Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes de Caliban
Author: Bergerat, Émile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes de Caliban" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



was produced from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



ÉMILE BERGERAT


CONTES

DE

CALIBAN



1909



CONTES FACÉTIEUX



BÉJAREC LE FAISEUR D'ENFANTS


Vous rappelez-vous l'aventure de cette Américaine extravagante qui amena
un jour ses deux filles à Victor Hugo pour que le grand poète daignât
semer un peu de la graine de génie lyrique dans la race yankee? Malgré
les affirmations les plus positives, je n'avais jamais beaucoup cru à
cette histoire paradoxale. Mais j'avoue que je suis très ébranlé depuis
que je connais Béjarec, «le faiseur d'enfants».

Yan Béjarec a aujourd'hui soixante-seize ans passés; il n'exerce plus.
Mais pendant trente années, il a propagé l'espèce humaine dans nos
villages. Comment vous expliquer cela, ô raffinés de la ville, dont tant
de romans subtils et de comédies bourgeoises ont faussé la philosophie
naturelle et dévoyé le sens moral? Magistrats de mon pays qui, en pleine
crise de dépopulation, autorisez encore le mari infertile à tuer les
amants de sa femme, et vous, prédicateurs de la scène, qui ne voulez pas
voir que l'adultère n'est, le plus souvent, qu'une reprise normale de la
nature, souffrez que je vous présente ce vieux Celte d'Yan Béjarec, coq
des poules qui n'en ont pas, et le plus honnête des hommes.

Pour avoir le prétexte de lui laisser quelque monnaie dans la main, car
il est pauvre, je lui fais quelquefois poser la barbe et les cheveux,
qu'il a encore magnifiques. Par la surabondance pileuse, il ressemble au
Jupiter Olympien de Phidias, ce type indétrônable de la beauté mâle,
et le père de tous les dieux. Béjarec, à trente ans, devait être
prodigieux, et rien de ce qu'on en raconte ici ne m'étonne. Or, la
nature, toujours inexorablement logique, avait doublé sa puissance
attractive d'une vertu d'étalon qui en était l'expression même, si j'ose
pénétrer ses mystères, et lui fatalisait sa destinée terrestre. Il était
de toute éternité créé pour tenir tête au malthusianisme. Quant au
reste, zéro, et le vieux Yan est plus bête encore que cent choux qui
pomment! Qu'eût-il fait de l'esprit, le bon être, puisque c'est, de nos
attributs, celui que la femme prise le moins?

Béjarec fut d'abord marié. Son mariage même avait, sinon désuni, du
moins séparé deux soeurs jumelles qui s'adoraient et ne s'étaient point
quittées une minute depuis leur enfance. L'une s'appelait Marie-Anne
et l'autre Anne-Marie. Cette dernière se maria à son tour, et le sort
voulut que, tandis que Marie-Anne moulait tous les neuf mois un petit ou
une petite Béjarec, Anne-Marie demeurât désastreusement stérile. C'est
une grande douleur dans nos campagnes et une honte, et les paysans,
quoique chrétiens, ont là-dessus des idées du plus pur paganisme. Et
Marie-Anne se désolait du chagrin de la chère soeur bréhaigne.

Elle s'en ouvrit un soir à celui qu'elle appelait par badinage son
«à-tout-coup», et, de fil en aiguille, elle en vint à lui suggérer de
s'en mêler un peu. Cela resterait en famille et elle n'était pas jalouse
d'Anne-Marie. Peut-on l'être de sa chair même? Et puis, elle en avait
son compte, étant grosse du onzième, et vraiment sa pauvre bessonne
était trop déshéritée, avec son mari invalide!

--Si tu veux, mon Yan, lui dit-elle, j'arrangerai la chose, et personne
n'en saura rien que le bon Dieu et nous.

--Vère, fit gravement le brave Béjarec, car il trouvait, lui aussi, sa
belle-soeur fort malheureuse.

Marie-Anne s'y prit avec toute l'habileté que son affection fraternelle
lui inspirait. Une bonne décoction de pavot endormit Anne-Marie pendant
une absence de son homuncule de mari, et neuf mois après, jour pour
jour, Béjarec eut un neveu. Toute la famille était aux anges. Et tel fut
le premier essai que Yan fit de sa vocation génésique hors de son nid.

Comment l'aventure transpira, voilà ce qu'il n'a jamais su, car, certes,
il n'était pas homme à révéler ce secret de famille et c'était un coeur
trop simple pour s'enorgueillir du service rendu. Peut-être sa femme ne
put-elle dissimuler assez sa fierté? Toujours est-il qu'à quelque temps
de là, un autre mari ridicule et sans progéniture le défia, au cabaret,
entre quatre bolées, de renouveler l'exploit à son bénéfice. L'enjeu
était d'une vache laitière. Béjarec, époux fidèle, demanda un jour
pour réfléchir et consulta la brave Marie-Anne. Elle portait déjà son
douzième. Cette considération mise au point par l'appât de la vache
laitière, décida de l'événement. Béjarec eut licence et gagna le pari.
Cette fois, on en parla dans toute la contrée.

On ne parla même tellement que, huit jours après, une servante vint
prier le faiseur d'enfants de vouloir bien se rendre au plus tôt chez
une dame du bourg qui désirait lui parler. Il y alla, étant serviable
comme pas un. Or, cette dame était en grand deuil d'un mari qu'elle
venait d'enterrer. Elle conta à Béjarec que toute la fortune du défunt
lui échappait parce que, mariée sous un régime qu'elle lui expliqua
vainement, elle n'avait pas d'enfant de son époux.

--La loi, lui dit-elle, m'accorde dix mois encore pour en présenter un à
notre notaire, moyennant quoi je puis avoir comme tutrice tous les biens
que je perds comme femme.

Et elle ajouta tristement:

--Comptez sur ma reconnaissance!

Lorsque Yan eut enfin compris de quoi il s'agissait, il jugea inutile
d'aller prendre avis de Marie-Anne. Il connaissait son coeur, et le
temps pressait. Séance tenante, il investit la veuve de l'héritage. Le
petit présent qu'il reçut d'elle à cette occasion servit à acheter des
souliers à sa marmaille régulière.

Ce nouveau succès établit définitivement le renom prolifique d'Yan
Béjarec, car, outre qu'il flattait la haine que les terriens ont
pour les chicanes de la loi, on se contait à l'oreille avec quel
désintéressement rapide il avait sauvé la fortune de la veuve. Pendant
quelque temps, de ci, de là, dans nos villages, on vit, à la tombée du
jour, apparaître et disparaître le beau Celte aux longs cheveux ondulés,
et les baptêmes foisonnaient dans les églises, comme autant, aux
mairies, les déclarations de naissances. Malthus n'en menait pas large,
dans les troupeaux bénis du Bon Pasteur.

Avant d'être emportée avant l'âge par son quatorzième, Marie-Anne, la
généreuse commère que la Convention eût certainement honorée, présida
encore à quelques belles cures opérées par le docteur «à-tout-coup»
qu'elle aimait. Il guérit presque sous ses yeux de belles jeunes filles,
victimes de la consanguinité de leurs parents et atteintes à leur
puberté de ce mal d'hystéro-épilepsie qui les rendait inépousables. Un
riche fermier de la côte, qui n'avait que des enfants du sexe féminin et
déplorait l'extinction de son nom, très honorable, par défaut de lignée
mâle, eut recours à ses bons offices et traita avec Yan à forfait.
Béjarec lui donna satisfaction avec son infaillibilité ordinaire et
réellement providentielle.

Ce fut alors que Marie-Anne mourut, étrangement tuée par ce quatorzième
enfant qui refusait de venir au monde, ne le trouvant pas assez vaste
pour lui, et le faiseur demeura seul avec les treize autres, sans
fortune ni métier pour les élever. Anne-Marie lui en prit deux, les
deux petits, par reconnaissance; mais ce fut tout, et les onze autres
alignaient des dentitions terribles. Le naïf et bon Béjarec, qui ne
savait de ses dix doigts rien faire et dont l'instruction était aussi
sommaire que son entendement même, vu que, sous ses cheveux splendides,
le cervelet avait mangé la cervelle, eut une idée très belle et
primitive. Comme de certaines gens, particulièrement constitués,
découvrent des sources vives dans les terrains incultes avec la baguette
de coudrier, il résolut de féconder, pour vivre, les jachères de la
maternité française et, le projet conçu, il se mit tout de suite à
l'oeuvre avec courage.

Il ne tarda pas, Dieu aidant, à se former une gentille clientèle,
d'abord dans le département, puis aux alentours. On le voyait arriver
sur les places des bourgades, toujours net, propre comme un sou,
la barbe et les cheveux démêlés et peignés à miracle. Il tirait un
accordéon, y jouait de son mieux _La Marseillaise_, le seul air qu'il
sût, et distribuait de petits papiers aux dames de la société. Il était
bien rare, oh! mais bien rare, qu'il s'en allât sans gloire et sans
argent! Sans doute, sa bonne commère de femme veillait sur lui du
paradis!

A présent, il est vieux, le beau Celte, et il n'exerce plus, mais il a
élevé ses onze enfants en honnête homme. Tous sont casés, les garçons et
les filles, à droite, à gauche, il ne sait où, les chers ingrats! Et il
me raconte, en posant, que, sur les routes où il se traîne en attendant
l'heure de rejoindre sa bien-aimée femme, les gamins du pays lui jettent
quelquefois des pierres.

--Pauvres petits, ils ne savent pas! dit-il.



COCO ET BIBI


Tous ceux de mon âge gardèrent vivaces les souvenirs de cette semaine
printanière--prairial LXXIX--que l'on a appelée, non sans raison, hélas!
la Semaine sanglante. Rassurez-vous, je n'en raviverai pas ici la
mémoire. Mais comme elle est le cadre à la fois historique et normal
du récit parisien que voici, le localiser en un autre temps serait en
éventer l'arôme, et c'est pourquoi je vous transporte au mois de mai
1871, aux derniers jours de la Commune.

Pour l'entrée des troupes régulières dans la ville reconquise, je ne
sais plus à quel corps de l'armée de Mac-Mahon avait été prescrite
l'occupation du XVIIe arrondissement. Peut-être était-ce à la division
du général Clinchant, mais peu importe. Toujours est-il que les fédérés,
notamment ceux des Ternes, lui avaient opposé une énergique résistance.
On s'était battu ferme à la porte Dauphine d'abord, puis place Wagram,
et enfin à la porte des Ternes même, où je vois encore un canonnier de
la marine, à demi fou de rage, et assisté de deux titis du quartier,
braquer éperdument sa pièce tantôt sur le mont Valérien, tantôt sur
les tours de Notre-Dame. Ce n'était pas que l'opinion politique de
ce pointeur fût incertaine, et tout indiquait en lui, geste, cris et
costume, qu'il ne croyait pas travailler à la gloire de M. Thiers, mais
grâce à un jeu de balistique dont l'invention revenait à ses jeunes
servants d'artillerie, la caronade, virant sur son axe comme toupie,
balayait tour à tour Sablonville et l'avenue ternoise, impartialement.

Bibi et Coco--tels étaient les noms homériques de ces apprentis
Jomini--s'en gondolaient sur le talus des fortifs. Quant au canonnier,
je n'ai pas besoin de vous dire que, quoique de première classe, il
n'abattait, et en tous sens, que des cheminées, dans le ciel, et des
platanes, sur la terre.

Encore n'était-ce pas des platanes. A cette époque, ce charmant
quartier, où j'aurai fidèlement vécu ma vie, depuis lors annexé à la
périphérie, et comme suburbain encore, était un bois véritable ou plutôt
un parc, semé de maisonnettes ouvrant sur des jardinets débordants de
lilas de Perse et que traversait l'avenue dite des Ternes, charmille
d'acacias. C'était donc des grappes roses ou blanches et des gerbes
violettes qu'ébranchait la caronade giratoire, et la large voie en était
pleine.

Des aides cocasses et hilares de l'hoffmannesque canonnier, spécimens du
type populaire de Gavroche, point de portraits à faire, n'est-ce pas,
après l'auteur des _Misérables_? Ils ne diffèrent point d'une zone
municipale à l'autre, et le moineau franc les symbolise à merveille.
Rien de plus candide dans la démoralisation, innée ou éducatrice, de
plus sensible même dans le fatalisme, que ces petits Parigots, modelés
du limon de la bonne Lutèce, qui pleurent sans larmes, en dedans, rient
sans joie, comme le singe, et à qui, dès quatorze ans, la vie n'a plus
rien à enseigner. Bibi et Coco, d'ailleurs inséparables, en avaient
acquis les premières notions à la fréquentation d'abord des chiens
errants, qui sont d'admirables modèles, puis au bal Dourlans, de
démocratique souvenance, où j'ai assisté, moi qui vous parle, à des
cours pratiques de rossignolisme, entremêlés de chorégraphie pour les
deux sexes, qui ont donné bien des colons à la Nouvelle-Zélande. Pour
diversifier un peu cette instruction libre et sommaire, les parents des
jeunes chicards avaient eu recours au vieux moyen pédagogique de nos
pères, encore accrédité dans la banlieue, et ils avaient prié
l'abbé Garbut, troisième vicaire de la paroisse, de catéchiser leur
progéniture, c'est-à-dire de les mettre au catéchisme, livre abrégé du
bien et du mal.

Tout m'oblige à constater qu'ils n'y avaient point du tout mordu. Les
cours s'étaient espacés dès le début de l'initiation, et Dourlans avait
repris ses disciples. Mais lorsqu'ils rencontraient l'abbé sous les
acacias, Bibi et Coco lui tiraient gentiment leur casquette, dont
les ponts montaient de jour en jour. Un si brave homme, le troisième
vicaire, et doux, et charitable, et simple, même d'esprit, comme le
Rédempteur veut ses apôtres. Sa dévotion à la sainte Vierge Marie
n'en laissait rien à celle des bonnes gens du moyen âge, et, préposé
spécialement à sa chapelle, jamais il n'en laissait l'autel sans fleurs,
fût-ce l'hiver, où elles sont rares et coûteuses. A plus forte raison en
mai, qui est le mois de la Madone.

L'avenue lui en offrait une moisson abondante et toute cueillie, que le
tir du marin en délire tranchait sur tiges. Il n'y avait qu'à se baisser
pour y ramasser des gerbes odorantes. L'abbé Garbut ne put y tenir et,
du perron de l'église, il s'élança sur la place, en faisant déjà tablier
de sa soutane. Et comme il se baissait pour le remplir, un boulet de
canon enragé, le dernier, l'abattit sur le trottoir comme une quille.

Bibi et Coco le virent tomber, et ils le reconnurent. Ils venaient
de lâcher le _Jean-Bart_ et sa caronade épuisée de munitions, et ils
songeaient à se tapir dans quelque trou sérieux, pour se soustraire à la
curiosité d'un nombre grossissant de pantalons rouges qui surgissaient
de toutes les rues traversières et dessinaient leur mouvement de
jonction vers le centre du quartier.

--As-tu vu?... dit Coco à Bibi, le dernier est dans le mille. Tu sais,
c'est le vicaire.

--Oui, pas de chance, fit Bibi à Coco, c'est un zig, quoique ratichon.

--Ça, pour sûr que celui-là n'a jamais fait de mal à personne.

Et ils se regardèrent.

--Si qu'on allait le ramasser? Ils vont le piétiner.

--J'allais te l'offrir. Ça épatera les Versaillais.

Et ils coururent au pauvre prêtre, étendu sur une jonchée de fleurs
d'acacias, les côtes broyées, mais respirant encore.

--M'sieu Garbut.... M'sieu le curé, ça ne va donc pas? C'est nous,
Coco et Bibi, les mauvais du catéchisme. Où voulez-vous qu'on vous
transbahute?

Le moribond souleva la paupière, les regarda et sourit. La réponse
muette était dans l'angélisme du sourire, elle disait: «Là-haut, aux
pieds de madame Mère!» Mais les jeunes mécréants ne savaient pas la
langue. Ils comprirent pourtant quelque chose, d'assez vague il est
vrai, dans le dernier voeu tacite du «calotin», et qu'il s'agissait
de deviner. «Quoi qu'il veut?» se demandaient-ils, assez profondément
remués par cette agonie sans plaintes, extatique et pour eux
inexplicable.

L'art de bien mourir est celui que, dans toutes les classes, le Parisien
de Paris admire le plus, parce qu'il y excelle. C'est même à ce signe
certain qu'on reconnaît l'autochtone. Ce goût ethnique, et tout gaulois,
je pense, pour la mort, est le secret de l'espèce de joie qui a régné,
sous la Commune, chez les fédérés, et qui, pendant le bombardement,
monta jusqu'à la blague. C'est la caractéristique de nos insurrections
françaises. Or, l'abbé Garbut mourait en chrétien et nos deux titis,
mauvais clercs en choses de la foi, se labouraient l'entendement pour
imaginer ce que pouvait encore souhaiter le pauvre serviteur de Dieu,
qui avait été très doux pour eux, pendant les quinze jours «rasants» de
la catéchisation.

--Ça y est, j'y suis, fit tout à coup Bibi, viens, oust, et pas
accéléré!

Et il entraîna Coco à la course. La troupe, longeant les boutiques
closes, arrivait sous les arbres de l'avenue. Un officier, suivi de son
peloton, se hâtait vers le prêtre. Il vit les deux voyous se glisser
dans l'église, et se doutant bien à qui il avait affaire, il dépêcha
quatre hommes à la garde des issues, puis s'occupa du mourant, dont
l'âme palpitait et battait des ailes pour le grand voyage.

Comme il n'y avait pas d'ambulances pour les blessés de la guerre
civile, on souleva l'abbé à bras d'hommes, pour le transporter à une
pharmacie voisine, lorsque, sur le seuil du porche, le couple des mômes
reparut.

L'un et l'autre portaient sous la vareuse un objet dissimulé qui la
gonflait. Se coulant entre les jambes des sentinelles, ils s'élancèrent
à travers la place et tombèrent chez le pharmacien.

--Voilà votre bon Dieu, m'sieu Garbut, c'est-il ça que vous vouliez?

Et Bibi montra le saint ciboire, et Coco montra les burettes.

Ils avaient, non sans effraction, sans doute, ouvert le tabernacle.

Le vénérable prêtre, agonisant, les vit, les entendit. Une larme lui
perla aux paupières, et, dans le mouvement qu'il fit pour les bénir,
il expira. J'ai idée qu'aux pieds de la Vierge, il plaide encore les
circonstances atténuantes du sacrilège.



LE PREMIER MOT


L'enfant venait d'atteindre ses sept mois. C'était une bête humaine
magnifique.

A sa naissance, il pesait les neuf livres, ce dont son père--le diable
m'emporte si je sais pourquoi--était fier comme Artaban même. Comme le
parrain répondait au prénom discrédité de Benoît, le phénomène avait été
déclaré, à la mairie et sur les fonts, sous celui d'Hilaire, pris tout
bonnement au calendrier, à la date de sa bienvenue au jour qui nous
éclaire. Le saint, en effet, qui préside aux joies et aux peines du 20
mai signe: Hilaire, au registre de la Providence. Ce fut, je crois,
quelque évêque d'Arles, qui n'eut rien de gai que son nom.

Le ménage était l'honneur de nos douces Batignolles. Aux lieux où
s'arrondit le dix-septième, il constituait l'un de ces couples
exemplaires et sans gloire où la Salente démocratique salue son idéal de
bonheur plat, à deux. Neutres à l'envi, le citoyen Paul Legris et Marie
Barbier, son épouse, ne se signalaient, au physique ou au moral, par
aucun de ces dons d'exception dont la nature s'obstine, en dépit du
cordeau des lois, à marquer ses martyrs d'élite, afin que la société
les reconnaisse. Elle, ni jolie ni laide, d'un blond dédoré, assez bien
faite, si le mannequin de bourre des essayeuses est un modèle de forme
féminine, les yeux de cet azur dormant que les peintres appellent le
bleu bête, elle avait la bouche d'un bel arc et vraiment cupidonienne.
Cette bouche, son attrait, et dont le carmin était lustré par la
rosée du souffle, n'était pas plus faite pour rester close au baiser,
évidemment, que l'oeillet d'Inde ne l'est pas pour se soustraire au dard
de l'abeille. Les connaisseurs ne s'y méprenaient guère, et Mme Legris
était, en conséquence, fort suivie dans ses courses et balades.

De lui, je ne vous dirai rien; n'ayant, j'ai beau chercher, rien à vous
en dire. On ne sait pas pourquoi le Père Eternel décroche du néant
certains hommes, qui s'y trouvaient comme chez eux, pour les envoyer
sur la boule tournante. Peut-être est-ce par pitié pour le suffrage
universel, dont il faut bien alimenter les urnes dévorantes? A moins
que, dans sa bonté infinie, il ne veuille pourvoir au recrutement du
fonctionnarisme, comme lui-même éternel, et que, dans ce but, il ne
moule et remoule sans fin entre les miséricordieuses nuées le type
administratif du parfait employé? De cette espèce de «roseau pensant»
Blaise Pascal eût béni, en Paul Legris, ce que j'appellerai le bambou
de la bamboula française, pour en spécifier l'espèce, abondante aux
Batignolles.

Et Paul Legris, le matin, allait à son bureau, puis il en revenait,
le soir, avec ou sans parapluie, selon les oracles météorologiques,
ponctuel, machinal, impersonnel, insipidement. Une partie de dominos à
l'estaminet le traînait jusqu'à l'heure du dîner qu'il rentrait prendre
avec sa femme, à leur cinquième, et, la pipe fumée, il se mettait au lit
et s'endormait, ayant vécu. L'État «émolue» ce service de dix-huit cent
livres par an: il emploie à ce prix cent mille diplômés des lettres et
des sciences, et trois cent mille autres attendent, pâles de faim, à sa
porte, leur tour de se vendre, âme et corps, à l'abrutissement salarié!
Oh! dans les pampas et les savanes, courir le buffle, rifle au dos!...
Mais laissons.

Durant ce temps, les frelons d'amour bourdonnaient autour de l'oeillet
du dix-septième.

Un jour enfin l'enfant s'annonça. Puis il vint, un 20 mai, fête de saint
Hilaire, évêque d'Arles en Provence. Neuf livres de chair à canon,
que le baptême fit chrétienne. Et voici qu'un rayon de la grande joie
naturelle illumina le pauvre front de l'_is pater_ responsable, marqué
pour l'être et béni du ciel dans ses oeuvres. Il allait, léger, allègre,
exhaussé par sa paternité, à son bureau, à son café, dans les rues,
partout clamant l'hosanna du poupon colossal et faisant à lui seul tout
le bruit de l'étable autour de cette nativité.

Les Batignollais sont de fort bonnes gens, acquis à l'optimisme, et
incapables de s'arracher entre eux, du nez, les lunettes roses de
l'illusion conjugale. Pour ces sages du vieux jeu, l'enfant qui vient,
d'où qu'il vienne, est toujours le bienvenu et son père est félicitable.
Paul Legris passait entre deux haies de poignées de mains. La
chance proverbiale et signalétique lui échut, d'abord sous forme de
gratification, puis, au jour de l'An, d'avancement: il fit même un petit
héritage.

Hilaire, superbement allaité, tournait au produit de concours. Il était
l'enfant gras, ce rêve des commères. Elles le visitaient, ébahies de
ce petit hercule potelé, et s'en allaient, pensives, sans avoir pu le
dérider, d'ailleurs, car il était grave comme un juge. Il les regardait
de ses yeux ronds, fixes et intravisionnaires, pareils à ceux des
monstres de foires, rebelle aux caresses, inflexible aux risettes,
inquiétant de mutisme.

--Cette pauvre Mme Legris, se disaient-elles, son mioche est privé de la
parole! Voilà ce que c'est! ajoutaient-elles en barbelant d'un clin ce
trait d'insidieuse malice.

Et de fait, on ne connaissait pas le son de voix du prodige.

Sourd? nullement, et, bien au contraire, puisque au moindre bruit il
tendait l'oreille, et même avec une avidité d'ouïe singulière. Ainsi ne
s'endormait-il qu'au prix d'une chanson maternelle, et la cacophonie
des pianos circonvoisins déchaînés le tenait-elle en pur état d'extase.
C'était jusqu'à ce point que, dans ses soliloques au long des
rues, l'_is pater_ se demandait s'il n'avait pas, lui, modeste
rond-de-cuir, donné un autre Mozart à la France. Quant au verbe, point,
et la petite bouche en restait vide, quoique épanouie comme celle de sa
mère et déjà enchâssée de quenottes. D'où provenait cette anomalie, si,
comme, la Faculté le professe, le mutisme n'est que la conséquence de la
surdité.

Dans leur souci grandissant, les parents se décidèrent à consulter l'un
des docteurs de cette Faculté. Il inspecta l'enfant, contrôla le jeu de
ses organes, et, n'y découvrant rien que de rationnel, conclut à quelque
retard de l'intellect expliqué, d'ailleurs, scientifiquement, par la
prépondérance hyperphysique de la matière.

--S'il ne parle pas, décréta-t-il, il parlera, et, qui sait, comme
Démosthène, peut-être. En attendant, exercez-le et tirez un peu au
dehors l'âme tapie derrière cette masse adipeuse et qui paraît s'y garer
de la pensée.

--C'est bien, fit résolument l'employé, il ne sera pas dit que j'aie mis
au monde une brute. Dans huit jours, il dira «papa» ou j'y perdrai mon
nom de Paul Legris....

Et il se mit sans répit à la besogne.

Ce fut en vain, il dut le reconnaître et s'en désespérer. Hilaire
récalcitrait à toute imitation de son formulé. Même ce vocable, initial
en toutes langues humaines, premier exercice de la phonation, diphtongue
quasi animale encore et plutôt cri que mot, «papa», ne frappait les
méninges du jeune anthropoïde ou du moins ne s'y répercutait. Il
demeurait lèvres closes, les regards creux, semblable à ces babouins
emperruqués nommés hamadryas, qui doivent être les magistrats du peuple
des singes, tant leur maintien est sévère.

--Jamais il ne parlera, déclara Paul Legris à sa femme, et j'y renonce!
Qu'est-ce que c'est que ce bipède-là? L'as-tu fait avec une statue?

--Il dira donc «maman», jura la mère, et je m'en charge. Les phoques le
prononcent, raisonnait-elle, et ils ne sont que des phoques. Il n'est
point jusqu'à des poupées de caoutchouc ou de bois dont la mécanique
n'obtienne l'émission réitérée de la double syllabe. A plus forte raison
l'amour maternel! Qu'il se refuse au «papa», soit, mais au «maman»,
impossible, fût-il enfant du diable!

La lutte fut longue et acharnée, car Marie Barbier souffrait en son
orgueil de mère du babil à sous-entendus des commères. Elle eut beau
user de tous les moyens, même de ceux dont dispose la nourrice: lui
refuser le sein, le pincer où le caresser, lui donner et lui retirer un
jouet, lui prodiguer violence ou tendresse, elle ne descella point
la mâchoire mystérieuse. Quoi! pas plus «maman» que «papa»? Elle en
pleurait de rage et de honte. Une nuit pourtant elle crut ouïr quelque
chose. Elle sauta du lit et, pieds nus, vint au berceau. Il y était
à demi dressé et il y proférait enfin une onomatopée, hélas! toute
digestive: «Bouou».

Ce balbutiement éructatoire n'était encore que le principe imitatif du
langage, mais il ouvrait les champs verts de l'espérance. Elle réveilla
son mari:

--Hilaire a dit: «Bouou». Viens vite.

Mais l'_is pater_ avait perdu la foi au futur Démosthène.

--Je m'en bats l'oeil, grommela-t-il, c'est un idiot.

Et il se retourna, le front dans la ruelle.

Le temps courut et ramena l'anniversaire du mariage, qu'on commémore
encore dans les naïves Batignolles. Un petit balthazar annuel assembla
autour de la bourriche d'huîtres et de la fiasque de Champagne, les
amis et les commères, convives ordinaires et réciproques de la fête de
famille. Élargie de ses deux rallonges, la table, décorée de toutes les
fleurs de la saison, semblait une corbeille de square, et comme il sied
chez les petites gens, en pareille occurrence, le traiteur fut chargé
de la direction d'une bataille gastronomique que je n'ai pas à vous
décrire. Elle se termina dans cette exaltation des toasts qui mêle à
toutes nos joies intimes l'apothéose de la République, et l'on allait la
consacrer par des modulations sur le thème de _La Marseillaise_, lorsque
les dames eurent l'idée d'y associer Hilaire, que le bruit des coupes
entre-choquées avait d'ailleurs réveillé dans sa barcelonnette.

Elles l'apportèrent en chemise et, dans sa nudité chérubine d'ange
fessu, elles le disposèrent au milieu des fleurs. Il ouvrait sur
elles son regard intérieur, où l'âme obscure se heurtait comme une
chauve-souris à une vitre. Tout à coup, il desserra les lèvres, sembla
voir son père pour la première fois, lui sourit, et d'une voix de
cuivre, il fit:

--Cocu.

Hilaire Legris est aujourd'hui anarchiste.



UN CAS DE PSYCHOMANCIE


Je pense que les prodiges psychiques réalisés en ce moment devant les
sociétés savantes par Mrs Pipers, médium extraordinaire et truchement
terrestre de l'âme du feu docteur Phinuit, de Lyon, m'autorisent enfin
à vous conter l'histoire de ma vieille amie, l'excellente Mme Arpajou,
d'ailleurs décédée l'an dernier entre mes bras.

Cette histoire, que je suis seul à connaître, je ne la narrais qu'aux
initiés de l'occultisme, et de préférence à ceux qui croient à la
survie. Il y en a: ce sont les féroces. Ceux-là ne savent pas quels
drames terrifiants ils ajoutent à nos drames sublunaires. Qu'ils en
jugent sur le cas de la bonne Mme Arpajou.

Delphine Arpajou, jusqu'à quarante ans, mettons trente-cinq, avait été
l'une des plus charmantes femmes de son temps, et je n'hésite pas à
ajouter: l'une des plus honnêtes. Mariée, en effet, à l'absurde Arpajou,
homme vulgaire, bête et sensible, dont elle n'avait même pas obtenu
d'enfants, elle l'avait bientôt pris en réelle aversion. Tout sur la
terre et dans les cieux enseigne que le mariage est, sans la fécondité
qui l'excuse, une mauvaise blague de notaires, et vraiment une oeuvre
de mort. La nature intervint et Delphine aima. Il était temps. Elle
atteignait à la trentaine. Ma vieille amie Delphine aima un brave et
beau garçon, très doux et très fort, riche aussi et intelligent, qui
s'en vint à l'adorer. Une liaison se noua, si fatale, si franche,
tranchons le mot, si naturelle, que le confesseur lui-même de la dame ne
put que l'en absoudre chaque semaine. C'était là vraiment le minimum de
l'adultère, devant le bon Dieu. Du reste, la passion de ces deux êtres
charmants l'un pour l'autre montait de jour en jour à l'inassouvissable
et passait les rêves de poètes. Anacréon s'y noyait dans le lac de
Lamartine.

Qui l'eût cru? Arpajou, lui aussi, aimait sa femme. Mari stupide, il
ressentait sa honte et remâchait son malheur. Dépossédé d'un bien sur
lequel il s'arrogeait vingt droits légitimes et qu'il ne partageait même
plus avec son voleur, il ne put résister à son réel martyre, il tua
l'amant de sa femme. Un duel fut le prétexte de cet assassinat. A dater
du jour où elle n'eut plus cet amant pour vivre, Delphine cessa pour
ainsi dire d'être femme. Elle ne descella plus les lèvres. Muette,
fantômatique, hagarde, elle vieillissait chaque jour d'un an, et le
triste Arpajou trépassa de douleur à son tour sans avoir réentendu la
voix, sans avoir revu le regard de l'implacable désolée.

Ce fut alors que, doublement veuve, Delphine versa dans la dévotion et,
selon le mot de son directeur de conscience, s'abîma en Dieu. Mais la
piété entraîne au mysticisme, et l'on sait que, du domaine de la foi au
domaine des sciences occultes, la limite flotte indécise. C'est au pied
des autels flamboyants, dans les confessionnaux chuchotants, parmi les
aromates hallucinatoires et sous le vent des orgues que les doctrinaires
de la psychomancie recrutent le plus grand nombre de leurs prosélytes.
Et l'heure sonna au cadran de la logique où ma vieille amie Mme Arpajou
se mit, au sortir des offices et communion reçue, à faire tourner
des tables. Je la rencontrai à cette époque. Curieux de frotter mon
scepticisme aux phénomènes de l'au-delà, je hantais dans le monde
spirite. En outre, j'avais beaucoup connu l'amant dont la perte
enténébrait cette âme, et le hasard d'une causerie le lui ayant appris,
elle avait accroché son éternelle douleur à mes souvenirs de jeunesse.

Un jour elle me parla franchement de lui. Elle m'avoua qu'elle était en
communication constante avec l'esprit du bien-aimé. Il ne la quittait
pour ainsi dire point, flottant autour d'elle, et l'enveloppant de sa
présence impalpable.

--Non seulement, me dit-elle, il n'a point cessé de m'aimer, mais il
m'aime de plus en plus, il me désire, il m'appelle, il m'attire, il
pleure, et son désespoir me laisse brisée. Je ne tarderai point à le
rejoindre, je le sens et l'espère.

Je lui donnai à observer que, pour que son départ fût efficace et suivi
d'une bonne arrivée, il convenait d'abord de savoir en quel lieu de
l'au-delà le cher amant résidait, et qu'il y allait de leur réunion.

--Selon la foi que vous confessez, fis-je, et qui est la bonne, il y a
là-haut deux séjours bien distincts pour les âmes désincorporées, et il
n'y en a que deux qui sont: le paradis et l'enfer. Tâchez donc de savoir
de lui-même où il se trouve, soit dans quelle partie du sein d'Abraham,
afin de ne pas faire fausse route en vous en allant et de ne pas vous
courir après, l'un et l'autre, pendant toute l'éternité.

--Ah! certes, me jeta-t-elle, il est au paradis! car l'amour a de ces
cris sublimes.

Or, à quelque temps de là, Mme Arpajou me pria de passer chez elle. Je
l'y trouvai malade, les yeux rougis par une nuit de larmes, et dans un
tel état de prostration qu'il me fut impossible de composer mon visage
pour lui céler ma pitié.

--Hélas! sanglota la pauvre mourante, il souffre, il crie, il brûle, et
c'est à cause de moi. Le crime qu'il expie, seule j'en suis la cause
et l'objet. Damné mon ami, il est damné! Et moi aussi, voyez, je vais
mourir!

Elle se tordait les mains, elle roulait sur les oreillers sa tête
échevelée.

--Je ne le reverrai plus, cria-t-elle, jamais, jamais! jamais!

Que dire, qu'eussiez-vous dit, pour apaiser un telle angoisse, et quel
coeur de roc n'en eût été bouleversé? Un mot, un seul mot, pouvait lui
rendre l'espérance, mot impie, il est vrai, mot à compromettre soi-même
le salut de sa propre âme, mot diabolique enfin qu'un Voltaire n'eût pas
retenu peut-être, mais est-on Voltaire?

--Ne plus le revoir, lâchai-je hors de moi, ne plus le revoir?... Qui
vous en empêche?

Elle se dressa, me regarda, béante..., et je m'enfuis, épouvanté du
moyen que je venais de suggérer à cette ouaille fidèle de notre très
sainte Église. Afin de se réunir à son bien-aimé, il fallait ... oui, il
fallait aller délibérément là ... où il était ... vous savez où!

Le lendemain, je reçus de Mme Arpajou un billet que j'ai gardé, et que
je transcris:

«Venez, je me meurs. J'ai à vous parler.--Delphine.»

Avant de monter chez elle et sous prétexte de prendre exactement de ses
nouvelles, je m'informai auprès des serviteurs.

--A-t-elle requis un prêtre? leur demandai-je.

Non seulement elle n'en avait point requis, mais elle avait refusé de
recevoir celui, son confesseur même, qui s'était présenté pour l'oindre
du viatique.

--Vous venez à point, sourit-elle, je n'en ai plus que pour une heure
ou deux. Asseyez-vous, donnez-moi la main, et voyez comme je suis
heureuse!... Je vais le revoir!... Et c'est à vous que je devrai ma
félicité éternelle.... Merci.

--Quoi, dans l'enfer!... Vous, Madame?

--Puisqu'il y est, fut sa réponse rayonnante.

Et tout de suite elle ajouta:

--Il n'y faut, vous le savez, qu'un péché mortel!

Et elle me montra un petit guéridon à trois pieds, sur lequel
s'étalaient des photographies de mon camarade de jeunesse, l'homme aimé
pour lequel elle avait été faite par Dieu lui-même et qui l'attendait.

--Il ne souffre plus. Il ne pleure plus, il ne sent plus les flammes,
m'expliquait-elle; il est là, au pied de mon lit, prêt à m'emporter,
tremblant de joie.... Je le vois.

Ma responsabilité m'apparut terrible, je l'avoue, et je voulus la
dégager, car elle augmentait mon compte, déjà si lourd, d'incrédule
adonné aux philosophies du doute expérimental. Elle comprit mon trouble
profond, et elle reprit:

--Rassurez-vous. C'est une autre communication qui m'a décidée, car,
hier, après votre départ, j'hésitais encore. La chrétienne convaincue
qui est en moi, et qui y reste encore obstinément, n'était pas éclairée
par la lumière de l'au-delà. J'ai évoqué la puissance astrale qui guide
ma religion même et qui l'assure des vérités du dogme révélé. Elles
m'ont appris que si mon doux amant, si bon, si noble, si fidèle, endure,
à cause de notre amour, les supplices de la géhenne dantesque, par
contre, mon odieux et détestable mari a été recueilli dans les zones
paradisiaques et placé parmi les anges pour son martyre conjugal et ses
déboires. Sachant ceci à n'en point douter, ma résolution a été prise,
et j'ai congédié le prêtre, vraiment trop dur, qui menaçait, par une
absolution intempestive, de me remettre en présence de mon bourreau et
de son assassin, l'intolérable Arpajou....

Sur ce nom, elle expira et je n'eus que le temps de recevoir dans mes
bras sa belle tête aux tempes blanchies.

Un mois après, j'appris par une table tournoyante que ma vieille amie
avait eu raison de croire en la bonté de Dieu et à sa justice. Elle me
révéla qu'elle nageait en paradis avec mon camarade de collège, et que
c'était Arpajou qui grillait en enfer,--et j'abandonnai mes recherches
de psychomancie.



L'ÉTRANGLÉ HILARE


L'histoire n'est pas seulement véridique, elle est vraisemblable; mais
je ne me dissimule pas que, pour la bien narrer, il y faudrait un de ces
ironistes d'élite, héritier de Jonathan Swift, de Mark Twain et de notre
Villiers de l'Isle-Adam. Qu'on m'excuse de m'essayer à leur manière. Ce
conte justifie l'audace.

Lorsqu'à l'arrivée en gare du train 1227, qui est express s'il en
fut, le surveillant préposé à la revue des wagons trouva, dans le
compartiment 184, un voyageur visiblement feu, défunt et, tranchons le
mot, étranglé, il eût fallu la collaboration idéale d'Alphonse Allais,
de George Auriol, de Tristan Bernard et de Jean Goudeszki pour dépeindre
la stupeur de ce fonctionnaire. Le mort était resté dans une attitude
surprenante. Enfoncé dans son coin, le visage renversé, les poings sur
les hanches, les jambes en l'air, il semblait encore se tordre de rire,
et c'était presqu'une consolation à la tristesse du spectacle que de se
dire: en voilà un du moins qui aura été assassiné gaiement! Du reste, si
le meurtre, constaté par le médecin de la gare, était indubitable, la
cause du meurtre, absolument incompréhensible, échappait au commissaire,
pourtant sagace entre les sagaces, qui avait exploré les poches et la
valise de l'étranglé hilare. On retrouva sur son cadavre convulsif le
porte-monnaie, la montre, le portefeuille avec les cartes, la carte
d'électeur, les lettres et le ticket qui permirent de reconstituer son
identité. C'était un nommé Dupont, rentier, boursier et célibataire, que
ses amis reconnurent et identifièrent tout de suite, et sur le
compte duquel ils furent unanimes. Il était, dirent-ils, d'une force
prodigieuse, et pouvait, dans une agression, tenir tête à dix hommes
râblés.--Oui, mais l'hercule n'en gisait pas moins strangulé et dans la
pose bizarre que j'ai dite, exhilarante.

Quel était donc ce mystère? La police chercha à l'éclaircir, ai-je
besoin de vous l'apprendre, par tous les moyens d'investigation
ordinaires et extraordinaires dont elle use, et, au bout d'un mois,
elle était encore béjaune. Il faut mettre à sa décharge que l'assassin
n'avait pas laissé plus de traces de son entité que le poisson dans
l'eau courante. Le seul indice que l'on eût, bien vague, s'estompait
dans une remarque de l'employé chargé de la réception des billets à
la sortie des voyageurs. Ce commis croyait se souvenir que l'un des
voyageurs sortants, individu chétif et rabougri qu'on eût abattu d'un
souffle, s'était présenté à la porte, la tête emmitouflée sous le tube
d'un foulard rose et avec l'aspect caricaturalement douloureux, ou, si
l'on veut, douloureusement caricatural, que les images prêtent aux gens
torturés par une odontalgie.

...Il va de soi qu'il n'y avait aucun parti à tirer d'une observation
aussi banale: un Edgard Poë lui-même l'eût négligée. Aucun agent ne
voulut s'élancer sur une pareille piste, propre à dérouter de braves
Mohicans dressés à la chasse à l'homme à travers les hautes herbes du
maquis social.

C'était un tort, et cette trace impossible était la bonne. Tant il est
vrai que dans l'étude des grands effets il ne faut jamais négliger les
plus petites causes. Depuis un mois, l'herculéen Dupont dormait donc
enseveli dans son caveau de famille et vingt personnes arrêtées pour
son étranglement avaient été relâchées, avec ou sans excuses, lorsqu'un
petit bonhomme rabougri, chétif, et parfaitement conforme, moins le
foulard rose, au signalement dédaigné du surveillant de la sortie, se
présenta chez le procureur de la République.

--Ne cherchez plus, lui dit-il en souriant, c'est moi. Je me livre.
Vous avez devant vous le meurtrier du train 1227, compartiment 184. Des
faibles mains que voici, emmanchées aux débiles bras que voilà, j'ai
strangulé d'un coup, et tel un Milon de Crotone son lion, le voyageur
inconnu, que je pleure d'ailleurs autant que vous. Mon nom est Martin.
Appelez les gendarmes.

Et comme, interloqué malgré son exercice professionnel du coeur humain,
le procureur insistait pour connaître le mobile du crime:

--Je ne le révélerai qu'au tribunal, fut la réponse.

Et, énigmatiquement, le petit Martin ajouta:

--Pour me comprendre, pour m'absoudre peut-être, le jugement d'un
seul homme ne suffit pas. Il y faut une réunion d'êtres humains ayant
souffert ce que j'ai enduré et solidaires des maux que la nature inflige
à l'espèce. Je ne parlerai que devant le jury et le peuple des assises.
Ils me jugeront devant le Christ en croix!

L'assassin tint parole. Il refusa l'aide de tout avocat. Il aurait
refusé celle des anges. Il s'avança seul à la barre et, ayant décliné
ses noms et qualités, il renouvela l'aveu complet de sa culpabilité sans
complices.

--Voici, fit-il. Il est des maux dont la douleur peut être domptée par
des héros; l'histoire l'enseigne. Mais il en est qui n'ont pas eu, qui
jamais n'auront de Régulus. L'histoire, que dis-je, la mythologie, ne
cite personne qui ait résisté au mal de dents. Et si elles en citaient,
on ne les croirait point, car elles mentiraient! Je vous en prends tous
à témoins, messieurs et mesdames, et vous aussi, augustes membres de la
Cour suprême, qui, sur la solidarité de l'odontalgie, n'avez pas besoin
d'en référer au vers immortel de Térence. Dites s'il est possible,
homme, demi-dieu et dieu même, de rester impassible, lorsque toutes les
affres hyper-naturelles rêvées par une Inquisition pour l'enfer de ses
damnés, se réalisent et se centralisent dans l'alvéole d'une gencive
en feu sur un croc d'ivoire carié! Achille devant Troie eût renoncé à
venger Patrocle, Salomon eût laissé couper l'enfant, Napoléon eût
maudit le soleil d'Austerlitz, s'il leur avait fallu être et se montrer
Napoléon, Salomon et Achille dans les conditions épouvantables où je
pris, au Mans, le train 1227 pour courir à Paris me faire arracher, ou
guérir, la molaire que j'ai l'honneur de déposer devant vous.

«Monsieur le président, prenez ce petit os, et que mes concitoyens du
jury se le repassent de mains en mains. Il est froid, il est calmé,
mais il a contenu un Érostrate, voire un Omar, car, je le dis, quoique
religieux et lettré, j'aurais, lorsque je tombai, plutôt que je ne
m'assis, dans le compartiment 184, brûlé le temple de Delphes et la
bibliothèque d'Alexandrie sans hésiter, si de telles horreurs avaient pu
me soulager une seconde. Et vous en auriez fait autant, tout magistrats
que vous êtes, car la capacité de souffrir a des bornes et l'héroïsme
s'arrête au mal de dents!...

Il s'arrêta. Une rumeur sympathique avait couru de l'auditoire au
prétoire; elle fit onduler le banc des jurés. Tous avaient la main
aux mâchoires. Ils se souvenaient. Les yeux disaient, par les regards
échangés, qu'il y avait là un de ces cas d'exception où la justice des
hommes se sent camuse et sans jurisprudence. Martin, pour la fatalité,
égalait au moins les Atrides et dépassait Oreste. Il repartit:

--Tombé plutôt qu'assis dans le compartiment 184, je ne compris et
n'entendis plus rien. Lorsque le train démarra du Mans, le hurlement qui
déchira les airs n'était pas de lui, il était de moi, et tout le Maine
s'y trompa. S'il y avait douze personnes dans le wagon ou s'il n'y en
avait qu'une, je n'en sais rien encore. Je n'en vis qu'une, qui riait.
J'ai appris par les journaux que ce monstre s'appelait Dupont. Il se
serait appelé Teglatphalazar que je l'aurais tué tout de même; il riait!
A qui la faute, messieurs et mesdames, si le plus effroyable des maux en
est aussi le plus dérisoire? Expliquez-moi comment, sur un pont, chez
l'arracheur de dents, dans un hôpital, au milieu des internes, dans
la rue, dans l'omnibus, n'importe où, et même au milieu de sa propre
famille, ce martyr d'autodafé, l'odontalgique, avec sa ouate débordant
des oreilles, sa joue gonflée affreusement, ses contractions musculaires
du facies, ses yeux en larmes et l'embobinement de sa tête fiévreuse,
déchaîne le rire, irrésistiblement, et plutôt que tout autre brûlé vif?
Eh bien! voilà mon crime: Dupont riait!

Ce voyageur n'était certainement pas méchant, et peut-être
compatissait-il; mais il riait, il riait malgré lui, et, plus je
gémissais, plus je me roulais sur les banquettes, plus je jurais,
sacrais, maudissais le sort, plus son hilarité croissait et le secouait
de la tête aux pieds. En sortant de Chartres, il était arrivé au comble
de l'accès; il s'était cramponné à la traverse du filet, et il se
tordait littéralement dans les convulsions. C'était le moment où il
venait de se produire dans ma molaire un phénomène de douleur telle, que
je ne saurais le comparer qu'à une éruption du Vésuve.

«Alors ... mais je ne sais plus rien. Je ne vois plus. La sensation me
reste d'avoir bondi comme un tigre, d'avoir empoigné quelque chose de
gros, de mou et de cylindrique, et d'avoir serré frénétiquement, avec
une force colossale. Voilà tout. A présent, je suis guéri, vous avez la
molaire sous les yeux, vous pouvez vous rendre compte. Moi, je ne
le peux pas. Je pleure Dupont et je le hais encore. S'il y a crime,
jugez-moi. Prenez ma tête et qu'on la tranche. On doit moins souffrir.

Et ceci dit, il se tut. La délibération du jury fut très brève, pas un
des jurés n'alignait l'honneur de sa dentition complète. Martin fut
acquitté à l'unanimité, moins une voix, celle du président d'âge qui,
depuis quinze ans, mandibulait d'un râtelier. Il ne se souvenait plus,
gâteux du reste.



LE COUP DE LA BELLE-MÈRE


Menacé de l'une de ces revendications auxquelles tout écrivain est
en butte lorsqu'il affuble d'une patronymie déclarée au Bottin le
personnage le plus fictif de comédie ou de roman, j'estime sage d'en
revenir au système du vieux répertoire--ou de La Bruyère--et d'appeler
paisiblement: Eraste, Clitandre, Araminte et Bélise les types, comme on
dit aujourd'hui, de ce conte philosophique.

Frères de père et de mère, Clitandre, l'aîné, et le cadet, Eraste,
étaient unis à souhait, et ils s'aimaient exemplairement avant le
mariage de ce dernier avec la charmante Araminte, fille de Bélise. Ils
vivaient alors ensemble dans un même appartement suburbain, à Levallois,
y mettant en commun leurs ennuis, leurs plaisirs et leurs ressources,
et, jeunes, ils attendaient la fortune. Or, ce fut au cadet qu'elle
sourit, et sans respect du rang d'âge.

