Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: En Virginie - Épisode de la guerre de sécession, précédé d'une étude sur - l'esclavage et les punitions corporelles en Amérique, et - suivi d'une bibliographie raisonnée des principaux ouvrages - français et anglais sur la flagellation
Author: Villiot, Jean de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "En Virginie - Épisode de la guerre de sécession, précédé d'une étude sur - l'esclavage et les punitions corporelles en Amérique, et - suivi d'une bibliographie raisonnée des principaux ouvrages - français et anglais sur la flagellation" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images of public domain material from the Google Books
project.)



  JEAN DE VILLIOT

  EN VIRGINIE

  ÉPISODE DE LA GUERRE DE SÉCESSION

  PRÉCÉDÉ D'UNE ÉTUDE
  SUR
  L'ESCLAVAGE ET LES PUNITIONS CORPORELLES
  EN AMÉRIQUE

  ET SUIVI D'UNE
  BIBLIOGRAPHIE RAISONNÉE
  DES PRINCIPAUX OUVRAGES FRANÇAIS ET ANGLAIS SUR LA FLAGELLATION

  PARIS
  CHARLES CARRINGTON, ÉDITEUR
  13, FAUBOURG MONTMARTRE, 13

  1901



A NOS LECTEURS


«_La vérité, l'âpre vérité_,» s'est écrié Danton. Nous aussi, nous
voulons la vérité, toute la vérité. Dussent quelques-uns en être
froissés, nous la voulons surtout sur des sujets historiques qui nous
paraissent avoir été le point de départ, sinon le motif, de la
révolution qui s'est accomplie dans nos moeurs au cours de ce siècle.
Nous ne vivons que par le souvenir, et, seule, l'Histoire peut évoquer à
nouveau les heures qu'elle a vécues. Nous entreprenons donc ce livre
avec la ferme conviction de faire oeuvre utile en dévoilant des faits
certainement ignorés de la masse du Public, faits qui nous semblent
intéressants puisqu'ils sont intimement liés aux événements qui marquent
l'évolution de notre civilisation moderne.

Il n'est pas absolument indispensable, quand on traite des matières
quelque peu délicates et spéciales, de tomber dans la crudité, comme
aussi il est possible de ne pas donner un tour de phrase pornographique
à des relations qui ne se rapportent qu'à des faits matériels, à des
choses arrivées et qui, par conséquent, ne peuvent être que naturelles,
car tout ce qui se passe sous le ciel ne peut être d'une autre essence.
Un sentiment littéraire de mauvais aloi, une tartuferie affectée, sont
mille fois plus méprisables et plus pernicieux que la bonne franchise et
la liberté d'expression quand elles n'ont d'autre but que de mettre à
nu, combattre, _flageller_, les vices des hommes.

Nous déclarerons d'abord franchement que la présente étude n'est pas
écrite pour les enfants, _grands ou petits_, qui n'y verraient, ou
plutôt ne voudraient y voir qu'un appel à une excitation malsaine, but
duquel nous nous éloignerons sensiblement. Peut-être quelques-uns de nos
lecteurs persisteront-ils quand même à trouver le mal là où il n'existe
pas; mais entre ceux-ci et nous, nous placerons le bon proverbe:

    _De gustibus et coloribus non disputandum._

A ces lecteurs nous recommanderons encore--et ils feront sagement de
suivre notre conseil--de fermer vite ce livre, de le jeter loin, sans
achever de le lire afin que leurs chastes pensées ne soient ainsi
nullement troublées par cette lecture. Nous avons la prétention d'écrire
pour les admirateurs du vrai, de la Nature, et rien n'est plus beau que
la Nature, dans toute sa splendeur nue, quelquefois aussi dans toute sa
hideur. Nous la décrivons telle qu'elle est, dépouillée de tous les
voiles dont la pudibonderie exagérée se plaît de la recouvrir.

                                   *

                                 *   *

On aurait tort de s'imaginer que l'usage des verges a été de tout temps
un apanage des sectes religieuses ou autres et bon nombre de
littérateurs ont, dans leurs oeuvres, largement usé de la flagellation
et s'en sont fait un sujet pour contenter une certaine catégorie de
lecteurs... malades.

Nous le répétons,--et nous ne saurions trop le redire--nous n'avons
nullement l'intention de mettre sous les yeux de personnes vicieuses,
des scènes plus ou moins impudiques; contre de pareilles peintures
s'élèverait à bon droit la morale publique.

Ce genre de littérature est, d'ailleurs, réprouvé des honnêtes gens, et
c'est pour ceux-là seuls que nous écrivons, et comme c'est aux lecteurs
intelligents que nous nous adressons, nous voudrions que _les autres_ se
rassurent dans le cas où leur esprit maladif ne pourrait approuver un
ouvrage qui, ne répondant pas à leurs goûts, ne saurait être, par cela
même, un remède à leur état d'âme. Qu'ils le critiquent donc, en
poussant leur cri de protestation au nom de la morale outragée. Nous
serons entièrement satisfaits de leur feinte indignation.

C'est surtout d'Outre-Manche que nous arrive la fausse pudibonderie. Il
existe en effet, quelque part, à Londres, une société dite de _Vigilance
Nationale_ (?) laquelle s'érige en juge de nos actions, de nos moeurs,
de nos livres. Cette société, qui se figure que son action a moralisé
complètement les moeurs britanniques, opère maintenant chez nous,
couvrant de sa surveillance, comme d'une égide, la pudique vertu
d'Albion menacée par nos écrits.

Cependant, John Bull avoue parfois qu'il peut être un pécheur; mais,
alors, il explique l'accusation qu'il porte contre lui-même, en faisant
remarquer avec hypocrisie, qu'il n'est pas loin d'être aussi mauvais que
d'autres...

Les moeurs anglaises sont curieuses. Leur isolement, leurs habitudes
monacales exaltent les passions en les concentrant. Un reste de
puritanisme les aggrave.

Là, règne cette dangereuse maxime qu'une austérité rigoureuse est la
seule sauvegarde de la vertu. Le mot le plus innocent effraye; le geste
le plus naturel devient un attentat. Les sentiments, ainsi réprimés, ou
s'étouffent ou éclatent d'une manière terrible. Tout pour le vice ou
tout pour la vertu, point de milieu; les caractères se complaisent dans
l'extrême, et l'on voit naître des pruderies outrées et des monstres de
licence; il y a des dévotes qui craignent de prononcer le mot _shirt_
(chemise) et des femmes hardies, montrant dans l'accomplissement de la
faute suprême la plus douce sérénité.

La société de _Vigilance Nationale_ n'a rien à faire avec notre livre.
La pruderie légendaire de nos voisins doit nous préserver de ses
démarches; aussi, est-ce avec peine que nous avons vu le Parquet
français donner suite à des dénonciations venues d'Outre-Manche. Si la
justice française--dont le rôle est de se prononcer moins sur la forme
que sur le fond de tout ouvrage incriminé--continue à prêter une oreille
attentive et complaisante aux dénonciations hypocrites des puritains
anglais, nous verrons bientôt ceux-ci s'abattre sur les étalages de nos
librairies.

Ils en supprimeront tout ce qui ne leur conviendra pas,--à moins que ce
ne soit pour emporter et lire, quand ils seront seuls, bien seuls, ces
pages défendues qu'ils sont les premiers à honnir... en public...

Et quand on songe aux livres qu'ils trouvent immoraux, on frémit à la
pensée d'être bientôt obligé de se passer de lire autre chose que la
Bible.

La Bible! Ah! messieurs, entendons-nous! Voilà un livre qui vous est
cher et qui nous appartient aussi bien qu'à vous, mais nous avons pris
la précaution de l'expurger, et si la lecture en est ennuyeuse, du moins
ne présente-t-elle aucun danger, tandis que telle que vous l'avez
traduite, nous n'en permettrions la lecture à nos enfants que lorsqu'ils
pourraient justifier de leurs quarante-cinq ans!

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

C'est ici que se place une admirable page de la préface de la _Chanson
des Gueux_[1]:

  [1] Jean Richepin. _La Chanson des Gueux_. Édition définitive, Paris,
    M. Dreyfous, 1881.

  La gauloiserie, les choses désignées par leur nom, la bonne franquette
  d'un style en manches de chemises, la gueulée populacière des termes
  propres n'ont jamais dépravé personne. Cela n'offre pas plus de
  dangers que le nu de la peinture et de la statuaire, lequel ne paraît
  sale qu'aux chercheurs de saletés.

  Ce qui trouble l'imagination, ce qui éveille les curiosités malsaines,
  ce qui peut corrompre, ce n'est pas le marbre, c'est la feuille de
  vigne qu'on lui met, cette feuille de vigne qui raccroche les regards,
  cette feuille de vigne qui rend honteux et obscène ce que la nature a
  fait sacré.

  Mon livre n'a pas de feuille de vigne et je m'en flatte. Tel quel,
  avec ses violences, ses impudeurs, son cynisme, il me paraît autrement
  moral que certains ouvrages, approuvés cependant par le bon goût,
  patronnés même par la vertu bourgeoise, mais où le libertinage passe
  sa tête de serpent tentateur entre les périodes fleuries, où l'odeur
  mondaine du lubin se marie à des relents de marée, où la poudre de riz
  qu'on vous jette aux yeux a le montant pimenté du diablotin, romans
  d'une corruption raffinée, d'une pourriture élégante, qui cachent des
  moxas vésicants sous leur style tempéré, aux fadeurs de cataplasme. La
  voilà, la littérature immorale! C'est cette _belle et honnête dame_,
  fardée, maquillée, avec un livre de messe à la main, et dans ce livre
  des photographies obscènes, baissant les yeux pour les mieux faire en
  coulisse, serrant pudiquement les jambes pour jouer plus allègrement
  de la croupe, et portant au coin de la lèvre, en guise de mouche, une
  mouche cantharide. Mais, morbleu! ce n'est pas la mienne, cette
  littérature!

  La mienne est une brave et gaillarde fille, qui parle gras, je
  l'avoue, et qui gueule même, échevelée, un peu ivre, haute en couleur,
  dépoitraillée au grand air, salissant ses cottes hardies et ses pieds
  délurés dans la glu noire de la boue des faubourgs ou dans l'or chaud
  des fumiers paysans, avec des jurons souvent, des hoquets parfois, des
  refrains d'argot, des gaietés de femme du peuple, et tout cela pour le
  plaisir de chanter, de rire, de vivre, sans arrière-pensée de luxure,
  non comme une mijaurée libidineuse qui laisse voir un bout de peau
  afin d'attiser les désirs d'un vieillard ou d'un galopin, mais bien
  comme une belle et robuste créature, qui n'a pas peur de montrer au
  soleil ses tétons gonflés de sève et son ventre auguste où resplendit
  déjà l'orgueil des maternités futures.

  Par la nudité chaste, par la gloire de la nature, si cela est immoral,
  eh bien! alors, vive l'immoralité! Vire cette immoralité superbe et
  saine, que j'ai l'honneur de pratiquer après tant de génies devant qui
  l'humanité s'agenouille, après tous les auteurs anciens, après nos
  vieux maîtres français, après le roi Salomon lui-même, qui ne mâchait
  guère sa façon de dire, et dont le _Cantique des Cantiques_, si
  admirable, lui vaudrait aujourd'hui un jugement à huis-clos.

                                   *

                                 *   *

Que pourrions-nous ajouter à ce qui précède?

Nous tenions simplement à mettre le public d'amateurs et de
bibliophiles, auquel nous nous adressons exclusivement, en garde contre
les menées d'un petit nombre de faux apôtres qui ont la prétention--et
peut-être la conviction--de nous empêcher d'exposer un sujet délicat,
comme s'il n'était pas possible de le faire sans tomber dans
l'obscénité.

                                   *

                                 *   *

Nous ferons précéder notre récit d'une explication destinée à éclairer
le lecteur sur les pratiques en usage dans la flagellation des esclaves
en Amérique, avant l'époque où se passe notre action.

Ce sujet nous a semblé intéressant au plus haut point, c'est pourquoi
nous n'hésitons pas à publier ces pages.

JEAN DE VILLIOT.



L'ESCLAVAGE ET LES PUNITIONS CORPORELLES EN AMÉRIQUE AVANT LA GUERRE DE
SÉCESSION


L'histoire de l'esclavage et la traite des noirs, tels qu'ils ont existé
autrefois, tels qu'ils se dissimulent aujourd'hui, est encore à faire et
cette plaie, que l'Humanité porte au flanc depuis l'enfance du Monde, ne
peut se fermer sans avoir été sondée.

Le document contient des détails souvent monstrueux, parfois horribles,
toujours répugnants, sur les pratiques révoltantes auxquelles se
livraient les maîtres à l'égard de la race réprouvée et maudite.

Reportons-nous tout d'abord à l'histoire de l'esclavage en Amérique, où
il était établi péremptoirement que ce système--l'esclavage--ne pouvait
être maintenu que par la force brutale; cette déclaration ne put que
gagner en autorité, les propriétaires d'esclaves ayant _légalement_ le
droit de leur infliger des peines corporelles. Une loi, établie en 1740,
tout à l'avantage des maîtres d'esclaves, disait que «dans le cas où une
personne, _volontairement_ (ce qui est fort discutable) couperait la
langue, éborgnerait, ou priverait d'un membre un esclave, en un mot, lui
infligerait une punition cruelle _autre qu'en le fouettant ou le
frappant_ avec un fouet, une lanière de cuir, une gaule ou une badine,
ou en le mettant aux fers ou en prison, ladite personne devra payer,
pour chaque délit de cette sorte, une amende de cent livres sterling
(2.500 francs).»

D'autre part, on lisait dans le code civil de la Louisiane:

«L'esclave est entièrement soumis à la volonté de son maître, qui peut
le corriger et le châtier, mais non avec trop de rigueur, de façon à ne
pas le mutiler, l'estropier, ou l'exposer à perdre la vie.»

En résumé, le droit pour le maître de battre son esclave comme il
l'entendait et de lui infliger des punitions corporelles autant que son
bon plaisir le lui commandait, mais sans le mutiler ou le tuer, ce droit
était parfaitement établi par la loi des États esclavagistes du Sud; et,
dans au moins deux États, le maître était expressément autorisé à se
servir d'un fouet ou d'une lanière de cuir comme instruments de
supplice.

Parfois, un esclave était flagellé jusqu'à ce que la mort s'en suivit,
et ces cas n'étaient malheureusement pas rares. Un nommé Simon Souther
fut traduit devant les Assises d'octobre 1850, dans le comté de Hanover
(État de Massachusetts), pour meurtre d'un esclave; reconnu coupable, il
fut condamné à cinq ans de détention. A cette occasion, le juge Field
fit au jury le récit de la punition infligée à l'esclave:

Le nègre avait été attaché à un arbre et fouetté avec des baguettes
flexibles. Lorsque Souther était las de frapper, il se faisait remplacer
par un nègre qui continuait la flagellation avec des tiges de bois
mince. Le malheureux esclave avait été frappé également avec la dernière
cruauté par une négresse aux ordres du maître, puis horriblement brûlé
sur diverses parties du corps. Il fut ensuite inondé d'eau chaude dans
laquelle on avait fait tremper des piments rouges. Attaché à un poteau
de lit, les pieds étroitement serrés dans une brèche, le nègre poussait
d'affreux hurlements. Souther n'en continua pas moins à accabler le
pauvre martyr, sur le corps duquel il se ruait et frappait des poings et
des pieds. Cette dernière phase de la punition fut continuée et répétée
jusqu'à ce que l'esclave mourut.

Le planteur féroce fit appel de la condamnation qui le frappait si
justement et si peu, mais la Cour suprême confirma la sentence,
estimant, dans ses conclusions, que le prévenu aurait dû être simplement
pendu pour homicide volontaire.

Dans un autre cas qui fut jugé à Washington même l'année suivante, le
colonel James Castleman fut poursuivi pour avoir fouetté un esclave
jusqu'à la mort. Il n'en fut pas moins acquitté. Ce colonel fit ensuite
rédiger et publier par son avocat, une brochure dans laquelle il
défendait sa réputation. On y lisait que deux de ses esclaves, surpris
en état de vol, furent immédiatement punis pour ce méfait. Le premier,
nommé Lewis, fut fustigé au moyen d'une large courroie de cuir. Il avait
été sévèrement puni, mais le colonel estimait que la rigueur du
châtiment n'excédait pas l'importance du vol commis par l'esclave. Il
admettait cependant que son compagnon avait été plus cruellement châtié
et que si Lewis était mort, il n'y avait de la faute de personne: Lewis,
en effet, après avoir subi la première partie de sa peine, avait été
attaché au moyen d'une chaîne à une poutre, et suspendu par le cou. Il y
avait juste assez de longueur de chaîne pour lui permettre seulement de
se tenir debout et droit; s'il s'appuyait d'un côté ou d'un autre, s'il
se courbait, le carcan devait l'étrangler. C'est du reste ce qui se
produisit.

A l'occasion des _Procès libérateurs_, qui eurent lieu à Boston en 1851,
un policeman, cité comme témoin, affirmait qu'il était de son devoir
d'agent de police d'appréhender toute personne de couleur, qu'il
trouvait dans les rues après une certaine heure. Tout délinquant était
mis au poste, et le lendemain matin, comparaissait devant un magistrat
qui le condamnait invariablement à recevoir _trente-neuf coups de
fouet_. Les policemen touchaient un salaire supplémentaire: un
demi-dollar (2 fr. 50) pour l'exécution de cette punition. Des hommes,
des femmes, des enfants furent fouettés ainsi fréquemment par la police,
et ce à la demande formelle de leurs maîtres eux-mêmes.

Weld, dans son _Slavery as it is_ (L'Esclavage tel qu'il est) publié en
1839, raconte le fait suivant qui indique comment étaient traités les
esclaves qui s'évadaient:

«Une belle mulâtresse d'une vingtaine d'années, à l'esprit indépendant
et qui ne pouvait supporter la dégradation de l'esclavage, s'était à
différentes reprises, enfuie de chez son maître; pour ce crime elle
avait été envoyée au _Workhouse_ (maison des pauvres) de Charleston,
pour y être fouettée par le gardien. L'exécution eut lieu avec un tel
raffinement de cruauté que sur le dos de la malheureuse pendaient de
sanglants lambeaux de peau; il n'eût pas été possible de placer la
largeur d'un doigt entre les très nombreuses plaies qui y saignaient.
Mais l'amour de la liberté s'était développé chez cette femme; elle
oublia la torture et la fuite qui en avait été la cause, et elle réussit
à s'évader de nouveau sans qu'on pût jamais la retrouver.»

Pour démontrer la _nécessité_ des punitions corporelles, Olmsted nous
fournit l'anecdote suivante: «Une dame de New York, allant passer
l'hiver dans un des États du Sud, avait loué les services d'une esclave,
qui, un jour, refusa catégoriquement de faire certain petit travail
domestique qui lui était commandé. A de douces remontrances: «Vous ne
pouvez m'y forcer, répondait-elle, et je ne veux pas faire ce que vous
me demandez là; je ne crains nullement que vous me fouettiez.» La
domestique parlait avec raison; la dame ne pouvait pas la fouetter, et,
d'un coeur plus sensible que ses congénères, ne voulait point appeler un
homme pour faire cette besogne, ou envoyer sa domestique à un poste de
police pour y être fouettée, comme il était d'usage dans les États du
Sud.

Pour ne pas laisser de marques sur le dos des esclaves, et ne pas
abaisser leur valeur marchande (!), on avait substitué, en _Virginie_,
aux instruments habituels de punition, la _courroie élastique_ et la
_palette scientifique_. Par le vieux système, la lanière de cuir coupait
et lacérait d'une façon si déplorable la peau, que la valeur des
esclaves s'en trouvait singulièrement diminuée lorsqu'ils devaient être
vendus sur un marché; aussi l'usage de la courroie était-il un immense
progrès dans l'art de fouetter les nègres. On assure qu'avec cet
instrument, il était possible de flageller un homme jusqu'à le mettre à
deux doigts de la mort, et cependant, sa peau ne portant nulle trace de
violences, il en sortait sans dommage apparent.

La palette est une large et mince férule de bois, dans laquelle sont
percés un grand nombre de petits trous; lorsqu'un coup est porté avec
cet instrument, ces trous, par suite du mouvement précipité et de
l'épuisement partiel de l'air qui s'y produit, agissent comme de
véritables ventouses, et on assurait que l'application continuelle de
cet instrument produisait absolument les mêmes résultats que ceux de la
lanière de cuir.

L'enrôlement des nègres dans les armées fédérales pendant la guerre de
Sécession a montré jusqu'à quel point terrible les esclaves avaient été
soumis à la flagellation. M. de Pass, chirurgien d'un régiment de
Michigan, cantonné dans le Tennessee, dit que sur 600 recrues nègres
qu'il avait eu à examiner, une sur cinq portait des marques de
fustigations sévères, et la plupart montraient de nombreuses cicatrices
qu'on n'aurait pu couvrir avec deux doigts. Il avait même rencontré
jusqu'à mille stigmates provenant de flagellations excessives, et plus
de la moitié des hommes qui se présentaient durent être rejetés pour
incapacité physique, causée par les coups reçus, et par des morsures de
chiens, visibles sur leurs mollets et leurs cuisses. M. Westley
Richards, autre chirurgien, dit que sur 700 nègres qu'il avait examinés,
la moitié au moins de ces esclaves portait les marques de fustigations
cruelles et de mauvais traitements divers: quelques-uns avaient reçu des
coups de couteau, d'autres portaient des traces de brûlures; d'autres
enfin avaient eu les membres brisés à coups de matraque.

La flagellation des esclaves se pratiquait parfois de la façon suivante:
le coupable était étendu la face contre terre, ses bras et ses jambes
attachés à des pitons ou à des anneaux, et, son immobilité ainsi bien
assurée, il était fouetté jusqu'à la dernière limite.

Une torture encore plus raffinée consistait à ensevelir le malheureux
dans un trou juste suffisant pour contenir son corps, de fixer une porte
mobile, ou trappe au-dessus de sa tête, et de l'y laisser de trois
semaines à un mois--si, bien entendu, il ne succombait pas avant
l'expiration du terme.

                                   *

                                 *   *

Les coutumes des races aborigènes de l'Amérique sont peu connues, et il
nous serait impossible de dire d'une façon bien affirmative, que la
flagellation ou les punitions corporelles faisaient partie du système
judiciaire des Peaux-Rouges. Nous reviendrons donc aux premiers colons,
ceux surtout qui s'établirent au Nord, emportant de chez eux la ferme
croyance que le fouet était un réformateur efficace pour le maintien de
la bonne moralité. En eux était également ancrée cette intolérance
religieuse, dont ils cherchaient vainement à s'affranchir et qui était
précisément l'une des principales causes de leur immigration.

Le poteau d'exécution restait en permanence--il existe d'ailleurs encore
dans certaines provinces des États-Unis--et ce furent surtout les
Quakers[2] qui goûtèrent les premiers les bienfaits de la flagellation.
Les chefs et les prédicateurs de cette secte furent longtemps
persécutés. A Boston, en 1657, une femme nommée Mary Clark, accusée de
prêcher cette doctrine, fut condamnée à recevoir vingt coups d'un fouet
formé de grosses cordes à noeud et manié à deux mains par le bourreau.
Puis l'infortunée expia encore, par une année de prison, le crime
d'avoir exprimé librement son opinion. Deux prédicateurs, Christopher
Holder et John Copeland furent chassés de leur ville natale après avoir
été fouettés, et d'autres personnes punies également pour avoir montré
quelque sympathie à l'égard de ces deux proscrits. Quelque temps après,
une femme nommée Gardner fut arrêtée à Weymouth, et dirigée sur Boston
où elle et sa servante furent publiquement fouettées avec un _chat à
neuf queues_.

  [2] _Quakers_: sectaires en Angleterre et en Amérique. Ils se
    reconnaissent au tutoiement.

C'est alors que la loi, dont le texte suit, fut promulguée contre les
Quakers:

«Quiconque introduira un quaker dans l'enceinte de cette juridiction
(l'État où la loi était en vigueur), sera mis à l'amende de cent livres
sterling (2.500 francs) au profit du pays, et maintenu en prison
jusqu'au paiement intégral de la somme.

«Quiconque hébergera un quaker, sachant qu'il l'est, sera mis à l'amende
de 40 schellings (50 francs) pour chaque heure durant laquelle le quaker
aura été hébergé ou caché, et maintenu en prison jusqu'au paiement
intégral de ladite amende.

«Tout quaker venant en ce pays sera soumis à cette loi et puni en
conséquence, savoir: A la première infraction, si c'est un homme, il lui
sera coupé une oreille, puis il sera astreint aux travaux forcés pendant
un laps de temps. A la seconde infraction, il lui sera coupé l'autre
oreille, et si c'est une femme, elle sera sévèrement fouettée avant son
envoi dans une maison de correction et condamnée aux travaux forcés.

«A la troisième infraction, l'accusé, homme ou femme, aura la langue
percée d'un fer rouge et sera maintenu définitivement en maison de
correction.»

Sous le régime d'une aussi douce loi, les quakers devaient disparaître
rapidement. Du moins le pensait-on, et le gouverneur de Plymouth (aux
États-Unis) disait «qu'en son âme et conscience, les quakers étaient
gens qui méritaient d'être exterminés, eux, leurs femmes et leurs
enfants, sans la moindre pitié».

Les colons Hollandais suivirent bientôt l'exemple de leurs voisins les
puritains. Un nommé Robert Hodshone, accusé d'avoir tenu une réunion
religieuse à Hamstead, fut attaché à l'arrière d'une charrette en
compagnie de _deux femmes qui lui avaient donné l'hospitalité_, et
traîné de la sorte jusqu'à New-York. Là, il fut mis dans l'obligation de
payer une amende de 600 guilders (1.260 francs environ) et, ne le
pouvant pas, fut condamné à _travailler à la brouette_ (terme employé
pour les condamnés), sous la surveillance d'un nègre qui avait ordre de
le flageller avec des cordes selon son bon plaisir. Le gardien
s'acquitta si bien de sa tâche que le malheureux fut bientôt dans
l'impossibilité matérielle de faire le moindre travail. Pour ce, mis à
nu jusqu'à la ceinture, _il fut fouetté tous les deux jours_, jusqu'à ce
qu'il en mourut.

Les quakers n'en continuaient pas moins à prospérer, à tel point que des
mesures plus rigoureuses encore furent prises à leur égard. Un nommé
William Robinson fut condamné, à Boston, à subir le fouet, et banni
ensuite de la ville, avec défense, sous peine de mort, d'y remettre les
pieds. Le malheureux, attaché à l'affût d'un canon, reçut trente coups
de fouet.

En 1662, un nommé Josiah Southick, dont les parents avaient été chassés
de Boston, retourna dans cette ville. Arrêté immédiatement et attaché
demi-nu à une charrette, il fut traîné dans les rues de Boston et
fouetté sur tout le parcours, puis reçut la même punition à Rocksbury et
le lendemain à Dedham, après quoi on le relâcha. Le fouet qui servit à
cette exécution, manié à deux mains par le bourreau, était formé de
cordes de boyaux, séchées puis nouées, et fixées à un long manche. La
souffrance endurée par le patient fut vraiment terrible.

A Dover (New England), trois femmes, Anne Coleman, Mary Tomkins et Alice
Ambrose furent condamnées à la peine du fouet. C'est un curieux document
que l'arrêt de prise de corps qui fut lancé contre elles, après la
sentence. Le voici:

  «Les constables de Dover, Hampton, Salisbury, Newbury, Rowley,
  Ipswich, Wenham, Lynn, Boston, Roxbury, Dedham, sont requis, au nom du
  Roi, de s'emparer des Quakeresses (ici les trois noms suivaient), de
  les attacher à une charrette, et les conduisant à travers leurs villes
  respectives, de les fouetter sur leurs dos nus, avec un maximum de dix
  coups par ville; et de les conduire ainsi de commune en commune
  jusqu'à ce que les condamnées soient hors de cette juridiction, et les
  constables sus-désignés sont responsables de la bonne exécution de
  cette sentence.

  Fait à Dover, par moi, Richard Malden, ce 22 décembre 1662.

Le sinistre cortège commença par une froide journée de décembre, et les
trois malheureuses subirent leur peine stoïquement, excitant sur leur
passage la pitié de quelques-uns de leurs doctrinaires. Ces derniers
furent immédiatement mis au pilori.

Douces moeurs!...

L'une de ces trois femmes, Anne Coleman, fut de nouveau flagellée à
Salem, avec quatre de ses amies. L'instrument employé alors était le
_chat à neuf queues_.

Un nommé Wharton, ayant eu l'imprudence d'aller visiter les victimes
dans leur prison, il fut décrété à son égard l'arrêt suivant:

  «Aux Constables de Boston, de Charlestown, de Malden, de Lynn.

  «Vous êtes requis respectivement.

  «D'appréhender en sa propre demeure Edward Wharton, convaincu de
  vagabondage. Le constable de Boston devra lui appliquer trente coups
  de fouet sur le corps mis préalablement à nu.

  «De le faire passer de commune en commune jusqu'à Salem, qu'il prétend
  être son lieu de résidence, en le fustigeant comme ordonné.

  «La présente vous servira de mandat.

  «Boston, le 30 juin 1664.»

Nous citerons encore un cas. C'est celui d'Anne Needham, qui,
appartenant à la secte des quakers, fut mise à l'amende à Boston.
N'ayant pu payer cette amende, cette femme fut fustigée cruellement et
subit courageusement sa peine sans pousser un seul cri.

                                   *

                                 *   *

Un journal de 1774 raconte de plaisante façon une histoire de
flagellation qui trouve ici sa place:

Quelques quarante années auparavant, alors que bon nombre de naïfs
avaient à se repentir de leur affiliation à une secte biblique
rigoureusement interdite, le capitaine Saint-Léo, commandant d'un navire
de guerre, était appréhendé _pour s'être promené un dimanche_; et ce
fait, considéré à cette époque comme un crime, appelait sur la tête du
coupable un châtiment exemplaire.

Le coupable fut donc tout d'abord condamné à une forte amende par le
juge de paix. Et comme le capitaine, surpris et indigné, se refusait à
payer, excipant judicieusement de son ignorance des lois, on s'empara de
sa personne. Il fut solidement attaché par la tête et par les pieds à un
pilori dressé sur la place publique où les bonnes gens du pays vinrent
pieusement lui donner des conseils sur l'observation du dimanche et lui
rappeler les inconvénients qui pouvaient résulter d'une promenade à
l'heure des offices.

Remis en liberté, le capitaine Saint-Léo reconnut l'incorrection de sa
conduite et, publiquement, exprima des regrets; il déclara que,
désormais, il était bien décidé à mener une vie pieuse et exempte de
reproches. Les saintes personnes, ravies de cette soudaine conversion,
l'invitèrent à souper. Le capitaine, décidément bien converti, suivait
assidûment les offices religieux. Avant de reprendre la mer, Saint-Léo
voulut rendre la politesse qui lui avait été faite; il invita donc une
grande partie des sommités de la ville, y compris les prêtres et le juge
à un repas à bord de son navire, prêt à mettre à la voile. Un excellent
dîner fut, en effet, servi; on vida de nombreux flacons, et la gaîté,
quelque peu excitée par de copieuses et franches libations, battait son
plein, lorsque, brusquement, une bande de matelots fit irruption dans la
cabine du capitaine; ceux-ci se saisirent des convives et, malgré leurs
protestations, les pieux invités furent traînés sur le pont, où,
solidement attachés, ils reçurent des mains de l'équipage, armées de
verges, une magistrale correction, cependant que le capitaine les
exhortait au calme, les assurant que la mortification de la chair
aidait, après un plantureux repas, à sauver l'âme compromise par la
gaieté.

Après quoi, les invités encore ficelés, furent jetés dans leur
embarcation, et abandonnés en cet état sur le rivage alors que le navire
mettait immédiatement à la voile.

                                   *

                                 *   *

Le pilori et le poteau ont été et sont encore d'un usage fréquent dans
certaines parties des États-Unis. Dans l'État de Delaware, par exemple,
il existait, il y a peu de temps, trois poteaux à fouetter: un à Dover,
un autre à Georgetown et le troisième à Newcastle. Dans le pays, ce
moyen pénal est considéré comme souverainement efficace pour la
répression des crimes de peu d'importance.

A Newcastle, le pilori consiste en un très lourd poteau, haut d'environ
douze pieds; à mi-hauteur se trouve une plate-forme: à peu près à quatre
pieds (1m,22) au-dessus de cette plate-forme, est fixée une traverse
percée de trois trous: un pour la tête et le cou du patient, les deux
autres pour les mains et les poignets. La punition est infligée par le
shérif avec le _chat à neuf queues_, mais ce magistrat s'acquitte
généralement très mal de cette besogne, qu'il considère à juste titre
comme dégradante pour sa dignité.

Les noirs supportaient beaucoup mieux que les blancs les tortures de la
flagellation. Ces derniers étaient surtout plus affectés de l'infamie
attachée à cette punition, que de la douleur pourtant si violente
qu'elle occasionnait.

Il y a quelques années seulement, un cas de torture par la flagellation
fut le sujet de toutes les conversations. _Une jeune fille de dix-sept
ans_, élève dans une école publique de Cambridge (État de de
Massachusetts), ayant commis le crime de chuchoter pendant un cours, fut
condamnée par son institutrice _à être fouettée_. L'enfant, que
révoltait un légitime sentiment de pudeur, résista avec tant de force,
qu'on dut requérir le _directeur et deux de ses aides_. Ces trois hommes
se saisirent de l'élève, et tandis que deux d'entre eux lui maintenaient
les bras et les jambes, le directeur la frappait de vingt coups d'une
forte lanière de cuir. Cette punition avait été infligée selon
l'ancienne coutume, c'est-à-dire devant toute l'école. L'affaire fut
cependant portée devant les tribunaux, mais le personnel de l'école en
fut quitte pour une légère admonestation. Néanmoins, quelques mois
après, l'affaire ayant eu quelque retentissement, les punitions
disciplinaires de cette nature furent abolies dans toutes les écoles des
États-Unis.

                                   *

                                 *   *

La flagellation domestique, que l'on nomme _spanking_, est en usage un
peu partout, aux États-Unis, principalement en ce qui concerne les
enfants. Au temps où les puritains régnaient en maîtres, dans ce
pays--ça n'a d'ailleurs pas beaucoup changé--la flagellation était la
punition ordinaire infligée aux enfants des deux sexes, et, en certains
districts, ils devaient s'y soumettre jusqu'à ce qu'ils eussent atteint
l'âge du mariage!

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet que nous venons de
résumer, et il serait intéressant de faire connaître à fond les
_coutumes flagellatrices_, si nous pouvons nous exprimer ainsi, qui
régnèrent et qui règnent encore au Nouveau-Monde. Peut-être un jour
donnerons-nous à nos lecteurs, s'ils veulent bien nous suivre sur ce
terrain, de plus amples détails sur ces coutumes barbares. Mais, pour
les besoins du présent livre, nous avons tenu à faire rapidement
l'historique de ces moeurs étranges, historique nécessaire que nous
présentons comme la préface de l'histoire dont nous nous sommes inspiré
pour notre livre.

Le récit que nous reproduisons est rigoureusement exact quant aux faits,
sinon quant aux détails. Il éclairera d'un jour nouveau, du moins
l'espérons-nous, les pratiques monstrueuses en usage chez les
esclavagistes qui torturaient non seulement par nécessité de répression,
mais aussi par dilettantisme, par passion et besoin de cruauté:
_Flagellandi tam dira Cupido!_



EN VIRGINIE

ÉPISODE DE LA GUERRE DE SÉCESSION



PROLOGUE


Pendant l'été de 1866, peu après la signature du traité de paix qui
termina la guerre de Sécession, j'habitais New-York, de retour d'une
expédition de chasse et de pêche en Nouvelle-Écosse, attendant le
paquebot qui devait me ramener à Liverpool.

J'avais alors trente ans à peine, j'étais robuste, bien portant; encore
avais-je une taille qui pouvait passer pour avantageuse: près de six
pieds! Mon esprit aventureux et ma curiosité à l'endroit de ce qui
m'était inconnu me poussèrent, durant mon séjour à New-York, à parcourir
la cité en tous sens, explorant de préférence les plus vilains quartiers
de la capitale du Nouveau Monde. Au cours de mes pérégrinations je fis
des études de moeurs assez curieuses; j'ai conservé soigneusement des
notes qui, peut-être un jour, formeront la relation complète de mes
aventures. Cependant, à titre d'essai, je détache cette page du livre de
ma vie.

Un après-midi, vers cinq heures, j'étais entré à Central Park afin de
m'y reposer un peu en fumant un cigare. Nous étions en pleine canicule;
le soleil déclinait vers l'ouest, éclatant encore de toute sa lumineuse
splendeur dans un ciel d'un bleu cru. Oisif, je regardais indifféremment
les promeneurs, lorsque mon attention fut attirée vers une jeune femme
assise sur le banc près duquel je flânais; elle était absorbée dans la
lecture d'un livre qui paraissait l'intéresser vivement. Elle pouvait
avoir vingt-cinq ans; son visage, d'un ovale régulier, était charmant,
et de sa physionomie se dégageait un caractère de douceur infinie. Ses
cheveux châtain clair--suivant la mode de la coiffure féminine à cette
époque--étaient relevés sur sa tête en un lourd chignon. Sa robe, très
simple, quoique de coupe élégante, ses fines bottines et son maintien
sérieux, tout en cette jeune femme indiquait une personne du meilleur
monde. Je la regardais d'abord à la dérobée; puis la fixais obstinément,
comme si j'eusse voulu exercer sur cette belle étrangère un regard
fascinateur. Un instant après, en effet, elle eut intuitivement
conscience de cette force magnétique; car, levant enfin les yeux, elle
m'examina des pieds à la tête; satisfaite sans doute d'une petite
perquisition qui paraissait n'avoir rien de désobligeant pour moi, elle
me sourit aimablement et me fit un signe discret. C'était évidemment une
invitation à venir m'asseoir auprès d'elle. J'avoue que j'en fus tout
d'abord on ne peut plus surpris: je ne croyais certes pas avoir affaire
à une demi-mondaine.

Une conversation avec une jolie femme ne m'a jamais déplu; c'est
pourquoi j'acceptai sans façon la place que m'offrait à côté d'elle la
jolie lectrice dont le corsage exhalait des parfums capiteux et
singulièrement troublants.

D'un petit air dégagé elle amorça la conversation. Mon inconnue parlait
correctement, d'une voix très harmonieuse, à laquelle son accent
américain ajoutait un charme infini.

Je la regardais encore. Elle était vraiment adorable: ses longs yeux
bleus, son visage un peu pâle, le mignon retroussis de son nez et sa
petite bouche joliment meublée de deux rangées de petites dents nacrées,
tout cela m'attirait étrangement; elle avait une loquacité de fauvette,
babillant gentiment sur toutes choses, en employant des expressions
gamines qui m'amusaient fort. Je pris alors la grande résolution non
seulement de la reconduire jusqu'à sa porte, mais Dieu et mon
porte-monnaie aidant, de me faire offrir une hospitalité toute
écossaise. Après quelques instants d'une causerie devenue plus
familière, je l'invitai à dîner, ce qui parut la charmer, car elle
accepta incontinent, sans se faire prier.

Nous nous installâmes dans un restaurant où je commandai un dîner au
Champagne. La soirée s'acheva au théâtre et, la pièce terminée, je hélai
un «hack» (voiture de place) et je reconduisis chez elle ma conquête,
qui, en route, m'apprit qu'elle s'appelait Dolly.

La maison qu'habitait Dolly était d'élégante apparence; la porte nous
fut ouverte par une quarteronne coquettement habillée qui nous
introduisit dans un salon. Cette pièce, d'aspect honnête, était meublée
avec un goût exquis; le parquet était jonché d'épais tapis d'Orient; des
tentures de velours cramoisi pendaient aux portes; tout était d'un
confortable parfait.

Dolly m'invita à m'asseoir dans un large fauteuil, et, me priant de
l'excuser, se retira dans la pièce voisine qui, ainsi que je fus à même
de le savoir plus tard, était sa chambre à coucher. Elle revint au bout
d'un instant drapée d'un grand peignoir blanc orné de rubans bleus. Elle
était chaussée de jolies sandales; maintenant ses cheveux flottaient sur
ses épaules et tombaient jusqu'aux reins.

Elle ne portait sous son peignoir--ainsi que je le vis ensuite--qu'une
fine chemise garnie de dentelles et des bas de soie rose, attachés très
haut au-dessus du genou par une jarretière de satin rouge. Sous ce
vêtement d'intérieur, ma conquête était, au surplus, d'une esthétique
qui eût fait rêver Michel-Ange lui-même: sa taille aux courbes
accentuées s'élançait hardiment des hanches copieuses et souples et sa
peau douce comme un velours, fine comme un satin, frissonnait au moindre
baiser de l'air.

Le cerveau troublé par cette apparition, en proie à une fièvre inconnue
dont je n'avais encore jamais ressenti les atteintes, fou d'amour, je me
précipitai dans sa chambre...

Le lendemain matin, je m'éveillai vers huit heures et demie; ma compagne
dormait; ses cheveux épars sur l'oreiller semblaient la nimber de
vapeurs. Elle me parut encore plus belle, plus ravissante que la veille;
sous la clarté des lumières elle était ainsi adorable. Sa peau gardait
une matité incomparable qui semblait lui donner le sommeil; ses seins
fermes et blancs comme des dômes neigeux s'agitaient doucement sous
l'action de la respiration tranquille.

Cependant elle se réveilla. Ce fut pour moi une joie, comme ce me fut un
embarras. Ébloui, je ne savais que lui dire et comme le sujet de la
guerre était encore à l'état d'actualité, je lui demandai banalement
qui, des Nordistes ou des Sudistes, avaient ses sympathies.

Elle vit mon trouble et ma gaucherie, et répondit:

--Je suis Nordiste, toutes mes sympathies vont donc à mes compatriotes
et je suis profondément heureuse que les Sudistes aient été battus,
l'esclavage aboli. C'était une atrocité et une honte pour notre pays.

--Mais, lui dis-je, si je m'en rapporte à ce que j'ai entendu dire, il
est infiniment probable que les nègres étaient plus heureux avant la
guerre, quoique esclaves, qu'ils ne le sont maintenant en tant que
citoyens libres.

--Oui, mais ils sont _libres_, et c'est là un grand point. Peu à peu,
les choses s'arrangeront.

--On m'a affirmé que les esclaves étaient généralement bien traités par
leurs maîtres.

--Cela peut être exact, mais ils ne jouissaient d'aucune sécurité; du
jour au lendemain, vendus à des maîtres étrangers, le mari était séparé
de la femme, la mère de l'enfant; de plus, beaucoup de propriétaires
traitaient ces malheureux avec la plus grande brutalité, les accablant
de travail, les nourrissant plus mal que des chiens. Les filles et les
femmes, mistis ou quarteronnes, ne pouvaient rester vertueuses, obligées
qu'elles étaient de se plier au désir du maître, et si, par hasard,
elles avaient la force de résister, elles étaient fouettées jusqu'au
sang.

--Vous m'étonnez... J'avais bien entendu dire que ces pratiques barbares
s'exerçaient contre des hommes, mais à l'égard des femmes...

--... Je ne me trompe pas, croyez-moi. Je connais à fond ce sujet; j'ai
vécu longtemps moi-même dans un État esclavagiste avant la guerre; aussi
ai-je pu étudier la question de très près.

--Les femmes étaient-elles souvent fouettées?

--Je ne pense pas qu'il y ait eu une seule plantation où elles ne
fussent punies de cette façon. Naturellement il y avait des maîtres plus
mauvais que d'autres, mais ce qui, en tout cas, rendait la punition plus
pénible, c'est qu'elle était toujours infligée par des hommes, et
souvent devant une réunion d'hommes.

--Sur quelles parties du corps fouettait-on les femmes, demandais-je
vivement intéressé, et avec quel instrument était infligé ce châtiment?

--C'était presque toujours le derrière qui avait à supporter les coups.
Quant aux instruments affectés à cet usage, les plus répandus étaient la
baguette de noisetier, la courroie et la batte.

--La batte?

--Oui, c'est un instrument de bois rond et plat, attaché à un long
manche. On l'emploie toujours pour frapper sur le derrière. Chaque coup
froisse les chairs, boursoufle la peau d'une large ampoule, mais le sang
ne coule pas. La baguette au contraire cingle comme une cravache et,
pour peu qu'elle soit appliquée rudement, elle incise la peau et le sang
jaillit. Il y avait encore un terrible instrument, qu'on appelait
communément _la peau-de-vache_, mais on ne l'employait que sur les
hommes.

--Vous êtes, en vérité, très au courant des différents supplices; mais
par quel hasard vous trouviez-vous dans un état esclavagiste?

--J'aidais à tenir une _station souterraine_; mais savez-vous ce que
l'on entendait par là?

Et comme je répondais négativement elle reprit:

--Une station souterraine était une maison dans laquelle les
abolitionistes hospitalisaient les nègres marrons. Il y avait plusieurs
de ces établissements dans le Sud et les déserteurs étaient envoyés
d'une station à l'autre jusqu'à ce qu'ils fussent parvenus dans un État
libre. C'était très dangereux, car l'aide donnée à un nègre marron était
considérée comme une grave infraction aux lois des pays du Sud. Tout
homme ou femme surpris dans l'accomplissement de cette oeuvre
d'affranchissement était certain d'avoir à subir une très longue période
d'incarcération dans les prisons de l'État, avec, en surcroît, les
travaux forcés. De plus, la majeure partie du public s'élevait _contre_
les abolitionistes, non seulement les propriétaires d'esclaves, mais,
chose incroyable, les blancs qui ne possédaient pas un seul
nègre se déclaraient esclavagistes. Il arrivait souvent que les
anti-esclavagistes étaient pris et lynchés. On leur faisait subir mille
tortures. Il y en eut que l'on enduisit de goudron et de plumes,
d'autres que l'on mit tout nus à cheval sur un rail suspendu...

--Avez-vous eu à subir de pareilles épreuves dans votre station?

--Certes, j'ai eu beaucoup à souffrir, et ce qui m'est arrivé là-bas a
changé entièrement le cours de ma vie; mon séjour dans le Sud a fait de
moi ce que je suis... une prostituée, ajouta-t-elle tristement. Oh! les
Sudistes, comme je les hais! les bêtes féroces! reprit-elle avec une
colère rageuse.

Cette exclamation, qui me parut être l'expression de douleurs morales
longtemps accumulées, me fit comprendre que ma petite amie devait être
l'héroïne d'une histoire intéressante. Ma curiosité se trouvait piquée
au vif.

Je repris:

--Je serais bien heureux d'apprendre ce qui vous est arrivé dans le Sud,
ma belle amie.

Après un moment d'hésitation, elle se décida à me répondre:

--Je n'ai jamais raconté mon histoire à personne; vous me paraissez
cependant d'un naturel affectueux. Je consentirai à vous narrer les
épisodes de ma vie extraordinaire, si vous voulez bien me faire le
plaisir de dîner ce soir avec moi, sans cérémonie aucune.

J'acceptai cette invitation avec un empressement d'autant plus vif que,
très amoureux encore, j'entrevoyais avec chagrin la fin probable de mon
aventure galante.

En ce moment on frappa à la porte, et la quarteronne entra, très
proprement et presque élégamment vêtue. Elle apportait du thé et des
tartines grillées qu'elle plaça à côté du lit.

--Mary, lui dit Dolly, donnez-moi un peignoir. Puis, se tournant vers
moi, elle me dit:

--Mary a été esclave pendant vingt-cinq ans, et si cela vous intéresse,
vous pouvez la questionner sur sa vie passée, elle vous répondra
franchement; d'ailleurs elle n'est pas timide... N'est-ce pas, Mary?

La quarteronne, une grosse bonne femme, sourit largement, montrant une
rangée de dents à rendre jalouse une jeune pouliche.

--Non, Miss Dolly, répondit-elle, mo pas timide.

J'étais également tout disposé à questionner Mary.

Je lui demandai.

--Dites-moi, quel âge avez-vous, et de quel État venez-vous?

--Mo qu'avé tente années--me répondit-elle dans un charabia nègre
presque incompréhensible,--et mo qu'a été élevée su plantation à vieux
Massa Bascombes dans État Alabama. Là s'y trouvait avec mo 150 mouns;
dans maison là, mais gagné douze servantes. Mo-même femme de chambre,
ajouta-t-elle avec orgueil.

--Votre maître était-il bon pour vous? hasardai-je.

--Mon maît, assez bon Moun, baillé nous bon à manger et li pas demander
tavail top gand, mais li sévé, et li fait baillé nous dans son
plantation et son case, bon coup de fouets.

--Avez-vous été souvent fouettée, Mary?

Mary me regarda avec un air stupéfait, tant la question lui paraissait
extraordinaire.

--Mo qu'a été fouettée bien souvent--dit-elle en gardant son air
étonné--mo qu'a vieux sept ans quand mo kimbé première fessade, et mo
fini quand mo kimbé vingt-cinq ans une semaine même quand Président
baillé liberté à tous nègres.

--Comment avez-vous été fouettée?

--Quand mo pitit fille, mo recevée fessée, et quand mo vini grand fille
li baillé mo fessade avec courroie ou baguette bois, mo aussi gagné
fessade su mo derrière même tout nu, avec batté, ça qu'a fait mo
beaucoup grand mal.

--Qui est-ce qui fouettait les femmes?

--Un capataz, mais, massa li aussi qu'a donné fessée à moun dans chambre
même gardée pour ça, femme li qu'a fouettée attachée par terre su banc,
jupon li livé et li gagné fessade su derrière même tout nu.

--Les fessées étaient-elles sévèrement données?

--Oh! fouetté la qu'a baillé nous grand mal, nous qu'a crié beaucoup
fort, même chose lapin, et fouettée li qu'a duré jusqu'à sang sorti.

Dolly nous interrompit.

--Quand la peau avait été coupée par une fustigation trop vive,
dit-elle, les marques ne disparaissaient jamais entièrement. Mary en
porte encore les marques à l'heure qu'il est.

Et je m'assurais _de visu_ de la véracité des dires de Dolly.

Je remarquais sur le dos et le postérieur de Mary que la peau était
zébrée de longues lignes blanches, profondes, produites par la baguette.

La quarteronne semblait éprouver un certain plaisir à exposer ses
charmes, et elle serait sans doute restée longtemps encore dans cette
position si sa maîtresse ne l'avait invitée à laisser tomber ses jupons.
Elle quitta alors la pièce en souriant, très satisfaite.

--Eh bien! me dit Dolly, vous avez vu les tatouages qui ornent la peau
de ma domestique. De plus, elle a été séduite ou, pour mieux dire, prise
de force par le fils aîné de son maître; elle n'avait alors que quinze
ans. Elle passa ensuite par les caprices des deux plus jeunes, ce qui ne
l'empêcha d'ailleurs nullement de recevoir le fouet pour la moindre
peccadille. Parfois, m'a-t-elle raconté, elle était dans l'obligation de
coucher avec un de ses maîtres et, encore toute saignante de coups, de
se plier à toutes ses fantaisies. J'ai à mon service, comme cuisinière,
une femme noire de trente-cinq ans environ. Elle vient de la Caroline du
Sud. Son corps est encore plus atrocement déchiré que celui de Mary.

Dolly but une gorgée de thé et continua:

--Ne croyez-vous pas maintenant que l'abolition de l'esclavage est une
bonne chose?

Je répondis affirmativement.

Nous n'échangeâmes que peu de paroles pendant la fin du déjeuner.

Je m'habillai promptement et quittai Dolly, lui rappelant notre entrevue
du soir et sa promesse de me raconter les aventures de sa vie. Je passai
une journée agitée, brûlant d'entendre Dolly me raconter des aventures,
que je soupçonnais palpitantes et pleines d'intérêt.

L'aiguille du temps tournait trop lentement à mon gré. Enfin, elle
marqua sept heures, et j'accourus, on plutôt je courus chez ma nouvelle
maîtresse. Elle me reçut avec affabilité, et, après avoir soupé
sommairement, tant était grande mon impatience, j'allumai un cigare et
m'installai commodément et j'attendis le récit promis. Comme il devait
être très long, je résolus d'exercer mes talents sténographiques.
L'occasion me parut, d'ailleurs, excellente.

Donc, ce qui suit est l'exacte reproduction des paroles de Dolly. Je les
ai reproduites sans y rien ajouter, sans nul commentaire. C'est, en
vérité, une confession que je livre au Public. A lui d'en tirer telle
instructive moralité qu'il lui plaira.



I

L'ENFANCE DE DOLLY


Pour l'intelligence de mon récit, permettez-moi de vous donner d'abord
quelques détails sur mes jeunes ans.

Je m'appelle Dolly Morton, et je viens d'avoir trente ans. Je suis née à
Philadelphie où mon père était employé de banque. J'étais fille unique,
et ma mère, étant morte alors que j'avais à peine deux ans, je n'ai
gardé aucun souvenir de celle qui devait guider mes premiers pas dans la
vie.

Nous étions sans fortune, et quoique mon père n'eût que de faibles
appointements, je reçus néanmoins une éducation soignée; il avait
l'espérance que je pourrais plus tard vivre en donnant des leçons.

Puisque je parle de mon père, je crois nécessaire de vous dire quel
était son caractère: c'était un homme froid et réservé, n'ayant jamais
eu pour moi la moindre tendresse; je ne reçus de lui aucune marque
d'affection paternelle. Peut-être m'aimait-il? C'est probable, quoiqu'il
ne le laissât jamais paraître. J'étais fouettée sévèrement pour la
moindre incartade et ces punitions honteuses ont laissé gravée dans mon
souvenir une impression pénible que je ne me rappelle jamais qu'avec
douleur. Après ces corrections j'allais, sanglotant, trouver la vieille
servante qui m'avait élevée. Elle me plaignait, me soignait, et tout
était fini, jusqu'à ce qu'une autre faute me faisait retomber sous le
courroux paternel.

Mon père, d'un caractère peu communicatif, détestait la société. Aussi
avais-je peu d'amies. C'est là une faute. Que peut devenir une jeune
fille, d'un caractère expansif, partageant son temps entre la lecture et
les distractions futiles. Aliments insuffisants pour un esprit vif et
imaginaire? Pauvre isolée dans un milieu désert, l'enfant s'étiole,
semblable à ces fleurs abandonnées qu'on n'arrose jamais. Je possédais
heureusement une bonne santé, un caractère gai, et j'aimais
passionnément la lecture. C'était pour moi une grande consolation, et,
quoique parfois triste, je n'étais pas en vérité trop malheureuse.

Quand j'atteignis dix-huit ans, cette existence monotone commença à me
peser singulièrement et je tentais de prendre quelque liberté. Ceci ne
me réussit nullement; mon père, sans s'inquiéter autrement de
l'indécence qu'il y avait à fouetter une jeune fille de mon âge, me
donna le fouet, promettant d'user couramment de ce moyen de punition
jusqu'à ce que j'eusse atteint l'âge de vingt ans. Vous pouvez juger de
l'effet produit par la perspective du fouet! Était-ce bien un père qui
parlait? Quoi! je me voyais dans l'expectative d'une humiliante
correction jusqu'à l'âge de raison, peut-être jusqu'à mon mariage!

Je dus m'incliner; j'étais très romanesque, je rêvais d'amour du matin
au soir, mais l'idée de résister à l'auteur de mes jours ne se serait
jamais présentée à mon esprit, et j'acceptais les fessées avec toute la
philosophie possible.

Cette vie changea brusquement; mon père fut enlevé en quelques jours par
une pneumonie et je me vis seule au monde. Tout d'abord, je fus
abasourdie, mais je ne ressentis pas un bien vif chagrin; je n'avais
jamais éprouvé pour lui qu'une amitié modérée. Ses manières brusques
surtout m'affligeaient et étaient cause de mon peu d'affection.

Je n'en étais pas moins seule... bien seule, abandonnée dans un milieu
indifférent, sans expérience de la vie, sans défense contre ses
embûches; comment ne suis-je pas tombée dans les pièges tendus par le
vice, dans les bas-fonds de la débauche, poussée par la misère, la
misère, cette pourvoyeuse qui guette et manque rarement sa proie? C'est
ce que je ne saurais dire. La destinée me réservait ses coups pour
l'avenir.

Mon père mourait, ne laissant que des dettes et la meute sinistre des
créanciers commença à gronder. J'étais sans ressources pécuniaires; il
fallut donc me résoudre à faire argent de tout, et je vendis de mon
mobilier ce qui avait quelque valeur. Ce fut, bien entendu, pour régler
les créanciers aux aguets, si bien qu'il ne me resta pas un rouge liard.

Je ne savais où coucher, et ma bonne dut m'offrir une hospitalité qui,
pour être généreuse, n'en était pas moins momentanée, c'est-à-dire
jusqu'au jour où, rencontrant par bonheur une dame que j'avais un peu
connue autrefois, je lui narrai ma détresse. Elle en fut vivement
touchée et me recueillit dans sa demeure.

Miss Ruth Dean--c'était le nom de ma bienfaitrice--était quakeresse.
Agée de trente ans, vierge sans aucun doute, elle possédait un coeur
d'une extrême sensiblerie. Sa bourse était sans cesse ouverte à
l'infortune et se vidait généreusement pour les oeuvres
philanthropiques.

Sans être jolie, elle était agréable, grande et mince, un corps délicat,
de grands yeux d'une douceur extrême, des cheveux noirs, peignés en
bandeaux, donnaient à son visage une expression de douce quiétude et de
sérénité et on y lisait toute la mansuétude d'une âme généreuse.
Cependant, douée d'une indomptable énergie, elle supportait sans se
plaindre d'accablantes fatigues.

