Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La danse macabre des femmes - toute hystoriee et augmentee de plusieurs personnages et - beaux dictz en latin et francoys
Author: Anonymous
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La danse macabre des femmes - toute hystoriee et augmentee de plusieurs personnages et - beaux dictz en latin et francoys" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Icy est la danse macabre des femmes toute hystoriee & augmentee de
nouueaulx personnaiges auec pluseurs dis moraulx en latin et francoys
qui sont enseignemens de bien viure pour bien mourir



        Lex metuenda premit mortales. omnibus vna
        Mors cita sed dubia. nec fugienda venit.
        Circuit et surgens sol vitam prestat. et item.
        Cum cadit annichillat quod nichil ante fuit.
        Sic dat. sic retrahit. iterum trahet. atque retraxit
        Omnia. sol girans quod dedit. ipse trahit

[Illustration: un personnage écrivant sur un pupitre.]

¶Lacteur.

    ¶Mirez vous icy mirez femmes
    Et mettes vostre affection
    A penser a voz poures ames
    Qui desirent saluacion
    Cy bas nest pas la mansion
    Ou vous deuez estre tousiours
    Mort met tout a destruction
    Grant & petit meurt tous les iours

    ¶Pour noblesse ne pour honneur
    Pour richesse ou pourete
    Pour estre dame de valeur
    Ou femme de mendicite
    Ne differe mort equite:
    Mais autant dune part que dautre
    Sans auoir mercy ne pite
    Huy prent lune: et demain lautre



        ¶Ludite formose teneres cantate puelle.
        Nam defluunt anni more fluentis aque
        Nec que preteriit iterum reuocabitur vnda.
        Nec que preteriit hora redire potest

[Illustration: quatre cadavres jouant d'instruments de musique.]

¶Le premier menestrel

    Venez dames et damoiselles
    Du siecle & de religion
    Vefues: mariees & pucelles
    Et autres sans exception
    De quelconque condicion
    Toutes: danser a ceste danse
    Vous y venrez vueilles ou non
    Qui saige est souuent y pense

¶Le second.

    Quelz sont voz corps: ie vous demande
    Femmes iolies tant bien paree
    Ilz sont pour certain la viande
    Quun iour sera aux vers donnee
    Des vers sera donc deuoree
    Vostre chair: qui est fresche & tendre
    Ia il nen demourra goulee
    Voz vers apres deuiendront cendre

¶Le tiers.

    Compaignon bonne est ta raison
    De ses femmes oultrecuidee
    Que leurs corps sera venaison
    De vers puans vng iour mengee
    En pourroyent elles estre gardee
    Pour or: argent ne rien qui soit
    Nenny. bien sont doncques abusees
    Qui ne samende il se decoit

¶Le quart.

    O femmes mirez vous en vng tas
    Dossemens de gens trespassez
    Lesquelz ont en diuers estas
    Au monde este leurs temps passez
    Et maintenant sont entassez
    Lun sur lautre gros et menus
    Ainsi serez. or y pensez
    La chair pourrie les os tous nus



        Ex vtero natis posita est lex ire: sed esse
        Certos: sub sole perpetuare nichil
        Ex vtero natis pedetentim calle sub ipso
        Subdola mors comes est nos laqueare studens.

[Illustration: de gauche à droite, se tenant par le bras: un cadavre, la
reine, un cadavre, la duchesse.]

¶La mort.

    Noble royne de beau corsaige
    Gente et ioyeuse a laduenant
    Iay de par le grant maistre charge
    De vous en mener maintenant.
    Et comme bien chose aduenant.
    Ceste danse commenceres
    Faictes deuoir au remenant
    Vous qui viuez ainsi feres

¶La royne

    Ceste danse mest bien nouuelle
    Et en ay le cueur bien surprins
    He dieu: quelle dure nouuelle
    A gens qui ne sont pas aprins
    Las en la mort est tout comprins
    Royne. dame. grant ou petite
    Les plus grans sont les premiers prins
    Contre la mort na point de fuyte

¶La mort.

    Apres ma dame la duchesse
    Vous vien querir et pourchasser
    Ne pensez plus a la richesse
    A biens ne ioyaulx amasser
    Auiourdhuy vous fault trespasser
    Pourquoy de vostre vie est fait
    Folie est de tant embrasser
    On nemporte que le bienfait

¶La duchesse.

    Ie nay pas encore trente ans
    Helas: a leure que commence
    A scauoir que cest de bon temps
    Mort me vient tollir ma plaisance
    Iay des amis: et grant cheuance
    Soulas. esbas. gens a deuis
    Pourquoy moins me plait ceste danse
    Gens aises si meurent enuis



        Passibus inuigilat nostris mors: omnia rodens.
        Nec sinit esse diu quicquid in orbe fluit
        Continuo cadimus viuentes. fila sororum.
        Atropos arrumpens emula sepe venit

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la régente, un cadavre,
la femme du chevalier.]

¶La mort.