Il est vrai qu'Eraste était blond, joli garçon, et, des deux, le plus
fataliste, voire dénué de toute force volitive, une chiffe enfin. C'est
tels que, sur son pneu, les recherche la déesse aux yeux bandés. Cette
chiffe était de toute éternité dévolue aux chiffons. Employé d'un grand
bazar universel de la Ville-Lumière, il y «rayonnait», c'est le mot,
au comptoir de la soierie, et, sa journée vécue dans le sourire
professionnel, il rejoignait son frère à un petit café de la place du
Havre, où se livraient des matches de billard. Clitandre se piquait de
carambolage, et, brun aussi tenace que le blond était veule, il laissait
sur le tapis la bonne moitié de ce qu'il gagnait à son métier de
courtier d'assurances. Mais tout s'équilibrait aux fins de mois, grâce à
l'entente fraternelle, dans la bourse à deux pochettes.

Celui qui, du fond des nues, règle les choses de ce monde s'amusa donc,
un jour, pour tenir le diable en haleine, à conduire Araminte, jeune
fille pleine d'agréments du huitième à l'étalage miroitant où l'indolent
Eraste, le crayon d'or en flèche à l'oreille, chiffonnait les soldes de
faille et aunait les coupons de satin.

Le doux commis, marqué de Dieu, emplissait son idéal de vierge. Et,
comme il le vivifiait aux yeux de Bélise, mère docile, deux destinées
se nouèrent en une.--Ainsi deux wagons s'accrochent en gare, avec la
petite secousse, pour des voyages moins longs que celui de la vie.--Et
le mariage fut.

Vous cacherais-je que, le beau matin où l'adjoint du maire empêché du
huitième mit la main d'Araminte dans celle d'Eraste, il y déposait du
même coup, au nom des lois, un portefeuille conjugal de vingt-deux mille
livres de rentes? La société paraphait ainsi l'oeuvre amoureuse de la
nature.

Cette dot, à la vérité, n'était qu'une espérance. Elle était formée
des revenus locatifs d'un immeuble à six étages, sis rue de Rome, dont
Bélise était propriétaire. Elle en occupait elle-même le deuxième avec
sa fille, et comme celle-ci, en dépit de la prescription biblique, avait
déclaré devant le notaire en personne que jamais elle ne quitterait sa
mère, et que le mariage était, à ce prix, ni plus, ni moins, on s'était
accommodé pour partager l'habitacle, spacieux du reste, et où il n'y eut
d'indivis que la salle à manger et le salon de famille. Eraste, ai-je
besoin de le dire, aquiesça à tout ce que voulait Araminte, et, huit
jours après les noces, il jouissait de cette béatitude que symbolise
l'image gastronomique du coq en pâte.

Si le titre de belle-mère est devenu, grâce aux physiologistes du
mariage, synonyme de mégère, Bélise n'était vraiment pas une belle-mère.
Nul n'en mérita moins l'injure que cette douce dame, discrète, toujours
affable et gaie, et, si jolie encore, (car elle avait dû l'être à
miracle) dans la Saint-Martin de sa quarantaine, que Clitandre, expert
en cette horticulture, la comparait à une rose de Noël poudrée de neige.

Pauvre Clitandre! Dédoublé de son cadet, il ne s'amusait guère, à
Levallois, en son logis sans écho et désormais trop vaste, surtout les
jours de terme. L'art du carambolage lui devenait plutôt rebelle, car,
lorsqu'on n'y préexcelle pas tout de suite, les professionnels vous le
diront, on en reste toujours à la moyenne bourgeoisie. Pour cette raison
et d'autres d'ordre sentimental, il résolut de se rapprocher de «sa
famille d'élection», multiplia ses visites rue de Rome, notamment à
l'heure expansive des repas, et accepta enfin, avant qu'on le lui eût
offert, de transporter son lit de fer et ses quatre chaises de paille
dans une garçonnière de l'immeuble qu'un congé rendait disponible.
Bélise regarda son gendre qui regardait sa femme qui regardait par terre
en ce moment.

Vous savez les conséquences, de ces hospitalisations indécises,
désespoir des concierges, dont la parenté seule signe les baux et
présente les quittances.... On ne vivait d'abord que sous le même toit,
on vit bientôt sous le même plafond, par pure économie de gaz et de
chauffage. On avait sa serviette blanche le dimanche, on a son rond
toute la semaine. Si le cadet est de la même taille que l'aîné,
s'ils ont la même pointure, ou peu s'en faut, de pieds, un contour
approximativement identique de boîte crânienne, pourquoi divers
tailleurs, chapeliers et bottiers pour chacun de nos mutuellistes?
Un seul suffit, et le même. Et vient le tour de la bourse: un jour,
l'anneau qui divisait les deux pochettes glisse sur le côté vide, tombe
on ne sait où, s'égare...--et ça y est!

--Je me sens encore à Levallois, disait Clitandre à Éraste qui regardait
sa femme, qui regardait sa mère, dont le délicieux sourire, fixé sur la
tenture, semblait en refléter le ton jaune.

En ces instants de gêne, et pour eux, Clitandre en avait trouvé une bien
bonne. Il se levait, piquait droit au couple et s'écriait en agitant les
bras comme ailes de moulin:

--Eh bien, et ces neveux et nièces, pour quand est-ce? Qu'est-ce que
vous faites donc au lit depuis un an?... Voilà l'oncle!... Il attend.

Et de croiser les bras dans l'attitude. Puis il reprenait un petit
verre.

Ce qui devait advenir advint, vous l'avez deviné du reste. Outre que les
vingt-deux mille livres de revenu s'écornaient du manque à gagner,
du loyer de la garçonnière, des frais supplémentaires d'alimentation
commandés par une magnifique fourchette et d'appels réitérés à
l'escarcelle mal nouée du faible Éraste, la jeune épousée était harassée
d'une assiduité, à la fois ruineuse et indiscrète, qui tournait à la
pure cohabitation.

--Je n'ai pas épousé ton frère, lança-t-elle un soir dans l'alcôve, à
son mari, fort énervé d'ailleurs par des coliques.

--Ni moi ta mère, eut-il le tort de répondre.

--Ingrat! fit-elle, trop significative.

--C'est bien. Demain, je rentrerai au magasin. Ma place est chaude.

Et Araminte pleura toute la nuit, dans la ruelle.

C'était leur première dispute. Il s'en excusa sur son indisposition.
Mais elle fut suivie à bref délai par une deuxième, puis
quotidiennement, par vingt autres, toujours plus aigres.

--Mes chers enfants, soupirait Bélise, votre bonheur se disloque.

Quoique Clitandre sentît venir l'orage, car il n'était point sot, et
loin de là, il n'en perdait pas une bouchée. L'aîné était sûr du cadet,
et plus encore le brun du blond. «Il ne me flanquera pas à la porte
peut-être, se disait-il, et, d'ailleurs, reste la belle-mère.» Quel rêve
satanique berçait-il dans cette idée de derrière la tête, c'est ce que
vous saurez tout à l'heure.

Le dimanche suivant, les cloches sonnaient la fête patronale d'Araminte.
On devait la festoyer par un dîner fleuri, suivi d'une réception en
vue de laquelle Clitandre se mit en frais de poésie. Il pinçait de
l'acrostiche. Mais le potage annoncé, Araminte refusa de s'asseoir
à table, et cela sans excuses ou prétextes, délibérément, dans
l'expression d'une volonté immuable. Elle voulait en finir, et ce
soir-là, par une esclandre.

--Puisque nous sommes à l'auberge, faites-moi servir dans ma chambre,
dit-elle à son mari.

Et, précisant la situation, elle le somma de choisir entre «son frère et
sa femme».

Le malheureux, usé par les débats journaliers d'une lutte intestine et
comprenant qu'il y allait cette fois de son bien-être, s'en vint, la
tête basse, à Clitandre, et à son: «Qu'y a-t-il?» répondit, atterré: «Tu
la rases.»

--Je m'en vais, alors?

--Va-t'en, oui.

--Où?

--A Levallois. J'irai t'y voir.

--Ne te dérange pas. Bon appétit, et à demain.

Le lendemain, en effet, un peu avant midi, Clitantre se faisait annoncer
correctement chez Éraste. Il entra ganté de blanc, rasé de frais, frisé
aux petits fers et tube du dix-huit reflets des grands jours.

--Je ne te tiendrai pas longtemps, distilla-t-il. Je viens t'aviser
d'une bonne nouvelle. Je fais une fin, à ton exemple: je me marie.

--Toi?

--Moi-même. Mon mariage, comme le tien, accorde l'amour et l'intérêt.
Elle est charmante, elle ressemble même, en mieux, à ta femme, et elle
a vingt-deux mille livres de rentes. Du reste, tu la connais, Éraste,
puisque c'est ta délicieuse belle-mère, la rose de Noël poudrée de
neige.

Et, saluant dans les rites:

--J'ai l'honneur de te demander sa main.

Éraste, écarquillé, le regardait, stupide.

--Es-tu devenu fou, Clitandre?

--De l'épouser? Qui m'en empêche? Rien dans les moeurs, rien dans les
lois, et je l'aime. Puis-je la voir? Veuille m'annoncer, je te prie.

Et, après une brève disparition, le cadet reparut avec sa femme.

--Maman vient de sortir, susurra Araminte d'une voix toute de miel, mais
vous déjeunez avec nous, n'est-ce pas, mon frère?

Et Clitandre y est encore. C'est le coup dit de la belle-mère.



LE CRIME DU MOULIN AU MOULIN DU CRIME


La boîte au dos, la pipe aux dents, j'errais en quête d'un «motif» de
paysage. La matinée était radieuse,--mon âme aussi. Je dois vous dire
que, ce qui me l'illuminait d'allégresse artistique, c'était moins
l'atmosphère féerique d'or fluide où baignaient les bois, les champs,
les hameaux, que certaine garbure dont je m'étais lesté, en bon peintre,
à une auberge de rouliers du carrefour des six routes.

Dans notre art--étudiez les maîtres, le père Corot surtout--le motif
est le site synthétique où se résume le caractère d'une campagne
circonscrite. Le motif, tranchons le mot, est une idiosyncrase, et je
l'avais tranché devant l'aubergiste. Il avait paru me comprendre.

--Mais nous avons ça ici, s'était-il écrié, en me désignant l'une des
six routes du carrefour, celle qui descend en lacet dans le vallon. Il
y a là, sur un étang, un vieux moulin abandonné qui fera sûrement votre
affaire. C'est, votre idio...

--... syncrase.

--Oui, à moins que vous n'ayez peur des revenants?...

Peur des revenants, diable! est-ce que le moulin était hanté? Il ne m'en
coûta pour le savoir qu'une autre tournée du vin topaze.

--Monsieur l'artiste devait avoir entendu parler d'un crime accompli, il
y avait quelques années, dans le pays, et qui était aux causes célèbres?
Un enfant noyé par son oncle et sa tante, une affaire d'héritage?... Ah!
il en était venu de ces journalistes!... Pour voir le chien surtout.

--Quel chien?

--Mais le chien qui a repêché l'enfant dans l'étang et a ramené son
cadavre.... C'est moi qui en avais la garde.

--De qui?

--Du chien. Mon auberge ne désemplissait pas.

Je n'avais point souvenance de cette histoire qui, d'après sa date,
coïncidait d'ailleurs avec l'année que j'ai vécue en Norwège, dans les
fiords, à travailler les effets de neige. Et comme, d'autre part, mon
naturalisme appréhende peu les revenants, je pris congé de l'aubergiste
et j'enfilai, la boîte au dos, la pipe aux dents, la venelle du moulin
du crime.

Il ne m'en avait rien dit de trop, c'était l'idiosyncrase! Imaginez un
éboulis de solives et de pierraille retenues seulement par les sarments
du lierre et le treillis des parasites; sur l'amas de ces trous brodés,
une toiture effondrée, crevée, comparable à une toile d'araignée en
loque; une roue morte sur le moyeu, embobinée de lianes aquatiques comme
l'est un rouet de l'étoupe du chanvre; l'écluse comblée, sans traces de
margelles, talus d'urticées et d'herbes folles d'où surgissait un genêt
sauvage aux grappes cuivrées,--et là-dessus, là-dedans, partout, des
nids chantants et des vols d'ailes. Quant à l'étang, une vasque des
jardins du paradis, bleu comme les ciels vénitiens de Ziem, où, dans
le friselis d'une buée rose, bruissaient des nuées de névroptères aux
élytres irisés et nacrés. A gauche, entre les glaïeuls lamellés, dressés
en faisceaux d'épées, et les patènes vert-de-grisées des nénuphars, une
barque dormait, à peine remuée, sans amarre....

L'inspection du «motif» ne fut pas longue. J'en trouvai tout de suite le
point de vue sur la rive opposée de l'étang, en face du moulin croulant
qui, reflété à angle droit, y doublait ses décombres. J'avais planté mon
petit chevalet à l'ombre d'un castel Louis XIII, encadré d'une futaie
de hêtres centenaires, dont l'abandon s'accordait au délabrement de
sa dépendance domaniale, et je commençais à mettre bien en toile mon
admirable paysage, lorsqu'il me sembla ouïr sur la route du vallon le
bruit ouaté d'un roulement d'automobile. Et il en déboucha une, en
effet, dans la solitude. «Des touristes, pensai-je, ils vont passer?»
Mais la voiture s'arrêta devant le moulin et il en sortit aussitôt deux
hommes, une femme, un petit garçon et un chien de terre-neuve.

Toute superstition écartée, la composition du groupe était assez
étrange, et je dus, pour ne pas en rester frappé, me souvenir que le
troisième verre de vin topaze avait été suivi, sur le pas de l'auberge,
d'un quatrième de surcroît, dit: coup de l'étrier. Sans doute il
m'embrumait un peu la rétine? Ma mise en toile cependant était d'un
dessin ferme.

La femme, passable seulement de visage, se moulait élégamment dans un
costume tailleur, net d'ornements, de teinte neutre. Les deux hommes,
l'un brun, l'autre roux, tous deux quarantenaires, se signalaient,
par l'allure souple et la carrure athlétique, sportsmen exercés et
pratiquants. L'enfant était gai, vif, et il caressait le terre-neuve qui
semblait l'adorer. Je les observais, sans être vu, de l'ombre du castel,
et je m'assurai dans cette certitude que les «revenants» n'étaient que
de simples photographes en chasse, comme moi-même, de vues pittoresques.
L'homme roux en effet était allé retirer du fourgon de la voiture une
boîte de forme usuelle et reconnaissable, et, venant droit au castel,
il en avait ouvert la porte avec une clef que lui avait probablement
confiée l'aubergiste, gardien de la double ruine, puis il avait disparu
dans les chambres. Enfin, une fenêtre du premier étage s'était ouverte,
à volets battants, et une voix avait crié:

--On voit l'auto.... Otez l'auto!...

Sur cette indication de perspective, le brun avait poussé la roulotte
derrière le moulin, en sorte qu'elle fut hors de l'orbe de l'objectif,
et, passant sur la rive gauche, il avait sauté dans la barque qu'il
amena, en ramant, au pied du genêt de l'écluse. Je commençais à ne plus
comprendre, car, si photographe qu'on soit, pourquoi déplacer la barque
dormante de son charmant lit de nénuphars? Le motif y perdait sa plus
jolie note peut-être. L'enfant regardait de côté et d'autre, comme
indécis sur une besogne qui lui incombait. Enfin, il battit des mains,
et tirant le bon terre-neuve docile par une oreille, il l'attacha, en
riant, à la tige flexible du genêt, et, de la laisse, il lui fit une
rosette. Ma vision d'art s'obscurcissait de plus en plus, lorsque, à ce
moment, la femme monta dans la barque et y reçut l'enfant qui y bondit
comme un chevreau léger.

--Allez, clama la voix de la fenêtre.

Et voici ce que je vis, paralysé par l'épouvante.

L'homme brun avait chassé la barque d'un coup d'aviron, sur l'étang.
Elle avançait entre les gramens flottants. La femme souriait à l'enfant
et elle lui montrait des libellules posées sur les plateaux d'or des
nénuphars.

L'enfant extasié se penche pour en saisir une au vol ... et la femme le
pousse!... Oui, suis-je halluciné?... la femme le pousse.

Par un rétablissement de clown, le petit garçon s'est redressé dans la
barque. Il est debout. Il tremble de la tête aux pieds. Il a compris.
Il se jette aux genoux de sa tante. Il lui demande grâce.... Mais je
n'entends pas ses cris, je ne les perçois que par les gestes. Silence
inexplicable. Je suis gris, assurément; le coup de l'étrier m'a-t-il
privé du sens de l'ouïe?

La tante s'est attendrie. Elle implore visiblement son complice,
l'oncle. Mais il a surgi, terrible. Il a levé l'aviron sur la tête de
la femme. Il la menace de l'assommer et de la jeter, elle aussi, dans
l'étang, qu'il lui montre du doigt.

Il faut en finir. Elle se résigne. Elle l'aide à tirer du fond de la
barque une pierre cordée.... L'enfant s'abat, évanoui d'horreur, sur le
banc de la barque. Elle lui attache elle-même la corde au cou, sur la
collerette.... Il n'oppose plus de résistance.... Il est déjà mort....
Elle l'embrasse sur le front.... Oh! la hyène!

Je veux hurler, m'élancer, empêcher l'abomination; mais j'ai tout le
poids de cette pierre aux pieds et, dans la gorge, tout ce silence.

Ils l'ont pris sur le banc; elle, par la tête, lui sous les genoux; ils
le balancent, ils l'ont précipité dans la nappe d'azur de l'étang en
fleurs.... L'eau jaillit en gerbes, deux fois, l'une pour la pierre,
l'autre pour l'enfant....

--Ah! ah! ah! misérables! J'ai tout vu!... j'étais là, dans l'ombre du
château, en face.

--Vous n'auriez pas dû en bouger, maugrée l'oncle, sardonique.

Mais il faut sauver l'enfant. Je m'en charge, je suis bon plongeur,
heureusement, en mer comme en eau douce. L'enfant d'abord, le reste
après, assassins! Et j'ai déjà dépouillé ma veste. La tante éclate de
rire:

--Pas la peine de vous enrhumer pour le petit. Tenez, voyez!

Et elle me montre le terre-neuve, qui a dénoué sa rosette et qui nage
droit à la place où a disparu l'enfant. Il le ramène par la ceinture,
traînant en sus, au bout de la corde, la pierre qui flotte, car elle
flotte la pierre. Je m'en saisis. Elle est en liège. Ou je deviens fou,
ou je rêve!...

--Le film est raté, crie de la fenêtre l'opérateur.

--Comment, raté, le film? Est-ce que vous êtes?...

--De simples acrobates, monsieur. Nous reconstituons, d'après le procès,
le fameux crime du moulin pour une maison de cinémas.

--Oui, et il n'a pas eu de témoin, le crime du moulin, vous le savez,
pas même un peintre! Recommençons tout, mon petit Jules.

--Si tu veux, maman, l'eau est très bonne.



LE MARIAGE DE CAMBRONNE


Mon grand-oncle maternel, le capitaine Peyrot, était à Waterloo, dans la
garde. Il y avait été foudroyé par la mitraille anglaise à côté de son
général, l'illustre Breton Pierre-Jacques-Étienne Cambronne, le héros du
«Dernier Carré», et laissé, comme lui, pour mort sous la pile sanglante
des grenadiers du 2e bataillon de la troisième des braves. Il eut la
chance, «si c'en est une», disait-il, d'être relevé, lui aussi, vivant
encore, par les mêmes infirmiers de Wellington qui cherchaient,
par ordre, son chef «dans la bouillie», et, avec lui, on l'emmena
«par-dessus le marché» en Angleterre. Ils y guérirent d'ailleurs tous
les deux et revinrent ensemble en France, sous la Restauration, mon
grand-oncle toujours célibataire, Cambronne marié.

Et marié à une Anglaise!...

Le capitaine Peyrot, qui avait tout vu, «tout, tout», et ne s'étonnait
plus de rien, «rien, rien», ne digérait pas ce mariage.

--Ce serait, clamait le vieux grognard, à vous dégoûter de l'amour si ce
n'était fait depuis longtemps!

--Fut-ce donc par amour, mon oncle?...

--Qu'il l'épousa? Pas autrement. J'y étais, j'en sais quelque chose
peut-être.

--Mais comment?

--Voici. D'abord tu connais la phrase, n'est-ce pas, la fameuse phrase:
la phrase historique?...

--La garde meurt....

--C'est ça. Moi, je ne l'ai pas entendue, quoique je fusse à côté de
lui, dans le carré, qui fut un triangle, entre parenthèse. Mais elle
est authentique, quoique, à Londres, on la mît en doute lorsque nous
arrivâmes. On la discutait partout, dans la plus haute société, et il y
suscitait le dénigrement bien naturel de nos vainqueurs. Rien d'aussi
beau dans l'antiquité, disaient les uns, ni dans Corneille, ni même dans
les Bulletins de la Grande Armée; il ne l'a pas dite, assuraient les
autres. Le général était très embêté du débat, on n'a su pourquoi que
plus tard. La vérité, si tu veux la connaître tout de suite, c'est que
ça ronflait terriblement dans le triangle.

«--Peyrot, qu'il me faisait à l'oreille, est-ce que tu te souviens de
quelque chose?

«--Moi, non, mon général; mais ça ne prouve rien, d'abord parce que je
ne suis que lieutenant, et ensuite parce que, sur le moment, ça vous a
peut-être échappé tout de même!

«--Au milieu de ce boucan?... tu m'étonnes!

«--Bah!... laissez-le croire ... pour l'Empereur!

«A notre arrivée à Londres, les plus grandes familles du pays s'étaient
arraché nos vieilles peaux trouées pour les recoudre, bien entendu, car
c'est ça, la guerre, et, quand c'est fini, on s'adore. Nous avions été
enlevés par une aristocrate qui, au mérite d'être belle comme le jour,
unissait la vertu d'être veuve. Elle nous faisait soigner dans son hôtel
même sans regarder à la dépense. Et les petits plats, et les bons vins,
et le linge blanc, et tout! J'en avais, tu penses bien, mon compte. J'ai
été pansé là par des mains où il y avait des bagues comme j'en souhaite
à ta promise! Mais, pour le général, c'était de la dorlotation! La
patronne vivait quasiment au pied de son lit. Elle ne le quittait que
le temps d'aller se coiffer, parce qu'elle avait des cheveux comme une
meule, en or de soleil, qu'aucun peigne ne pouvait retenir. Enfin, nous
guérissions, guérissions tout le temps dans la ouate.

«J'avais remarqué--car on a des yeux pour voir, c'est même fait pour cet
usage--que mon supérieur louchait un peu vers la toison d'or. C'était
encore de son âge, il n'avait que quarante-cinq ans, en 1815, étant né
à Nantes dans les environs de 1770, comme moi, à six mois près. Son
avancement lui venait de sa valeur. Moi, je suis de Limoges, pour ta
gouverne. Je l'avais eu d'abord pour chef en Vendée, où nous apprenions
le métier; puis sous Masséna, à Zurich, de là à Iéna, et la suite. On ne
s'est plus quittés; qui voyait Peyrot voyait Cambronne et vice versa.
C'est pour te dire si je le possédais par coeur! Au retour de l'île
d'Elbe, par anecdocte, il m'avait fait un signe par-dessus la mer:
«Psitt, Peyrot», et j'étais là, au débarquement. On revint à Paris
ensemble, derrière l'aigle. Ça devait finir en Belgique. Enfin, petit, à
la réserve du grade, des frères qui n'ont pas besoin de se parler pour
se comprendre. Aussi tu juges de mes tribulations quand je le vis
se prendre d'heure en heure, comme un conscrit, dans la tignasse de
l'Anglaise. Mais je n'aurais jamais cru ça, non, jamais je n'aurais
cru....

«Nous ne tardâmes pas à être debout l'un et l'autre et prêts à
recommencer. Mais, outre qu'il n'y avait plus d'empereur, nous étions
bel et bien prisonniers de guerre, et par conséquent forcés de moisir en
Angleterre. Je me mis à donner des leçons de limousin, d'où le français
dérive, et le général resta campé chez la belle hôtesse, qui ne voulut
pas le laisser partir. Il se laissa faire violence et, au bout d'un
mois, il filait quenouille à ses pieds. Tu sauras un jour, mon garçon,
ce qu'une jolie blonde peut faire d'un grenadier. Il n'y a plus
d'empereur, il n'y a plus de France, il ne reste qu'un pauvre bougre au
bout d'un fil, comme un chien, derrière une jupe. Elle en obtenait ce
qu'elle voulait d'un sourire, rien qu'en se cardant devant lui, et tout,
te dis-je, excepté cependant une chose, à savoir qu'il lui parlât de
Waterloo.

«Sur ce chapitre, bouche cousue. Il la regardait, sans répondre, de
ses yeux bretons, couleur de mer, et, si elle insistait, il lâchait la
quenouille et s'en allait errer dans ces rues aux noms impossibles, où
il n'y a qu'à dire: «Dieu vous bénisse!» Or, elle voulait, l'Anglaise,
que Cambronne lui parlât de Waterloo. Elle ne l'avait pris chez elle que
pour ça; j'en ai la conviction absolue. Tenir la vérité vraie, sur la
bataille, de celui qui en avait été le héros, c'était le nanan du nanan
pour ses trente-deux dents britanniques. Elle damait ainsi le pion
à toutes ses rivales de la gentry, et c'était comme si elle eût
l'autographe du dernier bulletin de Napoléon. Mais le général demeurait
muet et impénétrable.

«--Voyons, de vous à moi, les portes closes, la phrase, la magnifique
phrase, lui demandait la sirène, est-elle telle qu'on la cite?
L'avez-vous dite? Répondez-moi, si vous m'aimez?

«Il secouait la tête, mais ne descellait pas la mâchoire.

«--Ah! s'écriait-elle, vexée, vous savez qu'on l'attribue à un autre?

«--Laissez, faisait le persécuté, qui était la probité même.

«Cette probité n'avançait pas ses affaires de coeur, et il se rendait
fort bien compte que l'intérêt qu'il inspirait à l'hôtesse diminuait de
jour en jour avec la certitude d'avoir à elle, et chez elle, l'homme du
mot immortel.

«C'est encore une vérité, petit, que ton grand-oncle doit t'apprendre,
que moins elles nous aiment, plus nous les aimons; c'est la sacrée
nature qui veut ça. Le pauvre général en tirait la langue d'une aune.
Elle en jouait comme d'une souris. A chaque visite que je lui faisais,
je constatais son dépérissement.

«--Ah çà! mais, qu'est-ce que vous avez donc, mon supérieur? C'est-il la
France qui vous ronge?

«Et je lui racontais, pour le consoler, qu'ils l'avaient flanqué dans
une île à requins et qu'il n'y avait plus rien à faire, là-bas, pour les
grognards. Mais il ne m'écoutait pas plus que le chant du merle dans une
batterie. Un matin, enfin, il jeta son caveçon:

«--Peyrot, il faut que je me marie.

«--Vous! Où ça?

«--Ici.

«Et ce fut tout. J'avais compris. On ne discutait pas avec Cambronne.

«--Alors, la garde se rend? fut tout ce que je trouvai à lui dire, et je
pleurai, mon gars, moi, un dur-à-cuire, comme une demoiselle.

«La fin de l'histoire n'est pas longue. A quarante-cinq ans on ne se
défend plus; Cambronne demanda sa main à la veuve. Elle n'y mit qu'une
condition, et tu la devines?...

--Non, mon oncle.

--Tu es donc bête? La condition, c'était qu'il lui dirait, non plus
à elle seule, mais devant toute sa famille réunie en soirée de
fiançailles, la phrase textuelle et véridique du Dernier Carré, qui, je
te le répète, fut un triangle. Et il en était si fou qu'il y consentit.
Seulement, vois-tu, conclut le capitaine Peyrot en tire-bouchonnant sa
moustache, celle qu'il leur répéta, à ces Angliches, c'était la vraie,
celle que j'avais entendue, la bonne, plus courte de sept mots que
l'autre. Telle est l'histoire du mariage de Cambronne. L'empereur ne l'a
jamais su à Sainte-Hélène.



LOYS ÉGAROT OU L'ARGENT D'AUTRUI


Lorsque, afin de se disculper de la ruine de tant d'honnêtes gens qui
lui avaient apporté leurs économies pour qu'il les centuplât dans le
laps de temps le plus court possible, le grand joueur d'argent d'autrui,
Loys Égarot, comparut au tribunal présidé par Thomas Mévère, notre
d'Aguesseau moderne, il laissa d'abord parler son avocat, le célèbre
Paul Archet, surnommé le Cicéron des krachs, et qui s'en est fait une
spécialité européenne.

Ce ne fut pas long. En trois heures de temps, plaidoyer compris, Loys
Égarot écopa ses trois ans de prison, un par heure. Le président Thomas
Mévère ne badinait pas avec les «spéculateurs éhontés, déshonneur de la
République d'affaires». La foudre de l'arrêt reçue, le foudroyé se leva
et d'une petite voix triste, il dit:

--Un mot?... Je n'ai jamais mis le pied à la Bourse, et je suis
incapable de mener à bien l'une ou l'autre des quatre opérations
élémentaires de l'arithmétique.

--Alors, fit l'austère magistrat, comment expliquez-vous le désastre?

--Par ma scrupuleuse probité. Ils voulaient que je «centuplasse». Je
n'ai pas eu le temps, voilà tout.

Et il se remit aux gendarmes, dont l'un, du reste, était de sa
clientèle.

Dans sa prison Loys se refusa à tout adoucissement, sauf à celui de
correspondre en toute liberté avec sa femme et sa fille, expédiées à
la Jamaïque, à la garde de la vieille nourrice qui l'avait élevé à
Marseille, et qui, dûment rentée par lui, finissait ses jours dans le
bien-être à Port-Louis, sa ville natale. «Prends soin d'elles, Pépina,
lui avait-il écrit, comme autrefois de ton petit, elles sont avec toi,
maman-nounou, ce que j'aime le plus au monde.»

Mais ce qu'il aimait le plus au monde, c'était Inès, sa fille,
ravissante blondinette de douze ans, et que le désespoir faillit enlever
lorsqu'il lui fallut se séparer du cher papa, si beau, si gai, si doux à
tous, «plus enfant qu'elle», disait la mère, et à qui elle faisait ses
additions, le soir, après dîner, sur la table.

Quant à Mme Égarot, il l'avait rassurée en ces termes: «Ne crains rien,
je ferai mon temps et, dans trois ans, je serai là-bas, avec vous deux
pour toujours. Courage, à bientôt.»

Or, il fit son temps, en effet, sans en dérober une heure à la justice
de son pays, et quand la liberté lui fut rendue, il ne devait plus rien
à personne, sinon le centuplage des fonds hasardés sur son crédit, ou,
si l'on veut, le manque à gagner desdits fonds, déjà confiés, du reste,
à d'autres agioteurs.

Loys Égarot avait dit la stricte vérité au tribunal, il ne savait pas
calculer, et personne n'aurait pu se vanter, sans mentir, de l'avoir vu
à la corbeille. Mais il était marqué d'un signe terrible et doué,
de toute éternité, d'une vertu d'attraction inouïe et fabuleuse. Il
inspirait confiance, irrésistiblement. Dieu l'avait créé charmeur de
gogos. Il suffisait qu'il parût quelque part et n'importe où, pour que
les hommes tinssent à lui remettre leurs écus, les femmes leurs diamants
et les enfants leurs billes; et il ne pouvait pas ne pas les prendre, on
l'aurait suivi jusque dans la mer, comme les croisés fascinés par Pierre
l'Ermite allaient derrière ce moine Saint Sépulcre.

De telle sorte qu'il en avait été réduit à inventer, pour les
satisfaire, des mines d'or hypothétiques, des lacs de naphte
visionnaires et des chemins de fer intersidéraux où se signait son vrai
génie, celui du poète. Ce qu'il en souffrait, c'est à ne pas le dire,
mais il obéissait à sa destinée.

Il arriva à la Jamaïque juste à temps pour y fermer les yeux de sa
vieille nourrice, et, comme elle n'avait ni famille, ni héritiers, il
rentra naturellement dans la pension qu'il lui servait, comme dans le
dépôt qui lui en garantissait le service. C'était un revenu de trois
mille livres, et il se jura de s'en contenter pour lui, sa femme et sa
fille, et sauf de toute entreprise.

Inès était dans sa quinzième année, mais les fruits d'or mûrissent vite
sous ces latitudes rayonnantes des Antilles, et elle en florissait
dix-huit; aussi avait-il eu peine à la reconnaître quand, la gorge
étranglée d'émotion, il lui avait ouvert les bras, sur le quai de
débarquement. Elle paraissait, d'ailleurs, s'être familiarisée aux
manières anglaises, et sa bonne mère de même. «Je m'y ferai comme à
tout le reste, avait pensé l'enfant de Marseille, pourvu qu'elle m'aime
toujours.» Puis, dans le jardin de la pauvre Pepina, plein de belles
fleurs et de riches oiseaux, il se mit à traîner les heures, oubliant,
oublié, paisible enfin, et vivant la vie oisive de ses rêves.

--Mon ami, lui dit un jour sa femme, avant ton arrivée nous recevions et
rendions d'agréables visites. La société de la ville était fort aimable
pour nous. Je sais que tu ne veux voir personne, je le comprends; mais
tu exagères. Et puis, notre Inès s'ennuie. Entr'ouvrons un peu notre
porte. On ne demande qu'à te connaître.

--Et qu'à m'apporter de l'argent, hein?

--Je n'osais pas te le dire.

--Ah ça! mais, malheureuse, tu veux donc que ça recommence?

--Oh! des Anglais, si pratiques!

--Eux, ils sont encore plus enragés que tous les autres. N'insiste pas,
ma bonne, non.

--Et Inès? Je te le répète, elle s'ennuie.

Le «papa» regarda la «maman» et comprit.

--Quoi, déjà? soupira-t-il, en se laissant tomber sur un banc, en trois
ans.... Et ... qui est-ce?

--Un Français.

--A la bonne heure. Il s'appelle?

--Ne t'en irrite pas.... Jean Mévère.

--Est-ce un parent du magistrat?

--Qui t'a condamné, oui: c'est son fils.

Loys Égarot, loin de «s'en irriter», leva les yeux en l'air, comme pour
y prendre un ordre de Bourse céleste.

--Ah! par exemple, à la Jamaïque, sourit-il. Son fils! Qu'y fait-il?

Il y apprend le grand commerce, dans la première maison de l'île,
Streebs and Sons.

--Mais sait-il que je n'ai pas un sou de dot à donner à ma fille?

--Il sait tout, et ne demande rien.

--Qu'il vienne, alors.

Et Jean Mévère vint, ou plutôt il revint, car la maison de Pepina, pour
lui aussi, contenait tout ce qu'il aimait au monde. C'était un garçon
actif, intelligent et bien fait, mais particulier en ceci qu'il avait
sous le front la même barre devant le Droit que son futur beau-père
devant le Chiffre. Pour se soustraire aux études du Code et des
jurisprudences, il s'était, dès la sortie de collège, enfui à Londres,
d'où ses patrons, les frères Streebs, l'avaient détaché sur la grande
usine de distillation qu'ils ont à Port-Louis au milieu des champs de
canne à sucre.

La présentation fut simple. Jean plut à Loys, autant qu'un homme peut
plaire à celui à qui il enlève sa fille. Le «spéculateur éhonté»
n'objecta au mariage immédiat du moins, que l'âge trop tendre d'Inès,
et il en reporta la date à trois années au delà pour qu'elle eût ses
dix-huit ans.

--Quant au douaire, plaisanta-t-il, il est de six millions, mais en
dettes, selon la doctrine de l'honorable magistrat votre père.

Ce disant, il paraissait chercher encore dans les nuées un nouvel ordre
de Bourse providentiel. Puis, les paroles échangées dans une poignée de
mains, il s'en fut, la canne à la main, visiter la ville.

L'excellente Mme Égarot n'avait rien inventé de l'intérêt passionné
qu'il y inspirait depuis son débarquement, et tout de suite les gens
furent aux portes comme aux fenêtres. Il ne s'y méprit pas une minute,
ça recommençait, et il en allait de son charme extraordinaire dans les
îles comme sur les continents, à l'étranger comme en sa patrie. Au
passage de l'homme aimanté, les magots dansaient dans les coffres-forts,
les tiroirs se tiraient tout seuls, les bas de laine s'agitaient aux
vitres, les valeurs, les bank-notes, les chèques jonchaient ses
pas comme feuilles d'automne. Si son procès l'avait illustré, sa
condamnation, sa prison, son exil le revêtaient d'un prestige universel
et d'un crédit de magicien. En quelques mois, la maisonnette de Pepina
devint le centre des affaires de l'île, et la ruelle où s'ouvrait son
auvent, la «rue Quincampoix» de ce Law malgré lui. Il lui fallut encore,
avec son génie de poète, imaginer les mines aux gisements les plus
absurdes, les mers souterraines d'huile d'olive, les aviateurs qu'on
siffle dans l'espace comme un chien docile, l'application des nuages
à la cotonnade, que sais-je; il ne désespéra ni les gogos ni les
ingénieurs, et il lui revint une fortune immense.

Si immense que, les trois ans écoulés et la date du mariage échue, Loys
Égarot voulut qu'il fut célébré à Paris et retourna en France sur son
yacht sans pareil, nommé _la Pepina_. Le père de son jeune gendre,
l'illustre Thomas Mévère, était allé le recevoir à Marseille.

--Je suis heureux, salua-t-il, et plus que personne, de vous voir
victorieusement remonté sur votre bête. Mon fils Jean fait un beau rêve!

--Sans doute, sourit Loys, puisqu'il aime ma fille.

--Mais autrement aussi, je pense? avait souligné l'austère magistrat.
Mlle Égarot est un parti de roi?

--Elle n'aura pas un sou, monsieur le président. Tout ce que j'ai gagné
appartient à mes créanciers, d'abord, et, s'il en reste, à ma chère
femme.

Le d'Aguesseau moderne pâlit.

--Vous voulez rembourser vos victimes?

--Recta, mon juge.

--Vous êtes fou!

--En quoi?

--Je vous dis que vous l'êtes.

Et il faut croire qu'il l'était, en effet, et qu'on le serait comme lui
dans la partie, de vouloir payer ses dettes, car, à la sortie de la
mairie, le jour du mariage, le «spéculateur éhonté» et flétri par la
vindicte publique, poussé doucement dans une auto entre deux aimable
spécialités, fut hospitalisé, comme on sait de reste, dans la maison
dite de santé où il vient de mourir.

Pauvre Loys Égarot, qui ne savait pas calculer!



LE SIEUR «ON»


Je sortais de Saint-Cyr, et sur un assez beau rang, entre parenthèse, le
bon cinquième de la liste, et j'avais, avec les camarades, festoyé ce
succès par un déjeuner dînatoire aux alentours du Palais-Royal. On était
encore à la belle saison et, comme nous n'avions pas laissé que de faire
sauter force bouchons sonores à diverses santés concurremment chères,
nous éprouvions le besoin, selon le mot de mon cousin Charles, de nous
«évaporer dans la verdure». Le vieux jardin des Tuileries étant le plus
proche, nous y allâmes à la file, et lorsque nous y fûmes, nous nous
dispersâmes sous les marronniers.

Inutile de vous dissimuler que j'étais un peu étourdi par l'abus inusité
du vin de joie. Mon cousin, qui s'en était aperçu, jugea amica et sage
de me tenir compagnie: «Marchons, veux-tu?» Et il m'entraîna dans une
allée ombragée qui longe la terrasse du bord de l'eau et où il n'y a
jamais personne. Lorsque nous l'eûmes cinq ou six fois arpentée, aller
et retour, d'un bout à l'autre, je criai grâce et demandai à m'asseoir,
et me jugeant assez «évaporé», Charles acquiesça, en riant, à mon désir.
Nous prîmes des chaises à la pile, et les ayant disposées à l'abri d'un
socle de statue qui projetait une ombre délicieuse, nous partîmes en
causerie. Pour de jeunes officiers français, elle n'ouvre guère, on le
sait, que deux chemins, et elle n'a presque que deux thèmes, l'armée et
les femmes. Nous avions épuisé le second pendant le déjeuner, mais
le premier restait inépuisable à nos rêves d'avenir. Dans quel corps
allions-nous être versés, l'un et l'autre? Mon cousin en tenait pour
l'Afrique; moi, pour l'Est et la frontière, car, en ce temps-là, le sang
de ma race me bouillait aux veines et je croyais à des tas de choses
auxquelles ma foi militaire a fait tristement faillite.

--Ce qui me plairait de l'Afrique, me disait Charles, ce serait d'y
servir sous le fameux général de Madiran, qui y commande. Il est la plus
franche gloire du métier, à l'heure présente. Mais pourquoi ris-tu?

Et je riais, en effet, car, cette franche gloire, elle était double et
elle fournissait ses deux légendes.

--Je n'imagine pas, lançai-je, le plaisir qu'il peut y avoir à être
commandé par le plus grand cocu de France et de Navarre.

A peine avais-je émis cette belle sentence que, dressé devant moi, un
homme me tendait sa carte:

«Général comte de Madiran.»

Il faut faire le tour des statues. Mais il était trop tard. Je tirai
donc ma carte, en silence, et j'en fis l'échange classique avec mon
offensé:

«Jean-Myrtil de la Galonière.»

Grand, sec, hâlé, les cheveux taillés en brosse, l'oeil d'acier, le
général ressemblait à un sabre. Il fallait, à l'aspect, lui défalquer
dix ans sur les soixante que lui attribuait l'annuaire. Charles buvait
son héros des yeux, mais très pâle de mon aventure. J'étais pour lui
déjà un homme mort, les duels de Madiran étant, dans l'armée, comme des
contes de fées de l'escrime. Et j'attendais. Le général, le front
baissé sur ma carte, semblait la lire et la relire ainsi qu'en rêve.
Brusquement il me regarda, et, d'une voix presque émue:

--Mon enfant, j'ai dû épouser votre mère.

--Mais n'importe, relevai-je bêtement, je suis à vos ordres.

Cette niaiserie de blanc-bec ne l'avait pas distrait de sa rêverie
singulière.

--Vit-elle encore, votre charmante mère?

Mon cousin répondit pour moi par un signe d'affirmation muette. Le
terrible sabreur d'Afrique s'était retourné et il s'en allait en serrant
ma carte dans sa poche, lorsqu'il revint à nous en demi-cercle:

--Alors ... comme ça ... j'en suis de la confrérie?

Et le coup d'oeil dont il appuya sa question était si énigmatique qu'il
me désarma de toute contenance.

--De Navarre?... soit, je suis Basque ... mais de France?... Voyons!

Devant cette ironie à la française, je perdis entièrement la boule:

--Mon général ... on me l'a dit! balbutiai-je.

Et, pour le coup, il se mit à rire:

--Combien vous faut-il de temps pour me l'amener par les oreilles? Fixez
vous-même. Un mois? Six mois? Davantage?

--Qui?

--Celui qui vous l'a dit.

--Comment, celui?...

--Eh bien, oui, le sieur On... ou pour lui transmettre ma carte. Vous
l'avez, ma carte. Mon adresse est dessus. Prenez un an, prenez-en
deux, et revenez me voir, avec ou sans le sieur On. Et rappelez-moi au
souvenir de votre charmante mère. Il s'en est fallu de ça ... que vous
ne fussiez mon fils.

Et, sans saluer, il disparut, nous laissant, Charles et moi, dans
l'hébétement que vous imaginez.

--Tu vas le chercher, hein? me dit mon cousin.

Le sieur On?... Naturellement.

--Qui est-ce?

--Est-ce que je sais, moi! Mais _il faut_ que je le trouve, il y va de
mon honneur, cousin.

La recherche du sieur On est l'exercice mohicanesque auquel il faudrait
astreindre les agents de police ou détectives; mais qui est le Vidocq
qui peut se vanter d'en sortir? Le sieur On, où est-il? Partout et nulle
part, omniprésent, omniabsent, ubiquiste, réel et fabuleux. Ouvrez à
la lettre O le Bottin de Paris, de la province, tous les dictionnaires
d'adresses, vous n'y trouverez point le nom de On, avec ou sans
particule, et pourtant la famille est innombrable, que dis-je?
universelle. Les On se cachent sous tous les noms de l'honnête homme,
stupide, génial ou médiocre. Beaumarchais en a démasqué un, le comique
qu'il appelle Basile, et Shakespeare un autre, le tragique, Iago; il
résulte de leurs deux types que soit pour la calomnie, soit pour la
médisance, mortelles d'ailleurs à l'envi, le sieur On, c'est vous, moi,
et toute l'espèce humaine, des deux sexes s'entend, car il n'est femme
qui ne soit une Mme Onne.

J'avais d'abord accepté avec enthousiasme la tâche imposée par le
général, et c'était, au tribunal intime de ma raison, la réparation
juste et «propre» de l'injure. En découvrir l'éditeur responsable, soit
le premier qui l'avait de son plein gré lancée dans la circulation où je
l'avais recueillie pour en souffleter directement l'intéressé. Je me mis
donc en chasse, aidé de Charles, puis seul, car, au bout d'un mois, mon
cousin se lassa de l'inutilité de la vaine entreprise.

Personne ne savait ce que je voulais dire, ou bien c'était le secret de
Polichinelle, ou encore le: «D'où sortez-vous?» évasif de ceux qui
«s'en lavent les mains». Les hautains, friands de la lame, ne me
reconnaissaient aucun droit de m'enquérir à ce sujet, et, sous
l'éventail, les dames Onne s'esquivaient en un sourire.

--C'est l'aiguille dans la botte de foin, me disait Charles; tu y uses
ta force et ton temps, et, qui pis est, tu deviens grotesque.

Des marches, démarches, visites, voyages et le reste où je me dépensai,
moi et mon argent, pour dénicher l'insaisissable sieur On, on ferait
un roman comme _Gil Blas_ de Le Sage, aussi aventureux et aussi
philosophique, n'en doutez pas, car, en six mois, des bas-fonds aux
cimes j'ai exploré dans toutes les classes la société contemporaine--et
éternelle.

Un jour, enfin, nous fûmes avisés, Charles et moi, de notre destination
militaire: c'était lui qui allait dans l'Est, et moi en Afrique,--ô
dérision!--dans le corps même de qui? Du général de Madiran.

Il fallait en finir. Je m'abattis chez lui, un matin, désespéré,
honteux, mais décidé à prendre à mon compte l'outrage anonyme. Je
lui avais fait une seconde fois passer ma carte: «Jean-Myrtil de la
Galonière», et j'attendais dans le salon qu'il voulût bien me recevoir.
Ce fut une adorable jeune fille qui me fit cet honneur à sa place. Elle
entra, radieuse et épanouie dans la splendeur de sa vingtième année,
les mains ouvertes, avec le geste céleste qu'un Raphaël prêterait à
une Aurore dissipant la brume nocturne.... Mais je n'ai pas à vous la
décrire, et vous savez aujourd'hui pourquoi.

--Mon père vous prie de l'excuser. Il a sa crise de goutte et il traîne
un peu au lit, contre ses habitudes. Mais il va venir, je le précède,
étant chargée de vous abréger le temps.

--Mademoiselle.... bégayai-je.

Et ce fut tout, car je la regardais.

Le général parut presque aussitôt. Il avait la jambe gauche entourée
d'une couverture de cheval et il s'étayait d'une canne. L'Aurore
disparut sur un signe paternel.

--Cette fois, fit-il, ça y est, voyez, c'est la retraite, et la Faculté
me la sonne. Plus de jambes, plus de Madiran! Mais laissons. Avez-vous
trouvé notre homme, m'amenez-vous le sieur On par les oreilles?

--Hélas! mon général, mais vous ne devez rien y perdre. Me voici et ma
vie est à vous. Vous m'obligeriez de m'en soulager.

--Et la maman?

--Je vous en prie. Du reste, je compte bien me défendre.

--Contre un podagre? Et puis, je vais vous dire, reprit-il en reprenant
le ton railleur qu'il avait eu aux Tuileries, vous m'en avez prêté dans
la gloire de Sganarelle. Le plus grand de Navarre, je n'y contreviens
point, mais de France, de France, voilà où commence le calomnie! De
France!!!

--Reste la réparation, monsieur le comte.

--Oui, eh bien, il y en a une, mon enfant.

Et, d'une secousse de l'épaule, il m'indiqua la porte par où venait de
s'envoler celle qui est devenue ma chère Éva.



LAZOCHE, PEINTRE D'IDÉAUX


Parmi les membres honoraires de cette fameuse société des
_Place-aux-Jeunes_ qui a tenu en échec pendant sept ans et bouleversé du
haut un bas la paisible bourgeoisie des Ternes, il y avait un peintre
nommé Lazoche, qui était un bien drôle de corps.

Lazoche avait été découvert par Saintonge, l'un des sept titulaires, et
présenté par lui à la société comme _un bonhomme très fort_, et n'ayant
pas son pareil pour l'article Venise, article alors fabuleusement
demandé par les débitants de peinture. Les Venises de Lazoche lui
étaient prises sans marchander, quoiqu'il ne mît pas plus d'une heure à
les exécuter, et cela, disait Saintonge, à cause de leur couleur locale
«à tromper les pigeons de Saint-Marc». Lazoche, d'ailleurs, ne vivait
que de cette production, exclusivement. Inutile de dire qu'il n'avait
pas mis les pieds dans la ville des doges: cela se voyait du premier
coup d'oeil et il ne cherchait pas à duper le monde.

La première fois que Lazoche était allé offrir une de ses toiles à un
marchand, voici, sur son récit même, comment la chose s'était passée.

J'entre au hasard et je dis:

--C'est une vue du Grand Canal; combien allez-vous m'en donner?

Le marchand la regarde et me répond, comme je le dis:

--Avec votre signature, rien! Sans la signature, trente francs.

Moi, je demeure stupide. Quelques jours après, je renouvelle
l'expérience avec un autre, qui me tient exactement le même langage.
J'ai renoncé à comprendre, voilà tout.