Elle fut pour moi la meilleure des amies, me traita comme une compagne,
me fit manger à sa table. Enfin, elle mit une jolie chambre à ma
disposition.

Miss Dean avait des correspondants dans toute l'Amérique, et c'est alors
que l'instruction que j'avais reçue me fut d'une grande utilité: Miss
Dean, en effet, fit de moi son secrétaire, me donnant de petits
appointements et tous les vêtements dont j'avais besoin, y compris le
linge de corps.

Peu à peu, elle devint pour moi une véritable soeur; elle me trouvait
jolie et me le disait; rien n'était trop beau pour satisfaire mes
désirs; elle me donnait des jupons et des chemises garnies de dentelles,
alors qu'elle revêtait de simples dessous de toile grossière, et une
éternelle robe gris perle, toute droite et unie. Ces petits détails me
sont chers; ils me rappellent l'époque heureuse de ma vie. Jamais je ne
goûtai de bonheur plus grand qu'en ce temps d'existence paisible.

Il est évident qu'une aussi douce personne, au coeur si généreux, ne
pouvait aimer l'esclavage.

Miss Dean faisait partie de la ligue abolitioniste et fournissait des
fonds aux personnes chargées des _stations_; elle-même recevait assez
souvent des esclaves marrons, ce qu'elle pouvait faire, du reste,
ouvertement et sans danger, la Pensylvanie étant un état libre.

Deux ans s'écoulèrent. J'avais beaucoup d'amies, et quoique Miss Dean,
en tant que quakeresse, n'aimât les bals ni le théâtre, elle donnait
néanmoins de petites soirées; il va sans dire que j'y étais adulée et
fêtée et que ma jeune beauté y attirait beaucoup d'adorateurs. Cette
existence me plaisait à merveille. Mais ce n'était que le prélude, le
tableau enchanteur qui précéda le terrible drame qui allait briser ma
carrière.



II

UNE «STATION SOUTERRAINE»


Les relations entre le Nord et le Sud étaient déjà très tendues lorsque
survint la mort de John Brown, le grand abolitioniste. C'était une
grande perte pour les amis de la liberté. Miss Dean en fut
particulièrement touchée; elle connaissait intimement ce grand homme, et
l'applaudissait hautement d'avoir poussé les esclaves à l'émancipation.
Tout acte en faveur des malheureux noirs était bon et bien fait à son
avis, et elle déclarait qu'elle n'hésiterait pas une seconde à imiter
John Brown si l'occasion s'en présentait.

De l'intention à l'action il n'y avait que peu de distance pour Miss
Dean: elle résolut de diriger une _station souterraine_. Elle me fit
part de son projet:

--Il y a longtemps que j'aurais dû commencer à aider ces malheureux
noirs, me dit-elle. Je suis certaine de diriger la _station_ mieux qu'un
homme; les _rôdeurs_ se méfient facilement d'hommes habitant seuls, mais
ne supposent nullement qu'une femme ait le courage de faire ce dangereux
métier. En vivant tranquillement et en prenant toutes les précautions
nécessaires, je ne pourrais être inquiétée.

J'étais moi-même une fervente abolitioniste et l'enthousiasme
communicatif de Miss Dean m'enflamma à mon tour. La douleur d'autrui m'a
toujours peinée et j'étais décidée à tout risquer pour aider mon amie
dans son noble projet. Je lui fis part de ma décision. Elle refusa
d'abord de m'écouter, disant que c'était une folie, me faisant envisager
les risques d'une telle entreprise et le long emprisonnement que nous
aurions à subir si nous venions à être découvertes.

--Non pas, ajouta-t-elle, que j'aie peur de la prison, mais vous, Dolly,
vous seriez trop malheureuse. Vous êtes jeune, sensible et peu habituée
à souffrir; vous ne pourriez supporter et la mauvaise nourriture et les
durs travaux qu'on vous infligerait. De plus, on m'a raconté que dans le
Sud, on coupait les cheveux des femmes captives. Non, ma chérie,
vraiment, je ne puis vous emmener; si un malheur quelconque vous
arrivait, je ne me le pardonnerais jamais.

--Eh! répondis-je, le travail ne m'effraie pas, et mes cheveux ne sont
pas si beaux que les vôtres. Je puis donc bien courir les mêmes risques
que vous. Ne pensez pas que je veuille vous abandonner au moment du
danger. Je veux le partager avec vous, et, bon gré mal gré, vous
m'emmènerez, m'écriai-je en l'embrassant câlinement.

Certes, ma fidélité la touchait vivement, mais elle n'était pas encore
convaincue.

Enfin j'insistai avec tant de force qu'elle finit par m'accepter comme
collaboratrice. Elle écrivit immédiatement à quelques «amis[3]» en les
priant de lui faire savoir dans quelle partie du Sud une nouvelle
«station» pourrait rendre le plus de services.

  [3] Des quakers.

Les réponses ne se firent pas attendre, et, après avoir discuté le pour
et le contre de tous les endroits proposés, notre choix s'arrêta sur une
maison située au centre de la Virginie, près de la petite ville de
Hampton, sur la rivière James, à environ 25 milles de Richmond, la
capitale de l'État.

Miss Dean donna immédiatement des ordres afin de louer et préparer la
maison pour deux dames qui, pour des raisons de santé, désiraient passer
quelque temps en Virginie.

Nous commençâmes nos préparatifs, et mon amie décida de n'emmener qu'une
seule domestique. Marthe--c'était son nom--quakeresse comme sa
maîtresse, était depuis longtemps à son service. Elle n'ignorait pas le
but de notre déplacement, et n'hésitait pas à courir les risques de la
prison ou de l'expéditive loi de Lynch.

Par mesure de prudence, nous avions laissé ignorer à tous nos amis
l'emplacement exact de notre résidence, nous contentant de répondre aux
nombreuses questions qui nous étaient adressées que nous allions faire
une excursion dans le Sud.

Quinze jours plus tard, nos préparatifs étant achevés, nous nous
mettions en route, et, après un séjour de deux jours à Richmond, nous
arrivions à notre nouvelle installation.

Tout était en bon ordre et paraissait confortable dans notre nouvelle
demeure. La maison, très isolée, située au bout d'une longue avenue, se
cachait dans les terres à un quart de mille de la route. Il y avait cinq
grandes pièces et une cuisine; derrière la maison un jardin, rempli de
fleurs et d'arbustes, donnait une agréable fraîcheur. Une barrière
entourait toute la propriété.

L'aménagement des diverses chambres fut de suite commencé, et Marthe
prépara le thé et le servit dans la salle à manger. C'était une grande
pièce, basse de plafond, et recevant le jour par deux grandes fenêtres
garnies de fleurs. L'ameublement en était original: des objets
absolument modernes et des meubles lourds et antiques s'y trouvaient
entremêlés. Néanmoins, l'ensemble produisait un agréable effet. Notre
lunch terminé, Miss Dean écrivit aux «amis», qui dirigeaient les
stations nord et sud, amis avec lesquels nous allions entrer en
communication, «que nous pourrions désormais leur être utiles pour
faciliter l'évasion des esclaves».

Les plus prochaines stations se trouvaient, au Sud, à trente milles et
celle du Nord à vingt-cinq milles.

La correspondance terminée, et comme nous avions grand besoin de repos,
nous nous couchâmes.

Le lendemain matin, je me réveillai fraîche et parfaitement disposée, et
comme Miss Dean dormait encore, je m'habillai sans bruit et me glissai
jusqu'à la porte, dans le but d'explorer les environs.

Au dehors, la végétation était ravissante, et à chaque pas je rencontrai
des arbres et des fleurs qui m'étaient inconnus.

Pendant plus d'une heure, j'allai ainsi à l'aventure, sans rencontrer un
seul blanc, quoique je visse beaucoup de noirs travaillant dans les
champs. Ces braves gens, s'apercevant de la présence d'une étrangère, me
regardaient avec de grands yeux surpris, comme des boeufs qui regardent
passer un convoi.

Je rentrai enfin. Miss Dean m'attendait pour le déjeuner, que Marthe
apporta immédiatement. J'y fis grand honneur, la promenade m'ayant mise
en appétit.

Nous fûmes bientôt complètement installées, et, insouciantes du danger,
toutes nos précautions ayant été prises, nous semblait-il, aucun mauvais
pressentiment ne venait troubler notre quiétude.

La nouvelle vie que j'allais mener m'amusait déjà beaucoup; nous avions
fait de nombreuses provisions et caché des matelas et couvertures dans
une petite cabane attenante à la maison, dans le cas où un fugitif
arriverait de la «station» située au Nord de la nôtre.



III

UNE ÉVASION


Notre maison était fort bien située pour la mission que nous avions à
remplir, notre plus proche voisin demeurant à trois milles, et la petite
ville de Hampton étant à peu près à la même distance.

La température était très élevée, mais je m'y habituai parfaitement et,
tous les jours, je faisais de longues promenades dans la campagne, vêtue
d'une robe légère et d'un chapeau de paille; les nègres eurent vite fait
de me connaître, et, s'apercevant de l'intérêt que je leur portais, ils
m'offraient de nombreux présents, entre autres de beaux morceaux
d'opossum et de coon, animaux à chair délicate dont les esclaves étaient
très friands.

Souventes fois je me promenai dans les plantations et dans le quartier
des esclaves, mais je prenais grand soin à faire ces visites
secrètement, car si les propriétaires d'esclaves ou même les blancs des
environs s'en étaient aperçus, nos desseins eussent bien vite été
découverts.

Trois mois passèrent ainsi tranquillement. Nous recevions en moyenne
deux ou trois esclaves fugitifs par semaine. Ils arrivaient généralement
à la nuit tombante; nous leur faisions prendre un repas réconfortant et
leur donnions un abri dans la cabane. Munis de provisions, ils
repartaient le lendemain au soir pour une autre station, se dissimulant
soigneusement dans les sentiers ou le long des plantations.

Parfois, trop fatiguées pour continuer leur route, les femmes restaient
jusqu'à ce qu'elles fussent en état de partir.

Parmi ces nègres marrons, les uns arrivaient bien vêtus et sans avoir
trop souffert, mais d'autres, le plus grand nombre, étaient dans un état
horrible. Beaucoup de femmes avaient des enfants sur les bras,
quelques-unes venant de la Floride, après une marche pénible et
dangereuse.

Presque tous ces évadés portaient des traces récentes de coups de fouet,
et certains le stigmate de leur propriétaire imprimé au fer rouge.
J'ouvre ici une parenthèse pour vous donner une idée de la misère de ces
pauvres diables.

Un soir, nous étions, Miss Dean et moi, tranquillement installées à lire
et à discuter sur le sujet de notre lecture; depuis près d'une semaine,
nous n'avions eu personne à secourir et mon amie disait justement: «Je
me demande si un de ces malheureux viendra, ce soir, nous demander
l'hospitalité», quand nous entendîmes heurter à la porte.

Je courus ouvrir. Une femme entra en chancelant et vint tomber évanouie
à mes pieds. J'appelai à mon aide Miss Dean et Marthe et nous
transportâmes la malheureuse sur un canapé.

C'était une fort jolie fille, très claire de peau; ses cheveux bruns
flottaient sur ses épaules, car elle ne portait pas de madras. Elle
pouvait avoir seize ans; ses seins étaient déjà très développés.--Les
femmes de couleur entrent très jeunes en état de nubilité. Elle n'avait
jamais travaillé dans les plantations, car ses mains étaient fines et
blanches et ses vêtements d'une certaine recherche étaient seulement
déchirés et souillés. Elle était chaussée de gros souliers qui, ainsi
que ses bas, étaient recouverts de boue. Elle revint promptement à elle
et ses grands yeux hagards nous regardèrent avec une expression de
douleur et de crainte. Elle but avidement un grand bol de bouillon et
dévora la viande qu'on lui servit. La pauvre femme n'avait rien mangé
depuis vingt-quatre heures! Au lieu de l'envoyer dans la cabane, je fis
monter cette pauvre fille dans une chambre inoccupée où se trouvait un
lit, et je la priai de se déshabiller. Elle me regarda timidement, puis
après un moment d'hésitation, enleva sa robe et ses jupons--elle n'avait
pas de pantalon. Je vis alors que sa chemise était remplie de taches de
sang. Je compris que la malheureuse avait été fouettée récemment, et,
doucement, je la décidai à me raconter son histoire.

Elle appartenait à un planteur, un homme marié et père de famille, qui
demeurait à 25 milles de là. Son maître, la trouvant à son goût, lui
ordonna un jour de se trouver dans son cabinet de toilette, à une
certaine heure. Elle était vierge et, comme elle savait ce qui
l'attendait, elle _osa_ se soustraire à l'ordre donné. Le lendemain, on
lui donnait une note à remettre au majordome, qui, l'emmenant à la salle
d'exécution, lui apprit qu'elle allait être fouettée pour désobéissance.
Couchée sur un chevalet, les membres attachés et son jupon relevé, le
capataz la fouetta sans pitié, jusqu'à ce que le sang ruisselât. Puis on
la releva en la menaçant du même supplice si elle ne se pliait pas aux
exigences du maître. Courageusement, et plutôt que de sacrifier sa
virginité, elle se sauva à travers bois, jusqu'à ce qu'elle eût atteint
notre maison.

Nous la cachâmes pendant une semaine et, un autre captif nous étant
arrivé, ils partirent tous deux, de compagnie, réconfortés par nos
secours et munis de provisions.

Ces cruautés ne dépassent-elles pas en horreur tout ce que l'imagination
peut concevoir de plus horrible. Honte à jamais sur ces barbares qui, au
nom de la civilisation jetaient le sang des noirs à la face de
l'humanité.

Combien d'autres anecdotes ne pourrais-je encore vous raconter, si je ne
craignais d'assombrir davantage mon récit. Ces actes d'inouïe
sauvagerie, presque incroyables, se renouvelaient journellement et se
pratiqueraient peut-être encore si l'attitude ferme d'un petit nombre
d'hommes qui se dévouèrent à cette cause, n'avait mis un frein à ces
actes qui déshonorent la civilisation.

Mon histoire et celle de mon amie furent étroitement liées à cette
époque de mon existence. Reprenons cette histoire.



IV

UN BEAU CAVALIER


Nous continuions notre vie calme, mais si Miss Dean était toujours
pleine d'empressement et d'enthousiasme dans l'accomplissement de son
oeuvre charitable, je trouvais, quant à moi, cette existence un peu
monotone. L'isolement commençait à me peser. J'aurais voulu une compagne
avec laquelle j'aurais pu rire et causer gaîment, car Miss Dean, quoique
toujours bonne et charmante, était d'un caractère enclin à la
mélancolie; j'eusse souhaité qu'une personne moins triste partageât mes
heures de jeune fille.

Ma première bravoure était maintenant tombée, et, parfois, des idées
noires me hantaient. L'idée d'être arrêtée, d'avoir les cheveux coupés
ras et d'être emprisonnée me terrifiait. Je n'avais pourtant aucune
raison de m'alarmer: nous étions bien connues dans les environs, tous
les blancs à qui nous avions affaire étaient très polis avec nous, et
aucun d'eux ne soupçonnait que deux femmes seules eussent osé se
sacrifier au point de risquer leur liberté en se mettant ainsi hors la
loi. Ce cas, d'ailleurs, ne s'était jamais produit.

Chose étrange! nous étions environnées d'individus sans aveux, et qui,
certes, ne se recommandaient pas par leurs scrupules ou leur honnêteté.
Aucun d'eux ne possédait l'argent suffisant pour acheter un esclave, et
pourtant la traite des noirs n'avait pas de plus ardents défenseurs.

J'avais l'habitude de me promener chaque jour dans la campagne, et je
souhaitais ardemment de trouver quelqu'un à qui parler. Enfin mes voeux
furent exaucés.

Une après-midi, je marchais lentement, en proie à je ne sais quels
pensers tristes, lorsqu'au coin d'une route, je me trouvais face à face
avec un petit troupeau que précédait un taureau. Celui-ci, en me voyant,
baissa la tête, gratta la terre du sabot, et poussa un mugissement
féroce. Il est probable que si j'étais restée immobile, l'animal aurait
continué sa route; mais, prise d'une frayeur incompréhensible je me mis
à courir de toutes mes forces en poussant un cri de terreur. La bête se
mit aussitôt à ma poursuite. J'allais être atteinte et tuée sans nul
doute, quand un cavalier, qui se trouvait là et qui avait entendu mes
appels, sauta une haie qui nous séparait et, piquant droit à l'animal,
le détourna de sa course en le frappant de sa lourde cravache.

C'était un jeune homme; il mit pied à terre et vint à moi; j'étais
immobile et je tremblais au point que je me serais affaissée, lorsque
s'élançant, il me soutint en portant à mes lèvres une gourde pleine
d'une liqueur réconfortante.

--Remettez-vous, dit-il, le danger est passé.

Je le remerciai chaleureusement. C'était un bel homme, grand, très brun,
portant une forte moustache; il pouvait avoir trente-cinq ans. Sa
physionomie était très agréable, bien que je ne sais quoi d'énergique en
tempérât la douceur.

Il attacha son cheval à un arbre, et s'asseyant auprès de moi, commença
à me parler de façon alerte et légère. Je me trouvai vite à mon aise
avec lui, si bien que quelques minutes après, je bavardais gaiement,
heureuse d'avoir enfin trouvé un compagnon aimable auquel j'étais
attachée par la reconnaissance. Il me dit s'appeler Randolph,
célibataire, et possesseur d'une grande plantation peu éloignée de notre
maison. Je savais cela déjà et connaissais quelques-uns de ses esclaves,
mais je me gardai bien de lui faire cette confidence. En apprenant mon
nom, il se mit à sourire:

--J'ai entendu parler de vous et de Miss Dean, dit-il, et j'étais
persuadé que mes locataires--car votre maison m'appartient--étaient deux
vieilles filles laides et désagréables.

Je ne pus m'empêcher de sourire à mon tour.

--Miss Dean est un peu plus âgée que moi, répondis-je, mais elle n'est
ni laide ni désagréable; elle est au contraire tout à fait charmante.
Quant à moi, je suis... son secrétaire.

--Vous pourriez ajouter que vous êtes tout à fait charmante et que vous
voyez en moi un homme enchanté d'avoir fait votre connaissance.

Je rougis, mais au fond, j'étais heureuse du compliment. Les jeunes gens
avec lesquels je m'étais trouvée à Philadelphie étaient tous des Quakers
plutôt austères, et peu habitués au langage doré qui tourne la tête aux
femmes.

Le jeune homme continua, toujours sur le ton le plus galant:

--Vous devez trouver la vie bien triste toutes seules ici, sans voisins.
Voulez-vous me permettre d'aller vous rendre visite un jour ou l'autre?
Vous êtes sans doute chez vous le soir?

J'eus un soubresaut violent. Lui à la maison! c'était le loup dans la
bergerie; nos pieuses manoeuvres seraient vite découvertes!

Avec un calme apparent, je lui répondis qu'il m'était absolument
impossible de prendre sur moi d'accéder à son désir; Miss Dean, il ne
devait pas l'ignorer, était une quakeresse et par cela même d'un
commerce assez difficile. J'ajoutais qu'elle ne voulait que moi
pour la distraire et que des visites--fussent-elles de simple
politesse--pourraient la mécontenter. Ce disant, je me levai, voulant à
tout prix éviter de nouvelles questions, questions que je prévoyais
embarrassantes.

--S'il en est ainsi, répliqua-t-il, je ne m'imposerai pas à Miss Dean,
mais me permettez-vous d'insister pour vous revoir? Voulez-vous que je
sois ici, demain, à trois heures?

Il n'y avait aucun danger à accepter ce rendez-vous; de plus, si je le
lui refusais, il était capable de venir à la maison. J'étais jeune,
insouciante, et ignorante du danger qui pouvait résulter de telles
entrevues. Je promis donc d'être exacte, et lui dis au revoir.

Il pressa un moment ma main, me dit: «A demain», puis, sautant en selle,
il partit au galop.

Je le suivis des yeux, me sentant pleine de reconnaissance pour l'homme
qui peut-être m'avait sauvée de la mort. Alors je repris lentement,
comme j'étais venue, le chemin de l'habitation, roulant dans ma tête
mille projets divers. J'étais heureuse de cette petite aventure qui,
pour un instant, jetait dans la monotonie de ma vie une lueur de gaieté.

Je trouvai Miss Dean occupée à faire des chemises pour les nègres.

--Vous êtes fraîche comme une rose, ce soir, me dit-elle, qu'est-ce qui
vous a donné ces belles couleurs?

Je lui racontai en riant que j'avais été poursuivie par un taureau, mais
je me gardai bien de parler du grand danger que j'avais couru, ni de M.
Randolph; mon amie, dont les principes étaient irréductibles à l'égard
des hommes, ne m'eût jamais permis de revoir M. Randolph. Puis,
j'enlevai mon chapeau et nous nous mîmes à table.

Le lendemain, à l'heure dite, je trouvai Randolph au rendez-vous; il
avait l'air très heureux en me saluant, et me prit les deux mains, me
contemplant un instant avec un regard extatique.

Une femme s'aperçoit toujours du charme qu'elle inspire. Aussi était-il
difficile que je me méprisse sur les sentiments de M. Randolph. Après
quelques mots aimables, il m'offrit son bras et nous allâmes nous
asseoir dans un petit coin de verdure au bord d'un lac.

Il me questionna sur ma vie passée et mes espérances. Je lui confiai que
j'étais orpheline, et lui donnai des détails sur les fonctions que je
remplissais auprès de Miss Dean, sans toutefois lui faire connaître les
raisons qui nous engageaient à vivre en Virginie.

Les manières de M. Randolph étaient correctes, et nous restâmes ensemble
pendant plus d'une heure sans qu'il se fût permis la moindre privauté.
En me quittant, il me fit promettre de revenir trois jours après.

Je fus exacte au rendez-vous, puis, peu à peu, l'habitude vint de nous
voir tous les jours. Certes, je ne ressentais pour lui aucun amour
véritable, mais je me plaisais en sa compagnie. Il avait beaucoup
voyagé, connaissait bien l'Europe, et ses récits étaient toujours variés
et pleins d'intérêt.

Cependant, je crus m'apercevoir qu'il était cruel et qu'il n'avait sur
les femmes qu'une opinion de négrier. Il entendait l'amour au point de
vue de la suprématie du maître. C'est tout au plus s'il considérait les
femmes blanches un peu supérieures à ses nègres.

Malgré cela, il me fascinait, je ne pouvais lui refuser un rendez-vous.
Toujours très poli avec moi, je m'apercevais néanmoins de la
condescendance qu'il me témoignait. Il était immensément riche, faisait
partie de l'aristocratie du Sud, et était membre de «P. F. V.»
c'est-à-dire appartenait aux premières familles de Virginie, tandis que
je n'étais que la fille d'un employé de banque mort dans la misère. En
un mot il avait l'air de me considérer comme lui étant tout à fait
inférieure par la naissance comme par le sexe.

Peut-être cet homme avait-il raison...



V

TENTATIVE INFRUCTUEUSE


Peu à peu, sans m'expliquer pourquoi, je me pris à avoir un peu plus
d'affection pour Randolph, et soit que je m'habituasse à ses manières,
soit que je lui fusse reconnaissante de n'avoir jamais porté sur moi le
dédaigneux jugement qu'il portait sur les femmes en général, je sentais
qu'une détente se produisait en mon coeur. Je lui savais gré de sa
politesse et de la galanterie pleine de réserve dont il usait à mon
égard. Il me prêtait des livres, des poésies que je dissimulais pour que
miss Dean ne les vît pas, et souvent, étendus sur la mousse, il me
lisait d'une voix qu'il savait rendre harmonieuse des passages de Byron
ou de Shelley.

Une après-midi, par une chaleur torride, nous étions installés dans
notre coin favori à l'ombre des arbres, au bord de l'eau. Il me lisait
un poème d'amour avec une voix chaude et si vibrante qu'à chacun des
vers passionnés, je sentais des flammes me monter au visage, et, dans ma
poitrine, mon coeur battre avec violence.

Une douce langueur me pénétrait toute, et je fermais les yeux, comme si
j'eusse voulu prolonger par le sommeil le doux rêve que je rêvais.

Il cessa de lire. Tout était calme.

Un oiseau moqueur s'envola en poussant un cri strident; j'éprouvais un
bien-être indicible.

Je sentis soudain son bras se glisser autour de ma taille, et ses lèvres
se poser sur les miennes; un frisson me parcourut toute, mais je ne fis
aucun mouvement pour me dérober. Le baiser figé sur mes lèvres semblait
m'avoir hypnotisée.

Me pressant tendrement contre lui, il couvrit mon visage et mon cou de
baisers, murmurant qu'il m'aimait, et me donnant les plus doux noms.

Ah! s'entendre dire: «Je vous aime!» comme ces mots sonnent agréablement
à l'oreille d'une femme quand elle les entend pour la première fois.

Combien sommes-nous qui résistons au fluide enchanteur qui nous pénètre?

Cette longue chanson d'amour qu'est notre vie, nous voudrions toujours
la vivre, y revenir sans cesse, même quand elle nous a trompées.

Pauvres naïves que nous sommes! Et combien Randolph avait raison de ne
prendre nul ménagement à l'égard de la naïve jeune fille qui se livrait
tout entière, imprudemment, presque inconsciemment; elle ne voyait pas,
la pauvre créature, dans l'illusion d'un rêve doré, surgir le mensonge
et le désenchantement.

La réalité brutale n'apparaissait pas encore au bord du précipice où
sombre la vertu.

Cependant mon immobilité l'enhardit. Je sentis sa main glisser lentement
sous mes jupes.

Le charme était rompu! Je frémis sous l'attouchement infâme de cet
homme, et essayai de me dresser pour m'enfuir. Vains efforts! Il m'avait
saisie rudement et me maintenait couchée sur le sol malgré mes prières,
malgré mes larmes.

Je tentai un suprême effort. Peine perdue, il se jeta sur moi, me
renversa et, hagard, une lueur de folie immonde éclairant ses yeux
sombres, il arrachait mes vêtements. Cependant je résistais de toutes
mes forces; j'essayais mes dents sur sa face et mes ongles sur ses yeux.
J'étouffais sous le poids de son corps et sentais mes forces décroître.
Mais j'étais vigoureuse, et je combattis vaillamment pour la défense de
ma virginité. J'appelais à l'aide en poussant en même temps de grands
cris que sa main étouffait. La lutte fut longue; mes membres étaient
brisés et comme il continuait à peser de tout son poids sur ma poitrine,
je râlais épuisée, haletante, à bout de souffle; les yeux hagards, en
proie à une indicible épouvante, j'étais envahie de dégoût et voyais
venir l'instant fatal où toute résistance serait vaine, lorsque soudain,
craignant sans doute qu'attiré par mes cris quelqu'un ne survînt, il
lâcha prise et se releva. Je me redressai d'un bond, éperdue, sanglotant
et sans voix; je lui crachais au visage. Mes vêtements étaient déchirés
et souillés, mes cheveux défaits inondaient mes épaules. J'allais
m'enfuir, quand il me saisit par le bras, et, me regardant dans les
yeux, avec un sourire cruel de négrier, il me dit:

--Petite folle, pourquoi me résistes-tu?

--Laissez-moi, misérable! Comment osez-vous me regarder en face après
votre action infâme. Vous êtes un lâche, monsieur Randolph! J'informerai
la justice et demanderai votre arrestation.

Il éclata de rire:

--Ma petite fille, dit-il d'un ton hautain et méprisant, vous vous
trompez étrangement. Vous ne donnerez aucune suite à votre projet de
dénonciation quand vous aurez entendu ce que je vais vous dire.

Je fis un brusque mouvement pour dégager mon bras de son étreinte, mais
il me serra plus fort, et continua:

--Toute lutte est inutile; j'en ai fini avec vous pour aujourd'hui, et
dans un moment vous serez libre; mais auparavant écoutez-moi. Ne croyez
pas que j'ignore ce que vous faites ici avec Miss Dean. Vous dirigez une
_station souterraine_. Je m'en étais douté dès le premier jour, et je
vous ai surveillées. Pour plusieurs raisons que vous devinerez sans
peine, je ne vous ai pas dénoncées, mais vous êtes toutes deux en mon
pouvoir, et s'il me plaît de vous envoyer en prison, je n'ai qu'un mot à
dire. Comprenez-vous, maintenant!

J'étais épouvantée. Nous étions entièrement à la merci de cet homme;
terrifiée, je ne trouvais rien à lui répondre. Changeant de ton, il
continua:

--Mais je n'ai nulle envie de vous dénoncer. Je veux continuer à être
votre ami. Je vous aime, et tout à l'heure quand je vous ai embrassée et
que vous vous y êtes prêtée avec tant de complaisance, j'ai cru voir
dans votre calme encourageant la défaite de votre vertu. J'ai été
brutal, il est vrai; je vous en demande sincèrement pardon. Mais je veux
que vous m'apparteniez. Laissez Miss Dean, et venez vivre avec moi; vous
aurez tout ce qu'une femme peut désirer; je vous assurerai mille dollars
par an, votre vie durant; de plus, je vous jure de laisser Miss Dean
continuer tranquillement son manège et de ne la troubler en quoi que ce
soit.

Si j'avais pu prévoir l'avenir, j'aurais accepté cette offre, mais
pleine de rage et de honte, je m'écriai:

--Non, misérable lâche, je ne quitterai pas Miss Dean, vous pouvez nous
dénoncer si vous le voulez. Je préfère la prison à votre contact.
Retirez-vous, partez, misérable! Votre vue me devient odieuse!

--Très bien, mademoiselle Morton, qu'il soit fait selon vos désirs, mais
il est à croire que, lors de notre prochaine rencontre, vous regretterez
d'avoir repoussé mes offres.

Puis il pivota sur ses talons et me laissa seule.



VI

APRÈS LA LUTTE


A peine eut-il disparu que je remis un peu d'ordre dans ma coiffure et
dans mes vêtements; l'esprit plein encore d'un trouble extrême, je
courus vers la maison.

Je pus rentrer heureusement dans ma chambre sans être aperçue de Miss
Dean ni de Marthe.

Vivement je me déshabillai; ma robe était en loques. Le matin, quand je
l'avais mise, elle était blanche et immaculée, elle était maintenant
toute verte dans le dos. Les cordons de mes jupons étaient brisés et mes
dessous en charpie. Mes cuisses étaient marbrées de taches noires et
bleues causées par la pression des doigts de la brute, et j'étais
horriblement courbaturée.

Mes vêtements remplacés, je me jetai sur le lit, et cachant mon visage
dans mon oreiller, je me mis à pleurer abondamment. Je ne pouvais me
pardonner d'avoir eu confiance en Randolph.

J'aurais dû surtout me méfier de lui, depuis que j'avais surpris le peu
de cas qu'il faisait des femmes, et j'étais plus honteuse encore qu'il
m'eût prise pour une de ces filles qui livrent leur corps au premier
venu.

Le souvenir de ses menaces me revint à l'esprit; j'étais certaine qu'il
les mettrait à exécution, et je sentais qu'il était de mon devoir de
prévenir Miss Dean; je n'en eus cependant pas le courage; il eût fallu
lui avouer ma honte, et cet aveu était au-dessus de mes forces.

En imagination, je nous voyais déjà, Miss Dean et moi, vêtues de
vêtements grossiers, travaillant du matin au soir avec du pain noir pour
toute nourriture.

On frappa tout à coup à la porte.

C'était Marthe qui annonçait le dîner. Miss Dean remarqua immédiatement
mes traits décomposés, mon trouble, mes yeux rouges, et, très inquiète
me demanda ce que j'avais. Je mis le tout sur le compte d'un mal de
tête, ce qui était vrai; l'excellente femme me fit coucher sur le sofa,
me baigna la tête avec de l'eau de Cologne et me fit mettre au lit.

Malheureusement, je ne pus dormir; je rêvai continuellement d'un être
formidable qui luttait avec moi, et qui réussissait à me ravir ma
virginité.

Je me levai le jour à peine éclos, me demandant anxieusement où nous
serions dans vingt-quatre heures, m'attendant absolument à voir se
réaliser les menaces de Randolph.

Le jour passa lentement, à chaque instant il me semblait entendre les
pas des gens de police, et je surveillai avec angoisse la grande avenue
qui conduisait à la maison.

Le soir vint enfin, sans que rien d'extraordinaire se soit passé. Vers
neuf heures, un esclave marron vint nous demander l'hospitalité, et, en
soignant la pauvre créature, j'oubliais mes propres peines.

Plusieurs jours passèrent ainsi, en des alternatives de crainte et de
quiétude.

Je commençais à retrouver un peu d'assurance, mais j'avais grande envie
de fuir; je demandai un jour à Miss Dean si elle ne pensait pas avoir
assez fait pour la cause de l'émancipation et si elle ne retournerait
pas bientôt chez elle.

Elle ne voulut pas entendre parler d'une semblable chose. Elle se
rendait très utile, disait-elle, et, au moins pour quelque temps encore,
elle voulait rester dans la station.

Quinze jours passèrent encore, et j'étais tout à fait rassurée. Je
pensais que Randolph ne se souvenait plus de son acte de lâcheté.

Je ne l'avais pas revu depuis la fameuse scène à laquelle je ne pouvais
penser sans honte. Je devais, hélas! me retrouver avec lui, dans une
circonstance sinon moins terrible que la dernière, du moins très
pénible.



VII

LA LOI DE LYNCH


Une après-midi, Miss Dean et moi étions assises sous la vérandah. Mon
amie confectionnait des chemises pour les esclaves, tandis que
j'arrangeais un chapeau; ce faisant, je fredonnais une chanson nègre
intitulée: _Ramenez-moi vers ma vieille Virginie_. Il était au moins
bizarre que je chantasse ces couplets, moi qui, précisément, aurais
voulu me voir à mille lieues de ce maudit pays, et qui, certes, n'aurais
jamais demandé à y revenir. Tout à coup, nous entendîmes le pas de
plusieurs chevaux, mêlé à des voix d'hommes, et en regardant dans
l'avenue, je vis, les uns à pied, les autres à cheval, une vingtaine
d'individus paraissant se diriger vers la maison. Nous ne savions ce que
ces gens pouvaient nous vouloir, aucun blanc ne se présentant jamais
chez nous. Arrivés à notre porte, ils attachèrent leurs chevaux à la
grille, et vinrent se placer autour de nous. Leurs regards durs et la
façon dont ces hommes nous regardaient me terrifiaient. Ils m'étaient
tous inconnus et leurs vêtements grossiers, leurs longues barbes, leurs
chemises de coton, trahissaient clairement des coureurs des bois. Je
voyais bien que leurs intentions n'étaient rien moins que pacifiques,
mais j'ignorais absolument ce qu'ils pouvaient nous vouloir. Enfin, l'un
d'eux, un peu mieux vêtu que les autres, et qui pouvait avoir une
quarantaine d'années,--et que je sus après être un chef de bande, du nom
de Jack Stevens, s'approcha de Miss Dean, et lui dit:

--Allons, levez-vous toutes deux. Mes amis et moi avons quelque chose à
vous communiquer.

Soumises, ainsi qu'il convient à des femmes demi-mortes de peur, nous
nous levâmes, et Miss Dean, qui s'était ressaisie demanda sans
hésitation:

--De quel droit envahissez-vous ma maison aussi brutalement?

L'homme se prit à rire dédaigneusement:

--Vous n'en savez rien? ricana-t-il. Eh! vous m'étonnez, car vous êtes
loin d'être aussi innocente que vous le paraissez.

Il poussa un énergique juron, et continua:

--Nous avons appris que vous dirigez une station souterraine, et depuis
que vous êtes ici, bon nombre d'esclaves se sont évadés par votre
entremise. Écoutez bien, et tachez de comprendre: nous autres, Sudistes,
ne voulons sous aucun prétexte que les Nordistes anti-esclavagistes
viennent fourrer leur nez dans nos affaires, et s'emploient à prêcher la
révolte parmi nos esclaves. Quand nous avons la chance d'attraper
quelqu'un de vos semblables, nous lui faisons amèrement regretter de
s'être occupé des nègres, et maintenant que nous vous tenons, nous
allons vous juger, selon la loi de Lynch. Les hommes qui m'accompagnent
constitueront le jury.

--Eh bien, les amis, dit Stevens se tournant vers ses compagnons, est-ce
ainsi qu'il fallait parler?

--Bravo, bravo, Jack, très bien! approuvèrent quelques-uns.

Je tombai sur ma chaise absolument anéantie. J'avais entendu raconter
mille cruautés perpétrées sous l'égide de la loi de Lynch.

Miss Dean était toujours très calme:

--Si vous avez quelque chose à nous reprocher, dit-elle, vous n'avez
dans aucun cas le droit de faire justice vous-mêmes; vous devez prévenir
la police et les autorités de votre État.

Un murmure de voix furieuses interrompit mon amie:

--Nous avons le droit d'agir comme bon nous semble. La loi de Lynch est
faite pour vous et vos pareils; taisez-vous! Allons, Jack, assez causé,
et au travail!

--C'est bien, mes enfants, il nous importait de trouver les oiseaux au
nid; maintenant, sortons un instant afin de statuer sur le sort des
prisonnières; nous savons qu'elles sont coupables et le seul point à
fixer est le châtiment qu'elles auront à subir.

Nous restâmes seules et les hommes, dehors, s'entretinrent avec
animation. Malheureusement, ils étaient trop éloignés pour que nous
pussions saisir leurs paroles. J'étais affaissée sur ma chaise,
absolument morte de peur:

--Oh! Miss Dean, que vont-ils nous faire?

--Je n'en sais rien, ma chérie, répondit-elle en me prenant la main;
pour moi, je ne m'en inquiète guère, mais je suis terriblement désolée
de vous avoir entraînée dans ce guêpier.

Je restai près de mon amie... elle me serrait les mains, les caressant
affectueusement. Les lyncheurs revinrent enfin; ils avaient discuté avec
animation, ayant eu, semblait-il, beaucoup de peine à se mettre
d'accord.

Enfin, Stevens s'avança vers nous d'un air à la fois solennel et
grotesque.

--La cour, dit-il avec emphase, a statué sur votre cas et voici ce
qu'elle a décidé: Vous êtes condamnées toutes deux à être fouettées avec
une baguette de coudrier. Vous serez ensuite mises à cheval sur le
coupant d'une palissade, et ensuite il vous sera enjoint d'avoir à
quitter l'État de Virginie dans les quarante-huit heures. Ce laps de
temps passé, si on vous retrouve ici, vous aurez de nouveau affaire à
nous.

En entendant cette horrible sentence, mon sang se glaça dans mes veines.
Je voulus me lever; mes jambes me refusèrent tout service, et je
retombai sur mon siège.

--Oh! vous ne nous fouetterez pas, m'écriai-je; certainement vous ne
voulez pas nous torturer ainsi! Ayez pitié de nous, je vous en prie...
ayez pitié de nous.

Mais il n'y avait pas la moindre trace de sensiblerie sur la figure de
ces brutes, et l'un d'eux s'écria:

--Misérable petite Nordiste, si j'étais libre de mes actions, je vous
enduirais de goudron et de plumes et je vous mettrais à cheval sur la
palissade pendant deux heures. On verrait la tête que vous y feriez.

Cette grossière plaisanterie les fit éclater de rire et je retombai sur
ma chaise en sanglotant encore plus fort.

Miss Dean, elle, ne donnait pas le moindre signe d'émotion; elle était
extrêmement pâle, mais ses yeux brillaient d'une lueur étrange et dit en
s'adressant au chef de la bande:

--J'avais toujours entendu dire, et j'étais persuadée que les Sudistes
étaient chevaleresques et cléments envers les femmes, je regrette de
m'être trompée.

--Il n'y a pas ici à être chevaleresque: vous agissez comme des hommes;
ne vous en prenez qu'à vous-mêmes si nous vous traitons en hommes.

--C'est bien. Il faut que vous sachiez tous ici que je suis la seule
coupable. Cette jeune fille, qui est mon secrétaire, n'est pour rien en
tout ceci. Vous devez donc l'acquitter.

--Jamais! réclamèrent quelques voix.

--Taisez-vous, s'écria Stevens, et laissez-moi parler.

Et se tournant vers nous, il ajouta:

--Nous savons parfaitement que vous êtes la directrice de ce bureau de
soi-disant bienfaisance; mais comme cette fille vous aidait dans cette
besogne, elle doit être punie; cependant, elle sera fouettée moins
sévèrement que vous... Est-ce juste, amis, demanda-t-il à ses féroces
acolytes.

--Parfaitement, parfaitement, soyons moins sévères envers l'enfant que
vis-à-vis du vieux chimpanzé.

L'un d'eux s'écria:

--Mais où donc est la servante. N'aurait-elle pas besoin d'une petite
correction? Une petite promenade sur le grillage ne pourrait, il me
semble, que lui être salutaire.

--Évidemment, approuva le chef. Que deux d'entre vous courent à sa
recherche, et que les autres s'occupent de trouver des baguettes.

Les hommes s'assirent en attendant; ils plaisantaient grossièrement et,
à chacune de leurs remarques, le rouge me montait au visage. Miss Dean,
toujours calme et tranquille, ne paraissait pas entendre les ignominies
de ces sauvages. Ceux qui étaient partis à la recherche de Marthe
revinrent au bout d'un instant:

--La _souillon_ est partie, dirent-ils; elle s'est sans doute défilée
dans les bois.

--Bah! dit Stevens, nous avons les deux patronnes, et il est probable
que lorsque nous en aurons fini avec elles, elles regretteront amèrement
de s'être occupées d'abolitionisme.

--Vous avez raison, Jack, crièrent les hommes; nous leur ferons maudire
le jour où elles se sont installées en Virginie... Et maintenant, à
l'ouvrage.

--A l'ouvrage, répliqua Stevens. Bill, allez chercher l'échelle qui est
sous le hangar; Peter et Sam, vos baguettes sont-elles prêtes? Ah! ah!
ces dames ont sans doute souvent été cueillir et croquer la noisette,
mais je doute qu'elles aient jamais reçu des coups de baguette d'hickory
sur leur petit derrière.

Les hommes riaient bruyamment, et je recommençais à trembler.

Quand donc ce supplice allait-il prendre fin?



VIII

L'EXÉCUTION D'UNE SENTENCE


L'échelle apportée fut appuyée contre la vérandah. Stevens se plaça de
côté tenant une badine à la main. Les hommes formèrent le cercle et leur
chef s'écria d'une voix forte:

--Amenez les prisonnières!

On nous traîna en nous poussant par les épaules pour recevoir cette
cruelle et ignoble punition. Je me tenais debout avec peine; Miss Dean
marchait au martyre droite et fière. Un sourire de dédaigneux mépris
errait sur ses lèvres pâles.

Stevens prit la parole:

--Comme c'est vous la patronne, vous aurez l'honneur d'être fouettée la
première. Attachez-la, mes amis.

Deux hommes la saisirent, la couchèrent sur l'échelle et lui faisant de
force étendre les bras, lui attachèrent les poignets aux barreaux, puis
firent de même pour les chevilles. La malheureuse n'opposait qu'une
résistance instinctive, elle ne fit entendre aucune protestation, mais
lorsqu'elle fut bien attachée, elle tourna la tête vers Stevens:

--Ne pourriez-vous pas me fouetter sans enlever mes vêtements?
demanda-t-elle ingénument.

--Impossible, la belle; on vous a condamnée à être fouettée sur la peau,
et vous subirez le châtiment ainsi que c'est convenu.

Ses jupons et sa chemise furent relevés et attachés au-dessus de sa
taille; Miss Dean ne portait pas le pantalon ordinaire, mais une longue
paire de culottes blanches attachées par des rubans autour des
chevilles.

A cette vue, ce fut une explosion de joie et de rires ironiques.

--Le diable m'emporte, s'écria Stevens, profondément étonné. Elle a des
pantalons! je n'avais jamais vu une femme ainsi attifée. Enfin,
enlevez-moi ça!

--Je vous en prie, supplia Miss Dean, laissez-moi mon vêtement. Il ne me
protégera pas beaucoup contre vos coups... Ne me mettez pas nue devant
tous!...

On ne lui répondit même pas. Un des hommes s'avança, et déboutonna le
vêtement, la laissant nue et toute frissonnante de la taille aux
jarrets. La pauvre femme rougit, puis pâlit affreusement; enfin elle
baissa la tête sur sa poitrine et ferma les yeux... Comme je vous l'ai
déjà dit, Miss Dean était très maigre; ses hanches étaient étroites, ses
jambes et ses cuisses sveltes, mais bien modelées. Sa peau, très fine et
très blanche, laissait apparaître le réseau des veines.

Les hommes, groupés autour de l'échelle, observaient cyniquement cette
scène, leurs yeux reflétant de lueurs lubriques.

Stevens leva alors la baguette, la fit siffler autour de la tête et la
laissa retomber rapidement, frappant d'un premier coup terrible le corps
de la malheureuse. Le bois claqua comme un fouet, et la chair frissonna
sous l'aiguillon de la douleur.

Miss Dean n'avait pas fait un mouvement.

Stevens continua de frapper; chaque coup tombait au-dessous du
précédent, et la peau était maintenant toute zébrée. Le corps de la
suppliciée s'agitait en soubresauts convulsifs: ses dents claquaient. La
terrible baguette continuait son horrible office. J'aurais voulu crier,
j'étais stupéfaite du courage de mon amie. Chaque coup me faisait
bondir; les raies rouges se multipliaient. Le sang commençait à sourdre
et à couler le long des cuisses; elle tournait la tête chaque fois, ses
yeux horrifiés suivaient le bras de l'homme. Enfin la brute cessa de
frapper et jeta la baguette dont le bout était tout déchiqueté. Puis, se
baissant, il examina attentivement les marques de la correction.

La surface entière de la peau était rouge et barrée de marques livides
qui s'entre-croisaient en tous sens; le sang coulait abondamment et
contrastait avec la blancheur immaculée des cuisses.

Cinquante coups au moins avaient été donnés.

--Là! dit Stevens, je suppose qu'elle en a assez. Je l'ai peu ménagée
comme vous pouvez vous en rendre compte. Il est probable qu'elle ne
pourra s'asseoir aisément de quelques jours, et je doute fort que les
marques disparaissent jamais.

Les vêtements de la victime furent alors baissés, ses pieds et ses mains
déliés. Elle restait debout se tordant en proie à la plus affreuse
douleur, et apparemment indifférente à tout ce qui l'entourait; elle
sanglotait et d'abondantes larmes s'échappaient de ses yeux voilés par
la terreur.

Un peu remise, elle releva son pantalon qui traînait à terre, et, toute
rougissante du regard des hommes, encore fixé sur elle, elle le rattacha
péniblement autour de sa taille. Deux des bourreaux, la saisissant sous
les bras, la conduisirent à la vérandah, où elle s'étendit de tout son
long sur un canapé, incapable du moindre mouvement.

Je vous laisse a penser l'état d'épouvante en lequel j'étais. Les
paroles brutales de ces hommes me faisaient rougir; je me sentais prise
de fureurs soudaines contre ces barbares et, aussi, prête à leur
adresser toutes les supplications. J'étais envahie de pitié pour ma
malheureuse compagne et terrifiée par la perspective du châtiment qui
m'était réservé. Je n'ai jamais pu supporter la moindre douleur
physique.

Stevens ramassa la baguette neuve, et, s'adressant à ses hommes:

--Maintenant, dit-il, nous allons opérer sur ce tendron; amenez-la, mes
amis.

A ces mots, voyant qu'il n'y avait personne derrière moi, je résolus de
fuir, et pris mes jambes à mon cou. J'aurais mieux fait de rester
tranquille, je n'avais pas fait trois mètres qu'une main me saisissait
au cou et, avec la rapidité de l'éclair, je me trouvais solidement
attachée à l'échelle.

Stevens me déshabilla lui-même lentement. Mes jupes et ma chemise furent
roulées sous mes bras et quand il arriva au pantalon, il s'arrêta. Je
portais le pantalon ordinaire, très large de jambe et fendu au milieu.

--Regardez, dit-il, elle a aussi des pantalons, mais ils sont faits
autrement et recouverts de dentelles.

Puis, sur une remarque fort grossière à propos de la fente, les hommes
s'esclaffèrent tandis que je pleurais à chaudes larmes.

Il fit tomber mon dernier vêtement et je sentis sur ma chair nue le
frôlement caressant de la brise.

J'étais anéantie par la honte. Je sentais peser sur moi le regard et une
indicible angoisse me poignait la gorge; ce n'était là, hélas, que le
préambule de l'horrible supplice auquel j'allais être soumise.

Stevens prit la parole de nouveau:

--Nous allons sans plus tarder procéder à l'exécution. Je propose de lui
infliger douze coups bien cinglés sans cependant faire sortir le sang.
Souvenez-vous qu'elle n'a joué dans cette affaire qu'un rôle de
comparse.

Tous, cependant, n'étaient pas du même avis; quelques-uns réclamaient
pour moi un châtiment équivalent à celui enduré par ma maîtresse.

Dans mon malheur, ce me fut un soulagement d'apprendre que je n'aurais
pas à subir un traitement aussi cruel que Miss Dean. Un des hommes cria
au tortionnaire:

--Faites attention, et tapez dur, Jack; faites-la un peu sauter.

Le lâche, j'eusse voulu savoir ce lâche tortionnaire, tourmenteur de
femmes, en proie aux flammes infernales.

--N'ayez nulle crainte, mon garçon, répondit Stevens, je sais comment on
se sert d'une baguette; elle va recevoir douze coups qui vont
transformer son derrière en drapeau américain rayé rouge et blanc.
Lorsqu'elle sortira de mes mains, elle ne demandera pas son reste, et
sera plutôt gênée pour marcher. Pourtant, je n'en ferai pas sortir une
goutte de sang; je vous le répète, je sais ce que c'est que de fouetter;
j'ai été majordome durant cinq années en Géorgie.

Pendant tout ce discours, j'étais restée honteuse de ma nudité, et,
machinalement, je me serrais aussi fort que possible contre l'échelle.

Le premier coup tomba enfin; ce fut horrible; la douleur était encore
plus atroce que je ne me l'étais imaginée. La respiration me manqua, et,
pendant quelques secondes, je restai suffoquée. Alors, je me mis
littéralement à hurler. Il continua de frapper lentement, plaçant chaque
coup au-dessous du précédent et la baguette, en retombant, me donnait la
sensation d'un fer rouge appliqué sur mes chairs.

Je me tordais de plus en plus, criant de toutes mes forces, faisant des
bonds désordonnés, autant que mes liens me le permettaient, tout en
suppliant le bourreau de cesser. J'avais oublié mon état de nudité, et
la seule sensation que j'éprouvais était une douleur plus cuisante que
si elle eût été provoquée par des brûlures.

Quand les douze coups m'eurent été donnés, j'étais à demi évanouie.

On me laissa suspendue par les poignets, et les hommes m'entourant, se
mirent à m'examiner. Le sentiment de la pudeur me revint peu à peu, et
je suppliai ces cruels justiciers de me laisser prendre un vêtement.

Ils restèrent sourds à ma prière, occupés qu'ils étaient d'écouter la
péroraison de Stevens.

--Voyez, mes amis, disait celui-ci, avec quelle régularité les coups ont
été frappés. Voilà ce qu'on appelle une bonne correction. Mais cette
fille n'a aucune énergie. La première noiraude venue aurait supporté le
double de coups sans se plaindre. Parlez-moi de sa compagne, voilà au
moins une femme courageuse.

Puis, me remettant mes effets, il me conduisit à la vérandah où Miss
Dean, toujours étendue sur le canapé, pleurait doucement de honte et de
douleur...



IX

JACK STEVENS


La conduite de ces batteurs d'estrade à l'égard de deux femmes dont
l'une était jeune, belle et, en tous points désirable, peut paraître
singulière. Comment leur nature brutale ne fut-elle pas surexcitée par
le capiteux spectacle de ma resplendissante nudité?

Ce n'est pas qu'à la perspective angoissante de la torture je préférasse
l'ignominie qui devait résulter de la défaite de ma vertu, mais, au plus
profond de moi, j'espérais néanmoins que la vue de mes jeunes charmes,
avivant les instincts de concupiscence de ces brutes, serait un prétexte
à querelle.

Quoique naïve encore, malgré la leçon que m'avaient donnée les infâmes
entreprises de Randolph, je savais que l'exhibition de mon corps pouvait
réveiller les ignobles appétits de ces hommes grossiers et frustes;
j'espérais, dis-je, qu'ils se seraient disputés ma possession, et qu'à
la faveur d'une rixe j'aurais pu m'enfuir.

Hélas! je ne savais pas qu'ils fussent les suppôts de Randolph lui-même,
et payés largement par celui-ci pour l'exécution d'un ordre barbare.

Chez ces hommes, la cupidité, cette fois, avait parlé plus haut que
l'instinct bestial.

Du reste, les coureurs des bois n'agissaient pas toujours ainsi quand
l'appât du gain ne commandait pas à leurs actions, et ce même Stevens
échappa longtemps aux recherches de la justice pour un crime
d'assassinat précédé de viol, perpétré en des circonstances
particulièrement atroces.

Le récit du crime monstrueux me fut fait, plus tard, par une vieille
mulâtresse, esclave de Randolph père, laquelle l'avait elle-même entendu
raconter par le menu des détails.

Je crois devoir placer digressivement ici le récit de cette femme:

Malgré le surmenage dont étaient accablés les esclaves, malgré le
surcroît de travail exigé de chacune d'elles, Randolph père n'arrivait
pas à satisfaire aux demandes des marchands de coton; aussi était-il
urgent que son troupeau humain augmentât en nombre.

Le planteur acheta donc sur le marché de Richmond trois noirs parmi
lesquels était une mulâtresse d'une trentaine d'années nommée Maria de
Granier.

(En certaines parties de l'Amérique du Sud, les esclaves nés dans la
plantation, avaient leur prénom suivi du nom de leur maître.)

Cette femme qui, autrefois, avait été très jolie, se trouvait, au moment
de son exposition au marché, dans un état lamentable: prise sous un
éboulement alors qu'elle se livrait à des travaux de terrassement, elle
en fut tirée à demi morte et pour toujours infirme, incapable d'exécuter
désormais les rudes travaux auxquels elle avait été soumise.

Maria de Granier, marchandise avariée, fut cédée à bas prix. Mais ce qui
engagea Randolph père à faire cette acquisition, c'est que, malgré son
terrible accident, l'esclave allait bientôt être mère. Il comptait sans
doute que la jeune infirme pourrait suffire à de menus travaux et que
l'enfant dont elle était enceinte augmenterait le nombre de ses esclaves
et lui rendrait un jour quelques services.

Pour abominable qu'il fût, ce calcul n'en était pas moins exact:

La mulâtresse grosse des oeuvres d'un blanc, donna le jour à une
ravissante petite fille qu'elle appela Rosa. Et, pendant quatorze ans,
l'enfant grandit, entourée de soins par les femmes qui, afin de cacher
ses fautes enfantines, risquaient souvent d'être fouaillées; adorée des
pauvres noirs qui enduraient stoïquement la bastonnade quand le
majordome les surprenait aidant l'enfant dans son travail.

Cependant Rosa était devenue une ravissante créature aux traits fins et
réguliers, aux dents blanches, aux longs yeux noirs; des formes
incomparables se révélaient déjà sous son ignominieux vêtement
d'esclave, et ses bras nus à la peau veloutée, apparaissaient à peine
teintés de ce bistre qui décèle le sang mêlé.

La vue de Rosa avait inspiré à Georges Randolph qui, à cette époque,
venait d'avoir dix-huit ans, une passion violente. Il la poursuivait de
ses prévenantes assiduités et n'attendait qu'une occasion propice pour
faire subir à cette enfant le sort qui attendait toutes les jeunes
esclaves.

Mais, par une sorte de prescience du danger dont elle se sentait
menacée, Rosa, qui s'était aperçue de la nature des sentiments de
Georges, fuyait l'occasion, aussi n'acceptait-elle les gâteries et les
caresses du jeune homme qu'en la présence des noirs, devant lesquels,
malgré l'impunité dont il se savait couvert, le jeune homme n'eût point
osé perpétrer un attentat.

Enfin, un jour que Rosa, seule, portait un faix de coton dans un hangar
servant de magasin et bâti à la lisière d'un bois, Georges, en l'absence
du majordome qu'il avait éloigné sous un prétexte spécieux, se jeta sur
l'enfant, la couvrit de baisers et, dans un violent accès d'érotisme,
lui commanda de se coucher.

Rosa, se dégageant adroitement de l'étreinte, n'obtempéra point à
l'ordre et s'enfuit dans la forêt où Randolph furieux la poursuivit
longtemps.

L'enfant avait franchi des haies, des futaies, des halliers, et pris, en
courant, des sentiers qui lui étaient inconnus; tant et si bien
qu'épuisée, haletante, elle se laissa tomber au milieu d'une sente où,
morte de fatigue, elle s'endormit...

La nuit tombait. Bientôt, les fanes mortes et les branches sèches qui
jonchaient le sentier crièrent sous les pas d'une troupe d'hommes. Ce
bruit, succédant tout à coup au calme profond de la forêt, réveilla
l'enfant. Elle se souvint et elle eut peur. Mais rassurée à la pensée
que ce bruit de pas pouvait provenir de la marche de noirs qui la
cherchaient dans la forêt, elle se dressa et appela. Au même instant
elle sentit sur sa peau nue la fraîche caresse des brises courant sous
les bois.

Dans sa fuite folle ses vêtements s'étaient défaits; ils étaient tombés
un à un et, maintenant, elle se sentait honteuse d'être nue. Il lui
semblait que l'ombre avait des curiosités malsaines.

L'enfant avait appelé. Des voix d'hommes lui répondirent. Étaient-ce les
noirs?

