Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Danse macabre
Author: Anonymous
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Danse macabre" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



[La danse macabre historiée et augmentée de plusieurs nouveaux
personnages et beaux dits]


[Illustration: L'acteur est assis entouré de livres dans un cabinet de
travail, et montre de la main une banderole portée par un ange et
comportant ces mots:

  Hec pictura decus. pompam. luxumque relegat:
  Inque choris nostris ducere festa monet.

]


¶Lacteur

  O creature raisonnable
  Qui desires vie eternelle
  Tu as cy doctrine notable
  pour bien finer vie mortelle
  La dance macabre sappelle
  Que chascun a dancer aprent
  A homme et femme est naturelle
  Mort nespergne petit ne grant

  En ce mirouer chascun peut lire
  Qui li conuient ainsi danser
  Saige est cellui qui bien si mire
  Le mort le vif fait auancer
  Tu vois les plus grans commencer
  Car il nest nul que mort ne fiere
  Cest piteuse chose y penser
  Tout est forge dune matiere

[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le pape; 2. le mort, l'empereur.]

¶Le mort

  Vous qui viuez certainement
  Quoy quil tarde ainsi danseres
  Mais quant/ dieu le scet seulement
  Auisez: comme nous vous feres
  Dam pape. vous commenceres
  Comme le plus digne seigneur
  En ce point honnoure seres
  Au grant maistre est deu lonneur

¶Le pape

  Hee: fault il que la danse maine
  Le premier: qui suis dieu en terre
  Iay eu dignite souueraine
  En leglise comme saint pierre
  Et comme autre mort me vient querre
  Encor point mourir ne cuidasse
  Mais la mort a tous maine guerre
  Peu vault honneur qui si tost passe

¶Le mort

  Et vous le non pareil du monde
  Prince & seigneur grant emperiere
  Laisser vous fault la pomme ronde
  Armes/ ceptre/ timbre/ baniere
  Ie ne vous lairray pas derriere
  Vous ne pouez plus seignourir
  Ien maimne tout cest ma maniere
  Les filz adam fault tous mourir.

¶Lempereur

  Ie ne scay deuant qui iappelle
  De la mort: qui si me demaine
  Armer me fault de pic de pelle
  Et dung linceul/ ce mest grant peine
  Sur tous ay eu grandeur mondaine
  Et morir me fault pour tout gaige
  Quest ce de ce mortel demaine
  Les grans ne lont pas dauantaige


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le cardinal; 2. le mort, le roi.]

¶Le mort

  Vous faictes lesbahy se semble
  Cardinal: sus legerement
  Suiuons les autres tous ensemble
  Rien ny vault esbahissement
  Vous aues vescu haultement
  Et en honneur a grant diuis
  Prenez en gre lesbatement
  En grant honneur se pert laduis

¶Le cardinal

  Iay bien cause de mesbahir
  Quant ie me voy de si pres pris
  La mort mest venue assaillir
  Plus ne vestiray vert ne gris
  Chapeau rouge: chape de pris
  Me fault laisser a grant destresse
  Ie ne lauoye pas apris
  Toute ioye fine en tristesse

¶Le mort

  Venez noble roy couronne
  Renomme de force & prouesse
  Iadis fustes enuironne
  De grans pompes de grant noblesse
  Mais maintenant toute haultesse
  Lesseres: vous nestes pas seul
  Peu aures de vostre richesse
  Le plus riche na qun linceul

¶Le roy

  Ie nay point apris a danser
  A danse & note si sauuaige
  Las on peult bien veoir & penser
  Que vault orgueil/ force/ lignage
  Mort destruit tout cest son vsage
  Aussi tost le grant que le mendre
  Qui moins se prise plus est sage
  En la fin fault deuenir cendre


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le patriarche; 2. le mort, le connétable.]

¶Le mort

  Patriarche pour basse chiere
  Vous ne poues estre quite
  Vostre double croix quauez chiere
  Vng autre aura: cest equite
  Ne pensez plus a dignite
  Ia ne serez pape de romme
  Pour rendre compte estes cite
  Folle esperance decoit lomme

¶Le patriarche

  Ie voy bien que mondain honneur
  Ma deceu: pour dire le voir
  Mes ioyes a tourne en douleur
  Et que vault tant donneur auoir
  Trop hault monter nest pas scauoir
  Hauls estas gastent gens sans nombre.
  Mais peu le veulent parceuoir
  A hault monter le fais encombre

¶Le mort

  Cest de mon droit que ie vous maine
  A la dance gent connestable
  Le plus fort: comme charlemaigne
  Mort prent: cest chose veritable
  Rien ny vault chiere espouentable
  Ne forte armeure en cest assault
  Dun cop iabas le plus estable
  Rien nest darmes quant mort assault

¶Le connestable

  Iauoye encor intention
  Dassaillir chasteau: forteresse
  Et mener a subiection
  En acquerant honneur/ richesse
  Mais ie voy que toute prouesse
  Mort met abas: cest grant despit
  Tout lui est vng: doulceur rudesse
  Contre la mort na nul respit


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, l'archevêque; 2. le mort, le chevalier.]