    Or ca ma dame la regente
    Qui auez renom de bien dire
    De danser: fringuer: estre gente
    Sur toutes quon scauroit eslire
    Vous soliez autres faire rire
    Festier gens et ralier:
    Or est il temps de vous reduire
    La mort fait trestout oublier

¶La regente

    Quant me souuient des tabourins
    Nopces: festes: harpes: trompetes:
    Menestrelx: doulcines: clarins:
    Et des grans cheres que iay faictes
    Ie congnois que telz entrefaictes
    En temps de mort nont point de lieu
    Mais tournent en poures emplaites
    Tout se passe fors aymer dieu

¶La mort.

    Gentille femme de cheualier
    Que tant aymes deduit et chasse
    Les engins vous fault habiller
    Et suyure le train de ma trasse
    Cest bien chasse quant on pourchasse
    Chose a son ame meritoire
    Car au derrain mort tout enchasse
    Ceste vie est moult transitoire

¶La femme du cheualier

    Pas si tost mourir ne cuidoye
    Et comment dea: ie souppe hier
    Sur lerbe verte a la saulsoye
    Ou fis mon espreuier gayer
    En riens plus ne se fault fier
    Et quest ce des fais de ce monde
    Huy rire demain lermoyer
    La fin de ioye en dueil redonde



        Fluctibus aut morbo. seu flammis. strage. veneno.
        Macra fames. calidum frigora. cura. nocent.
        Ergo quis in tantis possit cras dicere viuam
        Cum videat quotiens mors male visa ferit

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, l'abesse, un cadavre, la
femme de l'écuyer.]

¶La mort

    Dame abbesse vous lesseres
    Labbaye quauez bien aymee
    Quun peu de bien nemporteres
    Plus nen seres dame appelle
    Vostre crosse dargent doree
    Vne de voz seurs portera
    Qui apres vous sera sacree
    Tout fut aultruy: tout y sera

¶Labbesse

    Le seruice hier ie faisoye
    En leglise comme abbesse
    Et ma crosse dargent portoye
    A matines et a la messe
    Et auiourduy fault que ie lesse
    Abbaye crosse et couuent
    He dieu: de ce monde quest ce
    On est de mort sourprins souuent

¶La mort

    Dame ploies voz gorgerettes
    Il nest plus temps de vous farder
    Voz toretz fronteaulx & bauettes
    Ne vous pourroient icy aider
    Pluseurs sont deceupz par cuider:
    Que la mort pour leur habit fleche
    Chascun il deust bien regarder
    Par habit mainte femme peche

¶La femme de lescuier

    He: quay ie meffait ou mesdit
    Dont doye souffrir telle perte
    Iauoye achete au landit
    Du drap pour taindre en escarlete:
    Et eusse eu vne robe verte
    Au premier iour de lan qui vient
    Mais mon emprise est descouuerte
    Tout ce quon pense pas nauient



        Non licet vt video vane confidere vite
        In qua nulla fides est nisi certa mori.
        Finge quod aspicias morientem: sed freme: namque
        Consimili pena te vocat vna dies

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la prieure, un cadavre,
la demoiselle.]

¶La mort

    Se vous auez sans fiction
    Tout vostre temps serui a dieu
    Du cueur en la religion
    Laquelle vous auoit vestue
    Celluy qui tous biens retribue
    Vous compensera loyalment
    A son vouloir: en temps & lieu
    Bienfait quiert auoir bon paiment

¶La prieure

    Cestoit en ma religion
    Seruir a dieu tout mon desir
    En cloystre par deuocion
    Dire mes heures a lesir
    Or mest venu la mort saisir
    Au monde nay point de regre
    Face dieu de moy son plaisir
    Prendre doit on la mort en gre

¶La mort

    Venez apres ma demoiselle
    Et serrez tous vos affiquetz
    Nenchault se estez laide ou belle
    Laisser vous fault plait & caquetz
    Plus ne ires a ses bancquetz
    Ou on sent si souef leau rose
    Ne verrez iouster a rouquetz
    Femmes font faire faire moult de chose

¶La demoiselle

    Que me vallent mes grans atours
    Mes habitz. ieunesse. beaute
    quant tout me fault lesser en plours
    Oultre mon gre et voulente
    Mon corps sera tantost porte
    Aux vers et a la pourriture:
    Plus nen sera bale: ne chante
    Ioye mondaine bien peu dure



        Est breuis illa dies hodie. quia forte dierum
        Est michi sola dies. heu metuenda dies.
        Atque horrenda dies. quia tunc michi meta merendi
        Clauditur. illa dies leta ve. dira ve dies

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la bourgeoise, un
cadavre, la veuve.]