Non! c'était Stevens escorté de deux compagnons portant guêtres de cuir
aux jambes et carabine à l'épaule.

--Par les tripes du Shériff! dit-il en apercevant l'enfant, voilà une
créature qui n'a pas peur des refroidissements.

Et, s'approchant:

--Par la mort bleue! Elle est digne d'être hospitalisée, de force ou de
gré, en la somptueuse demeure de Jack Stevens... Le diable que nous
adorons a eu, sans doute, pitié de notre continence forcée; c'est
pourquoi il nous offre aujourd'hui un morceau de choix.

Rosa comprit l'effroyable signification de ces paroles. Elle fit un
mouvement de retraite.

Stevens épaula sa carabine:

--Halte, la belle! cria-t-il. Bien que myope le jour, je suis nyctalope
la nuit, et sais diriger sur le but un lingot de plomb. Allons! pas tant
de façons et suis-nous.

Cernée maintenant par les trois hommes, l'enfant sentit que toute
résistance devenait impossible. Rouge de confusion, angoissée de
terreur, elle joignit les mains:

--Soyez bons, messieurs, soyez cléments... ayez pitié! Je ne suis qu'une
enfant... Une pauvre petite esclave qui n'a pas encore quinze ans!...

Les yeux des trois hommes étincelèrent:

--Pas quinze ans!--s'exclama Stevens dont l'autorité paraissait régler
les actions et les paroles de ses compagnons--Pas quinze ans! Mais
alors, c'est une friandise... un fruit mûr à point, dans lequel personne
n'a encore mis les dents!... Par le nombril de Jacob! Vous y goûterez,
camarades... après moi!

Tout espoir s'évanouissait, mais le courage revenait à l'enfant:

--Eh bien! dit-elle, tuez-moi! Je ne vous suivrai pas!

Et Rosa, croisant sur sa poitrine ses mains tremblantes, s'accroupit
dans l'herbe froide que mouillait déjà la rosée des nuits.



X

ABOMINABLE FORFAIT


Entre les rudes mains des batteurs d'estrade, Rosa s'était inutilement
débattue, en vain avait-elle de nouveau supplié, imploré. Ils l'avaient
immobilisée au moyen d'un lasso, emportée à travers bois et, comme ses
supplications et ses prières étaient inutiles elle avait pris le parti
de pousser des cris, espérant ainsi être entendue.

Certes, elle n'ignorait pas la nature de la correction qui l'attendait à
la plantation pour prix de son escapade, mais, quoique n'ayant encore
jamais été fouettée, elle préférait néanmoins ce supplice qu'elle savait
pourtant cruel au sort que lui réservaient les bandits.

Ceux-ci, inquiets, bien qu'ils fissent diligence afin de se soustraire
eux-mêmes aux recherches dont Rosa devait être en ce moment l'objet,
inquiets des cris de l'enfant qui pouvaient attirer les noirs de leur
côté, résolurent de la bâillonner.

Stevens tira de son sac de cuir un lambeau de cotonnade et en fit un
tampon qu'il enfonça profondément dans la bouche de sa victime.

Et c'est ainsi que le groupe des ravisseurs arriva dans la hutte de Jack
Stevens.

C'était une cabane en planches, toiturée de branches entrelacées tombant
jusqu'au sol et dont les fissures étaient bouchées par de lourdes mottes
de gazon; cachée en d'épaisses frondaisons, tapie au milieu d'arbres
croissant sur le roc, cette hutte était d'aspect sinistre. Il n'y avait
que Jack Stevens et ses deux compagnons qui connussent l'existence de ce
repaire. C'est là, qu'après de lointaines expéditions, ils venaient
cacher le produit de leurs brigandages.

Stevens, qui portait l'enfant, la déposa doucement sur le lit et enleva
le bâillon qui l'étouffait. Puis, un de ces hommes tira de sa veste en
peau de buffle un briquet d'acier et alluma une chénevotte, tandis que
son camarade préparait le quinquet.

Une lueur fauve éclaira la cabane et les provisions sorties des sacs,
furent placées sur une large planche posée au ras du sol.

--Ce n'est peut-être pas d'une extrême élégance, dit Stevens, qui,
depuis que la lampe était allumée, brûlait de regards le corps de Rosa,
mais c'est tout de même commode; on est chez soi! James, ajouta-t-il en
clignant de l'oeil, il est indispensable d'assaisonner avec force
gingembre et piment notre tranche de venaison; quant à toi, Pèpe, dit-il
en s'adressant à l'autre, tu rempliras d'hydromel les gobelets.

Quand la table fut mise, Stevens dit à l'enfant:

--Si le coeur vous en dit, mademoiselle, il y en aura assez pour vous.

Rosa ne répondit rien. Des sanglots étouffés lui poignaient la gorge.
Elle avait trouvé une vieille veste de cuir dont elle cherchait à se
couvrir. Stevens s'en aperçut.

--Bas le masque! cria-t-il. Cette parure, pour somptueuse qu'elle soit,
est indigne de votre beauté!

Il se leva, lui arracha l'oripeau dont elle couvrait éperdument ses
seins et revint s'asseoir en ricanant.

Tant que dura le repas, celui que Stevens avait appelé James ne quitta
pas des yeux le corps merveilleux de Rosa. Son regard paraissait
détailler complaisamment des charmes dont la possession lui était
assurée et si, parfois, ce regard se portait sur son chef, c'était
chargé de jalousie et d'envie. La douleur seyait, d'ailleurs, à la
beauté de l'enfant et on eût dit que la hutte était chaude de son corps,
parfumée du capiteux relent de sa virginité éplorée.

L'homme qu'on appelait Pèpe, buvait gobelet sur gobelet. A la fin du
repas, le cerveau envahi par les épaisses fumées de l'ivresse, il alla
s'étendre sur un lit de feuilles et s'endormit à demi, sans toutefois
rien perdre de la scène qui allait se passer.

Les propos échangés entre Stevens et James furent banaux quand ils ne
furent pas grossiers. Chacun d'eux avait visiblement une même
préoccupation. L'un et l'autre se devinaient.

Mais Stevens, maître absolu, avait su courber James sous une discipline
à laquelle il eût été dangereux de résister et, souvent, il arrivait
qu'après une expédition, Stevens gardait pour lui seul le butin,
laissant ainsi à ses deux compagnons la consolation de se partager la
gloire.

--Tu n'aurais peut-être pas le toupet de vouloir _commencer_?--dit enfin
Stevens.

--Qui sait!--répondit tranquillement James en caressant le manche de sa
redoutable navaja. La fille m'appartient comme à toi et, équitablement,
c'est-à-dire pour la première fois, il pourrait se faire que nous
partagions la capture. Si nous tirions au sort à qui commencera?

--J'ai gagné d'avance, répondit Stevens, qui, se dressant sur les
genoux, mit sous le nez de James un revolver de gros calibre. Jette-moi
ça ou je tire!

James sortit hâtivement la navaja de sa ceinture et la lança dans la
hutte. Stevens alla ramasser l'arme et la mit dans la poche de sa veste:

--Maintenant, dit-il, le mariage va s'accomplir avec toutes les
formalités en usage dans le pays de cet ivrogne de Pèpe, qui prétend
être catholique. Toi, James, tu seras à la fois mon témoin et celui de
la mariée; et si Pèpe n'était pas présentement ivre comme un porc, il
nous dirait la messe avec distribution de bénédiction nuptiale. Je ne
demande qu'une heure, après quoi je me démettrai de mes fonctions
d'époux en ta faveur, James! Être trompé par sa femme une heure après
son mariage, il n'y a qu'ici qu'on voit ces choses-là!

Un gros rire dont chaque éclat secouait Rosa d'un frisson d'épouvante,
éclairait la face bestiale de Stevens.

Puis, il s'avança vers l'enfant qui sanglotait et, sans dire un mot, la
face horriblement congestionnée par la luxure, il la couvrait de
baisers. Rosa sentait sourdre sous sa peau délicate le sang chaud dont
les afflux lui montaient au cerveau, son coeur se brisait sous les
immondes caresses de la brute; elle sentait sur ses lèvres passer le
souffle bruyant du monstre, et, entre les assauts répétés qui la
faisaient mourir, elle éprouvait une horrible sensation: il lui semblait
qu'une bête énorme l'enlaçait et posait sur ses seins des tentacules
tièdes et visqueuses.

Les sens surchauffés par cet ignoble spectacle, James, écumant, les yeux
flamboyants, attendait la fin, il attendait... son tour.

Stevens n'en finissait pas!

Tout à coup, la claie qui fermait la cabane s'ouvrit bruyamment et une
bande de noirs, mis sur la trace de Rosa par les vêtements qu'elle avait
perdus en s'enfuyant, envahit le repaire.

En présence du danger, les deux bandits se ressaisirent. Ils
bousculèrent les nègres, prirent leurs fusils et, comme la porte était
gardée, Stevens, d'un coup d'épaule, fit sauter une des planches qui
formaient le mur de la hutte; puis, par cette ouverture, il s'enfuit
avec James.

Quand le majordome s'approcha de Rosa, celle-ci ne fit pas un mouvement.

Alors cet homme prit le fouet avec lequel il fustigeait les esclaves et
la lanière redoutée frappa le corps de l'enfant qui resta immobile. Rosa
était morte.

On resta longtemps sans nouvelles des coureurs des bois. Pèpe,
l'ivrogne, eut seul à répondre du crime devant la justice, mais comme il
n'avait joué dans le drame qu'un rôle secondaire, il fut acquitté. Plus
tard, on apprit que James avait été tué à Richmond au cours d'une rixe.
Quant à Stevens, personne ne connut jamais les circonstances à la suite
desquelles il obtint l'impunité; on ne sut jamais pourquoi il rentra
dans les bonnes grâces de Randolph.



XI

LES SUITES D'UNE FLAGELLATION


Je reprends ma confession:

Mon supplice terminé, Miss Dean m'avait appelée auprès d'elle.

--Ma pauvre enfant, dit-elle, comme j'ai souffert pour vous!... Vos cris
me perçaient le coeur. Oh! les monstres de vous avoir si cruellement
fouettée.

Elle paraissait avoir oublié sa propre peine et l'ignominie de son
châtiment pour ne plus penser qu'à moi.

--Ils m'ont fouettée bien moins cruellement que vous, répondis-je; je
n'ai reçu que douze coups, et le sang n'a pas coulé.

Je l'embrassai et je m'appuyai doucement contre elle.

--Nous n'avons pas encore fini de souffrir, reprit Miss Dean. Vous
souvenez-vous que cet homme a dit qu'il nous attacherait sur la
balustrade pendant deux heures?

Je me souvins alors de la menace, mais sans y attacher grande
importance; certes, ce serait peu confortable et probablement même fort
douloureux d'être ainsi assise pendant aussi longtemps, sur un espace
très étroit et dans l'état où nous sommes, pensais-je; mais j'étais loin
de m'attendre à la torture que nous allions éprouver.

Mon illusion ne fut pas de longue durée, car quelques instants après nos
bourreaux vinrent nous chercher, et nous portèrent sur la palissade
entourant la maison. Cette barrière, haute d'environ cinq pieds, était
faite de piquets de bois taillés en coins. Stevens nous dit avec un
sourire cruel:

--Nous allons maintenant passer à un autre genre d'exercice. Deux heures
de repos, avec ces piquets comme sièges, donneront à vos personnes le
temps de se remettre de leurs fouettées. D'ailleurs, pour vous empêcher
de tomber, nous vous attacherons. Préparez-les, vous autres.

Je fus épouvantée en me sentant saisir par deux hommes tandis qu'un
troisième me relevait mes jupes et m'arrachait mon pantalon. Miss Dean
subissait le même sort. Nos vêtements étaient attachés de telle sorte
que le bas de notre corps était exposé nu aux regards de ces misérables.

Ils se mirent à plaisanter, se questionnant l'un l'autre sur notre
virginité probable, faisant des comparaisons entre nos deux corps, et
devisant sur notre aspect général.

Une longue corde fixa solidement nos bras le long de notre corps, puis
ils nous soulevèrent et nous fûmes placées à _califourchon_, face à
face, sur le haut de la barrière. Nous reposions sur l'extrémité des
pointes de cette balustrade. De chaque côté des piquets avaient été
plantés, où furent solidement attachées nos chevilles, puis nos jupes
furent baissées.

Stevens nous regarda alors en souriant d'un air narquois.

Maintenant que vous êtes bien en selle, nous allons vous quitter; dans
deux heures, un de nos amis viendra vous aider à mettre pied à terre. Il
est très probable que vous serez fort endolories, et aurez renoncé à
jamais à vos théories anti-esclavagistes.

Puis tous s'éloignèrent en riant avec des plaisanteries si horribles que
malgré nos souffrances nous en rougissions encore.

La nuit tombait. Le soleil avait disparu lentement à l'horizon. Un
profond silence régnait. La douleur, légère quand on nous avait assises
sur les piquets, commençait à devenir intolérable. Tout d'abord, j'avais
espéré que Marthe viendrait nous délivrer. Ce fut en vain. Notre maison
était trop isolée pour conserver un seul instant l'espoir d'être
délivrées par un passant.

Nous ne parlions pas, nos souffrances étant trop cuisantes; de violents
sanglots nous secouaient, ajoutant aux souffrances endurées par cette
position affreuse.

La douleur devint si aiguë qu'il me sembla que tous mes nerfs allaient
éclater. Je me tordais convulsivement sans autre résultat que de faire
pénétrer les piquets plus avant. Folle de douleur, je me mis à crier et
même à jurer. Miss Dean pleurait silencieusement; sa figure convulsée
révélait seule l'intensité de sa souffrance, mais aucun cri ne sortait
de ses lèvres. Je commençais à désespérer quand, oh! bonheur, je vis un
homme pénétrer dans l'avenue. Mon coeur bondit de joie... nous allions
être délivrées!... Je redoublai mes cris, suppliant l'homme d'accourir à
notre aide, mais il n'avait pas l'air de s'en émouvoir. Enfin, il
approcha et ne fut bientôt qu'à quelques pas de nous.

Je reconnus Randolph...



XII

L'ENLÈVEMENT


S'il était un être que je craignais de rencontrer, c'était bien
Randolph! Mais à ce moment terriblement critique, je ne vous cacherai
pas que j'étais heureuse de le revoir. Je l'implorai d'une voix
entrecoupée de pleurs.

--Descendez-moi, oh! sauvez-moi?

Il s'approcha, un sourire moqueur aux lèvres.

--Oh! Randolph, je vous en supplie, délivrez-nous, vite, vite!...

Il resta impassible.

--Eh bien, Miss Ruth Dean, et vous, Miss Dolly Morton, vous voyez ce
qu'il en coûte de secourir et protéger les esclaves évadés; et
n'avez-vous pas deviné que c'est grâce à mes indications que ce supplice
vous a été infligé. J'ai fait connaître vos agissements aux lyncheurs,
et ils vous ont punies de la bonne façon. Je vous avais dit, Dolly, que
nous nous reverrions. Invisible j'ai assisté à votre jugement et à
l'exécution de la sentence. Je dois même avouer que vous avez poussé des
hurlements qui n'avaient rien d'humain mais auxquels j'ai été fort
insensible.

Il s'arrêta pour rire à son aise et un sentiment d'épouvante me saisit.
Cet homme, non seulement ne s'était pas contenté de nous livrer aux
lyncheurs, il venait encore railler nos souffrances.

Miss Dean m'interpella:

--Connaissez-vous cet homme?

Il répondit pour moi:

--Oh! oui, elle me connaît; nous étions même très bons amis autrefois,
mais nous nous sommes disputés un jour, et elle m'a donné mon congé. Pas
vrai, Dolly?

Je haïssais cet être sans coeur, mais la douleur avait tué en moi tout
autre sentiment.

--Oui, oui, c'est vrai, mais pour l'amour de Dieu taisez-vous et
délivrez-nous.

Il sourit, mais ne fit pas un mouvement.

--Oh! m'écriai-je à moitié folle; comment pouvez-vous rester à regarder
deux malheureuses femmes qui souffrent le martyre. Vous n'avez donc pas
de coeur, pas de pitié?

--Je ne suis pas un bienfaiteur de l'humanité moi!--répondit-il
ironiquement--et je n'ai que très peu de tendresse pour les
abolitionistes qui viennent débaucher mes esclaves; mais cependant, je
consens à faire en votre faveur exception. Si vous consentez à me
suivre, je vous aiderai à descendre.

En entendant cette offre cynique, Miss Dean terrifiée me cria:

--Oh! Dolly, n'écoutez pas cet homme; c'est un lâche... il profite de
vos souffrances pour abuser de vous... mais ne l'écoutez pas, ma chérie,
et supportez vos douleurs bravement. Je souffre autant, si ce n'est plus
que vous, mais jamais je n'accepterai de telles conditions, plutôt la
mort.

Randolph éclata de rire.

--Je n'ai nullement l'intention de vous offrir quoi que ce soit de
semblable, Miss Dean. Vous pouvez rester assise deux heures et plus sur
cette barrière sans que je m'interpose. Ce que j'ai pu voir de vos
charmes n'a rien de bien tentant. Plate comme une limande et longue
comme une perche, voilà ce que vous êtes; or, j'aime une petite femme
potelée comme Dolly.

--Brute! lâche! s'écria Miss Ruth au comble de l'exaspération.

Après tout elle était femme, et il lui était désagréable d'entendre
ainsi parler de ses charmes.

--Maintenant Dolly, vous m'avez entendu; voulez-vous me suivre ce soir?

La façon grossière dont il me fit cette question me choqua. Aussi
rassemblant le peu de courage qui me restait, je lui répondis.

--Non, non, laissez-moi, je n'irai pas avec vous.

Toutefois je manquais visiblement d'assurance en parlant ainsi.

--Très bien, fit-il; vous avez encore près d'une heure à rester dans
cette position, et il est probable qu'au bout de ce temps, vous serez
terriblement endolorie. La perspective vous en sourit-elle?

Je me mis à pleurer de nouveau, à le supplier encore de me délivrer sans
conditions; mais sans prêter la moindre attention à mes prières il
alluma un cigare et alla s'appuyer à la barrière en nous regardant d'un
air indifférent, pendant que nous nous tordions en d'indicibles
souffrances.

Je résistai encore quelques minutes; enfin, exaspérée, à bout de forces,
sentant qu'il me serait impossible de supporter davantage cette torture
je criai à Randolph:

--Descendez-moi... je ferai tout ce que vous voudrez.

--Dolly, ma chérie, s'écria Miss Dean, je vous en prie, ne brisez pas
votre vie; vos souffrances seront bientôt finies; encore un peu de
courage; faites comme moi, je préférerais mourir que de céder à cet
homme.

Elle était de l'étoffe dont sont faits les martyrs.

--Êtes-vous tout à fait décidée, dit Randolph en posant sa main sur le
noeud de la corde.

--Oui, oui, dépêchez-vous!

--Oh! Dolly, ma pauvre petite, comme je vous plains, dit Miss Dean d'un
ton navré. Vous ne savez pas ce que l'avenir vous réserve.

Puis elle baissa la tête et se reprit à pleurer.

En un clin d'oeil, Randolph avait dénoué les cordes, et, m'enlevant dans
ses bras, me porta à la vérandah, où il me fit asseoir dans un fauteuil.
J'éprouvais à demeurer ainsi, un bien-être délicieux après les
intolérables tortures que j'avais eu à subir. Il alla me chercher un
verre d'eau que je bus avidement; j'avais la bouche sèche; de plus,
l'excès de la douleur m'avait donné la fièvre.

Quand je fus un peu remise, je suppliai Randolph de délivrer Miss Dean.
Mais, furieux après la pauvre femme, il refusa tout d'abord. Enfin je le
priai avec une telle ardeur qu'il se laissa fléchir et me promit de la
délivrer avant de quitter la maison.

--Maintenant, Dolly, je vais aller chercher le _buggy_. Il est au bout
de l'avenue, je ne serai donc pas long; restez tranquillement assise, et
surtout n'essayez pas de vous sauver; les lyncheurs sont aux environs,
et si vous retombiez dans leurs mains, il pourrait vous en cuire.

L'idée de me sauver était bien loin de moi; mes membres étaient si
endoloris que je n'avais même plus conscience de l'endroit où je me
trouvais. Je m'étendis tout de mon long sur le canapé, heureuse de moins
souffrir.

Randolph reparut bientôt; il attacha son cheval et s'approcha en disant:

--Allons, Dolly, j'enverrai prendre vos affaires demain. Pour cette
nuit, mes femmes vous procureront le nécessaire. Pouvez-vous marcher
jusqu'à la voiture, ou voulez-vous que je vous porte.

J'essayais de marcher, mais mes jambes se dérobaient sous moi. Il
m'enleva dans ses bras, me porta jusqu'au _buggy_ et m'enveloppa de
couvertures. Se dirigeant ensuite vers Miss Ruth, il défit les cordes
qui l'attachaient, sans s'inquiéter davantage de la malheureuse. Ma
pauvre amie descendit péniblement de son terrible perchoir, en me disant
d'un ton suppliant:

--Dolly, n'allez pas avec cet homme, ma chérie, vous ne savez pas ce que
vous faites; il vous a arraché votre promesse au moment où la douleur
vous affolait; vous n'êtes donc pas forcée de vous y conformer, restez
avec moi, petite.

Ma lâcheté me fit répondre en tremblant:

--Je ne le puis; je suis en son pouvoir.

--Oui ma fille, dit Randolph, vous êtes à ma merci, et si vous essayez
de vous dérober, vous ne tarderez pas à vous retrouver à cheval sur la
palissade. Puis se tournant vers Miss Dean, il lui dit d'un ton rude:

--Quant à vous, vieille folle, souvenez-vous de la menace des lyncheurs;
si dans les quarante-huit heures, vous n'avez pas disparu du pays, vous
verrez à qui vous aurez affaire.

Puis il prit place à côté de moi et cingla son cheval qui partit au
grand trot.



XIII

DANS L'ATTENTE DU SACRIFICE


Tant qu'il me fut possible d'apercevoir la bonne Miss Dean, je lui
envoyai des baisers; puis lorsqu'un tournant de la route l'eut dérobée à
mes yeux, je me pris à pleurer amèrement. J'avais perdu la seule amie
que j'eusse vraiment aimée.

Le cheval était un bon trotteur et les trois milles qui nous séparaient
de l'habitation de Randolph furent rapidement franchis. Nous arrivâmes
devant une grille de fer que deux nègres ouvrirent pour nous laisser
pénétrer dans une avenue ombragée de beaux arbres. La voiture s'arrêta
enfin devant le perron d'une élégante maison précédée d'une large
terrasse en pente douce et d'une immense pelouse très soignée au milieu
de laquelle bruissait une fontaine.

Plusieurs nègres se précipitèrent au-devant de nous, et pendant que deux
d'entre eux s'emparaient du cheval, les autres ouvraient la porte de la
maison.

Randolph m'enleva dans ses bras, puis, traversant un grand hall très
luxueux, me déposa dans une chambre meublée avec goût.

--Là, Dolly, me dit-il, vous êtes maintenant chez vous, à l'abri des
lyncheurs.

Il sonna. Une quarteronne répondit aussitôt à son appel. C'était une
grande belle femme, coquettement vêtue d'une robe de coton à ramages;
elle portait des manchettes et un col très blancs; un bonnet, remplaçant
le traditionnel madras, emprisonnait ses cheveux.

Elle me regarda attentivement sans cependant exprimer la moindre
surprise.

--Dinah, lui dit son maître, cette dame vient d'être victime d'un assez
grave accident. Portez-la dans la chambre rose, et soignez-la avec zèle.
Vous m'avez compris?

--Oui, maître.

Puis, s'adressant à moi:

--Je vais aller dîner, ajouta-t-il, mais Dinah aura le plus grand soin
de vous; je crois que ce que vous avez de mieux à faire est de vous
coucher. Ne craignez rien, vous ne serez nullement troublée cette nuit.

Je compris la signification de ces dernières paroles, mais je ne
répondis pas, encore trop étourdie. La rapidité avec laquelle ces
tragiques événements s'étaient déroulés m'avaient à demi troublé la
raison. Dinah vint à moi et m'enlevant dans ses bras robustes, comme
elle eût soulevé un enfant, me porta après avoir monté un immense
escalier, dans une chambre à coucher, très élégamment meublée, puis elle
m'étendit doucement sur le lit.

Elle ferma la porte, et revenant près de moi, me regarda avec douceur:

--Mo qu'a connaît qui vous êtes, dit-elle. Vous qu'étiez bonnes
Mam'zelles même, qu'aidez pauv' négros marrons à gagner libertés. Tous
négs connaît bien vous-mêmes, dans plantation, mais n'a pas et' neg'
dénoncé vous. Mo savé que Lynchers fotté vous joud'hui. Quoiqu'a fait à
vous? Vous fotté et assir su baton pointu? Vous dire à mo, ça qu'o
miçants fait à vous, mo bien aimer vous pour ça qu'a fait a negs
marrons.

La sympathie de cette esclave me toucha vivement et je lui racontai en
détail toutes nos souffrances.

Elle quitta aussitôt la chambre et revint portant un bassin plein d'eau
tiède.

--Là, tit' coeur, mo qu'a bien soigné vous.

Après m'avoir déshabillée, elle m'épongea, et frotta légèrement les
ecchymoses douloureuses.

--Ça, bon pour coups, dit-elle.

Sa compresse m'apportait en effet un grand soulagement.

Tout en bavardant elle pansa soigneusement mes blessures, s'interrompant
pour maugréer les lyncheurs qu'elle appelait de tous les noms maudits.
Une constatation bizarre que je fis, c'est le profond mépris que
professent les nègres à l'égard des blancs qui ne possèdent pas
d'esclaves, de même que le respect mêlé de crainte envers les
propriétaires de nègres, respect qui grandissait avec le nombre
d'esclaves.

J'ajouterai également que Dinah ne sut jamais que c'était à son maître
que nous devions les coups reçus si honteusement.

Dinah ayant fini de me soigner, s'en fut à la commode et ouvrit un
tiroir qui, à mon grand étonnement, était plein de linge de corps d'une
extrême finesse; elle m'enleva ma chemise et me passa une robe de nuit,
après quoi elle me fit mettre au lit.

Elle sortit et revint peu après avec un plateau chargé de différents
plats et d'une bouteille de champagne.

Elle plaça une petite table à la tête de mon lit et y mit tout ce
qu'elle venait d'apporter.

Peu habituée à boire d'alcool, je demandai à Dinah une tasse de thé
qu'elle me prépara immédiatement. J'étais encore très faible. Je mangeai
néanmoins de très bon appétit et ce léger repas me réconforta un peu.
J'avais momentanément presque oublié le passé, et ne me sentais pas le
courage de penser au présent, à l'avenir moins encore.

Pendant le repas, Dinah me parla librement, mais toujours avec respect.

Je lui demandai quelques détails sur son existence:

Née dans la plantation même, elle s'y était mariée et y avait toujours
vécu. Son mari était mort, la laissant sans enfants, et elle ajouta avec
orgueil qu'elle était gouvernante de la maison et avait vingt femmes
sous ses ordres.

Enfin elle se retira.

Mon lit était large et moelleux; j'étais horriblement fatiguée, et,
cette grande lassitude aidant, je m'endormis d'un profond sommeil...

La pendule de Saxe marquait huit heures lorsque je m'éveillai le
lendemain; tout d'abord, je fus étrangement surprise du lieu où je me
trouvais, puis, peu à peu, la foule des événements se précisèrent en mon
esprit malade: la honteuse exposition des parties les plus secrètes de
mon corps, la terrible fouettée, et la chevauchée sur la barrière: je
frissonnais en pensant à Randolph, et à la promesse que je lui avais
faite. Il pouvait venir d'un instant à l'autre. Peut-être épiait-il déjà
mon réveil, caché là à quelques pas de moi; le rouge de la honte me
rendit cramoisie; je sautai vivement hors du lit pour fermer la porte à
clé... il n'y avait pas de clé!

Et quand j'eusse pu m'enfermer, à quoi bon pareille précaution? Un jour
ou l'autre, il faudrait bien me résigner au sacrifice inévitable.

Toute frissonnante, je me remis au lit, avec la crainte de voir entrer
Randolph d'un moment à l'autre. Quand viendrait-il?... Peut-être dans la
journée, ou dans la nuit? Me cachant sous mes couvertures, je m'efforçai
de dormir. Impossible: toujours je voyais la face de Randolph essayant
de me sourire, ce qui me semblait l'affreuse grimace d'un satyre en
furie.

Vers neuf heures, Dinah entra portant un plateau avec du thé et une
lettre de Randolph: il me disait avoir été appelé à Richmond pour une
affaire importante, et peut-être, ajoutait-il, y serait-il retenu cinq
ou six jours. Il avait fait prendre mes malles, et me disait de
commander à Woodlands où je me trouvais, en maîtresse absolue.

Heureuse de ce répit inattendu, je bus mon thé et me recouchai.

Une jeune quarteronne venait d'entrer, portant un grand bassin qu'elle
remplit d'eau froide, puis après avoir étalé tous les objets de toilette
qui pouvaient m'être utiles, elle quitta la chambre.

Je pris mon bain et, tout en me séchant, je me regardais dans une grande
psyché; les marques de la flagellation avaient considérablement diminué,
mais mes chairs étaient toujours sensibles au toucher. J'étais encore
toute meurtrie entre les jambes, la barrière avait coupé mes chairs. Des
larmes de rage jaillirent de mes yeux quand je vis les traces du honteux
traitement que j'avais eu à subir.

Dinah revint et m'aida à m'habiller et à me peigner, puis me conduisit
dans une chambre très confortable où deux jolies quarteronnes me
servirent à déjeuner en me regardant curieusement de leurs grands yeux
de gazelles. Ce repas terminé, Dinah vint m'annoncer que mes malles
étaient arrivées.



XIV

FLEURS FANÉES


En déballant rapidement mes malles, ma pensée se reportait tout entière
vers Miss Dean. Dinah m'avait prévenue du départ de mon amie et de
Marthe, pour le Nord.

Combien j'aurais donné pour pouvoir les suivre! L'idée de m'évader me
traversa l'esprit et je résolus de faire tout mon possible pour
l'exécuter.

Combien Miss Dean serait heureuse de me voir revenir à elle aussi pure
que je l'avais quittée.

Et voilà qu'en ouvrant ma dernière malle, je trouvai un bouquet de
fleurs rares que nous avions cueillies ensemble et que j'avais
conservées, quoiqu'il commençât à se faner. Oh! ces fleurs, comme j'y
tenais. Je les effleurai de mes lèvres, et mon âme tout entière
s'envolait vers Miss Dean. Toute ma vie mon remords sera d'avoir
lâchement abandonné ma bienfaitrice. Si j'avais pu prévoir la suite!...
Mais bien peu font leur existence, et nous toutes, femmes, sommes
poussées par cette force inexplicable qui nous dirige vers l'inconnu. La
douleur avait été pour beaucoup dans ma résolution, mais je dois
l'avouer, je cédai plutôt que je ne fus contrainte à suivre cet homme
que, cependant, j'exécrais. Ainsi est fait notre caractère.

Je m'habillai complètement, me coiffai soigneusement et sortis de
l'appartement. Dans le hall qui précédait la principale porte
extérieure, je rencontrai Dinah à qui je déclarai mon intention de faire
un tour dans la propriété.

Alors, avec des larmes dans la voix, Dinah me dit qu'elle devait
m'accompagner partout, sans me laisser m'éloigner de l'habitation.

Mon projet d'évasion s'écroulait. Dans un mouvement de rage, je lançai
mon bouquet de fleurs fanées par-dessus la barrière--infranchissable
pour moi.

--Va! m'écriai-je, que le vent emporte ma dernière espérance. Miss Dean,
nous sommes à jamais séparées. Puisse la brise te porter mes regrets et
un peu de l'amour que je ne cesserai jamais d'avoir pour toi.

Puis, étendue sur une banquette, je me pris à sangloter.

Peu à peu, je me calmai, et Dinah, dans l'espoir de me distraire, me
proposa de me faire visiter la maison.

J'acceptai son offre et nous nous promenâmes dans toute l'habitation. Je
fus surprise du luxe qui s'étalait partout. Il y avait une vingtaine de
chambres, toutes admirablement meublées, chacune dans un style
différent. Je parcourus successivement plusieurs boudoirs, de vastes
fumoirs, une merveilleuse salle de billard, et une grande bibliothèque
remplie de livres de toutes sortes; deux corridors et deux larges
escaliers donnaient accès dans toutes ces pièces.

Ainsi que me l'avait dit Dinah, elle avait sous ses ordres vingt
servantes, toutes portant le même costume: une robe de coton à ramages,
un tablier blanc, un col, des manchettes et sur la tête un élégant
bonnet. Les filles affectées aux cuisines étaient des noires ou des
mulâtresses, mais toutes les femmes de chambre étaient quarteronnes ou
mistis; elles pouvaient avoir de dix-huit à vingt-cinq ans; toutes
étaient fort jolies et deux mistis surtout étaient réellement belles.
Plusieurs enfants couraient dans les appartements, mais je n'aperçus pas
un seul homme.

J'allai ensuite me promener seule dans les jardins qui étaient
entièrement entourés de grilles de fer; la seule entrée était la grande
avenue par laquelle j'étais arrivée, la veille avec Randolph. J'errai à
l'aventure pendant longtemps, mais je remarquai toutefois que les nègres
employés au jardinage ne me quittaient pas des yeux, et surveillaient
mes moindres mouvements. Je voulus m'assurer que j'étais vraiment
prisonnière et je m'avançai vers la grille que j'essayai d'ouvrir. Deux
noirs s'approchèrent immédiatement et l'un d'eux me dit:

--Ou pas poué allé. Nous qu'a gagné ordre de Massa pas laissé ou sorti.

Je retournai tristement dans ma chambre que j'examinai soigneusement
pour la première fois. Elle était ravissante, tendue de rose et de
blanc. De larges fenêtres ouvraient sur un jardin. L'ameublement très
soigné et intime, ressemblait quelque peu à celui d'un boudoir. De très
larges fauteuils et une table carrée la garnissaient principalement.

Roulant un fauteuil près de la fenêtre, et m'y allongeant, je
m'abandonnai à mes pensées.

Que Randolph était donc cruel de nous avoir livrées aux lyncheurs et de
m'avoir arraché mon consentement par des souffrances horribles.

Oh! pourquoi n'avais-je pas eu le courage de supporter bravement, comme
Miss Dean, les tourments que ces brutes nous avaient infligés. En
quelques heures, j'eusse été sur la route de Richmond. Je comparai ma
position avec celle de mon amie; elle était bien tranquille maintenant;
dans deux jours, elle serait en sûreté à Philadelphie, tandis que je
resterai à Woodlands, prisonnière d'un monstre qui me prendrait comme
jouet de toutes ses fantaisies.

La matinée s'écoula ainsi, et vers une heure, Dinah vint m'annoncer que
le lunch était prêt.

Après m'être légèrement restaurée, je rentrai dans la bibliothèque et je
cherchai dans la lecture l'oubli momentané de ma triste situation. A
sept heures, je fus appelée pour le dîner, un dîner meilleur et mieux
servi que ceux auxquels j'étais accoutumée, Miss Dean vivant très
simplement. Deux quarteronnes, Lucie et Kate servaient à table, et
Dinah, toujours majestueuse, faisait le service.

Je fis un très bon repas; j'avais réellement faim, et comme j'étais bien
portante, mon appétit, malgré tout ce que j'avais eu à subir, ne perdait
pas ses droits.

J'allai ensuite m'étendre sur un canapé, dans un petit salon attenant à
la salle à manger. Les lampes en furent allumées, les rideaux tirés, et
je m'installai très confortablement pour lire. La soirée me parut
longue, et je me décidai enfin à me coucher. Dinah me déshabilla et je
me glissai entre les draps. Je ne tardai pas à dormir d'un profond
sommeil.

Mon esprit versatile et léger--j'étais si jeune!--ne me rappelait plus
ma triste situation, et c'est après des rêves enchanteurs que je
m'éveillai, le lendemain, fraîche et disposée, comme s'il ne s'était
rien produit dans le cours démon existence...



XV

LA FIN D'UN RÊVE


Quatre jours s'écoulèrent, tranquilles, monotones.

J'oubliais presque Randolph, lorsqu'un matin Dinah, en m'apportant mon
déjeuner me dit avoir reçu une lettre de son maître; il annonçait son
retour pour le soir, et lui recommandait de préparer un très bon dîner.
Je me dressai, regardant fixement Dinah. J'étais terrifiée de savoir si
proche le moment redouté. Eh quoi, déjà! Je m'accoutumais à la nouvelle
vie que je menais, et c'était pour moi un coup terrible que je
pressentais, tel le bras qui vous secoue pendant votre sommeil et
interrompt un beau rêve.

C'était maintenant la réalité, l'heure fatale et maudite qui approchait,
l'heure où il faudra me donner tout entière à l'homme que je haïssais le
plus au monde, n'éprouvant pour lui qu'une répulsion qui me semblait en
ce moment ne jamais vouloir s'atténuer.

Je me levai et m'habillai machinalement; il me fut impossible de
déjeuner, et toute la journée j'errai mélancoliquement d'une chambre à
l'autre, la tête pleine de pensées tristes.

J'étais déjà épouvantée par les événements que j'entrevoyais.

Maintenant, je n'avais plus d'espoir d'échapper au satyre qui guettait,
depuis trop longtemps, sa malheureuse proie.

Vers cinq heures, j'étais assise dans ma chambre, lorsque Dinah entra,
suivie d'une quarteronne qui portait un tub. Elle le plaça au milieu de
la pièce, le remplit d'eau chaude, puis elle sortit, me laissant seule
avec Dinah. J'avais déjà pris mon bain, et je me demandais pourquoi
cette fille me rapportait le tub rempli d'eau chaude; je n'avais pas
l'habitude de prendre de bains chauds, et j'en fis la remarque à Dinah.

--Mo, mamzel, me répondit-elle, mo savé vou même faitement propre, Maît'
dans lette, ma dé mo baillé à vous bain pafumé; si mo pas complir, li
baillé mé fessée.

Je rougis d'indignation, et j'étais profondément humiliée. On purifiait
la victime et on la parfumait avant le sacrifice. Dinah n'y pouvait
rien; elle avait reçu des ordres auxquels elle ne pouvait que se
conformer. Je lui permis donc de me laver.

Elle parut rassurée et se mit immédiatement à parfumer le bain. Elle y
versa le contenu d'une petite fiole, puis un paquet de poudre blanche
qui fleurait délicieusement la rose, après quoi, elle remua l'eau
jusqu'à ce que la poudre fût complètement dissoute.

J'appris par la suite que cette préparation était en usage dans les
harems d'Orient et donnait à la peau un velouté exquis.

Lorsque tout fut prêt, elle me déshabilla et me passa l'éponge sur tout
le corps, vantant en même temps l'harmonie de mes formes et la blancheur
de ma peau.

Puis elle me sécha avec des serviettes très douces et me massa de la
tête aux pieds, froissant légèrement la chair entre ses doigts. Mon
corps devenait extrêmement souple, et ma peau devenait d'un blanc
laiteux immaculé.

Dinah m'habilla ensuite, portant ses plus grands soins aux linges de
dessous. Elle me passa une chemise garnie de guipures et de rubans bleus
et blancs, puis un pantalon avec des dentelles roses. Une paire de bas
de soie blanche me fut attachée au-dessus du genou avec d'élégantes
jarretières de satin bleu, ornées de boucles d'argent.

Lorsque j'eus aux pieds mes plus fins souliers, elle me fit mettre mon
corset qu'elle sangla fortement et, finalement, me passa une délicieuse
robe blanche. Elle m'avait fait une coiffure très haute qui me seyait à
merveille. Ces préparatifs achevés, elle recula de quelques pas et,
satisfaite sans doute de son examen, elle s'écria:

--Vous très belle, li Massa li content y baillé moi compliments.

Dinah savait très bien dans quel but elle m'avait ainsi parée, mais elle
ne comprenait pas pourquoi j'étais si émue.

Elle n'était pas vertueuse, et comme toutes ou presque toutes les femmes
de couleur, elle était de moeurs faciles et d'idées peu austères. De
plus, je crois qu'elle m'estimait heureuse d'avoir attiré l'attention du
maître, qui était à ses yeux un très important personnage.

Ces apprêts terminés, elle me fit descendre dans le salon, pour attendre
l'arrivée de Randolph.

Je m'installai dans la grande pièce, brillamment illuminée pour cette
circonstance et, à peu près résignée à mon sort, j'attendis le coeur
gros l'homme qui allait me ravir ma virginité.



XVI

AMANT ET MAITRESSE


J'étais assise dans le salon, prêtant l'oreille au moindre bruit. Si
j'avais éprouvé à l'égard de Randolph le moindre sentiment de tendresse,
ma peine eût été moins amère, mais je le haïssais cordialement.

J'entendis bientôt le roulement d'une voiture qui s'arrêtait devant la
terrasse, puis une porte qui s'ouvrait. Mon coeur commença à battre
violemment, mais mon énervement ne ressemblait en rien à celui d'une
jeune fille qui attend son amant. Quelle singulière position était la
mienne; j'étais partagée entre la crainte de revoir Randolph et le désir
d'en finir au plus tôt.

Enfin il entra. Il était en costume de soirée. Venant à moi, il me prit
les mains et m'embrassa sur les lèvres. Je frémis de tout mon être; il
me regardait longuement et attentivement, pendant que, les yeux baissés
et toute rougissante, j'attendais qu'il m'adressât la parole.

--Vous êtes tout simplement ravissante, Dolly, dit-il après un long
silence. Votre robe vous sied à ravir, mais à l'avenir, il faudra mettre
une toilette décolletée pour le dîner.

Il me considérait déjà comme sa propriété.

--Je n'en ai pas, murmurai-je en manière d'excuse sans oser lever les
yeux.

--Vous en aurez bientôt plusieurs, reprit-il en souriant. Maintenant,
dites-moi, avez-vous été bien soignée durant mon absence? Dinah a-t-elle
bien veillé sur vous et les domestiques ont-ils été respectueux?

Je n'avais certes pas eu à me plaindre, et, sans les tristes idées que
j'avais en tête, j'aurais pu me trouver très heureuse. Je lui répondis
donc que Dinah avait été très bonne et que les domestiques s'étaient
montrés envers moi attentifs et pleins de déférence.

--C'est heureux pour eux, et, s'il en avait été autrement, il leur en
eût cuit, depuis Dinah jusqu'à la dernière des filles de cuisine.

Ses paroles me révoltèrent un peu. Il me semblait qu'il eût pu éviter de
faire allusion à des corrections dont je ressentais encore légèrement la
douleur.

Il m'adressa encore quelques questions sans importance et une des femmes
vint annoncer que le dîner était servi.

La table était couverte de fleurs, le linge et la verrerie étaient d'une
grande richesse.

Sur le grand buffet d'acajou brillait la lourde argenterie qui
appartenait à la famille des Randolph depuis plusieurs générations.
C'était la première fois depuis mon arrivée que l'on servait le dîner
dans la vaisselle plate.

Randolph parlait gaîment, mangeant de bon appétit et sablant le
champagne avec une aisance sans égale. Je ne touchais que du bout des
lèvres aux nombreux mets servis et ne répondais que par monosyllabes.

Randolph, dans l'espoir de m'animer, essaya de me faire boire une coupe
de champagne, mais le vin me monta à la tête et ne fit que m'étourdir au
lieu de m'exciter.

Il n'insista plus pour m'en faire boire. Le repas terminé, nous passâmes
au salon et Randolph alluma un cigare.

Il avait appris à Richmond que Miss Dean était arrivée saine et sauve à
Philadelphie, et il ajouta en riant bruyamment:

--Je ne pense pas que l'élégante quakeresse recommencera de sitôt à
diriger une _station souterraine_. Par Dieu, elle a reçu une terrible
fouettée; j'imagine qu'elle en portera toujours les marques; Quant à
vous, Dolly, vous n'aurez pas de cicatrices, votre peau n'ayant pas été
coupée.

Vers dix heures, il se leva, et, me prenant par la taille, essaya de
m'entraîner. Je fis un dernier appel à sa pitié:

--Je vous en supplie, monsieur Randolph, épargnez-moi, lui dis-je en
joignant les mains.

Sa figure changea brusquement et ses traits prirent une expression de
colère qui m'effraya.

--Dolly, me répondit-il durement, n'insistez pas; vous savez ce que vous
m'avez promis, et je suppose que c'est une affaire terminée.

--Oh! je vous en prie, rendez-moi ma parole. Vous savez bien que j'étais
à demi folle de douleur lorsque je vous ai promis ce que vous me
demandiez. Soyez généreux et laissez-moi partir...

--Écoutez, m'interrompit-il brusquement, tout ce que vous pourrez me
dire est inutile. Vous êtes en mon pouvoir, à ma discrétion, et, certes,
je ne vous rendrai pas votre parole. Si vous ne consentez pas à me
suivre de plein gré, j'emploierai la force. M'avez-vous bien compris?

Ma dernière chance de salut s'évanouissait et ses menaces
m'épouvantaient. Toute résistance devenait inutile et la soumission
était obligatoire. C'est en sanglotant et baissant la tête que je
murmurai:

--Je suis prête à vous suivre.

Oh! combien ces mots me coûtèrent. Randolph me prit le bras et me
conduisit à ma chambre sans ajouter une parole.



XVII

NUIT D'ÉPREUVE


Randolph avait fermé la porte, et, se tournant vers moi, me dit:

--Voyez-vous, belle Dolly, je suis très heureux que vous soyez revenue à
de bons sentiments. J'eusse été très fâché d'employer la violence à
votre égard.

Me faisant tenir debout devant la glace, il défit vivement les boutons
de mon corsage et les cordons de ma jupe, puis en un clin d'oeil, fit
sauter mon corset. Il défit ensuite mes jupons et mes pantalons et
m'enleva mes bas. Je me trouvais donc complètement déshabillée devant
lui, n'ayant que ma chemise sur le corps, et, je l'avoue, malgré ce
dernier vêtement, je me sentais rougir de honte. Quelle angoissante
position pour une femme qui était encore une jeune fille! et je savais
bien que les femmes, dans tous les temps et dans tous les pays du monde,
qui ont passé par ces épreuves n'en étaient pas mortes.

Puis, soudain, comme si le dernier voile qui me restait et me couvrait
mal, l'eût impatienté, il me l'enleva et je me trouvai complètement nue
devant cet homme. Je fermai les yeux, mais les larmes perlèrent sous mes
paupières et coulèrent lentement sur mes joues. Cependant Randolph ne
cessait de parler.

--Comme vous êtes belle et bien faite, murmurait-il. Combien vos formes
sont élégantes et pures!

Une autre femme eût peut-être été heureuse de ces compliments, mais
j'étais trop honteuse et ne prêtais que peu d'attention à ces paroles;
je désirais ardemment la fin de ce supplice.

Enfin, Randolph m'avait étendue sur le lit. Me serrant dans ses bras, il
m'étouffait de baisers...

Je ne me soucie pas de savoir comment les autres femmes se sont tirées
d'affaire en cette pareille circonstance. Pour moi, je la trouvai si
bestiale et douloureuse que, dans ma naïveté, je me crus victime d'un
abominable attentat. Je ne ressentis pas la plus fugitive sensation
voluptueuse. Rien que de la douleur.

Toutes les femmes ont passé par là; je le sais et aucune pourtant ne
s'en est plainte: la preuve en est qu'elles y retournent.

Néanmoins, je n'éprouvai que du dégoût et mon aversion pour Randolph ne
fit que d'augmenter.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Je me réveillai le lendemain matin, courbaturée. Randolph, lui, donnait
toujours profondément.

J'étais triste et découragée, et mes pensées n'étaient pas précisément
gaies.

Après avoir longuement réfléchi sur mon affreuse situation, je crus que
le mieux était de rester à Woodlands, pour quelque temps du moins, et de
faire contre fortune bon coeur. Je résolus donc de tirer le meilleur
parti de la situation.

J'en étais là de mes réflexions, lorsqu'on frappa à la porte: c'était
Suzanne, l'une des femmes de chambre, qui apportait le thé. Elle plaça
son plateau sur une table près du lit; elle me regardait sans la moindre
expression d'étonnement ou de curiosité, mais je me sentis toute
honteuse de me trouver couchée avec un homme en présence de cette fille,
et je rougis malgré moi.

Elle mit un peu d'ordre dans ma chambre, ramassant mes vêtements que
Randolph avait jetés à la volée par toute la pièce. Puis elle prépara le
bain et se retira.

Je me levai, puis une fois habillée, je descendis dans le jardin, afin
de m'asseoir dans un coin solitaire où je pusse réfléchir à mon aise.

Après tout ce que j'avais eu à subir, j'étais heureuse de me retrouver
un instant seule; la sérénité du ciel, l'air frais du matin, le doux
arôme des fleurs et le clair soleil qui montait à l'horizon, eurent pour
effet de calmer un peu la surexcitation de mes nerfs. Je me sentais
toute alanguie et je restai étendue à l'ombre jusqu'à l'heure du
déjeuner.

Après le repas, Randolph s'éloigna et Dinah entra, m'apportant un panier
de clés, en me demandant respectueusement mes ordres pour la journée. Je
remarquai qu'elle ne m'appelait plus Mamzelle, mais Maîtresse.

Comme je n'avais nullement l'intention de me donner la peine de
surveiller la gestion d'une maison aussi importante que Woodlands, je
priai Dinah de garder les clés et de continuer à diriger tout comme
auparavant.

Elle parut très heureuse de ma résolution, et, reprenant fièrement son
panier, elle partit toute joyeuse.

Je passai l'après-midi sur un divan à lire tranquillement et je ne revis
Randolph qu'au dîner.

Mon appétit était revenu; je fis honneur aux excellentes choses qu'on
nous servit et je bus une ou deux coupes de Champagne. Je trouvai, cette
fois, ce vin délicieux; il ne tarda pas à agir et me monta même
légèrement à la tête.

A onze heures, nous nous mîmes au lit et cette nuit se passa plus
agréablement que la précédente.



XVIII

PASSE-TEMPS AGRÉABLES


Plusieurs semaines s'écoulèrent. J'étais confortablement installée à
Woodlands, et je commençais à me faire à ma nouvelle vie, m'efforçant
même de chasser toute préoccupation d'avenir.

Randolph avait pris, pour mon service, la meilleure couturière de
Richmond, et, grâce à ses soins empressés, ma garde-robe était au
complet. J'avais quantités de toilettes de ville et de soirée, du linge
très fin orné de dentelles de prix.

Il m'avait aussi fait faire un costume d'amazone et me donnait des
leçons d'équitation.

Randolph, très généreux, m'avait offert de nombreux bijoux; c'était,
d'ailleurs, un parfait gentleman possédant une brillante instruction.
Malheureusement un libertinage invétéré gâtait ses bonnes qualités;
j'eusse voulu mon amant plus sage.

Toutes les femmes de sa plantation lui étaient passées par les mains. Il
n'avait néanmoins aucun égard pour elles; elles étaient ses esclaves et,
pour la moindre faute commise, il les faisait fouetter ou les fouettait
lui-même sans pitié.

Il en était de même avec moi, corrections exceptées, bien entendu. Il me
répétait souvent que j'étais jolie, et ne se lassait pas de me
contempler. Il ne m'aimait pas, il m'admirait. J'étais obligée de me
plier à toutes les fantaisies que son cerveau surexcité lui commandait,
d'agréer toutes ses fantaisies lubriques.

Son grand amusement était de me varier mes costumes. Il me prenait en
robe de soie, robe de ville ou de soirée, dans toutes les positions qui
lui traversaient l'esprit.

Du jour de mon entrée dans la maison, il délaissa complètement les
servantes pour s'occuper exclusivement de moi. Au fond j'aurais préféré
qu'il me laissât un peu plus tranquille.

Peu à peu, cependant, je finis par m'habituer à lui et à l'appeler par
son prénom, Georges. Il était toujours très doux avec moi, quoique
parfois de très mauvaise humeur.

A cause de son incorrigible libertinage, Randolph, bien qu'appartenant
comme je vous l'ai dit, à l'aristocratie de la Virginie, n'était pas
invité dans la société. Aussi il ne venait jamais de dames à Woodlands
et, quand il recevait, il n'y avait que des hommes à table. Je
m'asseyais alors en face de lui à la place d'honneur. A l'occasion de
ces fêtes, toutes les femmes de la maison étaient vêtues de noir, avec
le col et les manchettes blanches, et de jolis bonnets sur la tête.

Malgré toute la licence accordée à ses invités, aucun d'eux ne me manqua
jamais de respect, personne n'essaya de prendre la moindre privauté.
Tous me traitaient comme la dame de la maison et, comme on savait que
Randolph était très violent et tirait admirablement au pistolet, arme
dont il était d'ailleurs constamment prêt à se servir, aucun d'eux ne se
serait jamais avisé de me parler trop familièrement.

Le temps pourtant s'écoulait sans événements notables; j'étais toujours
très bien portante, et ne m'ennuyais pas. J'avais quantité de livres à
ma disposition: je montais à cheval tous les jours, tantôt seule, tantôt
avec mon amant. Souvent même, nous faisions de longues promenades en
voiture.

De temps à autre, nous allions passer quelques jours à Richmond; c'était
là pour moi de vraies parties de plaisir.

Nous descendions dans le meilleur hôtel et nous allions tous les soirs
au théâtre ou dans un café concert quelconque. Je n'avais jamais été au
spectacle avant de vivre avec Randolph, et je fus prise d'une grande
envie de me faire actrice.

Je m'en ouvris à Georges que la singularité de mon désir égaya beaucoup,
mais il me déclara qu'il ne voulait plus entendre parler de cela.

Lorsque nous étions à Woodlands, je me promenais toute la journée dans
la plantation qui, très importante, comprenait plus de deux cents
nègres, tous employés à la culture du coton.

Randolph était assez bon pour eux; il les nourrissait bien et n'exigeait
qu'un travail proportionné à leurs forces; en revanche il ne leur
pardonnait pas la moindre faute: aussi la courroie, la baguette et la
batte ne chômaient-elles guère.

Les esclaves étaient répartis en trois quartiers. Le premier était
réservé aux couples mariés, le second aux hommes seuls et le troisième
aux filles.

Mais, aussitôt le travail terminé, ils se réunissaient pour danser et
chanter en s'accompagnant de tambourins. Naturellement, les registres de
naissance que Randolph tenait soigneusement, accusaient une notable et
continuelle augmentation dans la population.

A la maison, la discipline était toujours maintenue par Dinah, et, quand
une fille faisait mal son service ou lui manquait de respect, elle était
impitoyablement menée à Randolph qui ne tardait pas à lui faire
regretter un moment de négligence. Souvent j'entendais les cris des
coupables, mais jamais je n'assistais à l'exécution d'une punition.

Je crois vous avoir dit que j'avais pour femme de chambre une misti du
nom de Rosa. Cette fille avait été avant mon arrivée la favorite de
Randolph qui l'avait complètement délaissée depuis mon installation.
Rosa en conçut un vif ressentiment à mon égard.

Elle manifesta les premiers jours sa jalousie en faisant très mal son
service et en affectant pour moi des airs impertinents. Je savais que si
je me plaignais à Randolph le châtiment serait sévère et je résolus de
patienter.

Rosa était très belle fille; âgée d'environ vingt ans, elle était
grande, à peine plus foncée de peau qu'une brune des pays chauds. Son
corps était bien proportionné; ses mains fines n'avaient jamais été
déformées par un travail pénible et ses cheveux non crêpés lui tombaient
plus bas que les reins. Sa voix était mélodieuse, mais un peu traînante,
et elle se servait du langage petit nègre en parlant.

Un matin qu'elle m'aidait à ma toilette, sa mauvaise humeur éclata: elle
se mit à me brosser les cheveux si rudement que je lui en fis
l'observation, mais sans y prendre garde, elle les tira plus violemment
encore en disant:

--Ça pas occupation moi-même, brossé bourré vous-même. Vous béqué eré
que paque tine la peau blanche, vous êtes belle bitin, vous femme, pas
meilleur comme mo, vous pas femme à Massa, y vous qui tini coucé toutes
les nuits avec lui-même.

Rouge de colère, je lui ordonnai de quitter la chambre, ce qu'elle fit
en ricanant.

Les larmes me vinrent aux yeux et j'eus conscience de mon abaissement.
Il était dur après tant de malheur de s'entendre parler de la sorte par
une esclave. Mais, après tout, elle avait dit la vérité: je ne valais
pas mieux qu'elle.

J'achevai de m'habiller seule, et je descendis. Randolph remarqua mes
yeux rouges.

--Qu'avez-vous, Dolly? me demanda-t-il.

--Oh! rien; Rosa a été un peu impertinente avec moi.

Ma réponse ne le satisfaisant point, il insista et je lui racontai toute
la scène, intercédant pour Rosa qui, ajoutai-je, avait toujours été très
polie avec moi.

--Je lui parlerai tout à l'heure, dit Georges, et il continua
tranquillement de déjeuner.



XIX

AMOUR ET BASTONNADE


J'avais oublié la scène qui s'était passée et, le repas fini, je passai
dans la bibliothèque afin de lire les journaux pendant que Randolph
fumait un cigare.

Au bout d'un instant il sonna. Une des femmes, nommée Jane, répondit à
son appel.

--Allez me chercher Rosa et Dinah, lui dit son maître, et revenez avec
elles; j'ai besoin de vous trois ici.

Elles arrivèrent ensemble quelques minutes après.