¶Le mort

  Que vous tirez la teste arriere
  Archeuesque tirez vous pres
  Auez vous paour quon ne vous fiere
  Ne doubtez. vous venrez apres
  Nest pas tousiours la mort empres
  Tout homme & le suyt coste a coste
  Rendre conuient debtes & prestz
  Vne fois fault compter a loste

¶Larcheuesque

  Las ie ne scay ou regarder
  Tant suis par mort a grant destroit
  Ou fuiray ie pour moy aider
  Certes qui bien la congnoistroit
  Hors de raison iamais nistroit
  Plus ne gerray en chambre painte
  Mourir me conuient cest le droit
  Quant faire fault cest grant contrainte

¶Le mort

  Vous qui entre les grans barons
  Auez eu renom cheualier
  Oubliez trompettes. clarons
  Et me suiuez sans sommeiller
  Les dames soulies reueiller
  En faisant dancer longue piece
  A autre dance fault veiller
  Ce que lung fait lautre depiece

¶Le cheualier

  Or ay ie este auctorise
  En plusieurs faitz & bien fame
  Des grans & des petis prise
  Auec ce des dames ame
  Ne oncques ne fu diffame
  A la court de seigneur notable
  Mais a ce cop suis tout pasme
  Dessoubz le ciel na rien estable


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, l'évêque; 2. le mort, l'écuyer.]

¶Le mort

  Tantost naurez vaillant ce pic
  Des biens du monde: et de nature
  Euesque. de vous il est pic
  Non obstant vostre prelature
  Vostre fait gist en auanture
  De vos subietz fault rendre compte
  A chascun dieu fera droicture
  Nest pas asseur qui trop hault monte

¶Leuesque

  Le cueur ne me peult esiouir
  Des nouuelles que mort maporte
  Dieu vouldra de tout compte ouyr
  Cest ce que plus me desconforte
  Le monde aussi peu me conforte
  Qui tous a la fin desherite
  Il retient tout: nul rien nemporte
  Tout ce passe fors le merite

¶Le mort

  Auancez vous gent escuier
  Qui scauez de dancer les tours
  Lance porties et escu hier
  Et huy vous finerez vos iours
  Il nest rien qui ne praigne cours
  Dansez & pensez de suiuir
  Vous ne pouez auoir secours
  Il nest qui mort puisse fuyr

¶Lescuier

  Puis que mort me tient en ses las
  Au moins que ie puisse vng mot dire
  Adieu deduis: adieu soulas
  Adieu dames plus ne puis rire
  Pensez de lame qui desire
  Repos: ne vous chaille plus tant
  Du corps: qui tous les iours empire
  Tous fault mourir on ne scet quant


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, l'abbé; 2. le mort, le bailli.]

¶Le mort

  Abbe: venez tost vous fuyes
  Nayez ia la chiere esbahie
  Il conuient que la mort suiuez
  Combien que moult lauez haye
  Commandez a dieu labbaye
  Qui gros & gras vous a nourry
  Tost pourrires a peu daye
  Le plus gras est premier pourry

¶Labbe

  De cecy neusse point enuie
  Mais il conuient le pas passer
  Las or nay ie pas en ma vie
  Garde mon ordre sans casser
  Gardez vous de trop embrasser
  Vous qui viuez au demourant
  Se vous voulez bien trespasser
  On saduise tart en mourant

¶Le mort

  Baillif qui scauez quest iustice
  Et hault & bas: en mainte guise
  Pour gouuerner toute police
  Venez tost a ceste assise
  Ie vous adiourne de main mise
  Pour rendre compte de vos faitz
  Au grant iuge qui tout vng prise
  Vng chascun portera son fais

¶Le baillif

  He dieu: vecy dure iournee
  De ce cop pas ne me gardoye
  Or est la cause bien tournee
  Entre iuges honneur auoye
  Et mort fait raualler ma ioye
  Qui ma adiourne sans rappel
  Ie ny voy plus ne tour ne voye
  Contre la mort na point dappel


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, l'astrologue; 2. le mort, le bourgeois.]

¶Le mort

  Maistre pour vostre regarder
  En hault: ne pour vostre clergie
  Ne pouez la mort retarder
  Cy ne vault rien astrologie
  Toute la genealogie
  Dadam: qui fut le premier homme
  Mort prent. ce dit theologie
  Tous fault mourir pour vne pomme

¶Lastrologien

  Pour science: ne pour degrez
  Ne puis auoir prouision
  Car maintenant tous mes regretz
  Sont: mourir a confusion
  Pour finable conclusion
  Ie ne scay rien que plus descrire
  Ie pers cy toute aduision
  Qui vouldra bien mourir bien viue

¶Le mort

  Bourgois: hastez vous sans tarder
  Vous nauez auoir ne richesse
  Qui vous puisse de mort garder
  Se des biens dont eustes largesse
  Auez bien vse. cest sagesse
  Dautrui vient tout: a autrui passe
  Fol est qui damasser se blesse
  On ne scet pour qui on amasse

¶Le bourgois

  Grant mal me fait si tost laisser
  Rentes. maisons/ cens/ nourriture
  Mais paures. riches abaissier
  Tu fais mort: telle est ta nature.
  Sage nest pas la creature
  Damer trop les biens qui demeurent
  Au monde. et sont siens de droicture
  Ceulx qui plus ont. plus enuiz meurent


[Illustration: De gauche à droite:
1. Le mort, le chanoine; 2. le mort, le marchand.]

