Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La dernière lettre écrite par des soldats français tombés au champ d'honneur 1914-1918
Author: L'Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la Patrie, - To be updated
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La dernière lettre écrite par des soldats français tombés au champ d'honneur 1914-1918" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



La dernière lettre

écrite par des soldats français

tombés au champ d'honneur

1914-1918

  Ces lettres ont été choisies
  par des pères qui pleurent
  un enfant mort pour la France
  et par d'anciens combattants
  réunis sous la présidence de
  M. le Maréchal FOCH.

L'_Union des Pères et des Mères dont les fils sont morts pour la
Patrie_, 10, rue Lafitte, Paris (IXe), la _Ligue des Chefs de Section et
des Soldats combattants_, 17 ter, Avenue Beaucour, Paris (VIIIe), et _M.
Ernest Flammarion_, 26, rue Racine, Paris (VIe) ont édité ce livre.



Paris, le 29 Octobre 1921.


Le sacrifice de tous les soldats tombés pour la défense de la Patrie fut
d'autant plus sublime qu'il fut librement consenti.

Les "_Dernières Lettres_" montrent de façon touchante l'esprit idéal et
pur dans lequel ce sacrifice a été fait; c'est un monument de plus à la
Gloire impérissable du Soldat Français.



_Lettre écrite par le Soldat ABEILLE, 42e d'Infanterie, tombé au champ
d'honneur le 12 Novembre 1914._

Saint-Gaudens, samedi 26 Septembre 1914.

...A Paris, j'ai vu une ville que je connaissais de longue date et dont
les beautés m'étaient familières, avec des yeux sur lesquels l'amour
avait mis son charme inexprimable.

C'était le 23 Septembre, après-midi ensoleillée et claire avec sur
les arbres et dans le ciel des teintes douces qui déjà annonçaient le
prochain automne. Je me suis trouvé sur la place de la Concorde, touché
de la grâce extraordinaire, de la beauté de ce coin de Paris par cette
claire journée de guerre. Je venais de passer devant la statue de
Strasbourg, si éloquente dans son geste fier. Je venais d'admirer les
pures couleurs du grand pavillon tricolore flottant comme toujours
au-dessus du Ministère de la Marine.

Et au centre de la grande place, je voyais, d'un côté, à l'extrémité
grandiose de l'avenue des Champs-Elysées, le profil de l'arc de triomphe
de l'Etoile, monument de nos prestigieuses gloires passées.

A l'autre extrémité, au fond des Tuileries, encadrées d'arbres et
de jets d'eau, les colonnes de porphyre du petit arc de triomphe du
Carrousel, élevé lui aussi à la gloire des grandes armées, narguant le
monument de Gambetta et les paroles émouvantes gravées dans la pierre
devant le Louvre.

Et je voyais cela pour la première fois avec des yeux qui n'étaient plus
ceux d'un vaincu accablé par l'abaissement d'une patrie qui avait été
si grande. Je voyais pour la première fois la capitale de mon pays, en
ayant le droit de regarder en face le sens des pierres de ses monuments,
en étant certain que nous allions enfin nous montrer dignes de notre
grande histoire.

Avoir vécu trente-trois ans avec l'angoisse de ne pas voir venir le jour
de gloire tant rêvé, avec l'humiliation de transmettre aux enfants la
honte d'être des Français diminués, moins fiers, moins libres que leurs
grands-pères, avoir souffert de cela silencieusement, mais profondément,
avec toute l'élite de mon pays, et voir soudain resplendir l'aube de la
résurrection alors que je suis encore jeune et fort et que mon sang est
prêt à jaillir, heureux, pour tous les sacrifices.

Je suis satisfait d'avoir été utile et même nécessaire à Nancy dans un
moment difficile, où les événements n'auraient pas eu le même caractère
si mes fonctions avaient été détenues par un homme ayant moins de
sang-froid et d'esprit de décision. J'aurais été affecté s'il m'avait
fallu quitter Nancy, moins d'un mois après mon arrivée, alors que le
danger était grand et que j'avais beaucoup à faire.

Maintenant que mon rôle est terminé, il n'était pas admissible de
s'attarder. Même utile, ma place n'était pas confinée dans un cabinet
de travail. Ce n'est pas là qu'on participe suffisamment à une oeuvre
historique qui exige la collaboration des forces de tout un peuple. Il
est des heures où il faut la grande collaboration anonyme mais vivante
sous le grand ciel avec la jeunesse entière de son pays. Malheur à ceux
qui ne sont pas là à ce moment!

Malheur aux intellectuels qui ne comprennent pas qu'ils ont eux un
double devoir, un devoir sacré de mettre leurs bras et leurs poitrines
à la même place que les bras et les poitrines de leurs frères, moins
avancés qu'eux-mêmes dans la possession de la conscience nationale.

A nous, les privilégiés, les gardiens de la tradition, les transmetteurs
de l'Idéal, d'exposer nos vies et de faire joyeusement le don de
nous-mêmes pour le maintien, le prolongement, l'exaltation de toute
cette beauté, de toute cette fierté que nous sommes les premiers à
sentir, dont nous sommes les premiers à jouir.

Et demain, nous aurons l'orgueil de rendre à nos fils le prestige de
leur race et de faire tressaillir de reconnaissance nos pères dans leurs
tombeaux....



_Lettre d'Emile ABGRALL, Officier mécanicien à bord du_ Léon-Gambetta.

    Cinq jours plus tard, le 27 Avril 1915, le sous-marin autrichien U-5
    torpillait le "_Léon Gambetta_" à cinq milles de Sainte-Marie de
    Leuca. Emile ABGRALL disparut avec le croiseur.

22 Avril.

Notre plus cher désir était d'aller charbonner à Malte. Crac!
contre-ordre. C'est Navarin qui nous réapprovisionnera. Mais à quel
prix! Les Grecs vendent 35 francs les 100 kilos de patates. C'est la
guerre!

Reuter nous apprend une bonne nouvelle: les Boches, qui avaient réussi
à gagner du terrain près d'Ypres, grâce à l'emploi d'explosifs
asphyxiants, ont été repoussés par les nôtres. Tout le terrain perdu est
reconquis. Bravo! vivent les Poilus! Quel coup de main nous voudrions
pouvoir leur donner.

Hier, des petits oiseaux sont venus nous rendre visite. Ils se sont
installés sur les caisses qui servent de prisons à de jolis cochons
roses et nous ont donné un ravissant concert. Ils avaient peut-être
passé l'hiver en Bretagne. Qui sait! Tout l'équipage leur a fait fête.
Nous avons eu un instant l'espoir qu'ils allaient continuer à vivre
notre vie. Hélas! le soir venu, ils ont repris leur vol.

Reverrai-je un jour les oiseaux?...

Embrasse bien pour moi Papa, Maman. Mais, surtout, ne leur donne pas
connaissance de mes alarmes. Laisse-les croire que je navigue sur une
mer d'huile, loin de tout danger. Si le sort nous désigne pour le grand
voyage, ils apprendront bien assez tôt cette fâcheuse nouvelle. S'il
est écrit que la famille doit perdre l'un des siens dans la tourmente,
n'est-il pas juste que ce soit moi?... Je ne laisserai ni femme, ni
enfants.

Allons, adieu, cher Frère. Longues caresses à Raoul et à Joël.

Bien affectueusement à toi.

EMILE.



_Lettre trouvée dans le portefeuille de l'Aspirant Henri ACHALME (9 Juin
1894-16 Juin 1915)._

14 Juin.

Mes chéris,

Ne pleurez pas. Pendant toute ma vie, j'ai été heureux autant qu'on peut
le rêver, autant, je crois, qu'on peut le réaliser et c'est vous qui
m'avez tout donné. Je vous ai aimés de tout coeur, de toutes forces.
Peut-être aurais-je souffert plus tard, et je m'en vais pour la plus
belle cause: pour qu'en France on ait encore le droit d'aimer. J'espère
être tombé face à la victoire. Alors, c'est bien!

Moi qui aurais tant voulu ne jamais vous faire de peine! Enfin, puisque
je ne laisse ni haines, ni dégoûts, que tout m'a semblé beau et m'a
été doux, je m'en vais encore heureux, puisque c'est pour permettre à
d'autres de l'être. Comme c'était facile d'être heureux! Dites-le à
Jacquot.

Je vous aime et tout doucement je vous embrasse.

HENRI.

Dites encore à mes amis, à tous ceux qui, de près ou de loin, m'ont un
peu connu ou un peu aimé, que je les remercie de m'avoir permis de m'en
aller en pouvant dire: «J'étais heureux!»

HENRI.



_Lettre de Charles ADRIEN, Adjudant-Chef, 361e R.I., mort le 27 Mars
1916, à Verdun._

Mon cher petit Père,

Je suis heureux en ce jour de pouvoir t'adresser du fond de mon coeur
mes voeux et souhaits de bonne fête.

Je sais que tu préfèrerais que tous tes gars soient là pour te les
exprimer de vive voix, mais sois bien certain, où qu'ils se trouvent,
qu'ils ne t'oublient pas en ce triste jour qui devrait être si gai.

Les dures nécessités de l'existence nous imposent ce triste moment;
soyons convaincus, cependant, que bientôt tous réunis, de notre franc
sourire, nous ferons oublier à tous et à nous-mêmes ces mauvais
passages.

Ce 24 Juin 1915 ne se passera pas sans que les pensées de mon coeur et
de mon âme te soient adressées, à toi, mon cher petit Père bien-aimé,
qui sut faire de nous des hommes.

Sans penser à ce que nous sommes en ce moment, sois fier de tes enfants
et de toi-même, car tu les as faits d'un moral et d'une santé assez
élevés pour qu'ils puissent passer le plus aisément cette dure épreuve.

Tu as donc pour ta part contribué à nous donner une bonne chance de
revenir. Nous saurons trouver les autres.

Je souhaite que cette lettre t'arrive pour le 24, pour bien te marquer
que nous pensons beaucoup à toi que nous aimons si tendrement.

J'espère que mon cher frère Baptiste, dans la dure épreuve morale qu'il
traverse, ne doutera pas que nos pensées vont un peu vers lui aussi.

Ayons confiance qu'un jour proche nous retrouvera tous joyeusement
réunis et que si nous avons raté nos fêtes de famille cette année, nous
puissions faire celle du coeur et du bonheur de nous revoir.

Je t'envoie de ma tranchée nouvellement conquise, bien près des Boches
qui nous marmitent en ce moment, ces petites fleurs que j'ai cueillies à
Hébuterne avant de partir.

Puisses-tu trouver dans elles l'expression de mes plus tendres
sentiments affectueux.

Ton fils,

CHARLOT.



_Lettre écrite par le Lieutenant ARNON, Maurice-Eugène, du Groupe
cycliste de la 6e Division de Cavalerie, tombé à l'assaut de Launois
(Vosges), le 24 Juillet 1915._

Le 23 Juillet 1915.

Mon cher Oncle,

Demain, j'aurai le très grand honneur de monter à l'assaut des tranchées
ennemies, je commande une des colonnes d'attaque et dois m'emparer d'un
blockaus garni de mitrailleuses et d'une maison crénelée. Je ferai tout
mon devoir et, si je tombe, je vous demande de prévenir chez moi avec
tous les ménagements possibles; c'est vous que j'ai demandé d'avertir.
Et, maintenant, courage!

En avant! et vivent les chasseurs!

Bons baisers à tous.

MAURICE.



_Lettre du Lieutenant Emmanuel AUBER, 2e Régiment d'Infanterie, tué en
entraînant sa Compagnie à l'assaut, le 30 Avril 1917._

Maman adorée,

On t'aura déjà prévenue lorsque tu recevras cette lettre.

Oui, Maman chérie, si ce mot t'est envoyé, c'est que je serai resté
là-bas, sur la plaine, dans l'assaut formidable que la France a
entrepris.

Il ne faudra pas pleurer, ma Maman bien-aimée. Souviens-toi que tu es
Française avant tout et que la mort qui m'enlève est glorieuse
entre toutes. Il faut être fière de moi car j'aurai fait mon devoir
pleinement. Je veux mourir face à l'ennemi et non dans la tranchée.

Tu crois en l'immortalité de l'âme, Maman chérie, seule l'enveloppe
terrestre périt, l'âme demeure plus belle, plus pure.

Sois heureuse pour ton fils. Je veux de là-haut voir ma Mère calme
devant cette mort, assez forte pour vaincre son émotion et pour dire
encore: Vive notre belle France!

Je veux voir de là-haut notre cher Pays débarrassé de ses ennemis et son
peuple renaître plus vigoureux et plus prospère.

Maman adorée, je reste auprès de toi. Frison n'est pas loin. Que ma
pensée te soutienne pour être heureuse pleinement.

Adieu.

E. AUBER.



_Lettre écrite par le Prêtre Marie-Dominique AUBERT, 18e Section
d'Infirmiers militaires, tombé au champ d'honneur, le 18 Novembre 1916,
à Rancourt (Somme)._

18 Novembre 1916.

...Je ne me fais pas illusion, je sais que je serai plus exposé au
danger ... mais aussi je pourrai remplir un ministère plus fructueux,
assistant les pauvres blessés et mourants, leur donnant les secours de
la religion, leur ouvrant les portes du Ciel et remplaçant en quelque
sorte auprès d'eux leur famille absente.

Quel beau ministère pour un prêtre!

AUBERT.



_Lettre écrite par le Lieutenant Eugène AUBERT, 3e Génie, tombé au
champ d'honneur, à Hannappes, sur le canal de la Sambre à l'Oise, le 31
Octobre 1918._


26 Octobre 1918.

Mes chers tous,

Je suis content ce matin, mais bien fatigué par une reconnaissance qui
m'a tenu toute la nuit jusqu'à 5 heures du matin, puis de 5 à 7 heures
pour établir mes plans et comptes rendus.

Enfin, j'ai passé une bonne nuit, je dis bien une bonne, car je suis
heureux, j'ai rampé dans la boue, dans les orties, je me suis égratigné
aux fils de fer, mais j'ai pu faire une bonne observation de laquelle va
s'ensuivre un bon travail, je l'espère.

Ne vous en faites pas, tout va pour le mieux puisque la nuit d'hier
était pour moi la seule qui portait des risques. Nous allons inscrire
une autre victoire au tableau.

Vive la France! Santé parfaite.

J'espère que vous êtes tous très bien portants et, en attendant de vos
nouvelles, je vous embrasse tous comme je vous aime.

Votre fils et frère,

E. AUBERT.



_Lettre de Lucien AUFRERE, Aspirant au 172e Régiment d'Infanterie,
blessé mortellement à Bouchavesnes, le 26 Septembre 1916._

Cher Père.

Je t'écris à toi parce que tu es homme et que je ne veux pas chagriner
Maman.

Nous avons eu deux jours de repos. Ce soir, nous montons à l'attaque.
C'est nous qui percerons; j'ai le coeur plein de fierté et de confiance
qu'une aussi belle tâche nous ait été confiée.

Nous vaincrons.

Pendant plusieurs jours, vous ne recevrez pas de nouvelles, l'avance ne
permet pas des rapports très suivis entre l'arrière et l'avant.

Enfin, Père, sois sûr que ton fils sera toujours au chemin de l'honneur.

Tous mes baisers.

LUCIEN.

Je pense bien à Maman, comme je la plains.



_Lettre écrite par le Caporal Georges ANFRIE, 158e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 25 Août 1914, à
Menil-sur-Belville (Vosges)._

Je vous embrasse tous fort, et si la chance nous est défavorable, ce ne
sera pas un cas isolé et ce sera pour la plus grande France. Souhaitons
que cela finisse bientôt.

Gardez-moi tous les documents que vous pourrez trouver sur la guerre
pour que je voie un peu comment cela a marché. Jusqu'à présent, nous
n'avons pas eu trop faim.

Envoyez-moi de l'argent, s'il ne vous est pas plus utile. J'ai repris
froid dans ces tranchées par les nuits fraîches et je me complimente
d'avoir emporté ma ceinture bleue.

Ne soyez pas trop en peine, ne voyez pas qu'un cas particulier. Il faut
avoir du courage pour vaincre et vous ce pourrez faire que nous pleurer.

Je vous embrasse.

GEORGES.



_Lettre écrite par le Caporal Armand BAYLE, 109e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur le 24 Septembre 1915._

BIEN CHERS TOUS,

C'est quelques heures avant le «Grand Coup» que je trace ces quelques
lignes, renfermant tout mon espoir et tout mon coeur! Un vague
pressentiment me dit que, en même temps que beaucoup de mes camarades,
je suis appelé à y rester, sur ce terrible plateau de Lorette, où je
combats depuis le mois de mars! C'est ma destinée qui l'aura voulu.
Aussi ma dernière pensée est-elle pour vous, qui avez toujours été si
dévoués pour moi, vous qui avez pris tant de peine, qui vous êtes tant
privés pour me donner l'éducation que j'ai en ce moment. Aucun geste,
aucune parole ne pourront vous remercier assez de tous les bienfaits
dont vous m'avez comblé: une reconnaissance éternelle, voilà
malheureusement tous les remerciements que je puis vous adresser; car au
moment où vous recevrez cette lettre, je ne serai plus de ce monde.

Grande sera votre douleur, mais vous aurez une consolation. Votre fils
sera mort en brave; il sera digne de vous, vous pourrez parler de lui,
car il aura mérité de la patrie. Quelle plus douce consolation, en des
temps si cruels où la vie d'un homme ne tient à rien.

Adieu, bien chers tous; que mon sacrifice soit pour vous un
porte-bonheur. Ayez confiance comme je l'ai en ce moment, et que cette
horde de sauvages soit bientôt acculée à la défaite.

Tous mes souhaits, tout mon coeur sont enfermés dans cette lettre, à
laquelle je joins mes plus ardents baisers.

Votre malheureux fils,

ARMAND.



_Lettre écrite par Georges BELAUD, 369e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur._

MA CHÈRE YVONNE,

Ne te fais pas de mauvais sang. J'ai bon espoir de te revoir, ainsi que
mon cher Raymond. Je te recommande de te soigner, ainsi que mon fils,
car, tu sais, je ne te pardonnerais jamais s'il t'arrivait quelque chose
ainsi qu'à lui.

Maintenant, si, par hasard, il m'arrivait quelque chose, car, après
tout, nous sommes en guerre et, ma foi, nous risquons quelque chose, eh
bien! j'espère que tu seras courageuse et sache bien, si je meurs, je
mets toute ma confiance en toi et je te demande de vivre pour élever mon
fils en homme de coeur et donne-lui une instruction assez forte et selon
les moyens que tu disposeras.

Et surtout tu lui diras, quand il sera grand, que son père est mort
pour lui ou tout au moins pour une cause qui doit lui servir à lui et à
toutes les générations à venir.

Maintenant, ma chère Yvonne, tout ceci n'est que simple précaution et
je pense être là pour t'aider dans cette tâche, mais enfin, comme je te
l'ai dit, on ne sait pas ce qui peut arriver. En tout cas, nous partons
tous de bon coeur et dans le ferme espoir de vaincre.

Pour toi, ma chère Yvonne, saches bien que je t'ai toujours aimée et
que je t'aime toujours quoi qu'il arrive; et j'espère que, quand je
reviendrai, tu ne m'en feras plus jamais le reproche.

Aussitôt que tu le pourras, pars pour Fontenay, car, à mon retour,
j'aimerai mieux te trouver là-bas et, encore une fois, je compte sur toi
et tu seras courageuse et je ne te fais plus de recommandations car je
crois que ce serait superflu.

Pour m'écrire, renseigne-toi, je suis au 369e d'Infanterie, mais au lieu
du 5e Corps, c'est au 20e.

Ton petit homme qui t'embrasse bien fort ainsi que mon cher petit
Raymond.

GEORGES.



_Lettre écrite par le Lieutenant BENDER, Robert, 3e Chasseurs Alpins,
tombé au champ d'honneur le 27 Août 1916._

22 Août 1916.

Chère Maria,

Toujours en bonne santé, mais la vie est dure; malgré cela, santé et
moral à la hauteur; le marmitage est terrible et tout voltige en l'air;
nous vivons dans les trous d'obus. Nous avons largement la supériorité,
mais le travail sera dur; dans tous les cas, il ne faut pas reculer
devant aucun sacrifice pour la Patrie et la paix victorieuse. Vive la
France! Nous ne serons tranquilles qu'au moment où les Boches seront
tellement bas qu'ils demanderont grâce, c'est alors seulement qu'on
pourra leur imposer notre volonté sans pitié et surtout pas de paix
boiteuse, car tout serait nul.

Chère Maria, ne te fais pas de mauvais sang à cause de moi, tu sais que
je suis un soldat consciencieux, je donne l'exemple à mes hommes dans le
danger comme en dehors, ma conscience est tranquille, je ne crains pas
la mort, au contraire, je la regarde bien en face; si toutefois ma
destinée est de retourner près de toi, je retournerai; si le bon Dieu
décide autrement, il n'y a rien à faire; prie pour moi et mes hommes,
c'est tout ce qu'on peut faire; moi, de mon côté, si un malheur doit
m'arriver, je suis prêt. Hier soir, avant de partir, je me suis fait
donner l'absolution de notre aumônier, je suis tranquille; si quelque
chose doit m'arriver, il t'avertira ou le médecin en chef à qui j'ai
donné mon argent et portefeuille. Haut le coeur. Vive la France!

C'est en face de la mort qui fauche autour de nous que l'on sent revivre
les sentiments de la foi la plus vive. Dieu est vraiment là qui me
protège et me garde, mais je suis bien résigné à sa volonté: s'il me
conserve pour ma chère Maria et mon cher Alexandre, je l'en remercie;
s'il juge que mon sang et ma vie sont utiles à la France, je serai
heureux de tout sacrifier pour la Patrie.

Voilà trois nuits que je ne dors pas, mais le moral prime sur la fatigue
et mes hommes sont merveilleux. Heureux ceux qui verront la victoire et
le retour de ma chère Alsace à la France.

Reçois de ton Robert les meilleurs baisers, caresses à Alexandre.

Tout à toi.

ROBERT.



_Dernier adieu de BERT, Paul, Sous-Officier au 43e Régiment
d'Infanterie, tué à l'ennemi, le 25 Septembre 1916, à l'âge de 19 ans._

_ULTIMA VERBA_

  Priez pour moi.

A MES PARENTS

  Si l'honneur du Pays, de ma jeune existence,
  Immole à son salut les rêves d'avenir,
  Que de ce sacrifice le noble souvenir
  Eteigne en votre âme une injuste souffrance!

  Surtout de l'holocauste ignorez le remords!
  De me revoir aux cieux que le pieux espoir,
  Ressuscitant ma vie à votre dernier soir,
  Donne à vos coeurs meurtris le pouvoir d'être forts.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Ernest-Augustin BERTAULT, 132e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 22 Septembre 1914._

Ma dernière pensée sera pour tous ceux qui me sont chers, et pour mon
pays qui bientôt sera le plus grand et le plus fier de tous.

A mes camarades, je demande de croire avec quelle fierté je me suis
trouvé parmi eux et quelle affection j'avais vouée à notre cher
régiment. Qu'ils pensent à moi quand on sonnera au Drapeau.

Je demande, et ceci est ma dernière volonté, qu'on ne pleure pas ma
mort. C'est un honneur de pouvoir donner sa vie pour une cause aussi
belle que la nôtre; et mes enfants se souviendront, je l'espère, que
leur père est mort au champ d'honneur.

On doit envier ceux qui sont tombés comme moi en soldat, face à
l'ennemi. Nous monterons, nous autres morts, la garde éternelle et notre
souvenir rappellera aux vivants qu'on ne doit jamais désespérer et que
le droit primera toujours un jour ou l'autre la force.

Je prie Dieu qu'il m'accorde, si telle est sa volonté, de tomber au delà
de la frontière, la vraie, celle d'au delà du Rhin!

Je laisse ma femme libre de disposer de mon corps comme elle l'entendra.
J'aurais voulu reposer parmi mes hommes, mais je n'ose lui demander ce
dernier sacrifice et la laisse libre de me faire inhumer à Reims dans
notre caveau.

Vive la France!



_Lettre écrite par le Caporal Robert BERTRAND, 407e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, en Artois, le 28 Septembre
1915._

Chers Parents,

Quand vous recevrez cette carte, je ne serai plus de ce monde; je
l'écris quelques minutes avant l'attaque et ce n'est pas sans émotion
que je m'entretiens pour la dernière fois avec vous.

J'ai chargé un fidèle ami de vous la faire parvenir; il vous narrera
aussi mes dernières heures de vie.

Une recommandation: n'écrivez à personne pour vous renseigner à mon
sujet, car on pourrait apprendre que c'est lui qui vous a annoncé ma
mort, ce qui est formellement interdit.

Bien chers parents, j'ai le coeur bien gros en songeant à tous les
bienfaits dont vous m'avez comblé et qu'une vie trop courte m'a empêché
de vous rendre.

Je vous embrasse de tout mon coeur, chers aimés, et quand je serai
là-haut, près de la chère maman, je veillerai sur vous, comme elle
veillait sur nous.

Ne nous oubliez pas dans vos prières, ne vous laissez pas abattre par ce
malheur: c'est la destinée.

Faites comprendre à tous ceux qui vous parleront de moi que je n'ai fait
que mon devoir en empêchant l'envahisseur de venir vous inquiéter.

Je donne gaiement ma vie, en songeant que c'est une façon pour moi de
racheter tous les sacrifices que vous vous êtes imposés.

Ne me pleurez pas trop, mais songez à moi.

Allons, le devoir m'appelle, j'y cours. Encore une fois de gros baisers.

Vive la France!

ROBERT.



_Dernière lettre du Sergent Louis BIELER, 238e Régiment d'Infanterie
Coloniale, disparu au combat de la Main-de-Massiges, le 25 Septembre
1915._

24 Septembre 1915.

Mon cher Père et mon cher Charley,

J'ai bien reçu vos bonnes lettres. Merci pour vos encouragements. Je les
porte gravés dans mon coeur. Mon régiment attaque demain et ma compagnie
est en première ligne. C'est vous dire, mes bien-aimés, que je touche à
l'une des heures les plus solennelles de ma vie. Soyez sans inquiétude,
j'ai fait ma paix avec Dieu, j'ai confiance en Lui et j'espère en sa
bonté. Lui qui sonde les coeurs sait que j'ai horreur du sang. Je vais à
la lutte sans haine contre nos ennemis, mais pour remplir mon devoir de
bon Français, de soldat de la Liberté et de bon chrétien. Puissent les
flots de sang généreux versés pour une cause sainte être le signal d'un
magnifique renouveau pour notre France meurtrie ... et puisse la paix du
Seigneur régner à jamais entre les hommes.

Au revoir, mes bien-aimés. Merci pour votre bonne et réconfortante
affection. Priez Dieu pour moi et pour votre fils et frère bien-aimé
André et recevez les plus affectueux baisers de votre fils et frère.

LOUIS.



_Lettre écrite par le Sergent Isaac-Henri BISMUTH, Régiment colonial
du Maroc, tombé au champ d'honneur, le 24 Octobre 1916, au fort de
Douaumont._

8 heures du matin.

Au front, le 22 Octobre 1916.

Cher Frère,

Je crois que c'est la dernière lettre que je t'écris. Je pars
aujourd'hui, à 10 heures, en auto, à Verdun, et je monte probablement en
ligne cette nuit. On attaquera dans deux ou trois jours, je t'assure que
je ferai du bon travail; on attaque pour prendre le fort de Douaumont.
Eh bien! on le prendra, on le gardera, et en plus, les Boches, on les
aura.

Je laisse le caoutchouc que Mme Sebah a bien voulu me payer, chez une
bonne femme qui habite Stainville; s'il m'arrive un malheur, tu
le réclameras. Voici son adresse: Mme Gallois, rue Nationale, 57,
Stainville (Meuse).

Je pars avec enthousiasme et espoir de vaincre; j'ai une mission à
remplir, je la remplirai jusqu'au bout.

J'ai confiance en notre victoire et je t'assure qu'on aura l'avantage.

Donne bien le bonjour, etc.

Ton frère,

Henri BISMUTH.



_Lettre de Henri BONHOMME, 63e Bataillon de Chasseurs Alpins._

28 Février 1915.

Ma tendre Jeannette,

Voilà quelque temps que je n'ai pas reçu de tes nouvelles, mais
j'ose espérer qu'elles sont, comme les miennes, toujours bonnes. La
température est un peu froide, il tombait un peu de neige au lever du
jour, mais cela ne durera pas peut-être. C'est aujourd'hui dimanche. Les
cloches tintaient délicieusement ce matin. Nonobstant le cliquetis des
armes qui évoque le bruit des combats, elles n'en conservaient pas moins
leur douce mélancolie et leur esprit évocateur. Leur mélodieuse voix,
qui est celle de la famille, parlait à nos coeurs et c'est par elle que
vos inspirations et vos voeux me sont parvenus. Oui, la France se
bat sans méchanceté ni sans haine et c'est pour cela qu'elle aura la
victoire.

Dans cet espoir, je t'embrasse éperdument, ma chérie, ainsi que mes
chers enfants si sages et si beaux.

Henri BONHOMME.



_Lettre écrite à ses jeunes élèves par l'Adjudant Henri BOULLE,
Instituteur, tombé au champ d'honneur le 1er Janvier 1915._

31 Décembre 1914.

Mes chers enfants,

Nous voici arrivés à la fin de cette année 1914, qui aura sa place dans
l'Histoire du monde.

Nous avons vécu le premier semestre ensemble, travaillant paisiblement,
côte à côte, dans le calme et la paix.

Depuis Juillet, nous sommes séparés; et tandis que, grâce à l'héroïsme
de nos troupes, vous pouvez continuer vos études dans la quiétude
d'une ville préservée de l'invasion, je vis, pour ma part, au milieu
d'horreurs inimaginables.

Maudits soient à jamais ceux qui, par orgueil, par ambition ou par le
plus sordide des intérêts, ont déchaîné sur l'Europe un tel fléau,
plongé dans la plus effroyable misère et ruiné à jamais peut-être tant
de villes et de villages de notre belle patrie!

Maudits soient à jamais ceux qui portent et porteront devant l'Histoire
la responsabilité de tant de souffrances et de tant de deuils.

Les siècles futurs flétriront leur mémoire. A nous, une autre tâche
incombe.

Nous autres soldats, défenseurs de nos libertés et de nos droits, il
nous faut redoubler d'énergie et de ténacité pour chasser à jamais de
notre pays un ennemi qui a accumulé tant de malheurs. Il nous faut
garder intacte la foi en la victoire finale, qui sera le triomphe de la
justice. Il nous faut être prêts à risquer chaque jour notre vie dans
les plus terribles des combats, prêts à endurer à chaque heure mille
souffrances morales et physiques.

Tous ces sacrifices, nous les consentons avec bonne humeur, pour arriver
au succès définitif.

Nous saurons garder aussi pieusement la mémoire des camarades qui, par
centaines, tombent à nos côtés. Et rappelez-vous que le patrouilleur qui
risque sa vie dix fois, pour fournir un renseignement à son chef, lequel
aidera à la victoire, mérite notre admiration au même titre que le plus
habile de nos généraux.

