Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire fantastique du célèbre Pierrot - Écrite par le magicien Alcofribas; traduite du sogdien par Alfred Assollant
Author: Assollant, Alfred, 1827-1886
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire fantastique du célèbre Pierrot - Écrite par le magicien Alcofribas; traduite du sogdien par Alfred Assollant" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



HISTOIRE DU CÉLÈBRE PIERROT


SOCIÉTÉ ANONYME D'IMPRIMERIE DE VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE
Jules Bardoux directeur.

HISTOIRE DU CÉLÈBRE PIERROT

ÉCRITE PAR LE MAGICIEN ALCOFRIBAS

TRADUITE DU SOGDIEN PAR ALFRED ASSOLLANT


TROISIÈME ÉDITION

PARIS
LIBRAIRIE CH. DELAGRAVE
15, RUE SOUFFLOT, 15

1885



TABLE


HISTOIRE DU CÉLÈBRE PIERROT


  I.--PREMIÈRE AVENTURE DE PIERROT
 II.--DEUXIÈME AVENTURE DE PIERROT
III.--TROISIÈME AVENTURE DE PIERROT
 IV.--QUATRIÈME AVENTURE DE PIERROT
  V.--CINQUIÈME AVENTURE DE PIERROT
 VI.--SIXIÈME AVENTURE DE PIERROT



HISTOIRE DU CÉLÈBRE PIERROT



I

PREMIÈRE AVENTURE DE PIERROT

COMMENT PIERROT DEVINT UN GRAND GUERRIER


Pierrot naquit enfariné: son père était meunier; sa mère était meunière.
Sa marraine était la fée Aurore, la plus jeune fille de Salomon, prince
des génies.

Aurore était la plus charmante fée du monde: elle avait les cheveux
noirs, le front de moyenne grandeur, mais droit et arrondi, un nez
retroussé, fin et charmant, une bouche petite qui laissait voir dans ses
sourires des dents admirables. Son teint était blanc comme le lait, et
ses joues avaient cette nuance rose et transparente qui est inconnue
aux habitants de ce grossier monde sublunaire. Quant à ses yeux, ô mes
amis! jamais vous n'en avez vu, jamais vous n'en verrez de pareils. Les
étoiles du firmament ne sont auprès que des becs de gaz fumeux; la lune
n'est qu'une vieille et sale lanterne.

Dans ces yeux si beaux, si doux, si lumineux, on voyait resplendir un
esprit extraordinaire et une bonté suprême. Oh! quelle marraine avait le
fortuné Pierrot!

Les fées, qui sont de grandes dames, ne fréquentent guère de simples
meuniers; mais Aurore était si compatissante, qu'elle n'aimait que la
société des pauvres et des malheureux. Un jour qu'elle se promenait
seule dans la campagne, elle passa près de la maison du meunier juste au
moment où Pierrot, qui venait de naître, criait et demandait le sein de
sa mère; elle entra dans le moulin, poussée par une curiosité bien
naturelle aux dames.

Comme elle entrait, Pierrot cessa de crier pour lui tendre les bras.
Aurore en fut si charmée qu'elle le prit sur-le-champ, l'embrassa, le
caressa, l'endormit, le replaça dans son berceau et ne voulut pas sortir
du moulin avant d'avoir obtenu la promesse qu'elle serait choisie pour
marraine de l'enfant.

Le lendemain, elle tint Pierrot sur les fonts baptismaux et voulut lui
faire un présent, suivant la coutume.

--Mon ami, lui dit-elle, je pourrais te rendre plus riche que tous les
rois de la terre; mais à quoi sert la richesse, si ce n'est à corrompre
et endurcir ceux qui la possèdent? Je pourrais te donner le bonheur;
mais il faut l'avoir mérité. Je veux te donner deux choses: l'esprit et
le courage, qui te défendront contre les autres hommes; et une
troisième: la bonté, qui les défendra contre toi. Ces trois choses ne
t'empêcheront pas de rencontrer beaucoup d'ennemis et d'essuyer de
grands malheurs; mais, avec le temps, elles te feront triompher de tout.
Au reste, si tu as besoin de moi, voici un anneau que je t'ordonne de ne
jamais quitter. Quand tu voudras me voir, tu le baiseras trois fois en
prononçant mon nom. En quelque lieu de la terre ou du ciel que je sois,
je t'entendrai et je viendrai à ton secours.

Voilà comment Pierrot fut baptisé. Je passe sous silence les dragées
dont la fée Aurore répandit une si grande quantité qu'elle couvrit tout
le pays, et que les enfants du village en ramassèrent deux cent
cinquante mille boisseaux et demi, sans compter ce que croquèrent les
oiseaux du ciel, les lièvres et les écureuils.

Quand Pierrot eut dix-huit ans, la fée Aurore le prit à part et lui dit:

--Mon ami Pierrot, ton éducation est terminée. Tu sais tout ce qu'il
faut savoir: tu parles latin comme Cicéron et grec comme Démosthènes; tu
sais l'anglais, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le cophte, l'hébreu,
le sanscrit et le chaldéen; tu connais à fond la physique, la
métaphysique, la chimie, la chiromancie, la magie, la météorologie, la
dialectique, la sophistique, la clinique et l'hydrostatique; tu as lu
tous les philosophes et tu pourrais réciter tous les poëtes; tu cours
comme une locomotive et tu as les poignets si forts et si bien attachés,
que tu pourrais porter, à bras tendu, une échelle au sommet de laquelle
serait un homme qui tiendrait lui-même la cathédrale de Strasbourg en
équilibre sur le bout de son nez. Tu as bonnes dents, bon pied, bon
oeil. Quel métier veux-tu faire?

--Je veux être soldat, dit Pierrot; je veux aller à la guerre, tuer
beaucoup d'ennemis, devenir un grand capitaine et acquérir une gloire
immortelle qui fera parler de moi in _soecula soeculorum_.

--_Amen_, dit la fée en riant. Tu es jeune encore, tu as du temps à
perdre. J'y consens; mais s'il t'arrive quelque accident, ne me le
reproche pas.... Ces enfants des hommes, ajouta-t-elle plus bas et comme
se parlant à elle-même, se ressemblent tous, et le plus sensé d'entre
eux mourra sans avoir eu plus de bon sens que son grand-père Adam quand
il sortit du paradis terrestre.

Pierrot avait bien entendu l'aparté, mais il n'en fit pas semblant. «Il
n'y a pire sourd, dit le proverbe, que celui qui ne veut pas entendre.»
Ses yeux étaient éblouis des splendeurs de l'uniforme, des épaulettes
d'or, des pantalons rouges, des tuniques bleues, des croix qui brillent
sur les poitrines des officiers supérieurs. Le sabre qui pend à leur
ceinture lui parut le plus bel instrument et le plus utile qu'eût jamais
inventé le génie de l'homme. Quant au cheval, et tous mes lecteurs me
comprendront sans peine, c'était le rêve de l'ambitieux Pierrot.

--Il est glorieux d'être fantassin, disait-il; mais il est divin d'être
cavalier. Si j'étais Dieu, je dînerais à cheval.

Son rêve était plus près de la réalité qu'il ne le croyait.

--Embrasse ton père et ta mère, dit la fée, et partons.

--Où donc allons-nous? dit Pierrot.

--A la gloire, puisque tu le veux; et prenons garde de ne pas nous
rompre le cou, la route est difficile.

Qui pourrait dire la douleur de la pauvre meunière quand elle apprit le
projet de Pierrot?

--Hélas! dit-elle, je t'ai nourri de mon lait, réchauffé de mes caresses
et de mes baisers, élevé, instruit, pour que tu te fasses tuer au
service du roi! Quel besoin as-tu d'être soldat, malheureux Pierrot? Te
manque-t-il quelque chose ici? Ce que tu as voulu, en tout temps, ne
l'avons-nous pas fait? Ne te l'avons-nous pas donné? Pierrot, je t'en
supplie, ne me donne pas la douleur de te voir un jour rapporté ici mort
ou estropié. Que ferions-nous alors? Que fera ton père, dont le bras se
fatigue et ne peut plus travailler? Comment et de quoi vivrons-nous?

--Pardonne-moi, pauvre mère, dit l'entêté Pierrot, c'est ma vocation. Je
le sens, je suis né pour la guerre.

Ici la mère se mit à pleurer. Le meunier, qui n'avait encore rien dit,
rompit le silence:

--Tu peux t'en aller, Pierrot, si tu sens que c'est ta vocation, quoique
ce soit une vocation singulière que celle de couper la tête à un homme,
ou de lui fendre le ventre d'un coup de sabre et de répandre à terre ses
entrailles. La voix des parents n'a appris, n'apprend et n'apprendra
jamais rien aux enfants. Ils ne croient que l'expérience! Va donc, et
tâche d'acquérir cette expérience au meilleur marché possible.

--Mais, dit Pierrot, ne faut-il pas combattre pour sa patrie?

--Quand la patrie est attaquée, dit le meunier, il faut que les enfants
courent à l'ennemi et que les pères leur montrent le chemin; mais il n'y
a aucun danger, mon pauvre Pierrot, tu le sais bien: nous sommes en paix
avec tout le monde.

--Mais....

--Encore un _mais_! Va! pars! lui dit son père en l'embrassant.

Pierrot partit fort chagrin, mais obstiné dans sa résolution. Si la
bonne fée avait pitié de la douleur de ses parents, elle savait fort
bien qu'un peu d'expérience était nécessaire pour rabattre la
présomption de Pierrot, et elle avait confiance dans l'avenir.

Ils marchèrent longtemps côte à côte sans rien dire. Enfin, après
plusieurs jours, ils arrivèrent dans le palais du roi. Là, Pierrot fut
si ébloui des colonnes de marbre, des grilles en fer doré, des gardes
chamarrés d'or, et des cavaliers qui couraient au galop le sabre en
main, à travers la foule, pour annoncer le passage de Sa Majesté, qu'il
oublia complétement les remontrances de ses parents.

Comme il regardait, bouche béante, un spectacle si nouveau, le roi passa
en carrosse, précédé et suivi d'une nombreuse escorte. Il était midi
moins cinq minutes, et la famille royale, au retour de la promenade,
allait dîner. Aussi le cocher paraissait fort pressé, dans la crainte de
faire attendre Sa Majesté. Tout à coup un accident inattendu arrêta le
carrosse. Un des chevaux de l'escorte fit un écart, et le page qui le
montait, et qui était à peu près de l'âge de Pierrot, fut jeté contre
une borne et eut la tête fracassée. Tous les autres s'arrêtèrent au même
instant pour lui porter secours ou au moins pour ne pas le fouler sous
les pieds des chevaux.

--Eh bien! qu'est-ce? dit aigrement le roi en mettant la tête à la
portière.

--Sire, répondit un page, c'est un de mes camarades qui vient de se tuer
en tombant de cheval.

--Le butor! dit le roi; qu'on l'enterre et qu'un autre prenne sa place.
Faut-il, parce qu'un maladroit s'est brisé la tête, m'exposer à trouver
mon potage refroidi?

Il parlait fort bien, ce grand roi. Si chaque souverain, ayant trente
millions d'hommes à conduire, pensait à chacun d'eux successivement et
sans relâche pendant quarante ans de règne, il ne lui resterait pas une
minute pour manger, boire, dormir, se promener, chasser et penser à
lui-même. Encore ne pourrait-il, en toute sa vie, donner à chacun de ses
sujets qu'une demi-minute de réflexion. Évidemment c'est trop peu pour
chacun. C'était aussi l'opinion du grand Vantripan, empereur de Chine,
du Tibet, des deux Mongolies, de la presqu'île de Corée, et de tous les
Chinois bossus ou droits, noirs, jaunes, blancs ou basanés qu'il a plu
au ciel de faire naître entre les monts Koukounoor et les monts
Himalaya. Aussi, ne pouvant penser à tous ses sujets, en gros ou en
détail, il ne pensait qu'à lui-même.

Par l'énumération des États de ce grand roi, vous voyez, mes amis, que
la Chine fut le premier théâtre des exploits de Pierrot. Il ne faudrait
pas croire pour cela que Pierrot fût Chinois. Il était né, au contraire,
fort loin de là, dans la forêt des Ardennes; mais la fée, par un
enchantement dont elle a gardé le secret, sans quoi je vous le dirais
bien volontiers, l'avait, au bout de trois jours de marche, et pendant
son sommeil, transporté, sans qu'il s'en aperçût, sur les bords du
fleuve Jaune, où se désaltèrent, en remuant éternellement la tête, des
mandarins aux yeux de porcelaine. Mais revenons à la colère du roi quand
il craignit de trouver son potage refroidi.

Au bruit de cette royale colère, toute l'escorte trembla. Le grand roi
était d'humeur à faire sauter comme des noisettes les têtes de trois
cents courtisans pour venger une injure si grave. Chacun cherchait des
yeux, dans la foule, un remplaçant au malheureux page.

La fée Aurore poussa de la main le coude de Pierrot. Celui-ci, sans
balancer, saisit les rênes, met le pied à l'étrier et monte à cheval.

--Ton nom? dit Vantripan.

--Pierrot, sire, pour vous servir.

--Tu es un drôle bien hardi. Qui t'a dit de monter à cheval?

--Vous-même, sire.

--Moi?

--Vous, sire. N'avez-vous pas dit: Qu'on l'enterre et qu'un autre prenne
sa place!» Je prends sa place. Toute la terre ne vous doit-elle pas
obéissance? J'ai obéi.

--Et la casaque d'uniforme?

Ici Pierrot fut embarrassé un instant, mais la fée vint à son secours.
Elle le toucha de sa baguette: en un clin d'oeil Pierrot fut habillé
comme ses nouveaux camarades. Alors le roi, qui s'était penché vers le
fond du carrosse pour parler à la reine, se retourna brusquement.

--Sire, dit Pierrot, je suis prêt.

--Comment! tu es habillé?

--Sire, ne vous ai-je pas dit que toute la terre vous doit obéissance?
Vous avez voulu que je prisse l'uniforme. Je l'ai pris.

--Voilà un grand prodige, dit Vantripan; mais mon potage ne vaut plus
rien. Au palais, et au galop.

En une minute le carrosse, l'escorte et Pierrot disparurent, laissant
trente mille badauds stupéfaits de la hardiesse de Pierrot, de sa
promptitude à s'habiller, et de la bonté du grand Vantripan. Dans le
même moment, la pluie qui tombait les força de rentrer dans leur
famille, où tout le reste de la journée et les trois jours suivants on
ne parla d'autre chose que du nouveau page.

Pierrot était émerveillé de son bonheur.

--Quoi! disait-il, en si peu de temps me voilà admis à la cour, et en
passe de faire une belle fortune. Qui sait?

Au milieu de ces pensées ambitieuses, on arriva au palais. Pierrot
voulut descendre de cheval comme les autres et suivre le roi pour dîner,
mais le gouverneur des pages l'arrêta.

--Montez votre garde d'abord, lui dit-il.

--Je meurs de faim, dit Pierrot.

--Vous répliquez? huit jours d'arrêts. Mais d'abord, sabre en main et
restez à cheval devant le vestibule; voici la consigne: Quiconque
entrera sans laisser passer, vous lui couperez le cou; et si vous y
manquez, on vous le coupera à vous-même pour vous apprendre à vivre.

Ce disant, le gouverneur monta d'un air grave dans son appartement, où
l'attendait un bon dîner avec un bon feu et d'excellent vin.

C'était au mois de novembre, et Pierrot, chamarré d'or, mais légèrement
vêtu, montait sa garde à cheval devant le vestibule. Devant lui, des
cuisines royales montaient à chaque instant une foule de plats
succulents, les uns pour le roi, d'autres pour les officiers de sa
maison, pour ses ministres, pour les femmes de chambre de la reine, pour
les maîtres d'hôtel, pour tout le monde enfin, excepté le désolé
Pierrot. Chaque plat laissait un parfum exquis dont étaient
douloureusement excitées les papilles nerveuses du malheureux page.

Les marmitons riaient en passant près de lui, et se le montraient l'un à
l'autre avec des gestes moqueurs.

--Voilà un cavalier dont la digestion sera facile, dit l'un d'eux.

--Habit de velours, ventre de son, dit un autre.

Pierrot, mouillé de pluie, morfondu, ne pouvant souffler dans les
doigts de sa main gauche qui tenait la bride du cheval, ni dans les
doigts de sa main droite qui tenait le sabre, affamé de plus, donnait de
bon coeur au diable le roi, la reine, la cour, les courtisans et la
maudite envie qu'il avait eue de quitter son père et sa mère, et
d'entrer au service militaire.

Enfin la fée Aurore eut compassion de ses souffrances.

--Pierrot, dit-elle, cherche dans la sacoche de ton cheval, et mange.

Or dans la sacoche il n'y avait qu'un morceau de pain sec et fort dur,
que le pauvre affamé dévora en quelques minutes. Ainsi se réalisa son
rêve de dîner à cheval.

Comme il finissait, trois heures sonnèrent. Vantripan avait dîné, lui
aussi, mais beaucoup mieux, et plus à l'aise.

--Ventre de biche! dit-il en paraissant sur le balcon du premier étage
du palais, j'ai solidement dîné.

Et il défit son ceinturon pour respirer plus à l'aise.

--Quel est ce page qui monte la garde? ajouta-t-il en abaissant son
regard royal sur le pauvre Pierrot.

--Sire, dit un officier, c'est ce jeune homme qui s'est offert si
singulièrement au service de Votre Majesté.

--Pardieu! dit le roi, quand j'ai bien mangé et bien bu, je veux que
tous mes sujets soient heureux. Approche ici, page; et toi, dit-il au
ministre de la guerre qui avait dîné avec lui, tire ton sabre, et
découpe-moi ce chapon rôti.

Pierrot s'approcha, et Vantripan lui lança le chapon. Pierrot le reçut
si adroitement qu'il fit l'admiration générale.

Les gens qui ont bien dîné ne sont pas, comme on sait, difficiles sur le
choix de leurs plaisanteries, et celles des rois, quelle qu'en soit la
tournure, sont toujours excellentes.

Après le chapon vint une bouteille de vin, puis un petit pain, puis des
gâteaux. Finalement Pierrot dîna mieux qu'il ne l'avait espéré; mais il
voyait rire toute la cour, et ce rire ne lui faisait pas plaisir.

--Quand je dîne avec mes parents, pensait-il, le dîner n'est pas friand,
mais je ne mange les restes de personne, et personne ne se moque de moi.

Cette pensée indigna Pierrot. Quand il eut fini, et cela dura quelques
minutes à peine, tant il montra d'activité, Vantripan le fit monter près
de lui.

--Il est aux arrêts, dit le gouverneur des pages.

--Est-ce ainsi qu'on m'obéit? dit le roi d'une voix tonnante. Va
toi-même prendre sa place, et garde les arrêts pendant six mois.

Le gouverneur descendit la tête basse et prit la place de Pierrot au
milieu des rires de toute la cour. Chacun trouva la justice de Vantripan
admirable.

Le roi, content de lui, s'assit dans un bon fauteuil et attendit
l'arrivée de Pierrot. A ses côtés, dans un autre fauteuil, près du feu,
était assise la reine, dont nous n'avons pas encore parlé, et qui était
une femme assez grande, fort blonde, fort grosse, de qui ses femmes de
chambre disaient:

--Il est impossible de savoir si elle est plus méchante que bête ou plus
bête que méchante.

Derrière elle se tenait debout, tantôt sur un pied, tantôt sur l'autre,
la princesse Bandoline, sa fille, surnommée par les courtisans Reine de
Beauté; elle était fort belle en effet, mais encore plus orgueilleuse,
et regardait la race des Vantripan comme la plus illustre de toutes les
races royales, et elle-même, comme la plus illustre personne de cette
race. De l'autre côté de la cheminée se chauffait, assis, l'héritier
présomptif de la couronne, le prince Horribilis, laid et méchant comme
un singe; il faisait l'orgueil et la joie de sa mère, qui ne voyait en
lui qu'un esprit gracieux et pénétrant, et il effrayait d'avance ceux
qui craignaient de devenir ses sujets. Rangés en demi-cercle, les
courtisans se tenaient debout autour de la famille royale, et semblaient
attendre en bataille l'entrée de Pierrot.

Celui-ci se présenta simplement et sans embarras. Il n'avait pas vu la
cour, mais l'éducation que lui avait donnée la fée Aurore le mettait dès
l'abord de plain-pied avec tous ceux qu'il voyait. Arrivé à quelques pas
du roi, il s'arrêta modestement.

--Approche, drôle, lui dit gaiement le roi. D'où sors-tu? Je ne t'ai
jamais vu.

--Sire, dit Pierrot, le soleil ne regarde pas les hommes, mais tous les
hommes regardent le soleil.

Cette réponse fit le meilleur effet. Vantripan, flatté de se voir
comparé au soleil, croisa ses mains sur son ventre avec satisfaction.
Quant à Pierrot, s'il répondait par une flatterie, c'est qu'il ne se
souciait pas d'une réponse plus directe. Au milieu de tant de grands
seigneurs, il sentait qu'il n'aurait pas beau jeu à dire: Je suis
Pierrot, fils de Pierre le meunier et de Pierrette sa femme. Cette
généalogie honnête, mais modeste, aurait fait rire toute la cour.
Pierrot ne reniait pas sa famille, mais il n'en parlait pas; c'était un
commencement d'ingratitude.

Quoi qu'il en soit, dès les premiers mots Pierrot fit merveille. La
reine lui fit quelques questions et trouva ses réponses admirables. Le
prince Horribilis lui dit des méchancetés qui furent repoussées avec
fermeté par Pierrot, mais sans qu'il osât riposter à un si dangereux
adversaire. La princesse Bandoline elle-même daigna détourner ses yeux
de la glace où elle se contemplait elle-même, et après l'avoir considéré
quelque temps au moyen d'un lorgnon à verre de vitre, elle se pencha
vers sa mère et dit assez haut pour être entendue de Pierrot:

--Il est assez bien de sa personne, ce petit.

Ce fut le signal des compliments. Toute la cour se jeta sur Pierrot et
voulut l'embrasser. Celui-ci ne savait comment se débarrasser de la
foule d'amis qu'il avait acquis si subitement; il s'en tira pourtant
avec assez de bonheur, grâce aux secours de la fée Aurore qui, sans se
montrer, lui soufflait toutes ses réponses.

Pour que la leçon fût complète, elle voulut aider elle-même à sa
fortune.

La voix de Vantripan fit cesser ce tumulte.

--Pierrot, dit-il, tu me plais, et je t'attache à notre personne sacrée.
Je te donne une compagnie dans mes gardes.

--Il faut convenir, pensa Pierrot, que je suis né coiffé. Qui m'aurait
dit cela dans la forêt des Ardennes?

Il se précipita aux genoux du roi, baisa sa main royale et celles de la
reine et de la belle Bandoline; quant au prince Horribilis, au moment où
Pierrot s'avançait pour la même cérémonie, il lui appliqua sur le nez
une croquignole si vive, que le malheureux page recula de trois pas.

--Qu'est-ce? dit Vantripan.

--C'est votre nouveau capitaine qui vient de se heurter le nez, dit
sur-le-champ Horribilis.

Pierrot n'osa le démentir.

--A-t-il de l'esprit, mon bel Horribilis! dit la reine qui avait vu
donner la croquignole.

--Assez, répondit négligemment la belle Bandoline, qui lissait ses
cheveux avec ses doigts blancs comme la neige.

--Maintenant, dit Vantripan en se levant, nous avons assez travaillé
aujourd'hui. Si nous faisions une petite collation?

Tout le monde le suivit, même Pierrot, qui fit collation, et soupa avec
messieurs les capitaines des gardes.

Dès le lendemain il entra en fonction, fit l'exercice du cheval et du
sabre, et montra des dispositions admirables.

En peu de jours il l'emporta sur tous ses camarades, ce qui lui ôta le
peu d'amis qu'aurait pu lui laisser sa rapide fortune. Si facile à
réparer que fût cette perte, Pierrot s'y montra sensible: il n'était pas
encore accoutumé au bel air de la cour et aux usages du monde.

Un mois après l'arrivée de Pierrot, le bruit se répandit que le géant
Pantafilando, empereur des îles Inconnues, sur la réputation de beauté
de la princesse Bandoline, la faisait demander en mariage. Tout le monde
sait que les îles Inconnues, semblables à l'île de Barataria du fameux
Sancho Pança, sont situées en terre ferme à cinq cents lieues au nord
des monts Altaï, et confinent au Kamtchatka. On sait aussi que ces îles
sont appelées Inconnues à cause du grand éloignement où elles sont de la
mer et des poissons, qui jamais n'en entendirent parler. L'occasion se
présentera peut-être plus tard de donner sur cette géographie nouvelle
quelques détails que j'emprunterai aux livres magiques du magicien
Alcofribas. La description du magicien commence ainsi:

[Illustration]

Ce qui veut dire, dans la langue qu'emploient le diable et ses adeptes
pour communiquer ensemble:

          Hrhadhaghâ, mhushkhokhinhgûm,
          Bhahrhatâ, Abbrakhadhabrâ.

Et en français:

          Écoutez tous, petits et grands,
          Celui qui mange les petits enfants.

Revenons à la demande en mariage du géant Pantafilando. Ce grand prince
n'avait pas cru qu'elle pût être rejetée; aussi vint-il la faire
lui-même à la tête de cent mille cavaliers qui entrèrent le sabre au
poing dans la capitale de la Chine, et l'accompagnèrent à cheval
jusqu'au grand escalier du palais du roi.

Par hasard, Pierrot était de garde ce jour-là avec sa compagnie. Il fut
un peu étonné de cet appareil, et descendit l'escalier pour tenir la
bride du cheval, pendant que le géant mettait pied à terre avec toute sa
suite. Pantafilando, remettant son cheval à un palefrenier nègre, monta
les degrés côte à côte avec Pierrot.

Au dernier, Pierrot se retourna et vit que les cent mille Tartares
suivaient leur prince dans le palais. Il s'arrêta et dit au géant:

--Sire, S.M. le roi de la Chine sera sans doute très-heureux de vous
donner l'hospitalité dans son palais, mais il est bien difficile de
loger tous ces braves cavaliers.

--Eh bien, dit gaiement Pantafilando, ceux qui ne pourront pas entrer
resteront dehors. D'ailleurs, mes soldats ne sont pas difficiles.
N'est-ce pas, amis, que vous n'êtes pas difficiles?

--Non, non, crièrent à la fois d'une voix de tonnerre les cent mille
Tartares; nous ne sommes pas difficiles. Nous coucherons un peu partout.

--Avez-vous la gale? cria Pantafilando.

--Non.

--Avez-vous la teigne?

--Non.

--Avez-vous la peste?

--Non.

--Entrez donc!

Pierrot regarda autour de lui. La compagnie dont il avait le
commandement était de cent hommes seulement, qui tremblaient de peur à
la vue du seul Pantafilando. Engager le combat et faire respecter la
consigne eût été folie. C'était mettre à feu et à sang la capitale de
l'empire. Manquer à sa consigne, c'était se faire couper le cou, et
Pierrot savait bien que le grand Vantripan n'y manquerait pas, ne
fût-ce que pour se venger de la frayeur que lui inspirait l'empereur des
îles Inconnues.

--De quoi s'avise ce grand escogriffe, disait-il, de faire un pareil
esclandre? S'il veut se marier, n'y a-t-il pas des filles dans son pays?
Après tout, qu'est-ce qu'une femme? C'est un être plus petit que nous,
plus bavard, plus médisant, plus paresseux, plus joli si l'on veut, qui
porte plusieurs jupons et qui n'a pas de barbe. N'est-ce pas là de quoi
massacrer des centaines de mille hommes et brûler tout un pays?

A ce moment de ses réflexions, il sentit une douleur assez vive, comme
si on lui tirait les oreilles. C'était la fée Aurore. Elle avait entendu
ce beau monologue.

--Pierrot, dit-elle, j'ai bien envie de te planter là, car tu n'es pas
bon à grand'chose. Dis-moi, connais-tu ce beau vers de M. Legouvé?

          ...Parle mieux d'un sexe à qui tu dois ta mère.

--Hélas! dit le pauvre capitaine, M. Legouvé s'est-il jamais trouvé en
face du féroce Pantafilando et de ses cent mille Tartares?

--Laisse-moi faire et ne t'inquiète pas des Tartares.

En même temps elle parut en costume de dame d'honneur aux yeux du géant,
qui ne l'avait pas encore vue. Vous imaginez assez ce que devait être
la fée Aurore en dame d'honneur. Les plus belles filles d'Ève n'étaient
auprès d'elle que des cailloux bruts, comparés aux purs diamants de
Golconde. C'était une grâce, une lumière, une divinité. Tout en elle
paraissait rose, transparent, diaphane, fait d'une goutte de lait dorée
par un rayon de soleil. Elle regarda les cent mille Tartares, et tous,
d'un commun accord, se prosternèrent contre terre. Pantafilando lui-même
en fut ébranlé jusqu'au fond du coeur; il se sentit subitement radouci,
ramolli, et saisi d'un transport de joie dont la cause lui était
inconnue. Quant à Pierrot, il était ravi et transporté en esprit
au-dessus des planètes. Il ne craignait plus ni le géant ni personne. Il
ne craignait que de ne pas exécuter assez vite les ordres de sa
marraine.

--Seigneur, dit-elle à Pantafilando, la princesse Bandoline, ma
maîtresse, qui a depuis longtemps entendu parler de vos exploits, est
ravie de vous voir. Mais elle vous prie d'entrer seul dans ce palais
avec deux ou trois officiers. C'est en habit de fête et non en habit de
guerre qu'il faut venir voir sa fiancée.

--Mon enfant, dit le gros Pantafilando, si ta maîtresse a seulement la
moitié de ta beauté, mon coeur et ma main sont à elle; mais, sans aller
plus loin, si tu veux m'épouser, je te fais dès à présent impératrice
des îles Inconnues, et pour peu que tu le désires, j'y joindrai le
royaume de la Chine, que mes Tartares et moi nous dévorerons en un
instant. N'est-ce pas, amis? dit-il en se tournant vers son escorte.

--Oui, oui, s'écrièrent à la fois les cent mille Tartares en remuant les
mâchoires comme des castagnettes; nous mangerons la Chine et tous ses
habitants.

Cette armée était si admirablement disciplinée, que chaque soldat
buvait, mangeait, dormait, marchait et parlait à la même heure, à la
même minute que tous ses camarades. C'était un modèle d'armée. Chaque
matin on lui disait ce qu'elle devait penser dans la journée, et, en
vérité, il n'y avait pas d'exemple de soldat qui eût pensé à droite ni à
gauche contre les ordres de son chef.

--Seigneur, répliqua la fée en souriant, tant d'honneur ne m'appartient
pas; mais souffrez que j'annonce votre arrivée à ma maîtresse. Et elle
disparut.

--Corbleu! dit le géant en passant sa langue sur ses lèvres, comme un
chat qui lèche ses babines après dîner, comment t'appelle-t-on,
capitaine?

--Pierrot, seigneur.

--Corbleu! capitaine Pierrot, par le grand Mandricard mon aïeul, premier
empereur des îles Inconnues, voilà une jolie fille, et je veux lui faire
plaisir. Holà! trois généraux! qu'on me suive, et que tous les autres
remontent à cheval et attendent mes ordres, la lance en arrêt. Toi,
Pierrot, montre-moi le chemin.

Pierrot ne se fit pas prier. Il entra dans la salle à manger, qui était
aussi la salle d'audience du grand Vantripan. La porte n'ayant que 60
pieds de haut, Pantafilando, qui marchait sans précaution, se cogna le
front contre le montant supérieur. Il entra en jurant horriblement.

--Que mille millions de canonnades renversent ce palais sur la tête de
ceux qui l'ont bâti et de ceux qui l'habitent!... s'écria-t-il d'une
voix si forte que toutes les vitres de la salle se brisèrent en éclats.

--Diable! dit Pierrot, les affaires vont mal.

Vantripan était assis sur son trône. Sa famille était à ses côtés avec
toute la cour; mais au seul bruit de la voix de Pantafilando, toutes les
dames s'enfuirent saisies d'une terreur panique. Les courtisans auraient
bien voulu suivre cet exemple; mais les portes étaient trop étroites
pour donner passage à tout le monde, et beaucoup furent forcés, ne
pouvant fuir, de faire contre mauvaise fortune bon coeur.

--Quel est l'officier de garde aujourd'hui! s'écria Vantripan d'une voix
mal assurée.

--C'est moi, sire, répondit Pierrot qui avait repris tout son
sang-froid.

--Quelle est la consigne?

--De couper le cou à tous ceux qui entrent ici sans permission.

--Eh bien, pourquoi n'as-tu pas coupé le cou à cet immense Tartare, et
pourquoi laisses-tu entrer ici le premier venu?

Pierrot allait répondre, le géant l'interrompit.

--Le premier venu! s'écria Pantafilando. Oui, certes, le premier venu de
cent mille Tartares qui n'attendent à ta porte que mon signal pour te
casser en mille morceaux, toi et ta ville de porcelaine et tes coquins
de sujets, dont aucun n'ose me regarder en face.

--Prenez la peine de vous asseoir, monseigneur, dit alors Vantripan en
présentant lui-même son fauteuil au géant, et excusez l'incivilité de
mes officiers qui ne vous ont peut-être pas traité avec tous les égards
dus à votre rang. Et, à propos, seigneur, à qui ai-je l'honneur de
parler?

--Ah! ah! vieux cafard, dit le bruyant Pantafilando, tu ne me connais
pas, mais à ma mine seule tu as deviné que j'étais un hôte illustre. Je
suis le géant Pantafilando, si connu dans l'histoire; Pantafilando,
empereur des îles Inconnues, souverain des mers qui entourent le pôle et
des neiges qui couvrent les monts Altaï; Pantafilando, qui a conquis le
Beloutchistan, le Mazandéran et le Mongolistan; qui fait trembler
l'Indoustan et la Cochinchine; qui rend muets comme des poissons le Turc
et le Maure, et devant qui la terre frissonne comme l'arbre sur lequel
souffle l'ouragan, pendant que l'Océan demeure immobile de frayeur; je
suis Pantafilando, l'invincible Pantafilando.

Durant ce discours, tous les assistants mouraient de peur. Pierrot seul
regarda le géant sans pâlir.

--Voilà, pensa-t-il, un grand fanfaron; mais sa barbe rousse, ses
moustaches retroussées en croc et sa voix de chaudron percé ne
m'effrayent pas.

--A quel heureux événement devons-nous le plaisir de vous voir? dit
Vantripan.

--Je viens te demander en mariage ta fille Bandoline, la Reine de
Beauté.

--Je vous la donne avec beaucoup de plaisir, s'écria Vantripan. Elle ne
pouvait pas trouver un époux plus digne d'elle. Elle est à vous, avec la
moitié de mes États.

--J'en suis enchanté, s'écria Pantafilando, et la dot ne me plaît pas
moins que la fiancée. Entre nous, mon vieux Vantripan, tu es un peu âgé
pour gouverner encore un si grand empire, et tu feras bien de prendre du
repos. Dans une famille bien unie, un gendre est un fils. Tout n'est-il
pas commun entre un père et ses enfants? La Chine nous est donc commune.
Or, quand un bien est commun à deux propriétaires, si l'un des deux est
paralytique, c'est à l'autre de le remplacer dans l'administration de la
propriété commune. Tu es paralytique d'esprit, impotent de corps; donc,
moi qui suis sain de corps et d'esprit, je te remplace dans le
gouvernement et dans l'administration du royaume. C'est un lourd
fardeau; mais, avec l'aide de Dieu, j'espère y suffire.

--Mais je ne suis pas paralytique, essaya de dire Vantripan.

--Tu n'es pas paralytique! dit Pantafilando feignant d'être étonné. On
m'avait donc trompé. Si tu n'es pas paralytique, prends ce sabre et
défends-toi.

--Hélas! seigneur, dit tristement le pauvre Vantripan, je suis
paralytique, étique et phthisique si vous le voulez. Prenez mes États,
mais ne me faites pas de mal.

--Vous faire du mal, dit Pantafilando, faire du mal à un beau-père si
tendrement aimé! Que le ciel m'en préserve. Vous n'avez pas d'ami plus
fidèle que moi, maintenant que mes droits au trône de la Chine sont
reconnus. Qu'est-ce que je demande, moi? la paix, la tranquillité, le
maintien de l'ordre et le bonheur des honnêtes gens.

Le prince Horribilis, plus tremblant encore que son père, avait écouté
ce dialogue sans mot dire; mais, quand il vit l'audace et le succès de
Pantafilando, la colère lui donna du courage, et il s'avança au milieu
de la salle.

--Tu oublies, dit-il au géant, que la loi salique règne en Chine, et que
la couronne ne peut pas tomber aux mains de ma soeur qui n'est qu'une
femme.

--Et moi, suis-je une femme? cria Pantafilando d'une voix de tonnerre.
Viens, si tu l'oses, ver de terre, me disputer cette couronne, et je te
coupe en deux d'un seul revers.

A ces mots, il tira son cimeterre qui avait quarante pieds de haut, et
que vingt hommes robustes n'auraient pas pu soulever. Horribilis frémit
et courut se cacher derrière le ministre de la guerre, qui se cachait
lui-même derrière le fauteuil de la princesse Bandoline. Content de
cette marque de frayeur qu'il prit pour une marque de soumission, le
géant dit d'un ton plus doux:

--Chinois et Tartares, puisque la divine providence a bien voulu
m'appeler, quoique indigne, au gouvernement de ce beau pays, je jure de
remplir religieusement mes devoirs de souverain, et je vous demande de
me jurer à votre tour fidélité aussi bien qu'à mon auguste épouse, la
belle Bandoline.

--Nous le jurons, s'écria toute l'assemblée avec l'enthousiasme habituel
en pareille circonstance. Pierrot seul ne dit rien.

Le géant s'agenouilla et voulut baiser la main de sa fiancée; mais
celle-ci, effrayée de se voir unie à un pareil homme, ne put s'empêcher
de se cacher le visage dans les mains en pleurant.

--Ne faites pas la prude ni la mijaurée, s'écria Pantafilando, ou par le
ciel! je....

--Que feras-tu? dit Pierrot d'un ton qui attira sur lui l'attention
générale.

Jusqu'ici notre ami avait gardé un silence prudent. Au fond, il se
souciait fort peu que Vantripan ou Pantafilando régnât sur la Chine. Que
me font leurs affaires? pensait-il. Vantripan m'a nommé capitaine des
gardes, et je suis prêt à me battre pour lui, s'il m'en donne le
signal; mais, s'il ne réclame pas mes secours, s'il se laisse détrôner,
s'il aime mieux la paix que la guerre, est-ce à moi de me faire
estropier pour lui? Si les Chinois supportent les Tartares, est-ce à moi
de les trouver insupportables? Ces réflexions lui firent garder la
neutralité jusqu'au moment où il vit pleurer la belle Bandoline. C'est
ici le lieu de vous avouer une faiblesse de Pierrot.

Il était amoureux de la princesse. J'en suis bien fâché, car Pierrot
n'était qu'un paysan, et si l'on voit des rois épouser des bergères, on
vit rarement des reines épouser des bergers. L'amour ne raisonne pas, et
Pierrot passait toutes les nuits où il n'était pas de garde à veiller
sur les fenêtres de la trop adorée Bandoline. Il l'aimait parce qu'elle
était belle, et aussi, sans qu'il s'en rendît compte, parce qu'elle
était fille du roi et qu'elle avait de magnifiques robes. Pierrot
disait:

--Je suis capitaine, je serai général, je vaincrai l'ennemi, je
conquerrai un royaume, et je l'offrirai à la belle Bandoline avec ma
main.

Il ne parla cependant pas de son projet à sa marraine, confidente
ordinaire de ses pensées, mais elle le devina.

--Le papillon va se brûler les ailes à la chandelle, dit-elle; tant pis
pour lui! L'homme ne devient sage qu'à ses dépens. Ce n'est pas moi qui
ai fait la loi, mais je ne veux pas l'aider à la violer.

L'amoureux Pierrot fut donc saisi d'indignation en voyant cette
princesse adorée sur le point de passer aux mains du géant. Dans un
premier mouvement dont il ne fut pas maître, il tira son sabre.

Pantafilando fut d'abord si étonné, qu'il ne trouva pas un mot à dire.
Puis la colère et le sang lui montèrent au visage avec tant de force,
qu'il faillit succomber à une attaque d'apoplexie. Son front se plissa
et ses yeux terribles lancèrent des éclairs. Tous les assistants
frémirent; seul l'indomptable Pierrot ne fut pas ébranlé. La princesse
jeta sur lui un regard où se peignaient la reconnaissance et la frayeur
de le voir succomber dans un combat inégal. Ce regard éleva jusqu'au
ciel l'âme de Pierrot.

--Prends le royaume de la Chine, le Tibet et la Mongolie, s'écria-t-il;
prends le royaume de Népaul où les rochers sont faits de pur diamant;
prends Lahore et Kachmyr qui est la vallée du paradis terrestre; prends
le royaume du Grand-Lama si tu veux; mais ne prends pas ma chère
princesse, ou je t'abats comme un sanglier.

--Et toi, dit Pantafilando transporté de colère, si tu ne prends pas la
fuite, je vais te prendre les oreilles.

A ces mots, levant son sabre, il en asséna sur Pierrot un coup furieux.

Pierrot l'évita par un saut de côté. Le sabre frappa sur la table de la
salle à manger, la coupa en deux, entra dans le plancher avec la même
facilité qu'un couteau dans une motte de beurre, descendit dans la
cave, trancha la tête à un malheureux sommelier qui, profitant du
désordre général, buvait le vin de Schiraz de Sa Majesté, et pénétra
dans le sol à une profondeur de plus de dix pieds.