¶Le mort

  Sire chanoine prebendez
  Plus naurez distribution
  Ne gros: ne vous y attendez
  Prenez cy consolation
  Pour toute retribution
  Mourir vous conuient sans demeure
  Ia ny aurez dilation
  La mort vient quon ne garde leure

¶Le chanoine

  Cecy guere ne me conforte
  Prebende suis en mainte eglise
  Or est la mort plus que moy forte
  Qui tout emmaine: cest sa guise
  Blanc surpelis: aumusse grise
  Me fault laisser: et a mort rendre
  Que vault gloire si tost bas mise
  A bien mourir doit chascun tendre

¶Le mort

  Marchant regardez par deca
  Plusieurs pays auez cherchie
  A pie: et a cheual de pieca
  Vous nen serez plus empesche
  Vecy vostre dernier marche
  Il conuient que par cy passez
  De tout soing serez despesche
  Tel couuoite qui a assez

¶Le marchant

  Iay este a mont et aual
  Pour marchander ou ie pouoie
  Par long temps: a pie: a cheual
  Mais maintenant pers toute ioye
  De tout mon pouoir acqueroye
  Or ay ie assez mort me contraint
  Bon fait aler moyenne voye
  Qui trop embrasse peu estraint


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le chartreux; 2. le mort, le sergent.]

¶Le mort

  Ales marchant sans plus rester
  Ne faictes ia cy resistance
  Vous ny pouez rien conquester
  Vous aussi homme dastinence
  Chartreux prenez en pacience
  De plus viure nayez memoire
  Faictes vous valoir a la danse
  Sur tout homme mort a victoire

¶Le chartreux

  Ie suis au monde pieca mort
  Par quoy de viure ay moins enuie
  Ia soit que tout homme craint mort.
  Puis que la chair est assouuie
  Plaise a dieu que lame rauie
  Soit es cieulx apres mon trespas
  Cest tout neant de ceste vie
  Tel est huy qui demain nest pas

¶Le mort

  Sergent qui portes celle mace
  Il semble que vous rebellez
  Pour neant faictes la grimace
  Son vous greue si appellez
  Vous estes de mort appellez
  Qui lui rebelle il se decoit
  Les plus fors sont tost rauallez
  Il nest fort quaussi fort ne soit.

¶Le sergent

  Moy qui suis royal officier
  Comme mose la mort frapper
  Ie faisoye mon office hyer
  Et elle me vient huy happer
  Ie ne scay quelle part eschapper
  Ie suis pris deca & dela
  Malgre moy me laisse attrapper
  Enuiz meurt qui apris ne la


[Illustration: De gauche à droite:
1. Le mort, le moine; 2. le mort, l'usurier, le pauvre homme recevant
l'aumône de l'usurier.]

¶Le mort

  Ha maistre par la passerez
  Naiez ia soing de vous deffendre
  Plus hommes nespouenteres
  Apres moine sans plus attendre
  Ou penses vous si fault entendre
  Tantost aurez la bouche close
  Homme nest fors que vent & cendre
  Vie dhomme est moult peu de chose

¶Le moine

  Iamasse mieulx encore estre
  En cloistre & faire mon seruice
  Cest vng lieu deuot & bel estre
  Or ay ie comme fol et nice
  Ou temps passe commis maint vice
  De quoy nay  fait penitance
  Souffisant/ dieu me soit propice
  Chacun nest pas ioyeux qui dance

¶Le mort

  Vsuriers. de sens desrigles
  Venez tost. et me regardez
  Dusure estes tant aueugles
  Que dargent gaigner tout ardez
  Mais vous en serez bien lardez
  Car ce dieu qui est merueilleux
  Na pitie de vous tout perdez
  A tout perdre est cop perilleux

¶Lusurier

  Me conuient il si tost mourir
  Ce mest grant peine et greuance
  Et ne me pourroit secourir
  Mon or mon argent ma cheuance
  Ie vois mourir la mort mauance
  Mais il men desplaist somme toute
  Quest ce de male acoustumance
  Tel a beaux yeulx qui ne voit goute

¶Le poure homme

  Vsure est tant mauuais peche
  Come chascun dit: & racompte
  Et cest homme qui approche
  Se sent de la mort: nen tient conte
  Mesme lar-gent: quen ma main compte:
  Encor a vsu-re me preste
  Il deura de retour au compte:
  Nest pas quite qui doit de reste


[Illustration: De gauche à droite:
1. Le mort, le médecin; 2. Le mort, l'amoureux.]