Georges se leva de son siège et, se tournant vers Rosa qui paraissait
épouvantée, il s'écria:

--Ah! vous voilà, insolente; comment osez-vous parler sur un ton
semblable à votre maîtresse? Chienne que vous êtes! Croyez-vous que
c'est parce que j'ai eu des bontés pour vous, que je vous laisserai
insulter une dame blanche. C'est ce que nous allons voir.

Terrifiée, Rosa pâlit, autant que le permettait son teint bronzé; elle
éclata en sanglots et, se tournant vers son maître, s'écria en joignant
les mains:

--Lagué mo, lagué mo, Massa, pas fotté moin, mo qu'a mandé pardon; puis,
se tournant vers moi, elle me lança un regard suppliant.

Je ne voulais pas que cette malheureuse fût fouettée; aussi
intercédai-je vivement en sa faveur auprès de Randolph. Mais il ne se
laissa pas fléchir.

--_Enlevez-la_, dit-il en se tournant vers Dinah.

Celle-ci, s'avançant vers Rosa, la saisit par les poignets, et, faisant
demi-tour, l'enleva sur ses épaules larges en se penchant fortement en
avant. Les pieds de la coupable quittèrent le sol, et elle se trouva
courbée en deux sur le dos de Dinah.

Je ne tenais pas à voir le supplice et je me dirigeai vers la porte.

--Restez ici, je le veux, dit impérieusement Randolph. Levez les jupons,
Jane, ordonna-t-il, et faites attention de bien les tenir hors de la
portée de la badine.

Ainsi fut fait. Rosa avait la peau très lisse; ses jambes bien moulées,
dans des bas de coton blanc très propres, elle portait comme jarretières
des noeuds de rubans bleus, et était chaussée de jolis souliers.
Randolph alla chercher une badine dans un cabinet voisin, puis revint en
disant:

--Je vais maintenant vous apprendre le respect dû à vos maîtres; il y a
longtemps que vous n'avez été fouaillée, mais je vais vous remuer le
sang convenablement.

Rosa n'avait pas soufflé mot pendant ces préparatifs, mais à présent,
elle tournait la tête vers son maître, et l'implorant:

--Oh! Massa, vous qu'a pas baillé fotté, fot a Rosa même.

Il commença de fouetter la malheureuse, frappant lentement et posément.
La fille frémissait, jetant les jambes en l'air pour essayer d'échapper
au terrible contact de la badine, puis elle se mit à crier et à supplier
son bourreau.

--Oh! Massa, Massa, plus baillé flonflon, Massa qu'a baille top fot, oh!
ché doudou qu'assez!

Le coudrier continuait à strier ses chairs, lui arrachant de longs cris.
Sa peau était très fine pour une femme de couleur; elle devait sentir
cruellement la douleur.

Randolph s'arrêta enfin. La coupable fut remise sur pieds, sanglotant.

--Là, Rosa, lui dit son maître. Vous n'avez pas à vous plaindre; je n'ai
pas été sévère aujourd'hui, mais faites attention à vos paroles, car si
j'apprends de vous la moindre impertinence, vous ne vous en tirerez pas
aussi légèrement.

Rosa, toujours pleurant, quitta la chambre avec les deux femmes.

Nous restâmes tous deux seuls.

--Je crois, me dit Randolph, que maintenant vous n'aurez plus à vous
plaindre d'elle, mais si elle recommençait faites-le-moi savoir.

--Oh! Georges, répondis-je, comment avez-vous pu fouetter ainsi cette
malheureuse, surtout après avoir eu des relations avec elle; elle est
jolie, et c'est mal à vous.

Il se mit à rire.

--Oui, vous avez raison, je l'ai _eue_ souvent et je l'aurai encore si
l'envie m'en prend, mais je ne l'en fouetterai pas moins si elle se
conduit mal et si elle en a besoin. Ce n'est qu'une négresse, malgré sa
peau claire, et vous, incorruptible abolitioniste, ne savez ni ne voulez
comprendre le peu de cas que nous faisons de nos esclaves. Leur corps
nous appartient, et nous sommes libres d'en faire ce que bon nous
semble. Pour mon compte, je fais plus de cas de mes chevaux et de mes
chiens que de mes nègres.

Je croyais connaître Randolph, mais cette dernière remarque m'indigna.
Je m'abstins pourtant de toute observation.

Lorsque je montai m'habiller pour dîner, je trouvai Rosa dans ma
chambre; elle paraissait très humble et très soumise. J'eus pitié
d'elle, car je savais combien les coups de badine étaient douloureux.

--Je regrette que vous ayez été battue, Rosa, lui dis-je; le fouet vous
a-t-il fait très mal?

--Oh, que oui, maîtresse, l'a qu'a fessée, qu'a fait gand mal a mo. Li
maît jamais qu'a baillé me fessade si fot, Dinah qu'a mo bandé tant coum
gaisse à possuc. Ma ça qu'a faire toujours gand mal.

Elle m'aida à m'habiller, et depuis ce jour, je n'eus plus jamais lieu
de me plaindre d'elle.



XX

HEURES DE DÉSOEUVREMENT


Trois nouveaux mois passèrent; je vis bien des choses curieuses, mais je
ne veux pas allonger mon récit, ou plutôt ma confession.

Randolph donnait toujours à ses amis des dîners ou parties amusantes et
parfois fort libres. N'eut-il pas l'idée, un jour qu'il avait dix
convives, de vouloir les faire servir par dix esclaves nues! Cette
fantaisie m'épouvanta.

--Oh! Georges, m'écriai-je, vous ne ferez pas une chose pareille? Ce
serait trop honteux.

--Mais si, certainement, répondit-il en riant; comment, Dolly, vous
rougissez; je croyais pourtant bien que vous étiez guérie de votre
timidité.

--Mais votre idée est absolument insensée. Si vous voulez agir ainsi, au
moins, ne m'obligez pas à rester à votre table; ma position entre dix
hommes environnés de femmes nues serait trop horrible!

Hélas! il me fallut consentir à cette lubrique fantaisie d'un cerveau
que je commençais à considérer comme malade.

Le repas eut lieu, ainsi que l'avait voulu Randolph, et, mourant de
honte, je me retirai dans ma chambre, pour ne pas voir ce qui allait
inévitablement se passer.

Quelques jours après cette scène, Randolph m'annonça qu'il était dans
l'obligation de partir à Charlestown pour affaires et ordonna à Dinah de
lui préparer sa valise. Avant de s'éloigner, il me fit plusieurs
recommandations et me donna le contrôle de toute la maison, en
m'exonérant cependant de la surveillance de la plantation: je devais
également laisser les majordomes absolument maîtres du travail.

Il ajouta que si l'une des femmes commettait quelque faute, je pourrais,
avec l'aide de Dinah, la fouetter moi-même, ou, si je le préférais,
l'envoyer à un des surveillants avec une note spécifiant quel instrument
devait être employé pour la correction: la baguette, courroie, ou batte.

Je lui promis de faire tout ce qu'il me disait, mais, à part moi, je
comptais bien ne pas fouetter ou faire fouetter une seule femme sous
quelque prétexte que ce fût. Certes, il est bon parfois de fustiger
doucement un enfant, mais l'idée de frapper rudement une femme me
répugne profondément.

Randolph parti, je me sentais heureuse d'être libre d'agir à ma guise,
sans avoir à subir les ordres d'un maître, car Randolph était moins mon
amant que mon maître.

Le temps passa tranquillement. Dinah était très attentive et les femmes
se conduisaient parfaitement. Je passais mes journées à lire et à monter
à cheval. Randolph m'en avait donné un très doux, car j'étais toujours
fort nerveuse.

Nous étions à l'époque de la récolte du coton. Cet ouvrage était fait
par des femmes qui étaient obligées, sous peine de punition, d'en
récolter un certain poids par jour. Elles se réunissaient à la fin de la
journée et un surveillant, un carnet à la main, pesait leurs paniers. Si
le poids était insuffisant, la femme était fouettée avec la courroie qui
produisait une forte douleur sans abîmer la peau.

J'ai entendu dire à un surveillant qu'on pouvait fouetter une négresse
pendant une demi-heure avec la courroie, sans en tirer une goutte de
sang.

Nous avions alors soixante-dix femmes employées à ramasser le coton, et
tous les soirs, quatre ou cinq recevaient la fouettée. Cette coutume
n'était pas particulière à notre habitation, mais tous les planteurs de
la Virginie agissaient ainsi. Les majordomes surveillant les travaux des
champs étaient chargés du soin de punir les négresses, et toutes les
plus jolies travailleuses leur passaient entre les mains; ils n'en
avaient pas plus de pitié pour cela; leurs attributions comprenant les
fustigations, c'est presque machinalement qu'ils les exerçaient.



XXI

EXISTENCE TRANQUILLE


Cependant, je continuais à mener une existence que l'absence de Randolph
rendait fort calme.

Peu à après son départ, je reçus une lettre de Georges m'annonçant que
ses affaires n'étaient pas terminées, et qu'il comptait rester encore
quelques semaines à Charlestown. La nouvelle ne m'émut guère. Je
n'aimais pas mon amant et j'étais heureuse d'avoir un peu de
tranquillité.

Le même jour, après le déjeuner, j'étais dans la bibliothèque, quand
Dinah entra, l'air fort contrarié; elle me raconta que, depuis le départ
du maître, Emma, une fille de cuisine, faisait très mal sa besogne, et
restait insensible à toutes les observations. Puis Dinah me demanda si
je voulais la fouetter moi-même.

--Non, répondis-je, je ne puis faire cela.

--Lors, vous ça ka la mandé a majordome.

--Non, pas davantage.

Dinah me regarda très surprise. Elle ne pouvait comprendre pourquoi je
ne voulais ni battre la fille ni l'envoyer au majordome.

--Oh! maîtresse, dit-elle, mo ka faire? si vous ka pas baillé fouetté a
canaille négesse la, toutes autes bouguesses dans maisons tant comme, li
van mal corresponde a mo même, y moi ka pas pouvoi tini ordre, dans
habitation.

Je ne pus m'empêcher de rire en entendant la façon méprisante avec
laquelle Dinah parlait des drôlesses noires. Esclave elle-même et
passible du fouet pour la moindre faute commise, elle avait une haute
idée de sa propre importance et de sa position de femme de charge de
Woodlands.

--Attendez le retour du maître, lui dis-je, alors vous vous plaindrez
d'Emma et vous la punirez.

Dinah était fort mécontente et me fit observer que si je ne voulais pas
fouetter la femme avec une badine, je pouvais le faire sur mes genoux
avec une pantoufle. Mais je lui refusai cette dernière satisfaction, et
elle partit furieuse en grommelant contre mon indulgence pour «catin
négesse».

Une semaine se passa. Une belle après-midi, j'étais partie avec un
livre, m'installer dans un endroit paisible des jardins, auprès d'un
joli lac couvert de nénuphars et environné de bosquets. Sur la berge
était construite une petite maison toute chargée de plantes grimpantes,
et meublée de chaises longues en osier, et d'une petite table ronde.

En approchant, j'entendis des éclats de rire, et j'aperçus deux galopins
fort occupés à jeter des pierres à quelque chose qui remuait dans l'eau.

C'était le frère et la soeur, enfants d'une splendide mulâtresse appelée
Marguerite, employée comme fille de cuisine. Les deux enfants étant
quarterons, le père était évidemment un blanc. Le garçon avait une
douzaine d'années, et la petite un ou deux ans de plus. Comme il leur
était interdit de venir dans ce jardin, je supposais qu'ils
s'enfuiraient à mon approche, mais, absorbés par leur jeu ils ne
m'aperçurent pas.

En avançant encore, je m'aperçus que leur but était un pauvre petit chat
qui luttait désespérément pour regagner le rivage, et que les petits
sauvages repoussaient impitoyablement.

J'aime beaucoup les animaux, et particulièrement les chats; ce spectacle
me rendit furieuse. Je courus au bord de l'eau et saisis la pauvre bête
que je couchai au soleil, espérant qu'elle reviendrait à la vie, mais
les pierres des petites brutes l'avaient cruellement blessée et elle
resta étendue sans vie sur l'herbe.

J'entrai dans une grande colère et, saisissant les deux drôles, je les
renversai tour à tour sur mes genoux et les fustigeai un peu fort. Puis,
satisfaite, je m'installai confortablement et je lus le roman que
j'avais apporté avec moi. Après le dîner, le soir, Dinah vint me
demander divers renseignements, et j'en profitai pour la prier de me
dire ce qu'elle connaissait de la vie de Randolph.

Elle parlait longuement, prenant plaisir à s'écouter elle-même; son
récit était semé de remarques que je ne crois pas utile de reproduire;
aussi ne vous en donnerai-je qu'un résumé.

Dinah était exactement du même âge que Randolph, étant née le même jour
que lui, trente-cinq ans auparavant. Sa mère avait été la nourrice de
Georges, et les deux enfants, élevés ensemble, étaient une vraie paire
d'amis. Mais sitôt que Randolph fut en âge de comprendre la différence
qui les séparait, il devint autoritaire, et la rouait de coups quand
elle ne se pliait pas à ses caprices. A dix-huit ans, il lui ravit sa
virginité, puis alla passer trois ans en Europe.

A vingt-cinq ans, Dinah épousa un quarteron, et, depuis cette époque,
Randolph ne l'avait plus approchée. Ce dernier venait d'atteindre sa
trentième année lorsque son père et sa mère moururent à peu de temps
l'un de l'autre; il devint alors propriétaire de Woodlands. A cette
époque, Dinah était veuve et première femme de chambre; elle fut élevée
à la dignité de femme de charge par Randolph qui lui conféra une
certaine autorité sur les autres esclaves, ce qui ne l'empêchait pas de
la fouetter quand elle avait le malheur de lui déplaire, quoique cela ne
fût pas arrivé depuis plus de deux ans.

Je congédiai Dinah et me mis au lit. Le lendemain, à mon réveil, je
reçus une lettre de Randolph.



XXII

RETOUR DE RANDOLPH


Georges m'annonçait son retour pour le lendemain soir, et me
recommandait de lui faire préparer un bon dîner à l'heure habituelle.

Le jour de son arrivée, vers deux heures, je fis seller mon cheval et
partis me promener. Aidée de Rosa, j'avais mis une jolie amazone, et
m'étais coiffée d'un grand feutre gris comme en portent les cowboys, ce
qui m'allait à ravir. Je rentrai vers cinq heures. Le groom m'attendait
sur le perron, et m'annonça que son maître était arrivé depuis plus
d'une demi-heure. Épouvantée, j'entrai en courant au salon.

--Oh! Georges, lui dis-je, je suis vraiment peinée de ne pas avoir été
là pour vous recevoir, mais je ne pouvais penser que vous arriveriez
avant six heures.

Je croyais le trouver furieux, mais il était au contraire de bonne
humeur. Il se leva, vint à moi, et répondit en m'embrassant:

--Cela importe peu, ma petite chérie, je suis seul fautif.

Je fus surprise de ces manières affectueuses auxquelles je n'étais pas
accoutumée, manières presque tendres et qui contrastaient singulièrement
avec l'humeur habituelle de mon amant.

Nous descendîmes à la salle à manger, et nous fîmes honneur au repas
qui, d'ailleurs, était excellent.

Randolph me questionna sur la conduite des femmes; je lui dis sans
hésitation que je n'avais eu qu'à me louer d'elles durant son absence.

Après le dîner, une fois installés au salon, Randolph me fit part de ses
craintes sur la situation présente. Les rapports entre Nord et Sud
étaient très tendus. Georges, naturellement, Sudiste convaincu, avait
voué une haine invétérée à ses adversaires qu'il agonisait d'injures.
J'étais Yankee, et, comme telle, j'espérais en mon âme sur l'entière
victoire de mes compatriotes; je me gardais cependant d'exprimer tout
haut mon opinion; Randolph, selon son habitude, m'eût violemment imposé
silence.

Le lendemain, nous fîmes en buggy une longue promenade, qui nous
conduisit jusqu'à l'habitation où j'avais vécu si heureuse avec Miss
Dean.

Les souvenirs se pressaient en foule dans mon esprit.

--Oh! partons, dis-je à Georges qui s'aperçut de mon émotion. Mais le
cruel ne fit que rire bruyamment de ce qu'il appelait ma «sensiblerie
mouillée»,--mouillée! parce que mon émotion se traduisait en larmes
silencieuses!--et nous reprîmes lentement le chemin de Woodlands.

Les jours succédaient aux jours, dans un morne désoeuvrement. La
continuité du calme dans cette ruche monotone pesait lourdement sur mes
esprits; il me semblait que je souffrais de ma tranquillité. Depuis le
retour de Randolph, tout allait pourtant pour le mieux et aucune femme
n'avait encore eu ses jupons relevés--pour recevoir le fouet, s'entend,
car--pour le reste... L'amour existe dans tous les pays.

Cette quiétude ne pouvait durer. Un petit accident arrivé dans la
récolte--accident peu important, du reste, eut le don de mettre Randolph
dans une violente colère.

J'étais dans la bibliothèque, étendue négligemment sur une chaise
longue, chaussée d'espadrilles légères, Randolph entra brusquement, les
yeux chargés d'éclairs. Il mordillait rageusement sa moustache, et, ne
trouvant personne sur qui passer la colère qui grondait sourdement en
lui, il m'adressa violemment la parole.

--Drôlesse! vous savez que ces espadrilles me déplaisent. Eh quoi!
avez-vous l'intention maintenant de vous affubler plus mal qu'une
chienne d'esclave...

--Mais...

--Taisez-vous, ou je vous gifle.

Alors, un peu calmé, il m'annonça qu'il avait un rendez-vous très
important avec un planteur des environs. Il appela Dinah qui accourut
aussitôt, et lui commanda de faire seller son cheval, puis alla
s'habiller.

Au bout d'une demi-heure, il rentrait, en costume de route. Le groom
n'avait pas encore fait son apparition et Randolph se mit à arpenter
rageusement la pièce en consultant sa montre à chaque minute. Il jurait
de faire attacher et fouetter le groom jusqu'au sang, s'il manquait son
rendez-vous et finalement sonna encore Dinah.

--Je parie que la garce a oublié de prévenir le groom, grommela-t-il
entre ses dents.

Dinah parut, calme.

--Avez-vous commandé mon cheval?

La femme se mit à trembler, affreusement pâle.

--No, Massa, mo ka oublié.

Il bondit de fureur.

--C'est ainsi; c'est bien, je vous réponds que cela ne vous arrivera
plus.

Et bondissant sur la pauvre Dinah, il la renversa, d'un tour de main lui
releva ses jupes, et commença à la frapper furieusement, s'excitant,
tapant de plus en plus fort sur la chair qui frémissait sous le cruel
contact de ses gros poings.

Enfin il la repoussa violemment, en jurant.

--Oh! Georges, lui dis-je. Comment avez-vous pu battre cette fille?

Il me regarda durement:

--Je vous serais reconnaissant de vous mêler de ce qui vous regarde. Je
fais ce qu'il me plaît de mes esclaves.

Il s'animait en parlant.

--Dieu me damne, jura-t-il, jamais personne ne s'est permis semblable
remarque, et j'ai bien envie de vous fouetter comme cette femme.

Il l'aurait fait. Mon sang se glaça dans mes veines.

--Je vous demande pardon, fis-je d'une voix étranglée... Je suis désolée
que ma prière ait pu vous contrarier.

--C'est bien. Mais sachez que je déteste les observations.

Enfin, il quitta la salle. Je poussai un soupir de soulagement en le
voyant disparaître dans l'avenue, au grand trot de son cheval.

La nouvelle de la punition de Dinah s'était vivement répandue par toute
la maison. Comme elle était femme de charge, et obligée de rapporter à
son maître toutes les fautes commises par ses gens, elle n'était pas
très aimée des noirs.

Je fis venir Dinah auprès de moi. Je fus surprise de la trouver plus
fraîche que jamais, ses cheveux bien en ordre sous un bonnet blanc, un
tablier, un col et des manchettes très propres. Sa figure avait son
habituelle expression de placidité mais ses yeux étaient un peu rouges.

--Je vous plains, ma pauvre Dinah, lui dis-je, votre maître vous a
battue bien sévèrement.

Quoiqu'un peu surprise de la sympathie que je lui témoignais, elle parut
néanmoins s'en montrer reconnaissante, et me remercia, en disant:

--Mo ka tini bocoup fouettée dans ma vie, mais mo jamais croire que
Massa baillé à mo fessée tan coin pitit fille. Mo l'a pas reçu chose
comme ça depuis mo tini treize ans. Mo ha reçu deux fois la batte mais
la main de Massa être quasi dure comme batte.

Dinah avait parlé sans émotion: elle ne trouvait pas étrange qu'une
femme de son âge fût fouettée d'une manière aussi cruelle, et elle ne
paraissait pas en garder rancune à son maître. Elle était son esclave:
son corps était sa propriété: il était par conséquent libre de faire
d'elle ce que bon lui semblait. Et l'état d'âme de Dinah était semblable
à celui de tous les noirs, pauvres gens subissant de gaîté de coeur la
pire des dégradations, résignés à souffrir comme des bêtes sous le
bâton, sans aucune velléité de révolte.

Je m'habillai pour dîner et, en entrant dans la salle à manger, j'y
trouvai Randolph déjà installé.

Il avait manqué son rendez-vous. Je m'attendais donc à le trouver de
fort méchante humeur, mais, à ma grande surprise, il se montra fort doux
et aimant, la nuit qui suivit surtout.

Quel étrange caractère que celui de cet homme?...



XXIII

NORD CONTRE SUD


Je vais franchir une période de quatre mois. Pendant ce temps, les
événements s'étaient aggravés: les États esclavagistes, séparés du Nord,
avaient élu un Président du Sud, Jeff Davis, et s'étaient brusquement
emparés du fort Sum; la guerre enfin était commencée.

Malgré le mauvais état des affaires, le travail continuait à la
plantation, mais tout y allait assez mal. Les noirs, informés de ce qui
se passait à l'extérieur, donnaient fréquemment des signes
d'insubordination; Randolph et ses surveillants se promenaient
continuellement, armés de revolvers. Les punitions étaient encore plus
nombreuses et plus terribles que par le passé et grâce à ce surcroît de
sévérité, la discipline était quand même maintenue.

Dans la maison, à de rares exceptions près, les femmes devenaient
difficiles à conduire, mais de ce côté non plus, Randolph ne supportait
pas la moindre faute. Aussi Dinah, aidée d'une esclave nommée Milly,
devait-elle constamment infliger de terribles fustigations. Le sang
coulait parfois.

Puis, subitement, les affaires subirent un arrêt. Les greniers et
magasins pleins de coton ne se vidaient plus. Comme les revenus de
Randolph consistaient surtout dans la vente du coton, il se trouva
brusquement avec peu d'argent liquide, et malgré sa douloureuse
détresse, il espérait fermement que le Sud sortirait victorieux de la
lutte.

Quant à moi, est-il besoin de le répéter, toutes mes sympathies allaient
aux Nordistes. Je me gardais bien, naturellement, de faire part de mes
espérances à Georges, qui, très violent, m'eût peut-être tuée en
apprenant ce qui se passait en mon âme.

Randolph quittait rarement la plantation et ne recevait plus personne.
Ses amis étaient d'ailleurs, tous enrôlés dans les rangs des
combattants. Entre temps, il avait été élu membre de Congrès de la
Confédération du Sud. Contraint de demeurer à Woodlands, Georges
commença à m'apprécier davantage et me traita un peu moins en machine à
plaisir.

Avec ses esclaves, il était de plus en plus strict; depuis le
commencement de la guerre, plusieurs noirs s'étaient évadés et Randolph
avait offert deux cents dollars pour la capture de chaque déserteur,
mais ce fut inutilement, heureusement pour les fugitifs. Ces pertes de
bétail humain le tracassaient beaucoup: ces noirs valaient chacun de
quinze cents à deux mille dollars. Jusqu'alors aucune des femmes n'avait
tenté de s'échapper, lorsqu'un matin, Dinah vint nous prévenir qu'une
esclave appelée Sophie, sortie la veille au soir, n'avait pas reparu.

Sophie était une belle mulâtresse de vingt-six ans, qui pouvait valoir
dix-huit cents dollars. Randolph envoya immédiatement son signalement de
tous côtés, promettant une forte récompense à qui la ramènerait à
Woodlands ou la ferait incarcérer dans une prison de l'État. L'effet ne
s'en fit pas attendre. Un soir vers cinq heures, deux hommes arrivèrent,
ramenant la mulâtresse dans une voiture; ils l'avaient retrouvée dans le
quartier des esclaves d'une habitation située à vingt-cinq milles de
Woodlands.

La femme, dont les poignets étaient ligotés, n'avait évidemment pas
souffert depuis son départ; sa robe était propre; elle paraissait
seulement épouvantée, n'ignorant pas ce qui l'attendait.

Randolph était très heureux d'avoir retrouvé son esclave. Le lendemain,
à déjeuner, il me dit qu'il avait décidé d'infliger à Sophie un
châtiment exemplaire; elle serait fouettée avec la _batte_, dans le
hall, devant toutes les femmes réunies.

Puis il sortit faire tout préparer pour l'exécution. Vingt minutes
après, il rentrait, me disant:

--Tout est prêt en bas; vous n'avez jamais vu appliquer la batte; si
vous voulez, vous pouvez descendre, ça vous amusera.

Certes, il était triste de voir fouetter une femme, mais je m'y étais
quelque peu habituée, et ma curiosité avivée par la promesse d'un
spectacle que je n'avais jamais vu, je suivis Georges.

Dans le milieu de la pièce, était installé un long bloc de bois, large
d'environ deux pieds, et supporté par quatre piquets munis de courroies.
Sur le plancher, à côté, était la batte: c'était une espèce de battoir
semblable à celui des laveuses, mais n'ayant qu'un demi-centimètre à
peine d'épaisseur, et monté sur un manche de deux pieds et demi de long;
c'était là l'instrument le plus redouté, car après son application, la
peau restait endolorie beaucoup plus longtemps qu'avec la courroie ou la
baguette.

Toutes les femmes de la maison étaient présentes. Dinah, seule, se
tenait près du bloc. Aidée de Milly, elles s'emparèrent de la coupable.

--Oh! massa, criait celle-ci, étendant les bras en sanglotant, vous pas
baillé batte à ma, baillé ma fessade avec courroie ou baguette, mais pas
baillé batte...

--Étendez-la, commanda Randolph.

En un instant, elle fut solidement ligotée sur le chevalet, et ses jupes
relevées.

Randolph prit la batte, et se plaçant à la gauche de la coupable, lui
dit:

--Maintenant, chienne, je vais recouvrer sur votre peau les quatre cents
dollars que m'a coûtés votre évasion.

Puis il leva la batte aussi haut qu'il le put. Dans l'attente du coup,
la femme avait frissonné, serrant les jambes. L'instrument retomba,
claquant comme un coup de fouet, sur la partie supérieure de la fesse
gauche. Sophie remua convulsivement, et poussa un long cri de douleur.
Une large marque rouge était apparue sur la peau. Le second coup tomba à
gauche et fut suivi d'un nouveau cri et d'une nouvelle marque.

Georges continua de frapper rudement, visant alternativement à droite et
à gauche un endroit nouveau. Le supplice prit fin. Le châtiment avait
été terrible; Randolph jeta la batte et ordonna à Dinah de délivrer la
femme qui, sitôt détachée, roula à terre en proie à la plus affreuse
douleur.

Je remarquai que les femmes présentes, habituées à la vue de semblables
corrections, n'étaient nullement émues par cette scène de sauvagerie.

Les semaines s'écoulaient sans grand changement dans notre existence. La
guerre battait son plein et les troupes nordistes approchaient; les
fédéraux étaient entrés en Virginie et n'étaient plus qu'à peu de
distance de Woodlands.

Puis eut lieu la bataille de Bull-Run, perdue par les Nordistes. Quand
la nouvelle de la victoire des confédérés nous parvint, Randolph ne me
cacha pas sa joie. J'étais désolée de cette défaite, mais je ne tardais
pas à reprendre courage, dans l'attente d'autres victoires de mes
compatriotes.



XXIV

GUERRE ET AMOUR


Peu après la bataille de Bull-Run, Randolph fut convoqué à Richmond pour
assister à un Congrès tenu par les chefs des confédérés. Comme son
absence devait être de longue durée, il me donna des instructions
détaillées au sujet des travaux à faire exécuter, et m'ordonna de lui
écrire deux fois par semaine.

Dès le jour du départ de Randolph, je décidai qu'autant que possible, on
ne fouetterait plus sur la plantation; ces ordres, qui ne concernaient
que les femmes, surprirent les majordomes, mais je crois qu'ils s'y
conformèrent.

Au dehors, la guerre faisait rage et les troupes des fédérés se
concentraient déjà autour de Richmond; beaucoup de plantations voisines
étaient occupées militairement par les Nordistes et je m'attendais d'un
moment à l'autre à voir mes compatriotes, les _garçons en bleu_, comme
on les appelait, faire leur apparition chez nous.

Ils arrivèrent enfin!

Une après-midi, j'étais à ma fenêtre, lorsque j'aperçus une bande de
soldats, conduite par un jeune officier, et suivie d'une voiture
régimentaire. Ils firent une pause devant la terrasse, disposèrent leurs
armes en faisceaux et se mirent à décharger leur voiture qui contenait
des objets de campement et des vivres. Mon coeur battait violemment, et
je m'assis sur un sofa en attendant le dénouement de la perquisition qui
ne devait pas manquer d'avoir lieu.

Quelques instants après, en effet, Dinah annonça l'officier, qui dit, en
me saluant de la façon la plus courtoise:

--Madame, j'ai reçu l'ordre d'occuper cette plantation, mais je vous
promets de ne rien détruire, ni d'arrêter le travail. Je logerai mes
hommes dans le quartier des esclaves, mais je vous prierai de me faire
donner une chambre dans la maison.

--Je suis heureuse de vous voir, monsieur, répondis-je en souriant. Je
suis née dans le Nord et toutes mes sympathies sont pour vous. Prenez un
siège, et je vais donner des ordres pour qu'une chambre confortable vous
soit préparée.

Il s'assit, l'air très surpris. Cet officier, grand et blond, pouvait
avoir vingt-sept ans; son visage plein de distinction décelait la
franchise; il avait une longue moustache blonde et portait élégamment
l'uniforme simple des officiers du Nord.

An bout d'un instant, la conversation avait pris entre nous un caractère
de cordiale familiarité. Il me dit se nommer Franklin et être capitaine.
De plus, il était né en Pensylvanie, ainsi que moi. Cette découverte
nous réjouit; aussi notre causerie, jusqu'à l'heure du repas ne
languit-elle pas un seul instant.

Je mis pour le dîner une de mes plus jolies toilettes, et je descendis
dans la salle à manger y attendre le capitaine Franklin.

Me saluant avec une respectueuse aisance, il me remercia tout d'abord
d'avoir bien voulu lui réserver un appartement dont l'aménagement le
ravissait. Il avait quitté son uniforme et portait maintenant un
vêtement civil, sous lequel il paraissait fort élégant.

Nous nous mimes à table, et je m'aperçus, non sans en éprouver une
intime satisfaction, qu'il faisait grand honneur aux plats fins et plus
encore aux vieux vins de Woodlands. En riant il me disait sa joie
d'avoir pu utiliser de façon si inespérée son billet de logement. La
conversation était fort agréable et pleine de charme.

Le dîner terminé, il me pria de l'excuser; il avait, disait-il, à
s'occuper de son service.

Je montai à ma chambre et écrivis à Randolph pour le mettre au courant
de la situation; j'avais été prévenue qu'il se trouvait non loin de là.

La réponse ne se fit pas attendre. Il me disait qu'il préférait ne pas
revenir à Woodlands où il ne pourrait assister impassible à
l'envahissement de sa propriété. Il m'annonçait que sitôt qu'il aurait
loué une maison, à Richmond, il m'enverrait chercher.

Cependant, le capitaine Franklin était toujours plein d'égards pour moi,
et me traitait avec la plus extrême déférence.

Je m'étais vite aperçue de l'impression que je lui causais, et à
certains signes qui n'échappent jamais à une femme, je surpris
facilement qu'il éprouvait plus que de la sympathie pour moi. De mon
côté, le capitaine me plaisait beaucoup; ses manières galantes et polies
m'avaient à peu près conquise, si bien que l'amour, amour que je n'avais
jusque-là ressenti pour personne, avait envahi mon coeur.

Je pressentais le danger de cette passion et, anxieuse, je me demandais
s'il la partageait. J'avais une envie folle de sentir se poser ses
lèvres sur mes lèvres et entendre de lui ces mots tendres qui tous
pénètrent l'âme tant et si bien que mon amour qui grandissait chaque
jour me fit brusquer les événements.

Le capitaine m'ayant dit un soir que son parfum préféré était celui de
la violette, je ne manquai d'en saturer ma toilette et d'en vaporiser
mon corps et mes dessous.

C'est ainsi que, dans un ajustement coquet aux mille détails féminins,
je fis mon entrée dans la salle.

Franklin, que je n'avais pas vu depuis le matin, s'y trouvait déjà. Il
me tendit la main, et sans m'en rendre compte je lui abandonnai la
mienne plus longtemps qu'il n'était décent.

Pendant le dîner, il fut très gai, riant, causant aimablement, puis nous
passâmes au salon. Jusque-là, le capitaine n'avait pas dépassé les
bornes de la plus stricte courtoisie. Il fallait donc que ce fût moi qui
devinsse entreprenante.

Sous prétexte de m'aider à dévider un écheveau de laine, je le fis
placer à coté de moi, et je m'assis sur un tabouret à ses pieds, de
façon que son regard plongeât dans mon corset par la large échancrure de
mon corsage.

Puis, prétextant soudain un subit et violent mal de tête, je me levai en
chancelant. Il s'élança pour me soutenir, me portant sur le canapé. D'un
coup de genou savamment combiné, j'avais fait remonter mes jupons.

Franklin vit ma jambe, et, cette fois, n'y tint plus. Il m'enlaça dans
une étreinte à m'étouffer, et me mit sur les lèvres un baiser passionné
en murmurant: «Je vous aime!...» Je ne me défendais nullement; bien au
contraire. Je lui rendis son baiser et... vous devinez le reste de
l'aventure.

Je lui racontai mon odyssée et, en détails, les moyens horribles
employés par Randolph pour me forcer à habiter Woodlands. Il fut ému par
mon histoire, et, lorsque je l'eus terminée, il m'embrassa tendrement en
me disant:

--Je suis sans grande fortune et ne puis, par conséquent, vous offrir le
luxe que vous avez ici, mais je vous apporte mon amour et ma volonté et
pour une âme aimante comme la vôtre, je pense que cela peut suffire.

--Oh! je vous suivrai avec bonheur partout où vous serez, vous qui êtes
mon premier et seul amour, mais êtes-vous bien certain de m'aimer
toujours?

--Pouvez-vous en douter, cruelle?

Et après un long baiser aussitôt suivi d'une autre manifestation
d'amour, nous nous séparâmes jusqu'au lendemain.



XXV

LES BUSHWHACKERS


Nous étions trop heureux pour que notre bonheur fût durable!

Un jour le capitaine Franklin reçut l'ordre de partir avec son
détachement: il devait rejoindre le gros de l'armée.

Notre séparation fut cruelle et je me pris à maudire la fortune, jalouse
du moment de bonheur qu'elle avait accordé à mon âme.

Franklin s'éloigna, après m'avoir fait promettre de lui écrire.

Je me mis à la fenêtre, les yeux pleins de larmes, pour voir disparaître
à la tête de son détachement le seul homme que j'aie jamais aimé d'amour
véritable.

Arrivé au bout de l'avenue, il se retourna, me salua du sabre, puis
disparut. Je ne devais plus le revoir: l'année suivante il fut tué à la
bataille de Cedar Mountain.

Cependant quinze jours s'étaient écoulés. Randolph ne revenait pas.
J'étais très inquiète: les esclaves donnèrent fréquemment de visibles
signes d'insubordination et j'écrivis à Georges de venir ou de m'appeler
auprès de lui, quoiqu'il en coûtât à mon coeur de reprendre la vie
commune d'autrefois.

Dans sa réponse il me disait d'aller le rejoindre à Richmond où il avait
loué une superbe maison.

Je fis faire immédiatement mes malles, et commandai de préparer la
voiture qui devait me transporter avec mes bagages.

Le vieux cocher, Jim, parut un peu effrayé de ma décision, m'apprenant
que, depuis le commencement de la guerre, les chemins étaient infestés
par les détrousseurs de grande route, des Bushwhackers et qu'il était
peu prudent de voyager avec des valeurs sur soi. Il finit par me
conseiller de laisser mes bijoux à la garde de Dinah, et jugeant bon
l'avis du vieux nègre je rouvris mes malles pour en sortir mes bijoux,
que j'enfermai dans un coffre-fort dissimulé dans la muraille de la
chambre de Randolph.

A quatre heures, le buggy, attelé de deux bons chevaux, s'arrêta devant
le perron et, mes malles chargées, je commençai mon voyage.

L'après-midi était splendide.

Très légèrement vêtue, je ne souffrais nullement de la chaleur. Je
passai les rênes à Jim et m'abandonnai à mes pensées. La route était
superbe, et une légère brise nous caressait agréablement. Certes, je
n'étais pas enchantée de revoir Randolph, mais j'espérais m'amuser à
Richmond, du moins mieux qu'à Woodlands.

Comme nous étions arrivés en haut d'une longue côte, et que Jim avait
mis ses chevaux au pas, pour les laisser souffler un peu, je le fis
causer et lui dit que bientôt peut-être il serait un homme _libre_. Il
hocha la tête, m'affirmant qu'il était bien beau de vivre à sa guise,
mais qu'il était absolument incapable de gagner sa vie et que presque
tous les esclaves pensaient comme lui.

Nous en étions là de notre conversation quand soudain quatre hommes à
l'aspect peu rassurant sortirent des bois et, braquant d'énormes
revolvers dans notre direction, nous crièrent:

--Lâchez les rênes et levez les mains en l'air.

--Par Dieu, maîtresse, les Bushwhackers, me souffla Jim à mi-voix, puis
il leva les mains, pendant que, glacée d'épouvante, je me cachais en
criant.

Deux des bandits s'approchèrent et, avec force jurons, nous intimèrent
l'ordre de descendre. Toute résistance était impossible et,
immédiatement, malgré nos terreurs, il nous fallut obtempérer à l'ordre;
les bandits s'assurèrent tout d'abord que nous n'étions pas en état de
fuir; alors les Bushwhackers remirent leurs revolvers à la ceinture et
se mirent à l'ouvrage: les traits de la voiture furent enlevés et l'un
des hommes, montant sur un cheval et tenant l'autre par la bride,
s'éloigna au grand trot.

Les trois détrousseurs qui restaient jetèrent sans façon mes malles à
terre, et les ayant brisées, commencèrent à fouiller parmi les étoffes
et les robes.

Ils furent vivement désappointés de n'y trouver ni bijoux ni argent et
l'un d'eux, s'approchant de moi, m'ordonna rudement de lui donner ma
bourse. Il n'y trouva que cinq dollars; il se mit à jurer furieusement.
Puis se tournant vers Jim:

--Vous, vieux négro, filez rapidement sans tourner la tête. C'est
compris, n'est-ce pas?

--Non Massa, répondit Jim, mo ka pas quitté maîtesse.

L'homme tira son revolver et l'appliqua sur la tempe du vieux nègre.

--Allons, au trot, ou je vous casse la tête...

Jim n'avait pas fait un mouvement, et de ses grands yeux tranquilles il
continuait de fixer l'homme.

Je crus comprendre que les bandits voulaient me garder pour me rançonner
et je lui dis:

--Vous pouvez partir, Jim; allez mon ami, vous ne sauriez m'être utile
maintenant.

--Oh! maitesse, mo ka pas l'aimé laissé vous seule com yon becqué, mo ka
couri Woodlands.

Puis il s'en alla lentement, tournant la tête de temps à autre.

Le chef vint à moi:

--Il est déjà tard, dit-il, aussi nous allons vous donner l'hospitalité
pour la nuit. Demain matin vous trouverez probablement une voiture qui
vous conduira à Richmond.

Puis, me saisissant le bras, il me fit prendre un petit sentier à
travers bois. Nous marchâmes pendant un mille environ, et arrivâmes à
une petite cabane de bois, grossièrement construite.

Une lampe fut allumée, et je vis avec terreur le lieu dans lequel je
devais passer la nuit.

Les murs étaient faits de tronçons d'arbres, le toit de brindilles et de
branchages; le mobilier se composait de quatre lits faits en feuillée et
recouverts de peaux de bêtes; une planche servait de table.

Au milieu de la cabane, un feu de bois se consumait lentement; l'un des
hommes y jeta une bûche, et, détachant une poêle qui pendait au mur, y
fit frire quelques tranches de lard qu'il plaça sur la table avec un
morceau de pain noir et une bouteille de whiskey.

Puis tous trois se mirent à manger, m'invitant à en faire autant.

Naturellement, je m'en abstins et rejetai dédaigneusement l'offre.

Alors, l'un d'eux prit la parole:

--Nous avons été très désappointés en ne trouvant rien dans vos malles,
ma belle enfant. Comme nous n'avons pas l'habitude de travailler pour
rien, il faut que d'une façon ou d'une autre nous soyons payés.

--Oh! m'écriai-je vivement, si l'un de vous veut m'accompagner à
Richmond demain, mon mari, M. Randolph, vous donnera la somme que vous
fixerez.

--Non, il est inutile que vous nous fassiez une proposition semblable.
Et comme nous n'avons pu tirer d'argent de vous, nous allons nous payer
sur votre personne!...



XXVI

NUIT HORRIBLE


Je vous laisse à penser l'état dans lequel m'avait mise cette
déclaration:

--Oh! implorais-je, vous ne m'infligerez pas pareil traitement;
croyez-moi, je vous enverrai tout l'argent que vous voudrez; mais
laissez-moi partir, ajoutai-je en sanglotant. Ils se prirent à rire
bruyamment:

--Vos larmes sont superflues, la belle; nous n'en agirons pas
différemment pour cela, dit celui qui paraissait le plus âgé des trois;
puis se tournant vers ses sombres compagnons:

--Allez, camarades, déshabillez la donzelle, et attachez-la.

Et malgré mes cris et ma résistance, je me trouvai en un instant nue et
ligottée aux quatre coins d'un lit.

Ils commencèrent à m'examiner, admirant à haute voix ma peau et la
finesse de mes formes, surenchérissant sur des particularité que j'eusse
voulu cacher et se décidèrent enfin à commencer leur monstrueuse
besogne.

Ils tirèrent au sort ma possession; mais, hélas! je n'en devais pas
moins subir les assauts répétés de chacun d'eux; tous les trois me
violèrent...

Je ne puis vous raconter les horreurs que j'ai supportées. J'étais à
moitié morte de dégoût; une sueur froide ruisselait sur mon front; et
j'étais toute meurtrie, leur façon d'aimer étant faite de brutalité
immonde et de rudesse infâme.

Ils délièrent enfin mes membres: les courroies avaient laissé des
marques rouges sur ma peau brûlée de leurs monstrueuses caresses.

Je m'habillai péniblement, et m'étendis sur le lit grossier cherchant un
peu d'oubli dans le sommeil. Mais quoique physiquement et moralement
éreintée, je ne pus fermer l'oeil.

Je n'oublierai jamais les tortures de cette épouvantable nuit. J'avais
une peur affreuse que ces individus voulussent me garder avec eux.

Le jour vint pourtant, et les rayons du soleil levant glissèrent par les
trous des claies qui fermaient la cabane.

Cependant les hommes s'éveillèrent et préparèrent du café. Inconsciente,
j'en bus avidement un gobelet, ce qui me rafraîchit un peu.

Puis ils m'annoncèrent qu'ils allaient me rendre ma liberté. L'un d'eux,
me prenant le bras et me poussant hors de la cabane, me conduisit alors
jusqu'à la route après m'avoir fait faire mille détours. Puis, il
disparut dans les fourrés des bois. Je m'étais assise au revers du
chemin ne sachant au juste ce que je devais faire, quand une voiture
parut. Je m'avançai vers le conducteur qui voulut bien me conduire
jusqu'à Richmond.

Arrivé devant la maison de Randolph, le brave homme arrêta son cheval et
m'aida à descendre.

Je frappai à la porte; une jolie femme de chambre vint m'ouvrir et me
considéra avec étonnement, comme hésitant. Mais, quand je lui eus dit
qui j'étais, elle me conduisit près de Randolph.

--Oh! Dolly, s'exclama Georges, comme vous voilà faite!--Je devais en
effet avoir une mine affreuse.

--D'où venez-vous? le vous attendais à huit heures, hier soir. Où est
Jim? Où est la voiture?

Cet accueil inattendu acheva de me déconcerter:

--Eh! ne m'accablez pas avec vos questions; il y a près de vingt-quatre
heures que je n'ai mangé et je suis malade de faim, de fatigues et
d'épouvante. J'ai besoin de secours, je parlerai ensuite.

Stupéfait, il obéit. J'étais réellement affamée, et je fis un bon repas
et bus deux grands verres de vin.

Puis, me sentant remise, je m'assis dans un fauteuil et fis à Randolph
le récit de mes aventures, mais sans parler des outrages dont je venais
d'être victime.

Je ne sais s'il se douta que je lui cachais quelque chose, mais il ne me
posa pas de questions allusives. Il paraissait seulement très contrarié
de la perte de ses deux beaux chevaux:

--Dieu damne les brutes, dit-il, je n'aurais pas donné ces deux bêtes
pour huit cents dollars! quant à votre garde-robe, elle peut être
facilement remontée. Je vais aller prévenir la police par acquit de
conscience, mais sans grand espoir; par ces temps de bouleversement et
de guerre on n'est jamais sûr.

Enfin, n'y tenant plus, brisée de fatigues, je me couchai et m'endormis,
malgré les exhortations de Randolph, qu'une continence forcée avait mis
en appétit...



XXVII

LA PROSTITUÉE


Je me levai tard le lendemain matin, et partis faire différentes
courses. Randolph tenait à ce que je fusse toujours bien mise. Très
généreux sous ce rapport il ne négligeait rien.

En quelques jours, ma garde-robe fut remplacée.

Georges était allé chercher mes bijoux à Woodlands.

La plantation était dans un état affreux; les esclaves refusaient de
travailler, malgré Dinah et les surveillants qui ne pouvaient maintenant
les y contraindre.

A Richmond, la vie était triste. Les nombreux échecs des Sudistes
avaient semé le deuil partout. Randolph se décida à quitter Richmond et
il fut convenu que nous partirions pour New York. Cette nouvelle
m'enchanta, et c'est avec ravissement que je m'installai avec lui dans
le meilleur hôtel de la ville.

Pendant quelque temps, je fus relativement heureuse.

J'avais de très belles toilettes, Georges m'emmenait fréquemment au
spectacle et devenait très aimable pour moi.

Les semaines s'écoulaient rapidement et, par un inexplicable et subit
revirement, je remarquai que Randolph devint subitement froid et réservé
à mon égard. Il rentrait tous les jours fort tard: je compris qu'il
était peut-être l'amant d'autres femmes. Un jour, il m'entraîna dans sa
chambre:

--J'ai résolu, me dit-il, d'aller en Europe avec plusieurs amis; en un
mot, Dolly, l'heure de la séparation a sonné. Mais il n'y a pas de votre
faute; je n'ai jamais eu à me plaindre de vous; en conséquence, je vais
acheter pour vous une petite maison et la meublerai convenablement. Vous
recevrez une bonne somme pour commencer. Vous êtes jeune, jolie et
intelligente, je suis certain que vous réussirez à New York.

C'était une façon un peu brutale de me signifier mon congé, mais en
somme, il ne m'abandonnait pas sans ressources.

Je me mis à songer; mon avenir ne m'apparut pas sous des couleurs très
brillantes, mais il fallait que je me courbasse sous la loi
d'inéluctables circonstances.

Le lendemain donc, après de nombreuses recherches, Randolph acheta, à
mon intention, une petite maison qui fut immédiatement meublée avec
quelque goût. Puis, en m'y installant, il me donna mille dollars. Je
pris deux domestiques noires et devins dès lors propriétaire.

Une après-midi, Randolph me rendit visite et m'aborda en ces termes:

--Vous savez, Dolly, que j'adore fouetter une femme; il est peu probable
qu'à l'avenir je puisse me payer cette agréable fantaisie en Europe;
aussi faut-il que vous me permettiez de vous laisser fustiger
sérieusement avant mon départ.

Cette étrange proposition ne me souriait guère, mais je n'eus pas la
force de lui refuser; j'acceptai donc, lui recommandant toutefois de ne
pas me frapper trop fort si je lui passais cette dernière fantaisie.

Prenant un mouchoir, il m'attacha les mains, malgré ma défense. Puis,
s'asseyant sur une chaise et me renversant sur ses genoux, il me traita
ainsi qu'une petite fille, malgré mes pleurs et mes supplications.

--Là, Dolly, maintenant tout est fini entre nous; vous avez reçu de moi
la dernière fessée.

Puis il m'embrassa une dernière fois, me dit adieu, et tranquillement
sortit de ma maison.

Il partit pour l'Europe dès le lendemain et depuis, je ne l'ai plus
revu. Je sais pourtant aujourd'hui qu'il est revenu et qu'il habite
Woodlands.

                                   *

                                 *   *

Au bout de peu de temps, mes ressources diminuèrent rapidement. Malgré
toute ma volonté et la lutte intérieure qui se livrait entre ma
conscience et la nécessité, il fallut me résoudre à me laisser pousser
vers la chute finale.

J'étais jolie, et bientôt j'eus un grand nombre d'adorateurs.

Je haïssais cependant mon horrible profession et certes, je puis
affirmer que je ne m'y suis jamais faite. A deux reprises déjà, j'ai été
demandée en mariage, mais je me suis jurée de n'épouser que quelqu'un
que j'aimerai réellement. Peut-être un jour mes voeux seront-ils
exaucés.

L'an dernier, je suis allée passer quelques jours à Philadelphie où j'ai
eu des nouvelles de Miss Dean. Elle est toujours aussi bonne
qu'autrefois et continue à être très charitable. Je crois que ses
aventures en Virginie sont ignorées. J'aurais bien voulu revoir ma douce
amie, mais ma présente condition me le défendait. C'est pour moi un
grand chagrin.

Maintenant, mon histoire est finie et vous savez pourquoi je hais les
Sudistes.

Ils sont la cause de tous mes malheurs et de ma chute dans le vice. Sans
eux, je n'eusse pas été martyrisée par les Lyncheurs, et je n'aurais pas
été obligée de me livrer à Randolph. Trois bandits ne m'auraient pas
violée et enfin, malheur de moi! je ne serais pas

  UNE PROSTITUÉE



NOTE


Ici s'arrête le récit que m'a fait Dolly Morton.

Tant que je demeurai à New York, je la revis; j'avais pitié de son
infortune. Le jour de mon départ, je lui donnai mon adresse, lui disant
que je serais heureux d'avoir parfois de ses nouvelles. Je crois que la
pauvre fille m'aimait un peu: le jour où elle me dit adieu, des larmes
coulèrent de ses doux yeux.

Six mois plus tard, je l'avais à peu près oubliée--ainsi sommes-nous
faits--lorsque je reçus d'elle une lettre m'annonçant son mariage avec
un homme un peu plus âgé qu'elle et qui avait un commerce très
florissant.

Elle l'aimait vraiment et l'avenir s'annonçait heureux.

J'en fus satisfait pour elle. C'était ma foi, une brave créature et,
quoiqu'un peu faible de caractère, je suis persuadé qu'elle a dû être
une excellente femme de ménage fidèle à l'homme qui l'avait tirée de
l'abîme.

Depuis, je n'ai plus entendu parler d'elle je souhaite de tout coeur que
cette pauvre femme ait maintenant l'existence heureuse. Elle a souffert
beaucoup sans l'avoir mérité et la vie lui doit bien la compensation de
quelques jours heureux.

                                   *

                                 *   *

Dans le manuscrit écrit sous la dictée de Dolly Morton, se trouvaient
beaucoup de passages que les besoins d'une publication m'ont obligés de
supprimer. Ces quelques lignes non parues n'ajoutaient rien, d'ailleurs,
à la lamentable odyssée de cette femme et j'ai cru bien faire en la
livrant ainsi expurgée au public.


FIN



_Supplément à_ «EN VIRGINIE»


  BIBLIOGRAPHIE DES PRINCIPAUX OUVRAGES
  PARUS
  SUR LA FLAGELLATION
  EN LANGUES FRANÇAISE ET ANGLAISE
  AVEC UN COMPTE RENDU ANALYTIQUE DE LEUR CONTENU
  PAR
  JEAN DE VILLIOT



BIBLIOGRAPHIE DE LA FLAGELLATION


Parmi les sujets dont on s'est le plus occupé, littérairement parlant,
la flagellation se place aux premiers rangs. Il existe en effet une
littérature spéciale et relativement très complète sur les pratiques
flagellatrices dans presque toutes les langues européennes, à commencer
par le latin.

Mais c'est incontestablement l'Angleterre qui tient la tête en cette
matière. D'innombrables ouvrages ont été écrits sur la flagellation sous
toutes formes et cette littérature a acquis un développement qui
pourrait, à juste titre, nous paraître étrange, à nous autres Français.

Sous le pseudonyme de _Pisanus Fraxi_, un Anglais fort instruit et très
riche, consacra son existence et sa fortune à mener à bonne fin la
publication de trois recueils extrêmement curieux et intéressants,
intitulés _Index librorum prohibitorum_, _Centuria librorum
absconditorum_ et _Catena Librorum Tacendorum_, tous trois imprimés avec
luxe et à petit nombre et _privately_, c'est-à-dire non destinés au
commerce. Dans ces recueils, Pisanus Fraxi fait mention de la presque
totalité des livres curieux et étranges parus depuis l'antiquité,
consacrant à chacun une description minutieuse au point de vue matériel
et un aperçu approximatif en ce qui concerne le contenu.

On y parle longuement de la flagellation. Un très grand nombre
d'ouvrages anglais y sont consacrés et nous avons cru utile et
nécessaire de donner à notre tour à nos lecteurs un aperçu des livres
les plus curieux parus sur l'intéressant sujet qui fait l'objet de notre
étude.



Voici d'abord: =L'Esprit de la Flagellation=, ou _Mémoires de Mistress
Hinton, qui dirigea une école pendant de longues années à Kensington_,
auxquels on a maintenant ajouté des anecdotes, par une dame très adonnée
à la discipline au moyen de verges de bouleau; les modistes fouetteuses;
la marâtre sévère, et la maîtresse d'école complaisante, avec des
figures analogues. Londres, imprimé et publié par Mary Wilson, Wardour
Street[4].

  [4] =The Spirit of Flagellation=; or, The Memoirs of Mrs. Hinton, who
    kept a school many years at Kensington. To which is now added,
    Anecdotes, by a Lady much addicted to _Birch Discipline_. _The
    Whipping Milliners_; _The Severe Stepmother_; And _The Complaisant
    Schoolmistress_. Avec des figures analogues. London: Printed and
    published by Mary Wilson, Wardour Street.

Dans un avis qu'elle publie à la page 41, Mary Wilson nous informe que
l'ouvrage a été publié le 1er mai 1852, le volume ne porte cependant pas
de date.


D'après les dires de l'éditeur, l'édition originale de l'_Esprit de la
Flagellation_ semble avoir paru vers l'année 1790. Le format primitif
in-8º fut transformé dans l'édition nouvelle en in-12 pour plus de
commodité «étant donné, dit la dame sus-nommée, que ce format s'adapte
plus facilement à nos poches rétrécies d'aujourd'hui».

De nombreuses anecdotes fournies par un amateur de fustigations, ainsi
qu'une série de gravures vinrent augmenter l'ouvrage original.

Dans un avis qui précède une réédition de l'_Exposition des flagellants
femelles_[5], Thérèse Berkley[6] nous informe que l'_Esprit de la
Flagellation_ fut réimprimé par Miss Wilson en l'année 1827.

  [5] _Index Librorum Prohibitorum_, p. 243.

  [6] Voir _Index Librorum Prohibitorum_ à l'article: Mary Wilson et
    Theresa Berkley.

Malheureusement, on ne peut guère tabler sur ces affirmations relatives
aux dates pour ces sortes d'ouvrages. Il paraît établi que l'_Esprit de
la Flagellation_ a eu trois éditions différentes: 1º en 1827, George
Cannon avec 6 gravures, 2º E. Dyer en 1852 (?) avec six lithographies
pliantes et 3º vers 1870, avec six lithographies non pliantes.

Les anecdotes qui remplissent 81 pages du genre le plus lascif sont
certainement dues à une personne extrêmement triviale; les
illustrations, quoique très médiocres, valent encore mieux que le texte.
Les trois appendices de l'ouvrage ont par la suite été publiés à nouveau
séparément.

Cet ouvrage a eu récemment un certain nombre de réimpressions vulgaires,
sans gravures.


Un autre volume de la même valeur littéraire et du même genre, porte
pour titre:



=Éléments d'intuition= et =Modes de Punition=. En lettres par _Mlle
Dubouleau, célèbre institutrice particulière parisienne à Miss
Smart-Bum, gouvernante d'une pension de jeunes demoiselles à..._ Avec
développement de quelques secrets de Tuteurs pour rire, qui ont trouvé
leurs délices dans l'administration des Verges de Bouleau à leurs élèves
femelles. Embellie de très jolies illustrations, 1794[7].

  [7] =Elements of Tuition=, and Modes of Punishment. In Letters from
    Mademoiselle Dubouleau, A celebrated Parisian Tutoress, to Miss
    Smart-Bum, Governess of a young Ladies' Boarding School at... With
    some secrets developed of mock Tutors, who have taken a delight in
    administering Birch Discipline to their Female Pupils. Embellisbed
    with Most Beautiful Prints 1794.