¶La mort

    Et vous aussi gente bourgoise
    Pour neant certes vous excuses
    Il est force que chascun voise
    Comme veez. et aduises
    Voz beaux gorgias empesez
    Ny font rien. ne large sainture
    Maintz hommes en sont abusez
    En tous estatz il fault mesure

¶La bourgoise

    Mes getz et colletz de letisses
    Ne me exemptent point de mort
    Mais mes grans ioyes et delices
    Me viennent icy a remort
    Ma conscience fort me mort
    Des folies faictes en ieunesse
    Qui me sont a rebours tresfort
    Ioye en la fin tourne en tristesse

¶La mort

    Femme vefue venez auant
    Et vous auancez de venir.
    Vous veez les autres dauant
    Il conuient vnefoys finir
    Cest belle chose de tenir
    Lestat ou on est appellee
    Et soy tousiours bien maintenir
    Vertus est tout par tout louee

¶La femme vefue

    Depuis que mon mary mourut
    Iay eu affaire grandement
    Sans ce que aucun me secourut
    Si non de dieu gard seulement
    Iay des enfans bien largement
    Qui sont ieunes et non pourueux
    Dont iay pitie: mais nullement
    Dieu ne lesse aucuns despourueux



        Ortum suum queque repetunt. terramque sequuntur.
        Flos fluit. vmbra fugit omnia nata cadunt.
        Nil reputo longum. dubius quod terminus angit
        Crastina forte dies. est michi sola dies.

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la marchande, un cadavre,
la baillive.]

¶La mort

    Alons oultre gente marchande
    Et ne vous chaille de peser
    La marchandise quon demande
    Cest simplesse dy plus muser
    A lame deusses aduiser
    Le temps sen va heure apres heure:
    Et nest tel que den bien vser
    Le merite & bienfait demeure

¶La marchande

    Qui gardera mon ouurouer
    Tendis que ie suis a malaise
    Mes gens ne feront que louer
    Les biens leur viennent a leur aise
    A dieu ma balance & ma chaise
    Ou iay eu les yeulx diligens
    Pour plus cher vendre dont me poise
    Auarice decoit les gens

¶La mort

    Apres ma dame la balliue
    Des quaquetz tenus en leglise
    Iugie auez par raison viue
    Maintes gens a la vostre guise
    Ie vous signifie main mise
    Pour pouruoir daultre en voz lieu
    Car auiourduy seres demise
    Point ne se fault iouer a dieu

¶La balliue

    Que femme se plaint de legier
    La coustume nest pas nouuelle
    Et sentremettre de iuger
    Des fais dautruy & non pas delle
    Chascune se repute telle
    Que ce quelle fait est bien fait
    Quoncques mal ne fut dit par elle:
    Il nest riens au monde parfait



        Proth quicunque dies sibi longos estimat: errat.
        Nulli est tota dies viuere tuta dies.
        Frustra dico dies. sit mentio nulla dierum.
        Cum stet nulla dies vna nec hora quies.

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, l'épousée, un cadavre, la
femme mignote.]

¶La mort.

    Pour vous monstrer vostre folie:
    Et quon doit sur la mort veiller
    Sa la main espousee iolie
    Allons nous en deshabiller
    Pour vous ne fault plus traueiller
    Car vous viendres coucher ailleurs
    On ne se doit trop resueiller
    Les fais de dieu sont merueilleux

¶Lespousee.

    En la iournee quauoye desir
    Dauoir quelque ioye en ma vie
    Ie nay que dueil et desplaisir
    Et si fault que tantost deuie
    He mort: pourquoy as tu enuie
    De moy: qui me prens si acoup
    Si grant faulte nay desseruie
    Mais il fault louer dieu de tout

¶La mort.

    Femme nourrie en mignotise
    Qui dormez iusques au disner
    On va chauffer vostre chemise
    Il est temps de vous desieuner
    Vous ne deussiez iamais ieuner
    Car vous estes trop mesgre & vuide
    A demain vous viens adiourner
    On meurt plus tost que on ne cuide

¶La femme mignote

    Pour dieu quon me voise querir
    Medecin ou appoticaire
    Et comment me fault il mourir
    Iay mary de si bon affaire
    Aneaulx: robes: neuf ou dix paire
    Ce morceau cy mest trop aigret
    Moult se passe tost vaine gloire
    Femme en ses saulx meurt a regret



        Sed superest meritis mercedem sumere dignam
        Optima pro meritis. et viciosa paci.
        Aspice iudicium hoc metuendum: iudice tanto
        Qui vocat. et venit illa timenda dies

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la pucelle vierge, un
cadavre, la théologienne.]

¶La mort.

    Doulce fille et belle pucelle
    Ne vous chaille ia de laisser
    La misere de vie mortelle
    Qui conuient a chascun passer
    Car qui vouldroit bien tout trasser
    Il na seurte narrest en lieu
    Fors son sauuement pourchasser
    Virginite plait bien a dieu

¶La pucelle vierge.

    En ce siecle ieune ne vieulx
    Ne sont pas en grant seurete
    De larmes sont souuent les yeulx
    Plains. pour ennuy ou pourete
    Se on a vne ioyeusete
    Il vient apres quinze doleurs
    Pour vng bien: double aduersite
    Plaisir mondain finit en pleurs

¶La mort

    Nous direz vous rien de nouueau
    Ma dame la theologienne
    Du testament vieulx ou nouueau
    Vous veez comme ie vous maine
    Et estes ia fort ancienne
    Il fait bon cecy recongnoistre
    Et a bien mourir mettre peine
    Cest beacoup que de soy congnoistre

¶La theologienne

    Femme qui de clergie se mesle
    Pour auoir bruit ou quon lescoute
    Est des morues de petit pont
    Qui ont grans yeulx & ne voyent goute
    Saige est qui rondement si boute
    Et qui trop veult scauoir est bugle
    Le hault monter souuent cher coute
    Chascun en son fait est aueugle



        Ergo time. te instrue. corrige mentem
        Viue mori presto: debita ferre para.
        Dum licet et spacium datur: ista relinque
        Pro patria celi. qua sine fine dies.