Pendant que le géant cherchait à retirer son sabre, Pierrot saisit une
coupe de bronze qui avait été ciselée par le célèbre Li-Ki, le plus
grand sculpteur qu'ait eu la Chine, et la lança à la tête du géant avec
une roideur telle que, si au lieu de frapper le géant au front, comme
elle fit, elle eût frappé la muraille, elle y eût fait un trou pareil à
celui d'un boulet de canon lancé par une pièce de 48. Mais le front de
Pantafilando était d'un métal bien supérieur en dureté au diamant même.
A peine fut-il étourdi du coup, et, sans s'arrêter à dégager son sabre,
il saisit l'un des trois généraux qui l'avaient suivi, et qui
regardaient le combat en silence, et le jeta sur Pierrot. Le malheureux
Tartare alla frapper la muraille, et sa tête fut écrasée comme une
grappe de raisin mûr que foule le pied du vendangeur. A ce coup, la
reine et la princesse Bandoline, qui seules étaient restées dans la
salle après la fuite des dames de la cour, s'évanouirent de frayeur.

Pierrot lui-même se sentit ému. Tous les autres spectateurs, immobiles
et blêmes, s'effaçaient le long des murailles, et mesuraient de l'oeil
la distance qui séparait les fenêtres du fleuve Jaune qui coulait au
pied du palais. Malheureusement, Pantafilando avait fait fermer les
portes dès le commencement du combat. Vantripan criait de toute sa
force:

--C'est bien fait, seigneur Pantafilando, tuez-moi ce misérable qui ose
porter la main sur mon gendre bien-aimé, sur l'oint du Seigneur!

Le prince Horribilis, non moins effrayé, priait Dieu à haute voix pour
qu'il lançât sa foudre sur ce téméraire, ce sacrilége Pierrot, qui osait
attaquer son beau-frère et aimer sa soeur.

--Lâches coquins, pensa Pierrot, si je meurs ils me feront jeter à la
voirie, et si je suis vainqueur, ils recueilleront le fruit de ma
victoire! J'ai bien envie de les laisser là et de faire ma paix avec
Pantafilando. Rien n'est plus facile; mais faut-il abandonner Bandoline?

Tout à coup il s'aperçut que sa belle princesse était évanouie. En même
temps, Pantafilando ouvrant la porte, criait à ses Tartares de venir à
son secours. Je serais bien fou de les attendre, dit Pierrot; et prenant
son élan, d'une main il saisit sa bien-aimée par le milieu du corps, de
l'autre il ouvrit la fenêtre, puis s'élança dans le fleuve Jaune avec
Bandoline.

Son action fut si prompte et si imprévue que le géant n'eut pas le temps
de s'y opposer. Il vit avec une rage impuissante Pierrot nager jusqu'à
la rive opposée, et là, rendre grâces au ciel qui avait sauvé sa
princesse et lui d'un épouvantable malheur.

Aux cris de Pantafilando, les cent mille Tartares mirent pied à terre en
même temps et montèrent dans le palais. On entendait sonner leurs
éperons sur les degrés.

--Grand empereur, s'écria le premier qui parut sur le seuil de la porte,
que voulez-vous? Faut-il piller? faut-il tuer? faut-il brûler? nous
sommes prêts.

--Tu arrives toujours trop tard, imbécile, lui cria le géant.

En même temps d'un soufflet il le fit pirouetter sur lui-même et le jeta
sur le second, celui-ci se renversa sur le troisième, le troisième sur
le quatrième, et tous jusqu'au dernier des cent mille tombèrent les uns
sur les autres comme un château de cartes, tant ce premier soufflet
avait de force!

Quand ils se furent relevés:

--Prenez des barques, leur dit le géant, passez le fleuve, et courez sur
Pierrot: vous me le ramènerez mort ou vif. Si vous revenez sans lui, je
vous couperai la tête à tous.

Ces paroles donnèrent du courage à tout le monde. On se précipita dans
des bateaux, on traversa le fleuve, on chercha la trace de Pierrot. On
ne trouva rien.

Pierrot avait disparu ainsi que Bandoline. Les malheureux Tartares
revinrent la tête basse comme des chiens de chasse qui ont manqué le
gibier. Pantafilando leur fit couper à tous l'oreille droite, et fit
jeter ces oreilles dans les rues pour effrayer les Chinois et leur
apprendre à quel nouveau maître ils avaient affaire.

Vantripan et Horribilis ne furent pas les derniers à féliciter le grand
Pantafilando de cet acte de justice. La reine garda le silence. Elle ne
pouvait haïr sa fille, qui avait essayé d'échapper au géant, et, d'un
autre côté, comment excuser une jeune princesse qui se jetait à l'eau
avec le fils d'un meunier?

Pendant ce temps, qu'étaient devenus Pierrot et la belle Bandoline? Vous
le saurez, mes amis, si vous voulez lire le chapitre suivant.



II

DEUXIÈME AVENTURE DE PIERROT

PIERROT RESTAURE LES DYNASTIES


La fraîcheur de l'eau avait rendu à la belle Bandoline l'usage de ses
sens. Pierrot en profita pour lui expliquer rapidement par quelle
aventure il lui faisait traverser le fleuve Jaune à la nage d'une
manière si inconvenable et si inusitée pour une grande princesse; il
termina son discours par mille protestations de dévouement.

Bandoline fit attendre sa réponse. Elle ne savait si elle devait rire ou
se fâcher, rire de la déconvenue du terrible Pantafilando qui avait cru
l'épouser, ou se fâcher de l'audace de Pierrot qui avait osé, sans la
consulter, la jeter à l'eau; qui l'en avait, il est vrai, retirée, mais
qui montrait un dévouement trop ardent pour être longtemps désintéressé.
Elle se tira d'embarras en disant que, quoiqu'il y eût dans les détails
de l'affaire quelque chose de répréhensible, cependant, en gros, elle
ne pouvait qu'être reconnaissante à Pierrot du soin qu'il avait pris
d'elle; qu'elle acceptait l'offre de son dévouement, sachant d'ailleurs
qu'il était offert non pas à elle seule, mais à toute l'illustre race
des Vantripan; que ni son père, ni sa mère, ni son frère n'oublieraient
jamais ce service, et que, suivant toute probabilité, avant peu de jours
ils seraient en état de le reconnaître dignement.

Pierrot ne répliqua rien. Il vit bien que ce n'était pas le moment de
s'expliquer; d'ailleurs, de la rive opposée accouraient déjà les
Tartares de Pantafilando. Il baisa trois fois l'anneau magique et
invoqua la fée Aurore.

Elle parut aussitôt:

--Ami Pierrot, dit-elle, tu prends l'habitude d'agir sans me consulter,
et, quand tu te trouves dans l'embarras, tu m'appelles à ton secours.
Cette confiance m'honore, mais elle commence à m'ennuyer.

--Hélas! bonne marraine, dit Pierrot se jetant à genoux et lui baisant
la main, n'êtes-vous pas mon refuge éternel? Si vous me rebutez, à qui
m'adresserai-je? N'êtes-vous pas la plus belle, la plus douce, la plus
aimable des fées?

--Il me flatte, dit la fée, donc il a besoin de moi. Voyons, que te
faut-il?

Ce dialogue se faisait presque à voix basse, et Bandoline, occupée près
de là à faire sécher sa robe et à gonfler sa crinoline, ne vit pas la
fée, qui était invisible pour tout autre que Pierrot, et n'entendit pas
un mot de ce qu'elle disait.

Elle vit seulement Pierrot parler à voix basse et à genoux, et crut
qu'il priait Dieu.

--Il faut d'abord, dit Pierrot, nous mettre en sûreté, la princesse et
moi, car voici plus de dix mille Tartares qui passent le fleuve et me
poursuivent; puis, s'il y avait un moyen de rendre un trône à cette
belle princesse persécutée?

--On verra, dit la fée; mais toi, mon cher filleul, qui fais le
chevalier errant, ne compte pas trop sur les bonnes grâces de ta dame;
souviens-toi qu'elle sera deux fois ingrate, comme femme et comme reine,
car il n'y a rien de plus oublieux et de plus ingrat que les rois et les
femmes, et ne viens pas te plaindre auprès de moi de tes chagrins
d'amour.

--Ne craignez rien, adorable marraine, dit Pierrot, je ne veux aucun
salaire pour mes services; elle ne pourra donc pas être ingrate.

--Bien, bien, cela te regarde; mais défie-toi de cette petite personne.

A ces mots, et comme les premiers Tartares allaient aborder sur la rive,
elle enleva Pierrot et Bandoline dans un nuage et les déposa à cent
cinquante lieues de là, dans un petit bois près duquel campait l'armée
du grand Vantripan.

Cette armée se composait de cinq cent mille Chinois qui recevaient pour
solde, chaque matin, une ration de riz et la permission d'aller boire
l'eau du fleuve Jaune qui coulait près de là. Chaque soldat, comme il
est naturel, apportait au service de sa patrie une dose de courage et de
zèle patriotique équivalente à sa ration de riz: c'est-à-dire qu'il
prenait le chemin de gauche quand un Tartare prenait celui de droite. Un
malheur, disait le Chinois, est si vite fait: lorsque deux hommes
belliqueux ont les armes à la main, qu'ils sont ennemis, qu'il n'y a
personne pour les séparer, il vaut mieux qu'ils se séparent eux-mêmes
d'un commun accord que de s'exposer à couper la gorge à des gens qui
sont pères de famille ou qui peuvent le devenir. C'est pour cela qu'au
premier bruit de l'entrée de Pantafilando en Chine, le général en chef
donnant le premier l'ordre et l'exemple de la retraite, ils avaient
établi leur camp à plus de deux cents lieues de la route que devaient
suivre les Tartares.

A peine Pierrot et la princesse eurent-ils mis le pied à terre qu'ils se
dirigèrent vers la tente du général en chef. Cet indomptable guerrier,
nommé Barakhan, était le neveu de Vantripan, et il avait plus d'une fois
jeté les yeux avec envie sur sa cousine et sur la couronne que portait
son oncle. Aussi Vantripan, avec son discernement ordinaire, l'avait,
pour l'éloigner de la cour, mis à la tête de l'armée. A peine la
princesse eut-elle fait le récit de ses malheurs et raconté les exploits
de Pierrot à son cousin, que celui-ci frappa dans ses mains. Un esclave
parut.

--Qu'on appelle les généraux au conseil, et que toute l'armée prenne les
armes!

En même temps il se revêtit des insignes royaux, et quand tous les
principaux officiers furent assemblés, il prit, au grand déplaisir de
Pierrot, la main de sa cousine, et dit:

--Amis, Vantripan est détrôné; Horribilis ne vaut guère mieux. Tous deux
sont prisonniers du cruel Pantafilando. Je suis donc l'héritier légitime
de la couronne, et j'épouse ma cousine que voici, la princesse
Bandoline, Reine de Beauté. Si quelqu'un de vous s'y oppose, je vais le
faire empaler.

--Vive le roi Barakhan Ier! cria tout d'une voix l'assemblée.

La princesse Bandoline tourna sur Pierrot des yeux si languissants et si
beaux qu'il ne put résister à leur prière.

--A bas Barakhan l'usurpateur! cria-t-il avec courage. Vive à jamais
Vantripan, notre roi légitime!

--Qu'on saisisse cet homme et qu'on l'empale, dit Barakhan.

Pierrot tira son sabre et décrivit en l'air un cercle. Trois têtes de
mandarins tombèrent comme des pommes trop mûres et roulèrent aux pieds
de l'usurpateur. Tout le monde s'écarta. Barakhan lui-même sortit de la
tente en courant et appelant ses gardes. En quelques minutes Pierrot se
vit entouré de six mille hommes. Personne n'osait l'approcher, mais on
faisait pleuvoir sur lui une grêle de pierres et de flèches.

--Où me suis-je fourré? pensa ce héros. Et il se précipita au plus épais
de la foule; mais si prompt que fût son mouvement, celui des assaillants
fut plus prompt encore à l'éviter. Il se trouva le centre d'un nouveau
cercle aussi épais que le premier, aussi facile à forcer, aussi prompt à
se reformer. Heureusement il lui vint une idée. Il aperçut Barakhan qui,
monté à cheval et caché derrière ses gardes, les excitait à se jeter sur
lui. Sur-le-champ, d'un bond, il saisit, à droite et à gauche, un homme
de chaque main, et, sans faire de mal à ses deux prisonniers, il les
appliqua l'un sur sa poitrine et l'autre sur son dos pour se garantir
des flèches qu'on lui lançait. Aussitôt les gardes cessèrent de le
harceler pour ne pas frapper leurs camarades. Pierrot profita de ce
temps d'arrêt, lâcha le prisonnier qu'il tenait serré sur sa poitrine,
et faisant tournoyer son sabre autour de sa tête avec la force lente,
régulière et irrésistible d'un faucheur qui coupe l'herbe des prés, il
abattit en une minute quinze ou vingt têtes parmi les plus voisines. On
s'écarta de nouveau et si brusquement, que Pierrot se trouva en face de
Barakhan. Celui-ci voulut fuir, mais la foule était trop épaisse. Il
lança son cheval sur Pierrot, mais notre ami l'évita, prit d'une main la
bride du cheval, et de l'autre saisissant Barakhan par la jambe, il
l'enleva de la selle, le fit tourner quelque temps comme une fronde, et
le lança avec une telle force que le malheureux prince s'éleva dans les
airs jusque au-dessus des nuages. En retombant il aperçut, à droite, les
sommets neigeux du Dawâlagiri, qui réfléchissaient les rayons du soleil,
et à gauche les monts Kouen-Lun, qui dominent la Grande-Mandchourie et
qu'aucun voyageur n'a encore visités; mais il n'eut pas le temps de
faire part à l'Académie des sciences de ses découvertes, parce qu'au
bout de quelques minutes on le trouva fracassé et brisé en mille
morceaux.

A ce spectacle, un cri unanime s'éleva dans l'assemblée:

--Vive le roi Vantripan! Vive Pierrot, notre général! Vive la princesse
Bandoline! etc. Et tout le monde courut baiser le pan de l'habit de
Pierrot.

--Qu'est-ce? s'écria-t-il, tout à l'heure vous m'avez voulu empaler; à
présent, vous m'adorez. Avez-vous menti? ou mentez-vous?

--Nous ne mentons jamais, seigneur capitaine. Nous sommes toujours les
serviteurs du plus fort. Tout à l'heure nous avons cru que Barakhan
était le plus fort, nous lui avons obéi. Maintenant nous voyons que vous
l'êtes, et nous vous obéissons. Qu'il soit maudit, cet usurpateur, ce
Barakhan qui nous a trompés!

--Si jamais je suis roi, pensa Pierrot, je me souviendrai de la leçon.
Mais hâtons-nous de rassurer cette pauvre princesse; elle a dû trembler
pour ma vie.

Bandoline n'avait pas tremblé pour la vie de Pierrot. Elle haïssait
Barakhan; elle avait, pour s'en délivrer, demandé du secours à Pierrot;
mais elle regardait la vie de Pierrot comme lui appartenant par droit
divin, ainsi que toutes les autres choses de ce monde. C'est ce que le
pauvre Pierrot, aveuglé par son amour et son ambition, ne comprenait
pas.

Elle le reçut avec une dignité froide, lui permit à peine de s'asseoir,
et lui commanda de mettre sur-le-champ l'armée en marche pour reprendre
la capitale de la Chine et détrôner Pantafilando. Pierrot obéit en
soupirant, mais au premier ordre qu'il donna de marcher à l'ennemi,
toute l'armée lui tourna le dos.

--Lâches coquins! leur cria Pierrot; et, profitant de ce qu'un des
généraux avait le dos tourné, il l'enleva d'un coup de pied dans le
derrière jusqu'à la hauteur du toit du palais. Le pauvre général retomba
heureusement sur ses pieds, et ôta respectueusement son bonnet orné de
clochettes qui servaient à effrayer l'ennemi.

--Seigneur, dit-il à Pierrot, nous vous aimons, nous vous respectons,
nous vous craignons surtout; mais, au nom du ciel! ne nous demandez pas
ce que nous ne pouvons pas faire. Le bon Dieu nous a refusé le courage;
voulez-vous que nous nous battions malgré nous?

--Magots chinois! dit Pierrot.

--Eh bien! oui, seigneur, nous sommes des magots; mais quoiqu'il y ait
des têtes beaucoup plus belles, quoique la vôtre, en particulier, soit
admirablement belle et pleine d'esprit et de courage, seigneur, j'ose le
dire, je préfère encore la mienne, elle va mieux à mon cou et à mes
épaules.

--Sac à papier! dit Pierrot, comment faire?

--Partons-nous? dit la belle Bandoline sortant de la tente, où elle
avait passé à se parfumer, habiller, peigner et pommader tout le temps
que Pierrot se battait et haranguait les Chinois.

--Par saint Jacques de Compostelle! pensa Pierrot, il faut avouer que je
suis bien fou: j'ai failli déjà deux fois aujourd'hui me faire casser la
tête pour cette merveilleuse princesse, sans qu'elle ait seulement
daigné me remercier.

Cette réflexion, aussi triste que sensée, ne l'empêcha pas de se
précipiter au-devant de la princesse et d'être prêt à lui faire le
sacrifice de sa vie. C'est le propre de l'amour de se suffire à lui-même
et de se dévouer sans récompense.

Il faut tout dire: au fond de l'amour de Pierrot il y avait un peu
d'espoir et beaucoup de vanité. Je ferai, pensait-il, de si belles
actions et j'acquerrai tant de gloire, qu'elle finira par m'aimer. A mon
âge, encore inconnu, paysan il y a un mois, être aujourd'hui le seul
appui d'une si grande et si belle princesse, cela n'est arrivé qu'à moi,
Pierrot. La fortune me devait cette gloire.

--Princesse, dit-il à Bandoline, nous partons seuls.

L'armée a peur de Pantafilando et refuse de nous suivre.

--Et vous l'avez souffert? dit-elle.

Il y avait dans ce mot et dans le regard qu'elle lança sur Pierrot tant
d'estime de son courage et tant de reproche en même temps, qu'il faillit
tourner bride et massacrer les cinq cent mille Chinois pour les forcer
de marcher à l'ennemi; mais la réflexion le rendit plus sage, et il se
contenta de répondre:

--Princesse adorable, pleine lune des pleines lunes, pour vous je
traverserais les mers à la nage, je défierais le monde; mais je ne puis
faire marcher des gens qui veulent s'asseoir. Le roi Salomon dit, «qu'il
est impossible de faire boire un âne qui n'a pas soif.»

--Pierrot, dit la belle Bandoline, vous m'offrez toujours ce que je ne
vous demande pas. Que m'importe que vous traversiez les mers à la nage?
Il n'y a pas de mer d'ici à la capitale de mon père, et s'il y en avait,
je trouverais bien plus commode de m'embarquer sur un beau vaisseau
monté par des matelots habiles. Ce que je veux, c'est que vous
conduisiez cette armée au secours de mon père Vantripan.

--Eh bien! dit Pierrot découragé, parlez-leur vous-même.

La belle Bandoline leur fit un discours magnifique où elle rappela les
exploits de leurs aïeux; elle leur parla du danger de la patrie, de
leurs femmes, de leurs enfants, et leur vanta la gloire de rétablir sur
son trône le monarque légitime.

Mais les Chinois firent la sourde oreille.

--Partons seuls, dit Bandoline indignée; et, grâce à des chevaux plus
rapides que le vent, ils arrivèrent, elle et Pierrot, dix jours après
dans la capitale de la Chine, où d'abord ils descendirent de nuit dans
une hôtellerie pour prendre langue.

Pantafilando n'avait pas perdu de temps après le départ de Pierrot.
Entre autres sages décrets, il avait ordonné que tous les Chinois se
lèveraient à six heures du matin et se coucheraient à huit heures du
soir, et qu'on raccourcirait de toute la tête tous ceux dont la taille
dépassait cinq pieds cinq pouces. Tout le monde avait applaudi à ces
deux décrets, excepté, bien entendu, les Chinois de cinq pieds six
pouces, qui se tenaient cachés dans leurs caves de peur du bourreau.

Pierrot apprit en même temps que sa tête était mise à prix; mais cette
nouvelle ne l'inquiéta pas beaucoup. Il comptait bien la défendre
vigoureusement. Le soir même il alla, dans l'obscurité, placarder sur le
mur du palais l'affiche suivante:

     «Au nom de Sa Majesté éternelle et invincible, Vantripan IV, roi
     légitime de la Chine, du Tibet, des deux Mongolies, de la
     presqu'île de Corée et de tous les Chinois bossus ou droits, noirs,
     jaunes, blancs ou basanés, qu'il a plu au ciel de faire naître
     entre les monts Koukounoor et les monts Himalaya, Pierrot, général
     en chef de Sadite Majesté, défie, dans un combat à mort, le géant
     Pantafilando, empereur des îles Inconnues, soi-disant roi de la
     Chine.»

Une ancienne loi obligeait les prétendants au trône de la Chine de vider
leur querelle en combat singulier, et d'éviter ainsi d'inutiles
massacres. Pierrot comprit avec raison que Pantafilando, fier de sa
force et de son courage, accepterait le combat.

Dès le matin, Pantafilando aperçut l'affiche, qui était imprimée en
lettres gigantesques, et fit annoncer à son de trompe, dans la ville,
que Pierrot pouvait se présenter sans crainte dans l'arène, et que le
combat aurait lieu à trois heures de l'après-midi. Si le géant
succombait, tous les Tartares devaient quitter la Chine; s'il était
vainqueur, Bandoline serait le prix de la victoire.

La belle princesse trouva d'abord cette condition fort dure; mais
bientôt, se rappelant le courage et l'adresse de Pierrot, et voyant bien
qu'après sa mort elle serait livrée sans défense au premier venu, elle
accepta et alla s'asseoir sur un fauteuil magnifique, à quelques pas
duquel devait avoir lieu le combat.

Pierrot ne manqua pas, après avoir fait ses prières à Dieu, d'invoquer
la fée Aurore. Elle secoua la tête d'un air de mauvais augure et lui
dit:

--Mon ami, il en est temps encore, veux-tu rentrer dans la cabane de
ton père et laisser là ta princesse? Je la connais, elle s'en consolera
très-vite, et tu pourras faire tranquillement le bonheur de tes parents
et le tien propre. Crois-moi, renonce à ce combat. Ce sera pour toi, je
le prévois, la source d'une douleur cruelle.

--Dût-il m'en coûter la vie, dit l'héroïque Pierrot, je défendrai ma
princesse.

--Va donc, dit la fée Aurore, et entre dans l'arène, car Pantafilando
t'attend.

En effet, le géant provoquait déjà Pierrot. Tous deux étaient armés: le
géant de son grand sabre et d'une lance de cent pieds de long; Pierrot
d'un sabre seulement. Il comptait sur son adresse bien plus que sur sa
force.

Du premier coup, Pantafilando, poussant brusquement sa lance sur
Pierrot, manqua de l'embrocher comme une mauviette. Le fer de la lance
rencontra le manteau court de Pierrot (c'était la mode alors) et le
déchira dans toute sa longueur. Pierrot dégrafa son manteau et se trouva
en simple pourpoint. Il prit son élan, et, d'un bond impétueux, il alla
donner la tête la première, comme une catapulte, contre la poitrine du
géant. Celui-ci, étourdi du coup, chancela un instant, tourna sur
lui-même et tomba en arrière. Pierrot courut à lui sur-le-champ pour lui
mettre le pied sur la gorge, mais Pantafilando, dans ses efforts pour se
relever, le frappa du pied si violemment qu'il fut renversé et jeté à
trois cents pas.

Jusqu'ici le combat paraissait égal; mais Pierrot, quoique renversé une
fois, n'avait rien perdu de sa force, tandis que le géant, ébranlé du
choc terrible qu'il avait reçu dans la poitrine, ne se soutenait plus
qu'à peine, semblable à une puissante muraille à demi renversée par la
canonnade.

--Qu'on m'apporte à boire, dit le géant.

Et prenant une barrique remplie de vin, il la vida d'un trait. Puis, en
loyal adversaire, il fit offrir du vin à Pierrot qui but, le remercia,
et lui cria:

--En garde!

Pantafilando saisit une des portes du cirque où avait lieu le combat et
la jeta sur Pierrot. Celui-ci, saisissant une autre porte, para le coup
et lança à son tour sa porte, qui atteignit le géant à la cuisse. Il fut
abattu du coup, et, se relevant sur un genou, essaya inutilement de
continuer le combat. D'un coup de sabre il coupa une oreille à Pierrot;
mais celui-ci para encore avec son propre sabre, sans quoi celui du
géant, poursuivant son chemin, l'aurait fendu en deux, et d'un revers il
coupa la tête de Pantafilando.

Un long cri de joie s'éleva de toutes parts. Tout le monde cria:

--Gloire et longue vie au vaillant Pierrot!

Et la belle Bandoline, touchée de tant d'amour et de tant de courage, se
leva elle-même pour aller au-devant du vainqueur; mais quand elle ne fut
plus qu'à trois pas, elle s'écria tout à coup avec horreur:

--Ôtez-moi cet objet effroyable!

Le malheureux Pierrot, qui s'était cru au comble du bonheur, se vit
rejeté dans les abîmes du désespoir. Il avait oublié son oreille, aux
trois quarts détachée par le sabre de Pantafilando. C'était cette pauvre
oreille, coupée à son service, qui avait fait pousser à la princesse ce
cri d'horreur, et il faut avouer qu'un héros qui n'a qu'une oreille
devrait se rendre justice et ne pas paraître devant les dames.

Quoi qu'il en soit, à peine Bandoline eut-elle dit d'ôter cet objet
effroyable, que Pierrot, qui se croyait l'idole du peuple, fut abandonné
en un instant. Les Tartares s'étaient enfuis après la mort de leur chef.
Les Chinois coururent au palais de Vantripan, le proclamèrent roi de
nouveau, lui jurèrent fidélité, et Pierrot, tout saignant, alla se faire
panser chez le chirurgien.

--Mort et damnation! s'écria Vantripan en se mettant à table; ma
contenance ferme a singulièrement imposé à l'ennemi!

--Sire, dit le ministre de la guerre, la bouche pleine, vous avez montré
une âme vraiment royale, et César n'était qu'un pleutre auprès de vous.

--J'aime à voir, lui dit le roi, qu'on me dit la vérité sans flatterie.
Pour ta peine, je te donne une pension de cent mille livres sur ma
cassette privée.... Donne-moi du pâté d'anguilles!

--Sire, dit le ministre, je remercie Votre Majesté, et j'ose dire que
mon dévouement....

--C'est bon! c'est bon! Donne-moi du pâté, morbleu! Ton dévouement
m'ennuie et tes phrases me font bâiller. Où donc étais-tu, ajouta-t-il
au bout d'un instant, pendant le règne de Pantafilando?

--Sire, j'imposais, comme Votre Majesté, à ces Tartares par ma
contenance.

--Qu'est-ce qu'il y a? Tu imposais, dis-tu, comme Ma Majesté? Tu oses te
comparer à moi, bélître?

--Sire....

--A moi, maroufle?

--Sire....

--A moi, misérable menteur? à moi, arlequin? à moi, polichinelle? à
moi?...

--Sire....

--Gardes, emmenez-le et qu'on l'empale! Voilà, ajouta Vantripan, comment
je sais punir un traître!... Horribilis!

--Mon père?

--Va chercher Pierrot.

--Mon père, vous n'y songez pas. Moi, l'héritier présomptif de la
couronne, aller chercher un simple officier des gardes!

--Héritier présomptif, cours chercher Pierrot, ou je vais te jeter mon
assiette à la tête!

--J'y vais, mon père, dit Horribilis.

Et il se disait en lui-même: Coquin de Pierrot, tu me payeras cette
humiliation.

Pierrot parut bientôt. Il était pansé, et, franchement, les linges qui
enveloppaient sa blessure ne l'embellissaient pas.

--C'est donc toi, dit Vantripan, qui as tué Pantafilando?

--Oui, sire, répondit modestement Pierrot.

--Pourquoi l'as-tu fait sans mon ordre? Je me réservais d'essoriller ce
bandit de ma main.

--Sire, je l'ignorais, dit Pierrot, qui riait en pensant à la mine du
grand Vantripan le jour de l'entrée de Pantafilando.

--Je te pardonne cette fois. A l'avenir, ne montre pas de zèle.

--Il suffit, seigneur.

--Ce n'est pas tout, Pierrot. Je veux plus que jamais, malgré ton
étourderie, t'attacher à ma personne. Je te fais grand connétable....

--Sire!...

--Grand amiral!...

--Sire!...

--Grand échanson!...

--Sire!...

--Et grand... tout ce que tu voudras. Tu ne me quitteras plus: tu
déjeuneras, dîneras, souperas avec moi, et, pour m'endormir, tu me
conteras des histoires.

--Sire, dit Pierrot, tant de faveurs vont me faire bien des envieux.

--Tant mieux, morbleu! Je veux qu'on enrage.

--Et je crains beaucoup de mal remplir tant de fonctions à la fois.

--Qu'est-ce que cela te fait, si je te trouve propre à tout? Crois-tu
que ceux qui t'ont précédé les remplissaient mieux?

--Sire, dit Pierrot poussé dans ses derniers retranchements, où
prendrais-je le temps de dormir?

--Dormir! Tu ne m'as donc pas compris? c'est pour que je dorme qu'il
faut que tu veilles. Dormir! Le devoir d'un fidèle sujet est de veiller
sur son roi, et non de dormir.

--J'aurais mieux fait, pensa Pierrot, de suivre le conseil de la fée et
de retourner à la maison.

Tant d'honneurs ne tournèrent pas la tête à Pierrot. Il aurait donné de
bon coeur l'amirauté et la connétablie pour un sourire de la dédaigneuse
Bandoline; mais on ne peut pas tout avoir. La première fois qu'il se
présenta à la cour, il voulut lui baiser la main; elle lui tourna le dos
avec mépris et d'un air si offensé, que le pauvre connétable en fut tout
déconcerté.

--Hélas! disait-il, où est le temps où j'avais mes deux oreilles, où
Pantafilando régnait ici, et où mon ingrate princesse chevauchait seule
avec moi, trop heureuse alors que je voulusse la suivre et la défendre?

Ces réflexions firent tant d'impression sur le pauvre Pierrot qu'il
pâlit, maigrit, devint malade de langueur, et n'offrit bientôt plus que
l'ombre de lui-même.

La fée Aurore s'en aperçut: c'était, comme nous l'avons dit, la plus
charitable personne qui ait jamais été au ciel ou sur la terre. Elle ne
donnait de conseil que lorsqu'elle était priée de le faire, et toujours
avant l'événement. «Quand le mal est fait, disait-elle, il faut le
réparer, et surtout ne pas jeter au nez du malheureux l'éternel refrain
des pédants: _Je vous l'avais bien dit_.»

--Pierrot, dit-elle, tu as besoin de distraction; il faut voyager.

--Chère marraine, dit d'un ton dolent le pauvre Pierrot, puis-je laisser
le devoir de ma charge et les affaires publiques dont le roi Vantripan
m'a confié le soin?

--Pierrot, dit la fée, tu n'es pas sincère. Tu ne te soucies pas
beaucoup des devoirs de ta charge; et quant aux affaires publiques,
crois-moi, elles ne vont jamais mieux que lorsque personne ne s'en
occupe. Je sais ce qui te retient ici. Tu aimes Bandoline, et elle se
moque de toi.

--Hélas! oui, s'écria le malheureux Pierrot, elle me méprise parce que
je n'ai plus qu'une oreille. Elle oublie, la perfide, que j'ai perdu
l'autre à son service.

--Ami Pierrot, dit la sage fée, l'aimerais-tu encore si elle n'avait que
la moitié d'un nez et qu'elle eût perdu l'autre moitié par quelque
accident?

--Ce n'est pas possible, répondit Pierrot, elle a le plus joli nez du
monde, après le vôtre, chère marraine. C'est un nez dont la courbe
aquiline....

--Je ne t'en demande pas la description, dit la fée.

Encore une fois, l'aimerais-tu si elle perdait la moitié de ce nez
charmant?

--Je... le... crois... dit Pierrot hésitant.

--Tu le crois? tu n'en es pas sûr. Eh bien, je suis, moi, sûre du
contraire. Tu n'en pourrais pas supporter la vue. Pourquoi veux-tu
qu'elle soit plus philosophe que toi, et qu'elle prenne plus aisément
son parti de te voir essorillé? Les hommes se vantent d'être plus forts,
plus fermes, plus sensés, plus raisonnables que les femmes; et, dans la
pratique, ils exigent d'elles mille fois plus de force, de fermeté, de
sens et de raison.

--Comment peut-elle oublier, dit Pierrot, le service que je lui ai
rendu, et le danger que j'ai couru pour elle?

--C'est une autre affaire, dit la fée. Mais l'amour n'est-il autre chose
que de la reconnaissance, ou bien est-ce une chose qui vient et qui s'en
va sans qu'on sache pourquoi?

--Je suis trop ignorant pour raisonner sur ce sujet, dit Pierrot; tout
ce que je sais, c'est que je l'aime et qu'elle me méprise.

--Pierrot, dit la fée, je te quitte; tu n'es pas d'humeur à entendre
raison ni à causer métaphysique. Adieu donc, quand tu auras besoin de
moi, tu sais que tu peux compter sur ta marraine.

Le lendemain, Pierrot fut appelé secrètement chez le prince Horribilis.
Il s'y rendit sur-le-champ, tout étonné d'une telle faveur, car le
prince royal ne l'y avait pas accoutumé.

Horribilis le reçut d'une manière si aimable que Pierrot crut s'être
mépris sur son caractère.

--Je l'ai calomnié, se dit-il, quand je le croyais méchant et stupide.
Ce sont ces gredins de courtisans qui lui attribuent toutes sortes de
vices. Il n'est pas brave, je l'avoue, et c'est très-malheureux pour un
prince, mais d'autres se chargeront d'être braves pour lui; et, qui
sait? ce sera peut-être, malgré sa poltronnerie, un très-grand prince et
un admirable conquérant.

Après les premiers compliments, Horribilis lui dit:

--Mon cher Pierrot, vous avez pu remarquer que j'ai toujours été votre
ami, et je veux contribuer à votre fortune.

--Hum! hum! pensa Pierrot, si nous sommes amis, c'est de fraîche date.
(_Haut_.) Seigneur, comment pourrai-je reconnaître tant de faveur?...

--En m'écoutant, interrompit le prince. Vous n'êtes pas riche, mon ami?

--Va-t-il me faire l'aumône? dit Pierrot dont la fierté commençait à
s'indigner. (_Haut_.) Seigneur, les bienfaits de votre père ont comblé
mes espérances.

--Je sais... je sais... mais, entre nous, si un caprice de mon père (car
il est capricieux, mon respectable père le grand Vantripan!) vous
privait aujourd'hui de toutes vos dignités, demain vous seriez aussi
pauvre que le jour de votre arrivée à la cour.

--Seigneur, dit Pierrot, il me resterait l'honneur; avec ce bien un
homme n'est jamais pauvre. Je ne suis pas né sujet de votre auguste
père, et je puis offrir mes services à un roi qui les appréciera mieux.

--Et voilà justement ce que je veux éviter, s'écria Horribilis. Pierrot,
le sauveur de la Chine, le vainqueur de l'invincible Pantafilando, le
soutien de la dynastie des Vantripan, irait seul et sans secours, comme
défunt Bélisaire, offrir de porte en porte et de pays en pays son
courage à un de nos ennemis! La Chine se déshonorerait par cette
ingratitude! Non, Pierrot, je ne le souffrirai pas.

Et se levant avec enthousiasme, il serra le grand connétable dans ses
bras.

--Mais comment l'éviter? dit Pierrot.

--Ah! voilà! Je suis riche, moi, et je suis ton ami. Entre amis, tout
est commun. Je veux te mettre pour toujours à l'abri des caprices de mon
père. Tu connais ma terre de Li-chi-ki-ri-bi-ni.

--Votre terre de Lirichiki! dit Pierrot qui ne pouvait pas s'habituer
aux noms chinois.

--De Li-chi-ki-ri-bi-ni, reprit Horribilis, celle qui a vingt lieues de
tour, et qui est toute fermée de hautes murailles entre lesquelles
courent des milliers de tigres, de lions, de sangliers, de cerfs et de
chevreuils. C'est le plus beau domaine de la Chine. Je te la donne.

--Vous me la donnez? s'écria Pierrot frémissant de joie à la pensée des
belles chasses qu'il y pourrait faire. Ce n'est pas possible, seigneur,
et votre générosité...

--Que parles-tu de générosité? Ne te dois-je pas tout, et pourrai-je
jamais m'acquitter envers toi? n'as-tu pas sauvé ma race et mon trône?

--C'est-à-dire, reprit Pierrot, le trône de votre auguste père, qui doit
un jour vous appartenir.

--Nous ne nous entendons pas, à ce qu'il paraît, ami Pierrot.

--Je le crains, pensa le grand connétable subitement refroidi.

--Je te laisse toutes les charges que mon père t'a données; j'y ajoute
le don de ma terre de Li-chi-ki-ri-bi-ni, et je fais de toi mon bras
droit et mon premier ministre; mais à une condition: c'est que tu me
prêteras ton aide pour devenir roi et détrôner Vantripan.

--Détrôner Vantripan, mon bienfaiteur! s'écria Pierrot.

--Il veut se faire payer plus cher, pensa Horribilis. C'est étonnant,
l'ambition de ces gens de peu. Écoute, ajouta-t-il, est-ce trop peu du
don de ma terre et veux-tu que j'y joigne le royaume du Tibet et la main
de ma soeur Bandoline?

Cette dernière offre fit palpiter le coeur de Pierrot. Roi du Tibet! la
belle Bandoline! quelle tentation pour le fils d'un meunier et pour
l'amoureux Pierrot! Il n'hésita pas cependant.

--Monseigneur, dit-il, vous me connaissez mal. Je reçois, comme je le
dois, l'honneur que vous me faites. Certes, s'il ne fallait que se jeter
dans les flammes pour obtenir de vous cette adorable princesse, je m'y
précipiterais sur-le-champ; mais il s'agit d'une trahison....

--D'une trahison! s'écria Horribilis, pour qui me prends-tu, grand
connétable? Suis-je un traître, moi?

--Monseigneur, dit Pierrot, j'ai mal compris, sans doute. Souffrez que
je me retire.

--Non, par le ciel! Tu ne sortiras pas ainsi, emportant mon secret.
Reste, Pierrot, et combats avec moi ou tu es mort. Je ne me laisserai
pas dénoncer à mon père.

--Seigneur, dit Pierrot d'un ton ferme, certaines actions sont faites
pour de certaines gens. Quant à moi, je ne sais ni trahir ni dénoncer.

Et il fit un pas vers la porte.

--Pierrot! s'écria Horribilis transporté de colère, il faut me suivre ou
mourir!

--Monseigneur, dit Pierrot, je ne vous suivrai ni ne mourrai.

Et, tirant son sabre, il marcha vers la porte. Au même moment, le prince
frappa trois fois dans ses mains et le capitaine des gardes parut.

--Arrêtez-moi ce scélérat! cria Horribilis.

--Ventre-Mahom! dit Pierrot, nous allons rire.

Et il marcha sur le capitaine des gardes du prince; mais celui-ci ne
s'amusa pas à l'attendre. Il s'élança si brusquement vers la porte qu'il
renversa son lieutenant qui le suivait, et le sous-lieutenant qui
suivait le lieutenant. A cette vue, les gardes, sans s'occuper du prince
ni de leurs chefs, prirent la fuite de tous les côtés, et l'invincible
Pierrot passa, jetant sur eux un regard de mépris.

En rentrant chez lui, il se jeta dans un fauteuil.

--Voilà donc, dit-il, cette cour, la plus illustre de l'univers: le roi
est un glouton, sa femme est une buse, son fils est une vipère, sa fille
une.... Non, ne blasphémons pas; à quoi servent les richesses et la
puissance, grand Dieu?

--A rendre sages ceux qui savent s'en passer, ami Pierrot, lui dit la
fée Aurore, qui parut tout à coup devant lui.

--Ah! c'est vous, chère marraine? dit Pierrot, vous venez à propos. Je
suis bien malheureux. Je souffre cruellement.

--De quel mal? du mal de dents ou du mal d'amour?

--Rien, si vous voulez, marraine; vous m'aviez bien prédit, quand
j'allais combattre Pantafilando, qu'il m'en arriverait malheur. Hélas!
hélas! oreille infortunée! cruel Pantafilando!

--Il ne t'a coupé qu'une oreille, et tu l'appelles cruel! Que serait-ce
donc s'il t'avait coupé la tête?

--Je m'en consolerais plus aisément, dit le mélancolique Pierrot.

--Ou du moins tu garderais le silence. Voyons donc cette oreille si mal
à propos détachée. Il est vrai, mon ami, qu'elle pend d'une vilaine
façon, et que cela doit faire un fâcheux effet au bal.... Souffres-tu
beaucoup?

--Oh! oui, marraine, j'ai le coeur bien malade.

--Ce n'est rien, mon ami, mange ce morceau de sucre, cela passera.

Tout en parlant, elle prononça deux mots magiques en touchant l'oreille
de sa baguette.

--Tiens! dit tout à coup Pierrot, mon oreille va mieux, mon oreille est
rattachée, je suis guéri. Et il se mit à gambader dans sa chambre. Quand
il en eut fait le tour douze ou quinze fois en sautant sur les chaises
et renversant les tables, il se jeta à genoux devant la fée Aurore, et
lui baisa la main d'un air si tendre et si reconnaissant qu'elle en fut
touchée.

Tout à coup Pierrot sonna.

Un nègre parut.

--Donne-moi ma chemise de dentelles avec mon jabot, ma plus belle
cravate et mon grand habit de cour.

La fée se mit à rire.

--Où vas-tu, Pierrot?

Pierrot rougit.

--Tu n'as pas besoin de parler, reprit la fée, je le vois dans tes yeux.
On se moque de toi, Pierrot.

--Qu'on se moque, dit Pierrot. Si un homme me rit au nez, je
l'enverrai, d'un coup de pied, voir aux confins de la lune si j'y suis.

--Et si c'est une femme, si c'est ta belle princesse?

Pierrot se gratta la tête.