Mais vous aussi, mes chers amis, avez aujourd'hui votre devoir tracé.
Songez que vous êtes l'espoir de demain. C'est votre jeune génération
qui devra remplacer vos aînés tombés au champ d'honneur.

N'oubliez pas que notre France fut de tout temps à la tête du monde
civilisé. C'est elle qui toujours, au cours des siècles, a fourni au
monde les plus grands génies: artistes, savants, littérateurs, penseurs
de toutes sortes. Cette renommée intellectuelle, artistique, morale de
la France, c'est à vous, demain, de la soutenir. Le plus humble artisan,
s'il apporte dans son travail quotidien tout son coeur et tout le goût
de sa race, a contribué à cette tâche.

Ecoliers, étudiez donc courageusement en classe. Adolescents, complétez
après l'école votre instruction primaire. Adultes, travaillez sans
relâche à votre éducation professionnelle. Montrez demain au monde que
la saignée qu'il a subi n'a point appauvri notre race. Montrez-vous
dignes de vos aînés, de ceux qui relevèrent notre nation abattue au
temps de l'invasion normande comme au temps de Jeanne d'Arc, au début du
XVIIe siècle comme aux temps héroïques de la Révolution ou après l'année
terrible de 1870.

Quelle que soit l'issue de la guerre actuelle, il faut que le génie
français vive! Nous autres qui avons fait joyeusement le sacrifice de
notre vie et qui demain peut-être serons morts, nous comptons sur vous
pour cela, et nous vous léguons cette tâche avec confiance.

Et, puisque nous voici au terme de l'année 1914, faisons tous ensemble
des voeux pour que bientôt reviennent dans notre beau pays, avec la
victoire, la paix, le travail et le bonheur.

A tous au revoir et mon souvenir ému.

H. BOULLE.



_Lettre écrite par le Sergent-Agent de liaison Félix BREST, 415e
Régiment d'Infanterie, tombé glorieusement, face à l'ennemi, le 27
Septembre 1915._

24 Septembre 1915.

C'est demain que nous faisons l'attaque. Priez bien pour la France
... et pour que le sang qui sera versé ne le soit pas inutilement. Je
communierai ce soir, n'ayant pu le faire ce matin.



_Lettre écrite par André BREVAL, tombé au champ d'honneur, à Nieuport
(Belgique), le 24 Janvier 1916._

19 Janvier 1916.

Ma chère Maman,

Je t'envoie cette petite chose que j'ai faite ce soir en pensant
beaucoup à toi. Je ne t'ai jamais donné de vers; ce sont les premiers;
garde-les bien. Je les aime encore qu'ils soient médiocres, mais je les
pense et cela me suffit.

  Ma mère, il fait un soir triste et pénible et noir.
  La solitude est âpre et grave et monotone....
  Je rêve doucement, et puis, soudain, m'étonne
  De l'image qui naît et qui rit dans le soir....
  Je regarde et lui ris à mon tour.... C'est toi-même,
  C'est toi dans le petit chez nous.... Sous l'humble toit
  Je te revois, gaîment réelle.... C'est bien toi,
  Ma mère, une bien vieille amie à moi que j'aime.

  Je t'évoque là-bas sous la lampe.... Il est tard....
  J'évoque ton image, et joyeux m'en pénètre.
  Tu travailles ... tu lis ... tu couds.... Ton cher regard
  S'absorbe en tout ... médite et s'attache.... Peut-être
  Cherches-tu dans ton coeur encore une bonté?
  Déjà, vois-tu, je ne me sens plus attristé:
  Je pense à toi qui n'as pas de vérité feinte,
  Je pense à toi qui dois m'attendre impatiente,
  Je pense à toi plus chère encore dans l'attente,
  Oh! ma Maman, je crois en toi, ma bonne sainte.

André BREVAL.



_Testament fait le 4 Mai 1915 par le Soldat Maurice BRIOT, tombé au
champ d'honneur le 9 Juin 1915._

MES DERNIERES VOLONTES....

J'espère que ce carnet tombera entre les mains d'un frère et qu'il le
fera parvenir à ma femme à qui je le dédie.

Je laisse à ma femme tous mes biens, propriétés bâties et non bâties.

Je lui reconnais comme sa propriété personnelle tous les meubles, le
linge et les effets qui ont été achetés avec son argent personnel et en
communauté.

Je lègue à ma filleule Renée Bernard la somme de 1.000 francs (mille
francs) due par mon oncle à moi.

J'ai l'espoir que l'argent que je dois à mon père ne sera pas réclamé à
ma femme. Je laisse le soin de payer mes dettes par ma femme sur ce que
je lui laisse.

Ma dernière pensée sera pour tous ceux qui me sont chers, pour ma femme
d'abord, puis mon père et tous les miens que ma mort pourrait attrister.

Je pardonne à tous ceux qui m'ont fait du mal et je remercie ceux qui
m'ont fait du bien.

Je demande pardon à tous les miens pour toutes les peines que j'ai pu
leur faire.

Je veux que ma mort n'achève pas la vie de ma femme. Je veux qu'elle se
remarie avec quelqu'un qui l'aime comme je l'ai aimée, et qu'elle soit
heureuse, à moins que, trop attristée de ma mort, elle consacre sa vie
auprès de mon père qui mérite beaucoup d'affection.

Je tiendrais à ce que mon corps ou les débris de mon corps soient
transportés dans le petit cimetière de Jardres, près de ceux qui me
furent chers, et que l'on dépose sur ma tombe les fleurs que je préfère.
Mais je tomberai peut-être entre les lignes, où les rats et les corbeaux
se disputeront mes dépouilles, alors je serai enfoui dans la fosse
commune.

Je veux que l'on pense quelquefois à moi comme l'on pense à un ami
qui voulait vivre et qui maudit cette guerre qui m'a fauché avant de
connaître la vie, en pleine santé et en pleine force.



_Lettre écrite par Robert CAMUS, Sergent, 408e d'Infanterie, blessé
mortellement le 3 Octobre 1918._

27 Août.

Cher Papa,

Dans ton mot du 15, tu me disais que Marcel Blondin était en permission
et qu'il portait le galon de sergent automobiliste. Tant mieux pour lui,
c'est un poste de toute sécurité. Je conviens qu'il a une belle chance.
Quant à moi, j'estime que je suis à la place qui convient à mon âge et
à ma situation. D'ailleurs, je n'ai nullement le pouvoir d'en changer.
J'ai aussi comme une fierté de la souffrance qui le plus souvent est la
compagne de l'homme sur la terre. Et j'ai confiance dans le retour pour
vous revoir et vous aimer.

Trouve ma chance égale à tout autre puisque je suis demeuré intact au
milieu des plus fortes tempêtes.

Ici, le secteur continue d'être tranquille. L'avant-dernière nuit, j'ai
eu un poste d'inquiété par une patrouille, mais quelques grenades ont
suffi pour la mettre en fuite.

Le temps a changé quelque peu. Nous avons eu deux orages. Les nuits se
font déjà fraîches, surtout dans la vallée qui s'emplit de brouillard.

Je suis heureux que vous ayez terminé la moisson par un temps favorable.

Je vous embrasse tous de tout mon coeur.

Ton fils dévoué,

ROBERT.



_Lettre écrite par Roger CAUVIN, 153e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur, à la bataille de Verdun, le 9 Avril 1916._

4 Avril 1916.

Mon très cher petit père,
Ma très chère petite mère,

Nous partons demain pour les tranchées.

Avant de «monter là-haut», comme on dit, je voudrais effacer par mes
paroles, sinon par mes actes, les tourments que j'ai pu vous avoir
causés.

5 Avril 1916.

Hier soir, je me suis confessé et ce matin j'ai communié. J'ai demandé
pardon à Dieu de mes fautes et aussi je lui ai crié mon amour.

A vous aussi, mes bien chers parents, je dois crier que je vous aime et
que, après Dieu, vous êtes mes seules grandes affections.

Lorsque j'étais petit, vous vous êtes souvent privés pour moi et vous
n'avez jamais hésité à faire un sacrifice pour me rendre heureux. Que de
travail petite mère n'a-t-elle pas fait. Depuis vingt ans, petit père se
fatigue à travailler le soir pour moi.

Devant tant de dévouement et d'amour paternels et maternels, je n'ai
montré souvent qu'ingratitude et désobéissance, que mauvaise humeur.

Malgré mon attitude froide, ne croyez pas que néanmoins la plus tendre
affection n'existait pas chez moi. Avec l'expérience et l'âge, j'ai
appris à vous connaître et à vous aimer. Je vous ai comparés aux autres
parents. J'ai toujours trouvé que vous étiez les meilleurs et surtout
ceux qui voyaient le mieux l'avenir de leur enfant.

Cette lettre vous arrivera si un accident m'arrivait. Gardez un bon
souvenir de votre enfant cher qui vous aime de toute son âme et qui fut
vraiment heureux entre petit père et petite mère.

Je vous remercie de vos prières pour que Dieu me conserve. Que Dieu vous
bénisse!

Votre enfant qui vous embrasse mille fois tous les deux et qui pense
toujours à vous.

ROGER.



_Lettre écrite par le Sergent François CAYROL, 2e Zouaves, tombé au
champ d'honneur._

5 Juin 1916.

Mes chers parents,

Je vous ai écrit hier à mon arrivée et avant-hier pendant mon voyage. Je
suis en bonne santé; je suis bien reposé; je suis maintenant tout à fait
à mon aise. Comme je vous l'écrivais hier, il y aura bientôt un renfort
pour le front; je dois en faire partie.

Deux officiers de ma compagnie y participeront aussi; je suis content de
cela car ils savent ce que je peux valoir et sûrement ils me garderont
auprès d'eux.

Le départ de ce renfort est très proche, peut-être aura-t-il lieu
après-demain. Ainsi mon désir va être exaucé; j'aurai attendu,
contrairement à mon attente, sept mois pour affronter à nouveau les
dangers de la lutte. Cette perspective me réjouit; je ne serai vraiment
qu'au combat à mon poste véritable de soldat.

Ne soyez pas en peine pour moi; car s'il y en a bien un qui doive être
en peine, c'est moi. J'ai confiance en ma destinée; même si ma vie
devait être ravie, je n'en exprime aucun regret, car je l'ai offerte
en sacrifice à Notre Souverain Créateur, pour le salut de notre chère
France, de notre Patrie bien-aimée. Je suis heureux infiniment de
pouvoir, présentement, faire ce que le devoir me trace. Je suis
infiniment heureux de pouvoir, à l'époque actuelle, me battre pour une
noble cause.

Deux honneurs au lieu d'un: défendre sa Patrie et combattre pour les
principes sacrés et intangibles de la liberté et de la justice.

Ne devons-nous pas remercier Dieu de l'occasion qu'il nous donne de
l'aimer. Oui, à mon avis, répandre son sang et accepter la douleur,
pour une fin juste, c'est faire un présent agréable à Dieu. C'est lui
témoigner qu'il ne nous a pas mis en ce monde en vain.

Placés au carrefour de deux chemins, la voie du bien et la voie du mal,
nous avons choisi la voie épineuse du bien, car c'est la seule qui nous
permette de goûter aux joies pures durant les haltes pendant lesquelles
nous nous arrêtons pour poursuivre plus sûrement notre route.

Nous souffrons en ce monde, mais la souffrance nous purifie. Un être
qui souffre excite la pitié et c'est par la pitié que nous obtenons
le pardon de nos fautes. Oh! la pitié! comme c'est beau! Est-il un
sentiment plus beau que celui-là? C'est lui qui, jusqu'à présent, m'a
remué le plus profondément le coeur. C'est lui qui éclaire beaucoup
d'âmes et qui incite aux nobles résolutions.

Ces pensées-là, que j'exprime tranquillement dans la solitude, j'ai tenu
à vous les communiquer à une époque décisive de mon existence. Pendant
la guerre, jusqu'à présent, j'ai pris deux décisions graves.

La première a été de défendre mon pays comme tous les Français l'ont
fait au début de la campagne, ou tout au moins comme la plupart l'ont
fait, c'est en bon fils de la Patrie, soucieux de la sauver d'un grand
péril.

La deuxième a été de recommencer, non plus dans les mêmes conditions.
C'est, maintenant, en possession de mon libre consentement. Aux yeux du
monde, j'avais fait ce que je devais, et la blessure grave que j'avais
reçue me dispensait de retourner sur la ligne de feu. Ma retraite à
Belgrade aurait pu durer très, très longtemps, ma position me paraissait
assez fixe pour une durée très longue, peut-être pour jusqu'à la fin de
la guerre. Cependant, ma conscience me disait que ça ne suffisait pas.
La France était toujours en danger et avait besoin plus que jamais de
l'aide de tous ses fils. Certes, la résolution prise alors a été pénible
dans ses suites. J'ai eu des heures de découragement et de lassitude.
Comme le dit si bien l'Evangile, «Le vent brûlant du désert souffle
souvent dans le coeur de l'homme et le dessèche. Mais il y subsiste
toujours une petite fleur». A plusieurs reprises, des occasions se sont
présentées pour me soustraire à ce que je considère comme mon devoir.
Maintenant, rien ne paraît s'opposer à son accomplissement. Aimer et
servir ses parents plus que son prochain, aimer et servir sa Patrie plus
que ses parents.

Je vous embrasse tous bien, tous bien fort.

Votre fils qui vous aime bien tendrement,

FRANÇOIS.



_Lettre écrite par le Conducteur André CHAPELLE, de la S.S. 104, tombé
au champ d'honneur._

...Dire que nous croyions avoir tout vu dans l'Artois! Cela me paraît
peu de chose auprès de la vie que nous allons mener ici!... Boue,
rafales de grésil, froid, pluie qui cingle, vent glacial, brouillard,
les marmites par-dessus tout cela! Et toujours en pleine nuit, sans
aucune lanterne, naturellement. Il y a bien les fusées qui illuminent
_à giorno_, mais c'est plutôt une gêne qu'une aide. Le meilleur, c'est
encore Astarté, reine du Ciel. Malheureusement, c'est huit ou dix jours
par mois. Aussi, nous continuons à suivre des yeux le calendrier, comme
dit Bugeon. Je te prie de croire que nous sommes au courant des phases
de la lune! Quant aux routes, défoncées, pleines de trous, ça ne change
pas; première vitesse et du cinq à l'heure! Souvent, quand on revient,
on ne peut plus passer: un 210 a coupé le chemin. Hier, avec un
camarade, nous étions ainsi de chaque côté d'un entonnoir. Que faire?
Et moi, j'avais des blessés! Il a fallu chercher un détour: cela a duré
deux heures; pauvres malheureux blessés, avec ce froid!... Mais tu
connais tout cela, et l'immobilité qui vous glace, et le morceau de
viande gelée avec un quignon de pain, et les nuits dans les postes,
avec le tintamarre du canon, et les quelques heures de sommeil (!)
dans quelque coin, enroulé dans une couverture mouillée; je me demande
comment nous résistons.... Nuits de front, les fusées, les cris
lointains, les fusillades subites, l'inquiétude, la fièvre, les plaintes
des blessés, et puis ces minutes d'exaltation de tout l'être, où l'on
accepte.... Car nous autres, comment flancherions-nous, quand nous
voyons tous ces pauvres camarades que nous transportons, dont nous
tenons la vie entre nos mains, et qu'un coup de volant heureux peut
sauver en les faisant arriver cinq minutes plus tôt sur la table
d'opération! Mais je crois bien que je vais me vanter! à toi!... Et
puis, je suis de ton avis, est-ce que cela existe auprès des fantassins?
Eux, eux seuls, et voilà tout. Et dire que Paris ne se rendra jamais
compte!... Moi, quand je les vois, je me dégoûte et je m'injurie. Enfin,
quoi faire? Tu as le bonjour de Charles Brémond, etc....



_Lettre d'André CHASSEIN, Soldat au 149e Régiment d'Infanterie, arrivé
du Brésil le 16 Mars 1915, parti au front le 18 Juin 1915, mort un mois
après, le 17 Juillet 1915, à Angres (Pas-de-Calais)._

Parents chéris,

Je fais suite à ma lettre d'aujourd'hui pour vous annoncer que l'ordre
vient d'arriver qui nous envoie en deuxième ligne, dans les abris
souterrains; nous serons là pour appuyer immédiatement les lignes
avancées du feu et prendre leur place dans deux, trois ou quatre jours.
Nous quittons nos cantonnements de semi-repos ce soir, à 8 heures et,
dans quelques heures, je serais, avec mes camarades, prêt à entrer dans
la fournaise.

Il vient de pleuvoir mais le temps de ton grisaille est redevenu clair;
aussitôt l'artillerie a recommencé de plus belle, et en ce moment les
«marmites» boches tombent très près de nous.

Je crois qu'il est inutile de vous répéter que je pars avec toute
confiance et que j'espère fermement être parmi vous pour célébrer
et nous réjouir de la victoire finale. Mais si la chance vient à
m'abandonner et que je reste dans la glorieuse lutte, je vous en prie,
consolez-vous à l'idée que ce sacrifice était nécessaire et que j'aurai
su mourir vaillamment pour notre pays et notre cause. Vous verrez qu'en
somme, la rançon du sang est bien minime, car combien sont au feu dans
notre famille pour défendre notre nom contre l'ignoble brute qui nous a
attaqués?

Soyez forts si une telle épreuve vous était réservée, mais au moins
vous pourrez relever la tête avec fierté et dire: Il a su faire son
devoir....

Je ne veux pas vous donner des idées tristes et vous faire de la peine,
mais ces quelques lignes étaient nécessaires: un homme doit savoir
regarder froidement devant lui et envisager courageusement toutes les
hypothèses. Nous sommes à une époque où il faut être pratique et même
matériel. Donc, si j'ai été obligé de vous exposer tout ce préambule,
c'est pour vous dire que tout ce que je possède vous reviendrait
entièrement dans un tel cas. Je ne ferais que vous retourner ce qui vous
appartient: n'est-ce pas là le fruit de l'éducation et des soins que
vous m'avez donnés? Il n'y a aucun doute et je vous en dois encore une
reconnaissance infinie, que mes plus profonds remerciements ne sauraient
exprimer suffisamment.

Vous trouveriez également dans mes papiers une sorte de testament qui ne
ferait que développer ce que je vous ai dit plus haut en une ligne. Et,
pour avoir une idée plus complète des trois années que j'ai passées au
Brésil, ouvrez toute ma correspondance, parcourez-la, de même qu'un
livre à couverture verte sur lequel j'avais eu un jour la prétention de
prendre des notes et d'en faire une sorte de Journal. Dans mes boîtes
de clichés, vous trouverez quelques photos de moi qui ne sont pas trop
mauvaises, vous choisirez et pourrez vous en servir.

Voici maintenant exposé tout ce que je pouvais avoir à vous dire. Je ne
laisse rien derrière moi qui ne se comprenne et j'ai pris toutes mes
dispositions; après un long baiser, le plus grand qu'un fils affectueux
puisse envoyer à ses père et mère chéris, j'appartiens maintenant à la
France; puisse-t-elle me ramener sain et sauf et victorieux si c'est la
volonté du Tout-Puissant.

André CHASSEIN.



_Lettre écrite par Marcel CLAROT, 27e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur devant Verdun, au bois de Vaux-Chapitre, le 28 Juillet
1916._

Ma Maman et ma Mé adorées,

Si ce mot vous parvient, c'est qu'un événement bien triste vous sera
arrivé et qu'il me sera arrivé malheur. Supportez avec courage, je vous
en supplie, cette nouvelle épreuve que le Ciel vous envoie et ayez de la
fermeté, c'est la plus grande joie que vous pourriez me causer. Je suis
tombé pour sauver la France envahie et gravement menacée; je serai tombé
au champ d'honneur pour elle, pour tous et pour ne pas laisser tant
d'amis et de Français sans vengeance. Soyez braves et songez que la mort
ne m'effraie aucunement. Je suis prêt pour paraître devant Dieu;
c'est même un bonheur qu'il m'ait appelé en de si bonnes conditions.
Pardonnez-moi si je vous ai causé quelquefois de la peine, je m'en
repens; pardon pour tous ceux que j'ai pu offenser.

Je vous embrasse toutes deux le plus fort de mon coeur, ainsi que
Clémentine toujours bonne.

Marcel CLAROT.

Je mourrai en songeant à Dani, à vous et à Dieu. Adieu à tous mes
parents.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Paul COLIN, 18e Bataillon de
Chasseurs à pied, tombé au champ d'honneur, à Douaumont, le 20 Avril
1916._

13 Avril 1916.

Ne jamais exécuter un ordre sans avoir reçu le contre-ordre, principe
très militaire, une fois de plus vérifié! Le Bataillon, subitement
arrêté dans sa marche vers le repos, a été envoyé de l'autre côté de
la Meuse et maintenant nous attendons les événements dans une ancienne
grande ville. Quand vous recevrez cette lettre, il est probable que nous
serons cette fois au repos pour de bon, car notre séjour ici doit être
court.

Je viens d'assister et de prendre part à une cérémonie touchante. Nous
pouvons monter en ligne d'un moment à l'autre, peut-être cette nuit,
peut-être demain, peut-être dans plusieurs jours. L'aumônier a dit ce
soir, à 7 heures 30, une messe «des vivants et des morts», comme il a
dit en commençant. Un sermon court comme il sait en faire et sachant
remuer le coeur de tous, officiers et hommes, effrayant peut-être un peu
sous l'habit bleu, mais amenant quand même un regard de fierté et une
petite larme à l'oeil de ces braves chasseurs. «Nous sommes à Pâques,
dit-il ... ceci est une messe de Pâques.... Pâques dont vous vous
souviendrez.... Pâques de guerre.... Pâques de lutte!! Jour d'union, je
dirai plus, jour de communion. Pour communier, il faut être à jeûn, il
faut se confesser.... Vous sortez de table et vous n'avez pas le temps
de vous confesser ... à l'impossible nul n'est tenu ... que ceux qui
veulent recevoir l'absolution s'agenouillent.» Et, dans un mouvement
sublime, l'église (ou plutôt la grange, car de la cathédrale il ne reste
qu'une cloche intacte au milieu des décombres) l'église entière s'est
agenouillée, et d'une voix qu'il affermissait à grand' peine, l'aumônier
a donné l'absolution à tous ces hommes, puis la communion.... «Votre
musique, c'est le canon», avait-il dit à un moment de son prône, et,
en effet, en ce moment, l'artillerie faisait rage! Puis la messe s'est
terminée au milieu des cantiques.

De nouveau, l'aumônier prit la parole: «Mes enfants, j'ai oublié quelque
chose, j'ai oublié votre pénitence, la voici: allez! et battez-vous
bien!» Et la grange s'est vidée dans un silence de mort, et en sortant
j'ai entendu cette réflexion venue je ne sais d'où: «Heureux ceux qui
croient». Oh! comme il a dit vrai! dans un pareil moment, tout est
beau....

J'avais vu des messes impressionnantes, j'avais vu des choses bien
dures, jamais je n'ai été ému comme je viens de l'être ... et tout le
bataillon était là.

Que vous dirai-je maintenant? La confiance illimitée dans laquelle je
suis en ce moment. Il me semble que je vais à une simple promenade et
j'y vais le sourire aux lèvres!!!...

Embrasse.

A quand la prochaine lettre?

PAUL.



_Lettre écrite par le Soldat COLIN, tombé au champ d'honneur le 2 Juin
1918._

Mes parents bien-aimés,

Si cette lettre vous tombait entre les mains, c'est qu'Eloi, votre
fils, ne serait plus. Si ce malheur arrivait, ne me pleurez pas car je
n'aurais fait que mon simple devoir que j'avais à coeur d'accomplir et
pour lequel je vous ai fait tant de peine. La seule chose que je vous
demande, c'est de me pardonner la peine que je vous fis en voulant
m'engager.

Bénissez et priez pour moi.

Je m'arrête, car ces lignes vous broient le coeur. Courage, la victoire
est à nous et vive notre chère Patrie!

Mes derniers baisers à vous tous que j'ai tant aimés. Adieu et vive la
France!

COLIN.



_Lettre écrite par César COLOMA, 5e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur, le 23 Janvier 1917, à Troyon._

Cher Papa,

Nous venons du repos; maintenant, nous voici dans les tranchées, les
obus, les marmites ne cessent pas de nous passer sur la tête, mais on
y est habitué, et puis il faut marcher. Et que je sois tué ou blessé,
c'est toujours pour la Patrie.

Ma chère Maman, ne t'en fais pas pour moi, si je ne reviens plus, c'est
pour Dieu et pour la France que je le fais; en avant et bon courage, et
puis encore un mot, je te défends de t'habiller en noir, cela n'est pas
nécessaire.

Papa, ne t'en fais pas, c'est pour la France.

C. COLOMA.



_Lettre adressée par Auguste COMPAGNON, Sergent au 56e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur en allant secourir un camarade
blessé, à Somme-Suippes, en Champagne, le 7 Octobre 1915, au Président
de l'Association de la Presse Chalonnaise, à propos de félicitations
envoyées par cette Association._

10 Mars 1915.

...Mon mérite est si mince! C'est d'avoir fait, mes chers et braves
amis, ce que vous auriez tous fait à ma place, dans l'ardeur de votre
patriotisme, qui n'est pas inférieur au mien, bien au contraire. Si
l'âge, si un état de santé précaire ne vous avaient contraints de rester
à l'arrière, tous vous étiez prêts à marcher de l'avant, comme moi, et
plus vite que moi, et à faire, vous aussi, de vos poitrines généreuses,
un rempart à la mère Patrie.

Mais vous ne l'avez pas pu, et c'est moi le plus privilégié de vous
tous; j'admire comment le grand bonheur que j'ai d'avoir pu faire mon
devoir peut m'attirer, au surplus, des félicitations aussi douces que
les vôtres.

Combattre pour la plus noble des causes: être de la grande foule des
défenseurs du plus beau des pays, être du côté de la justice et de
l'Humanité contre le plus barbare des envahisseurs: figurer,--oh! bien
obscurément,--mais figurer tout de même dans le plus grand drame de
l'histoire; avoir le moyen de centupler la valeur de sa vie misérable,
en l'immolant, s'il le faut, au triomphe de tout ce qu'il y a de plus
précieux en ce monde, quel destin inespéré, mes amis, et combien il nous
dédommage amplement de tous nos sacrifices, nous qui avons pu être les
combattants!

A. COMPAGNON.



_Lettre écrite par Jean CONQUET, Aspirant au 122e Régiment d'Infanterie,
quelques jours avant d'être frappé mortellement, le 7 Mars 1916, à
Soupir (Aisne)._

Celui qui tombe à l'ennemi ne meurt pas.

Si j'ai cet honneur insigne, je ne veux pas qu'on me pleure.

En faisant part de ma «perte glorieuse», on dira devant mon nom, mon
grade et puis mes titres civils de licencié et diplômé de l'H.E.C,
le tout suivi de la mention «tué à l'ennemi». Pas de flaflas, champ
d'honneur, etc., la vérité, c'est tout.

On respectera la tombe de fortune que la bataille m'aura donnée. Sur nos
tombeaux de famille, mon nom et l'endroit où je dormirai.

En face de mon nom, sur l'Annuaire H.E.C, on fera mettre la lettre
«T» en italique et on demandera que cette indication remplace le «D»
habituel pour tous les camarades tués à la guerre.

Mon deuil ne sera rien auprès de celui de l'Alsace-Lorraine pendant
quarante-quatre ans.

C'est une joie de périr en refaisant la France.

Jean CONQUET.



_Lettre écrite par l'Aspirant Jean CONTl, 7e Chasseurs Alpins, tombé au
champ d'honneur le 5 Novembre 1916._

Chers parents,

C'est demain, à 5 heures, que nous partons rejoindre notre bataillon
vers l'Alsace. Ne vous faites pas de mauvais sang, ne pleurez pas, je
vais faire mon devoir et le faire de mon mieux. Tout le monde le fait,
son devoir, et il serait lâche de ma part de reculer devant l'honneur de
défendre sa Patrie.

Songez, mes chers parents, que je vais commander là 60 poilus, moi jeune
aspirant de 19 ans.

C'est, il est vrai, une bien lourde responsabilité et je ne la prends
qu'après avoir mûrement réfléchi; si je l'accepte, c'est plein d'espoir
dans la Victoire, dans la Revanche.

Lorsque j'étais petit et que je lisais déjà les récits de la guerre
de 1870, je ne rêvais dans ma jeune cervelle que désir de vengeance;
j'aurais voulu être grand pour aller à la guerre, pour tuer le plus
possible cet Allemand détesté; je ne le connaissais pas encore, mais
lorsque, plus âgé, je lus des livres sérieux où l'on montrait ce que
faisait l'Allemagne, ses efforts vers une puissance militaire toujours
plus grande, j'ai compris que la guerre était inévitable; je la
considérais comme telle et je souffrais que mon cher pays de France se
laissât aller à des rêveries, à des songes plus ou moins utopiques,
irréalisables. Ah! nous parlions de paix, nous autres, de fraternité,
d'amour entre les peuples et nous ne voyions pas, de l'autre côté du
Rhin, les hommes blonds aux yeux bleus qui préparaient la guerre; leurs
philosophes, leurs penseurs nous traitaient de pourriture qu'il faut à
tout prix supprimer, et nous, bêtes que nous étions, nous parlions de
désarmement.

Un jour, le canon a grondé sur le Rhin: c'est la guerre; des gens
s'affolèrent, d'autres, plus calmes, qui l'avaient vue venir, restèrent
calmes. La guerre déchaînée par l'Allemand a ravagé notre pays; partout
on voit des femmes en deuil, des jeunes filles qui pleurent, des soldats
amputés; c'est à nous, jeunes gens, que revient l'honneur aujourd'hui
de refouler le Boche. Et vous pleureriez, chers parents, en me voyant
partir ... non, n'est-ce pas? Vous vous dites: «Il va où son devoir
l'appelle: il va chasser l'envahisseur du sol sacré de la France». Oui,
c'est à nous à le bouter hors de France, comme jadis Jeanne d'Arc bouta
les Anglais.

Ce devoir, pour périlleux qu'il soit, je ne le céderais pas pour tout
l'or du monde.

Et si, chers parents, je meurs dans la bataille, vous pourrez être
sûrs que votre fils chéri est mort en bon Français, la poitrine face à
l'ennemi, en entraînant ses hommes.

Chers parents, ne pleurez pas votre petit enfant, soyez certains qu'il
va faire son devoir et qu'il le fera jusqu'au bout.

Soyez forts, je vous enverrai tous les jours, si je le puis, de mes
nouvelles. Au revoir, à bientôt, je reviendrai victorieux! vous serez
fiers de moi.

Je vous embrasse. Votre fils dévoué qui vous aimera toujours,

CONTI.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Conrad CRAWFORD, de l'Infanterie
américaine, tombé près de l'Ourcq, à Sergy, le 1er Août 1918._

(Au front.)
13 Juillet 1918.

Ma chérie Mère,

Ce soir, je passerai au front, dans les tranchées du vrai front, les
places des chauves--«_bald-headed row_»--pour ainsi dire. Tandis que
j'ai une confiance absolue dans ma bonne chance et que je me battrai
jusqu'au bout quand j'en aurai l'occasion, je t'écris ces lignes
seulement au cas. Quand tu les auras reçues, tu sauras bien que tu ne
reverras plus ton fils cadet. C'est ma prière de m'en aller d'une façon
dont tu seras fière.

