, 14 à 24, B, O cuider...
sagesse.--34 à =224=, 1, C, Si elle... Ciceron.--=222=, 36 à =224=, 1,
B, _Melius..._ Ciceron.--3 à 7, C, Nous disons... sienne.--8 à 22, B,
et le fait... _omnia_.--=226=, 11.--21 à 29, B, C’est... descouure.--31
à 37, B, Nous sçauons... _vitæ_.--39 à =228=, 3, B, Et pendant...
_diffidens_.--14, B, de sagesse.--21.--37 à 40, B, de qui... Xenophanes.

=230=, 16 à 21, B, Zenon... science.--=232=, 10 à =234=, 20,
C, Pourquoy... croyent.--=232=, 20 à 21, B, _ad quamcumque...
adhærescunt._--24 à 26, B, _Hoc..._ autres.--30 à 33, B, Qu’iray-ie...
ignorons.--=234=, 1 à 7, B, S’il est... professeur.--23 à 24,
B, Rien... faux.--27, B, et suspension.--=236=, B, _non enim...
voluit._--7.--14, B, en regle et droicture.--17 à =238=, 2, B, Si
n’est-il... humaines.--11 à 14, C, C’est vne... valons.--12 à 13, C,
_Dominus... sunt._--24 à 37, B, _quam docti... requiratis._

=240=, 4 à 5, B, Et pourtant... escrits.--8.--10 à 32, C, Oyez la...
disciplines.--10 à 18, B, Oyez la... _nota_.--19.--22 à 23, B,
Clytomachus... estoit.--31 à 37, B, Cicero... disciplines.--=242=, 4
à 9, B, De quelque... _profuerunt_.--10.--9 à 31, B, Le conducteur...
d’autruy.--32 à 36, C, comme... autres.--38.--38 à =244=, 20,
B, Et les reconciliateurs... matiere.--25 à 30, C, semblable...
_prouidentiæ_.--26.--29 à 30, B, reuenant... _prouidentiæ_.--35.--35,
B, et trouuent... sçauoir.--=246=, 3.--7 à 8, B, Et volontiers...
supposé.--15 à 35, C, _Satius..._ apres.--15 à 20, B, _Satius..._
salutaire.--31.--=248=, 2.--7 à 9, B, pourueu... _vi_.--15.--19 à 39,
B, Platon... compte.

=250=, 5 à 7, B, _Non tam... voluisse._--22, B, soubs quelque nom.--24
à 34, B, _Iupiter..._ songes.--36.--39 à =252=, 20, B, Pythagoras...
effect.--21.--42 à =256=, 30, B, Thales... inconsiderée.--32.--=258=,
B, nos morts et sepultures.--7 à 12, C, _Quæ procul... iracundias._--9
à 12, B, _Formæ... iracundias._--13 à 15, B, non-seulement...
misere.--16 à 25, C, _Quid..._ veneration.--19 à 25, B, Les
Ægyptiens... veneration.

=260=, 2 à 4, B, Si sont... mondaines.--17.--30, B, Tout... mortel.--27
à 28, B, et parfaitement... experience.--35 à 36, C, _Hector...
equo._--40 à 41, C, _Quod... migrant._--=262=, 4 à 8.--25 à 26, C,
_Scilicet... toto._--31 à 32, C, _Inter... omnes._--45 à =264=, 1,
B, s’il... mortelle.--13 à 20, C, C’est... cognoissance.--29 à 34,
B, Comme... d’or.--33 à =266=, 20, C, _Sulmone..._ contente.--1 à
17, B, Les Getes... _malorum_.--25.--26 à 37, C, et de vouloir...
_occidissent_.--33 à 35.--36 à 37, B, _Quæ fuit... Occidissent._--38
à =268=, 12, C, qui ne... prophete.--=266=, 39 à =268=, 3, B, et
ne... peine.--7 à 12, B, Et elle... prophete.--13 à 14, B, en la...
l’embonpoinct.--15 à 25, B, _Tantus... intulit._--34 à =270=, 2, B,
_Infirmum..._ cela.

=270=, 32.--38 à 39, C, _Terramque... innumerali._--=272=, 4 à 5, C,
_Cum... crescat._--10 à 12, C, _Quare... æther._--14 à 19, B, que
Platon... createur.--22 à 23, B, Epicurus... dissemblables.--27 à 29,
B, Et au... Ceres.--31 à 42, C, Et y a... est ainsi.--39 à 41, des
nations... noire.--=274=, 6 à 8, B, Cela... ignorance.--14.--15 à 18,
B, la neige... Ou si.--23 à =276=, 3, C, Et non... vaine.--=274=, 26 à
27, B, la mort... moment.--32 à =276=, B, Protagoras... vaine.--3.--16
à 22, C, Prenons... embourbez.--27, B, assurent que.--35 à 36,
C, Cette fantasie... balance.--=278=, 6.--32 à 36 B, _Mirum..._
similitude.--40.--41 à =280=, 26, C, Et est... corps.

=280=, 1 à 26, B, _Magna..._ corps.--28 à =292=, 14, C, Voyez...
familieres.--=280=, 40 à =282=, 2, B, _Quasi..._ faict.--8, B,
quand... trouue.--9 à 13, B, L’homme... faire.--20 à 37, B, Nous
sommes... bonté.--39 à =284=, 6, Les biens... compagnons.--14 à 15, B,
_Profecto... camparant._--27 à =286=, 11, B, Varro... langue.--13 à
14, A, (le lyon... espece).--19 à 25, B, D’où... _humana_.--38 à 39,
B, _Tam... natura._--=288=, 12 à 13, B, pour nous... des leurs.--18 à
22, B, Les Cauniens... territoire.--24, B, qui la peste.--24 à 25, B,
qui vne sorte... _Deos_.--27 à 28, B, à chasque... Dieu--31 à 36, B, _O
sancte... venerandus._--37 à 39, B, qui loge... _auo_.--42 à =290=, 8,
B, Trois à... mauuais.

=290=, 11 à 18, B, L’homme... _fallitur_.--20 à 23, B, Et ne...
temerité.--26 à 27, B, s’enquiert... reglément.--32 à 34, B, et
vtile... receuoit: et.--37 à =292=, 14, B, Socrates... familieres.--27
à =294=, 10, C, et ranger... poetique.--=292=, 27 à 29, B, et ranger...
Platon.--35, B, et fanatiques folies.--34 à =294=, 10, B, Ie suis...
poetique.--16 à 17, C, (et nostre... iustice).--24 à 29, B, Platon...
dire.--=296=, 7 à 15, B, Et ce n’est... faillent.--22 à 24, Car...
_plagas_.--27 à 32, B, Comme... hommes.--=298=, 5, B, à telle...
basse.--8.--8 à 11, B, _Omnia... homo est._

=300=, 15.--=302=, 7 à 9, B, La persuasion... Platon.--=304=, 11 à 21,
C, non de... _insinuet se_.--11 à 16, B, non de... cognoistre.--38 à
39, C, _Habitum... dicunt_.--=306=, 4 à 6, B, Et apres... Cicero.--8 à
11, B, Heraclitus... essence.--15 à 16, C, _Vt bona... valentis._--18
à 19, C, _Hic... mulcent._--24 à 29, B, _Qua facie..._ ignorées.--39
à =308=, 15, B, Que craignons... Dieux.--30 à =310=, 2, B, Et lors...
sage.

=310=, 6.--6 à 9, B, Qui fagoteroit... moderees.--17.--28, B, et
les falsifient.--31, B, pour... enfans.--33 à =312=, 17, C, Ie
conseillois... fortuit.--1, B, et a tant dict.--4 à 5, B, _Nihil...
philosophorum._--8 à 17, B, Mes mœurs... fortuit.--18.--33 à 34,
B, _Medium... lustrat._--37 à 38, C, _Cætera... mouetur._--=314=,
33 à 35, C, _Si in... tenemus?_--37.--41.--=316=, 12 à 14, C, _Nam
si... errat._--30 à 33, B, Platon... temporelles.--36.--=318=, 3 à
4, C, _Gigni... mentem._--10 à 11, C, _Mentem... videmus._--15 à
16, C, _Corpoream... laborat._--25 à 27, C, _Vis... veneno._--32,
C, accablé.--35 à 38, C, Vis morbi... _vndæ_.--50 à =320=, 2, C,
_Morbis... cadenti._

=320=, 4 à 11, B, non plus... premiere.--12.--25 à 28, C, _Simul...
decidere._--26 à 28, B, Ce que... _decidere_.--35 à 40, _Non
alio..._ lumiere?--41 à 44, B, laquelle... d’autres.--=322=, 2, B,
principalement.--4 à 6, B, non plus... _probantium_.--11.--13, B,
comme dit Platon.--16 à 25, B, Vn soing... volontiers.--28 à 29, B,
_Somnia..._ ancien.--=324=, 8 à 9, B, _Perdam... reprobabo._--22 à 33,
B, Confessons... _persuasione_.--37 à 39, B, Laissons... finie.--=326=,
7.--7 à 32, B, Et luy... en luy.--=328=, 11, B, des nostres
mesmes.--32, C, iusques au bout.--40 à =330=, 5, B, Car... terre.

=330=, 35 à =332=, 8, B, Et, qui... impossible.--17 à 30, C, Il ne...
vaisseau.--22 à 30, B, I’ay veu... vaisseau.--32 à 35, C, Tenez...
_scauezza_.--=334=, 6.--9 à 10, B, Et Platon... bestes.--18 à 33, C, On
le... tracent.--28.--30 à 33, B, Et n’y... tracent.--35.--=338=, 9.--25
à 26, C, _Non potest... comprehendendi._--33.

=340=, 10.--27.--35 à 36, B, _Inter... interest._--=342=, 8.--=344=,
12 à 20, C, Quoy... supernaturelle.--36 à 40, C, Cleomenes...
fantasies.--=346=, 1.--7 à 8, C, Ce venerable... iustice.--=348=,
16 à 18, C, Vn mesme... aggreable.--20 à 24, C, Il se...
l’allegresse.--21.--26.--28 à =350=, 16, C, En mes... doigt.--=348=, 42.

=350=, 23, B, suiuant... Peripateticiens.--28 à 38, B,
_Semper..._ politique.--38.--38 à =352=, 3, C, et la prudence...
presomption?--9.--9 à 14, B, ou bien... _queat_.--18.--18 à 19, B,
n’allant... emprunté.--19.--20.--20.--22 à =354=, 5, B, N’y a...
incroyable?--32 à 38, C, Autant... _relinquit_.--39.--=356=, 6 à 9,
C, Ainsi... produites.--7.--19.--20 à 21, B, par le... aixieu.--24 à
25.--34.--37.--=358=, 17 à 18, C, Il ne... choses.--39.

=360=, 5, C, c’estoit... Antipodes.--15.--15 à =368=, 19, C, et s’il...
mescompte?--=360=, 15 à =362=, 11, B, et il... Saïs.--16 à 24, B, En
verité... choses.--37, B, l’abstinence... viure.--=366=, 30 à 35, B,
_Et plaga... valentes._--=368=, 1 à 2, B, icy à la liberté, icy à la
seruitude.--8 à 10, B, disant... infertiles.--18 à 19, B, et qu’en...
mescompte?--27 à 36, C, _Quid... vxor?_--30 à 34, B, C’est pourquoi
d’icelles.--37.

=370=, 5 à 14, C, Disons... nostres.--11 à 14, B, Cleobis...
nostres.--18, C, _Virga... sunt._--23 à 29, C, _Si consilium..._
doubteux.--32 à 34, B, duquel... _disputat_.--=372=, 1, B, qui
a... douleur.--3, C, de l’ancien Pythagoras.--6, B, Aristote...
n’admirer.--16 à 26, C, Combien... ce seroit.--30, C, comme est...
diuin.--=374=, 4 à 19, B, Et chez... parolle.--36, B, et temerité du
sort.--=376=, 20 à 24, C, Il est... inconstance.--24, B, _Nihil...
artis est._--=378=, 10 à 17, B, Ses amis... des choulx.--17 à 23, C,
C’est vn... _pacis_.--23.--25 à 30, B, On preschoit... repliqua il.--30
à 33, C, _Inde furor... colit._

=380=, 17, B, Aux foibles esprits.--13, C, Arcesilaus... le fust.--19
à 26, B, _Et obscœnas..._ excessiues.--=382=, 7, B, Et la plus...
obligation.--8.--10 à 19, B, A peine... suiuy.--=384=, 8 à 20, B, C’est
comme... sa regle.--25.--=386=, 23 à 32, B, Pourtant... Landit.--=388=,
13 à 20, B, Voyez... l’interprete.--28 à 38, B, Les Cyrenayens...
cogitation.

=390=, 8, C, _Via... mentis._--13, B, Et selon... sentiment.--=392=,
2 à 4, C, _An poterunt... reuincent._--20, B, laquelle...
consequences.--=394=, 14 à 21, B, Qui apprend... tasté.--=396=, 10,
C, _Quicquid... videtur._--15, C, _Nec tamen... noli._--21 à 24, B,
Timagoras... l’instrument.--38 à 47, B, Ce conseil... l’impudence.--42
à =398=, 4, C, Au cas... science.--10 à 16, C, _Extantésque...
raptim._--31 à 41, C, Quant à... bouche.--42 à =400=, 9, B, Et Zenon...
à moy.

=400.=--=402=, 15, B, _Vt despici... possit._--20 à 22, C, Que
Theophrastus... changer.--25 à 27, B, _Fit etiam... timore._--42
à =404=, 1, B, Ils mentent... à l’enuy.--5, C, _Multimodis...
vigere._--18 à 31, C, Ceux qui... dormir?--25 à 31, B, Nous veillons...
dormir?--=406=, 18 à 21, C, Quelque... qualité?--23, _Lurida...
Arquati._--41 à =408=, 1, C, si nous... _bina_.--10 à 15, _Et vulgo...
colore._--28.

=410=, 2 à 9, C, Ces personnes... desdaignables?--14, C, _Vt cibus...
ex se._--24.--28 à 32, B, Pourquoy... friandise.--34.--=414=, 16 à 22,
B, Estimant... grand cas.--26 à 39, C, Epicharmus... autres.--=416=, 2
à 5, C, _Mutat... cogit._--=418=, 23.--25, B, Extraordinairement.--28,
B, C’est à... metamorphose.

=420.=--=Ch. XIII.=--17 à 25, C, _Prouehimur..._ auec nous.--27, B,
_Tot circa... deos._--29 à 35, B, Comment... qu’vn.--=422=, 11 à 18,
C, Et cette... actions.--18.--18, B, _Non tanta... fulgor._--25, B,
D’autant... dessein.--33 à 35, C, _Vidimus... morti._--=424=, 5,
C, _Impiger... coacta._--19 à 22, B, Pendant... gens.--22 à 25, C,
Albucilla... Sicile.--26 à 31, B, Et C. Fimbria... transperça.--37, C,
Si Cæsar... croire.--=426=, 8 à 13, B, Il n’y a rien... cogitation.--33
à 40, B, L’histoire... auancé.

=430.=--=Ch. XIV.=--32.--=432.=--=Ch. XV.=--2.--5, B, _In æquo...
amittendæ._--9.--14, C, _Si nunquam... parens._--28 à 30, B,
Combien... l’Amour?--31, C, Elle est... escorche.--=434=, 6 à 12,
C, Ceux de... à un autre.--12 à 17, B, I’ay chassé... deuant.--21,
C, _Nisi... mea._--26 à 35, C, La rigueur... _heri_.--26, B,
Pourquoy inuenta... amants.--43.--37 à =436=, 20, C, Pourquoy a...
languissante.--10.--14.--23 à 31, C, C’est vn... dommage.--=438=, 2 à
5, C, Qu’ils... _serpunt_.--8 à 14, B, Les histoires... d’ailleurs.--14
à 17, C, Il y a... hayes.--17 à =440=, 29, B, _Furem..._ trente ans.

=440.=--=Ch. XVI.=--=442=, 32 à 36, C, Le premier... _fleurisse_.--40,
C, _Gloria... est._--=446=, 6 à 8, B, Aristote... fuyr.--22 à =448=,
5, B, N’y va... _suam_.--9, B, _Profecto... obscuràtque._--12 à 18, B,
C’est le... longueur.--19, B, _Quasi... sit._--28 à 34, B, _Vera..._
particulier.

=450=, 4.--17 à 22, Qui tient... _nostræ_.--43 à 46, C, _Virtus...
auræ._--=452=, 5, B, _Non... decore._--9 à 13, C, Il faut...
d’inconstance.--13 à 16, B, Est-ce... _vniuersos_.--16, C, quiconque...
prise.--17 à 22, B, _Nil tam... laudetur._--22 à 33, C, Null’art...
vtile.--33, B, _Dedit... iuuarent._--34 à =454=, 4, C, Le marinier...
_dolos_.--5 à 12, B, Paul Æmile... consentement.--12 à 17, C, Il
y a... _bellè_.--27, B, en particulier.--31 à 36, C, Et qui...
asseurez.--=456=, 2 à 10, C, En celles... _extrà_.--24, B, à la...
en soy.--27 à 29, B, Et quand... par fois.--=458=, 1, C, surnom...
Angleterre.--6.--7.--10, C, _Nunc... violæ._--22 à 23, C, _Casus...
aceruo._--27 à 31, B, Les fortunes... d’exemples.--35, C, _Ad nos...
aura._--37 à =460=, 1, C, Les Lacedemoniens... memoire.

=460=, 14, B, Et ce... demeurant.--17, C, _Quos... recondit._--30, B,
_rectè... est._--38 à =462=, 3, C, Si le peuple... l’entreprend.--4
à 14, B, Et Platon... _possunt_.--26 à 35, B, Et l’authorité...
d’Ægypte.--40, C, _In ferrum... vitæ._--=464=, 4 à 7, C, _vt
enim..._ refus.--6, B, Ny.--17 à 19, B, Toute... conscience.--=Ch.
XVII.=--=466=, 16, B, Et de qui... parlent.--26, B, _Nec id...
fuit._--37.--42.--=468=, 1, B, On peut... gloire.--2 à 9, C, Ie suis...
n’oublions pas.--20 à =470=, 8, B, Il me semble... Pareillement.

=470=, 9, B, en gros.--18, B, qui voient... ciel.--34 à =472=, 1, B, Ie
me... teint.--5.--18, B, _est._--19 à =474=, 1, B, Que nous n’auons...
conceut.--6, C, puis qu’on... soy-mesmes.--6 à 12, B, Specialement...
maintenir.--15, C, _Cùm... lini._--18, B, saisir ny.--19.--22, B,
et souhaict.--25.--35 à =476=, 1, B, Quand... Rabirius.--9 à 11, C,
Les Princes... comptes.--11.--12 à 16, B, Mauuais... sagement.--28,
B, sinon... inclination.--30.--34, B, Platon... langage.--36, C,
æquable.--39 à 41, C, Et si... Plutarque.--=478=, 15 à 17, B, C’est...
esfoiré.--18.--20 à 22, B, Autant... abondant.--24, B, ouï... Iean.

=480=, 7 à 14, B, La secte... Nature.--17 à 19, C, _Agros...
vigebant._--20, C, vn peu.--24 à 33, B, C. Marius... hault.--38 à
=482=, 2, C, _Ipse... hominum._--2, B, Et Platon... république.--6,
B, à vostre.--7.--11.--17, C, et rondeur.--17, C, et douceur.--20,
C, ny le poil releué.--22.--25, C, entre... moyennement.--31, C,
pieça.--32, C, _Minutatim... ætas._--=484=, B, et ne ly... clerc.--10,
C, ny trancher... vaille.--11 à 13, B, ny equipper... cheuaux.--20, B,
pourquoy... ongles, et.--23, C, _Tanti... aurum._--25, B, Extremement
oisif... soing.--33 à 36, B, (vne occasion... inquietude).--41.--41
à =486=, 7, B, Qui est... patience.--10 à 14, B, ou, si i’en...
poussif.--32 à 35, C, I’ayme... apparences.--32 à =488=, 11, C, A
vn danger... souffrance.--12, B, _Dubia... mala._--14 à 30, C, Aux
euenements... reproche.--37 à =490=, 10, C, _Spem..._ Queste.

=490=, 11, B, _Capienda... est._--12 à 14, C, Et i’excuse... peut.--14,
B, point.--14, C, voir... faute.--24, C, _Turpe... genu._--35,
C, _Nunc..._ tousiours tout.--44 à =492=, 8, B, Les marchans...
_bonitas_.--9 à 12, B, grand... homme. [Le reste de la phrase est
modifié en conséquence par la substitution de la 1e personne à la
3e: mes vengeances, ma parole, ma foy].--16, C, que de plier...
seruice.--22, C, Par là... manquer.--26.--26 à 28, B, Aristote...
d’autruy.--28 à 30, C, Apollonius... verité.--30 à 37, B, C’est
là... impremeditement.--=494=, 3, si ce n’est... verité.--10 à 12,
B, _Quo... quis probitatis._--14, C, Comme... Tibere.--17, C, Qui
est... mensonge.--18 à =496=, 1, B, Ceux qui... preiudice.--2 à
4, C, I’aduoüe... ouuert.--4, B, comme ie suis.--4 à 17, C, sans
consideration... l’euenement.--17 à 19, B, Aristippus... chacun.--26,
B, et miserable.--26, B, mot à mot.--28 à 33, B, Mais ce...
autheur.--37 à =498=, 31, C, Cecy que... dessein.--6, B, par fois.

=500=, 2 à 5, C, Ie diray... lettre.--6 à 12, C, Messala...
l’âme.--7, B, Ce qu’on... Trapezonce.--13.--14 à 17, C, Il m’est...
_continet_.--14, B, trois... parauant.--15 à 17, B, et d’oublier...
_continet_.--26, C, les mots.--26 à 34, C, Et suis... raison.--34 à 37,
B, Ce n’est... reçoy.--=502=, 5, C, et profondement.--7, B, long.--17,
B, si non... instruisables.--34 à 37, C, moins... chien.--39, B, et
que... vin.--44.--=504=, 4.--5, B, Qu’on... non.--31, C, _Ne si..._
choisir.--34 à 37, B, et le philosophe... mesme.--=506=, 9 à 11, B,
La raison... baston.--17 à 20, C, les miennes... foiblesse.--20,
B, _Ipsa... lubrica._--=508=, 12, C, _Nunquam... supersint._--22 à
27, B, Ie fay... plaide.--32 à 35, C’est vne... opaque.--39, C, du
courage.--39, C, corporelle.--40.

=510=, 5 à 8, B, si ce n’est... le sien.--9, C, et vne... nom.--10.--10
à 21, B, Et puis... plaire.--23, B, n’est-ce... veuë.--=512=, 7, C,
_Nemo... descendere._--10, C, quelle qu’elle... moy.--13, C, elles
sont... miennes.--19 à 23, C, La recommandation... mœurs.--23 à 26,
_Omnino... tuam._--=514=, 3 à 10, C, Voire... d’honneur.--10, B, Mon...
non.--11 à 13, C, Et ne... ce soit.--13 à 23, B, Ie me... vertu.--22,
C, ou vne... excellence.--34.--=516=, C, qu’en... plastre.--=518=, B,
La moins... _sapit_.--24 à 32, C, Les vies... temps.--32 à =520=, 15,
B, Comme... consideration.

=520.=--=Ch. XVIII.=--=522=, 4, B, Caton.--14.--13 à 15, C, _Non
equidem... loquimur._--21, C, Ie iuge... nihilité.--22, B, Ie ne...
rougis.--29.--30.--31, B, _Paterna... affectus._--37.--37, B, peut
estre... marché.--40, C, _Et laxas... tunicas._--=524=, 1 à =526=, 2,
B, Et quand... seruir.--7, B, et le premier... republique.--27 à 30, C,
Seroit-ce... science?--4 à 11, C, Certaines... prononcée.--=Ch. XIX.=

=530.=--=532=, 26.--=534=, 29 à 35, B, Ce langage... attache. [Ce
passage légèrement modifié existe dans l’édition de 1580, après le mot
sang, =II=, 532, 21].--=536.=--=Ch. XX.=--32.--=538=, 1 à 4, B, Ny la
vertu... Aristippique.--6 à 13, C, _Medio..._ consubstantialité.--13 à
15, B, La profonde... masche.--19 à 23, B, Le travail... queuë.--23 à
31, C, Metrodorus... _voluptas_.--32 à 36, B, Et dit... aigres.--36 à
41, C, Nature... larmes.--41 à =540=, 7, B, _Nullum..._ d’enfondrer.

=540=, 7 à 15, C, Quand ie... bigarrure.--12, B, (et il y escoutoit
de pres).--20 à 35, C, Il est... diuerses.--35, B, contraires.--35
à =542=, 6, B, _volutantibus..._ verité.--6 à 18, C, Qui en...
conte.--=Ch. XXI.=--=544=, 1 à 37, B, Quand quelqu’vn...
presence.--=546=, 8 à =550=, 10, B, C’est vne... sa main.

=550.=--=Ch. XXII.=--11 à 13, C, Ie n’ay... long temps.--18, B, Et
disent... gruës.--26, B, et ne se... gué.--39 à =552=, 4, B, En la...
course.--4 à 17, C, L’inuention... vn pas.--17 à 23, B, I’entends...
vsage.--=Ch. XXIII.=--=554=, 32, C, _Et... incumbit._--=556=, 14, C,
_Nil... heris._--33 à 40, C, _Quid... armis._--=558=, 12 à 17, C, Les
filles... _rumpi_.--20 à 26, C, iusques... _viriles_.--=Ch. XXIV.=

=560=, 13.--18 à 20, C, _Tot..._ donnoit.--21 à 39, B, Si en...
immortels.--39 à 41, C, Tous les... estrangers.--=562=, 6 à 10,
B, Il est... acquis.--=Ch. XXV.=--=564=, 13 à 18, B, De tout...
race.--=566.=--=Ch. XXVI.=--26.--=568=, 15.--18, B, Les Atheniens...
marine.--19, C, En Lacedemone... pouce.--=Ch. XXVII.=--22 à 30, C, et
si ay... extremitez?

=570.=--11, C, _Et lupus... fera est._--26 à 36, C, Et tout...
repentance.--40 à 42, B, Et luy... insensiblement.--=572=, 3 à 5, C,
C’est vne... d’entreprinse.--7 à 16, B, Ce n’est... les bras.--19.--20
à 31, B, Et cherchons... soy pas.--32.--36 à =580=, 12, C’est aussi...
theme.--=574=, 4, B, _Quum in... esset._--7, B, et pour... combat.--34,
B, trois cents... Curiatiens.--=576=, 37, B, et l’exerçons...
sçauoir.--33 à 37, B, vtile... experience.--=578=, 22, B, Consus.--25
à 30, B, Escrime... present.--38 à =580=, 11, B, Aussi y... conferent
point.

=580=, 17, B, Doncq.--22 à =582=, 34, B, Les premieres...
maistres.--=584=, 12, B, trois... auoit.--14 à =586=, 3, B,
Chalcondyle... suitte.--=Ch. XXVIII.=--5.--18 à 21, B, Comme on...
gaigna.--24, C, _Imponit... honestis._--25 à 28, C, Et Philopœmen...
employer.--=588=, 7 à 9, C, _Tu secanda... domos._--22, B, On peut...
abecedaire.--24, C, _Diuersos... conueniunt._--40 à =590=, 2, B, La
nuict... fut vn.

=590.=--=Ch. XXIX.=--24 à 26, B, sauf... gros.--=592=, 19, B, qu’on
le puisse.--=594=, 23 à 27, C, _Vbi... viris._--28 à =596=, 24, B, Vn
homme... enseuelis.--34 à 37, C, Et n’estoit... terrestre.--=598=, 42 à
=600=, 29, B, Vn jeune... espaule.

=600=, 29 à =602=, 25, C, Il n’est... patience.--25 à 36, B,
Les Assassins... d’œuure.--=604.=--=Ch. XXX.=--33, _Vt quum...
reuocentur._--34 à =606=, 3, C, Ie vien... femmes.--3 à 14, B,
Ce que... apporte.--=Ch. XXXI.=--19 à 23, B, La plus part...
l’enfance.--=608=, 3 à 7, C, _Rabie..._ visage.--12 à 14, C, _Gratum...
agendis._--22 à 31, C, au trauers... soif.--40.

=610=, 19.--30.--28 à 31, C, Car les... proposer.--=612=, 20.--=614=,
5 à =618=, 27, C, Ceux qui... le moins.--=616=, 7.--12, B, _Omnia...
subsidunt._

=620.=--=Ch. XXXII.=--2, B, et à mon... despouilles.--15.--=622=,
23.--=624=, B, L’histoire... miracle.--32 à 40, C, Vn paysan...
s’y tua.--40 à =626=, 10, B, Epicharis... contre luy?--27, C,
(comme...) auant.--31 à =628=, 2, C, I’ay cogneu... fermeté.--5, B,
ce que... Bodin.--7, B, ou ne voudroient.--7 à 14, B, Il semble...
insupportable!--14.--18 à 21, B, desquels... se monter.

=630.=--29.--=632.=--=Ch. XXXIII.=--=634=, 12.--28, C, s’il en faut...
peinture.--=636=, 10 à =638=, 2, B, Me ressouuenant... Cæsar.

=640=, 2, C, A ce que... sobrieté.--=642=, 28.--=644=, 11 à 14, C,
_Qualis... ebur._--16.--23 à =646=, 13, B, pour en... force.--=Ch.
XXXIV.=--16, B, Scipion... Xenophon.

=650.=--1.--8, C, _Rheni... æquat._--10.--13.--=652=, 3.--19 à 25,
_Ocior... secum._--37 à =654=, 2, C, Il fit... _artus_.--7 à 10, C,
_Si... agris._--36, C, et disoit-il... entreprises.--=656=, 20.--21 à
35, B, Suiuant... militaire.--=658=, 4.

=660=, 14 à 18, B, La passion... prenoient.--37.--=662.=--=Ch.
XXXV.=--22 à 27, C, La touche... perdus.--27 à =664=, 1, B,
cherchent... morts.--1 à 10, C, La vie... la vie.--10 à 12, B,
Est-ce... suis plus?--13 à 30, C, S’il y a... conséquence.--=666=,
26.--=668=, 29.--44.

=670=, 2.--=672=, 18.--20.--37.--=674=, 15.--20, B, excellens... vsage.



TROISIÈME VOLUME.


=10.=--=Liv. II, Ch. XXXVI.=--10, C, _Tale... articulis._--21.--24,
B, en quelque... ce soit.--=12=, 17.--24.--24, B, Que n’estoit...
philosophes.--=14=, 20, C, _Impellens... ruina._--23 à 27, C, et en
vne... l’homme.--32, C, iustice... vaincus.--34.--34 à =16=, 14, C,
ouy bien... des hommes.--5, B, et a esté... vices.--15.--15 à 19, C,
ce port... _resoluit_.--21 à 25, C, et qu’encore... que ce soit.--25 à
28, B, et qu’encores... priuilege.--30, C, Et il ne... d’Alexandre.--32
à 41, C, Ce furent... du monde.--=18=, 13, B, facilement.--16 à 18,
B, Car il... persuasif.--20.--20 à 22, B, qui seule... ensemble.--23
à 26, C, En cestuy-ci... fortuite.--26 à =20=, 15, B, L’ancienneté...
Epaminondas.

=20=, 16 à 20, C, Le plus... action.--20.--25 à =22=, 2, B, Et son...
par luy.--=Ch. XXXVII.=--8, B, ouy a... oster.--30.--30 à =24=, 1,
B, Qu’à celuy... vsures.--7 à 20, B, Oyez... maux.--34, B, comme...
employons.--=26=, 20.--21 à 28, B, Qu’elle condone... semble.--29.--33,
B, capable... mesure.--35.--37.--=28=, 4 à 9, B, Ne commandons...
_vehementior_.--12.--13, B, et me... brailler.--19.--19 à 32, B, comme
celuy-là... estrangement.--33, B, lors que... ronger.--34.--36.--38 à
40, C, _Laborum... peregi._

=30=, 8.--28 à 36, C, et comme... ressemblance.--=32=, 9, C, le
troisiesme... naissance.--14, C, seul iusques... mere.--41, B,
asteure.--41, B, sain.--=34=, 10.--13 à 19, C, Le dernier... Sainct
Michel.--18 à 31, C, Et suyuant... grandes.--35.--40.--=36=,
2.--6.--6 à 18, C, I’entends... limite.--18 à 26, B, Comme nous...
l’estime.--37.--=38=, 20 à 24, B, Et les Lybiens... rheume.--30 à =40=,
24, C, Et si ne... estomach.

=40=, 1 à 24, B, C’est du... estomach.--17 à 19, Vn
mauuais... autrefois.--33.--37.--=42=, 21 à 23, C, Platon...
promesses.--27.--=44=, 2.--3 à 6, C, _Nam... vndas._--8 à 10, C, Vn
medecin... de gens.--15 à 18, B, Quoy qu’en... _cassam_.--20.--24, B,
et incognu.--=48=, 9.--25.--30.

=50=, 1 à 7, Æsope... santé.--23.--=52=, 14.--15.--24.--=54=, 5 à 25,
B, Comme nous... dissentieuses.--=56=, 18 à =60=, 14, C, Il est bon...
cet art. [Voir aux notes].

=60.=--=62=, 2.--4.--40.--=64=, 15.--33.--37 à =66=, 6, C, I’entens...
goust.--14.--16 à 20, B, La plus part... patience.--23 à 27, B, Les
Babyloniens... autrement.--32 à 35, B, Ce qu’Homere... croire.

=70=, 14 à 23, C, Quand... procuration.--23, B, declarez.--=72=,
10 à 18, C, L’humeur... oreilles.--13 à 23, B, Si i’estoy...
oreilles.--26.--28 à 36, B, Qui a... seruist.--=74=, 21.--21.--=76=,
6.--32, B, et plus... formes.--37.


LIVRE TROISIÈME.

=78.=--=Ch. I.=

=80=, 24, B, et qu’on massacre.--=82=, 21, B, en ce.--27 à 29, B, Ie
regarde... bon gré.--34, B, _Vtatur... potest._--=84=, 7.--17 à 25, B,
_Ea non..._ necessairement.--=88=, 4 à 6, B, Vn parler... l’amour.--21
à 24, B, Et eux... la leur.--33, B, à cette heure.

=90=, 29, B, _Id maximè... maximè._--36, B, speciale, nationale.--37,
B, _Veri... vtimur._--=92=, B, _Ex... exercentur._--=94=, 14 à 16,
B, Si la... trahison.--18.--20, B, par apres.--21, B, vn seruage
et.--=96=, 10 à 26, B, L’esclaue... chiens.--30 à 33, B, Ioint...
menees.--=98=, 7 à 20, B, Quand le... homicide.--28, B, _sed...
periurio._--30 à =100=, 8, B, Quand il... iuste.

=100=, 13 à =102=, 31, B, Timoleon... obligation.--=104=, 3, B,
ou ses complices.--16, B, bien.--18, B, toute.--22, B, et la...
innocence.--31, B, qu’il y... mesmes.--33, B, _manente... iuris._--38,
B, de son Roy, ny.--39, B, _Non enim... parentes._--=106=, 19, B, et
qu’elle... chacun.--21, _Omnia... apta._--24.--=Ch. II.=--=108=, 24 à
29, B, Les autheurs... à soy.

=110=, 6 à 8, B, ne penetra... suittes: et.--18 à 21, B, Qui a vn...
mesme.--31 à 34, B, et que ma... homme.--37.--=112=, 5, B, La malice...
empoisonne.--25, B, et apprinst.--33 à =114=, 10, B, signamment...
mode.--20.--20 à 22, B, _Tuo tibi... omnia._--27, B, et ancrez.--=116=,
17 à 27, B, Nul a... quitte.--=118=, 2 à 4, B, Et les... magistrat.--5
à 7, B, La plus... gloire.--15 à 34, B, La grandeur... viure.

=120=, 19, B, Nature... vsage.--25.--26, B, à bon marché.--=124=,
16, B, ou pechez de profession.--17.--21 à 27, B, Ie ne...
office.--32, B, ny d’interruption.--=126=, 33 à =128=, 5, La force...
limites.--6.--17.--18 à =130=, 1, B, Ie n’ay... gariement.

=130=, 11, B, _Nec tam... sit._--21, B, Moy... trouue que.--24
à 27, B, Et trouue... spirituelle.--30.--34.--34 à =132=, 32,
B, Miserable... douloureuses.--35.--=134=, 20 à 24, A voir...
accoustumee.--26.--=136.=--=Ch. III.=--5 à 7, B, Voyla...
_ageret_.--16, B, bandee et.--24, B, Les liures... estude.--27,
B, se range... fortifie.--31.--31 à =138=, 11, B, Le mediter...
memoyre.--16.--19.--29, B, et toute... commune.

=140=, 23.--24.--=142=, 4 à 10, B, Et le conseil... equitables.--=144=,
11, B, de _Capsula totæ_.--=146=, 7, B, et non... affaires.--=148=,
16.--22, B, belles et.--22.--22 à 23, B, _nam... habemus._

=150=, 8 à 15, B, qui ne... vne qui.--22 à 25, B, _Neque..._
aymons.--=152=, 6 à 8, B, de la santé... preambulaires.--24.--24 à 29,
B, elle est... deux ans.--=156=, 3 à 38, B, Elle est... estre.--=158=,
3, B, le ieu et le passetemps.--7.--8 à 10, B, non pour... au
dela.--=Ch. IV.=

=160=, 14.--17.--19 à 26, B, Ny n’allay... Cicero.--34 à =162=, 3,
B, A l’aduenture... histoires.--=164=, 6 à 8, B, _Abducendus...
est._--19, B, et si dru... discours.--=166=, 3 à 12, B, Subrius...
subiect.--18.--21 à 27, B, Beaucoup... destiné.--=168=, 5 à 9, B,
Xenophon... teste.--10 à 15, C, _Omnes... dolorum._--17 à 26, B,
Voire... hommes.

=170=, 30 à 32, B, et suiuant... d’icelles.--=172=, 8.--8, B, Cela
c’est... chausse.--3 à =174=, 10, B, L’opiniastreté... m’attendrit.--12
à 16, B, c’est vne... iambe.--33 à =176=, 5, B, Quintilian...
douleur.--11 à 19, B, De bien... mort.--=178=, 1 à 5, B, Quelles
grimaces... persecute?--=Ch. V.=--31, B, dit-on.

=180=, 23.--27.--34 à 40, B, Platon... d’entre eux.--=182=, 14 à 17,
B, Ie ne... _auctori_.--30 à 32, B, _Sibi arma... tesseras._--41, B,
_in fragili... est._--=184=, 11.--19.--26 à 37, B, Noz maistres...
contraire.--=186=, 6, _Tristèmque... arrogantiam._--8 à 11, B, Ie
croy... rire.--12 à 18, B, Ie sçay... _sentire_.--29 à =188=, 9, B,
Qui s’obligeroit... confesser.--18, B, luy.--37 à =190=, 4, B, ny à la
malice... blanchie.

=190=, 7, B, encore.--22 à 24, B, Socrates... disent.--31 à 33, B, On
me pourroit... sottise.--=192=, 8 à 22, B, Car il... vieillesse.--23,
B, ses vertus... moindres.--=196=, 21.--=198=, 4 à 26, B, De vray...
fortune.

=200=, 9 à 11, B, Socrates... repentira.--=202=, 10.--11, B, c’est
trahison... s’espouser.--20, B, Tel valet... pourtant.--32 à 36, B, Et
iusques... teste.--=204=, 6.--10.--14, B, Pour fuir... Platon.--=206=,
4.--14 à 16, B, considerans... coniugale.--16, B, dis-ie.--=208=, 3, B,
Si c’est... vefues.

=210=, 3, B, Seroit-ce... autresfois?--22.--30 à =212=, 2, B, De
quel... volupté.--5.--7, B, _Nimirum... extinguitur._--35 à =214=, 3,
B, Il me... pied.--5 à 6, B, suyuant... _corpora_.--14 à 22, B, Les
Dieux... matrice.--27 à 30, B, Et tel... vsage.--33 à =216=, 3, B,
Que sçait-on... à cela.--4 à 12, B, Et quoy... yeux.--14 à 22, B, Les
Lacedemoniennes... estat.--30 à =218=, 3, B, Inique... cause.--24, B,
_Diaboli..._ Ierosme.

=220=, 5 à 13, B, Car cette... chasteté.--=222=, 11.--40.--=224=, 9, B,
outre... républiques.--19 à 21, B, c’est des... remede.--=226=, 6.--10
à 12, B, Les femmes... couuertement.--=228=, 5, B, si cuysant et.--24,
B, d’vn visage sérieux.

=230=, 2 à 6, B, Il est... l’a tuee.--24 à 35, B, Mais...
Mecenas?--=232=, 10 à 16, B, Phedon... polices.--=234=, 23, B,
Chacun... vicissitude.--31 à 36, B, Les aigreurs... en sent.--=236=, 10
à 15, B, Le Senat... tres-difficiles.--27.--=238=, 6.--13, B, et qui...
l’incitast?

=240=, 7, B, _Contextus... occupati._--14, B, _Pectus... facit._--24,
B, Elles... disent.--=242=, 15, maniant et.--=244=, 7 à 11, B, Et
auroy... chantres.--16, B, ie ne... aile.--31 à 33, B, tu te...
feinte.--=246=, 4, B, A Paris... Montaigne.--11 à 27, B, Imitation...
l’air.--=248=, 20.--21 à 25, B, en vn... beauté.--30, B, qu’on ayt...
ensemble.

=250=, 4.--15 à 17, B, Ceux qui... deuantiere.--34, B, Sommes...
faict?--=252=, 3 à 11, B, à cette... sexe.--12.--12 à 15, B, Pour
le... peut.--18 à 21, B, Les Atheniens... ensemble.--22.--23.--28 à
34, B, En l’empire... empirement.--35, B, à qui... mal-heur?--=254=,
5, B, Il en... adorees.--7, B, dangereux... desreglement.--10.
--13, B, Trouues... fasche.--19, B, incertaines.--20, B, Les
ordonnances... point.--=256=, 35 à =258=, 2, B, Et Thrasonidez...
paissoit.--21.--31.--33 à =260=, 1, B, Ne semble... songe?

=260=, 32.--=262=, 3 à 5, B, Et ont... resnes.--9.--10, B, pages.--19,
B, de soy.--22.--23 à 25, B, C’est à... guerre.--27, B, et à
nous aussi--29 à 31, B, Car, comme... entrer.--=264=, 1 à 3, B,
Platon... tenants.--3.--14, B, _Pati natæ._--17 à 33, B, Il faut...
Princesse.--=266=, 5.--15.--15 à 21, B, Ieanne... abusee.--24 à 27, B,
Platon... seulement.--=268=, 5.--13 à 16, B, Et admire... ieunesse.--36
à =272=, 4, B, et d’vne... Suiuons.

=270.=--=272=, 10, B, Il n’y... volontaires.--=274=, 2.--7 à 15, B,
I’ay... difficulté.--17, B, à nos gens.--33, B, L’insuffisance...
meslouable.--=276=, 2, B, _Nullum... est._--19.--23.--31.--40.--41,
B, Pourquoy... chose.--=278=, 4.--12.--29 à =280=, 3, B, En pareil...
corps?

=280=, 4.--7, B, la grace.--10 à 12, B, me remettroit... à soy.--14,
B, et le... santé.--17.--17, B, et la... la vie.--33 à 39, B, Et
ce... frais.--=282=, 3 à 5, B, En verité... fait.--6.--14, B, ou
à la... suiue.--19 à 23, B, Xenophon... informe.--29 à 36, B, Et
entre... lissee.--=284=, 1 à 4, B, Et la... Harmodiens.--9 à 12, B, Et
Marguerite... bonnes.--16, B, _Amor... nescit._--20.--30.--31 à =286=,
1, B, achetant... à vne.--16 à 20, Platon... nostre.--=Ch. VI.=--=288=,
19, B, Comme... _succurreret_.--27, B, sinon... toutesfois.

=290=, 7, B, _Quo... est._--18, B, ressoudre et.--24 à 26, B,
Epicurus... sage.--26, B, me.--=292=, 9 à 32, Si i’en... bœufs.--=294=,
12 à 16, B, Le conseil... memoire.--24 à =296=, 3, B, Et a l’on...
seruice.--10.--17 à 22, B, La iurisdiction... _versatur_.--29 à 32, B,
Et son... liberaux.--39, B, il faut... respandre.--=298=, 10 à 12, B,
_Quo in... possis?_--15.--29 à =300=, 18, B, Comment... Princes.

=300=, 24, B, principalement.--25 à 31, B, _Pecuniarum..._
coffre.--=304=, 24 à 31, B, Et la... _formarum_.--32, B, par
rapport.--44, B, multiplication et.--=308=, 38, B, et boucliers de bois.

=310.=--=314=, 8, B, et iouyr... reserré.--35.--=316=, 1, B, si
barbares.--4.--12.--24.

=320.=--=Ch. VII.=--=322=, 30 à 34, B, Et ay... aysee.--=324=, 1 à 18,
B, Mais si... partis.--19 à 25, B, Otanez... commande.--=326=, 38, B,
s’enialouser.

=330.=--=Ch. VIII.=--17.--17 à 20, B, De les condamner... faute.--22,
B, et incorrigibles.--=332=, 5.--20.--21 à 24, B, Ie me...
inuincibles.--=336=, 12 à 15, B, Elle n’est... _potest_.--17.--21.--26
à =338=, 12, B, Et pourueu... rabillent.--32, B, par trop.--26 à 33, B,
Ce n’est... dits.--37 à =340=, 10, B, Il est... nays.

=340=, 18.--20.--22 à 24, B, ou sur... contention.--29 à 31, B, Cet
autre... sien.--=342=, 3, B, _Nihil... litteris._--5, B, _Nec ad...
differendum._--27, B, _sub... latentes._--30.--=344=, 4 à 10, B, Il
m’est... exercer.--16, B, Le monde... inquisition.--22 à 26, Et tous...
l’imite.--=346=, 12 à 14, B, Mison... respondit-il.--16 à 19, B, Si
ie... alteration.--24, B, Ce que... sain.--26 à 31, B, Non seulement...
exemples.--32, B, par celuy qui l’inuenta.--33.--34 à =348=, 26, B, Nos
yeux... conscience.

=350=, 20 à 23, B, Comme... amas.--=352=, 15 à 17, B, Et les...
estuyee.--=354=, 3, B, _Principis... suos._--15 à 19, B, Les
Carthaginois... bon heur.--=356=, 4.--25, B, et casuelles.--34, B, Et
y... subtils.--36, B, _Vt quisque... dicimus._

=360=, 18, B, Qu’on... moy-mesme.--=362=, 2 à 20, B, Qu’ils...
sots.--=364=, 3, B, Le dogme... ailleurs.--5, B, Mais icy.--10 à 16,
B, Et pouuons... institution.--22, B, Mon humeur... principians.--36 à
=366=, 1, B, L’obstination... l’asne.--8, B, ny moins... Lycurgus.--25,
B, royal... s’esbatant.--=368=, 10, B, et le deuancer.--31, B, Et
Seneque... _potest_.

=370=, 18.--18 à 25, B, Et me... longueur.--28.--=374=, 1.--5 à 12, B,
I’ose... saoul.--30 à 35, B, et l’autre... antiquité.--=376=, 4, B, et
certaine... oreilles.--8.--=Ch. IX.=--=378=, 37 à =380=, 2, B, C’est
à... vie.

=380=, 6, B, et iette... coignee.--20, B, Comme si... mauuaise.--23, B,
la faueur... roydit.--=382=, 28, B, ie ne pretens... et que.--24, B, au
demeurant.--36, B, _Non æstimatione... modus._--=384=, 2 à 22, B, Les
voyages... richesses.--32 à 34, B, Et les... cacher.--35.--=386=, 1,
B, et graisles.--3, B, la tourbe... soit.--6 à 10.--12, B, _nemo...
impelli._--17 à 20, B, Les inconuenients... inseparables.--42, B,
Diogenes... fait-il.--=388=, 8 à 11, B, Et accuse... main.--18, B,
Elles sont... aggreables.--24, B, le nom... m’abille.--30 à 33, B,
Nous... l’homme.

=390=, B, vne fois.--2, B, comme luy.--3.--3 à 5, C, _Fructus...
confertur._--9, B, et Platon... abstenir.--24, B, _Multi...
fecerunt._--31, B, de cette... larrecin.--=392=, 2 à 4, La portion...
iniure.--12.--12 à 16, B, Que ne... auachir.--23, B, _Seruitus...
suo._--25, B, et cures... maison.--31 à 33, B, Vne rene...
eschec.--=394=, 4 à 7, B, Cela... fascheux.--22 à 27, B, I’en parle...
iniustice.--=398=, 23 à 26, B, Varro... nature.

=400=, 15, B, _non tam... cupidi._--20 à =402=, 22, B, La fin...
inexperimenté.--35 à 39, B, C’est comme... peuples.--42.--43 à
=404=, 2, B, C’est nostre... dessoubs.--15 à 18, B, (et me...
escheuës).--=406=, 28 à 32, B, Il semble... craintes.--41 à =408=, 3,
B, Et l’vsage... vniuerselles.--34, B, d’accent... visage.--38 à =410=,
3, B, et chose... _expectatio_.

=410=, 10, B, _Simpliciora... decent._--24 à 33, B, Mon...
aage.--=412=, 2.--3, B, qui furent... vingts.--4 à 16, B, Moy à...
qu’autre.--22.--=414=, 15 à 17, B, Et tels... balance.--17.--=416=, 5 à
7, B, la libre... condonons.--11, B, par recompense ny.--27 à =418=, 2,
B, Ie suis... propositions.--6, B, _Hoc... voluntarium._--17.--21, B, à
faire... affection.--23.--23, B, _Est prudentis... beneuolentiæ._--30.

=420=, 6.--9, B, me donnent... rien.--13 à 16, B, Combien...
acheue.--17, B, _In me... mihi._--23, B, et en courage... fortune.--25
à 33, B, Eleus... estranger.--34.--36.--36 à =422=, 37, B, Ie me...
chacun.--=424=, 1, B, aussi... Aristote.--7 à 14, B, Cyrus...
amys.--29.--=426=, 9 à 11, B, Ils disent... longue.--24 à 32, B, Les
voleurs... de peu.--=428=, 19.--31 à =430=, 11, B, Ce que... iugement.

=430=, 15, B, fantasies et vsances.--24 à 27, Ie voudroy...
Xenophon.--=432=, 21 à 24, B, Qu’on... œconomique.--30 à 32, B,
Il n’aduiendra... quitte.--=434=, 4.--5 à 8, Ces interruptions...
party.--16 à 22, B, Elle embrasse... occasion.--=436=, 1, B, _Rerum...
finium._--7 à 10, B, ou comme... besoing est.--39 à =438=, 5, B,
Ieune... soixante.--8 à 11, B, et me... course.

=440=, 35 à =442=, 6, B, Qui se... femmes.--=444=, 2 à 12, B,
I’embrasseroy... l’iniure.--16 à 22, B, Ie me... quittée.--29 à 33,
B, Plaisante... _præcordia_.--37.--=446=, 1 à 3, B, Si estimons...
hideuses.--6 à 9, B, Pourtant... pourroit.--24.--24 à 30, B, La
decrepitude... compagnie.--=448=, 16 à 21, B, Il escoule... estat.

=450=, 4.--24, B, Tant... l’effect.--35.--=452=, 8 à 25, B, Mon...
par fois.--=454=, 12 à 16, B, Quand... d’estrangers.--=456=, 13.--13,
B, extreme.--18 à 25, B, _Si cum... vita._--36 à =458=, 1, B, La
majesté... pompe.--14, B, _Nulla... composuit._--26.--38, B, sans...
particuliere.

=460=, 7, B, _Dominus... sunt._--14, B, _Sic est... sequamur._--23
à 26, B, Celle à... Porcie.--=462=, 7, B, Et Xenophon...
Aristippique.--14 à 18, B, Antisthenes... nature.--19 à 21, B, Les
bons... appetit.--27, B, vniuerselle.--40, B, et que... foiter.--=464=,
5 à 10, B, L’homme... pouuons pas.--19 à 25, B, Mes mœurs... de
luy.--=466=, 9 à 16, B, Platon... à soy.--25 à 27, B, La liberté...
mestier là.--32, B, et faicts... effects.--36 à 43, B, Ie trouue...
exemple.--=468=, 5.--suyuent... promesse.

=470=, 24 à 28, B, I’ay... sembler.--30, B, l’Andria... ceux cy.--31
à =472=, 4, B, C’est vn... serré.--5, B, mon style... mesme.--7, B,
disent... exemples.--9, B, et ie la... vers.--12 à 18, B, Le poëte...
Dieux.--24 à 27, B, _Nihil..._ ie dy.--36 à =474=, 5, B, Par ce...
discordantes.--9.--29.--=476=, 7 à 13, B, Est ce... _ponimus_.--16, B,
_Ego... assurgo._--32, B, _Laudandis... ruinis._--33, B, _Vt palam...
naturæ._--=478=, 26, B, _Bona... semina._--34, B, particulierement.

=480.=--=484.=--=Ch. X.=--15 à 17, B, On se... deux.--=486=, 21 à 26,
B, _In negotiis..._ dignité.--=488=, 2, B, et le... enfoncer.--18.--21.

=490=, 10 à 15, B, La verité... _errent_.--25 à 28, B, faulce...
amitié.--36, B, Qui ne... _esse_.--38.--=492=, 25, B, et me... a
moy.--32, B, _Male... Impetus._--=494=, 5 à 7, B, Non seulement...
force.--17.--25, B, Ses pertes... triomphe.--30, B, et au
desordre.--=496=, 9 à 14, B, _Nam si..._ point.--11 à 13, B,
_Sufficit..._ Cleanthes.--29, B, ce qui... me manque.--30.--31.--=498=,
8.--8 à 26, B, La fin... l’issue.

=500=, 9, B, C’est... poictrine.--31.--=502=, 1 à 4, B, Ils
adorent... moy.--5, B, _Neque... gero._--10 à 17, B, C’est qu’ils...
_carpebant_.--18 à =504=, 23, B, Ie me... contraires.--=506=, 2, B,
auec... appetit.--25 à 29, B, Pareillement... dissociation.--34, B, qui
n’est... consolation.--39, B, _Melius... desinent._--=508=, 18 à 22, B,
Zenon... tumeurs.--23.--25 à 30, B, Et son... que luy.--37 à =510=, 8,
B, Ceux qui... iuste.

=510=, 19.--28 à 34, B, Qui n’arreste... _consistendi_.--43 à =512=,
11, C, _Conuenit..._ droicts.--27, B, Les poëtes... sang.--35, B,
De combien... sortir.--=514=, 9 à 22, B, Pourtant... raison.--28,
B, d’y tenir ferme.--30, B, Entreprenez... ardamment.--=516=, 22,
_Excinduntur... temperantur._--=518=, 8, B, _Cùm... quietus._--24.

=520=, 9, B, _Neque... efferentem._--14.--31 à 33, B, Alcibiades...
condition.--=522=, 23 à 26, B, Ceux qui... siecle.--32, _Quæ est...
peti._--=524=, 5, B, _Mihi..._ monde.--10 à 12, B, L’abstinence...
espace.--36.--=526.=--=Ch. XI.=--10, B, obscure et obtuse.--33, B,
Ils passent... conséquences.--=528=, 2.--2 à 13, B, Plaisans...
coustume.--30.--32, B, _Ita... committere._

=530=, 7 à 12, B, et vont... particuliere.--24, B, ou par...
narration.--30 à 32, B, La parole... l’hyperbole.--37, _Quasi...
turba._--=532=, 16, B, _Miramur... fallentia._--=534=, 22, B, ou
pour dire... s’engendrent.--24, B, et sommes... refuter.--35, B,
enquestente... resolutiue.--39 à 41, B, Iris... bout.--43, B,
Ignorance... science.--=538=, 2, B, _Videantur... modo._--30, B, au
moins.

=540=, 8, B, _Captisque... visa._--14, B, l’experience et.--18
à 24, B, On recite... iustice.--29 à 33, B, Car en ce...
_nesciam_.--38.--=546.=--=Ch. XII.=--14.--16, B, Il n’a...
maisons.--20, B, qui estimons... releue.--=548=, 4.--14.--21, B,
creances.--22, B, C’est luy... besoigne.

=550=, 5 à 20, B, Estendant... empoisonnent.--25 à 27, B, Et est...
l’esprit.--30, B, à peu pres.--32, B, _Paucis... bonam._--37 à =552=,
4, B, Pusse-ie... Quoy, si.--11 à 19, B, Ce ne sont... _agitur_.--24 à
26, B, chaud... estois.--33 à =554=, 1, B, Celuy là... resistance.--16,
B, _Simplex... versa est._--21, B, _non armis... certatur._--=556=, 24
à =558=, 4, B, Qu’est deuenu... piller.--6 à 30, B, L’vsurpation...
diuine.--35 à 37, B, _Nihil..._ iuste.

=560=, 20.--23 à 37, B, I’ayde... lors.--=562=, 6 à 20, B, En toutes...
à soy.--22, B, comme par... droicteur.--=564=, 7, B, _Potentissimus...
potestate._--8.--16 à =566=, 9, B, Comme ie... guerison.--36.--=568=,
8, B, alors.--36.

=570=, 5 à 8, B, Comment... heureuse.--11 à 15, B, D’vne...
suffoquant.--=572=, 10, B, _Exilia... tyro._--14 à 16, B, _Parem..._
frappe.--18 à 20, B, et prendre... Noel.--27 à 32, B, Ils poiseront...
mots.--=574=, 2 à 10, B, Il fut... fournir.--19, B, L’vne nous...
effraye.--21, B, Vn quart... particuliers.--29 à 39, B, Si nous...
poids.--=576=, 3, B, _Quo me... hospes._--11 à 17, B, _Plus solet..._
souffre.--19.--20.--20, B, Que leur... agitable.--30.--36 à =578=, 5,
B, Il est à... songes.--8 à =580=, 3, B, Si ie... Dieux.

=580=, 3.--4 à 18, B, Vrayement... façon.--34, B, en vne...
enfantine.--=582=, 1.--10, B, _Mille... dedit._--11 à 16, B,
Nature... mort.--35 à 38, B, Ie m’en... autre.--=584=, 8 à
20, B, Ces patissages... faire.--22, B, En le... donnoit.--27
à 30, B, Au hazard... estranger.--31 à 34, B, Nous autres...
allegation.--33.--=586=, 2 à 5, B, d’escrire... perdre.--8.--15 à 18,
B, Accessoirement... l’inscience.--22.--24, B, et si... iniustice.--27
à =588=, 2, B, _Ipsi..._ pied.--2.--4, B, Mais en... elle-mesme.--8, B,
et Platon... nature.--11 à 28, B, Phryné... beauté.

=590=, 26 à =592=, 6, B, Dirai-ie... conscience.--11.--20, B, comme...
chacun.--28.--34, B, Ce mystere... soupçon.--35.--=594=, 14 à 19, B,
Nous faillons... amplifions.--34.--43, B, _Tunc... firmo._--=596=,
12.--16, B, en ce temps là.--23.--=598=, 1, B, comme.--5 à 12, B, _Vt
magis..._ imitation.--15.--=Ch. XIII.=--25, B, _Per... viam._--27, B,
de beaucoup.

=600=, 9, B, Et y... l’œuf.--16, B, Nature... dissemblable.--28, B, _Vt
olim... laboramus._--=602=, 40, B, _Confusum... sectum est._--=604=, 7,
B, Comme... _doctrina_.--=606=, 11 à 14, B, A quoy... suffoquast.--17,
B, ouy... mesme.--19 à 24, B, C’est... demy.--25.--40 à =608=, 6, B,
Tout... penultieme.--7 à 18, B, Sottement... prendre.

=610=, 1 à 4, B, Ingenieux... l’homme.--=612=, 11, B, Combien...
crime.--18 à 22, B, Et de ce... profitable.--29.--31 à =614=, 6, B, En
la... estrené.--24 à 28, B, Qui bien... ordinairement.--=616=, 11, B,
_Sit... arces._--13 à 34, B, En cette... faicte.--35.--=618=, 19 à 21,
B, D’apprendre... importante.--27.

=620=, 4 à 6, B, Platon... Xenophon.--10 à 13, B, D’où... s’enquiert.
--16, B, comme... Euthydeme.--26, B, _Nihil... præcurrere._--31.--41.
--=622=, 2.--2 à 7, B, Car le... adioustoit-il.--21 à 26, B,
Les sçauans... cecy.--30.--31, B, _Sola... est._--=624=, 2 à
14, B, Ce qu’on... mescognoissable.--16.--20, B, Platon...
hardiesse.--35.--35.--=626=, 17 à 20, B, Ie le... silence.--=628=, 8 à
13, B, Et le... mauuais.--36.--39 à 41, B, Ie n’ay... heure.

=630.=--=632=, 8, B, Nous mettons... moule.--15 à 17, B, Et comme...
sage.--22.--33, B, Et ce... Lybie.--=634=, 11, B, Et Seneque...
soy.--18 à 21, B, Socrates... l’eau.--22 à 31, B, Seneque...
mollesse.--=636=, 6, B, aussi.--37, B, comme... heures.--=638=, 14 à
16, B, Tout métail... capacité.--34.--39, B, Fascheuse... iour.

=640=, 7.--8.--17 à 18, B, _Naturâ..._ interrompue.--=642=, 16, B,
Le vin... inuincible.--=646=, 3, B, _Est... proprietate._--10 à 18,
B, leurs maladies... nostre.--21.--25.--26.--27 à 29, B, Ie ne...
profit.--=648=, 4, B, _Indignare... est._--9 à 16, B, La goutte...
l’vtilité.--17.--18, B, et allongera... misere.--37.

=650=, 26 à 28, B, La decence... sain.--=652=, 11.--21 à 26, B, Mais...
salutaires.--33 à 35, B, Et qui... t’appelle.--=654=, 5 à 9, B, Par
où... inopinement.--13 à 20, B, A faute... passée.--28.--29.--=658=, 37
à =660=, 8, Qu’il... empeschant.

=660=, 12 à 20, B, Qui craint... diuination.--=662=, 2, B, Platon...
boire.--11, B, et m’accommode.--22, B, depuis... aage.--36.--37 à
=664=, 1, B, que Platon... enfants.--3, B, soldat volontaire.--7, B,
et tout vn peuple.--17 à 21, B, _Viuere..._ secousses.--21.--33, B, et
mes yeux.--=666=, 16.--21.--32 à =668=, 8, B, _Res..._ maison.--28, B,
_Per... ludit._

=670=, 8, B, _Magna... venter._--=672=, 1, B, et me nuisent.--3, B,
quoy... courtes.--10 à 16, B, Les anciens... aggreables.--=674=, 11 à
26, B, A la verité... _maturitas_.--33.

=680=, 13 à 17, B, Ils disent... ans.--24.--35.--=682=, 3 à 10, B,
Voyla... s’escoule.--18.--18 à 25, B, Comme... place.--29, B, Il y...
grace.--36 à =684=, 1, B, par la... s’entrefestoyer.--5 à 12, B, Ce
n’est... trouue.--14, B, desdaigneux.--14.--16 à 19, B, Xerxes...
trouuées.--22 à =686=, 6, B, Nous n’auons... iustes.--12.--12, B,
Chercheront... femmes.--16 à 19, B, qu’il s’y... mieux.--32 à =688=,
14, B, Sages... le plus.--17, B, au deuis.--17 à 20, B, Et Brutus...
securité.--26.--35 à 38, B, suiuant... _palatus_.

=690=, 3, B, de chanter, de sonner.--7.--13.--13 à 16, B, Et la...
Rome.--21 à 32, B, Il s’est... abstinence.--32, B, et fouler la
glace.--35 à 38, B, Il s’est... venin.--=692=, 4 à 8, B, Il est...
correcteurs.--12 à 15, B, La grandeur... eminentes.--18.--24 à
29, B, L’intemperance... exemplaire.--30 à 32, B, pareillement...
_contractio_: et.--34 à =694=, 10, B, Le voir... vertu.--19.--22,
B, _Stulti... fertur._--25, B, Aussi... viure.--=696=, 10.--20, B,
passée... future.--48 à =698=, 2, B, Et me... _acerrimus_.--6, B,
ains... talons.--12, B, tout bon... _sunt_.--16 à 31, B, Elle faict...
voluptez.--33, B, _Intrandum... peruidendum._--35 à =700=, 2, B, Et
ce... nature.