--Va, mon ami, lui dit la bonne fée, je ne veux pas troubler le plaisir
que tu te proposes, va où le destin t'appelle. Je t'attends ici.

Pierrot, tout habillé de soie, de velours et d'or, fit son entrée en
grande pompe dans le palais de Vantripan. Il était monté sur un cheval
noir magnifique, cousin germain du célèbre Rabican, que montait la
duchesse Bradamante. Ce cheval était si léger à la course qu'il
s'élançait du sommet des montagnes, et courait dans les airs comme s'il
avait eu des ailes, en prenant son point d'appui dans les nuages. Chacun
sait que nous pourrions, nous aussi, marcher sur les nuages si nous
n'appuyions pas trop fort et trop longtemps sur ce sol mobile; mais
c'est là justement qu'est la difficulté, car il ne faut pas demeurer à
la même place plus d'un millionième de seconde; et, lourds, épais et
lents comme nous sommes, aucun de nous n'a pu encore en trouver le
moyen.

Le cousin germain de Rabican s'appelait Fendlair. Il faisait
l'admiration et l'envie de toute la cour. Pierrot seul, par une
permission de la fée Aurore, qui le lui avait donné, pouvait le monter.
Le prince Horribilis ayant voulu l'essayer un jour, en l'absence de
Pierrot, fut envoyé d'une ruade jusqu'au premier étage du palais, où,
fort heureusement pour lui, il entra par la fenêtre ouverte et tomba sur
un tapis qui amortit la chute. En se relevant, il ordonna de mettre à
mort ce cheval indomptable; mais lorsque les gardes voulurent exécuter
cet ordre, Fendlair, devinant leur intention, s'avança d'un air si
résolu sur le plus brave d'entre eux, que celui-ci, tout troublé, tira
sa flèche au hasard. Cette flèche, mal dirigée, rencontra, par une
fatalité bien malheureuse, la bouche toute grande ouverte du ministre de
la justice qui bâillait, et le bois de la flèche s'étant cassé dans
l'effort que fit ce pauvre homme pour la retirer, le fer resta fiché
entre les deux mâchoires sans qu'il pût fermer la bouche. On entendait
sortir de son gosier des cris de rage inarticulés qui se mêlaient aux
éclats de rire du grand Vantripan et de tous ses courtisans.

Ces éclats de rire ne durèrent pas longtemps. En lançant des ruades de
côté et d'autre, Fendlair avait mis en fuite toute la garde royale, et
se trouva face à face, ou, si vous voulez, naseaux à nez avec son
ennemi, le prince Horribilis. Celui-ci voulut fuir, mais Fendlair le
saisit avec les dents par le milieu des reins et le porta en courant
douze fois autour de la grande cour du palais.

--Sauvez mon fils! criait la reine.

--Au secours! hurlait Horribilis.

--A la garde! vociférait Vantripan.

--La garde? dit Pierrot paraissant tout à coup, ah! sire, elle est loin
si elle va toujours du même pas. Ils doivent faire au moins trente
lieues à l'heure.

--Au nom du ciel, Pierrot, sauve mon fils.

--Voilà une méchante affaire, dit Pierrot, et il voulut saisir Fendlair
par la bride; mais celui-ci voyant que son maître allait lui enlever sa
proie, la lâcha lui-même en grinçant des dents et en crachant un morceau
de gigot qu'il avait pris dans le fond de la culotte d'Horribilis.

--Justice! mon père! s'écria ce pauvre prince, justice!

--Contre qui?

--Contre Pierrot, mon père, et contre son cheval enragé, dont je
porterai toujours les marques. Voyez plutôt.

A ces mots, tournant le dos à la compagnie, il lui montra le fond de sa
culotte emporté et sa blessure plus risible que touchante. Vantripan se
mit dans une colère furieuse.

--Sabre et mitraille! cria-t-il, tu abuses de ma patience, Pierrot.

--Sabre et mitraille! répondit hardiment Pierrot en criant plus fort que
le roi, qu'avez-vous à vous fâcher, Majesté, et à crier comme une oie
qu'on met à la broche?

--Pierrot, tu es un insolent.

--Majesté, vous êtes une bête.

--Pierrot, je te ferai couper en quatre et donner en pâture à mes
chiens.

--Majesté, ne m'agacez pas; j'ai les nerfs irrités, je vous mettrais en
poudre avec tous vos Chinois.

--Voyons, dit Vantripan effrayé, sois raisonnable, ami Pierrot. De quoi
as-tu à te plaindre ici? Je te ferai justice sur-le-champ.

--Je me la ferai moi-même quand je voudrai, dit fièrement Pierrot.

--Pierrot, mon bon Pierrot, je t'en supplie, sois calme.

--Que je sois calme, Majesté, quand je vois votre grand nigaud de fils,
ce grand touche-à-tout qui a failli mettre en colère mon bon cheval?

--Il a raison, dit Vantripan. Pourquoi as-tu touché ce cheval,
Horribilis?

--Mon père, dit Horribilis, c'est le cheval qui m'a jeté au premier
étage de votre palais.

          Mon bon cheval est fort méchant,
          Quand on l'attaque il se défend.

chantonnait Pierrot dans ses dents.

--Pourquoi le prince a-t-il voulu monter Fendlair malgré ma défense
expresse?

--C'est vrai, dit Vantripan, pourquoi as-tu violé la défense de Pierrot?

--Ah! mon père, s'écria douloureusement Horribilis, quel langage
tenez-vous là, vous, le roi de la Chine?

--Du Tibet, des deux Mongolies, de la presqu'île de Corée et de tous les
Chinois bossus ou droits, noirs, jaunes, blancs ou basanés qu'il a plu
au ciel de faire naître entre les monts Koukounoor et les monts
Himalaya, continua Pierrot de la voix aiguë et monotone d'un huissier
qui commande le silence ou d'un tambour de ville qui lit une
proclamation de monsieur le maire.

--Horribilis, dit le roi, va te faire panser, je te ferai justice,
sois-en sûr.

Horribilis sortit.

--Et toi, dit Vantripan à Pierrot, ne lui garde pas rancune. Il n'a pas
cru mal faire. Il est un peu étourdi, mais au fond il a bon coeur, je te
le garantis.

--A votre sollicitation, Majesté, dit Pierrot, je lui pardonne, mais
qu'il n'y revienne pas.

--J'y veillerai, dit Vantripan, heureux d'avoir apaisé son grand
connétable; et maintenant, amis, mettons-nous à table.

Cette scène se passait quelques jours avant la proposition qu'Horribilis
fit à Pierrot de détrôner Vantripan. Il est aisé de comprendre si
Pierrot devait se défier de ce prétendant à la couronne. On comprend
aussi la fierté de notre héros lorsqu'il entra dans la cour du palais,
monté sur Fendlair. Vingt pages le précédaient, et, comme au convoi de
Marlborough, l'un portait son grand sabre, l'autre portait son
bouclier, l'autre ne portait rien.

Pierrot mit pied à terre dans la cour et monta lentement les degrés, la
tête haute, le regard assuré, comme un vrai fils de Jupiter. C'était
l'heure du dîner. Il entra dans la salle à manger sans être annoncé. A
cette vue, le gros Vantripan remplit sa coupe d'or d'un vieux vin de
Chio de l'année de la comète, et l'élevant au-dessus de sa tête:

--Dieux immortels! s'écria-t-il, soyez bénis, vous qui m'avez donné à
boire du vin de Chio et à aimer un tel ami. A ma santé, Pierrot! As-tu
faim?

--Non, Majesté.

--As-tu soif?

--Non, Majesté.

--Par Brahma! qu'as-tu donc avec ta mine solennelle?

--J'ai à vous parler d'affaires, Majesté.

Horribilis, qui était assis à table en face de Pierrot, pâlit en le
voyant; il crut que Pierrot allait le dénoncer, et se leva pour fuir.

--Restez assis, prince, dit gravement Pierrot, il ne sera pas question
de vous dans cet entretien.

Horribilis respira. Il comptait sur la parole de Pierrot.

Quand le roi eut vidé ses six bouteilles, il se leva de table, l'oeil
brillant et plein de gaieté.

--Comme te voilà beau, dit-il. Tu es paré comme une châsse. Vas-tu à la
noce?

--A la mienne, dit Pierrot, oui, Majesté.

--Et qui épouses-tu? sans indiscrétion.

--Majesté, dit Pierrot, il n'y a pas d'indiscrétion. Si vous n'en aviez
parlé le premier, j'allais vous le dire. J'ai l'honneur de vous demander
en mariage la princesse Bandoline, votre fille.

--Ah! ah! dit Vantripan, n'est-ce que cela? Eh! mon ami, je te la donne.
Grand bien te fasse! Ventre Mahom! je danserai à cette noce, et nous
dînerons pendant huit jours sans nous lever de table.

--Sire, dit la reine, vous n'y songez pas: savez-vous seulement si celui
que vous voulez prendre pour gendre est prince ou fils de prince?

--Qu'il ait pour père qui il voudra, dit Vantripan, je m'en... moque.
Est-ce que Bandoline va épouser son père?

--Et si votre fille le refuse, dit la reine, qui n'aimait pas Pierrot,
et qui était bien aise de trouver une excuse si légitime.

--Si ma fille n'en veut pas, ma fille est une sotte, cria Vantripan.

--Majesté, lui demanda Pierrot, je demande la permission de consulter la
princesse.

Bandoline était présente et se taisait pour la première fois de sa vie.
En effet, cela méritait réflexion.

--Sire, dit-elle enfin, tous les désirs de mon père sont des lois
sacrées pour moi, mais....

--Bon, dit Vantripan, voilà le _mais_ éternel de toutes ces belles
capricieuses.

          Marion pleure, Marion crie,
          Marion veut qu'on la marie.

Vient le mari, Marion n'en veut pas: il est trop vieux, ou trop jeune,
ou trop beau, ou trop laid, ou trop sage, ou trop débauché, ou trop
avare, ou trop pauvre. Sait-on jamais ce qui se passe dans ces têtes de
filles, dans ces pendules détraquées? Voyons, parle franchement, que
peux-tu reprocher à Pierrot? N'es-t-il pas brave? n'est-il pas jeune?
n'est-il pas plein d'esprit? n'a-t-il pas sauvé à toi la vie et
l'honneur, à nous le trône? Que veux-tu de plus?

--Sire, dit Bandoline, tout cela est vrai; mais il n'a qu'une oreille.

--Eh bien, au service de qui a-t-il perdu l'autre? dit Vantripan.

--Au mien, je le sais bien; mais cela n'empêche pas qu'il ne lui reste
qu'une oreille, et qu'une oreille dépareillée n'est pas belle à voir.

--Sérénissime Altesse, dit modestement Pierrot, j'ai prévu cette
objection, et j'ai remis mon oreille à sa place légitime. Daignez vous
en assurer vous-même. Tirez, ne craignez rien, c'est bon teint. Bien;
maintenant, Altesse, daignez tirer l'autre.

La princesse tira si fort que Pierrot poussa un cri.

--Voilà, dit-elle, un grand prodige. Il a raison. Ses deux oreilles
sont vivantes; mais je ne comprends pas comment une blessure si grave a
été guérie si vite. Il faut qu'il y ait là-dessous quelque magie, et je
ne veux pas épouser un magicien.

--Ta, ta, ta, voilà bien une autre histoire, s'écria Vantripan qui
craignait que Pierrot ne vînt à se fâcher; mais il se trompait.

Pierrot, qui avait mis le genou en terre devant la princesse, se leva
avec un grand sang-froid et lui dit:

--Altesse Sérénissime, vous n'aurez pas le chagrin d'épouser un
magicien; mais je vous prédis, moi, sans être un grand prophète, que
vous épouserez un chien coiffé. Sire, ajouta-t-il en se tournant du côté
de Vantripan, daignez me permettre de m'absenter pour quelque temps. Il
est convenable qu'un homme que vous honorez de votre confiance fasse une
tournée sur les frontières de l'empire pour veiller à la bonne
administration de l'État, et empêcher l'invasion des Tartares du grand
Kabardantès, frère cadet de Pantafilando.

--Grand Dieu! s'écria Vantripan, sont-ils si près de nous?

--Sire, reprit Pierrot, ne craignez rien, je vais moi-même au-devant
d'eux.

--Au nom du ciel, Pierre, ne les brusque pas; ils ont le caractère mal
fait. Donne-leur de l'or, de l'argent, des esclaves, des troupeaux, des
étoffes de soie, tout ce que tu voudras; mais, à tout prix, empêche-les
de venir.

--Il ne vous en coûtera que du fer, Majesté, dit Pierrot.

--Eh bien! pars, et ne reviens pas sans les avoir tués jusqu'au dernier.

--Bon voyage! dit Horribilis quand Pierrot fut parti.

--Bon débarras! dit la reine.

--Vous êtes de sottes gens, dit Vantripan, vous me fourrez toujours dans
quelque querelle qui trouble ma digestion. Pierrot est parti
très-mécontent; malgré sa dissimulation, je l'ai bien vu.

--Eh! que nous fait le mécontentement de Pierrot? dit la reine d'un air
méprisant.

--Vous ne savez ce que vous dites, dit le pauvre Vantripan. Taisez-vous,
péronnelle.

--Mais, mon père....

--Ma fille, vous êtes une chipie.

--Ma mère a raison, dit Horribilis, et....

--Quant à toi, mon cher Horribilis, tais-toi, si tu ne veux que je te
fasse tordre le cou comme à un poulet. Et nous, enfants, allons souper.

Toute la cour le suivit.

Pendant ce temps, Pierrot, revenu chez lui, congédia sa suite et partit
à cheval avec la fée Aurore. Si vous voulez encore me suivre, mes amis,
je vous dirai dans le chapitre suivant où il alla et quel était son
dessein.



III

TROISIÈME AVENTURE DE PIERROT

COMMENT PIERROT RÉFORMA LES ABUS ET APPRIT A BÊCHER LES JARDINS


La fée Aurore avait voulu accompagner Pierrot dans ses voyages. Pierrot,
plus heureux encore que fier d'une pareille compagnie, avait tout à fait
oublié sa mésaventure. Il riait, il chantait, il galopait, il admirait
l'herbe des prés, les feuilles des arbres et jusqu'aux chenilles qui les
dévorent.

--Mon Dieu! s'écria-t-il tout à coup dans un transport d'enthousiasme,
que toute la nature est belle et admirable! O marraine, que je vous
rends grâce de m'avoir emmené loin de cette cour, de ce gros Vantripan,
de sa sotte femme, de sa plus sotte fille et de son gredin de fils!

--Oh! oh! dit la fée en souriant, qu'est-il donc arrivé, Pierrot?
Quelque mésaventure? _Sa sotte femme! sa plus sotte fille!_ Quel langage
pour un courtisan et pour un homme amoureux!

--Amoureux! dit Pierrot, je ne le suis plus, grâce au ciel; courtisan,
je ne l'ai jamais été. Ce n'est pas moi qu'on verra attendre dans une
antichambre que le roi passe et daigne me regarder; ni sous les fenêtres
de cette pimbêche, qu'elle veuille, en abaissant ses regards vers la
terre, s'apercevoir de ma présence.

--Tu es donc guéri, Pierrot?

--Radicalement, marraine. Je ne tenais plus à elle que par l'habitude ou
par politesse, comme un oiseau qui a un fil à la patte. Ses mépris de ce
matin ont coupé ce fil, et maintenant je suis libre.

--Eh bien! Pierrot, puisque tu es dans de si heureuses dispositions,
veux-tu que je te dise pourquoi tu n'as pas réussi?

--Je ne veux pas le savoir, marraine.

--Oui, mais je veux te le dire, moi. Tu n'as pas réussi, parce que tu es
ingrat.

--Moi, envers vous, marraine! Oh! vous me calomniez.

--Non pas envers moi, mais envers d'autres personnes. Réfléchis.

--Envers ce gros roi? Il m'a comblé d'honneurs, c'est vrai; mais ne
l'ai-je pas bien servi?

--Ce n'est pas cela. Pierrot, quel est le revenu de tes emplois?

--Deux millions par an, à peu près, marraine.

--C'est une jolie somme. Et depuis quel temps es-tu en charge?

--Depuis six mois à peu près.

--C'est-à-dire que tu as reçu un million?

--Oui, marraine.

--Sur cette somme, qu'est-ce que tu as envoyé à tes parents qui sont
pauvres, comme tu sais, et qui vivent de leur travail? Réponds; deux
cent mille francs?

Pierrot rougit et garda le silence.

--Davantage? dit la fée. Trois cents? Non. Quatre cents? Non. Cinq
cents? Non. Six cents? Non. Aurais-tu envoyé davantage, Pierrot? Tu es
plus généreux que je ne croyais. Sept cents? huit cents? neuf cents?
Quoi! le million tout entier! Oh! oh! c'est un beau trait, Pierrot.

--Hélas! marraine, dit Pierrot tout confus, je n'ai rien envoyé du tout.

--Eh bien! ami, comment appelles-tu cette conduite? Comprends-tu
maintenant pourquoi, malgré tant de succès apparents, tu n'as pas été
heureux?

--Je le comprends, dit Pierrot.

--Et tu profiteras de cette leçon dans l'avenir?

--Oh! oui, marraine.

--N'aie plus de remords, Pierrot; tes parents n'ont pas souffert de ta
négligence. Je veille sur eux, je leur donne ce qui est nécessaire, et
je leur laisse croire que c'est toi qui l'as envoyé.

--Oh! marraine, comment ai-je pu mériter tant de bontés? dit Pierrot en
lui baisant les mains avec tendresse.

--Tu les mériteras un jour, dit la fée. Pékin n'a pas été construit en
une heure. Tu es né vaniteux, oublieux, ingrat comme tous les enfants
des hommes. Plus tard, tu seras bon et bienfaisant comme les enfants des
génies.

--Grâce à vous et à votre protection, marraine, dit l'heureux Pierrot.

--Grâce à ma protection, si tu veux, qui t'a été plus utile encore que
tu ne penses.

--Comment donc? demanda Pierrot.

--C'est à moi que tu dois les mépris de la belle Bandoline. M'en sais-tu
mauvais gré?

--Par tous les saints du paradis! s'écria joyeusement Pierrot, je ne
sais ce que j'aurais pensé hier de votre confidence. Aujourd'hui, elle
me comble de joie.

--Tant mieux, Pierrot, c'est signe que tu es bien guéri. Je lis dans
l'avenir, et je devine aisément ce que, d'après son caractère, tout
homme doit faire un jour, et s'il sera heureux ou malheureux. C'est une
branche de ce grand art de la divination que je t'ai montré, et que tu
n'as pas compris parce qu'il exige des études profondes, un grand
dévouement à la science, une vie isolée et une grande expérience du
monde. La différence qu'il y a sur ce point entre les hommes et les
génies, c'est que les hommes ne peuvent savoir qu'après trois cent
quarante ans de travaux continuels ce que nous savons, nous, dès notre
naissance et par intuition.

--Vous êtes bien heureuse d'être si savante, dit Pierrot en soupirant.

--Heureuse! dit la fée. Crois-tu qu'on soit heureux de prévoir l'avenir?
Ah! malheureux enfant, que le ciel te préserve de ce bonheur et de cette
science!

--Quelle raison aviez-vous, dit Pierrot, de m'empêcher d'être aimé de la
princesse?

--Une raison admirable, Pierrot: c'est que tu ne l'aimais pas toi-même,
et qu'après quinze jours de mariage vous auriez fait un ménage
détestable. Elle est orgueilleuse et fille de roi; elle t'aurait vanté
sa supériorité; tu es fier et peu endurant, tu l'aurais maltraitée....

--Oh! dit Pierrot.

--En paroles, ami; mais, pour les gens délicats, les paroles sont des
gestes. Elle se serait plainte à son père qui t'aurait fait couper le
cou.

--Oh! oh! dit Pierrot, il aurait bien demandé la permission.

--Sans doute, et comme tu es le plus fort, tu l'aurais détrôné, mis en
prison, tué peut-être; tu te serais débarrassé de ta femme et tu aurais
été roi de la Chine.

--Ce qui n'est pas à dédaigner, dit Pierrot pensif.

--Et tu aurais ainsi commis deux ou trois crimes pour satisfaire ta
vanité!

--Vous avez raison, marraine, dit Pierrot, et vous me parlez comme si
vous lisiez dans ma conscience. Mais est-ce que les choses n'auraient
pas pu se passer autrement? Ne pouvais-je être heureux avec cette belle
dédaigneuse?

--Supposons, dit la fée, qu'il n'y eût pas de sang versé; supposons que
Bandoline eût fait de grands efforts pour te plaire et plier son humeur
à la tienne, quelle conduite crois-tu qu'elle aurait tenue avec tes
parents? Car tu pensais, sans doute, à vivre avec ton père et ta mère?

--Sans doute, dit Pierrot, qui n'y avait jamais pensé.

--Vois-tu d'ici la belle Bandoline pleine de respect et de déférence
envers tes vieux parents, envers sa belle-mère, une meunière, et son
beau-père, le vieux meunier! Je disais, Pierrot, que vous n'auriez pas
vécu quinze jours ensemble; c'est deux jours que je devais dire.

--O marraine sage et charmante! s'écria Pierrot, aidez-moi toujours de
vos conseils, car désormais je ne veux rien faire de moi-même, et je me
ferai gloire de vous obéir. Mais quoi! toutes les femmes sont-elles
aussi dédaigneuses, et faut-il que j'aime une meunière si je veux vivre
heureux avec mes parents?

--Il y a des femmes de toutes les espèces, dit la fée, comme il y a des
hommes de toutes les couleurs. Ce serait une grande erreur de croire que
tous les hommes sont blancs, noirs, rouges ou jaunes, et une grande
injustice de dire que toutes les femmes sont parleuses, méchantes,
médisantes, vaniteuses et occupées d'elles-mêmes et de leurs chiffons du
matin jusqu'au soir. On en trouve aussi, et beaucoup, qui sont bonnes,
discrètes, attachées à leur maison, à leur mari et à leurs enfants; ta
mère, par exemple, n'est-elle pas de ce nombre?

--Oh! dit Pierrot, y a-t-il une meilleure femme et une meilleure mère?

--Il n'y en a pas de meilleure, Pierrot, mais il y en a d'aussi bonnes.
Ne souhaites-tu pas d'en trouver une de cette espèce?

--Si je le souhaite, grand Dieu! c'est la première chose que je demande
au ciel tous les matins.

--Cherche et tu trouveras, dit la fée.

Tout en causant, nos deux voyageurs avaient fait beaucoup de chemin. La
conversation changea de sujet. La fée se plut à instruire Pierrot de ses
devoirs envers lui-même et envers les autres hommes, et lui dit sur ce
sujet de si belles choses, que si vous les aviez entendues, ô mes amis!
vous voudriez n'entendre jamais d'autre discours.

Malheureusement, la langue des hommes, si riche pour répandre le
mensonge, est pauvre en vérités, et dans la crainte de ne pas vous
répéter dignement cette conversation, je n'en dirai pas un mot. Qu'il
vous suffise de savoir que Pierrot, jusqu'alors gâté par le succès et
fort enorgueilli de son mérite, comprit pour la première fois qu'il
n'était qu'une créature faible et bornée, ignorante et portée au mal;
qu'il eut honte de lui-même et de son égoïsme, et qu'il se promit de
devenir un modèle pour tous les hommes nés ou à naître. Au reste, vous
vous imaginez assez, sans qu'il soit nécessaire d'entrer dans le détail
des choses, ce que devaient être les enseignements d'une fée qui était
la propre fille du sage roi des génies, le grand Salomon.

Pierrot était ravi de joie.

--Ah! marraine, disait-il souvent, si tous les prédicateurs vous
ressemblaient, que la vertu serait aimable! Mais ils sont, pour la
plupart, si ennuyeux, si pédants, si gourmés, si roides! Ils mettent
tant de latin dans leurs discours, et ils s'inquiètent si peu de se
faire comprendre, qu'on ne peut pas s'empêcher de bâiller en les
écoutant, et d'attendre avec impatience qu'ils aient fini leur sermon.
Vous, au contraire, chère marraine, vous causez si bien, vous contez
d'une façon si intéressante, vous avez un visage si beau et si doux, que
rien qu'à vous regarder on se sent attiré vers vous, et qu'en vous
écoutant on croit entendre la céleste musique que les anges font devant
le trône du Seigneur.

La fée Aurore sourit.

--Mon ami, dit-elle à Pierrot, pourquoi exiger des autres hommes une
perfection qui n'est pas dans la nature? S'ils étaient tous beaux et
bons, bienfaisants et aimables, quelle peine aurais-tu à être vertueux
parmi eux? Avant de juger ton prochain, connais-toi toi-même. Par
exemple, tu es le premier ministre du roi Vantripan, et tu exerces en
son nom l'autorité suprême; dis-moi, je te prie, as-tu jamais songé à
faire le bonheur de tes semblables et à mettre à leur service la grande
puissance que tu as reçue de Dieu?

--Pas trop, dit Pierrot.

--As-tu jamais songé à autre chose qu'à réaliser tes fantaisies?

--Je l'avoue.

--Eh bien, c'est le moment d'essayer. Nous voici à Nankin. Commence, et
crois que si tu veux faire ton devoir jusqu'au bout, tu auras de la
besogne.

--J'essayerai, dit Pierrot.

--Soit; mais ne t'annonce pas comme un ministre, ou l'on te cachera tout
ce qui se passe et tu ne verras rien. Il n'y a que les pauvres gens qui
voient tout, parce que tous les fardeaux retombent sur leur dos.

A ces mots, Pierrot mit pied à terre et laissa la bride sur le cou de
son cheval. La fée en fit autant, et tous deux entrèrent dans la ville,
vêtus comme de pauvres pèlerins.

Au détour d'une rue, Pierrot rencontra un grand cortége: c'était un
riche mandarin qui allait à la campagne avec sa femme et ses enfants. Il
était assis dans un palanquin porté par un éléphant. Vingt domestiques
marchaient devant lui et écartaient les passants à coups de bâton. Tout
le monde se rangeait avec empressement sur son passage. Pierrot,
oubliant que rien ne distingue un grand connétable mal vêtu d'un autre
citoyen, continua son chemin sans s'inquiéter du mandarin, sans le
braver et sans l'éviter.

--Ôte-toi de là, canaille! cria un des domestiques en lui donnant un
coup de bâton.

Pierrot, furieux, se retourna, arracha le bâton des mains de son
adversaire et lui administra la volée la plus complète qui soit jamais
tombée sur les épaules d'un laquais de bonne maison. Aux cris de
celui-ci, les autres accoururent et chargèrent Pierrot. Celui-ci était
si animé par leur insolence, qu'il les eût assommés tous sans
l'intervention de la bonne fée.

--Est-ce ainsi que tu remplis ta promesse? lui dit-elle tout bas. Dès le
premier accident, te voilà hors de toi-même. Souviens-toi donc que tu
n'es qu'un pauvre pèlerin, et non un grand seigneur.

A ces mots, Pierrot jeta le bâton et se croisa les bras en regardant les
domestiques du mandarin avec des yeux qui firent reculer les plus
hardis.

--Tu vas voir comment la justice se rend en ce pays, lui dit la fée.

Le tumulte et les cris avaient ameuté une foule nombreuse. Au fond, tout
le monde était charmé de l'action de Pierrot, mais personne n'osait
l'approuver tout haut, par crainte de la bastonnade.

Le mandarin descendit de son palanquin. C'était un gros homme, fort
rouge et marqué de la petite vérole, qui était redouté de tous à cause
de sa puissance et de sa méchanceté. Il était chef du tribunal suprême
de la province, et, en cette qualité, rendait des jugements sans appel.

--Qu'est-ce? dit-il en s'avançant d'un air assorti à sa dignité. Quel
est le coquin qui a osé frapper un de mes domestiques?

--Ce coquin, dit fièrement Pierrot, c'est moi. Il m'a frappé le premier,
et j'ai fait ce que chacun en pareil cas devrait faire.

--Ah! c'est toi, dit le mandarin. Qu'on me saisisse ce drôle et qu'on le
fasse mourir sous le bâton pour son insolence.

--Un moment! dit Pierrot. Est-ce pour avoir eu l'insolence de vous
répondre, ou pour avoir rendu des coups de bâton à votre domestique que
vous me condamnez?

--Je crois, dit le mandarin, que cette _espèce_ ose m'interroger! Qu'on
le saisisse!

Trois ou quatre domestiques s'élancèrent à la fois sur Pierrot.

--Attention! dit-il, je n'ai provoqué personne et ne veux faire de mal à
qui que ce soit. Que le premier qui mettra la main sur moi compte et
numérote ses os pour les reconnaître et les remettre en place au jour du
jugement dernier. Et toi, mon gros seigneur, à nous deux!

A ces mots, malgré ses cris, il saisit le mandarin par ses longues
moustaches qui pendaient jusque sur sa poitrine, l'enleva de terre et le
montra aux spectateurs comme un bateleur montre des singes sur la place
publique; puis, le retournant les pieds en l'air et la tête en bas, il
le lança comme une balle, le reçut dans ses mains, et le renvoya de
nouveau, au milieu des cris de joie du peuple, des cris d'alarme des
domestiques et de la joie de tous. Quand ce jeu eut duré quatre ou cinq
minutes, il le remit sur ses pieds, le hissa sur son éléphant et partit
en disant:

--Au revoir, seigneur mandarin!

Le pauvre justicier n'avait plus la force de répondre. La colère,
l'indignation d'avoir subi un pareil traitement, lui si élevé en
dignité, et cela en vue de tout un peuple, le transportèrent au point
qu'il en fit une maladie de plus de six mois.

--Par Brahma et Bouddah! disait la foule en se séparant, voilà une
prompte et bonne justice.

Nos deux voyageurs poursuivirent leur route sans autre rencontre, et
allèrent se loger dans une hôtellerie d'assez pauvre apparence. Ils
soupèrent cependant avec appétit, grâce à un potage aux nids
d'hirondelle qui est si exquis que le proverbe chinois dit: «Bouddah
ayant créé le ciel et la terre, inventa le potage aux nids
d'hirondelle.» Si vous voulez en goûter, et du meilleur, vous en
trouverez chez le seigneur Ki, aubergiste à Pékin, l'un de mes bons
amis, et le plus céleste cuisinier du Céleste Empire.

Le lendemain, Pierrot se leva de bonne heure et alla se promener par la
ville. Il fut bientôt accosté par un douanier, qui, d'un air très-poli,
suivant la coutume chinoise, l'invita à quitter ses habits et à laisser
regarder dans ses poches.

--A quoi bon? dit Pierrot, je n'ai pris le bien de personne.

--A Dieu ne plaise! dit humblement le douanier, que nous ayons de vous
un semblable soupçon. Mais peut-être avez-vous, sans vous en apercevoir,
introduit dans la ville quelque denrée. Dans ce cas, seigneur, vous
aurez la bonté de payer les droits d'entrée.

--Je n'ai rien introduit, dit Pierrot; donnez-moi la paix!

Cependant, se souvenant des recommandations de la fée, il se laissa
fouiller. On ne trouva rien dans ses poches. Il se crut libre, quand le
douanier, se ravisant:

--De quelle étoffe, dit-il, est votre manteau à capuchon?

--De grosse laine, dit Pierrot.

--Justement, reprit le douanier, c'est ce que j'avais deviné.

--Et qu'as-tu deviné?

--La laine, seigneur, est défendue dans la ville de Nankin, par égard
pour nos manufacturiers, qui fabriquent des étoffes moins commodes et
plus chères. Ayez la bonté de nous donner votre manteau et de payer
l'amende.

--Je ne donnerai rien et ne payerai rien, dit Pierrot. Je ne veux pas
me promener dans les rues en manches de chemise. Ce serait peu
convenable. Quant à l'amende, je ne dois pas la payer, puisque
j'ignorais la loi.

--Nul n'est censé ignorer la loi, dit sentencieusement le douanier.

--Pas même les étrangers? demanda Pierrot.

--Ayez la bonté de me suivre, dit le douanier.

--Où?

--En prison.

Sur ce mot, le receveur des douanes sortit de son bureau. C'était un
beau jeune homme, bien frisé et pommadé, qui avait un lorgnon sur
l'oeil, et qui regarda Pierrot du haut de ce lorgnon, comme un animal
très-curieux.

--Monsieur, dit Pierrot, j'ai par mégarde, étant pauvre, acheté un
manteau de laine, faute de pouvoir porter un manteau de velours et de
soie, et votre douanier veut m'envoyer en prison.

--Que voulez-vous, mon bon? dit négligemment le receveur, c'est la loi.

--C'est la loi à Nankin, dit Pierrot, mais non dans le reste de la
Chine, et je ne suis pas citoyen de Nankin.

--Allez en prison, mon ami, allez, dit le beau receveur d'un air de
protection. J'entendrai votre affaire un autre jour. Quelques amis
m'attendent en ville et veulent faire un déjeuner de garçons.

--Monsieur, dit Pierrot, dont la bile s'échauffait, ne me laissez pas
aller en prison. Peut-être les cris d'un malheureux qu'on enferme
troubleraient votre digestion.

--Rassurez-vous, mon bon, ces choses-là sont si communes que j'y suis
tout à fait habitué.

--Monsieur, je vous en prie, écoutez-moi un instant. Peut-être un jour
vous aurez besoin de moi et vous me supplierez à votre tour. On a
souvent besoin d'un plus petit que soi.

--Qu'est-ce à dire, mon bon? dit le beau frisé. Allez en prison, et ne
vous le faites pas répéter. Dans un mois ou deux, si j'ai du loisir,
j'écouterai vos réclamations.

--Et moi, pendant ces deux mois, je grincerai des dents en invoquant la
justice et la vengeance du ciel! s'écria Pierrot.

--Mon bon, vous m'excédez. Douanier, faites-moi mettre cet homme au
cachot; s'il fallait écouter tous ceux qui parlent de leur innocence, on
n'en finirait pas.

Le douanier prit Pierrot au collet.

--Ventre-Mahom! cria Pierrot, tu iras toi-même au cachot, et tu y
resteras longtemps. Ah! gredin, c'est ainsi que tu disposes de la
liberté des hommes! Ne sais-tu pas que la liberté est plus que la vie,
et qu'il vaut mieux mourir de faim au grand air qu'engraisser entre
quatre murailles?

Ce disant, Pierrot prit le receveur d'une main, le douanier de l'autre,
les poussa dans la cave de la maison, en prit la clef et leur jeta du
pain et une cruche d'eau par le soupirail; puis il retourna à
l'hôtellerie.

Elle était pleine de gens qui, sans le connaître, parlaient de lui et de
son aventure de la veille. Le malheur du mandarin avait fait grand
bruit. De mémoire de Chinois on n'avait entendu parler d'un pauvre homme
qui se fût fait justice à lui-même contre un grand seigneur. Quelque
part qu'il pût aller, Pierrot était destiné à étonner le peuple, qui ne
pouvait comprendre une fierté et un courage si peu ordinaires.

Pierrot n'était pourtant que le fils d'un paysan, mais il faut vous
dire, mes amis, que son père avait été l'un des volontaires de la grande
république; et ceux-là, voyez-vous, Dieu les a bénis, eux et leur
postérité, jusqu'à la troisième génération, parce qu'ils ont combattu
pour la patrie et pour la justice.

Pierrot, étonné de ce bruit, se mêla parmi les groupes et eut le
plaisir, bien rare pour ceux qui écoutent aux portes, d'entendre faire
son éloge.

--Ah! dit un vieillard, si celui-là voulait se mettre à notre tête, il
nous ferait rendre justice.

--Et si nous prenions les armes nous-mêmes et sans l'attendre? dit un
autre.

Jusque-là on avait parlé fort librement; mais, à cette proposition
inattendue, on se regarda avec frayeur. Tant qu'il ne s'agissait que de
parler, les orateurs ne manquaient pas, non plus qu'en aucun pays;
quand il fut question d'agir, un silence morne régna dans l'assemblée.
Pierrot, qui était resté jusque-là immobile et silencieux, éleva la
voix:

--Bonnes gens de Nankin, dit-il, de qui avez-vous à vous plaindre?

On se tourna vers lui avec étonnement.

--Je ne suis qu'un simple pèlerin, ajouta-t-il, mais je puis, comme un
autre, vous dire ce qu'il est convenable de faire. Si vous vous
révoltez, vous serez punis; l'impôt sera doublé, et quelques-uns d'entre
vous seront empalés; c'est inévitable. Pourquoi ne portez-vous pas vos
plaintes au grand connétable qui est à Pékin? Il vous fera rendre
justice.

--Oui, dit un bourgeois, il nous renverra au mandarin qui a été si
maltraité hier, et celui-ci, qui est l'ami du gouverneur, fera
justement, comme vous le disiez tout à l'heure, empaler les plaignants
pour l'exemple. Nous connaissons bien les usages de ces grands
seigneurs!

Pierrot fut forcé d'avouer qu'il disait vrai.

--Cependant, dit-il, je connais un peu le seigneur Pierrot... de
réputation, et il n'est ni injuste, ni avide, ni intéressé.

--Oui, mais il laisse agir ses lieutenants qui le sont. Que nous importe
à nous qu'il soit vertueux ou non, s'il ne s'occupe pas du gouvernement?

--Attrape, dit tout bas la fée Aurore qui venait de rejoindre son
filleul.

--Puisque personne n'ose se joindre à moi, dit Pierrot, j'irai seul chez
ce gouverneur si redouté, et il m'entendra. Quelles sont vos plaintes?

--Nous nous plaignons, dit le vieillard qui avait déjà parlé, de
recevoir trop de coups de bâton et pas assez de rations de riz. On nous
prend notre thé de force et à bas prix, et on nous le vend dix fois plus
cher. On nous fait payer un impôt sur la laine et le coton qui font nos
habits, un autre sur le fil qui les coud, un autre sur les aiguilles, un
autre sur la doublure et un autre pour la permission de les coudre.
Encore tout cela n'est rien; mais tous ces impôts réunis devraient
produire dix millions à peine, et ils en produisent trente par la
cruelle industrie des receveurs, douaniers, péagers, mandarins et
gouverneurs, dont chacun veut prélever son bénéfice proportionné à son
grade et au cas qu'il fait de son importance.

--En effet, dit Pierrot, cela est fâcheux.

--Fâcheux! seigneur pèlerin, dites que cela est mortel; déjà nous ne
pouvons plus nous vêtir et nous avons peine à nous nourrir.

--Prenez patience, dit Pierrot, avant la fin de la journée vous aurez
justice.

--Est-ce un Dieu? disait-on, ou bien est-ce un fou qui fait le grand
seigneur?

--Sur ces entrefaites, un officier, suivi d'une troupe de soldats,
saisit Pierrot par le bras.

--Suis-nous sur-le-champ, dit-il.

--Où?

--Au palais du gouverneur.

--J'y allais.

--Tant mieux, tu expliqueras ton affaire. Ah! coquin, tu mets un
receveur et un douanier en prison; tu usurpes notre emploi; tu te mêles
de rendre la justice!...

A chaque mot il joignait une bourrade, et ses soldats, voyant Pierrot
sans défense, lui donnaient de grands coups dans le dos avec le bois de
leurs lances.

--Pardieu! se dit Pierrot, j'ai bien envie d'en faire justice
sur-le-champ; mais patience, j'ai promis à la fée Aurore d'attendre
jusqu'au bout.

On le mena dans cet équipage jusqu'au palais du gouverneur. Une foule
immense le suivait, riant de la folie de cet homme qui promettait un
moment auparavant de lui faire rendre justice, et qu'on allait pendre
sans forme de procès.

Pierrot fut mis dans une cour brûlée par un soleil ardent. On lui ôta
son bonnet. Sous ce climat, la chaleur est insupportable. Pierrot
demanda à boire. Les soldats se moquèrent de lui et lui jetèrent de la
poussière. Il avait les fers aux pieds et aux mains.

--J'ai soif, dit une seconde fois Pierrot.

--Tu n'attendras pas longtemps, dit l'officier, le pal est prêt. Tu
boiras dans l'autre monde.

Enfin le gouverneur parut.

--C'est toi, misérable, dit-il, qui as battu hier le mandarin, qui as
jeté aujourd'hui le receveur et le douanier dans un cachot, et qui
promettais tout à l'heure à ce peuple justice contre moi?

--Oui, seigneur, dit humblement Pierrot; et il raconta ce qui s'était
passé.

Avant qu'il fût à la moitié de son récit:

--C'est bien, dit le gouverneur, qu'on l'empale.

--Quoi, seigneur, dit douloureusement Pierrot, n'y a-t-il pas de grâce à
espérer?

Cette fois, le gouverneur ne daigna pas même répondre et fit signe qu'on
exécutât ses ordres.

Tout à coup, Pierrot, roidissant ses poignets et ses jambes, cassa ses
fers et les jeta à la figure du gouverneur, dont le nez enfla et saigna
abondamment. Tous les soldats se précipitèrent sur lui. Pierrot prit la
lance de l'un d'eux, l'enfonça dans le corps du premier, du second, du
troisième et du quatrième, et ficha la lance en terre.

--Vous ne savez pas empaler, dit-il; mes amis, voilà comment on s'y
prend.

Tous les soldats prirent la fuite; le gouverneur resta seul avec la
foule, qui battait des mains en reconnaissant son héros de la veille.

Otant alors son manteau de laine, Pierrot parut en costume de cour.

--Je suis Pierrot, le grand connétable, le vainqueur de Pantafilando,
dit-il, et voici comment je rends justice.

--Seigneur connétable, dit le gouverneur en se mettant à genoux et
essuyant son nez qui saignait encore; seigneur grand connétable, ayez
pitié de moi! Hélas! si j'avais su qui j'avais la sacrilége audace de
vouloir faire empaler, croyez que mon respect....

--Oui, sans doute, dit Pierrot, si tu avais su que tu avais affaire à
plus fort que toi, tu aurais été aussi lâche que tu t'es montré
insolent.

--Seigneur grand connétable, pardonnez-moi.