Les cinq lettres qui forment ce volume ne sont qu'une suite de lieux
communs sur la flagellation, une série d'anecdotes racontées en langage
des plus libertins laissant en maints endroits à désirer au point de vue
grammatical. La lettre introductrice, qui constitue en quelque sorte la
préface est ce qu'il y a de mieux dans le livre, sans que toutefois elle
brille par l'originalité. Il y a dans une des lettres, celle adressée
par une certaine Lady Flaybum, une répétition absolue de l'une des
autres narrations de l'ouvrage.



=Manon la Fouetteuse=[8], ou la _Quintessence de la Verge de Bouleau_.
Traduit du français par Rébecca-Birch. Ex-enseignante au pensionnat de
jeunes dames de Mistress Busby, Londres. Imprimé pour la société du
Vice.

  [8] Manon la Fouetteuse; or, the Quintessence of Birch Discipline.
    Translated from the French by Rebecca Birch, Late Teacher at Mrs.
    Bushby's Young Ladies' Boarding School. London: Printed for the
    Society of Vice.

Un volume in-8º de 96 pages, contenant 8 lithographies fort mal
dessinées. Publié par Dugdale en 1860, mais la première édition remonte
à 1805 ou 1810.


Comme les ouvrages précédents, _Manon la Fouetteuse_ est un ouvrage
lourd, au style ampoulé et prétentieux, formé d'anecdotes sur la
flagellation dont aucune ne possède un cachet d'élégance ou d'esprit.
C'est en somme le compte rendu de la carrière de Mlle Dubouleau «qui
tient maintenant en Amérique un pensionnat pour jeunes filles». Cette
demoiselle confia son manuscrit à son amie Rébecca Birch qui le
traduisit pour l'édification de ses propres amis. A vrai dire, on est en
droit de douter que l'on se trouve en présence d'une traduction.



Dans =Le Bouquet de Verges=, ou _Anecdotes curieuses et originales de
dames amateurs de flagellation au moyen de Verges de Bouleau, Avec de
riches illustrations, Publié pour l'amusement et le bénéfice des dames
ayant sous leur tutelle des jeunes dames et messieurs revêches, bêtes,
libertins, menteurs et paresseux, Boston: imprimé pour George Fichier,
Prix: deux guinée_[9]; on trouve 8 lithographies obscènes, de mauvais
coloris et très mal exécutées.

  [9] The Birchen Bouquet; or Curious and Original Anecdotes of Ladies
    fond of administering the Birch Discipline. With Rich Engravings.
    Published for the Amusement as well as for the Benefit of those
    Ladies who have under their Tuition sulky, stupid, wanton, lying, or
    idle Young Ladies and Gentlemen. Boston. Printed for George Tickler,
    Price: Two Guineas.


Ce livre, publié une première fois vers 1770 ou 1790 fut réimprimé en
1826 puis en 1881. Enfin récemment.

Comme dans =Les Éléments d'intuition=, les scènes de flagellation
réunies dans le _Bouquet de verges_ ne sont qu'une compilation de faits
qui n'ont aucune valeur littéraire. L'on est même en droit de se
demander pourquoi cet ouvrage a été si souvent réédité.



=L'École du Couvent=, ou _Précoces expériences d'un jeune flagellant,
par Rosa Bellinda Coote, Londres, Édition privée_, M.DCCCLXXIX[10], est
un récit divisé en 5 chapitres. Une lettre introductive signée Rosa
Bellinda Coote et datée du 10 janvier 1825, nous informe que «les
curieux faits suivants ont été portés à ma connaissance et confiés à ma
discrétion par une jeune comtesse de ma connaissance». Une allusion y
est faite aux propres mémoires de l'auteur, auxquels l'_École du
Couvent_ peut bien n'être qu'un appendice. Les deux contes sont l'oeuvre
de l'éditeur.

  [10] The Convent School, or Early Experiences of a Young Flagellant,
    by Rosa Bellinda Coote, London. Privately Printed. M.DCCCLXXIX.

Lucile, l'héroïne, est maltraitée dès son enfance. A la mort de sa mère,
étant encore toute enfant, son père la flagelle avec la dernière
violence pour exciter ses passions et se mettre dans un état plus propre
à goûter les plaisirs que la gouvernante de Lucile ne semble pas trop
lui refuser. Quelques temps après elle est envoyée à Bruxelles dans une
école congréganiste, où la supérieure la fouette sans pitié pour son bon
plaisir. Mais elle réussit à s'évader de ce couvent; elle va se réfugier
à l'hôtel d'Angleterre où l'on aurait refusé de la recevoir, n'aurait
été l'intervention d'un gentilhomme anglais Lord Dunwich, qui se trouva
être un ami intime du comte d'Ellington auquel elle était fiancée.

Le mariage s'accomplit; mais bientôt le mari la néglige pour ses chevaux
et la conséquence en est que la jeune femme se laisse aller dans les
bras de Lord Dunwich. L'époux apprend la chose et, déguisé en prêtre, il
réussit à surprendre la confession de l'infidèle. Il convient de dire
qu'ils étaient tous deux catholiques romains. On lui impose une
pénitence et elle est renfermée dans une pièce attenante à l'église.
Lord Ellington, toujours revêtu d'habits sacerdotaux et aidé d'un autre
moine la flagelle avec la dernière violence et la soumet à toutes sortes
d'horreurs et de traitements barbares. Après avoir accompli ces
abominations, le mari outragé se retire et revient peu après habillé en
homme du monde et la jeune femme le reconnut de suite. Alors le
gentilhomme s'écrie: «Femme! ma vengeance est accomplie; vous ne me
trahirez plus. J'ai égalisé les choses en dégradant, humiliant et
torturant mon épouse adultère. Vous ne me reverrez jamais. Tel a été mon
moyen de divorcer d'avec une chienne adultère!» Son amant, Lord Dunwich
accueille à bras ouvert Lucille, provoque ensuite le mari cruel et lui
tire une balle en plein coeur. Le couple amoureux prend la fuite et Lord
Dunwich se noie quelque temps après dans le Rhin.

«Depuis cette époque, dit l'héroïne, vous savez que je me suis consolée
en m'abandonnant sans aucune retenue à toutes sortes de manies érotiques
et plus particulièrement en m'adonnant à la flagellation de sorte que,
chère Rosa, je me sens m'en aller tout doucement, quoique à peine âgée
de vingt-cinq ans...»


Le livre n'est en somme pas mal écrit, quoique dans ses différentes
parties il ne soit guère attrayant; au contraire, on peut dire que les
nombreuses scènes de flagellation agrémentées de tortures plutôt
dégoûtantes sont au plus haut point fastidieuses et révoltantes.



=Conférence expérimentale=, par le colonel Spanker, sur les plaisirs
excitants et voluptueux qui dérivent du fait de mater et d'humilier une
belle et modeste jeune dame; telle qu'il l'a faite dans la salle de
réunion de la Société des Flagellants Aristocratiques de Mayfair.
Londres, Édition Privée. A. D. 1837[11].

  [11] =Experimental Lecture.= By Colonel Spanker, on The exciting and
    voluptuous pleasures to be derived from crushing and humiliating the
    spirit of a beautiful and modest young lady; as delivered by him in
    the Assembly Room of the Society of Aristocratic Flagellants,
    Mayfair. London. Privately Printed, 1836.


Cet ouvrage qui comporte deux volumes, quoique une troisième partie a dû
être projetée sans cependant être mise à exécution--l'on trouve en effet
à la dernière page du deuxième volume la mention: _fin_ de la IIe
partie, puis plus bas quelques lignes qui font assister au mariage de
l'héroïne, suivies de la mention: FINIS?--est orné de 11 planches
coloriées passablement obscènes, d'une exécution rudimentaire et faite
par quatre artistes différents.

A été réimprimé récemment.


Voici d'ailleurs un compte rendu analytique de cette conférence «faite
pour une classe spéciale de flagellants qui trouvent leurs délices dans
la torture poussée à l'excès:

«La conférence expérimentale, comme son titre le dénote, traite de
l'état d'extase qui résulte, à ce que l'on prétend, de la jouissance que
l'on peut puiser dans la cruauté physiquement et moralement parlant.

«Un excès de volupté peut uniquement être produit par deux causes:
premièrement par le fait de nous imaginer que l'objet de nos désirs se
rapproche de notre idéal de beauté ou d'autre part, quand nous voyons
cette personne éprouvant les sensations les plus violentes possibles.
Aucun sentiment n'est aussi vif que la douleur; son effet est véritable
et certain. Elle ne trompe jamais comme la comédie de plaisirs
éternellement jouée par les femmes et rarement éprouvée en réalité.
Celui qui peut produire sur une femme les plus violentes impressions,
celui qui peut le mieux troubler et agiter la constitution féminine
jusqu'au paroxysme réussit à se procurer à lui-même la plus forte dose
de plaisir sensuel.»

Ces remarques contiennent la quintessence de toute la philosophie que
l'on trouve à satiété dans les volumes renommés du Marquis de Sade, où
ce dernier, dans ses rêves exaltés d'orgies sanglantes, de phlébotomies,
de vivisection et de tortures de toutes espèces, accompagnés de
blasphèmes, ajoute tant d'importance à l'humiliation morale des victimes
qu'il met en jeu. Ce à quoi il tend particulièrement, c'est la
jouissance physique causée par la torture raffinée à laquelle ses
victimes doivent être soumises et qui se résolvent finalement par leur
mort.

Dans ce petit ouvrage, nos flagellants réussissent à réduire leurs
expérimentations aux moeurs actuelles; elles comprennent une série très
longue de tourments qui sont volontairement infligés à une seule
victime, une jeune dame très sensible et d'une éducation supérieure.

Dans _Justine_ et _Juliette_, le nombre d'individus prenant part aux
orgies et aux meurtres perpétrés exclut toute possibilité de réalité,
tandis qu'ici, tout le procédé est si méthodiquement et si exactement
développé, que nous sommes presque portés à croire ou à supposer que
tout est basé sur des faits réels, étant donné que l'histoire est si
documentairement portée à la connaissance du lecteur.

Faut-il pour cela que nous soyons portés à croire que nous coudoyons
journellement des hommes qui puisent une secrète jouissance dans
l'action de torturer, des femmes faibles et confiantes et qu'en ce
faisant ils puissent arriver à mettre en fonction leurs organes génitaux
et jouir?...

L'expérience nous a appris qu'il en était malheureusement ainsi et nous
pourrions citer plusieurs cas tout à fait récents où des jeunes filles
ont été attachées à des échelles, liées sur des canapés et brutalement
flagellées, soit avec des verges de bouleau, soit avec le plat de la
main, la boucle d'une courroie ou même encore avec un trousseau de
clefs! Quelques-unes d'entre elles ont été préalablement averties
qu'elles seraient battues «jusqu'à ce que le sang viendra» et on s'était
mis d'accord sur la compensation pécuniaire qu'elles recevraient pour
prix de leur complaisante soumission. D'autres, au moyen de cajoleries,
ont été décidées à se prêter à la petite mise en scène, après qu'on leur
eut fait accroire qu'il ne s'agissait en somme que d'une plaisanterie et
pour mieux dire, d'une fumisterie. Mais une fois livrées sans moyen de
défense, pieds et poings liés, entre les mains du flagellateur libertin,
elles peuvent crier grâce! Ces lâches s'efforcent de produire le plus de
souffrances, le plus de douleurs possibles et plus ils maltraitent leur
malheureuse victime, plus leur jouissance est grande. Ils ressemblent,
dans ces moments d'expansion libertine, à de véritable démons, hurlant
de joie et de plaisir presque autant que leur souffre-douleur, de peine.
Et cependant, ces mêmes individus, une fois leur rage érotique passée,
entourent des soins les plus tendres, les plus attentifs, leur victime,
lui témoignant la plus grande amabilité. Boutonnant leur redingote, ils
redeviennent ce qu'ils étaient auparavant, c'est-à-dire de galants et
aimables gentilshommes, car gentilshommes ils le sont tous de naissance,
ceux qui sont possédés de cette terrible manie.

Si de pareils procédés sont, en toute conscience, une chose révoltante,
que faut-il penser de ceux qui, non contents de mater, d'anéantir le
corps, dérivent encore une jouissance plus grande de l'écrasement, de
l'annihilation de l'esprit chez leurs victimes?

D'après l'horrible théorie du colonel Spanker, nous devons supposer que
l'on ne saurait éprouver de véritable jouissance en fustigeant le
postérieur calleux d'une fille de rencontre que ses parents ont
habituée, dès sa jeunesse, aux plus rudes corrections, mais que cela
provoque de réelles jouissances en exposant aux coups la tendre et
délicate nudité d'une jeune dame sensitive, à l'éducation supérieure et
à l'esprit élevé.

Dans le but de mettre en pratique ce plan diabolique, le colonel loue
une maison à Mayfair et y fonde la _Société des Flagellants
aristocratiques_ qui comprend au moins une demi-douzaine des plus belles
et plus _fashionables_ jeunes dames du jour.

Nous voyons ainsi que l'auteur considère que les femmes aussi ne
dédaignent pas de se délecter des souffrances infligées à un membre de
leur propre sexe. Nos viragos «au sang bleu» sont lassées des victimes
vulgaires et consentantes, qui se soumettent aux tortures dans un but de
lucre... En conséquence Spanker découvre «une jeune dame connue de la
plupart d'entre eux, Mlle Julia Ponsonby, une adorable blonde de
dix-sept ans, dont la mère, une veuve, forcée d'aller pour quelque temps
à l'étranger, cherche une dame honorable à laquelle elle puisse confier
son enfant, pendant la durée de son absence.» La dame honorable et comme
il faut qui prend charge de la demoiselle n'est autre qu'une procureuse
de la société et miss Julia se trouve bientôt prisonnière dans la maison
de Mayfair, dont la serre a été transformée en salle de conférences et
où l'on a placé, an milieu de massifs de plantes en pleine floraison, de
fontaines et d'autres ornements luxueux, l'_appareil_ «quelque chose
comme une paire de larges marches d'escalier, en acajou massif» et
auquel on attache les victimes lorsqu'on les soumet à la torture. Le
colonel fait son apparition sur la scène et, après avoir abreuvé de
toutes sortes de vilenies la jeune femme, qui le traite avec le mépris
qu'il mérite, il commence par lui administrer une volée de claques
retentissantes sur son derrière nu, puis se laisse aller à d'autres
«horribles libertés» et finalement l'envoie se coucher.

Le lendemain matin il la réveille, armé d'une verge, et, en dépit de sa
honte et de sa terreur, assiste à sa toilette, qu'il accompagne de coups
bien appliqués avec le bouleau. Quand elle est à moitié habillée, il la
force à grimper sur une échelle, en tenant ouverts ses propres
pantalons, tandis que des cinglements de l'impitoyable badine la forcent
à l'obéissance. Son bourreau l'oblige enfin à se placer contre un mur la
tête à terre et les pieds en l'air, puis il la laisse.

On la revêt alors d'un élégant costume de bal, et après l'avoir fustigée
sur les épaules nues avec une cravache de dame, on la présente à
l'assemblée des flagellants réunis dans la serre dans l'attente du
spectacle à venir. Il y a là six dames masquées en dominos et quatre
messieurs affublés de fausses barbes.

Alors le colonel fait un exposé de ses idées et de ses théories,
appuyant ses dires de vigoureuses cinglées, que miss Julia est forcée de
supporter; le conférencier dévoile tout le secret des délicieuses
sensations et des jouissances que procure la flagellation et ce, d'une
façon bien plus étendue que jamais...

La jeune fille, après ces préliminaires, est livrée aux indécentes
caresses de toute la société: la petite cravache est de nouveau mise à
contribution et, tandis qu'on la déshabille avec une lenteur étudiée, on
accompagne chaque phase de l'opération de nouvelles tortures, de plus en
plus raffinées. On la pique avec une épingle, on la pince et on la force
à raconter des épisodes érotiques de sa vie au pensionnat. Miss
Debrette, l'une des dames de la société est ensuite placée sur le
chevalet et miss Julia est contrainte de fouetter la jeune dame qui
semble y trouver un plaisir extrême, quoiqu'elle soit maltraitée au
point d'en être couverte de sang. Puis on se livre à d'autres indécences
inouïes, pour prouver «que le flagellant tout autant que le flagellé
éprouve de voluptueuses jouissances.»

Ensuite commence ce que le colonel, avec un sourire sarcastique appelle
_la flagellation pour tout de bon_!

Miss Julia est attachée à une échelle avec le dos tourné vers les
échelons.

C'est ici que se termine la première partie de l'ouvrage.

La deuxième partie commence par la description très en détail de
l'opération à laquelle volontairement miss Debrette s'est soumise. L'un
des messieurs lui succède et, après que les deux eurent cyniquement fait
part de leurs impressions personnelles aux autres membres de la société,
le supplice de Julia recommence: on la fouette au moyen d'une brassée
d'orties en pleine sève. La position de la jeune femme sur l'échelle
peut donner une idée de la trivialité de la description qui est faite de
la scène qui s'ensuit.

Après l'avoir changée de position et lui avoir fait tourner le dos à
l'assistance inaccessible à tout sentiment de pitié, le colonel relate
quelques autres épisodes de l'application de la torture aux victimes de
la lubricité humaine, après quoi on soumet la pauvre enfant à une
fustigation accélérée au moyen d'une espèce de lanière de cuir, jusqu'à
lui faire presque perdre les sens. Les lubriques acteurs de cette scène
révoltante se mettent à jouer à saute-mouton par dessus le dos
ensanglanté de l'infortunée et, après cette diversion dans leur
dégoûtante orgie, le colonel les régale d'une nouvelle histoire ayant
pour sujet les tortures infligées à une femme mariée, durant sa première
nuit de noces.

Mais ce n'est là qu'un entr'acte: la représentation continue et, c'est
le tour d'une courroie garnie de fines pointes d'acier, de démontrer ses
vertus sur le corps nu et déchiqueté de miss Julia que l'on a placée
sens dessus dessous, la tête en bas et les jambes en l'air, le long de
l'échelle.

Puis une mêlée générale s'engage, qu'il est absolument impossible de
décrire; les participants à cette orgie se laissent aller à tous les
excès, avec toute la lascivité et le voluptueux excitement que toute
cette cruauté est sensée avoir déchaînés et--tout naturellement,--cela
au détriment de la pauvre Julia. De nouveau la pauvrette est soumise à
une flagellation impitoyable au moyen d'une lourde cravache et
finalement--en guise de couronnement de son martyre,--on lui inflige la
plus cruelle, la plus abominable des tortures morales: elle est
brutalement violée avec tout le raffinement de détails qui, d'ordinaire,
peuvent accompagner une telle opération.

Nous pouvons affirmer sans crainte que ce livre est l'ouvrage le plus
froidement cruel, le plus cyniquement indécent qu'il nous ait été donné
de lire; il est unique en son genre dans la langue anglaise. On semble
revivre le rêve sauvage ou plutôt le cauchemar d'un vieux satyre
vicieux, vanné, positivement usé et dont l'épiderme tanné jusqu'à
l'insensibilité par des flagellations quotidiennes a été saisie d'une
folie de passions étranges pour la flagellation bestiale.

Il va sans dire que le compte rendu qui précède ne donne que les grandes
lignes de l'ouvrage, car nous avons soigneusement évité de copier le
moindre détail, dont la minutie est d'un érotisme trop accentué pour se
retrouver sous notre plume. Les plus impudiques descriptions y sont
faites et toutes les phases de cette lente agonie de la pauvre fille, le
moindre mouvement, la plus petite contraction et le moindre
tressaillement sont notés, et commentés. La beauté de Julia est l'objet
d'une analyse et de remarques d'une crudité inouïe et rien n'est négligé
pour prouver que seul un Néron ou un marquis de Sade peuvent réellement
éprouver quelque plaisir sensuel.

Nous pouvons puiser quelque consolation dans le fait que ce livre est
trop délibérément horrible pour être dangereux, car ce mélange de
débauches lubriques, d'extravagances sadiques, d'usages d'abattoir
froidement, cyniquement mis en oeuvre ne peut être que le produit d'une
imagination surchauffée et surexcitée par des idées obscènes et
lascives. Le livre est bien écrit et l'auteur s'est évidemment donné
beaucoup de peine pour mettre bien en relief les moindres détails, comme
s'il avait voulu convaincre le lecteur de la réalité absolue de ce
système répugnant qu'il expose avec tant d'ampleur.



=Curiosités en flagellation.= _Une série d'incidents et de faits
compilés par un flagellant amateur et publiés en cinq volumes. Vol. I.
Londres 1875_[12].

  [12] Curiosities of Flagellation. A series of Incidents and Facts
    collected by an amateur Flagellant and published in five volumes.
    Volume I. London 1875.

Malgré l'annonce de cinq volumes, il n'en parut à l'origine qu'un seul,
qui fut réédité en 1879-1880, avec addition d'un volume supplémentaire.
Ces deux volumes pris séparément contiennent chacun un récit: le vol. I.
est réservé à _The Jeweller's Housekeeper_, en français, _La Gouvernante
du Joaillier_; le vol. II. contient _Mrs North's School_ ou l'_école de
Mme North_. Chacun de ces volumes est illustré de cinq gravures
exécutées avec très peu de soin; elles sont coloriées et de nature
quelque peu obscène. L'ouvrage est publié par l'auteur lui-même.

_La Gouvernante du Joaillier_ est un récit qui a pour but d'exposer la
flagellation comme une pratique aphrodisiaque, comme un moyen d'arriver
à un but déterminé et non pas comme le but lui-même que l'on se propose
d'atteindre, contrairement à la tendance des livres publiés au début du
siècle.

L'auteur cependant nous semble pousser les choses un peu trop loin quand
il cherche à nous persuader que les victimes éprouvent malgré tout une
sensation agréable et voluptueuse, après une flagellation impitoyable
accompagnée d'autres pratiques inhumaines, même quand ils sont sur le
point de succomber à leurs tortures, et que ces sensations augmentent
d'intensité quand le supplice a cessé, ce qui les fait se soumettre par
la suite docilement à ces pratiques et les incite même à désirer
vivement d'y être soumises encore, d'être fouettées de verges, avec des
cravaches et d'avoir leur peau cinglée jusqu'à ce que le sang découle en
profusion des cicatrices béantes, et tout cela pour assouvir les
instincts voluptueux qui accompagnent et suivent leur agonie.

Nous ne doutons pas que la fustigation sur les postérieurs soit
suffisante pour provoquer une circulation anormale du sang dans cet
endroit et dans les parties adjacentes et que par cela même elle ne
stimule les facultés procréatrices chez certaines natures
exceptionnellement douées. Mais nous ne pouvons admettre, en aucune
façon, qu'un individu de l'un ou de l'autre sexe, surtout s'il est sain
de corps et de constitution normale, puisse se soumettre volontairement
aux tortures décrites dans le volume.

La famille dans laquelle se passent les aventures relatées et dont, au
dire de l'auteur, «beaucoup sont basées sur des faits», se compose de M.
Warren, un bijoutier des environs de Saint-Paul[13] «réputé imbu de
principes religieux»; de Sarah sa gouvernante; de «deux filles _de par_
sa femme». Miss Annie âgée de seize ans et Miss Alice, de quatorze ans,
deux des plus belles filles du quartier de Highgate où leur père a son
domicile particulier et «maître» Willy, un gamin de onze ans, fils du
joaillier «de par Sarah».

  [13] Saint Paul, la cathédrale de Londres qui donne au quartier son
    nom. Elle est située dans la cité.

Suivant les instructions du joaillier, la gouvernante invente des
histoires contre les enfants, afin de fournir à ce père modèle des
prétextes pour flageller impitoyablement ses enfants, le garçon comme
les filles, le soir, quand il retourne de la Cité. Après s'être adonné
avec frénésie à ce passe-temps excitant, il calme ses ardeurs dans les
bras de Sarah; ou bien encore, les deux amants se flagellent
mutuellement pour prolonger leurs accès de volupté. En dépit des
histoires inventées contre elles par Sarah et des corrections brutales
qui en sont la conséquence, les deux jeunes filles, aussi bien Annie
qu'Alice se prennent d'un réel attachement pour Sarah et en arrivent
même à désirer d'être soumises à une bonne fustigation,--ce que nous
trouvons foncièrement anormal.

Nous ne croyons ni utile, ni nécessaire, de faire une description
détaillée de ces flagellations, qui d'ailleurs se ressemblent toutes;
elles ont ceci de particulier qu'elles sont décrites d'un style bien
meilleur que celui que l'on est habitué à trouver dans les livres de
cette nature. Le récit se termine d'une façon quelque peu abrupte; l'on
voit bien que l'auteur se proposait d'y donner une suite, car vers la
fin Sarah promet de montrer à ses jeunes amis «quelques petits
instruments de plaisir; mais la chose doit être remise à un autre
moment».

Voici l'analyse du IIe volume qui contient l'histoire de l'école de
mistress North.

Le volume se compose de cinq lettres passablement longues qui traitent
toutes de l'influence de la verge de bouleau sur les organes sexuels.
Point n'est besoin de faire ressortir que le sujet est, d'un bout à
l'autre, traité avec une désinvolture extrême et que le langage employé
est d'une franchise outrée. L'auteur décrit dans leurs moindres détails
les scènes de fustigation et les conséquences qui en résultent, sans
rien cacher.

Dans la première lettre, sir Charles dit qu'il a à ses gages une dame,
miss Whippington qui dirige un pensionnat pour les jeunes filles de
l'aristocratie. Elle flagelle ses élèves pour le plaisir de son riche
protecteur, après avoir arrangé pour lui une cachette d'où il peut, tout
à son aise, suivre les contorsions et jouir de la confusion et de la
honte de ses belles et rougissantes victimes. Lady Flora Bumby, une
jeune fille gracile, à l'air doux, d'une délicate beauté, blonde, âgée
de quatorze ans environ est mise en scène, avec accompagnement de
détails minutieux sur sa contenance, sur sa toilette intime, ses
dentelles et les charmes qu'ils cachent aux regards profanes. C'est
ensuite le tour de miss Mason, une belle brune de seize ans, aux yeux
fulgurants, aux joues de pourpre: elle est gentiment apprêtée et
délicatement cinglée de longues marques rouges. Ceci produit aussi bien
chez le bourreau que chez sa victime le même effet érotique; mais nous,
pour notre part, nous sommes en droit de supposer que cette idée existe
seulement dans l'imagination des écrivains lascifs, quand ils forcent
leurs effets. Néanmoins nous pouvons nous hasarder à dire qu'une femme
encline à l'hystérie peut être soumise à bien des tourments par un amant
préféré sans en ressentir toujours de la douleur, surtout si ce dernier
réussit à faire naître chez elle un excitement voluptueux, alors qu'il
lui inflige des mauvais traitements corporels. Malgré cela ces créatures
ne sont que des exceptions: elles sont toutes anémiques et esclaves de
leur système nerveux; elles se contredisent souvent. Elles sont
menteuses, ont des visions et des accès d'insomnie. Elles s'adonnent à
la boisson et souvent la morphinomanie ou l'abus du chloral les conduit
droit à la maison de fous ou dans la tombe. Il n'y a pas de femme bien
développée, en bonne santé, avec un sang pur et abondant circulant dans
ses veines, qui puisse éprouver du plaisir à être battue; et avec bien
plus de raison, il n'y a pas d'homme dans ces conditions qui peut puiser
la moindre jouissance dans le fait d'être fustigé. Les flagellateurs du
sexe fort sont généralement des êtres absolument usés et dépravés et il
en est de même des femmes de cette catégorie; à moins qu'ils ne soient
des exceptions, c'est-à-dire des êtres dominés par des passions
anormales.

Pour revenir à notre sujet après cette digression qui, nous l'espérons,
n'est pas tout à fait déplacée, voici, après miss Mason, une autre élève
qui tombe sous la férule de la douce institutrice. Cette fois on nous
présente une _boulotte_, assez courte de stature, aux cheveux roux, avec
de grands yeux d'un brun sombre: elle répond au nom de miss Howard et
n'a atteint que son dix-septième printemps. Pour commencer, on l'expose
dans toute la gloriole de sa captivante nudité. C'est couchée à
plat-ventre qu'elle subit son châtiment jusqu'à ce qu'elle ait perdu
connaissance. Ici se termine ce petit délassement et sir Charles, arrivé
au paroxysme de l'excitation, est confortablement soigné par miss W...,
l'institutrice, qui pendant plus de deux heures se prête à ses
extravagances libidineuses et assouvit sa soif de luxure, faisant
revivre de temps à autre ses forces déclinantes, au moyen de quelques
douzaines de coups de verge bien appliqués, tandis que dans leur
chambre, miss Mason et Lady Flora se laissent aller sans aucune retenue
aux incitations d'une idylle amoureuse d'un genre nettement lesbien.

Dans la première lettre, Wildish raconte quelques autres épisodes de
flagellation. Une épouse corrige son ivrogne de mari au moyen d'une
cravache et cet exercice produit chez elle un tel excitement qu'elle se
réconforte dans les bras d'un amant qui a suivi toute la scène à travers
le trou de la serrure. Nous avons ensuite le mariage d'un Lord
Coachington qui, âgé de trente ans à peine et cependant déjà usé jusqu'à
la moelle des os, épouse une jeune veuve très riche. Mais il ne réussit
pas à remplir ses devoirs conjugaux malgré les ingénieux artifices mis
en oeuvre par la jeune femme,--artifices décrits avec une lascivité
extrême et que notre plume se refuse à transcrire. Alors, il offre de
placer sur la tête de sa femme 250.000 francs, pour qu'elle consente à
se laisser attacher au moyen de cordons de soie et à recevoir de lui une
fessée en règle sur son postérieur, avec des verges de bouleau. Elle
consent et le noble Lord se met à la besogne, en dépit des pleurs et des
grincements de dents de la jeune épouse, qui se tord de douleur et
regrette, un peu tardivement, de s'être prêtée à cette fantaisie
maniaque. Le résultat de cette opération ne se fit pas attendre et se
traduisit au bout de neuf mois par la naissance de jumeaux: deux
filles!...

Dans cette même lettre, on nous conte l'aventure d'un certain M.
Robinson atteint, lui, d'une flagellomanie aiguë. Il offre cinq mille
livres sterling, soit 125.000 francs à un jeune garçon, pour qu'il lui
soit permis de le fouetter à coeur joie et à satiété. Mais, ayant par la
suite acquis la certitude que le bel adolescent n'était autre qu'une
jeune fille déguisée, il la remet aux mains de ses quatre valets de pied
et il s'ensuit une orgie qui défie toute description. La lettre se
termine par une communication de Miss Whippington qui s'étend
complaisamment sur les détails d'une fustigation infligée par elle à
Mlle Lucie Saint-Clair, l'une de ses élèves.

La troisième lettre fait l'objet, de la part de Mistress North, d'une
communication comportant une copie très exacte du journal de feu Lord
P..., un fervent disciple et propagateur de la flagellation avec des
verges. Ce mémoire est suffisamment nouveau et curieux, même pour les
initiés aux pratiques flagellatoires et libertines, qui sans doute ne
trouveront généralement dans ces livres, que très peu de choses qui ne
leur soient connues de longue date. Il raconte les amours d'une
gouvernante robuste qui s'amuse à flageller un frère et une soeur
confiés à ses soins. Elle éprouve des spasmes voluptueux en administrant
ces corrections qui, en fin de compte, la portent à faire partager son
lit par son élève mâle, auquel elle frappe avec ivresse le derrière et
les parties adjacentes, non sans le couvrir simultanément de caresses
lascives. Ce couple si étrangement assorti se livre ensuite à une
distraction d'un genre particulier, que ce Faublas en herbe appelle
jouer «à la vache et au veau». Nous voulons passer rapidement sur les
aimables leçons données an gamin, et glisser sur la matière, car il nous
est franchement impossible de suivre et d'étudier les progrès de cette
corruption inculquée à des enfants d'un âge relativement peu avancé.

Les amours, ou plutôt les passions de cette gouvernante
_nymphomaniaque_, sont continuées dans la cinquième lettre, qui termine
le livre, dont voici la conclusion, d'une ironie vraiment cynique: «Cher
Sir Charles, je pense qu'en voilà assez du journal de Lord P..., le
restant est trop sale pour que je puisse le transcrire.»

Vraiment! Mais alors, qu'est-ce que cela peut bien être!

Dans la quatrième lettre, Sir Charles relate l'histoire d'un de ses amis
qui possédait plusieurs grands singes auxquels il avait enseigné de se
flageller réciproquement, dans le but de faire naître chez eux une
excitation des sens. Si--comme on est en droit de le supposer--cette
histoire n'est pas vraie, elle n'en a pas moins le mérite de la
nouveauté et ouvre un nouveau champ d'études aux Buffon de l'avenir.

Une fois de plus on nous sert dans cette lettre la description de trois
jeunes demoiselles, qui, toutes frémissantes, sont attachées au chevalet
et flagellées avec la dernière violence, au grand amusement d'un ancien
Lord-Chancelier, M. S..., qui paie pour suivre la cérémonie à travers un
petit trou, après quoi il est soulagé par la maîtresse de pension.

Ce petit ouvrage est évidemment original, aussi original que peut l'être
un livre de ce genre, si l'on considère que c'est toujours la même
rengaine et qu'il est assez difficile d'apporter dans le traitement de
ce sujet des variations continuelles et pas banales.

Nous ne doutons pas que ceux qui sacrifient au vice de la flagellation,
se délecteront à la lecture de ces cinq lettres et même en demanderont
encore. Le style est entraînant et tout nous porte à croire que
l'ouvrage est de la même plume que la _Conférence Expérimentale_.
L'analogie du style dans ces deux ouvrages saute parfois aux yeux: on y
retrouve en certains endroits les mêmes phrases interminables. La partie
la mieux écrite est incontestablement celle dans laquelle sont décrites
les prouesses de la gouvernante et qui nous montre combien il est
dangereux de confier sans aucune retenue de jeunes enfants à des
servantes. Le grand scandale de Bordeaux[14] nous fournit un exemple de
pareille négligence de la part de parents; d'autre part on peut trouver
de nombreux autres cas dans le livre du Dr Tardieu[15]. En somme, il y a
de bons enseignements à tirer de partout, même d'un livre franchement
érotique.

  [14] Affaire du Grand Scandale de Bordeaux. Pellerin, 1881. 8 vol.

  [15] Étude Médico-Légale sur les attentats aux moeurs par Ambroise
    Tardieu, Paris, J.-B. Baillère et fils, 1873, in-8º, avec gravures.

Nous nous sommes plus longuement étendu sur ce dernier ouvrage, parce
qu'il nous est présenté comme une première oeuvre de l'auteur et nous
croyons que le lecteur nous excusera facilement.



=La quintessence de la discipline an moyen de verges de bouleau. Suite
du Roman de la Castigation.= _Illustré de quatre superbes planches
coloriées. Édition privée. Londres 1870_[16].

  [16] The Quintessence of Birch Discipline. A sequence to the _Romance
    of Chastisement_. Illustrated by four beautifully coloured plates.
    Privately printed. London, 1870.


Les quatre superbes planches coloriées ne sont que d'obscènes
caricatures d'une exécution des plus rudimentaires. L'auteur et
l'éditeur sont la même personne, quoique le _Roman de la Castigation_
ait une autre personne pour auteur. Les sept dernières pages du volume
sont occupées par un récit intitulé: _Lettre d'un Page Boy[17] à sa mère
habitant la campagne_.

  [17] Page-boy, petit commissionnaire, garçon de courses, chasseur.

Dans le livre sus-mentionné, une certaine Mme Martinet, dans une lettre
qu'elle adresse à l'une de ses amies, nous offre le récit de la façon
dont elle passe ses vacances à _Aspen Lodge_, près de Scarborough, la
résidence de «mon vieux protecteur, Sir Frédéric Flaybum, qui, vous ne
l'ignorez pas, trouva nécessaire d'installer et de mettre en vogue mon
pensionnat aristocratique et pour lequel j'ai aménagé de secrets points
d'observation pour son usage, dans les grandes occasions».

Au moyen d'un prêt de deux cents livres sterling (5.000 francs), Sir
Frédéric a su décider la veuve d'un officier de l'armée des Indes, à loi
confier ses deux jeunes filles, «en lui donnant carte blanche à tous les
points de vue, avec la seule restriction que l'exercice de son autorité
_paternelle_ (_sic_) n'ait pas d'effets dangereux et ne laissât pas de
traces défigurantes sur ses enfants».

A l'arrivée de Mme Martinet à Aspen Lodge, Anette et Miriam s'y trouvent
déjà. Le lendemain, elle et son protecteur se mettent à les fouetter
toutes deux, prenant pour prétexte une plainte non motivée d'ailleurs et
absolument inventée par Sir Frédéric. Quand l'opération, qui n'était
d'ailleurs accompagnée d'aucune pratique particulière et cruelle, fut
terminée, on annonce M. Handcock et Miss Vaseline, deux amis de vieille
date de Sir Frédéric. La jeune dame, «une délicieuse blonde, de taille
élancée mais exquisément moulée, avec des lèvres de corail, des dents de
perles et de ces grands yeux langoureux gris bleus, qui caractérisent si
bien un tempérament sensuel», entoure de ses bras potelés le cou de Sir
Frédéric, qu'elle embrasse avec une ferveur amoureuse qui ne laisse pas
que de surprendre l'honorable institutrice.

Il s'ensuit une scène de la plus haute suggestivité, agrémentée de
flagellation mutuelle et d'autres provocations plus ou moins efficaces:
«Cette scène, dit textuellement Mme Martinet dans sa lettre, dura pas
mal de temps et nous remplit, nous, les dames, d'une délicieuse ivresse,
les messieurs étant trop vannés pour se laisser aller à trop
d'excitement.»

Dans la lettre d'un _Page-Boy_, le jeune Fred raconte comment, en
regardant par le trou de la serrure, il surprend ses maîtresses, les
dames Switchers, en train de satisfaire aux goûts dépravés de
l'honorable M. Freecock, en le flagellant et en assouvissant d'autre
manière encore ses lubriques appétits. Mais le gamin est surpris à son
poste d'observation et,--laissons-le parler lui-même,--«en un clin
d'oeil ils m'eurent lié par les poignets au chevalet; mes pantalons
furent descendus en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et ils se
mirent à me tanner le derrière avec frénésie au moyen d'une formidable
verge de bouleau».


Le style de ce volume peut être placé au même rang que celui des trois
ouvrages précédemment décrits. Mais ce livre a au moins un avantage,
celui de n'être pas, dans son ensemble, farci de détails dont la crudité
et la cruauté provoquent d'ordinaire un si profond dégoût.



=Les mystères de la «Villa de la Verveine» ou miss Bellasis flagellée
pour avoir volé=, par Etonensis. Prix: Quatre guinées, Londres. _Édition
privée._ MDCCCLXXXII[18].

  [18] The Mysteries of Verbena House, or Miss Bellasis Birched for
    Thieving. By Etonensis, Price Four Guineas. London. Privately
    Printed. MDCCCLXXXII.


Ce volume est dû à deux auteurs différents; orné de quatre planches
coloriées, il n'a été tiré qu'à 150 exemplaires.


Après avoir pataugé au milieu de tant d'ouvrages lourds, insipides,
sinon absolument répugnants, sur la flagellation, c'est avec un réel
plaisir que l'on tombe finalement sur un volume écrit avec tact et avec
art, que l'on peut lire sans appréhension.

Dans cet ouvrage on nous trace un tableau très fidèle et très minutieux
de ce qu'est un pensionnat fashionable pour demoiselles à Brighton, à
notre époque, et le récit roule principalement sur les punitions
corporelles infligées aux aimables pensionnaires de la maison.

Deux pièces d'or sont dérobées à une élève créole et miss Bellasis est
convaincue d'avoir commis le larcin. Ce qui aggravait sa faute, c'est
qu'elle avait caché le fruit de son vol dans la boîte à ouvrage de l'une
des plus jeunes élèves. La perquisition générale à laquelle on se livre
à la suite de la découverte du larcin, donne lieu à de singulières
découvertes: chez une miss Hazeltine on découvre une bouteille
d'eau-de-vie de genièvre, tandis que l'on trouve dans le pupitre de Mlle
Hatherton un livre obscène. Les deux délinquantes, tout comme l'héroïne
principale de l'histoire sont destinées à être fouettées. Mais la
propriétaire de l'établissement, miss Sinclair, qui jusqu'alors avait
été opposée aux châtiments corporels, croit utile de consulter
préalablement le révérend Arthur Calvedon, aumônier du pensionnat. En
attendant qu'il se rende à l'appel qui lui est adressé, une espèce de
conseil de guerre est tenu et les gouvernantes françaises et allemandes
sont admises à émettre leurs avis respectifs sur la castigation des
jeunes filles. Le discours de l'institutrice française est reproduit en
français qui serait évidemment irréprochable, s'il n'était défiguré par
d'innombrables coquilles d'imprimeur. Mais le révérend arrive: il
commence à faire un exposé très étendu de ses expériences au collège
d'Éton et cela donne lieu à une dissertation très compliquée sur les
différents modes de flagellation. Arthur--comme on a pris l'habitude
d'appeler tout simplement le conseiller spirituel de l'école--brûle
d'envie de demander l'autorisation d'assister à la fustigation de Mlle
Bellasis; mais il n'ose et est obligé de se retirer sans avoir vu
l'accomplissement de son secret désir; il promet toutefois de revenir
après l'opération.

Le lendemain matin, la voleuse est conduite dans la grande salle
d'études, par la sous-directrice et la gérante. Après une vive
résistance de sa part, elle est dépouillée de ses vêtements, liée sur un
pupitre et publiquement fouettée en présence de toutes ses camarades et
des domestiques.

La description de la flagellation, qui suit alors, n'est pas du même
auteur; le style est distinctement différent. L'allure légère et
agréable du début de l'ouvrage se transforme à partir de la page 97 en
une narration plus sérieuse, d'un style plus châtié et plus sobre
surtout. Jusqu'alors les mots obscènes avaient été employés sans
restriction, sans ménagements, sans scrupules: l'auteur appelle tout par
les noms propres.

Le caractère de miss Sinclair est du coup transformé du tout au tout.

Mais procédons dans notre analyse. La fustigation de miss Bellasis est
décrite avec une ampleur bien exagérée, car elle ne nous apprend rien de
bien nouveau. Tout de suite après, nous trouvons une scène passionnelle
entre le révérend Arthur et miss Sinclair que la fustigation de son
élève, sur le postérieur de laquelle elle a usé trois verges, a mis dans
un état de surexcitation sensuelle indescriptible.

Le jour suivant, miss Sinclair, devenue la maîtresse d'Arthur, punit
sévèrement les demoiselles Hatherton et Hazeltine, en particulier, chez
elle, c'est-à-dire qu'elle inflige aux deux jeunes filles toutes sortes
de tourments, d'abord avec une cravache, puis avec une brosse à cheveux,
tandis que le révérend admirateur regarde à travers un trou dans la
cloison. Le volume se termine d'une façon abrupte par quelques lignes
d'encouragement pour les flagellants des deux sexes.

En somme, ce livre est, comme nous l'avons dit déjà, le seul qui ait
quelque mérite et qui semble se baser non sur des inventions mais sur
des faits réels et vécus.



=Exposition de flagellants femelles=, dans le monde modeste et
incontinent, prouvant par des faits indubitables qu'un certain nombre de
dames trouvent un secret plaisir à fouetter leurs propres enfants et
ceux commis à leur charge et que leur passion pour exercer et ressentir
le plaisir d'une verge de bouleau appliquée par des sujets de leur choix
de l'un et de l'autre sexe est du tout au tout aussi prédominant que
celui que leur procure le commerce avec les hommes. Publié maintenant
pour la première fois d'après des anecdotes authentiques, françaises et
anglaises, trouvées dans le boudoir d'une dame. Embellie de six belles
planches in-quarto, supérieur à n'importe quoi de ce genre qui ait
jamais été publié. Londres. Imprimé pour G. Peacock, nº 66,
Drury-Lane[19].

  [19] =Exhibition of Female Flagellants=, in the Modest and Incontinent
    World. Proving from Indubitable Facts that a number of Ladies take a
    Secret Pleasure in whipping their own, and other Children committed
    (_sic_) to their care, and that their Passion for exercising and
    feeling the Pleasure of a Birch-Rod, upon Objects of their Choice of
    both Sexes, is to the full as predominant as that of Mankind. Now
    first published, from authentic Anecdotes, French and English, found
    in a Lady's Cabinet. Embellished with six beautiful Quarto Prints,
    superior to any thing of the kind ever Published. London. Printed
    for G. Peacock, nº 66. Drury Lane.

Une jolie vignette ovale orne cet ouvrage. Elle représente Cupidon
attaché à un arbre tandis qu'une jeune fille assise prépare une verge de
bouleau pour le châtier.

Au point de vue littéraire ce livre ne vaut absolument rien. L'auteur
traite son sujet d'une façon par trop exclusive et part de ce principe
que la flagellation en elle-même constitue la jouissance, tandis qu'en
réalité l'on ne peut considérer cette pratique que comme un moyen
d'arriver au but que l'on se propose, c'est-à-dire la jouissance
sensuelle. En lui-même le châtiment corporel que l'on s'impose ne peut
certainement avoir rien que de désagréable. Ce n'est pas la flagellation
qui termine l'opération, puisqu'elle est suivie d'autres actes qui
produisent les effets définitifs désirés et provoqués. D'autre part, les
verges sont exclusivement placées dans les mains des femmes, comme si
les hommes ne sauraient éprouver au moins tout autant de plaisir à
fouetter des jeunes filles qu'à être fouettés par elles.

Dans l'_Exposition des flagellants femelles_ cette théorie uniforme est
adoptée d'un bout à l'autre; on nous y enseigne que dans la flagellation
il faut un certain art, du tact, et de la délicatesse.

Voici à titre de document, la traduction d'un passage qui s'y rapporte:
«Saches donc, fille nigaude (dit Flirtilla), qu'il y a une certaine
façon de manier ce sceptre de félicité, dans laquelle peu de femmes ont
la main heureuse; ce n'est pas le geste passionné et violent d'une
vulgaire femelle qui peut charmer, mais les manières délibérées et
élégantes d'une femme de sang et du monde, qui déploie en toutes ses
actions cette dignité qui se retrouve même dans le jeu de son éventail,
qui souvent sert à faire de si profondes blessures. Quelle différence
entre le vulgaire et le mondain, le distingué, précisément en cette
matière! Quelle différence entre la vue d'une femme vulgaire qui,
provoquée par ses enfants, les saisit comme un tigre ferait d'un agneau,
expose brutalement leur derrière et les corrige avec le plat de la main
ou avec une verge ressemblant beaucoup plus à un manche à balai qu'à un
gentil faisceau de verges, élégamment nouées ensemble tandis qu'une mère
bien-née, froidement et méthodiquement sermonnera son enfant ou son
pupille et, quand elle se sera rendu compte qu'il est dans son tort et
qu'il mérite une punition, ordonne à l'incorrigible miss de lui apporter
les verges, de se mettre à genoux et de demander à mains jointes une
bonne fouettée; puis, cette cérémonie préliminaire accomplie, elle lui
ordonnera de se coucher en travers de ses genoux ou bien la fera monter
sur le dos de la bonne, et puis, avec les plus jolies manières que l'on
puisse imaginer enlèvera tout ce qui empêchera le libre accès du
derrière frémissant de la petite demoiselle, qui pendant tout le temps,
tout en larmes et avec des promesses et des suppliques les plus tendres
implore sa chère maman ou sa gouvernante de lui pardonner; et à tout
cela la belle exécutrice prêtera oreille charmée, découvrant cependant
avec un sentiment délicieux les gentilles et aimables rotondités si
blanches, qu'en quelques minutes elle fera passer au rose le plus sombre
au moyen d'une verge maniée avec savoir-faire et élégance!»


Il existe d'ailleurs encore deux autres éditions de cet ouvrage, savoir:

=The Exhibition of Female Flagellants.= Suus cuique mos. London. Printed
at the Expense of Theresa Berkley, for the Benefit of Mary Wilson, by
John Sudbury, 252, High Holborn.

L'autre Édition est celle de genre bien connu de Hollywell Street.



=Le Chérubin= ou Gardien de l'Innocence féminine. Exposant les Artifices
des Pensionnats loués[20], des Diseurs de Bonne Aventure, des Modistes
corrompues et des soi-disant Femmes du monde. Londres, imprimé pour W.
Locke, nº 12 Red Lion Street, Holborn. 1792[21].

  [20] Loué est pris ici dans le sens de loyer; c'est-à-dire,
    Pensionnats pris en location par de vieux messieurs.

  [21] =The Cherub=; or Guardian of Female Innocence. Exposing the Arts
    of Boarding Schools; Hired Fortune-Tellers; Corrupt Milliners; and
    Apparent Ladies of Fashion, London: Printed for W. Docke. nº 12 Red
    Lion Street, Holborn. 1792.

Ce livre qui a été réimprimé à plusieurs reprises a pour objet, comme
son titre compliqué l'indique assez clairement, de mettre à nu chacune
de ces catégories de vice. De nombreuses anecdotes se suivent. En voici
une qui a trait à la location des Pensionnats de demoiselles par de
vieux libertins, qui trouvent plaisir à voir fouetter les jeunes élèves.

«Un vieux Crésus libertin de Broad Street, dont les richesses étaient
aussi considérables que les instincts dépravés, a entretenu depuis
quelques années une espèce de trafic sensuel avec les directrices de
deux pensionnats; l'un situé aux environs de Hackney et l'autre dans la
Banlieue de Stratford. Toutes les semaines il versait à ces Dames des
sommes importantes, rien que pour pouvoir goûter des jouissances
visuelles qu'un homme ordinaire aurait trouvé plutôt répugnantes
qu'agréables.

Le gentleman en question fait des visites régulières et à tour de rôle
chez chacune de ces accommodantes matrones.

Voici comment le spectacle se déroule:

Toutes les fautes commises, les dérogations au règlement etc., sont
soigneusement enregistrées pendant les quatre ou cinq jours qui
précèdent la visite du Crésus; le jour de sa venue est fixé pour
l'exécution de toutes les punitions infligées aux élèves. Après avoir
fait entrer le vieux birbe dans un petit cabinet adjoignant la salle et
dans la porte duquel sont aménagés des trous d'observation, les élèves
sont appelées l'une après l'autre, mises à nu, étendues sur un établi
_ad hoc_ et fouettées sur leurs postérieurs en proportion de la gravité
de leurs fautes. Dans la situation où elles se trouvent les jeunes
filles ne peuvent pas se douter un instant qu'elles sont vues de tout
autre personne que leur directrice. Et quand le vieux jouisseur, après
avoir suivi, au moyen d'une lorgnette toutes les phases et les progrès
de la flagellation en est arrivé au _summum bonum_ de sa passion il sort
de son rôle passif et se transforme à son tour en exécuteur... Son désir
assouvi il se retire comme un homme de bonne composition qu'il est,
parfaitement heureux et placide.


L'ouvrage est orné d'un frontispice suggestif par Isaac Cruikshank.



=Part the second. The female flagellants in the Beau-Monde and the
Demi-monde=; proving from indubitable facts that the secret Pleasure of
Whipping their own children and those of others, and that the Delights
of the Birch Rod are as powerful in the female as in the masculine part
of humanity. Now first published from the Manuscript of a Lady, and from
original correspondance addressed to the Editor of the first Part. With
highly coloured Engravings. Two Guineas[22]. Est une continuation du
volume mentionné plus avant, sous le titre d'_Exposition des flagellants
féminins_.

  [22] =Deuxième Partie. Les Flagellants femelles dans la Beau Monde et
    dans le Demi-Monde=; prouvant par des faits indubitables que le
    secret plaisir de fouetter leurs propres enfants et ceux des autres
    et que les Délices de la Verge de Bouleau sont aussi puissants dans
    la partie féminine que dans la partie masculine de l'humanité.
    Publie maintenant pour la première fois le manuscrit d'une Dame et
    la Correspondance originale adressée au rédacteur de la première
    partie. Avec des illustrations coloriées de haut ton. Deux guinées.



=Conférences Fashionables=, organisées et tenues avec la discipline de
verges de bouleau, par les suivantes et nombreuses belles dames, qui ont
rempli à l'approbation générale les rôles de mère, marâtre, gouvernante,
femme de chambre, ménagère, gérante de maison, etc., etc.

  Mad. R-nson.
  Lady G-r.
  Mad. M-h-n.
  Mad. B-n-ll.
  Feue Miss Kennedy.
  Kit. Frédérick.
  Lady W-ley.
  Mad. R-pe.
  Mad. B-lli.
  Charlotte Hayes.
  Mad. Rudd.
  Miss C-t.
  Mad. H-nter.
  Mad. Miller.
  Mad. Price.
  Miss C-ver-ng.
  Clara Hay-d.
  La mère Birch.
  Mad. Arm-d.
  Mad. Coxe.
  Mad. L-w-ce.
  Mad. Hugues.
  Miss Scott.
  Miss Villers.
  Kitty Fisher.
  Mad. Austin.
  Lucy Cooper.
  Sally Harris.
  Mad. Booker.
  Charlotte Spencer.
  Mad. Corbyn.
  Mad. Judge.
  Mad. Far-ar.
  Signora Frasi.
  Signora G-lli.
  Fanny Murray.
  Fanny Herbert.
  Miss Faulkner.
  Mad. Woff-gton.
  Nancy-Parsons.
  Signora Z-lli.
  Mad. Badd-ly.
  Mad. Bridgeman.
  Mad. Baker.
  Mad. Lessingham.
  Mad. Watson.
  Mad. Dal-ple.
  Lady L-n-er.
  Signora S-i.
  Killy Tut-a-dash.
  Mad. Car-.
  Mad. Bulky.
  La comtesse de Medina.
  Miss Olliver.
  Miss Goldsmith.
  Mad. Wil-n.
  Miss Ray.

Avec les observations préliminaires sur les plaisirs de la verge de
bouleau, administrée par la jolie main d'une dame favorite. Embellie
d'une jolie gravure, d'une demi-feuille, représentant une marâtre
fouettant son fils.

    Les philosophes qui ont étudié la nature
    Et tous nos saints pères jurent
    Qu'une verge est le meilleur fortifiant,
    Une verge appliquée sur le derrière[23].

Voir _la danse de Mme Birchini_.

  [23]

        Philosophers who've studied Nature,
        And all our holy Fathers swear,
        A Rod's the best invigorator,
        A Rod applied upon the Rear.

  _C'est un aussi grand provocateur que les cantharides ou le jus de
  vipères, parce que cela irrite le sang et donne une nouvelle vigueur
  aux esprits assoupis._

  (_Le Jésuite lascif_, un Opéra.)


Quatrième édition, avec de nombreuses adjonctions. Londres. Imprimé pour
G. Peacock, nº 66, Drury Lane[24].

  [24] =Fashionable Lectures=, etc... The fourth Edition. With
    considerable additions. London. Printed for G. Peacock, nº 66 Drury
    Lane.

Cet ouvrage est incontestablement le plus curieux, le plus original et
très probablement le premier publié de la série. On aurait pu
l'intituler: _Le Drame de la flagellation_; toute l'action se déroule en
dialogues et monologues.


A ce sujet, nous croyons intéressant de reproduire la teneur d'un
passage qui termine l'ouvrage: _Le Sublime de la Flagellation_.

Très peu de temps après la publication des _Conférences Fashionables_ à
Paris la carte suivante fut remise par les libraires à tous les
acheteurs de l'ouvrage.

  CARTE

  ADRESSÉE A MESSIEURS LES FLAGELLANTS

«Tous les acheteurs des _Conférences_ qui seraient curieux de juger par
eux-mêmes de l'effet qu'elles produisent quand elles sont bien
développées, peuvent être adressés à une dame très accomplie au point de
vue physique comme au point de vue de l'intellect, et qui, si on sait
lui faire un compliment approprié[25], est prête à développer n'importe
laquelle de ces conférences avec toute l'énergie et l'éloquence de son
talent oratoire et son action, heureusement en corrélation.

  [25] Un bel euphémisme!

«Cette dame a une maison à elle et sa salle de conférence est meublée de
verges, de chats à neuf queues, et de quelques-uns des meilleurs
ouvrages sur la flagellation. La dame a également dans sa maison une
femme robuste, capable de prendre un homme sur ses épaules, quand il lui
prend l'envie d'être traité comme un écolier; et en outre, elle, aussi
bien que sa bonne, sont prêtes de jouer un rôle passif dans l'usage des
verges, quand de temps à autre on le lui demandera. Prix de la première
conférence: un louis,--chaque lecture suivante un demi-louis et 2 fr. 50
pour la bonne si elle sert de chevalet dans la circonstance.

«N. B. Les messieurs seuls, qui éprouvent du plaisir à jouer le rôle
d'écoliers, seront servis par la maîtresse et la servante, à toute
heure, avant qu'ils se lèvent, le matin, dans leurs propres domiciles,
où se jouera admirablement bien le délicieux divertissement d'être sorti
du lit, bousculé, puis fouetté, pour n'avoir pas voulu se rendre à
l'école.»



=La Danse de Mme Birchini=, une histoire moderne, considérablement
augmentée avec des anecdotes originales recueillies dans les cercles
fashionables. Publié maintenant pour la première fois par Lady Termagant
Flaybum.

  «_De tomber aux pieds d'une maîtresse impérieuse, d'obéir à ses
  ordres, d'avoir à lui demander pardon, furent pour moi les plus doux
  plaisirs._»

  (_Les confessions de J.-J. Rousseau_, vol. I.)

  «_C'est un excitateur aussi puissant que les cantharides ou que le jus
  de vipère, parce que cela irrite le sang et redonne une vigueur
  nouvelle aux esprits assoupis._»

  (_Le Jésuite lascif_; un opéra.)