Et le brave garçon ajoutait avec mélancolie:

--Peut-être ce nom de Lazoche est-il composé de syllabes fâcheuses, ou a
t-il été déjà compromis pas un barbouilleur précédent!

Cette veine trouvée, Lazoche la suivit sans se torturer l'imagination
pour varier son sempiternel Grand Canal. Si un jour il avait placé
dans sa toile le Palais des Doges à gauche et la gondole à droite, le
lendemain il flanquait la gondole à gauche et à droite le Palais des
Doges, implacablement reflété dans les mêmes eaux et baigné sans
rémission par le même ciel de cobalt pur, dit ciel italien. Et quand
Saintonge le taquinait sur ces ciels d'azur exaspérants:

--Que veux-tu, lui répondait le bon Lazoche, je ne sais pas faire les
ciels orageux, je n'en ai pas dans l'âme!

Saintonge lui apporta un jour une photographie de Venise, dans laquelle
le susdit Palais Ducal était vu de face. L'étonnement de Lazoche fut
profond. Pendant une semaine, il resta tout troublé, n'osant pas se
risquer et représenter le Palais autrement que de profil, et craignant
d'y perdre son pain:

--Je n'en aurais que quinze francs, fit-il en rendant la photographie à
Saintonge.

Au bout de deux ans de ce métier, à deux Venises par semaine, Lazoche
fut pris d'un vertige. Il se crut du talent, et voulut exposer; il avait
besoin de lire, enfin, sa signature sur une toile au Salon. Autant
valait pour lui se jeter à l'eau tout de suite; les marchands le lui
firent amèrement comprendre.

--Mais enfin, leur disait-il, qu'est-ce que ça vous fait que j'expose?

--Et si vous alliez être reçu! répliquaient les autres.

--Eh bien, justement!

--On verrait donc au Salon des Venises signées Lazoche! Vous n'y pensez
pas! Mais alors, malheureux que vous êtes, qu'est-ce qui prouverait
désormais que toutes les Venises sont de Ziem?

--Je ne comprends pas!

--Ah! vous ne comprenez pas? Eh bien! sachez, monsieur, qu'il est urgent
pour l'écoulement de vos produits dans l'intérêt de notre industrie,
que toutes les Venises que l'on fait et surtout les vôtres soient
éternellement de Ziem! Comprenez-vous maintenant?

--Oui, fit Lazoche, trop bien et trop tard! Je faisais là un joli
métier, miséricorde!

Et il sortit en enfonçant son chapeau avec un tremblement. De ce jour,
il renonça aux Venises anonymes.

Pour apprécier l'héroïsme du sacrifice, il faut savoir que Lazoche
n'avait pas, non seulement d'autre ressource, mais d'autre talent, et
que le pauvre garçon était marié. Cette atroce fabrication lui avait
faussé l'oeil et la main au point qu'il n'était pas bien sûr lui-même de
pouvoir copier proprement un pot, une carotte ou un bâton de chaise. Le
peu qu'il y avait en lui d'artiste s'était noyé dans l'indigo du Grand
Canal et le vermillon du Palais des Doges. Il s'en plaignait tristement
à ce farceur de Saintonge, le jour même de sa mésaventure, au dîner
mensuel de la société.

--Qu'est-ce que je vais faire maintenant?

--Mon cher, on a attribué pendant cent ans et on attribue encore, à dire
d'expert, tous les tableaux de Guardi au Canaletti. Qu'est-ce que ça te
fait d'être pris pour Ziem, je te demande un peu!

--Mais c'est Ziem qu'on prend pour moi. Ça, je ne veux pas!

--Pourquoi, alors, ne tenterais-tu pas de l'orientalisme? Là, tu ne
feras du tort à personne et les chameaux sont à tout le monde.

--Je ne sais pas faire les chameaux.

--J'ai pourtant vu de toi des gondoles!... Tu t'exagères les
différences. Les chameaux ou les gondoles!... Tiens, c'est à peu près la
même forme!

Et Saintonge, avec un bout de crayon essayait de démontrer sur le mur
cette absurdité désolée.

Nous avons dit que Lazoche était marié: sa femme et lui formaient bien
le ménage le plus extravagant de toute la bohème ternoise. L'atelier
leur servait à la fois de salon, de salle à manger, de cabinet de
toilette, de cuisine et de toute salle imaginable. C'était un labyrinthe
dont Lazoche seul connaissait les détours, inextricables pour tout
autre.

A onze heures, Lazoche donnait un tour de clef à l'atelier et s'en
allait chercher le déjeuner, invariablement composé de deux petits
pains, d'un litre de vin, d'une tranche de galantine truffée, d'un
cornet de crevettes et d'un morceau de brie que l'on mangeait sur le
coin de la table, au milieu des tubes de couleurs, dans les papiers
mêmes qui les avaient enveloppés. Cela évite de laver les assiettes et,
comme disait Mme Lazoche, l'_aria_ de se mettre en cuisine. Le reste du
café de la veille, réchauffé sur le poêle, complétait le repas, repas
de paresseux s'il en fut. Dans la journée, Lazoche confectionnait ses
Venises et Mme Lazoche s'habillait: cela durait jusqu'à cinq heures.
Lasse, molle et traînante, elle allait d'un coin à l'autre en bâillant,
s'allongeant ici sur le canapé, oisive, puis s'accoudant à la fenêtre
et regardant dans la rue sans voir, une heure entière; enfin, elle
s'asseyait devant le miroir et commençait à se démêler lentement,
coiffait son poing de petits bonnets, jouait avec le chat, perdait le
temps de toutes les manières, jusqu'à ce que le jour tombât. Alors, elle
se ficelait à la hâte et descendait aux provisions; une fois dehors,
elle recommençait à flâner aux devantures de magasins, à lire les
affiches de théâtre, à promener son indolence, et elle rentrait toujours
trop tard pour faire le dîner qu'elle improvisait. La seule chose qui
la secouât un peu de sa torpeur, c'était un billet de spectacle pour le
soir, car elle raffolait du théâtre.

Le pauvre Lazoche adorait cette marmotte, et l'idée de la voir privée
de son bain matinal, par exemple, l'épouvantait plus que la misère pour
lui-même. D'ailleurs, un secret instinct l'avertissait que cette femme
tenait plus au bien-être qu'à l'amour; il sentait qu'elle ne résisterait
pas au moindre changement dans ses habitudes et qu'elle avait la
fainéantise dans le sang.

Il avoua un jour à Saintonge, atterré, qu'il se félicitait de ne pas
avoir d'enfants de sa femme, bien qu'il en eût désiré ardemment, tant il
craignait que la maternité fût mortelle à ce tempérament de harem.

Il fallait donc aviser à trouver quelque autre métier. Confectionner de
nouveau des Venises de contrefaçon qui le rendaient complice d'un vol
véritable, il ne put s'y décider. Selon le conseil de Saintonge, il
tenta de l'orientalisme; mais aucun marchand ne voulut de ses chameaux,
même sans signature: on les trouvait, poliment, trop personnels. Alors,
il fit des fleurs, mais quelles fleurs, grand Dieu! Les plus indulgents
les prenaient pour des feux d'artifice. Un marchand lui écrivait: «J'ai
attentivement regardé le bouquet que vous m'avez envoyé; c'est sans
doute le bouquet du 14 Juillet que vous avez voulu représenter.
Croyez-en, monsieur, ma vieille expérience; il est des choses que la
peinture ne peut pas rendre; les feux d'artifice et les feux de peloton
sont de ce nombre. J'ai l'honneur de vous saluer.»

Enfin, le hasard vint en aide au déplorable Lazoche, et lui fit
découvrir à la fois sa voie artistique et la fortune. Un matin, on
heurta à sa porte.

Lazoche, qui n'attendait personne et auquel son concierge ne montait
jamais ses lettres, hésita d'abord à ouvrir, craignant ce que les
bohèmes appellent, depuis Pyrrhus, une tuile.

--Monsieur Galoix, fit une voix timide.

A ce nom bien connu, Lazoche jeta vite la couverture sur la baignoire où
la paresseuse s'étirait voluptueusement, et il courut à la porte.

--Quel honneur! fit-il pour dire quelque chose.

A la vérité, Lazoche était inquiet de cette visite. Ce Galoix n'était
autre que le charcutier auquel, depuis quinze jours, il prenait sa
galantine à crédit, car il était à bout de ressources:

--L'honneur est pour moi, monsieur, répliqua l'autre. Mais je crois que
je vous dérange! ajouta le charcutier en rougissant jusqu'aux oreilles,
car, dans la buée d'eau chaude et de cigarette, il venait d'apercevoir,
comme coupée par la couverture, la tête de la baigneuse qui le
regardait, nonchalante. Vous avez un modèle?

--Non, dit Lazoche, qui ne put s'empêcher de rire à l'idée de ce modèle
posant dans une baignoire, c'est ma femme que je vous présente.

Le charcutier rougit plus fort, ne sachant s'il fallait saluer ou se
voiler les yeux. Et, pour se donner une contenance, il se retourna vers
une des toiles accrochées à la muraille:

--Ah! monsieur! on n'a pas besoin de demander si c'est Venise. Quel joli
endroit tout de même. Vous y êtes allé?

--Moi, non, fit Lazoche, mais j'ai un parent qui y a demeuré six
semaines: c'est tout comme!

--Assurément, dit Galoix. Mais voici ce qui m'amène.

Et il tira le peintre par la manche, jusqu'à la fenêtre.

--Je vais être père, monsieur Lazoche, et Mme Galoix désirerait avoir
un bel enfant; c'est le premier après dix ans de mariage. Mais un bel
enfant, vous entendez!

--Il n'a tenu qu'à vous, monsieur Galoix.

--Sans doute, sans doute. Cependant, tout en me ressemblant, comme il
convient, et ce que je désire naturellement, nous voudrions qu'il eût
quelque chose de mieux encore. Ah! monsieur Lazoche, il y en a de si
jolis, au parc Monceau, de ces poupons gros et gras. Vous êtes artiste,
vous savez ce que je veux dire.

--Pas trop, jusqu'à présent, dit le peintre, qui roula une cigarette.

--Tenez: si par exemple vous vouliez me peindre un de ces marmots dont
je vous parle avec de bonnes joues rebondies, des cheveux frisés, et des
yeux grands comme ça, qui vous regardent!... Vous le pouvez, avec votre
talent! J'irais bien jusqu'à cent francs, monsieur Lazoche.

--Mais quel usage.

--C'est bien simple: je le pendrais dans notre chambre, de sorte que
Mme Galoix l'aurait sans cesse devant les yeux. Elle finirait par se
pénétrer de cette image, et au jour attendu nous aurions un bel enfant,
monsieur Lazoche.

--Ça se fait donc, ces choses-là? hurla le peintre en regardant le
charcutier avec ébahissement.

--C'est infaillible, mon cher monsieur. Ma mère vous le dirait,
quoiqu'elle ne fût qu'une paysanne, si elle était encore de ce monde!

--Mon cher monsieur Galoix, l'idée est excellente; elle me plaît
beaucoup, elle est faite pour plaire à tous les artistes. Mais causons.
D'abord, de quel sexe le voulez-vous, cet idéal? Car, si vous avez une
petite fille, songez combien il est regrettable qu'elle naquît avec une
tête de garçon, et vice-versa!

--Je n'y avais pas réfléchi, dit le charcutier. Moi d'abord, j'aimerais
mieux une fille.

--Et Mme Galoix, un garçon, c'est tout naturel, reprit Lazoche, qui
voyait s'ouvrir devant lui toute une industrie nouvelle. Cela peut
s'arranger. Mais fille ou garçon, sera-t-il blond, sera-t-elle brune? Il
faut bien nous entendre.

--Moi, je la voudrais brune.

--Alors, Mme Galoix le veut blond, évidemment. Je le ferai châtain,
monsieur Galoix, et la nature choisira. Comptez sur moi, vous aurez
votre idéal après-demain.

Et il prit congé du charcutier.

Dès que celui-ci fut au bas de l'escalier, Lazoche piqua une tête et
se mit à danser sur les mains, avec tous les signes d'un enthousiasme
évident. Puis il prit une belle toile blanche et l'installa sur son
chevalet.

--Joues rebondies, songeait-il, cheveux frisés et de grands yeux qui
vous regardent. Telles sont les données; c'est l'idéal de ce charcutier!
Essayons.

Et il commença à tracer un grand cercle, il dessina deux petits cerles
parallèles, et un autre plus petit sous ces deux-là; et ayant rempli les
uns de bleu, et les autres de rouge, il vit que cela était déjà bien
et représentait à miracle le visage, les yeux et la bouche de l'idéal.
Alors, il continua de travailler dans ce sens, et quand il eut parachevé
ce chérubin, il s'en fut le porter à son charcutier.

--C'est surprenant, lui dit Galoix, et même je reconnais quelques traits
de ma propre physionomie.

--Je m'en suis inspiré, salua le peintre.

--Voilà vos cent francs, monsieur Lazoche.

Mme Galoix restait confondue d'admiration, et il était facile de
constater que ses yeux étaient déjà pris par cette pleine lune et que le
charme opérait. Cependant, elle émit une observation:

--N'auriez-vous pas pu, dit-elle, lui ajouter quelques ornements, un
ruban, ou une fleur, par exemple, ou même lui mettre une main tenant un
hochet?

--J'y avais pensé, madame, mais j'ai craint que fleur ou hochet,
l'ornement ne se reproduisît à quelque place imprévue sur le corps du
nouveau-né. Ce sont là, d'ailleurs, des détails supplémentaires qui
doivent être l'objet de commandes à part et qu'on ne peut prendre sur
soi d'entreprendre sans un désir formel et réitéré de la famille.

La chance voulut que l'enfant de la charcutière ressemblât
épouvantablement à cette boule enluminée. L'événement fit du bruit aux
Ternes: les commères en parlèrent, et il vint d'autres commandes à
Lazoche. Aussi multiplia-t-il ses idéaux. Il en fit pour tous les corps
de métiers et pour tous les goûts, son atelier était rempli de têtes
d'enfants, rondes, ovales ou carrées, rouges ou pâles, graves ou
souriantes, expressives ou neutres. Il en avait un choix inépuisable
pour boulangers, bouchers, herboristes, papetiers, rentiers ou
militaires retraités, pour tous les états. Il en inonda le quartier et
il y gagna beaucoup d'argent. Tous les enfants faits aux Ternes à cette
époque ont été parfaits sur ses modèles.

Aussi au dîner des _Place-aux-Jeunes_, Saintonge proposa-t-il de rayer
Lazoche de la liste des membres honoraires et de le reléguer dans la
catégorie des membres arrivés.

Lazoche n'a pas eu de postérité.



ORDERIC LE «BABUINEUR»


La vérité, si vous voulez l'entendre, c'est qu'on calomnie le moyen âge.
Je sais de beaux et bons esprits qui le regrettent. Est-ce bien leur
faute? Quant aux poètes, jugez-en d'après ce conte, traditionnel chez
eux, et beaucoup plus véridique que de l'histoire, telle qu'on l'écrit
aujourd'hui du moins.

L'an 1400, c'est-à-dire trente-neuf années avant que le déplorable
Gutenberg, de diabolique mémoire, eût à jamais avili, en le banalisant
par l'imprimerie, l'art mystérieux des lettres, il y avait à
Saint-Evroult-en-Ouche, commune normande, depuis lors disparue, un
admirable monastère, où l'on copiait encore les manuscrits à la main.

Aussi le Saint-Esprit planait-il sur cette douce abbaye, ruche de
savants Bénédictins.

Son prieur s'appelait Thierry de Matonville. Il était bon helléniste et
meilleur latiniste, et la théologie n'y perdait rien d'ailleurs, car
c'était le temps béni où l'on menait de front et de concert l'étude
d'Aristote et de saint Augustin sans qu'ils se nuisissent l'un à
l'autre. Nul ne doutait, dès le vivant du saint homme, qu'il ne fût
marqué d'avance du sceau du Christ et qu'une bonne place ne l'attendit
au paradis. Il avait d'ores et déjà son compte de miracles, si l'on
tenait normalement pour tels les splendides copies--_codices manu
scripti_--qui sortaient du monastère pour enrichir les «librairies» des
rois, des princes, des évêques et des belles châtelaines aux aumônières
d'or brodées.

Il y employait sept moines calligraphes, triés sur le volet entre
les meilleurs «peintres de mots» du royaume de France. Comme ils ne
signaient pas leurs chefs-d'oeuvre à cause des règles de l'humilité
claustrale, leurs noms sont aussi ignorés que ceux des ciseleurs de
cathédrales. On sait seulement que l'un des sept était un certain
Orderic qui, avant--et après--sa résurrection, fut la gloire du
«babuinage».

Je n'oserais jurer que ce vieux terme technique de «babuinage» vous soit
très familier. Il embrasse tous les travaux divers de l'art somptueux
des manuscrits, l'écriture d'abord, puis les ornements marginaux ou
autres, lettres ornées, culs-de-lampe, vignettes, miniatures enluminées,
dessins en couleurs, armoiries, et coetera. On recule à arrêter sa
pensée sur la somme des talents de toute sorte dont se composait le
génie babuineur; encore ne parlai-je point de l'érudition qu'il y
fallait universelle. Mais le prieur en avait à lui seul pour ses sept
moines, et c'était comme un autre Alcuin guidant les siens à travers les
ombres fulgurantes de la Bible sous l'oeil impérial de Charlemagne.

Les peintres de mots étaient réunis, dès l'aube, dans une sorte de
cloître à arcades, à ciel ouvert pendant l'été, abrité d'une verrière
pendant l'hiver, qu'on appelait le «scriptorium», ou salle à écrire. Ils
y avaient chacun leur pupitre, leur haut tabouret, leurs calames, leurs
godets d'encres variées et leurs feuilles de papier de soie blanc et
velouté, plus les compas, règles et équerres. Devant eux, sur un lutrin,
le parchemin du modèle s'éployait. Au centre du scriptorium, sur une
vasque d'eau vive, un cadran solaire, cirque des heures, en marquait la
course dans un silence de Thébaïde auquel le P. Thierry de Matonville
présidait, assis dans sa haute cathèdre en bois sculpté, et le menton à
la main, prêt à tout renseignement sur les textes et variantes, doux de
sa science immense.

Les chroniques ne disent pas quels étaient précisément les six livres,
chrétiens ou païens, monuments vénérables de la parole transmise et
sauvés des barbares, que calligraphiaient les autres Bénédictins du
scriptorium. Sans doute était-ce, selon toute apparence, la Bible
d'abord, puis le traité de la musique de Boëce, et encore les ouvrages
universels de Cassiodore, surnommé le «héros des bibliothèques». Ils les
transcrivaient doctement du gothique, sans ponctuation, ni interlignes,
en jolis caractères arabes, avec des plumes affûtées comme des becs
d'oiseaux, alternativement trempées dans les quatre encres: la noire,
la rouge, la bleue et la verte. Celle d'or et celle d'argent étaient
réservées aux armoiries et au nom de Dieu, quand il passait, rayonnant,
dans les textes.

A Saint-Evroult, les déliés--d'ailleurs célèbres--étaient exécutés à la
plume de vautour; un Père, bon arbalétrier, en entretenait la provende.

Quant à l'encre rouge--ou _rubrum_, d'où rubrique, ainsi qu'on sait
du reste--le saint prieur la faisait venir directement de la mer
Tyrrhénienne, où des moines pêcheurs de l'Ordre l'extrayaient pour lui
des madrépores.

Et j'aurai tout dit de ces admirables manuscrits, aujourd'hui si rares,
quand j'aurai signalé aux amateurs l'impeccable correction de leurs
_cuslos_ ou réclames, qui sont, au bas de la page précédente, comme
l'appel si aimable du premier mot de la page suivante. Thierry de
Matonville y veillait en personne.

Mais venons à Orderic.

Pour cet artiste extraordinaire les renseignements sont certains. Sur
son lutrin, à lui, c'était le cygne de Mantoue qui chantait, et le cygne
de Mantoue, c'est Virgile.

De l'aveu des Pères de l'Église eux-mêmes, Virgile, qui d'ailleurs a
pressenti la venue du Rédempteur, est le poète dont le verbe, si humain
soit-il, s'est le plus rapproché de l'idiome rythmique que l'on parle
dans la maison du bon Dieu. Il n'y a là-dessus aucun doute.

Or, Orderic s'était uniquement voué et consacré à l'oeuvre virgilienne;
il la «babuinait» et il ne babuinait qu'elle, depuis un quart de siècle,
à un vers par jour, pas davantage, mais avec quelle main prodigieuse! Le
prieur en pleurait de béatitude dans sa stalle ajourée.

Il se promettait bien de ne pas mourir sans l'avoir vue complètement
«babuinée» et digne d'être offerte, dans l'étui nacré de perles, sinon
au bon roi Charles VI, qui était déjà fou, du moins à Mme Isabeau de
Bavière, sa chaste épouse allemande.

Il y avait longtemps déjà qu'Orderic avait terminé la copie des
dix «Bucoliques» qui ne fournissent que huit cent trente-six vers,
malheureusement--et aussi celle des «Géorgiques» (les quatre) qui se
totalisent, hélas! à deux mille cent quatre-vingt-dix-huit hexamètres,
sans plus. Restait la sublime _Énéide_, préservée du feu par Mécène, qui
est resté, de ce fait, immortel.

L'_Énéide_, je vous le rappelle pour l'intelligence de ce beau conte
du temps passé, s'étale et se déroule sur _douze mille trois cent
vingt-neuf_ alexandrins. Le moine y travaillait depuis dix ans et il
n'en était qu'à la fin du sixième chant (soit à quatre mille sept cent
cinquante-quatre vers), et le poème en a douze, mais il n'en a que douze
à l'inconsolable chagrin des hommes.

Il est vrai que, à un vers par jour, et les dimanches et fêtes
défalqués, Orderic lui-même ne pouvait guère aller plus vite. En outre,
cet artiste unique et tel qu'on n'en verra plus jamais de pareil, était
un réceptacle de péchés, et véritablement un de ces moines légendaires
que le Rabelais de l'Italie, Théophilus Folengo, a décrits d'après
lui-même dans son _Merlin Coccaie_, un chef-d'oeuvre que je nomme en
rougissant. Hélas! c'était à peine si, à force d'autorité sainte, le
vénérable prieur de Saint-Evroult parvenait à contenir son convers
génial, et, il faut bien le dire, persécuté tout vivant par le diable,
qui n'est pas littéraire.

Par malheur, Thierry de Matonville fut rappelé là-haut le soir même où
Orderic achevait le cul-de-lampe doré du sixième chant de l'_Enéide_.
Il mourut sans bruit, le menton à la main, dans sa cathèdre, et cinq
minutes après, il reprenait cette pose à la droite de Dieu, n'ayant pas
eu la joie de pouvoir offrir le Virgile complet à la reine de France.

Son maître et seigneur parti, Orderic, sans frein, sema le scandale
triple et quadruple dans la vallée d'Ouche, car il retomba dans les rêts
du tentateur qui, je le répète, déteste, entre tous, les lettrés.

Les choses durèrent ainsi pendant nombre d'années, et Orderic put mener
à bien le septième, le huitième, le neuvième et dizième, voire le
onzième chant de l'_Énéide_. Le travail restait toujours magnifique;
cela s'explique, en hagiographie, par ce fait que l'ange gardien
du moine, qui l'abandonnait à la porte de tous les autres lieux de
perdition, revenait le flanquer à celle du scriptorium et le soutenait
au pupitre en l'éventant de ses ailes fraîches.

Le douzième et dernier chant de l'_Énéide_ comprend, je vous le
remémore, neuf cent cinquante-deux vers.

Un vendredi 13, au moment même où, à la suite d'un repas sans mesure, il
«babuinait» le neuf cent cinquante et unième et avant-dernier, celui-là
même où Turnus, tué par Énée, tombe, les membres glacés du froid de la
mort (_solvuntur frigore membra_), Orderic, par une coïncidence étrange,
dont Satan menait l'aventure, succombait lui-même subitement à une
apoplexie foudroyante. Son ange gardien n'eut que le temps d'ouvrir les
bras pour le recevoir.

C'était fini, le Virgile de Saint-Evroult, faute d'un vers, et du
dernier, était perdu pour les royales librairies, trésors du genre
humain. Et le cataclysme se doublait de cette désolation chrétienne que
le moine, n'ayant pas eu le temps de se repentir de ses péchés, et par
conséquent d'en être absous, s'en allait là-haut sans viatique.

Son ange l'emporta tristement au tribunal de l'Éternel.

Je vous ai dit en commençant que l'on calomnie le moyen âge. Mais
allez donc aujourd'hui lui faire honneur de cette foi naïve aux dogmes
évangéliques qui, du son des cloches envolées, du prisme féerique des
vitraux, de la joie de ses fêtes fleuries, adoucissait les plus rudes
servages!

On espérait en 1409, avant la découverte de l'imprimerie, et
l'espérance, c'est le bénéfice de la croyance. Qui dira si, sur cette
terre pleine de secrets ténébreux, qui dira si mieux ne vaut pas croire
que savoir! Toujours est-il que les misères humaines s'égayaient d'un
paradis de rêve où l'orthodoxie tolérait les plus grandes libertés et
laissait entrer l'art du peuple, si naturaliste fût-il, comme on le voit
dans les sotties et les mystères. Rome ne s'est jamais fâchée que, le
dimanche, sur les places et devant l'église, le bon Dieu fut représenté
avec une grande barbe, le Diable avec des cornes de bouc, la sainte
Vierge en robe de brocart d'or, et l'Eglise sourit quand les poètes leur
prêtent des dialogues.

L'âme du pauvre Orderic était si lourde de péchés sur les ailes
de l'ange, que son sort éternel en semblait écrit d'avance; elle
s'enfourchait d'elle-même, sans jugement, dans les tridents de Lucifer
et de ses aides, par la loi seule de la pesanteur.

--J'espère, ricana le prince des ténèbres, que, celle-là, vous ne me la
chicanez pas? Je la réclame d'office.

--Pardon, fit une voix, plaidons.

Et l'on vit descendre d'une haute chaire l'excellent Thierry de
Matonville.

Le Mal haussa les épaules.

--Allons-nous donc procéder par dénombrement homérique pour une somme de
péchés, tous mortels et dont un seul me donne ce moine, et avons-nous du
temps à perdre?

--Nous en avons, dit le prieur, nous sommes en éternité.

Et il s'adossait à la croix de Jésus-Christ, qui lui en prêtait l'appui
miséricordieux.

--C'est bien simple, reprit Lucifer avec colère, inutile de saliver,
j'ai le relevé desdits péchés, le voici. Il suffira d'en chiffrer le
total pour éclairer la religion du juge.

--Combien? demanda Thierry.

--Avec ou sans les véniels?

--Les véniels ne sont pas de ton ressort. Ils ne font encourir que le
purgatoire, qui est hors de tes États. Les péchés mortels seulement.
Leur nombre?

--Douze mille trois cent vingt-huit, ricana le Démon, en se caressant
les cornes comme on s'effile les moustaches.

--C'est beaucoup, en effet, fit le juge.

--Pas pour moi, fit le Diable.

Mais le prieur avait pris la parole. Il dit:

--Il y a eu sur la terre un poète qui non seulement a parlé, mais qui a
enseigné aux hommes la langue surnaturelle, divine, paradisiaque, que
l'on parle entre anges et saints, et qui, Père de la nature, est la
tienne.

--Oui, c'est mon cher Virgile, confirma le Créateur.

--Combien a-t-il laissé de vers pour éterniser cette langue de miel?

--Je l'ignore. Les as-tu comptés, l'abbé?

--Douze mille trois cent vingt-neuf, soit un de plus que les péchés
mortels de mon pauvre Orderic, ici présent, qui les a tous babuinés,
sous mes yeux, en un manuscrit extraordinaire et digne de Mme Isabeau de
Bav....

La sainte Vierge l'interrompit d'un geste, car il allait s'embourber.

--Elle ne parle que l'allemand, dit-elle.

Et celui en qui réside toute justice établit l'équation suivante:

--Douze mille trois cent vingt-HUIT péchés d'une part, de l'autre douze
mille trois cent ving-NEUF vers de Virgile, la balance penche pour
Orderic, mais d'un vers, il a de la chance!

Satan s'était élancé:

--Un instant, clama le méchant, le moine n'a pas babuiné le dernier vers
du douzième chant de l'_Énéide_. Donc les péchés égalent les vers. Or, à
égalité, c'est la règle, je l'emporte.

--Alors l'Éternel secoua la tête, étendit son sceptre et dit au moine:

--Retourne à Saint-Evroult calligraphier ton vers.

Et c'est ainsi qu'Orderic ressuscita.

Mais il était temps, car quarante ans plus tard le miracle eût été
impossible ou inutile, à cause de Gutenberg et de sa bête d'invention.



SCIPION GARSOULAS


Vous a-t-il été donné d'assister à la séance mémorable où Scipion
Garsoulas, député de Provence, obtint le plus beau succès d'hilarité
parlementaire que l'histoire du suffrage universel disputera un jour à
celle de la gaieté française? Ce fut prodigieux, on se pâmait sur tous
les bancs, le Palais-Bourbon ondulait de rire. Mais aussi quel «assent»
que celui du jeune orateur du Midi! Il semblait que tous les petits
cailloux de la Méditerranée roulassent dans le gosier de son
Démosthènes. Il dut quitter la tribune et la session s'acheva sans qu'il
remontât aux rostres.

Pourtant Scipion Garsoulas était un homme de haute intelligence, plein
d'idées, de savoir et de courage civique, appelé certainement à un grand
sort politique. A Marseille on voyait en lui un second Barbaroux. Il
ressemblait en effet à cet Antinoüs de la Révolution, et, aussi beau
que lui, il avait plus de force verbale. Il sombra d'un seul coup, et
à jamais, dans cette séance fameuse. «L'assent» était impossible,
terrible, trois fois celui de Tartarin et du légendaire Marius des
galéjades. A Paris chez ces blagueurs du boulevard, un nouvel essai
était inutile. Il avait trente ans. Il se tut.

Léon Gambetta, qui, seul, avait résisté à la traînée de poudre du fou
rire, essaya pourtant de le repêcher, et c'est cette histoire que je
vous conte. Je la tiens d'ailleurs de lui-même.

--Ça se guérit, lut dit-il, en lui serrant la main à la buvette, et, si
vous voulez, je me charge de la cure.

Scipion secoua la tête. Il était très fin d'esprit, et, bon opportuniste
déjà, il excellait à balancer le pour et le contre des choses.

--Me guérir? fit-il, et la Cannebière? Elle est le boulevard des
Italiens du Midi. Les nouvelles élections sont proches.

Et en effet la situation lui posait ce dilemme: ou, renégat de
l'articulation originelle, ne pas être réélu par les Phocéens; ou,
fidèle à «l'assent», être condamné au mutisme dans l'Assemblée. Perte du
mandat ou langue coupée, au choix.

--On vous trouvera quelque siège ailleurs, insista le tribun qui menait
alors la France, mais guérissez-vous, par patriotisme.

Et cette flatterie avait décidé Garsoulas à la cure.

Elle fut entreprise par le célèbre comédien Épaton, diseur émérite,
professeur au Conservatoire, à qui Léon Gambetta le présenta dans les
bureaux de _La République française_. Épaton accepta sans hésiter la
tâche. Il était l'inventeur d'une méthode voco-nasale de déclamation
avec laquelle il se chargeait de faire un «Préville d'un bègue». Vaincre
une prononciation atteinte de provincialisme, c'était pour lui jeu
d'enfant, mais rendre un Barbaroux à l'Éloquence, té, mon bon, quelle
aubaine, et quelle réclame pour la «voconasale». Son camarade et
rival, le tragédien Du Nez, créateur d'une autre méthode, dite la
«gutturolabiale», en ferait une maladie, la jaunisse peut-être!

--Tope, fit-il donc en jetant sa main dans celle de Garsoulas, je ne
vous demande que six semaines. A bientôt, Barnave!...

La vérité m'oblige à déclarer à la gloire d'Épaton que son traitement
réussit à miracle. Non seulement Scipion, les six semaines écoulées,
«n'aïolisait» plus, mais, Dieu me pardonne, il grasseyait comme un titi
de l'Ambigu! Un déjeuner aux Jardies, chez Gambetta lui-même, solennisa
cette guérison.

Il y fut décidé que Garsoulas, lâchant la Provence, où il était
désormais brûlé, se porterait d'abord, et avant d'affronter les
blagueurs de la capitale, dans un département «préparatoire». Or, il
se trouvait qu'une soeur de la mère de notre Scipion était mariée,
à Dunkerque, avec un riche armateur nommé Van Kerde, fort dévot à
l'opportunisme, et dont l'influence électorale était décisive dans la
ville de Jean Bart. Il pouvait, en effet, conduire aux urnes comme un
seul homme les quinze cents matelots et ouvriers de sa flottille, et
aussi de ses docks, de grand morutier.

--Votre siège est là, déclara le chef des gauches; allez voir votre
tante; moi j'écrirai à Van Kerde, que j'ai le plaisir de connaître. Du
Midi vous sautez au Nord.

--En attendant le centre, salua Épaton.

Pendant ce déjeuner cependant l'amphitryon était resté assez rêveur. Il
avait presque entièrement laissé le crachoir à son hôte, qu'il écoutait
avec une attention singulière. A quelque temps de là, il rencontra
le professeur de diction à son théâtre, et après lui avoir donné
d'excellentes nouvelles de son élève, «qui captait tous les coeurs à
Dunkerque»:

--A propos, Épaton, lui dit-il, êtes-vous bien sûr de l'avoir guéri?

--De quoi, de «l'assent»? Vous l'avez entendu vous-même aux Jardies,
c'est le triomphe de ma méthode!

--A plusieurs reprises, cependant, le défaut, m'a-t-il semblé, lui
refleurissait à la langue, inopinément, au milieu d'une phrase? Comment
expliquez-vous ce phénomène bizarre de récurrence?

--Rien de plus simple, mon cher maître, Scipion Garsoulas est de son
pays et de sa race.

--C'est-à-dire?

--Qu'en Provence la vérité ne sort pas toute droite de son puits, et
qu'il lui faut, des fleurs, toujours, et, la plupart du temps, un
masque. Le soleil du Midi est trop aveuglant pour elle.

--De telle sorte?

--Que, lorsqu'il ment, «l'assent» natal reprend le dessus sur ma
méthode. C'est la nature qui veut ça!

--Fichtre, exclama le dictateur, il faut qu'on ne le sache pas à
Dunkerque!

Grâce à sa parenté et surtout à la lettre de Léon Gambetta, Scipion
avait été reçu comme un fils chez l'armateur Van Kerde, et son élection
paraissait assurée. Deux conférences organisées par l'opulent industriel
lui-même, et auxquelles assistaient les quinze cents électeurs dévoués
dont il disposait, avaient déjà révélé les qualités oratoires, très
fortes en somme, devinées par son illustre protecteur. La presse locale
marquait le pas du succès qu'une troisième conférence, donnée au théâtre
de la ville, devait enlever définitivement. Ai-je besoin de vous dire
que le programme était dunkerquois? Tout par Dunkerque, pour le Nord et
Jean Bart!

D'autre part, la tante Van Kerde, restée très félibréenne dans sa
transplantation boréale, rêvait pour son Barbaroux de neveu quelque
chose de plus doux et de plus fructueux que le mandat législatif, soit
rien moins que de l'unir à Céleste Van Kerde, sa fille, qui, à ses
attraits de blonde comme fleur de houblon, joignait une dot ...
ministérielle. Scipion n'était pas rebelle, et loin de là, au projet, et
moins encore à la cousine. Il n'attendait même plus pour se déclarer
que d'être porté à ses pieds par la voix du peuple souverain. Or, la
combinaison de ce mariage politique contrariait un aimable roman de
tendresse noué dès l'enfance par la jeune fille avec un descendant
direct du grand corsaire de Louis XIV, nommé héréditairement Claude
Bart, sans fortune d'ailleurs, et n'ayant que son titre d'ingénieur à
mettre dans la balance. Il n'était pas douteux que l'élection de son
rival ne dût être la ruine de son amour, et Claude Bart cherchait une
arme pour le défendre.

Le hasard, dieu des amoureux, la lui mit au poing, voici comme.
L'illustre Du Nez,--tragédien d'État et inventeur de la méthode
«gutturolabiale»,--tournait alors dans le département, à la tête de ses
disciples du Conservatoire. Ils propageaient _Mithridate_, selon Talma
et la doctrine. Comme l'annonce du chef-d'oeuvre dans la cité flamande
rabattait peu de racinolâtres sur la location, quelques visites aux
notables s'imposaient au chef de la troupe propagandiste. Celle qu'il
fit à Van Kerde, absent ce jour-là de ses chantiers, l'aboucha avec
l'ingénieur. Au cours de la causerie, Claude Bart apprit ainsi de
l'émule d'Épaton l'histoire de «l'assent» traité par la «voconasale» et
le phénomène de sa récurrence. Qui en avait révélé le secret à Du Nez?
Le génie de la concurrence.

--Oui, monsieur, quand le député «ezagère», l'accent revient comme le
parfum de l'ail après la brandade! Et voilà les parlementaires qu'Épaton
donne à la France!

Claude Bart n'en écouta pas davantage, il avait son arme et tenait
son homme. Le matin du jour de la conférence, la dernière, de Scipion
Garsoulas, au théâtre, une note perfide insérée dans les échos d'un
petit journal satirique, rafraîchissait le souvenir, d'abord, de
l'immortelle séance, et signalait ensuite la particularité toute
physiologique de ce retour d' «assent» où l'on pouvait juger de la
sincérité de l'orateur.--«Il n'y a, disait le rédacteur, qu'à ouvrir les
oreilles.»

Je ne vous relaterai point cette conférence. Scipion, avec sa belle
crânerie tribunitienne, l'avait voulue contradictoire. On pouvait
l'interrompre, lui répondre librement et le questionner sur tous les
articles du programme dunkerquois, purement dunkerquois, par et pour
le Nord, sous l'égide de Jean Bart. Il commença par l'éloge emporté du
héros, d'une voix limpide, coulante comme la Seine même sous les ponts
de Paris, et, tout à coup, il tartarina. Il venait d'apercevoir Claude
Bart à côté de Céleste dans sa loge. «Ce Zeanbarre ... il a des
herrritiers ... bagasse!...» Et ce fut la bouillabaisse!... L'effet de
la note se produisit, à petite rumeur d'abord, et à rires contenus, par
déférence pour Van Kerde et sa famille. L'élève d'Épaton reprit pied et,
sur les lieux communs du programme, il fit honneur à la «voco-nasale».
Mais vint l'éloge nécessaire du Nord et des vertus de ses «aborrizènes»,
et la Méditerranée y déferla tout entière. Cette fois, l'auditoire
se débrida, et le théâtre de Dunkerque n'eut plus rien à envier au
Palais-Bourbon. Il oscilla de fou rire sur sa base.

--Mais c'est le Midi que tu chantes! lui criait-on. A Marseille, Marius!
A bas Garsoulas! Vive Van Kerde!

Et le lendemain, l'armateur, à sa grande surprise, apprit que c'était
son nom qui sortait des urnes. Claude Bart, par un autre tour
d'amoureux, avait ménagé ce réveil au père de sa chère Céleste.

Scipion rentra à Paris sans gloire et doublement déçu, car son échec lui
valait deux désastres, dont le plus sensible était la perte de la main
de Céleste. Il s'était pris, en effet, à l'aimer, lui aussi, d'une fort
vive flamme, qu'il pouvait reprocher à sa tante d'avoir cruellement
fomentée.

--Quant au mandat, lui avait dit drôlement Gambetta, il y a les
colonies....

Mais, hélas! c'était du Nord que désormais lui brillait la lumière.

Un matin, il reçut dans son courrier deux lettres: l'une de Mme Van
Kerde, qui l'invitait à revenir à Dunkerque, et surtout, disait-elle,
à ne pas désespérer encore; l'autre, de Du Nez, lui demandant un
rendez-vous «au nom de l'art». Et Mithridate vint.

--Voulez-vous, lui dit-il, me confier, à moi, le soin de réformer votre
organe, ou du moins votre vice d'élocution séparatiste. C'est l'affaire
de huit jours, par mon système.

--Gutturolabial?

--Oui.

--Allons-y, soupira le blackboulé.

Huit jours après, Scipion sautait dans le train de Dunkerque. La cure
de l' «assent» était radicale, il disparaissait, à l'épreuve, dans les
pires gasconnades.

--Ton oncle, lui dit Mme Van Kerde, ne tient pas du tout au mandat, il
te le repassera volontiers. A présent, déclare-toi à Céleste, car tu
n'as oublié, malheureux, que ce détail. Elle est préparée; elle ne rira
pas. Va, tu l'aimes.

Et Garsoulas se déclara à sa cousine. Il lui dit son amour tel qu'il
l'éprouvait, ardent, loyal, sincère, en brave homme épris. La jeune
fille l'écoutait, les yeux grands ouverts, la bouche bée, sans
comprendre, car ses mots tendres, ses aveux, ses serments se coloraient
de l'accent fluide du mensonge. Elle se redressa enfin, indignée, poussa
la porte et s'enfuit.

Du Nez, par sa méthode, n'avait abouti qu'à lui déplacer la
particularité. C'était, à présent, dans l'expression de la vérité que
son vice de langue triomphait!!!

Scipion Garsoulas se débattit quelque temps encore contre la fatalité
qui lui barrait la carrière d'homme public, pour laquelle il était
né; mais, dans les réunions électorales, il prétextait d'un rhume et
s'exprimait par pantomime. Aussi ne fut-il jamais réélu. Il est mort
dans une recette générale.



LA DAME DU SONNET


Si un sonnet ne vaut que par l'observance des lois qui règlent ce genre
de poème à forme traditionnelle et immuable, le _Sonnet_ d'Arvers,
gloire des albums de nos mères, et sans lequel il n'y a pas de bonne
anthologie lyrique, est est un assez pauvre sonnet, mais il est
immensément célèbre. Il suffit, dans une réunion de gens ayant un peu
lu, que l'un commence: «Ma vie a son secret....» pour que l'autre
continue: «... mon âme a son mystère....» et l'on peut dire que le
_Sonnet_ d'Arvers est dans nos moeurs.

Ce «mystère», il m'a été donné de le percer. J'ai connu, à l'hiver de sa
vie et au printemps de la mienne, la Laure anonyme du Pétrarque. C'était
une bien aimable et fort spirituelle septuagénaire, et douce à voir
comme une rose sous la neige. Voici, mais sauf la façon exquise, hélas!
comment elle contait le roman vécu du sonnet populaire:

«Quoique jeune encore à cette époque, j'étais mariée depuis quelques
années et je bravais de mon mieux le ridicule d'aimer mon mari comme
aux premiers jours. C'était un être excellent, à qui la plus légère fût
aisément demeurée fidèle. Pour ma part, il réalisait tous mes rêves.
Comme il n'avait pas à en douter, du reste, il me laissait le soin de
me défendre moi-même, et toute seule, contre les entreprises amoureuses
auxquelles la moins coquette est en butte. Je n'oserais pas vous assurer
que le moyen est bon pour toutes les femmes «en puissance», comme dit le
Code, mais, sur moi, il était le meilleur; je ne m'en vante, croyez-le
bien, ni ne m'en excuse, question de chance à la loterie des caractères.

«On était alors en plein Romantisme, et nous en recevions, dans notre
salon, les principaux «ménestrels», style du temps, ou, si vous l'aimez
mieux, les Jeune-France. Mon mari les avait connus presque tous sur les
bancs, et, quoique simple homme d'affaires, il aimait leur turbulence,
leurs échevèlements, leur joie exubérante subitement accablée et il
participait à leurs batailles d'art retentissantes. Entre ceux qui nous
étaient le plus fidèles, le samedi, mon jour, les préférés d'Adolphe
étaient M. de Musset, M. Monpou et l'auteur de mon sonnet, M. Félix
Arvers. Je me rappelle qu'ils arrivaient toujours ensemble. C'était un
trio d'inséparables.

«De M. de Musset, je n'ai rien à vous apprendre. S'il a commencé comme
lord Byron, il n'a pas fini aussi bellement que son modèle; c'est
dommage, car nul n'était plus gentilhomme, de race française et doué du
charme, du génie. Comme il en tenait pour toutes les femmes,--mon mari
l'avait appelé l'amoureux perpétuel,--il était le moins dangereux de
mes agresseurs. Quand il me regardait trop obstinément, d'un oeil un peu
troublé, je le priais de nous chanter certaine chansonnette intitulée:
_Mon Bédit François_, parodie du patois d'Alsace, où il était
impayable,--et ça passait.

«La mode, d'ailleurs, nous avait, tous et toutes, affolés de romances,
et notre salon, le samedi, tournait au temple de l'art de Garat. Chacun
y apportait la sienne, qui de Masini ou de Loïsa Puget, qui d'Étienne
Arnaud, de Labarre ou de Paul Henrion et, comme je disposais moi-même
d'une voix assez puissante, c'était comme mon privilège de «créer» les
nouveautés de M. Hippolyte Monpou, avec qui du reste j'avais suivi les
cours de l'illustre professeur Choron. C'est moi, telle que vous me
voyez, qui donnai à nos hôtes la primeur de _L'Andalouse au sein bruni_,
dont M. de Musset avait composé le poème, «d'après nature», disait-il,
ce qui était une calomnie, relevait gaiement mon cher Adolphe. Mais ce
que M. Monpou aimait en moi et de moi c'était la musicienne, et, quand
il s'en allait, le soir, loin des oreilles, loin du coeur, je ne durais
pas dans ses insomnies d'artiste.

«Il n'en était pas de même pour M. Félix Arvers, et j'étais bien
forcée de reconnaître que j'exerçais, bien malgré moi, sur cet ami une
attraction plus profonde. Cet homme d'esprit, et il en avait à revendre,
ce boulevardier impénitent, dont les mots couraient la ville, ce
vaudevilliste abondant en trouvailles de drôleries semblait perdre, sur
notre seuil, toutes ses qualités brillantes. Retiré dans les coins de
pénombre, immobile, silencieux, il s'effaçait comme volontairement
devant ses deux rivaux peu redoutés ni redoutables, et il leur laissait
sans lutte l'avantage de la soirée.

«--Est-ce que tu t'ennuies chez nous? lui demandait Adolphe.

«--Au contraire ... était la réponse, pour moi fort claire.

«L'art d'être honnête femme est plus complexe que l'autre, toutes les
vraies filles d'Ève vous le diront. Je me sentais plus flattée que de
raison de cette passion muette, qu'en dépit du défi du sonnet j'avais
d'instinct devinée. M. Arvers était fort beau, se savait tel et passait
pour délibéré dans les conquêtes. Or il était le seul du trio des
masques qui n'eût pas dénoué le sien, je veux dire ne se fût pas
déclaré, et de cela surtout je commençais à me sentir assez inquiète.

«Le jour où je reçus le sonnet a certainement été le plus tourmenté de
ma vie.

«Je vous ai dit, je crois, que mon mari s'en remettait aveuglément à moi
de la garde de son honneur conjugal, mais cette fois, la responsabilité
me parut si lourde que je dus me débattre contre l'idée de lui montrer
la pièce. L'amour s'y exprimait avec une telle vérité, dans sa
discrétion éloquente que j'eus peur, oui, peur, je l'avoue....
Aujourd'hui encore, au bout de quarante-cinq années, lorsque j'entends
réciter ce _Sonnet_ d'Arvers, dont je fus l'objet dans ma jeunesse, je
me surprends à penser que si, au lieu de l'écrire, il l'eût parlé, je ne
m'en serais pas tirée sans y laisser quelque chose au diable.

«Ce fut à force de le relire que le moyen me vint, soufflé par le dieu
des maris peut-être, de vaincre le trouble où il me jetait, et ce moyen
était de prendre le sonnet, dans sa teneur même, au pied de la lettre,
voici comme.

«Le samedi suivant, je le priai de s'asseoir à mes côtés et, tandis
qu'accompagnée au piano par M. Monpou, une charmante Italienne, à qui M.
de Musset tournait les pages, soupirait: _Plaisir d'amour_, de Martini,
je lui tins, sous l'éventail, ce langage:

«--J'ai reçu, j'ai lu, vous m'aimez, ce n'est pas douteux, mais....

«--Mais?

«--Mais je ne crois pas au secret douloureusement éternel qui, de votre
beau sonnet, est le thème.

«--Pourquoi, madame?

«--Toute femme aimée par un poète a pour rivale la muse avec qui il
cohabite, et cette rivale le paie d'un bien qui lui est plus cher que
l'amour.

«--Quel bien?

«--La gloire. Je ne me sens pas de force à entrer en lutte contre une
telle ennemie.

«--C'est-à-dire?

«--De deux choses l'une: ou votre sonnet est pour moi, ou il est pour
elle. En d'autres termes, et sur la foi même du mystère qu'il chante,
mon sonnet, à jamais inédit, n'aura sonné que pour moi, ou, fatalement
publié, il volera sur les lèvres des hommes. Point de partage,
choisissez?

«M. Félix Arvers baissa la tête, me prit la main, et, d'une belle
ardeur, il fit:

«--C'est dit, madame, il ne sera qu'à vous. Mais à combien de temps
fixez-vous l'échéance? Un mois?... Deux?... Trois?...

«Et, devant la flamme de ses yeux, je crus prudent d'allonger la corde:

--Ah! donnez-m'en six?...

«Et comme la diva italienne achevait sa romance, je m'échappai pour
courir la complimenter.