=700=, 5, B, auec... tousiours.--10 à 13, B, _Qui velut...
diuina._--15.--16.--16, B, et tres-principale.--18 à 22, B,
L’authorité... _motus?_--31.--34 à =702=, 4, B, lesquelles...
temporelles.--4.--4 à 6, B, Entre... sousterraines.--6, B, ce
grand homme.--14 à 18, B, Ces humeurs... diuin.--18.--19, B, et
basses.--21.--26, B, _Diis... imperas._--=704=, 1 à 4, B, Si auons...
cul.--5, B, et humain... ordre.--7.



[Db.121] FASCICULE Db

VARIANTES

DE L’ÉDITION DE 1595 PAR RAPPORT A L’EXEMPLAIRE DE BORDEAUX.


Ce relevé a été établi principalement d’après l’édition de 1802 de
Pierre et Firmin Didot et celle de 1872-90 de MM. Courbet et Royer.


Toutes les variantes, ou à peu près, que présente l’édition de 1595
par rapport à l’exemplaire de Bordeaux, figurent ici; il n’a guère été
laissé de côté que celles simplement afférentes à l’orthographe, et
encore pas toujours.

Ce faisant, nous n’avons pas cru le moins du monde faire œuvre de
quelque intérêt, un très petit nombre de ces variantes valant seules
d’être signalées, ce à quoi les notes suffisaient; nonobstant nous nous
sommes imposé cette charge, uniquement pour que chacun, jugeant par
lui-même, puisse, en connaissance de cause, apprécier de la différence
insignifiante des deux textes et de leur valeur respective.

L’exemplaire de Bordeaux porte beaucoup de ratures; on a été jusqu’à en
faire le relevé. Nous ne poussons pas jusque-là, estimant que ce que
l’auteur a supprimé est comme non avenu, et que ce n’est pas être dans
le vrai que d’en tenir compte quand même.

L’édition de 1595 et l’exemplaire de Bordeaux diffèrent essentiellement
par certains passages souvent étendus, existant dans la première et
qui ne se retrouvent pas dans le second, alors que l’inverse n’a pas
lieu; et aussi, mais cela est de beaucoup moindre importance, par
un assez grand nombre de variantes insignifiantes, suppressions,
modifications, additions limitées à quelques mots. Il est à remarquer
que les tournures de phrase légèrement différentes qui résultent de
ces modifications sont toutes, à très peu d’exceptions, plus correctes
ou plus expressives dans l’édition de 1595; le peu de fois que nous
avons estimé le contraire, nous avons adopté, dans la traduction, la
variante de l’exemplaire de Bordeaux et l’avons signalé ici et dans la
traduction elle-même par un astérisque. Le dit exemplaire de Bordeaux
présente, en outre, un bien plus grand nombre de fautes d’impression et
d’orthographe dans sa partie typographiée; et ces dernières sont encore
infiniment plus nombreuses dans la partie manuscrite où la ponctuation
fait à peu près complètement défaut. Ces particularités justifient bien
les conjectures qui prévalent sur l’origine de ces deux textes.


Il semble de fait que l’auteur des Essais, dans les dernières années
de sa vie, travaillant en vue d’une nouvelle réédition, le faisait
au moyen d’annotations inscrites sur un exemplaire, en feuilles, de
l’édition de 1588 qui n’est autre que l’exemplaire de Bordeaux; cet
exemplaire était en feuilles, puisque, relié aujourd’hui, nombre
des notes manuscrites ont été tronquées par le couteau du relieur.
Lui mort, Pierre de Brack, auquel, à Bordeaux, s’adresse la famille
pour la réalisation de ses intentions, chargé de la révision et de
la mise au net de ces annotations, le fait en se servant d’un second
exemplaire de cette même édition, vraisemblablement aussi en feuilles
et aujourd’hui disparu, qui lui est remis à cet effet. Peut-être
Montaigne avait-il déjà commencé lui-même cette mise au net, ou encore
ce second exemplaire lui servait-il, comme l’autre, à consigner ses
modifications, l’un demeurant à la ville, l’autre à la campagne, leurs
annotations respectives devant plus tard être fusionnées et ne former
qu’un tout. Cette existence simultanée ressort de ce que nombre de
variantes entre les éditions de 1595 et 1588 ne se retrouvent pas quand
on compare cette dernière édition avec l’exemplaire de Bordeaux.

Quoi qu’il en soit, de Brack a mis, ou achevé de mettre, l’ouvrage
au point en reportant ou continuant à reporter sur l’un les notes et
retouches de l’autre; et, pour plus de célérité, il les détachait de
celui-ci pour les rattacher à celui-là, quand elles étaient écrites
sur des papillons y attenant par des pains à cacheter dont, en de
nombreux endroits, on voit trace, constatant leur disparition de
l’exemplaire de Bordeaux, en même temps qu’on les trouve insérées dans
l’édition de 1595. Chemin faisant, de Brack rectifiait, au fur et à
mesure, les fautes d’impression, de grammaire et d’orthographe, de
l’exemplaire sur lequel il travaillait et des notes manuscrites qu’il y
transcrivait, non toutefois sans qu’il lui en échappât quelques-unes,
car il s’en trouve encore pas mal, bien que partie de celles qu’il a
laissé subsister aient dû être corrigées par Mlle de Gournay lorsque ce
travail achevé lui a été envoyé à Paris, pour l’impression dont elle
avait charge.

En résumé, l’édition de 1595 est plus complète que l’exemplaire
de Bordeaux; et les très légères différences que présentent leurs
parties communes sont généralement à l’avantage de la première qui,
par là, continue à mériter sans conteste la qualification de «vieil
et bon exemplaire» que lui donne Mlle de Gournay, dans son édition
de 1635, et d’être appelée «la Vulgate», comme la dénomment MM.
Barckhausen et Dezeimeris;--par contre l’exemplaire de Bordeaux, par
ses notes manuscrites, renseigne incontestablement au mieux de ce
qui est possible sur l’orthographe personnelle de Montaigne (voir,
en particulier, à cet égard, comme échantillons de quelque étendue,
les variantes relatives au capitaine Raisciac (=I=, 26, 10 à 20) et
à une tentative de suicide d’un condamné à mort (=II=, 102, 13 à
31); et aussi le fac-similé de la page 151 dudit exemplaire qui est
donné en tête, dont il est question dans le fascicule A (notice sur
les illustrations), qui renseignera également sur son écriture).
L’orthographe des éditions de 1580, 1582, 1587, 1588 est, en effet,
beaucoup plus celle de ses imprimeurs que la sienne, car il leur avait
laissé carte blanche: «Ie ne me mesle, ny d’orthographe et ordonne
seulement qu’ils suiuent l’ancienne, ny de la punctuation,» dit-il
au chap. IX du livre III (vol. III, p. 412). Ceux-ci, au surplus,
ne semblent pas sur ce point avoir agi à sa complète satisfaction,
à en juger par les recommandations écrites par lui-même en vue de
la réédition projetée que l’on retrouvera en tête du fascicule G
(Glossaire) et dont ses exécuteurs testamentaires ont tenu d’autant
plus compte dans l’édition de 1595, qu’ils étaient, plus que lui,
respectueux de ces détails; si bien, qu’à cet égard, cette édition a en
plus ce que les autres ont en moins.


Qui veut, en dehors du procédé graphique que nous avons donné dans
le préambule du fascicule précédent (D_a_), avoir un ensemble
complet auquel rien ne manque des variantes des Essais avec leurs
transformations successives, l’obtiendra, mais sous une forme moins
simple et moins saisissante, par la réunion des quatre éditions
ci-après mentionnées dans l’énumération qui clôt la notice placée
en tête de ce volume:--La réédition de 1580, par MM. Barckhausen et
Dezeimeris, avec les variantes de 1582 et de 1587;--celle de 1588 par
MM. Motheau et Jouaust avec les variantes de 1595;--celle de 1595 par
MM. Courbet et Royer;--enfin l’édition municipale de Bordeaux, qui, à
l’instar de celle de MM. Motheau et Jouaust, a pour point de départ le
texte de 1588, mais conjointement avec celui de 1580 et les additions
manuscrites de l’exemplaire de Bordeaux.


_Dans le présent relevé, le volume est indiqué au titre courant;--les
nombres en caractères gras marquant la page;--ceux en caractères
ordinaires, la ligne._

_Les indications affectées de la lettre A s’appliquent aux additions
que présente l’édition de 1595, par rapport à l’exemplaire de
Bordeaux;--celles affectées de la lettre D, à ce qui fait défaut dans
celle-là et se trouve dans celui-ci;--enfin, celles affectées de la
lettre R marquent que ce qui précède cette lettre et fait partie du
texte du premier de ces deux documents, se trouve remplacé, dans le
second, par ce qui la suit._



[Db.121] ESSAIS DE MONTAIGNE.

VARIANTES

DE L’ÉDITION DE 1595 PAR RAPPORT A L’EXEMPLAIRE DE BORDEAUX.


LIVRE I.

=16.=--=Ch. I.=--4, la constance et la resolution, R, et la
constance.--=18=, 24, pleurs, R, prieres.

=20=, 18, et mesmes, R, estant à mesmes.--37, y, D, auoit.--=22=, 4,
l’obstination à se taire, R *, son fier et obstine silence.--6, ce
silence, R, ta taciturnite.--10, force de courage, R, hardiesse.--10,
A, naturelle et.--22, veu, D, si abatu de blessures.--=24.=--=Ch.
II.=--1, vilain, R, monstrueux.--28, celuy, D *, d’vn.--36, vierge, R,
fille.--37, rapporter, R, representer.--=26=, 10 à 20, vn gendarme...
accablé, R, Raïsciac, capitaine Alemand voiant raporter le corps d’vn
home de cheual à qui chacun auoit veus excessiuement bien faire en
la meslee le pleignoit d’vne pleinte commune mais curieus aueq les
autres de conoistre qu’il estoit apres qu’on l’eut desarme trouua que
c’estoit son filx et parmi les larmes publiques luy seul se tint sans
espandre ny vois ny pleurs debout sur ses pieds les yeus immobiles le
regardant fixement iusques à ce que l’effort de la tristesse venant à
glacer.--=28.=--=Ch. III.=--28, ces, R, ses.--34 à =30=, 3, Comme...
soy, R, _Vt stultitia etsi adepta est quod concupuit nunquam se tamen
satis consecutam putat: sic sapientia semper eo contenta est quod
adest, neque eam vnquam sui pœnitet_ (Cette citation est remplacée par
sa traduction dans l’édition de 1595).

=30=, 4, soucy, R, sollicitude.--29, valeur, R, nature.--32, de luy,
R, par luy.--33, deuenu, R, venu.--35, continuels malefices, R,
continuelles meschancetez.--37, A, à luy, et à tous meschans comme
luy.--=32=, 9, mourir, R, sa mort.--10, à souhait, R, selon ordre.--41,
soing, D, que nous auons.--=34=, 12, Zischa, R, Vischa.--=36=, 37, au
degré, R, à la forme.

=40=, 2, mer, D, des Atheniens.--14 à 18, A, Tout... dit.--=Ch.
IV.=--21, fort, M, plaisamment.--=42=, 28, mer, D *, de l’Helespont,
l’enforgea et luy fit dire mille vilanies.--=44.=--=Ch. V.=--29,
vieux, R, vieils.--=46=, 3, traistre, R, trahistre.--3, desloyal, R,
meschant.--9, franche, R *, loyale.--21, l’auoir, D, premierement.--23
à 25, Mais aussi... vaincre, R, Mais cela faict aussi si leurs ennemis
ne cedent et vienent à accort, ils donnent loy au pis faire et ne
pensent pouuoir estre reproches de trahison de finesse et de tout moien
qui sert à veincre.--=48=, 11, du Bellay, R, Monsieur du Bellay.--20,
luy parler, alleguant, R, parler à luy et qui apres plusieurs autres
entremises alleguoit.--25, en, D, ostage.

=50.=--=Ch. VI.=--=52=, 26, à Ligny, R, en Ligny.--28, parlementer, R,
parler.--29, parlement, R, marché.--39, dit-il, R, fit-il.--=54=, 1, de
chercher, R, d’employer.--=Ch. VII.=--=56=, 20, A, et apertement.--=Ch.
VIII.=--=58=, 20, de carriere, D, d’affaire.--=Ch. IX.=--27,
merueilleuse, R, monstrueuse.--29, gaigner, D, par là.

=60=, 16, s’empestre, R, s’empesche.--21, d’autruy, D *, come faict le
monde.--31, A, de tant.--39, defaillent de, R, defaillent par.--=64=,
1, ce bel, R, cette belle.--=66=, ce fut, R, qui fut.--=68.=--=Ch.
X.=--22, reiettent, D, hors.

=70=, 20, à l’huyle et à la lampe, R, l’huyle et la lampe.--23,
entreprise, D *, la met au rouet.--=72.=--=Ch. XI.=--=76=, 30, essayé,
A, de.--=78=, 11, sans, D, atandre.--=Ch. XII.=--29, de pied ferme, R,
patiemment.

=80=, 6, place, R, face.--22, d’en manger, R, d’y mordre.--24, A, tout
son saoul.--=84.=--=Ch. XIII.=--12, autant... la, R, toute.--14, à,
D, moy.--=86.=--=Ch. XIIII.= (XIIII, R, XV) [Sous ce numéro XIIII,
l’exemplaire de Bordeaux insère le chapitre qui, dans la présente
édition, porte le numéro XL; par suite, ce chapitre XIIII est le
chapitre XV du dit exemplaire, dont tous les chapitres de XV à XXXIX
ont leur numéro supérieur d’une unité à celui qu’ils ont dans l’édition
de 1595].--=88=, 13, semblant, D, point.--=Ch. XV= (XV, R, XVI).

=90=, 22, punissoient... de, R, condamnoient... à.--23, dit, R,
raconte.--24, à vne, R, en vne.--28, chastiement, R, condamnation.--32,
A, amis.--=92.=--=Ch. XVI= (XVI, R, XVII).--12, contraire, R,
rebours.--15, d’vn bon, R, de bon.--24, A, et si ne scauoit guere.--25,
vacation, R, vocation.--29, recognoissent, R, rencontrent.--30,
offenses, D *, et si n’y scauoit rien.--33, A, trauailler de.--=94=,
21, et soldats, R *, soldats et subiects.--=96=, 5, comme en authorité,
R *, et non en authorite seulement, mais.--8, si volontiers, R,
volontiers.--19, A, de art.--30, A, auiourd’hui.--=98.=--=Ch. XVII=
(XVII, R, XVIII).--24, Iulle, R *, Iuille.--30, rage poulse, R, peur
saisit.

=100=, 21 à 31, A, Quelle affection... _expectorat_--[Dans l’exemplaire
de Bordeaux, existe ici un renvoi dont l’objet n’est pas indiqué et
donne à penser que le papillon sur lequel ce passage était transcrit
s’est ou a été détaché].--=102=, 8, frappez, R, sesis.--14, fureur,
R *, tumulte.--=Ch. XVIII= (XVIII, R, XIX).--=104=, 9, par la main
d’vn, R, par main de.--10, A, indigne et barbare cruauté.--=106.=--=Ch.
XIX= (XIX, R, XX).

=110.=--=114=, 9, l’airte, R, l’airle.--44, en dessoude et au
descouuert, R, en dessous de et à descouuert.--=116=, 22, nous
efforçons, R, efforcons nous.--29, homme, R, corps d’homme
mort.--=118=, 28, A, œu_u_re.

=120=, 5, A, Dieu merci.--7, quelconque, D *, si ce n’est de la vie,
si sa perte vient à me poiser.--10, A, Les plus mortes... saines.--17,
désigner, R, desseigner.--18, en voir, R, n’en voir.--=122=, 7,
la pensée, R, l’imagination.--17, A, ie n’ay.--32, la veue, R, le
goust.--=124=, 30, mais aussi, R, Et.--=126=, 41, la leur, R, le
leur.--=128=, 34, A, que rien.--38, A, D’auantage.

=130=, 22, ie luy, R, ie vous.--32, l’air, A, et.--=132.=--=Ch. XX=
(XX, R, XXI).--25, par... a, R, de.--=134=, 7, A, à Thoulouze.--13, A,
lors.--36, Par là, R, de la.--=136=, 27, credit, D, des miracles.--31,
en ce doubte, R, de cette opinion.--=138=, 3, en courut, R, en
encourut.--7, se, R, le.--9, luy, A, en.--12, net, D, à l’endroit de ce
subiect.--16, ou les, R, si les.--23, comte, R, compte.--34, A, viuant
chez moi.--35, comte, R, compte.

=140=, 4, A, à l’heure susditte.--4, A, à l’oreille.--9, paroles, R,
oraisons.--13, A, à la derniere fois.--31, d’apres, R, d’empres.--35,
quant et quant, R, aussi.--36, sa cotte, R, le cotillon.--38, ne la
fait, D *, guiere.--=142=, 1, ardantes, R, bouillantes.--2, A, qu’on
donne de soy.--5, mariez, D, le temps étant tout leur.--=144=, 13,
la, D, toute.--15, Viuez, D, son glosatur.--16, voix, R, vers.--18,
cognois, R, sçais.--21 à 25, A, Et pleust... le pouuoir!--=146=, 1,
charges... son dict, R, charges telles veu la condition des parties
qu’elles ne peuuent aucunement apartenir ny concerner son dict.--2 à 4,
A, Car l’effect... quietement.--9, Ouurage... Amour, R, pourtant est à
Socrates action diuine que la generation et amour.--12, escrouelles, R,
escruelles.--12, reporte, R, rapporte.--16, supplee, R, supplisse.--38,
espingle, R, espingue.

=150=, 3, lieures, R, les lieures.--16, A, assez.--17, comme pour moy,
R *, comme: pour moy, ce n’est pas mal parler que mon commer.--28,
fay, R, feis.--30, A, leu.--32, mon inscience, R, ma science.--=152=,
24, volontiers, A, de.--=154.=--=Ch. XXI= (XXI, R, XXII).--=Ch. XXII=
(XXII, R, XXIII).--=156=, 10, les Medecins, R, croy les medecins.--27,
A, polis.--31, A, de ça bas.--34, demeurer, R, durer.--35, les perçoit,
R, s’en estonnoient.--38, l’accoustumance, R, la costumance.--=158=,
1, estonne, R, effraie.--21, naifue, R, forte.--22, A, et plus
neufue.--3, espingles, R, esplingues.--33, tricotterie, R, frichoterie.

=160=, 8, donné, D *, car il gaigne sa vie à se faire voir.--28,
raison, R, discours.--34, François, R, Frances.--36, bonnes, R,
bons.--=162=, 1, plus, D, de horrur et.--2, faisons... ordures, R,
faisons tous autres excremans.--11, loingtains, R, nouueaux.--=164=,
8, que l’on, R, qu’on.--24, les demons, R, leurs demons.--25, qu’il,
R, qui.--32, estrennes, D *, annuelles.--33, lequel... esteint, R *,
l’ambassadeur qui l’apporte arriuant, l’antien feu est esteint tout
par tout en la maison.--36, deuotion, D, com’ ils font souuent.--36,
A, ce qui auient souuent.--=166=, 1, semblent le requerir, R *,
le requierent.--2, A, luy.--3, gouuernail, R, gouuernement.--7,
insociable, R, inciuile.--19, à nourrisse, R, en nourrisse.--32, poil,
D, du corps.--=168=, 1, A, sans distinction de parenté.--37, plus, R,
autant.

=170=, 16, les, R, hors des.--16, hors les, R, hors des.--33 à 35, A,
C’est par... Thessalie.--=172=, 15, par laquelle, R, de quoy.--16, A,
et preposteres.--19, coustume; là, R, coustume; où.--32, tesmoin, R,
come.--=174=, 12, chargees, R, les chargeant.--13, prodigieuse, R,
monstrueuse.--=176=, 4, fantasticques, R, monstrueux.--18, vie, D *,
propre.--=178=, 19, royalle, D *, dict un antien.

=180=, 17, souciassent, R, souignassent.--18, prouuoir, R,
pouruoir.--=184=, 24, vingt, R, vint et.--=186=.--=Ch. XXIII= (XXIII,
R, XXIV).--=188=, 8, tuer, R, homicides.--13, L, R, Lucius.--19,
pourmener, R, promener.--31, dit, R, fit.--32, luy, R, ly.

=190=, 20, n’as-tu, A, pas.--=194=, 31, telle humanite, R *, si
notable bonte.--=196=, 31, des, R, de.--=198=, 12, presenter, R,
representer.--14, representer, R, presenter.

=200=, 16, confidence, R, confiance.--18, clemence, D *, et
douceur.--=202=, 6, dit, R, di.--8, s’ennuïast... domination, R,
se peut ennuier de son iuste gouuernement.--=Ch. XXIV= (XXIV,
R, XXV).--31, n’auoir, R, n’auoit.--32, gouuernement, D, et en
garde.--=204=, 21, A, faict.--22, occupe, R, saisi.--37, vn Prince, R,
leur Prince.--39, rudement, D, qu’vn pastre.--=206=, 11, hommes, R,
gens.--36, qu’il, R, à quoi il.--=208=, 24, destourner, R, de tourner.

=210=, 16, naistre, A, souuent.--17, d’esprit, D, souuent.--28,
suppleassent en, R, supplissent.--=212=, 8, formerent, R,
formairent.--18, _Nequidquam_, R, _Nequicquam_.--32, sot et
presomptueux, R, fier et plus outrecuidé.--=216=, 5, V, R,
cinquiesme.--=218=, 13, pris appetit, R, prins le gout.--34, et, A,
coustumierement.--35, qu’vn, R, que tout.--38, ασωτους, R, asotos.

=220=, 10, quatre, D, d’eus.--=224=, 4, comptes, R, contes.--6, vie,
A, priuee.--20, huitieme, A, quasi.--=226.=--=Ch. XXV= (XXV, R,
XXVI).--13, monarque, R, monarche.--20, leçon, D *, au moins selon
icelle.--25 *, c’est, D, plus.--25, A, en matière de liures.--=228=,
19, que chacun, R, qu’vn chacun.

=230=, 8, oncques puis, R, onques plus.--14, sçay, D, bien.--24, par
où, R, où.--31, A, purement.--34, cette, R, vostre.--=232=, 14, nouuel,
R, nouueau.--18, petit, R, peu.--31, deuant, R, auant.--=234=, 3,
ours, A, et.--14, Platon, D, mesme.--15, trop, R, beaucoup.--=236=, 8,
reussir, R, tirer vn.--9, qu’homme, R, qu’vn homme.--24, deuant, R,
d’auant.--=238=, 7, à son, R, de son.--21, A, sienne.--28, doubte, D *,
Il n’y a que les fols certeins et resolus.

=240.=--=242=, 22, ou la... harquebuse, R, ny la... harquebouse.--23,
et, A, faut.--34, seule, R, sule.--=244=, 5, _collum_, R, _callum_.--7,
dislocation, R, disloueure.--11, les gens, R *, les plus gens.--28, A,
du monde.--30 à 32, comme... valeur, R, tirer nom par reprehantion et
nouueletez.--36, _fecerint_, R, _fecerunt_.--38, que, A, là.--=246=,
19, Vn, A, pur.--25, en vn, R, d’vn.--27, conduite, R *, guide.--=248=,
3, au, D, haut.--23, estimable, R *, inestimable.--32. I’ai leu,
R *, ie lis.--36, par laquelle, R, en laquelle.--36, laquelle, D,
philosophie.

=250=, 8, la Boætie, R, la Boitie.--25, l’imagination, R, son
imagination.--=252=, 30, s’y exercent, R, s’exercent.--33, aucun, R *,
autre.--=254=, 13, voirement en quelque maniere, R, aucunement.--15,
en quelque maniere aussi, R, aucunement.--37, aux secrets, R, au
secret.--38, Car... pays [Cette phrase dans l’exemplaire de Bordeaux
est mise entre parenthèses].--=256=, 1, appris, R, dict.--16, mordre,
D *, et.--18, philosophie, D, ce.--20, pris, D, et.--=258=, 22,
routtes, R, routes.--33, d’affection, A, que.

=260=, 10, appetit, R, goust.--19, en, R, dans.--20, beauté, D,
et.--30, victorieux, R, glorieux.--32, sinon, D, que de bone heure
son gouuerneur l’estrangle s’il est sans temoins ou.--=262=, 36,
_miserique_, R, _miserisque_.--37, disoit, R, dict.--42, l’abandonne
à, A, la colere et.--42, humeur, R, l’humeur.--=264=, 17, iardin, R,
iardrin.--=266=, 15, contraire, R, rebours.--=268=, 1, pourtraire, R,
portraire.--3, là fust, R, ce fut.--9, aux Muses, R, les Muses.--13 *,
ennemie, D, de communication et.--24, corps, A, est.

=270=, 1, _quis_, R, _aliquis_.--33, s’il y a, R, s’il a.--34,
s’il y a, R, s’il a.--34, bonté, D, et.--=272=, 14, parties, A,
et.--19, voyois, R, descouuris.--39, lecher, A, encores.--=274=,
1, dans, R, en.--7, harangere, R, harangiere.--11, beneuolence,
R, beniuolence.--=276=, 30, qu’ils, R, qui.--33, _qui_, R, _Sunt
qui_.--34, belle, R, bone.--35, destors, R, tors.--=278=, 10, au port,
R, à la facon.--26 *, scolastique, R, pedantesque.

=280=, 16, c’en, R, ce en.--=282=, 28, faut, D, nullement.--30, A, en
premier.--=284=, 13, inaccoustumée, R, nouuelle.--=286=, 8, comme cela,
R, de mesmes.--9, sont telles, R, comme cela.--9, A, il est.--10, A,
trop desdaigneux.--11, A, mesmes.--12, A, pourquoi.--17, la gratitude,
R, de la gratitude.--20, A, et de moy, que ie suis plus mien.--=288=,
3, Grece, R, en Grece.--14 *, raisonnable que, D, le magistrat,
et.--=Ch. XXVI= (XXVI, R, XXVII).--26, estoit, R, c’estoit.

=290=, 29, _saturusque_, R, _satiate_.--=294=, 2, de, A, la.--=296=,
6 *, les, D, deux.--=Ch. XXVII= (XXVII, R, XXVIII).--24, le Contre-vn,
R, _le contre-vn_.--=298=, 13, espace, R, piece.

=300=, 8, Aristippus, R, qui.--=302=, 37 *, par les, R, par le commun
consentement des.

=310.=--=312=, 40 *, un autre, R, nul autre.--=314=, 20, si ie, R, si
i’en.--23, reste, D, certes.--28, ne doiuent, R, me doiuent.--37,
auant, R, aueq.--=318.=--=Ch. XXVIII= (XXVIII, R, XXIX).

=320=, 19, sentant, R, sentent.--51, desreglé, D, Ces vers se voient
ailleurs.--[L’exemplaire de Bordeaux n’étant autre qu’un exemplaire
de l’édition de 1588 corrigé et annoté par l’auteur, les sonnets y
figurent; mais ils y ont été rayés en suite de l’annotation indiquant
qu’ils se voient ailleurs.--Dans l’édition de 1595, ils ne sont pas
reproduits et une mention porte: «Ces vingt-neuf sonnetz d’Estienne
de la Boëtie qui estoient mis en ce lieu ont esté despuis imprimez
auec ses œuures.» Nous les avons néanmoins insérés dans la présente
édition pour conserver à l’ouvrage la physionomie qu’il a dans celle
de 1588, la dernière de celles exécutées sous les yeux de Montaigne,
estimant préférable d’en agir ainsi, plutôt que de les faire figurer
aux variantes où sans cela ils devraient prendre place].

=330.=

=340.=--=344.=--=Ch. XXIX= (XXIX, R, XXX).--31, ny à suiure, R, à
suiure.--=346=, 6, soy-mesme, R, à soy.--10, trace, R, a tracé.--29,
A, en ce subiect là.--34, nostre histoire Ecclesiastique a conserué,
R, nos antiens autheurs ecclésiastiques font.--36, et soustenir...
desbordez, R, ses trop lasciues et immoderees amours.

=350=, 11, plus, R, que.--39, luy, M, seruist.--=352.=--=Ch. XXX=
(XXX, R, XXXI).--=354=, 9, de grande, R, estre de.--=356=, 24, vne, R,
d’vne.--29, nauigé, R, nauigué.--57, qu’on, R, que l’on.--=358=, 19,
du, R, de ce.--29 à 30, vray... verité, R, vray, il semble que nous
n’auons autre touche de la verité.--40, les accommodant, R, et les
auons seulement accommodées.

=360.=--=362=, 1, perfection, D, _Viri a Diis recentes_ [Traduction:
Ces hommes semblent être formés récemment de la main des
Dieux].--=366=, 23, leur, A, dont ils.--26, à point, R, bien.--39,
d’Alexia, R, de Alesia.

=370=, 33, du combat, R, d’vn combat.--=374=, 38, dont, R,
d’où.--=376=, 11, rien qui vaille, R, guiere de plaisir.--=Ch. XXXI=
(XXXI, R, XXXII).--=378=, 19, par la, R, par le bonheur et.--31,
moultures, R, mouldures.

=380.=--=Ch. XXXII= (XXXII, R, XXXIII).--25, regles, R,
lois.--=384.=--=Ch. XXXIII= (XXXIII, R, XXXIV).--29, fallut,
R, fausit.--=386=, 19, empenné, R, empanné.--22, aposteme, R,
apostume.--25, aposteme, R, apostume.--=388=, 3, se guignoyent, R, le
guignoint.--17, de retirer, R, d’auoir retiré.--=Ch. XXXIV= (XXXIV, R,
XXXV).

=390=, 27, Notaire, R, Notere.--=392.=--=Ch. XXXV= (XXXV, R,
XXXVI).--13, est, D, à la verité.--25, A, et soubs... nostre.--34,
du, R, d’vn.--=394=, 1, à celle d’vn homme, R, à vn home.--4,
scarbillat, R, scarrebillat.--5, amitonné, R, emmitonné.--16, Perses,
R, Persiens.--34, l’vn, R, vn.--=396=, 5, Ouide, D, à deux doigts
prez.--16, oignants, R, ouignant.--18, couroit, R, tiroit.--23, en
estants, R, estant.--16, estropies, R, stropiez.--30, A, et nous...
voir.--=398.=--=Ch. XXXVI= (XXXVI, R, XXXVII).--11, et les ayme, R, et
si les ayme.--16, _suadent_, R, _laudent nisi_.

=400=, 11, attribuerent, R, attribuarent.--13, A, de leur nation.--30,
detracter, R, retracter.--32, pour, R, a.--35, Et il faut, R, Mais
il faut.--36, inuention, R, conception.--=402=, 5, ny dressee à,
R, pour.--6, naifue, D, ny dressee à cela.--20, il estimera, R,
estimer.--28, la supreme, R, l’excessiue.--=404=, 23, cœur, R,
chœur.--=Ch. XXXVII= (XXXVII, R, XXXVIII).--30, pleingnit, R,
pleinsit.--34, le Duché, R, la duché.--=406=, 23, nostre ame, R, nos
ames.--35, despend, R, desprend.--=408=, 5, nommer, R, nomer.--5,
honeste homme tantost apres, R, tantost honeste home.--8, ny heure à
peine en laquelle, R, auquel.

=410.=--=Ch. XXXVIII= (XXXVIII, R, XXXIX).--11, au contraire, R, au
rebours.--=412=, 4, Emanuel Roy, R, le Roy Emanuel.--5, peril, A, de
fortune.--5, peril, R, fortune.--8, bord, R, sauuete.--18, viuent,
R, viuoint.--=416=, 9, establissions, R, establissons.--12, A, de
chose.--21, vertu, D, dict Antisthenes.--=418=, 8, à l’exemple, R,
suiuant l’exemple.--27, tant d’amitiez, R, l’amitié.--32, hommes, R,
homes.--33, vieux, R, vieils.--34, certain, R, nul certein.

=420=, 3, et ne, R, ny.--=422=, 2, veux, R, puis.--9, portent,
nonobstant, R, ne laissent pas de porter.--=424=, 6, cerchent,
R, recherchent.--8, bonté, R, et en bonté.--9, rassasier, R,
ressasier.--20, delicieuse, R, delicate.--20, sorte, R, forme.

=430=, 2, vous remettra, R, les remettra.--=Ch. XXXIX= (XXXIX, R,
XL).--=432=, 11, et me feroit on, R, on me feroit.--25, vulgaire,
R, vulguere.--29, scauantes... par, R, scauantes: se recommandans
par.--=434=, 16, comme, D, c’est.--22, A, au moins.--26, curieusement,
R, ingenieusement.--31, souuent, R, souent.--32, A, en ce lieu.--33,
Retournant, R, Reuenant.--=436=, 33, A, espece de.--34, que, D, ie ne
suis.

=440.=--=Ch. XL= (XL, R, XIV).--=444=, 11, presente, R, presenta.--21,
errer, R, fallir.--=446=, 1 à 8, Au royaume... leur maistre, R,
Au royaume de Narsingue encores auiourd’huy, les femmes de leurs
prestres sont viues enseuelies auec leurs maris morts. Toutes autres
femmes sont brulées viues non constammant sulement mais gaïement
aus funerailles de leurs maris. Et quand on brule le corps de leur
Roy trepassé toutes ses femes et concubines ses mignons et toute
sorte d’officiers et seruiturs qui font un peuple accourent si
allegrement à ce feu pour s’y ietter quant et leur maistre qu’ils
semblent tenir à honeur d’estre compaignons de son trespas. [En outre,
au lieu d’occuper la place qu’il a ici, ce passage est transposé
et mis plus haut après «Viue le Roy», page 444, ligne 24].--13,
des Xanthiens, R, de la ville des Xanthiens.--16, fuir la vie, R,
finir la vie.--17, Brutus, D, à tout son armée.--19, courageux, R,
bon.--29, arriué, R, venu.--35, victuailles, S, vittoailles.--35,
contreints, R, fussent contreints.--35 à 36, A, longuement... du
tout.--=448=, 3, A, successeur de Iehan.--5, ordonna de sortir, R,
dona temps de vuider.--7, non meprisable historien latin, R, le
meilleur historien.--9, à la volerie des mariniers, R, come leurs
compaignons.--11 à 12, en reduisist... amonceler, R, en rauisast
aucuns: ou pour les amonceler.--20, Il dit, R, Ils disent.--21,
enfants, R, les enfants.--23, Il fut, R, Il y fut.--25, ieunes,
R, iunes.--31, A, à telles mutations.--32 à 34, A, En la ville...
opinions.--40, fin, R, faim.

=450=, 20, A, si nous en deuenons plus lasches.--34, discourir, D,
et d’en parler.--=452=, 10, accroire, B, à croire.--14, loy, R,
habitude.--16, offences, D, qu’on leur faict.--20, Aussi, R, Et à
la verité.--=454=, 6, credit, D, parmi nous.--34, condition, D,
et conduite.--=456=, 4, vaille, R, puisse.--10, comme vne, R, en
vne.--14, ainsi qu’elles montrent, R, comme nous voions.--20, A, egal
et.--26, aspre, R, aigre.--31, ainsin, R, aussi.--36, _doluerunt_, R,
_doluerunt_, dict S. Augustin.--=458=, 13, craignons... malice, R,
craignons sa peine.

=460=, 15, auec, R, à tout.--21, A, quand ie veins... de Blois.--22,
A, peu auparauant.--22, A, en Picardie.--39, on portoit... de nuict,
R, il portoit touiours dans vne boite.--=462=, 5, S., R, Sainct.--18,
A, faueur et.--18, A, singuliere du ciel.--19, mais... nourrice, R,
et i’en ai perdu mais en nourrisse.--=464=, 9, mais, R, et.--14, leur
pris, D, et valeur.--=466=, 43, eux, R, leur.--=468=, 23, A, pas.

=470=, 27, et n’en vser point, R, et à n’en vser.--33, eut, D,
sur ce propos.--=472=, 5, et quand ma, R, et ma.--9, suffire, R,
baster.--13, et non, R, non.--19, folie, R, maladie.--34, bourse, A,
et.--=474=, 5, conuenables, R, sortables.--24, A, en.--34, vn, R,
vne.--=476=, 6, humaine, R, l’humaine.--=Ch. XLI.=--20, _delegua_,
R, _dilegua_.--=478=, 5, pour, R, d’.--9, Quand, D, l’Empereur.--11,
l’Empereur, R, son maistre.

=480.=--=Ch. XLII.=--17, inegualité, R, inequalité.--=484=,
38, migraine, R, micraine.--=486=, 21, s’apperçoiuent, R, se
percoiuent.--26, le sentiment propre à, R, du sentiment pour.--39, ame,
R, esprit.--=488=, 25, qu’à la, R, qu’en la.

=490=, 20, d’y, R, de.--=494=, 11, m’enorgueillirois, R, m’en
orgueillirois.--28, mesureroit, R, mesuroit.--=496.=--=Ch. XLIII.=--14,
qui, R, et qui.--=498=, 15, hors, R, hors de.--17, homme, R,
l’homme.--22, A, à leur deuoir et.

=500=, 6, au, R, du.--9, vne autre, R, autre.--11, les anciennes, R,
toutes antiennes.--=Ch. XLIIII.=--=504=, 4, fallut, R, fausit.--=Ch.
XLV.=--=506=, 4, de Machanidas, R, contre Machanidas.--14, l’heure,
R, heure.--24, aussi, D, y.--=508.=--=Ch. XLVI.=--7, des Henrys,
R, de Henris.--26, nom, D *, beau et.--26, mettre en memoire, R,
retenir.--31, pouuoir, D, iamais.

=510=, 3, diuers, R, reuers.--15, A, suiuante.--20, ne dira, R,
dira.--30, temps, A, là.--=512=, 5, cadet, R, cabdet.--27, ayeulz,
R, aieuls.--=514=, 15, immensité, D *, l’æternité.--15 à 17, A, et
remplissant... qu’elle veut!--=516=, 6, pensez, R, diuinez.--15,
A, tant de siecles.--16, _attrita_, R, _attonsa_.--=518.=--=Ch.
XLVII.=--3, prou, A, de.--5, _vince_, R, _vinse_.--28, on, R, l’on.

=520=, 38, ouy, R, c’est mon.--=524=, 27, se, R, soy.--=526=, 10,
piller, R, de piller.--36, d’eslargir, R, eslargir.--=528=, 25,
temerairement, R, inconsiderement.--26, à la temerité du, R, au.--=Ch.
XLVIII.=

=530=, 7, coste à coste, R, costé à costé.--18, ils, A, se.--20,
Artibius, R, Artibie.--26, A, Charles.--26, pennades, R, de coups de
pied.--20 à 34, faicts... commande, R, faicts par certoins signes
et voix à ramasser aueq les dans les lances et les darts et à les
offrir à leur maistre en pleine meslée et à conoistre et discerner
l’enemi sur qui il fault qu’ils se ruent de pieds et de dents.--=532=,
14, Platon la, R, Platon le.--34, soy, D, à ceux qui sont.--=534=,
1, és, R, en tous les.--14, à cette heure, R, asture.--22, vienne,
R, viendra.--=536=, 7, dressoit, R, adressoit.--17, traistresses,
R, trahistresses.--27, vn bouclier, R, le bouclier.--28, tirer, A,
des.--=538=, 3, les veoir, R, le voir.--4, ses mots, R, ces mots.--26
à 28, Les Abyssins... mules, R, Les Abyssins à mesure qu’ils sont plus
grands et plus auances pres le Pretteian leur maistre affectent au
rebours des mules à monter par honeur.--31, longueur, R, longur à la
guerre.--32, desordre, R, dessoude.--33, en, R, au.

=540=, 2, Crotte, R, Crete.--33, _fecisse_, R, _sua_.--=542=, 8, belle
erre, R, bellere.--9, à, M, son.--13, l’eut, D, refrechie et.--29,
Monsieur, R, le sieur.--33, de bons, R, des bons.--=544=, 2, piquoit,
R, couroit.--4, donnoient carriere, R, couroient.--=Ch. XLIX.=--=546=,
entre, R, d’entre.--24, perfumée, R, parfumée.--24, tenoient, R,
s’emploioint.--26, perfumoyent, R, parfumoyent.--39, vie, D *,
plus.--=548=, 4, et saluer, R *, ou saluer.--7 à 8, cette... l’autre,
R, cecy n’est-il pas vostre aussi bien que les genous.--9, de, A,
la.--27, donner, A, du.--28, sur les, R, sur des.--40, magnificence, D,
de.

=550=, 23, naulage, R, nolleage.--=552.=--=Ch. L.=--6, ouy, R,
voire.--7, dont, R, de quoy.--15, traicter, R, produire.--16, qui,
A, nous.--22, A, et me trompois en mon impuissance.--=554=, 9, ses,
R, ces.--=556=, 1, trouble, R, grossit et espessit.--16, triste, R,
attristé.--32, poingnant, R, pouignant.--=558=, 6, propre, D, et
peculiere.--=Ch. LI.=--25, art, R, est.--30, fust, R, en fut.

=560=, 12, grands, R, grans.--23, raison, R, la raison.--=562=, 22,
reproche... indignement, R, tesmoignage d’vne singuliere vanite
de.--36, fantastiques, R, fantasques.--=564.=--=Ch. LII.=--=Ch.
LIII.=--=566=, 31, A, qu’il tient.--=Ch. LIV.=--=568=, 18, se tinsent,
R, se tiennent.--32 à 37, peur... plat, R, peur font tresmousser nos
membres. Et celuy à qui ses ians qui larmoient voiant frissonner la
peau, s’essaioint de le rassurer en apetissant le hasard auquel il
s’aloit presanter leur dict Vous me conessez mal. Si ma cher sçauoit ou
mon corage la portera tantost elle s’en transiroit tout à plat.

=570=, 30, niaiserie... arrestez, R, simplicite et ignorance de nous
voir arrester.--=572=, 9, selon... natures, R, selon nostre temps des
natures.--14, ceux cy, R, ceus icy.--=574=.--=Ch. LV.=--6, parfaict,
R, excellent.--10, exquise, R, parfaicte.--10, rien, R, à rien, comme
on dict que la meilleure odeur de ses actions, c’est qu’elles soient
insensibles et sourdes.--14, sentir, R, de santir.--=576=, 1, accusent,
R, occupent.--10, ce crois-ie, R, croi ie.--17, ouurage, R, art.--23,
se trouuerent... reuenir, R, reuenoient.--24 à 27, non la... soudain,
R, ils remplissoient non sulement la sale mais toutes les chambres
de son palais et iusques aus maisons du voisinage d’vne tres souefue
vapur qui ne se perdoit pas si tost.--=578.=--=Ch. LVI.=--7 à 9,
pour... Catholique, R, pour execrable s’il se treuue chose dicte par
moy ignoramment ou inaduertement contre les sainctes prescriptions de
leglise catholique.--12, ainsi, R, ainsin.

=580=, 3, d’escrier, R, descrier.--=582=, 1, quand ie baaille, R,
au bailler.--31, son, R, au.--=584=, 14, ses, R, ces.--=586=, 13,
pouuoit, R, peut.--14, nous qui, R, qui.--16, de personnes, R, des
personnes.--30, des principaux, R *, deux grans.--=588=, 1, soit, D,
pas.--14, portoit, R *, commençoit.--22, prendroient, R, tireroient.

=590=, 4, façon, R, maniere.--9, peut estre, R, à l’auenture.--25,
inuoquons, R, appellons.--29, fortune, R, passion.--35, luxure, A,
et.--=592=, 32, ses, R, ces.--=594.=--=Ch. LVII.=--=596=, 34, dixneuf,
R, dix et neuf.--=598=, 1, produisent, R, enseignent.--9, de mesmes, R,
des mesmes.


LIVRE SECOND.

=600.=--=Ch. I.=--9, cruauté, R, la cruauté.--=602=, 2, renuoyent, R,
vont renuoyant.--17, vice, D, ce.--=604=, 20, fille, A, de.--=606=, 11,
refuse, R, refusa.--11, Mahomet, R, Mechmet.--18, tant, D, sa.--22,
n’est, A, pas.--=608=, 20, pauureté, R, poureté.--25, tout au, R, tout
le.--30, legers soupçons, R, legieres soubçons.--36, rapportees, D,
_Voluptatem contemnunt, in dolore sunt molliores; gloriam negligunt,
franguntur infamia._ [Traduction: «Les mêmes hommes qui méprisent la
volupté, se montrent faibles vis-à-vis de la douleur; d’autres qui
n’ont aucun souci de la gloire, sont terrassés par la perte de l’estime
publique»].

=610=, 26, à, A, la.--27, Visitants l’isle, R, Visitans
isle.--=612.=--=Ch. II.=--=614=, 9, c’est, R, est.--15, ou, R,
quand.--23, recite, R, conte.--30, _Hesterno_, R, _Esterno_.--=616=,
10, fort, R, singulierement.--12, des premiers, R, les premiers.--20,
foyer, R, foïer.--=618=, 9, ny malaisé, R, et malaysé.--12, A, et
où... naturelles.--14, friand, R, agreable.--15, autre, R, parfois
desagreable.--21, modereement, D, en creinte de sa santé.--21, Il, A,
y.--22, des nuits, R, les nuits.--36, allassions, R, alissions.--37, ce
peut estre, R, c’est.

=620=, 4, vulgaires, R, vulgueres.--5, estoit, D, le plus.--6, le
port, R, la contenance.--9, et religion, R *, en religion.--14, on
dit... bras, R, m’a on dict qu’il exerçoit ses bras.--25, c’estoit...
en, R, auoit eu fort.--30, sur le... retour. R, retournant.--=622=,
10, coup, D *, quasi.--11 à 15, A, Et par... goust.--21, pardonne, R,
ordone.--22, A, vn peu.--30, choses vtiles, R, chose vtile.--=624=,
9, A, et la plus parfaicte.--10, garder de, D, ne.--33, gemit à la,
R, se pleint à l’estrete d’vne verte.--=626=, 14, de tenaille, R, des
tenailles.--=628=, 15, Sagesse, D, c’.--18, qu’il, D, nous.--=Ch. III.=

=630.=--=632=, 2, à tuer, R, de tuer.--2, podagre, R, podagriques.--3,
qu’elles... insensibles, R, que ce fut sans sentiment.--12, que ie,
D *, me.--30, punis, D, et en celui-cy et.--=634=, 33, soi-mesmes, A,
et.--35, Fortune, A, ny.--=636=, 34, disoit, R, dit.--=638=, 13 à 17,
A, A la... victoire.

=640=, 35 à =642=, 4. [La phrase commençant par ces mots: «L’histoire
ecclesiastique...», est intervertie avec la suivante: «Pelasgia et
Sophronia...»].--1, A, religion et.--31, riuiere, A, de.--=644=, 3,
de quantité, R, d’vne quantité.--10, à la, R, en.--12, mesme; que,
D, la.--14, de, A, ne.--29, retourne, R, retourna.--40, sentiroit,
A, de.--=646=, 28, occis... main, R, de ma main occis.--35,
s’embraiserent, R, s’embraisarent.--=648=, 2, firent, A, vn.--4,
entouré, R, entourné.--14, en, R, dans.--22, A, auec plus d’ordre et
plus.

=650.=--=652=, 6, vins, A, et.--30, douleur, D *,
insupportable.--=654.=--=Ch. III.=--7, sens, D, si beau.--5 à 11,
car... desdie [est mis entre parenthèses dans l’exemplaire de
Bordeaux].--=658.=--=Ch. V.=--9, r’encontrer, R, rencontrer.

=660.=--=662=, 3, sçauoir, R, qu’il sceut.--13, vient de, R, est
appuié sur.--21, a gehenné, R, geiné.--37, le General, R *, vn
general.--58, ce peu de, R, le peu de la.--39, tout rauagé, R, rauagé
tous les villages à l’enuiron.--=664.=--=Ch. VI.=--=666=, 1, noble, B,
homme.--=668=, 39, au delà, D, mort.

=670.=--=672=, 2, accident, R, l’accident.--36, A, quelquefois.--=674=,
7, beaux, R, belles.--40, de legers, R, des legiers.--=676=, 12, molle,
R, douce.--16, rengager, R, r’engager.--=678=, 1, A, pourtant.--1,
mauuais, R, mauués.--1, gré, D, pourtant.--16, n’estudie, R, estudie.

=680=, 5, il, A, plus.--18, ouurage, R, ouurages.--25, entier, D,
et.--32, tout à fait, R *, ou pres de là.--34, vaut, D, là.--=682=,
10, cheris, D, Il peut estre.--12, oysiueté, A, de.--18, de Scipion,
d’Epaminondas, R, des deux Scipions.--22, en luy, R, es luy.--25, nom,
R, surnom.



SECOND VOLUME.


=10.=--=Liv. II, ch. VII.=--18, excellens, D, sans despance.--=12=,
6, ne charge, R, ny charge.--=14=, 6, de contraires accidens, R,
d’accidens enemis.--15, la vaillance, R, cette consideration.--=16=,
11, Cecy, R, Mais il.--=18.=--=Ch. VIII.=--12, espece, A, et.

=20=, 6, sa puerilité, R, son enfance.--36, Et donner... prendre, R,
et il est plus difficile de doner que de prendre.--=22=, 4, duquel,
R, de quoy.--8, nourrir, R, nourris.--11, quant et, A, quant.--31,
prouuoir, R, pouruoir.--=24=, 3, prouuoir, R, pouruoir.--36 à 37 (de
vray... d’auarice). [Les parenthèses sont supprimées dans l’exemplaire
de Bordeaux].--37, d’auarice, R, de l’auarice.--=26=, 25, vers, R,
enuers.--31, peut, R, ne peut.--=28=, 15 à 22, Muleasses... d’enfants.
[Cette phrase est intervertie dans l’exemplaire de Bordeaux, avec la
suivante: L’histoire... Venerien].--16, ses Estats, R, son estat.--16,
A, Mahomet.--17, de sa, R, pour son.--17, l’appellant, R, et
l’apeloit.--17, engendreur, R, faisur.--18, Iecus, R, Iccus.--21, tels,
R, autres.

=30.=--=32=, 19, l’incommodité, R, la subiection.--20, vingt, D,
et.--25, portoit, R, apportoit.--31, enuers... nées, R, en vne nature
bien née.--32, miliers, R, foison.--37, A, I’ay... famille.--=34=, 4,
fieres et, D, reimperieuses.--20, prouuoyance, R, pouruoyance.--24,
Quantes, R, Quant de.--37, troubles, R, troublez.--=36=, 11, sa, R,
mesme.--11, fin, D, ses.--31, vieil, R, vieus.--=38=, 3, m’eschappe, R,
n’eschappe.--5, à comparaison, R, et de combien autre chose que.--20,
A, plus auantageusement.

=40=, 9 à 13, A, O mon amy!... priuation?--19, A, l’vne.--37,
estrangiere, R, estrangier.--=42=, 10, l’aage, R, cet aage là.--23,
temerairement, R, temererement.--=44=, 15, trompez, R, mescontez.--20,
dialogue, R, discours.--33, de peur que, R, si.--36, maison, R,
famille.--=46=, 2, ioyeusement... humaine, R, doucement et de bone
voglie où l’humaine necessité.--5, soucy, R, souin.--5 à 7, Reuenant...
soit deue, R, Mais au demeurant il me semble, ie ne sçay comment, qu’en
toutes façons la maistrise n’est aucunement douë aux femmes.--10,
aucunement, R, point.

=50.=--=52=, 1, s’approcher, R, approcher.--7, la doctrine, R, sa
doctrine.--39, d’eschanger, R, à eschanger.--=54=, 8, qu’ayant, R,
qui ayant.--=Ch. IX.=--=56=, 15, mousquetaires, R, mosquetaires.--16,
qu’on, R, que l’on.--24, craignoit, R, craignant.--=58=, 4, A, marchant
en bataille.--40, fust, D, au.

=60.=--=Ch. X.=--18, ou secourir... de moy, R, mon propos.--19, A, non
à ma... suite.--21, par, R, tantost.--22, ou par, R, tantost.--25,
comparaisons, arguments, R, inuantions.--26, A, quelcun.--26, à
escient... cache, R, i’ay à escient ommis parfois d’en merquer.--=62=,
4, Plutarque, R, Platon.--5, Seneque, R, Ciceron ou Aristote.--9,
recognoissance, R, cognoissance.--10, connoistre, R, sentir.--25,
ainsi, R, ainsin.--27, souhaiterois, D, bien.--=64=, 8, contention,
R, la contantion.--9, le retire, R, la retire.--32, outrecuidé,
R, sot.--=66=, 11, comparaison, R, la comparaison.--=68=, 30,
basteleresque, R, bateleresque.

=70=, 18, ainsi, R, comme.--22, A, et dependance.--32, garde, R,
targue.--=72=, 9, ces, R *, ses.--26, en retrouuer le fil, R,
rencontrer le fil du propos.--=74=, 18, bel, R, beau.--27, son ame, R,
luy.--33, imperfection, R, à luy faute de iugement.--=76=, 22, varieté,
R, diuersité.--24, diuersité, R, varieté.--30, ie suis... fortunes,
R, ie ne considere pas moins curieusement la fortune.--32, comme de
cognoistre, R, que.

=80=, 12, beaux, R, de beaux.--31, par là, R, par cet exemple.--=82=,
24, le caquet, R, au caquet.--=84.=--=Ch. XI.=--=86=, 14, et iamais, R,
mais iamais.--16, des chapons il ne s’en, R, de chapon il ne se.--=88=,
23, personnage, R, personnage là.--25, ny aucune, R, et aucune.

=90=, 30, clair, R, à clair.--41, m’en... foible, R, me la recite
d’apparence forte attachée à une foible vie.--43, de cause, R,
d’vne cause.--=92=, 13, aduenir, R, à venir.--=94=, 20, hazards, R,
dangiers.--P. =96=, 2, grand-mercy, R, granmercy.--30, Dionysius le
tyran, R, du tiran Dionisius.--31, afin, R, pour.--36, versast et
ietast, R, iettat et versat.--39, le prie de luy enuoyer, R, qu’il
luy enuoie.--40, formage, R, fromage.--41, A, tout.--=98=, 2, ie les,
R, il les.--21, que sçauroit... vn sainct, R, qu’vn sainct sauroit
faire.--27, l’auoit, R, auoit.

=100=, 18, D, du plaisir.--20, preparer, D, et bander.--24, A,
petite.--40, qui l’auoient, R, qu’ils auoient.--=102=, 13 à 31, que le
peuple... changée, R, qu’en la place des charpantiers commançoient a
dresser leurs ouurages et le peuple a s’y assembler tint que c’estoit
pour luy et entre en desespoir n’ayant autre chose a se tuer se saisit
d’vn vieus clou de charrette rouillé que la fortune luy presenta et
s’en dona deus grands coups autour de la gorge: et voiant qu’il n’en
auoit peu esbranler sa vie s’en dona vn autre tantost apres dans le
ventre de quoi il tumba en euanouissement. Et en cet estat le trouua le
premier de ses gardes qui entra pour le voir. On le fit reuenir et pour
emploier le temps auant qu’il defaillit on luy fit sur l’heure lire sa
santance qui estoit d’auoir la teste tranchée; de laquelle il se trouua
infiniement resioui et accepta a prendre du vin qu’il auoit refuse
et remerciant les iuges de la douceur inesperee de leur condamnation
dict que cette deliberation de se tuer lui estoit venue par l’horrur
de quelque plus cruel supplice du quel luy auoint augmenté la crainte
des apprets qu’il auoit veu faire en la place et qu’il auoit prins
parti d’apeler la mort pour en fuir vne plus insupportable.--=104=,
16, figure, A, et.--13, abondons, R, foisonnons.--23, farouches, R,
monstrueuses.--=108=, 13, qu’ils, R, laquelle ils.

=110.=--=Ch. XII.=--9, de Sebonde, R *, Sebond. [Les variantes de ce
nom: Sebon, Sebond, Sebonde, Sabonde, sont très fréquentes, elles
ne seront plus reproduites].--18, dés long, R, de long.--=112=, 5,
bien, R, vn bien.--=114=, 2, En quoy, R, Enquoy.--9. Turnebus, R,
Tournebu.--28, priuilegiée, R, priuilegée.--=116=, 26, soustiendrions,
R, soutienderions.--=118=, 6, merque, R, marque.

=120=, 22, legitime, D, et moïene.--38, comme, R, come.--=122=, 14,
bique, R, troque.--18, religion, R, relligion.--20, quelle enuie, R,
quel gout.--21, l’enuie, R, le gout.--19, A, si tu le crois.--21, plus
loin, R, hors.--25, A, et qui ne fais rien qui vaille.--33, veux, R,
veuil.--=124=, 6, creance, R, croyance.--31, raison, R, amour.--=126=,
1, conscience. Pourtant ils, R, consciance pourtant. Ils.--1, leurs
mains, R, les mains.--3, A, et appesanti.--4, laissons, A, pas.--12,
ame, D *, de Platon.--=128=, 16, mais, D, c’est.--23, parfaict, R,
perfet.

=130=, 4, les dicts... d’autruy, R, le sens des escris d’autrui.--5,
A vn... infecte, R, et vn atheïste se flate à ramener tous les
autheurs à l’atheisme infectant.--24, point... hommes, R, en fort peu
d’homes.--39, A, faict-il.--=136=, 10, deuiner, R *, songer.--19, et
quant, D *, dict Pline.--34 à =138=, 2, A, Nous nous... la sienne.--9,
impudence, R, imprudence.--16, les, D, en.--25, des nostres, R, du
nostre.--34, abboyer du chien, R, abbayer.

=140=, 21, renuoyons, R, renuoions.--25, soubmettons, R,
summetons.--31, et, A, ne s’.--=142=, 6, prudence, R, prouidence.--39,
par art, R, à l’industrie.--=144=, 35, plusieurs, R, tant de.--36,
essayé, R, gousté.--40, souffrir, D *, le visage, les pieds, les
mains, les iambes, les espaules, la teste, selon que l’vsage nous y
conuie.--40, S’il, R, Car s’il.--=148=, 3, lesquelles il, R, qu’il.--6,
l’ichneumon, R, l’ichneaumon.--43, parlons, R, parlions.

=150=, 4, à la presse, R, au nombre.--28, A, et de plus riches effects
des facultez plus riches.--30, œuurer... tiennent les, R, ouurer,
c’est aussi celle des.--30, A, ou quelqu’autre meilleure.--=152=,
14, glace, A, de.--=156=, 20, fenoil, R, fenouil.--20, cicognes, R,
cigoignes.--37, vn, R, l’vn.--=158=, 36, rationacination, D, et sans
discours.

=160.=--=162=, 11, s’arresterent, R, s’arrestarent.--19, d’exprimer,
R, de exprimer.--22, d’alleguer, R, à alleguer.--=164=, 43, es
animaux, R, des animaux.--=166=, 13, Il nous... ainsin, R, comme il
nous aduient.--=168=, 30, la condition... Il a, R, de la condition de
l’herisson, qu’il a.

=170=, 34, le giste, R, leur giste.--=176=, 26, vsage, R, d’vsage.--39,
a coustume, R, a accoustumé.

=180=, 2, qui semblent, R, qu’il semble.--27, assiegeans, R,
pressans.--27, Xiatine, R, Xiatime.--28, quantité, R, grande
quantité.--29, auec, R, à tout.--30, abandonnerent leur entreprinse,
R, les mirent en route.--31, piqueures, R, leurs pointures.--=182=,
25, ordonnerent, R, ordonnarent.--13, ie m’embatis, R, m’estans
enbatu.--13, et me, R, ie me.--28, comme ce lyon estoit, R, ce Lyon
s’enestant.--=186=, 19, goujon, R, gayon.--31, l’ichneumon, R,
l’ichneaumon.--32, s’approche, R, aproche.

=190=, 21, desmeut, R, desment.--38, A, de laquelle.--40, appetit,
R, poste.--=194=, 10, Et cette, R, Cette.--=196=, 20, de laine, R,
laine.--20, que nous, R, qu’à nous.--=198=, 21, ils eussent, R, qu’ils
eussent.--41, Car en fin, R, Enfin.

=200=, 1, n’est, D, pas.--1, Dieu, D *, mesme.--14, des passions,
R, de passions.--15, butte, R, prise.--16, bestes, R *, et autres
animaux.--=202=, 1, on, R, l’on.--12, plus comme, D, la beauté.--17,
formis, R, aux fourmis.--12, neantmoins, R, ce neantmoins.--39,
propre, R, principal.--40, bien-facteur, R, bienfactur.--=204=, 1, De
l’obeir, R, D’obeir.--5, Sereines, R, Sirenes.--=206=, 32, mesmes,
R, les mesmes.--36, qui le... retournoit, R, l’estant venu visiter
et s’en retournant.--=208=, 1, estre, R, en estre.--14, douleurs, R,
douleur.--24, caterreuse, R, catarreuse.

=210=, 15, on l’, R, et qu’on.--18, pensée, R, et pensée.--18, comme
gents, R, comme gens.--21, trouue, R, voit.--=212=, 19, la commodité,
R, le goust.--23, n’auons, D, pas.--=214=, 8, sentiment, R, goust.--31,
qu’où, R, que où.--=216=, 39, ceruelle, R, fantasie.--=218=, 5, ioie,
R, plein de liesse.

=220=, 10, et, A, se.--36, à toute, R, toute.--=222=, 16, nom, R,
surnom.--21, se tenoit pas tel, R, s’en tenoit pas.--28, rien, D, à la
verité.--=224=, 24, point, R, pas.--34, diuin, R, ce diuin.--=226=,
7, qu’il, R, qu’il y.--17, baisser, R, à baisser.--18, tout, R, et
tout.--19, de ferme, R, ferme.--25, te porter, R, t’apporter.--28, n’y
d’y, R, et d’y.--=228=, 37, de qui, R, desquels.--38, d’Archilochus, A
et.

=230=, 1, ceux-là, R, ceux.--=232=, 32, choisissiez, R,
choisissez.--=234=, du, R, d’vn.--6, consentement, R,
consentemant.--=236=, 16, d’establir, D *, la verité.--32, qu’il, R,
qui.--=238=, 8, contre les, A, loix et.--13, d’y, R, y.--27, ses, R,
ces.

=240=, 2, approche, R, a approché.--19, ont, A, ils.--26, ne
descouurir la vanité, R, descouurir l’inanité.--36, la republique,
R, sa republique.--=242=, 3, A, les autres.--3, toutes, D *,
aussi.--4, celle, D, seulement.--11, d’exercer, D, et esbattre.--12,
A, mesmes.--25, auoyent, R, ont.--25, s’estoit, R, s’est.--26,
se contentant, R, et se contente.--30, l’emmailloter, R, le
mailloter.--30, circoncir, R, circoncire.--35, dessein, R, vn
dessein.--37, bien, D, et.--=244=, 1, deuoyent, R, deuront.--35,
trouuent, D, qu’il y a.--=248=, 28, estant, R, et estant.--40, d’y, R,
à y.

=250=, 33, leur donnoit, R, nous a donné.--34, leurs songes, R,
nos songes.--=252=, 9, compiler à, R, compiler en.--=254=, 13, A,
rien.--=256=, 7, entourant, R, entournant.--14, perflables, R,
perfilables.--25, m’humilient, R, me humilient.--27, prérogatiue, D,
Ie laisse à part les treins de vie monstrueux et contre nature.--=258=,
5, nos sepultures, R, et sepultures.--25, veneration, D, que n’en
faisoient les Romains de l’estat de Hercules, Pollux Platon, Esculape
et tant d’autres.

=260=, 9, d’applicable, R, applicable.--30, prepare, R, a
preparé.--=262=, fautiue, R, fautiere.--=264=, 31, Sardeigne, R,
Sardaigne.--=266=, 23, par, D, le.--=268=, 11, s’esbalaffrent le
visage, R, se balafrent les visages.--20, grand, R, grande.--29,
apparier, R, assortir.

=270=, 32, attaquent, R *, attachent.--=272=, 26, ce nouueau... monde,
R, ces nouuelles terres.--37, accouchent, R, s’accouchent.--40, vsage,
D, et conoissance.--=274=, 16, la disoit, R, disoit estre.--17,
l’homme, R, ou l’home le.--34, Mausiphanes, R *, Nausiphanez.--=276=,
12, Grammariens, R, Grammairiennes.--33, ny moins, R, ne moins.--=278=,
33, rabrouent, R, rebrouent.--41, attribué, R, doné.