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la nouvelle mariée, un
cadavre, la femme enceinte.]

¶La mort.

    Apres: nouuelle mariee
    Qui auez mis vostre desir
    A danser: & estre paree
    Pour festes & nopces choisir
    En dansant ie vous vien saisir
    Au iourduy serez mise en terre
    Mort ne vient iamais a plaisir
    Ioye sen va comme feu de ferre

¶La nouuelle mariee

    Las: demy an entier na pas
    Que commence a tenir mesnage
    Par quoy si tost passer le pas
    Ne my est pas doulceur: mais raige
    Iauoye desir en mariage
    De faire mons et merueilles
    Mais la mort de trop pres me charge
    Vng peu de vent abat grant fueilles

¶La mort.

    Femme grosse prenez loisir
    Dentendre a vous legierement
    Car huy mourrez cest le plaisir
    De dieu & son commandement
    Allons pas a pas bellement
    En gettant vostre cueur es cieulx
    Et nayes peur aucunement
    Dieu ne fait rien que pour le mieulx

¶La femme grosse

    Iauray bien petit de deduit
    De mon premier enfantement
    Si recommande a dieu le fruit
    Et mon ame pareillement
    Helas: bien cuidoye autrement
    Auoir grant ioye en ma gesine
    Mais tout va bien piteusement
    Fortune tost se change & fine



        Non est illa dies cursus vt ista. dierum
        Est deus illa dies: vltima nostra quies

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la chambrière, un
cadavre, la recommanderesse.]

¶La mort.

    Dictes ieune femme a la cruche
    Renommee bonne chamberiere
    Respondez au moins quant on huche
    Sans tenir si rude maniere
    Vous nires plus a la riuiere
    Bauer: au four na la fenestre
    Cest cy vostre iournee derniere
    Aussi tost meurt seruant que maistre

¶La chamberiere

    Quoy: ma maistresse ma promis
    Me marier & des biens faire
    Et puis si ay dautres amys
    Qui luy aideront a parfaire
    He: men iray ie sans riens faire
    Ien appelle on me fait tort
    Aussi ne men scauroye taire
    Peu de gens desirent la mort

¶La mort.

    Scauez vous recommanderresse
    Point vng bon lieu pour moy loger:
    Iay bien mestier que on madresse
    Car nul ne me veult heberger
    Mais ien feray tant desloger
    Que on congnoistra mon enseigne
    Mourir fault pour vous abreger
    Nul ne pert que autre ne gaigne

¶La recommanderresse

    En la mort na point damitie
    Et si ne fait riens pour requeste
    Or argent priere pitie
    Pour neant on sen ront la teste
    Qui y veult resister est beste
    La mort a nully ne complaist
    Et fault tous danser a sa feste
    Mourir conuient quant a dieu plaist



        Retia sunt anime facundia sensus honores
        Quid certas ad opes. Retia sunt anime

        Preter amare deum tibi nil applaudat in orbe
        Omnia pretereunt preter amare deum

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la vieille demoiselle, un
cadavre, la cordelière.]

¶La mort

    Ma damoiselle du bon temps
    A tout voz anciens atours
    Il est de vous en venir temps
    Nature a en vous prins son cours
    Vous ne pouez viure tousiours
    Ie vays deuant: venez apres
    Et ne faictes point longz seiours
    Vieilles gens sont de la mort pres

¶La vieille damoiselle

    Iay voirement mon temps passe
    Et ayme mieulx ainsi mourir
    Que receuoir ce qui est passe
    Et tant de miseres courir
    Iay veu poures gens langourir
    Et autres choses dont me tais
    Enfans: pour bien viure & mourir
    Il nest plus grant bien que de paix

¶La mort

    Femme de grant deuocion
    Cloez voz heures & matines
    Et cesses contemplacion
    Car iamais nyres a matines
    Se voz prieres sont bien dignes
    Elles vous vauldront deuant dieu
    Rien ne vallent soupirs ne signes
    Bonne operacion tient lieu

¶La cordeliere

    Ie remercie le createur
    A qui plaist de menuoyer querre
    En louant le bon redempteur
    Des biens qui ma donne sur terre
    Aux tentacions ay eu guerre
    Qui est moult forte a demener
    Mais il aide qui veult requerre
    Seruir dieu: est viure & regner



        Quoniam non est in morte qui memor sit tui in inferno autem quis
        confitebitur tibi

        Preterit ista dies nescitur origo secundi an labor. an requies
        sic transit gloria mundi

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la femme d'accueil, un
cadavre, la nourrice.]