--Si tu n'as pas commis d'autre crime, dit Pierrot, je te pardonne; mais
voyons d'abord si personne ne se plaint. Parlez! dit-il en s'adressant à
la foule.

--Seigneur, dit un bourgeois de Nankin, il a fait mourir mon frère sous
le bâton, parce que mon frère, qui était fort distrait, avait oublié de
le saluer dans la rue.

--Est-ce vrai? dit Pierrot.

--Oui, seigneur, s'écria-t-on de toutes parts.

--Ne fallait-il pas faire respecter en ma personne l'autorité royale
dont j'étais revêtu? dit le gouverneur.

--C'est tout ce que tu as à dire pour ta défense? reprit Pierrot; à un
autre.

--Seigneur, dit un autre bourgeois, il a fait empaler mon père.

--Pourquoi?

--Parce que mon père, trop pauvre, ne pouvait payer l'impôt, ni l'amende
à laquelle il l'avait condamné.

--Est-ce vrai? dit Pierrot.

--Seigneur, je l'avoue. Notre grand roi Vantripan avait si grand besoin
d'argent pour faire la guerre aux Tartares!

Beaucoup d'autres se présentèrent. Les uns avaient eu les yeux crevés,
d'autres les oreilles coupées. Le front de Pierrot se rembrunit.

--Je voulais, dit-il, que mon premier acte d'autorité fût un acte de
clémence. C'est impossible! La clémence envers l'oppresseur est une
cruauté envers l'opprimé. Qu'on l'empale!

Ce qui fut fait aux applaudissements de la foule. Mais les bravos
devinrent éclatants et unanimes quand Pierrot ajouta:

--A l'avenir, quiconque aura fait donner des coups de bâton à un Chinois
en recevra lui-même le triple, dût-il en mourir. Quiconque aura mis un
Chinois en prison, sauf le cas de condamnation légale, sera mis lui-même
en prison autant de mois que le plaignant y aura resté de jours.
Quiconque aura condamné à mort et fait exécuter un Chinois, sans ma
permission, sera lui-même empalé.

Ayant proclamé ces belles, sages et magnifiques ordonnances, comme les
qualifie le vieil Alcofribras, dont je traduis ici les chroniques,
Pierrot quitta Nankin en compagnie de la fée Aurore.

--Eh bien, Pierrot, lui dit la fée quand ils furent tous deux à cheval
dans la campagne, comprends-tu maintenant pourquoi je te disais d'entrer
déguisé dans cette ville? Vois-tu, par ce qui t'arrive à toi-même qui
peux te défendre, ce qui a dû arriver aux pauvres gens qui sont sans
armes, sans force, et, par suite d'une longue oppression, sans courage?

--Vous avez raison en tout, sage marraine, dit Pierrot; ce gouverneur et
ce mandarin sont deux coquins abominables dont je suis bien aise d'avoir
fait justice.

--Ce n'est rien encore, dit la fée, tu en verras bien d'autres.

--Il n'est pas si agréable que je croyais, dit Pierrot, de gouverner un
grand royaume.

La fée sourit. Elle vit que Pierrot commençait à profiter des leçons de
l'expérience.

Cependant le soleil dardait sur leurs têtes ses rayons brûlants. Un vent
léger soulevait la poussière et aveuglait les voyageurs.

--Arrêtons-nous un instant dans ce bois, dit la fée, et laissons reposer
nos chevaux.

Ils s'assirent au plus épais du bois, près d'un ruisseau qui longeait
une fort belle prairie. Au bout de cette prairie, et vers le milieu
d'une colline dont le ruisseau baignait le pied, était construite une
petite maison très-propre et très-jolie; au-devant, dans la cour,
étaient plantés deux vieux tilleuls; derrière s'étendait en pente douce,
vers le ruisseau, un grand jardin ombragé avec art, non pas à la manière
de ces jardins anglais qui ressemblent à des taillis percés au hasard,
mais comme ceux de Le Nôtre et des jardiniers français, qui sont, mes
amis, croyez-le bien, les seuls jardiniers du globe. Dans ce jardin
charmant, on voyait des arbres à fruit le long des carrés de légumes, et
le long des murailles, des vignes et des pêchers étaient couverts de
fruits. Au fond du jardin s'étendait un grand carré de verdure, et à
côté de ce carré un petit parterre planté des plus belles fleurs de la
création. Le carré de verdure était bordé de tous côtés par des
tilleuls. A quelque distance du jardin paissaient dans la prairie une
vingtaine de vaches laitières avec leurs veaux. Ces vaches, qui
n'appartenaient ni à la race durham, ni à la race schwytz, ni à aucune
race ou sous-race couronnée dans les concours agricoles, étaient
pourtant fort propres, grasses et bien nourries. Plus haut, sur la
colline, on voyait paître un troupeau de moutons de la plus belle
espèce.

Pierrot, du fond du bois, regardait avec plaisir ce doux spectacle.

--Que les habitants de cette maison sont heureux, dit-il; c'est ainsi
que je voudrais vivre toujours.

La fée n'eut pas le temps de répondre. Ils entendirent un grand bruit
dans le bois, et virent accourir une jeune fille d'environ seize ans,
poursuivie par un tigre royal, qui faisait pour l'atteindre des bonds
prodigieux.

En apercevant la fée, elle se jeta dans ses bras et lui cria:

--Sauvez-moi!

--Pierrot, dit la fée, c'est le moment de montrer ce que tu sais faire.

Pierrot, qui n'avait pas besoin d'être encouragé, s'élança au-devant du
tigre. C'était un magnifique spectacle que celui de ces deux adversaires
en face l'un de l'autre: tous deux étaient, l'homme et le tigre, d'une
proportion et d'une beauté de formes admirables; tous deux étaient d'une
force et d'une agilité incomparables; tous deux étaient puissamment
armés, l'un de ses griffes, l'autre d'un sabre damas à poignée d'or
incrustée de diamants: leurs yeux étaient étincelants. Des narines du
tigre sortaient des étincelles de feu; Pierrot se sentait fier d'avoir
quelqu'un à défendre, et de montrer à sa marraine qu'il était digne
d'elle.

Le tigre, ramassé sur lui-même comme un chat qui va sauter sur une
table, bondit tout à coup et se jeta sur Pierrot; celui-ci le reçut de
pied ferme, et sur son sabre qui s'enfonça jusqu'à la garde dans le
ventre du tigre. La blessure était grave, mais non pas mortelle. Le
tigre tomba à terre sur ses pattes et voulut s'élancer de nouveau; mais
Pierrot l'avait prévenu. Prenant son sabre par la pointe, il frappa avec
la poignée la tête de son ennemi d'un coup si violent, que la tigre fut
assommé, et que sa tête fut aplatie comme une figue sèche. Il expira
sur-le-champ.

Pierrot, essuyant sur l'herbe son sabre dégouttant de sang, revint vers
la fée Aurore et la trouva occupée à tenir dans ses bras la jeune fille
qui s'était évanouie. Pierrot put donc regarder celle-ci fort à l'aise
et sans la gêner. Nous allons en profiter pour faire la même chose.

Figurez-vous, mes amis, la plus belle enfant qu'on ait jamais vue. Je
suis bien en peine pour vous expliquer sa beauté en détail. Il faut
l'avoir vue pour s'en faire une idée: c'était quelque chose de plus
semblable à un ange qu'à une personne humaine. Pierrot ne put remarquer
d'abord ni son front, ni son nez, ni sa bouche, ni rien, tant il fut
ébloui de l'ensemble. Ses cheveux étaient d'un blond cendré admirable
comme ceux de la divine Juliette, dont Shakespeare a chanté la beauté et
les malheurs. Sa figure était si belle, si intelligente, si attrayante
et si douce, qu'on ne pouvait en détacher ses regards. On n'aurait pu
dire par quoi elle plaisait. Je crois qu'elle était comme le soleil et
qu'elle envoyait des rayons autour d'elle; mais c'étaient des rayons de
grâce naturelle et irrésistible. Pierrot sentit, en la voyant, qu'il
aurait plus de plaisir à se faire tuer pour elle, même sans qu'elle le
sût et sans attendre de récompense, qu'il n'avait jamais espéré d'en
avoir en épousant Bandoline et en devenant roi de la Chine.

Après quelques instants, elle rouvrit les yeux, et se trouva appuyée sur
les genoux de la fée. Elle la remercia doucement; et tournant ses
regards sur Pierrot, elle se souvint du danger d'où il l'avait tirée, et
lui sourit d'une manière si ravissante, que le pauvre Pierrot, pour
obtenir un second sourire semblable au premier, aurait combattu, non pas
un à un, mais tous ensemble, tous les tigres de la création.

La fée Aurore lui fit alors quelques questions auxquelles la jeune fille
répondit avec une modestie charmante. Elle dit qu'elle s'appelait
Rosine, qu'elle habitait avec sa mère la petite maison qu'on voyait au
bout de la prairie; que la prairie même, le bois et la colline
appartenaient à sa mère, et que cette petite fortune les faisait vivre
heureusement avec quelques domestiques qui cultivaient la terre sous la
direction de sa mère; qu'elle avait perdu son père quelques années
auparavant, et que sa mère, désespérée de cette perte, était venue
s'établir à la campagne; qu'elles y vivaient seules, et d'une vie si
paisible que, depuis cinq ans, elles n'étaient pas sorties de cette
petite vallée.

Ce récit, comme vous pensez bien, ne fut pas fait tout d'une haleine.
C'est le résumé des réponses qu'elle fit successivement aux questions de
la fée Aurore. Il était aisé de voir que ces questions étaient causées
par quelque chose de plus que la curiosité. La bonne fée n'avait que
faire d'interroger Rosine sur ce qu'elle savait fort bien en qualité de
fée; mais elle voulait la faire parler devant Pierrot, qui, au bout de
quelques instants, fut si charmé et saisi d'un si grand respect pour
elle, qu'il n'osait ni lui parler ni même la regarder.

Elle termina son récit en disant qu'elle se promenait seule quelques
instants auparavant, lorsque le tigre s'était tout à coup précipité sur
elle; qu'elle avait fui sans savoir dans quelle direction, et qu'elle
aurait sûrement péri sans le courage héroïque de Pierrot (ledit Pierrot
se sentit plein d'une fierté sans égale); qu'il lui tardait de rassurer
sa mère, et qu'elle priait les deux voyageurs de venir recevoir ses
remercîments.

A ces mots, le pauvre Pierrot se tourna vers la fée d'un air si
suppliant, et ses yeux la conjurèrent tellement d'accepter l'invitation,
que la bonne fée se mit à rire, et feignit d'abord d'hésiter et d'être
pressée de continuer sa route.

--O divine marraine! s'écria Pierrot effrayé, cette vallée est si belle,
reposons-nous ici quelques instants.

Rosine insista de son côté si gracieusement, que la fée Aurore qui, au
fond, ne demandait pas mieux, consentit à les suivre.

La mère de Rosine, qui était loin de se douter du danger qu'avait couru
sa fille et du service qu'on lui avait rendu, fut un peu étonnée de
l'arrivée des deux étrangers. Elle les reçut néanmoins avec une
politesse noble et gracieuse, devinant bien aux manières de la fée,
quoique celle-ci fût vêtue d'une manière fort ordinaire, qu'elle avait
affaire à une personne de distinction. Elle-même était une femme d'un
grand mérite, âgée de quarante ans à peine, et d'une beauté qui, dans
sa jeunesse, avait dû être semblable à celle de sa fille, et qui était
encore admirable, quoique plus grave et plus imposante. Elle parla à
Pierrot avec beaucoup d'effusion du service qu'il venait de lui rendre,
et fit une légère réprimande à sa fille pour s'être aventurée dans le
bois toute seule.

Celle-ci s'excusa, mais avec douceur et modestie, sur ce qu'il n'y avait
jamais eu de tigre dans la forêt, ni à dix lieues à la ronde, et promit
de ne plus exposer la tendresse de sa mère à de pareilles alarmes. Après
quelques discours de ce genre, la bonne dame servit à ses hôtes un repas
très-délicat, dans lequel n'abondaient pas, comme on peut croire, les
viandes substantielles et épicées, mais où l'on trouvait tous les fruits
du jardin et de la saison. Pierrot, qui avait le coeur gonflé de joie,
put à peine manger; quant à la fée, qui ne vivait que du parfum des
roses et de la rosée du matin, elle prit quelques fruits par politesse,
et, après quelques minutes, tout le monde alla au jardin.

La belle veuve prit plaisir à montrer à ses hôtes ce jardin dans tous
ses détails. C'était presque entièrement son oeuvre. Quoiqu'elle ne fût
pas assez forte pour le bêcher elle-même, et que d'ailleurs ses autres
occupations ne lui en laissassent pas le temps, elle n'aurait voulu
laisser à personne le soin de planter, de semer, de greffer, de
cueillir. Rosine, beaucoup moins habile, mais déjà aussi zélée que sa
mère, ratissait elle-même les allées du jardin et s'occupait du
parterre. Un jardinier bêchait les carrés de légumes et tirait l'eau du
puits. Par le moyen d'un tuyau de pompe, on arrosait le jardin tout
entier sans peine. Pierrot fut si enchanté de tout ce qu'il voyait,
qu'il voulut sur-le-champ se mettre à l'oeuvre, bêcher et arroser. Il
quitta son sabre, dont la poignée était enrichie de diamants, et se mit
au travail avec une ardeur qui fit sourire la fée Aurore.

--Pierrot, dit-elle tout bas, est-ce que tu aurais pour le jardinage une
vocation dont tu ne m'as jamais parlé? Tu as eu grand tort, mon ami, car
je me serais bien gardée de la contrarier. J'ai cru que tu n'aimais qu'à
te battre, à te couvrir de gloire, et à gouverner les peuples et les
empires. D'où te viennent ces goûts champêtres?

--Ah! marraine, répondit Pierrot, qu'on est bien ici! que l'air est pur!
que le ciel est bleu! que la vallée est verdoyante et magnifique! et
qu'il vaut mieux greffer et arroser toute sa vie que de faire empaler
les mandarins et dépaler les pauvres diables!

La fée Aurore n'insista pas, elle vit bien que l'esprit de Pierrot était
à cent lieues de la guerre, de la gloire des armes, de la grande
connétablie, et, ce qui lui fit encore plus de plaisir, de la princesse
Bandoline. On eût cru, à le voir travailler, sarcler, bêcher, tracer des
lignes et planter de la salade, qu'il n'avait jamais fait autre chose.
Ceci ne doit pas vous étonner, mes amis. D'abord, Pierrot avait une
aptitude naturelle à tout ce qu'il faisait. Il était adroit de ses
pieds et de ses mains; de plus, il avait vu travailler son père et
travaillé souvent avec lui: bon sang ne peut mentir. A la vue d'une
pioche et d'un râteau, il se souvint de la pioche et du râteau de son
père, et comprit qu'il est bon et naturel que les grands seigneurs se
promènent en costume de cour, et usent leur temps à faire des
révérences, puisqu'ils ne savent pas d'autre métier et que les autres
hommes veulent bien le souffrir; mais que si tout le monde voulait faire
ce métier, nous mourrions de faim avant une semaine. La jeune fille, le
voyant travailler de si grand coeur, voulut l'aider à son tour, et, en
quelques minutes, et sans y avoir songé, cette communauté d'occupations
établit entre eux une douce et intime familiarité qui fit penser à
Pierrot qu'en vérité bêcher était la plus belle et la plus agréable
chose du monde, et que si les anges et les bienheureux avaient bêché une
fois, ils ne voudraient plus faire autre chose pendant l'éternité.

Il fallut cependant quitter cet ouvrage si attrayant et se rendre à
l'appel de la fée et de la mère de Rosine qui voulaient visiter les
étables, la prairie, les terres labourées et les troupeaux. Le jour
baissait, et Pierrot quitta sa bêche, et sa compagne l'arrosoir avec
regret; mais Pierrot fut bien consolé en voyant du coin de l'oeil que
les deux chevaux étaient débridés, dessellés et enfermés dans l'écurie,
et que la fée Aurore ne parlait plus de partir.

Tout était à sa place et dans un ordre admirable. Les fruits étaient
rangés sur la paille dans le cellier. Trente mille de pommes faisaient
face à cinquante mille poires de la plus belle espèce et qui fondaient
sous la dent. Des millions de prunes reine-claude, jaunies par le soleil
et légèrement entamées par les abeilles, mais dont la blessure s'était
cicatrisée, se trouvaient à côté de pêches magnifiques et savoureuses.
Encore n'était-ce que la moitié de la récolte. Le reste pendait aux
arbres du jardin et de l'enclos. La prairie, qui était fort grande, se
divisait en deux parts que séparait une magnifique haie vive. La partie
qui n'était pas réservée au pâturage était couverte de regain
fraîchement coupé, dont la délicieuse odeur parfumait au loin toute la
vallée. Des hommes et des femmes étaient occupés à retourner ce foin et
paraissaient travailler avec une ardeur qui n'avait rien de servile ou
de mercenaire; car, grâce à la générosité de la mère de Rosine et au
soin qu'elle avait de fournir à chacun un travail proportionné à ses
forces, il n'y avait ni pauvres, ni oisifs, ni mendiants dans la vallée.

A quelque distance de la maison s'élevaient cinq ou six chaumières assez
bien bâties et fort propres. Dans chacune habitait une famille honnête
et laborieuse dont les petits enfants se jouaient devant la porte, sur
une place aplanie et garnie d'un gazon vert plus abondant et plus frais
que celui des plus beaux parcs d'Angleterre. Un grand marronnier
étendait au loin ses branches deux fois séculaires. On ne voyait pas
devant les maisons ni devant les écuries cet amas de fumier et
d'immondices qui salit et déshonore la plupart de nos villages de
France. Le fumier, soigneusement recueilli, se rendait dans des
réservoirs par des canaux souterrains qui traversaient la place, mais
qui étaient recouverts de pierre et de gazon. De ces réservoirs on le
transportait ensuite dans les terres du voisinage. Enfin, sur le haut de
la colline était bâtie une église très-simple, de construction récente,
dont la croix de cuivre doré se détachait sur le bleu profond du ciel et
réfléchissait les derniers rayons du soleil. Il faut vous dire, mes
amis, que ce village était composé de chrétiens nouvellement convertis
par un missionnaire venu de France.

Pierrot était plein d'un bonheur inexprimable. A chaque instant il
interrompait la conversation pour faire des questions dont il
n'attendait pas la réponse. Il marchait, il courait, allait, revenait,
sans raison et sans but; il poussait des exclamations de joie, sautait
par-dessus les murs et les haies comme un jeune cheval échappé, montait
dans les arbres, et, se suspendant par les mains aux branches, il se
laissait retomber à terre. La fée Aurore le regardait en souriant d'un
bonheur si grand et si nouveau. Elle en avait promptement deviné la
cause, et attendait qu'il lui en fit confidence, suivant son habitude.

Le soir, quand ils furent seuls, elle demanda à Pierrot à quelle heure
il voudrait partir le lendemain. Le pauvre Pierrot retomba du ciel en
terre, et demeura quelques instants sans répondre. Enfin il demanda
timidement si quelque affaire pressée les forçait de quitter sitôt une
dame qui les accueillait si bien.

--Mon ami, dit la fée, il ne faut pas abuser de l'hospitalité. C'est une
vertu dont on se lasse vite. Si nous partons demain, on nous regrettera;
mais si nous restons ici trop longtemps, on finira par se demander
pourquoi nous ne partons pas.

Pierrot n'osa répondre. Il lui semblait en son âme qu'il ne gênerait
personne en demeurant plus longtemps; mais il n'osait ni ne pouvait dire
pourquoi. Il trouva enfin un biais par lequel il crut dissimuler fort
habilement sa pensée véritable.

--Peut-être, dit-il à la fée, ne sommes-nous pas des hôtes bien gênants?
Je puis travailler à la terre, et vous avez vu vous-même, marraine, que
je m'en tire assez bien. Ces dames ont besoin d'un homme en qui elles
puissent avoir confiance, qui fasse pour elles le travail le plus
pénible, qui les protége et les défende au besoin.

--Et toi, qui n'as pas encore de barbe au menton, tu veux être cet homme
de confiance?

--Pourquoi non? dit Pierrot. Le roi Vantripan m'a bien confié
l'administration de la Chine tout entière!

--Et il a donné là une belle preuve de sagesse! Voilà ce grand
connétable, ce grand amiral, la terreur des Tartares et le soutien des
opprimés, qui, pour une fantaisie, laisse là son amirauté, sa
connétablie et le reste, et qui veut semer des haricots et récolter du
foin! Voilà tout le royaume à l'abandon, parce que le seigneur Pierrot a
été bien accueilli dans une ferme!

--Eh bien, après tout, dit Pierrot, s'il ne tient qu'à cela, je jetterai
au vent mon amirauté et ma connétablie, et je reprendrai ma liberté.

--Et tu viendras ici bêcher, arroser et sarcler, sous les yeux de la
belle Rosine? Sais-tu, grand étourdi, si cet arrangement lui plaira
autant qu'à toi, et surtout si sa mère voudra le souffrir?

Cette question coupa la parole au pauvre Pierrot.

La fée Aurore eut compassion de son embarras. Elle commençait toujours
par faire des objections raisonnables, et elle finissait par céder et
par chercher des moyens de satisfaire son désolé filleul. O mes amis!
vous chercherez pendant cent ans sur toute la surface de la terre sans
trouver un coeur qui approche de celui de cette charmante fée! Aussi
avait-elle été élevée par Salomon lui-même, qui l'avait faite de trois
rayons, le premier de lumière ou d'intelligence, le second de bonté, et
le dernier de grâce et de beauté. Ces trois rayons, pris parmi ceux qui
entourent le trône de Dieu même, et dont les anges ne peuvent soutenir
l'éclat, se rencontraient en un centre commun qui était le coeur de la
fée.

--J'ai ton affaire, dit-elle à Pierrot. Console-toi. Je me charge-de te
faire retenir ici pendant huit jours, après lesquels tu iras reprendre
tes fonctions.

A ces mots, Pierrot, transporté de joie, se mit à genoux devant la fée
et lui baisa les mains avec des transports de joie folle et de
reconnaissance. La bonne fée jouissait tranquillement du bonheur d'avoir
fait un heureux, bonheur si grand que Dieu se l'est réservé presque
entièrement, et qu'il n'en a laissé aux hommes que l'apparence. Quant à
elle, son devoir la rappelait à la cour du roi des Génies, et elle
partit sur-le-champ pour baiser la barbe blanche et parfumée du
vénérable Salomon.

Dès le lendemain, Pierrot, sans savoir comment, se trouva installé et
traité comme un vieil ami. Le jour, il travaillait au jardin ou dans les
champs, seul ou sous les yeux de la belle Rosine et de sa mère, et, dans
son ardeur à labourer, à fumer, à semer, il faisait à lui seul l'ouvrage
de six hommes. Le soir, en revenant du travail, il recevait le prix de
ses peines; il lisait tout haut les plus beaux livres des anciens
poëtes, et avec tant de chaleur et de sensibilité que la pauvre Rosine
s'étonnait d'avoir lu vingt fois les mêmes choses sans y rien découvrir
de ce qui la charmait dans la bouche de Pierrot. Quelquefois la mère
racontait une de ces vieilles histoires qui sont nées avec le genre
humain, et qui ne mourront qu'avec lui. C'était la pauvre Geneviève de
Brabant, condamnée à mort par le traître Golo, et retrouvée dans la
forêt par son mari, le duc Sigefroi. C'était la belle Sakontala et le
roi Douchmanta égarés dans les forêts de lotus et de palmiers qui
couvrent les bords du Gange. C'était le Juif errant condamné à marcher
_pendant plus de mille ans_. Le dernier jugement finira son tourment.
C'était la lamentable histoire du bon saint Roch et de son chien, qui
finit d'une façon si pathétique qu'à cet endroit tout le monde versa des
larmes:

            Exempt de blâme
            Il rendit l'âme,
            En bon chrétien,
          Dans les bras de son chien.

--J'ai vu, mes enfants, dit le vieil Alcofribas, des gens impies rire de
ce dernier couplet. Eh bien, croyez-moi, ce sont des coeurs endurcis et
dont il faut se défier.

Pierrot, à son tour, prié de dire son histoire, hésita quelque temps par
modestie. Il commença enfin le récit de ses aventures, en passant sous
silence, comme vous pouvez vous l'imaginer, l'impression qu'avaient
faite sur lui les beaux yeux de la belle Bandoline. Était-ce manque de
mémoire ou autre chose? Je ne sais; je crois qu'il avait complétement
oublié que la princesse fût encore de ce monde, et qu'il se souciait
d'elle et du royaume de la Chine aussi peu que d'une noix vide. Quoi
qu'il en soit, personne ne lui demanda compte de cet oubli; mais quand
il raconta son combat contre le terrible Pantafilando, Rosine pâlit, et
il ne fallut pas moins que la fin de l'histoire et la mort du géant pour
la rassurer complétement.

Quoique Pierrot, par le conseil de la fée, fût devenu plus modeste, il
ne put s'empêcher d'être un peu fier de lui-même et de laisser paraître
dans son récit quelque chose de cette légitime fierté; mais il fut bien
mortifié de la conclusion que la mère de la belle Rosine donna à son
discours.

--Seigneur, dit-elle, nous nous souviendrons toute notre vie avec
bonheur du service que vous nous avez rendu et de l'honneur que vous
nous faites en demeurant quelques jours dans cette pauvre ferme; mais
souffrez que je vous rappelle ce que votre modestie semble vouloir
oublier; je veux dire que l'administration d'un grand royaume vous a été
confiée, et que nous commettrions un crime envers l'État si nous
cherchions à vous retenir plus longtemps avec nous. Il y a déjà quinze
jours que vous daignez prendre part à nos amusements et à nos travaux.
Il est temps que nous vous laissions aller où la gloire et la volonté de
Dieu vous appellent.

Si la lune était tombée sur la tête de Pierrot, elle ne l'aurait pas
plus étonné. Il demeura quelque temps l'étourdi du coup et ne savait que
répondre. Sous la politesse de la bonne dame il sentait un congé formel.
Enfin il recouvra la parole et protesta mille fois que l'Etat n'avait
aucun besoin de lui; que le roi Vantripan trouverait sans peine des
ministres aussi zélés que lui pour le bien de la Chine; qu'il était sans
exemple que les candidats eussent manqué à ces fonctions; que,
d'ailleurs, dût la Chine manquer de connétables et d'amiraux pendant un
siècle, il n'était pas Chinois, ni obligé de remplacer tous les
ministres qui viendraient à mourir ou à être destitués; que son unique
bonheur était de cultiver la terre dans cette vallée délicieuse, et
qu'il ne demandait que la permission de travailler ainsi jusqu'à la
consommation des siècles.

La bonne dame demeura inflexible. Elle n'avait pris son parti qu'après
de mûres réflexions, et ne se laissa fléchir ni par les supplications et
les larmes de l'infortuné Pierrot, ni par le regret trop visible que la
pauvre Rosine marquait d'un si prompt départ. Tout ce que Pierrot put
obtenir, ce fut la permission de revenir lorsque sa tournée serait
terminée, et que la paix serait faite avec les Tartares, dont le nouveau
roi, Kabardantès, frère cadet de Pantafilando, menaçait déjà la
frontière chinoise.

Le lendemain, Pierrot partit piteusement sur son bon cheval Fendlair,
non sans regarder souvent derrière lui, jusqu'à ce qu'il eût perdu de
vue la maison et la vallée. Alors il pressa sa marche, et arriva en deux
jours à l'embouchure du fleuve Jaune, où il devait passer la flotte
chinoise en revue.

La simplicité de ses manières et de son équipage n'annonçaient rien
moins qu'un grand seigneur; personne ne vint au-devant de lui, et il
alla coucher dans une hôtellerie comme tous les voyageurs. Dès le
lendemain, sans faire annoncer sa visite à personne, il se dirigea vers
le port, et demanda à un marin, qui fumait une pipe d'opium, où se
trouvait la flotte de guerre chinoise. Le marin se mit à rire, et sans
se déranger, lui montra de la main une barque magnifique, toute pavoisée
de drapeaux, dorée par le dehors et garnie de soie et de velours à
l'intérieur.

--Bien. Voilà la barque de l'amiral, dit Pierrot, mais où est l'escadre?

--L'escadre et la barque de l'amiral ne font qu'un, dit le marin.

Pierrot n'en pouvait croire ses yeux. Il prit un bateau et se fit
conduire à cette barque amirale. Un seul matelot la gardait; les autres
étaient à terre attendant l'arrivée de Son Excellence le seigneur
amiral. Pierrot se fit conduire au palais dudit seigneur et fut
introduit après trois heures d'attente.

--Seigneur, dit-il en abordant l'amiral, je suis chargé par le roi
Vantripan de prévenir Votre Excellence qu'il faudra mettre à la voile
dès ce soir pour faire une descente sur les côtes de l'empereur du
Japon.

--Et qu'allons-nous faire au Japon? demanda l'amiral.

--Seigneur, je suis chargé de vous transmettre l'ordre et non de le
discuter.

--Mon cher, dit l'amiral en frappant familièrement sur l'épaule de
Pierrot, tu diras au roi qu'il faut attendre une occasion plus favorable
et que l'escadre n'est pas prête.

--Que lui manque-t-il? demanda Pierrot.

--Oh! peu de chose, une bagatelle, en vérité, dit l'amiral en se frisant
la moustache. Il manque des vaisseaux, des hommes, des vivres, des armes
et de l'argent.

--Ce n'est pas possible! dit Pierrot. On vous avait confié tout cela.
Qu'en avez-vous fait?

--D'abord, mon cher, dit l'amiral en brossant sa manche au nez de
Pierrot, tu sauras qu'il n'est pas poli, pour un officier subalterne,
d'interroger son supérieur; de plus, que si tu me fais une autre
question, je te ferai, moi, jeter à l'eau comme une carcasse vide.

--Vous réfléchirez avant de le faire, dit résolument Pierrot.

A ces mots, l'amiral, qui déjà lui tournait le dos et commençait à se
promener de long en large dans l'appartement, se retourna, et, le
regardant fixement, vit dans ses yeux une fierté si peu ordinaire aux
officiers qu'il avait sous ses ordres, qu'il changea de ton sur-le-champ
et lui dit:

--C'est une plaisanterie, mon cher, que je voulais faire pour
t'éprouver.

--La plaisanterie est mauvaise, répliqua Pierrot, et je ne plaisante
pas, moi. Je vous demande compte des cinquante vaisseaux de guerre, des
trente mille matelots et des amas de vivres, d'armes et d'argent dont on
vous a donné le commandement.

--Un dernier mot, dit l'amiral. Tu me parais bon enfant, tu as du coeur,
et je crois que nous nous arrangerons fort bien ensemble. Choisis donc
l'une de ces deux alternatives, ou de prendre cent mille livres que je
vais te compter sur-le-champ, et d'aller à Pékin dire au roi que tout
est en ordre, que la flotte est bien équipée et qu'elle va partir ce
soir, ou d'être empalé sur l'heure et sans autre forme de procès.

--Mon choix est fait, dit Pierrot. Rendez-moi vos comptes.

--Tu t'obstines? Prends garde. Voyons, cent mille livres, est-ce trop
peu? Veux-tu un million? deux millions, dix millions? Songe que j'ai
amassé vingt ou trente millions à peine, et que dix millions de moins
font une forte brèche. Veux-tu ou non?

--Je veux des comptes, dit Pierrot.

--Eh bien, tu n'auras ni comptes ni argent.

Et il frappa sur un timbre. Six nègres parurent.

--Qu'on saisisse cet homme, dit-il; qu'on le bâillonne et qu'on le jette
à l'eau. Qu'on apprête ensuite la barque amirale: je veux faire une
promenade sur le fleuve.

Il faisait chaud, et les fenêtres étaient ouvertes sur le jardin.
Pierrot, sans s'émouvoir, prit un nègre de la main droite et un autre de
la main gauche et les lança dans les plates-bandes; deux autres
suivirent le même chemin de la même manière, et les deux derniers, se
voyant seuls, demandèrent à Pierrot la grâce de sauter d'eux-mêmes et
sans y être forcés, ce que Pierrot leur accorda volontiers. Les six
nègres se relevèrent sur-le-champ et coururent vers la ville.

Quant à l'amiral, il était muet de frayeur. Pierrot se croisa les bras
et lui dit:

--Eh bien, mon cher, qui de nous deux est en mesure de rendre ses
comptes au Père éternel? Puisque tu ne peux pas t'y soustraire, une
dernière fois, dis-moi ce que tu as fait de la flotte?

--Je l'ai vendue, dit l'amiral.

--Et les marins?

--Je les ai congédiés.

--Et l'argent?

--Il est dans mes coffres.

--C'est bien, dit Pierrot, prends ton manteau et sors de ce pays. Si
dans vingt-quatre heures on t'y retrouve encore, je te ferai pendre.

L'amiral ne se le fit pas répéter. Il courut vers le port, s'embarqua,
fut pris par des pirates malais, délivré par des philanthropes anglais,
et amené à Londres, où il a figuré lors de la grande exposition
universelle, sous le nom du Mandarin au bouton de cristal. Il s'appelle
Ki-Li-Tchéou-Tsin. Si jamais vous le rencontrez, mes amis, saluez-le,
c'était dans son pays un fort grand seigneur, avant que Pierrot en eût
fait un pauvre sire.

Le connétable ne se contenta pas de faire justice de l'amiral. Il
rappela les marins congédiés, fit construire une flotte nouvelle,
l'équipa, la pourvut de vivres et de munitions, grâce à l'argent qu'il
trouva dans les coffres de l'amiral, et continua sa tournée avec le même
succès, se faisant applaudir du peuple et maudire des mandarins. Il
serait trop long de rapporter ici tous les actes de justice, d'humanité
et de générosité qui signalèrent ce voyage. Qu'il vous suffise de savoir
que depuis cette époque, toutes les fois que le peuple chinois se plaint
ou se révolte, il redemande les lois et ordonnances du sage et vaillant
Pierrot.

Tout semblait concourir à son bonheur; mais le ciel lui réservait encore
de cruelles épreuves. Pendant qu'il faisait bénir son nom avec
l'espérance que la belle Rosine apprendrait quelque chose de ces grandes
actions et qu'elle l'en aimerait davantage (car le premier effet du
véritable amour est d'élever l'âme au-dessus d'elle-même et de lui
inspirer de nobles et sublimes pensées), il apprit que Kabardantès avait
enfin terminé ses préparatifs, qu'il marchait à la tête de cinq cent
mille Tartares, et que le pauvre roi Vantripan, mourant de frayeur, le
rappelait en toute hâte pour lui donner le commandement de l'armée
chinoise. Je vous dirai, mes amis, dans le prochain chapitre par quels
nouveaux exploits et par quel dévouement Pierrot mérita la protection de
la fée Aurore et l'amour de la charmante Rosine. Je terminerai celui-ci
par une judicieuse réflexion du vieil Alcofribas. La voici textuellement
traduite.

«On demandera, dit ce sage magicien, ce qu'il y a de si merveilleux dans
la troisième aventure de Pierrot, puisqu'on n'y trouve ni enchanteur ni
prodige. Or croyez-vous, mes enfants, que ce ne soit pas une merveille
qu'un ministre armé d'un si grand pouvoir, et qui va lui-même réformer
les abus, rendre la justice, punir les méchants et protéger les faibles?
Soyez-en certains, depuis que le monde est monde, ni sur la terre, ni
dans Vénus, ni dans Saturne, ni dans aucune des planètes qui tournent
autour du soleil, on ne vit jamais chose si miraculeuse. Et je pense,
sauf erreur, que l'amour de Pierrot n'est pas étranger à une vertu si
nouvelle et si extraordinaire.»

Voilà la conclusion du vieil enchanteur, et c'est aussi la mienne.



IV

QUATRIÈME AVENTURE DE PIERROT

PIERROT MET EN FUITE CINQ CENT MILLE TARTARES


Le style de l'ordre qui rappelait Pierrot à la cour et lui donnait le
commandement de l'armée était si pressant, qu'il ne crut pas pouvoir se
détourner de quelques lieues pour voir, ne fût-ce qu'une heure, la belle
Rosine, qui était devenue l'étoile polaire de toutes ses pensées et le
mobile secret de toutes ses actions. La Chine était dans un danger si
grand, que le pauvre grand connétable remit sa visite à des temps plus
heureux. Autrefois, Pierrot n'eût pas hésité un instant, dût l'État être
en danger par sa négligence; mais les conseils de la fée en avaient fait
un tout autre homme. Il arriva à la cour sans être attendu ni annoncé,
suivant sa coutume, et, apprenant que le grand roi Vantripan était à
table, il alla se promener dans le jardin, sous les fenêtres de la salle
à manger, qui étaient ouvertes à cause de la chaleur. Au bout de
quelques instants, il entendit prononcer son nom avec de grands éclats
de voix, et sans vouloir écouter, chose dont il avait horreur, il fut
forcé d'entendre le dialogue suivant:

C'étaient le roi Vantripan et le prince Horribilis qui parlaient.

--Sire, dit au roi Horribilis, ne trouvez-vous pas que Pierrot se fait
trop attendre et qu'il devrait être ici?

--Et comment veux-tu qu'il soit déjà de retour? Il y a cinq jours à
peine que je l'ai rappelé, et le courrier avait deux cents lieues à
faire. Si Pierrot avait des ailes....

--_Du zèle_, voulez-vous dire, Majesté, interrompit Horribilis.

Tous les courtisans feignirent de trouver le calembour excellent;
c'était un vrai calembour de prince. Croyez, mes amis, que ce n'est pas
en faire l'éloge. Vantripan, jaloux du succès de son fils, voulut en
avoir un semblable et demanda:

--Horribilis!

--Sire?

--Sais-tu pourquoi les marchands de tabac à priser ne font pas fortune?

--Non, sire.

--A cause de la descente d'_Énée_ aux enfers.

Toute la cour se mit à rire bruyamment. Vantripan regarda autour de lui
d'un air triomphant.

--Le vôtre est détestable, mon père, dit Horribilis; on le trouve dans
tous les recueils de calembredaines. C'est un calembour rance.

--Ventre-saint-Gris! s'écria Vantripan, vit-on jamais insolence
pareille? Eh bien, dis-moi, toi qui as lu tous ces recueils de
calembredaines, quelle différence y a-t-il entre Alexandre et un
tonnelier?

--Voilà qui est bien difficile, dit Horribilis: Alexandre a mis la
_Perse en pièces_, et le tonnelier met la _pièce en perce_.

--Mort du diable! dit Vantripan, ce gredin ne m'en laissera pas un.

Les courtisans, voyant le tour que prenait la conversation, s'exercèrent
à leur tour, et firent les plus beaux calembours du monde. Chacun
cherchait le sien, et le renvoyait comme une balle en réponse à celui de
son voisin. On parlait, on riait, on criait, on se disputait; c'était un
vacarme infernal et la véritable image de la cour du roi Pétaud. Enfin,
Vantripan frappa sur la table trois fois avec son couteau. A ce signal,
tout le monde se tut.

--Savez-vous, dit-il, pourquoi les grenouilles n'ont pas de queue?

Cette question inattendue fit rêver tout le monde. La belle Bandoline
elle-même se mit à chercher avec sa mère la solution d'un problème si
haut et si profond. Elle ne trouva rien. Horribilis chercha pareillement
et tout le monde avec lui. Après quelques instants:

--Non, s'écria-t-on d'une voix unanime.

--Ni moi non plus, répliqua le gros Vantripan.

A ces mots, ce fut dans toute l'assemblée un rire inextinguible, comme à
la table des dieux d'Homère.

Horribilis, ne perdant pas de vue ce qu'il avait à dire, ramena bientôt
la conversation sur Pierrot. Après avoir fait de lui pendant quelques
minutes un éloge perfide, il ajouta:

--Au reste, il est bien récompensé de sa justice, car on m'écrit que
partout on lui fait un accueil royal; que le peuple se presse autour de
lui, et a voulu, ces jours derniers, le proclamer roi.

--En vérité! dit Vantripan effrayé.

--Oh! rassurez-vous, mon père, il a refusé le trône.

--Tu vois bien que c'est un sujet fidèle et mon meilleur ami!

--Vous avez raison, sire; mais qui a refusé une première fois acceptera
peut-être un jour, et ce retard calculé à se rendre à vos ordres
pourrait bien être un moyen de continuer ses intrigues dans les
provinces, et de s'y faire un parti puissant avant de recourir à la
force.

Jusque-là Pierrot était calme, mais il ne put tenir au désir de
confondre le calomniateur; et s'élançant du jardin, au moyen des
saillies du mur, dans la salle à manger, il se trouva en face
d'Horribilis qui pâlit à cette vue.

--Sire, dit gravement Pierrot, j'ai appris qu'on se plaint de mes
retards. En trois heures, pour vous obéir, j'ai fait deux cents lieues à
cheval. Faut-il autre chose pour vous prouver mon zèle?

--Non, ami Pierrot, lui cria le gros Vantripan, je suis content,
parfaitement content de toi.

--Je sais, ajouta Pierrot, qu'on dit que j'abuse de mon pouvoir. Je n'en
abuserai plus désormais. Je le dépose entre les mains de Votre Majesté,
avec ce sabre dont elle m'a fait présent. Qu'on le remette à un homme
plus digne que moi d'un pareil honneur.

Et, dégrafant son sabre, il le présenta au roi par la poignée.

--Tu te trompes, ami Pierrot, je ne crois rien de ces calomnies.

--Calomnies, mon père? demanda fièrement Horribilis.

--Oui, calomnies, Horribilis. Retire-toi d'ici, héritier présomptif, tu
m'agaces les nerfs. C'est toi qui cherches toujours à me brouiller avec
mon vrai, mon seul ami. Va-t'en à cent lieues d'ici, et que je n'entende
plus parler de toi.

--Non, sire, dit fièrement Pierrot, Votre Majesté ne doit pas envoyer
son fils en exil. Il n'est pas convenable que je sois cause d'une
querelle de famille. Ce serait bien mal vous rendre les bienfaits que
j'ai reçus de vous.