Neuvième édition, avec de belles planches. Londres. Imprimé pour Georges
Peacock, et vendu Drury Lane, nº 66[26].

  [26] =Madame Birchini's Dance.= A Modern Tale. With Considerable
    additions, and Original Anecdotes collected in the Fashionable
    Circles. Now first published by Lady Termagant Flaybum.

    The Ninth Edition, with beautiful Prints. London: Printed for George
    Peacock, and sold at nº 66 Drury Lane.


C'est un livre éminemment curieux. La première édition originale a dû
être publiée contemporainement avec les _Révélations de Lady
Bumtickler_. Ces anecdotes originales sont en prose et ne diffèrent pas
grandement de ce qui nous a été présenté dans l'_exposition de
flagellants femelles_ mais la _Danse de Mme Birchini_ est en vers,
parfois bien terre à terre, mais empreints, en certains endroits, d'une
belle vigueur et d'une ardeur remarquable.

C'est, en somme, l'histoire d'un jeune noble qui, devenu impotent à la
suite d'excès de tout genre, se livre aux soins habiles de Mme Birchini
qui réussit, grâce à ses procédés spéciaux, à lui rendre son ancienne
vigueur et à le mettre à même de remplir ses devoirs conjugaux après
l'accomplissement desquels sa jeune épouse soupirait désespérément.



=Le joyeux ordre de Sainte-Brigitte.= Souvenirs personnels de l'usage de
la verge par Marguerite Anson York.


Imprimé pour les amis de l'auteur, MDCCCLVII[27].

  [27] =The Merry Order of St Bridget=, Personal Recollections of the
    Use of the Rod by Margaret Anson; York: Printed for the Author's
    Friends, MDCCCLVII.

On attribue ce livre au même auteur qui a écrit pour Hotten _The History
of the Rod_ (l'Histoire de la verge). Il se compose de douze épîtres
écrites par miss Anson à une de ses amies; la première lettre est datée
de 1868, tandis que sur l'ouvrage le frontispice porte la date erronée
de 1857.


Un certain nombre de dames, assemblées dans un château en France,
pendant le second Empire, créent, pour passe-temps, _le Joyeux Ordre de
Sainte-Brigitte_, une société ayant pour but l'application mutuelle des
verges, une pratique à laquelle elles sont toutes adonnées.

Marguerite Anson est la soubrette de l'une de ces dames et elle est
admise à faire partie de la société en qualité d'aide. La description de
sa propre installation donnera une idée des rites de l'ordre.

Mais laissons-la avant tout admirer son costume: «Une chemise de toile
fine, garnie de Valenciennes avec des entre-deux de rubans. Un jupon
moelleux en flanelle blanche garnie de soie en bordure dans le bas; un
autre en cachemire blanc, très fin avec un ruché dans le bas, garni de
velours bleu de ciel. J'avais en fait de corset l'un de ceux de ma
maîtresse, tout brodé; et par-dessus le tout, un magnifique peignoir
bleu, avec des ruchés blancs; pas de jupes ni de pantalons et rien aux
pieds, qu'une paire de mules bleues garnies de rosettes blanches très
mignonnes.»

Ainsi accoutrée, Marguerite est placée dans une petite chambre contiguë
à la grande salle où le _Joyeux Ordre_ tenait ses assises: elle a les
yeux bandés.

«Il me semble que j'attendis longtemps, mais je crois que ce ne fut que
quelques minutes au bout desquelles quelqu'un entra dans la chambre:

--Enlevez votre manteau! me dit une voix que je reconnus pour celle de
Mistress D..., une dame anglaise, belle, grosse et grasse, de quarante
ans environ, pleine de vie et de malice, qui avait été une des
promotrices de l'affaire.

--Maintenant, suivez-moi!

La porte de la salle fut ouverte et l'on m'introduisit. Puis la porte se
referma et fut verrouillée et j'entendis autour de moi des rires
étouffés.

Alors une voix partant du fond de la salle s'exclama: «Silence,
mesdames, s'il vous plaît!»

Trois coups secs furent frappés sur une table et la même voix demanda:

--Qui vient ici?...

J'avais été stylée par Mistress B... et je répondis, conformément à ses
instructions:

--Une candidate pour une place dans le _Joyeux Ordre de
Sainte-Brigitte_.

--Êtes-vous prête à servir l'ordre du mieux que vous pourrez et d'aider,
comme le demande votre maîtresse, dans l'accomplissement des cérémonies
de l'ordre?

--Je le suis!

--Est-ce que vous vous engagez à ne jamais souffler mot de ce que vous
verrez, entendrez ou ferez dans cette chambre, sous peine de perdre
votre place sans certificat?

--Oui! Je m'y engage!

--Connaissez-vous le but du _Joyeux Ordre_?

--Oui!

--Dites-le nous!

Selon mes instructions je répondis.

--La salutaire et agréable discipline au moyen de verges appliquées
réciproquement par ses membres au cours de ses séances.

--Avez-vous jamais été fouettée?

--Oui!

--Promettez-vous de vous soumettre à telle flagellation que le _Joyeux
Ordre_ vous imposera, sans vous rebeller ou sans murmurer?

--Oui!

--Préparez-la!

«J'entendis de nouveau des rires étouffés dès que cet ordre fut donné et
je pus me rendre compte que mistress D... était secouée d'un rire
intérieur, tandis qu'elle exécutait sa consigne, et qu'elle m'enleva mon
peignoir. Elle épingla mes jupons et ma chemise sur mes épaules et
alors, ma chère, je savais ce qui allait venir. Quelqu'un d'autre se
saisit de l'une de mes mains tandis que mistress D... me tenait l'autre
en attendant un nouveau commandement.

--Avancez!

«Ils me firent faire quelques pas en avant et au même instant un
formidable coup de verge tomba sur ma hanche, puis sur l'autre et ainsi
de suite jusqu'à ce que j'eus atteint le bout de la salle. Je pleurai et
me débattis; mais tout fut en vain; mes guides me maintenaient
solidement et, lorsqu'elles me lâchèrent, je ne pouvais plus que
sangloter et haleter.

Alors un nouveau commandement se fit entendre:

--A genoux!

Je m'agenouillai devant l'ottomane du centre de la pièce. Les dames
maintinrent mes bras par-dessus ce meuble et lady C... quitta son
fauteuil, s'avança vers moi et me fouetta jusqu'à ce que je ne sus plus
guère où je me trouvais. Alors elles m'aidèrent à me lever et la dame
dit:

--Mesdames de l'_Ordre de Sainte-Brigitte_, recevez-vous Marguerite
Anson en qualité de membre et de servante jurée, pour faire tout ce que
vous demanderez?

--Oui! répondirent en choeur celles qui ne riaient pas.

--Laissez-la voir! fut le commandement qui retentit alors et, à ces
mots, l'une des dames fit retomber mes vêtements et une autre m'enleva
mon bandeau des yeux. J'étais tellement secouée et abrutie par la
flagellation que pendant un certain temps, je pus à peine y voir.
Mistress D... me prit par le bras et me ramena à l'extrémité de la
pièce. Je me remis peu à peu et alors, en regardant autour de moi, je
fus témoin d'un spectacle que n'aurait certainement jamais rêvé ce
journaliste dont je mentionnais l'entrefilet dans ma dernière lettre.

«Chacune des dames tenait en main un faisceau de verges souples et
solides et nouées avec des rubans correspondant à la couleur de leurs
vêtements.

Sur l'ottomane où j'avais subi ma dernière fustigation étaient déposées
deux autres verges.

--Marguerite Anson! Approchez! me dit Mme C... de nouveau. J'avançai
timidement, appréhendant une nouvelle fessée...

--Agenouillez-vous!

Je m'agenouillai et elle me fit cadeau d'une verge en m'informant que
j'étais maintenant une servante du _Joyeux Ordre de Sainte-Brigitte_,
que j'étais autorisée à prendre part à leurs cérémonies et que j'étais
tenue de faire tout ce que l'on me demanderait.

Puis on m'enjoignit d'aller me placer à l'extrémité de la salle, et de
m'apprêter à faire à celle dont le tour était venu, absolument la même
chose qui m'avait été faite à moi.

Il saute aux yeux qu'une répétition d'une flagellation de ce genre entre
femmes ne peut que devenir insipide à la longue, car elles ne varient
que fort peu. Pour faire diversion, l'auteur intercale dans son récit
des réminiscences évoquées par les dames présentes, au cours desquelles
l'élément masculin est mis en scène.

Une anecdote surtout est impayable: c'est l'histoire d'un monsieur qui,
se faisant passer pour un inspecteur scolaire du gouvernement, fait une
tournée d'inspection dans tous les pensionnats de jeunes filles où les
plus belles d'entre les élèves sont fouettées en sa présence.

L'auteur adopte la thèse, d'après laquelle une certaine délicatesse et
du _savoir-faire_ sont des qualités essentiellement requises en
flagellation.

«Il y a, dit-il, une grande différence entre les différents modes
d'administrer les verges. Il n'y a aucune jouissance à puiser dans le
maniement des verges ou dans la réception des coups, quand la chose est
pratiquée de la même manière qu'emploierait une femme vulgaire dans un
accès de colère. Mais, quand la verge est maniée par une dame du monde,
élégante, avec dignité et grâce dans le maintien et dans l'attitude, le
fait de pratiquer la flagellation et de la subir deviennent également
une source de réel plaisir[28].»

  [28] Cette phrase est incontestablement plagiée. Elle se trouve dans
    «_L'Exposition des Flagellants Féminins_».

L'extrait suivant de _History of the Rod_ (l'histoire de la verge) a
quelque analogie avec le récit de Marguerite Anson, qui précède.

C'est pour cela que nous croyons utile de le reproduire ici, à titre de
document bibliographique.

«Une vieille nouvelle française, que nous avons parcourue en passant, le
long des quais de la Seine à Paris, donnait une description très vivante
d'une espèce de club romantique de flagellation qui existait à Paris peu
de temps avant la Terreur. Les dames qui faisaient partie de cette
association se fouettaient réciproquement avec une élégance pleine de
charmes! Une sorte de procès précédait chaque correction et, quand une
dame était reconnue coupable elle était immédiatement déshabillée et
fouettée par ses compagnes. S'il faut en croire les affirmations
contenues dans ce livre qui avait pour titre le _Château de Tours_, un
grand nombre de dames du plus grand monde étaient affiliées à cette
société et recevaient de leurs compagnes des châtiments personnels.

Ces nobles dames étaient également décrites dans ce livre comme
instigatrices et créatrices des nouvelles modes; elles donnaient le ton.
A en juger par les descriptions de ces modes, faites dans le livre en
question, quelques-unes ne devaient pas différer beaucoup de celles
adoptées jadis par notre bonne aïeule, la mère Ève!»



=Les Mystères de la flagellation=[29] ou un _Récit des Cérémonies
secrètes de la Société des flagellants_. La sainte pratique des Verges.
Saint-François flagellé par le Diable. Comment on domine ses passions
par l'art de la flagellation. Avec beaucoup d'Anecdotes curieuses sur la
Prédominance de ce Passe-temps particulier chez toutes les nations et à
toutes les époques, soit sauvages ou civilisées (_sic_).

  [29] =Mysteries of Flagellation= or A History of the Secret Ceremonies
    of the Society of Flagellants. The Saintly Practice of the Birch.
    Saint Francis whipped by the Devil. How to subdue the Passions by
    the art of Flogging! With many Curious Anecdotes of the Prevalence
    of this Peculiar Pastime in all Nations and Epochs, whether Savage
    or Civilized. Printed by C. Brown, 44 Wych Street, Strand. Price 2d.


Imprimé par C. Brown, 44 Wych Street, Strand. Prix: 2d.[30].

  [30] 2d. vingt centimes. Sur la couverture, en tête se trouve répétée,
    en toute lettrée cette fois, la mention: «Price Two pence».

Cette publication--8 pages--qui date de 1863, avait été provoquée par
l'arrestation d'une dame Potter, pour avoir fouetté une jeune fille
contre sa volonté.


En comparaison avec son genre, cette brochure n'est pas mal écrite. Elle
nous donne un aperçu de ce qu'étaient certains établissements de Londres
et notamment le _White House_ (maison Blanche), la _Den of Mother
Cummings_ (Repaire de la Mère Cummings), l'_Élysée de Brydges Street_,
etc.

Voici d'ailleurs le résumé de l'affaire Potier. Elle est intéressante:

«A cette époque (en juillet 1863), sur la demande de la _Société de
Protection des Femmes_, une perquisition fut opérée dans l'_Académie_,
alors très en vogue, de Sarah Potter, alias Stewart, dans la Wardour
Street[31] et une rare collection d'accessoires et d'instruments de
flagellation fut saisie et transportée au palais de justice de
Westminster. C'est alors seulement que le grand public apprit que des
jeunes filles étaient débauchées dans l'_École de flagellation_ de la
femme Stewart, pour être soumises à la fustigation de la part de jeunes
et de vieux amateurs de ce sport particulier, au grand profit de cette
honnête dame. Les spécimens les plus curieux de son stock d'instruments
servant à son industrie consistaient en une échelle pliante, avec des
entraves, des verges de bouleau, des balais de chiendent et
d'accessoires secrets à l'usage des hommes et des femmes.

  [31] Ce fait n'est pas tout à fait exact, en ce sens que la
    perquisition eut lieu au nº 3 de Albion Terrace, Kings Road à
    Chelsea, où cette dame habitait après avoir déménagé de Wardour
    Street.

Sa méthode de procéder dans sa petite industrie était la suivante. Elle
attirait des jeunes filles, les nourrissait, les logeait et les
habillait et en retour elles étaient obligées de se prêter aux caprices
des protecteurs de cette pension de famille d'un nouveau genre.

Elles étaient fouettées de différentes façons. Quelquefois on les fixait
à l'échelle: d'autres fois elles étaient pourchassées à coups de fouet
par la chambre; parfois on les couchait sur le lit. On avait recours à
toutes les variations et à tous les raffinements qu'une imagination
pervertie pouvait inventer, pour varier dans la mesure du possible les
orgies, en retour desquelles la maîtresse de maison touchait des sommes
variant entre 5 et 15 livres sterling. Les bénéfices que la Stewart
tirait de cette _école_ lui permettaient de tenir des valets et une
maison de campagne, au grand scandale de la communauté.»

Ce récit est évidemment exagéré. On ne pourrait admettre que la jeune
fille fût flagellée contre sa volonté, car elle avait pour habitude de
fouetter des messieurs et de se soumettre elle-même à l'opération quand
elle était payée en conséquence. Il est un fait certain, c'est qu'elle
retourna chez Mme Potter dès que celle-ci fut relâchée de prison et
habita avec elle pendant longtemps à Howland Street.

Mistress Sarah Potter, alias Stewart fut une matrone d'une certaine
importance qui, à un moment donné réalisa de grosses sommes. Au cours de
sa carrière accidentée elle changea très souvent de domicile.

Sous ses auspices, les flagellations étaient appliquées presque
exclusivement aux messieurs quoique de temps en temps il arrivait que
des jeunes filles y étaient soumises. Elle avait pour spécialité de
procurer de très jeunes filles avec les parents desquelles elle prenait
préalablement des arrangements pour éviter dans la suite des
désagréments éventuels. Elle habillait ces enfants de costumes
suggestifs et leur enseignait des tours variés, pour amuser ses clients.



=Le Roman de la Castigation=; ou les Révélations de miss Darcy.

          _«Un récit étrange mais plus que vrai.»
    «Les pantalons tombent, la peau délicate apparaît
    «Aussi claire que la fourrure de la plus blanche hermine.»_

Shenstone.

Illustré de gravures coloriées. Londres: imprimé pour les libraires[32].

  [32] =The Romance of Chastisement=, or The Revelation of Miss Darcy.

                  «A Strange but o'er true tale.»
        «Down drop the drawers, appears the dainty skin
        «Fair as the furry coat of whitest ermeline.»

    (Shenstone.)

    Illustrated with coloured Drawings; London: Printed for the
    Booksellers.

Belinda Darcy rend visite à son amie Dora Forester, qui l'initie aux
plaisants mystères de la flagellation et lui révèle ce qui se passe à la
_Villa Belvédère_, une maison de délassement où l'on fait un usage très
étendu de la verge.


Le livre contient en outre quelques scènes diverses, telle que la
description d'une pénitence dans un couvent, et une scène de
flagellation domestique, etc.

Au point de vue littéraire, cet ouvrage a quelque mérite et on peut le
lire avec intérêt.



=Le Roman de la Castigation= ou Révélations de l'école et de la chambre
à coucher. Par un expert.

          _«Experto crede.»
    «Qui, brandissant une verge se met carrément
    «A défaire ses pantalons--elle tremble d'effroi--
    «Ils tombent, la peau délicate apparaît
    «Claire comme la fourrure de la plus blanche hermine.»_

(_La maîtresse d'école_, par Shenstone, 1870[33].)

  [33] =The Romance of Chastisement=; or Revelations of the School and
    Bedroom. By an Expert.

              «Experto Crede.»
        «Who brandishing the rod, doth straight begin
        To loose her pants--she trembles with affright--
        Adown they drop, appears the dainty skin,
        Fair as the furry coat of whitest ermeline!»

    (_The Schoolmistress_ by Shenstone, 1870.)

Ce livre roule principalement sur la Castigation de jeunes filles et
l'auteur semble y trouver un réel plaisir. Il croit qu'une femme opérant
sur elle-même ou sur quelqu'un de son propre sexe éprouve dans la même
mesure du plaisir.

Dans l'exposé de ses théories l'auteur cherche à démontrer que celui qui
reçoit les coups en éprouve également de la jouissance et ce, presque au
même degré que celui qui inflige la correction.

Un seul passage est vraiment nouveau et pittoresque, dans lequel
l'auteur affirme l'existence de derrières qui rougissent de honte, tout
comme le visage.

Il cite à l'appui un cas particulier.

L'auteur de cet ouvrage avait un manuscrit qui n'a pas été publié et qui
se trouve actuellement en possession d'un bibliophile de Londres. Il
comprend les contes suivants: «LES VACANCES DE RICHARD», «UN PLONGEON
DANS L'ATLANTIQUE», «LE CHÂTEAU DE CARA» et «L'HISTOIRE DE SAM[34].» Il
y a encore huit morceaux en prose et en vers soit: «LES LEÇONS
D'ALLEMAND», «DEVAIT-IL LE FAIRE?», «RÉCITS DE L'ÉCOLE», «LE FOUR DE LA
RECONNAISSANCE, ou RÉMINISCENCES RIVALES», «RÉMINISCENCES DE FÉLIX
Easyman Esq.»--y compris «_Autobiographie_» et «_Barnania_», «l'Eton
d'Antan» (comprenant l'_Histoire de Kitty_ et l'_Histoire d'Esther_)
etc., etc. Puis un supplément au ROMAN DE LA CASTIGATION[35].

  [34] =Harry's Holidays. A Dip in the Atlantic; Castle Cara; Sam's
    Story.=

  [35] «=The German Lessons=», «=Did he ought to do it?=», «=Tales out
    of School=», «=The Reckoning Day or Rival Recollections=»,
    «=Reminiscences of Felix Easyman Esq.=», «=Eton of Old=» etc., etc.



=La Sublimité de la flagellation=, en lettres de Mme Termagant Flaybum,
de _Birch-Grove_, à lady Harriet Tickletail, de Bumfiddle-Hall. Dans
lequel sont présentés le magnifique conte de la =Coquette châtie=
(_sic_) en français et en anglais et =Le Brosseur de derrières du
pensionnat= ou les Détresses de Laure. Orné d'une superbe planche.

    _De voir sa majestueuse figure
    Vous ferait trémousser avec plus de vigueur!
    La fulgurance éclatante de chaque oeil
    Soulèverait votre âme jusqu'à l'extase!
    Ses fesses au-dessus de ses hanches éclatent
    En rapides palpitations à chaque coup!
    Avec vigueur sur le derrière joufflu
    Elle enseigne aux garçons récalcitrants qui est maître à la maison._

(_La danse de Mme Birchini._)

  Longtemps tourmenté, sans savoir exactement par quoi, je dévorais d'un
  oeil ardent, chaque belle femme; mon imagination les rappelait sans
  cesse à ma mémoire, uniquement pour les dompter à ma façon et les
  transformer en autant de demoiselles Lambercier.

  (J.-J. Rousseau, _Confessions_, vol. I.)

Londres. Imprimé pour George Peacock.[36]

  [36] =Sublime of Flagellation=; In Letters from Lady Termagant
    Flaybum, of Birch-Grove, to Lady Harriet Tickletail, of
    Bumfiddle-Hall. In which are introduced The Beautiful Tale of =La
    Coquette Chatie= (_sic_), in French and English, and =The
    Boarding-School Bumbrusher=; or the Distresses of Laura. Decorated
    with a superb Print.

        To look at her Majestic figure,
        Would make you caper with more vigour!
        The lightening flashing from each eye
        Would lift your soul to extasy!
        Her bubbies o'er their bounddry broke,
        Quick palpitating at each Stroke!
        With Vigor o'er the bouncing bum
        She'd tell ungovern'd boys who rul'd at home!

    (_Madame Birchini's Dance._)

      Long tormented, without knowing by what, I devoured with an ardent
      eye every fine woman; my imagination recalled them incessantly to
      my memory, solely to submit them to my manner, and transform them
      into so many Miss Lamberciers.

      (Rousseau, _Confessions_, vol I.)

    London: Printed for George Peacock.


Ce volume contient quelques anecdotes piquantes, mais au demeurant, il
peut être placé au même rang que les ouvrages médiocres de ce genre. Il
présente cependant une nouveauté en ce sens que l'honneur y est mêlé.
Une jeune danseuse, amante d'un riche lord, ne veut pas répondre à
l'amour du fils de ce dernier, qu'elle a des scrupules de trahir, mais
elle assouvit la passion du jeune homme qui l'idolâtre, en lui
distribuant généreusement force coups de cravache, ce dont l'amoureux
paraît ravi.



=Vénus Maîtresse d'école=; ou Sports du bouleau. Par R. Birch,
traducteur des _=Mémoires de Manon=_.


Imprimé pour Philosemus, embelli d'une jolie planche. Prix: 10s.
6d.[37].

  [37] =Venus School Mistress=; or Birchen Sports. By R. Birch,
    Translater of Manon's Memoirs. Printed for Philosemus. Embellished
    with a Beautiful Print. Price 10s. 6d.

Cet ouvrage fut réimprimé à plusieurs reprises. C'est une oeuvre très
mal écrite qui relate les aventures de miss Birch, la fille d'une femme
qui dirigeait un externat et qui ne laissait jamais passer une occasion
de fesser ses élèves. Miss Birch y prend goût et en fin de compte monte
à son tour une école avec une de ses amies. «Et maintenant, dit-elle,
nous vivons ensemble et fouettons, comme deux petits diables aussi bien
les petits garnements que les grands.» Les aventures relatées dans ce
volume sont très terre à terre, à l'exception peut-être de quelques
passages.

Un détail à noter: une deuxième page--faux titre--d'une édition
réimprimée vers 1830 par Carmon, porte la désignation suivante:

  «=Aphrodite flagellatrix=: _Sive Ludi Betulani De gustibus non est
  disputandum. Romæ Apud Plagossum Orbilium, In viam flagrorum sub signo
  flagelli 1790_[38].»

  [38] =Vénus Flagellatrice.=

    Il ne faut pas discuter sur les goûts. A Rome: Chez Plagosus
    Orbilius. Dans la rue des Flagrants, à l'Enseigne des Verges. 1790.



=La Favorite de Vénus=; ou Secrets de mon Mémorandum: expliqué dans la
vie d'une Dévote du Plaisir. Par THÉRÉSA BERKLEY.

«Ciels! Quelle sensation! Comment puis-je décrire les plaisirs de la
verge!--Son contact magique est si enivrant--si enchanteur--si--...»

Illustré avec de belles illustrations. Londres: Imprimé et publié par J.
Sudbury, 252, High-Holborn[39].

  [39] =The Favorite of Venus=; or, Secrets of my Note Book: Explained
    in the Life of a Votary of Pleasure. By Theresa Berkley.

    «Heavens! what a sensation! how can I describe the pleasures of the
    Rod!--its magic touch is so enthralling--so enchanting--so...

    Illustrated with Fine Engravings. London: Printed and Published by
    J. Sudbury, 252 High-Holborn.

Ce livre traite des amours d'un garçon livreur qui va porter aux clients
les marchandises achetées dans la boutique de son père. Mais comme cette
clientèle se compose presque uniquement de femmes entretenues et de
prostituées, les épisodes sont d'une nature quelque peu triviale et
l'ouvrage en lui-même est très terre-à-terre, sans grande valeur
littéraire.



=Les Camarades d'École=; ou Guide des Jeunes Filles en Amour, En une
série de lettres. Y compris quelques anecdotes-curieuses sur la
Flagellation. Auxquelles on a ajouté, la singulière et divertissante
Histoire de la Vie et de la Mort d'un Godemiche, enrichie de fines
gravures. Première partie. Londres; imprimé par John Johnes,
Whitefriars[40].

  [40] =The School-Fellows=; or, Young Ladies' Guide to Love. In a
    Series of Letters. Including Some Curious Anecdotes of Flagellation.
    To which is added, The Singular and Diverting History of The Life
    and Death of a Godemiche. Enriched with Fine Engravings. Part the
    First. London; Printed by John Jones, Whitefriars.

En neuf lettres Cécile et Émilie rappellent l'une à l'autre les moments
qu'elles ont passés ensemble à l'école et retracent les aventures
amoureuses qu'elles ont eues depuis leur séparation. Ces lettres roulent
principalement sur la masturbation et la flagellation. Le style est très
pauvre, les expressions triviales et le sujet dépourvu d'intérêt.



=La Nuit de noces=; ou BATAILLES DE VÉNUS, UNE RÉVÉLATION VOLUPTUEUSE,
FORMANT LA Vie Intéressante d'une courtisane de qualité, forcée par le
besoin à Prostituer son Corps pour de l'Or; elle est prise en garde par
différentes Personnes Riches et Pieuses et devient fameuse par ses
méthodes Artistiques et Licencieuses de ranimer les instincts animals,
de faire renaître l'énergie décroissante avec l'âge, et pour rendre à la
Torche qui s'éteint une nouvelle Lumière. Dans cet ouvrage on trouvera
quelques curieuses ANECDOTES SUR LA FLAGELLATION et sur d'autres
succédanés pratiqués en cette science méritoire sur les Vieux et les
Jeunes. Le tout formant la narration (sic) la plus intéressante
d'intrigues et de débauche qui ait jamais été offerte au public!!![41]

  [41] =The Wedding Night=; OR, BATTLES OF VENUS, A VOLUPTUOUS
    DISCLOSURE, BEING THE _Interesting Life of a Courtezan of quality,
    compelled by necessity to Prostitute her Person for Gold_, etc.,
    etc... _In this Work will be found some_ CURIOUS ANECDOTES OF
    FLAGELLATION _and of other strange succedaneums practiced in the
    meretricious science upon old and young._ etc., etc. Illustrated
    with curious Engravings. J. Turner, 50 Holywell street. Price 3s.
    6d.

    «Avec quels délices n'entends-je point tes transports, ô Amour
    «Tant de douceur ravit mon oreille aux écoutes;
    «Avec toi je veux parcourir cette plaine délicieuse
    «Et tu devras céder à mes tendres étreintes!!!

Illustré de curieuses gravures. J. Turner, 50 Holywell Street. Prix 3s.
6d.


Le titre de cet ouvrage n'a absolument rien de commun avec son contenu.
Il n'est pas question du tout d'une nuit de noces, pas même en passant.
Le livre n'est nullement obscène. Il retrace la vie d'une jeune fille de
tempérament ardent que les instincts sensuels, les revers de ses parents
et d'autres circonstances jettent dans les bras d'un homme de position
qui l'entretient, mais qu'elle ne parvient pas à aimer. Elle change
d'amant, mais ne trouve le bonheur qu'auprès d'un jeune homme pauvre
qui, mourant bientôt, la laisse de nouveau seule.

Elle mène une existence aventureuse, fait le trottoir, et parvient, au
moyen de ses économies, à monter une _maison hospitalière_, où les vieux
messieurs trouvent tout ce qu'il leur faut. Ayant amassé un magot, elle
se retire à la campagne où elle mène la vie d'une veuve d'officier
colonial, finit par se marier avec un gentilhomme campagnard qui la
trompe et s'enfuit en Jamaïque avec la jeune servante. L'épouse trompée
se voue au bien et ferme les yeux de son mari repentant auquel elle a
pardonné à son retour.



=The Cabinet of Fancy=, or Bon Ton of the Day; A Whimsical, Comical,
Friendly, Agreeable Composition; Intended to please All, and offend
None; suitable to amuse Morning, Noon, and Night, Writte (sic) and
compiled by Timothy Fiekle Pitcher.

    _With songs and strange extravagancies
    She tries to tickle all your fancies._

London, printed for J. Mc. Lean, Lhips Alley, Wellelsse Square; F.
Sudbury, Nº 16 Tooby Street Borough; and Sold by all the Booksellers in
Town and Country.



THE CHARM, THE NIGHT SCHOOL, THE BEAUTIFUL JEWESS and THE BUTCHER'S
DAUGHTER. All Rights reserved.

Brussels 1874. Hartcupp et Cie, 8 fr.

(_Le Charme_, _l'École de Nuit_, _La Belle Juive_, _la Fille du
Boucher_.)

Tous Droits réservés, in-12. A Bruxelles chez Hartcupp et Cie. 1874. 8
fr.



=Jupes troussées=, par E. D. Auteur de la _Comtesse de Lesbos_. Londres,
1899, 1 vol. in-12.

Voici 180 pages superbement érotiques. Un avant-propos donne au
lecteur--qui doit s'armer de patience... et de courage pour avaler le
récit entier--toutes explications sur le but poursuivi dans cette
publication.

«Un bibliophile français de mes amis--y est-il dit--chercheur érudit et
infatigable, a réuni une collection d'anecdotes sur la flagellation à
diverses époques, collection que nous avons à notre disposition, jointe
à ses souvenirs personnels. Nous donnons ici une partie de ses
souvenirs, et à la suite quelques extraits de sa collection, pour ne pas
grossir démesurément le volume.»

Qui s'en plaindrait? Personne. Le lecteur, puisqu'il y a lecteurs pour
ce genre de littérature, ne verrait aucun inconvénient à quelques pages
de plus. D'autre part, le chercheur, qui voit là matière à
dissertation--voire à philosophie--ne demande qu'à recueillir le plus
possible. D'ailleurs la préface de _Jupes troussées_ nous fait espérer
une suite. Voyez plutôt:

«Si la présente publication obtient auprès de nos lecteurs le succès que
nous sommes en droit d'en espérer, je m'empresserai de publier la suite
de la collection, qui pour ma part, m'a vivement intéressé, par le
charme du récit, et par le piquant des descriptions des jolies scènes
qui s'y déroulent, et qu'on sent prises sur le vif. C'est comme le
panorama de la discipline, de la fin du siècle dernier à nos jours.»

Que voilà belles promesses. Et allez donc. Dix chapitres s'offrent au
lecteur qui peut y puiser maints enseignements, peut-être aussi
répulsion et dégoût!

Et maintenant, voulez-vous quelques extraits de ce livre? En voici le
prologue, l'entrée en matière, le frontispice en quelque sorte.

«Comment je devins professeur d'anglais, dans le pensionnat que
dirigeait Mme Tannecuir»--pourquoi toujours ces noms appropriés au
sujet?--«dans une des plus grandes villes de France, cela importe peu à
ce récit. Il suffit de savoir qu'un mois après mon installation dans
l'établissement, j'avais acquis un autre titre auprès de la maîtresse,
qui était devenue doublement la mienne. Après un siège assez court et
bien mené, la place s'était rendue à discrétion.»

Voilà qui promet. Cependant le style est doux, tout doux, trop doux pour
ce genre d'ouvrage, mais n'ayez crainte, dès la seconde page l'auteur se
rattrape. Un portrait de ladite directrice «fouillé jusqu'aux moindres
détails»; une description du pensionnat, et les verges entrent en danse.

Des verges, encore des verges, toujours des verges! C'est tantôt une
méchante écolière, qui a battu une de ses petites compagnes, qui est
conduite dans la salle de discipline. «C'est une mignonne petite blonde
de treize ans, déjà grassouillette, deux yeux très tendres, figure
douce. Elle rougit, tremble de honte. On l'assoit sur les genoux de la
directrice, et flic, flac,» etc., etc., cliché connu.

Et d'une.

Autre scène:

Cette fois «c'est Eliane de P. qui a un caractère indomptable; toutes
les réprimandes qu'on lui adresse sont sans effet sur elle. Et la voilà
qui crache à la figure d'une sous-maîtresse.

Eliane est une superbe créature, beauté troublante, dix-huit ans,
svelte, bien cambrée, beaux dessous, belles chairs... Toute la lyre,
quoi.

Et de nouveau voilà un postérieur qui rougit, car Mme Tannecuir a pris
sur une table une longue verge souple et élastique, et l'applique sur le
beau postérieur, d'abord sans trop de sévérité, rosant à peine le satin,
pour préparer la peau à un plus rude châtiment. Quand la croupe a pris
une teinte plus colorée, réchauffée par les légères atteintes, Mme
Tannecuir, jugeant que la préparation est ainsi suffisante, accentue la
force de ses coups, qui rougissent la surface cinglée.

Et de deux.

Vous croyez que c'est terminé. Patience, il n'y a encore que deux
chapitres de passés.

Une fustigation par chapitre ce n'est point trop. Il est vrai qu'ils
sont singulièrement allongés par les scènes intimes qui se passent entre
la directrice et le professeur d'anglais. Vous savez, la flagellation,
c'est un puissant aphrodisiaque... Demandez plutôt à Mme Tannecuir, ou
non lisez les chapitres suivants. Vous y trouverez que le professeur
d'anglais ne peut suffire à éteindre les feux de cette extraordinaire
directrice qui s'adresse à des personnes de son sexe.

En tout bien, tout honneur; c'est sans témoins: malheureusement, ce
satané professeur d'anglais qui est partout et voit tout, s'aperçoit
d'un spectacle charmant qui se passe tout près de sa cachette, et est
assez peu galant pour troubler ces... ces... comment dirai-je... ces...
débats.

Et voilà une scène du plus haut érotisme qui termine l'histoire.

Déjà? Oui, et il y en a dix chapitres!

Il est vrai que je ne vous ai pas donné tous les détails des corrections
infligées à Mlle Héloïse de R..., «un joli tendron de dix-sept ans aux
cheveux blond cendré, aux doux yeux de gazelle, dont la candeur
angélique ne laissait pas soupçonner que la mignonne était la plus
indisciplinée des pensionnaires», ni à Rosine de B..., «une belle brune,
au teint lilial, de seize ans, la taille parfaite, entre les deux,
développée pour son âge»; des charmes! des charmes mystérieux! ni à «la
tendre Victoire, blondinette de treize ans qui va recevoir une fessée
pour la guérir de sa paresse habituelle», ni à la blonde sous-maîtresse
elle-même, «qui prend un grand plaisir à voir donner le fouet».

Je ne vous ai pas parlé non plus de ce qui se passait pendant ces
corrections où l'on bandait les yeux aux victimes pendant que le
professeur d'anglais et Mme Tannecuir... mais j'allais en dire trop
long. Lisez l'ouvrage, il en vaut la peine.

D'ailleurs, cette très véridique histoire est suivie de =La discipline
au Couvent=, _à l'abbaye de Thétien_ 1780-1788. «Extraits des mémoires
du R.-P. Chapelain--je copie exactement--de l'abbaye de Thétien, copiés
textuellement sur les souvenirs écrits de sa main, trouvés dans son
secrétaire après sa mort.

Et ainsi commencent ces extraits:

«Deux tendres novices embéguinées depuis six mois, soeur Véronique et
soeur Gudule, la première, une mignonne blonde de dix-neuf ans, la
seconde, une belle brune de vingt ans, ont fait un accroc à leur robe
d'innocence.»

Figurez-vous qu'on les a trouvées dans la même couche, égrenant un
chapelet qui n'était pas leur chapelet habituel.

Et pour punir un crime à ce point atroce, voilà la mère abbesse--la
sainte femme!--qui fouette vigoureusement les deux coupables, sous les
yeux ébahis et fort satisfaits du Père Prieur.

Flic, Flac, et flic et flac, et voilà quatre chapitres sur le même
sujet.

Inutile de dire qu'on fouette d'abord une soeur Radogune, «une superbe
professe de trente ans--bigre!--plantureuse brune, aux rondeurs
opulentes,» ou bien c'est «une tendre novice, qui s'offre toute rouge de
honte, avec un délicieux corps de vierge blonde, grassouillette, dodue,
aimablement (?) potelée», et encore Hélène de Belvèlize, une mignonne
petite blonde potelée, qui a eu dix-sept ans aux dernières cerises,
toute ronde, replète, bien garnie partout; une belle chevelure blonde
encadre son front virginal--(encore! elle aussi)--tordue ordinairement
en deux longues tresses, dont les pointes nouées d'une faveur bleue, lui
battent les... jambes; mais les tresses sont défaites et les cheveux
épars sur les épaules tombent dans le dos: deux grands yeux bleus
limpides et languissants, fendus comme une longue amande, sont ombragés
par des franges dorées de cils longs et soyeux, surmontés d'épais
sourcils plus foncés, qui se rejoignent au-dessus d'un nez pur et
délicat, dont les ailes transparentes palpitent, au-dessus d'une toute
petite bouche, fendue dans une cerise».

                   *       *       *       *       *

Clic, clac, et clic et clac.

Et soeur Sévère, et soeur Hache-Cuir (!) s'en donnent _à coeur que
veux-tu_.

                   *       *       *       *       *

Voici venir «Yolande de Beaupertuis, une superbe fille, à qui on
donnerait plutôt dix-huit ans que seize sous une opulente chevelure
noire, un teint mat de la blancheur des lis, fait ressortir ses épais
sourcils d'ébène, et les longs cils soyeux, qui descendent sur deux
grands yeux noirs veloutés mais hautains dont l'éclat n'est pas fait
pour atténuer l'orgueil qu'elle porte dans ses traits.

Une petite bouche aux lèvres ronges, sensuelles complète cette belle
figure de Diane chasseresse.»

Et en route pour cent coups de martinets administrés sous la compétente
direction du Père Prieur, qui moralise à sa façon.

Un point, c'est tout.

Suivent deux pièces de vers, intitulées _La discipline au couvent_
(1830).

Et l'auteur avoue _modestement_ que ces deux pièces, extraites des
souvenirs rimés de l'aumônier de couvent des Lorettes de L. vers 1830,
sont tout simplement le chef-d'oeuvre du genre.

Jugez-en un peu par ces extraits:

    Dans l'oratoire on vient de traîner Lise,
    Beau tendron de quinze ans, que le fouet va punir
    D'un gros péché de gourmandise
    Deux nonnains s'en viennent tenir
    La belle qui résiste,
    Tandis que soeur Agnès, qu'assiste,
    La plantureuse soeur Tourment,
    La trousse pour le châtiment.

Ouf! Et d'un. Point ne se termine là ce chef-d'oeuvre. Oyez encore:

    Pendant que gémit la pauvre fille,
    Redoublant d'ardeur, la nonnain
    La fustige et la catéchise:
    «Flic, flac, eh bien, est-ce aussi bon,
    «Que le péché de gourmandise
    «Qui vous valut cette fessée, ô Lise?
    «Flic, flac, et ceci donc?
    «C'est encore meilleur, je l'espère
    «Tantôt notre bon père,
    «En guise de bonjour,
    «Vous dira deux mots à son tour
    «Flic, flac, ah! vous sentez la chose!»

Flic, flac, ô poésie, voilà de tes coups!

Voici la fin de la première poésie:

    Je l'entraîne dans ma cellule,
    Et là dans l'ombre et le secret,
    Je confesse à loisir la chaude pénitente,
    Encore toute palpitante...
    Mais là-dessus soyons discret.

Soyons discret! Après dix pages de versification érotique! Dieu grand,
il était temps!

Enfin le volume se termine par _une séance au Club des Flagellants_,
traduction d'une lettre écrite par un certain John Seller qui a assisté,
déguisé en femme à cette séance.

Peu intéressante cette lettre.

Beaucoup d'obscénités. Pas le moindre effort littéraire.

Je n'en parlerai donc pas.



=Les Callipyges ou Les Délices de la Verge=, par E. D. Paris. Aux dépens
de la Compagnie, 1892, 2 volumes.

C'est là le compte rendu de conférences qui auraient été faites aux
séances d'un comité formé de dix charmantes femmes, aux formes
opulentes, qui s'étaient donné le titre bien approprié de «Callipyges».

L'ouvrage est donc divisé en chapitres différents pour chaque
conférence. Nous les passerons rapidement en revue.

Voici d'abord une _Conférence sur l'Utilité et l'Agrément de la verge_.
La conférencière parle des _causes_ qui font donner le fouet dans les
pensionnats, puis du _but_ poursuivi en cela. Ici nous citons: le
passage en vaut la peine.

«Pour nous, et pour vous aussi, mesdames, qui m'avez fait l'honneur de
me demander mon avis franc et sincère, il y a un double but, que résume
admirablement ce proverbe latin: _utile dulci_, mêler l'utile à
l'agréable.»

On n'est pas plus franc, en effet.

Après le _but_, voilà les _moyens_: ils sont nombreux, et... accompagnés
d'exemples.

Passons. Suit une _conférence sur le pantalon_, «ce recéleur charmant
des plus riches et des plus aimables trésors».

Hum! hum!

Mrs Flog va nous dire ce qu'elle pense de _la Pudeur et de la
Confusion_. Voilà qui, placé dans une telle bouche, promet d'être
intéressant. Elle commence ainsi:

«Un des plus séduisants attraits de la flagellation, c'est sans
contredit la confusion qui empourpre les joues d'une pudique jeune
fille, à la seule pensée qu'elle va montrer son postérieur nu.»

Celte confusion n'a rien qui nous étonne, mais que ce soit là un attrait
séduisant?...

A l'appui de ces dires, Mrs Flog organise une conférence
_expérimentale_, tenue chez elle, et soyez certains que les expériences
sont poussées dans leurs détails les plus extrêmes. La cruauté et la
luxure s'y sont donné rendez-vous; mais en somme, ce n'est qu'un roman.

La fin du premier volume contient quelques observations du plus haut
intérêt, mais comme elles sont enjolivées (?) de scènes plus ou moins...
odieuses, nous regrettons de ne pouvoir citer que les titres des
chapitres, savoir:

Conférence expérimentale, tenue chez Mrs Flog.

Five O'Clock chez Lady Fine (conférence anecdotique).

Conférence sur les diverses manières de fouetter.

Conférence anecdotique chez Lady Richbut.

Enfin: Conférence expérimentale tenue chez Mrs S. Tear, et nous passons
au second volume.

En voici les principaux chapitres:

Sur les pratiques voluptueuses pendant la flagellation.

Sur la sévérité dans le châtiment.

Sur la discipline dans la famille.

Sur la discipline entre amies.

Le tout semé d'anecdotes et de conférences expérimentales.

Il est fâcheux que l'auteur de ce volume ne l'ait pas écrit en termes
pins modérés et plus... littéraires. L'ouvrage y eût gagné.

Que ne soigne-t-on pas davantage l'impression. Nous relevons dans notre
lecture une moyenne de trois ou quatre fautes par page!



=Mémoires d'une procureuse anglaise=, faisant suite à l'ouvrage
FILLETTES ET GENTLEMEN. Paris. A la librairie de Cupidon, 1891.

Un affreux petit ouvrage, où les fautes abondent; mal imprimé. Quelques
scènes de flagellation sans importance, où, seule, la note érotique est
cherchée.



=Étude sur la flagellation= A TRAVERS LE MONDE, AUX POINTS DE VUE
HISTORIQUE, MÉDICAL, RELIGIEUX, DOMESTIQUE ET CONJUGAL, AVEC UN EXPOSÉ
DOCUMENTAIRE DE LA FLAGELLATION DANS LES ÉCOLES ANGLAISES ET LES PRISONS
MILITAIRES.

_Dissertation documentée basée en partie sur les principaux ouvrages de
la littérature anglaise en matière de flagellation et contenant un grand
nombre de faits absolument inédits avec de nombreuses annotations et des
commentaires originaux._ Paris, 1899, 1 vol. in-8º tiré à 500
exemplaires sur papier de Hollande.



=Préface à «l'étude sur la flagellation».= En publiant cette étude, nous
avons voulu franchement rompre en visière avec un préjugé suranné qui
veut que certains sujets d'une nature parfois--mais pas
toujours--scabreuse soient systématiquement exclus de la discussion. LA
FLAGELLATION, dont l'origine remonte aux époques les plus éloignées est
un de ces thèmes que l'on s'est plu à classer dans la catégorie des
_questions délicates_ que l'on ne doit aborder qu'avec la plus extrême
réserve. Notre but n'est pas d'imprimer aux idées de nos lecteurs une
direction bien déterminée dans un sens ou dans un autre; de porter aux
nues, grâce à une surexcitation pernicieuse des sens, cette antique
institution qui, de nos jours, quoi qu'on en dise, n'en subsiste pas
moins sous une forme identique au fond mais modifiée dans les détails de
son exécution; nous nous bornons à soumettre au public un exposé aussi
complet que possible, un recueil très consciencieux de toutes les
théories émises sur ce sujet, une collection de faits s'y rattachant,
sans commentaires, tels qu'ils nous sont transmis par d'antiques
chroniques et de plus récentes études. A nos lecteurs d'en tirer la
conclusion qui leur plaira. Déviant cependant du point de vue
essentiellement documentaire auquel nous nous plaçons en ce qui concerne
strictement la publication de cet ouvrage, nous croyons tout de même
pouvoir émettre un avis tout à fait personnel, qui peut se résumer en
quelques mots: «La flagellation n'est, en somme, qu'un moyen comme un
autre de provoquer une surexcitation des sens, que l'on a employé de
tous temps plutôt dans ce but réel que dans un autre et qui a constitué,
comme il le constitue encore aujourd'hui, un moyen détourné de faire
naître chez les _émoussés_ des désirs et des jouissances qui doivent
fatalement amener un assouvissement d'appétits charnels. Le fanatisme
religieux, les pénitences ascétiques et tous les autres prétextes qui
ont servi de couverture à cette pratique n'ont dû avoir cependant qu'un
résultat unique qu'il conviendrait plutôt de considérer et d'analyser au
point de vue médical.»

Ce recueil, qui contient un certain nombre de faits et de relations
entièrement inédits, intéressera certainement le lecteur à quelque
classe qu'il appartienne: la lecture de cette étude produira sur lui,
selon son tempérament ou ses principes, des impressions bien diverses:
il pourra y puiser de l'étonnement; il pourra aussi s'en délecter, comme
également il n'y trouvera peut-être qu'une amusante distraction,
peut-être même éprouvera-t-il un certain dégoût. Mais ce dernier cas se
produirait-il, que nous ne saurions nous en plaindre, parce que nous
aurions au moins réussi à faire prendre par ce lecteur-là, en légitime
horreur cette manie qui n'a pu éclore et n'éclôt encore qu'en des
cerveaux maladifs.

Nous n'éprouvons aucun embarras pour déclarer ici franchement que nous
considérons la flagellation comme une des passions vicieuses inhérentes
au genre humain. A ce titre, nous croyons le sujet digne d'attirer toute
notre attention, et nous sommes persuadés que son analyse et sa
discussion s'imposent. Au grand public de s'ériger en juge de nos
efforts, qui ne s'appuient certainement pas sur une pudibonderie
déplacée. Nous pouvons, en effet, avec une légère variante, faire nôtre,
en la circonstance, un adage latin: «_Castigat scribendo mores._»

En présence des lois de la nature, lois que certainement l'homme n'a pas
inspirées, nos préjugés surannés, nos vertus hypocrites s'évanouissent
comme fumée: la réalité, la vérité nous apparaît nue, entièrement nue,
et quand nous cherchons à la travestir nous commettons tout simplement
un crime de lèse-nature: ce n'est plus la vérité, ce n'est plus la
réalité dès qu'on l'affuble des oripeaux de nos conventions stupides qui
permettent bien de penser en toute liberté de conscience, mais
n'admettent pas que cette liberté se traduise franchement et sans
ambages, nous mettant ainsi dans l'obligation de vivre en un perpétuel
mensonge à l'égard de nous-mêmes.

On nous a enseigné que le mariage, c'est-à-dire l'accouplement des deux
sexes en vue de perpétuer la race humaine, tel qu'il nous est imposé par
les lois, est le seul et unique système de copulation logique et
légitime, l'idéal de l'hyménée, et que tous les autres systèmes,
c'est-à-dire les rapports sexuels basés sur des principes différents,
sont illicites et criminels et comportent forcément la damnation.

Cette théorie est identique à celles qui règlent toutes les religions:
elle est trop consolante, trop idéale, pour répondre à la réalité des
faits, car elle implique la bonté excessive et la vertu, ainsi que
l'abnégation à toute épreuve chez les deux sexes.

Malheureusement l'homme, tout comme la femme, et cette dernière
peut-être à un bien plus haut degré, sont dominés, subjugués par des
passions qui ne sauraient obéir aux lois humaines, parce qu'elles
subissent l'impulsion de la nature, souveraine maîtresse en ces sortes
de choses.

Et ce sont précisément ces passions qui font naître en nous ces manies
baroques, ces extravagances voluptueuses qui provoquent, de la part de
notre pudibonderie de convention, les hauts cris que l'on pousse quand,
par hasard, il se trouve quelqu'un qui s'attaque à la matière et
entreprend de la disséquer et de l'analyser au point de vue
psychologique.

De toutes les passions, la luxure est précisément celle qui s'impose le
plus tyranniquement au genre humain: La flagellation,--et c'est un fait
indéniablement établi,--est un des agents les plus actifs de cette
luxure innée, à laquelle la chasteté la plus stricte n'échappe que très
rarement.

L'homme a de tous temps cherché et trouvé dans la souffrance et dans
l'influction de douleurs corporelles une âpre jouissance; il n'a pas
seulement puisé d'étranges sensations dans son propre martyre, mais il a
aussi joui d'étrange, de cynique, et, disons-le, de révoltante façon des
tortures infligées à son semblable.

Dans les _Chants de Maldoror_ (Paris et Bruxelles, «chez tous les
libraires,» 1874, in-18) nous cueillons ce passage qui le dit bien:

«... _Tu auras fait le mal à un être humain et tu seras aimé du même
être: c'est le bonheur le plus grand que l'on puisse concevoir._»

Il serait oiseux, dans cette préface, de refaire en abrégé l'historique
de la Flagellation qui se développe avec toute l'ampleur que comporte le
sujet dans le volume que nous présentons à nos lecteurs.

Notre rôle se borne ici à expliquer le but que nous poursuivons en
publiant cet ouvrage. Nous voulons propager, dans la mesure du possible,
la connaissance approfondie d'une passion humaine qui se présente sous
des aspects tellement divers et revêt des formes si variées qu'elle
offre un champ d'études très vaste. On pourra puiser dans notre _Étude
sur la Flagellation_ maints enseignements, en tirer maintes moralités et
se faire une idée exacte des différentes anomalies de la nature humaine
dans ses vices, au point de vue des jouissances toutes charnelles, qui
n'empiètent en rien sur le domaine intellectuel et moral. On ne saurait
en effet, taxer l'âme de tares qui n'affectent que la vile enveloppe
humaine, le corps, et constituent, tout aussi bien que d'autres défauts
constitutionnels, des aberrations physiques, c'est-à-dire un état
maladif latent, dont, en somme, elles procèdent.

                   *       *       *       *       *

Cet ouvrage était accompagné de sept eaux-fortes représentant des scènes
de flagellation.

Ces illustrations, d'un caractère artistique indéniable, ont été
=poursuivies et détruites par le Parquet=, sur la dénonciation et à la
requête d'une Société anglaise. Toute la presse parisienne a été unanime
à flétrir ces poursuites. Nous donnons quelques extraits des principaux
journaux qui se sont élevés avec indignation contre les procédés
employés en cette occurrence:


Du _Radical_, 7 juillet 1899, sous le titre: =Les dessins de la
Flagellation.=

  La neuvième chambre correctionnelle a condamné hier, à 200 francs
  d'amende, pour outrage aux bonnes moeurs, M. Carrington, éditeur, à
  raison de divers dessins qui accompagnent l'_Histoire de la
  flagellation à travers les âges_, ouvrage publié par sa maison.

  C'était Me Albert Meurgé qui assistait le prévenu. Il a fait
  remarquer, non sans ironie, que ce fut la plainte d'une Société
  anglaise, la «National Vigilance Association» qui mit en mouvement le
  parquet français. Et il a ajouté, aux rires de l'auditoire, que ce qui
  avait offensé cette vertueuse Société, c'était une publication
  antérieure de M. Carrington, _les Dessous de la pudibonderie
  anglaise_, où l'hypocrisie de ces messieurs d'Outre-Manche se peut
  voir à nu.


Des _Droits de l'Homme_, 7 juillet 1899, sous le titre: =Pudibonderie
anglo-française.=

  M. Carrington, éditeur à Paris, a publié un ouvrage intitulé
  l'_Histoire de la flagellation_ au point de vue médical, historique et
  religieux.

  A la suite d'une dénonciation d'une société de puritains anglais la
  «National Vigilance Association», le parquet a trouvé que les gravures
  de l'_Histoire de la flagellation_ étaient obscènes et M. Carrington a
  comparu devant la neuvième chambre du tribunal correctionnel.

  Me Meurgé assiste le prévenu.

  C'est bien ce qu'on peut appeler l'internationalisme de la répression,
  le parquet parisien s'étant mis à la remorque d'une société anglaise.

  M. Carrington avait publié récemment un livre intitulé _les Dessous de
  la pudibonderie anglaise_. Cette publication ne doit pas être
  étrangère aux représailles de la présente poursuite.

  Malgré les efforts de Me Meurgé, M. Carrington a été condamné à 200
  cents francs d'amende.


Du _Petit Bleu_, 6 juillet 1899, sous le titre: =Pudeur Anglaise=:

  M. Carrington, a publié en France un ouvrage qui a pour titre: _la
  Flagellation à travers l'histoire_. M. Carrington a raconté les
  fustigations légendaires dont certains personnages historiques furent
  les héros ou les victimes: telle, la rivale de la duchesse du Barry,
  flagellée sur l'ordre de la favorite par «quatre robustes
  chambrières»; tel le chevalier de Boufflers à qui une épigramme
  irrévérencieuse valut une correction de même nature.

  M. Carrington a fait suivre ses récits de certaines eaux-fortes, dans
  le goût des dessins du XVIIIe siècle, ayant un caractère artistique
  incontestable, mais ayant aussi, paraît-il, un caractère obscène.

  Qui s'en est plaint? Personne en France. Mais notre «Ligue contre la
  licence des rues» a été mise en mouvement par une société analogue
  qui, vigilante et inexorable, fait bonne garde autour de la pudique
  Albion.

  M. Carrington ayant vendu des exemplaires de son livre en Angleterre,
  la «National Vigilance Association», ayant son siège à Londres, a
  demandé à M. le sénateur Bérenger de faire poursuivre la répression de
  l'outrage aux bonnes moeurs commis par l'auteur.

  Le président de la ligne française a transmis la plainte au parquet
  qui a déféré M. Carrington au tribunal correctionnel.

  M. le substitut Rambaud, avec cette largeur d'idées et cette finesse
  d'esprit qu'on lui connaît, a soutenu la prévention avec austérité
  mais sans passion.

  Me Meurgé a défendu le prévenu, qui déclarait que ses compatriotes
  avaient voulu se venger de la publication qu'il a faite d'un livre
  intitulé _la Pudibonderie anglaise_.

  M. Carrington a été condamné à 200 francs d'amende.

  La tribunal a ordonné, en outre, la destruction des objets saisis.

  Pauvres eaux-fortes galantes!


De l'_Intransigeant_, 8 juillet 1899, sous le titre: =La flagellation en
correctionnelle=:

  Fichtre! on ne s'est pas ennuyé, hier, à la neuvième chambre
  correctionnelle!

  M. Carrington, éditeur à Paris, a publié un ouvrage intitulé:
  «l'_Histoire de la flagellation aux points de vue médical, historique
  et religieux_.

  Or, ledit ouvrage est illustré de nombreuses planches, lesquelles on
  le devine ne manquent pas d'un certain... intérêt.

  Tant et si bien que la pudeur anglaise s'est émue, mais émue au point
  que la «National Vigilance Association» a fait un appel désespéré à la
  pudeur française, en la personne de son père et vigilant gardien, M.
  Bérenger; et c'est ainsi que M. Carrington se trouve assis en police
  correctionnelle en compagnie de ses bouquins.

  Voilà-t-il pas Me Meurgé qui, dans sa malice, s'avise de vouloir
  prouver que, chaque jour, le parquet laisse en vente de pires
  horreurs! Et alors non, je ne peux pas vous dire tout ce qui défila
  devant les yeux du tribunal!

  Ah! sapristi, c'est un joyeux métier que celui de juges!...

  Mais, enfin, les fautes des uns n'innocentent pas les autres, et M.
  Carrington n'en a pas moins attrapé 200 cents francs d'amende.

  Allez donc faire de l'art, après ça!...


Du _Rappel_, 8 juillet 1899, sous le titre: =une Morale d'exportation=.

  C'est de nos voisins qu'il s'agit.

