Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Hyacinthe
Author: Assollant, Alfred, 1827-1886
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Hyacinthe" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



HYACINTHE

LIBRAIRIE DE E. DENTU, ÉDITEUR

DU MÊME AUTEUR

    L'AVENTURIER, 2 VOL                       6 fr.
    UN MILLIONNAIRE, 1 VOL                    3 »
    RACHEL, 1 VOL                             3 »
    LE SEIGNEUR DE LANTERNE, 1 VOL            3 »
    LE PUY DE MONTCHAL, 1 VOL                 3 »
    LÉA, 4 VOL                                3 »
    LE DOCTEUR JUDASSHON, 1 VOL               3 »
    LA CROIX DES PRÊCHES, 2 VOL               6 »
    LE PLUS HARDI DES GUEUX, 1 VOL            3 »
    NINI, 1 VOL                               3 »
    LE VIEUX JUGE, 1 VOL                      3 »
    UNE VILLE DE GARNISON, 1 VOL              1 »
    UN MARIAGE AU COUVENT, 1 VOL              1 »
    DEUX AMIS EN 1792, 1 VOL                  1 »

HYACINTHE

PAR

ALFRED ASSOLLANT

PARIS

    E. DENTU, ÉDITEUR
    LIBRAIRIE DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES
    3, PLACE DE VALOIS (Palais-Royal)



I

ENTRE NOTAIRES


Alors, c'est-à-dire le 22 mai 1877, mon patron, maître Bouchardy,
notaire, homme excellent, justement renommé pour sa finesse, sa gaieté,
sa bonne humeur, dans la célèbre ville de Creux-de-Pile et à cinq lieues
tout autour, regarda l'heure à sa montre et dit à son confrère:

--Voyons, mon cher Saumonet, voici quatre heures trois quarts. Le dîner
est pour cinq heures. Mihiète est furieuse du moindre retard. Les sauces
rousses seront brûlées. Les sauces blanches auront tourné. La dinde
truffée sera calcinée, ou sera rôtie en deux fois, c'est-à-dire
desséchée. Voulez-vous en finir?

Maître Saumonet fit signe de la tête qu'il le voulait, mais ne prononça
pas une parole.

--Récapitulons alors, reprit Bouchardy. Vous avez une fille à marier...

--Une jolie fille, Bouchardy! une très jolie fille, une fille qui n'a
pas sa pareille dans tout le voisinage, une fille que nous appelons
Hyacinthe, ami Bouchardy, parce qu'elle est née comme une fleur de la
plus poétique des mères, madame Rosine Forestier, notre cliente, et du
moins poétique des pères, M. Forestier, notre client aussi,--et depuis
six ans député de l'arrondissement de Creux-de-Pile!...

--Ne vous échauffez pas, Saumonet!... Dans cette saison, par cette
chaleur épouvantable, on attrape aisément une pleurésie. Si vous avez
une jolie fille à mettre en bataille, nous avons, nous, un joli garçon,
qui s'appelle Michel, ce qui est un nom d'archange, comme Hyacinthe est
un nom de fleur, et qui est né du légitime mariage de M. Louis Bernard,
médecin de la Faculté de Paris, avec madame Reine Bernard, aujourd'hui
veuve et propriétaire--en y comprenant tous les biens meubles et
immeubles de la succession conjugale,--de quatre cent cinquante mille
francs au plus bas mot; et nous ne sommes pas veuve à lâcher un centime
de nos droits, entendez-vous cela, Saumonet?... Nous n'avons jamais
attaché, nous n'attacherons jamais nos chiens avec des saucisses et si
par malheur notre fils Michel, parce qu'il est amoureux comme un fou de
votre jolie Hyacinthe et parce qu'elle le lui rend bien, voulait subir
les conditions d'un contrat inégal...

Ici, il y eut une suspension. M. Bouchardy tenait sa langue en arrêt
comme un bon cavalier tient sa lance. Enfin, il se tourna vers moi et
dit:

--Trapoiseau!...

(C'est mon nom.)

.... Dans ton âme de premier clerc, tu as quelquefois autant de bon sens
et de connaissance des lois que beaucoup de notaires; tu vas écouter
avec soin notre conversation; tu marqueras les concessions que nous
ferons de part et d'autre; tu changeras ce qu'il faut changer dans
le projet de contrat et tu nous l'apporteras, à la fin du dîner,
c'est-à-dire ce soir, vers huit heures... Tu m'entends?

Je répondis modestement:

--Oui, monsieur.

Et je me réjouis au fond de mon âme d'avoir une si belle occasion
de contempler dans toute sa magnificence le plus beau salon de
Creux-de-Pile, celui où l'esprit coule à pleins bords (suivant le mot de
M. le receveur de l'enregistrement). Alors M. Bouchardy, faisant face à
son confrère, reprit son discours en ces termes:

--Oui, Saumonet, si notre bien-aimé fils et unique héritier Michel
Bernard subissait un contrat inégal, inique et désastreux, si la future
épouse nous apportait en dot moins de 200.000 francs, espèces sonnantes
et trébuchantes...

L'autre notaire se leva et dit:

Que feriez-vous alors?... Vous refuseriez votre consentement, peut-être?

--Précisément.

Oui, mais votre fils a vingt-sept ans; il est plus que majeur. Votre
fils est amoureux, votre fils a une fortune indépendante qui lui vient
de son père et qu'on ne peut pas lui ôter, votre fils est avocat depuis
trois ans et n'a pas besoin de vous pour vivre; il aime, on l'aime et il
fera pour épouser notre belle Hyacinthe tous les actes respectueux qu'il
faudra faire.

M. Bouchardy, d'un geste noble, interrompit son confrère:

--Vous vous trompez, mon ami. Notre fils Michel ne vous fera jamais
d'actes respectueux. Il sait trop ce qu'il nous doit...

--Sait-il aussi, demanda Saumonet en riant, ce que vous lui devez? A-t
il demandé des comptes de tutelle?

--Jamais!

--Sait-il, qu'au plus bas mot, vous lui devez, vous la mère et tutrice,
plus de 80.000 fr., et que cet argent n'est pas perdu, que vous ne
l'avez pas prêté aux Turcs ni aux Egyptiens, mais placé en bonnes
rentes françaises, qui ne périront pas, car la France entière leur sert
d'hypothèque?...

--Eh bien, Saumonet, est-ce que vous nous faites un crime de notre
prudence? Si par une sage administration nous avons augmenté la fortune
dont Michel héritera un jour..., après notre mort..., le plus tard
possible..., est-ce un motif pour lui de nous manquer de respect et de
braver notre volonté maternelle? Faut-il nous dépouiller du fruit de
notre économie?... Et enfin, si nos conditions vous paraissent trop
dures, si vous comptez sur la folle passion d'un fils dénaturé, si vous
croyez qu'il osera nous envoyer des actes respectueux, allez faites;
nous aurons le plaisir de voir M. Forestier, député de Creux-de-Pile,
essayer d'introduire de force sa fille unique dans une famille
honorable, nous verrons si cette fille elle-même y consentira, nous
verrons surtout si sa mère, madame Rosine Forestier...

M. Bouchardy, mon patron, avait le souffle puissant et pouvait parler
plusieurs minutes sans reprendre haleine, ce qui est, dit-on le signe
distinctif des grands orateurs; mais M. Saumonet l'interrompit, car il
était sec et piquant autant que l'autre était verbeux et majestueux.

--Enfin, demanda-t-il, que voulez-vous dire? Parlons franchement, et que
chacun lâche son dernier mot, car cinq heures vont sonner. Avez-vous des
pleins pouvoirs pour traiter?

--J'en ai, répondit M. Bouchardy, subjugué par cette impétuosité.

--Moi aussi... Qui est-ce qui fait des difficultés pour ce contrat? ce
n'est pas le jeune homme, je pense?

--Michel! Ah! Dieu, non! Il ne demande qu'à conclure, n'importe à quel
prix, et qu'à emporter la jeune Hyacinthe au pays où fleurit l'oranger.

--Alors, c'est madame Bernard? Je comprends ça... Elle avait l'argent de
son fils et les clefs. Il faut les rendre. C'est dur. Le père en mourant
avait laissé la jouissance de la moitié de sa fortune à sa femme,
mais seulement jusqu'au mariage de son fils. S'il se marie, il faut
y renoncer. C'est 6.000 francs par an, au moins. Demander une dot
de 200.000 francs à M. Forestier, père de la future, c'est rompre le
mariage, en feignant de soutenir avec trop de zèle les intérêts de
Michel. Voilà pourquoi, Bouchardy, vous mettez des bâtons dans les
roues. C'est l'ordre de la vieille dame que vous suivez?

M. Bouchardy se mit à rire et répliqua:

--Vous l'avez deviné Saumonet. Madame Bernard ne veut pas remettre à
une bru le gouvernement de la maison; elle veut encore moins lâcher la
jouissance de 6.000 francs de rente que lui assure le testament de son
mari, jusqu'au mariage de son fils, et si elle était forcée de laisser
Michel se marier, elle veut lui vendre son consentement le plus cher
possible.

--Michel le sait-il?

--Comme vous et moi. Mais, par respect, il feint de ne rien deviner de
tous ces calculs. En revanche, il m'a chargé, lui aussi, de ses pleins
pouvoirs, et s'il ne tient qu'à lui, tout sera bientôt terminé... A
votre tour, maintenant, Saumonet, je vais confesser vos clients, comme
vous avez confessé les miens.

--Faites, répliqua l'autre notaire.

--Qu'est-ce que le père Forestier donne pour dot à sa fille? 100.000
francs. Pas davantage.

--Sans doute, dit M. Saumonet, mais il en garde à peine autant pour
lui-même.

--Et la fortune de sa femme, qui est de plus de 400.000 francs?

--Madame Forestier fait bourse à part. Elle administre elle-même ses
revenus et n'en rend compte à personne. En revanche, elle se fait
expliquer jusqu'au moindre centime l'emploi de l'argent de son mari.
Elle le tient même si serré que le pauvre homme est obligé, de temps en
temps, d'emprunter cinq ou six francs qu'il rembourse comme il peut, en
faisant croire à la dame que ce sont des dépenses électorales.

--Donc, Saumonet, la femme ne voulait rien donner et le mari ne pouvant
pas donner plus de cent mille francs, le mariage est rompu?

--Je le crains.

M. Bouchardy se mit à siffler en regardant le jardin, l'horizon bleu,
d'un air de réflexion profonde:

--Au diable, les femmes poétiques! s'écria-t-il enfin.

--Êtes-vous sûr, répliqua l'autre, que les femmes prosaïques vaillent
mieux?

--Et cependant, Seigneur, mon Dieu! il en faut, comme disait saint
Augustin.

Cette pensée du plus éloquent et du plus inspiré des Pères de l'Église
ramena une douce gaieté sur le visage des deux notaires.

--Voyons, dit M. Bouchardy, c'est bien votre dernier mot, n'est-ce pas?

--Le dernier des derniers, cher confrère.

--Eh bien, que votre volonté soit faite et non la mienne. Je consens à
la ruine de mon client.

Saumonet se récria:

--J'y consens, reprit M. Bouchardy, mais c'est par son ordre. Michel qui
a tout prévu, car c'est un homme de bon sens dans tout le reste, et qui,
par respect pour la mémoire de son père ne veut pas plaider contre sa
mère, m'a chargé d'acheter son consentement. Il lui en coûtera 6.000
francs de rente, jusqu'à la mort de la brave dame, mais, à ce prix, je
m'en suis assuré, toutes les difficultés seront levées, elle ne figurera
au contrat que pour approuver et signer, et elle serrera mademoiselle
Hyacinthe sur son coeur comme une fille bien-aimée!...

--J'en suis touché jusqu'aux larmes, dit M. Saumonet.

--Mais vous, ne ferez-vous aucune concession?

--Pas la moindre! Madame Forestier qui est une femme poétique, un
sylphe, un gros sylphe à la vérité, un sylphe de quatre-vingt-dix
kilogrammes, a déclaré que les jeunes filles devaient se marier sans dot
ou ne jamais se marier; que demander une dot à mademoiselle Hyacinthe,
c'était lui faire une offense impardonnable; que si M. Forestier son
mari, voulait doter sa fille, il le pouvait, mais à ses frais, et
qu'elle ne donnerait pas un centime: qu'il était libre de se ruiner,
lui, mais à ses risques et périls (_Mange ça tien, tu ne mangeras pas ça
mien_), comme disent toutes les saintes femmes du pays: qu'elle n'était
pas folle, elle, et qu'elle avait de la prévoyance pour toute la
famille; qu'elle avait résolu de garder toujours sa fortune intacte et
de la réserver pour ses enfants ou mieux encore pour ses petits-enfants,
et surtout pour ses arrière-petits-enfants (qu'elle adore par avance,
les pauvres chérubins); que c'était pour elle un devoir de conscience
et ne transigerait jamais... J'ai voulu hasarder quelques observations;
mais la grosse dame plus poétique et plus tragique que vous ne l'avez
jamais vue, s'est écriée:

»Ma fille, ma chère fille, ma douce et tendre Hyacinthe, cette gracieuse
hirondelle que j'ai réchauffée dans mon sein, sait bien qu'elle peut
compter sur moi!... Quelles que soient les déceptions de la vie, quelque
chagrin que dans l'avenir puisse lui donner son futur mari, (et il lui
en donnera des multitudes, j'en vois déjà trop les signes précurseurs!)
mon coeur de mère et mes bras lui seront toujours ouverts.

»Je mettrai tout en commun avec ma fille!... Mais pour son mari, non! Il
n'aura pas un centime de moi! Pas un centime!»

Vrai, mon ami, c'était si touchant que j'avais peine à retenir mes
larmes.

--Comme ça, répliqua l'autre notaire, elle garde tout?

--Parfaitement. Et madame Bernard?

--Presque tout, répondit Saumonet.

--Deux vrais coeurs de belles-mères, conclut M. Bouchardy qui était
philosophe.

Puis se tournant vers moi:

--Tu as bien entendu, Trapoiseau?... A toi d'arranger de ton mieux
les termes du contrat. Tu nous rejoindras à huit heures, chez M.
Forestier... Nous, Saumonet, allons dîner, et dépêchons-nous, car il est
cinq heures cinq... La forte Mihiète doit grogner sur ses fourneaux.

Et tous deux s'en allèrent bras dessus, bras dessous, en chantant le
joyeux refrain:

    _Gloria tibi, Domine,_
    Que tout chantre
    Boive à plein ventre



II

ANGÉLINE


Enfin la porte du jardin se referma sur les deux notaires,--Bouchardy,
surnommé le _Gros_, à cause de son épaisseur, et Saumonet, surnommé
l'_Aiguille_, à cause de sa longueur et de sa maigreur extraordinaires.

Alors, resté seul en face de Dieu, de la Nature et du papier timbré
que je devais noircir d'encre, je pris mon menton de la main gauche,
j'appuyai le coude du même côté sur la table et mon esprit vagabond
s'enfonça lentement dans mes pensées, comme un promeneur qui marche au
travers de la forêt.

Ce n'est pas une petite affaire de rédiger un contrat de mariage! Ah!
non, certes! et, comme dit la poétique Mme Forestier, quand elle ordonne
à sa cuisinière de peler douze pommes de terre, _je dirigerais plus
aisément les quarante principales maisons de commerce de Paris_; mais
enfin il faut rédiger et je rédigerai; il le faut! il le faut! Michel
m'en a prié, Mlle Hyacinthe compte sur moi (Elle a de bien beaux yeux,
Mlle Hyacinthe) quelquefois en traversant la rue elle me regarde d'un
air aimable, caressant et presque malin, comme si elle devinait de moi
quelque chose que je ne veux pas dire, et comme si elle s'intéressait
à moi, à cause d'une autre personne pour qui elle aurait une amitié
particulière... Je croirais volontiers que cette personne qui n'a pas de
barbe au menton (et n'en aura jamais) lui parle de moi de temps en temps
et qu'il y a des confidences échangées... Ah! si j'en étais sûr, mais,
c'est un rêve... Jamais Angéline n'a pensé à moi, excepté pour descendre
dans l'étude, quand maître Bouchardy, son père, va faire au cercle sa
partie de billard; et alors, elle me dit:

«Monsieur Trapoiseau, vous qui savez tout, dites-moi donc où mon père
a caché le _Voyage en Orient_ de Lamartine et la traduction du poëme
d'Antar qui est à la suite...»

Et alors je suis bien forcé de chercher le _Voyage en Orient_. Puis,
comme la bibliothèque a quinze pieds de haut, il faut tenir l'échelle.
C'est moi qui monte et c'est elle qui la tient... Je regarde en haut et
en bas, à droite et à gauche, je fourrage au hasard parmi les livres;
je prends par mégarde un traité de médecine sur «_le plus doux des
lénitifs_», et je descends avec empressement pour l'offrir à Mlle
Angéline. Elle le regarde et me le jette au nez en riant et se moquant
de ma bêtise, mais si gaiement, si délicatement, si... je ne sais
comment, que j'en ai le coeur tout troublé et rempli d'une joie
infinie.

Au fond, est-elle jolie? Qui peut savoir? Supposons cependant que je
sois pour un moment photographe ou gendarme et chargé de donner un
signalement. Qu'est-ce que je devrais dire pour ne pas tromper le
public?

(Tais-toi, mon coeur, et ne cherche pas à m'influencer!)

Eh bien, voici ou à peu près son signalement:

Cheveux: blond-cendré (c'est une jolie couleur).

Nez: un peu trop gros du bout, mais joliment relevé. Plein d'esprit, ce
nez-là, mais pas grec du tout, gaulois plutôt; car j'en ai vu beaucoup
de cette forme en Auvergne. C'est un nez qui n'a pas de réputation
chez les peintres et chez les sculpteurs, mais des milliers de mères
de famille en ont un tout pareil et s'en font honneur. Pourquoi donc
Angéline serait-elle plus modeste?

Bouche: un peu grande. Oui, un peu grande, il faut l'avouer..., mais
tout est relatif. Elle est grande certainement, si vous la comparez
à celle de Mlle Hyacinthe Forestier qui est une petite cerise rouge
entr'ouverte,--ça, c'est l'idéal! En revanche, elle est de médiocre
dimension en comparaison de celle de Mme Tâtempot qui fut dessinée par
la nature sur le modèle d'un four de boulanger.

Quant aux dents, rien à dire que de flatteur. Elles sont grandes, c'est
vrai, mais elles sont blanches, bien rangées et toutes présentes à
l'appel, comme on peut s'en assurer, car Angéline, sous prétexte de
rire, les montre à chaque instant.

Menton rond et marqué d'une fossette. Signe de bonne humeur et de bonne
volonté ferme... Eh! eh! la bonne humeur est une excellente chose. La
volonté ferme en est une autre très appréciée des connaisseurs. Mais
cela ressemble fort à une bonne épée, bien trempée. Celui qui en tient
la poignée est en sûreté; mais l'autre, son associé, sur qui la pointe
est dirigée, n'a-t-il rien à craindre?

Quand au reste, Mlle Angéline est grande et forte comme son
père. L'autre jour, une vieille dame disait devant moi: «Elle
est grassouillette!» La vérité, c'est qu'elle est admirablement
proportionnée dans le sens de la rondeur, qu'elle a une santé superbe,
un teint assorti,--c'est-à-dire plus rouge que blanc;--et des yeux, oh!
des yeux d'une douceur divine (quand elle veut, bien entendu).

Me croirez-vous? Je n'ai jamais pu voir la couleur de ces yeux-là!
Sont-ils noirs, bleus, verts, gris, châtains? C'est ce que j'ignorerai
toujours. Et après tout, à quoi me servirait de le savoir? Mon oncle le
curé me le disait hier encore:

--Félix, Félix, mademoiselle Angéline Bouchardy n'est pas faite pour ton
nez!

Et comme je me défendais d'y penser:

--Souviens-toi que si je suis curé de Creux-de-Pile et le personnage le
plus respecté de tout le pays, parce que je suis inamovible et parce que
je donne ma bénédiction aux autres qui ne peuvent me le rendre, tu
n'es et ne seras longtemps, toi, mon neveu, fils de ma soeur, que
l'héritier du nom et de la considération de l'huissier Trapoiseau, ton
père, ce qui est mince. Moi, vois-tu, j'ouvre à ceux qui m'obéissent les
portes du paradis et à ceux qui se révoltent les portes de l'enfer; mais
ton père, lui, n'ouvrait que celles de la salle d'audience, et il y a la
même différence entre son métier et le mien qu'entre ceux de nos maîtres
respectifs: je veux dire: le président du tribunal et Dieu le père.
Comprends-tu bien, Félix?

Hélas! je ne comprend que trop. Je ne me fais pas illusion. Angéline
aura cent mille écus après la mort de son père, et moi,--je m'en
félicite d'ailleurs,--je verrais mourir toute la terre sans recueillir
un centime parmi tous les testaments qu'on ne manquerait pas de faire.
Un seul homme pourrait me léguer quelque chose, car il est riche,--c'est
mon oncle le curé,--mais personne ne connaît au juste sa fortune, et
je crois qu'il l'a promise à l'évêque pour une fondation pieuse.
D'ailleurs, comme il dit souvent: «Après la mort de Trapoiseau, ton
père, je t'ai envoyé au petit séminaire de S***, j'ai payé ta pension
(deux cent cinquante francs par an), je t'ai expédié pendant trois ans
dans la capitale, où tu m'as mangé cinquante francs par mois à étudier
la chicane; maintenant encore je te donne quatre-vingt-dix francs par
trimestre, pour que tu te perfectionnes ici dans l'art de plumer tes
concitoyens, comme huissier, avoué ou notaire; mais mon cher enfant, ne
m'en demande pas davantage!»

Et je n'en demandais pas d'avantage, en effet, je prenais le papier
timbré en patience, j'attendais qu'un huissier vînt à mourir pour
prendre sa place, ou même un avoué.

Un huissier? Je pouvais l'espérer. Un avoué? Je pouvais le désirer. Mais
un notaire! Oh! c'est un rêve! Et cependant... Angéline, je le sais,
n'épousera pas moins qu'un notaire. Je la connais. Elle est fière,
elle a le coeur haut, elle est fille de notaire, elle ne voudra pas
descendre jusqu'à un avoué!...

Comme j'en étais là de mes réflexions, car, au lieu de rédiger le
contrat de Michel Bernard et d'Hyacinthe Forestier, je pensais à
mademoiselle Angéline Bouchardy, fille de mon patron, j'entendis tout
à coup un pas léger le long de l'escalier et un frôlement de robe de
grenadine qui ne m'était pas inconnu.

Je regardai si la seconde porte de l'étude, celle qui séparait le second
et le troisième clerc de moi, leur chef et de maître Bouchardy, leur
patron, était bien fermée, et j'attendis avec une douce anxiété ce qui
allait suivre.

Oh! mon Dieu, ce qui suivit fut ce que j'espérais. Une main adroite
et légère tourna le pène de la serrure, ouvrit la porte; Mlle Angéline
parut et s'écria d'un air étonné:

--Ah!

Son étonnement ne m'étonna pas, comme vous pensez bien, car j'y étais
habitué; et je me levai avec empressement pour montrer mon zèle.

Elle me regarda en riant et dit:

--Je croyais que mon père était ici.

Si elle le croyait, Dieu seul peut le savoir. Quant à moi, je répliquai:

--Mademoiselle, il vient de sortir tout à l'heure avec M. Saumonet.

Elle reprit, en fronçant légèrement les sourcils:

--J'en suis bien fâchée... Je voulais le consulter. C'est très
désagréable... Il faut se décider tout de suite.

Je la regardais. Elle regardait ses bottines d'un air souriant et
embarrassé. A la fin elle me dit:

--Mon père est allé dîner chez M. Forestier, à l'occasion du contrat,
n'est-ce pas?

--Oui, mademoiselle.

--Eh bien! il me laisse dans un embarras terrible. Je suis invitée, moi,
à prendre le thé; il y aura sans doute beaucoup de monde; quelle robe
dois-je mettre?

Et comme j'hésitais, elle reprit impétueusement:

--Voyons, ne me dissimulez rien, monsieur Trapoiseau. Une robe de
soie, une robe d'organdi, une robe de satin, une robe de brocart brodée
d'or?... Répondez: mais répondez donc, puisque mon père n'est pas là
pour répondre!

Je baissai la tête, en étendant les bras, pour indiquer mon embarras:

--Mademoiselle je suis perplexe; je suis vraiment perplexe... Je suis au
fond de la plus profonde perplexité.

--Alors vous ne savez pas si je dois être en blanc, en rose, en bleu, en
gris ou en noir?

--Comment pourrais-je le savoir, mademoiselle?

--En étudiant la question dans les bons auteurs, monsieur Trapoiseau!

Elle fit quelques tours dans l'étude comme un chardonneret dans sa cage,
en ayant l'air de regarder les livres de la bibliothèque et de faire un
choix; puis, elle s'arrêta, appuya sur mon bureau ses deux belles mains,
un peu grandes et même un peu rouges, mais bien faites et demanda:

--Vous serez des nôtres, ce soir, chez madame Forestier?

Je répondis modestement:

--Oui, mademoiselle;... c'est-à-dire que je suis invité à porter le
papier timbré, le contrat, l'encrier et les plumes...

Elle répliqua d'un air de douce autorité:

--Vous êtes invité; je le sais. Hyacinthe me l'a dit. On dansera. Vous
me ferez vis-à-vis...

--Ah! mademoiselle!... Mais personne ne m'a dit que je fusse invité...

--Eh bien! je vous le dis, moi... Vous me ferez donc vis-à-vis, à
moins...

Ici elle hésita, ou fit semblant.

Je demandai, le coeur palpitant:

--A moins?...

--A moins que vous ne préfériez me demander vous-même la première
contredanse.

O joie! ô bonheur! J'avais une terrible envie de tomber aux pieds
d'Angéline et de les baiser avec la piété qu'on doit aux anges du
Seigneur; mais elle s'en aperçut et s'écria tout à coup:

--Qu'est-ce que vous faisiez là, quand je suis entrée?

--Mademoiselle, je rédigeais ou plutôt je me préparais à rédiger le
contrat...

--D'Hyacinthe?

--Oui, mademoiselle.

Elle se pencha anxieusement, et, ne voyant rien qu'un papier timbré
privé de toute souillure, me dit:

--C'est ça le contrat?

--Oui, mademoiselle.

--Et vous n'avez rien fait?

--J'allais commencer.

--Alors, je me sauve.

En effet, elle ouvrit la porte et me dit à demi-voix:

--N'oubliez pas de venir en habit, avec des gants... Hyacinthe compte
sur vous..., toutes ces dames aussi.

Elle fit une pause et ajouta:

--Moi surtout... A ce soir, monsieur Félix!

--A ce soir, mademoiselle!

La porte se referma, et je restai seul avec mon contrat à rédiger.

Eh bien, me croira qui voudra, cet «à ce soir, monsieur Félix?» m'avait
rendu le plus heureux des hommes. C'est la première fois qu'elle
m'appelait de mon nom de baptême. Jusque-là j'avais été Trapoiseau,
premier clerc de maître Bouchardy. Du coup je venais de passer «Félix».
Sentez-vous la différence?



III

MA MÈRE


Je perdis bien encore quelques minutes à bercer dans mes rêveries cette
douce pensée que deux jeunes demoiselles,--les plus belles à mon avis,
et les plus riches de la puissante cité de Creux-de-Pile,--m'avaient mis
souvent en tiers dans leurs conversations, et que l'une d'elles parlait
dans l'intimité de «Félix», tandis que l'autre répondait en parlant de
«Michel».

Hé! hé! n'a pas ce bonheur-là qui veut!

Enfin, il fallut prendre la plume et commencer gravement:

«Par devant maître Bouchardy et son collègue...»

Après quoi j'allai tout d'un trait et sans débrider jusqu'à la fin, tant
j'étais rempli, pénétré, saturé des clauses du contrat.

Quand tout fut prêt, je rentrai chez moi pour souper et prendre un habit
noir et une cravate blanche.

Chez moi, je veux dire chez ma mère, et quoiqu'on se doute bien que la
veuve de l'huissier Trapoiseau n'était pas une grande dame et n'habitait
pas un palais, on imaginera difficilement la vérité.

Ma mère occupait au second étage et de plain-pied avec la rue, la maison
étant adossée au rocher (notez cette coïncidence), une grande chambre et
un petit cabinet qui dominaient tous les deux la rivière de plus de cent
pieds de haut. Le pavé de la chambre était fait de terre battue, comme
celui des granges. Le cabinet, plus heureux, avait un plancher de bois.
Mais la chambre servait à tout.

D'abord, ma mère y couchait. Ensuite elle y faisait sa cuisine (maigre,
très maigre cuisine!) composée le matin d'une soupe à l'oignon, à midi
d'un ragoût de mouton et de pommes de terre qui durait trois jours. Le
quatrième jour, on le remplaçait par une omelette mêlée de pommes de
terre. A dire vrai, les pommes de terre étaient le légume favori de ma
mère et sa nourriture principale; aussi les fourrait-elle au hasard dans
toutes les sauces, et telle est la douce influence d'un bon appétit que
j'avalais avec plus de plaisir une omelette aux pommes de terre qu'un
banquier n'avale une dinde aux truffes.

Le souper, régulièrement servi à sept heures du soir, se composait, en
hiver: le lundi, d'une soupe aux choux; le mardi d'une soupe aux raves;
le mercredi, d'une soupe aux choux; le jeudi, d'une soupe aux raves; le
vendredi d'une soupe aux choux; le samedi d'une soupe aux raves; et le
dimanche,--jour de fête, de luxe, de magnificence et de prodigalité,
d'une soupe aux choux mêlés de raves et de pommes de terre.

Pour faire couler le tout, une eau délicieuse puisée à la fontaine
voisine, au pied du rocher sur lequel la maison était bâtie. Quant au
vin, il était né dans le pays, c'est-à-dire plus âpre et plus difficile
à digérer qu'une condamnation à trois mois de prison et 6.000 francs
d'amende. Au reste, ma mère n'en a jamais goûté; pour moi, j'en buvais
avec une extrême modération. Un litre tous les dix jours que ma mère
allait chercher dans la boutique du cabaretier d'en face. Cinq sous en
gros et six sous au détail.

Vous me croirez si vous voulez, ce régime, aidé du grand air et de
beaucoup d'exercice, vaut mieux que celui des Parisiens. Mon
grand-père Trapoiseau qui n'a jamais goûté ni vin ni viande a vécu
quatre-vingt-quinze ans.

Vous voyez maintenant le logis de ma mère et le mien. Quant à ma mère
elle-même, figurez-vous une coiffe de paysanne, une figure taillée à
coups de serpe dans un chêne, des bras solides, des poignets noueux et
un air dur et gai tout ensemble,--dur pour elle-même et quelquefois pour
le prochain, mais toujours gai pour moi,--c'est elle.

La maison que nous habitions était à nous; mais par quart seulement.
Ma mère avait acheté le second étage et le grenier. Le propriétaire
du premier,--un aristocrate celui-là, était un tisserand. Celui du
rez-de-chaussée était un maréchal-ferrant. Les chevaux descendaient chez
lui par un sentier étroit garni d'un parapet ou garde-fou de deux pieds
de haut qui les avertissait de ne pas caracoler au hasard, de peur de
tomber dans la rivière...

Le grenier avait été cédé de bonne grâce à un propriétaire qui serrait
là son foin et son avoine. Je veux dire qu'on les serrait pour lui;
car ce pauvre Aristide était si bête, au dire de ma mère, qu'il n'avait
jamais su rien faire de ses dix doigts.

En deux mots, c'était un âne, un âne à quatre pattes, l'âne de ma mère
et après moi ce qu'elle avait de plus précieux au monde. Aristide était
son gagne-pain, son compagnon de voyage; il aurait été le confident de
ses peines si elle avait eu des peines: mais elle avait trop de courage
et de bon sens pour s'inquiéter ou s'affliger de rien.

C'est Aristide qui traînait la voiture; car ma mère avait une voiture,
comme une duchesse, et la conduisait elle-même à la foire. Ce n'était
pas un carrosse, oh! non; ni une calèche découverte, ni un four-in-hand,
ni un huit ressorts; c'était une bonne carriole bien solide où ma mère
qui faisait tous les commerces honnêtes, depuis le bonnet de coton
jusqu'aux clous et aux fers à cheval, avait l'habitude d'entasser sa
marchandise.

La carriole n'avait que deux roues, ma mère marchait à côté d'Aristide
dans la montée et tricotait en disant de bonnes paroles pour
l'encourager. Vers le haut de la côte, elle tirait de sa poche un
morceau de sucre et le lui montrait. Aristide qui ne manquait pas
d'esprit pour son âge, car il avait quatorze ans déjà, faisait un
dernier effort, surmontait le dernier obstacle et tirait voluptueusement
la langue où ma mère déposait le sucre. Il fermait les yeux pendant une
minute pour mieux savourer son bonheur.......

Après quoi, l'on se remettait en marche, dans les descentes, ma mère
s'asseyait sur le derrière de la carriole pour faire contre-poids.

Oh! comme ils s'entendaient bien, elle et lui! Et que le philosophe
avait raison, qui dit que l'âne est un «frère inférieur» de l'homme!
Si j'osais, je dirais «un frère supérieur» car il est meilleur, plus
honnête, plus sobre, plus patient, plus robuste, plus doux et souvent
plus courageux. Que lui manque-t-il donc?... L'intelligence?... Qui
sait? Il n'entend pas le latin, c'est vrai, et même, à cause de cela on
décore du nom d'ânes, dans les collèges, ceux qui ne peuvent pas
lire Sénèque à livre ouvert... Eh bien! après?... En sont-ils plus
malheureux?...

Aristide savait tout ce qu'il faut savoir: qu'on doit aimer ses amis,
cogner ses ennemis (comme il fit le jour où le petit Carbeyrou, ayant
attaché un fagot d'épines sous sa queue, il lui cassa trois dents d'une
ruade), respecter le bien d'autrui, honorer les puissants, c'est-à-dire
se ranger sur le passage de la diligence, de peur d'être accroché;
braire galamment à la vue des bourriques, ce qui est un hommage à leur
beauté; traîner une carriole pesamment chargée; faire enfin tout ce qui
concernait son état, et par ce moyen avoir du foin, de l'avoine et des
chardons en abondance.

En savez-vous tous autant, chrétiens qui m'écoutez?

Mais je reviens à mon histoire. J'arrivai donc à sept heures chez ma
mère qui m'attendait, exacte et ponctuelle comme toujours, la soupe sur
la table, la cuiller en arrêt.

Je l'embrassai, suivant mon habitude, et je lui dis précipitamment:

--Mère, cherche-moi mon pantalon noir, mon habit noir, mon gilet noir,
ma cravate blanche et mes gants gris-perle,--tu sais bien, ceux que j'ai
achetés, il y a six mois.

Elle me regarda, très étonnée:

--Seigneur Dieu! est-ce que tu vas à la noce?

--Précisément.

Et, tout en parlant, j'avalais ma soupe par cuillerées énormes.

Alors, en cherchant et brossant mes vêtements, elle demanda:

--Quelle noce?

--Le contrat de mon ami Michel avec mademoiselle Hyacinthe.

Et je lui expliquai le contrat, et l'invitation toute personnelle et
très imprévue que j'avais reçue d'Angéline.

Aux détails du contrat ma mère ne fit aucune réflexion, si ce n'est:

--Deux mères comme ça, c'est fait pour empoisonner deux familles... Et
ça ne manquera pas, crois-moi!

Quant à l'invitation, elle s'en fit expliquer mot par mot tous les
détails, parut en tirer une conclusion mentale qu'elle garda pour
elle-même et finit par demander assez négligemment pendant qu'elle
rangeait mon gilet, ma cravate et mon habit sur le lit:

--Comment la trouves-tu?

--Qui? maman.

--Mademoiselle Angéline.

Je répondis en riant:

--Je la trouve très bien... D'abord, c'est la fille du patron; et si je
la trouvais laide, je ne le dirais pas... Ça, c'est élémentaire.

Ma mère reprit:

--Elémentaire, qu'est-ce que c'est que ça? Est-ce une bête nouvelle de
la nature? Je te demande si elle te plaît ou si elle ne te plaît pas.
Réponds-moi entre quatre-z-yeux?

Et elle me regardait fixement. Puis, comme je ne me pressais pas de
répondre, car il y a des choses qu'on n'aime pas à dire, même à sa mère,
elle ajouta:

--L'aimes-tu, enfin?

Alors, vaincu par cette question trop nette, je répondis:

--A quoi me servirait de l'aimer, puisque je ne serai jamais son mari?

--Qu'en sais-tu?

Ce mot me troubla délicieusement. Comment donc! Je pouvais..., j'avais
l'espoir de... Mais non, ma mère se trompait... L'amour maternel lui
donnait une illusion que je ne pouvais pas partager.

Comme j'allais lui demander des explications, un petit gâte-sauce entra
chez nous précipitamment et me dit:

--Monsieur Trapoiseau, venez vite. C'est pressé, pressé, pressé!... On a
besoin de vous.

--Chez qui?

--Chez M. Forestier.

--Qui t'envoie?

--M. Bouchardy, le notaire.

--Mais je ne suis pas habillé.

--Il a dit de venir en chemise... Il paraît qu'il est arrivé un grand
malheur... M. Saumonet, l'autre notaire, lève les bras en l'air et crie
comme un sourd... On les entend tous les deux de la cuisine.

--Le dîner est fini?

--Ah! oui, répliqua le petit gâte-sauce, et ce n'est pas malheureux,
seigneur Jésus! Ils sont à prendre le café dans le jardin. Croiriez-vous
qu'ils n'ont laissé que des pilons, des ailerons, des carcasses et
des os de gigot. Encore Forestier est venue à la cuisine et voulait me
donner les morceaux de pain à demi mangés,--on y voyait encore la marque
des dents,--mais Mihiète a bien su dire: «Madame, si ces rogatons sont
bons, gardez-les pour vous, et s'ils ne le sont pas, donnez-les aux
chiens?» Alors madame a voulu se fâcher et jeter par-dessus l'épaule
qu'une «dame» comme elle ne se commettait pas avec des «torchons»; mais
nous avons tellement ri et nous avons tellement fait tous: «Hou! hou!
hou!» qu'elle s'est sauvée en criant qu'elle n'avait jamais souffert,
qu'elle ne souffrirait jamais qu'on lui manquât de respect.

Pendant que le petit garçon parlait, je m'habillai à la hâte. Dès qu'il
fut parti, je me regardai dans la glace de trente centimètres de haut
et quinze centimètres de large qui était le seul meuble de luxe de
la maison. Il s'agissait de résoudre un problème ardu, et de faire le
noeud de ma cravate.

Là, tout le bon sens de ma mère et toute sa tendresse ne pouvaient me
servir de rien. Elle vit mon embarras et me dit:

--Tu ne sais pas t'en tirer?

--Non, maman.

--Eh bien, laisse-moi faire.

Elle me fit un noeud à la Colin, et comme je regardais avec inquiétude
ce noeud dans la glace, elle ajouta:

--Si ce n'est pas assez beau pour mademoiselle Angéline, c'est qu'elle
ne s'y connaît pas. C'est avec un noeud fait comme ça que ton père m'a
persuadée de devenir madame Trapoiseau... Est-ce que ta mère ne vaut pas
mademoiselle Bouchardy?

La question était sans réplique; aussi je brossai mon chapeau avec soin
et je partis.



IV

A LA CUISINE


Il n'y avait pas loin du faubourg Saint-Hilaire où je demeure à la
maison de M. Forestier, honorable député de Creux-de-Pile. Cent
pas, tout au plus. Tous les «_principaux de la ville_,» comme dit le
secrétaire de la sous-préfecture, habitaient cet heureux quartier, le
seul où chaque maison eût son jardin et, au bas du jardin, la rivière.

Je ne tardai donc pas à toucher le but de la course, c'est-à-dire
le marteau en forme de poignée qui avertissait l'honorable député de
l'approche d'un de ses électeurs. Mais avant d'agiter ce marteau,
je prêtai l'oreille. Un grand bruit d'assiettes, de chaudrons, de
casseroles, de verres choqués les uns contre les autres, d'éclats de
rire et de cris de joie sortait de la cuisine et annonçait à tout le
pays le présent contrat et la noce future.

Le chef de cuisine, renommé à plus de dix lieues à la ronde, et emprunté
pour ce jour-là au fameux hôtel du _Dauphin_, où descendent tous les
conseillers généraux et où dînent tous les notaires du département,
présidait naturellement le festin. Je reconnus sa forte voix bien
timbrée qui proposait un toast; et en regardant à travers la fenêtre
ouverte, j'aperçus sa haute et magnifique encolure. En face de lui était
la grosse Mihiète, faite au tour, je veux dire comme une barrique
montée sur deux courtes pattes, et majestueuse aussi, mais à sa manière,
c'est-à-dire en largeur et en profondeur plutôt qu'en hauteur. Son teint
était rouge de brique, ses joues s'élevaient comme deux poires énormes
ou plutôt comme deux collines arrondies au fond desquelles on apercevait
un vallon étroit et court. C'était son nez. Son menton supérieur, le
vrai, reposait mollement sur deux autres qu'on aurait pu prendre pour
des coussins. Sa voix en revanche, était grêle, mais perçante, et, sans
retentir, se faisait entendre au loin, comme le son de la plus haute
note du violon.

Autour de ces deux personnages considérables étaient assis et groupés,
chacun suivant son importance, sept ou huit autres personnes, servantes
ou domestiques mâles appelés à prendre leur part de la fête, à condition
de servir à table les invités de M. Forestier, ou de faire dans la
cuisine de Mihiète, pour ce jour-là et sous ses ordres, les travaux
d'ordre inférieur.