«Le jeu ne laissait pas d'être périlleux, et j'eus d'abord quelque souci
d'en avoir risqué l'aventure. Le regard brûlant du poète attestait
d'un sentiment sérieux, qui menaçait d'être durable et de survivre au
semestre d'expérience. J'aurais dû, oui, j'aurais dû exiger l'année
entière. Je ne reconquis mon assurance qu'au regard calme, lumineux de
paix intérieure, plein d'amour éternel, celui-là, de l'homme qui berçait
mon âme dans la sienne.... C'est de mon mari que je vous parle.

«Le premier mois, puis le deuxième et le troisième encore, le poète fit
bonne contenance. Non seulement le sonnet restait enseveli dans son
«mystère» et scellé dans son «secret», mais quand on le pressait, son
tour venu, de dire de ses vers à nos réunions d'artistes, il s'en
excusait de toutes manières. Il n'était qu'un vaudevilliste ... Il avait
renoncé à rimer ... Il avait brûlé tous ses essais ... C'était l'affaire
d'Alfred de chanter les Andalouses, et celle d'Hippolyte d'attacher des
ailes aux poèmes ... Quant à lui, il se tenait coi pour toujours et pour
cause....

«En ce temps d'effervescence littéraire ou la course au laurier était
à peu près universelle, un tel renoncement laissait peu de crédules,
surtout parmi ceux qui savaient pertinemment que «les grelots de Momus»
n'étourdissaient pas en Arvers le chagrin d'être rejeté dans le métier
de Scribe. Je me rappelle qu'un soir, sur l'insistance un peu railleuse
de M. de Musset, il le menaça d'un coup d'épée.

«--C'est très bien, releva ce dernier. Mais tu fais des sonnets, où
d'ailleurs tu m'imites; j'en ai de ton encre, je les apporterai la
semaine prochaine, je les lirai moi-même, et nous irons ensemble nous
couper la gorge, au clair de lune, sous les arcades!

«--Et moi, ajouta M. Monpou, je les musiquerai sur ce piano même et
j'irai les bramer sur vos deux tombes.

«Mais mon Pétrarque tenait bon, et je voyais s'avancer l'heure où, prise
à mon propre piège, il me faudrait solder le prix de mon triomphe sur la
muse.

«Il est bien entendu, lui disais-je, que vous n'avez pas conservé le
brouillon et que après comme avant il sera lettre morte, même pour la
postérité.

«--Soit! soupirait-il. Mérite-t-il d'ailleurs de nous survivre?

«--Il le mérite, et c'est pour cela que mon intention est de le brûler.

«--Quoi! le brûler, madame! Oh! jusque-là?

«--Ne le sais-je point par coeur, et vous aussi? Cela suffit, point
d'autre public, c'est mon sonnet!

«--Et l'autographe?

«--Vous m'y faites songer, l'autographe, c'est une preuve!

«--Eh bien?

«--Comment, eh bien?... Et mon mari!...

«Et feignant une vive crainte à ce sujet, je courus chercher le
manuscrit dans mon coffret et je revins le jeter dans la cheminée, où il
flamba et, calciné, il s'envola au pays des fumées.

«A la grimace que fit l'auteur, je me raccrochai à l'espérance. Il ne
m'avait pas sacrifié tout le poète.

«Mais venons au dénouement, car je ne veux pas vous lasser par mon
babillage de femme. A dater de ce jour de la «crémation», M. Arvers se
fit plus rare à nos samedis. Puis j'appris de ses inséparables que son
coeur s'était accroché sous le lustre à une étoile de la constellation
théâtrale.

«--Que devient donc Félix? interrogeait Adolphe. Il ne nous donne même
plus de ses nouvelles.

«Nous en reçûmes pourtant, huit jours avant l'échéance, par le
feuilleton du _Journal des Débats_, où Jules Janin publiait le sonnet,
mon sonnet, et lui délivrait son brevet d'immortalité.

«Le poète m'avait préféré la gloire.»

C'est ainsi que l'aimable septuagénaire nous narrait le roman du célèbre
_Sonnet_ d'Arvers, et je me disais en l'écoutant que si le goût des
proverbes dramatiques reparaissait sur la scène française, il en
fournirait un bien amusant, sous le titre de: _La Proie et l'Ombre_.

Mais il y faudrait Alfred de Musset lui-même, voire ce Carmontel,
créateur du genre, et l'écrivain que j'admire le plus au monde, car
il est le seul qui ait obtenu du Mont-de-piété un prêt sur de la
littérature.



LE BON CHEVALIER DE FRILEUSE


M. le chevalier de Frileuse était le plus galant homme de ce monde. Il
en était également le plus heureux, non pas que le long de sa route il
n'eût été çà et là accroché par quelques buissons d'épines, mais les
plus piquantes s'émoussaient sur la peau de philosophe qu'il s'était
faite. Et qui dit peau de philosophe parle d'un cuir à toute épreuve.

Le chevalier avait beaucoup d'esprit, mais plus encore de prudence.
Aussi ne connaissait-on de lui qu'un seul trait malin, qui était d'avoir
vécu cinquante-quatre ans sans offenser personne. Ce trait d'esprit
devenait d'ailleurs incontestable pour quiconque savait les ruses
admirables au moyen desquelles M. de Frileuse était parvenu à rester
célibataire. Rien qu'à la façon dont il abordait une veuve, vous
l'eussiez proclamé grand politique. Et cependant on se prenait à l'aimer
quand on le voyait passer de son pied léger, la tête droite, éclairant
tout de son fin sourire, et s'appuyant sur sa belle canne à pomme
d'argent. On sentait bien que cette canne-là n'était que pour la forme,
et qu'il n'avait pris l'habitude de l'emporter que pour la mettre sous
son bras dès qu'il était sorti de la ville. Bien mieux, j'ai toujours
gardé, je l'avoue, des doutes tenaces sur la blancheur éblouissante de
son épaisse chevelure, et n'était le respect pour une vénérable mémoire,
je dirais que les neiges m'en ont souvent paru empruntées. Il est clair
pour moi que M. de Frileuse se teignait en blanc, et qu'à la vérité il
avait les cheveux les plus audacieusement noirs du monde. Explique qui
pourra cette coquetterie toute diplomatique.

Le chevalier n'était pas plus royaliste qu'il n'est permis, mais il
tenait extrêmement à son blason, jusque-là sans tache, non par vanité
nobiliaire, mais par respect d'héritier responsable. Il se fût appelé
Balourdot qu'il en eût été tout à fait de même. Comme il vivait très
retiré à cause de son modeste patrimoine, il voyait peu de gens et ne
mettait le pied dans les châteaux voisins qu'à de rares exceptions et
quand de hautes convenances l'exigeaient. Mais, pour vivre obscurément,
il ne cachait point sa vie, bien au contraire. Il connaissait
l'apophthegme indou: «Si tu veux vivre inaperçu, prends une maison de
verre.» Il avait la maison de verre. Cependant il y demeurait rarement,
et au premier rayon de bon soleil il se mettait en route, persuadé que
malgré ses cinquante-quatre ans il ne connaissait point la nature qu'il
voyait tous les jours. Il pensait l'inverse sur les hommes. Ah! quel
original c'était, que M. de Frileuse!

M. de Frileuse avait un ami, un seul, mais il était bon!... A ce mot:
Turc! cet ami accourait, et c'étaient des caresses sans fin comme sans
prétexte, pour le simple plaisir. Notez que vous n'accueillez pas un
frère absent depuis vingt années avec autant de transports que le
chevalier ne recevait son ami chaque matin, après une seule nuit
d'absence passée par Turc sur le paillasson.

--Je trouve en Turc, disait le chevalier, une supériorité évidente sur
tous les amis de la race pensante et parlante: c'est que Turc pense sans
parler, et que l'homme parle sans penser. Il résulte de cette qualité
que Turc ne peut révéler à personne le plus ou moins de mal qu'il pense
de moi, et que vivant à la source même de mes secrets défauts, il ne
peut amener Médisance ni Calomnie à s'y désaltérer à mes dépens. De
plus, Turc, dont la place n'est pas dans les salons, me dispense
d'entrer moi-même dans ces salons, quoique ma place y soit marquée, et
cela par la raison bien connue que nous sommes inséparables. Or, comme
Médisance et Calomnie tiennent dans ces lieux peuplés leurs grands et
petits lits de justice, il s'ensuit que Turc m'évite de me soumettre aux
arrêts iniques de ces deux Furies, et que son amitié me vaut à la fois
le calme et la sérénité, qui sont les bases sur lesquelles repose ma
vie. _Felix qui potuit!..._

Le 1er mai 18..., le chevalier se réveilla maussade, et décrochant son
almanach de la muraille, il l'étendit sur ses genoux repliés, puis il se
tint ce petit monologue:

--Allons! c'est aujourd'hui, bien décidément! Il n'y a pas possibilité
d'en disconvenir. Le mieux, chevalier, c'est d'en prendre votre parti,
puisque vous avez été assez godiche pour donner votre parole!

Depuis un bon moment, Turc grattait à la porte et, pour la première fois
peut-être, son ami ne l'entendait point, tant sa préoccupation était
grande. N'y comprenant rien et craignant que son ami fût devenu sourd,
Turc imagina d'aboyer formidablement et comme il sied de le faire en
pareille perplexité. Le chevalier bondit à l'autre bout de son lit et
ouvrit la porte sans plus de façons. Turc sauta au cou de son intime et,
les yeux étincelants de joie, il commença à lui débarbouiller le visage
de manière à le dégoûter pour toujours de la propreté.

--Bon! bon! mon cher! criait le chevalier, oui, oui, c'est toi, je le
vois bien! Mais que diable! tu t'impatientes aussi! Et puis la vérité
est que je n'avais pas entendu. Allons, c'est fini: donne-moi une
poignée de patte et songeons à faire notre promenade apéritive! Il fait
un temps superbe, et, comme l'a dit le Père Malebranche, «le plus beau
du monde pour aller à cheval sur la terre et sur l'onde!» Va me quérir
ma culotte, et si tu es sage, nous.... Enfin tu verras!

Turc prit délicatement dans sa gueule la culotte de M. de Frileuse, et
cela sur le parquet même où elle reposait, et il la remit à son ami. Le
chevalier sauta à bas du lit en sifflant un air de chasse, si guilleret
et si plein d'harmonies lointaines que Turc en fit trois bonds par la
chambre, la queue en l'air.

--Vois-tu, disait le chevalier en délayant son savon avec le pinceau à
barbe dans un petit vase écorné, vois-tu, mon cher, je suis extrêmement
ennuyé ce matin, et je vais t'en dire la raison.

Et Turc, campé sur ses jambes de derrière, écoutait son ami avec le plus
vif intérêt, la langue hors de la gueule.

--La raison, dis-je, est celle-ci: que je serai obligé de te renvoyer de
bonne heure à la maison, parce que je passe la journée chez une dame de
la plus haute naissance, qui joint à cet avantage l'inconvénient d'un
goût prodigieux pour les tapis. Toi aussi, mon ami, tu aimes les
tapis; mais tu n'en établis pas assez la différence d'avec le vulgaire
paillasson où tu dors, ou même d'avec cet admirable gazon naturel sur
lequel nous allons nous rouler tout à l'heure.

Ici, le chevalier commença à se raser, et Turc dissimula mal un premier
bâillement d'appétit.

--Je vois, reprit le chevalier, que tu sympathises à mes ennuis. Bien
plus, tu viens de me dépeindre, avec ton esprit ordinaire, l'effet que
produit sur toute cervelle philosophique ce qu'on appelle le plaisir du
salon. Ah! le salon! on y bâille à peu près comme tu viens de le faire!
Mon père, qui était homme d'expérience, et que pour ton malheur tu n'as
pas connu, disait souvent ceci....

Et le chevalier, ayant lentement passé son rasoir sur le cuir, entama
en silence le rude poil de son menton, et il interrompit sa confidence.
Turc profita de ce laps de temps pour faire quatre sauts à la poursuite
d'un gros bourdon bleu qui venait d'entrer par la fenêtre, à cheval sur
un rayon de soleil.

--Eh bien, sais-tu, conclut le chevalier en essuyant son rasoir sur un
chiffon, que mon père fit jadis insérer dans _Le Mercure_ une satire sur
ce sujet, satire qui pour la vigueur et la portée du trait rivalise avec
les meilleures productions de ce pauvre Gilbert dont je t'ai raconté la
fin déplorable. En voici deux vers que je confie à ta brillante mémoire:

  Non, l'ennui n'est pas né de l'uniformité,
  Mais plutôt des rapports de la société!...

A cette belle citation que le chevalier avait lancée d'une voix sonore,
en marquant du rasoir les rimes et les hémistiches, Turc était allé se
blottir dans un coin et battait le plancher de sa queue, ce qui est la
seule manière qu'aient les chiens d'applaudir et les castors de bâtir.

--Bon! bon! modère ton enthousiasme, disait le bon M. de Frileuse, mon
père n'y avait point de prétention! Et maintenant tu peux venir prendre
les étrennes de ma barbe; mais tu me diras pas comme Andromaque:

  Je ne l'ai pas encore embrassé d'aujourd'hui!...

En quelques instants le chevalier eut achevé sa toilette; il prit sa
canne à pomme d'argent, ouvrit la porte du jardin, puis celle de la rue,
et l'on entra dans la campagne.

La matinée était radieuse. Dans l'air frais et limpide, le paysage
se découpait en relief comme une broderie japonaise. Des chapelets
d'oiseaux s'égrenaient sur les bois, et tous les villages de la vallée
semblaient submergés par le débordement des moissons encore vertes.
Sur le pas des chaumières, des marmots barbouillés de beurre saluaient
l'excellent chevalier, sans quitter leurs tartines mordues, tandis que
Turc, riant comme un fou, poursuivait les canes jusqu'aux bords des
mares et les forçait de s'y réfugier. Ce après quoi il revenait à son
ami, tournait autour de lui, d'abord par devant et ensuite par derrière,
et puis filait comme une flèche et disparaissait dans les blés.

--N'est-il pas bien extraordinaire, songeait le chevalier en frappant
la route avec sa canne, qu'à mon âge je sois encore sujet à de telles
entreprises! Bon Dieu! qu'on a de peine à garder ici-bas sa liberté.
Si j'étais jeune et élégant comme Turc, passe encore! Mais à
cinquante-quatre ans inspirer des passions, n'est-ce pas bien
mélancolique! Mme de Vilanel est une aimable personne, je ne saurais le
contester. Elle joue admirablement de l'épinette et je l'ai vue broder
sur tulle de façon à dépiter Arachné. D'ailleurs, elle ne manque ni
d'esprit ni d'instruction et son caractère est des plus doux. Ah! si
nous nous étions connus il y a vingt ans! D'autant plus qu'à cette
époque Turc n'existait pas encore. N'est-ce pas, mon ami, il y a vingt
ans, tu n'existais pas encore? Mais qu'as-tu donc entre les dents?...
Dieu me damne, c'est une hirondelle!

Et le chevalier, ouvrant la gueule de Turc, y recueillit, en effet, une
pauvre hirondelle, demi-morte, que le gredin avait happée au vol. Fort
ému, M. de Frileuse prit un air sévère:

--Monsieur, fit-il, il est des tours d'adresse auxquels je refuse mon
admiration. N'espérez pas que je vous complimente. L'hirondelle est un
oiseau sacré. _Sacra avis!_

Et après avoir réchauffé l'oiseau dans son gilet, il le posa sur un toit
de cabane et continua son chemin. Turc suivait, l'oreille basse, la
queue entre les jambes, très penaud, c'est incontestable.

--J'ai peut-être été un peu dur pour Turc, songeait le chevalier. Le
sort de cette hirondelle est assurément un présage de celui qui m'attend
au château de Vilanel. Turc n'était que le truchement de la Providence.
Allons, viens, fit-il, je te pardonne. Mais, vois-tu, je ne suis pas
aujourd'hui dans mon assiette ordinaire.

A ces paroles, Turc se mit à sauter en poussant des gémissements de joie
jusque sur la poitrine du chevalier.

--Mais non, mais non! tu l'entends mal, lui criait celui-ci en riant. Tu
fais pour m'attendrir des jeux de mots atroces. _Assiette_ est là pris
au figuré et non pas dans le sens que tu désires.

Tout à coup Turc dressa les oreilles. Une cloche venait de sonner parmi
les arbres, qui annonçait le voisinage du château.

--Tu le vois, je suis attendu. C'est la cloche du déjeuner. Tous les
ans, à pareille date, mon couvert est mis là, chez cette excellente
comtesse de Vilanel. On attente à ma liberté par des mets succulents; on
met ma raison à l'épreuve de la truffe. Tu as bien raison d'aboyer, car
qui sait si ce beau soleil ne doit pas éclairer ma défaite? Quant à toi,
mon pauvre camarade, je ne puis te présenter à la comtesse à cause des
fameux tapis dont je t'ai parlé. Mais le pays est très joli, rempli de
sites charmants et de points de vue dignes du pinceau de l'abbé
Delille. Promène-toi et reviens me prendre à trois heures. Tu trouveras
certainement dans le village une auberge sortable, et peut-être feras-tu
quelques honorables connaissances.

Turc s'élança dans le pays, tandis que le chevalier sonnait à la grille
du château.

Sur le perron enguirlandé de fleurs nouvelles, en fort bel apparat et
entourée de tout son domestique, Mme de Vilanel attendait son chevalier.

Elle était habillée du vert le plus tendre et le plus significatif, et,
au milieu du renouveau des bois et des prairies, elle semblait quelque
Flore un peu mûre. Les épaules nues, mais dignes de l'être, émergeaient
d'un cadre de dentelles noires et frissonnaient d'aise aux hardiesses
des Zéphyrs. Elle avait à la main un mouchoir brodé, et, un peu serrée
dans son corsage, se tenait droite et immobile dans une pose pleine de
prestance.

Dire de Mme de Vilanel qu'elle avait été très belle eût été pour le
moins de la mauvaise foi, car elle l'était encore assurément. Ses yeux
étaient restés ceux de la jeunesse, purs et candides, deux pervenches,
auraient dit les poètes de ce temps-là, et sa bouche mignonne et rose
avait gardé la forme d'un sourire. Une inaltérable bonté resplendissait
dans tout cet aimable visage, et il fallait l'entêtement du chevalier
pour avoir résisté dix ans à l'amour de la pauvre comtesse.

Car elle l'aimait, cela va sans dire; mais elle l'aimait depuis dix ans,
ce qui appelle une explication.

L'année même de son veuvage, c'est-à-dire dix ans auparavant, Mme de
Vilanel, qui n'en avouait que trente-deux alors, avait fait la rencontre
du beau chevalier, lequel n'en comptait que quarante-quatre, et depuis
cette rencontre elle avait déclaré qu'elle ne se remarrierait plus.

Mais contre ce pauvre serment de veuve, Amour et Hasard avaient ligué
leurs coups, tant et si bien qu'à la troisième visite qu'il lui rendit,
M. de Frileuse comprit qu'elle en voulait à sa liberté. Touché cependant
de la naïveté du sentiment tendre qu'il inspirait, il crut devoir à son
honneur de s'expliquer avec la comtesse et, lui prenant doucement la
main, il lui avait parlé de la sorte:

--L'illusion, noble dame, habite vos yeux charmants. Écoutez-moi: je
suis bon tout au plus à faire un ami passable, Dieu m'ayant créé vieux
garçon pour l'éternité. Le célibat est pour moi non seulement une
vocation violente, mais une condition même d'existence. Il est des gens
qui naissent «quatrième au whist» et je suis de ces gens-là. J'ai
des manies coriaces, des habitudes de chat-huant, sans parler de mon
caractère qui m'est parfois insupportable à moi-même. Joignez à cela une
aversion folle pour tout ce qui est indissoluble et jugez si je puis
être pour vous l'époux rêvé!

Et Mme de Vilanel, souriant tristement, lui avait répondu:

--J'attendrai!

Mot charmant qui avait versé dans l'âme du chevalier des torrents
écumeux de perplexité. Puis, en le reconduisant jusqu'à la grille, elle
avait ajouté:

--Je n'ignore point, monsieur, que désormais je ne vous verrai plus.
Tous vos efforts vont tendre à m'éviter; les hommes sont ainsi. Je vous
demande donc une grâce dernière; mais permettez-moi de me l'accorder.
Nous sommes aujourd'hui le premier jour de mai: tous les ans à pareille
date, je vous attendrai sur le seuil de ma maison. De quelque endroit
où vous soyez, vous viendrez?... Le jour où vous ne m'y verrez plus,
n'entrez point, je serai morte ou je vous aurai oublié.

Et elle reprit, les yeux pleins de larmes:

--Une visite par an est-ce trop demander?

--Je vous donne ma parole de gentilhomme, fit le chevalier très ému, que
tous les 1er mai, à onze heures, je sonnerai à la grille du château de
Vilanel.

Et après avoir baisé la main de la pauvre énamourée, il s'éloigna,
non sans pester intérieurement contre la vocation impérieuse qui le
maintenait célibataire.

Or, cette visite était précisément la dixième que le chevalier lui
rendait. Aussi dès qu'elle l'aperçut, son visage se colora de tous les
tons joyeux de l'aurore. L'ingrat vit à ce signe qu'il était toujours
aimé. Une telle fidélité ne laissa point de l'intimider d'autant plus
que la comtesse, selon les rites de la galanterie, était demeurée sans
bouger et l'attendait du haut du perron, entourée de ses gens immobiles
et graves comme des hérons qui digèrent.

--Toujours charmante balbutia-t-il, en l'abordant.

--Et vous toujours exact! fit-elle; merci. Un somptueux déjeuner était
préparé dans la grande salle. Le chevalier offrit son poing ganté à
la comtesse, et tous deux prirent place sur leurs fauteuils à grands
dossiers.

Le soleil éclatait magnifiquement sur un riche surtout d'argent et
rebondissait des ciselures jusqu'aux tapisseries à fond blanc ou des
chasses royales alternaient avec de fraîches bergeries. Douze portraits
d'aïeux prolongeaient jusque dans la pénombre de la haute cheminée
seigneuriale leur fière procession d'hommes vaillants ou fameux, à
chacun desquels l'ovale du cadre formait comme une auréole d'or, et,
dans les glaces, se multipliaient à perte de vue. Au travers des grandes
fenêtres, on voyait se dérouler un parc aux arbres séculaires, aux
gazons semés de corbeilles fleuries, aux allées profondes, et dans la
pièce d'eau se refléter, nette et tremblante, la silhouette du vieux
château Louis XIII. Le printemps envoyait aux convives ses plus doux
arômes et ses plus magiques harmonies auxquels se mêlaient les senteurs
également suaves des rôtis appétissants; et, par-dessus tout cela,
la comtesse, ivre de bonheur, souriait, ah! de quel sourire! à son
bien-aimé chevalier.

Cependant celui-ci n'était pas à son aise. Tantôt à droite, tantôt à
gauche, il se penchait machinalement et comme cherchant quelque chose
dont il n'avait pas conscience. Le malheureux! Turc lui manquait! Il ne
savait que faire de ses os de poulet!...

Pendant ce temps, la comtesse, qui n'avait point d'appétit, contemplait
le chevalier qui, par contenance, dévorait, et sous cet aspect encore
elle le trouvait admirable.

--Savez-vous bien, mon ami, lui dit-elle tout à coup, que je vais avoir
quarante-deux ans.

Le chevalier laissa retomber le verre qu'il avait à la main. Le reproche
si fin et si naïvement exprimé lui était allé droit au coeur. Il se
sentit envie de se jeter aux pieds de la pauvre femme et de lui demander
pardon.

--Est-ce bien possible, s'écria-t-il, mais c'est affreux, cela!

--Ah! chevalier, dit la comtesse qui s'était méprise, je n'en avais que
trente-deux il y a dix ans!

M. de Frileuse ne répondit point; mais fort troublé, il tendait
machinalement à Turc absent son assiette sous la table, et cela avec une
constance si réjouissante qu'un domestique, placé derrière lui, le tira
discrètement par la basque pour l'avertir.

--Bas les pattes, donc! cria le chevalier, enchanté de trouver ainsi une
diversion, et se tournant vers la comtesse, il ajouta:

--Cet animal est insupportable!

Mme de Vilanel fit un signe et le domestique se retira dans sa stupeur.

--Maintenant, mon ami, dit-elle, nous voilà seuls.

M. de Frileuse restait bouche béante. Cette fois pourtant il fallait
bien parler. Il se leva, vint à la comtesse, lui prit le bout des
doigts, et avec sa singulière tournure d'esprit ordinaire:

--Quel âge pensez-vous, comtesse, qu'eut le divin Ulysse quand il aborda
dans Ithaque?

--Oh! chevalier! fit la pauvre femme qui recula toute rouge.

--Je vous jure, madame, que vous vous méprenez; car si je ne suis pas
Ulysse, vous êtes à tout le moins Pénélope, et c'est là ce que je
voulais dire. Or tout est là. Je n'avais jamais cru à Pénélope. La
fidélité jusqu'à présent m'avait semblé l'apanage des chiens, témoin cet
Argos dont parle précisément Homère, et qui au bout de vingt ans expire
de joie en revoyant son maître. Mais je vous rends les armes, et je
demeure convaincu. Seulement, comtesse, je suis plus vieux que ne
l'était Ulysse, et je constate qu'il est grand dommage qu'on apprenne si
tard des choses qu'on a tant d'intérêt à savoir dès sa jeunesse.

--Dites-vous vrai? s'écria-t-elle, et cédez-vous enfin?

--Je le devrais, sans doute, car depuis un moment je sens que je vous
aime de tout mon coeur. Veuillez pourtant considérer quel avantage il y
aurait pour vous et pour moi à rester de bons amis, et souffrez que je
vous démontre....

--Chevalier, interrompit-elle, en se levant avec fierté, je puis encore
attendre!

Et elle s'assit devant l'épinette à laquelle elle fit murmurer une
vieille romance, douce et triste comme l'amour qui habitait son âme. M.
de Frileuse était aller se planter sous une tapisserie représentant une
chasse au sanglier. Il semblait y contempler avec une attention profonde
la course d'une meute de lévriers et les groupes disséminés des piqueurs
dont les trompes sonnaient des fanfares; mais de fait il ne songeait
qu'à sa déplorable situation. La meute qu'il voyait, c'était celle de
ses torts envers la comtesse, et les fanfares qu'il entendait sonner
étaient celles des reproches qu'il adressait à son égoïsme. Pendant
ces réflexions la romance accentuait son mélancolique refrain.
L'attendrissement gagnait le coeur du chevalier. Il se sentait environné
des regards de tous ces braves aïeux de la comtesse, un peu rodomonts,
mais si bons enfants dans leurs cottes de mailles, leurs cuissards et
leurs casaques rébarbatifs. «Feras-tu, semblaient-ils lui dire, cet
affront à la noble race des Vilanel?» Et puis par les fenêtres ouvertes
le printemps lui envoyait de si bonnes bouffées de renouveau. Petit à
petit, la vieille romance se fit plus tendre, puis elle s'éteignit dans
un soupir. Le chevalier était aux pieds de la comtesse.

En cet instant trois heures sonnèrent. L'un des battants de la fenêtre
la plus voisine heurta le mur violemment et renversa une chaise avec
fracas. Un corps noir, boueux, hérissé, s'était élancé avec un joyeux
jappement. C'était Turc qui, à l'heure dite, venait chercher son ami.

--L'horrible bête! chien stupide! s'écria la comtesse épouvantée.

Le chevalier pâlit et, sans en écouter davantage, il se releva, prit son
chapeau et sa canne à pomme d'argent, et salua cérémonieusement Mme de
Vilanel; puis, après avoir sifflé Turc, il sortit et s'en alla chez lui,
célibataire comme devant.

L'année suivante, quand, fidèle à sa parole, il revint au château le 1er
mai, la comtesse ne l'attendait pas sur le perron; mais il fut accueilli
à la grille par une meute effroyable de chiens de toute sorte, hurlant
comme un troupeau de furies. Mme de Vilanel avait épousé dans l'année le
noble vicomte de la Paludière, grand chasseur devant Dieu et dresseur
émérite de chiens courants, couchants, d'arrêt, etc., et même de chiens
savants.

--Pour un que j'avais, songea le chevalier, c'était bien la peine! Ah!
la femme!

Et il s'éloigna.



LES PETITS ROMANS DE GÉRALDINE


I

L'AIL


Nul n'ignore, sur les boulevards, que notre bonne Géraldine--celle-là
même dont j'ai mis en scène de mon mieux, au théâtre du Vaudeville,
l'aventure véridique avec Tacoman, roi de Chaonie[1]--s'appelait au
civil, qui est le triste réel, Aldine Gérat, et qu'elle était de
Marseille.

[Note 1: PETITE MÈRE, comédie en quatre actes, 29 avril 1903, théâtre du
Vaudeville (Voir _Théâtre d'Emile Bergerat_).]

Elle y avait débuté, hélas! de toutes les manières, à la fleur
printanière de ses ans, non que les Phocéennes y soient plus précoces
que les autres, mais par l'effet d'une prédestination qui, vous vous en
souvenez, rayonnait de toute sa personne. Lorsque le bon Dieu se mêle
de les faire lui-même, il les fignole, et il n'y a plus qu'à tomber à
genoux ou fuir, car elles dégagent l'irrésistible.

Géraldine a toujours évoqué en moi l'image de ces filles de la mer que
l'amoureux Sanzio accroche à la conque triomphale de Galatée et dont il
fait, autour d'elle, flotter les perfections rivales. Mais c'était la
brune, l'aînée du soleil, la plus statuaire, celle qui dessine le mieux
sa forme nacrée, aux contours pleins et sinueux, sur le saphir bordé de
corail de la Méditerranée. Je pense toutefois que Raphaël lui eût perdu
les mains dans le casque à torsades de ses cheveux d'ébène et noyé
les pieds peut-être parmi les écumes de la conque, car elle avait les
extrémités lourdes, mal venues et, pour parler un peu la langue de mon
temps, tranchons le mot, les abatis canailles.

Le journaliste marseillais, félibre ardent, qui le premier en fit sa
muse, l'avait découverte à la halle aux poissons, un jour férié de
bouillabaisse. A la jucher de là sur le plateau d'un beuglant oriental
de notre sainte Canebière, il n'avait pris que le temps de l'initier à
l'un des services de l'emploi d'artiste, et je dois dire que l'élève en
avait remontré au maître tout de suite. «Ah! qu'elle était douée!»
me disait-il encore longtemps après, au souvenir de ces leçons
délicieusement inutiles. Pour les autres, il s'était borné à lui
composer par mode d'anagramme, un nom d'affiche aussi transparent que
typique, et sans grand effort de génie, il avait renversé Aldine Gérat
en Géraldine. Là-dessus, elle était partie pour la gloire.

Si cette charmante vierge folle avait ainsi payé son virginal tribut à
la Provence, sa lumineuse terre natale, j'ai pu me convaincre qu'elle
avait totalement oublié--ce qui est assez rare--jusqu'au nom du
sacrificateur. Ce trait-la peint en raccourci. Géraldine, en amour,
n'aima jamais que l'amour même, et le dernier, pour elle, fut toujours
le premier. Pourtant, le félibre lui avait décerné des vers; mais que
voulez-vous? elle ne pouvait pas fermer la patte toujours ouverte où
palpitait son coeur de tourterelle. De tous les heureux qu'elle a faits
en ce monde, le seul que, la porte passé, elle n'ait jamais oublié fut
Tacoman, roi de Chaonie. Il est vrai qu'ils étaient créés: l'un pour
l'autre, car Dieu aussi les appareille.

Laissez-moi vous conter leur première rencontre.

L'histoire ignorera toujours quel fut celui qui, de Marseille, l'amena à
Paris, et les interviews les plus pénétrantes n'ont jamais tiré d'elle à
ce sujet qu'un geste navré d'insouvenance.

--Tout ce que je puis vous dire, déclarait-elle, c'est que je n'y
suis pas venue seule, ça, j'en suis sûre. Mais qui? Voilà. Un blond,
peut-être?

Toujours est-il qu'elle y était venue et qu'en deux tours de reins, ceux
des néréides autour de la conque de Galatée, elle y avait tombé les
maîtresses du genre. Un souper sans Géraldine, il y a dix ans, à Paris,
n'était qu'un souper de province, quelque lugubre médianoche. Aussi les
forts experts en joie, ne s'en offraient-ils qu'avec elle. Elle s'en
réveillait sous la pluie des pierreries enveloppées de chèques, comme
des pralines de devises, et elle les croquait sans compter, pour suivre
la comparaison, au vif déplaisir de sa fidèle Pepetta, soubrette à l'âme
pessimiste.

Pour Pepetta?... à moi, Emmanuel Frémiet!... car, en vérité, le grand
animalier pourrait seul silhouetter la guenuche. Elle aussi, elle était
Marseillaise, mais pratiquante, irréductible sur l'accent vainement
raillé, sur la cuisine à l'huile, sur les coutumes, les modes, les
croyances de terroir et sur le légendaire orgueil séparatiste des
Provençaux. Ah! se retirer là-bas dans le bastidon, sur la côte, y semer
des aulx, y battre la brandade, y élever le porc et les poules, et vivre
là jusqu'à mourir, «sans homme», tel était le rêve du petit singe.
L'arrondissement de sa pelote lui eût permis de le réaliser plus d'une
fois, car la place était bonne entre les meilleures, mais toujours,
au moment du départ, la «tuile» tombait dans le potage. Incapable de
résister au moindre béguin, la patronne y usait tous les protecteurs. Du
sein ouaté de l'opulence, on retombait aux maigres bras de la dèche,
et Pepetta grinçait en se grattant les crins: «Madame vient encore
de perdre sa position!» Et elle vidait sa réserve sur les genoux de
Géraldine, le seul être humain qu'elle aimât. Hélas! le pauvre bastidon
«sans homme», quand y battrait-elle la brandade?

Or, c'était le temps où Tacoman V, futur roi de Chaonie, n'était
encore que le prince Omar, dit prince Écrevisse dans les revues de fin
d'année--on devine aisément pourquoi si on en a vu une--et étudiait chez
nous cet art de connaître les hommes dont la base est le noctambulisme.
Au cours de ses libres recherches, celui qui promène les
Haroun-al-Raschid dans les Bagdad lui fit, un soir, en l'un des grands
bars de la République, rencontrer en Géraldine sa Baudroubouldour
éternelle. Il la vit et l'aima. Et comme ce seigneur était un homme d'un
esprit infini, il sentit que, précisément parce qu'il l'aimait, il n'en
serait pas aimé. Il se prépara donc à être très malheureux, ou, si l'on
veut, à aimer seul, car c'est la même chose.

Elle s'étonnait elle-même, que dis-je? elle s'irritait, la bonne
créature, de lui être si rebelle, et, peu versée dans la théorie de son
art, elle n'entendait rien à ce qui lui arrivait.

--Comme c'est drôle, Pepetta, celui-là ne me dit rien du tout. Il est
pourtant prince!

Mais la guenuche se méfiait, d'instinct, rien, selon son adage familier,
n'étant plus rosse que la nature.

Chaque année, au retour de sa fête--car il y a des saints pour tous les
chrétiens--Géraldine s'offrait une joie professionnelle dont la saveur
est paradisiaque. Ce jour-là elle couchait seule. Elle redevenait
Aldine Gérat pour vingt-quatre heures. Pour se préparer à ce spasme
commémoratif, elle allait d'abord à la messe, et, si elle se trouvait en
fonds, elle versait sa bourse grande ouverte dans le tronc des pauvres.
Après quoi, elle se rendait au Louvre, le musée, s'entend celui «où l'on
ne va jamais, on ne sait pourquoi», puis, après une lente promenade
le long des quais de la Seine, «le plus beau paysage du monde», elle
rentrait, vertueuse, au logis, y tirait le verrou de la porte, et seule,
bien seule avec Pepetta, s'attablait goulûment devant le balthazar
strictement composé de mets à la provençale.

--Tout à l'ail, rien qu'à l'ail, aujourd'hui l'on pue, lançait la petite
macaque séparatiste, nous sommes dans le bastidon! Zut pour les hommes!

Et l'aïoli de succéder à la brandade, puis la divine bouillabaisse, dont
les ambroisies se mêlaient en un concert de gueule digne des anges.

--Ah! que c'est bon! ça sent Marseille!

--Dis qu'on y est!

--Je vois le port.

--Moi, le cours Belzunce.

--Ça vous remet du Nord.

--Une cigarette là-dessus, et madame n'a plus qu'à se coucher et dormir.

--Seule, Pepetta, pour ma fête!

L'un de ces soirs fériés pourtant elle avait dû forfaire à sainte
Aldine. Malgré les ordres donnés, le prince avait franchi la porte, et
il avait bien fallu le recevoir, les futurs rois n'étant pas de ceux
qu'entrave une consigne. Il avait d'ailleurs annoncé sa visite par un
splendide bouquet dont les fleurs jonchaient les cassolettes de l'aïoli
et les brûle-parfums de la brandade.

--Tant pis pour lui, qu'il entre, fit Géraldine qui tout de même s'était
tamponné la bouche d'un mouchoir parfumé.

Dès le seuil, Omar pensa tomber à la renverse. L'atmosphère était
pestilentielle. Il s'avança néanmoins, très pâle, et avec sa souriante
galanterie levantine, il s'excusa de son indiscrétion par la nécessité
où il était de courir en Chaonie le lendemain, par le premier train,
à cause d'une révolution très drôle, où du reste il risquait sa tête,
comme dans les opérettes. Il n'avait donc pas voulu disparaître à
l'anglaise sans dire adieu à ceux ou celles qu'il aimait, et l'ayant
vue, à l'église, derrière un pilier, si désemparée devant le tronc des
pauvres, il la priait, en souvenir du prince Écrevisse, de vouloir bien
distribuer dans sa paroisse un reliquat de liste civile, qu'il perdrait
certainement au jeu s'il retardait son départ d'un jour, et qu'il avait
laissé en entrant sur la banquette de l'antichambre.

Ce disant il vacilla et perdit connaissance, car l'odeur de l'ail lui
arrachait l'âme par le nez et c'était la chose dont il avait le plus
horreur au monde.

Lorsqu'il revint à lui sous les sels et dans l'aération des fenêtres,
Géraldine l'éventait doucement, et ne savait que lui dire.

--Je vous aime, murmura-t-il, adieu, vous ne m'aimez pas.

Puis il se leva pour s'en aller. La bonne fille était fortement troublée
par cette déclaration à voix douce dont un regard ardent, et d'elle bien
connu, confirmait la véracité.

--Monseigneur, fit-elle enfin, c'est beaucoup d'honneur.... Je ne
demanderais qu'à vous croire.... Mais l'amour, cela se prouve ... même à
nous autres.

--Que dois-je faire?

--Eh bien! embrassez-moi?

Et elle lui tendit les lèvres, gouffre rose de brandade. Tacoman V s'y
jeta et il y a laissé son âme. C'est l'acte le plus brave de sa vie,
sinon de son règne, qui ne commença que le surlendemain.


II

MUZARÈGNE


Dire que le Père Éternel ne s'occupe pas du bonheur des hommes, c'est
proférer, en un blasphème, un paradoxe et un lieu commun. A ceux qui s'y
risquent en ma présence, je me borne à répondre: On voit bien que vous
n'avez pas connu Géraldine!

Je viens de vous conter l'une de ses belles aventures amoureuses,
et j'en sais de plus belles encore. Toutes prouvent à l'évidence
la vénérable bonté de Dieu et sa clémence pour les souffrances de
l'humanité. C'est sur l'ordre de sa providence que Géraldine n'a jamais
dit non à personne. Elle ne le pouvait pas. Ça lui aurait cassé les
dents, selon sa propre expression.

Je l'ai toujours vue aller à l'amant comme une martyre chrétienne allait
au tigre, résolument, le camélia symbolique à la main, en guise de
palme. Lorsque je m'étonnais de la voir se distribuer ainsi comme la
manne, elle laissait tomber devant moi les voiles mal agrafés qui
drapaient ses attraits consolateurs et elle soupirait:

--Regarde!

Et il n'y avait rien à répondre.

C'était au temps où elle s'était embéguinée de Bricolet, son copain de
café-concert. Ce Bricolet n'était assurément qu'un pitre. Son «numéro»
consistait à se déformer la caboche, soit en distendant, soit en
contractant ses traits élastiques, et à imiter les masques japonais les
plus hideux et les plus hilares, par un artifice de grimaces dont le
succès était immense. Peut-être vous le rappelez-vous? Moi, je l'aurais
fait guillotiner, mais Géraldine le goba. Pourquoi les plus jolies
aiment-elles les monstres? Les fées nous le disent dans le conte de _La
Belle et la Bête_.

Toujours est-il que son erreur coûta assez cher à la folle divette.
L'affreux singe à la mode lui grugea d'abord les quelques banknotes qui
lui restaient d'une liaison de demi-caractère avec un gros vivandier
des Halles centrales, puis il la battit, comme on bat des pois secs au
fléau, à tour de bras, et il voulait l'astreindre au commerce dont la
casserole est l'emblème, lorsqu'elle fut sauvée de cette honte par son
aventure avec Muzarègne.

La voici:

Il y avait, parmi les instrumentistes de l'orchestre, un petit flûtiste
contrefait, à demi bossu, tout à fait cagneux, en outre affligé de
strabisme, qui répondait au nom de Muzarègne. Je ne crois pas qu'il eût
trente ans alors, mais ce que je puis dire, c'est qu'il excellait en
l'art de Tulou et de Taffanel, dont il était le meilleur élève, et que
sa place à ce café-concert lut donnait le pain quotidien. Maigre pain,
n'en doutez pas, plus souvent bis que blanc et rassis que frais, d'abord
parce que la vie pratique réalise peu les promesses du Conservatoire,
ensuite parce que, depuis la mort du grand Pan, peu de faunes s'adonnent
à la flûte et enfin pour cette raison que le pauvre Muzarègne relevait
mal son talent par les charmes de sa personne.

Il se savait laid jusqu'au ridicule et ne s'en consolait que chez lui
lorsque, seul avec sa «traversière» d'argent, il adressait, de loin, à
Géraldine, tous les chants de son âme éprise. Il l'aimait, en effet, à
en périr.

Chaque soirée où, sous les feux du lustre, elle venait étaler banalement
aux quinze cents rivaux anonymes de la salle les trésors de sa carnation
voluptueuse, lui, renouvelait les affres de sa joie dolente, et si, dans
le hasard des jeux scéniques, le regard de l'adorée se posait sur lui,
à l'orchestre, il s'effaçait derrière la contrebasse de Violier, son
voisin de pupitre et son camarade de la «pépinière», et il y couaquait,
effaré, et sans embouchure.

Géraldine, cela va sans dire, ne savait rien de cet amour clos à verrou
et à serrure. Non seulement elle n'avait jamais remarqué le tibi-cineur
difforme, mais elle a confessé depuis que, dans la masse confuse des
accompagnateurs, elle ne l'avait même jamais «vu». «Pouvais-je me
douter?» demandait-elle. Plusieurs fois, elle avait bien trouvé dans sa
case, chez la pipelette, des rouleaux de musique pour flûte, mais ils
étaient sans paroles, et pas signés. Comment veut-on que l'on devine?

Il y avait bien eu cette répétition où, insultée et maltraitée par
Bricolet, elle avait été défendue par ce petit machiniste--car elle
avait toujours cru que c'était un machiniste--qui s'était jeté entre
elle et la brute, et qu'on avait emporté, à demi assommé, couvert de
sang, dans l'ombre des coulisses. De quoi se mêlait-il, du reste,
le malheureux? C'était donc lui? Pourquoi n'avait-il pas reparu à
l'orchestre alors? Tout donnait à supposer qu'après l'esclandre, il
avait été remercié par le directeur. Elle s'expliquait les choses, à
présent. Était-ce bête, mon Dieu, de ne lui avoir rien dit, à elle,
Géraldine, à elle!

Un soir, quinze jours après, Violier, le contrebassiste, était monté
dans sa loge, et, tout ému, le brave garçon, il lui avait appris que son
camarade, un grand artiste, se mourait «à la lettre» d'amour pour elle.
Elle avait cru d'abord à une blague de théâtre. «On nous en fait tout
le temps comme ça. Mais cette fois, c'était du vrai, de celui dont on
claque.» Violier l'avait tellement bouleversée en le lui racontant,
qu'elle s'était mise à en pleurer elle-même toutes les larmes de son
corps.

--J'irai, fit-elle, c'est sûr!

--Dépêchez-vous alors.

--En est-ce là?

--Oui, il veut mourir. Il a brisé sa flûte. C'est le désespoir et la
fin.

--Tout de suite après la représentation, alors. Venez me prendre.

--Et Bricolet?

--Oh! Bricolet, j'en ai soupé, et on ne laisse pas mourir un homme,
c'est ça que le bon Dieu ne veut pas!... A tout à l'heure.

Lorsque, conduite par Violier, elle arriva au logis de Muzarègne, elle
voulut entrer sans retard ni préparation, comme on va au devoir, tout
droit. Le moribond était couché, et de chaque main, il tenait un tronçon
de sa traversière d'argent.

--C'est moi, sourit-elle, vous ne pouviez donc pas me le dire?

Et soulevant sa voilette, elle s'assit au pied du lit, rayonnante d'être
aimée, la bonne Géraldine, comme il faut l'être.

--Ainsi, tu m'aimes? murmura-t-elïe.

Le contrefait s'était dressé sous le tutoiement, devant l'apparition et
dans ses yeux aux regards croisés, une flamme courut, extraordinaire,
comme celle qui danse sur les marais. Puis sa bouche s'ouvrit en fleur
de béatitude, et il retomba, dénoué de son âme et consolé.

--Trop tard, gémit la courtisane, mais ce n'est pas ma faute, voyons!

Et elle le couvrit de baisers perdus.

Comme l'artiste était sans famille et presque sans relations, ce fut
elle qui le mena au cimetière où elle lui acheta une concession dont,
jusqu'à son dernier jour, elle entretint le jardinet. Elle avait fait
ciseler par le marbrier une flûte brisée sur la dalle funéraire. On l'y
voit encore sous le lierre.

De cet amour trop pusillanime, car Dieu veut qu'on ose aussi, et le
seul qu'elle n'ait pas couronné, Géraldine fut toujours hantée, même et
surtout aux heures brillantes de sa carrière aspasienne. Il lui cuisait
au coeur comme un remords. Il creusait un trou noir dans sa vie de
bacchante. Il y avait au paradis un homme qui l'avait non seulement
désirée, mais aimée, elle, elle, et qu'elle n'avait pu rendre heureux!
Lorsque je la voyais triste, la pensée vagabonde dans le vide, hors des
choses et des jours, et que je l'interrogeais sur sa mélancolie, elle
dégrafait son peignoir, et, les yeux mouillés de larmes, elle disait:

--Regarde, poète, regarde!


III

LE BEAU PHILIBERT


Encore une, voulez-vous, de notre vieille, amie Aldine Gérat--en
religion cythérenne Géraldine--la meilleure fille du monde, et, j'ose
ajouter, la plus honnête. Du reste, je vous convie à en juger.

Du temps qu'elle courait, comme le jeune Wilhelm Meister, ses années
d'apprentissage, les hasards de sa destinée l'avaient conduite à
Bordeaux. Peut-être y avait-elle était «transbahutée», car telle était
sa langue, par quelque viticulteur opulent, soucieux de donner une
Aspasie à l'Athènes de la Gironde. Toujours est-il que, tout de suite,
elle s'amouracha d'un lieutenant de la garnison et qu'elle «plaqua» son
Périclès pour cet Alcibiade. Il avait nom Philibert Torbier.

Il faut croire que ce Philibert Torbier était l'un de ces séducteurs
nés dont Lovelace est le type en littérature, comme Lauzun l'est en
histoire, car ses aventures galantes n'en laissaient pour ainsi dire
rien à glaner aux autres, et il n'était poules qui voulussent d'autre
coq dès que celui-là, dardant sa crête, chantait. Aussi ne comptait-il
plus ses duels, que Vénus, sa mère, lui faisait d'ailleurs, comme dans
les poèmes homériques, presque toujours favorables.

Seul, Balzac nous expliquerait par quelle loi de nature un Philibert
Torbier doit, logiquement, fatalement, de toute éternité, aimer une
Géraldine, mais l'aimer à en mourir et jusqu'à jeter à ses pieds ses
armes et son bouclier d'honnête homme.

J'omets de vous dire, et pour cause, qu'elle n'esquissa même pas un
geste de résistance. Reconnue «sienne» au premier coup d'oeil, elle fut
aussitôt dans ses bras, docile aux dieux, et elle le suivit, sans même
prendre congé du vieil oenophile, à son logis d'officier pauvre. Ils y
vécurent l'un de l'autre, insatiables de cette possession qui paraît
être la solution la plus scientifique du casse-tête chinois de la vie.

Comment le beau Philibert trouvait en Géraldine toutes les femmes en
une seule, c'est ce que, n'étant pas Balzac, je renonce à analyser. Il
ressemblait à un explorateur qui, après avoir fait le tour du monde,
se borne, satisfait, au philosophique voyage autour de sa chambre et y
découvre l'univers. Un soir, dans l'ivresse d'une passion sans cesse
accrue, il lui déclara son intention formelle de l'épouser.

Elle le regarda, béante d'abord, et puis elle éclata de rire.

Epouser Géraldine, en justes noces, ah! par exemple, c'était un comble!
Elle lui avait tout dit pourtant, tout avoué, sans réticence aucune.
Le Niagara n'était qu'une «cascade d'enfant» en comparaison de ses
cataractes!... Elle, la légitime d'un officier français plein d'avenir,
qui serait un jour le général Torbier!... Du reste, le mariage était
non seulement contre ses principes, mais au rebours de sa destinée
terrestre. A chacun et chacune son sort et son métier et le paradis,
à la fin, pour tout le monde! Que diraient ces dames de Bordeaux et
d'ailleurs?

