Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Louis Riel, Martyr du Nord-Ouest - Sa vie, son procès, sa mort
Author: Anonymous
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Louis Riel, Martyr du Nord-Ouest - Sa vie, son procès, sa mort" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Illustration: Couverture]

                                LOUIS RIEL

                           MARTYR DU NORD-OUEST

                       SA VIE--SON PROCÈS-SA MORT



                    _Publié par le journal LA PRESSE_



                                 MONTRÉAL
             IMPRIMERIE GÉNÉRALE, 45, PLACE JACQUES-CARTIER

                                   1885



CHAPITRE I

UN MEURTRE POLITIQUE


Louis Riel a été pendu, le 16 novembre 1885, à Regina.

Quoiqu'on puisse dire sur la légalité de la dernière insurrection, Riel
était un brave coeur.

Maintenant, c'est un martyr.

Il est mort victime d'un fanatisme stupide, sacrifié en holocauste aux
orangistes, pour de misérables intérêts de parti.

Sa mort a été pour le Canada-français tout entier un deuil national.

Il faut croire, pour expliquer cette fin sinistre d'un drame douloureux,
qu'il y a, parmi les ministres qui siègent à Ottawa, des sauvages plus
sauvages que Gros-Ours et que les indiens, contre lesquels nos
volontaires ont combattu; car si le gouvernement de Sir John A.
Macdonald avait été un gouvernement composé d'hommes civilisés, il
aurait sû, que depuis longtemps, les nations civilisées, n'appliquent
plus la peine de mort à des crimes purement politiques, comme l'était le
crime reproché à Riel.

Les États-Unis ont amnistié le général Lee et Jefferson Davis.

L'Angleterre n'a pas cherché à se venger de Cettyvoyo.

La France, après les horreurs de la Commune, n'a puni de mort que les
bandits qui avaient à se reprocher des actes personnels d'assassinat ou
de pillage.

Alphonse XII, en remontant sur son trône, n'a pas poursuivi les
républicains d'Espagne.

En pendant Riel, le gouvernement de Sir John A. Macdonald s'est mis hors
la loi des peuples civilisés.

Il a imprimé un opprobre à son nom et à notre histoire

Ce meurtre, qu'on a à peine pris le soin de recouvrir d'un faux semblant
d'exécution juridique a soulevé dans les coeurs honnêtes une indignation
d'autant plus irrésistible, que le meurtre était enlaidi, s'il est
possible, par les calculs inavouables qui se sont établis autour de ce
gibet.

Chacun sait qu'on a imposé à Riel une longue agonie, parce que le
gouvernement, entre les mains duquel notre constitution a remis ce droit
redoutable qui s'appelle le droit de vie et de mort, n'a pas cessé un
seul instant de considérer la vie ou la mort de Riel, comme dépendant
exclusivement du point de savoir ce qui, de la vie ou de la mort de ce
malheureux, serait le plus favorable à la fortune politique des
ministres.

Des hommes qui se disent chrétiens ont calculé froidement, pendant de
longs mois, combien de comtés la potence de Riel leur ferait gagner dans
Ontario, combien de comtés elle leur ferait perdre dans Québec.

Le peuple avait cru avoir nommé des justiciers. Il s'était trompé. Riel
n'a eu affaire qu'à des marchands de chair humaine.

Pris--non pas comme on l'a dit entre Ontario et Québec,--car il faut
rendre cette justice aux libéraux anglais d'Ontario qu'ils n'ont jamais
demandé la tête de Riel;--mais entre les orangistes d'Ontario et les
conservateurs du Québec, dont les voix intéressent seules les ministres,
le gouvernement qui avait tout d'abord décidé la mort de Riel, a paru
cependant hésiter, à un moment donné.

Puis, quand le gouvernement s'est assuré dans le Bas-Canada, la
complicité agissante d'un certain nombre de journaux canadiens-français;
quand il a cru avoir acheté les meneurs et endormi l'opinion publique;
quand ses flatteurs lui ont eu répété à l'envie qu'il pouvait tout
faire, et qu'il trouverait les _canayens à quatre pattes_; quand il a
entendu dire que certains députés conservateurs avaient déclaré que si
Riel était pendu, ils n'en continueraient pas moins à soutenir Sir John
A. Macdonald; quand il a cru s'être assuré que nos divisions politiques
nous rendaient incapables de toute action commune et nous livraient
pieds et poings liés à sa merci;--alors le gouvernement s'est dit que
décidément on pouvait tout oser avec nous; et que tout calculé, il y
avait plus d'avantages à pendre Riel qu'à lui faire grâce.

Mais, ce qui a mis le comble à l'exaspération et au dégoût universels,
c'est la découverte, hélas! trop facile à faire, de tout l'échafaudage
de mensonges, d'hypocrisies et de trahisons, à l'aide desquels un art
savant avait préparé de longue main le meurtre final.

Comme le disait récemment un des députés de la majorité «depuis le
premier jour jusqu'au dernier nous avons été constamment trompés.»

Pour tuer Riel, il fallait endormir la vigilance des canadiens-français,
et les empêcher d'intervenir d'une façon vigoureuse et efficace sur les
ministres qui les représentaient.

Pour aboutir à ce but ténébreux, il fallait persuader au gros de la
population que Riel ne serait pas pendu;--que les alarmes des libéraux
étaient des feintes alarmes, mises en avant dans un pur intérêt de
parti;--et qu'il n'y avait aucun besoin de s'en préoccuper, ni de faire
aucune démarche auprès des ministres, parce qu'on pouvait se reposer sur
le gouvernement _qui n'avait jamais eu l'intention de pendre Riel_, du
soin de mener tout à bien, et de faire intervenir de la manière qui lui
semblerait la meilleure, un acte de clémence, qui était au fond chose
convenue.

Il y a, dit-on, des serpents qui par la puissance de leur regard
fascinent et endorment leur proie, avant de la saisir. C'est ainsi que
les suppôts du gouvernement ont reçu mission, dès le premier jour, d'en
user avec l'opinion, afin de l'endormir dans une fausse sécurité.

Et ce hideux programme a été exécuté de point en point, avec une
persévérance et une habileté véritablement infernale.

Examinons plutôt les faits:

Tout d'abord, M. Le Général Middleton, désireux de cueillir des lauriers
faciles et désespérant de prendre Riel de vive force, lui avait écrit
pour lui demander de se rendre.

D'après tous les précédents connus des peuples civilisés, une semblable
lettre équivalait à une sauvegarde. Après s'être rendu sur une promesse
de ce genre, Riel pouvait s'attendre à être interné pour la vie, mais
non à mourir. Quand on n'a pas été capable de prendre un homme, on n'a
pas le droit de le pendre; et quand on lui a écrit pour lui demander de
se rendre, cela implique--a moins d'une fourberie odieuse--qu'on
s'engage à ne pas lui appliquer le pire traitement auquel il eût pu
s'attendre en ne se rendant pas.

Tout le monde avait compris la chose de cette façon.

Les amis du gouvernement avaient même exploité cette croyance, et s'en
étaient servi, pour engager le public à ne pas trop protester contre la
procédure dont Riel était l'objet. «Le gouvernement, disait-on, était
dans un grand embarras. Il fallait lui laisser les coudées franches,
pour lui permettre de se tirer d'affaire. D'ailleurs qu'importait, au
fond, que Riel fut jugé de telle ou telle façon, puisqu'on savait que
dans tous les cas il ne serait pas pendu?»

Voilà ce qui se répétait alors.

Hélas! nous savons maintenant à quoi nous en tenir!

Le gouvernement à faussé la parole du général Middleton fait assez peu
intéressant sans doute, au point de vue de cet officier, puisqu'il a
renié lui-même sa propre parole, en exprimant à Montréal la barbare
passion de voir pendre le prisonnier dont il eut dû être le premier à
défendre la vie. PREMIER MENSONGE!

Cependant, il y avait des gens qui n'étaient point disposés à tout
laisser faire et qui, connaissant la législation et les pratiques du
Nord-Ouest, s'inquiétaient à bon droit de la façon dont Riel serait
jugé.

Des questions furent posées à la chambre.

A ces questions, il fut répondu qu'on pouvait avoir l'assurance que Riel
aurait un procès loyal.

On sait quel a été ce procès; et comment Riel, privé de tous les droits
garantis aux citoyens anglais, par une possession immémoriale, a été
livré en pâture à Richardson, qui n'a pas même voulu écouter la défense,
et à ses six jurés qui ont prononcé le verdict de condamnation. DEUXIÈME
MENSONGE?

Devant la cour de Regina, les avocats chargés de la défense de Riel,
avaient volontairement omis toute la partie de leur plaidoyer qui eût
transformé la cause en un débat politique, et ils s'étaient bornés à
plaider la folie.

A cette époque, on s'étonna fort de l'attitude de MM. Lemieux et
Fitzpatrick; et il parut généralement admis, qu'en vertu d'un contrat
exprès ou tacite avec le gouvernement, les avocats avaient été prévenus
que les ministres ne voulaient ni être appelés en témoignage ni être mis
sur la sellette; et que la discrétion avec laquelle on éviterait de
faire ressortir les fautes du pouvoir était la condition convenue de la
grâce de Riel.

Cependant, dès le lendemain du procès, les journaux des ministres,
obéissant à un mot d'ordre, se sont mis à attaquer les avocats de Riel
avec toute la violence qu'ils auraient pu employer, si ces avocats
avaient transformé le débat en débat politique. On a accusé MM. Lemieux
et Fitzpatrick d'avoir compromis la cause de Riel dans un intérêt de
parti. Ceux qui les accusaient ainsi savaient très bien que c'était le
contraire qui était vrai. Mais peu leur importait! Il fallait faire une
diversion contre le parti libéral et donner, coûte que coûte, à la
discussion une tournure qui empêchât les conservateurs de s'y mêler et
d'agir sur le gouvernement. TROISIÈME MENSONGE!

Quand on eut beaucoup répété que le gouvernement ne cherchait qu'à
sauver Riel;--que ses vrais amis étaient ceux qui ne se remuaient pas en
sa faveur;--et que ses pires ennemis étaient ceux qui avaient entrepris
de le faire échapper à la corde,--il vint un jour où l'opinion commença
cependant à d'émouvoir et où les mensonges des journaux ne suffirent
plus.

Alors,--honte indicible!--un ministre, un Canadien-français, n'hésita
pas à peser sur l'opinion de tout son poids, en intervenant
personnellement dans cette sale besogne!

Sir Hector Langevin déclara, à Rimouski, qu'on avait tort de
s'alarmer;--que le gouvernement accorderait tous les délais
nécessaires;--et que Riel ne serait pas pendu, avant qu'une commission
de médecins eut statué sur son état mental.

C'était une fourberie de plus.

On sait maintenant qu'il n'a jamais dû être, qu'il n'a jamais été nommé
de commission médicale.

Mais, à cette époque, il s'agissait de préparer les esprits à accepter
sans trop de murmures le déni de justice de la cour du banc de la reine
à Winnipeg et celui du conseil privé d'Angleterre.

Ce n'était pas trop, pour y parvenir, que de faire prêter à un chevalier
des ordres de Sa Majesté une fausse promesse.

Et sir Hector Langevin fit cette promesse. QUATRIÈME MENSONGE!

A la même date, deux journaux ministériels, la _Minerve_ et le _Monde_,
se préoccupaient beaucoup de l'inconvénient qu'il pourrait y avoir pour
les ministres, dans la sympathie que manifestaient envers la cause de
Riel, les membres du clergé et les catholiques les plus ardents.

Toute une campagne fut entreprise, pour déconsidérer Riel dans l'opinion
du clergé.

On nia ouvertement qu'il eut les sympathies des prêtres du Nord-Ouest.

On retraça, jour par jour, des récits d'égarements religieux qui
devaient faire considérer Riel comme étranger à la communion catholique.

Qu'y avait-il de vrai là-dedans?

Il est possible que beaucoup d'hallucinations aient traversé ce cerveau
surexcité. Mais, dans tous les cas, il est certain qu'on avait
odieusement exagéré et dénaturé les faits.

Nous en avons deux preuves palpables.

La première, c'est que Riel a été constamment assisté par le P. André et
est mort en bon catholique.

La seconde c'est que, jusqu'au dernier moment, Mgr. Grandin n'a cessé
d'intercéder en faveur du condamné. On avait donc menti une fois de
plus. CINQUIÈME MENSONGE!

Au lendemain du rejet du pourvoi de Riel par le conseil privé, le
_Monde_ s'était écrié: «_Les avocats libéraux ont fait tout ce qu'ils
ont pu pour faire pendre Riel. Heureusement ils n'ont pas réussi à tout
perdre. Leur tâche est finie: la nôtre commence!_»

Allégation et promesse qui ont eu une portée incalculable;--car les
dires du journal officieux ont eu pour effet, de persuader aux députés
conservateurs que le gouvernement avait un programme arrêté d'avance, en
vue de sauver Riel; et cette assurance les a empêchés d'intervenir à
temps, sinon pour modifier l'opinion de Sir John A. Macdonald, au moins
pour imposer la retraite des trois ministre canadiens-français et pour
mettre par là le gouvernement dans l'impuissance d'agir. SIXIÈME
MENSONGE!

Mais pendant ce temps on avait obtenu ce qu'on voulait.

On avait permis aux orangistes de faire dire à sir John: «Vous ne pouvez
pas nous refuser la tête de Riel, puisque des journaux
canadiens-français, eux mêmes, déclarent son crime indigne d'excuse.»

Et on avait permis à Sir John A. Macdonald de dire à ses trois
satellites canadiens-français dans le conseil des ministres: «Vous ne
pouvez pas soutenir sérieusement que vos compatriotes tiennent à la vie
de Riel, puisqu'en dehors des réclamations des libéraux, nos ennemis, il
n'a pas été fait auprès de nous une démarche, PAS UNE SEULE pour le
sauver!»

Notre malheureux frère métis a payé de sa vie ce raisonnement astucieux.

Puisse ce fatal exemple nous détourner à jamais de cette politique de
mensonge, d'hypocrisie et d'apparence, par laquelle nous avons été trop
longtemps gouvernés!

Riel n'est pas seulement une victime politique!

C'est un martyr!

Si sa mort, qui est à la fois un acte de barbarie et un soufflet
insolemment jeté à toute une race, a été pour nous une dure leçon,
tâchons qu'elle soit un enseignement.

En entreprenant le douloureux récit du procès et de la mort de Riel,
plus d'une fois la plume nous est tombée des mains!

Nous avons voulu cependant continuer jusqu'au bout cette véridique
histoire.

Il faut que tout le monde la connaisse et s'en souvienne, au jour des
comptes à rendre.

Le meurtre de Regina est pour nous une menace, et en même temps il nous
impose de grands devoirs.

Aucun patriote n'y faillira; car si, ce qu'à Dieu ne plaise, nous
devions les déserter, c'est que nous n'aurions plus de sang dans les
veines. On pourrait écrire sur le livre des destinées: _Fin du
Canada-français_. Nous serions un peuple avili et mûr pour l'esclavage.



CHAPITRE II

LE NORD-OUEST ET LES MÉTIS
SPÉCULATION ET SPOLIATION


Tout le monde savait, depuis l'automne de 1884 qu'une insurrection était
en préparation au Nord-Ouest. Personne ne s'en cachait. Le gouvernement
en était averti, mais il ne semblait s'en préoccuper à aucun degré. Lors
de l'inspection de fin d'année en vue de l'éventualité d'une prise
d'armes, les chefs des districts militaires avaient signalé au ministre
de le milice qu'on manquait de tout; ils lui avaient indiqué, en même
temps, ce dont ils avaient besoin pour être en mesure de se mettre en
campagne, le cas échéant. Mais Sir A. P. Caron avait fait la sourde
oreille. Il n'était pas encore devenu le Carnot du régime actuel; et ses
opérations de stratégiste se bornaient à faire évoluer à Ottawa, au
profit de ses intrigues personnelles, un certain nombre de castors, qui
savent maintenant ce que vaut le personnage dont ils ont trop longtemps
été dupes.

A envisager les choses de près et à voir la quiétude avec laquelle le
gouvernement semblait vaquer à son sommeil ordinaire, un oeil exercé eut
pu croire que, si l'on ne faisait rien pour prévenir la révolte, c'est
qu'on n'était pas fâché qu'elle eut lieu et qu'on avait ses raisons pour
cela.

Il faut tout dire.

Il y a, dans le Nord-Ouest, une bande de _jobbers_, de contracteurs,
d'officiers et de fanatiques, pour lesquels la révolte a été une
excellente aubaine.

Des gens, qui ont entrepris de supprimer au Nord-Ouest la langue
française, y ont trouvé le moyen d'exercer contre les malheureux Métis
une répression impitoyable.

Des compagnies puissantes à Ottawa, qui passaient généralement pour
faire depuis quelque temps de médiocres affaires avec le commerce des
pelleteries et celui des terrains, ont trouvé, comme pourvoyeurs des
troupes, le moyen d'encaisser cette année des bénéfices inespérés.

Les fournitures à l'armée, sans parler du maraudage et du pillage, ont
enrichi tant de monde, que le Nord-Ouest deviendrait pour quelques
aventuriers un véritable _eldorado_, s'il pouvait y avoir une
insurrection, au commencement de chaque printemps.

Ces répressions n'auraient pas eu lieu, ces dividendes n'auraient point
été encaissés, ces bénéfices plus ou moins illicites n'auraient point
fait la fortune de ceux qu'ils ont enrichis, si le gouvernement avait
pris les mesures nécessaires pour éviter l'insurrection; et si, de son
côté, le ministre de la milice ne s'était point endormi dans une
quiétude, qui l'a obligé plus tard à se livrer pieds et poings liés à la
compagnie de la Baie d'Hudson et à divers autres contracteurs, pour le
transport, l'entretien et la nourriture des troupes.

Ce serait une chose trop horrible que de supposer que certaines
personnes, même étrangères au gouvernement et trompant les ministres,
aient favorisé en sous main la rébellion, pour rendre la répression
indispensable et pour en profiter. Mais nous ne remplissons ici qu'un
rôle de chroniqueur, et il nous faut bien dire les bruits qui ont couru,
quand ils ont couru avec persistance.

De tels faits ne sont malheureusement pas hors de toute croyance.
Quiconque connaît un peu l'histoire contemporaine de la France, n'ignore
point comment les insurrections se sont faites pendant longtemps en
Algérie, lorsqu'un officier général avait besoin de gagner un grade; et
comment il n'y a plus eu une seule insurrection, depuis que le régime
politique de la France est changé et que les militaires n'ont plus le
droit de les inventer eux-mêmes. Les personnes qui auraient encore à
s'éclairer sur ce point, pourront lire avec profit _Le Dernier des
Napoléons_, de M. le baron de Hubner, ancien ambassadeur d'Autriche à
Rome, et l'histoire anglaise de la guerre de Crimée, par Alexander
William Kinglake.

Quoiqu'il en soit, les ministres d'Ottawa ne sauraient prétendre que les
réclamations des Métis les avaient pris au dépourvu.

M. Chapleau, secrétaire d'état, écrit aux habitants du Fall River, à la
date du 16 juin dernier: «Si les Métis avaient des griefs sérieux contre
le gouvernement canadien, la voie de la pétition leur était ouverte
comme à tout citoyen libre...»

Hélas! les malheureux Métis avaient usé de la voie de la pétition au
point d'être beaucoup mieux édifiés que M. Chapleau sur sa complète
inefficacité.

Ce que l'on ne sait pas assez, ce qui est tellement fort qu'on ne voudra
pas le croire dans l'avenir, c'est qu'ils pétitionnaient _depuis huit
ans_ sans obtenir de réponse!

Depuis huit ans; car la réclamation qu'il renouvelaient encore au mois
de mars dernier, datait officiellement de juin 1878, et avait donné
lieu, pendant cet espace de temps, à soixante-douze pétitions restées
sans réponses!

Et que réclamaient-ils?

Ils réclamaient le droit de vivre, sans être exposés chaque jour à être
chassés de leurs demeures comme des troupeaux de bêtes!

La cession que la compagnie de la Baie d'Hudson avait faite, en 1870, de
ses droits au gouvernement canadien, avait transformé la terre libre et
ouverte au premier occupant en terre domaniale.

Le gouvernement s'arrogeait le droit de vendre la terre, de la donner à
la compagnie du Pacifique Canadien, de la concéder à des immigrants ou à
des amis politiques; mais, en échange de la terre libre sur laquelle
avaient vécu leurs pères, les Métis réclamaient l'allotissement d'une
quantité de terrains suffisante pour eux et leur famille.

L'acte de 1870 avait réservé 100 arpents à chacun des Métis de Manitoba.

Les métis de la Saskatchewan, de la rivière Qu'Appelle et de la Rivière
Rouge demandaient à ce que le droit--ou pour mieux dire--à ce que
l'indemnité accordée à titre de compensation, fût la même dans le
territoire du Nord-Ouest que dans le Manitoba.

Ils demandaient, en outre, à ce qu'on ne leur attribuât pas 100 arpents
n'importe où, et à ce qu'on ne les délogeât pas de leurs habitations sur
le bord des fleuves, pour leur offrir une concession hypothétique dans
des régions inaccessibles.

Et ils attendaient une réponse depuis le mois de juin 1878!

Une première fois leur demande avait été soumise à l'enquête.

Une seconde fois on avait consulté Mgr Taché, qui avait insisté sur
_l'urgence de donner satisfaction aux Métis._ (29 janvier 1879).

Mais le gouvernement n'avait pas tenu compte de la réponse.

Une autre fois, le marquis de Lorne donnait de bonnes paroles au
représentant du district, M. Clarke; et, en même temps, on lui répondait
d'Ottawa: «Votre lettre a été réservée pour la considération spéciale du
ministre.» (14 avril 1882).

Mais le ministre ne considérait rien, et tout restait comme devant.

En 1883, le conseil supérieur du Nord-Ouest renouvelait la même demande,
sans plus de succès; et en 1884, Sir Hector Langevin déclarait aux
Métis, lors de son passage au Nord-Ouest, _que leurs demandes étaient
parfaitement raisonnables et qu'il serait bon de les consigner par
écrit!!_

Cependant ce n'est pas tout. A défaut de réponse, les Métis voyaient
apparaître, de temps à autre, des arpenteurs qui divisaient
méthodiquement le terrain en carrés selon le système des _townships_; et
comme les terres des Métis n'étaient point carrées, ni de la dimension
voulue, il arrivait que l'arpenteur figurait une ligne, coupant leur
champ en deux ou coupant leur cabane en biais et leur cheminée par la
moitié. C'était la limite d'une concession à venir.

D'autres fois, il arrivait qu'un étranger débarquant au milieu d'eux,
avec un plan à la main, leur apprenait que leur maison était située sur
la concession qui venait de lui être faite, et les invitait à déloger,
sans tambour ni trompette.

Quant à tenter d'obtenir pour soi-même une concession quelconque,
c'était prendre une peine inutile. Aux pétitions collectives, le
gouvernement ne répondait pas. Aux demandes individuelles, les bureaux
répondaient invariablement: «qu'ils avaient le regret de vous annoncer
qu'il ne pouvait y être donné suite, une _application_ antérieure ayant
été faite à Ottawa pour le même terrain, par une autre personne.»

Un jour, on s'étonna, sur les bords de la Saskatchewan, que tant
_d'applications_ antérieures eussent été faites par des personnes qu'on
ne voyait jamais apparaître; et on imagina, pour en avoir le coeur net,
de demander, en un coin imaginaire, la concession d'un terrain et d'un
pouvoir d'eau qui n'existaient pas!

La réponse tarda quelque temps; puis elle arriva, avec sa déplorable
monotonie «une _application_ antérieure avait été faite par une autre
personne,» sur le terrain qui n'existait pas!

Probablement, le bureaucrate, alléché par la description imaginaire du
demandeur en concession, s'était dit qu'il convenait de réserver une
telle aubaine à un parent ou à un ami; et il avait envoyé sa réponse, en
négligeant de vérifier sur le plan l'existence et la condition du
terrain!

Les choses en étaient là, lorsque les Métis, las de pétitionner et ne
songeant point encore à la révolte, mais désireux d'avoir à leur tête un
homme instruit, actif et capable de faire réussir enfin leurs requêtes,
songèrent à réclamer l'assistance de Riel (juin 1884).

Louis Riel vivait fort paisiblement, avec sa famille, dans le Montana,
lorsque les délégués des Métis, parmi lesquels figuraient des Anglais,
firent un voyage de plus de 700 milles pour lui demander de venir se
fixer parmi eux.

Il leur répondit dans les termes suivants:

    MESSIEURS.--Vous avez parcouru plus de 700 milles du pays de la
    Saskatchewan, traversé la ligne de frontière internationale pour
    me faire une visite.

    Les communautés au milieu desquelles vous viviez vous ont
    envoyés comme délégués pour me demander mon avis sur plusieurs
    difficultés qui ont rendu malheureux le Nord-Ouest britannique,
    sous l'administration d'Ottawa. De plus, vous m'invitez à vous
    accompagner et à établir ma demeure parmi vous, dans l'espérance
    que ma présence servira à améliorer votre condition. Votre
    invitation est pressante et cordiale; vous voulez que je vous
    accompagne avec ma femme et mes enfants; je pourrais m'excuser
    et dire: «non, merci!» et pourtant vous m'attendez; je n'ai donc
    qu'à me préparer; vos lettres de délégation m'assurent d'une
    réception amicale.

    Messieurs, votre visite personnelle me cause une grande joie,
    et, je me glorifie ne même temps de l'honneur que vous me
    faites, mais le caractère officiel de votre visite lui donne une
    tournure tout à fait remarquable, et je considérerai ce moment
    comme un des plus heureux de ma vie,--_un événement que ma
    famille se souviendra toujours_, et j'espère qu'avec l'aide de
    Dieu, mon appui vous sera utile afin que cet événement soit une
    bénédiction pour vous et pour moi, qui en ai eu beaucoup, cette
    année, la quarantième de mon existence. Il vaut mieux être
    franc--je ne crois pas que les conseils que je vous donnerai,
    tandis que je serai dans ce pays, concernant les territoires du
    Canada, auront aucune influence de l'autre côté de la frontière;
    mais la question peut être envisagée d'un autre point de vue:
    D'après les clauses 31 et 32 du traité de Manitoba, j'ai droit à
    certaines terres, dont j'ai été privé directement ou
    indirectement par le gouvernement du Canada. Nonobstant le fait
    que je sois devenu citoyen américain, ma réclamation pour ces
    terres est encore valide; par conséquent, mes intérêts étant les
    mêmes que les vôtres, j'accepte votre bonne invitation, et
    j'irai passer quelques mois parmi vous, dans l'espérance qu'à
    force d'envoyer des pétitions, nous obtiendrons du gouvernement
    le redressement de tous nos griefs.

    L'élément métis forme une partie considérable de la population
    du Montana, et si nous comptons les blancs qui, par suite de
    mariages ou autrement ont intérêt à sauvegarder les privilèges
    des Métis, il est évident, qu'ils forment une classe puissante.
    Je suis actuellement occupé à faire leur connaissance, et je
    suis un de ceux qui aiment à voir régner parmi eux l'union. De
    plus, j'ai fait des amis et des connaissances parmi lesquels
    j'aime à vivre. Je vous accompagnerai, mais je reviendrai en
    septembre.

    J'ai l'honneur d'être, messieurs les délégués,

    Votre humble serviteur,

    LOUIS RIEL.

Le journal _Le Manitoba_, qui depuis a obéi à l'ordre d'injurier Riel,
écrivait en ce temps là: «On dit que M. Riel revient avec sa famille.
Oh! s'il pouvait seulement avoir l'heureuse idée de demeurer constamment
parmi nous. Cet homme ne peut faire que du bien à ses concitoyens...»

Et le 10 août suivant, Sir A. P. Caron, en villégiature à la
Rivière-du-Loup, donnait un dîner politique auquel assistaient Sir John
A. Macdonald et une dizaine de conservateurs de la province de Québec.
Le chef du cabinet y déclara: «que la présence de Riel au Nord-Ouest
n'avait rien d'inquiétant pour le gouvernement, que tout au contraire
_elle favorisait ses vues_, et que le chef métis travaillait à concilier
les intérêts des populations avec ceux de la couronne, _qu'il méritait
de la reconnaissance plutôt que du blâme._»

Le 5 septembre, une grande réunion, dont _le Manitoba_ a rendu compte,
se tint à Saint-Laurent, et adopta, sur la proposition de Riel, les
propositions suivantes:

    Nous voulons, 1° La subdivision des territoires du Nord-Ouest en
    provinces.

    2° Pour les habitants du Nord-Ouest des avantages semblables à
    ceux qui ont été accordés en 1870 aux habitants du Manitoba.

    3° Une concession de 240 acres de terre aux Métis qui n'ont pas
    encore reçu de concession.

    4° La concession immédiate par lettre patente des terrains
    actuellement occupés par les Métis.

    5° La mise en vente, par le gouvernement, de 500,000 acres de
    terre; le produit de cette vente devant être placé à intérêt
    pour subvenir aux besoins des Métis pour l'établissement
    d'hôpitaux, d'orphelinats et d'écoles, ou encore pour fournir
    aux pauvres gens des charrues ou d'autres instruments agricoles
    et des semences.

    6° La mise en réserve de 100 cantons (townships) dans des
    terrains marécageux et qui ne seront probablement peuplés d'ici
    à longtemps; ces terrains devant être distribués aux enfants des
    Métis de la prochaine génération et pendant 120 ans, chaque
    enfant devant recevoir sa part à l'âge de 18 ans.

    7° Une subvention d'au moins 1,000 piastre pour établir un
    couvent dans les établissements considérables des Métis.

    8° L'amélioration dans les conditions du travail des Sauvages
    pour les empêcher de mourir de faim, et un plus grand soin de
    leur personne.

Mgr Grandin, évêque de Saint-Albert, le R. P. Fourmond, le R. P. Touze,
le R. P. Lecoq, assistaient à cette assemblée, et Mgr Grandin fut
vivement prié par les Métis de faire connaître son opinion.