¶Le mort

  Medecin a tout vostre orine
  Voyez vous icy quamender
  Iadis sceutes de medecine
  Assez pour pouoir commander
  Or vous vient la mort demander
  Comme autre vous conuient mourir
  Vous ny pouez contremander
  Bon mire est qui se scet guerir

¶Le medecin

  Long temps a quen lart de phisique
  Iay mis toute mon estudie
  Iauoys science et pratique
  Pour guerir mainte maladie
  Ie ne scay que ie contredie
  Plus ny vault herbe ne racine
  Nautre remede quoy quon die
  Contre la mort na medecine

¶Le mort

  Gentil amoureux gent et frique
  Qui vous cuidez de grant valeur
  Vous estes prins la mort vous pique
  Le monde lairez a douleur
  Trop lauez ame: cest foleur
  Et a mourir peu regarde.
  Ia tost vous changeres couleur
  Beaute nest que ymage farde

¶Lamoureux

  Helas: or ny a il secours
  Contre la mort adieu amourettes
  Moult tost va ieunesse a decours
  Adieu chapeaux boucques florettes
  Adieu amans et pucellettes
  Souuienne vous de moy souuent
  Et vous mires se sages estes
  Petite pluye abat grant vent


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, l'avocat; 2. le mort, le ménestrier.]

¶Le mort

  Aduocat sans long proces faire
  Venez vostre cause plaidier
  Bien auez sceu les gens attraire
  De pieca non pas duy ne dyer
  Conseil si ne vous peut aider
  Au grant iuge vous fault venir
  Sauoir le deuez sans cuider
  Bon fait iustice preuenir

¶Laduocat

  Cest bien droit que raison se face
  Ne ie ny scay mettre deffence
  Contre mort na respit ne grace
  Nul nappelle de sa sentence
  Iay eu de lautruy quant ie y pense
  Dequoy ie doubte estre repris
  A craindre est le iour de vengeance
  Dieu rendra tout a iuste pris

¶Le mort

  Menestrier qui dances et notes
  Scauez: et auez beau maintien
  Pour faire esiouir sos et sotes
  Quen dictes vous: alons nous bien
  Monstrer vous fault puis que vous tien
  Aux autres cy vng tour de dance
  Le contredire ny vault rien
  Maistre doit monstrer sa science

¶Le menestrier

  De danser ainsi neusse cure
  Certes tresenuiz ie m'en mesle
  Car de mort nest peine plus dure
  Iay mis soubz le banc ma vielle
  Plus ne corneray sauterelle
  Nautre danse. mort men retient
  Il me fault obeir a elle
  Tel danse a qui au cueur nen tient


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le curé; 2. le mort, le laboureur.]

¶Le mort

  Passes cure sans plus songer
  Ie sens questes abandonne
  Le vif/ le mort solies menger
  Mais vous seres aux vers donne
  Vous fustes iadis ordonne
  Miroer dautruy et exemplaire
  De voz fais seres guerdonne
  A toute paine est deu salaire

¶Le cure

  Vueille ou non il fault que me rende
  Il nest homme que mort nassaille
  De mes parroissiens offrende
  Nauray iames: ne funeraille
  Deuant le iuge fault que ie aille
  Rendre compte las douloureux
  Or ay ie grant paour que ne faille
  Qui dieu quitte bien est eureux

¶Le mort

  Laboureur qui en soing & peine
  Auez vescu tout vostre temps
  Morir fault cest chose certaine
  Reculler ny vault ne contemns
  De mort deues estre contens
  Car de grant soussi vous deliure
  Approchez vous ie vous attens
  Fol est qui cuide tousiours viure

¶Le laboureur

  La mort ay souhaitte souuent
  Mais voulentiers ie la fuisse
  Iamasse mieulx fist pluye ou vent
  Estre es vignes ou ie fouisse
  Encor plus grant plaisir y prisse
  Car ie pers de paour tous propos
  Or nest il qui de ce pas ysse
  Au monde na point de repos


[Illustration: De gauche à droite:
1. le mort, le cordelier; 2. le mort, l'enfant au berceau.]

¶Le mort

  Faictes voye vous auez tort
  Laboureur apres cordelier
  Souuent auez presche de mort
  Si vous deuez moins merueiller
  Ia ne sen fault esmoy bailler
  Il nest si fort que mort nareste
  Si fait bon a mourir veiller
  A toute heure la mort est preste

¶Le cordelier

  Quest ce que de viure en ce monde
  Nul homme a seurte ny demeure
  Toute vanite y habunde
  Puis vient la mort qua tous court seure
  Mendicite point ne masseure
  Des meffaitz fault payer lamende.
  En petit dheure dieu labeure
  Sage est le pecheur qui samende

¶Le mort

  Petit enfant naguere ne
  Au monde auras peu de plaisance
  A la danse seras mene
  Comme autre: car mort a puissance
  Sur tous: du iour de sa naissance
  Conuient chascun a mort offrir:
  Fol est qui nen a congnoissance
  Qui plus vit plus a a souffrir

¶Lenfant

  A: a: a: ie ne scay parler
  Enfant suis: iay la langue mue
  Hyer nasquis huy men fault aler
  Ie ne fais quentree & yssue
  Rien nay meffait mes de paour sue
  Prendre en gre me fault cest le mieulx
  Lordonnance dieu ne se mue
  Aussi tost meurt ieune que vieux


[Illustration: De gauche à droite:
1. Le mort, le clerc; 2. le mort, l'ermite, le mort.]