Le chef de cuisine, le grand chef se leva, remplit son verre et celui de
tous les assistants d'un vin que je reconnus à la forme des bouteilles
n'être pas «vin du pays», mais bien «bordeaux» le plus pur, mit une
main dans son gilet, comme il avait entendu dire que faisait le grand
Napoléon, et dit:

--Mesdames et messieurs, je bois à la santé des dames ici présentes...

--Bravo! crièrent tous les convives qui avaient de la barbe au menton ou
qui nourrissaient l'espérance d'en avoir un jour.

(Parmi ceux-ci je remarquai la voix glapissante du petit gâte-sauce qui
était venu me relancer chez moi.)

Toutes les dames se levèrent et tendirent leurs verres du côté de
l'orateur.

Il reprit:

--Je bois à la santé des dames ici présentes...

Le gâte-sauce interrompit:

--Et des demoiselles.

L'orateur irrité s'écria:

--Et des demoiselles aussi. C'est ce que j'allais dire...

--Oui, mais il ne l'avait pas dit! répliqua le gâte-sauce, fier de son
succès, car toutes les «dames» lui avaient souri. Elles étaient toutes
«demoiselles», hélas! ou du moins elles n'avaient jamais comparu devant
M. le maire, ce qui est l'essentiel.

Le chef de cuisine continua:

--Je bois encore et en premier lieu à la santé de mademoiselle Mihiète,
ici présente, et qui nous fait l'honneur de nous recevoir dans sa
maison...

Mihiète s'inclina d'un air de protection bienveillante.

--... Dans sa maison..., reprit le chef, et de nous offrir quelques
bouteilles de ses meilleurs crus, parmi lesquels je remarque avec
plaisir du Château-Margaux, messieurs, du Château-Yquem, mesdames...

--Et, dit Mihiète en montrant quelques bouteilles cachées derrière sa
robe, nous avons aussi du Chambertin et du Corton, sans compter les vins
de dessert et quelques liqueurs que j'ai eu soin de prendre pendant que
madame Forestier faisait des grâces avec les dames et les messieurs de
là-bas... Sans ça, je la connais, elle aurait tout mis sous clef, ou, si
elle avait oublié, les messieurs auraient tout sifflé.

--Ah! dit le cocher de M. Forestier, c'est vrai qu'ils sifflent dur,
quand ils s'y mettent. L'autre jour, à Saint-Perry, après la foire, le
patron, le président et le procureur de la République,--deux autres de
son espèce,--ont fait apporter dix bouteilles,--dix, vous m'entendez
bien,--et n'ont pas laissé au fond de quoi donner à boire à un merle.

Il y eut un cri d'indignation autour de la table.

--Ils ne t'ont rien donné? demanda Mihiète.

--Rien du tout. Ah! si! le patron m'a donné l'ordre que voici:

«--Pierre, tu donneras l'avoine au cheval et tu boiras un verre de vin
gris à ma santé.»

--Oh! dit Mihiète, je le reconnais bien là. Tout pour lui. Rien pour les
autres.

--Aussi, ajouta Pierre, je les ai joliment menés dans la calèche, tout
le long de la route. Je suis parti au galop, j'ai passé dans toutes les
ornières, j'ai traversé tous les tas de pierres, je les faisais rouler
l'un sur l'autre et je les secouais comme la salade dans le panier. M.
Forestier a voulu descendre un instant; j'ai fait semblant d'arrêter; il
a mis un pied par terre, j'ai lancé mon cheval, sans en avoir l'air, il
est tombé les quatre fers en l'air. Ça lui apprendra à m'offrir un verre
de vin gris quand il se remplit, lui, comme une tonne.

--Mais, demanda le chef de cuisine, qu'est-ce qu'il a dit en se
relevant?

--Il a dit comme vous auriez dit, à sa place:

«--Sacré nom de Dieu!»

A cette réponse, tous les convives se mirent à rire, et surtout les
«demoiselles».

Pierre continua:

--Il aurait bien voulu se fâcher, mais j'ai crié plus fort que lui. J'ai
dit aussi: «Sacré nom de Dieu!» mais en parlant à mon cheval. J'ai juré
contre le bourrelier, contre le carrossier, contre la calèche, contre
les saints, contre tous les diables d'enfer, contre l'agent-voyer qui
a fait la route, contre les ouvriers qui l'ont cailloutée, contre la
pluie, contre le vent, et, tout en jurant, je relevais le patron, je
l'essuyais, je le brossais, car il était tout couvert de boue, je le
plaignais, je lui disais tout bas que c'était bien malheureux pour lui,
qu'on croirait qu'il s'était grisé à la foire et qu'il n'avait pas pu se
tenir debout sur ses pattes; que madame Forestier lui ferait une scène
au retour, mais que je serais témoin, moi, qu'il n'avait pas bu plus que
les autres...

Enfin j'en ai tant dit qu'au lieu de m'appeler «fichu animal» et «sacrée
rosse», comme au commencement, il a fini par me remercier comme si je
lui avais rendu service... Et voilà!... Oh? les maîtres, voyez-vous,
c'est tous de la canaille. Si on ne les tenait pas bride en main, on
n'en ferait rien de bon.

--Et les maîtresses donc? dit Mihiète. En voilà qui sont bassinantes! Il
faut se lever à cinq heures du matin, se coucher à minuit, leur porter
le chocolat au lit avec du pain grillé et beurré, revenir à dix heures,
au coup de sonnette de madame, recevoir les ordres pour le déjeuner,
pour le dîner, pour le lunch (une invention de ces chiens d'Anglais qui
ne savent quoi faire pour tourmenter le pauvre monde!), balayer par-ci,
balayer par-là, faire les lits, lacer madame qui est faite comme une
tour et qui veut paraître mince comme une guêpe (l'autre jour j'ai cassé
deux lacets, à force de tirer; elle criait comme une brûlée, et moi je
serrais toujours plus fort, ça m'amuse, quand elle crie); ensuite il
faut faire la cuisine, et quand on l'a faite, entendre dire à madame qui
ne saurait pas seulement mettre un rognon de veau à la broche: «Mihiète,
vous ne comprenez donc rien? Vous jetez le sel à poignées; vous poivrez
tout que c'est une bénédiction; vous mettez trois livres de beurre
dans le macaroni, comme si le beurre ne coûtait rien, ou comme si on le
ramassait sur les grands chemins; il faut faire attention, ma fille, ou
je vous mettrai à la porte!...»

En parlant, Mihiète imitait de son mieux le ton et la colère de sa
maîtresse, et les autres domestiques riaient aux éclats.

A la fin, le chef de cuisine lui dit:

--Est-ce que vous ne lui répondez rien?

Mihiète se redressa fièrement:

--Moi! Je lui dis d'aller dans son salon pour faire la gracieuse et de
me laisser dans ma cuisine, où je veux être maîtresse de mes fourneaux.
Je ne veux pas que personne vienne goûter mes sauces avant qu'elles
soient sur la table. Alors elle m'appelle de tous les noms et crie
qu'une «dame de député comme elle» ne peut pas se disputer avec un
«torchon» comme moi. Mais moi je lui réplique qu'il y a des torchons qui
valent mieux que des dames de députés, que les torchons savent faire
le dîner et que les dames de députés ne savent que le manger; que si
j'avais de quoi, je saurais bien me coucher à moitié sur mon canapé pour
recevoir les messieurs et lever les yeux en l'air pour en montrer le
blanc, comme font les tanches dans la poêle à frire. L'autre jour, elle
s'est avancée vers moi, la main levée pour me donner un soufflet, en
m'appelant «carogne»...

--Qu'as-tu fait? demanda Pierre.

--Rien que de bon. C'était un quart d'heure avant dîner. J'ai plongé ma
grande cuiller dans le pot-au-feu; je l'ai retirée pleine de bouillon et
j'ai dit «Madame, les «carognes» sont faites comme vous, et si vous me
touchez, mon bouillon est brûlant, je vous en marquerai pour la vie.» Et
voilà!

Elle était en toilette; elle allait faire des grimaces devant ses
invités; elle a eu peur et s'est sauvée.

Le chef de cuisine demanda:

--Elle ne vous a pas renvoyée?

Mihiète répliqua d'un air profond:

--Renvoyée! Elle s'en garderait bien. J'en sais bien trop long sur son
compte!

Les assistants essayèrent vainement de la faire parler.

--Non, non, répondit Mihiète; voilà vingt ans que je suis dans la
maison. J'y suis entrée huit jours après la naissance d'Hyacinthe.
Ce n'est pas à moi de dire des choses qui ne sont pas à dire et qui
feraient du tort.

--A qui? demanda une curieuse.

--A ton bonnet, bavarde! Elle le sait bien, et ce n'est pas elle qui
me renverra jamais! Ah! quand elle était jeune! Ce pauvre M. Forestier
n'était pas toujours content...

Puis elle se mordit la langue, heureuse d'avoir excité la curiosité
publique, heureuse aussi de ne pas la satisfaire, ce qui lui donnait une
réputation de discrétion et faisait soupçonner bien des mystères.

--Mais vous, demanda le chef de cuisine, si elle ne vous renvoie pas,
est-ce que vous ne la quitterez jamais?

--Moi! répliqua Mihiète d'un air capable, ça dépend... Quand nous aurons
marié notre Hyacinthe, on verra.

--Elle est jolie, votre Hyacinthe! Ah! ma foi, c'est tout ce qu'il y a
de plus joli à Creux-de-Pile et aux environs.

--Et dans tout le département! s'écria Mihiète avec transport. C'est moi
qui l'ai élevée, cette enfant, et je m'en vante! Ce n'est pas elle qui
m'appellerait «carogne», comme sa mère a fait l'autre jour, ni qui me
menacerait d'un soufflet! Ah! la pauvre chérie! Elle est bonne comme le
bon pain. Elle ne ferait pas de mal à une mouche, et elle est gaie
comme un petit chat gris. Tenez, savez-vous ce qu'elle me disait
hier:--«Écoute, ma bonne Mihiète, tu ne peux pas t'accorder avec maman,
veux-tu venir avec moi? Je vais me marier, tu sais, avec Michel...--Ah!
oui, un joli garçon, ai-je répondu.--N'est-ce pas, Mihiète? Et que
j'aime comme il m'aime... Eh bien, tu feras notre ménage. Veux-tu?»

J'ai dit:

«--Mais ton père va se fâcher, lui qui ne trouve de bon que mes
sauces...

«--Eh bien! papa viendra dîner souvent chez nous. Ça le changera!»

Et alors ma foi, j'ai dit: oui, et dans trois jours je vais quitter la
cambuse. Je rendrai mon tablier à madame et je dirai:

«--Madame Forestier, au plaisir de ne jamais vous revoir!»

Le discours de Mihiète étant fini, je frappai à la porte et l'on ouvrit.



V

UN ARTICLE DU CONTRAT


C'est le petit gâte-sauce qui se montra le premier. Il courut m'annoncer
au fond du jardin, et je vis arriver à pas précipités mon respectable
patron, M. Bouchardy, suivi de son collègue, qui gardait dans sa
démarche quelque chose de sec, de net et de tranchant comme une lame
de rasoir. Derrière eux, mais à quelque distance, mon ami Michel nous
observait à travers le feuillage, et mademoiselle Hyacinthe, appuyée sur
son bras le regardait d'un air inquiet.

Visiblement il s'agissait de quelque chose de grave. Une des deux
parties avait trop tendu le câble; il allait casser. Les deux vieilles
dames (je les appelle ainsi, quoiqu'elles ne fussent quinquagénaires ni
l'une ni l'autre) se regardaient de loin avec dignité. Mme Forestier,
étant maîtresse de la maison feignait de s'occuper surtout de ses hôtes,
et leur offrait à boire avec des grâces incomparables.

--Comment trouvez-vous ce café, chère belle?

--Excellent, chère madame, excellent, tout à fait excellent! répondait
une dame au nez rouge. Où donc l'achetez-vous?

--Nous ne l'achetons pas, chère belle. Nous le recevons directement
de Bourbon et de Moka, par la malle des Indes. C'est sir John Miller,
gouverneur d'Aden, qui nous l'envoie mélangé tout exprès, dans des
proportions dont vous n'avez pas d'idée.

Ces derniers mots «dont vous n'avez pas d'idée» avaient pour but
d'humilier la dame au nez rouge; mais celle-ci s'écria:

--Mon cousin qui est à la Martinique m'en envoie souvent...

Par ce moyen, elle reprenait le terrain perdu, car il n'est pas donné à
tout le monde d'avoir un cousin à la Martinique.

Alors madame Forestier lui coupa la parole et répliqua un peu sèchement:

--... Chère belle, s'il faut tout dire, ce mélange est préparé par sir
John Miller lui-même; pour lui, cela va de soi; pour le grand shérif de
la Mecque qui n'en veut plus prendre que de sa main (c'est un article
secret du dernier traité qu'il a signé avec l'Angleterre) et pour la
reine Victoria.

--Mais alors vous êtes donc très intimes avec sir John Miller?

--Intimes, chère belle, au point que sir John et lady John m'ont promis
de venir me voir, l'hiver prochain, à Paris.

Elle s'interrompit pour offrir du café à une autre dame qu'elle appelait
«ma chérie».

Pendant ce temps, «chère belle», la dame au nez rouge, disait à
demi-voix à sa voisine:

--Fait-elle des embarras, cette pauvre Rosine; pour un Anglais qu'elle
connaît et qui est sous-préfet chez les nègres!

De son côté, Rosine--je veux dire Mme Forestier,--faisait le tour du
cercle en prodiguant les «chère belle», «ma chérie», «mon bel ange
bleu», «mon petit chou», et tous les termes de protection bienveillante
dont elle croyait caresser et accabler à la fois ses hôtes.

A la fin, elle arriva en face de Mme Bernard, la mère de Michel, qui,
soit par hasard, soit de parti pris, l'attendait fermement assise sur sa
chaise et regardait le groupe de Michel et d'Hyacinthe appuyés l'un sur
l'autre et cachés à demi dans l'ombre.

Là, comme j'étais assez proche et comme la voix des deux dames était
fort claire et par moments presque aiguë, j'entendis ce qui suit:

--Ah! Reine, dit Mme Forestier en s'asseyant et prenant les mains de son
amie, c'est donc aujourd'hui que nous allons signer le bonheur de ces
enfants!

Et d'un geste elle montra les jeunes gens.

--Oui, ma pauvre Rosine, répliqua l'autre, c'est le moment de dire adieu
à la jeunesse. Nous vieillissons, ma chère!...

C'était vrai pour toutes les deux, mais Mme Forestier ne l'avouait pas.
Aussi l'autre, plus âgée d'ailleurs de cinq ans, le lui rappelait avec
plaisir. Se sentant noyer, elle s'attachait comme une lourde pierre au
cou de sa bonne amie,--afin de la noyer aussi.

--Ah! ma chère, dit Mme Forestier, en évitant le combat (quoiqu'elle
fût très vaillante, Dieu le sait?), quel chagrin quand on pense qu'on a
élevé une fille pendant vingt ans, au milieu de toutes les tendresses,
qu'on l'a entourée de tant de soins, qu'on l'a aimée avec tant de
passion, qu'on lui a sacrifié tous ses goûts, toutes ses idées, tout son
bonheur, car je peux bien l'avouer à présent; c'est malgré moi et dans
l'intérêt de mon mari que je me suis laissé traîner dans le monde...
Oui, quand je pense à tout cela et que je vois Hyacinthe toute prête à
me quitter sans remords, presque sans regrets, je me dis: «Seigneur mon
Dieu? qu'est-ce que c'est que la vie?»

Alors cette tendre mère posa sur ses yeux un mouchoir brodé de dentelle
pour cacher ses larmes; mais l'autre dame--la mère de Michel,--non moins
tendre, quoique moins poétique et plus philosophe, lui répliqua:

--Que veux-tu, ma pauvre Rosine? Il faut bien en passer par là! Tu as
dansé. Ta fille veut danser à son tour. C'est la loi de ce monde. Tu
as montré tes grâces pendant vingt ans. Elle aussi veut montrer les
siennes.

A ce mot de «montrer ses grâces», Mme Forestier reprit assez aigrement:

--Qu'entends-tu par là, «montrer mes grâces?»

--J'entends, dit l'autre, ce que tu entends aussi bien que moi, si tu
n'es pas sourde. Et si le capitaine Smintéry, aujourd'hui colonel à
Batna, était ici...

--Ma chère, le capitaine Smintéry était un sot, et ceux qui répètent ces
sottises...

J'aurais bien écouté cette conversation, pendant quelques minutes, sans
trop d'ennui, mais comme le diapason des voix s'élevait de seconde
en seconde, je craignis quelque malheur, je fis signe à Michel de
s'approcher et je vins moi-même présenter mes plus profonds respects aux
vieilles dames qui, du reste, me regardèrent toutes deux avec un parfait
mépris.

--Ah! dit madame Forestier, en reprenant son grand air de femme
distinguée, qu'elle avait un instant failli perdre, au souvenir, mal
à propos rappelé, du capitaine Smintéry, voici le petit Trapoiseau, je
crois...

Et me regardant de plus en plus par-dessus l'épaule, comme si j'eusse
été un meuble du jardin:

--Eh bien, mon garçon, l'acte est-il prêt?

Elle dit cela lentement, négligemment, comme une personne du grand
monde, qui a tellement d'affaires en tête qu'elle sait à peine qui lui
parle et de quoi on lui parle.

Mme Bernard, au contraire, visant moins à la distinction et à la poésie,
me regardait de ses yeux noirs et froids, mais non pas languissants,
de vrais yeux de femme d'affaires, ou qui se croit habile en affaires,
parce qu'elle demande beaucoup d'argent aux autres et qu'elle n'en veut
donner à personne.

Je répondis donc, car les yeux de l'une m'interrogeaient aussi bien que
la bouche de l'autre:

--Mesdames, quand il vous fera plaisir de signer.

Mais alors, Michel qui était en face de moi, debout derrière sa mère, me
fit un signe, sans être vu d'elle. J'ajoutai donc par précaution:

--... Cependant, de peur d'avoir oublié quelque chose, je vais relire le
contrat à M. Bouchardy et à M. Saumonet. Michel, veux-tu venir?

Il me suivit, en effet, avec empressement, et dit à demi voix à sa
fiancée, toute pâle d'émotion et suppliante:

--Ne t'inquiète de rien, Hyacinthe. Je te jure de mettre le feu à nos
deux maisons, plutôt que de ne pas forcer tous les obstacles.

Je crois bien avoir entendu qu'un souffle léger comme un baiser suivit
cette promesse, moins digne d'un avocat que d'un homme de guerre, mais
je ne voudrais pas l'affirmer par serment... Et, après tout, qu'importe?
Suis-je de ceux que le bonheur d'autrui incommode?

Une seconde après, pourtant, je crus pouvoir me retourner sans
indiscrétion. Je vis alors les beaux yeux de Mlle Hyacinthe me sourire;
elle me salua d'un gracieux signe de tête et me dit en montrant son
fiancé:

--Monsieur Trapoiseau, mon bon monsieur Trapoiseau, retenez-le; je vous
en prie; il veut tout casser!

Sur ce mot, elle alla rejoindre son amie, Mlle Angéline me regardait à
son tour d'un air fort amical et qui ajouta:

--Monsieur Trapoiseau, dépêchez-vous! Les danseuses s'impatientent.

Enfin nous arrivâmes, Michel et moi, dans une allée sombre qui
descendait vers la rivière, profonde en cet endroit de dix pieds et
large de trente pas environ.

Alors il s'arrêta devant moi et me dit:

--Mon cher ami, je vais être demain le plus heureux ou le plus
malheureux des hommes. Je ne sais pas encore lequel des deux; car tout
dépend de deux femmes; or, l'une est horriblement méchante et tout à
fait folle, c'est ma future belle-mère. L'autre, c'est... ma mère. Tu
connais comme moi ses dispositions d'esprit. Quant au père Forestier,
c'est un zéro que sa femme mène par le bout du nez, ou plutôt qu'elle
pousse et retient à coups de cravache. Or, de ces deux femmes, qui par
des moyens divers, se sont rendues maîtresses de la fortune des deux
familles, si l'une refuse son consentement au mariage, tout est perdu;
l'autre se piquera d'honneur, et alors Hyacinthe, mon mariage et moi,
nous serons tous flambés.

--Qu'est-ce qui est donc arrivé, depuis le dîner?

--Une catastrophe, cher ami, une vraie catastrophe; heureusement elle
n'a pas encore éclaté. Ma mère ignore tout; mais quand elle saura!... je
la vois, je l'entends d'ici. Tu sais combien elle est vive...

--Tu veux dire violente.

--... Et qu'elle ménage peu ses expressions...

--C'est-à-dire qu'au premier mot de travers elle va vider sur ses amis
toute une hottée d'injures. Enfin qu'est-il arrivé?

--Voici, dit Michel. Pendant le dîner j'étais placé, naturellement,
à côté d'Hyacinthe et comme tu peux croire, je n'écoutais guère
la conversation des voisins; mais Hyacinthe, elle, me paraissait
préoccupée, agitée, presque triste; enfin l'on eût dit qu'elle avait
quelque grief contre moi. Plus le dîner avançait, plus sa tristesse
devenait visible et commençait à m'inquiéter. A la fin, comme je la
pressais toujours de parler, elle m'a dit tout bas: «En effet, j'ai
quelque chose; mais ce n'est pas ce que vous croyez, Michel. Je vous
aime et je sais que vous m'aimez. Ce que je crains ne vient ni de vous
ni de moi. Je vous le dirai tout à l'heure, au jardin.» Et alors, avant
la fin du dessert, elle est sortie, sous prétexte d'aller recevoir Mlle
Bouchardy qui arrivait; je l'ai rejointe une minute après.

Elle m'a dit: «Michel, mon père m'a chargée avant dîner de la plus
désagréable commission du monde... On vous a promis que j'aurais une
dot; on vous a trompé. Je n'en ai pas...»

Là-dessus, comme tu peux croire, je me suis jeté à genoux devant elle,
je lui ai baisé mille fois les mains, je l'ai priée de ne pas penser à
cela. J'ai protesté que j'aurais assez d'argent de mon propre patrimoine
et que j'en gagnais assez déjà dans mon métier d'avocat pour que nous
n'eussions besoin de personne; je l'ai rassurée enfin, de toutes les
manières; mais elle m'a répliqué: «Oh! Michel, ce n'est pas de vous que
je doute; c'est de votre mère qui déteste la mienne, qui ne m'aime guère
et qui peut-être sera heureuse de saisir cette occasion de rompre. Or,
si elle refuse son consentement, tout est perdu, de son côté, ma mère va
prendre les armes et nous voilà séparés pour la vie.»

Alors Hyacinthe m'a répété les explications que le père Forestier n'ose
pas me donner en face. Il avait en propre, le jour de son mariage, cent
mille écus de terres ou d'argent. Au bout de vingt ans, sur le
conseil ou l'ordre de sa femme, il a tout dépensé dans l'entretien et
l'amélioration d'une très grande propriété qui appartient à celle-ci
et sur laquelle il a fait construire, à ses frais, lui, Forestier, une
magnifique usine; mais l'immeuble est dotal, la femme se dit maîtresse
de tout, ne veut pas donner un centime, garde le revenu aussi bien
que le capital, proteste que son mari a dissipé sa propre fortune en
dépenses insensées, ce qui est un affreux mensonge, et menace de mettre
celui-ci à la porte, s'il fait acte de rébellion... Séparation de corps
et de biens! Juge un peu du scandale pour un député à l'approche des
élections qu'on prévoit.

J'écoutais ce récit en riant. J'en avais vu bien d'autres depuis que je
rédigeais des contrats.

--Alors, demandai-je à Michel, elle refuse absolument tout?

--Oui, tout! Cependant elle laisse entrevoir qu'en se saignant aux
quatre veines,--elle qui jouait de soixante-dix mille livres de rentes
dont la moitié, en bonne justice, est due au travail et au patrimoine de
son mari, elle pourra donner mille écus par an au lieu de dot, mais elle
ne s'y engage pas formellement... Du reste, si Hyacinthe une fois mariée
venait à se quereller avec moi, alors, oh! alors elle lui ouvrirait ses
bras de mère et la protégerait vigoureusement contre quiconque. Jolie
perspective pour Hyacinthe et pour moi!

--Oui, je connais ces belles mères plus redoutables pour leurs
gendres que quatre vipères en fureur... Alors, ta mère va refuser son
consentement?

--A coup sûr!

--Et tu seras désespéré?

--A en mourir.

Je repris:

--Attends-moi là, Michel!... La bataille est en danger, comme à Marengo,
mais une charge de cavalerie faite à propos peut tout sauver.

--Ah! mon ami Trapoiseau, dit-il, si tu peux me rendre ce service,
compte que ma vie est à toi, quand tu voudras la prendre, comme dans
_Hernani_,--au premier son du cor!

Sur cette promesse, j'allai trouver la mère.



VI

LE PRÉSIDENT DE CREUX-DE-PILE


Mais d'abord il fallait prendre conseil de mon patron; agir sans son
consentement eût été grave,--plus que grave,--dangereux!

Justement, M. Bouchardy venait de se retirer avec son collègue, M.
Saumonet, M. Forestier et le président du tribunal au fond du cabinet
du jardin; et tous les quatre délibéraient sur le cas de Michel
et d'Hyacinthe; car le président du tribunal qui, pour des raisons
particulières, était au courant de tout et prenait un intérêt très grand
à l'affaire, venait de mettre la question sur le tapis, devant les
deux notaires et s'appliquait majestueusement à l'embrouiller, à la
compliquer, à l'envenimer.

C'est, je crois, le moment de parler de ce brave homme qui n'est pas un
des moindres personnages de cette histoire.

Pour la hauteur (de la taille), pour la grosseur et la pesanteur du
corps, il ne le cédait qu'aux éléphants. Mais pour l'art de se tourner
toujours du côté du plus fort et d'y gagner quelque chose, soit pour
lui, soit pour les siens, il était sans égal dans le département.
Aussi quoique son nom de famille fût Portefoin, on l'avait surnommé
Vire-à-Temps, et il virait en effet la barque avec tant de bonheur et
d'adresse qu'il avait toujours le vent en poupe.

Il était fort respecté, car, comme dit un philosophe, rien ne réussit
autant que le succès. Bon président du reste, toutes les fois qu'il
n'avait pas intérêt à juger d'un côté ou de l'autre, voici par quels
degrés il était entré dans la magistrature.

Son argent l'avait fait notaire, la dot de sa femme l'avait fait riche.
Louis-Philippe, avant le 24 février, l'avait fait juge; la République
le fit sous-préfet; Napoléon III le fit président du tribunal de
Creux-de-Pile, qui est la principale ville du département, et le décora
deux fois. Puis, comme il avait des cousins et des amis dans le conseil
général, il fit tracer, aux frais du public, cinq ou six routes au
travers de ses terres et se fit payer l'expropriation d'un terrain de
bruyères quatre fois aussi cher que si la route avait passé dans les
terrains maraîchers des environs de Paris.

Cependant, il eut la sagesse, car c'était vraiment un sage qui
ne donnait rien à la vaine gloire, de refuser pour lui-même tout
avancement. Mais c'est qu'il gardait son crédit pour ses trois fils.

L'aîné, qui n'était bon à rien, fut nommé sous-préfet et marié
sur-le-champ à une riche héritière, avant qu'on pût apercevoir sa
nullité.

Le cadet fut fait receveur des finances, sans apprentissage. Le
troisième fut procureur de l'empire d'abord, puis de la République.
Il avait promesse des plus hauts personnages (c'est-à-dire de trois ou
quatre chefs de division au ministère de la justice) de remplacer son
père à la présidence quand la limite d'âge serait arrivée.

Celui-là était l'ambitieux de la famille. C'est lui que le père,
confiant dans son jeune mérite et dans sa souplesse, destinait à être
président d'abord du tribunal de première instance, puis conseiller à la
cour d'appel, puis président encore, mais assis à cette hauteur où
les humains ne semblent plus que des insectes qu'on met à l'amende,
en prison, qu'on déshonore ou qu'on ruine à volonté en appliquant et
combinant les articles 2634, 4533, 9312 et 5839 de n'importe quel code.
Un peu plus tard, à cinquante ans peut-être, le président de la cour
d'appel deviendrait conseiller à la cour de cassation; puis président
encore, et alors aurait la tête dans les nues, comme notre saint père le
pape, car ses jugements seraient infaillibles.

Le vieux Portefoin (dit Vire-à-Temps) s'en réjouissait d'avance, et
voyait, comme un autre Abraham, sa race s'étendre et dominer au loin,
par tout l'univers.

Malheureusement, pour monter si haut, il fallait un point d'appui. En
temps de république il y en a deux, la Chambre des députés et le Sénat
(sans compter les antichambres). C'est par ces deux grandes portes qu'on
entre la tête haute dans les ambassades, les présidences, les recettes
générales et les ministères.

Or, ces deux portes étaient bouchées pour le moment, l'une, celle de
la députation, par M. Forestier, l'autre, celle du Sénat, par un cousin
germain du président, homme aimable, homme d'esprit, tout dévoué au
vieux Vire-à-Temps, mais qui avait lui-même un gendre parfaitement sot
et nul, et qui voulait (ne sachant à quoi l'employer), lui réserver au
moins son poste de sénateur.

De là vient que le président tournait autour de son ami Forestier et de
la belle Hyacinthe, qu'il aurait bien voulu faire épouser à son fils le
receveur (car malheureusement le procureur était marié); oui, mais plus
malheureusement encore, le receveur était tellement mou de corps et
d'esprit, quoique pareil à son père pour la forme et la complexion,
qu'aucune fille bien rentée n'en aurait voulu pour mari. De plus, il
avait pour les vieilles servantes une passion déplorable et presque
scandaleuse.

Et cependant, quel avenir, si l'on avait pu vaincre la répugnance
d'Hyacinthe et s'allier étroitement par elle à M. Forestier! Le
président, le député, le receveur, le procureur, le sous-préfet,--tous
les pouvoirs réunis dans la même famille et presque dans la même main,
celle du président. Le vieux Vire-à-Temps aurait gouverné avec un
pouvoir absolu et pourtant légal plus de cent mille hommes. Une seule
chose lui aurait manqué: c'est la faculté de les envoyer en enfer, soit
en leur faisant couper le cou, soit, après leur mort, en les faisant
piquer avec des fourches rougies au feu par les diables.

Mais ce dernier pouvoir, le plus terrible de tous, n'appartenait qu'au
curé, mon oncle, et par bonheur, le curé qui se défiait un peu du
président (il y a toujours eu concurrence entre les deux métiers) ne se
livrait pas aisément. On pouvait avoir son appui, mais en le payant de
mille concessions, car l'homme de soutane ne le cédait pas en orgueil
au président, au contraire. Il ne craignait rien ou n'attendait rien de
personne, car il n'avait pas, lui, d'enfants à pourvoir, et quant à moi,
son neveu, sans me négliger tout à fait (il avait même autrefois dépensé
quelque argent pour mon éducation), il ne s'occupait pas beaucoup de
mon avancement dans le monde; je n'étais qu'un Trapoiseau, fils de
l'huissier Trapoiseau, destiné, suivant toute apparence, à crier, comme
feu mon pauvre père: «Silence, messieurs!» et à recevoir, la tête basse,
des ordres de M. le procureur de la République ainsi rédigés:

«Trapoiseau, vous assignerez demain les nommés Dubois, Chauvin et
Cambalu; allez porter ma robe à la femme du concierge et dites-lui
qu'elle raccommode ce trou... A propos, vous emmènerez mon chien ce soir
à la promenade, et vous direz à ma femme de ménage de faire mon dîner
pour cinq heures, etc., etc.»

Peut-être si j'avais porté le nom du curé, mon oncle qui s'appelait
Torlaiguille, aurait-il pris soin de ma fortune, mais si j'étais
Torlaiguille par ma mère, j'étais encore plus Trapoiseau par mon père.

De là, un avenir de Trapoiseau, c'est-à-dire d'huissier maigre, râpé,
destiné, pendant la vie entière, à ne parler aux gens que pour les
prendre au collet, leur demander de l'argent, saisir et faire vendre
leurs meubles et recevoir en échange sur la tête un tas de malédictions
mêlées quelquefois (hélas)! de vieux trognons de chou, de balayures, de
pots cassés et de choses encore moins respectables.

Mais je m'égare. Revenons à mon président.

Il était donc assis et à demi-couche comme un homme d'importance, homme
d'érudition, homme de capacité et savant jurisconsulte, dans un fauteuil
en bois de chêne assez artistement tordu par le plus habile de tous les
menuisiers de Creux-de-Pile.

Il était assis, cet homme noble et puissant, et le fauteuil craquait
sous lui, comme un cheval prêt à s'affaisser sous un cavalier trop
pesant. En face, dans des attitudes diverses, mais plus modestes,
étaient assis pareillement M. Forestier, le député, et les deux
notaires.

Il parlait. Les autres écoutaient.

Je suivis leur exemple et j'écoutai aussi.

Le président tira lentement de son cigare (car M. Forestier avait pris,
à Versailles, l'habitude du cigare et en offrait volontiers à l'élite
de ses hôtes), il tira, dis-je, une grosse bouffée, regarda la lune qui
commençait à se lever à l'horizon, sur la montagne en face, et dit avec
une majesté incomparable:

--C'est grave!

Les autres demeurèrent consternés de cet arrêt, et gardèrent le silence.
Il reprit après deux autres bouffées:

--C'est très grave! C'est plus que grave!

Je m'approchai pour tâcher d'apprendre ce qui était grave, car il ne
fallait pas songer à le lui demander moi-même... Un simple premier
clerc sans fortune et sans nom, à un président! Il ne m'aurait même pas
regardé,--bien loin de me répondre!

M. Bouchardy me fit signe de la main de m'appuyer contre la balustrade
et d'écouter.

--Au fond, dit le président, d'une voix onctueuse et solennelle, je
comprends très bien, mon cher ami, les craintes maternelles de madame
Forestier. Sa tendresse, toujours en éveil pour le bonheur de sa fille,
prévoit beaucoup de choses...

--Elle en prévoit trop, interrompit le député, car enfin elle traite
d'avance Michel comme un misérable qui pourrait manger la dot de
sa femme, la laisser sans asile et sans pain, et la tuer à coups de
bâton... Après tout, Michel n'est pas encore un scélérat. C'est même
un joli garçon; un avocat de grand mérite, qui a plaidé l'autre jour, à
Poitiers, d'une façon très remarquable,--je le sais, j'y étais!--qui
est fort estimé ici, qui a dès aujourd'hui une assez belle fortune, qui
l'augmentera certainement, outre que sa mère est riche et lui laissera
un bon patrimoine, car elle est avare, comme un vieux juif; enfin, nous
n'avons pas le droit, après tout, d'être bien difficiles pour Hyacinthe,
car ma femme ne lui donne pas un radis...

(Il fit claquer son ongle sous sa dent, pour exprimer plus fortement
cette belle pensée).

Quant à moi, je donnerais si j'avais, mais je n'ai rien, absolument
rien, rien de rien, ce qui s'appelle rien, au dire de Rosine, qui prend
pour elle tout l'argent et ne me laisse que les traites à payer... C'est
pour empêcher mes dissipations, dit-elle. Ah! Seigneur Dieu du ciel et
de la terre! excepté mon traitement de député que je ne veux lâcher à
aucun prix et qu'elle ne peut pas recevoir en mon absence, qu'est-ce que
je reçois, excepté les notes des fournisseurs? Vous le savez, Saumonet?

Le notaire fit signe qu'il le savait.

--Eh bien! voyons, reprit le député d'un ton suppliant, ne pourrai-je
pas, puisque ma femme est maîtresse de tout, lui arracher quelque chose
pour ma fille, pour ma chère petite Hyacinthe!

Le ton suppliant de ce pauvre homme aurait attendri un tigre; maître
Saumonet répondit:

--Monsieur, vous connaissez les instructions que m'a données madame
Forestier. Je suis forcé de m'y tenir. Mille écus de pension à la
future, voila tout; et elle ne s'engage à verser cette somme que dans
les mains de sa fille, et encore à condition que la conduite de sa fille
et de son gendre la satisfera pleinement; sans quoi elle supprimerait
tout!... Du reste, si, comme elle a lieu de l'espérer, leur conduite
est satisfaisante, madame Forestier ne s'interdit pas le droit de faire
quelque chose de plus; mais elle est et veut demeurer toujours maîtresse
de ses bienfaits...; c'est pour le bonheur, bien entendu, de sa fille
qu'elle en agit ainsi.

Vous auriez ri si vous aviez vu la mine à la fois solennelle, ironique
et pincée de maître Saumonet, pendant qu'il débitait ce petit discours.

M. Forestier était accablé.

M. Vire-à-Temps présidait.

Quant à M. Bouchardy, il se leva; me conduisit à dix pas de là et me
dit:

--Trapoiseau, mon ami, voilà un fichu contrat et même un contrat fichu.
Jamais Michel et sa mère n'accepteront...

Je répliquai:

--Patron, laissez-moi faire.

Et j'expliquai mon projet qu'il approuva en ces termes:

--Ça vaut mieux que le plan de Trochu.



VII

L'ORAGE


Alors j'allai présenter mes respects ou, ce qui est plus exact, livrer
bataille à la mère de Michel, qui, sans s'attendre au coup que je
m'étais chargé de lui porter, recevait d'un air assez contraint les
compliments et les félicitations de tous les assistants.

Elle me vit venir de loin, et, malgré la modestie ordinaire de mon
maintien, elle devina sans doute à la fixité de mon regard que j'étais
chargé d'une importante mission. Un éclair brilla dans ses yeux, pareil
à une baïonnette au soleil, et m'aurait fait trembler si j'avais dû lui
parler de mes propres affaires et non de celles de son fils; mais on est
toujours plus brave pour autrui que pour soi-même.

Les voisins et voisines, voyant à mon regard doux mais ferme et à
l'éclair de la dame que nous avions à causer sérieusement ensemble,
s'écartèrent par discrétion,--Hyacinthe et Mlle Angéline donnant
l'exemple.

Celle-ci, passant près de moi, me dit tout bas:

--Du courage, monsieur Félix, notre bonheur à toutes dépend de vous!

Qu'est-ce que ça pouvait signifier «notre bonheur à toutes?» Qu'il leur
tardait sans doute d'entrer en danse.

Au reste, je n'eus pas le temps d'y penser beaucoup, car j'étais en face
de l'ennemi.

C'est Mme Bernard qui commença le feu.

--Vous avez quelque chose à me dire, Trapoiseau?

Je répliquai d'un air assez embarrassé, mais un peu négligent dans la
forme:

--Mon Dieu! madame, c'est bien peu de chose; mais encore faut-il que
vous en soyez avertie...

Je traînais lentement les mots pour retarder autant que possible
l'explosion prévue.

--Avertie de quoi, Trapoiseau?

--Il s'agit, madame, d'une légère modification que madame Forestier
propose d'introduire dans le contrat projeté. C'est peu de chose
peut-être au fond; mais, dans la forme, je craindrais que cette
modification ne pût susciter au dernier moment des difficultés
inattendues, et j'ai cru de mon devoir...

J'allongeais ma phrase, qui me faisait l'effet d'un tube de macaroni de
trente pieds de longueur.

Tout à coup je vis étinceler plus vivement les yeux de la dame. Elle
m'interrompit en disant d'un ton amer;

--C'est Rosine qui propose ce changement!

Ah! ah! Je suis curieuse de voir ça.

Alors j'expliquai le plus clairement qu'il fut possible la suppression
de toute dot; l'offre de mille écus de pension, payables à volonté,
c'est-à-dire aussi longtemps qu'il plairait à Mme Forestier, etc., etc.

J'enveloppai de toutes les formes les plus moelleuses cette
communication désagréable et j'attendis.

Par hasard, la dame m'avait écouté jusqu'au bout, sans m'interrompre. Il
me parut même qu'un petit sourire de triomphe ironique relevait le coin
de ses lèvres. La nouvelle, je crois, ne lui déplaisait pas; aussi, dès
que j'eus fini:

--C'est tout? demanda-t-elle.

--Oui, madame.

--Eh bien, allez avertir Michel.., ou plutôt, j'y vais moi-même.

En effet, elle se leva d'un bond.

Je la retins:

--Madame, Michel sait tout... C'est lui qui m'a chargé de vous
l'apprendre.

--Vraiment! Et qu'est-ce qu'il en dit?

--Il dit qu'il accepte.

Elle s'écria furieuse:

--Michel est un lâche!

Je reculai de deux pas, car on n'aime pas à se trouver trop près des
panthères déchaînées, et, après tout, l'affaire m'intéressait, mais non
assez pour m'obliger à risquer ma vie.

Je répliquai pourtant:

--Madame, il l'aime!

Alors elle se tourna contre moi, et me portant les mains au visage, mais
si près que je me préparai à venir à la parade, et, si elle allait trop
loin, à la riposte, elle ajouta d'une voix sifflante:

--Quant à vous, Trapoiseau, vous êtes un imbécile!

Ça, c'était pain bénit, en comparaison de ce que j'avais craint d'abord;
aussi je ne m'amusai pas à réclamer. Au contraire, je pris un air
souriant, comme si j'avais reçu un compliment inespéré.

Elle continua:

--C'est trop peu dire: un imbécile, Trapoiseau! Vous êtes un âne!

--Madame, vous me comblez!

--Et un âne bien digne de servir de compagnon à Michel... Mais c'est lui
que je veux voir et non votre museau de singe!