¶La mort

    Femme daccueil et amiable
    A festier gens a plante:
    Acquis auez amis de table
    Pour parler de ioyeusete:
    Le temps nest tel quil a este
    Rien ne vault icy vacabont
    Parler: qui nest que vanite
    Ceulx qui ont le bruit ont le bont

¶La femme daccueil

    Auiourduy parens et amis
    Promettent et mons et merueilles
    Mais quant voient quon est bas mis
    Ilz baissent trestous les oreilles
    Et sont aussi sours comme fueilles
    Que le vent fait voler par couples
    Et que vallent promesses telles
    Vrais ne sont pas les amis doubles

¶La mort

    Apres nourrice: vostre beau filz
    Nonobstant son couuertouer
    Et son beau bonnet a trois filz
    Vous ne le menrez plus iouer
    Deslogez vous sans delaier
    Car tous deux vous mourrez ensemble
    Vous ne poues plus cy targer
    La mort prent tout quant bon luy semble

¶La nourrice

    A ceste danse fault aler
    Comme font les prestres au seyne
    Ie voulsisse bien reculer
    Mais ie me sens la boce en laine
    Entre les bras: de mon alaine
    Cest enfant meurt depidimie.
    Cest grant pitie de mort soudaine
    Il nest qui ait heure ne demie



        Ve anime peccatrici que non habet posse redeundi ad locum suum
        vnde exiuit quia turpia opera et delectaciones carnales
        impediunt eius ascensum sursum

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la bergère, un cadavre,
la femme avec des béquilles.]

¶La mort

    Pas ne vous oblieray derriere
    Venez apres moy: sa la main
    Entendez plaisante bergiere
    On marchande cy main a main
    Aux champs nires plus soir ne main
    Veiller brebis ne garder bestes
    Riens ne sera de vous demain
    Apres les veilles sont les festes

¶La bergiere

    Ie prens congie du franc gontier
    Que ie regrette a merueilles
    Plus naura chappeau deglantier
    Car vecy piteuses nouuelles
    A dieu bergiers et pastourelles
    Et les beaux champs que dieu fit croistre
    A dieu fleurs: & roses vermeilles
    Il fault tous obeir au maistre

¶La mort

    Apres poure vieille aux potences
    Qui ne vous poues soustenir
    Cy bas nauez pas voz plaisences:
    Aussy vous en conuient venir
    Lautre siecle est a aduenir
    Ou pour vostre mal & misere
    Poues a grant bien paruenir
    Dieu recompense tout en gloire

¶La femme aux potences

    De vieillesse ne voy mais goutte
    Par quoy ne crains gueres la mort
    Dix ans y a que iay la goutte
    Et maladie me grefue fort
    Mes amis ont le mien a tort
    Et nay vaillans deux blancs contens
    Dieu seul est tout mon reconfort
    Apres la pluye vient le beau temps



        Non ex difformitate corporis defedatur animus. sed ex putredine
        anime defedatur corpus. vt ait seneca

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la villageoise, un
cadavre, la vieille.]

¶La mort

    Ha poure femme de village
    Suyues mon train sans retarder
    Plus ne vendres euf ne formage
    Alez vostre panier vuider
    Se vous auez bien sceu garder
    Pourete: pacience: et perte
    Vous en pourres moult amender
    Chascun trouuera sa deserte

¶La femme de village

    Ie prens la mort vaille que vaille
    Bien en gre et en pacience
    Frans archiers ont pris ma poullaille
    Et eu toute ma substance
    De poures gens nulluy nen pense
    Entre voisins na charite
    Chascun veult auoir grant cheuance
    Nul na cure de pouurete.

¶La mort

    Et vous ma dame la gourree
    Vendu auez maintz surplis
    Donc de largent estes fourree
    Et en sont voz coffres remplis
    Apres tous souhaitz acomplis
    Conuient tout laisser et bailler
    Selon la robe on fait le plis
    A tel potaige tel cuiller

¶La vieille

    A tout mon cas bien recongnoistre.
    Ie nay pas vescu sans reprouche:
    Me suis affuble de mon maistre
    Comme fait coquin de sa pouche:
    Iay souuent mis ses vins en broche
    Et lay fait despendre a ma guise
    Mais maintenant la mort maproche
    Tant va le pot a leau qui brise



        Omnium mortalium cura quamuis multiplicium studiorum labor
        exerceat diuerso quidem calle ad vnum tamen beatitudinis finem
        nititur peruenire    Boetius

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la revenderesse, un
cadavre, la femme amoureuse]

¶La mort

    Approuches vous reuenderesse
    Sans plus cy faire demouree
    Vostre corps: nuyt et iour ne cesse.
    De gaigner pour estre honnouree.
    Honneur est de poure duree
    Et se part en vng moment deure
    Au monde na chose assuree
    Tel rit au matin qui au soir pleure.

¶La reuenderesse

    Iauoie hier gaignie deux escus
    Pour sourfaire subtilement:
    Mais ne scay qui les ma tollus
    Argent acquis mauuesement
    Ne fait ia bien communement
    Helas ie meurs cest dautre metz.
    Que prestre aye hatiuement
    Car il vault mieulx tart que iamais

¶La mort

    Femme de petite value
    Mal viuant en charnalite
    Mene aues vie dissolue
    En tous temps yuer et este
    Aies le cueur espouente.
    Car vous seres de pres tenue
    Pour mal faire on est tourmente
    Pechie nuist quant on continue

¶La femme amoureuse

    A ce pechie me suis soubzmise
    Pour plaisance desordonnee
    Pendus soient ceulx qui my ont mise
    Et au mestier habandonnee
    Las se ieusse estoy bien menee.
    Et conduite premierement
    Iamais ny eusse estoy tournee.
    La fin suyt le commencement.