--Pierrot, dit Vantripan, tu ne sais ce que tu dis. C'est le pire ennemi
que tu aies dans cette cour. Il te fera tant de méchancetés que tu
seras forcé de me quitter; et que ferai-je sans toi?

--Il n'importe, sire, je pars si vous l'exilez.

--Que ta volonté soit faite, dit Vantripan; mais parlons d'autre chose
et reprends ce sabre de commandement. Tu vas rassembler l'armée et
marcher aux frontières.

--Quand partirai-je? dit Pierrot.

--Demain à midi. Avant ton départ, je te donnerai mes dernières
instructions. Va te reposer.

Pierrot sortit, et fut suivi de toute la cour. Quand le roi fut seul
avec la reine:

--A quoi pensez-vous, dit la reine, de donner un si grand pouvoir à un
sujet? C'est lui offrir l'occasion d'une trahison.

--Vous voilà, dit Vantripan, comme d'habitude, du même avis
qu'Horribilis.

--Horribilis a raison, dit la reine, et vous l'avez traité ce soir d'une
manière offensante et injuste.

--S'il n'est pas content de moi, dit le roi, qu'il parte; je ne ferai
pas courir après lui.

--Tout cela serait fort bien, dit la reine, s'il partait seul; mais nous
sommes résolues à le suivre, ma fille et moi, et à quitter un père
dénaturé.

--Eh bien! suivez-le si bon vous semble, dit Vantripan impatienté.

Au fond, cependant, il se sentait ébranlé.

--Oui, nous le suivrons, dit la reine en prenant son mouchoir, et vous
aurez la barbarie de nous sacrifier tous à un étranger.

A ces mots, elle tira de sa poche un petit oignon fraîchement pelé, qui
lui servait dans ces occasions, s'en frotta les yeux et se mit à pleurer
abondamment.

Le pauvre Vantripan commença à se regarder comme un méchant mari et un
fort mauvais père. Il voulut consoler sa femme qui ne l'écouta pas.
Après avoir pleuré, elle se mit à sangloter, puis elle eut une attaque
de nerfs, et remua si douloureusement les bras et les jambes dans toutes
les directions que le pauvre roi, bien qu'accoutumé à des scènes
pareilles, crut qu'elle allait mourir ou devenir folle. En même temps
elle tournait les yeux d'une façon effrayante.

--Faut-il sonner? faut-il appeler ses femmes? se disait le gros
Vantripan. Quel scandale! On croira que je l'ai maltraitée, battue
peut-être.

Tout à coup, voyant une carafe pleine d'eau, il allait la verser sur
elle, lorsqu'elle fit signe qu'elle se portait mieux et qu'elle allait
rentrer dans son appartement. Vantripan, bénissant Dieu qui a créé
l'eau, et l'homme de génie qui a inventé les carafes, la reconduisit
doucement et allait se retirer lorsqu'elle le retint.

--Vous donnerez à Horribilis le commandement de l'armée, dit-elle.

--Il le faut bien, puisque vous le voulez; mais Pierrot sera son
lieutenant.

--J'y consens. Vous êtes un bon père et un grand roi!

--J'ai bien peur de n'être qu'un imbécile, pensa Vantripan: je sacrifie
Pierrot à la crainte de subir la colère de ma femme. Si du moins j'avais
la paix dans mon ménage! Ce qui me console, c'est qu'il n'y a pas un
mari qui ne soit aussi bête que moi en pareille occasion.

Sur cette mélancolique réflexion, il s'endormit. Faites-en autant, mes
amis, si ce n'est déjà fait. L'homme qui dort, dit le vieil Alcofribas,
est l'ami des dieux.

Le lendemain, à midi, Pierrot se présenta au conseil.

Vantripan le regarda pendant quelque temps d'un air embarrassé. Il
roulait sa tabatière dans ses doigts en cherchant un exorde.

--Pierrot, dit-il enfin, es-tu mon ami?

--Oh! sire, pouvez-vous douter de mon dévouement?

--Eh bien! donne-m'en une preuve sur-le-champ.

--Je suis prêt, dit Pierrot. Que faut-il faire?

--Veux-tu partager le commandement de l'armée avec Horribilis?

Pierrot se mit à rire.

--Sire, dit-il, la nuit a porté conseil, à ce que je vois. Pourquoi
voulez-vous partager entre nous un commandement que vous pouvez lui
donner tout entier.

--Mon ami, dit le roi, je désire qu'Horribilis fasse ses premières armes
sous ta direction; mais comme il n'est pas convenable qu'un prince de
sang royal obéisse à un simple sujet....

--Sire, dit Pierrot, vous vous trompez, je ne suis pas un sujet: je suis
venu me mettre à votre service, vous m'avez accepté, vous pouviez me
refuser; s'il vous plaît aujourd'hui de m'ôter mon commandement,
reprenez-le, sire. Aussi bien Votre Majesté est sujette à revenir si
souvent sur ses résolutions, que je ne puis guère compter sur la
continuation de votre faveur. J'aime mieux partir de plein gré
aujourd'hui qu'être renvoyé plus tard.

--Bon! dit Vantripan, le voilà qui se fâche. Hélas! pourquoi ne puis-je
accorder tout le monde et te faire vivre en bonne intelligence avec ma
femme et mon fils!

--Sire, dit Pierrot, je suis étranger, et par là suspect à tout le
monde. Laissez-moi partir, vous vivrez plus tranquille et moi aussi.

--Ingrat, dit le roi en pleurant, si tu pars, qui commandera l'armée?

--Le prince Horribilis, sire.

--Il se fera battre!

--Cela vous regarde.

--Il se sauvera le premier et déshonorera mon nom.

--Que puis-je y faire? dit Pierrot.

--Ami, reste avec nous.

--Je ne puis, sire. Celui qui commande est responsable. Si vous me
donnez un collègue, je ne le serai plus; si vous me donnez un maître, ce
sera pire encore. Que le prince Horribilis vienne à l'armée avec moi si
cela lui plaît; mais qu'il m'obéisse, ou je ne réponds de rien.

--Je te le promets, dit Vantripan; je t'en donne ma parole royale. Voici
les pleins pouvoirs. Pars maintenant.

--Voilà un bon homme, dit Pierrot en rentrant chez lui, et un pauvre
homme.

Là-dessus il fit ses préparatifs, c'est-à-dire qu'il fit seller Fendlair
et prit un manteau de voyage. Trois jours après il était au camp.

L'armée chinoise, composée de huit cent mille hommes, attendait
l'arrivée des Tartares à l'abri de la fameuse muraille qui sépare la
Chine du vaste empire des îles Inconnues. Vous savez, mes amis, que
cette muraille a été construite pour préserver les Chinois des attaques
de la cavalerie tartare, qui est la plus redoutable du monde. Comme la
plupart d'entre vous n'ont pas eu l'occasion de voir ce singulier
rempart, vous ne saurez pas mauvais gré, je crois, au vieil Alcofribas
de vous en donner une idée.

«Cette muraille, dit-il, a plus de cent pieds de haut et de trente pieds
de large. Elle est semée de tours qui s'élèvent de distance en distance.
Elle s'étend sur une longueur de plus de six cents lieues, et sert de
frontière aux deux pays, tantôt bornant la plaine, tantôt surplombant
d'affreux précipices. Au pied de chaque tour sont deux portes, l'une qui
s'ouvre du côté de la Chine, l'autre qui fait face aux îles Inconnues.»

Pierrot était à peine au camp depuis deux jours lorsqu'un bruit
semblable aux grondements de la foudre, au pétillement de la grêle sur
les toits et au désordre confus d'une foire, se fit entendre et annonça
l'approche de l'ennemi. A ce bruit, les malheureux Chinois se crurent
tous morts. Ils jetaient leurs armes, ils couraient dans le camp,
éperdus et en désordre. Pierrot calma tout à coup cette confusion en
faisant publier que le premier qui serait trouvé hors de sa place et de
son rang serait pendu pour l'exemple. Chaque soldat courut aussitôt
chercher ses armes et rejoindre son drapeau. Le général monta sur la
tour pour voir l'armée tartare.

C'était un spectacle effrayant et admirable. Imaginez-vous cinq cent
mille cavaliers montés à cru sur de petits chevaux sauvages et hérissés.
Chaque cavalier était armé d'un arc, d'une lance et d'un sabre. En tête
s'avançait le formidable Kabardantès, le frère cadet de Pantafilando; il
était beaucoup moins grand que son frère, et mesurait vingt pieds à
peine, mais sa force était colossale. Il luttait sans arme, corps à
corps, avec les ours, et les écartelait de ses mains; il portait à
l'arçon de sa selle une massue en argent, du poids de dix mille livres.
Il ne tuait pas, il assommait et réduisait en poussière ses ennemis. Son
cheval, d'une taille proportionnée à la sienne, et d'une vigueur
extraordinaire, avait un aspect effroyable; on ne pouvait le regarder
sans frémir. Kabardantès était le fils du fameux Tchitchitchatchitchof,
empereur des îles Inconnues, et de la cruelle sorcière Tautrika, dont le
nom est si célèbre dans les annales du Kamtchatka. Il avait appris de sa
mère quelque chose des pratiques de la magie noire. Il pouvait, à son
gré, soulever et pousser les nuages, évoquer les vents et les
brouillards, faire paraître et employer à son service les démons. Sa
férocité était sans bornes; il avait massacré plus de cent mille Chinois
du vivant de Pantafilando, et de leurs têtes il avait fait construire
une tour, au sommet de laquelle il s'enfermait le soir dans les nuits
sombres et étoilées, pour contempler les astres et évoquer les
puissances infernales. Une main invisible avait gravé sur son front,
pendant son sommeil, les trois lettres que voici:

[Illustration]

qui, dans le langage magique, signifient:

          TUE!

Il semblait, en effet, ne vivre que pour tuer, brûler, massacrer,
exterminer. Il égorgeait, sans pitié, les femmes, les enfants, les
vieillards: il avait surtout pour les enfants une haine inexplicable. Il
aimait à boire leur sang tout chaud encore et fraîchement versé. C'était
le monstre le plus effroyable qu'on eût jamais vu.

Ce qui ajoute encore à la frayeur qu'il inspirait, c'est qu'il était
invulnérable, excepté au creux de l'estomac. Partout ailleurs, les
sabres, les lances, les flèches, les balles, rebondissaient sur sa peau
sans l'entamer, comme si elles eussent été élastiques.

Tel était ce guerrier épouvantable dont le seul nom jetait l'effroi dans
le coeur de tous les Chinois. Pierrot même, au premier abord, eut peine
à soutenir sa vue; mais quand il pensa à l'opinion que Rosine aurait de
lui si elle le voyait, ou si elle apprenait qu'il avait reculé devant le
danger, il se sentit si brave que cent mille Kabardantès ne l'eussent
pas fait reculer d'une semelle.

Cependant il ne voulut pas hasarder en une bataille le destin de la
Chine. Il vit bien que son armée avait besoin de s'aguerrir, et
attendant tout du temps et de son courage, il fit faire bonne garde le
long des murailles et dans l'intérieur des tours, et prit soin d'exercer
ses soldats.

Horribilis arriva au camp quelques jours après, et demanda d'un ton
hautain pourquoi l'on n'avait pas livré bataille à l'ennemi. Pierrot
exposa ses raisons avec une fermeté polie, et tout le conseil fut de son
avis.

--Mon père, dit Horribilis, ne vous a pas envoyé pour discuter, mais
pour combattre. Il y a longtemps qu'on sait que vous êtes plus prudent
que brave.

Pierrot se mordit les lèvres pour ne pas répondre avec sévérité; mais,
sans s'inquiéter du discours du prince, il fit continuer les exercices
militaires. Horribilis, qui cherchait une occasion de le perdre, déplora
tout haut la lâcheté du grand connétable, qui compromettait, disait-il,
le sort de l'État. On ne l'écouta point; mais un jour, Pierrot,
impatienté, lui dit en présence de toute l'armée:

--Seigneur, daignez vous mettre avec moi à la tête de l'avant-garde,
nous allons faire une sortie générale contre les Tartares.

--Il ne convient pas, dit Horribilis avec dignité, que j'expose
inutilement des jours qui sont précieux à l'État et à ma famille. Je
vais en demander la permission à mon père, et si Sa Majesté le permet,
vous me verrez courir le premier dans la mêlée.

Comme on le pense bien, il se garda d'écrire, et Pierrot, content de
l'avoir réduit au silence, ne lui en parla pas davantage.

Cependant, Kabardantès, furieux de se voir arrêté par cette muraille et
par la prudence de Pierrot, résolut de donner un assaut général.
L'embarras était grand parmi les Tartares, car ils ne pouvaient
escalader la muraille à cheval, et savaient mal combattre à pied.
Kabardantès, après avoir un peu rêvé à cette difficulté, fit fabriquer
une énorme quantité d'échelles d'une hauteur de plus de cent quarante
pieds chacune, et décida que l'escalade se ferait à neuf heures du
matin, après déjeuner.

Au jour fixé, Pierrot, averti par ses éclaireurs du dessein de l'ennemi,
borda la grande muraille d'infanterie, dont la seule fonction devait
être de jeter des pierres sur la tête des Tartares pendant l'assaut, et
de renverser leurs échelles dans le fossé. La hauteur de la muraille
était telle qu'il n'y avait rien à craindre des assiégeants si les
assiégés faisaient leur devoir. Les deux chefs prononcèrent un petit
discours que le vieil Alcofribas nous a conservé:

«Braves Tartares, dit Kabardantès, montez à l'assaut sans peur. Si vous
mettez le pied sur ce rempart, la Chine est à vous: massacrez, pillez,
brûlez. Je me réserve pour esclaves tout ce qui est au-dessous de vingt
ans; tuez ou vendez le reste et prenez leurs terres.»

--Vive le généreux Kabardantès! crièrent les Tartares.

Ce cri fut si retentissant et poussé avec tant d'ensemble que la
muraille en fut ébranlée: quelques pierres tombèrent des créneaux.

--Voyez, dit Kabardantès, les dieux mêmes sont pour vous: la muraille
s'écroule pour vous livrer passage.

On applaudit de toutes parts. Le même accident avait effrayé les
Chinois.

--Ce n'est pas pour leur livrer passage, dit Pierrot, c'est pour les
écraser que ces pierres sont tombées d'elles-mêmes sur leurs têtes.

La vérité est que les pierres n'étaient pas solidement liées avec du
ciment romain, et Pierrot le savait bien, mais il donnait à des soldats
poltrons les seuls encouragements qu'ils pussent comprendre.

--Vous avez entendu ce Tartare, ajouta-t-il, et vous savez ce qui vous
attend: que ceux qui aiment la patrie, la famille et la liberté se
souviennent qu'on ne défend qu'avec le sabre ces trois biens si
précieux. Au surplus, que chacun de vous fasse comme moi.

A ces mots il retroussa ses manches, comme un bon ouvrier qui va faire
de bonne besogne. Tous ses soldats l'imitèrent et attendirent de pied
ferme le premier choc.

Kabardantès dressa une échelle contre la muraille et commença
l'escalade. En un instant plus de mille échelles furent dressées et se
chargèrent de Tartares. On les voyait se presser les uns derrière les
autres comme des fourmis noires dans une fourmilière; ils poussaient des
cris effrayants, et le regard seul de Pierrot maintenait les Chinois à
leur poste.

Lorsque Kabardantès fut arrivé au sommet de l'échelle, il mit la main
sur le créneau et dit à Pierrot qui l'attendait:

--Ah! chien, c'est toi qui as tué Pantafilando; tu vas mourir!

En même temps il mit un pied sur la muraille. Pierrot saisit ce pied, le
leva en l'air, fit perdre l'équilibre au géant et le jeta dans le fossé,
les bras en avant et la tête la première. Dans cette chute épouvantable,
tout autre eût été réduit en miettes; le Tartare ne fut qu'étourdi du
coup.

--Et bien! lui cria Pierrot, quelle est la hauteur de la muraille? Tu
dois le savoir maintenant.

A ces mots, il prit par les deux montants l'échelle toute chargée de
Tartares qui montaient derrière leur empereur, et la balança quelque
temps dans l'air, comme s'il eût hésité sur ce qu'il devait faire. Tous
ces malheureux poussaient des cris de rage et d'angoisse. Enfin Pierrot
la poussa violemment sur une échelle voisine; toutes deux tombèrent sur
une troisième, qui s'écroula sur une quatrième, et celle-ci sur une
cinquième.

A cet effrayant spectacle, de toutes parts s'éleva un profond silence.
Les échelles tombaient les unes sur les autres, jusqu'à la dernière, sur
une étendue de plus d'une demi-lieue, qui était celle du champ de
bataille.

L'une d'elles présentait un spectacle fort singulier: comme chaque
Tartare tenait sa lance haute derrière son compagnon, celui du premier
rang reçut la pointe de la lance si malheureusement dans le corps, qu'il
se trouva embroché tout vif comme une alouette; le second reçut à son
tour la lance du troisième, et ainsi de suite jusqu'au dernier, qui eut
le bonheur de sauter à terre avant la chute de l'échelle et de s'enfuir.

Plus de vingt mille Tartares périrent dans ce premier assaut, et de la
seule main de Pierrot. «On ne s'étonnera pas de ce nombre, dit le vieil
Alcofribas, si l'on songe qu'il y avait plus de mille échelles, et que
chacune d'elles était chargée d'hommes jusqu'au dernier échelon; qu'il y
avait plus de cent cinquante échelons, et que tout s'écroula en même
temps.» On irait même fort au delà si l'on calculait tous ceux qui
s'estropièrent dans cette affaire, ceux qui eurent les bras cassés, ou
les jambes rompues, ou les côtes enfoncées, ou l'oeil poché, ou le nez
en marmelade. Mais on conçoit assez que nous préférions la vérité à la
gloire même de Pierrot; il n'y eut pas plus de vingt mille morts.

C'est déjà bien assez, si l'on songe au temps qu'il faut pour nourrir,
élever, instruire un homme, aux soins qui lui sont nécessaires et à la
dépense que font les parents avant qu'il soit bon à quelque chose, qu'il
sache travailler, parler et se conduire. Si l'on songeait à tout cela,
avant de faire la guerre, sur ma parole, il n'y aurait pas tant de
conquérants; et s'il y en avait encore, si quelques enragés voulaient
encore tuer leurs semblables et se couvrir de gloire, tous les autres
hommes se jetteraient sur eux et les lieraient comme des fous furieux
auxquels il faut des douches et des sinapismes.

Cependant Pierrot eut raison de casser le cou aux Tartares. Il faut
avoir horreur de ceux qui n'aiment que la force et la violence; mais
cela ne suffit pas pour être heureux. Il faut encore savoir les écarter
avec un sabre; c'est le devoir de tous les honnêtes gens et de tous les
gens de coeur, et, croyez-moi, l'on n'est pas honnête homme si l'on ne
sait pas et si l'on n'ose pas défendre ses parents, ses amis, sa patrie
et soi-même.

Ainsi pensait Pierrot; mais comme il ne pouvait instruire les Tartares,
il était forcé de les corriger par la force. Celui qui se sert du sabre,
dit l'Évangile, périra par le sabre. Avec le temps et les enseignements
de la fée, Pierrot devenait sage. Il n'usait de sa force que pour
protéger les faibles et les opprimés; mais alors il n'hésitait jamais,
eût-il dû lui en coûter la vie.

Après l'écroulement des échelles, un murmure confus s'éleva dans l'air
et se changea en un concert affreux de cris et d'imprécations qu'on
entendit jusque dans les gorges profondes des monts Altaï. Pierrot se
croisa les bras et regarda quelque temps son ouvrage en silence.

Hélas! dit-il en soupirant, tous ces malheureux ont eu un père, une mère
et des enfants, peut-être! Quelle exécrable folie les pousse à se jeter
sur nous comme des chiens enragés, ou comme des bêtes féroces qui
cherchent leur pâture? Dieu m'est témoin que j'ai horreur de ces
sanglants sacrifices; mais pouvais-je laisser massacrer, sans défense,
ces pauvres Chinois? Ne sont-ils pas déjà bien malheureux d'être si
lâches et de n'oser se défendre? Faut-il que partout la force triomphe
de la justice?

Comme il était plongé dans ces pensées, Kabardantès sortit de son
étourdissement et lui cria:

--Tu m'as pris en traître, Pierrot, mais je me vengerai!

A ces mots, saisissant un énorme rocher qui s'élevait près de là, il le
lança à la tête de Pierrot. Celui-ci évita le coup, et le rocher alla
tomber dans les rangs des Chinois. Cinq ou six furent écrasés, et les
autres s'enfuirent épouvantés. Pierrot les rallia sur-le-champ et les
ramena à leur poste. Il s'attendait à une nouvelle escalade; mais les
Tartares n'osèrent livrer un second assaut ce jour-là. Ils manquaient
d'échelles et voulaient ensevelir leurs morts.

En revenant dans sa tente, le grand connétable reçut les félicitations
de tous ses principaux officiers. Les soldats s'écriaient: Vive Pierrot!
L'illumination fut générale. On buvait, on chantait, on se réjouissait.
Pierrot remercia le ciel et la fée Aurore, à qui il devait tant de
gloire.

--Ah! se disait-il, il ne manque à mon bonheur que d'avoir ma marraine
près de moi et de vivre tranquillement dans la ferme de Rosine!

Au moment où il formait ce voeu, la bonne fée parut. Pierrot se jeta à
ses genoux et lui baisa les mains avec une respectueuse tendresse,
suivant la coutume.

--Je suis contente de toi, Pierrot, lui dit Aurore, tu commences à
comprendre et à remplir tes devoirs, je veux t'en récompenser: donne-moi
la main.

Pierrot le fit, et au même moment se trouva transporté dans une vallée
qu'il connaissait bien. Il reconnut la maison de la belle Rosine et
sentit son coeur battre violemment.

--Entre hardiment, dit la fée, et ne parle à personne. Je t'ai rendu
invisible. Écoute et regarde seulement ce qui se fait et se dit ici.

Le soleil venait de se coucher derrière la colline, et les travaux de la
campagne avaient cessé. On voyait de toutes parts rentrer les vaches,
les moutons, les poules et tous les animaux de la ferme. Dans la cuisine
on apprêtait le souper de ceux qui revenaient du travail. Déjà la table
était dressée, et la mère de Rosine surveillait ces préparatifs. Quand
tout fut terminé, elle s'assit avec sa fille devant la porte de la
maison, et toutes deux demeurèrent en silence, écoutant ce doux et
éternel murmure qui sort le soir, pendant l'été, des bois, des champs et
des prairies, et qui semble être une prière que la nature entière
adresse au Créateur. Bientôt la lune parut à l'orient et éclaira cette
scène paisible.

La cloche de l'église sonna l'_Angelus_, et tous les habitants du
village élevèrent leurs coeurs vers le ciel. Rosine et sa mère
s'agenouillèrent, et après quelques instants de méditation, se
rassirent pour regarder la voûte bleue et pure du firmament, dans lequel
on voyait à peine quelques étoiles.

--A quoi penses-tu, Rosine? dit la mère.

--Je pense, ma mère, au bonheur de vivre ainsi, près de toi; au calme
dont nous jouissons, et je me figure que s'il y a quelque image du
bonheur sur la terre, c'est chez nous qu'elle doit se trouver.

--Oui, tu peux remercier le ciel de tant de bonheur; mais qui sait s'il
durera? Toutes les choses de ce monde sont si fragiles.... Je puis
mourir....

--O maman! s'écria Rosine en se jetant dans les bras de sa mère.

--La guerre est déclarée.... Qui sait si l'ennemi ne viendra pas
jusqu'ici?

--Oh! pour cela, maman, ne crains rien. N'est-ce pas le seigneur Pierrot
qui commande notre armée? et y a-t-il au monde un guerrier plus brave?

--Et qui t'a dit qu'il commandait l'armée?

--Je l'ai vu dans les journaux, dit la jeune fille en rougissant.

--Tu t'occupes donc des journaux, à présent? Autrefois, tu ne pouvais
pas les souffrir.

Ici Rosine se trouva si embarrassée pour expliquer ce que sa mère avait
déjà deviné, je veux dire qu'elle ne s'intéressait pas plus
qu'auparavant à la politique, mais qu'elle s'intéressait fort à Pierrot,
que sa mère ne poussa pas plus loin ses questions.

Pierrot fut saisi d'une joie si vive, qu'il allait se montrer lorsque la
fée Aurore le retint.

--Regarde, dit-elle.

En même temps elle toucha Rosine de sa baguette. Il sembla à Pierrot que
le coeur de la jeune fille s'entr'ouvrait et qu'il voyait ses plus
secrètes pensées; mais ce coeur était si pur, si noble et si doux, que
Pierrot se sentit pris d'un violent désir de se jeter à genoux devant
elle, et de l'adorer comme la plus parfaite créature de Dieu.

--Pierrot, dit la fée, voilà celle que je te destine; mais il faut que
tu l'obtiennes par des travaux auprès desquels ce que tu as fait n'est
rien. Il faut que tu sois devenu le meilleur des hommes et le plus
brave; que tu laisses de côté pour toujours tes intérêts personnels, ta
vanité et le désir même que tu as d'être applaudi des autres hommes. A
ce prix, veux-tu être un jour son mari?

--Je le veux! s'écria Pierrot.

--Songe bien, dit la fée, que tu ne seras pas toujours heureux et
glorieux; que tu seras un jour calomnié, méprisé peut-être, et qu'il te
faudra, pour supporter cette cruelle épreuve, un courage plus grand
encore, plus inébranlable et plus rare que celui que tu as montré
jusqu'ici.

--Je le veux! dit Pierrot.

A ces mots, la bonne fée passa au doigt de Rosine, sans qu'elle s'en
aperçût, un anneau magique constellé tout semblable à celui qu'elle
avait autrefois donné à Pierrot.

--Vous voilà fiancés, dit-elle.

Puis, reprenant la main de Pierrot, en une seconde elle le fit
transporter dans sa tente par les génies soumis à ses ordres.

Le lendemain, ce héros, regardant du haut du rempart le camp ennemi, vit
se mouvoir toutes sortes de balistes, de béliers, de catapultes et
d'autres machines de guerre que faisait apprêter Kabardantès. Cette vue
l'inquiéta beaucoup. Il ne pouvait se dissimuler que ses soldats ne
tiendraient pas en rase campagne contre la cavalerie tartare, et il
voyait bien à ces préparatifs que le mur qui défendait l'armée ne
résisterait pas longtemps. Cependant le mal était sans remède. Il fit
amasser une grande quantité de bois, d'huile et de rochers, pour brûler
ou écraser les assaillants, et proposa des prix pour les plus braves et
les plus robustes de ses soldats. Jour et nuit on s'exerçait dans le
camp à tirer de l'arc, à manier le sabre ou la hache. Enfin, après un
mois d'attente, il vit que l'ennemi allait livrer un second assaut.

Un matin, toute l'armée tartare se mit en mouvement. Soixante chevaux
traînaient une machine énorme dont je ne vous ferai pas le détail, parce
que le vieil Alcofribas l'a négligé, mais que les ingénieurs de
Kabardantès déclaraient capable d'enfoncer une montagne et de s'y frayer
un chemin. Cette machine s'avança lentement jusqu'en face de la grande
muraille chinoise. A ce moment, Kabardantès donna le signal: elle partit
comme une flèche et alla s'enfoncer dans la muraille qui s'écroula avec
un bruit terrible sur une largeur de plus de vingt pieds.

Aussitôt Kabardantès et les plus braves de son armée se précipitèrent
pour entrer dans la brèche. Toute l'armée chinoise poussa un cri de
terreur; mais Pierrot veillait. Lorsque Kabardantès mettait le pied dans
l'intérieur des retranchements, il ouvrit la bouche pour crier de toute
sa force: Victoire! Pierrot saisit ce moment, et, profitant de ce que
les pierres écroulées l'empêchaient de se retirer assez vite, il jeta
promptement dans sa bouche ouverte un énorme chaudron d'huile bouillante
qu'il avait fait préparer. Kabardantès ferma la bouche trop tard, et,
dans sa surprise, avala tout le contenu du chaudron. Cette huile,
descendant dans ses entrailles, le brûla horriblement. Il s'enfuit,
jetant sa lance, et courut vers son camp en poussant des cris affreux.

--Qu'avez-vous, seigneur? lui cria son majordome.

Kabardantès, exaspéré, lui donna un coup de pied si violent que le
malheureux majordome fut jeté à six cents pas de là, et tomba mort sur
les rochers. Instruits par cet exemple, les autres officiers se tenaient
à distance, et s'enfuyaient au lieu de répondre à son appel. Pendant ce
temps, le malheureux empereur cuisait intérieurement, et se tordait dans
des convulsions désespérées. Enfin, le chirurgien en chef arriva, et,
ne lui voyant aucune blessure, crut qu'il avait la fièvre et voulut lui
tâter le pouls. Kabardantès ouvrit la bouche et fit signe que de là
venait son mal.

--Il a trop mangé, pensa le chirurgien; c'est une indigestion.

Et il fit préparer un lavement; mais le malheureux prince, indigné de
n'être pas compris, saisit le chirurgien par le cou et par les jambes,
et le cassa en deux sur son genou. Après cet exploit, tout le monde
s'enfuit, et il resta seul, maugréant, pestant contre Pierrot,
maudissant mille fois la sotte envie qu'il avait eue mal à propos de
crier victoire, et ne parlant que d'écorcher son ennemi. Mais laissons
ce féroce empereur, et revenons à notre ami.

Il n'eut pas le temps de se réjouir beaucoup de la fuite de Kabardantès
et du bon tour qu'il lui avait joué, car les gardes de celui-ci, qui le
suivaient de près, montèrent à leur tour sur la brèche.

--En avant! cria Pierrot à ses soldats; et, pour leur donner l'exemple,
il fendit en deux, d'un coup de sabre, un officier tartare. D'un revers
il abattit la tête de son voisin, et coupa l'épaule droite au troisième.
Le quatrième, qui était un guerrier renommé dans l'armée tartare pour
son courage, s'avança sur Pierrot et voulut le percer d'un coup de
lance. Pierrot para le coup, et, saisissant une broche qui tournait
devant le feu, en plein air, et qui portait un dindon à moitié rôti, il
la passa au travers du corps du Tartare.

--Voilà un dindon et une oie! dit Pierrot.

Animés par son exemple, les Chinois firent merveille, et le combat
devint acharné autour de la brèche. Cependant les Tartares, toujours
renforcés, allaient l'emporter lorsque Pierrot s'avisa d'un moyen qui
lui réussit.

Il fit jeter sur la brèche une énorme quantité de fagots et y fit mettre
le feu. Dès que la flamme commença à s'élever dans les airs, aucun
Tartare n'essaya plus de passer dans le retranchement, et Pierrot,
n'ayant affaire qu'à ceux qui étaient entrés déjà, et qui n'étaient pas
plus de deux ou trois mille, les tailla en pièces. Aucun d'eux ne voulut
se rendre.

Le jour finissait, et il était trop tard pour tenter une nouvelle
attaque. Pierrot fit réparer la brèche pendant la nuit, et les Chinois
travaillèrent avec tant d'ardeur qu'au matin la muraille était refaite,
et qu'un monceau de cendres et le sang versé indiquaient seuls le lieu
du combat de la veille. L'incendie avait gagné les machines de
Kabardantès et les avait consumées. Il fallait donc recommencer ces
pénibles travaux. L'armée tartare murmurait contre l'incapacité de son
chef, et Kabardantès, furieux, était couché dans son lit, sans pouvoir
remuer, ni manger, ni boire, parce que ses entrailles étaient bouillies.

Ce second combat fit à Pierrot encore plus d'honneur que le premier. On
convint qu'il avait montré un courage, une présence d'esprit, une
habileté dignes des plus grands capitaines. Malheureusement, plus sa
gloire croissait, plus la rage de ses ennemis cherchait les moyens de le
perdre.

Horribilis, qui s'était bien gardé de paraître durant le combat, écrivit
à Vantripan que Pierrot était seul maître dans l'armée, qu'il
distribuait tous les emplois à ses créatures, et qu'il aspirait
ouvertement au trône. Si ce prince scélérat avait osé faire assassiner
Pierrot, il l'aurait fait sur-le-champ; mais personne ne voulut se
charger d'une pareille mission. Les uns craignaient la fureur des
soldats; d'autres craignaient encore plus Pierrot lui-même. Quoiqu'il ne
fût pas sur ses gardes, tout le monde savait qu'il était si fort, si
agile, si intrépide, si adroit et si prompt à prendre un parti, qu'il
fallait être sûr de le tuer du premier coup pour oser l'attaquer, même
durant son sommeil.

Cependant Horribilis voulait à tout prix le faire tuer, ou tout au moins
l'exiler. Il avait pris pour confident un vieux magicien dont l'âme
était noire de crimes, et qui avait contre Pierrot la haine que les
méchants nourrissent toujours contre les gens de bien. Le magicien
s'appelait Tristemplète. Il était petit, avait les yeux enfoncés sous
des sourcils grisonnants, le nez busqué et touchant presque au menton,
les pommettes des joues saillantes, et l'air d'un féroce gredin. Ses
yeux, comme ceux des chats, voyaient la nuit aussi bien que le jour. Ce
coquin, qui plusieurs fois déjà avait mérité la potence, et n'échappait
à la mort que par les intelligences qu'il avait avec les démons, plut
tout d'abord à Horribilis, qui le trouva digne de lui. Tous deux
cherchaient continuellement le moyen de perdre Pierrot.

--Comment faire? dit Horribilis; il est inattaquable!

Tristemplète sourit.

--Le plus inattaquable, dit-il, a toujours quelque endroit faible: c'est
par là qu'il faut le prendre.

Et, tirant de sa poche un affreux grimoire, il prononça les mots
sacramentels:

[Illustration]

qui signifient, dans la langue magique: _kara, brankara_, et en
français: _approche, esclave_. C'est la formule usitée pour évoquer le
démon.

Celui-ci parut.

--Maître, dit-il, tu m'as appelé; que me veux-tu?

Ici je passe sous silence une conversation assez longue entre le diable
et le magicien. Alcofribas, qui s'y connaissait, la rapporte tout
entière avec les formules magiques; mais je craindrais, en vous les
enseignant, de vous conduire, sans le savoir, sur le grand chemin de
l'enfer.

Le résultat fut qu'Horribilis apprit que le pauvre Pierrot aimait
éperdument la fille d'une fermière, et qu'ils avaient été fiancés par la
fée Aurore. Hélas! tremblez et soupirez, âmes sensibles, car de ce jour
datent les premiers malheurs de notre ami.

A peine Horribilis eut-il appris tout cela, qu'il quitta l'armée avec
son confident, fit enlever Rosine et sa mère dans un nuage, par le moyen
des démons qui obéissaient à Tristemplète, et les renferma dans un
château revêtu à l'extérieur de plaques d'acier travaillé par les
esprits infernaux, et qui avait la propriété d'être invisible.

Au moment même où Horribilis commettait ce crime, l'anneau magique de
Pierrot lui serra le doigt comme s'il eût été vivant, et son coeur
battit violemment sans qu'il sût pourquoi. C'était un de ces
pressentiments que Dieu envoie aux âmes tendres, et qui ne leur font pas
éviter le malheur. Pierrot, attristé et plein de pensées lugubres, eut
recours à la fée Aurore.

La bonne fée lui apprit ce qui s'était passé, et cherchait à le
consoler. Pierrot s'arrachait les cheveux de désespoir.

--Malheureux! disait-il, pourquoi les ai-je quittées? quel besoin
avais-je de combattre les Tartares? Ah! marraine, c'est cette funeste
absence qui les a perdues! Qui sait où elles sont maintenant? qui sait
entre les mains de quel ennemi, et quel traitement il leur fait subir?
Périsse mille fois la Chine avec tous les Chinois! Je vais rejoindre ma
Rosine chérie. Je pars.

--Tu ne partiras pas, Pierrot, lui dit la fée avec une douce sévérité.
Tu as des devoirs plus importants à remplir.

Et comme elle vit qu'il ne l'écoutait pas:

--Je sais où est ta fiancée, dit-elle, et je veillerai sur elle. Ne
crains rien; fais ton devoir en homme de coeur, et sois sûr qu'après la
guerre je t'aiderai moi-même à retrouver Rosine.

--Vous me le jurez? dit Pierrot un peu consolé.

--Je te le promets par la barbe blanche de Salomon, à qui tous les
génies obéissent.

A ces mots elle disparut.

Pierrot, impatient de retrouver et de venger Rosine, brûlait de finir la
guerre dans une bataille. Il connaissait trop bien la fée pour craindre
qu'on fît aucun mal à sa fiancée pendant son absence; mais il avait peur
qu'elle s'ennuyât d'être ainsi enfermée, qu'elle devînt triste, qu'elle
tombât malade; il avait peur de tout, le pauvre Pierrot, quand il
s'agissait d'elle. Et il avait bien raison, car s'il y a jamais eu
quelque chose de beau, de doux, d'aimable et de gracieux sous le soleil,
croyez que c'est la belle Rosine. Je ne lui ai connu qu'un défaut: c'est
un petit grain de caprice; mais ce grain était si petit, si difficile à
découvrir, et se cachait si vite, qu'on n'avait pas le temps de
l'apercevoir. Toutefois, c'est par là qu'elle touchait à l'humaine
nature. Vous le savez, mes amis, rien n'est parfait en ce monde. Telle
qu'elle était, Pierrot aurait donné l'empire de la Chine, des deux
Mongolies et de la presqu'île de Corée pour pouvoir presser sur son
coeur une de ses pantoufles. Ceux qui n'approuveront pas la folie de
Pierrot feront bien de s'aller pendre; ils ne sont pas dignes de vivre.

Cependant Kabardantès était guéri. Ses brûlures ne lui avaient laissé
qu'un tic affreux qui le rendait encore plus repoussant. Le nerf
zygomatique s'était resserré et comme replié sur lui-même, et le
malheureux prince, pour rendre à ses mâchoires leur ancienne élasticité,
faisait d'épouvantables efforts qui mettaient en fuite tous les
assistants. A cela et à quelques coliques près, dont il était
brusquement saisi lorsque par mégarde il avalait un potage trop chaud,
il dormait, mangeait et digérait fort bien. La première fois qu'il se
brûla de nouveau en avalant sa soupe, il saisit le maître d'hôtel et le
jeta la tête la première dans une immense chaudière où cuisait le dîner
des cinq cent mille Tartares. A la fin du repas, on retrouva les braies
de ce pauvre homme. Comme ces braies étaient en caoutchouc, la dent des
Tartares eux-mêmes n'avait pu les entamer. On chanta un _De profundis_
au lieu de dire les _grâces_ comme à l'ordinaire, et il n'en fut plus
question.

Le lendemain, le nouveau maître d'hôtel, craignant le même sort, ne
servit qu'un dîner de viandes froides. Kabardantès se mit dans une
colère furieuse:

--Viens ici! lui cria-t-il.

Au lieu d'obéir, le pauvre cuisinier courut à la porte pour se sauver,
mais il n'en eut pas le temps.

L'empereur lui lança une javeline qui le perça de part en part et
s'enfonça dans la muraille, où elle resta fixée. Tout le monde applaudit
à ce trait d'adresse, et s'enfuit, de peur d'un nouvel accident. Enfin
Kabardantès trouva un maître d'hôtel à sa guise. C'était un Tartare
intrépide, d'une naissance illustre, et fort estimé dans toute l'armée,
mais qui ne s'était jamais mêlé de cuisine. Le premier jour qu'il entra
en fonction, Kabardantès remarqua qu'il se tenait toujours derrière son
fauteuil. Il lui demanda le motif de cette réserve. Le Tartare répondit
d'abord que c'était le devoir de sa charge; puis, comme le prince
insistait, il tira sa dague, et déclara fièrement que si le dîner avait
été mauvais, il aurait, sans attendre plus longtemps, coupé la tête à
Kabardantès pour éviter le sort de ses prédécesseurs.

--Ta hardiesse me plaît, dit l'empereur; mais, pour que je puisse dîner
en paix, il ne faut pas que j'aie derrière moi un homme toujours prêt à
me couper le cou. Laisse là tes fonctions et rentre dans l'armée. Je te
fais mon lieutenant principal.

Tout le monde admira et loua tout haut la grandeur d'âme de Kabardantès,
et tout bas l'heureuse hardiesse du maître d'hôtel. Celui-ci devint
aussitôt le ministre et le favori de son maître. Cette histoire, qui est
très-véridique puisqu'elle sort de la bouche du vieil Alcofribas, a
suggéré à ce sage enchanteur la réflexion suivante:

«Que, dans toutes les situations de la vie, le courage et la franchise
sont encore les meilleurs moyens de sortir d'embarras. On ne ment jamais
que par lâcheté, et le lâche n'inspire à personne ni estime ni intérêt.»

Voilà, mes enfants, la réflexion du vieux magicien; si elle vous paraît
bonne, faites-en votre profit, sinon, mettez-la au panier.

Cependant ni la grandeur d'âme de Kabardantès, ni la hardiesse de son
favori, qui s'appelait Trautmanchkof (j'oubliais de vous le dire, et
cela est important pour la suite de cette histoire), ne donnaient à
manger à l'armée tartare. Plusieurs mois s'étaient écoulés sans qu'elle
eût obtenu le moindre succès: ses provisions commençaient à s'épuiser.
Il ne restait plus ni veaux, ni vaches, ni cochons. Kabardantès lui-même
était réduit à manger du cheval, et ce n'était pas une bonne nourriture,
croyez-moi, avant que quelques savants de l'Institut eussent inventé
d'en faire manger aux autres, pour manger eux-mêmes du boeuf et des
poulardes à meilleur marché.