Pour les injures, je prenais patience, étant de ceux qui ne s'arrêtent
pas aux pierres du chemin et ne s'occupent que d'arriver au but.
D'ailleurs, l'effroyable caractère de la dame était si connu par les
récits de ses servantes, qu'elle souffletait une fois la semaine, que je
m'étais cuirassé d'avance contre toutes les choses possibles.

Mais quand elle parla de voir Michel, je me mis hardiment en travers
du chemin et je lui dis, en étendant les mains entre elle et moi, par
prudence:

--Madame, vous ne pouvez pas voir Michel en ce moment!

--Je ne peux pas voir mon fils?

--Non, madame! Il a prévu que vous seriez saisie d'une émotion
trop vive, que vous pourriez lui dire des choses véhémentes, qu'il
regretterait de les entendre, qu'il serait exposé à répliquer, malgré
tout le respect qu'il vous doit...

Ici elle m'interrompit:

--Oh! qu'il réplique tant qu'il voudra.

En effet, la bonne dame était en fonds pour lui rendre la monnaie de
sa pièce, à lui et à vingt autres ensemble. Bataille! bataille! Elle ne
demandait que cette joie au Seigneur Dieu des armées.

Je repris:

--Enfin, madame, sa résolution est inébranlable; il accepte toutes les
conditions de madame Forestier et il m'a chargé de vous en informer.

--Oh! le misérable!

A ce cri qu'on dut entendre de plus de cent pas et qui fit retourner
toutes les têtes dans le jardin, elle ajouta, mais d'une voix plus
concentrée:

--Il n'aura pas mon consentement.

--C'est ce qu'il craignait, madame, parce que votre refus entraînerait
certainement celui de madame Forestier, et qu'alors son mariage
serait rompu pour toujours.... Aussi m'a-t-il chargé d'obtenir votre
consentement à tout prix.

Ces derniers mots «à tout prix» lui firent dresser l'oreille, comme à un
cheval de guerre le son de la trompette. Cependant elle feignit d'abord
de n'y faire aucune attention.

--Je refuse! je refuse! je refuse! s'écria-t-elle.

Je répliquai tranquillement:

--Madame, la première partie de ma mission est remplie, avec peu de
succès, je le vois, maintenant, j'arrive à la seconde... Mais d'abord,
si j'osais vous prier de vous asseoir, car je prévois que mon discours
sera long et que je ne vous convaincrai pas du premier coup.

Etonnée de mon sang-froid et curieuse surtout de savoir ce que j'avais
à dire, elle s'assit en effet dans un fauteuil. Quant à moi, toujours
modeste, je m'assis pareillement, mais sur une simple chaise, je
regardai autour de moi pour savoir si nous n'étions écoutés de personne,
et je commençai en ces termes:

--Madame, depuis douze ans, sous le titre de tutrice, d'abord, de votre
fils et d'usufruitière par moitié de la fortune de votre mari, feu M.
le docteur Bernard, en son temps médecin renommé, et de son chef maître
d'une fortune considérable, vous avez reçu une somme totale de trois
cent vingt mille francs, dont vous avez dépensé environ la moitié pour
l'entretien du ménage et l'éducation de votre fils mineur.

La seconde moitié, composée d'actions de chemins de fer et de titres
de rentes 3%, qui valent ensemble (au cours de la Bourse d'aujourd'hui)
cent quatre-vingt mille francs, appartient par moitié à vous, madame, et
à Michel.

Elle me regarda d'un air inquiet, mais fier encore.

--Monsieur Trapoiseau, dit-elle avec hauteur, je n'ai de comptes à
rendre à personne.

--Non, certes, madame, à moi; mais à votre fils. Michel n'a jamais reçu
ses comptes de tutelle.

--Eh bien, qu'il me les demande, s'il veut. Ce n'est pas à un
mercenaire, presque à un domestique, au fils de la Trapoiseau, enfin,
que je vais...

A mon tour, je commençai à perdre mon sang-froid. Etre appelé, moi,
«imbécile, âne, mercenaire, domestique, museau de singe,» j'en avais
pris mon parti facilement, mais entendre dire de ma mère «la Trapoiseau»
me fit bondir à mon tour. Je répliquai:

--Madame, sachez que le fils de «la Trapoiseau» est fier de sa mère et
que Michel, lui, n'a pas lieu d'être fier de la sienne. La Trapoiseau
a travaillé toute sa vie pour m'élever et pour faire de moi un honnête
homme et un bourgeois...

--Elle a bien réussi, dit la dame, en souriant ironiquement: Il est
joli, le bourgeois; il est bien élevé, le Trapoiseau!

Je continuai:

--Quant à vous, madame...

Puis, me souvenant que je n'étais pas là pour plaider ma propre cause ou
pour humilier madame Bernard, mais pour accommoder, si c'était possible,
les affaires de Michel, je conclus:

--... Je vous dirai vos vérités, une autre fois, si c'est nécessaire.
Aujourd'hui, je suis chargé par monsieur Bouchardy, mon patron, de vous
dire qu'il a tous les comptes de tutelle entre les mains, qu'il sait où
vous avez mis l'argent, puisqu'il l'a placé lui-même et qu'il a gardé
les numéros de tous les titres, qu'il peut prouver, quand on voudra, que
vous devez à Michel, pour sa part et en dehors de tout usufruit, plus de
quatre-vingt-dix mille francs.

Cela, c'est pour M. Bouchardy.

Quant à Michel, comme il a fait tous les sacrifices possibles à la paix,
comme il consent à vous laisser l'usufruit que le testament de son père
vous ôte, à dater du jour du mariage, comme il vous aime, comme il
vous respecte, comme il ne demande qu'à vivre toujours avec vous dans
l'intimité la plus tendre et la plus parfaite; mais, comme, en même
temps, il est résolu à se tuer plutôt qu'à ne pas épouser mademoiselle
Hyacinthe, il m'a chargé de vous dire qu'il se met à vos pieds; qu'il
vous supplie de ne pas faire son malheur, qu'il sera toujours pour vous
ce qu'il a été jusqu'aujourd'hui, le plus soumis, le plus respectueux
des fils...

Ici, la bonne dame mit son mouchoir sur ses yeux.

--Oh! c'est infâme! s'écria-t-elle.

Et elle essaya de sangloter.

--Michel!... Michel que j'aimais tant, à qui j'ai sacrifié ma vie, pour
qui je ne me suis pas remariée, et Dieu sait si les occasions m'ont
manqué... Le capitaine Smintéry, M. Boulard, M. Cordapuy, inspecteur de
l'enregistrement et des domaines, un homme d'élite, celui-là, et tant
d'autres!...

A l'entendre, on aurait cru que Mme veuve Bernard avait été demandée
en mariage par tout ce qu'il y avait de plus distingué dans la noblesse
française.

J'aurais écouté avec plaisir, mais le temps passait. Les invités
s'étonnaient et s'impatientaient. Mlle Angéline, surtout, me faisait de
loin signe d'en finir. Enfin, je crus le moment venu de frapper le coup
décisif.

Je dis:

--Madame, votre fils est persuadé de votre tendresse comme vous devez
être persuadée de la sienne; mais sa résolution est inébranlable. Vous
allez, à l'instant même, signer le contrat tel qu'il est rédigé, ou je
vais vous sommer devant tout le monde, moi,--c'est-à-dire mon patron, M.
Bouchardy,--de rendre vos comptes de tutelle!

Elle s'écria:

--Michel oserait!

--Michel n'osera pas, madame, car il va partir pour Paris, sans vous
voir; mais j'oserai, moi, le fils de «la Trapoiseau» comme vous dites;
j'ai ses pleins pouvoirs et pas la moindre raison de vous ménager.

Elle éclata:

--Trapoiseau, vous êtes une canaille!

--Possible!

--Un gueux! un filou, un escroc, un faussaire, un scélérat, le dernier
des misérables! Vous excitez un fils contre sa mère!

Je tirai ma montre:

--Madame, il est temps de vous décider.

Elle attendit cinq minutes pendant lesquelles toutes les passions
passèrent successivement sur son visage, comme les nuages sur la face du
ciel. Enfin, elle poussa un profond soupir, me dit d'appeler Michel et
Hyacinthe, et quand ils furent près d'elle, les serrant tous deux sur
son coeur, elle dit d'une voix que remplissait la plus douce émotion:

--Mes enfants, je vous bénis! Aimez-moi toujours comme je vous aime!



VIII

DOUX PROPOS


Tel fut le dénoûment heureux, mais imprévu, de la négociation dont on
m'avait chargé.

Aussitôt, comme si Mme Bernard en avait donné le signal, tout le monde
s'attendrit à la fois. Les deux mères tombèrent dans les bras l'une
de l'autre, comme les deux branches légèrement écartées d'une paire
de ciseaux. M. Forestier, qui se tenait à l'écart et qui avait gardé
jusque-là une contenance fort timide et assortie au rôle qu'il devait
jouer dans le contrat, reprit un peu d'assurance et de gaieté, et parla
même d'inviter Mme Bernard à la valse. Le président Vire-à-Temps la
félicita de se dévouer ainsi comme toujours à son fils, ajoutant
avec perfidie qu'on ne pouvait pas dire de Michel qu'il épousait Mlle
Hyacinthe pour sa dot. Les autres aussi félicitèrent à leur tour,
suivant leur âge, leur sexe, leur profession et l'éloquence dont la
nature les avait doués.

La fiancée me remercia en me regardant avec des yeux humides de joie.
Elle avait appris de Michel ce qu'ils me devaient tous les deux. Quant à
lui, il me dit, devant elle:

--Trapoiseau, mon ami, toi seul pouvais faire ce miracle. Ma chère
Hyacinthe, souvenez-vous toujours que c'est à lui que nous devons notre
bonheur.

Elle jura de s'en souvenir, et dit en riant à Mlle Bouchardy qui
s'approchait de nous:

--Angéline, ma chère Angéline, au nom de notre amitié, je te commande de
répéter à M. Félix Trapoiseau, ici présent, l'éloge que tu m'as fait de
ses vertus et qualités diverses...

A quoi Mlle Angéline, souriante et rougissante, répliqua, en riant
aussi:

--Quoi? Moi! Jamais! Nous n'avons jamais parlé de M. Trapoiseau!

--O menteuse! s'écria Hyacinthe. Pourquoi veux-tu lui cacher ce que tu
m'as dit, qu'il était le plus savant des hommes, qu'il connaissait la
place de tous les livres de la bibliothèque de ton père, qu'il était au
courant de toutes les histoires, de toutes les poésies, de toutes les
philosophies de l'univers... Enfin, si ce n'est à cause de sa science,
fais-lui bon accueil, à cause de moi.

--Très volontiers, dit l'autre demoiselle.

Et comme tout le monde avait signé, les jeunes, les vieux, les gros,
les gras, les maigres et jusqu'aux petits enfants de cinq ans dont l'un,
arrière-cousin d'Hyacinthe, voulut mettre sa griffe et ne fit qu'un
énorme pâté d'encre en place de signature, Angéline, à qui il tardait de
danser, se mit au piano et commença un vieux quadrille, car, en pareil
cas, il faut que quelqu'un se sacrifie au bien public.

Je m'approchai d'elle et je lui dis tout bas:

--Mais, mademoiselle, je croyais que vous m'aviez promis la première
danse...

Elle m'interrompit:

--Eh bien, je vous l'ai promise et je vous la garde, vous le voyez bien,
puisque je ne la donne à personne... Ne faites pas la grimace, s'il vous
plaît; vous êtes très laid, dans ces occasions. Ne voyez-vous pas là-bas
une bonne mère de famille qui commence à se déganter et qui va prendre
ma place dans un instant? Prenez donc patience, s'il vous plaît, ou
plutôt, non... allez inviter ma cousine Benoît, qui vous en saura gré,
car personne ne la regarde.

En effet, la pauvre cousine Benoît étant boiteuse et bossue, ne
rencontrait pas beaucoup d'amateurs. J'y courus, par obéissance, je fus
reçu comme la manne dans le désert, par le peuple d'Israël, je dansai de
mon mieux et j'eus le plaisir de voir qu'Angéline me regardait de temps
en temps et m'encourageait d'un sourire demi-malin, demi-amical.

Quand le quadrille fut terminé, une bonne dame se chargea, comme Mlle
Bouchardy l'avait prévu, de la remplacer au piano et, alors, je reçus le
prix de mon dévouement, ainsi qu'on va le voir.

A ne rien cacher, je n'étais pas sans émotion...

Tous les hommes sont égaux entre eux et en particulier tous les
Français. Par Français, vous entendez sans doute aussi les Françaises,
car s'il y avait supériorité de l'un des deux sexes sur l'autre, elle
appartiendrait certainement au sexe masculin, qui est plus grand, plus
gros, plus fort, qui mange et boit davantage, qui est barbu, qui fait
les lois et qui fournit les gendarmes.

Tout cela est incontestable. D'où vient pourtant que je tremblais
presque, en face de Mlle Bouchardy, et qu'elle ne tremblait pas du tout
en face de moi? Loin de là, elle s'était emparée de moi et me faisait
manoeuvrer comme un pompier à l'exercice. Est-ce parce qu'elle était
la fille du patron et que je subissais même dans un salon l'influence
despotique du père?

Non. Oh! non. C'est plutôt, je crois, parce que le sort de tous les
honnêtes gens (et même des malhonnêtes) est de s'attacher à un cotillon
et de le suivre, et parce que, sans le savoir, sans le vouloir, et même
ne le voulant pas, je m'étais attaché à celui d'Angéline.

Au reste, je n'eus pas à m'en repentir. Elle me regarda d'un air assez
doux, et tout en s'occupant de boutonner ses gants, elle me dit:

--N'est-ce pas que ma cousine Benoît a beaucoup d'esprit!

Je répondis par politesse:

--Oui, mademoiselle.

En effet, la cousine Benoît n'était pas plus bête qu'une autre. Et
comme, étant presque sans dot, boiteuse et bossue, mais d'un caractère
assez doux, elle avait de bonne heure senti son infériorité et voulait
la racheter, elle faisait de grands efforts pour plaire et réussissait
assez bien.

--Qu'est-ce qu'elle vous a dit?

--Des choses très intéressantes, mademoiselle, mais je ne sais pas si je
dois vous les répéter.

--Oh! oh! c'est donc bien grave?

--Non. Pas très grave si vous le prenez par un bout; mais bien grave si
vous le prenez par l'autre.

Angéline se mit à rire, ce qui était d'ailleurs, comme je l'ai dit, sa
manière ordinaire de montrer ses dents.

--Vous allez me raconter ça, j'espère.

--Bien volontiers, mademoiselle, quand on aura fini la _chaîne
anglaise_.

Aussitôt que nous fûmes revenus à nos places:

--D'abord, reprit-elle, de qui parliez-vous ou de quoi?

--Je ne sais s'il est permis...

Et je feignis d'être embarrassé.

--Allez donc! allez donc! dit-elle. J'ai bien le droit d'entendre, je
suppose, ce que ma cousine Benoît peut vous dire.

--Eh bien! voici ce qui est arrivé. Elle m'a parlé de la plus belle et
de la plus aimable personne de tout le pays.

--La plus belle personne... Connais pas. A moins que ce ne soit mon amie
Hyacinthe.

--Non, ce n'est pas mademoiselle Hyacinthe.

Angéline reprit:

--Si ce n'est pas elle, je ne devine pas.

Elle devinait très bien, au contraire, mais comme toutes les filles
d'Ève, et peut-être comme tous les fils d'Adam, elle était friande de
compliments.

Elle parut réfléchir pendant quelques secondes et demanda d'un air naïf:

--Ce ne serait pas mademoiselle Patural, par hasard!... Elle est
très distinguée, elle a de très bonnes manières, elle revient du
Sacré-Coeur, et son père est un fameux avoué, comme dit M. le
président, un jurisconsulte éminent...

Je répliquai vivement:

--Non, mademoiselle, la fille de M. Patural est tout ce que vous
dites,--distinguée, du Sacré-Coeur, et née d'un jurisconsulte
éminent;--mais c'est d'une autre que nous avons parlé. Celle-là, je ne
vous la nommerai pas, ce n'est pas nécessaire, mais je vous ferai son
portrait si ressemblant que personne ne pourra s'y tromper... Cheveux
blond-cendré, teint délicieux, front...

Ici je fus interrompu dans ma description.

--Monsieur Trapoiseau, en avant le cavalier seul! Vous continuerez tout
à l'heure.

J'obéis, non sans inquiétude, car c'est au «cavalier seul» qu'un homme
doit déployer toutes ses grâces et montrer qu'il n'est embarrassé ni
de ses bras, ni de ses jambes, ni de sa tête, ni de sa physionomie. Il
s'agit de ne pas avoir l'air niais, de ne pas grimacer, de ne pas
se troubler, de ne pas être consterné comme un condamné qu'on mène à
l'échafaud, ni consternant comme un magistrat qui prononce une sentence
de mort. Il faut avoir de la gaieté, car on est là pour s'amuser;
il faut sourire, pour plaire aux dames; il faut garder une certaine
dignité, pour prouver que rentré dans la vie civile on est un homme
sérieux; il faut danser avec grâce, mais sans excès, de peur de passer
pour un maître de danse; il faut écouter soigneusement la musique, afin
de ne pas manquer la mesure, ce qui fait enrager les dames; il faut
avoir l'air profondément préoccupé de leurs charmes, ce qui fait excuser
toutes vos distractions; il faut..., que sais-je encore?

J'essayai d'éviter tous ces écueils et de doubler tous les caps. Si j'y
réussis, Dieu seul le sait! Cependant mademoiselle Angéline eut la bonté
de croire que je m'en étais très bien tiré.

Pour récompense, elle me permit de la ramener à sa place et de reprendre
ma description de la plus belle personne de Creux-de-Pile au point où je
l'avais laissée.

--Vous disiez donc, monsieur Félix?

--Je disais, mademoiselle, que le front de cette demoiselle est d'une
rare beauté, que le nez est d'une forme incomparable...

Angéline se mit à rire:

--Incomparable, oui, dit-elle, mais un peu trop arrondi par le bout.

Je voulus protester.

--Non, non, je sais à quoi m'en tenir là-dessus. J'ai regardé
quelquefois ce nez-là dans la glace, et vous pouvez croire que j'en
connais les contours... Je sais maintenant qui vous voulez dire...
Eh bien, qu'est-ce que ma cousine Benoît vous a dit de l'heureuse
propriétaire de ce nez rond et de ces cheveux blond-cendré?

--Oh! rien que du bien, mademoiselle. Que vous étiez bonne, que vous
étiez belle, que vous étiez pleine d'esprit, que...

Angéline m'interrompit sévèrement:

--Monsieur Trapoiseau, si j'avais pu prévoir que je m'attirerais tous
ces compliments, croyez que je n'aurais pas fait tant de questions...

(Si elle avait pu prévoir! ô menteuse! ô traîtresse!)

Et comme elle me voyait fort troublé de ses paroles, elle ajouta:

--Au reste, en faveur de l'intention, je vous pardonne... Ce n'est pas à
moi qu'il faut dire tout le bien que vous pensez de moi.

Je demandai assez naïvement:

--A qui donc, mademoiselle?

--A tout le monde, monsieur... Je suis contente qu'on le répète partout;
mais je ne veux pas qu'on me le dise à moi.

Puis, tout en riant ou feignant de rire aux éclats, pour couper court
à cette conversation, elle me montra un grand, gros et fort garçon de
trente ans à peu près qui s'avançait assez gauchement vers nous et me
dit:

--Voici M. le receveur des finances qui vient m'inviter pour une
mazurka. Faites-lui place, s'il vous plaît.

Je fis place en enrageant, car c'était le plus dangereux rival que je
pusse craindre auprès d'Angéline.

Un rival! un rival! En étais-je donc là déjà? Étais-je amoureux?
Étais-je encouragé?

Peu importe, rival ou non, M. le receveur des finances me fut bien
désagréable ce jour-là!



IX

M. LE RECEVEUR DES FINANCES


Ce qui me consola un peu de cette contrariété, c'est que le receveur ne
s'en aperçut pas, et qu'il était incapable d'en deviner la cause, s'il
avait pu apercevoir l'effet.

C'était un grand et gros garçon, sans esprit, sans intelligence,
sans bonté, sans méchanceté, incapable de faire du mal à une mouche,
incapable aussi de la retirer d'un verre d'eau, avant qu'elle fût noyée;
bel homme, mais de ceux qu'apprécient surtout les grosses servantes et
les vieilles femmes trop expérimentées. Très poli, du reste, très
bien élevé, ayant les meilleures manières de la haute société de
Creux-de-Pile; mangeant comme un loup, buvant comme un trou; suivant
avec une docilité parfaite les instructions de son père, dont il avait
reconnu dès l'enfance la supériorité intellectuelle; n'ayant au monde
qu'une seule passion vraie: celle de vivre dans l'abondance et sans rien
faire, il était le point de mire de presque toutes les filles à marier,
et, pour cette raison, la terreur de tous les jeunes gens.

Partout où M. le receveur des finances se montrait, les vieilles dames
et les jeunes demoiselles n'avaient de regards que pour lui. Il avait
une si belle voiture, un si beau cheval et si bien harnaché, un si gros
traitement (dix-huit mille francs au moins, car Creux-de-Pile n'est pas
un petit morceau)! il était ganté si soigneusement, dès le matin; il
était si régulier dans ses moeurs et ses habitudes (dont la principale
était de rendre visite, tous les soirs, dix heures sonnant, à une
grosse marchande de tabac bourgeonnée qui avait été belle vingt ans
auparavant), il était si occupé de son bien-être et si peu de
déchirer son voisin, ce qui est la plus grande joie des habitants de
Creux-de-Pile!

Une autre chose inspirait la plus grande confiance aux pères et aux
mères de famille. Il ne lisait jamais et n'avait jamais rien lu, excepté
des recueils de calembours. Il avait fait ses classes comme tout le
monde, et entendu expliquer Quinte-Curce, Tite-Live et Virgile, même il
en avait copié (mais bien à contre coeur!) des milliers de lignes ou
de vers; quant à les entendre, il y avait renoncé. Après tout, quand on
donne de temps en temps sa signature et qu'on reçoit pour soulagement de
cette fatigue quinze cents francs par mois, a-t-on besoin de lire Homère
ou Horace dans le texte?

Tel était l'homme le plus heureux de tout l'arrondissement et peut-être
de tout le département. Il se nourrissait bien; il ne se fatiguait pas;
il ne faisait jamais plus de trois cents pas, excepté à cheval ou en
voiture, et jouissait par ce moyen de la plus belle santé du monde.

Cependant cette santé si chère lui inspirait continuellement les plus
vives inquiétudes, et faisait le sujet de ses conversations. Il avait
mal au pied, à la main, au genou, à l'estomac principalement! Le récit
de ses indigestions faisait la joie de ses amis.

Malgré ces petits ridicules et beaucoup d'autres qui l'avaient rendu
célèbre dans la ville, M. François Portefoin, fils de M. le président
Vire-à-Temps et receveur des finances, était regardé par tout le monde
comme le futur mari de Mlle Angéline Bouchardy, fille unique de mon
patron:

De là ma frayeur quand je le vis s'approcher d'elle.

Pour apaiser un peu ma colère en disant du mal de mon ennemi (car
c'était vraiment un ennemi) j'allai de nouveau tenir compagnie à Mlle
Benoît qui parut surprise de mes assiduités et les attribua sans
doute, comme il est naturel, à son propre mérite. Elle me sourit très
gracieusement, et me dit:

--Vous ne dansez plus, monsieur Trapoiseau?

--Non, mademoiselle.

--Comme Hyacinthe est gaie ce soir! c'est bien vraiment pour elle le
plus beau jour de la vie!

Ici la pauvre bossue poussa un soupir involontaire.

Je répliquai:

--Le plus heureux des deux, c'est Michel... Savez-vous qu'il s'en est
fallu de peu que le mariage ne fût rompu?

Je racontai alors tous les détails du contrat et ma querelle avec Mme
Bernard, la mère de Michel que je drapai, cela va sans dire, comme elle
le méritait.

La petite bossue, mise en verve par ce récit, me répliqua:

--Vous ne savez pas tout, monsieur Trapoiseau! Il y a bien d'autres
anguilles sous roche. Regardez là-bas, s'il vous plaît, Monsieur le
président Vire-à-Temps et madame Forestier... Il est bien âgé, M. le
président; elle est bien couperosée et cramoisie, madame Forestier; ne
trouvez-vous pas cependant que ce serait un beau couple?

Et elle se mit à rire.

Je dis avec une gravité affectée qui n'avait d'ailleurs pour but que de
faire parler la petite bossue:

--En vérité, mademoiselle, vous m'étonnez! Verriez-vous,
soupçonneriez-vous quelque mal à cette intime amitié qui joint deux
personnes de sexes différents, mais toutes deux éminentes par...

Mlle Benoît m'interrompit au milieu de ma phrase:

--Sachez donc la vérité, monsieur Trapoiseau! M. Forestier, le père
d'Hyacinthe, est un pauvre homme.

--Ça, c'est vrai!

--S'il venait, continua la bossue, à mourir d'apoplexie ce soir (vous
voyez qu'il a le cou très court et très large), il ne serait regretté de
personne, excepté de la petite Hyacinthe; M. le président est veuf, il
épouserait madame Forestier, qui serait veuve alors et pour qui il a
fait des vers très poétiques, en 1857; il hériterait de la fortune et
de la députation du défunt, donnerait sa démission de président,
ferait mettre son plus jeune fils à sa place et déploierait ses
talents politiques à Versailles. Qu'en dites-vous, monsieur Trapoiseau?
Voyez-vous comme le président parle de près à la dame, pendant que le
pauvre gros M. Forestier joue au billard, sans s'inquiéter de rien?

En effet, je le voyais. Le vieux président faisait l'amoureux, le
pressant, roulait les yeux, attendrissait sa voix; la dame couperosée
aux cheveux gris répondait à ces galanteries par des mines toutes
pareilles, je veux dire assorties à son sexe, quoiqu'un peu trop jeunes
pour son âge.

Mais, en même temps, je voyais autre chose qui m'intéressait, ou plutôt
qui me déplaisait bien davantage. C'était M. le receveur des finances
qui saisissait par la taille la belle Angéline et qui mazurkait avec
elle d'un air conquérant.

Hélas! hélas!

Pour elle, mollement penchée sur le bras de M. le receveur, elle fermait
à demi les yeux, heureuse, sans doute, la perfide, de montrer ses grâces
à tous les assistants!

La bossue s'aperçut de ce manège et me dit:

--Voyez-vous ma chère Angéline avec le gros Francis? Quel beau couple
cela fera!...

Je m'écriai brusquement, car le mot m'avait blessé au coeur:

--Cela fera!... cela fera!... Comment le savez-vous, mademoiselle?
Êtes-vous la confidente de mademoiselle Angéline?

Elle me regarda malicieusement.

--Est-ce que j'ai besoin de confidence? Est-ce que je vous le répéterais
si quelqu'un me l'avait confié? c'est parce qu'on ne m'a rien raconté
que je sais tout.

--Tout! Quoi?...

Au fond, j'étais rempli d'une colère furieuse; mais que je n'osais
montrer.

--Monsieur Trapoiseau, reprit la bossue, c'est une affaire arrangée
depuis longtemps. M. le président Vire-à-Temps avait rêvé un autre
mariage pour son fils. C'est Hyacinthe qu'il voulait afin, comme je vous
l'ai dit, d'assurer la députation dans sa famille, soit en la prenant
pour lui-même, après la mort prévue et désirée de M. Forestier, son plus
intime ami, soit en la faisant passer sur la tête de son troisième fils
le procureur. Vous concevez bien ça, n'est-ce pas?

--Ah! certes!

--Oui; mais M. Forestier est revenu de Versailles très inquiet. Il
voit qu'on va faire des élections nouvelles et que le vent est à la
République. Il a peur de n'être pas réélu.

--Et qui donc lui ferait concurrence?

--Michel! monsieur Trapoiseau. Oui, Michel qui héritera, comme on sait,
d'une belle fortune; qui, dès aujourd'hui, a de l'argent à dépenser; qui
parle comme M. Thiers, pendant trois jours de suite, sans respirer; qui
est fils de feu M. Bernard que tout le monde aimait et respectait
dans le pays: qui est républicain de la veille, lui, car il n'a que
vingt-sept ans et n'a jamais servi l'Empire; tandis que M. Forestier
n'est qu'un bonapartiste converti ou mal blanchi, comme disent les
républicains... Alors, comme par bonheur, Michel adorait Hyacinthe qui
n'est, elle, ni bonapartiste, ni peut-être républicaine, mais jolie
comme un amour et plus douce qu'un petit agneau blanc, le père
Forestier, moins bête qu'on ne croit, lui a promis la main de sa fille;
mais à condition, vous m'entendez bien, que l'autre ne sera jamais
candidat du vivant de son beau-père, excepté si M. Forestier est fait
sénateur... Et voilà!

J'écoutais, le coeur serré, cette explication. Enfin, je demandai:

--Alors, à défaut de mademoiselle Hyacinthe, le vieux Vire-à-Temps se
rabat?...

--Sur Angéline. Oui, monsieur Trapoiseau.

--M. Bouchardy consent?

--A peu près. Il aura sa fille près de lui, et plus tard ses
petits-enfants, s'il en vient; ses habitudes ne seront pas changées;
le gros Francis n'est pas méchant, il a un très beau revenu, il ne joue
pas, il dîne chez son père, par économie, et aussi parce qu'on y
dîne très bien (car le vieux Vire-à-Temps n'entend pas raillerie sur
l'article de la cuisine), il dînera donc très volontiers chez son
beau-père, ce qui fera la bonheur d'Angéline...

--Mais elle?

--Angéline? Je suppose qu'elle n'en sera pas fâchée non plus. Ça ne
changera rien à sa vie ordinaire. Ce ne sera qu'un mari de plus dans
la maison et une occasion de montrer les belles robes qu'on lui donnera
pour son trousseau... Qu'avez-vous donc à me regarder de travers,
monsieur Trapoiseau, comme si je vous avais marché sur le pied?...

En effet, je devais avoir l'air sombre du noir Othello.

Je me levai précipitamment en disant:

--Mademoiselle, je vous prie de m'excuser. Je suis préoccupé. Je crains
d'avoir négligé, dans la rédaction du contrat, quelque formalité. Si ce
malheur m'arrivait, je ne m'en consolerais pas, car cela pourrait faire
plus tard un cas de nullité, et Dieu sait quels procès les avocats et
les avoués pourraient en retirer!

--Allez, allez, dit-elle en riant, avec un peu d'ironie, car elle
sentait bien où le bât me blessait; allez à vos affaires.

J'y courus en effet, avec l'espérance de me venger de la belle Angéline,
qui venait de s'asseoir après la danse, et dont le regard aimable et
joyeux semblait m'appeler.

Mais le diable qui poursuit les jaloux de sa fourche, ne me permit pas
de m'arrêter. J'allai me planter tout droit en face de Mlle Patural, qui
était à la droite d'Angéline, et je lui demandai de mon plus grand air
de gentilhomme, «si elle voulait me faire l'honneur de m'accorder la
prochaine contredanse.»

Ah! la belle Angéline allait épouser le gros Francis! Eh bien! elle
verrait de quoi «Félix» Trapoiseau était capable!



X

FIN D'UN THÉ


Mais, d'abord, il faut que je dise quelques mots de ma danseuse:

La famille Patural se perd dans la nuit des temps. Certainement, un
Patural fut tué au siège de Saint-Jean-d'Acre, et sous les yeux de
Philippe-Auguste. Un autre dut enlever le drapeau des Suisses à Marignan
et un troisième, celui des Espagnols à Rocroy.

Pourtant, il faut l'avouer, la gloire de la famille avait fortement
décru vers le milieu du siècle dernier; car le premier Patural dont
on ait des nouvelles incontestables ne sortit de l'obscurité que pour
devenir geôlier, en 1817, et pour épouser, vers 1825, la fille d'un
huissier dont l'étude par la mort du père était vacante.

Ce jour-là, l'étoile des Patural commença lentement à reprendre son
éclat et sa splendeur. Elle s'éleva comme Vénus à l'horizon. A force de
saisir, d'assigner et, comme le Grand Condé dans la bataille, de porter
partout la terreur, Patural l'huissier, amassa de quoi payer l'étude
de son fils unique Patural, l'avoué; celui-là même que le président
Vire-à-Temps appelait «un éminent jurisconsulte».

C'est ainsi que se fondent et s'élèvent les grandes familles, et
qu'elles marchent d'un pas ferme vers la gloire et les honneurs.

Naturellement, l'avoué Patural fit de bonnes affaires et gagna beaucoup
d'argent, ce qui lui permit d'épouser la fille très distinguée d'un
brave homme qui de son côté en avait beaucoup gagné, lui aussi, à
pratiquer l'usure.

De cette union, qui fut heureuse, d'ailleurs, naquit Mlle Berthe
Patural,--Berthe aux grands pieds,--comme disait un jeune homme de
beaucoup d'esprit et très érudit, qui passait son temps à donner des
sobriquets à ses concitoyens des deux sexes.

C'est cette jeune demoiselle--qu'on regardait comme la plus
riche héritière de Creux-de-Pile, plus riche même qu'Hyacinthe et
Angéline,--que je venais d'inviter à danser.

La pauvre fille était laide à faire compassion à ses amis (mais elle
n'en avait pas) et plaisir à ses ennemies.

Malheureusement, elle en avait. Orgueilleuse de plus «comme un pou»,
suivant la belle expression de ses voisins qu'elle ne saluait guère.

Une tête aplatie au sommet, comme celle de certaines tribus indiennes,
des oreilles écartées, des pommettes saillantes, un nez court, plat
et large, une physionomie parfaitement satisfaite de son mérite
et malveillante pour le prochain; voilà Mlle Berthe Patural,--très
recherchée néanmoins, en tous lieux, car «ma fille aura de ça», comme
disait le père, en se promenant sur le grand pont de Creux-de-Pile et
frappant avec force sur son gousset.

J'aurais dû, moi, Félix Trapoiseau n'en approcher qu'avec crainte et
timidité; par malheur, l'envie que j'avais de me venger de l'injure
que je croyais avoir reçue d'Angéline me donna toute l'assurance qu'il
fallait pour faire une sottise.

J'invitai donc; je fus accepté, et Berthe «aux grands pieds» me suivit,
sans daigner me regarder, jusque dans le cercle des danseurs.

J'essayai de lier conversation.

--Mademoiselle, il fait bien chaud ce soir.

Elle ne répondit pas.

Je répétai cette pensée neuve et originale.

Alors, avec beaucoup de grâce, elle se tourna vers moi et fit:

--Hein?

Ou quelque chose d'approchant. On aurait cru qu'elle venait d'entendre
grogner un petit chien.

J'allais la donner au diable et garder le silence pendant tout le reste
de la contredanse, lorsque j'aperçus la belle Angéline qui me regardait,
en riant malicieusement, et qui dansait en même temps, la perfide,
avec un petit jeune homme blond, cousin de Mlle Hyacinthe. Cette vue
me rendit mon ardeur de vengeance, et je criai d'une voix qui dut être
entendue au fond du jardin:

--Mademoiselle, il fait bien chaud?

Cette fois Berthe «aux grands pieds» ne pouvant plus faire semblant de
ne pas m'apercevoir, répliqua d'une voix languissante et dédaigneuse:

--Ah! vous croyez?...

Je sais bien que le dédain des grues, des oies et des bécasses n'est pas
mortel, qu'il tombe au hasard comme la pluie sur la tête des hommes et
que les plus grands et les plus illustres peuvent en être arrosés comme
les plus humbles et les plus petits... C'est égal! Être dédaigné sous
les yeux d'Angéline qui riait de plus en plus en nous regardant, et par
une fille plus laide qu'un péché mortel, me mit dans une telle colère
que je brouillai toutes les figures de la contredanse, que je poussai ma
danseuse au hasard dans toutes les directions, que je me fis maudire
de mon vis-à-vis, et qu'enfin, lorsque je ramenai Berthe Patural à sa
place, au lieu de me saluer comme c'est l'usage, elle dit tout haut à sa
mère;

--Il est insupportable, ce Trapoiseau!

Et je crois qu'elle ajouta, mais un peu plus bas:

--Est-ce qu'on devrait recevoir des gens comme ça dans la bonne société?

Heureusement, Mme Forestier qui s'approchait pour inviter les personnes
de distinction à passer dans la salle à manger et à prendre le thé,
n'entendit pas cette parole; sans quoi mon compte eût été réglé
sur-le-champ, car Mme Forestier, étant une femme poétique et
naturellement sublime, avait pour prétention principale de ne recevoir
dans son salon que des gens de la plus haute volée et méprisait
profondément son mari que le métier de député obligeait à mille
politesses envers ses électeurs.

Quoi qu'il en soit, on alla boire du thé, manger des sandwichs, et le
père Forestier, qui savait gré à Michel et à moi de n'avoir pas suscité
de difficultés pour le contrat, nous prit mystérieusement par le bras,
en même temps que les deux notaires, et nous conduisit dans son cabinet
«de travail», comme il l'appelait.

Là, grâce à la protection de la forte Mihiète, qui n'avait pas pour
«monsieur» la même antipathie que pour «madame», nous trouvâmes du
pain frais, du pâté froid, du jambon et huit ou dix bouteilles d'un vin
délicieux qui aurait ramené la gaieté dans les âmes les plus tristes.

M. Bouchardy chantait à pleine voix:

    Y avait une fois quatre hommes
    Conduits par un caporal
    Présentant tous les symptômes
    D'un embêtement général...

A quoi Saumonet mêlait l'histoire du fameux _Sire de Framboisy_:

    La prit trop jeune,
    Bientôt s'en repentit...

    Corbleu, madame,
    Que faites-vous ici?

Je commençais moi-même la sombre mélopée:

    Orléans, Beaugency,
    Notre-Dame-de-Cléry,
    Vendôme,
    Vendôme...

lorsque M. Forestier, plus gai que nous tous, entonna:

    Gai! gai! _De profundis!_
    Ma femme a rendu l'âme.
    Gai! gai! _De profundis!_
    Qu'elle aille en paradis!
    A cette âme si chère
    Le paradis convient,
    Car, suivant ma grand'mère,
    De l'enfer on revient.

Et, ma foi, nous allions reprendre le refrain en choeur, excepté
Michel, qui s'était échappé sans rien dire, pour aller rejoindre sa
fiancée, lorsque je fus saisi tout à coup d'une horrible frayeur.

M. Forestier, que je regardais en ce moment-là même et qui faisait face
à la fenêtre du jardin (nous, étions au rez-de-chaussée), demeura tout à
coup immobile, la bouche ouverte, sans oser pousser un son.

On eût dit qu'il était frappé d'apoplexie. Je m'élançai pour le soutenir
et lui porter secours; en même temps et presque machinalement, je
regardai du côté de la fenêtre et je vis alors la figure sombre
et indignée de Mme Forestier qui donnait le bras à M. le président
Vire-à-Temps et qui avait entendu le refrain sacrilège de son mari.

Ce fut pour moi comme un choc en retour, de ceux que produit, dit-on,
la foudre. J'aurais voulu entrer à dix pieds sous terre. Les yeux de la
dame étincelaient de fureur contenue:

--Messieurs, nous dit-elle d'une voix sifflante, je vois que vous êtes
tous bien gais, mon mari surtout. Dans l'intérêt de sa santé (elle
lui lança un regard impérieux et terrible) je crois qu'il ferait mieux
d'aller se coucher.

Sur ma parole, si avec les yeux une bonne femme peut donner la fessée
à son mari, je crois que le pauvre M. Forestier fut fessé ce jour-là et
pendant cette terrible minute.

Il chercha un appui dans les deux notaires; mais ceux-ci déjà inquiets
pour eux-mêmes prirent leurs chapeaux et s'avancèrent du côté de la
porte. Quant à moi, trop petit personnage pour essayer d'une lutte
inutile, «j'enfilais déjà la venelle,» comme dit le poète, c'est-à-dire
que je cherchais un asile dans le salon.

J'entendis cependant, en suivant le corridor, que M. Forestier disait
d'un ton suppliant:

--Voyons, ma chère Rosine, est-ce qu'on ne peut pas rire un jour de
contrat?

A quoi elle répliqua:

--Voilà l'exemple que vous donnez à votre fille et à votre futur gendre;
un bel exemple, en vérité! Au reste, vous n'en faites jamais d'autres.
Pierre, mardi dernier, vous a ramené de la foire tout couvert de vin et
de boue. Vous faites pitié même à vos domestiques.

Qu'est-ce qui suivit? Je n'en sais rien, mais cinq minutes après, Mme
Rosine reparut au milieu du salon où j'étais déjà rentré, et d'un
air faussement inquiet appela dans un coin le plus célèbre médecin de
Creux-de-Pile, le fameux docteur Vadlavan, homoeopathe de premier
ordre.

--Docteur, je crains pour mon mari. Il me paraît bien excité.

--Comment! papa est malade! s'écria Hyacinthe inquiète.

Et elle courut au-devant de son père qui l'embrassa tendrement et lui
dit:

--Rassure-toi, ma chère enfant. C'est une plaisanterie de ta mère. C'est
elle qui est excitée...

Ici les deux époux échangèrent deux regards de telle nature que tous les
assistants allèrent chercher leurs châles, leurs chapeaux, leurs cannes,
et prirent congé, ne se souciant pas d'être témoins du duel.

Naturellement, je fus des premiers à sortir, et comme je prenais congé
de Mlle Angéline, elle me dit, voyant que son père avait le dos tourné:

--Monsieur Trapoiseau, vous avez été bien aimable, ce soir!

Ce qui avait, peut-être, le même sens que le mot de Giboyer à sa pipe
qu'il a laissé tomber dans un salon:

--Toi! Si jamais je te ramène dans le monde!...