=280=, 3, à ce Roy là c’estoit, R, ce lui estoit.--8, apporte,
R, aporte.--20, ruinent, R, nuisent.--22, elles chacune, R, eus
chacun.--25, deuinent, R, diuinent.--=282=, 25, sçachiez, R,
saches.--=284=, 5, accession, R, succession.--26, trouue, R *,
trouua.--29, secrestin, R, secretain.--=286=, 5, les peres, R, le
pere.--9, trouue... croyance, R, treuue descriez par la creance.

=290=, 6, humaine, R, l’humaine.--12, fausses, R, fauces.--21, voulu,
R, volu.--24, matiere est, D, le ciel et.--25, et de pierre... de
son, R, ou auec Anaxagoras de pierre et telle estoffe de nostre.--30,
produite de, D, la beauté et.--32, d’en sçauoir, R, en scauoir.--38,
de touts, R, tous.--=294=, 7, ces, R, ses.--8, descousu, D *, Timon
l’apelle par iniure grand forgeur de miracles.--10, A, Toutes
les... poetique.--40, d’estages, R, estages.--=296=, 12, feint, R,
feinte.--12, ou autre, R, vn.--20, pourueu, R, prouueu.--29, qu’il ne,
R, qui ne.

=300.=--=302=, 7, la persuasion, R, l’impression.--=304=, 27, à
l’éloquence altérer, R, alterer à l’eloquence.--29, roides, R,
roiddes.--=308=, 18, alloyent le, R, l’aloint.--24, qu’ils se, R,
qu’elles se.--25, l’vn à, R, l’vne à.

=310=, 7, sapience, R, prudance.--8, volontiers, R, volantiers.--9,
vtile... moderees, R, vtille à considerer que les opinions saines et
moderees.--18, dit, R, il dit.--23, à visage, R, en visage.--=316=, 26,
qui n’ont, R, qui n’a.

=320=, 12, l’vsage, R, le goust.--28, _decidere_, R, _considere_.--43,
Syrius, R, Syrus.--=322=, 7, des paroles, R, de paroles.--14, de la
veuë et cognoissance, R, à la veuë obscure et incerteine.--18, les
sepultures, R, des sepultures.--23, et des, R, ou des.--=324=, 4,
prenne, R, preigne.--7, Nemroth, R, Nembrot.--=326=, 1, fantaisie,
R, opinion.--1, à nous, D *, en diuers lieux.--10, ces mesmes, R,
les.--11, et en, R, et apres en.--18, A, incognu et.--33, en autre, R,
a vn’ autre.--=328=, 11, aussi, A, des nostres mesmes.--13, diables, D,
et aucuns des nostres l’ont ainsi iugé.

=330.=--=332=, 3, iugement, D, en.--17, A, vouloir.--22 à 30, I’ay
veu... vaisseau, R, Il est des armes et conditions de combat si
desperées qu’il est hors de creance que l’vn ny lautre se puisse sauuer
ie les ay veu condamner aïant este offertes. Les Portuguais prindrent
14 Turcs en la mer des Indes les quels impatians de leur captiuite
sa resolurent et leur succeda de mettre et eus et leur maistre et le
vesseau en cendre frottant des clous de nauire l’vn contre l’autre
tant qu’une estincelle de feu tumbat sur les barrils de poudre à canon
qu’il y auoit.--=334=, 9 à 11, Platon... bestes, R, Platon à deus
doits pres que sans loix nous viuerions comme bestes brutes essaie à
le verifier.--28 à 29, outrageux... à qui, R, outrageus glaiue que
l’esprit, à son possessur mesmes, pour qui.

=340=, 21, prendre, R, pendre.--=342=, 1, gourdz, R, gourdes.--23,
comprendre aucune chose, R, aucune chose comprendre.--35,
d’asseurance, R, de force.--=344=, 9, l’honneur, R, honneur.--12,
apprenions, R, aprenons.--22, fautiue, R, fautiere.--24, receuons,
R, y receuons.--=346=, 16, atterrer, R, alterer.--22, torte, R, et
torte.--=348=, 4, n’a, R, n’ay.

=350=, 19, prinse, R, en prinse.--=352=, 22, hardiesse, R, la
hardiesse.--26, assoupissement, R, assopissement.--32, deuins, R,
diuins.--=354=, 3, l’esprit qui est en l’homme, R, l’esprit qui
est partie de l’home.--4, tenebreux, R, tenebreus.--=356=, 23,
astrologiennes, R, Astronomiques.--=358=, 6, son ame, R, leur ame.--21,
notoirement, R, euidemment.

=360=, 17, dit, R, tient.--19, à l’Occident, R, en Occident.--24,
l’vne, R, l’vn.--31, au changement, R, à mutation.--38, monstrans, R,
se monstrans.--39, ores auant, R, ores dauant.--=362=, 3, monuments,
R, mouuements.--6, Chaldéens tenoient, R, Chaldées tenoint.--6,
registre, R, de registre.--7, autres, R, d’autres.--19, d’vn, A,
si.--19, populaires sauuages et des mœurs, R, populeres monstrueuses
des mœurs.--23, noms, R, nous et en accidens.--25, A, jamais.--36,
deuiner, R, diuiner.--=364=, 27, ceremonies, R, cerimonies.--=368=, 10,
creance, R, opinion.--26, le satisfaire, R *, se satisfaire.--33, de la
puissance supreme, R, diuine.

=370=, 2, insupportable commodité, R, commodité insupportable.--21, la
deuons, R, le devons.--27, des dez, R, de dez.--33, deux cens quatre
vingtz, R, 288.--34, _disputat_, R, _dissentit_.--=374=, 12, religion,
R, la religion.--14, trepied, R, trepié.--25, A, ne l’estre.--26,
Quelle... mensonge, R, Quelle verité que ces montagnes bornent qui est
mensonge.--34, nommer... sinon, R, autrement nommer cela que.--=378=,
28, telle circonstance, R, telles circonstances.--33, Scythes, R,
Schytes.

=380=, 24, Diogarchus, R *, Dicearchus.--28, s’annoblissent, R,
s’ennoblissent.--=382=, 26, perdre. C’est chose, R, auilir. C’est
vn’ espece.--30, quarrefour, R, carrefour.--35, A, vagabonds et
oisifs.--=384=, 5, demanda, R, demandoit.--18, de pouuoir, R, qu’il
peut.--=386=, Il y a, R, Car il y a.--28, ne luy, R, il ne luy.--29,
buletants, R, belutant.--=388=, 3, diuersement, R, differemment.--5,
entreprises, R, entreprinses.--8, y faict, R, en faict.

=390=, 14, A, rien.--36, est, R, c’est.--39, à nous, R, en
nous.--=392=, à voir, R, y voir.--=394=, 17, miaulement, R,
mieinement.--20, formage, R, fromage.--=396=, 25, l’effect,
R, effaict.--45, faut, R, se faut.--=398=, 17, arquebuse, R,
arquebouse.--23, functions, R, operations.

=400=, 6, fascheux... donner, R, fascheus lequel oiant vn doner.--7,
il se print, R, se prit.--41, couureurs, R, recouureurs.--45,
poultre, R, poutre.--=402=, 17, A, fut pourquoi ce.--34, flusteur, R,
fleuteur.--=404=, 1, A, se trompent.--28, endort, D, et.--33, fait
celles, R, faict ceux.--35, penser, D, si.--=408=, 6, le son autre,
que, R, le son, autre que.--18, operation, R, action.--43, elle
n’aille, R, elles n’aillent.

=410=, 1, la roule, R, les roule.--2, elle vous semble equable,
R, elles vous semblent equables.--2, pareille, R, pareilles.--5,
embesongner, R, embesoigner.--=414=, 11, Ainsi... subjectes, R,
Ainsin estant toutes choses subjectes.--12, qui y cherche, R,
cherchant.--17, estimant, A, qu’.--20, seul, R, sul.--41, decrepite, R,
decrepité.--=416=, 41, partit, R, part.

=420.=--=Ch. XIII.=--29, Comment, R, Comant.--34, place, R,
places.--=422=, 13, actions, R, distinctions.--9, ç’a, R, çà.--=424=,
27, pour ne se pouuoir, R, ne se pouuant.--33, circonscriuist,
R, circonscript.--37, l’a osé, R, la osé.--=426=, 40, auoit, A,
si.--=428=, 31, suyuant, après s’estre, R, après, s’estant.--35, ains,
R, voire.--41, de le, R, à le.

=430.=--=Ch. XIV.=--14, l’autre, A *, estant tous pareils et.--20,
choix, R, plus.--20, A, tente et.--=432.=--=Ch. XV.=--=434=, 13, vieil,
R, vieus.--23, à vray dire, R, à dire verité.--38, desire montrer,
R *, chacune desire montrer.--=436=, 8, infantine, R, enfantine.--9,
froide, R, fiere.--10, triompher, D, de la rigueur.--gardoient,
R, aymoient.--=438=, 7, L’ordre et, D, le.--31, bien à poinct, R,
parfaitement.

=440=, 10, A, encore.--11, perdez vous, R, perdes vous?--15,
cy, D, ne.--23, scache, R, sache, en France.--25, vaisselle, R,
cueillier.--25, A, ny tapisserie.--=Ch. XVI.=--=444=, 20, merque, R,
marque.--=446=, 30, cela que, R, ce que.--32, que nous y eussions, R *,
qu’il y eut.

=450=, 1, naissance, A, mesmes.--10, harquebuziers, R,
harquebouziers.--12, A, à mon aduis.--26, personne, R, homme.--=452=,
8, A, autre chose.--14, raison, A, de.--27, volage, R, vagabonde.--36,
si tu veux, tu me perderas, R, tu me perderas, si tu veux.--=454=, 33,
doigt, R, doit.--34, assez, R, asses.--34, souuent, R, souuant.--34,
presenter, R, presanter.--=458=, 7, _ossa_, R, _ossa?_--13, l’on, R,
on.--15, harquebusier, R, harquebouzier.

=460=, 2, harquebusade, R, harquebousade.--=462=, 6, bonne, D *,
reputation et.--8, souuent, R, souuant.--11, Et pour... estre, R,
Pourtant à l’auanture.--14, _Vt... possunt *._ [Cette citation est
placée, dans l’ex. de Bordeaux, avant la phrase précédente au lieu
de la suivre].--43, soit, R, puisse estre.--=464=, 3, A, ne leur
conseille.--=Ch. XVII.=--=466=, De qui, R, que.--=468.= L’empereur
Constantius, R, Constantius l’Empereur.--25, posséde, D, de ce que ie
les posséde.

=470=, 4, ma force... autre force, R, moy que de toute autre
chose.--7, mon industrie, R, ma force.--30, Escriture, R, parole.--35,
seulement, R, sulement.--=472=, 3, contentast, R, remplist.--4,
iugement, R, goust.--5, sens, R *, desaduoue sans cesse; et me sens
par tout.--18, A, _est_.--22, A, des musiciens.--29, ces pauillons,
R, ses pauillons.--29, ces chariots, R, ses chariots.--30, la nauire,
R, le nauire.--=474=, 7, fort et foible, R, fors foibles.--11,
ahurté, R, fort.--11, auis, D *, et plus roide.--17, l’ame, D *,
et certeine image trouble.--17, presente, D, comme en songe.--18,
saisir ny, R, sesir et.--19, ostage, D *, Ce que.--32, polissure,
R, iantillesse.--31, suiure moy, R *, suiure a moy.--41, façon, R,
guise.--=476=, 13, plus extremes, R, dernieres.--16, A, sagement.--16,
sçauoir relascher, R, conduire.--27, fluide, R, poli.--27, aspre, D *,
et desdeigneux.--30, affection, R *, affectation.--34, ny, A, qui.--41,
taire, R *, faire.--=478=, 12, A, qui sont.--16, Angoulemoisin, R *,
Angoumoisin.--20, A, qu’autre.

=480=, 6, demerites, R *, mérites.--6, sociable, R, civilisée.--28,
doigt, R, doit.--=482=, 21, proportion, R, rondeur.--22, iuste
proportion de, R, proportion legitime des.--39, dispost, R *, tres
dispost.--=484=, 25, A, libre et.--33, arrester *, D, et en tel degré
de sens que i’ay senti en auoir occasion.--33 à 36, A, (une occasion...
inquiétude).--=486=, 1, toutesfois, R, pourtant.--3, disette, R,
necessité.--7, besoin, R, disette.--15, A, lors mesme.--15, donné, R,
formé.

=490=, 17, A, point.--22, soyent, R, sont.--=492=, 2, A, presentes.--7,
attirer, R, tant flatter.--8, les plus vtiles, R, bien plus vtiles
que les autres.--16, plier, R, tordre.--17, dissimulation, R, de
dissimulation.--25, tout y est bon, R, où tout y est bon.--33,
il n’est, R, n’est.--=494=, 8, et qui, R *, que qui.--29, gain,
R, guein.--36, A, par ses gents.--38, apparence, R, quelque
apparence.--=496=, 4, ouuert, R, descouuert.--16, dessein, R,
discours.--30, m’y, R, me.--30, propre, R, mien.--32, arrester...
autheur, R, conceuoir.--=498=, 4, sçais plus le faire, R, le scais plus.

=500=, 8, Trapezonce, R, Trapesonce.--12, l’ame. [L’ex. de Bord, porte
ici la citation: _Memoria... continet_, que l’éd. de 95 donne quelques
lignes plus bas].--13, _perfluo_, R, _effluo_.--14, mot, D *, du
guet.--21, ils traictent, R, elles traictent.--=504=, 6, le peu, R,
ce peu.--17, suis, R *, me suis.--20, guere fortuitement, R, iamais
fortuitement.--37, il en, R, qu’il en.--=506=, 19, A, pourtant.--=508=,
26, A, iamais.

=510=, 6 à 8, A, Et qui... sien.--9, on doit, R, ie dois.--11,
appartient, R, touche.--16, grossieres, R *, communes.--16, la grace,
D, et le pois.--17, discours, D *, hautain et.--22, de graces, R,
ses graces.--=512=, 17, exemples, R, discours.--19, claire, R *,
entiere.--=514=, 3, i’enrichis, R *, i’encheris.--16, parloient, R,
parlent.--17, faisoyent la, R, font.--18, portoit, R, porte.--23, le
doiue admirer, R, s’en doiue estonner.--25, A, au vif.--35, que lon, R,
que en.--=516=, 11, et faisans, R, Ils font.--12, pour se rendre eux,
R, et eux se rendent.--=518=, 18, abondance, R, foison.--32, douceur,
R, et douceur.--33, de Monsieur, R, du sieur.--26 à =520=, 15, A, I’ay
pris... consideration. [Ici l’ex. de Bord. porte une croix qui devait
signaler un renvoi sur feuille volante qui a disparu].

=520.=--=Ch. XVIII.=--=522=, 25, plus communes paroles, R, paroles
communes.--29, seing, D *, des heures.--29, peculiere, D *, qui leur
a serui, et.--=524=, 4, me testonner, R, dresser.--16, digerent, R,
dirigent.--28, Quantes, R, quant de.--39, pincer, D, ou.--=526=, 13,
l’empereur Valentinian, R, Valentinian l’Empereur.--=528.=--=Ch. XIX.=

=530.=--=534=, 11, l’Apostat, R, apostat.--=536=, 8, la religion, R *,
sa religion.--=Ch. XX.=--=538=, 34, _veteris_, R, _vetuli_.

=540=, 9, à quelque, R, de la.--9, nette, R, verte.--=542=, 10, comme,
R, comment.--=Ch. XX.=--19, dont, R, de quoy.--=544=, 8, degradent,
D *, iustement.--13, raison, R *, grande raison.--19, le champ et
au propre, R, la place et au milieu de.--=546.=--=Ch. XXI.=--14 à
38, A, Fortune... ennemies. [Un renvoi sans objet que porte ici
l’ex. de Bordeaux, semble indiquer que ce passage devait être sur
une feuille volante qui a disparu].--=548=, 4, Portugalois, R,
Portugaiz.--7, brauement, R, plus glorieusement.--12, glorieusement, R,
laborieusement.--21, consumer, R, consommer.--21, son armée, R, l’armée.

=550=, 1, affin de, R, pour.--7, soucy, R *, soin.--8, dedans, R,
dans.--9, cœur, D *, et en sa teste.--=Ch. XXII.=--20, reuient, R,
vient.--23, car, D, là.--26, destourna iamais pour, R, destournoit
du droit pour aller.--=552=, 20, recreu. Pour, R, recreu et que
pour.--22, A, comme vsage.--=Ch. XXIII.=--=554=, 19, d’Alemaigne, R, de
l’Alemaigne.--37, abondant, R *, foisonnant.--=556=, 3, d’emmener, R *,
d’en mener.--=558=, 1, voire, R, et.--=Ch. XXIV.=

=560=, 14, plusieurs, D *, autres.--29, auec, R, à tout.--=562=, 9,
domination, R *, puissance.--9, A, que sa vertu... acquis.--=Ch.
XXV.=--14, la mine, R, mine.--=564=, 12, dessigné de, R, entrepris de
s’en.--15, m’en, R, de m’en.--19, le premier, R, tout le premier.--20,
se le, R, s’en.--27, Harpasté, R, Harpaste.--31, ris, R, me
ris.--=566=, 2, l’emmener, R, l’en emmener.--=Ch. XXVI.=--=568=, 15,
dont, R, de qui.--=Ch. XXVII.=--21, la cruauté, R, cruauté.--22, si ay,
R *, ay.

=570=, 9, deschiqueter, R, à deschiqueter.--33, souffrir, R,
sentir.--35, receuoir, R, souffrir.--=572=, 19, vaincre, D *,
mais.--12, A, moins excusable.--33, aduersaire, R, ennemy.--38, espace,
R, image.--=574=, 9, s’engagent, R, s’y s’engagent.--39, Matecoulon,
R, Matecolom.--=576=, 34, vieil, R, vieus.--=578=, 5, mestier, R, un
mestier.--22, confus, R *, consul.--36, dresse, R *, exerce.--42 à
=580=, 1, A, Ny qu’vn... poignard.

=580=, 6, tenir, R, dire.--9, Epeius, R, Epicius.--9, Cecyo, R,
Cercyo.--11, bellique, R, des guerres.--32, siesent bien, R *, tiennent
touiours bien leur ranc.--35 à 37, A, Quand elles... propos.--=582=,
14, en l’honneur, R, à l’honur.--16, en vn, R, dans vn.--25, A,
pleines.--=584=, 12, recogneut, R, y recogneut.--22, souffrance, R,
sentiment.--29, gratter, R, tant gratter.--30, ce mestier iusqu’à
ce qu’il, R, ce cardur qu’il.--34, A, nud.--35, apporter, R,
inuanter.--35, fit ieusner plusieurs, R, ne dona ny à manger ny à
boire aus.--36, et voyant, R, voyant.--38, A, seul.--=586=, 1, en
engloutissants, R, engloutissants.--=Ch. XXVIII.=--9, nulle, R, nul
autre.--=588=, 2, nous, R, nostre nature.--22, peut, R, veut.

=590.=--=Ch. XXIX.=--=592=, 21, lui estant, R, estant.--22, Quoi, R,
Comment.--=594=, 1, il s’en, R, s’en.--10, prit, R *, prenant.--13,
en la, R, dans la.--35, va, R, com’allant.--=596=, 1, à chanter, R,
chanter.--6, en l’eau, R, dans l’eau.--37, consommé, R, consumé.

=600=, 27 à 29, heureusement... espaule, R, honorablement son profit
si fortune continue à luy faire espaule.--=602=, 6, eust sceu, R, le
pouuoit.--12, à la mort, R *, mortel.--12, eust, R, en eust.--13, A,
tel.--13, A, estant.--17, perdit, D, et troubla.--28, court chemin à
gaigner, R, certein moïen de meriter.--28, de tuer, R, tuer.--29 à
34, Parquoy... saincte, R, Par quoi, mesprisants tous les dangiers
propres, pour vne si vtile execution: vn ou deus se sont veus souuent,
au pris d’vne certeine mort, se presanter à assassiner (nous auons
emprunté ce mot de leur nom) leur enemi au milieu de ses forces. Ainsi
fut tué nostre conte Raymond de Tripoli, en sa ville.--33 à 35, A, Et
pareillement... d’œuure.--=604.=--=Ch. XXX.=--6, enuiron, R *, à peu
pres.--=606.=--=Ch. XXXI.=--21, des Cyclopes, R, de Cyclopes.--=608=,
9, estroppiez, R, stropiets.--Caius Rabirius, R, Lucius Saturninus [ce
qui est une erreur].

=610=, 27, actions, R, offices.--=612=, 1, iniurier, R, à
iniurier.--=614=, 3, esgaré, R, escarté.--13, dit, R, fit.--=616=, 16,
poids, R, poix.

=620.=--=Ch. XXXII.=--25, outre, D, ce.--=624=, 32, à dire, R, de
dire.--40, vne paroy, R, vn paroy.--=626=, 6, se derober, R, de se
dérober.--8, A, du jour precedent.--=628=, 8, A, l’humaine.--8,
selon... autres, R, touche et reporte à cela là toutes les autres
formes.--9, rapportent, R, réglent.--10, fauces, R, artificielles.--10
à 13, A, Luy... monde.--14, O... insupportable! R, Quelle bestiale
stupidité.--15, notamment, R, nomement.--16, mille *, R, mes.--27, la
volonté, R, volonté...

=630.=--=632.=--=Ch. XXXIII.=--=634=, 30, quatre, R, à quatre.--=636=,
2, d’appeller, R, appeler.--5, nay, R, issu.--17, regaigna, R,
regaigne.--=638=, 28, vint apporter, R, apporta.

=640=, 15, la guerre, R, guerre.--16, trois et quatre, R, à trois
et à quatre.--=644=, 8, condamner, R, de condamner.--=646.=--=Ch.
XXXIV.=--16, Aphricain, R, l’Aphricain.--=648=, 10, de tel interest,
R, si grande.--10 à 13, de les trouuer... par reputation, R, les ayant
iugez foibles par reputation, les trouuer après, à la verité bien
forts.--30, pas fort, R, guiere.

=650=, 30, exhorter, R, enhorter.--=652=, 5, son coche, R,
sa coche.--15, de Pont, R, du Pont.--=654=, 25, trauersé, R,
traiecté.--29, reprendre, D, luy mesme.--36, falloit, R, failloit.--38,
comme il eust, R, ayant.--38, passast, R, passant.--=658=, 1, prouuoir,
R, pouruoir.--13, ainsin, R, ainsi.

=660=, 25, l’vne, R, vne.--30, apres auoir, R, ayant.--=662=, 3, affin
d’en, R, pour en.--8, comme ils eurent, R, ayant.--=Ch. XXXV.=--22,
trop, R, prou.--=664=, 5, s’esgratigner, R, esgratigner.--10, ie ne
suis, R, ie commence à n’estre.--=666=, 35, l’emmenoient, R, l’en
amenoient.--=668=, 2, ie t’escoute, à toy, R, ie t’escoute toy.--16,
elle s’alla, R, s’alla.

=670=, 4, enuoya, R, ayant enuoyé.--20, il se tourne, R, se
tournant.--34, destourne, R, destourna.--=672=, 30, par, R, pour.--32,
en outre, R, outre cela.--=674=, 1, vesquit, R, vescut.--=676=, 9, la
plus grande, R, plus grande.--15, Paulina, R, Pauline.



TROISIÈME VOLUME.


=10.=--=Liv. II, ch. XXXVI=.--7, seulement dire cela, R, par dire
seulement cela.--=12=, 30, guerriere, R, militaire.--=14=, 20,
imaginiez, R, imaginez.--=16=, 28, priuilege, R, priuiliege.--=18=, 4,
ambition, R, l’ambition.--33, ny forme, R, nulle regle.

=20=, 1, A, en la forme qu’elle estoit en luy.--2, donneroit, R,
donrroit.--3, magnifique, R, illustre.--4, se pourroit... balance,
R, me pourroit mettre en doubte du chois.--10, mais que... homme,
R, mais galant home qu’ils noment.--34, dependoit de luy, R, de
luy dependoit.--=22=, 2, A, luy mort.--=Ch. XXXVII.=--30, membre,
D, Mais c’estoient vaines propositions.--=24=, 17, s’escriant, R,
l’escriant.--=26=, 16, ordonne si, D *, rigoreusement et.--17,
souffrance, R, tolerance.--22, ses, R *, ces.--26, tordions, R,
tordons.--27, tordions, R, tordons.--35, d’entretien... occupation, R,
de commerce, capable d’entretien.--=28=, 7, pardonne, R, permet.--13,
A, et me... brailler.--19, au desespoir, R, à me perdre.--27, A,
leur.--33, A, lors.--33, ronger, R, poindre si fort.

=30=, 1, apprenti, R, apprentis.--15, y ait, R, y a.--=32=, 30, par
leur conduite, R, soubs leurs regles.--=34=, iniurieuse, R *, penible
et iniurieuse.--40, d’appeler à son secours les, R, de s’ayder de ces
nobles et.--=36=, 20, tres inepte souuant, R, souuant tres inepte.

=40=, 31, auantageuse à, R, auantageuse de.--=42=, 30, vne autre, R, à
vne autre.--31, si ay, R, ay.--=44=, 2, Hypolitus, R, Heleine [ce qui
est une erreur].--20, fanatiques, R *, fantastiques.--24, et incognu,
R, incognu.--=46=, 4, descouuertes, R, descouuerts.--6, y retrancher,
R, en retrancher.--7, adjouster quelque chose, R, y adjouster.--15, à
tous, R, tous.--37, n’estoit, R, n’y auoit.--=48=, 6, gaignerent, R *,
vindrent aussi en.--17, l’vsage... accoustumé, R, le publique, et tant
de siecles auparauant accoustumé, vsage des bains chauds.--23, des
Latineurs, R, les Latineurs.--26, d’esquine, R, desquine.

=50.=--=54=, 6, pourpointiers, R, prepouintiers.--6, chacun, R,
chaqun.--10, potagers, R, potagiers.--15, cette partie, R, elle.--=58=,
32, specialement, R, notamment.

=60=, 41, alla, R, s’alla.--41, s’aduiser, R, aduiser.--=62=, 12,
apostemes, R, apostumes.--33, prouuoir, R, garnir.--=64=, 33, autre
sorte, R, vn autre sorte.--=66=, 17, endurent et laissent faire, R,
souffrent.

=70=, 9, estoit, R, fut.--18, y verrions, R, verrions.--=72=, 17, quand
ce, R, que ce.--29, cognoistre, R, parestre.--31, à son œconomie, R *,
et œconomie de sa maison.--=74=, 20, toutes, R, sont toutes.--21, A,
sorte de.--30, dit-il, R, fit-il.--30, montrant, R, en montrant.--=76=,
14, Aussi, R, Et aussi.--14, exhortemens, R, enhortemens.--16, qu’il,
R *, ou qu’il.--18. Ce seroit, R, qui seroit.--33, susceptible de
formes, R, plus susceptible de plus de formes.


LIVRE TROISIÈME.

=78.=--=Ch. I.=--6, ny, A, ne.

=80=, 9, la sentent, R, le sentent.--=82=, 8, Fortune, R, la
fortune.--15, qui peuuent, R, peuuent.--21, A, en ce.--26,
d’obligation, R, obligation.--34, A, _Vtatur... potest._--35,
legitimes, D *, et equitables.--36, temperees, R *, equables et
temperees.--=84=, 20, suspendoit, R, suspendit.--22, avec, R, à
tout.--22, de quel, R, du quel.--24, aux victorieux, R, victorius.--26,
party, D *, par application de dessein.--=86=, 9, vne intestine
aspreté, R, aspreté intestine.--17, au moins, R, mais au moins.--21,
aux vns... encore, R, à ceux là et à ceux-ci tient encore.--=88=, 6, A,
à mon gré.--21, n’en puis-ie, R, ne puis-ie.--27, n’est, A, ce.--33, A,
à cette heure.--33, négotier, D, entre nous.

=90=, 25, leur asne, R, à l’asne.--36, nationale, D, locale.--=94=,
14, trahison doit, R, perfidie peut.--16, chastier, R, punir.--16,
perfidies, R, trahisons.--20, A, par apres.--30, Visilicie, R,
Vislicie.--=96=, 3, luy mesme estre, R, estre luy mesme.--13 à 16,
Et nostre... pratiquez. [Dans l’ex. de Bordeaux, cette phrase est
reportée après «chiens», lig. 26].--14, A, au lieu des armes d’or qu’il
leur auoit promis.--39, employe, R, y employe.--=98=, 9, fils, D *,
contre luy.--17, de Lithuanie, R, des Lithuaniens.--17, introduisit...
desfaire, R, fit autresfois cette loy, que les criminels condamnes,
eussent à executer eus mesmes de leurs mains la sentance capitale
contre eus donée.--31, guarison, R, guerison.

=100=, 24, propre salut, D *, oui.--27, a, R, ha.--=102=, 1, le
profit, R, l’vtilité.--23, suis ie, R, y suis ie.--26, abolir,
R, renuerser.--27, promesses, D *, et sermens.--=104=, 28, A,
toute.--=106=, 4, exhortements, R, enhortemens.--17, l’honneur, R *,
l’honnesteté.--=Ch. II.=--=108=, 2, fouruoyent, R, se fouruoyent.--12,
l’heure, D, presante.--25, speciale, R, particuliere.--32, et crus, R,
crus.

=110=, 2, science, D *, sans art.--7, distinctement, R,
particulierement.--8, plus pleinement, R, pleinement.--=114=, 8, à en
parler, R, à qui sauoit a reprobation plus tost parler.--19, naturel,
R, nature.--=118=, 6, pour la, R, par.--21, A, du dehors.--30, qu’il,
R, qu’Erasme.

=120=, 1, en leur, R, de leur.--15, A, guere.--25, externes, D *,
arbitreres.--=122=, 9, Si se, R, Si ce.--23, emporté, R, rapporté.--27,
de laquelle, R, De quoy.--=124=, 16, complexion, ou, R, complexion
voire.--20, ainsin, R, ainsi.--23, approchent des, R, approchent
les.--26, la nostre, R, la leur.--30, alterer... ame, R, estre marris
et desplaisants.--31, grande desplaisance, R, grand regret.--=126=,
8, regret, R, regreter.--12, l’imaginer, R, d’imaginer.--=128=, 25, à
cette heure, R, asture.--29, aussi peu, R, encore moins.--29, suis,
D, fort.--29, et encore, R, mais i’en suis encore.--33, A *, qu’à la
mienne.--33, cil, R, celuy.

=130=, 14, A, le coup.--32, à part, R, apar.--=132=, 10, l’infortune
de ma vieillesse, R, la desfortune de ma decrepitude.--31, cassee,
R, croupie.--=134=, 6, à moy de, R, à moy à.--18, l’aigre, R, à
l’aigre.--19, le moisi, R, au moisi.--=136.=--=Ch. III.=--6, vieil, R,
vieus.--24, soy, R, à soy.--30, des subiects propres, R, de subiects
siens.--=138=, 5, l’a nature, R, la nature.--7, addonnions, R,
addonnons.--29, sapience, A, est.

=140=, 25, de ieunesse, R *, dés ieunesse.--=142=, 6, maistral,
R, maestral.--=146=, 11, presse, R, foule.--28, ceux icy, R,
ceux-cy.--=148=, 39, pouruoir, R, pouruoyer.

=150=, 9, aage, R, eage.--9, poil, R, ris.--23, vtilement, R *,
plus vtilement.--25, d’autant, A, plus.--=152=, 3, auec, R, à
tout.--=154=, 13, bel, R, beau.--16, oriller, R, oreiller.--28,
dis-ie, R, fais-ie.--33, mon, R, à mon.--=156=, 12, i’y pourroy, R,
ie pouuois.--15, proumenoir, R, promenoir.--16, pas seul comme, R,
si.--16, l’agitent, R, ne l’agitent.--20, A, sur des pulpitres.--30,
cour, R, court.--=158=, 9, pas, R, part.--=Ch. IV.=--21, La plus, R *,
car la plus.

=160=, 7, Iamais, R, Et jamais.--29, douloureuse, R,
doulereuse.--=162=, 9, commence, R, print.--=164=, 4, caterrhe, R,
catarre.--4, desuoyent, R, le desnoyent.--23, l’eschaffaut, R, vn
eschaffaut.--=166=, 5, champ, R, camp.--10, deuina, R, diuina.--15,
comme il se batoit, R, en combattant.--17, crioit, R, criant.--17, A,
mais il.--23, il se rua, R, se ruant.--24, A, comme.--25, defendoit, R,
defendant.--=168=, 7, sa couronne à terre, R, à terre sa corone.--10,
l’vtilité, R, vtilité.--21, pas donc, R, donc pas.--36, comme l’on, R,
comment on.

=170=, 22, compagnie, R, compaignie.--=172=, 6, accueils, R,
acceuils.--24, grammairienne, D *, et voyelle.--34, m’apporte, R,
apporte.--=174=, 6, ie voy, R, ie voioi.--6, la voy, R, la voyois.--13,
vne exemple, R, vn exemple.--19, part, R, leur part.--=176=, 5, port,
R, teint.--30, mette, R, iette.--=178.=--=Ch. V.=

=180=, 37, verdissant, R, fleurissant.--=182=, 7, faudroit,
R *, y faudroit.--7, lucte, R, luicte.--28, à se tenir, R, de
se tenir.--=184=, 19, affreté, R, affreré.--24, puissances, R,
opérations.--26, le morfondu, R, au morfondu.--29, à vn rauissement,
R, au rauissement.--33, l’esprit, R, mon esprit.--34, clairté, R,
portée.--37, tire, R, faict.--=186=, 10, A, fascheusement.--27,
deuroit, R, deuoit.--=188=, 9, au faillir, R, aus mesfaicts.--18,
Thales, A, luy.--33, cache, R, couure.

=190=, 4, d’estre blanchie, R, ou blanchie.--10, fuis, R, crains.--21,
Voyre, R, Oui.--21, fit-il, R, dict-il.--23, dit-il, R, fit-il.--30,
qu’il m’appartient, R, qui m’appartient.--=192=, 12, A, Et le sexe...
taire le plus.--13, C’est vne, R *, Il est bon aussi, que c’est
vne.--14, Non pas, D, mesme.--39, l’interest, R, interest.--=196=, 6,
ne la face, R, la face.--32, emploite, R, en-ploite.--37, alors, R, en
ce cas.--=198=, 2, dit, R, fit.--6, leurs charges, R, leur charge.--24,
vne de, R, vn de.--24, cordonniere, R, courdonniere.--27, continuation,
R, constance.--34, maistresse, D, et d’amye.

=200=, 7, dehors, R, hors.--9, prendre, ou, R, du prendre ou.--=202=,
14, trahison, D, de.--=204=, 6, deuroient, R, deuoyent.--10,
chatouilleux, R, chatouillant.--15, voyez, R, voies.--38, ce mesme,
R, cela mesme.--=206=, 14, Car... legiste, R, et que Solon, chef de
l’eschole iuridique.--16, D, dis-ie.--=208=, 5, son interdiction, R,
interdiction.

=210=, 35, temps, D *, plus hardies.--=212=, 1, Ie veux... volupté,
R, Car il faut laisser à part ces escris des philosofes qui ont
suiui la secte Epicurienne.--5, temples, R, eglises.--5, garses,
D *, et des garsons à.--=214=, 1, publicq, D, esgalement.--=216=, 1,
hommes, D, et.--5, du Pegu, R, de Pegu.--16, peu exactes... marchant,
R, et montroient en marchant leurs cuisses à nud.--19, parle, R,
tesmouigne.--30 à =218=, 3, Inique... cause. [Ce passage est reporté
après la citation _Num tu_, pag. 218, lig. 16].--1, plus vicieuse, R,
vicieuse.--3, Elles, R, Et elles.--35, renfrongnée, R, renfroignée.

=220=, 9, deuinant, R, diuinant.--12, c’est, R, c’estoit.--29,
indiscretion, R, l’indiscretion.--36, dames, D, de bien et.--=222=, 11,
et mignardes douceurs, R, graces.--40, pourtant, D, pas.--40, molles,
R *, douces.--=224=, 26, l’aigre et, R, à l’aigre et à.--=228=, 23,
inepte, D, aux dames.--23, messeante, A, aux dames.

=230=, 5, adiré, R, esdiré.--13, qualité commune, R, commune
qualité.--25, A, entre nous.--30, d’œillades et de, R, par euillades
et.--32, leurs amours, R, leur intelliiance.--32, Ce qu’il aduoua,
R, Et laduoua.--34, tout franchement... vois tu pas, R, Vois tu pas
coquin.--=232=, 15, prouuoir, R, pouruoir.--=234=, 33, trouuent, R,
treuuent.--=236=, 11, intériner sa, R, d’accorder la.--26, toute, R,
tout.--33, craignions, R, craignons.

=240=, 19, dans les choses, R, dans la chose.--=242=, 28, artificielle,
R, trop artificielle.--31, si ny, R, sil n’y.--31, recognois, D *,
pas.--=246=, 4, l’estranger, R, à l’estranger.--13, il eust esté
autrement, R, autrement il eust esté.--17, auec, R, à tout.--19,
imprudemment, R, imprudamment.--21, eux-mesmes, R *, d’elles
mesmes.--28, que si i’ai, R, qu’ayant.--=248=, 15, aussi des, R, aussi
de ces.--19, et parlant, R, parlant.--22, A, comme... parties.--30,
qu’on, R, Et qu’on.

=250=, 4, ce que, R, car ce que.--4, a esté... iouet, R, est le iouet
des Dieus.--11, affronteur, R, vn affronteur.--17, deuantiere, R,
dauantiere.--18, des circoncisions, R, du tronçonement du prepuce
qui en est vne punition.--=252=, 3, à cette heure, R, asteure.--4,
honteuses, D *, et peneuses.--7, hazardé, R, hasarde.--12, court, R,
suit.--14, A, le plus.--15, cacher, D *, et rougir.--17, faueur, R,
grace.--22, _pœnitet_, D, Nous estimons à vice nostre estre.--29,
exceller, D, sur.--30, leur, R, leurs.--32, Gens fanatiques, R,
Sottes gens qui.--=254=, 13, l’aise, R, ton aise.--14, A, la moitié
de.--14, fasche, R, vient à desplaisir.--16, soit, D *, manque
et.--22, ordonnances... monde, R, regles positiues de ton inuantion
t’occupent et atachent et les regles de ta paroisse: celles de Dieu
et du monde.--=256=, 2, leur larcin, R, le larcin.--5, sauourer, R,
gonfler.--28, A, rien.--31, d’vne, R, de sa.--=258=, 2, se paissoit,
R, paissoit.--24, saillir, R, salir.--31, merueilleusement, R,
monstrueusement.

=260=, 2, sans ame, D *, ou sans sentiment.--=262=, 9, liberté, D *,
Nous courons à peu pres mesme fortune. Ils sont trop extremes en
contrainte, nous en licence.--22, tousiours, D, estoyent.--23, affaires
aux Sarmates, R, aux Sauromates.--27, et à nous aussi, R, come à
nous.--30, ieunes hommes, R, iunes gens.--=264=, 4, tout leur art, R,
toute leur art.--32, peut, R, put.--33, par tout, R, en tout.--=266=,
15, sac, R *, poche.--17, auec, R, à tout.--24, loix... iuges, R, loix
que pour decider l’opportunité des mariages les iuges.--=268=, 8,
_vndenum_, R, _heu denum_ [Horace dit _octavum_].--37, est egalement
mienne, R, me fait egalement moi.--42, generale, R, vniuerselle.

=270=, 7, de la raison commune, R, et communes.--9, legeres,
R *, menues.--10, iustes, R *, pressantes.--23, d’autres miennes
fautes, R, de null’ autre partie de ce traicté.--23, i’estime, R,
ie tiens.--26, difficile, R *, tres difficile.--28, prendre, D,
proprement.--31, nostres, D, et des plus cretez.--31, deux, A, et
des plus cretez.--=272=, 3, circonstances... particulieres, R,
particulieres et generales circonstances.--=274=, 31, de recommencer,
R, à recommencer.--=276=, 23, dislaier, R, retarder.--=278=, 5, farcir,
R *, que farcir.--7, breuuage, R, boisson.--18, desmenbrons, R,
dessirons.--35, sa, R, leur.

=280=, 17, la vie, R, l’ame.--19, fort, R, bien.--24, veu, R,
sachant.--=282=, 5, qu’on me fait, R *, que ie sens.--8, ausquels,
R, ausqueles.--13, exhortoit, R, enhortoit.--19, contre, R, à
l’encontre.--20, embesongna, R, embesougnat.--33, fust, R *, soit.--34,
La laideur, R, Vne laideur.--34, d’vne vieillesse, R, et vne
vieillesse.--=284=, 3, laquelle, D *, si plaisamment.--16, galbe, R,
garbe.--21, sagesse, R, par sagesse.--28, rassis, R, prudent.--=286=,
22, paele, R, poele.--=Ch. VI.=--28, pour voir, R, voir.--=288=, 2,
esternuent, R, estrenuent.--4, esternuement, R, estrenuement.--16,
spécialement, R, et notamment.--22, m’ait, D, au moins.

=290=, 18, ressoudre, R, ressouder.--26, Dieu, A *, me.--31, et les...
ieunesse. [Ce membre de phrase est mis entre parenthèses dans l’ex.
de Bordeaux].--=292=, 8, lucter, R, luicter.--16, mousquetaire, R,
mosquetere.--20, tirer, D *, auant.--23, prendre, R *, tirer.--30, D,
comme... enseignes.--31, par païs en, R, en païs sur.--32, mene, R,
traine.--33, trainer, R, mener.--=294=, 16, cadet, R, cabdet.--16,
seoit, R, sioit.--25, qui establit, R, d’auoir establi.--26, maintient,
R, maintenu.--28, souuenance, R, mémoire.--33, de rues, R, des
rues.--34, lairra, R, a laissé.--34, à long, R, de mon.--=296=, 6,
train le seruice, R, train lusage.--10, porter, R, aporter.--15, main
souueraine, R, mains souueraines.--25, donront, R, donneront.--=298=,
2, ont, R, l’ont.--15, qu’ils, R, lesquels.--17, s’ils montrent, R, en
montrant.--18, duquel, R, de qui.--18, r’allient, R, raliant.--25, la
liberalité, R, liberalité.--29, s’appaouurit, R, s’apouurit.--30, les
enuies, R, des enuies.--36, à faire, R, de faire.--36, A, apres.--28,
et n’en, R, et ne.

=300=, 7, seulement autant, R, autant seulement.--8, propre, R, plus
propre.--9, A, ne disoit.--10, Cyrus, R, luy dict Cyrus.--19, au moins
en apparence. [Ce membre de phrase est mis entre parenthèses dans l’ex.
de Bordeaux].--21, d’excez, R, excez.--=302=, 9, rares, R, plusieurs
rares.--16, peussent, R, peut.--21, charioit, R, charrioit.--=304=, 13,
tourneuirons, R, tournoions.--=306=, 16, à cette heure, R, asture.--25,
tres-fort, R, très bien.--=308=, 15, sceu, R, imaginé.--31, ostez,
dis-ie, R, contez, dis-ie.--32, à cette, R, cette.

=310.=--=314=, 19, l’on des, R, on des.--26, quand ils eurent, R,
apres auoir.--26, ils se mirent, R, se mirent.--27, gehennes, R,
geines.--28, pour n’auoir, R, n’ayant.--=316=, 1, A, si barbares.--28,
mangez entre eux, R, entremangez.

=320=, 29, les épaules, R, leurs épaules.--=Ch. VII.=--28, n’est, A,
ce.--=324=, 3, donneroit, R, donroit.--8, en la, R, à la.--=326=, 28,
feignit, R, feingnit.--33, par terre, R, à terre.--38, s’enialouser, R,
s’en ialouser.

=330=, 2, pretendoit à, R, enuioit.--=Ch. VIII.=--22, A, et
irremediables.--=332=, 5, similitude, R, exemple.--17, est,
R, n’est.--18, à reculons, R, qu’à reculons.--18, conuenance,
R, accord.--19, accord, R, similitude.--23, A, aussi bon...
meschants.--27, à cette heure, R, asture.--=334=, 2, Mais comme,
R, Comme.--=336=, 1, fuyons, A, à.--27, imperieusement, R,
imperieuse.--28, Ie prends... souuent, R, Ie preste l’espaule aus
reprehantions que l’on faict en mes escris: et les ai souuent
changez.--31, ceder, D *, oui, à mes despens.--31, malaisé, R *, certes
malaisé.--=338=, 6, opposoit, R, faisoit.--8, victoire, R, gloire.--9,
Toutesfois, R, Mais.--33, à ce que ie dits, R, à propos.--37, traitter,
R, treter.

=340=, 27, voylà, A, vn.--=342=, 18, du langage, R, de langage.--30,
nullement, R, rarement.--=344=, 24, poursuy, R, rechercherois.--25,
affin, R, pour.--25, affin, R, pour.--26, A, que le... l’imite.--=346=,
13, seul, R, tout seul.--13, de ce, D, mesme.--13, seul, R, tout
seul.--17, la riuiere courre, R, courre la riuiere.--19, De vray, R,
Voyre mais.--30, retorquables à, R, contournables vers.--31, bien
dit, R, dit.--32, bien, R, tres.--34, le iour, R, du iour.--38,
d’entendement, D, et gentil personnage.--39, autant, R, aussi.--=348=,
1, A, du registre.--5, ennuyeux, R, enuieux.--5, la prerogatiue, R, les
prerogatiues.--7, s’il... faudroit, R, S’ils entandoint latin il leur
faudroit.--10, ne dis, R, n’en tans.--11, tache, R, coulpe.--13, A, et
seuere.--15, ce neantmoins à l’oster, R, à l’oster ce neantmoins.

=350.=--=352=, 12, riche, R, noble.--=354=, 5, en discerner, R,
la discerner de la.--7, meilleure, R, meillure.--26, comme, R,
comment.--=356=, femmelettes, R, femmes.--=358=, 7, mesle, R,
remesle.--36, d’esgouster, R, desgouter.

=360=, 16, A, bien.--=362=, 16, surmonte, D, par où il se
rehausse.--17, A, et ses diuerses vertus.--17, l’vne, R, vne.--=366=,
1, sérieux, graue, R, graue, sérieux.--16, Il n’est, R, N’est.--=368=,
1, dis-ie, R, fais-ie.--10, A, et le deuancer.--11, cognoissance, D, et
le deuancer.--12, Essais, R, essais.--23, ce n’est, R, n’est.

=370=, 3, qu’il, D, y.--4, s’il, A, y.--33, A, quelque.--=372=, 35,
accuse, R, a.--=376=, 10, presente, R, represente.--=Ch. IX.=--=378=,
24, à, A, vn.--27, de qui, R, duquel.--36, abandonné à, R, perdu.

=380=, 1, vont precipiter, R, se voient ieter.--6, lon, R, on.--=382=,
4, l’oppression, R, oppression.--30, A, qui vaille.--=384=, 4, aussi,
R, encore.--8, de me promener, R, du promener.--8, de me retirer, R, du
repos.--15, meritera, R, merite.--21, les sots, R, les simples.--=386=,
1, lassent, R, lassent et offensent.--8, plus. I’y, R, plus. I’en.--9,
perspicacité, R, conoissance.--9, si i’y ay, R, si i ay.--10, me
poisent, R, m’offancent.--17, D, et m’vlcerent.--19, quand ils, R *,
nomeement quand ils.--42, libre et pur, R, naif.--=388=, 3, Ia Dieu
me permette, R, Ia à Dieu ne plaise.--7, regardant plus, R, plus
regardant.--18, A, bien.--19, m’oyant, R, en m’oyant.--20, me viennent
souffler, R, vont me soufflant.--24, prix, R, le prix.--24, m’habille,
R, me habille.

=390=, 27, que ie les ai veuz, R, les auoir veux.--=392=, 5, manier,
D *, poiser.--33, eschec, R, humeur.--=394=, 27, particuliers, R,
propres.--=396=, 7, contraire, R, rebours.--9, à l’auarice, R, son
auarice.--39, farouches, R, monstrueuses.--=398=, 6, sauuages, R,
farouches.--17, vn monde... formé, R, les hommes obligez desia et
formez.--18, l’engendrons, R, les engendrons.--19, le redresser, R,
les redresser.--20, la tordre de son, R, les tordre de leur.--20,
accoustumé plus, R, plus accoustumé.--21, rompions, R, rompons.--25,
receüe, D *, et formee.

=400=, 1, vne autre coupple, pareille, R, vn autre coupple,
pareil.--=402=, 42, miserable, R, malotru.--=404=, 1, dessus, R,
dauant.--2, dessoubs, R, après nous.--3, remporter, R, raporter.--22,
plus espesse, R, espece.--=406=, 3, croulle, R, crolle.--=408=, 34, A,
d’accent et de visage.

=410=, 7, I’ay... euité, R, Ie me suis tousiours bien gardé.--13, tres
inepte, R, monstrueux.--17, aux soudaines, R, à soudaines.--33, A, à
cause.--=412=, 2 à 4, Ie suis... pouce, R, Mes premieres publications
furent l’an 1580. Despuis, d’vn long trait de temps ie suis enuieilli,
mais assagi ie ne le suis certes pas d’vn pouce.--4, à cette heure,
R, asture.--6, bel, R, beau.--5, yuroigne, R, yurouigne.--8, ionchez,
R *, ioncs.--11, seroit, A, ce.--=414=, 6, mœurs, R, humeurs.--8,
commande, R, fuit à.--10, empirer meshuy, R, meshuy empirer.--10, vers,
R, enuers.--18, laquelle, R, à laquelle.--19, vois chercher, R, me
mesle.--19, le plus, R, la plus.--51, i’estime, R, estime.--26, telle,
R, quelle.--=416=, 7, desertées, D *, et ruinées.--32, me les, R, me
le.--=418=, 2, roide, R, plus roide.--19, pour, R, à.--24, trop, R,
vn peu bien.--26, estre aucunement, R, aucunement estre.--34, iustice
exacte, R, exacte iustice.

=420=, 4, A, simplement.--31, bragues, R, bagues.--38, A, enuers
moy.--=422=, 15, A, s’ils sauouroient... liberté et.--19, d’affranchir,
R, affranchir.--26, A, sollicitant, requerant, suppliant, ny
moins.--29, m’en, R, me.--30, A, ou besoing.--33, m’engager, D *, pour
eus.--37, et prest au besoing, R, au souin.--=424=, 12, sa hardiesse,
R, son hardiesse.--29, eschaugette, R, eschoguette.--=426=, 6,
m’estouffe, R, m’accable.--9, crainte, R *, trouble.--25, Fay-ie, R,
Fais-ie.--26, robes, R, fortune.--29, A, et iuridique.--36, sont, R *,
valent.--36, A, nettes.--=428=, 37, les puis, R, puis.

=430=, 14, façonner, R, former.--=432=, 3, nommément, R, notamment.--3,
cours iours, R, iours cours.--13, maison, R, famille.--18, mere de
famille, R, femme.--21, douaire, R, doire.--=434=, 9, specialement,
R, notamment.--17, A, et plus continuellement.--18, touchons, D,
plus continuellement.--30, à dix, R, dix. 32, sçaura prescripre, R,
prescripra.--=438=, 5, les soixante, R, soixante.--29, loing, R,
esloigné.

=440=, 4, ne le gratte, R, n’y touche.--13, l’interest, R,
interest.--16, ou on, R, ou lon.--26, gouuerner, R, entretenir.--=442=,
7, les exclamations, R, exclamations.--28, A, vray.--=444=, 2,
volontiers, R, franchement.--3, Dion, R *, Dion.--3, Antigonus,
R, Antigon.--7, beau et aduenant, R, agreable.--18, masles, R *,
homes.--23, ay esperé, R, espere.--23, aduenoit, R, aduient.--24,
pleussent et accordassent, R, plaisent et accordent.--25, mon trepas,
il rechercheroit, R, que ie meure, il recherchera.--25, ay donné, R,
donne.--28, l’a veu, R, le voit.--28, dans, R, en.--34, i’eusse sceu,
R, ie scauois.--34, m’eust esté, R, me fut.--35, ie l’eusses esté, R,
ie l’irois.--37, Eh... amy, R *, O vn amy.--=446=, 8, A, de leurs.--24,
poisante, D, le conseillerois volontiers Venise, pour la retraicte
d’vne telle condition et foiblesse de vie.--27, moy, R, à moy.--29.
Ie leur, R, Ce.--31, ces voyages, R, vn si long voyage.--=448=, 8,
dislayer, R, deslaier.--17, à cette heure, R, asture.--19, s’ira
difformant, R, se difformera.

=450=, 13, maussade, R, sale.--31, commourans, R, commorans.--=452=,
4, parmy, R, mais entre.--19, La fortune ayde, R, Combien ayde
la fortune.--16, aux miens, R, à nul.--20, leur apporter, R,
faire guiere.--=454=, 3, le plus, R, plus.--=456=, 15, saueur, R,
goust.--=458=, 22, commune sorte, R, basse forme.--32, quelque, R,
aucun.

=460=, 26, les hommes, R, des hommes.--=462=, 7, vertu, R,
volupté.--20, se seruent simplement des, R, suiuent simplement
les.--=464=, 9, condamnent à, R, accusent elles mesmes de.--16, raison,
R, mesure.--20, desconuienent, R, disconuienent.--=466=, 2, A, si.--15,
Et vne bonne, R, Comme vn’.--34, ou vn peuple, R, vn peuple.--=468=,
31, A, suyuant... promesse.

=470=, 26, muances, R, nuances.--30, aultres, D, tiltres.--ceux-ci,
R, ces autres noms.--32, vn art, R, vn’ art.--=472=, 11, quelque
air, R, l’air.--12, parlerie, D, C’est l’originel langage des Dieux.
[Membre de phrase reporté dans le texte de 1595, même page, lig. 17,
après «philosophie»].--16, rompu, D, Luy mesme est tout poétique.--16,
théologie, A, est toute.--=474=, 7, trop incommode, R, incommode.--29,
Ctesibius, R, vn Ctesibius.--36, de moyen, R, moyen.--=476=, 20,
lesquels, R, que.--=478=, 1, outrageux, D *, au moins et.--8, me
renuoyera, R, m’en enuoyera.--34, il y est, D, plus de cent ans.--34,
A, et au delà de cent ans.

=480.=--=484.=--=Ch. X.=--21, s’hypothequer, R, se hypothequer.--=486=,
22, besongne, D *, et de l’obligation.--=488=, 2, et le, R, il le
faut.--2, l’enfoncer, R, s’y enfoncer.--9, s’y interposant aussi,
R, aussi s’y interposant.--9, doit, R, en doit.--16, Glorieux, R,
Braue.--22, comme, R, comment.--34, lieu mesme, R, mesme lieu.--38,
mesprisant, R, en mesprisant.

=490=, 12, trompions, R, trompons.--13, les redresser, R, le
dresser.--24, qu’en ceux-cy, R, que en ceux icy.--=492=, 27, desirs,
R, desir.--=494=, 21, ensuiure, R, suyure.--23, espineux, R, bien
espineux.--=496=, 30, et i’aymerois presque, R, i’aymerois quasi.--31,
l’essimoit, R, l’estimoit.--33, ny de, R, et de.--=498=, 10, expirée,
R, est vuidée.--11, A, par maniere d’exemple.--27, apres d’, R, à.--27,
d’en, R, à en.

=500=, 18, selon la, R, à la.--=502=, 2, qui sont du, R, que ie vois
au.--4, moy, R, ma cause.--7, contraire, D *, _Vtatur motu animi qui
vti ratione non potest._ [Traduction: «Que celuy-là s’abandonne à sa
passion, qui ne peut suivre la raison»].--=504=, 1, aueugle ou, R,
aueugle et.--35, m’estudiois, R, estudiois.--=506=, 29, dissociation,
R, dissantion.--35, excuse, R, sottise.--35, consolation, D, de sa
perte.--35, progrez, D, des affaires douteux et.--=508=, 16, pouruoir,
R, pouruoer.

=510=, 22, prouuoit, R, pouruoit.--36, tempeste, D, _Animus multo
antequam oprimatur, quatitur._ [Traduction: «L’esprit est frappé très
longtemps avant d’être abattu»].--=512=, 10, de ne, R, à ne.--14,
m’eust pleu d’, R, i’eusse voulu.--34, grandes, R, de grandes.--35,
est-il, R, il est.--=514=, 11, affaire, R *, de la peine.--28, A,
d’y tenir ferme.--30, froidement, R, lachement.--31, ardemment,
R, chaudement.--=516=, 5, A, à vn autre.--9, sont, D *, pas.--22,
_Excinduntur_, R, _abscinduntur_.--=518=, 13, d’ingratitude, R,
ingratitude.--27, vigueur, R, la vigueur.--27, liberté, R, la liberté.

=520=, 23, eschaffaux, R, eschauffaux.--32, A, tout cela.--33, cette
condition, R, sa fortune.--=522=, 17, repetasser, R, repetasser.--24,
attribue, R, done.--25, sienne, D, propre.--26, son, R, tout son.--34,
ainsin, R, ainsi.--35, sommes, R, ne sommes.--=524=, 12, cette espece,
R, ce costé là.--29, guarir, R, guerir.--si ay, R, ay.--=526.=--=Ch.
XI.=--2, doiuent, R, deuoint.--29, resuassoit, R, rauassois.--=528=,
1, presuppositions, R, essais.--1, examinant, R, en examinant.--2,
laissent, D, là.--2, courent aux, R, s’amusent à traiter les.--3,
touche, R, appartient.--3, celuy, R, à celuy.--5, A, et accomply.--5,
besoing, R, nature.--9, A, et de soy mesmes.--10, A, Les effects...
nullement.--10 à 12, Le determiner... l’accepter, R, Le determiner et
le scauoir comme le doner apartient à la regence et à la maitrise:
à l’inferiorité, subiection et aprantissage appartient le iouyr,
l’accepter. [En outre l’ordre des phrases où se trouvent les onze
variantes qui précèdent est modifié ainsi qu’il suit: «Ils laissent...
causeurs (lig. 2 à 3)» est placé après: «verité (pag. 526, lig.
33)»;--«Le determiner... l’accepter (lig. 10 à 12)» est placé après:
«causeurs (lig. 2)»;--«Ils passent... consequences (pag. 526, lig.
33 à p. 528, l. 1)» est placé après: «l’accepter (lig. 12)»].--13,
coustumes, R, costume.--30, moyens, R, causes.

=530.=--=534=, 22, dire, R, le dire.--25, sommes, R, que nous
somes.--35, enquestante, R, enquesteuse.--40, L’admiration, D, dict
Platon.--43, establir, R, conceuoir.--44, qu’à, R, que pour.--44,
establir, R, conceuoir.--=536=, 14, offre, R, donne.--21, du sens,
R, de sens.--33, imperieusement, D, _Videantur sane ne affirmentur
modo._--=538=, 2, A, _Videantur... modo_.--37, ce genre, R, cette
nature.--S, cigüe, R, cicue.--22, par fois se peuuent ainsin, R, se
peuuent ainsi par fois.--24, pas iuge, R, ny iuge.--31, la pensée, R,
ma pensée.

=540.=--=542=, 1, esleuees, R, si esleuees.--=544=, 1, accroire, R, à
croire.--2, au compte, R, en recette.--=546.=--=Ch. XII.=--17, maisons,
R *, maçons.--29, boutades, R, saillies.

=550=, 4, besoigne, D, et plus vtile.--11, acquisition, R,
emploite.--12, ailleurs, R, au reste.--14, vaisseau, R, vasseau.--14,
nous auons, R, auons.--=552=, 3, A, non que.--3, naturelle, R,
populere.--16, qu’aigu, R, que aigu.--30, aigu, R, vif.--31, nous
eslance, R, et eslance.--32, solide, R, rassis.--34, combat, R,
conflit.--=554=, 28, despece, R, desmenbre.--=556=, 40, necessaire, R,
propre.--42 à =558=, 4, les beaux... piller, R, les admirables iardins
qui sont autour de la ville de Damas en abondance et délicatesse,
resterent vierges des mains de ses soldats tous ouuers et non clos,
com’ils sont.--5, Fauonius, R, Faonius [suivant Plutarque].--6,
republique, R, estat.--8, A, trouble et hazarde tout, et qui.--11,
prier, R, de prier.--18, sie, R, siese.--27, colloqué, D *, desmenbrant
sa mere et en donant à ronger les pieces à ses antiens enemis.--27,
de haines, R, de haynes.--30, loy, R, parole.--31, amorçons, R,
amorchons.--33, estat, R, visage.

=560=, 6, moy, R, à moy.--28, tirer, D, en.--32, A, de mal.--34,
soummission, R, summission.--=562=, comme, D, à.--23, droicteur,
R, droitur.--=564=, 17, sans, R, que ie n’aye.--20, sçaurois, R,
puis.--22, euidemment, R *, auidemant.--38, qu’il est vrai à demy, R,
que certes à peu près.--=566=, 5, office, R, ordre.--20, falloit, R, me
falloit.--=568=, 8, A, alors.--26, chauma, R, chaume.

=570=, 10, auec, R, à tout.--=572=, à la, R, la.--8, ce neantmoins, R,
neantmoins.--20, de tous les maux, R, des maux.--=574=, 1, torment,
R, tourment.--8, A, esloignée.--30, total, R, tout.--34, pourtant,
R, portant.--=576=, 2, sentiment, R, goust.--9, premeditation, R,
preuoyance.--10, premeditée, R, pourpensée.--16, A, hurt et au.--17,
coup, D, presant.--17, en souffre, R, se en sent.--21, A, plus.--37,
autre, R, l’autre.--=578=, 1, affaire, R, à faire.--16, ieunes, R,
iunes.

=580=, 3, puerile, R, sec et sain mais quand et quand naïf et
bas.--4, inimaginable, D *, véritable franc et iuste au dela de
tout exemple.--17, vne oisiue, R, vn’ oisiue.--34, securité, R,
niaise en vne securité.--34, enfantine, R, puerile.--=582=, 3,
d’elle, D, mesmes.--14, encheuestrions et battions, R, encheuestrons
et battons.--15, tuions, R, tuons.--37, oisiueté, R, enhortemens
d’autruy.--=584=, 16, lié, R, empilé.--17, incognues, R, inconues.--18,
Cela c’est, D *, en consciance.--23, il effaçoit, R, à chacun il me
sembla effacer.--25, et parmy, R, parmy.--25, suis, R, ie suis.--=586=,
1, cettuy-ci, R, cettuy ici.--2, eusse, R, en eusse.--2 à 5, Eh quoy...
perdre, R, D’auantage, telle faueur gratieuse que la fortune peut
m’auoir offerte par l’entremise de cet ouurage eut lors rencontre
vne plus seson.--13, s’espessit, R, se croupit.--21, donrois-ie, R,
dourrais-ie.--22, Socrates, D, qui.--24, si disgracié, R *, et vn
visage si vilain.--24, si disconuenable, R, disconuenable.--31 à 34, et
nous... bien, R, et souuent nous desgoute par bien legieres causes: du
teint d’vne tâche d’vne rude contenance de quelque cause inexplicable
sur des menbres bien.--36, toutesfois, R, pourtant.--36, le plus, R,
tres.--38, qui, D, est.--38, difformité, R, deformité.--=588=, 16, non
a, R, n’a.--18, rang, R, ranc.--21, appartenir aux beaux, R, aux beaux
appartenir.--25, fait-il, R, dict-il.

=590=, 27, seule, R, la seule.--30, religions, non, R, relligions
nous.--=592=, 6, vne apparence, R, vn port.--10, celle, R, celuy.--33,
mon soupçon, R, ma supçon.--=594=, 3, l’interpretation, R,
interpretation.--17, enuieux, R, ialoux.--20, en, R, dans.--20, dans,
R, en.--26, remonte, R, remonta.--36, dispersé, R, desparti.--=596=,
6, harquebusier, R, harquebousier.--9, harquebusade, R,
harquebousade.--28, lendemain, R, l’endemain.--33, indiscrete liberté,
R, liberté indiscrete.--=598=, 9, punition, R, vengence.--11, laideur,
R, haine.--12, abhorrer, R, hayr.--18, De mesme qu’, R, Comme.--=Ch.
XIII.=--27, A, de beaucoup.--27, plus vil, R, moins digne.