Au contraire, l'armée chinoise, bien pourvue de tout par les soins de
Pierrot, aguerrie à supporter la vue et le choc des Tartares, devenait
tous les jours plus redoutable. Les plus lâches désiraient la bataille,
se croyant, avec de l'aide Pierrot, assurés de vaincre. Kabardantès
rugissait de colère, et se voyait pris dans un piège: il n'osait
retourner en arrière de peur d'être détrôné par ses propres sujets,
furieux de leur défaite, ni tenter une nouvelle escalade, après que les
deux premières lui avaient si mal réussi. Enfin, il s'avisa d'un moyen
sûr pour rétablir l'égalité des forces, et combattre même à cheval,
malgré la grande muraille.

Il fit amasser dans les îles Inconnues toutes les charrettes et tous les
tombereaux qu'on put trouver. Il les fit amener par des boeufs, et les
fit conduire au pied de la muraille, chargés de pierres énormes. En peu
de temps il se forma un entassement prodigieux que Kabardantès fit
recouvrir de sable et de terre pris dans le voisinage. Cet entassement
de rochers, de sables et de terre amoncelés descendait en pente douce du
sommet de la muraille des Chinois jusqu'au camp des Tartares, et
permettait à la cavalerie de marcher et même de galoper sans crainte
jusqu'au sommet de la muraille. Là, on devait combattre corps à corps,
et, dans un combat de cette espèce, Kabardantès et ses soldats ne
doutaient pas de la victoire.

De son côté, Pierrot suivait de l'oeil les progrès de ce travail. Il fit
secrètement creuser le terrain sous l'immense amas de matériaux entassés
par l'ennemi, fit soutenir ce travail par des voûtes en maçonnerie d'une
solidité admirable, et enferma cinq ou six cents tonneaux de poudre dans
ces caves, qui étaient creusées à une profondeur de près de cent pieds.
En même temps, à cinquante pas environ de la grande muraille, il en fit
construire une seconde toute semblable. L'espace de cinquante pas qui
séparait les deux murailles était destiné à servir de fossé où toute la
cavalerie tartare, arrivant au galop, serait forcée de sauter. En même
temps il fit construire des ponts-levis qu'on pouvait à volonté abaisser
ou relever, et qui devaient servir pour la retraite des Chinois, en cas
d'attaque.

Plus d'un mois se passa pendant qu'on faisait ces préparatifs de part et
d'autre. Chacune des deux armées se tenait sur ses gardes, mais évitait
d'attaquer son adversaire. Enfin Kabardantès crut le moment favorable.

--A quelle sauce te mangerai-je? cria-t-il à Pierrot.

--A l'huile, répondit celui-ci.

A ce souvenir, l'empereur des îles Inconnues fut transporté de fureur et
donna le signal du combat. Quatre cent mille Tartares à cheval (car les
autres avaient péri de fatigue ou sous les coups de Pierrot)
s'ébranlèrent en même temps et coururent au grand galop sur l'esplanade
qu'ils avaient construite. C'était un spectacle admirable et grandiose:
tous ces chevaux galopant ensemble sur une profondeur extraordinaire, et
ces cavaliers tenant la lance en arrêt et poussant des cris affreux,
jetèrent la terreur dans l'âme des Chinois. Pierrot s'en aperçut et
donna le signal de la retraite. Ils se retirèrent en bon ordre au moyen
des ponts-levis, poursuivis de près par la cavalerie tartare, qui,
s'échauffant à cette vue, prit le grand galop et arriva juste au moment
où le dernier soldat chinois ayant passé, on commençait à lever les
ponts-levis.

Aucun Tartare ne soupçonnait le piége, Pierrot ayant caché ses travaux
au moyen de palissades qui étaient dressées sur la muraille, et qui
semblaient n'avoir pour but que d'abriter la poltronnerie des Chinois.
Le jour de la bataille, il avait fait abattre ces palissades, qui furent
jetées dans le fossé antérieur. Aussi les Tartares furent bien étonnés
lorsque, arrivant sur la plate-forme de la muraille, ils entendirent la
voix moqueuse de Pierrot leur crier:

--Au bout du fossé, la culbute.

Ce fut en effet une culbute épouvantable. Les trente premiers rangs de
la cavalerie, lancés à toute bride, sautèrent dans le fossé sans pouvoir
contenir l'ardeur de leurs chevaux. Les autres, avertis à temps,
restèrent sur le bord et regardèrent tristement le sort de leurs
camarades. Ceux-ci tombaient les uns sur les autres avec un bruit sourd
de têtes brisées, de jambes cassées et de poitrines enfoncées. Les
chevaux se débattaient sur les hommes, et tous ensemble, percés de leurs
propres armes, remplissaient de sang le fossé. Les Chinois roulaient sur
eux des rochers énormes qui achevaient ceux que leur chute n'avait pas
tués du premier coup.

Au milieu de ce désastre, l'âme sensible de Pierrot fut saisie de
compassion. Il arrêta ses soldats, et fit offrir à ces malheureux, qui
se débattaient contre la mort, de leur donner la liberté et la vie s'ils
voulaient se rendre. Tous acceptèrent, et Pierrot leur fit jeter des
cordes au moyen desquelles on les repêcha un à un: on les envoya dans
l'intérieur de la Chine, où ils furent employés à faire des routes, à
cultiver la terre et à mener les chevaux, besogne qu'ils entendaient
mieux que personne.

Un seul refusa de se rendre: c'était Kabardantès lui-même. Il était
tombé le premier dans le fossé avec son cheval; mais comme il était
invulnérable et que ses os étaient faits d'une manière plus dure que le
fer, il n'eut aucun mal dans sa chute. Il jurait affreusement en voyant
tomber successivement sur sa tête toute l'avant-garde de son armée.

--Scélérat, cria-t-il à Pierrot, tu n'oserais m'attaquer en face, tu me
tends des piéges.

--Comme à une bête féroce, dit Pierrot; et tu es en effet aussi bête que
féroce. Quant à te combattre en face, j'en serais fort aise, si je
n'avais pas en ce moment quelque chose de mieux à faire; mais sois sûr
que cela se retrouvera.

Pierrot ne voulut pas dire tout haut ses raisons, mais toute l'armée les
comprenait sans qu'il eût besoin de parler. Il ne craignait pas de
risquer sa vie; seulement il ne savait à qui laisser le commandement
après sa mort. Il n'avait que du mépris pour la lâcheté d'Horribilis,
et aucun des généraux chinois n'était assez illustre par sa naissance et
par son courage pour qu'on pût lui confier le sort de l'armée. Il aurait
donc consenti de grand coeur au combat, si la guerre eût été terminée et
que l'armée tartare eût consenti à se retirer après la mort de son chef;
mais il fallait d'abord battre les Tartares si complétement qu'ils
n'osassent plus revenir en Chine.

Ceux-ci étaient encore très-loin de se décourager. S'ils furent d'abord
étonnés de la profondeur du fossé et du triste sort de leurs camarades,
cet étonnement dura peu, et ils demeurèrent sur le bord de la muraille,
ne pouvant pas passer et ne voulant pas faire retraite. Enfin le brave
Trautmanchkof, qui avait pris le commandement après la chute de
Kabardantès, envoya chercher des fascines, des pierres, de la terre, et
ordonna de combler le fossé. En entendant donner cet ordre, Pierrot
s'avança sur le parapet du rempart, et dit:

--Mes amis, vous avez, si vous le voulez, une occasion admirable de
faire la paix. Je suis vainqueur, et je vous l'offre. J'estime votre
courage, et je vous promets de vous rendre vos prisonniers. A ce prix,
les deux nations seront amies jusqu'à la fin des temps. Croyez-moi, une
bonne paix vaut mieux que la plus glorieuse guerre.

--Va prêcher ailleurs, lui cria Trautmanchkof, nous ne partirons pas
avant d'avoir vengé dans le sang de tous les tiens le malheur de nos
camarades.

En même temps il banda son arc et tira une flèche contre Pierrot.
Celui-ci fut blessé légèrement à la main.

--Vous l'avez voulu, cria-t-il; que le sang versé retombe sur vos têtes!

Et il donna le signal de mettre le feu aux poudres. Les artificiers
(car, en ce temps-là, la poudre ne servait qu'à tirer des feux
d'artifice, et il n'y avait ni fusils, ni canons, ni pistolets),
approchèrent les lances à feu de la traînée de poudre qui communiquait
avec tous les tonneaux. En un instant une effroyable explosion se fit
entendre et souleva le champ de bataille tout entier. La muraille
intérieure elle-même, derrière laquelle se tenaient les Chinois, fut
ébranlée. Une masse prodigieuse de sables et de rochers, soulevée par
l'explosion, fut lancée dans les airs à une hauteur extraordinaire; et,
parmi ces sables et ces rochers, plus de cent cinquante mille Tartares
périrent avec leurs chevaux: les autres s'enfuirent au grand galop
jusqu'à deux lieues du camp. Kabardantès, qui attendait encore dans le
fossé entre les deux murailles qu'on vînt le tuer ou lui rendre la
liberté, fut lancé dans le camp de Pierrot, et retomba à terre sans se
faire aucun mal. Aussitôt il s'élança au travers des Chinois, qui se
gardèrent bien de l'arrêter, et, d'un bond extraordinaire, il sauta le
fossé et se trouva libre et du côté des Tartares. Alors, sans s'arrêter
à considérer cet effroyable spectacle, il alla rejoindre son armée, qui
galopait en désordre du côté des îles Inconnues.

Pierrot fit sur-le-champ creuser un nouveau fossé et déblayer
l'esplanade. Mais il n'avait pas à craindre de sitôt un nouvel assaut.
Dès que Kabardantès reparut dans son armée, ce fut une huée universelle.
Les uns lui faisaient compliment de son adresse à sauter, et le
comparaient à une balle élastique qui tombe à terre et rebondit dans les
airs. D'autres lui reprochaient leur défaite et lui montraient avec des
imprécations les blessures qu'ils avaient reçues à son service. Les plus
échauffés parlaient de le lapider. Le géant, effrayé de la fureur
croissante des Tartares, s'écria, d'une voix qui dominait le tumulte,
qu'il fallait attribuer la défaite à la perfidie de Pierrot, et non à sa
propre inhabileté; que personne ne pouvait prévoir l'existence du fatal
fossé; qu'il l'avait prévu moins que tout autre, puisqu'il avait sauté
dedans le premier; mais qu'il était prêt à venger son armée et lui-même
en provoquant Pierrot à un combat singulier. Au reste, ajouta-t-il en
terminant, si quelqu'un de vous se croit plus brave et plus habile que
moi, qu'il vienne me le dire en face, et je lui ferai voir de quel bois
je me chauffe.

A ces mots, saisissant le soldat le plus voisin par une jambe, il le fit
tourner en l'air comme une fronde et le lança sur une montagne voisine.
Le malheureux fut écrasé du coup. A cet acte de vigueur, l'armée
tartare reconnut son chef, et chacun en silence regagna son rang. Le
lendemain, toute l'armée retourna au camp, mais il ne restait plus que
les piquets des tentes et les cendres des feux du bivouac. Pendant la
nuit, Pierrot avait fait enlever les vivres et les bagages. A cette vue,
la consternation s'empara des Tartares, et Kabardantès lui-même commença
à désespérer de les retenir sous les drapeaux. Il y eut une trêve de dix
jours pendant lesquels chaque parti ensevelit ses morts, car, même du
côté des Chinois, il y avait eu quelques victimes de l'explosion.

Cependant l'empereur des îles Inconnues s'arrachait de désespoir les
cheveux et la barbe. Il insultait Pierrot à haute voix, et le défiait de
descendre en plaine et de se mesurer avec lui. Le sage Pierrot,
secrètement piqué, mais retenu par les raisons de prudence et de salut
public que nous avons dites plus haut, ne daigna pas répondre à ces cris
furieux. Il attendait que la faim et l'ennui forçassent les Tartares à
se retirer.

Un siége de cette espèce ne pouvait durer longtemps.

Les assiégés, bien pourvus de vivres et d'armes, tous les jours plus
aguerris et plus confiants dans leur chef, commençaient à ne plus
redouter l'ennemi. La nuit, Pierrot faisait des sorties, harcelait les
Tartares, enlevait leurs convois et leurs chevaux, et finit par les
réduire à une telle disette de toutes choses, qu'un matin, prenant
leurs armes et leurs drapeaux, officiers et musique en tête, ils
allèrent déclarer à Kabardantès qu'ils rentraient chez eux, et que s'il
voulait continuer la guerre, il resterait seul. L'orateur de l'armée
était ce même Trautmanchkof qui avait été quelques jours le favori de
l'empereur, mais qui, devenu suspect par son courage et sa fierté,
aspirait secrètement au trône.

Kabardantès, hors de lui, saisit sa masse d'armes et voulut se
précipiter sur ses officiers. Ceux-ci, sans l'attendre, partirent au
galop, suivis de toute l'armée, qui prit la route des îles Inconnues.
Kabardantès courut après ses soldats et en assomma quelques-uns, ce qui
ne fit que donner des jambes aux paralytiques et des ailes à ceux qui ne
l'étaient pas. Tout à coup il entendit un grand bruit: c'était l'armée
de Pierrot, qui, son général en tête, poursuivait les Tartares en
chantant ce refrain:

          C'est le chien de Jean de Nivelle,
          Qui s'enfuit quand on l'appelle.

Le malheureux Kabardantès eut d'abord envie de faire face comme un
sanglier acculé par des chasseurs, mais il perdit courage en voyant
Pierrot piquer des deux à sa rencontre et toute son armée le suivre.

--Attends-moi, lui cria Pierrot, qui, monté sur Fendlair et fier comme
Artaban, jouissait alors du fruit de sa prudence et de sa valeur. En
même temps il chantait sur un air nouveau les paroles si connues

          Car les Tartares
          Ne sont barbares
          Qu'avec leurs ennemis

Attends-moi, foudre de guerre; attends-moi, vainqueur des vainqueurs.

Kabardantès ne s'amusa pas à répondre. Il courait à pied si vite et il
avait l'haleine si longue, qu'en une heure il avait déjà fait plus de
vingt lieues. Pierrot, voyant qu'il était impossible de l'atteindre,
rejoignit son armée.

Il fut accueilli par des acclamations. Sans attendre l'ordre de leurs
chefs, tous les soldats se précipitèrent à sa rencontre. Ils portaient
au bout de leurs lances des couronnes de feuillage qu'ils jetaient sous
les pieds de son cheval. Fendlair, qui avait autant d'intelligence que
d'ardeur, faisait des courbettes gracieuses à droite et à gauche, comme
pour remercier la foule des honneurs qu'elle rendait à son cavalier. Peu
à peu l'enthousiasme devint si violent et si frénétique qu'on enleva
Pierrot et son cheval pour les porter à bras. Pierrot, ému de tant de
reconnaissance, ne savait comment les remercier et se dérober à son
triomphe.

--Que tous ces hommages me seraient doux, pensait-il, si je pouvais les
partager avec Rosine!

Horribilis seul ne prenait aucune part à la joie commune. Enfermé dans
sa tente avec son noir confident, il attendait l'effet des lettres qu'il
avait écrites à son père. Enfin ce message si désiré arriva. Au moment
même ou Pierrot rentrait dans sa tente, entouré de ses officiers, un
courrier lui remit une dépêche du roi. Pierrot la lut, et sans changer
de ton, dit à ceux qui l'entouraient:

--Sa Majesté me rappelle à la cour et me charge de remettre au prince
Horribilis le commandement de l'armée.

A cette nouvelle inattendue, tout le monde fut consterné.

--Qu'allons-nous faire? disaient les généraux. Si le grand connétable
nous quitte, nous sommes perdus: les Tartares vont revenir en force; en
une heure, tout sera fini.

Des officiers la nouvelle passa aux soldats: leur joie se changea en un
profond accablement. Ceux qui ne craignaient rien sous les ordres de
Pierrot craignaient tout sous le commandement d'Horribilis. On
s'assembla d'abord sous les tentes, puis dans la grande place du camp;
on résolut de ne pas obéir, de garder Pierrot malgré lui, de renvoyer
Horribilis, et, s'il le fallait, de proclamer Pierrot roi de la Chine.
De tous côtés s'éleva le cri de Vive le roi! Vive Pierrot Ier! A mort
Horribilis! A bas Vantripan et toute sa dynastie!

A ces cris, Horribilis se cacha sous un tapis avec Tristemplète et
attendit l'événement. Il n'attendit pas longtemps: Pierrot sortit de sa
tente et s'avança dans la foule. Tout le monde s'écria: Vive Pierrot! Il
fit signe de la main qu'il allait parler: tout le monde fit silence.

--Amis, dit-il, que signifient ce tumulte et ces acclamations? J'entends
que quelques séditieux veulent désobéir au roi et me garder malgré moi
même! Est-ce ainsi que vous obéissez aux lois de la patrie et au grand
roi Vantripan? Il a plu au roi de me donner le commandement de son
armée, j'ai obéi; nous avons combattu et vaincu ensemble, je ne
l'oublierai jamais; mais le salut de la patrie ne tient pas à un homme.
Sous le prince Horribilis, vous vaincrez l'ennemi, comme vous l'avez
vaincu avec moi. Voulez-vous, en désobéissant au roi, allumer une guerre
civile, quand la guerre étrangère est à peine terminée? Retournez à vos
tentes, et attendez-y les ordres du prince. Pour moi, je pars.

Je regrette de rendre si mal le discours de Pierrot. Il y a ici une
petite lacune bien regrettable dans le texte du vieil Alcofribas. Les
rats ont mangé le manuscrit, de sorte que j'ai pu à peine en déchiffrer
quelques lignes que je vous donne sans ordre et sans suite; mais croyez,
mes amis, que ce discours fut rempli de la plus profonde éloquence; car,
sur-le-champ, chaque soldat rentra dans sa tente en poussant une
dernière acclamation en signe d'adieu, et Pierrot partit sans résistance
après avoir remis le commandement à Horribilis.

--Ah! je respire enfin, s'écria celui-ci en recevant le cachet royal,
qui était le signe de l'autorité de Pierrot; je n'aurai plus sans cesse
sous les yeux ce rival détesté. C'est maintenant, mon brave
Tristemplète, que je vais me couvrir de gloire à mon tour et poursuivre
l'ennemi jusque dans sa capitale.

Laissons-le se bercer de ces espérances. Avant peu nous verrons les
tristes effets de sa jalousie et le danger dans lequel il mit toute
l'armée par sa lâcheté. Suivons maintenant Pierrot.

Il était partagé entre deux sentiments contraires: la tristesse d'être
enlevé à ses soldats au moment de recueillir le fruit de sa victoire, et
la joie de recouvrer sa liberté et de pouvoir venger et sauver Rosine de
ses ennemis. Pour dire la vérité, cette dernière impression était si
forte chez lui qu'il courait au galop en chantant sur la route de Pékin,
et que les passants le croyaient à moitié fou. Ils n'avaient pas tort:
au fond de l'amour, n'y a-t-il pas toujours un grain de folie?

Voyons maintenant ce qui se passait à la cour du grand roi Vantripan. Si
vous le voulez, nous remettrons ce récit au chapitre suivant. Je me suis
un peu essoufflé en courant à la suite de Pierrot sur le grand chemin,
et je vais me reposer. Suivez mon exemple.



V

CINQUIÈME AVENTURE DE PIERROT

COMBAT DE PIERROT CONTRE BELZÉBUTH ET LES ESPRITS INFERNAUX

I


«Il y a, dit le vieil Alcofribas en commençant le cinquième livre de
l'histoire de Pierrot, quelque chose qui va plus vite que le vol de
l'hirondelle, plus vite qu'une locomotive lancée à toute vapeur, plus
vite que le vent qui passe sur la montagne et qui au même instant rase
déjà la plaine, plus vite que la lumière du soleil qui parcourt
quatre-vingt mille lieues par seconde; c'est la pensée de l'homme.
Pierrot galopait plus vite que ne court la locomotive et que ne vole
l'hirondelle, mais sa pensée galopait encore devant lui.»

Le sage enchanteur entend par là que notre ami Pierrot était fort pressé
d'arriver et qu'il ne s'arrêtait guère à considérer à droite ou à
gauche les objets qui se trouvaient sur la route. Horribilis l'avait
bien prévu, et c'était pour forcer Pierrot de quitter le commandement de
l'armée qu'il avait fait enlever et transporter la belle Rosine et sa
mère dans la forteresse invisible, gardée par les esprits infernaux.
Cependant Pierrot, tout en enrageant de ce délai, crut de son devoir de
se rendre aux ordres de Vantripan et de lui dire l'état des affaires sur
la frontière, et sa dernière victoire sur les Tartares. Fendlair, aussi
infatigable que lui, courait comme si le salut du monde eût dépendu de
sa vitesse. Enfin Pierrot arriva, et tout botté, tout éperonné se
présenta devant Vantripan.

Le moment n'était pas favorable. Ce grand roi, ayant mangé trop de
melon, avait mal digéré et se trouvait de fort mauvaise humeur. Aussi
fit-il une vilaine grimace quand on annonça l'arrivée du grand
connétable.

--Ah! ah! dit-il, le voilà donc, ce rebelle. Qu'il entre.

--Sire, dit Pierrot en entrant, que Votre Majesté me pardonne ma
hardiesse, je ne suis pas un rebelle.

--Qu'es-tu donc, drôle? Tu abuses de mes bontés; tu te glisses à ma
cour; je te fais grand connétable, grand amiral, premier ministre, je te
donne mon sceau royal, je te délègue mon autorité suprême, et j'apprends
que de toutes parts on se plaint de toi, que tu opprimes mes sujets, que
tu jettes mes officiers en prison, que tu fuis devant les Tartares, que
tu n'oses livrer bataille, que tu déshonores mes armes et la gloire de
mon empire! Enfin, pour comble d'audace et d'insolence, tu oses te
révolter contre ton prince, tu payes des soldats séditieux pour qu'ils
te proclament roi! Est-ce la conduite d'un sujet fidèle ou révolté?
Réponds.

En parlant, ce grand roi s'échauffait et s'enhardissait peu à peu
jusqu'à insulter Pierrot. Les courtisans, qui connaissaient le caractère
fier et peu endurant de celui-ci, commencèrent à trembler et à regarder
du côté de la porte, s'attendant à quelque scène violente. Ils se
trompaient. Pierrot répondit avec beaucoup de sang-froid:

--Oserai-je demander à Votre Majesté de qui elle a reçu des
renseignements si authentiques sur mon administration?

--Et de qui, répliqua Vantripan qui se méprit au sang-froid de Pierrot
et crut qu'il avait peur, et de qui, si ce n'est du seul de mes sujets
qui soit assez fidèle et courageux pour oser te dénoncer à moi et braver
ta vengeance?

--Quel est ce sujet si fidèle et si courageux? demanda pour la seconde
fois Pierrot.

Vantripan s'aperçut qu'il était allé trop loin et que Pierrot commençait
à s'échauffer. Il eût bien voulu rattraper ses paroles et les renfoncer
au fond de son gosier; mais «une parole échappée, dit très-bien le
vieil Alcofribas, est comme une hirondelle qu'on met en liberté, elle
ne revient jamais vers celui qui l'a lâchée.» Enfin il répondit avec
quelque embarras:

--C'est Horribilis qui m'a découvert tous ces abus.

--Sire, dit Pierrot, que le prince Horribilis rende grâce à l'honneur
qu'il a d'être de votre sang et l'héritier de votre couronne. Je ne
supporterais pas aussi aisément d'un autre de pareilles calomnies. Qu'on
produise des témoins contre moi, et je me justifierai.

--Des témoins, des témoins! dit Vantripan embarrassé, cela est bien
facile à dire. N'en a pas qui veut, des témoins.

--J'en ai, moi, Majesté, dit Pierrot.

Et il rendit compte de son administration d'une manière si claire, si
précise et si éloquente, que toute la cour était dans l'admiration, et
le pauvre Vantripan dans la stupeur. Mais quand Pierrot termina son
récit en annonçant la fuite des Tartares que le roi ignorait encore, ce
fut un concert d'acclamations. Le gros Vantripan se leva lui-même, et
l'embrassant, le fit asseoir à côté de lui.

--Pardonne-moi, mon pauvre Pierrot, lui dit-il, d'avoir cru tous ces
mensonges. Tu le sais bien, je t'ai toujours aimé et je n'aimerai jamais
que toi; ceux qui disent le contraire sont des menteurs et des
misérables que je ferai pendre ou empaler, à ton choix.

--Majesté, dit Pierrot, je vous remercie de l'offre que vous me faites,
mais je ne l'accepte pas. Je ne veux pas être plus longtemps un sujet
de querelle et de scandale dans votre cour et dans votre famille. Je me
retire, et je désire que le ciel vous donne des serviteurs, non plus
dévoués que moi à votre service (cela est impossible), mais plus
heureux.

--Ne te retire pas, s'écria Vantripan, je te le défends. J'ai besoin de
toi; je veux t'avoir près de moi jusqu'à mon dernier jour. Que te
manque-t-il? Je te le donnerai sur l'heure. Veux-tu ma fille en mariage?
Tu me l'as déjà demandée. Je te la donne; et, si elle a fait autrefois
quelques difficultés, je suis sûr qu'elle sera aujourd'hui la première à
te présenter la main. N'est-ce pas vrai, Bandolinette?

La princesse fit signe que rien ne lui serait plus agréable; mais il
était trop tard. Pierrot était cuirassé contre l'ambition, et il se
souciait peu de toutes les princesses du monde. Il fut cependant fort
embarrassé, car il n'osait dire en public qu'il refusait la main de la
belle Bandoline, ce qui n'était pas poli, et il voulait encore moins
laisser croire qu'il l'acceptait.

--Sire, dit-il enfin, je sens tout l'honneur que Votre Majesté veut bien
me faire. Il est vrai qu'en d'autres temps j'ai désiré cette alliance;
mais depuis j'ai réfléchi qu'elle était trop au-dessus des voeux et de
la naissance d'un sujet et du fils d'un meunier.

--De quoi te mêles-tu? s'écria Vantripan, si ma fille et moi nous te
trouvons bon tel que tu es? Est-ce à toi de faire des façons? Va, va,
donne-moi la main, et toi aussi, Bandolinette, et nous ferons la noce
dans trois jours.

Bandoline donna la main, mais Pierrot resta immobile.

--Majesté, reprit-il, cette alliance autrefois eût comblé tous mes
voeux; aujourd'hui je ne puis plus y prétendre. J'ai le dessein,
aussitôt que Votre Majesté voudra me le permettre, de résigner entre ses
mains tous mes emplois et de me retirer dans un village. Je veux me
faire fermier. J'ai des goûts rustiques, sire, ce qui ne doit pas vous
étonner. Paysan je suis né, paysan je mourrai. Une ferme est-elle un
séjour convenable pour une si grande princesse?

--Pierrot, dit le gros Vantripan, tu me caches quelque chose, tu as
quelque raison que tu ne veux pas dire. Voyons, est-ce le ressentiment
d'avoir vu ta demande refusée? Bandoline va te demander elle-même en
mariage. Après cela, sabre et mitraille! que peux-tu demander davantage?
ton orgueil est-il satisfait?

--Pierrot, dit la belle Bandoline en rougissant, me voulez-vous pour
femme? et si vous vous faites fermier, voulez-vous que je sois votre
fermière?

--Il est trop tard, dit Pierrot; la place est prise.

Si jamais on voulait peindre le comble de l'étonnement, il faudrait
représenter la figure des courtisans du grand Vantripan, le grand
Vantripan lui-même et la pauvre Bandoline. Les uns et les autres n'en
pouvaient croire leurs oreilles. Il n'y avait pas, dans les annales des
quatre-vingt-quinze dynasties qui ont régné cent cinquante mille ans sur
la Chine, un seul exemple d'un pareil refus. La position de Pierrot
était devenue si délicate qu'il aurait donné beaucoup pour voir finir
cette conversation. Malheureusement, il n'osait s'en aller, et restait
seul, debout, et les yeux baissés, au milieu des regards de tous. Ses
paroles furent suivies d'un long et profond silence. Enfin Vantripan
s'écria:

--Mille millions de cathédrales! Pierrot, es-tu venu pour m'insulter?

--Vous vous trompez, sire, dit Pierrot avec une respectueuse fermeté; je
n'ai point brigué l'honneur que Votre Majesté daigne me faire, et, comme
je ne puis l'accepter, je le déclare avec sincérité.

A ces mots, la princesse Bandoline ne put retenir ses larmes. La honte
et la douleur la suffoquaient.

--O ciel! s'écriait-elle, être dédaignée par celui que j'ai dédaigné si
longtemps!

Elle se leva, et, suivie de sa mère, alla pleurer à l'aise dans son
appartement. Il faut tout dire: Pierrot, vainqueur des Tartares;
Pierrot, premier ministre adoré de tout un peuple (ce qui est si rare
pour un ministre), avait une tout autre mine que Pierrot capitaine des
gardes, et connu seulement par son fameux duel avec Pantafilando.

--Pourquoi, disait-elle amèrement, n'ai-je pas su deviner ce qu'il
deviendrait un jour? pourquoi l'ai-je méprisé?

Et son imagination s'enflammant peu à peu, elle résolut de connaître sa
rivale pour se venger d'elle, et, s'il était possible, l'enlever à
Pierrot.

Pendant qu'elle formait des projets si funestes à la tranquillité de
notre héros, il essayait, en faisant force excuses, de sortir
convenablement du mauvais pas où il était engagé; mais il ne put y
parvenir.

--Pierrot, lui dit Vantripan, tu as insulté la majesté royale, tu as
dédaigné ma fille; je devrais te faire pendre; mais (ajouta-t-il
sur-le-champ en voyant étinceler les yeux de Pierrot) je me contente de
te bannir de ma présence. Tu n'es plus ni ministre, ni grand connétable,
ni grand amiral; tu n'es plus que Pierrot, Pierrot tout court,
entends-tu bien? c'est-à-dire un homme de rien, un ingrat que j'ai
nourri de mon pain, abreuvé de mon vin, que j'ai caressé et réchauffé
dans mon sein, et qui, comme un serpent venimeux, veut mordre son
bienfaiteur. Va-t'en.

--Sire!... commença Pierrot.

--Va-t'en, va-t'en!

--Sire....

--Va-t'en! Je ne veux plus te voir.

--Sire....

--Je ne veux plus entendre parler de toi.

--Sire....

--Va-t'en, et que dans vingt-quatre heures on ne te retrouve plus dans
ma capitale, ou je te fais empaler.

--Halte-là, Majesté! cria Pierrot à bout de patience. Je regrette que
vous me renvoyiez après que je vous ai si bien et si fidèlement servi;
mais s'il vous est permis d'être ingrat, il ne vous est pas permis de
m'offenser ni de me menacer. Souvenez-vous, sire, que, sans moi, Votre
Majesté aurait depuis longtemps rejoint ses ancêtres dans la tombe. Je
garde un souvenir trop récent de vos bienfaits et de la confiance que
vous aviez en moi pour répondre avec colère à une menace que vous
regretterez, sans doute, que vous regrettez déjà, j'en suis sûr; mais si
quelqu'un osait mettre cette menace à exécution, sire, je tirerais du
fourreau, pour ma défense, ce sabre que j'ai si souvent tiré pour la
vôtre, et, Dieu aidant, personne ne m'attaquera impunément.

A ces mots il sortit de la salle d'un air si intrépide que tous les
assistants furent saisis d'admiration et de crainte. Chacun s'écarta
avec respect, et il rentra dans sa maison.

Quand il fut parti, Vantripan respira. La fière contenance de Pierrot
lui imposait plus qu'il ne voulait l'avouer. Il essaya de tourner en
plaisanterie ses dernières paroles, les courtisans firent quelques
efforts pour lui persuader qu'il avait eu raison de maltraiter son
ancien ami; mais au fond il sentait qu'il avait eu tort.

--Voilà ce que c'est, dit-il, que de mal digérer. On ne sait ce qu'on
dit, et l'on se mord la langue pour avoir trop parlé.

Mes enfants, quoique le gros Vantripan ne fût pas un fort habile homme,
il avait grandement raison en cette occasion; et, que vous ayez mal ou
bien digéré, vous ferez fort bien de suivre en tout temps son conseil.
«Trop gratter cuit, trop parler nuit,» dit le proverbe.

En rentrant chez lui, Pierrot ne pensait plus à ses emplois perdus, à la
colère du roi Vantripan, à la haine d'Horribilis, aux Tartares, ni à qui
que ce soit; il ne pensait qu'à la grande expédition qu'il allait
entreprendre pour délivrer sa Rosine bien-aimée. Il donna quelques
heures à Fendlair pour se reposer, et, congédiant ses pages et ses
domestiques avec un présent proportionné aux services de chacun, il
partit dès le lendemain. Dès qu'il fut hors des portes de la ville, il
se sentit si heureux, il était si sûr de délivrer Rosine, et, après
l'avoir délivrée, de ne plus la quitter, qu'il faisait mille projets et
bâtissait mille châteaux en Espagne dont la seule idée lui promettait
plus de bonheur que la réalité peut-être n'en pouvait donner.

--Malgré ma disgrâce, je suis riche encore, pensait-il; je vais acheter
une ferme magnifique, toute semblable à celle de Rosine, mais beaucoup
plus grande, parce que nous serons plus nombreux. J'y ferai bâtir une
belle maison, à mi-côte, toute blanche, avec des volets verts, ce qui
est plus gai. Elle aura deux façades, dont l'une sera tournée à l'orient
et l'autre à l'occident, afin qu'on puisse voir le soleil quand il se
lève et quand il se couche. Elle sera partagée en deux corps de logis de
grandeur égale, dont l'un pour la cuisine, la salle à manger, l'office,
le cellier et l'appartement de la fée Aurore; l'autre....

A ces mots, il fut interrompu dans son agréable rêverie par un coup
léger qu'une main amie lui frappa sur l'épaule. Il se retourna et
reconnut avec joie la fée Aurore.

--Eh bien, dit-elle, où donc vas-tu ce matin?

--Je vais chercher Rosine, dit-il.

Et il fit à la bonne fée le récit de sa séparation d'avec le roi
Vantripan. Elle se mit à rire.

--Console-toi, dit-elle, il aura bientôt besoin de tes services, et il
te rappellera.

--Je suis tout consolé, répliqua Pierrot, s'il veut bien ne me rappeler
jamais.

--C'est bien dit. Tu vas donc chercher Rosine?

--Oui, marraine.

--Où?

Pierrot se gratta le front avec embarras.

--Tu t'embarques sans biscuit et sans boussole? dit la fée. Cette audace
confiante me plaît, mais....

--_Audaces fortuna juvat_, dit sentencieusement Pierrot.

--Oui, la fortune aide les audacieux quand ils ont eux-mêmes un grain de
prudence. Ainsi tu te figures bonnement que je vais te servir de guide
et te conduire à ce château invisible qui tient enfermée la plus belle
de toutes les Rosines de ce monde?

--Assurément, dit Pierrot.

--Eh bien, tu te trompes, mon ami; j'ai affaire.

--O marraine!

--Point du tout. J'ai affaire.

--Hélas! dit le désolé Pierrot, je n'ai donc plus qu'à mourir.

--Meurs si tu veux; mais en seras-tu plus avancé? Rosine en sera-elle
plus libre? Oui; mais dans un sens: c'est qu'elle pourra épouser un
autre que toi.

--Hélas! dit Pierrot, je vais donc me résigner et vivre.

--Oui, mon garçon, résigne-toi.

--Mais à une condition, marraine.

--Laquelle?

--C'est que vous me conduirez sur-le-champ jusqu'à cette forteresse
invisible.

--Je te l'ai dit, je ne puis pas; je suis pressée.

Pierrot tira son poignard d'un air tragique.

--Puisque le cas est si grave, dit la fée en riant, ouvre les yeux,
badaud, et regarde.

Sans le savoir, Pierrot était juste devant le pont-levis. La fée Aurore,
en le touchant de sa baguette, lui avait donné la faculté qu'elle avait
elle-même de voir ce qui est invisible de sa nature.

Le château devant lequel s'étaient arrêtés les deux voyageurs était
recouvert d'acier poli qui réfléchissait les feux du soleil. Son
architecture était admirable, mais sombre, et telle qu'on se figure
aisément qu'elle devait être, puisque l'architecte était le démon
lui-même. Il n'avait rien oublié de ce qui pouvait ajouter à la hauteur
des murailles, à la solidité des grilles et des verrous, à la profondeur
des fossés, au fond desquels coulait une rivière enchantée qui faisait
le tour du château; elle coulait continuellement, quoiqu'elle fût
circulaire et qu'elle n'eût par conséquent ni source, ni embouchure.
Elle avait l'air d'un chien de garde plutôt que d'une rivière, et elle
en remplissait les fonctions. Sa profondeur était immense, sa largeur
prodigieuse et ses eaux toujours bouillantes, de sorte qu'il était
impossible d'y mettre le pied sans être cuit tout vif. Au-dessus de la
surface de l'eau, les murailles extérieures s'élevaient à une hauteur de
six mille pieds; elles avaient trois cents pieds de largeur à leur base.
Au sommet était un large parapet semé, de distance en distance, de tours
d'une élévation double de celle des murailles. Chaque tour servait
d'habitation et de corps de garde à cent esprits infernaux qui se
partageaient la garde par moitié, et qui se relevaient toutes les
vingt-quatre heures. Il y avait soixante tours de cette espèce. D'autres
génies malfaisants occupaient l'intérieur du château et en faisaient le
service. On n'apercevait ni au dedans, ni au dehors rien de ce qui
repose l'esprit et de ce qui charme la vie. Point d'herbe, point de
gazon, point d'animaux vivants. En face du château s'étendait une chaîne
de collines granitiques nues, sombres et stériles, sur lesquelles
soufflait sans cesse le vent du nord. Cette chaîne qui suivait presque
les contours de l'enceinte du château, avait une forme semi-circulaire,
et ses deux extrémités n'étaient séparées que par un défilé assez étroit
qui aboutissait au pont-levis. Les collines qui la composaient
s'élevaient presque perpendiculairement et ne laissaient à l'homme aucun
moyen de les gravir avec les pieds et les mains.

En voyant de si formidables obstacles, la confiance de Pierrot fut
ébranlée.

--Comment ferai-je, dit-il, pour lutter seul contre tant de démons?

--As-tu peur? lui dit la fée Aurore.

--De ne pas réussir, oui, dit Pierrot; mais je ne crains pas de mourir
si je ne puis la délivrer. Je ne veux vivre que pour elle.

--Ainsi, tu es bien résolu à tout tenter?

--Jusqu'à l'impossible, oui, marraine.

--Va donc, dit-elle; je te transmets la puissance que le divin Salomon,
mon père, m'a donné de voir, d'entendre et de lutter à forces égales
contre les mauvais génies.

A ces mots, elle prononça des paroles magiques dont Pierrot ne comprit
pas le sens, mais dont il sentit aussitôt l'efficacité. Il lui semblait
ne plus toucher la terre et ne plus rien avoir de commun avec l'espèce
humaine. Il n'avait plus ni faim, ni soif, ni sommeil, ni fatigue: il
était comme une des puissances de l'air. La fée Aurore jouissait de son
ouvrage.

--Va, lui dit-elle; tu as combattu pour la justice, c'est-à-dire pour
Dieu même. Va combattre maintenant pour ta fiancée: _Dieu et ta dame_,
c'est la devise des anciens chevaliers.

Pierrot n'eut pas le temps de répondre: elle avait disparu.

Si l'on me demande pourquoi la fée Aurore, qui était si puissante, si
bonne et si aimée des malheureux, n'avait point délivré elle-même la
pauvre Rosine, et pourquoi elle laissait courir à Pierrot seul les
chances d'une si périlleuse aventure, je vous dirai, mes amis, que je
n'en sais rien, et qu'apparemment cela devait être, puisque cela était;
ensuite je vous traduirai la réponse du vieil Alcofribas à cette
objection.

     «Arrière, s'écrie-t-il, ceux qui n'aiment que le bonheur sans
     fatigue! Arrière ceux qui veulent que les alouettes tombent rôties
     dans leur bouche! Arrière les paresseux et les lâches, car ceux-là
     pourront bien goûter un instant les joies fugitives des sens, mais
     ils ne toucheront jamais aux fruits immortels de la félicité, qui
     est le partage des âmes sublimes. Qui n'a pas semé ne récoltera
     pas.»

Voyez, mes amis, si vous voulez vous contenter de cette raison; pour
moi, je la trouve excellente, et n'en veux pas chercher d'autre.

Pierrot, resté seul, fit trois ou quatre fois le tour de l'enceinte du
château, comme un lion qui cherche la porte d'une bergerie, mais il ne
trouva aucun moyen de tenter l'escalade de force. S'il n'avait eu
affaire qu'à des hommes, il aurait tenté l'aventure, et, grâce au
présent de la fée Aurore, il en serait sorti, sans aucun doute, avec
succès; mais il savait bien que les démons, qui disposaient d'armes
aussi puissantes que les siennes, et qui faisaient bonne garde,
viendraient aisément à bout de lui, grâce à leur nombre. Il résolut
d'essayer la ruse.

Il prit un manteau de couleur sombre et percé d'autant de trous qu'une
vieille écumoire; il se coiffa d'un chapeau de pèlerin, et, s'appuyant
sur un grand bâton, il frappa à la porte du château.

A ce bruit le portier vint à la grille, et, regardant Pierrot, qui avait
l'air d'un vieillard cassé par les années, il se mit à rire.

--Passe ton chemin, lui cria-t-il à travers les barreaux, et ne viens
pas nous importuner.

--Hélas! seigneur, dit Pierrot d'une voix tremblante, faites l'aumône au
pauvre pèlerin: je n'ai plus que quelques jours à vivre.