    «Parmi ces propositions, dit Sa Grandeur, il y en a qui touchent
    de trop près à la politique, celles-là nous sont indifférentes
    et nous ne voulons nous en mêler aucunement, parce qu'elles
    n'ont qu'un intérêt douteux pour la population et la religion.
    Quant aux autres, nous nous en occupons depuis longtemps; et
    _nous nous sommes efforcés de les faire admettre par le
    gouvernement; nous avons fait tout ce qui dépendait de nous pour
    obtenir justice; nous avons même obtenu des promesses que nous
    croyions officielles; aujourd'hui, nous constatons avec regret
    qu'elles ont été oubliées, nous partageons votre mécontentement
    et nous n'avons pas manqué de nous plaindre auprès des
    autorités..._»

Malheureusement, ni ces plaintes, ni les pétitions, ni les autres
réunions qui se tinrent pendant l'automne et pendant l'hiver ne purent
décider le gouvernement à sortir de son mutisme. La consigne à Ottawa
était de ronfler; et chacun sait comment Sir David Macpherson s'en
acquittait, à la satisfaction du maître.

Sir John A. Macdonald avait eu cependant une idée qui est le résumé de
toute sa politique. Il avait eu l'idée de ne rien accorder aux Métis, et
de les faire taire en achetant leurs chefs.

C'est ainsi que Schmidt avait été nommé commis au bureau des terres de
Prince Albert, Dumas, instructeur des Sauvages, et que des offres
avaient été faites à Dumont et Isbester.

Mais, pendent ce temps-là, on n'aboutissait à rien. Le mécontentement et
l'agitation des esprits augmentaient de jour en jour. Des nouvelles
spoliations étaient commises par des spéculateurs; et les arpenteurs
soulevaient incessamment de nouvelle réclamations.

Tout était mûr pour la révolte. Nous verrons, plus tard, comment elle se
produisit, et qui tira le premier coup de feu. Mais il est dès à présent
prouvé que les griefs des Métis étaient fondés;--qu'ils étaient soutenus
depuis huit ans par les autorité ecclésiastiques;--que, depuis huit ans,
on n'avait pas su leur rendre justice; on n'avait pas même su leur
répondre, et que s'il y a jamais eu un soulèvement excusable au monde,
c'est celui de pauvres gens que, ayant usé de tous les moyens légaux
pour faire valoir leurs droits, ont été constamment trompés, remis au
lendemain et, finalement, n'ont rien pu obtenir.



CHAPITRE III

LOUIS RIEL--UN MARTYR ET UNE FAMILLE
DE PATRIOTES


On peut apprécier différemment la conduite de Louis Riel en 1871 et en
1885.

Il y a quelques individus, se disant Canadien-français, qui ne manquent
pas une occasion d'insulter les patriotes de 1837.

Ce sont les mêmes qui n'ont cessé d'insulter Riel.

D'autres, qui ne sont pas des traîtres, ont hésité, au moment où l'on se
battait au Nord-Ouest, et nous comprenons leur hésitation.

Tout homme, qui a eu le malheur d'être placé par les circonstances à la
tête d'un mouvement insurrectionnel, est responsable même de ce qu'il
n'a pas voulu faire; il est exposé à être condamné par tous ceux qui
mettent le respect de la loi écrite au-dessus du droit naturel et des
principes d'humanité foulés aux pieds.

Mais, dans tous les cas, il y a trois qualités qu'on ne refusera pas à
Riel.

D'abord, c'était un brave. Ses calomniateurs ont essayé, même sur ce
point, de ternir sa renommée. Mais la façon dont il est mort, ferme la
bouche à la calomnie et rend témoignage de la fermeté de son âme.

Ensuite, son désintéressement était indéniable; son dévouement à ses
frères a été le guide de toute sa vie; et c'est pour eux qu'il est mort.
Là encore la calomnie a essayé de l'atteindre. On l'a représenté comme
un ambitieux vulgaire. Mais de telles accusations ne résistent pas à
l'examen. Riel vivait heureux et tranquille au Montana, lorsque les
Métis du Nord-Ouest sont venu réclamer son appui. Il n'avait rien à
gagner avec eux, il avait tout à perdre. Il n'a pas hésité un instant
devant ce qu'il considérais comme un grand devoir à remplir; un grand
devoir qui l'a mené à l'échafaud, mais qui sera peut-être l'origine de
l'émancipation d'une race.

Une troisième qualité qu'on ne saurait contester à Riel, c'est la
séduction profonde qu'il exerçait sur tous ceux qui avaient affaire à
lui.

Cette séduction ne venait point seulement de l'éloquence abondante et
mêlée d'une inexprimable douceur, dont ont rendu témoignage tous ceux
qui l'ont connu et qui ont assisté à ses dernières épreuves.

Ce qui faisait la toute-puissance de l'éloquence de Riel, c'est qu'on
sentait qu'elle partait du coeur.

Comme tous les enthousiastes, comme tous les visionnaires, il était
sujet à se tromper, à exagérer le devoir, parfois à le déplacer. Mais
tous ses compagnons savaient qu'il leur était dévoué corps et âme, et,
qu'au besoin, il donnerait sa vie pour eux.

Il avait pris part à l'insurrection de 1870. Il avait été vaincu, il
avait été proscrit; mais il était resté pour les siens un héros
légendaire. On se racontait à la veillée, les actes d'audace par
lesquels il s'était rendu célèbre, et lorsqu'il revint en 1884, à la
région de Prince Albert, il n'avait rien perdu de tout son prestige.
Français, Anglais et Écossais, tous les Métis lui avaient tendu les
mains et avaient applaudi à ses discours, parce qu'ils avaient reconnu
en lui un désintéressement absolu et un dévouement sans bornes.

Ce dévouement à sa race était, chez Louis Riel, une vertu héréditaire.
Lorsqu'il avait à peine cinq ans, son père avait été le défenseur et le
libérateur des Métis en 1849, contre les exactions de la compagnie de la
Baie d'Hudson.

Tout le monde avait encore présent à l'esprit, le souvenir de la grande
lutte que M. Riel, le père, avait soutenue à une époque où les Métis
étaient des serfs et où il leur était interdit de tuer, fut-ce une biche
ou un rat musqué, autrement que pour en vendre la robe aux agents de la
compagnie. Tout le monde savait que la conquête de la liberté du
commerce avait été son oeuvre. On se souvenait de son audace et de son
triomphe, le jour où un Métis français, Guillaume Sawyer, ayant été
traduit pour un délit imaginaire devant un juge prévaricateur, le 17
mars 1849, onze Métis ayant Riel à leur tête étaient venus assister
Guillaume Sawyer en cour, et avaient signifié au tribunal, qu'ils lui
donnaient une heure pour rendre justice à Sawyer; et qu'au delà de cette
heure ils se rendraient justice à eux mêmes, si justice ne leur était
pas faites.

Lorsque l'heure fut écoulée, le juge Thom avait essayé de prétexter que
le procès n'était pas fini. Mais Riel, père, s'était écrié: «Le temps
accordé est écoulé. Le procès n'a pas sa raison d'être. L'arrestation de
Sawyer a été faite en violation de tout principe de justice, et je
déclare que dès ce moment Sawyer est libre.»

Devant les acclamations frénétiques des Métis, ni le gouvernement, ni le
juge, ni les magistrats n'avait osé résister. Sawyer était sorti libre
de l'audience. Riel obligea la compagnie à lui rendre les effets qu'on
lui avait confisqués; et, de plus il avertit la compagnie qu'à l'avenir
les colons entendaient avoir le commerce libre. Tous les Métis crièrent
à la fois avec enthousiasme: «Le commerce est libre! le commerce est
libre! vive la liberté!» en présence du juge, du gouverneur et des
magistrats atterrés; et, de ce jour, le monopole oppressif de la Baie
d'Hudson cessa d'exister dans le Nord-Ouest.

On dit que l'histoire se renouvelle sans cesse. Près de quarante ans se
sont écoulés. Il y a encore au Nord-Ouest des tyrans et des juges
prévaricateurs. Le juge Thom s'appelle aujourd'hui Richardson, et son
nom est associé aux malédictions de tout un peuple. Mais il y a aussi de
nobles coeurs. Gabriel Dumont a obligé ses vainqueurs eux-mêmes à lui
rendre hommage; et Louis Riel a témoigné, par sa vie et par sa mort,
qu'il était le digne fils de son père.

Louis Riel était né à la Rivière Rouge, en 1844, du mariage de M. Riel,
père, avec Julie de la Gimodière. Sa mère, que l'agonie de son fils
vient de rendre folle, était née à Sorel. Elle est Canadienne-française
de père et de mère. Son grand-père Riel était Canadien-français et sa
grand'mère Métisse de race française. Louis Riel est donc des nôtres.
Métis, il 'était de coeur et d'âme; mais il n'avait que quelques gouttes
de sang montagnais dans les veines. La naissance l'avait fait
Canadien-français, et son dévouement à une cause proscrite cimentait
l'union de deux races soeurs. Nos ennemis ne l'ont jamais oublié, et le
crime qu'il vient d'expier à Regina ne consiste pas, aux yeux de ses
bourreaux, à s'être insurgé, en compagnie d'Anglais qu'on s'est
d'ailleurs empressé de mettre en liberté. Son véritable crime était de
représenter l'élément français dans le Nord-Ouest en face d'un
gouvernement qui a décrété que le Nord-Ouest serait une terre anglaise.

Louis Riel avait été élevé sous la direction de Mgr. Taché, et grâce à
la protection de Madame Masson, mère de notre lieutenant-gouverneur.

Passé de là au collège de Montréal, il avait eu le malheur de perdre son
père, le 21 janvier 1864, au moment où il commençait son cours de
philosophie; et, après avoir terminé ses études, il était revenu dans la
prairie, prendre son rôle de chef de famille, sans se douter des
destinées qui l'appelaient à faire retentir deux fois l'Amérique de son
nom.

Tout le monde sait quelle part il prit à l'insurrection de 1870, et
quelle fut la cause de cette insurrection, la plus juste de toutes
celles que l'histoire ait jamais eu à enregistrer.

L'union imposée en 1840 au Canada-Français avec les Anglais d'Ontario,
ne pouvait plus tenir. Par une conséquence que ses auteurs n'avaient pas
prévue, cette union dirigée contre la race française, avait assuré dans
le parlement uni, la prépondérance de l'élément canadien-français; et
cette prépondérance était telle, que la majorité conservatrice de la
province de Québec avait pu faire subir aux Anglais d'Ontario des
ministres, repoussés par le corps électoral de cette province. Il est
bon de rappeler ce fait, en présence d'un régime sous lequel ce sont les
Anglais d'Ontario qui nous gouvernent, qui nous imposent leur
gouvernement, et qui viennent de mettre Riel à mort, malgré le voeu
unanime du peuple canadien-français. Triste résultat de la
Confédération, de la politique de Sir John A. Macdonald et de
l'insignifiance servile de Sir Hector Langevin! Mais, en 1865, la
situation créée par l'acte d'union ne pouvait plus se prolonger; les
deux provinces n'étaient d'accord sur rien. La solution vraiment logique
eût dû consister à rappeler purement et simplement l'acte d'union et à
rendre à chacun sa liberté. Mais alors, personne n'y songea. Les
ministres conservateurs avaient d'autres visées; et sous leur influence,
le Canada s'abandonna à la dangereuse ambition de devenir un grand État.
C'est ainsi que la Confédération fut faite. Comme Ontario et Québec ne
pouvaient s'entendre, on leur adjoignit pour les départager, le
Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, qui devait s'augmenter plus
tard de la Colombie Anglaise et de l'île du Prince-Edouard. Comment nos
hommes d'État ne s'aperçurent-ils pas que, par cette adjonction, la
province de Québec passait de la prépondérance ou tout au moins de
l'égalité à un état de minorité forcée; et que tôt ou tard la
Confédération se retournerait fatalement contre nous? Hélas! il a fallu
le gibet de Riel pour nous amener nous-mêmes à nous en convaincre!

Quoiqu'il en soit, la nouvelle Confédération fut formée et son premier
acte consista à acheter à la compagnie de la Baie d'Hudson le territoire
du Nord-Ouest. Les Métis furent vendus comme un vil troupeau, par un
compagnie commerciale à un gouvernement qu'ils ne connaissaient pas. Ce
gouvernement n'avait pas même daigné leur faire savoir qu'ils étaient
devenus ses sujets; et M. McDougall s'était présenté, comme
lieutenant-gouverneur, par la grâce du gouvernement d'Ottawa, avant même
que l'acte de cession n'eut été régulièrement promulgué.

Non seulement on avait disposé des Métis sans eux, mais on avait disposé
en même temps de la terre qui, par le fait de la cession, devenait terre
domaniale et qui allait être livrée au zèle dévorant des arpenteurs.

On a dit qu'alors les Métis s'insurgèrent. Le fait est vrai, mais
l'expression ne l'est pas. Les Métis étaient, depuis trois quarts de
siècle, sujets de Sa Majesté Britannique, sous la gestion de la
compagnie de la Baie d'Hudson. La retraite de la compagnie de la Baie
d'Hudson, les rendait à eux-mêmes. Ils entendaient rester, comme par le
passé, sujets loyaux de la reine. Mais ils n'entendaient qu'un acte de
vente pût les livrer pieds et poings liés au gouvernement d'Ottawa. Ils
avaient raison. Le 27 janvier 1870, ils établirent un gouvernement
provisoire, sous la présidence de Louis Riel. Ils étaient dans leur
droit.

Le gouvernement d'Ottawa le sentait si bien qu'il eut recours à
l'intervention bienveillante de Mgr Taché, et qu'il fut convenu avec Sir
John A. Macdonald et Sir George Cartier, _qu'en vertu d'un arrangement
amical_, les Métis se soumettraient au gouvernement; et qu'après les
arrangements conclus, une amnistie générale serait proclamée. C'est en
vertu de cet arrangement, que les délégués du gouvernement canadien et
ceux du gouvernement provisoire rédigèrent ensemble le bill de Manitoba.

Par malheur, la convention n'avait pas été écrite. Sir John A. Macdonald
avait donné à Mgr Taché sa parole d'honneur; et le gouverneur-général
avait déclaré aux délégués des Métis que la chose ne souffrait aucune
difficulté, et qu'on n'attendait que la sanction de la couronne.

On sait comment Sir John A. Macdonald faussa sa parole d'honneur. Le
colonel Wolseley, qui allait préluder à ses tristes exploits en Égypte
par le pillage du Nord-Ouest, se présenta au fort Garry, non pas comme
représentant du gouvernement canadien, mais comme représentant du
gouvernement impérial, que les Métis n'avaient jamais cessé de
reconnaître; et étant ainsi entré par trahison dans la place, il se
conduisit en vainqueur. Les membres du gouvernement provisoire furent
arrêtés et traînés en prison; et le colonel Wolseley se félicita dans un
discours public «d'avoir mis en fuite les bandits de Riel.»

Malheureusement, le gouvernement, qui avait été capable de s'emparer du
fort Garry par surprise, n'était pas capable de s'opposer à l'invasion
des fénians; et pour se défendre, il dut recourir à la généreuse
assistance de Riel et de Lépine. Cela n'empêcha pas Lépine d'être
ensuite mis en jugement et condamné à mort. La tête de Riel fut mise à
prix. Il n'en fut pas moins élu à la Chambre des Communes en 1873, pour
le comté de Provencher.

Poursuivi et traqué par les orangistes, obligé de se déguiser et de
changer de domicile au moindre soupçon, pour échapper au poignard des
assassins, Riel parvint néanmoins à passer inaperçu à travers les sbires
et se présenta seul au parlement, le 19 mars 1874, où il prêta serment
d'allégeance comme député de Provencher, devant le greffier des
Communes. Mais il fut expulsé par une majorité de 124 voix contre 68. Le
3 septembre de la même année, il était réélu pour le comté de
Provencher; mais l'amnistie n'ayant point été proclamée, il ne put
prendre son siège. Il n'était pas seulement loyal, il était
conservateur, et un peu plus tard il abandonna son siège pour assurer la
réélection de Sir George Cartier, battu dans la province de Québec. Il
ne faut jamais compter sur la reconnaissance des grands de la terre, Sir
John A. Macdonald vient de récompenser Riel de son dévouement à la cause
conservatrice, en le faisant pendre à Regina, le frère de M. Chapleau
étant shérif.

Tel était l'homme qu'après treize ans d'exil, les Métis allèrent
chercher en 1884, au Montana, pour lui confier la défense de leurs
droits méconnus.

Rarement plus noble tâche avait été mise entre des mains plus dignes.

Depuis l'échec de Riel, les vautours se sont abattus sur leur proie. On
a décidé qu'il serait la victime expiatoire des fautes commises par le
gouvernement canadien dans le Nord-Ouest. On a suscité contre le héros
métis le fanatisme et les mauvaises passions. Pour ameuter l'esprit
anglais, peut-être pour marquer plus cruellement par sa mort
l'avilissement de l'influence française, on a cherché à transformer la
question en une lutte de races; et on a présenté le mouvement métis de
1885 comme une insurrection française contre un gouvernement anglais.
C'est encore un mensonge qu'il importe de relever. Il s'agissait si peu
d'une lutte de races, qu'au début du mouvement, les plaintes des
Écossais et des Anglais n'étaient pas moins vives que celles des
Français; et que la députation envoyée à Riel au Montana comprenait
plusieurs Anglais, entre autres Jackson et Isbester.



CHAPITRE IV

L'INSURRECTION


Au milieu de mars 1885, il se passa un fait au moins étrange.

Tout le monde prévoyait, depuis plusieurs mois, une insurrection; et le
gouvernement était seul à n'y avoir point pris garde.

S'il y avait pris garde, il lui eut suffi de se décider à rendre justice
aux Métis, pour que l'insurrection n'eut pas lieu.

Or, l'agitation croissait de jour en jour, mais aucun acte de justice
n'était intervenu.

Non seulement Riel n'avait pas encore levé le drapeau de la révolte,
mais il n'avait pas même renoncé à l'espérance d'une solution pacifique;
et il se flattait d'intimider le gouvernement, par des démonstrations,
de façon à arracher des concessions aux ministres d'Ottawa, sans être
obligé de recourir à une prise d'armes.

Rien n'était donc changé à la situation, au commencement de mars. Il n'y
avait pas encore d'insurrection; et il dépendait du gouvernement
canadien qu'il n'y en eût jamais. S'il avait fait, à cette date, ce
qu'il a été obligé de faire depuis, s'il avait accordé aux Métis les
demandes dont le bien fondé a été plus tard reconnu, la paix n'aurait
jamais été troublée; nos concitoyens n'auraient pas été condamnés à la
dure expédition du Nord-Ouest, et une dépense de plusieurs millions de
piastres aurait été épargnée au trésor public.

Chose curieuse! Le gouvernement qui n'avait pas encore trouvé une minute
pour lire les réclamations des Métis, s'était, paraît-il édifié à sa
manière sur la situation du Nord-Ouest; et il s'était résigné avec _un
coeur léger_ à l'idée de la guerre civile, avant que la guerre fut
déclarée, avant même qu'elle fut devenue inévitable.

Cette guerre civile, ce fut la police du gouvernement que en prit
l'initiative.

Le 27 mars, le major Crozier, de la police à cheval, profitant d'une
altercation survenue la veille entre Gabriel Dumont et un nommé MacKay,
s'était présenté aux Métis en ennemi, à la tête d'un corps de troupes.

Il avait rencontré Gabriel Dumont, escorté de vingt cavaliers: et il
avait tiré le premier coup de feu sur des hommes inoffensifs.

Cette action, dans laquelle la police fut mise en déroute et perdit
quatorze hommes, reçut le nom de bataille du lac aux Canards.

Il est important de constater que, ni de part ni d'autre, il n'est nié
que les hommes de Crozier aient tiré les premiers.

Par une coïncidence surprenante, à cette même date du 27 mars, avant de
connaître l'attaque du major Crozier, le gouvernement, qui s'y attendait
évidemment, ordonnait à la batterie A de Québec, et à la batterie B, de
Kingston, de former chacune un détachement de cent hommes et de se
mettre aussitôt en campagne.

Cette fois-ci, comme en 1870, c'était donc le gouvernement qui avait
déclaré la guerre. C'était le gouvernement qui avait entamé les
hostilités contre des gens ne demandant qu'à traiter.

La mobilisation se fit rapidement

Dès le 24 mars, le général Middleton était parti pour Winnipeg, afin de
se mettre à la portée des opérations éventuelles.

Le 28 mars, deux détachements des Queen's Own, le 10ème Grenadiers
Royaux et la compagnie C, de l'infanterie de Toronto étaient appelés au
service. Le 65ème Carabiniers de Montréal reçut pareillement son ordre
de départ. Le 30 mars, deux nouveaux régiments étaient levés à Winnipeg
et un détachement des gardes à pied du gouverneur prenait la route du
Nord-Ouest.

Le 31 mars, le 2ème London (Ontario) et le 9ème de Québec étaient
appelés au service actif.

[Illustration: Gros-Ours.]

Ces régiments manquaient de tout. Pour les mettre en mesure de partir,
il fallut que le ministre de la milice donnât un blanc seing aux
colonels et les autorisât à faire coûte que coûte et d'urgence, toutes
les dépenses nécessaires pour compléter l'équipement de leurs corps. On
saura sans doute, d'ici peu de temps, combine de millions ce gaspillage
suite de plusieurs années d'imprévoyance et d'incurie volontaire, a
coûté au trésor public.

La bataille du Lac aux Canards, dont le gouvernement a assumé la
responsabilité en ne désavouant pas le major Crozier, devait avoir des
conséquences d'une gravité incalculable.

D'abord, elle constituait les Métis à l'état de belligérants. Riel, qui
n'avait point assisté à l'engagement et qui avait conservé jusqu'à cette
date l'espoir d'une solution pacifique, organisa un conseil de
gouvernement, composé de douze personnes.

En même temps, les Sauvages qui n'avaient point encore pris fait et
cause pour les Métis, furent enhardis par l'échec de la police, et se
décidèrent à prendre part à la lutte. Le 30 mars, Gros-Ours prit le
sentier de la guerre; et le lendemain sa bande procédait au massacre du
Lac aux Grenouilles. Poundmaker devait plus tard suivre l'exemple de
Gros Ours et infliger au colonel Otter la défaite de la montagne du Camp
du Corbeau.

[Illustration: PIE-A-POT]

Désormais, tout espoir de négociation amiable était perdu et il fallait
que le sort des armées décidât.

Il n'entre pas dans le cadre de ce récit de retracer en détail la suite
des événements militaires qui ont abouti à la prise de Batoche.

La lumière n'est pas encore faite sur cette partie de notre histoire.

Le Canada peut se dire, avec une légitime fierté, que ses volontaires se
sont comportés héroïquement devant le feu de l'ennemi. Mais si la
bravoure des soldats est restée au-dessus de tout éloge, il plane encore
beaucoup d'incertitude sur le plus ou moins d'habileté des chefs et sur
la façon dont les opérations ont été conduites.

D'après le témoignage d'un conservateur du Nord-Ouest, dont les
affirmations n'ont jamais été démenties, les insurgés au nombre de 300 à
400, n'auraient jamais eu plus de cent combattants. Même à la plus forte
escarmouche, qui fut celle de Batoche, ils n'avaient pas cinquante
combattants, et la bataille a duré quatre jours. On a peine à comprendre
qu'il ait fallu tant de temps et d'efforts pour aboutir à un si mince
résultat.[1]

Note 1: LA PRESSE, 24 août 1885.

D'un autre côté, des témoins oculaires affirment qu'étant donnée la
façon dont les volontaires avaient été éparpillés, par petites bandes,
c'est un véritable miracle qu'ils n'aient pas été massacrés en détail;
et c'est l'avis de plusieurs officiers, ayant pris part à la lutte, que
si les Métis avaient eu à leur tête un militaire de profession,
expérimenté dans la conduite des embuscades, notre jeune armée aurait
été exposée à un véritable désastre.

Le parlement a voté néanmoins au général Middleton une récompense
pécuniaire, ni plus ni moins que s'il avait gagné une nouvelle bataille
de Waterloo; et le gouvernement impérial, auquel les ministres d'Ottawa
avaient intérêt à faire prendre la rébellion au sérieux, a gratifié
d'une décoration le commandant en chef et le ministre de la Milice.

Après tout, le gouvernement impérial qui avait déjà pris au sérieux les
exploits stratégiques du général Wolseley, en 1870, ne pouvait mieux
faire que de traiter, en 1885, le général Middleton en triomphateur.

Mais, la lettre adressée à M. F. X. Lemieux, par le révérend Père André,
a jeté plus d'une ombre sur cette étoile naissante de l'armée anglaise.

    Aujourd'hui, dit le Père André, le gouvernement se glorifie de
    la victoire et s'applaudit comme d'un grand triomphe d'avoir
    battu les Métis. Riel est condamné, les principaux Métis de
    Saskatchewan sont dans les fers; et dans son enthousiasme, le
    Parlement vote vingt mille piastres au général Middleton; tout
    le Canada est fier de son succès et de celui des volontaires.
    Nous sommes heureux comme le reste de la nation que cette
    rébellion soit finie, nous l'avons vivement combattue, prévoyant
    tous les malheurs qu'elle entraînerait avec elle. Mais je dois
    le dire au risque de choquer plusieurs personnes que j'aime et
    estime; l'armée du général Middleton s'est déshonorée par le
    pillage éhonté auquel elle s'est livrée, malgré la proclamation
    du général qui défendait de ne rien toucher, de ne rien prendre.
    Je ne parle pas d'après les rapports qui m'ont été fait; mais
    j'ai visité plusieurs fois la contrée qui avoisine Batoche, et
    je puis affirmer que sur une longueur de 25 milles, toutes les
    maisons établies sur le côté sud de la Saskatchewan ont été
    pillées et saccagées, et plus de 20 ont été brûlées et rasées.

    Cette contrée jadis si florissante offre un spectacle affreux de
    désolation et de détresse qui fait mal à voir. Les volontaires
    ont pillé les habitants et tout ce qu'ils possédaient, leurs
    chevaux, leurs effets et habillements, et ils n'ont laissé aux
    malheureux que ce qu'ils avaient sur le dos. Le général été
    humain et doux à l'égard des habitants, il ne leur a infligé
    aucun traitement cruel, mais il a assisté impassible à tout le
    pillage qui se faisait autour de lui, malgré sa proclamation. Et
    lui-même, comme pour les encourager à piller, s'est approprié un
    beau cheval et une voiture d'un nommé Manuel Champagne, dont il
    a fait présent à Thomas Ibouri. Voilà les faits dont je suis
    certain, et le ministre de la milice peut affecter l'ignorance
    tant qu'il voudra, ces faits n'en seront pas moins vrais et
    réels.

    Le résultat de tout cela est que nos pauvres Métis sont dans une
    détresse et un dénuement extraordinaires.

    Je regrette que le général Middleton n'ait pas achevé son
    oeuvre, et qu'au pillage il n'ait ajouté le massacre, au moins
    il nous aurait épargné le spectacle de cette agonie prolongée
    que voyons devant nous.

Un tel écrit, émané d'un témoin aussi digne de foi que le Rév. Père
André, est de nature à diminuer quelque peu la gloire du général en
chef, dont l'unique victoire se réduit à avoir emporté en quatre jours
une redoute défendue par cinquante hommes; du général en chef qui n'est
parvenu à prendre de vive force qu'un cheval volé à son propriétaire;
mais qui n'a pu prendre Riel qu'en lui écrivant une lettre pour le prier
de se rendre, et qui, après avoir vainement poursuivi Gros Ours, n'a
trouvé finalement d'autre ressources pour s'emparer de sa personne que
de mettre sa tête à prix et de provoquer ainsi la trahison d'un des
siens.

M. A. N. Montpetit, qui a résumé dans son livre sur Riel à la Rivière du
Loup, les principaux événements de la campagne, décrit de la façon
suivante les deux derniers exploits du général Middleton pendant cette
campagne.

    Juin, 9. Le général Middleton au Lac aux Huarts. Il traverse sur
    un radeau. Il abandonne la poursuite de Gros-Ours. Le pays est
    infranchissable.

    Juin, 22. Le général Middleton, après s'être remis à la
    poursuite de Gros-Ours, y renonce une seconde fois et décide de
    renvoyer les volontaires dans leurs foyers.

Ce bulletin d'une concision expressive, ne ressembla pas précisément à
un bulletin de la Grande armée, et il nous autorise à ne point porter M.
le général Middleton en triomphe.

La personnalité que la campagne du Nord-Ouest a mis hors de pair, ne
figure point dans le camp des victorieux, mais dans celui des vaincus:
c'est celle de Gabriel Dumont.

[Illustration: QUEUE-D'AIGLE]

Par son énergie, par sa bravoure, par l'influence qu'il a su acquérir
sur ses compagnons, Gabriel Dumont s'est fait une place à part. Les
Métis le considèrent comme un héros. Ils racontent de lui des traits de
bravoure romanesques dignes des Trois Mousquetaires de Dumas. Sir John
A. Macdonald lui a rendu justice en plein parlement en ajoutant, il est
vrai, que s'il l'avait entre ses mains, cela ne l'empêcherait pas de le
faire pendre. De son côté, Mgr Taché dit de lui: «Dumont est un héros
d'un autre âge, brave comme un lion, inaccessible à la peur,
désintéressé, fort comme un Hercule, connaissant le pays comme pas un;
c'est le vieux type des trappeurs d'autrefois.» Gabriel Dumont est en
liberté aux États-Unis. Un jour ou l'autre, nous entendrons encore
parler de lui. Dieu veuille que, ce jour-là, nos affaires soient mieux
conduites et que l'injustice unie au fanatisme n'ait à faire parmi nous
de nouvelles victimes.



CHAPITRE V

LES PRÉLIMINAIRES D'UN PROCÈS SANS NOM


Le général Middleton avait adressé à Riel la lettre suivante:

    BATOCHE, 11 mai.

    MONSIEUR RIEL.

    Je suis prêt à vous recevoir, vous et votre conseil, et à vous
    protéger jusqu'à ce que le gouvernement ait pris des mesures à
    votre égard.

Il n'y a pas un militaire, ayant le sentiment de sa position et de sa
responsabilité, qui ne soit prêt à déclarer que cette lettre comportait
la garantie que celui à qui elle était adressée, aurait la vie sauve,
s'il consentait à faire sa soumission. C'était un engagement d'honneur.

On sait comment il a été faussé.

Riel s'est rendu le 15 mai. Il a été immédiatement dirigé sur Regina. Le
gouvernement lui avait préparé un tribunal, choisi tout exprès pour le
condamner sans l'entendre; et le premier acte de ses geôliers a été de
faire subir à l'homme, que le général Middleton avait traité comme
belligérant, le supplice inutile et odieux des fers et du boulet.