=600=, 2, conference, R, ressemblance.--=602=, contrat, R, vn
contrat.--=604=, 9, et redoutons, R, redoutons.--26, sur qui,
R, auquel.--36, contraire, R, rebours.--=606=, 3, à soye, R,
de soye.--19, raccourcissement, R, racourciment.--20, ou, A,
signe.--23, A, et tourneuire.--31, on, R, l’on.--42, commentaires, R,
commenteres.--=608=, 2, s’entent, R, s’antent.--10, leurs ouurages, R,
leur ouurage.--29, d’Hydra, R, de Hydra.--30, dist, R, fit.--33, tu
nous en apportes, R, en voicy.

=610=, 7, bout, R, coin.--=614=, 6, estrené, R *, aussi
estrené.--=616=, 15, peut, R, sauroit.--19, gouuernement, R, son
gouuernement.--24, peint, R, trop peint.--28, robuste, D, vertu.--29,
A, quiete.

=620=, 16, Euthydeme, D, en Xenophon.--22, de cette, R, à cette.--26,
_Nihil_, R, _Nil hoc_.--=622=, 28, c’est, R *, ainsi que de.--=624=,
14, d’oreilles, R, des oreilles.--=626=, 22, pour, D, le seruice
de.--36, beaucoup, R, de beaucoup.--=628=, 9, apprins, R, apris.--13,
mauuais, R, mauues.--41, à cette heure, R, asture.

=630=, 24, moy, R, à moy.--=632=, 8, sottises, R, bestises.--9,
mettons, R, ietons.--15, tiennent, R, disent.--=634=, 18, respondit,
R, respondoit.--20, ordinaire, R, ordinere.--20, bruit, R, son.--21,
de l’eau, R, l’eau.--26, deporta, R, laissa.--27, semoyent, R,
semoint.--29, employa, R, continua.--=636=, 6, aussi au changement, R,
au changement aussi.--36, trois, D *, bones.--=638=, 32, il a, R, il
m’a.--32, m’imprimer, R, imprimer.--34, l’inquisition, R, inquisition.

=640=, 16, offices, R, seruices.--20, A, Tandis que.--=646=, 14,
course, D, naturelle.--=648=, 16, l’vtilité, R, vtilité.--18,
allongera-lon, R, alongera tu.--18, vostre, R, nostre.

=650=, 4, cet office, R, ce service.--27, compagnie, D, ordinaire.--28,
sain, R, autre.--29, dit-il, R, faict-il.--=652=, 33, quoy, R,
qui.--=654=, 16, qu’à cette heure, R, qu’asture.--=656=, 17,
entr’engendrent, R, s’entr’engendrent.

=660=, 11, cognoistre, R, conestre.--=664=, 8, A, et tout vn
peuple.--21, secousses, R, sesons.--24, l’aage, R, tantost de six ans,
le cinquantieme.--33, A, et mes yeux.--33, incontinent, D, et mes
yeux.--=666=, 16, paisiblement, D, seulement.--33, _sicut_, R, _si
cui_.--=668=, 2, leur nourriture, R, nourriture.

=670=, 28, r’allie, R, r’allia.--32, me semble, R, semble.--=672=, 1,
m’ennuyent, R, me fachent.--10, auoyent, R, auoint.--=674=, 15, A,
ils se trompent, et.--17, et dix, R, dix.--18, qui ay, R, ay.--20,
prodigieuse, R, monstrueuse.--36, las, R, lasse.--=678=, 3, A, sur
tout les vieillards.--5, d’almanachs, D, les ephemerides et aux
médecins.--5, A, les esperances et les pronostiques.--18, galbe, R,
garbe.--31, contraire, R, rebours.

=680=, 1, et ne bois, R, ne bois.--11, vin, D, d’eau.--15, ou non,
R, non.--19, buroit, R, boiroit.--=682=, 21, ses compagnons, R, les
autres.--24, A, naturelle.--29, des hommes à Rome, R, à Rome des
gens.--35, pour quelle, R, à ce qu’elle.--38, aux festins, R, à
leurs festins.--=684=, 7, desdaigné, R, refusé.--9, souueraine, R,
principale.--10, Mon... forclost. [Phrase reportée lig. 12 après «il
se trouue»].--11, pour soy... saueur, R, des conuiez y apporte la
principale grâce.--15, de prendre, R, prendre.--=686=, 4, veulent que,
R, tiennent.--5, A, soyent.--6, comme dit Aristote, qui d’vne farouche
stupidité, R, qui d’vne farouche stupidité, comme dit Aristote.--7,
font les degoustés, R, sont desgoutez.--7, A, d’autres.--10, ne leur
coutant, R, et ne leur couste.--11, substantent, R, sustantent.--13,
leurs femmes, R, les fames.--23, plus, R *, bien plus.--34, humains et
corporels, R, naturels et par consequent necesseres et iustes.--38,
vocation, R *, vacation.--=688=, 9 à 12, avez-vous sceu composer...
villes, R, Composer nos mœurs est nostre office, non pas composer des
liures, et gaigner non pas des batailles et prouinces, mais l’ordre
et la tranquillité à nostre conduite.--12, Le glorieux... c’est, R,
Nostre grand et glorieus chef d’euure c’est.--17, au deuis, R, à
son deuis.--30, dispensé, R, despansé.--35, Bacchus, D, _Illis est
indulgendum non seruiendum._ [Traduction: «Il faut le leur pardonner,
et ne pas leur en faire un grief»].--37, voluptez, D *, naturelles.

=690=, 5, des mœurs, R, de meurs.--7, vne geniture, R, vn’origine.--24,
A, En la... cheual [phrase reportée lig. 32].--25, Et emmy... Et
le premier emmy.--26, A, le premier.--32, abstinence, D, Il s’est
veu en la bataille Deliene releuer et sauuer Xenophon renuersé
de son cheual.--=692=, 17, bien, D, naturellement.--=696=, 5,
afin, R, pour.--7, chagrigne, R, chagreigne.--12, l’amplifier, R,
amplifier.--=698=, 2, substantassions, R, sustentissions.--6, que
plustost... produisist, R, plus tost qu’on les produisit encore.--20,
la volupté, R, volupté.--29, ne va, R, va.

=700=, 1, expliquer, R, exprimer.--=702=, 16, facheux à digerer, R, à
digérer facheus.--19, les plus, R, le plus.--=704=, 5, miracle, D, et.



  [E] FASCICULE E

  L’ESPRIT DES ESSAIS.

  EXTRAITS, CLASSÉS PAR MATIÈRE ET DANS UN ORDRE
  MÉTHODIQUE, DES IDÉES CARACTÉRISTIQUES QUI Y SONT ÉMISES.


«Montaigne, le meilleur philosophe moral que nous ayons, plus profond
que subtil, a dit d’Aguesseau, n’est jamais mieux que cité; on ne lui
trouve pas tant de génie à le lire de suite, ses propos saisissent plus
que les développements qu’il leur donne».--Ses propos, on les trouvera,
en majeure partie, énoncés ici; et, en se reportant aux indications de
volume et de page qui les accompagnent, il sera aisé, à qui voudra, de
les replacer dans leur cadre pour en mieux juger et méditer.

Ces extraits, synthétisant «l’esprit des Essais», sont textuels, en
dehors des légères retouches qu’il a fallu faire à quelques-uns pour
les rendre compréhensibles tout en les présentant isolément.--Le style
et l’orthographe en ont été conservés, pour ne rien leur enlever de
leur précision et de leur pittoresque.


Ce relevé, joint au sommaire des Essais (fascicule B), présente de fait
la quintessence de cet ouvrage: l’un dans son ensemble, l’autre dans
ses idées caractéristiques.

La pensée n’en est pas nouvelle; elle a déjà été réalisée, au moins à
deux reprises au XVIIIe siècle, d’une manière fort judicieuse, bien que
dans des conditions ne nous donnant pas pleine satisfaction, ce qui
nous a déterminé à la reprendre, en faisant à cet égard table rase du
passé.

Le difficile, dans un travail de ce genre, est de ne pas se laisser
entraîner, tout en n’écartant rien d’essentiel. Mais la corrélation
entre ce relevé et le Répertoire analytique des principales matières
traitées ou mentionnées dans les Essais (fascicule Hb) et, d’autre
part, le recours immédiat au texte que rend possible la contexture de
«Self-édition», résolvent ce point épineux.

Il est à observer que cet «Esprit des Essais» diffère entièrement des
«Extraits de Montaigne» qui, sous ce nom et en assez grand nombre, en
donnent in extenso les morceaux les plus intéressants, n’y faisant que
les coupures indispensables suivant la catégorie de lecteurs auxquels
ils sont destinés.


Le titre de chaque article indique le sujet auquel il est plus
particulièrement afférent et souvent aussi, entre parenthèses, d’autres
articles auxquels il y a lieu de se reporter pour ce même objet, car,
ici non plus, on n’a pu se garder complètement de la confusion qui
partout existe dans les Essais, où à propos de tout il est question de
tout.

Dans l’article «Divers», plus encore que dans les autres, on trouvera
un peu de ce tout; les sujets y sont classés d’après l’ordre
alphabétique du mot qui, dans l’alinéa, attire le plus l’attention.


+Nota.+--Les nombres suivant chaque alinéa, indiquent: ceux en
caractères romains, le volume; ceux en caractères arabes, la page où se
trouve l’extrait qu’il relate.

Pour chaque sujet, outre l’article qui lui est propre, consulter
également ceux qui accessoirement sont indiqués dans l’en-tête, et
aussi l’article «Divers».



[E.153] ESSAIS DE MONTAIGNE.

L’ESPRIT DES ESSAIS.

EXTRAITS, CLASSÉS PAR MATIÈRE ET DANS UN ORDRE MÉTHODIQUE, DES IDÉES
CARACTÉRISTIQUES QUI Y SONT ÉMISES.


ABONDANCE.

Il n’est rien si empeschant, si desgouté que l’abondance, =I=, 490.


ABSENCE (AMITIÉ, MARIAGE).

Si nous ne iouyssons que ce que nous touchons, adieu noz escus quand
ils sont en noz coffres, et noz enfans s’ils sont à la chasse,
=III=, 434.

Vne faim insatiable de la présence corporelle, accuse vn peu la
foiblesse en la iouissance des ames, =III=, 436.


ACTIONS.

Ie hay quasi à pareille mesure vne oysiueté croupie et endormie,
comme vn embesongnement espineux et penible. L’vn me pince, l’autre
m’assoupit, =III=, 276.

Toutes actions, dit la philosophie, sieent egallement bien et honnorent
egallement le sage, =III=, 692.

Les choses moins craintes sont moins defendues et obseruees. On peut
oser plus aysement, ce que personne ne pense que vous oserez, qui
deuient facile par sa difficulté, =III=, 274.

Est-ce pas erreur, d’estimer aucunes actions moins dignes de ce
qu’elles sont necessaires? Si est ce vn tres-conuenable mariage, du
plaisir auec la necessité, auec laquelle, dit vn ancien, les Dieux
complottent tousiours, =III=, 700.

A l’enfourner, il n’y va que d’vn peu d’auisement, mais depuis que vous
estes embarqué, toutes les cordes tirent, =III=, 512.

La pluspart de nos actions ne sont que masque et fard, =I=, 406.

Noz plus grandes agitations, ont des ressorts et causes ridicules,
=III=, 512.

L’insuffisance et la sottise est loüable en vne action meslouable,
=III=, 274.


ADULTÈRE (CHASTETÉ, MARIAGE).

Il faut estre ingenieux à euiter cette ennuyeuse et inutile
cognoissance, =III=, 234.

Mais le monde en parle. Vn galant homme en est pleint, non pas
desestimé. Et puis, de qui ne parle on en ce sens, depuis le petit
iusques au plus grand? =III=, 234.

Chacun de vous a fait quelqu’vn coqu: or nature est toute en pareilles,
en compensation et vicissitude. La frequence de cet accident, en doibt
mes-huy auoir moderé l’aigreur: le voyla tantôt passé en coustume,
=III=, 234.

I’en sçay qui à leur escient ont tiré et proffit et auancement du
cocuage, dequoy le seul nom effraye tant de gens, =I=, 464.

La curiosité est vicieuse par tout: mais elle est pernicieuse icy.
C’est folie de vouloir s’esclaircir d’vn mal, auquel il n’y a point de
medecine, qui ne l’empire et le rengrege: duquel la honte s’augmente et
se publie principalement par la ialousie: duquel la vengeance blesse
plus nos enfans, qu’elle ne nous guerit. Vous assechez et mourez à
la queste d’vne si obscure verification. Combien piteusement y sont
arriuez ceux de mon temps, qui en sont venus à bout? On ne se moque
pas moins de celuy qui est en peine d’y pouruoir, que de celuy qui
l’ignore. Le charactere de la cornardise est indelebile: à qui il est
vne fois attaché, il l’est tousiours. Le chastiement l’exprime plus,
que la faute. Il faict beau voir, arracher de l’ombre et du doubte,
nos malheurs priuez, pour les trompeter en eschaffaux tragiques: et
malheurs qui ne pinsent, que par le rapport, =III=, 232.

Miserable passion, a cecy encore, d’estre incommunicable. Car à quel
amy osez vous fier vos doleances: qui, s’il ne s’en rit, ne s’en serue
d’acheminement et d’instruction pour prendre luy mesme sa part à la
curee? =I=, 464.


AFFAIRES (FORTUNE, VIE PUBLIQUE).

Il faut manier les entreprises humaines, plus grossierement et
superficiellement; et en laisser bonne et grande part, pour les
droits de la Fortune. Il n’est pas besoin d’esclairer les affaires si
profondement et si subtilement. On s’y perd à la consideration de tant
de lustres contraires et formes diuerses, =II=, 540.

Qui en recherche et embrasse toutes les circonstances, et consequences,
il empesche son eslection. Vn engin moyen, conduit esgallement, et
suffit aux executions, de grand et de petit poix, =II=, 542.

Nous guidons les affaires en leurs commencemens, et les tenons à nostre
mercy: mais par apres, quand ils sont esbranlez, ce sont eux qui nous
guident et emportent, et auons à les suyure, =III=, 514.

Vn sage homme peut pour l’interest d’autruy, comme pour ne rompre
indecemment compagnie ou pour ne discontinuer vn autre affaire
d’importance, remettre à entendre ce qu’on luy apporte de nouueau: mais
pour son interest ou plaisir particulier, mesmes s’il est homme ayant
charge publique; pour ne rompre son disner, voyre ny son sommeil, il
est inexcusable de le faire, =I=, 656.


AFFECTION (ENFANTS).

Les choses nous sont plus cheres, qui nous ont plus cousté. Et donner,
est de plus de coust que le prendre, =II=, 20.

Ce n’est pas merueille, si à reculons l’affection des enfans aux peres,
n’est pas si grande. Ioint que celuy qui bien faict à quelcun, l’aime
mieux, qu’il n’en est aimé. Et celuy à qui il est deu, aime mieux, que
celuy qui doibt: et tout ouurier aime mieux son ouurage, qu’il n’en
seroit aimé, si l’ouurage auoit du sentiment, =II=, 20.

Au demeurant il est aisé à voir par experience, que cette affection
naturelle, à qui nous donnons tant d’authorité, a les racines bien
foibles. Pour vn fort leger profit, nous arrachons tous les iours
leurs propres enfans d’entre les bras des meres, et leur faisons
prendre les nostres en charge. Et voit-on en la plus part d’entre
elles, s’engendrer bien tost par accoustumance vn’affection bastarde,
plus vehemente que la naturelle et plus grande sollicitude de la
conseruation des enfans empruntez, que des leurs propres, =II=, 46.

La seule raison doit auoir la conduite de nos inclinations, =II=, 22.


AGE.

Nos ames sont desnoüées à vingt ans, elles sont alors ce qu’elles
doiuent estre, et promettent tout ce qu’elles pourront. Iamais ame qui
n’ait donné en cet aage là, arre bien euidente de sa force, n’en donna
depuis la preuue, =I=, 596.

En la vie des mesmes hommes souuent la belle moitié, ils la vescurent
de la gloire acquise en leur ieunesse: grands hommes depuis au prix de
touts autres, mais nullement au prix d’eux-mesmes, =I=, 598.

Il est possible qu’à ceux qui employent bien le temps, la science,
et l’experience croissent depuis cet aage (trente ans) auec la vie:
mais la viuacité, la promptitude, la fermeté, et autres parties bien
plus nostres, plus importantes et essentielles, se fanissent et
s’allanguissent, =I=, 598.


AMBASSADEURS.

I’ay trouué bien estrange, qu’il fust en la puissance d’vn Ambassadeur
de dispenser sur les aduertissemens de grande consequence qu’il doit
faire à son maistre. Et m’eust semblé l’office du seruiteur estre, de
fidelement representer les choses en leur entier, comme elles sont
aduenuës: afin que la liberté d’ordonner, iuger, et choisir demeurast
au maistre. Car de luy alterer ou cacher la verité, de peur qu’il ne
la preigne autrement qu’il ne doit, et que cela ne le pousse à quelque
mauuais party, et ce pendant le laisser ignorant de ses affaires, cela
m’eust semblé appartenir à celuy, qui donne la loy, non à celuy qui
la reçoit, au curateur et maistre d’eschole, non à celuy qui se doit
penser inferieur, comme en authorité, aussi en prudence et bon conseil,
=I=, 94.


AMBITION.

Nous ne sommes pas naiz pour nostre particulier, ains pour le publicq;
beau mot, dequoy se couure l’ambition et l’auarice, =I=, 410.

L’ambition n’est pas vn vice de petis compaignons, et de tels efforts
que les nostres, =III=, 520.

Où l’amour et l’ambition seroient en esgale balance, et viendroient à
se choquer de forces pareilles, ie ne fay aucun doubte, que ceste-cy ne
gaignast le prix de la maistrise, =II=, 642.

L’ambition ne se conduit iamais mieux selon soy, que par vne voye
esgaree et inusitee, =III=, 322.

L’ambition paye bien ses gents, de les tenir tousiours en montre, comme
la statue d’vn marché. Ils n’ont pas seulement leur retraict pour
retraitte, =III=, 156.


AME (IMMORTALITÉ DE L’AME).

La generation de l’ame suyt la commune condition des choses humaines:
comme aussi sa vie. On la voyt naistre à mesme que le corps en est
capable; esleuer ses forces comme les corporelles; on y recognoit la
foiblesse de son enfance, et auec le temps sa vigueur et sa maturité:
et puis sa declination et sa vieillesse, et en fin sa decrepitude.
On l’apperçoit capable de diuerses passions et agitée de plusieurs
mouuemens penibles, d’où elle tombe en lassitude et en douleur, capable
d’alteration et de changement, d’allegresse, d’assopissement, et de
langueur, subjecte à ses maladies et aux offences, comme l’estomach
ou le pied: esblouye et troublée par la force du vin: desmue de
son assiette, par les vapeurs d’vne fieure chaude: endormie par
l’application d’aucuns medicamens, et reueillée par d’autres. Dauantage
on sent l’ame s’engager en la mort, comme le corps. Ce que l’image du
sommeil nous montre assez: car c’est vne defaillance et cheute de l’ame
aussi bien que du corps, =II=, 316.

L’ame loge au cerueau: ce qui appert de ce que les blessures et
accidens qui touchent cette partie, offensent incontinent les facultez
de l’ame, =II=, 312.

L’ame, par sa faculté ratiocine, se souuient, comprend, iuge, desire
et exerce toutes ses autres operations par diuers instrumens du corps,
comme le nocher gouuerne son nauire selon l’experience qu’il en a,
=II=, 312.

Nos ames se trouuent souuent agitees de diuerses passions. D’où nous
voyons les enfans, qui vont tout naifuement apres la nature, pleurer et
rire souuent de mesme chose: Et quelque gentille flamme qui eschauffe
le cœur des filles bien nees, encore les despend on à force du col
de leurs meres, pour les rendre à leur espoux. Ainsin il n’est pas
estrange de plaindre celuy-là mort, qu’on ne voudroit aucunement estre
en vie, =I=, 406.

Puisque l’ambition peut apprendre aux hommes, et la vaillance, et la
temperance, et la liberalité, voire et la iustice: puis que l’auarice
peut planter au courage d’vn garçon de boutique, nourri à l’ombre et
à l’oysiueté, l’asseurance de se ietter si loing du foyer domestique,
à la mercy des vagues et de Neptune courroucé dans vn fraile bateau,
et qu’elle apprend encore la discretion et la prudence: et que Venus
mesme fournit de resolution et de hardiesse la ieunesse encore soubs
la discipline et la verge; et gendarme le tendre cœur des pucelles au
giron de leurs meres: ce n’est pas tour de rassis entendement, de nous
iuger simplement par nos actions de dehors: il faut sonder iusqu’au
dedans, et voir par quels ressors se donne le bransle, =I=, 612.

Ce n’est pas pour la montre, que nostre ame doit iouër son rolle,
c’est chez nous au dedans, où nuls yeux ne donnent que les nostres: là
elle nous couure de la crainte de la mort, des douleurs et de la honte
mesme: elle nous asseure là, de la perte de nos enfans, de nos amis, et
de nos fortunes: et quand l’opportunité s’y presente, elle nous conduit
aussi aux hazards de la guerre. Ce profit est bien plus grand, et bien
plus digne d’estre souhaité et esperé, que l’honneur et la gloire, qui
n’est autre chose qu’vn fauorable iugement qu’on fait de nous,
=II=, 452.

I’ordonne à mon ame, de regarder et la douleur, et la volupté, de
veuë pareillement reglée: et pareillement ferme: mais gayement l’vne,
l’autre seuerement. Et selon ce qu’elle y peut apporter, autant
soigneuse d’en esteindre l’vne, que d’estendre l’autre, =III=, 692.

Il n’est point ame si chetifue et brutale, en laquelle on ne voye
reluire quelque faculté particuliere: il n’y en a point de si
enseuelie, qui ne face vne saillie par quelque bout. Et comment il
aduienne qu’vne ame aueugle et endormie à toutes autres choses, se
trouue vifue, claire, et excellente, à certain particulier effect, il
s’en faut enquerir aux maistres, =II=, 502.

Comme les ames vicieuses sont incitees souuent à bien faire, par
quelque impulsion estrangere? aussi sont les vertueuses à faire mal.
Il les faut doncq iuger par leur estat rassis: quand elles sont chez
elles, si quelquefois elles y sont: ou au moins quand elles sont plus
voysines du repos et en leur naifue assiette, =III=, 118.

La pluspart des facultez de nostre ame, comme nous les employons,
troublent plus le repos de la vie, qu’elles n’y seruent, =III=, 24.

Les secousses et esbranlemens que nostre ame reçoit par les passions
corporelles, peuuent beaucoup en elle: mais encore plus les siennes
propres: ausquelles elle est si fort prinse, qu’il est à l’aduanture
soustenable, qu’elle n’a aucune autre alleure et mouuement, que du
souffle de ses vents, =II=, 350.

Nous ne sommes iamais sans maladie: des effects d’vne passion ardente,
nous retombons aux effects d’vne passion frileuse, =II=, 354.

Les maux du corps s’esclaircissent en augmentant. Nous trouuons que
c’est goutte, ce que nous nommions rheume ou foulleure. Les maux de
l’ame s’obscurcissent en leurs forces: le plus malade les sent le
moins, =III=, 188.

Quand les medecins ne peuuent purger le caterrhe, ils le diuertissent,
et desuoyent à vne autre partie moins dangereuse. C’est aussi la plus
ordinaire recepte aux maladies de l’ame. On luy fait peu choquer
les maux de droit fil: on ne luy en fait ny soustenir ny rabatre
l’atteinte: on la luy fait decliner et gauchir, =III=, 164.

Entre les functions de l’ame, il en est de basses. Qui ne la void encor
par là, n’acheue pas de la connoistre. Et à l’aduenture la remarque lon
mieux où elle va son pas simple, =I=, 554.

Ny n’entendent les Stoiciens, que l’ame de leur sage puisse resister
aux premieres visions et fantaisies qui luy suruiennent: ains comme à
vne subiection naturelle consentent qu’il cede au grand bruit du ciel,
ou d’vne ruine, pour exemple, iusques à la palleur et contraction:
ainsin autres passions, pourueu que son opinion demeure sauue et
entiere, et que l’assiette de son discours n’en souffre atteinte ny
alteration quelconque, et qu’il ne preste nul consentement à son
effroy et souffrance. Le sage Peripateticien ne s’exempte pas des
perturbations, mais il les modere, =I=, 82.

Il est malaisé que le discours et l’instruction, encore que nostre
creance s’y applique volontiers, soyent assez puissants pour nous
acheminer iusques à l’action, si outre cela nous n’exerçons et formons
nostre ame par experience au train, auquel nous la voulons renger:
autrement quand elle sera au propre des effets, elle s’y trouuera sans
doute empeschée, =I=, 664.

Ie trouue par experience, qu’il y a bien à dire entre les boutées et
saillies de l’ame, ou vne resolue et constante habitude: il n’est rien
que nous ne puissions, iusques à pouuoir ioindre à l’imbecillité de
l’homme, vne resolution et asseurance de Dieu: mais c’est par secousse,
=II=, 590.

A combien de vanité nous pousse cette bonne opinion, que nous auons de
nous? la plus reglée ame du monde, et la plus parfaicte, n’a que trop
affaire à se tenir en pieds, et à se garder de s’emporter par terre de
sa foiblesse. De mille il n’en est pas vne qui soit droite et rassise
vn instant de sa vie: et se pourroit mettre en doubte, si selon sa
naturelle condition elle y peut iamais estre, =I=, 624.

Comme le corps est plus ferme à la charge en le roidissant: ainsin est
l’ame, =I=, 456.

D’autant que l’ame est plus vuide, et sans contrepoids, elle se baisse
plus facilement souz la charge de la premiere persuasion, =I=, 288.

Il semble que l’ame esbranlee et esmeuë se perde en soy-mesme, si on
ne luy donne prinse: et faut tousiours luy fournir d’obiect où elle
s’abutte et agisse; et voyons qu’en ses passions elle se pipe plustost
elle mesme, se dressant vn faux subiect et fantastique, voire contre sa
propre creance, que de n’agir contre quelque chose, =I=, 40.

L’ame qui n’a point de but estably, elle se perd: Car comme on dit,
c’est n’estre en aucun lieu, que d’estre par tout, =I=, 58.

Le prix de l’ame ne consiste pas à aller haut, mais ordonnément. Sa
grandeur ne s’exerce pas en la grandeur: c’est en la mediocrité,
=III=, 118.

La grandeur de l’ame n’est pas tant, tirer à mont, et tirer auant,
comme sçauoir se ranger et circonscrire. Elle tient pour grand, tout ce
qui est assez. Et montre sa hauteur, à aimer mieux les choses moyennes,
que les eminentes, =III=, 692.

Le relaschement et facilité honore ce semble à merueilles, et sied
mieux à vne ame forte et genereuse. Epaminondas n’estimoit pas que de
se mesler à la dance des garçons de sa ville, de chanter, de sonner, et
s’y embesongner auec attention, fust chose qui derogeast à l’honneur de
ses glorieuses victoires, et à la parfaicte reformation des mœurs qui
estoit en luy, =III=, 690.

Nostre ame s’eslargit d’autant plus qu’elle se remplit, =I=, 204.

Aucune ame excellente, n’est exempte de meslange de folie, =I=, 628.

Les ames à mesure qu’elles sont moins fortes, elles ont d’autant moins
de moyen de faire ny fort bien, ny fort mal, =I=, 550.

Tout mouuement nous descouure. Cette mesme ame de Cæsar, qui se fait
voir à ordonner et dresser la bataille de Pharsale, elle se fait aussi
voir à dresser des parties oysiues et amoureuses, =I=, 552.

Les boiteux sont mal propres aux exercices du corps, et aux exercices
de l’esprit les ames boiteuses, =I=, 218.

Nous ne sommes iamais chez nous, nous sommes tousiours au delà. La
crainte, le desir, l’esperance, nous eslancent vers l’aduenir: et nous
desrobent le sentiment et la consideration de ce qui est, pour nous
amuser à ce qui sera, voire quand nous ne serons plus, =I=, 28.


AMITIÉ.

Il n’est rien à quoy il semble que nature nous aye plus acheminés qu’à
la societé; dont le dernier point de perfection est l’amitié, =I=, 298.

L’amitié est iouye à mesure qu’elle est desiree, ne s’esleue, se
nourrit, ny ne prend accroissance qu’en la iouyssance, comme estant
spirituelle, et l’ame s’affinant par l’vsage, =I=, 302.

Nostre liberté volontaire n’a point de production qui soit plus
proprement sienne, que celle de l’affection et l’amitié, =I=, 300.

Oh! vn amy! Combien est vraye cette ancienne sentence, que l’vsage en
est plus necessaire, et plus doux, que des elements de l’eau et du feu!
=III=, 444.

Heureux, qui a peu rencontrer seulement l’ombre d’vn amy! =I=, 316.

En la vraye amitié, de laquelle ie suis expert, ie me donne à mon amy,
plus que ie ne le tire à moy. Ie n’ayme pas seulement mieux, luy faire
bien, que s’il m’en faisoit: mais encore qu’il s’en face, qu’à moy: il
m’en faict lors le plus, quand il s’en faict. Et si l’absence luy est
ou plaisante ou vtile, elle m’est bien plus douce que sa presence: et
ce n’est pas proprement absence, quand il y a moyen de s’entr’aduertir,
=III=, 436.

L’vnique et principale amitié descoust toutes autres obligations. Le
secret que i’ay iuré ne deceller à vn autre, ie le puis sans pariure,
communiquer à celuy, qui n’est pas autre, c’est moy, =I=, 312.

Ce que nous appellons ordinairement amis et amitiez, ce ne sont
qu’accoinctances et familiaritez nouees par quelque occasion ou
commodité, par le moyen de laquelle nos ames s’entretiennent. En
l’amitié dequoy ie parle, si on me presse de dire pourquoy ie l’aymoys,
ie sens que cela ne se peut exprimer, qu’en respondant: Par ce que
c’estoit luy, par ce que c’estoit moy, =I=, 306.

Les amitiez communes on les peut départir, on peut aymer en cestuy-ci
la beauté, en cet autre la facilité de ses mœurs, en l’autre la
liberalité, en celuy-là la paternité, en cet autre la fraternité, ainsi
du reste: mais l’amitié parfaite est indiuisible: chacun se donne si
entier à son amy, qu’il ne luy reste rien à departir ailleurs, =I=, 312.

Si en cette amitié dequoy ie parle, l’vn pouuoit donner à l’autre, ce
seroit celuy qui receuroit le bien-fait, qui obligeroit son compagnon,
=I=, 312.

Depuis le iour que ie perdy mon amy, faict et accoustumé à estre
deuxiesme par tout, il me semble n’estre plus qu’à demy, =I=, 316.

La memoire de noz amis perdus nous aggrée comme l’amer au vin trop
vieil, =II=, 538.

Des enfans aux peres, c’est plustost respect. L’amitié se nourrit de
communication, qui ne peut se trouuer entre eux, pour la trop grande
disparité, et offenceroit à l’aduenture les deuoirs de nature, =I=, 298.

De comparer à l’amitié l’affection enuers les femmes, quoy qu’elle
naisse de nostre choix, on ne peut. Son feu, ie le confesse, est plus
actif, plus cuisant, et plus aspre. Mais c’est vn feu temeraire et
volage, ondoyant et diuers, feu de fiebure, subiect à accez et remises,
et qui ne nous tient qu’a vn coing, =I=, 300.

En ces autres amitiez communes, il faut marcher la bride à la main,
auec prudence et precaution. Aymez le, disoit Chilon, comme ayant
quelque iour à le haïr: haïssez le, comme ayant à l’aymer. Ce precepte
si abominable en la souueraine et maistresse amitié, est salubre en
l’vsage des amitiez ordinaires et coustumieres: à l’endroit desquelles
il faut employer le mot d’Aristote, O mes amys, il n’y a nul amy,
=I=, 310.

Ie tesmoigne volontiers de mes amis, par ce que i’y trouue de loüable.
Et d’vn pied de valeur, i’en fay volontiers vn pied et demy. Mais de
leur prester les qualitez qui n’y sont pas, ie ne puis: ny les defendre
ouuertement des imperfections qu’ils ont, =II=, 514.


AMOUR.

L’amour est vne passion qui mesle à bien peu d’essence solide, beaucoup
plus de vanité et resuerie fieureuse, =III=, 256.

Tout le mouuement du monde se resoult et rend à cet accouplage:
c’est vne matiere infuse par tout: c’est vn centre où toutes choses
regardent, =III=, 210.

Que celuy ayme peu, qui ayme à la mesure, =I=, 330.

Vn galant homme n’abandonne point sa poursuite, pour estre refusé,
pourueu que ce soit vn refus de chasteté, non de choix. Nous auons
beau iurer et menasser, et nous plaindre: nous mentons, nous les en
aymons mieux. Il n’est point de pareil leurre, que la sagesse, non
rude, et renfrongnee, =III=, 218.

A quoy sert l’art de cette honte virginalle? cette froideur rassise,
cette contenance seuere, cette profession d’ignorance des choses, que
les femmes sçauent mieux, que nous qui les en instruisons, qu’à nous
accroistre le desir de vaincre, gourmander, et souler à nostre appetit,
toute cette ceremonie, et ces obstacles? La beauté, toute puissante
qu’elle est, n’a pas dequoy se faire sauourer sans cette entremise,
=II=, 436.

L’amour est vn commerce qui a besoin de relation et de correspondance.
Les autres plaisirs que nous receuons, se peuuent recognoistre par
recompenses de nature diuerse: mais cettuy-cy ne se paye que de mesme
espece de monnoye, =III=, 282.

L’amour ne me semble proprement et naturellement en sa saison, qu’en
l’aage voisin de l’enfance, =III=, 282.

C’est vne agitation esueillee, viue, et gaye. Elle n’est nuisible
qu’aux fols, =III=, 276.

Vieux, nous demandons plus, lors que nous apportons moins. Nous voulons
le plus choisir, lors que nous meritons le moins d’estre acceptez,
=III=, 280.

Qui ne sçait en son eschole, combien on procede au rebours de tout
ordre. L’estude, l’exercitation, l’vsage, sont voyes à l’insuffisance;
les nouices y regentent. Sa conduicte a plus de galbe quand elle est
meslee d’inaduertance, et de trouble: les fautes, les succez contraires
y donnent poincte et grâce. Pourueu qu’elle soit aspre et affamee,
il chaut peu, qu’elle soit prudente. Voyez comme il va chancelant,
chopant, et folastrant. On le met aux ceps, quand on le guide par art,
et sagesse. Et contraint on sa diuine liberté, quand on le submet à des
mains barbues et calleuses, =III=, 284.

L’amour est vn desir forcené apres ce qui nous fuit. La iouïssance le
perd, comme ayant fin corporelle et suiette à sacieté, =I=, 302.

L’amour n’est autre chose, que la soif de cette iouyssance en vn
subiect désiré: plaisir que nature nous donne et qui deuient vicieux ou
par immoderation, ou par indiscretion, =III=, 238.

Le desir et la iouyssance nous mettent pareillement en peine. La
rigueur des maistresses est ennuyeuse, mais l’aisance et la facilité
l’est encores plus, la satieté engendre le dégoust, =II=, 434.

O le furieux aduantage que l’opportunité! Qui me demanderoit la
premiere partie en l’amour, ie respondrois, que c’est sçauoir prendre
le temps: la seconde de mesme: et encore la tierce. C’est vn poinct qui
peut tout, =III=, 226.

En amour, qui principallement se rapporte à la veuë et à l’atouchement,
on faict quelque chose sans les graces de l’esprit, rien sans les
graces corporelles: si l’vne ou l’autre des deux beautez deuoit
necessairement y faillir, i’eusse choisi de quitter plustost la
spirituelle. Elle a son vsage en meilleures choses, =III=, 152.

Sans esperance, et sans desir, nous n’allons plus rien qui vaille.
Nostre maistrise et entiere possession, est infiniement à craindre pour
la femme. Depuis qu’elle est du tout rendue à la mercy de nostre foy,
et constance, elle est vn peu bien hasardee: soudain qu’elle est à
nous, nous ne sommes plus à elle, =III=, 256.

D’où peut venir cette vsurpation d’authorité souueraine, que vous
prenez sur celles, qui vous fauorisent à leurs despens, que vous en
inuestissez incontinent l’interest, la froideur, et vne auctorité
maritale? C’est vne conuention libre; que ne vous y prenez vous, comme
vous les y voulez tenir? Il n’y a point de prescription sur les choses
volontaires, =III=, 272.

En Italie, ils font les poursuyuans et les transis, de celles mesmes
qui sont à vendre: et se defendent ainsi: Qu’il y a des degrez en la
iouyssance: et que par seruices ils veulent obtenir pour eux, celle qui
est la plus entiere. Elles ne vendent que le corps. La volonté ne peut
estre mise en vente, elle est trop libre et trop sienne. Ainsi ceux cy
disent, que c’est la volonté qu’ils entreprennent, et ont raison. C’est
la volonté qu’il faut seruir et practiquer, =III=, 258.

On ayme vn corps sans ame, quand on ayme vn corps sans son
consentement, et sans son desir. Toutes iouyssances ne sont pas vnes.
Il y a des iouyssances ethiques et languissantes. Mille autres causes
que la bien-vueillance, nous peuuent acquerir cet octroy des dames.
Ce n’est suffisant tesmoignage d’affection. Il y peut eschoir de la
trahison, comme ailleurs, =III=, 260.


AMPLEUR DE VUE.

A voir nos guerres ciuiles, qui ne crie que cette machine se
bouleuerse, et que le iour du iugement nous prent au collet: sans
s’auiser que plusieurs pires choses se sont veuës, et que les dix mille
parts du monde ne laissent pas de galler le bon temps cependant,
=I=, 250.

Quant les vignes gelent en mon village, mon prebstre en argumente l’ire
de Dieu sur la race humaine, et iuge que la pepie en tienne des-ia les
Cannibales, =I=, 250.


ANIMAUX.

Tout ce qui nous semble estrange, nous le condamnons, et ce que nous
n’entendons pas. Il nous aduient ainsin au iugement que nous faisons
des bestes, =II=, 166.

Nous ne sommes ny au dessus, ny au dessous: tout ce qui est sous le
ciel, dit le sage, court vne loy et fortune pareille. Il y a quelque
difference, il y a des ordres et des degrez: mais c’est soubs le visage
d’vne mesme nature, =II=, 150.

Pourquoy les priuons nous et d’ame, et de vie, et de discours? y
auons nous recognu quelque stupidité immobile et insensible, nous
qui n’auons aucun commerce auec eux que d’obeïssance? Dirons nous,
que nous n’auons veu en nulle autre creature, qu’en l’homme, l’vsage
d’vne ame raisonnable? Et quoy? Auons nous veu quelque chose semblable
au soleil? Laisse-il d’estre, par ce que nous n’auons rien veu de
semblable? et ses mouuements d’estre, par ce qu’il n’en est point de
pareils? Si ce que nous n’auons pas veu, n’est pas, nostre science est
merueilleusement raccourcie, =II=, 136.

Quant ie rencontre parmy les opinions plus moderées, les discours qui
essayent à montrer la prochaine ressemblance de nous aux animaux: et
combien ils ont de part à nos plus grands priuileges; et auec combien
de vray-semblance on nous les apparie; certes i’en rabats beaucoup
de nostre presomption, et me demets volontiers de cette royauté
imaginaire, qu’on nous donne sur les autres creatures. Quand tout cela
en seroit à dire, si y a il vn certain respect, qui nous attache, et
vn general deuoir d’humanité, non aux bestes seulement, qui ont vie
et sentiment, mais aux arbres mesmes et aux plantes. Nous deuons la
iustice aux hommes, et la grace et la benignité aux autres creatures,
qui en peuuent estre capables. Il y a quelque commerce entre elles et
nous, et quelque obligation mutuelle, =II=, 108.

Nature leur a empreint le soing d’elles et de leur conseruation. Elles
vont iusques-là, de craindre leur empirement: de se heurter et blesser:
que nous les encheuestrions et battions, accidents subiects à leur sens
et experience. Mais que nous les tuions, elles ne le peuuent craindre,
ny n’ont la faculté d’imaginer et conclure la mort, =III=, 582.

Les naturels sanguinaires à l’endroit des bestes, tesmoignent vne
propension naturelle à la cruauté, =II=, 104.


ART MILITAIRE.

La guerre est la plus grande et pompeuse des actions humaines, et
tesmoignage de nostre imbecillité et imperfection, =II=, 176.

Ie tiens que c’est aux Roys proprement, de s’animer contre les Roys,
=III=, 84.

Le tromper peut seruir à la guerre pour le coup: mais celuy seul se
tient pour surmonté, qui sçait l’auoir esté ny par ruse, ny de sort,
mais par vaillance de troupe à troupe, en vne franche et iuste guerre,
=I=, 46.

Les victoires, qui se gaignent sans le maistre, ne sont pas completes.
Ce maistre devroit rougir de honte, d’y pretendre part pour son nom,
n’y ayant embesongné que sa voix et sa pensée. Ny cela mesme, veu qu’en
telle besongne les aduis et commandemens, qui apportent l’honneur,
sont ceux-là seulement, qui se donnent sur le champ, et au propre de
l’affaire. Nul pilote n’exerce son office de pied ferme, =II=, 544.

Au mestier de la guerre, les apprentis se iettent bien souuent aux
hazards, d’autre inconsideration qu’ils ne font apres y auoir esté
eschauldez, =II=, 94.

Arrester son armée pied coy attendant l’ennemy: autant cela affoiblit
la violence, que le courir donne aux premiers coups: et quant et quant
oste l’eslancement des combattans les vns contre les autres, qui a
accoustumé de les remplir d’impetuosité, et de fureur, plus qu’autre
chose, quand ils viennent à s’entrechocquer de roideur, leur augmentant
le courage par le cry et la course: et rend la chaleur des soldats
en maniere de dire refroidie et figée.--Mais on peut aussi bien dire
qu’au contraire la plus forte et roide assiette, est celle en laquelle
on se tient planté sans bouger, et que qui est en sa marche arresté,
resserrant et espargnant pour le besoing, sa force en soy-mesmes, a
grand aduantage contre celuy qui est esbranlé, et qui a desia consommé
à la course la moitié de son haleine? outre ce que l’armée estant vn
corps de tant de diuerses pieces, il est impossible qu’elle s’esmeuue
en cette furie, d’vn mouuement si iuste, qu’elle n’en altere ou rompe
son ordonnance: et que le plus dispost ne soit aux prises, auant que
son compagnon le secoure.--Clearchus commandant les Grecs, les menoit
tout bellement à la charge, sans se haster: mais à cinquante pas pres,
il les mettoit à la course: esperant par la brieueté de l’espace,
mesnager et leur ordre, et leur haleine: leur donnant cependant
l’auantage de l’impetuosité, pour leurs personnes, et pour leurs armes
à trait. D’autres ont reglé ce doubte en leur armée de cette maniere:
Si les ennemis vous courent sus, attendez les de pied coy: s’ils vous
attendent de pied coy, courez leur sus, =I=, 524.

Attendre l’ennemi en ses terres c’est auantage, de conseruer sa maison
pure et nette des troubles de la guerre, afin qu’entiere en ses
forces, elle puisse continuellement fournir deniers, et secours au
besoing: la necessité des guerres porte à tous les coups, de faire le
gast, ce qui ne se peut faire bonnement en nos biens propres, et si
le païsant ne porte pas si doucement ce rauage de ceux de son party,
que de l’ennemy, il s’en peut aysément allumer des seditions, et des
troubles: la licence de desrober et piller, qui ne peut estre permise
en son païs, est vn grand support aux ennuis de la guerre: et qui n’a
autre esperance de gain que sa solde, il est mal aisé qu’il soit tenu
en office, estant à deux pas de sa femme et sa retraicte: celuy qui
met la nappe, tombe tousiours des despens; il y a plus d’allegresse
à assaillir qu’à deffendre: la secousse de la perte d’vne battaille
dans nos entrailles, est si violente, qu’il est malaisé qu’elle ne
croulle tout le corps, attendu qu’il n’est passion contagieuse, comme
celle de la peur, ny qui se prenne si aisément à credit, et qui
s’espande plus brusquement: et les villes qui ont ouy l’esclat de
cette tempeste à leurs portes, qui ont recueilly leurs Capitaines et
soldats tremblans encore, et hors d’haleine, il est dangereux sur la
chaude, qu’ils ne se iettent à quelque mauuais party.--De voir venir
l’ennemy, on peut imaginer au contraire, qu’estant chez soy et entre
ses amis, on ne peut faillir d’auoir planté de toutes commoditez; les
riuieres, les passages à vostre deuotion, vous conduiront et viures
et deniers, en toute seureté et sans besoing d’escorte: on aura ses
populations d’autant plus affectionnez, qu’elles auront le danger plus
pres: qu’ayant tant de villes et de barrieres pour sa seureté, c’est
à soy de donner loy au combat, selon son opportunité et aduantage: et
s’il plaisoit de temporiser, à l’abry et à son aise, on pourra voir
morfondre son ennemy, et se deffaire soy mesme, par les difficultez qui
le combattroyent engagé en vne terre contraire, où il n’auroit deuant
ny derriere luy, ny à costé, rien qui ne luy fist guerre: nul moyen de
rafraichir ou d’eslargir son armée, si les maladies s’y mettoient, ny
de loger à couuert ses blessez; nuls deniers, nuls viures, qu’à pointe
de lance; nul loisir de se reposer et prendre haleine; nulle science de
lieux, ny de pays, qui le sceust deffendre d’embusches et surprises:
et s’il venoit à la perte d’vne bataille, aucun moyen d’en sauuer les
reliques.--Et il n’y a pas faute d’exemples pour l’vn et pour l’autre
party, =I=, 526.

Qui est ouuert d’vn costé, l’est par tout. Noz peres ne penserent pas à
bastir des places frontieres, =II=, 438.

Ce n’est pas bien procedé, de recognoistre seulement le flanc et le
fossé: pour iuger de la seureté d’vne place, il faut voir, par où on y
peut venir, en quel estat est l’assaillant, =III=, 404.

Celuy qui commande à tout vn pays ne se doit iamais engager qu’au cas
de cette extremité, qu’il y allast de sa derniere place, et qu’il n’y
eust rien plus à esperer qu’en la deffence d’icelle. Autrement il se
doit tenir libre, pour auoir moyen de prouuoir en général à toutes les
parties de son gouuernement, =II=, 656.

A le bien prendre, il est vray-semblable, que le corps d’vne armée doit
auoir vne grandeur moderée, et reglée à certaines bornes, soit pour
la difficulté de la nourrir, soit pour la difficulté de conduire et
tenir en ordre. Aumoins est il bien aisé à verifier par exemple, que
les armées monstrueuses en nombre, n’ont guere rien fait qui vaille.
Ce n’est pas le nombre des hommes, ains le nombre des bons hommes, qui
faict l’aduantage: le demeurant seruant plus de destourbier que de
secours, =II=, 656.

Ceux qui assaillent, doiuent penser à entreprendre, non pas à craindre,
=II=, 56.

Le vray veincre a pour son roolle l’estour, non pas le salut, =I=, 372.

Trouuer les ennemis par effect plus foibles qu’on n’auoit esperé n’est
pas de tel interest: que de les trouuer à la verité bien forts, apres
les auoir iugez foibles par reputation, =II=, 648.

Quintus Fabius Maximus Rutilianus, contre les Samnites, voyant que ses
gents de cheual à trois ou quatre charges auoient failly d’enfoncer
le bataillon des ennemis, print ce conseil: qu’ils debridassent leurs
cheuaux, et brochassent à toute force des esperons: si que rien ne les
pouuant arrester, au trauers des armes et des hommes renuersez, ils
ouurirent le pas à leurs gens de pied, qui parfirent vne tres-sanglante
deffaite, =I=, 540.

Il y a plusieurs exemples en l’histoire Romaine, des Capitaines qui
commandoient à leurs gens de cheual de mettre pied à terre, quand ils
se trouuoient pressez de l’occasion, pour oster aux soldats toute
esperance de fuite, et pour l’aduantage qu’ils esperoient en cette
sorte de combat, =I=, 532.

Se reietter au danger apres la victoire, c’est la remettre encore vn
coup à la mercy de la fortune: l’vne des plus grandes sagesses en l’art
militaire, c’est de ne pousser son ennemy au desespoir, =I=, 518.

Il fait dangereux assaillir vn homme, à qui vous auez osté tout autre
moyen d’eschapper que par les armes: car c’est vne violente maistresse
d’escole que la necessité, =I=, 520.

D’autre part, quell’ esperance peut-on auoir qu’il ose vn’ autre fois
attaquer ses ennemis ralliez et remis, et de nouueau armez de despit
et de vengeance, qui ne les a osé ou sceu poursuiure tous rompus et
effrayez? =I=, 518.

Tant que l’ennemy est en pieds, c’est à recommencer de plus belle: ce
n’est pas victoire, si elle ne met fin à la guerre, =I=, 518.

La vaillance a ses limites, comme les autres vertus: lesquels franchis,
on se trouue dans le train du vice: en maniere que par chez elle se
peut rendre à la temerité, obstination et folie, qui n’en sçait bien
les bornes, malaisez en verité à choisir sur leurs confins, =I=, 86.

Nous qui tenons celuy auoir l’honneur de la guerre, qui en a le profit,
et disons que, Où la peau du Lyon ne peut suffire, il y faut coudre vn
lopin de celle du Regnard, les plus ordinaires occasions de surprise se
tirent de cette praticque: et n’est heure, où vn chef doiue auoir plus
l’œil au guet, que celle des parlemens et traités d’accord. Et pour
cette cause, c’est vne regle, Qu’il ne faut iamais que le Gouuerneur en
vne place assiegee sorte luy mesmes pour parlementer, =I=, 46.

A la guerre, on ne se doit attendre fiance des vns aux autres, que le
dernier seau d’obligation n’y soit passé: encores y a il lors assés
affaire. Et a tousiours esté conseil hazardeux, de fier à la licence
d’vne armee victorieuse l’obseruation de la foy, qu’on a donnee à vne
ville, qui vient de se rendre par douce et fauorable composition, et
d’en laisser sur la chaude, l’entrée libre aux soldats, =I=, 50.


ART MILITAIRE (QUELQUES FAÇONS DE PROCÉDER DE CÉSAR).

Cæsar disoit qu’il falloit executer, non pas consulter les hautes
entreprises, =II=, 654.

Il auoit accoustumé de dire, qu’il aimoit mieux la victoire qui se
conduisoit par conseil que par force: Et en la guerre contre Petreius
et Afranius, la Fortune luy presentant vne bien apparente occasion
d’aduantage; il la refusa, esperant auec vn peu plus de longueur, mais
moins de hazard, venir à bout de ses ennemis, =II=, 652.

Il estoit excellent mesnager du temps: car il redit maintes-fois,
que c’est la plus souueraine partie d’vn capitaine, que la science
de prendre au poinct les occasions, et la diligence, qui est en ses
exploicts, à la verité, inouye et incroyable, =II=, 648.

Il accoustumoit sur tout ses soldats à obeyr simplement, sans se mesler
de contreroller, ou parler des desseins de leur Capitaine; lesquels il
ne leur communiquoit que sur le poinct de l’execution, =II=, 648.

C’estoit sa coustume, de se tenir nuict et iour pres des ouuriers,
qu’il auoit en besoigne, =II=, 652.

En toutes entreprises de consequence, il faisoit tousiours la
descouuerte luy-mesme, et ne passa iamais son armée en lieu, qu’il
n’eust premierement recognu, =II=, 652.

Il faisoit grand cas de ses exhortations aux soldats auant le combat,
=II=, 650.

Où les occasions de la necessité se presentoyent, et où la chose
le requeroit, il ne fut iamais homme faisant meilleur marché de sa
personne, =II=, 654.

Il auoit cette opinion, que la science de nager estoit tres-vtile à la
guerre, et en tira plusieurs commoditez: s’il auoit à faire diligence,
il franchissoit ordinairement à nage les riuieres qu’il rencontroit,
=II=, 658.

Il tenoit la bride plus estroite à ses soldats, et les tenoit plus de
court estants pres des ennemis, =II=, 658.

Il ne requeroit en ses soldats autre vertu que la vaillance, ny ne
punissoit guere autres vices, que la mutination, et la desobeyssance,
=II=, 648.

A cette courtoisie, il mesloit toutefois vne grande seuerité, à les
reprimer. Il les rappaisoit plus par authorité et par audace, que par
douceur, =II=, 650.


AUTEURS.

La science, le stile, et telles parties, que nous voyons és ouurages
estrangers, nous touchons bien aysément si elles surpassent les
nostres: mais les simples productions de l’entendement, chacun pense
qu’il estoit en luy de les rencontrer toutes pareilles, et en apperçoit
malaisement le poids et la difficulté, si ce n’est, et à peine, en vne
extreme et incomparable distance, =II=, 510.

Les escriuains indiscrets de nostre siecle, qui, parmy leurs ouurages
de neant, vont semant des lieux entiers des anciens autheurs, pour se
faire honneur, font le contraire. Car cett’ infinie dissemblance de
lustres rend vn visage si pasle, si terni, et si laid à ce qui est
leur, qu’ils y perdent beaucoup plus qu’ils n’y gaignent, =I=, 228.

N’ayans rien en leur vaillant, par où se produire, ils cherchent à se
presenter par vne valeur purement estrangere, =I=, 230.

Ie voudroye que chacun escriuist ce qu’il sçait, et autant qu’il en
sçait: non en cela seulement, mais en tous autres subiects. Car tel
peut auoir quelque particuliere science ou experience de la nature
d’vne riuiere, ou d’vne fontaine, qui ne sçait au reste, que ce que
chacun sçait: il entreprendra toutesfois, pour faire courir ce petit
loppin, d’escrire toute la Physique, =I=, 358.

Quiconque met sa decrepitude soubs la presse, faict folie, s’il espere
en espreindre des humeurs, qui ne sentent le disgratié, le resueur
et l’assoupy. Autant est la vieillesse incommode à cette nature de
besongne, qu’à toute autre. Nostre esprit se constipe et s’espessit en
vieillissant, =III=, 586.


AVARICE.

L’auarice n’a point de plus grand destourbier que soy-mesme. Plus elle
est tendue et vigoureuse, moins elle en est fertile. Communement elle
attrape plus promptement les richesses, masquée d’[vn=vne] image de
liberalité, =III=, 494.

Ce n’est pas la disette, c’est plustost l’abondance qui produict
l’auarice, =I=, 466.

Non la vieillesse seulement, mais toute imbecillité, est promotrice
d’auarice, =II=, 24.

L’auarice, folie si commune aux vieux, est la plus ridicule de toutes
les humaines folies, =I=, 472.


BEAUTÉ.

La beauté est vne piece de grande recommendation au commerce des
hommes. C’est le premier moyen de conciliation des vns aux autres;
et n’est homme si barbare et si rechigné, qui ne se sente aucunement
frappé de sa douceur, =II=, 478.

Ie ne puis dire assez souuent, combien ie l’estime qualité puissante
et aduantageuse. Nous n’en auons point qui la surpasse en credit. Elle
tient le premier rang au commerce des hommes. Elle se presente au
deuant: seduict et preoccupe nostre iugement, auec grande authorité et
merueilleuse impression. Ie maintiendroy volontiers le rang des biens:
La santé, la beauté, la richesse, =III=, 588.

Il est vray-semblable que nous ne sçauons guerre, que c’est que
beauté en nature et en general, puisque à l’humaine nous donnons tant
de formes diuerses, de laquelle, s’il y auoit quelque prescription
naturelle, nous la recognoistrions en commun, comme la chaleur du feu.
Nous en fantasions les formes à nostre appetit, =II=, 192.

La beauté de la taille, est la seule beauté des hommes: les autres
beautez, sont pour les femmes, =II=, 482.

C’est leur vray aduantage: elle est si leur, que la nostre, quoy
qu’elle desire des traicts vn peu autres, n’est, en son point, que
confuse auec la leur, puerile et imberbe, =II=, 152.

Il y a des beautez, non fieres seulement, mais aigres: il y en a
d’autres douces, et encores au delà, fades, =III=, 590.

Il est saison à trente ans, qu’elles changent le titre de belles en
bonnes, =III=, 284.


BIEN, BIENS.

Les Dieux nous vendent tous les biens qu’ils nous donnent: c’est
à dire, ils ne nous en donnent aucun pur et parfaict, et que nous
n’achetions au prix de quelque mal, =II=, 538.

Il n’est point de combat si violent entre les philosophes, si aspre,
que celuy qui se dresse sur la question du souuerain bien de l’homme:
Les uns disent nostre bien estre, loger en la vertu: d’autres, en la
volupté: d’autres, au consentir à Nature: qui en la science: qui à
n’auoir point de douleur, =II=, 370.

Nostre bien estre, ce n’est que la priuation d’estre mal. Voyla
pourquoy la secte de philosophie, qui a le plus faict valoir la
volupté, encore l’a elle rengée à la seule indolence. Le n’auoir point
de mal, c’est le plus auoir de bien, que l’homme puisse esperer,
=II=, 212.

Nostre bien et nostre mal ne tient qu’à nous, =I=, 554.

L’aisance et l’indigence despendent de l’opinion d’vn chacun, et non
plus la richesse, que la gloire, que la santé, n’ont qu’autant de
beauté et de plaisir, que leur en preste celuy qui les possede,
=I=, 474.

Le voir sainement les biens, tire apres soy le voir sainement les maux,
=II=, 692.


BON SENS.

On dit communément que le plus iuste partage que Nature nous aye fait
de graces, c’est celuy du sens: car il n’est aucun qui ne se contente
de ce qu’elle luy en a distribué, =II=, 510.

Chascun est bien ou mal, selon qu’il s’en trouue, =I=, 474.


BONHEUR.

Non de qui on le croid, mais qui le croid de soy, est content: et en
cella seul la creance se donne essence et verité, =I=, 474.

Maintenons en la memoire seulement le bonheur passé, pour en effacer
les desplaisirs que nous auons soufferts, =II=, 214.

Il ne faut iuger de nostre heur, qu’après la mort, =I=, 102.

Nul auant mourir ne peut estre dict heureux. Celuy la mesme, qui a
vescu, et qui est mort à souhait, peut il estre dict heureux, si sa
renommee va mal, si sa posterité est miserable? =I=, 32.


BONTÉ.

Toute autre science, est dommageable à celuy qui n’a la science de la
bonté, =I=, 218.


CARACTÈRE.

Ie loue vn’ ame à diuers estages, qui sçache et se tendre et se
desmonter: qui soit bien par tout où sa fortune la porte: qui puisse
deuiser auec son voisin, de son bastiment, de sa chasse et de sa
querelle: entretenir auec plaisir vn charpentier et vn iardinier.
I’enuie ceux, qui sçauent s’apriuoiser au moindre de leur suitte, et
dresser de l’entretien en leur propre train, =III=, 140.

Ie hay à mort de sentir au flateur, =I=, 438.

De moy i’ayme mieux estre importun et indiscret, que flateur et
dissimulé, =II=, 496.

I’honnore le plus ceux que i’honnore le moins: et où mon ame marche
d’vne grande allegresse, i’oublie les pas de la contenance: et m’offre
maigrement et fierement, à ceux à qui ie suis: et me presente moins, à
qui ie me suis le plus donné, =I=, 438.

Ie congnois mes gens au silence mesme, et à leur soubsrire, et les
descouure mieux à l’aduanture à table, qu’au conseil, =III=, 148.


CÉRÉMONIE.

Nous ne sommes que ceremonie, la ceremonie nous emporte, et laissons
la substance des choses: nous nous tenons aux branches et abandonnons
le tronc et le corps. Nous auons appris aux Dames de rougir, oyants
seulement nommer, ce qu’elles ne craignent aucunement à faire:
nous n’osons appeller à droict noz membres, et ne craignons pas de
les employer à toute sorte de debauche. La ceremonie nous deffend
d’exprimer par parolles les choses licites et naturelles, et nous l’en
croyons: la raison nous deffend de n’en faire point d’illicites et
mauuaises, et personne ne l’en croit, =II=, 466.


CHANGEMENTS.

En toutes choses, sauf simplement aux mauuaises, la mutation est à
craindre, =I=, 500.


CHASSE.

Les poëtes font Diane victorieuse du brandon et des flesches de
Cupidon, =II=, 100.


CHASTETÉ.

Certes le plus ardu et le plus vigoureux des humains deuoirs, nous
l’auons resigné aux dames, et leur en quittons gloire, =III=, 218.

L’idee mesme que nous forgeons à leur chasteté est ridicule. Le neud du
iugement de ce deuoir, gist principallement en la volonté. Il y a eu
des maris qui ont souffert cet accident, non seulement sans reproche
et offence enuers leurs femmes, mais auec singuliere obligation et
recommandation de leur vertu. Telle, qui aymoit mieux son honneur
que sa vie, l’a prostitué à l’appetit forcené d’vn mortel ennemy,
pour sauuer la vie à son mary: et a faict pour luy ce qu’elle n’eust
aucunement faict pour soy, =III=, 230.

Cette grande et violente aspreté d’obligation, que nous leur
enioignons, produit deux effects contraires à nostre fin: elle aiguise
les poursuyuants, et faict les femmes plus faciles à se rendre, car la
deffence les incite et conuie, =III=, 236.

Le prix de la victoire se considere par la difficulté. Voulez vous
sçauoir quelle impression a faict en son cœur, vostre seruitude et
vostre merite? mesurez-le à ses mœurs. Telle peut donner plus, qui ne
donne pas tant. L’obligation du bienfaict, se rapporte entierement à
la volonté de celuy qui donne: les autres circonstances qui tombent au
bien faire, sont muettes, mortes et casueles. Ce peu luy couste plus à
donner, qu’à sa compaigne son tout. Si en quelque chose la rareté sert
d’estimation, ce doit estre en cecy. Ne regardez pas combien peu c’est,
mais combien peu l’ont, =III=, 220.

Telle a les mœurs desbordées, qui a la volonté plus reformée que n’a
cet’ autre, qui se conduit soubs vne apparence reglee. Comme nous en
voyons, qui se plaignent d’auoir esté vouees à chasteté, auant l’aage
de cognoissance: i’en ay veu aussi, se plaindre veritablement, d’auoir
esté vouees à la desbauche, auant l’aage de cognoissance. Le vice des
parens en peut estre cause: ou la force du besoing, qui est vn rude
conseiller, =III=, 232.

Ie ne sçay si les exploicts de Cæsar et d’Alexandre surpassent en
rudesse la resolution d’vne belle ieune femme, nourrie à nostre
façon, à la lumiere et commerce du monde, battue de tant d’exemples
contraires, se maintenant entiere, au milieu de mille continuelles et
fortes poursuittes. Il n’y a point de faire, plus espineux, qu’est ce
non faire, ny plus actif. Ie trouue plus aysé, de porter vne cuirasse
toute sa vie, qu’vn pucelage, =III=, 218.

C’est donc folie, d’essayer à brider aux femmes vn desir qui leur est
si cuysant et si naturel. Et quand ie les oye se vanter d’auoir leur
volonté si vierge et si froide, ie me moque d’elles. Elles se reculent
trop arriere. Ie suis fort seruiteur de la nayfueté et de la liberté:
mais il n’y a remede, si elle n’est du tout niaise ou enfantine,
elle est inepte, et messeante aux dames en ce commerce: elle gauchit
incontinent sur l’impudence. Leurs desguisements et leurs figures ne
trompent que les sots: le mentir y est en siege d’honneur: c’est vn
destour qui nous conduit à la verité; par une fauce porte, =III=, 228.

Refuser tout abbor, c’est tesmoignage de foiblesse, et accusation de sa
propre facilité: vne dame non tentee, ne se peut venter de sa chasteté,
=III=, 220.

Des violences qui se font à la conscience, la plus à euiter à mon
aduis, c’est celle qui se faict à la chasteté des femmes; d’autant
qu’il y a quelque plaisir corporel, naturellement meslé parmy: et à
cette cause, le dissentement n’y peut estre assez entier; et semble que
la force soit meslée à quelque volonté, =I=, 640.


CHATIMENTS.

Les chastiemens, qui se font auec poix et discretion, se reçoiuent bien
mieux, et auec plus de fruit, de celuy qui les souffre, =II=, 608.