        Noli per cras cras tibi longas ponere methas
        Per cras cras cras cras omnis consumitur etas

        Est homo res fragilis et durans tempore paruo
        Posset esse similis flori qui crescit in aruo

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la garde d'accouchées, un
cadavre, la jeune fille]

¶La mort

    Venez ca garde dacouchees
    Dresse auez maintz baingz perdus
    Et ses courtines attachees
    Ou estoient beaux boucques pendus:
    Bien y ont estez despendus
    Tant de motz ditz que cest vng songe
    Qui seront apres cher vendus
    En la fin tout mal vient en ronge.

¶La garde dacouchees

    Iay voirement dresse maintz baingz
    Pour les comperes et commeres:
    Ou sont estez pates de coingz
    Menges. darioles. goyeres
    Tartes. et fait mille grans cheres
    Si tost quon a oste la table
    Il nen souuient a nulluy gueres
    Ioye de menger est peu durable

¶La mort

    Tires vous pres gente garsette
    Bailles moy vostre bras menu
    Il faut que sur vous la main mette
    Vostre derrain iour est venu
    Mort nespargne gros ne menu
    Grant ou petit: luy est tout vng
    Paier on doit de tant tenu
    La mort est commune a chascun

¶La ieune fille

    Haa ma mere ie suis happee
    Vecy la mort qui me transporte
    Pour dieu quon garde ma poupee
    Mes cinq pierres ma belle cote
    Ou elle vient trestout emporte
    Par le pouuoir que dieu luy donne:
    Vieux et ieunes de toute sorte
    Tout vient de dieu tout y retorne.



        Quid fetidius humano cadauere. quid horribilius femina mortua
        Cuius gratissimus erat amplexus in vita molestus erit eciam
        aspectus in morte

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la religieuse, un
cadavre, la sorcière.]

¶La morte.

    Suyues mon train religieuse
    De voz fais conuient rendre compte
    Se point nauez este piteuse
    Aux poures: ce vous sera honte
    En paradis point on ne monte
    Fors par degrez de charite
    Entendes bien a vostre compte
    Tout ce quon fait y est compte

¶La religieuse

    Iay fait par tout ce que iay peu
    Aux poures selon leur venue
    Les malades pense: & repeu
    Non si bien que iestoye tenue
    Mais se faulte il est aduenue
    Dieu me pardonne la defaille
    Sa grace tousiours retenue
    Il nest si iuste qui ne faille

¶La morte.

    Oyez oyez: on vous fait scauoir
    Que ceste vieille sorciere
    A fait mourir et deceuoir
    Plusieurs gens en mainte maniere
    Est condamnee comme meurtriere
    A mourir ne viura plus gaire
    Ie la maine en son cymitiere
    Cest belle chose de bien faire

¶La sorciere

    Mes bonnes gens ayes pitie
    De moy: et toute pecheresse
    Et me donnes par amitie
    Don de patenostre ou de messe
    Iay fait du mal en ma ieunesse
    Dont icy achete la prune
    Si pries dieu que lame adresse
    Nul ne peut contre sa fortune



        Si quis sentiret quo tendit et vnde veniret
        Nunquam gauderet sed omni tempore fleret

[Illustration: de gauche à droite: un cadavre, la bigote, un cadavre, la
sotte.]

¶La mort.

    Dieu ayme bien femmes deuotes
    Qui ont consciences nettes
    Et hait sur tout les bigotes
    Aux chaperons sans cornetes
    Comme aucunes seurs colletes
    Lesquelles par ypocrisie
    En secretz pechez sont infectes
    Deuant dieu & sa compaignie

¶La bigote.

    Pour verite me suis monstree
    Souuent meilleur que ie nestoye
    Aucuneffoiz bien desieunee
    Faisant semblant que ie ieunoye
    Et de ma bouche barbetoye
    Sans dire ne mot ne lettre
    Ie pry a dieu quen bonne voye
    Plaise ma poure ame mettre

¶La mort.

    Sus tost margot venez auant
    Estes vous maintenant derriere
    Vous deussiez ia estre deuant
    Et danser toute la premiere
    Quel contenance: quel maniere
    Ou est vostre fille marote
    Ne vault faire cy mesgre chiere
    Car cest vostre derniere note

¶La sotte

    Entre vous coinctes & iolies
    Femmes oyez que ie vous dis
    Laissez a heure voz folies
    Car vous mourrez sans contredis
    Si iay ne meffait ne mesdis
    A ceulx qui demeurent/ pardon
    Requiers/ et a dieu paradis
    Demander ne puis plus beau don



        Vermibus hic donor
        et sic ostendere cogor
        Qualiter hic ponor
        ponitur omnis honor

        Vt placet in longum vite spem temporis auge
        Ex nichilo nichilum mox erit atque nichil
        Mille fuere viri milleni milia mille
        Corpus humo putruit: nomine fama caret.