¶Le mort

  Cuidez vous de mort eschapper
  Clerc esperdu pour reculer
  Il ne sen fault ia defripper
  Tel cuide souuent hault aller
  Quon voit acop tost raualler
  Prenez en gre allons ensemble
  Car rien ny vault le rebeller
  Dieu punist tout quant bon lui semble

¶Le clerc

  Fault il qun ieune clerc seruant
  Qui en seruice prent plaisir
  Pour cuider venir en auant
  Meure si tost: cest desplaisir
  Ie suis quitte de plus choisir
  Autre estat: il fault quansi danse
  La mort ma pris a son loisir
  Moult remaint de ce que fol pense

¶Le mort

  Clerc: point ne fault faire refus
  De danser: faicte vous valoir
  Vous nestes pas seul: leues sus
  Pourtant moins vous en doit chaloir
  Venez apres cest mon vouloir
  Homme nourry en hermitage
  Ia ne vous en conuient doloir
  Vie nest pas seur heritage

¶Lermite

  Pour vie dure ou solitaire
  Mort ne donne de viure espace
  Chascun le voit si sen fault taire
  Or requier dieu qun don me face
  Cest que tous mes peches efface
  Bien suis content de tous ses biens
  Desquelz iay vse de sa grace
  Qui na suffisance il na riens

¶Le mort

  Cest bien dit ainsi doit on dire
  Il nest qui soit de mort deliure
  qui mal Vit il aura du pire
  si pense chascun de bien viure
  dieu pesera tout a la liure
  bon y fait penser soir et main
  Meilleur science na en liure
  Il nest qui ait point de demain


[Illustration: Le mort est couché par terre sur un linceul, une
couronne posée à côté de sa tête. L'acteur assis à côté de ses
livres montre de la main une banderole portée par l'ange avec le
texte suivant:

  Mortales dominus cunctos in luce creauit.
  Vt capiant meritis gaudia summa poli.
  Felix ille quidem qui mentem iugiter illuc.
  Dirigit: atque vigil noxia queque cauet.
  Nec tamen infelix: sceleris quem penitet acti.
  Quique suum facinus plangere sepe solet.
  Sed viuunt homines/ tanquam mors nulla sequatur.
  Et velut infernus fabula vana foret.
  Cum doceat sensus viuentes morte resolui.
  Atque herebi penas pagina sacra probet.
  Quas qui non metuit infelix prorsus & amens.
  Viuit: & extinctus senciet ille rogum
  Sic igitur cuncti sapientes viuere certent.
  Vt nichil inferni sit metuenda palus

]

  Vous qui en ceste pourtraicture
  Veez dancer estaz diuers
  Pensez que humaine nature
  Ce nest fors que viande a vers
  Ie le monstre: qui gis en vers
  Si ay ie este roy couronnez
  Telz serez vous bons & peruers
  Tous estas: sont a vers donnes

¶Lacteur

  Rien nest domme qui bien y pense
  Cest tout vent: chose transitoire
  Chascun le voit: par ceste danse
  Pource vous qui veez listoire
  Retenez la bien en memoire
  Car homme & femme elle amonneste
  Dauoir de paradis la gloire
  Eureux est qui es cieulx fait feste

  Bon y fait penser soir & main
  Le penser en est prouffitable
  Tel est huy: qui mourra demain
  Car il nest rien plus veritable
  Que de mourir: ne moins estable
  Que vie domme. on laparcoit
  A leul pour quoy nest pas fable
  Fol ne croit iusques il recoit

  Mais aucuns sont a qui nen chault
  Comme sil ne fust paradis
  Ne enfer. helas il auront chault
  Les liures que firent iadis
  Les sains: le monstrent en beaux dis
  Acquitez vous qui cy passes
  Et faictes des biens: plus nen dis
  Bien fait vault moult es trespasses



[Les trois morts et trois vifs ensemble.]