CHOSES.

Nous sçauons les choses en songe, et les ignorons en verité, =II=, 226.

Combien y a il de choses peu vray-semblables, tesmoignees par gens
dignes de foy, desquelles si nous ne pouuons estre persuadez, au moins
les faut-il laisser en suspens, =I=, 292.

Assez de choses peuuent estre et auoir esté, desquelles nostre discours
ne sçauroit fonder la nature et les causes, =II=, 130.

La foiblesse de nostre condition, fait que les choses en leur
simplicité et pureté naturelle ne puissent pas tomber en nostre
vsage. Les elemens que nous iouyssons, sont alterez: et les metaux de
mesme, et l’or, il le faut empirer par quelque autre matiere, pour
l’accommoder à nostre seruice, =II=, 536.

Les gloses augmentent les doubtes et l’ignorance: il ne se voit aucun
liure, soit humain soit diuin, sur qui le monde s’embesongne, duquel
l’interpretation face tarir la difficulté: il se sent par experience,
que tant d’interpretations dissipent la verité et la rompent,
=III=, 604.

L’humaine cognoissance, acheminée par les sens, peut iuger des causes
des choses iusques à certaine mesure, mais estant arriuée aux causes
extremes et premieres, il faut qu’elle s’arreste et qu’elle rebouche:
à cause ou de sa foiblesse, ou de la difficulté des choses. Elle a
certaines mesures de puissance, outre lesquelles c’est temerité de
l’employer, =II=, 336.

Les choses qui sont à nostre cognoissance les plus grandes, nous les
iugeons estre les extremes que nature face en ce genre, =I=, 290.

Les choses dequoy on se moque, on les estime sans prix, =I=, 556.

Si n’est-ce pas entierement mesdire de quelque chose, d’y trouuer des
deffauts: il s’en trouue en toutes choses, pour belles et desirables
qu’elles soyent, =III=, 320.

Les hommes sont tourmentez par les opinions qu’ils ont des choses, non
par les choses mesmes, =I=, 440.

La nouvelleté des choses nous incite plus que leur grandeur, à en
rechercher les causes, =I=, 290.

De toutes choses les naissances sont foibles et tendres. Pourtant
faut-il auoir les yeux ouuerts aux commencements. Car comme lors en sa
petitesse, on n’en descouure pas le danger, quand il est accreu, on
n’en descouure plus le remede, =III=, 516.

Peu de gens faillent: notamment aux choses malaysées à persuader,
d’affermer qu’ils l’ont veu: ou d’alleguer des tesmoins, desquels
l’authorité arreste notre contradiction. Suyuant cet vsage, nous
sçauons les fondemens, et les moyens, de mille choses qui ne furent
onques. Et s’escarmouche le monde, en mille questions, desquelles, et
le pour et le contre, est faux, =III=, 528.

Combien de choses nous seruoyent hyer d’articles de foy, qui nous sont
fables auiourd’huy? =I=, 296.

Pour iuger des choses grandes et haultes, il faut un’ ame de mesme,
autrement nous leur attribuons le vice, qui est le nostre. Il n’importe
pas seulement qu’on voye la chose, mais comment on la voye, =I=, 474.

Les choses à part elles, ont peut estre leurs poids et mesures, et
conditions: mais au dedans, en nous, nostre ame les leur taille comme
elle l’entend. La mort est effroyable à Cicero, desirable à Caton,
indifferente à Socrates, =I=, 554.

Les choses ne sont pas si douloureuses, ny difficiles d’elles mesmes:
mais nostre foiblesse et lascheté les fait telles, =I=, 474.

Des choses incommodes, il n’en est aucune si laide et vitieuse et
euitable, qui ne puisse deuenir acceptable par quelque condition et
accident, tant l’humaine posture est vaine, =III=, 200.


CIVILITÉ.

Non seulement chasque païs, mais chasque cité et chasque vacation a sa
ciuilité particuliere. La nostre Françoise a quelques formes penibles,
lesquelles pourueu qu’on oublie par discretion, non par erreur, on n’en
a pas moins de grace. I’ay veu souuent des hommes inciuils par trop de
ciuilité, et importuns de courtoisie, =I=, 84.

Pour moy ie retranche en ma maison autant que ie puis de la cerimonie.
Quelqu’vn s’en offence: qu’y ferois-ie? Il vaut mieux que ie l’offence
pour vne fois, que moy tous les iours: ce seroit vne subiection
continuelle. A quoy faire fuit-on la seruitude des cours, si on
l’entraîne iusques en sa taniere? =I=, 84.

C’est inciuilité à vn Gentil-homme de partir de sa maison, comme il
se faict le plus souuent, pour aller au deuant de celuy qui le vient
trouuer, pour grand qu’il soit: et il est plus respectueux et ciuil de
l’attendre, pour le receuoir, ne fust que de peur de faillir sa route;
il suffit de l’accompagner à son partement, =I=, 84.

C’est vne regle commune en toutes assemblees, qu’il touche aux moindres
de se trouuer les premiers à l’assignation, d’autant qu’il est mieux
deu aux plus apparens de se faire attendre, =I=, 84.

C’est au demeurant vne tres-vtile science que la science de
l’entregent. Elle est, comme la grace et la beauté, conciliatrice des
premiers abords de la societé et familiarité, =I=, 86.

Entre les masles depuis que l’altercation de la prerogatiue au marcher
ou à se seoir, passe trois repliques, elle est inciuile, =III=, 444.


COLÈRE.

Il n’est passion qui esbranle tant la sincerité des iugements, que
la cholere. Pendant que le pouls nous bat, et que nous sentons de
l’esmotion, remettons la partie: les choses nous sembleront à la verité
autres, quand nous serons r’accoisez et refroidis. Au trauers d’elle,
les fautes nous apparoissent plus grandes, comme les corps au trauers
d’vn brouillas, =II=, 608.

La tempeste ne s’engendre que de la concurrence des choleres, qui se
produisent volontiers l’vne de l’autre, et ne naissent en vn poinct.
Donnons à chacune sa course, nous voyla tousiours en paix. Vtile
ordonnance, mais de difficile execution, =II=, 618.

C’est vn’ arme de nouuel vsage: nous remuons les autres armes, ceste cy
nous remue: nostre main ne la guide pas, c’est elle qui guide nostre
main: elle nous tient, nous ne la tenons pas, =II=, 618.

C’est vne passion qui se plaist en soy, et qui se flatte. Combien de
fois nous estans esbranlez soubs vne fauce cause, si on vient à nous
presenter quelque bonne deffence ou excuse, nous despitons nous contre
la verité mesme et l’innocence, =II=, 612.

On incorpore la cholere en la cachant: Il vaut mieux qu’elle agisse au
dehors, que de la plier contre nous, =II=, 616.

La philosophie veut qu’au chastiement des offences receuës, nous en
distrayons la cholere: non afin que la vengeance en soit moindre,
ains au rebours, afin qu’elle en soit d’autant mieux assenee et
plus poisante. A quoy il luy semble que cette impetuosité porte
empeschement. Non seulement la cholere trouble: mais de soy, elle lasse
aussi les bras de ceux qui chastient. Ce feu estourdit et consomme leur
force, =III=, 494.

L’espander en empesche l’effect et le poids. La criaillerie temeraire
et ordinaire, passe en vsage, et fait que chacun la mesprise, =II=, 616.


COMBAT.

Le but et la visée, non seulement d’vn Capitaine, mais de chasque
soldat, doit regarder la victoire en gros; et que nulles occurrences
particulieres, quelque interest qu’il ayt, ne le doiuent diuertir de ce
point là, =I=, 504.


COMMANDEMENT.

Il n’appartient de commander à homme, qui ne vault mieux que ceux à qui
il commande, =I=, 488.


COMPASSION.

La plus commune façon d’amollir les cœurs de ceux qu’on a offencez,
lors qu’ayans la vengeance en main, ils nous tiennent à leur mercy,
c’est de les esmouuoir par submission, à commiseration et à pitié:
toutesfois la brauerie, la constance, et la resolution, moyens tous
contraires, ont quelquesfois seruy à ce mesme effet, =I=, 16.


CONDUITE (FORTUNE).

C’est vne absoluë perfection, et comme diuine, de sçauoir iouyr
loyallement de son estre. Nous cherchons d’autres conditions, pour
n’entendre l’vsage des nostres: et sortons hors de nous, pour ne
sçauoir quel il y faict. Si auons nous beau monter sur des eschasses,
sur des eschasses encores faut-il marcher de nos iambes, =III=, 702.

L’apreté et la violence des desirs, empesche plus, qu’elle ne sert à la
conduite de ce qu’on entreprend. Nous remplit d’impatience enuers les
euenemens, ou contraires, ou tardifs: et d’aigreur et de soupçon enuers
ceux, auec qui nous negotions, =III=, 492.

Nous ne conduisons iamais bien la chose de laquelle nous sommes
possedez et conduicts. Celuy qui n’y employe que son iugement, et son
addresse, il y procede plus gayement: il feint, il ploye, il differe
tout à son aise, selon le besoing des occasions: il faut d’atteinte,
sans tourment, et sans affliction, prest et entier pour vne nouuelle
entreprise: il marche tousiours la bride à la main. En celuy qui est
enyuré de cette intention violente et tyrannique, on voit par necessité
beaucoup d’imprudence et d’iniustice. L’impetuosité de son desir
l’emporte. Ce sont mouuements temeraires, et, si Fortune n’y preste
beaucoup, de peu de fruit, =III=, 492.

Le jeune doit faire ses apprests, le vieil en iouïr, disent les sages.
Et le plus grand vice qu’ils remerquent en nous, c’est que noz desirs
raieunissent sans cesse. Nous auons le pied à la fosse, et noz appetis
et poursuites ne font que naistre, =II=, 588.

Ne pouuant regler les euenements, ie me regle moy-mesme: et m’applique
à eux, s’ils ne s’appliquent à moy, =II=, 486.

Qui fait bien principalement pour sa propre satisfaction, ne s’altere
guere pour voir les hommes iuger de ses actions contre son merite,
=III=, 510.

Pour me sentir engagé à vne forme, ie n’y oblige pas le monde, comme
chascun fait, et croy, et conçoy mille contraires façons de vie,
=I=, 398.

I’ayme les malheurs tous purs, qui ne m’exercent et tracassent plus,
apres l’incertitude de leur rabillage: et qui du premier saut me
poussent droictement en la souffrance. L’horreur de la cheute me
donne plus de fiebure que le coup. Le ialoux, a plus mauuais conte
que le cocu. Et y a moins de mal souuent, à perdre sa vigne, qu’à la
plaider. La plus basse marche, est la plus ferme: c’est le siege de
la constance. Vous n’y auez besoing que de vous. Elle se fonde là, et
appuye toute en soy, =II=, 488.

Pour souffrir l’importunité des accidents contraires, ausquels nous
sommes subjects, ie nourris autant que ie puis en moy cett’ opinion:
m’abandonnant du tout à la Fortune, de prendre toutes choses au pis; et
ce pis là, me resoudre à le porter doucement et patiemment, =II=, 486.

I’aiguise mon courage vers la patience, ie l’affoiblis vers le desir,
=III=, 322.

Ie m’attache à ce que ie voy, et que ie tiens, et ne m’eslongue guerre
du port, =II=, 490.

En tous deuoirs de la vie, la route de ceux qui visent à l’honneur, est
bien diuerse à celle que tiennent ceux qui se proposent l’ordre et la
raison, =III=, 514.

Qui ne participe au hasard et difficulté, ne peut pretendre interest à
l’honneur et plaisir qui suit les actions hazardeuses, =III=, 328.

Si ce qu’on a, suffit à maintenir la condition en laquelle on est nay,
et dressé, c’est folie d’en lascher la prise, sur l’incertitude de
l’augmenter, =II=, 490.

Celuy à qui la Fortune refuse dequoy planter son pied, et establir vn
estre tranquille et reposé, il est pardonnable s’il iette au hazard ce
qu’il a, puis qu’ainsi comme ainsi la necessité l’enuoye à la queste,
=II=, 490.


CONFÉRENCE.

Aux disputes et conferences, tous les mots qui nous semblent bons, ne
doiuent pas incontinent estre acceptez. La plus part des hommes sont
riches d’vne suffisance estrangere. Il peut bien aduenir à tel, de dire
vn beau traict, vne bonne responce et sentence, et la mettre en auant,
sans en cognoistre la force, =III=, 360.


CONFESSION.

Comme en matiere de biens faicts, de mesme en matiere de mesfaicts,
c’est par fois satisfaction. Est-il quelque laideur au faillir, qui
nous dispense de nous en confesser? =III=, 188.

La pire de mes actions et conditions, ne me semble pas si laide, comme
ie trouue laid et lasche, de ne l’oser aduouer. Chacun est discret
en la confession, on le deuroit estre en l’action. La hardiesse de
faillir, est aucunement compensee et bridee, par la hardiesse de le
confesser. Qui s’obligeroit à tout dire s’obligeroit à ne rien faire de
ce qu’on est contraint de taire, =III=, 186.


CONFIANCE.

La fiance de la bonté d’autruy, est un non leger tesmoignage de la
bonté propre, =I=, 472.

Ie me fie aysement à la foy d’autruy: mais mal-aysement le feroi-ie,
lors que ie donrois à iuger l’auoir plustost faict par desespoir et
faute de cœur, que par franchise et fiance de sa loyauté, =I=, 48.


CONNAISSANCE DE SOI-MÊME.

Sauf toy, ô homme, chasque chose s’estudie la premiere, et a selon son
besoin, des limites à ses trauaux et desirs. Il n’en est vne seule
si vuide et necessiteuse que toy, qui embrasses l’vniuers. Tu és le
scrutateur sans cognoissance: le magistrat sans iuridiction: et apres
tout, le badin de la farce, =III=, 482.

Cette opinion et vsance commune, de regarder ailleurs qu’à nous, a bien
pourueu à nostre affaire. C’est vn obiect plein de mescontentement.
Nous n’y voyons que misere et vanité. Pour ne nous desconforter, Nature
a reietté bien à propos, l’action de nostre veuë, au dehors, =III=, 482.

Si l’homme ne se cognoist, comment cognoist-il ses functions et ses
forces? =II=, 338.

Si chacun se regardoit attentiuement, il se trouueroit plein d’inanité
et de fadaise. Nous en sommes tous confits, tant les vns que les
autres. Mais ceux qui le sentent, en ont vn peu meilleur compte: encore
ne sçay-ie, =III=, 482.

Tous les iours et à toutes heures, nous disons d’vn autre ce que nous
dirions plus proprement de nous, si nous sçauions replier aussi bien
qu’estendre nostre consideration, =II=, 38.

De l’experience que i’ay de moy, ie trouue assez dequoy me faire sage,
si i’estoy bon escholier. Qui remet en sa memoire l’excez de sa cholere
passee, et iusque où cette fieure l’emporta, voit la laideur de cette
passion, et en conçoit vne haine plus iuste. Qui se souuient des
maux qu’il a couru, de ceux qui l’ont menassé, des legeres occasions
qui l’ont remué d’vn estat à autre, se prepare par là, aux mutations
futures, et à la recognoissance de sa condition. Escoutons y seulement:
nous nous disons, tout ce, dequoy nous auons principalement besoing.
Qui se souuient de s’estre tant et tant de fois mesconté de son propre
iugement: est-il pas vn sot, de n’en entrer pour iamais en deffiance?
=III=, 616.

Nulle particuliere qualité n’enorgueillira celuy, qui mettra quand et
quand en compte, tant d’imparfaites et foibles qualitez autres, qui
sont en luy, et au bout, la nihilité de l’humaine condition, =I=, 682.

Ce que nous rions des autres aduient à chacun de nous: nul ne cognoist
estre auare, nul conuoiteux: ie ne suis pas sumptueux, disons nous,
mais la ville requiert vne grande despence: ce n’est pas ma faute, si
ie suis cholere, c’est la faute de la ieunesse. Ne cherchons pas hors
de nous nostre mal, il est planté en nos entrailles. Et cela mesme, que
nous ne sentons pas estre malades, nous rend la guerison plus malaisée,
=II=, 566.

En toutes nos fortunes, nous nous comparons à ce qui est au dessus de
nous, et regardons vers ceux qui sont mieux. Mesurons nous à ce qui
est au dessous: il n’en est point de si miserable, qui ne trouue mille
exemples où se consoler, =III=, 402.

Si quelcun s’enyure de sa science, regardant souz soy: qu’il tourne
les yeux au dessus vers les siecles passez, il baissera les cornes, y
trouuant tant de milliers d’esprits, qui se foulent aux pieds, =I=, 682.

Quand i’oy reciter l’estat de quelqu’vn, ie ne m’amuse pas à luy: ie
tourne incontinent les yeux à moy, voir comment i’en suis. Tout ce
qui le touche me regarde. Son accident m’aduertit et m’esueille de ce
costé-là, =II=, 38.

La coustume a faict le parler de soy, vicieux: et le prohibe
obstinéement en hayne de la ventance, qui semble tousiours estre
attachée aux propres tesmoignages. Ie trouue plus de mal que de bien à
ce remede, =I=, 678.

Qui se connoistra bien, qu’il se donne hardiment à connoistre par sa
bouche, =I=, 682.

Il n’est description pareille en difficulté, à la description de
soy-mesmes, ny certes en vtilité. Encore se faut il testonner, encore
se faut il ordonner et renger pour sortir en place, =I=, 678.

Ie tien qu’il faut estre prudent à estimer de soy, et pareillement
conscientieux à en tesmoigner: soit bas, soit haut, indifferemment,
=I=, 680.

De dire de soy plus qu’il n’en y a, ce n’est pas tousiours presomption,
c’est encore souuent sottise, =I=, 682.

De dire moins de soy, qu’il n’y en a, c’est sottise, non modestie: se
payer de moins, qu’on ne vaut, c’est lascheté et pusillanimité,
=I=, 680.


CONSCIENCE.

Les loix de la conscience, que nous disons naistre de nature, naissent
de la coustume, =I=, 168.

En tout et par tout, il y a assés de mes yeux à me tenir en office: il
n’y en a point, qui me veillent de si pres, ny que ie respecte plus,
=I=, 158.

Il n’y a que vous qui sçache si vous estes lache et cruel, ou loyal
et deuotieux: les autres ne vous voyent point, ils vous deuinent par
coniectures incertaines: ils voyent, non tant vostre naturel, que
vostre art. Par ainsi, ne vous tenez pas à leur sentence, tenez vous à
la vostre, =III=, 114.

Aucune cachette ne sert aux meschans, disoit Epicurus, par ce qu’ils ne
se peuuent asseurer d’estre cachez, la conscience les descouurant à eux
mesmes, =I=, 660.

Vne ame courageusement vitieuse, se peut à l’aduenture garnir de
securité: mais de satisfaction, elle ne s’en peut fournir, =III=, 112.

Comme la conscience nous remplit de crainte, aussi fait elle
d’asseurance et de confiance, =I=, 660.

Il n’est bonté, qui ne resiouysse vne nature bien nee. Il y a certes ie
ne sçay quelle congratulation, de bien faire, qui nous resiouit en nous
mesmes, et vne fierté genereuse, qui accompagne la bonne conscience.
Ces tesmoignages plaisent, et nous est grand benefice que cette
esiouyssance naturelle: et le seul payement qui iamais ne nous manque.
De fonder la recompence des actions vertueuses, sur l’approbation
d’autruy, c’est prendre vn trop incertain et trouble fondement,
signamment en vn siecle corrompu et ignorant, comme cettuy-cy: la bonne
estime du peuple est iniurieuse. A qui vous fiez vous, de veoir ce qui
est louable? Dieu me garde d’estre homme de bien, selon la description
que je voy faire tous les iours par honneur à chacun de soy, =III=, 112.

Merueilleux effort de la conscience: elle nous fait trahir, accuser,
et combattre nous mesmes, et à faute de tesmoing estranger, elle nous
produit contre nous, =I=, 658.

Aussi à mesme qu’on prend le plaisir au vice, il s’engendre vn
desplaisir contraire en la conscience, qui nous tourmente de plusieurs
imaginations penibles, veillans et dormans, =I=, 660.

On faut autant à iuger de sa propre besongne, que de celle d’autruy.
Non seulement pour l’affection qu’on y mesle: mais pour n’auoir la
suffisance de la cognoistre et distinguer, =III=, 368.

C’est office de charité, que, qui ne peut oster vn vice en soy, cherche
ce neantmoins à l’oster en autruy: où il peut auoir moins maligne et
reuesche semence. Tousiours l’aduertissement est vray et vtile: mais
si nous auions bon nez, nostre ordure nous deuroit plus puïr, d’autant
qu’elle est nostre, =III=, 348.

Ie ne dis pas, que nul n’accuse, qui ne soit net: car nul n’accuseroit:
voire ny net, en mesme sorte de tache. Mais i’entens, que nostre
iugement chargeant sur vn autre, duquel pour lors il est question, ne
nous espargne pas, d’vne interne et seuere iurisdiction, =III=, 348.

La force de tout conseil gist au temps: les occasions et les matieres
roulent et changent sans cesse. Il y a des parties secrettes aux
obiects, qu’on manie, et indiuinables: signamment en la nature des
hommes: des conditions muettes, sans montre incognues par fois du
possesseur mesme: qui se produisent et esueillent par des occasions
suruenantes. Si ma prudence ne les a peu penetrer et profetizer, ie ne
luy en sçay nul mauuais gré: sa charge se contient en ces limites. Si
l’euenement me bat, et s’il fauorise le party que i’ay refusé: il n’y
a remede, ie ne m’en prens pas à moy, i’accuse ma fortune, non pas mon
ouurage, =III=, 126.


CONSEIL.

Nous deuons aux nostres assiduité de correction et d’instruction: mais
d’aller prescher le premier passant, et regenter l’ignorance ou ineptie
du premier rencontré, c’est vn vsage auquel ie veux grand mal,
=III=, 364.


CONSTANCE.

Le commencement de toute vertu, c’est consultation et deliberation, et
la fin et perfection, constance, =I=, 602.


CONTINENCE.

Il est à l’aduenture plus facile, de se passer nettement de tout le
sexe, que de se maintenir deuëment de tout poinct, en la compagnie de
sa femme, =II=, 646.


CONTRADICTION, CONTRASTE.

Il n’y a raison qui n’en aye vne contraire, =II=, 432.

Nous ne goustons rien de pur, =II=, 536.

Des plaisirs, et biens que nous auons, il n’en est aucun exempt de
quelque meslange de mal et d’incommodité, =II=, 538.

Nostre extreme volupté a quelque air de gemissement, et de plainte.
Diriez vous pas qu’elle se meurt d’angoisse? =II=, 538.

L’extremité du rire se mesle aux larmes, =II=, 538.

La profonde ioye a plus de seuerité, que de gayeté. L’extreme et plein
contentement, plus de rassis que d’enioué. L’aise nous masche,
=II=, 538.

Le trauail et le plaisir, très dissemblables de nature, s’associent
pourtant de ie ne sçay quelle ioincture naturelle, =II=, 538.

Nostre volonté s’aiguise par le contraste: et il n’est rien
naturellement si contraire à nostre goust que la satieté, qui vient
de l’aisance: ny rien qui l’aiguise tant que la rareté et difficulté,
=II=, 432.

Nostre appetit mesprise et outrepasse ce qui luy est en main, pour
courir apres ce qu’il n’a pas. Nous defendre quelque chose, c’est
nous en donner enuie. Nous l’abandonner tout à faict, c’est nous
en engendrer mespris. La faute et l’abondance retombent en mesme
inconuenient, =II=, 434.


CONTRAINTE.

Sauf la santé et la vie, il n’est chose pourquoy ie vueille ronger mes
ongles, et que ie vueill’ acheter au prix du tourment d’esprit et de la
contrainte, =II=, 484.


CONVERSATION.

Le plus fructueux et naturel exercice de nostre esprit, c’est à mon
gré la conference. Et si i’estois à cette heure forcé de choisir, ie
consentirois plustost, ce crois-ie, de perdre la veuë, que l’ouyr ou le
parler, =III=, 322.

L’estude des liures, c’est vn mouuement languissant et foible qui
n’eschauffe point: là où la conference, apprend et exerce en vn coup,
=III=, 322.

L’vnisson, est qualité du tout ennuyeuse en la conference, =III=, 334.

Les vieillards sont dangereux, à qui la souuenance des choses passees
demeure, et ont perdu la souuenance de leurs redites. I’ay veu des
recits bien plaisants, deuenir tres-ennuyeux, chascun de l’assistance
en ayant esté abbreuvé cent fois, =I=, 60.

Ie festoye et caresse la verité en quelque main que ie la trouue, et
m’y rends alaigrement; et pourueu qu’on n’y procede d’vne troigne trop
imperieusement magistrale, ie prends plaisir à estre reprins,
=III=, 336.

Les contradictions des iugemens, ne m’offencent, ny m’alterent: elles
m’esueillent seulement et m’exercent. Nous fuyons la correction, il s’y
faudroit presenter et produire notamment quand elle vient par forme de
conference, non de regence. A chaque opposition, on ne regarde pas si
elle est iuste, mais, à tort ou à droit, comme on s’en deffera. Au lieu
d’y tendre les bras, nous y tendons les griffes, =III=, 334.

Il est malaisé d’attirer les hommes de mon temps à ceder. Ils n’ont pas
le courage de corriger, par ce qu’ils n’ont pas le courage de souffrir
à l’estre. Et parlent tousiours auec dissimulation, en presence les vns
des autres, =III=, 336.

La plus part changent de visage, de voix, où la force leur faut: et par
vne importune cholere, au lieu de se venger, accusent leur foiblesse,
ensemble et leur impatience, =III=, 366.

Quand on me contrarie, on esueille mon attention, non pas ma cholere:
ie m’avance vers celuy qui me contredit, qui m’instruit. La cause de la
verité, deuroit estre la cause commune à l’vn et à l’autre, =III=, 336.

Il faut ne se formalizer point des sottises et fables qui se disent en
notre presence: car c’est vne inciuile importunité de choquer tout ce
qui n’est pas de nostre appetit. Contentons nous de nous corriger nous
mesmes, =I=, 244.

Aux disputes et conferences, tous les mots qui nous semblent bons, ne
doiuent pas incontinent estre acceptez. La plus part des hommes sont
riches d’vne suffisance estrangere. Il peut bien aduenir à tel, de dire
vn beau traict, vne bonne responce et sentence, et la mettre en auant,
sans en cognoistre la force, =III=, 360.

I’oy iournellement dire à des sots, des mots non sots. Ils disent vne
bonne chose: sçachons iusques où ils la cognoissent, voyons par où ils
la tiennent, =III=, 362.

Ces iugemens vniuersels, que ie voy si ordinaires, ne disent rien. I’ay
veu plus souuent que tous les iours, aduenir que les esprits foiblement
fondez, voulants faire les ingenieux à remarquer en la lecture de
quelque ouurage, le point de la beauté: arrestent leur admiration,
d’un si mauuais choix, qu’au lieu de nous apprendre l’excellence de
l’autheur, ils nous apprennent leur propre ignorance, =III=, 362.

Le silence et la modestie sont qualitez tres-commodes à la
conuersation, =I=, 244.

Faire à l’enuy parade de son esprit, et de son caquet, c’est vn mestier
tres-messeant à vn homme d’honneur, =III=, 334.

L’obstination et ardeur d’opinion, est la plus seuere preuue de
bestise, =III=, 364.


COURAGE (FERMETÉ).

Le courage et la hardiesse sont qualitez qui ne tombent aucunement en
ceux qui sont exempts de danger, =III=, 326.

Quand la vertu mesme seroit incarnée, ie croy que le poux luy battroit
plus fort allant à l’assaut, qu’allant disner: voire il est necessaire
qu’elle s’eschauffe et s’esmeuue, =I=, 500.

Il y a des pertes triomphantes à l’enui des victoires, =I=, 370.

Celuy qui tombe obstiné en son courage, il est battu non pas de nous,
mais de la fortune: il est tué, non pas vaincu: les plus vaillans sont
par fois les plus infortunez, =I=, 370.

L’estimation et le prix d’vn homme consiste au cœur et en la volonté:
c’est là où gist son vray honneur, =I=, 370.


COUTUME (HABITUDE, USAGE).

C’est une violente et traistresse maistresse d’escole, que la coustume.
Elle establit en nous, peu à peu, à la desrobée, le pied de son
authorité: mais par ce doux et humble commencement, l’ayant rassis et
planté auec l’ayde du temps, elle nous descouure tantost vn furieux
et tyrannique visage, contre lequel nous n’auons plus la liberté de
hausser seulement les yeux, =I=, 156.

Il n’est rien qu’elle ne face, ou qu’elle ne puisse: et auec raison
l’appelle Pindarus, la Royne et Emperiere du monde, =I=, 168.

Que ne peut elle en nos iugemens et en nos creances? y a il opinion si
bizarre: ie laisse à part la grossiere imposture des religions, dequoy
tant de grandes nations, et tant de suffisants personnages se sont veuz
enyurez: car cette partie estant hors de nos raisons humaines, il est
plus excusable de s’y perdre, à qui n’y est extraordinairement esclairé
par faueur diuine: mais d’autres opinions y en a il de si estranges,
qu’elle n’aye planté et estably par loix és régions que bon luy a
semblé? =I=, 160.

Il ne tombe en l’imagination humaine aucune fantasie si forcenee qui
ne rencontre l’exemple de quelque vsage public, et par consequent que
nostre raison n’estaye et ne fonde, =I=, 160.

Chasque nation a plusieurs coustumes et vsances, qui sont non seulement
incognues, mais farouches et miraculeuses à quelque autre nation,
=II=, 632.

Les subiects ont diuers lustres et diuerses considerations: de là
s’engendre principalement la diuersité d’opinions. Vne nation regarde
vn subiect par vn visage, et s’arreste à celuy là: l’autre par vn
autre, =II=, 376.

Ce qui est hors les gonds de la coustume, on le croid hors les gonds de
la raison: Dieu sçait combien desraisonnablement le plus souuent,
=I=, 170.

Le principal effect de sa puissance, c’est de nous saisir et empieter
de telle sorte, qu’à peine soit-il en nous, de nous r’auoir de sa
prinse, et de r’entrer en nous, pour discourir et raisonner de ses
ordonnances, =I=, 170.

C’est merueille comme la coustume en ces choses indifferentes plante
aisément et soudain le pied de son authorité, =I=, 496.

La pluspart des choses qui nous sont entre mains, c’est plustost
accoustumance, que science, qui nous en oste l’estrangeté, =I=, 290.

Les premieres et vniuerselles raisons sont de difficile perscrutation.
Qui veut les taster se iette d’abordee dans la franchise de la
coustume, =I=, 172.

Qui voudra se deffaire de ce violent preiudice de la coustume, il
trouuera plusieurs choses receuës d’vne resolution indubitable,
qui n’ont appuy qu’en la barbe chenüe et rides de l’vsage, qui les
accompaigne: mais ce masque arraché, rapportant les choses à la verité
et à la raison, il sentira son iugement, comme tout bouleuersé, et
remis pourtant en bien plus seur estat, =I=, 172.

Quand ceux de Crete vouloient au temps passé maudire quelqu’vn, ils
prioient les Dieux de l’engager en quelque mauuaise coustume, =I=, 170.

Il n’est rien en somme si extreme, qui ne se trouue receu par l’vsage
de quelque nation, =II=, 376.

Chacun appelle barbarie, ce qui n’est pas de son vsage, et nous n’auons
autre mire de la verité et de la raison, que l’exemple et idée des
opinions et vsances du païs où nous sommes, =I=, 358.

L’assuefaction endort la veuë de nostre iugement, =I=, 162.

C’est la coustume qui nous fait impossible ce qui ne l’est pas,
=I=, 392.

C’est par l’entremise de la coustume que chascun est contant du lieu où
nature l’a planté, =I=, 170.

C’est vn commun vice, non du vulgaire seulement, mais quasi de tous
hommes, d’auoir leur visée et leur arrest, sur le train auquel ils sont
nais, =I=, 544.

Il n’est supportable, qu’aux grandes ames et illustres de se
priuilegier au dessus de la coustume, =I=, 244.


CRÉDULITÉ (PRÉDICTIONS, MIRACLES).

Il s’engendre beaucoup d’abus au monde: ou pour dire plus hardiment,
tous les abus du monde s’engendrent, de ce, qu’on nous apprend à
craindre de faire profession de nostre ignorance; et sommes tenus
d’accepter, tout ce que nous ne pouuons refuter, =III=, 534.

C’est merueille, de combien vains commencemens, et friuoles causes,
naissent ordinairement fameuses impressions. Cela mesmes en empesche
l’information. Car pendant qu’on cherche des causes, et des fins
fortes, et poisantes, et dignes d’vn si grand nom, on pert les vrayes.
Elles eschapent de nostre veuë par leur petitesse, =III=, 532.

Peu de gens faillent: notamment aux choses malaysées à persuader,
d’affermer qu’ils l’ont veu: ou d’alleguer des tesmoins, desquels
l’authorité arreste notre contradiction. Suyuant cet vsage, nous
sçauons les fondemens, et les moyens, de mille choses qui ne furent
onques, =III=, 528.

Nous ne sommes pas seulement lasches à nous defendre de la piperie:
mais nous cherchons, et conuions à nous y enferrer, =III=, 528.

Quiconque croit quelque chose, estime que c’est ouurage de charité, de
la persuader à vn autre. Et pour ce faire, ne craint point d’adiouster
de son inuention, autant qu’il voit estre necessaire en son compte,
pour suppleer à la resistance et au deffaut qu’il pense estre en la
conception d’autruy, =III=, 530.

L’erreur particuliere, fait premierement l’erreur publique: et à son
tour apres, l’erreur publique fait l’erreur particuliere, =III=, 530.

En choses de pareille qualité, surpassant nostre cognoissance: ie suis
d’aduis, que nous soustenions nostre iugement, aussi bien à reieter,
qu’à receuoir, =III=, 534.


CRITIQUE.

Ie trouue rude de iuger celui là, en qui les mauuaises qualitez
surpassent les bonnes. Platon ordonne trois parties, à qui veut
examiner l’ame d’vn autre: science, bienueillance, hardiesse,
=III=, 624.

Il faict besoin d’oreilles bien fortes, pour s’ouyr franchement iuger.
Et par ce qu’il en est peu, qui le puissent souffrir sans morsure:
ceux qui se hazardent de l’entreprendre enuers nous, nous montrent vn
singulier effect d’amitié. C’est aimer sainement, d’entreprendre à
blesser et offencer, pour profiter, =III=, 624.

La verité mesme, n’a pas ce priuilege, d’estre employee à toute
heure, et en toute sorte: son vsage tout noble qu’il est, a ses
circonscriptions, et limites. Il aduient souuent, comme le monde est,
qu’on la lasche, non seulement sans fruict, mais dommageablement, et
encore iniustement, =III=, 626.


CROYANCE (RELIGION).

Quiconque est creu de ses presuppositions, il est nostre maistre et
nostre Dieu: il prendra le plant de ses fondemens si ample et si aisé,
que par iceux il nous pourra monter, s’il veut, iusques aux nuës,
=II=, 300.

Il est bien aisé sur des fondemens auouez, de bastir ce qu’on veut; car
selon la loy et ordonnance de ce commencement, le reste des pieces du
bastiment se conduit aisément, sans se dementir. Par cette voye nous
trouuons nostre raison bien fondée, et discourons à boule-veuë,
=II=, 300.

Ce qui fait qu’on ne doubte de guere de choses, c’est que les communes
impressions on ne les essaye iamais; on n’en sonde point le pied, où
git la faute et la foiblesse: on ne debat que sur les branches: on
ne demande pas si cela est vray, mais s’il a esté ainsin ou ainsin
entendu. Ainsi se remplit le monde et se confit en fadeze et en
mensonge, =II=, 298.

«Il est besoin que le peuple ignore beaucoup de choses vrayes, et en
croye beaucoup de fausses», disoient Sceuola grand pontife et Varron
grand theologien en leur temps, =II=, 290.


CRUAUTÉ.

I’ay souuent ouy dire, que la coüardise est mere de la cruauté: et si
ay par experience apperçeu, que cette aigreur, et aspreté de courage
malitieux et inhumain, s’accompagne coustumierement de mollesse
feminine. I’en ay veu des plus cruels, subiets à pleurer aiséement, et
pour des causes friuoles, =II=, 568.

Les premieres cruautez s’exercent pour elles mesmes, de là s’engendre
la crainte d’vne iuste reuauche, qui produict apres vne enfileure de
nouuelles cruautez, pour les estouffer les vnes par les autres,
=II=, 580.

La vaillance de qui c’est l’effect de s’exercer seulement contre la
resistance, s’arreste à voir l’ennemy à sa mercy. La pusillanimité,
pour dire qu’elle est aussi de la feste, n’ayant peu se mesler à ce
premier rolle, prend pour sa part le second, du massacre et du sang,
=II=, 568.


DEVOIR.

Il ne faut pas laisser au iugement de chacun la cognoissance de son
deuoir: il le luy faut prescrire, non pas le laisser choisir à son
discours: autrement selon l’imbecillité et varieté infinie de nos
raisons et opinions, nous nous forgerions en fin des deuoirs, qui nous
mettroient à nous manger les vns les autres, =II=, 202.


DÉVOTION (DIEU, PRIÈRES).

Il ne faut mesler Dieu en nos actions qu’auecque reuerence et attention
pleine d’honneur et de respect, =I=, 584.

Nous deuons plus rarement le prier: d’autant qu’il n’est pas aisé,
que nous puissions si souuent remettre nostre ame, en cette assiette
reglée, reformée, et deuotieuse, où il faut qu’elle soit pour ce faire:
autrement nos prieres ne sont pas seulement vaines et inutiles, mais
vitieuses. Pardonne nous, disons nous, comme nous pardonnons à ceux
qui nous ont offencez. Que disons nous par là, sinon que nous luy
offrons nostre ame exempte de vengeance et de rancune? Toutesfois nous
inuoquons Dieu et son ayde, au complot de nos fautes, et le conuions
à l’iniustice. L’auaricieux le prie pour la conseruation vaine et
superflue de ses thresors: l’ambitieux pour ses victoires, et conduite
de sa fortune: le voleur l’employe à son ayde, pour franchir le hazard
et les difficultez, qui s’opposent à l’execution de ses meschantes
entreprinses: ou le remercie de l’aisance qu’il a trouué à desgosiller
vn passant. Au pied de la maison, qu’ils vont escheller ou petarder,
ils font leurs prieres, l’intention et l’esperance pleine de cruauté,
de luxure, et d’auarice, =I=, 590.

Aux vices leur heure, son heure à Dieu, comme par compensation et
composition, =I=, 582.

Il semble, à la verité, que nous nous seruons de nos prieres, comme
d’vn iargon, et comme ceux qui employent les paroles sainctes et
diuines à des sorcelleries et effects magiciens: et que nous facions
nostre compte que ce soit de la contexture, ou son, ou suitte des
motz, ou de nostre contenance, que depende leur effect. Car ayans
l’ame pleine de concupiscence, non touchée de repentance, ny d’aucune
nouuelle reconciliation enuers Dieu, nous luy allons presenter ces
parolles que la memoire preste à nostre langue: et esperons en tirer
vne expiation de nos fautes, =I=, 592.

C’est erreur, de recourir à Dieu en tous nos desseins et entreprises,
et l’appeller à toute sorte de besoing, et en quelque lieu que nostre
foiblesse veut de l’aide, sans considerer si l’occasion est iuste ou
iniuste; et d’escrier son nom, et sa puissance, en quelque estat, et
action que nous soyons, pour vitieuse qu’elle soit, =I=, 578.

Celuy qui appelle Dieu à son assistance, pendant qu’il est dans le
train du vice, il fait comme le coupeur de bourse, qui appelleroit la
iustice à son ayde; ou comme ceux qui produisent le nom de Dieu en
tesmoignage de mensonge, =I=, 592.

Sa iustice et sa puissance sont inseparables. Pour neant implorons nous
sa force en vne mauuaise cause. Il faut auoir l’ame nette, au moins en
ce moment, auquel nous le prions, et deschargée de passions vitieuses:
autrement nous luy presentons nous mesmes les verges dequoy nous
chastier, =I=, 580.

Quelle prodigieuse conscience se peut donner repos, nourrissant en
mesme giste, d’vne societé si accordante et si paisible, le crime et le
iuge? =I=, 582.

L’assiette d’vn homme meslant à vne vie execrable la deuotion, semble
estre aucunement plus condemnable, que celle d’vn homme conforme à soy,
et dissolu par tout, =I=, 580.


DIEU (DÉVOTION, PRIÈRES, RELIGION).

L’humaine raison ne fait que fouruoyer par tout, mais specialement
quand elle se mesle des choses diuines, =II=, 264.

Rien du nostre ne se peut apparier ou rapporter en quelque façon
que ce soit, à la nature diuine, qui ne la tache et marque d’autant
d’imperfection. Cette infinie beauté, puissance, et bonté, comment peut
elle souffrir quelque correspondance et similitude à chose si abiecte
que nous sommes, sans vn extreme interest et dechet de sa diuine
grandeur? =II=, 268.

Timæus ayant à instruire Socrates de ce qu’il sçait des Dieux, du
monde, et des hommes, propose d’en parler comme vn homme à vn homme;
et qu’il suffit, si ses raisons sont probables, comme les raisons d’vn
autre: car les exactes raisons n’estre en sa main, ny en mortelle main,
=II=, 238.

Ie connoy par moi, dit S. Bernard, combien Dieu est incomprehensible,
puis que les pieces de mon estre propre, ie ne les puis comprendre,
=II=, 306.

Nostre arrogance nous remet tousiours en auant cette blasphemeuse
appariation, =II=, 280.

Qu’est-il plus vain, que de vouloir deuiner Dieu par nos analogies et
coniectures: le regler, et le monde, à nostre capacité et à nos loix?
et nous seruir aux despens de la diuinité, de ce petit eschantillon de
suffisance qu’il luy a pleu despartir à nostre naturelle condition? et
par ce que nous ne pouuons estendre nostre veuë iusques en son glorieux
siege, l’auoir ramené ça bas à nostre corruption et à nos miseres?
=II=, 250.

Quand nous disons que l’infinité des siecles tant passez qu’auenir
n’est à Dieu qu’vn instant: que sa bonté, sapience, puissance sont
mesme chose auecques son essence; nostre parole le dit, mais nostre
intelligence ne l’apprehende point. Et toutesfois nostre outrecuidance
veut faire passer la diuinité par nostre estamine. Et de là
s’engendrent toutes les resueries et erreurs, desquelles le monde se
trouue saisi, ramenant et poisant à sa balance, chose si esloignée de
son poix, =II=, 278.

De toutes les opinions humaines et anciennes touchant la religion,
celle là me semble auoir eu plus de vray-semblance et plus d’excuse,
qui recognoissoit Dieu comme vne puissance incomprehensible, origine et
conseruatrice de toutes choses, toute bonté, toute perfection, receuant
et prenant en bonne part l’honneur et la reuerence, que les humains luy
rendoient soubs quelque visage, soubs quelque nom et en quelque maniere
que ce fust, =II=, 250.

Pythagoras adombra la verité de plus pres: iugeant que la cognoissance
de cette cause premiere, et estre des estres, deuoit estre indefinie,
sans prescription, sans declaration: que ce n’estoit autre chose, que
l’extreme effort de nostre imagination, vers la perfection: chacun
en amplifiant l’idée selon sa capacité. Mais l’esprit humain ne se
sçauroit maintenir vaguant en cet infini de pensées informes: il les
luy faut compiler à certaine image à son modelle. La majesté diuine
s’est ainsi pour nous aucunement laissé circonscrire aux limites
corporels, =II=, 250.

A chaque chose, il n’est rien plus cher, et plus estimable que son
estre et chacune rapporte les qualitez de toutes autres choses à
ses propres qualitez. Lesquelles nous pouuons bien estendre et
racourcir, mais c’est tout; car hors de ce rapport, et de ce principe,
nostre imagination ne peut aller, ne peut rien diuiner autre, et
est impossible qu’elle sorte de là, et qu’elle passe au delà. D’où
naissent ces anciennes conclusions. De toutes les formes, la plus belle
est celle de l’homme: Dieu donc est de cette forme. Nulle raison ne
peut loger ailleurs qu’en l’humaine figure: Dieu est donc reuestu de
l’humaine figure, =II=, 286.

Cette attribution à la diuinité d’vne forme corporelle est cause de ce
qui nous aduient tous les iours, d’attribuer à Dieu, les euenements
d’importance, d’vne particuliere assignation. Par ce qu’ils nous
poisent, il semble qu’ils luy poisent aussi, et qu’il y regarde plus
entier et plus attentif, qu’aux euenements qui nous sont legers, ou
d’vne suitte ordinaire. Nostre arrogance nous remet tousiours en auant
cette blasphemeuse appariation, =II=, 278.

Les hommes, dit sainct Paul, sont deuenus fols cuidans estre sages,
et ont mué la gloire de Dieu incorruptible, en l’image de l’homme
corruptible, =II=, 280.


DIEUX.

Il est bien plus aisé de satisfaire, parlant de la nature des Dieux,
que de la nature des hommes: par ce que l’ignorance des auditeurs
preste vne belle et large carriere, et toute liberté, au maniement
d’vne matiere cachee. Il aduient de là, qu’il n’est rien creu si ferme,
=I=, 376.

Il est impossible d’establir quelque chose de certain, de l’immortelle
nature, par la mortelle, =II=, 262.

L’homme ne peut estre que ce qu’il est, ny imaginer que selon sa
portée. C’est grande presomption, dit Plutarque, à ceux qui ne sont
qu’hommes, d’entreprendre de parler et discourir des Dieux, presumant
comprendre par quelque legere coniecture, des effects qui sont hors de
sa cognoissance, =II=, 264.

Sur quel fondement de leur iustice les Dieux peuuent ils recognoistre
et recompenser à l’homme apres sa mort ses actions bonnes et
vertueuses: puis que ce sont eux mesmes, qui les ont acheminées et
produites en luy? Et pourquoy s’offencent ils et vengent sur luy les
vitieuses, puis qu’ils l’ont eux-mesmes produict en cette condition
fautiue, et que d’vn seul clin de leur volonté, ils le peuuent
empescher de faillir? =II=, 262.

Platon en ses loix fait trois sortes d’iniurieuse creance des Dieux,
Qu’il n’y en ayt point, Qu’ils ne se meslent pas de noz affaires,
Qu’ils ne refusent rien à noz vœux, offrandes et sacrifices. La
premiere erreur, selon son aduis, ne dura iamais immuable en homme,
depuis son enfance, iusques à sa vieillesse. Les deux suiuantes peuuent
souffrir de la constance, =I=, 580.

De toutes les religions, que Sainct Paul trouua en credit à Athenes,
celle qu’ils auoyent dediée à vne diuinité cachée et incognue, luy
sembla la plus excusable, =II=, 250.


DIRE ET FAIRE.

Le dire est autre chose que le faire, il faut considerer le presche à
part, et le prescheur à part. C’est sans doubte vne belle harmonie,
quand le faire, et le dire vont ensemble: et ie ne veux pas nier, que
le dire, lors que les actions suyuent, ne soit de plus d’authorité
et efficace: mais vn homme de bonnes mœurs, peut auoir des opinions
faulces, et vn meschant peut prescher verité, voire celuy qui ne la
croit pas, =II=, 610.

Apprenons non à bien dire, mais à bien faire, =I=, 436.


DISSIMULATION.

Ie hay capitalement cette nouuelle vertu de faintise et dissimulation,
qui est à cett’heure si fort en credit: et de tous les vices, ie n’en
trouue aucun qui tesmoigne tant de lascheté et bassesse de cœur,
=II=, 492.


DIVERS.

Tout abbregé sur vn bon liure est vn sot abbregé, =III=, 368.

L’accoustumance, n’est pas chose de peu, =I=, 158.

L’accoustumance est vne seconde nature, et non moins puissante,
=III=, 496.

L’accoustumance à porter le trauail, est accoustumance à porter la
douleur, =I=, 244.

Tu as bien largement affaire chez toy, ne t’esloigne pas, =III=, 486.

Il ne faut pas se precipiter esperduement apres nos affections et
interestz, =III=, 504.

L’affirmation et l’opiniastreté, sont signes exprez de bestise,
=III=, 620.

A combien de sottes ames sert vne mine froide et taciturne, de tiltre
de prudence et de capacité? =III=, 352.

Nostre appetit est irresolu et incertain: il ne sçait rien tenir, ny
rien iouyr de bonne façon, =I=, 566.

Il mesprise et outrepasse ce qui luy est en main, pour courir apres ce
qu’il n’a pas, =I=, 434.

Bien apprentis sont ceux qui syndiquent leur liberté, =I=, 346.

O le vilain et sot estude d’estudier son argent, se plaire à le manier
et recomter! c’est par là, que l’auarice faict ses approches,
=III=, 392.

Les arts qui promettent de nous tenir le corps en santé, et l’ame en
santé, nous promettent beaucoup: mais aussi n’en est-il point, qui
tiennent moins ce qu’elles promettent, =III=, 628.

L’auarice et la profusion ont pareil desir d’attirer et d’acquerir,
=I=, 570.


Les Barbares ne nous sont de rien plus merueilleux que nous sommes à
eux: ny auec plus d’occasion, =I=, 162.

La bestise et la sagesse se rencontrent en mesme poinct de sentiment
et de resolution à la souffrance des accidens humains: les sages
gourmandent et commandent le mal, et les autres l’ignorent, =I=, 570.

On dit: Il ne sçauroit estre bon, puis qu’il n’est pas mauuais aux
meschans. Ou bien ainsi: Il faut bien qu’il soit bon, puis qu’il l’est
aux meschants mesme, =III=, 598.

Chacun en sa chacuniere, =I=, 390.

Quand nous voyons vn homme mal chaussé, nous disons que ce n’est pas
merueille, s’il est chaussetier, =I=, 218.

Rien ne chatouille, qui ne pince, =III=, 564.

La plus grande chose du monde c’est de sçauoir estre à soy, =I=, 418.

La maladie se sent, la santé, peu ou point: ny les choses qui nous
oignent, au prix de celles qui nous poignent, =III=, 520.

Toutes choses ont leur saison, les bonnes et tout. Et ie puis dire mon
patenostre hors de propos, =II=, 586.

Nous admirons et poisons mieux les choses estrangeres que les
ordinaires, =II=, 164.

La difficulté donne prix aux choses, =II=, 434.

L’application aux legeres choses nous retire des iustes, =III=, 270.

La plus part des choses du monde se font par elles mesmes, =III=, 358.

Toutes choses tombent en discretion et modification, =III=, 458.

On me faict haïr les choses vray-semblables, quand on me les plante
pour infaillibles, =III=, 534.

Les choses se guerissent par leurs contraires: le mal guerit le mal,
=I=, 350.

Il n’est chose, en quoy le monde soit si diuers qu’en coustumes et
loix. Telle chose est icy abominable, qui apporte recommandation
ailleurs, =II=, 376.

On commence ordinairement ainsi: Comment est-ce que cela se fait? mais,
se fait-il? faudroit il dire, =III=, 528.

Qui ne peut venir à bout du commencement, ne viendra pas à bout de
la fin. Ny n’en soustiendra la cheute, qui n’en a peu soustenir
l’esbranslement, =III=, 510.

Il y a beaucoup de commodité à n’estre pas si aduisé, =II=, 218.

L’issuë authorise souuent vne tres-inepte conduite, =III=, 354.

La confession genereuse et libre, enerue le reproche, et desarme
l’iniure, =III=, 444.

Ie croy des hommes plus mal aisément la constance que toute autre
chose, et rien plus aisément que l’inconstance, =I=, 602.

Pour mesurer la constance, il faut necessairement sçauoir la
souffrance, =III=, 506.

Tous les iours la sotte contenance d’vn autre, m’aduertit et m’aduise,
=III=, 332.

Nous nous corrigeons aussi sottement souuent, comme nous corrigeons les
autres, =III=, 412.

Comme si nous auions l’attouchement infect, nous corrompons par nostre
maniement les choses qui d’elles mesmes sont belles et bonnes, =I=, 344.

Il ne faut pas croire à chacun, par ce que chacun peut dire toutes
choses, =II=, 358.

Encore faut-il du courage à craindre, =III=, 288.

Ie n’ay point l’authorité d’estre creu, ny ne le desire, me sentant
trop mal instruit pour instruire autruy, =I=, 232.

I’ay peur que nous ayons les yeux plus grands que le ventre, et plus de
curiosité, que nous n’auons de capacité, =I=, 354.

La curiosité de cognoistre les choses, a esté donnée aux hommes pour
fleau, dit la saincte Escriture, =II=, 470.

La defense attire l’entreprise, et la deffiance l’offense, =II=, 438.

Nous defendre quelque chose, c’est nous en donner enuie. Nous
l’abandonner tout à faict, c’est nous en engendrer mespris, =II=, 434.

Il ne faut rien designer de si longue haleine, ou au moins auec telle
intention de se passionner pour en voir la fin, =I=, 120.

Nostre desir s’accroist par la malaisance, =II=, 432.

Au pis aller, courez tousiours par retranchement de despence, deuant la
pauureté, =III=, 382.

Qui est desloyal enuers la verité, l’est aussi enuers le mensonge,
=II=, 494.

Il fait bien piteux, et hazardeux, despendre d’vn autre, =III=, 420.

Nous ne prestons volontiers à la deuotion que les offices, qui flattent
noz passions, =II=, 120.

Les dieux s’esbatent de nous à la pelote, et nous agitent à toutes
mains, =III=, 404.

La difficulté donne prix aux choses, =II=, 434.

Qui establit son discours par brauerie et commandement, montre que la
raison y est foible, =III=, 536.

Il y a encore plus de discours à instruire autruy qu’à estre instruit,
=III=, 160.

Le vray miroir de nos discours, est le cours de nos vies, =I=, 272.

La dissimilitude s’ingere d’elle-mesme en nos ouurages, nul art peut
arriuer à la similitude, =III=, 600.

Il ne nous faut guere de doctrine, pour viure à nostre aise, =III=, 550.

Comme le donner est qualité ambitieuse, et de prerogatiue, aussi est
l’accepter qualité de summission, =III=, 422.

La douleur a quelque chose de non euitable, en son tendre commencement:
et la volupté quelque chose d’euitable en sa fin excessiue, =III=, 692.

Platon veut plus de mal à l’excés du dormir, qu’à l’excés du boire,
=III=, 662.


Les effectz nous touchent, mais les moyens, nullement, =III=, 528.

L’eloquence faict iniure aux choses, qui nous destourne à soy, =I=, 278.

Nous embrassons tout, mais nous n’estreignons que du vent, =I=, 354.

Enfant, tu és venu au monde pour endurer: endure, souffre et tais toy,
=III=, 648.

L’enfance et la decrepitude se rencontrent en imbecillité de cerueau,
=I=, 570.

Nous ne faisons que nous entregloser. Tout fourmille de commentaires:
d’autheurs, il en est grand cherté, =III=, 606.

Les esprits hauts, ne sont de guere moins aptes aux choses basses, que
les bas esprits aux hautes, =III=, 466.

On s’appriuoise à toute estrangeté par l’vsage et le temps, =III=, 532.

Où cuidez-vous pouuoir estre sans empeschement et sans destourbier?
=III=, 458.

Estant peu apprins par les bons exemples, ie me sers des mauuais:
desquels la leçon est ordinaire, =III=, 322.

Ny vne estuue ny vne leçon, n’est d’aucun fruict si elle ne nettoye et
ne decrasse, =III=, 460.

Les euenemens, sont maigres tesmoings, de nostre prix et capacité,
=III=, 356.


Autant se fache le cheuelu comme le chauue, qu’on luy arrache le poil,
=I=, 470.

Il y a moyen de faillir en la solitude, comme en la compagnie, =I=, 428.

Tout ce qui peut estre faict vn autre iour, le peut estre auiourd’huy,
=I=, 118.

Ie ne me mesle pas de dire ce qu’il faut au monde: d’autres assés s’en
meslent: mais ce que i’y fay, =I=, 214.

Toute femme estrangere nous semble honneste femme, =III=, 434.

Les femmes qui communiquent tant qu’on veut leurs pieces à garçonner: à
medeciner, la honte le deffend, =I=, 346.

La fortune a meilleur aduis que nous, =I=, 386.

La fortune se rencontre souuent au train de la raison, =I=, 384.

Plaisante foy, qui ne croid ce qu’elle croid, que pour n’auoir le
courage de le descroireII, 124.


La gloire et la curiosité, sont les fleaux de nostre ame. Cette cy nous
conduit à mettre le nez par tout, et celle là nous defend de rien
laisser irresolu et indecis, =I=, 296.

Le goust des biens et des maux despend en bonne partie de l’opinion que
nous en auons, =I=, 440.


La hastiueté se donne elle mesme la iambe, s’entraue et s’arreste,
=III=, 494.

L’homme qui presume de son sçauoir, ne sçait pas encore que c’est que
sçauoir, =II=, 132.

L’homme n’est non plus instruit de la cognoissance de soy, en la partie
corporelle, qu’en la spirituelle, =II=, 330.

L’homme forge mille plaisantes societez entre Dieu et luy, =II=, 290.

L’honneur, c’est vn priuilege qui tire sa principale essence de la
rareté: et la vertu mesme, =II=, 12.


Qui veut guerir de l’ignorance, il faut la confesser, =III=, 534.

Combien en a rendu de malades la seule force de l’imagination,
=II=, 208.

Nous sommes plus ialoux de nostre interest, que de celuy de nostre
createur, =II=, 206.

Ie ne fay qu’aller et venir: mon iugement ne tire pas tousiours auant,
il flotte, il vague, =II=, 348.

C’est iniustice de se douloir qu’il soit aduenu à quelqu’vn, ce qui
peut aduenir à chacun, =III=, 648.

L’extreme espece d’iniustice, c’est que, ce qui est iniuste, soit tenu
pour iuste, =III=, 558.

Il est force de faire tort en detail, qui veut faire droict en gros; et
iniustice en petites choses, qui veut venir à chef de faire iustice és
grandes, =III=, 612.

L’innocence ciuile, se mesure selon les lieux et saisons, =III=, 468.


Les ieunes se doiuent faire instruire; les hommes s’exercer à bien
faire: les vieux se retirer de toute occupation ciuile et militaire,
viuants à leur discretion, sans obligation à certain office, =I=, 418.

Il ne faut pas iuger les conseils par les euenemens, =III=, 358.

C’est vne mauuaise prouision de païs, que iurisconsultes, et medecins,
=III=, 602.


Nostre licence nous porte tousiours au delà de ce qui nous est
loisible, et permis, =III=, 462.

La licence des iugements, est vn grand destourbier aux grands affaires,
=II=, 454.

Quiconque combat les loix, menace les gents de bien d’escourgées et de
la corde, =I=, 244.

On est assez à temps à sentir le mal, sans l’allonger par le mal de la
peur, =III=, 660.

La tourbe des menus maux, offence plus, que la violence d’vn, pour
grand qu’il soit, =III=, 386.

Seruons nous pour consolation des maux presens, de la souuenance des
biens passez, et appelons à nostre secours vn contentement esuanouy,
pour l’opposer à ce qui nous presse, =II=, 214.


De nos maladies la plus sauuage, c’est mespriser nostre estre,
=III=, 692.

Il n’est pas marchant qui tousiours gaigne, =III=, 366.

La maturité a ses deffaux, comme la verdeur, et pires, =III=, 586.

La meschanceté fabrique des tourmens contre soy, =I=, 660.

Ny les Dieux, ny les gens de bien, dict Platon, n’acceptent le present
d’vn meschant, =I=, 594.

Chacun peut faire bonne mine par le dehors, plein au dedans de fiebure
et d’effroy, =II=, 454.

On se doibt moderer, entre la haine de la douleur, et l’amour de la
volupté, =III=, 484.

Le monde n’est que varieté et dissemblance, =I=, 612.

Qui se faict mort viuant, est subiect d’estre tenu pour vif mourant,
=III=, 442.

Il est incertain où la mort nous attende, attendons la par tout,
=I=, 116.

L’estre mort ne fasche pas, mais ouy bien le mourir, =II=, 426.

La moins premeditee mort, est la plus heureuse, et plus deschargee,
=II=, 576.

Les plus mortes morts sont les plus saines, =I=, 120.

La plus volontaire mort, c’est la plus belle, =I=, 630.

Les morts ie ne les plains guere, et les enuierois plustost; mais ie
plains bien fort les mourans, =II=, 100.

Vne mort courte, est le souuerain heur de la vie humaine, =II=, 424.

Le soing des morts nous est en recommandation, =III=, 474.

A celuy qui disoit à Socrates: Les trente tyrans t’ont condamné à la
mort: Et nature eux, respondit-il, =I=, 142.


Nature peut tout, et fait tout, =I=, 218.

La vie despend de la volonté d’autruy, la mort de la nostre, =I=, 630.

Nature nous a mis au monde libres et desliez, nous nous emprisonnons en
certains destroits, =III=, 428.

Les loix de Nature nous apprennent ce que iustement il nous faut,
=III=, 494.

Tout ce qui vient au reuers du cours de nature, peut estre fascheux:
mais ce, qui vient selon elle, doibt estre tousiours plaint, =III=, 674.

La necessité compose les hommes et les assemble. Cette cousture
fortuite se forme apres en loix, =III=, 398.

Il fait bon auoir bon nom, c’est à dire credit et reputation, =I=, 508.

Le meilleur pretexte de nouuelleté est tres-dangereux, =I=, 178.

De l’obeyr et ceder naist toute autre vertu, comme du cuider, tout
peché, =II=, 204.


L’offence a ses droits outre la iustice, =III=, 442.

L’offence a sans mesure plus d’aigreur, que n’a la perte, =III=, 562.

L’ordre est vne vertu morne et sombre, =III=, 116.

L’orgueil gist en la pensée: la langue n’y peut auoir qu’vne bien
legere part, =I=, 682.

Est l’opiniastreté sœur de la constance, au moins en vigueur et
fermeté, =II=, 628.

L’opiniastreté est plus excusable, que la pusillanimité, =III=, 516.

Toute opinion est assez forte, pour se faire espouser au prix de la
vie, =I=, 446.

Il est impossible de voir deux opinions semblables exactement: non
seulement en diuers hommes, mais en mesme homme, à diuerses heures,
=III=, 604.

Il faut refuser l’opportunité à toute action importune, =II=, 28.


Il y a prou de loy de parler par tout, et pour et contre, =I=, 518.

Le n’oser parler rondement de soy, accuse quelque faute de cœur,
=III=, 372.

Qui n’arreste le partir, n’a garde d’arrester la course, =III=, 510.

La passion nous commande bien plus viuement que la raison, =II=, 660.

La pauureté des biens, est aisée à guerir; la pauureté de l’ame,
impossible, =III=, 496.

Chacun poise sur le peché de son compagnon, et esleue le sien, =I=, 612.

La peur extreme, et l’extreme ardeur de courage troublent également le
ventre, et le laschent, =I=, 568.

Qui a sa pensee à prendre, ne l’a plus à ce qu’il a prins. La
conuoitise n’a rien si propre que d’estre ingrate, =III=, 298.

Qui ne peut d’ailleurs, si se paye de sa bourse, =III=, 522.

Ce qui poincte, touche et esueille mieux, que ce qui plaist, =III=, 332.

Tout ce qui plaist, ne paist pas, =III=, 552.

C’est vne sotte presomption, aller desdeignant et condamnant pour faux,
ce qui ne nous semble pas vray-semblable, =I=, 290.

Il se faut prester à autruy, et ne se donner qu’à soy-mesme, =III=, 484.

La priere me gaigne, la menace me rebute, la faueur me ploye, la
crainte me roydit, =III=, 380.

La prudence et l’amour ne peuuent ensemble, =III=, 276.

La prudence si tendre et circonspecte, est mortelle ennemye des hautes
executions, =I=, 196.


La raison nous ordonne bien d’aller tousiours mesme chemin, mais non
toutesfois mesme train, =I=, 500.

La raison va tousiours torte, boiteuse, et deshanchée: et auec le
mensonge comme auec la verité. Par ainsin, il est malaisé de descouurir
son mescompte, et desreglement, =II=, 346.

Nul ne met en compte publique sa recette: chacun y met son acquest,
=I=, 240.