[Illustration: à droite, un cadavre étendu, une couronne à côté de sa
tête; à gauche, un personnage assis près d'une table contenant des
livres. Le personnage et un ange montrent du doigt un bandeau portant
les mots suivants:

        Mortales dominus cunctos in luce creauit:
        Vt capiant meritis gaudia summa poli.
        Felix ille quidem qui mentem iugiter illuc
        Dirigit: atque vigil noxia queque cauet.
        Nec tamen infelix/ sceleris quem penitet acti:
        Quique suum facinus plangere sepe solet
        Sed viuunt homines/ tanquam mors nulla sequatur:
        Et velut infernus fabula vana foret.
        Cum doceat sensus viuentes morte resolui:
        Atque herebi penas pagina sacra probet.
        Quas qui non metuit infelix prorsus et amens
        Viuit: et extinctus sentiet ille/ rogum.
        Sic igitur cuncti sapientes viuere certent:
        Vt nichil inferni sit metuenda palus.]

¶La royne morte

    ¶Ie estoye royne couronnee
    Plus que autre doubtee & crainte
    Qui suis icy aux vers donnee
    Apres que de mort fus attainte
    Sur la terre ie suis contrainte
    Destre couchee a la renuerse
    Pour quoy est dure ma complainte
    Bien charie droit qui ne verse

    ¶Prenez y qui me regardez
    Exemple: pour vostre prouffit
    Et de mal faire vous gardes
    Ie nen dis plus il me souffit
    Si non: car celluy qui vous fit
    Quant il vouldra vous defera
    Defais estiez quant vous refit
    Qui bien fera bien trouuera

¶Lacteur

    ¶O vous seigneurs & aussi dames
    Qui contemplez ceste paincture
    Plaise vous prier pour les ames
    De ceulx qui sont en sepulture
    De mort neschappe creature
    Allez: venez: apres mourres
    Ceste vie quun bien peu ne dure
    Faictes bien vous le trouueres

    ¶Iadis furent comme vous estes
    Qui ainsi dansent en facon telle
    Allans parlans comme vous faictes
    De gens mors il nest plus nouuelle
    Ne il nen chault dune senelle
    Aux hoirs ne amis des trespasses
    Mais quilz ayent argent & vaisselle
    Ayes deulx pitie: cest asses.



[Illustration: un personnage féminin.]

    ¶Puis que ainsi est que la mort soit certaine
    Plus que autre rien terrible & douloureuse
    Et que chose ne peut estre incertaine
    Puis que en est leure horrible & angoysseuse
    Et soit si briefue & par tant perilleuse
    Las nostre vie en ceste valee miserable
    Il mest aduis pour le plus conuenable
    Que nous deuons du tout entierement
    Mettre soub pie ce monde decepuable
    Pour bien mourir et viure longuement

    Delaisser doit toute ioye mondaine
    Et mener vie humble & religieuse
    Qui monter veult a la tressouueraine
    Cite des cieulx qui tant est glorieuse
    La contempler doit tousiours lame eureuse
    Qui ayme dieu & hait euure de diable
    Suiure les bons estre a tous charitable
    Soy confesser souuent deuotement
    Et messe ouyr qui tant est prouffitable
    Pour bien mourir et viure longuement

    Trop sabuse homme qui demaine
    Orgueil en luy et vie ambicieuse
    Quant il scet bien que la mort tout emmaine
    Qui vient souuent soudaine & merueilleuse
    Mais doit penser la passion piteuse
    Du redempteur et la peine doubtable
    Denfer sans fin qui est inenarrable
    Le iour hatif du diuin iugement
    Et ses pechez: comme saige & notable
    Pour bien mourir et viure longuement

    ¶Mortelle femme: & ame raisonnable
    Se apres ne veulx mort estre damnable
    Tu dois le iour vne foys seulement
    Penser du moins ta fin abhominable
    Pour bien mourir et viure longuement



[Illustration: un personnage féminin.]

    Ie congnois que dieu ma forme
    Et fait en sa digne semblance
    Ie congnois que dieu ma donne
    Ame sens vie et congnoissance
    Ie congnois qua iuste balance
    Selon mes fais iuge seray
    Ie congnois moult: mais ie ne scay
    Congnoistre dont vient la folie
    Que ie scay bien que ie mourray
    Et si namende point ma vie

    Ie congnois en quel pourete
    vins sur terre et nasqui denfance
    ie congnois que dieu ma preste
    tant de biens en grant habondance
    ie congnois quauoir ne cheuance
    auecques moy nemporteray
    ie congnois que tant plus auray
    plus dolent mourray en partie
    ie congnois tout cecy pour vray
    et si namende point ma vie

    Ie congnois que iay ia passe
    grant part de mes iours sans doubtance
    ie congnois que iay amasse
    pechez et fait peu penitence
    ie congnois que par ignorence
    excuser ie ne me pourray
    ie congnois que trop tart vendray
    quant lame sera departie
    pour dire ie mamenderay
    et si namende point ma vie

    Prince ie suis en grant esmay
    de moy qui les autres chastie
    et moy mesmes le pire fay
    et si namende point ma vie



        Et cum aperuisset sigillum quartum Audiui vocem quarti animalis.
        dicentis. Veni et vide. Et ecce equus pallidus et qui sedebat
        super eum nomen illi mors et infernus sequebatur eum. Et data
        est illi potestas super quattuor partes terre interficere
        gladio. fame. et morte.    Apocalipsis quarto capitulo.