Le diable a des vices, comme le fait très-bien observer M. Victor Hugo,
c'est ce qui le perd. A ces mots: _Je n'ai plus que quelques jours à
vivre_, le portier crut l'occasion favorable pour entraîner en enfer
une âme de plus, et recevoir la gratification que Satan promet à ceux
qui lui amènent une victime. Il tira de sa ceinture un trousseau de
clefs et s'empressa d'ouvrir la porte. Pierrot, riant sous cape, entra
lentement, comme s'il avait eu peine à se traîner, et demanda
l'hospitalité. Justement c'était un vendredi, et le diable, qui dînait
d'un excellent jambon de Mayence et d'un bon pâté froid, trouva plaisant
de faire commettre à son hôte un péché mortel dès son entrée dans le
château. Il offrit donc un siége à Pierrot et la moitié de son dîner.
Pierrot comprit la ruse et sourit. Il s'assit sur un banc de bois près
de la table (car si les portiers font bonne chère, ils sont en général
assez mal logés, même en enfer) et coupa une tranche de jambon. Le
diable le regardait avec des yeux brûlants de convoitise. Il croyait
déjà tenir sa victime, mais il avait affaire à plus fort que lui.

Au moment où Pierrot allait porter le jambon à sa bouche, il poussa
vivement du coude la bouteille de vin muscat qui était entre son hôte et
lui: elle tomba à terre et se brisa en plusieurs morceaux. Le portier,
alarmé, se baissa pour en ramasser les précieux restes, et Pierrot,
profitant de ce qu'il était occupé et ne pouvait le voir, cacha
subtilement la tranche de jambon dans son manteau et la remplaça par un
énorme morceau de pain qui lui remplissait la bouche et lui gonflait les
joues.

--Quel maladroit vous êtes! dit le portier en colère, voilà tout ce vin
perdu: un muscat délicieux que j'avais justement volé hier au sommelier;
je n'en ai plus que deux bouteilles, encore faut-il que j'aille les
chercher à la cave.

--Excusez-moi, dit Pierrot la bouche pleine, ma main tremble de
vieillesse, et je regrette bien plus que vous ce triste accident.

--Attendez-moi un instant, dit le gardien, qui ne soupçonna pas la ruse,
je vais chercher du vin; continuez de manger.

Aussitôt il sortit, et Pierrot, saisissant prestement le jambon tout
entier, le jeta au chien du portier, qui le dévora en un clin d'oeil.
Comme il finissait ce repas, le gardien rentra.

--Eh bien! où est le jambon? dit-il.

--Hélas! dit Pierrot d'un ton lamentable, ne m'aviez-vous pas dit de
manger sans vous?

--Malepeste! mon camarade, comme vous y allez!

A ces mots, croyant que Pierrot avait commis le péché mortel de manger
de la viande le vendredi, il leva sur lui son bâton, en disant:

--Çà, qu'on me suive!

--Où donc, mon bon seigneur? dit Pierrot larmoyant.

--Tu ne sais donc pas chez qui tu es? dit le gardien d'un air malin et
féroce.

--Eh! mon bon seigneur, je pense être chez d'honnêtes gens et de dignes
chrétiens.

--Ah! ah! dit le portier en riant, tu es dans le château de Belzébuth,
mon ami, j'en suis le gardien.

--Hélas! mon bon seigneur, que vous ai-je fait?

--Tu as mangé du jambon un vendredi; donc tu es ma proie, viens.

Et il le saisit par son capuchon.

--Où me menez-vous? dit Pierrot.

--Dans l'antre de mon souverain maître, où tu auras le temps de pleurer
ta gourmandise pendant l'éternité.

Il l'entraînait de force; mais Pierrot se dégagea.

--Ah! traître, dit-il, c'est là l'hospitalité que tu m'offres! Je te
connaissais, perfide, et je me suis défié de toi. Je n'ai mangé que du
pain.

--Pécaïre! dit le gardien.

En même temps Pierrot prit une corde, non de ces cordes de chanvre qu'un
homme peut couper ou casser, mais une corde divine, bénie par la fille
du grand Salomon, et il lia les pieds et les mains du gardien; puis il
l'enferma dans la huche, alluma de la cire et cacheta la huche avec son
anneau constellé, qui représente la figure du roi des génies, ce qui est
une barrière infranchissable pour les démons.

--Reste là, dit-il, hôte perfide, jusqu'à ce que je vienne moi-même te
délivrer.

Puis prenant le trousseau de clefs du prisonnier, il entra sans crainte
dans le château.

Personne ne s'étonna de le voir et ne lui fit de questions. Les démons,
parmi beaucoup de vices et de défauts, n'ont pas celui de la curiosité:
celui qui sait tout, ne s'informe de rien. Ils étaient d'ailleurs
habitués à voir rentrer leurs camarades vêtus d'habits vénérables
lorsqu'ils revenaient d'expéditions lointaines. Pierrot passa donc pour
un des leurs.

Il entra dans la cuisine et s'assit tranquillement au coin du feu.

--D'où viens-tu, camarade? lui dit amicalement l'un des marmitons.

--De faire un tour de promenade, où je me suis fort amusé; mais j'ai
froid et faim. Quel est donc ce repas que tu prépares?

--Ne le sais-tu pas? C'est celui du grand Belzébuth et de toute sa cour,
qui dîne avec lui aujourd'hui.

--Ah! ah! dit Pierrot, ces grands seigneurs se nourrissent bien.
Qu'est-ce qui cuit là dans ce pot-au-feu?

--C'est un gros financier, dit dédaigneusement le marmiton.

--Il est gras et dodu, dit Pierrot en soulevant le couvercle.

Une vapeur succulente de bouilli se répandit aussitôt dans toute la
cuisine.

--Hélas! hélas! disait le pauvre financier, après avoir si souvent, si
longtemps et si bien dîné, je sers à mon tour de pâture à ces drôles.

--Qu'appelles-tu ces drôles? dit le marmiton en colère.

--Toi et les tiens, répliqua le financier.

Le marmiton saisit une grande fourchette et la plongea dans le pot comme
pour s'assurer que le bouilli était assez cuit.

--Malheur à moi! cria le financier, il m'a percé les reins.

--Allons, camarade, dit Pierrot saisi de compassion, laisse là ce pauvre
homme et ne le tourmente pas inutilement.

--Tu en as compassion? dit le marmiton étonné; tu es donc un faux frère?

--Moi, un faux frère! dit Pierrot indigné. Tu ne me connais guère. Je
vois bien le bouilli, où sont les entrées? ajouta-t-il pour changer de
conversation.

--Les entrées sont exquises, dit le marmiton, et toute la cour va s'en
lécher les doigts jusqu'au coude. Celle de droite est une petite
marquise en fricassée, tendre comme la rosée du matin, et que je vais
mettre à une sauce dont tu n'as pas d'idée, mon pauvre ami; car tu ne
parais pas avoir beaucoup fréquenté la haute société ni la haute
cuisine.

--Hélas! non, dit Pierrot, mais cela viendra. Tu es bien heureux, toi,
d'approcher de si grands personnages et d'avoir leur confiance; car tu
dois être fort en faveur, étant si habile cuisinier?

--Moi? dit le marmiton d'un air dégagé, je m'en soucie comme de cela, et
il fit claquer le pouce sous la dent. Quand on voit comme moi Belzébuth
tous les jours, on se blase sur cet honneur, mon ami, on se blase.

Et, tournant sur lui-même, il mit ses mains dans ses poches et fit deux
ou trois pas en levant le pied jusqu'à la hauteur de son nez.

Pierrot paraissait ébloui et stupéfait. Il fit encore quelques questions
au marmiton, auxquelles celui-ci répondit d'un ton de protection
bienveillante.

--Tu vois donc bien souvent Belzébuth? ajouta-t-il.

--Tous les jours, mon cher. C'est moi qui lui porte son café le matin.

--Te parle-t-il souvent?

--Tous les jours.

--Mais qu'est-ce qu'il te dit?

--Il me dit: «Ote-toi de là, imbécile!»

--Oh! oh! dit Pierrot, ce n'est guère la peine de le voir de si près, si
tu n'en obtiens que de pareilles marques de faveur.

--C'est égal, mon cher, c'est toujours quelque chose de l'approcher. Les
miettes d'un roi valent mieux que le rôti d'un pauvre diable.--A
propos de rôti, dit Pierrot, qu'est-ce que c'est que celui qui cuit là
devant le feu?

--Eh! parbleu! dit le marmiton, c'est le Grand-Turc; ne le reconnais-tu
pas? on l'a rapporté hier, tout saignant, du marché. Il venait d'être
fraîchement poignardé par son frère.

--Mahomet! Mahomet! criait piteusement le rôti.

          Va-t'en voir s'ils viennent, Jean;
            Va-t'en voir s'ils viennent,

chanta le marmiton d'une voix de fausset.

La conversation continua. Pendant que Pierrot se chauffait, le marmiton
continuait sa besogne, préparant des fritures de jeunes filles, piquant
avec du lard un filet de notaire, et un fricandeau d'épicier qui avait
vendu du sucre à faux poids et de l'ocre pour du café. Notre ami
s'introduisit peu à peu dans la confiance du marmiton, pensant qu'il
pourrait en tirer des renseignements précieux.

En effet, le marmiton lui apprit que Rosine et sa mère étaient enfermées
dans une tour située à l'angle du château, et qu'on leur portait tous
les jours de la nourriture.

--Mais elles ne touchent à rien, dit-il, et paraissent fort tristes; il
faut que le chagrin leur ait coupé l'appétit, ou que quelqu'un leur
apporte secrètement des provisions par le chemin des airs, car elles
sont déjà enfermées depuis plusieurs mois, et elles vivent encore.

--Qui est-ce qui porte leur nourriture? dit Pierrot.

--Et qui serait-ce, si ce n'est moi? dit avec humeur le marmiton.
N'est-ce pas sur moi que retombent toutes les corvées? Chienne
d'existence! Pendant que les grands seigneurs font bombance là-haut, je
suis réduit à lécher le fond des casseroles.

--Je te plains, dit Pierrot.

--Ce ne serait rien, reprit le marmiton; mais figure-toi, mon cher, que,
je ne sais pourquoi, l'on s'est embarrassé de ces pimbêches qui me font
la mine du matin jusqu'au soir, et que je ne puis pas maltraiter comme
les autres. Cela m'est défendu par ordre supérieur.

--Ah! dit Pierrot qui reconnut l'effet des soins de la fée Aurore.

--Cela fait pitié, dit le marmiton, de voir l'ennui que causent ici ces
péronnelles.

A ce mot, Pierrot ne put se contenir et lui fit tomber les pincettes,
rougies au feu, sur le pied. La corne du pauvre diable en fut brûlée et
son poil roussi.

--Ah! gredin, dit le marmiton, et moi qui te traitais en ami!

Aussitôt, saisissant une broche, il se jeta sur Pierrot; celui-ci, plus
leste, prit une casserole pleine d'eau bouillante et l'en coiffa. Le
marmiton poussa des cris affreux et tous ses camarades accoururent; mais
comme les diables entre eux n'ont point de pitié, ils éclatèrent de
rire en le voyant la tête prise sous la casserole que Pierrot maintenait
de force, tout en évitant les coups de broche. Enfin Pierrot l'ayant
désarmé, consentit à ôter sa casserole; mais le marmiton, furieux, tira
son couteau de cuisine, large et tranchant, et voulut le plonger dans le
ventre de son ennemi. A cette vue, Pierrot saisit un tison brûlant et
l'approcha des oreilles du malheureux diable, qui, comme tous ses
confrères, les avait longues et velues. Ce fut un incendie après un
déluge. Le diable jeta de désespoir son couteau sur Pierrot qui l'évita.
Le couteau alla percer le ventre du maître d'hôtel, qui regardait cette
scène en riant toujours. Aussitôt il s'affaissa sur lui-même en
retenant, avec ses deux mains, ses entrailles qui s'échappaient. Le
combat devint alors terrible. Le marmiton, toujours plus exaspéré, prit
le pilon de marbre qui servait à broyer les purées et se jeta tête
baissée sur Pierrot. Celui-ci, toujours de sang-froid, l'évita encore;
le pilon et celui qui le portait allèrent donner dans la poitrine du
chef des marmitons qui tomba renversé et sans connaissance. Peu à peu la
mêlée devint générale, et les coups tombèrent si dru et si menu sur tous
les assistants, qu'on ne savait plus auquel entendre ni qui l'on allait
frapper, ami ou ennemi.

Cependant, Pierrot, auteur de tout ce tapage, avait saisi à deux mains
un tronc d'arbre arrondi sur lequel on hachait les damnés, et, le
faisant tournoyer autour de sa tête, à chaque coup il abattait un des
diables. Peu à peu tous s'écartèrent de lui et allèrent plus loin
continuer le combat. Pierrot, profitant de l'occasion, gagna la porte,
et prenant des mains du marmiton évanoui les clefs de la tour et de
l'appartement de Rosine, il y courut sans s'inquiéter si on le
poursuivait ou non.

Aussitôt qu'il fut parti, tout s'expliqua. On se demanda qui était cet
étranger, cet intrus, cause d'un si effroyable désordre. Le diable qui
commandait en chef le poste placé dans la tour la plus voisine prit des
informations, courut à la loge du portier, qui, toujours enfermé dans sa
huche, où le sceau de Salomon le tenait cloué jusqu'à la fin des temps,
conta piteusement son histoire. On courut sur les traces de Pierrot, et
l'on arriva juste au moment où il retirait en dedans la clef de la tour,
fermait la porte et montait à l'appartement qu'occupaient Rosine et sa
mère. Les diables essayèrent d'enfoncer la porte, mais inutilement. Elle
était faite d'un métal choisi par Satan lui-même, et dont la solidité
était aussi supérieure à celle du diamant que celle du diamant est
supérieure à celle du verre de vitre. Restait la serrure, mais les
esprits infernaux qui montaient la garde n'étaient que de pauvres
diables, peu versés dans les sciences, et qui ne connaissaient rien au
secret magique dont elle était fermée. Il fallut attendre l'arrivée de
Belzébuth, qui justement, devant dîner en grande compagnie ce jour-là,
était allé à la chasse pour gagner de l'appétit. Ce fut la première
nouvelle dont on salua son arrivée.

--Bon! dit-il en se frottant la barbe avec un air de satisfaction,
l'ennemi est dans la place, il n'en sortira pas. Je le tiens enfin, ce
fameux Pierrot qui me brave, ce protégé de la fée Aurore, ma mortelle
ennemie. Laissez-le en paix, ajouta-t-il, jusqu'à demain matin.
Seulement, faites bonne garde: s'il s'échappe, vous aurez chacun trois
cents coups de fouet. A demain les affaires sérieuses. Ce soir, dînons
en paix.

En dix secondes Pierrot escalada les deux cents marches au bout
desquelles se trouvait le corridor sombre qui conduisait à la chambre
des deux prisonnières. Il frappa précipitamment à la porte. Elles
crurent entendre un de leurs gardiens et se jetèrent dans les bras l'une
de l'autre en frémissant.

--C'est moi, Pierrot, votre ami Pierrot.

A cette voix si connue, elles coururent à la porte, et, dans le premier
transport de leur joie, je dois tout dire, elles l'embrassèrent
tendrement, comme un vieil ami; mais cette joie se changea bientôt en
tristesse.

--Quel malheur! dit la mère, de vous voir ici prisonnier! Nous ne
comptions que sur vous et sur la bonne fée Aurore.

--Moi, prisonnier? dit Pierrot. Ah! si je l'étais, madame, près de vous
combien la prison serait douce! (Il parlait à la mère, et ses yeux
étaient tournés vers Rosine qui baissait les siens en rougissant). Mais
je ne le suis pas. Je viens ici de ma propre volonté et pour vous
délivrer.

En même temps il leur raconta par quelle ruse il était arrivé jusqu'à
elles, et il leur parla de sa campagne contre les Tartares. Ce fut un
long récit, mêlé de protestations d'amitié, de dévouement, de fidélité à
toute épreuve. Il montra à Rosine l'anneau constellé qu'il portait au
doigt, et lui raconta dans quelles circonstances la fée le lui avait
donné. Enfin, je ne sais s'il était éloquent, ni à quelle école il avait
appris tout ce qu'il disait, mais depuis trois heures de l'après-midi
jusqu'à trois heures du matin dura son discours, et après douze heures
de conversation il ne s'ennuyait point de parler, ni les prisonnières de
l'écouter.

Cependant, quand trois heures sonnèrent, la mère fit signe à Pierrot
qu'il était temps de se retirer, et le pauvre Pierrot monta à l'étage
supérieur; mais il ne put dormir, et, se levant, il monta sur la
plate-forme de la tour et se mit à contempler les étoiles.

Toute la voûte du ciel était constellée, et Pierrot se livra à de
profondes méditations. Au fond, malgré son inébranlable courage, il
n'était pas rassuré sur le succès de son expédition.

--Je me suis mis dans la gueule du loup, pensa-t-il, il s'agit de m'en
tirer.

Comme il réfléchissait à la situation, il aperçut en face de lui l'un
des esprits infernaux qui étaient en sentinelle sur la muraille
extérieure du château. Ce démon, qui était d'une taille gigantesque, le
regardait d'un air moqueur.

--Pierrot fait le chevalier, dit-il; Pierrot protége les dames
persécutées; Pierrot se fait prendre; Pierrot sera pendu.

--Peut-être, dit Pierrot; mais auparavant il te coupera les oreilles.

--Les oreilles! à moi! dit le démon furieux.

Il allongea brusquement sa lance, qui avait plus de trois cents pieds de
long, et voulut en percer Pierrot; mais celui-ci, qui était sur ses
gardes, saisit la hampe de la lance près du fer et la tira brusquement à
lui. Du côté de l'intérieur du château, le rempart n'avait pas de
parapet. Le pauvre démon suivit malgré lui sa lance jusqu'à moitié
chemin, et là, lâcha prise. Il tomba sur le pavé de la cour et se brisa
les reins. A ses cris effroyables, ses camarades accoururent, le
chargèrent sur une civière et le portèrent à l'hôpital.

Ici l'on me demandera peut-être comment il se fait que les démons, qui
sont de purs esprits, ont pu recevoir ou donner des coups de sabre, de
lance ou de tout autre instrument tranchant ou contondant. Je vous
avoue, mes enfants, que cette question m'a fort embarrassé pendant
longtemps, jusqu'à ce que le vieil Alcofribas, qui est vraiment un puits
de sagesse, m'ait donné l'explication suivante qu'il tenait lui-même du
vieux Milton.

«Les coups que reçoivent les démons, dit-il, ne peuvent jamais être des
coups mortels, parce que les démons ne meurent pas; mais ils produisent
tous les effets de la mort civile: on enlève les blessés, on les porte à
l'hôpital; ils sont hors de combat et ne peuvent plus nuire à leurs
adversaires.»

Pierrot demeura sur la plate-forme jusqu'à ce que le ciel, blanchissant,
lui annonçât le lever du soleil; il fit sa prière à Dieu, se recommanda
à la fée Aurore, et attendit tranquillement, sans crainte ni impatience,
l'attaque dont il était menacé. De leur côté, Rosine et sa mère
n'avaient pu dormir. Dès que le soleil fut levé, elles allèrent
rejoindre Pierrot et lui faire leurs adieux. C'était une scène
déchirante, et je vous souhaite, mes amis, de n'en voir jamais de
pareille. Pierrot les obligea enfin de redescendre; il craignait pour
elles l'émotion trop violente du combat qui se préparait.

Vers huit heures du matin, Belzébuth se leva, encore fatigué de l'orgie
de la veille, car il avait passé la nuit presque entière à boire avec
ses officiers. Il ceignit son cimeterre, s'arma de pied en cap, et donna
enfin le signal de l'attaque.

Les démons étaient réunis dans la cour intérieure du château et sous les
armes. L'avant-garde était armée de pics, de pioches et de haches pour
enfoncer la porte. Au signal de Belzébuth, six des plus braves
s'avancèrent et frappèrent la porte à coups redoublés. Belzébuth avait
prononcé les paroles magiques qui la retenaient sur ses gonds. Elle vola
en éclats, et les assaillants purent voir derrière ses débris Pierrot
armé d'une masse d'armes qu'il avait trouvée abandonnée dans la tour.
L'un d'eux s'avança résolûment; mais Pierrot abaissa sa masse et
l'assomma d'un seul coup. Le coup fut si violent, que le malheureux
démon en fut aplati, et que sa tête rentra dans son cou, son cou dans sa
poitrine, et sa poitrine dans son ventre.

A cet aspect, les plus fiers reculèrent. Le second voulut prendre la
place de son camarade, mais Pierrot, d'un revers, lui écrasa la cervelle
contre le mur. En ce moment, il était armé de la force divine avec
laquelle l'archange Michel terrassa Satan. Un pied sur le seuil de la
porte, l'autre appuyé sur la première marche de l'escalier de la tour,
superbe, les yeux étincelants de courage et de colère, les narines
gonflées et frémissantes, il effrayait les plus braves.

--Quoi! dit Belzébuth, un homme seul pourrait nous arrêter!

Et il fit un pas vers Pierrot.

--O ma marraine! s'écria alors Pierrot, venez me voir vaincre ou mourir.

A ces mots, il porta à Belzébuth un coup si épouvantable, que si la tête
de celui-ci n'eût pas été garantie par un casque à l'épreuve de tout,
excepté de la foudre du Très-Haut, il eût été réduit en poussière.
Malgré le casque, il roula tout étourdi dans la poussière. Ses soldats
reculèrent épouvantés. La pauvre Rosine, qui de sa fenêtre regardait cet
effrayant combat, battit des mains et applaudit au courage de Pierrot.
Celui-ci, transporté de joie et d'orgueil, s'élança hors de la tour,
renversa à ses pieds une dizaine d'ennemis, se pencha sur Belzébuth, lui
arracha son cimeterre, et voulut lui couper la tête.

Au même moment, Belzébuth revenait à lui. Il se pelotonna sur lui-même,
et, roulant comme une boule, il échappa au coup que Pierrot lui
destinait.

L'ennemi était en fuite. Pierrot rendit grâces au ciel, referma la porte
de la tour, la scella avec l'anneau magique de Salomon, et, tranquille
désormais de ce côté, remonta sur la plate-forme. Mais le danger n'était
point passé; il n'avait que changé de forme.

«Qu'est-ce que nos combats d'homme à homme, dit très-bien Alcofribas en
cet endroit, en comparaison de cette lutte sublime d'un seul homme
contre les démons. Chez nous, cent mille hommes, tambours battant,
enseignes déployées, marchent en ligne contre cent mille hommes. On se
bat pendant quelques heures, et, de quelque côté que soit la victoire,
le vainqueur fait panser les blessés et traite les prisonniers avec
humanité: l'homme a affaire à l'homme. Le malheureux Pierrot se voyait
seul, abandonné, contre tout l'enfer réuni. S'il tombait entre les mains
de ses ennemis, il savait quelles tortures lui étaient destinées. Rien
ne pourrait fléchir Belzébuth, l'éternel ennemi de sa race. Il le
savait, et il ne trembla pas, il ne recula pas. Quand la terre et
l'enfer eussent été ligués contre lui, seul il eût fait face à tout.
Son courage croissait avec le danger; il ne sentait plus ni la peur, ni
les défaillances des autres hommes. Celui qui défend la justice,
pensait-il, est invincible. Armé d'une conscience pure, il allait au
combat. Quel que fût l'ennemi, il était sûr de vaincre.»

O mes amis! retenez bien ces paroles du vieil Alcofribas. Quel que soit
l'ennemi, si votre cause est juste, avancez et frappez: la victoire est
à vous.

Peut-être croyez-vous que Pierrot était inquiet ou malheureux dans une
lutte si inégale contre toutes les puissances de l'enfer? Vous vous
trompez. Pierrot était le plus heureux des hommes. Il jouissait du
bonheur infini de donner sa vie pour ce qu'il aimait par-dessus toutes
choses: verser son sang pour Rosine, et sous ses yeux, était un bonheur
supérieur à tout ce qu'il avait rêvé. Heureux celui qui meurt pour ce
qu'il aime! Son âme est animée d'un principe divin. Plus heureux encore
celui à qui l'amour inspire des actions héroïques. Il est comme ces
vases consacrés où le prêtre boit le sang de Dieu même, et que l'homme
pieux honore parce qu'ils ont retenu quelque chose du passage de la
Divinité.



II


Le combat à l'entrée de la tour n'avait duré au plus que dix minutes.
C'était plutôt une escarmouche qu'une bataille décisive. Pierrot le
sentit bien, et, sans s'arrêter à recevoir les félicitations de Rosine
et de sa mère, il attendit en silence et les bras croisés un nouvel
assaut.

Les diables allèrent chercher des échelles qu'ils appuyèrent contre le
mur de la tour, et commencèrent à monter. Là, il ne s'agissait plus,
comme avec les Tartares, de renverser l'assaillant dans le fossé, car
les échelles, douées par Belzébuth lui-même d'un pouvoir magique,
s'incrustaient dans le mur de manière à ne pouvoir en être séparées.
Jusque-là les diables avaient combattu Pierrot à armes égales. Le
pouvoir dont la fée Aurore avait investi son filleul le mettait à l'abri
de tous les enchantements. Sans cette précaution, dès son entrée dans le
château, le pauvre Pierrot, malgré son courage et sa présence d'esprit,
eût été victime des esprits infernaux.

Cependant, quoique les diables n'eussent sur lui que l'avantage du
nombre et non celui d'une puissance magique supérieure à toutes les
forces humaines, Pierrot, en les voyant grimper aux échelles, fut saisi
d'un désespoir sublime.

--Grand Dieu, s'écria-t-il, si telle est ta volonté sainte, laisse-moi
périr, mais sauve Rosine et sa mère!

Tout à coup il reconnut le doux parfum que la fée Aurore répandait
partout autour d'elle.

--Est-ce ainsi que tu perds courage? lui dit-elle. Frappe, je suis avec
toi. A ces mots parut sur la muraille Astaroth, le lieutenant de
Belzébuth. Il poussa un long cri de joie et de triomphe.

--Courage, amis, Pierrot est à nous!

Comme il finissait de parler, et se dressait debout sur la plate-forme,
Pierrot le frappa de sa masse d'armes dans la poitrine, et le précipita
dans la cour. Il eut le crâne fracassé, et sa mort rendit quelque temps
ses camarades indécis. Notre héros profita de cette hésitation pour
frapper sans relâche les plus avancés. Ses coups tombaient sur leurs
têtes comme la grêle sur les toits, et chacun d'eux froissait une
cervelle, ou un bras, ou une jambe. Les morts et les mourants jonchaient
le pavé de la cour.

Pendant tout ce carnage, la pauvre Rosine élevait vers le ciel ses
innocentes prières.

--O Dieu! disait-elle, sauvez celui qui se dévoue pour moi.

Son coeur battait de frayeur et de joie à chaque coup que frappait
l'invincible Pierrot. Quel homme que celui qui osait la disputer à
l'enfer même!

Enfin, les démons se lassèrent de fournir à Pierrot de nouvelles
victimes.

--Amis, dit Belzébuth, ne nous consumons pas en efforts inutiles. Nous
n'avons pas encore usé de toutes nos armes. La plus terrible nous reste.
Brûlons Pierrot dans sa tour.

Aussitôt tous les diables entassèrent du bois et des fascines, et y
mirent le feu. De leurs bouches sortaient des flammes, ces flammes dont
ils seront dévorés dans l'éternité. Elles environnèrent la tour et
montèrent bientôt jusqu'au sommet. Cette fois tout était fini. Le
courage de Pierrot ne pouvait plus lui servir de rien.

Pardonnez-moi, mes amis, de le laisser dans un péril si cruel, mais il
faut que je vous dise ce qui était arrivé à l'armée chinoise depuis
qu'elle obéissait aux ordres du prince Horribilis. Mon coeur souffre de
laisser Pierrot en danger de mort, mais Alcofribas veut que je vous
parle des Chinois et des Tartares, et je suis forcé d'obéir.



VI

SIXIÈME AVENTURE DE PIERROT

OU HORRIBILIS APPREND QU'IL Y A DE GRANDS CAPITAINES QUI NE SONT PAS
PRINCES, ET DES PRINCES QUI NE SONT PAS DE GRANDS CAPITAINES.--FIN DE
L'HISTOIRE DE PIERROT.


Vous avez sans doute entendu parler de la célèbre ville de Kraktaktah.
Au surplus, si vous ne la connaissez pas, vous la chercherez sur la
carte des îles Inconnues, que fit publier le sage Alcofribas pour servir
de guide à l'histoire de Pierrot. C'est la plus belle et la plus célèbre
de toutes les villes de l'Asie. Elle est composée de sept enceintes
concentriques et parfaitement circulaires, dont voici à peu près le
plan:

[Illustration]

Au centre était le palais de Kabardantès, empereur des îles Inconnues,
dont Kraktaktah était la capitale. Autour du palais étaient rangés, dans
un ordre parfait, une suite de hangars sous lesquels on abritait les
chevaux pendant la nuit. Au-dessus de chaque hangar était une chambre où
logeait pêle-mêle et couchait sur la paille toute la famille du
propriétaire. Vous entendez bien, mes enfants, que le mobilier était
assorti au logement. Ce mobilier se composait d'une botte de paille pour
chaque membre de la famille, et d'une grande marmite dans laquelle se
faisait et se mangeait avec les doigts la soupe commune. Les cuillers et
les fourchettes, dit le vieil Alcofribas, sont bonnes pour des gens
délicats et désoeuvrés, mais un homme ne doit se servir que de ses
mains; quand il a dîné, il les essuie à sa barbe, ou, s'il n'en a pas, à
celle de son voisin. Chacun portant ainsi en tout temps sa serviette
avec soi, il n'est plus besoin de tant de linge et de tous les bagages
dont on s'encombre aujourd'hui dès qu'on veut aller en voyage.

Qu'Alcofribas ait raison suivant sa coutume, ou qu'il ait seulement le
désir de blâmer la mollesse de ses contemporains, peu importe. Cette
description de la capitale de l'empire des îles Inconnues n'est pas un
hors-d'oeuvre comme on en voit souvent dans les ouvrages de gens qui
cherchent à plaire à leurs lecteurs plutôt qu'à les instruire.
Alcofribas, mes amis, n'était pas de ce caractère. C'était un vieux
magicien très-savant, très-austère, et qui se souciait de la vérité
beaucoup plus que des hommes. Les hommes passent, disait-il, et au bout
de quarante ans, les plus célèbres sont oubliés; mais la vérité demeure,
elle est immortelle comme Dieu même. D'après ce principe, il ne dit que
ce qui peut contribuer à la découverte de la vérité; tout le reste lui
est tout à fait indifférent.

Donc, un matin, comme les citoyens de Kraktaktah, après avoir déjeuné et
pansé les chevaux, causaient ensemble de la guerre et des affaires
publiques, on entendit un grand bruit dans la plaine, et la sentinelle
qui veillait sur le palais de Kabardantès, et qui dominait de là tout le
pays, s'écria: Voilà nos gens qui reviennent. En même temps, on
distinguait le galop des chevaux; tout le monde courut sur les remparts.

On fut un peu étonné de les voir revenir si vite. Comme on s'attendait à
ce qu'ils ramèneraient un immense butin, la Chine étant le plus riche et
le plus fertile pays du monde, on remarqua que non-seulement ils
revenaient seuls, mais encore qu'ils avaient eux-mêmes perdu leurs
bagages, et l'on devina la triste vérité. Enfin, chaque soldat ayant
défilé à son tour, on vit avec épouvante que les trois quarts manquaient
à l'appel, et que ceux qui survivaient étaient en fort mauvais état.
Aussitôt il s'éleva, parmi les femmes qui attendaient leurs maris ou
leurs fils, un tel concert de lamentations et de cris, qu'on ne pouvait
s'entendre. Kabardantès, assourdi de ce tapage, et furieux d'ailleurs
de sa défaite, déclara qu'il couperait le cou sur-le-champ à tous ceux
qui ne garderaient pas un silence absolu.

En entendant cet ordre si sage, les femmes devinrent muettes comme des
poissons.

Cependant l'armée chinoise approchait sous la conduite d'Horribilis.
Celui-ci, persuadé que la poursuite était sans danger, vint camper sous
les murs de Kraktaktah. La campagne était déserte. Moissons, troupeaux,
chevaux, tout ce qui sert à la subsistance de l'homme était rentré dans
les murs de la ville. Horribilis, satisfait de l'épouvante que son nom
répandait partout, envoya sommer la place de se rendre.

A cette sommation insolente, Kabardantès saisit l'envoyé chinois par les
deux oreilles, l'enleva de terre, et le tenant dans ses mains, lui dit
sans vouloir le lâcher:

--Va dire à ton maître que je l'appelle en combat singulier.

--J'y vais, dit le Chinois faisant un effort pour se dégager et retomber
à terre.

--Attends donc, tu es bien pressé... Dans quels termes lui diras-tu
cela?

--Seigneur, au nom du ciel! lâchez-moi; je vais vous satisfaire.

--Non, non. Dis-moi auparavant comment tu vas rédiger mon cartel.

--Seigneur, je vous supplie....

--Parleras-tu, triple buse? Crois-tu que le grand Kabardantès s'exprime
comme le premier _pékin_ venu?

--Seigneur, je ne le crois pas, mais....

--Songe que j'ai fait de bonnes études aux écoles de Kraktaktah.

--Seigneur, je le vois bien, mais....

--Et que j'ai eu pour maître le seigneur Poukpikpof, qui ne le cédait en
rien à Aristote.

--Seigneur....

--Ni dans les lettres,

--Seigneur....

--Ni dans les sciences,

--Seigneur....

--Ni dans l'histoire naturelle,

--Seigneur....

--Ni dans la physique, la botanique, la dialectique et l'hyperphysique.

--Majesté...

--Et que j'ai bien profité de ses leçons.

--Grand empereur....

--Eh bien, voyons, rédige-moi un peu ce cartel pour que je sache comment
tu t'en tireras.

--Grand empereur, dit le Chinois bleuissant de rage et de douleur, le
moment n'est pas favorable, daignez me laisser retomber à terre.

--En effet, dit Kabardantès, tes oreilles tiennent à mes mains plus qu'à
ta tête.

A ces mots, le Chinois retomba lourdement à terre. Ses oreilles étaient
restées aux mains de Kabardantès. Il se releva à moitié mort, et essaya
de s'enfuir; mais le Tartare le retint:

--Rédige, lui dit-il.

--Seigneur, dit le Chinois tremblant, je vais vous obéir. Daignez me
faire donner un peu d'eau fraîche pour baigner ma blessure.

--En effet, mon pauvre ami, comme te voilà saignant.

Et il ordonna d'aller chercher du vinaigre, dont on épongea les oreilles
du Chinois, ou plutôt la place où elles avaient été. Le malheureux
poussait des cris affreux, mais il fut forcé de subir cette opération.

--Maintenant, dit Kabardantès, as-tu l'esprit bien présent et la pleine
possession de tes facultés?

--Assurément, seigneur, s'écria le Chinois redoutant quelque
mystification nouvelle.

--Eh bien, écris: «Chien de Pierrot...» Qu'as-tu à me regarder comme un
imbécile?

--Majesté, dit le Chinois, Pierrot n'est plus à l'armée.

--Vraiment!

--Oui, Majesté.

--Et depuis quand?

--Depuis le jour de votre....

Ici le Chinois hésita et parut chercher l'expression.

--De ma fuite?

--Non, seigneur, de votre concentration précipitée du côté de
Kraktaktah.

--Est-ce qu'il est mort?

--Non, il a été destitué.

--Pierrot destitué! Qui le remplace?

--Le prince Horribilis, sire.

--Ah! bravo! dit Kabardantès. Je n'ai que faire de tes services à
présent. Va, pars, cours, vole.

Et se tournant vers les principaux officiers:

--Amis, à cheval. Pierrot est parti. La journée sera bonne.

Une heure après, toute l'armée tartare sortit des murs de Kraktaktah, et
se précipita dans le camp des Chinois. Ceux-ci ne s'attendaient à rien
moins. La plupart étaient à dîner; d'autres étaient au fourrage ou
brûlaient les villages tartares dans la campagne. Au premier cri des
sentinelles et des gardes avancées, tout le monde courut aux armes, et
vit avec terreur s'avancer au galop l'effroyable Kabardantès.

Les Chinois n'hésitèrent pas, et reprirent sans tarder le chemin de la
grande muraille. Les plus affamés ne se donnèrent pas le temps
d'emporter des provisions pour la route; quant aux autres, ils étaient
déjà loin.

Figurez-vous, mes amis, huit cent mille Chinois courant à la fois dans
la plaine, tous dans la même direction. Ceux qui étaient à cheval
formaient l'avant-garde comme il est naturel. A leur tête galopait, ou
plutôt volait le prince Horribilis. Les pieds de son cheval touchaient
à peine la terre; quant à lui, il maudissait sa mauvaise étoile, et la
sotte idée qu'il avait eue de venir à la guerre et de faire destituer
Pierrot. De temps en temps il pensait à Kabardantès.

--Quel enragé Tartare! pensait-il; voilà trois jours que nous galopons
après lui, il rentre dans sa maison, et au lieu d'embrasser, comme un
bon mari et comme un bon père, sa femme et ses enfants, le voilà qui
remonte à cheval et qui court après nous! Est-ce du bon sens? est-ce de
la logique? S'il voulait entrer en Chine, pourquoi s'enfuyait-il vers
Kraktaktah? Et s'il voulait rentrer à Kraktaktah, pourquoi galope-t-il
maintenant du côté de la Chine?

Tout en faisant ces sages réflexions et beaucoup d'autres que je passe
sous silence, parce qu'elles ne lui ont guère profité et qu'elles ne
l'ont rendu ni plus prudent, ni plus habile, ni plus brave, ni meilleur,
ni plus disposé à reconnaître et à récompenser le mérite des autres
hommes, il éperonnait toujours son cheval. A une assez grande distance
derrière lui, mais avec une ardeur toute pareille, courait tout son
état-major, suivi de près par la foule des martyrs. Les lances des
Tartares piquaient ce troupeau de fuyards et leur donnaient des ailes.
Enfin le soleil se coucha, et les malheureux Chinois, protégés par les
ombres de la nuit, purent prendre un peu de repos.

Le premier jour, plus de cent mille Chinois périrent ou furent fait
prisonniers. Le lendemain, la poursuite continua. Cent cinquante mille
Chinois restèrent encore en route. Le troisième jour, les débris de
l'armée arrivèrent à la grande muraille et se cachèrent derrière les
remparts qu'avait défendus Pierrot. Kabardantès, animé par le succès,
voulut sur-le-champ escalader la muraille; mais la plupart des Tartares,
épuisés par une course continuelle, refusèrent de le suivre et remirent
l'attaque au lendemain.

Il y a un proverbe qui dit: «Ne remettez jamais à demain ce que vous
pouvez faire aujourd'hui.» Jamais proverbe ne fut mieux appliqué qu'en
cette occasion.

Horribilis, désespéré, faisait chercher partout Pierrot pour lui rendre
le commandement. Dans les grands dangers, les âmes courageuses
reprennent naturellement le pouvoir. La jalousie et la haine avaient
fait place à la peur. Le malheureux Horribilis ne voyait de salut qu'en
Pierrot.

--Où est-il? disait-il à Tristemplète. Dis-le-moi, toi qui es sorcier.

--Je n'ai pas besoin d'être sorcier pour le deviner, répondit
Tristemplète avec un affreux sourire. En quittant la cour du roi votre
père, il est allé délivrer sa fiancée.

--Eh bien, envoie sur-le-champ un exprès pour le rappeler et lui dire
que je remets tout en ses mains, et que s'il n'arrive à l'instant, je
suis perdu, l'armée est perdue, toute la Chine est perdue.

Aussitôt le magicien siffla aux quatre vents de l'horizon.

Quatre esprits infernaux accoururent à ce signal.

--Qu'on me transporte à la cour du roi Vantripan, dit-il.

Une seconde après, il était au pied du grand escalier. En entrant dans
la salle, il aperçut Vantripan assis sur son trône, la couronne en tête,
les yeux rayonnant de bonheur et de fierté. Il donnait audience aux
envoyés du schah de Perse.

--Oui, messieurs, disait-il en se rengorgeant, la terreur de mon nom et
la valeur du prince Horribilis ont mis en fuite tous ces Tartares. Mon
fils m'écrit qu'il marche sur leur capitale, Kraktaktah, et qu'il n'en
fera qu'une bouchée.

--Majesté, dit l'envoyé du schah, nous vous félicitons de ce succès et
des exploits du prince Horribilis. Il paraît qu'il a été vaillamment
secondé par tous ses officiers, et surtout par le grand connétable.

--Qui? Pierrot? interrompit dédaigneusement le roi. Vous aurez lu cela
dans les gazettes. Ces gazettes, voyez-vous, c'est un tas de mensonges.
Tromper, mentir, prêcher le faux pour savoir le vrai, c'est le métier de
ces gens-là, c'est de cela qu'ils vivent. Horribilis secondé par
Pierrot! Ah! ah! ah!

Et il se renversa sur son fauteuil en riant aux éclats.

--Majesté, dit le chef des huissiers, voici un courrier du prince
Horribilis.

--Fais entrer. Tenez, messieurs, ajouta-t-il, je ne m'y attendais guère,
puisque j'ai reçu de ses nouvelles hier. Pierrot a quitté l'armée depuis
six jours. Ce n'est donc pas à lui qu'on pourra attribuer le mérite des
nouvelles que je vais recevoir.

Tristemplète s'avança d'un air modeste.

--Eh bien! dit Vantripan, où sont tes dépêches?

--Sire, j'ai ordre du prince Horribilis de ne parler qu'à vous seul.

--A moi seul? Pourquoi tant de mystère? Parle devant tous. Il n'y a
personne de trop ici.

--Sire, dit Tristemplète, puisque vous le voulez, je parlerai. Après le
départ du grand connétable, le prince Horribilis a poursuivi l'ennemi
jusqu'aux portes de Kraktaktah.

--Qu'est-ce que je vous disais, messieurs? interrompit le gros
Vantripan.

--Tout à coup, continua Tristemplète, Kabardantès et ses soldats ont
tourné bride et se sont précipités sur nous avec fureur en apprenant le
départ du grand connétable.

--Diable! diable! dit Vantripan pensif. Et vous les avez étrillés,
j'imagine?

--Sire, c'est ce qui n'aurait pas manqué d'arriver, si les ordres du
prince Horribilis avaient été mieux compris et mieux exécutés.