Quoique bien des lieues nous séparent, _Mother dear_, je te vois
clairement, j'entends ton rire, je ressens ton amour si grand pour moi,
et c'est avec une douleur saisissante que je me rends compte de la
possibilité de ne te rejoindre plus. Mais toi, tu ne dois ressentir
aucune douleur. Tu devras être fière, tu le seras, je le sais bien, du
sacrifice que toi, avec des milliers d'autres mères, auras dû faire.

Mon amour pour chacun de vous, et surtout pour la plus chérie mère du
monde, est si grand que je ne saurai m'amener au point de dire adieu.
Notre bien-aimé père n'est plus là, mais j'espère qu'il sait que j'ai
fait mon devoir au mieux de mon possible et que je paierai le sacrifice
suprême fièrement et sans regret. La vie d'un homme dans cette guerre ne
vaut pas le claquement des doigts.

Eh bien! espérons que, dans les mois à venir, nous nous amuserons bien
de cette lettre.

Avec tout l'amour du monde à chacun de ma famille,

Affectueusement ton fils,

CONRAD.

Il y a aussi un dernier voeu que je te prie instamment de m'accorder.
Si je tombe en France, permets que mes restes y soient enterrés;
c'est-à-dire ne dépense pas d'argent pour les transporter aux
Etats-Unis. Je n'ai aucun sentiment à ce propos, et je serai fier de
m'endormir à tout jamais dans ce merveilleux petit pays.



_Lettre écrite par le Sergent Charles CROSNIER, 355e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 27 Septembre 1915, à la Ferme
Navarin._

23 Septembre 1915.

Ma chère Mère,

J'ai reçu hier ta bonne lettre contenant la carte d'Henri; je n'ai pas
encore reçu de ses nouvelles.

C'est avec plaisir que j'apprends que Monsieur Viron t'a envoyé le
montant de ce qu'il me devait. J'espère, chère mère, qu'avec cette somme
tu pourras faire face aux dépenses de plusieurs mois; prends surtout tes
précautions pour ceux d'hiver qui ne vont pas tarder.

Par ce courrier, j'écris à Madame X... J'ai eu des nouvelles de Monsieur
Z..., de Béthune, par un de ses cousins, un jeune homme que j'ai
rencontré tout à fait par hasard à Hesdin; il me paraît supporter
allègrement la guerre en faisant de bonnes et grosses affaires.

Je crois, chère mère, que le grand coup est pour demain ou après-demain,
le régiment y prendra sans doute part, je puis même dire certainement.
Dire que l'on voit venir ce moment sans une petite appréhension serait
mentir, mais je t'assure, ma bonne mère, que nous l'envisageons tous
avec calme et confiance. Je crois que nous sommes maintenant bien
préparés pour donner une bonne correction à notre ennemi maudit, et
peut-être aussi pour le chasser tout à fait de notre chère France, de
la Belgique. La Paix alors ne serait pas éloignée et ceux qui auront la
chance d'échapper au carnage pourront retrouver ceux qu'ils aiment.

Si je ne suis pas de ceux-là, ma bonne mère, tu devras assurer ton
existence, car il est trop tard pour que je te guide. Mais tu as tous
les renseignements nécessaires pour obtenir ce qui m'appartient; je te
rappelle que mes papiers sont chez Monsieur Bryon, 112, rue de Savoie, à
Bruxelles; Mademoiselle Bertha, mon employée, se mettra certainement à
ta disposition pour te donner tous les renseignements au sujet de mon
entreprise; tu devras l'indemniser pour sa collaboration durant la
guerre; je te laisse le soin pour la façon dont tu devras le faire.

Entoure-toi des conseils de Monsieur Guison, dont l'amitié m'assure
son dévouement à ton égard. Pour toutes les affaires, comme il sera
indispensable que tu produises l'acte de décès, tu devras t'entourer de
tous les renseignements. Adresse-toi au Colonel ou au Commandant de
la 20e Compagnie quand tu seras quelques jours sans recevoir de mes
nouvelles; je te promets, chère mère, de t'écrire chaque jour, ne
serait-ce qu'un mot; tiens compte toutefois des difficultés de
correspondance.

Je te souhaite une bonne santé et reçois, ma bonne mère, les bons
baisers de ton fils.

CHARLES.



_Lettre écrite par l'Adjudant Georges CUVELLE, 63e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur._

24 Septembre 1915.

Mon cher Léon,

Nous n'avons plus le temps de les faire longues, nos lettres.

C'est demain le _grand jour_!!

Tu verras les journaux. J'ai grand espoir que tout ira bien. Aussi, en
attendant que tout soit fini, je t'embrasse bien fort.

GEORGES.



_Lettres écrites par le Caporal réserviste Baptiste DEBONNE, du 3e
Zouaves, blessé mortellement, le 7 Septembre 1914, à la bataille de la
Marne._

Zemmorah, 3 Août 1914.

Cher Père,

Je t'écris ces quelques lignes avec sang-froid. Je pars demain à
destination d'Oran au 3e Régiment de Zouaves. Je pars content de
défendre notre chère France. Si je meurs, tu seras fier de dire un jour:
«Mon fils est mort pour la Patrie». Tu reporteras ton affection sur tes
autres enfants.

Adieu, cher père, je vous embrasse tous du plus profond de mon coeur et
surtout ma maman chérie.

Ton fils chéri,

BAPTISTE.



Paris, 18 Septembre 1914.

Cher Père,

Les forces me manquent pour pouvoir te faire une longue lettre; tu peux
croire que j'y mets toute ma bonne volonté pour t'écrire ces quelques
lignes.

Je suis tombé blessé le 7 Septembre au combat de la Marne. J'ai reçu le
boulet dans le dos en pleine force et cela a produit la paralysie. Les
balles qui m'ont traversé le genou et l'avant-bras droits ce sont des
balles qui se trouvaient dans le boulet. Le dos aussi a été traversé par
une balle; le carnet que j'avais dans ma veste a arrêté une balle.

J'espère guérir, mais il faudra du temps. La paralysie n'est due qu'à la
forte commotion. Je n'ai besoin de rien. Le jeudi et le dimanche,
les Parisiens et les Parisiennes viennent nous rendre visite et nous
inondent de friandises.

Enfin, cher Père, du courage; il faut espérer que je guérirai.

Je t'embrasse bien fort, sans oublier ma maman chérie, mes soeurs, mes
frères et le petit Thomas.

BAPTISTE.



_Lettre écrite par René-Anselme DEFARGE, Lieutenant au 107e
d'Infanterie, tué à la bataille d'Ecurie, le 25 Septembre 1915._

25 Septembre 1915.

Mes chers parents,

Nous venons d'occuper de nuit nos emplacements de combat. Tous les
préparatifs ont été faits, tout a été réglé minutieusement pour que rien
ne soit laissé à l'imprévu qui peut être réglé d'avance. C'est du temps
de gagné--des vies humaines pour aujourd'hui et pour l'avenir.

Depuis quatre jours, nous avons déchaîné sur le front allemand un
formidable ouragan de fer. Jamais, même aux heures les plus difficiles,
nous n'avons connu cela. Et si les Boches viennent, c'est qu'ils ont du
coeur au ventre. Ce matin, dernière main à la préparation: crapouillots,
75, marmites de petit et de gros calibre, tout y va. Déjà la tranchée
s'est rougie, un peu de sang a coulé, quelques-uns ont payé leur dette
et au delà. Tout à l'heure, ce sera la ruée. Partout, dans le Nord comme
en Champagne, nous allons leur tomber sur le poil! Il faudra bien que le
rideau crève quelque part. Nous pouvons nous attendre évidemment à de
gros sacrifices, une troupe d'assaut doit savoir les supporter. Il faut
y aller de plein coeur, comme dit le généralissime, jusqu'aux pièces
d'artillerie. Il faut traverser tout ce labyrinthe de sapes, de mines,
de tranchées et de boyaux pour gagner la plaine et leur tailler des
croupières. Il faudra, cette fois, ne leur laisser aucun répit, les
talonner sans relâche jusqu'à l'extrême limite de nos forces. Les hommes
sont décidés, ils en veulent. La perspective d'un autre hiver dans les
tranchées les effraie beaucoup plus que l'assaut, je crois; et un gros
succès ranimera les coeurs défaillants et retrempera les volontés pour
la continuation d'une lutte que le monde ... civilisé se doit de mener
jusqu'au bout. Du reste, quand on a commencé une besogne, si pénible
soit-elle, il faut l'achever pour en savourer les fruits. Et quand on
se sacrifie pour un pays comme la France, on est payé par la pensée
réconfortante que le plus noble idéal qui soit au monde ne périra pas.
Et puis, nous sommes de la lignée des Bayard, des Jeanne d'Arc, des
Henri IV, des Turenne, des Hoche, des Marceau, des Bonaparte, et leur
sang ne peut pas mentir. Nous verrons bien. Voyez-vous que nous allions
coucher à Douai!

Je ne pourrai certainement pas vous écrire de quelques jours de façon
régulière; ne vous affolez pas et n'allez pas avoir des pressentiments,
ce qui serait maladroit. Attendez pour savoir.

En tout cas, si je tombe, je vous le répète encore, je serai mort
joyeusement, quelque pénible que soit la pensée de me séparer de vous;
je serai mort sans regret parce qu'il y a des heures où la vie sans
l'honneur ce n'est rien, des heures où il faut se jeter tête baissée
dans la commune mêlée sous peine de se renier et de n'être plus qu'un
corps sans âme.

Vous trouveriez dans ma cantine et dans ma panière ma Croix de Guerre,
le seul héritage précieux que vous feriez de moi, et des photographies
que j'ai pu prendre depuis la semaine. C'est un recueil intéressant,
encore que j'eusse pu faire beaucoup mieux. J'ai sur moi, au moment du
combat, mon kodak et mon portefeuille contenant ma citation. On les
retirerait si possible et on les mettrait dans ma cantine.

Vous embrasserez mes oncles et tantes pour moi et vous leur direz mon
affection. Je vous prie de croire à ma tendresse et vous embrasse très
fort.

RENÉ.



_Lettre écrite par Jean DELACHE, tombé aux champ d'honneur le 26 Août
1917._

Ma chère Maman,

D'après les lettres que tu m'as envoyées, je vois que tu n'as pas encore
reçu une des miennes d'il y a quelques jours; j'espère qu'elle ne sera
pas égarée. Les tiennes me sont toutes parvenues et les colis dont tu
me parles avec elles. Je t'en remercie beaucoup. Les pommes ne sont pas
abîmées du tout et la saucisse a l'air très bonne. Tu ne vas plus être
aussi tranquille à mon sujet car demain on remonte en ligne et, comme je
te l'ai dit, il y aura peut-être du nouveau. Je ne peux pas t'en dire
plus long. On parlera des événements après leur échéance. Ne te fais
pas trop de mauvais sang, ce n'est pas la peine, tu le sais bien. J'ai
moi-même bien du mal à me faire une raison.

Tu me pardonneras si je ne réponds pas à tout ce que tu me dis dans ta
lettre, car je ne peux plus mettre la main dessus et je ne me rappelle
plus très bien de son contenu. Tu me demandes si tu peux m'envoyer
l'Anabase de Xénophon, je le veux bien, il me sera toujours utile. Je
continue, en effet, ma grammaire grecque dont j'ai vu une quarantaine
de pages et sans ce malencontreux retard ça pourrait encore aller plus
vite, mais l'on ne fait pas toujours comme l'on veut dans ce sacré
métier.

Mais il paraît qu'après cela on va descendre au grand repos, pendant
quelque temps. Cette façon de procéder est peut-être meilleure. Je
ne vois rien à te dire de plus, l'existence est si peu variée,
heureusement!

Je ne peux, en terminant, que te dire de t'armer de courage et
t'embrasser tendrement.

Ton fils qui t'aime,

JEAN.



_Lettre écrite à sa femme par Louis DEROCHE, 27e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur, à Dolwing, le 20 Août 1914._

17 Août 1914.

J'ai reçu hier, au petit jour, le baptême du feu! Ce fut gentil tout
plein. A la première décharge, un schrapnell, fusant sur mon escouade
accroupie, traversa d'une balle le sac de mon camarade de gauche,
déchira ma bretelle de fusil, rasa la figure du Caporal et d'un dernier
plomb, le plus tragique, traversa le bras de mon vieux Faivre.

Pas une minute d'émotion!

...Nous sommes restés jusqu'à 3 heures de l'après-midi sous le feu
de ces cochons-là. Qu'ils tirent mal et quelle inutile gabegie d'une
marchandise qui coûte si cher!

...Ma compagnie, qui est des plus éprouvées, vient de se retirer en
arrière et en réserve de façon à prendre un repos bien gagné.

...Tu ne saurais croire, mon petit ange, combien la proximité du danger
agit salutairement sur l'âme de ton gosse. Je vis en une communion
continuelle avec Dieu, dans lequel ma confiance augmente sans cesse.
Ainsi, je lui dois mon calme, qui n'est pas une des moindres assurances
contre le danger. Je lui ai promis, ainsi qu'à la Vierge d'Etang, que,
si nous nous retrouvons bientôt heureux, chaque année, nos enfants et
nous, feraient le pèlerinage de Velars....

J'ai enterré ce matin les deux morts de ma compagnie, pour lesquels j'ai
dressé une croix et récité une prière. C'est à toi, mon amie, que je
dois ce petit courage.

...Adieu, mon petit gosse, je te quitte. Continue d'être l'ange des deux
foyers que j'ai quittés pour un temps. Il suffit que j'emporte ton coeur
pour que ni la joie, ni l'espoir ne puissent s'envoler de dessous ma
capote.

Je viens de revoir avec joie mon ancien Commandant du 10e. Il m'a causé
affectueusement. Il m'a annoncé que la victoire se dessine sur tous les
fronts.

LOUIS.



_Lettre écrite par Médard-Paul DEVLAEMINCK, 41e Régiment d'Infanterie
coloniale, tombé au champ d'honneur, à Souchez, le 1er Octobre 1915._

Ma chère Mère,

Merci pour ton petit trèfle à quatre feuilles; je conserve précieusement
cette petite herbe que mes copains envient beaucoup. Hier soir, nous
avons démoli 30 Boches, pas notre compagnie, mais le 1er bataillon.
Figure-toi que, dans le secteur du 1er bataillon, les tranchées se
touchent avec les Boches. Alors, un officier bavarois et 30 hommes ont
sauté dans la tranchée, la nuit; l'officier boche est rentré dans une
cabane occupée par les marsouins et a tué d'un coup de revolver un de
ceux-ci; alors, le caporal l'a enfilé comme une crêpe. Ensuite les
marsouins ont entièrement massacré les 30 Boches, aucun prisonnier.
Furieux, les Boches ont voulu attaquer et ont encore reçu une pile; pour
se venger, ils ont bombardé un village voisin toute la nuit; nous, on
roupillait comme des Suisses; on est habitué à cette comédie, tu dois
t'en douter.

...Ce soir, nous remontons aux tranchées, nous avons ordre de crier à
notre tour: vive l'Italie! et de chanter la _Marseillaise_; ça, c'est
pas la paix, mais enfin, ça fait un peu de changement. Ne te fais pas de
mousse avec cela, dors tranquille....

...Notre secteur n'est pas mal placé, les Boches sont à environ 200
mètres de nous et seulement à 40 mètres des autres secteurs; nous sommes
cette fois en forêt, nous habitons à cinq par villa; c'est pas cher
comme loyer, nous avons un bail renouvelable tous les douze jours,
car nous restons quatre jours dans les tranchées; si tu voyais notre
cambuse, tu aurais le sourire: à la porte, il y a sculptures dans la
pierre blanche, car les tranchées sont creusées dans la pierre; il y a
la tête de la République et je t'assure que l'artiste du 43e Colonial
qui l'a faite n'est pas un apprenti; en dessous est écrit: «Vive la
République démocratique et sociale»; en plus, de l'autre côté, également
dans la pierre, est inscrit: «Villa des cocus». Donc, ton fils habite
«Villa des cocus». Ça sent la guerre, hein, à plein nez et je vois
Valentine sourire. Nous ne sommes pas mal logés, pour le prix, on ne
peut pas crier, on ne peut pas se plaindre....

Ce matin, pour venir, qu'est-ce que nous avons pris comme bain de pieds:
il était tombé de l'eau toute la nuit, et nous en avions jusqu'aux
genoux, nous étions dans la joie, car plus nous sommes dans la
mouise plus nous avons le sourire. Tu vois, voilà les Poilus de la
République...

DEVLAEMINCK.



_Lettre écrite par Augustin DOUNET, 81e Colonial, tombé au champ
d'honneur._

4 Juin.

Bien chers amis M. et Mme Gelin,

Je ne saurais trop dans quelle idée j'écrirai cette lettre. Que
devez-vous penser de ce soldat qui venait parfois se faire payer toutes
sortes de gâteries pendant les longues journées d'hiver. Que vos
caresses et belles paroles lui faisaient oublier les jours de guerre.
En effet, c'était plus la guerre que de vivre auprès de vous, mais le
bonheur. Croyez-vous qu'il vous a oubliés? Non. Tous les jours j'y
pense, à ces soirées récréatives, et voudrais pouvoir vous dédommager
de tant de peine. Mais maintenant, malgré ma bonne foi, je ne peux vous
être agréable que par ma lettre. Ça fait rien. Il faut espérer que cette
guerre ne durera pas longtemps maintenant et qu'après tant de peine on
pourra se revoir contents et glorieux de notre dévouement. C'est pour
vous que je parle, car nous autres, c'est rien en comparaison de ce que
vous fîtes pour nous.

Avant de finir, laissez-moi vous parler un peu du paysage pour
changer les idées. On ne peut pas toujours parler de la terreur qui
malheureusement court toutes les langues européennes. Nous avons passé
en arrière pour prendre un peu de repos, dont je pense avoir envoyé un
mot à mes dévoués amis. Mais tout marche à merveille. Tout le monde
travaille et avec entrain. Aussi pas de terre inerte. Les récoltes sont
élégantes et semblent vouloir fructifier. C'est beau que de voir la
terre couverte d'une verdure qui pousse, et dans notre passage semble
nous dire: défends-toi et le sol te nourrira. C'est beau pour moi de
voir que le coeur des Français n'oublie pas leurs braves soldats et
s'efforce pour faire le travail de leurs chers qui pour le moment sont
au service commun. Les grands arbres qui couvrent la route nous donnent
une fraîcheur exquise pendant le cours des marches militaires: au-dessus
viennent lancer leurs joyeuses chansons les petits oiseaux. C'est beau
le pays à cette belle saison du printemps. Les belles prairies qui vont
nous donner leur fourrage nous embaument par leurs charmantes fleurs
qui bornent la route. Rien n'est à comparer à notre sol français. On y
trouve de tout. Aussi les Boches voulaient s'en emparer, mais trop tard,
maintenant ils peuvent repartir chez eux. Nous n'en voulons plus de
leurs tableaux sur notre terre sacrée, terrain que nos pères ont su
conserver et que nous sommes appelés à défendre.

Il paraît qu'il s'est livré un gros combat naval. Peut-être sera-t-il
une bonne preuve d'épuisement de cette terrible nation qui croyait nous
anéantir sans reprendre, aussi l'a-t-on surnommée l'Aigle; quant à
présent, c'est plus qu'un vautour. Dans tous les cas, vivement que ça
finisse pour revoir tous ces braves qui ont su se dévouer et surtout
faire patienter les braves soldats. Grâce à leur savoir viendra le jour
où nous serons vainqueurs, et rentrant dans leurs foyers pourrons revoir
ces braves, les félicitant, les remerciant de leur dévouement qu'ils ont
su nous inspirer.

En attendant ce jour, recevez, mes braves amis, les plus grands
souvenirs et le gage de la plus profonde amitié.

AUGUSTIN.



_Lettre écrite par Marcel DUCREUX, engagé volontaire au 4e Régiment
mixte de Zouaves, tombé an champ d'honneur._

Fin Décembre 1914.

Mes chers parents,

Accroupi dans la paille d'une modeste maisonnette de village, un sac en
manière de pupitre, je suis heureux de pouvoir vous envoyer mes voeux de
bonne année, s'il est possible qu'en les circonstances actuelles l'année
1915 soit pour quelques-uns pas trop douloureuse.

Ces voeux sont aussi les vôtres et un peu ceux de tout le monde, ils se
trouvent confondus en un seul espoir, celui de se trouver réunis, en
bonne santé, au grand jour de la Victoire française définitive.

Le général Joffre a lancé à tous ses soldats une proclamation dans
laquelle il fait savoir que, pour en terminer avec la situation présente
et chasser les Allemands de notre sol, un grand coup reste à frapper et
que pour cela il compte sur tous.

Tenons-nous donc prêts pour ce sublime assaut libérateur.

En ce qui me concerne, mes chers parents, sachez que ni l'énergie, ni la
notion du devoir ne me feront défaut et qu'à quelque prix que ce soit,
je serai ce que vous m'avez appris à être, un bon Français et un homme
de coeur.

Mon cher Papa, ma chère Maman, mes chères petites Soeurs, recevez les
baisers remplis d'effusion de votre petit soldat bien-aimé.

Marcel DUCREUX.



_Lettre écrite par Henri-Rémy DUHEM, 147e Régiment d'Infanterie, tombé
au champ d'honneur, à l'assaut des Eparges, le 20 Juin 1915._

18 Juin 1915.

Cher Papa, chère Maman,

Je suis arrivé au but. Ma pensée est uniquement occupée de vos souvenirs
que je savoure seul silencieusement aux instants rares de répit et qui
reviennent vifs comme la réalité présente.

Malgré l'éloignement matériel, je sens plus que jamais que notre coeur
bat identiquement, que notre cerveau fonctionne identiquement, que nos
nerfs et notre sang ne font qu'un. Oui, nous sommes philosophes.

Je suis soumis à des forces majeures éventuelles, je les connais; si
elles se présentent je les accepterai. Mais mon énergie n'en est pas
moins toujours tendue, prête à tenir tête aux événements.

J'accepterai sans sourciller l'inévitable.

Intéressez-vous à quelqu'un qui le mérite et rattachez-vous à l'Art.

Rémy DUHEM.



_Lettre écrite par le Sergent A. DURAND, 68e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur._

Ma chère petite Femme,

Mes chers petits Enfants,

Au cas où Dieu voudrait qu'une balle meurtrière vienne me ravir à
l'affection de ma chère Marguerite, de mes enfants chéris, de mes
parents bien-aimés, tous vous trouverez une consolation en sachant que
la mort m'a surpris prêt à faire le grand voyage et que du haut du
ciel, où j'espère vous retrouver, mes prières remplaceront tout ce que
j'aurais pu faire pour vous ici-bas.

Pour toi, ma chère petite femme, ta vie est brisée! Hélas! nos beaux
jours ont été courts et peu nombreux et tu ne doutes pas que c'est pour
moi un cruel crève-coeur que de penser que peut-être je ne vous verrai
plus.

Mais quand même je veux agir en Français, en chrétien et en père de
famille, en faisant mon devoir. Si donc la mort me frappe, mon dernier
baiser, mon dernier soupir, seront pour toi, ma chère petite femme, mes
petits enfants et mes parents.

Ma chère Marguerite, tu trouveras une précieuse consolation et un fidèle
souvenir en ces enfants charmants, Jeanne et Maurice. Apprends-leur le
souvenir de leur père qui les aimait à la folie. Enseigne-leur l'amour
de Dieu, l'amour du travail, fais-leur donner une bonne éducation, en un
mot, fais-en un bon fils, une bonne ménagère.

Conservez donc mon souvenir, mes Chéris, et soyez persuadés que, quoi
qu'il arrive, je pense toujours à vous tous et que je ne veux pas me
sacrifier inutilement, n'oubliant pas que j'ai une femme et des enfants,
mais que si Dieu le veut et que le devoir m'appelle je me conduirai en
soldat.

Au revoir, ma petite femme adorée, tu fus sans cesse l'objet de mes
soucis, j'emporte ton amitié qui n'a que grandi pendant la longue et
cruelle séparation que nous a imposée cette guerre.

Vous embrasse tous bien tendrement, une dernière fois peut-être.

Au revoir, mes chers parents. Prenez ma place et secondez ma chère
Marguerite.

A. DURAND.



_Lettre écrite par Maurice DUTHU, 109e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur le 14 Juin 1917.

Après la soupe, j'avais commencé à vous faire réponse, installé dans les
bureaux de la Compagnie de Béthune, fosse 6. Je ne sais si nous avons
été repérés par un avion, toujours est-il qu'au moment où j'écrivais,
arrive, gratis et franco, un obus dans la cour; un éclat traverse le
vitrage de la salle où j'étais--merci!--et vient jusqu'à mes pieds après
avoir descendu toutes les vitres dans un fracas épouvantable. J'ai eu
juste le temps de me baisser assez pour ne pas être criblé de verre;
je l'ai échappé belle cette fois encore. Heureusement que je tenais ma
lettre à la main; ç'aurait été une belle feuille de papier perdue....

Maurice DUTHU.



_Lettre écrite par le Lieutenant Jacques EBENER, 112e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 19 Janvier 1917._

Ma chère Maman,

Le jour où tu liras ces mots, je ne serai plus de ce monde. Tante Marie,
qui a toujours été si affectueuse pour moi, se chargera de te les faire
parvenir.

...Voilà, ma chère maman, ce que j'avais à te dire et maintenant que je
suis disparu, tombé glorieusement pour mon pays, je te demande autre
chose: ne pleure pas ma mort, elle est la plus belle de toutes et, sous
ton voile noir, tu auras le droit de lever fièrement la tête; et puis,
qu'est-ce que la vie? Dans quelques années, tes souffrances seront
finies et tu viendras me rejoindre dans l'au delà où le mal n'existe
plus. Là, nous serons réunis, j'en suis sûr, car je t'ai trop aimée pour
que nous ne soyions pas réunis un jour pour jamais en quelque essence
supérieure qui vivra dans une béatitude éternelle. Dis-toi cela, ma
chère mère, et cela t'aidera, pendant le temps qui te reste d'existence
terrestre, à supporter ta douleur comme la supportaient les mères
spartiates et romaines. Donner son fils à la Patrie, quand cette Patrie
est la France, qu'y a-t-il de plus beau pour une mère?



_Lettre écrite à sa mère par le Sous-Lieutenant Raymond D'ESCLAIBES
D'HUST, 17e Bataillon de Chasseurs à pied, mort au champ d'honneur, le 3
Septembre 1916, devant Barleux._

1er Mars 1916.

Voici donc arrivé le jour fatal qui devait confirmer ce que tous deux
pensions sans oser nous le dire, tant les paroles en eussent été
cruelles; notre cher disparu, mon père bien-aimé, nous a quittés et nous
ne le reverrons jamais. Dieu lui a réservé la plus belle récompense, la
mort en héros, face à l'ennemi, et il n'est pas de doute possible qu'il
ait pris avec lui cette âme d'élite à tous points de vue. Mais pour nous
quelle affreuse réalité!... Je ne puis me figurer notre malheur, je ne
puis envisager notre vie complètement sans lui, quoique la longue et
pénible attente ait distillé peu à peu notre souffrance. Ce n'est qu'à
la fin de cette guerre que nous la sentirons complètement. Quand nous
serons tous deux seuls, combien sa présence nous manquera! La guerre
est une phase de l'existence pendant laquelle les nerfs se tendent plus
qu'ils ne le peuvent, mais quelle détresse terrible quand la réalité
sera là! Il faut avoir notre état d'esprit actuel, qui nous fait
considérer la mort comme la réalisation de nos plus beaux rêves de
gloire, et la séparation d'avec les nôtres comme un sacrifice nécessaire
au salut de notre chère Patrie, pour que ce coup ne nous frappe pas avec
une violence plus grande encore et que nous puissions le supporter. Cher
père! Quel exemple pour moi! Jamais je ne serai seulement à la cheville
de cette magnifique nature que je respectais comme celle d'un parfait
chrétien et d'un Français digne de son nom glorieux.



_Dernière lettre du Lieutenant Marcel ETEVE, tué le 20 Juillet 1916._

19 Juillet.

Je suis retourné cet après-midi jeter un coup d'oeil sur le chaos des
entonnoirs avoisinants: je ne reviens pas sur l'impression causée.
Puis, des banquettes de notre tranchée, je regarde à la jumelle les
éclatements sur les bois, les villages et les châteaux que tiennent les
Boches. C'est épouvantable. Le beau temps semble aujourd'hui revenu, et
notre artillerie lourde en profite pour faire ce qu'on appelle du beau
travail. Quelles énormes colonnes de fumée noire, avec des éclatements
en boule blanche! Quelquefois, un panache de fumée noire, comme une
éruption de volcan. Les Boches ne doivent pas être à la noce. Et de
derrière nos premières lignes partent aussi des torpilles. C'est la
danse complète. Il faut s'en réjouir. Mais c'est toutefois un spectacle
peu à l'honneur de l'homme.

Et nos pauvres villages qu'on est forcé de détruire de fond en comble
pour les reprendre, et encore avec peine....

Pour me distraire de tout ce que je vois, j'ai lu hier soir, dans ma
niche, _Le Roi Lear_, que j'ai trouvé traînant par là. Cela me rappelle
un bon temps déjà loin, une belle soirée chez Antoine....

J'ai eu surtout hier, pour me mettre du baume au coeur, ta bonne lettre,
avec ton joli jasmin: merci, la maman. Nous manquons de fleurs ici: sur
le plateau, on ne voit comme floraison que, de loin en loin, émergeant
du chaos d'entonnoirs, des piquets à fils de fer boches, à forme de
tire-bouchons: c'est assez joli....

Et les communiqués sont bons.

Espérons, et aimons-nous fort, fort....



_Lettre écrite la veille de sa mort par Prosper FADHUILE,
Sous-Lieutenant au 29e Bataillon de Chasseurs à pied._

Maman chérie,

Je suis redescendu, hier, des premières lignes, où nous sommes restés
cinq jours, devant le fort de Vaux.

Le bataillon a été superbe de courage et, pour ma part, je n'ai pas une
égratignure.

Ce soir, deux compagnies choisies remontent pour attaquer par surprise;
j'ai été choisi pour mener aussi la danse avec les meilleurs chasseurs
du bataillon.

L'affaire promet d'être chaude, mais intéressante; c'est pourquoi je
suis fier et content d'en être.

Néanmoins, je laisse cette lettre à un de mes camarades, le lieutenant
Guillaume, qui te la ferait parvenir si je ne redescendais pas.

Maman chérie, j'ai beaucoup d'espoir et je compte que mon étoile ne
pâlira pas ce soir. Mais, si je tombe, soyez certains que j'aurai fait
tout mon devoir de chasseur.

Si, au dernier moment, quelques minutes me restent encore pour vous, je
t'enverrai mes plus doux baisers. L'image de ma maman sera là pour me
consoler; celle de mon père et de mes frères chéris pour me donner la
force de mourir le sourire aux lèvres, trop heureux de tomber pour vous.
Dans un long baiser à tous je vous dirai adieu.

P. FADHUILE.

_P.-S._--Ma chère maman, il ne faut pas pleurer, ce serait mal; il faut
être courageuse pour mon papa et mes frères.