Cependant tout paraissait finir gaiement, excepté pour M. et Mme
Forestier, mais quelle terrible journée que celle du lendemain! Je
tremble encore en la racontant.



XI

UN DON GÉNÉREUX


Je reprenais tranquillement le chemin de mon palais, c'est-à-dire du
second étage qu'habitait Mme Trapoiseau, ma mère et, je repassais dans
mon esprit tous les incidents de la soirée, lorsqu'une voix m'appela de
loin. C'était celle de Michel.

Je l'attendis.

Il me rejoignit en courant et dit:

--La lune est belle ce soir. L'air est frais et doux. Les poules sont
couchées. Veux-tu venir faire un tour de promenade?

J'acceptai volontiers. Michel et moi nous étions amis d'enfance; nous
avions passé par les mêmes chemins, fait les mêmes études, suivi les
mêmes cours aux écoles de Paris; enfin, et c'est peut-être ce qui nous
avait le plus étroitement liés, nous avions été tous les deux côte à
côte, six mois en campagne, sur les bords de la Loire, pendant l'année
1870. Nous étions l'un et l'autre sergents de mobiles, et nous avions
fait honneur au bataillon de Creux-de-Pile, j'ose le dire.

Quand on a vu le feu ensemble et qu'on n'a pas bronché sous les
balles,--c'est un souvenir agréable et qu'on aime à se rappeler.
Du reste, mon ami Michel n'avait rien de cette morgue ou de cette
familiarité insolente que beaucoup de gens riches en province prennent
pour de la dignité. Il était simple, gai, bon enfant, presque artiste
par ses goûts et se faisait aimer de tout le monde. Assez grand, bien
taillé, bien proportionné, avec de beaux yeux noirs, doux et vifs et des
cheveux crépus; annoncé depuis longtemps par la voix populaire comme un
jeune homme de grand avenir, qui pouvait devenir à son tour président
de la République, il était admiré ou envié de tous les jeunes gens, et
peut-être convoité par toutes les filles à marier.

Il me prit doucement par le bras et me conduisit sur la route qui est
bordée à droite d'un talus de trois cents pieds de haut. De l'autre côté
la montagne boisée s'élève à pic, et presque à pareille hauteur.

La lune éclairait la route qui était déserte, de sorte que nous pouvions
causer librement, sans craindre d'être entendus.

Michel me demanda:

--Qu'as-tu dit à ma mère pour la persuader? car elle n'a pas dû se
rendre du premier coup, et tout à l'heure, comme je mettais la clef dans
la serrure pour la faire rentrer à la maison, elle m'a dit bonsoir ou
plutôt a reçu le mien d'un air de rancune qui ne promet rien de bon pour
Hyacinthe et pour moi.

Je racontai franchement ce qui s'était passé.

Michel poussa un profond soupir.

--Alors, pour obtenir son consentement, tu l'as menacée d'une demande de
comptes de tutelle?

--Ne m'avais-tu pas donné pleins pouvoirs?

Second soupir, suivi de profondes réflexions. Enfin, il conclut:

--Il fallait réussir, et tu as réussi. Je te remercie, Félix, mais je
crains les représailles... Si tu savais comme elle déteste Mme Forestier
et comme elle en est détestée! C'est terrible!

--Heureusement, dans trois jours ce sera fini, et alors, M. le maire
ayant enregistré le consentement, tu n'auras plus rien à craindre.

--Ah! répliqua Michel, ce n'est pas trois jours que je vais attendre,
c'est soixante-douze heures!

Et alors, car la lune, toujours propice aux amoureux, commençait à le
plonger dans de douces rêveries, il me raconta ses amours avec Hyacinthe
et comment tout avait commencé.

Il avait dix-neuf ans. Elle en avait quatorze. C'était en 1871. Il
revenait de la guerre, de la triste guerre où il avait fait son devoir,
et tâché de tuer beaucoup de Prussiens et de sauver la patrie...

Il ne s'en vantait pas. Beaucoup d'autres l'ont fait et même ont
été tués en le faisant, qui n'ont reçu pour récompense ni gloire ni
avancement. Il avait reçu, lui, deux balles à Patay, dont l'une, venue
par ricochet, n'avait fait qu'effleurer le poignet. L'autre, tirée de
trop loin, sans doute, s'était arrêtée dans le collet de sa tunique. Je
le savais, moi, qui n'étais pas à plus de cent pas de distance.

--Mon Dieu! continuait Michel en riant, ce n'est pas un prodigieux
exploit que de recevoir deux balles, dont l'une est amortie et l'autre
s'arrête dans le collet de sa tunique; mais on en avait parlé, le bruit
courait en ville que le fils de feu le docteur Bernard avait été tué
raide d'abord, puis mortellement blessé, puis seulement percé de cinq
balles et de trois coups de baïonnette, et enfin qu'il était guéri et
qu'on allait le faire capitaine et le décorer pour tant d'exploits.
Qu'est-ce que tu veux, mon pauvre ami, Hyacinthe ne put pas résister au
désir de voir un héros si prodigieux.

Elle me connaissait pourtant, depuis sa naissance, car la maison de son
père, comme tu vois, touche la nôtre, ou plutôt nous sommes séparés
par un mur mitoyen qui appartient aux deux familles, et la principale
fenêtre de la salle à manger de madame Forestier s'ouvre sur le jardin
de ma mère. Quant au mur, comme il est de quatre pieds dix pouces tout
juste, c'est-à-dire construit de façon que la crête peut servir d'appui
à mon menton, ce n'est pas un obstacle pour causer, c'est un dossier de
fauteuil.

Donc, quand je revins après la paix faite et les mobiles licenciés,
un matin, comme je me promenais dans mon jardin, j'aperçus une
jeune demoiselle de la plus rare beauté (tu la connais, il n'est
pas nécessaire d'en faire l'éloge), qui se promenait de son côté, en
regardant d'un air rêveur la montagne grise et le ciel bleu.

Là-dessus, je tombe en arrêt comme un braque. Je venais de faire un
métier utile et glorieux, mais pénible et peu profitable, j'avais donné
toutes mes pensées à la patrie depuis huit ou neuf mois; franchement, je
crus avoir le droit de penser un peu à moi-même.

Hyacinthe allait et venait au travers du jardin et regardait obstinément
le ciel bleu, la montagne grise, la rivière, ou la maison de sa mère qui
est en face; mais, sans se tourner jamais de mon côté, et comme par
un ordre secret de la Providence, à chaque tour d'allée, elle se
rapprochait davantage de moi.

Enfin, et par un hasard que je bénis, elle arriva juste en face, leva
les yeux quand elle se vit au pied du mur, et s'écria:

--Comment! c'est vous, Michel?

--C'est moi, Hyacinthe.

Familiarité que la liaison très ancienne des deux familles et surtout le
voisinage autorisaient pleinement.

Naturellement, comme elle était blanche, rose, souriante, charmante,
je le lui dis avec empressement et j'offris la plus belle rose de
mon jardin. Le compliment fut reçu avec modestie; la fleur, avec
empressement; elle m'obligea de raconter ma campagne et de dire combien
j'avais tué de Prussiens; je racontai mes batailles: je fus écouté avec
tant d'attention que des larmes d'admiration, de tristesse et de joie
vinrent successivement mouiller les deux plus beaux yeux de France. Le
soir, chez madame Forestier, on me fit répéter mon histoire; on compara
ma conduite à celle du gros Francis, le fils du président Vire-à-Temps,
qui pour ne pas aller à la guerre, quoiqu'il fût fort comme un Turc et
haut de cinq pieds huit pouces, avait sollicité le poste d'ordonnance
du capitaine de recrutement, et, six semaines après, pour avoir ciré
assidûment, mais loin des batailles, les bottes de cet officier, avait
obtenu, par intrigues de son père, le poste de receveur des finances.

«--Oh! disait Hyacinthe, n'est-ce pas honteux? Quand on pense qu'on
pourrait tomber sur un mari comme celui-là!»

M. Forestier répondait:

«--Ma chère enfant, parmi les maris on prend ce qu'on trouve!»

Et madame Forestier qui est poétique et tendre, ajoutait:

«--M. Francis a eu raison. Il n'a pas voulu affliger sa mère qui serait
morte de chagrin, si elle avait pu croire que son fils courrait le
danger d'être tué dans la bataille... Hyacinthe, mon enfant, Dieu bénit
les enfants qui obéissent à leur mère. Une mère, vois-tu, c'est tout ce
qu'il y a de plus sacré sur la terre...

«--Et le père? demandait M. Forestier, en posant son journal sur la
table, est-ce que ça compte pour rien?»

A quoi madame Forestier répliqua:

«--Mon ami, je ne te parle pas. Je parle à Hyacinthe.»

Et Michel en me racontant cette première soirée où il avait vu son
idole, riait et se réjouissait.

Il me raconta encore beaucoup d'autres choses, plus intimes et plus
amusantes qui peut-être trouveront place dans cette histoire, et je
l'écoutai patiemment et même avec plaisir, en errant avec lui sur la
grande route, car un homme passionné choque souvent, mais n'ennuie
jamais.

Et certes, Michel ne me choquait ni ne m'ennuyait (au contraire!) en
faisant le récit de ses amours.

Cependant le jour était levé depuis longtemps, et il fallait revenir
à la maison, moi pour rassurer ma mère, qui ne m'ayant jamais vu
découcher, aurait eu quelque inquiétude ou quelque soupçon fâcheux,
et Michel parce que sa mère, après l'avoir attendu longtemps pour le
chapitrer, avait dû perdre patience, se coucher et dormir, ce qui lui
donnait à lui-même quelque repos.

Tout à coup, vers six heures du matin, comme nous descendions la
grande rue bordée de maisons et de jardins qui traverse le faubourg
Saint-Hilaire, nous vîmes deux portes s'ouvrir presque en même
temps,--celles de Mme Forestier et de Mme Bernard.

Par ces deux portes sortirent avec une étonnante précision les deux
servantes, Mihiète et Marion, chacune avec son balai, comme deux
guerriers armés de leurs lances.

On connaît déjà la forte Mihiète, faite comme une barrique et montée sur
deux courtes pattes. Marion toute différente, était longue et maigre,
mais bilieuse et redoutable.

Elles se regardèrent d'un air de défi et de mépris réciproque.

Par malheur, la rue était en pente, et, comme les rues de Creux-de-Pile
ne sont pas tout à fait aussi bien balayées que celles de Paris, chacun
pousse tout ce qui le gêne dans sa maison sur son voisin, qui le pousse
à son tour sur un autre, jusqu'à ce que le dernier héritier de cet amas
d'os, de vieux papiers et de trognons de choux s'en débarrasse en le
jetant dans la rivière.

C'est une règle immuable qui s'est établie dans Creux-de-Pile, dix-sept
cents ans avant la fondation de Rome, et qui subsistera sans doute
encore dix-sept mille ans après le jour du jugement dernier.

La forte Mihiète avait donc l'habitude de pousser sur le terrain de sa
voisine tous les objets que les municipalités malhonnêtes appellent du
nom d'«ordures».

Ce jour-là, comme tous les autres jours, elle balaya le trottoir, amassa
lentement des multitudes d'os grands et petits, d'arêtes de poissons,
de pelures de pommes, d'oranges et de citrons, et de détritus de toute
espèce appartenant aux trois règnes de la nature. Après quoi d'un seul
et immense effort, elle poussa le tout sur la voisine Marion qui la
regardait faire en silence et n'attendait (comme je l'ai cru depuis)
qu'une occasion de commencer le combat.

Au moins, si elle ne l'attendait pas, elle la saisit avec empressement.

--Dis donc, Mihiète, garde donc tes saletés pour toi! Est-ce que je suis
faite pour balayer tes épluchures?

A quoi Mihiète, irritée, répliqua d'un air superbe:

--Garde-les ou ne les garde pas, je te les donne!

Et voyez comme les meilleures paroles de ce monde sont souvent mal
interprétées! Ce don généreux qui aurait dû faire plaisir à Marion,
la fit entrer dans une fureur bleue et fut le commencement d'une
catastrophe. Hélas! hélas! qu'il est sage, mais qu'il est rare de
mesurer ses paroles!



XII

UN DON GÉNÉREUX (Suite)


Marion, qui se crut bravée, répliqua:

--Toi, tes os et tes arêtes, voici le cas que j'en fais!

Et elle cracha avec mépris du côté de Mihiète.

Celle-ci, qui jusque-là gardait une contenance majestueuse, imitant de
son mieux les nobles attitudes de sa maîtresse Mme Forestier, perdit
tout à coup son sang-froid et s'écria d'une voix aiguë et vibrante:

--Salope!

A quoi l'autre répliqua:

--Rosse!

--Vieille peau!

--Chameau!

Mais Mihiète reprit:

--Enfant de trente-six pères!

--Toi, dit Marion, tu n'en as pas trente-six... tu n'en as pas du tout;
c'est bien pire.

Il y eut une pause et comme une trêve entre les deux combattantes. Je
riais franchement de ce duel imprévu; mais Michel ne riait pas, lui.

Il me dit tout à coup:

--Ces deux femmes vont faire un malheur. Il faut les séparer.

--Oui; mais comment? Veux-tu te jeter au milieu de la mêlée et recevoir
les éclaboussures?

--Non, non. Faisons un détour. J'ai la clef du jardin et je vais rentrer
chez moi par derrière. Quand nous serons dans la maison, j'appellerai
Marion. La querelle sera terminée par là. Viens avec moi.

Nous entrâmes, en effet, par la porte du jardin, et nous courûmes dans
la chambre de Michel dont la fenêtre était ouverte.

Malheureusement, dans ce court intervalle, la querelle s'était animée ou
plutôt Mihiète et Marion avaient choisi un autre champ de bataille, et
commençaient comme les cochers en fureur à frapper sur leurs bourgeoises
respectives.

--Fait-elle de l'embarras, disait Marion, parce qu'elle a mangé du
saumon, hier soir!

--Ça, répliqua Mihiète avec orgueil, c'est une preuve que nous pouvons
le payer... Et un saumon de vingt livres encore! On n'en fait plus comme
ça que pour nous!

Ici Marion s'indigna:

--Nous mangerions du saumon, nous aussi, dit-elle avec dignité,--oui,
du saumon, soir et matin, et des truffes avec,--si nous étions comme ces
dames de rien du tout qui lèvent le nez en l'air et qui n'ont pas trois
sous à donner en dot à leurs filles!

--Qu'est-ce que tu dis? demanda Mihiète? Que nous ne donnons pas de dot
à notre Hyacinthe!... Eh bien, si ça nous plaît de garder notre argent
pour nous!

Et elle s'appuya sur son balai, comme un roi sur son sceptre d'or.

Mais Marion n'avait pas sa langue dans sa poche.

--Ça vous plaît, dit-elle, ça vous plaît, parce que vous n'avez pas le
sou..., parce que vous passez le temps à faire des frimes..., parce que
vous avez joué un tour de coquin à notre pauvre Michel qui ne vous en
veut pas lui, et qui est bon comme le bon pain,--tout ça pour faire de
lui ce que vous avez fait de son beau-père...

Ici Mihiète éleva si fortement la voix que tout le quartier l'entendit
et commença à s'assembler:

--Qu'est-ce que nous en avons fait, de son beau-père? demanda-t-elle.

--Vous en avez fait...

Marion chercha. L'autre vint en aide et dit:

--Un député.

--Oui, ça d'abord, répliqua Marion. Mais ça lui coûte assez cher, à ce
pauvre homme!... Après ça, il est si bête! Il ne s'en aperçoit peut-être
pas!

--De quoi!... de quoi!... Voulais-tu pas qu'on en fît un empereur?

--Ah! dit Marion avec bonté, vous pouviez bien en faire un député, ça,
c'était honnête et permis, mais vous n'auriez pas dû le faire...

Je n'entendis pas le mot ou je ne me soucie pas de le répéter, mais
celle qui le dit éclata de rire, celle à qui il était dit éclata
pareillement, et tous ceux qui l'avaient entendu de près ou de loin
entrèrent dans une joie profonde, inextinguible, pareille à celle que
les dieux ressentirent quand Vulcain, d'un coup de filet, pêcha Vénus et
le dieu Mars.

Je ne sais pas ce que Mihiète aurait pu répondre, car, au même instant,
une des jalousies du premier étage de la maison Forestier s'ouvrit,
et la belle Rosine (je dis la belle, comme on dit à un vieux soldat en
retraite: «Mon colonel») se montra en camisole à la fenêtre, et cria
d'un air hautain:

--Mihiète!

L'autre d'abord ne fit pas semblant d'entendre. Alors, madame Forestier
éleva la voix d'une octave plus haut:

--Mihiète!

--Madame!

--Vous ne m'entendez-donc pas?

--Ah! madame, on fait tant de bruit dans la rue!...

--Mihiète! Qu'est-ce qu'elle vous dit cette souillon?

Là-dessus Mihiète se mit à rire en regardant Marion.

--Madame, répondit-elle, c'est Marion qui dit que vous faites votre
mari...

Au même instant, et avant qu'elle eût pu prévoir ou parer le coup, la
pauvre Mihiète reçut du premier étage tout le contenu d'un pot à eau.

C'est M. Forestier, le député de Creux-de-Pile, qui prenait lui-même la
peine d'arroser sa servante.

Elle leva les yeux, le reconnut, et s'écria en levant les mains au ciel:

--Ah! seigneur Dieu! prenez donc, à présent, les intérêts de vos
maîtres!... Mais ça m'apprendra! Si jamais je dis quelque chose en votre
faveur, monsieur Forestier, je veux bien que le cric me croque.

Puis, se retournant vers son ennemie Marion et montrant de la main M. et
Mme Forestier:

--Tiens, Marion, tu peux dire d'eux tout ce que tu voudras. Je m'en
_moque_. Eux, ta maîtresse et toi, c'est canaille et compagnie.

En même temps elle secoua son balai sur Marion et rentra précipitamment
dans la maison Forestier, car l'autre la poursuivait l'épée (je veux
dire le balai) dans les reins.

Je croyais le combat fini, l'un des combattants ayant pris la fuite,
et j'allais rentrer chez moi, lorsque je m'aperçus que Michel m'avait
laissé seul dans sa chambre.

Où était-il! Je ne m'en inquiétai pas d'abord, et je continuai de
regarder par la fenêtre ce qui se passait.

Au moment où je m'y attendais le moins, une fenêtre s'ouvrit à côté de
celle de Michel et dans la même maison. C'était celle de sa mère.

Mme Reine Bernard parut en camisole et en cornette comme Mme Forestier.
Elle demanda d'une voix aigre et vibrante:

--Marion!

--Madame!

--Que faites vous-là?

--Madame vous le voyez bien, je balaie.

La dame regarda et dit:

--Qu'est-ce que c'est que ce tas d'ordures?

Ici Marion s'aperçut que sa maîtresse lui saurait gré de ne pas épargner
ses voisins. Elle répondit:

--Ça, madame, je ne sais pas..., ça vient de chez madame Forestier.

--Qu'est-ce que tu disais tout à l'heure à Mihiète?

Alors Marion feignit l'embarras et répondit en regardant de côté la
jalousie derrière laquelle Mme Forestier observait toute la scène:

--Oh! mon Dieu, madame, ce n'est rien...

--Si! si! J'ai entendu quelque chose! Je veux que tu me répondes!... Je
le veux.

Ces trois derniers mots furent dits avec une vigueur incomparable.

Alors Marion, qui ne demandait que d'être pressée, répondit modestement.

--Madame, ce n'est pas ma faute...

Et elle feignit d'hésiter.

--Voyons, demanda Mme Bernard, qu'est-il arrivé? Je veux le savoir!...

Puis, se reprenant avec une attitude provocatrice:

--J'ai droit de savoir ce qui se passe chez moi, je suppose?

Marion parut prendre une résolution brusque et répliqua:

--Eh bien! puisque madame veut savoir, madame saura... Après tout, ça la
regarde autant que moi...

Mihiète a poussé ses balayures chez moi, comme si j'étais faite pour
balayer les ordures des Forestier... Vous comprenez, madame, on a sa
dignité à garder... Alors, je l'ai appelée «rosse!» Elle m'a appelée
«chameau!» Elle m'a dit qu'on mangeait chez elle des saumons de vingt
livres. Comme si madame ne pouvait pas manger des saumons, des brochets
et tout ce qu'il lui plaît... Alors, j'ai dit, que quand on mange des
saumons de vingt livres, il faut donner une dot à sa fille, et qu'il ne
faut pas faire son mari ce qu'il n'aurait pas envie d'être, le pauvre
homme, si madame Forestier lui demandait son consentement... Et voilà!

Mme Reine Bernard se mit à rire:

--Marion, tu n'as pas parlé d'autre chose!

--Oh! non, madame, je vous jure.

--Eh bien, il n'y a pas de mal à ça, ma fille: il faut toujours dire la
vérité.

--N'est-ce pas que c'est la vérité? madame, reprit Marion toute joyeuse,
et que M. Forestier doit se cogner le front, quand il passe sous les
portes?

--Ah! oui, c'est vrai! répliqua la dame, et si le capitaine Smintéry
était là, c'est lui qui pourrait en rendre témoignage.

Car Mme Bernard ne parlait jamais de sa voisine et de son amie sans
amener de quelque façon dans le discours le nom de ce capitaine fameux.
A coup sûr, il tenait plus de place dans son esprit que César, Alexandre
et Napoléon, ou plutôt l'armée française tout entière était représentée
à ses yeux par le capitaine Smintéry.

Pour dire en quelques mots d'où venait la grande réputation de cet
officier, il faut savoir que, quinze ans auparavant, il était venu, par
hasard, en congé à Creux-de-Pile, chez un ami, attendre qu'une blessure
assez grave reçue au Mexique fût tout à fait cicatrisée, et qu'il avait
été très bien accueilli par toute la «société» de Creux-de-Pile et en
particulier par Mme Forestier, qu'on en avait causé, que l'intimité
avait redoublé, après le départ de M. Forestier, alors député au corps
législatif et zélé bonapartiste; que Mme Forestier qui se vantait
auparavant de ne pouvoir supporter que Paris et les Parisiens et de
ne vivre à Creux-de-Pile qu'avec dégoût, tant elle était Parisienne de
vocation, naturellement élégante et poétique, déclara, cette année-là,
qu'elle avait des nerfs, des vapeurs, qu'elle n'aimait plus que les
frais ombrages, les ruisseaux limpides, les montagnes verdoyantes, les
parties de campagnes et tout ce qui s'en suit...

Par un heureux hasard, Smintéry aimait aussi toutes ces choses, de sorte
qu'on voyait presque continuellement ensemble ces deux âmes qui, sans
doute, en s'épanchant dans le sein l'une de l'autre, avaient rencontré
leur commun idéal.

Vous devinez les commentaires venimeux de Mme Bernard et de plusieurs
autres dames qui peut-être avaient jeté les yeux sur le capitaine...

Tout cela était bien ancien, car il était parti depuis longtemps
et personne ne l'avait revu, mais les histoires scandaleuses ne
vieillissent jamais en province. On les voit reparaître après deux ou
trois générations, et celle-ci n'étant âgée que de quinze ans à peine,
paraissait aussi fraîche qu'au premier jour.

Aussi l'effet des dernières paroles de Mme Bernard ne fut pas moins
prompt que foudroyant.

Les jalousies de Mme Rosine Forestier, entr'ouvertes jusque-là,
s'ouvrirent tout-à-coup et frappèrent la muraille d'un coup si terrible
que tous les assistants tressaillirent et que Marion, jusque-là si
brave, rentra dans sa maison avec son balai.

--Qui est-ce qui a parlé du capitaine Smintéry?... demanda la belle
Rosine, d'une voix éclatante comme celle de la trompette.

(Et comme personne ne répondait, elle continua:)

--... Serait-ce cette vieille gaupe?

De la main elle indiquait Mme Bernard qui jouissait tranquillement de sa
fureur.

Celle-ci répliqua:

--Vieille gaupe! moi! moi!! moi!!! Ah! tiens, je t'épargnais, à cause
de ta fille, qui n'est pas coupable, la pauvre enfant! Ce n'est pas sa
faute si le bon Dieu lui a donné une mère pareille. Mais toi, tu es une
vieille...

J'ai bien entendu le mot, mais je ne le répéterai pas, n'étant pas
naturaliste de profession. Au reste, vous devinez bien ce qu'une dame
très féroce peut dire à une autre qui a eu des amants.

--Si c'est vrai, cria Rosine qui, dans sa fureur, ne songea même pas
à nier, pourquoi es-tu venue me demander Hyacinthe en mariage pour ton
fils?

--Ce n'est pas moi qui en ai voulu, c'est Michel qui l'a voulu, mais
il n'en veut plus à présent, et si elle entrait jamais chez moi je la
mettrais à la porte, comme sa voleuse de mère.

--Voleuse! moi! répliqua Rosine. C'est toi qui es voleuse! C'est toi qui
as volé la succession de ton mari! C'est toi qui...

L'autre allait répliquer, mais Michel qui venait d'entrer dans la
chambre de sa mère, l'obligea de se retirer, ferma la fenêtre avec
autorité et lui dit:

--Ma mère, au nom du ciel, pas un mot de plus! Je ne veux pas
qu'Hyacinthe en entende davantage!



XIII

SOUS LES FAYANTS


Ce jour-là, jusqu'à huit heures du soir, je ne vis et n'entendis rien
de plus, car on se doute bien que je ne m'amusai pas à écouter la
conversation de Michel et de sa mère. Il n'y aurait eu, à prêter
l'oreille, ni prudence ni discrétion.

Je m'enfuis, en faisant le moins de bruit qu'il me fut possible, de
cette maison dangereuse et je ne fus en effet remarqué de personne,
ayant fait de longs détours à travers les prés et les bosquets qui
bordent ce côté de la ville.

Deux heures plus tard, ayant raconté à ma mère comment la nuit s'était
passée à danser et à se promener, ce qui lui fit secouer la tête d'un
air bien singulier, j'allai dans l'étude de maître Bouchardy, reprendre
mes fonctions de premier clerc.

Mais le patron ne parut pas. D'abord il dormit, je crois, la grasse
matinée. Ensuite il déjeuna confortablement, comme c'était son habitude.
Après avoir rempli ces deux devoirs envers lui-même, il pensa au
troisième, qui était de digérer, et descendit le long de la rivière en
suivant des yeux les truites qui sautaient brusquement pour attraper
les mouches à la surface de l'eau. M. Bouchardy m'a dit souvent, et
j'ai vérifié par ma propre expérience, qu'il n'y a pas d'exercice plus
hygiénique et plus favorable aux opérations de l'intelligence.

Enfin, vers six heures du soir, il rentra pour dîner, traversa l'étude
et ne me dit qu'un mot:

--Trapoiseau, mon ami, nous avons fait hier de la bouillie pour les
chats.

Et comme je l'interrogeais du regard, il ajouta;

--Le contrat de Michel est déchiré. Pour ma part, je n'en suis pas
fâché. Il allait se mettre la corde au cou.

Ayant dit ces choses, M. Bouchardy entra dans la salle à manger et ferma
la porte.

A sept heures moins cinq, suivant mon habitude, j'allai souper à mon
tour, et, à huit heures, je me trouvai sur la route des _Fayants_, ainsi
nommée de ce qu'on s'arrête ordinairement sur le haut de la colline où
sont plantés des hêtres magnifiques (_fagus_, _fayant_).

C'est là que le plus grand monde de Creux-de-Pile vient se promener
dans la belle saison. C'est là que les dames viennent essayer l'effet
de leurs robes et lire dans les yeux du public l'admiration qu'elles
inspirent. C'est de là aussi qu'on aperçoit à l'horizon la cime blanche
des monts Dore.

Moi, pour parler franchement, je ne m'occupais beaucoup de la robe de
ces dames et je ne les admirais guère, n'ayant rien à gagner dans cet
exercice; mais je voulais voir Angéline.

Nous nous étions quittés en mauvais termes la veille. Je sais bien
qu'elle avait eu tort de danser d'abord avec le gros Francis, fils du
puissant Vire-à-Temps, et ensuite avec un petit jeune homme blond que je
ne connaissais pas. Elle avait eu tort, oui, c'est vrai, et de plus elle
m'avait dit bonsoir trop légèrement et comme si elle avait été choquée
elle-même de ma conduite, ce qui était injuste; mais enfin elle s'était
trompée peut-être, elle avait cru des choses qui n'étaient pas...
Quelles choses? Pour le savoir il fallait le lui demander... Or, elle
n'avait point paru dans l'étude pendant toute la journée, elle n'avait
demandé aucun livre, elle m'avait complètement oublié... Oh! l'ingrate!

Voilà pourquoi je remontais la route des Fayants, espérant qu'un heureux
hasard me permettrait de la rencontrer, de lui parler, de lui faire
sentir sa cruelle injustice, et, si c'était nécessaire, de m'humilier et
d'implorer mon pardon.

Car j'avais bien vu qu'elle était fâchée.

Mais au lieu de la belle Angéline, c'est mon pauvre ami Michel que je
rencontrai.

Il était encore plus malheureux que moi, quoique d'une autre manière, et
dès qu'il m'aperçut il courut à moi, et me saisit par le bras:

--Sais-tu ce qui m'arrive? demanda-t-il.

--Je m'en doute à peu près.

--Trapoiseau, mon ami Trapoiseau, tout est fini!

Je pensais comme lui que tout était fini, mais pour lui donner du
courage, je répondis d'un air gai:

--Eh bien, si tout est fini, tout est à recommencer! Voyons, qu'est-il
arrivé?

--Il est arrivé, répondit Michel, qu'après la scène de ce matin à
laquelle j'ai mis fin malgré ma mère, en fermant la fenêtre, pendant
que le père Forestier, je ne sais par quel moyen, calmait l'ardeur de sa
femme, celle-ci a pris la plume et de sa blanche main a écrit à ma mère
la petite lettre que voici:

«Madame,

»C'est à regret, vous pouvez m'en croire, que j'avais accordé à votre
fils la main de ma chère Hyacinthe.

»Je n'avais pas pu résister à vos pressantes supplications et à
celles de Michel, malgré le soupçon que j'avais que mon enfant serait
difficilement heureuse dans la famille Bernard. Mais, après la scène
honteuse et les viles et basses calomnies de ce matin, vous devez
comprendre vous-même que ma chère enfant ne peut pas, ne veut pas être
exposée à entendre matin et soir insulter une mère qu'elle adore.

»Le contrat est déchiré. Je refuse mon consentement. Aussi bien la fille
de M. Forestier, député de Creux-de-Pile, n'aura pas de peine à trouver
un mari plus présentable qu'un petit avocat sans réputation et sans
fortune à laquelle il pourrait prétendre.

»J'ai l'honneur de vous saluer, madame, avec les sentiments qui vous
sont dus.

»Rosine FORESTIER.»

--Que dis-tu de ça? demanda Michel en repliant sa lettre avec soin et la
mettant au fond de sa poche.

--Je dis que ta mère a dû répondre, et de la bonne encre.

A quoi il répliqua en tirant de la même poche une autre lettre;

--Écoute ceci. C'est le brouillon de la lettre de ma mère qu'elle m'a
permis d'emporter et recommandé de relire souvent, tant elle était
contente soit du fond, soit de la forme de ses pensées;

«Madame,

»Vous m'avez prévenue. J'allais vous envoyer un compliment tout pareil.
Michel est, croyez-vous, un petit avocat sans réputation. Je n'en dirai
pas au tant d'Hyacinthe. Elle a celle de sa mère qui la suivra en tous
lieux. Je la plains, la pauvre enfant!... Rien n'est plus affreux que
d'avoir à rougir des fautes qu'on n'a pas commises et d'entendre partout
murmurer sur son passage: C'est la fille de madame Chose, vous savez
bien, celle qui...

»Mais, madame, puisque nous ne devons plus nous revoir, ce n'est pas
la peine de rappeler des souvenirs qui, tout en ayant peut-être quelque
douceur pour vous, ne sauraient être que pénibles pour ce pauvre M.
Forestier.

»Un mot pourtant.

»Vous parlez de mes pressantes supplications et de celles de Michel.
Vous êtes folle, ma chère. Oui, en vérité, vous avez perdu la raison.

»Qui? Moi! vous supplier! Et de quoi? bon Dieu! de donner à mon fils
unique la main de mademoiselle Hyacinthe Forestier, la fille de Rosine
Forestier! Allons donc!

    Ma commère, il faut vous purger
    Avec deux grains d'ellébore...

»Hyacinthe n'a pas de dot, puisque vous gardez tout. Son père est député
aujourd'hui, mais les élections approchent et tout le monde demande à
Michel de se présenter. Par générosité, il ne voulait pas le faire, mais
qu'il dise un mot: M. Forestier tombe à terre du premier coup.

    Et sans avoir l'éclat du verre,
    Il en a la fragilité.

»Et je vous aurais suppliée, ma chère, de donner à mon fils qui sera
député dans trois mois (car il le sera, je vous en réponds), la fille
sans dot d'un député dégommé et d'une femme dont il vaut mieux ne point
parler, puisqu'on n'en peut rien dire que de honteux! Allons donc! vous
vous prenez pour une autre, ma pauvre Rosine; vous vous croyez encore au
temps où vous étiez jeune et fringante, où le capitaine Smintéry...

»..... A propos, en avez-vous des nouvelles? On dit qu'il est
aujourd'hui colonel à Batna... Est-ce vrai? Vous devez le savoir mieux
que personne... Il doit être bien cassé aujourd'hui, car il y a quinze
ans de cela, ma chère, et vous n'étiez déjà plus ni l'un ni l'autre de
la première jeunesse...

»Enfin, à tout péché miséricorde. Ce mariage est rompu. Je le regrette
pour Hyacinthe, qui avait besoin d'entrer dans une honnête famille et
d'avoir de bons exemples sous les yeux. Cette chère enfant est jeune et
innocente encore. Je la plains sincèrement. Elle méritait mieux que de
vivre près de vous. Je le dis sans vouloir vous offenser, ma chère, mais
parce que c'est la vraie vérité.

»Présentez, je vous prie, mes compliments à ce bon M. Forestier. On
annonce un prochain concours régional.

»Dites-lui de se présenter pour les bêtes à cornes et qu'il aura le
prix. C'est certain.

»Au plaisir de ne jamais vous revoir, chère bien-aimée!

»Reine BERNARD.»

Comme je retournais le papier avec étonnement, Michel me dit:

--Je t'ai fait voir les deux lettres, parce que je voulais te demander
conseil. D'ailleurs ma mère a pris soin de recopier la sienne et deux ou
trois exemplaires circulent déjà dans la ville. Il ne me servirait donc
de rien d'en garder le secret...

--Alors ton mariage est rompu?

--Comme tu vois. Nos deux mères retirant l'une et l'autre leur
consentement, Hyacinthe et moi nous demeurons assis par terre... A ma
place, Félix, qu'est-ce que tu ferais?

Je me grattai la tête, ce qui favorise le travail de la réflexion, et je
répondis:

--Ça dépend.

En effet, ça dépendait, mais de quoi?

C'est ce que Michel me demanda.

--Ça dépend de ce que pense mademoiselle Hyacinthe.

--Ah! s'écria Michel, elle pense tout ce qu'il faut penser. Elle m'aime,
je l'aime, et nous voulons nous marier: voilà!

--Comment le sais-tu?

--Parce qu'elle me l'a dit ce matin.

--Ah! ah!

--Parbleu! reprit Michel pendant que les servantes se disputaient, j'ai
compris qu'il allait arriver quelque chose, alors j'ai couru sous la
fenêtre d'Hyacinthe, qui, par bonheur, ne dormait pas plus que moi; je
lui ai confié mes inquiétudes. Elle est descendue en robe de chambre
dans le jardin et m'a ouvert la porte. J'ai dit:--«Je crains un malheur
épouvantable,» et j'ai expliqué ce qui se passait dans la rue. J'ai
ajouté: «M'aimerez-vous toujours?

«--Oui.--Quoi qu'il arrive?» Elle m'a répondu en riant:--«Ah! pourtant,
si vous ne m'aimiez plus, vous, Michel?» Alors je me suis mis à genoux
et prosterné. J'ai baisé le dessus de ses célestes pantoufles, j'aurais
baisé la semelle si elle l'avait permis, je me suis relevé, j'ai baisé
les mains et le bas de la robe, j'ai fait tous les serments imaginables,
j'ai invoqué tous les saints, j'ai prié saint Michel archange, mon
patron, de me frapper de sa foudroyante épée si je venais à violer ma
foi, j'ai adoré de nouveau, enfin je ne m'ennuyais pas ni elle non plus,
j'espère, et je serais encore devant elle à genoux dans l'herbe et
la rosée, si la terrible madame Forestier n'avait paru subitement et
prononcé ces funestes paroles:

--Hyacinthe! Rentrez!

L'ange s'est sauvé. Le diable est resté. J'ai voulu m'excuser sur ce
que, le contrat étant signé, j'avais cru pouvoir... Madame Forestier m'a
répliqué:

«--Monsieur, je vous défends de parler à ma fille, de voir ma fille, de
penser à ma fille!»

Et comme je m'écriais:

«--Ah! madame...»

Elle a continué:

«--Tout est rompu entre nous, monsieur! Allez rejoindre votre mère!»

Puis elle a ouvert la porte de son jardin d'un geste si impérieux que
j'ai dû rentrer dans le mien. Mais comme elle refermait cette maudite
porte, j'ai vu Hyacinthe à la fenêtre et j'ai crié:

«--A vous toujours! M'attendrez-vous?

»--Je vous attendrai, Michel!»

Sur quoi la mère est arrivée et a fermé la fenêtre.

Tel fut le récit de Michel qui fut fait dans l'allée des _Fayants_,

    Sous la sombre clarté qui tombe des étoiles.



XIV

LACHE! LACHE!! LACHE!!!


J'écoutais ce récit avec la plus profonde attention. Je ne demandai rien
si ce n'est:

--Que vas-tu faire maintenant, Michel?

--Voilà, répondit cet amant malheureux, voilà ce qui m'embarrasse et sur
quoi je voulais avoir ton avis. Car tu es un sage, Trapoiseau...

Et comme je déclinais modestement ce titre:

--Oui, tu es un sage, répliqua Michel avec chaleur, tu n'as jamais aimé,
toi! Ou si tu as aimé...

Je pensai à la belle Angéline.

--Dans ce cas, lui dis-je en l'interrompant, j'ai pris patience.
L'amour, vois-tu, c'est comme la faim et la soif quand on se promène
dans la campagne. Si l'on ne trouve pas à dîner dans une auberge, on
dîne dans une autre.

Je faisais le philosophe, mais Michel indigné s'écria:

--Blasphémateur! sacrilège! oses-tu comparer?...

--Enfin, ta mère et ta belle-mère sont d'accord pour te séparer
d'Hyacinthe, n'est-ce pas?

--Oui.

--Parce qu'elles se détestent, elles veulent que leurs enfants se
détestent aussi?

--Tu l'as dit!

--Et vous ne vous détestez pas! au contraire!

--Ah! certes!... Par Jupiter, le père des dieux et des hommes, je ne
l'ai jamais aimée davantage!

--Et papa Forestier, qu'est-ce qu'il dit de tout ça?

--Je n'en sais rien. Je ne l'ai pas vu depuis la catastrophe.

--Comment! tu ne l'as pas vu et tu désespères!

--Il est si peu maître chez lui!

--Maître ou non, Michel, il faut le sommer de tenir sa parole?

Tout à coup Michel s'écria:

--Attends-moi. Le voici. Je vais lui parler tout de suite.

En effet, M. le député de Creux-de-Pile s'avançait lentement donnant le
bras à sa femme. Mademoiselle Hyacinthe marchait sur la même ligne, mais
à trois pas de distance, tout près de la belle Angéline Bouchardy,
que M. Bouchardy, mon patron, côtoyait. Un peu plus loin, venait M.
le président Vire-à-temps, accompagné du gros Francis. Tous deux
s'essoufflaient à monter la côte pour rejoindre la famille Forestier.

En un mot, toute l'élite de la «_société_» s'avançait, car à
Creux-de-Pile on appelle «société» tous ceux qui ont reçu de l'argent
en naissant ou qui en ont gagné par un moyen quelconque. Le reste est du
«petit monde».

Moi, j'étais du «petit monde»; Michel était de la «société», et de la
plus haute, quoique son père eût été républicain, ce qui parut très
bizarre, car le grand-père était légitimiste: or, il est reçu comme
article de foi dans Creux-de-Pile qu'on doit hériter des opinions et des
tics de son père comme de ses vieux paletots et de ses vieilles bottes.

Michel alla donc bravement au-devant de madame Forestier; mais comme par
une manoeuvre habile il se rapprochait beaucoup plus de la fille que
du père madame Forestier dit d'une voix impérieuse:

--Hyacinthe, donne le bras à ton père!

La jeune demoiselle obéit, et (sa mère s'étant placée de l'autre côté)
se trouva flanquée de ses parents comme un pauvre petit agneau innocent
qui aurait à sa droite et à sa gauche deux forts chiens de berger pour
le défendre de la dent des loups. Je voyais la manoeuvre et j'en
riais, car, certes, le doux agneau ne craignait pas la dent du loup qui
s'approchait.

J'entendis, car je n'étais qu'à dix pas, la conversation qui suivit:

Michel salua silencieusement madame Forestier, qui ne répondit pas à ce
salut et ne parut même pas le voir, puis mademoiselle Hyacinthe, qui ne
parla pas davantage, mais dont les yeux noirs disaient bien des choses;
puis il tendit la main au député, qui ne la prit pas,--foudroyé qu'il
était par un coup d'oeil terrible de sa femme,--et enfin demanda:

--Monsieur Forestier, je désirerais causer un instant avec vous...