¶Lermite

  Ouure tes yeux creature chetiue
  Vien veoir les fais de la mort exessiue
  De qui iay eu en ce lieu vision
  Pensee nest si trescontemplatiue
  que dauoir en vne heure hastiue
  Vng tel regard neust admiration
  de trois corps mors mest lapparition
  Venue yci auecques leurs suaires
  Pareillement leurs terribles viaires
  deffigures & leurs corps descouuers
  les trous des yeux et du nes ouuers
  les os tous secz/ iambes/ bras/ pieds & mains
  Tous demengies & partuises de vers
  cest le tribut que mort doit aux humains

  terrible mort sus tous autres terribles
  on te doit bien par tes euures horribles
  dire & clamer puis que par ta morsure
  et par assaulx soudains imperceptibles
  par coups mortelz diuers irremissibles
  Telle tu fais humaine creature
  de tes euures ay veu la pourtraicture
  Tant diuerse tant cruelle et hideuse
  Deffiguree/ horrible/ merueilleuse
  deuant mes yeux en ce poure hermitage
  qui mont trouble tellement le corage
  que plus ne peut de tel euure congnoistre
  bien doit penser a la mort qui est sage
  car en la fin il nous conuient telz estre

  Or ne scet on si ces trois autreffois
  ont este ducs/ barons/ contes ou roys
  papes abbes cardinaulx ou chanoines
  ne qui estoit le plus noble des trois
  silz ont este bossus hommes ou drois
  silz ont este preuosts ou capitaines
  fors quilz ont eu tous trois faces humaines
  qui ont este en la terre ammurees
  La ou les vers les ont deffigurees
  Si quil nya plus rien que lossement
  Qui est a tous grant esbahissement
  et est bien fol a qui point nen souuient
  Grans et petis vniuersellement
  Vne fois telz estre nous conuient

  De lautre part sont venus vis a vis
  sur iii cheuaux iii biaux homes tous vis
  mais en voyant ceste chose admirable
  Il a semble quilz ont este rauis
  Trop long seroit a conter le diuis
  des trois viuens piteux & lamentable
  celui neut deux qui ne fust doubtable
  de veoir les mors & non pas sans raison
  car quiconque veoit feu en la maison
  de son voisin prochain mettre & getter
  de la sienne par cause doit doubter
  dont les viuens que les mors aperceurent
  merueille nest si de fort sespouenter
  a celle heure cause raisonnable eurent

  les mors aux vis les vis au mors parlerent
  & aux viuans les iii mors reuellerent
  de mort les grans & terribles assaulx
  et tellement les viuens espoenterent
  que a bien petit que tous ne trebucherent
  a la terre de dessus leurs cheuaulx
  lung laissa chiens & lautre ses oyseaux
  en requerant a dieu grace & mercy
  que requerir nous lui deuons aussi
  en lui priant par sa saincte puissance
  quil nous donne faire vraye penitance
  si que au monde que nous sommes mortelz
  nous facons tant que ayons la ioyssance
  apres la mort des regnes immortelz

¶Le premier mort

  Se nous vous aportons nouuelles
  Qui ne soient ne bonnes ne belles
  A plaisance ou a desplaisance
  Prendre vous fault en pacience
  Car ne peut estre autrement
  Beaux amis: tout premierement
  Non obstant quelque richesse
  Puissance/ honneur/ force ou ieunesse
  Nous vous denoncons tout de voir
  Qui vous conuient mort receuoir
  Vne mort las: si douloureuse
  Si amere: si angoisseuse
  Que les mors qui en sont deliure
  Ne vouldroient iames reuiure
  Pour morir encor de tel mort
  Et apres quant vous seres mort
  Tout ainsi que poures truans
  Vous seres hydeux et puans
  Des nostres/ et de noz liurees
  Et voz ames seront liurees
  Ie nen dis plus mais cest du pire
  Il me souffist asses de dire
  De voz meschans corps la misere
  Qui ne sont pas dautre matiere
  Certainement ne que nous sommes
  Na guiere estions puissans hommes
  Or sommes telz comme voyes
  Se vous voules si pouruoyes
  Et bien y deuez pourueoir
  Quant en nous vous pouez veoir
  Comme de vous il aduiendra
  Et quel loyer mort vous rendra
  Car voz corps qui sont plains dordure
  Aller fera a porriture
  Telz comme vous vng temps nous fumes
  Telz seres vous comme nous sommes

¶Le second mort

  Pouruoyez y se vous voules
  Autrement que vous ne soules
  Car certes la mort vous espie
  Pour vous oster des corps la vie
  Plus briefuement que ne cuides
  Qui estes si oultrecuides
  Que pour vng peu de ioye vainne
  Vng peu de plaisance mondaine
  Qui est de si courte duree
  Tost venue: plus tost alee
  Voulez perdre la ioye fine
  De paradis qui point ne fine
  Et qui pis est damnes seres
  Aultrement nen eschaperes
  Mais se sera sans deliurance
  Comme auez vous a tel plaisance
  Dictes nous: meschans orguilleux
  En ce monde si perilleux
  Ou il nya que diuisions
  Et diuerses tribulations
  Puis guerre. puis mortalite
  Tousiours nouuelle aduersite
  Reuient auant que lautre faille
  Vous ne scauez homme sans faille
  Tant soit puissant: veille ou non vueille
  Qui ne seuffre. qui ne se deule
  Ailleurs doncques repos queres
  Car cy point ne la trouueres
  Repos aures en paradis
  Si croire vous voules es dis
  Des sages qui conseillent faire
  Ce que faire est necessaire
  Pour laquerir et pour lauoir
  Rien mieulx nully ne peut auoir
  Faictes des bien plus que poues
  Autre chose nemporteres