_Lettre écrite sur son lit d'hôpital par Géo FARRET, Soldat de 1re
classe, quelques jours avant sa mort._

Limoges, mardi 15 Septembre 1914.

Chers Parents,

C'est ici que j'ai échoué après avoir passé quarante-huit heures dans le
train.

Bien content d'arriver la nuit dernière. Je suis dans un hôpital
aménagé, selon les circonstances, dans une ancienne caserne.

Je n'y serai point mal.

Les voisins de lit sont Parisiens et l'on cause et l'on rit.

Admirablement bien soignés par docteurs et dames de la Croix-Rouge.
C'est heureux que je suis ici pour assez longtemps.

J'ai la jambe droite assez abîmée par un éclat d'obus et une légère
blessure au bras droit.

Ne vous inquiétez pas, que ce soit long ou court, que ce soit douloureux
ou non, il y en a tellement qui y laissaient leur peau!

Et puis, si je souffre, je suis content que ce soit pour quelque chose
qui mérite qu'on lui sacrifie tout.

Tous mes amis et camarades de la compagnie étaient jeudi matin morts ou
blessés, je ne sais. Le 72e est très décimé (11e compagnie, il restait
70 hommes sur 250).

Soyez heureux au moins de la certitude que vous avez maintenant. Je vous
embrasse de tout coeur, papa, maman, Jacques.

N'oubliez pas d'embrasser pour moi bonne tante, tante Aimée et tous les
Maufroy.

Géo FARRET.



_Lettre du Sergent FILIPPINI, Pierre, 7e Régiment d'Infanterie, 7e
Compagnie, tombé au champ d'honneur, le 25 Septembre 1915, à l'âge de 19
ans._

Mon cher Henri,

Excuse-moi de ne pas t'avoir écrit plus tôt, mais toujours j'attendais
de tes nouvelles et c'est par mon frère que j'apprends que tu venais
d'être malade.

D'après ce que mon frère m'écrit, j'ai cru comprendre, pardonne-moi si
je me trompe, que la question physique n'était pas la seule cause de ta
maladie. Je me permets de te dire cela, mon cher petit Henri, parce
que je crois être assez lié avec toi pour te le dire sans crainte de
paraître indiscret. Si, par hasard, tu as quelque chose qui te pèse sur
le coeur, dis-le-moi, je serais très heureux de pouvoir te réconforter;
ce ne seront pas des conseils d'un homme que je te donnerai, mais ceux
d'un jeune homme à qui la vie vient de se dévoiler sous un autre
jour. J'ai souffert, depuis que j'ai quitté Bordeaux, physiquement et
moralement et même oserai-je dire sans fanfaronnade plus que tu le peux
chez toi, près des tiens. J'ai connu les affres de la faim, du froid et
de la mort. J'ai vu sept de mes camarades réduits en bouillie près de
moi, je me suis vu deux fois enterré et à moitié asphyxié. J'en sors
indemne, c'est un miracle, et pourtant moralement et physiquement je ne
me suis jamais si bien porté. Pourquoi? Parce que je suis heureux de
faire mon devoir, parce que je sais que je deviens meilleur et que
maintenant je suis mon maître.

Te souviens-tu de cette dissertation française de Monsieur Gain dans
laquelle étaient cités ces beaux vers de Musset:

  «L'honneur est un apprenti, la douleur est son maître.
  Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.»

Nous les avons analysés ensemble à l'époque où nous étions réellement
heureux et souvent maintenant dans la dure épreuve je me les rappelle et
toujours ils me réconfortent. Oui, mon pauvre vieux, j'ai souffert et
souvent le découragement et la maladie auraient pu s'emparer de moi,
mais je ne suis pas seul, je suis gradé et moi, encore enfant, je suis
responsable à tous les points de vue de l'existence de cinquante hommes,
malheureusement presque tous pères de famille. C'est pour cela que je
suis fort et que la maladie n'aura pas de prise sur moi.

Il en est de même pour toi, ne te décourage pas et continue tes études
jusqu'à l'heure où la France t'appellera d'elle-même pour la servir.
Je ne veux pas dire par là de délaisser les plaisirs, non, loin de là,
chaque chose a son temps.

Depuis que je t'ai écrit, j'ai voyagé; j'ai traversé la France et j'ai
vu presque tout le front. Je suis parti de la Marne, je suis allé à
Paris, j'ai été dans l'Oise, à côté de Soissons; j'ai été à l'attaque
du saillant de Quennevière. Je suis allé dans la Somme, dans le
Pas-de-Calais, du côté d'Arras, et me voilà de nouveau dans la Marne. Eh
bien, j'ai toujours été d'égale humeur, aussi gai le jour où j'ai pris
le boyau de Quennevière que le jour où j'étais à l'arrière, à côté
d'Amiens, à m'amuser avec des camarades. Tu vois que ce n'est qu'une
affaire de volonté et celui qui veut peut.

Tu n'as qu'à réagir, mon cher Henri, et si tu as quelque chose,
dis-le-moi, tu me feras plaisir.

Avec toute l'affection que j'ai pour toi, ton camarade qui t'aime bien.
Ecris-moi vite. Je suis proposé pour sous-lieutenant.

Ton vieux,

P.-A. FILIPPINI.



_Lettre écrite par Guy DE BOYER DE FONS-COLOMBE, 303e Régiment
d'Infanterie, tombé à l'attaque de Vermandouillers, le 4 Septembre
1916._

3 Septembre 1916.

Ma chère petite Maman,

Hélas! vous pleurerez en lisant ces lignes: votre fils sera mort pour
la France, Dieu l'aura voulu ainsi et sûrement pour son bien. Ma chère
maman, je veux une dernière fois vous écrire combien je vous aime; mon
grand chagrin en pensant à ma mort est de penser à votre peine, pauvre
chère maman; je ne serai plus là pour soutenir tant d'espérances, mais
je serai là-haut auprès de mon père et nous nous retrouverons. La
vie éternelle est tout! Je sais combien votre magnifique foi vous
soutiendra. Enfin, je serai mort en plein combat, après avoir reconquis
un peu de notre sol de France; on ne peut envier une plus belle mort; je
vous supplie de conserver votre courage. Dieu n'éprouve que ceux qu'il
aime et au milieu de vos enfants et de vos petits-enfants vous revivrez
en les regardant vivre.

Priez pour moi, chère petite maman; je n'ai pas besoin de vous parler
ainsi, vous m'avez donné le grand exemple de la religion et je vous en
remercie. Dieu vous dispensera la force. Que je regrette, à la veille de
l'attaque, de ne pouvoir vous embrasser une dernière fois, vous redire
l'immensité de ma tendresse. J'aurais été si heureux d'essayer de vous
rendre encore un peu heureuse en vivant une vie qui vous eût plu.
J'embrasse avec toutes les forces de mon coeur mes frères et mes
soeurs pour lesquels j'ai une telle affection; que tous se souviennent
quelquefois du petit frère. Que l'on parle de lui. Au revoir, adieu,
chère petite maman chérie. Si je continuais, je pleurerais peut-être et
sous le canon on ne pleure pas....

...Je vous embrasse, ma mère chérie, merci de la tendresse de votre
coeur pour moi, merci de m'avoir tant aimé.

GUY.



_Lettre écrite par le Lieutenant Henri FOURNIER, 176e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 13 Août 1915._

Mes chers Parents,

Nous embarquons ce soir pour les Dardanelles; je vous écris ces mots à
la hâte car je n'ai pas une minute. Nous allons vraisemblablement à
un sérieux coup de torchon. Si j'en réchappe, et je l'espère, je me
dépêcherai de vous donner de mes nouvelles.

Je vous embrasse tous du fond du coeur et espère vous revoir bientôt. Si
je ne reviens pas, acceptez mon sacrifice avec un coeur fort, en vous
disant que je ne regrette rien et que je serai content de pouvoir donner
ma vie pour mon pays, heureux surtout si nous avons la victoire.

Je vous demande pardon de vous causer peut-être de la peine en vous
écrivant ces lignes, mais l'instant est critique.

Je ne vous en dis pas plus. Ayez confiance quand même et croyez que je
reste malgré tout confiant dans le succès final.

Encore une fois, mille et mille baisers de votre fils qui vous aime.

HENRI.



_Poème contenu dans la dernière lettre de Gabriel-Tristan FRANCONI,
tombé au champ d'honneur le 23 Juillet 1918._

17 Juillet 1918.

PRIÈRE A LA FRANÇAISE

  Le poing brisé d'avoir frappé l'envahisseur,
  Permets que poursuivi par l'invincible mort,
  De mon exil sonore, amante aux chairs perdues,
  Je rêve aux soirs heureux où j'encerclais, vainqueur,
  Et ne pressentant pas mon misérable sort,
  En mes bras fortunés, ta jeunesse éperdue.

  Vous aussi, notre mère, enclose en la maison
  D'où jadis s'envolaient nos désirs d'hirondelle;
  Toi, la plus tendre amie, aussi franche que belle;
  Vous, la femme inconnue et pourtant désirée,
  Anges éblouissants, Françaises adorées,
  Recueillez les soldats épuisés sous vos ailes.

  Ton orage implacable énerve l'horizon.

  Quand la vapeur de soufre et les éclairs de flamme
  Calcineront ce coeur qui vous a tant aimées,
  Qu'il repose à jamais sur vos seins frémissants.
  Ne laissez pas la boue ensevelir nos âmes.
  Il serait dur qu'en vain fût versé notre sang,
  Veuillez le recevoir en vos mains parfumées.

Gabriel-Tristan FRANCONI.



_Lettre écrite par FRAYSSE, 7e Colonial, tombé au champ d'honneur._

Le 25 Juin 1916.

Bien chers Amis,

Voici le moment arrivé où tout bon Français doit faire voir qu'il a du
coeur. On croit qu'il y aura bientôt une offensive, moi, je n'en sais
rien. Mais, par mesure de prudence, je viens vous adresser mes meilleurs
souvenirs, vous remercier de tout le dévouement que vous avez bien voulu
me montrer, vous souhaitant une bonne santé, une vieillesse heureuse.
Nous allons peut-être courir la chance. Mais si la Providence veut que
nous ne nous revoyions, ça va sans dire que mon amitié vivra toujours
avec vous. Et une fois ce massacre terminé, je serai content de refaire
une petite promenade pour oublier les dangers que nous aurons dû courir.

Recevez, Monsieur et Madame, la plus chère amitié d'un soldat qui vous
aime.

FRAYSSE.



_Lettre écrite par Fernand FROIDEFON, Aspirant au 2e Zouaves, mort au
champ d'honneur._

Chère petite Maman,

Je suis parti en bon petit Français m'acquitter d'une dette sacrée et
remplir jusqu'au bout avec calme ce devoir pour lequel tombent depuis
tantôt neuf mois les meilleurs fils de notre belle Patrie.

Il faut libérer notre sol, il faut effacer à jamais de notre glorieuse
histoire une souillure, il faut garder française la terre de nos morts,
il faut préparer à une France nouvelle une ère de paix, il faut libérer
à jamais les foyers de chez nous d'une guerre et il faut empêcher qu'un
semblable cataclysme vienne encore dans quelques années déchirer des
millions de coeurs et faire revivre ces heures affreuses; c'est dans ce
but, petite mère, que j'ai voulu être officier français et c'est pour
cet idéal que j'ai fait le sacrifice de mes vingt ans.

Puisque tu lis cette lettre, je suis tombé en brave et vers ma chère
maison, vers la tombe de papa, mes dernières pensées se sont envolées.

Pauvre mère, ton coeur déjà torturé reçoit un nouveau coup, mais je te
sais vaillante et forte; tu sauras trouver l'énergie nécessaire pour
surmonter tes terribles épreuves dans la pensée que, plus heureuse,
malgré tout, que beaucoup de mères françaises, il te reste un fils à
élever, qui te donnera la satisfaction que tu dois attendre de lui.

Et toi, mon cher Emile,

Je te recommande maman, tu seras son soutien; c'est pour toi aussi que
j'accepte volontiers le sacrifice, afin que ta vie soit tranquille et
heureuse, que tu aies le bonheur qui ne m'est pas réservé de fonder
un foyer; tu profiteras de tous les instants de ton existence en
persévérant dans le droit chemin et en cherchant à travers toutes les
épreuves ta satisfaction dans le bien.

Tu te souviendras de ton aîné, du petit officier de zouaves qui ne
reviendra plus et tu associeras ma mémoire à celle de notre cher père;
je revivrai ainsi en toi tant que durera cet hommage.

Chère Maman, Emile,

Je ne vous demande pas de ne pas me pleurer, je vous interdirais la
seule consolation qui vous reste; mais sachez conserver de la modération
dans votre peine; notre deuil récent et terrible nous a montré à tous
le peu de prix qu'il convient d'attacher à la vie et il n'est pas sans
noblesse de dévouer la sienne à un idéal.

Adieu donc.

Bonnes et affectueuses caresses de votre fils et frère qui vous a
toujours aimés du plus profond de son être, plus que lui-même et que
tout.

Fernand FROIDEFON.



_Paroles prononcées par un pupille de l'Assistance Publique, sur le
champ de bataille, quelques secondes avant sa mort:_

«Ecrivez à Monsieur Mesureur que G... est mort à Verdun, qu'il est perdu
dans un grand champ de bataille comme un jour il fut trouvé dans la
rue.»



CERTIFICAT DE M. LE DIRECTEUR DE L'ASSISTANCE PUBLIQUE

_Vous m'avez demandé d'attester l'authenticité des dernières paroles
prononcées par mon pupille G..., tombé au champ d'honneur le 22 mai
1916.

Je m'empresse de vous adresser copie exacte de la lettre par laquelle le
Lieutenant VOISIN, du 36e Régiment d'Infanterie, me les a rapportées:_


_«J'avais toujours pensé, mais le temps m'avait manqué jusqu'alors,
à vous entretenir des dernières paroles du jeune G..., un de mes
excellents petits soldats et l'un de vos assistés. Il a été tué à
Verdun, le 22 mai 1916, à l'attaque de la forteresse de Douaumont; il
est resté avant le boyau de Vigouroux, notre objectif.

«En revisant mes notes de campagne, je retrouve le passage de sa mort
et ses derniers mots. Je me fais donc un devoir, et c'est pour moi un
honneur, de porter à votre connaissance la phrase ci-dessous que j'ai
recueillie sur le champ de bataille:

«Ecrivez à M. Mesureur que G... est mort à Verdun, qu'il est perdu dans
un grand champ de bataille comme un jour il fut trouvé dans la rue.»

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération
distinguée._

  Le Directeur
  de l'Administration Générale
  de l'Assistance Publique:

Louis MOURIER.



_Lettre écrite par le Sergent Auguste GARROT, aîné de quinze enfants,
158e Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 6 Avril 1916._

Mes chers Parents,

Si le grand malheur arrive, soyez forts pour le supporter; vous saurez
que votre fils est tombé d'une mort glorieuse, face à l'ennemi.

C'est vous que j'ai défendus, mes chers parents, c'est ma Patrie, c'est
la grande République, une et indivisible.

Grâce au sang versé naîtra la paix dont mes frères jouiront. J'étais
l'aîné, il était juste que je les défende; ils ne connaîtront jamais,
heureusement, les horreurs de la guerre.

Père, tu peux être sûr que ton fils n'aura pas eu une minute de
défaillance.

Oh! papa, maman, et vous tous mes frères et soeurs, jusqu'au bout
j'aurai eu vos noms sur mes lèvres.

Adieu. Vive la France!

Auguste GARROT.



_Lettre écrite par GAUDARD, quelques mois avant de tomber au champ
d'honneur, dans l'Aisne._

Hagiang, 7 Mars 1915.

  Chef de l'atelier de l'Artillerie
  HAGIANG (Tonkin)

Mon cher Edmond,

J'ai à Sontay reçu ta lettre et n'y ai pas répondu plus tôt parce que je
pensais être rapatrié pour pouvoir prendre part à la guerre. Hélas! le
sort m'est contraire et je dois rester à la frontière de Chine pendant
qu'en France on se bat tout le long de celles du Nord et de l'Est. Et je
ne suis pas seul dans mon cas. Ce n'est vraiment pas gai de se trouver,
après vingt ans passés de service, à quatre mille lieues de son pays
pendant que celui-ci a besoin de défenseurs. Or, je croyais pouvoir
prétendre me rendre quelque peu utile, mais le sort et le commandement
en décident autrement! Alors, il faut obéir, c'est dur en
l'occurrence!!!

Encore une fois avons-nous la chance de voir la Franche-Comté épargnée.

J'ai passé de bien mauvais moments en pensant à vous et vos familles
restés à Paris, au moment où ces brigands s'approchaient à marches
forcées de la capitale. Je revoyais possibles les horreurs et la famine
du siège précédent et je me figurais qu'à temps tu aurais rejoint
Etrappe pour éviter le péril que je vise ci-dessus; car il n'aurait pas
fallu songer à aller chez Julia, en cas de désastre, sa maison était
destinée à être abattue la toute première, de par sa situation au pied
du fort La Chaux; il aurait fallu au contraire qu'elle-même se réfugie
à Etrappe. Vous n'y auriez pas été grands seigneurs, ni les uns et les
autres, mais cela eût mieux valu que rester à Paris.

As-tu eu des nouvelles du gamin? Je suppose que oui. Toutefois, il est
possible que, fait prisonnier, il ne lui soit pas possible de faire
savoir où il est.

Je sais que François est rentré à Sochaux, où il travaille aux
automobiles, que Daclin est en Alsace, qu'Edmond, d'Etrappe, est enrôlé.
On m'a annoncé la mort de plusieurs soldats de chez nous, la capture de
quelques autres. Et moi, mon cher frère, pendant ce temps, je ne fais
rien, ou du moins pas mon devoir de fils de Franche-Comté.

Je suppose que vous êtes en bonne santé. J'espère aussi que, malgré le
marasme des affaires, tu trouves à t'employer et ce, dans Paris même, en
raison du départ de tous les hommes ayant l'âge de prendre les armes.

Je ne sais quand j'écrirai de nouveau; si la chance voulait que je
rentre, je te ferais savoir mon arrivée en France depuis Marseille. Je
finis mon séjour le 22 Juin prochain. La guerre durera encore plus tard,
alors tant mieux pour moi, car j'y prendrai part. C'est, Edmond, mon
plus grand, mon seul désir. Si j'y reste, eh bien, vive la France!!!

Embrasse tout le monde pour celui qui est et restera l'onchot.

GAUDARD.



_Lettre écrite par le Maréchal des Logis Henri GAVARD, 21e Chasseurs à
cheval, tombé au champ d'honneur._

Ma bien chère petite Maman,

Sois courageuse et ne te laisse pas abattre par la triste nouvelle de ma
mort que je tiens à t'apprendre moi-même.

Oui, ma pauvre maman, comme tant d'autres, j'ai payé de mon sang mon
tribut à notre belle Patrie. Il est toujours terrible de perdre ses
enfants, mais songe combien tu peux être fière en pensant que tes deux
fils sont morts en défendant l'honneur et la grandeur de notre France.
Nous avons été à la peine: par toi qui dois nous survivre et qui vivras
nous serons à la Victoire. Ce sera, sois-en sûre, bien chère petite
maman, notre plus belle consolation.

Je demande à mon officier, Monsieur Carf, 21e Chasseurs à cheval, 128e
Division, S.P. 48, par ma lettre rédigée en même temps que celle-ci, de
te faire parvenir toutes mes affaires et de me faire enterrer, si c'est
possible, dans un cimetière. Tu pourras correspondre avec lui à ce
sujet.

Inutile d'annoncer ma mort à grand renfort de publicité, simplement,
tout simplement aux amis.

Sois forte, ne te laisse pas décourager par ma disparition et vis pour
le souvenir de tes deux fils.

Par l'au delà, si la vie se poursuit, nous nous retrouverons un jour. En
attendant, je te donne, pour la dernière fois ici-bas, mes plus tendres,
mes plus affectueux, mes plus reconnaissants baisers.

Au revoir à tous.

Ton HENRI.



_Lettre écrite par le Lieutenant observateur MARTIN DE GIBERGUES, tombé
au champ d'honneur, dans un combat aérien, le 5 Mai 1917._

...Si, les ailes brisées un jour dans le ciel bleu, je retombe sur la
terre en retournant à Dieu, que ces lignes apportent à ma mère et à mon
père les pensées dernières, les désirs, les rêves suprêmes de leur fils
tant aimé!

Dès que l'avion mortellement blessé refusera tout travail, dès que
l'accomplissement de ma mission sera impossible et ma tâche sur terre
terminée, dès que la chute se précipitera, à quelques mètres à peine
au-dessus du vacarme de la bataille, une paix infinie depuis longtemps
attendue m'envahira et je la chanterai de toute mon âme: _Gloria in
excelsis Deo!..._ Oh! ces quelques secondes devant la souffrance et la
mort, dont le monde a une telle horreur qu'il essaiera de les cacher
comme abominables, vous les bénissez avec moi: elles sont une faveur du
juge souverain.

A mesure que mon corps frissonnant s'approchera du sol, mon âme
remontera plus légère à des hauteurs inconnues, la séparation se fera
victorieuse.

Ce sera le _Magnificat_ complet: la prière d'adoration au seul Dieu
grand et miséricordieux, la prière d'action de grâce pour ce qui m'a été
donné avec tant de largesse de tous côtés, la prière d'expiation plus
pour ce que j'ai omis que pour ce que j'ai fait; et puis l'appel
suppliant qui ne peut pas ne pas être exaucé, demandant la vie
éternelle, la force et la consolation pour ceux que je laisserai, la
miséricorde et la gloire pour la France bien-aimée, l'arrivée du règne
de Dieu, _Adveniat regnum tuum_.

Cette prière sera toute mêlée de vous, mes parents bien-aimés, car je
l'ai apprise de vous par vingt-huit années de parole et d'exemple.

Elle sera calme et douce malgré les apparences, elle respirera la
confiance et la paix.



_Lettre écrite par le Soldat GLATIGNY, 301e d'Infanterie, tombé au champ
d'honneur._

21 Octobre 1914.

Mes chers Parents,

Enfin! j'ai sur moi vos deux photographies! Elles me sont arrivées ce
matin et ont rempli mon coeur de joie et mes yeux de larmes. J'aurai
ainsi--toutes les fois que je le pourrai--devant moi mes bons parents
que j'aime tant et un coin du cadre où s'est déroulé le meilleur de ma
vie: le jardin de Brezolles, les fenêtres du cabinet de papa et celles
de votre chambre à coucher.

Je ne crois pas que maman m'ait jamais fait plus grand plaisir.

Je vous écris de bonne heure, ce matin, car il faut absolument que je
vous écrive aujourd'hui. Voici pourquoi. Nous sommes en toute première
ligne. A 200 mètres environ, nous devinons les tranchées allemandes. Le
général croit savoir que certaines de ces tranchées sont abandonnées. Il
faut s'en rendre compte. Des hommes de bonne volonté ont été demandés
pour cette mission assez périlleuse, mais très délicate. Deux se sont
présentés, dont moi. Prudemment et lentement, avançant à plat ventre,
dans une marche rampante, que nous faciliteront les gros arbres de la
forêt dans laquelle nous sommes, nous tâcherons d'aller jusqu'à ces
tranchées dont l'emplacement approximatif nous a été indiqué. Si nous
sommes reçus à coups de fusil, c'est que l'ennemi n'aura pas déguerpi,
et il faudra revenir si nous ne sommes pas atteints. Si nous allons
jusqu'au bout, le renseignement sera précieux et j'aurai rendu ainsi
quelque service.

Il est 10 heures 15. Un capitaine d'artillerie vient d'arriver à
nos tranchées pour causer avec nous. L'artillerie va tâcher de nous
faciliter l'exécution de notre mission. Son tir cessera à midi et demi,
et nous partirons à une heure un quart, suivis du regard, certes avec
anxiété, par nos camarades et nos officiers.

Et maintenant, ne me reprochez pas de m'être offert pour cette petite
expédition. Le devoir est différent pour chacun. J'estime que le mien me
commande cette conduite.

Avant de partir, je remettrai cette lettre à un ami. Si elle vous arrive
sans d'autres renseignements sur mon équipée, c'est que j'y serai resté.

Et maintenant, je vais manger une bouchée.


1 heure 10. L'heure du départ est sonnée. Je viens de regarder encore
vos photographies et de les embrasser, et maintenant je pars confiant et
résolu.

GLATIGNY.



_Lettre écrite par le Lieutenant Maurice GOBERT, 110e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 5 Octobre 1915, à Somme-Py._

Aux trois êtres qui me sont chers:

A ma mère, a mon epouse et a mon flls,

En cet instant suprême, à la veille de partir au feu, je vous réunis en
une même tendresse.

Si le destin cruel doit me séparer de vous, sachez bien que ma dernière
pensée sera pour vous. Soyez braves, demeurez bien Françaises en face de
l'adversité. Vous devez vivre encore pour mon fils. Lui, le cher petit,
ne souffrira sans doute pas beaucoup de ma disparition, il est de vous
trois le privilégié.

Toi, ma chère mère, tu supporteras avec courage cette dure épreuve.
Ensemble nous avons passé de cruels moments. Le sort semblait depuis
quelque temps nous être favorable. Si je dois te quitter, tu demeureras
pour venir de temps à autre me dire bonjour là-bas où sont déjà ceux qui
m'ont précédé. Tu auras la sublime consolation de songer que je suis
mort en faisant mon devoir, nimbé d'un peu de gloire.

Partage cette pensée, ma pauvre petite Marie. Il est encore bien tôt
pour que je t'abandonne, et j'aurais voulu vivre avec toi beaucoup
d'années de bonheur et d'amour. Maintenant que je suis disparu, tu
deviendras le seul soutien de notre chéri.

Pardonne-moi de ne pas vous laisser à tous une situation meilleure.
J'aurais voulu voir votre avenir assuré.

Lorsque ta douleur sera un peu calmée, mets-toi à la tâche, veille sur
lui comme je l'aurais fait avec toi.

Rappelle-lui bien que, dans la vie, le devoir est parfois pénible, mais
qu'il doit passer avant tout. Dis-lui, lorsqu'il sera en âge de le
comprendre, qu'il n'est dans la vie qu'un seul chemin, celui de la
vertu. Bien que je ne prétende nullement me poser en modèle, cite-lui
mon exemple, raconte-lui que je suis mort en bon Français et que, si la
Patrie le réclame, il doit suivre le même chemin que moi.

Allons, adieu. Tous trois, je vous embrasse mille et mille fois par la
pensée, en vous souhaitant une dernière fois beaucoup de courage.

Votre très affectueux

Maurice GOBERT.



_Lettre écrite par Léon-Pierre GRENIER, 140e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur, à Douaumont, le 19 Mars 1916._

Grenoble, le 18 Septembre 1915.

FIAT!!!

Mon très cher Joseph,

Ainsi que tu as dû l'apprendre brièvement, ma situation est changée et
me voilà à nouveau dans le service armé, prêt à endosser le sac et à
reprendre le «Lebel».

Je ne me plains pas, car Dieu m'a peut-être exaucé, car comme je le lui
ai souvent dit: j'aimerais mieux partir que de te voir partir maintenant
que tu es marié. Enfin, c'est sa volonté qui se manifeste et, comme ce
matin, je redis: «FIAT!»

Je pense quitter Grenoble lundi 20 courant, pour aller m'entraîner, car
je suis mobilisable depuis fin février 1914, ce qui me donne l'espoir de
partir au premier convoi; au 140e, cela va rondement.

Je pars plein de courage bien que j'aie le pressentiment que je n'en
reviendrai pas; cependant, avec quel courage plus grand encore j'y
serais allé si j'avais pu embrasser une dernière fois ceux que j'aime
... mais il n'y faut pas penser. Mais toi, cher Joseph, qui maintenant
jouis du tarif militaire, est-ce que tu ne pourrais pas venir me voir
avant mon départ? Si oui, fais-le, car je t'embrasserai doublement
de coeur pour maman et pour toi. Si cela est possible, dis-le-moi et
attends ma nouvelle adresse.

J'ai demandé plusieurs choses à maman, en outre le petit revolver de
poche; c'est une chose précieuse, car si l'on est désarmé ou si l'on a
perdu son fusil, si, blessé, vous vous voyez prêt à être achevé, une
arme petite, maniable, n'est pas de reste pour sa défense; les blessés
en ont tellement reconnu l'utilité que tous, ou presque, s'en munissent
avant de partir. Tâche de me le faire parvenir.

Je regrette de vous donner tant de tracas, et peut-être diras-tu que ma
personne ne vaut pas la peine de tant se tracasser pour elle; c'est vrai
et j'en conviens; aussi, faites comme vous voudrez.... Surtout, priez
un peu pour moi et, quoi qu'il arrive, sachez, que je vous ai toujours
aimés.

Je m'arrête car je deviens triste malgré moi, je t'embrasse de tout
coeur ainsi que ton épouse, que je regrette de ne pas avoir connue.

Ton frère qui t'aime,

PIERRE.



_Lettre écrite par Auguste GROENER, tombé au champ d'honneur le 4 Août
1918._

Ma chère Mère,

Montons ce soir pour attaquer. A Dieu vat! si je meurs face aux Boches.
Prends confiance, c'est pour la France et pour garder ta maison.

Adieu, derniers baisers.

GROENER.



_Lettre écrite à sa mère par le Lieutenant Henri GROS, 86e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, à Vermandovillers (Somme), le 17
Septembre 1916._

3 Septembre.

D'ici quelques jours, tu liras sur les journaux le récit de grands
événements. Tu seras fière de songer que ton fils y participe.

Je n'ai nulle crainte que le fardeau de mon commandement soit trop lourd
pour mes épaules. Je saurai en accepter les responsabilités et les
devoirs. D'ailleurs en moi, comme pour la plupart des officiers, il y a
deux hommes: le chef sérieux et juste et qui a plus que son âge; l'homme
privé souvent gosse et aimant à s'amuser. Ils savent tous deux rester à
leur place et ne pas empiéter sur leur domaine.

Mes meilleurs et mes plus tendres baisers.

HENRI.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant GUERIN, du 269e Régiment
d'Infanterie, mort au champ d'honneur quelques mois plus tard, aux
parents de son ami mort glorieusement quelques jours avant._

Cher Monsieur, chère Madame,

Aujourd'hui seulement je trouve le courage de vous écrire, après être
bien sûr que vous ayez appris la mort glorieuse de votre fils bien-aimé,
mon frère d'armes, mort comme je veux et espère mourir, en défendant le
sol sacré de notre France au nom du Droit, de la Civilisation et de la
Liberté.

Dans nos conversations amicales,--car, lorsque le service nous laissait
un instant, nous étions l'un près de l'autre, discutant la grande chose
que l'on puisse faire pour sa Patrie,--nous nous disions: «Quoi que nous
fassions, nous ne serons jamais aussi grands que ceux qui sont morts.»

Et, quand la bataille a été finie, mon premier devoir a été d'aller
fleurir sa tombe, et les larmes que j'ai versées ne sont pas seulement
des larmes de regret, mais d'admiration. Combien il m'a paru grand ce
noble et héroïque ami! Il m'a semblé qu'il me disait souriant: «Tu vois,
j'ai passé devant toi.»