Cet acte de barbarie ne saurait être considéré comme le résultat de
l'excès de zèle d'un subalterne féroce, car Sir John A. Macdonald en a
assumé la responsabilité devant le parlement, dans la séance du 7 juin,
en réponse à une interpellation de M. Laurier.

Si le Canada avait été administré par un gouvernement soucieux de sa
bonne renommée devant l'étranger et devant l'histoire, il semblait, au
lendemain de la pacification, qu'une amnistie générale s'imposât.

S'il est vrai qu'une insurrection politique mérite à tout le moins des
circonstances atténuantes, lorsque ceux qui ont eu recours aux armes, y
ont été en quelque sorte contraints par d'intolérables souffrances et
des dénis de justice persistants, nulle cause n'était plus digne de
pardon que celle des Métis.

Jamais griefs n'avaient été plus fondés. Tout le monde l'a reconnu. Mgr
Taché et Mgr Grandin l'ont proclamé tour à tour. Le gouvernement
lui-même été obligé d'en faire indirectement l'aveu, en accordant aux
Métis, après la révolte, ce qu'ils réclamaient vainement depuis hui
années.

Des _scripts_ on déjà été remis à plus de deux mille Métis.

Il résulte de ces concession tardives, la preuve évidente que les Métis
avaient raison de se plaindre, et la preuve non moins convaincante que,
sans l'insurrection ils n'auraient rien obtenu.

Si l'on ajoute à cette démonstration, que les Métis n'ont pas tiré le
premier coup de feu; et que des spéculateurs, des aventuriers, des
agents subalternes du gouvernement sont véhémentement suspects d'être
les véritables instigateurs de l'insurrection, alors l'amnistie ne se
présentait plus seulement comme un acte de clémence, mais comme un
devoir de justice.

Malheureusement, le gouvernement de Sir John A. Macdonald ne l'entendait
point ainsi.

Plus les Métis avaient raison, plus les ministres considéraient qu'il
fallait que Riel mourût. Admettre des circonstances atténuantes à
l'insurrection, cela équivalait à déclarer les ministres coupables.
Coupables! Ils l'étaient et ils le savaient. Mais ils ne voulaient pas
qu'on le dit, ni surtout que les électeurs canadiens le crussent. Ils se
figurèrent que pour couvrir devant le public l'énormité de leurs fautes
passées, il importait d'abord de tuer Riel.

Mais il ne suffisait pas de le tuer; il fallait en même temps travailler
à faire le silence sur cette sombre histoire de plus huit années de
vexations, de fraudes et d'abandon.

De ce jour, tous les efforts du gouvernement furent consacrés à un
double but:

Organiser une comédie judiciaire, dans des conditions telles que Riel ne
pût en aucun cas échapper à la corde.

S'assurer d'un juge assez vil, pour qu'on fût bien certain qu'il n'y
aurait qu'un faux semblant de débat; et que les ministres ne seraient
point exposés à voir dérouler, devant le jury et devant le pays, la
longue série des griefs, peut-être des instigations d'agents
provocateurs, qui avaient mis aux Métis les armes à la main.

En un mot, il fallut empêcher avant tout de faire la preuve que les
Métis n'étaient pas des insurgés, mais de pauvres gens en état de
légitime défense.

Malheureusement, la législation des territoires du Nord-Ouest allait
mettre entre les mains d'un gouvernement prévaricateur, les moyens de
tout oser et de tout faire.

[Illustration: PRISON DE REGINA]

Les Actes des territoires du Nord-Ouest, votés par le parlement
canadien, en violation du droit commun anglais, établissent que les
crimes commis dans le Nord-Ouest seront jugés par un simple magistrat
stipendiaire, assisté d'un juge de paix, et avec le concours de six
jurés choisis par le juge.

Cette justice expéditive et sommaire avait été établie en 1875 alors que
le pays était presque inhabité, dans le but de statuer, comme on statue
au désert, sur des actes de maraude, des meurtres entre sauvages ou des
vols de bestiaux. Mais personne n'avait jamais considéré qu'une telle
législation dût s'appliquer à l'un des plus grands procès politiques du
siècle.

L'Acte de 1877, voté sous l'administration libérale, avait même
expressément réservé le cas où il se présenterait une cause grave et
réclamant des garanties spéciales. Il déclarait que, dans tout procès
emportant la peine capitale, l'accusé pourrait réclamer que les débats
eussent lieu devant la cour du banc de la Reine de Winnipeg, avec le
concours d'un jury régulier et l'ensemble des garanties contenues dans
la loi de procédure criminelle de Manitoba.

Mais, un an après le vote de cette loi qui laissait quelques garanties
aux accusés, sir John A Macdonald était entré au pouvoir; et le premier
soin du chef orangiste avait été d'organiser systématiquement la
tyrannie et le déni de justice, en soumettant les Actes du Nord-Ouest à
une refonte générale.

Dans cette refonte qui a pris le d'Acte de 1880, et qui est l'oeuvre
personnelle de sir John A. Macdonald, on a conservé toutes les mesures
d'exception prévues par la législation antérieure: le magistrat
stipendiaire, les six jurés nommés par le juge, etc. Mais en prenant
toute ces mesures à son compte et en les sanctionnant à nouveau, la
majorité conservatrice a rayé méthodiquement du nouveau bill, les
garanties précédemment introduites par les libéraux et destinées à
tempérer ce que cette législation exceptionnelle pouvait présenter
d'abusif.

Sous l'empire de la loi votée par le ministère libéral, Louis Riel eût
été jugé à Winnipeg, par un juge de la cour du banc de la Reine, assisté
de douze jurés, dont six parlant la langue de l'accusé, et sur la liste
desquels celui-ci aurait le droit d'en récuser vingt.

Mais Sir John A. Macdonald, prévoyant l'éventualité de la terreur à
rétablir un jour dans le Nord-Ouest, avait eu la précaution de faire
détruire par sa majorité, cette disposition protectrice du droit des
accusés.

Et il avait trouvé un Parlement, qui avait consenti à voter, sur sa
demande, ce règlement inouï, aux termes duquel un citoyen libre, privé
de toutes les garanties de _l'habeas corpus_ et du jugement par ses
pairs, est livré à la merci d'un officier de police subalterne, et où
cet officier de police, qui n'est pas un juge, exerce le droit de vie et
de mort, à la seule condition de se faire assister (amère dérision!) par
six marionnettes désignées par lui et faisant mine de remplir les
fonctions de jurés.

Nul Canadien n'est censé ignorer la loi. Mais très peu de Canadiens
avaient feuilleté les Actes des territoires du Nord-Ouest, avant le
procès de Riel. A la date du 21 juin, les avocats de Riel eux-mêmes
étaient assez peu fixés, et dans tous les cas bien loin de prévoir la
stupéfiante juridiction à laquelle leur client allait être soumis; car
ils se rendaient à Ottawa, pour demander à Sir John de faire juger Riel
devant la Cour suprême; et Sir John, évitant avec soin de démasquer trop
tôt ses batteries, se bornait à leur faire une réponse évasive.

Ce fut le journal _La Presse_ qui souleva, le premier, la question
légale, et qui fit connaître les textes au public, en révélant ainsi le
péril auquel la défense était exposée. En même temps, _La Presse_
indiquait le remède; et elle invitait le gouvernement à profiter de ce
que les chambres étaient encore en session, pour faire voter d'urgence
un _bill_ qui eût assuré à Riel un jury régulier.

Mais demander au gouvernement de lâcher lui-même sa proie, c'était peine
perdue, c'était presque naïf; et malheureusement les députés, qui
eussent pu, au défaut du gouvernement prendre l'invitation pour leur
compte, ne semblèrent point y prendre garde.

Cependant, le 16 juillet, à la séance du soir, quelques instants avant
que Sir John A. Macdonald déposât la proposition qui allouait au général
Middleton une gratification de $20,000, M. Bergeron--auquel il devra
être tenu compte de cette initiative--demandait au gouvernement de faire
modifier la loi de façon à donner à Riel la garantie d'un jury mixte.

Sir Hector Langevin répondit, en donnant l'assurance que Riel aurait un
procès régulier et _que le jury serait choisi dans de hautes conditions
d'impartialité!_

Cette promesse, qui précédait de deux mois celle de la commission
médicale, a eu le sort que chacun sait. Désormais, le nom de Sir Hector
Langevin est devenu synonyme de celui de _parole faussée_.

A la veille de la prorogation du Parlement, M. le sénateur Trudel avait
fait au Sénat la même demande, et il lui avait été répondu que «le
gouvernement n'avait pas considéré la question.»

C'était un autre mensonge.

Le gouvernement avait si bien considéré la question, qu'il savait que
l'Acte des territoires du Nord-Ouest l'autorisait à y rendre exécutoire,
par simple proclamation du gouverneur en conseil, toute loi de droit
_commun antérieurement votée_ par le Parlement du Canada.

Seulement, au lieu d'user ce cette faculté de donner à Riel un juge et
un jury, le gouvernement s'en était servi, après une minutieuse étude,
pour modifier au détriment de l'accusé, les règles de procédure qui
eussent pu créer, en sa faveur, un cas de nullité et lui donner quelque
chance d'échapper à la mort.

Ainsi, comme on avait oublié d'écrire _l'indictment_ sur parchemin, une
proclamation du gouverneur-général en conseil déclara, avec effet
rétroactif, que la disposition de loi aux termes de laquelle le
parchemin a cessé d'être obligatoire, serait considérée comme applicable
aux territoires du Nord-Ouest.

C'était la façon dont les ministres entendaient user de leurs
attributions pour améliorer le régime judiciaire du Nord-Ouest!

Cependant l'ensemble des mesures prises n'était pas encore complet.

Les ministres avaient entre les mains, grâce à l'acte de 1880, une
législation qui leur permettait de tout faire avec impunité. Il leur
fallait un instrument assez pervers et assez dépourvu des moindres
instincts de la conscience et de l'honneur, pour appliquer cette
législation avec toute la férocité qu'elle comporte.

Il est triste de dire que plusieurs magistrats avaient brigué la
fonction de juger Louis Riel.

Entre tous, le gouvernement crut avoir trouvé son homme, en faisant
choix de Richardson.

A une époque déjà ancienne, bien des scélérats sinistres ont déshonoré
en Angleterre le siège du juge, prostitué la justice et transformé
odieusement la loi en machine à persécutions politiques et à meurtres
judiciaires. Jeffries, sous Jacques II, a laissé un nom qui dépasse en
horreur les souvenirs les plus atroces des temps de barbarie. En
Irlande, Lord Norbury, Sir William Parsons, que subornait des témoins
pour se faire dénoncer ses ennemis, les jugeait, les condamnait à mort
et se faisait ensuite adjuger leurs biens confisqués, ont donné
l'exemple de tout ce qu'on peut attendre de la corruption associée à la
férocité, en un temps où les passions et le fanatisme sont déchaînée.
Quand on dressera, pour recueillir les noms de tous ces hommes et les
clouer au pilori de l'histoire, un _livre de sang_, Richardson, venu un
siècle plus tard aura le droit d'y réclamer sa place et de fermer la
liste des magistrats voués à l'exécrations des siècles à venir.

Richardson, quoique _La Minerve_ ait essayé de faire croire le
contraire, est orangiste et conservateur.

Il appartient à une famille conservatrice d'Ontario, dont Sir John A.
Macdonald a voulu récompenser les services électoraux, en appelant cet
homme à un emploi salarié au département de la justice à Ottawa, en
1869. Depuis cette date jusqu'en 1877, il s'y éleva de degré en degré,
toujours grâce de Sir John A. Macdonald, et lorsque l'avant dernière
administration conservatrice prit fin, en 1875, il avait remplacé
pendant un an le député ministre.

M. Mackenzie, en arrivant au pouvoir, ne sut que faire de cet adversaire
politique dont l'incapacité déjà proverbiale égalait l'importance
bouffie. Au lieu d'en purger l'administration, il eut la faiblesse de se
borner à lui imposer une disgrâce; et pour en débarrasser au moins le
département, il l'envoya au Nord-Ouest comme magistrat stipendiaire, à
une époque où les fonctions du magistrat stipendiaire consistaient à
juger les Sauvages. Personne ne pouvait prévoir que sir John A.
Macdonald imaginerait, trois ans plus tard, de confier à ces agents de
police, qu'on nomme magistrats stipendiaires, le droit de juger les
procès de haute trahison.

Au Nord-Ouest, Richardson ne tarda pas à conquérir une réputation de
sottise, de crasse ignorance, de partialité, de rigueur stupide et de
basse servilité, sur laquelle on peut consulter L'Hon. M. Royal et tous
les hommes politiques qui ont habité ce pays.

Mais sa réputation de _mangeur de français_ était encore supérieure à sa
réputation d'homme à tout faire.

On sait, par le banquet de Winnipeg, ce que sont au Nord-Ouest, les
orangistes et les mangeurs de français.

Bref, Richardson était un de ces hommes qui, selon le mot fameux de M.
Dupin sur les révolutionnaires: «ne sont propres à rien et sont capables
de tout.»

Sir John A. Macdonald, qui le connaissait, avait trouvé en lui l'homme
qui convenait pour conduire le procès auquel le _Monde_ a donné dans une
heure de franchise involontaire, le nom de _farce sinistre_, et pour
aboutir avec aussi peu de débats que possible à la condamnation de Riel.

Et le gouvernement avait tout mis en oeuvre pour lui livrer sa proie.

Aux termes de la loi, toute offense doit être jugée dans le lieu où elle
a été commise. Or, le théâtre de l'insurrection était à plus de 400
milles de Regina. Mais on profita judaïquement de ce que l'insurrection
s'étendait au Nord-Ouest tout entier, pour faire conduire Riel à Regina,
afin de le placer sous la juridiction de Richardson.

C'était une violation du droit à peu près semblable à celle qui
consisterait à faire juger à Halifax, un individu qui aurait pris part à
une émeute à Montréal, en s'appuyant sur le prétexte qu'Halifax est
compris dans le Canada et que la conspiration se serait étendue au
Canada tout entier.

Mais Sir John A. Macdonald qui avait, et pour cause, une entière
confiance dans la docilité et dans la cruauté de Richardson, n'était pas
moins au fait de son ignorance et de son incapacité.

On pourvut à cet inconvénient, en envoyant le sous-ministre de la
justice, M. Burbridge, à Regina, avec mission d'assister aux débats, de
conduire le juge par la main et de lui donner chaque jour, de vive voix,
les instructions que pourraient comporter les incidents à naître.

Jamais, croyons-nous, à aucune époque et dans aucun pays, la main-mise
du gouvernement sur la justice ne s'était étalé avec tant d'impudeur.

On avait bien vu des juges subornés par le pouvoir. Mais un membre du
gouvernement, se rendant dans le prétoire pour y faire mouvoir en
personne les ficelles du mannequin déguisé en juge, c'est ce qui ne
s'était encore vu nulle part, et ce qui restera comme un trait unique,
pour illustrer l'histoire de l'administration de la justice dans le
Canada, sous le règne de Sir John A. Macdonald.



CHAPITRE VI

RICHARDSON A L'OEUVRE


Les débats s'ouvrirent à Regina sous la présidence de Richardson,
assisté du juge de paix Lejeune, le lundi 20 juillet.

L'acte d'accusation était ainsi conçu:

    Le sixième jour de juillet en l'année de notre Seigneur 1885,
    dans la ville de Regina dans les territoires du Nord-Ouest,
    devant Hugh Richardson, écr., magistrat stipendiaire des
    territoires du Nord-Ouest de 1880, Louis Riel vous êtes accusé
    sous serment comme suit:

    La plainte et information de David Stewart, de la cité de
    Hamilton, dans la province de Toronto, Puissance du Canada, chef
    de police, prise sous serment le sixième jour de juillet en
    l'année de Notre-Seigneur mil huit cent quatre-vingt-cinq,
    devant le soussigné, un des magistrats stipendiaires dans et
    pour les territoires du Nord-Ouest, qui dépose:

    LAC AUX CANARDS.

    Étant sujet de Notre Souveraine Dame la Reine, mettant de côté
    son devoir d'allégeance, n'ayant pas la crainte de Dieu dans son
    coeur, mais étant poussé et séduit par l'instigation du diable
    comme faux traître contre la dite souveraine Dame la Reine, et
    foulant entièrement aux pieds l'allégeance, la fidélité et
    l'obéissance que tout sujet vrai et fidèle de notre dite
    souveraine Dame la Reine doit à notre dite souveraine Dame la
    Reine, a, le vingt-septième jour de mars, dans l'année susdite,
    avec diverses personnes, faux traîtres, inconnues au dit
    Stewart, armées, et équipées en guerre, c'est-à-dire, avec des
    canons, des carabines, des pistolets, des baïonnettes et autres
    armes, étant alors illégalement, malicieusement et
    traîtreusement assemblées et réunies ensemble contre notre
    souveraine Dame la Reine, ont de la manière la plus méchante, la
    plus malicieuse, la plus traîtreuse pris les armes et fait la
    guerre contre notre dite souveraine Dame la Reine, dans la
    localité connue sous le nom de du Lac aux Canards, dans les dits
    territoires du Nord-Ouest du Canada, et dans les limites de ce
    royaume et ont alors malicieusement et traîtreusement tenté par
    la force des armes, de renverser et détruire la constitution et
    le gouvernement de ce royaume, tel qu'établis par la loi, et
    priver et déposer notre dite souveraine Dame la Reine du titre,
    de l'honneur, et de nom royal de la Couronne Impériale de ce
    royaume au mépris de notre dite souveraine Dame la Reine et de
    ses lois, au mauvais exemple de tous autres se rendant coupables
    de la même offense, contrairement au droit d'allégeance qui lui
    était dû par le dit Louis Riel, contre la forme du statut en
    pareil cas fait et pourvu, et contre la paix de notre souveraine
    Dame la Reine, sa couronne et sa dignité.

    Deux autre actes d'accusations semblables ont été dressés pour
    les batailles de Batoche et l'Anse aux Poissons.

    Assermenté devant moi, les jour et an susdits, en la ville de
    Regina, Territoires du Nord-Ouest

           (Signé,)                          A. D. STEWART.
           (Signé,)                          HUGH RICHARDSON.
    Magistrat stipendiaire dans et pour les Territoires du Nord-Ouest.


La liste du jury qui, d'après la parole de sir Hector Langevin, devait
«être dressée dans des conditions de haute impartialité», avait été
préparée, sous l'oeil du gouvernement, par Richardson, dans des
conditions tellement révoltantes que, pour retrouver une pareille
dérision de la justice, il faut remonter aux plus honteux souvenirs de
la persécution orangiste en Irlande.

Louis Riel aurait eu droit, aux termes de la loi anglaise, à un jury
dont la moitié parlant sa langue; mais Richardson n'avait pas même
cherché à sauver les apparences, en inscrivant sur sa liste un seul juré
métis. Il y avait mis, sans doute par dérision, un juré
canadien-français. Mais ce juré ne siégea pas; il fut récusé par
l'avocat de la couronne, avec une précipitation tellement inconvenante,
qu'avant d'avoir eu le temps de se lever de son siège et de répondre à
l'appel de son nom, il n'était déjà plus juré. La résolution du
gouvernement était prise; ce n'était pas un jugement qu'on voulait:
c'était une condamnation sans phrases.

Dès le début du procès, M. Fitzpatrick et M. Greenshields, avocats de
Riel, plaidèrent l'inconstitutionnalité de l'acte de 1880, en vertu
duquel le tribunal était constitué, et par conséquent, l'incompétence du
tribunal et la nullité de la procédure.

MM. Robinson et Osler répondirent pour la forme, au nom de la couronne;
et le juge Richardson, trouvant inutile de se donner l'air de délibérer,
donna son opinion en dix secondes.

L'opinion de cette lumière de la magistrature était, que l'acte de 1880
n'a pas été rendu _ultra vires_; et conséquemment, il enjoignit à Riel
de plaider.

Celui-ci déclara alors qu'il plaidait _non coupable_; et M. Fitzpatrick
demanda l'ajournement, pour faire venir des témoins et des documents.

Malheureusement, le procès avait été mené avec une rapidité si imprévue
que la défense n'avait pas eu le temps de recueillir des fonds, elle fut
obligée de s'adresser à la Couronne pour lui demander de supporter les
frais du voyage des témoins; et la Couronne n'y consentit qu'après avoir
fait son choix et éliminé tous les témoins, dont la présence eût pu être
gênante pour le ministère et donner au débat la tournure politique que
le gouvernement tenait avant tout à éviter.

La Couronne considéra comme simplement inconvenante l'offre faite par
Gabriel Dumont de venir déposer en faveur de Riel; et elle lui refusa un
sauf-conduit, ainsi qu'aux autres réfugiés.

La liste des témoins se restreignit à quelques personnes, citées pour
déposer sur l'état mental de Riel; et le mardi 21 juillet, le juge
Richardson ajourna le débat au 28.

Sept jours, pour permettre à M. Lemieux de revenir à Québec, de citer
des témoins et de les ramener à Regina, après avoir fait un voyage de
mille lieues!

C'était à douter si les témoins auraient le temps matériel de faire le
voyage.

Précédemment, le juge Richardson avait retenu un accusé en prison
préventive _pendant quatre ans_, en se fondant sur la difficulté de
faire venir des témoins!

Mais ce juge extraordinaire n'en était point à démontrer, que la justice
du Nord-Ouest sait avoir, quand il est besoin, deux poids et deux
mesures, et qu'elle ne confond point les témoins des amis avec ceux des
ennemis du gouvernement.

Cependant, dans l'intervalle, le tribunal ne perdit point son temps.

Les orangistes, qui avaient décidé d'obtenir la tête de Riel, avaient
décidé en même temps d'obtenir la liberté de Jackson, secrétaire anglais
de Riel, un des délégués qui avaient préparé l'insurrection et qui était
allés chercher Riel au Montana.

Mais, pour les orangistes, ce qui est crime capital chez un
Canadien-français, comme Riel, devient excusable chez un Anglais, comme
Jackson; et l'acquittement de Jackson était d'autant plus urgent que le
jury de Riel, tout Anglais qu'il fût, manifestait des scrupules; et
qu'il importait de se l'attacher par quelque faveur de nature à le faire
renoncer à ses velléités s'indépendance.

Wm. Henry Jackson comparut devant la cour, le 25 juillet. Il plaida la
folie. Il produisit comme témoins son propre frère et le médecin de la
police à cheval. L'avocat de la couronne se prononça en faveur de
l'accusé et le jury rendit un verdict de non-culpabilité. Le procès ne
dura pas une demi-heure en tout. Pourquoi eut-il duré plus longtemps?

Tout était arrangé à l'avance pour sauver Jackson, en sa qualité
d'Anglais, comme pour perdre Riel, en sa qualité de Canadien-français.

Les débats relatifs à Riel se rouvrirent le 28, et de l'aveu unanime des
hommes impartiaux, ils lui furent beaucoup plus favorables qu'on
pensait.

La défense avait renoncé à chercher dans les griefs des Métis un motif
d'excuse légale et à faire comparaître les témoins sur cette question,
ce en quoi on trouva généralement que les avocats de Riel avaient eu
tort, car ils n'auraient pas dû faire cette concession, sans être
certains d'obtenir en échange l'acquittement ou la grâce de l'accusé.

Mais il parut démontré par les dépositions des propres prisonniers de
Riel que, jusqu'à la fin, il avait poursuivi et espéré une transaction;
qu'il n'avait donné l'ordre de tirer qu'après que le major Crozier avait
fait tirer le premier coup de feu par les hommes de police, et que par
conséquent les Métis étaient en cas de légitime défense.

Parmi les charges dirigées contre l'accusé, la plus grave en apparence
résultait d'une lettre adressée par lui au général Middleton, et dans
laquelle Riel aurait menacé le général de faire massacrer ses
prisonniers, si l'armée ne cessait pas elle-même de tirer sur les
maisons occupées par les femmes et par les enfants. Mais il fut démontré
que cette lettre était une menace plus ou moins habile, mais qu'il
n'avait jamais été dans l'intention de Riel de la mettre à exécution; et
tout au contraire, ses prisonniers déclarèrent devant la cour se louer
hautement des égards avec lesquels il avaient été traités.

Le fait de haute trahison n'en subsistait pas moins, selon la rigueur du
droit. Mais chaque preuve nouvelle restreignait l'accusation à un
caractère exclusivement politique, et tendait, même sur le terrain
politique, à diminuer la responsabilité de Riel.

Quand on pense que Jackson a été déclaré fou et enfermé dans un asile,
dont on l'a laissé depuis s'échapper; que, malgré le massacre du Lac aux
Grenouilles, Gros-Ours n'a été condamné qu'à trois ans de pénitencier,
et que Thomas Scott, un Anglais, qui avait été l'instigateur de la
rébellion, a été acquitté, à la recommandation de Richardson et aux
applaudissement du public, il est impossible de considérer le verdict
rendu contre Riel autrement que comme un meurtre légal.

Cependant, les avocats de Riel avaient décidé de plaider la folie. Le
dérangement des facultés et l'exaltation du malheureux chef métis
n'étaient que trop certains. Mais il n'est pire sourds que ceux qui ne
veulent pas entendre et Richardson était décidé à ne rien écouter et à
ne rien entendre.

Deux médecins déclarèrent Riel fou, et le docteur Tucke, de la police à
cheval, n'osa pas affirmer qu'il ne l'était point. Cela n'empêcha pas
Richardson de déclarer aux jurés que la preuve de la folie n'avait point
été faite et de peser sur eux, en leur intimant qu'ils manqueraient à
leur devoir, s'ils ne rendaient point un verdict de culpabilité.

La résolution des avocats de plaider la folie donna lieu à un débat très
émouvant, dans lequel Riel protesta contre ce qu'il considérait comme
une tactique indigne de lui, mais ne parvint point à prouver pour cela
aux hommes impartiaux qu'il fut sain d'esprit.

Après les plaidoiries, dans lesquelles M. Greenshields se surpassa,
dit-on, Riel prit lui-même la parole et s'exprima en des termes qui
eussent pu convaincre les plus sceptiques du dérangement de ses
facultés.

Lorsque le juge l'invita à parler, il hésita un moment, puis s'appuyant
les deux mains sur la barre et saluant le juge d'un sourire, il dit:

    Votre Honneur, messieurs les jurés, messieurs de la Couronne et
    mes bons avocats.

    Ce serait une tâche bien facile pour moi de plaider folie, mais
    je n'ai pas le désir de me défendre par ce moyen. J'espère, avec
    les secours de Dieu, pouvoir vous convaincre que je ne suis pas
    fou. Les documents que la Couronne a en sa possession ne
    ressemblent pas à des productions d'un fou, et vous ne les
    accepterez pas comme preuve de l'appui du plaidoyer de folie
    produit par mes avocats.

    Ici, le prisonnier s'arrêta soudain et il offrit au ciel la
    courte prière suivante: «O mon Dieu, aidez-moi à parler à cette
    honorable cour, à ces avocats et à ces jurés.»

    Après cette prière, Riel reprit son discours et dit: Le jour où
    je suis né, j'étais sans force ni appui, mais ma mère m'aida. Je
    suis sans force et sans appui ici aujourd'hui, mais le
    Nord-Ouest est ma mère et mon pays ne me laissera pas périr, ma
    mère ne me tuera pas et mon pays non plus. J'ai un grand nombre
    de bons amis, non seulement ici dans le Nord-Ouest, mais dans le
    Bas Canada. Si j'étais fou lorsque je vins ici en 1884, je ne
    l'était pas assez pour ne pas m'apercevoir que les Métis
    mangeaient du lard pourri qui leur était vendu par la Compagnie
    de la Baie d'Hudson, pour ne pas m'apercevoir que les Sauvages
    se trouvaient forcés de mendier la maigre pitance qui leur était
    due, mais leur était refusée. J'espère réunir ensemble toutes
    les classes qui habitent la Saskatchewan.

    Bien que je n'aie que la moitié d'un juré, je sens que, mûs par
    le _fairplay_ anglais, ces jurés me rendront justice.

    Dans tout le cours de ma vie, j'ai travaillé pour atteindre des
    résultats pratiques, et Dieu est avec moi. Je l'ai trouvé ce
    Dieu, me regardant dans la bataille de la Saskatchewan, alors
    que les balles pleuvaient autour de moi. Le saint Archevêque
    Bourget me disait dans une lettre, que, j'avais une mission à
    accomplir, et je sais que Mgr Bourget ne pouvait se tromper.

    Après avoir dit quelques mots au sujet de sa détention à l'asile
    des aliénés, il dit: La police a été très bonne pour moi.

    L'on a dit que je voulais amener sir John A. Macdonald à mes
    pieds. Je pense que si l'on avait fidèlement rapporté mes
    paroles, l'on m'aurait mieux compris et mes remarques auraient
    eu une autre couleur.

    M. Blake essaie d'amener sir John A. Macdonald à ses pieds, et
    il s'y prend pour cela de la même manière dont je voulais m'y
    prendre pour atteindre le même but. L'on m'a décoré du titre de
    prophète, mais ce sont les Métis qui me l'ont décerné, ce titre,
    et n'ai-je pas prouvé que je le suis.

    Votre Honneur, messieurs le jurés--Ma réputation, ma liberté, ma
    vie sont entre vos mains. J'ai si grande confiance dans votre
    sens du devoir que je n'éprouve pas la plus légère anxiété ni le
    plus léger doute au sujet de votre verdict.

    Le calme de mon esprit au sujet de la décision favorable que
    j'attends de vous, ne provient d'aucune présomption
    injustifiable. Je ne m'attends qu'à ce que, par la grâce de
    Dieu, vous pèserez toutes choses d'une manière consciencieuse,
    et qu'après avoir entendu ce que j'ai à dire, vous
    m'acquitterez.

    Messieurs les jurés, bien que vous ne constituiez qu'un
    demi-juré, vous avez tout mon respect, et j'ai en vous six, la
    même confiance que je voudrais avoir dans les six autres qui
    devaient compléter votre nombre, et Votre Honneur, si c'est
    vous-même qui avez choisi les jurés, ce n'est pas sous votre
    responsabilité personnelle, vous avez suivi les lois faites pour
    vous guider, et bien que je n'approuve pas ces lois, je crois de
    mon devoir de faire cette protestation de mon respect pour votre
    honneur. Cette cour entreprend de dévider ma cause, cause qui
    tire son origine de quinze ans, et par conséquent bien longtemps
    avant l'existence de cette cour. Je suis ici devant un juge
    savant, sans doute, mais ayant à subir mon procès devant lui, je
    considère que la providence de Dieu a peut-être permis ces
    choses jusqu'à ce moment, dans un but spécial de pardon.