Il ne l'écoutait même pas.

--J'ai l'honneur de te demander ta main, réitéra-t-il, très calme. Je
suis orphelin de père et de mère, libre de mes actes, et je t'aime. Pour
le reste, j'ai mon épée.

Et la lutte dura huit jours, acharnée; ils ne cédaient ni l'un ni
l'autre. Géraldine, pour le sauver, alla jusqu'à recourir à la fuite. Il
la rattrapa à la gare, la ramena et lui déclara qu'il lui laissait
une heure pour décider de son consentement. C'était trop clair, le
malheureux était atteint de démence amoureuse, celle que célèbrent les
poètes, qui, eux-mêmes, sont des fous.

Je vous l'ai dit, elle était foncièrement honnête. Elle comprit que cet
homme se perdait pour elle et que le suicide était au bout du drame.
Elle s'avisa donc d'un expédient.

--Eh bien, soit, fit-elle, c'est entendu, on s'épousera. Mais nous
n'avons pas le sou, ni toi ni moi, et jamais mise en ménage n'a plus
nécessité la fortune. Le luxe est mon élément. Fais-toi riche, et je
marche à l'autel.

--Bien, fut sa laconique réponse.

A quelque temps de là, la presse locale annonçait le mariage de M.
Philibert Torbier, officier d'infanterie démissionnaire avec Mlle Claire
de Mourcey, la charmante petite-fille du comte de Mourcey, le chef de
l'aristocratie bordelaise et ancien ambassadeur.

Le lieutenant n'avait pas soufflé mot de cette affaire à sa maîtresse.
Elle l'apprit par _La Petite Gironde_.

--Mes compliments mon cher, lui dit-elle en lui tendant le journal,
c'est beaucoup mieux ainsi et de toutes manières. Voilà notre roman
fini.

--En quoi? releva-t-il.

--Comment, en quoi? Et ta femme?

--Eh bien?

--Si tu l'épouses, c'est que tu l'aimes?

Philibert secoua négativement la tête.

--Alors, c'est elle qui t'aime?

--Oui, sourit-il, en l'étreignant pour l'embrasser.

Mais elle s'était soustraite d'un bond à l'étreinte.

--Minute, et pas de ça, Lisette! Je ne suis qu'une pauvre fille perdue,
mais je ne vole pas le bonheur des autres. Nous resterons bons amis, si
tu veux, mais pour le reste, mon petit, fais-en ton deuil, c'est réglé.
Foi de Géraldine, plus personne sous le baldaquin!

Et, cette fois, elle s'en alla tout à fait, «pour de bon». Il ne la
retint pas, mais quand elle eut disparu au tournant de la rue, il
s'effondra sur le lit, en sanglotant. Il l'avait vraiment dans les
moelles.

La presse ne mentait pas: Mlle Claire de Mourcey était charmante.
C'était une fine fleur de noblesse et le dernier bourgeon d'un bel arbre
généalogique épuisé de sève et marqué par la grande bûcheronne. Elle
avait vingt-deux automnes, car c'est au retour de la saison élégiaque
qu'il sied de nombrer les années vécues par ces êtres fiévreux, à la
voix brisée, que le poète Millevoye mène au mausolée sur les tapis d'or
des feuilles mortes. A défaut de ses père et mère, l'un et l'autre
disparus dès son enfance, elle avait été élevée par son grand-père,
le vieux diplomate, qu'elle avait en adoration et qui, de son côté,
idolâtrait sa chère petite malade. Que n'avait-il pas fait pour la
guérir, que ne ferait-il pas encore? Une partie de sa fortune avait été
dépensée à la cure, le reste était à la disposition du sorcier qui lui
conserverait son ange par un miracle. Hélas! où était-il, ce sorcier qui
n'avait qu'à venir et frapper le marteau de la porte?

L'hôtel de Mourcey est voisin de la caserne où le régiment de Philibert
Torbier campait alors, et l'une des distractions de la jeune fille était
d'y suivre, de sa fenêtre, les manoeuvres militaires qui l'emplissaient
de sonneries, d'exercices et de mouvement. Elle avait, entre tous,
remarqué le beau lieutenant, et peu à peu son coeur dolent s'était pris
et rendu à l'attrait que dégage, comme un fluide, le véritable homme
à femmes. Une nuit, le comte, qui la couvait jusque dans son sommeil,
l'entendit crier en rêve:

--Ah! pleurait-elle, mourir sans avoir été aimée!... C'est trop! Aimée,
aimée! ..

Bouleversé par cet appel douloureux au bonheur, le grand-père l'épia et
ne tarda pas à deviner son secret de vierge révoltée. Il alla droit à
Philibert.

Le comte de Mourcey n'était pas de ceux qu'embarrasse une situation
difficile, et, au cours de sa carrière politique, il en avait tranché
d'insolubles.

--Tout en ce bas monde, le bien nommé, disait-il, n'est que question
d'argent.

Telle était sa devise, et les renseignements qu'il eut sur le lieutenant
Torbier étaient propres à la corroborer. Mais Claire l'aimait. C'était
le sorcier demandé peut-être? Par conséquent, rien sur la terre, dans
les cieux ni l'enfer même, ne prévaudrait contre sa volonté de réaliser
le rêve de sa moribonde. Claire serait aimée.

L'entretien, commencé dans un café situé près de la Bourse, où il se fit
présenter officier, s'acheva le lendemain chez le notaire. La dot de
Mlle de Mourcey, formée par l'héritage de ses père et mère décédés, se
montait à quatre cent mille francs. Le grand-père y ajoutait un présent
de noces de cent mille livres. Le tout, en cas de veuvage, restait au
survivant du couple, y eût-il ou n'y eût-il pas d'enfants, en
toute propriété, par contrat. En outre, il y avait les espérances,
c'est-à-dire la fortune du comte. Elle devait, à sa mort, arrondir du
million le portefeuille du ménage.

--Or, je vais avoir mes quatre-vingts ans, monsieur, dit-il à Philibert,
avec un beau geste de talon rouge, vous n'aurez donc que peu de temps à
attendre, j'espère.

C'était ce mariage que les journaux girondins publiaient, avec ou sans
commentaires, dans la stupeur universelle. Il eut lieu cependant, mais
il assembla peu de monde à l'église, et le vieux comte de Mourcey
comprit à cette abstention respectueuse que, blâmé déjà de la
mésalliance par le parti dont il était le chef, il n'y regagnait rien
dans l'opinion populaire. Mais que lui importait, Claire était aimée
avant de mourir.

Elle ne le fut que trois mois à peine; l'automne suivant l'emporta
dans le premier tourbillon des feuilles mortes. Puis ce fut le tour
de l'octogénaire, que rien ne retenait plus en ce monde, et Philibert
Torbier eut le million promis--et gagné.

Géraldine, par l'un de ces coups de bascule qui sont la joie à la
fois et la philosophie de son art, rayonnait aux plus hauts degrés de
l'échelle sociale. Elle était grande usinière métallurgiste, et elle
occupait aux alentours du Bois de Boulogne un hôtel, enfin digne d'elle,
où douze larbins de haut style faisaient leur pelote. Un après-midi,
l'un d'eux, huissier d'antichambre, lui présenta sur un plateau d'argent
la carte d'un visiteur: Philibert Torbier.

--Comment! Il ose?... Il en a un culot!... Jamais je n'y suis pour ce
monsieur, vous entendez, jamais.

Mais il était déjà devant elle.

--C'est moi, je t'aime toujours, je suis riche, j'ai ta parole, viens,
ma femme!

Et il tomba à ses pieds, balbutiant, à demi évanoui d'amour, comme
l'exilé tombe sur le sol de la patrie rendue. Mais elle s'était jetée
sur le timbre d'appel.

--Alors, tu fais les poitrinaires, toi? cingla-t-elle.

Et s'adressant à deux laquais survenus:

--F...tez-moi cette crapule dehors.

Ils le ramassèrent le lendemain matin sur le paillasson de l'honnête
créature, avec deux trous dans la tête.


IV

LE BATEAU DE FLEURS


C'était un yacht, un joli yacht appelé _le Coromandel_. D'où lui venait
ce nom hindoustan, je l'ignore. Rien ne ressemblait moins en effet à ces
naïves pirogues, les «schelingues», carènes de cuir et d'écorce cousues
de filasse de cocotier, sur lesquelles on aborde en rade de Madras, à
travers trois barres terribles d'écume hurlante; car, non seulement _le
Coromandel_ était une merveille de construction nautique, mais encore
il ne tenait même pas l'eau en rivière, et il dormait, inutile et
dérisoire, dans notre doux port d'Asnières-sur-Seine.

Or, ledit _Coromandel_ avait bel et bien coûté les cent mille francs à
son propriétaire, jeune armateur de fantaisie surpris en pleine bohème
par le gros lot d'un héritage colossal, et décidé à se payer en un
seul coup tous les plaisirs dont il avait été sevré pendant les années
d'apprentissage. Charpenté en bois rares et exotiques, reluisant de
cuivreries miroitantes et aménagé pour les longs voyages, il était
tapissé de délicieuses lices mythologiques, meublé de pièces de haute
ébénisterie d'art et muni d'une artillerie culinaire propre aux plus
rudes combats de gueule. Et le fond de cale s'y lestait d'une provende
de ces bouteilles à tête d'argent, qui sont la gloire de la Champagne.
Pourtant, il demeurait amarré, le joli yacht, au port pacifique
d'Asnières, sans équipage, sans pilote ni capitaine, et comparable au
petit navire de la chanson, qui n'avait jamais navigué.

Il advint que les sieurs Titubard et Polanson, artistes dépourvus de
commandes, et quelquefois même de pitance, errant sur les bords de la
Seine, remarquèrent l'abandon du bateau de plaisance. Informations
prises, ils surent qui en était le propriétaire. Ils l'avaient connu au
temps de la «mélasse», où ils avaient d'ailleurs barboté ensemble, et
comme ils chassaient à «l'idée» de fortune, ils en attrapèrent, au vol,
une qui leur parut tomber du ciel. Le lendemain matin, ils sonnaient à
la porte du millionnaire, qui les reçut à bras ouverts.

--Nous ne venons pas l'emprunter d'argent, dit Titubard; d'abord parce
que nous sommes trop fiers....

--Pour te le rendre, interrompit Polanson.

--Il s'agit d'une affaire....

--D'or!...

--Qu'est-ce que tu fais du _Coromandel_?

--Rien, leur répondit-il; il ne marche pas, il est mal fait, manqué; il
ne vaut que son bois de flottage. Je cherche à le vendre.

--Combien?

--Je ne sais pas, moi. Ce qu'on voudra. Auriez-vous acquéreur?

--Si c'est plus de cent sous, non, fit le facétieux Polanson. Mais il y
a locataire.

--Qui?

--Nous, ou les rats qui le rongent.

--Quels rats?

--Tous ceux d'Asnières. C'est un crible, _le Coromandel_! Donne-nous la
préférence.

--Sur les rats?

--Oui, au même prix.

Le jeune armateur se mit à rire.

--Elle est bien bonne. Mais, qu'en voulez-vous faire?

--Oh! rien à te cacher: un bateau de fleurs.

--C'est la seule chose qui manque à la Ville Lumière, résuma Titubard,
l'homme pratique du couple.

--Tiens, mais ce n'est pas bête, avait acquiescé le maître du yacht.

Et, gaiement, il leur prêta le petit navire, en souvenir du bon temps de
la vache enragée.

--Mais dépêchez-vous de le prendre, ajouta-t-il, parce qu'on va me
donner un conseil judiciaire.

Huit jours après, quarante invitations, lancées d'une main sûre,
atteignaient à domicile l'élite de ce Tout-Paris des premières sans
laquelle rien ne se fonde ni ne se consacre. Notre vieille amie
Géraldine, qui en était, à cette époque, par sa liaison avec un
gentilhomme fameux dans nos fastes galants, reçut individuellement la
sienne. Titubard et Polanson avaient négligé de convier le prince à la
fête, et cet oubli voulu suffisait déjà à en fixer le caractère bien
japonais et libre de toute servitude sentimentale. A l'inauguration d'un
bateau de fleurs, il ne faut que fleurs sans attaches.

--Comprends-tu ma déveine, me disait-elle, en montrant la charmante
carte illustrée par Willette, c'est pour mardi!...

--Eh bien?

--Comment, eh bien? Le mardi, c'est le jour du prince. Je suis à lui
tout entière, le mardi, c'est réglé comme du papier à musique!

Et elle soupirait, vertueuse:

--Pour une fois qu'on a l'occasion de s'amuser!...

_Le Coromandel_ stationnait au pont de la Concorde, où il avait été
remorqué à grand'peine. Grâce au crédit des actionnaires,--car ils
avaient trouvé des actionnaires!--dûment réparé, calfaté et mis en état
d'équilibre, il rivalisait de stabilité avec les établissements de
bains dont la chaude saison orne la Seine. L'été, cette année-là, était
admirable. Dans les ténèbres légères et transparentes des nuits de
juillet, la ville luisait, diamantée, comme les gemmes et les pierreries
dans le velours bleu des écrins, et la rivière, semée de reflets et de
feux, semblait y doubler la Voie lactée. La soirée, en vérité, était
si amoureuse qu'elle eût rendu le moins païen crédule à l'influence
magnétique de Vénus sur les êtres et les choses, et je m'attendais, en
arrivant, à la voir présider à l'ouverture du commerce dont Titubard et
son copain allaient doter solennellement la France.

Si l'Aphrodite n'y était pas, elle était du moins représentée par les
meilleures prêtresses de son culte, et notamment par Géraldine, que
j'aperçus, dès le seuil, en écartant les tentures.

--Eh bien, mais ... et le prince? grondai-je.

--Que veux-tu, mon petit, je n'ai pu y résister. On ne voit pas ça tous
les jours. Du reste, il n'arrive jamais là qu'à minuit, au sortir du
cercle, et il n'est que neuf heures. Le temps de croquer quelques
sandwichs, de les arroser de deux ou trois coupes et de faire un tour
de valse, soit avec toi, soit avec un autre, et je vole au devoir
professionnel, hélas! Mon coupé est là-haut qui m'attend sur le quai.

Et elle se perdit, de bras en bras, éclatante de joie, folle de baisers,
innocemment lascive, telle que Dieu l'avait créée, la belle bacchante,
dans les soutes du _Coromandel_.

--Le patron du bateau, s'il vous plaît?

La question venait de m'être adressée par un personnage galonné, au
visage rébarbatif, aux façons cassantes, qu'il ne me fut pas difficile
d'identifier fonctionnaire. C'en était un, en effet, l'inspecteur des
berges. Et Polanson parut.

--Qui vous donne le droit de stationner ainsi sous le pont, le long du
quai, et où est le papier qui vous y autorise?

--J'ignorais, fit le tenancier, qu'il en fallût un, et vous m'étonnez.
Le bateau est de création nouvelle et c'est le premier de ce genre que
l'on voie dans la chrétienté.

--Circulez, fût la réponse.

--Soit.

Et Polanson fut détacher l'amarre.

A moins de débarquer piteusement les quarante invités, distributeurs
de gloire, de rater ainsi le lancement et de voir l'affaire sombrer à
jamais sous le ridicule d'une telle débandade, il n'y avait que cela à
faire, en effet: détacher l'amarre. Titubard, esprit prompt, fut de cet
avis, et comme le bateau commençait à glisser doucement dans le courant,
il n'hésita pas à se mettre à la barre, tandis que Polanson sautait au
poste de vigie.

Ce fut charmant d'abord. Illuminé de lanternes vénitiennes multicolores
en guirlandes, au rythme des czardas de l'orchestre tzigane, _le
Coromandel_ descendait la rivière constellée, tantôt à droite, tantôt à
gauche, parfois au centre, avec une fantaisie incomparable. Ainsi, de
Paphos à Lesbos, la conque aérienne de l'Anadyomène attelée de colombes.
Mais, comme le voyage n'était pas dans le programme, quelques têtes
passaient aux écoutilles et d'autres se dessinaient à la rampe de
l'entrepont, visiblement interrogatives.

--Où allons-nous donc?

--Je ne sais pas, leur criait Polanson, du haut de la vigie, mais si ce
n'est pas au poste, c'est au Havre.

Entre ceux et celles à qui la plaisanterie semblait mauvaise, Géraldine
la trouvait détestable, et jamais belle Géorgienne enlevée pour le harem
par des marchands d'esclaves ne poussa de cris plus aigus sur la troïka
de ses ravisseurs.

--C'est ma position, clamait-elle, on me fait perdre ma position!

A présent, _le Coromandel_ avait pris l'allure folle de ce «bateau ivre»
chanté par le poète verlainien. C'était miracle qu'il ne se fût pas
brisé sur la culée d'un pont. Des barques s'étaient mises à notre
poursuite. Les tziganes râclaient éperdument. Les rives fuyaient. Le
bateau de fleurs n'était plus qu'un bateau de perruches sur lesquelles
un vautour plane. Géraldine menaçait de se jeter à l'eau toute habillée,
ce qui n'était pas beaucoup dire. Titubard était calme à la barre.
Polanson nommait les paysages à tue-tête: «L'île de Billancourt ... les
Moulineaux ... le Bas-Meudon....» comme un guide. Ce fut là que nous
abordâmes, je n'ai jamais su comment, par la clémence de Neptune sans
doute, et un nouveau fonctionnaire monta à bord, plus rébarbatif que
le premier, et non moins galonné, je vous assure. Celui-là, c'était
l'inspecteur de la navigation.

--De quel droit circulez-vous sur la Seine?

--Du droit d'épave, sonna Polanson.

--Avez-vous un constat de navigabilité?

--Naviguer, c'est l'avoir, jeta Titubard, de fait sinon de droit.

--Voyons votre machine?

--Quelle machine?

--Pascal a dit: «Les fleuves sont des chemins qui marchent.» Nous venons
du pont de la Concorde en nous laissant aller, par une simple loi de
physique. Lisez Pascal.

--Votre yacht n'est pas en état de tenir l'eau. Il y faudrait pour vingt
mille francs de réparations.

--Prêtez-les-nous. D'ailleurs, où votre magistrature voit-elle un yacht
là où il n'y a qu'un ponton d'amour?

--Je vous arrête.

--Ah! monsieur, quel service vous nous rendez! s'était écriée Géraldine
qui était le bon sens même. Et, se tournant vers moi:

--Quelle heure est-il?

--Ecoute, fis-je....

Minuit sonnait au cadran de l'église ... l'heure du prince!... Elle
venait de perdre sa position.

Quant au _Coromandel_, il reprit la sienne, celle de petit navire, qui
ne s'arrête ni ne circule, et les rats de Meudon y achevèrent en six
mois la besogne des rats d'Asnières.

--Ce qui prouve, disait Titubard à Polanson, qu'il n'y a rien à faire
en France pour les idées neuves et hardies et que l'avenir est au
Nouveau-Monde, décidément.



CONTES FÉERIQUES ET RUSTIQUES



UN DUEL DARWINISTE


On lit dans les journaux allemands de la semaine: «Notre célèbre
naturaliste Lutz de B... vient d'être tué en duel par le philosophe
darwiniste Wilfried M.... Cette mort semblera d'autant plus douloureuse
que la cause du duel était en elle-même futile.»

Futile!

Sous un genêt, à la lisière du bois qui sert de promenade aux
habitants de la petite ville de C..., un scarabée dormait dans l'ombre
tremblotante. Le temps était radieux, car la fin de mai à été clémente
en Allemagne. Le soleil submergeait la plaine et les houblonnières.
Advint Lutz, le savant naturaliste. Les naturalistes marchent
silencieusement, coiffés de panamas à larges bords, et ils fouillent
buissons et haies avec des pinces d'acier souple.

Tout à coup Lutz tomba en arrêt et on l'entendit s'écrier: «Scarabeus
mirobolans!» Sur quoi le coléoptère effrayé s'envola. Par les prés,
par les futaies, à travers les fougères, Lutz courait, sautait et
trébuchait, sans quitter sa proie des lunettes. Quelle chasse!

Il arriva ainsi au bord d'un étang où Wilfried, le darwiniste, était
assis, les pieds dans l'eau, et étudiait les moeurs des libellules,
amoureusement.

--Docteur, cria Wilfried, ce scarabée vous a-t-il fait du mal?

Pour toute réponse, Lutz, entr'ouvrant la boîte de fer blanc qui
lui battait sur les reins, montra que le Mirobolans manquait à sa
collection. Et il reprit sa chasse autour de l'étang.

Bourdonnant de terreur, éperdu et l'élytre fou, le pauvre scarabée
tournoyait sur le miroir et il ne savait plus où il allait. Il entendait
autour de lui siffler dans le vent le filet du naturaliste. Hélas, un
mur blanc!...

Le mur blanc comme la neige des pôles resplendissait au plein midi. Le
scarabée s'y heurta et tomba dans l'herbe. Là, brisé, et reployant ses
petites pattes meurtries et ses ailes inutiles, il demeura immobile et
le coeur gros, comprenant que sa dernière heure était venue.

L'homme ne pardonne pas à la beauté libre.

Lutz le tenait entre ses doigts maigres, et il était content. Une
dernière ruse, le scarabée la tenta: il fit le mort. Pauvre ruse de
bête! Le naturaliste prit dans sa boîte une épingle, longue, longue
comme une lance, et la lui enfonça dans l'aile gauche, et le satin de
l'aile craqua. Ainsi transpercé d'outre en outre, le Mirobolans fut fixé
sur le liège. D'abord il ne remua pas, dans l'étonnement de sa douleur.
Et puis voilà que tout son pauvre petit corps d'émeraude et d'or frémit;
il agita les pattes en une convulsion, et on sentit que s'il avait eu
une voix, il aurait poussé un cri épouvantable.

Il balançait la tête de bas en haut, comme pour s'élancer, et il
cherchait un point d'appui pour s'arracher de la lance. Mais partout
l'air, rien que l'air, l'air tout à l'heure encore sa joie et sa vie,
mais à présent l'air traître et complice, l'air élastique et sans prise.

Et dans cet air, l'odeur méphitique du camphre qui montait et
l'asphyxiait et l'empoisonnait lentement.... Wilfried s'était levé: il
était très pâle. Il marchait vers Lutz, accroupi sous le mur blanc.
Tout proche du scarabée et presque à sa portée, les rebords de la boîte
s'étendaient. Oh! pour les atteindre, quels efforts terribles! Mais
il ne parvenait qu'à tourner sur l'épingle, dans sa plaie, comme une
girouette au vent, et de plus en plus il s'enfonçait dans le pal, vers
le lit de camphre délétère. Wilfried allait d'un pas rapide, comme pour
le secourir.

Autour du supplicié les libellules, les belles mouches bleues, les
papillons bariolés, les hannetons curieux, voltigeaient pleins de
pitié, car les bêtes s'aiment dans leur impuissance. Et puis le doux
bruissement des feuilles, les danses hiéroglyphiques des rayons, les
clapotements du lac, le printemps, l'amour, la vie partout, et lui,
fixé, le coeur traversé d'une longue lance immobile, hélas, mon Dieu,
quelle torture!

--Bourreau! dit Wilfried, bourreau!

Lutz regarda le darwiniste et se prit à sourire. Alors, le coeur ulcéré,
la flamme aux yeux:

--Lâche! fit Wilfried.

Et il souffleta le tortionnaire.

Lâche est une grosse injure, et un soufflet appelle la mort. Comme ils
étaient tous deux ardents et forts, ils entrèrent dans le bois, et ils
s'arrêtèrent dans le silence d'une clairière, sombre et sans horizon.
Lutz, l'âme gonflée de rage, la joue rouge, tenait de la droite une
épée et la brandissait furieusement. Le philosophe, calmé, songeait au
scarabée, son frère, qui était mort, et il appuyait la pointe de son
arme sur le sol verdoyant, espoir des trépassés. Le soir venait. Un
rossignol chanta.

Le rossignol chanta la mort du scarabée sur un mineur grave et solennel;
puis reprenant en majeur, il entonna je ne sais quelle marche guerrière
qui excitait à la vengeance. Et le duel commença au milieu d'un choeur
général de tous les oiseaux de la forêt, amis et admirateurs du
magnifique Mirobolans.

Lutz était vigoureux et retors. Wilfried, frêle, était brave. Au premier
choc l'épée malhabile de celui-ci sauta de sa main dans une fougère et
il se vit désarmé. Le choeur des oiseaux redoubla de vaillance, et le
darwiniste, la tête baissée, songeait à son frère, le scarabée, qui
gisait, roide, sur l'horrible épingle. Lutz s'approcha pour frapper son
ennemi.

--Suis-je une bête sans défense pour que tu m'assassines dans les bois!
dit Wilfried.

Et, bondissant sur son épée, il la ramassa et fondit sur le savant
cruel, à l'improviste, la pointe en avant. Et lui, le savant doux, il le
transperça à son tour, de part et d'autre, de telle sorte que la lame
ayant rencontré le tronc d'un chêne-liège, s'y ficha. Le cadavre de Lutz
resta debout, retenu par la garde du glaive.

Et comme les oiseaux ne chantaient plus dans les ramures voisines,
Wilfried dit à voix haute:

--S'il est un Dieu et si ce Dieu est juste, qu'il nous juge.

Aussi ne faut-il pas croire les journaux allemands, ni quand ils disent
que la mort du célèbre Lutz de B.... a eu une cause futile, ni quand ils
disent autre chose.



LES BOTTES DE 28 KILOMÈTRES


_A Octave Mirbeau_

Mon cher Mirbeau, crois-tu aux rêves, je veux dire à leur sens
métaphysique? En voici un que j'ai eu la nuit dernière, et dont tu me
donneras la clef sans doute, car tu en es, sinon l'objet, du moins la
cause.

Je venais de lire ton petit dernier, _La 628 E-8_, et, comme tout le
monde, je m'étais laissé entraîner par cette verve belliqueuse qui te
signe grand tapin des combats de l'Idée moderne. Mais sous ces espèces
nouvelles de chauffeur d'auto philosophique, vêtu d'ours, et casquette
en scaphandrier de l'espace, tu m'inspirais une jalousie que notre
vieille amitié même ne suffisait pas à calmer. Je n'en dormais plus,
de ta soixante à l'heure. Enfin, il m'en fallait une, sous peine d'en
perdre mes esprits animaux, et ça, tu sais, c'est la camisole de force.

Je vendis tout et j'engageai le reste. Elle valait trente-deux mille
francs, prix d'artiste. Je ne la marchandai même pas. Je l'eus,
dédaigneux des contingences.

--Voici, dis-je au génial fabricant, il me la faut vertigineuse. Mirbeau
m'embête. Est-elle vertigineuse?

--Garantie pour course à la mort, fut la réponse.

--Ce n'est pas assez. Puis-je, dedans, monter au Brocken, comme Faust,
en dix minutes, pendant une nuit de Walpurgis?

--Avec ou sans Méphistophélès, au choix.

--Tope donc.

--Et je partis.

--Bon voyage, poète! me cria-t-il, et c'était le mot juste, mais j'étais
déjà au diable, sans savoir où j'allais, bien entendu. On va!... Le
spasme est là, à dire d'experts, quand ils avouent.

Je ne menais encore que le train où les poules échappent, et je sortais
à peine de l'enceinte quand, d'un coup d'oeil, j'embrassai, comme au
vol, la silhouette fugitive d'un homme gigantesque qui, sur le banc de
l'octroi, cirait ses bottes.

Vue banale, assurément, si cet homme ne m'eût lancé un regard oblique
que l'érubescence de ses paupières enflammées me fit attribuer à mauvais
présage. Il me parut aussi que les bottes qu'il cirait étaient énormes,
antiques, et assez pareilles à celles des postillons de berlines qui,
maintenus par leur poids en équilibre, dormaient à cheval, et debout,
d'un relais de poste à l'autre. Et comme la route s'ouvrait, large,
aérienne, aimantée, j'accélérai ma vertigineuse.

Or, je n'avais dévoré que douze kilomètres environ quand l'homme aux
bottes passa, jambes ouvertes, par-dessus ma tête, en l'air, et s'effaça
sous l'horizon. Avais-je déjà la fièvre, cette fièvre propre au sport
de la vitesse? Non, mon pouls donnait la normale. Alors, quel était ce
gymnasiarque qui bondissait ainsi, léger, dans pareilles bottes, sur une
voiture à demi déchaînée? Un nuage caricatural, sans doute, formé et
emporté par le vent.

Mais, fait étrange, à seize kilomètres plus outre, il se dressait,
perché sur une borne miliaire, d'où, pour inspecter la profondeur d'un
bois où's'enfonçait la route, il dardait son regard rouge. Impossible
de douter, au reniflement de ses narines pileuses comme à la bave de sa
langue pendante, qu'il ne flairât quelque proie dans la forêt, et pour
l'atteindre, je multipliai mes voltes. Il ouvrit le compas de ses
guibolles, et prittt! disparut par delà les cimes.

Plein de foi dans la voiture invincible qui me portait comme Élie son
manteau prophétique, je la précipitai dans l'ombre verte des chênes,
à la poursuite de l'homme aux bottes ailées. Il ne sera pas dit, me
jurai-je, que la science--et quelle science! mon cher Octave, celle
même qui réduit la distance à une hypothèse--le cédera à je ne sais
quelle vision fantomatique dont le mirage ne relève que du conte. Nous
allons voir si des bottes, de simples bottes archaïques, l'emportent sur
une machine de trente-deux mille francs, garantie méphistophélesque, et
signé d'un mécanicien auprès duquel Archimède et Vaucanson ne sont que
des constructeurs de polichinelles. Et je la lançai à une telle allure
qu'elle faillit, dans une clairière, écraser un petit garçon tenant deux
fillettes par la main et qui, d'après ma notion des choses, y cueillait
des violettes pour la fête de la Mère l'Oie.

Comme je m'étais arrêté net, ainsi que l'on s'arrête quand on débute,
l'enfant me pria de le prendre, lui et ses soeurs, dans la vertigineuse,
pour le sauver d'un méchant homme qui voulait les boulotter tout crus,
et sans sel ni poivre, riait-il. Je les empilai donc en un petit tas
au fond de la voiture et je repartis à soixante-dix à l'heure. Le
puérophage m'attendait à l'orée du bois. «Humph! humph! renâcla-t-il, ça
sent la chair fraîche dans ta roulante.» Il fallait fuir. On ne badine
pas avec les ogres. La course commença, course terrible qui, dans mon
songe, mettait aux prises l'idéal et le réel, ou, si tu le préfères, le
vieux jeu avec le nouveau. N'oublie pas que mon fabricant m'avait jeté
dûment l'injure trop méritée de poète.

Quel que fut le développement de la vitesse sans limites de ma
vertigineuse voiture de course à la mort, elle était inférieure à celle
où, grâce à ses bottes, le Polyphème des gosses pouvait parvenir,
puisqu'il n'avait qu'à écarter les genoux pour faire sept lieues d'un
empan. J'étais donc sûr de succomber, comme la raison succombe à
la folie, lorsque le garçonnet me fit observer que cette mesure de
vingt-huit kilomètres était fatale et que l'ennemi ne pouvait ni
l'augmenter, ni la réduire.

--C'est sept lieues, toujours, et ni plus ni moins. Donc, tu n'as tantôt
qu'à ralentir et tantôt qu'à activer la machine pour rester en deçà ou
en delà du pas magique.

Ainsi parla le malicieux Petit Poucet, et je crus, à l'ouïr, entendre le
jeune David auner la trajectoire de sa fronde au front de Goliath.

Et voici qu'à son conseil, la main sur une roue docile et sensible comme
un ressort de montre, je précédais ou suivais, l'esquivant toujours, le
Polyphème retombant une lieue trop près ou trop loin.

Nous arrivions ainsi, en cette chasse fantastique, à je ne sais quelle
région dénudée et sablonneuse, semée d'ajoncs fleuris d'or, au travers
desquels la mer bleuissait. A son bruit familier à mes oreilles, et
comparable à une grande toile qu'on déchire, je jugeai que nous n'étions
qu'à deux lieues environ de son gouffre, et j'allais serrer les freins
de la vertigineuse pour ne pas y choir quand l'enfant me cria:

--Va donc, lâche tout, il est perdu!

Et l'ogre imbécile, en effet, de son enjambée géométrique, s'écarquilla,
et s'en alla tomber dans les eaux jaillissantes. Notre élan, d'ailleurs,
à nous-mêmes, était tel que nous ne stoppâmes que dans les premiers
flots.

Croirais-tu, mon cher Mirbeau, que notre coquin de puérophage nageait
comme Neptune lui-même? Pour aborder un rocher, formant îlot, où il
pensait se tirer d'affaire, il avait retiré ses bottes, qui, toutes
flottantes, vinrent échouer sur le rivage. En vérité, c'est un étrange
rêve!

Mon petit Tom Pouce, fou de joie de voir ainsi onduler les bottes comme
des algues déracinées, s'était élancé de la voiture, et, suivi de ses
deux soeurettes, qui n'avaient pas lâché leurs bouquets de violettes,
il courut les repêcher sur la grève. Puis il les chaussa. Je t'ai dit
qu'elles étaient immenses, mais elles s'étrécirent à la mesure de ses
pieds d'enfant. Polyphème hurlait sur son îlot. Et lorsque les bottes
furent chaussées, le gai petit voleur prit sous chaque bras l'une et
l'autre des bouquetières, la brune à gauche, la blonde à droite, il fit
un pas de vingt-huit kilomètres et s'enfuit, l'ingrat, chez la Mère
l'Oie.

Je mis, comme bien tu penses, pour le rattraper sur les chemins, la
vertigineuse à l'allure de la course à la mort, mais je ne sais pas où
elle demeure, hélas! la Mère l'Oie--et je me suis réveillé.

Es-tu ferré en oniromancie? Qu'est-ce qu'il veut dire, ce songe-là?
Peut-être ceci, que les poètes sont pour quelque chose dans l'invention
du spasme de la vitesse, et que le bon Perrault réclame. Fais-tu sept
lieues à la seconde sur ta 628 E-8? Il y a des bottes qui les font, de
vieilles bottes, mon cher Octave.



CENDRILLON EN AUTOMOBILE


Décidément, c'est une série, mais je commence à être inquiet. Il doit y
avoir quelque part un fabricant d'autos qui m'hynoptise. Car enfin je ne
suis pas professionnel et n'ai point par conséquent «l'idée fixe». Donc,
qu'est-ce qui m'arrive?

Je viens de raconter mon songe des bottes de sept lieues et comment
pendant un temps énorme, qui n'a peut-être duré qu'une seconde, je me
suis dérobé à la poursuite de l'ogre puérophage, grâce à une électrique
prodigieuse, et de marque bien française, appelée «la Vertigineuse». Eh
bien! la nuit dernière, elle est revenue me hanter. Pourtant, j'étais
rentré chez moi en omnibus, escargotiquement.

Pendant le premier sommeil, ou, pour parler savamment, la période
hypnagogique--car j'étudie mon cas--je me trouvais dans une espèce de
gentilhommière, moitié castel et moitié ferme, comme on en voit encore
en Bretagne. C'était à l'heure de la tombée du jour, qui s'éteignait
sous les bois environnants, mais illuminait encore, embrasait même une
superbe route carrossable, droite comme une règle plate, amour des yeux,
qui passait devant le seuil du logis.

Dans la salle commune et centrale, ornée de vieux meubles ouvragés,
bahuts, armoires, hautes chaires, dressoir, huche à pain, aux cuivreries
miroitantes, s'ouvrait une vaste cheminée seigneuriale, au manteau
écussonné, avec ses landiers en fer forgé dressés en lampadaires,
son attirail symétrique de vaisselle d'étain et des lices de chasses
vivifiaient de leurs tons, vert-de-grisés l'atmosphère mordorée de
l'habitacle. Quatre personnages étaient assis autour d'une table
oblongue, le gentilhomme, sa dame, leurs deux filles, tous en habit de
cérémonie, et ils y prenaient un repas étrange. Ce repas n'était fourni
que par une citrouille démesurée placée au milieu de la table oblongue,
et dans laquelle ils plongeaient tour à tour leur cuillère, d'un geste
d'automates.

Aucun autre plat que cette citrouille. Ils la vidaient en silence,
comme un pot de confitures, sans en entamer la croûte vermillonnée et
chastement voilée de dentelle. Et à chaque lambeau du sorbet, ils en
crachaient la graine, qu'une nuée de rats se disputaient entre leurs
pieds immobiles.

Sur le degré de l'âtre, où bouillonnait une marmite pleine d'eau pure,
un chat, la queue ramenée sur les pattes en chancelière, les regardait,
ces rats, sans les voir, et les écoutait sans les entendre, étant sourd
et aveugle, vieux d'ailleurs comme Mathusalem, et plus épilé qu'un
manchon piétiné par une farandole.

A ce moment, l'hallucination hypnagogique se détermina en rêve pur et,
tous mes sens étant débridés, je me vis assis moi-même sur l'escabeau de
la cheminée, à côté d'une autre et troisième fille, effacée jusque-là
dans l'ombre, et qui, avec une épingle à cheveux, remuait les cendres du
foyer pour y chercher une pomme de terre.

--Avez-vous faim? lui demandai-je.

--Toujours, fit-elle, et depuis seize ans.

C'était son âge.

--Votre nom?

Elle me montra les cendres.

Tout à coup, une sonnerie de cor retentit au dehors et, des bois
assombris aux gazes violettes, trois haquenées blanches suivies d'un
palefroi harnaché d'argent apparurent sur le seuil de la salle. Le père,
la mère, les deux filles en costumes de cour montèrent sur les chevaux
et, par la route droite comme une règle, amour des yeux, s'en furent au
bal chez le Roy.

La fille au nom de cendres les suivit longtemps du regard et elle se
prit à pleurer. Je n'ai jamais rien vu d'aussi joli, dans le laid, ni
d'aussi laid dans le joli, que cette petite servante, mais ses larmes
m'ouvrirent son coeur et je compris qu'elle aimait le Roy. Je versais à
l'état de somnambulisme et mes perceptions étaient extralucides.

--Vous êtes savant, fit-elle, ne ferez-vous rien pour moi?

--Savant, non, souris-je, mais poète, et à ton service. Que désires-tu?

--Aller au bal de la cour et y arriver avant elles.

--Elles, qui?

--Mes méchantes soeurs et ma marâtre.

Qui m'expliquera pourquoi je lui posai l'absurde question suivante:
«Cendrillon, as-tu les pieds roses?» Je crois très fermement qu'il entre
de la démence dans les rêves. Elle ne me répondit pas, mais, courant
à la marmite, elle en renversa le couvercle et sauta dans l'eau
bouillante. Je poussai un cri d'effroi, mais son visage, transfiguré
par la souffrance, rayonnait comme celui des martyrs. Ah! oui, elle
l'aimait, le Roy! Rapidement, je l'enlevai et l'assis sur l'escabelle.
Elle avait les pieds chaussés de cristal, et si petits, si petits en
leur gaine adamantine, que l'impératrice de la Chine en serait morte de
jalousie, je vous assure. Deux roses-thé dans deux verres de Venise!

--A présent, tiens ta parole, poète, me cria-t-elle, avec une moue
d'enfant gâté.

Je tirai donc mon talisman. Il est à tout faire et ne me quitte pas.
Puis, m'étant mis en communication--allo! allo!--n'oubliez pas que
c'est un songe--avec les omnipotents que vous savez, ou plutôt que vous
ne savez pas, je m'approchai de la citrouille et je lui jetai les rimes
nécessaires à toute bonne incantation.

La cucurbitacée se transforma en automobile.

C'était encore une fois «la Vertigineuse», chef-d'oeuvre de la mécanique
française, et le dernier mot passé, présent et futur de la locomotion
terrestre.

--Tu vois, fis-je, petite Cendrillon, c'est ton carrosse. Tous les
poètes, grands ou petits, morts ou vivants, te l'offrent par ma voix,
à cause de ton amour. La malle des Indes, que l'on appelle aujourd'hui
l'Express-Orient, ne va que le train de tortue auprès de cet éclair à
pneus. Tes soeurs et ta marâtre, fussent-elles déjà dans la cour du
palais royal, tu seras au bal plus vite qu'elles.

--Hélas! danser avec lui sous mes guenilles!

Et elle étalait les oripeaux dont elle était fagotée. Mais voilà
que, complices des poètes, tous les vieux meubles, bahuts, armoires,
s'ouvrirent à la fois et jetèrent à ses pieds charmants et roses les
pièces innombrables d'une garde-robe quintiséculaire, où toutes les
modes de nos mères, aïeules, bisaïeules et bien au delà étaient
représentées. La coquette n'en voulut que les dentelles. Toutes,
donc, se détachèrent, malines, valenciennes, vénitiennes, qui sont de
l'alençon démarqué, anglaises que réclame Bruxelles, et les auvergnates
de Velay, et les espagnoles aussi, qui, s'entrecousant d'elles-mêmes
autour de la jeune fille, la vêtirent d'une robe arachnéenne, où son
jeune corps de vierge transparaissait dans la plus chaste des nudités
triomphantes.

Pour moi, j'étais déjà à mon poste de chauffeur, le poing à la roue,
comme le pilote l'a au gouvernail.

--En avant, Cendrillon, et au bal du Roy!

Impossible de me rappeler, dans le triste état d'éveil où je suis,
pourquoi tous les rats, métamorphosés en cyclistes, couraient autour de
nous, en avant, en arrière, dans le vent de «la Vertigineuse». Toujours
est-il qu'il en était ainsi. Seul, le vieux chat, sourd et aveugle,
était demeuré auprès de la marmite. Il y philosophait, selon moi, sur le
sens de l'aventure, mais sans s'en étonner le moins du monde, sachant
fort bien que les dieux (s'ils peuvent ferrer les talons de Mercure
d'ailerons avec lesquels il fend et traverse les sept ciels de l'espace
en moins de temps que je n'en mets à l'écrire) se jouent, à plus forte
raison, des impossibilités de la vitesse et pour deux bonnes rimes nous
octroient des voitures-fées.

Elle a épousé le Roy, elle est reine, et, à présent, elle nous méprise.
Elle ne veut à la cour que des savants en _us_. Mais pas un d'eux n'a
encore pu lui expliquer scientifiquement comment, en se trempant les
pieds dans de l'eau bouillante, on peut avoir des pantoufles de verre.
Aussi écrivent-ils: «de vair», dans leur ignorance des choses de
l'amour. De «vair», les pantoufles de Cendrillon. Ah! les imbéciles! Tel
est mon rêve.



LE DIABLE EN BRETAGNE


Je pense à vous, bonnes gens de la glèbe, sur qui la nuit tombe si vite
déjà dans la campagne déverdie, et à qui novembre tinte, avec celui des
trépassés, le glas du chômage hivernal. De ce Paris qui flamboie en
vos rêves et où vous avez quelque gars peut-être jeté dans la mêlée
ouvrière, je vois, la-bas, entre mes livres, le hameau breton, noyé dans
la brume violâtre dont s'encrêpent à présent nos crépuscules; je marche
à vous par les sentes ravinées où les vaches se hâtent d'elles-mêmes à
la litière; je reconnais les chaumières grises aux toitures rousses, où
floconne lourdement le pompon de fumée, panache de la marmite; et je
viens pour vous distraire, car les tueurs de temps vous oublient.

Pour mon compte, soyez-en sûrs, si l'en était maître de sa vie, je
n'emploierais la mienne qu'à vous raccourcir les heures lentes pendant
le sommeil de la nature, car vous êtes le public idéal des conteurs.
Vous croyez. Oui, vous croyez, comme au moyen âge, au temps où les
douces et gaies légendes de notre florilège ethnique allégeaient
le servage et trompaient la misère. Vous restez, devant le foyer
rembrandtesque, où le lard de la Noël se saure, l'auditoire des
«mystères» et des soties, plus crédules aux fées qu'aux anges peut-être,
mais francs gausseurs du diable, amis des douze apôtres de N.-S.
Jésus-Christ. Cet état d'âme, contre lequel ne prévaudra pas, à dire
d'experts, la «gratuite» la plus obligatoire, est précisément celui
qu'il faut à l'art des tueurs de temps, _vulgo_: poètes. Donc un fagot
dans l'âtre, et écoutez celle-ci, que les enfants peuvent ouïr, tandis
que le grillon porte-bonheur crisse comme un mur qu'on râcle et chante
aux joies de la flamme.

Si vous n'avez pas connu Jean Kerlot, c'est que vous n'avez connu
personne, car, pendant soixante bonnes années, on n'a vu que lui dans la
paroisse. De plus avisé, qu'on en cherche! Aussi a-t-il laissé du bien
à sa parenté, mais non pas, hélas! son intelligence, à preuve ce beau
moulin sur la côte, aujourd'hui sans ailes, et qui n'est plus habité que
par un couple de corbeaux centenaires, déplumés.

Jean Kerlot était parfait chrétien, le recteur a pu le dire, sans
mentir, sur sa fosse. On l'a vu du reste au paradis, dans la propre loge
de saint Pierre, en train de lui parler, comme je vous parle et de
lui raconter les bonnes farces qu'il faisait au diable sur la terre
bretonne. Car vous n'ignorez pas qu'en Bretagne, dès qu'il y vient
travailler, messire Satanas devient très bête. C'est la Vierge qui veut
ça et aussi Madame sainte Anne, à Auray, nos protectrices.

Jean Kerlot le savait, et il en profitait à bénédiction. Du plus loin
qu'il l'apercevait, derrière les meules entre lesquelles il se cache
pour effrayer les enfants, il lui jetait son chien aux mollets et le
forçait ainsi à se montrer, avec des javelles plein les cornes, par
conséquent ridicule, comme un épouvantail à moineaux.

--J'aurai ton âme! lui criait le marchand de ténèbres.

--T'auras rien du tout! rigolait le Breton, et il l'invitait, par défi,
à boire une bolée.

Le diable a toujours soif, c'est son châtiment, et comme un gindre
devant un four, je n'ai pas à vous l'apprendre. C'est même pour ça qu'il
sort le plus qu'il peut de l'enfer embrasé et multiplie chez nous ses
visites. Mais il préfère le vin de pomme au vin de vigne. Habitude prise
dans l'arbre du paradis terrestre.

Or, un jour qu'ils étaient attablés ensemble, verre à verre, dans la
propre maison de compère Jean, le rusé Breton dit à son hôte:

--Voilà février, mon Lucifer; il va falloir s'occuper des semailles.
Veux-tu faire un pacte avec moi?

--Si c'est pour ton âme, entendu, j'accepte d'avance.

--Vère, tu vas trop vite! Faut se tâter d'abord et se mettre à
l'épreuve. Je me méfie de ton honnêteté!

--C'est ton droit, grimaça l'autre; mais ces messieurs les curés
exagèrent: je suis fidèle à ma parole.

--Le pacte serait pour deux ans, alors?

--Tope. Qu'est-ce?

--Si, pendant deux ans à la file, c'est ma récolte qui est la plus belle
du pays....

--Eh bien?

--Eh bien, pour commencer, je la partage avec toi.

--La part du diable?

--Oui. Est-ce dit?

--C'est dit. Signons.

--Je ne sais pas écrire.

--Une croix suffit.

--Une croix? Tu ne le voudrais pas! Crachons par terre.

Et ils crachèrent. Puis Jean s'en fut à son champ et il l'ensemença de
graines de navets, entièrement, et d'un bout à l'autre.

Au mois d'août, la récolte était la plus belle. Jamais on n'avait vu,
voire en Bretagne, pareille pelouse de grappes jaunes, hautes, larges,
épanouies comme des fougères.

--Es-tu content? demanda le diable.

--Oui, je le suis. A présent, le partage. Veux-tu le dessus ou le
dessous de la récolte, ce qui est en terre ou en dehors? Choisis.

Et comme le Déchu n'entend goutte aux choses du bon Dieu, il choisit
le dehors, à cause des magnifiques fleurs jaunes. Mais, ainsi que
vous pensez, il ne put rien en faire et, même en Angleterre, pour les
bestiaux, il ne parvint jamais à en vendre les fanes.

L'année suivante, deuxième du pacte, Satanas jura de ne pas s'y laisser
reprendre. Quand le temps du partage fut venu, le voilà qui se présente
à Kerlot, le rusé, et, tout de go, sans prendre le temps de lui donner
le bonjour:

--Cette fois, je veux ce qui est en terre.

Or, le Breton avait semé du froment dans le même champ, et c'était les
épis de blé, gros comme en Égypte, qui le couvraient d'une chape d'or
merveilleuse. Il en eut plein son moulin. C'est ainsi que le paysan se
servait du démon pour sa fortune.

On m'a affirmé qu'en Normandie le Malin est beaucoup moins bête, et
cela tient probablement à ce que les Normands n'ont ni pèlerinages ni
pardons, et sont donc moins protégés que les Celtes. Toujours est-il que
Jean Kerlot en faisait voir au «nôtre» de toutes les couleurs de la
mer, et Dieu sait si elle en change! Le diable de Bretagne s'acharnait
cependant sur le meunier matois, je crois bien que c'était à cause de
son cidre, du pur jus, à la vérité, et il ne lâchait point l'espoir
d'avoir son âme.

--Vends-la moi, ami Jean, et fais ton prix?

--Je ne dis pas non, traînait l'autre, en mâchonnant un brin de romarin;
mais j'ai trois enfants et je ne suis pas encore assez riche pour
mourir. En outre, j'ai promis une belle aube en dentelle au pasteur de
l'église, et c'est cher, à Rennes, ces chemises à chanter la messe! Si
encore mon moulin était moins vieux! Mais il a cent ans à cette heure,
et il ne prend plus le vent. Il est vrai qu'il n'en souffle guère depuis
que les arbres grandissent autour.

--Abats les arbres.

--Des chênes! moi, un Breton? C'est comme si tu me conseillais de
démolir nos calvaires. En vends-tu, du vent, Satanas?