Nous avions été cités à l'ordre du jour en accomplissant en Lorraine la
même action, fiers de posséder la première citation du 269e. Pourtant,
ce n'est pas la récompense qui fait la valeur de l'action. Et lorsque
nous rampions dans les blés remplis de morts et de mourants, au milieu
de nos ennemis, pour aller chercher une mitrailleuse, ce brave Lecomte,
Robert et moi, nous n'étions guidés que par le sentiment du devoir.

Plus tard, après avoir arrosé tous les deux de notre sang le sol de la
Patrie, le même sentiment nous a fait revenir, à peine guéris.

Et c'est ce même sentiment qui l'a fait mourir en héros. Nous savions
bien, avant la lutte, lui, Chanterel et moi, en nous faisant nos adieux,
les sacrifices qu'il fallait faire, c'est-à-dire risquer sa vie dix fois
plus que les hommes, être debout quand ils sont couchés, cible vivante
alors qu'ils sont abrités. Ce n'est pas que les hommes le comprennent,
Ils se disent, au contraire: «S'il n'était pas resté debout, il n'aurait
pas été touché». Ils ne se disent pas que s'il n'était pas resté debout,
eux n'auraient pu rester couchés.

Et voilà comment votre fils est tombé mortellement en montrant l'exemple
du plus beau des sacrifices.

Vous pouvez être fiers, cher Monsieur et chère Madame, de la mort
héroïque de votre fils. Sa gloire rejaillira sur vous et dans vos larmes
d'infini regret luira l'admiration du plus grand sacrifice consenti par
un père et une mère à la Patrie. Et aux pères et aux mères qui verront
leurs fils couverts de gloire et de lauriers, vous pourrez fournir
l'argument indéniable: «Le mien a fait plus, il a donné sa vie.»

Vous me pardonnerez, cher Monsieur et chère Madame, si j'ai tant tardé à
vous écrire, et ce n'est pas de gaieté de coeur que l'on apprend la mort
d'un ami si cher, d'un si bon fils, à ses parents.

Je connais bien sa tombe et je sais ce qui me reste à faire,
c'est-à-dire le venger ou mourir comme il est mort.

Recevez, Monsieur et Madame, mes condoléances les plus sincères et
songez que vous n'êtes pas seuls à pleurer votre héros.

Respectueuses salutations.

GUERIN.



_Lettre écrite par le Sergent Henri GUERIN, 113e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur, au combat de Vouël-Tergnier, le 23 Mars 1918._

  22 Mars 1918,
  3 heures 1/2 de l'après-midi.

Ma Soeur bien-aimée,

Nous attendons toujours la soupe, la première de la journée. Nous avons
été alertés ce matin, à 4 heures, et nous avons quitté en autos-camions
le village d'où je t'ai écrit mes dernières lettres. Les camions nous
ont transportés en arrière du front anglais, et nous sommes depuis plus
d'une heure dans un champ inculte, prêts à partir au premier signal. Il
y a donc des chances pour que nous entrions incessamment dans la mêlée.

J'ai l'âme sereine, comme toujours, en ces heures graves. Je suis le
petit enfant du bon Dieu et il ne m'arrivera rien que de conforme à
sa volonté. Or, ce qu'il veut pour moi, je le veux avec lui sans
réserve.... Je n'ai donc pas lieu de m'inquiéter....

Et j'éprouve une joie suprême à la pensée de faire une fois de plus
barrière de mon corps aux ennemis de ma Patrie, et de contribuer à
arrêter la ruée ultime qu'ils viennent d'entreprendre.

Le canon tonne sans arrêt. Nous sommes présentement hors d'atteinte de
ses coups. A l'heure voulue, nous nous ébranlerons et nous vaincrons si
Dieu le permet.

Ma pensée retrouve les chères vôtres, mon coeur s'unit à vos coeurs plus
fortement que jamais.

En hâte! baisers fortement doux et tendres à partager avec notre chère
petite mère, avec le bon Noël et Daniel.

Je te presse sur mon coeur.

HENRI.



_Lettre écrite par Louis-Gustave GUIBERT, Agent de liaison au 30e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 25 Septembre 1915,
au combat de Perthes._

Le 24 Septembre 1915.

Ma Grand'Mère bien-aimée,

Peut-être un laps de temps assez long s'écoulera avant que je puisse à
nouveau te donner de mes nouvelles. Pendant cette période d'attente,
je te prie simplement de penser un peu plus à moi et de prier pour la
France et la grandeur de notre Patrie, dont mon coeur sensible et porté
vers les arts admirera toujours les divines productions, la belle
littérature, la musique, les objets de luxe, que sans fatuité j'ai cru
comprendre et goûter.

Je souhaite que ma prochaine lettre soit écrite de Rethel ou de Mézières
et que l'action qui va se dérouler devienne la réalisation de cette
magnifique espérance qui ne m'a jamais abandonné et fut toujours
impatiemment attendue.

En bon Français, je ferai mon devoir jusqu'au bout. Il me semble que je
rachète bien des petites erreurs passées. Cela ne diminue en rien la
vive tendresse que toute ma vie j'ai ressentie pour ma famille et pour
toi, Mémée, qui fut une maman bien tendre et eut un coeur exquis de
grand'mère.

Si la joie immense m'est dévolue de me voir vainqueur guerrier sur le
bord du Rhin ou plus modestement à notre frontière, je te demanderai
de m'envoyer ce qui pourrait me faire besoin. Pour l'instant, je te
remercie simplement de la délicieuse lettre reçue cette après-midi et je
vais te rassurer: ma santé est parfaite. Je couche sur la dure! Mais que
seront les jours à venir à côté de ceux que je passe? Ne me plains pas.
Espère. Je te reviendrai un jour très fier, mais très doux, et si les
privations momentanées m'ont amaigri un peu, sache que je suis bien plus
élégant encore que par le passé.

Je suis (tu me le demandes) cycliste du capitaine Brun, mais appartiens
à la 2e Compagnie du 1er Bataillon. Voilà pourquoi mes adresses sont
dissemblables. J'aime mon chef. Il m'estime beaucoup ... c'est une
raison de ma confiance. Ma tendresse pour toi est un réconfort moral
précieux et les baisers que je t'envoie sont enthousiastes.

GUIBERT.



_Lettre écrite par HARDY, pupille de l'Assistance publique, tombé au
champ d'honneur._

  «A faire parvenir à Monsieur le Commandant
  P..., si je ne suis pas revenu le
  mercredi ... à six heures du matin.»

Mon Commandant,

Ayant une mission, petite, il est vrai, mais assez hasardeuse, le
lieutenant m'a fait l'honneur de m'y envoyer; c'est donc sans déplaisir
que je pars, car c'est plutôt ma place qu'à n'importe lequel. Mais,
comme il se peut que j'y reste, je vous remercie, ainsi que Mademoiselle
Y..., d'avoir pensé à m'envoyer un oeuf de Pâques. Aussi, mon
Commandant, permettez-moi de vous remercier.

En avant! Vive la France!

HARDY.

Si vous recevez cette carte, c'est que je serai tombé pour toujours.

En avant quand même!

HARDY.



_Lettre écrite par le Sergent André D'HARMENON, 20e Bataillon de
Chasseurs à pied, tombé au champ d'honneur le 6 Juin 1915._

5 Juin 1915.

Mes chers Parents,

De la tranchée où me «revoici» pour la dixième fois, ces quelques mots
que je veux avant tout très tendres.

Pardonnez-moi si mes lettres ne le sont pas toujours autant que vous le
désirez et autant que je le voudrais moi-même; cela tient à ma grande
lassitude d'esprit et à mon coeur que cette horrible guerre a endurci.

Je vous aime de tout mon coeur et vous remercie de toutes vos bontés.

Merci à ma bonne tante Alice de ses paquets qui me sont parvenus hier.
Je vous écris sur le parapet de la tranchée.

Il est 8 heures 1/2 du soir, je ne vois plus. Je vous embrasse de toutes
mes forces.

Votre ANDRE.



_Lettre écrite par le soldat Henri HlLLAIRE, 11e Cuirassiers, tombé au
champ d'honneur._

  Les tranchées, à 21 heures,
  le 25 Septembre 1918.

Bien cher Papa,

Bien chère Maman,

Si ces quelques mots vous parviennent, ce sera que votre Riri ne sera
plus.

Je suis en ligne, ma lettre de ce matin a dû vous le dire. Nous allons
attaquer; nous sortons des tranchées à 2 heures 30 demain matin. Encore
quelques heures et nous bondirons sur l'ennemi. Ma dernière pensée aura
été pour vous, mes chéris. Je sais que si cette lettre vous parvient
c'est fini pour vous: la joie, la gaîté disparaîtront pour toujours de
cette maisonnette où nous étions si bien. Mais courage, de là-haut votre
Riri veillera et attendra que la suprême réunion se fasse pour vous dire
tout....

Sachez qu'il vous a aimés et adorés, ma lettre quotidienne a dû vous le
prouver.

Adieu donc, mon Papanou, adieu donc ma Mamanette, adieu à tous ceux que
j'ai aimés.

Votre Riri qui vous aime.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Marc HUBERT, 8e Génie, blessé
mortellement le 23 Septembre 1917._

24 Septembre 1917.

Mon cher Papa,

Je te mets quelques lignes pour te montrer d'abord que je ne suis pas
grièvement atteint: un obus, tombant sur ma cagna, m'a fracturé la
jambe. C'est tout ... étant un peu fatigué, je passe la plume à mon
camarade Maillet (le radio du Commandant).



_Lettre écrite par le Lieutenant Joseph JEANNIN, 103e Régiment
d'Infanterie, blessé à Ethe, le 22 Août 1914, victime des atrocités
allemandes à l'ambulance de Gomery, mort pour la France, au
feld-lazareth de Vezin-Charency, le 27 Août 1914 (Meurthe-et-Moselle)._

Paris, 2 Août 1914.

Mon cher Jules, chères Soeurs,

Je vous écris collectivement puisque, surpris par les événements, vous
devez être encore réunis; en tout cas, si Monique et Guite ont repris la
route de Provence, veuillez faire suivre.

Je me trouve à Paris, mobilisant avec le 103e et je prendrai dans
quelques jours les routes d'invasion vers l'Allemagne, je l'espère
fermement.

J'aurai probablement la satisfaction de conduire ma compagnie au feu,
comme commandant de compagnie, et soyez persuadés que je ferai taper
ferme. On ne peut pas présager l'avenir; mais notre cause est juste,
puisqu'on nous attaque, et j'ai la profonde conviction qu'on peut tout
espérer. Pauvre papa, serait-il heureux, s'il voyait l'élan français,
lui qui tressaillait à la moindre alerte.

J'ai quitté ce matin, pour toujours peut-être, ma pauvre chère Madon et
mes deux mignons. Ce fut bien dur, grand Dieu!

Vous savez tous, chers père et soeurs, quelle affection j'ai toujours
eue pour vous; mon grand regret est de ne point vous revoir avant de me
jeter corps et âme dans la fournaise.

Si le sort veut que je tombe au champ d'honneur, ne pleurez point, mais,
en souvenir de moi, veillez sur les êtres si chers que je laisserai....
Je vous confie ma chère femme, j'ai admiré son courage ce matin, mais
quelles transes pour elle maintenant, seule et immobilisée à Saint-Cyr;
je vous confie ma petite Monette et mon petit André, si je viens à leur
manquer qu'ils ne s'aperçoivent pas qu'ils n'ont plus de papa.

Mais au loin les tristes présages, car je compte bien revenir dans les
rangs de nos armées victorieuses. Quel coup de torchon! mes aïeux! je
crois que les Prussiens paieront cher leurs menées hypocrites et leur
folie sanglante. La population, ici, est admirable de calme et de froide
résolution, et c'est un état d'esprit général. C'est la guerre au
couteau qu'ils auront voulue, je suis persuadé qu'on les servira en
conséquence. J'ai vu aujourd'hui dans la foule plusieurs faits touchants
de patriotisme se produire: un ouvrier arrachant, sur la place des
Invalides, une carte d'Etat-Major à un monsieur qu'il supposait être un
Allemand, et me l'apportant; un camelot vendait ses journaux, mais les
donnait à l'oeil aux officiers et aux soldats, parce qu'il allait partir
lui-même pour la frontière; ce ne sont pas des faits isolés; une nation
comme la France, animée de ces sentiments, est mûre pour le succès.

Mes aspirants, en même temps que moi, ont rejoint leurs régiments, ils
exultaient tous. Charles doit être à son poste. Où? je l'ignore, mais
quel beau début de carrière pour un officier.

Et maintenant courage, mon cher Jules, mes chères soeurs. Nous allons
traverser la période la plus dure que le monde ait vécue, soyons à la
hauteur de notre tâche.

Je vous embrasse bien tendrement.

Votre frère,

J. JEANNIN.



_Lettre écrite, sur l'Yser, par l'Aspirant Henri JOYEUX, blessé
mortellement, un an plus tard, à la prise de Monastir._

18 Juin 1915.

Mon cher papa, ma chère maman,

Depuis quelques jours, je vous écris régulièrement. Je n'ai pas reçu de
vos nouvelles. Je pense néanmoins que ma lettre vous trouvera toujours
en bonne santé et toujours bien courageux, comme vous l'avez été
jusqu'ici. Allons! soyez-le encore plus aujourd'hui. C'est la volonté de
votre petit Doudou, de votre grand Henri.

Si cette lettre vous parvient, voyez-vous, c'est que la France m'aura
voulu tout entier. J'aurai fait mon devoir, comme les autres, pas plus.
J'en suis fier, et vous devez l'être aussi de savoir que votre enfant
est mort vaillamment, qu'il a vu la mort avec gaîté et délivrance, l'âme
complètement tranquille. Pourquoi en avoir peur? Vous rappelez-vous de
ce soir-là où j'ai parlé avec papa sur la mort, sur sa douceur que je
réclame. Ne me délivre-t-elle pas d'une vie que je n'ai pu qu'entrevoir
et à laquelle je n'ai pu goûter, si j'ose dire, sous un jour âpre et
terrifiant. Où sont les douces années de ma toute petite enfance,
lorsque j'allais me consoler dans les bras d'une aussi bonne maman, d'un
aussi bon papa que j'avais. Ici, je suis seul, pour me consoler de ne
pouvoir vous embrasser, de ne pouvoir vous serrer dans mes bras, je
suis encore seul. Si ce n'était ça, rien ne m'aurait coûté d'aller voir
là-haut le beau résultat de la grande bataille. Aussi, en vous écrivant
cette lettre, ce dernier adieu, je viens vous remercier de la tendre, de
la douce affection que vous m'avez toujours témoignée. Pardon aussi de
l'avoir connu trop tard, pardon d'avoir oublié mes devoirs d'enfant,
pardon de tout ce que vous ne savez pas. Enfant je l'étais et c'est la
guerre, la dure campagne qui m'a mûri, vieilli, qui a fait de moi un
homme à 20 ans.

Allons, courage! refoulez vos larmes et ne vous abandonnez pas dans un
chagrin qui pourrait abréger les quelques jours de tranquillité, de paix
que vous trouverez auprès de mon petit frère quand il reviendra, lui;
montrez-lui cette lettre qui devra lui faire comprendre que si je meurs
tranquille, c'est que je pense bien à sa présence. Il saura adoucir par
tous les moyens les jours heureux qui vous restent à passer ensemble.

Promettez-moi aussi de vivre heureux jusqu'au moment où le bon Dieu
jugera que vous veniez me retrouver.

Peut être qu'un jour vous viendrez rechercher mes restes dans cette
Belgique, la vraie, pas celle dont le sol a été foulé par d'impies
barbares. Mon seul bonheur est de penser que vous viendrez me rechercher
et qu'un jour je reposerai près de vous, à Marcey, que j'aurais tant
souhaité revoir.

Faites mes adieux aux personnes amies, à tous ceux qui ne m'ont pas
encore oublié.

Quant à vous, adieu, au revoir, mon bon papa, ma bonne maman. Je vous ai
aimés, vous m'avez tout pardonné. Je vous embrasse pour la dernière fois
bien bien fort.

Votre petit Henri mort pour la France.

Courage!



_Lettre écrite par Albert JULHIEN, 6e Bataillon de Chasseurs Alpins,
tombé au bois de Berthonval le 20 Décembre 1914._

19 Décembre 1914.

Mes chères tantes,

Si vous recevez cette lettre, mes chères tantes, c'est que, suivant
mon pressentiment, l'attaque qui se prépare m'a été fatale. Si je vous
confie la triste mission d'en avertir mes chers papa et maman, c'est
que je sais que, dans la religion, vous saurez trouver les paroles de
consolation qui leur seront si nécessaires en ces tristes moments et
que votre grande affection vous dictera les précautions à prendre pour
atténuer la douleur que leur causera certainement cette nouvelle.

Pour moi, j'ai la certitude d'avoir fait mon devoir de Français jusqu'au
bout et c'est sans amertume que je fais à notre belle France le
sacrifice de ma vie.

Notre cause est belle et elle triomphera certainement. Heureux ceux
qui verront le triomphe, mais il ne faut point pleurer ceux qui y sont
restés pour y contribuer, afin de ne pas diminuer la joie du triomphe.

Pourquoi ai-je pris tant de précautions ces jours-ci? Probablement que
le bon Dieu a voulu qu'à vous tous j'aie le temps de lancer un dernier
adieu.

Adieu, mes chères tantes, je mets dans mes caresses toute ma tendresse,
et encore une fois je vous recommande ma chère famille. Dites-leur bien
que ma dernière pensée a été pour eux et que, si je les ai précédés
là-haut, c'est pour préparer la place où bientôt nous nous réunirons
tous.

A vous de tout coeur.

BEBERT.



_Lettre écrite par Pierre KIEFFERT, tombé au champ d'honneur._

Le 15 Avril 1917.

Mes chers parents bien-aimés,

Je n'ai que le temps de vous écrire ces quelques lignes, écrites avant
mon départ vous savez où, je vous l'ai dit dans ma dernière lettre.

Je me remets tout entier dans la Providence divine, dans le coeur de
Dieu. Puisse Dieu avoir pitié de vous et de moi, il a toujours eu pitié
des nombreuses familles.

Ce soir, si je peux, j'irai une dernière fois le remercier de toutes
les grâces qu'il nous a accordées jusqu'à ce jour. Oui, remercions-le
ensemble et dans une fervente prière prenons confiance.

Je reviendrai, mais si toutefois le bon Dieu veut mettre fin à ma
vie, ne pleurez pas, les vrais chrétiens ne pleurent pas puisqu'ils
retrouvent ceux qu'ils ont perdus là-haut dans le ciel.

Je serai probablement longtemps sans vous écrire, cela dépendra, mais
aussitôt que je pourrai le faire je vous écrirai un mot. Je n'ai pas
changé de secteur depuis Verdun.

Donc, au revoir, chers parents, et confiance, priez pour moi, à bientôt.

Je vous embrasse tous deux, embrassez pour moi Simone, Jeannette,
Marthe, André.

Votre fils qui vous aime de tout coeur,

PIERRE.



_Lettre d'Emile LACCASSAGNE, petit soldat de la classe 14, adressée à
son patron chez lequel il avait été apprenti et ouvrier._

Du front, le 20 Septembre 1915.

Cher Monsieur Lasson,

C'est tout heureux que je viens de recevoir votre aimable carte. J'ai
donné également de mes nouvelles à Madame Lasson, en réponse d'une carte
que m'avait envoyée notre chère petite Nénette; vous en a-t-elle causé
sur ses petites mignonnes lettres?

Je vois que vous vous êtes fait avec cette nouvelle vie et que vous
êtes prêt à tout supporter pour contribuer avec toutes vos forces à la
défense de notre chère Patrie.

Il faut que je vous gronde un peu!... Vous le permettez, n'est-ce pas?
Oh! ne tremblez pas déjà, car je ne suis pas trop terrible, allez.

Sur votre dernière lettre, vous me parlez de vos travaux, du rendement
colossal que vous devez produire, de l'effervescence qui nuit et jour
règne dans vos ateliers. C'est heureux, c'est beau, c'est merveilleux,
c'est admirable. Et vous, quelle est votre déduction de tout cela? Que
la guerre ne touche pas à sa fin, loin de là!...

Ah! non, par exemple, vous voyez de trop belles choses pour penser comme
cela!...

Voyons, vous êtes là, vous voyez avec quelle rapidité le génie français
se montre dans toute sa beauté et dans tout son développement.

Dans un an, la France a trouvé le moyen d'être plus prête que
l'Allemagne dans quarante ans.

Chaque jour, notre puissance s'affirme davantage. Nos ennemis le
sentent, et il faut que nous, depuis le simple pioupiou jusqu'au plus
haut gradé, depuis le combattant jusqu'au peuple qui nous regarde et
nous observe, il faut que nous sachions que nous sommes les plus forts.

On installe de nouvelles machines et aussitôt vous pensez: «tout cela
prouve que la guerre ne tire pas à sa fin».

Que diriez-vous, si je vous disais, moi, que cela prouve le contraire?

Si l'on installe tout un machinisme nouveau, c'est sûrement pour
fabriquer plus vite. Si l'on fabrique plus vite, c'est que les besoins
se font plus pressants. Pensez-vous donc, si nous faisions une nouvelle
campagne d'hiver, que nous n'aurions pas, en restant sur la défensive,
le temps, pendant cinq ou six mois encore, de préparer des munitions en
vue de l'offensive prochaine, et cela sans faire des modifications dans
nos ateliers?

Il faut une fin prochaine à tout cela. Une seconde campagne d'hiver,
c'est la ruine de l'Allemagne, la misère chez nous, la mort lente,
triste, effrayante, des habitants de la tranchée, c'est une chose que
l'on envisage, mais qui, pour moi, ne se fera pas.

Pour moi, d'un côté ou de l'autre, doit se tenter un grand coup, qui
sera décisif. Si les deux partis résistent à ce choc formidable, qui
sera le dernier, il ne nous restera plus qu'à attendre, à patienter,
jusqu'à ce que l'Allemagne dise: «Eh bien!... j'en ai assez».

Mais cela n'arrivera pas, car que les Boches nous attaquent ou que nous
le fassions, quand toutes les nations civilisées seront debout contre
ce chef bandit du militarisme prussien, ils seront battus, c'est
indiscutable. Ah! ce cri que le Juif Errant de la légende entendait
retentir au-dessus de sa tête, chaque fois que, ruisselant de sueur,
brisé de lassitude, il tentait de s'arrêter: «Marche». C'est à
l'humanité tout entière que sa conscience crie aujourd'hui: «Marche à
travers les obstacles, parmi les périls, malgré la mort, marche ... sans
repos, sans trêve, jusqu'au bout, jusqu'au bout, jusqu'à la victoire,
jusqu'au sommet baigné de lumière d'où--le passé n'étant plus sous tes
pieds qu'une ombre en train de s'effacer--tu verras se lever, dans un
éblouissement, l'aube de l'avenir».

Comment vous l'expliquer, ce serait un livre à faire, mais tous ceux qui
sont là au front le comprennent et le sentent bien. Vous verrez que pour
Carnaval nous aurons presque fini. Vous serez chez vous, et j'espère
bien manger un poulet avec vous. C'est entendu.

Allons, secouez-moi un peu tous ces gens-là qui se font un mauvais sang
et qui voient tout sous un mauvais jour. Mais nous, qui sommes ici, nous
sommes toujours contents. On s'encourage soi-même, on se dit ce que je
vous raconte, on a le pouvoir de se persuader doucement, et c'est ce qui
fait notre patience et notre calme.

Comprenez-vous notre secret?

Pour ce que je vous disais l'autre jour, c'est accepté. Je sais que je
ne ferai pas cela comme qui s'amuse, ça m'est égal. Mais si je réussis,
je sais bien qu'ainsi des camarades seront sauvés, et peut-être aussi de
cela dépendra un heureux succès pour nos armes. Quand dois-je rentrer en
action? Je l'ignore, mais enfin cela arrivera.

Je souhaite fort de réussir et, si je suis tué, je désire ne l'être
qu'après avoir terminé mon travail.

Enfin, soyez tranquille, nous ferons tout notre possible pour obtenir
le succès et nous réussirons. C'est égal, ce sera terrible, mais nous
allons assister à quelque chose de beau.

Je vais terminer ma lettre, cher Monsieur Lasson, après vous avoir
souhaité bon courage et en espérant vous voir bientôt.

Allons, adieu, bonne santé.

Vive la France!

EMILE.



_Lettre écrite par l'Aspirant LAGORCE, Augustin-Pierre-Edouard, 89e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 25 Septembre 1916, à
Bouchavesnes (Somme)._

24 Septembre 1916, 6 heures.

Départ ce soir. Très probablement pour après-demain. Excellentes
dispositions. Tout va bien et je me sens plein de confiance en Dieu et
en moi-même.

Mille et mille baisers.

EDOUARD.



_Lettre écrite par l'Aspirant Alexis LAMBLOT, 210e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 31 Mars 1917, à Koritia
(Albanie)._

15 Mars 1917.

Chers Parents,

Voilà cinq jours que le 210e attaque sur la rive gauche du lac de
Prespa; le 6e bataillon, dont je fais partie, est parti l'avant-dernière
nuit pour attaquer à son tour, mais a été rappelé à l'arrière au moment
où j'allais aborder les Allemands avec ma section. J'ai été chargé par
le commandant de protéger la retraite du bataillon.

Voilà la situation, pas brillante, il est vrai, mais pas désespérée; il
est fort probable que nous repartirons à l'attaque cette nuit peut-être
et je voudrais vous dire adieu avant.

Quand vous recevrez ces mots, je serai certainement mort.

Croyez que j'aurai fait mon devoir de Français et de chef comme tous
ceux qui sont tombés jusqu'ici.

Je viens vous demander de me pardonner tout le mal que j'ai pu vous
causer durant ma vie....

Je vous demanderai de conserver mon souvenir sur cette terre de France,
où je n'aurai pas eu l'honneur de verser mon sang.

Au revoir, chers parents, ainsi qu'à tous mes parents et amis. J'espère
vous revoir un jour au ciel.

Votre fils qui vous aime,

A. LAMBLOT.



_Lettre écrite par le Sergent Victor LAMOTHE, 119e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 15 Mai 1917._

Chère Mère,

Si je tombe dans la lutte actuelle, tu ouvriras cette petite lettre,
elle te donnera mon dernier baiser.

Mère chérie, sois fière de ton enfant, il aura fait son devoir jusqu'au
bout avec courage et foi. J'ai donné ma vie à la France, ne pleure pas,
ma mort est belle, est grande, je meurs content.

Adieu, mère chérie, merci de tous tes bons soins, que ta santé soit
toujours bonne et grand soit ton courage.

Je t'embrasse une dernière fois.

Adieu, mère, adieu!!!

Ton fils qui t'aime,

VICTOR.



_Jean DE LANGENHAGER appartenait à une famille de médecins, il se sentit
attiré par vocation vers la médecine, et prit quatre inscriptions à la
Faculté de Paris. Il achevait sa première année de service militaire, au
Havre, quand la guerre éclata. Ayant obtenu de partir comme soldat dans
le rang, et non comme infirmier, il fit avec son régiment la partie
initiale de la campagne, Charleroi, la retraite, la Marne. Blessé le
7 Septembre 1914, à la bataille de la Marne (combat de Cougivaux), il
passa de longs mois dans les hôpitaux de l'arrière. Sa blessure, quoique
peu grave, était mal placée: il avait eu le pied fracturé, et une
saillie osseuse, due à une consolidation vicieuse, gênait la marche. Les
médecins voulaient le faire passer dans le service auxiliaire. Il s'y
refusa, obtint de porter une chaussure orthopédique, qui corrigeait le
vice de la démarche, et, maintenu dans le service armé, rejoignit enfin
le dépôt de son régiment. Là il trouva sa nomination de caporal, qui
l'attendait depuis la bataille de la Marne; mais bientôt, en exécution
des ordres ministériels qui, pour combler les pertes du cadre des jeunes
médecins, prescrivaient de rechercher dans les formations combattantes
les étudiants en médecine, même pourvus de quatre inscriptions
seulement, pour les nommer médecins auxiliaires, il fut promu à ce grade
et renvoyé au front en cette qualité. D'abord affecté à un régiment
territorial, qui gardait les lignes de l'Argonne, il passa, sur sa
demande, dans un régiment de l'active, et il tomba, dans une attaque,
frappé d'une balle en plein coeur, en suivant, dit la citation à l'ordre
de l'armée dont il fut honoré, la vague d'assaut de son unité, pour
secourir plus rapidement les blessés._

4 Avril 1917.

Mon cher Oncle,

Nous nous recueillons pour l'action prochaine, qui n'est un mystère pour
personne. C'est assez proche. Pas du tout d'enthousiasme. Mais pas du
tout de défaillance, ni même de défiance. La guerre est devenue presque
une habitude, un nouveau genre de vie, pour mes camarades, et ils sont
blasés. Ils ne vont pas joyeusement au feu, presque ivres d'avance d'une
victoire certaine et décisive, comme ceux de Mesnil-lès-Hurlus, de
Tahure, de Massiges. Ils comptent avec l'ennemi. Ils savent qu'on a déjà
fait bien des tentatives coûteuses et infructueuses. Ils savent aussi
que, fatalement, un jour viendra où une de ces tentatives sera suivie
d'une grosse avance, et ils se disent: Ce sera peut-être cette fois-ci.
Ce ne sera pas un élan de patriotisme et d'abnégation. Ce sera une
tâche, presque un métier, résolument entreprise, poursuivie avec
patience, avec conscience, avec un courage contenu et le souci de la
mener à bien. Je trouve que c'est, après trente-deux mois d'épreuves, un
très beau moral.

Quant à moi, j'ose à peine m'abandonner à l'espoir que je suis peut-être
appelé à prendre ma revanche d'Août-Septembre 1914. Je suis content
d'avoir enfin une raison d'être. Depuis que je suis revenu au front, il
y a presque un an, l'évidence de mon utilité ne m'était pas apparue. Je
vais enfin vivre de grandes heures. Pourvu que mes parents soient forts!
J'aime autant les savoir à Paris, où ils pourront puiser chez vous un
peu de réconfort.

Comment te dire, cher oncle Paul, à quel point j'ai été ému de savoir
que tu tournais vers moi tes pensées et tes voeux. Comment t'en
remercier, sinon en te disant que mon plus cher désir, si je reviens de
la guerre, sera d'avoir avec toi de fréquents entretiens pour essayer de
profiter de ta longue expérience des choses et des hommes, et de toute
la philosophie que tu as amassée.... Je termine en t'envoyant toute mon
affection, et en vous embrassant, tante Marie, Henri et toi, de tout
coeur.

JEAN.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Claude LANGLE, tombé au champ
d'honneur le 26 Septembre 1915._

25 Septembre 1915.

Mon cher Papa,

Si jamais cette lettre t'arrive, ce sera parce que je serai tombé
glorieusement dans la grande bataille qui va achever le triomphe de la
France. C'est de bon coeur que je donne ma vie pour la plus belle de
toutes les causes. Je n'aurai que le regret de vous faire de la peine
à toi et à maman. Je vous en supplie, ne pleurez pas; c'est si beau
de mourir utilement! Nous sommes régiment d'attaque; les jeunes de la
classe 15 vont montrer le chemin victorieux aux vieux.