  Nous avons la bonne fortune de posséder une Société qui nous sauve,
  paraît-il, de la pluie de feu qui détruisait les villes maudites. _Ils
  en ont une en Angleterre!_ et terrible! auprès de laquelle notre
  «Bérengère» paraît toute de mansuétude et de tolérance. De très hauts
  personnages composent le comité de cette _National Vigilance
  Association_ dont Sa Grâce le duc de Westminster est le président.

  Nationale, dit le titre. C'est Internationale qu'il faut lire.

  Notre ami Blondeau vous a conté hier le procès fait à un éditeur de
  Paris, M. Carrington, sur la plainte de cette Société.

  L'éditeur a été condamné; il s'agissait d'une publication en langue
  française. Il est étrange que le parquet ait cru devoir poursuivre sur
  la plainte d'une association étrangère.

  La Vigilance Association a donc des attributions plus étendues que la
  nôtre, tellement étendues que son action s'exerce surtout, vous vous
  en doutez un peu, contre les productions littéraires du continent:
  _Sapho_ de Daudet; les nouvelles de Maupassant; les romans de Zola;
  _la Vie de Bohême_ de Murger, etc., ont encouru ses foudres et la
  justice anglaise a poursuivi et condamné les traducteurs et les
  éditeurs de ces ouvrages.

  Faut-il ajouter à cette liste Boccace et Rabelais et la Reine de
  Navarre? Ceux-là aussi furent proscrits.

  Ne rions pas! La Vigilance Association a fait des victimes. Un éditeur
  estimé de l'autre côté du détroit, M. Vizetelly, dont le catalogue
  semblait le livre d'or de nos gloires tant il avait pris à coeur de
  répandre les noms des meilleurs écrivains français, cet éditeur,
  dis-je, un vieillard de soixante-dix-huit ans poursuivi à la requête
  des _Vigilants_ pour avoir traduit et publié l'_Assommoir_ d'Émile
  Zola, fut condamné à dix-huit mois de hard-labour. Il mourut en
  prison.

  Mais, direz-vous, ces poursuites témoignent d'un état morbide de la
  pensée: toutefois, comme elles sont dirigées contre les traductions en
  langue anglaise et des éditions faites en Angleterre, nous perdons
  tout droit de protester, du moins dans une certaine mesure. Cela est
  évident, mais puisque les pères la pudeur de Londres viennent chez
  nous, cela devient plus grave.

  Qu'a donc publié d'horrible M. Carrington? Une _Étude sur la
  Flagellation au point de vue historique et médical_, livre tiré sur
  grand papier, à petit nombre, pour des souscripteurs, et accompagné de
  gravures représentant des scènes historiques de flagellation. Dans ces
  gravures, sans qu'il soit possible d'y découvrir la moindre pensée
  obscène, les personnages fouettés sont représentés vêtus, n'ayant de
  découvert que la partie du corps flagellée.

  Le délicieux Willette, dans un numéro récent du _Courrier Français_ ne
  représentait-il pas plus crûment encore et sans que personne pût
  songer à s'en offenser une scène de ce genre: une horrible scène de
  flagellation d'une jeune fille... en pays de langue anglaise?

  Dans sa spirituelle plaidoirie, Me Meurgé, a fait bonne justice des
  allégations du parquet. Il a d'ailleurs découvert le véritable mobile
  non des poursuites engagées mais de la plainte: M. Carrington, sujet
  anglais, a publié dernièrement _les Dessous de la Pudibonderie
  anglaise_. Tout s'explique! L'accès de pudicité est une petite
  vengeance.

  Malheureusement pour la Vigilance Association, il ne s'agissait pas
  dans l'espèce d'une officine pornographique, mais d'une librairie
  d'art et de sciences, de l'éditeur des traductions anglaises du
  _Cabinet secret de l'Histoire_ du docteur Cabanès (également
  poursuivies) d'un ouvrage de Tarnowsky, professeur de l'Académie
  impériale de Russie, l'un des plus célèbres psychologues de notre
  temps et d'autres livres luxueux et précieux.

  Je m'empresse d'ajouter que de courageux et nobles esprits n'ont, en
  Angleterre même, jamais cessé de lutter contre les agissements de
  cette pudibonde Société, et j'ai sous les yeux l'admirable plaidoyer
  que rédigea pour Vizetelly, Robert Buchanan, l'un des maîtres de la
  littérature anglaise.

  Et pour qu'on sache bien à quels esprits nous avons affaire, citons ce
  dernier trait. Il montrera leur discernement, leur science et leur
  goût et leur aptitude à mettre sur le même plan quelques ordures
  indiscutablement ordures et d'admirables oeuvres.

  Richard Burton, le célèbre voyageur anglais et le merveilleux
  traducteur des _Mille et une Nuits_, le premier Européen qui, après
  Burckhardt, put pénétrer jusqu'à la Mecque, avait recueilli au cours
  de ses voyages incessants à travers toute l'Asie, un nombre
  considérable de manuscrits précieux, uniques. Ces manuscrits orientaux
  formaient une collection que les savants auxquels il fut donné de les
  parcourir déclaraient inestimable. Ils étaient destinés à jeter un
  nouveau jour sur une foule de questions littéraires, scientifiques et
  historiques et des experts consultés les avaient estimés, pour leur
  seule valeur artistique, à la somme de vingt-cinq mille francs! Ce
  dernier détail, peu important en soi, a cependant quelque intérêt.

  Or,--je n'invente pas, je cite--dans son IIe rapport (1896) la
  National Vigilance Association annonçait à ses membres qu'elle avait
  reçu des mains de la veuve de Richard Burton cette collection
  précieuse _et qu'elle l'avait détruite_.

  Ami John Bull! Vous qui lisez si bien la Bible, consultez un peu
  l'évangile et, si la paille française vous ennuie, songez à la poutre
  britannique.

La place nous manque pour donner les extraits de tous les journaux qui
se sont occupés de cette affaire.

Nous citerons encore:

Le _Temps_, le _Journal_, le _Journal du Peuple_, la _Presse_, le _XIXe
siècle_, la _Petite République_ et nombre de journaux anglais: _Daily
Telegraph_, _Daily Chronicle_, _Daily Messenger_, _Reynolds Newspaper_,
etc. etc., etc.



=Mémoires d'une danseuse russe=, par E. D., auteur de _Défilé de fesses
nues_. Paris, sous les galeries du Palais-Royal, 1892, 3 _volumes
in-18º_ (Une édition possède des gravures).

L'ouvrage est divisé en trois parties:

1º Mon enfance chez un boyard;

2º Chez la modiste à Moscou;

3º A l'académie impériale de Danse.

Voici quelques extraits de l'avant-propos:

«Je liai connaissance à Paris, pendant l'Exposition de 78, avec une
danseuse russe, qui faisait partie d'un corps de ballet en
représentation dans un théâtre du Trocadéro. Mariska--c'est le nom que
nous donnerons à la danseuse qui l'a pris pour signer ses
mémoires--avait trente-huit ans sonnés, et n'en paraissait pas plus de
trente, malgré les nombreuses tribulations par lesquelles elle était
passée dans le cours de son existence.

«L'ampleur de ses formes postérieures m'intriguait, au dernier point,
par le développement qui bombait d'une façon exagérée les jupes
repoussées. J'avais, chaque fois que je la rencontrais, une question sur
le bout de la langue, mais je n'étais pas encore assez familier avec la
ballerine, pour m'informer de la cause d'une pareille envergure, que
j'attribuais aux exercices physiques, auxquels devaient se livrer dès
leur enfance les élèves de Terpsichore.

«Je tournais autour de la belle Slave, lorgnant d'un oeil d'envie le
superbe ballonnement, tenté de palper l'étoffe comme par hasard, mais
j'osais à peine l'effleurer, craignant des rebuffades, bien que Mariska
parût m'encourager de l'oeil.

«Un soir, j'eus l'occasion de tâter l'étoffe soyeuse, qui couvrait la
somptueuse mappemonde. Nous allions souper au cabaret, deux de mes amis
et moi, avec la danseuse, en cabinet particulier. Je montai derrière
elle les degrés qui conduisaient au salon du premier; j'en profitai pour
prendre dans mes mains la mesure de la circonférence, qui me parut d'un
volume remarquable, sans qu'elle s'en montrât le moins du monde
offusquée.

«Pendant le souper, arrosé de Champagne frappé, nous la plaisantions sur
ce que nous appelions sa difformité. Elle avait un sourire goguenard,
comme si elle méditait quelque farce épicée, dont on la disait
coutumière dans les soupers où on l'invitait.

«Quand la table fut desservie, elle avait une pointe d'ivresse. Elle
avait vidé coup sur coup quatre ou cinq coupes de Champagne, comme pour
se donner du coeur. Elle sauta sur la table, s'agenouilla, nous tournant
le dos, et sans crier gare! elle se troussa lestement, s'exhibant des
genoux à la ceinture.

«Nous crûmes à ce geste qu'elle avait gardé son maillot. Nous fûmes bien
vite détrompés le plus agréablement du monde. Elle était nue des genoux
aux hanches...

«... Nous étions un peu surpris du sans-gêne et du sans-façon avec
lequel la danseuse nous exhibait ainsi toutes ses nudités dans la plus
riche indécence.

«--Eh bien, criait-elle, mon postérieur est-il difforme, mes seigneurs?

«Ah! non, il n'était pas difforme. Certain aimable chroniqueur qui les
aime amples, larges, opulents, serait tombé en extase devant cette
merveille de croupe rebondie.

«Les jupes étaient retombées, la danseuse avait repris sa place sur sa
chaise qu'elle garnissait de telle débordante façon, qu'ici encore elle
eût fait tomber à genoux le chroniqueur fasciné.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

«Elle nous demanda si nous désirions connaître la cause du développement
anormal de ses fesses.

«Elle nous raconta, avec le bagout d'une véritable Parisienne,
entretenant sa verve par des coupes de champagne qu'elle vidait de temps
en temps, qu'elle était née, qu'elle avait passé son enfance, son
adolescence et une partie de sa jeunesse dans le servage.

«Elle avait souffert physiquement et moralement dans les diverses
conditions où elle avait passé son existence, fouettée à tout propos
chez le boyard, par la gouvernante, les maîtres et les enfants, chez la
modiste où on l'avait mise en apprentissage par la maîtresse et par les
clients qui venaient se plaindre; à l'Académie impériale de Danse, où la
chorégraphie s'enseigne le fouet en main. Et rien n'aide au
développement des fesses comme la flagellation continue. On ne lui avait
pas ménagé les corrections depuis son enfance...»

                   *       *       *       *       *

La première partie de l'ouvrage est consacrée à l'enfance de Mariska
chez un riche boyard. Là, la malheureuse se voit dans l'obligation de
passer par toutes les fantaisies des maîtres, des enfants et des
invités.

Les verges et le knout tiennent une place honorable dans ce premier
volume, où il n'est guère question que de flagellations diverses,
infligées aux esclaves.

                   *       *       *       *       *

«La boïarine--c'est Mariska qui parle--décida qu'on me mettrait en
apprentissage chez une grande modiste de Moscou, Mme K... pour y
apprendre la confection des vêtements de femmes. Ma nouvelle maîtresse
avait tous droits sur moi. On lui avait recommandé de ne pas négliger
les coups, pour me faire entrer le métier par derrière. C'était le seul
moyen de m'encourager à bien faire.»

                   *       *       *       *       *

Et, dans cette seconde partie, des «Mémoires d'une danseuse russe», nous
voyons se dérouler des scènes d'atelier, parfois fort intéressantes et
non dépourvues d'une note documentaire. Mariska était non seulement
fouettée par sa maîtresse, mais elle recevait encore de nombreuses
fouaillées de clientes et clients mécontents.

Enfin, le troisième et dernier volume contient les tribulations de
Mariska à l'Académie impériale de Danse.

Nous regrettons que le texte vraiment trop épicé ne nous permette de
citer quelques passages.



=Utilité de la flagellation=, DANS LES PLAISIRS DE L'AMOUR ET DU
MARIAGE, traduit du latin de J.-H. MEIBOMIUS.


Avant de parler de cet ouvrage par lui-même, nous donnerons quelques
notes bibliographiques.


La première édition parut à Leyde (Lugdunum Batav.) en 1629. Elle ne
contient que le seul traité.

Viennent ensuite les éditions suivantes:

2º _Leyde_ (Lugd. Batav.), sans date, petit in-12º de 48 pages.

3º _Lubecæ, editio secunda_, 1639, petit in-12, 48 pages. Nombreuses
fautes.

4º _Lugd. Batav., ex off. Elz._, 1643, in-4º de 48 pages.

5º _Londres_, 1795, in-32, dont il a été fait à _Paris_, sous la date de
1757, une contrefaçon erronée.

6º _Londres_, 1770, in-32.

Ces cinq dernières éditions, de même que la première, ne renferment que
le traité de Meibomius.

En 1669, Thomas Bartholin en donna à _Hafnia_ (Copenhague) une édition
latine in-8º, augmentée: 1º de sa Lettre à Henri Meibomius fils; 2º de
la Réponse de celui-ci; 3º d'une petite dissertation académique
intitulée: _De renum officio in re venerea_, de Joachim OElhaf, médecin
à Dantzick; et 4º d'une «_dissertatiuncula_» d'Olaüs Worm, médecin à
Copenhague.

Cette édition ainsi augmentée fut rééditée à _Francfort_, 1669, in-8º;
puis en 1670, à _Francfort_ également, in-12º (ou petit in-8º) de 144
pages. Quoique mal imprimée, sur d'assez mauvais papier, cette édition
est recherchée, comme très complète.

Mercier donna une nouvelle édition latine d'après le texte des éditions
de Francfort; _Parisiis_, 1792, petit in-12.

La traduction française de Meibomius avec les additions de Thomas
Bartholin et la lettre de Meibomius _le jeune_, est attribuée à Claude
Mercier de Compiègne, l'éditeur. Elle parut sous les titres suivants:

1º _De l'utilité de la flagellation dans les plaisirs du mariage et dans
la médecine, et dans les fonctions des lombes et des reins. Ouvrages
_curieux_, traduit du latin de Meibomius, orné de gravures en
taille-douce, et enrichi de notes historiques et critiques, auxquelles
on a joint le texte latin. Paris, chez Jac. Gironard, 1792._

Petit in-12 (in-18 Cazin) de 168 pages. Frontispice et figure par
Texier. Pas de faux titre. Certains exemplaires sans nom d'éditeur avec
la simple rubrique. _Paris_, 1792.

2º _De l'utilité de la flagellation dans la médecine et dans les
plaisirs du mariage et des fonctions des lombes et des reins. Ouvrage
_singulier_, traduit du latin de J.-H. Meibomius, etc., enrichi de notes
historiques et critiques. Paris, C. Mercier, 1759._

Petit in-12, 156 pages. Un joli frontispice non signé.

3º _De la flagellation dans la médecine et dans les plaisirs de l'amour;
ouvrage singulier, traduit du latin de J.-H. Meibomius; nouvelle
édition, revue, corrigée et augmentée du joli poème de l'_Amour
fouetté_, A Paris, chez Mercier, éditeur du Furet littéraire, rue
d'Angivilliers, nº 151, an VIII_ (1800).

In-12 (in-18 Cazin); 148 pages dont 4 de titre et faux titre, et 3 pages
d'annonces. Même frontispice que l'édition précédente. Sur le faux
titre, on lit: _Éloge de la Flagellation_. L'_Amour fouetté_ est de
Fuzelier. Cette édition fut corrigée par l'abbé Mercier de Saint-Léger.

4º _De l'utilité de la flagellation dans la médecine et dans les
plaisirs du mariage, et des fonctions des lombes et des reins; ouvrage
singulier, traduit du latin de J.-H. Meibomius; enrichi de notes, d'une
introduction et d'un index. Londres_ (Besançon, Metoyer aîné), 1801.

In-8º de 100 pages, édition très soignée, conforme (comme texte) à
l'édition de l'an VIII.

Édition moderne (_la dernière parue_): _Utilité de la Flagellation dans
les plaisirs de l'Amour et du Mariage, traduit du latin de J.-H.
Meibomius. Nouvelle édition, augmentée de notes historiques, critiques
et bibliographiques, suivie de la Bastonnade et de la Flagellation
pénale, par J.-D. Languinais. A Amsterdam, Aug. Brancart.
Libraire-Éditeur_, 1891.

In-12º de 200 pages. Pap. vergé, bien imprimé.

«Voici enfin, mon cher Cassius, le petit traité que je vous ai promis
dans une orgie bachique.

«Vous vous convaincrez en le lisant, que l'usage de la flagellation
n'est pas aussi extraordinaire qu'il le paraît au premier coup d'oeil.

«... Je vous ai dit que les coups et la flagellation servaient
quelquefois à la guérison de plusieurs maladies. Je vais vous démontrer
que l'expérience a confirmé la bonté de ce remède, en m'appuyant sur
l'autorité des médecins qui l'ont enseigné et pratiqué.»

Ainsi commence Meibomius. Et, ce thème posé, il le développe tout au
long. C'est la partie qui traite de la Flagellation _dans la médecine_.
Puis suit _la flagellation en amour_.

A la suite de ce traité, nous lisons[42] une étude intitulée: DE LA
FLAGELLATION, PAR THOMAS BARTHOLIN (_Observations extraites de la lettre
de Thomas Bartholin à Henri Meibomius fils_), dissertation curieuse et
intéressante.

  [42] Nous parlons de l'édition marquée _Amsterdam_, 1891, édition dont
    nous nous occupons exclusivement.

Puis DE LA FLAGELLATION, PAR HENRI MEIBOMIUS FILS, sous forme d'un
extrait _de la réponse_ de H. Meibomius fils à Th. Bartholin.

Enfin l'ouvrage se termine par LA BASTONNADE ET LA FLAGELLATION PÉNALES,
étude en dix chapitres, dont la conclusion se termine, à propos des
dépravés qui tentent de restaurer l'antique usage de la bastonnade par
ces mots pleins de bons sens:

«Le moderne qui veut rétablir les anciens usages se prépare de grands
malheurs.»



=Mémoires de Miss Ophélia Cox.=--_Traduit pour la première fois de
l'anglais par les soins de la société des Bibliophiles Cosmopolites._
Londres, imprimerie de la Société cosmopolite, 1892.

Un volume in-16, 216 pages, imprimé sur papier vergé à 500 exemplaires.

L'éditeur s'exprime ainsi dans la préface:

«L'auteur du livre que nous présentons au public, prévient son lecteur
vers la fin de l'ouvrage, que son livre est vrai de tous points.

«Cette assertation est exacte. Nous connaissons miss Ophélia.

«Nous avons surtout été décidés à publier cet opuscule par la peinture
réelle et vibrante des scènes qui se passent, à Londres, dans
l'intérieur des maisons de rendez-vous.

«On trouve dans ces scènes un singulier mélange de respectabilité et de
sadisme qui est un des traits les plus curieux du caractère anglais.»

L'ensemble de l'ouvrage traite surtout des dessous d'une maison de
rendez-vous de Londres.

La verge y tient un grand rôle--le plus important.

Nous ne savons pas si les scènes qui y sont décrites se passent
réellement à Londres: elles dépassent en cruauté et en sadisme tout ce
que l'on peut imaginer de plus horrible.

Ouvrage bien imprimé, dans un style soigné. Les descriptions y sont
poussées jusqu'à l'extrême.



JEAN DE VILLIOT.--=Curiosités et Anecdotes sur la flagellation.=--Sur la
Flagellation et les Punitions corporelles; le Knout; la Flagellation en
Russie; après le Bal; la Cour Martiale de miss Fanny Hayward; la
Détention féminine en Sibérie; la Flagellation pénale; un Remède pour la
Kleptomanie dans la Société Anglaise; les Étrangleurs; les Larrons et le
Bâton; la Flagellation dans l'Art; le Marquis de Sade et Rose Keller;
Sarah Bernardt et son Fouet; la Flagellation dans les Cours royales;
psychologie du Fouet; les Punitions dans l'Armée anglaise; la
Flagellation en Orient.--Paris, librairie des Bibliophiles (Ch.
Carrington). Tirage privé à 500 exemplaires, 1900.

Un volume in-8º carré de 436-xx pages. Imprimé à 750 exemplaires sur
papier vergé de Hollande et 20 exemplaires sur papier du Japon.

_Extrait de l'introduction._--Les pages que l'on va lire ne sont pas
écrites évidemment... pour les petites filles, dont on coupe le pain en
tartines...

«Les petites filles! les petites filles! Mon Dieu! n'y a-t-il pas des
écrivains qui se dévouent par vocation ou par nécessité à composer des
historiettes sans dard et sans venin? Est-ce qu'il n'y a pas des auteurs
pour enfants et même des auteurs pour dames[43]?»

  [43] Charles Asselineau.

Donc ces pages sont seulement pour le philosophe. Il y trouvera matière
à méditation, soit à propos de cet attrait qu'exerce sur un si grand
nombre d'hommes la peine du fouet infligée à leurs semblables, combien
il faut peu de chose pour démuseler le fauve qui sommeille au fond du
coeur de tous; soit qu'il cherche à démêler par quelle aberration des
sens cette même flagellation ranime la volupté aussi bien chez les
bourreaux blasés que chez les victimes impuissantes.

L'aberration, en effet, est à son comble quand le plaisir n'est excité
que par la vue de la douleur ou quand la douleur ressentie aboutit au
plaisir. Ce dernier sentiment même, bien que diamétralement opposé au
premier, témoigne lui aussi d'une perversion singulière. L'origine,
toutefois, en est plus mystérieuse. Deux classes distinctes d'hommes
recherchent en effet dans la douleur une excitation au plaisir: le
mystique et le débauché. Mais le plaisir que chacun d'eux recherche est,
en son essence, trop différent pour que la question ne soit pas par cela
même éminemment complexe.

                    ... _La sainteté
    Ainsi que dans la pourpre un délicat se vautre
    Dans les clous et le crin cherchant la volupté_

et l'impuissant ou le blasé flagellant ses reins appauvris pour ranimer
une ardeur qui n'y fut jamais ou qui s'y éteignit par l'abus, demandent
au même instrument de supplice des sensations totalement différentes.

Tous deux relèvent peut-être de la psychopathie, mais chacun réclame une
étude spéciale.

Si le sadisme et le masochisme ont, sous ces plumes expertes, vu leurs
arcanes abominables savamment dévoilés, il reste un travail non moins
intéressant à tenter sur le goût de la souffrance chez les mystiques de
toute race et de tous credo. Ce travail constituerait un chapitre et non
l'un des moindres, d'un traité de l'_Érotologie mystique_, traité qui
reste à faire et qui devrait tenter la verve érudite d'un poète.

La flagellation considérée comme châtiment ou comme adjuvant de luxure,
donnée ou soufferte, est évidemment un sujet capable d'attirer et de
fixer l'attention.

Dans l'un et dans l'autre cas, elle doit sa vogue dont témoigne
l'histoire des moeurs chez tous les peuples, à l'humiliation profonde
endurée par le patient, humiliation d'où provient, quand elle joue le
rôle d'un aphrodisiaque, la volupté du masochiste humilié et savourant
sa souffrance.

Donnée sur les épaules ou sur le dos, elle ne peut exciter que cette
sensation et pourquoi la flagellation pénale est le plus souvent
appliquée de cette façon, sauf dans la famille où les parents s'ils
n'ont en but qu'une correction régulière et sans arrière-pensée,
l'appliquent sur les fesses de leur progéniture.

Elle l'est presque toujours de cette façon quand on l'applique ou qu'on
la reçoit comme aphrodisiaque externe, et c'est là incontestablement un
des rites les plus en faveur auprès des dévots de la Vénus Callipyge. La
vue des trésors impudiquement étalés ajoute au plaisir de ce noir
orgueil jouissant de la douleur du patient ou de la patiente, et comme
Vénus n'est pas la seule à posséder ces trésors, peut-être faut-il voir
dans ce fait l'explication de l'appétit malsain des fessées sur la chair
nue que bien des pédagogues ressentent maladivement.

Il n'est pas besoin d'insister sur l'humiliation que ressent le patient
sous les cuisants baisers des verges ou du fouet. Cette torture était
celle que les Romains infligeaient à leurs esclaves et, comme pour
abaisser jusqu'à ce degré,--le dernier pour eux--ils l'infligeaient
également aux Vestales qui, dans leur veille sacrée devant le feu de
Vesta l'avaient laissé s'éteindre. Cela ne le rallumait pas. Il n'en est
pas de même, paraît-il, de ce feu que des vestales à rebours savent
raviver dans les reins flagellés de ces vieux qui veulent redevenir
jeunes ou de ces jeunes qui sont déjà vieux.



UNDER THE SJAMBOK. A TALE OF THE TRANSVAAL, by George Hansby Russell.
London, John Murray, 1899, in-8º, 348 pages[44].

  [44] Sous le _Sjambok_. Conte du Transvaal, par George Hansby Russell.
    Londres, 1899. Prix 6 shellings (7 fr. 50).

D'abord qu'est le _Sjambok_? C'est un énorme fouet dont se servent les
Boers pour conduire leurs bestiaux. On le fabrique généralement avec la
peau du rhinocéros. S'il était destiné seulement aux animaux, tout
serait pour le mieux, mais plus d'un indigène du pays des Boers a senti
sur ses épaules la caresse cinglante du _Sjambok_.

A vrai dire, il y a de cela une ou deux générations.

Les effets de ce terrible instrument équivalent à ceux du
_Chat-à-neuf-queues_ employé dans les prisons anglaises, et beaucoup de
Cafres ont succombé sous les coups de ce fouet.

L'ouvrage dont je m'occupe actuellement n'a aucun caractère érotique ou
même léger. C'est, en réalité, une étude physiologique des moeurs des
Boers; mais, je le répète, je crois qu'il serait préférable de reporter
de semblables coutumes à quelques générations en arrière. L'auteur, très
chauvin--pour ne pas dire davantage--donne de telles descriptions qu'on
se croirait en plein état sauvage. Au fond, l'ouvrage n'offre que peu
d'intérêt. Je le mentionne seulement parce que le fouet y joue un rôle
prépondérant.

L'intrigue est simple:

Richard Hanson, un vieux camarade de George Leigh, le héros du livre,
recommande à celui-ci de s'occuper de sa fille qui se trouve au moment
de sa mort, dans le Sud Afrique.

Voilà George Leigh, parti à la recherche de miss Hanson. D'où récits
d'aventures plus ou moins fantastiques, certainement peu véridiques, si
peu même à mon avis, que je ne crois pas utile de donner des extraits de
ce roman.



=Scarlet and Steel.= SOME MODERN MILITARY EPISODES, by E. Livingston
Prescott. London, 1897, in-8º, 362 pages[45].

  [45] Écarlate[46] et Acier. Épisodes de la vie militaire actuelle, par
    E. L. Prescott.

  [46] Allusion aux jaquettes rouges des soldats anglais.

Un hasard m'a appris que ce magistral ouvrage a été écrit par une femme.
A la fois bien documentées et d'un style clair et impressionnant, ces
pages laissent sur l'esprit un indéfinissable sentiment de tristesse.

C'est vraiment avec plaisir que j'ai lu ces pages émouvantes,
aujourd'hui où les oeuvres malsaines ou nulles s'entassent, où chaque
auteur semble apporter son tribut à l'inutilité.

Chaque page de ce passionnant roman--car n'en doutez pas, profanes, il
est des romans passionnants--chaque page est pleine d'action, de
mouvement, de vie. Point de mauvaise sentimentalité. L'auteur a
recherché avec soin ses documents avant de les placer dans son livre et,
chose curieuse dans ce genre d'ouvrages, rien n'a été négligé. Les
renseignements ont certainement été pris à bonne source.

En 1879, parut la loi anglaise sur les règlements et la discipline dans
l'armée. Cette loi barbare en plus d'un point, comprend LES PUNITIONS
CORPORELLES à infliger aux soldats dans les prisons militaires. Et ce
livre répond à un besoin. Il fallait lutter contre cette discipline
atroce qui fait appliquer le fouet à des hommes.

Ami John Bull, tant que tu traiteras tes soldats en enfants auxquels on
donne la fessée, tu seras déshonoré devant le monde civilisé[47].

  [47] Dans l'_Étude sur la flagellation aux points de vue historique et
    médical_, se trouvent de longs extraits de _Scarlet and Steel_. Les
    personnes qui ne pourraient pas lire l'original dont il n'existe
    malheureusement pas de traduction française, trouveront dans
    l'_Étude sur la flagellation_, la traduction des principaux passages
    sur le sujet qui nous occupe.



=The Story of the Australian Bushrangers=, by Geo. E. Boxall. London,
1899, in-8º, 392 pages[48].

  [48] _Histoire des Batteurs de buissons australiens_, par G.-E.
    Boxall. N'a pas été traduit en français.

Il semble presque impossible de se faire aujourd'hui la moindre idée de
l'importance des _Bushrangers_[49], au commencement du siècle. Il est
infiniment probable que l'Australie, las Tasmanie, voire la
Nouvelle-Zélande ont été peuplées au début par les forçats exportés
d'Angleterre, d'autant plus qu'à ce moment, il fallait vraiment peu de
chose pour transformer un honnête homme en forçat. Sous l'égide féroce
des rois Georges d'Angleterre, le moindre crime voyait son auteur finir
sur la potence et pour les délits insignifiants, on envoyait les
délinquants peupler les plaines de _Botany Bay_.

  [49] Le mot _Bushranger_ est difficilement traduisible en français.
    C'est l'équivalent de coureur ou batteur de buissons. Dans le cas
    qui nous occupe, il s'agit des évadés des bagnes australiens qui,
    postés sur la lisière des bois et des forêts, arrêtaient et
    dévalisaient les voyageurs qui s'attardaient dans ces parages.

L'ouvrage en question s'occupe donc en grande partie des forçats évadés.
Dans les descriptions du bagne, l'auteur est arrivé au dernier degré de
la férocité dans l'application des peines corporelles. Et j'ai tout lieu
de croire que rien n'est exagéré.

Je vais maintenant m'efforcer de résumer quelques parties de ce livre.

Les punitions des forçats atteignaient le plus haut point de sauvagerie.

La moindre peccadille était punie de fort douce façon, à coups d'un
instrument appelé _Chat-de-voleurs_, et auprès duquel le
_Chat-à-neuf-queues_ n'est que jeu d'enfant.

L'auteur de l'ouvrage que je cite est d'avis que l'emploi de cet
instrument était plutôt nuisible, tant au physique qu'au moral.

Chose curieuse: les soldats gardiens des forçats étaient soumis à une
discipline plus sévère encore et l'on vit des malheureux commettant
délibérément les plus grosses fautes pour changer leur sort en celui de
forçats! Si ces derniers montraient une conduite empreinte à l'égard des
supérieurs d'obséquiosité et de bassesses, ils voyaient leur sort
s'adoucir considérablement; si, par malheur, les prisonniers essayaient
de montrer de l'indépendance--indépendance forcément relative--il n'y
avait pas de répit pour eux jusqu'à la mort qui avait souvent lieu sur
l'échafaud.

Je trouve, en continuant ma lecture, de curieuses anecdotes: c'est ainsi
qu'il habitait à Sydney--actuellement l'une des plus belles villes de
l'Australie--deux _flagellateurs_, véritables _artistes_ (?) en leur
genre. Ils _travaillaient_ toujours ensemble, l'un de la main droite,
l'autre de la gauche, et se disaient capables de fouetter cruellement un
homme sans lui soutirer la moindre goutte de sang. Le dos des malheureux
suppliciés avait l'aspect d'une véritable pomme soufflée, tout parsemé
qu'il était de boursouflures qui restaient sensibles et faisaient
endurer aux patients une douleur beaucoup plus longue que celle produite
par la coupure de la peau.

Ordinairement les bourreaux entamaient les chairs: il se trouvait à
Sydney tout autour du champ d'exécution situé dans Barrack Square, un
sol saturé de sang humain.

Une curieuse anecdote racontée par l'auteur: Un individu fouetté par les
deux _flagellateurs_ dont j'ai parlé quitta le lieu d'exécution, le
sourire aux lèvres, remettant sur ses épaules horriblement tuméfiées sa
flanelle de forçat d'un geste de défi, se vantant que les bourreaux
étaient incapables de lui arracher le moindre soupir.

Un autre prisonnier, flagellé avec la plus grande force sur les reins,
s'époumonnait en vain à crier: «Plus haut, plus haut.» Le bourreau
continuait froidement son oeuvre. Le malheureux, une fois débarrassé de
ses liens, saute sur l'exécuteur et le couche à terre d'un coup de
poing. Aussitôt saisi, il dut subir, dans le triste état où il se
trouvait, une punition équivalente à la première.

Parfois, un prisonnier reconnu innocent était nonobstant fouetté: Un
malheureux forçat fut condamné à recevoir 50 coups du _chat_. Au moment
de l'exécution de la sentence une circonstance imprévue prouve sa
parfaite innocence.

--Qu'importe, dit le juge de Launceston, chargé de faire exécuter la
punition; qu'il soit puni d'abord et je lui ferai grâce une autre fois.

Les prisonniers étaient astreints à saluer en se découvrant tous les
_officiels_ de la colonie. A ce sujet, l'auteur raconte le cas de ces
forçats qui, en janvier 1839, exécutant une construction à Woolloomollô
Bay, sur la propriété de Sir Maurice O'Connell, blessèrent grièvement
leur contremaître en lâchant, pour saluer leur maître, une énorme pierre
qu'ils transportaient.

Le capitaine O'Connell décréta de ce fait que les ouvriers employés chez
lui ne seraient plus astreints à saluer pendant le travail. Ce qui
n'empêche qu'un beau jour le Préfet de police de Sydney fasse fustiger
un nommé Joseph Todd qui, chargé d'un lourd fardeau, était dans
l'impossibilité absolue de saluer ledit chef de police (le colonel
Wilson[50]).

  [50] Voici comment l'auteur raconte cette anecdote:

    «... Le colonel Wilson passait là, accompagné de sa fille. Les
    forçats continuèrent leur tâche, ne prêtant nulle attention au
    Préfet de police, quand celui-ci s'écria d'une voix furieuse: «Otez
    vos chapeaux!» Quelques-uns s'exécutèrent, mais l'un d'eux, nommé
    Joseph Todd, chargé d'un lourd fardeau, ne broncha pas sous l'ordre.
    «Otez votre chapeau, canaille!» reprit le colonel. «Je suis autorisé
    à ne pas le faire,» répondit Todd. Le Préfet se répandit en
    grossières injures. Enfin, n'y tenant plus: «Qu'on l'arrête,»
    cria-t-il, et aussitôt accoururent un sergent et quelques hommes.
    Todd opposait une vive résistance. Il n'en fut pas moins saisi et
    fustigé cruellement. Le jugement portait que Todd avait commis une
    grave infraction en refusant de se livrer aux soldats qui venaient
    l'arrêter, refus qui n'était acceptable que pour un homme libre!»

Joseph Todd, qui reçut pour ce fait 50 coups du _chat_ était arrêté la
semaine suivante pour une incartade légère et condamné de nouveau à
recevoir 30 coups du _chat-à-neuf-queues_.

L'ouvrage est composé surtout d'anecdotes dans ce genre et, vu la
modicité de son prix (7 fr. 50) nous le recommandons au lecteur.



CURIOUS EPISODES OF PRIVATE HISTORY.--=The Court Martial on Miss Fanny
Hayward= BY AN EX-INFANTRY-CAPTAIN[51]. Paris, Librairie des
Bibliophiles, 1899; 1 volume in-8º carré. 70 pages. Imprimé sur papier
de Hollande.

  [51] Épisodes Curieuses de l'Histoire Privée.--La Cour martiale pour
    Miss Fanny Hayward, par un ex-Capitaine d'Infanterie. Paris, 1899.


Voici un très curieux conte: Une courtisane, miss Fanny Hayward, accusée
d'avoir volé une montre dans la chambre d'un officier, est traduite par
les amis de ce dernier devant une cour martiale improvisée et condammée
à recevoir un certain nombre de coups de fouets. On lui donne le choix
entre cette punition honteuse et une dénonciation à la police. L'accusée
choisit la fustigation et la scène s'accomplit à la grande joie des
officiers et des petites dames invitées à la fête (?)

Telle est toute l'intrigue. Ce conte a été traduit en français et se
trouve tout au long dans l'ouvrage _Curiosités et Anecdotes sur la
flagellation_, dont j'ai parlé précédemment.

L'auteur de cette histoire affirme qu'elle est vraie en tous points et
que seuls les noms de lieux et de personnes ont été changés, pour les
besoins d'une publication.



_Curious Sidelights of social History._ HOW WOMEN ARE FLOGGED IN RUSSIAN
PRISONS. Narrative of a Visit to a Convent Prison in Siberia by AN
ENGLISH DOCTOR. Paris, Librairie des Bibliophiles, 1899. Un volume
in-8º, 48 pages[52].

  [52] Curieux aperçus de l'Histoire sociale: Comment les femmes sont
    fouettées dans les prisons russes. Narration d'une visite faite dans
    une prison de femmes en Sibérie, par un docteur anglais. 1 plaquette
    in-8º carré, 48 pages.


C'est la copie d'une lettre écrite par un jeune docteur anglais,
voyageant en Sibérie, à un ami intime habitant Londres. Cette lettre est
datée: Tomsk, Western Siberia, 24th July 1880.

Cette lettre est authentique. Si le docteur n'a pas été témoin des
scènes qu'il décrit, il est certain qu'il a puisé ses renseignements à
bonne source.

L'éditeur de ce volume a écrit une très intéressante préface.

Cette lettre traduite en français se trouve également tout au long dans
l'ouvrage: «_Curiosités et anecdotes sur la flagellation._»



DÉFILÉ DE FESSES NUES.--RECUEIL DE LETTRES ÉROTIQUES, PAR E. D. AUTEUR
DE MES ÉTAPES AMOUREUSES. _Paris. Chez la petite Lollote. Galeries du
Palais-Royal_, 1891. Petit in-16, VI-210 pages.


Ce volume vient de m'être communiqué par un bibliophile de mes amis. Le
titre indique ce qu'est le livre: un recueil de lettres _érotiques_.
Pour cela, oui. Quant à la petite Lollote, c'est vainement que j'ai
cherché son adresse au Palais-Royal.

Au dos du faux titre de ce livre, se trouve une liste d'ouvrages faits
par le même auteur (E. D.), savoir: _Le marbre animé_, _Mes Amours avec
Victoire_, _La Comtesse de Lesbos ou la Nouvelle Gamiani_, _Lèvres de
Velours_, _L'Odyssée d'un Pantalon_, _Les Callipyges, ou les délices de
la Verge_, _Jupes Troussées_, _Étapes Amoureuses_, _Défilé de Fesses
nues_, _Odor di Femina_, _Exploits d'un Galant précoce_.

Voilà une belle liste, aux titres suggestifs, et si l'on songe au peu
d'années que M. E. D. a mis à faire tous ces volumes, je frémis à l'idée
de ce qu'il m'aurait fallu analyser de livres, si M. E. D. ne s'était
pas arrêté.

Cet ouvrage me paraît, sinon traduit de l'Anglais, du moins écrit par un
étranger. J'ai d'ailleurs remarqué que les ouvrages signés E. D.
présentent des différences de styles assez considérables. Dans tous les
cas, le style en est pauvre: la note cherchée et poussée à l'excès est
uniquement celle de l'obscénité.

Il m'est impossible de donner ici des extraits in extenso. Les adoucir
serait leur enlever le seul mérite qu'ils ont.

Voici cependant l'_Avant-Propos_:

  Ce recueil contient un choix de lettres sur des sujets très piquants,
  prises dans la collection d'un bibliophile anglais, qui a bien voulu
  me les communiquer. J'ai traduit les unes, copié le texte des autres,
  en déguisant les noms des lieux et des personnages.

  Je crois cette publication destinée à un grand succès. Rien de plus
  émoustillant que ces récits alertes, qui chatouillent le lecteur et la
  lectrice par la verve salace qui les distingue des ouvrages parus dans
  ce genre jusqu'à ce jour, sans en excepter les piquants souvenirs de
  M. Martinett, que je viens de savourer. Puis la variété des récits
  écrites par des plumes différentes, ajoute un grand charme à l'intérêt
  déjà considérable de cet ouvrage sans rival. C'est un chef-d'oeuvre
  qui complète la collection des érotiques. Je suis d'autant plus à
  l'aise pour en parler ainsi, sans qu'on puisse me taxer de
  forfanterie, que je ne suis ici que le fidèle traducteur, ou le
  modeste copiste.

  A vous, charmantes lectrices, je dédie ce nouveau chatouilleur, bien
  digne d'éclipser tous ces aînés: car quoi de plus séduisant en ce
  monde, que le défilé sous nos yeux émerveillés de ces ravissants
  objets, désignés par le titre un peu gros de cet ouvrage, gracieux
  ornement, suspendu dans l'espace, que vous balancez dans un
  déhanchement voluptueux, riche, somptueux, opulent, l'orgueil d'un
  sexe adorable, le plus lorgné de ses appas, devant lequel le genre
  humain, hommes et femmes, tombe à genoux, pour lui adresser ses
  fervents hommages.

Après un tel panégyrique de cet ornement suspendu dans l'espace (?!)
tirons le rideau.



RANDIANA, OR EXCITABLE TALES, contient des détails poussés jusque dans
leurs plus infimes parties. L'auteur ne cherche pas à déguiser sa
pensée. J'ignore absolument quel peut être cet auteur, mais c'est
certainement un homme du monde, et du meilleur.

L'ouvrage se compose de vingt-quatre chapitres, écrits avec beaucoup de
verve, dans un très pur anglais. Ce n'est certainement pas une
traduction, les scènes se passant d'ailleurs en grande partie à Londres.
Il y a cinq chapitres sur les vingt-quatre, que je dois signaler
spécialement, attendu qu'ils se rapportent à notre sujet.

Dans le chapitre V, on trouve un abrégé de l'histoire de la flagellation
et dans le chapitre VI, on entre dans le vif de la question, avec
l'histoire de deux ecclésiastiques qui ont persuadé à une jeune femme de
laisser expérimenter sur son corps les bienfaits de la flagellation.

Ce volume, publié vers 1880 à Londres (?) est devenu presque
introuvable. Il a été réimprimé en 1897 à Paris, en une charmante
édition tirée, sur papier de Hollande, à 200 exemplaires numérotés à la
presse. Le titre de cette édition porte: _Social Studies of the
Century._ RANDIANA, OR EXCITABLE TALES. Paris, _Société de Bibliophiles_
for the Delectation of the Amorous and the instruction of the amateur in
the Year of the excitement of the sexes, MDCCCXCVIII.

Pisanus Fraxi, l'éminent bibliographe fait, sur ce volume, les remarques
suivantes:

  Chacun des vingt-quatre chapitres de cet intéressant ouvrage, contient
  une petite affaire d'amour, brièvement et habilement racontée, et dont
  l'auteur est le héros.

  Aucune de ces aventures ne dépasse le domaine des choses possibles:
  elles peuvent même fort bien--exagération mise à part--arriver à tout
  homme du monde possédant, en sus de l'amabilité, une bourse bien
  garnie. Néanmoins, l'auteur me permettra d'être sceptique quand il
  affirme:

  «Je suis homme à ne pas farder la vérité, mais aussi à ne raconter que
  ce qui est, et si extraordinaire que puissent paraître quelques-uns de
  mes racontars à ceux qui n'ont jamais passé par de semblables
  habitudes, elles n'en sont pas moins exactes. La lecture de cet exposé
  fera, je crois, grandir le zèle avec lequel il sera lu.»

  J'hésite vraiment à porter croyance--ajoute Pisanus Fraxi--aux effets
  magiques du baume Pinero, ni à l'emploi sans danger d'un semblable
  aphrodisiaque dans de semblables scènes d'orgie et de flagellation
  pratiquées par le père Pierre de Sainte-Marthe des Anges, de South
  Kensington, ni à l'aventure audacieuse avec la vertueuse Mme Leveson.

  L'improbabilité même de ces scènes peut être sans doute considérée par
  quelques-uns des lecteurs comme une marque d'originalité et le volume
  sera certainement salué comme joyeuse arrivée par tous les philosophes
  de la même école que l'auteur.



THÉODORE DE BANVILLE.--CONTES HÉROÏQUES. Paris, 1884.


Je ne classe pas cet ouvrage parmi ceux écrits exclusivement sur la
flagellation. Théodore de Banville n'était pas coutumier de tels livres.
N'empêche que le premier des contes, _La Borgnesse_, se terminait par un
sujet de flagellation qui vient apporter là sa note sombre.

Christmant, amant d'une femme de monde quelconque, est surpris par le
mari. Mais la maîtresse a le temps de s'échapper et serait bientôt hors
d'atteinte si le modèle du peintre, Léo, n'avait, d'un signe
imperceptible, indiqué au mari outragé la porte par laquelle avait
disparu la fugitive.

  «Cependant ce clin d'oeil de trahison jeté par Léo, Christmant l'avait
  vu, lui aussi, et surpris au vol. Alors il saisit un fouet accroché à
  la muraille entre deux bébés japonais, et de toutes ses forces en
  cingla le visage du modèle. L'oeil blessé horriblement sortit de son
  orbite, et les joues et la bouche déchirés ne furent plus qu'une
  plaie. Et furieuse, hurlant, toute sanglante, de longs filets de sang
  coulant sur sa gorge nue, tordant ses bras, la grande Léo eut encore
  un air de défi, et de son oeil unique regardant Léopold Christmant
  avec l'expression d'une haine farouche:

  --«Tant pis! je vous aimais! dit-elle.»

Dans le même ouvrage, un autre des contes _La Bonne_ nous donne une
scène différente. Il serait téméraire de ma part d'essayer d'analyser
Banville. Je cite donc:

  «En voyant la colère qui brillait dans les yeux de la grande femme,
  les visiteurs voulurent s'interposer mais les écartant d'un geste
  terrible, elle saisit Audren, et l'ayant mis sur son bras, comme
  lorsqu'il était enfant, le déculotta et lui donna le fouet. Le vicomte
  de Larmor hurlait de douleur; mais toujours Annan Goën le frappait de
  toutes ses forces, et acharnée à le châtier, elle ensanglantait sa
  main vengeresse dans la chair déchirée et meurtrie de ce mauvais
  gentilhomme.»



RARE TRACTS ON FLAGELLATION.--Voici sept opuscules qu'il serait de
coupable négligence d'omettre dans cette bibliographie.


Un érudit nommé Henry Thomas Buckle, né en Angleterre de parents
fortunés, et mort à l'âge de trente-trois ans a laissé un certain nom
dans la littérature anglaise. C'est l'auteur de l'_Histoire de la
civilisation en Angleterre_ (3 volumes) oeuvre monumentale, restée
inachevée par la mort de l'auteur, ouvrage renommé pour la clarté du
style et la profonde philosophie qui s'en dégage. Parmi les sujets qui
attirèrent l'attention de ce chercheur, vient s'ajouter celui qui se
rapporte aux punitions corporelles. Du moins, on le dit, et je vois là
l'explication de la réunion de son nom. Voici en effet le titre général
des sept opuscules:

=Rare Tracts=: REPRINTED FROM THE ORIGINAL EDITIONS COLLECTED BY THE
LATE HENRY THOMAS BUCKLE, author of «_A History of Civilization in
England_» autrement dit: Traités rares sur la flagellation, réimprimés
sur les éditions originales, réunis par feu Henry Thomas Buckle auteur
de l'«Histoire de la civilisation en Angleterre».

On prétend que Thomas Buckle avait prêté ces opuscules en 1872, à un
éditeur de Londres, nommé J. C. Hotten, qui les a publiés dans sa
Bibliothèque dite du _Progrès social_, d'après les éditions originales
collectionnées par Thomas Buckle. L'éditeur de l'édition originale, en
1777 était G. Peacock, et il est probable que Buckle se serait servi de
ces opuscules pour un chapitre curieux et intéressant de son ouvrage sur
la civilisation.

Les sept volumes de la réimpression sont très rares et valent de 250 à
300 francs. Ils sont formés en partie de révélations sur certaines dames
du _grand monde_ anglais, dames qui s'adonnaient beaucoup au sport tout
particulier de la flagellation. Les noms sont peu déguisés.

Entre autres documents, on trouve un opéra-comique représenté sur une
scène privée ainsi que des conférences _fashionables_ qui, paraît-il,
ont été faites avec accompagnement d'expériences pratiques! Ces volumes
éclairent d'un jour nouveau les pratiques en usage au siècle dernier en
Angleterre.

Voici les titres complets des sept volumes:

1. Exhibition of Female Flagellants in the Modest and Incontinent World.

2. Part Second of the Exhibition of Female Flagellants in the Modest and
Incontinent World.

3. Lady B--r's Revels. A Comic Opera, as Performed at a Private Theatre
with unbounded Applause.

4. A Treatise of the Use of Flogging in Venereal Affairs. Also of the
Office of the Loins and Reins. By Meibomius.

5. Madame Birchini's Dance. A Modern Tale, with Original Anecdotes
collected in Fashionable Circles. By Lady Termagant F--m.

6. Sublime of Flagellation: in Letters from Lady Termagant F--m to Lady
Harriet T--l.

7. Fashionable Lectures; Composed and Delivered with Birch Discipline,
by the Following Beautiful Ladies.

London, printed by G. Peacock, 1777[53].

  [53] 1. Exposition des Flagellants femelles dans le monde modeste et
    incontinent.

    2. Seconde partie de l'Exposition des Flagellants femelles dans le
    monde modeste et incontinent.

    3. Les orgies de Lady B--r's--Opéra-comique, comme exécuté sur un
    Théâtre privé, avec applaudissements sans frein.

    4. Traité de l'usage de la verge dans les plaisirs vénériens, et
    dans l'office des reins et des lombes, par Meibomius. (Voyez plus
    haut: Meibomius, De l'utilité de la flagellation.)

    5. La danse de Mme Birchini. Conte moderne, avec Anecdotes
    originales recueillies dans des _fashionables_ Cercles, par Lady
    Termagant F--m.

    6. La majesté de la flagellation: en lettres de Lady Termagant F--m
    à Lady Harriet T--l.

    7. Lectures _fashionables_; composées et prononcées avec la
    discipline du fouet, par les magnifiques dames suivantes. Londres,
    imprimé par G. Peacock, 1777.



LASHED INTO LUST. A CAPRICE OF A FLAGELLATION. Paris, 1899[54].

  [54] La luxure dans le fouet. Caprice d'un flagellateur. 1 volume
    petit in-8º. Deux éditions dont l'une sur papier de Hollande.

Voici maintenant un ouvrage absolument moderne et qui démontre par son
existence même, que l'étrange goût de la flagellation n'est pas encore
éteint.

Voici le problème que l'auteur anonyme (nous le connaissons
personnellement, et c'est un gentleman distingué, ce qui prouve le peu
de bonne foi qui préside à l'établissement de ces ouvrages) cherche à
résoudre: comment domestiquer et réduire à la soumission une courtisane
à la langue acérée qui pense que chaque homme représente sur terre un
imbécile, plus qu'un naïf.

L'auteur a résolu ce problème avec beaucoup d'habileté. Ce volume n'a
jamais été publié en français quoique l'original ait été écrit dans
cette langue. Les acheteurs de cet ouvrage, s'ils supposent acquérir un
bréviaire de piété, doivent être tristement déçus: l'auteur a choisi ses
héroïnes et leur a assigné un rang hiérarchique dans la haute prêtrise
de la galanterie.

Les actrices de ce petit drame sont des parvenues, de naissance et
origines diverses.

L'assemblée à la _Villa du Nid d'Amour_ est suffisamment hétéroclite:
nous y trouvons la fille du faubourg, coudoyant la femme pervertie du
commerçant honnête, à laquelle fait vis-à-vis la dame _raisonnable_ et
d'âge presque mûr qui donne de _sages_ conseils à la jeune fille de
bonne famille «folle de son corps», enfin toute l'assemblée s'incline
devant la hautaine courtisane à la mode qui tout à l'heure criera,
suppliera sous les cuisantes morsures de la verge. La principale scène
de flagellation a lieu sur un yacht, en pleine Méditerranée. Ce yacht
est commandé par un anglais de goûts bizarres, nommé Sir Ralph. A bord
une nièce de ce dernier, une jeune femme d'admirable beauté du nom de
miss Violet Stafford, maîtresse de Sir Ralph, et la courtisane dont j'ai
parlé, formaient l'élément féminin qui devait entrer en scène.

Le premier sujet d'une castigation fut miss Violet, qui pour une
peccadille commise un mois auparavant, fut fouettée sans pitié. La
courtisane française avait assisté avec grande surprise à la punition de
sa jeune amie anglaise, et même essayé de dissuader les bourreaux de
leur action infâme. Aussi, je laisse à penser l'indignation qu'elle
ressentit lorsque son amant l'informa tranquillement que son tour était
venu. Je cite son propre récit que l'auteur lui fait raconter à des
amies:

  «Je crus qu'il plaisantait et je me mis à rire. Mais lui se tenant
  debout, le fouet à la main me dit placidement:

  «Allons, Nini, déshabillez-vous, la belle!

  Comme je le regardais, hébétée, pétrifiée d'étonnement, il reprit
  criant presque:

  «Allons... fais vite,» et au même instant son fouet s'abattait
  cinglant mes épaules.

  «Je poussai un cri de douleur et de rage, et bondis comme une tigresse
  pour lui arracher le fouet: deux coups rapides me firent battre en
  retraite.

  «Nous étions restés seuls. Je courus vers la porte; elle était fermée
  en dehors.

  «Assassin! misérable lâche!» m'écriai-je éperdument; à chacune de mes
  exclamations, le fouet retombait sur mes épaules.

  «Sir Ralph, d'une voix calme, me disait:

  «Prends garde à la figure. Je ne voudrais pas te blesser.» Puis, il
  continuait, par saccades: «sois raisonnable... déshabille-toi, ou...
  j'emploie la force--Osez donc, misérable! criai-je de nouveau.»

Et la scène se continue entre amant et maîtresse jusqu'à l'intrusion de
nouveaux témoins qui vont prêter appui à l'orgie sanguinaire qui va se
dérouler.

Les détails qui accompagnent les descriptions m'empêchent de les citer.

C'est, je crois, le livre le plus érotique qu'il m'ait été donné de lire
en anglais.



=Théâtre des cruautés des hérétiques au XVIe siècle.=--Reproduction du
texte et des gravures de l'édition française de 1558. Publié sans doute
à Londres, 96 pages.



=Prison Characters= DRAWN FROM LIFE WITH SUGGESTIONS FOR PRISON
GOVERNMENT. FEMALE LIFE IN PRISON BY F. W. ROBINSON[55].

  [55] Caractères de la prison (en Angleterre); basé sur la vie, avec
    conseils au gouvernement des prisons. Vie des femmes en prison, par
    F. W. Robinson.

Deux illustrations, deux volumes, 736 pages.



=Les duels par la flagellation.=--Je viens de passer rapidement en revue
les principaux ouvrages, où des auteurs talentueux ou nuls se sont
efforcés de nous raconter par «des scènes vécues» (?) disaient-ils
presque tous, que la flagellation fut, est, et sera toujours à l'ordre
du jour, qu'elle fait partie intégrante de notre vie. Je suis loin de
les approuver, considérant plutôt les malheureux adonnés à cette
pratique comme des malades, et rien de plus. Cependant, il est des
circonstances où le fouet ou le bâton ont joué un rôle prépondérant. Je
me souviens avoir lu dans les journaux américains, il y a quelques
semaines à peine, que deux habitants du pays, qui s'étaient voués une
haine mortelle, dont la jalousie était la base (cherchez la femme) ont
trouvé un ingénieux moyen de mettre fin au conflit qui les séparait.
Attachés tous deux solidement à deux arbres vis-à-vis, n'ayant que la
main droite de libre, et cette main armée d'un gourdin, ils se sont
administrés réciproquement une telle volée de coups, qu'il est plus que
probable qu'ils ont trouvé dans la mort l'unité qu'ils n'avaient pu
avoir de leur vivant. Voilà un duel, qui, je crois, ne sera pas goûté de
sitôt dans la vieille Europe. Mais en Amérique...

                                   *

                                 *   *

Le _Journal illustré_, dans son numéro du 4 mars 1900 donne en première
page une gravure représentant un duel au fouet entre deux charretiers,
duel qui se termina tragiquement, l'un des deux combattants ayant eu
l'oeil crevé.

Voici les faits tels que les a relatés _le Petit Journal_:

  «Deux charretiers, Georges Falga et Emmanuel Ricci, âgés vingt-trois
  ans et vingt-six ans, vivaient en paix... lorsqu'à La
  Garenne-Colombes, où ils demeurent, ils firent la connaissance d'une
  fort jolie fille dont ils s'éprirent éperdument et que tous deux
  désiraient épouser. Falga, plus heureux que son rival, ayant obtenu,
  avec le consentement du père, celui de la jeune personne qui ne
  voulait pas de Ricci parce qu'il est Italien, s'empressa de faire part
  à ce dernier du résultat de sa démarche.

  Furieux d'être ainsi évincé, l'Italien jura de se venger.

  Hier matin, vers six heures, comme les deux rivaux, avant de se rendre
  à leur travail, prenaient leur repas dans un débit de la Garenne, une
  violente discussion s'éleva entre eux, à propos du prochain mariage de
  Falga, et de grossières invectives furent échangées. Ils allaient en
  venir aux mains, lorsque d'autres charretiers, témoins de la scène,
  s'interposèrent et proposèrent aux deux hommes d'aller vider leur
  querelle dans un duel en champ clos.

  L'arme choisie serait le fouet dont chacun d'eux était armé. Les
  conditions de ce singulier duel réglées, Falga et Ricci, suivis de
  leurs témoins allèrent se placer dans un terrain situé à quelque
  distance du débit.