Nostre religion est faite pour extirper les vices: elle les couure, les
nourrit, les incite, =II=, 122.

La ressemblance ne faict pas tant, vn, comme la difference faict,
autre. Nature s’est obligée à ne rien faire autre, qui ne fust
dissemblable, =III=, 600.

Ie veux estre riche par moy, non par emprunt, =II=, 454.

Rien de noble ne se faict sans hazard, =I=, 196.

Rien n’est extreme, qui a son pareil, =I=, 314.

Il en est sur qui les belles robes pleurent, =III=, 294.

Nostre sagesse n’est que folie deuant Dieu: et de toutes les vanitez la
plus vaine c’est l’homme, =II=, 132.


En beaucoup de sagesse, beaucoup de desplaisir, =II=, 218.

Ce n’est pas sagesse d’escrire à l’enuy de celuy, qui peut proscrire,
=III=, 330.

Il n’est science si arduë que de bien sçauoir viure cette vie,
=III=, 692.

La plus belle science qui soit, c’est la science d’obeir et de
commander, =I=, 222.

L’estude des sciences amollit et effemine les courages, plus qu’il ne
les fermit et aguerrit, =I=, 224.

Combien ay-ie veu de mon temps, d’hommes abestis, par temeraire auidité
de science, =I=, 264.

A quoy la science, à qui n’a plus de teste? =III=, 498.

Toute cognoissance s’achemine en nous par les sens, ce sont nos
maistres, =II=, 390.

On se met souuent sottement en pourpoinct, pour ne sauter pas mieux
qu’en saye, =III=, 410.

D’apprendre qu’on a dit ou fait vne sottise, ce n’est rien que cela. Il
faut apprendre, qu’on n’est qu’vn sot. Instruction bien plus ample, et
importante, =III=, 618.

Qui craint de souffrir, il souffre desia de ce qu’il craint, =III=, 660.

C’est folie de rapporter le vray et le faux à nostre suffisance,
=I=, 288.

Il est bien plus aisé et plus plaisant de suiure, que de guider,
=I=, 488.


Le temps me laisse: sans luy rien ne se possede, =III=, 498.

L’achat donne tiltre au diamant, la difficulté à la vertu, la douleur à
la deuotion, l’aspreté à la medecine, =I=, 464.


Chaque vsage a sa raison, =III=, 454.

L’vsage, conduit selon raison, a plus d’aspreté, que n’a l’abstinence,
=II=, 646.

L’vsage nous faict veoir, vne distinction enorme, entre la deuotion et
la conscience, =III=, 592.


La verité et le mensonge ont leurs visages conformes, le port, le
goust, et les alleures pareilles: nous les regardons de mesme œil,
=III=, 528.

La vertu est qualité plaisante et gaye, =III=, 186.

La vertu n’est pas plus grande, pour estre plus longue: la verité, pour
estre plus vieille, n’est pas plus sage, =II=, 632.

Tel a la veuë claire, qui ne l’a pas droitte: et par consequent void le
bien, et ne le suit pas: et void la science, et ne s’en sert pas,
=I=, 218.

Le vice, n’est que des-reglement et faute de mesure; et par consequent,
il est impossible d’y attacher la constance, =I=, 602.

C’est nostre vice, que nous voyons plus ce qui est dessus nous, que
volontiers, ce qui est dessoubs, =III=, 402.

C’est chose tendre que la vie, et aysee à troubler, =III=, 386.

La deffaillance d’vne vie, est le passage à mille autres vies. Prenons,
sur tout les vieillards: le premier temps opportun qui nous vient,
=III=, 582.

On peut continuer à tout temps l’estude, non pas l’escholage. La sotte
chose, qu’vn vieillard abecedaire, =II=, 588.

La laideur d’vne vieillesse aduouee, est moins vieille, et moins laide
à mon gré, qu’vne autre peinte et lissee, =III=, 282.

Qui abandonne en son propre, le sainement et gayement viure pour en
seruir autruy, prent à mon gré vn mauuais et desnaturé party,
=III=, 492.

Le viure, c’est seruir, si la liberté de mourir en est à dire, =I=, 630.

Qui ne vit aucunement à autruy, ne vit guere à soy, =III=, 490.


DIVERSION.

Peu de chose nous diuertit et destourne: car peu de chose nous tient.
Nous ne regardons gueres les subiects en gros et seuls: ce sont des
circonstances ou des images menues et superficielles qui nous frappent:
et des vaines escorces qui reiallissent des subiects, =III=, 172.


DOULEUR.

La douleur ne tient qu’autant de place en nous, que nous luy en
faisons, =I=, 456.

Tout ainsi que l’ennemy se rend plus aspre à nostre fuite, aussi
s’enorgueillit la douleur, à nous voir trembler soubs elle. Elle se
rendra de bien meilleure composition, à qui luy fera teste: il se faut
opposer et bander contre, =I=, 456.

D’auantage cela nous doit consoler, que naturellement, si la douleur
est violente, elle est courte: si elle est longue, elle est legere,
=I=, 454.

Mon iugement m’empesche bien de regimber et gronder contre les
inconuenients que Nature m’ordonne à souffrir, mais non pas de les
sentir, =III=, 184.

I’ay tousiours trouué ce precepte ceremonieux, qui ordonne si
exactement de tenir bonne contenance et vn maintien desdaigneux, et
posé, à la souffrance des maux. Pourquoi la philosophie se va elle
amusant à ces apparences externes? Qu’elle laisse ce soing aux farceurs
et maistres de rhetorique, qui font tant d’estat de nos gestes. Qu’elle
condone hardiment au mal, cette lascheté voyelle, si elle n’est ny
cordiale, ny stomacale: et preste ses pleintes volontaires au genre
des souspirs, sanglots, palpitations, pallissements, que nature a mis
hors de nostre puissance. Pourueu que le courage soit sans effroy,
les parolles sans desespoir, qu’elle se contente. Qu’importe que nous
tordions nos bras, pourueu que nous ne tordions nos pensées? Si le
corps se soulage en se plaignant, qu’il le face: se tracasse à sa
fantasie, qu’il crie tout à faict, =III=, 26.

Ce que nous deuons craindre principalement en la mort, c’est la douleur
son auant-coureuse coustumiere. Toutesfois ny ce qui va deuant, ny ce
qui vient apres, n’est des appartenances de la mort. Nous nous excusons
faussement. C’est plustost l’impatience de l’imagination de la mort,
qui nous rend impatiens de la douleur: nous la sentons doublement
grieue, de ce qu’elle nous menace de mourir, =I=, 452.


DUEL (ESCRIME).

Qu’est-il plus farouche que de voir vne nation, où par legitime
coustume il y ayt doubles loix, celles de l’honneur, et celles de la
iustice, en plusieurs choses fort contraires: aussi rigoureusement
condamnent celles-là vn demanti souffert, comme celles icy vn demanti
reuanché: par le deuoir des armes, celuy-là soit degradé d’honneur qui
souffre vn’iniure, et par le deuoir ciuil, celuy qui s’en venge encoure
vne peine capitale? qui s’adresse aux loix pour auoir raison d’vne
offense faicte à son honneur, il se deshonnore: et qui ne s’y adresse,
il en est puny et chastié par les loix, =I=, 174.

L’escrime est vn art vtile à sa fin. Mais ce n’est pas proprement
vertu, puis qu’elle tire son appuy de l’addresse, et qu’elle prend
autre fondement que de soy-mesme. L’honneur des combats consiste en la
ialousie du courage, non de la science, =II=, 576.

C’est aussi vne espece de lascheté, qui a introduit en nos combats
singuliers, cet vsage, de nous accompagner de seconds, et tiers, et
quarts. La solitude faisoit peur aux premiers qui l’inuenterent:
car naturellement quelque compagnie que ce soit, apporte confort,
et soulagement au danger. On se seruoit anciennement de personnes
tierces, pour garder qu’il ne s’y fist desordre et desloyauté, et
pour tesmoigner de la fortune du combat. Mais depuis qu’on a pris ce
train, qu’ils s’engagent eux mesmes, quiconque y est conuié, ne peut
honnestement s’y tenir comme spectateur, de peur qu’on ne luy attribue,
que ce soit faute ou d’affection, ou de cœur. Outre l’iniustice d’vne
telle action, et vilenie, d’engager à la protection de vostre honneur,
autre valeur et force que la vostre, ie trouue du desaduantage à vn
homme de bien, et qui pleinement se fie de soy, d’aller mesler la
fortune, à celle d’vn second: chacun court assez de hazard pour soy,
sans le courir encore pour vn autre: et a assez à faire à s’asseurer
en sa propre vertu, pour la deffence de sa vie, sans commettre chose
si chere en mains tierces. Car s’il n’a esté expressement marchandé au
contraire, des quatre, c’est vne partie liée. Si vostre second est à
terre, vous en auez deux sus les bras, =II=, 572.

Nos peres se contentoyent de reuencher vne iniure par vn démenti, vn
démenti par vn coup, et ainsi par ordre. Ils estoient assez valeureux
pour ne craindre pas leur aduersaire, viuant, et outragé. Nous
tremblons de frayeur, tant que nous le voyons en pieds, =II=, 572.


ÉCONOMIE.

Ie vis du iour à la iournée, et me contente d’auoir dequoy suffire
aux besoings presens et ordinaires: aux extraordinaires toutes les
prouisions du monde n’y sçauroyent suffire. Et est follie de s’attendre
que fortune elle mesmes nous arme iamais suffisamment contre soy. C’est
de noz armes qu’il la faut combattre. Les fortuites nous trahiront au
bon du faict, =I=, 472.

Tout compté, il y a plus de peine à garder l’argent qu’à l’acquerir,
=I=, 470.

Mal aysément peut-on establir bornes certaines au desir d’amasser et
arrester vn poinct à l’espargne: on va tousiours grossissant cet amas,
iusques à se priuer vilainement de la iouyssance de ses propres biens:
et l’establir toute en la garde, et n’en vser point, =I=, 470.

Tout homme pecunieux est auaricieux à mon gré, =I=, 470.


ÉDUCATION.

La plus grande difficulté et importance de l’humaine science semble
estre en cet endroit, où il se traitte de la nourriture et institution
des enfans, =I=, 232.

Ce n’est pas raison de nourrir vn enfant au giron de ses parens. Cette
amour naturelle les attendrit trop, et relasche, voire les plus sages,
=I=, 242.

Ne prenez iamais, et donnez encore moins à vos femmes, la charge
de leur nourriture: laissez les former à la fortune, souz des loix
populaires et naturelles: laissez à la coustume, de les dresser à
la frugalité et à l’austerité; qu’ils ayent plustot à descendre de
l’aspreté, qu’à monter vers elle, =III=, 670.

Noz plus grands vices prennent leur ply dés nostre plus tendre enfance,
et nostre principal gouuernement est entre les mains des nourrices.
C’est passetemps aux meres de veoir vn enfant tordre le col à vn
poulet, et s’esbatre à blesser vn chien et vn chat. Et tel pere est
si sot, de prendre à bon augure d’vne ame martiale, quand il voit
son fils gourmer iniurieusement vn païsant, ou vn laquay, qui ne se
defend point: et à gentillesse, quand il le void affiner son compagnon
par quelque malicieuse desloyauté, et tromperie. Ce sont pourtant
les vrayes semences et racines de la cruauté, de la tyrannie, de la
trahyson. Elles se germent là, et s’esleuent apres gaillardement,
et profittent à force entre les mains de la coustume. Et est vne
tres-dangereuse institution, d’excuser ces villaines inclinations, par
la foiblesse de l’aage, et legereté du subiect, =I=, 158.

La laideur de la piperie ne depend pas de la difference des escutz aux
espingles: elle depend de soy. Ie trouue bien plus iuste de conclurre
ainsi: Pourquoy ne tromperoit il aux escutz, puisqu’il trompe aux
espingles? que, ce n’est qu’aux espingles: il n’auroit garde de le
faire aux escutz, =I=, 158.

Les ieux des enfants ne sont pas ieux: et les faut iuger en eux, comme
leurs plus serieuses actions, =I=, 158.

Les meres ont raison de tancer leurs enfans, quand ils contrefont les
borgnes, les boiteux, et les bicles, et tels autres defauts de la
personne: car outre ce que le corps ainsi tendre en peut receuoir vn
mauuais ply, il semble que la Fortune se ioüe à nous prendre au mot:
et i’ay ouy reciter plusieurs exemples de gens deuenus malades ayant
dessigné de feindre l’estre, =II=, 564.

Ce nous est grande simplesse d’abandonner les enfans au gouuernement
et à la charge de leurs peres, au lieu d’en commettre aux loix
la discipline, tout en vn Estat despendant de leur education et
nourriture? =II=, 606.

A vn enfant de maison, qui recherche les lettres, non pour le gaing ny
tant pour les commoditez externes, que pour les sienes propres, et pour
s’en enrichir et parer au dedans, ayant plustost enuie d’en reussir
habil’homme, qu’homme sçauant, ie voudrois qu’on fust soigneux de luy
choisir vn conducteur, qui eust plustot la teste bien faicte, que
bien pleine: et qu’on y requist tous les deux, mais plus les mœurs et
l’entendement que la science, =I=, 236.

A son eleue, il dira ce que c’est que scauoir et ignorer, qui doit
estre le but de l’estude: que c’est que vaillance, temperance, et
iustice: ce qu’il y a à dire entre l’ambition et l’auarice: la
seruitude et la subiection, la licence et la liberté: à quelles marques
on congnoit le vray et solide contentement: iusques où il faut craindre
la mort, la douleur et la honte. Quels ressors nous meuuent, et le
moyen de tant diuers branles en nous. Car il me semble que les premiers
discours, dequoy on luy doit abreuuer l’entendement, ce doiuent estre
ceux, qui reglent ses mœurs et son sens, qui luy apprendront à se
cognoistre, et à sçauoir bien mourir et bien viure, =I=, 254.

Puis que la Philosophie est ce qui instruict à viure, et que l’enfance
y a sa leçon, comme les autres aages, pourquoy ne la luy communique
lon? On nous apprend à viure, quand la vie est passée. Cent escoliers
ont pris la verolle auant que d’estre arriuez à leur leçon d’Aristote
de la temperance, =I=, 262.

Vn enfant en est capable au partir de la nourrisse, beaucoup mieux que
d’apprendre à lire ou escrire. La philosophie a des discours pour la
naissance des hommes, comme pour la decrepitude, =I=, 262.

Les Perses apprenoient la vertu à leurs enfans, comme les autres
nations font les lettres, =I=, 220.

On demandoit à Agesilaus ce qu’il seroit d’aduis, que les enfans
apprinsent: Ce qu’ils doiuent faire estans hommes, respondit-il,
=I=, 222.

C’est vne grande simplesse d’aprendre à nos enfans, la science des
astres et le mouuement de la huictiesme sphere, auant que les leurs
propres, =I=, 254.

On ne cesse de criailler à leurs oreilles comme qui verseroit dans vn
antonnoir; et leur charge ce n’est que redire ce qu’on leur a dit. Ie
voudrois que nostre gouuerneur corrigeast cette partie; et que de belle
arriuee, selon la portee de l’ame, qu’il a en main, il commençast à la
mettre sur la montre, luy faisant gouster les choses, les choisir, et
discerner d’elle mesme. Quelquefois luy ouurant le chemin, quelquefois
le luy laissant ouurir. Ie ne veux pas qu’il inuente, et parle seul: ie
veux qu’il escoute son disciple parler à son tour. Socrates, et depuis
Arcesilaus, faisoient premierement parler leurs disciples, et puis ils
parloient à eux, =I=, 236.

Qu’il ne luy demande pas seulement compte des mots de sa leçon, mais du
sens et de la substance. Et qu’il iuge du profit qu’il aura fait, non
par le tesmoignage de sa memoire, mais de sa vie. Que ce qu’il viendra
d’apprendre, il le luy face mettre en cent visages, et accommoder à
autant de diuers subiects, pour voir s’il l’a encore bien pris et bien
faict sien, =I=, 238.

Les abeilles pillotent deçà delà les fleurs, mais elles en font apres
le miel qui est tout leur; ce n’est plus thin, ny mariolaine. Ainsi les
pieces empruntees d’autruy, il les transformera et confondra, pour en
faire vn ouurage tout sien: à sçauoir son iugement, son institution,
son trauail et estude ne vise qu’à le former, =I=, 240.

Pour nous apprendre à bien iuger, et à bien parler, il nous faut
exercer à parler et à iuger. A cet apprentissage tout ce qui se
presente à nos yeux, sert de liure suffisant: la malice d’vn page, la
sottise d’vn valet, vn propos de table; le commerce des hommes y est
merueilleusement propre, et la visite des pays estrangers, =I=, 242.

Ce n’est pas à dire que ce ne soit vne belle et bonne chose que le
bien dire: mais non pas si bonne qu’on la faict, et suis despit dequoy
nostre vie s’embesongne toute à cela. Ie voudrois premierement bien
sçauoir ma langue, et celle de mes voisins, où i’ay plus ordinaire
commerce. C’est vn bel et grand agencement sans doubte, que le Grec et
Latin, mais on l’achepte trop cher, =I=, 280.

Qu’on le rende delicat aux chois et triage de ses raisons, et aymant la
pertinence, et par consequent la briefueté. Qu’on l’instruise sur tout
à se rendre, et à quitter les armes à la verité, tout aussi tost qu’il
l’apperceura: soit qu’elle naisse és mains de son aduersaire, soit
qu’elle naisse en luy-mesmes par quelque rauisement, =I=, 246.

Qu’on luy mette en fantasie vne honneste curiosité de s’enquerir de
toutes choses: tout ce qu’il y aura de singulier autour de luy, il le
verra, =I=, 248.

La sottise mesmes, et foiblesse d’autruy luy sera instruction: à
contreroller les graces et façons d’vn chacun, il s’engendrera enuie
des bonnes, et mespris des mauuaises, =I=, 248.

Qu’il luy face tout passer par l’estamine, et ne loge rien en sa teste
par simple authorité, et à credit. Dans cette diuersité de iugemens, il
choisira s’il peut: sinon il en demeurera en doubte, =I=, 238.

S’il embrasse les opinions de Xenophon et de Platon, par son propre
discours, ce ne seront plus les leurs, ce seront les siennes. Qui suit
vn autre, il ne suit rien: il ne trouue rien: voire il ne cerche rien,
=I=, 238.

Nous nous laissons si fort aller sur les bras d’autruy, que nous
aneantissons nos forces, =I=, 122.

La verité et la raison sont communes à vn chacun et ne sont plus à
qui les a dites premierement, qu’à qui les dit apres. Qu’il oublie
hardiment s’il veut, d’où il les tient, mais qu’il se les sache
approprier, =I=, 238.

Qu’il cele tout ce dequoy il a esté secouru, et ne produise que ce
qu’il en a faict. Nul ne met en compte publique sa recette: chacun y
met son acquest, =I=, 240.

Il ne dira pas tant sa leçon, comme il la fera. Il la repetera en ses
actions. On verra s’il y a de la prudence en ses entreprises: s’il y
a de la bonté, de la iustice en ses deportements: s’il a du iugement
et de la grace en son parler: de la vigueur en ses maladies: de la
modestie en ses ieux: de la temperance en ses voluptez: de l’ordre en
son œconomie: de l’indifference en son goust, =I=, 270.

Que sa conscience et sa vertu reluisent en son parler, et n’ayent que
la raison pour conduite. Qu’on luy face entendre, que de confesser la
faute qu’il descouurira en son propre discours, encore qu’elle ne soit
apperceuë que par luy, c’est vn effet de iugement et de sincerité,
qui sont les principales parties qu’il cherche. Que l’opiniatrer
et contester, sont qualitez communes: plus apparentes aux plus
basses ames. Que se r’aduiser et se corriger, abandonner vn mauuais
party, sur le cours de son ardeur, ce sont qualitez rares, fortes et
philosophiques, =I=, 246.

Si son gouuerneur tient de mon humeur, il luy formera la volonté à
estre tres-loyal seruiteur de son Prince, et tres-affectionné, et
tres-courageux: mais il luy refroidira l’enuie de s’attacher autrement
que par vn deuoir publique, =I=, 246.

Que notre disciple soit bien pourueu de choses, les parolles ne
suiuront que trop: il les trainera, si elles ne veulent suiure. I’en oy
qui s’excusent de ne se pouuoir exprimer; et font contenance d’auoir
la teste pleine de plusieurs belles choses, mais à faute d’eloquence,
ne les pouuoir mettre en euidence: c’est vne baye. Sçauez vous à mon
aduis que c’est que cela? ce sont des ombrages, qui leur viennent de
quelques conceptions informes, qu’ils ne peuuent démesler et esclarcir
au dedans, ny par consequent produire au dehors, =I=, 272.

Cette institution se doit conduire par vne seuere douceur, non comme
il se fait. Au lieu de conuier les enfans aux lettres, on ne leur
presente à la verité, qu’horreur et cruauté. Ostez moy la violence et
la force; il n’est rien à mon aduis qui abatardisse et estourdisse si
fort vne nature bien née. Si vous auez enuie qu’il craigne la honte et
le chastiement, ne l’y endurcissez pas. Endurcissez le à la sueur et
au froid, au vent, au soleil et aux hazards qu’il luy faut mespriser.
Ostez luy toute mollesse et delicatesse au vestir et coucher, au manger
et au boire: accoustumez le à tout: que ce ne soit pas vn beau garçon
et dameret, mais vn garçon vert et vigoureux, =I=, 266.

I’accuse toute violence en l’education d’vne ame tendre, qu’on dresse
pour l’honneur, et la liberté: et tiens que ce qui ne se peut faire
par la raison, et par prudence, et addresse, ne se fait iamais par la
force, =II=, 26.

Ie n’ay veu autre effect aux verges, sinon de rendre les ames plus
lasches, ou plus malitieusement opiniastres, =II=, 26.

Il faut regler l’ame à son deuoir par raison, non par necessité et par
le besoin, ny par rudesse et par force, =II=, 26.

Pour tout cecy, ie ne veux pas qu’on emprisonne ce garçon, ie ne veux
pas qu’on l’abandonne à la colere et humeur melancholique d’vn furieux
maistre d’escole: ie ne veux pas corrompre son esprit, à le tenir à
la gehenne et au trauail, quatorze ou quinze heures par iour, comme
vn portefaiz. Ny ne trouueroye bon, quand par quelque complexion
solitaire et melancholique, on le verroit adonné d’vne application trop
indiscrette à l’estude des liures, qu’on la luy nourrist. Cela les
rend ineptes à la conuersation ciuile, et les destourne de meilleures
occupations. Et combien ay-ie veu de mon temps, d’hommes abestis, par
temeraire auidité de science? =I=, 264.

A la verité nous voyons encores qu’il n’est rien si gentil que les
petits enfans en France: mais ordinairement ils trompent l’esperance
qu’on en a conceuë et hommes faicts, on n’y voit aucune excellence.
I’ay ouy tenir à gens d’entendement, que ces colleges où on les enuoie,
les abrutissent ainsin, =I=, 264.

Au nostre, vn cabinet, vn iardin, la table, et le lict, la solitude, la
compagnie, le matin et le vespre, toutes heures luy seront vnes: toutes
places luy seront estude: car la philosophie, qui, comme formatrice des
iugements et des mœurs, sera sa principale leçon, a ce priuilege, de se
mesler par tout, =I=, 264.

Ie retombe volontiers sur ce discours de l’ineptie de nostre
institution. Elle a eu pour sa fin, de nous faire, non bons et sages,
mais sçauans: elle y est arriuée. Elle ne nous a pas appris de suyure
et embrasser la vertu et la prudence: mais elle nous en a imprimé la
deriuation et l’etymologie. Nous sçauons decliner vertu, si nous ne
sçauons l’aymer. Si nous ne sçauons que c’est que prudence par effect,
et par experience, nous le sçauons par iargon et par cœur, =II=, 516.

Ceux qui, comme nostre vsage porte, entreprenent d’vne mesme leçon et
pareille mesure de conduite, regenter plusieurs esprits de si diuerses
mesures et formes: ce n’est pas merueille, si en tout vn peuple
d’enfants, ils en rencontrent à peine deux ou trois, qui rapportent
quelque iuste fruit de leur discipline, =I=, 236.

Il faut s’enquerir qui est mieux sçauant, non qui est plus sçauant.
Nous ne trauaillons qu’à remplir la memoire, et laissons l’entendement
et la conscience vuide, =I=, 208.

Que mon guide se souuienne où vise sa charge; et qu’il n’imprime pas
tant à son disciple, la date de la ruine de Carthage, que les mœurs de
Hannibal et de Scipion: ny tant où mourut Marcellus, que pourquoy il
fut indigne de son deuoir, qu’il mourust là. Qu’il ne luy apprenne pas
tant les histoires, qu’à en iuger, =I=, 248.

Les inclinations naturelles s’aident et fortifient par institution:
mais elles ne se changent gueres et surmontent. Mille natures, de mon
temps, ont eschappé vers la vertu, ou vers le vice, au trauers d’vne
discipline contraire. On n’extirpe pas ses qualités originelles, on les
couure, on les cache, =III=, 120.

Les ieux mesmes et les exercices seront vne bonne partie de l’estude:
la course, la lucte, la musique, la danse, la chasse, le maniement
des cheuaux et des armes. Ie veux que la bien-seance exterieure, et
l’entre-gent, et la disposition de la personne se façonne quant et
quant l’ame. Ce n’est pas vne ame, ce n’est pas vn corps qu’on dresse,
c’est vn homme, il n’en faut pas faire à deux. Et comme dit Platon, il
ne faut pas les dresser l’vn sans l’autre, mais les conduire également,
comme vne couple de cheuaux attelez à mesme timon, =I=, 266.

Ce n’est pas assez que nostre institution ne nous gaste pas, il faut
qu’elle nous change en mieux, =I=, 216.

Ce sont natures belles et fortes qui se maintiennent au trauers d’vne
mauuaise institution, =I=, 216.

Vne bonne institution change le iugement et les mœurs, =II=, 516.

Il faut apprendre soigneusement aux enfants de haïr les vices de leur
propre contexture, et leur en faut apprendre la naturelle difformité,
à ce qu’ils les fuient non en leur action seulement, mais sur tout en
leur cœur: que la pensee mesme leur en soit odieuse, quelque masque
qu’ils portent, =I=, 158.

Le corps est encore souple, on le doit à cette cause plier à toutes
façons et coustumes: et pourueu qu’on puisse tenir l’appetit et la
volonté soubs boucle, qu’on rende hardiment vn ieune homme commode à
toutes nations et compagnies, voire au desreglement et aux excés, si
besoing est. Son exercitation suiue l’vsage. Qu’il puisse faire toutes
choses, et n’ayme à faire que les bonnes, =I=, 268.

Il n’est rien qu’on doiue tant recommander à la ieunesse, que
l’actiueté et la vigilance. Nostre vie n’est que mouuement, =III=, 660.

Qui par souhait ne trouue plus plaisant et plus doux, reuenir poudreux
et victorieux d’un combat, que de la paulme ou du bal, auec le prix
de cet exercice: ie n’y trouue autre remede, sinon qu’on le mette
patissier: fust il fils d’vn Duc, =I=, 260.

Vn ieune homme, doit troubler ses regles, pour esueiller sa vigueur;
la garder de moisir et de s’apoltronir. Et n’est train de vie, si sot
et si debile, que celuy qui se conduict par ordonnance et discipline.
Il se reiettera souuent aux excez mesme, s’il m’en croit: autrement,
la moindre desbauche le ruyne. Il se rend incommode et des-aggreable
en conuersation. La plus contraire qualité à vn honneste homme, c’est
la delicatesse et obligation à certaine façon particuliere. Et elle
est particuliere, si elle n’est ployable, et soupple. Il y a de la
honte, de laisser à faire par impuissance, ou de n’oser, ce qu’on voit
faire à ses compaignons. Par tout ailleurs, il est indecent: mais il
est vitieux et insupportable à vn homme de guerre, lequel se doit
accoustumer à toute diuersité, et inegalité de vie, =III=, 636.

Voicy mes leçons: Celuy-là y a mieux proffité, qui les fait, que qui
les sçait. Si vous le voyez, vous l’oyez: si vous l’oyez, vous le
voyez, =I=, 270.

Le guain de nostre estude, c’est en estre deuenu meilleur et plus sage,
=I=, 240.


ÉLOQUENCE.

En la vertu parliere, ie ne trouue pas grand choix, entre ne sçauoir
dire que mal, ou ne sçauoir rien que bien dire, =I=, 434.

Vn rhetoricien du temps passé, disoit que son mestier estoit, de choses
petites les faire paroistre et trouuer grandes. C’est vn cordonnier qui
sçait faire de grands souliers à vn petit pied, =I=, 558.

Au don d’éloquence, nous voyons que les vns ont la facilité et la
promptitude, et ce qu’on dit, le boutehors si aisé, qu’à chasque bout
de champ ils sont prests: les autres plus tardifs ne parlent iamais
rien qu’elabouré et premedité. En ces deux diuers aduantages, le tardif
seroit mieux Prescheur, ce me semble, et l’autre mieux Aduocat, =I=, 68.

La part de l’Aduocat est plus difficile que celle du Prescheur: et
nous trouuons pourtant ce m’est aduis plus de passables Aduocats que
Prescheurs, au moins en France. Il semble que ce soit plus le propre de
l’esprit, d’auoir son operation prompte et soudaine, et plus le propre
du iugement, de l’auoir lente et posée, =I=, 70.

Fy de l’eloquence qui nous laisse enuie de soy, non des choses,
=I=, 436.

C’est vn vtil inuenté pour manier et agiter vne tourbe, et vne commune
desreglée: et est vtil qui ne s’employe qu’aux Estats malades, comme la
medecine, =I=, 558.

En ceux où le vulgaire, où les ignorans, où tous ont tout peu, comme
celuy d’Athenes, de Rhodes, et de Rome, et où les choses ont esté en
perpetuelle tempeste, là ont afflué les orateurs, =I=, 560.

Les republiques qui se sont maintenuës en vn estat reglé et bien
policé, elles n’ont pas faict grand compte d’orateurs. Ariston definit
sagement la rhetorique, science à persuader le peuple: Socrates,
Platon, art de tromper et de flatter. Et ceux qui le nient en la
generale description le verifient par tout, en leurs preceptes: ils
font estat de tromper nostre iugement, et d’abastardir et corrompre
l’essence des choses, =I=, 558.

L’eloquence a fleury le plus à Rome lors que les affaires ont esté en
plus mauuais estat, et que l’orage des guerres ciuiles les agitoit;
comme vn champ libre et indompté porte les herbes plus gaillardes.
Il semble par là que les polices, qui dépendent d’vn Monarque, en
ont moins de besoin que les autres: car la bestise et facilité, qui
se trouue en la commune, et qui la rend subiecte à estre maniée et
contournée par les oreilles, au doux son de cette harmonie, sans venir
à poiser et connoistre la verité des choses par la force de raison;
cette facilité, dis-ie, ne se trouue pas si aisément en vn seul, et
est plus aisé de le garentir par bonne institution et bon conseil, de
l’impression de cette poison, =I=, 560.


ENFANTS.

Vne vraye affection et bien reglée pour nos enfants deuroit naistre, et
s’augmenter auec la cognoissance qu’ils nous donnent d’eux, =II=, 22.

Ie n’ay iamais estimé qu’estre sans enfans, fust vn defaut qui deust
rendre la vie moins complete, et moins contente. La vacation sterile,
a bien aussi ses commoditez. Les enfans sont du nombre des choses, qui
n’ont pas fort dequoy estre desirées. Et si ont iustement dequoy estre
regrettées, à qui les perd, apres les auoir acquises, =III=, 478.

Il faut colloquer les enfans, non selon les facultez de leur pere, mais
selon les facultez de leur ame, =I=, 262.


ESCRIME (DUEL).

L’escrime est vn art vtile à sa fin, duquel la cognoissance a grossi
le cœur à aucuns, outre leur mesure naturelle. Mais ce n’est pas
proprement vertu, puis qu’elle tire son appuy de l’addresse, et qu’elle
prend autre fondement que de soy-mesme. En mon enfance, la noblesse
fuyoit la reputation de bon escrimeur comme iniurieuse: et se desroboit
pour l’apprendre, comme mestier de subtilité, desrogeant à la vraye et
naïfue vertu. Cet exercice, est d’autant moins noble, qu’il ne regarde
qu’vne fin priuée: qui nous apprend à nous entreruyner, contre les loix
et la iustice: et qui en toute façon, produict tousiours des effects
dommageables, =II=, 576.


ESPÉRANCE.

Toutes choses sont esperables à vn homme pendant qu’il vit, =I=, 636.

O la courageuse faculté que l’esperance: qui en vn subiect mortel,
et en vn moment, va vsurpant l’infinité, l’immensité, et remplissant
l’indigence de son maistre, de la possession de toutes les choses qu’il
peut imaginer et desirer, autant qu’elle veut! Nature nous a là donné
vn plaisant iouët, =I=, 514.


ESPRIT.

C’est vn grand ouurier de miracles que l’esprit humain, =II=, 362.

Il est malaisé de lui donner bornes: il est curieux et auide, et n’a
point occasion de s’arrester plus tost à mille pas qu’à cinquante,
=II=, 338.

Sur ce mesme fondement qu’auoit Heraclitus, et cette sienne sentence,
Que toutes choses auoyent en elles les visages qu’on y trouuoit,
Democritus en tiroit vne toute contraire conclusion: c’est que les
subiects n’auoient du tout rien de ce que nous y trouuions: et de ce
que le miel estoit doux à l’vn, et amer à l’autre, il argumentoit,
qu’il n’estoit ny doux, ny amer, =II=, 388.

C’est vne espineuse entreprinse, et plus qu’il ne semble, de suyure
vne alleure si vagabonde, que celle de nostre esprit: de penetrer les
profondeurs opaques de ses replis internes: de choisir et arrester tant
de menus airs de ses agitations, =I=, 678.

Ce que ma force ne peut descouurir, ie ne laisse pas de le sonder et
essayer: et en retastant et pestrissant cette nouuelle matiere, la
remuant et l’eschauffant, i’ouure à celuy qui me suit, quelque facilité
pour en iouyr plus à son ayse, et la luy rends plus soupple, et plus
maniable. Autant en fera le second au tiers: qui est cause que la
difficulté ne me doit pas desesperer; ny aussi peu mon impuissance, car
ce n’est que la mienne. L’homme est capable de toutes choses, comme
d’aucunes, =II=, 338.

Les hommes mescognoissent cette maladie naturelle de leur esprit. Il ne
faict que fureter et quester; et va sans cesse, tournoyant, bastissant,
et s’empestrant, en sa besogne: comme nos vers à soye, et s’y estouffe.
Ce n’est rien que foiblesse particuliere, qui nous faict contenter de
ce que d’autres, ou que nous mesmes auons trouué en cette chasse de
cognoissance: vn plus habile ne s’en contentera pas. Il y a tousiours
place pour vn suiuant, ouy et pour nous mesmes, et route par ailleurs.
Il n’y a point de fin en nos inquisitions. Nostre fin est en l’autre
monde, =III=, 606.

C’est vn outrageux glaiue à son possesseur mesme, que l’esprit, à
qui ne sçait s’en armer ordonnément et discrettement. Et n’y a point
de beste, à qui il faille plus iustement donner des orbieres, pour
tenir sa veuë subjecte, et contrainte deuant ses pas; et la garder
d’extrauaguer ny çà ny là, hors les ornieres que l’vsage et les loix
luy tracent, =II=, 334.

C’est un vtil vagabond, dangereux et temeraire: il est malaisé d’y
ioindre l’ordre et la mesure: il s’empesche soy mesmes, =II=, 334.

Nous ne sommes ingenieux qu’à nous mal mener: c’est le vray gibbier de
la force de nostre esprit: dangereux vtil en desreglement, =III=, 254.

Ie hay vn esprit hargneux et triste, qui glisse par dessus les plaisirs
de sa vie, et s’empoigne et paist aux malheurs, =III=, 186.

Les esprits, voire pareils en force, ne sont pas tousiours pareils en
application et en goust, =III=, 376.


ESSAIS.

Si ces Essays estoient dignes, qu’on en iugeast, il en pourroit
aduenir à mon aduis, qu’ils ne plairoient guere aux esprits communs
et vulgaires, ny guere aux singuliers et excellens: ceux-là n’y
entendroient pas assez, ceux-cy y entendroient trop: ils pourroient
viuoter en la moyenne region, =I=, 572.

Et quand personne ne me lira, ay-ie perdu mon temps, de m’estre
entretenu tant d’heures oisiues, à pensements si vtiles et aggreables?
=II=, 524.

Combien de fois m’a cette besongne diuerty de cogitations ennuieuses?
Et doiuent estre comptées pour ennuyeuses toutes les friuoles,
=II=, 524.

Il n’est subiect si vain, qui ne merite vn rang en cette rapsodie,
=I=, 84.

Ie parle de tout, et de rien par maniere d’aduis. Ie ne serois pas si
hardy à parler, s’il m’appartenoit d’en estre creu, =III=, 540.

Ie discours selon moy, non ce que ie croy selon Dieu, d’vne façon
laïque, non clericale: mais tousiours tres-religieuse. Comme les
enfants proposent leurs essays, instruisables, non instruisants,
=I=, 590.

Ie sçay bien que fort peu de gens rechigneront à la licence de mes
escrits, qui n’ayent plus à rechigner à la licence de leur pensee. Ie
me conforme bien à leur courage: mais i’offence leurs yeux, =III=, 186.


ÉTAT (GOUVERNEMENT).

Toute domination populaire me semble la plus naturelle et équitable,
=I=, 38.

A l’aduis d’Anacharsis le plus heureux estat d’vne police, seroit où
toutes autres choses estants esgales, la precedence se mesureroit à la
vertu, et le rebut au vice, =I=, 494.

Non par opinion, mais en verité, l’excellente et meilleure police, est
à chacune nation, celle soubs laquelle elle s’est maintenuë. Sa forme
et commodité essentielle depend de l’vsage. Nous nous desplaisons
volontiers de la condition presente. Mais ie tiens pourtant, que
d’aller desirant le commandement de peu, en vn estat populaire: ou en
la monarchie, vne autre espece de gouuernement, c’est vice et folie,
=III=, 398.

Les maladies et conditions de nos corps, se voyent aussi aux estats
et polices: les royaumes, les republiques naissent, fleurissent et
fanissent de vieillesse, comme nous, =II=, 554.

Nostre police se porte mal. Il en a esté pourtant de plus malades, sans
mourir, =III=, 404.

Il est bien aysé d’accuser d’imperfection vne police: car toutes choses
mortelles en sont pleines: il est bien aysé d’engendrer à vn peuple le
mespris de ses anciennes obseruances: iamais homme n’entreprint cela,
qui n’en vinst à bout: mais d’y restablir vn meilleur estat en la place
de celuy qu’on a ruiné, à cecy plusieurs se sont morfondus, de ceux qui
l’auoient entreprins, =II=, 508.

Rien ne presse vn estat que l’innouation: le changement donne seul
forme à l’iniustice, et à la tyrannie. Quand quelque piece se
démanche, on peut l’estayer: on peut s’opposer à ce que l’alteration
et corruption naturelle à toutes choses, ne nous esloigne trop de nos
commencemens et principes. Mais d’entreprendre à refondre vne si grande
masse, et à changer les fondements d’vn si grand bastiment, c’est à
faire à ceux qui pour descrasser effacent: qui veulent amender les
deffauts particuliers, par vne confusion vniuerselle, et guarir les
maladies par la mort, =III=, 400.

Au reste, ie me suis ordonné d’oser dire tout ce que i’ose faire: et me
deplaist des pensees mesmes impubliables, =III=, 186.

Ceux qui donnent le branle à vn Estat, sont volontiers les premiers
absorbez en sa ruine. Le fruict du trouble ne demeure guere à celuy qui
l’a esmeu; il bat et brouille l’eaue d’autres pescheurs, =I=, 178.

Tout ce qui branle ne tombe pas. La contexture d’vn si grand corps
tient à plus d’vn clou. Il tient mesme par son antiquité: comme les
vieux bastimens, ausquels l’aage a desrobé le pied, sans crouste et
sans cyment, qui pourtant viuent et soustiennent en leur propre poix,
=III=, 404.

Heureux peuple, qui fait ce qu’on commande, mieux que ceux qui
commandent, sans se tourmenter des causes, =II=, 508.

Le monde est inepte à se guarir. Il est si impatient de ce qui le
presse, qu’il ne vise qu’à s’en deffaire, sans regarder à quel prix.
Il se guarit ordinairement à ses despens: la descharge du mal present,
n’est pas guarison, s’il n’y a en general amendement de condition,
=III=, 400.

Quiconque propose seulement d’emporter ce qui le masche, il demeure
court: car le bien ne succede pas necessairement au mal: vn autre mal
luy peut succeder; et pire, =III=, 400.

Qui se doit desesperer de sa condition, voyant les secousses et
mouuemens dequoy l’estat de Rome fut agité, et qu’il supporta?
=III=, 404.

La foiblesse de nostre condition, nous pousse souuent à cette
necessité, de nous seruir de mauuais moyens pour vne bonne fin,
=II=, 556.

Epaminondas ne pensoit pas qu’il fust loisible pour recouurer mesmes
la liberté de son pays, de tuer vn homme sans cognoissance de cause,
=III=, 20.

Nous sommes subiects à vne repletion d’humeurs soit de bonnes, soit
de mauuaises, qui est l’ordinaire cause des maladies. De semblable
repletion se voyent les estats souuent malades: et a lon accoustumé
d’vser de diuerses sortes de purgation: tantost on donne congé à vne
grande multitude de familles, pour en descharger le païs, lesquelles
vont chercher ailleurs où s’accommoder aux despens d’autruy, tantost on
se rejette en la guerre estrangere, =II=, 554.

Vne guerre estrangere est vn mal bien plus doux que la ciuile: mais ie
ne croy pas que Dieu fauorisast vne si iniuste entreprise, d’offencer
et quereler autruy pour nostre commodité, =II=, 556.


ÉTAT MILITAIRE (PROFESSION).

Il n’est occupation plaisante comme la militaire: occupation et noble
en execution (car la plus forte, genereuse, et superbe de toutes
les vertus, est la vaillance) et noble en sa cause. Il n’est point
d’vtilité, ny plus iuste, ny plus vniuerselle, que la protection du
repos, et grandeur de son pays. La compagnie de tant d’hommes vous
plaist, nobles, ieunes, actifs: la veuë ordinaire de tant de spectacles
tragiques: la liberté de cette conuersation, sans art, et vne façon de
vie, masle et sans ceremonie; la varieté de mille actions diuerses:
cette courageuse harmonie de la musique guerriere, qui vous entretient
et eschauffe, et les oreilles et l’ame: l’honneur de cet exercice: son
aspreté mesme et sa difficulté, =III=, 662.

La mort est plus abiecte, plus languissante, et penible dans vn lict,
qu’en vn combat: les fiebures et les caterrhes, autant douloureux et
mortels, qu’vne harquebuzade, =III=, 664.


EXPÉRIENCE.

Il n’est desir plus naturel que le desir de cognoissance. Nous essayons
tous les moyens qui nous y peuuent mener. Quand la raison nous faut,
nous y employons l’experience qui est vn moyen de beaucoup plus foible
et plus vil, =III=, 598.

Comme nul euenement et nulle forme, ressemble entierement à vne autre,
aussi ne differe l’vne de l’autre entierement. Ingenieux meslange de
Nature. Si nos faces n’estoient semblables, on ne sçauroit discerner
l’homme de la beste: si elles n’estoient dissemblables, on ne sçauroit
discerner l’homme de l’homme. Toutes choses se tiennent par quelque
similitude. Tout exemple cloche. Et la relation qui se tire de
l’experience, est tousiours defaillante et imparfaicte. On ioinct
toutesfois les comparaisons par quelque bout, =III=, 608.

Mais la consequence que nous voulons tirer de la conference
des euenements, est mal seure, d’autant qu’ils sont tousiours
dissemblables. Il n’est aucune qualité si vniuerselle, en cette image
des choses, que la diuersité et varieté, =III=, 600.

Quel que soit doncq le fruict que nous pouuons auoir de l’experience, à
peine seruira beaucoup à nostre institution, celle que nous tirons des
exemples estrangers, si nous faisons si mal nostre profit, de celle,
que nous auons de nous mesme, qui nous est plus familiere: et certes
suffisante à nous instruire de ce qu’il nous faut, =III=, 644.


FATALITÉ.

Parmy noz autres disputes, celle du _fatum_, s’y est meslée: et pour
attacher les choses aduenir et nostre volonté mesme, à certaine et
ineuitable necessité, on est encore sur cet argument, du temps passé:
Puis que Dieu preuoit toutes choses deuoir ainsin aduenir, comme il
fait, sans doubte: il faut donc qu’elles aduiennent ainsin. A quoy noz
maistres respondent, que le voir que quelque chose aduienne, comme
nous faisons, et Dieu de mesmes (car tout luy estant present, il voit
plustost qu’il ne preuoit) ce n’est pas la forcer d’aduenir: voire nous
voyons, à cause que les choses aduiennent, et les choses n’aduiennent
pas, à cause que nous voyons. L’aduenement fait la science, non la
science l’aduenement. Ce que nous voyons aduenir, aduient: mais
il pouuoit autrement aduenir: et Dieu, au registre des causes des
aduenements qu’il a en sa prescience, y a aussi celles qu’on appelle
fortuites, et les volontaires, qui despendent de la liberté qu’il a
donné à nostre arbitrage, et sçait que nous faudrons, par ce que nous
auons voulu faillir, =II=, 598.


FEMME (AMOUR, MARIAGE, MÉNAGE).

C’est vn doux commerce, que celuy des belles et honnestes femmes: mais
c’est commerce où il se faut tenir vn peu sur ses gardes: et notamment
ceux en qui le corps peut beaucoup. C’est folie d’y attacher toutes ses
pensees, et s’y engager d’vne affection furieuse et indiscrete,
=III=, 148.

C’est vne desplaisante coustume, et iniurieuse aux dames, d’auoir à
prester leurs leures, à quiconque a trois valets à sa suitte, pour
mal plaisant qu’il soit. Et nous mesme n’y gaignons guere: car comme
le monde se voit party, pour trois belles, il nous en faut baiser
cinquante laides. Et à vn estomach tendre, vn mauuais baiser en surpaie
vn bon, =III=, 258.

Cette loy qui leur commande de nous abominer, par ce que nous les
adorons, et nous hayr de ce que nous les aymons, est cruelle, ne fust
que de sa difficulté, =III=, 220.

Qu’elles se dispensent vn peu de la ceremonie, qu’elles entrent en
liberté de discours sur l’amour, nous ne sommes qu’enfans au prix
d’elles, en cette science. Oyez leur representer nos poursuittes
et nos entretiens: elles vous font bien cognoistre que nous ne leur
apportons rien, qu’elles n’ayent sçeu et digeré sans nous: il n’est
ny parole, ny exemple, ny démarche qu’elles ne sçachent mieux que nos
liures. C’est vne discipline qui naist dans leurs veines, que ces
bons maistres d’escole, nature, ieunesse, et santé, leur soufflent
continuellement dans l’ame. Elles n’ont que faire de l’apprendre, elles
l’engendrent, =III=, 208.

Celle qui est eschappee bagues sauues, d’vn escolage libre, apporte
bien plus de fiance de soy, que celle qui sort saine, d’vne escole
seuere et prisonniere, =III=, 262.

A vne femme desraisonnable, il ne couste non plus de passer par
dessus vne autre. Elles s’ayment le mieux où elles ont plus de tort.
L’iniustice les alleche: comme les bonnes, l’honneur de leurs actions
vertueuses, =II=, 42.

I’en ay veu, qui desrobboit gros à son mary, pour, disoit-elle à
son confesseur, faire ses aulmosnes plus grasses. Fiez vous à cette
religieuse dispensation, =II=, 36.

Il n’y a aucune d’elles, pour malotrüe qu’elle soit, qui ne pense estre
bien aymable, et ne se recommande par son aage, ou par son poil, ou par
son mouuement (car de laides vniuersellement, il n’en est non plus que
de belles), =III=, 150.

Elles n’ont pas tort du tout, quand elles refusent les regles de vie,
qui sont introduites au monde: d’autant que ce sont les hommes qui les
ont faictes sans elles, =III=, 204.

Nos peres dressoient la contenance de leurs filles à la honte et à
la crainte (les courages et les desirs tousiours pareils), nous à
l’asseurance: nous n’y entendons rien, =III=, 262.

Vne femme estoit alors estimée assez sçauante, quand elle sçauoit
mettre difference entre la chemise et le pourpoint de son mary,
=I=, 216.

Les anciens Gaulois estimoient à extrême reproche d’auoir eu
accointance de femme, auant l’aage de vingt ans: d’autant que les
courages s’amollissent et diuertissent par l’accouplage des femmes,
=II=, 28.

Ce n’est pas tant pudeur, qu’art et prudence, qui rend nos dames
si circonspectes, à nous refuser l’entrée de leurs cabinets, auant
qu’elles soyent peintes et parées pour la montre publique, =II=, 196.

Elles couurent leur sein d’vn reseul, les prestres plusieurs choses
sacrees, les peintres ombragent leur ouurage, pour luy donner plus de
lustre. Il y a certaines autres choses qu’on cache pour les montrer,
=III=, 254.

Les femmes ont tort de nous recueillir de ces contenances mineuses,
querelleuses et fuyardes, qui nous esteignent en nous allumant. La
femme qui couche auec vn homme, doit auec sa cotte laisser quant et
quant la honte, et la reprendre auec sa cotte, =I=, 140.

Selon la loy que Nature leur donne, ce n’est pas proprement à elles de
vouloir et desirer: leur rolle est souffrir, obeyr, consentir. Nature
leur a donné vne perpetuelle capacité; à nous, rare et incertaine.
Elles ont tousiours leur heure, afin qu’elles soyent tousiours prestes
à la nostre, =III=, 264.

Ie loue la gradation et la longueur, en la dispensation de leurs
faueurs: en toute espece d’amour, la facilité et promptitude est
interdicte aux tenants, =III=, 264.

Se conduisant en leur dispensation, ordonnement et mesurement, elles
pipent bien mieux nostre desir, et cachent le leur. Qu’elles fuyent
tousiours deuant nous, ie dis celles mesmes qui ont à se laisser
attraper: elles nous battent mieux en fuyant, comme les Scythes,
=III=, 264.

Ce que nous craignons le moins chez la femme, est à l’auanture le plus
à craindre. Leurs pechez muets sont les pires, =III=, 228.

Tout beau et honneste que vous estes, quand vous aurez failly vostre
pointe, n’en concluez pas incontinent vne chasteté inuiolable en vostre
maistresse: ce n’est pas à dire que le muletier n’y trouue son heure,
=I=, 604.

Vne femme se peut rendre à tel personnage, que nullement elle ne
voudroit auoir espousé: ie ne dy pas pour les conditions de la fortune,
mais pour celles mesmes de la personne, =III=, 202.

C’est vn vilain desreglement, qui les pousse si souuent au change, et
les empesche de fermir leur affection en quelque subiect que ce soit:
mais si est-il vray, que c’est contre la nature de l’amour, s’il n’est
violant, et contre la nature de la violance, s’il est constant,
=III=, 264.

Ie ne conseille aux Dames, d’appeler honneur, leur deuoir. Leur deuoir
est le marc: leur honneur n’est que l’escorce. Et ne leur conseille de
nous donner cette excuse en payement de leur refus: l’offence et enuers
Dieu, et en la conscience, seroit aussi grande de le desirer que de
l’effectuer. Toute personne d’honneur choisit de perdre plus tost son
honneur, que de perdre sa conscience, =II=, 464.

Il est tousiours procliue aux femmes de disconuenir à leurs maris.
Elles saisissent à deux mains toutes couuertures de leur contraster: la
premiere excuse leur sert de pleniere iustification, =II=, 36.

Ceux qui ont à negocier auec des femmes testues, peuuent auoir essayé à
quelle rage on les iette, quand on oppose à leur agitation, le silence
et la froideur, et qu’on desdaigne de nourrir leur courroux. Elles ne
se courroucent, qu’affin qu’on se contre-courrouce, à l’imitation des
loix de l’amour, =II=, 614.

Nul maniement leur semble auoir assez de dignité, s’il vient de
la concession du mary. Il faut qu’elles l’vsurpent ou finement ou
fierement, et tousiours iniurieusement, pour luy donner de la grace et
de l’authorité, =II=, 36.

Il faut laisser bonne partie de leur conduite, à leur propre
discretion: car ainsi comme ainsi n’y a il discipline qui les sçeut
brider de toutes parts, =II=, 262.

En nostre siecle, elles reseruent plus communément, à estaller leurs
bons offices, enuers leurs maris perdus: Tardif tesmoignage, et hors
de saison. Elles preuuent plustost par là, qu’elles ne les ayment
que morts. La vie est pleine de combustion, le trespas d’amour, et
de courtoisie. Elles ont beau s’escheueler et s’esgratigner. Leur
rechigner est odieux aux viuans, et vain aux morts. Nous dispenserons
volontiers qu’on rie apres, pourueu qu’on nous rie pendant la vie.
Est-ce pas de quoy resusciter de despit: qui m’aura craché au nez
pendant que i’estoy, me vienne frotter les pieds, quand ie ne suis
plus? S’il y a quelque honneur à pleurer les maris, il n’appartient
qu’à celles qui leur ont ry: celles qui ont pleuré en la vie, qu’elles
rient en la mort, au dehors comme au dedans. Aussi, ne regardez pas
à ces yeux moites, et à cette piteuse voix: regardez ce port, ce
teinct, et l’embonpoinct de ces iouës, soubs ces grands voiles: c’est
par là qu’elle parle François. Il en est peu, de qui la santé n’aille
en amendant, qualité qui ne sçait pas mentir. Cette ceremonieuse
contenance ne regarde pas tant derriere soy, que deuant; c’est acquest,
plus que payement, =II=, 662.

La plus part de leurs deuils sont artificiels et ceremonieux. On y
procede mal, quand on s’oppose à cette passion: car l’opposition les
pique et les engage plus auant à la tristesse. On exaspere le mal par
la ialousie du debat, =III=, 158.

Nous sommes quasi par tout iniques iuges de leurs actions, comme elles
sont des nostres, =III=, 264.

Il n’est passion plus pressante, que cette cy, à laquelle nous
voulons qu’elles resistent seules: non simplement, comme à vn vice de
sa mesure: mais comme à l’abomination plus qu’à l’irreligion et au
parricide: et nous nous y rendons cependant sans coulpe et reproche,
=III=, 206.

On les leurre en somme, et acharne, par tous moyens. Nous eschauffons
et incitons leur imagination sans cesse, et puis nous crions au ventre,
=III=, 216.

Nous les traictons inconsiderément en cecy, apres que nous auons
cogneu, qu’elles sont sans comparaison plus capables et ardentes aux
effects de l’amour que nous, =III=, 204.

De la trahison commune et ordinaire des hommes d’auiourd’huy, il
aduient, ce que nous montre l’experience: c’est qu’elles se r’allient
et reiettent à elles mesmes, ou entre elles, pour nous fuyr: ou bien
qu’elles se rengent aussi de leur costé, à cet exemple que nous leur
donnons: qu’elles iouent leur part de la farce, et se prestent à cette
negociation, sans passion, sans soing et sans amour, =III=, 150.

Il en est, qui ayment mieux prester cela, que leur coche: et qui ne se
communiquent, que par là, =III=, 260.

Les masles et femelles, sont iettez en mesme moule, sauf l’institution
et l’vsage, la difference n’y est pas grande. Il n’y a pas de
distinction entre leur vertu et la nostre. Il est bien plus aisé
d’accuser l’vn sexe, que d’excuser l’autre, =III=, 286.


FERMETÉ (COURAGE).

La loy de la resolution et de la constance ne porte pas que nous ne
nous deuions couurir, autant qu’il est en nostre puissance, des maux
et inconueniens qui nous menassent, ny par consequent d’auoir peur
qu’ils nous surpreignent. Au rebours, tous moyens honnestes de se
garentir des maux, sont non seulement permis, mais louables. Et le ieu
de la constance se iouë principalement à porter de pied ferme, les
inconueniens où il n’y a point de remede, =I=, 78.


FESTIN.

En vn festin il ne faut pas tant regarder ce qu’on mange, qu’auec
qui on mange. Il n’est point de si doux apprest, ny de sauce si
appetissante, que celle qui se tire de la societé, =III=, 676.

Varro demande cecy au conuiue: l’assemblée de personnes belles de
presence, et aggreables de conuersation, qui ne soyent ny muets ny
bauards: netteté et delicatesse aux viures, et au lieu: et le temps
serein, =III=, 684.


FLATTERIE.

C’est vn plaisir fade et nuisible, d’auoir affaire à gens qui nous
admirent et facent place, =III=, 338.


FOLIE.

On a raison d’appeller folie tout eslancement, tant loüable soit-il,
qui surpasse nostre propre iugement et discours. D’autant que la
sagesse est vn maniment reglé de nostre ame, et qu’elle conduit auec
mesure et proportion, et s’en respond, =I=, 628.

Qui ne sçait combien est imperceptible le voisinage d’entre la folie
auec les gaillardes eleuations d’vn esprit libre; et les effects d’vne
vertu supreme et extraordinaire, =II=, 210.

Dequoy se fait la plus subtile folie que de la plus subtile sagesse?
Comme des grandes amitiez naissent des grandes inimitiez, des santez
vigoreuses les mortelles maladies: ainsi des rares et vifues agitations
de noz ames, les plus excellentes manies, et plus detraquées: il n’y a
qu’vn demy tour de cheuille à passer de l’vn à l’autre, =II=, 210.

I’ay quelque opinion de l’enuers de cette sentence, que qui aura esté
vne fois bien fol, ne sera nulle autre fois bien sage, =III=, 290.


FORTUNE.

La fortune ne nous fait ny bien ny mal: elle nous en offre seulement
la matiere et la semence laquelle nostre ame, plus puissante qu’elle,
tourne et applique comme il luy plaist: seule cause et maistresse de sa
condition heureuse ou malheureuse, =I=, 474.

Il est malaisé és actions humaines, de donner regle si iuste par
discours de raison, que la Fortune n’y maintienne son droict, =I=, 656.

Et de vray en toutes republiques on a tousiours laissé bonne part
d’auctorité au sort, =I=, 76.

Les biens de la fortune tous tels qu’ils sont, encores faut il auoir le
sentiment propre à les sauourer. C’est le iouïr, non le posseder, qui
nous rend heureux, =I=, 486.

L’inconstance du bransle diuers de la fortune, fait qu’elle nous doiue
presenter toute espece de visages, =I=, 384.

On s’apperçoit ordinairement aux actions du monde, que la fortune,
pour nous apprendre, combien elle peut en toutes choses: et qui
prent plaisir à rabattre nostre presomption: n’ayant peu faire les
mal-habiles sages, elle les fait heureux: à l’enuy de la vertu. Et
se mesle volontiers à fauoriser les executions, où la trame est plus
purement sienne, =III=, 358.

Il semble que la fortune quelquefois guette à point nommé le dernier
iour de nostre vie, pour montrer sa puissance, de renuerser en vn
moment ce qu’elle auoit basty en longues années, =I=, 104.

C’est iniure et deffaueur de Fortune, de nous offrir des presents, qui
nous remplissent d’vn iuste despit de nous auoir failly en leur saison,
=III=, 498.

Plus nous amplifions nostre besoing et possession, d’autant plus nous
engageons nous aux coups de la Fortune, et des aduersitez, =III=, 498.

L’heur et le mal’heur sont à mon gré deux souueraines puissances. C’est
imprudence, d’estimer que l’humaine prudence puisse remplir le rolle de
la fortune. Et vaine est l’entreprise de celuy, qui presume d’embrasser
et causes et consequences, et mener par la main, le progrez de son
faict, =III=, 356.

C’est chose vaine et friuole que l’humaine prudence: et au trauers de
tous nos proiects, de nos conseils et precautions, la fortune maintient
tousiours la possession des euenements, =I=, 190.

Les euenemens et issuës dependent, notamment en la guerre, pour la plus
part, de la fortune: laquelle ne se veut pas renger et assuiettir à
nostre discours et prudence. Mais à le bien prendre, nos conseils et
deliberations en despendent bien autant; et la fortune engage en son
trouble et incertitude, aussi nos discours, =I=, 528.

I’ay veu de mon temps mill’ hommes soupples, mestis, ambigus, et que
nul ne doubtoit plus prudens mondains que moy, se perdre où ie me suis
sauué, =II=, 454.

Qu’on regarde qui sont les plus puissans aux villes, et qui font mieux
leurs besongnes: on trouuera ordinairement, que ce sont les moins
habiles. Il est aduenu aux femmelettes, aux enfans, et aux insensez, de
commander de grands estats, à l’esgal des plus suffisans Princes. Et
y rencontrent, plus ordinairement les grossiers que les subtils. Nous
attribuons les effects de leur bonne fortune à leur prudence,
=III=, 356.

Ie suis homme, qui me commets volontiers à la Fortune, et me laisse
aller à corps perdu, entre ses bras. Dequoy iusques à cette heure i’ay
eu plus d’occasion de me louër, que de me plaindre. Et l’ay trouuée
et plus auisée, et plus amie de mes affaires, que ie ne suis. Il y a
quelques actions en ma vie, desquelles on peut iustement nommer la
conduite difficile; ou, qui voudra, prudente. De celles-là posez, que
la tierce partie soit du mien, certes les deux tierces sont richement
à elle. Nous faillons, ce me semble, en ce que nous ne nous fions pas
assez au ciel de nous. Et pretendons plus de nostre conduite, qu’il ne
nous appartient. Pourtant fouruoyent si souuent nos desseins. Il est
enuieux de l’estenduë, que nous attribuons aux droicts de l’humaine
prudence, au preiudice des siens. Et nous les racourcit d’autant plus,
que nous les amplifions, =III=, 594.

Ie trouue l’effort bien difficile à la souffrance des maux, mais au
contentement d’vne mediocre mesure de fortune, et fuite de la grandeur,
i’y trouue fort peu d’affaire, =III=, 322.


FOULE.

La contagion est tres-dangereuse en la presse, =I=, 410.

Il y a infinis exemples de conclusions populaires, qui semblent plus
aspres, d’autant que l’effect en est plus vniuersel. Elles le sont
moins que separées. Ce que le discours ne seroit en chacun, il le fait
en tous: l’ardeur de la societé rauissant les particuliers iugements,
=I=, 648.

Il n’est rien moins esperable de ce monstre ainsin agité, que
l’humanité et la douceur, il receura bien plustost la reuerance et la
crainte, =I=, 198.


FRANÇAIS.

I’ay honte de voir nos hommes, enyurez de cette sotte humeur, de
s’effaroucher des formes contraires aux leurs. Il leur semble estre
hors de leur element, quand ils sont hors de leur village. Où qu’ils
aillent, ils se tiennent à leurs façons, et abominent les estrangeres.
Pourquoy non barbares, puis qu’elles ne sont Françoises? La pluspart
ne prennent l’aller que pour le venir. Ils voyagent couuerts et
resserrez, d’vne prudence taciturne et incommunicable, se defendans de
la contagion, d’vn air incogneu, =III=, 454.


FUNÉRAILLES.

S’il estoit besoin d’en ordonner, ie seroy d’aduis, quant aux
funerailles, comme en toutes actions de la vie, que chascun en
rapportast la regle, au degré de sa fortune, de ne les faire ny
superflues ny mechaniques; et lairrois purement la coustume ordonner de
cette ceremonie, et m’en remettray à la discretion des premiers à qui
ie tomberay en charge, =I=, 36.


GENS DE LETTRES.

Ie ne sçay comment il aduient, et il aduient sans doubte, qu’il se
trouue autant de vanité et de foiblesse d’entendement, en ceux qui font
profession d’auoir plus de suffisance, qui se meslent de vacations
lettrées, et de charges qui despendent des liures, qu’en nulle autre
sorte de gens, =II=, 514.


GLOIRE (RÉPUTATION).

De toutes les resueries du monde, la plus receuë et plus vniuerselle,
est le soing de la reputation et de la gloire, que nous espousons
iusques à quitter les richesses, le repos, la vie et la santé, qui sont
biens effectuels et substantiaux, pour suyure cette vaine image, cette
simple voix, qui n’a ny corps ny prise, =I=, 476.