--Je vends de tout, fit le Maudit, déjà pris au piège.

--Eh bien, je t'en achète.

--Pour le coup, c'est-contre ton âme!

--Avant ou après confession?

--Avant. Sois probe, voyons.

Il est certain, en effet, qu'après confession elle ne valait plus rien
du tout, puisque, lavée dans l'eau de miséricorde, elle montait droit
comme un I, légère et blanche, au jardin céleste. Jean en convint, mais
il voulait, en fait de vent, un vent de première qualité, continu, sans
saute, un vent de moulin, et, cela va sans dire, point d'avaries ni aux
ailes, ni aux chênes, ni aux haies, ni même aux fleurs. A la moindre
tuile tombée d'un toit, dans le village, fin du pacte, point d'âme!

--Combien de temps t'en faut-il?

--Jusqu'au moment où il n'y aura plus rien à moudre.

--Ça va. Je souffle.

Je ne sais pas pourquoi diable le diable s'était transformé en lièvre
pour souffler ce vent-là sur le moulin Kerlot, mais il est constant
qu'il en fut ainsi. Vingt personnes dignes de foi l'ont vu, de leurs
yeux vu, tapi dans un fossé sous cette forme, y diriger l'air d'un
chalumeau qu'il avait aux babines. Le moulin tournait nuit et jour et,
non seulement il tournait sans repos, mais il tournait seul dans tout
le canton, et les autres, immobiles sur les coteaux les mieux situés,
semblaient être d'antiques tours de télégraphe aérien hors d'usage.

De telle sorte que toutes les moissons y furent apportées, que les sacs
s'empilaient, dedans et dehors, chez l'astucieux gausseur du diable et
qu'autant de bons écus de trois livres tombaient dans son bas de laine
arrondi et pareil à un étui de jambon. Mais tout a une fin, même en
meunerie diabolique, et il ne restait plus de sacs à broyer que pour
une journée, lorsque, tout à coup, les ailes se ralentirent, molles, et
cessèrent de battre.

Jean Kerlot avait couru au fossé:

--Eh bien, ça ne va plus? Qu'arrive-t-il? N'as-tu plus de poumons, ou
renonces-tu à mon âme? Elle déborde de péchés, pourtant, tous capitaux,
et tu vas manquer une proie d'élite. Je n'ai plus que vingt-quatre sacs
à passer sous la meule, après quoi, c'est convenu, tu m'emportes.

Le lièvre souffla plus fort, puis de toute sa force et enfin même
démesurément. Les ailes du moulin restaient inertes. Alors, Satan
déchaîna l'ouragan. Les fleurs déracinées jonchaient les prés hérissés,
les arbres tordus se couchaient sur les haies déchirées, les tuiles des
maisons volaient en disques: une répétition de la fin du monde! Enfin,
ce fut le tour des ailes, qui, détachées par la tempête, disparurent
comme des cerfs-volants dans les tourbillons.

Jean Kerlot, pour sauver son âme, les avait sciées sur le moyeu.

On n'imagine pas à quel degré le diable est bête en Bretagne.



LES DEMI-AMES


Le jour où, la boîte au dos et la pipe aux dents, je découvris pour la
première fois, à travers son rideau d'élyme gris, la petite grève d'or
dans laquelle fort probablement je mourrai, un couple en arpentait le
sable. Il marchait à petits pas, frileusement, comme des vieillards qui
se chauffent au soleil, et suivait exactement les lignes sinueuses et
les demi-cercles d'écume que tracent les vagues vertes en bavant. Les
prenant pour des amoureux en quête de solitude, je me gardai bien de
les déranger, et je piquai mon chevalet à l'ombre d'un rocher taillé en
forme de sphinx allongé, qui est bien le produit le plus extraordinaire
de l'art statuaire de la mer.

Mais ils m'aperçurent et vinrent à moi. Ils riaient, la bouche ouverte
sur les dents, sans mot dire, en sauvages, et je vis qu'ils étaient plus
jeunes que je ne l'avais imaginé d'après leurs démarches sautillantes. A
eux d'eux, ils n'emplissaient pas l'urne de quatre-vingts ans. La femme
avait dû être assez jolie, mais l'homme était superbe encore. Avec ses
traits nets et simplifiés, on l'eût dit taillé lui aussi et modelé
largement par la mer dans un bloc de quartz.

Aux réponses qu'ils firent à quelques questions banales, je ne tardai
pas à m'apercevoir que j'avais affaire à un couple d'innocents ou, comme
on dit ici, de «diots». D'ailleurs, ils ne prononçaient pas un mot sans
se consulter longuement du regard, et le geste que l'un hasardait,
l'autre le reproduisait aussitôt, et comme une ombre sur un mur. Le
soir, lorsque je pliai bagage, ils marchaient encore dans les baves
multicolores de la marée descendante, qu'ils avaient suivie presque à
l'horizon.

Et comme je m'informais d'eux auprès du cabaretier de la route:

--Ah! me dit-il, vous avez vu les Demi-Ames?

--Les Demi-Ames? fis-je, assez étonné de la désignation.

--Oui, reprit-il; on les appelle ainsi parce qu'ils n'ont qu'une âme
pour deux.

Des Bretons qui buvaient se mirent à rire, et grâce à l'appât des
bolées, j'obtins que l'un d'eux me contât l'histoire singulière des
Demi-Ames de la Roche-Pelée.

--Lui, fit le conteur, il s'appelle Élie; elle, on l'appelle Anne-Marie.
Ils sont bel et bien mari et femme, tels que vous les voyez, avec leurs
apparences d'amoureux sempiternels. Figurez-vous, monsieur, qu'ils
étaient aussi futés et fins auparavant qu'ils sont aujourd'hui simples
et sans idées. Mais surtout Anne-Marie, que nous avons tous connue
piquante comme tête de chardon et tout à fait avisée. Lui moins.

«Ils venaient de se marier, lorsqu'Élie prit engagement pour la pêche
au port de Saint-Malo, sur la _Belle-Sophie_, capitaine Géflot, car il
était gars de flétan (marin de Terre-Neuve). Dès avant le départ, fixé à
deux jours de là, le pauvre Élie, en manoeuvrant les tonnes de saumure
sur le pont, tourne du pied, glisse et tombe à la mer. Comme il ne
savait pas nager, il se perd, et voilà son corps, à la dérive. Toute la
nuit on le chercha, dans un rocher et dans un autre, et tout le long de
la côte. Mais point de corps, point d'Élie. Lorsqu'un matin on vint dire
à Anne-Marie, laquelle ne savait rien encore:

«--Il y a sur la grève de la Roche-Pelée un cadavre tout blanc qui
ressemble à ton homme si ce n'est lui.

«Car il fallait la ménager.

«Elle y va et le trouve amarré sur ce rocher qui est tout pareil à
une bête couchée, avec une tête de femme. Pour tout le monde et pour
vous-même, si vous eussiez été là, le gars était mort. Mais pour elle,
il ne l'était pas. Il faut croire aussi que le bon Dieu fait des
miracles. Toujours est-il qu'elle se colla sur lui, comme un
minard (pieuvre), bouche à bouche, à croire que leur nuit de noces
recommençait. Où avait-elle appris ce remède, cette Anne-Marie? Pendant
des heures et des heures, elle lui souffla dans la poitrine, sans
débrider des lèvres, et, monsieur, elle l'a fait revenir, car c'est lui
que vous avez vu tout à l'heure.

Et le narrateur breton ajouta:

--Seulement, pour le ressusciter, elle a été obligée de lui passer la
moitié de son âme.

Et le cabaretier conclut:

--Voilà la cause pour laquelle on les appelle dans le pays: les
Demi-Ames. Mais ils sont inoffensifs, et vous n'avez rien à craindre
d'eux, quand vous dessinez sur la grève. Est-ce triste, une fille si
malicieuse! la voilà «diote» à présent.

Aujourd'hui, jour des Morts, j'ai appris que les Demi-Ames s'étaient
envolées. Ils sont morts ensemble presque à la même minute et dans la
même heure. On les a trouvés dans leur chaumière assis devant l'âtre
éteint, et côte à côte sur deux escabeaux rapprochés.

Un vieux Breton m'a dit:

--Moi, je me demande qui va les prendre?

Oui, qui va les prendre? dites-le moi. Car les Demi-Ames n'avaient
qu'une âme pour deux, et là-haut on veut des âmes bien entières. Que ce
soit Satan ou le bon Dieu qui les jugent, ces juges exigent une âme par
corps. Leurs lois sont formelles. Quand ils se réincorporeront pour
l'éternité, comment le pauvre Élie arrivera-t-il à faire entrer la
sienne, la vraie, celle qu'il a perdue à l'eau, dans le fourreau déjà
à moitié rempli? Il lui en sortira donc une partie hors du corps? Et
d'autre part, Anne-Marie, dépourvue de sa moitié d'âme, avec quoi
remplira-t-elle sa gaine demi-vide? Peut-être, et je le crois, avec le
surplus de celle d'Élie et ce qu'il y en aura hors de lui. Alors ils se
tiendront une fois encore, et j'incline à penser que n'importe où on les
enverra de la sorte, soit toujours unis, ils se trouveront dans le vrai
paradis.



L'ENFANT PERDU


A une portée de fusil du hameau breton que j'habite, il y a une ferme
importante, appelée la Ville-Eyrnaud, du nom de son fermier, ou plutôt
de sa fermière, Jacquemine Eyrnaud, car Pierre Eyrnaud est mort l'an
dernier. Dieu ait son âme!

Établie dans une espèce de manoir, d'ailleurs sans caractère et
d'un style hybride, la métairie se relie par de hautes futaies de
châtaigniers et des allées magnifiques à cette forêt de Ponthual, sombre
et légendaire, qui fut et redeviendrait, au besoin, un repaire de
chouans. Un «doué», ou ruisseau aux eaux intermittentes, sépare le corps
d'habitation de ses dépendances, potagers, vergers, étables et prairies;
il aboutit à un vivier devenu une canarderie tumultueuse, comique,
toujours en batailles d'ailes ou de becs. Un radeau, vert de graminées,
y flotte et se déplace, et c'est sur le pont rustique qui la traverse
que, le soir, au soleil tombant, la mère Eyrnaud préside à la rentrée de
ses vaches. Les enfants qui les mènent, avec des baguettes de coudrier,
ont l'air de les pousser avec des rayons.

Puis, c'est le tour des chevaux, reconduits à l'écurie par les gars de
la fermière. Elle les voit venir, blancs sur le vert bruni des sentes,
écartant du garrot les éventails des fougères, et quand ils ont bu au
«dormoir», chacun à leur tour, elle est contente et s'en va à la soupe.

Au loin, l'orchestre de la mer enfle ses rumeurs, et les lignes
violettes des bois tremblent à l'horizon.

La mère Eyrnaud a sept enfants. Elle les a tous allaités, élevés et
gardés. Elle les aime profondément. Ils l'aiment également.

--Ah vère dam, oui, par exemple!

Et, cependant, elle est toujours triste.

Nul ne peut se vanter de l'avoir vue une seule fois rire ou chanter au
rouet, et non seulement depuis la mort d'Eyrnaud, mais même auparavant.
Une ride, creuse comme une ornière, lui fait deux fronts sous un seul
bonnet. Et ils ne savent pas, les gars, ils n'ont jamais su la cause de
sa mélancolie. Eyrnaud non plus, ne l'a pas sue, le pauvre cher homme!
Quand, de son vivant, il la surprenait les yeux perdus, l'ouïe tendue
au bruit des chemins et l'âme toute hors du corps, il soupirait et lui
disait:

--A la fin des fins, Jacquemine, tu n'es donc pas heureuse?

--Très heureuse, Pierre, tout va bien.

Mais elle repartait à rêver. Alors, il branlait de la tête et s'en
allait fumer sa pipe au bord de la canarderie.

Une seule chose la tirait de son brouillard. Régulièrement, aux temps de
la moisson, quand on embauche des gars pour les travaux de la récolte,
elle s'activait. C'était elle qui recevait ceux qui venaient se proposer
à la ferme, qui traitait avec eux et leur versait la bolée de cidre.
Elle les examinait longuement, anxieusement, les tâtait et les faisait
causer. Ceux qui avaient vingt ans étaient tous pris et acceptés,
fussent-ils ivrognes avérés et fainéants reconnus. S'ils n'avaient pas
d'outils, elle leur en procurait, et s'ils prolongeaient plus que
de raison la sieste de quatre heures, elle empêchait Eyrnaud de les
malmener.

Un jour, il en vint un qui était faible et contrefait, un pauvre «diot»
comme on dit ici, plus propre à mendier son pain qu'à le gagner.

--D'où es-tu? lui demanda Jacquemine.

--De Saint-Brieuc.

--Ton nom?

--Je n'en ai pas. Je sommes enfant trouvé.

--Sors-tu de l'asile?

--Da, j'en sortions, comme vous me voyez.

L'infortuné avait les vingt ans requis. La fermière devint pâle et
s'accrocha à la table pour ne pas défaillir.

--Je te garde, lui dit-elle, tu vas rester ici, et je te nourrirai.

Elle s'empara du «diot», le décrassa, l'habilla et le fit coucher dans
sa chambre. Il resta un mois entier à la Ville-Eyrnaud, inutile et béat;
il y serait encore si Eyrnaud ne l'avait, un soir, remis sur le chemin
de Saint-Brieuc. Il retourna à l'asile, et il conta son aventure aux
Enfants-Trouvés.

De telle sorte qu'à l'août suivant, il amenait quatre camarades à
l'embauchage. Mais comme, sur le nombre, il n'y en avait que deux qui
eussent vingt et un ans, elle envoya les deux plus jeunes à la fauche et
ne garda dans la ferme que les deux autres. Quinze jours, ils y vécurent
comme coqs en pâte. Jacquemine, silencieuse à l'ordinaire, les harcelait
de questions bizarres, leur écartait les cheveux sur le front, leur
prenait les mains et les gardait entre les siennes, allait les écouter
dormir, veillait à ce que leurs vêtements fussent en bon état; enfin,
elle semblait quelque vieille poule soignant les poussins d'une autre.
Quand ils partirent, elle pleura.

Pour le coup, ses sept enfants se fâchèrent, et ils lui adressèrent des
reproches. Ils étaient jaloux:

--Sont-ils donc du même sang que nous, pour que tu te lamentes du départ
de ces «hossouères»? (étrangers), que tes sept enfants ne te suffisent
plus? Tu n'en as que pour eux, et les voilà dételés sans qu'ils t'aient
tant seulement payée d'un «merci, madame»!

Eyrnaud mourut à la Saint-Michel dernière, et dans un mois on embauchera
à la ferme, pour les moissons d'août.

Il en viendra de Pleurtruit, de Ploubalay et de Plouher, de Saint-Caast
et de Saint-Jacut, des solides et des malingres, des paresseux et des
braves, et Jacquemine entre eux choisira. Mais pour ce qui est de ceux
de Saint-Brieuc, où est l'asile des Enfants-Trouvés, elle ne choisira
pas, elle les engagera tous, et s'ils ont vingt-deux ans, ni plus ni
moins, et au prix qu'ils y mettront encore. Eyrnaud n'est plus là pour
parer à ce vertigo de charité. Et si les sept enfants se fâchent, les
sept enfants se fâcheront, il n'en ira ni mieux ni pis, et ce sera tout
comme. Voici pourquoi:

Il y a vingt-deux ans, Jacquemine n'était pas encore mariée, ni veuve.
Elle s'appelait Morizot, du nom de ses père et mère, et elle était jeune
fille, belle jeune fille voire: les anciens se la rappellent et ils
l'ont encore dans les yeux. Sans compter qu'elle était aussi vive et
chansonnière, en ce temps-là, qu'elle est, aujourd'hui, triste et
taciturne. Un voyageur de commerce, qui vendait des rubans et des
fanfreluches, la rencontra, une vesprée, au détour d'une sente. Il
l'enjôla, lui donna des cravates de couleur et, finalement, la poussa
sur une botte de paille. Ce qu'il est devenu, nul ne le sait et personne
n'en a cure. Il faut que jeunesse se passe. Papa Morizot, d'ailleurs,
n'en fit que rire, et la mère de même. Seulement, quand l'enfant arriva,
neuf mois après, au jour requis, ils sellèrent l'âne, mirent l'enfant
dans une manne et allèrent le porter à Saint-Brieuc, où il y a un
hospice pour les malvenus. Au retour, ils embrassèrent leur chère
Jacquemine, la soignèrent, la guérirent, et quand elle fut sur pied,
fraîche comme une rose et svelte comme un jonc, ils la marièrent à
Pierre Eyrnaud qui en était féru et proprement en dépérissait.

Mariage heureux s'il en fut, et fameux dans tout le pays pour la suite
de ses prospérités. Ils eurent sept enfants l'un de l'autre, tous forts,
bien portants et avisés, comme pas un.

Mais Jacquemine ne pense qu'à L'AUTRE, l'enfant perdu et le premier! O
terre immense, où est-il? l'aîné, l'enfant de l'amour?



L'HERITAGE D'YVON LEGOAZ


Il l'avait toujours dit, ce vieil Yvon Legoaz, et invariablement:

--A ma mort, je laisserai mon bien au plus apte à le faire prospérer.

Il pouvait, d'ailleurs, parler de la sorte, car, ne s'étant jamais
marié, il n'avait point d'enfants légitimes, partant pas d'héritiers
directs. Tout dépendait donc de son testament.

Ce testament était fait et prêt depuis longtemps déjà, car le jour où
Yvon Legoaz avait atteint la soixantaine, il l'avait dicté au notaire,
dans les formes requises par la loi, afin qu'il n'y eût erreur ni
procès, et il l'avait signé d'avance. Tout y était énuméré: meubles,
immeubles, terres, écus du bas de laine et le reste, jusqu'au brave
couteau avec lequel il tranchait ses tartines à la miche, taillait ses
rosiers et débourrait sa pipe. Seule y restait en blanc la place où
écrire le nom du légataire universel.

Le vieux paysan passait pour être fort riche, et, loin de s'en défendre,
il se vantait volontiers de cet avantage, ce qui est rare dans les
campagnes, et en Bretagne plus qu'ailleurs. Au moindre doute sur ce
sujet, il s'en allait chercher son testament dans le bahut où il le
serrait sous son linge, et il vous lisait des passages:

_Item_: un champ de soixante acres....

_Item_: deux fermes louées à bail sur vingt-cinq années....

_Item_: une maison bourgeoise sise à Dinan, dans la haute ville....

_Item_: le moulin dit de la Jeannée....

Et ainsi de suite. Puis, là-dessus, un petit hoquet de gorge qui était
son rire propre de philosophe. A qui cette fortune devait-elle échoir?
On ne savait, car huit jours avant son décès, la place du nom était
encore en blanc, vous dis-je, et le fait est incontestable.

Si Legoaz (Yvon-Conan) ne s'était jamais marié, c'est, disait-on, qu'il
avait, en son jeune temps, perdu sa bonne fiancée et lui avait juré,
au lit de mort, de rester toujours veuf «d'elle». Mais, fidèle à son
serment, il avait fait comme tout le monde, et ramené chez lui, après
la danse, les belles filles, peu farouches, que le plaisir étourdit
et désarme les soirs d'assemblée. Chez nous, elles y vont bon jeu bon
argent et ne cherchent pas à frustrer l'amour de ses conséquences;
aussi est-ce ici le pays des nourrices. C'est à ce sujet que le vieux
observait, un jour, si drôlement:

--Si le sang vient du lait qu'on tette, il n'y a quasiment point de
petits bourgeois des villes qui ne soient à demi bâtards, puisqu'ils
l'ont du sein de la mère laitière.

Or ses bâtards, à lui, ne l'étaient pas qu'à demi, ils l'étaient des
pieds à la tête et comme ceux du roi de France. Il en alignait trois,
dont une bâtarde, devant le sourcil un peu froncé du bon Dieu; mais
comme ils étaient dûment baptisés, face au diable, on ne parlait plus
de leur irrégularité d'origine, passée là-haut au compte de profits et
pertes. D'ailleurs, Legoaz les avait tout de suite pris à sa charge. Il
les avait élevés, nourris, vêtus, tandis que, de leurs mères naturelles,
deux s'étaient bellement mariées et constituaient famille ailleurs. La
troisième avait disparu dans quelque simoun du «désert d'hommes».

L'aîné, Mathieu, avait trente ans. Il était le plus solide, le mieux
trempé, laborieux à souhait, un vrai Legoaz, s'il eût eu le droit de
l'être. Pour la vertu de parcimonie, il en remontrait à son auteur même.
Un rude paysan celte selon le type immémorial, au front carré.

--Je ne sais pas, disait de lui Yvon, si Mathieu augmentera mon bien,
mais, pour sûr, il n'en perdrai pas une motte de terre, voire une paille
d'avoine.

Laurent, beaucoup plus dégourdi, futé même jusqu'il la matoiserie (sa
mère était Normande), reproduisait, à mesure égale au moins, la qualité
paternelle de volonté, patiente, obstinée, temporisatrice. Il marchait
vers sa vingt-cinquième année.

--C'est le petit au nez pointu que j'adopterais, déclarait Legoaz, si
je pouvais le faire, équitablement, sans nuire aux autres. Laurent
tiendrait tête, dans un procès, à tous ces messieurs de la justice, et
il le ferait durer d'un règne à l'autre!

Enfin Madeleine, brune pâle, sorte de sirène nabote, aux cheveux de
varech, aux yeux vert de mer, aux allures sèches et brusques, dure à
tous, même aux bêtes, et dont la voix sifflait comme le vent d'est dans
les cordages des barques.

Elle, il avait fallu l'élever par les coups, comme un mauvais gars, et
jamais on ne l'avait vu rire, entendu chanter, surprise à se parer. Elle
n'aimait rien ni personne. Ah! celle-là était bien pour le cloître,
preuve que la nature en fait, quoi qu'on en dise. Il n'en allait pas
moins que la terrible fille s'était peu à peu emparée, servante à la
fois et maîtresse, de la direction des affaires familiales. Elle tenait
les comptes, réglait les fermages, touchait les loyers et allait payer
les impôts à la ville.

On ne lui accordait aucune chance à l'héritage. Le père Legoaz voulait
de la descendance et il savait que Madeleine n'était pas mariable. Qui
donc s'exposerait à vivre avec une méchante, impatiente de tout joug, et
dont les animaux même avaient peur? Non, bien sûr, ce n'était pas son
nom qui remplirait la ligne blanche du testament.

Un soir, à la soupe, Yvon-Conan Legoaz annonça sa mort prochaine, du
reste très simplement:

--J'ai les soixante-six, leur dit-il, c'est l'âge où ceux de ma race
s'en vont.

Sur la route, à la nuit tombante, il avait rencontré le fantôme de
son propre père, une grande ombre blanche, assise sur les degrés du
calvaire, qui s'était levée à son approche et lui avait fait le signe du
départ.

--On y va, l'ancien!...

Et il était rentré pour les préparatifs du voyage sans retour.

Le repas terminé, il alla prendre le testament dans le coffre,
l'étendit, déplié, sur la table, demanda l'encre et la plume et s'assit,
la tête entre les mains.

--Montez vous coucher tous les trois, ordonna-t-il.

Puis, resté seul sous la chandelle vacillante, le vieux chouan ouvrit en
lui-même le grand débat définitif de sa succession.

--Je laisserai mon bien, avait-il dit et redit, au plus apte à le faire
prospérer.

Mathieu, Laurent ou Madeleine?

De Mathieu, un acte l'avait beaucoup frappé, car il témoignait d'un
esprit d'ordre et d'économie d'autant plus extraordinaire qu'il venait
d'un enfant et révélait ainsi une vertu ethnique fondamentale. Un jour
que l'on battait au fléau selon l'usage, sur des draps, dans le gazon,
une récolte de petit pois surabondante, bons seulement pour la graine,
le petit bâtard, à peine âgé de neuf ans, avait voulu, quoique la
besogne fût finie, rester sur le champ de battage. Et, jusqu'à la chute
du jour, il avait glané les pois épars dans l'herbe, les recueillant un
à un, comme des pépites d'or, au creux de sa blouse.

Et le matin en avait bien encore rapporté un demi-sac à la grange.

Cette patience ne s'était jamais démentie, et Mathieu ramassait encore
les petits pois perdus en toutes choses.

Il est vrai qu'il y avait, à l'acquis de Laurent, un trait de caractère
non moins explicite et qui le brevetait d'une énergie doublée de malice
telles qu'Yvon lui rendait les armes et s'en avouait lui-même incapable.
Une fois que deux jeunes chats joueurs avaient si inextricablement mêlé
les bobines de fil de la corbeille de Madeleine que sa chambre en était
tendue comme d'une toile d'araignée, il s'était fait fort d'en dévider
l'embrouillamini et de rebobiner les pelotes sans que la filière en fût
rompue. Il y avait employé quatre jours et, nouveau Thésée, il était
sorti vainqueur du labyrinthe.

De telle sorte que le testateur hésitait au choix de ces deux héritiers
également dignes d'hériter. Il allait se mettre au lit, très las de
cette perplexité, lorsque Madeleine, une lampe à la main, rentra.

Elle avait ses carnets de comptes, plus une liasse de papiers imprimés
et affranchis du timbre, qu'elle jeta brusquement sur la table....

--Voici les quittances, fit-elle.

--Quelles quittances?

--Celles de vos loyers, maison de rapport et fermages.

--Pourquoi me les apportes-tu à cette heure de nuit?

--Parce que vous allez mourir.

Et le mot fut dit sur le ton net d'une constatation d'évidence, avec le
léger haussement d'épaules qui est le geste du: à quoi pensez-vous donc?
des gens pratiques qui n'aiment pas à perdre du temps.

--Vère dam, hoqueta le vieillard, comme tu y vas! Est-ce pour le lever
du soleil?

--On ne sait pas. Vous avez vu le fantôme à la croix du tertre, il faut
parer à tout événement.

--Explique-toi, ma fille.

--Eh bien, dans trois jours, c'est le terme de la maison de Dinan. Il
faut donc que j'y aille porter les quittances de loyers aux locataires?

--Oui.

--Et, en revenant, celles aussi des fermages?

--Dà, et puis?

--Elles ne sont pas signées.

--Non.

--Signez-les.

--Je comprends ... d'avance?

--Naturellement.

Et elle les aligna devant lui, paisible.

Legoaz, la bouche bée, les yeux clignants, regarda longuement ce
monstre, sorti de ses flancs et doté d'une partie de son âme. Mathieu,
c'était son avarice; Laurent, sa ruse patiente; Madeleine, sa
prévoyance, et quelle prévoyance, celle-là, une pour laquelle le temps
ne sonnait point d'heures et que n'aveuglait même pas la mort d'un père!

--Laisse-moi les quittances, fit-il, tu l'es trouveras en règle dans le
coffre. Et à présent, va dormir.

Et, étrangement remué dans toute sa race, il la rappela:

--Embrasse-moi, veux-tu?

Elle s'y prit de son mieux, n'en ayant pas l'usage, et, du seuil, elle
lui siffla de sa voix de courant d'air:

--Adieu, monsieur Legoaz!

Ce fut ainsi qu'elle hérita, car, le surlendemain, après une agonie
calme comme celle d'un ascète dans sa caverne, Yvon-Conan mourut en sa
soixante-sixième année. Sans doute, il a rejoint la bonne fiancée dont
il était fidèlement resté veuf sur la terre; mais toujours est-il
que toutes les quittances étaient signées et que le nom de Madeleine
remplissait la place blanche du testament.



AZELINE


C'est une légende de notre vieille et candide Bretagne, où l'on s'en
transmet de si belles.

Elle a été défigurée par les folkloristes, au gré des provinces diverses
sur lesquelles ils opèrent. Je n'ignore pas, certes, que chaque race a
le droit d'assimiler à son caractère ethnique les contes merveilleux,
nés du rêve, dont l'humanité est légitime héritière. _Peau d'Ane_ est
d'origine hindoue, mais _Azeline_ est celtique, et son thème se prête
mal aux paraphrases de l'imagination méridionale, par exemple. Il y faut
l'encadrement de cette terre de granit recouverte de chênes, battue par
une mer méchante, et où les calvaires se mêlent encore aux dolmens
dans une confusion de croyances propice au surnaturel. Si la légende
saint-briacquoise repose sur un roman vécu, ledit roman n'a pu l'être
qu'en Bretagne. Et voici comment je l'ai eue, dans mon village, d'une
excellente sorcière traditionnaliste qui, l'an dernier, vivait encore,
et qu'on appelait: la mère l'Oie, parce qu'elle en traînait une, comme
un chien, à ses jupes. Il paraît que cette oie l'avait, une nuit, sauvée
des voleurs, comme celles du Capitole sauvèrent Rome, ni plus ni moins,
de nos aïeux les Gaulois.

--Mon bon monsieur, ce n'est pas que je l'ai connue, non vère, quoique
vieille, je suis trop jeune, mais la mère de mon père l'a vue comme
je vous vois. Elle s'appelait Azeline, et elle était du bourg de
Saint-Briac, où les filles sont le plus jolies et ont les plus belles
coiffes. C'était au temps jadis où il y avait encore des rois régnants
et où tout le monde allait, le dimanche, à la messe. Les parents
d'Azeline avaient du bien, ce qui n'est pas pour nuire, et, comme, à
leur mort, elle était seule à en hériter, il ne lui manquait pas de
danseurs aux assemblées. Mais elle n'en avait que pour son Jan Bris,
qui, nécessité de vivre, était marin et faisait la pêche à Terre-Neuve.

«Ce Jan Bris lui avait retenu son coeur. Ils devaient se marier
quasiment à la Saint-Michel, dès que son bateau serait de retour avec
le chargement, sans retard. Pendant son absence, elle se brodait du fin
linge et lui marquait des mouchoirs à leur chiffre entremêlé: J.A., ceci
pour bien vous le dire. Mais voilà qu'un soir son aiguille cassa sur
l'ouvrage. La première fois, ça ne compte pas. A la deuxième, vaut mieux
cesser de coudre, parce qu'à la troisième c'est le signe de mort. Elle
le savait, mais elle continua, elle l'aimait trop, ça n'était pas
possible. La troisième aiguille rompit.

«Sur nos côtes, voyez-vous, on ne sait pas comment les naufrages sont
connus avant qu'on en ait la nouvelle. C'est, dans les voix de la mer,
un certain cri particulier auquel les marins ne se trompent pas. Il
vient par les mouettes qui se passent le malheur. Le père d'Azeline
l'entendit de sa fenêtre, la mère aussi, et, sachant bien qu'elle
mourrait si on ne la préparait pas à petits coups à son chagrin, ils
l'emmenèrent à Jouvente-sur-Rance, où il y avait des noces pour les
fiançailles d'une cousine.

«A peine venaient-ils d'y partir que les Anglais rapportaient à
Saint-Jacut-de-la-Mer le corps du pauvre jeune homme, trouvé sur leurs
rochers, afin qu'il fût enterré dans la terre de son baptême. La
cérémonie eut lieu le jour même, en présence du recteur de la paroisse,
tandis qu'Azeline dansait, comme une innocente, à Jouvente-sur-Rance.

«Elle seule ignorait peut-être son infortune, annoncée par les mouettes.
Une cousine mauvaise, parce qu'elle était carabossue et naine, lui avait
bien dit, par allusion:

«Il y en a qui dansent sur les trous des fosses!

«Mais elle n'avait pas compris. Pouvait-elle comprendre? Elle l'aimait
tant, son beau Jan Bris! Et elle était rentrée dans la ronde.

«Ce fut alors qu'on vint l'avertir que quelqu'un la demandait à la porte
de la métairie, sur la route. Elle y alla; c'était Jan Bris.

«Il tenait par la bride un cheval gris de fer qui, malgré le soleil,
était enveloppé de brouillard. Ses naseaux en fumaient comme des
cheminées, et ses sabots en tiraient comme du chanvre qu'on dévide.

«--Jan, mon bien-aimé!...

«Mais il repoussa son doux embrassement.

«--Tu danses trop, fit-il.

«Et, consternée, elle lui disait:

«--Es-tu jaloux? Doutes-tu de moi? Je te suis fidèle. Je t'attendais!...

«--Alors viens, fut la réponse.

«--Et, la soulevant entre ses bras, il l'assit sur le cheval gris de
fer, et ils partirent. Elle ne lui demanda même pas où on allait, elle
était si heureuse, oh! si heureuse!...

«Comment faisait-il déjà nuit en plein midi, ce n'est pas le plus
étrange, mais il est certain que le ciel était comme une ardoise. Il
serait impossible d'expliquer autrement pourquoi il y filait tant
d'étoiles. Le cheval gris de fer les rattrapait toutes à la course et il
arrivait avant elles à l'horizon.

«--As-tu peur d'aller si vite? lui demanda-t-il.

«--Je suis avec toi, je n'ai peur de rien.

«Et, nouée au cou de son fiancé, elle s'étonnait seulement de sa pâleur.

«--Tu es livide comme un mort, mon tendre ami?

«Et il approuvait d'un geste de la tête.

«Au-dessous d'eux, d'arbre en arbre, une corneille appelait ses petits,
enlevés par un émouchet. Jan la lui montra, en silence.

«--Non, lui jeta-t-elle à l'oreille, ce n'est pas un corbeau, c'est
une hirondelle de mer. Nous approchons de chez nous. J'entends le
déchirement de toile que font les vagues sur nos grèves. Voici le
clocher de Saint-Briac et les bassins, bordés de bois pleins de bruyères
où sont tous nos souvenirs. Tiens, la maison paternelle, regarde!...

«Il frissonna.

«--J'ai froid, fit-il.

«Azeline ôta sa capuce et la lui attacha sur les épaules. Le cheval
filait, filait toujours, sa filasse de nuage aux sabots. Saint-Briac
passa, puis, dans la plaine, des villages endormis qu'elle nommait au
passage. Les chiens hurlaient, comme ils font aux fantômes.

«Tout à coup, au-dessus du vieux castel du Guildo, qui croule depuis
huit siècles, pierre à pierre, dans l'Arguenon, Jan se plaignit que le
vent du nord lui traversât le crâne.

«--Ne le sens-tu pas siffler derrière moi, Azeline?

«Elle prit alors l'un des mouchoirs blancs qu'elle lui marquait J.A., de
leur chiffre entrelacé, et elle en banda le front du cavalier.

«--Merci, murmura-t-il.

«Et, comme ils arrivaient à Saint-Jacut-de-la-Mer, le cheval gris de
fer dessina une courbe dans l'air, comme s'il glissait du pont de
l'arc-en-ciel, et il vint s'abattre sur la place, devant le porche de
l'église.

«De tous ceux qui étaient là, les femmes seules et les enfants virent
distinctement Jan Bris sur le cheval et le reconnurent, mais les hommes,
eux, virent Azeline. Ils l'aidèrent même à mettre pied à terre.

«Dans l'église, le glas de l'enterrement ne tintait plus, mais il
bruissait encore. Le bedeau mouchait les cierges. L'encens s'évaporait à
peine, et sur un banc une vieille sanglotait à la Vierge mère, car Jan
était le plus beau de ses six enfants, le plus fort et le plus tendre.
La jeune fille courut à elle.

«--Qui donc est mort?

«--Va voir au cimetière!

«Elle y alla. On comblait le trou de la fosse, et le recteur la
bénissait.

«--Monsieur le curé, qui est-ce?

«--Mon enfant, un bon chrétien, un brave marin, un Breton, qu'on a
recueilli sur la côte anglaise. Le bateau est perdu, capitaine, équipage
et mousse. Le bon Dieu ne nous a rendu que Jan Bris, je veux dire son
cadavre.

«A ce nom, Azeline, sans un cri, tomba de son long sur la fosse, et,
elle aussi, elle trépassa.

«Toute la commune décida que de pareils amants ne pouvaient pas être
désunis, et que ce serait injuste s'ils ne partageaient pas, non
seulement la même tombe, mais le même cercueil. On le rouvrit donc, et
savez-vous ce que l'on y vit?... Ma grand'mère paternelle y était, et
jamais elle n'a menti en quatre-vingts ans d'existence.... Eh bien! le
corps de Jan Bris, longtemps ballotté par la mer, avait repris toute sa
consistance, il avait la capuce d'Azeline aux épaules, le mouchoir blanc
marqué J.A. autour du front, et, miracle d'amour plus admirable encore,
il portait au doigt l'anneau nuptial qu'elle lui avait donné à son
départ pour la pêche à Terre-Neuve, et que les Anglais n'avaient pas
retrouvé sur son cadavre.

«Voilà comment on s'aimait chez nous, mon bon monsieur, au temps où il y
avait des rois régnants, quand tout le monde allait, le dimanche, à la
messe, et ceux qui disent que l'histoire s'est passée ailleurs qu'en
Bretagne sont des menteurs qui veulent nous faire du tort dans l'esprit
du monde.»

Sur cette protestation, la vieille sorcière siffla son oie et s'en fut
désherber ses pommes de terre.



CONTES TRAGIQUES



LA TACHE D'ENCRE


Feu le président Mazèdes, de spirituelle mémoire, était par excellence
ce magistrat bénévole et évangélique qu'on nomme: un bon juge.

Au long cours de sa carrière judiciaire, il s'était adonné à l'étude
sociale de la condition vraiment déplorable de ces pauvres filles que
le siècle dernier appelait madelonnettes, du nom de leur patronne
chrétienne Magdalena, ou Madeleine, courtisane avérée pourtant, mais
patronne de la plus parisienne de nos églises, j'allais dire la plus
boulevardière.

Ceux qui ont lu, et on les lit encore, les excellents ouvrages du
président Mazèdes sur les tristes filles dites de joie, savent la pitié
singulière que leur sort, sans législation, inspirait au vieux juriste.

On ne les juge même pas, me disait-il, on les pousse en tas, comme
des bêtes, sans les entendre, et les Cafres sont moins rudes pour les
captives qu'ils enlèvent que nos policiers pour ces chrétiennes. Il y
en a pourtant d'honnêtes dans ce troupeau de douleur, mais oui, de très
honnêtes même, monsieur le tortoniste, et si je vous racontais....

«La plus malheureuse est sans contredit la fille en carte. Vous
n'ignorez pas à quelles mesures de police elle doit se soumettre pour
exercer son lugubre négoce. Elle est inscrite sur un registre secret
du bureau des moeurs, et jamais, vous m'entendez bien, jamais plus, se
fût-elle rachetée cent fois par une conduite exemplaire, elle n'est
rayée du livre d'infamie. J'en ai vu, moi qui vous parle, se rouler aux
pieds du chef de ce bureau, lui tendre leur enfant, perdu par la tare
maternelle, et s'en aller hagardes et battant les murs, sans avoir rien
obtenu. Et tenez, c'est là que j'ai compris qu'il n'y pas de malhonnêtes
femmes et que c'est le Christ qui a raison. Il est parfaitement exact et
scientifique en physiologie que l'amour refait une virginité. Quant à la
maternité, c'est de sainteté, ni plus ni moins qu'elle les revêt. Mais
passons.

«Le registre est secret, vous ai-je dit, et c'est le seul geste de
pitié, du règlement. Sous aucun prétexte, en aucun cas, on ne le
communique, même aux notaires, même à la police secrète, à personne.
Il n'est fait exception, que pour les seuls juges de cour, s'ils le
requièrent expressément, et pour des causes capitales. Or il advint, il
y a quelques années, qu'une de ces causes étant venue à mon tribunal,
je dus me réclamer de notre privilège. Il retournait d'une affaire de
meurtre dans lequel était impliquée, et inexplicablement, une fille de
dix-huit ans que nous appellerons, si vous voulez, Louisa. Toute la
lumière sur le crime sombrait sous cette question enténébrée: Louisa
était-elle, oui ou non, fille soumise, et par conséquent inscrite au
formidable registre? Il y allait d'une et même de deux têtes, car à
cette époque on les tranchait encore.

«Louisa était inscrite,--en carte.

«Ah! vous ne savez pas comment elles se résignent à cette ressource, la
dernière avant le réchaud ou le plongeon dans ce bon fleuve d'oubli
qui roule autour de Notre-Dame! Une famille sans pain, devant qui tout
crédit se ferme, le chômage du père, le désespoir d'une mère aveugle à
force de larmes, un petit frère blême de faim, de fièvre et de froid, la
honte insurmontable, et si caractéristique chez les ouvriers de
Paris, de tendre la main, même, et surtout, à la charité publique et
administrative, et toute la tragédie enfin de la misère, de l'inique
misère! Il y a dans un coin du logis une jeune créature de Dieu,
intelligente, aimante, brave. Si elle n'est pas très jolie, elle a
d'admirables cheveux blonds, et tout, oh! tout, plutôt que de les vendre
comme les Auvergnates, au détesté «merlan» qui les guigne. Alors, elle
les noue en torsade, y pique une épinglette de deux sous, se dresse,
embrasse la maman et le môme, et, une, deux, trois, elle y va!... C'est
Louisa.

«Non, il n'y a pas de malhonnêtes femmes, interjeta le président
Mazèdes.

«--Il n'y a peut-être, observai-je, que de malhonnêtes sociétés. Mais
l'histoire de Louisa, on la demande?

«--Eh bien! voici. Un jour où, Thémis m'ayant fait des loisirs, je les
employais à jouer au bouchon avec les ablettes de la Marne, j'étais
entré, pour me rafraîchir, dans un de ces cabarets à tonnelles qui
bordent la rivière. Ils sont les oasis de nos caravanes fluviales,
et l'attrait dominical des familles d'ouvriers en balade. Outre
les berceaux de lierre et de vigne folle qui y jouent le rôle du
moucharabieb de la maison arabe, on y trouve des gymnastiques avec
trapèzes et balançoires, le jeu de tonneau et de boules, tous les
divertissements de plein air enfin, naïfs et chers à nos pères, où se
résument, pour les bonnes gens du peuple, le plaisirs de la campagne.
Une baignade, une traversée en canot jusqu'à l'île voisine, et le régal
d'une gibelotte leur en complètent le paradis.

«Je triomphais ce matin-là par une pêche miraculeuse, et l'idée d'y
faire honneur sur place m'avait amené à ce bouchon de mariniers, où
m'attirait encore, je l'avoue, le souvenir de certain «reginglard»
angevin qui datait dans ma magistrature.

«--Voici, dis-je au patron de l'oasis, en lui remettant ma cloyère;
faites-moi frire cette goujonnée, et, pour le reste, du meilleur!

«--Parbleu, mon président, vous tombez mal ou bien, selon votre humeur
du jour, nous avons aujourd'hui une noce. Des faubouriens et leurs
dames, tous en joie, et qui mènent déjà un train du diable. Du reste,
écoutez-les. Vous ne serez pas tranquille sous votre tonnelle.

«--La mariée est-elle jolie?

«Peuh! Affaire de sentiment. Elle a des cheveux magnifiques et elle
rayonne de bonheur, voilà tout ce qu'on peut en dire.

«--Le mari?

«--Un brave garçon. Il est dans la carrosserie. Laborieux, droit, franc
du collier, digne de son père, qui était d'Angers comme moi, pour vous
servir, il me paraît fou de sa blonde, et ça, c'est drôle tout de même,
car enfin?...

«--Car enfin, quoi?

«--Rien, ça les regarde, et il sait à quoi s'en tenir, elle ne lui a
rien caché, du reste. Et puis, vous le savez, mon président, dans le
populo, c'est comme à la campagne, on n'exige pas la fleur d'oranger. Le
tout est de se convenir, et ils s'épousent par amour. Mais tenez, les
voici, ils sont gentils, hein?

«Ils étaient mieux que gentils, ils étaient délicieux de passion
épanouie et d'allégresse amoureuse. Par un joli geste d'interversion
conjugale, c'était lui qui se pendait au bras de sa femme et semblait se
vouer à sa domination. Le père et la mère marchaient derrière, celle-ci
tenant un petit garçon par la main, et des camarades d'atelier formaient
escorte nuptiale au jeune charron. Quant à elle, du premier coup d'oeil,
je l'avais reconnue: c'était Louisa, la fille en carte.

«Vous pensez si je me détournai rapidement pour lui épargner l'anxiété
dont la rencontre pouvait l'étreindre. Je savais, seul au monde sans
doute, mais enfin je savais! J'avais lu le registre. J'avais, dans mon
cabinet de juge, interrogé la malheureuse. Tout son bonheur, sa vie
peut-être, dépendaient du conflit de nos regards entre-croisés, non pas,
certes, qu'elle eût rien à craindre de mes lèvres scellées, mais sa
propre émotion pouvait la trahir, justifier au moins de questions
fatales contre lesquelles elle n'était pas de force à se défendre,
car, dans ce pauvre corps de martyre, souillé de toutes les boues du
trottoir, la nature, qui n'en met pas, elle, de femmes en carte,
avait allumé une âme lumineuse comme l'azur de ses yeux et totalement
incapable du moindre mensonge. Si elle avait «tout» dit à son futur
avant le mariage, elle ne lui avait pas dit «cela», puisqu'il
l'épousait, car la philosophie amoureuse de l'ouvrier parisien va
jusqu'au registre, mais s'y arrête, et quel cataclysme s'il lui
demandait «cela»! Elle le dirait.

«Il n'y avait qu'un parti à prendre, celui, messieurs, que vous auriez
pris vous-mêmes: renoncer à la goujonnée miraculeuse et au joli
reginglard et s'éclipser à «l'anglaise.» Il est quelquefois dur de
porter la toge!

«Trois ans après, je traversais un square populaire où s'ébattait une
nuée de marmots, lorsque à mon passage une ouvrière, assise sur un banc,
se dressa, courut prendre son enfant, qui jouait dans le sable, l'éleva
entre ses bras et me le présenta:

«--Dis: merci, monsieur le bon juge!

«Ah! ces Parigotes: elle m'avait reconnu, autrefois, dans la guinguette,
sous mon déguisement de pêcheur à la ligne.

«Je ne vous cache pas que j'ai, sous un prétexte, redemandé le registre,
et que j'y ai, comme par hasard, renversé la bouteille d'encre, à la
page où cette jeune mère était déshonorée.»



LA VÉNUS VITRIOLÉE


Le soir était venu, l'atelier s'assombrissait, il fallait clore la
séance. Le sculpteur l'aida lui-même à se rhabiller. Depuis deux mois
qu'elle lui posait, comme Pauline Borghèse à Canova, son Anadyomène, il
était devenu bonne «femme de chambre». En cinq minutes, elle fut sous
les armes, corsetée, chaussée, robée, puis chapeautée et gantée. Il
ne restait plus qu'à baisser la voilette pour traverser cette villa
d'artistes dont une allée centrale, bordée de beaux tilleuls, desservait
les jardinets. Elle l'embrassa à pleines lèvres.

--A demain, dis?

--A toujours.

Il tourna la clef dans la serrure, ouvrit la porte, et la chère Vénus
s'enfuit.

Il revint à sa statue, qui tremblait de vie dans la pénombre, et, comme
il s'apprêtait à en humecter la glaise, un hurlement de bête égorgée
déchira l'air de la petite cité. C'était la voix de Marina. D'un bond de
tigre, il fut sous les tilleuls. Devant le puits de l'allée, elle était
étendue, toute palpitante, les deux bras ramenés en croix sur le visage,
et elle criait éperdument.

Tous les artistes arrivaient l'un après l'autre, offrant leurs services.

--Laissez, fit Pétrus, un médecin seulement.

Et le statuaire, qui était d'une force athlétique, la souleva comme de
l'ouate et l'emporta entre ses bras à son atelier.

Elle était vitriolée.

Le célèbre statuaire Falguière qui, le siècle dernier, fut le maître de
la décoration monumentale et le chef de l'école toulousaine, n'a jamais
eu d'élève dont il fût plus fier que de Pétrus Lymon, et je l'ai entendu
vingt fois moi-même lui présager gloire et fortune.

--Tu verras, me disait-il de sa voix chaleureuse et chantante, c'est le
sculpteur de la femme moderne. S'il trouve le modèle de son idéal, il
nous enfoncera tous, moi, Paul Dubois, Mercié et les autres!

Or, Pétrus avait rencontré, _deo volente_, ce modèle en Marina, simple
commerçante du quartier, mariée, je crois, à un charcutier. Inutile,
comme on voit, d'aller perdre quatre ans de sa vie à Rome. Aucune femme
de Paris n'est insensible, et ne peut l'être, à l'adoration qu'elle
inspire à cet ouvrier de la beauté qu'est l'artiste. Outre qu'il avait
le verbe prenant de son maître même, il était de la race ensoleillée,
trempé en jeune Alcide, et sa volonté d'amour lui flambait aux yeux.
Aussi ne fut-ce pas long; elle alla à son sort terrestre, et sans songer
à l'autre. Depuis deux mois, elle lui incarnait, debout et sans voiles,
l'Aphrodite naissant, de l'écume de la mer.

Le désastre était effroyable. Sous l'action corrosive de l'acide
sulfurique, le pauvre charmant visage, si pur de galbe, si tendre de
lignes, couronnement d'un corps triomphal, clef de sa forme voluptueuse,
coup de pouce enfin du divin modeleur des types et des espèces, n'était
qu'une éponge sanguinolente où s'embroussaillaient les cheveux et la
voilette. Un interne ami, ramené par les camarades, était accouru
presque aussitôt et déjà muni des objets nécessaires au premier
pansement. Il souleva d'abord l'une et l'autre paupière, obstinément
scellées, de la martyre, puis il l'anesthésia au chloroforme et prépara
ses bandelettes. Un coup d'oeil jeté à l'Anadyomène lui avait éclairé la
situation.

--Qui est le vitrioleur? demanda-t-il à Pétrus ... ou la vitrioleuse?

