Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Afrique aux Noirs
Author: Otlet, Paul
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Afrique aux Noirs" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Mundaneum and mediated by the artists of
Algolit, a research project initiated by Constant.)



L’AFRIQUE AUX NOIRS



                              PAUL OTLET

                         L’AFRIQUE AUX NOIRS


                             _BRUXELLES_

                      FERDINAND LARCIER, ÉDITEUR

                                 1888



L’AFRIQUE AUX NOIRS


Parmi les multiples faits divers qui encombrent quotidiennement les
colonnes de nos journaux, nous pouvions lire, il y a quelques jours,
les lignes suivantes:


LE MOÏSE NOIR

«Les journaux américains racontent qu’un grand émoi règne actuellement
dans le monde noir de l’Amérique. Il vient de paraître un prédicateur
se donnant pour le Moïse noir qui doit sauver les nègres de l’Afrique
et ramener ceux du Nouveau-Monde dans leur ancienne patrie. Ce mahdi
américain se nomme tout simplement Gilles Moss; il habite Evansville,
dans l’Indiana, il est âgé de 62 ans, et jusqu’à la guerre de
sécession il était esclave. Bon orateur, Gilles s’est acquis une
grande réputation de sagesse parmi tous les noirs des États-Unis,
et comme les blancs eux-mêmes ont reconnu ses mérites, son renom
s’est rapidement établi. Il conjure les noirs de se tenir prêts à
s’embarquer pour aller brûler les faux dieux de l’Afrique et convertir
les cannibales au christianisme; il tonne chaque dimanche du haut de
la chaire et, le télégraphe aidant, tous les prédicateurs noirs de
l’Union acclament d’enthousiasme le prophète d’Evansville. Déjà des
milliers d’hommes et de femmes se dirigent vers l’Indiana, et, dans le
Nord, les familles noires mettent en ordre leurs affaires pour être
prêtes à partir pour l’Afrique au premier signal.»

Ce fait doit avoir pour nous plus que la valeur d’un simple fait
divers. Il nous semble assez important pour être tiré de l’oubli où il
est tombé.

                                  ⁂

Ainsi donc les nègres d’Amérique se réveillent. Un Moïse noir s’est
élevé au milieu d’eux, prêchant non la guerre sainte, mais un
patriotique retour vers le sol natal.

Pourquoi ce grand mouvement au delà de l’Océan?

Nous savons ce que sont les noirs d’Amérique: Enlevés au foyer
des ancêtres par la force et la ruse des marchands d’esclaves,
courbés pendant plus de trois siècles sous le joug des colons du
Nouveau-Monde, des millions de représentants de la race noire ont
enfin été appelés à l’émancipation en 1865, après la grande guerre
esclavagiste.

Mais l’émancipation ne leur a pas rendu de patrie. Libres aujourd’hui
sous le gouvernement de ceux qui furent leurs maîtres, ils ne peuvent
jouir pleinement de leur liberté; riches, ils ne disposent à leur gré
de leurs richesses; égaux en droit devant la constitution américaine,
ils ne le seront jamais en fait, devant les orgueilleux Yankees.—Les
emplois du pays, où ils se comptent par millions, ne sont jamais pour
eux; les rangs de la société ne s’ouvrent pas pour les recevoir:
ils ne rencontrent partout que dédain, répugnance et froissements
d’amour-propre.

Cette situation nous a été révélée vingt fois par des voyageurs et des
journalistes impartiaux.

Comment s’étonner, dès lors, de l’enthousiasme qu’excite le nouveau
prophète. Sa voix qui prêche le rapatriement enflamme d’innombrables
multitudes: Les nègres d’Amérique, qui aspirent depuis si longtemps
après une terre où ils puissent jouir de leur liberté sans subir
d’inévitables vexations, sans avoir, comme aux États-Unis, à déplorer
leur origine d’affranchis, répondent à l’appel de leur Moïse en
demandant à grands cris: «L’Afrique aux noirs!»

                                  ⁂

Nous, Européens, qui sommes allés coloniser le sol africain, nous,
surtout Belges, qui avons pris une part directe dans l’œuvre
civilisatrice du Congo, devons-nous, pouvons-nous assister les bras
croisés au grand mouvement de rapatriement qui se dessine au delà de
l’Atlantique?

L’œuvre du Congo est avant tout une œuvre humanitaire et chrétienne.
Ce sont des hommes et des frères qu’il s’agit de relever d’une trop
longue déchéance morale et intellectuelle. C’est aussi toute une
fraction de l’humanité qu’il faut appeler au progrès matériel et au
développement économique.

Cependant, en allant importer d’une pièce sur le territoire africain
notre civilisation si complexe, n’allons-nous pas créer là-bas un
formidable antagonisme entre deux états sociaux trop disparates pour
se fusionner? En mettant directement en contact le blanc raffiné et le
noir encore sauvage, n’allons-nous pas nuire plutôt qu’être utiles au
récent et glorieux avénement du continent noir?

L’histoire de toutes les évolutions sociales enseigne qu’il faut se
garder de progrès trop rapides et sans transition; et celle de toutes
les colonisations établit que le sang de l’émigrant doit se mêler à
celui de l’indigène.

Est-ce nous, Européens des pays froids, qui pouvons satisfaire à
cette double et impérieuse condition, ou bien devons-nous admettre
comme idéal de fusion l’intermédiaire d’un troisième élément de
_civilisation moyenne_?

La question ainsi posée est résolue d’elle-même. Notre rôle en Afrique
à nous, gens du Nord, doit se borner à un droit de haute tutelle, à
une direction générale de son développement matériel et moral; et,
comme conséquence, à l’établissement d’utiles relations commerciales.