C’est à Dieu seul, à qui gloire et honneur appartient. Et n’est rien si
esloigné de raison, que de nous en mettre en queste pour nous,
=II=, 442.

Toute la gloire du monde ne merite pas qu’vn homme d’entendement
estende seulement le doigt pour l’acquerir, =II=, 442.

Toutes autres choses tombent en commerce. Nous prestons nos biens et
nos vies au besoin de nos amis: mais de communiquer son honneur et
d’estrener autruy de sa gloire, il ne se voit gueres, =I=, 478.

Combien auons nous veu d’hommes vertueux, suruiure à leur propre
reputation, qui ont veu et souffert esteindre en leur presence,
l’honneur et la gloire tres-iustement acquise en leurs ieunes ans?
=II=, 460.

C’est le sort qui nous applique la gloire, selon sa temerité. Ie
l’ay veuë fort souuent outrepasser le merite d’vne longue mesure.
Comme l’ombre, elle va quelque fois deuant son corps: et quelque fois
l’excede de beaucoup en longueur, =II=, 448.

Nous appellons aggrandir nostre nom, l’estendre et semer en plusieurs
bouches: nous voulons qu’il y soit receu en bonne part et que cette
sienne accroissance luy vienne à profit: voyla ce qu’il y peut auoir
de plus excusable en ce dessein. Mais l’exces de cette maladie en va
iusques là, que plusieurs cherchent de faire parler d’eux en quelque
façon que ce soit, plus desireux de grande que de bonne réputation.
Ce vice est ordinaire. Nous nous soignons plus qu’on parle de nous,
que comment on en parle: et nous est assez que nostre nom coure par la
bouche des hommes, en quelque condition qu’il y coure, =II=, 456.

Qui ne contrechange volontiers la santé, le repos, et la vie, à la
reputation et à la gloire? la plus inutile, vaine et fauce monnoye, qui
soit en nostre vsage, =I=, 416.

De ceux mesme, que nous voyons bien faire: trois mois, ou trois ans
apres, il ne s’en parle non plus que s’ils n’eussent iamais esté,
=II=, 460.

Infinies belles actions se doiuent perdre sans tesmoignage, auant
qu’il en vienne vne à profit. Et si on prend garde, on trouuera, à mon
aduis, qu’il aduient par experience, que les moins esclattantes sont
les plus dangereuses: et qu’aux guerres, qui se sont passées de notre
temps, il s’est perdu plus de gens de bien, aux occasions legeres et
peu importantes, et à la contestation de quelque bicoque, qu’és lieux
dignes et honnorables, =II=, 450.

Tuer vn homme, ou deux, ou dix, se presenter courageusement à la
mort, c’est à verité quelque chose à chacun de nous, car il y va de
tout: mais pour le monde, ce sont choses si ordinaires, il s’en voit
tant tous les iours, et en faut tant de pareilles pour produire vn
effect notable, que nous n’en pouuons attendre aucune particuliere
recommendation, =II=, 458.

Au demeurant, en toute vne bataille où dix mill’ hommes sont stropiez
ou tuez, il n’en est pas quinze dequoy lon parle. De tant de miliasses
de vaillans hommes qui sont morts depuis quinze cens ans en France,
les armes en la main, il n’y en a pas cent, qui soyent venus à nostre
cognoissance. La memoire non des chefs seulement, mais des battailles
et victoires est enseuelie, =II=, 458.

Il faut trier de toute vne nation, vne douzaine d’hommes, pour iuger
d’vn arpent de terre, et le iugement de nos inclinations, et de nos
actions, la plus difficile matiere, et la plus importante qui soit,
nous la remettons à la voix de la commune et de la tourbe, mere
d’ignorance, d’iniustice, et d’inconstance. Est-ce raison de faire
dependre la vie d’un sage, du iugement des fols? =II=, 452.

Entre toutes les voluptez, il n’y en a point de plus dangereuse, ny
plus à fuir que celle qui nous vient de l’approbation d’autruy. Il
n’est chose qui empoisonne tant que la flatterie, rien par où les
meschans gaignent plus aiséement credit: ny maquerelage si propre et
si ordinaire à corrompre la chasteté des femmes, que de les paistre et
entretenir de leurs loüanges, =II=, 442.

Celuy qui fait tout pour l’honneur et pour la gloire, que pense-il
gaigner, en se produisant au monde en masque, desrobant son vray estre
à la cognoissance du peuple? Louez un bossu de sa belle taille, il le
doit receuoir à iniure: si vous estes couard, et qu’on vous honnore
pour vn vaillant homme, est-ce de vous qu’on parle? On vous prend pour
vn autre, =III=, 190.

La gloire est pour elle mesme desirable: mais il faut éviter comme deux
extremes vicieux, l’immoderation, et à la rechercher, et à la fuyr,
=II=, 446.

La vertu elle mesme est chose bien vaine et friuole, si elle tire sa
recommendation de la gloire, =II=, 448.

Les actions de la vertu sont trop nobles d’elles mesmes, pour
rechercher autre loyer, que de leur propre valeur: et notamment pour la
chercher en la vanité des iugemens humains, =II=, 460.

Qui n’est homme de bien que par ce qu’on le sçaura, et par ce qu’on
l’en estimera mieux, apres l’auoir sçeu, qui ne veut bien faire qu’en
condition que sa vertu vienne à la cognoissance des hommes, celuy-là
n’est pas personne de qui on puisse tirer beaucoup de seruice,
=II=, 450.

Toute la gloire, que ie pretens de ma vie, c’est de l’auoir vescue
tranquille, et tranquille selon moy, =II=, 448.


GUERRE CIVILE (TROUBLES INTÉRIEURS).

Monstrueuse guerre. Les autres agissent au dehors, ceste-cy encore
contre soy: se ronge et se defaict, par son propre venin. Elle est
de nature si maligne et ruineuse, qu’elle se ruine quand et quand le
reste: et se deschire et despece de rage. Nous la voyons plus souuent,
se dissoudre par elle mesme, que par disette d’aucune chose necessaire,
ou par la force ennemie. Toute discipline la fuït. Elle vient guerir
la sedition, et en est pleine. Veut chastier la desobeissance, et en
montre l’exemple: et employee à la deffence des loix, faict sa part
de rebellion à l’encontre des siennes propres. Où en sommes nous?
Nostre medecine porte infection.--En ces maladies populaires, on peut
distinguer sur le commencement, les sains des malades: mais quand
elles viennent à durer, comme la nostre, tout le corps s’en sent, et
la teste et les talons: aucune partie n’est exempte de corruption. Car
il n’est air, qui se hume si gouluement: qui s’espande et penetre,
comme faict la licence. Nos armees ne se lient et tiennent plus que par
simant estranger: des François on ne sçait plus faire vn corps d’armee,
constant et reglé. Quelle honte! Il n’y a qu’autant de discipline,
que nous en font voir des soldats empruntez. Quant à nous, nous nous
conduisons à discretion, et non pas du chef; chacun selon la sienne:
il a plus affaire au dedans qu’au dehors. C’est au commandement de
suiure, courtizer, et plier: à luy seul d’obeïr: tout le reste est
libre et dissolu. Il me plaist de voir, combien il y a de lascheté
et de pusillanimité en l’ambition: par combien d’abiection et de
seruitude, il luy faut arriuer à son but. Mais cecy me deplaist de
voir, des natures debonnaires et capables de iustice, se corrompre tous
les iours, au maniement et commandement de cette confusion. La longue
souffrance, engendre la coustume; la coustume, le consentement et
l’imitation. Nous auions assez d’ames mal nées, sans gaster les bonnes
et genereuses, =III=, 354.

Les guerres ciuiles ont cela de pire que les autres guerres, de
nous mettre chacun en echauguette en sa propre maison. C’est grande
extremité, d’estre pressé iusques dans son mesnage, et repos
domestique, =III=, 424.

En ces temps, on battisoit les vices publiques de mots nouueaux plus
doux pour leur excuse, abastardissant et amollissant leurs vrais
titres, =I=, 178.

Ce qui fait voir tant de cruautez inouies aux guerres populaires,
c’est que cette canaille de vulgaire s’aguerrit, et se gendarme, à
s’ensanglanter iusques aux coudes, et deschiqueter vn corps à ses
pieds, n’ayant resentiment d’autre vaillance. Comme les chiens coüards,
qui deschirent en la maison, et mordent les peaux des bestes sauuages,
qu’ils n’ont osé attaquer aux champs, =II=, 570.

La cause des loix, et defence de l’ancien estat, a tousiours cela, que
ceux mesmes qui pour leur dessein particulier le troublent, en excusent
les defenseurs, s’ils ne les honorent, =III=, 86.

Mais il ne faut pas appeler deuoir, vne aigreur et vne intestine
aspreté, qui naist de l’interest et passion priuee, ny courage,
vne conduitte traistresse et malitieuse. Ils nomment zele, leur
propension vers la malignité, et violence. Ce n’est pas la cause qui
les eschauffe, c’est leur interest. Ils attisent la guerre, non par ce
qu’elle est iuste: mais par ce que c’est guerre, =III=, 86.

Sur tout il se faut garder qui peut, de tomber entre les mains d’vn
Iuge ennemy, victorieux et armé, =I=, 88.

Confessons la verité, qui trieroit de l’armée mesme legitime, ceux
qui y marchent par le seul zele d’vne affection religieuse, et encore
ceux qui regardent seulement la protection des loix de leur pays, ou
seruice du Prince, il n’en sçauroit bastir vne compagnie de gens-darmes
complete. D’où vient cela, qu’il s’en trouue si peu, qui ayent maintenu
mesme volonté et mesme progrez en nos mouuemens publiques, et que
nous les voyons tantost n’aller que le pas, tantost y courir à bride
aualée? et mesmes hommes, tantost gaster nos affaires par leur violence
et aspreté, tantost par leur froideur, mollesse et pesanteur; si ce
n’est qu’ils y sont poussez par des considerations particulieres et
casuelles, selon la diuersité desquelles ils se remuent? =II=, 120.


HABITUDES (COUTUMES, USAGES).

L’accoustumance nous peut duire non seulement à telle forme qu’il luy
plaist, mais aussi au changement et à la variation: qui est le plus
noble, et le plus vtile de ses apprentissages, =III=, 636.

Les gueux ont leurs magnificences, et leurs voluptez, comme les riches:
ce sont effects de l’accoustumance, =III=, 636.


HISTOIRE.

Les historiens sont ma droitte bale: car ils sont plaisans et aysez: et
quant et quant l’homme en general, de qui ie cherche la cognoissance,
y paroist plus vif et plus entier qu’en nul autre lieu: la varieté et
verité de ses conditions internes, en gros et en detail, la diuersité
des moyens de son assemblage, et des accidents qui le menacent,
=II=, 76.

C’est la matiere à laquelle nos esprits s’appliquent de plus diuerse
façon. I’ay leu en Tite Liue cent choses que tel n’y a pas leu.
Plutarche y en a leu cent; outre ce que i’y ay sçeu lire: et à
l’aduenture outre ce que l’autheur y auoit mis, =I=, 248.

I’ayme les historiens, ou fort simples, ou excellens. Les simples, qui
n’ont point dequoy y mesler quelque chose du leur, et qui n’y apportent
que le soin, et la diligence de r’amasser tout ce qui vient à leur
notice, et d’enregistrer à la bonne foy toutes choses, sans chois et
sans triage, nous laissent le iugement entier pour la cognoissance de
la verité, =II=, 78.

Les bien excellens ont la suffisance de choisir ce qui est digne
d’estre sçeu, peuuent trier de deux rapports celuy qui est plus
vray-semblable, =II=, 78.

Ceux d’entre-deux, qui est la plus commune façon, nous gastent tout:
ils veulent nous mascher les morceaux; ils se donnent loy de iuger et
par consequent d’incliner l’Histoire à leur fantasie: car depuis que le
iugement pend d’vn costé, on ne se peut garder de contourner et tordre
la narration à ce biais. Ils entreprennent de choisir les choses dignes
d’estre sçeuës, et nous cachent souuent telle parole, telle action
priuée, qui nous instruiroit mieux: obmettent pour choses incroyables
celles qu’ils n’entendent pas, =II=, 78.

Les seules bonnes Histoires sont celles, qui ont esté escrites par ceux
mesmes qui commandoient aux affaires ou qui estoient participans à les
conduire, ou au moins qui ont eu la fortune d’en conduire d’autres de
mesme sorte, =II=, 80.

Que peut on esperer d’vn medecin traictant de la guerre, ou d’vn
escholier traictant les desseins des Princes? =II=, 80.

Ie voudroye que chacun escriuist ce qu’il sçait, et autant qu’il en
sçait: non en cela seulement, mais en tous autres subiects, =I=, 358.

Un homme simple et grossier, est en condition propre à rendre veritable
tesmoignage; les fines gens remarquent bien plus curieusement, et
plus de choses, mais ils les glosent, et pour faire valoir leur
interpretation, et la persuader, ils ne se peuuent garder d’alterer vn
peu l’Histoire, =I=, 358.

Ie tien moins hazardeux d’escrire les choses passées, que presentes:
d’autant que l’escriuain n’a à rendre compte que d’vne verité
empruntée, =I=, 152.


HOMME.

Certes c’est vn subiect merueilleusement vain, diuers, et ondoyant, que
l’homme: il est malaisé d’y fonder iugement constant et vniforme,
=I=, 20.

Moy à cette heure, et moy tantost, sommes deux. Quand meilleur, ie n’en
puis rien dire. Il feroit bel estre vieil, si nous ne marchions, que
vers l’amendement, =III=, 412.

Ie connoy des hommes assez, qui ont diuerses parties belles: qui
l’esprit, qui le cœur, qui l’adresse, qui la conscience, qui le
langage, qui vne science, qui vn’ autre: mais de grand homme en
general, et ayant tant de belles pieces ensemble, ou vne, en tel degré
d’excellence, qu’on le doiue admirer, ou le comparer à ceux que nous
honorons du temps passé, ma fortune ne m’en a faict voir nul, =II=, 514.

Il semble que considerant la foiblesse de nostre vie, et à combien
d’escueils ordinaires et naturels elle est exposée, on n’en deuroit pas
faire si grande part à la naissance, à l’oisiueté et à l’apprentissage,
=I=, 598.

Les hommes sont diuers en sentiment et en force: il les faut mener à
leur bien, selon eux: et par routes diuerses, =III=, 576.

Nous sommes tous de lopins, et d’vne contexture si informe et diuerse,
que chaque piece, chaque moment, faict son ieu. Et se trouue autant de
difference de nous à nous mesmes, que de nous à autruy, =I=, 610.

A nous autant d’actions, autant faut-il de iugemens particuliers. Le
plus seur, à mon opinion, seroit de les rapporter aux circonstances
voisines, sans entrer en plus longue recherche, et sans en conclurre
autre consequence, =I=, 604.

Si par experience nous touchons à la main que la forme de notre estre
despend de l’air, du climat, et du terroir où nous naissons: non
seulement le tainct, la taille, la complexion et les contenances,
mais encore les facultez de l’ame: que deuiennent toutes ces belles
prerogatiues de quoy nous nous allons flattans? =II=, 366.

Pourquoy n’estimons nous vn homme par ce qui est sien? Il a vn grand
train, vn beau palais, tant de credit, tant de rente: tout cela est
autour de luy, non en luy, =I=, 482.

Pourquoy estimant vn homme l’estimez vous tout enueloppé et empacqueté?
C’est le prix de l’espée que vous cerchez, non de la guaine. Il le faut
iuger par luy mesme, non par ses atours. Et comme dit tres-plaisamment
vn ancien: Sçauez vous pourquoy vous l’estimez grand? vous y comptez
la hauteur de ses patins. La base n’est pas de la statue. Mesurez le
sans ses eschaces. Qu’il mette à part ses richesses et honneurs, qu’il
se presente en chemise. A il le corps propre à ses functions, sain
et allegre? Quelle ame a il? Est elle belle, capable, et heureusement
pourueue de toutes ses pieces? Est elle riche du sien, ou de l’autruy?
La fortune n’y a elle que voir? Si les yeux ouuerts elle attend les
espées traites: s’il ne luy chaut par où luy sorte la vie, par la
bouche, ou par le gosier: si elle est rassise, equable et contente:
c’est ce qu’il faut veoir, =I=, 482.

Plutarque dit qu’il ne trouue point si grande distance de beste à
beste, comme il trouue d’homme à homme. Il parle de la suffisance de
l’ame et qualitez internes. I’encherirois volontiers: et dirois qu’il y
a plus de distance de tel à tel homme, qu’il n’y a de tel homme à telle
beste, =I=, 480.

Là où, si nous considerons vn paisan et vn Roy, vn noble et vn villain,
vn magistrat et vn homme priué, vn riche et vn pauure, il se presente
soudain à nos yeux vn’ extreme disparité, qui ne sont differents
par maniere de dire qu’en leurs chausses. Ce ne sont pourtant que
peintures, qui ne font aucune dissemblance essentielle. Car comme les
ioüeurs de comedie, vous les voyez sur l’eschaffaut faire vne mine de
Duc et d’Empereur, mais tantost apres, les voyla deuenuz valets et
crocheteurs miserables, qui est leur nayfue et originelle condition,
=I=, 484.

Si nous nous amusions par fois à nous considerer, et le temps que nous
mettons à contreroller autruy, et à connoistre les choses qui sont
hors de nous, que nous l’employissions à nous sonder nous mesmes, nous
sentirions aisément combien toute cette nostre contexture est bastie de
pieces foibles et defaillantes, =I=, 564.

Ie croy des hommes plus mal aisément la constance que toute autre
chose, et rien plus aisément que l’inconstance. Qui en iugeroit en
detail et distinctement, piece à piece, rencontreroit plus souuent à
dire vray, =I=, 602.

Il y a quelque apparence de faire iugement d’vn homme, par les plus
communs traicts de sa vie; mais veu la naturelle instabilité de nos
mœurs et opinions, il m’a semblé souuent que les bons autheurs mesmes
ont tort de s’opiniastrer à former de nous vne constante et solide
contexture. Ils choisissent vn air vniuersel, et suyuant cette image,
vont rengeant et interpretant toutes les actions d’vn personnage, et
s’ils ne les peuuent assez tordre, les renuoyent à la dissimulation,
=I=, 600.

Pour iuger d’vn homme, il faut suiure longuement et curieusement sa
trace: si la constance ne s’y maintient de son seul fondement, si la
varieté des occurrences luy faict changer de pas, (ie dy de voye: car
le pas s’en peut ou haster, ou appesantir) laissez le courre: celuy là
s’en va auau le vent, =I=, 610.

Sauf l’ordre, la moderation, et la constance, i’estime que toutes
choses soient faisables par vn homme bien manque et deffaillant en
gros. A cette cause, il faut pour iuger bien à poinct d’vn homme,
principalement contreroller ses actions communes, et le surprendre en
son à tous les iours, =II=, 590.

Ce n’est pas tour de rassis entendement, de nous iuger simplement par
nos actions de dehors: il faut sonder iusqu’au dedans, et voir par
quels ressors se donne le bransle, =I=, 612.

Chaque parcelle, chasque occupation de l’homme, l’accuse, et le montre
egalement qu’vn autre, =I=, 556.

La sagesse ne force pas nos conditions naturelles. Tant sage qu’il
voudra, c’est vn homme: qu’est il plus caduque, plus miserable, et
plus de neant? Il faut qu’il sille les yeux au coup qui le menasse: il
faut qu’il fremisse planté au bord d’vn precipice, comme vn enfant:
Nature ayant voulu se reseruer ces legeres marques de son authorité,
inexpugnables à nostre raison, et à la vertu Stoique: pour luy
apprendre sa mortalité et nostre fadeze. Il pallit à la peur, il rougit
à la honte, il gemit à la colique, sinon d’une voix desesperée et
esclatante, au moins d’vne voix cassée et enroüée, =I=, 624.

Comme si la bonne fortune estoit incompatible auec la bonne conscience:
les hommes ne se rendent gents de bien, qu’en la mauuaise, =III=, 380.

L’homme en tout et par tout, n’est que rappiessement et bigarrure,
=II=, 540.

Nostre estre est simenté de qualitez maladiues: l’ambition, la
ialousie, l’enuie, la vengeance, la superstition, le desespoir, logent
en nous, d’vne si naturelle possession, que l’image s’en recognoist
aussi aux bestes. Desquelles qualitez, qui osteroit les semences en
l’homme, destruiroit les fondamentales conditions de nostre vie,
=III=, 80.

La peste de l’homme c’est l’opinion de sçauoir, =II=, 204.

Voulez vous vn homme sain, le voulez vous reglé, et en ferme et seure
posture? affublez le de tenebres d’oisiueté et de pesanteur. Il nous
faut abestir pour nous assagir: et nous esblouir, pour nous guider,
=II=, 212.

Parmy les conditions humaines, cette-cy est assez commune, de nous
plaire plus des choses estrangeres que des nostres, et d’aymer le
remuement et le changement, =III=, 380.

En aucune chose l’homme ne sçait s’arrester au poinct de son besoing.
De volupté, de richesse, de puissance, il en embrasse plus qu’il n’en
peut estreindre. Son auidité est incapable de moderation, =III=, 550.

Les hommes sont si formez à l’agitation et ostentation, que la bonté,
la moderation, l’equabilité, la constance, et telles qualitez quietes
et obscures, ne se sentent plus, =III=, 520.

La saincte Parole declare miserables ceux d’entre nous, qui s’estiment:
Bourbe et cendre, leur dit-elle, qu’as-tu à te glorifier? =II=, 222.

Ie ne pense point qu’il y ait tant de malheur en nous, comme il y a de
vanité, ny tant de malice comme de sotise: nous ne sommes pas si pleins
de mal, comme d’inanité: nous ne sommes pas si miserables, comme nous
sommes vils, =I=, 556.

Il suffit à l’homme de brider et moderer ses inclinations: car de les
emporter, il n’est pas en luy, =I=, 624.

Nous faisons trop de cas de nous, il semble que l’vniuersité des choses
souffre aucunement de nostre aneantissement, =II=, 420.

Dieu a faict l’homme semblable à l’ombre, de laquelle qui iugera, quand
par l’esloignement de la lumiere elle sera esuanouye? =II=, 222.

Les hommes vont ainsin. On laisse les loix, et preceptes suiure leur
voye, nous en tenons vne autre, =III=, 460.

Il n’y a point de beste au monde tant à craindre à l’homme, que
l’homme, =II=, 536.

I’ay veu des coquins, pour garantir leur vie, accepter de pendre leurs
amis et consorts, ie les ay tenus de pire condition que les pendus,
=III=, 98.

Il n’est rien si beau et legitime, que de faire bien l’homme et
deuëment, =III=, 692.

Le pire estat de l’homme, c’est où il pert la connoissance et
gouuernement de soy, =I=, 644.


HONNÊTETÉ.

Vn cœur genereux ne doit point desmentir ses pensées: il se veut faire
voir iusques au dedans: tout y est bon, ou aumoins, tout y est humain,
=II=, 492.

On argumente mal l’honneur et la beauté d’vne action, par son vtilité:
et conclud-on mal, d’estimer que chacun y soit obligé, et qu’elle soit
honeste à chacun, si elle est vtile, =III=, 106.

Ne craignons point d’estimer qu’il y a quelque chose illicite contre
les ennemys mesmes: que l’interest commun ne doibt pas tout requerir
de tous, contre l’interest priué: et que toutes choses ne sont pas
loisibles à vn homme de bien, pour le seruice de son Roy, ny de la
cause generale et des loix, =III=, 104.

Voyla pourquoy en cette incertitude et perplexité, que nous apporte
l’impuissance de voir et choisir ce qui est le plus commode, pour les
difficultez que les diuers accidens et circonstances de chaque chose
tirent: le plus seur, quand autre consideration ne nous y conuieroit,
est à mon aduis de se rejetter au party, où il y a plus d’honnesteté
et de iustice: et puis qu’on est en doute du plus court chemin, tenir
tousiours le droit, =I=, 194.

Il est loysible à vn homme d’honneur, de parler ainsi que les
Lacedemoniens, deffaicts par Antipater, sur le poinct de leurs accords:
Vous nous pouuez commander des charges poisantes et dommageables
autant qu’il vous plaira: mais de honteuses, et deshonnestes, vous
perdrez vostre temps de nous en commander. Chacun doit auoir iuré à soy
mesme, ce que les Roys d’Ægypte faisoient solennellement iurer à leurs
iuges, qu’ils ne se desuoyeroient de leur conscience, pour quelque
commandement qu’eux mesmes leur en fissent. A telles commissions il y a
note euidente d’ignominie, et condemnation, =III=, 92.


IGNORANCE.

L’ignorance qui se sçait, qui se iuge, et qui se condamne, ce n’est
pas vne entiere ignorance. Pour l’estre, il faut qu’elle s’ignore
soy-mesme, =II=, 230.

Ce n’est pas sans raison, que nous attribuons à simplesse et ignorance,
la facilité de croire et de se laisser persuader, =I=, 288.


IMAGINATION.

La iouyssance, et la possession, appartiennent principalement à
l’imagination. Elle embrasse plus chaudement et plus continuellement ce
qu’elle va querir, que ce que nous touchons, =III=, 434.

Nostre discours est capable d’estoffer cent autres mondes, et d’en
trouuer les principes et la contexture. Il ne luy faut ny matiere ny
baze. Laissez le courre: il bastit aussi bien sur le vide que sur le
plain, et de l’inanité que de matiere, =III=, 528.

Que de choses nous semblent plus grandes par imagination, que par
effect, =I=, 668.

Nous embrassons et ceux qui ont esté, et ceux qui ne sont point encore,
non que les absens, =III=, 436.

Nous tressuons, nous tremblons, nous pallissons, et rougissons aux
secousses de nos imaginations. Chacun en est heurté, aucuns en sont
renuersez, =I=, 134.

Nous auons raison de faire valoir les forces de nostre imagination: car
tous nos biens ne sont qu’en songe, =II=, 204.

Les bestes mesmes se voyent comme nous, subiectes à la force de
l’imagination, =I=, 148.


IMMORTALITÉ DE L’AME.

Sans l’immortalité des ames, il n’y auroit plus dequoy asseoir
les vaines esperances de la gloire, qui est vne consideration de
merueilleux credit au monde: et c’est vne tres-vtile impression, que
les vices, quand ils se desroberont de la veuë et cognoissance de
l’humaine iustice, demeurent tousiours en butte à la diuine, qui les
poursuyura, voire apres la mort des coupables, =II=, 322.

Le fruict de l’immortalité, consiste en la iouyssance de la beatitude
eternelle. Confessons ingenuement, que Dieu seul nous l’a dict, et
la foy: car leçon n’est-ce pas de Nature et de nostre raison. Et
qui retentera son estre et ses forces, et dedans et dehors, sans ce
priuilege diuin: qui verra l’homme, sans le flatter, il n’y verra ny
efficace, ny faculté, qui sente autre chose que la mort et la terre,
=II=, 324.


IMPOSTURE.

Le vray champ et subiect de l’imposture, sont les choses inconnües:
l’estrangeté mesme donne credit, =I=, 376.

Il n’est rien creu si fermement, que ce qu’on sçait le moins, ny gens
si asseurez, que ceux qui nous content des fables, =I=, 376.


INDÉPENDANCE.

I’essaye à auoir expres besoing de nul, =III=, 420.

Ie hay les morceaux que la necessité me taille. Toute commodité me
tiendroit à la gorge, de laquelle seule i’aurois à despendre,
=III=, 460.

On iouyt bien plus librement, et plus gayement, des biens empruntez:
quand ce n’est pas vne iouyssance obligee et contrainte par le besoing:
et qu’on a, et en sa volonté, et en sa fortune, la force et les moyens
de s’en passer, =III=, 420.

Ie fuis à me submettre à toute sorte d’obligation. Mais sur tout, à
celle qui m’attache, par deuoir d’honneur. Ie ne trouue rien si cher,
que ce qui m’est donné: et ce pourquoy, ma volonté demeure hypothequee
par tiltre de gratitude. Et reçois plus volontiers les offices, qui
sont à vendre. Pour ceux-cy, ie ne donne que de l’argent: pour les
autres, ie me donne moy-mesme, =III=, 416.

La subiection essentielle et effectuelle, ne regarde d’entre nous,
que ceux qui s’y conuient, et qui ayment à s’honnorer et enricher par
tel seruice: car qui se veut tapir en son foyer, et sçait conduire sa
maison sans querelle, et sans procés, il est aussi libre que le Duc de
Venise, =I=, 492.

Mes amis m’importunent estrangement, quand ils me requierent, de
requerir vn tiers. Et ne me semble guere moins de coust, desengager
celuy qui me doibt, vsant de luy: que m’engager enuers celuy, qui ne me
doibt rien, =III=, 422.

I’ayme tant à me descharger et desobliger, que i’ay parfois compté à
profit, les ingratitudes, offences, et indignitez, que i’auois reçeu
de ceux, à qui ou par nature, ou par accident, i’auois quelque deuoir
d’amitié: prenant cette occasion de leur faute, pour autant d’acquit,
et descharge de ma debte, =III=, 418.


INDIGENCE.

Par diuerses causes l’indigence se voit autant ordinairement logée chez
ceux qui ont des biens, que chez ceux qui n’en ont point, =I=, 468.

Et me semble plus miserable vn riche malaisé, necessiteux, affaireux,
que celuy qui est simplement pauure, =I=, 468.


INITIATIVE.

En toutes choses les hommes se iettent aux appuis estrangers, pour
espargner les propres: seuls certains et seuls puissans, qui sçait s’en
armer, =III=, 562.

Nous sommes chacun plus riche, que nous ne pensons: mais on nous dresse
à l’emprunt, et à la queste: on nous duict à nous seruir plus de
l’autruy, que du nostre, =III=, 548.


INSATIABILITÉ DE L’HOMME.

Ceux qui accusent les hommes d’aller tousiours beant apres les choses
futures, et nous apprennent à nous saisir des biens presens, et nous
rassoir en ceux-là, comme n’ayants aucune prise sur qui est à venir,
voire assez moins que nous n’auons sur ce qui est passé, touchent la
plus commune des humaines erreurs: s’ils osent appeller erreur, chose à
quoy nature mesme nous achemine, pour le seruice de la continuation de
son ouurage, =I=, 28.


INSPIRATION.

Chacun sent en soy quelque image d’agitations d’vne opinion prompte,
vehemente et fortuite. C’est à moy de leur donner quelque authorité,
qui en donne si peu à nostre prudence. Et en ay eu de pareillement
foibles en raison, et violentes en persuasion, ou en dissuasion,
ausquelles ie me laissay emporter si vtilement et heureusement,
qu’elles pourroyent estre iugees tenir quelque chose d’inspiration
diuine, =I=, 78.


INTOLÉRANCE.

Fascheuse maladie, de se croire si fort, qu’on se persuade, qu’il ne se
puisse croire au contraire, =I=, 582.


IRRÉSOLUTION.

L’irrésolution me semble le plus commun et apparent vice de nostre
nature, =I=, 600.

Nous flottons entre diuers aduis: nous ne voulons rien librement, rien
absoluëment, rien constamment, =I=, 604.


IVROGNERIE.

L’yurongnerie entre les autres, me semble vn vice grossier et brutal,
l’esprit a plus de part ailleurs: cestuy-cy est tout corporel et
terrestre. Les autres vices alterent l’entendement, cestuy-cy le
renuerse, et estonne le corps, =I=, 644.

Mon goust et ma complexion est plus ennemie de ce vice que mon
discours. Ie le trouue bien vn vice lasche et stupide, mais moins
malicieux et dommageable que les autres, qui choquent quasi tous de
plus droit fil la societé publique. Il couste moins à nostre conscience
que les autres: outre qu’il n’est point de difficile apprest, ny
malaisé à trouuer: consideration non mesprisable, =I=, 618.

Le vin redonne aux hommes la gayeté, et la ieunesse aux vieillards,
=I=, 622.

Boire, c’est quasi le dernier plaisir que le cours des ans nous
desrobe, =I=, 620.

Le vin est capable de fournir à l’ame de la temperance, au corps de
la santé. Toutesfois: on s’en espargne en expedition de guerre. Que
tout magistrat et tout iuge s’en abstienne sur le point d’executer sa
charge, et de consulter des affaires publiques. Qu’on n’y employe le
iour, temps deu à d’autres occupations: ny celle nuict, qu’on destine à
faire des enfants, =I=, 622.

Il y en a qui conseillent de se dispenser quelquefois à boire d’autant,
et de s’enyurer pour relascher l’ame, =I=, 616.

Le vin faict desbonder les plus intimes secrets, à ceux qui en ont pris
outre mesure, =I=, 644.


JALOUSIE.

La ialousie est la plus vaine et tempesteuse maladie qui afflige les
ames humaines, =III=, 222.

Lors que la ialousie saisit ces pauures ames, foibles, et sans
resistance, c’est pitié, comme elle les tirasse et tyrannise
cruellement. Elle s’y insinue sous titre d’amitié: mais depuis
qu’elle les possede, les mesmes causes qui seruoient de fondement à
la bien-vueillance, seruent de fondement de hayne capitale: c’est des
maladies d’esprit celle, à qui plus de choses seruent d’aliment, et
moins de choses de remede. La vertu, la santé, le merite, la reputation
du mary, sont les boutefeux de leur maltalent et de leur rage. Cette
fiéure laidit et corrompt tout ce qu’elles ont de bel et de bon
d’ailleurs. Et d’vne femme ialouse, quelque chaste qu’elle soit, et
mesnagere, il n’est action qui ne sente l’aigre et l’importun,
=III=, 224.

A dire vray, ie ne sçay si on peut souffrir d’elles pis que la
ialousie. C’est la plus dangereuse de leurs conditions, comme de leurs
membres, la teste, =III=, 236.


JEUX PUBLICS.

Les bonnes polices prennent soing d’assembler les citoyens, et les
r’allier, comme aux offices serieux de la deuotion, aussi aux exercices
et ieux. La societé et amitié s’en augmente, et puis on ne leur
sçauroit conceder des passe-temps plus reglez, que ceux qui se font en
presence d’vn chacun, et à la veuë mesme du magistrat, diuertissement
de pires actions et occultes, =I=, 288.


JUGEMENT.

Le iugement est vn vtil à tous subiects, et se mesle par tout, =I=, 552.

Nature enserre dans les termes de son progrez ordinaire, comme toutes
autres choses, les creances, les iugemens, et opinions des hommes:
elles ont leur reuolution, leur saison, leur naissance, leur mort,
comme les choux: le ciel les agite, et les roule à sa poste, =II=, 366.

Le sçauoir est moins prisable, que le iugement; cestuy-cy se peut
passer de l’autre, et non l’autre de cestuy-cy, =I=, 216.

La science et la verité peuuent loger chez nous sans iugement, et le
iugement y peut aussi estre sans elles: voire la reconnoissance de
l’ignorance est l’vn des plus beaux et plus seurs tesmoignages de
iugement que ie trouue, =II=, 62.

Combien diuersement iugeons nous des choses? combien de fois changeons
nous noz fantasies? Ce que ie tiens auiourd’huy, et ce que ie croy, ie
le tiens, et le croy de toute ma croyance; ie ne sçaurois embrasser
aucune verité ny conseruer auec plus d’asseurance, que ie fay cette-cy.
I’y suis tout entier; i’y suis voyrement: mais ne m’est-il pas aduenu
non vne fois, mais cent, mais mille, et tous les iours, d’auoir
embrassé quelque autre chose en cette mesme condition, que depuis i’ay
iugé fauce? =II=, 342.

Nostre apprehension, nostre iugement et les facultez de nostre ame
en general, souffrent selon les mouuements et alterations du corps,
lesquelles alterations sont continuelles. N’auons nous pas l’esprit
plus esueillé, la memoire plus prompte, le discours plus vif, en santé
qu’en maladie? La ioye et la gayeté ne nous font elles pas receuoir les
subjects qui se presentent à nostre ame, d’vn tout autre visage, que le
chagrin et la melancholie? =II=, 344.

Ce ne sont pas seulement les fieures, les breuuages, et les grands
accidens, qui renuersent nostre iugement: les moindres choses du
monde le tourneuirent. Par consequent, à peine se peut-il rencontrer
vne seule heure en la vie, où nostre iugement se trouue en sa deuë
assiette, =II=, 346.

Qui se souuient de s’estre tant et tant de fois mesconté de son propre
iugement: est-il pas vn sot, de n’en entrer iamais en deffiance?
=III=, 618.

Si nostre iugement est en main à la maladie mesmes, et à la
perturbation, si c’est de la folie et de la temerité, qu’il est tenu de
receuoir l’impression des choses, quelle seurté pouuons nous attendre
de luy? =II=, 352.

Il se tire vne merueilleuse clarté pour le iugement humain, de la
frequentation du monde. Nous sommes tous contraints et amoncellez
en nous, et auons la veuë racourcie à la longueur de nostre nez:
nous ne regardons que sous nous. A qui il gresle sur la teste, tout
l’hemisphere semble estre en tempeste et orage, =I=, 250.

Nos iugemens sont encores malades, et suyuent la deprauation de nos
mœurs. Ie voy la plupart des esprits de mon temps faire les ingenieux
à obscurcir la gloire des belles et genereuses actions anciennes, leur
donnant quelque interpretation vile, et leur controuuant des occasions
et des causes vaines. Grande subtilité. Qu’on me donne l’action la plus
excellente et pure, ie m’en vois y fournir vraysemblablement cinquante
vitieuses intentions, =I=, 400.

Vous recitez simplement vne cause à l’aduocat, il vous y respond
chancellant et doubteux: vous sentez qu’il luy est indifferent de
prendre à soustenir l’vn ou l’autre party: l’auez vous bien payé pour
y mordre, et pour s’en formaliser, commence-il d’en estre interessé,
y a-il eschauffé sa volonté? sa raison et sa science s’y eschauffent
quant et quant: voylà vne apparente et indubitable verité, qui se
presente à son entendement: il y descouure vne toute nouuelle lumiere,
et le croit à bon escient, et se le persuade ainsi, =II=, 350.

L’ardeur qui naist du despit, et de l’obstination, à l’encontre de
l’impression et violence du magistrat, et du danger: ou l’interest de
la reputation, ont enuoyé tel homme soustenir iusques au feu, l’opinion
pour laquelle entre ses amys, et en liberté, il n’eust pas voulu
s’eschauder le bout du doigt, =II=, 350.

Il se faut garder de s’attacher aux opinions vulgaires, et les faut
iuger par la voye de la raison, non par la voix commune, =I=, 354.

Les choses ne logent pas chez nous en leur forme et en leur essence,
s’il estoit ainsi, nous les receurions de mesme façon: le vin seroit
tel en la bouche du malade, qu’en la bouche du sain; tandis qu’il ne
se void aucune proposition, qui ne soit debattue et controuersee entre
nous, ou qui ne le puisse estre, ce qui montre bien que nostre iugement
naturel ne saisit pas bien clairement ce qu’il saisit: car mon iugement
ne le peut faire receuoir au iugement de mon compagnon: qui est signe
qui ie l’ay saisi par quelque autre moyen, que par vne naturelle
puissance, qui soit en moy et en tous les hommes, =II=, 340.

Nous recognoissons aysément és autres, l’aduantage du courage, de la
force corporelle, de l’experience, de la disposition, de la beauté:
mais l’aduantage du iugement, nous ne le cedons à personne. Et les
raisons qui partent du simple discours naturel en autruy, il nous
semble qu’il n’a tenu qu’à regarder de ce costé là, que nous ne les
ayons trouuees, =II=, 508.

Si chascun qui oid vne iuste sentence, regardoit incontinent par où
elle luy appartient en son propre: chascun trouueroit, que cette cy
n’est pas tant vn bon mot comme vn bon coup de fouet à la bestise
ordinaire de son iugement. Mais on reçoit les aduis de la verité et
ses preceptes, comme adressés au peuple, non iamais à soy: et au
lieu de les coucher sur ses mœurs, chascun les couche en sa memoire,
tres-sottement et tres-inutilement, =I=, 170.

Il eschappe souuent des fautes à nos yeux: la maladie du iugement
consiste à ne les pouuoir apperceuoir, lors qu’vn autre nous les
descouure, =II=, 62.

Il est peu de choses, ausquelles nous puissions donner le iugement
syncere, par ce qu’il en est peu, ausquelles en quelque façon nous
n’ayons particulier interest, =III=, 324.

C’est vn tesmoignage merueilleux de la foiblesse de nostre iugement,
qu’il recommande les choses par la rareté ou nouuelleté, ou encore par
la difficulté, si la bonté et vtilité n’y sont ioinctes, =I=, 568.

Il ne faut pas iuger ce qui est possible, et ce qui ne l’est pas, selon
ce qui est croyable et incroyable à nostre sens. Et est vne grande
faute, et en laquelle toutesfois la plus part des hommes tombent: de
faire difficulté de croire d’autruy, ce qu’eux ne sçauroient faire, ou
ne voudroient, =II=, 628.

Tout ce qui nous semble estrange, nous le condamnons, et ce que nous
n’entendons pas, =II=, 166.

C’est vne hardiesse dangereuse et de consequence, outre l’absurde
temerité qu’elle traine quant et soy, de mespriser ce que nous ne
conceuons pas, =I=, 294.

Condamner resolument vne chose pour fausse, et impossible, c’est se
donner l’aduantage d’auoir dans la teste, les bornes et limites de la
volonté de Dieu, et de la puissance de nostre mere nature: et il n’y a
point de plus notable folie au monde, que de les ramener à la mesure de
nostre capacité et suffisance, =I=, 290.

L’incertitude de mon iugement, est si également balancée en la pluspart
des occurrences, que ie compromettrois volontiers à la decision du sort
et des dets, =II=, 506.

Ie ne fay qu’aller et venir: mon iugement ne tire pas tousiours
auant, il flotte, il vague. Il se fait mille agitations indiscrettes
et casueles chez moy. Ou l’humeur melancholique me tient, ou la
cholerique; et de son authorité priuée, à cett’ heure le chagrin
predomine en moy, à cette heure l’allegresse. A iun ie me sens autre,
qu’apres le repas: si ma santé me rid, et la clarté d’vn beau iour, me
voyla honneste homme: si i’ay vn cor qui me presse l’orteil, me voylà
renfroigné, mal plaisant et inaccessible. Vn mesme pas de cheual me
semble tantost rude, tantost aysé; et mesme chemin à cette heure plus
court, vne autre fois plus long: et vne mesme forme ores plus ores
moins aggreable. Maintenant ie suis à tout faire, maintenant à rien
faire: ce qui m’est plaisir à cette heure, me sera quelquefois peine.
Quand ie prens des liures, i’auray apperceu en tel passage des graces
excellentes, et qui auront feru mon ame; qu’vn’ autre fois i’y retombe,
i’ay beau le tourner et virer, c’est vne masse incognue et informe pour
moy. Maintes-fois, comme il aduient de faire volontiers, ayant pris
pour exercice et pour estat, à maintenir vne contraire opinion à la
mienne, mon esprit s’appliquant et tournant de ce coste-là, m’y attache
si bien, que ie ne trouue plus la raison de mon premier aduis, et m’en
despars. Ie m’entraine quasi où ie panche, comment que ce soit, et
m’emporte de mon poix. Chacun à peu pres en diroit autant de soy, s’il
se regardoit comme moy, =II=, 348.

Ma foiblesse n’altere aucunement les opinions que ie dois auoir de
la force et vigueur de ceux qui le méritent. Rampant au limon de la
terre, ie ne laisse pas de remarquer iusques dans les nuës la hauteur
inimitable d’aucunes ames heroïques, =I=, 398.


JUSTICE (LANGAGE JUDICIAIRE, LOIS).

Nous appellons iustice, la dispensation et pratique, des loix tres
ineptes souuent et tres iniques, =III=, 36.

Les Stoïciens tenoient que Nature mesme procede contre iustice, en la
pluspart de ses ouurages. Les Cyrenaïques qu’il n’y a rien iuste de
soy: que les coustumes et loix forment la iustice, =III=, 162.

L’humaine iustice est formée au modelle de la medecine, selon laquelle,
tout ce qui est vtile est aussi iuste et honneste, =III=, 612.

Considerez la forme de cette iustice qui nous regit; c’est vn vray
tesmoignage de l’humaine imbecillité: tant il y a de contradiction et
d’erreur. Ce que nous trouuons faueur et rigueur en la iustice: et y en
trouuons tant, que ie ne sçay si l’entre-deux s’y trouue si souuent:
ce sont parties maladiues, et membres iniustes, du corps mesmes et
essence de la iustice. Combien auons nous descouuert d’innocens auoir
esté punis; ie dis sans la coulpe des iuges; et combien en y a-il eu,
que nous n’auons pas descouuert? Combien ay-ie veu de condemnations,
plus crimineuses que le crime? Il n’y a remède. I’en suis là que ie ne
me representeray iamais, que ie puisse, à homme qui decide de ma teste:
où mon honneur, et ma vie, depende de l’industrie et soing de mon
procureur; plus que de mon innocence, =III=, 610.

Qu’est-il plus farouche que de voir vne nation, où par legitime
coustume la charge de iuger se vende; les iugements soyent payez à purs
deniers contans: et où legitimement la iustice soit refusee à qui n’a
dequoy la payer? =I=, 174.

De ce mesme papier où il vient d’escrire l’arrest de condemnation
contre vn adultere, le iuge en desrobe vn lopin, pour en faire vn
poulet à la femme de son compagnon. Celle à qui vous viendrez de
vous frotter illicitement, criera plus asprement, tantost, en vostre
presence mesme, à l’encontre d’vne pareille faute de sa compaigne, que
ne feroit Porcie. Et tel condamne les hommes à mourir, pour des crimes,
qu’il n’estime point fautes, =III=, 460.

Tel qui rapporte de sa maison la douleur de la goutte, la ialousie,
ou le larrecin de son valet, ayant toute l’ame teinte et abbreuuée de
colere, il ne faut pas doubter que son iugement ne s’en altere vers
cette part là, =II=, 346.

Quelque bon dessein qu’ait vn iuge, s’il ne s’escoute de pres, à quoy
peu de gens s’amusent; l’inclination à l’amitié, à la parenté, à la
beauté, et à la vengeance, et non pas seulement choses si poisantes,
mais cet instinct fortuite, qui nous fait fauoriser vne chose plus
qu’vne autre, et qui nous donne sans le congé de la raison, le choix,
en deux pareils subjects, ou quelque vmbrage de pareille vanité,
peuuent insinuer insensiblement en son iugement, la recommendation ou
deffaueur d’vne cause, et donner pente à la balance, =II=, 346.

I’ay ouy parler d’vn iuge, lequel où il rencontroit vn aspre conflit
entre Bartolus et Baldus, et quelque matiere agitée de plusieurs
contrarietez, mettoit en marge de son liure, Question pour l’amy,
c’est à dire que la verité estoit si embrouillée et debatue, qu’en
pareille cause, il pourroit fauoriser celle des parties, que bon luy
sembleroit. Il ne tenoit qu’à faute d’esprit et de suffisance, qu’il ne
peust mettre par tout, Question pour l’amy. Les aduocats et les iuges
de nostre temps, trouuent à toutes causes, assez de biais pour les
accommoder où bon leur semble, =II=, 378.

Receuons quelque forme d’arrest qui die: La Cour n’y entend rien; tels
les Areopagites: lesquels se trouuans pressez d’vne cause, qu’ils ne
pouuoient desuelopper, ordonnerent que les parties en viendroient à
cent ans, =I=, 536.

Certes i’ay eu souuent despit, de voir des iuges, attirer par fraude
et fauces esperances de faueur ou pardon, le criminel à descouurir
son fait, et y employer la piperie et l’impudence. C’est vne iustice
malicieuse: et ne l’estime pas moins blessee par soy-mesme, que par
autruy, =III=, 80.

La cholere et la hayne sont au delà du deuoir de la iustice: et
sont passions seruans seulement à ceux, qui ne tiennent pas assez à
leur deuoir, par la raison simple. Toutes intentions legitimes sont
d’elles mesmes temperees: sinon, elles s’alterent en seditieuses et
illegitimes, =III=, 82.

C’est vn vsage de nostre iustice, d’en condamner aucuns, pour
l’aduertissement des autres. De les condamner, par ce qu’ils ont
failly, ce seroit bestise, car ce qui est faict, ne se peut deffaire:
mais c’est afin qu’ils ne faillent plus de mesmes, ou qu’on fuye
l’exemple de leur faute. On ne corrige pas celuy qu’on pend, on corrige
les autres par luy, =III=, 330.

C’est raison qu’on face grande difference entre les fautes qui viennent
de nostre foiblesse, et celles qui viennent de nostre malice. Car en
celles icy nous sommes bandez à nostre escient contre les regles de la
raison, que nature a empreintes en nous: et en celles là, il semble que
nous puissions appeller à garant cette mesme nature pour nous auoir
laissé en telle imperfection et deffaillance, =I=, 88.

Ie hay moins l’iniure professe que trahitresse; guerriere que pacifique
et iuridique, =III=, 426.

Les supplices aiguisent les vices plustost qu’ils ne les amortissent:
ils n’engendrent point le soing de bien faire, c’est l’ouurage de la
raison, et de la discipline: mais seulement vn soing de n’estre surpris
en faisant mal, =II=, 438.

C’est mettre ses coniectures à bien haut prix, que d’en faire cuire vn
homme tout vif, =III=, 540.

A tuer les gens: il faut vne clairté lumineuse et nette, =III=, 538.

Quant à moy, en la iustice mesme, tout ce qui est au delà de la mort
simple, me semble pure cruauté, =II=, 102.

Nostre iustice ne nous presente que l’vne de ses mains; et encore la
gauche. Quiconque il soit, il en sort auecques perte, =III=, 612.


LACHETÉ (PEUR).

La plus commune façon de chastier la coüardise, est par honte et
ignominie. Toutesfois quand il y auroit vne si grossiere et apparente
ou ignorance ou couardise, qu’elle surpassast toutes les ordinaires, ce
seroit raison de la prendre pour suffisante preuue de meschanceté et de
malice, et de la chastier pour telle, =I=, 90.


LAIDEUR.

Entre les laideurs, ie compte les beautez artificielles et forcees. La
laideur d’vne vieillesse aduouee, est moins vieille, et moins laide à
mon gré, qu’vne autre peinte et lissee, =III=, 282.


LANGAGE.

Nostre parler a ses foiblesses et ses deffaults, comme tout le reste.
La plus part des occasions des troubles du monde sont Grammariens. Noz
procez ne naissent que du debat de l’interpretation des loix; et la
plus part des guerres, de cette impuissance de n’auoir sçeu clairement
exprimer les conuentions et traictez d’accord des Princes, =II=, 276.

Le parler que i’ayme, c’est vn parler simple et naif, tel sur le papier
qu’à la bouche: vn parler succulent et nerueux, court et serré, non
tant delicat et peigné, comme vehement et brusque. Plustost difficile
qu’ennuieux, esloigné d’affectation: desreglé, descousu, et hardy:
chaque loppin y face son corps: non pedantesque, non fratesque, non
pleideresque, mais plustost soldatesque, =I=, 278.

En nostre langage ie trouue assez d’estoffe, mais vn peu faute de
façon. Car il n’est rien, qu’on ne fist du iargon de nos chasses, et
de nostre guerre, qui est vn genereux terrein à emprunter. Et les
formes de parler, comme les herbes, s’amendent et fortifient en les
transplantant. Ie le trouue suffisamment abondant, mais non pas maniant
et vigoureux suffisamment. Il succombe ordinairement à vne puissante
conception. Si vous allez tendu, vous sentez souuent qu’il languit
soubs vous, et fleschit: et qu’à son deffaut le Latin se presente au
secours, et le Grec à d’autres, =III=, 242.

Personne n’est exempt de dire des fadaises: le malheur est, de les dire
curieusement, =III=, 78.

Il en est de si sots, qu’ils se destournent de leur voye vn quart de
lieuë, pour courir apres vn beau mot. Au rebours, c’est aux paroles à
seruir et à suiure, et que le Gascon y arriue, si le François n’y peut
aller, =I=, 276.

Qui a dans l’esprit vne viue imagination et claire, il la produira,
soit en Bergamasque, soit par mines, s’il est muet, =I=, 274.

Le maniement et employte des beaux esprits, donne prix à la langue: non
pas l’innouant, tant, comme la remplissant de plus vigoreux et diuers
seruices, l’estirant et ployant, =III=, 240.

Le long ou le court, ne sont proprietez qui ostent ny qui donnent prix
au langage, =II=, 476.

Les Atheniens estoient à choisir de deux architectes, à conduire
vne grande fabrique; le premier se presenta auec vn beau discours
premedité: mais l’autre en trois mots: Seigneurs Atheniens, ce que
cettuy a dict, ie le feray, =I=, 274.


LANGAGE JUDICIAIRE.

Quelle chose peut estre plus estrange, que de voir vn peuple obligé à
suiure des loix qu’il n’entendit oncques: attaché en tous ses affaires
domesticques, mariages, donations, testaments, ventes, et achapts,
à des regles qu’il ne peut sçauoir, n’estans escrites ny publiees
en sa langue, et desquelles par necessité il luy faille acheter
l’interpretation et l’vsage, =I=, 174.

Pourquoy est-ce, que notre langage commun, si aisé à tout autre vsage,
deuient obscur et non intelligible, en contract et testament: et que
celuy qui s’exprime si clairement, quoy qu’il die et escriue, ne
trouue en cela, aucune maniere de se declarer, qui ne tombe en doute
et contradiction? Si ce n’est, que les Princes de cet art s’appliquans
d’vne peculiere attention, à trier des mots solemnes, et former des
clauses artistes, ont tant poisé chasque syllabe, espluché si primement
chasque espece de cousture, que les voila enfrasquez et embrouillez en
l’infinité des figures, et si menuës partitions: qu’elles ne peuuent
plus tomber soubs aucun reglement et prescription, ny aucune certaine
intelligence, =III=, 602.

La liberalité n’est pas bien en son lustre en main souueraine: les
priuez y ont plus de droict. Car à le prendre exactement, vn Roy n’a
rien proprement sien; il se doibt soy-mesmes à autruy, =III=, 296.

Comment assouuiroit il les enuies, qui croissent, à mesure qu’elles se
remplissent? Qui a sa pensee à prendre, ne l’a plus à ce qu’il a prins.
La conuoitise n’a rien si propre que d’estre ingrate, =III=, 298.

A nostre mode, ce n’est iamais faict: le reçeu ne se met plus en
compte: on n’ayme la liberalité que future. Par quoy plus vn Prince
s’espuise en donnant, plus il s’appaourit d’amys, =III=, 298.

Il faut à qui en veut retirer fruict, semer de la main, non pas verser
du sac: il faut espandre le grain, non pas le respandre, =III=, 296.

Il est trop aysé d’imprimer la liberalité, en celuy, qui a dequoy y
fournir autant qu’il veut, aux despens d’autruy. Et son estimation se
reglant, non à la mesure du present, mais à la mesure des moyens de
celuy qui l’exerce, elle vient à estre vaine en mains si puissantes.
Ils se trouuent prodigues, auant qu’ils soient liberaux, =III=, 296.


LIBERTÉ.

La vraye liberté c’est pouuoir toute chose sur soy, =III=, 564.

La premeditation de la mort, est premeditation de la liberté. Qui a
apris à mourir, il a desapris à seruir, =I=, 116.

Le sçauoir mourir nous afranchit de toute subiection et contraincte,
=I=, 116.


LIVRES.

Les liures ont beaucoup de qualitez aggreables à ceux qui les sçauent
choisir. Mais aucun bien sans peine. C’est vn plaisir qui n’est pas
net et pur, non plus que les autres: il a ses incommoditez, et bien
poisantes. L’ame s’y exerce, mais le corps demeure ce pendant sans
action, s’atterre et s’attriste. Ie ne sçache excez plus dommageable,
ny plus à euiter, en la declinaison d’aage, =III=, 158.


LOIS (JUSTICE, LANGAGE JUDICIAIRE).

Les loix prennent leur authorité de la possession et de l’vsage: il
est dangereux de les ramener à leur naissance: elles grossissent et
s’annoblissent en roulant, comme nos riuieres, =II=, 380.

Elles se maintiennent en credit, non par ce qu’elles sont iustes,
mais par ce qu’elles sont loix. C’est le fondement mystique de leur
authorité: elles n’en ont point d’autre. Qui bien leur sert. Elles sont
souuent faictes par des sots. Plus souuent par des gens, qui en haine
d’equalité ont faute d’equité. Mais tousiours par des hommes, autheurs
vains et irresolus, =III=, 614.

Il n’est rien si lourdement, et largement fautier, que les loix: ny si
ordinairement. Quiconque leur obeit par ce qu’elles sont iustes, ne
leur obeyt pas iustement par où il doit, =III=, 614.

Il n’est si homme de bien, qu’il mette à l’examen des loix toutes ses
actions et pensées, qui ne soit pendable dix fois en sa vie. Voire tel,
qu’il seroit tres-grand dommage, et tres-iniuste de punir et de perdre,
=III=, 462.

Tel pourroit n’offencer point les loix, qui n’en meriteroit point la
loüange d’homme de vertu: et que la philosophie feroit tres-iustement
foiter. Tant cette relation est trouble et inegale, =III=, 462.

Quelle bonté est-ce que ie voyois hyer en credit, et demain ne l’estre
plus: et que le traiect d’vne riuiere fait crime? Quelle verité est-ce
que ces montaignes bornent mensonge au monde qui se tient au delà?
=II=, 374.

Pour la reuerence des lois la vraye vertu a beaucoup à se desmettre de
sa vigueur originelle: et non seulement par leur permission, plusieurs
actions vitieuses ont lieu, mais encores à leur suasion, =III=, 92.

Les loix mesmes de la iustice, ne peuuent subsister sans quelque
meslange d’iniustice. Et ceux-là entreprennent de couper la teste
de Hydra, qui pretendent oster des loix toutes incommoditez et
inconueniens, =II=, 540.

Les pires nous sont si necessaires, que sans elles, les hommes
s’entre-mangeroient les vns les autres; sans loix, nous viurions comme
bestes, =II=, 334.

Quiconque combat les loix, menace les gents de bien d’escourgees et de
la corde, =I=, 244.

Le pis que ie trouue en nostre estat, c’est l’instabilité: et que nos
loix ne peuuent prendre aucune forme arrestée, =II=, 508.

Il n’est rien subiect à plus continuelle agitation que les loix. Depuis
que ie suis nay, i’ay veu telle chose qui nous estoit capitale, deuenir
legitime; prenant vne essence contraire en l’espace de peu d’années de
possession, =II=, 372.

L’opinion de celuy-là ne me plaist guere, qui pensoit par la
multitude des loix, brider l’authorité des iuges, en leur taillant
leurs morceaux. Il ne sentoit point, qu’il y a autant de liberté et
d’estenduë à l’interpretation des loix, qu’à leur façon, =III=, 600.

Toutes choses se tiennent par quelque similitude. Tout exemple cloche.
Et la relation qui se tire de l’experience, est tousiours defaillante
et imparfaicte. On ioinct toutesfois les comparaisons par quelque bout.
Ainsi seruent les loix; et s’assortissent à chacun de nos affaires, par
quelque interpretation destournée, contrainte et biaise, =III=, 610.

Les hommes vont ainsin. On laisse les loix, et preceptes suiure
leur voye, nous en tenons vne autre. Non par desreglement de mœurs
seulement, mais par opinion souuent, et par iugement contraire,
=III=, 460.

Nous auons en France, plus de loix que tout le reste du monde ensemble;
et plus qu’il n’en faudroit à regler tous les mondes d’Epicurus: et si
auons tant laissé à opiner et decider à nos iuges, qu’il ne fut iamais
liberté si puissante et si licencieuse. Qu’ont gaigné nos legislateurs
à choisir cent mille especes et faicts particuliers, et y attacher cent
mille loix? Ce nombre n’a aucune proportion, auec l’infinie diuersité
des actions humaines. La multiplication de nos inuentions, n’arriuera
pas à la variation des exemples. Adioustez y en cent fois autant: il
n’aduiendra pas pourtant, que des euenemens à venir, il s’en trouue
aucun, qui en tout ce grand nombre de milliers d’euenemens choisis et
enregistrez en rencontre vn, auquel il se puisse ioindre et apparier,
si exactement, qu’il n’y reste quelque circonstance et diuersité, qui
requiere diuerse consideration de iugement, =III=, 600.

Il y a peu de relation de nos actions, qui sont en perpetuelle
mutation, auec les loix fixes et immobiles. Les plus desirables, ce
sont les plus rares, plus simples, et generales. Et encore crois-ie,
qu’il vaudroit mieux n’en auoir point du tout, que de les auoir en tel
nombre que nous auons, =III=, 602.

Il y a grand doute, s’il se peut trouuer si euident profit au
changement d’vne loy receüe telle qu’elle soit, qu’il y a de mal à la
remuer, =I=, 176.

La fortune nous presente aucunes-fois la necessité si vrgente, qu’il
est besoin que les loix luy facent quelque place. Quand on resiste à
l’accroissance d’vne innouation qui vient par violence à s’introduire,
de se tenir en tout et par tout en bride et en regle contre ceux qui
ont la clef des champs, ausquels tout cela est loisible qui peut
auancer leur dessein, qui n’ont ny loy ny ordre que de suiure leur
aduantage, c’est vne dangereuse obligation et inequalité. Il est
encore reproché à ces deux grands personnages, Octauius et Caton, aux
guerres ciuiles, l’vn de Sylla, l’autre de Cæsar, d’auoir plustost
laissé encourir toutes extremitez à leur patrie, que de la secourir aux
despens de ses loix, et que de rien remuer. Mieux vault faire vouloir
aux loix ce qu’elles peuuent, lors qu’elles ne peuuent ce qu’elles
veulent. C’est ce dequoy Plutarque loüe Philopœmen, qu’estant né pour
commander, il sçauoit non seulement commander selon les loix, mais aux
loix mesmes, quand la necessité publique le requeroit, =I=, 184.

Il y a ie ne sçay quelle douceur naturelle à se sentir louër, mais
nous luy prestons trop de beaucoup. Ie ne me soucie pas tant, quel
ie sois chez autruy, comme ie me soucie quel ie sois en moy-mesme.
Les estrangers ne voyent que les euenemens et apparences externes:
chacun peut faire bonne mine par le dehors, plein au dedans de fiebure
et d’effroy. Ils ne voyent pas mon cœur, ils ne voyent que mes
contenances, =II=, 454.


LOUANGE (FLATTERIE, GLOIRE, RÉPUTATION).

La louange est tousiours plaisante, de qui, et pourquoy elle vienne. Si
faut-il pour s’en aggreer iustement, estre informé de sa cause,
=III=, 412.

Louez un bossu de sa belle taille, il le doit receuoir à iniure: si
vous estes couard, et qu’on vous honnore pour vn vaillant homme, est-ce
de vous qu’on parle? On vous prend pour vn autre, =III=, 190.


MAL.

Le mal est à l’homme bien à son tour. Ny la douleur ne luy est
tousiours à fuïr, ny la volupté tousiours à suiure, =II=, 214.

En toutes nos fortunes, nous nous comparons à ce qui est au dessus
de nous, et regardons vers ceux qui sont mieux. Mesurons nous à ce
qui est au dessous: il n’en est point de si miserable, qui ne trouue
mille exemples où se consoler. C’est nostre vice, que nous voyons plus
mal volontiers, ce qui est dessus nous, que volontiers, ce qui est
dessoubs, =III=, 402.

Qui dresseroit vn tas de tous les maux ensemble, il n’est aucun, qui ne
choisist plustost de remporter auec soy les maux qu’il a, que de venir
à diuision legitime, auec tous les autres hommes, de ce tas de maux, et
en prendre sa quotte part, =III=, 404.

Les plus griefs et ordinaires maux, sont ceux que la fantasie nous
charge, =III=, 642.

Qui se faict plaindre sans raison, est homme pour n’estre pas plaint,
quand la raison y sera. C’est pour n’estre iamais plaint, que se
plaindre tousiours, faisant si souuent le piteux, qu’on ne soit
pitoyable à personne, =III=, 440.

Le plus vieil et mieux cogneu mal, est tousiours plus supportable, que
le mal recent et inexperimenté, =III=, 402.