        Quoniam non est in morte qui memor sit tui in inferno autem
        quis confitebitur tibi.

[Illustration: à gauche, un monstre laissant apparaître une tête d'homme
dans sa gueule ouverte; à droite, la mort à cheval, tenant une grande
flèche et portant une sorte de cercueil sous le bras.]

    ¶Sur ce cheual hideux et palle
    La mort suis: Fierement assise
    Il nest beaulte que ie ne haale
    Soit vermeille ou blanche ou bise
    Mon cheual court comme la Bise
    Et en courant mort rue et frappe
    Et ie tue tout. Car cest ma guise
    Tous viuans trebuchent en ma trappe

    ¶Je passe par mons et par vaulx
    Sans tenir ne voie ne sente
    Ie prens par villes et chasteaulx
    Mon tribu mon cens ma rente.
    Sans donner delay nattente
    ne iour. ny heure. ne demie
    Deuant moy fault quon se presente
    A tous viuans ie tol la vie.

    ¶Enfer scait bien quel tuerie
    Ie fais de gens. car pas a pas
    Me suit. Et de ma Boucherie
    Aual lan fais maint gros repas.
    Quant ie besoingne il ne dort pas
    Par moy attent que proie aura
    Daucuns qui ne sen doubtent pas
    Sen garde qui garder vouldra

    ¶Encor me suyt raison pour quoy
    De ceulx qui meurent de mon dart
    Et sont sans nombre: Croies moy.
    Car il en a la plus grant part
    Paradis nen a mie le quart
    Ne la disme on luy feroit tort
    Grant. sil nauoit tout au plus tart
    Lomme pescheur quant il est mort



[Illustration: un personnage.]

      ¶Ie considere ma pouure humanite
    Et comme en pleur premier nasqui sur terre
      ¶Ie considere moult ma fragilite
    Et mon peche qui tropt le cuer me serre
      ¶Ie considere que mort me viendra querre
    Ie ne scay lheure. pour me tollir la vie
      ¶Ie considere que lennemy mespie
    La chair: le monde. me guerroient si tresfort
      ¶Ie considere que cest tout par enuie
    Pour moy liurer sans fin de mort a mort

      ¶Ie considere les tribulacions
    De ce vil siecle dont la vie nest pas necte
      ¶Ie considere cent mille passions
    Ou poure humaine creature est subiecte
      ¶Ie considere la sentence parfaicte
    Du vray iuge faicte sur bons et maulx
      ¶Ie considere tant plus viz que pis vaulx
    Dont conscience bien souuent me remort
      ¶Ie considere des damnes les deffaulx
    Qui sont liures sans fin de mort a mort

      ¶Ie considere que les vers mangeront
    Mon dolent corps cest chose espouentable
      ¶Ie considere las pecheurs que feront
    Quant se viendra le iugement doutable
    O doulce vierge sur toutes delectable
    Ayez mercy de moy celle iournee
    Qui tant sera merueilleuse et doubtee
    Et ma poure ame conduisez a droit port
    Car a vous seule du cuer ie lay vouee
    Pour la deffendre sans fin de mort a mort

    ¶Prince du ciel vostre humble creature
    Vous cry mercy pour faire son accord
    Et de la peine qui a tousiours mais dure
    La deffendez sans fin de mort a mort



Cy finist la danse macabre des femmes toute hystoriee et augmentee de
plusieurs personnages et beaux dictz en latin et francoys.

Imprimee A Paris par Guyot Marchant demorant ou grant hostel du champ
gaillard derrier le college de nauarre Lan de grace mil quatre cens
quatre vingz et vnze Le second iour de may

[Marque d'imprimeur: Fides ficit]

Guyot marchant imprimeur demorant ou grant hostel de nauarre en champ
gaillart a paris



----------------------
NOTES DU TRANSCRIPTEUR

L'orthographe et la ponctuation sont conformes à l'original (exemplaire
Y 6133 F2 de la BNF). On a résolu les abréviations par signes
conventionnels (par exemple: Cõme > Comme), et effectué les corrections
suivantes:

  studs > studens (est nos laqueare studens)
  Eo > En (En la iournee quauoye desir)
  bonte > honte (ce vous sera honte)
  conor > cogor (et sic ostendere cogor)

ainsi que six cas d'interversion u/n (fanlt > fault, etc.) non signalés
individuellement.

Les marques de paragraphe (¶) sont vraisemblablement manuscrites, et
dans une teinte plus claire que l'encre du texte (peut-être en couleur).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La danse macabre des femmes - toute hystoriee et augmentee de plusieurs personnages et - beaux dictz en latin et francoys" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home