Mais, en ce qui concerne les rapports directs avec les noirs,
c’est-à-dire tout ce qui touche à leur vie politique et sociale qu’il
s’agit d’organiser et de faire progresser, c’est par l’élément nègre
lui-même, guidé par les Européens, que doit se faire cette œuvre de
régénération.

Notre principe donc en cette matière doit être: «L’Afrique aux noirs.»

                                  ⁂

Aujourd’hui, s’il faut en croire les dernières nouvelles, les
circonstances viendraient faciliter au plus haut point la réalisation
d’un tel programme.

Il existe dans les États de l’Amérique des millions de nègres déjà
christianisés, habitués au travail régulier et faits à toutes les
exigences d’une civilisation avancée. Ces nègres pour la plupart sont
instruits; beaucoup sont dans une enviable aisance ou même disposent
de forts capitaux dus à leur travail intelligent. Ils ont vécu au sein
d’une nation leur donnant tous les jours les plus rares leçons de la
liberté politique et de l’industrialisme moderne.

Et voilà qu’au lendemain de leur émancipation, ces nègres veulent
achever d’obtenir dans les rangs de l’humanité la place qui leur
revient de droit. Libres par le fait d’autrui, d’eux-mêmes ils
aspirent maintenant à se fixer dans un territoire qui soit à eux et
ils redemandent leur ancienne patrie.

A nous de favoriser ces légitimes aspirations.

Que le vaste État indépendant du Congo ouvre ses portes à ces
citoyens américains qui sont ses enfants: ils constituent le
meilleur élément moyen de fusion entre la barbarie africaine et la
civilisation européenne; qu’il leur demande d’aller achever, sous
la tutelle du souverain que l’Europe a choisi, l’œuvre considérable
de l’organisation politique, sociale et matérielle de ces immenses
contrées.

Là, sous la garantie de l’Europe, les noirs d’Amérique trouveront la
liberté et la nationalité qu’ils souhaitent. Une fois transplantés
dans un climat qui leur convient, sur un sol qui est le leur, avec,
pour les aider, des populations issues du même sang, ces nègres auront
vite fait de couvrir de plantations les riches vallées du Congo et
du Kassaï, de relier par des voies ferrées les principales sources
de production, de créer des ports nouveaux. Ils auront bientôt mis
fin eux-mêmes aux misères de l’esclavage, organisé la défense du
territoire, assaini le pays, ouvert une riche région aux entreprises
européennes. Et, se basant sur le rapide essort qu’ont pris les
États-Unis depuis cent ans, il n’y a guère d’exagération à affirmer
qu’avant un siècle Boma, Léopoldville et Banana puissent devenir les
New-York, les Chicago et les Washington du continent africain.

                                  ⁂

Il y a quelques mois, résumant ses impressions sur la situation
du Congo et l’avenir auquel peut prétendre ce pays, un de nos
compatriotes voyageurs émettait cette idée:

«Il faudrait, disait-il, que l’on envoie en Europe un certain nombre
de jeunes Congolais, afin d’y recevoir une éducation complète et
spéciale. Avec le goût du travail, le vif sentiment de sa nécessité
devrait leur être inculqué. Du doigt, pour ainsi dire, ils devraient
toucher les bienfaits de notre civilisation, de façon à en conserver
des traces indélébiles. On les renverrait ensuite là-bas, et à leur
tour ils deviendraient les initiateurs de leurs compatriotes. Auprès
de ceux-ci ils sauront toujours mieux remplir ce rôle que quiconque
d’entre nous».

Quand on réfléchit sur les principes mêmes de l’éducation on comprend
toute la vérité pratique de ces paroles.

L’histoire et les faits contemporains sont là du reste pour les
appuyer de leur autorité.

Les Russes n’ont pu se mettre au niveau des autres peuples qu’en
envoyant pendant de longues années un certain nombre de jeunes gens
en Allemagne et même en France, pour y puiser les principes d’une
éducation supérieure, qui pût réagir après coup sur les grandes masses
du pays,—et de nos jours encore nos écoles officielles comptent de
nombreux étrangers, Serbes, Roumains, Brésiliens, Argentins, Japonnais
même, tous envoyés par leur gouvernement à seule fin de s’initier à
nos mœurs et à nos idées occidentales.

La proposition de notre compatriote a donc pour elle de sûrs garants.
Mais avant de porter des fruits, que de sacrifices d’argent et de
temps n’exigerait-elle pas?

Ces mêmes avantages, à peu de frais et de suite, une nombreuse
génération de noirs américains est prête à les réaliser.

                                  ⁂

L’Afrique aux noirs! Telle donc l’œuvre à laquelle il nous faut
travailler.

A Léopold II de faire entendre de nouveau sa parole, à lui de prendre
l’initiative de ce rapatriement des nègres américains. Qu’il se mette
en relation avec le Moïse noir, qu’il fasse offrir des terres et des
positions à ceux qu’enthousiasme la parole de ce nouveau prophète, et
qu’ainsi notre Roi achève glorieusement la noble tâche qu’il s’est
proposée: appeler à la civilisation le continent africain.

Rendre l’Afrique aux noirs!

Cette œuvre est digne d’un cœur d’homme et de chrétien, digne aussi du
souverain éclairé d’un peuple libre et travailleur.

28 juillet 1888.


  [Illustration: F L]

  ACHEVÉ D’IMPRIMER CHEZ

  _FERDINAND LARCIER_

  A BRUXELLES

  le 2 août MDCCCLXXXVIII.


 ┌────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
 │ Note de transcription:                                             │
 │ Les mots en italiques sont _soulignés_.                            │
 └────────────────────────────────────────────────────────────────────┘





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Afrique aux Noirs" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home