Tous les maux qui n’ont autre danger que du mal, nous les disons sans
danger. Celuy si grief qu’il soit, d’autant qu’il n’est pas homicide,
qui le met en conte de maladie? =I=, 452.


MALADIE.

On n’a point à se plaindre des maladies, qui partagent loyallement le
temps auec la santé, =III=, 654.

Nous nous perdons d’impatience. Les maux ont leur vie, et leurs
bornes, leurs maladies et leur santé. Les maladies ont leur fortune
limitée dés leur naissance: et leurs iours. Qui essaye de les abbreger
imperieusement, par force, au trauers de leur course, il les allonge
et multiplie: et les harselle, au lieu de les appaiser. Il ne faut ny
obstinéement s’opposer aux maux, et à l’estourdi: ny leur succomber de
mollesse: mais il leur faut ceder naturellement, selon leur condition
et la nostre. On doit donner passage aux maladies: elles arrestent
moins chez qui les laisse faire. Laissons faire vn peu à Nature: elle
entend mieux ses affaires que nous. Mais vn tel en mourut. Si ferez
vous: sinon de ce mal là, d’vn autre. Et combien n’ont pas laissé d’en
mourir, ayants trois medecins à leur costé? =III=, 646.

Ie n’ayme point à guarir le mal par le mal. Ie hay les remedes qui
importunent plus que la maladie. D’estre subiect à la colique, et
subiect à m’abstenir du plaisir de manger des huitres, ce sont deux
maux pour vn. Le mal nous pinse d’vn costé, la regle de l’autre.
Puis-qu’on est au hazard de se mesconter, hasardons nous plustost à la
suitte du plaisir. Le monde faict au rebours, et ne pense rien vtile,
qui ne soit penible. La facilité luy est suspecte, =III=, 642.

Sinon l’allegresse, aumoins la contenance rassise des assistans, est
propre, pres d’vn sage malade. Pour se voir en vn estat contraire, il
n’entre point en querelle auec la santé. Il luy plaist de la contempler
en autruy, forte et entiere; et en iouyr au moins par compagnie. Pour
se sentir fondre contre-bas, il ne reiecte pas du tout les pensées de
la vie, ny ne fuit les entretiens communs, =III=, 442.

Les maladies se coniurent mieux par courtoisie, que par brauerie. Il
faut souffrir doucement les loix de nostre condition. Nous sommes
pour vieillir, pour affoiblir, pour estre malades, en despit de toute
medecine, =III=, 646.


MARIAGE.

Le mariage, outre ce que c’est vn marché qui n’a que l’entree libre, de
duree contrainte et forcee, dependant d’ailleurs que de nostre vouloir:
il y suruient mille fusees estrangeres à desmeler parmy, suffisantes à
rompre le fil et troubler le cours d’vne viue affection, =I=, 302.

Il n’est plus temps de regimber quand on s’est laissé entrauer. Il
faut prudemment mesnager sa liberté: mais depuis qu’on s’est submis
à l’obligation, il s’y faut tenir soubs les loix du debuoir commun,
aumoins s’en efforcer, =III=, 200.

Vn mariage plein d’accord et de bonne conuenance, peut ne pas tousiours
presenter beaucoup de loyauté: il n’est pas impossible de se rendre aux
efforts de l’amour, et ce neantmoins reseruer quelque deuoir enuers le
mariage: on le peut blesser, sans le rompre tout à faict, =II=, 202.

La beauté, l’oportunité, la destinee (car la destinee y met aussi la
main) l’ont attachée à vn estranger: non pas si entiere peut estre,
qu’il ne luy puisse rester quelque liaison par où elle tient encore à
son mary, =III=, 202.

On ne se marie pas pour soy, quoy qu’on die: on se marie autant ou
plus, pour sa posterité, pour sa famille. L’vsage et l’interest du
mariage touche nostre race, bien loing par delà nous. Pourtant me
plaist cette façon, qu’on le conduise plustost par main tierce, que
par les propres: et par le sens d’autruy, que par le sien. Tout cecy,
combien à l’opposite des conuentions amoureuses? =III=, 194.

Ie trouue peu d’aduancement à vn homme de qui les affaires se portent
bien, d’aller chercher vne femme qui le charge d’vn grand dot; il n’est
point de debte estrangere qui apporte plus de ruyne aux maisons,
=II=, 40.

C’est vne religieuse liaison et deuote que le mariage: voyla pourquoy
le plaisir qu’on en tire, ce doit estre vn plaisir retenu, serieux et
meslé à quelque seuerité: ce doit estre vne volupté aucunement prudente
et consciencieuse, =I=, 346.

Confessons le vray, il n’en est guere d’entre nous, qui ne craigne plus
la honte, qui luy vient des vices de sa femme, que des siens: qui ne
se soigne plus (esmerueillable charité) de la conscience de sa bonne
espouse, que de la sienne propre: qui n’aymast mieux estre voleur et
sacrilege, et que sa femme fust meurtriere et heretique, que si elle
n’estoit plus chaste que son mary. Inique estimation de vices,
=III=, 216.

Celuy là s’y entendoit, ce me semble, qui dit qu’vn bon mariage se
dressoit d’vne femme aueugle, auec vn mary sourd, =III=, 236.

Les aigreurs comme les douceurs du mariage se tiennent secrettes par
les sages, =III=, 234.

Bonne femme et bon mariage, se dit, non de qui l’est, mais duquel on se
taist, =II=, 234.

I’ay auec despit, veu des maris hayr leurs femmes, de ce seulement,
qu’ils leur font tort. Aumoins ne les faut il pas moins aymer, de
nostre faute: par repentance et compassion aumoins, elles nous en
deuroient estre plus cheres, =III=, 204.

Le mariage est vn marché plein de tant d’espineuses circonstances,
qu’il est malaisé que la volonté d’vne femme, s’y maintienne entiere
long temps. Les hommes, quoy qu’ils y soyent auec vn peu meilleure
condition, y ont trop affaire. La touche d’vn bon mariage, et sa
vraye preuue, regarde le temps que la societé dure; si elle a esté
constamment douce, loyalle, et commode, =II=, 662.

Ce qu’il s’en voit si peu de bons, est signe de son prix et de sa
valeur. A le bien façonner et à le bien prendre, il n’est point de
plus belle piece en notre societé. Nous ne nous en pouuons passer,
et l’allons auillissant. Il en aduient ce qui se voit aux cages, les
oyseaux qui en sont dehors, desesperent d’y entrer; et d’vn pareil
soing en sortir, ceux qui sont au dedans, =III=, 200.

Socrates, enquis, qui estoit plus commode, prendre, ou ne prendre point
de femme: Lequel des deux, dit-il, on face, on s’en repentira,
=III=, 200.

Ie ne voy point de mariages qui faillent plustost, et se troublent que
ceux qui s’acheminent par la beauté, et desirs amoureux. Il y faut des
fondemens plus solides, et plus constans, et y marcher d’aguet: cette
boüillante allegresse n’y vaut rien, =III=, 196.

Peu de gens ont espousé des amies qui ne s’en soient repentis,
=III=, 202.

I’ay veu de mon temps en quelque bon lieu, guerir honteusement et
deshonnestement, l’amour, par le mariage: les considerations sont trop
autres, =III=, 202.

Le mariage est vn nom d’honneur et dignité, non de folastre et lasciue
concupiscence, =I=, 348.

Il faut, dit Aristote, toucher sa femme prudemment et seuerement, de
peur qu’en la chatouillant trop lasciuement, le plaisir ne la face
sortir hors des gons de raison, =III=, 196.

Les plaisirs mesmes des maris à l’accointance de leurs femmes, sont
reprouuez, si la moderation n’y est obseruée: il y a dequoy faillir
en licence et desbordement en ce subiect là, comme en vn subiect
illegitime. Ces encheriments deshontez, que la chaleur premiere nous
suggere en ce ieu, sont non indecemment seulement, mais dommageablement
employez enuers noz femmes. Qu’elles apprennent l’impudence au moins
d’vne autre main. Elles sont tousiours assez esueillées pour nostre
besoing, =I=, 346.

Les mariez, le temps estant tout leur, ne doiuent ny presser ny
taster leur entreprinse, s’ils ne sont prests. Et vault mieux faillir
indecemment, à estreiner la couche nuptiale, pleine d’agitation et
de fieure, attendant vne et vne autre commodité plus priuée et moins
allarmée, que de tomber en vne perpetuelle misere, pour s’estre estonné
et desesperé du premier refus, =I=, 142.

La liberalité des dames est trop profuse au mariage, et esmousse la
poincte de l’affection et du desir, =III=, 204.

Vne trop continuelle assistance, et l’assiduité blesse: chacun sent
par experience, que la continuation de se voir, ne peut representer le
plaisir que lon sent à se desprendre, et reprendre à secousses,
=III=, 434.

L’amitié a les bras assez longs, pour se tenir et se ioindre, d’vn coin
de monde à l’autre: et specialement celle de mari à femme, où il y a
vne continuelle communication d’offices, qui en reueillent l’obligation
et la souuenance, =III=, 434.

Le mariage a pour sa part, l’vtilité, la iustice, l’honneur, et la
constance: vn plaisir plat, mais plus vniuersel. L’amour se fonde au
seul plaisir: et l’a de vray plus chatouilleux, plus vif, et plus aigu:
vn plaisir attizé par la difficulté: il y faut de la piqueure et de la
cuison. Ce n’est plus amour, s’il est sans fleches et sans feu,
=III=, 204.

Vn bon mariage, s’il en est, refuse la compagnie et conditions de
l’amour: il tasche à representer celles de l’amitié. C’est vne douce
societé de vie, pleine de constance, de fiance, et d’vn nombre infiny
d’vtiles et solides offices, et obligations mutuelles. Aucune femme
qui en sauoure le goust, ne voudroit tenir lieu de maistresse à son
mary. Si elle est logee en son affection, comme femme, elle y est bien
plus honorablement et seurement logee. Quand il fera l’esmeu ailleurs,
et l’empressé, qu’on luy demande pourtant lors, à qui il aymeroit
mieux arriuer vne honte, ou à sa femme ou à sa maistresse, de qui la
desfortune l’affligeroit le plus, à qui il desire plus de grandeur: ces
demandes n’ont aucun doubte en vn mariage sain, =III=, 198.

L’amour hait qu’on se tienne par ailleurs que par luy, et se mesle
laschement aux accointances qui sont dressees et entretenues soubs
autre titre: comme est le mariage, =III=, 194.

Ie me mariay à trente trois ans, et louë l’opinion de trente cinq,
qu’on dit estre d’Aristote. Platon ne veut pas qu’on se marie auant les
trente, =II=, 26.


MÉDECIN, MÉDECINE (MAUX, MALADIE).

Il y auoit en Ægypte vne loy plus iuste, par laquelle le medecin
prenoit son patient en charge les trois premiers iours, aux perils et
fortunes du patient: mais les trois iours passez, c’estoit aux siens
propres, =III=, 42.

L’experience est proprement sur son fumier au subiect de la medecine,
où la raison luy quitte la place. Tybère disoit, que quiconque auoit
vescu vingt ans, se deuoit respondre des choses qui luy estoient
nuisibles ou salutaires, et se sçauoir conduire sans medecine. Et le
pouuoit auoir apprins de Socrates: lequel conseillant à ses disciples
soigneusement, et comme vn tres principal estude, l’estude de leur
santé, adioustoit, qu’il estoit malaisé, qu’vn homme d’entendement,
prenant garde à ses exercices, à son boire et à son manger, ne
discernast mieux que tout medecin, ce qui luy estoit bon ou mauuais,
=III=, 628.

C’est de mal’heur que la science la plus importante qui soit en nostre
vsage, comme celle qui a charge de nostre conseruation et santé, soit
la plus incertaine, la plus trouble, et agitée de plus de changemens,
=III=, 46.

Les Ægyptiens auoient raison de reiecter ce general mestier de medecin,
et descoupper cette profession à chaque maladie, à chasque partie du
corps son œuurier. Cette partie en estoit bien plus proprement et moins
confusement traictée, de ce qu’on ne regardoit qu’à elle specialement.
Les nostres ne s’aduisent pas, que, qui pouruoid à tout, ne pouruoid à
rien: que la totale police de ce petit monde, leur est indigestible,
=III=, 54.

L’art de medecine, n’est pas si resolue, que nous soyons sans
authorité, quoy que nous facions. Elle change selon les climats, et
selon les Lunes: selon Fernel et selon l’Escale. Si vostre medecin ne
trouue bon, que vous dormez, que vous vsez de vin, ou de telle viande:
ne vous chaille: ie vous en trouueray vn autre qui ne sera pas de son
aduis. La diuersité des arguments et opinions medicinales, embrasse
toute sorte de formes, =III=, 644.

Qui vid iamais medecin se seruir de la recepte de son compagnon, sans
y retrancher ou adiouster quelque chose? Ils trahissent assez par là
leur art: et nous font voir qu’ils y considerent plus leur reputation,
et par consequent leur profit, que l’interest de leurs patiens. Celuy
là de leurs docteurs est plus sage, qui leur a anciennement prescript,
qu’vn seul se mesle de traicter vn malade: car s’il ne fait rien qui
vaille, le reproche à l’art de la medecine, n’en sera pas fort grand
pour la faute d’vn homme seul: et au rebours, la gloire en sera grande,
s’il vient à bien rencontrer: là où quand ils sont beaucoup, ils
descrient à tous les coups le mestier: d’autant qu’il leur aduient de
faire plus souuent mal que bien, =III=, 46.

Platon auoit raison de dire, que pour estre vray medecin, il seroit
necessaire que celuy qui l’entreprendroit, eust passé par toutes les
maladies, qu’il veut guerir, et par tous les accidens et circonstances
dequoy il doit iuger. C’est raison qu’ils prennent la verole, s’ils la
veulent sçauoir penser. Vrayment ie m’en fierois à celuy là. Car les
autres nous guident, comme celuy qui peint les mers, les escueils et
les ports, estant assis, sur sa table, et y faict promener le modele
d’vn nauire en toute seurté. Iettez-le à l’effect, il ne sçait par où
s’y prendre, =III=, 628.

C’est vne bonne regle en leur art, qu’il faut que la foy du patient,
preoccupe par bonne esperance et asseurance, leur effect et operation.
Laquelle regle ils tiennent iusques là, que le plus ignorant et
grossier medecin, ils le trouuent plus propre à celuy qui a fiance en
luy, que le plus experimenté, et incognu, =III=, 44.

Les medecins ployent ordinairement auec vtilité, leurs regles, à la
violence des enuies aspres, qui suruiennent aux malades. Ce grand
desir ne se peut imaginer, si estranger et vicieux, que Nature ne s’y
applique. Et puis, combien est-ce de contenter la fantasie? =III=, 642.

Il n’appartient qu’aux medecins de mentir en toute liberté, puis que
notre salut despend de la vanité, et fauceté de leurs promesses,
=III=, 42.

Nous ne receuons pas aisément la medecine que nous entendons; non
plus que la drogue que nous cueillons. Si les nations, desquelles
nous retirons le gayac, la salseperille, et le bois d’esquine, ont
des medecins, combien pensons nous par cette mesme recommendation de
l’estrangeté, la rareté, et la cherté, qu’ils façent feste de noz
choulx, et de nostre persil? car qui oseroit mespriser les choses
recherchées de si loing, au hazard d’vne si longue peregrination et si
perilleuse? =III=, 48.

C’est la crainte de la mort et de la douleur, l’impatience du mal, vne
furieuse et indiscrete soif de la guerison, qui nous aueugle. C’est
pure lascheté qui rend croyance à la medecine si molle et maniable. La
plus part pourtant ne croyent pas tant, comme ils endurent et laissent
faire, =III=, 66.

On se doit adonner aux meilleures regles, mais non pas s’y asseruir: si
ce n’est à celles, s’il y en a quelqu’vne, ausquelles l’obligation et
seruitude soit vtile. Il n’est rien, où les malades se puissent mettre
mieux en seurté, qu’en se tenant coy, dans le train de vie, où ils sont
esleuez et nourris. Le changement, quel qu’il soit, estonne et blesse.
Estendons nostre possession iusques aux derniers moyens. Le plus
souuent on s’y durcit, en s’opiniastrant, et corrige lon sa complexion,
=III=, 640.


MÉDITATION.

Le mediter est vn puissant estude et plein à qui sçait se taster et
employer vigoureusement. I’aime mieux forger mon ame, que la meubler.
Il n’est point d’occupation ny plus foible, ny plus forte, que celle
d’entretenir ses pensees, selon l’ame que c’est, =III=, 136.


MÉMOIRE.

C’est vn outil de merueilleux seruice, que la memoire, et sans lequel
le iugement fait bien à peine son office, =II=, 496.

C’est le receptacle et l’estuy de la science, =II=, 500.

La memoire nous represente, non pas ce que nous choisissons, mais ce
qui luy plaist. Il n’est rien qui imprime si viuement quelque chose en
nostre souuenance, que le desir de l’oublier. C’est vne bonne maniere
de donner en garde, et d’empreindre en nostre ame quelque chose, que de
la solliciter de la perdre, =II=, 216.

Ce n’est pas sans raison qu’on dit, que qui ne se sent point assez
ferme de memoire, ne se doit pas mesler d’estre menteur, =I=, 62.

Le manque de memoire est vn mal duquel principallement i’ay tiré la
raison de corriger vn mal pire, qui se fust facilement produit en moy:
sçauoir est l’ambition, car cette deffaillance est insuportable à qui
s’empestre des negotiations du monde, =I=, 60.


MÉNAGE (FEMME, MARIAGE).

La plus vtile et honnorable science et occupation à vne mere de
famille, c’est la science du mesnage. I’en vois quelqu’vne auare;
de mesnagere, fort peu. C’est sa maistresse qualité, et qu’on doibt
chercher, auant toute autre: comme le seul douaire qui sert à ruyner ou
sauuer nos maisons, =III=, 432.

Il est ridicule et iniuste, que l’oysiueté de nos femmes, soit
entretenuë de nostre sueur et trauail. Ie vois auec despit en plusieurs
mesnages, monsieur reuenir maussade et tout marmiteux du tracas des
affaires, enuiron midy, que madame est encore apres à se coiffer et
attiffer, en son cabinet, =III=, 432.

Les inconuenients ordinaires ne sont iamais legers. Ils sont continuels
et irreparables, quand ils naissent des membres du mesnage, continuels
et inseparables, =III=, 386.

A mesure que ces espines domestiques sont drues et desliees, elles
nous mordent plus aigu, et sans menace, nous surprenant facilement à
l’impourueu, =III=, 386.

Il y a quelque commodité à commander, fust ce dans vne grange, et
à estre obey des siens. Mais c’est vn plaisir trop vniforme et
languissant. Et puis il est par necessité meslé de plusieurs pensements
fascheux, =III=, 382.

Ie suis chez moy, respondant de tout ce qui va mal, =III=, 394.

Il y a tousiours quelque piece qui va de trauers. Les negoces, tantost
d’vne maison, tantost d’vne autre, vous tirassent. Vous esclairez
toutes choses de trop pres. Votre perspicacité vous nuict icy comme si
fait elle assez ailleurs. Ie me desrobe aux occasions de me fascher:
et me destourne de la cognoissance des choses, qui vont mal. Et
si ne puis tant faire, qu’à toute heure ie ne heurte chez moy, en
quelque rencontre, qui me desplaise. Et les fripponneries, qu’on me
cache le plus, sont celles que ie sçay le mieux. Il en est que pour
faire moins mal, il faut ayder soy mesme à cacher. Vaines pointures:
vaines par fois, mais tousiours pointures. Les plus menus et graisles
empeschemens, sont les plus persans, =III=, 384.

C’est pitié, d’estre en lieu où tout ce que vous voyez, vous
embesongne, et vous concerne, =III=, 186.

La plus sotte contenance d’vn Gentilhomme en sa maison, c’est lors de
la visitation et assemblee de ses amis, de le voir empesché du train de
sa police: parler à l’oreille d’vn valet, en menacer vn autre des yeux.
Elle devroit couler insensiblement, et representer vn cours ordinaire,
=III=, 394.


MENSONGE.

En verité le mentir est vn maudit vice. Nous ne sommes hommes, et ne
nous tenons les vns aux autres que par la parole, =I=, 64.

C’est vn vilain vice, c’est donner tesmoignage de mespriser Dieu, et
quand et quand de craindre les hommes. Car que peut on imaginer plus
vilain, que d’estre couart à l’endroit des hommes, et braue à l’endroit
de Dieu? =II=, 526.

Nostre intelligence se conduisant par la seule voye de la parolle,
celuy qui la fauce, trahit la societé publique. C’est le seul vtil,
par le moyen duquel se communiquent noz volontez et noz pensées: c’est
le truchement de nostre ame: s’il nous faut, nous ne nous tenons plus,
nous ne nous entrecognoissons plus. S’il nous trompe, il rompt tout
nostre commerce, et dissoult toutes les liaisons de nostre police,
=II=, 526.

La menterie seule, et vn peu au dessous, l’opiniastreté, me semblent
estre celles desquelles on deuroit à toute instance combattre la
naissance et le progrez, elles croissent quand et eux: et depuis qu’on
a donné ce faux train à la langue, c’est merueille combien il est
impossible de l’en retirer, =I=, 64.

Le premier traict de la corruption des mœurs, c’est le bannissement de
la verité; l’estre veritable, est le commencement d’vne grande vertu,
=II=, 526.

C’est office de magnanimité, hayr et aymer à descouuert: iuger,
parler auec toute franchise: et au prix de la verité, ne faire cas de
l’approbation ou reprobation d’autruy, =II=, 492.

Nostre verité de maintenant, ce n’est pas ce qui est, mais ce qui se
persuade à autruy: comme nous appellons monnoye, non celle qui est
loyalle seulement, mais la fauce aussi, qui a mise, =II=, 526.

Ie ne sçay quelle commodité ils attendent de se faindre et contrefaire
sans cesse: si ce n’est, de n’en estre pas creus, lors mesmes qu’ils
disent verité. Cela peut tromper vne fois ou deux et tient advertis
ceux qui ont à les pratiquer, que ce n’est que piperie et mensonge
qu’ils disent, =II=, 494.

Il ne faut pas tousiours dire tout, car ce seroit sottise. Mais ce
qu’on dit, il faut qu’il soit tel qu’on le pense: autrement, c’est
meschanceté, =II=, 492.

Celui qui dit vray, par ce qu’il y est d’ailleurs obligé, et par ce
qu’il sert: et qui ne craind point à dire mensonge, quand il n’importe
à personne, il n’est pas veritable suffisamment, =II=, 492.

La verité n’a qu’vn visage, le reuers de la verité a cent mille
figures, et vn champ indefiny; le bien est certain et finy, le mal
infiny et incertain; mille routtes desuoyent du blanc: vne y va,
=I=, 64.

Ie me fay plus d’iniure en mentant, que ie n’en fay à celuy, de qui ie
mens, =II=, 514.

Nous sommes mieux en la compagnie d’vn chien cognu, qu’en celle d’vn
homme, duquel le langage nous est inconnu; combien est le langage faux
moins sociable que le silence? =I=, 64.


MIRACLES (CRÉDULITÉ, CROYANCES).

Si nous appelons monstres ou miracles, ce où nostre raison ne peut
aller, combien s’en presente il continuellement à nostre veuë, =I=, 290.

Les miracles sont, selon l’ignorance en quoy nous sommes de la nature,
non selon l’estre de la nature, =I=, 162.

Nous n’auons que faire d’aller trier des miracles et des difficultez
estrangeres: il me semble que parmy les choses que nous voyons
ordinairement, il y a des estrangetez si incomprehensibles, qu’elles
surpassent toute la difficulté des miracles, =III=, 40.

I’ay veu la naissance de plusieurs miracles de mon temps. Encore qu’ils
s’estouffent en naissant, nous ne laissons pas de preuoir le train
qu’ils eussent pris, s’ils eussent vescu leur aage. Car il n’est que
de trouuer le bout du fil, on en desuide tant qu’on veut. Et y a plus
loing, de rien, à la plus petite chose du monde, qu’il y a de celle là,
iusques à la plus grande, =III=, 528.

On est pardonnable, de mescroire vne merueille, autant au moins
qu’on peut en destourner et elider la verification, par voye non
merueilleuse: et il vaut mieux pancher vers le doute, que vers
l’asseurance, és choses de difficile preuue, et dangereuse creance,
=III=, 538.


MODÉRATION.

La moderation est vertu bien plus affaireuse, que n’est la souffrance,
=II=, 646.

Au mesnage, à l’estude, à la chasse, et tout autre exercice, il faut
donner iusques aux derniers limites du plaisir; et garder de s’engager
plus auant, ou la peine commence à se mesler parmy, =I=, 426.

La temperance est moderatrice, non aduersaire des voluptés, =III=, 698.

Mon mestier et mon art, c’est viure, =I=, 680.

I’ayme la vie, et la cultiue, telle qu’il a pleu à Dieu nous
l’octroyer, =III=, 696.

Pour me sentir engagé à vne forme, ie n’y oblige pas le monde, comme
chascun fait, et croy, et conçoy mille contraires façons de vie: et
au rebours du commun, reçoy plus facilement la difference, que la
ressemblance en nous, =I=, 198.

Ie m’attache à ce que ie voy, et que ie tiens, et ne m’eslongne guere
du port, =II=, 490.

Où ma volonté se prend auec trop d’appetits, ie me penche à l’opposite
de son inclination. Comme ie la voy se plonger et enyurer de son vin,
ie fuis à nourrir son plaisir si auant, que ie ne l’en puisse plus
r’auoir sans perte sanglante, =III=, 506.

Pour moy, ie louë vne vie glissante, sombre et muette, =III=, 520.

M’aymerois à l’auanture mieux, deuxiesme ou troisiesme à Perigueux, que
premier à Paris: au moins sans mentir, mieux troisiesme à Paris, que
premier en charge, =III=, 322.

Les passions, me sont autant aisées à euiter, comme elles me sont
difficiles à moderer, =III=, 516.

Mes humeurs sont contradictoires aux humeurs bruyantes. I’arresterois
bien vn trouble, sans me troubler, et chastierois vn desordre sans
alteration. Ay-ie besoing de cholere, et d’inflammation? ie l’emprunte,
et m’en masque, =III=, 520.

Le bon heur m’est vn singulier aiguillon, à la moderation, et modestie.
La priere me gaigne, la menace me rebute, la faueur me ploye, la
crainte me roydit, =III=, 380.

Si quelquefois on m’a poussé au maniement d’affaires estrangeres,
i’ay promis de les prendre en main, non pas au poulmon et au foye; de
m’en charger, non de les incorporer: de m’en soigner, ouy; de m’en
passionner, nullement: i’y regarde, mais ie ne les couue point,
=III=, 484.

I’ay peu me mesler des charges publiques, sans me despartir de moy,
de la largeur d’vne ongle, et me donner à autruy sans m’oster à moy,
=III=, 492.

Le Maire et Montaigne ont tousiours esté deux, d’vne separation bien
claire.

Mon pere auoit ouy dire, qu’il se falloit oublier pour le prochain; que
le particulier ne venoit en aucune consideration au prix du general.
La plus part des regles et preceptes du monde prennent ce train, de
nous pousser hors de nous, et chasser en la place, à l’vsage de la
societé publique. Ils ont pensé faire vn bel effect, de nous destourner
et distraire de nous; presupposans que nous n’y tinsions que trop, et
d’vne attache trop naturelle; et n’ont espargné rien à dire pour cette
fin. Car il n’est pas nouueau aux sages, de prescher les choses comme
elles seruent, non comme elles sont, =III=, 490.

Sauf la santé et la vie, il n’est chose pourquoy ie vueille ronger mes
ongles, et que ie vueill’ acheter, au prix du tourment d’esprit et de
la contrainte, =II=, 484.

L’absence de memoire est vn mal duquel principallement i’ay tiré la
raison de corriger vn mal pire, qui se fust facilement produit en moy:
sçauoir est l’ambition, car cette deffaillance est insuportable à qui
s’empestre des negotiations du monde, =I=, 60.

Les Princes me donnent prou, s’ils ne m’ostent rien: et me font assez
de bien, quand ils ne me font point de mal: c’est tout ce que i’en
demande, =III=, 420.

Ie ne veux estre tenu seruiteur, ni si affectionné ny si loyal, qu’on
me treuue bon à trahir personne. Qui est infidelle à soy-mesme, l’est
excusablement à son maistre, =III=, 88.

Ie ne trouue rien si cher, que ce qui m’est donné: et ce pourquoy, ma
volonté demeure hypothequee par tiltre de gratitude. Et reçois plus
volontiers les offices, qui sont à vendre. Ie crois bien. Pour ceux-cy,
ie ne donne que de l’argent: pour les autres, ie me donne moy-mesme,
=III=, 416.

Ce qui a esté fié à mon silence, ie le cele religieusement: mais ie
prens à celer le moins que ie puis. C’est vne importune garde, du
secret des autres, à qui n’en a que faire, =III=, 86.

Ie ne dis rien à l’vn, que ie ne puisse dire à l’autre, à son heure,
l’accent seulement vn peu changé: et ne rapporte que les choses ou
indifferentes, ou cogneuës, ou qui seruent en commun, =III=, 88.

Ie ne hay pas seulement à piper, mais ie hay aussi qu’on se pipe en
moy: ie n’y veux pas seulement fournir de matiere et d’occasion,
=III=, 80.

Ie sçay bien dire: Il faict meschamment cela, et vertueusement cecy,
=III=, 502.

Quantes-fois, estant marry de quelque action, que la ciuilité et la
raison me prohiboient de reprendre à descouuert, m’en suis-ie desgorgé,
non, sans dessein de publique instruction en ces verges poëtiques qui
s’impriment encore mieux en papier, qu’en la chair viue, =III=, 524.

Quand pour sa droiture ie ne suyurois le droit chemin, ie le suyurois
pour auoir trouué par experience, qu’au bout du compte, c’est
communement le plus heureux, et le plus vtile, =III=, 452.

I’aymeroy bien plus cher, rompre la prison d’vne muraille, et des loix,
que de ma parole, =III=, 416.

Ie promets volontiers vn peu moins de ce que ie puis, et de ce que
i’espere tenir, =III=, 524.

Ie me contente de iouïr le monde, sans m’en empresser: de viure vne
vie, seulement excusable: et qui seulement ne poise, ny à moy, ny à
autruy, =III=, 390.

Ma forme essentielle, est propre à la communication, et à la
production: ie suis tout au dehors et en euidence, nay à la societé et
à l’amitié, =III=, 146.

Les hommes, de la societé et familiarité desquels ie suis en queste,
sont ceux qu’on appelle honnestes et habiles hommes, =III=, 146.

Ie cherche à la verité plus la frequentation de ceux qui me gourment,
que de ceux qui me craignent. C’est vn plaisir fade et nuisible,
d’auoir affaire à gens qui nous admirent et facent place, =III=, 338.

I’ayme entre les galans hommes, qu’on s’exprime courageusement: que
les mots aillent où va la pensee. Il nous faut fortifier l’ouye, et la
durcir, contre cette tendreur du son ceremonieux des parolles. I’ayme
vne societé, et familiarité forte, et virile: vne amitié, qui se flatte
en l’aspreté et vigueur de son commerce: comme l’amour, és morsures et
esgratigneures sanglantes, =III=, 336.

Aux propos que ie ne puis traicter sans interest, et sans emotion, ie
ne m’y mesle, si le deuoir ne m’y force, =III=, 506.

On a dequoy couler plus incurieusement, en la pauureté, qu’en
l’abondance, iustement dispensée, =II=, 646.

L’immoderation vers le bien mesme, si elle ne m’offense, elle
m’estonne, =I=, 344.

L’archer qui outrepasse le blanc, faut comme celuy, qui n’y arriue pas,
=I=, 344.

Les yeux me troublent à monter à coup, vers vne grande lumiere
également comme à deualler à l’ombre, =I=, 344.

Celuy qui se porte plus moderément enuers le gain, et la perte, il
est tousiours chez soy. Moins il se pique et passionne au ieu, il le
conduit d’autant plus auantageusement et seurement, =III=, 494.

Il est ordinaire, de voir les bonnes intentions, si elles sont
conduites sans moderation, pousser les hommes à des effects
tres-vitieux, =II=, 528.

Ie vous conseille en vos opinions et en vos discours, autant qu’en
vos mœurs, et en toute autre chose, la moderation et l’attrempance,
et la fuite de la nouuelleté et de l’estrangeté. Toutes les voyes
extrauagantes me faschent, =II=, 322.


MODES.

Nos Roys peuuent tout en telles reformations externes: leur inclination
y sert de loy. Le reste de la France prend pour regle la regle de la
Cour, =I=, 498.

Ie me plains de la particuliere indiscretion, de notre peuple, de se
laisser si fort piper et aueugler à l’authorité de l’vsage present,
qu’il soit capable de changer d’opinion et d’aduis tous les mois, s’il
plaist à la coustume: et qu’il iuge si diuersement de soy-mesme,
=I=, 544.


MŒURS.

La moins dedeignable condition de gents, me semble estre, celle qui par
simplesse tient le dernier rang: et nous offrir vn commerce plus reglé.
Les mœurs et les propos des paysans, ie les trouue communement plus
ordonnez selon la prescription de la vraye philosophie, que ne sont
ceux de noz philosophes, =II=, 518.

Ceux qui ont essaié de r’auiser les mœurs du monde, de mon temps,
par nouuelles opinions, reforment les vices de l’apparence, ceux
de l’essence ils les laissent là, s’ils ne les augmentent. Et
l’augmentation y est à craindre, =III=, 120.

Toute estrangeté et particularité en noz mœurs et conditions est
euitable, comme ennemie de societé, =I=, 268.

On dict bien vray, qu’vn honneste homme, c’est vn homme meslé,
=III=, 454.

Entre nous, ce sont choses en ce monde que i’ay tousiours veuës
de singulier accord: les opinions supercelestes, et les mœurs
sousterraines, =III=, 702.


MONDE.

Si nous voyions autant du monde, comme nous n’en voyons pas, nous
apperceurions, comme il est à croire, vne perpetuelle multiplication et
vicissitude de formes. Il n’y a rien de seul et de rare, eu esgard à
Nature, ouy bien eu esgard à nostre cognoissance, =III=, 304.

Quand tout ce qui est venu par rapport du passé, iusques à nous, seroit
vray, et seroit sçeu par quelqu’vn, ce seroit moins que rien, au prix
de ce qui est ignoré, =III=, 304.


MONTAIGNE (MÉNAGE, MORT, ETC.).

Si ma fortune m’eust faict naistre pour tenir quelque rang entre les
hommes, i’eusse esté ambitieux de me faire aymer: non de me faire
craindre ou admirer, =III=, 424.

Les Princes n’ayment guere les discours fermes, ny moy à faire des
comptes, =II=, 476.

Il n’y a point d’vtilité, pour laquelle ie me permette de mentir,
=III=, 86.

Ceux qui ont merité de moy, de l’amitié et de la recognoissance, ne
l’ont iamais perdue pour n’y estre plus: ie les ay mieux payez, et plus
soigneusement, absens et ignorans. Ie parle plus affectueusement de mes
amis, quand il n’y a plus de moyen qu’ils le sçachent, =III=, 474.

Ie sçay bien ce que ie fuis, mais non pas ce que ie cherche, =III=, 426.

La medecine se forme par exemples et experience: aussi fait mon
opinion, =III=, 32.

Ie hay la pauureté à pair de la douleur, =III=, 392.

Ie fay peu de part à ma prudence, de ma conduite: ie me laisse
volontiers mener à l’ordre public du monde, =II=, 508.

I’ay veu quelque fois mes amis appeller prudence en moy, ce qui estoit
fortune; et estimer aduantage de courage et de patience, ce qui estoit
aduantage de iugement et opinion; et m’attribuer vn tiltre pour autre;
tantost à mon gain, tantost à ma perte, =II=, 94.

Ma consultation esbauche vn peu la matiere, et la considere legerement
par ses premiers visages: le fort et principal de la besogne, i’ay
accoustumé de le resigner au ciel, =III=, 356.

Ie pense auoir les opinions bonnes et saines, mais qui n’en croit
autant des siennes? =II=, 510.

Ie n’ay point cette erreur commune, de iuger d’vn autre selon que ie
suis. I’en croy aysément des choses diuerses à moy, =I=, 398.

Ie suis diuers à cette façon commune: et me deffie plus de la
suffisance quand ie la vois accompagnée de grandeur de fortune, et de
recommandation populaire, =III=, 358.

Ie ne presume les vices qu’apres que ie les aye veuz: et m’en fie plus
aux ieunes, que i’estime moins gastez par mauuais exemple, =III=, 390.

Ie demande en general les liures qui vsent des sciences, non ceux qui
les dressent, =I=, 74.

Les paroles redites, ont comme autre son, autre sens. Aussi ne hay-ie
personne, =III=, 598.

Ie ne cherche aux liures qu’à m’y donner du plaisir par vn honneste
amusement: ou si i’estudie, ie n’y cherche que la science, qui traicte
de la connoissance de moy-mesmes, et qui m’instruise à bien mourir et à
bien viure, =II=, 62.

I’ayme l’ordre et la netteté, au prix de l’abondance: et regarde chez
moy exactement à la necessité, peu à la parade, =III=, 394.

Ie treuue laid, qu’on entretienne ses hostes, du traictement qu’on leur
fait, autant à l’excuser qu’à le vanter, =III=, 394.

Les voyages ne me blessent que par la despence, qui est grande, et
outre mes forces, =III=, 384.

Qui desirera du bien à son païs comme moy, sans s’en vlcerer ou
maigrir, il sera desplaisant, non pas transi, de le voir menassant, ou
sa ruine, ou vne durée non moins ruineuse, =III=, 510.

Absent, ie me despouille de tous tels pensemens: et sentirois moins
lors la ruyne d’vne tour, que ie ne fais present, la cheute d’vne
ardoyse. Mon ame se démesle bien ayséement à part, mais en presence,
elle souffre, comme celle d’vn vigneron. Vne rene de trauers à mon
cheual, vn bout d’estriuiere qui batte ma iambe, me tiendront tout
vn iour en eschec. I’esleue assez mon courage à l’encontre des
inconueniens, les yeux, ie ne puis, =III=, 392.

Mon election est d’eschapper, et me desrober à cette tempeste. Qu’il
faille se cacher, ou suyure le vent: ce que i’estime loisible, quand la
raison ne guide plus, =III=, 470.

I’eschappe. Mais il me desplaist que ce soit plus par fortune: voire,
et par ma prudence, que par iustice: et me desplaist d’estre hors la
protection des loix, et soubs autre sauuegarde que la leur, =III=, 414.

Non sans quelque excez, i’estime tous les hommes mes compatriotes:
et embrasse vn Polonois comme vn François, postposant cette lyaison
nationale, à l’vniuerselle et commune. Ie ne suis guere feru de la
douceur d’vn air naturel, =III=, 428.

Socrates estimoit vne sentence d’exil pire, qu’vne sentence de mort
contre soy: ie ne seray, iamais ny si cassé, ny si estroittement
habitué en mon païs, que ie le feisse, =III=, 428.

Mon iugement m’empesche bien de regimber et gronder contre les
inconuenients que Nature m’ordonne à souffrir, mais non pas de les
sentir. Ie courrois d’vn bout du monde à l’autre, chercher vn bon an de
tranquillité plaisante et eniouee, moy, qui n’ay autre fin que viure et
me resiouïr, =III=, 184.

Tout au commencement de mes fieures, et des maladies qui m’atterrent,
entier encores, et voisin de la santé, ie me reconcilie à Dieu, par les
derniers offices Chrestiens. Et m’en trouue plus libre, et deschargé;
me semblant en auoir d’autant meilleure raison de la maladie,
=III=, 446.

Il ne me faut rien d’extraordinaire, quand ie suis malade. Ce que
Nature ne peut en moy, ie ne veux pas qu’vn bolus le face, =III=, 446.

De notaire et de conseil, il m’en faut moins que de medecins. Ce que ie
n’auray estably de mes affaires tout sain, qu’on ne s’attende point que
ie le face malade. Ce que ie veux faire pour le seruice de la mort, est
tousiours faict. Ie n’oserois le dislayer d’vn seul iour. Et s’il n’y
a rien de faict, c’est à dire, ou que le doubte m’en aura retardé le
choix: car par fois, c’est bien choisir de ne choisir pas: ou que tout
à faict, ie n’auray rien voulu faire, =III=, 446.

Engagé dans les auenues de la vieillesse, ce que ie seray doresnauant,
ce ne sera plus qu’vn demy estre: ce ne sera plus moy. Ie m’eschappe
tous les iours, et me desrobbe à moy, =II=, 482.

A chaque minute, ie me rechante sans cesse, Tout ce qui peut estre
faict vn autre iour, le peut estre auiourd’huy. Ce que i’ay affaire
auant mourir, pour l’acheuer tout loisir me semble court, fust ce œuure
d’vne heure, =I=, 118.

Ie me garderay, si ie puis, que ma mort die chose, que ma vie n’ayt
premierement dit et apertement, =I=, 56.

La mort n’est qu’vn instant; mais il est de tel poix, que ie donneroy
volontiers plusieurs iours de ma vie, pour le passer à ma mode,
=III=, 450.


MORT (MAUX, SUICIDE, VIE).

Le premier iour de vostre naissance vous achemine à mourir comme à
viure. Tout ce que vous viués, vous le desrobés à la vie: c’est à ses
despens. Le continuel ouurage de vostre vie, c’est bastir la mort,
=I=, 126.

La mort se mesle et confond par tout à nostre vie: le declin præoccupe
son heure, et s’ingere au cours de nostre auancement mesme, =III=, 674.

Faictes place aux autres, comme d’autres vous l’ont faite. L’equalité
est la premiere piece de l’equité. Qui se peut plaindre d’estre
comprins où tous sont comprins? Aussi auez vous beau viure, vous n’en
rabattrez rien du temps que vous auez à estre mort: c’est pour neant:
aussi long temps serez vous en cet estat là, que vous craingnez, comme
si vous estiez mort en nourrisse, =I=, 128.

Nul ne meurt auant son heure. Ce que vous laissez de temps, n’estoit
non plus vostre que celuy qui s’est passé auant vostre naissance: et ne
vous touche non plus, =I=, 128.

Le sault n’est pas si lourd du mal estre au non estre, comme il est
d’vn estre doux et fleurissant, à vn estre penible et douloureux,
=I=, 124.

Et ce n’est pas la recepte à vne seule maladie, la mort est la recepte
à tous maux. C’est vn port, tresasseuré, qui n’est iamais à craindre,
souuent à rechercher, =I=, 630.

Quelle sottise, de nous peiner, sur le point du passage à l’exemption
de toute peine! =I=, 142.

La mort, dit-on, nous acquitte de toutes nos obligations. I’en sçay qui
l’ont prins en diuerse façon, =I=, 54.

Elle s’appesantit souuent en nous, de ce qu’elle poise aux autres: et
nous interesse de leur interest, quasi autant que du nostre: et plus et
tout par fois, =III=, 452.

Nous pensons tousiours ailleurs quand elle vient: l’esperance d’vne
meilleure vie nous arreste et appuye: ou l’esperance de la valeur de
nos enfans: ou la gloire future de nostre nom: ou la fuitte des maux de
cette vie: ou la vengeance qui menasse ceux qui nous causent la mort,
=III=, 166.

La mort ne se sent que par le discours, d’autant que c’est le mouuement
d’vn instant. Mille bestes, mille hommes sont plustost morts, que
menassés, =I=, 452.

La mort est moins à craindre que rien, s’il y auoit quelque chose de
moins, que rien. Elle ne vous concerne ny mort ny vif. Vif, par ce que
vous estes: mort, par ce que vous n’estes plus, =I=, 128.

Combien a la mort de façons de surprise? Ces exemples si frequents et
si ordinaires nous passans deuant les yeux, comme est-il possible qu’on
se puisse deffaire du pensement de la mort, et qu’à chasque instant il
ne nous semble qu’elle nous tienne au collet? Qu’importe-il, me direz
vous, comment que ce soit, pourueu qu’on ne s’en donne point de peine?
Tout cela est beau: mais aussi quand elle arriue, ou à eux ou à leurs
femmes, enfans et amis, les surprenant en dessoude et au descouuert,
quels tourments, quels cris, quelle rage et quel desespoir les accable?
Vistes vous iamais rien si rabaissé, si changé, si confus? Il y faut
prouuoir de meilleure heure: et cette nonchalance bestiale, quand elle
pourroit loger en la teste d’vn homme d’entendement, ce que ie trouue
entierement impossible, nous vend trop cher ses denrees, =I=, 114.

Les ieunes et les vieux laissent la vie de mesme condition. Nul n’en
sort autrement que si tout presentement il y entroit, ioinct qu’il
n’est homme si décrepite tant qu’il voit Mathusalem deuant, qui ne
pense auoir encore vingt ans dans le corps, =I=, 112.

Quand nous iugeons de l’asseurance d’autruy en la mort, il se faut
prendre garde d’vne chose, que mal-aisément on croit estre arriué à ce
poinct. Peu de gens meurent resolus, que ce soit leur heure derniere,
=II=, 420.

Or de iuger la resolution et la constance, en celuy qui ne croit pas
encore certainement estre au danger, quoy qu’il y soit, ce n’est pas
raison: et ne suffit pas qu’il soit mort en cette desmarche, s’il ne
s’y estoit mis iustement pour cet effect, =II=, 422.

La veue esloignee de la mort aduenir, a besoing d’vne fermeté lente,
et difficile par consequent à fournir. Si vous ne sçauez pas mourir,
ne vous chaille. Nature vous en informera sur le champ, plainement
et suffisamment; elle fera exactement cette besongne pour vous, n’en
empeschez vostre soing, =III=, 574.

Nous faisons trop de cas de nous. Il semble que l’vniuersité des
choses souffre aucunement de nostre aneantissement, et qu’elle soit
compassionnée à nostre estat, =II=, 420.

Et n’est rien dequoy ie m’informe si volontiers, que de la mort des
hommes: quelle parole, quel visage, quelle contenance ils y ont eu: ny
endroit des histoires, que ie remarque si attentifuement. Si i’estoy
faiseur de liures, ie feroy vn registre commenté des morts diuerses:
qui apprendroit les hommes à mourir, leur apprendroit à viure, =I=, 120.

Comme la vie n’est pas la meilleure, pour estre longue, la mort est la
meilleure, pour n’estre pas longue, =III=, 426.

La plus souhaitable est la moins premeditée et la plus courte,
=II=, 424.

Tout ainsi que les choses nous paroissent souuent plus grandes de loing
que de pres: i’ai trouué que sain i’auois eu les maladies beaucoup plus
en horreur, que lors que ie les ay senties. Par imagination ie grossis
ces incommoditez de la moitié, et les conçoy plus poisantes, que ie
ne les trouue, quand ie les ay sur les espaules. I’espere qu’il m’en
aduiendra ainsi de la mort, =I=, 122.

Ie croy à la vérité que ce sont ces mines et appareils effroyables,
dequoy nous l’entournons, qui nous font plus de peur qu’elle: vne toute
nouuelle forme de viure: les cris des meres, des femmes, et des enfans:
la visitation des personnes estonnees, et transies: l’assistance d’vn
nombre de valets pasles et éplorés: vne chambre sans iour: des cierges
allumez: nostre cheuet assiegé de medecins et de prescheurs: somme tout
horreur et tout effroy autour de nous. Nous voyla des-ia enseuelis
et enterrez. Les enfans ont peur de leurs amis mesmes quand ils les
voyent masquez; aussi auons nous. Il faut oster le masque aussi bien
des choses, que des personnes. Osté qu’il sera, nous ne trouuerons
au dessoubs, que cette mesme mort, qu’vn valet ou simple chambriere
passerent dernierement sans peur. Heureuse la mort qui oste le loisir
aux apprests de tel equipage! =I=, 132.

Quoique la philosophie nous conduise aussi à mespriser la douleur,
la pauureté, et autres accidens, à quoy la vie humaine est subiecte,
ce n’est pas d’vn pareil soing: ces accidens ne sont pas de telle
necessité, la pluspart des hommes passent leur vie sans gouster de la
pauureté, et tels encore sans sentiment de douleur et de maladie, et au
pis aller, la mort peut mettre fin, quand il nous plaira, et coupper
broche à tous autres inconuenients, tandis que la mort est ineuitable;
par consequent, si elle nous faict peur, c’est vn subiect continuel de
tourment, et qui ne se peut aucunement soulager. Il n’est lieu d’où
elle ne nous vienne, =I=, 110.

Pourquoy craindrions nous de perdre vne chose, laquelle perduë ne peut
estre regrettée? Puis que nous sommes menacez de tant de façons de
mort, que chaut-il, quand ce soit, puis qu’elle est ineuitable? Quelle
sottise, de nous peiner, sur le point du passage à l’exemption de toute
peine? Comme nostre naissance nous apporta la naissance de toutes
choses: aussi fera la mort de toutes choses, nostre mort. Parquoy c’est
pareille folie de pleurer de ce que d’icy à cent ans nous ne viurons
pas, que de pleurer de ce que nous ne viuions pas, il y a cent ans. La
mort est origine d’vne autre vie: ainsi pleurasmes nous, et ainsi nous
cousta-il d’entrer en cette-cy. Rien ne peut estre grief, qui n’est
qu’vne fois. Est-ce raison de craindre si long temps, chose de si brief
temps? Le long temps viure, et le peu de temps viure est rendu tout vn
par la mort. Car le long et le court n’est point aux choses qui ne sont
plus, =I=, 124.

L’extreme degré de traitter courageusement la mort, et le plus naturel,
c’est la veoir, non seulement sans estonnement, mais sans soucy:
continuant libre le train de la vie, iusques dedans elle, =II=, 550.

Nul ne se peut dire estre resolu à la mort, qui craint à la marchander,
qui ne peut la soutenir les yeux ouuerts, =II=, 424.

Quelquefois la fuitte de la mort, faict que nous y courons: Comme ceux
qui de peur du precipice s’y lancent eux-mesmes, =I=, 634.

A combien peu, tient la resolution au mourir? La distance et difference
de quelques heures: la seule consideration de la compagnie, nous en
rend l’apprehension diuerse, =III=, 568.

Pour euiter vne pire mort, il y en a qui sont d’aduis de la prendre à
leur poste, =I=, 638.

Les tyrans Romains pensoient donner la vie au criminel, à qui ils
donnoient le choix de sa mort, =III=, 452.

Le but de nostre carriere c’est la mort, c’est l’obiect necessaire
de nostre visee: si elle nous effraye, comme est-il possible d’aller
vn pas auant sans fiebure? Le remede du vulgaire c’est de n’y penser
pas. Mais de quelle brutale stupidité luy peut venir vn si grossier
aueuglement? =I=, 112.

On se peut par vsage et par experience fortifier contre les douleurs,
la honte, l’indigence, et tels autres accidens: mais quant à la mort
nous ne la pouuons essayer qu’vne fois: nous y sommes tous apprentifs,
quand nous y venons, =I=, 664.

Ce n’est pas sans raison qu’on nous fait regarder à nostre sommeil
mesme, pour la ressemblance qu’il a de la mort. Combien facilement nous
passons du veiller au dormir, auec combien peu d’interest nous perdons
la connoissance de la lumiere et de nous! A l’aduenture pourroit
sembler inutile et contre Nature la faculté du sommeil, qui nous
priue de toute action et de tout sentiment, n’estoit que par iceluy
Nature nous instruict, qu’elle nous a pareillement faicts pour mourir,
que pour viure, et dés la vie nous presente l’eternel estat qu’elle
nous garde apres icelle, pour nous y accoustumer et nous en oster la
crainte, =I=, 666.

Nous troublons la vie par le soing de la mort. Vn quart d’heure de
passion sans consequence, sans nuisance, ne mérite pas des preceptes
particuliers, =III=, 574.

Toute mort doit estre de mesmes sa vie. Nous ne deuenons pas autres
pour mourir. I’interprete tousiours la mort par la vie. Et si on m’en
recite quelqu’vne forte par apparence, attachée à vne vie foible: ie
tiens qu’ell’ est produitte de cause foible et sortable à sa vie,
=II=, 90.

La mort a des formes plus aisées les vnes que les autres, et prend
diuerses qualitez selon la fantasie de chacun, =III=, 450.

Il n’y a pas beaucoup de mal de mourir de loing, et à part. Si estimons
nous à deuoir de nous retirer pour des actions naturelles, moins
disgratiées que cette-cy, et moins hideuses. Ceux qui en viennent
là, de trainer languissans vn long espace de vie, ne deuroient à
l’aduanture souhaiter, d’empescher de leur misere vne grande famille.
A qui ne se rendent-ils en fin ennuyeux et insupportables? les offices
communs n’en vont point iusques là. Vous apprenez la cruauté par force,
à vos meilleurs amis: durcissant et femme et enfans, par long vsage, à
ne sentir et plaindre plus vos maux. Et quand nous tirerions quelque
plaisir de leur conuersation (ce qui n’aduient pas tousiours, pour
la disparité des conditions), n’est-ce pas trop, d’en abuser tout vn
aage? Plus ie les verrois se contraindre de bon cœur pour moy, plus ie
plaindrois leur peine. Nous auons loy de nous appuyer, non pas de nous
coucher si lourdement sur autruy: et nous estayer en leur ruyne. La
decrepitude est qualité solitaire, =III=, 446.

Si ie craingnois de mourir en autre lieu, que celuy de ma naissance:
si ie pensois mourir moins à mon aise, esloingné des miens: à peine
sortiroy-ie hors de France, ie ne sortirois pas sans effroy hors de
ma paroisse. Mais la mort m’est vne par tout. Si toutesfois i’auois
à choisir: ce seroit plustost hors de ma maison, et loing des miens.
Il y a plus de creuecœur que de consolation, à prendre congé de ses
amis. Des offices de l’amitié, celuy-là est le seul desplaisant: et
oublierois ainsi volontiers à dire ce grand et eternel adieu. S’il
se tire quelque commodité de cette assistance, il s’en tire cent
incommoditez. I’ay veu plusieurs mourans bien piteusement, assiegez
de tout ce train; cette presse les estouffe. C’est contre le deuoir,
et est tesmoignage de peu d’affection, et de peu de soing, de vous
laisser mourir en repos. L’vn tourmente vos yeux, l’autre vos oreilles,
l’autre la bouche: il n’y a sens, ny membre, qu’on ne vous fracasse. Le
cœur vous serre de pitié, d’ouïr les plaintes des amis; et de despit à
l’aduanture, d’ouïr d’autres plaintes feintes et masquées, =III=, 438.

Lors de ma santé, ie plains les malades beaucoup plus, que ie ne
me trouue à plaindre moy-mesme, quand i’en suis; la force de mon
apprehension encherit pres de moitié l’essence et verité de la chose.
I’espere qu’il aduiendra de mesme de la mort, =I=, 668.

Ceux qu’on void défaillans de foiblesse, en l’agonie de la mort, ie
tiens que nous les plaignons sans cause, estimans qu’ils soyent agitez
de griéues douleurs, ou auoir l’ame pressée de cogitations penibles.
Ç’a esté tousiours mon aduis, contre l’opinion de plusieurs, que ceux
que nous voyons ainsi renuersez et assoupis auoient et l’ame et le
corps enseueli, et endormy: et que par ainsin ils n’auoient aucun
discours qui les tourmentast, et qui leur peust faire iuger et sentir
la misere de leur condition, et que par consequent, ils n’estoient pas
fort à plaindre, =I=, 670.

Ie me contente d’vne mort recueillie en soy, quiete, et solitaire,
toute mienne, conuenable à ma vie retirée et priuée. Au rebours de la
superstition Romaine, où on estimoit malheureux, celuy qui n’auoit ses
plus proches à luy clorre les yeux. I’ay assez affaire à me consoler,
sans auoir à consoler autruy; assez de pensées en la teste, sans que
les circonstances m’en apportent de nouuelles: et assez de matiere
à m’entretenir, sans l’emprunter. Cette partie n’est pas du rolle
de la societé: c’est l’acte à vn seul personnage. Viuons et rions
entre les nostres, allons mourir et rechigner entre les inconnuz. On
trouue en payant, qui vous tourne la teste, et qui vous frotte les
pieds: qui ne vous presse qu’autant que vous voulez, vous presentant
vn visage indifferent, vous laissant vous gouuerner, et plaindre à
vostre mode. Ie me deffais tous les iours par discours, de cette
humeur puerile et inhumaine, qui faict que nous desirons d’esmouuoir
par nos maux, la compassion et le dueil en nos amis. Nous faisons
valoir nos inconueniens outre leur mesure, pour attirer leurs larmes.
Et la fermeté que nous louons en chacun, à soustenir sa mauuaise
fortune, nous l’accusons et reprochons à nos proches, quand c’est en
la nostre. Nous ne nous contentons pas qu’ils se ressentent de nos
maux, si encores ils ne s’en affligent. Il faut estendre la ioye, mais
retrancher autant qu’on peut la tristesse, =III=, 440.

Mourir de vieillesse, c’est vne mort rare, singuliere et
extraordinaire, et d’autant moins naturelle que les autres: c’est la
derniere et extreme sorte de mourir: c’est bien la borne, au delà de
laquelle nous n’irons pas, et que la loy de Nature a prescript, pour
n’estre point outre-passée: mais c’est vn sien rare priuilege de nous
faire durer iusques là. C’est vne exemption qu’elle donne par faueur
particuliere, à vn seul, en l’espace de deux ou trois siecles, =I=, 596.

Celuy qui meurt en la meslee, les armes à la main, il n’estudie pas
lors la mort, il ne la sent, ny ne la considere: l’ardeur du combat
l’emporte, =III=, 166.

C’est vne genereuse enuie, de vouloir mourir mesme vtilement et
virilement: mais l’effect n’en gist pas tant en nostre bonne resolution
qu’en nostre bonne fortune. Mille ont proposé de vaincre, ou de mourir
en combattant, qui ont failli à l’vn et à l’autre: les blessures, les
prisons, leur trauersant ce dessein, et leur prestant vne vie forcée.
Il y a des maladies, qui atterrent iusques à noz desirs, et nostre
cognoissance, =II=, 546.

Pourquoy crains-tu ton dernier iour? Il ne confere non plus à ta mort
que chascun des autres. Le dernier pas ne faict pas la lassitude: il la
declaire. Tous les iours vont à la mort: le dernier y arriue, =I=, 130.

Les faueurs et disgraces de la fortune ne tiennent rang, ny d’heur ny
de malheur, et sont les grandeurs, et puissances, accidens de qualité
à peu pres indifferente: le bon-heur de nostre vie dépend de la
tranquillité et contentement d’vn esprit bien né, et de la resolution
et asseurance d’vne ame reglee et ne se doit iamais attribuer à
l’homme, qu’on ne luy ayt veu ioüer le dernier acte de sa comedie: et
sans doute le plus difficile, =I=, 104.

Il est certain, qu’à la plupart, la preparation à la mort, a donné
plus de torment, que n’a faict la souffrance. Le sentiment de la mort
presente, nous anime par fois de soy mesme, d’vne prompte resolution,
de ne plus euiter chose du tout ineuitable, =III=, 572.

En tout le reste il y peut auoir du masque: mais à ce dernier rolle de
la mort et de nous, il n’y a plus que faindre, il faut parler François;
il faut montrer ce qu’il y a de bon et de net dans le fond du pot.
Voyla pourquoy se doiuent à ce dernier traict toucher et esprouuer
toutes les autres actions de nostre vie. C’est le maistre iour, c’est
le iour iuge de tous les autres, =II=, 104.

On a tort, de dire, celuy-là craint la mort, quand il veut exprimer,
qu’il y songe, et qu’il la preuoit. La preuoyance conuient egallement
à ce qui nous touche en bien et en mal. Considerer et iuger le danger,
est aucunement le rebours de s’en estonner, =III=, 290.

Si nous auons sçeu viure, constamment et tranquillement, nous sçaurons
mourir de mesme, =III=, 574.

La vie despend de la volonté d’autruy, la mort de la nostre, =I=, 630.


NATURE (PHILOSOPHIE).

Tout ce qui est sous le ciel, dit le sage, court vne loy et fortune
pareille. Il y a quelque difference, il y a des ordres et des degrez:
mais c’est soubs le visage d’vne mesme nature, =II=, 150.

Toutes choses, dit Platon, sont produites ou par la nature, ou par
la fortune, ou par l’art. Les plus grandes et plus belles par l’vne
ou l’autre des deux premieres: les moindres et imparfaictes par la
derniere, =I=, 360.

Nature est vn doux guide: mais non pas plus doux, que prudent et iuste,
=III=, 698.

Nous ne sçaurions faillir à suiure Nature: le souuerain precepte, c’est
de se conformer à elle, =III=, 590.

Qui se presente comme dans vn tableau, cette grande image de nostre
mere nature, en son entiere maiesté: qui remarque en son visage, vne
si generale et constante varieté, et non soy, celuy-là seul estime les
choses selon leur iuste grandeur, =I=, 252.

Ce que toute la philosophie ne peut planter en la teste des plus sages,
ne l’apprend elle pas de sa seule ordonnance au plus grossier vulgaire?
=I=, 168.

Nature a maternellement obserué cela, que les actions qu’elle nous a
enioinctes pour nostre besoing, nous fussent aussi voluptueuses. Et
nous y conuie, non seulement par la raison: mais aussi par l’appetit:
c’est iniustice de corrompre ses regles, =III=, 686.

Les cupiditez sont ou naturelles et necessaires, comme le boire et
le manger; ou naturelles et non necessaires, comme l’accointance des
femelles; ou elles ne sont ny naturelles ny necessaires: de cette
derniere sorte sont quasi toutes celles des hommes, elles sont toutes
superfluës et artificielles. Car c’est merueille combien peu il faut à
Nature pour se contenter, combien peu elle nous a laissé à désirer. Ces
cupiditez estrangeres, que l’ignorance du bien, et vne fauce opinion
ont coulées en nous, sont en si grand nombre, qu’elles chassent presque
toutes les naturelles, =II=, 174.

Nostre bastiment et public et priué, est plein d’imperfection: mais il
n’y a rien d’inutile en Nature, non pas l’inutilité mesmes, rien ne
s’est ingeré en cet vniuers, qui n’y tienne place opportune, =III=, 80.

Nous appellons contre Nature, ce qui aduient contre la coustume. Rien
n’est que selon elle, quel qu’il soit. Que cette raison vniuerselle et
naturelle, chasse de nous l’erreur et l’estonnement que la nouuelleté
nous apporte, =II=, 606.


NOBLESSE (NOMS).

La noblesse est vne belle qualité, et introduite auec raison: mais
d’autant que c’est vne qualité dependant d’autruy, et qui peut tomber
en vn homme vicieux et de neant, elle est en estimation bien loing
au dessoubs de la vertu. La science, la force, la bonté, la beauté,
la richesse, toutes autres qualitez, tombent en communication et en
commerce: cette-cy se consomme en soy, de nulle emploite au seruice
d’autruy, =III=, 196.

De mon temps ie n’ay veu personne esleué par la fortune à quelque
grandeur extraordinaire, à qui on n’ait attaché incontinent des tiltres
genealogiques, nouueaux et ignorez à son pere, et qu’on ait anté en
quelque illustre tige. Et de bonne fortune les plus obscures familles,
sont plus idoynes à falsification. Combien auons nous de Gentils-hommes
en France, qui sont de Royalle race selon leurs comptes? plus ce
crois-ie que d’autres, =I=, 512.

Contentez vous de par Dieu, de ce dequoy nos peres se sont contentez:
et de ce que nous sommes; nous sommes assez si nous le sçauons bien
maintenir: ne desaduouons pas la fortune et condition de nos ayeulx,
=I=, 512.


NOMS (NOBLESSE).

C’est vn vilain vsage et de tres-mauuaise consequence en nostre France,
d’appeller chacun par le nom de sa terre et Seigneurie, et la chose du
monde, qui faict plus mesler et mescognoistre les races, =I=, 512.

Ie sçay bon gré à Iacques Amiot d’auoir laissé dans le cours d’vn’
oraison Françoise, les noms Latins tous entiers, sans les bigarrer et
changer, pour leur donner vne cadence Françoise, =I=, 510.


NOUVEAUTÉ.

Ie suis desgousté de la nouuelleté, quelque visage qu’elle porte; et ay
r