    Comment cette cour en est-elle arrivée à devenir un instrument
    de la Providence, instrument que j'aime et que je respecte?

    En prenant les circonstances de mon procès, il n'y a que trois
    choses sur lesquelles je désirerais attirer respectueusement
    votre attention, avant que vous vous retiriez pour délibérer.

    D'abord, la Chambre des Communes, le Sénat et le gouvernement de
    la Confédération, qui font les lois de ce pays et qui le
    gouvernent, ne représentent en rien la population du Nord-Ouest.
    Dernièrement, le Conseil des Territoires du Nord-Ouest, issu du
    gouvernement fédéral, a hérité des défauts de ses parents. Le
    nombre des membres élus par le peuple au conseil, ne lui donne
    qu'un simulacre de représentation, et il y a loin de là à un
    gouvernement représentatif. La civilisation anglaise qui
    gouverne le monde aujourd'hui et la constitution anglaise ont
    défini le gouvernement qui devait régir le Nord-Ouest en
    l'appelant gouvernement responsable, ce qui veut tout simplement
    dire qu'ils ne sont pas responsables.

    De toute la science dont on a fait montre devant vous hier, vous
    avez été forcé de conclure que si je n'étais pas responsable de
    mes actes, je ne suis pas sain d'esprit. Le bon sens seul, sans
    les théories ou des explications scientifiques, même conclusion.

    D'après les témoignages rendus devant vous, dans le cours de ce
    procès, les témoins de la couronne comme ceux de la défense
    déclarent que pétitions sur pétitions furent envoyées au
    gouvernement fédéral, mais telle est l'irresponsabilité de ce
    gouvernement envers le Nord-Ouest, que pendant nombre d'années,
    il n'a jamais rien fait pour satisfaire aux justes réclamations
    des habitants de cet immense pays.

    Si le gouvernement n'a pas pu répondre une seule fois, ce fait
    indique bien l'absence absolue de responsabilité.

    De fait, il y a insanité compliquée de paralysie chez ce
    gouvernement. Je souffre de ce monstre d'irresponsabilité chez
    le gouvernement et ses mignons.

    Le conseil du Nord-Ouest a pris le parti de répondre à la
    pétition en essayant de tomber subitement sur moi et sur mon
    peuple de la Saskatchewan. Heureusement, lorsqu'ils firent leur
    apparition et montrèrent leurs dents, j'étais prêt. J'ai fait
    feu et je les ai blessés avec des yeux flamboyants, mais avec
    des mains pures.

    Souvenez-vous en: c'est ce que l'on appelle chez moi haute
    trahison.

    O, mes bons jurés, au nom de Jésus-Christ que seul peut nous
    sauver, défendez-moi contre ceux qui veulent me déchirer en
    lambeaux. Si vous acceptez ce plaidoyer de la défense par lequel
    je ne serais pas responsable de mes actes, acquittez moi
    complètement, puisque j'ai eu à lutter contre des gouvernements
    aliénés et irresponsables de mon propre sort. Si vous vous
    prononcez en faveur de la Couronne qui prétend que je suis
    responsable, acquittez-moi tout de même. Vous êtes parfaitement
    justifiables de dire que je suis sain de raison et d'esprit.
    J'ai agi raisonnablement et à mon corps défendant pendant que
    les ministres fédéraux, mes agresseurs irresponsables, et qui
    sont conséquemment insensés, ne peuvent avoir agi qu'à tort, et
    s'il y a quelque part haute trahison, le crime doit être de leur
    côté et non du mien. J'ai dit.

M. Robinson parla enduite pour la Couronne; et après le résumé du
président, le jury entra le 10 août, à 2 heures 15 de l'après-midi, dans
la salle des ses délibérations.

Il en sortit une heure après, avec un verdict de _coupable de haute
trahison, avec recommandation de mercy._

Après tout, il y avait encore quelque humanité dans l'âme de ces
Anglais, triés avec soin par un magistrat implacable. Nommés pour
condamner, il avaient condamné; mais au dernier moment, le coeur leur
avait manqué et ils avaient consigné l'expression de leurs remords dans
cette recommandation à mercy dont les bourreaux ne devaient tenir aucun
compte.

Alors il se produisit un nouveau scandale.

Richardson, en prononçant la sentence, s'adressa au prisonnier en ces
termes:

    Louis Riel, vous êtes accusé de trahison; vous avez ouvert
    toutes grandes les portes au massacre et au pillage. Vous avez
    apporté la ruine et la mort dans plusieurs familles qui, si
    elles avaient été à elles-mêmes, auraient vécu dans le confort
    et l'aisance.

    Vous avez eu un procès juste et impartial.

    Vos remarques n'excusent pas vos actions. Vous avez commis des
    actions dont la loi vous demande comte.

    _Le jury en rendant son verdict vous a recommandé à mercy. Je ne
    puis pas entretenir d'espoir pour vous, et je vous conseille de
    faire votre paix avec Dieu._ Pour moi, un seul devoir pénible me
    reste à accomplir. C'est de prononcer la sentence contre vous.
    Si on vous épargne la vie, personne ne sera plus satisfait que
    moi, mais je ne puis entretenir aucun espoir de ce genre. La
    sentence est que vous, Louis Riel, serez conduit au corps de
    garde de la police à cheval de Regina, d'où vous venez, et gardé
    là jusqu'au 18 de septembre prochain, et de là au lieu de
    l'exécution, où vous serez pendu par le cou jusqu'à ce que la
    mort s'en suive. Que Dieu ait pitié de votre âme.

Qui avait donné à ce misérable Richardson le droit d'être assez bien
renseigné, pour affirmer au condamné qu'il n'avait aucune clémence à
attendre et pour engager par avance la Reine et ses représentants?

Il est probable que les ministres, qui n'avaient reculé devant rien pour
obtenir cette condamnation, avaient dû faire connaître à leur affidé
l'implacable résolution qui les animait. Mais il est douteux qu'ils
l'eussent chargé de parler ainsi en leur nom.

Si l'insurrection avait eu besoin d'une excuse nouvelle, le procès de
Riel et ce que ce procès a révélé, en fait de monstruosité inhérentes à
l'administration de la justice dans le Nord-Ouest, suffirait à la
justification des malheureuses victimes qui se sont soulevées contre un
pareil régime.



CHAPITRE VII

NE VOUS FIEZ POINT A LA JUSTICE DES HOMMES


Aux termes de l'acte de 1880 sur les territoires du Nord-Ouest, tout
jugement prononcé dans le Nord-Ouest et emportant la peine capitale est
susceptible d'appel devant la cour du banc de la Reine de la province de
Manitoba.

Les formes, selon lesquelles l'appel doit être interjeté, doivent être
déterminées par une ordonnance du lieutenant-gouverneur en conseil.

La cour du banc de la Reine, après avoir entendu les plaidoiries,
maintient le jugement ou le casse; et dans ce dernier cas, elle ordonne
qu'il sera procédé à un nouveau procès.

Quoiqu'ayant de bonnes raisons pour n'avoir aucune espèce de confiance
dans l'issue de l'appel, les avocats de Riel n'avaient qu'une conduite à
tenir, celle que leur dictait la loi.

Elle avait fixé assez étrangement le mode de recours et confié à la cour
du banc de la Reine de Manitoba une attribution qui eut dû logiquement
appartenir à la Cour suprême. Mais si médiocre que fut la chance
réservée au condamné, on n'en pouvait écarter aucune.

L'appel à Manitoba fut donc résolu.

Mais alors, il se présenta une difficulté imprévue.

Nous venons de dire que la loi avait délégué au lieutenant-gouverneur
des territoires du Nord-Ouest, la mission de régler par une ordonnance
les formes selon lesquelles l'appel doit être interjeté.

Or, telle est l'administration du Nord-Ouest que, depuis 1880, c'est à
dire _depuis cinq ans_, M. le lieutenant-gouverneur des territoires du
Nord-Ouest _a oublié de faire cette ordonnance_ ou n'a pas encore trouvé
les loisirs nécessaires pour remplir ce devoir de sa charge.

De telle sorte, que les condamnés jouissent _théoriquement_ du droit
d'appel, mais qu'en fait et jusqu'à ce qu'il ait plu à M. le
lieutenant-gouverneur des territoires du Nord-Ouest de remplir les
fonctions de la charge pour laquelle il reçoit un salaire annuel de
$7,000, ces condamnés n'ont aucun moyen de dresser un acte d'appel sous
une forme qui le rende légalement recevable à Winnipeg.

Cette situation en pouvait pas être inconnue du gouvernement; car le cas
s'était déjà présenté pour des crimes ordinaires, et on y avait pourvu
par des ordonnances toute gracieuses du gouverneur-général, autorisant
par exception la cour du banc de la Reine à statuer sur l'appel qui
n'avait pu lui être régulièrement déféré.

Mais l'incurie ou le machiavélisme du gouvernement d'Ottawa sont de
telle nature, que ces incidents n'avaient fait naître dans l'esprit de
personne l'idée de rappeler M. le lieutenant-gouverneur des territoires
du Nord-Ouest à l'accomplissement de son devoir; et qu'au moment de la
condamnation de Riel l'ordonnance nécessaire manquait toujours.

MM. Lemieux et Fitzpatrick durent s'adresser à Ottawa pour obtenir, en
vertu de l'exception gracieuse à laquelle on avait eu recours en
d'autres circonstances, la _faveur_ d'exercer le droit que la loi
garantit aux condamnés.

Il faut y avoir assisté pour le croire!... Le gouvernement résista
d'abord à cette demande et agita sérieusement la question de savoir,
s'il ne conviendrait pas de profiter de la violation de la loi commise
par le lieutenant-gouverneur du Nord-Ouest, pour pendre Riel sans appel.

Grâce aux démarches personnelles de M. Fitzpatrick à Ottawa, on se
décida à céder; et, à la dernière heure, l'appel put enfin être porté à
Winnipeg.

Si les amis de Riel avaient pu garder une ombre d'espérance, dès
l'ouverture des débats ils durent savoir exactement à quoi s'en tenir.

En effet, la cour du banc de la Reine de Winnipeg, qui est presque
entièrement orangiste, contenait parmi ses membres un ancien ami de
Riel, M. le juge Dubuc. Mais au jour de l'audience, ce juge, le seul
favorable à l'accusé, ne siège point. Comment l'avait-on circonvenu? Des
versions différentes ont couru; et au fond il importe assez peu de
savoir, sous quelle forme cet ami du gouvernement a été invité à
s'abstenir. Toujours est-il que M. le juge Dubuc, qui représente à la
cour de Winnipeg l'élément canadien-français, passa en villégiature, à
Montréal et autour de Montréal, le temps pendant lequel se débattait la
grande cause, dans laquelle la vie d'un Canadien-français était engagée.
On sait cependant, qu'il occupa dans le bureau de la _Minerve_ une
partie de ses loisirs; et que son retour à Winnipeg coïncida exactement
avec les inspirations sous l'influence desquelles le _Manitoba_, qui
avait été jusque là l'organe des Métis, fit brusquement volte face et
commença à se déchaîner contre Riel.

A l'ouverture des débats, on remarqua que le condamné n'était pas
présent.

Le ministère avait craint que, une fois hors du territoire du
Nord-Ouest, il n'obtint d'un magistrat anglais un _writ d'Habeas
corpus_.

Les débats furent assez courts et offrirent peu d'intérêt. M.
Fitzpatrick plaida sur la question légale et M. Lemieux sur la folie de
Riel.

La sentence rendu par le juge en chef Walbridge confirma sur tous les
points le jugement de Regina.

Il ne restait donc plus qu'à en appeler au conseil privé d'Angleterre.

Mais, la science de Richardson n'allait, sans doute, point jusqu'à
connaître le conseil privé; car, aussitôt que le télégraphe eut porté à
Regina la nouvelle du rejet de l'appel, il se hâta de donner des ordres
pour qu'on commençât immédiatement à dresser l'échafaud.

Précipitation hideuse et stupide!

Richardson devait attendre sa victime plus de dix semaines encore; mais
il se consola, sans doute, par l'assurance donnée qu'elle ne lui
échapperait point.

Si l'appel à Winnipeg n'avait laissé d'illusions à personne, il n'en
était pas de même du recours devant le conseil privé d'Angleterre.

On ne perd pas toutes ses illusions en un jour; et il a fallu ce procès
et le meurtre qui l'a terminé, pour nous faire perdre, une à une et
jusqu'à la dernière, les illusions que nous pouvions avoir dans les
institutions et dans les hommes qui nous régissent.

Au mois de septembre dernier, tous les amis de la justice étaient
édifiés sur ce qu'il y avait à attendre de Winnipeg et du Nord-Ouest,
mais ils avaient conservé, dans l'efficacité d'un recours à Londres, une
confiance qui a malheureusement été déçue.

Cette confiance tenait à des causes diverses.

Le _loyalisme_ dont les Canadiens-français ont donné tant de preuves par
le passé, les a toujours poussés à une distinction qui a sa part de
vérité, entre les sentiments des orangistes canadiens et les sentiments
du gouvernement impérial. Sachant qu'ils sont très certainement, dans
l'Amérique du Nord les plus fermes soutiens de l'état de choses actuel,
nos compatriotes aiment à se figurer qu'on le sait aussi à Londres et
qu'on leur en sait gré. La gloire et la grandeur séculaire des
institutions anglaises ne sont pas, non plus sans leur faire concevoir
un certain sentiment de respect. Ils ont vu ici les hommes et les choses
de trop près pour éprouver vis-à-vis d'eux ce sentiment de respect. Mais
il ne leur était pas encore venu à l'idée, que devant la plus haute
juridiction du royaume uni, on fut exposé à se heurter à des préventions
et à des partis pris inconciliables avec la majesté de la justice.

En nous guidant sur ce sentiment et sur cette règle de croyance, nous
avions malheureusement oublié deux vérités de fait, qui eussent dû nous
rendre moins confiants.

La première de ces vérités, est qu'il est à peu près impossible qu'un
gouvernement européen apprécie les affaires d'une colonie éloigné,
autrement que par les yeux des hommes qui le représentent officiellement
dans cette colonie. Sir John A. Macdonald a été, il y a un an, se faire
faire des ovations à Londres et y a contracté de nombreuses amitiés.
Comment le gouvernement et les lords n'auraient-ils pas eu plus de
confiance dans ses rapports, que dans ceux des avocats de Riel? Comment,
même, le gouvernement impérial aurait-il pu croire à un parti pris
contre notre race, quand Sir John s'appuyait sur le concours de trois
ministres canadiens-français, disposant d'une majorité parlementaire
énorme, pour soutenir que Riel était un malfaiteur dangereux et
vulgaire, odieux à tous les hommes d'ordre.

Qui sait même, si la loyauté avec laquelle nos bataillons ont servi dans
le Nord-Ouest n'aura pas été invoquée comme preuve à l'appui de notre
indifférence pour le sort de Riel?

On sait quelle campagne audacieusement mensongère M. Tassé a entreprise
dans les journaux de Paris, en se servant de son titre de député, pour
essayer de faire croire qu'il représentait les sentiments de la nation
canadienne. Il est hors de doute que le gouvernement, qui a suggéré à M.
Tassé ce plan de campagne, en suivait lui-même un pareil à Londres.
Comment le gouvernement anglais n'eut-il pas été trompé?

L'autre fait que nous avions négligé, c'est que le conseil privé est, en
Angleterre, une institution politique et administrative, autant et plus
que judiciaire, dont les attributions se rapprochent plus de celles du
conseil d'état français que des attributions de la cour suprême.

On a pu s'en apercevoir, depuis le rejet du pourvoi de Riel, à la façon
très peu judiciaire avec laquelle le conseil privé d'Angleterre, au lieu
de statuer lui-même sur le pourvoi relatif à l'acte des licences, a
déclaré s'en rapporter à la Reine, c'est-à-dire au secrétaire d'état des
colonies, assisté de Lord Lansdowne et de ses conseiller officiels.

Dans l'esprit d'une telle assemblée, casser un jugement en déclarant
inconstitutionnelle la loi en vertu de laquelle ce jugement a été rendu,
est un acte d'une extrême gravité politique, auquel on ne se résout que
très difficilement; et cette annulation, contre laquelle l'esprit du
juge est pour ainsi dire, prévenu à l'avance, est rendue plus difficile
encore, par l'étonnement que cause à un Anglais, habitué à considérer la
toute puissance du parlement anglais comme un dogme fondamental, l'idée
qu'une loi même coloniale, puisse être _ultra vires_.

Les avocats de Riel se fondaient principalement, pour obtenir
l'annulation, sur l'inconstitutionnalité de l'acte des territoires du
Nord-Ouest, qui prive les accusés de la jouissance du droit commun
anglais et d'un jugement régulièrement rendu par douze jurés.

Ils pouvaient aussi s'appuyer sur l'irrégularité de _l'indictment_, aux
termes duquel Riel avait été poursuivi et condamné «_pour avoir déclaré
la guerre à notre dame la reine dans son royaume_», tandis qu'il résulte
de nombreux monuments de jurisprudence, que les mots «dans son royaume»
et la loi en vertu de laquelle Riel a été condamné, ne s'appliquent ni à
l'Irlande ni à plus forte raison aux colonies.

Mais dès le premier jour, il fut visible qu'on était décidé à ne rien
entendre.

Lorsque la cause fut appelée pour la première fois le 20 juillet,
l'avocat anglais de Riel eut une peine extrême à obtenir l'ajournement
nécessaire pour permettre à M. Fitzpatrick de recevoir des pièces
importantes.

La cause revint le 21 octobre 1885, et cette fois, après avoir entendu
l'avocat de Riel, le conseil privé ne permit pas même à l'avocat de la
couronne de prendre la parole.

L'arrêt qui rejetait le pourvoi fut prononcé le lendemain.

Désormais, Louis Riel n'avait plus rien à attendre de la justice des
hommes!

Il leur restait encore à faire appel à leur clémence.

Mais comment compter sur la clémence d'ennemis, auxquels on demande de
détruire par un acte de clémence volontaire, l'effet d'une machination
qu'ils ont eux-mêmes longuement préparée et soigneusement ourdie?

C'était folie que de songer à _obtenir_ la grâce de Riel.

_L'obtenir_ était impossible. Il eut fallu _l'arracher_!

Mais la grâce n'eut pu être arrachée que par un soulèvement général et
unanime de l'opinion publique, tel que celui qui a été provoqué par la
nouvelle de la mort de Riel.

Il nous reste à dire par suite de quelles manoeuvres perfides ce
mouvement fut enrayé, et comment s'exécuta un plan d'une astuce
infernale, qui permit d'endormir pendant quelque temps l'opinion, de la
tromper par de fausses espérances et de ne la laisser se réveiller que
quand il a été trop tard.



CHAPITRE VIII

LE COMITÉ DES BRAVES GENS


C'était une opinion universellement répandue, que Sir John A. Macdonald
n'irait pas jusqu'au bout et que Riel ne serait pas pendu.

Cependant, toute personne ayant suivi avec un peu d'attention la
succession des faits qui se sont écoulés depuis la reddition de Riel,
aurait pu se convaincre que tous, sans exception, dénotaient de la part
du gouvernement la volonté réfléchie et obstinée d'arriver coûte que
coûte, à l'exécution du chef métis.

Mais, d'un autre côté, chacun (les ministres exceptés) savait que ce
meurtre ne serait pas seulement un crime, mais une bêtise; et une bêtise
telle qu'on ne pouvait croire que Sir John A. Macdonald la commit!

Et puis, nous nous étions laissés habituer peu à peu à subir une
politique si exclusivement basée sur le mensonge, que cette habitude de
voir nos gouvernants et leurs organes de mentir sur tout et à propos de
tout, avait fini par fausser le jugement même des plus clairvoyants,
même des ennemis les plus déclarés de la politique dont nous parlons.

Combien de fois, pendant les tristes jours qui ont précédé l'exécution
de Riel, lorsque nous énumérions les preuves qui ne nous permettaient
hélas! de conserver aucune espérance, n'avons-nous point été arrêtés et
contredits par des amis qui nous tiennent à peu près le langage suivant:

    _Il est vrai, nous disait-on, que toutes les apparences sont
    pour l'exécution de ce pauvre Riel, mais avec Sir John il ne
    faut jamais s'en rapporter à l'apparence. Tout le monde sait
    qu'il n'a jamais accompli un acte politique, sans y mêler une
    tromperie et sans duper quelqu'un. Mais qui nous dit qu'en ce
    moment, ce ne soit pas les orangistes que Sir John cherche à
    duper? Qui nous dit qu'il n'accumule pas les preuves de sa
    volonté de perdre Riel, afin de les invoquer plus tard et de
    persuader à ses amis d'Ontario qu'un force supérieure à sa
    volonté lui a imposé, au dernier moment, la nécessité de faire
    grâce?_

Peut-être n'y a-t-il point, au monde, de situation plus triste et plus
démoralisante pour une nation, que la situation politique dans laquelle
de tels discours peuvent être tenus par les amis et par les défenseurs
du gouvernement eux-mêmes et en sont venus à ne plus étonner personne.

Nous nous en apercevons clairement aujourd'hui que l'heure du réveil est
venue. Mais en nous reportant à quelques semaines de date, il faut
convenir que des raisonnement de la nature de celui que nous venons de
rapporter étaient dans toutes les bouches. Non seulement les
conservateurs, mais les libéraux, les avocats de Riel eux-mêmes s'y
étaient laissés prendre.

Il n'y a, croyons-nous que la _Patrie_ qui ne s'y soit pas trompée un
seul instant, qui ait été convaincue depuis le premier jour jusqu'au
dernier que Riel serait pendu, et qui ait constamment prévenu ses
lecteurs de se tenir en garde. Mais naturellement, les conservateurs
attribuaient cette attitude de l'organe rouge à la passion ou à une
tactique de parti; et il n'ont pu reconnaître que trop tard qu'elle
était simplement dictée par la clairvoyance.

L'erreur était d'autant plus excusable, que le langage et aussi les
réticences des ministres canadiens-français, les commentaires de leur
entourage, l'attitude de leurs organes dans la presse, semblaient
conclure à une constatation de l'état de folie de Riel.

Enfin, on savait que l'ordre d'exécution était moralement impossible,
sans le concours des ministres canadiens-français; et personne, même
parmi les adversaires les plus déclarés de MM. Chapleau et Langevin,
n'eut voulu supposer qu'ils pousseraient la bassesse et la trahison
envers leurs compatriotes jusqu'à consentir à ce meurtre, encore moins
qu'ils iraient jusqu'à en prendre la défense.

Erreur fatale qui a tout entravé!

Lorsque les journaux patriotes prenaient en main la défense de Riel, on
disait aux timides: «_Prenez garde, ne vous mêlez pas à ce mouvement
libéral. Il y a là-dessous une affaire politique, car les libéraux
savent aussi bien que vous et moi que Riel ne peut pas être pendu..._
(Hélas!!) _et ils exploitent dans un intérêt électoral les ménagements
et les lenteurs auxquels le gouvernement est obligé de se soumettre pour
ne pas se désaffectionner les Orangistes._»

Lorsque des citoyens généreux et désintéressés disaient qu'il fallait de
l'argent pour payer les frais de procédure,--pour défendre
Riel,--peut-être pour le faire évader, les mêmes personnes répétaient de
porte en porte, dans les rues, dans les salons, dans les bureaux
d'hommes d'affaires «_à quoi bon souscrire pour une affaire inutile? Le
gouvernement n'a-t-il point accepté de supporter les frais
indispensables? Sir Hector Langevin ne s'est-il point engagé à nommer
une commission médicale? et cela n'équivaut-il point à la promesse
officielle que Riel ne sera pas pendu?_»

Lorsqu'un comité, composé des hommes les plus honorables, se constitua
sous la présidence de M. L. O. David, et recueillit dans son sein des
membres pris dans les partis politiques les plus opposés, pour
provoquer, en dehors de toute acception de parti, un mouvement
canadien-français, les mêmes personnes disaient encore: «_Prenez garde!
n'allez pas gêner sans le vouloir l'action du gouvernement! La situation
des ministres est délicate. Il n'y a pas que des Canadiens-français dans
la Confédération, et puisque les ministres sont décidés à sauver Riel,
laissons-les choisir l'heure et le moyen._»

Et lorsque les libéraux clairvoyants n'attendaient rien de bon de la
fameuse commission médicale annoncée à Rimouski par Sir Hector Langevin;
lorsqu'ils soutenaient que la folie réelle ou supposée de Riel n'était
pas le véritable motif à invoquer en faveur de l'amnistie; lorsqu'ils
disaient, qu'à plaider la folie de Riel, on s'exposait à admettre
indirectement le droit de le pendre, dans le cas où il serait sain
d'esprit, les mêmes personnes répondaient encore: «_Que vous importe,
pourvu que Riel soit sauvé? ne voyez-vous pas que c'est le gouvernement
qui s'est arrêté à ce moyen, tiré de la folie de Riel pour ne pas
heurter de front les passions d'Ontario et des colons anglais du
Nord-Ouest? Ne voyez-vous pas que M. Girouard agit à la demande même des
ministres, lorsqu'il propose de réduire le pétitionnement à une formule
tendant exclusivement à la nomination d'une commission médicale. C'est
la formule de M. Girouard qu'il faut signer_» [2]

[Note 2: Nous n'entendons pas dire par là que M. Girouard n'ait point
agi lui-même avec bonne foi. Nous disons seulement que son nom et son
texte ont été exploités par d'autres, au profit du gouvernement.
Plusieurs jours avant l'exécution de Riel, et depuis cette époque, M.
Girouard a fait tout ce que devait faire un député indépendant et un
patriote sincère.]

Avons-nous été assez trompés?

Nous a-t-on assez audacieusement menti?

Nous n'en sommes que plus étroitement tenus à un hommage de
reconnaissance, envers les braves gens qui ont été à la fois
clairvoyants et activement dévoués à la bonne cause, et qui ne se sont
point laissés effrayer par des menaces ou endormir par des paroles
fallacieuses.

Disons le hautement, au milieu des défaillances ministérielles, le
comité L. O. David a sauvé l'honneur national.

Il a dit, le premier, ce qu'aujourd'hui tout le monde pense. C'est à lui
que nous devons les généreux et hélas! impuissants efforts qui ont été
accomplis pour sauver notre frère métis. C'est lui qui a pris, dès la
première heure, l'initiative des manifestations auxquelles le peuple
canadien doit de n'avoir pas été complice, sans le savoir, du meurtre
qui se tramait à Ottawa.

M. L. O. David avait constitué dès le mois de mai, avec MM. R.
Préfontaine et L. O. Dupuis, un comité de la défense des Métis.

Après la condamnation de Riel, à la suite de la lettre de M. Chapleau à
Fall-River, ce comité provisoire crut que le moment était venu de
chercher à réunir les ressources nécessaires pour le paiement des frais
d'appel, dans le procès de Riel, et en même temps d'organiser un
pétitionnement en faveur du condamné.

Dans une cause qui n'était pas seulement la cause d'un homme, mais la
cause d'une nation et aussi la cause de l'humanité foulée aux pieds, M.
L. O. David résolut de s'adresser, sans acceptation de parti, à tous les
hommes de coeur. Une assemblée fut convoquée pour le dimanche 9 août, à
Montréal, sur le Champ-de-Mars. Elle eut lieu sous la présidence du Dr.
Lachapelle, assisté de M. A. R. Poirier. Plus de 10,000 personnes
étaient présentes.

Les résolutions suivantes furent présentées au public:

    Considérant que les Métis anglais et français du Nord-Ouest
    demandaient en vain depuis des années le redressement des griefs
    dont ils se plaignaient, et qu'ils ont été entraînés par les
    circonstances hors de la voie constitutionnelle qu'ils s'étaient
    tracée;

    Considérant que le gouvernement a, dès le commencement des
    troubles, reconnu la justice de leurs réclamations, en envoyant
    auprès d'eux des commissaires chargés de faire droit à leurs
    demandes;

    Considérant que Louis Riel a été l'instrument plutôt que le chef
    du mouvement, et que les Métis son allés le chercher aux
    États-Unis, pour les aider à obtenir justice et qu'il l'ont même
    empêché de partir à la veille du soulèvement;

    Considérant que son procès a eu lieu devant un tribunal qui
    paraît avoir peu compris sa responsabilité et son devoir, et que
    d'ailleurs des doutes sérieux existent sur la légalité de ce
    tribunal et sur la juridiction en matière de haute trahison;

    Considérant que l'état mental de Riel permet de croire qu'il
    n'était pas toujours responsable de ses actes et maître de sa
    volonté, lorsqu'il s'agissait de la cause au triomphe de
    laquelle il avait voué toute sa vie;

    Considérant que le crime dont il est accusé est une offense
    politique, que l'exécution de la sentence de mort portée contre
    lui sera considérée comme le résultat des préjugés et du
    fanatisme et sera funeste à l'harmonie si nécessaire dans une
    société mixte comme la nôtre;

    Résolu, qu'une souscription soit ouverte immédiatement pour
    donner à Louis Riel les moyens de porter sa cause devant un
    tribunal plus élevé et plus digne de confiance, et qu'en même
    temps tous les moyens constitutionnels soient employés pour
    empêcher que la sentence soit mise à exécution.

M. L. O. David exposa d'une manière très nette le but que le comité se
proposait d'atteindre. Il disait, après avoir à grands traits retracé la
carrière de Riel:

    Maintenant, il faut être pratique. Pour arriver à notre but il
    faut deux choses:

    1° De l'argent pour porter la cause de Riel devant un tribunal
    plus éclairé et obtenir justice.

    2° Les signatures de tous les Canadiens-français au bas des
    demandes d'amnistie ou de commutation de peine.

L'assemblée, avant de se séparer, nomma le comité définitif qui devait
remplacer le comité qui avait siégé jusqu'alors. Ces nominations, faites
par acclamation, donnèrent les résultats suivants:

Président, L. O. DAVID; 1er vice-président, Chs. C. DELORIMIER; 2e
vice-président, R. PRÉFONTAINE; secrétaire, CHARLES CHAMPAGNE;
asst.-sec. A. E. POIRIER; trésorier, JÉRÉMIE PERREAULT; trés.-conj., J.
O. DUPUIS.