--Quels ordres?

--A la vue de Kabardantès et de ses Tartares qui se précipitaient sur
nous au galop, le prince a crié: «En avant!» Malheureusement, comme, je
ne sais pour quelle raison, il était tourné du côté de la Chine au
moment où il a donné cet ordre, on a cru qu'il voulait dire: «En avant!
retournons en Chine.» Tout le monde s'est précipité de ce côté-là, et le
prince, entraîné et poussé par le courant, est arrivé le premier à la
grande muraille, où il attend vos ordres souverains.

--Mes ordres souverains, dit le gros Vantripan, sont qu'il aille se
faire pendre. Combien d'hommes a-t-il perdus?

--Sire, cent mille le premier jour, cent cinquante mille le second, et
deux cent mille le troisième.

--En tout, quatre cent cinquante mille hommes. Voilà trois jours bien
employés! Quelle activité! C'était bien la peine de faire destituer ce
pauvre Pierrot. Nous allons chanter la chanson:

          Mardi, mercredi, jeudi,
          Sont trois jours de la semaine.
          Je m'assemblai le mardi,
          Mercredi je fus en plaine;
          Je fus battu le jeudi.

Ah! mon Dieu! comment faire? Maudit Horribilis! qu'allait-il faire chez
les Tartares?

--Majesté, il ne pouvait prévoir ce qui est arrivé.

--Horribilis est un sot.

--Sire, le respect ne me permet pas de vous contredire.

--Il s'agit bien de respect. Donne-moi un conseil. Vous tous qui êtes
ici la bouche ouverte comme des carpes hors de l'eau, donnez-moi des
conseils.

--Sire, c'est bien facile, dit un courtisan: mettez-vous à la tête de
l'armée. Votre présence électrisera les Chinois, et....

--Va te faire électriser toi-même, interrompit le bon roi.

--Sire, dit un autre, faites faire un recensement général de tous les
hommes en état de porter les armes.

--Oui, et pendant qu'on les recensera, nous serons dans la poêle à
frire. Imbécile, va!

--Sire, dit un troisième, faites semer des chausse-trapes sur toutes les
routes pour arrêter la cavalerie tartare.

--Bon! et elle passera à travers champs, et nos chevaux se prendront
dans les chausse-trapes. Triple butor!

--Majesté, dit un quatrième, si l'on substituait des piéges à loups aux
chausse-trapes?

--Grand innocent! dit le roi.

--Sire, dit un cinquième, si l'on empoisonnait toutes les fontaines?

--Qu'est-ce que nous boirons? dit Vantripan. Il serait plus court, je
crois, de leur couper franchement le cou.

Chacun proposa son moyen.

--Vous êtes tous des ânes, dit enfin Vantripan. Et toi, ajouta-t-il,
s'adressant à Tristemplète, qu'est-ce que tu proposes?

--Sire, rappelez Pierrot.

--Ah! voilà un véritable ami et une personne de bon sens, dit Vantripan.
Mais où est Pierrot?

--Sire, il est parti.

--Bon! nouveau malheur! Que le diable vous emporte tous!

--Sire, dit modestement Tristemplète, si Votre Majesté veut me donner
ses pleins pouvoirs, je me fais fort de vous le ramener.

--Tu les as, dit Vantripan.

Le lendemain matin, Tristemplète arriva au château de Belzébuth fort à
propos pour notre pauvre ami, que les flammes environnaient de toutes
parts avec sa fiancée.

La pauvre Rosine et sa mère se croyaient à leur dernier jour et
recommandaient leurs âmes à Dieu. Pierrot lui-même, inaccessible à la
crainte, mais désespérant de les sauver, voulait périr avec elles. Les
diables criaient et applaudissaient en entretenant le feu avec toutes
sortes de matières inflammables prises dans les magasins de l'enfer.
Sur ces entrefaites, Tristemplète entra dans la cour.

--Où est Belzébuth? dit-il en descendant de cheval.

--Me voilà! dit Belzébuth encore tout froissé de sa chute. Que me
veut-on?

A la vue de Tristemplète, il se jeta dans ses bras.

--Eh! bonjour, ami, qu'il y a de temps que je ne t'ai vu! dit-il.

--Oui, mes affaires....

--C'est bon, c'est bon, je les connais, tes affaires. Quand viendras-tu
définitivement parmi nous?

--Le plus tard possible, dit Tristemplète en faisant la grimace.

--Tu fais le dégoûté? dit Belzébuth. Franchement tu as tort: l'enfer
n'est pas ce que tu crois; il y a de bons diables parmi nous, et nous
menons joyeuse vie. Quand veux-tu que j'aille te chercher?

--Nous parlerons de cela plus tard, dit Tristemplète. Je viens ici pour
affaire sérieuse. Où est Pierrot?

--Regarde! il va griller. Tu vois comme nous avons exécuté tes ordres!

--Malheureux! s'écria Tristemplète, fais éteindre le feu à l'instant!

--Ah bah! et pourquoi?

--Éteins le feu, te dis-je, l'explication viendra plus tard.

--Je ne veux pas, dit fièrement Belzébuth: il m'a rossé, il a tué ou
blessé plus de soixante de mes soldats; je n'ai dû la vie qu'à mon
casque, dont la trempe est au-dessus de toutes les trempes connues. Il
périra.

--Il vivra, dit Tristemplète.

--Il périra!

--Il vivra!!

--Il périra!!!

A ces mots, les deux amis allaient se précipiter l'un sur l'autre.

--Au nom d'Éblis, le roi des esprits infernaux et le rival de Salomon;
au nom de la puissance que tu auras sur moi après ma mort; au nom de cet
anneau magique qui peut redoubler dans tes os le feu de l'éternelle
destruction, obéis, Belzébuth; éteins ces flammes.

Belzébuth, vaincu, souffla en grognant sur la flamme et se retira à
l'écart comme un chien à qui l'on vient d'enlever un os.

--Et toi, cria Tristemplète à Pierrot, descends et ne crains rien.

--Puis-je me fier à lui? dit Pierrot à la fée Aurore.

--Tu le peux, dit-elle, il a besoin de toi.

--Je ne descendrai pas seul, dit Pierrot, j'emmènerai avec moi ma
fiancée et sa mère.

--Emmène-les si tu veux, dit Tristemplète.

Pierrot descendit triomphant en leur donnant la main; mais il ne voulut
sortir du château que le dernier, de peur que, par une perfidie
nouvelle, on fermât la porte sur elles. Il traversa les rangs des
diables la tête haute, le regard ferme et assuré. Ses ennemis, rangés
sur deux lignes, ne purent s'empêcher d'admirer son courage. Rosine
disait dans son coeur: Que je suis heureuse d'être aimée d'un pareil
homme! Et la fée Aurore elle-même, qui fermait la marche, sourit en
montrant à Belzébuth son filleul:

--Tu n'as pu ni le vaincre ni l'effrayer, dit-elle.

Le farouche Belzébuth grinçait des dents en voyant sa proie lui
échapper. Un pouvoir plus fort que le sien le forçait à l'obéissance;
car vous savez, mes amis, que si le démon peut tenter l'homme et le
conduire à sa perte, l'homme, à son tour, par un privilége divin, peut
enchaîner et dompter le démon. C'est toute la science des anciens
magiciens, science aujourd'hui presque oubliée, négligée du moins, à
cause des inconvénients qu'elle aurait pour le repos public et pour la
sûreté des États, mais réelle et que cultivent encore dans la solitude
quelques sages ignorés. Un jour, peut-être, il me sera permis de vous en
dévoiler les arcanes; aujourd'hui, tirons le rideau. Ces mystères ne
sont pas faits pour être entendus par toutes les oreilles, ni répétés
par toutes les bouches. Sachez seulement que cette science s'étend et
pousse ses racines jusque dans les entrailles de la terre, et qu'il n'y
a pas un arbre, un oiseau, un rocher, un serpent, une étoile qui ne
parle à l'esprit du philosophe et qui ne lui dévoile un des secrets de
la nature.



I

Lorsque Pierrot et ses compagnons furent sortis du château de Belzébuth,
le premier soin de Pierrot fut de demander à Tristemplète, qui les avait
suivis, où il voulait le conduire.

--A la cour du roi, dit Tristemplète; et il lui apprit ce que vous savez
déjà, et le besoin qu'on avait de ses services.

--Cela m'est fort égal, dit Pierrot. J'ai mieux à faire que de me battre
pour un roi ingrat et pour son scélérat de fils. Horribilis a voulu
prendre ma place, qu'il la garde, et, s'il doit périr, qu'il périsse; ce
ne sera qu'un méchant homme de moins.

--Pierrot, dit la fée Aurore, n'as-tu pas d'autre raison?

--Ma vraie raison, dit Pierrot embarrassé, c'est que je ne veux plus me
séparer de Rosine. J'ai trop souffert de son éloignement et de ses
dangers. Je veux que désormais tout soit commun entre nous.

--Voilà une raison raisonnable, dit la fée; mais rassure-toi, je me
charge de veiller sur elle et sur sa mère. Toi, va où l'honneur
t'appelle.

--Mais... dit Pierrot.

--Partez, mon ami, lui dit Rosine avec un doux regard. Il faut sauver
ces pauvres Chinois d'abord. Plus tard nous penserons à être heureux.

--Allons, puisqu'il le faut, dit en soupirant le pauvre Pierrot.

Et, prenant congé de sa fiancée, il partit avec le magicien. Quelques
secondes plus tard, il était auprès de Vantripan.

Le pauvre roi était bien triste et bien malheureux. Sa fille dédaignée,
son fils déshonoré par sa lâcheté, son armée taillée en pièces et son
royaume envahi lui avaient ôté l'appétit. Quand Pierrot parut, il fut
saisi de joie et de tendresse, et lui sauta au cou en pleurant. Pierrot,
qui avait le coeur tendre, fut si ému de cet accueil qu'il se sentait
lui-même envie de pleurer. Tous les courtisans, voyant le roi pleurer,
se mirent à sangloter d'une façon pitoyable. La reine mit son mouchoir
sur ses yeux, et la pauvre Bandoline, blessée au coeur par les dédains
de Pierrot, saisit avec empressement une si belle occasion de fondre en
larmes.

--Ah! mon pauvre ami, dit enfin Vantripan, qui sanglotait comme un veau
qui a perdu sa mère, quelle joie de te revoir! Quand tu n'y es pas, tout
va de travers. Tu sais ce qui est arrivé?

--Je le sais, dit Pierrot.

--Hélas! c'est ma faute, dit Vantripan. Avais-je besoin de donner le
commandement à un benêt qui poursuit l'ennemi quand l'ennemi se sauve,
et qui se sauve quand l'ennemi le poursuit? Enfin, te voilà, tout est
réparé. Tu vas partir, tu reprendras le commandement, tu mettras en
fuite les Tartares, tu couperas le cou à Kabardantès, tu feras la
conquête de Kraktaktah et de l'empire des îles Inconnues, et....

--Y a-t-il encore quelque chose à faire? dit Pierrot, souriant de cette
confiance que Vantripan avait dans son courage et dans son habileté.

--Non, voilà tout, pour le moment.

--Partons, dit alors Pierrot, et il prit congé de Sa Majesté.

Comme il traversait un corridor pour sortir, une femme de chambre de la
princesse Bandoline lui toucha le bras et fit signe de la suivre.

Ce message embarrassa fort Pierrot. Il n'aimait plus la princesse, et
même, suivant l'usage en pareille occasion, il se souvenait à peine de
l'avoir aimée; mais il était trop poli et trop délicat pour lui dire une
pareille chose en face. Cela ne se dit pas à une simple paysanne, à plus
forte raison à une grande princesse, dont le principal défaut était
d'être assez vaine, ce qui est pardonnable à une fille de roi, et de ne
pas plaire à Pierrot. Il suivit donc la femme de chambre à contre-coeur
et arriva dans l'appartement de Bandoline.

Elle l'attendait, à demi couchée sur un canapé, et lui fit signe de
s'asseoir à côté d'elle. Il hésitait un peu, pressé comme il l'était de
partir et d'échapper à une corvée assez désagréable.

--Asseyez-vous, lui dit-elle tristement; ce que j'ai à vous dire ne vous
retiendra pas longtemps.

Il obéit.

--Pierrot, reprit-elle, d'où vient que vous ne m'aimez plus? Suis-je
moins belle qu'autrefois?

--Vous êtes toujours la reine de Beauté, répondit Pierrot en détournant
les yeux.

--Vous ai-je fait du tort?

--Aucun, dit Pierrot.

--Ou parce que je suis fille de roi?

--Non, dit Pierrot.

--Est-ce parce que j'ai refusé autrefois de vous épouser?

Le pauvre Pierrot était à la torture.

--On aime quand on peut, dit-il, et non pas quand on veut.

Grande et triste vérité! La pauvre Bandoline rougit et pâlit. Enfin,
elle se leva et lui dit:

--Vous aimez une autre femme?

--Oui, dit Pierrot, que cet aveu embarrassait moins que tout le reste.

--Elle est bien heureuse! dit Bandoline en soupirant. Qu'elle le soit,
ajouta-t-elle, puisque le destin le veut. Et vous, Pierrot,
souvenez-vous que vous avez en moi une amie sincère.

A ces mots elle lui tendit la main, que Pierrot baisa avec respect, et
se détourna pour lui cacher ses larmes. Pierrot sortit tout troublé, et
alla rejoindre son nouvel ami Tristemplète. En un instant ils furent à
cheval, et, dans le temps qu'une religieuse mettrait à dire: _Jesu,
Maria_, ils se trouvèrent au camp des Chinois. Tristemplète ne voyageait
jamais autrement.

Dès son arrivée, Pierrot entendit des cris affreux et comprit que le
combat était engagé. Il y courut plein d'ardeur. Il était temps.

Toutes ces choses que je viens de vous conter si longuement, je veux
dire le combat de Pierrot contre les diables dans le château de
Belzébuth; sa délivrance par Tristemplète; l'audience de Vantripan;
l'entrevue avec Bandoline et le voyage au camp des Chinois, s'étaient,
grâce aux moyens de transport de Tristemplète, passées en moins de deux
heures. Nous parlons beaucoup de nos chemins de fer, et nous sommes
très-fiers de faire dix ou douze lieues à l'heure, tandis que nos pères
se transportaient en un clin d'oeil d'un bout de la Chine à l'autre, et
vous saurez qu'entre ces deux bouts il n'y a pas moins de sept cents
lieues. Nous sommes des enfants qui ont mis le pied dans les bottes de
leur père, et qui, pour cela, se croient déjà des hommes. Que de progrès
nous avons à faire avant de retrouver seulement la moitié des sciences
qui étaient vulgaires au temps d'Abraham et des mages de l'antique
Chaldée!

Nous avons laissé Horribilis et les Chinois fort en peine derrière leur
grande muraille. Ils ne furent sauvés d'une destruction complète que par
la lassitude des Tartares, qui demandèrent un peu de repos à
Kabardantès. Celui-ci, sûr du lendemain, l'accorda volontiers. Le matin,
vers onze heures, après un bon déjeuner, il sortit de sa tente, et, sans
s'amuser à faire un long discours à ses soldats, il leur montra la
muraille:

--C'est là, dit-il, qu'il faut aller. Marchons avec confiance, Pierrot
n'y est pas.

A ces mots, il partit le premier, et, donnant l'exemple à tous, dressa
contre la muraille une immense échelle. Tous les Tartares le suivirent,
et en quelques minutes parurent sur le parapet.

Horribilis, au lieu de s'occuper du salut de l'armée, n'avait pensé
qu'au sien propre. Il faisait préparer des relais de chevaux frais pour
lui et sa suite. Les généraux, laissés sans ordres et incapables de se
tirer d'affaire eux-mêmes, songeaient aussi à la retraite ou plutôt à la
fuite; et le gros de l'armée, saisi d'une terreur panique, n'attendait
que l'apparition du premier soldat tartare pour s'enfuir.

Lorsque Kabardantès, debout sur la muraille, poussa son cri de guerre et
fondit sur eux, ce fut à qui tournerait le dos le premier. Ses Tartares
se jetèrent sur les fuyards le sabre en main, en taillèrent, percèrent
et en prirent plusieurs milliers. Le reste, tout en fuyant, poussait des
cris affreux. C'est à ce moment que Pierrot arriva sur le champ de
bataille.

Je ne sais si vous avez lu, mais, à coup sûr, vous lirez un jour
l'_Iliade_. Vous verrez comment l'invincible Achille, seul et sans
armes, en poussant son cri de guerre, arrêta, aux portes du camp des
Grecs, les Troyens victorieux. Le son de cette voix terrible porta
l'épouvante dans l'âme d'Hector lui-même. Pierrot, qui dans son genre
valait bien Achille et peut-être Roland, ne s'y prit pas autrement que
ce fameux héros pour faire reculer les Tartares victorieux.

--En avant! cria-t-il d'une voix qui fut entendue des deux armées.

A cette voix si connue, les Chinois s'arrêtèrent sur-le-champ, et,
voyant Pierrot, firent face à l'ennemi.

--En avant! cria une seconde fois Pierrot.

A ce second cri, les Chinois se jetèrent sur les Tartares, qui
soutinrent le choc de pied ferme.

--En avant! cria une troisième fois Pierrot, et il se précipita dans les
rangs des Tartares.

A cette vue, à ce cri, tous s'enfuirent. Kabardantès lui-même n'osa
attendre son adversaire. Ils se précipitèrent du haut des murs dans les
fossés, ils rompirent les échelles sous leur poids, et ne se crurent en
sûreté (ceux du moins qui ne s'étaient en sautant rompu ni bras ni
jambe) que lorsqu'ils eurent mis la grande muraille entre eux et
Pierrot.

Celui-ci ne s'arrêta point à massacrer quelques traînards qui n'avaient
pu rejoindre assez vite le gros de l'armée. Il rangea sur-le-champ les
Chinois en bataille, et, poursuivant son succès, il fit ouvrir toutes
les portes des tours et se précipita avec les plus braves de l'armée
dans le camp des Tartares.

Ici le combat devint vraiment terrible. Les Tartares, un peu remis de
leur frayeur panique, se défendirent avec courage. Kabardantès, entouré
de ses gardes, faisait de temps en temps une sortie, et, du poids de sa
masse d'armes, écrasait, renversait, mutilait tout ce qui s'opposait à
lui; mais, à la vue de Pierrot, il rentra dans les rangs de sa garde,
qui se serrait autour de lui. Enfin, Pierrot s'élança au milieu des
Tartares, abattit à droite et à gauche une centaine de têtes, comme un
moissonneur avec sa faucille coupe les épis mûrs, et se trouva face à
face avec Kabardantès.

L'empereur des îles Inconnues était brave. Sa force était colossale, et
personne encore n'avait osé lui résister; mais à la vue de Pierrot, il
pâlit, et se sentit en présence de son maître. Ce n'est pas que Pierrot
fût à beaucoup près aussi robuste que lui: Kabardantès l'emportait par
la taille et la force; mais il y avait dans le coeur de Pierrot un
courage si indomptable, et qui prenait sa source dans une âme si ferme
et si sûre d'elle-même, que ses yeux mêmes jetaient des éclairs dans la
bataille. Pas un homme n'en pouvait soutenir la vue. Il regarda
Kabardantès, qui se précipita sur lui tête baissée.

Pierrot l'attendit de pied ferme. La massue de Kabardantès allait tomber
sur sa tête; d'un coup de sabre il la coupa en deux morceaux. Le
tronçon seul resta dans la main du géant. A son tour, Pierrot frappa sur
la tête de son ennemi un coup si terrible que le casque de Kabardantès
fut coupé en deux parts qui tombèrent à terre. Il redoubla, mais le
crâne du géant était invulnérable; seulement, il fut étourdi de ces deux
coups si violents et étendit les bras en avant comme un homme qui va
tomber.

A cette vue, les deux armées s'arrêtèrent d'elles-mêmes, attendant la
fin du combat pour obéir au vainqueur. O mes enfants, Dieu vous préserve
d'assister à un pareil spectacle! Qu'il est imposant, mais qu'il est
terrible! La vie de deux hommes et le destin de deux grands empires
dépendaient en ce moment d'un coup de sabre. Pierrot, ayant affaire à un
ennemi invulnérable, avait un grand désavantage; il le savait, et ne se
découragea point. Celui qui avait combattu, sans pâlir, Belzébuth et
toute la troupe des démons, ne pouvait pas reculer devant un homme.
Quand il vit que son sabre ne pouvait rien contre la peau de
Kabardantès, plus impénétrable que douze écailles d'un crocodile, il
chercha quelque arme nouvelle.

Si le géant eût été moins fort, Pierrot l'aurait étouffé dans ses bras,
mais il n'y fallait pas songer. Il fit trois pas en arrière, et
saisissant à deux mains un rocher énorme, il voulut le lancer sur
Kabardantès pour l'écraser en détail, puisqu'il ne pouvait le blesser.

Au même moment, celui-ci revenait de son étourdissement; il comprit le
dessein de Pierrot, et, tirant son cimeterre, il s'élança sur lui. Ce
cimeterre lui avait été donné par sa mère, la sorcière Vautrika, et sa
lame, forgée par les esprits infernaux, était d'une trempe si fine que
rien ne pouvait lui résister. Il en asséna un coup furieux sur Pierrot;
celui-ci, agile comme une hirondelle, évita le cimeterre qui retomba sur
le tronc d'un chêne gigantesque. Le chêne fut coupé en deux avec la même
précision qu'un poil de barbe par le rasoir d'un barbier. Il tomba avec
un grand bruit et écrasa, dans sa chute, plus de cinquante soldats des
deux armées.

A cette vue, tout le monde s'écarta pour faire place aux deux
combattants.

Pierrot sentit que si le combat se prolongeait, son adversaire, plus
robuste, mieux armé et invulnérable, finirait par le vaincre.

Il prit alors à deux mains le rocher dont nous avons parlé, et le jeta
de toute sa force dans la poitrine du géant. Celui-ci chancela sur sa
base et vomit des flots de sang. En même temps, Pierrot remarqua une
chose singulière, c'est que le sang coulait non-seulement de ses lèvres,
mais de sa poitrine.

Il en conclut qu'à cet endroit Kabardantès n'était pas invulnérable, et
prit son parti sur-le-champ.

Il arracha des mains d'un Tartare stupéfait, une longue lance, et
l'enfonça dans le creux de la poitrine du géant. La lance pénétra
jusqu'au coeur, et Kabardantès tomba mort.

Tous les spectateurs, qui jusque-là, dans les deux armées, avaient
tressailli de crainte et d'espérance, commencèrent à respirer: quel que
fût le vainqueur, on sentait bien que sa victoire décidait de tout. Je
n'oserais dire si la mort de Kabardantès excita de grands regrets chez
les Tartares; ce qui est certain, c'est que les Chinois poussèrent un
long cri de joie en voyant leur ennemi à terre.

--Victoire et longue vie à Pierrot! s'écrièrent-ils de toutes parts.

Le général tartare Trautmanchkof prit le commandement de ses
compatriotes et demanda une trêve pour ensevelir l'empereur défunt.
Pierrot l'accorda sur-le-champ, fit l'éloge de son courage, et ajouta
gracieusement qu'il ne dépendait que des Tartares de changer cette
courte trêve en une longue et solide paix.

Aussitôt les deux armées se séparèrent, et chacune regagna son camp. Les
Chinois, ivres de joie, ne savaient comment témoigner leur tendresse au
bon Pierrot. Chacun d'eux croyait avoir retrouvé en lui un protecteur,
un père, un frère, un ami. Quand il demanda ce qu'était devenu
Horribilis, on lui répondit en riant qu'il avait pris le chemin de
Pékin, et qu'au train dont il était parti, il devait déjà être arrivé.

L'autre armée était fort divisée. Après la mort de Kabardantès et de
Pantafilando, il n'y avait plus d'héritier du trône, la dynastie était
éteinte: perte médiocre, car il y a toujours plus de rois sans royaumes
que de royaumes sans rois. Au reste, rien n'était plus facile que de
faire un roi: on n'avait que l'embarras du choix. Comme les chefs des
principales familles étaient au camp, chacun d'eux s'offrit pour
candidat et fit valoir sa naissance, sa fortune et son courage. La
discussion fut très-vive: chacun des orateurs avait le sabre au poing,
et paraissait disposé à soutenir son droit de toutes les manières. Enfin
l'un des plus âgés, qui, par hasard, n'avait aucune prétention au trône,
ouvrit un avis qui fut bientôt approuvé de tous.

--Il nous faut, dit-il, pour empereur le plus brave des hommes, afin
qu'il soit digne de commander aux Tartares, qui sont, après les
Français, le plus brave peuple de l'univers. Il faut qu'il n'ait point
de famille ni de liaison dans le pays, afin qu'il ne favorise aucun
parti au détriment des autres. Il n'y a qu'un homme ici qui remplisse
ces deux conditions.

--Qui donc? cria-t-on tout d'une voix.

--C'est Pierrot.

Cette proposition, par un hasard singulier, réunit toutes les voix: on
offrit le trône à Pierrot, qui le refusa.

--Je n'en suis pas digne, répondit-il modestement.

La vérité est que Pierrot, devenu sage par l'expérience, et connaissant
la difficulté de gouverner les hommes, ne voulut pas s'engager dans une
affaire si épineuse.

--Que ceux qui se sentent la vocation, disait-il, essayent de le faire;
pour moi, je veux vivre tranquille, et dans un repos complet avec ma
famille. Je veux bien combattre pour ma patrie quand elle aura besoin de
moi, mais je ne veux pas régner. Dans ce métier-là, le plus habile fait
chaque jour cent sottises irréparables; que ferai-je, moi qui ne suis
qu'un ignorant? J'aime mieux travailler en paix, élever mes enfants,
cultiver la terre, donner le bon exemple autour de moi, et quelquefois,
mais rarement, de bons conseils à ceux qui me les demanderont avec un
coeur sincère: la Providence se chargera du reste.

Peut-être trouverez-vous, mes amis, que notre ami Pierrot était un peu
égoïste. Le vieil Alcofribas le trouve très-sage et l'approuve en tout
point. Pour moi, je ne sais qu'en dire.

L'égoïsme de Pierrot est d'une espèce si rare, qu'il touche à la vertu
la plus pure et au désintéressement le plus extraordinaire il y touche
de si près, qu'en vérité j'aurais de la peine à l'en distinguer.

Toutefois, sur ce sujet comme en toutes choses, les opinions sont
libres.

Les Tartares ne se laissèrent point décourager par un premier refus; au
contraire, aiguillonnés comme la plupart des hommes par cette obstacle,
ils revinrent à la charge et demandèrent enfin à Pierrot de leur
choisir un roi de sa façon.

--Car, dit l'orateur, nous n'en trouvons point parmi nous qui réunisse
toutes les voix, et ce choix sera une source de guerres civiles.

--Eh bien, dit Pierrot, proclamez la république.

A ces mots, tout le monde prit à la fois la parole et voulut donner son
avis.

Le fracas devint étourdissant.

L'un dit que la république était l'anarchie; l'autre, que c'était le
gouvernement des grands hommes et des hommes de bien; un autre, que
c'était le moins ennuyeux des gouvernements, à cause du changement
perpétuel des gouvernants et des systèmes; un quatrième dit que cela
convenait aux gens d'Europe, parce qu'ils ont le nez aquilin, et non aux
Tartares, parce qu'ils ont le nez camus. Pierrot, assourdi, alla faire
un tour de promenade.

Quand il revint, on avait opté pour la monarchie: Trautmanchkof avait
été nommé empereur.

Il fit sur-le-champ la paix avec Pierrot, lui rendit les prisonniers
chinois, et partit pour Kraktaktah, afin de se faire reconnaître.

Pierrot, ayant accompli sa tâche, fit réparer la grande muraille, laissa
le commandement de l'armée chinoise à des officiers aguerris, et alla
retrouver Vantripan.

Le bruit de ses exploits l'avait précédé.

Le roi vint le recevoir au pied du grand escalier dans la cour
d'honneur, l'embrassa tendrement, le fit asseoir à sa droite pendant le
dîner, et but à sa santé plus de six bouteilles, en le proclamant le
vainqueur des Tartares, le sauveur de la Chine, et le digne objet de
l'admiration du monde.

Ce gros Vantripan était un bon homme au fond, et il sentait bien tout ce
qu'il devait à Pierrot. Quant à celui-ci, toujours modeste, il ne
pensait qu'à rejoindre sa chère Rosine et à goûter un repos qu'il avait
si bien gagné.

Enfin arriva ce jour si longtemps désiré.

Pierrot partit seul, monté sur Fendlair qui piaffait, caracolait et
galopait comme s'il avait compris la joie de son maître.

Il arriva à la porte de la ferme.

Rosine ne l'attendait que quelques jours plus tard, parce qu'il n'avait
pas voulu lui annoncer son arrivée; aussi était-elle en négligé du
matin; mais ce négligé, mes chers amis, eût été envié des plus grandes
et des plus belles princesses, si elles avaient pu en comprendre toute
la coquette simplicité.

Écoutez la description qu'en donne le sage Alcofribas.

«Elle était vêtue, dit-il, d'une robe blanche d'étoffe simple et unie.
Cette robe, qu'elle avait taillée elle-même, se drapait naturellement
autour de son corps comme les étoffes qui couvrent les statues des
impératrices de Rome; mais vous concevez assez la supériorité que
devait avoir la nature vivante et animée, disposant de l'une des plus
belles créatures qui depuis Ève aient enchanté les regards des hommes,
sur l'artiste qui sculpte un marbre inanimé et qui cherche, à force de
génie, à reproduire quelque faible image de l'éternelle beauté. Sa
taille souple et sans corset donnait à sa démarche une grâce
incomparable et pleine de naturel. Un ruban rouge noué autour de son cou
relevait l'éclat de son teint qui était blanc, rosé et presque
transparent. Ses cheveux, négligemment attachés, comme ceux de Diane
chasseresse, retombaient sur ses épaules dans un désordre charmant...»

Peut-être trouverez-vous qu'Alcofribas ne donne qu'une faible idée de la
beauté qu'il veut peindre, et que ses comparaisons, tirées de la
sculpture et de l'antiquité, sont un peu obscures pour qui n'a jamais
visité le musée du Louvre.

Mes enfants, vous avez raison; mais aucun homme n'est parfait et complet
en toutes choses.

Le vieil Alcofribas avait passé sa vie entière dans l'étude des
sciences, et il avait un peu négligé les lettres.

Le binôme de Newton lui était plus familier que l'éloquence, et les
découvertes paléontologiques de Cuvier et de Geoffroy Saint-Hilaire ne
sont pas la millième partie des choses que ce vieux magicien avait
inventées et publiées dans des livres mystérieux qui furent autrefois
brûlés par les ordres du sauvage Gengis-Khan, et dont le dernier
exemplaire a été découvert il y a six mois, dans les ruines de
Samarcande, par un de mes amis, qui est allé visiter les bords de
l'Oxus.

Oh! si vous saviez les grandes, belles, profondes et mystérieuses
conceptions que contient cet ouvrage admirable, unique jusqu'à présent
dans l'histoire du monde, vous prendriez sur-le-champ le chemin de fer
jusqu'à Strasbourg; de Strasbourg vous iriez à Vienne, en chemin de fer;
de Vienne vous iriez à Constantinople moitié en chemin de fer, moitié
par terre; de Constantinople à Scutari par mer; de Scutari à Damas avec
la caravane des pèlerins de la Mecque; de Damas à Bassorah par chameaux,
à travers les déserts de la Mésopotamie; de Bassorah, qui est sur le
Tigre, à Hérat, à pied, à cheval, en voiture ou en ballon, suivant
l'occasion; de Hérat aux Portes de fer qui gardent l'entrée du Khoraçan;
des Portes de fer à l'Oxus et à Samarcande, capitale du pays de Sogd.

Quand vous aurez fait ce voyage, vous entrerez dans le grand
caravansérail, en prenant bien garde de vous annoncer comme des savants
venus d'Europe, ce qui éveillerait la curiosité et le soupçon.

Vous traverserez le caravansérail dans toute sa longueur, deux fois;
vous le retraverserez deux fois dans sa largeur; vous suivrez une ligne
diagonale entre les deux extrémités les plus éloignées du bâtiment, car
il est de forme irrégulière.

Vous aurez soin, en marchant, de prononcer tous les neuf pas ces deux
mots: _kara, brankara_, qui sont, comme je vous l'ai dit, une formule
magique consacrée; puis vous sortirez du caravansérail, vous suivrez la
première rue à gauche, qui est la rue Râhkhr (Râhkhr, en tartare,
signifie mendiant), vous y trouverez douze vieillards à barbe blanche
qui sont rangés en cercle et assis à terre, les jambes croisées.

Ils cherchent sur la tête et dans les cheveux les uns des autres ce
petit animal qui tourmente si cruellement les mendiants napolitains;
quand ils le tiennent, ils font un geste de satisfaction et l'écrasent
entre les pouces. Ne cherchez pas à leur parler ni à les aider, ce
serait inutile; suivez la seconde rue à droite, la première à gauche, la
troisième à droite, la seconde à gauche, la quatrième à gauche et à
droite.

Là, vous prendrez la première à gauche, et vous vous arrêterez devant
une maison que rien ne distingue de toutes les autres.

N'allez pas plus loin, c'est là.

Vous entrerez dans une allée sombre, vous monterez un étage, vous
enfilerez un long corridor, vous monterez un autre étage, vous entrerez
dans une antichambre qui donne sur un escalier; vous descendrez six
marches, vous frapperez au mur, et vous descendrez encore six marches;
vous en remonterez neuf et vous vous trouverez en face d'une porte
secrète dont vous n'aurez pas la clef.

Ce n'est pas la peine d'aller chercher le portier, il n'y a pas de
serrure.

Vous direz: Ce n'est pas ce que je demande; vous remonterez encore trois
marches, et vous serez dans l'antichambre.

Là, pas un laquais ne viendra recevoir votre chapeau et vos gants, mais
vous verrez une main qui, seule en l'air et détachée de tout corps
visible, vous fera signe avec le doigt de la suivre.

Cette main est noueuse et ridée: on voit qu'elle a beaucoup souffert;
c'est celle du vieil Alcofribas.

Elle vous fera signe d'entrer dans un cabinet poudreux, que le
domestique du vieux magicien vient balayer tous les six cents ans par
ordre de son maître.

Ne vous arrêtez pas à regarder les globes et les cartes astronomiques,
ni la position relative des soleils, chose que vous verrez dessinée sur
le mur; allez droit à la table où la main vous conduit, poussez le
ressort d'une boîte en bois de cèdre.

La boîte s'ouvrira, et vous verrez le fameux manuscrit écrit dans la
langue des anciens Sogdiens, que personne ne parle depuis le règne de
Cyrus.

Vous ferez signe que vous ne comprenez pas.

La main fera signe que vous êtes des imbéciles, vous prendra par le bras
et vous jettera à la porte.

Quand vous serez dans la rue, vous pourrez reprendre la route de Paris,
si bon vous semble, à moins que vous ne préfériez déchiffrer les
inscriptions laissées par le roi Gustasp, il y a trois mille ans, sur
les murs de son palais dont on voit les ruines à Samarcande.

Ici vous me demanderez peut-être à quoi sert un si long voyage, puisque,
après tout, vous ne comprenez pas la langue du vieil Alcofribas.

Mes enfants, vous êtes trop aimables pour que je ne vous dise pas la
vérité tout entière.

A quoi servent toutes les choses de ce monde? A passer, ou, si vous
voulez, à tuer le temps, jusqu'à ce que nous allions tous ensemble en
paradis.

Il y a des gens qui ont fait sept ou huit fois le tour du monde, et qui
n'avaient pas d'autre but que de voir plus tôt le terme des soixante ans
de vie dont le ciel leur avait fait présent.

Croyez-vous que ce ne soit rien que d'avoir vu Strasbourg, Vienne,
Constantinople, Damas, Bassorah, les Portes de fer, Samarcande et la
main du vieil Alcofribas?

Ce voyage ne peut pas durer, aller et retour, moins d'une année.

C'est toujours une année pendant laquelle vous avez eu un désir violent,
une vraie passion, c'est-à-dire ce qui fait vivre et soutient les
hommes; car, faibles créatures que nous sommes, nous n'avons en
nous-mêmes aucun principe de vie.

Tout nous vient du dehors, et Dieu l'a voulu ainsi, pour que nous
eussions sans cesse recours à lui.

Il est temps de laisser ce sujet. Je commence à prêcher, je crois, et
vous, enfants, à bâiller.

Écoutez plutôt l'histoire de notre ami Pierrot.

Elle touche à sa fin, car le vieil Alcofribas dit très-bien:

«Il n'y a rien de plus fade et de plus ennuyeux que la peinture du
bonheur.»

Et Pierrot avait enfin mérité d'être heureux.

Je ne vous ferai pas le récit de sa conversation avec la belle Rosine;
vous sentez bien qu'elle dut être très-intéressante, car tous les deux
avaient autant d'esprit que les anges, et les sujets de conversation ne
leur manquaient pas.

Qu'il vous suffise de savoir que la mère de Rosine fut obligée de venir
les chercher elle-même et de leur rappeler que le déjeuner était servi
depuis plus d'une heure.

Deux jours après, le roi Vantripan arriva, suivi de sa fille, qui avait
voulu assister au mariage de Pierrot, et lui témoigner par là une amitié
sincère.

De son côté, Pierrot dit qu'il ne désirait qu'une occasion de lui
prouver son dévouement, et cette occasion ne tarda guère à se présenter,
comme nous le dirons en son lieu.

Le lendemain, on signa le contrat.

Le père et la mère de Pierrot arrivaient justement des Ardennes par le
chemin des airs, où ils avaient suivi la fée Aurore.

Je laisse à deviner la joie et les embrassements de cette heureuse
famille.

Le mariage se fit dans la maison de la mère de Rosine.

Il y avait pêle-mêle des rois, des princesses du sang, des bourgeois,
des paysans, des soldats, et un évêque, monseigneur de Bangkok, dans le
royaume de Siam, qui donna lui-même la bénédiction nuptiale aux deux
époux.

La fée Aurore présidait toute l'assemblée, et après le repas, grâce à
ses soins, l'orchestre des génies, conduit par le propre chef de musique
du roi Salomon, donna un bal magnifique.

Ainsi finissent les aventures de Pierrot.

«Puissent-elles, dit le vieil Alcofribas, ne pas vous avoir paru trop
longues!»

Je ne vous parlerai pas du reste de la vie de Pierrot, qui fut
extrêmement paisible.

Un seul accident en troubla quelques moments le cours, mais cet accident
n'eut pas de suites fâcheuses.

Le prince Horribilis, impatient de monter sur le trône, fit révolter
contre son père une partie de l'armée.

Vantripan, effrayé, alla se réfugier chez Pierrot, qui le reçut à bras
ouverts, et, sans lui donner le temps de s'expliquer, monta à cheval et
courut au-devant des révoltés.

A sa vue, ceux-ci posèrent les armes et demandèrent grâce. Pierrot leur
pardonna et se fit livrer Horribilis.

Vantripan voulait le faire empaler; mais Pierrot, qui abhorrait les
supplices, et dont le caractère, naturellement généreux, s'était encore
adouci au contact de celui de Rosine, obtint sa grâce et se contenta de
le faire exiler.

Horribilis, à quelques jours de là, fut pris par les Tartares et pendu à
un arbre avec son ami Tristemplète.

Cet événement ne fit de peine à personne.

Deux ans après, Vantripan mourut, laissant le trône à sa fille, qui
voulut confier le gouvernement à Pierrot; mais celui-ci la remercia et
refusa de sortir de sa retraite.

Toutefois, elle venait souvent lui demander conseil, et Trautmanchkof,
l'empereur des Tartares, ayant voulu violer la paix, se retira jusqu'au
fond de ses déserts, sur le seul bruit de la nomination de Pierrot au
commandement de l'armée chinoise.

Ainsi, quoiqu'il ne fût qu'un simple particulier, et qu'il ne voulût pas
être autre chose, il gouvernait en réalité l'empire par ses vertus, son
expérience et son courage.

Il vécut fort longtemps, employant sa fortune, que les libéralités de
Vantripan avaient rendue immense, à fonder des écoles et des
bibliothèques, à construire des canaux, à réparer les grandes routes et
à faire des expériences agricoles dont il publiait le résultat, afin que
tout le monde pût en profiter.

C'est lui qui inventa le drainage, que les Anglais ont retrouvé, il y a
vingt ans, et dont ils se sont attribué le mérite. Il inventa encore
beaucoup d'autres choses qu'on réinventera plus tard sans aucun doute,
et que je ferai connaître au public dès que j'aurai terminé la
traduction du fameux manuscrit d'Alcofribas, qui est caché dans une
vieille maison de Samarcande.

Vous verrez alors, mes enfants, quel homme c'était que Pierrot, et comme
il avait bien profité des leçons de la fée Aurore.

Son nom est resté fort célèbre à la Chine et dans le vaste empire des
îles Inconnues; de là il fut porté en Europe par Plancarpin, qui en
entendit parler, aux environs de Karakorum, et beaucoup de fables se
mêlèrent à l'histoire véridique que je viens de vous conter.

«Ainsi, ne croyez pas, dit le vieil Alcofribas, que Pierrot ait jamais
été glouton, ni poltron, ni menteur, ni pendu, comme le représentent
souvent des bouffons et des farceurs qui n'ont d'autre objet que de vous
faire rire.

«On l'aura confondu sans doute avec de faux Pierrots, indignes de porter
ce nom respectable.

«Pour moi, qui ne cherche que le vrai, je vous assure et vous garantis
que Pierrot a vécu comme un bon citoyen, et qu'il est mort comme un
saint.»

Je vous souhaite, mes amis, de faire la même chose!


FIN



SOCIÉTÉ ANONYME D'IMPRIMERIE DE VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE
Jules Bardoux, directeur.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire fantastique du célèbre Pierrot - Écrite par le magicien Alcofribas; traduite du sogdien par Alfred Assollant" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home