Si tu as l'occasion d'écrire à Monsieur Canivinq, dis-lui de dire à mes
camarades de Carnot de faire comme nous, de consacrer leur vie à notre
beau pays de liberté, de se rappeler le cri de ralliement de 1915: «En
avant pour la France!»

Je vous embrasse tous de tout mon coeur.

Claude LANGLE.



_Lettre écrite par Raphaël LAPORTE, Aspirant au 215e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, à Crugny (Marne), le 28 Mai
1918._

Langres, 18 Mars 1915.

Cher Papa et chère Maman,

Je vous envoie tout simplement ce petit perce-neige, cueilli dans les
jardins de l'hôpital le 16 Mars 1915, date bénie de mes vingt ans.

Vingt ans! l'âge tant désiré et tant regretté. A cette heure, je n'ose
leur sourire. Que vais-je bien en faire de mes vingt ans? Aidez-moi,
j'ai trop peur de les gaspiller follement et de les perdre à tout
jamais.

J'ai bien réfléchi à toutes ces belles années passées. Plus j'y songe,
plus je vous aime. Merci de tout coeur. Vous les avez faites belles,
bien belles; vous m'avez gâté et à quel prix! Grand merci de votre petit
soldat plein de reconnaissance. Mille fois pardon pour tous les soucis,
les peines grandes et petites, les larmes que pendant ces vingt années
je vous ai coûtés.... Pardon, je vous aime bien quand même.

Vingt ans, être soldat: c'est toute ma fortune en ce moment, et, malgré
moi, de mon coeur à mes lèvres monte la belle phrase, le beau geste du
zouave de Patay. Mon cher papa et ma bien chère maman, ne vous inquiétez
plus si, dans quelques semaines, je tombe frappé en faisant mon devoir;
j'aurai encore le courage de redire et de tout mon coeur:

Mon âme à Dieu, mes vingt ans à la France!...

Je vous aime.

Raphaël LAPORTE.



_Lettre écrite par le Sergent LASCOUX, François-Pierre-Joseph, 412e
Régiment d'infanterie, tombé au champ d'honneur, aux tranchées de la
Miette, le 4 Octobre 1915._

Si vous recevez cette lettre, ce sera pour vous apprendre que je suis
tombé au champ d'honneur et tombé en brave et en chrétien. Je dis en
chrétien, car je suis prêt.

Je vous dis, non pas seulement au revoir, mais à Dieu, c'est là que je
vous attends et que je vous donne rendez-vous, sûr de vous y retrouver
un jour.

Soumettez-vous entièrement à la volonté de Dieu, qui a permis cet
événement pour le plus grand bien de mon âme.

Regardez Marie au pied de la croix; comme elle, dites le _Fiat!_

Adieu, chère maman, consolez-vous en pensant que votre fils est mort en
faisant son devoir et que sa dernière pensée aura été pour Dieu, pour la
France et pour sa mère.

Rendez-vous ... au ciel!

Même rendez-vous à tous ceux que j'aime.



_Lettre écrite à sa soeur par le Sergent Jacques-Etienne-Benoist DE
LAUMONT, du 66e Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 25
Septembre 1915, à Agny-les-Arras._

24 Septembre 1915.

Ma chère petite Amie,

Je t'écris cette lettre à tout hasard; demain matin, à l'aube, vers les
3 h. 1/4, 4 heures, nous partons à la charge: c'est la grande, peut-être
la victorieuse offensive, comme nous l'espérons tous, comme nous en
sommes tous sûrs; nous devons percer et nous percerons, si ce n'est pas
ici, c'est à côté que cela aura lieu.

Or, le 66e a l'honneur d'attaquer et le 1er bataillon en tête (le mien);
je suis fier que le général nous ait jugés dignes de cet effort. Le sort
est aveugle et peut me frapper, comme il peut m'épargner; tu peux être
certaine que, dans l'un comme dans l'autre cas, je ferai mon devoir,
tout mon devoir.

Si je suis tué, annonce-le à maman et à papa avec de grands ménagements;
ma seule douleur, mon seul regret est que ma mort puisse vous faire de
la peine à vous tous que j'aime tant; mais pourquoi pleurer, nous nous
retrouverons un jour tous ensemble, un peu plus tôt, un peu plus tard.
Et puis, n'est-ce pas la plus belle mort qui soit au monde, une mort
utile, une mort pour un but, pour une idée, pour un idéal. Et dans le
siècle médiocre où nous sommes, cela fait du bien de se dire: «Eh bien,
moi, j'aurai au moins servi à quelque chose et j'aurai la mort qui me
plaît le plus.»

Je veux être enterré là où je serai tombé. Je ne veux pas être enfermé
dans un cimetière où l'on étouffe. Je serai mieux et plus à ma place
de soldat dans la terre de France, dans un de ces beaux champs pour
lesquels je donne ma vie avec joie, je vous le jure.

Cette lettre te parviendrait seulement dans le cas où il me serait
arrivé malheur.

Je vous embrasse tous qui avez été si bons pour moi et que j'aime du
plus profond de mon coeur.

JACQUES.



_Lettre trouvée près du corps de Georges LE BALLE, Sous-Lieutenant au
151e Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 22 Août 1914, à
Barlieux, bataille de Pierrepont (Meurthe-et-Moselle)._

22 Août 1914.

Mes chers petits Parents
et Soeurettes bien-aimés,

Quand vous recevrez cette carte, votre petit gars ne sera plus. Faisant
une patrouille avec 6 hommes, on m'a tiré une balle à quelques mètres,
qui a rompu l'artère de la cuisse. Puis, abandonné, j'ai vécu encore
vingt-quatre heures et je suis allé dans le sein de Dieu, où je vous
retrouverai tôt ou tard. Ne pleurez donc pas trop et priez pour moi.

Allons! mes dernières pensées seront pour vous et pour Dieu.

Je vous embrasse pour la dernière fois bien longuement et bien
tendrement.

Votre petit gars et frérot qui vous dit au revoir dans l'éternité,

GEO.



_Extraits de lettres de l'Enseigne de Vaisseau de 1re classe
Auguste-Charles-Jules-Marie LEFEVRE, mort héroïquement, le 27 Avril
1915, sur le_ Léon-Gambetta, _torpillé à l'entrée de l'Adriatique par un
sous-marin autrichien._

...Un jour, probablement, nous succomberons dans cette guerre sournoise
que nous font les sous-marins, mais nous avons tous sacrifié notre vie à
l'avance et nous ne sommes plus troublés.

...N'est-ce pas notre rôle de nous dévouer, de risquer notre vie? Que
vaut-elle, après tout? N'avons-nous pas l'espoir d'une autre existence
infiniment plus douce à ceux qui ont fait leur devoir ici-bas?

...De quel secours n'est pas la religion! Comme on la trouve belle,
comme on l'aime, et comme elle réconforte!

Je communie très souvent, et j'y avais rarement trouvé de telles
délices.

Cette guerre a une vertu morale très grande et il faut l'accepter comme
un moyen de Dieu.

Peut-être, quand mon bateau coulera, aurai-je une angoisse atroce,
insurmontable.... Mais, en ce moment, avec toute ma lucidité, sain de
corps et d'esprit, je pense à cette heure sans amertume, le coeur en
paix.

...Il aura appartenu aux enfants de vingt ans de régénérer la France.
L'oeuvre accomplie, Dieu les rappelle à lui pour leur donner l'exquise
récompense des martyrs.

...Priez un peu pour moi, non pas pour que le Ciel m'épargne, mais pour
qu'il me fasse fort au moment du combat et à l'heure de la mort.

...Quand on est embrasé par la joie d'une vie future, on ne peut plus
craindre la bataille.



_Lettre écrite par le Sergent André LEGER, tombé au champ d'honneur, en
1915, devant Neuville-Saint-Waast._

Cher Papa,

Nous étions hier soir dans notre guitoune en train de faire une petite
manille avec mes trois copains, lorsque mon caporal surgit à la porte:
«André! un colis». Tout le monde pose à bas les cartes et tire son
couteau de sa poche. Juge donc de notre bonheur: chaussons, mouchoirs,
odeur, saucissons, sardines, pâtés, gâteaux, rhum, papier à lettres,
enveloppes. Juge donc de notre joie.

Mais ce qui m'a fait le plus grand plaisir, cher père, c'est de m'avoir
envoyé ta photographie et celle de la pauvre maman; aussitôt que je les
ai vues, c'est immédiatement toute la maisonnée présente devant moi, et
une intense émotion m'a surpris, c'est toute l'affection familiale dont
je suis privé depuis trois mois qui brusquement s'est fait ressentir en
moi.

Cela m'a ému et n'a pas affaibli mon courage. Au contraire, père,
lorsque je monterai à l'assaut, je regarderai encore ta photographie, et
elle me donnera tout ce que tu me dis par la pensée: «Courage! honneur!
Vas-y en brave!»

Cela a augmenté mon ardeur, car c'est pour vous, pour mes frères
et soeurs, tous les parents, que nous soldats faisons la barrière
infranchissable devant laquelle les efforts des brutes et sauvages
déchaînés viennent se briser. Et penser que c'est pour vous que je
me bats, vous tous que j'aime tant, n'est-ce pas le plus grand
encouragement qu'un soldat puisse recevoir?

Cher père, je te dis ceci tout naturellement, sans forfanterie, tu sais
que nous subissons de grandes épreuves. Eh bien, tout ceci, vois-tu, pas
une fois je n'ai regretté de le subir et au contraire je suis gai de
souffrir, si quelquefois cela arrive, en pensant à la noble cause que
nous servons. C'est dans ces sentiments que je puise mon inaltérable
gaieté, que tu nommes courage. Oui, je veux être toujours gai, faire
tous les sacrifices nécessaires avec bonne humeur, et si je reviens, car
j'en ai le bon espoir, je pourrai dire: «Je n'ai jamais rien regretté à
la Patrie!»

Les gâteaux d'Amélie sont excellents. Bons baisers à tous, j'écrirai
demain à chacun en particulier. Soyez tous assurés de ma plus grande
soif de triomphe et de mon impatience de vous embrasser tous bien fort.
En attendant ce jour qui couronnera tous nos efforts et auquel il ne
faut pas encore penser, patience, courage; on ne détruit pas en quelques
jours un monstre de sauvagerie, patiemment édifié depuis quarante-quatre
ans, mais, avec la ténacité, il finira par s'écrouler et, ce jour-là,
l'horizon d'idéal et de liberté en sera bien éclairci.

Ayez comme nous confiance en la justice et l'immortalité de la France.

Ces jours-ci sont pour elle une de ses époques les plus glorieuses.

Vive la France!

ANDRE.



_Lettre écrite par Jean-Marie LE GUEN, pour annoncer à sa mère la mort
de son frère, quelques jours avant que lui-même ne soit tué._

En campagne, le 7 Octobre 1915.

Ma chère Mère,

Vous savez sans doute maintenant la triste nouvelle, puisque j'avais
écrit à Tonton Louis pour lui demander d'aller vous annoncer cette
nouvelle, qui a dû vous fendre le coeur à tous. J'ai trouvé qu'il valait
mieux ainsi que de vous écrire directement, vous auriez ainsi du moins
quelqu'un pour partager votre douleur, et la douleur partagée en commun
se supporte plus facilement. Mon pauvre frère a été tué dimanche 3
Octobre. La veille, j'avais eu de ses nouvelles par un camarade qui lui
avait parlé et il était toujours solide et confiant.

Dimanche au soir, on est venu m'avertir qu'il avait été blessé
grièvement. Je suis parti aussitôt pour aller le voir, mais en route
on m'a appris qu'il avait été tué sur le coup. C'est Marc GORREC, de
Coat-Crenn, qui se trouvait à ses côtés, qui m'a donné les détails de sa
mort. Un autre camarade et lui s'étaient creusé un gourbi pour pouvoir
se mettre à l'abri et se reposer un peu, et il y avait à peine une
demi-heure qu'ils s'y étaient étendus qu'un obus est tombé en plein
sur leur abri et les a ensevelis. Marc et les autres camarades qui se
trouvaient à côté se sont empressés de les dégager, mais, dix minutes
plus tard, quand ils ont réussi à les dégager, il était trop tard, ils
étaient morts asphyxiés. Yves était couché sur le côté, les bras croisés
sur la poitrine, les yeux fermés, sans aucune blessure et nullement
défiguré. Ils avaient été surpris dans leur sommeil et avaient été
étouffés sur le coup. Il est du moins mort sans souffrir et n'aura pas
eu le sort de beaucoup d'autres qui, blessés, ont dû rester trois ou
quatre jours sur le champ de bataille et mourir ensuite. Quand je suis
arrivé là-bas, il était déjà enterré dans une tombe, tout seul, et non
comme beaucoup d'autres qui sont enterrés dans le même trou. J'ai fait
faire une croix sur laquelle j'ai fait inscrire son nom, sa compagnie,
son régiment et la date de sa mort, d'un côté, en peinture et, de
l'autre côté, son nom gravé avec une pointe rougie au feu. Il est
enterré dans un petit ravin, à deux kilomètres environ au nord de
Perthes, à droite de la route qui va de Perthes à Tahure. Prenez bien
note de ces renseignements: vous pourrez ainsi le retrouver si je ne
revenais pas moi-même et faire transporter son corps pour qu'il repose
au milieu de la famille. Faites dire un grand service pour lui sans
attendre que l'acte de décès vous arrive, car cela pourrait mettre du
temps, surtout maintenant qu'il y en aura tant à établir. Ce n'est pas
qu'il ait besoin de prières, car il est tombé un jour de victoire en
faisant son devoir et il repose dans une terre reconquise aux Allemands
par son régiment, et où ils ne mettront jamais plus les pieds, et
l'aumônier nous a répété bien des fois qu'il n'y a aucun doute à avoir
sur le salut de ceux qui tombent en faisant leur devoir.

A qui donc serait-il, le paradis, sinon à ceux-là? Mais, et c'est
surtout ce que je tiens à dire à mes frères et à mes soeurs, nous ne
pourrons jamais assez faire pour honorer la mémoire de celui qui nous a
gagné du pain et qui était si bon pour nous tous. Je voudrais que dès
maintenant vous fassiez faire une belle tombe ou du moins une belle
croix en sa mémoire parmi la famille où on pourra le mettre un jour.
J'ai reçu hier une carte de Tonton Jean qui me donnait sa nouvelle
adresse. Je lui ai écrit aussitôt pour lui annoncer à lui aussi la
triste nouvelle. Il trouvera cela bien dur aussi, car, comme moi, il est
là-bas tout seul sans personne pour partager sa peine. Vous aussi vous
aurez ce coup-là bien dur et rien ne pourra jamais vous consoler de
la perte que nous venons de faire. Il nous reste cependant à tous une
consolation, c'est de penser qu'il pourra un jour, quand cette terrible
guerre sera finie, dormir son dernier sommeil au pays natal et que sur
sa tombe nous pourrons aller lui dire que nous ne l'oublierons jamais.
C'est la volonté de Dieu qui l'a rappelé à lui; du haut du ciel, il
prie maintenant pour ceux qui étaient sur la terre l'objet de ses
préoccupations et pour ses camarades qui combattent toujours, car ce
sont les vivants qui ont besoin de prières. Priez pour nous tous et pour
que cette terrible guerre finisse un jour.

Votre fils dévoué qui vous embrasse pour lui et pour son frère,

JEAN-MARIE.



_Lettre écrite par Paul LEVEQUE, engagé volontaire à 17 ans, le 7
Septembre 1915, disparu près de Verdun, au 54e Régiment d'Infanterie, le
21 Juin 1916._

Belrupt, 19 Juin 1916.

Maman chérie,

Nous montons ce soir à Verdun. La bataille diminue sur ce front-ci. Il
ne faut rien craindre pour moi; nous sommes prêts tous; vraiment, il
est magnifique de voir de près l'enthousiasme de certains soldats qui
paraissaient si fermés.

J'ai eu la grande joie de communier ce matin ... te dire ce que j'ai été
heureux de le pouvoir faire. Le bon Dieu décidera de mon sort, et au
fond du coeur il faut dire: que votre volonté soit faite et non la
nôtre.

Il faut te dire aussi que nous serons au moins dix jours sans écrire et
sans avoir rien comme ravitaillement; ton colis m'arrive comme si Dieu
l'avait permis.

Oh! ma maman, qu'il m'est doux de faire mon grand devoir d'homme, de
soulager ainsi notre plus grande France; prie bien et reste ferme avec
moi pour nous retrouver tous à la victoire glorieuse. Ton Paulo restera
bon et deviendra meilleur encore; prions plus que jamais, que ton coeur
soit haut et gai pour nous tous, que je le savoure encore comme le bon
Dieu le voudra bien.

J'aurais voulu avoir quelques lignes de toi ce soir! mais tu n'auras pas
non plus de mes lettres, il ne faut pas que tu t'ennuies!

Dis bonjour à Madame X... de ma part, je n'écris qu'à toi et n'ai le
temps de rien.

Bons baisers à toi, à papa et de toi à tous.

Ton petit,

PAULO.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Georges LEVY, 3e Bataillon de
marche d'Infanterie légère d'Afrique, tombé au champ d'honneur, au
combat de Moronvilliers, le 17 Mars 1917._

Ma chère petite Maman,

Si cette lettre te parvient, c'est que je ne serai plus. Je veux que tu
reçoives alors ce dernier adieu. Certes, ce n'est pas très gai de mourir
à 22 ans, mais tu pourras être fière de moi comme je le serai moi-même.

J'aurai fait mon devoir et pour un israélite c'est deux fois plus beau.
J'aurais voulu vivre pour te rendre heureuse, Dieu ne l'a pas voulu, que
sa volonté soit faite. Je n'ai pas toujours été un fils modèle, mais mes
bêtises m'avaient servi de leçon et j'aurais voulu te prouver combien je
t'aimais!...

Avec ta pensée, je vais au combat et t'embrasse avec toute la tendresse
et l'affection que j'ai pour toi.

GEORGES.



_Lettre écrite par l'Aspirant LORMIER, 54e Régiment d'Infanterie
Coloniale, tombé glorieusement au champ d'honneur le 15 Septembre 1918._

Aux armées, le 2 Septembre 1918.

Mon cher Papa,

Nous allons attaquer sous peu. La compagnie est en première ligne; si tu
reçois cette lettre, c'est que je serai tombé au champ d'honneur, comme
je l'ai toujours souhaité, car c'est la seule mort pour un soldat.

Je ne veux pas que l'on porte mon deuil, car il n'y a pas à pleurer dès
l'instant que j'ai terminé ma vie en campagne et face à l'ennemi.

Je demande qu'on laisse mon corps là où je serai tombé, parmi mes
camarades de combat.

Notre attaque sera dure, très dure, mais je pense qu'elle réussira quand
même, ce qui permettra de libérer Monastir de ces êtres exécrés que nous
aurons bientôt. Ma mort n'est rien si nous avons la victoire et si
le drapeau français continue à flotter sur tout l'univers comme
précédemment et si je ferme les yeux en voyant l'objectif atteint.

Je te prie de faire savoir ma mort aux parents, aux proviseurs des
Lycées Henri IV et Michelet, ainsi qu'à Madame Magnien, à Brémont, par
Rotter (Saône-et-Loire), et à mon camarade Henri Blin, dont les parents
habitent 27, rue d'Ulm, à Paris (5e). Je te prie, en outre, d'annoncer
au commandant ma joie de tomber à l'attaque, en tête de ma section et en
contemplant le drapeau tricolore sur lequel vos têtes qui me sont chères
apparaissent à la place des victoires, gravées en lettres d'or, de la
France.

Encore une fois, je ne veux pas que l'on porte mon deuil, car j'ai 22
ans et l'on attaque, c'est-à-dire que j'ai fait volontiers le sacrifice
de ma vie pour la victoire de mon pays et l'écrasement de l'hydre
germanique.

Nous allons sortir dans peu d'instants, je pense en revenir et, si
je meurs, ce ne sera pas sans avoir embrassé une dernière fois votre
photographie qui est placée dans mon portefeuille. Je regarde aussi
une dernière fois notre drapeau et le portrait du Maréchal Joffre,
qui symbolisent la France et que je mets au-dessus de vous, mes chers
parents, car c'est pour elle que je mourrai au champ d'honneur.

Vive la France!

Adieu, mes chers parents.

LORMIER.



_Lettre écrite par le Sergent Marcel DE LOSME, 116e Chasseurs Alpins,
tombé pour la France, le 26 Octobre 1916, sous le fort de Douaumont
(Verdun)._

14 Octobre 1916.

Maman chérie, chers tous,

Ce soir, pendant la manoeuvre, je relisais vos lettres si chères. Quel
bon temps elles me font passer!... Tous ces petits détails que vous me
racontez, bien loin de m'ennuyer, me font vivre avec vous. Les bruyères
de Nans iront rejoindre les lis séchés dans mon carnet de route, et
ainsi je me raccroche à toutes ces choses qui sont pour moi comme le
souvenir du Paradis perdu et comme un aperçu de la terre promise.

Parfois je rêve aussi, couché sur les coteaux meusiens arides sous le
ciel gris ... je rêve, car dans les manoeuvres actuelles on ne marche
pas beaucoup, et alors c'est la vision, si vive qu'elle semble réelle,
de vous tous dans les lieux que j'aime tant. Je vous vois, en ce
moment, tous réunis, faisant, le soir, la promenade de Lorges, alors
qu'au-dessus des rochers gris la première étoile brille dans le ciel
encore clair.

Je vous vois, plus tard, à la veillée, autour de la table de famille,
plongés dans la lecture des journaux.... J'entends l'appel de vos voix
dans le jardin. Alors je me laisse bercer par des rêves de paix et de
tendresse.

Mais, tout à coup, un appel de sifflet me réveille au milieu de la
guerre et de son attirail ... et je suis la voie que le devoir m'a
tracée.

Je la suis volontiers et sans regret, fortifiant au contraire cette
volonté qui nous est si souvent nécessaire.... Je ne regrette rien, non
rien, quelque pénible que soit ma vie parfois. Je sens que c'est là ce
que je devais faire et que je suis bien à ma place, et la satisfaction
de faire son devoir est encore quelque chose.

Et puis ce rude contact est une bonne chose: il faut avoir souffert
physiquement pour être solide; il faut souffrir moralement pour avoir la
notion exacte de la vie et avoir l'âme haut placée.

Je sens qu'à ces deux points de vue j'ai fait d'immenses progrès.
Quelquefois, quand, le barda sur mon dos, je chemine sur les
interminables routes, je songe que vous me prédisiez que je n'irais pas
bien loin en pareil équipage et que je supporterais fort mal la vie
militaire, et, ma foi! je donne un démenti assez catégorique à ces
craintes. Quant au moral, j'étais trop heureux et incapable d'un effort
de longue haleine. J'ai pris l'habitude de ne pas me rebuter aux
désillusions; parce qu'il le fallait, j'ai fait par volonté ce que je
rêvais de faire par enthousiasme....

J'entends la musique qui, sur la place de l'Eglise, joue une marche
entraînante au rythme des chasseurs, et je vois notre retour triomphal
après la victoire, sur les boulevards de Nice, au milieu des pavois et
des fleurs. J'entends le bruit des cuivres dans le tumulte des vivats,
je vois les baïonnettes brillantes et les visages heureux de ceux qui
retournent.

Je vous vois sur un trottoir attendant le défilé, puis vous mêlant à la
foule qui suit enthousiaste, en cherchant Marco.

Et puis, voilà Marco qui passe, aussi heureux de ce qu'il a souffert que
de la joie immense du retour.

Ah! quelles belles expansions!

Quelles extravagances ne ferai-je pas?

Oui, mes chéris, ça viendra, encore un effort et puis ce sera le retour
triomphant!

Marcel DE LOSME.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Max MAGNUS, 1er Régiment Etranger,
tombé au champ d'honneur, à Florina (Macédoine), en 1916._

23 Septembre, 12 h. 45.

Ma chère Bérénice,

Depuis quatre jours, nous sommes au feu sans nous déchausser ni nous
déséquiper. Il fait aujourd'hui un temps splendide. Je me sens très fort
et très vigoureux. Nous allons attaquer dans quelques instants. Si je
suis tué, mes dernières pensées seront pour toi.

Je t'embrasse.

Max MAGNUS.



_Lettres du Commandant IMHAUS DE MAHY, officier en retraite, qui a
repris volontairement du service à 60 ans, tué héroïquement à Verdun, à
62 ans, le 30 Mars 1916._

28 Mars 1916.


_A sa Femme._

...Bombardement effroyable. De temps en temps, j'apprends que quelqu'un
ou quelques-uns de mes bien-aimés petits soldats, fils de femmes de
France et mères éplorées, sont tués ou blessés. L'assaut peut venir d'un
moment à l'autre. J'ai choisi mon P.C. dans la tranchée au centre de
l'attaque, puis mon dernier réduit où, entouré des derniers défenseurs,
je lutterai jusqu'à la mort. Ton mari, ma chère femme, sera digne de
nos enfants, des DE MAHY, des DE LA SERVE. S'il tombe, ce sera face à
l'ennemi, ce sera la plus belle des morts. Vous que je laisse, je vous
plains. Quant à moi, mon sort sera digne d'envie. Celui qui meurt
ressuscite. Vive la France! A toi de tout coeur. J'ai la conviction de
retrouver des êtres adorés....


_A ses deux plus jeunes Fils après la mort de son Fils aîné._

...Vous serez dignes de vos devanciers qui ont regardé la mort en face,
leur sang fécond a arrosé la terre de France. Nos bien-aimés sont entrés
dans l'immortalité. Comme eux, vous frapperez fort et vous tomberez s'il
le faut sans peur, sans reproche, face au ciel qui vous attend. La
cause de la France est celle de l'Univers. Gloire à notre France
immortelle....

...Notre force morale vient de ce que nous défendons non seulement
notre sol et nos libertés, mais encore les droits imprescriptibles de
l'Humanité contre la plus odieuse des machinations qui sera renversée.
Mais ce résultat exige un holocauste sanglant.



_Extraits de lettres écrites par le Sergent André IMHAUS DE MAHY, 5e
Régiment d'Infanterie Coloniale, engagé volontaire, disparu le 29
Septembre 1915, à Souain (Champagne)._

...Il m'est impossible de vous exprimer ma grande satisfaction de servir
la Patrie. Je suis heureux de faire mon devoir....

...Mes chers parents, je montrerai que j'ai une Patrie pour laquelle
nous devons nous donner, que j'ai la qualité d'être Français, que j'ai
un nom. Je me montrerai digne de vous, de mes frères, et je n'oublie pas
que je dois en venger un. Je ne commettrai jamais de cruauté....



_Fragment de lettre écrite par le Sergent Emile IMHAUS DE MAHY, engagé
volontaire, disparu le 29 Septembre 1915, à Souain (Champagne)._

«Nous sommes prêts aux prochains sacrifices. Tout le monde fait son
devoir sans broncher et avec honneur».



_Extrait de lettre écrite par François IMHAUS DE MAHY, Caporal au 22e
Régiment d'Infanterie Coloniale, engagé volontaire, blessé mortellement,
le 27 Août 1914, à Stenay._

«Je suis heureux de mourir en ayant fait mon devoir.»

François IMHAUS DE MAHY.



_Fragment de lettre du Capitaine Georges IMHAUS DE MAHY, 33e Régiment
d'Infanterie Coloniale, tombé au champ d'honneur, le 29 Juillet 1918, à
Romigny (Marne), après son père, son frère aîné et la disparition de ses
deux plus jeunes frères._

«...Nous avons tous fait le sacrifice de notre vie....»

Georges IMHAUS DE MAHY.



_Dernière lettre du Capitaine Henri MARQUIZAA, tué devant Loos
(Belgique), le 20 Octobre 1915, à sa mère._

Chère Maman,

Si je meurs à la guerre, sache que mes dernières pensées auront été pour
le bon Dieu, pour la France et pour toi.

Pour le bon Dieu à qui je demande de me mettre en état de grâce.

Pour la France que j'aurais voulu voir victorieuse.

Pour toi enfin que j'adorai et que j'aurais voulu embrasser avant de
partir.

Ton HENRI.



_Lettre écrite par le Caporal Léon-Roger MARX, 4e Zouaves, tombé au
champ d'honneur le 27 Juin 1917._

J'ai découvert la beauté simple de cette volonté de tenir, de résister
à sa sensibilité, de se dominer. Ne crois pas que cela m'ait rendu
plus dur; mais j'ai été très content de voir que j'arrivais à ne plus
craindre la tristesse, à ne plus me laisser noyer par elle, comme j'ai
su, et je t'assure que j'en suis fier, n'avoir jamais peur du danger.
Cet équilibre, je voudrais le garder toute ma vie sans pour cela que ma
sensibilité s'amoindrisse....

Ne te frappe pas pour les bonnes années qu'on a passées si loin;
d'abord, la France est si belle et nous a valu une si admirable
formation morale et esthétique! Enfin, nous apprécierons mieux encore
notre bonheur pour avoir vu et pressenti tant de choses tristes ...
tristes, tu sais.

Cette vie éreintante, je l'ai voulue et elle est celle que je devais
mener.... Je me trouve, ce matin, presque calme et sans tristesse, plein
de force et de clarté en moi. Je pense qu'on est heureux de se sentir
valide, au pied, pour ainsi dire, de son devoir; et vraiment rien ne me
fait peur tant que je me sens fort et comme fier.



_Lettres de Roger MEYER et de Raymond LOUIS, tombés au champ d'honneur,
le 23 Août 1914, dans une petite maison d'Hanzinelle (Belgique) qu'ils
avaient mission de défendre._

_Quand la mère et belle-mère des deux soldats est allée, en 1919, en
Belgique, pour tâcher de parvenir à les reconnaître, la femme qui
habitait la maison, dans laquelle un obus les a tués tous, a remis en
pleurant à Mme LOUIS un petit bout de papier qu'elle a trouvé dans la
poche d'un jupon, en rentrant chez elle après l'armistice, et sur lequel
étaient tracées les lignes ci-dessous:_

Monsieur, Madame, chers Alliés,

Nous sommes 15 petits soldats français barricadés dans votre maison.
Nous y sommes entrés précipitamment et force nous a été de faire
des dégâts; nous en sommes très fâchés pour vous, mais il nous est
impossible de faire autrement. Avant de mourir pour la France, pour la
Belgique, nous vous réitérons nos regrets et vous saluons.

LOUIS.



Le 20 Août 1914.

Bien chers Parents, Frères et Soeurs,

Les deux bonnes lettres de père m'ont causé la plus grande joie et c'est
avec un plaisir toujours nouveau que je les lis et relis aux moments
où l'esprit se repose de cette vie un peu ahurissante et mouvementée.
Depuis cinq jours, nous marchons, nous marchons sous la pluie, le
soleil, les nuages de poussière. Nous faisons à peu près 25 kilomètres
chaque jour, sans voir autre chose de tous côtés que des fantassins, des
zouaves, des tirailleurs sénégalais, des cavaliers, des artilleurs, bref
tout ce qu'un pays comme le nôtre peut aligner contre les lâches et
barbares Allemands.