L'autre consulta du regard sa femme et répondit d'un air fort
embarrassé:

--Mon cher ami, vous voyez bien que ce n'est pas le moment. On ne cause
pas ainsi d'affaires sur le grand chemin... car c'est d'affaires je
suppose...

--C'est de l'affaire la plus importante de ma vie, s'écria Michel. En
deux mots, à quelle heure voulez-vous venir après demain à la mairie?

L'autre répliqua:

--A la mairie? Pourquoi faire?

--Pour nous marier, Hyacinthe et moi. L'avez-vous déjà oublié?

Forestier demeura stupéfait.

--Mais, mon cher ami, répliqua-t-il en cherchant ses mots avec lenteur,
je croyais que vous...

Alors la belle Rosine, plus hautaine, plus grisonnante et plus
couperosée que je l'avais jamais vue, interrompit son mari, et d'une
voix sifflante comme un coup de cravache:

--Monsieur, après les infamies que, ce matin...

Mais Michel lui coupa la parole:

--Madame, dit-il, je ne vous parle pas. C'est à M. Forestier que je
m'adresse. Il est votre mari. Il est père d'Hyacinthe. Il est chef de la
famille aussi, je suppose?...

--Et moi, j'en suis sûr! dit le député d'une voix sonore et en se
rengorgeant comme un vieux dindon.

--Montre-le donc alors! reprit la mère.

--Eh bien, oui, je le montrerai, continua le gros homme, et pour
commencer: tais-toi, ma femme!...

Mais cet éclair de vigueur n'était destiné qu'à couvrir sa lâcheté:

--Monsieur Bernard, je suis maître chez moi, et je déclare
solennellement qu'après la scène de ce matin jamais personne de votre
famille n'entrera dans la mienne et ne passera le seuil de ma maison!

--Très bien, dit madame Forestier. Monsieur Bernard, nous n'avons plus
qu'à nous saluer.

Et elle esquissa une révérence pleine d'ironie et de dignité,--du moins
à ce qu'elle croyait.

Mais Michel, à son tour, répliqua:

--Madame, je suis majeur. Hyacinthe le sera bientôt. Nous attendrons
jusque-là... N'est-ce pas, Hyacinthe?

La jeune demoiselle lui tendit la main. Il la lui baisa et vint me
rejoindre à dix pas de là.

J'entendis quelques mots qui furent comme les dernières fusées d'un feu
d'artifice qui s'éteint.

--Tu ne l'as pas souffleté quand il a osé te dire une pareille
insolence? s'écriait la belle Rosine.

--Mais, ma bonne amie, répliquait Forestier, j'aurais bien voulu te
voir à ma place! Vous autres femmes, vous ne parlez que de donner des
soufflets. On voit bien que vous n'en craignez pas les conséquences.
Après tout, souffleter Michel parce qu'il veut épouser Hyacinthe--ce qui
était légitime et permis, hier au soir,--c'est peut-être un peu vif...
On y regarde à deux fois.

--Oh lâche! lâche!! lâche!! s'écria Rosine. Ah! si j'étais homme!

--Maman! dit la belle Hyacinthe d'un ton conciliant, tu n'y songes
pas!... Si l'on venait à t'entendre.

--C'est pour le coup, conclut le député, que mon élection, qui déjà
branle dans le manche, serait joliment fichue à l'eau.

Au même instant le président Vire-à-Temps et son fils vinrent les
rejoindre. Aussitôt madame Forestier fit avec ses lèvres «petite pomme»,
et de sa voix «petite flûte», réservée aux gens de distinction, s'écria:

--Comment, c'est vous, monsieur le président?

--C'est vous, belle dame! répliqua le justiciard d'un air d'étonnement,
de galanterie et d'admiration. On aurait cru qu'il venait d'apercevoir
la Vénus de Milo avec deux bras.

--Comment allez-vous, monsieur Francis?

Le gros Francis, très poli mais peu éloquent, répondit qu'il «allait
à merveille», et les compliments suivirent de part et d'autre. L'un se
portait mieux que jamais. L'autre, la dame, était épanouie comme une
rose; en effet, rose ou couperosée c'est tout comme pour le spectateur
qui n'a pas mis ses lunettes.

Bref, le bruit flatteur des compliments réciproques s'étendit et finit
par se perdre dans la vallée.

Un dernier mot pourtant arriva jusqu'à nous et perça le coeur de
Michel, c'est celui-ci, dit par madame Forestier:

--Hyacinthe, prends le bras de M. Francis. M. le président et moi, nous
avons à causer avec ton père.

--Oh! s'écria Michel en serrant les poings, quand je pense que ce sera
la même chose tout le long de l'année, et que ce gros Francis va prendre
ma place, j'ai une envie terrible de le massacrer.

Alors, moi qui suis ami de la paix et des convenances, je lui dis:

--Michel, je te le défends, ou je jure de ne plus me mêler de tes
affaires.

Il se retourna brusquement.

--Tiens, Félix, tu es un bon enfant, un ami sincère, et tu sais, je
crois, que je ferai tout ce qu'il faudra pour te servir, si l'occasion
s'en présente, eh bien...

--Prends garde, Michel, tu vas me proposer quelque sottise!

--Non, non, rassure-toi... Écoute-moi bien. Si nous étions au désert
dans le pays des gazelles, où l'on ne trouve pas de notaires, de maires
et de belles-mères, mais où soufflent le sirocco, père du mistral, et
le simoun, frère aîné du sirocco, où le papier timbré est inconnu, où
le lion se cache à l'ombre des palmiers pour causer avec la lionne, si
j'étais Kabyle enfin, Arabe ou Touareg, n'ayant d'autre fortune que mon
cheval et ma lance et d'autre pensée que mes amours, si la fille d'un
cheik m'avait dit: «Je t'aime!» si le vieux cheik, plus bête qu'une oie,
m'avait d'abord accordé, puis refusé sa main, que faudrait-il faire,
réponds?

Je répondis sans hésitation:

--L'enlever, parbleu!

--Eh bien, c'est ce que je vais faire pour Hyacinthe. Veux-tu m'aider?

--Moi! y penses-tu, Michel? Moi, Trapoiseau, futur huissier, futur
avoué, futur notaire peut-être, j'irais me fourrer et te fourrer dans
ce guêpier! Jamais de la vie, camarade! C'est bon dans le désert, ces
procédés-là, et encore!

--Faux ami, va!

--Mais non! mais non! Clairvoyant ami, à la bonne heure!

Je m'en flatte. Un enlèvement! _Nombre de Dios!_ Pour qui me prends-tu?
Je suis un serviteur de la loi, ami Michel. D'ailleurs, informe-toi
d'abord si mademoiselle Hyacinthe y voudra consentir. Mais ne compte pas
sur moi!

Comme nous en étions là et revenions lentement dans l'ombre du côté de
Creux-de-Pile, la voix de la belle Angéline se fit entendre. Elle nous
suivait de près avec son père.

Alors Michel me dit tout bas:

--Occupe un instant ton patron. Je voudrais causer une minute avec
mademoiselle Bouchardy.

--Trapoiseau, dit le patron, nous avons eu beau mettre dans le contrat
toutes les complaisances possibles et faire toutes les concessions, il
n'y a pas en moyen de conclure. Ces haines de femmes, vois-tu, rien ne
peut les apaiser, pas même l'intérêt le plus pressant... Michel n'y perd
rien. Au contraire. Pour l'argent, il trouvera mille fois mieux; quant à
la fiancée, Hyacinthe est aimable, c'est vrai, mais elle n'est pas seule
de son sexe, même à Creux-de-Pile...

Il jeta du côté de sa fille un regard de complaisance qui me fit frémir.

--... Et enfin, Michel est jeune, plein de talent, ambitieux, déjà très
considéré dans le pays, soit pour son père, soit pour lui-même; il sera
député cette année s'il le veut bien... on peut l'y aider d'ailleurs...

Ces derniers mots furent dits avec une grande intention de finesse.

--... Après tout, vois-tu, Trapoiseau, chacun de nous est amoureux à
son tour, comme chacun de nous a la rougeole, on n'en meurt pas, au
contraire! Eh! mon Dieu! moi qui te parle, quand j'avais l'âge de Michel
j'étais amoureux de toutes les filles...

Puis, se reprenant:

--... de toutes celles qui en valaient la peine...

--C'est-à-dire, monsieur Bouchardy, de toutes celles qui avaient une
dot, je suppose?

Il répliqua avec un gros rire:

--Certainement. Me prends-tu pour un niais?

Au même instant, Angéline et Michel se rapprochèrent de nous.

--Eh bien, demanda gaiement le père, as-tu consolé ce pauvre amoureux?

--J'ai essayé, du moins, de panser son coeur blessé, répondit
Angéline.

--Et elle a si bien réussi, ajouta Michel, qu'on voudrait être blessé
tous les jours pour être pansé par la main d'un pareil chirurgien.

--Puisqu'il en est ainsi, bonsoir, Michel! dit le père.

Et nous nous séparâmes,--Michel heureux et souriant, et moi, dévoré de
jalousie.

Qu'avait-elle pu dire à Michel pour le consoler si vite, cette perfide
Angéline?



XV

LA MORT DE CÉSAR


Ce qui suivit le lendemain est si terrible que tout le peuple de
Creux-de-Pile (à commencer par les plus hauts bourgeois) n'eut pas
d'autre sujet de conversation pendant plusieurs semaines.

Cependant la matinée avait été paisible. Un soleil brûlant, tempéré par
un vent frais et léger, éclairait la terre et rendait l'ombre plus douce
et la verdure des prairies plus agréable aux yeux.

Les enfants criaient.

Les chiens aboyaient.

Les oiseaux piaulaient.

Les boeufs mugissaient.

Les femmes piaillaient.

Les hommes buvaient et se querellaient en parlant politique.

Enfin chacun faisait son métier en conscience. Pour moi, en l'absence de
M. Bouchardy, mon patron, qui lisait son journal après déjeuner, au fond
du jardin, je venais de distribuer le travail à mon lieutenant et à mon
sous-lieutenant, je veux dire au second et au troisième clercs, et je
réfléchissais lorsque midi sonna.

Je pris mon chapeau après l'avoir brossé avec soin de peur que
mademoiselle Angéline fût debout à la fenêtre occupée à regarder la
rue, le paysage et les passants, et je sortis en recommandant à mes deux
subordonnés de travailler avec ardeur.

L'un d'eux, aussitôt que j'eus le dos tourné, répondit à cet
exhortation:

--Qu'est-ce qu'il nous veut, ce Trapoiseau? Qu'on lui fasse sa
besogne?...

Et il ajouta d'un air indigné:

--Ah bien oui! il peut se fouiller?

Et l'autre, ne trouvant pas cette pensée assez énergique, ajouta d'une
voix retentissante:

--Malheur! Oùs qu'est mon fusil?

Mais, comme vous pensez bien, je ne fis pas semblant d'entendre. Ce
n'est pas pour rien qu'on a le plaisir de commander. Ceux qui obéissent
vous font payer cher leur obéissance. Je le sais, depuis longtemps et
pour cette raison je commande le moins possible.

Je sortis donc et j'allai retrouver l'éternelle ratatouille de mouton
aux pommes de terre qui faisait, comme je l'ai dit déjà, le fond de la
cuisine de ma mère.

Il est vrai pourtant que la ratatouille était bonne. De plus, ma mère
me témoignait de tant de façons la joie qu'elle avait de me voir et me
réservait avec tant de soin les meilleurs morceaux, que je préférais
vraiment son dîner à celui de tous les archevêques. Ne croyez pas, du
reste, que notre salle à manger fût moins belle que celle de la terrasse
de Saint-Germain, qui a tant de réputation!

En été ou au printemps, il suffisait d'ouvrir la fenêtre pour voir la
verte vallée de Creux-de-Pile, la rivière limpide, les montagnes grises
et bleues, la vieille église romane sur la colline en face et tout ce
qui fait de cette ville prodigieuse l'éternel objet de l'admiration des
hommes.

Ce jour-là donc, je dînai et je regardai, suivant mon habitude,
répondant avec un peu de distraction à toutes les questions de ma mère.

Après que j'eus donné quelques détails sur la rupture du mariage de
Michel et d'Hyacinthe, ma mère devint peu à peu rêveuse, ce qui ne lui
arrivait guère, et me demanda tout à coup:

--Comment trouves-tu mademoiselle Patural?

Cette question m'étonna beaucoup, car nous n'avions jamais parlé de la
pauvre fille, et, pour moi, je n'y avais jamais pensé.

Cependant, par respect pour ma mère, je répondis qu'elle avait un bien
vilain nez, un crâne aussi plat que le fond d'une assiette, des oreilles
trop écartées et des pieds, oh! des pieds si grands que si
leurs pantoufles eussent été de bois, elles auraient pu servir à
l'embarquement d'une armée comme les fameux bateaux du camp de Boulogne.

--Tant pis! dit ma mère.

--Pourquoi tant pis, maman? Est-ce que ça peut t'intéresser?

Alors ma mère qui était un Machiavel à sa manière, ajouta:

--Oui, tant pis, Félix, et tu vas voir pourquoi... Ton ami Michel a
été mis à la porte de M. Forestier... ne te fâche pas. Ce sont les
deux mères qui l'ont voulu. Tant qu'elles vivront, les enfants ne se
marieront pas. Elles se sont querellées hier, elles se sont dit toutes
les horreurs de la nature. Michel est flambé; Hyacinthe aussi.

Puis, comme elle voyait que j'allais l'interrompre:

--Attends, c'est le commencement, ça. Tu vas voir le reste. Le président
Vire-à-Temps qui les guette va demander Hyacinthe pour son fils. Le père
Forestier qui n'a pas de dot à donner ne refusera pas. La mère qui tient
toutes les clefs, donnera une dot, elle, parce que c'est le président,
parce qu'elle est flattée de voir un si bel homme qui a déjà soixante
ans passés lui dire «belle dame», parce que...

--Mais alors, maman, qu'est-ce que tout ça peut faire à mademoiselle
Patural?

--Aveugle! s'écria ma mère, tu ne vois donc pas que le fils du président
qui allait épouser mademoiselle Bouchardy, épousera Hyacinthe, fille
du député, que Michel pour se venger et aussi parce que mademoiselle
Angéline a une belle dot, l'épousera et sera le gendre de M. Bouchardy,
et que mademoiselle Berthe Patural qui est laide, mais qui a de ça, et
qui visait ton ami Michel ou le fils du président, les voyant placés
tous deux, sera furieuse et si quelqu'un la demande en mariage,--mais
quelqu'un de bien, tu m'entends! quelqu'un comme il faut, quelqu'un qui
peut acheter une étude de notaire ou une étude d'avoué;--alors, eh bien!
Berthe, aux grands pieds, comme tu dis, pourra s'en accommoder. Une
marmite n'a pas toujours le couvercle qu'elle voulait; mais elle a
toujours besoin d'un couvercle. Quand on ne trouve pas un joli avocat ou
un gros receveur, on prend un avoué!... Entends-tu, mon garçon?

Et ma mère se mit à rire en me regardant d'un air triomphant.

Je voulus objecter:

--Mais, maman, si j'étais avoué, je ne voudrais pas de Berthe Patural
pour femme, et je ne suis pas avoué. Je gagne cent francs par mois, et
ce n'est pas avec ça qu'on achète n'importe quoi...

--Tâche de plaire à la demoiselle de l'avoué, répliqua ma mère d'un air
mystérieux. Moi, je me charge de la place. J'emprunterai tout ce qu'il
faudra.

Sur ce mot «_j'emprunterai_» que ma mère n'avait jamais prononcé devant
moi et qu'elle paraissait avoir en horreur autant que le traître Judas
Iscariote qui vendit Notre Seigneur Jésus-Christ pour trente sous, je
pris congé et je retournai à l'étude de maître Bouchardy, mon patron.

Je descendais la côte en fredonnant:

    Voyez donc ce beau garçon-là,
            C'est l'amant d'A,
            C'est l'amant d'A,
    Voyez donc ce beau garçon-là,
            C'est l'amant d'Amanda.

Mais ce n'est pas à Berthe Patural que je pensais, vous pouvez m'en
croire. Oh! non. L'ange de mes rêves avait des formes plus agréables à
l'oeil, une voix plus douce au coeur, et s'appelait du nom délicieux
d'Angéline.

Tout à coup, comme j'arrivais devant la porte de l'étude de M.
Bouchardy, une grande clameur se fit entendre à l'extrémité de la rue.
De toutes parts on s'assembla devant la maison de madame Bernard, et des
cris perçants retentirent.

Marion--je la reconnus à la voix--s'arrachait les cheveux et hurlait:

--Ah! madame, pauvre madame! Ils l'ont assassiné, les gueux!

En même temps elle montra le poing à la maison Forestier, reprit haleine
un instant et ajouta:

--Ils lui ont coupé le cou; mais je le leur couperai à mon tour! Ah les
gueux! Ah! les gueux! Pauvre chéri! Quel mal leur a-t-il jamais fait? Il
allait chez eux tous les jours, il était bon comme le bon pain, il les
aimait tant! Je lui disais bien: «N'y va pas, mon chéri! C'est tous de
méchantes gens, de la canaille, de la bouaille! Ça n'a pas pour deux
sous de coeur! Ça ne vit que pour boire et manger! Ça se fait servir
des saumons de vingt livres et ça n'a pas seulement mille écus à donner
en dot à leur fille!» Il n'a pas voulu m'écouter, et le voilà, il est
mort maintenant; ils lui ont coupé le cou, les misérables! Mais qu'ils y
viennent donc pour m'en faire autant! c'est moi qui les recevrai!

De la main droite elle brandissait un long et large couteau de cuisine
pendant que de la gauche elle montrait avec le geste tragique de Niobé
le corps de la malheureuse victime, déposé dans l'intérieur de la
maison.

Je m'approchai très inquiet et je demandai à l'une des femmes qui
étaient là:

--Qui est-ce donc qu'on vient d'assassiner?

Alors, avant que la femme pût répondre, la grosse et courte Mihiète se
montra à la fenêtre du premier étage et cria:

--Fallait pas qu'il passât par-dessus le mur de notre jardin! Madame
l'avait défendu; c'est bien fait!

Cette réponse me fit trembler pour Michel. Je demandai à Marion:

--Vraiment! Est-ce qu'il est mort?

Elle cria en sanglotant:

--Ah! monsieur Trapoiseau, ce n'est que trop vrai. Sa tête est d'un
côté, son corps est de l'autre... Pauvre chéri, va! Comment vais-je
annoncer ça à madame?

J'entrai précipitamment dans la maison pour voir ce malheureux Michel.
Est-il possible! A son âge! Un grand et beau garçon, plein de force,
d'amour et de joie avait si étrangement péri!

Marion me suivit en pleurant toujours comme j'allais monter dans la
chambre de mon malheureux ami, elle me retint, me conduisit dans sa
cuisine et me montra le défunt.

--Le voilà! dit-elle.

--Qui? Michel?

Je cherchais des yeux et ne voyais rien.

--Eh! monsieur Trapoiseau, répliqua-t-elle en colère, qui est-ce qui
vous parle de Michel? Couper la tête à Michel! Ah bien! il ne manque
plus que ça aux Forestier s'ils veulent que je les mette tous en chair
à pâté, à commencer par la Rosine qui m'a appelée «souillon» et à finir
par la Mihiète qui m'a appelée «chameau!...» Et encore qu'est-ce que je
dis? de la chair à pâté! C'est bien plutôt de la chair à saucisse!...
Celui qu'ils ont tué, les gueux! c'est notre pauvre paon, mon beau
César... Tenez voyez la tête! son aigrette est-elle assez jolie! Et sa
queue!... Il n'y en avait pas de pareille dans tout le département.

Notre saint père le pape lui-même (c'est votre oncle M. le curé qui me
l'a dit à son retour de Rome) aurait voulu en avoir un pareil. Tous les
cardinaux en cherchaient pour lui, mais ils n'en trouvaient pas d'aussi
beau. Je crois bien que M. le curé aurait voulu l'avoir pour le donner à
notre saint père, ça l'aurait peut-être fait nommer cardinal à son tour;
mais pour ça, bernique! César ne voulait pas se séparer de moi, ni moi
de César; il aimait tant Michel, il le suivait toujours quand il entrait
dans le jardin des Forestier, et à cause de Michel il aimait tant
Hyacinthe... C'est bien ça qui l'a perdu! Il avait trop de coeur, le
pauvre chéri! Ce matin, Michel est allé en voyage pour les affaires de
ses clients (car nous avons une clientèle, nous autres, nous ne sommes
pas comme ce député galeux qui vit aux frais des pauvres gens); c'est en
son absence qu'ils ont fait le coup.

Je demandai quelques détails sur l'assassinat.

Marion répliqua brusquement:

--Est-ce que je sais, moi? Est-ce que je peux savoir? Est-ce que j'ai
vu? Si j'avais vu, croyez-vous que j'aurais laissé faire?... Sans doute
César aura passé par-dessus le mur, comme c'était son habitude pour
aller déjeuner avec les poules des Forestier. Vous savez, c'était son
caractère, à ce pauvre ami; il aimait à dîner en ville, et comme il
était mieux habillé que les autres et un peu glorieux, il faisait le
beau devant les poules pour faire enrager le coq. On ne lui disait rien
à cause du mariage de Michel et d'Hyacinthe; il a cru être dans son
droit. Il a vu signer le contrat, mais il n'a pas entendu ce qui s'est
dit dans la rue, devant la porte, ou, s'il a entendu, il n'a pas bien
compris, car il était un peu bête, le pauvre César; il est allé dans le
poulailler, la serviette autour du cou, comme il faisait tous les jours,
il a voulu se mettre à table. Alors on l'a pris en traître et on l'a
guillotiné.

Ici Marion fit une pause.

Puis elle leva la main vers le ciel pour implorer la justice de l'Être
suprême:

--Oh! mais ils me le payeront, les scélérats, et plus cher qu'au marché
encore!

Tout à coup, comme je sortais de la maison, après avoir entendu
l'oraison funèbre de César, je vis de loin madame Bernard qui revenait
de faire une visite et marchait à pas précipités. Alors, prévoyant une
tragédie nouvelle, je me réfugiai dans l'étude de M. Bouchardy pour n'en
pas être témoin.



XVI

DEUX CITATIONS


C'est un vendredi que ce déplorable événement eut lieu. Je veux dire
la mort de César. Croyez que celle du vainqueur des Gaules, qui fut
assassiné au milieu du Sénat, ne fit pas plus de bruit à Rome que celle
du malheureux paon de madame Bernard à Creux-de-Pile.

Dès le lendemain matin, madame Rosine Forestier, à son lever, reçut, en
même temps que son chocolat, la citation suivante à comparaître devant
M. le juge de paix.

«L'an mil huit cent soixante-dix-sept et le vingt-cinq mai.

»A la requête de madame veuve Bernard, propriétaire, demeurant à
Creux-de-Pile, laquelle fait élection de domicile en sa demeure.

»Je, soussigné, Chrysostôme Pouscaillou, huissier, audiencier, ai cité le
sieur Charles Forestier, député, rue du Faubourg-Saint-Hilaire, en son
domicile et parlant à la fille Mihiète, sa servante, ainsi qu'elle m'a
dit être et se nommer.

»A comparaître le jeudi 1er juin prochain, onze heures du matin, devant
M. le juge de paix du canton de Creux-de-Pile, dans le local ordinaire
de ses audiences, sis à la maison de ville, pour:

»Attendu que, soit par les mains, soit par les ordres ou sur les
instigations dudit sieur Forestier, son épouse, de la demoiselle
Hyacinthe leur fille mineure et légitime ou des domestiques de la
famille, un paon, oiseau de l'espèce la plus précieuse et la plus chère,
appartenant à l'ordre des gallinacés et à la famille des phasianidés,
si rare qu'on ne rencontre ses congénères que dans les plaines les plus
reculées de l'Asie centrale, a été trouvé décapité, mais chaud encore,
le 23 mai, dans le jardin de madame veuve Bernard, sa propriétaire;

»Attendu que la mort tragique de ce brillant animal, qui faisait la joie
de madame veuve Bernard et des voisins, ne saurait être attribuée ni à
l'effet ordinaire des lois de la nature, puisque César (c'est son nom),
était encore à la fleur de l'âge, ni au dégoût prématuré de la vie,
puisqu'il avait eu la tête tranchée d'un coup de couperet (ce qui exclut
toute idée de suicide), ni à la malveillance des passants, puisqu'il
ne sortait jamais de la cour ou du jardin sans la permission de ses
maîtres;

»Attendu, de plus, que de certaines discussions récentes entre les deux
familles et de certaines paroles malsonnantes et injurieuses prononcées,
soit par la dame Forestier, soit par la fille Mihiète, sa servante, il
résulte la certitude que le meurtre de César avait été dès longtemps
prémédité et préparé dans l'intention de vexer et molester madame veuve
Bernard;

»Attendu, de plus et subséquemment, que les paroles suivantes:--_Fallait
pas qu'il passât par-dessus le mur de notre jardin, madame l'avait
défendu, c'est bien fait!_ prononcées devant trente témoins, par
la fille Mihiète, prouvent jusqu'à l'évidence que le coup avait été
préparé;

»--S'entendre condamner, ledit sieur Forestier, député, à trois cents
francs d'amende et cinq cents francs de dommages-intérêts, avec les
intérêts, tels que de droit à partir de ce jour, et, en outre, aux
dépens;

»Et pour que ledit sieur Forestier, député n'en ignore, j'ai, en son
domicile et parlant comme dessus à ladite Mihiète, servante ci-dessus
dénommée, laissé copie du présent exploit dont le coût est de un franc
vingt-cinq centimes.

»_Signé_: POUSCAILLOU.»

C'est le samedi que ce poulet fut remis. La réplique ne tarda guère.

Dès le lundi suivant, c'est-à-dire le surlendemain, Chienduroy, autre
huissier audiencier, rival de Pouscaillou, déposa entre les propres
mains de madame Bernard une citation «analogue et reconventionnelle»,
comme il disait lui-même, à comparaître le même jeudi, à la même heure,
devant le juge de paix, pour s'expliquer sur les injures dites à la dame
Forestier, sur les ravages causés par le paon Bernard dans la pâtée
des poules Forestier pour s'entendre condamner à payer les frais et les
dommages-intérêts, dont ce magistrat respectable serait chargé de fixer
le montant.

Peindre la colère des deux dames serait impossible. Si chacune des deux
avait eu son mari sous la main, le pauvre homme aurait passé martyr et
subi le sort des chrétiens dans le cirque. Mais le mari de l'une était
mort, et le mari de l'autre, le pauvre M. Forestier, dès le lendemain
de la signature du contrat, s'entendant appeler publiquement Sganarelle
devant cent personnes, ne sachant comment parer le coup, ni comment
consoler la pauvre Hyacinthe qui se désolait de voir son mariage rompu,
avait pris le train express pour Paris et prétexté que les affaires
publiques les plus graves l'appelaient à Versailles.

Michel, qui avait son plan, était parti quelques heures auparavant, de
sorte que les deux tigresses ou si vous voulez, les deux belles-mères,
se trouvèrent face à face.

Si l'une et l'autre avaient pu suivre leurs penchants naturels, n'ayant
personne qui osât les séparer, elles se seraient griffées d'abord
et dévorées ensuite; je n'en fais aucun doute. Mais qu'aurait dit la
«société?»

Or, ces deux dames ne craignaient ou ne respectaient rien, excepté cet
être insaisissable et redoutable.

Et encore, je parle surtout de madame Rosine Forestier, car la mère de
Michel, petite femme brune et moustachue, au nez allongé en forme de
presqu'île, aux yeux en vrille, qui louchait toutes les fois qu'elle se
mettait en fureur, c'est-à-dire presque à toutes les heures du jour, se
souciait moins que sa voisine de l'opinion publique. Dès qu'elle ouvrait
la bouche, la chère dame, les injures les plus atroces venaient se poser
sur le bout de sa langue comme dans leur séjour naturel, et elle les
crachait sans relâche à la figure des gens.

Quant à sa rivale, la grosse et couperosée Rosine, chez elle aux
premiers mots tout était sucre et miel. Vous eussiez dit l'âme la plus
douce, la plus gracieuse, la plus éthérée, une âme d'ange! Mais à la
première contradiction l'ange repliait ses ailes et devenait vipère.

C'est donc le lundi que la seconde bombe éclata car la première avait
éclaté l'avant-veille, et Creux de-Pile fut averti que les deux
«dames» les plus distinguées de tout le pays, autrefois amies intimes,
maintenant ennemies mortelles, allaient se rencontrer devant M. le juge
de paix.

Ce sage et savant magistrat s'en réjouissait d'avance, car on
s'ennuie,--quand on sent dans sa cervelle s'agiter la sagesse du roi
Salomon,--de ne juger que des affaires de bornage ou de régler les
comptes embrouillés d'un boulanger avec ses pratiques.

Et si les deux dames voulaient venir plaider leur cause, face à face,
Reine contre Rosine, c'est là que le juge de paix aurait de quoi se
réjouir, et le public aussi. Éloquentes, impétueuses et venimeuses comme
on les connaissait, elles ne manqueraient pas de faire des révélations
intéressantes et piquantes sur la vie privée de l'une et de l'autre...
D'avance les autres dames de Creux de-Pile faisaient retenir leurs
places à l'audience. Ah! quelle joie!

Je pensais à ces choses et je taillais soigneusement mes ongles au
fond de l'étude de M. Bouchardy lorsque la grande Marion entra tout
essoufflée et me dit:

--Monsieur Trapoiseau, madame Bernard vous demande. Venez vite!...
vite!... vite!...

Je la suivis, demandant si par hasard quelque malheur était arrivé, si
Michel...

--Non, non, n'ayez pas peur, répondit Marion, c'est madame qui veut vous
consulter. Voilà tout.

En effet, madame Bernard me reçut assez froidement, mais assez poliment,
comme elle avait l'habitude de le faire quand elle avait besoin des
gens, se réservant d'ailleurs de les insulter horriblement à la première
occasion.

Elle me montra les deux citations, que je ne connaissais pas encore,--si
ce n'est de réputation,--et me dit:

--Mon cher Trapoiseau, Michel est à Paris, il arriverait trop tard pour
plaider sa cause; d'ailleurs, c'est trop peu important pour le déranger.
Est-ce que vous voulez vous en charger?

C'est en ces termes gracieux que la dame me demandait un service. Notez
que j'étais le seul avocat et licencié en droit qu'elle pût prendre, car
les autres, sans être plus savant que moi, auraient dédaigné de plaider
devant la justice de paix. Mon seul concurrent possible était un de mes
amis, premier clerc d'avoué, savant lui aussi en droit, ferré sur la
dialectique, mais désigné d'avance par M. Forestier, pour plaider
toutes ses causes en justice de paix. Et il en avait beaucoup, vu l'âpre
caractère de la belle Rosine.

C'était donc mon adversaire naturel.

Je répondis assez froidement à la dame, car je me souvenais qu'elle
avait devant moi, trois jours auparavant, appelé ma mère «_la
Trapoiseau_»; cependant je promis, «pour rendre service à Michel», de
plaider tout ce qu'on voudrait.

Elle vit bien la nuance; mais comme elle avait besoin de moi, elle ne se
montra pas difficile.

--Surtout, dit-elle avec hauteur, souvenez-vous bien que je ne veux pas
que vous ménagiez ces Forestier. Si vous le faisiez, j'en serais très
mécontente, et Michel aussi.

Je promis d'écorcher vifs dans mon discours le pauvre député et madame
Rosine; mais le mercredi suivant, veille de l'audience, je reçus de
Michel la lettre suivante:

«Paris, 29 mai 1877.

»Cher ami,

»Je sais tout; les malheurs qui ont suivi mon départ et celui de M.
Forestier, le meurtre affreux du pauvre César qui paie pour tout le
monde, comme tous les êtres faibles et sans défense, les citations, les
exploits d'huissier et la bataille que tu vas livrer devant le juge de
paix.

»C'est cette bataille surtout que je crains. Ma mère et ma belle-mère
(car la vieille Rosine sera ma belle-mère ou je lui couperai le cou
comme elle l'a fait à César) ont juré de me séparer d'Hyacinthe. J'ai
juré, moi, de l'épouser, et mon serment vaut le leur.

»Mais il faut user d'adresse.

»A parler sincèrement, j'avais pensé d'abord à l'enlever comme on
faisait au siècle dernier, l'épée à la main. Malheureusement (ou
heureusement peut-être) ma chère Hyacinthe a des idées bourgeoises. N'en
parlons plus.

»Pour me consoler et arriver au même but par un autre moyen, j'ai formé
un projet d'une profondeur étonnante.

»Amour et politique, je ne te dis que ça... Dans quelques jours, et de
vive voix, je t'expliquerai mon idée.

»En attendant, cher ami, poursuis le moins possible la vengeance de
César qu'on ne peut plus le ressusciter. Mets autant d'huile dans les
ressorts que ma mère et ma belle-mère y voudront mettre de vinaigre pour
les rouiller et les faire grincer. Si l'une et l'autre pouvaient être
renvoyées, dos à dos, dépens compensés, mon bonheur serait au comble.

»A propos, on m'écrit que le gros Francis et son père, le rusé
Vire-à-Temps, tournent autour d'Hyacinthe. Serait-il vrai, grand
Jupiter! Dans ce cas, j'étranglerai Francis. Dis-lui ça, et que tu seras
mon témoin.

»Adieu, ami,»

»MICHEL.»

Sur ces derniers mots, je repliai la lettre et je dormis d'un sommeil
paisible en attendant la bataille du lendemain qui fonda pour longtemps
à Creux-de-Pile ma réputation de dialectique et d'éloquence.



XVII

LA SALLE D'AUDIENCE


La salle d'audience de la justice de paix était pleine dès neuf heures
du matin. C'était un long parallélogramme à angles droits qui servait
à diverses cérémonies et que décoraient les images de tous les chefs de
gouvernement qui ont fait depuis 1815 le bonheur de la France.

Au fond, à la place d'honneur, était le portrait en pieds du feu roi
Louis XVIII. Je dis en pieds, pour expliquer qu'on voyait ses pieds
aussi bien que sa tête, car d'ailleurs le pauvre gros homme avait été
obligé de se faire peindre assis dans un fauteuil de velours rouge à
cause de ses infirmités. Dans le même cadre et debout se tenait madame
la duchesse d'Angoulême, la pieuse Antigone, comme on disait à la cour,
mais la sévère figure d'Antigone, exposée dans un champ de blé, aurait
mis en fuite les moineaux les plus braves.

Dans le cadre de droite était le bon roi Charles X,--debout
celui-là,--en grand uniforme, la main gauche appuyée sur son épée,
maigre et mince d'ailleurs, la lèvre pendante, la bouche ouverte et
souriant agréablement à son peuple.

Dans le cadre de gauche resplendissait le roi Louis-Philippe. Près de
lui était sa femme; un peu en arrière, une demi-douzaine de princes
et de princesses, la plus belle famille royale qui fût au monde, comme
disaient les préfets entre 1830 et 1848.

Et enfin, à l'autre bout de la salle, bien en face du public, mais
derrière le fauteuil de M. le juge de paix, se tenait Napoléon III; à
côté de lui, l'impératrice Eugénie et le prince impérial en grenadier de
la garde.

Comme on voit, la salle était décorée de manière à satisfaire tous les
goûts et à flatter toutes les dynasties.

--En effet, disait le concierge de la mairie,--celui que ses concitoyens
appelaient _maire deux_, comme on dit Henri Deux ou Charles Deux, pour
exprimer d'un mot l'importance de ses fonctions et qu'il était le second
de sa dynastie,--est-ce que nous savons qui est-ce qui sera roi ou
empereur demain matin? Faut-il se brouiller avec celui-ci ou avec
celui-là? C'est toujours celui qu'on n'attendait pas qui arrive. Au
moins, comme ça, que ce soit Pierre, Paul ou Jacques, il trouvera son
portrait sur le mur, il verra qu'on a pensé à lui et qu'on l'avait
toujours au fond du coeur, quoique, par politesse pour les autres, on
ne voulût pas le dire tout haut... Ça le flattera, ce brave homme!

Un seul portrait ou buste manquait, c'est celui de la République;
mais d'abord, comment est-elle faite? Qui a vu jamais son image ou
ressemblance? Ensuite,--et c'est plus grave,--parmi les autorités, pas
une seule, ni préfet, ni sous-préfet, ni maire, ni fonctionnaire payé
par l'État n'a demandé qu'on lui fît cette honneur.

Au contraire, on entend dire à toute heure dans tous les salons de
Creux-de-Pile (car nous avons des salons, nous autres, tout comme les
Parisiens) que la République n'a pour elle que des meurt-de-faim, des
va-nu-pieds et des pas-grand-chose.

Je crois que Michel et moi nous étions à peu près les seuls parmi
les gens sachant lire, écrire et parler correctement le français qui
eussions l'audace de se dire républicains, et encore, je le laissais
dire, moi, mais je ne le disais pas, excepté à maman Trapoiseau qui
connaissait toutes mes pensées depuis le jour de ma naissance.

Quand à Michel, il l'avait proclamé de tout temps, mais Michel était
riche, et les riches, voyez-vous par tout pays, mais surtout en
province.

    C'est les rois de la terre,

comme dit la chanson.

On vient de voir quel était le mobilier de la salle d'audience. Il faut
y ajouter vingt-huit ou trente bancs de chêne sur lesquels le public
était invité à s'asseoir, plus une chaise pour le greffier, et enfin un
fauteuil pour M. le juge de paix.

Ce jour-là, je veux dire le 1er juin 1877, par extraordinaire, quarante
ou cinquante chaises de paille avaient été placées derrière le fauteuil
du juge et réservées,--cela se voyait du reste,--à des personnes de la
plus haute distinction.

Ces personnes ou personnages, c'était la fameuse «société» de
Creux-de-Pile. Tout ce qu'il y avait de plus huppé dans le pays.

En première ligne, M. de Courbillon et son épouse, propriétaires,
bourgeois d'ancienne date, de fortune médiocre, de capacité pire,
mais relevés aux yeux des hommes par une piété profonde, une honnêteté
véritable, une habitude de ne rien faire qui datait de trois générations
et un respect profond de leur gentilhommerie, qui d'ailleurs pour
l'origine et l'ancienneté en valait beaucoup d'autres plus célèbres en
France.

En seconde ligne... mais peut-être, afin d'éviter une énumération plus
longue que celle d'Homère, ferai-je mieux de répéter la conversation
que j'avais ce jour-là même, un quart d'heure avant l'audience, avec mon
camarade, adversaire et ami Néanmoins, qui devait plaider pour madame
Forestier.

Et d'abord, il faut que je vous présente Néanmoins. Ce nom bizarre
qu'il n'avait pas reçu au baptême où il fut présenté sous le nom de
Charles-Jules (père et mère inconnus) lui vint de ce que, très bien doué
d'ailleurs du côté de l'intelligence, il avait entre les deux yeux un
nez plus petit des trois quarts que le plus petit de tous les nez de
l'arrondissement.

Ce n'était pas sa faute; il n'avait pas eu le choix, comme disait la
bonne soeur de Saint-Roch qui le recueillit; le pauvre garçon était
arrivé le dernier à la foire des nez, et n'en ayant pas trouvé
d'autre, s'était accommodé de celui-là. De là vint le nom de Néanmoins
(_Nez-en-moins_), qui fut collé sur lui par ses camarades au lieu et
place du nom de son père.

Ce n'est pas tout. Néanmoins, un peu trop court du côté du nez, était
trop bombé du côté opposé. En d'autres termes, il était bossu, et sa
bosse s'élevait entre ses deux épaules comme une montagne entre deux
plateaux. Un large buste, de longs bras et de longues jambes pareilles
à celles d'un faucheux, un visage assorti à tout le reste, très
intelligent, mais aussi très trivial, voilà mon ami Néanmoins, qui
ajoutait à ces grâces naturelles une certaine manière d'agiter en
marchant ses bras comme un batelier agite ses rames, de sorte que les
enfants se retournaient dans la rue pour le voir et pour le contrefaire.

Très populaire avec cela, il avait deux noms au lieu d'un. Quand on
l'appelait par devant, son nom était Néanmoins; mais quand il avait le
dos tourné, on l'appelait Bossenplus.

Contrefait comme il était, horriblement laid, sans famille, sans
fortune, couvert de deux sobriquets ridicules, il aurait dû être triste
ou méchant.

Ni l'un ni l'autre. Néanmoins avait l'humeur aussi gaie que si les dieux
l'avaient fait pareil au bel Endymion, qui fut enlevé par la chaste
Diane. Il riait le premier de sa bosse, de son nez, de sa pauvreté, et,
sans grimace, faisait rire les autres. Élevé par charité, il avait
reçu une excellente éducation primaire, en avait très bien profité, et
s'était fourré de bonne heure dans la procédure.

Il était, en ce temps-là, maître clerc de M. Patural, l'avoué, et déjà
commençait à diriger l'étude, le patron devenu gros, gras et riche,
ne pensant plus qu'à jouir de la vie, suivant la formule célèbre du
Marseillais:

«_Manger tout son soûl, boire des aliqueurs, et voir les femmes comment
elles sont faites..._»

Peut-être Néanmoins ne gagnait-il pas beaucoup d'argent à ce métier de
premier clerc, chargé des pleins pouvoirs de son patron,--douze cents
francs tout au plus et ce qu'il pouvait tondre sur quelques petites
consultations de hasard,--mais il y ajoutait les produits de son
éloquence.