  Mis en face l'un de l'autre, chacun tenant son arme, les combattants,
  qui, au préalable s'étaient dévêtus jusqu'à la ceinture, attendirent
  le signal et se mirent immédiatement à se cingler consciencieusement
  le visage et le torse de terribles coups de fouet.

  D'énormes zébrures, laissant échapper le sang, ne tardèrent pas à
  apparaître sur la peau des deux adversaires, qui redoublant d'ardeur,
  se frappaient comme des sourds. Le combat durait depuis quelques
  minutes, lorsque tout à coup, Ricci poussa un cri terrible et
  chancela. Le fouet de son rival venait de lui atteindre l'oeil.»



=Les corrections conjugales et les littérateurs, anciens et
modernes.=--Cette grave question: Doit-on ou ne doit-on pas battre sa
femme? a fait couler des flots d'encre à pas mal de littérateurs.


Il est bien un vieux proverbe qui dit «qu'il est permis de battre sa
femme, mais qu'il ne faut pas l'assommer», et comme il est
universellement reconnu que les proverbes sont la sagesse des nations,
nous devons prendre celui-là en bonne part.

«Battre sa femme, dit M. Esquiros, est un usage fort ancien dans le
monde et notamment en France... Toutes les sociétés commencent, comme
l'humanité, par l'état sauvage, lequel entraîne toujours l'emploi
aveugle de la force. De vieilles cérémonies religieuses consacraient
même cet usage en plusieurs provinces; le droit en était accordé au mari
comme une franchise.»

                                   *

                                 *   *

En Angleterre, écrit M. Larcher, la loi qui permettait au mari de battre
sa femme _gratuitement_ a subsisté jusqu'en 1660.

Depuis ce temps, moyennant une faible amende, tout mari anglais peut
infliger de rudes corrections à sa femme.

A notre époque, dans ce pays, il ne se passe pas une semaine, pas un
jour même, sans qu'une feuille publique, soit de Londres, soit de la
province, n'annonce qu'un mari a horriblement maltraité sa femme. Ces
actes de brutalité conjugale sont depuis longtemps si communs en
Angleterre, que le public n'y donne plus aucune attention; ils passent
en quelque sorte inaperçus. On se dit: «Ce n'est rien, c'est un homme
qui a corrigé sa femme,» tout aussi simplement qu'on se dirait: «Ce
n'est rien, c'est un homme qui a battu son chien.» Il est même à
supposer que les chiens, s'ils subissaient les mauvais traitements que
subissent un grand nombre de femmes, trouveraient plutôt des défenseurs
que ces dernières... Dès l'instant que de tels actes de barbarie ne
soulèvent plus l'indignation publique, le devoir des législateurs serait
d'aviser au moyen d'y mettre un terme... Est-ce au mari, au mariage ou à
la femme qu'il faut s'en prendre? Que l'on cherche et l'on trouvera.

                                   *

                                 *   *

Une bonne correction, dit Salomon, vaut mieux aux femmes qu'un collier
de perles.

                                   *

                                 *   *

Tilly fait la remarque que les femmes résistent souvent aux plus nobles
procédés, et sont presque toujours subjuguées par le charme des plus
mauvais traitements.

                                   *

                                 *   *

Le _Petit Bleu_ du 15 mars 1900, publiait l'entrefilet suivant:

  =Battu et ridiculisé.=--MONTLUÇON.--Il existe à Montluçon une vieille
  et originale coutume locale qui veut que tout mari qui se laisse
  battre par sa femme soit promené par la ville la tête coiffée d'un
  bonnet de coton, une quenouille en main en guise de sceptre et monté à
  l'envers sur un âne.

  Cette pratique quelque peu comique est toujours en vigueur. Aussi,
  avant-hier soir, vers six heures, à la sortie des usines, plus de
  trois mille personnes se trouvaient-elles sur le pont Saint-Pierre et
  aux abords pour voir passer un cortège de mari battu.

  Le patient était un ouvrier d'usine, à qui sa femme avait donné une
  maîtresse gifle à la suite d'une querelle conjugale, et à qui ses
  camarades d'atelier appliquaient la peine encourue en pareil cas,
  suivant le rite usité.

  Le malheureux, cavalcadant à l'envers sur un âne de marinier, le chef
  ceint d'un casque à mèche et portant dans le dos une pancarte
  infamante, où étaient écrits ces mots: «Battu par sa femme et
  content,» fut promené par toute la ville, essuyant les lazzis les plus
  sanglants d'une foule sans pitié.

                                   *

                                 *   *

Bien d'autres auteurs ont agité cette question, mais les citer tous
m'écarterait sensiblement de mon programme.

                                   *

                                 *   *



=A l'ombre.=--Traduit pour la première fois de l'Anglais pour la Société
des Bibliophiles, 1 volume, in-18º papier vergé. (Édité à 10 francs.)


Dans son prospectus, l'éditeur de cet ouvrage dit:

«Il est assez délicat de donner une idée du livre, vu sa nature
ultra-légère. Contentons-nous de dire que ceux que ne choquent pas les
robes qui se retroussent et les cotillons qui découvrent ce qu'ils
devraient cacher, ceux-là, disons-le, trouveront leur compte dans ce
volume singulièrement pimenté. Est-il besoin d'ajouter que l'application
de la verge et de la main sur d'affriolantes rondeurs y joue un rôle
prépondérant; c'est un des traits caractéristiques de cette sorte de
littérature, et, dans cet ouvrage, c'est pour ainsi dire à chaque page
que se manifeste ce goût étrange dont tant d'ouvrages sérieux ont
affirmé et commenté l'existence.»



=Les Loups de Paris=, par JULES LERMINA[56].--Ce n'est pas sous un titre
semblable que l'amateur d'ouvrages sur la flagellation, penserait
trouver une terrible scène de fustigation. Le hasard--qui fait parfois
bien les choses au profit des bibliomanes--m'a fait rencontrer ce livre
qui, à première vue, semble être un roman-feuilleton fort banal. En le
feuilletant, j'y ai trouvé quelques études intéressantes, où le document
n'est pas dédaigné, mais l'auteur, obéissant aux lois inexorables de la
compréhension populaire, a dû mettre sa tâche à la hauteur de Mme
Pipelet qui s'en est donnée à coeur joie: des massacres, cambriolages,
vols avec effractions, assassinats: «O ma chère! c'est palpitant.»

  [56] Grand in-8º, avec un frontispice en couleurs (grande
    chromolithographie pliante).

Arrivons au passage qui nous intéresse. Il s'agit d'une tentative
d'évasion dans un bagne. Le forçat coupable est condamné à recevoir
cinquante coups de bâton. Je cite textuellement:

  On entraîna le coupable. Entraîner n'est pas le mot propre, car il
  suppose résistance. Et il se laissait faire, comme s'il n'eût été
  qu'une masse inerte...

  Les forçats avaient été convoqués, selon l'usage, pour assister au
  châtiment, à l'expiation...

  L'évadé fut dépouillé jusqu'à la ceinture...

  Un condamné à vie s'avança tenant en main l'instrument du supplice. En
  cette année-là, on faisait l'essai d'un fouet d'importation anglaise,
  le _cat-o-nine tails_, touffe de neuf lanières, garnies de petites
  balles de plomb.

  L'exécuteur fit siffler dans l'air le cuir, qui rendit un bruit sec
  comme un coup de feu.

  Le condamné resta immobile, les poignets appuyés sur le billot de
  bois.

  Il faut dire que chaque coup du _cat-o-nine tails_, était compté pour
  dix coups ordinaires. C'était donc cinq rasades seulement, terme
  consacré, que le patient devait recevoir.

  Un!... Son dos se marbra de bleu et de rouge.

  Il ne remua pas.

  Deux! Il y eut du sang.

  Même immobilité.

  --Diable! fit un des assistants, voilà une forte nature. Qui se serait
  attendu à cela? Ordinairement, on tombe au troisième.

  Bah! ce sera pour le quatrième.

  Mais le troisième tomba net sur les épaules l'homme...

  Le quatrième enleva quelques lambeaux de chair...

  L'autorité n'en revenait pas. Ce fouet britannique ne remplissait pas
  les conditions du programme...

  --Cinq!

  C'est fait. Le condamné se redressa. Il y avait là un baquet rempli
  d'eau dans laquelle on avait fait dissoudre quelques kilos de sel
  marin.

  --Vous permettez? demanda-t-il.

  Et sans attendre la réponse, il plongea dans l'eau la toile grossière
  qui servait d'éponge, et le liquide ruissela sur ses épaules...

  Il ne frémissait même pas. Et cependant, à voir la chair écrasée, la
  douleur devait être atroce...

  Mais lui, sachant que, sa peine subie, il rentrait dans les rangs, à
  sa place, alla se mettre dans le groupe des forçats, endossant la
  casaque dont on l'avait dépouillé...

  --C'est une mystification, dit un surveillant.

  De fait, ils étaient tous consternés.

  --Il y a un autre condamné, fit un garde-chiourme. On pourrait
  essayer.

  --Soit...

  La condamnation était moins grave. Vingt coups, ce qui se résolvait en
  deux coups de fouet de nouvelle invention...

  --C'est l'exécuteur qui a le poignet trop mou, objecta quelqu'un.

  Celui qui venait de recevoir les cinq coups dit, mettant le bonnet à
  la main:

  --J'offre de frapper le patient.

  --Tu n'auras pas la force.

  --Essayez.

  --Soit.

  Le forçat qui avait encouru la peine, pour quelque peccadille
  d'insubordination, était un énorme colosse dont les épaules, le torse,
  le _râble_ semblaient taillés en plein bronze...

  Il se posa, arrogant, défiant du regard le poignet fin et sans doute
  faible de cet exécuteur de hasard.

  --Bonne affaire! murmura-t-il. Si celui-là me démolit...

  Il n'acheva pas.

  On entendit un cri, un râle.

  L'homme était par terre, crispant ses ongles au sol.

  Un seul coup du _cat-o-nine tails_ l'avait abattu.

  Le médecin s'approcha... Une sorte de gloussement sortait de sa
  poitrine, tandis qu'une écume rougeâtre souillait ses lèvres.

  --Il ne résisterait pas au second coup, dit le médecin. Bien heureux
  s'il réchappe de cette première alerte...

  C'était fait.

  Les gardes-chiourmes appelèrent les hommes à la grande fatigue.



=La flagellation dans la gravure, la caricature, en politique.=--Là
aussi, la flagellation a joué un rôle important. Mais cette partie
demande une étude spéciale. Je ne citerai donc que quelques exemples.

Qui ne se rappelle le numéro publié par le _Le Rire_, entièrement
illustré par le dessinateur Willette? Une des gravures, la plus amusante
peut-être, représente un intérieur britannique, et, cependant que le
père lit la _Bible_, la mère éponge le postérieur d'une fillette.
Légende: _En Angleterre, les petites filles sont bien gentilles, mais
trop souvent fouettées._

                                   *

                                 *   *

Au moment où j'écris ces lignes, _La Caricature_, journal satyrique
donne en première page un dessin représentant la reine Victoria,
flagellée vigoureusement par le Président Krüger. Cette caricature,
considérée à juste titre comme outrageante, a eu un immense
retentissement de l'autre côté du détroit.



Dans son numéro du 30 avril 1800, _Le Courrier français_ donne un
merveilleux dessin de Willette à propos du rétablissement de la
flagellation en Virginie. La légende du dessin porte:

  «Les journaux publient une dépêche de New-York annonçant que
  l'Assemblée législative de l'État de Virginie a voté une loi
  permettant d'appliquer les châtiments corporels en public.

  «La première à qui cette loi a été appliquée est une jeune fille de
  dix-huit ans qui a été fouettée sur la place publique de Manassas,
  parce qu'elle avait des relations immorales avec un clergyman.»

  Sans commentaires.



Une petite brochure vient de paraître, sous le titre. =Les Crimes des
couvents=[57], qui contient des détails si révoltants sur des faits qui
se sont passés dernièrement, d'une telle férocité que le sujet mérite
d'être étudié à fond.

  [57] B. GUINAUDEAU.--LES CRIMES DES COUVENTS.--L'exploitation des
    Orphelins. Paris, 1889. 1 brochure de 72 pages, 50 centimes.

Je réserverai donc cette étude pour un autre ouvrage, car ici, la place
me fait défaut.



=Traité du fouet, et de ses effets sur le physique de l'amour, ou
aphrodisiaque externe.=--Ouvrage médico-philosophique, suivi d'une
dissertation sur les moyens d'exciter aux plaisirs de l'amour, par D...
(Doppet) médecin, 1788, 1 vol. in-18 de 108 pages, plus 18 feuillets
préliminaires.


Le _Traité du fouet_ est une imitation plagiaire du traité de Meibomius,
dont j'ai déjà parlé. Ici tout est libertinage et satire grossière. Le
lecteur n'y apprendrait rien d'utile; en revanche, il y peut trouver les
moyens de ruiner sa santé, car l'ouvrage contient une pharmacopée très
étendue des plus actifs aphrodisiaques, réduits en électuaires formulés,
suivie d'une liste raisonnée des plantes analogues à la vertu de ses
récipés.

J'ai sous les yeux une réimpression de ce volume qui porte: Londres,
1891. Cette édition est précédée d'une _notice bibliographique_ dont je
cite quelques passages intéressants:

  L'auteur du _Traité du fouet_ est François-Amédée Doppet, médecin,
  littérateur et général français, d'origine savoisienne, né a Chambéry
  en mars 1753, et mort à Aix (Savoie) vers l'an 1800. Sauf Quérard,
  _France litt._ et la _Biogr. génér._ de Hoefer qui donnent
  l'énumération exacte de ses nombreux ouvrages, il n'est guère
  brièvement cité par les autres biographes, que pour l'ouvrage qui nous
  occupe.

  La première édition a pour titre: _Aphrodisiaque externe_, ou _Traité
  du fouet et de ses effets sur le physique de l'amour, ouvrage
  médico-philosophique suivi d'une dissertation sur tous les moyens
  capables d'exciter aux plaisirs de l'amour, par D***_, sans lieu
  d'impression (Genève) 1788, in-18 (disent Brunet, Graesse et le comte
  d'I***), in-16 (disent Barbier, Quérard et Hoefer) de 158 pages.

  Il est à remarquer que tous les biographes indiquent _Genève_ comme
  lieu d'impression, tandis que la _Bibliographie_ du comte d'I***,
  seule, indique _Paris_.

  La _Bibliographie des ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes_, etc.
  Turin et San Remo, 1871-1873, en annonçant, au _Traité du fouet_, une
  figure-frontispice, qui n'a jamais existé que dans l'imagination un
  peu vagabonde des éditeurs, ajoute que le _Médecin de l'amour_ paru à
  _Paphos_ (Paris) en 1787, in-8º, est un essai du même ouvrage. C'est
  une profonde erreur. Le _Médecin de l'amour_, est tout simplement une
  véritable histoire médico-romanesque n'ayant aucun point de
  ressemblance avec le _Traité du fouet_.

                                   *

                                 *   *

  Il se rencontre aussi des exemplaires de cette édition originale
  portant un titre ainsi libellé: _Traité du fouet_, ou _Aphrodisiaque
  externe_, etc. A Paris, chez les marchands de nouveautés.

  Une réimpression à très petit nombre a eu lieu à Paris ou à Lille, au
  commencement de ce siècle (1820 à 1825). Cette édition contient 108
  pages, la table comprise; elle porte sur le titre, pour épigraphe, un
  passage latin, tiré de l'ouvrage de Meibomius. Elle est bien imprimée,
  son bon papier ordinaire collé, d'une teinte légèrement bleuâtre.

                                   *

                                 *   *

  Il est à remarquer que la seconde partie de cet ouvrage, intitulée:
  _Dissertation sur tout les moyens capables d'exciter aux plaisirs de
  l'amour_, ne fait point partie essentielle du _Traité du fouet_. C'est
  plutôt une pharmacopée aphrodisiaque très curieuse.

  Aussi cette partie a-t-elle été détachée de l'ouvrage et reproduite
  avec des annotations, depuis peu, à l'étranger.

  On y a même joint un frontispice très épicé, dont l'allégorie, aussi
  frappante qu'ingénieuse, rappelle d'une façon toute gaillarde, le
  souvenir des _Fleurs animées_ de Granville.



=Histoire des Flagellans=, où l'on fait voir le bon et le mauvais usage
des Flagellations parmi les chrétiens, par des preuves tirées de
l'Écriture sainte, etc., traduit du latin de M. L'ABBÉ BOILEAU, docteur
de Sorbonne (par l'abbé Granet), Amsterdam, chez Henri Sauzet, 1732 (1
vol. in-12).


_Diverses éditions en latin, français et anglais._

--Tout est vraiment digne d'attention dans ce livre, publié vers la fin
de l'année 1700, par l'abbé Boileau, frère du célèbre Despréaux. Cet
excellent écrit que l'abbé Irailh, a eu le grand tort d'appeler un livre
saintement obscène traduit en français dès 1701, puis en 1732 par l'abbé
Granet, l'éditeur des oeuvres du savant de Launoy, n'excita pas moins,
quand il paru une grande rumeur parmi les moines, les théologiens et
surtout chez les jésuites, soit à cause des opinions jansénistes
imputées à l'auteur, soit par une suite de cette déplorable prédilection
que les jésuites ont toujours eue pour la _discipline d'en bas_. Le père
du Cerceau et l'infatigable controversiste Jean-Baptiste Thiers, curé de
Vibraye, s'emportèrent cruellement contre l'abbé Boileau. De leur côté
les moines et les moinesses firent grand bruit. Mais de réfutation
concluante, il n'en parut aucune.

L'abbé Boileau poursuit, en dix chapitres, la flagellation, spécialement
la flagellation volontaire, depuis son origine jusqu'à son époque, sous
toutes ses formes et ses prétextes, comme une indigne coutume née du
paganisme et de l'esprit de libertinage.

Ne fait-il pas beau voir le père Girard donnant la discipline à la belle
Cadière, pour commencement de satisfaction, et cela, parce que liberté
pareille a été prise, sans encombre de chasteté, par saint Edmond,
Bernardin de Sienne, et par le capucin Mathieu d'Avignon?

A en juger par la nature humaine, qui est la même partout, la
flagellation du christianisme n'a pas eu d'avantages sur celle des
lupercables, et dans le nombre des dévotes fouettées, nous avons dû
avoir autant de femmes compromises que les Romains.



HECTOR FRANCE dans «=Le Péché de soeur Cunégonde=» (Paris s. d. In-4º
illustré) nous donne une très amusante scène de pénitence religieuse. Je
cite textuellement:

  «Cependant, ce n'était pas de l'_Ave Maria_ dont s'occupait une
  religieuse, car en passant devant une porte sur laquelle était écrit
  le nom de _soeur Sainte-Irène_, on entendit le bruit de ce que
  Rabelais nomme une _Cinglade_, mais une cinglade timide et molle,
  précédée et suivie de petits gémissements.

  --Restez là, dit monseigneur à la petite fille en s'arrêtant et
  frappant trois coups. Peut-on entrer? ajouta-il.

  --Je me meurtris aux épines de la mortification, répondit une voix
  plaintive.

  --Quelle mortification?

  --Je me flagelle.

  --Eh! ma soeur, dit le directeur en poussant la porte qu'il referma
  sur lui, c'est sur la chair qu'il faut frapper, ma soeur, la chair! la
  misérable chair! Avez-vous le cordon de _Jésus-Marie-Joseph_?

  --Oui, monseigneur, le voici.

  --Allons, plus haut, retroussez votre tunique de lin!

  Et presque aussitôt la petite fille, terrifiée, entendit les
  cinglements de la corde devenir plus stridents, et à chaque coup
  s'accentuer les plaintes.

  --Invoquez le nom de Jésus, dit le prélat et les épines de la
  mortification se changeront pour vous en feuilles de rose.

  --Oh! doux Jésus! dit la soeur.

  --Les morsures de la flagellation se tourneront en suaves blandices.

  --Oh! doux Jésus!

  --Les souffrances du martyre en jubilation.

  --Oh! doux Jésus!

  --Les angoisses de l'agonie se transformeront en céleste béatitude.

  --Oh! doux Jésus! Grâce, monseigneur! vous frappez trop fort.

  --«Alors Ponce Pilate, après avoir fait fouetter Jésus, le livra aux
  Juifs pour être crucifié.» C'est en mémoire de cet acte que notre
  sainte patronne Élisabeth de Hongrie livrait sa chair à la
  flagellation et la sainte ne se plaignait pas de la violence du pieux
  Conrad. Elle disait à chaque coup: «Plus fort, très cher père Conrad,
  plus fort!» Aussi elle est assise à la droite du Père.

  --Plus fort, monseigneur! Frappez sur ma misérable chair. Oh! doux
  Jésus! Aïe! Aïe!

  --Le sol est durci sous la lourde pression de vos péchés, il faut
  frapper, ma fille, pour pouvoir enfoncer la racine de vertu.

  --Oh! doux Jésus! Quelles délices! oh! doux Jésus! monseigneur! Oui...
  enfoncez... la... racine... de... vertu... Oh! Joies du Paradis!

  --Vous avez gagné 643 jours d'indulgence plénière, agenouillez-vous,
  priez et réjouissez-vous.

  --«Réjouissons-nous! J'ai vu la rosée tombée du ciel, j'ai vu la
  chaste nuée d'où le juste est sorti, j'ai vu le désiré, j'ai vu le
  rejeton de David, j'ai vu le fils de la Vierge, j'ai vu le Messie,
  j'ai vu Emmanuel, j'ai vu Jéhovah, notre juste, c'est en mon Jésus! Il
  va bientôt venir. Oh! Joies du Paradis!»

  --_Amen!_ Le voici, ma soeur!

  --Jésus! Marie! Joseph!

  --Courbez plus bas la tête, ma fille.

  --Ah! doux Jésus! L'esprit saint est en moi! Et la petite fille, qui
  écoutait toute tremblante, n'entendit plus que des soupirs étouffés.
  Sans doute la soeur Sainte-Irène, touchée par l'onction intérieure de
  la grâce, demeurait plongée dans la contemplation des perfections
  infinies et noyée dans une amoureuse union avec le fils du Père
  éternel... ou avec son ministre, Mgr de Ratiski... Mystère[58]!...

  [58] Une curieuse gravure illustre ce passage.



HECTOR FRANCE.--=La pudique Albion. Les nuits de Londres.= 1 vol. in-18º
jésus, 332 pp. (Paris, 1885).


Dans ce volume, page 203 commence un chapitre intitulé _Filles fessées_.
Comme ce chapitre occupe 13 pages, je ne puis le citer en entier,
quoiqu'il en vaille la peine. Voici quelques-uns des passages les plus
pittoresques:

                                   *

                                 *   *

  «Traversant un matin un corridor pour se rendre à sa classe, il (La
  Cecilia, professeur de français à cette époque) entendit des
  supplications suivies d'un bruit ressemblant a ce que nos pères
  appelaient une _cinglade_, et nous, une forte fessée. Or, comme les
  plus jeunes élèves de l'école n'avaient pas moins de douze ans, le
  châtiment lui parut si extraordinaire en raison de la pudibonderie
  anglaise qu'il prit avec toutes sortes de précautions, des
  informations sur la nature de ce bruit insolite, près de la
  sous-maîtresse assistant à son cours.

  --Oh! répondit-elle en rougissant un peu, c'est une petite fessée
  (_little whipping_) qu'on a infligée à cette mauvaise tête de miss
  O'Brien.

  Miss O'Brien était précisément une des plus grandes élèves, superbe
  Irlandaise de dix-sept ans mais qui en paraissait vingt, tant la
  nature avait pour elle été prodigue.

  --Vous ne voulez pas dire, répliqua La Cecilia stupéfait, qu'on a
  donné le fouet à cette grande fille?

  --Parfaitement, «le fouet», comme vous l'appelez; c'est l'usage de la
  maison.

                                   *

                                 *   *

Voici une lettre reproduite dans ce livre; elle est d'un gentleman nommé
G. Ferguson:

  «Quant à l'abominable pratique de fouetter les jeunes filles dans les
  écoles, écrit-il, je veux vous relater ce qui vient d'arriver dans une
  pension du nord de Londres à une jeune personne dont je suis le
  tuteur. Elle a dix-huit ans et y fut envoyée pour terminer sa dernière
  année d'éducation. Un soir, une des plus jeunes du pensionnat,
  fillette de douze ans, ayant été fort désobéissante, la maîtresse
  ordonna à ma pupille de fouetter, en sa présence, la petite dont elle
  retroussa aussitôt, elle-même, les jupons. L'autre naturellement,
  stupéfiée de cet ordre, refusa nettement de l'exécuter. Alors, la
  maîtresse, après avoir fessé très sévèrement la fillette, conduisit ma
  pupille dans la classe où sept ou huit autres de ses compagnes
  travaillaient, leur disant qu'elle allait faire un exemple. Elle
  ordonna à la jeune fille d'ôter sa robe et son pantalon, la menaçant,
  si elle n'obéissait pas, d'envoyer chercher le maître d'allemand pour
  la déshabiller. Affolée, elle céda et fut contrainte de se tenir
  devant ses camarades dans la plus humiliante et la plus indécente des
  attitudes, la moitié de ses effets enlevée et l'autre moitié
  retroussée jusque sur ses épaules, tandis que la maîtresse la frappait
  avec une verge de bouleau jusqu'à ce que le sang ruisselât sur ses
  cuisses; alors seulement elle s'arrêta et l'envoya au lit.»

                                   *

                                 *   *

Je détache ce passage de la lettre d'une dame:

  «L'âge où le fouet agit le plus efficacement sur les jeunes personnes
  varie entre quinze et dix-huit ans. C'est l'époque où les passions
  fermentent, prennent de la force, et il faut user d'un traitement
  radical. Pour les filles plus jeunes, quelques coups de baguettes bien
  appliqués sur le gras des jambes ou des bras produit d'ordinaire
  l'effet désiré. Naturellement il n'est pas possible d'établir une
  règle quant au nombre des coups. Tout dépend des tempéraments et des
  caractères. Deux filles recevant le fouet ne se conduisent pas toutes
  deux de la même façon sous la douleur; les unes ont la chair plus
  sensible que les autres, mais en général, un coup par année est ce
  qu'il y a de plus équitable et de plus logique. Ainsi douze coups pour
  une fillette de douze ans. Une de trois lustres en recevra quinze et
  ainsi de suite.»

«A cette théorie si simplement exposée», dit Hector France, «je
n'ajouterai pas un mot. Tout commentaire serait superflu».



MAURICE ALHOY.--=Les Bagnes; Histoire, types, moeurs,
mystères.=--_Édition illustrée._ Paris, 1845. Un volume grand in-8º de
480 pages.

Très intéressant ouvrage qui contient un long chapitre sur la bastonnade
et les punitions corporelles au bagne. Je cite les passages qui m'ont
semblé les plus intéressants au point de vue du document.

                                   *

                                 *   *

  De nos jours dans les bagnes, l'office de l'exécuteur existe encore;
  mais ses fonctions se réduisent presque toujours à appliquer la
  bastonnade, châtiment qui résume là, à quelque exception près, presque
  toute la collection des peines... Le forçat voleur, faussaire, faux
  monnayeur, vit sous la tutelle de la loi, qui semble morte pour lui
  comme il est mort pour elle, et il peut commettre impunément tous les
  crimes contre la propriété, il ne court risque que de se voir étendu
  sur une souche qu'on nomme _banc de justice_, et frappé par un bras
  vigoureux d'un nombre de coups de gercette ou corde goudronnée, qui
  varie de dix à cent; et à moins que le condamné ne joue du couteau
  contre son gardien, qu'il ne l'étouffe dans ses bras ou qu'il ne le
  jette dans les flots, il rachètera tous les crimes par la
  flagellation.

                                   *

                                 *   *

  Il y eut à Rochefort un forçat surnommé Jean le Bourreau, qui
  accomplissait ses fonctions avec un appétit carnassier qui s'exaltait
  tellement quand le sang venait à saillir, qu'il fallait mettre près de
  lui plusieurs agents afin qu'il ne prolongeât pas le supplice du
  patient au delà des limites fixées par le jugement. Cet homme était
  d'une haute stature, et quoique bancal, sa force était prodigieuse.
  Les cicatrices d'un coup de couteau dans la main et plusieurs autres
  blessures dont les stigmates tatouaient ses membres, témoignaient de
  la haine profonde qu'il inspirait. Les liens de la parenté ou de
  l'intimité n'avaient aucune puissance sur la nature de cet homme; on
  le voyait vers le soir attendre l'heure de la rentrée des condamnés,
  comme le fauve qui guette un troupeau dans lequel il lui faut une
  proie. Un jour on lui livra pour la correction son propre neveu,
  forçat comme lui; et celui-ci fut si vigoureusement châtié par son
  inflexible oncle, qu'il faillit perdre la vie.

  J'ai vu à l'hôpital le forçat Pitrou, qui avait passé par les mains de
  Jean le Bourreau jusqu'à vingt-cinq fois; il était impossible de
  regarder sans horreur le corps de ce condamné: de la nuque au talon on
  eût dit un spécimen de ces grandes figures d'écorchés qui servent aux
  études anatomiques.

  La bastonnade produit un effet qui varie suivant la nature du
  condamné. Tel forçat n'éprouve, en la subissant, que la douleur
  physique, tel autre en ressent un ébranlement moral qui le rend plus
  indomptable ou le frappe d'atonie. Le fameux Pontis de Sainte-Hélène
  reçut les coups de corde sans rien perdre de cette dignité qui
  imposait même aux plus cyniques de la chiourme. Il subit ce châtiment
  sans se plaindre, et dit qu'il ressemblait au Christ innocent et
  flagellé. L'abbé Molitor, victime d'une cabale formée par ses
  compagnons de chaîne, subit la bastonnade et oublia plus vite la
  douleur que l'humiliation... M. le Dr Lauvergne cite un forçat,
  voleur, incorrigible qui, chaque jour avant le ramas, venait régler
  avec le commissaire la balance de ses larcins et de sa bastonnade.

                                   *

                                 *   *

  EXTRAIT DU CODE PÉNAL DES CHIOURMES

  Sera puni de la bastonnade:

  Le forçat qui aura limé ses fers ou employé un moyen quelconque pour
  s'évader;

  Le forçat sur lequel il sera trouvé des objets de travestissement;

  Le forçat qui volera une valeur au-dessous de 5 francs;

  Le forçat qui s'enivrera;

  Le forçat qui jouera des jeux de hasard;

  Le forçat qui fumera dans le port ou dans sa localité;

  Le forçat qui vendra ou dégradera ses effets;

  Le forçat qui écrira sans permission;

  Le forçat sur lequel il sera trouvé une somme au-dessus de 10 francs;

  Le forçat qui battra son camarade;

  Le forçat qui refusera de travailler ou commettra un acte
  d'insubordination.



=A la campagne= (traduction de _Country retirement_) ou comment employer
agréablement les loisirs de la vie de château, traduit pour la première
fois de l'anglais pour la société des Bibliophiles cosmopolites.

1 volume in-18, papier vergé (publié à 10 francs).


Cet ouvrage, fort libre, écrit avec beaucoup de chaleur, est une suite
de scènes lubriques où la flagellation joue le rôle principal.

Ces tableaux sont curieux par leur originalité, mais franchement
obscènes.

                                   *

                                 *   *



QUELQUES OUVRAGES ALLEMANDS

SUR LA FLAGELLATION

Depuis quelques années, un certain intérêt s'est manifesté outre-Rhin,
sur les sujets touchant la flagellation et les punitions corporelles.

Aussi, pour bien compléter cette bibliographie, je crois bon de donner
un résumé des principaux ouvrages allemands en la matière.



_Die Körperstrafen bei allen Völkern_ von den ältesten Zeiten bis auf
die Gegenwart. CULTURGESCHICHTLICHE STUDIEN VON DR. RICHARD WREDE. Mit
118 Illustrationen und 1 Tafel. Gross 8º. 480 Seiten[59].

  [59] _Les punitions corporelles chez tout les peuples_--depuis les
    temps les plus reculés jusqu'à nos jours. Étude morale très
    documentée de M. le Dr Richard Wrede avec 118 illustrations et 1
    tableau, volume in-8º, 480 pages.


Cet ouvrage est très documenté et très étendu dans ses détails. Il
traite des persécutions des chrétiens et des fustigations employées à
leur égard, puis il s'occupe des sectes des _flagellants_ et de
l'_inquisition_. Suit une description des droits de justice au moyen
âge, du rôle joué par le bâton et le fouet dans l'armée et la flotte, et
des punitions corporelles dans les nations slaves. Les punitions à
l'école et l'emploi de la fustigation au point de vue sexuel et anormal
sont traitées sous les titres généraux de Masochisme, Sadisme et
Massage. L'ouvrage contient quelques illustrations intéressantes.



=Stock und Peitsche= IM XIX. JAHRHUNDERT. _Ihre Anwendung und ihr
Missbrauch im Dienste des modernen Straf und Erziehungswesens._ Von D.
Hansen[60].

  [60] _Bâton et fouet au XIXe siècle,--leurs applications et leurs abus
    au système des punitions corporelles et de l'éducation_, par D.
    Hansen, 2 volumes.


Deux volumes qui, comme l'indique le titre, traitent du bâton et du
fouet au point de vue de la discipline morale. Le second volume est
réservé à l'emploi de ces deux instruments dans les différents pays,
ainsi que de leur application dans les maladies sexuelles. Très
intéressant ouvrage. La façon de traiter est très moderne.



=Der Flagellantismus und die Flagellanten.= EINE GESCHICHTE DER RUTE IN
ALLEN LÄNDERN von Wm. M. Cooper. In das Deutsche übertragen von Hans
Dohrn[61].

  [61] _La flagellation et les flagellants.--Une histoire du bâton dans
    tout les pays_, par Wm. M. Cooper, traduite en allemand par Hans
    Dohrn.


Un volume de 196 pages. Quelques curieuses illustrations, mais point
libres. Ce volume paraît être une traduction littérale de l'ouvrage
anglais «_History of the Rod_», dont j'ai déjà parlé plus haut.



=Das Deutsche Zuchthaus.= Ein Beitrag zur Geschichte seiner Entstehung,
Einrichtung und der darin geltenden _Disciplinar-Strafen_. Nebst einem
Anhang: «Hausordnung des Zuchthauses zu Waldheim» von Cäsar Krause. Mit
1 Abbildung (Der Willkomm)[62].

  [62] _La maison de correction allemande._--Une contribution à
    l'histoire de son origine, établissement, et de la punition
    disciplinaire qui sont appliquées,--avec un
    appendice.--Réglementation sur la direction de la maison
    correctionnelle de Waldheim, par César Krause, avec frontispice.


Brochure traitant des punitions corporelles dans les prisons allemandes.
Plus la lutte pour l'existence devient difficile, plus les punitions à
infliger aux criminels devient importante et l'un des éléments
primordiaux de cette question est l'application des peines corporelles.

Qu'est au juste une maison de correction allemande? Quels en sont le but
et la direction? Comment y applique-t-on les punitions corporelles? Quel
sentiment domine le règlement des punitions appliquées? C'est à ces
questions complexes que répond cette brochure. Comme l'auteur l'indique
dans sa préface, ceci n'est qu'un essai pour tirer de l'obscurité un
sujet qui n'a pas reçu jusqu'ici l'attention qu'il méritait. La présente
petite brochure comble une lacune dans ce genre de littérature.
L'ouvrage contient une illustration représentant la correction infligée
à un malheureux qui, presque nu, est entouré d'une foule curieuse où
_les femmes dominent_ avides de sensations mauvaises. Le prisonnier,
couché sur un chevalet, est fortement maintenu.



=Die Geheimnisse der Inquisition.= Von M. Féréal. _Grosse Ausgabe mit
Illustrationen._ Ein starker Band. (600 Seiten.) Bestes Werk über die
Gräuel der Inquisition in Spanien.[63]

  [63] _Les secrets de l'Inquisition_, par M. Féréal, grande édition
    avec illustrations (600 pages). Ouvrage sur la cruauté de
    l'Inquisition en Espagne (voir pour le contenu très détaillé,
    l'édition française de cet ouvrage bien connu).

Eine Orgie von Mönchen. Der Günstling des Inquisitors. Die Leidenschaft
des Inquisitors. Wieder Joseph. Die Aebtissin der Carmeliterianer. Das
Amulet des Gross-Inquisitors. Die Marterkammer. Die Kerker der
Inquisition. Ein grosses Fest in Sevilla. Die Gnadenkammer. Tortur des
Wassers. Die Busskammer. Der Lampenball. Eine Verschwörung. Das
Autodafé. Ein Märtyrer, etc.


Ce volume qui traite des secrets de l'Inquisition est certainement
traduit de l'ouvrage français bien connu de M. Féréal. Il ne manque pas
d'intérêt, si l'on s'en rapporte aux titres des chapitres. L'inquisition
a été si souvent traitée dans la littérature française, qu'il serait
superflu de donner un compte rendu des tortures décrites dans ce volume
de 600 pages. Nombreuses illustrations.



=Die Strafen der Chinesen.= NACH DEM ENGLISCHEN von H. Dohrn. Mit 21
Abbildungen in Kunstdruck und 1 Titelbilde[64].

  [64] _Les punitions des Chinois._ Traduit de l'anglais, par H.
    Dohrn.--Avec 21 illustrations artistiques et frontispice.


Traite des punitions dans le peuple chinois, où la bastonnade joue un
rôle important. Traduit de l'anglais.



=Grausamkeit und Verbrechen= IM SEXUELLEN LEBEN. Von Russalkow 2.
Auflage. 80 Seiten[65].

  [65] _La cruauté et le crime dans la vie sexuelle_, par Russalkow, 2e
    édition, 80 pages.


Voici un titre mystérieux qui, certes, promet de ne pas manquer
d'intérêt. _La cruauté et le crime dans la vie sexuelle_ en disent long.
Cet ouvrage qui en est à sa seconde édition et a comme suite le volume
suivant:



=Ueber Schmerzzufügen.= PRÜGELKUREN.--MASSAGE.--SCHLÄGE ALS WEIHE.--HANG
ZUR GRAUSAMKEIT, von Gutzeit[66].

  [66] _L'accoutumance à la douleur.--La guérison par le bâton.--Le
    massage.--Les coups comme consécration.--La pendaison comme
    cruauté_, par Gutzeit.



=Das Prügeln in der Schule.= EINE GEFAHR FUR BILDUNG UND SITTLICHKEIT,
von Gutzeit[67].

  [67] _Le bâton à l'école: un danger pour l'éducation et la
    civilisation_, par Gutzeit.


Trop d'instituteurs, surtout dans les écoles villageoises, se
complaisent à casser maintes baguettes sur le dos des enfants qui leur
sont confiés. Une façon comme une autre de faire entrer les sciences! Ce
volume est dirigé _contre_ cette odieuse pratique. Dans l'intérêt de
l'enfance, nous aimerions voir cet ouvrage traduit en français et
répandu parmi les éducateurs de nos enfants.



=Der Gebrauch der Alten= IHRE GELIEBTE ZU SCHLAGEN. Aus dem
Französischen, mit Anmerkungen. Stuttgart 1856.--80. S.[68]

  [68] _L'usage des anciens de battre leurs fiancées._--Traduit du
    français avec annotations.


Le titre de cet ouvrage fait sourire... Battre sa fiancée! Voilà une
coutume qui, je crois, aurait de la peine à s'acclimater en France.
Quoique parfois, après le mariage, cette coutume donne trop d'exemples,
je ne crois pas qu'elle serait acceptée avant le mariage. Ce volume est
traduit du français; mais je n'en connais pas l'original.



=Flagellum salutis=, ODER HEILUNG DURCH SCHLÄGE, von Paullini, nach der
Ausgabe von 1698. Stuttgart, 1847.--350 Seiten[69].

  [69] _Le salut par la flagellation_, par Paullini, d'après l'édition
    de 1698. 350 pages.

Ouvrage de religion mystique, traduit du latin.



=Kudejar=, EINE HISTORISCHE CHRONIK AUS DER ZEIT IWANS DES
SCHRECKLICHEN, von Kastomarow[70].--347 Seiten.

  [70] KUDEJAR. _Chronique historique du temps d'Ivan le Terrible_, par
    Kastomarow.


Que de mystères dans cette Russie du Nord! Que de cruautés sont cachées
dans les profondeurs de ce pays! Ce présent volume voit son action se
dérouler sous le règne d'Ivan dit _le Terrible_. Je ne crois pas qu'il
en existe une traduction française. Pour les lecteurs de romans
palpitants, cette chronique historique de 359 pages vient à point.



=Lenchen im Zuchthause.= Schilderung des Strafverfahrens
(Flagellantismus) in einem Süddeutschen Zuchthause vor 1848.--Ein
Beitrag zur Sittengeschichte, von =W. Reinhard=. Hamburg, 1890[71].

  [71] _Hélène en prison._--Description des systèmes de punitions
    corporelles dans une maison pénitentiaire de femmes, située dans
    l'Allemagne du Sud, avant 1848. Aperçu de l'histoire des moeurs.


Cet ouvrage paraît des plus sérieux. Le lecteur en quête de scènes
érotiques pour ranimer ses sens malades ne trouvera rien de semblable
dans ce livre.

Parmi tous les ouvrages sur la flagellation des femmes--et ils sont
légion--je crois que c'est le seul qui soit réellement vrai. Poursuivi
en Allemagne au moment de sa publication, ce volume est devenu très
rare, et c'est à l'érudit libraire de Dresde, M. D... qui s'occupe
exclusivement de livres allemands sur ce sujet, que je dois la
communication de l'exemplaire que je possède. Le plan de l'ouvrage est
peu compliqué et ce n'est pas là son moindre mérite. Hélène, l'héroïne
de l'ouvrage, une jeune femme d'assez bonne éducation et employée comme
domestique, est accusée d'avoir volé, arrêtée, condamnée et envoyée dans
une maison de correction. Pendant toute sa détention, elle entretient
une correspondance suivie avec son fiancé, établi à ce moment dans un
autre pays, et écrit également à une de ses anciennes amies. Dans ces
lettres, elle décrit tout au long ses souffrances dans la maison de
correction, ainsi que les scènes de flagellation dont elle est parfois
le témoin involontaire. Comme je l'ai fait observer, l'auteur ne
s'attache nullement à faire ressortir les diverses sensations plus ou
moins voluptueuses qui accompagnent ordinairement ces pratiques. La
jeune héroïne, certainement ignorante à ce sujet, raconte naïvement que
les nobles dames du voisinage de la prison ne manquaient jamais une
occasion de venir voir fouetter les hommes ou les jeunes garçons envoyés
dans cette maison pour y recevoir leur peine!

A l'arrivée à la prison, les condamnées étaient préalablement soumises à
la visite du chirurgien, puis fouettées. Le passage où la jeune
domestique raconte son arrivée dans cet endroit infâme est certes un des
plus intéressants de tout le volume. La place me manquant, je ne puis en
citer malheureusement que quelques lignes[72].

  [72] Je ne traduis pas littéralement. Je me contente de citer à peu
    près pour la compréhension de lecteur français.

Hélène, arrivant en voiture à la maison de détention, écrit:

«En descendant, je m'imaginais que quelqu'un avait prononcé ces mots:

«Ah! Ah! voilà un morceau délicat pour «la bienvenue»[73].

  [73] La correction infligée à l'arrivée dans la prison s'appelait _la
    bienvenue_.

«Le cocher, qu'un gros rire soulevait approuvait de la tête. On me
conduisit alors dans un petit bureau situé au rez-de-chaussée, où
bientôt entra un homme qu'on me dit être le chirurgien de
l'établissement.

«Hélas! c'était la conséquence obligatoire de mon entrée dans cette
maison, et je devais me courber sous la loi d'inéluctable circonstance,
mais, quoique je reconnaisse maintenant que je devais passer par là, je
trouve qu'il n'en est pas moins honteux et dégradant de se plier à de
telles exigences.

«Cependant sans avoir prononcé un seul mot, le chirurgien s'était
approché de moi, et m'examinait minutieusement. Épargnez-moi l'exposé de
mes sentiments pendant que cet homme me regardait: j'en mourrais de
honte.

«--Elle est parfaitement saine, dit-il enfin, intacte et vigoureuse;
emmenez-la.

«On me conduisit dans une autre pièce, à coté, où un commis inscrivit
sur un registre mon état civil, et... mon crime! oui, mon crime!
Pourtant, malheureuse que j'étais, je ne pouvais m'imaginer que j'étais
une criminelle. Devant la loi, oui; devant ma conscience, jamais! Et
c'est là une cruauté nouvelle ajoutée à ma torture.»

L'ouvrage se continue dans un sens approximatif, toujours bien
documenté. Il vaut la peine d'être lu[74].

  [74] Il vient de paraître cette année même une édition anglaise de cet
    ouvrage. Elle est due à l'éditeur du présent volume. Souhaitons
    qu'une édition française suivra bientôt.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



=Von der Nützlichkeit der Geisselhiebe in medizinischer und physischer
Beziehung.= AUS DEM LATEINISCHEN ÜBERSETZT VON J. H. MEIBOMIUS.
(_Seltene Uebersetzung von Meibomius, de usu flagrorum in re medica et
venerea._) ZWEI THEILE. _Das Geisseln und seine Einwirkung._ EINE
MEDIZIN-PHILOSOPH. ABHANDLUNG. AUS DEM FRANZÖSISCHEN, in-8º,
_Stuttgart_, 1847.

Traduction allemande du traité de Meibomius, dont j'ai déjà parlé.



=Indecent Whipping=, being accounts by numerous persons of their
experiences of indecent punishments inflicted in Schools and elsewhere.
Reprinted from «Town Talk» by desire. London, 1885[75].

  [75] Fustigations indécentes, étant le récit fait par de nombreuses
    personnes de leurs expériences personnelles sur les fustigations
    indécentes infligées dans les écoles et ailleurs. Réimprimé d'après
    le «Town Talk», sur le désir qui en fut exprimé. Londres, 1885.

(Plaquette grand in-8º de 32 pages.)


Très intéressant volume. Édité au prix modeste de 1 fr. 25, on ne le
trouve guère aujourd'hui qu'en le payant 10 ou 12 fois ce prix. C'est
une série de lettres et d'histoires évidemment très véridiques qui ont
paru sur le journal «Town Talk» qui, à ce moment, s'attira à Londres un
mouvement de curiosité au moins aussi vif que celui provoqué par la
«Pall Mall Gazette», au moment de ses révélations faites par ces vieux
messieurs qui violaient de toutes jeunes fillettes, attirées par des
proxénètes.

Les flagellations racontées dans cette brochure avaient été infligées en
grande part à des jeunes filles d'un âge déjà respectable, soit chez
elles, soit dans les écoles. L'éditeur, dans une très brève préface
s'excuse d'avoir édité ces lettres, ajoutant que c'est dans le désir de
voir la fustigation indécente effacée dans les maisons d'éducation.

Je crois que l'espoir d'une bonne vente n'était pas absolument étranger
à cette publication. Les journaux anglais contiennent assez souvent de
semblables histoires parfois très scabreuses, pour qu'il soit inutile de
s'excuser de les avoir publiées. Que voulez-vous? c'est une partie de la
nourriture intellectuelle des jeunes miss!



CONCLUSION


Un point d'arrêt. La place me manque et le lecteur me demande de quitter
momentanément la plume. Je m'incline.

De tout cet amas de littérature spéciale, de toutes ces élucubrations
qu'enfantèrent cerveaux sains et cervelles folles, que devons-nous
conclure? J'ai parcouru dans tous les sens ce vaste labyrinthe, et, non
sans m'être parfois égaré en route, je me retrouve à mon point de
départ, observant toutefois que le trajet accompli m'a montré force
beaux chemins, recoins ignorés, mystères non approfondis. Aussi vais-je
m'efforcer de résumer en quelques lignes l'impression subie en route.

                                   *

                                 *   *

Avant tout, je dois encore signaler au lecteur qu'à l'heure même où
j'écris ces lignes, de nouveaux ouvrages sur la flagellation sont mis en
vente. D'autre part, j'ai fait dans la présente bibliographie de
nombreuses omissions, souvent volontaires. C'est ainsi que j'ai
intentionnellement mis de coté les oeuvres du trop fameux marquis de
Sade.

Je puis citer parmi les ouvrages anglais oubliés: _The Yellow Room_,
_Lady Gay Spanker_, _The Lustful Turk_, etc. J'y reviendrai d'ailleurs.

                                   *

                                 *   *

Maintenant quelle utile moralité pouvons-nous déduire de cette
bibliographie? Je crois que sa lecture attentive permet d'affirmer à
nouveau ce que je n'ai cessé de répéter à propos de ce genre tout
spécial d'ouvrages, qu'au fond de la nature humaine sommeille ce besoin
de destruction, qui rend l'homme comparable à l'animal, avec cette
différence toutefois, que celui-ci met bien moins de raffinement que
celui-là et de cruauté dans l'assouvissement de ses passions. Quelle en
est exactement la cause? Je crois que les sentiments comprimés, loin de
s'étouffer tendent au contraire à éclater avec beaucoup plus de
violences, et chaque siècle et chaque pays produit ses Néron, ses Sade,
ou ses... Oscar Wilde.

Le crime passionnel a de tout temps vivement préoccupé l'opinion
publique, et provoqué l'attention des savants. Les cas isolés qui se
sont déroulés en notre pays, depuis Sade jusqu'à Vacher, ne sont que la
reproduction en petit, la répétition, l'imitation sanglante d'un petit
nombre, contemplateur, parfois admirateur des forfaits des peuples. Et
encore ces faits sont-ils le plus souvent considérés comme des
_incidents_ qui passent sans laisser trace dans l'existence universelle.

Peut-être quelques-uns de nos lecteurs ont-ils lu les admirables
articles que publia Vigné d'Octon dans un grand journal parisien. Ils se
rattachaient exclusivement à la _colonisation_, à l'apport de _notre_
civilisation chez les peuples qui n'en veulent pas. Et toujours, il en
sera ainsi, tant qu'un petit nombre d'hommes, s'arrogera le droit
d'imposer à des races inférieures leurs lois, leurs moeurs, leurs
croyances.

Après les conquêtes, les luttes entre les races soeurs, le faible a dû
de tous temps céder au plus fort, et l'un des plus grands
capitaines--sinon bandits--que l'Europe ait possédé n'a pas craint de
posséder cette phrase odieuse: _La force prime le droit._ Autrefois, les
races aborigènes de l'Amérique, hier la Pologne, aujourd'hui d'autres
peuples disputent héroïquement, aux envahisseurs doublés d'oppresseurs
habillés en civilisés leurs territoires, leurs biens. Demain, les
nations s'entredévoreront.

Sang, amour, massacre! ces trois mots semblant liés par un lien
indissoluble régneront encore longtemps sur l'esprit des hommes. Folie
sadique ou folie des grandeurs, meurtres érotiques ou viols en temps de
guerre, même recommencement sinistre de l'humanité qui croît en grandeur
mais aussi en épouvante.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pourquoi ai-je été amené à parler de la flagellation? J'ai cru que
c'était là le seul moyen capable de montrer combien il faut peu de chose
pour réveiller le monstre qui sommeille en nous.

La luxure est certainement le mal qui fait le plus de ravages dans
l'humanité. Or la luxure est bien rarement indépendante de la cruauté
et, pour exercer cette dernière, la flagellation semble venir comme
corollaire indispensable, complétant merveilleusement cet instinct du
mal, et, qu'elle soit donnée ou soufferte, elle ne fait pas moins partie
intégrante du sadisme. Parcourez les nombreux thèmes émis sur la
matière. Lisez sans vous interrompre ces pages où chaque auteur s'est
efforcé de dépasser son prédécesseur en horreur, et comparez à ces
ordures--incontestablement ordures--les nombreuses études sérieuses
publiées à ce sujet par des plumes autorisées. La différence est minime.
Dans la première catégorie de ces ouvrages, une note domine: l'érotisme,
mais enfanté par le cerveau quelque peu en délire d'un auteur qui
rarement a du talent. Dans la seconde catégorie, les sujets étudiés--je
parle des sujets humains--sont tous possédés de la manie érotique
poussée à son extrême limite. Ce sont des _fous_.

Je n'ai nullement la prétention d'avoir mis sous les yeux des
bibliophiles une liste très complète des ouvrages parus sur la
flagellation. Mon intention a été plus modeste! J'ai voulu seulement
montrer que ce grave sujet a des bases inébranlables dans la religion,
les moeurs, depuis les temps les plus éloignés et qu'aujourd'hui, il ne
le cède en rien pour sa vigueur. Et pour prouver cela, que faire, sinon
s'appuyer sur l'immuable littérature. Aussi, je me promets bien de
reprendre le sujet plus à fond un de ces jours et de donner une
bibliographie plus complète et surtout plus ordonnée que la présente.
J'ai voulu me contenter d'une esquisse, d'un léger aperçu des ouvrages
sur la flagellation parus en français ou en d'autres langues, mais non
pousser cette étude à fond.

Pour que tant et tant d'auteurs divers s'en soient occupés, il faut que
cette passion tienne une assez large place dans nos moeurs, qu'elle s'y
soit implantée d'une façon indéracinable.

Mais, me direz-vous, la presque totalité de ce genre de littérature est
composée d'ouvrages anglais ou traduits de l'anglais!

C'est vrai et c'est bien là-bas que fleurit cette pratique, si,
toutefois, on doit s'en rapporter à la quantité de volumes élaborés sur
la matière.

A toi la palme, John Bull, car en France, tout se termine par des
chansons. Oyez plutôt:


TAPEZ, MESSIEURS[76]!

  [76] Extrait du _Nouvelliste des concerts_ (25 janvier 1900).

CHANSONNETTE

_Paroles de_ P.-L. FLERS. _Musique de_ S. BOUSSAGOL-RAITER.


I

    Les hommes qui sont amoureux,
    Prétendent qu'ils sont malheureux,
    Que la femme est un être affreux,
          Quell' plaisant'rie;
    Je leur dirai, sans les fâcher,
    Qu'ils ne savent pas l'attacher
    Il faut quelquefois la moucher,
          Pour qu'ell' sourie!
    C'est une crème assurément.
    Mais pour qu'elle prenn' solid'ment
    Il faut la fouetter simplement;
          La pauv' chérie.

REFRAIN

          Tapez, tapez,
    Messieurs, faut taper sur ces dames
    Voulez-vous être aimés des femmes
          Tapez, tapez,
    Qu'elle soit volcan ou statue
    La femme adore être battue.

II

    Ça vous renverse et vous abat,
    Pourtant n'en soyez pas baba,
    Car la femme, lorsqu'on la bat,
          Est très heureuse.
    C'est un être adorant les coups.
    Quand elle en a reçu beaucoup,
    En vous passant les bras au cou,
          Très langoureuse,
    Elle vous aime et vous dit tu,
    Et, que ce soit vice ou vertu,
    Vous revient comme un chien battu,
          Très amoureuse.

_Au refrain._

III

    Il faut doser selon le cas.
    Flanquer la pile sans fracas,
    Avec un jonc, un en-tout-cas,
          Même une chaise;
    Mais frapper délicatement,
    Le coup doit paraître charmant,
    Presqu'une caresse vraiment,
          Non un malaise.
    Il faut battre sans éreinter.
    C'est une affaire de doigté,
    C'est comme pour ne pas rater
          La mayonnaise.

_Au refrain._

IV

    Pour les Durand, ou les Dubois,
    Dont les épous's sont comm' du bois,
    Et qu'cett' froideur met aux abois,
          C'est une aubaine
    Quand leurs femm's les appell'ront daim.
    Sans discuter, d'un air badin,
    Ils n'auront qu'à prendr' leur gourdin
          Et sans mitaine
    Puis après cett' conversation,
    Quand vient la réconciliation,
    Ils auront d'la satisfaction,
          J'en suis certaine.

_Au refrain._


FIN DE LA BIBLIOGRAPHIE


ÉVREUX, IMPRIMERIE DE CHARLES HÉRISSEY



LA FLAGELLATION A TRAVERS LE MONDE

DÉJÀ PARU DANS CETTE COLLECTION:


=ÉTUDE SUR LA FLAGELLATION=

=Aux Points de Vue Médical, Domestique et Conjugal=

Dissertation documentée, basée en partie sur les principaux ouvrages de
la littérature anglaise en matière de flagellation et contenant un grand
nombre de faits absolument inédits, avec de nombreuses annotations et
des commentaires originaux.

_Un volume in-8º carré de 500 pages, imprimé sur papier vergé_

=PRIX: 30 francs.=


CURIOSITÉS & ANECDOTES

_Sur la Flagellation et les Punitions corporelles_

CONTENANT: La Cour Martiale de Miss Hayward, la Flagellation en Russie,
les Larrons et le bâton, le Marquis de Sade, les punitions dans l'armée
anglaise, etc., etc., etc.

=Bel ouvrage in-8º carré, soigneusement imprimé, 420 pages.=

Prix du volume imprimé sur vergé de Hollande: =40 fr.=


_=Les Mystères de la Maison de la Verveine=_

OU

MISS BELLASIS FOUETTÉE POUR VOL

=(Tableau de l'Éducation des Jeunes Anglaises)=

Un volume in-8º carré, imprimé à 500 exemplaires, sur papier vergé de
Hollande, avec illustrations dans le texte.

=PRIX: 20= francs.


ÉVREUX. IMPRIMERIE DE CHARLES HÉRISSEY



[Note sur la transcription électronique

On a représenté entre soulignés les _italiques_ et entre signes "égale"
les =passages en gras=.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "En Virginie - Épisode de la guerre de sécession, précédé d'une étude sur - l'esclavage et les punitions corporelles en Amérique, et - suivi d'une bibliographie raisonnée des principaux ouvrages - français et anglais sur la flagellation" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home