Comité de régie: R. Laflamme, H. C. St-Pierre, Alphonse Christin, Pierre
Rivard, E. L. Ethier, Barney Tansey, E. A. Dérome, Georges Duhamel, Jean
Marie Papineau, G. Phaneuf, J. O. Villeneuve, A. Ouimet, J. Bte.
Rouillard, avec MM. Chs. Champagne, avocat et E. G. Phaneuf comme
organisateurs généraux.

C'est ce comité qui eut l'honneur de recevoir les injures des journaux
ministériels, et dont l'oeuvre, entravée par tous les moyens possibles,
fait le plus grand honneur à ceux qui l'ont entreprise.

Le signal donné par lui, à Montréal, ne tarda pas à se répandre dans
toute la province et même aux États-Unis.

A Québec, une assemblée avait eu lieu le 9 août, le même jour qu'à
Montréal; et elle avait adopté les résolutions ci-après:

    Que les circonstances qui ont provoqué la récente insurrection
    du Nord-Ouest, les procédés extraordinaires qui ont signalé le
    procès de Louis Riel; que le ressentiment produit par ces faits
    parmi notre population, ressentiment propre à altérer la bonne
    harmonie qui doit régner entre les différentes races qui
    peuplent le Canada; que l'intérêt public qui ne peut résulter
    que du maintien de la bonne entente et de cette sympathie
    réciproque; tous ces puissants motifs enfin, militent en faveur
    de la commutation de la sentence prononcée contre le prisonnier
    Riel, condamné par le tribunal de Regina à être pendu, le 18
    septembre prochain; que les citoyens de Saint-Sauveur, réunis en
    assemblée, prient Son Excellence de vouloir bien user de la
    prérogative royale pour faire grâce de la vie au dit Louis Riel
    et commuer sa sentence.

    Que des pétitions dans ce sens soient adressées à Son Excellence
    le gouverneur-général.

Le même jour, les citoyens de Lachine adressaient une pétition au
gouvernement pour demander un sursis et une commission médicale.

Le 10 août, au Côteau St-Louis, à Yamachiche, à la Pointe-du-Lac; le 16,
à Varennes, à Farnham, à Hull; le 17, à Saint-Henri; le 21, à
St-Jean-Baptiste, et à Valleyfield; le 23, à l'Assomption et à
St-Martin, des réunions furent tenues dans le même but.

En même temps, les Canadiens-français s'assemblaient à Clarence Creek
(Ont.), à Lawrence (Mass.) à Glens Fall (N. Y.).

Elles continuaient le dimanche 30 août, à St-Jean, à St-Jérôme, à
Ste-Scholastique, au Côteau de Lac; le 6 septembre, à Terrebonne et à
Verchères, où l'assemblée adopta les résolutions suivantes:

    Résolu, que dans l'opinion de cette assemblée, comme dans
    l'opinion de tous les habitants de ce comté, la sentence de mort
    prononcée contre le dit Louis Riel devrait être commuée en une
    peine moins sévère, et qu'une souscription soit ouverte pour
    venir en aide à sa famille et pour indemniser ceux qui l'ont
    défendu au prix de grands sacrifices et de dépenses
    considérables.

Sur les entrefaites, le jour de l'exécution approchant, les membres du
comité Riel avaient institué un comité exécutif composé de MM. L. O.
David, l'Hon. Laflamme, C. Champagne, Jérémie Perreault, R. Préfontaine,
J. O. Dupuis, A. Ouimet, Georges Duhamel, H. C. Saint-Pierre, P. Rivard,
C. de Lorimier.

Le 18 septembre approchait. L'excitation populaire était à son comble. A
Montréal, on peut dire que les assemblées étaient permanentes, dans l'un
ou l'autre des quartiers de la ville, et la campagne répondait noblement
à l'appel du comité. A Saint-Basile, à Saint-Georges, à Saint-Alexandre,
à Saint-Esprit, des résolutions furent adoptées demandant la grâce de
Riel; à Saint-Placide, on donna une représentation théâtrale au profit
de la souscription Riel.

Le 16 septembre, on apprit enfin que Riel avait obtenu un sursis, et que
son exécution était remise au 16 octobre, pour lui permettre de porter
sa cause devant le Conseil privé.

Le comité se remit de nouveau à l'oeuvre, et il convoqua une nouvelle
assemblée sur le Champ-de-Mars pour le dimanche 27 septembre. Plus de
10,000 citoyens se rendirent à son appel, et cette assemblée fut encore
plus imposante que celle du 9 août. Les résolutions suivantes furent
présentées.

    Considérant que l'exécution de la sentence de mort prononcée
    contre Louis Riel a été remise au 16 octobre prochain, parce que
    ses avocats on fait connaître au gouvernement leur intention de
    porter la cause devant le Conseil Privé;

    Considérant que l'appel en Angleterre est par conséquent le seul
    moyen de sauver Riel de l'échafaud et que l'annulation du
    jugement du tribunal de Regina aurait pour effet de faire tomber
    toutes les sentences sévères prononcées contre les autre
    prisonniers métis;

    Considérant que si cet appel n'avait pas lieu faute d'argent, ce
    serait un déshonneur national;

    Résolu que c'est un devoir pour tous les Canadiens-français de
    travailler à compléter la souscription nécessaire pour faire
    rendre justice à nos frères du Nord-Ouest.

Les résolutions soutenues et développées par MM. L. O. David, Jérémie
Perreault, Fitzpatrick, l'avocat de Riel, qui expliqua sa conduite
devant le tribunal de Regina, P. M. Sauvalle, qui parla au nom des
Français, et de beaucoup d'autres orateurs, furent adoptées par la
foule.

Ce fut le point culminant de l'agitation organisée en faveur de Riel.
Malheureusement, l'agitation subit ensuite un temps d'arrêt. Le sursis
accordé à Riel avait fait concevoir l'espérance d'une solution préparée
par le gouvernement; l'épidémie de la petite vérole commençait à
absorber les esprits. Mais surtout, les journaux ministériels, voyant
que l'agitation menaçait de grandir et de se généraliser, avaient entamé
contre le comité une guerre violente, qui eut pour conséquence de
refroidir le zèle d'un grand nombre de conservateurs.

Le comité réduit à l'impuissance par cette opposition persistante,
publia un compte-rendu des ses opérations et fit appel au public, en
même temps qu'aux journaux qui l'attaquaient, pour sommer ces derniers
de dire un bonne fois, s'ils étaient pour ou contre Riel.

Tout naturellement, ces hypocrites répondirent qu'on méconnaissait leurs
intentions, qu'ils étaient favorables à une commutation de peine à
accorder à Riel et qu'ils n'avaient jamais songé à créer des difficultés
au comité. Mais, tout naturellement aussi, dès le lendemain, ils
recommencèrent comme de plus belle.

D'autres assemblées se tinrent encore dans diverses localités. Mais
l'élan était arrêté. Les malfaiteurs publics qui s'étaient mis en
travers n'avaient point changé le courant unanime de l'opinion. Mais ils
étaient parvenus à jeter du doute, sur la question de savoir si l'on
avait suivi la bonne voie en pétitionnant et s'il ne valait pas mieux
s'en rapporter à la bonne volonté connue (!) des ministres
canadiens-français.

Hélas! les ministres canadiens-français anesthésiés, par l'atmosphère
d'Ottawa, trompés par des agents serviles conclurent simplement, de ce
temps d'arrêt, que le mouvement n'avait rien de grave; qu'on
maîtriserait facilement l'opinion; et qu'on ne risquait rien à laisser
la sentence s'exécuter.

Les membres du comité L. O. David n'en ont pas moins droit à un souvenir
reconnaissant.

La fortune a trahi leurs efforts. L'opposition qui s'est attaquée à eux,
les a empêchés de faire tout ce qui eût été faisable. L'histoire dira
qu'ils se sont conduits comme de braves gens et comme des patriotes.

Plût au ciel que tout le monde eut suivi leur exemple!



CHAPITRE IX

MANOEUVRES ET TRAHISON


On lisait dans la presse du 20 octobre dernier:

    Chose curieuse! Au début il semblait qu'il n'y eut qu'une voix
    parmi les Canadiens-français. Ni sur la façon dont le Nord-Ouest
    avait été administré, ni sur la façon dont le procès de Riel a
    été conduit, il ne semblait pas que personne crût pouvoir
    défendre le gouvernement. La _Minerve_ s'y essayait à peine, _Le
    Monde_ publiait en faveur de Riel et des Métis de virulentes
    correspondances.

    Ce n'est que deux mois plus tard que certains organes
    conservateurs, oubliant leur première impression, se sont
    subitement aperçus que le gouvernement avait agi avec infiniment
    de sagesse, dans l'administration des territoires de Nord-Ouest
    dans la direction des opérations militaires et dans la conduite
    du procès de Riel. LA PRESSE, ne s'est pas associée à cette
    évolution intéressée. Elle n'est pas revenue, comme d'autres
    l'ont fait, sur son premier mouvement qui était le bon. Moins
    vive, peut-être mieux éclairée que d'autres dès la première
    heure, elle n'a pas débuté par des grands éclats de voix pour
    oublier ensuite la justice et même la pitié envers les
    proscrits.

En effet, une évolution à laquelle on n'a pas, tout d'abord, assez pris
garde s'était produite, vers la fin d'août dans la presse ministérielle.

On ne se bornait plus à attaquer sous main les défenseurs de Riel, on
commençait à les injurier à ciel ouvert.

En même temps, des articles d'une hypocrisie savante étaient publiés
dans la _Minerve_, dans le _Monde_, dans le _Nouvelliste_, dans le
_Courrier du Canada_ et dans leurs satellites de campagne. Ce qui
caractérisait ces articles, tous taillés sur le même patron, c'est qu'on
y avait l'air de désirer que Riel fut sauvé; et qu'en même temps, on y
énumérait toutes les raisons propres à déterminer le lecteur à condamner
Riel comme homme politique, à le considérer en religion comme un
apostat, à reconnaître la justice de la sentence portée contre lui par
Richardson, et à avouer intérieurement que, si Riel était pendu, il ne
subirait au fond, qu'un traitement mérité.

Les prototypes de ces articles sont ceux que _La Minerve_ publiait à peu
près régulièrement sur MM. Lemieux et Fitzpatrick, et sur Richardson.

Elle s'élevait à l'égard de MM. Lemieux et Fitzpatrick au dernier degré
de l'insulte. Elle accusait ces hommes qui ont défendu Riel de chercher
à le faire pendre et, par une contradiction singulière, en même temps
qu'elle leur reprochait d'avoir mal plaidé _en faveur_ de Riel, elle
plaidait de son côté du mieux qu'elle pouvait, mais _contre_ Riel.

Elle avait fait la gageure de présenter Richardson comme un libéral.
Pour gagner ce triste pari, elle faisait semblant de considérer comme un
acte de faveur politique, l'acte par lequel le ministre Mackenzie a
disgracié Richardson en le déportant des bureaux d'Ottawa dans le
Nord-Ouest; et elle expliquait qu'un misérable gredin, tel que peut être
à ses yeux un juge libéral, avait seul été capable de rendre uns
sentence aussi infâme. Mais en même temps, et par la même contradiction,
dont elle avait déjà usé à l'égard de MM. Lemieux et Fitzpatrick, _La
Minerve_ usait de tous ses efforts pour justifier ce jugement infâme
dont l'auteur était digne, selon elle, de toute l'exécration qui
s'attache au nom d'un magistrat prévaricateur.

Le but de ces articles était d'insinuer doucement et sans se
compromettre, dans le public, l'idée que Riel n'était pas une victime,
et de préparer les esprits à se dire, le lendemain du jour où on
l'aurait assassiné, «que somme toute, on avait bien pu avoir raison.»

Ce but n'a pas été atteint. Les inspirateurs de cette odieuse campagne
sont des renégats, qui ont si bien oublié les traditions de leur race,
qu'ils ne sont plus même capables de comprendre qu'il y a certaines
infamies qu'on ne fait pas accepter à des Canadiens.

Mais, malheureusement, il y a un résultat immédiat qui a été atteint.

On n'a pas persuadé à nos compatriotes, pas plus aux conservateurs
qu'aux libéraux, qu'il fallait pendre Riel.

Mais on a persuadé aux conservateurs, et notamment aux hommes
politiques, que le gouvernement ne voulait pas qu'on s'occupât de
l'affaire Riel:--que quiconque s'en occupait serait injurié comme MM.
Lemieux et Fitzpatrick, dénoncé au public conservateur comme un libéral
et comme un catholique suspect.

_La Patrie_ du 19 novembre déclare que le 18, un certain nombre
d'étudiants se sont rendus à la _Minerve_, où, ayant été reçus par M.
Gélinas, ils l'ont officieusement prévenu que si la _Minerve_ continuait
plus longtemps à trépigner sur le cadavre de Riel et à déshonorer le nom
canadien, on ne pourrait pas répondre des suites de l'indignation
publique.

D'après le même journal, M. Gélinas a répondu «qu'il le regrettait, mais
qu'il n'y pouvait rien, que _ces articles étaient envoyés directement
d'Ottawa et émanaient du gouvernement_, que la _Minerve_ était obligée
de les publier et que, si l'on en envoyait d'autres, elle serait obligée
de les publier encore.»

Cet aveu est précieux à retenir.

Car il en résulte que toute la campagne de presse, dans laquelle on a
cherché à faire croire qu'on désirait que Riel fut sauvé, tout en
travaillant, en même temps, à le perdre dans l'estime publique, était
directement inspirée par les ministres canadiens-français.

Il en résulte aussi, que depuis plusieurs mois, ces ministres étaient
décidés à sacrifier Riel et qu'ils faisaient tromper odieusement le
public, lorsque pour endormir l'opinion, tout en la préparant, ils
laissaient donner en leur nom l'assurance que Riel ne serait pas pendu.

Par ce moyen, on parvint, jusqu'à la dernière heure, à empêcher toute
démonstration des députés conservateurs à Ottawa. Le députés
conservateurs au parlement local, qui jadis n'étaient pas aussi
réservés, même dans les questions les touchant de moins près, se tinrent
cois. Le gouvernement de Québec se désintéressa absolument de cette
question nationale.

Les ministres étaient parvenus à faire le silence, sinon partout, au
moins dans leur camp, et à éviter jusqu'aux représentations de leurs
amis.

Pendant ce temps, M. Chapleau qui était encore en France y déclarait
publiquement, ainsi qu'il l'a raconté plus tard à la _Gazette_, que
_chercher à défendre Riel c'était l'attaquer lui-même,_ et M. J. Tassé,
M. P. directeur de la _Minerve_, recevait la mission d'essayer de faire
taire les journaux de Paris, comme on avait fait taire les conservateurs
canadiens.

Pour se rendre digne de la confiance de ses chefs, M. J. Tassé écrivait
officiellement au _Gaulois_ et à quatre autres journaux de Paris, deux
lettres consacrées au développement d'un misérable sophisme, qui
consiste à essayer de faire prendre la charge entre le gouvernement du
Dominion et le peuple canadien-français, et à faire croire aux journaux
de Paris que Riel n'a pas été condamné et exécuté par des orangistes,
ennemis de notre race, mais par un gouvernement, des juges et des jurés
qui auraient été, en cette circonstance, les représentant du sentiment
canadien-français.

S'il y a en France quelques Français qui ait pu se laisser prendre à
cette fourberie de bas étage, ils auront dû être singulièrement
embarrassés, pour concilier les explications de M. J. Tassé, avec
l'explosion de l'indignation et de la fureur publiques qui a accueilli
l'annonce du meurtre de Riel, dans le Canada français tout entière, et
dont le télégraphe leur a déjà fait connaître le caractère unanime et
imposant.

Qu'est-il arrivé?

A la dernière heure, quatorze députés ont adressé à Sir John A.
Macdonald la dépêche suivante:

    Montréal, 13 novembre 1885.

    A SIR JOHN A. MACDONALD,

    K. G. C., OTTAWA

    Dans les circonstances, l'exécution de Louis Riel serait un acte de
    cruauté dont nous repoussons la responsabilité.

    J. C. COURSOL, Député de Montréal-Est.
    ALPHONSE DESJARDINS, Député d'Hochelaga.
    D. GIROUARD, Député de Jacques-Cartier.
    P. VANASSE, Député de Yamaska.
    L. H. MASSUE, Député de Richelieu.
    F. DUPONT, Député de Bagot.
    A. L. DESAULNIERS, Député de Maskinongé.
    J. B. DAOUST, Député des Deux Montagnes.
    J. G. B. BERGERON, Député de Beauharnois.
    J. W. BAIN, Député de Soulanges.
    P. B. BENOIT, Député de Chambly
    ED. GUILBAULT, Député de Rouville.
    S. LABROSSE, Député de Prescott.
    L. L. L. DESAULNIERS, Député de St. Maurice.
    F. DUGAS, Député de Montcalm.

MM. Vanasse, Massue et Guilbault n'ont consenti à signer cette dépêche,
qu'à la condition de retrancher du texte primitif une phrase dans
laquelle Sir John A. Macdonald était prévenu que l'exécution de Riel
emporterait de la part des signataires une rupture politique avec le
gouvernement.

Même sous cette forme adoucie, M. le colonel Ouimet a produit plus tard
une lettre particulière qu'il aurait adressée à Sir John, dans le même
sens, mais avec des expressions encore moins comminatoires.

MM. Amyot, Lesage, McMillan, Hurteau, Taschereau, Gaudet, qui n'avaient
pas eu le temps de se rendre à cette réunion convoquée à la dernière
heure, ont signifié séparément leur protestation à Ottawa, avant le
meurtre.

Il est malheureusement indubitable que si l'on s'était remué à temps, si
l'on avait fait il y a un mois ce qui a été tenté le vendredi 13, le
gouvernement n'aurait pas osé pendre Riel.

Nos députés ont été trompés.

Ils ont un moyen de prouver qu'ils n'ont été que dupes: c'est de remplir
leur devoir et de ne pas consentir à être complices.

Leur devoir est tout tracé.

Il consiste à refuser désormais toute espèce de concours au gouvernement
de Sir John A. Macdonald et aux trois Canadiens-français, dont la
présence dans le cabinet rendu possible l'exécution de Riel.

Si quelqu'un d'entre eux tentait de s'y soustraire, l'opinion saurait à
quoi s'en tenir sur son compte, et le lui rappellerait à une échéance
prochaine.

[Illustration: LE GIBET.]



CHAPITRE X

AVANT LE GIBET


L'exécution était fixée au 10 novembre. Les ministres s'étaient réunis
pour statuer une dernière fois (ils le croyaient du moins) sur le sort
de Riel; et ils avaient décidé A L'UNANIMITÉ, que ce qu'ils appellent la
loi suivrait son cours.

Cette unanimité, que M. Chapleau a fait connaître plus tard (le vendredi
13), aux députés réunis à Montréal, est un fait aussi grave que
douloureux.

Car elle prouve que les trois ministres canadiens-français ne s'étaient
pas bornés à la faiblesse de subir la loi du plus fort, et à l'insigne
lâcheté de conserver leur place dans un gouvernement que déclarait la
guerre à leur nationalité.

Leur rôle n'avait pas été seulement passif. Leur complicité avait été
agissante.

A la question de savoir _si Louis Riel serait pendu_, MM. Langevin,
Chapleau et Caron avaient répondu: OUI.

On sait maintenant sous l'influence de quels motifs cette odieuse
décision a été prise.

D'une part, Sir John A. Macdonald avait décidé que Riel paierait de sa
tête le crime d'avoir révélé au monde les infamies de l'administration
du Nord-Ouest, et il mettait maintien de cette résolution une
obstination sénile.

D'autre part, M. Mackenzie Bowell, l'ex-grand maître des orangistes,
était revenu, il y a environ un mois, d'un voyage auprès de ses
constituants. D'après des informations de source sûre, il aurait été
très sérieusement effrayé de leur disposition d'esprit; et à son retour,
il aurait dit à Sir John A. Macdonald qu'il fallait à tout prix
satisfaire les orangistes ou renoncer à leurs concours.

On peut considérer les renseignements de M. Mackenzie Bowell, comme
ayant eu un considérable et pernicieuse influence sur l'issue fatale du
drame de Regina.

Mais il ne suffisait pas de faire mourir un prisonnier désarmé et sans
défense; il fallait s'occuper de prévenir dans le Canada français et
notamment à Montréal les effets de la fureur populaire.

Que le gouvernement ne dise pas qu'il ignorait les véritables sentiments
de la population canadienne. Il se trompait, sans doute, sur la
possibilité de remonter le courant; mais il était informé d'une façon si
exacte de l'existence de ce courant, qu'il avait pris des mesures pour
détourner l'attention et pour diriger d'un autre côté la colère du
peuple.

Dans la persuasion que l'exécution de Riel aurait lieu le 10 novembre,
on avait résolu d'éviter qu'il y eut, le 10 novembre, une émeute à
Montréal contre le gouvernement; et comme mesure de précaution, on
n'avait rien trouvé de mieux que d'occuper le peuple, en soudoyant pour
le 6 ou le 7 du même mois, une autre émeute, contre M. Beaugrand, maire
de Montréal, et ennemi, connu du gouvernement.

Nous n'avons pas à rappeler ici, dans quelles circonstances, un mandat
d'arrestation avait été dirigé contre l'ouvrier Gagnon, pour avoir tiré
sur la police chargée d'exécuter dans son domicile une mesure
d'isolement, prescrite par le bureau de santé. M. Beaugrand, redoutant,
non sans raison, un nouveau conflit entre Gagnon et la police, et
voulant prévenir autant que possible toute cause d'émotion ou de trouble
dans la rue, n'avait pas hésité à se rendre lui-même, avec douze agents,
dans ce lieu infesté par la picote, pour assurer l'exécution pacifique
du mandat judiciaire.

Cet acte qui, dans tous les cas, révélait au moins, dans le maire de
Montréal, un homme assez courageux, pour payer de sa personne et pour
s'exposer à la fois à des coups de fusil, à l'épidémie et au
mécontentement des adversaires du règlement sanitaire, avait été
diversement apprécié. Il avait même été fortement blâmé par une partie
de la population ouvrière canadienne-française, très-hostile à la
vaccination et à l'isolement.

Toutefois, le mécontentement de la première heure commençait déjà à
s'apaiser, lorsque les hommes qui avaient résolu de sacrifier Riel aux
orangistes, résolurent d'exploiter le terrible fléau que pèse sur la
cité de Montréal, en soulevant les passions de la foule contre le maire
et contre le bureau de santé et en poussant ouvertement à la révolte
contre l'application des règlements sanitaires.

Le jour de l'ouverture de cette campagne, (jeudi 6 novembre), coïncidait
avec l'arrivée à Montréal d'un employé du gouvernement à Ottawa, qui
passait à tort ou à raison pour collaborer aux frais du gouvernement à
la _Minerve_ et pour apporter à la _Minerve_ et au _Monde_ les
instructions des ministres.

C'est alors que parurent dans la _Minerve_ et dans le _Monde_ des
articles actuellement déférés à la justice, dont la violence dépasse
l'imagination et dans lesquels l'incitation à la guerre civile est
patente. En même temps, un placard plus incendiaire, s'il est possible,
sortait de l'imprimerie du _Monde_, et était distribué dans la classe
ouvrière à un nombre incalculable d'exemplaires.

On ne peut prévoir quelle eut été, sur une population inflammable, la
conséquence de cet appel aux passions si, à l'exception du _Monde_ et de
la _Minerve_, tous les journaux conservateurs aussi bien que libéraux,
tous les corps publics et tous les bons citoyens ne s'étaient mis
résolument en travers d'un mouvement aussi dangereux pour la paix
publique que pour le succès de la lutte contre l'épidémie.

Mais les meurtriers de Riel ne se souciaient ni de la paix publique, ni
de l'épidémie qui décime Montréal. Ils voulaient étouffer le bruit de
l'exécution de Riel sous un autre bruit, couper en deux la population
canadienne-française de Montréal; et à la veille d'un deuil national,
ils ne reculaient devant aucune infamie, pour essayer de ruiner auprès
du peuple l'influence d'un maire libéral.

_L'exécution de Riel n'eut pas lieu le 10 novembre._

A la dernière heure, on apprit qu'un nouveau sursis de six jours était
accordé au condamné.

Faut il dire _accordé_, quand en face de la résolution implacablement
prise, ce sursis n'était qu'une souffrance de plus, un raffinement de
cruauté, une agonie d'une semaine?

On affirme que le gouvernement ne s'était pas souvenu à temps, pour
faire parvenir un exprès à Regina, de la disposition de la loi, selon
laquelle nulle exécution capitale ne peut avoir lieu dans le Nord-Ouest,
sans que le shérif air reçu à cet effet un warrant signé du
gouverneur-général en conseil.

C'est pour permettre aux ministres de réparer ce vice de procédure, que
le sursis aurait été prononcé.

Le condamné pouvait-il être exécuté, à la suite de cette erreur et de ce
dernier sursis qui équivalait, en fait, à un rétablissement de la peine
de la torture?

Lorsqu'on apprit que telle était en effet l'intention des ministres, un
long cri d'horreur s'éleva, même dans la population anglaise, contre ce
nouvel acte d'inhumanité sans précédent chez les peuples civilisés.

Il y a quatre ans, un Irlandais reconnu coupable de meurtre avait été
condamné à mort. Une délégation de ses compatriotes vint trouver Sir
John A. Macdonald pour solliciter sa grâce.

Elle offrait d'apporter la preuve que le condamné était atteint
non-seulement de folie individuelle, mais de folie héréditaire, que son
père avait été atteint au même âge que lui et était mort mou, que son
aïeule avait été victime de cette terrible maladie et que par conséquent
le condamné n'était pas responsable de ses actes.

Sir John A. Macdonald n'ayant pas cru pouvoir se rendre aux arguments
que les Irlandais faisaient valoir auprès de lui pour obtenir la grâce
de leur compatriote, ceux-ci lui demandèrent au moins d'accorder un
sursis de quelques jours, en se faisant forts de compléter leur preuve
dans l'intervalle.

Mais Sir John A. Macdonald répondit--cette fois avec raison--que n'étant
pas sûr d'accorder la grâce, il ne pouvait pas accorder de sursis, parce
que ce serait trop cruel, et que, si le condamné était exécuté plus
tard, son exécution deviendrait un véritable meurtre.

Que penser alors, de la froide cruauté, avec laquelle on imposait à Riel
un dernier sursis de six jours,--non pas même pour délivrer de son sort,
mais pour réparer un vice de procédure?

Ce sursis était le quatrième.

Richardson avait fixé, une première fois, l'exécution au 18 septembre,
sachant très bien que ce délai serait insuffisant pour l'appel.

Un second sursis, qui ne pouvait pas laisser au conseil privé le temps
de se réunir, avait été accordé jusqu'au 16 octobre.

Un troisième sursis avait ajourné l'exécution au 10 novembre.

Le meurtre était maintenant reporté au 16, par suite d'un oubli de la
loi...!

Mais à côté de Riel, il y avait deux femmes.

C'est sur elles que s'est manifestée la férocité de cette succession de
sursis, qui leur ont fait subir plusieurs mort.

La mère de Louis Riel, une noble femme, la veuve du patriote de 1847,
est devenue folle.

Mme Louis Riel était enceinte.

Quelle situation, et que de poignantes douleurs!

Elle est accouchée, il y a quelques jours d'un enfant qui n'a vécu que
deux ou trois heures!

Pauvre petit! Déjà il avait trop souffert avant de naître. Les douleurs
de sa mère avaient tari en lui les sources de la vie.

Qui donc est responsable de la mort de cet orphelin, qui n'aura pas même
connu le sourire de sa mère, et dont les caresses n'auront pas pu
soulager les larmes de cette veuve infortunée?

Ah! Il est commode, quand on siège à Ottawa, dans un ministère auquel on
se cramponne par la fourberie et la trahison, de se dire que, pour
rester quelques semaines encore au pouvoir, on peut bien consentir à ce
que Sir John A. Macdonald se passe le plaisir de voir se balancer la
tête d'un ennemi au bot d'un gibet!

--Qu'est-ce que cela, la vie d'un homme, a dit la _Minerve_? Qu'est-ce
que cela, quand le meurtre de cet homme est l'enjeu d'une partie
électorale, dont on a longuement calculé le point fort et le point
faible, et quand on se croit assuré de l'impunité?

Oui! mais cet homme n'était pas seul!

Il avait une femme dont la vie est empoisonnée; une mère dont le cerveau
n'a pas résisté à la douleur!

Il avait des enfants en bas âge, que ce meurtre a rendus orphelins!

Il attendait un dernier né qui n'a pas pu survivre aux tortures de sa
mère!

L'enfant est mort! L'aïeule est devenue folle! La tête du père s'est
balancée au gibet!

Les bourreaux ont été plus durs et plus cruels que la loi du Nord-Ouest
elle même!

Pourtant, avant de céder au sentiment de réprobation indignée qui
n'allait pas tarder à s'emparer de tous les coeurs, le peuple canadien
était destiné, lui aussi, à subir une épreuve préparatoire.

Le jeudi 12 novembre,--alors que le public n'était pas encore fixé sur
le sort de Riel,--on apprit avec stupeur, qu'un banquet organisé avant
le sursis et destiné, dans l'intention des organisateurs, à tomber le
lendemain même de la mort de Riel, avait eu lieu le mercredi 22, à
Winnipeg en présence de deux ministres. L'un d'eux, un
Canadien-français, Sir A. P. Caron, ministre de la milice, avait trinqué
avec des orangistes à la mort de Riel! L'autre, M. White, avait voué
Riel à l'indignation publique!