Lui et moi nous plaidions contradictoirement les affaires de la justice
de paix, je veux dire celles où des personnages considérables étaient
intéressés; car pour les pauvres diables qui se disputaient depuis
trente sous jusqu'à six francs, ceux-là plaidaient eux-mêmes.

Mais aussitôt qu'un plaideur était averti que son adversaire avait mis
sa cause dans les mains de l'un de nous, vite il courait chez l'autre.
Trapoiseau, Néanmoins étaient les deux colonnes de la justice de paix.

Aussi bons amis d'ailleurs hors de la salle d'audience qu'acharnés à
nous contredire à l'intérieur, Néanmoins m'avait même cinq ou six fois
invité à souper chez une veuve un peu mûre qui avait pour lui des bontés
malgré (ou peut-être à cause de) son nez et de sa bosse; mais j'avais
refusé de peur de contrarier ma mère qui veillait au décorum et rêvait
pour moi de hautes destinées.

En deux mots, lui et moi, nous n'avions guère de secrets l'un pour
l'autre, et en particulier nous parlions avec une liberté suprême de
tout ce qu'il y avait de plus riche dans la finance ou dans l'industrie,
de plus élevé dans l'administration, de plus joli et de mieux fait dans
le beau sexe, de plus souverain dans la magistrature.

C'est pourquoi, comme M. le juge de paix, homme d'une exactitude sans
pareille, ne devait faire son entrée qu'une demi-heure plus tard, nous
nous appuyâmes, Néanmoins et moi, sur la balustrade en bois qui domine
l'escalier de l'hôtel de ville, et nous regardâmes monter les bourgeois
et les bourgeoises de Creux-de-Pile.

--Tiens, dit Néanmoins, regarde ce nez fendu comme celui d'un bouledogue
et cette tenue d'ancien gendarme qui se croit toujours sur le point
d'arrêter les gens, c'est Crochard, le percepteur. Joli garçon,
celui-là, avec ses yeux féroces, son nez bourgeonné et sa voix de
rogomme; il doit être aimable avec sa femme s'il l'est moitié autant
qu'avec le public.

Je répondis:

--Néanmoins, mon ami, je t'invite à respecter l'autorité même dans ce
qu'elle a de plus laid et de plus désagréable... Et celui-ci, qui parle
le dos plié, le chapeau à la main, à quelqu'un qu'on ne voit pas encore,
qui est-ce?

--Hé! c'est le gros Francis Vire-à-Temps qui offre le bras à sa belle
soeur, la femme de M. le sous-préfet. Elle est charmante, la petite
dame.

Ici, Néanmoins fit claquer sa langue d'un air de connaisseur. Je crus
devoir le rappeler aux convenances.

--... Oui, charmante, en vérité, jolis yeux, taille mince et bien prise.
Tournure svelte et gracieuse. Un petit air étonné, riant et charmé, qui
vous charme vous-même. Pas bête, ce gros sous-préfet, qui a su trouver
ça et cent mille écus de dot avec!... L'huître et la perle!... Ah! ces
Vire-à-Temps, ces Vire-à-Temps sont nés coiffés!

Je demandai:

--Que vient faire ici la petite dame?

--Parbleu! tu le vois bien... Montrer sa toilette du matin, qui est
délicieuse (arrivée de Paris hier au soir, le chef de gare me l'a dit),
se montrer elle-même, et je te garantis qu'elle fera plus d'effet que
sa toilette, profiter de l'absence forcée de mademoiselle Hyacinthe
Forestier, qui pourrait seule lui disputer le prix de la beauté, voir un
spectacle nouveau, ce qui plaît à toutes les dames, et avoir pour toute
la semaine un sujet de jacasserie...

A ce dernier mot je m'écriai:

--Néanmoins, Néanmoins, tu m'indignes...

Alors il répliqua d'un ton philosophique et grave que le savant Aristote
lui-même n'aurait pas dédaigné:

--Mon ami, Mme Eva Vire-à-Temps, femme du sous-préfet, belle-fille
du président, belle-soeur du gros Francis, future belle-soeur de
mademoiselle Hyacinthe, est un ange... qui le sait mieux que moi?...

Il poussa un profond soupir.

--... Mais, ajouta-t-il, comme il n'est pas d'ange qui ne touche à la
terre par quelque côté, celle-ci a le petit défaut de jacasser un peu...
cela te déplaît. Mettons qu'elle est un ange sans défaut...

Et ainsi de suite. Mon ami Néanmoins nomma et analysa toutes les
personnes qui montaient le grand escalier d'honneur.

Tout à coup, onze heures sonnèrent à la grande horloge de la ville. Nous
allâmes, lui et moi, prendre nos places dans la salle d'audience, et
M. le juge de paix qui était monté, sans qu'on le vît, par un petit
escalier dérobé, fit son entrée.



XVIII

LE JUGE DE PAIX


De tous les magistrats que j'ai connus, et qui ont jugé sur leurs sièges
ou péroré debout dans Creux-de-Pile, M. Robin était certainement le plus
aimable.

C'était un vrai bourgeois de l'ancien temps, instruit, lettré, bien
élevé, doux, plein de naturel et de charme dans la conversation, et
d'une bienveillance un peu railleuse qui ne se démentait jamais, excepté
avec quelques gens de loi rapaces dont il sabrait impitoyablement les
mémoires et auxquels il appliquait toujours le minimum de la taxe, car
il avait été trente ans juge au tribunal avant d'être nommé juge de
paix.

Avec cela, le plus honnête homme du monde et le moins attaché à
l'argent; assez riche d'ailleurs de son patrimoine, il avait réduit
de bonne heure tous ses besoins au strict nécessaire, n'ayant qu'une
vieille cuisinière, mais habile dans son métier et bien payée, sobre
mais délicat dans ses goûts; toujours vêtu de la même manière en
quelque occasion ou cérémonie que ce pût être, mais proprement et avec
l'élégance discrète qui convient aux vieillards; il avait doté sa
fille unique mariée à un officier établi en Algérie, non seulement de
l'héritage de sa femme morte depuis longtemps, mais encore presque
de tout le sien propre, ne gardant pour lui que le strict nécessaire,
c'est-à-dire deux mille cinq cents francs de rente, afin, disait-il,
de ne pas dépendre du hasard et des gouvernements ou des préfets qui
pouvaient survenir.

Quant à son traitement de juge de paix, il le partageait en trois
portions égales; de la première il faisait des présents à sa fille à ses
petits-enfants; la seconde était réservée aux pauvres diables de
toute espèce qui venaient lui demander conseil et assistance; pour la
troisième il la donnait à une vieille fille autrefois jolie, qui
avait charmé son âge mûr et celui de deux autres bourgeois indivis.
La malheureuse était devenue laide et les autres bourgeois l'avaient
délaissée; mais M. Robin qui n'allait plus la voir, prenait toujours
soin de sa vieillesse, et empêchait qu'elle ne fût maltraitée, car,
disait-il souvent, il n'y a qu'un malhonnête homme qui laisse cracher
dans la fontaine après s'y être désaltéré.

Tel était le savant magistrat qui allait juger la grande querelle de Mme
Bernard contre Mme Forestier.

Il entra d'un pas ferme et assez leste encore malgré ses quatre-vingts
ans, salua le public et les dames d'un air souriant, bienveillant et
grave comme il convenait à sa situation sociale, à son âge et à son
caractère, et fut salué à son tour très respectueusement. Il était
fort aimé des ouvriers, parce qu'il les aidait de ses conseils et de sa
bourse, et des dames parce qu'il les aimait beaucoup, et aussi (faut-il
l'avouer?) parce qu'il leur racontait mieux et plus gaiement que
personne les histoires grivoises de l'ancien temps.

En un mot, cet homme excellent n'était pas parfait; mais quelle distance
de lui à la plupart de ces bourgeois, dont tous les vices étaient
assaisonnés de grossièreté, de bêtise, de cynisme ou d'hypocrisie.

A peine assis, il regarda l'auditoire placé devant et derrière lui,
et surtout les dames, sourit à madame la sous-préfète, belle-fille
du président Vire-à-Temps, qui était incontestablement la plus jolie,
expédia lestement quatre ou cinq affaires de braves gens qui se
querellaient pour des niaiseries, et enfin, au bout d'un quart d'heure,
fit signe à mon ami Néanmoins et à moi que notre tour était venu.

Sans être un orateur hardi et sûr de son auditoire, je ne suis certes
pas timide, mais ce jour-là j'avais des palpitations de coeur, car je
venais de reconnaître au fond de la salle, derrière M. le juge de paix,
et un peu à gauche, Mlle Bouchardy, qui me regardait fort attentivement,
et cette vue m'ôtait la plus grande partie des moyens oratoires.

Échouer devant Angéline! Ah! grands dieux! ce serait à se jeter au fond
de la rivière!

Je m'avançai donc un air modeste, pesant toutes mes paroles,

    Priant des justes dieux, conducteurs de ma langue,

de ne dire rien devant cet auguste auditoire qui pût être requis, et je
commençai l'exposition des faits.

Je vantai d'abord les vertus et les grâces du pauvre César défunt.
Jamais paon plus magnifique n'avait dans aucune basse-cour de France
ou d'Angleterre, déployé sa queue au soleil; ses tectrices caudales,
monsieur le juge, étaient au nombre de dix-huit.

Ici, Néanmoins m'interrompit:

--Tectrices, dit-il, qu'est-ce que c'est que ça? Allons-nous parler
latin devant les dames?

Il espérait faire rire à mes dépens, mais je répliquai d'un air grave:

--Je comptais n'être pas obligé d'expliquer à mon honorable confrère que
les tectrices caudales sont ces belles plumes molles qui couvraient
et entouraient comme d'un épais et resplendissant bouclier la queue du
malheureux César.

Je fis une pause comme si j'étais suffoqué par l'émotion, et j'ajoutai
en poussant un profond soupir:

--Malheureusement, ce bouclier ne l'a pas préservé des coups d'un lâche
assassin.

Alors M. le juge de paix me dit avec bonté:

--Voyons, monsieur Trapoiseau, expliquez-nous comment il a péri. Ces
dames brûlent d'envie de l'apprendre.

Je répliquai:

--Il a péri, monsieur le juge de paix, comme tout ce qui est beau et bon
en ce monde,--sous les efforts réunis de la haine et de l'envie.

Puis, d'un ton moins élevé et qui ne visait plus à la haute éloquence,
je racontai les circonstances présumées de l'événement, l'entrée de
César dans le jardin de Mme Forestier où sans doute on l'avait attiré
par de perfides caresses, et sa mort violente que je comparai en
finissant à celle du jeune Conradin, qui était venu réclamer son
héritage à Naples et qu'on avait fait décapiter.

--Son héritage! reprit Néanmoins. Entendez-vous par là, maître
Trapoiseau, le grain qu'on donne à nos poules?

Comme j'allais répliquer vivement, M. le juge de paix prit la parole
et dit à mon adversaire, qui déjà retroussait ses manches pour mieux
montrer la blancheur de ses manchettes:

--Mon ami Néanmoins, avez-vous quelque chose à nier dans ce récit
tragique?

--Je nie tout, monsieur le juge, le fait principal d'abord, et ensuite
les circonstances accessoires; je nie...

--C'est bien, maître Néanmoins. Nous verrons cela tout à l'heure. Où
sont les témoins?

L'huissier appela la grande Marion.

Elle s'avança, fit une grande révérence à M. le juge, une autre à
l'auditoire, un sourire à moi, une grimace à Mihiète son ennemie, mit
les mains sur ses hanches, pour mieux garder la perpendiculaire et dit
d'une voix retentissante:

--Monsieur le juge, n'écoutez pas ce bossu...--elle montrait
Néanmoins--... ce bâtard, ce...

Un si bel exorde commençait à répandre la joie dans l'assistance, et mon
adversaire lui-même, habitué d'ailleurs à de pareils compliments,
riait ou faisait semblant de rire comme les autres; mais M. Robin
l'interrompit:

--Marion, si vous n'avez pas à témoigner d'autre chose, je vais vous
envoyer éplucher vos oignons et vos carottes.

Elle répondit.

--Seigneur, mon Dieu! on ne peut donc plus parler devant le monde?

--Non, vous n'avez le droit d'insulter personne!

--Ah! que vous êtes dur pour les pauvres gens, monsieur le juge!...
Enfin, dites-moi vous-même ce qu'il faut dire, alors!

--Vous aviez un paon, Marion?

--Et un joli encore, monsieur le juge. J'ai vu des princes qui ne le
valaient pas... Tenez, vous vous rappelez bien celui qui passa l'an
dernier avec deux domestiques à l'auberge, et qui se soûla comme une
grive aux vendanges...

--Marion, je ne vous parle pas d'un prince, mais de votre paon!... On
l'a tué?

--Oui, monsieur.

--Qui l'a tué?

--Est-ce que je sais, monsieur... Si je le savais, je lui ferais passer
un mauvais quart d'heure.

Alors dans un récit assez diffus, elle expliqua ce qu'elle avait vu, et
qui devait être cause du meurtre.

--C'est la Mihiète, j'en mettrais ma main au feu! C'est une mauvaise
femme, cette Mihiète! En même temps, elle montra le poing à son ennemie
qui, de son côté, allait répliquer lorsque M. Robin leur coupa la
parole.

--Retournez à votre place, Marion, mais ne vous éloignez pas; j'aurai
besoin de vous tout à l'heure.

--A votre service, monsieur le juge de paix, ici et ailleurs!

Mihiète vint à son tour; mais avertie et rendue prudente par le sort de
sa rivale, elle attendit les questions:

--Mihiète, avez-vous vu le paon le jour où il a été tué?

Elle répondit triomphante:

--Si je l'ai vu, monsieur le juge de paix!... c'est-à-dire que je n'ai
fait que ça!... Il était assez laid, son César adoré, avec son bec long
et plat comme le nez de M. Pouscaillou ici présent...

De la main elle montrait l'huissier contre qui sans doute elle avait
quelque vieille rancune.

--Mihiète, prenez garde à vos paroles, interrompit le juge de paix.

Mais elle continua:

--... Pour les pattes, ça ressemblait à celles de madame...

Elle cherchait des yeux dans l'assemblée à qui elle appliquerait un
compliment, et la plupart des dames tremblaient, mais M. Robin lui dit:

--Voyons, Mihiète, laissez-là son bec et ses pattes. Est-ce vous qui
l'avez tué?

--Et pourquoi donc ça ne serait-il pas moi? demanda Mihiète. Il m'a
assez ennuyée, je vous en réponds, pendant qu'il vivait. Il criait tout
le temps. On croyait tantôt que le cochon grognait, tantôt que le dindon
gloussait; pas du tout, c'était mon César qui chantait... Et si vous
saviez la voix qu'il avait!... Tenez, vous avez bien entendu Mme...

--Mihiète! reprit sévèrement M. Robin.

--Enfin, vous savez bien la dame que je veux dire, quand elle chante,
elle fait aboyer les chiens et tourner le lait des nourrices; eh bien,
César chantait tout comme elle.

--Alors vous l'avez tué?

--Eh bien, oui, monsieur le juge de paix, c'est moi! répliqua Mihiète
avec une énergie sauvage. Et si c'était à refaire, je le referais!...

--Oh! oh! s'écria Marion d'un air de défi.

--Oui, je le referais! Et ce n'est pas toi qui m'en empêcherais
encore!... Monsieur le juge de paix, voici la chose... Le matin Mme
Forestier me dit: Mihiète, vous voyez comment on m'a traitée! En effet,
la Marion et Mme Bernard nous avaient agonisées de sottises... Eh bien,
a dit madame, tout ce que tu pourras lui faire de pire, fais-le... Et
pour commencer, si cette sale volaille vient manger la pâtée de
nos poules... coupe-lui le cou!... Alors le César est venu comme à
l'ordinaire pour dîner chez nous, sa marmite était renversée chez lui,
et ma foi, j'ai fait comme Mme avait dit.

Marion s'écria en montrant le poing:

--Va! va! elle et toi, vous ne le porterez pas en paradis!

L'autre allait répliquer; M. Robin lui fit signe de se taire et demanda:

--Maître Néanmoins, après l'aveu de Mihiète, niez-vous toujours le fait
principal?

Alors, mon ami Néanmoins fit un grand geste oratoire et dit:

--Monsieur le juge de paix, il est vrai que César a été tué. Mais dans
quelle circonstances?... C'est l'objet de l'action reconventionnelle que
nous poursuivons aujourd'hui. J'attends de votre justice, monsieur, que
les deux causes ne soient pas disjointes, mais réunies et conjointes.

--Elles le seront, dit M. Robin, si cela est nécessaire. Allez,
Néanmoins, vous avez la parole.



XIX

LE JUGEMENT


Il y eut un mouvement dans l'assistance, et ce qu'en termes
parlementaires on appelle une «sensation». D'abord parce que tant de
spectateurs assis depuis longtemps et immobiles, étaient fort mal à
l'aise, ensuite parce que les femmes étant, comme toujours, en majorité,
avaient besoin d'échanger leurs impressions et de prendre parti.

Toutes les chaises furent remuées. Quelques dames placées au dernier
rang et dont la toilette méritait (à leur avis) d'être mise en vue,
changèrent de place avec quelques messieurs très polis et passèrent au
premier rang.

Alors les conversations s'engagèrent.

Mon ami Néanmoins ne paraissait pas pressé de commencer. Je crois que,
pareil à tous les orateurs habiles, il désirait connaître d'avance les
dispositions de l'auditoire pour y conformer son exorde. Il feignait
de chercher dans ses papiers quelque «document» écrasant pour ses
adversaires et en même temps il prêtait l'oreille.

--Que dites-vous de ça, ma chère comtesse? demanda la pieuse Mme de
Courbillon à sa voisine, vieille chanoinesse, venue cinquante ans
auparavant du fond des Vosges et qui passait pour la femme la plus noble
de race et la plus originale de tout l'arrondissement de Creux-de-Pile.

--Ma chère, répondit la chanoinesse, en laissant tomber sur l'assistance
un regard dédaigneux de ses gros yeux voilés par l'âge, de mon temps,
les gens de maison se querellaient pour leurs maîtres, et maintenant les
maîtres se querellent pour leurs domestiques. Voilà un des beaux effets
de leur Révolution. Ils n'avaient pas prévu ça, les bourgeois.

Et les deux nobles dames sourirent d'un air de mépris en pensant à la
bêtise des bourgeois.

Une autre dame, plus jeune et de moins noble race,--son père avait été
ferblantier, son mari était banquier,--dit à sa voisine:

--C'est maintenant que nous allons rire quand on va dire que M.
Forestier est...

Elle baissa la voix et lâcha le mot qui fit beaucoup rire la voisine.

Mais est-ce bien vrai? demanda celle-ci, qui ne demandait qu'à voir
dissiper ses doutes.

--Si vrai, répliqua la banquière, qu'on a vu une nuit le capitaine
Smintéry passer par-dessus le mur du jardin pendant l'absence du mari.
C'est la belle Rosine qui tenait l'échelle.

--Est-il, Dieu, possible!

--C'est certain, ma chère, et si Mihiète voulait parler!... Elle en sait
long, celle-là! Oh! oui, elle en sait long!

Je n'entendis rien de plus, car M. le juge de paix, voyant que Néanmoins
n'attendait plus qu'un signal pour commencer, lui donna la parole:

--Monsieur, dit le fondé de pouvoirs de la belle Rosine, voici
l'affaire:

Nous avons tué un paon. Ça, c'est vrai, incontestable, indiscutable,
indéniable. Ce paon s'appelait César. Nous ne le contestons pas
davantage. On connaît notre franchise. On sait que nous ne cherchons
jamais à fuir la conséquence de nos actes.

Mais dans quelles circonstances avons-nous tué ce paon? Était-il sur nos
terres ou sur celles de notre adversaire? Il était sur les nôtres. Que
faisait-il?... Il mangeait, monsieur le juge de paix; il dévorait (j'ai
honte pour lui et pour ses maîtres de le dire) la pâtée de nos poules.
Elles maigrissaient, les malheureuses! Il engraissait à nos dépens, lui,
ce gros bénédictin, ce gros plein de soupe... de notre soupe à nous!

Nous le supportions pourtant ou plutôt nous le subissions... Oui, nous
le subissions; mais nous le supportions... D'autres ne l'auraient pas
fait; mais nous le faisions, nous! il nous plaisait de le faire...

Ici Néanmoins redressa fièrement sa bosse.

... Nous le faisions par bonté, par générosité, parce que nous voulions
garder de bonnes relations avec notre voisine, Mme Reine Bernard, malgré
tous les sujets de plainte qu'elle nous avait donnés,--parce qu'une
alliance qui aurait comblé les voeux de Mme Bernard et qui (dans une
certaine mesure, je le reconnais, ne nous déplaisait pas) semblait près
d'unir deux des familles les plus honorables du pays; parce qu'enfin...

Le juge de paix l'interrompit:

--Mon ami, dit-il, venez au fait, s'il vous plaît.

Alors, Néanmoins reprit:

--Voici le fait. Le lendemain du jour où le contrat de Mlle Hyacinthe
Forestier et de M. Michel Bernard a été signé, la servante de Mme
Bernard a cherché querelle à la nôtre; nous avons été traités de la
façon la plus grossière: on nous a jeté à la tête des mots abominables
et que la décence même défend de répéter devant les dames...

Toutes les femmes présentes brûlaient au contraire, d'envie de les
entendre répéter; mais le vieux juge de paix, qui était réellement
conciliant, fit signe qu'il approuvait cette réserve et même qu'il
blâmerait fortement Néanmoins s'il osait s'en écarter. Celui-ci
continua:

... Enfin, Mme Bernard et sa servante nous ont traités comme la dernière
des dernières... Alors, justement indignés qu'on répondît par de
tels procédés à toutes nos bontés, nous avons mis à la porte toute la
famille; M. Michel Bernard à qui nous avons retiré la main de notre
fille, la veuve Bernard sa mère, la Marion qu'on vient de voir déposer
tout à l'heure et le paon.

César n'a pas voulu obéir à la loi. Il a sauté par-dessus le mur; il
a franchi le Rubicon; il est tombé victime de sa témérité, de sa
goinfrerie ou peut-être de l'avarice de Mme Bernard et de Marion qui ne
le nourrissait pas assez bien...

--Si l'on peut dire!... interrompit Marion furieuse.

Mais le juge de paix lui fit signe de se taire.

--Enfin, que demandez-vous, Néanmoins?

--Voici mes conclusions, monsieur..... Cent francs d'amende que Mme
Bernard paiera au gouvernement de la République, cinq cents francs
de dommages-intérêts, qu'elle nous paiera, à nous; et, si vous croyez
devoir en échange nous faire payer la valeur du paon, qui n'était ni
beau ni bon, qui avait un gloussement plus désagréable que celui des
dindes et qui laissait partout (vous m'entendez bien, monsieur le juge
et vous aussi, mesdames) des traces de sa digestion, eh bien, nous
consentons de grand coeur à ce qu'on diminue de deux francs cinquante
centimes la somme de cinq cents francs que nous attendons de votre
justice.

Et voilà!

Ayant dit ces choses, Néanmoins s'essuya le front et regarda d'un air
assuré tout l'auditoire.

--Et vous, maître Trapoiseau, demanda le juge de paix, qu'avez-vous à
répliquer?

--Presque rien, monsieur, excepté que les torts sont à peu près
réciproques, que la servante de ma cliente a été provoquée, qu'elle
a répondu vivement, qu'un mot malheureux a été lancé qui ne pouvait
d'ailleurs blesser en rien l'honneur et la réputation inattaquables de
Mme Forestier, que, d'ailleurs, il a été prononcé par la servante et
non par la maîtresse qui s'empresserait de la désavouer si elle était
présente...

J'allais continuer mes explications en suivant les instructions de
Michel, pallier, adoucir et mettre de l'huile dans les ressorts, mais
tout à coup une voix aigre et vibrante retentit au fond de la salle, et
d'un coin obscur sortit une petite vieille dame vêtue de noir et voilée
que personne n'avait remarquée jusque-là.

C'était Mme Reine Bernard, qui releva son voile épais, s'avança en face
du juge de paix, et dit:

--Taisez-vous, Trapoiseau!... Puisque vous ne savez pas plaider pour
moi, je vais plaider moi-même.

Je me retirai modestement et lui cédai la place. Je connaissais la
fureur continuelle de la dame et son vocabulaire toujours riche en
injures; je n'avais pas envie de détourner sur moi un torrent prêt à
couler sur la famille Forestier.

Du reste, tous les assistants se réjouissaient à la pensée d'entendre
Mme Bernard. Le juge de paix lui-même, sous couleur d'impartialité,
ne haïssait pas la plaisanterie, et ce petit incident semblait le
distraire. Il dit donc d'un air aimable et souriant:

--Madame, vous avez la parole.

Alors Mme Bernard commença:

--D'abord, monsieur, il y a autant de mensonges que de mots dans ce que
vous a débité ce bossu.

Elle montrait du doigt Néanmoins, qui prit l'attitude d'un homme
au-dessus de l'injure; du moins c'est ce qu'il voulait figurer, je
crois, en fourrant ses pouces dans les entournures de son gilet et
renversant la tête en arrière comme s'il avait regardé quelque mouche au
plafond ou quelque étoile au zénith.

Elle continua:

--Quant à Trapoiseau, à voir la mollesse avec laquelle il défend mes
intérêts, je m'explique bien le soupçon qui m'est venu qu'on l'a payé
pour...

Au fond de mon âme, je l'appelai pécore. J'essayai de l'interrompre et
de réclamer; mais le juge de paix me fit signe de la main:

--Trapoiseau, dit-il, vous n'avez pas besoin de réclamer. Nous vous
connaissons tous. Vous savez bien d'ailleurs qu'il faut pardonner
quelque chose à la colère des dames.

Puis, se tournant vers elle et d'une voix caressante:

--Voyons, ma chère enfant, vous étiez un peu émue l'autre jour, cela se
comprend, et vous êtes fâchée, n'est-ce pas? d'avoir lâché un mot trop
vif que rien ne pouvait justifier.

Mme Bernard l'interrompit en riant comme les cavales furieuses
hennissent:

--Ah! ah! Fâchée, moi, d'avoir traité la Forestier comme elle le mérite!
Fâchée d'avoir appelé son mari...

Le vieux juge de paix était un excellent homme, je l'ai déjà dit, doux,
poli, instruit, lettré, et qui avait toujours vécu dans le respect des
femmes, mais quand il vit que la dame allait prononcer le mot terrible
et aggraver devant tous les bourgeois de Creux-de-Pile une injure déjà
si cruelle pour le pauvre M. Forestier, il frappa sa table d'un coup de
poing si terrible que le mot se perdit dans le bruit. Puis il dit d'un
ton sévère:

--Madame, retirez-vous. La cause est entendue.

Elle voulut répliquer, mais il reprit:

--Trapoiseau, mon ami, emmenez-la ou je vais la faire enfermer comme
folle.

A cette menace, qu'il n'avait ni le droit ni la volonté d'exécuter, la
féroce dame fut si épouvantée, qu'elle me suivit sans rien dire, la tête
basse. Je la conduisis jusqu'au bas de l'escalier de l'hôtel de ville,
où sa fidèle Marion vint la rejoindre.

Toutes deux rentrèrent au logis en maudissant le juge de paix.

Quant à lui, dès que je fus rentré, il dicta un jugement tout pareil
à ceux de Salomon, compensant les dépens, condamnant les deux
parties chacune à une amende de cinquante francs, n'accordant de
dommages-intérêts ni à l'une ni à l'autre; puis, s'essuyant le front,
car il faisait chaud, il leva la séance, et crut sans doute la paix
rétablie ou feignit de le croire; mais qu'il était loin de compte, et
quelles scènes tragiques se préparaient pour la joie des habitants de
Creux-de-Pile!

Cependant tout le monde se dispersa pour aller dîner, car, de quelque
nom qu'on l'appelle, le principal repas de tous les bourgeois de
Creux-de-Pile est entre midi et deux heures; dans l'après-midi les
hommes vont au café et jouent aux cartes; les femmes s'habillent, font
des visites, et disent du bien des absents.

Pour moi, comme je me retirais avec les autres, je vis que mademoiselle
Angéline Bouchardy, qui était venue sous le bras de son père, me
regardait si fixement que mon pauvre coeur trop tendre se mit à
palpiter comme un petit oiseau dans la main d'un enfant.

Alors je m'approchai d'un air indifférent, me doutant bien qu'on avait
quelque avis ou quelque ordre à me donner. Mais ce fut tout autre chose.

Angéline me dit:

--Monsieur Trapoiseau, vous avez admirablement plaidé.

Je n'avais pas prononcé trente paroles; mais, comme dit en grec saint
Chrysostôme, _felices fortuna juvat_; aux gens heureux tout réussit. Et
ce jour-là j'étais heureux.

Je répliquai:

--Mademoiselle, c'est votre présence qui m'a inspiré.

Ce qui fit rire toutes les dames et demoiselles et Angéline elle-même,
qui rougit un peu par surcroît.

Du moins, je l'ai cru ce jour-là. Si c'était une illusion, grand
Jupiter, donnez-m'en toujours de pareilles!



XX

ENTRE ÉLECTEURS


Le même jour, vers quatre heures de l'après-midi, pendant que je
rédigeais le testament d'une vieille dame dont on avait beaucoup parlé
à Paris trente ans auparavant, mais non dans le meilleur monde, et
qui voulait, pour racheter les péchés de sa jeunesse, léguer toute sa
fortune à un couvent, la porte de l'étude s'ouvrit sans bruit.

Pour rendre plus facile le travail de l'intelligence, je fredonnais
doucement le refrain:

    Sapristi! qu'est-ce qui paiera
    La goutte à la pa, à la pa pa,
    Sapristi! qu'est-ce qui paiera
        La goutte à la patrouille?

J'en étais à l'article 5 du testament. Il s'agissait d'un vieux monsieur
qui devait être chargé d'un fidei-commis de cent mille francs, destiné,
bien entendu, au couvent, lequel, en retour, ferait dire quelques
centaines de messes pour retirer ma cliente du purgatoire. Il s'agissait
de prévenir les procès en captation qu'un héritier naturel qui se croit
frustré n'est que trop souvent disposé à intenter, et aussi de prendre
quelques précautions contre l'infidélité possible du fidéi-commissaire.
Il n'était pas aisé de trouver la formule; alors je continuai le couplet
suivant:

            La baronne avait du monde,
            Mais c'étaient ses quatre soeurs,
    Dont trois brunes et l'autre blonde,
            Avec huit-z-yeux ravisseurs.

A ce moment, je m'aperçus qu'une ombre venait de se planter entre la
fenêtre et moi. Je levai les yeux.

C'était la belle Angéline.

Je me levai précipitamment et m'excusai de ne l'avoir pas vue plus
tôt. Sans cela, elle pouvait croire que je ne me serais pas permis de
chanter...

Elle sourit avec bonté et répliqua:

--Ne vous excusez pas, monsieur Félix...

(Félix! elle disait Félix!)

..... Ce n'est pas vous qui avez tort de chanter quand j'ouvre la
porte; c'est moi qui n'aurais pas dû entrer de peur d'interrompre vos
chansons...

--Oh! mademoiselle!...

--Vous chantez très bien d'ailleurs... Orateur le matin, ténor le
soir...

Elle riait et peut-être se moquait un peu de mes talents variés, mais si
doucement, si gaiement que j'éprouvais la sensation du chat à qui l'on
passe lentement la main sur le dos et qui ronronne avec reconnaissance.
Si je ne ronronnais pas, moi, c'était par respect pour le métier de
notaire que j'étais exposé à exercer un jour et aussi parce je n'avais
pas le gosier fait comme celui des chats.

Elle n'était pourtant pas venue, du moins je le suppose, pour m'entendre
chanter ou pour me faire des compliments sur ma voix de ténor; elle me
demanda donc un volume de l'_Histoire ancienne_, de Rollin.

--Lequel, mademoiselle?

Elle répondit:

--Celui que vous voudrez; ça m'est égal.

Puis, comme elle s'aperçut de son étourderie, elle se reprit;

--Celui de la prise de Carthage.

Je me hâtai de chercher et de lui donner le livre. Alors, comme se
décidant tout à coup:

--A propos, dit-elle, je suis chargée d'une commission...

--Laquelle?

--Mon amie Hyacinthe, qui a su de moi les efforts que vous avez faits
ce matin pour empêcher à l'audience un éclat qui la séparerait
éternellement de Michel, m'a chargée de vous en remercier.

En même temps elle me regarda d'un air si particulier et si aimable, que
je me sentis tout à coup transporté d'une hardiesse extraordinaire et
que j'osai dire:

--Je n'ai fait que mon devoir... mais Mlle Hyacinthe n'a donc pas
renoncé à Michel?

--Non.

--Comme Michel sera heureux de n'être pas oublié!

Angéline répliqua d'un air distrait:

--Oui, oui! très heureux!

--Et alors, il ne vous épouse donc pas?

--Monsieur Trapoiseau, que signifie cette question?

Je répondis tout troublé:

--Pardon, mademoiselle; on disait, on avait dit...

--... Qu'à défaut d'Hyacinthe, Michel viendrait à moi! Monsieur
Trapoiseau, vous êtes un impertinent! Je ne chasse pas sur les terres de
mes amies.

Le mot était dur, quoique la manière demi-sérieuse, demi-plaisante dont
il était prononcé en diminuât beaucoup la force.

Je me hâtai de m'excuser. Cependant, trouvant l'occasion favorable et
craignant qu'elle ne se présentât plus, j'osai dire encore:

--Je sais quelqu'un qui sera bien content de l'apprendre.

--Qui donc, s'il vous plaît, monsieur?

Et elle me regarda d'un air assez hautain.

--M. Francis Vire-à-Temps, le fils de M. le président, le receveur de
Creux-de-Pile, par exemple. On dit que M. Bouchardy ne le déteste pas...

Cette fois, la belle Angéline me regarda entre les deux yeux, mais sans
colère, et me dit:

--Monsieur Trapoiseau, vous ne pensez qu'à faire des contrats, c'est
votre état, et alors, dès que vous voyez un receveur sans femme, vous
voulez me l'offrir. Eh bien, sachez, cher monsieur, que je ne suis
pas pressée, moi, de me marier, que je suis libre et maîtresse chez
moi,--libre et maîtresse, vous m'entendez bien?--que tous les receveurs
du monde ne me tentent pas, que je suis trop bonne de répondre à vos
questions, et enfin... bonsoir. Tenez, reprenez votre livre. Je sais
en gros que Carthage a été détruite par les Romains, ça me suffit pour
aujourd'hui.

Tout cela fut débité d'une haleine et presque avec indignation.

Elle ouvrit la porte, me regarda une seconde, me vit presque consterné,
et d'une voix légère ajouta:

--Au revoir, monsieur Trapoiseau.

Alors la porte se referma, et la vieille étude sombre qui avait été
éclairée d'un rayon de soleil rentra dans les ténèbres.

Pour moi, tout en enrageant de mon mauvais succès et en rédigeant
avec application le fameux paragraphe 5 du testament de la vieille, je
sentais je ne sais quel soulagement, et je chantonnais doucement, car
c'est ma manie de chanter quand je suis seul:

    Ohé! les petits agneaux,
    Qu'est-ce qui casse les verres?...

Au fond, quoiqu'elle m'eût trouvé trop hardi peut-être pour l'avoir
questionnée, Angéline m'avait répondu, et même fort nettement au
sujet de Michel et du gros Francis. Elle ne voulait ni de l'un ni de
l'autre... Elle n'était pas pressée... Elle attendait donc quelqu'un ou
quelque chose; mais quoi?... Hé! hé! si c'était le fils unique de maman
Trapoiseau?...

Ici mon âme se plongea dans un abîme de rêveries et de félicités...

Le même soir, vers neuf heures, comme je me promenais dans les rues, je
rencontrais un groupe nombreux de mes concitoyens qui paraissaient fort
agités et qui parlaient politique à l'entrée du café de la _Perle_ où se
réunissent tous les hommes d'État de Creux-de-Pile.

L'un d'eux, me reconnaissant, malgré l'heure avancée, m'appela de loin:

--Hé! Trapoiseau!

--Qu'y a-t-il?

--Grande nouvelle. La Chambre des députés va être dissoute.

--Je sais.

--On fera des élections.

--Je sais.

--Le père Forestier va revenir.

--Je sais.

--Il est des 363.

--Peut-être!

--Le préfet n'en veut pas.

--Je sais.

--L'évêque est indécis.

--Je sais.

Alors, celui qui m'avait appelé, s'écria en répétant une plaisanterie
fort connue de ce temps-là:

--Il sait tout, ce Trapoiseau.

Ce qui faisait illusion à une parole qu'on disait échappée à un fameux
homme de guerre en montrant son secrétaire particulier.

Tous les autres se mirent à rire et m'obligèrent à m'asseoir avec eux
dans le café, où naturellement on se remit à parler politique.

--Toi qui sais tout, dit mon ami Néanmoins, tu ne sais peut-être pas que
Michel est candidat?

En effet, je ne savais pas, et je l'avouai franchement.

--Apprends donc, reprit Néanmoins, que Michel va revenir; qu'il renonce
à la belle Hyacinthe de son plein gré ou parce qu'il ne peut pas
faire autrement; que pour se venger il va se présenter aux élections
prochaines, qu'il sera soutenu par les républicains à qui le père
Forestier, ancien bonapartiste mal blanchi, n'a jamais rien dit de bon;
qu'on va courir les champs et la ville à la poursuite des électeurs;
qu'il y aura des comités, des assemblées, des réunions populaires, tout
le diable et son train; que les hommes éloquents comme toi et moi vont
se faire connaître et poser leur candidature pour un prochain avenir...

On l'interrompit, on discuta les chances des candidats.

--Le père Forestier est une oie, dit un des assistants.

--Eh bien, tant mieux pour lui, répliqua l'autre. Il ne fera ombrage à
personne. As-tu jamais vu que les électeurs aient rejeté un député parce
qu'il était trop bête?

--Non, répliqua un troisième, car dans ce cas, ils n'en étaient que
mieux représentés. Lui et eux se ressemblent. Est-ce qu'un troupeau
d'oies va prendre pour chef un aigle? Jamais de la vie! L'aigle voudrait
les enlever dans les airs à sa suite et peut-être leur ferait casser le
cou. Les oies aiment bien mieux prendre un bon gros, gras, lourd oison,
qui ne s'élève jamais,--aussi bien qu'elles,--à plus de deux pieds de
terre. Un oison, vois-tu, en toutes choses, c'est plus sûr et moins
trompeur.

--C'est donc pour cela, reprit Néanmoins, qu'il y en a tant dans nos
grandes Assemblées.

Je lui coupai la parole.

--Néanmoins, mon ami, tu vas blasphémer contre les dieux!

Alors on revint à Michel, et les opinions se croisèrent pour et contre.

--Il a du talent, ce garçon!

--Heu! heu!

--Si! si! Il parle bien et longtemps. Je l'ai vu tenir le crachoir
pendant deux heures et l'on ne s'ennuyait pas!

--Parbleu! Qui est-ce qui ne parle pas bien en France?

--Ceux qui réfléchissent!

Ce mot profond et vrai fit rire tout le monde.

--Michel a-t-il des chances?

--Pourquoi non?... Son père en avait.

--Il n'est pas des 363, lui, et le père Forestier en est peut-être...

--Oui, mais si peu!

--On dit que le président Vire-à-Temps le soutient.

--Oui, comme la corde soutient le pendu, en attendant qu'elle
l'étrangle.

--Il a du génie, ce Vire-à-temps... Jamais on ne l'a vu que du côté du
plus fort.

--Très malin, ce Vire-à-temps... Tous ceux qui veulent être avec le
gouvernement vont suivre le président.

--Oui, mais qui sera gouvernement dans six mois?

--Ah! c'est l'imprévu. Mais Vire-à-temps ne se trompe jamais. On ne
risque rien à le suivre.

--Vous savez le prix du marché? Son fils, le gros Francis épousera la
belle Hyacinthe et Rosine donnera une dot.

--Ah bah!

--Parole d'honneur! Ça lui arrachera l'âme d'abouler ses écus; mais
qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour ce gros président?

--Mauvaise langue!

--Pauvre Michel! dit quelqu'un.

--Ah! il était trop heureux, celui-là. Joli garçon. De l'argent. Du
talent. Le nom respecté de son père. Un caractère heureux. Il aurait
eu par-dessus le marché la plus jolie fille du pays. En vérité, c'était
trop pour un seul homme!

Sur cette réflexion philosophique, on se sépara.



XXI

LES BANS


Quelques jours plus tard, en passant le long de l'Hôtel-de-Ville, je lus
avec étonnement l'annonce du prochain mariage de M. Francis Vire-à-Temps
(ou Portefoin, mais je lui laisse le nom sous lequel on avait l'habitude
de désigner le père et les enfants) avec Mlle Hyacinthe Forestier, fille
mineur et légitime, etc.

Ma surprise fut si forte que rien ne pouvait la surpasser, excepté celle
des habitants de Creux-de-Pile qui tous connaissaient l'histoire de
Michel et d'Hyacinthe.

La femme du coutelier d'en face en était si indignée qu'elle sortit de
sa boutique tout exprès pour me dire:

--Eh bien! monsieur Trapoiseau, fiez-vous donc à présent aux belles
demoiselles, aux filles de députés! A-t-elle assez fait de manières,
celle-là, pour attraper le pauvre Michel!... Tournait-elle assez les
yeux pour le regarder en dessous quand elle allait à la messe ou à la
promenade?... Et à présent voilà!... La maman ne veut plus... Eh bien,
tant pis pour Michel. On prendra le gros receveur, un mari ou un autre,
qu'est-ce que ça fait? La nuit tous les chats sont gris. Au fond, ce
n'est pas le mari qu'elle aimait, c'était le mariage.