Mais le sculpteur se détourna sans répondre. Du reste, il ne pouvait
rien dire, les artistes de la villa n'avaient vu personne, et Marina
n'avait encore ouvert la bouche que pour vociférer lamentablement.

--Est-ce que vous ne ferez pas votre déclaration au commissaire?

--Non, elle est ma femme, fut la réponse à laquelle l'interne se méprit.

--Alors, aidez-moi à la mettre au lit, ou plutôt, déshabillez-la
vous-même. L'acide a pu l'atteindre aussi sur quelque partie du corps.
Il faut voir.

Pétrus prit l'endormie sur les genoux, et, habile à l'office familier,
il l'eut bientôt dévêtue et déposée sur sa couchette. Rien, grâce au
ciel; les bras préservés par l'étoffe des manches, les mains sauvées par
les gants, le torse indemne. De cette part de l'Aphrodite, l'artiste
gardait tout. L'amant aussi. Mais la tête, oh! la tête, miséricorde!...
Que restait-il du beau front hellénique, celui des filles de Jupiter,
ourlé comme la vague, de l'écume dorée de la chevelure? Du double
arc-en-ciel des sourcils plongeant dans la brume bleuâtre des tempes?
Des oreilles, conques perlières d'une grotte de stalactites? Du cher
petit nez, timon du char nautique d'Amphitrite, dont les narines
lumineuses s'ébattaient comme des dauphins au soleil? De la bouche
adorée que l'attente de l'éternel baiser épanouissait et teintait de
tous les iris de l'actinie, ouverte dans les algues, à la caresse des
flots montants? Du menton, dé de quartz arrondi, qu'il comparait aux
promontoires des îles grecques, et de ces joues à la pulpe de fruits,
à la cuticule de fleurs, dont il lui fallait modeler les oves comme on
dessinerait un reflet de la lune sur la mer?...

--On pourra sauver les yeux, fit l'interne.

--Quoi, seulement?

--Oui.

Il lui expliqua que les globes n'étaient que légèrement touchés et que
tout dépendait du degré de perforation des paupières. Sur ce point
devait porter la cure, difficile d'ailleurs, d'une délicatesse extrême,
et qui réclamait une assiduité constante d'observations et de soins.

--Je vais aller moi-même vous faire préparer le collyre, mais vous
devriez, et ce serait plus sage, me la laisser transporter à mon
hôpital, j'y veillerais de plus près au pansement. Une absence d'un
quart d'heure, un assoupissement sur votre fauteuil de garde-malade, une
distraction suffiraient à achever l'oeuvre de destruction du visage.
Elle serait aveugle à jamais.

--Allez me chercher le collyre, dit Pétrus.

Pendant les trois premiers jours, doublés de leurs nuits, le sculpteur,
assis ou debout, ne quitta pas une seconde Marina, même du regard.
L'interne lui avait tracé minutieusement la ligne thérapeutique à
suivre, et il venait à chaque instant s'assurer de la bonne marche du
traitement.

--Ma foi, déclarait-il en lui serrant la main, vous êtes un infirmier
admirable! A quel moment pâturez-vous?

--Je ne sais pas, souriait l'artiste. On m'entonne de la bouillie, comme
aux gosses. Les camarades de la villa! Mais il n'y a plus d'heures, ni
de matin, ni de soir. Elle verra, n'est-ce pas?

--Je l'espère. Surveillez bien, cette nuit encore. Ça va. Bravo.
Voulez-vous que je vienne vous relayer?

--Merci, non. A demain.

Il n'y avait, en effet, rien à craindre. Non seulement Pétrus Lymon,
en qui la volonté virtualisait, pour ainsi parler, l'athlétisme, était
déterminé à lui conserver la vue, mais il était résolu à bien d'autres
choses encore. Il roulait donc ses divers projets dans l'ombre nocturne,
au pied du lit de la malade, sous la lampe à demi baissée, lorsque,
lentement redressée, Marina, d'une voix étouffée par les compresses,
murmura distinctement:

--Un miroir.

C'était son premier mot. Il signait la femme, certes, et toutes les
femmes, mais il terrifia le sculpteur plus que ne l'avaient fait toutes
ses clameurs de brûlée vive. Se voir, elle voulait se voir, ah!
mon Dieu, dans l'état de défiguration où le corrosif l'avait mise!
Qu'allait-il faire? Comment parer à cette curiosité dont l'effet allait
être épouvantable? Quel prétexte, quelle défaite, plus claire encore que
le refus pour elle? Un miroir à la Vénus vitriolée!...

--Le médecin ne te le permet pas encore, ma chérie. Pas d'imprudences.
Non.

--Mais j'y vois, insistait-elle, en écartant le bandage, je t'assure que
j'y vois. C'est un peu confus encore, mais je te distingue très bien,
mon Pétrus; tu es là, derrière l'abat-jour de la lampe. Donne-moi ton
petit miroir. Il est au mur de l'atelier. Tu ne veux pas? Je suis donc
devenue un monstre?

Il se leva, glacé de sueur froide, et, d'un tour de main rapide, il
éteignit la lampe.

--Tiens, il n'y a plus d'essence dans la torchère, s'écria-t-il en
éclatant de rire, elle est bien bonne!

Et, se penchant sur elle, il l'embrassa sur ces tristes yeux à peine
dessillés, comme on embrasse une morte, puis il la berça doucement, tout
doucement, avec des chuchotements d'amour, entre ses bras puissants de
manieur de terre, jusqu'à ce qu'elle fût bien endormie. Alors, il prit
le collyre et le jeta dans les tilleuls, par la baie de l'atelier. Puis,
avec son chapeau et son gourdin, il s'en alla heurter à la porte d'un
peintre voisin, qui était Corse, et dont il aimait le caractère rebelle
aux compromis de la société «continentale».

Quand ils revinrent, à l'aube, Marina n'avait plus besoin du miroir,
étant aveugle.

Deux ou trois jours après, dans les feuilles, une nouvelle diverse
relevait, entre autres suicides, celui d'un charcutier du sixième
arrondissement, dont on avait retrouvé le cadavre dans les filets de
Saint-Cloud, avec la justification de sa mort volontaire.

J'ai assisté, à côté de Falguière, au mariage de Pétrus Lymon avec
Marina, l'année de sa médaille d'honneur pour l'_Anadyomène_. Ce fut le
maître de Toulouse qui mena la mariée à l'autel. Elle était voilée
d'un épais crêpe bleu foncé qui l'enveloppait, comme une décapitée de
légende, jusqu'aux épaules. La moitié de l'Institut était là, toute
la villa des Tilleuls, et le peintre corse servait de témoin au jeune
sculpteur triomphant.



LA PLUS TERRIBLE ARME DU MONDE


Elle ne se signalait entre les dix ou douze autres lettres de son
courrier du jour que par l'apparence de prospectus qu'elle avait. Aussi
l'élimina-t-il pour la lire «quand il aurait le temps», non sans avoir
remarqué, au passage, que sur l'adresse, typographiée, son nom était
légèrement écorché, Lemalot au lieu de Lemalô, selon l'orthographe de
sa patronymie bretonne. Puis, sa correspondance dépouillée, il sortit,
ayant oublié la circulaire.

Quand il rentra, il la revit sur son sous-main, où l'honnête Firmin, le
valet de chambre, qui l'avait ramassée à terre, l'avait mise, bien en
vue, scrupuleusement. Il l'ouvrit donc et il lut. Elle ne contenait
qu'une ligne et la signature:

«Ta femme te trompe.... Un ami.»

C'était la bonne vieille lettre anonyme, dans toute la couardise de
sa stupidité. Comme l'adresse, elle était typographiée; et même, à y
regarder de plus près, composée de mots découpés dans quelque périodique
et collés à la suite avec un art remarquable. Il reprit l'enveloppe,
c'était de même. Un timbre y fleurissait sa politesse.

--Dépenser dix centimes pour ça, quel luxe! monologua-t-il gaiement, et
il flanqua le poulet dans la corbeille à papiers.

Adèle trompait Charles, son Charles qu'elle adorait, et chaque jour de
plus en plus, depuis leur mariage, au point que quelquefois cet amour,
en constant renouveau de lui-même, lui faisait peur. Il en arrivait à y
voir un présage de mort.

La nuit suivante, ils ne s'embrassèrent point. Adèle, un peu boudeuse,
mais non inquiète, s'était endormie chattement sur l'épaule du cher
bien-aimé. Quand il la sentit envolée au pays du rêve, il se laissa
glisser du lit, et nu-pieds, comme larron nocturne, sans se rendre
compte de l'inconséquence d'un pareil mystère, il souleva la tenture
de son cabinet, en poussa la porte, et se dirigea à tâtons vers la
corbeille. Il la trouva aisément, dans l'ombre, à la place usuelle,
la saisit, s'assit au bureau, le panier sur les genoux, et, ridicule
vraiment, il eut honte en cette obscurité.

«Que veux-tu de la lettre infâme?» lui criait dans la poitrine cette
voix intérieure que nous y entendons tous, qui demande: «Oui ou non»,
sans plus, et veut une réponse. «Oh! la détruire», fut la sienne, très
sincère. Morte la bête, mort le venin; il avait négligé de tuer le
crapaud.

Un tour au bouton électrique, le cabinet s'éclaire, la corbeille verse
toute sa paperasserie sur la table, voici la lettre. C'est bien elle. Ne
l'aurait-il pas reconnue, du reste, la «circulaire» typographique aux
mots collés, dans une charretée de chiffons?

La relire? A quoi bon, il la possède par coeur: «Ta femme te trompe.
Un ami.» Sa femme, c'est Adèle. L'ami, qui est-ce?... Peut-être
importerait-il de s'en enquérir tout de même? Et il la relit sous
l'abat-jour, dans le rond lunaire qu'il projette. Allons, il ne faut
rien détruire. C'est plus sage. On ne sait pas!...

Il replie la lettre, l'insinue dans son enveloppe, timbrée et datée par
la poste, et il la range au fond, tout au fond du tiroir dont il a seul
la clef, sous l'amas des papiers de famille. Puis il éteint la lampe
électrique, et il retourne au lit conjugal. Adèle dort, douce,
charmante, rayonnante de foi amoureuse, du sommeil pacifique des saintes
que le Juste fait relever du poste terrestre de la vie, les mains
jointes. Mais lui, le pauvre Charles, il ne dormira plus, ni cette nuit,
ni les autres:--les Euménides ont passé!...

Sauf le front carré ethnique, il ne demeurait plus rien, en Charles
Lemalô, de la race celtique, si rebelle aux fatalités, dont il relevait
par ses origines.

La malheureuse Adèle, désolée, ignorant tout et ne devinant rien, voyait
son Charles changer d'heure en heure,--il avait grisonné en quinze
jours,--ne comprenait pas ce qui le détachait d'elle, et elle regardait
s'en aller son amour comme une mère regarde, de la falaise, s'effacer la
fumée du navire qui lui emporte son petit.

--Qu'est-ce que tu as, enfin.... Mais qu'est-ce que tu as?

--Rien.... Je ne peux pas te dire.... Une espèce de neurasthénie.... Ni
cause, ni prétexte.... Je vais très bien.... Mes affaires aussi.... Ça
s'en ira comme c'est venu, aux premiers beaux jours.... Un petit voyage
peut-être?...

--Partons!

--Non, pas encore.

--Ah! tu ne m'aimes plus, sanglotait-elle.

Alors il l'entourait de ses bras et il la taxait de folie.... Ne plus
aimer Adèle, lui, Charles? On en entendait de drôles!... Mais elle
voyait juste: il ne pensait plus qu'à la lettre, nuit et jour. Partout,
et jusqu'à la Bourse, dans la vocifération.... La lettre, la lettre!...

Comme il avait fini par la porter sur lui, dans une poche à ressort de
son portefeuille, elle le perforait à même, tout vif, térébrante.

Un matin, après une insomnie traversée d'hallucinations, le besoin
de tuer s'imposa à sa volonté reconquise; oui, s'imposa, comme une
certitude algébrique. Tuer, qui? L'«ami» de l'anonymat, le colleur de
mots découpés, celui qui savait la trahison d'Adèle, «fausse ou vraie»,
n'importe. Ce meurtre était bon, très bon, il fallait y procéder sans
retard. Ce n'était pas cela qui lui faisait peur. Il y a des agences
spéciales et «vidocquiennes» qui flairent les turpitudes humaines, comme
certains sorciers hydrographes sentent l'eau courante dans le sol par
l'humectation des orteils. S'adresser là?

Sans doute, en pareille détresse, il paierait ce qu'il faudrait payer,
et dirait ce qu'il faudrait dire. Mais lui demanderait-on la lettre?
Évidemment, rien à faire sans elle. «Ta femme te trompe.» Ils le
sauraient alors, les détectives? Impossible, on ne déshonore pas une
femme ... quand on l'aime ... fût-elle coupable. Un autre moyen.

Rue Sainte-Anne, numéro 11 _1er_, au quatrième étage, tous les jours de
2 à 6 heures consultations....

--Mme Sephora du Tarot, cartomancienne?

--C'est ici, monsieur. Veuillez entrer. Elle va vous recevoir, vous êtes
M. Charles Lemalô? Elle vous attend, Elle est prête.

Et il tend la lettre à la devineresse, dans l'enveloppe, timbrée et
datée par la poste.

--Qui m'a envoyé cela?

Mme Sephora ferme un instant les yeux, palpe la lettre, sourit et dit:

--On n'a pas besoin d'être du métier. C'est une délation ... contre une
personne qui vous est chère....

--En voyez-vous l'auteur?

--Distinctement. C'est une femme de basse extraction ... d'âme plus
basse encore, voleuse, ivrognesse, fielleuse, qui s'amuse, dans une loge
de concierge, à découper des mots dans les feuilletons.... Elle en fait
des phrases qu'elle adresse sous pli à des gens qu'elle ne connaît pas
et dont elle pique les noms, au hasard, avec une épingle à cheveux, dans
un vieux Bottin périmé.

--Comment, elle ne me connaît même pas?

--Ni vous, ni votre dame. C'est par plaisir. Elle charge son neveu,
jeune apache de quatorze ans, plein d'avenir, du soin de semer ses
compositions dans les boîtes à lettres devant lesquelles il passe. La
vôtre doit venir de Saint-Denis.

--Ce neveu, où loge-t-il?

--Ah! dame ... où il peut, le chérubin.

--Et la tante?

--Secret professionnel. Nous ne dénonçons point, nous voyons seulement.

--Merci, madame.

--A votre service.

Une concierge, la lettre venait d'une concierge, que récréait idiotement
ce jeu d'empoisonneuse et qui l'exerçait dans les vingt arrondissements!
Mais disait-elle vrai, la somnambule? Intelligente, perspicace, digne de
sa réputation considérable, certes, si la divination était une science;
or elle n'est qu'un art. Et Charles, en s'en allant, s'aperçut qu'il ne
croyait pas.

Le doute l'avait ressaisi dans l'escalier même. Les Euménides
l'attendaient à la porte. Dans le portefeuille, près du coeur, le curare
reprit son oeuvre, car il faut qu'elle ait son homme, la lettre anonyme!
la lettre, la lettre!...

Elle l'eut, et en un mois.

Un soir, Charles Lemalô sentit qu'il allait devenir fou. Il n'avait pas
pu «tuer». Il rentra chez lui, l'oreille bourdonnante, les méninges
enflammées, vide de toute pensée. Adèle était absente. Il tira la
lettre: «Ta femme te trompe.... Un ami», la délaya dans un verre d'eau,
en bouillie, l'avala et se fit sauter la cervelle.

En vérité, je vous le dis, la lettre anonyme est la plus terrible arme
de ce monde.



A DEUX DE JEU


La province n'a pas changé depuis Balzac et Flaubert, ni même depuis le
Pourceaugnac de Molière, et le capitaine Boldon s'y embêtait à périr.

Inutile de déterminer la ville où, dans l'ombre d'une magnifique
cathédrale, il n'arrivait plus à se raccrocher la mâchoire. Oyez
seulement, pour l'intelligence de ce conte, qu'il était trésorier-payeur
du régiment en garnison dans ladite ville. Il rehaussait l'honneur de
cette fonction de confiance par une demi-douzaine d'insignes militaires
décrochés à la pointe de son épée de brave et au milieu desquels
l'étoile rayonnait comme une planète entre ses satellites.

Or, le destin voulut qu'un soir, où il lui semblait que tout le marasme
du département se fût aggloméré dans son crâne, il entrât, pour se
distraire, dans un café-chantant où les camarades du mess lui avaient
signalé une jolie fille. Elle répondait, et sur un signe, au prénom turc
de Zulma. De talent, point; l'esprit d'une oie; mais, vraiment charmante
aux chandelles, et comme, de toutes parts, on s'arrachait la divette,
tant il pleut d'ennui en province, le pauvre trésorier s'en était féru
jusqu'à la fureur, dite en grec: dionysiaque. Elle ne lui résista que le
temps de le coter à son prix de rendement hebdomadaire et, références
prises, elle fut à lui, avec partage. Par malheur, il voulut être seul
les sept jours de la semaine et Zulma, sans préférence, y posa les
conditions de surenchère usuelles dans le négoce.--De telle sorte que,
dans la caisse du régiment, la «grenouille», d'abord tronquée, coassa,
puis, mangée, se tut, morte.

Le jour, le dernier du mois, où l'intendance militaire annonça sa bonne
visite au capitaine, à fin de vérification de comptes, l'enfant de Mars
qui, je le répète, était un brave, s'en alla prendre un air de balade
sur les bords allongés du canal, dont la ville est traversée d'outre en
outre comme une poitrine par un sabre. C'est un vieux canal dormant,
abondant en herbes, et dont le transit est ruiné depuis cent ans par la
voie ferrée qui le côtoie et l'inutilise. Le capitaine s'amusait à le
sonder par quelques pierres lancées d'un bras nerveux, lorsqu'il vit
venir, en sens inverse, cet excellent M. Camuret, notaire notoire et
fort aimable de la ville à la belle cathédrale.

--Que diable faites-vous par ici?

--Et vous-même?

--Vous le voyez, des ronds dans l'eau.

--Oui, on ne sait comment tuer le temps, avait souri le tabellion;
tenez, le croiriez-vous, moi qui vous parle, j'allais au cercle!

Le capitaine regarda fixement ses bottes:

--Au cercle? fit-il, c'est vrai, je n'y avais pas pensé! Eh bien!
mais.... Allons-y ensemble. Voulez-vous?

--Comment donc, je l'avais sur la langue!

Il restait à Boldon une soixantaine de francs sur la «grenouille» pour
faire face à la curiosité de l'intendance aux lunettes rondes. Le jeu,
c'est l'ultime ressource, parfois providentielle, de ceux qui vont
demander aux vieux canaux déserts le bain où se lave l'honneur et se
guérit le mal de divette turque. Qu'est-ce qu'ils en feraient de ces
trois louis, les brochets qui dédaignent même les pommes. Enfin, sait-on
si la Fortune n'a pas de risette, sur le tapis vert, pour un bon soldat
couturé de blessures, décoré de l'ordre, et qu'une coquine de femme
a entraîné graduellement à sa première faute, et la dernière, bien
entendu?

Chemin faisant, il s'informait courtoisement de la santé de la belle
notairesse, Mme Camuret avec qui il avait eu le plaisir de danser au
bal du préfet, de ses six jolis enfants, du drôle de petit singe qu'il
voyait souvent danser, dans sa cage, à la fenêtre, de la prospérité de
l'étude et du nombre de ses heureux clercs? Arrivés devant le cercle,
ils se firent les politesses du pas de porte et ils y montèrent.

Non seulement Me Camuret était le plus aimable des notaires de
province, mais il passait pour en être le plus honnête. Sa clientèle se
distinguait et par le nombre, et par la qualité. On ne testait, on ne
contractait, on n'héritait que chez lui. Pour les dépôts d'argent, de
valeurs et de titres, nul ne voulait d'autre étude que la sienne. Il est
vrai qu'il l'avait achetée fort cher, le double même, disait-on, de ce
qu'elle valait, à son patron et prédécesseur, Me, Courtembuche, dont je
n'ai rien à vous apprendre, sinon le nom, fait pour vous plaire. C'est
de la dot de sa femme qu'il lui en avait d'abord payé la moitié. Le
bruit courait qu'il restait débiteur du reste, mais la rumeur s'arrêtait
là, et personne n'était inquiet sur le complet versement de la créance.
Il eût suffi, pour clore le bec aux médisants, de leur objecter la
fécondité probante et victorieuse de Mme Camuret qui, tous les ans,
ornait d'un enfant nouveau son front conjugal d'heureux père. Se
charge-t-on ainsi, si on ne peut ni les élever ni les nourrir, de six
bouches roses en six années? Enfin, Me Courtembuche ne tarissait pas
d'éloges sur l'intelligence, la probité, l'activité de son «élève»
devenu le titulaire de sa charge.

Au cercle, donc, attablés, l'un devant l'autre, le notaire et le
capitaine trompaient leur ennui de province par une partie naïve
d'innocent écarté, Camuret ayant déclaré qu'en fait de jeux il n'en
connaissait pas de plus amusant, ni d'autre, excepté le billard auquel
il n'avait pas joué depuis son mariage. Au bout d'une heure le trésorier
fut «nettoyé» de ses trois louis. Il dut déclarer à son partenaire qu'il
était obligé de lui faire charlemagne. «Les brochets, marmonna-t-il
entre ses dents, n'auront que le cuir de la bourse.»

Soit que Camuret n'eût pas entendu, soit qu'il n'eût pas compris
la réflexion dont le sens était, en effet, énigmatique, il offrit
spontanément au décavé de poursuivre sur parole, sur la foi des jetons
du cercle, et aussi longtemps qu'il plairait au brave capitaine.

--Tope donc! fit celui-ci qui n'avait plus à craindre ni gain ni perte.

De telle sorte qu'ils continuèrent, sans entendre le battant des heures,
dans une sorte d'abrutissement machinal, l'interminable partie monotone
dont l'enjeu courait devant eux et faisait boule de neige.

Vers deux heures du matin, ils sortirent, harassés et suants, et, à
l'air frais de la nuit, ils se regardèrent comme éveillés d'un songe
séculaire de féerie.

--Ah! mon Dieu! capitaine!

--Vous, maître notaire?

--Que doit-on penser de mon absence à la maison?

--Et de la mienne à la caserne?

Mais, tout à coup, Camuret s'affala sur une borne et, avec un geste
d'homme écrasé par la tuile de la fatalité:

--En somme, fit-il, je vous dois trente mille francs?

--Mon Dieu! oui, la chance m'a traité, quoique garçon, en homme marié!
Je vous confesse que ces trente mille balles me tombent à point nommé
pour éviter une catastrophe. Je vous serais même obligé, cher monsieur,
de me les faire tenir avant midi. Cela ne doit pas gêner beaucoup un
riche magistrat tel que vous et j'y compte.

--Vous les aurez, fit le notaire qui se détourna pour cacher son
trouble.

Mais il ne put le dominer et il se mit à mordre son mouchoir et enfin à
sangloter comme un enfant.

--Qu'est-ce que vous avez donc, Camuret?

--Rien, rien. Ah! mes pauvres enfants! Ma malheureuse femme!... Mon
étude, mon nom, tout est perdu, tout, tout!...

Boldon comprit. Pour faire honneur à des échéances, celles du paiement
de sa charge, sans doute, le plus honnête notaire de province trafiquait
sur les dépôts de sa clientèle par des spéculations dont la découverte
était menaçante. Il était venu au cercle pour demander un secours
désespéré à la Fortune, et il en sortait grevé d'une dette de plus, une
dette de jeu, sacrée, irrémissible. Le soldat eut pitié du notaire.

--Sacrebleu! ne pleurez donc pas, nous sommes à deux de jeu; moi, j'ai
mangé la grenouille du régiment par amour pour un ange de caboulot.
C'est à cette absurdité que je dois de vous avoir rencontré sur le
canal, en train de faire des sondages dans l'eau.

--Vous aurez vos trente mille francs avant midi, réitéra le notaire.
Adieu, adieu.

Et il s'éloigna en secouant la tête. Le trésorier le rejoignit.

--Écoutez, Camuret, vous êtes père et chef de famille; moi, je n'ai
personne que Zulma qui me mène droit en enfer, où l'on va aussi bien
tout seul. Donnez-moi votre main, et jurez-moi de ne plus toucher une
carte le reste de votre vie. Me le jurez-vous?

--Oui.

--C'est dit?

--C'est dit.

--A présent, mes hommages à votre charmante femme, et gardez vos trente
mille francs.

Le lendemain, le brave capitaine Boldon avait disparu de la ville à la
superbe cathédrale. On le chercha partout et on le cherche encore. Le
vieux canal dormant ne l'a jamais rendu à l'intendant aux lunettes
rondes ni à Zulma la Turque, qui, de sa disparition, ne s'est même pas
inquiétée une minute, car telles sont ces liaisons légères, distractions
de la vie de province.



L'ALLIANCE


Comme après Irène, sa femme, Jacques Bertignac était assurément l'être
qu'il aimait le plus sur la terre, puisque ses père et mère étaient en
paradis, Léon Rainville avait tenu à conduire au Havre ce cher ami des
bons et des mauvais jours, qui s'y embarquait pour le nouveau monde.

Jacques s'expatriait. Il en avait assez de la vieille Europe, de Paris,
de tout.

--Je me suiciderais, avait-il dit, autant vaut que je m'en aille.
N'est-il pas mieux de faire peau neuve que de se crever l'ancienne?

--Pourquoi ne te maries-tu pas? lui avait suggéré Léon, tu es jeune,
riche, solide et beau gars. Je te prêche d'exemple. Vois comme je suis
heureux avec Irène.

--Ah! Irène, trouve-m'en une autre, puisque tu me l'as prise, Irène!

--Il n'y en a pas deux, en effet, acquiesçait l'époux triomphant, mais
je ne te l'ai pas prise, Jacques, puisqu'elle n'était pas à toi. Nous
nous la sommes disputée loyalement l'un à l'autre, et c'est dans ma main
qu'elle a laissé tomber la sienne, sans doute parce que c'est moi qui
l'aimais le plus.

--Il est probable.

Et Jacques était parti là-bas, sur ce steamer qui s'effaçait à
l'horizon, avec son rouleau de fumée bise.

Au retour, dans sa belle villa du parc de Neuilly qu'il habitait toute
l'année, n'ayant qu'un pied-à-terre à Paris pour ses affaires, Léon
n'avait pas trouvé Irène à la maison.

--Madame est à Paris, chez son couturier, mais elle sera rentrée pour le
déjeuner, car elle attend Monsieur, elle a reçu sa dépêche du Havre.

Il alla donc faire un tour dans sa serre, qui était fort belle, dont
il était fier et que le père Noirot, un vieux jardinier, entretenait à
miracle.

--C'est-il donc qu'on ne verra plus M. Jacques, disait Noirot, et que
vous l'avez embarqué pour toujours? Quelle pitié que la vie! Il aimait
tant les fleurs et il s'y entendait comme un de la partie. A propos,
j'allais oublier que j'ai quelque chose à vous remettre.

Et, relevant sa blouse, il prit dans la poche de son pantalon une boîte
à allumettes, l'ouvrit d'un coup de pouce et en tira une bague d'or,
toute simple et sans pierreries, qu'il tendit à son maître.

--Mais c'est une alliance, fit Rainville, et même celle de ma femme. Où
l'avez-vous trouvée, Noirot, et comment?

--En ratissant le sable, patron, sous le banc de la grotte.

--Oh! que c'est drôle! Et quand ça?

--Le lendemain matin de votre départ.

--Merci, elle doit la chercher partout. Pourquoi ne la lui avez-vous pas
rendue?

Le jardinier regarda Rainville, baissa les yeux sur ses sabots et dit:

--Parce que je ne savais pas que c'était à elle et qu'elle ne me l'a pas
demandée.

Sur ces entrefaites, Irène arriva de la ville et son mari s'inquiéta de
la mauvaise mine qu'il lui trouvait.

--Bonté divine, ma chérie, ces traits tirés, ces yeux creux, es-tu
malade? Qu'as-tu donc fait durant ma courte absence?

--Je t'ai attendu, sourit-elle en se laissant mollement embrasser sans
rendre le baiser.

Déjeuner maussade, aux propos sans fonds, sans suite, vagues. Léon
lui donne à remarquer qu'elle ne lui a adressé aucune question sur
l'embarquement du «pauvre ami, perdu pour eux à jamais peut-être».

--Est-ce que vous vous êtes quittés fâchés, Jacques et toi?

--Au contraire, ricane-t-elle.

Et elle se lève, énigmatique.

Tout à coup, il songe à la bague remise par Noirot. Il l'a dans son
gousset, cette bague.

--N'as-tu rien perdu, Irène?

--Moi? Où cela?

--Mais ... dans le jardin ou ailleurs!

--Quoi donc? interroge-t-elle, prête à tomber, glacée.

--Ton alliance?

--Ah! c'est vrai. Tu sais cela? Je l'ai retrouvée, heureusement, au
détour d'une allée. La voici.

Et elle la lui montre. Elle en a une autre au doigt. Une autre!

D'abord, il ne comprend pas. Hébété, il la laisse regagner, sa chambre,
s'en aller.... Et voilà que, d'un coup, tout le drame s'éclaire.

La grotte de la serre, le banc sous lequel a roulé la bague, ce départ
désespéré de Jacques.... Il l'aimait encore. C'était pour elle qu'il
venait presque tous les jours.... Oui, c'est cela; il a obtenu un
rendez-vous d'adieux, le premier et le dernier, moyen infaillible....
Elle y est venue, parce qu'elle est très bonne; elle s'est défendue,
mais l'homme est le plus fort ... il l'a étourdie, il l'a prise ...
comment? La bague perdue le révèle: par violence.... Un demi-viol!...

Et alors, comme elle ne la retrouvait pas, la bague, il a bien fallu la
remplacer.... C'était facile, toutes les alliances se ressemblent....
Le temps de faire graver chez un bijoutier leurs deux noms réunis:
Léon-Irène, et la date du mariage: 12 avril 1900, voilà. Et elle peut
dire ainsi qu'elle n'a rien perdu dans la serre,--non, rien, en effet,
excepté la vie de deux hommes.

Des bateaux de transit pour l'Amérique; il en part tous les jours de la
semaine. Vite, à la gare du Havre, il a le temps d'arriver au train.
Mais il allait oublier son revolver pour tuer l'infâme, à bout portant,
dans l'oreille, comme un chien enragé qu'on abat. L'arme est dans sa
chambre, là-haut; il monte la prendre. Il s'arrête à la porte et il
écoute.... Ce sont des sanglots, des cris étouffés, le bruit d'une
douleur immense!... Non, Irène n'est pas coupable. Le misérable l'a
prise, cosaquée.... C'est évident.

Et puis, quand même elle le serait, coupable? Il l'aime,--qu'on explique
cela, jamais il ne l'a aimée davantage, ni autant, la malheureuse.

Il redescend, sans revolver, dans le jardin; il y tourne et vire,
marchant sur les plates-bandes, butant aux arbres, pareil à un aveugle
égaré en forêt, et son tourment se mêle à celui qu'elle endure, qu'elle
doit endurer, de se douter qu'il doute d'elle. Que craint-elle de lui
en ce moment? Qu'il la tue? Tuer Irène, Léon! C'est absurde, voyons! Le
divorce?... Il ne l'aurait plus alors, on les séparerait?... Vivre
sans la voir, l'entendre, l'embrasser? Cette conception lui échappe.
Qu'est-ce que cela prouve, en somme, une bague perdue et remplacée?
Rien. Si, tout! Et puis, après? Quand il aura supprimé Jacques, en
sera-t-il plus mort qu'il ne l'est pour elle, et disparu pour lui, dans
ce nouveau monde où il s'efface avec le steamer et sa fumée fuligineuse?
Car il y a encore ceci: que Noirot pouvait ne pas retrouver la bague ou
ne pas la lui remettre, et que, par conséquent, rien ne serait arrivé de
ce qui arrive, par hasard. Il suffirait que cela n'eût pas eu lieu.

Eh bien, cela n'aura pas eu lieu. Le père Noirot est vieux, atteint de
la goutte, et il rêve d'aller mourir dans son pays, en Provence. On l'y
enverra, sous un prétexte, avec une petite rente viagère, et le fait de
la bague sera biffé des contingences avec la preuve, la seule, de ce
qu'il prouve.

Quant au reste ... tant pis. C'est peut-être d'un lâche? Mais l'affaire
est entre lui et sa conscience. Il aime Irène et il ne veut pas qu'elle
souffre. Elle doit être absoute, puisqu'elle est belle. Oh! ces cris,
cette lamentation derrière la porte! Non, non et non, et va pour un
lâche. Il sera ce lâche. Et que tout se taise dans son âme brisée. Amen!

Huit jours après, le père Noirot, remercié, s'en retournait à Grasse
pour y exhaler son âme au milieu des violettes et comme elles. La vie
avait recommencé de couler paisiblement à la villa Rainville entre ces
deux pauvres êtres que rongeait un commun secret qu'ils s'aidaient à
garder l'un vis-à-vis de l'autre, comme des complices. Car Irène aimait
son mari; celui-ci avait deviné juste: elle n'avait succombé qu'à la
force mâle de «l'antagoniste» doublée du désir impérieux, loi des sexes
à laquelle les héroïnes de la vertu ne se soustraient que par la mort ou
le meurtre. Puis le temps fit son oeuvre, lente et sûre, et Irène oublia
Jacques. Quant au mari, il était heureux, lâchement, et on ne l'est
qu'ainsi peut-être.

Le 12 avril dernier, anniversaire toujours béni de leur mariage, au
moment où, parmi les gerbes et les bouquets, Irène conduisait à table
ses douze convives, parents et amis, une auto s'arrêta à la porte de la
villa et un homme en descendit, qui, allègrement et d'un pas familier
aux autres, vint droit au pavillon. C'était le treizième du festin.

--Jacques!...

Et Léon courut au vieil ami et lui ouvrit les bras.

--Toi! toi! quelle bonne surprise, et aujourd'hui encore!... Un 12
avril, notre fête!...

--On en revient donc, d'Amérique? avait jeté Irène les lèvres serrées,
mais sans émotion apparente et en lui tendant la main gauche qu'il
retint dans un shake hand.

--Vous voyez, madame, même au bout de sept ans d'absence.

Dans cette pression de mains, il avait senti la bague et il comprit
ainsi qu'elle l'avait retrouvée.

Aucun des hôtes n'était superstitieux et ne croyait au fatidisme des
nombres, sauf Léon, qui en avait toujours confessé la crainte; il
l'avait d'enfance. A ses yeux, il était écrit que, selon la Cène
évangélique, l'un des convives d'une table qui en assemble treize est
marqué de mort. Au grand étonnement d'Irène, il s'égaya lui-même de sa
crédulité et fit ajouter le couvert de Jacques à côté de sa femme même.
On dîna treize.

La rentrée en France de l'expatrié n'était que passagère. Il venait
chercher à Paris ses papiers de famille et régler ses affaires pour se
marier. Il comptait se fixer au Canada, avec la famille de sa future,
jeune fille charmante de Québec, et qui, d'après la photographie qu'il
en montra, ressemblait comme une soeur à Mme Rainville.

--Enfin, clamait joyeusement Léon en battant des mains, tu as donc
trouvé une autre Irène!

Et la soirée s'acheva en une longue causerie, comme autrefois, à la
même place, dans la véranda ombreuse, pleine d'arômes, que baignait,
nocturne, un ciel printanier. Jacques partit le dernier pour regagner
l'hôtel où il était descendu; mais, à un moment où Léon marchait devant
eux dans l'allée, il glissa de force un billet à Irène. Le rendre,
comment? Mais elle se jura de ne pas le lire.

Elle le lut pourtant, car elle était femme. «Il ne se mariait que pour
en finir, comme dernier remède, avant l'autre! Depuis sept ans, il
l'aimait toujours, il n'en pouvait plus. Il n'était revenu que pour
la voir, une fois encore, la dernière, dans la serre. Et puis, il
disparaîtrait à jamais. Il en faisait serment sur la mémoire de sa
mère.»

Et Irène alla au rendez-vous. Quelle est celle qui n'y fût allée comme
elle?

La voici dans la serre, à trois heures de nuit, se dirigeant à tâtons,
parmi les plantes retombantes. Devant le banc, deux bras l'enserrent en
silence. C'est lui, Jacques.

--Laissez, je ne suis venue que par pitié. J'ai senti que vous vous
tueriez et que cette fois c'était vrai. Mais j'aime mon mari, il est
bon, généreux et brave. Il m'a pardonné, car il a tout deviné, et depuis
sept ans.

--Vous en êtes sûre, Irène?

--Cette alliance n'est pas mon anneau nuptial et je n'ai pas retrouvé
l'autre.

--Et il le sait?

--Je le crois.

--C'est donc un lâche?

Deux coups de feu répondent, de la grotte, à la question et à l'injure.
Irène et Jacques s'y précipitent, épouvantés.

--Léon ... mon Dieu!...

Rainville vient de se brûler la cervelle, et du bras déployé, au bout
de la main, entre le pouce et l'index, il tend l'alliance ouverte:
«Léon-Irène, 12 avril 1900», la vraie.



L'HORREUR HUMAINE


Ils débouchèrent dans des bois dans le village. Sur un brancard
d'ambulance, quatre d'entre eux portaient le cadavre de l'officier
qu'ils déposèrent sur la dalle de la fontaine, au centre de la place, à
mi-côte devant l'église, où leur major lui lava les cheveux et la barbe,
rouges de sang.

La balle du franc-tireur s'était logée en plein front, comme dans un
carton de cible. Le coup décelait l'embuscade mais ne signait pas le
fusil. Les Bavarois avaient battu futaies, haies et fourrés, et ils
n'avaient trouvé personne. Or, ni en 1792, ni en 1815, ni en 1870,
les armées invasionnaires n'ont jamais accordé vertu belligérante aux
_Freyschütz_, et l'Allemagne ne les admet qu'en opéra, la paix régnante.
En guerre, elle les fusille.

M. le curé parut sous le portail. Il était vêtu de l'aube et de l'étole.
Il s'avança, suivi de femmes et d'enfants, vers le capitaine, qui le
salua fort poliment et s'écarta pour laisser le prêtre délivrer au
mort le viatique. Ce devoir apostolique rempli, le pasteur monta au
presbytère, digne et froid, il en tira la porte.

Les Bavarois sont catholiques, ils ont droit à la terre sainte.
L'officier tué fut donc enterré, par les soldats, dans le cimetière même
du village. C'était sans doute un personnage important d'outre-Rhin,
soit par sa valeur propre, soit par sa lignée, car le capitaine parla
devant la fosse faute et, à défaut d'autre verdure, ils y jetèrent
des branches d'ifs et de cyprès arrachées aux sépultures. Puis ils
retournèrent camper sur la place, autour de la fontaine, sans requérir
vivres ni logements, ce qui était assez extraordinaire et plus
inquiétant encore.

Assis sur la margelle, le capitaine paraissait accablé de tristesse à la
fois et de lassitude. Il appela un gamin, extasié par son casque.

--Mon petit, lui dit-il en pur français, va me chercher le maire ou
l'adjoint, ça m'est égal.

Mais il n'y avait ni adjoint, ni maire: tout le monde était parti à
l'armée, il ne restait que M. le curé.

--Ne le dérange donc pas, fit le capitaine en se levant de la margelle.

Et le tambour battit dans la nuit qui tombait.

Mais en même temps la cloche de l'église tinta, le recteur sonnait
l'angélus lui-même, car il n'avait pas de bedeau, et c'était l'heure. Le
capitaine fit un signe, le tambour s'arrêta et laissa les airs à la voix
d'airain pacifique. Son appel ne fit sortir personne des deux cents et
quelques feux échelonnés sur le coteau, au pied du château désert et
clos. Ou le village était lui-même abandonné, ou ses paroissiens se
terraient. L'angélus se tut à son tour, et il s'épandit un vaste
silence.

Alors le tambour reprit et roula trois fois. Puis le capitaine, debout
sur la fontaine, énonça lentement dans cette solitude:

«Ordre de l'état-major allemand. Les habitants de la commune ont un
quart d'heure pour se réunir tous dans leur église paroissiale, faute de
quoi les meubles, immeubles et récoltes seront livrés à l'incendie. Les
femmes et les enfants, exceptés seuls de la mesure, pourront se réfugier
au château, mais sans leurs animaux domestiques.

Cinq minutes après, onze hommes parurent sur les seuils des chaumières,
et, en vérité, il n'en restait pas davantage, tous les valides ayant
rejoint les drapeaux. Du reste, ils n'en dénoncèrent eux-mêmes point
d'autre. Cette réserve comprenait un octogénaire, deux septuagénaires
dont l'un hémiplégique, un tailleur bancroche et borgne, deux fermiers
ou métayers, le vétérinaire rebouteux, un cabaretier, le gindre du
boulanger, un sabotier et l'idiot porte-bonheur du village.

--Est-ce tout? sourit le capitaine, n'êtes-vous que onze?

--Douze, releva le curé, entré par la sacristie. Et, à présent, que nous
voulez-vous?

--Fermez les portes, et deux plantons à chacune d'elle, arme chargée,
fut la réponse.

Et le pauvre prêtre pâlit, car il savait la rigueur implacable du
règlement militaire de l'ennemi.

--Oui, fit-il, il vous faut une vie en holocauste pour celle de votre
officier tué.

--Dites assassiné, mon Père.

--Eh bien, prenez la mienne, voulez-vous? Je suis marqué de Dieu, pour
ce sacrifice.

Le chef bavarois s'était détourné pour dissimuler son émotion.

--Je m'y attendais, salua-t-il; mais outre que les ministres de l'Église
sont sacrés pour nous, il ne s'agit pas d'une vie seulement, monsieur
l'abbé, mais de plusieurs.

--Que voulez-vous dire?

--Qu'à l'aube trois de ces pauvres gens doivent être passés par les
armes.

--Mais lesquels?

--Ceux qu'ils auront choisis eux-mêmes?

--Comment, eux-mêmes?

--Comme ils l'entendront, c'est leur affaire, ils ont toute la nuit pour
en débattre entre eux. Tels sont mes ordres et je vous laisse le soin de
les leur transmettre avant de quitter vous-même l'église.

--Monsieur, je suis chez moi, lança le prêtre.

Et, relevant sa soutane sur la ceinture, il gravit d'un élan les degrés
du choeur, et il cria:

--Aux armes, citoyens! et défendons-nous, Dieu le veut! mêlant ainsi les
deux paeans de la race.

Le capitaine haussa les épaules et, l'index tendu dans la direction du
château, il dit à mi-voix:

--Vous oubliez, mon révérend, que là-haut il y a des gages!

Et il sortit.

Alors l'horreur régna. La petite nef glaciale sombrait dans l'ombre,
comme un vaisseau qui coule bas avec ses naufragés. L'un d'eux, le
tailleur borgne et tordu, réclama de la clarté:

--Qu'on allume les cierges de l'autel, pour se reconnaître.

--Non, objecta l'un des métayers, pour ce qu'on a à faire, inutile d'y
voir.

Mais qu'avait-on à faire? L'apparition de la lune dans un vitrail les
mit d'accord, elle les baigna d'une lueur terne où ils semblaient des
ours blancs au pôle. Machinalement, chacun avait repris à son banc la
place dominicale. L'idiot, juché sur le bénitier, riait, les doigts dans
le nez, les jambes pendantes.

Les trois vieux causaient, assez calmes d'apparence. Pour l'octogénaire,
c'était le garde-chasse du château qui avait abattu l'officier. Il
devrait donc se livrer, mais où était-il à cette heure?

--Bien loin, pour sûr, comme tous les capons, qui, leur coup fait,
s'enfuient et laissent les autres payer pour eux!

L'hémiplégique s'offrit à le dénoncer au capitaine, il le prenait sur
lui.

--Pour le temps qui me reste à vivre!...

--Ah! taisez-vous! leur jeta le curé, tremblant de honte.

Le rebouteux, tirant le gindre, s'était, sans mot dire, à pas ouatés,
rapproché de la tourelle du clocher. Qui sait si on ne pourrait pas
s'échapper à deux, l'un aidant l'autre, par la toiture?

--Non, tous ou personne, interposa le pasteur héroïque, et donnant un
tour de clef à la petite porte de l'escalier en spirale; il la jeta
devant lui, dans l'obscurité.

Pendant ce temps, concertés pour un autre subterfuge, le cabaretier,
le second fermier et le sabotier essayaient d'enfoncer l'huis de la
sacristie qui était clos et cédait déjà à leur triple poussée.

--N'entrez pas là! vociféra une voix éperdue qui réveilla l'écho des
orgues.

Et le prêtre se précipita, mais trop tard. Par la baie forcée, ils
avaient déjà vu, dressés sur leurs matelas, les deux mobiles blessés, la
tête bandée et grelottants de fièvre, que cachait là et soignait de son
mieux le saint homme. Et la découverte les exalta jusqu'au délire.

Sauvés! Ils étaient sauvés. Deux des victimes se présentaient
d'elles-mêmes à la vindicte allemande, à demi mortes déjà, d'ailleurs,
et quant à la troisième, il n'y avait même pas à la désigner. Élue
mentalement, dès la première minute, par les dix justiciers instinctifs,
unanimes; c'était évidemment le démenté qui, à califourchon sur le
bénitier, s'amusait follement de les voir se démener dans les verdâtres
reflets lunaires.

Ils appelèrent à grands cris le capitaine.

--Notre choix est fait, ouvrez!

Le curé s'était écroulé, les mains jointes, au pied du tabernacle, car
on peut lutter contre l'hyène, le chacal et le tigre, mais point contre
la bête humaine en mal de lâcheté. Il priait.

Le capitaine vint, et, d'un coup d'oeil, il vit et comprit. Il héla huit
hommes de sa compagnie:

--Portez ces deux soldats français au presbytère, plantez-y le drapeau
d'ambulance, et prévenez le major. Allez!

Et, cela dit, il disparut.

Ainsi donc ils en étaient pour leur infamie. C'était entre eux, les
onze, qu'ils devaient procéder à la sélection terrible et nommer les
trois fusillables. Ils s'affalèrent anéantis. La lune avait tourné et
les laissait en pleines ténèbres. L'horloge sonna la deuxième heure de
nuit, et la question: Que va-t-on faire? fut renouvelée par le plus gros
des deux métayers.

--Au sort! clama le tailleur, nos peaux se valent.

--Non, votons, proposons le cabaretier.

--Voter, comment? objecta le rebouteux, on n'y voit rien.

--C'est vrai!

Et tous de réclamer les cierges. Le curé les alluma à tâtons, comme
aveugle; de grosses larmes lui roulaient sur le rabat. Ils votèrent dans
sa barrette, sur une feuille de papier de contributions déchirée en dix
morceaux et que le cabaretier avait encore dans sa poche.

Au relevé, l'octogénaire était condamné par six voix, et, par quatre,
le sabotier, malheureux homme des bois, qu'ils connaissaient à peine
et pour le voir une fois l'an, à la foire, les jours de fête de la
paroisse.

--C'est bon, fit-il, on ira, mais qu'est-ce que je vous ai fait?

Le vieillard de quatre-vingts ans n'y mit pas le même fatalisme. C'était
un paysan sournois qui passait pour très riche et à qui on ne savait pas
d'héritiers.

--L'innocent n'a pas voté, ça ne compte pas. On n'était pas onze dans la
barrette.

Sur cette chicane la querelle s'engagea, sinistre, autour des cierges
qui semblaient brûler pour un autodafé.

--L'idiot ne sait ni lire ni écrire. Puisqu'il est le troisième, il
n'a pas à désigner les deux autres. Ce n'est pas de jeu, glapissait
l'octogénaire, vous êtes des misérables, nous sommes onze, onze,
onze!...

--Le vote est acquis.

--Oui, oui!

--Non!

--Si!

--C'est abominable, pire que chez des loups, on n'a encore pas vu ça
sur la terre! Fusiller un vieil homme de quatre-vingts ans! Grâce, mes
amis.... Tenez, qu'est-ce que vous voulez que je donne à M. le curé pour
ses pauvres, pour son église, pour vous?

--Assez, assez, c'est la justice. On a voté. Nous sommes en République.

Pour dépeindre ce qui se passa alors dans cette église de village, il
faudrait un Balzac ou un Shakespeare. Je ne l'essaierai pas. A la bouche
de l'enfer on n'entend pas de pareilles imprécations. L'octogénaire,
les poils hérissés, et tel un sanglier acculé dans sa bauge, vomissait,
contre ses juges, le torrent des accusations de vol, d'usure, de
débauche, d'assassinats, toute l'histoire de la commune, de pères en
fils, sur dix générations. C'était le carnet du diable. Ah! oui, ils
méritaient d'être tous fusillés par les Prussiens, et brûlés vifs, eux,
et leurs mères, et leurs femmes, et leurs bâtards, toute la vermine et
la racaille.

L'idiot dansait de joie autour du bénitier. Le prêtre s'était évanoui.

A l'aube, le portail s'ouvrit et les trois victimes furent livrées. Le
peloton de douze fusils était déjà rangé sur place. Le capitaine disposa
lui-même, et le dos tourné, les condamnés, 1e vieux qui paraissait
tomber en lambeaux, le sabotier qui se signait à tour de bras et le
porte-bonheur du village, et rapidement il leva son épée. Mais, plus
rapidement encore, une ombre noire avait passé, et la soutane d'un bon
pasteur du Christ ramassait toute la décharge.

Elle était, il y a deux ou trois ans encore, avec ses douze trous de
relique, dans le trésor de l'église de V... V..., où je l'ai vue.