Depuis trois jours, nous sommes en Belgique, et l'accueil si chaleureux
et si hospitalier de la population nous réconforte et nous donne des
jambes et du coeur à l'ouvrage. Ce ne sont qu'acclamations sur notre
passage; on nous donne des fleurs, des drapeaux, des rubans; les seaux
de café, de bière, de cidre sont alignés sur le pas des portes, on
distribue à profusion d'immenses tartines de beurre et de confitures,
des cigarettes, des cigares.

Nous trouvons dans les villages la plus large hospitalité. Jusqu'à
présent, je n'ai connu le lit dans la paille que deux fois. Vous voyez
que nous n'avons pas lieu jusqu'à présent de nous plaindre. D'autre
part, les succès journaliers des armées belges et françaises nous
donnent confiance et espoir. Nous sommes maintenant à peu de distance de
l'ennemi, et il est fort probable qu'aujourd'hui nous aurons le baptême
du feu. Je vous assure que je n'ai aucune appréhension. Que voulez-vous,
c'est au petit bonheur; j'ai toujours eu l'idée que nous en reviendrons;
si le contraire se produit, ma foi, vous pourrez avoir la certitude
que nous y sommes allés gaiement, sachant que nous travaillons pour le
bien-être de tous ceux qui resteront et qui seront à jamais débarrassés
de ce fléau germanique qui empoisonne le monde depuis quarante ans.

Quelle fête à notre retour! Nous aurons à célébrer les victoires
françaises, la joie du retour et la venue au monde du cher petit que
nous attendons avec tant d'impatience et que je voudrais tant avoir
connu avant de partir.

Enfin, l'avenir nous réunira tous, plus unis et plus joyeux que jamais.
Je vous donnerai bientôt d'autres nouvelles; communiquez celles que je
vous donne à tous ceux qui me sont chers.

Je vous embrasse tous, bien chers parents, frères et soeurs que j'aime
tant, avec toute l'affection de mon coeur de soldat français.

Vive la France et à bientôt la joie du retour.

Votre fils qui pense toujours à vous,

ROGER.


Je joins un petit mot à la lettre de Roger, à mon vieux frangin, pour
vous assurer de notre inséparable amitié et vous envoyer, à vous et à
tous les vôtres, mon plus affectueux souvenir. Ayez confiance, nous
reviendrons tous deux. Dieu ne nous abandonnera pas. Si toutefois le
sort nous désignait, vous auriez la satisfaction de savoir que c'est
pour votre bien-être à tous que notre sang aurait été versé.

Encore une fois, soyez tous courageux comme nous-mêmes en cas de malheur
et recevez encore mes affectueuses amitiés.

RAYMOND.



_Dernière lettre du Lieutenant René MONIER, du 43e Régiment d'Infanterie
Coloniale, mort pour la France, le 28 Septembre 1915, à Givenchy._

Le 11 Septembre 1915.

...L'heure n'est pas aux discours, à la phraséologie. Le vocabulaire de
l'héroïsme épistolaire est d'ores et déjà épuisé et je n'ai garde de
vous laisser une de ces belles lettres in extremis en «trémolo majeur»,
du genre de celles qui trouvent place chaque jour dans nos quotidiens en
mal de copie.

Inutile de vous redire ce que je fus pendant ma vie, vous le savez, je
ne vous ai jamais rien caché.

Inutile de vous dire ce que je serai devant la mort, au champ d'honneur,
vous le devinez ou d'autres vous le diront.

«Mourir pour la Patrie est le sort le plus beau». Ce n'est pas moi qui
l'ai dit; mais je tiens du moins à tirer de cette vérité universellement
acceptée toutes ses conséquences logiques. Donc:

1° Pas de larmes! On ne pleure pas un être que l'on sait avoir joui du
sort le plus beau.

2° Pas de deuil, mon désir est formel et devra être respecté.

3° Ni discours, ni fleurs, ni couronne sur ma tombe ... mais un simple
drapeau!

Je lègue mon sabre et mon épée à papa, qui les mettra en panoplie dans
son bureau pour symboliser les deux états où je sus, grâce à l'exemple
qu'il m'a donné, faire droitement et simplement mon devoir.



_Lettre de MONNIER, Charles, 217e Régiment d'Infanterie, 4e Compagnie de
Mitrailleuses, tué à Locre (devant le mont Kemmel), le 31 Mai 1918._

Mai 1918.

Parents chéris, Soeur et Frère,

Quand vous recevrez cette lettre, je ne serai plus.

Ne vous désolez pas trop, chers parents; Dieu m'appelle à lui; la Patrie
demande mon sang; volontiers je le donne, après tant d'autres.

Ne vaut-il pas mieux mourir jeune, au cours d'une bataille qui peut-être
décidera du sort du monde, de la belle mort du soldat et ne pas
affronter tous les chagrins, toutes les peines dont la vie est remplie?

J'ai fait toujours courageusement mon devoir; vous pouvez être fiers de
moi, je n'ai pas failli à ma tâche de bon soldat. Cela m'a été assez
facile: je n'ai eu qu'à mettre en pratique les fiers et patriotiques
principes que vous m'avez toujours inculqués.

Je n'ai pas toujours été un fils bien docile. Oubliez-le, car j'étais
jeune.

Avant de vous quitter, je vous souhaite, parents adorés, une vieillesse
tranquille, après une vie de labeur comme la vôtre vous avez droit au
repos.

Et toi, chère soeurette, j'espère que Dieu exaucera tes voeux et que tu
vivras heureuse auprès de celui que ton coeur aime.

Petit frère, sois obéissant, travaille avec ardeur afin de devenir un
fils faisant honneur à ses parents.

Une pensée pour tous nos parents.

A vous tous, ma famille, une dernière fois, adieu.

CHARLES.



_Lettre écrite par le Sergent Georges NICOLET, pasteur de l'église
réformée évangélique de Mont-rouge, 66e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur le 20 Février 1915._

1er Février 1915.

Mes chers Parents,

Je viens de prendre une grande décision. On manque de sous-officiers
dans les régiments d'infanterie et le ministre en a demandé chez nous.
Personne ne voulait s'offrir. Il m'a semblé que c'était plus à moi qu'à
tout autre à donner l'exemple et je me suis fait inscrire. Entraînés
par mon exemple, un caporal et trois hommes de mon groupe se sont fait
inscrire à leur tour et maintenant le branle est donné. J'espère que ma
décision ne vous peinera pas trop et que vous comprendrez qu'il y a des
circonstances où un homme courageux ne peut pas s'empêcher de payer de
sa personne. D'ailleurs, je ne suis pas beaucoup plus en danger dans un
régiment qu'aux brancardiers de corps, car on nous laisse de plus en
plus à bonne portée des canons allemands.

...Mais la question est plus haute. Il faut en finir avec les Allemands
et on n'en finira que si, au printemps, chacun donne à sa place et selon
ses aptitudes son coup d'épaule, et pour en finir la France a besoin
de réunir dans un faisceau tout ce qui lui reste d'hommes courageux et
capables de conduire ses soldats.

Je vous écrirai le plus souvent possible, ne vous inquiétez pas. Je me
suis déjà tiré sain et sauf de tant de situations périlleuses que
je suis convaincu qu'il en sera ainsi jusqu'au bout et que je vous
reviendrai en bonne santé à la fin de la guerre, c'est-à-dire bientôt,
car je ne crois pas que cette guerre dure encore de longs mois, comme le
disent les journaux.

Je vous envoie mes plus affectueux baisers.

Georges NICOLET.

P.-S.--J'ai bien reçu le quatrième mandat de 50 francs. Le paquet de
sardines ne m'est pas arrivé.



_Lettre écrite par le Sergent Maurice NINORET, 123e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 7 mai 1916._

4 Mai 1916.

Chers amis,

Ma lettre, aujourd'hui, a un caractère spécial; je vous l'écris du
fort de S---- où 9e et 10e sommes arrivés cette nuit. Même vue à 10
kilomètres, l'impression colossale de la lutte qui se déchaîne devant
Verdun ne peut être comparée à l'effroyable réalité. Pauvre 123e, d'ici
à huit jours, il sera bien maigre. Hier soir seulement, pour faire la
relève sur les pentes sud de Douaumont, au cours de la traversée du bois
de la Caillette, ou plutôt de ce qui le fut, le 10e bataillon a beaucoup
souffert; qu'il me suffise de vous dire que le lieutenant Verron a été
tué, le capitaine Missaut blessé de nouveau, etc., etc.... Nous-mêmes
avons eu à traverser pour nous rendre ici, à 1.800 mètres de la première
ligne, des rafales de leurs gros obus et une chance réelle nous a seule
permis d'en sortir indemnes.

Ce soir, nous allons renforcer le bataillon déjà en ligne et, malgré
tout mon courage, qui n'est pas amoindri, j'appréhende cette galopade
à la mort. Il faut les vivre, ces minutes, pour en comprendre toute la
tragique angoisse; tout sent le carnage: par ici, l'air est empesté
d'une odeur de charnier.

Et pourtant notre artillerie nous montre bien sa terrible puissance par
son fracas ininterrompu. Nous ne resterons point longtemps ici, car
c'est le coin le plus terrible du secteur de Verdun. Tous les régiments
qui s'y succèdent n'y font souvent pas plus de huit jours; à ce moment,
si je suis encore debout, je vous enverrai une carte....

Soyez persuadés que ma façon de vous écrire ne m'est pas inspirée par un
sentiment de crainte, mais bien parce que je suis logique avec moi-même,
mais parce que dans cette fournaise l'importance de mon devoir
m'apparaît précise et que tous mes efforts tendront à l'accomplir, pour
notre chère France, jusqu'à mon dernier soupir.

Chers amis, je vous embrasse, permettez-moi ce bonheur.

A bientôt, et vive la France!

M. NINORET.



_Lettre écrite par Victor-Désiré-Joseph OLLAGNIER, tombé au champ
d'honneur le 20 Juillet 1915._

14 Juin 1915.

Mes bien chers Parents,

Je viens de recevoir votre lettre du 10 Juin et j'y réponds
immédiatement. Nous sommes aujourd'hui au repos sur place à Gaschney. Ma
santé est toujours excellente, je ne puis demander mieux à ce sujet-là;
au moral, il en est de même.

Je suis un peu inquiet au sujet de maman; papa me dit que chaque jour
elle se décourage un peu.

Il ne faut pas de cela, au contraire; malgré les soucis de l'heure
présente, il ne faut songer qu'au but poursuivi. Je crois qu'aujourd'hui
nous tenons la main sur les Boches. En particulier dans le secteur, _ils
ont peur de nous_, et l'heure n'est pas éloignée où nous allons leur
passer une triquette quelque chose de soigné. Tous les jours, au
contraire, je suis plus confiant dans l'avenir, et ce n'est pas un
sentiment unique, personnel, c'est aussi le sentiment _vrai_ de nos
chefs, de mes camarades.

On les aura, on veut les avoir. Mais il ne faut pas se leurrer. Pire que
les poux qui se collent partout, ils se cramponnent; mais maintenant
c'en est fait: on leur passera sur le ventre et demain nous verrons se
lever devant nous une ère de bonheur. On sera d'autant plus heureux que
notre bonheur aura été payé plus cher. Quelle satisfaction n'aurons-nous
pas au retour!

Ne serez-vous pas, et maman aussi, très fiers après la guerre de vous
dire, de pouvoir dire à tous: mon fils, notre enfant, a fait son devoir;
et moi-même, auprès de vous, je marcherai la tête bien haute, fier de
pouvoir chanter bien haut: «Dans cette lutte gigantesque, j'ai pris ma
part, j'ai collaboré à cette oeuvre immense, j'y ai trempé mon courage,
éprouvé mon énergie», et je ne souhaite qu'une chose, pouvoir dire
jusqu'à la fin, comme je puis le faire aujourd'hui, jamais mon courage
ni mon énergie n'ont faibli.

Je dirai même, mais ceci comme un enfant cause à ses parents, en pleine
intimité et en toute franchise, et sans forfanterie de ma part: Si vous
saviez comme je suis heureux, étant chef de section, de sentir autour de
moi mes cinquante _lapins_ qui ont en moi une confiance absolue. Il est
une chanson bien douce à mon âme quand j'entends leurs conversations
après une petite affaire, le soir au bivouac: «Avec le sergent
Ollagnier, ça c'est un gars, j'irais n'importe où»; c'est un caporal de
ma section qui disait cela. Eh bien! voyez-vous, je l'aurais embrassé,
c'était aussi bon pour moi que si devant la brigade on m'eût donné la
médaille militaire.

Malgré cela, n'ayez point trop d'inquiétude, je sais que j'ai non
seulement à me garder pour vous, pour Germaine, mais aussi que les
cinquante hommes de ma section ont aussi des mères, des femmes, des
enfants.

Donc, je vous en prie, bien chers parents, pas de défaillances, même
d'une minute. Ce serait m'ôter de mon courage, de ma confiance que de
savoir que là-bas, bien loin, à la maison, maman se désespère.

J'attends une lettre dans laquelle maman me dira elle-même qu'elle a
repris le dessus, et m'exhortant à avoir confiance.

Adieu, bien chers parents, recevez mes plus tendres embrassades.

OLLAGNIER.



_Lettre écrite par le Sergent OUDET, Georges-Adolphe, 46e Régiment
Territorial d'Infanterie, tombé glorieusement à l'ennemi, le 24 Août
1915, au bombardement de Nisslessmath._

20 Août.

Ma chère petite Lulu,

Je reçois bien tes lettres. En est-il de même des miennes pour toi? Je
ne le pense pas, elles doivent subir un retard considérable depuis
qu'il nous est permis à nouveau d'écrire sous enveloppe fermée, car, ne
pouvant s'assurer de l'observation stricte des consignes imposées aux
militaires que très difficilement, l'autorité supérieure les retarde
afin que, lorsqu'elles parviennent aux intéressés, les renseignements
donnés ne puissent être nuisibles aux mouvements ordonnés; mais enfin tu
les recevras. Dans cet ordre d'idées, je puis donc te parler de ma vie
de soldat, mais sans détails, tu dois le comprendre.

La guerre actuelle est une guerre où toute l'intelligence de l'homme est
mise à épreuve sous toutes ses formes: se masquer, c'est l'attention de
toutes les secondes; se démasquer, c'est le courage à l'instant choisi;
se garantir est un devoir, tout comme ricaner à la mort comme il le faut
en est un autre. Puisque ton coeur de femme est assez stoïque, je vais
te donner avec la plus grande sincérité, dénuée d'aucune ficelle, des
épisodes. Je vois des choses qui vont te laisser rêveuse.

Rien en ce moment et depuis une demi-heure déjà, et cela va durer tout
le jour. Je t'écris au son d'une musique militaire en plein centre
d'action--c'est fou--non, c'est sublime. Ici, la mort se fait en plein
champ. On salue celui qui tombe par une salve ou par une marche qui
hurle: «En avant!» On ne pleure pas les morts, on les élève aux nues
sur des ondes sonores qui relient le coeur de l'homme aux confins du
ciel.... Une civière passe, on salue et on chante la gloire aux héros,
on fait des funérailles de soldat; il semble que celui qui vient
d'entrer dans le repos éternel vient d'illuminer le bataillon d'un rayon
de gloire de plus. Jamais une larme, jamais un sanglot, un cri immense
des canons qui crachent, des cuivres qui sonnent--Vive la France!--Quand
le silence se fait, la civière a marqué sa trace lumineuse dans un
sillon de têtes nues où l'imagination a tracé la route du devoir.

Hier, j'ai vu, écouté et regardé six hommes à béret montagnard, qui
jouaient une banque endiablée, car ici l'argent compte à peu près comme
les haricots que l'on joue en famille; pour placer les cartes, ils
avaient une planche ronde ou plutôt ovale; un éclat d'obus gros comme
une noix tombe au milieu de la planche, crève une carte.... J'étais à un
mètre d'eux, je suivais sur leurs visages non pas les émotions que le
jeu pouvait y mettre, car il y a longtemps que leurs muscles sont voués
à l'impassibilité, mais la trace des rires que les saillies, les lazzi
pouvaient entraîner, je les ai vus tous comme l'objectif le plus pur
pouvait les prendre et voici ce que j'ai vu: l'un d'eux, celui qui
distribuait les cartes, a pris la carte crevée, qui désormais allait se
reconnaître, et a dit une seule parole: «Salauds!» Aucun des six hommes
n'a interrompu son jeu; l'un des cinq autres a dit: «Donne-moi une
carte». Et la partie a continué sans qu'une parole de fanfaronnade soit
ajoutée. J'ai regardé ces hommes et, moi que tu connais, j'ai rougi ...
j'ai rougi pour moi-même qui venais de saluer l'obus avec un serrement
de coeur, j'ai rougi pour mon courage de jeunesse que j'ai un peu oublié
dans la quiétude du foyer, j'ai rougi pour mes nerfs encore indomptés
et, une larme de rage au fond du coeur, j'ai fait le serment de forcer
ma carcasse humaine à faire arrêter mon coeur plutôt que de le sentir
battre pour autre chose que pour la cause que nous défendons. Ces hommes
sont au feu pour la plupart depuis un an et la mort ils ne s'en soucient
guère. C'est eux qui sont devenus des hommes malgré leur jeunesse et
c'est nous qui sommes des enfants; mais déjà nous nous ressaisissons au
contact de tant de vaillance et la meilleure des preuves c'est que la
nuit, moi et mes compagnons, nous dormons du sommeil du juste et qu'avec
le temps, nos nerfs obéissent à nos cerveaux.

Quant à l'avenir, il est certain que l'Allemagne est vaincue, que le
soleil luit. Ceux qui en douteraient peuvent toujours prendre un
billet d'aller et retour pour le front. Ici, plus rien des doutes, des
torpeurs, des angoisses; rien que du soleil dans l'âme, même dans la
brume; de la joie, même dans le malheur, et des fêtes sublimes, même
dans la mort!...



_Lettre écrite par l'Adjudant Paul OUDIN, 128e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur le 12 Mai 1916._

A vous, chers et bons parents, mes dernières pensées.

Je ne puis trouver d'accents assez forts pour vous remercier des bons
soins dont vous m'avez entouré.

Je vous sais à l'abri du besoin et si je tombe ce sera ma consolation.

Mille fois merci et tendres baisers.

POLO.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Laurent PATEU, 141e Régiment
d'infanterie, tombé au champ d'honneur, le 15 Juin 1915, à
Notre-Dame-de-Lorette._

Rouge-Croix (Pas-de-Calais).
4 Novembre 1914.

Ma Femme bien-aimée,

Mes Enfants chéris,

Si vous recevez cette lettre, je ne serai plus; mais je vous défends de
pleurer. A cette époque où les enfants de la France versent leur sang,
le mien n'est pas plus rouge que celui des autres. Vous supporterez
d'autant mieux votre douleur que vous vous direz avec une inexprimable
fierté que j'ai payé ma dette à la plus belle Patrie du monde et que je
suis mort pour elle. Levez la tête bien haut, on doit vous saluer bien
bas!

Tu m'as souvent recommandé, ma femme adorée, d'avoir du courage. J'avais
le mien propre et celui que tu m'as donné. Je te les adresse tous deux
pour t'aider à supporter la douleur. Je t'ai toujours aimée, mon Angèle
chérie, malgré mes quelques rares moments d'emportement, je ne t'ai
jamais oubliée et j'aspirais, mon Dieu! avec quelle ardeur, au bonheur
du retour. Je ne te laisse rien que mon souvenir et je partirai
tranquille car tu le garderas autant que la vie, je le sais. Nous nous
aimions trop. Raidis-toi, ma petite femme, je te laisse nos enfants et
c'est à eux que je m'adresse maintenant.

Mon petit Vonvon, tu as déjà onze ans et demi, tu es une grande fille,
tu seras avant peu une petite femme. Tu te souviendras de moi mieux que
le pauvre Dudu. Tu me connais, tu sais ce qui me plaît et ce qui me
déplaît. Eh bien, dans tous les actes de ta vie, demande-toi bien avant
d'agir ce que penserait le pérot s'il était là.

Aide la mérotte de toutes tes forces, aide-la dans tous les soins
du ménage; tu sais ce que je te reprochais bien doucement parfois:
Corrige-toi, deviens une bonne petite femme de ménage et surtout, oh!
surtout, mon petit Vonvon adorée, rappelle-toi combien je t'aimais et,
je t'en supplie, sois toujours honnête.

Et toi, mon petit Dudu, à tes deux ans et demi on perd vite le souvenir.
Tu parles encore de moi parce que la mérotte et soeur t'en causent, mais
tu m'auras vite oublié. Pourtant, lorsque tu seras plus grand, tu
te rendras compte que tu avais un pérot que tu appelais en ton doux
zézaiement pezot chéri, et qui t'aimait ainsi que ta soeur de toute
son âme. Apprends vite à lire pour déchiffrer toi-même ce que j'écris
aujourd'hui. Sois d'abord un petit garçon bien sage, puis un élève
studieux, apprends, apprends encore, apprends toujours, tu n'en sauras
jamais assez. Sois aussi un jeune homme modèle. Enfin et surtout, sois
un homme. Si tu es un jour appelé à servir ta Patrie, embrasse les
tiens aussi ardemment que je vous ai embrassés et pars sans regarder en
arrière, en criant tout le long de la route: Vive la France!

Je m'arrête sans avoir dit tout ce dont mon coeur déborde, je vous aime
tous trois, je vous aime, je vous aime et je vous embrasse mille et
mille fois du fond du coeur qui ne bat plus vite au son de la mitraille,
mais qui palpite à votre souvenir.

Adieu, mes chéris, toutes mes tendresses sont pour vous et pour la
meilleure des mères que je n'oublie pas.

Vive la France!

Laurent PATEU.



_Lettre écrite par PATOUILLART, tombé au champ d'honneur._

7 Septembre.

Enfin, je reçois ce matin deux lettres de toi, une de Maurice dont je le
remercie, son style est meilleur, et recommandée, ce qui est inutile,
elles n'arrivent pas plus vite; écris-moi sous enveloppe fermée, mais
non cachetée; tu peux me donner quelques nouvelles en gros; joins-moi
une ou deux enveloppes et une feuille de papier pour te répondre, ou
une feuille de journal, _La Liberté_, si tu veux, elle me parviendra
probablement, en tout cas, on pourra l'enlever sans arrêter la lettre.
Si tu m'écris sur une carte, prends une carte avec feuille pour la
réponse, mais sur une carte ne me parle pas du contenu des paquets afin
de ne pas faire de jaloux; _argent inutile_: où les Allemands sont
passés, tout est saccagé et les habitants sont nourris par nous.

Tes lettres _m'ont bien rassuré_, je craignais que tu ne fus malade.
Merci des images. Je vais bien, à part de fortes coliques; envoie-moi
des nouvelles de tous, et du fils Tallon, de Levallois, si possible.
Envoie-moi, si possible, les médicaments demandés pour ma pharmacie de
poche. Mes amitiés à tous, oncle, etc., Hervaut, Henri, Deschamp, René,
Mme Masson, Tallon, etc. Bonne santé à toi et à Maurice, et tous ayez
confiance et courage et ne crois pas aux racontars, et ne te fais pas
de mauvais sang, je vais pour le mieux et le courage ne manque pas. Les
dernières paroles de papa, le 7 Octobre, ont été: «Mon fils, sois bon
soldat et fais ton devoir». Mon devoir, je l'ai toujours fait et le
ferai jusqu'au bout, quelque dur et pénible qu'il soit parfois. Si papa
me voit, il sera heureux et fier de son fils, qui est prêt à donner,
s'il le faut, son sang et sa vie pour la France. Si je reviens, tant
mieux, mais si je tombe, ce sera en faisant mon devoir et tu pourras
être fière de moi. Mais je suis plein d'espoir et espère toujours te
souhaiter la bonne année de vive voix.

Mes baisers les plus tendres, et vive la France! Bons baisers à Maurice,
écrivez-moi souvent.

PATOUILLART.



_Lettre écrite par le Maréchal des Logis Jean-Germain PATROUILLEAU, 15e
Dragons, tombé au champ d'honneur le 22 Juin 1915._

Mon cher père,

J'ai reçu hier trois lettres, la vôtre, d'Amélie et de Paul; je
comprends un peu votre anxiété. Ah! je voudrais comme vous que le
tyran Guillaume descendît rapidement au cercueil; en attendant, que
voulez-vous donc y faire!!! Vous ne pleurez plus, me dites-vous, c'est
bien; je n'ai plus de larmes non plus, mes yeux se mouillent seulement à
la vue de vos lettres et c'est tout; je les relis plusieurs fois et
suis plus courageux alors que jamais. La nuit, parfois, lorsque je suis
éveillé, je bâtis des châteaux en Espagne, je me vois parmi vous tous,
en famille où nous avons tant ri. Eh bien! courage, oui, vous rirez
encore, Dieu me protégera. S'il doit en être autrement, le sort en est
jeté maintenant, vivons dans l'espérance....

Que vous dire de plus, pas grand chose; nous sommes toujours au même
endroit depuis un mois, nous allons aux avant-postes trois jours et
trois jours en arrière, nous tenons bon le Grand-Couronné ... qui a reçu
des milliers et des milliers de marmites allemandes qui font plus de
peur que de mal; les cochons ont attaqué furieusement pendant huit
jours; nous étions le bloc intangible, ils avaient pris un peu de
terrain, nous les avons délogés, ils ont fui en laissant quantités de
munitions, de vivres, etc.... Resterons-nous longtemps là, je ne crois
pas, il faudra sous peu, je pense, remettre les pieds en pays annexé,
espérons que nous irons rapidement. J'espère que vous allez revenir
à Jugazan, si toutefois vous n'y êtes pas quand cette lettre vous
parviendra. Je serais bien heureux qu'Amélie reste le plus longtemps
possible chez elle; je suis bien sûr qu'elle a dû trouver les vendanges
longues quoique n'en ayant jamais parlé. Vous ne sémerez probablement
pas à la Clotte, vous n'avez donc pas besoin d'elle là-bas.
Encouragez-la à rester chez elle le plus longtemps possible; je
suis bien sûr que vous lui ferez bien plaisir et à moi aussi; c'est
actuellement la chose seule qui me tracasse, elle n'ose rien dire, j'en
suis bien sûr, mais elle serait bien heureuse, ses parents aussi; de
deux enfants ils n'en ont plus aucun; vous souffrez aussi, mais si le
sort veut que mon tombeau soit en Lorraine, vous avez quatre enfants,
il vous en restera quatre, au lieu d'avoir deux garçons et deux filles,
vous aurez trois filles et un garçon, vous aurez le même nombre de
coeurs pour vous aimer et vous soigner, à ma mère et à vous dans vos
vieux jours; pensez donc à ceux qui sont auprès de vous, rendez-leur
autant que possible la vie douce; je ne crois pas un seul instant qu'il
en soit autrement; quant à moi, advienne que pourra, je suis là pour
une noble cause, je ferai mon devoir facilement, le vôtre est plus
difficile, je compte sur vous....

Bien des baisers à tous.

JEAN.

_P.-S._--Inutile de montrer cette lettre à Amélie.



_Lettre écrite par Pierre PELERIN, 36e Régiment d'Infanterie, blessé
mortellement, à Neuville-Saint-Vaast, le 3 Juin 1915._

Abbeville, 5 Juin 1915.

Ma chère Tante,

Enfin! ça y est, j'ai payé mon tribut à la Patrie et je vais me reposer
un peu. Je suis blessé d'un éclat de grenade à l'épaule droite et j'ai
été envoyé à l'arrière.

Je t'écris à toi directement pour que tu puisses prévenir maman et
surtout qu'elle ne se fasse pas trop de soucis.

Je vous embrasse tous, tous, tous, de tout coeur, comme je vous aime.

PIERRE.



_Dernières lettres écrites par le Soldat Louis-Joseph PENEL, du 174e
Régiment d'Infanterie, 3e Bataillon, décédé à l'ambulance 9/21._

_Ces deux lettres furent écrites le même soir et envoyées à la famille,
sur le désir du mourant, à vingt-quatre heures d'intervalle._

10 Septembre 1918.

Ma chère Caroline,

Vous avez dû être bien étonnés en recevant la lettre que j'ai envoyée il
y a trois jours à Antoinette. Je parlais de la vue; pour le moment, il
n'en est plus question. Les gaz m'ont pris à la poitrine et, comme tu
sais que j'ai toujours été faible, ils ont pris le dessus; ce sera long
à guérir.

Ne vous faites tout de même pas trop de mauvais sang à mon sujet; si la
maladie prend une autre tournure, je vous en aviserai aussitôt.

J'ai le plaisir de t'annoncer qu'en récompense à ma conduite, on
m'accorde la médaille militaire.


Septembre 1918.

Ma chère Caroline,

Les choses se sont passées comme c'était prévu: ma maladie a eu le
dessus.

Je meurs! que cela soit votre consolation à tous: j'ai toujours vécu en
bon Français et en bon chrétien.

Embrasse bien tout le monde de la famille.



_Lettre écrite par le Sergent PESSIN, Robert-Charles-Louis, 313e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, à Rarécourt (Meuse), le
5 Juillet 1916._

Argonne, le 29 Novembre 1915.

Mon cher petit Fernand,

Je profite que j'ai un peu de temps à moi aujourd'hui pour t'adresser
ces quelques lignes. Ce sera d'abord pour te féliciter pour les beaux
progrès que j'ai remarqués dans ta dernière lettre. Elle m'a fait bien
plaisir sous tous les rapports. Continue de bien apprendre, fais ton
devoir à l'école comme nous faisons le nôtre ici, apprends à bien
connaître ton beau pays que nous défendons et souviens-toi toujours de
tous ces grands frères et tous ces papas qui sont dans les tranchées,
empêchant la race maudite de pénétrer plus avant. J'espère recevoir
bientôt une belle lettre de mon amour de petit Fernand, sur laquelle je
souhaite remarquer encore de beaux progrès.

Mille baisers du grand à son petit nini, nounou.

ROBERT.



_Lettre écrite par le Général PLESSIER, commandant la 88e Brigade
d'Infanterie, blessé mortellement, en Alsace, le 19 Août 1914._

17 Août 1914.

...Quoi qu'il en soit, nous voilà en guerre, et quelle guerre! on n'en
aura jamais vu de semblable.

Puissions-nous être victorieux! Pour obtenir ce résultat, je sacrifierai
tout ce que j'ai de plus cher. Je ne parle pas de ma vie qui, à l'âge
que j'ai, n'est pas du tout précieuse. J'espère que tous nous allons
nous battre avec un acharnement inouï.

J'ai hâte de partir d'ici. C'est l'affaire de quelques jours, et je ne
suis plus inquiet maintenant; je serai bel et bien de la partie. Elle
sera intéressante. Les débuts sont bons, mais tout dépendra de la grande
bataille. Je crois que la guerre sera longue.

PLESSIER.



_Lettre écrite par Marcelin PORTEIX, tombé au champ d'honneur, à Lankhof
(Belgique), le 24 Décembre 1914._

Bien chers Parents,

La lettre que je vous écris est une lettre d'adieu et lorsqu'elle vous
parviendra je serai probablement tombé sous les balles de l'ennemi.
Mais, qu'importe, ne pleurez pas trop, ma mort sera bien peu de chose si
elle peut contribuer à la victoire de mon pays. Mon seul regret aura été
de mourir sans avoir pu jouir du beau spectacle de son triomphe.