Franchement, je le croyais un peu.

J'avais bien entendu dire (car tout se sait à Creux-de-Pile), que la
belle Hyacinthe avait fait une vigoureuse résistance aux volontés de
sa mère, qu'elle avait prié, supplié, pleuré; mais enfin tout s'était
apaisé. M. Forestier était revenu. Il avait, sur l'ordre de sa femme,
comme c'était son devoir, déclaré fermement à sa fille qu'elle devait
renoncer à Michel et prendre sans retard le fils du président.

Elle obéissait. Qu'y a-t-il d'étonnant? N'est-ce pas dans toutes
les familles bien réglées, le devoir de la fille d'obéir au père qui
lui-même obéit à la mère, laquelle obéit tantôt au bon sens, tantôt à sa
fantaisie? C'est égal, Hyacinthe aurait pu attendre davantage avant de
céder.

Le même jour, comme je réfléchissais à ce changement subit et me
chantais à moi-même (je vous l'ai dit, c'est mon habitude):

    La donna è mobile,

je vis entrer dans ma chambre à dix heures du soir mon ami Michel en
habit de voyage.

Après avoir salué ma mère, il me prit par le bras:

--Écoute, ami, puisque tu n'es pas couché, nous allons nous promener un
peu. J'ai beaucoup à te dire et à entendre de toi.

Je le suivis et lui racontai ce qui s'était passé en son absence, sans
oublier, bien entendu, la publication des bans.

Je croyais qu'il en serait ému; mais non...

--Déjà! dit-il simplement.

Puis il prit la parole à son tour.

--Mon cher ami, je suis venu par le dernier train, afin de n'être vu ou
remarqué de personne, car, grâce à Dieu, les bonnes gens de ce pays se
couchent plus tôt que les poules. D'où crois-tu que je viens?

--De Paris.

--En effet, c'est là que je faisais adresser mes lettres. C'est de là
que partaient mes réponses et j'y étais hier au soir. Mais, en réalité,
depuis un mois je n'ai pas quitté ce bienheureux pays où respire
Hyacinthe...

Et comme je le regardais étonné:

--Je suis allé tout bonnement chercher un gîte à deux lieues d'ici dans
la montagne, chez un brave homme, mon client, pour qui j'ai plaidé trois
ou quatre fois sans lui demander un centime, qui habite seul au coin
d'un bois, qui ne parle à personne (il est allé un peu aux galères dans
sa jeunesse) et qui, pour quelques maravédis par jour m'entretient de
pain bis, de lait, de fromage, de petit salé et de vin très âpre, mais
qui réchauffe le coeur.

Tous les soirs, mon pauvre galérien, qui est le plus honnête homme du
monde, au fond, et qui rendrait des points, pour la générosité, à Jean
Valjean, prend son épervier et part pour la pêche sans s'occuper de moi,
car il a contracté au bagne l'habitude de n'être pas curieux... De
mon côté, je prends mon bâton de voyage, une blouse de charbonnier, un
chapeau large et mou, j'arrive vers onze heures du soir à Creux-de-Pile,
je fais le tour des remparts, j'évite les chemins tracés, je m'enfonce
dans les prés, j'en sors pour entrer dans les terres, je vais détacher
une petite barque qui appartient au meunier de Reberry, je passe la
rivière et j'entre dans le jardin de M. Forestier, député...

Qu'est-ce que tu dis de ça, Félix Trapoiseau?

Je répondis gravement:

--Monsieur Michel Bernard, mon ami, vous êtes fou. Qu'allez-vous voir à
cette heure indue?

--Hyacinthe, parbleu!

--Elle est exacte au rendez-vous?

--Elle est et elle n'est pas... Il y a bien des jours où je reviens
bredouille. Mais, en temps ordinaire, je lui parle assez facilement
quoique d'un peu loin, car elle demeure au rez-de-chaussée, à côté de la
chambre de sa mère; mais nous sommes séparés par une fenêtre grillée...
Malheureusement, il y a des jours où madame Forestier reçoit des visites
et retient ses visiteurs jusqu'à deux heures du matin. Alors je m'en
vais... Mais tout ça va finir.

--En effet, puisqu'elle va se marier avec le gros Francis. Que dis-tu de
ça, Michel?

Il répliqua froidement:

--C'est sur mon conseil qu'Hyacinthe a donné son consentement.

Ici, je pensai que mon ami n'avait pas la cervelle bien saine.

--Mais que penses-tu faire? L'enlever?

--C'est mon secret, dit Michel... Un mot pourtant, Félix. Il est
possible qu'il y ait du sang versé.

--Ah! grand Dieu! Vas-tu donner des coups de couteau à la famille
Vire-à-Temps?

--Des coups de couteau, non; mais peut-être un bon coup d'épée...

--A Francis?

--A lui-même.

--Oh! le pauvre gros garçon, tu aurais le coeur de lui percer le
flanc?

--Je l'aurai.

--Tu perceras?

--Je percerai.

--Le vieux Vire-à-Temps te fera empoigner par les gendarmes.

--Je l'en empêcherai bien. Le gros Francis sera mis à mort ayant que son
père sache qu'il est en danger.

Et c'est toi, Félix Trapoiseau, mon ami, qui porteras le cartel et qui
seras mon témoin.

--Hum! cela demande réflexion, Michel.

Alors il s'écria indigné:

--Par saint Cuthbert et saint Patard, qui sont les deux plus grands
saints du calendrier, si tu ne promets pas d'être mon témoin, je jure,
moi, de renoncer dès ce soir à ton amitié.

Puis, s'adoucissant peu à peu:

--Si tu savais, Félix, comme elle est belle, ma Hyacinthe!

Je répondis assez froidement:

--Oui, oui, je la connais!

--Tu crois la connaître, reprit-il, parce que tu as vu son enveloppe
mortelle qui est d'une beauté idéale, avoue-le... Avoue que tu n'as rien
vu d'aussi beau qu'elle!

--Peut-être...

Je pensais à Angéline; mais lui, sans m'écouter:

--Son âme immortelle est plus belle encore. Quand elle parle, vois-tu,
sa voix est une musique; les paroles qui lui échappent, c'est de la
fleur de poésie; ce qu'elle pense...

Alors, impatienté de tout cet enthousiasme, je lui dis:

--J'en connais une qui est dix fois plus belle...

Il recula étonné.

--Oh! oh!...

--Oui, Michel Bernard, mon ami, dix fois plus belle, et pour qui je
donnerais, moi, mon âme, ma vie, mon salut éternel, ma part de paradis
et même les douze cents francs par an que je reçois de maître Bouchardy,
son père...

--Comment! c'est de mademoiselle Bouchardy que tu parles?...

--D'elle-même.

--O pauvre ami, s'écria Michel, pauvre ami, pauvre ami!

Je cherchais avec inquiétude comment j'avais pu exciter à ce degré sa
compassion, à la fin il reprit:

--Il faut que tu saches, Félix, que je t'aime plus que tout, excepté...

--Oui, excepté Hyacinthe, ça va sans dire... après?

--Après?... voici. Si j'épouse Hyacinthe, le gros Francis va se rejeter
sur mademoiselle Bouchardy, avec qui son mariage était à peu près
arrangé il y a six semaines. Le vieux Vire-à-Temps l'a rompu dès qu'il a
vu la querelle de ma mère et de madame Forestier, parce qu'il préférait
Hyacinthe; mais il renouera si j'épouse Hyacinthe...

--Et alors moi, je serai victime de ce retour! N'y compte pas, Michel!
J'aime Angéline...

--Le lui as-tu dit!

--Non.

--L'as-tu dit à son père?

--Non.

--Si tu le lui disais, te la donnerait-il en mariage?

--Non.

A cette réponse, Michel éclata de rire.

--Alors, dit-il, que risques-tu de perdre, puisque tu ne possèdes rien?

--Et l'espérance, Michel? N'est-ce pas le plus grand bien des
malheureux? Qui sait? Je serai peut-être riche un jour.

--Pourquoi non?

Il essayait de me consoler et de m'encourager.

Enfin, comme minuit sonnait.

    A l'horloge de bronze:

--Il faut rentrer et dormir, me dit Michel; maintenant que les
bans d'Hyacinthe sont publiés, je n'ai plus besoin de me cacher; au
contraire! A propos, garde-moi le secret, et tiens-toi prêt à me voir
égorger le gros Francis!

Je promis, et l'accompagnai jusqu'à la porte de sa maison. Comme il
allait entrer, une lumière parut dans la maison Forestier et descendit
l'escalier. Nous entendîmes un bruit de voix. La grande porte s'ouvrit
et nous n'eûmes que le temps, Michel et moi, de nous cacher dans une
encoignure pour n'être pas vus.

Le président et ses deux fils, le receveur et le sous-préfet,
descendaient tous trois ensemble. Le sous-préfet donnait le bras à sa
femme, Francis et son père échangeaient les dernières politesses avec la
famille Forestier.

--Au revoir, mon cher ami, disait le président.

--A demain, répondait le député.

Francis saluait sa future belle-mère avec déférence, et sa fiancée avec
toute la grâce dont il pouvait disposer. Au fond, il la trouvait jolie,
on lui promettait une belle dot; peut-être, par le crédit de son futur
beau-père, deviendrait-il trésorier payeur général du département;
c'étaient bien des raisons de la trouver admirable.

Quand à madame Forestier, elle recevait ses compliments avec une
condescendance affectueuse.

Pour Hyacinthe, elle était polie, souriait d'un air incertain, les yeux
baissés comme une demoiselle élevée dans un couvent de choix, et ne dit
pas une parole intelligible.

--Alors le mariage est fixé le 1er juillet? dit le vieux Vire-à-Temps
pour conclure.

--Si vous voulez, répondit Forestier.

--S'il ne dépendait que de moi, ajouta Francis, nous serions aujourd'hui
le 30 juin.

--Ces jeunes gens! c'est toujours pressé! dit madame Forestier en
souriant avec indulgence.

Sur ce mot la porte se referma et tout le monde alla se coucher,--moi
comme les autres.



XXII

UN ASSASSINAT


Cependant le jugement si sage du bon juge de paix qui renvoyait dos
à dos ou à peu près les deux parties, n'avait pas calmé leurs esprits
échauffés.

Au contraire, la fureur des deux dames en avait redoublé, à la grande
joie des voisins, et à la grande frayeur de M. Forestier qui ne pouvait
pas sortir de sa maison sans être appelé _Sganarelle_, (vous entendez
bien,) ni rentrer chez lui sans y recevoir l'épithète de lâche.

Voici comment la chose se passa le 20 juin. Par ce jour-là on pourra
juger des jours précédents.

Dès qu'il sortit, la grande Marion chargée de le guetter et qui
remplissait ce devoir avec un zèle infini, s'écria en riant aux éclats:

--Madame, madame, il vient d'arriver un accident à ce pauvre M.
Forestier!

Avertie par ce signal, Mme Bernard courut à sa fenêtre et demanda d'une
voix retentissante:

--Qu'est-ce que c'est, Marion? Qu'y a-t-il? Est-ce qu'il s'est blessé au
front?

--C'est justement ça, madame. Le capitaine Smintéry les lui a faites
trop hautes, et il ne passe jamais la porte sans se cogner.

En entendant ces mots, M. Forestier menaça Marion de sa canne, et
celle-ci poussa des cris de frayeur.

--Ah! madame! madame! Voici M. le député qui veut m'assassiner!

--Eh bien, cache ton fichu rouge, Marion, tu sais bien que ça met en
colère les bêtes à cornes!

Et ainsi de suite.

Quand le pauvre député rentra chez lui tout déconfit, une autre antienne
l'attendait au logis.

--Qu'est-ce que c'est que ces cris? demandait l'impérieuse Rosine.

--Rien! ce n'est rien! répliqua le malheureux.

--Mais si! mais si! J'entends qu'on parle de...

--De rien, Rosine! Et si l'on parle, je veux que tu te taises... Après
tout, c'est toi qui m'attires tous ces affronts. Si tu n'avais pas...

Il s'arrêta, effrayé de sa propre audace.

--Si je n'avais pas... quoi?... Réponds donc! s'écria Rosine, en se
plantant, les yeux étincelants, devant son mari.

Les fenêtres étaient ouvertes, à cause de la saison, et toutes les
voisines regardaient et écoutaient, de sorte qu'aucun détail de la scène
ne fut perdu pour le public.

--Osez donc dire, monsieur, ajouta la bouillante dame, osez dire que
vous avez contre moi le moindre sujet de plainte. Osez dire que
j'ai manqué au moindre de mes devoirs, quelque occasion qui se soit
présentée, et Dieu sait si elles ont manqué!...

--Ma bonne amie, je t'en supplie... Qui est-ce qui te parle de ça? Par
grâce, laisse-moi tranquille!

--Vous ne m'en parlez pas, monsieur Forestier; mais c'est pour cela que
je vous en parle, moi! C'est une honte qu'une femme telle que moi soit
exposée à de pareils affronts, par la lâcheté et l'imbécillité de son
mari. Oui, c'est une honte, une véritable ignominie! Avoir épousé
un courtaud de boutique, car vous n'étiez pas autre chose, monsieur
Forestier, lui avoir porté en dot plus de cent mille écus, l'avoir vu se
ruiner dans des entreprises insensées; avoir alors pris le gouvernail,
relevé ma fortune compromise, assuré l'avenir de ma fille; vous avoir
fait nommer vous-même député, malgré votre incapacité reconnue, le
préfet, M. de Walpurgis me l'a dit bien souvent: C'est vous qu'on vient
d'élire, madame, et non votre mari, et voir en récompense que vous
n'osez même pas me défendre contre d'infâmes propos qui vous offensent
plus que moi... Ah! tenez, c'est cela qui me fait bondir le coeur...
Vous n'êtes donc pas un homme! Vous n'avez donc pas de sang dans les
veines! vous êtes donc un lâche!

M. Forestier s'essuya le front.

--Enfin, dit-il, que veux-tu que j'y fasse? Je ne peux cependant pas
entrer de force chez madame Bernard, ni me battre contre elle et contre
Marion!

Rosine répliqua d'un air de hauteur souveraine.

--Ce n'est pas à moi de vous indiquer ce que l'honneur vous commande! Si
vous avez peur de Michel...

--Mais non, ma bonne amie, je n'ai pas peur de Michel, mais Michel n'est
pour rien dans l'affaire. Quand je passe, il me salue toujours avec
déférence. De tout temps, il ne m'a rien dit que d'aimable. Il aimait
Hyacinthe, ça n'est pas défendu...

Alors Hyacinthe essaya d'intervenir.

--C'est vrai, maman, papa a raison. Michel aimait et respectait papa. Il
l'aime et le respecte encore, je le sais...

Mme Forestier se retourna, irritée, contre sa fille.

--Tu le sais!

--Oui, je le sais! répliqua Hyacinthe d'une voix ferme.

--Comment le sais-tu?

Elle hésita un peu, puis se décidant tout à coup:

--Parce qu'il me l'a dit plus de cent fois, et qu'il ne changerait
jamais ni pour papa, ni pour moi.

--Ah! tu vois bien! s'écria le père heureux de se voir appuyé par sa
fille.

Mais alors la vieille Rosine lança à celle-ci un regard foudroyant.

--Va dans ta chambre, Hyacinthe! jusqu'à ton mariage, tu ne dois point
parler sans mon ordre. Je suis seule maîtresse ici, entends-tu bien?

La jeune fille obéit. Alors sa mère, restée seule avec le pauvre député,
qui tremblait de tous ses membres, reprit:

--Puisque vous êtes plus mou et plus avachi qu'un chiffon, monsieur
Forestier, puisque vous êtes trop lâche pour affronter Michel, je me
chargerai moi-même du châtiment!

--C'est ça! c'est ça! vas-y! Et campe-lui un bon soufflet sur la joue
droite et un autre sur la joue gauche, dit le député entre haut et bas,
et s'il te les rend, ne m'appelle pas, car, sur mon salut éternel, je te
verrais rouer de coups de bâton, ma chérie, sans aller à ton secours!

Croyez que Mme Bernard et la grande Marion n'avaient pas perdu un mot
de cette conversation et qu'elles se frottaient les mains en riant de
toutes leurs forces,--Mme Bernard surtout qui se préparait à jouer un
nouveau tour à sa voisine.

J'ai déjà dit que la maison de M. Forestier servait de limite au jardin
de Michel. Même, à cause de la familiarité constante et de l'intimité
des deux familles qui durait depuis quatre ou cinq ans, Mme Forestier
avait eu longtemps l'habitude d'ouvrir les contrevents des deux fenêtres
de la salle à manger qui était vaste comme celles de toutes les vieilles
maisons bourgeoises, mais qui ne recevait d'air et de lumière que par le
jardin contigu.

Cette petite servitude, loin de gêner les uns ou les autres, avait au
contraire beaucoup favorisé l'amour naissant de mon ami Michel et de la
belle Hyacinthe. Il offrait les roses de son jardin. Elle acceptait et
causait volontiers, accoudée avec sa mère sur le rebord de la fenêtre,
au rez-de-chaussée. Quelquefois même, pour ne pas faire le tour des deux
maisons et pour entendre de plus près la musique d'Hyacinthe, Michel
avait sauté par là, les fenêtres n'étant pas à plus de quatre pieds de
terre, et, en l'absence des parents, allait baiser les belles mains de
sa fiancée, qui ne se fâchait pas trop. Au contraire.

Hélas! ce jour-là, ces fenêtres si bien placées pour le bonheur des
amoureux, furent la cause ou l'occasion de la catastrophe la plus
tragique dont on ait parlé dans l'histoire des deux familles; tant il
est vrai, quand vous plantez un pommier, que vous ne savez pas s'il vous
donnera des fruits et de l'ombrage, ou si vous y accrocherez une corde
pour vous pendre!

Il était six heures du soir, et Mme Forestier allait se mettre à table
avec sa fille et son mari, lorsque tout à coup elle s'aperçut que
les contrevents se refermaient d'eux-mêmes; la salle à manger, qui ne
recevait de lumière que par ces deux fenêtres, se trouva plongée dans
l'obscurité.

En même temps, on riait aux éclats dans le jardin.

M. Forestier étonné, oubliant le chemin de sa cuiller à sa bouche, versa
une partie de sa soupe sur son gilet.

La belle Rosine s'écria:

--Mihiète! ouvrez donc les contrevents! On n'y voit plus!

Mihiète obéit.

--C'est un coup de vent, dit-elle, mais elle n'en croyait pas un mot.

Hyacinthe devint fort inquiète.

Le député soupçonnant la vérité, aurait bien voulu partir pour
Versailles. Il se voyait entre le marteau et l'enclume, et regrettait
les doux propos de la buvette parlementaire.

Quant à Mme Forestier, sans hésiter, elle appela Mihiète et lui donna
tout bas un ordre.

--C'est ça, madame, répondit la cuisinière, ça leur apprendra!

Et elle revint deux minutes après apportant d'un air mystérieux un objet
long de quatre pieds, assez pesant, de forme arrondie, qu'elle tenait
caché derrière son dos.

La belle Rosine s'empara de cet objet, alla se poster entre les deux
fenêtres et attendit son ennemi comme un Zoulou attend un Anglais au
passage. Évidemment, la plaisanterie avait paru si bonne aux gens qui
étaient dans le jardin qu'ils ne manqueraient pas de la renouveler.

Les contrevents de la première fenêtre se refermèrent à grand bruit, et
déjà une main inconnue poussait ceux de la seconde; on voyait le bras
bien à découvert, lorsque Mme Forestier, bondissant hors de sa
cachette comme une lionne et brandissant l'objet mystérieux apporté par
Mihiète--c'était un manche à balai, elle frappa un coup si vigoureux
sur le bras à découvert que l'éclat de rire du jardin se changea en un
effroyable cri de douleur.

--Ah! mon Dieu! s'écria Mme Reine Bernard, car c'était elle-même, elle
m'a cassé le bras, cette coquine!...

Tous les mots les plus violents de la langue française suivirent
celui-ci.

Enfin elle appela Marion.

De son côté, Rosine, se tournant vers son mari d'un air de triomphe, lui
dit:

--Voilà ce que tu aurais dû faire si tu n'avais pas été le lâche que tu
es!

A quoi le gros papa Forestier répondit la bouche pleine:

--Oui, voilà de belle besogne. Tu as fait une bonne journée, je te
conseille de t'en féliciter!

Et comme elle allait répliquer avec emportement, il ajouta:

--Tiens, ma pauvre Hyacinthe, ta mère est une vieille folle. Pour lui
rendre justice, il faudrait la mettre à Charenton avec une camisole de
force!

Elle s'avança sur lui d'un air menaçant:

--Monsieur Forestier! avant de me mettre à Charenton, il faudrait
d'abord avoir le moyen de payer ma pension, et vous n'avez rien, c'est
moi qui vous nourris, qui vous loge, qui vous blanchis, qui vous donne
de l'argent de poche pour vos menus plaisirs; sans moi, vous ne dîneriez
pas!... Non, vous ne dîneriez pas!... Osez donc dire devant moi, que
vous dîneriez!

--Maman! Oh! maman! interrompit Hyacinthe suppliante. On va t'entendre!
Le jardin de Mme Bernard est déjà rempli de monde!

--Eh bien, je veux qu'on m'entende, moi. Je veux qu'on sache qu'il n'y a
que moi seule de maîtresse ici, que personne n'a le droit de commander,
excepté moi, et que...

Puis tout à coup:

--Pour commencer, reprit-elle, qu'on se remette à table et continuons de
dîner.

--Ah! pour ça non, dit le député, en jetant sa serviette, je vais finir
mon dîner à l'_hôtel des Trois-Empereurs_.

Hyacinthe voulut en vain le retenir. Il s'enfuit.

Cependant le peuple s'amassait dans le jardin de Mme Bernard. Un envoyé
extraordinaire, choisi parmi les galopins les plus agiles du faubourg,
était allé chercher le vieux docteur Vadlavan, chirurgien renommé, et
sur la route racontait à qui voulait l'entendre que Mme Bernard venait
d'être assassinée par Mme Forestier. On racontait déjà les plus affreux
détails. Le député avait pris part au crime. Cinq coups de couteau
n'avaient pas assouvi la fureur de ces deux époux. Mme Bernard était
étendue dans une mare de sang... En mourant, elle avait du même coup
pardonné sa mort à ses lâches assassins et légué sa vengeance à son
fils.

Au bout d'un quart d'heure, toute la ville fut sur pied et s'avança
en procession vers la maison Bernard. Une heure plus tard, Michel, qui
revenait à cheval de la campagne, fut averti par le bruit public qu'il
était devenu orphelin.



XXIII

CHAMBRE DE MALADE


Le lendemain, Mme Bernard était au lit, pâle, gémissante, mais furieuse
toujours et ne rêvant que la vengeance.

Près d'elle se tenait le vieux Vadlavan, qui lui tâtait le pouls, et
d'un air affectueux disait:

--Ma chère enfant, il ne faut pas vous échauffer. Vous avez tort... tout
ça comme ça... c'est grave, mais ça passera.

Elle répliqua d'une voix grinçante et sifflante:

--Ça passera... ça passera... Il en prend bien à l'aise, ce vieil
imbécile! On voit bien que ce n'est pas lui qui a reçu le coup!

Après quoi, le docteur, qui était plus fin qu'éloquent et qui feignait
d'être un peu sourd pour n'entendre que ce qui lui plaisait dans la
conversation, continua:

--C'est une forte luxation... Tout ça comme ça... Si je n'avais pas
été là, pour la réduire sur-le-champ, je ne sais pas ce qui aurait pu
arriver... une forte fièvre, la gangrène, le tétanos peut-être...

Il semblait parler à Michel; mais la dame prêtait une oreille attentive
et pâlissait de frayeur.

--Que dites-vous là, docteur? La gangrène! Le tétanos!

Vadlavan parut contrarié d'avoir été entendu; au fond, il était
enchanté; la crainte de la mort assurait son empire sur sa malade.

--Ne craignez rien, ma chère enfant. Je vais vous envoyer un de mes
petits flacons. Vous en prendrez une cuillerée à café dans un grand
verre d'eau sucrée, tous les quarts d'heure... Vous aurez soin de ne pas
vous mettre en colère dans les intervalles. Cela est essentiel...

Il tira sa montre, regarda l'heure et ajouta:

--Il faut que j'aille prendre le train express. La femme du préfet de
***

Il nomma une ville située à vingt lieues de là.

... M'a fait appeler pour une opération des plus dangereuses, qu'on
n'ose pas confier à mes confrères de là-bas... Il s'agit de vie ou de
mort...

Comme il allait sortir, Mme Bernard, effrayée, s'écria:

--Mais, docteur, si le tétanos venait tout à coup, qu'est-ce qu'il
faudrait faire?

Elle attendait son arrêt avec angoisse.

Il répondit tranquillement:

--Rien autre chose que prendre les cuillerées à café de mon petit
flacon, toujours délayées dans l'eau sucrée...

--Et quand le flacon sera vide?

--Je vais en envoyer trois... Bonsoir et bonne nuit, ma chère enfant...
Tout ça comme ça... Du calme surtout, du calme, le plus grand calme!

Il prit son chapeau à larges bords, sa canne et sortit. Michel
l'accompagna jusque dans la rue et revint d'un air fort tranquille.

La consultation des médecins étant terminée, celle des hommes de loi
allait commencer.

Elle fut vive et violente. Mme Bernard ne parlait d'abord que de
traduire son assassin en cour d'assises.

Soufflé par Michel, je fis observer modestement que le jury était si
indulgent...

--Ou plutôt si lâche! interrompit la dame.

--... Si lâche, si vous préférez, qu'il ne manquera pas d'acquitter,
tandis qu'un bon petit procès en police correctionnelle ne pouvait pas
manquer d'aboutir à l'amende et à la prison.

Et comme Michel sortait de nouveau pour commander des compresses, sa
mère me dit:

--Comprenez-vous ça, Trapoiseau? Mon fils a l'air de prendre ça comme la
pluie ou le beau temps?

Je lui ai dit hier: fais-moi venir le juge d'instruction et le procureur
de la République. Il a répondu: «Oui, maman!» Et il les a fait venir.

--Mais, madame, que voulez-vous qu'il fît de plus?

--Ah! s'il avait du sang dans les veines! il aurait massacré ce gros
Forestier et sa coquine de femme... Mais non, c'est tout le portrait
de son grand dadais de père; il n'est étonné de rien; il ne se fâche de
rien; on égorgerait sa mère sous ses yeux qu'il enverrait tout bonnement
chercher le médecin et les gendarmes!...

J'osai risquer:

--Mais, madame, après tout...

Elle me coupa la parole.

--Vous d'abord, Trapoiseau, taisez-vous! Qu'est-ce que vous pouvez
comprendre au déchirement du coeur d'une mère qui se voit abandonnée
de son fils, oui, lâchement abandonnée du fruit de ses entrailles?...

Je fis signe en silence qu'en effet n'ayant jamais été lâchement
abandonné du fruit de mes entrailles, je ne pouvais pas comprendre le
déchirement.

--... Eh bien, alors, continua la dame, _fichez-moi la paix!_

Je la lui fichai sur sa demande et j'allais prendre congé lorsque
le juge de paix parut, qui venait offrir comme tous les autres ses
compliments de condoléance.

Mais il fut bien reçu! ah! oui, bien reçu!

Dès les premiers mots Mme Bernard lui dit:

--Monsieur Robin, c'est votre faute! Tout ça ne serait pas arrivé si
vous m'aviez rendu justice l'autre jour, mais la Smintéry--car on ne
peut plus l'appeler maintenant la Forestier,--encouragée par votre
jugement...

Alors le vieux juge de paix répliqua d'un ton paternel:

--Ma chère enfant, je t'aime beaucoup...

--Il y paraît, dit amèrement la dame.

--Je t'ai vue naître...

--Vous êtes assez vieux pour avoir vu naître ma grand'mère.

--Et je ne peux pas m'empêcher de penser que le curé Torlaiguille avait
raison quand il disait: «Il n'y a pas, dans ma paroisse, de femme plus
folle et plus méchante que Mme Forestier...»

--Ah! qu'il a donc raison monsieur le curé! s'écria Mme Bernard,
triomphante... C'est un homme sage et de bons sens, celui-là!

--Attends donc, ma chère enfant, tu ne connais pas la fin de sa phrase.
La voici: «... excepté madame Bernard!»

Les yeux de la dame étincelèrent.

--Il n'a pas dit ça, monsieur Robin. Vous mentez! M. le curé est
incapable de dire une sottise pareille!... Et, s'il l'avait dite, vous
seriez un sot de me la répéter.

Le père Robin se leva de son fauteuil et répliqua:

--Ma chère enfant, il avait tort de parler avec si peu de respect des
deux dames les plus aimables et les mieux élevées de France; mais enfin
il l'a fait et je l'ai entendu de mes oreilles; au reste, tu pourras
t'en assurer tout à l'heure, car le voici.

En effet, mon oncle le curé s'avançait à travers le jardin d'un pas
majestueux, et fut introduit sur-le-champ.

Mais il avait à peine fini de saluer et de s'informer de la santé de
l'intéressante malade, lorsque le juge de paix lui demanda brusquement:

--Est-il vrai, mon cher curé, que vous avez dit devant moi ce matin...

Et il répéta la phrase:

Ici le curé regarda Mme Bernard, puis le juge de paix, devina ce qui
s'était passé, et répondit en souriant d'un air de reproche:

--Toute vérité n'est pas bonne à dire. Si j'avais laissé entrevoir une
opinion défavorable pour quelqu'une de mes paroissiennes, il est vrai,
monsieur le juge de paix, que j'aurais eu tort, mais...

Alors Mme Bernard l'interrompit d'une voix brève:

--C'est bon, c'est bon, monsieur le curé. Je ne veux pas en apprendre
davantage. Je sais maintenant ce qu'il faut penser de votre amitié.

J'avais écouté sans rien dire ces discours et ces répliques, mais le
juge de paix, pour détourner la conversation, me demanda des nouvelles
de la politique du jour. Qu'est-ce que je pensais de M. de Broglie?

--Un homme bien fin, celui-là, un fameux diplomate parlementaire!

--Ah! et M. de Fourtou?

--Un ministre à poigne, qui fera mettre en prison tous les
récalcitrants!

Et celui-ci, et celui-là... Et qu'est-ce que je pensais de la Hollande?

--Rien que de bon.

--De l'Angleterre?

--J'avais des soupçons.

--De l'Allemagne?

--Des inquiétudes.

--De l'Italie?

--J'y voyais du zist et du zest.

--De la Russie?

--Elle a des vues sur l'Orient.

--De la Turquie?

--Elle devrait payer ses dettes.

--De l'Autriche?

--C'est bien compliqué. Les ultraleithans et les cisleithans...

--De la Grèce?

--Ils ont Athènes et veulent avoir Constantinople. C'est un trop gros
morceau. Ils s'étoufferont en voulant l'avaler.

Pendant que nous étions perchés sur ces hauteurs de la politique, Mme
Bernard qui ne dormait pas à cause de son bras luxé et qui grognait
comme un sanglier, en nous tournant le dos dans son lit, se retourna
tout à coup et s'écria:

--Marion! Marion!

La cuisinière parut.

--Courez vite, ma fille, au fond du jardin. Dites que je n'y suis pas...

--Eh! madame, tout le monde sait que vous êtes couchée! répondit la trop
sincère Marion.

--Je vous répète que je n'y suis pas, que je n'y serai jamais, que je ne
veux jamais recevoir ni ce gros imbécile, ni personne de sa famille.

Et du doigt elle montrait le malheureux député qui venait s'excuser, ou
plutôt excuser sa femme, supplier qu'on lui épargnât ce scandale, et qui
s'avançait accompagné de Michel.

Mon oncle le curé dit à demi-voix:

--Madame, à tout péché miséricorde. Ce n'est pas la faute de ce pauvre
M. Forestier, si...

--Monsieur le curé, répliqua aigrement la dame, je vous prie de
m'épargner vos conseils. A mon âge on sait ce qu'on doit faire, je
suppose!

--En effet, madame! Ou bien si on l'ignore, on croit le savoir. Ça
revient tout à fait au même. _Sapiens est qui credit esse_, comme dit
saint Thomas d'Aquin.

Quant au juge de paix il n'offrit pas ses conseils, devinant sans doute
qu'ils seraient aussi mal reçus que ceux de son voisin. Il attendit, le
menton appuyé sur la pomme de sa canne, ce qui allait arriver.

Michel, contre l'usage, entra le premier, frayant la route au député, et
dit:

--Maman, voici M. Forestier qui vient te rendre visite et t'exprimer ses
regrets...

--... Des regrets plus profonds qu'il n'est possible d'imaginer,
continua le député.

Il attendit quelques secondes une réponse encourageante qui ne vint pas.

Michel reprit:

--Maman c'est M. Forestier...

Alors la dame répliqua:

--Forestier! Qui ça, Forestier?... Le mari de la Smintéry?...

A ce mot, le malheureux député se leva d'un bond et courut à la porte.
Mais la voix perçante et vengeresse de Mme Bernard le suivit jusqu'au
fond du jardin.

--Dis-lui, Michel, de ne jamais remettre les pieds ici. Dis-lui que mon
tapis n'est pas fait pour les souliers d'un...

--Madame, interrompit le curé, je suis venu vous voir de peur que vous
n'eussiez besoin de mon ministère; à la manière dont vous parlez, je
vois que vous êtes vivante et bien vivante...

--Grâce à Dieu, monsieur le curé! Voudriez-vous déjà me voir enterrée?

--Non, madame; mais je voudrais vous voir plus douce envers le prochain,
surtout envers celui que vous avez offensé!... Venez-vous faire un tour
de promenade à monsieur le juge de paix?

--Avec plaisir, mon cher curé.

Je les suivis, et sur le seuil de la porte je rencontrai Michel qui me
dit:

--Trapoiseau, il n'y a plus de milieu pour moi. Il faut être député ou
mourir.

--Eh bien, ne meurs pas!

--Tu m'aideras?

--Certes!

Et ce fut la préface de cette fameuse élection dont on a tant parlé plus
tard à Versailles et même en Europe.



XXIV

UN COMITÉ ÉLECTORAL


Deux jours après, Michel vint me chercher vers neuf heures du soir.
Cette fois, il ne s'agissait plus de promenade sentimentale au clair de
la lune.

--Je sais tout, me dit-il. Le père Forestier et le père Vire-à-Temps ont
fait une alliance offensive et défensive que cimente le mariage projeté
d'Hyacinthe avec le gros Francis.

--C'est naturel.

--Et je connais d'avance les manoeuvres du vieux Vire-à-Temps.

--Il t'en a fait confidence?

--Non; mais le gros Francis, qui est plus bête que méchant, en a parlé
librement pour montrer sa finesse à... quelqu'un qui m'a tout répété.

--A mademoiselle Hyacinthe, je suppose!

--Précisément... N'est-ce pas son droit, à elle, de se défendre par tous
les moyens possibles contre un mariage qu'elle déteste et de revenir à
moi?

--C'est mieux que son droit, Michel, c'est son devoir.

--Donc, on va d'abord, et pour premier gage d'alliance, étouffer le
procès en police correctionnelle ou en cour d'assises que ma mère
intente à Mme Forestier... On prendra pour cela mille prétextes. On dira
d'abord, sur le rapport du docteur Vadlavan, que l'incapacité de
travail doit durer plus de vingt jours, ce qui mène tout droit en cour
d'assises, sur le même banc que Troppmann et Lacenaire... Ensuite, après
un second examen, provoqué par M. Forestier et fait par deux savants
médecins de Paris, on reconnaîtra l'erreur et l'on proclamera que le
docteur est un ignorantus, ignoranta, ignorantum... Naturellement, il
se rebiffera, soutiendra les conclusions de son rapport, retiendra
l'instruction en suspens... Le juge chargé de ladite instruction qui,
par envie d'avancer et pour plaire à son chef, opine toujours avec
Vire-à-Temps, emploiera six semaines à rédiger son rapport. L'affaire,
après deux mois, sera renvoyée devant le tribunal de première instance;
mais au moment de plaider, l'avocat de Mme Forestier,--un célèbre avocat
de Paris, fera défaut.

Par déférence pour le célèbre avocat, on renverra le procès à quinzaine;
de délais en délais on atteindra les vacances, les élections seront
faites, Hyacinthe sera mariée; M. Forestier, qui était absent lors du
vote des 363 et n'avait pas pu voter, tournera à droite ou à gauche
aussi bien que Vire-à-Temps, mais de façon à se trouver toujours avec le
vainqueur, et se fera nommer sénateur aussitôt que le titulaire actuel
sera mort,--ce qui ne peut pas tarder, il est sourd et aveugle depuis
dix ans.

Alors Vire-à-Temps qui touche à l'âge de la retraite, se fera nommer
député à son tour ou fera nommer son fils, l'ambitieux procureur, et
la dynastie des Vire-à-Temps, appuyée sur le sénateur, le député, le
président, le sous-préfet, le receveur particulier. Francis qu'on se
propose de faire trésorier-payeur général, sera plus solidement établie
à Creux-de-Pile que les ponts les plus fameux, bâtis par les Romains.
Comprends-tu ça, Trapoiseau?

--Parfaitement. Mais le procès en police correctionnelle?

--Il tombera dans l'eau. Dans tous les cas, Mihiète, qui est aussi
innocente du coup de bâton donné sur le bras de ma mère qu'un petit
enfant qui vient de naître, paraîtra seule devant le tribunal,
s'accusera, s'excusera sur ce qu'elle croyait frapper un pau de fagot
et non le bras d'une dame distinguée... On la condamnera à l'amende,
peut-être à deux jours de prison. Madame Forestier récompensera
ce dévouement en donnant cinq ou six cents francs à sa servante et
l'honneur sera sauf.

--Mais toi, Michel, que comptes-tu faire?

--Rien du tout. Je vais les laisser patauger et mentir tant qu'ils
voudront. Au dernier moment, je les prendrai dans leur propre filet.

--En attendant tu vas te faire nommer député?

--Peut-être.

--Et la belle Hyacinthe est complice?

--Ça, mon ami, c'est un secret entre elle et moi.

--Et la piété filiale, qu'en faites-vous?

--Trapoiseau, mon ami, vous êtes un moraliste insupportable... On se
défend comme on peut contre des parents barbares.

Là, nous nous mîmes à rire de bon coeur. Puis, nous pensâmes qu'il ne
suffisait pas de poser sa candidature pour être nommé député, qu'il
y fallait «un concours de circonstances» et qu'il fallait préparer ce
concours.

C'est pourquoi, dès le lendemain soir, une dizaine de citoyens, choisis
un à un parmi les plus chauds républicains, et surtout parmi les plus
jeunes et les plus éloquents, se trouva réunie au fond d'un cabaret
borgne; nous aurions préféré un temple majestueux avec des colonnes
doriques ou la cathédrale de Reims, mais nous n'avions pas de choix.

Après tout, d'ailleurs, la plus illustre assemblée de
l'univers--l'Assemblée constituante de 1789,--s'est réunie, faute de
mieux, dans un jeu de paume, et Jésus-Christ, fils de Dieu, est né dans
une étable entre le boeuf et l'âne, à plus forte raison pouvait-on
désigner dans un cabaret le candidat de Creux-de-Pile.

Parmi tous les hommes éloquents qui venaient nous prêter leur concours,
un seul manquait à l'appel, c'était le plus précieux de tous, mon rival
et ami Néanmoins.

Vainement je l'avais prié de venir. Il m'avait répondu avec un regret
bien sincère:

--Pas possible, cher ami, je suis _reteint_ (retenu).

Si tu m'avais parlé de ça dix jours auparavant, à la bonne heure, on
aurait pu voir; mais, tu comprends, je n'ai qu'une salive à vendre.
Elle est au service de M. Saumonet, mon patron, et par conséquent de
M. Forestier, son client. Il ne ferait pas bon pour moi de changer de
parti. Saumonet, pour ne pas perdre la clientèle des gros bourgeois et
des riches propriétaires qui suivent tous la bannière de Forestier et
surtout de Vire-à-Temps, m'enverrait voir dans la rue si j'y suis.

Et en s'arrachant par ci par là quelques cheveux, il répétait d'un air
dépité:

--Quel malheur de ne pouvoir être avec Michel et toi! Ça m'allait comme
un gant. Nous aurions ri, nous aurions crié, nous aurions braillé,
disputé... Enfin ce qui me fait plaisir, c'est que je t'aurai en face de
moi puisque je ne peux pas être à côté de toi dans le rang; allons-nous
en donner de ces bons coups de langue! Allons-nous donner la fessée à
nos bourgeois respectifs et mutuels!

Tels étaient les projets de Néanmoins.

Mais, faute d'un moine, l'abbaye ne chôme pas, dit un vieux proverbe.
Faute de celui-là, nous avions encore assez d'orateurs parmi nous pour,
de notre surplus, fournir deux Chambres des députés.

Comme j'avais convoqué à moi seul tous les assistants, je leur devais et
ils attendaient de moi un discours d'ouverture.

Je commençai donc en ces termes:

«Messieurs et chers concitoyens...»

Un de mes amis, trop pressé d'applaudir, cria: Bravo! bravo!

Son voisin, jaloux de mon succès, lui donna un grand coup de coude en
criant:--Vas-tu pas taire ton bec, Antonin?

Je repris:

«Messieurs et chers concitoyens,

»N'êtes-vous pas ennuyés...»

--Pas encore! interrompit celui qui avait coupé la parole à Antonin,
mais si tu es trop long, ça ne tardera pas!

--Silence! dit un autre, laissez parler l'orateur.

Je continuai:

«... Ennuyés de n'être rien dans la ville, rien dans la commune, rien
dans l'arrondissement, rien dans le département, rien dans la France,
rien dans l'État...?