[Illustration: Dans un décor champêtre, on voit de gauche à droite
l'ermite assis dans sa hutte, et trois morts marchant vers la droite.
Une banderole sort de la bouche de l'ermite avec ces mots:
Omnium terribilium mors]

¶Le tiers mort

  O folle gent mal aduisee
  Que ie voy ainsi desguisee
  De diuers habis: et de robes
  Et dautres choses que tu robes
  Tant puante charongne a vers
  Et prens de tort & de trauers
  Ne il ne te chault dou te vienne
  Mais que ton estat se maintiegne
  Quant ie reuoy tes faulx delits
  De vin/ de viande/ de lis
  Les grans exces. les grans oultrages
  Dont ceulx qui font les labourages
  Aux champs. & pour toy se trauaillent
  Tous nus: & de fain crient & baillent
  Quant ie voy tel gouuernement
  Ie doubte que soudainement
  Dieu telle vengeance nen face
  Que vous nayez temps ne espace
  Seulement de crier mercy
  Cuidez vous tousiours regner cy
  Folz. meschans de male heure nez
  Qui en ce point vous demenez
  Nenny nenny vous y mourrez
  Faictes du pis que vous pourres
  Lors aures pardurable vie
  Bonne ou male: nen doubtez mie
  Dieu est iuste il payera
  Chascun selon ce quil fera
  Faictes des biens nattendez pas
  Que ceulx dapres vostre trespas
  Pour vous en facent quamez chier
  Qui ne vous vouldroient aprocher
  En la terre vous porteront
  Et tost apres vous oublieront
  Et telz cuidez vos bons amis
  Qui sont vos plus grans ennemis


[Illustration: Trois beaux hommes à cheval, regardant vers la gauche
(sur la page de droite, en face de l'illustration montrant l'ermite
et les trois morts).]

¶Le premier vif

  O saincte croix par ta puissance
  Dont ie voy la remembrance
  Garde mon corps & ne consens
  Que ie perde au iourdui le sens
  Pour ceste gent hideuse et morte
  Qui telz nouuelles nous aporte
  Nouuelles dures et peruerses
  Las: entre les choses diuerses
  Touchant nostre fragilite
  De quoy nous ont dit verite
  Mon poure cueur de paour tremble
  Quant trois mors ainsi vont ensemble
  Deffigures/ hydeux/ diuers
  Tous pourris & menges de vers
  Le premier dit: bien men sonuient
  Que mort endurer nous conuient
  A grant angoisse et grant douleur
  Dont il me fist muer couleur
  Et des ames dist vne chose
  Que declarer ne veult ne nose
  Ie croy cest de leur damnement
  En enfer pardurablement
  Telz nouuelles ne sont pas bonnes
  Helas nous chetiues personnes
  A quoy nous fist oncques dieu naistre
  En ce meschant monde pour estre
  Si tost liurez a tel ordure
  De ma vie nauray plus cure
  Quant ie voy que les gens qui viuent
  Tant de maleurte ensuiuent
  Que ie prise trop mieulx asses
  Le poure estat des trespasses
  Car tousiours sans fin durera
  Ou cellui des vifs finera
  Et en lestat qui tousiours dure
  Chascun viure doit mettre cure

¶Le second vif

  Est ce doncques a bon essiant
  Que la mort nous va espiant
  Et qui nous fault ainsi mourir
  Nest il homme qui secourir
  En puist. pour or ne pour argent
  Helas: conuient il ieune gent
  A tel horriblete venir
  Oncques ne men peut souuenir
  Mais ie voy bien que cest acertes
  Ie voy les enseignes appertes
  De mort passerons les destrois
  Et deuenrons comme ces trois
  Cest la fin de nostre besongne
  Helas helas. meschant charongne
  Mes que tu faces tes plaisirs
  Tes volentes tes faux desirs
  Il ne te chault du remenant
  Or veons nous bien maintenant
  Que par toy nous sommes deceu
  Qui iusques a cy te auons creu
  Et de nos ames peu te chault
  Se elles ont ou froit ou chault
  Fy: charongne qui rien ne vault
  Tu aimes mieulx les grans cheuaulx
  Les beaux habits si peu durables
  Et telles choses corrumpables
  Pour toy meschant corps & rebelle
  Que tu ne fais vne ame belle
  Et si sces bien que tu mourras
  Et en la terre pourriras
  Ou lame pardurablement
  En ioye viura: ou en tourment
  Pensons doncques si bien finer
  Que en ioye puissons finer
  Bon y fait penser quant on peut
  Souuent on ne peut quant on veult