Nous empruntons à un journal anglais, le _Montreal Herald_ l'expression
éloquente de l'indicible dégoût provoqué dans toutes les classes de la
population, sans distinction de partis ni de races, par cette hideuse
bombance:

    Un prisonnier politique sous le coup d'une sentence de mort est
    dans la prison de Regina. L'exécution a été retardée
    temporairement. Un banquet est organisé à Winnipeg. Les
    partisans du gouvernement, mécontents du sursis qu'il a accordé
    de son chef, déclarent que pour cette raison, ils n'assisteront
    pas au banquet. Un journal ministériel de Winnipeg, pour assurer
    le succès du banquet de leurs partisans et ramener les
    récalcitrants, publie le lendemain un article double-interligné
    annonçant que les deux ministres, MM. White et Caron, seront
    présents pour annoncer que la sentence de mort prononcée contre
    le prisonnier politique sera certainement exécutée. Les
    partisans satisfaits de cette déclaration accoururent en foule
    au banquet qui, au lieu d'être un fiasco, eut un immense succès.
    Les ministres s'y rendirent et exécutèrent l'étrange corvée qui
    leur était imposée par le zèle des partisans. Sir Adolphe Caron,
    ministre de la milice annonça _qu'il n'avait aucune sympathie
    pour les traîtres et que la justice suivrait son cours._ M.
    Thomas White _voua Riel à l'exécration publique_. On nous assure
    que ces expressions furent reçues avec de bruyantes
    manifestations de joie. Qui pourrait en douter? En égard à ces
    déclarations, le banquet eut un grand succès. Le comité, au lieu
    d'être en déficit, n'a eu aucune difficulté à amarrer les deux
    bouts.

    Voilà un emploi nouveau pour les membres du cabinet, et les
    instincts chevaleresque de notre âge et de notre race sont
    illustrés d'une manière aussi nouvelle que bizarre; les affaires
    d'état les plus solennelles peuvent être traitées de la même
    manière qu'un caucus de faubourg; et c'est au milieu de
    l'excitation tumultueuse des bouteilles de champagne que le
    gouvernement de notre pays rend des arrêts redoutables de vie et
    de mort. Cela peut être considéré par des partisans comme étant
    l'idéal de l'homme d'état, mais nous croyons que des gens
    sérieux et sages qui le considèrent ainsi, seront rares et bien
    espacés, et que la grande majorité des Canadiens qui parleront
    de la moralité de ce spectacle exprimeront l'espoir, pour
    l'honneur de notre civilisation tant vantée, qu'il ne se
    renouvellera plus.

    En somme, le prisonnier de Regina avec ses membres enchaînés,
    son intelligence égarée, sa vie ne tenant qu'à un fil, est,
    selon nous, plus digne de respect et de sympathie que cette
    exhibition de partisans féroces de Winnipeg, que cette indigne
    prostitution des fonctions ministérielles. L'idée d'exploiter la
    sauvagerie des partisans pour forcer la main au gouvernement et
    assurer les dépenses d'un dîner, quand l'homme contre lequel ce
    mouvement est dirigé doit souffrir l'équivalant de l'agonie
    même, démontre une dépravation diabolique tellement inouïe qu'on
    ne saurait trouver aucun précédent dans un pays civilisé.

Il y avait longtemps que Sir A. P. Caron avait renié sa race et la
langue de ses ancêtres. On ne prévoyait pas qu'il pousserait l'ignominie
jusqu'à s'en vanter dans un banquet de cannibales. Mais cela même, en
portant le dégoût à son comble, ne surprit pas autrement ceux qui le
connaissaient. On ne savait pas ce qu'il pouvait faire, mais on le
savait bon à tout faire pour un hochet ou des faveurs.

[Illustration: Croix.]



CHAPITRE XI

GLORIA VICTIS


Encore quelques heures et le soleil va se lever sur le jour fatal où
tout va être consommé.

Louis Riel, le héros, le martyr de la nation métisse, va contempler pour
la dernière fois la lumière du jour, rendre son âme au Créateur et
livrer son corps au bourreau qui le guette depuis de longs mois.

Le messager qui apportait l'ordre du gouverneur-général pour l'exécution
est arrivé à huit heures du soir.

Cette fois, tout est bien fini.

Riel a reçu la nouvelle, à neuf heures du soir, dans sa cellule.

Cette nouvelle lui a été donnée par le shérif Chapleau. La scène a été
émouvante et héroïque.

La cellule du fameux chef est immédiatement adjacente à la salle des
gardes qui font la patrouille pendant la nuit. Cinquante gardes occupent
cette salle.

A la porte de fer qui ferme la cellule, on voyait une sentinelle armée
montant la garde; et à l'extérieur de l'édifice un cordon de soldats
sous les armes, faisant la ronde autour du bâtiment.

La porte s'ouvrit à l'arrivée du shérif Chapleau et du commandant de la
police à cheval.

Riel qui, jusque là, avait conversé avec le médecin du poste, se leva et
souhaita la bienvenue au shérif, d'une façon tout-à-fait cordiale et
avec aisance.

Les inflexions de sa voix n'indiquaient aucun signe d'excitation; son
premier bonjour fut: «Eh bien, comme cela, vous venez avec la grande
nouvelle! J'en suis bien aise.»

Le shérif répondit que le mandat de mise à mort était arrivé.

Riel, continuant sur le même ton dit: «Je suis heureux d'apprendre
qu'enfin je vais être débarrassé de mes souffrances.»

Il prit ensuite la parole en français et remercia affectueusement le
shérif pour ses bienveillantes attentions.

Il reprit la parole en anglais: «Je désire, dit-il, que mon corps soit
remis à mes amis, pour être enterré à St. Boniface, dans le cimetière
français, vis-à-vis Winnipeg.»

Le shérif lui demanda alors s'il avait quelque désir à transmettre,
touchant la disposition de ses biens, meubles et effets.

«Mon cher, répondit-il, je n'ai pour tout bien que ceci (et il toucha sa
poitrine dans la région du coeur); et ceci je l'ai donné à mon pays, il
y a quinze ans; et c'est tout ce qui me reste maintenant.»

On le questionna ensuite sur l'état de sa conscience. Il répondit: «Il y
a longtemps que j'ai fait ma paix avec mon Dieu; je suis aussi bien
préparé maintenant que je puis l'être en aucun temps. Vous trouverez que
j'avais une mission à remplir. Je vous prie de remercier mes amis de la
province de Québec de tout ce qu'ils ont fait pour moi.»

A une autre question qui lui fut faite, il répliqua:

«Je suis content de quitter ce monde. On me permettra de dire quelques
mots sur l'échafaud?» ajouta-t-il sur un ton interrogatif.

Lorsqu'on lui dit qu'on le lui permettrait, il dit en souriant: «Vous
supposez que je pourrais parler trop longtemps et que cela me fatiguera?
Oh! non, je ne me trouverai pas faible, je sentirai, lorsque le moment
viendra, que j'aurai des ailes qui m'enlèveront là-haut.»

Recommençant alors à parler français, sur un ton persuasif et d'une
douceur inimitable, pour lequel il est célèbre, comme le savent tous
ceux qui l'ont connu intimement, il parla de nouveau de l'affectueux
souvenir qu'il gardera pour ceux qui ont épousé sa cause. Il termina en
disant au shérif Chapleau, en lui tendant la main, en signe d'adieu,
«Adieu, mon ami.» Son oeil était clair et serein, et son assurance
absolue était telle qu'elle faisait naître l'admiration même dans les
coeurs les plus endurcis.

Le Père André, son directeur spirituel, est ensuite arrivé, et on l'a
laissé seul avec lui pour vaquer à ses devoirs religieux et ensuite
entendre la messe.

Après s'être confessé, Riel a rédigé et confié au Père André, pour être
portée à sa vieille mère, la lettre suivante:

    MA CHÈRE MÈRE,

    J'ai reçu votre lettre de bénédiction et hier (dimanche) j'ai
    demandé au Père André de la placer sur l'autel pendant la
    célébration de la messe, pour que son ombre se répandit sur moi.
    Je lui ai demandé après de m'imposer ses mains sur la tête pour
    que je puisse la recevoir efficacement, attendu que je ne
    pouvais me rendre à l'église; et il a ainsi répandu sur moi les
    grâces de la messe, avec l'abondance de ses bienfaits spirituels
    et temporels.

    A ma femme, mes enfants, mes frères, ma belle-soeur et autres
    parents qui me sont tous chers, dites pour moi adieu.

    Chère mère, c'est le voeu de votre fils aîné que vos prières
    pour moi montent jusqu'au trône de Jésus-Christ, à Marie, à
    Joseph, mon bon protecteur, et que la miséricorde et l'abondance
    des consolation de Dieu répandent sur vous, sur ma femme, mes
    enfants et autres parents, de génération en génération, la
    plénitude des bénédictions spirituelles pour celles que vous
    avez répandues sur moi; qu'elles se répandent sur Vous surtout
    qui avez été une si bonne mère. Puissent votre foi, votre
    espérance, votre charité et votre bon exemple être comme un
    arbre chargé de fruits abondants pour le présent et pour
    l'avenir. Puisse Dieu, quand sonnera votre heure dernière, être
    tellement satisfait de votre piété qu'il fasse rapporter votre
    esprit de la terre, sur les ailes des anges.

    Il est maintenant deux heures du matin, en ce jours le dernier
    que je dois passer sur cette terre, et le Père André n'a dit de
    me tenir prêt pour le grand évènement. Je l'ai écouté et je suis
    disposé à tout faire suivant ses avis et ses recommandations.

    Dieu me tient dans sa main pour me garder dans la paix et la
    douceur, comme l'huile tenue dans un vase et qu'on ne peut
    troubler. Je fais ce que je peux pour me tenir prêt; je reste
    même calme, conformément aux pieuses exhortations du vénérable
    archevêque Bourget. Hier et aujourd'hui j'ai prié Dieu de vous
    rassurer et de vous dispenser toute sorte de consolations, afin
    que votre coeur ne soit pas troublé par la peine et l'anxiété.
    Je suis brave; je embrasse en toute affection.

    Je vous embrasse en fils respectueux de son devoir, toi, ma
    chère femme, comme un époux chrétien, conformément à l'esprit
    conjugal des unions chrétiennes. J'embrasse tes enfants dans la
    grandeur de la miséricorde divine. Vous tous, frères et
    belles-soeurs, parents et amis, je vous embrasse avec toute la
    cordialité dont mon coeur est capable.

    Chère mère, je suis votre fils affectionné, obéissant et soumis.

    LOUIS-DAVID RIEL.

A 5 heures du matin, le P. André célébra la messe, et à 7 heures, il
administra les derniers sacrements à Riel.

Riel pria dans sa cellule jusqu'au moment où le député shérif Gibson
vint l'avertir que le moment fatal était arrivé.

Riel reçut l'ordre de marcher à la mort avec le même calme qu'il avait
montré la veille.

Son visage ne montrait aucune altération et avait conservé ses couleurs
ordinaires; et il était pleinement en possession de toute son énergie,
répondant d'une voix claire et ferme aux paroles de l'officiant.

Supporté par les deux prêtres, Riel marcha d'un pas ferme de sa cellule,
qui est la première du corridor, à travers le corps de garde, à
l'escalier qu'il gravit sans un signe de faiblesse. Le capitaine Fraser
gardait l'échafaud avec vingt hommes de la police à cheval.

Riel n'avait pas de chapeau. Il portait un habit court et noir, une
chemise en laine, un collet, des pantalons bruns et des mocassins, seule
partie de ses vêtements que rappelât la vie indienne et l'existence
libre de la prairie.

A 8 heures un quart le bourreau, un masque sur la figure, s'avança la
corde sur le bras et commença à garrotter Riel. Celui-ci continua à
prier, étendant les bras et regardant au ciel jusqu'à ce que les bras
fussent liés. Précédé de Gibson et escorté des prêtres, Riel monta sans
aide et d'un pas ferme les six degrés qui conduisaient à l'échafaud, en
disant: «Je me confie à Dieu.»

En poussant cette exclamation, un sourire passa sur ses lèvres.

Le condamné se plaça sur la trappe, la figure tournée vers le nord. Les
Pères André et McWilliams continuèrent à prier et Riel dit en anglais:
«Je demande pardon à tous les hommes et je pardonne à tous mes ennemis.»

Le député shérif lui demanda s'il avait quelque chose à dire. Il se
tourna vers son confesseur, le Père André, et lui demanda: «Est-ce que
je vais dire quelques mots?» «Non, répondit brièvement le prêtre, faites
votre dernier sacrifice, et vous serez récompensé.» Riel se tourna et
dit: «Je n'ai rien de plus à dire.»

Le bourreau ajusta le noeud, mais Riel ne parut pas même y faire
attention.

Alors, le bourreau se mit à son poste; le bonnet blanc fut enfoncé sur
la tête de Riel; les deux prêtres, tenant des cierges en main,
continuaient de prier pour le mourant, pendant qu'on entendait ce
dernier prier en même temps. A l'expiration des deux minutes qui lui
furent données pour prier, au moment où il répondait: «Ne nous induisez
pas en tentation», le bourreau fit partir la trappe et Riel tomba. Il ne
remua pas pendant quelques secondes, puis un mouvement convulsif se fit
sentir et deux minutes après, il n'existait plus.

Il était mort en brave et en chrétien.



CHAPITRE XII

AU PEUPLE CANADIEN-FRANÇAIS
_ULTIMA VERBA_


L'heure n'est pas encore venue de retracer l'histoire des journées qui
ont suivi la mort du martyr canadien.

Cette histoire se continue.

Elle ne sera achevée que le lendemain de la vengeance.

Que dirions-nous d'ailleurs, que tout le monde ne sût?...

L'effarement de tout un peuple, en apprenant que l'échafaud politique se
dressait à Regina!

La stupeur, la consternation, l'anxiété, un reste d'espérance survivant
jusqu'au dernier moment au fond des coeurs!

Puis le deuil de la nation!

Il n'y eut pas un mot d'ordre, pas une réunion, pas une intrigue.

Ce fut une explosion spontanée de douleur et de colère.

D'un bout à l'autre du Canada-français,--avant que personne eut
seulement songé à se concerter,--le télégramme qui apporta la fatale
nouvelle fut reçu de la même manière. Chose merveilleuse! On vit tous
les coeurs vibrer à l'unisson!

Tout le monde sentit que la race canadienne-française avait reçu une
blessure et une insulte!

Toutes les maisons se couvrirent d'insignes de deuil.

Tous les partis abdiquèrent et se confondirent dans la douleur commune.

Il n'y eut plus ni bleus ni rouges.

Il n'y eut plus que des patriotes, prêts à s'unir, pour demander compte
du crime commis et pour défendre la patrie menacée.

Mais ce qui est remarquable encore: ce qui est de nature à inspirer une
légitime confiance dans les destinées à venir du Canada-français, tout
le monde comprit à la fois qu'il ne s'agissait pas de se livrer à de
vaines démonstrations, et qu'un grand devoir s'imposait.

Il n'y eut qu'un seul cri qui sortit de toutes les poitrines:

FAIRE JUSTICE DES ENNEMIS ET DES TRAITRES!

Hélas! oui! Faire justice des ennemis et des traîtres!

Car nous n'avons pas seulement été frappés, nous avons été trahis!

Et deux responsabilités distinctes se dégagent.

Celle d'une politique qui, sans que nous y prissions garde, poursuivait,
perfidement et dans l'ombre, notre anéantissement national.

Celle des ministres canadiens-français qui se sont faits les complices
de cette politique, et qui nous ont livrés à l'ennemi.

Le premier des coupables, l'ennemi, c'est SIR JOHN A. MACDONALD.

SIR JOHN A. MACDONALD, premier ministre, responsable de la politique du
gouvernement.

SIR JOHN A. MACDONALD, orangiste, franc-maçon, adversaire implacable de
notre race, destructeur sournois et tenace de l'autonomie de notre
province.

SIR JOHN A. MACDONALD, ministre de l'intérieur, responsable des crimes
du Nord-Ouest et des dénis de justice qui ont amené l'insurrection.

SIR JOHN A. MACDONALD, bourreau de Riel, ayant froidement
méthodiquement, lentement conçu et perpétré le meurtre, suborné les
juges, capté dans le conseil le vote de ses collègues
canadiens-français, rêvé de transformer le gibet de Riel en un honteux
moyen de réclame électorale.

SIR JOHN A. MACDONALD, dont la carrière néfaste, après avoir commencé
aux lueurs sinistres de l'incendie du palais du Parlement, aura
misérablement fini sous le sentiment d'horreur provoqué par le gibet de
Riel!

Mais, Sir John A. Macdonald et ses collègues orangistes ne sont pas
seuls responsables du crime commis.

Il y a, à côté de la leur, une responsabilité plus douloureuse pour
nous, plus inouïe, que ne saurait être couverte même par une ombre
d'excuse, et que les patriotes n'ont pas hésité à envisager avec la
claire notion du devoir à remplir.

Cette responsabilité est celle des trois traîtres qui siègent dans le
cabinet fédéral, et auxquels il eut suffi de déposer leurs démissions sur
la table du conseil, pour dissoudre le gouvernement et rendre impossible
l'exécution de Riel.

Sir HECTOR LANGEVIN,

L'Hon. J. A. CHAPLEAU, et

Sir A. P. CARON, ce renégat couvert d'un tel excès d'opprobre, que
depuis les scènes de cannibalisme dont Winnipeg a été souillé, les gens
que se respectent hésitent même à prononcer son nom.

A cette responsabilité s'ajoute celle des journaux, leurs organes; des
journaux complices de l'orangisme, qui ont consenti à servir
d'instrument entre les mains des ministres; à colporter les mensonges
par lesquels on nous a trompés, à préparer par d'odieuses manoeuvres le
crime qu'on voulait commettre; des journaux dont la trahison a été
double;--car en même temps qu'ils nous ont trompé avec préméditation sur
les intentions des ministres, ils ont trompé sciemment les ministres sur
l'état de l'opinion publique dans notre province.

Pour complaire à leurs maîtres, ils leur ont caché la vérité qui eût
peut-être été mal reçue, mais qui leur eût donné à réfléchir et qui eût
sans doute arrêté leurs mains, au moment de donner la signature fatale.

Pour se donner de l'importance, pour céder à la gloutonnerie du
servilisme qui les caractérise, ils se sont portés forts auprès de leurs
maîtres, qu'après le meurtre comme avant, ils seraient de taille à
continuer à tromper le peuple et à assurer l'impunité à la trahison. [3]
Et ils ont contribué par là à inspirer aux ministres canadiens-français
une confiance, sans laquelle leur intérêt eut peut-être fait à la
dernière heure ce que leur conscience et leurs remords n'avaient pas
suffi à leur dicter.

[Note 3: Le 13 octobre, M. VANASSE, M. P., directeur du _Monde_, a
déclaré dans une assemblée publique, à St. François du Lac, que si Riel
était pendu, il n'en continuerait pas moins à supporter le ministère.
Depuis lors, M. Vanasse paraît avoir changé d'avis.]

Il ne servirait à rien de le dissimuler:

C'est plus qu'une politique qui succombe, avec les hommes qui en étaient
les représentants et qui en portent la tache au front.

C'est tout un système que s'effondre.

C'est une phase de notre histoire qui vient de prendre fin au pied du
gibet d'un de nos frères.

Assez de mensonges!

Assez d'exposés fallacieux!

Assez de comptes fantastiques!

Assez de partis pris de se tromper soi-même et de tromper les autres!

Assez de la politique de clinquant, d'apparence, de décor de théâtre, de
fausse union dont tous les profits nous échappent et au nom de laquelle
on nous impose des sacrifices sans réciprocité!

Que n'a-t-on pas tenté, hélas! avec succès, pour nous endormir avec des
paroles mielleuses, pour nous tromper avec des compliments et des
phrases toutes faites, pendant qu'on travaillait à nous égorger.

Nous a-t-on assez répété que nous étions les piliers de la
Confédération; que l'Angleterre voyait en nous les soutiens les plus
éprouvés du loyalisme; et que l'indépendance de la race française dans
le Nouveau-Monde était désormais un fait acquis; et que nous pouvions
voguer en pleine confiance et toutes voiles vers l'avenir, à l'ombre du
régime qui garantissait notre langue, nos institutions et nos lois?

Dans quelle sécurité nous dormions, lorsque le meurtre du 16 novembre
nous a enfin réveillés.

Eh bien, examinons les choses froidement et faisons le bilan de nos
pertes, comme il convient à des hommes résolus à voir le péril tel qu'il
est, à l'aborder de front et à en triompher.

Avant la politique de Sir John A. Macdonald, et la Confédération que est
son oeuvre, nous étions théoriquement avec Ontario sur un pied d'égalité
absolue.

En fait, notre discipline politique nous avait fait les maîtres; et nos
voix déterminaient la balance du pouvoir, en faveur du parti que nous
soutenions, quel qu'il fût.

Aujourd'hui, nous sommes en minorité: et la seule excuse que nos
ministres aient encore trouvée à leur trahison est que nous devons céder
devant le nombre, et que, l'eussent-ils voulu, ils eussent été
impuissants à empêcher le meurtre de Riel.

Vaine excuse! Menteuse défaite! Nous n'en sommes pas encore là, et nos
ministres nous abaissent pour tenter de se disculper; mais le seul fait
qu'un tel argument ait pu être produit, indique le chemin parcouru et
témoigne que ce mensonge ne tarderait point, si nous n'y mettions le
holà, à devenir une vérité.

Avant la politique de Sir John A. Macdonald, il était admis en principe
que le ministère se composait de deux factions égales. Nous avions
souvent le premier ministre. La retraite des nôtres entraînait la
dissolution du cabinet. En fait, leur volonté prévalait le plus souvent.

Aujourd'hui, nous comptons à Ottawa trois ministres sur treize; et c'est
leur opinion, sur leur propre importance, que s'ils s'étaient retirés à
l'occasion de l'exécution de Riel, on aurait tranquillement passé outre,
sans même faire attention à eux.

Avant la politique de Sir John A. Macdonald, nous avions conquis dans le
parlement uni, l'usage de la langue française malgré la loi.

Aujourd'hui, la langue française est devenue légale. Mais il n'y a pas à
Ottawa un ministre canadien-français, qui osât parler autrement qu'en
anglais, dans une discussion du Parlement.

Avant la politique de Sir John A. Macdonald, le ministère
Lafontaine-Baldwin faisait voter des indemnités aux victimes de 1837.

Aujourd'hui, les journaux ministériels insultent les patriotes et le
ministère fait pendre Riel.

Avant la politique de Sir John A. Macdonald, le Nord-Ouest était
français.

Aujourd'hui, tout notre or, qui eut pu être consacré à coloniser la
province de Québec, a passé dans le Nord-Ouest, dont on a fait à nos
frais une terre anglaise, d'où l'on expulse les Métis en confisquant
leurs terres et où l'on pend Riel aux acclamations des spéculateurs, des
_jobbers_ et des fanatiques de Winnipeg.

Pendant ce temps-là qu'ont fait nos ministres?

Ont-ils combattu pour nous?

A défaut de combattre, nous ont-ils révélé leur impuissance et le péril?

Non! Ils ont gardé leurs places!

L'an dernier, à pareille époque, on publiait à Québec, un gros volume en
tête duquel se trouvait une gravure avec cette inscription:

SIR HECTOR LANGEVIN _chef du parti conservateur dans le Bas-Canada._

Qu'a fait Sir Hector Langevin?

Il a été pour Sir John A. Macdonald un employé laborieux; mais jamais il
n'a rien dirigé, ailleurs, que sur les gravures, grassement rétribuées
de ses flatteurs.

Dans ce bureaucrate, devenu chef d'un parti et transformé par les
circonstances, en représentant d'un peuple, il n'y a jamais eu l'étoffe
d'un homme d'État ni le coeur d'un patriote.

Tout entier aux inspirations d'une nature étriquée, bouffie de vanité,
et prompte à satisfaire cette vanité avec l'apparence du premier rang
dans les emplois du second, Sir Hector Langevin n'a peut-être pas
compris une seule minute la grandeur du rôle que lui assignait, dans le
gouvernement fédéral, sa situation de _leader_ du parti
canadien-français et _d'alter ego_ de Sir John A. Macdonald.

Ce successeur de Cartier n'avait pas hérité une goutte de son sang fier
et généreux, un atome de son instinct de commandement et de la haute
idée que se faisait Cartier de la responsabilité et des devoirs d'un
chef de parti. On peut mesurer aujourd'hui, à la lueur sinistre des
événements, ce que l'influence canadienne-française a perdu, par sa
faute depuis qu'il est au pouvoir.

Il fallait une grande catastrophe pour nous faire ouvrir les yeux et
pour nous sauver.

Mais la semence des martyrs est féconde.

L'échafaud de Riel ne marque pas seulement la fin d'une époque néfaste.

Il marque l'aurore d'un ère de réparation, dans laquelle, chassant les
traîtres qui nous ont vendu et renonçant aux funestes divisions qui ont
failli nous perdre, avec l'aide de Dieu, nous soutiendrons ensemble le
bon combat pour la Patrie.

Si, comme notre religion nous en donne la divine assurance, du haut de
leur demeure céleste les âmes des morts s'intéressent encore aux
épreuves de ceux qui vivent sur la terre, l'âme de notre frère métis
tressaillera de contentement en sachant que le sacrifice de sa vie n'a
pas été perdu, et qu'une fois de plus la mort des martyrs aura servi au
triomphe final de la justice et à la ruine des persécuteurs.



TESTAMENT DE RIEL

PRISON DE REGINA.

Testament de Louis David Riel.

Je fais mon testament, conformément au conseil qui m'a été donné par le
R. P. Alexis André, mon charitable confesseur et très dévoué directeur
de conscience.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, je déclare que ceci est mon
testament, que j'ai écrit librement dans la pleine possession de mes
facultés mentales.

Les hommes ayant fixé le 10 novembre prochain, comme la date de ma mort,
et comme il est possible que la sentence soit exécutée, je déclare
d'avance que ma soumission aux ordres de la Providence est sincère, que
ma volonté s'est rangée avec une entière liberté d'action, sous
l'influence de la grâce divine de Notre Seigneur Jésus-Christ, du côté
de l'Église catholique, apostolique et romaine. C'est en Elle que je
suis né et par Elle aussi que j'ai été régénéré.

J'ai rétracté ce que j'ai dit et professé de contraire à sa doctrine et
je le rétracte encore. Je demande pardon du scandale que j'ai causé. Je
ne veux pas qu'il y ait de différence entre moi et les prêtres de
Jésus-Christ, gros comme une tête d'épingle. Si je dois mourir le 10 de
ce mois, c'est-à-dire, dans quatre jours, je veux faire tout en mon
pouvoir, avec le secours de mon divin Sauveur, pour mourir en harmonie
parfaite avec mon Créateur, mon Rédempteur et mon Sanctificateur en même
temps qu'avec la sainte Église catholique. Si Dieu veut bien m'accorder
le bienfait inestimable de la vie, je veux de mon côté monter sur
l'échafaud et me résigner à la Providence en me tenant dégagé comme je
le suis aujourd'hui, de toutes les choses terrestres; car je comprends
que le plus sûr moyen de bien faire est de mettre ses desseins en
pratique d'une manière entièrement désintéressée, sans passion, sans
excitation, sous le regard de Dieu, en aimant son prochain, ses amis et
ennemis comme soi-même, pour l'amour de Dieu.

Je remercie ma bonne et tendre mère pour m'avoir aimé d'un amour si
chrétien. Je lui demande pardon pour toutes les fautes dont je me suis
rendu coupable contre son amour, le respect et l'obéissance que je lui
dois. Je lui demande aussi pardon pour les fautes que j'ai commises
contre mes devoirs envers mon bien aimé et regretté père et envers sa
mémoire vénérable.

Je remercie mes frères et soeurs pour le grand amour et la grande bonté
qu'ils ont eus pour moi. Je leur demande aussi pardon pour mes fautes de
toutes sortes et pour toutes les erreurs dont j'ai pu me rendre coupable
à leurs yeux.

Je remercie mes parents et ceux de ma femme pour l'affection et la
bienveillance qu'ils m'ont toujours montrées--en particulier mon
affectionné et bien aimé beau-père; ma belle-mère, mes beaux frères et
belles-soeurs. A eux aussi je demande pardon pour tout ce qui, dans ma
conduite, n'a pas été bien ou aurait été mal.

Je donne une franche et amicale poignée de main à mes amis de tout âge
et de tout rang, de toute classe et de toute condition. Je les remercie
pour les services qu'ils m'ont rendus. Ma reconnaissance, je la témoigne
particulièrement à ceux de mes amis, tant de ce côté-ci de la frontière
que de l'autre côté, qui ont daigné s'occuper de mes affaires en public,
aux Oblats de Marie Immaculée, à la Société St. Sulpice et aux Soeurs
grises pour tous les bienfaits que j'ai reçus d'eux depuis mon enfance.
Je leur offre mes remerciements.

J'ai des bienfaiteurs de l'autre côté de la frontière, des amis dont la
bonté pour moi a été au-delà de toute mesure. Je leur demande d'accepter
mes remerciements, d'excuser charitablement mes défauts. Si ma conduite
a pu, en quelque façon offenser, quelqu'un soit dans les grandes choses
ou dans les petites, je leur demande de me pardonner en tenant compte
des excuses qui peuvent être en ma faveur: et quant à la somme de mes
véritables fautes _mei culpabilitates_, j'espère qu'ils auront la bonté
de me les pardonner devant Dieu et devant les hommes.

Je pardonne de tout mon coeur, de tout mon esprit, de toutes mes forces
et de toute mon âme à ceux qui m'ont causé du chagrin, qui m'ont fait de
la peine, qui m'ont causé du dommage, qui m'ont persécuté, qui sans
raison m'ont fait la guerre pendant 15 ans, qui m'ont fait un semblant
de procès, qui m'ont condamné à mort, et s'ils désirent réellement me
vouer à la mort je leur pardonne entièrement, comme je demande à Dieu de
me pardonner entièrement toutes mes fautes au nom de Jésus-Christ.

Je remercie ma femme pour sa bonté et sa charité à mon égard, pour la
part qu'elle a prise si patiemment dans mes pénibles travaux et mes
difficiles entreprises. Je la prie de me pardonner la peine que je lui
ai causée volontairement. Je lui recommande d'avoir soin de ses petits
enfants, de les élever d'une manière chrétienne, avec une attention
particulière pour tout ce qui a rapport aux bonnes pensées, aux bons
discours, aux bonnes actions et aux bonnes compagnies.