LES CHEMISES SANGLANTES


J'ignore si depuis 1886, année de mon excursion en Corse, Sartène s'est
hausmanisée, et même humanisée, mais elle était alors la citadelle de la
vendetta.

Il y a des villes blondes, et des rousses, Sartène est brune. De ses
maisons en terrasses, échelonnées, comme des chèvres, au versant de
l'Incudine, la vue plane et plonge sur la vallée de Figari, la Tempé
corse, vaste vignoble onduleux, violet en septembre, brodé et ourlé d'or
où l'on presse certain vin, essence de soleil, dont un seul verre abat
son homme. C'est non loin de là, sur la route de Bonifacio que,
dans l'ombre du mont Quiéta, le bien nommé, se cache, sous les pins
ombellifères, un monastère blanc sans moines, désert, distillerie
aérienne d'aromates, où j'ai laissé l'un des rêves de ma vie, le rêve de
«quiétude».

Lorsque nous le découvrîmes, mes compagnons de route et moi, au hasard
d'une chevauchée, d'ailleurs asinesque, à travers les lianes et les
ronces du maquis, le couvent abandonné et bourdonnant d'abeilles venait
d'être témoin d'un meurtre.

--C'est ici, nous dit notre petit guide que Tafani a tué Gravona.

On a beau être rassasié de ces histoires de banditisme, dont la
_Colomba_ de Mérimée est le type et reste le chef-d'oeuvre, leur intérêt
romanesque se renouvelle singulièrement quand on les entend conter dans
l'île même. J'ajoute qu'on ne les comprend bien que là, et qu'il faut au
tableau son cadre.

--Qui, Tafani? Qui, Gravona? demandâmes nous d'une seule voix.

Et notre ânier parut nous mépriser de notre ignorance.

--Familles illustres du pays, lança-t-il par dessus l'épaule; Giuseppe
et Théobaldo, les deux derniers. Ils étaient en vendetta. Les stylets
étaient tirés depuis cent ans entre elles.

--Pour quelle cause?

--On ne sait plus. Les vieux de Sartène disent que la querelle a
commencé au sujet d'un chien. Les femmes l'auraient envenimée, comme
toujours, et, depuis, ce temps-là, les Gravona tuent les Tafani, comme
les Tafani tuent les Gravona, de père en fils. Jusqu'à aujourd'hui, ils
avaient le même nombre de chemises sanglantes. A présent, ce sont les
Gravona qui l'emportent; une de plus, celle du pauvre Théobaldo!

Ceci dit, il secoua la tête, s'assit sur un bloc de quartz, bourra sa
pipe d'herbe corse, et nous n'en tirâmes rien davantage, du moins avant
qu'il n'eût achevé de fumer son tabac sauvage. On sentait qu'il gardait
sa réserve, méfiant de la blague des «continentaux», railleurs des
antiques usages.

--Je pris un biais pour le rassurer.

--Ce Gravona, c'était un de vos amis, ou de vos parents, peut-être?

--Nous le sommes tous plus ou moins, en Corse. Théobaldo et Giuseppe
avaient été élevés ensemble. Ils s'aimaient bien, mais l'âge marqué
était venu, ils étaient majeurs l'un et l'autre, il fallait donc que
l'un des deux y restât, à cause de l'hérédité. J'étais devant le café
de la Place le jour où ils s'embrassèrent en se déclarant loyalement le
«Garde-toi, je me garde!» Tout a été fait dans les règles, il n'y a rien
à dire.

Sur ce mot caractéristique, l'ânier se leva pour nous montrer l'endroit
où le vaincu de la vendetta séculaire avait reçu la balle mortelle, en
plein coeur, et aussi la cellule de moine qui avait servi d'embuscade au
vainqueur.

--C'est moi-même, messieurs, qui suis venu avec mes bêtes, chercher
le corps de Théobaldo pour le rendre à sa femme, Thérésa Brandi, de
Bastelica. La voilà veuve comme tant d'autres plus un petit garçon de
six mois qu'il lui laisse. Mais ils sont à l'aise. Les Gravona ont une
belle maison à Sartène.

--Et le meurtrier?

--Giuseppe Tafani? Où il est? Là dedans, fit-il en encerclant le maquis
d'un geste circulaire. Mais vous pouvez être tranquille, les gendarmes
ne l'auront pas.

Et ses yeux flambèrent d'une flamme qui m'éclaira toute l'âme de la
Corse.

Au retour de Bonifacio, quinze ou vingt jours après cette visite au
couvent de Sainte-Trinité, nous repassâmes par Sartène. Nous y arrivâmes
à la nuit tombante, pour dîner une fois encore, à l'hôtel César, tenu
par un excellent homme, beau-père du fameux dompteur Bidel, et qui
avait de ce vin ambroisiaque dont je vous ai parlé en commençant. Point
d'autre raison, je l'avoue, à ce crochet que nous faisions à notre
itinéraire, mais le Bacchus corse nous récompensa de notre piété
oenophile, voici comme.

La ville était sens dessus dessous. Dans la pénombre crépusculaire, les
gens couraient, criaient, se démenaient, se groupaient, se hélaient aux
portes et aux fenêtres, et s'enfonçaient dans le vieux quartier aux
ruelles tortueuses, enchevêtrées sous l'église.

--Que se passe-t-il donc, ce soir, chez vous, don César? (Nous avions
ainsi surnommé notre hôte.) Y a-t-il des élections à Sartène?

--Mieux, fit-il, et vous tombez à miracle pour enrichir d'une fleur
corse votre herbier philosophique. L'un de nos braves bandits, traqué,
dans le maquis, par les gendarmes, s'est réfugié dans la vieille ville
et il s'y cache. S'il n'y avait qu'eux et leurs bottes pour le prendre,
Giuseppe Tafani aurait le temps de faire, en paix, six enfants à sa
femme, nous lui prêterions tous notre lit. Mais, cette fois, il a
affaire à forte partie: la Thérésa Brandi, de Bastelica, qui a juré
d'avoir sa tête. Vous comprenez c'est entre Corses, et nous sommes tous
en l'air, comme vous voyez. Je vous demande même la permission de vous
brûler la politesse, car, de ces événements-là, il faut en être, et j'y
vais.

Vous pensez si nous le suivîmes! Je n'ai pas eu deux fois, dans ma vie,
le spectacle qu'offrait ce labyrinthe de venelles, noires, étroites,
tournantes, arc-boutées de contreforts, coupées d'échelles, de rampes
et de bornes, où quelques vitres, sous les toitures, accrochaient les
derniers rayons strabiques du couchant, tandis que la foule y débordait
comme le torrent dans les ruisseaux. Grâce à don César qui nous menait à
travers des logis en communication et même par des caves, nous parvînmes
à une petite place rectangulaire, dessinée par l'écartement de deux
maisons assez importantes, placées en vis-à-vis, hachées de meurtrières
vermoulues et dont les fenêtres en guillotine semblaient les
échauguettes de deux forts de frontière. Les Tafani et les Gravona
s'épiaient les uns les autres de ces carreaux, depuis cent ans, comme
les Montaigus et les Capulets de la Vérone shakespearienne.

Debout, au centre de cette plazzinette, et incomparablement belle dans
sa capuce de veuve, une jeune femme de vingt ans, immobile, tragique
et très simple, regardait la maison d'en face. L'ombre tombait autour
d'elle. Un groupe d'une douzaine d'hommes, les parents du mort,
les Gravona de souche ou d'alliance, se tenaient à l'arrière, en
demi-cercle, comme des juges dans un prétoire.

--Que vous avais-je dit, nous fit l'hôtelier, regardez: pas de
gendarmes! Pourtant le meurtrier est chez lui, tout le monde l'a vu, et
ils le savent. Mais l'arrêter, ils n'osent, c'est une querelle corse,
nous les écharperions, la veuve la première et les cousins en tête.

Alors, la nuit étant tout à fait établie, Thérésa se détacha du groupe
familial et marcha au perron de la maison ennemie. Elle avait à la main
une branche de pin garnie encore de ses trois pommes en couronne, et qui
brûlaient. Qu'allait-elle faire de ce brandon?

Je ne pouvais croire qu'elle voulût mettre le feu à la demeure rivale,
fût-ce pour contraindre le bandit à en sortir. Au moindre coup de vent
c'était l'incendie dans Sartène. Pourtant elle allait, dans la
fumée crépitante de la résine, la torche baissée, comme les anges
exterminateur de la Bible. J'interrogeai don César d'un regard.

--Oui, répondit-il, vengeance de femme. Mais elles n'ont pas le fusil.
Et puis, son gamin, le petit Orso, n'a que six mois à peine. Peut-elle
attendre qu'il ait l'âge requis de ramasser la carabine des Gravona?
Vingt et un ans, c'est trop long pour Thérésa Brandi, une fière fille,
une vraie Corse, et de la tête aux pieds. Du reste, ne craignez rien,
Giuseppe ne laissera pas brûler Sartène, il va sortir.

La porte s'ouvrit, en effet, et il y parut une vieille, qui, les bras
étendus comme une aveugle, s'avança sur le perron en terrasse.

--Si c'est à moi que tu as à parler, clama-t-elle en patois corse,
je t'écoute. Si c'est à mon fils, il n'est pas chez lui, et tu sais
pourquoi.

--Comment mens-tu, à ton âge, femme sans yeux? Je l'ai vu de ma fenêtre,
assis à tes genoux, et tenant l'écheveau de ton rouet.

--Il est vrai qu'il y est venu. Il était affamé et rompu de fatigue.
Je lui ai fait une soupe, il a dormi deux heures dans un lit et il
est reparti après avoir embrassé sa mère. Du reste, entre et cherche
toi-même. Voici les clefs.

Et elle lui en jeta le trousseau.

Thérésa revint à ses parents et cousins, et elle les consulta. L'un
d'eux, un berger du Niolo, couvert de son «pelone» en poils de chèvre
et qui semblait fort écouté des autres, fit trois pas en avant et dit à
voix haute:

--Giulia Tafani, si ton fils n'est point dans sa maison, où est-il?
Veux-tu, le dire à moi, Pierre Gravona, du Monte Cinto. Tu me connais,
tu sais que je ne révélerai pas le secret aux gendarmes.

--Eh bien, il est là, en face.

Et l'aveugle montra de l'index la maison des Gravona, qu'habitait la
veuve.

Giuseppe s'y était, en effet, réfugié. Il faut avoir constaté par
soi-même combien la loi de l'hospitalité est puissante dans l'île
de Sampierro et de Paoli pour comprendre l'effet extraordinaire que
produisit le geste de la mère, livrant à la vertu même de la race le
problème de ce meurtrier caché chez les vengeurs de sa victime. Un
Montaigu sous le toit d'un Capulet. Giuseppe devenait sacré pour la
Thérésa. A la nouvelle, propagée de bouche en bouche, Sartène vibrait
littéralement d'enthousiasme, et je vis perler une larme aux cils du
brave beau-père de Bidel, dompteur de fauves.

La situation était poignante. Il fallait que Thérésa renonçât à rentrer
chez elle ou que Giuseppe en sortît, de gré ou de force. Le berger
conseilla la ruse. Après quelques mots échangés à voix basse avec sa
cousine, il se mit à souffler sur les pommes de pin pour en raviver
la flamme, et il lui en redressa la torche au poing. Elle s'était
retournée, et elle allait à présent sur sa propre maison, hagarde, le
front découvert, résolue, terrible.

Elle lança le brandon dans la porte ouverte, et le feu prit.

Mais tout à coup, d'une fenêtre en guillotine, un paquet ficelé d'une
corde se déroula doucement, lentement, sur la muraille, et vint se poser
devant la veuve. C'était le petit Orso que le bandit renvoyait à sa
mère, afin qu'à l'âge voulu il fit honneur, à son tour, à la sainte
vendetta, justice rapide et sans phrases de son pays, berceau de
l'auteur du Code.



UNE FEMME LIBRE


«A la jonction de l'Arve et du Rhône, sous Genève, les eaux, toujours
bouillonnantes et grossies encore par une fonte de nos neiges alpestres,
ont rejeté sur la rive est, entre les vignes, le cadavre du docteur Max
Ozal, l'étrange négateur de l'amour, et dévoilé de la sorte le mystère
de sa disparition. Ce qui rend ici le suicide incompréhensible, c'est
que le corps athlétique du médecin était étroitement uni, disons-le,
bouche à bouche, à celui d'une jeune fille, d'ailleurs inconnue dans la
ville de Calvin et que les autorités consulaires n'ont pas identifiée
à l'heure où nous mettons sous presse. Nous aimerions à croire pour
l'honneur de la science helvétique, dont Max Ozal était comme un autre
Zimmermann, que le drame s'explique par un de ces accidents de montagne
que la Suisse, grâce à Dieu, n'a pas en privilège.» (_Le Léman._)

_Dernière heure._--«Nous apprenons que la jeune fille, une Française,
nous l'aurions parié, vient d'être réclamée par son père, célèbre
écrivain socialiste et l'un des apôtres de l'évolution libertaire
du féminisme. Taire son nom en cette circonstance, c'est respecter
doublement sa douleur. _Homo sum._» (N.D.L.R.)

Ce socialiste, c'était Théophraste-Edme Garrulon, et sa fille s'appelait
Olive. Elle avait vingt-deux ans.

Il était exact que Garrulon, mort à son tour dans un hospice de déments,
fut l'un des plus ardents apologistes de la libération sociale de la
femme chrétienne. Mais différent en cela des théoriciens platoniques de
sa doctrine, il la prêchait non seulement du verbe, écrit ou parlé,
mais du fait et de l'exemple. Resté veuf et seul avec une fille par
la disparition de sa femme, il avait élevé l'enfant conformément au
principe de l'égalité totale des deux sexes et aux conséquences dudit
principe, qui sont fort graves. Il l'avait trempée enfin pour le combat
sans appui de la vie à travers le maquis des lois, des moeurs et des
croyances. Et Olive était très forte. «Ma fille, disait d'elle le
doctrinaire, est cuirassée, casquée et armée de la lance comme Minerve,
à qui elle ressemble d'ailleurs, d'après l'iconographie antique. C'est
la femme libre idéale, telle que l'avenir la réclame.»

Le jour où elle atteignit à sa majorité, il eut avec elle un entretien
décisif. Il l'avait assurée dès sa naissance pour une somme considérable
dont il avait scrupuleusement payé, pendant vingt et un ans, les
arrérages. Elle avait la vie garantie, acquise par un jeu régulier du
mécanisme social, une dotation normale, constituée ensemble par l'État
et la famille, d'argent roulant et non hérité.

--A dater d'aujourd'hui, fais ce qu'il te plaira de faire et va où tu
voudras aller. Mon rôle protecteur est fini. Tu es belle, intelligente,
saine, et tu sais tout ce que l'on enseigne par le livre ou le sport,
au degré de la science où nous en sommes. Le reste ressort de ton
initiative propre. Vis toi-même le roman, heureux ou malheureux, de ta
vie individuelle. Tu connais mes idées sur ce sujet: je n'admets
pas qu'une autorité quelconque, fût-ce celle d'un père, influe sur
l'aventure d'une volonté, l'expression d'un organisme, les actes d'un
être de raison, et je nie l'expérience. Tu n'as d'autres devoirs envers
moi que ceux que je t'inspire, au gré de la nature, et si, avant de nous
séparer, elle t'indique de m'embrasser, je ne sens rien en moi qui s'en
révolte, et au contraire.

Et Olive, très simplement, avait embrassé Théophraste-Edme Garrulon, son
_is pater_ et éducateur.

--Merci, fit-elle.

--Deux mots encore, avait ajouté le féministe pratiquant. D'abord, si
mon nom te gêne, prends-en un autre, celui de ta mère, par exemple, en
attendant que....

--En attendant que?

--Que tu te maries, si tu te maries. Te marieras-tu?

--Oui ou non, sourit-elle, en dessinant de la main la virevolte de la
girouette au vent.

--Je ne sais si je m'abuse, mais il me semble que jusqu'à présent tu
n'aimes personne encore, d'amour s'entend?

--Et comme on l'entend, non, personne.

--Tu dois être parée contre ou pour cette éventualité. Je t'ai laissé
entre les mains tous les livres, anciens ou modernes, techniques ou
sentimentaux, d'encre mâle ou femelle, où il est traité du rapport des
sexes?

--Je les ai tous lus, en effet, même ceux des poètes.

--Il ne me reste donc plus qu'à te souhaiter bonne chance et qu'à te
prier d'accepter, en souvenir de moi, le présent d'une petite boîte que
voici.

La boîte ouverte, Olive y trouva un joli revolver américain et les
cartouches. Elle regarda son père et comprit.

--Ah! fit-elle, arme offensive ou défensive, pour ou contre
l'éventualité?

--Oui, indispensable à la femme libre.

Huit jours après, elle courait les routes du vieux monde, le pauvre
monde latin où, depuis l'ère chrétienne, la compagne de l'homme réalise
ce miracle d'être à la fois la reine et l'esclave serve des nations
civilisées. Elle n'y eut aucune aventure. Son revolver ne sortit pas de
la boîte. Elle ne vit partout que des fronts courbés par la tâche, des
yeux ardents de la soif du gain, et elle n'entendit dans les bois, les
champs et les villes que des hurlements de haine et des imprécations de
misère. De telle sorte que lorsqu'elle arriva à Genève, elle était lasse
de la vie à en mourir. L'une de ses lettres à son père se terminait par
cette phrase: «Je ne puis plus regarder un petit de notre espèce pendu
au sein nourricier de sa mère sans que la pitié m'humecte les yeux.
Pourquoi, ah! pourquoi aime-t-on?»

Un jour qu'elle traînait dans les rues de la ville le désenchantement
de son âme vide et solitaire, ses regards furent attirés par une petite
affiche manuscrite, collée au travers d'une porte, sur la place où
l'histoire veut que Michel Seryet ait été brûlé par Jean Calvin, le pape
de Genève. Cette affiche annonçait une conférence sur l'amour par le
professeur Max Ozal, docteur es sciences, es arts, en médecine, et
correspondant attitré des académies de Paris et de Vienne. Ce nom de Max
Ozal ne lui sonnait pas pour la première fois. Olive l'avait lu dans
les journaux libertaires que recevait son père, mais il lui laissait la
personnalité du savant indécise. Tirée d'ailleurs par une attraction
obscure, elle poussa la porte et elle alla à sa destinée.

Le lieu de la conférence était moins une salle qu'un salon, où trente
personnes environ étaient assises comme au prêche. Ne trouvant plus une
seule chaise disponible, la jeune fille resta debout sous une tenture,
et elle vit ainsi pour la première fois celui pour qui et avec qui
elle devait mourir. C'était, en chair et en os, le docteur Faust de
la légende, dans la floraison du rajeunissement diabolique. Haut de
stature, le geste enveloppant, la tête pleine et pâle, trouée de deux
yeux phosphorescents, encadrée de cheveux roux, longs et serpentueux qui
lui battaient les épaules, il paraissait avoisiner la trentaine, quoique
à l'état civil il l'eût dépassée déjà de vingt hivers inavoués. Mais
tout son charme se dégageait de sa voix prenante, timbrée d'échos doux
et mourants comme une cloche de baptême dans les bois. Or, de cette
voix, le savant niait l'amour!...

Et non seulement il le niait, mais il le maudissait, le chargeait de
toutes les hontes du genre humain, de tous les crimes héréditaires des
empires, des républiques, des religions, des philosophies, de toute
association terrestre, et il le taxait d'insulte à la nature.

--Tout le mal qu'on fait ou qui se fait dans la planète, sous la clarté
alternée des deux foyers de lumière, a sa source, sa cause et son
ferment en cette erreur scientifique qui défère à l'âme un besoin
organique dont le corps seul a la charge. Hors de sa loi physique, ce
qu'on appelle improprement l'amour, messieurs et mesdames, n'est pas,
il ne saurait être, et le monde moderne se brise sur cette illusion
désespérée. Que ne puis-je vous en guérir au prix de ma vie! Allumez
pour moi, sur cette place même, le bûcher de Michel Seryet, j'y monterai
sans hésiter pour l'honneur de ma certitude.

«Les peuples héroïques et modèles des civilisations antiques, disparues,
mais qui reparaîtront, je vous le jure, n'ont point connu l'aberration
fatale qui, depuis deux mille ans à peine, a dévoyé l'humanité et semé
dans les champs de la nature l'ivraie de cette tristesse sociale qui
empoisonne jusqu'aux remparts de la cité moderne. La sagesse ancestrale
ne demandait pas aux yeux de la femme plus de ciel qu'ils n'en peuvent
tenir. Le baiser n'y mesurait que sa joie instantanée et furtive, payée
aux dieux par les douleurs sacrées de la maternité, aussi longues que la
vie des mères vénérables.

«J'ai beau faire, messieurs et mesdames, je ne puis voir dans les poètes
de notre ère chrétienne que les propagateurs d'une épouvantable méprise
et des bourreaux dignes des supplices qu'ils chantent. C'est d'eux que
pleurent vos larmes; sans eux et leur oeuvre d'amertume, vous seriez
heureux et heureuses.

«Seul, l'un d'eux a osé dire la vérité telle qu'elle est, fut et va
redevenir. Wolfgang Goethe, grand cerveau hellénique, a réduit, et
mathématiquement, l'amour à sa loi de mélange, et il en rend le
processus à l'ordre des affinités électives de la chimie organique. Le
salut est là et, avec lui, l'avenir.»

Bouleversée par la leçon et plus encore par le maître, la jeune femme
libre suivit Max Ozal et connut ainsi sa maison, située sur les bords du
lac Léman. Il fallait désormais qu'elle y pénétrât et qu'elle touchât le
vêtement de l'apôtre. Par un après-midi de grand vent, elle y vint en
barque, ramant elle-même et seule. Elle feignit de chercher un abri
contre l'orage menaçant, se nomma du nom de son père, Théophraste-Edme
Garrulon, le célèbre anarchiste, et, accueillie tout de suite sur cette
référence, brusqua de la sorte la présentation.

Max Ozal était marié, et il avait trois enfants.

Olive ne put en dissimuler sa surprise.

--J'étais à votre conférence, lui dit-elle.

--Mais ... ils ne la démentent pas, fut la réponse. Voici leur mère.

Mme Ozal, en effet, belle créature à la carnation marmoréenne, aux
hanches larges, très simple et avenante, et qu'elle devina d'instinct
excellente ménagère, représentait bien à la visiteuse la femme de
gynécée de la doctrine de l'affinité élective. Ses enfants étaient
d'ailleurs superbes et de force et de santé. Elle en était fière avec
calme.

Une deuxième visite de remerciement pour l'hospitalité reçue en
détermina une troisième, puis l'habitude se noua et Olive vint tous les
jours. Elle devenait disciple favorite du négateur, celle qui recueille
les «propos de table» des réformateurs, et Max Ozal ne pouvait déjà plus
se passer d'elle. Elle lui prenait des notes, rangeait ses papiers,
l'aidait à sa correspondance.

Elle avait peu à peu renoncé à sa coquetterie de Parisienne, ruban à
ruban, bijou à bijou; elle se défleurissait et versait à la momière par
une progression systématique dont le sens n'échappait point à Mme Ozal,
si simple fût-elle. Enfin, un matin Olive entra presque méconnaissable,
la chevelure tondue et d'aspect si garçonnier que le docteur lui-même ne
put retenir un cri de révolte. Ah! c'était trop, et il n'avait jamais
dit que le renoncement dût aller jusque-là! Puis il claqua la porte et
sortit, troublé jusqu'au plus profond de l'être. Il marcha longtemps
sur les bords du lac, n'arrivant pas à se rendre compte de ce qu'il
endurait. Il s'en niait l'évidence à lui-même. Non, non et non, elle ne
l'aimait pas, cette jeune fille, et il ne l'aimait pas, lui non plus.
Ce n'était pas scientifique. De l'amour? Max Ozal, son contempteur
déterminé, irréductible, jamais.

Quand il fut chez lui, à la tombée du jour, Mme Ozal lui apprit que Mlle
Garrulon était partie.

--Elle m'a dit adieu, m'a demandé pardon, de quoi, je l'ignore, et,
après avoir embrassé nos enfants, elle s'est enfuie. Mon ami, vous ne la
reverrez plus sur la terre, je crois.

--Si, fit le docteur.

       *       *       *       *       *

Il la revit, en effet, et pour l'éternité, au confluent de l'Arve et du
Rhône.

Max Ozal n'a pas laissé de disciples.



LE RÉCIT DU CHIRURGIEN


--J'étais allé faire à Angers une opération chirurgicale extrêmement
intéressante, l'un de ces cas qui ne se présentent à nos malheureux
bistouris que cinq ou six fois par siècle, et vous me permettrez bien
d'ajouter que je m'étais assez bien tiré de l'un des problèmes les plus
ardus de l'art d'Ambroise Paré. Il s'agissait de ... mais vous êtes
profane, laissons. Ce n'est d'ailleurs que pour vous dire combien je
me sentais en forme. Il en est de cela dans notre partie comme dans
la vôtre; les Doyen, les Pozzi, tous les maîtres vous diront que la
réussite exalte nos énergies, développe nos dons et assure notre
science. Le succès est le père du génie.

«A mon arrivée, vers cinq heures du matin, je trouvai ma chère femme
debout et fort anxieuse. Elle me tendit tout de suite une lettre,
venue à minuit, me dit-elle, et qui, quoique toute simple d'aspect et
ordinaire, lui faisait peur. Or, du premier coup d'oeil sur l'adresse,
j'en avais identifié l'écriture.

«--Es-tu folle, fis-je en riant, elle est de Marécat.

«--Justement, reprit Suzanne, et je l'ai aussi reconnue.

«--Alors, il fallait l'ouvrir. Marécat est l'un de nos meilleurs amis,
et le plus fidèle. Il m'avise probablement qu'il ne viendra pas dîner
ce soir avec nous, comme chaque mardi, depuis quinze ans, il en a
l'habitude.

«--Il serait donc malade? déduisit-elle.

«--Pour la première fois de sa vie alors?

«Et je descellai la lettre.

«Vous allez la lire, cette lettre, car je l'ai gardée. Mais à peine y
eus-je jeté les yeux que, reprenant ma trousse, je dégringolai dare-dare
à mon auto et courus chez Marécat.

«--Tu avais raison, avais-je jeté dans l'escalier à Suzanne, il est
malade.

«Et je l'entendis crier d'une voix étouffée:

«--Ah! mon Dieu! mon Dieu! il est mort!...»

Ce disant, l'illustre chirurgien, de qui je tiens cette histoire, était
allé à son secrétaire et il en revint vers moi une lettre à la main.

--Mais d'abord, renoua-t-il, vous rappelez-vous Marécat?

--Le boulevardier?

--Dites le type du boulevardier, du temps où il semblait que tout
l'esprit du monde se centralisât sur le ruban d'asphalte compris entre
le carrefour Drouot et la Chaussée-d'Antin. Il a traîné là une élite
de Démocrites qui, sous le scepticisme apparent de leur philosophie
abondante en traits barbelés, cachaient un sens profond de la vie et des
âmes d'enfants. Cet excellent Marécat riait de tout, et, sur les choses
et les gens, il en trouvait inépuisablement de «bien bonnes». Eh bien,
savez-vous de quoi il est mort? Lisez, pendant que je vais recevoir une
cliente.

Et je lus:

«Mon-vieux, pas de fleurs, pas de discours, pas de piquet de la Légion.
On s'embête trop, je fiche le camp, rien de plus simple. Je n'ai, tu le
sais, ni père, ni mère, ni frère, soeur ou bâtard, et je laisse, dans
mon tiroir de gauche, les cent louis nécessaires pour solder les frais
crématoires de ma vaporisation. Tu offriras le reste, de ma part, à la
Société protectrice, dont je suis membre, pour racheter des cochons
d'Inde de la vivisection à l'Institut Pasteur et pour leur rendre la
liberté. Les lapins m'intéressent beaucoup moins. Je trouve le lapin
bête.

«Adieu, ami Georges, et bonjour autour de toi. Ta cuisinière m'a fait
passer de bonnes heures, les meilleures même, sur la terre; mais, je
m'obstine, pas assez de safran dans sa bouillabaisse et un peu trop
d'ail dans sa brandade tout de même. Nous ne sommes pas à Marseille.

«Dis donc, j'y pense.... Sous prétexte que je dîne chez toi depuis
quinze ans, tous les mardis, ne me fais pas la mauvaise blague de V...
à ce parasite de S... Tu la connais? Quand ce fut son tour de défiler
devant la fosse du pique-assiette, il y laissa tomber son rond de
serviette!... N'est-ce pas qu'elle est drôle?

«Je ne te cache pas que j'ai choisi le moment où tu es, en Anjou, en
train de réparer dans un abdomen les distractions génésiques de la mère
Nature pour me faire passer le goût surfait du pain. Je te connais, tu
voudrais me le rendre, et, qui pis est, tu me le rendrais! Merci, il
sent la sueur du peuple. Il en est fait du reste.

«La dernière pièce de D...--je l'ai vue hier--n'est pas bonne, mais le
roman-feuilleton de G... me passionne. Quel dommage de ne jamais savoir
ce que la comtesse allait faire dans la caverne!

«_E finita._ Ma dernière cigarette pour toi ... pour vous deux.
Ouf!...--Ton MARÉCAT.»

Le docteur rentra et reprit:

--J'arrivai à temps, il respirait encore.

«Il s'était appuyé, assis à sa table, le menton sur le revolver et la
balle, déviant sur la mâchoire, était allée se loger dans l'oreille. Il
devait endurer le martyre, mais pas une plainte. C'était superbe. On
n'imagine pas la force de stoïcisme de ces organisations byzantines qui,
dans la vie courante, souffrent d'un pli de rose.

«--Ah! c'est toi, murmura-t-il entre deux souffles haletants. Raté!...
C'est ridicule.... Laisse-moi claquer.

«Outre que mon devoir m'ordonnait précisément le contraire, je ne
connaissais à mon vieil ami aucune raison plausible, disons, si vous
voulez, excusable, de disparaître de ce monde. Célibataire pratiquant et
théoriciennes liaisons passagères, très à l'aise sinon riche, doué d'une
santé de fer, recherché partout pour son esprit inventif et mordant,
Marécat n'avait pour être heureux, si le poisson l'est dans l'eau, qu'à
faire les cent pas académiques sur le bitume du boulevard, son élément.

«Je me disposai donc à procéder sans retard à l'opération primordiale,
urgente, de l'extraction de la balle. Elle était des plus périlleuses,
mais elle s'imposait. Il y allait du salut de l'homme que j'aimais entre
tous et qui me rendait ma chaude affection. Je vous ai dit que j'étais
exceptionnellement en forme. Je voyais net, j'avais le poignet sur, le
sang-froid s'équilibrait en moi à la science anatomique, j'étais assuré
de le sauver. C'était l'heure du chirurgien.

«Aidé de son domestique, d'ailleurs en larmes, car il adorait son
maître, j'avais étendu le cher suicidé sur son lit, et nous lui lavâmes
le visage ensanglanté. Il se laissa faire d'abord, mais quand il me vit
ouvrir ma trousse, il se dressa, les mains tendues pour me repousser:

«--Non ... non ... je ne veux pas.... La paix!...

«Il n'y avait point de temps à perdre au débat. A défaut d'internes
qu'il ne m'était pas possible de requérir, il me fallait l'assistance de
deux autres bras pour immobiliser le moribond, au moins pendant quelques
minutes. Le concierge de l'immeuble s'offrit pour ce service....

Ici, le maître s'interrompit un instant, et, visiblement oppressé par le
souvenir tragique, il fit quelques pas autour de son bureau en silence.
Puis il s'arrêta devant un admirable portrait de femme, pastel
rayonnant, qui illuminait tout son cabinet:

--Regardez, me dit-il, c'est elle, ma bien-aimée Suzanne, à l'âge
qu'elle avait alors, vingt-cinq ans, dans toute sa floraison de beauté
raphaélesque. Mais, sourit-il, en revenant à moi, je vais trop vite.

«J'avais fait un signe à mes deux aides improvisés et m'étais armé de la
pince. Le concierge embrassa les jambes et le domestique les bras. S'ils
le maintenaient trois minutes dans la position favorable, j'extrayais
la balle; le reste n'était plus qu'affaire de soins et question de
cicatrice. Par une chance inouïe, la membrane tympanique était indemne.
Quelques dents à remplacer, et, en un mois, Marécat reparaissait sur les
boulevards, cigare au bec.... Hélas! il n'y devait pas revenir, car il
ne le voulait pas.

«Sous la double étreinte, ses forces se ranimèrent. Il se débattait,
ruait, boxait, se cognait le front à la muraille.

«--Lâche!... me criait-il.

«A moi, lâche, son meilleur ami!... C'était deux fois terrible, et pour
cet ami, et pour le chirurgien. Je me domptais pourtant, car là est
la vertu professionnelle, et l'outil au poing, je guettais l'instant
propice où la fatigue me le livrerait. Ce fut lui qui lassa mes aides.
Trempés de sueur, ils renoncèrent à la lutte, et je dus courir chercher
des internes à ma clinique.

«Lorsque, vingt minutes plus tard, et trop tard, je revins en force,
avec quatre de mes élèves exercés à nos duels contre la mort, il ne me
restait plus, du bon et charmant compagnon de ma jeunesse et de toute ma
vie, qu'un cadavre défiguré. Profitant de ma courte absence, il s'était
traîné jusqu'à sa table, et, y reprenant le revolver, il s'était criblé,
mitraillé, frénétiquement, des cinq balles qui y restaient. Voilà
comment, sourit tristement le docteur en reprenant la lettre, Marécat
n'a jamais su ce que la comtesse du feuilleton allait faire dans la
caverne!...

--Mais la raison du suicide?

--Je ne vous l'ai donc pas dite? Eh bien, voici. A ma rentrée chez
moi, ici même, dans ce cabinet, je trouvai Suzanne, ma femme, qui m'y
attendait, comme écrasée d'angoisse.

«--Eh bien, me dit-elle sans se lever, il est mort, n'est-ce pas?

«--Oui. Mais comment le sais-tu?

«--Il m'aimait, fit-elle.

«--Toi? Lui? Marécat?

«--Depuis quinze ans.

«--Et il te l'a dit?

«--Jamais.»



LA TROUÉE


J'ai eu le plaisir de dîner cette semaine avec un honorable passementier
qui était à Buzenval. C'est un homme presque chauve, très loquace et
d'humeur joyeuse, le type du bourgeois tel que nous l'ont dépeint les
physiologistes de 1830, tel qu'on le retrouve encore dans certains
quartiers excentriques, et non haussmannisés.

Ils avaient beaucoup de bon, ces véritables enfants du vieux Paris,
entêtés pour les routines, mais fidèles aux traditions naïves et
colorées, comme à leurs vieilles enseignes, et gardant ce qu'on nomme
aujourd'hui les préjugés de la famille et de la patrie avec cette pointe
de gouaillerie qui témoigne du terroir voltairien. Voilà bien, en effet,
cette race si fière du vin de ses coteaux; la seule de l'univers qui ait
pu inventer de trinquer en heurtant les verres, de chanter au dessert,
de faire des calembours, de dénouer sous la table la jarretière de la
mariée et de construire des chalets sur les cimes des Batignolles.

Mais, sous ces puérilités de nature, quelle bonté, quel ardent sentiment
du juste, du devoir même, quel dévouement aux idées généreuses et quelle
commisération inépuisable pour les douleurs humaines!

Ces réflexions me venaient tandis que je prenais part à ce repas de
famille, et devant la face épanouie du bon passementier, je me demandais
si c'était bien là une de ces quatre-vingt-dix mille têtes que ce petit
polisson de Vermesch réclamait pour fonder son Eldorado politique.

Je confesse ici que nous tirâmes les rois à la façon des pâles
réactionnaires, et que la fève, qui était une dragée, échut à une
délicieuse petite fille de huit ans, laquelle, sautant sur mes genoux,
me proposa de partager avec elle le lourd fardeau de cette tyrannie
d'une heure. Mon acquiescement scellé d'un gros baiser, le père fit
sauter le bouchon d'une bouteille, jusque là réservée, et d'un ton
d'ancêtre:

--Je vous le recommande, me dit-il: on n'en boit pas tous les jours du
pareil!

Et il me versa lentement son vin clair et joyeux. Malgré les grands yeux
de la mère, j'intercédai pour ma petite reine, et, sur tout le cercle de
la tablée, on but à la santé de celle par qui toute piquette devient de
l'ambroisie, la France!

--Il est exquis! m'écriai-je.

--Non, mais sans flatterie, qu'en pensez-vous? insistait le brave homme,
les regards dans mes yeux et avec une angoisse comique. Je n'en avais
pas bu depuis la trouée; je trouve qu'il a encore gagné; n'est-ce pas,
femme?

--La trouée? dis-je en laissant retomber mon verre; quelle trouée?

--Celle de Buzenval. Ah! j'y étais! Je le dis avec fierté. Voici comment
se passa la chose.

Ma foi, je le laissai parler. Il se renversa en arrière sur sa chaise,
comme pour laisser s'évaporer une bouffée d'orgueil, et mettant ses
mains dans ses poches, il commença en ces termes:

--Nous étions campés depuis la veille dans une sorte de hangar; il
faisait un froid de tous les diables! Je n'avais pour tout potage que
mon bidon rempli de ce vin que voilà! Cet animal de Paluchon, notre
herboriste, ronflait dans un coin comme une toupie hollandaise, et
envoyait, je m'en souviens, de grands coups de bottes dans l'espace....
Paluchon était un capitulard. Le sergent, un nommé Balognet (je ne sais
pas ce qu'il est devenu, celui-là!) frisait sa moustache convulsivement.
C'était le matin du 18, et quand le sergent frisait ainsi convulsivement
sa moustache, c'est qu'il devait y avoir du nouveau ou que ses cors le
faisaient souffrir.

«On faisait la popotte. C'était un peintre qui cuisinait. Il nous a fait
manger de drôles de choses! On m'avait nommé caporal, d'abord parce que
je ne me grise jamais, et, je crois, aussi un peu parce que je suis
passementier.

«Tout à coup, vers les neuf heures, nous entendons un son de trompette:
Ta, ta, ta, ra, ta, ta! Balognet dit:

«--C'est au caporal!

«J'avais parfaitement écouté. Je réponds:

«--Non, c'est au sergent!

«Personne ne bouge. Au bout d'un instant: Ta, ta, ta, ra, ta, ta!
C'était au caporal, en effet. Je sors, naturellement, et je trouve à la
porte un officier de l'état-major.

«--Où est votre colonel?

«--Ma foi, lui répondis-je, je n'en sais rien: dans Paris, sans doute.

«--Et votre lieutenant-colonel?

«--Avec le colonel, je pense; mais le sergent est là, si vous voulez le
voir....

«Je n'étais pas fâché de me venger un peu de Balognet, qui avait eu
raison contre moi devant les camarades.

«--Faites venir le sergent, me crie l'officier, un jeune homme.

«--Sergent, c'est vous qu'on demande, fis-je à la porte, c'est de
l'état-major.

«Balognet sort furieux. Je rentre à mon tour. Paluchon rêvait qu'on
l'emmenait prisonnier en Allemagne et poussait des cris en dormant.
Je lui jette un sac sur l'abdomen; il se réveille, émet un long
gémissement, se retourne et se rendort, la face contre le mur. Le
peintre remuait tristement la soupe avec sa pipe.

«Balognet revient avec un air mystérieux:

«--Mes agneaux, sac au dos, et en route, mauvaise troupe!

«Nous lui crions d'une voix:

«--C'est la trouée?

«--Ça l'est! dit-il.

«La soupe nous parut délicieuse. Quelqu'un alla jusqu'à se demander s'il
y avait vraiment des carottes dedans, et je me souviens que le
peintre répondit dans son langage: «Oui, personnellement!» On en rit
aujourd'hui; mais alors ce n'était pas la même chose! Enfin nous
étions ivres de joie. Sur la prière de l'assemblée, je détaillai _La
Marseillaise_.»

Et le passementier but une gorgée en m'invitant à l'imiter.

--Enfin, nous partons. On revient d'abord sur Paris. C'est une habile
manoeuvre! pensais-je. A la gare Paris-bestiaux, on nous fait monter en
wagons. Le colonel n'avait pas paru. Bien évidemment, il ne devait se
montrer qu'au moment décisif; l'idée me sembla ingénieuse, elle trompait
l'ennemi! Paluchon était à côté de moi, et à chaque instant sa tête
rebondissait sur mon épaule. Jamais je n'ai vu dormir avec cette
ténacité.

«Au bout de sept heures de chemin de fer, on nous fait descendre du côté
de Courbevoie, en face d'une fabrique de je ne sais quoi, appartenant
à je ne sais qu'est-ce. Nous prenons les rangs péniblement. Balognet,
pendant le voyage, avait ôté sa botte droite et ne pouvait arriver à la
remettre. Si je vous donne ce détail, c'est qu'il n'y en a pas de petits
dans de telles situations. Enfin il y parvint, et nous nous mîmes en
marche.

«Comme la nuit était venue, on n'y voyait pas plus que dans un four.
Malgré cela, nous nous sentions dispos. Nous allions donc enfin assister
à une bataille? Moi-même j'étais ému, pourquoi m'en cacher? Quoique
voltairien, je pensai malgré moi à l'immortalité de l'âme.

«Paluchon suait à outrance, et, quoiqu'il prétendît que son sac en
était la cause, je devinais qu'il caponnait. Tout à coup un bruit
extraordinaire se fit entendre près de nous: on peut le formuler à peu
près ainsi: Bâaoumm! svffrittt. Toutes les fenêtres de la fabrique
pétèrent.--Je ne sais où j'avais la tête en ce moment, mais il me
revient que je demandai au peintre si c'était le canon! Était-ce assez
bête? Il me répondit:

«--Non, c'est la cornemuse!

«Je n'eus pas la force de sourire. Le pauvre Paluchon était devenu vert
et reniflait comme s'il venait de monter cinq étages.

«En cet instant, derrière nous, et plus près encore, éclata le terrible:
Bâaoumm! svffritt!... Puis à gauche, puis à droite, puis de tous les
côtés. Nous étions évidemment découverts? Je serrai la boucle de mon
ceinturon, et bus une gorgée en pensant à ma femme et à mes enfants.
C'est alors que Balognet cria:

«--Halte!

«On n'a jamais su pourquoi.

«Mais on se fait à tout, a dit un écrivain.

«Au bout d'une heure, nous repartîmes. Nous arrivons à une rue, on nous
fait mettre en queue, l'un derrière l'autre, comme des capucins de
carte, et, à l'abri des maisons, nous traversons le pays. Il me serait
impossible de vous dire le nom du pays. Là on s'arrête encore une fois.
Je voyais devant nous une sorte de fossé dont je ne pouvais m'expliquer
la destination. Tout cela m'est présent comme d'hier. Nous y descendons,
et Balognet crie:

«--C'est là!

«C'était là, en effet, que devait pour nous se passer la bataille. Nous
y restons debout, l'arme au pied, le sac au dos, jusqu'à environ cinq
heures du matin. L'herboriste faisait peine à voir. Il s'appuyait des
deux mains sur son fusil et oscillait à droite et à gauche. C'était
risible.

«Enfin le colonel arriva. Il paraît que c'était lui qu'on attendait.
Il avait le teint animé. Il nous passa en revue et nous harangua. Je
n'entendis pas un mot de tout ce qu'il disait, mais je compris qu'il
parlait de la trouée. C'était bien elle! Ah! monsieur! le sang me
bouillonnait dans les veines! Je jurai intérieurement de vendre
chèrement ma vie; on n'a pas deux fois de pareilles émotions dans une
existence!

«Quand le colonel eut terminé, on se prit à causer sur les rangs.
Balognet essaya de couper sa botte avec sa baïonnette, tandis que
l'herboriste mettait son sac en traversin sur les rebords du fossé et
s'apprêtait à dormir, comme Turenne sur son canon. Le peintre parlait de
tremper une soupe, mais au figuré cette fois. On discutait la harangue
du colonel. Les uns la trouvaient trop laconique, les autres sans
profondeur! Un serrurier remarqua que le mot République n'y était pas
prononcé et en conclut que le colonel était bonapartiste. Un vieux
monsieur récita les mots de Napoléon avant Austerlitz. Quant à moi, je
me bornai à remarquer qu'il valait mieux prêcher d'exemple et que, si
j'avais l'honneur d'être militaire, je crierais simplement: En avant!

«Cependant la journée avançait, et la trouée n'arrivait point. Nous
voyions de temps en temps accourir à bride abattue de jeunes officiers
qui échangeaient quelques mots avec le colonel. Le Mont-Valérien
tonnait sans discontinuer, et, sur la gauche, on entendait crépiter la
fusillade. Nous attendions impatiemment le moment de nous précipiter
dans la mêlée.

«On a beau dire, voyez-vous, le Français est né soldat. Ce qui me
désespérait, c'était de ne rien voir, car je savais le combat engagé
depuis l'aurore, et l'issue pour moi n'en était point douteuse: nous
pouvions passer! Oui, monsieur, nous le pouvions. Nous aurions peut-être
laissé trente mille hommes sur le carreau; mais avec le reste je me
chargeais de surprendre Guillaume dans Versailles, de donner la main
à Faidherbe, et tandis que Chanzy se ralliait dans le Centre, et que
Bourbaki opérait dans l'Est, je balayais de France tous les Prussiens
jusqu'au dernier. Mes idées là-dessus n'ont pas changé.

«Cependant, dans notre fossé, nous commencions à perdre un peu patience.
On murmurait sur les rangs: «Que faisons-nous ici les mains dans les
poches, tandis que les autres se battent?» Tel était le cri général. On
avait les yeux tournés vers le colonel, qui, sa lorgnette à la main,
semblait étudier les effets de nuage. Enfin nous n'y tînmes plus: on se
débanda. L'herboriste Paluchon se révéla alors sous un jour imprévu, et
je vis que je l'avais mal jugé:

«--Puisque nous sommes inutiles ici, s'écria-t-il, rentrons du moins
dans la capitale et reprenons nos places derrière les remparts!

«--Oui, c'est vrai, cela, fit Balognet, dont la moustache pendait
misérablement; d'ailleurs, nous sommes trahis!

«Je ne crois pas à la trahison, monsieur, et c'est avec un véritable
sentiment de désespoir que je les vis tourner casaque et entraîner, par
leur mauvais exemple, la majeure partie du bataillon auquel j'avais
l'honneur d'appartenir.

«Le colonel les regarda partir sans sourciller, ce qui prouve bien que
c'était un coup monté, et il se borna à dire à haute voix:

«--Tas de pékins!»

«Resté seul avec le peintre, je résolus de laver cette tache faite à
notre drapeau.

«--Y allons-nous? lui dis-je.

«--Où cela?

«--A la trouée.

«--Allons, fit le brave jeune homme.

«Nous marchâmes dans la direction de la bataille. Le brouillard était
intense, si vous vous en souvenez, ce jour-là. Nous nous hélions de
temps à autre pour ne pas nous perdre, car on ne distinguait rien à
deux pas. Enfin le moment vint où il ne nous fut plus possible de nous
rejoindre, et je m'aventurai seul dans la boue, du côté où j'entendais
gronder le bronze....»

--Ah! mon ami, s'écria la passementière, si tu avais été tué pourtant!

--J'ai failli l'être vingt fois, ma bonne. Je marchai ainsi à l'aventure
jusqu'à la nuit, et savez-vous, monsieur, où je m'arrêtai? Aux portes
de Versailles, où je fus fait prisonnier par un poste prussien. Mais
j'aurai du moins jusqu'à mes derniers jours la consolation de pouvoir
dire que, la trouée, moi, je l'ai faite!

Et il éclata d'un si bon rire, avec une joie si naïve, que je me sentis
ému jusqu'au fond de l'âme. «Brave passementier, héros inconscient de
cette Iliade moitié bouffonne et moitié navrante, sois béni! pensai-je!
car toi, du moins, tu as fait ton devoir jusqu'au bout. Grâce à toi et à
tes rares pareils, quels qu'aient été ses torts et quels qu'ils soient
encore, la bourgeoisie s'est rachetée à jamais sur les sombres coteaux
de Montretout et de Buzenval.»

--Monsieur mon roi, me dit tout-à-coup la petite fille blonde et rose,
voici le bidon de papa, celui qu'il avait.

Et elle me le mit sur les genoux. Je pris le bidon, et, l'ayant
débouché, je l'épanchai sur l'ongle de mon pouce. Une goutte, une seule,
en roula, et, me levant je bus cette goutte à la Patrie!

Jamais vin ne me parut plus doux que cette larme de vinaigre.



TABLE DES CONTES


CONTES FACÉTIEUX


Béjarec le faiseur d'enfants

Coco et Bibi

Le premier mot

Un cas de psychomancie

L'étranglé hilare

Le coup de la belle-mère

Le crime du moulin au moulin du crime

Le mariage de Cambronne

Loys Égarot ou l'argent d'autrui

Le sieur «On»

Lazoche, peintre d'idéaux

Orderic le «babuineur»

Scipion Garsoulas

La dame du sonnet

Le bon chevalier de Frileuse

Les petits romans de Géraldine
    I. L'ail
    II. Muzarègne
    III. Le beau Philibert
    IV. Le bateau de fleurs


CONTES FÉERIQUES ET RUSTIQUES


Un duel darwiniste

Les bottes de vingt-huit kilomètres

Cendrillon en automobile

Le diable en Bretagne

Les demi-âmes

L'enfant perdu

L'héritage d'Yvon Legoaz

Azeline


CONTES TRAGIQUES


La tache d'encre

La Vénus vitriolée

La plus terrible arme du monde

A deux de jeu

L'alliance

L'horreur humaine

Les chemises sanglantes

Une femme libre

Le récit du chirurgien

La trouée





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes de Caliban" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home