Naturellement, ayant déjà perdu mon pauvre frère, ce sera pour vous et
toute la famille une grande douleur; vous achèterez une petite couronne
ou un rameau de laurier que vous mettrez sur la tombe de mon frère et
vous lui direz un dernier adieu pour moi.

Embrassez bien mes soeurs et frères et beaux-frères s'ils reviennent
sains et saufs. Dites-leur que si ma vie a été courte, mon rôle aura été
suffisamment rempli, car j'aurai disparu au champ d'honneur sous les
plis du drapeau, en faisant mon devoir de Français.


Chers parents, j'écris cette lettre avant de partir au feu, car
probablement demain nous arriverons sur le champ de bataille. Et, avant
d'y aller, j'ai voulu vous faire mes adieux; pour le moment, je suis
en parfaite santé et désire qu'il en soit de même pour vous tous; vous
donnerez le bonjour à Monsieur Jacques et vous lui ferez voir ma lettre.
Je termine ma lettre en vous embrassant bien tous.

MARCELIN.



_Lettre écrite par Etienne POTIER, tombé glorieusement dans les bois de
l'Argonne, le 1er Octobre 1914._

1er Août 1914.

Cher Papa,

Comme vos autres fils, je pars à coup sûr pour me battre; je sais que
vous pouvez compter qu'à l'exemple des vertus que vous nous avez appris
à pratiquer, nous saurons les pratiquer à notre tour.

Merci mille fois de nous avoir élevés dans le sentiment du devoir. Je
dois vous le dire en cette heure solennelle, tout ce que je suis, c'est
à vous que je le dois, après Dieu, que vous nous avez appris en toutes
circonstances à voir présider au destin des peuples et des familles.

Qu'il protège la France! Qu'il protège les miens! Qu'il me protège! Je
pars confiant dans l'avenir. J'ai mis ordre à mes affaires....

Embrassez bien mes frères pour moi et tous nos parents et que tous nous
priions fervemment pour ceux que Dieu rappellera à lui ou seront blessés
dans cette effroyable tuerie qui se prépare.

Si je disparais, je sais que vous entourerez toujours Marguerite de vos
conseils si sages, surtout en ce qui regardera l'éducation de mon fils.
Je lui demande de vous écouter comme elle m'aurait écouté.

Donnez-moi votre bénédiction....

E. POTIER.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant grenadier Louis QUITTET, 158e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 4 Septembre 1916, au
combat de Sajécourt._

Soyez forts, mes chers parents, et, si je dois tomber, vous aurez au
moins la consolation de penser que j'aurai fait mon devoir jusqu'au
bout. Il ne faudra pas pleurer, on ne pleure pas celui qui meurt pour sa
Patrie.



_Lettre écrite par Charles RAVINET, 119e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur, le 24 Juin, à Ablain-Saint-Nazaire._

_Ils étaient quatre frères au front. Le frère aîné, Marcel, fut tué vers
le 10 Juin. C'est en apprenant cette nouvelle que Charles écrivit cette
lettre; deux jours après, il était tué à son tour._

22 Juin

Mes pauvres Parents,

Hier, dans la tranchée, on m'a apporté la lettre de papa m'apportant
la terrible nouvelle. C'est bien triste de penser qu'il est parti pour
toujours, mais c'est bien beau de songer qu'il est mort pour la Patrie,
à son poste. C'est une belle mort pour un Français comme lui qui était
soldat dans le fond de l'âme.

Dieu m'appellera peut-être aussi à lui comme Marcel, que sa volonté soit
faite, je suis prêt à paraître devant lui. Depuis que nous sommes ici,
nous côtoyons la mort: les cadavres encombrent les boyaux, les anciennes
tranchées boches retournées par notre artillerie d'où s'exhale une
odeur de cadavres en décomposition, les blessés râlent dans la plaine,
demandant à boire ou appelant à leur secours leur mère ou leur femme, le
tout couvert par les obus qui éclatent de tous côtés et les balles qui
sifflent à nos oreilles: voilà le spectacle qui s'ouvre à nos yeux.

Quelle est ma destinée? je n'en sais rien, mais je jure, si Dieu me
prête vie, de venger Marcel, après quoi qu'il fasse de moi ce qu'il
voudra, si je dois y rester je mourrai content de l'avoir vengé. S'il
m'arrivait malheur (il faut tout prévoir), ne me plaignez pas, car Dieu,
dans sa miséricorde, nous réunira tous dans un lieu où ces cruelles
séparations ne se produiront plus.

Bon courage, mes chers parents, priez pour lui, pour moi pendant les
heures terribles que je vis par ici.

Recevez de votre fils qui vous aime de tout son coeur beaucoup de bons
baisers.

Charles RAVINET.



_Lettre écrite par le Caporal Robert RICAUX, 87e Régiment d'Infanterie,
blessé mortellement le 8 Septembre 1914._

Septembre 1914.

Chère Mère,

Lorsque tu recevras cette lettre, je ne serai plus sur la terre, ce sera
pour toi une émotion fort grande, mais, je t'en supplie, console-toi,
dis-toi que j'ai fait mon devoir jusqu'au bout et que je suis resté un
bon soldat.

Moi parti, il te reste papa; si nous sommes perdus tous les deux, tu
dois vivre pour les autres et rendre aux malheureux ce que tu aurais pu
faire pour nous.

Je suis convaincu que papa et toi avez fait votre devoir. Puisque
mon corps ne te parviendra pas, va prier pour moi sur la tombe de
grand'mère, ta voix montera vers moi.

L'on te fera parvenir, sans doute, en même temps que ma lettre, un petit
carnet où est enregistrée l'histoire de la campagne, conserve-le en
souvenir de moi et montre à tes amis les endroits par où j'ai passé.

Je tiendrais que tu ailles remercier l'amie Madame Médard, religieuse
laïcisée de l'Institut Saint-Jean de Saint-Quentin, pour la médaille et
l'encouragement qu'elle m'a donnés avant mon départ, ainsi que le prêtre
qui s'est intéressé à moi.

Crois bien une chose, c'est que je suis mort en bon chrétien, non muni
de l'absolution peut-être, mais n'ayant jamais oublié la prière du soir
et pensant toujours à toi et à papa.

Je te dis un dernier adieu en t'embrassant bien fort ainsi que ceux qui
restent.

Ton fils qui a toujours pensé à toi et à papa,

ROBERT.



_Lettre écrite par Louis ROBBE, 217e Régiment d'Infanterie, tombé au
champ d'honneur, le 30 Mai 1918, à Terdeghem, près Cassel._

Aux armées, le 12 Août 1917.

Bien chers Parents,

Si vous recevez cette lettre, c'est que je ne serai plus de ce monde.
Oh! mes chers parents, croyez que je serai par la grâce de Dieu auprès
de lui, et je vous supplie de ne pas pleurer sur moi, car, n'étant sur
cette terre que pour gagner le ciel, qu'importe-t-il que ce soit tôt ou
tard, et quelle belle occasion de passer dans l'éternité en combattant
pour la France, qui a certainement commis bien des fautes, mais qui est
malgré tout le royaume de la Sainte Vierge; quoi de plus beau que de
mourir pour elle qui sert quand même la juste cause?

Je fais ici le sacrifice de ma vie au bon Dieu pour la France, si c'est
sa volonté, et je pars avec le désir de faire tout mon devoir sans
exposer ma vie inutilement, bien entendu, mais de servir entièrement
mon pays et aussi je pars réconforté à la pensée que je vous défends
vous-mêmes, mes chers parents.

Je vous demande bien pardon des peines que j'ai pu vous faire, et je
vous remercie de tout mon coeur de ce que vous m'avez élevé dans notre
religion et je demande au bon Dieu de vous bénir pour cela.

Je n'oublierai pas non plus de remercier de tout mon coeur Monsieur
l'Abbé Perret, qui m'a instruit de ma religion et qui m'a fait tant de
bien; Monsieur l'Abbé Amiot, qui a été pour moi un bon pasteur et qui
a si bien continué l'oeuvre de l'Abbé Perret; mes oncles et tantes des
Faittes, qui depuis mon plus jeune âge ont été pour moi des seconds
pères et mères, et en général tous mes autres parents et amis qui m'ont
fait du bien sur la terre; je me recommande aux prières de tous: j'en
aurai tant besoin pour paraître devant le souverain juge.

Enfin, je termine, mes bien chers parents, en vous disant de croire que
ma dernière pensée après Dieu sera pour vous crier un grand au revoir
dans l'Eternité.

Votre LOUIS.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Louis ROBIN, 76e Régiment
d'Infanterie, blessé mortellement le 25 Septembre 1915._

Chère Soeurette,

Je t'écris à toi, car je te sais assez courageuse pour préparer papa et
maman au cas où je resterais dans la fournaise. Si, dans une dizaine
de jours, tu n'as rien reçu de moi, tu pourras dire adieu à ton grand
frérot. Comme tu as dû t'en rendre compte, c'est le grand coup que l'on
donne aux Boches et ce sera probablement la plus grande bataille des
temps modernes sur un front de 800 kilomètres.

Que m'est-il réservé? Mystère. Le 76° est appelé à pénétrer un des
premiers dans les pays envahis par les Boches. Tout le monde ici est
plein d'espoir, ainsi que moi d'ailleurs, et je te recommande mes vieux
parents, ma chère femme et surtout ton petit neveu.

Je termine en t'embrassant.

Ton frère,

LOUIS.



_Lettre écrite par Pierre SAGOT, Sous-Lieutenant au 22e Bataillon de
Chasseurs Alpins, mort glorieusement pour la France, le 3 Septembre
1914, en conduisant sa section à l'assaut de la Tête de Behouille
(Vosges)._

J'écris ce petit mot aujourd'hui 2 Septembre, ne connaissant pas le sort
que Dieu me destine.

Quand vous recevrez cette lettre, bien chers parents, j'aurai donné ma
vie pour la Patrie, je serai mort en pensant à vous, après avoir fait
ma prière si Dieu m'en donne le temps! Vivez heureux malgré cette dure
épreuve, reportez votre affection sur votre petit Roger. Dites à tous de
bien aimer leur Patrie pour récompenser ceux qui sont morts pour elle.
Dites à tous de vivre en chrétien, car on a besoin de Dieu au moment de
mourir.

Adieu, bien chers parents, je vous bénis tous.

Votre PIERRE.



_Lettre écrite par Marcel SARCIRON, blessé mortellement, le 6 Septembre
1914, à la bataille de la Marne._

Ma chère Maman,

A la hâte, car le temps presse, une dernière lettre. Malheureusement,
les pourparlers dont je t'avais déjà causé ne sont que trop vrais: avant
la fin de cette semaine, il y aura déjà de mes camarades qui seront
blessés ou morts, peut-être serai-je de ceux-là. En tout cas, il faut
que je te dise qu'avant d'aller à la mort, j'ai rempli mes devoirs de
chrétien. Monsieur le Curé de Gaillon est venu et j'ai été me confesser;
nous étions nombreux, plus que je ne l'aurais cru; il m'a remis une
médaille que je garde. Si tu voyais la figure des soldats, tous sont
pâles et muets.

A l'heure actuelle où je t'écris, on nous informe que nous allons aller
demain à Maubeuge; tu regarderas sur la carte et tu verras que c'est
tout près de la frontière; enfin, je pourrai mourir content, car, bien
que nous soyons tous sacrifiés, j'aurai fait mon devoir jusqu'au bout,
car je pars fier de servir ma Patrie, pour te défendre, et tu pourras
dire que ton fils aura accompli sans défaillance la tâche qu'on lui
imposait, et au dernier moment, je te reverrai, ma petite mère chérie,
et mon cher papa qui a été pour moi un grand ami. Je vous embrasse de
tout coeur en criant: «Vive la France!»

Votre fils qui vous aime et qui pense toujours à vous.

Marcel SARCIRON.

_P.-S._--Ce matin, les habitants de Gaillon nous ont accompagnés à la
gare, nous ont donné du pain, du tabac; tous pleuraient.

Encore un dernier souvenir à vous deux et je meurs en pensant à vous!
Adieu, mon papa chéri, adieu, ma maman adorée! Je vous embrasse comme je
vous ai toujours aimés.

MARCEL.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Louis SAUVRY, tombé au champ
d'honneur, le 9 Août 1918 à la prise de Montdidier, à son fils aîné,
Aspirant au 61e d'artillerie, sur le front._

Mon bien cher Fils,

Nous voici à la veille de prendre part d'une manière personnelle et
agissante à la lutte et à notre offensive générale.

Sans trahir aucun secret, nous allons pousser à notre tour par un
mouvement sur notre droite en traversant la voie ferrée à trois
kilomètres environ de la ville de X... (Montdidier), dans un endroit qui
possède des marécages malencontreux. Mais ce qui se passe à notre droite
et à notre gauche nous déblayera certainement beaucoup le terrain.

Il y a, bien entendu, des pièces de tous les calibres et il en arrive
encore cette nuit. Nous avons eu une nuit bruyante, le tapage s'est
continué toute la journée et des deux côtés cela a été un grand concert,
toute la lyre.

Mon bien cher Alfred, tu n'as pas oublié ce que je t'écrivais l'an
dernier dans une semblable circonstance, tu es mieux placé encore
pour apprécier mes sentiments. Si la mort me frappait sur le champ de
bataille, tu pourras te dire que je l'ai trouvée, que je suis venu la
chercher de loin, pour accomplir ce qui m'a paru un devoir, et que
j'ai considéré, à tort peut-être, mais en toute conscience, que je
travaillais pour notre honneur, inspiré par mon amour pour vous.

Au demeurant, la confiance la plus entière m'anime que Dieu veillera sur
mes jours comme il veille sur les tiens et je me place entièrement sous
sa suprême volonté.

Ne t'étonne pas surtout si tu ne reçois pas de lettres de moi, cela
prouvera simplement que les correspondances ne marchent pas, mes
dispositions étant prises à toutes éventualités.

Au revoir, mon bien cher Alfred, je t'embrasse avec tout mon coeur.

Ton père qui t'aime,

Louis SAUVRY.



_Lettre écrite par Charles SAVEL, Maréchal des Logis au 11e Chasseurs, à
Vesoul, mort au champ d'honneur._

Chers Parents,

Si vous recevez cette lettre, c'est que mon rêve se sera réalisé, je
serai mort pour la Patrie, j'aurai donné mon sang pour la France. Je
vous demande de ne verser sur mon cercueil que des larmes de joie;
faites en vos coeurs le sacrifice de votre enfant et exaucez ma prière.
Je pars avec la volonté ferme de me battre à outrance toutes les fois
que j'en aurai l'occasion; rassurez-vous, je ne m'acharnerai pas sur
un ennemi désarmé ou sur un vieillard, non. Mais je veux montrer aux
Allemands que les jeunes Français sont plus patriotes qu'ils ne le
croient. J'ai fait, pour ma part, depuis longtemps, le sacrifice que
je vous demande de faire, encore une fois, exaucez cet ultime voeu. Je
meurs pour Dieu, pour ma Patrie et pour vous et cela ne fait qu'un tout
indissoluble. Parents chéris, je vous presse une dernière fois sur mon
coeur.

Votre CHARLES.



_Lettre écrite par Albert-Charles TAUZIN, 12e Cuirassiers à pied, blessé
mortellement devant La Pompelle le 19 Décembre 1917, décédé sept jours
après à l'ambulance du front, Château Pommery, à Chigny-les-Roses
(Marne)._

Le 25 Décembre 1917.

Mon petit Papa chéri,

Ma bonne petite Maman chérie,

Je ne vous verrai plus, mais je veux que vous sachiez, encore une
dernière fois, que vous étiez ce que j'ai de plus cher au monde et que
je vous ai aimés jusqu'à la dernière minute.

Albert TAUZIN.



_Lettre écrite par le Sergent Charles TEMPLIER, 331e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 16 Septembre 1916, à
Bouchavesne._

Jeudi 14 Septembre 1916.

Mon cher Georges,

Deux mots seulement pour te dire que cette fois j'ai vu la bataille, ou
du moins nous y sommes depuis hier.

Je ne veux pas m'en plaindre, loin de là. J'y suis, je ferai mon
possible pour faire pour le mieux, mais sois certain que ton frère fera
son devoir sans trembler, en pensant à vous tous.

Hélas! je ne puis et ne veux te parler de la guerre que je ne
connaissais en rien depuis deux ans et cependant dans sa beauté (car
ce qu'elle représente dans un rayon très étendu est beau), mais aussi
quelle horreur dans son détail, que de tristes choses que l'on voit....

Enfin, les opérations vont assez bien et espérons que bientôt ce sera
fini et j'espère aussi qu'il me sera encore permis de retourner vous
dire ce que j'aurai vu.

Voilà déjà qu'il ne fait pas chaud.

Embrasse bien tout ton monde pour moi et reçois de ton frère un bien bon
baiser.

CHARLES.



_Lettre écrite par le Caporal Jean TISSIER, 81e Régiment d'Infanterie,
tombé au champ d'honneur._

Chère petite Mère,

Bien reçu ta longue lettre du 18, et tu penses si je suis heureux avec
une lettre pareille!

Je te remercie pour ton colis que j'ai bien reçu. Tu parles d'une
surprise! je le reçois hier au soir à la soupe, avant ta lettre, donc.
Que peut-il bien contenir? Je l'ouvre. Ciel, que vois-je! Un pâté de
chez Bourbonneux.... Une demi-heure après, il était mort et enterré avec
les honneurs militaires ... ce qu'il était bon! Et l'arrosage, donc!

Petite mère, ce que tu me gâtes! Je vois que tu es bien occupée avec tes
poilus! que de travail! et combien je suis heureux de voir, malgré tout
le travail qui t'est imposé par la maison de commerce, tout le mal que
tu te donnes pour nous gâter, et heureux surtout que tu te portes bien.

Ce qu'il en a de la veine, papa! Déjà été deux fois en perm à Paris, et
tu vas aller le voir. Tu es avec lui en ce moment! Je suis positivement
jaloux.... Oui, mais je me rattraperai quand ça sera fini.

Petite mère, tu te fais une trop belle idée de moi; de mon insouciance
et de ma gaieté, je n'ai pas de mérite. N'ai-je pas tout ce qu'il faut
pour être aussi heureux que possible? Tu me gâtes comme je ne pensais
pas qu'il fût possible d'être gâté; je suis jeune, je n'ai pas de soucis
pour plus tard, et n'ai rien à craindre, ou presque, pour ceux que
j'aime.... Au contraire, je vois autour de moi des poilus des pays
envahis, qui n'ont plus rien sur terre; leur pays est ruiné, leurs
parents sont prisonniers, ils sont sans nouvelles; quelquefois, leurs
femmes, leurs enfants sont aux mains des Boches. Que trouveront-ils la
guerre finie? Leur maison saccagée, pillée, peut-être en ruines; leurs
parents, leurs femmes, leurs enfants, que seront-ils?... Voilà ceux qui
ont du mérite à être gais, à avoir un bon moral!

J'ai reçu tous tes colis, chère maman, il n'en manque pas à l'appel. Le
beurre que je reçois maintenant est délicieux.

J'espère que tu as reçu les pellicules. Ici, il continue à faire un
temps épouvantable; je me souviendrai des huit jours que nous venons de
passer, c'est du joli. Heureusement que je suis costaud! Je n'ai
plus que deux hommes à mon escouade, le reste est évacué: angines,
bronchites, courbatures fébriles, etc.

Chère mère, je te quitte en t'embrassant très tendrement.

JEAN.



_Lettre écrite par le Sous-Officier TOUSSAINT, 117e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 22 Juillet 1916._

17 Juillet 1916.

Cher Monsieur Croland,

Ces lignes pour vous exprimer toute ma reconnaissance, toute ma
gratitude, tout ce que je ressens de bons sentiments pour la constante
bienveillance dont vous avez fait preuve envers moi toujours, en
tout temps. Cher Monsieur Croland, je vais peut-être casser ma pipe,
peut-être cette lettre est la dernière que vous recevrez de moi, car
demain nous partons à V..., après un repos d'une huitaine. Le régiment
a la mission de reprendre l'ouvrage de Th..., gagné et perdu plusieurs
fois. C'est vous dire qu'il va faire chaud. Je ne me dissimule pas
qu'il y a bien 90 chances sur 100 de n'en pas revenir, car on cite des
bataillons qui furent entièrement décimés. Mais, quoi qu'il arrive,
soyez persuadé, Monsieur Croland, que Toussaint cassera sa pipe très
proprement. Tout ce que je souhaite est de ne pas être amoché avant
d'avoir fait entrer Rosalie en danse. Le résiné, ça me connaît, vu que
je suis boucher.

Je vous prie, Monsieur Croland, de dire à Monsieur Dauphin que je serai
parti avec les bons souvenirs de satisfaction dus à sa grande amabilité
et à la profonde amitié de son fils. Non pas adieu, mais au revoir.

TOUSSAINT.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Gustave VEUILLET, 23e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 26 Août 1916, à Curlu
(Somme)._

Ma chère Maman,

Lorsque tu liras ces lignes, je me serai, comme tant d'autres, acquitté
envers le pays de la dette sacrée; et ce n'est certes que payer un juste
prix l'honneur d'avoir porté le nom de Français en ces heures sublimes,
en renonçant à certains rêves d'avenir. Depuis longtemps, j'avais fait
le sacrifice de ma vie à la noble cause, la plus belle entre toutes,
celle pour laquelle nous avons su souffrir, lutter et mourir.

Elle en vaut la peine. Que cette nouvelle te trouve forte et fière
d'avoir donné un fils à la Patrie, c'est là mon dernier voeu. Le coeur
des mères est, je sais, bien sensible à de pareils coups, mais je sais
aussi que le coeur d'une Française les supporte vaillamment, et tu étais
la maman d'un bon Français.

Comme j'ai sacrifié ma vie sur l'autel de la Patrie, offre ton héroïque
douleur à notre chère France et nous aurons tous deux bien mérité du
pays. Songe que la mort est notre lot fatal et qu'il faut la bénir
lorsqu'elle concourt à un tel but. Sois assurée que je l'ai affrontée
sans crainte, mon seul souci étant de faire dignement mon devoir. Et je
meurs sans remords, ma tâche consciencieusement accomplie, avec la joie
sereine de songer que mon souvenir survivra parmi celui des braves
tombés au champ d'honneur pour que l'humanité fût faite de plus de
justice. Je ne regrette rien de la vie, car j'ai vécu des heures uniques
et sublimes, exemptes de tout calcul et d'égoïsme, et je ferme les yeux
sur une vision presque trop belle pour être humaine.

J'ai vu tomber à mes côtés en un effroyable pêle-mêle, mais d'un geste
héroïque, des heureux de la vie et des pauvres diables, de puissants
cerveaux et de rudes primitifs, qui, après avoir souffert de longs mois,
fait abstraction de tout, sacrifié fortune, plaisir, famille, ont donné
leur vie pour un idéal d'amour, de justice et de liberté.

Si tu savais comme de tels exemples aident à mourir! J'emporte dans la
tombe le radieux espoir d'une France grande, forte et respectée, avec la
pensée que j'aurai modestement contribué à l'oeuvre de rénovation; ma
dernière pensée s'envole vers toi, chère petite maman, et auprès d'Henri
que j'ai beaucoup aimé, dans la communion de pensée où nous réunissait
l'amour profond de notre belle France.

Ne pleurez pas ma mort, ce serait faire injure à ma mémoire; placez mon
portrait en tenue à la place d'honneur du salon et ne l'encadrez pas
de crêpe, car je veux être uniquement un souvenir de gloire et non de
deuil. Ceux qui sont tombés en soldat ont droit que l'on ne pleure pas
leur trépas puisqu'ils l'ont librement consenti et jugé utile.

Adieu et vivez pour transmettre mon exemple à ceux qui auront la gloire
d'achever la tâche.

GUSTAVE.



_Lettre écrite par Louis-Don-Joseph VINCENTELLI, 158e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur, le 9 Juillet 1917, à Souchez._

8 Juillet.

Chers Parents,

J'ai reçu votre lettre datée du 13 Juin et suis très heureux de vous
savoir en bonne santé. Nous étions au repos pour un mois, mais un ordre
vient d'arriver et nous partons dans deux heures pour Lorette. _Ça doit
chauffer_, mais mon courage n'a pas diminué. Je suis très content de
savoir que vous vous soumettez à la volonté de Dieu. Oui, chers parents,
je ne vous demande que cela. Même si un jour vous appreniez ma mort, eh
bien! ayez la consolation de savoir que votre fils aura fait tout son
devoir.

J'ai prévenu un de mes camarades de combat de vous envoyer la photo
si je venais à tomber: il s'appelle Velin, Marius, de Saint-Saveurnin
(B.-du-R.).

Un Marseillais a reçu une lettre de Marseille dans laquelle on lui dit
que les Marseillais en ont assez. J'ai été peiné d'apprendre cela. Quant
à vous, je suis persuadé que vous aurez toujours bon courage.

Voyez, chers parents, je ne vous cacherai rien. Au Valdabon,
j'étais toujours malade, depuis le début jusqu'à ce que je rentre à
l'infirmerie, j'ai souffert des intestins; les premiers jours, à la
visite, on m'a reconnu et après le major ne m'a plus reconnu; depuis ce
jour, j'ai toujours marché.

Dieu sait toutes les fatigues que j'ai supportées et pourtant, grâce à
lui, jamais je ne me suis découragé, non, jamais, car je priais.

Il n'y a que le jour où, arrivé au maximum de mes forces, on m'a
rapporté à moitié mort à l'infirmerie. Mais Dieu m'a réconforté, car
ma maladie a disparu et je suis frais et dispos, aussi j'emploierai ma
santé au service de la France.

Que Michel n'oublie pas son devoir de chrétien: je lui demanderai de
faire une sainte communion pour moi.

Ce soir, j'irai à l'église voir si l'on me fera la faveur de communier
avant de partir pour les tranchées.

J'espère recevoir l'argent demain ou après-demain. Heureusement, il me
reste encore 3 francs pour m'acheter quelques provisions pour le voyage:
nous avons 40 kilomètres à faire en automobile.

«Le caporal me remet à l'instant 200 pruneaux pour aller faire des
cartons à la foire.»

Ici, il fait chaud. Donc, chers parents, bon courage, trouvez la
consolation dans la prière.

Je vous embrasse de tout mon coeur.

LOUIS.


Chère Maman,

Je veux ajouter quelques mots pour toi afin de t'apporter un peu de
courage. Je ne te cacherai pas que nous partons dans un vrai enfer.

Dieu m'a choisi pour vous représenter au combat, et c'est tout joyeux
que j'accepte. Il est vrai que c'est dur, qu'à chaque minute, à chaque
seconde, la mort vous guette, mais malgré tout je ferai mon devoir et,
s'il le faut, je donnerai ma vie.

Je t'embrasse de tout mon coeur.

Au revoir. Vive la France!



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Pierre VIOLET, 6e Tirailleurs,
mort au champ d'honneur le 26 Octobre 1918._

30 Mars 1918.

Je n'ai, à mon âge, pas connu grand'chose de la vie. La France et son
idéal de liberté fut et demeure mon grand amour, et je serai fier de me
dévouer pour elle.

Si, comme tant d'autres, je dois succomber dans la lutte ardente, je ne
demande à Dieu qu'une chose: me laisser vivre assez longtemps pour
voir les Boches en déroute et je mourrai content, comme un soldat doit
mourir: face à l'ennemi.

Pierre VIOLET.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Pierre-Eugène VUITTON, 101e
Régiment d'Infanterie, tombé au champ d'honneur le 28 Septembre 1917._

19 Juin 1915.

Mon cher Père,

Oui, évidemment, je sais que je fais mon devoir, mais je me demande si
je ne pourrais pas le faire mieux. Je sais qu'en ce moment on manque
d'officiers d'infanterie; je crois donc que je pourrais être beaucoup
plus utile dans cette arme qu'ici, surtout si je réussis à être
sous-lieutenant. Cette guerre dure si longtemps et affecte le moral de
si nombreuses personnes (aussi bien civiles que militaires) que j'estime
que ceux qui en sont capables doivent faire plus que leur devoir et je
vous sais assez patriotes pour être sûr que vous pensez comme moi. Mais,
naturellement, je ne ferai rien avant d'avoir votre avis.

PIERRE.



_Lettre écrite par le Sous-Lieutenant Rodolphe WURTZ, 405e Régiment
d'Infanterie, tombé au champ d'honneur en Champagne._

Ma chère petite Maman,

J'espère que tu ne recevras jamais cette lettre, car si elle te parvient
un jour, c'est que je serai allé retrouver papa et mon cher petit frère.

Cette idée de mort ne m'épouvante pas le moins du monde. Si je tombe,
ce sera pour la France, en faisant mon devoir, comme autant d'hommes le
font en ce moment.

Il n'y a que toi qui m'inquiète, et je me dis: «Que deviendr [illisible]
a pauvre maman?» Si je viens à mourir, voilà ce que tu feras. D'abord,
tu auras et conserveras beaucoup de calme, tu garderas ton sang-froid
et tu ne t'en iras pas par les rues en criant ton désespoir; ta douleur
sera calme et digne.

Puis tu iras à Luché-Thouarsais, sur la tombe de papa, et tu lui diras
que ses deux fils sont morts en faisant leur devoir et que son gendre en
a fait autant.

Mon père sera content de savoir que son grand Rodolphe et son petit
Emile sont tombés au champ d'honneur.

Tu lui diras aussi que Rodolphe est tombé avec l'épaulette, face à
l'ennemi et en tête de ses hommes. Il sera heureux, notre pauvre père,
et toi aussi, chère maman, tu auras la satisfaction d'avoir donné le
jour à des gens de bien, quoique certains en aient douté.

Tu retourneras à ton travail à la gare de Chef-Boutonne, et tu
continueras jusqu'au jour où tu jugeras être assez fatiguée et avoir
assez travaillé pour te reposer.

Tu retourneras dans ton pays, en Alsace redevenue française, et tu
te diras si tu es à Thann ou à Strasbourg, c'est que tes fils auront
contribué à rendre à la France nos chères provinces.

Que cette pensée te soit douce au coeur. Elle sera une consolation dans
ta vieillesse. Je te veux et te désire toujours bon courage et de la
confiance. Le sacrifice bien accepté, la joie dans la résignation font
les forts. Tu chasseras bien loin de toi toute colère contre qui que
ce soit; tu ne seras point jalouse des mères qui auront conservé leurs
enfants. S'il t'arrive parfois de pousser des soupirs en voyant les
camarades de mon frère ou les miens, songe que tes fils ne souffrent
plus et que leur mort glorieuse vaut bien la misérable existence de ceux
qui restent.

C'est bien promis, n'est-ce pas? si je ne reviens pas, tu diras que les
dernières pensées de ton grand fils ont été vers toi et vers ma soeur
Blanche et que du paradis des braves je vous protégerai toutes les deux.

Bons baisers, donc, et du courage et de la force de coeur, dans la vie
comme dans la mort.

Rudolphe WURTZ.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La dernière lettre écrite par des soldats français tombés au champ d'honneur 1914-1918" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home