C'est mon désir que mes enfants soient élevés avec grand soin en tout ce
qui touche à l'obéissance à l'Église, leurs maîtres et leurs supérieurs.
Je leur recommande de montrer le plus grand respect, la plus grande
soumission et la plus complète affection envers leur bonne mère. Je ne
laisse à mes enfants ni or ni argent, mais je supplie Dieu, dans son
infinie miséricorde de remplir mon esprit et mon coeur de la vraie
bénédiction d'un père que je désire leur donner: Jean, mon fils,
Angélique, ma fille, je vous bénis au nom du Père, du Fils et du
Saint-Esprit, pour que vous vous appliquiez à connaître la volonté de
Dieu et soyiez fidèles à l'accomplir en toute piété et sincérité; pour
que vous pratiquiez la vertu fermement et simplement, sans parade ni
ostentation, pour que vous fassiez le plus de bien possible sans manquer
aux autres dans la limite d'une juste obéissance au clergé constitué,
prêtres et évêques, surtout à votre évêque et à votre confesseur. Je
vous bénis, pour que votre mort soit douce, édifiante, bonne et sainte
aux yeux de l'Église et Jésus-Christ Notre Seigneur.--_Amen._

Je vous bénis, enfin, pour que vous cherchiez et trouviez le royaume de
Dieu et pour que vous puissiez de plus reposer en Jésus, Marie, et
Joseph. Priez pour moi.

Je laisse mon testament au Rév. Père Alexis André mon confesseur. Je
prie mes amis de partout de tenir le nom du Père André côte à côte avec
le mien! Je l'aime le Père André.

LOUIS DAVID RIEL,

fils de Louis Riel et de Julie de La Gimodière.



Lettre de Riel à M. F. X. Lemieux

PRISON DE REGINA, 3 NOVEMBRE 1885

Monsieur François Xavier Lemieux,

Bien cher ami et dévoué défenseur,

En recevant votre lettre, je prends du papier pour vous répondre. Je
vous remercie de toutes vos démarches, de tout ce que vous avez fait
pour moi. Je remercie mes amis autant que je peux. Que Dieu leur rende à
tous, à vous, à chacun de mes bons avocats, à votre famille, à chacun de
vos petits enfants, le centuple de l'intérêt que vous me portez tous
ensemble. Surtout, que dans l'autre monde votre récompense soit belle.

J'ai reçu de tristes nouvelles de ma famille. Le 21, ma chère femme a
mis au jour un enfant qui n'a vécu que deux ou trois heures. Elle-même a
été en danger, paraît-il, pendant quelques jours. Mais hier j'ai reçu
une lettre du 28, même date que la vôtre. Et l'on m'apprend qu'elle est
mieux; que mes chers petits enfants sont gais et joyeux. Ce qui me
reconsole de la mort de mon tout petit (que je n'ai pu embrasser) c'est
qu'il a eu le temps d'être ondoyé.

Cher monsieur et ami, les _appels_ ne m'ont jamais inspiré grande
confiance, parce qu'il eut fallu à l'Angleterre renverser tout son
système d'administration de la justice, dans le Manitoba et surtout dans
le Nord-Ouest. Entendre l'appel, c'eût été condamner ce qu'Ottawa a fait
depuis quinze ans et condamner les approbations que l'Angleterre lui a
données, en tout, dans le système judiciaire de ce territoire.

Le bon Père André vient me voir, assidûment. Hier, il est venu me dire
la messe, j'ai eu le bonheur de communier. La communion me soutient.

Vous avez la bonté de dire que je rive mon nom éternellement à
l'histoire. C'est bon, pourvu que ma gloire soit édifiante.

Ce à quoi je travaille surtout, c'est à poser les principes de l'équité
dans le gouvernement de mon pays natal et, par la grâce du bon Dieu, à
river mon âme éternellement au Sacré Coeur de Jésus; en autant qu'un
pauvre coeur comme le mien peut être assez intimement lié au Saint Coeur
du Sauveur pour dire qu'il lui est rivé.

Vous paraissez étonné de ce que je suis calme. Vous devriez bien être
étonné plutôt de ce que je ne le suis pas plus. Car l'Archevêque Bourget
de son vivant m'a dit: _Tenez-vous prêt à tout événement en vous
conservant dans un calme inaltérable, je vous bénis._ Et le saint évêque
a prié pour moi. Or, j'ai confiance que ses prières en ma faveur ont été
exaucées, et que je suis à l'ombre de sa bénédiction.

Ce matin, de bonne heure, l'un des plus beaux anges de Dieu m'a apparu,
et m'a dit: «Votre mort est reprise. Il y a dix avocats...» Et en
entendant ces paroles j'ai éprouvé une grande consolation. Cet ange est
un des anges gardiens de la droiture parmi les hommes. La merci le porte
sur ses ailes. C'est un des messagers de la clémence de Dieu la plus
grande. Et j'ai vu que l'ange était carrément en faveur de ma cause. Je
pense qu'il m'a été envoyé à cause des efforts que je fais pour ne pas
me distraire de ce qui me paraît juste. Vous autres qui voyez tout ce
qui se passe, tout ce qui se dit, tout ce qui se fait, vous pourrez voir
aujourd'hui, 4 novembre, s'il arrive quelqu'événement propre à justifier
ces paroles: «Votre mort est reprise. Il y a dix avocats...»

Cher monsieur et ami, la Providence toute bonne m'a mis en rapport avec
vous. Vous m'avez tendu la main, monsieur Fitzpatrick et vous dans le
temps de besoin pressant. Soyez-en bénis. Il ne vous a guère été
possible de plaider ma cause devant la cour de Regina.

Mais votre dévouement a fait des efforts et des luttes que la main de
Dieu a déjà mis dans la balance des bonnes oeuvres. Celui qui ne laisse
pas perdre les verres d'eau ne laissera pas perdre tant de générosité.
Que votre dame reçoive mes humbles respects et mes remerciements pour
les prières qui s'élèvent du coeur de ses petits enfants, en ma faveur.
Car si vos petits enfants prient pour moi, il ne m'est pas permis de
douter que j'en sois pour beaucoup redevable à madame Lemieux.

Mes compliments, mes remerciements au docteur Fiset; j'aurais aimé
savoir s'il a reçu la pièce de poésie que je lui ai envoyée au
commencement du mois d'août.

Quoiqu'il arrive, j'espère que vous ne vous laisserez pas ennuyer par
les reproches malveillants. Les échecs ne m'étonnent pas. C'est contre
les échecs que je travaille depuis quinze ans. C'est malgré les échecs
que je suis resté fidèle à nos amis. Et moi qui prie Dieu de bénir mes
ennemis, comment voulez vous que je ne vous tienne pas dans l'étage le
plus élevé de mon estime.

Tout à vous,

LOUIS «DAVID» RIEL.



LETTRE DU R. P. ANDRÉ, O. M. I.

S'il est quelqu'un qui puisse parler en connaissance de cause du drame
de Regina c'est bien le R. P. André, le confesseur et l'ami intime de
Louis Riel, celui qui, pendant les cinq mois sa captivité du chef métis,
ne l'a pas abandonné un seul instant, et l'a accompagné jusqu'à la
dernière minute après l'avoir préparé à la mort.

Quatre jours après l'exécution, le lendemain des tristes funérailles de
Riel, encore sous l'impression à la fois lugubre et exaltante du drame
qui venait de se dénouer sur l'échafaud, le P. André a écrit une longue
lettre à son ami M. F. X. Lemieux pour lui raconter les derniers moments
de son infortuné client.

C'est une véritable page d'histoire, dictée par un coeur d'apôtre,
écrite sous l'inspiration des plus sublimes sentiments qui puissent
animer un chrétien. Riel, aux yeux du P. André, n'est plus le patriote
qui a défendu jusqu'au bout et qui va payer de son sang la tardive
justice qu'un gouvernement tyrannique se résout enfin de rendre à sa
race: en face de la mort, les intérêts terrestres s'effacent, et le zélé
missionnaire n'a plus devant lui que le martyr chrétien qui, soutenu par
une force surhumaine, ayant demandé à grand cris au ciel de lui
pardonner ses offenses, pardonne ensuite lui-même à ses pires ennemis, à
ses bourreaux, et marche à la mort du pas allègre des martyrs des
premiers siècles, un crucifix à la main, une prière et un sourire aux
lèvres.

Cette fin sublime, dont le récit qu'en fait le missionnaire fera verser
bien des larmes, console le P. André. Admirons la force d'âme, le
dévouement trop souvent incompris de ces religieux que, comme le Père
André, ont quitté leurs pays pour aller au loin évangéliser de pauvres
sauvages; pour eux, les peines de toutes sortes, physiques ou morales,
sont des faveurs qu'ils recherchent. Ce sont des héros sous leur humble
soutane, que ces hommes prédestinés, dont le dévouement sait toujours
s'inspirer aux sources les plus sublimes.

Le P. André a plus que tout autre homme connu ce qu'était Louis Riel, et
le témoignage qu'il en rend relève, au-dessus de tout ce qu'on a pu en
dire jusqu'ici, la noble figure du patriote métis dans l'estime de tous
les chrétiens.

Mais laissons la parole au dévoué missionnaire. Voici en quels termes le
confesseur s'adresse à l'avocat de Riel:



Regina, le 20 novembre 1885.

MONSIEUR ET CHER AMI,

Au moment de quitter Regina, je veux être fidèle au désir formellement
exprimé par le défunt Louis David Riel, de vous adresser quelques mots.

La nuit qui a précédé sa mort, me trouvant seul avec lui dans sa
cellule, m'a recommandé de vous écrire en son nom pour vous remercier,
vous et M. Fitzpatrick, ainsi que M. Greenshields, des efforts nobles et
généreux que vous avez faits pour le défendre et le soustraire à la
potence. Dans ce témoignage, il comprend tous les coeurs généreux tant
français qu'irlandais, qui se sont intéressés à son malheureux sort.
Durant cette nuit si remarquable et dont le souvenir ne s'effacera
jamais de ma mémoire, il a prié avec une ferveur extraordinaire pour
vous, cher monsieur, conjurant le Seigneur de vous bénir à jamais ainsi
que votre épouse et vos chers petits enfants, en reconnaissance de tout
ce que vous aviez fait pour lui. Il a été extrêmement touché en
apprenant de ma bouche toute les démarches que vous faisiez pour le
sauver de la corde; il a surtout été fort ému quand je l'ai informé que
M. Fitzpatrick, à peine débarqué de son voyage en Angleterre, s'était
rendu en toute hâte à Ottawa pour tenter un dernier effort en sa faveur.
Mais rien au monde ne pouvait le sauver. La détermination de le détruire
était un parti pris chez sir John Macdonald depuis longtemps, et les
ministres Canadiens-français, nos défenseurs naturels, cédaient avec
empressement à la volonté despotique de leur maître! Tous ces souvenirs
étaient vivement présents à l'esprit du pauvre Riel, la veille de sa
mort, et son coeur, malgré les angoisses qui devaient le remplir, était
plein de reconnaissance pour tous ceux qui lui avaient témoigné de la
sympathie dans ses malheurs.

«Père André, me disait-il en me pressant dans ses bras, soyez
l'interprète de mes sentiments d'affection et reconnaissance pour le
peuple de la province de Québec, pour mes amis si nombreux aux
États-Unis, pour les Irlandais du Canada, et assurez-les que Riel en
mourant a eu un souvenir pour eux tous, et je leur fais une dernière
requête, c'est de ne pas m'oublier dans leurs prières.»

Mon cher Lemieux, notre pauvre ami Riel est mort en brave, en saint.
Jamais mort ne m'a plus consolé et édifié que cette mort! Je remercie le
Seigneur de m'avoir rendu témoin de toute la vie que Riel a mené en
prison. Il passait tout son temps à prier et à se préparer au passage
terrible de cette vie à l'éternité, et Dieu lui a accordé de faire une
mort héroïque. Il a, si je puis me permettre cette expression, ennobli
et comme sanctifié l'échafaud; le supplice auquel il a été condamné,
loin d'être une ignominie pour lui, est devenu par suite des
circonstances qui l'ont accompagné, une véritable apothéose de Riel. Le
gouvernement ne pouvait mieux faire pour rendre immortel le nom de Riel
et se couvrir d'infamie aux yeux de l'histoire, qu'en faisant exécuter
la sentence comme il l'a fait.

Sir John, dans sa politique du Nord-Ouest, a toujours eu le rare mérite
de faire tout le contraire de tout ce que lui demandaient les vrais amis
du pays, et dans cette circonstance, où de toute parts on lui a dit que
Riel mort serait cent fois plus dangereux que vivant, il a suivi son
ancien principe d'avoir pour politique son caprice et sa volonté
arbitraire.

Riel est mort, mais son nom vivra dans le Nord-Ouest quand le nom de Sir
John, son implacable ennemi, sera depuis longtemps oublié, malgré toutes
les affirmations au contraire de ses adulateurs intéressés.

Le _Leader_ de Regina, que n'aimait guère Riel, a été obligé de rendre
hommage à cette grande et magnifique mort. Vous en recevrez un numéro
qui vous initiera à toutes les circonstances qui ont marqué cette
mémorable mort.

Toute la nuit qui a précédé sa mort, Riel n'a pas manifesté le moindre
symptôme de frayeur. Il a prié une grande partie de la nuit, et cela
avec une ferveur, une beauté d'expression et une contenance qui le
transfiguraient et donnaient à sa physionomie une expression de beauté
céleste.

Mon cher ami, je ne puis vous dire les tristes impressions que j'ai
éprouvées en tenant compagnie à ce prisonnier pour lequel j'avais le
respect et la vénération qu'on a pour un saint. Voilà vingt-cinq ans que
j'exerce le saint ministère et je puis vous assurer que jamais mort ne
m'a tant édifié et consolé à la fois. Toute la nuit, il n'a pas eu une
seule parole de plainte contre sa sentence de mort, ni contre ses
persécuteurs: il était gai, joyeux en voyant sa captivité près de se
terminer. Il me disait souvent:

«Je ne puis vous dire combien je me sens heureux de mourir; mon coeur
surabonde de joie,» et il riait de bon coeur, il m'embrassait avec
effusion, me remerciait chaleureusement d'être resté jusqu'au bout avec
lui. Comme je lui manifestais ma crainte de voir une crise survenir
quand viendrait le moment suprême, il me disait avec force: «Ne craignez
pas, je ne ferai pas honte à mes amis et je ne réjouirai pas mes ennemis
ni les ennemis de la religion en mourant en lâche. Voilà quinze ans
qu'ils me poursuivent de leur haine et jamais encore ils ne m'ont fait
fléchir; aujourd'hui moins encore, quand ils me conduisent à l'échafaud,
et je leur suis infiniment reconnaissant de me délivrer de cette dure
captivité qui pèse sur moi. J'aime assurément mes parents, ma femme, mes
enfants, mon pays et mes compatriotes; la perspective d'être libre et de
vivre avec eux aurait fait battre mon coeur de joie. Mais la pensée de
passer ma vie dans un asile d'aliénés ou dans un pénitencier, mêlé à
toute l'écume de la société, obligé de subir tous les affronts, me
remplit d'horreur. Je remercie Dieu de m'avoir épargné cette épreuve et
j'accepte la mort avec joie et reconnaissance. Un nouveau sursis, dans
les dispositions d'esprit dans lesquelles je suis, m'affligerait
grandement.»

Il s'écriait comme dominé par une sorte d'enthousiasme religieux:
«L'oetatus sum in his quae dicta sunt mihi: in domum Domini ibimus.»

«Soyez tranquille, Père André, je mourrai joyeux et courageux. Avec la
grâce de Dieu, je marcherai bravement à la mort.»

Le croiriez-vous, monsieur Lemieux? Quoique sous le poids de tant
d'émotions qui se pressaient dans mon coeur, et placé dans une situation
de nature à m'exciter beaucoup, je puis vous affirmer que je passai une
nuit saintement heureuse, et les heures s'écoulèrent rapidement pour
moi. Riel fut occupé soit à prier et à écrire à ses parents et à ses
amis, soit à converser avec moi sur des sujets purement spirituels. Dans
le cours de la conversation, il me chargeait de différents messages. Il
avait la même courtoisie et douceur à l'égard des gardes, se prêtait
volontiers à écrire des paroles de souvenir à ceux qui lui en
demandaient. C'est singulier et extraordinaire comme il avait acquis
l'estime et le respect de tous ceux que venaient en contact avec lui. Il
avait quelque chose qui imposait le respect, et quoique poli, jamais il
n'était familier avec personne. Les hommes de police, les dames du Fort
et quelques officiers sympathisaient profondément avec Riel dans ses
malheurs, et sa mort a créé partout une sensation douloureuse.

A cinq heures, je dis la messe pour lui et il y communia pour la
dernière fois avec une piété angélique. Après six heures, il demanda la
permission d'aller se laver et se préparer, regrettant qu'il n'eût pas
reçu plus tôt la notice afin de préparer ses effets et afin, dit-il,
d'aller à la mort le corps et l'âme purifiés, comme marque de respect
pour la majesté du Dieu qu'il allait rencontrer. Il aurait désiré être
bien habillé, tant il avait cette vertu de propreté et d'ordre si
fortement imprimée dans son coeur. Malgré la pauvreté de son
accoutrement, il alla à la mort son habillement bien épousseté, ses
cheveux bien peignés: tout en lui respirait la propreté qui était le
symbole de la pureté de son âme.

A huit heures et quart, quand l'assistant du shérif apparut à la porte
de sa cellule, n'osant annoncer l'ordre fatal dont il était le messager,
Riel devinant combien il en coûtait à M. Gibson de rompre le silence
pour lui annoncer la terrible nouvelle, s'adressant à lui, dit
tranquillement et sans aucune émotion: «Mr Gibson, you want me? I am
ready.»

Il partit sur ces mots, traversa le Guard room, marchant d'un pas ferme
et il monta le long escalier dont vous devez vous rappeler, lequel se
voyait en entrant dans le Guard room. Je craignais cette ascension, mais
il monta sans montrer ni faiblesse ni hésitation. Il me laissa loin
derrière lui, quand tout à coup, s'apercevant qu'il n'était pas suivi
par son père spirituel, il m'attendit au milieu de la grande chambre qui
conduit à l'échafaud. Quand je l'eus rejoint, nous continuâmes notre
marche funèbre en récitant des prières jusqu'à ce que nous eussions
atteint la place fixée pour l'exécution. Là, en face de l'échafaud, nous
nous mîmes à genoux et nous priâmes assez longtemps. Riel était le seul
qui conservait son sang-froid et sa présence d'esprit.

Il se leva et alla se placer bravement sur l'échafaud, et, avant d'être
lancé dans l'éternité, il m'appela une dernière fois auprès de lui,
m'embrassa, me recommanda de ne pas oublier M. et Mme Forget pour leurs
bontés à son égard puis je m'éloignai de lui, et ayant tourné le dos à
l'échafaud, il me cria: «Courage, bon courage, mon père!» Et
recommandant son âme à Dieu, invoquant le Sacré-Coeur de Jésus, de Marie
et de Joseph, son invocation favorite, la trappe s'ouvrit sous ses pieds
et il disparut.

Sa mort fut presque instantanée, douce et paisible; ses traits restèrent
calmes et sa figure n'éprouva aucune contorsion.

Jamais je n'ai vu de contenance plus radieuse que celle qu'il avait
pendant qu'il priait au moment de marcher à l'échafaud. La beauté de son
âme se reflétait sur son visage et un rayon de la lumière divine
semblait déjà illuminer sa figure. Ses yeux avaient un éclat
extraordinaire et paraissaient déjà se perdre dans la contemplation des
grandeurs divines. Jamais, je vous le répète, l'échafaud n'avait offert
un spectacle si sublime et si magnifique: les spectateurs étaient
attendris et frappés du grand spectacle qu'ils avaient sous les yeux;
jamais cérémonie religieuse n'avait ému et touché les coeurs comme la
vue de Riel allant à la mort. Le shérif, son assistant, le bourreau
même, pleuraient d'attendrissement.

Je suis revenu de cette pendaison consolé et encouragé par une pareille
mort et en remerciant Dieu de m'en avoir rendu témoin. Tout le monde
était sous l'empire d'une pareille impression.

Riel voulait parler et prouver qu'il était prophète et remplir sa
mission jusqu'au bout. Ce fut un grand sacrifice pour lui de garder le
silence à ma demande. Vous avez, en effet, lui ai-je dit, une mission à
remplir, c'est de démontrer au monde comment un catholique animé par la
foi et soutenu par la grâce sait mourir: cette mission, il l'a
admirablement remplie, car il est mort comme le disait le _Leader_: «_as
a man and a christian._»

Il m'a fallu soutenir une lutte pour avoir son corps: le shérif Chapleau
m'a noblement soutenu et je dois dire que M. Chapleau a rempli ses
tristes fonctions avec une charité et un tact qui lui ont attiré la
reconnaissance de Riel. Il a montré qu'il était un homme de coeur et
d'esprit, et c'est un témoignage que je me plais à lui rendre.

Le corps ne m'a été rendu qu'à minuit le mercredi au soir, le troisième
jour après la mort de Riel. Il m'a été impossible, malgré le vif désir
exprimé par lui, de transporter son corps à St. Boniface. C'est toute
une histoire que celle des difficultés que l'on m'a suscitées pour
donner la sépulture ecclésiastique à ce pauvre Riel. Le corps ayant été
transporté chez moi, nous avons ouvert le cercueil pour constater, comme
le bruit en avait couru, si on avait commis d'indignes outrages sur le
corps du défunt. Le shérif Chapleau, M. Davin, réacteur du _Leader_, MM.
Forget, Bourget, Bonneau, et d'autres citoyens se trouvaient présents
lorsque le cercueil a été ouvert. Nous fumes heureux de constater que le
corps était intact et qu'il avait été religieusement respecté. Mais nous
fumes tous frappés d'admiration quand le corps fut exposé devant nous,
de voir cette figure si calme et sur laquelle semblait courir un
ineffable sourire, comme pour marquer la paix dans laquelle son âme
l'avait laissé en partant pour un monde meilleur. Dans la matinée, un
grand nombre de personnes, hommes et femmes, vinrent visiter le corps et
sortirent avec la même impression.

C'est un saint que ce pauvre Riel. Il suffit de le regarder pour être
convaincu de ce fait.

Je ne puis vous faire comprendre tout ce que nous ressentîmes en
contemplant ce corps qui ne suscitait aucune de ces idées d'horreur et
de répulsion que fait d'ordinaire éprouver un cadavre, surtout le
cadavre d'un pendu. Les enfants eux-mêmes s'approchaient de lui sans
peur et sans répugnance.

Hier, à 9 h. et demie, nous avons eu le service des funérailles.
Plusieurs notables de la ville sont venus y assister. Le shérif Chapleau
et tous nos Canadiens de l'endroit s'y trouvaient. Cependant, il m'est
pénible de le constater, mais la chose nous a tous frappés et affligé:
M. le juge Bouleau a refusé de venir au service. C'est le seul dont le
coeur ne se soit pas laissé attendrir par la mort et une mort telle que
celle de Riel, qui sur l'échafaud à attendri même son bourreau.

Mon cher monsieur Lemieux, je sais que ces détails vous seront précieux,
et pour moi c'est une consolation de m'entretenir de mon cher et
infortuné Riel. Vous aviez droit, par le dévouement que vous lui avez
montré, de connaître tout ce qui concerne les derniers moments de ce
client qui vous était cher à tant de titres.

En vous priant de présenter mes affectueux souvenirs à MM. Fitzpatrick
et Greenshields et de saluer votre femme et vos enfants,

Je suis,

Votre dévoué ami,

A. André O. M. I.

P. S.--La _Minerve_ et le _Nouvelliste_ pourront de nouveau attaquer
l'authenticité de cette lettre; mais vraiment, ils sont simples, ces
gens qui mettent en doute l'existence d'une lettre qui a fait le tour de
la presse sans aucune protestation de ma part.

Encore une fois, je vous salue affectueusement. Je me rends à Saint
Boniface avant de retourner dans ma maison. Je vais voir la famille du
pauvre Riel.



LES MÉTIS

Le dernier témoignage de Louis Riel en faveur de son peuple.

Une dépêche de Regina, il y a quelques jours, annonçait que parmi les
papiers laissés par Louis Riel au soins de son confesseur, le Père
André, il y en avait un d'une importance majeure--un papier traitant du
soulèvement Métis au Nord-Ouest. Le STAR de suite fit pour l'obtenir des
démarches qui eurent un plein succès.

_Jésus! sauvez-nous! Marie! intercédez pour nous! Saint Joseph! priez
pour nous!_

LES MÉTIS DU NORD-OUEST.

Les Métis ont pour ancêtres paternels, les anciens employés des
compagnies de la Baie d'Hudson et du Nord-Ouest; et pour ancêtres
maternels des femmes sauvages appartenant aux diverses tribus.

Le mot français, Métis, est dérivé du participe latin Mixtus, qui
signifie Mêlé: il rend bien l'idée dont il est chargé.

Toute appropriée que l'expression anglaise correspondante, _Half-breed_,
fût à la première génération du mélange des sangs, européen et le sang
sauvage son mêlés à tous les degrés, elle n'est plus assez générale.

Le mot français, Métis exprime l'idée de ce mélange d'une manière aussi
satisfaisante que possible; et devient par là-même un nom convenable de
race.

Une petite observation, en passant et sans faire de peine à personne.

Des gens très polis, très gentils d'ailleurs, viennent dire parfois à un
Métis: «Vous n'avez pas l'air métis du tout. Vous n'avez pas beaucoup de
sang sauvage assurément. Quand même, vous passeriez partout pour un
blanc pur.»

Le Métis, à moitié déconcerté par le ton de ces assertions, voudrait
bien revendiquer son origine tant d'un bord que de l'autre. La crainte
de troubler ou de dissiper tout-à-fait la douceur des persuasions de ses
interlocuteurs le retient. Pendant qu'il hésite à choisir entre les
différentes réponses qui se présentent à son esprit, des paroles comme
celles-ci achèvent d'emporter son silence d'assaut. «Ah! bah! Vous
n'avez presque pas de sang sauvage. Vous n'en avez pas pour la peine.»
Voici comment les Métis pensent là-dessus en eux-mêmes. «C'est vrai que
notre origine sauvage est humble, mais il est juste que nous honorions
nos mères aussi bien que nos pères. Pourquoi nous occuperions-nous à
quel degré de mélange nous possédons le sang européen et le sang indien?
Pour peu que nous ayons de l'un ou de l'autre, la reconnaissance et
l'amour filial ne nous font-ils pas une loi de dire: Nous sommes Métis.»

LE PAYS DES MÉTIS

Pour avoir une idée assez juste de la condition ou se trouvaient les
Métis au commencement de l'année 1885, dans le Nord-Ouest, et en
particulier dans la Saskatchewan, il faut un peu savoir comment ils
étaient situés avant la Confédération.

C'étaient des gens qui avaient à eux en propre le Territoire de
Nord-Ouest. Le sang indien de leurs veines établissait le droit ou le
titre qu'ils avaient à la terre. Ils avaient la propriété du sol
conjointement avec les sauvages.

Mais à elle seule la valeur foncière de leur pays représentait une
grosse somme.

Parlons seulement des terres que le Nord-Ouest comprend dans les limites
qui lui sont actuellement assignées, sous ce nom, en dehors du Manitoba
et du Keewatin: nous avons un territoire d'environ 1,195,720,000 acres,
en étendue. En divisant ce nombre par le chiffre de la population
métisse et indienne, et en les supposant aussi nombreuse l'une que
l'autre, chacune d'elles se trouvait à partager le Nord-Ouest en deux
moitiés égales, l'hypothèse que nous faisons toute proche de la réalité,
donnant aux Métis aussi bien qu'aux sauvages une part d'à peu près
597,860,000 acres.

Pour faire une estimation quelconque des terres sauvages du Nord-Ouest
avant la Confédération, disons à la première idée venant, que ces terres
valaient à l'Indien quinze cents l'acre. En prenant cette modeste

ÉVALUATION POUR POINT DE DÉPART

les Sauvages du Nord-Ouest, avec leur sol de 597,860,000 acres de
superficie, possédaient un bien-fonds valant comme $89,679,000.00.

Mais il y a ici même une considération à intercaler dans ces aperçus;
les Métis, sans avoir le don d'utiliser la terre, d'après les
développements et les ressources d'une civilisation avancée, la
bâtissaient cependant, la labouraient, la clôturaient et l'employaient à
beaucoup plus grand avantage que ne faisaient les indiens; à ce point
qu'elle valait dans le moins deux fois plus à eux qu'aux Sauvages,
c'est-à-dire que pendant que l'Indien pouvait raisonnablement demander
15 cent pour son acre, le Métis était en droit d'en exiger 30 pour le
sien.

La moitié métisse du Nord-Ouest, 597,860,000 acres, équivalait donc à un
capital d'à peu près $178,358,000.00.

Voilà de combien les Métis étaient riches en valeur foncière de leur
pays avant la Confédération.

La Puissance ne dira pas que j'exagère. Elle ne peut pas prétexter non
plus que mon calcul est abstrait, ni que mes avancés manquent d'appui.
Car les Métis avec les Sauvages jouissaient alors du Nord-Ouest, comme
la Confédération en jouit, à présent qu'elle nous l'a dérobé.

Nous n'empruntions pas d'argent sur notre Territoire. Mais nous pouvions
le faire. En attendant, nous vivions à même notre immense pays, dont la
richesse en pelleteries était, on peut dire inépuisable, où la chasse de
toutes sortes abondait; où les rivières étaient une source de bien-être
par la quantité du poisson dont les eaux étaient remplies; où les fruits
sauvages même contribuaient à la nourriture et à l'entretien des enfants
du sol.

Et de quel prix n'était pas pour nos bestiaux et pour nos chevaux
l'herbe luxuriante dans ces plaines du Manitoba et dans ces prairies de
la zone fertile du Nord-Ouest, si renommées?

Que dirai-je du fameux commerce des robes? Le bison couvrait
littéralement les plaines du Nord-Ouest. Cette seule ressource était
incalculable.

De plus, les Métis cultivaient la terre pour en avoir ce qui leur était
nécessaire. Leurs jardins et leurs récoltes étaient quelque chose
d'enviable.