¶Le tiers vif

  Certes cest bien dit mais au fort
  Il nya point de desconfort
  Tous nous conuient passer ce pas
  Et croy que dieu ne nous hait pas
  Mesbeaux seigneurs & beaux amis
  Quant ces troys mors nous a transmis
  Qui donne nous ont congnoissance
  De la mort & de la meschance
  Qui nous vient finer nostre ioye
  Helas iamais ie ne cudoye
  Que ce temps cy nous deust faillir
  Ne que mort osast assaillir
  Telz gentilz gens comme nous sommes
  Mais ie voy bien que riches hommes
  Sont telz & de nulle vallue
  Ne plus ne moins que gent menue
  Nen parlons plus cest tout neant
  Maintenant ie suis cler voyant
  Que la ioye du monde est brefue
  Et la fin delle point ne griefue
  En enfer est horrible peine
  En paradis a ioye plaine
  Sur toute ioye delectable
  Et lune & lautre est pardurable
  Or ensuiuons ie vous emprie
  Desormais la meilleur partie
  Fol est qui choisist & depart
  Quant il eslist la pire part
  Deux voies auons deuant nos yeulx
  Nous qui viuons ieunes & vieux
  Vne a ioye. et repos maine
  Lautre a tourment & a peine
  Pour ioye et repos auoir
  Bien fault faire doit on scauoir
  Qui mal fait & ne se repent
  Il aura peine & tourment



  Las: & pour quoy prens tu si grant plaisir
  Homme abuse plain de presumption
  en ce faulx monde. ou na que desplaisir
  Enuie/ orgueil/ guerre et discension
  Bien maleureuse est ton affection
  Que pense tu: as tu plus grant enuie
  de viure en doubte en ceste courte vie
  qui les mondains a la mort denfer maine
  cest bone chose de viure en vie certaine
  Las tu sces bien: si tu nes insensible
  Que cest chose forte. voire impossible
  De auoir sa ius ton aise entierement
  Et apres mort la sus pareillement
  Helas: pourtant change condition
  Et te rauise. ou tu es autrement
  Homme deffait et a perdition

  Lequel veux tu ou mort ou vie choisir
  Choisir des deux tu as discretion
  Ayme tu mieulx de ton corps le desir
  Pour ton ame mettre a damnation
  Que viure vng peu en tribulation
  Et que apres mort ton ame soit rauie
  En gloire es cieulx: qui de nul deseruie
  Estre ne peut en ceste vie humaine
  Si ne lesse terre: auoir et demaine
  Et pere: & mere: & tout sil est possible
  et viure en peine. et en labeur terrible
  en seruant dieu tousiours paciemment
  Cest le chemin qui conduit seurement
  Apres trespas lomme a saluation
  et qui va autrement: il va a damnement
  Homme deffait et a perdition

  Cuide tu cy tousiours auoir loisir
  Dauoir pardon sans satisfaction
  et toute nuyt en blanc lit mol gesir
  Puis a ce iour sans operation
  Passer le temps en delectation
  tant que du tout la char soit assouie
  Pense tu point quil faille quon deuie
  et que prengne fin puissance mondaine
  helas oy: car mort viendra soudaine
  vne heure a toy auec son dart horible
  Si tresacop comme chose inuisible
  Que pas nauras loisir aucunement
  De dire a dieu: peccaui seulement
  Ainsi mourras tost sans contriction
  dont tu seras par diuin iugement
  Homme deffait et a perdition

  Homme en peril saches certainement
  que se tu nas autre vouloir brefment
  De tamender: nautre deuotion
  Tu te verras vng iour subitement
  Homme deffait et a perdition



  Arte noua pressos si cernis mente libellos
  Ingenium tociens exuperabit opus
  nullus adhuc potuit huius contingere summum
  ars modo plura nequit: ars dedit omne suum

  Vir fuit istud opus quod conditor indicat huius


Cy finist la dance macabre historiee et augmentee de plusieurs
nouueaux personnages et beaux dits. Et les trois mors & trois vifs
ensemble nouuellement ainsi composee et imprimee a paris



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

Les lettres abrégées par signes conventionnels ont été restituées
sans mention particulière (exemple: homme au lieu de hõme).

On a tenté de se rapprocher le plus possible du texte de l'original
imprimé en retirant les nombreuses altérations manuscrites ayant
été effectuées sur le document (ponctuation, accents, cédilles,
lettres ajoutées ou grattées, etc.).

Néanmoins on n'a pu déterminer avec certitude le texte initial
des vers suivants:
- Qui li conuient ainsi danser
  "Qui li" est hypothétique (altéré en "Quil luy")
- Reculler ny vault ne contemns
  "contemns" est hypothétique (altéré en "contemds")
- Qui plus vit plus a a souffrir
  le 's' est manuscrit dans "a souffrir": l'original pourrait
  être "assouffrir"
- Cest tout vent: chose transitoire
  le 'e' manuscrit dans "transitoire" corrige peut-être une
  erreur d'impression

On a apporté les corrections suivantes:
- "danser" au lieu de "dansre" (point apris a danser)
- "tant" au lieu de "taut" (ne vous chaille plus tant)
- "toute" au lieu de "route" (Sur toute ioye delectable)

Les titres des deux parties et les descriptions d'illustrations
entre crochets ne figurent pas dans l'original.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Danse macabre" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home