--Et par conséquent rien en Europe! ajouta Antonin.

--Rien! rien! rien! cria un autre. Rien que de malheureux contribuables
à qui, tous les mois, le porteur de contraintes apporte un papier rouge
ou vert avec ces mots: «Frère, il faut payer!»

--C'est vrai, ça! dit un troisième. Trapoiseau a raison. Nous ne sommes
rien du tout.

Je continuai en m'inspirant du fameux abbé Sieyès:

«Messieurs, vous n'êtes rien, et vous devriez être tout!...»

--Bravo! bravo!

--«... Je dirai plus! vous pouvez être tout!»

--Comment? comment? crièrent à la fois plusieurs voix.

Je répondis avec une gravité croissante:

«C'est ce que j'allais vous expliquer... Qui êtes-vous, ô mes amis? Toi,
tu es épicier; toi, ferblantier; toi, cafetier; toi, boucher; toi,
clerc d'avoué; toi, horloger; toi, jardinier; toi, professeur de
belles-lettres; toi, marchand de calicot; toi, marchand de chevaux; toi
enfin, tu es propriétaire et rentier et tu fumes ta pipe tout le long du
jour au bord de la rivière, ce qui fait prospérer le commerce du tabac
et engraisser la régie... Tous enfin, vous êtes utiles à l'État, quoique
de différentes manières...»

Je m'arrêtai un instant pour reprendre haleine, car la période était
longue, puis je continuai:

«... Oui, c'est vous qui faites la richesse, la force, la puissance,
l'éclat, la gloire et la prospérité de la nation française. Est-il
quelqu'un qui oserait le contester?...»

De toutes parts on cria:

--Personne!

«... Eh bien! mes chers concitoyens et mes amis, vous à qui la France
doit tout, qu'êtes-vous en France?... Rien. On verse votre sang dans
les batailles et votre or dans les coffres de l'État, mais quant à vous
consulter dans vos propres affaires, l'a-t-on jamais fait?...»

--Jamais! jamais!

«... Est-il un seul de vous qui soit président de la République?».

--Non! cria l'Assemblée.

«Ou ministre du président?»

--Non!

«Ou sénateur?»

--Non! non!

«Ou député?»

--Non, non, non!

«Ou maire, adjoint, conseiller municipal, sous-préfet? Pas un!...

Je m'arrêtai quelques secondes pour appuyer davantage sur cette triste
vérité et je repris:

«N'est-ce pas une honte que parmi tant de jeunes gens d'une capacité
éprouvée dans vingt professions diverses, pas un seul n'ait encore été
choisi soit par le gouvernement, soit par ses concitoyens?»

C'est vrai, c'est une honte. Je le vis bien dans le regard de mes
auditeurs.

«... Voulez-vous en savoir la raison? vous êtes trop jeunes, à ce que
disent les gens qui sont en possession de tout. Il faut attendre que
vous ayez fait vos preuves... Ils ont fait leurs preuves, eux, ces
Gérontes, mais leurs preuves d'incapacité...»

--Bravo! Bravo!

«... De lâcheté...»

--Bravo! Bravo!

«... De stupidité, d'hypocrisie, de cynisme...»

L'enthousiasme allait toujours croissant.

«... Ce n'est pas tout, disent-ils encore, il faut respecter les droits
acquis... Les droits acquis, messieurs! Où les ont-ils acquis, sinon
en remplissant les antichambres des ministres, des préfets et des
députés!...»

A ces mots, les applaudissements éclatèrent. On se jeta sur moi pour
m'embrasser. Quelques-uns voulaient me porter en triomphe. Je refusai
modestement.

La séance, suspendue de fait pendant un quart d'heure, fut enfin
reprise et l'on me demanda quel remède je voyais à tant d'abus et à des
injustices si horribles.

Alors, j'élevai la voix:

--Un seul, messieurs!... Il nous faut chercher un député, jeune comme
nous, ardent comme nous, intelligent comme nous...

--Éloquent comme toi! interrompit Antonin.

--Eh bien, dit un autre, rien n'est plus simple. Prenons Trapoiseau.

Et dans le premier transport d'enthousiasme on aurait peut-être
adopté la proposition sauf à s'en repentir et à me laisser seul dès
le lendemain si je n'avais décliné cette offre trop flatteuse pour ma
modestie.

--Non, mes chers amis, ce n'est pas moi qu'il faut nommer, c'est un
homme qui... un homme que...

J'énumérai toutes les vertus qu'on devait demander à ce candidat idéal,
je promis d'avance qu'il donnerait satisfaction à tous les intérêts, et
enfin je nommai Michel Bernard dont le nom fut reçu avec acclamation.

Juste au même instant Michel entrait.



XXV

AU CAFÉ DE LA PERLE


Cette entrée, demi préparée, demi fortuite, fit le plus grand effet.

Tous se précipitèrent au-devant de Michel et lui serrèrent la main
comme de vieux amis. A peine au courant de ce qui s'était passé, il me
remercia de la marque d'amitié que je venais de lui donner, remercia
aussi très gracieusement les autres électeurs, et, sans se prononcer
lui-même, déclara qu'il respectait trop la volonté du peuple pour
vouloir s'imposer à lui, mais que si les assistants, élite du corps
électoral de Creux-de-Pile, voulaient se constituer en corps électoral
et provoquer dans les autres cantons ou communes de l'arrondissement la
formation de comités semblables qui s'entendraient tous ensemble et avec
le comité central, lui alors, Michel, se tiendrait prêt à obéir à la
volonté du peuple, quelle qu'elle pût être.

Ayant fait ce petit discours qui fut trouvé admirable par plusieurs
et très convenable par tous les autres, il ajouta négligemment que les
frais des comités seraient à sa charge.

Et pour preuve il paya la présente _consommation_, ce qui redoubla
l'enthousiasme, ou, pour mieux dire, l'assit sur une base solide; car,
il faut l'avouer, si l'argent est le nerf de la guerre, il est encore
plus le nerf des élections dans tous les pays du monde.

Après plusieurs autres discours, félicitations et congratulations
réciproques, on se sépara, et je demeurai seul avec Michel.

Alors il quitta son masque électoral et me dit d'un air sombre:

--Mon cher ami, nous marchons à une catastrophe!

Je répliquai, pensant aux affaires publiques qui paraissaient fort
embrouillées par la dissolution de la Chambre:

--Mais non! mais non! Tu t'abuses! Tout finira mieux que tu ne penses!

--Trapoiseau, mon cher ami, la résistance est presque impossible.

--Rien de plus facile, au contraire! La force d'inertie suffirait seule,
au besoin. L'armée d'ailleurs ne le suivra pas...

--L'armée! Qu'est-ce que tu me chantes là? Je te parle d'Hyacinthe.

--Ah! Et moi, je te parle de Mac-Mahon.

Nous éclatâmes de rire tous les deux.

--Écoute, me dit Michel, je vais risquer un coup désespéré.

--Tu vas tuer quelqu'un?

--Justement.

--Ton rival?

--Lui-même.

--Hélas! Le pauvre gros Francis est bien innocent de tout crime. Mais tu
ne veux pas l'assassiner, je pense?

--Non, non. Ça se passera dans les règles, en public, devant quatre
témoins. Un bon duel à mort.

--Mais ça ne s'est jamais fait à Creux-de-Pile.

--Ça se fera, Trapoiseau!

--Mais c'est sauvage! Tu ne trouveras pas un second témoin, car pour moi
je vois bien que tu comptes sur mon amitié.

--Certes, et tu m'iras chercher un second témoin. Je ne suis pas
inquiet. C'est un rôle glorieux et sans péril. Il y a toujours de braves
gens pour se dévouer en pareil cas.

--Allons, tu veux exterminer Francis Vire-à-Temps?

--Je le veux, puisqu'il n'y a pas d'autre moyen d'empêcher son mariage
avec Hyacinthe.

--Mais comment feras-tu pour lui chercher querelle? Il est si doux,
si poli, si bien élevé quoiqu'un peu entêté dans les discours
politiques!...

Michel m'interrompit en riant:

--Entêté dans la discussion! c'est tout ce qu'il me faut. Qu'est-ce
qu'il est?... Bonapartiste, je crois? Je vais dire du mal des Bonaparte.
Doucement d'abord, pour ne pas le mettre sur ses gardes, puis crûment,
puis je le pousserai à fond. Viens avec moi.

Nous allâmes ensemble chercher le gros Francis, au café de la _Perle_,
où il passait une heure tous les soirs, sans rien _consommer_, comme
disait amèrement le cafetier, et pour lire les journaux sans payer
l'abonnement. C'est l'usage économique des plus gros bourgeois de
Creux-de-Pile.

Comme nous l'avions prévu, il était là, regardant jouer au billard,
jugeant des coups et ne prévoyant pas la machination qu'avait préparée
le perfide Michel.

Celui-ci entra d'un air aisé et bon enfant comme à l'ordinaire et donna
des poignées de main à tout le monde et à Francis lui-même, quoique
leur rivalité auprès d'Hyacinthe eût mis entre eux un certain froid.
Cependant, comme ils étaient bien élevés tous les deux, les formes de la
politesse subsistaient toujours.

Michel s'assit sans affectation à une table voisine et je lui fis face.
Nous causâmes d'abord de choses indifférentes et en particulier d'un
procès qui se préparait. Nous discutâmes pendant cinq minutes la
question de droit en feignant de boire des bocks.

Tout à coup Michel me dit:

--A propos, sais-tu la grande nouvelle que donne un journal anglais, le
_English Duck_?

--A ces mots «grande nouvelle» _English_ et «_Duck_», les oreilles du
bon Francis Vire-à-Temps s'ouvrirent toutes grandes pour recueillir le
discours de Michel.

Celui-ci poursuivit:

--Il paraît que le prince impérial va faire une descente à Cherbourg.
L'armée de mer va se soulever en sa faveur et lui livrer les forts. On
compte sur trois régiments de ligne et sur un régiment d'artillerie.
Plusieurs chefs de gare et chefs de trains sont gagnés.

Je m'écriai:

--Pas possible!

--Si possible et même si certain, continua Michel, que le gouvernement
français a pris toutes ses précautions. Sa police en Angleterre a tout
découvert.

--Mais alors, dit Francis qui brûlait de prendre part à la conversation,
puisque tout est découvert, l'échec n'est pas douteux.

--Qui sait? répondit Michel. On parle aussi d'une conspiration de Paris
qui se relierait à celle de Cherbourg. M. Paul de Cassagnac en serait
et prendrait le commandement des insurgés de Belleville où il a de
nombreuses intelligences...

Puis, baissant la voix:

--Bismarck est dans l'affaire... C'est lui qui fournit l'argent.

Ici Francis n'eut plus aucun doute.

--Eh bien, tant mieux! dit-il. Ça fera sauter cette sale République...

Mais alors Michel l'interrompit:

--Qu'est-ce que vous dites, Francis? Cette sale République! C'est vous
qui l'appelez de ce nom, vous qu'elle loge, qu'elle nourrit, qu'elle
héberge, qu'elle paie grassement, vous dont elle nourrit, héberge, loge
et paie grassement le père et les frères!

Le bon gros receveur recula comme s'il avait marché sur un serpent, et
vraiment la voix de Michel avait quelque chose de mordant et d'irritant
qui ne rassurait pas.

--Voyons, dit-il, mon cher ami, ne nous fâchons pas pour si peu de
chose. J'oubliai que vous étiez républicain. Je dirai, si vous voulez,
que votre République est propre et brillante comme un sou neuf.

--Ça ne suffit pas, répliqua Michel.

--Soit! je le penserai.. Tenez, je le pense déjà! dit le gros Francis,
qui croyait à une plaisanterie assez désagréable, mais qui voulait avant
tout éviter une querelle.

Michel, voyant que cette inaltérable bonhomie ne lui laissait aucune
prise, continua, mais en s'adressant à moi:

--N'est-ce pas honteux que tous ces gens-là,--le père et les trois
fils,--vivent du budget de la République et osent encore l'appeler
sale?... Mais c'est eux qui la salissent! c'est eux qu'il faudrait
balayer!

Cette fois, le doute n'était plus possible. Le gros Francis vit bien que
son adversaire cherchait une querelle sérieuse. Il regarda autour de lui
comme pour chercher un appui; les joueurs de billard se rapprochèrent
tenant leur queue à la main pour mieux entendre; deux ou trois habitués
se levèrent, mais tout le monde paraissait indifférent ou plutôt
favorable à Michel qui s'écria les yeux étincelants:

--A-t-on jamais vu chose pareille?

Puis, désignant de la main le pauvre Francis.

--Ça ose dire du mal de la République!

--Oh! s'écria le choeur avec indignation.

--Ça reçoit les écus de la République, et ça ose l'appeler sale!...

--Oh! oh! oh! continuèrent les assistants qui parurent prêts à faire un
mauvais parti au receveur.

Alors le gros Francis poussé à bout répliqua:

--C'est donc une querelle que vous me cherchez, Michel?

L'autre se leva:

--Et si c'en était une, monsieur le receveur, qu'avez-vous à dire?

Francis réfléchit pendant quelques secondes; sans doute il eut envie
de sauter sur son adversaire et de l'étrangler. Mais le sentiment de la
conservation personnelle l'emporta. Il répondit avec une prudence qui ne
saurait être trop admirée:

--Eh bien, Michel, vous êtes fou, mais je serai plus sage que vous, je
vous cède la place!

Après quoi, il sortit, au milieu des éclats de rire des assistants.

Quelques minutes plus tard, le cafetier ferma sa boutique, et je me
retrouvai seul avec Michel dans la rue.

--Décidément, dit-il, je ne parviendrai jamais à tuer ce garçon-là en
duel. Il prend trop de soin du fils de sa mère. Rentrons chez moi; je
veux faire un dernier effort.

Et il écrivit un billet que j'étais chargé de remettre en grande
cérémonie, assisté d'un autre ami de Michel qui nous parut très propre
à remplir cet office, car il était riche propriétaire, vivait à la
campagne, braconnait presque toute l'année, n'aimait pas le vieux
Vire-à-Temps qui l'avait condamné plusieurs fois à l'amende et
connaissait à merveille le maniement des armes à feu.

Voici le billet:

«Monsieur,

»Hier, vous avez insulté la République en l'appelant _sale_, et vous
réjouissant de ce qu'on la ferait sauter... c'est vous qui sauterez, je
vous le prédis, sans être grand prophète.

»Ce n'est pas tout. En sortant du café de la _Perle_, vous avez dit que
j'étais fou...

»La promptitude avec laquelle vous êtes rentré chez vous et l'obscurité
de la nuit m'ont empêché de vous poursuivre et de vous donner
sur-le-champ dans le dos des marques de ma satisfaction... Mais, vous
entendez bien que cette injure ne peut pas rester impunie. Je vous
prie de désigner deux de vos amis qui s'entendront avec les miens, MM.
Trapoiseau et Crancy, pour régler les conditions d'une rencontre ou les
excuses publiques que j'ai droit d'attendre de vous.

»MICHEL BERNARD.»

»_P.S._ Mes amis ont ordre de vous laisser le choix des armes.»

Le braconnier et moi nous portâmes ce billet doux le lendemain, vers
une heure de l'après-midi, pendant que le gros Francis et le vieux
Vire-à-Temps, son père, dînaient tranquillement en tête-à-tête.

Je ne sais quelles furent leurs réflexions, mais au bout de cinq
minutes, M. le président parut, la serviette accrochée à la boutonnière
de son paletot, les yeux allumés par la colère et peut-être par la bonne
chère; il s'avança vers nous et dit:

--C'est vous, Trapoiseau, qui venez m'apporter ça dans ma propre maison?

Je répliquai sèchement:

--Monsieur, c'est à votre fils et non à vous...

Il prit un air de majesté foudroyante:

--Mon fils et moi, c'est tout un. Entendez cela, Trapoiseau, et ne vous
avisez pas de recommencer!

Je commençais à me fâcher sérieusement. Je lui dis:

--Monsieur le président, au tribunal, je vous respecte comme je dois;
mais ici, ce n'est pas à vous que je m'adresse... Je suis chargé avec
mon honorable ami M. Crancy, d'attendre et de rapporter la réponse à une
lettre que je vous ai remise... Et j'attends!

Ces derniers mots furent prononcés d'une voix très ferme, qui redoubla
la colère du vieux Vire-à-Temps. Se voir ainsi bravé par un clerc de
notaire, lui le souverain magistrat de l'arrondissement!

Il écumait. Il tira de sa poche la lettre de Michel, la déchira en vingt
morceaux et dit:

--Voilà ma réponse.

Et comme j'allais insister:

--Coralie! cria-t-il à sa cuisinière, allez chercher les gendarmes!

J'aurais bien répliqué; mais au mot de «gendarmes» Crancy fut saisi
d'une telle frayeur qu'il s'enfuit et que je fus obligé de le suivre. Au
moins pour couvrir notre retraite, je dis au président:

--Monsieur, avertissez Francis de ne pas sortir s'il veut éviter quelque
scène désagréable.

Mais le soir même, le procureur de la République fit appeler Michel et
lui fit prêter serment, sous peine d'être coffré sur-le-champ, qu'il ne
donnerait pas suite à sa menace.

--Au reste, dit Michel en prêtant le serment demandé, il suffit qu'on
connaisse partout la poltronnerie du pauvre Francis!

Mais la catastrophe approchait.



XXVI

A LA MAIRIE


C'était le 1er juillet. Jamais les habitants de Creux-de-Pile n'avaient
vu de cérémonie aussi somptueuse que celle qui se préparait pour le
mariage de mademoiselle Hyacinthe Forestier avec M. le receveur Francis
Vire-à-Temps, plus communément appelé «le gros Francis».

On devait aller en voiture de la maison de la mariée jusqu'à l'église
de la paroisse; mais grâce à l'heureuse combinaison des rues, des ponts,
des montées et des descentes qui font de cette admirable ville quelque
chose d'assez semblable à un bossu orné de plusieurs bosses, il ne
fallait pas moins de trois quarts d'heure pour faire le trajet à
découvert sous les yeux des passants.

Au reste, cet apparat ne déplaisait pas au père Forestier qui jouissait
de sa puissance et qui se rengorgeait avec un très légitime orgueil en
regardant sa fille.

Il avait l'air de dire à tous: «Voilà mon oeuvre»; et en effet le
capitaine Smintéry n'y était pour rien, n'ayant paru à Creux-de-Pile que
trois ou quatre ans après la naissance d'Hyacinthe.

Pour elle, je m'aperçus avec étonnement qu'elle paraissait très gaie,
d'une beauté charmante (cela va sans dire), et qu'elle ne regrettait pas
du tout le pauvre Michel.

Plusieurs des spectateurs en firent tout haut la remarque, et, s'il faut
tout dire, les spectatrices--celles du peuple surtout--ne furent pas
indulgentes.

Dans la seconde voiture s'étalait le vieux Vire-à-Temps, à côté de Mme
Rosine Forestier, qu'il couvrait de compliments et qui lui répondait par
des sourires dont le capitaine Smintéry avait connu la puissance quinze
ans plus tôt... Mais depuis ce temps-là, hélas! quel changement!

Les autres membres des deux familles et les amis suivaient dans
quarante-cinq carrosses de différentes formes et grandeurs. Il y avait
des pataches, des coupés, des landaus, des chars-à-bancs, des calèches
et même des tape-_fonds_. Forestier et Vire-à-Temps, pour frapper d'une
pierre deux coups, avaient invité tous les électeurs influents, et en
particulier la plupart des maires de l'arrondissement, au dîner de noces
qui devait avoir lieu dans le jardin. Après dîner, le sous-préfet, frère
du gros Francis, s'était chargé, de concert avec le président, de leur
enseigner leurs devoirs électoraux; madame Eva Vire-à-Temps, femme
du sous-préfet, devait les charmer de ses regards; enfin, on comptait
beaucoup sur l'effet de cette journée pour la réélection de M.
Forestier.

C'est dans ce bel ordre de bataille et en voiture qu'on se rendit à la
mairie, où je me précipitai à pied en jouant des poings, des coudes et
des genoux pour me faire une place. Grâce à mon énergie, je me trouvai
au premier rang, et je fus bien étonné de voir Michel à trois pas de là,
tranquillement assis sur une chaise et accoudé sur la table.

Je lui demandai tout bas:

--Que fais-tu là? Ce n'est pas ta place. Veux-tu faire un scandale?

Il me répondit tranquillement:

--J'ai le droit, comme tout le monde, de regarder la cérémonie... et je
regarde.

Cependant, malgré sa tranquillité apparente, j'étais frappé de sa pâleur
et de la fixité de son regard. Évidemment il était très ému. Je me
rapprochai de lui pour le soutenir ou le contenir au moment fatal.

Enfin toute la noce entra, le père Forestier et sa fille en tête, et les
autres, chacun suivant son grade ou le degré de parenté.

Le maire, qui était en habit noir et en cravate blanche, ouvrit sa
tabatière, se bourra le nez de façon à couvrir sa chemise de grains de
tabac, se moucha fortement, posa son mouchoir à carreaux bleus sur la
table comme en-cas, et commença à lire la formule de la loi.

Là, tous les coeurs battaient un peu. On regardait Michel avec
étonnement et avec inquiétude. Lui-même ne regardait qu'Hyacinthe. Il
pâlissait et rougissait de minute en minute.

Pour elle, sans le regarder, les yeux baissés, elle attendait
modestement la question suprême:

Consentez-vous à prendre pour mari, etc.. etc.

Alors, d'une voix nette et claire, elle répondit:

--Non, monsieur le maire. Mon mari sera M. Michel Bernard ici présent.
Je n'en aurai jamais d'autre.

A ces mots, Michel, transporté de joie, se leva et s'écria:

--Et moi, Hyacinthe, je jure de vous aimer éternellement.

Ce fut un coup de théâtre si imprévu que les parents d'Hyacinthe
n'eurent pas le temps de s'y opposer.

Le gros Francis demeura consterné. Le vieux Vire-à-Temps parut très
vexé. Le sous-préfet, frère aîné de Francis, leva les épaules comme pour
dire: C'est une fantaisie de petite fille, cela passera. La femme du
sous-préfet se mit à rire sans autre raison que de montrer ses dents
blanches qui étaient fort bien rangées.

Quant aux amis et aux électeurs convoqués des quatre coins de
l'arrondissement, leur stupéfaction était inexprimable, et je dois
ajouter aussi leur tristesse.

Comment! on les avait fait venir de deux, trois, quatre, dix lieues
pour assister à une noce, s'en fourrer jusque-là, voir leur député, leur
sous-préfet, leur président, expliquer, recommander leurs affaires à ces
gros bonnets, et tout d'un coup, patatras!... plus ce mariage!

Mais alors, plus de dîner, plus rien! Car enfin on ne peut pas décemment
aller boire et manger chez des gens qui sont occupés à s'arracher les
cheveux en famille. Non, en vérité, cela ne se fait pas! Que le diable
emporte le caprice de cette petite Hyacinthe!... Voilà ce qui se lisait
sur toutes les figures.

Franchement, ce n'était pas gai. Quant à la famille Vire-à-Temps, tous
ses projets d'avenir étaient à vau-l'eau.

Mais que dire de la fureur de Mme Forestier? Rien ne pourrait en donner
une idée.

--Maudite chipie!....

Et elle leva la main pour donner un soufflet à sa fille, mais le père
Forestier, quoique fort désagréablement surpris, eut le bon sens et
le temps de lui saisir le poignet, de manière à empêcher un plus grand
malheur.

--Voyons, ma chère amie, dit-il, tu n'y penses pas! Hyacinthe elle-même
est prise ce matin d'un caprice inexplicable, car enfin elle consentait
hier et tous les jours précédents à ce mariage qui comblait tous vos
voeux, qui resserrait notre intimité avec un vieil ami (il se tourna
vers le président et lui serra la main avec effusion); qu'est-ce qui est
donc arrivé qui a pu changer ainsi ses résolutions?

--Elle est folle, cria la mère.

Hyacinthe répliqua:

--Non, maman, je ne suis pas folle. Mais je ne veux pas qu'on dispose
de moi sans mon consentement. Quand vous m'avez présenté Michel, je l'ai
accepté de suite, parce qu'il m'aime, et que je l'aime. Vous n'en avez
plus voulu... C'est bien; mais moi je n'ai pas changé comme vous, comme
toi surtout, maman, et je ne changerai jamais.

--Et moi, s'écria la vieille Rosine, je jure que...

Mais le vieux Vire-à-Temps se leva et dit avec assez de grâce à
Hyacinthe:

--Ma chère enfant, mon bonheur et celui de Francis auraient été de vous
garder avec nous; mais vous comprenez bien que nous vous aimons trop
l'un et l'autre pour avoir jamais eu la pensée de vous contraindre.
Croyez que je ferai toujours pour vous, et Francis comme moi, les
voeux les plus sincères.

Le pauvre gros Francis, n'étant pas éloquent, serra silencieusement la
main d'Hyacinthe, et tous les deux se retirèrent, promptement suivis
de leurs amis particuliers qui ne savaient quelle contenance garder,
et qui, d'ailleurs, étaient pressés de dîner à l'auberge,--car c'était
l'heure de la plupart des tables d'hôte.

Michel, voyant la salle se vider, voulut s'approcher d'Hyacinthe et la
remercier de son courage, mais la vieille Rosine se campa au-devant de
sa fille dans une attitude si belliqueuse que mon ami craignit d'être
cause d'un nouveau scandale et sortit avec moi.

Quand nous fûmes dehors, Michel me dit:

--Eh bien, qu'en penses-tu, Trapoiseau? Le coup était-il bien combiné?
A-t-il assez réussi?

--Comment, c'est toi qui...

--Parfaitement vrai.

--Je ne m'étonne plus de la tranquillité où tu vivais ces derniers
jours.

--Voici. Grâce au mur du jardin et à la fenêtre grillée de sa chambre,
je peux, sinon voir et toucher Hyacinthe, du moins lui parler toutes
les nuits... C'est moi qui l'ai décidée à accepter la main du pauvre
Francis, qu'elle avait d'abord nettement refusée. Je lui ai prouvé que
nous ne pouvions obtenir le consentement de son père que par un coup
d'éclat qui forcerait ce pauvre homme à prendre une résolution virile.
Hyacinthe a combattu longtemps, mais enfin elle a fini par donner
son consentement. De là, l'événement que tu viens de voir. Ce qui l'a
décidée surtout, c'est le cartel que j'ai adressé à Francis; elle a eu
peur d'un duel où je pouvais être tué. Pour prévenir ce danger, elle a
fait elle-même l'acte de courage dont tu as été témoin tout à l'heure.

Et maintenant, cher ami, vive la joie!

Michel sautait et dansait de bonheur. Je lui demandai:

--Mais ton élection, qu'en fais-tu?

--Je me fais élire plus que jamais.

--Mais si tu es élu, papa Forestier te refusera la main d'Hyacinthe.

--Mais, Trapoiseau que tu es, si je ne me présente pas contre lui, comme
il ne me craindra pas, il me la refusera bien mieux encore...

Il tira de sa poche une petite affiche-manifeste et me la mit sous les
yeux.

--Tiens, lis ça et tu m'en diras des nouvelles.

    SAMEDI PROCHAIN

    4 juillet

    M. MICHEL BERNARD FERA UNE CONFÉRENCE DANS LA
    GRANDE SALLE DU CAFÉ DE LA PERLE

    sur ce sujet:

    _LES PROCHAINES ÉLECTIONS_

«Notre éminent concitoyen, qui s'est déjà fait connaître dans plusieurs
de nos plus grandes villes, et dont les conférences sur les _Populations
de la France de l'Ouest_ ont obtenu un prodigieux succès au boulevard
des Capucines, à Paris, se propose d'aborder samedi et de traiter avec
la merveilleuse autorité qui lui est propre les questions si complexes
que présente la crise actuelle où se débat la République.»

--Alors, tu vas faire un discours?

--Un, deux, trois, quatre discours.

--Et que diras-tu au public?

--Cela dépendra de la réponse que papa Forestier va faire demain.

--A quelle question?

--A celle que je lui poserai moi-même.

--Où?

--Chez M. Bouchardy, ton patron, qui le fera venir sous un prétexte...
Toi, cher ami, va faire imprimer et coller mon affiche sur tous les
murs.



XXVII

CONCLUSION


Le lendemain; dans l'après-midi, papa Forestier, la tête basse, l'air
inquiet et préoccupé, se parlant à lui-même et faisant des gestes, parut
au bout du jardin de M. Bouchardy.

Mais, dans l'intervalle, le plan de bataille de Michel avait été changé.
C'était à moi de soutenir le premier et principal choc, à lui d'emporter
la victoire et d'en recueillir le fruit.

Mon patron, qui était dans la confidence de Michel, était sorti tout
exprès pour me laisser seul avec le député.

Je fis ses excuses en son nom, cela va sans dire, alléguant une affaire
pressée et qu'il n'aurait pu remettre, sans grave préjudice pour ses
clients. J'eus soin pourtant d'ajouter qu'il allait rentrer «_d'un
instant à l'autre_», afin de retenir le poisson accroché à la ligne.

Au reste, M. Forestier lui-même n'était pas fâché de trouver ce
prétexte pour causer avec moi, qu'il savait l'intime ami de Michel et
le dépositaire de ses secrets. Il s'y prit donc finement et, tout
en feignant de bâiller pendant que je faisais de mon côté semblant
d'écrire, il me dit d'un air goguenard:

--Vous vous mêlez donc aussi de politique, Trapoiseau?

--Peut-être, monsieur le député. Mais comment le savez-vous?

--On me l'a dit... Il paraît que vous êtes républicain?

--Tout-à-fait.

--Oh! mais un chaud, chaud républicain, de ceux qui disent: «Sois mon
frère, ou je te tue!»

--Hé! hé! monsieur, il en est quelque chose...

Je riais, il riait aussi, car Dieu sait si je suis farouche et si j'en
ai la mine.

Il continua:

--On m'a dit que vous seriez candidat aux prochaines élections...

Je répondis simplement:

--Cela pourra venir, mais il faut que Michel passe avant moi.

Il parut très étonné:

--Comment Michel se présente?... Pas possible!

--Lisez sur les murs l'annonce de sa conférence.

M. Forestier leva les épaules.

--Michel n'a pas de chances, dit-il. Michel est trop jeune. Michel n'a
pas fait ses preuves. Michel n'a pas une nombreuse clientèle et l'appui
du gouvernement, de la magistrature et du clergé que j'ai, moi. Michel
n'a pas la possession d'état. Il n'est pas député de Creux-de-Pile
depuis vingt ans. Enfin Michel est trop exalté. Il aura contre lui
tout ce qui pense bien, tout ce qui est riche, tout ce qui veut vivre
paisible et honoré... Allons donc, Michel n'aura pas cinq cents voix!

Cette fois le bonhomme parlait avec chaleur et ne cachait plus sa pensée
ou plutôt son âpre désir de rester député à tout prix.

Voyant cela, je répliquai négligemment que le suffrage universel était
chose journalière comme le vent et la pluie; qu'on avait été très
mécontent à Creux-de-Pile que le député n'eût pas voté dans la séance
fameuse où 363 héros avaient affirmé la République...

M. Forestier parut troublé.

--Eh! dit-il en m'interrompant, est-ce que je savais tout ça, moi?
Est-ce que je pouvais deviner la pensée de mes électeurs? Si j'avais su
à quel parti ils voulaient me voir passer, est-ce que je n'aurais
pas tout fait pour les contenter? Qu'est-ce que ça me fait à moi,
au fond,--entre quat'z-yeux, je peux bien vous le dire,
Trapoiseau,--qu'est-ce que ça me fait de voter à droite ou à gauche?..
Encore à présent ils n'ont qu'à parler, mes électeurs! je dirai, je
ferai tout ce qu'ils voudront, pourvu qu'ils me réélisent!...

Le pauvre homme perdait la tête et me parlait comme à sa conscience.

Je répondis gravement:

--Il est trop tard, monsieur Forestier, oui, trop tard. Nous avons
choisi Michel, qui est jeune, qui nous plaît, qui parle bien, qui ne
nous abandonnera pas, qui votera toujours pour la République, et--ici
je parlai plus lentement pour avertir mon interlocuteur de faire
attention,--à moins que Michel lui-même ne renonce à sa candidature...

Les yeux du bonhomme brillèrent d'une idée soudaine. On eût dit un bec
de gaz allumé tout à coup dans un cabinet obscur. Il s'écria tout ému:

--Mais s'il y renonçait?

Alors voyant que le goujon mordait, pour le ferrer plus fortement je
dis:

--Je le connais! Michel n'y renoncera pas. Il est ambitieux, il est
orateur, il a devant lui un long avenir; ma foi, il serait bien sot d'y
renoncer, ayant d'ailleurs toutes les chances possibles, car les comités
secrets s'organisent de toutes parts et ont reçu des instructions de
Paris...

M. Forestier pâlit à cette nouvelle. Cependant il essaya de faire bonne
contenance.

--J'ai pour moi, dit-il, tout ce qu'il y a de mieux, de plus riche et de
plus influent dans le pays... M. le président Vire-à-Temps d'abord, qui
dispose à lui seul de trois mille voix...

A ces mots j'éclatai de rire.

--Vous ne savez donc pas la nouvelle?

--Quoi encore?

--M. Vire-à-Temps est, depuis hier soir, candidat pour son propre
compte.

--Ah! mon Dieu! Est-ce possible?

--Hier, aussitôt en revenant de la mairie, lui et son fils le
sous-préfet ont réuni les maires qui étaient venus pour assister au
mariage de mademoiselle Hyacinthe...

--Maudite enfant! s'écria le père. C'est elle qui est cause de tout..
Enfin qu'ont-ils décidé?

--... Que M. le président se présenterait aux élections contre vous et
contre Michel, que les maires et les curés le soutiendraient chaudement,
etc., etc. Le sous-préfet a même dit en riant quelque chose que je ne
voudrais pas répéter...

--Quoi donc, voyons?

--Que les conservateurs votant pour son père et les républicains pour
Michel, vous resteriez entre deux chaises... _Assis_ par terre.

--Il a dit ça cet imbécile! s'écria Forestier indigné; eh bien, nous
verrons!... Et pour commencer...

Au même instant, Michel parut dans le jardin. Il s'avançait lentement et
saluait Angéline à sa fenêtre sans faire semblant d'apercevoir le père
Forestier.

Mais celui-ci, tout chaud des révélations que je venais de faire, me
quitta en disant:

--Je vais vous laisser à votre travail, Trapoiseau, et faire un tour de
promenade.

Je ne cherchai pas à le retenir, et voici, d'après le récit de Michel,
ce qui se passa entre eux.

Chacun des deux fit comme au théâtre et s'arrangea pour heurter l'autre
par hasard, se récrier d'étonnement et s'excuser.

--Ah! ah! dit le député, je ne m'attendais guère à vous rencontrer
ici, monsieur Michel Bernard! Mais puisque vous voilà, nous allons nous
expliquer, s'il vous plaît.

Cela fut dit d'un ton demi-fâché, demi-affectueux, qui fit voir à Michel
que j'avais très bien rempli mes instructions. Il répondit donc avec
respect qu'il était trop heureux de cette rencontre, qu'il l'aurait
sollicitée s'il avait osé ou si mademoiselle Hyacinthe l'avait permis...

--Enfin, dit Forestier, qui depuis quelques minutes paraissait avoir
pris son parti de beaucoup de choses, vous l'aimez?

--Passionnément.

--Elle vous aime?

--Vous l'avez entendue hier.

--Eh bien, prenez-la, je vous la donne...

Michel se jeta dans ses bras en s'écriant:

--Ah! vous serez vraiment mon père!

M. Forestier ajouta:

--Ah! mais, minute!... D'abord les conditions du contrat seront les
mêmes qu'autrefois, excepté pour votre belle-mère qui, je vous en
réponds, ne donnera pas un centime, même de revenu...

--Qu'importe? répliqua fièrement Michel.

--Il importe beaucoup, mon jeune ami; vous vous en apercevrez plus tard
quand vous aurez des enfants... De plus, écoutez-moi bien!... Au lieu
d'être mon adversaire aux élections, vous serez mon principal avocat et
soutien.

--Ah! dit Michel, mes amis veulent avoir un député républicain.

--Eh bien, et moi? Me prenez-vous pour un mollusque ou pour un crustacé?
Je suis républicain, mon cher ami, et de la plus pure farine... Vous
allez me dire--je le lis dans vos yeux,--que j'étais bonapartiste au
Corps législatif de l'empire... eh bien, qu'est-ce que cela prouve?...
Mes électeurs voulaient Bonaparte, alors je faisais comme eux...
Maintenant ils veulent la République, c'est donc mon devoir de voter
pour elle... Enfin je m'y engage, et dès demain je vais écrire à tous
les journaux mes regrets de n'avoir pas été à Versailles le jour du
vote des 363. J'aurais été le trois cent soixante-quatrième. Êtes-vous
content?

--Oui, dit Michel.

En effet, dès le soir même tout fut arrangé. Il rentra dans la maison
Forestier.

Il fit, le samedi suivant, en faveur de son futur beau-père, le discours
qu'il s'était engagé à faire contre lui au café de la Perle, et cela fut
trouvé «très fort,» au dire de mon ami Néanmoins.

Un hasard heureux empêcha la vieille Rosine d'y mettre obstacle. La
nuit précédente, cette femme poétique, rêvant à sa fenêtre pendant qu'il
pleuvait, avait attrapé une pleurésie, et mourut quelques jours après,
laissant peu de regrets.

On lui fit cependant des funérailles très convenables, et la belle
Hyacinthe, que tout le monde croyait sans dot, se trouva la plus riche
héritière de tout le pays. Il est vrai que Michel se hâta de restituer
au pauvre M. Forestier toute sa fortune personnelle, ce qui le rendit
plus joyeux qu'un poisson dans l'eau.

Madame Reine Bernard avait voulu susciter quelques difficultés, mais mon
oncle, le curé Torlaiguille, homme de bon sens et de bon conseil, lui
fit sentir qu'elle ne ferait qu'éloigner de sa maison Michel et ses
futurs petits-enfants. D'ailleurs elle était contente, ayant vu
mourir son ennemie. Elle rechigna donc, garda la plus grande partie de
l'héritage de son mari et accusa son fils d'ingratitude, mais donna son
consentement, c'était l'essentiel.

Le gros Francis Vire-à-Temps, un peu démonté par l'affront qu'il avait
reçu de la belle Hyacinthe, épousa Berthe aux grands pieds, la fille de
M. Patural, «jurisconsulte éminent»; il n'était pas homme, le bon gros
receveur, à se chagriner longtemps ni à préférer fortement une femme
à une autre. Pourvu que son dîner fût bon et servi tous les jours à la
même heure, il était heureux.

Il l'est encore.

Quant à moi,--les siècles futurs voudront-ils croire à mon
bonheur?--j'ai épousé ma chère Angéline, voici comment:

Une après-midi, M. Bouchardy, mon patron, homme robuste et bien portant
mais un peu gros, eut un soupçon d'apoplexie. Comme il était prudent
et sage, il se tint pour averti, voulut régler ses affaires et m'en fit
confidence. Il songeait à vendre son étude et voulait la faire afficher
dans les journaux de Paris.

Le soir je racontai l'histoire à ma mère, qui du premier mot me dit:

--Achète-la.

--Avec quoi, maman?

--Avec ce que tu vas voir, Félix!

Et alors elle tira du fond de son armoire, où je n'avais jamais cherché,
des titres de rentes et des actions de chemins de fer pour plus de deux
cent mille francs.

Comme je la regardais avec étonnement, elle me dit:

--Félix, voilà trente ans que je travaille à te faire riche; si je te
l'avais dit quand tu étais petit, tu te serais mis à flâner, comme tant
de fils de bourgeois qui ne savent rien faire de leurs dix doigts. Tu
t'es cru pauvre, tu as travaillé, tu es un homme maintenant. Voilà. Tout
est à toi! Achète l'étude de ton patron. Mon mari était huissier, mais
mon fils sera notaire, et qui sait? Peut-être un jour président de la
République!

Alors je l'embrassai tendrement, j'achetai l'étude, j'étonnai maître
Bouchardy, qui ne me croyait pas si riche, je demandai Angéline en
mariage et je l'obtins; Michel et la belle Hyacinthe vinrent à la noce
avec le papa Forestier, que nous avions fait réélire et que nous fîmes
ensuite nommer sénateur, après la mort de son cousin. Michel a remplacé
son beau-père à la Chambre des députés. Quant à moi, je suis conseiller
municipal depuis deux ans, père depuis dix-huit mois et maire de
Creux-de-Pile depuis six mois.

Que Dieu vous garde, mes frères!


FIN


    TABLE

    I. Entre Notaires
    II. Angéline
    III. Ma Mère
    IV. A la Cuisine
    V. Un article du Contrat
    VI. Le Président de Creux-de-Pile
    VII. L'Orage
    VIII. Doux Propos
    IX. M. le Receveur des Finances
    X. Fin d'un Thé
    XI. Un Don généreux
    XII. Un Don généreux (suite)
    XIII. Sous les Fayants
    XIV. Lâche! Lâche!! Lâche!!!
    XV. La Mort de César
    XVI. Deux Citations
    XVII. La Salle d'Audience
    XVIII. Le Juge de Paix
    XIX. Le Jugement
    XX. Entre Électeurs
    XXI. Les Bans
    XXII. Un Assassinat
    XXIII. Chambre de malade
    XXIV. Un Comité électoral
    XXV. Au Café de la Perle
    XXVI. A la Mairie
    XXVII. Conclusion

    FIN DE LA TABLE





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Hyacinthe" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home