L'énumération des biens que ma plume effleure en ce moment, n'est pas
imaginaire, comme certaines gens pourraient le croire; mais elle est
basé sur des faits et des réalités que la plus grande partie de la
population métisse actuelle et que des milliers d'émigrés peuvent
certifier, puisque je parle d'un d'un état de choses qui existait il y a
quinze ans et qui dura même plusieurs années en deçà. Qui est-ce qui
refusera donc d'admettre qu'en jouissant de leur part du Nord-Ouest, ils
en jouissaient avant la Confédération, les Métis vivaient aussi
richement que si leurs terres évaluées, comme je fais plus haut, à
179,358,000.00 leur eussent donné tous les ans un revenu, serait-ce trop
de dire de trois par cent et de compter ainsi en leur faveur la somme
totale en intérêt d'environ $5,381,740.00. Je m'adresse aux hommes
d'affaires, aux capitalistes; qu'il leur plaise de répondre pour moi à
tous ces journaux bêtes et ignorants ou malhonnêtes de l'Ontario qui
n'écrivent depuis quinze ans sur mes oeuvres et sur mes actes que pour
calomnier, induire en erreur et que pour divaguer. C'est vrai que le
Nord-Ouest était fermé comme en clef par la compagnie de la Baie
d'Hudson et par l'Angleterre qui y soutenait cette compagnie; les
marchés manquaient; les produits n'avaient pas d'écoulement; à cause de
cela, il était presqu'inutile de se livrer exclusivement ou tout de bon
à la culture. La compagnie de la Baie d'Hudson, en sa qualité de société
commerciale, revêtue de l'autorité gouvernementale, était à même toutes
les richesses du Nord-Ouest. Elle les absorbait sans cesse en privant
continuellement le pays des améliorations publiques et des progrès que
tant de biens les mettaient en lieu d'attendre de ses administrateurs.
Sous le joug des Aventuriers de la Baie d'Hudson, il était impossible
aux Métis de prendre leur essor comme population, mais leur patrie était
d'une opulence naturelle telle qu'il était malaisé même à la compagnie,
toute sordide qu'elle fût de les appauvrir individuellement. L'eau haute
à la Rivière Rouge, les sauterelles et la picote dans tout le Nord-Ouest
éprouvèrent à plusieurs reprises les Métis. Mais ces années de peine et
de contre-temps faisaient exceptions. Les heureux changements que le
mouvement populaire de '49 avait effectués dans le trafic, par
l'abolition pratique du monopole prétendu légal de la compagnie; et la
liberté que tout chacun avait de commercer depuis cette époque,
augmentaient de jour en jour ces chances de bien-être.

Lorsque la Puissance arriva au Nord-Ouest en 1870 elle y trouva donc une
population qui, laissée à elle-même, eut été à l'aise non seulement pour
le moment, mais même pour bien des années. Elle y trouva les Métis qui,
par le fait même d'être chez eux et d'avoir leur pays à eux, avaient
comme tout autre peuple, leur avenir.

AVANT LA CONFÉDÉRATION

Les Métis, par leur supériorité sur les tribus indiennes, les dominaient
mais sans abus de force. Quelquefois, à la chasse, les Indiens
déclaraient la guerre aux Métis, ou leur volaient des chevaux.
Satisfaction était demandée en cas de refus, la nation métisse entrait
en guerre avec les malveillants. Mais il est à remarquer qu'elle ne fit
jamais de luttes agressives. Les combats étaient ceux de la défense ou
de la protection du droit. En retour, Dieu aidant, elle est toujours
demeurée victorieuse des Tribus qui l'attaquaient. Comme peuple
primitif, simple, de bonne foi, placé par la Providence dans une
heureuse abondance de biens, et d'ailleurs sans beaucoup d'ambition, les
Métis n'avaient presque pas besoin de gouvernement. Cependant, quand ils
allaient à la chasse au bison, il se faisait naturellement, au milieu
d'eux, une pression d'intérêts. Et tant pour maintenir l'ordre dans
leurs rangs que pour se tenir en garde contre les vols de chevaux et
contre des attaques d'ennemis, ils s'organisaient et se composaient un
camp. Un chef était choisi; douze conseillers étaient élus, avec un
crieur public et des guides. Les soldats se groupaient par dizaine. Tout
chasseur était soldat. Chaque dizaine se choisissait un capitaine. Quand
arrivait le moment de l'organisation militaire proprement dite, le chef
en donnait avis: le premier soldat venu commençait par désigner celui
qu'il voulait avoir pour son capitaine. Neuf de ceux qui approuvaient ce
choix le suivaient. Ainsi le capitaine de chaque dizaine se trouvait-il
placé à la tête de soldats d'autant mieux décidés à le suivre partout
que sa charge au-dessus d'eux était un effet de leur confiance en lui et
de leur choix unanime.

La chasse au bison se faisait à cheval. C'était beau de voir des
centaines de coursiers se cabrer, hennir, danser, piocher le sol de
leurs pieds ambitieux; demander la bride du désir, de leurs regards, à
grands coups de tête, et faisant toutes sortes de gestes; et ces

CAVALIERS DE PREMIER ORDRE

assis avec assurance comme dans des chaises, sur leurs petites selles de
cuir mou, ou milieu des fleurs en rasade dont elles étaient garnies;
ayant aux poignets les poignées de leurs fouets à plusieurs branches, le
fusil d'une main, les rênes de l'autre, retenant la fouge de leurs
chevaux, les ménageant jusqu'à ce qu'ils fussent rendus à portée du
buffle.

Les capitaines présidaient à la course; et veillaient à ce que personne
ne se lançât avant le mot d'ordre du capitaine en charge. Le mot donné,
la cavalcade bondissait. Un tourbillon de poussière obéissant au
commandement partait avec elle. Le buffle, en dévorant la prairie,
prenait l'épouvante, pour être bientôt rejoint par les coursiers
alertes. Les cavaliers entraient pêle-mêle dans la bande de boeufs
sauvages; choisissaient à qui mieux mieux les animaux les plus gros;
chacun tirait, tous tiraient; en tâchant de ne pas se frapper les uns
les autres, en prenant garde aux hommes et aux chevaux.

J'ai vu ces courses. J'y ai pris part. Elles sont terribles. L'adresse
des chasseurs, leur extrême attention, et surtout la Providence
pouvaient seule prévenir les malheurs au risque desquels ces courses
avaient lieu.

De loin, c'était le grand spectacle d'une fusillade dans un nuage.

Le conseil des chasseurs faisait des règlements. On les appelait les
lois de la Prairie. Le conseil était un gouvernement provisoire. C'était
aussi un tribunal qui prenait connaissance des infractions aux
règlements, et de tous les différends qu'avaient à lui présenter les
personnes du camp.

Les capitaines avec leurs soldats exécutaient les ordres et les
jugements du conseil.

Dans les affaires ordinaires, le conseil agissait d'après son autorité
telle qu'elle lui avait été confiée; mais en matière d'importance plus
grande, il recourait au public, et ne basait ses décisions que sur une
majorité de tous les chasseurs.

C'était l'état d'un peuple neuf, mais civilisé, et jouissant d'un
gouvernement à lui, fondé sur les vraies notions de la liberté publique
et sur celles de l'équité. Ce gouvernement provisoire, d'un rouage
simple, qui ne se formait que pour

L'INTÉRÊT GÉNÉRAL,

ne supportait pas d'émoluments, s'organisait partout où s'agglomérait
une caravane assez considérable, et cessait d'exister avec elle;
s'organisait pareillement dans tout établissement métis où une assez
grande diversité d'intérêts tendait à engendrer des difficultés, où il y
avait des dangers à conjurer, des hostilités à repousser. Les
établissements métis étaient les jalons de la civilisation future. Et
leurs places sont si bien choisies, qu'elles deviennent partout des
centres sur lesquels l'émigration s'appuie, pour coloniser et s'étendre
dans toutes les directions.

Les lois de la Prairie suivaient les Métis comme les règlements des
mines suivent les mineurs dans leurs exploitations.

La Compagnie de la Baie d'Hudson était environnée du gouvernement des
Métis dans toute la zone fertile. Elle n'en prenait pas ombrage. Au
contraire, ses traiteurs et ses chasseurs, dans les camps, dans les
hivernements, dans les établissements métis faisaient la chasse, la
traite, commerçaient sous l'autorité du Conseil de la Praire et sous la
protection des lois métisses. Et c'était pour elle un rempart à l'abri
duquel elle était bien aise de se tenir, car il n'y a pas encore bien
longtemps les indiens étaient barbares autrement que la Puissance ne les
a trouvés; ils étaient nombreux, en lutte les uns avec les autres. Les
partis de guerre se croisaient dans toutes les directions. Les Cris, les
Pieds-Noirs, les Sioux du Minnesota, du Dakota, du Montana se
disputaient le plumet avec de la bravoure. Ce qui les rendit alors
inopinément plus à craindre peut-être qu'avant, c'est que par leurs
rapports avec les blancs et toutes sortes de gens livrés aux aventures,
ils se trouvèrent, voilà une trentaine d'années, mieux armés qu'ils ne
l'avaient été jusque-là.

Il eut été impossible à la compagnie de se maintenir, sans avoir à faire
des dépenses continuelles, nécessaires à l'entretien d'une force armée
considérable.

Les Métis sont les hommes qui domptèrent ces nations sauvages par leurs
armes, et qui, ensuite, les adoucirent, par les bonnes relations qu'ils
entretenaient avec elles à la faveur de la paix. Ce sont eux qui mirent
au prix de leur sang, la tranquillité dans le Nord-Ouest.

L'ENTRÉE DE LA PUISSANCE

Quand la Puissance se présenta à nos portes, elle nous trouva donc dans
le calme. Elle trouva dans le Nord-Ouest non seulement le peuple Métis
en bonne condition de vivre sans elle, comme je l'ai montré dans le
cours de cet article, mais le peuple Métis avec un gouvernement à lui,
libre, en paix, et fonctionnant, faisant à son compte, l'oeuvre de la
civilisation que la compagnie et l'Angleterre n'eussent pas pu faire
sans des milliers d'hommes de troupes! un gouvernement de constitution
définie, et dont la juridiction était d'autant plus légitime et à
respecter qu'elle s'exerçait sur un sol qui lui appartenait.

Qu'a fait la Puissance? Elle a mis la main sur le pays des Métis comme
sur le sien. De ce seul coup, elle a donné preuve que son plan est de
les frustrer de leur avenir. Elle a mis en jeu même leur condition
présente. Car non seulement elle a fait partir le sol de dessous leurs
pieds, mais elle leur en ôte l'usufruit. Ainsi privé de son point
d'appui dans le monde, au début de son existence, l'élément métis est
dans une position bien plus triste que la classe même indigente parmi
les émigrants. Tout pauvres que bien des émigrants puissent être, par le
fait même qu'ils ont été élevés au sein d'une civilisation mûrie, ils
arrivent au Nord-Ouest avec une dote morale précieuse en habitudes
d'économie, avec une dote morale d'arts et d'aptitudes excellente. Ils
sont riches en moyens de gagner leur vie. Une société prospère par la
jouissance de plus ou moins complète de son Territoire en a fait des
hommes industrieux.

Mais les Métis, au début de leur carrière, comme ils le sont
aujourd'hui, n'ont pas encore fait ces progrès. Et leur ôter leur pays,
c'est démoraliser les forces de leur caractère; en les réduisant à
lutter péniblement pour chaque bouchée de nourriture, c'est leur ôter le
moyen de faire ces progrès. Qu'on y fasse attention. Et l'on reconnaîtra
que chaque nation, chaque tribu à l'état de vie même le plus primitif a
des biens que son pays lui fournit en abondance, sans qu'elle ait
beaucoup à travailler pour les convertir en articles de subsistance.

Dieu qui est leur Père, les dote ainsi, d'abord parce qu'il est bon, et
puis parce qu'il veut que la reconnaissance de tous les hommes s'élève à
Lui. Enfin il entre dans ces desseins de charité que

CHAQUE PEUPLE SOIT A L'AISE

dès son enfance, et qu'il ait de quoi bénir le nom de Dieu, tant pour
les faveurs qu'il reçoit de Lui, à son berceau, que pour les richesses
et l'opulence dont ses travaux et ses entreprises sont couronnés aux
autres époques de sa vie.

Je le demande à tous ceux que les notions de la vérité et de la simple
justice éclairent. Est-ce que l'honnêteté permet à un peuple plus grand
de ravir à un peuple plus petit sa patrie? L'humanité répond que non. La
conscience humaine déclare qu'un tel acte est criminel, et que ses
conséquences funestes sont nombreuses et malaisées à mesurer. C'est un
mal qui porte avec lui le meurtre. La patrie est la plus importante de
toutes les choses de la terre, et de plus, elle est sainte par les
ancêtre qui la transmettent. L'enlever au peuple qu'elle a produit est
aussi abominable que d'arracher une mère à ses petits enfants dans le
temps qu'il ont toujours besoin de ses services. Mais la patrie
s'appelle la patrie surtout parce qu'elle est le don de Dieu, notre
père; héritage sans prix, je dois dire plutôt, héritage divin! Le peuple
qui prend injustement à un autre peuple sa patrie, commet le sacrilège
le plus grand, parce que tous les autres sacrilèges ne me semblent que
des parties de celui-là.

Eh bien! le gouvernement d'Ottawa est coupable de tout cela vis-à-vis
des Métis.

Encore si en leur pillant leur patrimoine, il eut eu assez de conscience
pour leur remettre au moins un simulacre d'intérêt, d'année en année.

Il a bien eu la précaution de traiter avec les Sauvages; il a bien
reconnu tous leurs petit camps, avec leurs chefs. C'est vrai que la
Puissance a calomnié le «Gros-Ours» et sa tribu à la face de toute la
civilisation, parce que le _Gros-Ours_ et ses Cris, sans être assez
éclairés pour demander la valeur complète de leurs terres, avaient
néanmoins assez de bon sens et de connaissance des choses pour ne pas
vouloir les céder à moins d'une compensation moyennement utile.

C'est vrai qu'en reconnaissant les autres Indiens plus timides, et moins
clairvoyants que le «Gros-Ours», la Puissance avait eu la finesse de ne
leur reconnaître le droit ni d'estimer leurs terres, ni d'en faire le
prix. C'est vrai que ces

TRANSACTIONS AVEC DES ÊTRES HUMAINS IGNORANTS

revêtues du nom respectable de traités, n'étaient que des escamotages du
bien d'autrui. C'est vrai qu'au lieu de faire mourir les Indiens en
aussi grand nombre qu'elle aurait voulu, par le jeûne absolu, elle avait
établi au milieu d'eux des espèces d'agences apparemment chargées de les
faire disparaître plus lentement par le lard rouillé, pourri, le _bacon_
immangeable par la maigreur, et par la dispensation tant large que
possible de tous les maux vénériens, en plongeant les femmes et les
filles indiennes, autour de ses forts, dans une démoralisation
impossible à décrire. Tout cela, c'est vrai. Mais toujours est-il que la
Puissance avait reconnu les Indiens d'une manière quelconque; elle avait
laissé aux chefs presque leurs positions, une sorte de paix et jusqu'à
un certain point la considération de leurs tribus.

Aux Métis, rien! en 1872, durant les traités indiens au lac Qu'appelle,
les Métis rappelèrent au lieutenant-gouverneur de la Puissance leur
droits; ils représentèrent que leurs droits dans le Nord-Ouest n'étaient
pas inférieurs à ceux des Sauvages; et qu'ils ne pouvaient pas laisser
aller leur pays aussi. L'autre répondit que la Puissance traiterait avec
les Métis quand elle aurait fini de traiter avec les Indiens. Avoir
réglé avec les Métis, alors, la Puissance savait ce qu'elle avait à leur
payer. Et les Sauvages en auraient peut-être demandé plus qu'elle ne
voulait donner. Tandis qu'en traitant avec les Indiens les premiers,
elle pouvait les aveugler à son goût et profiter de leur ignorance, et
pendant tout ce temps-là, elle espérait que l'émigration deviendrait
assez nombreuse, prendrait le dessus, et qu'alors elle pourrait dire:
«Tenez, voilà tout. Je ne vous dois plus rien.»

Dans cette même année de 1872, la Puissance mit à part, pour les Métis
du Manitoba le septième des terres qui leur avaient été octroyées. Et
elle leur en fit une certaine distribution, en disant à ceux du
Nord-Ouest: «Attendez, vous en aurez autant.» Cinq années passèrent à
patienter.

En 1877, les pétitions métisses du Territoire commencèrent à frapper à
la porte des bureaux d'Ottawa. Dans l'automne de 1878,

CES PÉTITIONS SE GÉNÉRALISENT.

Le Lac Qu'Appelle, la Talle-de-harts-rouges, la Montagne-des-bois, la
Montagne Cyprès, Edmonton, Victoria, Battleford, le Lac-Labiche, les
Établissements du St. Laurent, Prince-Albert, demandèrent justice.
Respectueuses pourtant étaient leurs réclamations, mais elles furent
traitées avec mépris. On ne daignait même pas répondre. Respectables
pourtant étaient-elles, ces réclamations d'un peuple chez lui, demandant
humblement son propre bien aux intrus qui l'en avaient dépouillé. La
voix vénérable de l'évêque de St. Albert vibrait à l'unisson avec celle
de ses chers diocésains. Que d'instances Monseigneur Grandin n'a-t-il
pas faites auprès du ministre Fédéral, depuis sept ans surtout? Que de
lettres remplies de douceur et de force ne sont-elles pas parties de son
évêché contristé, et n'ont-elles pas sollicité le Gouvernement d'agir
équitablement vis-à-vis les Métis? La situation devenait de jour en jour
si déplorable, que tout le clergé fut contraint de mêler ses
représentations pressantes à celles du peuple. Le Grand Vicaire du
Diocèse de St. Albert, le Révérend Père Leduc, alla même en délégation
porter les plaintes et les pétitions à la Capitale. Le Supérieur des
Oblats de la Saskatchewan, le Révérend Père André, se rendit plusieurs
fois auprès du gouverneur de Battleford et fit connaître au prétendu
maître du Nord-Ouest ce que la population métisse disait et voulait
partout autour d'eux, jusque dans les forts de la Puissance; qu'il lui
fallait une compensation suffisante pour ses terres. Les représentations
du Révérend Père ne furent pas écoutées. Pas de réponse. Pas de
satisfaction.

Prince Albert, établissement métis bien avant que la Confédération se
formât, éleva la voix. M. James Isbester et d'autres métis que, les
premiers, avaient ouvert cette place, rédigèrent et firent rédiger
pétitions sur pétitions et les expédièrent à Ottawa. On n'en accusa même
même pas réception. Sur la

BRANCHE SUD DE LA SASKATCHEWAN

s'étaient fixés des Métis canadiens-français. Leur colonie datait de
1868. Elle s'était fondée nombreuse d'environ deux cents famille. Dans
cette colonie existait le gouvernement métis, dont la Confédération ne
pouvait devenir dépositaire que par le consentement des gens. Parce que
ce consentement n'a été ni demandé ni donné, le conseil des Métis de la
Saskatchewan et leurs lois de la prairie ont continué d'être le vrai
gouvernement et les vraies lois de cette contrée, et le sont encore
virtuellement aujourd'hui. A leur tête était un homme dévoué, toujours
prêt à rendre service, hospitalier, affable, un caractère loyal et franc
qu'il faisait avoir pour ami; un chasseur renommé dans tout le
Nord-Ouest, un voyageur capable; mais aussi un guerrier terrible à
rencontrer, noble à émouvoir. Les Pieds-Noirs l'ont connu intrépide et
vaillant. Les Cris l'ont respecté dans la guerre et aimé dans la paix.
Sa réputation est assise depuis longtemps au milieu des tribus qui sont
aux pieds des Montagnes de Roche, dans les Prairies, sur les bords de la
Rivière Rouge, au-delà des lignes, depuis les sources de la Rivière au
Lait jusqu'en bas et le long du Missouri, un des hommes les plus
chevaleresques du Nouveau-Monde, Monsieur Gabriel Dumont, mon parent.

Dans le temps où les Indiens étaient à craindre, les Métis de la
Branche-Sud s'étaient bâti proche à proche, sur des lots beaucoup plus
longs que larges. Ils demandèrent au gouvernement d'Ottawa d'arpenter
ces lots tels quels. Ces arpentages ne leur furent pas accordés.

Les Métis avaient des places à foin. La Puissance les en dépouilla.

Ils avaient des communes et des endroits de pacage pour leurs chevaux et
pour leurs bestiaux. Elle leur ôta.

Ils avaient des terres à bois. La Puissance s'en empara. Ils ne
pouvaient plus avoir le bois qui leur était nécessaire, sans payer une
taxe spéciale, sans acheter un permis.

Les terres qu'ils avaient en leur possession, et qui leur appartenaient
une fois par le titre indien; deux fois pour les avoir défendues au prix
de leur sang; trois fois pour les avoir bâties, cultivées, clôturées,
travaillées et habitées, leur étaient laissées comme préemption,
moyennant deux piastre l'acre.

LA SECONDE VENUE DE RIEL

La Puissance arriva à ne plus garder aucune modération. Elle vendit à
une société de colonisation une paroisse métisse toute ronde, le prêtre
était là. Elle vendit la paroisse de Saint-Louis de Langevin avec la
terre de l'église, sur laquelle était une chapelle en voie de
construction; elle vendit la terre de l'école et les propriétés de
trente-cinq familles. Est-il étonnant que les Métis se soient soulevés?
Quelles gens, à leur place, n'en auraient pas fait autant. La patience
humaine a des limites, et lorsqu'un despotisme est sans bornes, il faut
bien chercher à cogner sur les doigts de la main qui l'exerce.

Au reste, Ottawa avait prévu les effets inévitables de sa tyrannie. Et
pour tenir le peuple comme dans un étau, il avait préalablement passé
une loi par laquelle il était défendu aux êtres humains, dans le
Nord-Ouest, de se trouver en assemblée de plus de deux personnes, au
sujet des affaires concernant les agents et les Indiens, une loi faite
aux ambiguïtés, dont la ponctuation même était fine et malicieuse; une
loi capable de prendre autant d'interprétation que la couleur des
tourtes peut prendre de nuances. Cette loi surtout dirigé contre les
Métis venait en force le 1er de janvier 1885. Ne sachant plus que faire,
ils m'envoyèrent chercher.

J'ai traversé les lignes, sans armes et sans munitions, emmenant avec
moi ma femme et mes enfants. Je ne pensais pas à la guerre. Je venais
faire des pétitions.

Le gouvernement d'Ottawa avait fait avec moi en 1870, un traité dont il
n'avait pas encore observé une seule clause, à mon égard. Je venais
pétitionner pour mes gens et pour moi, demander au gouvernement de la
Puissance ce qui nous appartenait, dans l'espérance d'obtenir au moins
quelque chose, si nous ne pouvions pas obtenir satisfaction complète.

On dit que les cent ou cent cinquante familles métisses venues du
Manitoba, et établies sur la Branche-du-Sud, avaient en leurs droits à
la Rivière Rouge; que par conséquent, il ne leur revenait plus rien; et
que ça été mal de leur part de se mêler au mouvement de leurs frères de
la Saskatchewan.

Je réponds à cela qu'il est

TOUJOURS PERMIS D'AIDER AUX OPPRIMÉS,

surtout lorsque les opprimés sont des parents, des amis, des gens de la
même consanguinité. Il est juste de prêter main forte à un hôte
recevant, bon. Et comme les Métis de la Saskatchewan étaient foulés aux
pieds par un usurpateur effronté, ça été une bonne action de la part de
ceux qui étaient venus se joindre à leur colonie hospitalière,
d'embrasser leur cause et de la soutenir, comme ils l'ont fait,
nonobstant les peines auxquelles ils se sont exposés.

Mais la Puissance avait mal rempli ses obligations de traité avec les
Métis du Manitoba. Un de leurs griefs contre elle était qu'après avoir
fait des arrangements avec moi, comme leur homme en tête, la Puissance
m'avait expulsé du Parlement plusieurs fois, m'avait banni, et avait par
envie et par haine persisté à refuser de reconnaître le choix
constitutionnel que le peuple métis faisait de moi, comme son premier
représentant.

Le gouvernement d'Ottawa était convenu de ne pas s'installer au
Nord-Ouest sans la proclamation d'une amnistie impériale pour y faire
disparaître les troubles qu'il avait lui-même suscités. Cette amnistie,
il était à même de l'avoir. Il n'avait qu'à la demander. Il s'était
engagé formellement à se la procurer. Mais il s'installa au Nord-Ouest
au mépris de cet engagement.

CONCLUSION

Lorsque la Puissance inaugura la constitution de la province du
Manitoba, au lieu de laisser le champ libre à tout le monde, et surtout
à ceux avec qui elle avait traité, elle émana des warrant d'arrestation
contre eux, elle les calomnia, maltraita le peuple auquel elle avait
juré la paix, et persécuta les chefs. Il faut qu'elle ait porté loin sa
mauvaise foi, puisque le gouverner Archibald, son lieutenant, dégoûté
lui-même d'une telle politique, se moqua amèrement de la Puissance en
lui disant: «Vous donnez des institutions représentatives, des hastings
au peuple. Et vous commettez l'inconséquence d'élever, à côté, des
échafauds pour les chefs. Vous semez des chardons, vous ne pouvez pas
vous attendre à récolter des figues. Vous ne cueillerez jamais de
raisins sur les épines de votre conduite.» Et il s'en alla chez lui dans
la Nouvelle-Écosse. Indépendance aussi honorable que rare à trouver!

Les Métis du Manitoba n'ont jamais eu de satisfaction. La Puissance ne
les protégeait pas, ne leur donnait pas de justice. Elle les opprimait,
et leur ayant rendu leur pays, pour ainsi dire inhabitable, elle leur
distribua des terres, traînant les patentes en longueur, non seulement
pour contraindre les gens à vendre leur biens-fonds à moitié prix, à
quart de prix, mais même pour les réduire à l'extrémité de tout
abandonner.

Dira-t-on, par exemple, que

MONSIEUR MAXIME LÉPINE

n'avait pas le droit de se mêler au mouvement de la Saskatchewan, lui
qui avait vu le gouvernement d'Ottawa fouler aux pieds le traité de
1870; en dépit de ce traité, condamner à mort son frère Ambroise Didyme
Lépine? Dira-t-on qu'il n'avait pas droit de prêter secours aux Métis du
Nord-Ouest, lui qui avait vu la Puissance se moquer du Manitoba et
l'offenser, en privant pour toujours de ses droits politiques, un des
principaux hommes le même Ambroise Didyme Lépine; et n'ayant pas eu
assez de force politique pour le punir par l'échafaud d'avoir défendu
son pays, essayer du moins à se venger en lui ôtant la liberté de voter
et de recevoir des votes? Et cela, au sortir d'une entente en apparence
amicale, en profanation de la confiance d'un peuple.

Monsieur Maxime Lépine est au pénitencier pour sept ans. Est-ce un
criminel? Non, c'est un honnête citoyen. Est-ce un rebelle? Non, c'est
un homme ami de l'ordre social, un défenseur du droit naturel et du
droit positif aussi. C'est un des hommes courageux dont la Saskatchewan
et tout le Nord-Ouest honoreront.

MONSIEUR MOISE OUELLETTE

était au Manitoba, il y a quinze ans. Mais il a bien fallu que les
années suivantes il le laissât. Le système de gouverne vicieux en vogue
dans cette province a comme entrepris de déraciner toutes les familles
métisses qui y sont établies et de les en chasser autant que possible.

Comment la Puissance a-t-elle traité monsieur Ouellette au regard des
stipulations de 1870. Eh bien! Elle lui a disputé le scrip d'un de ses
enfants défunts.

Monsieur Moïse Ouellette avait chez lui ses vieux parents, tous deux
d'un âge très avancé. Leurs scrips avaient été volés au bureau des
terres à Winnipeg. Il y avait des années qu'il demandait ces scrips.
Chaque fois on lui répondait qu'ils avaient été volée. Certes, il voyait
bien que ces scrips avaient été volés. Mais cela ne le satisfaisait pas.

Dira-t-on que cet homme n'avait pas le droit de prendre part à
l'agitation constitutionnelle dans la Saskatchewan, où il était venu en
quelque sorte se réfugier? Monsieur Moïse Ouellette est un de ceux qui
sont venus me chercher dans le Montana. Et lorsque le gouvernement
d'Ottawa voulut répondre aux pétitions par des arrestations à force
armée, monsieur Ouellette fit comme les autres: il se mit en défense.
Son père, un vieillard bon et craignant Dieu, a donné sa vie pour la
bonne cause, sur le champ d'honneur à l'âge de quatre-vingts et quelques
années. Honneur à une telle vieillesse! Quant au fils, il est au
pénitencier.

La paroisse de

SAINT-LOUIS DE LANGEVIN,

que la puissance avait vendue avec le monde comme on vend une terre avec
le bétail, n'aura jamais dans l'avenir un plus grand droit de prendre
les armes que cette fois-là. Deux de ses braves gens, Isidore Boyer et
Swan, ont versé leur sang pour défendre tout ce que le foyer domestique
a de sacré, elle a eu trois de condamnés au cachot de sept ou huit de
dispersés et d'expatriés.

Voilà comment la Puissance civilise le Nord-Ouest depuis quinze ans.

En résumé de deux mots, sa conduite gouvernementale est opposée autant
que possible, au droit des gens. C'est une force en guerre ouverte avec
l'inviolabilité des traités, comme les arrangements qu'elle a faits avec
les Métis en 1870, semblent avoir été conclus seulement dans le but de
capter leur bonne foi, d'entrer ainsi paisiblement dans leur pays; alors
pour lui demander la bourse ou la vie.

De plus, lorsque l'Angleterre demanda, en 1870 à faire passer ses
troupes et celles de la Puissance sur le sol américain, au canal
Sainte-Marie, pour les envoyer au Nord-Ouest, le gouvernement des
États-Unis, s'inquiétant noblement du but de cette expédition, ne leur
permit pas de passer sur le territoire de la république avant que le
Ministre Anglais eut répondu de ce que ces troupes allaient faire. La
réponse officielle fût que c'était une expédition de paix et de
civilisation. Mais les années et les faits ont prouvé, continuellement,
depuis ce temps-là, que l'Angleterre a présenté dans cette circonstance,
un mensonge au gouvernement du peuple américain, qu'elle a demandé aux
États-Unis une faveur, sous de faux prétextes, et qu'après l'avoir
obtenu, elle et la Confédération en abusent tous les jours, en
s'efforçant de tromper sans cesse la vigilance du gouvernement de
Washington, et en gouvernant le Nord-Ouest et les Métis d'une manière
despotique, toute contraire aux principes et aux aspirations des
États-Unis d'Amérique.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Louis Riel, Martyr du Nord-Ouest - Sa vie, son procès, sa mort" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home